Les actualités Malgaches du Vendredi 05 Janvier 2018

Modifier la date
Midi Madagasikara751 partages

Après six ans de vie commune : Big MJ et Arnaah se séparent !

Big MJ et Arnaah viennent de mettre un terme à six ans d’amour et de vie commune.

La fin d’une époque ! Big MJ et Arnaah viennent de mettre un terme à six ans d’amour et de vie commune. Ils ont eux-mêmes confirmé la nouvelle. « Durant ces six dernières années, notre amour, à Arnaah et moi, a été ‘no-limit’ mais ‘magneva’ ne signifie pas éternel », pouvait-on lire sur le compte facebook du chanteur. Il y a quelques mois à peine, les deux tourtereaux respiraient  pourtant encore pleinement le bonheur. Petites vidéos publiées sur facebook, regards complices sur scène, gestes tendres… Personne n’aurait pu se douter que les tourtereaux étaient au bord de la rupture. Sur une publication en avril, la chanteuse a même sorti une vidéo du couple avec une illustration des plus tendres. : « Séparés, jamais jamais ». Mais comme le dit l’adage, il ne faut jamais dire jamais ! Malgré leur séparation, ils semblent être restés en bon terme. « La flamme nous unissant s’est éteinte, alors, d’un commun accord, nous vous annonçons officiellement notre séparation,  mais notre passion commune pour la musique permettra à notre collaboration de se poursuivre ». Pour Big MJ et Arnaah, c’est donc la fin d’une époque,  mais dans le milieu musical, ils ne sont pas les premiers à avoir ainsi mis fin à leur idylle.Mahetsaka

Midi Madagasikara215 partages

Grand messe d’Iavoloha : Ratsiraka et Ravalomanana jouent le jeu, Rajoelina boycotte

Il y aurait 1500 invités ce jour à Iavoloha. (Photo d’archives)

Comme à l’accoutumée, le Président de la République va dresser un bilan de l’année écoulée. Un 2017 qui a été morose pour l’ensemble de la population malgache.

Présentation de vœux des corps constitués et du corps diplomatique, ce jour, au Ceremony Building à Iavoloha. Ce traditionnel banquet offert par le couple présidentiel verra notamment la présence de 1500 invités. Il s’agit, entre autres, de hauts dignitaires du régime et en principe de ceux qui ont présidé la destinée du pays auparavant. Sur ce dernier point d’ailleurs, selon de source bien informée, l’amiral Didier Ratsiraka ainsi que l’ancien Président Marc Ravalomanana seront présents. En revanche, l’ancien Président de la Transition Andry Rajoelina a décliné l’invitation du locataire d’Iavoloha. Les deux premiers jouent le jeu, le troisième boycotte.

Avec cette présence à Atsimondrano, cela ne signifie pas que le fondateur de l’empire Tiko épouse les points de vue des tenants du pouvoir. La preuve, les différends qui l’ont opposé au président du Sénat et non moins président national du HVM, Rivo Rakotovao. Sans parler des pressions que l’ancien Président a subies de la part du régime. Toutefois, faut-il rappeler que seul le fondateur de l’empire Tiko a répondu présent à la présentation de vœux de l’année dernière. Quant à l’amiral, il voudrait jouer vraisemblablement le rôle de Raiamandreny. Dans tous les cas, il a gardé son silence ces derniers temps, probablement pour ne pas envenimer la situation.

Engagement. Toujours est-il que lors de sa présentation de vœux au peuple malgache de l’année dernière, plus précisément le 6 janvier 2017, le Président de la République a cité notamment « le rétablissement de nos relations avec les partenaires techniques et financiers a abouti à la tenue de la Conférence des Bailleurs et Investisseurs de Paris dont nous connaissons tous les résultats. Cette conférence a aussi renforcé l’engagement du secteur privé, tant national qu’international, à rester actif pour le développement économique et social du pays. Ces résultats, qui apportent à cette nouvelle année toutes les raisons de croire au véritable décollage de Madagascar, ne sont pas le fruit du hasard ou de la seule mais réelle sympathie que les partenaires et les investisseurs ont pour ce beau pays ».

Traditionnel. Force est cependant de constater que l’année écoulée a été plutôt morose pour l’ensemble de la population malgache. En effet, la cherté de la vie (hausse des prix du riz et des PPN) et l’insécurité toujours grandissante ont été son lot quotidien. Et pour couronner le tout, l’épidémie de peste. Ainsi, pour la Grand messe d’Iavoloha, le traditionnel discours annuel du chef de l’Etat est ainsi très attendu.

Dominique R.

News Mada156 partages

Affaire houcine arfa : le fugitif accable l’entourage du président

L’affaire d’évasion du sniper, Houcine Arfa, est riche en rebondissements. En cavale, il a indiqué qu’il est victime d’une machination.

Houcine Arfa, 54 ans, a vertement accusé certains membres de l’entourage du président Hery Rajaonarimampianina. Selon ses dires, rapportés par RFI Afrique, les accusations dont il fait l’objet à Madagascar sont forgées de toute pièce. Pour lui, il ne s’agit ni plus ni moins que d’une mascarade destinée à le faire taire.

«Si j’ai été arrêté et emprisonné à Madagascar, c’est parce que je dispose d’informations compromettantes concernant plusieurs conseillers du président malgache». Des conseillers qui, selon le quinquagénaire, sont «impliqués dans divers trafics, notamment de bois de rose et de vanille». La question est donc de savoir si Houcine Arfa est réellement un témoin gênant.

Pour étayer sa déclaration, le fugitif a fait savoir sur RFI Afrique qu’il est un «conseiller en sécurité» du président Hery Rajaonarimampianina.

Spécialiste en stratégie militaire

«Houcine Arfa dit avoir été recruté par la présidence malgache en novembre 2015 alors qu’il se trouvait encore à Paris. Il se présente comme spécialiste en stratégie militaire ayant exercé en France, à Dubaï et dans plusieurs pays d’Afrique. A Madagascar, sa mission était de former 900 hommes de la garde présidentielle, notamment dans le cadre du Sommet de la Francophonie qui s’est tenu en novembre 2016», pouvait-on lire sur le journal en ligne de RFI Afrique qui a également rapporté les explications de la présidence selon lesquelles

«Houcine Arfa a bien été formateur de membres de la garde présidentielle pendant quelques mois en 2016 mais il n’a jamais été le conseiller en sécurité du chef de l’Etat».

Quoi qu’il en soit, le principal intéressé a précisé qu’il était très proche du président. «Je ne suis pas un voyou, je ne suis pas un tueur, je suis un formateur. J’avais la confiance totale du président de la République. On se voyait presque tous les jours pour élaborer des schémas tactiques», a-t-il déclaré.

Trois agents pénitentiaires écroués

Racontant son évasion, Houcine Arfa a indiqué qu’il avait bénéficié l’aide de son épouse Marie Claude et des agents pénitentiaires qui l’escortaient. «Si je ne m’évadais pas, j’allais mourir. En deux mois et demi de détention, j’ai perdu 19 kg», a-t-il révélé.

Le 28 décembre dernier, après avoir «faussé compagnie» à ses agents d’escorte, Houcine Arfa a quitté Madagascar à bord d’un Kwassa pour rejoindre Mayotte où il a pris un avion à destination de Paris.

Pour rappel, Houcine Arfa a été emprisonné depuis juin 2017 pour détention illégale d’armes à feu et de munitions, tentative de kidnapping, association de malfaiteurs et usurpation de fonction. Il est également soupçonné d’avoir essayé d’attenter à la vie du président de la République. Dans l’avis de recherche qu’elle a récemment lancé, la police le présentait comme un «individu armé et dangereux». 

D’après des sources concordantes, une dizaine d’agents pénitentiaires ont été auditionnés dans le cadre de cette affaire à la brigade criminelle. D’après les dernières nouvelles, trois d’entre eux ont été placés en détention préventive à la maison de force de Tsiafahy dans la soirée d’hier, après leur défèrement au Parquet d’Anosy.

Par ailleurs, un haut responsable de la police nationale a fait savoir que dans le cadre de la coopération policière internationale, sachant qu’un avis de recherche est lancé, Interpol est systématiquement saisi.

Mparany

 

Tia Tanindranaza144 partages

Marc RavalomananaEfa azony ny fandresena

Fandresena miezinezina ho an’i Marc Ravalomanana sy ny Malagasy manontolo ny nahalany azy ho olon’i Afrika 2017, izay sambany teo amin’ny tantara. Fivoahan’ny vokatra amin’ny fomba ofisialy anio 05 janoary 2018 amin’ny 2ora tolakandro any Centrafrique sisa andrasana, fa ny fandresena tamin’ilay fifaninana “ALM Person of the year 2017”, karakarain’ny Gazety boky African Leadership Magazine kosa dia efa lasan’i Marc Ravalomanana ny tao amin’ny sokajy haitarika ara-politika na ny “Political Leadership” no nisy an’i Marc Ravalomanana nisy azy, izay 6 izy ireo no nifaninana.

Azo antoka fa isan’ireo hotolorana ny amboara lehibe any Johannesbourg Afrika Atsimo izy ny 24 febroary izao. Isam-bato manodidina ny 62% no nibatany ny fandresena, ka mpifidy manodidina ny 90000 no azony tamin’ny alalan’ny fifidianana tao anaty tranokalam-pifandraisana. Mitana ny laharana faharoa kosa ny filoha Kenianina Uhuru Kenyatta, izay nahazo ny 35% teo ho eo, ary nahazo vato manodidina 50 000. Manodidina ny 1% mahery kely kosa ny an’ny fahatelo sy fahaefatra, ary 0% mahery kely ny an’ny fahadimy sy fahaenina. Noporofoin’ny Malagasy sy ny vahiny, izay inoana fa maro ihany koa ny nandatsa-bato ho azy, fa olo-mendrika sy manana ny maha-izy ary mbola andrandrain’ny Malagasy hanavotra an’I Madagasikara i Marc Ravalomanana.

Azo ampiasaina sy trandrahina io anaram-boninahitra io

Efa mandeha kosa ny fanatsatsoana sy fanaratsian’ny ory hava-manana amin’izao fotoana izao hoe dia mitondra inona ho an’ny Malagasy sy ny firenena izany? Anaram-boninahitra goavana io eo amin’ny sehatra iraisam-pirenena sy ny tontolon’ny diplomasia, ary tokony hanan’ny mpitondra eto Madagasikara satria isika firenena mbola tena mila ny fanampian’ny sehatra irasiam-pirenena. Tsy olonolom-poana no mahavita izany, ary tombodahiny ho an’i Marc Ravalomanana ny fahafehezany io tontolon’ny fifandresen-dahatra io, indrindra amin’ny mpamatsy vola. Hita taratra amin’ny zava-misy amin’izao fotoana izao hoe mitototo sy mitangirika vola etsy sy eroa ny mpitondra, saingy na tsy mahazo na zara raha misy hiviny kely, na mahazo ihany fa mila tambiny be, toy ny famarotana tanindrazana ankolaka. Iaraha-mahalala izao hoe ny filoha Malagasy no Filohan’ny Frankofonia, saingy tsy hainy angamba ny mampiasa izany mba ho tombotsoan’ny firenena, ka dia zary anarana fotsiny. Ho an’I Marc Ravalomanana kosa dia hainy ny nampiasa izany fony izy filoha, ary mbola voaporofo fa tena ilain’ny Malagasy izy, izay voaporofo fa mahafehy ny atao hoe “leadership” na tao anatin’ny 5 taona naha sesintany azy sy ny tsy naha filoha azy intsony aza, dia voafehiny sy tsy nivadika taminy ny mpanohana azy sy ny Malagasy, ary tsy azo kosehina eo amin’ny tantaram-pirenena izany Marc Ravalomanana izany. Tamin’ny androny no hany tafakatra 7,1% ny harin-karena teto Madagasikara, raha to aka 6,5% kosa tamin’ny ankampobeny ny tsara indrindra taty Afrika. I Madagasikara no firenena voasokajy ho lasa mamiratra indrindra tao anatin’ny 10 taona noho ny tetikasa Madagasikara am-perin’asa na ny MAP, ka na ny vahiny aza vaky vava sy niaiky an’I Marc Ravalomanana, saingy nopotehina izy. Tahaka ny ahoana ny mety ho fari-piainan’ny Malagasy amin’izao fotoana izao raha tsy nisy ny famotehana sy ny fanonganam-panjakana tamin’ny taona 2009? Mbola mametraka fanamby goavana sy vonona hampitombo avo 10 heny ny zavatra vitany i Marc Ravalomanana, araka ny nambarany tamin’ny tsingerin-taona nahaterahany ny 12 desambra 2017.

Toky R

Midi Madagasikara132 partages

Les chiffres de la semaine

10 à 15%. Il a été annoncé cette semaine que les tarifs de la JIRAMA seront revus à la hausse dès la fin de ce mois, de l’ordre de 10 à 15%. Seront concernés par cette révision tarifaire les entreprises, les ménages et les particuliers consommant 25kW ou plus par mois. Certes, pour éviter la faillite à long terme, la JIRAMA n’avait pas d’autre choix que d’opter pour cette hausse ; toutefois celle-ci incommode la population qui a du mal à joindre les deux bouts en cette période de soudure.

5 000. Le nombre de fonctionnaires à avoir déjà reçu leur salaire sur les 9782 qui ne l’ont pas encore touché. La Solidarité syndicale de Madagascar tiendra une assemblée générale ce jour.

140 km/h. Les rafales de vent générées par la « forte tempête tropicale » Ava, lors de son entrée à 230 km à l’Est d’Antalaha. Ce jour, les prévisions météorologiques avisent qu’Ava gagnera en intensité ce matin en entrant par le tronçon Soanierana-Ivongo –Brickaville.

2 917 Ar. Le prix du kilo de riz à Sambava, enregistré par l’observatoire du riz. Cette hausse de 165 Ar en une semaine a provoqué le tollé général du côté des Sambaviens. Une inflation qui n’épargnera pas non plus leurs voisins Antalahois, menacés par Ava, alors que les blessures causées par Enawo n’ont pas encore été cicatrisées.

Luz R.R

Midi Madagasikara80 partages

Portrait : Ny Eja initie à la « Poezia vao mafana »

Avec plus de quinze ans de carrière en tant que poète, Ny Eja utilise énormément Facebook pour promouvoir ses poèmes. Suivie par des milliers de personnes, l’artiste n’hésite pas à partager ses écrits. Outre ses poèmes qui datent d’une dizaine d’années, la poétesse a même créé une page sur laquelle elle consacre du temps en concevant des vers instantanés.

« Je suis une grande “facebooker” par ailleurs, l’idée de la « poézia vao mafana » m’est venue en publiant immédiatement mes écrits sur ma page Facebook », raconte Ny Eja. La « poézia vao mafana » consiste à publier des poèmes sans correction, juste l’inspiration à l’état brut qu’elle partage aussitôt avec les « facebookers ». « Ce qui est plaisant dans ce concept, c’est d’avoir une interaction presque en direct avec les abonnés. Des fois, les commentaires sont gratifiants, mais le meilleur c’est de voir des réponses qui enchainent directement avec mes vers. », continue-t-elle. Ny Eja a déjà publié une bonne cinquantaine de poésies, assez pour sortir récemment un recueil qui porte le nom de « Poézia vao mafana ». Ce recueil est une compilation, si l’on peut le dire comme cela, de ses poèmes qui ont récolté le plus de « j’aime » sur Facebook.

Toujours dans le cadre de la promotion de la langue « malagasy », je souhaiterais sensibiliser ceux qui utilisent Facebook à écrire correctement. Que ce soit en « malagasy » ou autres langues. Quand on aime quelque chose, on ne le détruit pas. La langue « malagasy » est tellement belle que cela fait mal de voir la jeune génération, ou ceux qui veulent tout simplement écrire mal, utiliser des abréviations surtout dans les poésies.

Thérapie par excellence « Pour ma part et pour beaucoup de gens, la poésie est une sorte d’abri quand vient le doute ou la déception, je me réfugie dans ma plume, pour coucher sur papier mes ressentis », continue-t-elle avant d’enchainer « comme dans la vie de tous les jours, il y a des hauts et des bas, et plus de bas que de hauts, mais cela ne doit nous empêcher en rien de profiter de la vie. » C’est justement cet esprit combatif qui se trace dans ses poésies. Même si ses premiers vers racontent le désarroi total, la fin veut toujours que le lecteur se relève à nouveau. Comme les mots ont ce pouvoir de lame à double tranchant, elle peut donner vie ou tuer, selon son usage. Ny Eja joue de ce pouvoir des mots pour rendre service ou plus encore, redonner espoir et réparer les pots cassés. « Je fais toujours en sorte de répandre l’amour autant que je le peux à travers mes écrits. A l’exemple de « Teny mamy », beaucoup de couples séparés se sont retrouvés en entendant les paroles de cette chanson de Tovo J’hay devenu un tube dans les années 2000. J’ai connu bon nombre de ménages qui se sont réconciliés grâce à cette chanson ».

Selon l’artiste, les « Ntaolo malagasy » ont su gérer sa société grâce aux proverbes. Tout le monde a su respecter la hiérarchie, contrairement à aujourd’hui, la valeur même des bonnes mœurs n’est plus considérée. On accuse toujours l’avancée de la technologie et la mondialisation, pourtant, on peut toujours combiner valeur culturelle et globalisation. Il est tout à fait envisageable de mettre sur les grands panneaux des citations de poètes ou des proverbes pour que les gens découvrent, lisent et méditent. Cela pourrait apporter un changement de comportement au niveau de la société.

Maharindra

Midi Madagasikara80 partages

FIVMPAMA : Les branches en France s’activent

Les membres du bureau du FIVMPAMA Toulouse avec le président Erick Rajaonary .

Erick Rajaonary, président du FIVMPAMA, a clôturé l’année 2017 par une tournée de mobilisation des branches du groupement dans le Sud de la France.

Du 26 au 30 décembre derniers, le président du FIVMPAMA, Erick Rajaonary, a effectué un périple dans l’Hexagone pour rencontrer les branches du groupement à Marseille, Toulouse et Nice. Une occasion pour le numéro Un du FIVMPAMA de rappeler les enjeux actuels et futurs du déploiement à l’international de la structure. Il a aussi encouragé les acteurs souhaitant s’engager pour le développement socio-économique de Madagascar, à s’unir et joindre leurs forces à celles du FIVMPAMA.

Plateforme. Le 26 décembre à Marseille, le 27 à Toulouse et le 28 à Nice. Les rencontres ont permis aux membres de s’informer des dernières actualités du FIVMPAMA, notamment la mise en place des nouvelles antennes comme celles du Royaume-Uni et Atlantique (Nantes). Erick Rajaonary a mis l’accent sur les opportunités de partenariat qu’offre ce réseau international du FIVMPAMA et a encouragé davantage les échanges entre les membres, notamment via la plateforme d’échanges numérique à mettre en place très prochainement. Cet outil va permettre à tous les membres du FIVMPAMA, nationaux et internationaux, d’entrer en contact et d’amorcer des discussions en vue d’un partenariat ou d’une collaboration.

Actions. « Il n’y a que des avantages à adhérer au FIVMPAMA. Le groupement offre son accompagnement dans toutes les démarches pour opérer sur Madagascar ; met à disposition des infrastructures logistiques lors du passage des adhérents sur place. Au-delà de ces actions de facilitation, le FIVMPAMA mène des actions de plaidoyer, dénonce les dysfonctionnements et milite pour que des actions soient entreprises au niveau de l’Etat » a annoncé Erick Rajaonary. Il a aussi insisté sur l’importance de la création d’un mouvement collectif pour le développement économique de Madagascar. Un appel du pied lancé à l’endroit de toutes les bonnes volontés de rallier la dynamique du FIVMPAMA. « Ensemble, nous serons entendus, nous aurons la légitimité de la représentativité non seulement entrepreneuriale, mais aussi populaire », a-t-il ainsi conclu à Toulouse.

R.O

 

A la suite de la visite d’Erick Rajaonary le 27 décembre 2017, la branche toulousaine du FIVMPAMA a tenu une réunion le mercredi 3 janvier dernier pour constituer son bureau et fixer les modalités de son fonctionnement.

Les membres du bureau :

– Présidente : Volatiana Razafintsambaina Raelison

– Vice-Président : Jean Christian Andrianjatovo (Doda)

– Trésorière : Misa Rakotomalala

– Trésorier adjoint : Andrypalo Rakotomalala

Midi Madagasikara73 partages

Produits maraîchers : Hausse de prix et baisse de la qualité

Les prix des produits maraîchers sont élevés, même après les fêtes.

La période pluvieuse et les pluies plus ou moins abondantes des derniers jours ont eu des impacts sur la qualité des produits maraîchers dans la capitale et des environs.

Depuis une dizaine de jours, les produits maraîchers sur le marché de la capitale connaissent une baisse de la qualité. D’après les explications des marchands de légumes, cette situation est due à la surabondance d’humidité et de précipitations dans certaines localités productrices qui ravitaillent les marchés d’Antananarivo et des environs. Laitues, ciboulettes, coriandre, persil, brèdes, poireaux et autres légumes divers sont bien disponibles auprès des revendeurs dans les marchés de quartier et dans les grands marchés comme Analakely, Anosibe et Andravoahangy, mais leur qualité laisse à désirer. Ces produits sont pourtant vendus à des prix anormalement élevés en comparaison avec les saisons précédentes. Les ménages doivent débourser quasiment le double de ce qu’ils paient habituellement pour les besoins d’un repas. Jusqu’à 3 000 ariary si on opte pour les brèdes, mais bien davantage, jusqu’à 4 000 à 5 000 ariary s’il s’agit d’une seule pièce de chou-fleur de bonne qualité. Il faut compter jusqu’à 1 000 ariary pour une laitue de qualité satisfaisante et 700 ariary pour une autre, de qualité moindre. Les légumes, parfois rabougris, sont proposés à des prix excessivement élevés. Quant aux fines herbes, elles sont vendues aux mêmes prix, mais les quantités sont réduites de moitié. Ainsi, les petites bottes de persil, de ciboulette ou de coriandre fraîche d’une valeur de 500 ariary, largement suffisantes pour les besoins d’une salade pour une famille de quatre personnes, sont quasiment comptées à la tige, au vu de la quantité proposée à ce prix. De quoi effrayer la ménagère et dégarnir sérieusement son panier !

Hanitra R.

Midi Madagasikara67 partages

AVA : Des dégâts importants à craindre pour la côte Est

Les conséquences du passage d’Ava pourraient être graves pour la côte Est.

Les pluies abondantes apportées par Ava ont déjà fait des dégâts à l’heure où nous rédigeons.

La côte Est pourrait une fois de plus subir de dégâts importants après le passage de la forte tempête tropicale Ava. En effet, les prévisions météorologiques du 4 janvier à 15h, via un bulletin cyclonique, ont annoncé qu’elle pourrait atteindre le stade cyclonique avant de gagner les côtes malgaches.  Le bulletin cyclonique d’hier d’annoncer également que la forte tempête tropicale apporte un vent de 90 km/h ainsi que des rafales de 103 km/h. Sa vitesse de déplacement quant à elle a été estimée à 11 km/h. Les conséquences de son passage pourraient être désastreuses pour les régions concernées. Etant donné les pluies abondantes qui accompagnent le phénomène, les crues de rivières sont à craindre pour toutes les zones concernées par les différentes alertes annoncées par le service de la météo.

Trauma. Vivant encore avec les stigmates du récent passage d’Enawo, la population d’Antalaha craint de revivre les “ galères” post-cycloniques. Déjà que les pluies qui n’ont cessé de tomber depuis quelques jours ont déjà causé des dégâts. “ Les dégâts sont mineurs certes, mais ils se ressentent “ a fait savoir Hortensia, habitante d’Antalaha jointe au téléphone hier. Cette dernière d’ajouter que “ nous avons peur de devoir tout recommencer après le passage d’Ava, alors que nous n’avons pas encore pu remonter la pente après Enawo ”. En effet, la ville d’Antalaha est actuellement en pleine phase de reconstruction. Efforts qui pourraient tomber à l’eau. Par ailleurs, à l’heure où nous rédigeons, c’est-à-dire à 17h10, l’électricité aurait été coupée dans la ville de Toamasina à cause du vent et des pluies abondantes apportés par AVA. Le niveau de l’eau aurait également  considérablement monté.

Alerte. Face à la situation, l’avis d’alerte jaune est lancé pour les districts et régions suivants: Antalaha, Mandritsara, régions d’Analanjirofo, Atsinanana, Alaotra Mangoro et Vatovavy Fitovinany. L’avis d’alerte verte est lancé pour Tsaratanàna, Anjozorobe, région Analamanga, Arivonimamo, Ambatolampy, Antanifotsy, Antsirabe I-II, Fandriana, Ambositra, Manandriana, Ambohimahasoa, Isandra, Vohibato, Lalangina, Fianarantsoa Ville, Ambalavao, région Atsimo-Atsinanana, Anosy-Ivohibe et Iakora. Par ailleurs, l’avis d’alerte est levé pour les régions de DIANA (Diégo, Ambilobe, Nosy-Be, Ambanja) , Bealanana, Befandriana Nord, Sambava, Vohemar et Andapa. Les usagers en mer entre Antalaha et Mahanoro sont priés de ne plus s’y aventurer à partir de ce jour. Il convient de noter que la situation météorologique générale est actuellement caractérisée par l’influence de la forte tempête tropicale Ava. C’est-à-dire des pluies dans presque toute l’île.

José Belalahy

Midi Madagasikara53 partages

Mahafaly Olivier : Non respect de l’obligation de neutralité de l’Administration

Le PM a saisi la cérémonie de présentation de vœux des membres du gouvernement pour faire savoir que le président Hery Rajaonarimampianina sera candidat à sa propre succession en 2018. Annonçant la couleur aux ministres présents.

En plus d’une maladresse qui relève du politiquement incorrect, la déclaration du locataire de Mahazoarivo est une entorse à l’article 65 paragraphe 10 de la Constitution qui dispose que « le Premier ministre, chef du gouvernement est le chef de l’Administration ». L’article 39 de la Constitution de stipuler que « l’Etat garantit la neutralité politique de l’Administration, des Forces Armées, de la Justice, de la Police, de l’Enseignement et de l’Education ». Or, les ministres responsables de ces domaines soumis à une obligation de neutralité politique étaient tous présents avant-hier à Mahazoarivo. Se mettant presque tous en mode « cravate bleue » qui est devenue un symbole de ralliement au parti au pouvoir.

Nomenklatura bleue. Des membres du gouvernement en charge de ministères de souveraineté n’hésitent pas à arborer ce signe d’allégeance ou d’appartenance au HVM comme pour signifier qu’ils sont avec le président candidat. Du moins, tant qu’ils sont au gouvernement car des ministres limogés ont rangé dans les placards la cravate bleue et dans les tiroirs la carte bleue. Rien à voir avec la carte bancaire de la même couleur quoique le fait de ne plus faire partie de la Nomenklatura bleue ait forcément des impacts sur le pouvoir d’achat ou la capacité de paiement des ex-ceci ou des anciens cela.

Aux frais de la princesse. Bon nombre de ministres nagent dans le bleu pour éviter la traversée du désert. A cette fin, ils n’hésitent pas à user et à abuser des prérogatives de puissance publique pour mener une campagne avant la lettre aux frais de la princesse. Pour la petite histoire, cette expression puise son origine au XIXème siècle où l’on avait l’habitude de donner des réceptions dans des salons. Les invités pouvaient y passer un moment agréable sans dépenser un rond. Des boissons à la nourriture, tout était offert par la maîtresse de maison. D’où l’expression « aux frais de la princesse » qui reste et demeure d’actualité avec les princes qui nous gouvernent. A la seule différence que les gouvernants trinquent, et les gouvernés paient les pots cassés. Cela va être le cas jusqu’à l’ouverture officielle de la campagne électorale durant laquelle il est en principe, « interdit à tout fonctionnaire non candidat, d’autorité civile, ou militaire, à toute autorité politique de faire de la propagande en vue de voter pour un candidat sous peine de sanctions pénales et disciplinaire».

Huit mois de précampagne. D’après les autres balises habituelles, toute inauguration officielle est interdite pendant toute la durée de la campagne. Est également interdite, l’utilisation des biens publics notamment des voitures administratives à des fins de propagande ». En attendant, la précampagne aux frais de la princesse continue pendant au moins 8 mois. Jusqu’au coup d’envoi officiel de la propagande qui sera donné le 25 octobre au plus tôt et le 25 novembre 2018 au plus tard. En effet, la campagne électorale pour le premier tour de l’élection présidentielle commence, 30 jours avant la date du scrutin. Soit le 25 novembre au plus tôt ou le 25 décembre au plus tard, car selon « l’élection du président de la République a lieu 30 jours au moins et 60 jours au plus avant l’expiration du mandat du président de la République en exercice », c’est-à-dire le 25 janvier 2019. Et ce, en vertu de l’article 47 de la Constitution que le régime en place veut changer du blanc au noir en pensant que les électeurs n’y verront que du bleu.

R. O

Midi Madagasikara47 partages

Maroantsetra : Ritra ny tobin-tsolika, tafakatra 10.000 ariary ny litatra

Efa hatramin’ny famaranana ny taona lasa teo no tsy nisy sambo madinika tonga intsony tany Maroantsetra noho ny faharatsian’ny ranomasina nateraky ny rovo-doza AVA. Vokany, tsy misy famatsiana intsony tonga any an-toerana na enta-madinika io, na ireo lasantsy sy gazoala izay ieo sambo mpanao zotra mitatitra entana mianavaratra Toamasina ihany no mitondra azy atao anaty barika manokana. Noho io toe-javatra io sy fanararaotana ao anatin’ny rivo-doza izay oram-be sy tafiotra ny any an-toerana nanomboka ny alatsinainy teo, dia tafakatra 10.000 ariary ny litatry ny lasantsy sy gazoala ankehitriny. Milaza ny mponina azo tamin’ny antso an-telefaonina fa mety mbola hiakatra 15.000 ariary izany amin’ireo mpibizina hany mbola manana tahiry ao aminy, satria tsy hiverina ny fitaterana an-dranomasina mihazo an’i Maroantsetra raha tsy amin’ny herinandro ho avy io raha ny fanazavana azo. Tsy ny solika ihany no niakatra, fa ny vary izao dia vidina 1.000 ariary kapoaka amin’ny vary nafarana raha mahatratra 1.400 ariary ny kapoaka amin’ny vary gasy sy makalioka. Efa tsy lazaina intsony hoy ny mponina ny enta-madinika izay niaka-bidy avokoa isan’izany ny siramamy ny menaka ary ny sira. Maro noho izany ireo sambo kely nitatitra entana talohan’ny famaranana ny taona teo no tavela any an-toerana, tsy afa-mivoaka noho ny faharatsian’ny ranomasina ateraky ny rivo-doza. Isan’ny ranomasina mahery amin’ny fifamoivoizana  mantsy ny eo anelanelan’ny varatry ny nosy Sainte-Marie sy Maroantsetra araka ny fanazavan’ireo mpiantsambo mahay tsara iny zotra Toamasina Maroantsetra iny.

Malala Didier

Tia Tanindranaza42 partages

Tsy manan-tsafidy ny HVMFomba maizina sisa hianteherana

Miha mafana ny raharaham-pirenena amin’izao fotoana akaiky fifidianana izao. Mbola mandeha ny ady hevitra isan-karazany momba ny fitsipi-dalao amin’ny fanatanterahana ny fifidianana filoham-pirenena. Mitaky ny hisian’ny fitsipi-dalao mazava sy hifanarahana ny herivelona maro eto amin’ny firenena: antoko politika, firaisamonim-pirenena, fikambanana,…

Toa miziriziry amin’ny heviny sy sarintsarim-pakana hevitra hatrany kosa ny fanjakana HVM, fa ny ataony ihany no hataony. Lalaovina ny fotoana fa tsy vonon-kisokatra na efa ela aza ny maro no nitaky fametrahana fitsipi-dalao mazava. Izay iray alehany avy hoe tsy tratra ny fe-potoana napetraka hametrahana izay lamina sy lalàna ary fitsipika hifanarahan’ny rehetra, ka dia izay efa nomany sy metimety aminy no terena hoekena eo. Ny 9 janoary 2018 izao no hanao fivoriana tsy ara-potoana ny antenimieram-pirenena, ka tsy hihoatra ny 12 andro izany. Isan’ny hivoatra ao anatin’izany ny fandinihana ny lalàna mifehy ny fifidianana. Mba tena niarahan’ny rehetra nandrafitra ve no havoaka sy holaniana ao? Nisy ny fakan-kevitra na saritsarim-pakana hevitra tamin’ny antoko politika sy ny firaisamonim-pirenena, saingy tombanana avy hatrany fa mety ho fihetsika am-pitaka fotsiny izany hoenti-milaza sy mampiseho, fa nisokatra tamin’ny herivelona rehetra ny fandrafetana ny lalàna. Toa efa nanipy teny mikasika izany rahateo ny praiminisitra Mahafaly Olivier, fa efa voaray ny soso-kevitra maro, fa ny fomba fanoratana ny lalàna no mety tsy hampitovy hevitra, raha dinihina ny zavatra nambarany. Eo amin’izay no hanaporofo hatrany ny kajikajy, toy izay efa natao tamin’ny lalàna mifehy ny serasera sy ny fifandraisana hoe: nisy ny lalàna niarahan’ny mpanao gazety sy ny PNUD nandinika sy nanapaka, fa zavatra hafa sy izay netinety tamin’ny mpitondra kosa no nivoaka avy any tamin’ny ora farany. Tsy sahy tena miady hevitra sy mametraka fitsipi-dalao hiraisana sy eken’ny rehetra ny fanjakana Rajaonarimampianina satria fantany satria tsy hisy hangirana ho azy intsony eo raha vao izay no mipetraka. Tsy misy antoko na vovonana mitaky  eto hoe omeo tombondahiny izahay, fa ny hitovian’ny rehetra sy ny hisian’ny tondrozotra mazava sy mahitsy no tadiavin’ny maro, saingy ny làla-maizina hany tokana hahafahany mandresy sisa no kotrehin’ny HVM hizorana. 

Toky R

 

Midi Madagasikara39 partages

Maevatanana : Mpirahalahy nifanindrona antsy, maty ny iray

Raikitra ny ady tany teo amin’ireto mpiralahy ireto ny Alakamisy lasa teo. Loza no niseho tany amin’ny fokontany sy Kaominina Madiromirafy, disitrikan’ i Maevatanàna. Mpiralahy mpiray tampo  mantsy izy roalahy ireo, ka tany an-tanimbary no niandohan’ny fifamaliana ary izao niafara tamin’ny tsindrona antsy izao, ary nitarika ny fahafatesan’ilay tovolahy iray antsoina hoe Bienvenue izay mbola mpianatra eny amin’ny Lycée Maevatanàna manomana fanadinana bakalorea amin’ity taona ity. Araka ny fanazavana voaray avy tamin’ny lehiben’ny borigady eto Maevatanàna, resaka fifandisoan-kevitra momba ny tanim-boly no nampifanditra azy roa lahy ireto. Fantatra fa tanimbary mbola tsy nozarain’ny ray aman-drenin’ izy ireo, fa natao hambolen’izy roa lahy fotsiny no nahatonga izany izay tsy fantatra na nisy zara vilana na ahoana? Nanomboka tamin’ny fifamaliana am-bava teo izy ireo. Nianakatra ny hatezerana teo amin’ny roa tonta avy eo ka tsy nijanona hatreo izany no sady tezitra mafy ilay zoky ary tsy nahatsindry fo intsony, ka tonga dia nitsatoka antsy ny kibony ilay zandriny, teo nahaboraka tsinay ary nitarika fahafatesany tsy tra-drano. Tsy nisy afaka nanao na inona intsony ireo olona nahita izany teny an-tsaha. Fa nampandre miaramila « DAS» tany an-toerana mahakasika ity tranga ity. Ny Zandary avy ao amin’ny Borigady eto Maevatanàna no nidina nanao fizahana ifotony sy nijery ny zava-nisy tany an-toerana ary nisambotra ilay tovolahy nahavanon-doza, rehefa nahazo antso an-telefaonina tamin’ireo miaramila iero. Mitohy ny famotorana ataon’ny Zandary mahakasika ity raharaha ity, ary omaly Alakamisy tokony ho tamin’ny 03 ora hariva no natolotra ny fampanoavana ilay tovolahy.

Ratantely

Midi Madagasikara39 partages

Plan National de Développement : Nombreux défis restent à relever !

Moins d’une année avant l’expiration du délai prévue pour 2019, les autorités étatiques ont du mal à exécuter le PND (Plan National de Développement), le plan d’actions concrètes ou pas (c’est selon) devant être la « Feuille de Route » de ce régime en place. Nul n’est sans savoir que les défis restent énormes. Peu d’entre eux  – euphémiquement – ont connu une esquisse de réalisation. Et nous ne sommes pas non plus sans savoir que le bilan très mitigé et l’impopularité du chef de l’Etat, Hery Rajaonarimampianina, ne sont rien d’autres que des vérités de la Palice, des secrets de polichinelle. Quoiqu’il en soit, nonobstant le fait que ce ne soit guère l’heure du bilan ou presque, il est loisible de rappeler au chef de l’Etat, au Premier ministre et aux ministres du gouvernement de combat (dont on ignore toujours la portée) que le mandat du numéro Un d’Iavoloha va bientôt expirer sans avoir pu atteindre à bon escient  les objectifs réalistes ou idéalistes prévus par le PND.

« Grands » défis. A priori, les défis de la Politique Générale de l’Etat (PGE) – qui, en principe, devraient être relevés par le PND et son plan de mise en œuvre – revêtent un caractère aguichant. Unité et Réconciliation nationale ; gouvernance, Etat de droit et démocratie ; lutte contre la corruption et justice impartiale font partie des premiers de ces défis. Actuellement, le processus de réconciliation nationale est mis en œuvre partiellement grâce à la mise en place du CFM (Conseil du « Fampihavanana Malagasy ») même si on ignore toujours les principales directives de cet organe dans la conduite de sa mission ainsi que ceux qui devraient être réconciliés. Pour le reste, les affaires Antsakabary et Claudine Razaimamonjy, ont, entre autres, biaisé l’Etat de droit ainsi que la bonne gouvernance tant claironnés par les autorités. Sans parler des cas de corruption qui lient les hauts responsables n’étant presque jamais inquiétés.

Second mandat. Un second mandat serait donc indispensable pour Hery Rajaonarimampianina afin de pouvoir atteindre ces objectifs. D’ailleurs, c’est plus qu’évident dans ses discours et allocutions. Pourtant, gérer les affaires de l’Etat nécessite plus de concentration, de contrôle, de compétence et beaucoup de volonté. Ce qui fait que les promesses électorales et présidentielles, les balivernes et les projets utopiques que le président de la République lance et imagine à plusieurs reprises, sans impacts concrets sur les ménages, ne méritent point un second mandat. Par ailleurs, décentralisation effective, santé pour tous sont d’autres défis à relever. Une décentralisation dont l’effectivité torpille, la santé abîmée par la peste et les différentes épidémies et maladies qui frappent les familles. Ce ne sont pas les illustrations qui manquent. En somme, avec ce résultat plus que négatif, des élections libres, transparentes et crédibles s’imposent…

Aina Bovel

Midi Madagasikara38 partages

Grand messe d’Iavoloha : un rendez-vous attendu

Le rituel va être respecté. La grand messe d’Iavoloha est un rendez-vous incontournable de la vie politique malgache. Il est d’autant plus important,  car il se déroule au début d’une année charnière, celle de l’élection présidentielle. La teneur des discours sera importante à plus d’un titre, car il permettra de se faire une idée exacte des positions des uns et des autres, celles du président de la République, des chefs d’institution et du doyen du corps diplomatique, représentant la communauté internationale.

Grand messe d’Iavoloha : un rendez-vous attendu

Cette grand messe d’Iavoloha est toujours attendue avec un certain intérêt par les observateurs, car il permet de prendre le pouls de la vie politique de la nation. Elle verra la présence de nombreux invités, représentant les forces vives du pays, mais elle permettra de mesurer l’importance que lui accordent les chefs de file de l‘opposition. Les anciens présidents Marc Ravalomanana et Didier  Ratsiraka vont répondre favorablement à l’invitation qui leur a été adressée, faisant ainsi preuve d’un vrai sens de la courtoisie. Ils ont toujours eu un sens aigu de leur responsabilité en tant qu’anciens chefs d’Etat et ils ont estimé qu’ils étaient de leur devoir de ne pas boycotter une cérémonie de cette importance. Néanmoins, l’absence d’Andry Rajoelina a une signification importante et montre qu’il ne veut pas de faux semblant. Il n’a pas l’intention de cautionner les propos qui seront tenus lors des discours officiels. Tout le monde attend cependant les déclarations du président de la République, car ils vont refléter la politique qu’il entend mener dans les mois à venir. Pour l’instant, nul ne sait s’il saura répondre aux attentes de la population.  On ne peut pour l’instant que se perdre en conjectures. On connaîtra aussi l’opinion de la communauté internationale qui ne manque jamais, par l’intermédiaire du doyen du corps diplomatique, de faire part de ses remarques sur la politique intérieure malgache. Elle le fera avec tact, mais de manière significative.

Patrice RABE

Tia Tanindranaza32 partages

Pasitera Mailhol“Tena ho mafy ny krizy 2018”

2018, taom-pifidianana. Nigadona izy ity. Na ny avy eo anivon’ny vaomiera mahaleotena misahana ny fifidianana (CENI) aza dia efa niaiky tamin’ny faramparan’iny taona vao nilaozana iny fa efa mafampana sahady ny toe-draharaha.

Ny faran’ny herinandro teo koa no efa nahenoana sahady fa miainga any ny antsojay isan-karazany atao amin’ireo kandida heverina ho matanjaka. Naneho ny heviny amin’ny maha isan’ireo mpandray anjara amin’ny fifidianana fioham-pirenena azy sy ny maha mpaminany ny tenany omaly ny pasitera Maihol ary nilaza fa efa lova tsy mifindra nifandovan’ny mpitondra teto hatramin’izay io fanaovana antsojay ny mpifanandrina matanjaka io. Lasa politikan’ny valifaty no misy eto fa tsy fifampitana faneva, hoy izy. Raha hiresaka faminaniana momba ity taona ity isika dia ho mafy ny krizy, indrindra eo amin’ny lafiny politika. Mbola hiakatra ny vidim-piainana ary mboa hitotongana ny ariary. Na ny lalana mikasika ny teti-bolam-panjakana ho amin’ity taona ity aza dia manamafy io fiakaran’ny vidim-piainana io, hoy hatrany ny tenany. Hiakatra ny vidin-tsolika sy ny vidim-bary ary dia hiteraka krizy politika goavana izany, hoy izy namarana azy.

J. Mirija

Midi Madagasikara31 partages

Maevatanana : Tovolahy maty, main’ny herinaratra

Tovavy iray manodidina 35 taona eo no maty rehefa natsipin’ny herinaratra, ny talata 2 Janoary lasa teo, tokony ho tamin’ny 04 ora hariva, tao amin’ny fokontany Antanambao, Kaominina Maevatanàna voalohany. Raha ny vaovao voaray, dia nitondra rano hanadio vatana any amin’ny toeram-pidiovana ity tovavavy namoy ny ainy ity. Ka teo ampidiovana izy nokasihan’ny tariby mpitondra herinaratra ny tongony havanana izay mandon’ny rano. Nezahina nentina namonjy toeram-pitsaboana, ity tovavavy ity, saingy tsy tana intsony ny ainy. Efa nentina any Ambatolampy Antsirabe kosa  ilay razana.

Ratantely

Midi Madagasikara30 partages

Compétitivité économique : 100 000 emplois créés jusqu’en 2019, investissements à 21,4% du PIB

Plusieurs décaissements du PACE émanant de la Banque Mondiale, de l’Union européenne et de l’Agence française de développement, sont attendus cette année.

165 millions USD, soit environ 528,24 milliards d’Ariary ont déjà été alloués dans le PACE (Programme d’appui à la compétitivité économique). Une supervision de l’exécution de la phase 1 et une évaluation de la phase 2 se tiendront en février prochain.

Attirer plus d’investissements publics et privés dans les secteurs créateurs d’emplois. Tel est l’objectif principal de la première phase du PACE, qui fait suite au Programme d’appui aux réformes de la gouvernance économique (PARGE). D’après le Groupe de la BAD (Banque africaine de Développement), qui figure parmi les partenaires de Madagascar dans la réalisation de ce programme, les résultats prévus pour 2019 devraient être atteints. Cette opération d’appui budgétaire programmatique prévoit une amélioration de l’indice de compétitivité, qui devrait se situer à 2,3%, contre 1,9% en 2016. Le taux d’investissements publics et le taux d’investissements privés s’amélioreront respectivement de 10,5% du PIB (Produit intérieur brut) et de 10,9% ; contre 5,3% et 10% en 2016. En outre, 100 000 emplois devraient être créés durant les trois ans du Programme.

Surplus. Outre ces indicateurs économiques, une amélioration du taux de recouvrement de la JIRAMA est également escomptée, dans le cadre de la PACE.  En 2015, cette société d’Etat n’a recouvré que 54% de ses facturations. Vers la fin de la mise en œuvre du Programme, ce taux devrait monter à 75%. Cette évolution s’accompagne d’une réduction des transferts aux entreprises publiques, qui devraient s’établir à un maximum de 150 milliards Ariary, contre un montant de 750 milliards Ariary pour l’exercice 2017. Du côté du secteur productif, la croissance des valeurs ajoutées devrait atteindre en 2019, un taux de 2,7% pour le secteur primaire et de 7,7% pour le secteur secondaire. En 2016, ces taux étaient respectivement à 1,6% et 5,5%.

Soutiens financiers. Pour la BAD, le financement du PACE figure parmi les soutiens aux autorités malgaches dans la mise en œuvre des réformes prioritaires du Plan national de développement (PND) 2015-2019, à travers les appuis aux programmes des réformes. D’ailleurs, le PACE entend soutenir les réformes visant à remédier aux défis post-crise, dont le déficit en investissement. Ce programme s’aligne également sur les cinq hautes priorités de la BAD, qui concernent l’agriculture, l’énergie, l’industrie, l’intégration régionale et l’amélioration des conditions de vie des populations. L’évolution dans ces secteurs d’activité devrait être aperçue cette année, notamment avec les résultats de la supervision de février 2018.

Antsa R.

Midi Madagasikara28 partages

Antetezambaro Toamasina : Resaka ady tany, miantso ny fanjakana mba hijery azy ireo ny mpino katôlika

Raha niezaka ny nitady vahaolana tamin’ny minisiteran’ny fambolena izay nanome alàlana ny fikambanana katolika “Saint Gabriel”, izay mbola nohavaozina tamin’ny 10 aogositra 2017 nosoniavin’ny minisitra Rakotovao Rivo tamin’izany, ny fifanarahana fanofana ny tany, sy ny fitsarana tamin’ny alalan’ny fahazoana titra tsy ara-dalana nataon’ity tovolahy milaza fa zanaky ny mpiasa teo aloha tao amin’ilay tany natsoina hoe “Operation Café” teo aloha ity, dia tsy nisy izany tao anatin’ny 5 taona ny olana. Ny zava-misy aza vao mainka nikatso tanteraka ny raharaha.

Noho ireo antony ireo, dia namaky ady mivantana amin’ny fanjakana amin’ny alalan’ny minisiteran’ny fambolena, sy ny fitsarana izay mampitarazoka ny raharaha tonga eny aminy, ny fiangonana katolika sy ireo mpino ao aminy, ankehitriny. Nisy noho izany ny fiantsoana fihaonana ho fanazavana ny zava-misy nataon’ny arsevekan’i Toamasina  ny Mgr Tsarahazana Desiré tamin’ireo mpino katolika, nahitana ireo solon-tena isaky ny diosezy sy ny mpanolo-tsaina pastoraly, ny tangalamena solon-tenan’ny mponina ao Antetezambaro sy ny ben’ny tananan’ny kaominina Antetezambaro Atoa Cesar, ary ny mpanao gazety, tao amin’ny katedraly Md Josefa Ampasimazava. Nandritra izany no namakian’ny fiangonana katolika ny fisiana kolikoly avo lenta sy tamba-jotra goavana amin’ny halatra tany ; izay sakana amin’ny sosialim-bahoaka. Mazava ny titran’ ny tany ao Analamalotra na eo anivon’ny minisiteran’ny fambolena na eo anivon’ny biraon’ny fananan-tany eto Toamasina, fa “La Redoute, TF 3072-BA” no izy; nefa milaza ho manana titra hafa mikasika ny tany tsy mazava, ity tovolahy milaza ho namana mpitsara sy tanan-kavanan’ny fitsarana eto Toamasina ity ka sahy manao antsojay, nefa mandoa hatrany ny hofan-tany ny “Saint Gabriel”. “Aoka mba tsy ny olom-bitsy no hanampatra ny heriny eto, fa jereo ihany ny fanasoavana ny maro”, hoy ny Mgr Tsarahazana Desiré nitodika tamin’ny fanjakana sy ny fitsarana. Manao antso amin’ny firaisan-kinan’ny rehetra hijerena akaiky ity olana ity ihany koa ireo mpino katolika sy ireo mponina ao Analamalotra, satria tombontsoam-bahoaka ny asa sy ireo vokatra fanatsarana ny fidiovana sy fanadiovan’ny vahoaka natao tamin’ireo orinasa madinika tao hatramin’izay.

Hita nihatrika ity fihaonana nokarakarain’ny fiangonana katolika tamin’ny alalan’ny arsevakan’i Toamasina, ny Mgr Tsarahazana Desiré, tao Ampasimazava ity ihany koa, ny mpanolo-tsaina manokan’ny praiminisitra Atoa Mahazaka Clermont Gervais izay nahazo nasaina manokana. Sombiny amin’ny raharaha tany mahazo ny vahoaka “madinika” ny ao Analamalotra, fa mbola ho avy ny filazan’ny katolika ireo olana maro misy eto Toamasina tsy misy vahaolana hoy izy ireo.

Malala Didier

Midi Madagasikara28 partages

Eric Rakotoary & co : La bande reprend les succès de Johnny Hallyday

Eric Rakotoary co reprendront ce soir les succès de Johnny Hallyday.

Ils se connaissent depuis des dizaines d’années. Demain soir, Datita Rabeson, Samy Andriamanoro, Titi Razakamiadana et Eric Rakotoary avec Tahiry Andriamanoro à la rescousse vont replonger dans leur adolescence et jouer sur la scène du Fara West Faravohitra, les titres de Johnny.

Dans la peau de « l’idole des jeunes » ! Cinq musiciens aguerris, tous admirateurs de Johnny et l’interprétant depuis longtemps se réuniront demain après-midi pour un vibrant hommage qui n’aura rien d’une copie. Ils offriront leurs propres interprétations du talent d’un grand artiste qui a traversé les décennies et ses vies. Comme pour beaucoup, leur jeunesse fut effectivement marquée par le talent de Johnny Hallyday, comme en témoigne Eric Rakotoary. « Ce fut les premiers 45 tours de nos aînés qu’ils passaient en boucle et que nous écoutions avec une curiosité sans borne. L’année de mes quatre ans, mon frère m’a offert les 45 tours ‘Tes tendres années’, ce disque a semé des rêves de musique dans ma jeune tête confirmant une passion naissante. Plus tard, devenus musiciens, nous animions avec les copains des bals, et Johnny fut dans nos répertoires. Nous le reprenons depuis, en maintes occasions, peaufinant avec l’expérience nos interprétations. Johnny fut pour nous plus qu’une idole. Il fut un mentor qui éclaira nos parcours d’artistes par sa passion toujours vive de la musique, sa continuelle exigence, son énigmatique énergie qui l’a maintenu dans le flot de l’histoire. Nous tenons à lui rendre un hommage comme nous le rendrions à un grand maître ». Datita Rabeson sera à la guitare, Samy Andriamanoro au clavier, Titi Razakamiadana au saxophone, Eric Rakotoary à la basse et au chant et Tahiry Andriamanoro à la batterie, demain soir au Fara West, se glisseront donc dans la peau de Johnny, au grand bonheur des inconditionnels de « l’idole des jeunes ». Une soirée qui promet !Mahetsaka

News Mada26 partages

Vie de stars : Big MJ met fin à sa relation avec Arnaah

Big MJ et Arnaah ont débuté cette nouvelle année sur une note de rupture. Le couple «star» de la musique tropicale s’est séparé après 6 ans de relation.

Voilà maintenant que les paris sont fermés. Big MJ vient d’annoncer hier que leur couple a rompu. Une séparation qui, apparemment, s’est fait en douceur. «Durant ces six dernières années, notre amour, à Arnaah et moi, a été No-Limit mais Magneva ne signifie pas éternel. La flamme nous unissant s’est éteinte, alors, d’un commun accord, nous vous annonçons officiellement notre séparation en bons termes. Mais notre passion commune pour la musique permettra à notre collaboration de se poursuivre», a écrit le chanteur originaire d’Antalaha sur sa page Facebook.

La publication a été par la suite confirmée par Arnaah. «Je ne peux rien dire de plus pour l’instant. Ceci étant, Big MJ va rentrer au bercail le 24 janvier et il fera une déclaration officielle à la presse une fois après avoir foulé le sol malgache», a ajouté son manager, joint au téléphone hier matin.

D’habitude, Arnaah suit toujours de très près sa moitié que ce soit lors de festivals aux quatre coins de la Grande île ou bien une tournée à l’étranger. Le 31 décembre dernier, Big MJ a animé le réveillon de la Saint-Sylvestre au Millénaire – Savigny-le-Temple, Paris avec une bonne poignée d’artistes. Mais à en croire son manager, la chanteuse de « Samby tia » est restée à quai. Ce qui explique que le conflit dans le couple ne date pas d’hier.

Ce début d’année n’est pas facile pour certaines célébrités. Surtout pour Big MJ qui vient tout recemment de fêter en grande pompe ses huit ans de scène. Rappelons que les deux tourtereaux ont célébré leurs fiançailles le 16 juillet 2016, entourés de leurs parents et de leurs amis. Désormais, les incontournables «Magneva» et «Tsy hialako» ne sont plus que de titres de chanson parmi tant d’autres.

Joachin Michaël

 

Midi Madagasikara23 partages

Maladie cardiovasculaire : Les médicaments injectables pour réduire le taux de décès

“Les AVC constituent les premières causes de mortalité à Madagascar actuellement”. Ce sont là les propos du Dr Patrick Ranjohanison du Groupe Sopharmad lors d’une conférence de presse organisée à Tanjombato hier. En effet, selon les explications du médecin, la faille se situerait dans l’usage des médicaments d’urgence dans les hôpitaux malgaches. Souvent de type comprimé, les médicaments en question ne pourraient pas – à cent pour cent – aider à faire face à l’hypertension. Ce qui conduirait au décès des patients dans les hôpitaux (publics ou privés). Le Dr Patrick Ranjohanison d’ajouter par contre que les médicaments de type injectable présentent de plus grande chance de réussite et d’efficacité. La commercialisation de ces types de  médicaments se présenterait comme une piste de solution qui s’offre aux hôpitaux malgaches. A l’instar du Nicardipine injectable qui est utilisé dans les pays développés comme la France. Et qui « sera bientôt vulgarisé dans le pays » selon toujours les dires du Dr Patrick Ranjohanison.

José Belalahy

News Mada22 partages

Cyclone ava : l’alerte rouge déclenchée

La Forte tempête tropicale «Ava» a atteint le stade cyclonique tôt le matin et est attendu ce jour dans l’Atsinanana. L’alerte rouge est ainsi lancée au niveau de trois régions.

Le danger imminent est lancé au niveau des régions Analanjirofo, Atsinanana et Alaotra Mangoro; l’alerte jaune (avis de menace) pour les districts d’Antalaha, Mandritsara, Andilamena, Tsaratanana, Anjozorobe, Antananarivo Avaradrano, Arivonimamo, Ambatolampy, Antanifotsy, Antsirabe I-II et Vatovavy Fitovinany et l’alerte verte (avis d’avertissement) pour les districts de Fandriana, Ambositra, Manandriana, Ambohimahasoa, Isandra, Vohibato, Lalangina, Fianarantsoa Ville, Ambalavao, Atsimo Atsinanana, Anosy, Ivohibe et Iakora.

A 18 heures locales, «Ava» a été localisée à 210 km au nord-est de Toamasina, avec une vitesse de déplacement de 10 km/h. Elle est accompagnée d’un vent moyen de 105 km/h, alterné par des rafales de 140 km/h. A noter que les crues de rivières et les inondations, causées par les fortes pluies, sont à craindre pour toutes les zones concernées par les alertes. Et ce, durant le passage de «Ava».

Plans de contingence

La consolidation des mises à jour des plans de contingence national et régional et des districts ont été entrepris par le BNGRC depuis mardi, ainsi que le recyclage des volontaires potentiels d’appui, sans oublier le partage des dernières informations météorologiques. Il en est de même pour les orientations de déploiement d’équipes d’appui à la coordination et d’intervention de secours.

Jusqu’ici, quatre équipes ont été mobilisées dans les zones fortement à risque comme Fenoarivo Atsinanana, Brickaville, Manakara et Maroantsetra depuis mardi par le BNGRC. Au niveau territorial, une forte sensibilisation par les autorités locales, par le biais du CLGRC, en fonction des bulletins météorologiques, a été aussi effectuée soit par mégaphone, soit au niveau des radio et télévision locales.

Sera R.

Midi Madagasikara21 partages

Reprise après les fêtes : Entre embouteillages, cyclone et rentrée scolaire

Fini les circulations fluides et le calme d’après les fêtes ; l’ambiance en est plutôt à la tempête après le calme. Depuis hier, avec la rentrée pour la majorité des établissements scolaires et les pluies apportées par Ava, les embouteillages et leurs lots de désagrément ont repris.

Embouteillages. La forte tempête tropicale modérée Ava a arrosé et arrose la capitale et les villes de Madagascar, avec ses pluies autant abondantes qu’intermittentes. Couplées avec l’état de délabrement avancé des routes et le manque de civisme de certains conducteurs, ces pluies récentes ont généré les embouteillages habituels dont se plaignent les Tananariviens. Après 4 jours de trêve, les conducteurs ont eu, depuis hier, de nouveau à endurer les traditionnels embouteillages de Tanà. Les axes tels qu’Antanimena, Ankorondrano, Ambodivona, Andranomena- Ambohibao, Ambanidia- Mandroseza et Ambohipo, ainsi que  ceux d’Itaosy et d’Anosizato ont de nouveau infligé des heures désagréables d’embouteillages à leurs usagers, qui ont du passer plus d’un mauvais quart-d’heure. Noro, une habitante d’Andranonahoatra Itaosy et travaillant à Antanimena témoigne: « Je dépense pas moins de 3h30 par jour pour l’aller-retour. C’est vraiment un calvaire, mais je n’y peux rien ».

Rentrée scolaire et météo. La plupart des écoles, notamment publiques, ont repris les cours hier, sauf celles d’Alaotra Mangoro, de la Circonscription scolaire (CISCO) de Sainte Marie, celle de Fénérive Est et de Soanierana Ivongo. Toute la région Atsinanana en fait, car Ava, encore dénommée  « forte tempête tropicale » a emmené depuis hier des rafales de vent de 140km/h. C’était d’ailleurs la panique à Toamasina et Antalaha hier puisqu’Ava pointe déjà son nez, alors que les séquelles d’Enawo se font toujours sentir. Les employés de la Direction régionale de l’Education nationale d’Atsinanana (DREN) ne travailleront pas non plus. La reprise, pour eux est prévue pour lundi prochain.

Sous réserve. Le 8 janvier, la plupart des établissements privés reprendront les cours après deux semaines de vacances. Par ailleurs, étant donné qu’Ava va se transformer probablement en cyclone ce jour- vers 15h selon une source auprès du service Communication de la Météorologie- les écoles et les familles sont tenues d’écouter la radio nationale et de suivre les informations officielles pour se tenir au courant de son évolution. Ceci pour organiser en conséquence la rentrée scolaire. De guerre lasse ou presque, Haingo, une mère de famille s’exprime : « Cela m’énerve et me chagrine, car à chaque fois que la rentrée scolaire approche, un cataclysme naturel vient tout chambouler. Je crains pour le bon déroulement de la scolarité de mes enfants. Toutefois j’essaie de ne pas paniquer. »

Luz R.R

L'express de Madagascar19 partages

Donald Trump, homme de l’année 2017

Contrairement à certains autres pays qui débattent jusqu’à l’absurde de la date des élections, pour mieux les repousser aux calendes grecques, aux États-Unis, on a décidé, une bonne fois pour toutes, que l’élection présidentielle se déroulera « le premier mardi qui suit le premier lundi de novembre ». Et que le jour de l’investiture par la prestation de serment sera le 20 janvier : tradition maintenue depuis 1937 et la deuxième investiture de Franklin D. Roosevelt.20 janvier 2017 : Donald Trump devient le 45e « POTUS », président des États-Unis d’Amérique. Depuis, les relations internationales sont marquées par sa manière caractéristique de tendre la main aux autres grands de ce monde (le Chinois Xi Jinping, le Russe Vladimir Poutine, le Français Emmanuel Macron) ou de ne pas la tendre (à la chancelière allemande Angela Merkel). Sa parole sur son compte Twitter ponctue l’actualité. Quoi que puisse penser de lui le politiquement correct, pleurant après son prédécesseur Barack Obama, Donald Trump aura marqué l’actualité internationale 2017.6 avril. Ce jour-là, le président chinois Xi Jinping était l’hôte du président américain à Palm Beach. Mais, Donald Trump avait décidé que la mort de 27 enfants, dans une ville contrôlée par les jihadistes, était « la ligne rouge » que le président syrien Bachar al-Assad avait franchie. Mettant à exécution sa menace, Donald Trump fit envoyer 59 missiles tomahawk détruire la base aérienne syrienne d’Al-Shayrat, après des allégations de bombardements à l’arme chimique sur la ville de Khan Cheikhoun. Les Russes, dont des soldats assistent l’armée syrienne, avaient été prévenus de la frappe, sans pouvoir (ou vouloir) s’y opposer.13 avril. Donald Trump balance sur les islamistes d’Afghanistan la « mère de toutes les bombes », MOAB, la plus puissante bombe conventionnelle de l’arsenal militaire américain, hors les armes nucléaires. Les analystes s’entendent pour dire qu’il s’agissait plus de démontrer aux yeux du monde une force de frappe intacte que d’une opération réellement pratique. Le Nord-Coréen Kim Jung-Un serait bien avisé de méditer les exemples afghan et syrien : le discours du 19 septembre de Donald Trump, devant l’Assemblée Générale des Nations unies, menaçant de détruire la Corée du Nord pouvant se concrétiser par la grande sœur de MOAB.6 décembre. Le président des États-Unis, Donald Trump, reconnaît Jérusalem comme capitale d’Israël. Et donne l’ordre à son administration de déménager l’ambassade américaine depuis Tel-Aviv à Jérusalem. Le 12 octobre, Donald Trump avait déjà sorti les États-Unis de l’UNESCO dénoncée comme une tribune pro-arabe et anti-israélienne. J’ai passé les derniers jours de 2017 à relire « Ô Jérusalem » de Dominique Lapierre et Larry Collins (Robert Laffont, 1971). Histoires inextricables d’amitiés sincères et de méfiance viscérale, comme seules peuvent en exister entre des voisins intimes qui se côtoient au quotidien depuis des siècles dans l’étroitesse de la Vieille Ville de Jérusalem. Comme l’écrivent les auteurs en prologue : « C’était le 14 mai 1948. Ce jour vit les Anglais quitter la Palestine, les Juifs proclamer l’État d’Israël, les Arabes partir en guerre. Un conflit allait embraser la Terre sainte et ne plus s’éteindre ». Cette fois, au moins, Donald Trump n’y était pour rien.

Par Nasolo-Valiavo Andriamihaja

News Mada18 partages

Agriculture : la chenille légionnaire signalée dans le sud-ouest

La chenille légionnaire d’automne débarque à Madagascar et commence à coloniser plusieurs plantations dans le sud-ouest de l’île. Quelques-unes ont été détectées en novembre dernier dans les communes de Milenaka et Antanimieva.

Ce type d’insecte qui s’attaque principalement aux céréales telles que le maïs et le sorgho, pondent sur les plantes et les larves puis dévorent graines et feuilles avec une capacité de destruction de la plante, estimée par les experts entre 25 et 75%. Aussi, ces lépidoptères peuvent parcourir 100 km en une nuit et leurs larves sont résistantes aux pesticides.

«Madagascar a été informé de l’existence de ce ravageur de culture en février 2017», indique un communiqué du ministère auprès de la présidence en charge de l’Agriculture et de l’élevage (MPAE). «Son développement est en liaison avec le changement climatique et les échanges commerciaux», précise encore le communiqué. Le ministère, par le biais de la direction de la Protection des végétaux  (DPV), annonce de nombreuses actions sur le terrain dans le cadre de la prévention et la gestion des risques sanitaires et phytosanitaires inhérents à la production végétale, et ce, en étroite collaboration avec les producteurs.

Des essais de lutte biologique par des produits phytosanitaires sur les champs sont en cours pour identifier les pesticides les mieux adaptés. Un programme de diffusion de méthodes de lutte et de meilleures approches de préparation à la grande saison culturale sera incessamment mis en œuvre, annonce-t-on.

Menace pour l’agriculture mondiale

Originaires des Amériques, ces chenilles légionnaires ont parcouru l’Afrique en 2016. Aujourd’hui, c’est l’Afrique qui est menacée, mais à terme, c’est toute l’agriculture mondiale qui pourrait trembler devant… une petite chenille légionnaire.

Une étude réalisée par le Centre international pour l’agriculture et les biosciences (Cabi), une organisation internationale à but non lucratif basée au Royaume-Uni, avance que ces chenilles, baptisées chenilles d’automne, pourraient d’ici quelques années se propager en Asie et sur le pourtour méditerranéen.

Arh.

 

Midi Madagasikara18 partages

“Beso mitafa” Le trio de basse de Radanz, Silo et Harty Andriambelo

Place au « beso mitafa » au Piment Café ou le trio de basse de Radanz, Silo et Harty Andriambelo.

Quand Randaz et Silo se partagent la scène, le résultat est tout simplement époustouflant. Ajoutez à cela un Harty Andriambelo et imaginez ce que ça va donner. Ça va pourtant être le cas. Ce soir, ces musiciens vont se relayer, voire même se partager la scène au grand bonheur des mélomanes et amateurs de bonne musique.

« Rock, jazz, funk? On ne se limitera pas à un genre en particulier. On concocte un répertoire très éclectique pour éviter que ne s’installe la monotonie ». C’est ce qu’a dévoilé Radanz à propos de la soirée qui le verra ce soir à l’affiche. Actuellement au pays pour un bref moment, le bassiste a décidé de retrouver les habitués du Piment Café pour un moment qui s’annonce inédit. Il ne sera pas seul mais partagera la scène avec deux autres bassistes de diverses générations. Silo, le « caméléon » qui ne cesse de surprendre les mélomanes à chacune de ses représentations sera de la partie. Il apportera sa touche de folie à la soirée. Le jeune Harty Andriambelo emmènera un vent de fraîcheur. Cette soirée réserve de nombreuses surprises. « Chacun va apporter ses propres compositions  qu’on reprendra à notre sauce et d’une manière différente. On va également reprendre quelques uns des titres que nous affectionnons particulièrement et que nous allons d’ailleurs jouer  avec nos guests, notamment Tsanta Randriamihajasoa ( trumpet -piano), Faniry Marcus (drums) et Mirana Dizzy Brains (drums) ».Mahetsaka

L'express de Madagascar17 partages

Lois électorales – Un accord politique pour contourner la Constitution

Les consultations sur les lois électorales devraient se conclure par un accord politique. Une voie probable pour lever les barrières constitutionnelles.

Supraconstitu­tionnelle ? La question commence à se poser sur la valeur juridique qu’aura « l’accord politique », sur lequel devraient déboucher les consultations concernant le cadre juridique des élections qui se tient depuis le mois de décembre. À s’en tenir aux indiscrétions qui circulent autour de la démarche de l’Exécutif, cet « accord » devrait servir à contourner « les contraintes imposées par la Constitution » à l’organisation des élections.Face aux levées de bouclier contre l’idée d’une retouche de la Loi fondamentale, le pouvoir serait décidé à fermer ce chapitre. Les décideurs étatiques auraient alors opté pour l’ouverture au dialogue en vue d’« un accord politique », tel qu’a indiqué Solonan­drasana Olivier Mahafaly, Premier ministre. À l’issue de la consultation des Organisa­tions de la société civile, le 29 décembre, il a été expliqué qu’au final, « les acteurs électoraux » décideraient d’une version consensuelle des lois électorales à présenter au Parlement.Un processus électoral apaisé et accepté de tous est la raison martelée pour expliquer les consultations. Les discussions qui se seraient jusqu’alors tenues sur la portée des impératifs temporels prescrits par l’alinéa 1er de l’article 47 de la Constitution sur la présidentielle. « L’élection du Président de la République a lieu trente jours au moins et soixante jours au plus avant l’expiration du mandat du Président en exercice », prévoit cette disposition.Cela impliquerait que les deux tours de la présidentielle se tiennent entre le 24 novembre et le 24 décembre prochains. Des réductions de délais seraient ainsi incontournables. Ce qui aurait refroidi les ardeurs de certaines entités politiques, qui refusent tout de même que l’on touche à la Loi fondamentale.

Scrutin à un tourFaute d’alternative de la part de ceux qui s’opposent à la révision constitutionnelle, le pouvoir aurait quelques idées à proposer en vue de « l’accord politique ». L’une d’elles serait de revenir au bulletin de vote individuel pour chaque candidat, dont l’impression et l’acheminement dans les bureaux de vote seraient à la charge des candidats. Chaque écurie devrait, du reste, imprimer des bulletins pour le premier et le second tour.Une autre idée serait de réduire la présidentielle à un scrutin à un tour, où le Président serait élu « à la majorité relative ». Cette seconde idée reviendrait, pourtant, à réviser la Constitution, qui prévoit un 2nd tour si aucun candidat n’obtient « la majorité absolue » au premier tour. « L’accord politique » sera alors, selon certaines logiques, la voie pour contourner cet impératif.Une voie évoquée par des entités civiles comme le Cercle de réflexion pour l’avenir de Madagascar (CRAM). Pour le CRAM, toutefois, le consensus politique devrait avancer le 1er tour de la présidentielle en septembre afin de respecter le délai de fin de mandat du chef de l’État. À l’issue des consultations du 29 décembre, les OSC ont, cependant, reconnu qu’un consensus entre les « acteurs politiques des élections » sera le plus important.Les entités politiques pourraient être ouvertes à un « accord supraconstitutionnel », tant qu’il sera question d’une certaine égalité et l’ouverture des candidatures. Marc Ravalomanana, ancien président, a déjà affirmé qu’« un accord politique est largement au-dessus des décisions judiciaires ». Rivo Rakotovao, président du parti « Hery vaovao ho an’i Mada­gasikara » (HVM), avait déjà fermé la porte à un « accord extraconstitutionnel ». Il avait affirmé que « n’étant plus en période d’exception, Madagascar ne devrait plus avoir besoin d’une nouvelle Feuille de route ».La politique n’étant pas figée comme l’a affirmé un ancien chef d’État, il n’est pas à écarter que la position du parti au pouvoir connaisse une évolution. Il faudra d’abord trouver un point de consensus. L’idée d’une initiative parlementaire pour la révision de la Constitution pourrait être une alternative à un éventuel blocage des discussions. De plus, les voix s’opposant à un éventuel accord politique outrepassant la Loi fondamentale s’élèvent déjà. Des juristes refusent l’idée que la politique prenne à nouveau le dessus sur le droit.

Garry Fabrice Ranaivoson

Midi Madagasikara16 partages

Session extraordinaire : Quid des députés absentéistes ?

Les parlementaires seront donc convoqués à une session extraordinaire la semaine prochaine selon une source proche du gouvernement. Comme il a été communiqué officiellement, cette session extraordinaire se focalisera sur les lois électorales qui n’ont pas été votées lors de la dernière session  ordinaire d’octobre 2017. Dans ce cadre, les regards sont tournés vers ces députés absentéistes qui désertent purement et simplement les sessions et qui, pourtant, continuent de jouir de leurs rémunérations, ainsi que des indemnités et avantages y afférents. De surcroît, il est loisible de rappeler que non seulement ils représentent le peuple – c’est leur première mission d’ailleurs – mais aussi et surtout ils sont payés par les deniers publics. Et pourtant, l’article 8 du règlement intérieur de l’Assemblée nationale prévoit noir sur blanc que les absences non motivées par des excuses valables prévues par ledit règlement intérieur autorisent la Chambre Basse à prononcer la démission d’office des députés absentéistes. Reste à savoir donc si pour cette session extraordinaire, les sièges de la Chambre Basse seront bien remplis, si les lois électorales seront votées et si, pour les absentéistes, l’Assemblée nationale osera déclarer leur démission d’office.

Aina Bovel

Midi Madagasikara16 partages

Liste électorale : Forcing suspect

L’inscription dans la liste électorale constitue une des conditions requises pour l’exercice du droit de vote.

Encore 460 électeurs à rechercher pour que l’objectif de 10 millions d’électeurs soit atteint. C’est ce qu’a expliqué hier le vice-président de la Commission électorale nationale indépendante Thierry Rakotonarivo. D’après ce dernier, il fallait trouver depuis avril 2017, 780 000 électeurs, mais seulement 320 000 électeurs sur ces 780 000 sont jusqu’à présent enregistrés. Jusqu’en avril 2017, au total 9 222 918 électeurs ont été inscrits dans la liste électorale. Bon nombre d’observateurs s’interrogent sur le forcing de la CENI qui tente à tout prix d’atteindre le cap de 10 millions d’électeurs avant le 15 avril 2018, date prévue pour l’arrêtage définitif de la liste électorale.

Election crédible. Faut-il 10 millions d’électeurs pour que la prochaine élection présidentielle soit crédible ? A noter que la liste électorale est actuellement disponible au niveau des Fokontany pour permettre aux électeurs de vérifier si leurs noms y sont bel et bien inscrits. Cette vérification entre dans le cadre de la révision annuelle de la liste qui doit se dérouler entre le 1er décembre et le 31 janvier de l’année suivante. La liste électorale peut être également consultée en ligne.

R. Eugène

Midi Madagasikara15 partages

CREM : Forum économique national organisé en février

Les économistes se mobilisent enfin. Un forum économique se tiendra dans la Capitale du 14 au 16 février prochain. Organisé par le Cercle de Réflexion des Economistes de Madagascar (CREM), cet événement national verra la participation de représentants de la Chambre de Commerce et d’Industrie, du Tranoben’ny Tantsaha, des différents groupements économiques et bien d’autres acteurs du développement. D’après le nouveau président du Conseil d’Administration du CREM, Rado Ratobisaona, plusieurs sujets seront discutés durant les rencontres, notamment les aides et financements extérieurs, les problèmes fonciers, l’industrialisation, le marché de l’emploi, les nouvelles technologies, etc. Les secteurs d’activités et filières sensibles de l’économie malgache seront également abordés. Outre les analyses et diagnostics des experts de renommée au sein de l’association, des acteurs du secteur privé auront également l’occasion d’évoquer les problématiques de leurs domaines d’activité respectifs et de discuter des solutions pour la promotion des investissements, la mobilisation de l’économie nationale et la création d’emplois. Bref, ce forum sera le premier événement important de l’année, pour la recherche de solution au développement de la Grande-île.

Antsa R.

News Mada12 partages

La reunion kely : les 100 tentes du PRM introuvables

Les 100 tentes distribuées par le président de la République Hery Rajaonarimampianina aux habitants du quartier de «La Réunion Kely», à l’occasion du nouvel an et de l’arrivée de la saison des pluies, génèrent actuellement des tensions.

Au moment où le cyclone «Ava» est dans le parage et dicte déjà le temps qu’il fait au pays, y compris dans la capitale, aucune tente n’est encore érigée sur les lieux jusqu’à hier. D’après les dires des habitants de ce quartier, le «Fokontany» de tutelle, celui de Manarintsoa Est, a récupéré toutes les tentes après que le président ait quitté les lieux.

«Deux membres du Fokontany sont venus les démonter. Ils nous ont dit qu’on ne pouvait utiliser ces tentes qu’en cas de catastrophe», se sont indignées hier des mères de famille. Et les membres dudit fokontany d’ajouter que «Ces tentes font partie des dons, en sus des vivres, uniquement à notre intention, d’après le discours du président de la République  le jour de la distribution».

Selon le chef du quartier La Réunion Kely, Radoniaina Ranjalahy, connu sous le nom de Karana, cela fait deux jours, depuis mardi, qu’il a essayé d’avoir de plus amples informations auprès du fokontany de tutelle, mais n’a pas obtenu d’explications plausibles.

A noter que sur facebook en date du 29 décembre, la présidence de la République a mentionné que «Matériellement, outre la mise en place prochaine de bacs à ordures, 100 tentes vont être distribuées par le BNGRC pour un millier de personnes, réparties en 198 ménages, comprenant des enfants et des personnes âgées, dans le cadre des fêtes de fin d’année, et pour accueillir au mieux l’année 2018».

Sera R.

Midi Madagasikara12 partages

Boxe – Lei tai : Jean Christian débarque au pays

Jean Christian Randriamalaza, l’octuple champion du monde en boxe chinoise lei-tai est arrivé au pays très tard hier dans la soirée. Comme en 2017, il rentre au pays pour passer ses vacances et partager ses expériences aux combattants malgaches. Il est à signaler que Jean Christian alias Samouraï a remporté son 8e titre mondial le 29 octobre 2017 en Italie.  Nous en reparlerons.

T.H

Midi Madagasikara11 partages

Vendredi joli

Jao’s Pub : De la musique tropicale avec Yvon Paul. En ce moment, les chanteurs de « mozika mafana » ou de musique tropicale se cantonnent dans des endroits restreints en privilégiant les soirées. Si son nom est moins connu dans la capitale, Yvon Paul part à la conquête des noctambules de la capitale. Aujourd’hui c’est au Jao’s Pub Ambohipo qu’il fera ses preuves. Pour ce faire, Yvon Paul emmènera les habitués des lieux dans des rythmes endiablés du tsapiky. Pour atteindre le sommet, il faut grimper les échelons.

Ce précepte, Yvon Paul l’a bien compris. Pour le chanteur, chaque scène est un défi. Si  son genre de musique verse dans le tropical, ses textes se rapprochent plus des chansons à texte. Avec l’émergence de multiples chanteurs, seuls les meilleurs et les pires du milieu font parler d’eux. Pour le cas d’Yvon Paul, il ne lui reste plus qu’à séduire les amateurs de « mozika mafana ».

Tany-a Bel’air : Une bonne année à commencer avec Nanie. Démarrer l’année en beauté, Nanie compte donner le ton aux noctambules. Ce soir, c’est au Tany-a Bel’air que la diva rencontrera ses inconditionnels. Fidèle à son image, elle reprendra ses morceaux jazzy et à la fois variété. Habituée des scènes restreintes, la chanteuse sera plus près du public, histoire de mettre l’ambiance bon enfant.

Suite à « Tena tia », son dernier concert, elle reprendra ses titres phares, mais également les nouveaux morceaux. En attendant son prochain album, elle profite au maximum de son passage à Madagascar et multiplie les scènes. Après avoir célébré en beauté ses 25 ans de carrière, Nanie démarre la 26e année de sa carrière dans la Grande île avant de retourner chez les siens.

Fill’in Antsakaviro : Mamina en acoustique. Mamina s’est dévoilé dans le concours de téléréalité « feo tokana, gitara iray ». depuis, le jeune homme se fait une carrière en solo après le succès qu’il a rencontré avec les titres d’Erick Manana. Ce soir, il partagera la scène avec Tony Toufa Loux pour une ambiance acoustique. En ce qui concerne le répertoire, il reprendra ses propres chansons à l’instar de « Kanto Gasy » sans omettre le tube d’Erick Manana qui lui ont permis de se faire un nom.

A rappeler qu’il a remporté le concours haut la main aux côtés de Koloina dans le cadre de la célébration des 40 ans de scène d’Erick Manana. Depuis, Mamina a commencé une carrière de chanteur sans trop sortir de cette zone de confort qu’est l’acoustique.

Maharindra

Midi Madagasikara11 partages

Football – Ligues : Quatre élections pleines de surprises ce jour

Les férus du ballon rond qui monte au créneau à Fianarantsoa.

Les yeux des férus du ballon rond se tourneront à Mahajanga, Mananjary, Tsiroanomandidy et Fianarantsoa ce jour pour connaitre les présidents de ligues de football.

Jour J des élections au niveau de quatre ligues régionales. Avant l’ouverture de l’appel à candidature pour les élections du nouveau président de la Fédération malgache de football (FMF) et des membres du comité exécutif, la commission électorale nationale s’attèle à l’organisation des quatre élections à Boeny, V7V, Bongolava et Haute-Matsiatra.

Quid du quorum. A Mananjary et à Fianarantsoa, le suspens reste entier. L’on se demande si le quorum sera atteint dans ces deux ligues ? La majorité des sections a déjà annoncé leur soutien  à des candidats qui ont été recalés par la CEN. Et les calculs ne s’arrêtent pas encore là. « La convocation n’est parvenue aux mains des présidents de sections qu’hier. Cinq sections figurent sur la liste électorale pourtant, à Nosy-Varika, aucune élection n’a été organisée, mais, un président a été élu », a annoncé un président de section. Même topo à Fianarantsoa où les férus du ballon rond demandent le retrait de l’ancien président de la ligue, Hilarion Rarison à l’élection. Il est à signaler que la candidature de Mamany Gan a été rejetée par la CEN à Haute-Matsiatra, faute, d’attestation d’exercice dans le  monde du football. Une disqualification qui a provoqué la colère des footeux fianarois. Ces deux élections seront à suivre de très près, car pour la seconde fois, elles risqueront de ne pas avoir lieu. Pour la ligue de Bongolava, deux candidats brigueront le poste de président dont l’ancien président Désiré Rakotoarimino. Les deux sections votantes auront du pain sur la planche ce jour à la maison de jeunes à  Tsiroanomandidy. A Mahajanga, la lettre de recours a reçu une réponse favorable auprès de la CEN car la majorité absolue n’a pas été atteinte pour la réélection de Nourdine.  L’élection sera à refaire ce jour à 9 heures à la Chambre de commerce.

T.H

Tia Tanindranaza9 partages

Arina fandrehitraNiakatra 3000 Ar isaky ny gony sahady ny vidiny

Ankoatra ny fiakaran’ny vidim-bary eny an-tsena izay efa mahatratra 730 Ar ny iray kapoaka hatramin’ny omaly dia nahitana fiakarany 3.000 Ar isaky ny gony iray ihany koa ny vidin’ny arina fandrehitra eto an-drenivohitra.

Noho ny tsy fisian’ny arina miakatra avy any am-potony  noho ny haratsian-dalana ateraky ny rotsak’orana no voalaza fa antony mahatonga izany. Ho an’ireo arina fandrehitra namidy 12.000 Ar teo aloha ohatra dia efa tafakatra 15.000 Ar izany ankehitriny dia tahaka izany hatrany. Tsy vitsy tamin’ireo mpanjifa noho izany no velon-taraina, indrindra fa ireo mividy an-tsinjarany. Nisy tamin’ireo mpivarotra sasany mantsy no tsy nanome arina 200 Ar toy ny teo aloha intsony ny iray famarana  fa avy hatrany dia nampiakatra izany ho 500 Ar  no sady mbola mando ihany koa. Nanambara moa ireo mpivarotra nanaovanay fanadihadiana fa raha tafiditra marina ao Toamasina anio zoma  ilay rivo-doza AVA dia mbola mety hiakatra hatrany ny vidin’ny arina fandrehitra satria tsy hisy kamiao hiakatra intsony eto an-drenivohitra. Avy any amin’iny lalam-pirenena faharoa iny rahateo ny ankamaroan’ireo arina hamidy eto an-drenivohitra, hoy hatrany izy ireo. Ho mafimafy ho an’ny tokantrano Malagasy sahady araka izany no hiatrika ity volana Janoary ity noho ny fiakaran’ny vidin’entana eny an-tsena sy ireo karazana kojakoja ilaina amin’ny fiainana andavanandro.

Pati

Midi Madagasikara8 partages

Rugby – Gold Top 8 : Une deuxième journée décisive

Le Championnat national de rugby ou  Gold Top 8 se poursuit ce week-end au Stade Makis à Andohatapenaka.  Les équipes du JSTA, 3F5, UIRC et USI ont connu respectivement une défaite lors de la première journée du week-end dernier. La victoire est plus qu’importante pour ces quatre formations pour espérer se qualifier pour la suite de la compétition. L’US Ikopa défiera, les tenants du titre du FT Manjakaray. En ouverture, l’US Ikopa s’est inclinée face à l’Union sportive d’Ankadifotsy (USA) 8-18, si les gars de Manjakaray se sont imposés devant 3F5  par 94 à 3.  L’autre affiche mettra aux prises les militaires du Cosfa aux joueurs du JST Ambondrona. Dans les autres rencontres, US Ankadifotsy sera opposé à 3F5 d’Amboditsiry et STM affrontera l’UIRC.

T.H

Tia Tanindranaza5 partages

Fiainana mpanakantoNisaraka i Big Mj sy Arnaah

Enin-taona niarahana ary nivady tao anatin’ny herintaona ireo mpanakanto roa Big Mj sy Arnaah, saingy nisaraka amin’izao fotoana izao. Ny alin’ny alarobia teo I Big Mj no nanao fanambarana tamim-pomba ofisialy tao anatin’ny kaonty Facebook’ ny momba ity vaovao ity.

News Mada4 partages

Min Santé : Recrutement de 500 paramédicaux

Le ministère de la Santé publique procède de nouveau à un recrutement des paramédicaux issus des instituts privés. 500 postes dont 490 infirmiers et sage-femmes, 25 techniciens de laboratoire médical et 25 anesthésistes budgétaires leur sont à pourvoir. Les examens se dérouleront les 27 et 28 mars prochains au niveau des 22 régions, et les inscriptions seront clôturées ce 23 février, monnayant un droit de 80 000 ariary. A noter que seuls les diplômés sortants des instituts privés peuvent concourir. Les admis à l’épreuve écrite passeront ensuite à l’épreuve pratique.

A titre de rappel, 421 admis ont été délibérés avec une moyenne de 10/20, à l’issue de l’épreuve écrite lors du dernier concours de recrutement, sans avoir obtenu la note éliminatoire de 7/20. Quant aux paramédicaux des instituts publics, ils doivent obtenir une note supérieure ou égale à 12/20 dans chaque matière, une condition sine qua non, avant d’effectuer un  stage de six mois. Ce n’est qu’à l’issue de ce stage qu’ils seront intégrés dans la Fonction publique.

Sera R.

 

L'express de Madagascar4 partages

Santé – Un nouveau traitement de l’hypertension sur le marché

Évolution. Un traitement injectable de l’hypertension est disponible sur le marché. Il est prescrit seulement pour un cas urgent. « Il permet de prévenir l’accident vasculaire-cérébral (AVC) et l’infarctus du myocarde chez un malade qui est victime d’une augmentation de la tension artérielle. Sans ce médicament, la victime pourrait succomber », indique  Andry Rabemanantsoa, directeur général de Société de distribution de produits pharmaceutiques de Madagascar (SOPHARMAD) à Ankadim-bahoaka, hier, dans le cadre de l’annonce de sa coopération avec un laboratoire pharmaceutique français.Une réunion se tiendra au Carlton Anosy, lundi soir, pour informer sur cette nouvelle coopération.L’AVC serait l’une des premières causes de la mortalité dans les grands hôpitaux. Au centre hospitalier universitaire Joseph Raseta Befelatanana (CHU JRB), par exemple, cette complication de l’hypertension a été la cause du décès de deux cent dix-huit personnes sur neuf cent quatre vingt treize entre janvier et juin 2017, selon la statistique de l’hôpital recueillie en août. Dans cette même période, 44% des personnes victimes de l’AVC ont succombé.  Le problème d’hypertension artérielle est généralement héréditaire, mais il y a des facteurs de risques, à savoir le mode de vie comme la consommation excessive d’huile animale, d’aliments farineux.

M. R.

Midi Madagasikara3 partages

DREF Amoron’i Mania : Mise en demeure de six mois pour les occupants de la forêt d’Ankazomivady

Le bras de fer entre la direction régionale de l’environnement et des forêts d’Amoron’i Mania et les occupants sans titre et sans droit de la forêt de transition d’Ankazomivady-Ambositra, se durcit, du moins si l’on en croit à Abodo Randrianasolo Paul, directeur régional de l’environnement et des forêts d’Amoron’i Mania, lors d’un entretien qu’il a bien voulu nous accorder. Une mise en demeure de six mois a donc été lancée aux occupants sans titre pour quitter la forêt de transition d’Ankazomivady, une zone protégée.

En effet, depuis 2015, des occupants sans titre et sans droit occupent illicitement une superficie de 150 ha dans cette forêt protégée et pratiquent la culture de géranium à grande échelle, des unités de distilleries sont également installées sur place. La forêt de transition d’Ankazomivady qui se situe sur les bords de la RN 7, entre la commune d’Ambatofitorahana et d’Ambalamanakana, district d’Ambositra constitue un des lieux touristiques de la région avec ses faunes et flores endémiques.

S’insurger. « Des occupants sans titre et sans droit », comme l’a qualifié le chef de région d’Amoron’i Mania, Rakotomanankiafarana Jöel et de s’insurger que ces personnes agissent totalement dans l’illégalité. Non seulement, ces occupants menacent la dégradation de l’environnement, mais aussi contribuent à la destruction de cette forêt de transition en exerçant des activités informelles par le non-paiement des impôts et ristournes au profit de la région et des communes bénéficiaires et que des mesures sont prises à l’encontre de ces auteurs pour la réparation de ces préjudices, indépendamment des poursuites judiciaires déjà en cours.

A noter que ces occupants sans droit et sans titre, semblent vouloir persister dans leurs forfaits sans se soucier des décisions prises par les autorités locales. Y-a-t-il anguilles sous roche ? Une affaire à suivre…

Anastase

Madagate2 partages

Madagascar ZES. Le FMI émet officiellement des doutes sur la loi votée

************

La Vérité2 partages

Talike Gellé - Une belle carrière à l’international

 Une artiste à ne plus présenter au grand public, surtout aux amateurs de bonne musique issue de la partie Sud de la Grande île. Il s’agit de Talike Gellé qui fait partie des rares artistes malgaches ayant déjà effectué le tour du monde en musique. Le cinquième, d’une famille malagasy musicale de neuf enfants, l’auteure, compositrice, chanteuse, percussionniste, danseuse et conteuse Marie-Chantal Gellé aka Talike a grandi à Ifotake, un petit village au sud de Madagascar.

A seulement 13 ans, Talike Gellé, inspirée par les Sairy, forme son premier groupe dans son village natal. En 1985, elle met sur pied un groupe avec ses frères et sœurs puis obtient le 1er prix à un concours de chant dans la ville de Fort-Dauphin. En 1995, en Belgique, elle crée son premier trio vocal féminin a cappella, Ny Ajaja. Deux ans plus tard, elle reforme ce groupe en trio polyphonique a cappella et lui donne le nom de Tiharea. Avec Kilema, elle forme le duo Talilema grâce auquel elle gagne la 3ème place d’un concours international Sharq Taronalari à Samarkand (Ouzbékistan). Elle est aussi un des membres de Blindnote, groupe multiculturel dont l’album a été récompensé de l’Octave de la Musique en 2011.A Madagascar, la musique est un élément-clé de la vie sociale, spirituelle et matérielle. La musique malgache est très diversifiée de par les influences de l'Asie du Sud-Est, Afrique, monde arabe, Angleterre, France et Etats-Unis.  Les traditions vocales de Madagascar sont souvent poly-harmoniques : les styles vocaux du sud sont similaires à ceux d'Afrique du Sud, et les harmonies des montagnes sont fortement influencées par la musique d'église européenne, et en même temps rappellent les traditions vocales hawaïennes ou polynésiennes. Dans le sud et les régions côtières de l'ouest, le chant est pratiqué avec une ornementation plus élaborée en petits groupes.Malgache avant toutMême évoluant à l’étranger, elle n’a jamais oublié Madagascar, sa terre natale. « J’en ai vu des pays et dans ma carrière, je n’ai jamais eu de cesse de prôner mon appartenance à ma terre natale, même si la majorité de ces vingt ans en tant qu’artiste, je les ai passés à l’étranger. J’ai rarement eu l’occasion de me produire ici dans la Grande île, ne serait-ce que lors du festival Angaredona par exemple, mais mon pays, je le connais très bien, et je le porte toujours dans mon cœur », affirme Talike. En tout cas, depuis qu’elle est allée vivre à l’étranger, Talike Gellé ne cesse d’éblouir le monde entier avec sa musique basée sur des chants polyphoniques et Antandroy. Interprète, compositeur mais également auteure, la jeune femme, dans ses textes, parle d’amour, de la vie en communauté, de la tolérance et du respect. Dans l’optique de partager sa perception et son amour pour la culture malgache, la chanteuse tient à travers son concert à inciter ses camarades artistes à persévérer dans la valorisation de cette dernière. En vingt ans de carrière, Talike Gellé a littéralement réussi un tour du monde et trace encore son petit bonhomme de chemin. Elle raconte « on peut dire qu’on en a vu de pays, avec le groupe, de l’Europe en passant le continent africain jusqu’au Canada, sans oublier nos îles voisines, La Réunion, l’île Maurice et d’autres. Comme on est amené à rencontrer différentes cultures, on s’est ainsi adapté à cela. On mélange alors du jazz et du blues avec du Beko ou encore du Banaiky, un autre style musical du Sud que je mélange avec le funk ou le reggae ».L’aventure avec VoxtraLes fans savent que Talike est également membre du groupe Voxtra. Avec la formation, elle a sorti un album qui est déjà disponible surtout à l’étranger. En réalité, Voxtra est une rencontre musicale détonant entre cinq styles de chants traditionnels différents. Dans une fusion qui n’en est pas une, chaque tradition restant distincte des autres fait découvrir l’isopolyphonie sanglotant d’Albanie, le Cantu a tenore rural de Sardaigne, le style Beko du sud de Madagascar, les chants de rune et le joik de Finlande, et le récit chanté de Belgique. Voxtra rassemble, en effet, des combinaisons audacieuses, de danse, d’humour dans une performance inouïe. L’idée est de partir des traditions de chacune et de trouver des points communs entre elles : un rythme particulier, des harmonies similaires, une mélodie qui en rappelle une autre ainsi que de croiser les apports de chacun. Et sur Youtube l’on pourra visualiser comment toutes ces traditions se mêlent : car les artistes se produisent dans leurs costumes traditionnels, et l’on se régalera de voir, autant que d’entendre, comment la Malgache Talike Gellé mêle son chant à celui du trio albanais Gjini, ou encore comment la Finlandaise Anu Junnonen répond au groupe sarde Tenore de Monte Arvu. Deux années de collaboration intense, ponctuées par des concerts exceptionnels comme au Festival d'Art de Huy, Muziekpublique, De Centrale ont mené à la création d'un répertoire vaste et inédit. En parlant de concert, l’agenda de Talike Gellé pour cette année est déjà mi-plein. Les rendez-vous commenceront au mois de mars en France. Au mois d’avril, elle sera à Bruxelles et en France avec le groupe Blindnote, Voxtra et Le Mans. Des concerts seront aussi organisés en Suisse au mois de mai. Quant-à l’Italie, France, Autriche, ils auront également leurs parts respectives.Recueillis par Tahiana

La Vérité2 partages

Taux de pauvreté en baisse - Un ministre achète une propriété à 3 milliards d'ariary

La nouvelle sur l'achat par un ministre du Gouvernement actuel fait jaser certains milieux ces derniers jours. Un achat loin d'être ordinaire puisqu'il s'agit d'une propriété à Madagascar d'une valeur de 3 milliards d'ariary. Ces informations qui restent jusqu'à maintenant au stade de rumeur s'avèrent comme le sujet principal de discussions dans les salons.

« Oui, j'ai entendu qu'il a fait l'acquisition de ce domaine mais je ne peux pas vous affirmer le montant exact », répond un opérateur économique. Un parlementaire confirme, après avoir obtenu des informations auprès du personnel du domaine en question, que le nouveau propriétaire est ce ministre. Ce dernier a certes le droit absolu d'acquérir des biens mais de son statut auparavant, les observateurs s'interrogent avec quels moyens il a pu réunir ce fonds colossal. La déclaration de patrimoine déposée auprès des autorités pourrait certainement donner une réponse à cette question. Et de répondre dans la foulée s'il s'agit d'un bien mal acquis ou non. Etait-il déjà un richard avant d'entrer au sein du Gouvernement ou c'est seulement en occupant ce poste ministériel qu'il a su fructifier ses capitaux ? Ce joyau acquis par ce membre du Gouvernement comprendrait 4 villas et un parcours de golf. A voir de très près l'acquisition ces dernières années des proches du régime, il est tout à fait normal que le Président de la République martèle que le taux de pauvreté à Madagascar est en nette  régression. Le maître du Palais d'Iavoloha ne pourrait plus faire la distinction entre la réalité officielle et la réalité sur terrain. En effet, ce ministre n'est pas le seul à s'être enrichi rapidement pendant ce régime. Il suffit de voir les innombrables lotissements et bâtiments à Antananarivo ou dans d'autres Régions dont les propriétaires ne sont pas loin du cercle des dieux d'Iavoloha. Dans leur confort, ces proches du Chef de l'Etat ne veulent pas encore quitter le pouvoir et font tout pour que l'actuel Président de la République brigue un second mandat. Et ce en dépit d'une côte de popularité au fond du trou. Avec ses amis qui s'empiffrent et qui lui donnent des conseils pas très sains, c'est impensable que Hery Rajaonarimampianina décide d'emboiter le pas de François Hollande… Toutefois, les conseilleurs ne sont jamais les payeurs. R. Michel

L'express de Madagascar2 partages

Les sérieux préparatifs d’un jugement par le tanguin

Les « Manuscrits hova » , selon Alfred et Guillaume Grandi­dier, « Manuscrits merina » d’après A. Délivré, constituent un document qui offre « une masse abondante et très variée de renseignements sur l’histoire et l’ethnographie ». Il fournit d’autres précisions sur les Merina et les diverses populations de Madagascar des temps anciens.L’historienne Lucile Rabeari­mananana explique qu’il est difficile de déterminer le ou les auteurs de ces Manuscrits. Certains avancent qu’ils sont écrits par « l’un des derniers survivants des ombiasy de Ranavalona Ire ». D’autres parlent d’un « vieil ombiasy de Tananarive ».Quant au document lui-même, il en existait deux exemplaires dans la bibliothèque Grandidier. Une première version, l’original, est conservée au Musée de l’Homme à Paris (Fonds Grandidier du département de Madagascar). La deuxième qui devait être, d’après Alfred Grandidier, la version définitive, est une copie de la première, offerte à l’Académie malgache par son fils Guillaume, en 1954.C’est sur ce « manuscrit anonyme de l’ombiasy» que Lucile Rabearimanana se base pour relater l’ordalie par le tanguin. Il comprend quinze cahiers, plus un seizième d’Alfred Grandidier. Cet usage est pratiqué quand c’est le souverain qui ordonne l’administration du « Cerbera venenifera », par exemple, à cause d’une accusation de sortilège, ne serait-ce que par un seul témoin.L’accusé doit subir l’épreuve du tanguin dans la maison où on le trouve et l’arrête, même si ce n’est pas la sienne. Avant tout, on l’informe du motif de son accusation. Puis toutes les issues de la case sont fermées, toutes les fentes bouchées pour qu’aucun rai de lumière n’y pénètre. Cependant, on éclaire la pièce à l’aide d’une petite lampe.Le document énumère également les différents « instruments » et « ingrédients » qui sont à rassembler pour réaliser l’ordalie. À commencer par deux noix de tanguin qui seront râpés et deux petits poulets qui serviront à « l’épreuve initiale ». D’après Lucile Rabe­arimanana, les termes exacts se traduisent par « qui succombent à la calamité ». Cette épreuve est destinée à vérifiée l’efficacité du poison. Une poule est aussi exigée pour en retirer la peau : « On choisit une poule bien grasse pour que, dit-on, les trois morceaux de sa peau que l’accusé avalera, puissent ressortir. » On prend une nasse à poissons oùl’accusé devra vomir pour qu’on les retrouve.On coupe aussi un bouquet ou une spathe (qui porte les fruits) d’un bananier qui contiendra « le tanguin une fois râpé avec la râpe à tanguin du prince qui administre le tanguin ». L’histo­rienne explique que ce dernier a d’abord été choisi parmi les Zanakandrianentoarivo, mais depuis l’avènement d’Andrianampoinimerina, il est toujours issu des Zanakan­driamasi­navalona. Il est assisté d’un « Vadintany » et d’un « Andriambaventy » ou encore du fokonolona de la localité pour veiller au bon fonctionnement du « jugement ».Il faut aussi préparer une bouillie de farine appelée « lasitra » et faire cuire du riz « ampangoro » en guise de « lafika ». Si l’accusé doit manger le riz avant l’absorption du poison, pour que « le tanguin trouve quelque chose » dans son estomac », on le gave de bouillie de farine pour l’aider à rendre les trois morceaux de peau de poule. Un instrument est également utilisé par « le prince qui administre le tanguin », la lance à tanguin. C’est une lame courbe de petites dimensions.Un rituel précède l’ordalie proprement dite. Il y a d’abord les imprécations lancées à l’esprit du tanguin appelé Manamango. Lucile Rabearimanana indique que les anciens Malgaches, surtout les Merina et les Sakalava, croient que l’esprit du tanguin a la vertu de révéler ce qui est caché. Ils pensent ainsi  discerner les coupables des innocents.Le rituel prévoit aussi des déplacements au sud et au nord de la pièce, le passage de l’accusé et du poison au-dessus d’un feu, la préparation par le prince administrateur du poison des deux noix de tanguin épluchées, râpées, arrosées « d’une eau n’ayant pas vu le jour », le test sur les deux jeunes poulets, l’installation de la nasse devant l’accusé….Tout au long de la cérémonie également, des imprécations sont proférées. Elles tournent surtout autour de l’éventuelle culpabilité ou innocence de l’accusé…

Texte : Pela Ravalitera - Photo : Archives personnelles

News Mada1 partages

Jery todika 2017 : maro ny nampiaka-peo amin’ny tsy fahombiazan’ny mpitondra

Tsy fandriampahalemana, fanjakan’ny kolikoly, fandrobana harem-pirenena, ady tany, fiakaran’ny vidim-piainana… Samy maneho ny tsy fahombiazan’ny fitondrana avokoa izany. Eo koa, ohatra, ny tsy fahavitan’ny « Raharaha Razaimamonjy Claudine », ny « Raharaha Antsakabary », ny « Raharaha loholona Andriamandavy VII Riana »…

Samy nampiaka-peo ny amin’izay tsy fahombiazan’ny fitondrana izay, ohatra, ny antoko politika, ny firaisamonina sivily, ny fiangonana… Anisan’ny niavaka sy nahabe adihevitra tamin’ireny ny fanambaran’ny Fivondronamben’ny eveka eto Madagasikara, taorian’ny fivoriana ara-potoana faharoa, ny 8-16 novambra 2017.

Nambaran’ny Fivondronamben’ny eveka tamin’izany àry fa: « Ny zava-misy eto amintsika amin’izao, politika mifototra amin’ny lainga sy ny kobaka am-bava no mibaribary hitam-bahoaka. Tsy misy fanompoana fa fitadiavan-karena ankolaka no manjaka. Kolikoly avo lenta. Ny vola sy ny fahefana no mpibaiko. Tsy ny fahaizana sy ny fahendrena intsony no enti-mampandroso ny firenena. »

« Mila fiovam-penitra mahery vaika ny fitondrana »

« Mila fiovam-penitra mahery vaika ny fitondrana ny firenena. Fitaka sy lainga marivo tototra no iainana, ka very fanahy mbola velona ny vahoaka malagasy maro anisa », hoy kosa ny fanambaran’ny FFKM, tamin’ny fivorian’ny Komity foibe faha-40 tany Antsirabe, ny 23-26 novambra 2017.

Ny tsy fanatanterahana ireo fehinkevitra nandritra ny fampihavanam-pirenena, mifototra amin’ny « F » efatra: fiaiken-keloka, fibebahana, fahamarinana, fihavanana, natao ny 28-30 avrily sy ny 1-2 mey 2015, no miteraka ny tsy fandriampahalemana, ny fahalovana, ny fihanaky ny zava-mahadomelina.

Niditra amin’ny antsipiriany amin’ireo zava-dehibe ny fehinkevitry ny parlemanta  eoropeanina, nivoaka ny 17 novambra 2017. Anisan’izany, ohatra, ny toe-draharaha politika mbola ahina hisy krizy, tsy tokony hanilihana na iza na iza amin’ny fifidianana filohan’ny Repoblika, taona 2018.

Voateny ihany koa ny lalàna mifehy ny serasera tsy mandeha araka ny tokony ho izy, ahina hampisy korontana ny fikasan’ny fitondrana hanitsy ny lalàmpanorenana mba hanemorana ny fifidianana na hijanonana ela eo amin’ny fitondrana, mahatonga fifandonana eo amin’ny mpitsara sy ny mpanatanteraka ny « Raharaha Razaimamonjy Claudine »…

R. Nd.

News Mada1 partages

Hevitra mandalo ;Resaky ny mpitsimpona akotry : dia mba maro ireo manamboninahitra mitondra kintana 38 i...

amin’ity taona ity na avy ao amin’ny Tafika izany na ao amin’ny Zandarmaria. 20 no nisondrotra amin’ny fitombon’isan’ny kintana eny an-tsoroka. Ny amin’ity taona ity fotsiny izany. Asa na firy no tena isan’ireo jeneraly amin’ny karazan’isan-kintana ao amin’ny Tafika sy Zandarmaria. Hany fantatra dia maro, aman-jatony izy ireo. Tsy misy maharatsy an’izany, tonga namana misongadina manampahefana ambony indray ve vao tsy hampiseho hafaliana.

Na izany aza, lasalasa ihany ny saina, tsy mbola nisedra izany hoe ady izany ny tafika, ary antenaina fa tsy ho tafiditra amin’izany, ka atao inona avy ireto jeneraly maro be ireto? Aza heverina anefa fa arakarak’izay ihany koa ny habetsahan’ireo manam-boninahitra amin’ ny ambaratonga ambany.

Laingalainga, fa vesatra ho an’ny firenena ny fitaizana ny tafika. Ny zandary moa dia na vesatra aza, mamokatra izy eo ankilany, manao an’izay vitany eo amin’ny fitandroana ny fandriampahalemana. Efa 50 taona mahery izay ny foloalindahy, rariny angamba raha dinihina ny fomba ahafahany mandray anjara eo amin’ny sehatra fampandrosona. Tsapa amin’izao fotoana izao fa ny tsy fisian’ny fandriampahalemana lasa sakantsakana eo amin’ny fanatanterahan’ny besinimaro ny adidy aman’ asany. Na ny fialam-boly aza dia voasembatsembana be ihany. Any amin’ireo faritra iva dia amin’ny sivy

alina dia tsy maintsy mikatona ny fivarotana rehetra. Mahamenatra izany hoe eo andaniny aman-jatony ny jeneraly aman’arivony ny manamboninahitra, nefa manjakazaka eran’ny Nosy ny dahalo.

Sanatria ve dia antoka ahafahan’ny fitondrana hijoro ampilaminan-tsaina sy ara-dalàna no tena antony itaizana ny foloalindahy? Lafo be raha izay ! Misarisary an’ izany anefa ny fahitana ny mpitondra izay isan-taona misafidy an’ireo azo iankinana ka asondrotra grady hatrany. Tsy any amin’izany làlana izany anefa no ahafahan’ny tafika hisondrotra. Mifanipaka amin’ny fiantsoana azy ireny hoe manamboninahitra raha toa sanatria tsy ampy voninahitra ny tafika.

  Léo Raz

News Mada1 partages

Nampitondra takaitra sahady i Ava… : lehilahy iray lasan’ny rano, fokontany maro dibo-drano

Raha mbola anio antoandro no voalaza fa hiditra an-tanety, ao amin’ny distrikan’i Toamasina I ilay rivodoza Ava, efa maro sahady ny takaitra navelany omaly. Tany Mampikony, lehilahy iray maty lasan’ny rano, fokontany maro dibo-drano, fefiloha vaky…

 Ao Mampikony, fokontany 10 mitoka-monina noho ny fahavakisan’ny reniranon’i Bemarivo, lehilahy iray avy niasa tanimbary handeha hody no maty lasan’ny rano ka mbola tsy hita ny fatiny hatramin’ny omaly. Lakana no hampitana ny olona sy ny entana mivezivezy satria miakatra be ny rano any an-toerana, araka ny vaovao tamin’ny radiom-pirenena.

“Ho an’ny eto afovoan-tany sy ny tapany avaratra ary ny ilany atsinanan’ny Nosy, hijojo ny orana ka ahina ny tondradrano ho an’ny faritra iva sy manakaiky renirano ao anatin’ny roa andro manaraka”, hoy ny tekinisianina eny Ampandrianomby.

Any amin’ny distrika nahazo filazana mavo na maitso, efa miomana amin’ny fiavian’ny rivodoza ny mponina ary nandray ny fepetra ny tomponandraikitra isaky ny distrika.

 Mety hivadika ho cyclone tropical i Ava

Nitombo hery hatrany ary lasa “forte tempête tropicale” i Ava, omaly, vinavinaina ho lasa “cyclone tropical” izy mialoha ny hidirany an-tanety ao amin’ny distrikan’i Toamasina I, anio antoandro, araka ny voalazan’ny sampana mpamantatra ny toetry ny andro, omaly. Tamin’ny 3 ora tolakandro omaly, tany amin’ny 220 km avaratra atsinanan’i Toamasina no nisy ny foibeny. Mitondra rivotra hatramin’ny 95 km isan’ora i Ava, ary tafakatra 130 km isan’ora kosa ny tafiotra miaraka aminy. 11 km isan’ora ny hafainganam-pandehany mikisaka andrefana atsimo andrefana.

Omaly, tamin’ny 6 ora hariva, niova ho toa izao ny filazana loza avy amin’ny mpamantatra ny toetr’andro :  Filazana loza mitatao (Danger Imminent): ny faritra Analanjirofo, Atsinanana, Alaotra Mangoro; Filazana miloko mavo (loza manambana): Antalaha, Mandritsara, Andilamena, Tsaratanana, Anjozorobe, Antananarivo Avaradrano, Arivonimamo, Ambatolampy, Antanifotsy, Antsirabe I-II ary Vatovavy Fitovinany;

Tafiditra amin’ny distrika nahazo filazana fanairana amin’ny fiavian’ny loza kosa Antananarivo Renivohitra, Manjakandriana, Ambositra, Ambohimahasoa, Tsaratanàna, Anjozorobe, Analamanga, faritra Atsimo Atsinanana, Ivohibe, Iakora. Efa nofoanana kosa ny filazana fanairana ho an’ny faritra Diana, sy ny distrika maromaro Sambava, Andapa, Bealalana. Tombanana hivoaka any an-dranomasina ny asabotsy hariva ao amin’ny faritra Vatovavy Fitovinany ity rivodoza ity rehefa avy namakivaky ny morontsiraka atsinanana iray manontolo.

Vonjy A.

L'express de Madagascar1 partages

Le discours d’un roi

La nouvelle année a été accueillie avec plus ou moins de faste, selon les moyens de chacun. Après ces humides réjouissances, que peut-on espérer de nouveau cette année ? Tout le monde attend la présentation de vœux du Président ce 5 janvier. Présentation qui s’apparenterait à une campagne électorale avant l’heure, si on se réfère à ce qui s’est passé ces derniers temps; sorties nocturnes avec des cadeaux pour les sans-abri, inauguration inutile de salle, verbiage intempestif avec les mots comme durabilité, continuité, etc.La situation dans le pays est telle que nous préférerions nous passer d’un discours aussi solennel soit-il. La sécurité, l’économie, la société sont en phase terminale d’un cancer qu’on a volontairement laissé mûrir. Nous attendons du Président qu’il prenne ses responsabilités en tant que chef d’État, un homme qui donnerait sa vie pour ce peuple dont il est redevable. Remarque, aucun de ses prédécesseurs ne serait en vie dans ce cas mais bon… son discours devrait sentir l’action, le bon sens et l’amour. Plutôt que de sauter sur n’importe quelle inauguration minable, il devrait retrousser les manches, faire le ménage autour de lui (ce n’est pas fini!) et tenir sa parole. Une parole dite par la plus haute autorité d’un pays vaut son pesant d’or, jusqu’à ce qu’il ne la tienne plus pour des raisons immatures plus que pour raisons d’État.Nous espérons de ce discours plus de « punch ». Mettre de côté les pseudo-réalisations, les animosités politiques, les alibis bidons qui ont fait de ce mandat un échec. Chaque nouvelle année devrait être une période privilégiée pour présenter un projet avec le peuple et pour le peuple. Renforcer les acquis par de nouvelles réformes socio-économiques palpables à tous les niveaux. Ils sont simples, efficaces et durables. Évidemment cela signifie entrer en conflit avec les bailleurs de fonds traditionnels qui ont horreur du développement économique des pays pauvres. Mais il nous appartient de faire ce qui est bien chez nous.  Personne n’aime une maison sale et désordonnée. Alors pourquoi ne ferait-on pas le grand ménage ? Chaque dimanche, les familles font le grand ménage. Nos dirigeants devraient aussi faire le grand ménage dans le pays chaque année. Ce discours devrait réveiller en chacun de nous le patriotisme latent qui n’attend que le leader pour agir. Le Président devrait fédérer toutes les forces vives à chaque début d’année, les motiver, les accompagner dans leurs objectifs afin de donner un coup de fouet à la Nation entière. Se focaliser sur l’essentiel, sur le présent et le futur. Tel devrait être le fond de ce discours présidentiel. Ne pas se justifier ou essayer d’en mettre plein la vue. Il faut recadrer la vision générale de l’État avec la réalité. Le pays souffre des calculs politiques interminables qui se déroulent en coulisses, mais dont les conséquences sont visibles au quotidien. Le Président devra également contrôler ses éléments qui le ternissent. On devra sentir, dans son discours, une volonté de changer, d’avoir une vision plus prometteuse de l’avenir. Il faut faire sentir aux auditeurs qu’il ne peut rien tout seul, il faut faire sentir la nécessité de travailler ensemble, de rééquilibrer les forces économiques et politiques. Avoir la force de pardonner et d’oublier.Ce discours sera l’unique occasion d’offrir quelque chose de nouveau, de redonner de l’espoir et de s’engager vers un chemin plus sûr et plus porteur. Nous espérons que ce discours aura la prestance d’un roi et la grâce d’une princesse. Bonne année !

Par Tefy Ratrimoarivony

Madagate1 partages

Madagascar. Une pluie d’étoilés sans faits d’armes mémorablement connus

C’est un fait: Madagascar est l’armée qui a le plus grand nombre de généraux au monde, compte-tenu de ces éléments de Terre, Air, Mer et ceux de la Gendarmerie. Mais cette fois-ci, il ne faut pas jeter la première pierre au président Hery Rajaonarimampianina. Ces promotions très politiques remontent à Didier Ratsiraka, premier président de la seconde république malgache. Par ailleurs, tout président malgache élu devient, sans aucun fait d’armes s’il est civil, Chef suprême des Forces armées. Sous Philibert Tsiranana, il n’était «que» le chef des forces intérieures de police.

Face à la demande de nombreux lecteurs, certains issus de casernes locales, voici le nom de tous ceux qui ont récemment accédé au grade de Général grâce à la baguette magique de Hery Vaovao. Beaucoup, en tout cas, n’ont pas bien apprécié le fait que certains de ces promus fassent partie de promotions postérieures à la leurs… En tout cas, l’Histoire de Madagascar a besoin d’archives. Madagate.org est là pour çà, dans la mesure du possible.

Jeannot Ramambazafy – 5 janvier 2018

Madaplus.info0 partages

Big MJ et Arnaah décident de divorcer et enflamment la toile

La vie des deux stars malgaches, qui avaient vécu six années d’amour et qui ont célébré leur mariage en fanfare en 2016, devient actuellement le buzz sur internet.
En effet, Big MJ avait annoncé sur son compte facebook, qu’il et sa femme ont décidé de divorcer en bon terme et vont continuer leur collaboration pour la musique. « Très chers amis(es), très chers fans, Durant ces six dernières années, notre amour, à Arnaah et moi, a été NO-LIMIT mais MAGNEVA ne signifie pas éternel. La flamme nous unissant s'est éteinte, alors, d'un commun accord, nous vous annonçons officiellement notre séparation en bon terme. Mais notre passion commune pour la musique permettra à notre collaboration de se poursuivre. On vous aime. » Cela a été confirmé après par Arnaah sur son compte facebook. Ils explosent les compteurs des commentaires et des partages sur les réseaux sociaux.
Madaplus.info0 partages

Évolution du cyclone EVA

Comme les services de la métrologie avaient prédit, le cyclone baptisé EVA pourrait entrer sur le coté Est de Madagascar aujourd’hui.
D’Apres les dernières mises à jour de la Météo il y a 2 heures, EVA est situé à 100 km au sud-est de sainte Marie. Il se déplace avec une vitesse de 95km/heure, sa puissance s’intensifie au fur et à mesure qu’il s’approche de la grande île. On envisage qu’il va se transformer en Cyclone tropical avant son entrée. Eva est accompagné d’une rafale de 140 km/h. les régions : Analanjirofo, Antsinana et Alaotra Mangoro sont sous une alerte de danger imminent.
Madaplus.info0 partages

Évolution du cyclone AVA

Comme les services de la métrologie avaient prédit, le cyclone baptisé AVA pourrait entrer sur le coté Est de Madagascar aujourd’hui.
D’Apres les dernières mises à jour de la Météo il y a 2 heures, AVA est situé à 100 km au sud-est de sainte Marie. Il se déplace avec une vitesse de 95km/heure, sa puissance s’intensifie au fur et à mesure qu’il s’approche de la grande île. On envisage qu’il va se transformer en Cyclone tropical avant son entrée. Eva est accompagné d’une rafale de 140 km/h. les régions : Analanjirofo, Antsinana et Alaotra Mangoro sont sous une alerte de danger imminent.
News Mada0 partages

Minisiteran’ny Varotra : mampitandrina ireo mitady hanafim-bary na hampiaka-bidy

Fomban’ny mpivarotra na ny mpanangom-bokatra ny manararaotra mandritra ny andro ratsy toy izao rivodoza mandalo eto amintsika izao. Tena fahita ny manafina tahiry sady mampidangana mihoam-pampana ny vidin’ny entana ilaina andavanandro (PPN), indrindra ny vary. Manoloana izany, mampitandrina azy ireny ny minisiteran’ny Varotra sy ny fanjifana, fa hohamafisina ny fanaraha-maso ary mampahatsiahy fa ampy tsara ny tahirim-bary sy ny famatsiana ny PPN (menaka, siramamy, lafarinina, savony, sns) eto amintsika.

Inoana fa tena tsy handefitra amin’ireo mpanararaotra ny tompon’andraikitra, satria iankinan’ny fiainan’ny Malagasy ny PPN.

Njaka A.

News Mada0 partages

Vokatry ny orambe : tsy latsaky ny 20.000 Ar ny vidin’ny saribao iray gony

Mitombo ihany ny fahasahiranana! Ankoatra ny fidangan’ny vidim-bary, ny halafosan’ny solika, ny fisondrotry ny faktioran’ny Jirama, tsy takatry ny tokantrano malagasy intsony ny vidin’ny saribao. Nanomboka ny fiandohan’ny desambra teo, fotoana tena nanombohan’ny rotsak’orana, tsy misy latsaky ny 20.000 Ar intsony ny vidin’ny saribao iray gony eto an- dRenivohitra, namidy 16.000 Ar-18.000 Ar hatramin’izay. Misy mivarotra hatrany amin’ny 25.000 Ar ny kitapo misy soratra 180-200 kg, matetika tena amidy eny an-tsena.

Farafahakeliny 500 Ar

Araka ny filazan-dRasaonina, mpivarotra antsinjarany iray eny Anjanahary, vitsy ny mpanjifa mividy saribao amin’ny kitapo, fa saika amin’ny antsinjarany afatra amin’ny lovia kely na atao amin’ny harona kely plastika avokoa. Tsy vao izany, fa efa hatry ny ela, taratry ny fihenan’ny fahefa-mividy sy ny fahantran’ny Malagasy. Etsy ankilany, tsy mahazo saribao intsony ny 100 Ar, fa farafahakeliny 200 Ar nefa tsy mahavita indray mahandro. Saika 500 Ar avokoa ny ankamaroan’ny amidy amin’ny antsinjarany.

Lasa manetsa ny mpikarama

Avy any Manjankandriana sy Anjozorobe ny ankamaroan’ny saribao mamatsy ny eto an-dRenivohitra, toerana be rotsak’orana sady saro-dalana. Vitsy koa ny mpiasa satria lasa mamonjy manetsa ny vary vakiambiaty avokoa ny ankamaroan’ny mpikarama, manararaotra ny firotsahan’ny orana. “Vao manomboka anefa ny fahavaratra, ka mety mbola hiakatra io vidin’ny saribao io, indrindra raha sanatria ho mafy ny rivodoza misy eto amintsika”, hoy ihany Rasaonina.

Njaka A.

News Mada0 partages

Pierres précieuses : 46 opérateurs en Inde

46  opérateurs dans le secteur des pierres précieuses ont quitté le pays hier pour participer à une foire organisée en Inde. Madagascar est l’invité d’honneur de la «Rough Gem Show» qui se tiendra dans l’Etat du Rajasthan  du 8 au 10 janvier prochain.

«L’idée est de  trouver des partenaires et des opportunités de marché pour mettre en valeur les pierres précieuses malgaches, qui jusque là, ne trouvent pas leur vrai place sur le marché international malgré les différentes ressources du pays. Faute de traçabilité, l’origine des pierres précieuses malgaches ne sont plus reconnue une fois mise sur le marché international. Nous prévoyons de mettre en avant la qualité des pierres précieuses tout au long de cette foire», a  fait savoir Olivier Rakototsimba, membre du groupement des opérateurs miniers dans la région de Vakinankaratra.

Madagascar exporte  essentiellement ses pierres précieuses en Asie, en Europe et aux USA. Mais malheureusement, ces produits malgaches sont exposés sous d’autres appellations d’origine après avoir été blanchis, vu que la majeure partie des produits est exportée illicitement. A ce sujet, un système de traçabilité des pierres précieuses sur le marché international est en discussion actuellement. Lors de cette rencontre, les opérateurs malgaches exposeront tout type de pierres précieuses mais ce sont la tourmaline et le béryl qui dominent.

Riana R.

News Mada0 partages

Riz : pas de pénurie, mais des prix élevés

La période des cyclones et d’inondations est souvent synonyme de pénurie de produits de consommation sur le marché intérieur. Le ministère en charge du Commerce se veut rassurant en annonçant dans un communiqué publié hier que les stocks pour les PPN sont suffisants et l’approvisionnement devrait toujours se poursuivre.

Insuffisance de production, pénurie, spéculations… Tous ces maux sont sources de tension pour les consommateurs pour qui le riz reste un paramètre essentiel, outre les principaux PPN. La distribution de plus d’un millier de tonnes de riz importé sur le marché a permis de calmer un instant l’appréhension des consommateurs qui avaient été affolés par des hausses successives ces derniers temps. Pénurie du riz donc, il n’y a rien à craindre, sauf que l’éventualité d’une nouvelle hausse n’est pas à écarter.

A ce jour, le riz local affiche toujours des prix assez élevés et le prix du riz importé tend à augmenter qui revient au-dessus des 2.000 ariary et les variétés de riz locaux jusqu’à 2.500 ariary dans la Capitale. Pourtant, les autorités avaient récemment annoncé que le riz importé devrait afficher une moyenne de 1.600 à 1.700 ariary le kilo. Avec les fortes pluies qui s’annoncent avec l’arrivé du cyclone Ava, plus d’un craint une tendance inflationniste généralisée.

Les autorités multiplient les descentes sur le terrain pour désamorcer cette panique de la population. Dans ce sens, le ministère du Commerce et de la consommation (MCC) intensifie sa campagne de communication pour rassurer les consommateurs et les inciter à acheter moins cher. Les contrôles et descentes au niveau des marchés vont continuer et la hausse va être enrayée, selon le communiqué. Le MCC tient ainsi à rappeler et avertir les spéculateurs contre d’éventuelles pratiques frauduleuses (spécualtions, gonflement de prix…).

Riz importé ou riz local ?

Certes, les acheteurs peuvent trouver la précieuse denrée à 1.600 ou 1.700 ariary le kilo à Anosibe ou Andravoahangy, mais la majorité des ménages préfèrent-ils les variétés de riz locaux au riz importé? Il est certain que c’est la qualité du makalioka ou du vary gasy qui les poussent à ne vouloir acheter que ce type de riz. Dans tous les points de vente où ils se ravitaillent, les prix sont exorbitants et très souvent, ils dédaignent ces riz importés moins chers qu’ils appellent «stocks».

Si pour les opérateurs, l’abondance des pluies relève d’un paradoxe en prenant en compte les paramètres de prix, pour les agriculteurs, une pluviométrie plus importante signifierait une abondance pour la saison à venir.

Aucune hausse de prix ne devrait survenir, nous assure-t-on. Mais il faudrait peut être maintenant se tourner vers d’autres produits tout aussi importants et prendre des mesures permettant de soulager la population. Les consommateurs attendent dans ce sens la suite des actions pour amoindrir les conséquences de l’inflation constatée depuis un certains temps.

Arh.

 

News Mada0 partages

Ramamimampionona Gérard : « tsy mampilamina ny halatra amin’ny fifidianana »

Maro ny manahy krizy amin’ny fifidianana. « Tsy mitarika filaminana ny halatra », hoy Ramamimampionona Gérard.

« Tokony hatao fanamby hiarahan’ny rehetra miasa: fifidianana milamina. Tsy misy faneriterena olona na amin’ny lafiny inona na inona izany. Fametrahana lamina ifanarahana sy eken’ny rehetra mba tsy hisian’ny hoe tsy ekena izay voafidy eo. Izay no mahatonga ny ady. »

Io ny fanehoan-kevitry ny mpandinika fiainam-pirenena, Ramamimampionona Gérard, manoloana ny ahiahy ny mety hisian’ny korontana mialoha na mandritra na aorian’ny fifidianana. Na tonga eo amin’ny fahefam-panjakana amin’ny alalan’ny halatra amin’ny fifidianana. « Tsy mety koa izany. Manimba fihavanana avokoa izany. Tsy mitarika filaminana », hoy izy.

Ahoana no hananana filaminana mialoha sy mandritra ary aorian’ny fifidianana? Miara-tomponandraikitra ny rehetra, ka mijery izay mampiombona: ny soa iombonana. Ahoana ny soa ho an’ny firenena? Fametrahana filaminana sy fifanatonana dieny mialoha no fepetra sy lamina: fifamatorana.

Ho taona fiaingana ny 2018

Ho taona fiaingana sy fifaliana ary feno fanantenana ho fandrosoan’ny firenena mba hiadanan’ny Malagasy amin’izay ny taona 2018, raha ny nambarany. Mifanohitra amin’ny fihavanana sy ny fampihavanana ny ady sy ny korontana. « Manoloana izany, adaladala kosa, angamba, isika na tsy ao anatin’ny fahendrena, raha fantatsika fa hisy korontana nefa tsy miomana isika », hoy izy.

Ny fiatrehana korontana no hiomanan’ny olona. Tsy izany no fahendrena sy tokony hatao, fa hoe: ahoana no hisorohana ny korontana tsy ho tonga? Fifidianana io, saro-pady: eo no tena anehoan’ny vahoaka ny fahefany, fotoana hiaingana hanolorana fahefana ho amin’ny  tsaratsara kokoa amin’ny filaminana sy fampandrosoana. Izany no tokony ho vokatry ny fifidianana.

Eto amintsika, ara-tantara: korontana ny aorian’ny fifidianana; aorian’ny korontana, krizy; aorian’ny krizy, mihamahantra… Lasa lalana mankany amin’ny fahantrana ny fifidianana amin’izany.

Iza na aiza àry no ahin’ny maro hanao halatra bevava toy ny mahazatra amin’ny fifidianana?

R. Nd.

News Mada0 partages

Karama tapaka : haka fanapahan-kevitra SSM

 Tsy afaka ny hangina fotsiny amin’izao. Hifamory ary handray fanapahan-kevitra ny Randrambaon’ny sendikà (SSM), anio etsy Antaninarenina manoloana ny tsy mbola nandraisan’ny ankamaroan’ny mpiasam-panjakana ny kamarany, notapahin’ny  fanjakana. Efa dila ny 31 desambra teo ny 48 ora nomen’izy ireo ny fitondrana hamahana izany olana izany, saingy tsy nahitana valiny mahafa-po.  Efa tonga hatrany amin’ny tsipaipaika, nanao ny vitany  aza ireo eo anivon’ny SSM ny faran’ny taona teo nanampiana ireo tapaka  karama mba  nahafahany niatrika ny fety.

Midika izany fa tsy nahafa-po ireto mpiasam-panjakana ireto ny  valin-tenin’ ny fitondrana ka  nilazana fa efa tafaverina amin’ny laoniny  ny karaman’ireo 5 000 amin’ireo notapahina 9 782.

Fampiakarana  ny karaman’ny mpiasam-panjakana

Efa narangarangan’izy ireo fa hiroso amin’ny fitokonana faobe, hampikatso ny masinina fitantanan-draharaham-panjakana ny mpiasam-panjakana manerana  ny Nosy amin’izao fiandohan’ny  taona izao raha  tsy mivaha haingana ny olan’izy ireo. Niainga tamin’ny fivoriambe nataon’izy ireo mialoha ny faran’ny taona  teo izany. Efa tonga hatrany amin’ny  mety hitoriana ny fanjakana mihitsy aza ny raharaha.

Andrasana, araka izany, ny ho vokatry ny dinika. Mety hanova ny fanapahan-kevitr’izy ireo koa  ve anefa ny ho fampiakarana  ny karaman’ny mpaiasam-panjakana, hambaran’ny filoha Rajaonarimampianina, anio, eny Iavoloha ?

Synèse R.

News Mada0 partages

Présidentielle 2018 Le gouvernement se départit de sa neutralité !

L’annonce inédite du Premier ministre Olivier Mahafaly Solonandrasana mercredi dernier sur la position adoptée par le gouvernement vu la candidature logique de Hery Rajaonarimampianina en cette année d’élections, n’a pas laissé de marbre les politiciens.

A quoi joue le gouvernement quand le Premier ministre Olivier Mahafaly donne à ses ministres les consignes à suivre ainsi que la démarche et la position adoptées vis-à vis de la candidature de l’actuel chef de l’Etat. Loin d’une déclaration ou d’une voix neutre, le Premier ministre en tant que chef d’institution, expose clairement le fond de sa pensée. Mais aux yeux des politiciens, déjà le doute sur la neutralité des prochaines élections est de mise.

«Le gouvernement doit rester neutre. Il s’occupe seulement de la bonne marche de l’administration. Il n’est pas un parti politique», a déclaré hier Me Hanitra Razafimanantsoa, du parti Tim.

Selon la vice-présidente de l’Assemblée nationale, «Le gouvernement ne doit pas proposer un candidat. Et le candidat d’Etat n’existe pas.  Tout le monde doit être mis sur un même piédestal. C’est au politicien ou au parti d’annoncer la candidature d’un candidat, comme le HVM par exemple». A ce sujet, certains observateurs estiment que la Haute cour constitutionnelle (HCC) devra sortir de son silence. Car il s’agit bel et bien d’une intention qui va à l’encontre de la loi en vigueur au pays.

Hier, le Premier ministre Olivier Mahafaly Solonandrasana est revenu sur sa déclaration. expliquant sur les chaînes nationales, qu’on a mal interprété ses dires et qu’il aurait voulu conforter ce qui a été stipulé par la Constitution. Pour lui, le président Hery Rajaonarimampianina a encore le droit de se porter candidat à sa propre succession comme le stipule la Constitution.

Consultation en suspens

Pour ce qui est de la préparation des élections, les consultations politiques sont quelque peu en suspens actuellement. Le groupe parlementaire Tim attend toujours l’invitation du Premier ministre qui a été annoncée pour vendredi dernier, mais n’a finalement pas eu lieu. «Et ce n’est pas de notre faute», a  expliqué le président du groupe parlementaire Tim, Félix Andriamandimbisoa.

Selon les explications reçues, cette rencontre devait avoir lieu avant Noël, mais a été maintes fois reportée. «C’est par le biais d’une émission télévisée que nous avons été informés de la tenue de cette rencontre vendredi dernier, mais aucune confirmation même par voie téléphonique ne nous a été parvenue», s’est défendu le groupe parlementaire Tim.

Cependant, il reste ouvert à toute consultation d’autant plus que le parti Tim, par le biais de son président, a été de ceux qui ont revendiqué l’indispensabilité d’avoir un droit de regard sur les projets de loi.

Rakoto

 

News Mada0 partages

Les clichés de la semaine

 

Photo : Tiana R., Fanou et Mamiherison

De nouvelles étoiles accrochées sur les pattes d’épaule.

L’eau commence à envahir plusieurs quartiers de la capitale comme ici à Ankorondrano.

: Le prix du riz repart à la hausse.

La troisième édition de l’open de Tana, organisée par la Section de tennis de table d’Antananarivo ville, s’est déroulée à l’ANS Ampefiloha.

La première journée du championnat national de rugby « Gold top 8 », s’est tenue au stade Maki à Andohatapenaka.

Lors du repiquage de riz, la maîtrise de l’eau est importante.

News Mada0 partages

Tenisy – «Open d’Australie» :tsy afaka hilalao noho ny ratrany i Andy Murray

Nanambara, tamin’ny fomba ofisialy, i Andy Murray, ilay mpilalao tenisy anglisy, fa tsy afaka ny handray anjara amin’ny “Open d’Australie”. Fihaonana, hanomboka afaka 10 andro any Melbourne. Noho ny ratra mahazo ny lamosiny ny antony tsy hahafahany miakatra kianja. Marihina fa efa tsy afaka niatrika ny lalao nikatrohany tamin’ilay Amerikanina, Ryan Harisson, ny lehilahy, omaly alakamisy. Lalao tafiditra amin’ny fiadiana ny “Tournoi Brisbane”. Tsiahivina fa efa nitana ny laharana voalohany eran-tany i Andy Murray, teo aloha. Tsy maintsy hivarina indray izany ny laharany, amin’ity.

Teo amin’ny vehivavy, ho an’ity “Tournoi Brisbane” ity, nihintsana teo amin’ny ampahefa-dalana,  nanoloana ilay Bielorusse, Aliaksandra Sasnovich, tamin’ny seta 2 no ho 1 (3/6 ; 6/2 ; 6/3), ilay Frantsay, Alizé Cornet. Raha tsiahivina, efa niatrika ny famaranana, tamin’ity “Tournoi” ity, i Alizé Cornet, tamin’ny taona 2017. Tsiahivina fa laharana faha-88 maneran-tany, i Sasnovich. Hifandona aminy eo amin’ny manasa-dalana, ny tafavoaka eo amin’ilay Serba, Aleksandra Krunic, sy i Lettone Anastasija Sevastova.

Tompondaka

News Mada0 partages

Rugby – «Gold Top 8 Mada» : hamaritra ny ho tafita ny andro faharoa

 Anisan’ny fihaonana hanamarika ity faran’ny herinandro ity ny andro faharoa amin’ny fifaninanam-pirenena, taranja rugby na ny “Gold Top 8 Mada”. Fihaonana, hangotraka satria mety efa ho fantatra eo izay ho tafita.

 Hifamotoana etsy amin’ny kianja Makis Andohatapenaka indray, ny alahady 7 janoary ho avy izao, ireo mpitia ny baolina lavalava. Hiditra amin’ny andro faharoa mantsy ny fiadiana ny ho tompondakan’i Madagasikara, ho an’ireo ekipa valo ao amin’ny D1 Elite federale . Hafana vay ny lalao satria adin’ny ekipa resy no hitranga amin’ity. Raha toa mantsy ka mbola mahazo fandresena indray ireo ekipa efa nahazo izany, teo amin’ny voalohany, efa afaka miandrandra ny manasa-dalana izy ireo.

Anisan’izany, ny fifandonan’ny US Ikopa sy ny FTM Manjakaray. Adin’ny samy kartie io. Hatreto aloha, hanala vela amin’ny Manjakaray ry zareo. Tsy mahabe dongona  amin’ity, mihevitra ny hamadika ny tantara. Hatreto aloha, ny ekipan’ny FTM irery no hany tsy mbola resy nanomboka tany amin’ny fifanintsanana ka hatreto amin’ity fifanintsanana, ho an’ny “Gold Top 8”,  ity.

Hanohitra an-dry Bebaoty ny Ambondrona

Fihaonana hahaliana ihany koa ny an’ny JSTA Ambondrona sy ny Cosfa. Raha tsiahivina, efa tany amin’ny minitra farany vao naharesy an-dry zareo Ambondrona ny Bebaoty, nandritra ny fiadiana ny ho tompondakan’Analamanga. Tsy maintsy hanarina izay fahavoazany izy ireo amin’ity.

Etsy ankilany, hifandona amin’ny US Ankadifotsy ny 3  F5 Amboditsiry. Raha ny tombantomban’ny maro, mety tsy hahasakana ny lalan’Ankady ry zareo Amboditsiry. Aorian’ny 80 mn anefa vao ho fantatra ny valin’izany.

Hanokatra ny fihaonana kosa, ny alahady ho avy izao, ny fihaonan’ny Savony sy ny UIRC Fivondronana. Ekipa samy manana ny fomba filalaony ireo ka inoana fa tsy hifampitsitsy. Na izany aza, manantombo eo amin’ny traikefa sy ny fahazarana lalao goavana toy izao ry zareo Savony.

Tsiahivina fa hisolo tena an’i Madagasikara eo amin’ny fiadiana ny ho tompondakan’ny ranomasimbe indianina ho an’ny ekipa tompondaka (Top 6 Aroi) ireo ekipa roa miatrika ny famaranana, amin’ity “Gold Top 8 Mada” ity.

Tompondaka

 

News Mada0 partages

Tomban’ny taon-dasa : « mahafinaritra ny fitiavan’ny mpianatra ny teatra », hoy Ravaloson Mbato

Azo lazaina ho tsy nisy fiovana loatra ny tontolon’ny teatra eto amintsika, tamin’iny taon-dasa iny, raha ny nambaran-dRavaloson Mbato, filohan’ny Fikambanan’ny mpanao teatra eto Madagasikara (FMTM). Na izany aza, mahavelom-bolo ny fitiavan’ny tanora sy ny mpianatra ny filalaovana teatra. Dinidinika.

Gazety Taratra (*) : Nanao ahoana ny tontolon’ny teatra tamin’iny taona 2017 iny ?

Ravaloson Mbato (-) : Tena mbola ao anatin’ny fahasahiranana tanteraka ny teatra malagasy, hatramin’izao. Ny eto Antananarivo, olana ny tsy fisian’ny trano na eo aza ny fahavononana hisehatra. Iaraha-mahalala fa nampanofain’ny kaominina Antananarivo Renivohitra (CUA) amin’ny antokom-pivavahana ny trano filalaovana teatra. Na Isotry izany na Analakely. Efa nisy fifampiresahana tamin’ny tale vaovaon’ny Kolontsaina ao amin’ny CUA, saingy tsy nisy ny tohiny.

* Inona avy ny dingana na fanamby vita ?

– Nampiofana teatra any amin’ny sekoly sy antoko mpihira ara-pivavahana, izay miantso anay, izahay. Raha io aloha, azo lazaina fa tsara ny vokatra, satria mihamaro ny fiangonana lasa misehatra ao aminy fa tsy antsam-panahy, toy ny mahazatra, fotsiny intsony. Misy ihany koa sekoly miantso hampiofanina teatra, toy ny Sakaizan’ny teatra malagasy lycée J.J. Rabearivelo (STMLJJR). Izay no nahafahana nisehatra ny tantara « Ilay fitia tsy mipaka », tao amin’ny Alliance française Andavamamba, ny 16 desambra teo. Mahafinaritra ny fitiavan’ireo mpianatra ny teatra. Efa nisy ny afaka « baccalauréat » maromaro tao, nefa tsy mahafoy ny teatra ka mbola ao amin’ny STMLJJR ihany.

Efa nivoaka ihany koa ireo mpianatra tao amin’ny Ecole normale supérieure Ampefiloha nampiofanina teatra. Samy miandraikitra fampianarana teatra any amin’ny Lycée misy azy avy ireo matihanina amin’ny teatra, miasa any amin’ny faritra, araka ny serasera nifanaovanay.

Ny teny amin’ny  ambaratonga ambony tsy miankina amin’ny fanjakana moa, nampiofana momba ny filalaovana teatra sy fanoratana tantara fisehatra izahay. Nisy ny fampisehoana teatra natao tao amin’ny Cemdlac  ka ireo piesy nosoratan’ireo mpianatra no nolalaoviny.

Mikasika ny fampisehoana, niaka-tsehatra tao amin’ny IFT ny tropy Jeannette. Ny tropy Kanto Fehizoro Teatra, tao amin’ny Amphithéâtre lycée Galliéni. Ny Tropy Ilo, tany Manjakandriana. Ny Hasin’ny Teatra, tany Antsirabe. Nanamarika ny fahafolo taona niorenany  kosa ny tropy Randrana Toamasina.

*Aiza ho aiza ny asa fampiroboroboana ny fampisehoana teatra ?

– Nisy fampiofanana teatra niarahan’ny FMTM tamin’ny minisiteran’ny Kolontsaina, tany Manjakandriana. Nantsoina hiatrika izany ny mpisehatra manerana ny faritra maro. Liana tokoa ireo mpiofana ary vonona ny hanaparitaka ny nomena azy any amin’ny faritra misy azy.

 * Inona ny olana mbola vahana sy ny vinavinan’asa mandritra ity taona 2018 ity ?

– Tsy tokony hailikilika ny teatra ary hohajaina ny dina tany Beijing, tamin’ny taona 2005, ny amin’ny tokony tsy hisian’ny fanilikilihana ny karazan-javakanto. Nanao sonia izany i Madagasikara. Hotohizana izay efa natao tamin’ny 2017. Ny fampisehoana no sarotra raha tsy misy ny trano filalaovana. Taom-pifidianana koa moa ity taona ity ka ho hita eo.

Landy R.

News Mada0 partages

« Loka Paritana » : ny anaran’ireo 10 mifaninana

Hetsika iray goavana manohana ny mpanakanto mikirakira ny kanto ankehitriny ny « Loka Paritana ». Miompana amin’ny fanomezana sehatra hamoronana sy fanolorana fitaovana izany tohana izany. Tonga amin’ny andiany faharoa ny fifaninanana, amin’ity taona ity, ka efa nivoaka ny anaran’ireo mpanakanto folo hifantenana ny telo mendrika indrindra.

Mitovitovy ny isan’ny mpanakanto amin’ny sokajin-javakanto misy azy avy : roa mpakasary (Andriamiarintsoa Fabio Thierry sy i TangalaMamy). Toy izany koa ny mpanao tantara an-tsary na BD (i Dwa sy Rajaobelina Liva Marc), ny mpanao sary (i Nary Arthur sy Raherinjatovo Richianny), ny mpanao hosodoko (Rasamuel Mahefamamy sy i Jerwy). Sady mpanao hosodoko no mpanao sokitra kosa i Donn ary Ramerison Cadillac Ines no hany mpanakanto araka endrika amam-bika.

Haranty etsy amin’ny Institut français de Madagascar ny sanganasan’izy 10 mianadahy ireo, ny 12 hatramin’ny 23 febroary. Ho fantatra, ny harivan’ny 23 febroary, kosa ny anaran’ireo telo mendrika indrindra.

Landy R.

 

News Mada0 partages

Chronique : que de dénominateurs communs

Depuis plus de cinquante ans on relève des tares identiques chez les gouvernants. Dans ces conditions inutile de leur part de promettre des changements que souhaite pourtant une majorité de la population. Les gens du pouvoir vantent de leur compétence les actions qu’ils entreprennent, alors que non seulement les résultats ne viennent pas en confirmation de ces compétences, mais ce n’est pas tellement de la démonstration de compétence que le peuple attend des hauts responsables. Avant tout la population réclame un renouveau de leur mentalité à vouloir vraiment servir le pays à faire montre de sagesse et au moins à ne pas tremper les doigts dans tout pot de confiture qui se présente.

Toujours et encore, là haut ils sont tant obnubilés par le goût du pouvoir et par les libertés qu’il autorise, que se maintenir au poste et y revenir constituent des préoccupations constantes. Le système courtisan qui entoure le Président Patron invariablement parvient à rendre un peu parano ce dernier. Tant on lui répète que la population l’aime, qu’il finit par se convaincre

d’être le plus beau et le meilleur et de jouir en conséquence d’une grande popularité, à l’inverse on entretient un climat de méfiance, sur lequel plane en permanence la menace d’une déstabilisation.

Pour ces raisons le pouvoir a constamment manifesté une jalousie ombrageuse pour la Radio et la Télévision Nationales, se réservant à lui seul l’exclusivité des services de ces deux organes. L’expérience enseigne pourtant que ce traitement des médias publics par le pouvoir exprime une faiblesse et qu’à chaque fois que survient une crise, les foules ne manquent pas de désigner la RNM et la TVM comme des agents actifs du pouvoir que l’on conteste.

Il faut reconnaitre que depuis que ça dure, le pli est pris, et qu’il est difficile de donner du jour au lendemain une nouvelle ligne à ces organes. Il faut toutefois penser à les libérer de faire de la propagande du gouvernement l’essentiel de leurs programmes, tout en se gardant de les lâcher aux loups qui voudraient soit basculer la ligne pour mener une opposition systématique, soit en faire des organes de felaka.

Léo Raz

News Mada0 partages

Madagascar il y a 100 ans

Faites des routes et vous aurez du riz (2)  (Suite.)

Mais si les centres de graphite sont ceux où a sévi la crise du riz, il va de soi qu’il y a là une corrélation étroite. Poser la question c’est la résoudre.

L’exploitation du graphite a mobilisé un nombre considérable de bras qui ont manqué à la terre, laquelle devait néanmoins nourrir les ouvriers ; ipso facto, le riz s’est raréfié et son prix d’achat s’est élevé ; s’il y a eu famine, ce fut une famine relative, qui a été aggravée sans aucun doute par la fâcheuse taxation.

Au lieu de laisser aller les choses, on aurait dû chercher le remède et faire plus tôt ces constatations qui auraient permis de voir de suite que le riz manquait, non pas dans la Grande Île, mais seulement dans quelques régions. C’est ainsi que Majunga regorgeait de cette précieuse denrée tandis que Tananarive en était dépourvue et la vallée de la Soka ne savait que faire de son riz dont les bœufs se gorgent au moment du battage. La crise du riz n’était donc qu’une crise de circulation.

Le remède est tout indiqué. Construire des routes là où se trouvent les grands centres de production afin d’évacuer rapidement les denrées, établir aussi des routes dans les régions à faible rendement, créer des chemins

secondaires pour éviter le retour de ce qui s’est passé à 30 kilomètres de Mahatsinjo, où le riz valait trois fois moins que dans la ville même parce qu’on manquait de moyens de communication entre ces deux points.

Les routes construites éviteront une nouvelle crise alimentaire, d’abord en empêchant l’excès d’abondance ici et la disette là, ensuite encourageant les pays producteurs à produire davantage.

L’assistance médicale indigène à Madagascar

Le crédit prévu (pour les dégrèvements accordés pour la décharge, réduction, remise ou modération de taxe faisant l’objet de mandats de payements établis au profit du trésorier payeur) au budget de l’assistance médicale indigène à Madagascar pour 1917 s’était trouvé insuffisant ; par un arrêté du 11 août dernier, le gouvernement général de cette colonie avait dû doter le budget intéressé d’un crédit supplémentaire de 30 000 francs pour couvrir l’insuffisance précité.

Un décret daté du 25 décembre 1917, paru à l’Officiel d’hier, a approuvé cet arrêté.

Le Courrier colonial

www.bibliothequemalgache.com

News Mada0 partages

Dihy ankehitriny : hivoaka boky ireo teknika samihafa

Vaovaobe ! Hiditra amin’ny fanaparitahana kokoa ny vokatry ny fikarohana, natao tamin’ny taon-dasa, ireo ekipa ao amin’ny kaompania Rary, amin’ity taona ity, araka ny nambaran’i Géraldine Leong Sang. Hivoaka amin’ity taona ity àry ny boky mirakitra ireo karazana teknika fandihizana, lalaovin’ny kaompania samihafa.

Anisan’ny hisongadina ao anatin’izany boky izany, ohatra, ny teknika momba ny dihin’olon-droa malagasy. Raha ny marina kokoa, nisy ny fikarohana nataon’ireo mpandihy matihanina mikasika ny dihy nentim-paharazana malagasy, dihizin’olon-droa. Nohalalinina kokoa izy ireny ka natao ho azo dihizina toy ireny dihin’olon-droa nivoaka avy any amin’ny firenen-tsamihafa ireny, toy ny « danse de salon ».

Ankoatra izany, samy manana ny teknika mampiavaka azy ny kaompania tsirairay misehatra eo amin’ny dihy ankehitriny. Ezahina koa ny hanoratana izany rehetra izany. Tanjona amin’izao asa goavana izao ny hampita ny vokatry ny asa fikarohana, izay heverina fa harena iombonana, amin’ny taranaka mifandimby, araka ny voalazan’i Géraldine hatrany.

Landy R.

News Mada0 partages

Vao miandoha ny taona… : raikitra sahady ny adin-kiragasy goavana

Samy sangany sy tsy zovina amin’ny mpankafy hiragasy intsony ry Rainitelo avy any Andohavary sy Rapaolison avy any Mandiavato. Ireto andrarezina ireto no hifandona, etsy amin’ny Kianjan’ny kanto etsy Mahamasina, ny alahady tolakandro izao. Azo lazaina ho ity koa ny hetsika hanokatra ny sehatra voalohany, amin’ity taona 2018 ity, raha asian-dresaka ny eto an-dRenivohitra.

Efa tokony ho natao ny 8 oktobra 2017 lasa teo ity adin-kiragasy ity, saingy voatery izao nahemotra izao noho ny fihanaky ny pesta, izay nahatonga fandraràna ny famoriam-bahoaka samihafa. Tsy maintsy hotanterahina izany, ankehitriny. Ny olana, rahateo, efa voavaha. Ho hafa noho ny fahita hatramin’izay mantsy io amin’ny alahady io, araka ny nampanantenain’ny mpikarakara.

Samy hitondra vokatra vaovao avokoa na ny andaniny (Rainitelo) na ny ankilany (Rapaolison). Hira vao navoaka DVD ny an-dRainitelo ary mitondra ny lohateny hoe « Ny vola tsy ratsy fa ny olona no antony ». Vao noraketina amin’ny VCD ihany koa ny hira hoentin-dry Rapaolison an-tsehatra, amin’io fotoana io.

Mikasika izay vokatra vaovao izay indrindra, nomarihin’i Dadafara, mpitantana trano famokarana miahy manokana ireo tropy mpanao hiragasy, fa miezaka mafy izy ireo manolotra vokatra tsara, manaraka ny teknolojia, toy ny eo amin’ny fanodinana ny sary. Ho hita taratra izany, ohatra, ao anatin’io DVD an’ny tarika Rainitelo io.

« Tany ambanivohitr’Ambatolampy no natao ny fanodinana ny sary. Ankoatra ny lafiny teknika eo amin’ny feo sy ny sary, natao izany hanehoana ny zava-misy marina iainan’ny olona ny hiragasy any ambanivohitra any », hoy i Dadafara. Kendrena mba ho an’ny rehetra, mpankafy hiragasy na tsia, io vokatra io. Hiara-dalana amin’ny adin-kiragasy, ny alahady izao, moa ny fivarotana ireo rakikira samihafa ireo.

Landy R.

 

News Mada0 partages

Guide du week end

Nanie au restaurant Tany-A Bel’air

Absente depuis 7 ans sur la scène nationale, Nanie a fêté tout au long de l’année dernière son retour sous les feux des projecteurs, marqué surtout par un anniversaire particulier, un quart de siècle sur scène. Dans ce contexte, la diva a sillonné la Grande île et c’est dans la capitale qu’elle a surtout multiplié les apparitions en public. Pour ce premier  vendredi du mois, la chanteuse de «Niova ianao» sera au Restaurant « Tany-A » Bel’air. Pour l’occasion, elle sera accompagnée d’Andi Jé.

Mamina et Tony Toufaloux au Fili’In Antsakaviro

Tous les passionnés des six cordes ont sûrement eu écho du talent inégalable de ce gars. Mamina, puisque c’est de lui dont il s’agit, s’est fait un nom en participant à l’émission de télé-crochet «Feo tokana, gitara iray». Ce vendredi, il sera au Fili’In Antsakaviro pour une soirée acoustique avec Tony Toufaloux. «La ville est si calme et pourtant nous voulons tous nous dire Bonne année! Pas de souci, le rendez-vous est donné chez Fili’In pour présenter nos vœux de nouvel an ! De plus, il y aura de la bonne musique et du jam session», annonce le duo.

Silo  et Cie au Piment Café Behoririka

 «Beso mitafa», c’est la nouvelle formule que le Piment Café Behoririka adopte pour la nouvelle année. Pour ce soir, les noctambules auront le loisir d’apprécier des artistes aussi éclectiques que talentueux, à savoir Silo, Harty Andriambelo, Radanz, Tsanta Randriamihajasoa et Mirana de Dizzy Brains. Une soirée plus que vivement conseillée pour les mélomanes dignes de ce nom.

Yvon Paul au Jao’s Pub Ambohipo

Un des artistes les plus connus et reconnus dans le très vaste milieu tropical, Yvon Paul, donnera son premier concert de l’année ce soir dans l’antre de Jao’s Pub Ambohipo. «Misy Farany», «Tsy Magnino», «Mavozo Ngoma», «Tsy Regny Feo»…, ses titres sont tout sauf ennuyeux. Le rendez-vous sera fixé à 21 heures tapantes.

Hommage à Johnny Halliday au Fara West Faravohitra

Johnny Hallyday sera immortalisé au Fara West Faravohitra. Datita Rabeson à la guitare, Samy Andriamanoro au clavier, Titi Razakamiadana au saxophone, Eric Rakotoary à la basse et au chant, et Tahira Andriamanoro à la batterie, ces cinq musiciens aguerris, tous admirateurs de Johnny vont offrir un vibrant hommage à cet artiste de renommée internationale le temps d’une soirée ce samedi. Les notes de «Je te promets», «Quelque chose de Tennessee» ou encore «Allumer le feu» vont de nouveau résonner sur scène.

Recueillis par Joachin Michaël

 

News Mada0 partages

Fikambanan-jiolahy : olona 14 voasambotry ny zandary niaraka tamin’ny basy

Olona 14 indray tratran’ny zandary tompon’antoka amin’ny asan-jiolahy maro niseho lany tato anatin’ny roa taona. Tambajotra iray, sarona niaraka tamin’ny basy sy bala nampiasainy…

Nanomboka ny 22 desambra teo, olona 14 voasambotry ny zandary, voalaza fa tompon’antoka tamin’ny fanafihana mitam-piadiana nitranga tamin’ny faritra maro teto Analamnga ka hatrany Vakinankaratra. « Efa hatramin’ny 2016 ka hatramin’ny faran’ny taona 2017 teo no nanao ny asa ratsiny ireo andian-jiolahy ireo. Efa ela izy ireo no nokarohina fa ny 22 desambra teo vao nahazo vaovao ny misy ireo olon-dratsy ireo ny zandary, ary nanomboka ny fisamborana”, hoy ny fanazavan’ny kaomadin’ny borigady Tana ville, ny kaomanda Raoelijaona.

Nahatratra 21 ny fanafihana vitan’ireo jiolahy ireo, ary nitam-basy avokoa, nisy ny fahafatesana olona iray. “Raha ny teto amin’ny faritra Analamanga fotsiny, nahatratra 15 ny isan’ny fanafihana vitany ka ny fito tamin’ireo, teny amin’ny faritra Andoharanofotsy”, hoy ny fanazavana.

Vola mitentina  88.996.000 Ar ny fitambaran’ny azon’izy ireo tamin’ny fanafihana nataony, ary niaiky izy ireo fa nanafika tamin’ny faritra maro toy ny teny Ambatofotsy, Alasora, Fenoarivo, Itaosy.

Mbola misy tsy tratra ny naman’ireo ary mbola karohina amin’izao fotoana izao. “Misy ny olona mamatsy basy sy bala ireo jiolahy ireo, ary mandeha ihany koa ny fikarohana momba izany. Miara-miasa amin’ny rehetra ny zandary ary tsy tokony hisalasala raha misy manam-baovao hanatona anay”, hoy ny fanamafisana. Natolotra ny fampanoavana, omaly, ireo olona 14 ireo. Heverina fa mety mba hampihena ny asan-jiolahy eto an-dRenivohitra sy ny manodidina ny faharavan’ireto tambajotra ireto.

Yves S.

News Mada0 partages

Itaosy : nosamborina ny mpianaka nanao kolikoly tamin’ny zandary

Mba hafa indray ity! Lehilahy roa mpianaka no tafiditra am-ponja vonjimaika noho ny finiavana hanao kolikoly tamin’ireo zandary miasa ao amin’ny borigady Itaosy, ny 31 desambra lasa teo. Nogiazana ireo vola 190.000 Ar nandraviraviany ny kaomandin’ny borigady.

Araka ny fanazavana, nisy ny fahatraran’ny zandary lehilahy iray talohan’io noho ny raharaha fanafihana mitam-piadiana, fitazonana sy fivarotana zava-mahadomelina. “Tonga teny amin’ny zandary nitady ny kaomandin’ny borigady (CB) ny rainy sy ny rahalahin’ilay voasambotra. Nangataka fihaonana tamin’io tompon’andraikitra io izy ireo ka noraisiny ary namoaka ny vola mba hamotsorana ilay zanany voatazona atao famotorana”, hoy ny zandary.

Tsy nisalasala ny kaomandin’ny borigady Itaosy fa niantso olona iray nanao vavolombelona ka notànana avy hatrany ireo olona roa ireo noho ny kolikoly ary nisaina sy noraisina ny laharan’ireo vola ireo mba hatao porofo nentina naseho teo anatrehan’ny fampanoavana.

Natolotra ny fampanoavana izy mianaka ireo ny 2 janoary teo, ary naiditra am-ponja vonjimaika any Antanimora miandry ny fitsarana azy.

“Manentana ny zandary fa efa misy ny fanatsarana fomba fiasa natombok’izy ireo ary misy ny ezaka fanatanterahana izany amin’ny heriny rehetra sy amin’ny fomba rehetra. Fampitandremana ho an’ireo izay mbola mieritreritra ny haka fanahy ireo zandary efa miezaka ny hanao tsara ny asany ity tranga ity”, hoy izy ireo.

Yves S.

 

News Mada0 partages

Sambava : ankizy 14 taona tratra nangala-bola 32.000.000 Ar

Ankizy tsy ampy taona, telo lahy, 14 taona eo ry zareo ireo no tratra nangala-bola tao amina tokantrano iray tany Ampahana Antalaha, ny 28 desambra lasa teo. Voalaza fa niditra tao amin’ilay trano iray izy ireo, tokony ho tamin’ny 2 ora tolakandro. Ny tompon-trano variana nitoto vary teny an-tokontany ary tsy nanampo fa hanao ratsy ireto ankizy ireto satria zanaka an-trano ny iray tamin’izy telo. Efa lasa ireo, ary efa elaela vao nahita fa nanjavona ny volabe. Nametraka fitarainana tany amin’ny kaomisarian’ny polisy Sambava ny tompon-trano izay very vola. Nanao ny fikarohana nataon’ny polisy ka tratra izy telo lahy.

Nilaza ny “commissaire par Intérim” Sambava, officier Principal Totozara Théogène, fa tafaverina ny vola 14 tapitrisa Ar, ary mbola nahitana lavanila vao avy novidina tamin’ny ampaham-bola ity ihany koa tombanana eo amin’ny 10 tapitrisa Ar tany amin’ireo ankizy. Ny vola sisa kosa efa nividianana zavatra madinidinika toy ny finday sy ny maro hafa. Natolotra ny fitsarana ambaratonga voalohany any Antalaha, omaly, izy telo lahy. Fantatra fa  vola 8 tapitrisa Ariary no sisa nanjavona ary karohina ihany ilay nividianana lavanila.

Yves S.

News Mada0 partages

Andavamamba : mpanendaka voatifitra teo amin’ny tongony

Nisavoritahan’ny mpanendaka ny tovolahy iray teny Andavamamba hamonjy fodiana ny alarobia alina teo tokony ho tamin’ny 8 ora. Voatifitry ny UIR ny iray tamin’ireo ka tsy tafahetsika intsony. Voa teo amin’ny tongony ary noraisim-potsiny niaraka tamin’ny antsy lava teny aminy. Voalaza fa ilay lehilahy handeha hamonjy taxi no nenjehina telo lahy ka ny iray tamin’ireo nitondra sabatra. “Nanenjika ireo ka namonjy taxi aho, nasiany ny sabatra ary niezaka nanohitra. Lasan’izy ireo ny kitapo nisy vola sy finday”, hoy ny fitantaran’ilay tovolahy voanendaka.

Nisy niantso vonjy anefa ka tonga vetivety teny ny polisin’ny UIR nanao fisafoana. Raikitra ny fanenjehana ka nitifitra ny polisy ary teo ny nahavoa ilay jiolahy iray. Mbola taraiky teo ilay kitapon’ny voaendaka ka tafaverina taminy. Nentina tany amin’ny hopitaly kosa ilay voatifitra io. Karohina ny namany izay efa fantatra avokoa.

Yves S.

 

News Mada0 partages

Olan’ny tanin’ny fiangonana : tsy faly ny Mgr Tsarahazana D.

Tany mitondra titra « La Redoute  – 3072 BA” io tany io ary nanaovana  fifanarahana maharitra havaozina isaky ny dimy taona amin’ny  fanjakana amin’ny alalan’ny minisiteran’ny Fambolena. Vao natao sonia fanaovazana ny Aogositra 2017 teo niarahana tamin’ny minisitry ny Fambolena teo aloha, Rakotovao Rivo”, hoy ny evekan’i Toamasina, ny Mgr Tsarahazana  Desiré, omaly tetsy amin’ny Ekar Md Joseph, Ampasimazava Toamasina. Nohitsiny fa tsy  niditra an-tsokotsoko ny ONG St Gabriel, tantanan’ i frera Edwin  Joseph. “Nahazo alalana tamin’ny fanjakana hampiasa ny tany amin’ny  maha tanim-panjakana. Mahagaga anefa amin’ izao fotoana izao fa  misy olona afaka manana  titra sy mandrefy indray io tany io tamin’ny fomba tsy fantatra. Tsy vitan’ izany fa lasa manao ny tiany hatao ka namotika ny fotodrafitrasan’ny ONG St Gabriel”, hoy ihany ny filohan’ny Fivondronamben’ny eveka (Fem). Anisan’izany ny sekoly, ny tranon’nympiasa,   ny ozinina fanamboarana fitaovana fampiasa amin’ny rano fisotro,  ny trano fivoahana manara-penitra, ny fambolena sy fiompian’ny  tantsaha. Eo koa ny tranom-panjakana… “Manana fahefana avy aiza io olona io ?”, hoy ihany ny Mgr Tsarahazana. Nohitrikitrihin’ireo kristianina fa fakana an-keriny ny tany izao. Eo koa ny fanaovan’ny mpitondra bemarenina ary ny kolikoly avo lenta.   Notsiahivin’ny filohan’ny Fem fa mbola manefa  ny hofantany iray manontolo amin’ny fitondram-panjakana ny Ekar amin’io tany Analamalotra io. Manoloana izany, ho tonga hatraiza ny raharaha ? Efa tonga hatrany amin’ny tanim-piangonana  koa izany izao ny olan’ny fananan-tany.

Sajo

News Mada0 partages

Mananontanona ny rivodoza Ava : nampodiana avokoa ny mpianatra ao Toamasina

Hitohy ny fialan-tsasatry ny fetin’ny Krismasy sy ny faran’ny taona na vao avy nandalo fialan-tsasatry ny valanaretina pesta aza ny mpianatra ao Toamasina. Izay indray ny resaky ny mponina nanoloana ny tsy fahafahan’ny mpianatra nianatra, omaly, ho an’ ireo vao hiatomboka hiditra na koa ireo tsy nisy fialan-tsasatra mihitsy tahaka ny teo anivon’ny sekoly katolika. Ho an’ny sekoly rehetra eto an-dRenivohitr’ i Toamasina sy Toamasina II, naverin’ny tompon’andraikitry ny sekoly tsy hianatra ny mpianatra rehetra. Tao amin’ny kaominina ambanivohitra Antetezambaro, mametraka ny kitay entiny ny mpianatra ary miverina mody avy hatrany, ho an’ny mpampianatra mantsy ny kitay.

Omaly tolakandro vao nanao fanambarana ofisialy ny prefet-n’ i Toamasina, Benandrasana Cyril, araka ny torohevitra voarainy avy amin’ny BNGRC any an-toerana, fa tsy mianatra ny mpianatra. Nakatona avokoa ny sekoly rehetra, nanomboka omaly tolakandro ka hatramin’ny anio, araka ny fanazavany. Ny tomponandaikitra eto amintsika rahateo tsy maka fanapahan-kevitra mialoha, efa tany an-dakiasy vao nampodiana indray ny mpianatra.

Hatramin’ny fotoana nanoratana ny lahatsorara aloha hatreto, azo lazaina ho antonony ihany ny fandehan’ny rivotra eto an-drenivohitr’i Toamasina, raha mivatravatra kosa ny orana. Vokany, efa saika feno sy dibo-drano avokoa ny faritra rehetra na ny avo toerana aza. Manampy trotraka rahateo ny tsy fisian’ny fanadiovana nataon’ny kaominina ny tantatra. Andaniny, ny fahamaroan’ny fako arian’ny olona anatin’ ireny tantatra sy lakandrano ireny ka manamora ny fihandronan’ny rano etsy sy eroa.

Ankoatra ny ao Toamasina, noho ny faharatsian’ny andro, nanapa-kevitra ny hampiato ny fampianarana koa ny Dren Alaotra Mangoro, ny Cisco Sainte Marie, ny Cisco Fenoarivo Atsinanna ary ny Cisco Soanierana Ivongo

Sajo

News Mada0 partages

Ankorondrano Andranomahery : traboina sahady ny tokantrano 75

Tokantrano 75, amin’izao fotoana izao, voatery nifindra monina ao amin’ny biraon’ny fokontany Ankorondrano Andranomahery vokatry ny fiakaran’ny rano ao an-tranony ka niteraka aretina sy hatsiaka ho an’ny fianakaviana. “Vokatry ny fanadiovana nataon’ny mpiandraikitra ny boriborintany, nivarina aty amin’ny lakandrano aty Ankorondrano Andranomahery avokoa ny rano avy any Ankasina, 67ha … nefa ny lakandrano aty amin’ny toerana ivarinan’ny rano, tsentsina noho ny fanotorana tany”, hoy ny tomponandraikitry ny fokontany. Lasa miditra any an-tokantranon’ny mponina ny rano rehetra, indrindra raha vao mirotsaka ny orana. Efa hatramin’ny faran’ny taona teo no nahitana izany fiakaran’ny rano izany ary mitombo hatrany ireo fianakaviana manatona eny amin’ny biraom-pokontany. Omaly vao nilaza handefa tranolay ny BNGRC handraisana ireo traboina ireo.

“Isan-taona, iharan’ny tondradrano, tahaka izao, ny fokontany Ankorondrano Andranomahery fa lasa aloha be izy tamin’ity taona ity”, hoy ny fanamarihan’ny mponina.

Vonjy

News Mada0 partages

Andavamamba : un bandit neutralisé par la police

Les coups de feu ont retenti dans le quartier populeux  d’Andavamamba, avant-hier dans la soirée. Pourchassé par les éléments de l’Unité d’intervention rapide (UIR), un membre d’une bande armée a pris une balle dans la jambe.

Rappel des faits. Cette nuit-là, vers 20 heures, un homme est rentré tard chez lui dans le quartier d’Andavamamba. A sa grande stupeur, trois individus venus de nulle part ont surgi devant  lui, à hauteur d’une université privée d’Andavamamba. Du coup, il a pris ses jambes à son cou, mais  il s’est fait rattraper par les assaillants plus loin.

Pendant ce temps, les policiers alertés par les riverains, étaient déjà en route. Arrivés sur place, les éléments de l’UIR ont lancé des tirs de sommation, mais l’un des bandits, déterminé à s’emparer du sac de sa victime, ne l’entend pas de cette oreille en  finissant même de blesser au bras avec un sabre le père de famille.

Et avant de prendre la fuite avec ses deux autres complices, il a riposté, ce qui a obligé les policiers de viser sa jambe. Blessé,  il a été abandonné par ses comparses avec son sabre et le butin et s’est laissé facilement capturer par la police.

Le bandit a été conduit à l’hôpital (HJRA) et a reçu les soins appropriés avant de passer à l’interrogatoire. Quant à la victime de l’attaque, il a été conduit au commissariat central de Tsaralalàna pour déposer plainte avant de consulter un médecin.

ATs.

 

News Mada0 partages

Bande des 26 : une vingtaine de braquages à son actif

Longtemps recherchés par la gendarmerie, 14 membres de la bande des 26 ont été arrêtés depuis le 22 décembre dernier dans plusieurs endroits de la capitale. Un fusil de chasse, un revolver, un fusil de fabrication artisanale et des munitions ont été découverts sur eux.

Lors de l’interrogatoire, les bandits ont avoué être impliqués dans 21 cas d’attaque à main armée depuis l’année 2016. La valeur des objets qu’ils ont volés est estimée à 89 millions d’ariary. Selon les explications du chef d’escadron Tojo Raoilijon, Commandant de la compagnie territoriale de gendarmerie de la ville d’Antananarivo, cette association de malfaiteurs opère surtout dans les zones rurales, particulièrement dans des villages situés dans le district d’Analamanga et de Vakinankaratra.

Selon les informations recueillies au niveau de la gendarmerie, parmi les 26 malfaiteurs, 3 sont des femmes. Pour le moment, seule l’une d’entre elles qui a pour mission de fournir des armes, est sous les verrous.

Ando Tsiresy

 

News Mada0 partages

Diana : Nosy Be se retrouve

L’île de Nosy Be retrouve sa gloire d’antan. Les projets de rénovation de différentes infrastructures se poursuivront dès ce mois de janvier.

Le maire Aly Aboudou de Nosy Be a révélé son programme 2018 à la fin de l’année. La réfection de l’axe partant de Bazary Be jusqu’à Marakatsaka, en passant par Anjaridaina, inaugurera les réalisations prioritaires de l’année, selon le maire qui envisage parallèlement de résoudre le problème d’embouteillage paralysant la circonscription de Hell-Ville.

L’amélioration du secteur de l’élevage,  de la culture d’ylang ylang, de cola et de vanille dans toute la commune figure aussi au répertoire de la mairie de Nosy Be actuellement, d’après ce programme. Des travaux consistant à combler les nids-de-poule gênant la circulation sur l’île en cette période des pluies ont déjà débuté sous la conduite du maire Aly Aboudou qui a utilisé un camion, fruit du partenariat avec la commune de Saint-Paul de La Réunion.

A son actif de l’année dernière, le maire a informé les contribuables de l’apurement partiel des cotisations que la commune doit verser à la Cnaps. Les deux tiers du montant total de 600 millions d’ariary ont déjà été payés par la mairie, a-t-il précisé, pour illustrer la bonne gestion de ses services.

Manou

News Mada0 partages

Sava : perturbation dans la filière vanille

La dégradation de la filière vanille se profile déjà à l’horizon dans la région Sava pour la saison en cours à cause de la recrudescence des vols de vanille verte sur pied. Les agriculteurs lancent un avertissement à l’endroit des malintentionnés en marge des prises de dispositions des autorités. Des vanilles vertes saisies sur des malfaiteurs ont été incinérées dans ce cadre à Sambava, mercredi dernier.

Les autorités régionales de la Sava ont dû procéder à l’application des mesures d’usage par l’incinération des 72 kilogrammes de vanilles vertes saisis récemment sur des voleurs dans le fokontany d’Ambohitrankongona, dans la commune urbaine de Sambava. Les planteurs de la région déplorent cette situation qui s’apparente à un sabotage économique puisque ces vanilles immatures, n’ayant logiquement aucune valeur commerciale, ne peuvent être injectées dans le circuit. N’étant en rien bénéfique ni aux voleurs ni aux agriculteurs, le vol ne s’explique sinon par l’existence de commanditaires décidés à déstabiliser la filière, selon eux.

Risques de vindictes populaires

Ces vols portent préjudice aux planteurs qui investissent pour des produits qui seront destinés finalement à l’incinération après ces forfaits. La majorité des agriculteurs de la région ont donc annoncé à l’endroit des éventuels candidats aux vols des fruits de leur labeur de prendre des mesures  draconiennes pour les décourager. Des enquêtes plus poussées sont aussi exigées par la population afin de démasquer les cerveaux du fléau.

Les vols de vanilles vertes ont débuté dans la région Sava, une des principales régions productrices de cette culture de rente dans le nord de Madagascar depuis le mois de décembre dernier sur des gousses de deux à trois mois si la campagne ne sera ouverte officiellement qu’aux environs du mois de juin de cette année.

Manou

News Mada0 partages

Foot – élections : le verdict demain pour quarte ligues

Initialement prévues se tenir en décembre dernier, les élections de président de ligue à Boeny, Haute-Matsiatra, Vatovavy Fitovinany et Bongolava auront lieu ce jour. Les résultats seront connus demain…si élection il y a. L’on sait que des candidats évincés ont déposé un recours auprès de la commission en charge des élections. C’est plus ou moins l’origine du report de ces scrutins.

Le jour tant attendu est arrivé pour les quatres ligues régionales, notamment Boeny, Haute Matsiatra, Vatovavy Fitovinany et Bongolava qui auront un nouveau président demain si les élections se déroulent dans les règles de l’art. Pour la petite histoire, 18 présidents de ligue ont été élus à l’issue des élections du 15 décembre dernier. Pour le cas des quatres autres ligues, la Commission électorale nationale (CEN) a décidé le 30 décembre que les élections dans ces localités seront organisées ce jour.

Le scrutin n’a pas pu avoir lieu dans la ligue de Bongolava, Vatovavy Fitovinany et Haute-Matsiatra à cause de la disqualification de certains candidats. Ensuite, les présidents de section ont décidé de boycotter les élections. A titre d’exemple, dans la région Haute-Matsiatra, la candidature de Mamany Gan a été rejetée tout comme celle de Giscard Andriano à Vatovavy Fitovinany. Pour le cas de Boeny, les présidents de section ont été réticents et la majorité absolue n’a pas été atteinte. Ainsi, le futur président doit obtenir trois voix pour obtenir le poste.

L’on ne sait pas encore si ces élections auront bel et bien lieu dans la mesure où les candidats rejetés, la CEN et la Fédération malgache de football (FMF) ne trouvent pas un terrain d’entente. Dans la Haute-Matsiatra, un prétendant au poste de président de ligue a déclaré «qu’aucune élection n’aura lieu dans cette ligue tant que la fédération adopte la politique de deux poids deux mesures. La CEN est juste une entité chargée d’organiser les élections et non un faiseur de loi». 

En outre, les quatre nouveaux élus dans leur ligue respective, notamment Nirilanto Randriantsoniaina (Amoron’i Mania), Razafiarison Ratsimanindry (Ihorombe), Régis Randrianantenaina (Atsimo Andrefana) et Fidinirina Andriantomponera (Vakinankaratra) ont déjà le nez dans le guidon pour le bon déroulement de la saison en cours.

Rojo N.

 

News Mada0 partages

Jiu jitsu Brésilien – MMA : Lova n’oublie pas ses racines

En voilà un évènement pour débuter l’année de la plus belle des manières. Les pratiquants d’arts martiaux et de sports de combat peuvent se réjouir. Effectivement, sensei Lova Randrianasolo du Bushido Académie 65 de France a été invité par le club JJB Attilla pour dispenser un stage gratuit le 9 janvier prochain au dojo de l’Esca à Antanimena. Seront au programme des techniques de combat en jiu-jitsu brésilien (JJB) et mixed martial arts (MMA). Notons que Lova est un combattant professionnel de MMA et est également préparateur physique et psychologique au sein de son club.

Mieux, l’homme ne fera pas cavalier seul pour transmettre sa science de combat car il sera entouré de ses frères Cédric Randrianasolo (champion d’Europe IBJJF et champion du Naga Europe) et Anthony Randrianasolo (champion du Naga Europe) durant ce stage. Ce n’est pas une grande première pour les Randrianasolo qui ont déjà dirigé un séminaire de jiu jitsu brésilien, Grappling et MMA en avril 2016. Par ailleurs, Lova Randrianasolo a déjà collaboré avec le club de BJJ de l’Esca bien avant 2014, l’année où il a partagé son expérience avec ses condisciples malgaches.

Rojo N.

News Mada0 partages

Rugby – gold top 8 : une 2e journée décisive

«La seconde journée du tournoi Gold Top 8 sera décisive pour déterminer les potentiels clubs qui auront leur ticket pour le prochain tour». C’est ce qui a été annoncé hier par le président de Malagasy Rugby, Marcel Rakotomalala, en marge de la distribution de cadeaux pour le personnel et les collaborateurs de la fédération malgache à Ankorondrano. La 2e journée prévue se tenir dimanche prochain au stade des Makis à Andohatapenaka sera une étape concluante pour les huit équipes D1 Elite fédéral en lice. La première affiche mettra aux prises US Ikopa et FTM Manjakaray. Un match qui se déroulera sur un air de revanche pour US Ikopa.

Jusqu’ici, la bande de Dakar demeure la seule formation qui n’a encaissé aucune défaite durant le tournoi Elite fédéral et les éliminatoires du Gold Top 8. Le public assistera également à l’affrontement entre JSTA Ambondrona et Cosfa. Les rugbymen d’Ambondrona ont été sauvés par le gong face aux militaires lors du championnat d’Analamanga. Quant à USA, le club d’Ankadifotsy rencontrera 3F5 Amboditsiry. Pour sa part, l’équipe de la savonnerie tropicale (STM) défiera l’UIRC. Pour rappel, les deux finalistes de ce tournoi Gold Top 8 porteront les couleurs nationales au Top 6 Aroi (ndlr, une rencontre indianocéanique).

Rojo N.

 

News Mada0 partages

Us et coutumes : Belle année que 2018

A part les fêtes fixées nécessairement le dimanche, Pâques et Pentecôte, aucun jour férié cette année ne tombe un dimanche. Ne pas oublier mercredi prochain une journée chômée payée, réservée à l’assainissement. Genre de décision mal appréciée par les patrons, les gens du pouvoir jouent les généreux au compte d’autrui. Peut-être qu’apparaitront guides et modes d’emploi pour occuper sainement cette journée. Elle risque de ne faire d’effet que celui d’un coup d’épée dans l’eau. Nous avons tout un océan à assainir.

Tia Tanindranaza0 partages

Rotorotom-piainana sy fahasahirananaMiombo isa ny Malagasy matin’ny AVC

Miha mitombo isa hatrany Malagasy matin’ny aretin’ny fahatapahan’ny lalan-dra any amin’ny loha n any AVC (accident vasculaire cérébral) araka ny filazan’ny mpitsabo.Ny adintsaina mafy loatra mivadika ho rarin-tsaina na “Stress” no mahatonga azy io, ka ireo olona monina sy miasa an-tanan-dehibe no tena maro an’isa voany.

Tena tsy ampy anefa ny fanafody eny amin’ny hopitaly hahafahana manalefaka sy mitsabo io aretina io; araka ny fantatra mantsy dia ny pilina no betsaka kanefa ela fiasa amin’ny olona tratran’ny AVC izy io.NY ranom-panafody atsindrona avy hatrany ihany no vahaolana haingana rah any filazan’ny mpitsabo.Tonga mantsy dia miparitaka amin’ny vatana ary afaka mifehy haingana ny fiakaran’ny tosi-dra izy io .Ezahana ny hanaparitaka ity fanafody atsindrona avy hatrany ity amin’ny hopitaly rehetra manerana an’i Madagasikara mba hampihena ny olona maty vokatry ny AVC raha araka vaovao voaray. Mampatsiahy anefa ny mpitsabo fa ny fisorohana no tena tsara indrindra, izany hoe tokony mahay mandamina ny fiainana ,  mampitony ny fo sy ny saina ny olona tsirairay avy, tsy tokony ho mora taitaitra na sendoatra fa mahay mifehy tsara ny fihetsem-po, mba isorohana ny aretina sarotra tsaboina to any AVC.

Nangonin’i RTT

Tia Tanindranaza0 partages

Izay nafafy no honjinjaina

Sarotra ny hino sy hanantena, fa mba ho tonga saina sy hahalala ny tokony hataony ity fitondran-dRajaonarimampianina ity. Ny fanenjehana sy ny tsindry mahzo azy ve no mafy ka vao mainka tsy mahita izay horaisiny izy sa izao ilay hoe tànana efa zatra mitsotra? Miliba, mifety, mirevy, manao kolikoly,… izay aloha no hita sy misongadina.

Ny ankoatra, toy ny famahana ny olam-bahoaka ambinambin-javatra. Tsy nisy dikany sy tsy niantraika tamin’ny rehetra akory izao ny resaka fampihenana ny vidim-bary saingy nangingina ny vahoaka, ka dia adino. Miandry filanjana sora-baventy ve vao ho avy indray hamono afo. Sahirana sy tsy manam-potoana hanaovana izany intsony ny ambanilanitra, ka dia zaran’ny fitondrana aza misy an’izay hilaminan-tsaina any an-dapa rehetra any. Mbola manantena valim-babena tsara sy mahafa-po amin’ny Malagasy anefa amin’ny fifidianana, kanefa efa ny fahantrany mihoampampana izao no hatao fitaovana. Izay mamafy rivotra tsy maintsy hijinja tadio, hoy ny fitenenana. Tsy adala ny vahoaka hamerina an-dRajaonarimampianina eo, ka raha tena mahatoky sy mahatsapa ho nanao ny mety sy ny tsara izy tsy hatahotra fifidianana. Tsy hatahotra sy hirorohoro amin’ny kandida na iza na iza, ary havela hirotsaka izay te hirotsaka fa tsy hanaovana antsojay. Efa fantany anefa hoe izay nafafiny ihany no hojinjainy, ka mailo sy tora-kovitra satria mafy sy mangidy izany very fihinanana izany. Misy fetrany anefa ny zava-drehetra!

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Olana ara-tany any ToamasinaVaky ny ady eo amin’ny Katolika sy ny Fanjakana

Tao anatin’ny 5 taona no nitady vahaolana mikasika ny olana ara-tany sedrain’ny fikambanana eo ambany fitantanany ny Fiangonana Katolika aoToamasina, noho ny fibodoan’ity tovolahy iray ity ny tany nahazoan’izy ireo alalana mazava sy vao noavaozina izay nosoniavin’Atoa Rakotovao Rivo tamin’izy minisitry ny fambolena ny 10 aogositra 2017, saingy hatramin’izao dia tsy hita izany ary vao mainka aza miha lalina noho ity tovolahy ity mirehareha ho manana namana mpitsara sy sakaizana mpitandro ny filaminana ary milaza koa fa zanaky ny mpiasan’ny minisiteran’ny fambolena teo aloha.

Nisy ny fiantsoana ireo mpino Katolika isaky ny diosezy, ny solotenan’ny mponina tao Antetezambaro sy Analamalotra, ny skoto katolika, ary ny mpanao gazety, tao amin’ny Katedraly Md Jozefa Ampasimazava omaly alakamisy , ary maro no tonga na dia teo aza ny oram-be. Nahitsy ny tenin’ny Arsevekan’i Toamasina, Mgr Tsarahazana Desiré: tsy niditra an-tsokosoko tao amin’ity tany antsoina hoe “La Redoute, TF 3072-BA” ity ny fikambanana katolika “Saint Gabriel” raha tsy nisy ny alalana nomen’ny fanjakana tamin’ny alalan’ny minisiteran’ny fambolena tompon’ny tany azy ireo”. Na teo anefa ny olana tao anatin’izay 5 taona nojerem-potsiny izay dia nandoa ny hofan-tany nifanarahan’ny fikambanana sy ny fanjakana hatrany ny Fiangonana Katolika; nefa tao anatin’izay dia tsy vitan’ny fandroahana ny fikambanana tsy hiasa no nataon’ity tovolahy ity, fa mbola mitondra titra tsy mazava ihany koa ny tenany izay tsy mitovy amin’ny titra omen’ny fanjakana mihitsy. Efa eo anivon’ny fitsarana ny raharaha saingy toa mihisatra ny fandinihana azy; mahalala tsara ny zava-misy koa ny fanjakana amin’ny alalan’ny minisitera saingy samy mbola mijerijery no betsaka fa tsy misy ny fandraisana andraikitra. Olona an-jatony, vahoakan’Analamalotra, sahanin’ny asa sosialy ataon’ny “Saint Gabriel” mikasika ny orinasa madinika najoro tao, satria avy ao avokoa no miainga ireo fitaovam-pidiovana sy fanadiovana hamatsian’ny fikambanana ireo mponina malagasy tsy manana izany.Hafana izany ity raharaha tany ao Analamalotra Antetezambaro Toamasina II ity manomboka izao, satria milaza ny tsy handefitra manana ny rariny, ary miangavy ny rehetra hijery akaiky izao tamban-jotra na bizina tany izao ireo mpino Katolika sy ireo mponina any an-toerana. Niatrika ny fihaonana tao Ampasimazava ihany koa ny mpanolon-tsaina manokan’ny praiminisitra Atoa Mahazaka Clermont Gervais, izay mpino Katolika no nantsoin’ny fiangonana manokana ihany koa.

 

Rakoutou

Tia Tanindranaza0 partages

Nitombo hery ny rivodoza AVAHaherin’ny 100 km/ora ny tafio-drivotra hoentiny

Tany amin'ny 210 Km Avaratra Atsinanan'i Toamasina no nisy ny foiben’ilay rivodoza “Ava” Omaly 04 janoary tamin’ny 06 ora hariva. Mizotra miankandrefana hatrany izy amin'ny hafaiganam-pandeha 10 Km/ora. Mihamanatona ny morontsiraka Atsinanan'i Madagasikara, ka manodidina eo amin'ny 105 Km/ora ny rivotra entiny ary mety hihoatra hatramin'ny 140 Km/ora ny tafiotra miaraka aminy.

“Forte tempête tropicale” ny sokajy misy azy, ary mety ho lasa “Cyclone Tropical” izy mialohan'ny hidirany an-tanety ao amin’ny distrikan’i Toamasina ny tapany marainan'ny anio 05 Janoary 2018. Tsara ny mizara ireo fahalalana tsotsotra hoe: “Forte Tempête Tropicale” , raha eo anelanelan’ny 87-117 km/ora ny tanjany. Sokajiana ho “Cyclone Tropical” kosa raha tafakatra eo anelanelan’ny 118-165km/ora, ary “Cyclone tropical intense”, raha mananika ny 166-212km/ora. Niova avokoa ny toromarika fanairana, ka filazana loza mitatao (Danger Imminent): no azon’ny faritra Analanjirofo, Atsinanana, Alaotra Mangoro hatramin’ny omaly hariva. Filazana miloko mavo (loza manambana) ho an’Antalaha, Mandritsara, Andilamena, Tsaratanana, Anjozorobe, Antananarivo Avaradrano, Arivonimamo, Ambatolampy, Antanifotsy, Antsirabe I-II ary Vatovavy Fitovinany. Filazana miloko maintso (fanairana): Fandriana, Ambositra, Manandriana, Ambohimahasoa, Isandra, Vohibato, Lalangina, Fianarantsoa Ville, Ambalavao, Faritra Atsimo Atsinanana, Anosy, Ivohibe ary Iakora. Tsy tokony hiandriaka intsony ny mpampiasa ny ranomasina amin’ny morontsiraka eo anelanelan'ny Antalaha sy Mahanoro. Noho ity rivodoza ahiana handravarava toerana maro ity, dia nanapa-kevitra ny hampiato ny fampianarana ny DREN Alaotra Mangoro, ny CISCO Sainte Marie, Soanierana Ivongo, Toamasina, ary ny Fenerive Atsinanana. Entanina hatrany ny rehetra hanara-baovao tsy tapaka sy hiomana amin’ireo pitsopitsony samihafa mba tsy hotapohin’ny loza: fialana amin’ny faritra mety hitera-doza, fanangonana sakafo azo tehirizina, fanafody, rano fisotro madio, harina fandrehitra,…

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fifidianana

Raha tena hisy tokoa ilay fifidianana.Izay ho filoha lohalaharana.Aoka re mba ahay hisafidy,Fa tsy hijabaka any amin'ny mangidy.

Tia Tanindranaza0 partages

Fanoratana anarana anaty lisi-pifidiananaTsy dia marisika firy ny olona

Mbola tena ambany be ny tahan’ny fahavitrihan’ny olona hanamarina ny anarany ao anatin’ny lisi-pifidianana ary ambany manarak’izany ny olona vaovao voasoratra ao anatin’ny lisi-pifidianana, hoy ny filoha lefitry ny CENI Thierry Rakotonarivo.

Tena tsy tratra ny tanjona napetraka raha ny tetiandro no jerena satria raha mpifidy vaovao 780 000 no tokony hanampy ny efa misy ka mahatonga ny mifidy rehetra manerana ny nosy ho 10 tapitrisa eo ho eo dia tsy misy afa-tsy 320 000 no mpifidy vaovao voasoratra any anaty lisi-pifidianana manerana an’i Madagasikara; izany hoe tsy antsasaky ny tanjona napetraka akory, hoy ny filoha lefitry ny CENI.Nambarany ho anton’izany moa ny tsy fahampian’ny fipariahan’ny vaovao sy ny fanentanana, ny tsy fahampian’ny hetsika fanabeazana ny olom-pirenena momba ny fifidianana ataon’ny firaisamonim-pirenena, ary eo ihany koa ny tsy fisian’ny fandriampahalemana any amina toerana maro manerrana ny nosy ka mahatonga ny olona tsy marisika hamonjy biraom-pokontany sy tsy hivaky loha tsotra izao amin’izay resaka fifidianana.Toa manaporofo koa anefa izao tranga izao fa tsy nahavita an-tsakany sy an-davany ny asany ny CENI eo amin’ny fanomanana ara-teknika ny fifidianana, indrindra ny momba ny lisi-pifidianana satria eo aloha ity hoe misy olona mpifidy vaovao tsy voasoratra, fa misy koa nyefa mpifidy teo aloha no tsy hita tampoka ao anaty lisitra, izay tena mahagaga satra olona nandray anjara tamin’ny fifidianana filoham-pirenena sy solombavambahoaka farany tamin’ny 2013.Hifarana amin’ny 31 janoary izao moa ny fanoratana ny anarana ao anatin’ny lisi-pifidianana.Milamina ny fifidianana rehefa voarafitra milamina ny lisi-pifidianana, azo antoka fa hikorontana kosa raha ny mifanohitra amin’izay no mitranga.

RTT

Tia Tanindranaza0 partages

Fanesorana ny praiminisitraMampizara ny HVM

Ho tanterahana amin’io herinandro ambony io ny fivoriana tsy ara-potoana eny amin’ny antenimieram-pirenena raha araka ny fantatra, mba hahafahana mandinika ny volavolan-dalàm-pifidianana.Milaza ny tsy mbola naharay fiantsoana ny amin’izany anefa ireo solombavambahoaka nanontaniana omaly na ny avy amin’ny antokon’ny fitondrana io na ireo mpanohitra.

Ny resaka tena mandeha dia ny ketrika hanaovana fitsipaham-pitokisana ny governemanta Solonandrasana, araka ny siosion-dresaka efa nivoaka ny volana desambra lasa teo.Mandà mafy ny fisian’zany anefa I Jean Max Rakotomamonjy filohan’ny antenimieram-pirenena, tsy fotoana hanoloana praminisitra sy governemantta izany intsony amin’izao fotoana, hoy izy.Na izany aza anefa dia mahoraka io resaka io, ary ny olona akaikin’ny fitondrana aza no tena milaza azy fa tsy ny ambara fa mpanohitra.Maro amin’ireo lohandohan’ny mpisorona ao amin’ny antoko HVM mantsy no tsy mahazoazo firy intsony ny praiminisitra Solonandrasana Mahafaly; re ihany koa fa misy amin’ireo tandapa tena akaikin’ny filoham-pirenena no sosotra amin’ny fomba fiasan’ity praiminisitra ity, izay voalaza fa tsy voafehy intsony ka lasa manao izay tiany atao.Politika moa no resaka eto koa mety samy manana ny paikadiny ny tsirairay avy , fa ny tsapa aloha dia nihetsiketsika fatratra sy niezaka nanao serasera matanjaka tato anatin’ny roa volana izao ny praiminisitra sy ireo mpiara-miasa azy ary misy amin’ny mpanolotsainy aza no tsy misalasala manakiana mafy dia mafy ny fitondram-panjakana mihitsy kanefa dia tsara toerana hatrany ao Mahazoarivo, satria mety tsara mpiaro koa. Io ady mangatsiaka anatiny io no fantatra mbola maha sahirantsaina ny HVM ny amin’ny dingana manaraka arahana; satria misy ihany koa ireo manohana an’ingahy praiminisitra na dia tsy miseho mivantana aza.Tsy tongatonga ho azy fa misy antony ilay tenin’ny praiminisitra afak’omaly niantso ny governemanta mba hiray hina sy hiray saina fa ao raha.

RTT

Ino Vaovao0 partages

ANALAMALOTRA - ADY TANY : Nampiaka-peo ho an’ny mpitondra fanjakana ny Arsevekan’i Toamasina

Ny minisiteran’ny fambolena no nampindrana tany azy ireo natao foiben’ny asa sosialy. Tany mitondra ny anarana La Redoute, titra 3072-BA. Misy taratasy mazava tsara momba io fifanarahana teo amin’ny Ong Saint Gabriel sy ny minisiteran’ny fambolena io. Fifanarahana izay vao avy nohavaozina indray. Ny Ong Saint Gabriel izay manatanteraka asa sosialy maro ao anatin’ny kaominina Antetezambaro. Eo ny fampianarana mamaky teny sy manoratra, famatsiana rano fisotro madio ary fanomezana efitrano fivoahana manara-penitra. 

Nanomboka ny taona 2012 anefa, dia misy olona miady io toerana misy ny Ong Saint Gabriel ao Analamalotra io. Niakatra teny amin’ny fitsarana mihitsy ny raharaha. Ny nahagaga ny Ong Saint Gabriel sy ireo mpino katolika, dia nahazo titra vaovao amin’ny fomba tsy mazava ilay olona mikiry haka ny tany iasan’ny Ong Saint Gabriel. Tsy nijanona teo ny raharaha fa niroso tamin’ny fandravana ireo fefy sy tranon’ny mpiambina ary ny tranon’ireo mponina manodidina ilay olona mitonona ho tompon’ny tany. Tranom-panjakana maromaro no niorina teo amin’ilay toerana ihany koa no narodany. Tonga hatramin’ny fandrahonana an’ireo mponina manodidina ny raharaha.Nanoloana ireo rehetra ireo, dia nanao ny dingana rehetra fanoherana io fibodoana tany iasan’ny Ong Saint Gabriel io ilay Ong sy ny ben’ny tanànan’Antetezambaro mbamin’ireo tangalamena ary ny Arsevekan’ i Toamasina Mgr Désiré Tsarahazana sy ny fianakaviamben’ny mpino katolika ao Toamasina fa tsy nahitam-bokatra mihitsy izany rehetra izany. Mahafantatra io olana misy ao Antetezambaro io avokoa ireo ambaratongam-pahefana misy eto amin’ny firenena. Mahalala io olana io  ny Filoham-pirenena Hery Rajaonarimampianina saingy tsy mba misy fepetra manokana noraisiny.

Mahatsiaro ho tsy misy mpihaino ireo mpino katolika ao Toamasina. Vokany, ny alakamisy 4 janoary lasa teo, nanatanteraka fanambaràna momba io disadisa tany misy ny Ong Saint Gabriel ao Analamalotra io ny Arsevekan’i Toamasina, Mgr Désiré Tsarahazana. Fanambaràna ho an’ny mpanao gazety izay natao tao amin’ny Katedraly St Joseph Ampasimazava-Toamasina natrehin’ireo solontenan’ny mpino katolika. Nanotrona ny Arseveka tamin’izao fanaovana fanambaràna izao ny ben’ny tanànan’Antetezambaro Velo César sy ny tangalamena avy ao Analamalotra nahitana an’i Jean Gabriel.

Nandritra ny fandraisam-pitenenana fohy nataon’ny tangalamena avy ao Analamalotra Jean Gabriel no nilazany fa  amin’ny maha raiamandreny ara-drazana dia malahelo amin’ny fakana an-keriny ny tany iasan’ny Ong Saint Gabriel izao izy ireo. Niato mantsy ireo asa fampandrosoana sy asa sosialy entin’ny Ong St Gabriel any an-toerana. Betsaka ireo very asa. Miantso ny fanjakana noho  izany ireo raiamandreny ara-drazana mba handray andraikitra. Ho an’ny ben’ny tanànan’Antetezambaro Velo César kosa dia nanipika mazava fa Ong nitondra asa fampandrosoana maro tao anatin’ny kaominina izay iadidiany ny Ong Saint Gabriel ka mendrika tohizana ireo asa ataony.  

Tao anatin’ny fanambaràna nataon’ny Arsevekan’i Toamasina, dia nomarihiny fa tsy nipetra-potsiny ny tenany amin’ny maha Arseveka azy fa nitady vahaolana hatrany mba hahafahan’ny Ong Saint Gabriel miverina amin’ny toerana nisy azy ao Analamalotra. Ny vahoaka maro an’isa no lasibatra amin’izao zava-misy izao, hoy hatrany ny fanazavany. Fahefana avy aiza no nahazoan’ilay olona manakana ny Ong St Gabriel hiasa ao  ? Fanontaniana no napetrak’i Mgr Désiré Tsarahazana.

Nampiaka-peo amin’ny fomba mihaja ho an’ny fanjakana Rajaonarimampianina ny Arseveka. Na dia tsy nitonona mivantana ny anaran’ny Filoham-pirenena aza ny tenany, dia hafatra niampita ho azy no nalefany. Nahagaga an’i Mgr Désiré Tsarahazana mantsy fa toa tsy rototra amin’ny famahana izao olana mahazo ny Ong Saint Gabriel amin’ny tany misy azy izao ny fitondram-panjakana ankehitriny.

Kamy

Ino Vaovao0 partages

ASAN-DAHALO : Mpangalatra omby avy any Antsanitia tratra tao Mangatokana

 Natao avy hatrany ny fanarahan-dia ka tamin’ny enina maraina no hita tao Mangatokana, fokontanin’Antanimalandy io omby io, miaraka amin’ny olona iray sy omby iray hafa. Rehefa nanontaniana ilay olona tratra niaraka tamin’ny omby dia nilaza fa natory tao amin’ny olona iray nivantanany ao Mangatokana.

Rehefa nanontaniana kosa ny tompon- trano dia nilaza fa tamin’ny telo maraina no tonga tao aminy niaraka tamin’ny olona roa lahy hafa sy omby iray io olona io. Rehefa natao ny famotorana dia fantatra fa omby halatra ihany koa ilay omby faharoa izay tsy nisy taratasy mazava ary efa nigadra efatra taona noho ny halatr’omby ilay tompon-trano. Tafaporitsaka kosa ilay olona faharoa niara-nitondra ny omby. Natolotra ny Fampanoavana avy hatrany izy ireo rehefa vita ny fanadihadiana. Ireo omby kosa naverina amin’ny tompony.

Vanessa

Ino Vaovao0 partages

MAROANTSETRA : Tsy misy solika ireo tobin-dasantsy, tafakatra 10 000 Ar ny litatra

Amin’izao fotoana izao, dia niverina indray izany olana izany. Araka ny vaovao voaray avy any an-toerana, dia tsy nisy solika nanomboka ny 21 desambra ka hatramin’izao ireo tobin-dasantsy roa misy ao Maroantsetra. Antony mahatonga izany ny mbola tsy fahatongavan’ny sambo mpitatitra.

Misy manararaotra izany zava-misy izany ka mampidangana ny vidiny eny amin’ny varo-maizina. Manafatra solika avy amin’ireo distrika manodidina ireo olon-tsotra sy mpandraharaha ka mivarotra izany ho  10 000 Ar ny iray litatra. Mbola tsy ho voavaha ato anatin’ny dimy andro anefa io olana io noho ny fisian’ny andro ratsy ka tsy ahafahan’ny sambo mihetsika. Momba ireo sakafo ilain’ny mponina andavanandro (Ppn) kosa dia tsy misy olana fa manana ny ampy ny ao Maroantsetra, raha ny angom-baovao voaray hatrany.

Kamy

Ino Vaovao0 partages

FARITRA ALAOTRA MANGORO : Tontosa ny dinika nikaroham- bahaolana ho an’ny Rn44

Ity farany izay mampitohy an’i Vodiala sy Moramanga. Sahirana iretsy voalohany noho ny faharatsian’ny lalana sy ny tsy mba anamboarana izany na dia efa an-taonany maro aza no ratsy. Araka ny fanazavana dia efa mandavan-taona mihitsy no ratsy ny lalana any amin’iny faritra iny, saingy, vao mainka manahirana rehefa vanim-potoanan’ny orana toy izao.

Noho izay indrindra dia fikaroham-bahaolana sy fiaraha-mientana eo anivon’ny mpitondra sy ny mpampiasa ity lalam-pirenena faha 44 ity no nifantohan’ny dinika nifanaovan’ny faritra Alaotra Mangoro niaraka tamin’ny mpiara-miasa aminy, sy ireo mpitatitra olona sy entana, na ihany koa mpandraharaha mpampiasa izany lalam-pirenena izany. Araka ny fanazavana dia dinika in-droa miantoana no natao. Tsy olana fotsiny ihany koa no navoitra nandritra ny fihaonana fa nsy ihany koa ny soso-kevitra natolotry ny tsirairay. Fantatra àry izao fa hifanome tanana avokoa, na ny orinasa fanalamanga, na ireo mpitatitra kraoma, na ihany koa ireo koperativam-pitaterana samihafa amin’ny fanarenana ny lalana.

Araka ny nambaran’ny avy eo anivon’ny faritra dia efa samy nilaza izay azony atao avokoa ireo rehetra nandray anjara tamin’ny fihaonana. Isany nangatahan’ny mpitatitra manokana ny hametrahana ny «  barrière de pluie  », izay efa tonga ao amin’ireo eo anivon’ny faritra. Ity farany indray avy eo no mifampiraharaha amin’ny ministera voakasika amin’ny resaka fotodrafitrasa. Voalaza fa tsy nisy nifanilika andraikitra ny rehetra nandritra ny fihaonana fa samy nahatsiaro ho manana adidy. Antenaina hiteraka fampandrosoana araka izany izao endrika fiaraha-miasa misy amin’ireo mpisehatra samihafa izao. 

Tsy mifandefitra ireo mpamily

Manoloana ny haratsian’ny lalana amin’iny Rn44 iny dia maro ny tranga miseho rehefa eny ampandehana eny. Tafiditra ao anatin’izany ny tsy fifanajana sy ny tsy fifandeferan’ireo mpamily mpampiasa ny lalana. Araka ny fantatra mantsy dia maro ireo lalana no tsy azo ifanenana fa tsy maintsy anaovan’ny fiara zotra tokana. Eo anatrehan’izany anefa dia im-betsaka no mihitsoka ny fifamoivoizana satria samy te handeha sy manao izay ataony ireo mpamily. 

Tsy misy rahateo ihany koa ny tompon’andraikitra mandritra ny fifamoivoizana. Manoloana izany rehetra izany dia mitodika amin’ny tompon’andraikitra mahefa ny mampiasa iny lalana iny mba handray ny andraikitra faran’izay haingana. Ny faritra Alaotra Mangoro izay maro mpivezivezy tokoa, na dia amin’ny maha sompitr’i Madagasikara azy fotsiny ihany aza.

Lucien R.

Ino Vaovao0 partages

MPIASAN’NY FOIBEM-PARITRY NY JONO ATSINANANA : Ny alarobia teo vao notolorana vary sy menaka ary siramamy

Mahakasika izay indrindra dia nanatanteraka izany ry zareo avy ao anivon’ny ministeran’ny jono ka farany teo dia ny mpiasan’ny foibem-paritry ny harena an-dranomasina sy ny jono Atsinanana no nomena fanomezana. Fantatra izao fa ny alarobia 03 janoary lasa teo no nanatontosana izany hetsika sosialy izany. Ity farany izay nifototra indrindra tamin’ny fizarana zavatra ho an’ny mpiasa eo anivon’ity foibem-paritry ny jono any an-toerana. 

Araka izany dia vary iray gony milanja 50 kilao avy, miampy menaka sy siramamy no nozaraina tamin’ireo mpiasa. Ireto farany izay velom-pankasitrahana ny niavian’ny fanomezana. Araka ny fanazavana dia tsy tokony ho hadinoina mihitsy ireo mpiasan’ny ministera any amin’ireo faritra samihafa satria miantoka be dia be ny fampandehanan-draharaha any ifotony izy ireny.

Tsara ny manamarika fa fanomezana niainga avy aty amin’ny ministera foibe ihany ireo tonga tany Toamasina ireto. Isany indro kely tamin’izao hetsika izao ny nanatanterahana azy efa dila ny fety. Na izany aza dia heverina fa afaka manala amin’ny ampahany ny fahasahiranan’ny mpiasa izany. Nanamafy izany rahateo ny solontenan’ny mpiasa nandritra ny fandraisam-pitenenany. Antenaina ihany koa araka izany fa hisy vokatra tsara, indrindra amin’ny kalitao’ny asa, ny fanampiana atao amin’ireto mpiasan’ny ministera ireto.

Lucien R.   

Ino Vaovao0 partages

DISTRIKAN’I SAMBAVA : Lavanila maitso halatra 72 kg voatery nopotehina

Voalaza fa ny andrimasom-pokonolona no nahatsikaritra ireo jiolahy nandritra ny fotoana nidiran’izy ireo tao amin’ny  alana lavanila tao an-toerana. Nandositra avy hatrany ireo olon-dratsy fa ny entana navelan’izy ireo teo. Halatra roa nifanesy tao anatin’ny telo andro no nahazoan’ny andrimasom-pokonolona ireo vokatra milanja 72kg, araka ny fampitam-baovao azo.

Naterin’ ireo tompon’andraikitry ny Fokontany teny amin’ny biraon’ny Zandary ao Sambava ireo lavanila maitso tsy matoy ireo ary voatery nandray fepetra amin’ny fanapotehana ireto farany. Ny alarobia tolak’andro teo no notanterahina teo anoloan’ny Biraon’ny Zandary tao Sambava, natrehan’ny Sekretera jeneralin’ny Faritra Sava sy ny avy ao amin’ny Prefektiora ao an-toerana ny fanapotehana ireo lavanila ireo.

Noho ny firongatry ny halatra lavanila maitso ary mbola tsy matoy izao dia mitaraina ireo mpamboly any an-toerana ankehitriny ka mitaky ny fanadihadiana lalina mahakasika ity tranga misy ao Sambava ity izy ireo. Voalaza fa ny zanak’olona avy any an-toerana ihany ireo dahalo manao ny halatra izay manimba sahady ny vokatra lavanila. Araka ny fampitam- baovao voaray dia ahiana ho misy maniraka ireo jiolahy madinika manao asa fangalarana lavanila tsy matoy any amin’ny Faritra Sava ity.

Pounie

La Vérité0 partages

Axe Toamasina- Fénérive Est - Route nationale ou piste provinciale ?

« On se sent vraiment isolés ». Ces propos sont des hébergeurs ou restaurateurs dans la zone de Mahambo de la Région d'Analanjorofo. Ils ne sont pas les seuls à se plaindre de la situation actuelle de cette partie Est de l'île dont l'accès est rendu difficile à cause de l'état des routes. « Si auparavant, le taux d'occupation de nos hôtels en période de fête avoisine les 70 à 90 %, actuellement on a du mal pour atteindre les 20 %. Et même moins pour certains », affirme un hôtelier basé à la station balnéaire de Mahambo.

En longeant cette route nationale 5, les automobilistes peuvent admirer différents types de nids, notamment ceux de poules ou d'autruches. Et en saison des pluies, comme c'est le cas maintenant, la route devient une rivière et où les nids sont devenus des pièges mortels pour les usagers.  La réhabilitation d'une partie de la route est en cours mais des doutes subsistent quand même. Une voie autorisée dans la Région évoque même des combines, non pas dans l'attribution du marché mais au respect des cahiers des charges. « Il est inconcevable qu'une partie réhabilitée ne dure même pas un mois », rouspète notre interlocuteur. A l'instar des autres contribuables, il craint à l'existence des marchés fictifs au détriment de la population. Cette dernière qui paie également au prix fort, la détérioration des portions de route. « Aujourd'hui, les taxi-brousse ont doublé leur tarif pour rejoindre Foulpointe ou Toamasina. Vu l'état des routes, c'est toutefois compréhensible », philosophe une commerçante à Mahambo qui, du coup, augmente également les prix des marchandises. Toute une série de hausses qui affectent la vie quotidienne des habitants, complètement délaissés. Ces derniers s'attendent au pire en cette période cyclonique. Ava aura déjà fait certainement des ravages depuis hier….F.R.

La Vérité0 partages

Année d'illusions

En plein désert où l'on n'a droit qu'à des sables, à perte de vue, et au moment où le soleil tape au zénith, les aventuriers voient, au loin, un lac aux douces vagues bleues. Un oasis, de quoi à satisfaire la grande soif, sinon à l'envie d'une baignade pour le plaisir de la fraîcheur ! Cependant, à mesure que l'on avance, la « chose » s'éloigne. Au bout du compte, il n'y a point d'eau ! Le semblant lac ou océan que l'on voyait, de loin, n'est que du mirage, voire d'illusion de… vue.

Sur tous les plans, l'année nouvelle, 2018, nous « promet » beaucoup de choses. Les uns, les plus optimistes ou les naïfs, peut-être, n'hésitent pas à la qualifier d'une année faste. Tandis que les autres, plus avisés ou plus prudents, la somment d'année de leurres. L'avenir proche ou à moyen terme nous le dira qui des deux auront raison. Mais d'ores et déjà, en considérant les expériences passées, durant les quatre années de pouvoir de ce régime, on est plutôt enclin à se pencher sur le deuxième cas.A entendre les discours des différents orateurs, lors de la cérémonie de présentation des vœux d'hier, à l'endroit du couple présidentiel à Iavoloha, on a l'impression que tout est bien dans le meilleur du monde possible et que l'avenir s'annonce brillant. Tout particulièrement, l'intervention du Chef de l'Etat qui sonne comme une véritable campagne électorale, prévoit une fulgurante ascension de Madagascar pour atteindre le sommet des pays émergents. De grands travaux seraient mis en avant cette année. Des aéroports, des routes, des écoles, des hôpitaux, des installations hydroélectriques et d'autres infrastructures de base figurent dans la longue liste des actions à réaliser. Des unités de production seraient mises en route. Ainsi, des emplois seraient créés.Que des engagements ! Que des promesses ! La sortie du tunnel se trouve, plus que jamais, à deux doigts. Le « paradis socialiste » tant promis par le régime socialiste de l'Amiral rouge n'est plus un rêve. Madagascar va intégrer la classe des nantis. D'ailleurs, ce ne sont pas les ressources naturelles qui manquent. Toutefois, va-t-on accuser la majorité des gens de ne pas accorder le moindre crédit à ces belles paroles ? Un discours mirobolant qui promet monts et merveilles, on l'a déjà entendu plus d'une fois. Combien de ces engagements pris par ce pouvoir, en particulier par l'homme fort du régime, ont été traduits en actes ?Gageons que durant toute la durée de l'année en cours, la population aura droit à des gesticulations, des tape-à-l'œil et des grands mots, vides de sens, tout juste pour embobiner les simples d'esprit. Des « objets » à gogo seraient distribués. Tout a déjà commencé le jour de la fin de l'année. Le Président, entouré d'une lourde délégation, fit le tour des « quatr'mis » de la Capitale en les offrant des vivres et autres objets. Il a abandonné le traditionnel discours de fin d'année pour prêter main-forte auprès des couches les plus vulnérables. Et les « œuvres » de ce genre vont se multiplier jusqu'aux échéances de novembre.Soyez-en sûr, la population, en général, va être « gâtée » en cette année charnière où de grands rendez-vous électoraux vont avoir lieu. Ce sera, certainement, l'année d'illusions.Ndrianaivo

La Vérité0 partages

Hery Rajaonarimampianina - Un discours de campagne

En dehors des décorations marquées par la couleur bleu roi, Hery Rajaonarimampianina a présenté des vœux flirtant avec un discours de campagne, hier, lors de la cérémonie de présentation de vœux des corps constitués et du corps diplomatique  au couple présidentiel au Palais d’Etat d’Iavoloha.  Durant près d’une trentaine de minutes, le Chef de l’Etat s’est surtout évertué à défendre son bilan, tout en appelant la population à poursuivre la lutte pour le redressement déjà entamé.

Durant son intervention, l’hôte des lieux a tenu à rappeler toutes les réalisations et les projets en cours. Il a cité notamment la réduction du taux de malagasy vivant sous le seuil de pauvreté, qui serait passé de 92% à 70%, le taux de croissance de 4,1% qui tend à la hausse ou encore l’embauche de 40000 enseignants fonctionnaires, les projets structurants et les projets concernant les énergies renouvelables, la construction et la réhabilitation d’infrastructures routières, d’aéroports et de ports, le vatsin’ankohonana, les réformes juridiques notamment l’adoption de la loi sur les Zones économiques spéciales, sur l’industrie, sur l’énergie. ContinuitéReconnaissant visiblement que les actions menées ne sont peut-être pas ressenties au niveau de la population, Hery Rajaonarimampianina soutient malgré tout que « le pouvoir a travaillé ». Pour lui, le leitmotiv est ainsi la continuité. Les termes « continuer », « renforcer », « poursuivre » ont ainsi été martelés durant le discours du Chef de l’Etat. Pour le Chef de l’Etat, afin d’arriver à une émergence, une évolution des mentalités est nécessaire, dénonçant au passage la promptitude de certains au dénigrement et à la diffamation proférée sur les réseaux sociaux.  Et lui de préciser également qu’il ne fallait pas confondre liberté d’expression et Etat de non-droit soulignant que sous son régime personne n’a été emprisonné pour avoir exprimé ses opinions et le cas échéant, ils ont été libérés, renchérissant qu’il n’y avait plus de prisonniers politiques durant son mandat. VirginitéConcernant la lutte contre l’insécurité et le vol de bovidés, Hery Rajaonarimampianina a été laconique annonçant uniquement le début de l’implantation de puces électroniques dans les zébus.  Parlant de la vie nationale, le Président de la République a fustigé les plans de certains pour empêcher les Malagasy de produire, « en propageant des rumeurs, en préparant les malagasy à de possibles troubles, en appelant les Malagasy à ne pas suivre et respecter les lois parce que celles-ci sont contraires aux intérêts de certains politiciens ». Une allusion aux propos de l’ancien Président Marc Ravalomanana qui a prévenu les dirigeants par rapport à une éventuelle crise dans le cas où il ne serait pas autorisé à candidater pour l’élection présidentielle.« Il suffit de la culture de l’impunité, il suffit de l’utilisation de la politique pour se refaire une virginité ou pour faire des abus en tout genre », rajoute Hery Rajaonarimampianina. « Ce n’est pas pour rien que l’indépendance des organes de lutte contre la corruption, contre le blanchiment d’argent ou contre le détournement se sont renforcés », dit-il.EffortsLes troubles ne sont pas les solutions à l’avenir de la politique à Madagascar. Et lui d’exclure par ailleurs toute nouvelle transition ou accord politique pour l’avenir du pays. Le peuple a passé un accord avec ses dirigeants pour accomplir les actions pour le développement du pays,  dit-il. « Nous devons faire des efforts parce que nous sommes en retard par rapport aux autres pays. Nous devons nous lever et le Président sera là pour vous diriger afin de lutter contre la pauvreté, nous avons besoin que tous soient convaincus », a par ailleurs martelé Hery Rajaonarimampianina. Des propos qui résonnent comme un discours de campagne aux oreilles de bon nombre d’observateurs, surtout à l’approche de la présidentielle, au cours de laquelle l’actuel chef de l’Etat est pressenti pour être sur la ligne de départ. Parlant d’élection justement, Hery Rajaonarimampianina dit que l’année sera une année durant laquelle « un grand choix se posera dans notre histoire » et réaffirme que « l’élection présidentielle aura lieu cette année ».  D’après lui, cette élection se fera conformément à la Constitution. « Le problème c’est que les lois fondamentales n’ont pas été respectées et c’est le fondement des crises », commente-t-il. Une déclaration qui fait rire sous cape bon nombre d’observateurs de la vie publique. Quid en effet du fameux article 54 de la Constitution sur la nomination du Premier ministre bafoué à maintes reprises par le régime actuel ? Pour l’heure, aucune date précise concernant la tenue de cette élection présidentielle n’a toutefois été arrêtée par le gouvernement malgache. Une échéance que réclame aussi la Commission électorale nationale indépendante.ManquementAprès les vœux à la nation zappée par le Chef de l’Etat, Hery Rajaonarimampianina a fait l’impasse sur deux autres « traditions » hier à Iavoloha à savoir, l’augmentation des salaires pour les fonctionnaires et la grâce pour les prisonniers … Pas un mot par rapport à ces deux points durant son discours. En ce qui concerne la traditionnelle augmentation de salaire pour les fonctionnaires, en particulier,  le silence est considéré d’alarmant par un certain nombre d’analystes. Et ce, d’autant plus que tous les indicateurs laissent penser que l’inflation débutée l’année dernière devrait se poursuivre en cette année électorale. L.A.

La Vérité0 partages

Cyclone tropical - « Ava » fait des dégâts sur la côte Est

Atterrissage à Ambalamanasy Toamasina, hier à 13h. Le cyclone tropical « Ava » a déjà fait des dégâts bien avant son entrée en terre, notamment sur les côtes Nord et Est de Madagascar. C'est le cas à Mampikony où des milliers d'habitants sont isolés et un jeune homme a été emporté par les eaux,  porté disparu jusqu'à maintenant. Pour Sainte-Marie, 90% des champs de culture se trouvent ravagés ou sous les eaux, selon les informations recueillies sur place.

Toamasina pourrait enregistrer des lourds dégâts matériels puisque l'œil du cyclone s'y est trouvé pendant des heures, hier. Les premières données collectées font part de poteaux et arbres coupés, des maisons et bâtiments publics décoiffés ainsi que des champs de culture inondés. A cela s'ajoute la coupure de l'électricité depuis la matinée d'hier. A Brickaville, plus de 300 personnes ont dû être évacuées de leurs habitations depuis jeudi dernier. 5 abris provisoires y sont mis en place pour accueillir les sinistrés. D'un autre côté, la plupart des zones basses de diverses localités comme Soanierana Ivongo, Nosy Be, ainsi qu'Antananarivo, sont inondées. A l'heure où nous mettons sous presse, le bilan provisoire émanant du Bureau national de gestion des risques et catastrophes n'est pas encore disponible. Hier à 17h locale, Ava s'est encore intensifiée, au point de constituer un météore très dangereux pour l'Atsinanana. Le cyclone tropical s'accompagne d'un vent moyen de 150km/h alterné par des rafales de 205km/h dans un rayon de 37 km autour du centre. Les Régions Analanjirofo, Atsinanana, Alaotra Mangoro et Vatovavy Fitovinany sont en alerte rouge (danger imminent). L'alerte jaune (menace) est maintenue pour les Districts d'Antalaha, Mandritsara, Andilamena, Tsaratanana, Anjozorobe, Manjakandriana, Antananarivo Avaradrano, Antananarivo Atsimondrano, Antananarivo Renivohitra, Ambohidratrimo, Andramasina, Arivonimamo, Ambatolampy, Antanifotsy, Antsirabe I-II, Fandriana, Ambositra, Manandriana, Ambohimahasoa, Isandra, Vohibato, Lalangina, Fianarantsoa Ville, Ambalavao, Faritra Atsimo Atsinanana, Ivohibe et Iakora. Les régions Anosy et Androy sont en alerte verte (avertissement). La sortie en mer reste fortement déconseillée pour les côtes Est ainsi que le Nord-Ouest.Recueillis par Patricia Ramavonirina

La Vérité0 partages

Evasion d’Houcine Arfa - Le fugitif évoque des complicités en haut-lieu

Pendant que les autorités malagasy, en particulier le Chef de l’Etat comme directement concerné, évitent soigneusement de parler de l’affaire de l’évasion de la prison d’Houcine Arfa, cet ex-conseiller à la sécurité de la Présidence a encore fait une autre révélation. Jeudi soir, il s’est confié sur les ondes de la Radio France Internationale (Rfi) à propos de l’aide de certaines personnalités du pays pour le faire fuir.

Selon lui, il lui a fallu un mois pour préparer son évasion. « Il m’a fallu tisser des relations avec des anciens ministres, des militaires et de personnels pénitentiaires de l’île  pour m’aider à quitter la prison », a-t-il déclaré brièvement sur la radio internationale.Cela apporte donc au moins une explication face à la soi-disant incompréhension totale des autorités mais aussi de la Police malagasy. Un journal français l’a récemment évoqué dans ses lignes. « Qui étaient ses complices ? Comment a-t-il pu quitter la Grande île sans que personne ne s’en aperçoive, sachant que la Capitale est à dix heures de route des côtes ? », peut-on lire dans les colonnes de cette publication de l’Hexagone.  Houcine Arfa a été surtout évasif dans ses explications. La Police nationale malagasy, visiblement prise de court, se fait tirer les vers du nez, selon toujours ce journal. « Je ne dirais pas qu’il y a eu une défaillance au niveau de la Police nationale. Ce qu’il faudrait savoir, c’est qu’on a aidé le fugitif », aurait déclaré le directeur du cabinet de la sécurité publique. Si les révélations d’H.A. s’avéreraient donc exactes, la Police nationale a dit vrai en argumentant que l’enquête devrait partir de la maison de force de Tsiafahy jusqu’en… France où le fugitif était rentré après le succès de son échappée « rocambolesque », selon la définition de nos confrères de l’Hexagone. Il a aussi affirmé qu’il aurait été torturé par le service de sécurité malagasy (?) depuis le mois de juillet l’année dernière. En attendant, le syndicat de l’administration pénitentiaire est sorti du silence. Récemment, son porte-parole confirme l’incarcération provisoire des deux agents d’escorte et du major à Tsiafahy. Avec un ordre médical, ces trois-là avaient la mission d’accompagner le Français de l’Hjra à Ilafy en vue d’une radiographie. « Nous les avons conduits jusqu’à cette prison. Nous n’avons quitté Tsiafahy que vers 20h, jeudi », a assuré le syndicaliste. De même, il a officiellement relaté les circonstances de l’évasion. Il a avancé que des individus armés et ayant circulé dans deux véhicules 4x4 ont forcé les agents d’escorte à laisser partir le prisonnier Houcine avec eux, tout cela sous la menace des armes, bien sûr. « L’un des 4x4 s’était mis en travers de la voie pour bloquer le passage au taxi et ses 4 passagers tandis que le second a fait de même mais derrière le taxi », a-t-il renchéri.Rappelons qu’il est bien confirmé que l’homme a bien travaillé à Madagascar et a été recruté par la Présidence à Madagascar (par qui ?) avec pour mission la préparation de la garde présidentielle pour le Sommet de la Francophonie, en novembre 2016. A part l’avis de recherche concernant le « fuyard », les autorités malagasy auront-elles le courage de demander son extradition ?Franck Roland

La Vérité0 partages

Vie d’entreprises - Les grands chamboulements de 2017

En faisant une petite rétrospective de l’année 2017, des événements ont chamboulé la vie de certaines entreprises de la Grande île. Des changements radicaux ont été adoptés, allant de l’entrée de la compagnie aérienne Air Austral dans le capital de la compagnie aérienne nationale Air Madagascar en tant que partenaire stratégique, à la vente de Galana au groupe français Rubis, sans oublier le changement de propriétaire de la société Vivetic. Ces différents événements prouvent que Madagascar est encore une terre d’opportunités. Des opportunités indéniablement exploitables que ce soit au niveau des ressources naturelles, mais également des ressources humaines.

Acquisition de 49 % des actions d’Air Madagascar par Air AustralLa compagnie aérienne malagasy était dans l’impasse depuis plusieurs années et vivait aux crochets de l’Etat. Cependant, dans le cadre du crédit accordé par la Banque mondiale, l’Etat a dû réduire les subventions octroyées aux différentes entreprises nationales comme Air Madagascar ou encore la Jirama. A cet effet, la compagnie Air Madagascar a alors dû trouver un partenaire stratégique pour l’aider dans son redressement. Ce partenaire devra donc mettre en place un business plan pour remettre en état Air Madagascar en 10 ans. Ce plan d’affaires s’axera sur trois points, à savoir le renforcement et le développement du marché domestique, le développement du leadership d’Air Madagascar à l’international, la mise en place des alliances intelligentes afin de renforcer la coopération avec le réseau régional. En plus du business plan, le partenaire stratégique devra également faire un apport de 40 millions de dollars pour accéder au capital de la compagnie. Plus de 30 compagnies ont postulé mais c’est la compagnie aérienne Air Austral qui a été désigné comme « preferred bidder » au mois de mars dernier. Et le 4 avril, Air Madagascar et Air Austral ont signé le protocole d’accord qui marquera le démarrage de la « due diligence ». Toutefois, cette « due diligence » a été vraiment longue. Vu que ce n’est que sept mois après, le 9 octobre, que l’accord de partenariat stratégique entre les deux compagnies a été signé. Mais l’officialisation de cet accord ne s’est finalisée qu’à la fin du mois de novembre avec la signature du « closing » et l’apport de 10 millions de dollars d’Air Madagascar. A partir de là donc, Air Austral détient maintenant 49 % des actions de la compagnie aérienne nationale malagasy.  Aujourd’hui, Air Madagascar est dirigée par Besoa Razafimaharo et a Eric Kholler comme président du Conseil d’administration. Pour les trois années à venir, les deux compagnies se focaliseront sur le redressement de la compagnie nationale. Actuellement, le projet à court terme d’Air Madagascar est la mise en place de sa filiale domestique « Tsara dia ».   Recueillis par Rova R.Homéopharma« Un nouvel actionnaire dans les rangs » Le groupe Sirr (Société d’Investissement et de Représentation Régionale) avait entamé, il y a quelques mois, des négociations portant sur un partenariat d’investissement avec la société Homéopharma, l’emblème de l’industrie pharmaceutique malagasy. A l’issue de ces négociations, le groupe concerné a réussi à acquérir 50 % du capital du laboratoire pharmaceutique en question. Jean-Claude Ratsimivony, fondateur d’Homéopharma, reste actionnaire. Cet accord de partenariat est d’ailleurs censé développer les activités dudit laboratoire. A titre de rappel, Homéopharma est un laboratoire pharmaceutique connu pour ses produits 100 % biologiques. Fondé il y a plus de 20 ans par Jean-Claude Ratsimivony, les produits du laboratoire sont élaborés sur la base de la médecine traditionnelle malagasy ainsi qu’à partir des recherches approfondies en pharmacologie. Les produits en question sont vendus dans les instituts Homéopharma mais aussi auprès de la majorité des pharmacies et des grandes surfaces à travers la Grande île. Côté exportation, l’entreprise Homéopharma distribue ses produits dans la Région de l’océan Indien, en Europe, en Afrique de l’ouest et au Japon.Le siège social d’Homéopharma se trouve actuellement au « Trade Tower » à Alarobia, propriété de Feride Ismaël, tout comme le nouvel immeuble en construction à Antanimena.Recueillis par Marinà R.

L'express de Madagascar0 partages

Saison cyclonique – Ava fait sa première victime

Ava s’intensifie dans l’océan Indien. Cette forte tempête tropicale a fait une victime dans le district de Toamasina II.

Imprudence. Une femme a été emportée par le courant d’une rivière à Ampasimbe-Onibe dans le district de Toamasina II, et en a succombé, mercredi en fin d’après-midi. C’était le rapport de l’adjoint du district, hier, lors d’une réunion journalière du comité régional de gestion des risques et catastrophes.« Selon lui, cette femme allait rejoindre sa maison lorsque le drame s’est produit. Elle se serait entêtée à traverser la rivière alors que le niveau de l’eau est déjà monté », souligne le chef d’escadron Léon Randria-manantena, Commandant de compagnie territoriale à Toamasina, joint au téléphone. Il a précisé que cette information n’est pas encore arrivée au niveau de la brigade de la gendarmerie de Foulpointe. Le corps de la femme aurait déjà été repêché.C’est la première victime de la forte tempête tropicale Ava, rapportée jusqu’à hier. À Sainte-Marie, à Fénérive-Est ou encore à Maroantsetra, aucun dégât majeur n’a été rapporté par les autorités locales. À Toamasina ville, par contre, les impacts des précipitations commencent à se faire ressentir.

Suspension des activitésLes gens habitant les bas quartiers sont bloqués chez eux, le niveau de l’eau monte. « Du côté de la gare routière, par exemple, l’eau arrive jusqu’au niveau de la cuisse. Dans les marchés, c’est pareil. Les canaux sont tous bouchés, ce qui engendre cette inondation », rapporte un habitant de Toamasina.En outre, les rues se sont transformées en rivière. La gendarmerie de Toamasina ajoute que des branches de vieux arbres sont tombées, que des enclos se sont effondrés. Le Bureau national de la gestion des risques et catastrophes (BNGRC) n’a pas encore envoyé de bilan indiquant les dégâts du cyclone, jusqu’à hier.Depuis hier soir, les habitants de Toamasina ont attendu l’entrée du cyclone. Tout le monde est resté à l’abr. D’ailleurs, les activités, notamment l’enseignement, ont été suspendues dans les régions Alaotra Mangoro, Antsinanana, à Sainte-Marie, Soanierana Ivongo et Fénérive-Est, depuis hier après-midi et ne reprendront que lundi. Les transporteurs ont envisagé d’interrompre leurs activités, ce jour.Aucune coopérative de transport n’assurerait le transport reliant Toamasina à Antananarivo, aujourd’hui, pour éviter le danger.

Lire aussi :  Fin progressive de l’hiver

Avis de menace pour Antananarivo

Contrairement aux prévisions du technicien du service de la Prévision météorologique à Ampandrianomby, mercredi, Ava pourrait atteindre le stade de cyclone tropical avant d’atterrir sur terre, ce matin. À 18 heures hier, le centre de cette forte tempête tropicale, a été localisé à 210 kilomètres au Nord-Est de Toamasina. Cette forte tempête tropicale continue sa direction vers le Sud-Ouest avec une vitesse de 10 km/h. Elle a été accompagnée d’un vent de 105 km/h et des rafales de vent de 140 km/h. Un avis de danger imminent est lancé pour Analanjirofo, Atsinanana, Alaotra Mangoro. Un avis de menace est lancé pour Antalaha,  Mandritsara, Andilamena, Tsaratanana, Anjozorobe, Antananarivo Avaradrano, Arivonimamo, Ambatolampy, Antanifotsy, Antsirabe I-II et  Vatovavy Fitovinany. Un avis d’avertissement pour Fandriana, Ambositra, Manandriana, Ambohimahasoa, Isandra, Vohibato, Lalangina, Fianarantsoa Ville, Ambalavao, Faritra Atsimo Atsinanana, Anosy, Ivohibe et Iakora. Les fortes pluies seront au rendez-vous et les crues de rivières sont à craindre pour toutes  ces zones.

Miangaly Ralitera

L'express de Madagascar0 partages

Saison cyclonique – Ava fait sa première victime

Ava s’intensifie dans l’océan Indien. Cette forte tempête tropicale a fait une victime dans le district de Toamasina II.

Imprudence. Une femme a été emportée par le courant d’une rivière à Ampasimbe-Onibe dans le district de Toamasina II, et en a succombé, mercredi en fin d’après-midi. C’était le rapport de l’adjoint du district, hier, lors d’une réunion journalière du comité régional de gestion des risques et catastrophes.« Selon lui, cette femme allait rejoindre sa maison lorsque le drame s’est produit. Elle se serait entêtée à traverser la rivière alors que le niveau de l’eau est déjà monté », souligne le chef d’escadron Léon Randria-manantena, Commandant de compagnie territoriale à Toamasina, joint au téléphone. Il a précisé que cette information n’est pas encore arrivée au niveau de la brigade de la gendarmerie de Foulpointe. Le corps de la femme aurait déjà été repêché.C’est la première victime de la forte tempête tropicale Ava, rapportée jusqu’à hier. À Sainte-Marie, à Fénérive-Est ou encore à Maroantsetra, aucun dégât majeur n’a été rapporté par les autorités locales. À Toamasina ville, par contre, les impacts des précipitations commencent à se faire ressentir.

Suspension des activitésLes gens habitant les bas quartiers sont bloqués chez eux, le niveau de l’eau monte. « Du côté de la gare routière, par exemple, l’eau arrive jusqu’au niveau de la cuisse. Dans les marchés, c’est pareil. Les canaux sont tous bouchés, ce qui engendre cette inondation », rapporte un habitant de Toamasina.En outre, les rues se sont transformées en rivière. La gendarmerie de Toamasina ajoute que des branches de vieux arbres sont tombées, que des enclos se sont effondrés. Le Bureau national de la gestion des risques et catastrophes (BNGRC) n’a pas encore envoyé de bilan indiquant les dégâts du cyclone, jusqu’à hier.Depuis hier soir, les habitants de Toamasina ont attendu l’entrée du cyclone. Tout le monde est resté à l’abr. D’ailleurs, les activités, notamment l’enseignement, ont été suspendues dans les régions Alaotra Mangoro, Antsinanana, à Sainte-Marie, Soanierana Ivongo et Fénérive-Est, depuis hier après-midi et ne reprendront que lundi. Les transporteurs ont envisagé d’interrompre leurs activités, ce jour.Aucune coopérative de transport n’assurerait le transport reliant Toamasina à Antananarivo, aujourd’hui, pour éviter le danger.

Avis de menace pour Antananarivo

Contrairement aux prévisions du technicien du service de la Prévision météorologique à Ampandrianomby, mercredi, Ava pourrait atteindre le stade de cyclone tropical avant d’atterrir sur terre, ce matin. À 18 heures hier, le centre de cette forte tempête tropicale, a été localisé à 210 kilomètres au Nord-Est de Toamasina. Cette forte tempête tropicale continue sa direction vers le Sud-Ouest avec une vitesse de 10 km/h. Elle a été accompagnée d’un vent de 105 km/h et des rafales de vent de 140 km/h. Un avis de danger imminent est lancé pour Analanjirofo, Atsinanana, Alaotra Mangoro. Un avis de menace est lancé pour Antalaha,  Mandritsara, Andilamena, Tsaratanana, Anjozorobe, Antananarivo Avaradrano, Arivonimamo, Ambatolampy, Antanifotsy, Antsirabe I-II et  Vatovavy Fitovinany. Un avis d’avertissement pour Fandriana, Ambositra, Manandriana, Ambohimahasoa, Isandra, Vohibato, Lalangina, Fianarantsoa Ville, Ambalavao, Faritra Atsimo Atsinanana, Anosy, Ivohibe et Iakora. Les fortes pluies seront au rendez-vous et les crues de rivières sont à craindre pour toutes  ces zones.

Miangaly Ralitera

L'express de Madagascar0 partages

Vol aggravé – Les gendarmes arrêtent quatorze bandits

Quatorze sur vingt-six bandits ont été interpellés par la gendarmerie dans la capitale et le Vakinankaratra. Ces arrestations ont commencé depuis le vendredi 22 décembre.

Association de malfaiteurs. Quatorze individus, auteurs principaux de vingt-et-une attaques à main armée perpétrées dans les régions Analamanga et Vakinanka­ratra, faisant un mort, ont été arrêtés par la gendarmerie. Des coups de filet successifs ont commencé le vendredi 22 décembre. La compagnie de Tanà-ville et les brigades concernées sont toujours sur les traces de leur fournisseur d’armes et douze autres complices, dont deux femmes. Ils demeurent jusqu’à présent insaisissables. Leurs signalements ont déjà été enregistrés dans toutes les unités de la gendarmerie.Deux fusils de chasse et un revolver de fabrication locale ont été pris sur la troisième femme, arrêtée avec les dizaines de braqueurs présentés à la circonscription interrégionale de la gendarmerie nationale (CIRGN), à Ankadilalana, hier, lors d’une conférence de presse. Ils devaient être déférés devant le parquet du tribunal de première instance d’Anosy, hier, selon les informations recueillies.Ce vaste réseau, composé d’une vingtaine de bandits, âgés de 19 à 45 ans, a fait beaucoup parler de lui depuis l’année 2016, dans les zones périphériques d’Anta­nanarivo, à Ambato­lampy et à Antsirabe II. « Ces malfrats ont reconnu avoir commis vingt-et-une attaques à main armée, dont seize recensées à Anala­manga, les six autres dans la région du Vakinankaratra. Nous avons reçu des plaintes pour chaque cas. Certains d’entre eux viennent de sortir de prison et ont recommencé : des récidivistes », a précisé le commandant de compagnie de la gendarmerie de Tanà-ville, le chefd’escadron Tojo Raoilijon.

ButinCes bandits se sont renseignés sur leur cible avant de passer à l’action. Des opérateurs de produits locaux, camionneurs, épiciers et propriétaires de zébus ne sont pas épargnés, d’après les explications reçues. En une année, la valeur du butin de ce réseau criminel s’est élevée à 88 900 000 ariary, de source proche des enquêteurs. Les bandits ont été connus sur leur mode opératoire.L’argent, les objets de valeur et les appareils électroniques dérobés n’ont pu être récupérés, selon un détective de la brigade d’Ambato­lampy où l’on a constaté les six cas de hold-up.

Hajatiana Léonard

L'express de Madagascar0 partages

Liste éléctorale – Un objectif difficile à atteindre

Trois cent vingt mille nouveaux électeurs sont inscrits depuis début décembre. Un résultat en-deçà du pari fixé par la Commission électorale nationale indépendante.

Loin du compte. Les nouveaux électeurs traînent des pieds pour s’inscrire. L’objectif de la Commission électorale nationale indépendante (Ceni) d’enrôler sept cent quatre-vingt mille électeurs supplémentaires est incertain. Cet organe en charge des élections s’est donné comme défi de franchir le cap des dix millions d’électeurs, cette année. À moins d’un mois de l’arrêt provisoire de la liste électorale, trois cent vingt mille nouveaux électeurs se sont ajoutés aux neuf millions deux cent vingt mille inscrits lors de l’année dernière, selon le vice président de la Ceni, Thierry Rakotonarivo dans une station télévisée privée hier. La cause de cette situation est plurielle selon cet administrateur civil. La situation socio-économique amplifiée par l’insécurité dans les zones rurales, ainsi que l’insuffisance de sensibilisation de la part des partis politiques et la société civile.La révision annuelle de la liste électorale (RALE) est enclenchée depuis le 1er décembre 2017 pour se terminer le 31 janvier 2018. La Ceni mène une campagne de sensibilisation « Za efa anaty lisi-pifidianana » (Je suis déjà inscrit sur la liste électorale), en utilisant un large éventail de canaux de communication. Par ailleurs, il est possible pour les internautes, de vérifier leurs noms dans le site de la Ceni.

RéticenceCependant, l’inscription sur la liste électorale est basée sur une démarche volontaire. Chaque individu en âge de voter doit se rendre dans les bureaux de fokontany pour s’inscrire sur la liste électorale. Toutefois, avec le contexte qui prévaut, acquérir le droit de vote se trouve en queue de la liste des priorités de la population.Cette réticence est surtout remarquée chez les neo-majeurs. Selon les résultats de l’audit du fichier électoral en octobre 2017, la liste « ne comporte que mille trois cent quarante-six électeurs de 18 ans » sur un peu plus de neuf millions d’électeurs. Des organismes onusiens comme le Fonds des Nations unies pour la population (UNFPA) avancent, toutefois, une proportion importante de jeunes à Madagascar.Dans son site, l’UNFPA publie que plus de 53,8% de la population malgache est composée de jeunes de moins de 20 ans, et les jeunes entre 10 et 24 ans représentent 32% d’une population malgache estimée à vingt millions en 2012. Ainsi, un effort particulier est requis pour sensibiliser les jeunes, d’autant que ceux qui ne sont pas inscrits dans la RALE 2017-2018 ne pourront plus voter en décembre.Thierry Rakotonarivo se remet ainsi à tout un chacun pour arriver à cet objectif. « Le processus électoral n’est pas seulement l’affaire de la Ceni, mais nécessite une prise de responsabilité de tout un chacun.» a-t-il conclu.

Andry Rialintsalama

L'express de Madagascar0 partages

Rapport – Le FMI émet des doutes sur les ZES

Le dernier rapport du Fonds monétaire international (FMI) critique à fond le texte sur les ZES. L’institution doute de l’efficacité du régime.   

Craintes. Dans son dernier rapport, sur la deuxième revue de la mission au titre du programme facilité élargie de crédit (FEC), les services du Fonds monétaire international (FMI) ont émis des doutes sur l’efficacité  de la loi sur la zone économique spéciale (ZES) et du développement de l’industrie (LDI). « Des projets de loi pour attirer les investissements privés comportent des incitations fiscales qui soulèvent des doutes importants quant à leur efficacité et au risque de perte de recettes », indique le rapport.Pour l’Institution de Bretton Woods, ces textes « s’écartent des bonnes pratiques internationales en matière de gouvernance, pouvoir discrétionnaire excessif, par exemple, et de conception des incitations fiscales, par exemple, critères d’admissibilité trop vastes; chevauchements entre plusieurs régimes incitatifs; réduction du taux de l’impôt sur les sociétés au lieu d’un amortissement accéléré ou de crédits d’impôts favorisant l’investissement ».  Le Parlement a adopté, lors de sa dernière session ordinaire, ces deux textes.Pour attirer de nouveaux investisseurs, le gouvernement envisage de mettre en place des zones économiques spéciales (ZES), dans différents endroits de l’île comme la région Diana, Moramanga ou encore dans le Sud du pays.

CraintesPour soutenir ces nouveaux investissements, le gouvernement accordera des avantages fiscaux, comme des exonérations de la taxe sur les valeurs ajoutées (TVA),  des droits de douane sur les importations, ainsi qu’une clause de stabilité de vingt ans.Des mesures que le FMI pointe du doigt dans ce rapport. « Les services du FMI craignent que les avantages fiscaux n’attirent pas beaucoup d’investissements supplémentaires, mais profitent aux investissements qui, pour l’essentiel, se produiraient de toute façon, et que la multiplicité des régimes s’avère difficile à gérer, ce qui entraînerait des pertes directes de recettes ainsi que des déperditions indirectes », souligne le document du FMI.Face à ces critiques du FMI, le gouvernement annonce son intention de vouloir commencer avec un ou deux projets pilotes, de passer en revue les incitations fiscales existantes et de limiter la portée des nouveaux régimes dans des actes ultérieurs. « Avant de prendre d’autres mesures, nous évaluerons les coûts et les avantages de ces projets pilotes. Nous envisageons également de réviser le code fiscal en tant que cadre juridique général régissant les incitations fiscales, en faisant appel, dans la mesure du possible, à une assistance technique du FMI et d’autres partenaires », s’engagent les autorités dans leur mémorandum de politiques économiques et financières (MPEF).

Lova Rafidiarisoa

L'express de Madagascar0 partages

Anjanahary II O – Trois maisons risquent  de s’effondrer

Trois maisons risquent de s’effondrer dans le  fokontany d’Anjanahary II O, d’après Emile Andrianasolo, chef fokontany d’Anjanahary. L’immeuble qui s’inclinait depuis 30 décembre est en cours de démolition actuellement afin de ne pas créer des dégâts sur les maisons environnantes. Les sapeurs-pompiers travaillent sur place actuellement.Suite à ce cas, les responsables du fokontany sont descendus dans chaque secteur afin de repérer les maisons qui présentent de grandes fissures. « Les gens ont besoin d’être alertés à temps pour éviter les mauvaises surprises. Pourtant lorsque les propriétaires sont avertis, ils comptent seulement réparer au cas où il n’y aurait que des fissures », explique le chef fokontany.L’année dernière, deux maisons se sont écroulées dans ce quartier. Mises à part les fissures, les piliers de maisons ne supportent plus les fondations. «La plupart des démunis habitent dans des maisons en bois. Nous avons vu qu’une d’entre elles s’incline déjà or chacune de ces maisons abrite plus de six personnes en moyenne », ajoute t-il.La quantité de pluie augmente au passage d’un cyclone. Il ne s’agit plus seulement de suivre de près les maisons, qui risquent de s’effondrer, mais également les clôtures, les arbres et la montée des eaux dans les bas quartiers.

Mamisoa Antonia

L'express de Madagascar0 partages

Festival de danse urbaine – « Ambony - Ambany » célèbre ses cinq ans

Une ode à la grâce et au talent des danseurs urbains de la Grande île. « Ambony - Ambany » est un jeune festival fédérateur  à portée internationale.

Porté par une génération de danseurs passionnés, qui, à chaque nouvelle édition, accordent une grande place à la découverte de nouveaux talents, le festival de danse urbaine « Ambony - Ambany » sur-prend depuis cinq ans maintenant, en s’affirmant comme étant la plateforme incontournable pour les artistes et férus nationaux de danse.Initié par l’association « DanceTeam Madagascar », qui regroupe en son sein plusieurs jeunes danseurs d’horizons divers, le festival donne ainsi rendez-vous au public de la capitale pour des retrouvailles enflammées du 24 février au 4 mars.À l’échelle internationale, le festival se redécouvre comme étant le festival « Ambony - Ambany, Battle for peace ». Une identité qu’il arbore continuellement avec fierté, puisque, selon ses jeunes organisateurs, l’essence même du festival et de la danse en général, c’est de promouvoir la paix. C’est ainsi tout un programme encore plus enrichi, que le public aura le privilège d’apprécier.Entre les spectacles, une représentation théâtrale où la danse urbaine sera à l’honneur, les compétitions, ainsi que les ateliers professionnels et amateurs seront au rendez-vous. Les inconditionnels de la danse urbaine, mais aussi du genre afro-contemporain seront particulièrement ravis de ces retrouvailles.

Un hommage à la danseSous le haut patronage du ministère de la Jeunesse, des sports et des loisirs, et avec le soutien de l’Institut français de Madagascar (IFM) Analakely, « DanceTeam Madagascar » s’engage également à promouvoir l’art et les artistes par le biais des évènements culturels et artistiques. « Ambony - Ambany, Battle for peace » promet d’apporter alors un nouvel élan aux artistes danseurs grâce aux diverses opportunités que le festival leur offrira, surtout en cette cinquième édition.Combler les besoins des danseurs nationaux, c’est l’objectif principal de cette édition qui apportera une lumière sur l’évolution de la danse urbaine à Madagascar de génération en génération. Illustre porte-étendard de la danse au pays, mais aussi à l’international depuis les années 90, la compagnie Up The Rap, orpheline de Rudi Rehava l’année passée, sera ainsi particulièrement à l’honneur le temps de ce festival.De plus, d’Antananarivo à Toamasina, de Fianarantsoa à Toliara, en passant par Ambositra, Antsirabe, Moron­dava et Mahajanga, ils seront une bonne centaine de danseurs à rejoindre le festival et à faire valoir leur créativité, ainsi que leur talent sur scène. De plus, plusieurs invités internationaux, originaires aussi bien du continent européen, qu’asiatique et aussi de l’Amérique, sont attendus. Comme à l’accoutumée, un concours show chorégraphique entre les écoles de danse aura lieu.Il en est de même du concours show inter-établissements où chaque établissement, sous la tutelle d’un danseur professionnel, prépare un show chorégraphique.

Andry Patrick Rakotondrazaka

L'express de Madagascar0 partages

Football – Ligue des champions – Kampala City, une équipe exprérimentée

La Cnaps Sport affrontera le KCCA Ouganda en tour préliminaire de la Ligue des Champions de la CAF. Un adversaire également éliminé en seizièmes de finale, l’an passé.

Le tirage au sort du tour préliminaire, en Ligue des Champions de la CAF, à la mi-décembre, a quelque peu gâté la Cnaps Sport Itasy. Le club quintuple champion de Madagascar affrontera le Kampala Capital City Authority Football Club de l’Ouganda, anciennement dénommée Kampala City Council FC, depuis sa création en 1967 jusqu’en 2012. Il s’agit d’un adversaire pratiquement de même calibre que la Cnaps Sport, si l’on se réfère à ses précédentes performances.En C1, le KCCA a été éliminé en seizièmes de finale, comme le porte-fanion malgache l’an dernier. Et ce, après avoir perdu face au Mamelodi Sundowns d’Afrique du Sud au terme de leur double confrontation. La Cnaps Sport aussi avait été sortie à ce stade de la compétition, au même moment, par le Coton Sport du Cameroun. Nul doute que les deux formations espèrent faire mieux cette fois-ci. Mention spéciale aux Caissiers, qui en sont à leur cinquième participation consécutive et qui aimeraient certainement décrocher enfin une qualification pour la phase de groupes.Comme la Cnaps Sport à Madagascar, le KCCA domine largement sur la scène nationale. Il a été sacré à quatre reprises sur les cinq dernières années, soit en 2013, 2014, 2016 et 2017. S’y ajoutent une coupe nationale (2017) et trois Supercoupes (2013, 2014 et 2016).

Six victoiresLes Kasasiro Boys sont actuellement en pleine possession de leurs moyens. Ils ont gagné à six reprises en huit rencontres sur les deux derniers mois (Ndlr : 6 victoires, 1 nul et 1 défaite), en Premier League ougandaise. Ils occupent la deuxième place du classement général après quinze journées.Le KCCA dispose d’un effectif plutôt jeune, la majorité des joueurs étant âgés de moins de vingt-cinq ans. Les joueurs évoluent la plupart du temps sous un maillot jaune et bleu, et disposent d’un stade de mille places dénommé Star Times Uganda Stadium. Le club est sponsorisé par le groupe chinois de télévision numérique Star Times.

Les résultats du KCCA en Ligue des Champions 2017

KCCA # Primeiro do Agosto : 1-0Primeiro do Agosto # KCCA : 2-1Mamelodi Sundowns # KCCA : 2-1KCCA # Mamelodi Sundowns : 1-1

Haja Lucas Rakotondrazaka

L'express de Madagascar0 partages

Trafic de palissandre – Trois hommes écroués à Antsirabe

La présentation de quatre hommes impliqués dans un trafic de palissandre au parquet d’Antsirabe, avant-hier, a fait long feu. La décision a été annoncée tard dans la soirée. Le chauffeur, son aide et l’abatteur d’arbre ont été renvoyés derrière les barreaux de la maison centrale d’Antsirabe. Le propriétaire du camion, saisi avec quatre-vingt unités de palissandre à son bord, a bénéficié d’une liberté provisoire. Ce dernier n’était pas en connaissance des causes, selon le chef du commissariat de Betafo saisi de l’enquête.Il a indiqué que le colonel, baron du trafic, et son secrétaire, un gendarme de première classe (G1C), ainsi qu’un caporal de l’armée malgache ne sont venus ni durant l’enquête ni au parquet. Une convocation sera envoyée à chacun d’eux par le tribunal d’ici peu, selon les premiers éléments de l’investigation. Les identités du trio restent encore confidentielles jusqu’à ce que l’enquête soit terminée.Les pièces à conviction, quatre-vingt rondins de palissandre saisis sur la RN 34, à Betafo, ont été gardées dans les locaux de la direction de l’environnement et de la forêt du Vakinankaratra. Ces bois précieux proviennent de Miandrivazo.

H.L.

L'express de Madagascar0 partages

Salon des pierres précieuses en Inde – Départ incertain pour de nombreux opérateurs

Cacophonie. Désordre et déception à l’aéroport international d’Ivato, hier. Le départ pour l’Inde pour participer au salon des pierres précieuses « Rough Gem Show » à Jaipur, Inde, a causé de l’agitation. Sur la cinquantaine d’opérateurs prévus faire escale hier à Maurice pour rejoindre New-Delhi, une bonne moitié n’est pas partie. Le salon commence lundi prochain. Les uns n’ont pas eu de billets, d’autres n’ont pas pu finir le scellage de leurs produits à exposer au salon, des déclarations n’ont pas été effectuées, et places complètes pour le vol… au dernier moment.Des allées et venues à n’en plus finir des opérateurs entre la salle d’enregistrement et l’extérieur pour annoncer les dernières nouvelles aux membres de la famille.  « On nous a dit de récupérer nos billets auprès de la commission nationale des Mines (CNM), une fois ici, à l’aéroport. Mais le président de la CNM en question est seulement venu vingt minutes avant la clôture de l’enregistrement, pour nous annoncer que les billets sont entre les mains d’une autre personne », dénonce  Mamison Olivier Rakototsimba, président du groupement des opérateurs miniers (GOM) du Vakinan-karatra. « Je ne peux pas prendre le vol alors que mon billet est en règle,  ils disent que mes marchandises sont dites non déclarées », raconte Eliane Randriantsoa, un autre opérateur.D’autres ont été autorisés à partir, en laissant leurs marchandises aux douanes en attente d’une déclaration officielle et qu’un autre groupe d’opérateurs devra emmener samedi prochain. Une situation qui n’a pas plu à beaucoup car la valeur des marchandises d’un participant au salon des pierres précieuses dans cette ville de l’Inde coûte pas moins de 100 000 000 ariary.

IncertainL’agence de voyages responsable a envoyé les billets à l’aéroport mais n’a pas suffisamment accompagné les voyageurs, qui, la plupart, prennent pour la première fois l’avion. Ils viennent de Bekily, d’Antsirabe et de la capitale. La CNM annonce dans la soirée qu’une quinzaine n’ont pas pu prendre le vol et qu’ils ont été logés dans un hôtel à Ivato en attendant la suite. « La suite sera connue demain (ndlr ce jour) après l’entretien avec l’agence de voyages. Un autre vol est prévu partir samedi », précise Mika Rakotoarisoa, membre de la famille du président de la CNM, tenu responsable du sort des opérateurs qui n’ont pu partir hier.La CNM, organisme rattaché au ministère auprès de la présidence en charge des Mines et du pétrole (MPMP), est, en effet, l’organisatrice de la participation des opérateurs en pierres précieuses au salon en Inde, sur invitation du gouvernement indien. Le voyage s’est préparé en quinze jours. L’on ignore alors si ceux qui n’ont pu partir pourront assister au salon. Nombreux se sont endettés pour pouvoir saisir l’opportunité de contracter directement avec des acheteurs de pierres précieuses et de pierres industrielles. Le voyage a coûté six millions d’ariary par personne.

Mirana ihariliva

L'express de Madagascar0 partages

Ambohimalaza – Casses de caveaux à la nécropole royale

Le cimetière d’Antampon’Ambohimalaza a été le théâtre de cambriolages de caveaux. Ces pillages de sépultures ont été constatés lors des funérailles.

Des pilleurs de sépultures ont fait parler d’eux à Ambohi­malaza. Cette fois-ci, les malfaiteurs se sont attaqués à trois caveaux de lignées royales. Les tombeaux vandalisés portent d’ailleurs des marques emblématiques. Ces casses de caveaux ont été constatées lundi, en fin de matinée, au cimetière d’Antampon’Ambohimalaza. «C’est une famille endeuillée qui nous en a informés. Outre le caveau où a été effectué l’enterrement, des tombeaux voisins ont également fait l’objet de pillage», confie Mbola Ramanantsoa, maire de la commune rurale d’Ambohimalaza.Sitôt averti, l’élu ainsi que des gendarmes de la brigade territoriale d’Ambohi­malaza se sont rendus sur les lieux. Jusqu’à hier, les familles propriétaires des deux autres caveaux cambriolés ne se sont pas encore manifestées faute d’information. Ce qui complique le dénombrement des dépouilles pillées.La thèse selon laquelle ces actes ont été commis en pleine nuit est évoquée, mais les circonstances sont floues.Les malfaiteurs semblent avoir pris tout leur temps au moment des faits. Des pierres tombales ont été déplacées et des blocs de pierre détachés.

Par hasardLes pilleurs ont opéré ni vus ni connus, d’après les informations communiquées. Après avoir mis la main sur des ossements humains, ils ont réussi à quitter le cimetière avec leur butin pour disparaître sans laisser de traces. Les caveaux pris pour cible sont vieux d’au moins quelques dizaines d’années selon le maire d’Ambohi­malaza.Si, auparavant, les casseurs de caveaux ont frappé dans les périphéries, ils ont sévi, cette fois-ci, en plein Ambohimalaza, au cœur de la nécropole de surcroît.Faute d’indices suffisants, les enquêteurs peinent à remonter de fil en aiguille jusqu’aux pilleurs. Le cambriolage a été découvert par hasard. Le maire appelle, de ce fait, les familles ayant des caveaux dans les environs, à se manifester.

Andry Manase

L'express de Madagascar0 partages

Présentation de vœux – Un discours électoral attendu

Sauf changement de dernière minute, la présentation de vœux du Président Hery Rajaonari­mampianina doit se tenir aujourd’hui au palais d’Iavoloha. Les convives et les politiciens du pays attendent avec impatience le discours du Président. Le groupe parlementaire Tim (Tiako I Madagasikara) attend plutôt de la douceur de sa part. D’après Felix Randriaman­dimbisoa, député de Tana IV, c’est un discours d’apaisement que le chef d’État devrait prononcer. « L’élection doit être une priorité. Un discours d’apaisement est donc de mise pour que le pays reste dans le calme, surtout à l’avènement de l’élection », a-t-il soutenu.Pour les députés Mapar (Miaraka Amin’ny Prezida Andry Rajoelina), il n’est plus l’heure des promesses et des projets. Selon Jean Brunel Razafitsiandraofa, député d’Ikongo, il faut se concentrer sur la préparation de l’élection. « Nous espérons que la date de l’élection sera enfin dévoilée, pour pouvoir s’y préparer », a-t-il déclaré. D’après lui, il ne reste plus beaucoup de temps avant l’élection. « Nous pensons que l’heure n’est plus à la réalisation des différents projets. Si la date de l’élection est connue, nous pouvons nous y focaliser dès maintenant », a-t-il poursuivi.Du côté des députés, les attentes des groupes parlementaires sont plutôt diversifiées. Le groupe du parti au pouvoir, le Hery Vaovao ho an’i Madagasikara (HVM) attend du Président qu’il s’exprime sur les besoins directs du peuple, selon le député Harijaona Randria­rimalala. « Nous souhaitons que le Président annonce la réalisation des travaux qu’il avait promis, comme la réparation des rues par exemple », a-t-il déclaré. Toujours selon le député du district d’Atsimondrano, le peuple, ou du moins les fonctionnaires attendent également « l’augmentation salariale ».Habituellement, la partie la plus attendue dans le discours présidentiel est celle de l’augmentation salariale. Cette année, l’opinion publique et les politiciens sont davantage focalisés sur la partie où le Président s’exprimera sur l’élection. L’effectivité de sa candidature ou non est également très attendue.

Loïc Raveloson

L'express de Madagascar0 partages

Basketball – Le DTN Angelot reçoit le prix du PAISAC

Une toute première dans les annales du sport malgache. Le directeur technique national de la fédération malgache de basketball, Angelot Razafiarivony est le premier Malgache à recevoir le prix STESA.M, du Programme d’Appui Internationale au Sport Africain et des Caraïbes (PAISAC). À l’issue de la trentième session de formation d’entraineurs en sciences appliquées au sport au Canada, le prix lui a été envoyé sous forme de bourse (STESA.M est  une florissante entreprise immobilière siégeant à Montréal), en signe de reconnaissance et remerciement aux propriétaires, en la personne de Stefan Rusimov et Mme Sachka Russimova.Constamment, cette entreprise a appuyé financièrement les activités de PAISAC depuis son démarrage en 2002, et tout particulièrement la contribution aux bourses. Le DTN Angelot Razafiarivony est diplômé en entrainement de haut niveau, titulaire de diplôme niveau 4 du PNCE (Programme National de Certification d’Entraineur) et de l’INFE (Institut National de Formation d’Entraineur Montréal Canada).Connu en tant qu’instructeur de la Fiba Afrique, il est aussi formateur accompagnateur accrédité par PAISAC. Les prix et reconnaissance du PAISAC, sous forme de bourses, visent à reconnaître la contribution de ses anciens entraîneurs stagiaires au système sportif de leur pays et au succès de leurs athlètes, souvent avec peu de moyens et dans des conditions difficiles, tout en exprimant sa gratitude aux personnalités, organisations, entreprises qui soutiennent le PAISAC.Ils soulignent toute la gamme de rôles dans les domaines de la formation des collègues et la réalisation de projets, de l’entraînement, du niveau développement à la haute performance. Le Prix STESA.M de formation d’entraîneurs en sciences appliquées au sport est remis chaque année à une personne méritante, ayant déployé des efforts notables de partager avec ses pairs, des connaissances en sciences appliquées au sport acquises au PAISAC, dans le cadre de cours ou stages de formation qu’il ou elle aura initiés et réalisés.

S.R.

L'express de Madagascar0 partages

Exportation – Le litchi conquit les États-Unis

La réputation du litchi de Madagascar arrive jusqu’aux États-Unis. Tout comme en Europe, premier marché du litchi malgache, avec la France puis la Russie depuis l’année dernière, ou encore Dubaï en Asie et l’océan Indien, le continent américain s’intéresse de plus en plus au litchi malgache. Si l’on a observé, après les fêtes de Noël et de fin d’année, un petit ralentissement sur les ventes de litchi vers l’Europe, cette année commence bien pour les opérateurs malgaches du côté du continent américain.Ce nouveau marché est une cible potentielle à exploiter pour les exportateurs malgaches, même si la Grande île enregistre une baisse de 30% de sa récolte de litchi pour cette campagne 2017-2018 à cause de l’arrivée tardive de l’hiver austral.Les États-Unis sont dans la ligne de mire de nos opérateurs depuis quelques années déjà. Diverses activités et opérations promotionnelles ont été engagées afin d’évaluer la commercialité  de ce fruit tropical asiatique sur le territoire américain pour les années à venir.En tant que quatrième producteur mondial, les opérateurs malgaches devront fournir beaucoup plus d’efforts. L’amélioration de la qualité est primordiale, entre calibrage et maturité des fruits, mais encore les conditions de transport vers l’extérieur, pour pouvoir concurrencer avec l’Afrique du Sud, La Réunion ou encore la Nouvelle-Calédonie.Quoiqu’il en soit, les deux parties voient dans ce marché des avantages, surtout économiques. Pour Mada-gascar, un groupement d’exportateurs de litchi auraient déjà pris contact avec l’US food and drug administration, une agence américaine qui s’occupe des produits alimentaires et médicamenteux. La campagne s’achève en février.

Tsiry Razafindrazaka

L'express de Madagascar0 partages

Antsiranana – Le mauvais temps s’installe

Le temps exécrable, avec de la pluie, persiste dans la région Diana, plus particulièrement dans la ville d’Antsiranana. Depuis le réveillon de fin d’année, le soleil n’a fait que de brèves apparitions, le ciel prenant une couleur de plomb.Ainsi, dans la nuit d’avant-hier à hier, la pluie est tombée à verse, avec des éclairs et du tonnerre. D’ailleurs, toute la journée d’hier était humide bien que l’averse ait cessé par intermittence. Des rafales de vent ont soufflé, faisant croire que cela est dû à la tempête tropicale Ava annoncée par la météo nationale. En tout cas, c’est la saison des orages dans cette partie Nord de l’Île.La première conséquence est l’apparition de grandes flaques d’eau dans les quartiers et les rues d’Antsiranana, en partie à cause des canaux d’évacuation des eaux bouchés. Le marché du Bazary kely ressemble à une rizière, tandis que la rue inondée à Scama a engendré un embouteillage impromptu. La situation risquera d’être difficile si la pluie continue à tomber.On constate que la population antsiranaise commence à prendre certaines précautions. Des personnes réparent ou consolident les toitures de leurs habitations. Certains commerçants ont fermé leurs boutiques. De plus, d’après une habitude locale, les paysans ne sont pas encore venus vendre leurs produits agricoles. En effet, ils préparent la fête « Valy rombo » qu’ils célébreront samedi et dimanche prochains. Les affiches et les banderoles sont d’ailleurs là pour le justifier : le groupe Fandrama, Zandry Ahmed, Jazz MMC, entre autres, seront de la partie.

R.

L'express de Madagascar0 partages

Consommation – Les hausses de prix  se maintiennent 

Généralisée, la hausse du prix de tous les produits de première nécessité survenue lors des récentes périodes festives est visiblement loin de s’atténuer. Observés principalement sur les étals des grossistes du marché d’Anosibe, hier, mis à part le riz, tous les prix des autres PPN sont maintenus en hausse pour des raisons plus ou moins précises. « Certains disent qu’à cause des mauvaises conditions météorologiques, les frais de transport des denrées augmentent. D’autres affirment que les produits en vente sur les étals en ce moment sont encore des stocks acquis avant les fêtes », déplore Razafiarisoa Nirina, détaillante de fruits et légumes. Cette dernière qui se  fournit au marché d’Anosibe, tous les matins, a dû revoir la quantité de ses approvisionnements à la baisse à cause des prix exorbitants de certains articles chez les grossistes même selon elle.La hausse a été maintenue pour certains produits, à l’instar du kilo d’oignon qui est passé de 2000 à 3000 ariary pendant les fêtes  et qui est resté au même prix jusqu’à présent. Ou encore le kilo du gingembre qui est monté de 6000 à 7000 ariary. Par ailleurs, pour d’autres légumes, comme la pomme de terre ou encore les brèdes, la hausse est constatée en moyenne entre 200 à 300 ariary le kilo.Impactant considérablement sur les dépenses quotidiennes des ménages aux revenus moyens, « ces maintiens de prix  devraient tout autant interpeler les autorités», conclut notre détaillante.

Harilalaina Rakotobe

L'express de Madagascar0 partages

Diana – L’insertion des ex-jeunes délinquants d’actualité

Pendant ces dix dernières années, la ville d’Antsiranana a vécu  un moment terrible à cause de la recrudescence de la délinquance infantile et juvénile. Mais, ces derniers temps, une nette régression a été constatée depuis la prise en main de la formation professionnelle de ces jeunes, souvent victimes de la déperdition scolaire, avec un avenir incertain, et qui ont aussi  perdu leurs repères sociaux.Cent jeunes concernés par le phénomène « foroches », issus de quartiers et d’associations différents, ont déjà bénéficié de cette initiative, lors de la première vague de formation, l’année dernière. À l’issue de tels apprentissages, quelques-uns ont  repris le chemin de l’école, d’autres ont  trouvé un emploi.Le projet est le fruit de la collaboration tripartite entre le Centre de formation technique et professionnelle de la Secren (CFTPS), le Bureau International du Travail (BIT), et la région Diana. L’apport du comité de pilotage qui a accompagné moralement ces jeunes dans leur réussite n’est pas à exclure ni à négliger.« Le principal objectif consistait à donner une chance à  ces enfants et à ces jeunes pour qu’ils aiment et apprenent un métier, à donner envie de s’améliorer, à avoir goût au  travail, et  surtout  à entreprendre afin d’avoir un projet de vie afin qu’ils puissent faire  face aux difficultés du  marché du travail », a expliqué Christian Ntsay, directeur du BIT à Madagascar.À cet effet, une évaluation  des résultats du projet a été effectuée en mai 2017 et les acteurs ont  estimé cruciale la prolongation des efforts pour rééditer la formation des enfants et jeunes ex-délinquants, en raison des besoins encore non satisfaits. Le BIT a accepté de reprendre ses appuis en faveur de la région Diana pour la formation de cent  nouveaux enfants et jeunes.À l’issue de ces formations, force est de reconnaître que l’insertion  professionnelle des jeunes demeure un défi pour les acteurs locaux. Il est plus que jamais indispensable de mobiliser, notamment le secteur privé et la société civile à participer aux efforts collectifs de maintien de la paix sociale dans la ville d’Antsiranana par des initiatives de responsabilité sociale pouvant toucher plusieurs  domaines, et proposer un stage professionnel, une formation complémentaire, un recrutement etc.Dans cette perspective, la région Diana a fait appel  à tous les partenaires professionnels issus de différents secteurs pour qu’ils s’engagent et s’impliquent beaucoup plus dans l’ objectif collectif visant à une meilleure insertion professionnelle de ces jeunes victimes et souvent stigmatisés.

Raheriniaina

L'express de Madagascar0 partages

Peinture sur verre – 2017, une année prospère pour Natoa 

Neuf expositions dont une à l’étranger, une médaille d’art ont marqué l’année 2017 pour le jeune artiste peintre sur verre Natoa Rasolon­jatovo. Il fait partie de la nouvelle génération d’artistes et continue brillamment sur sa lancée. Son style de peinture sur verre  évoquant des scènes de vie malgache plaît et séduit sur son passage.Pour ce jeune de vingt-et-un ans, l’année 2017 a été fructueuse. Il a pu participer à différents événements tels que la Foire de l’Immo­bilier, le Forum de la Diaspora Malagasy, l’International Tourism Fair, le Forum des Métiers et de l’Artisanat de l’océan Indien à la Place de la République Mamoudzou Région Mayotte, entre autres.Des plateformes offrent une bonne visibilité pour lui et son art, que ce soit au niveau national ou à l’étranger. L’année qui vient juste de s’écouler n’est pas du tout de tout repos pour Natoa. À part les deux expositions en solo, il a aussi marqué son dixième anniversaire à travers une exposition particulière intitulée « Lokon’ny Gasikara », signifiant « les couleurs de la Grande île ».Ce jeune a été félicité par le Président français François Hollande lors de son passage à Madagascar durant le Sommet de la Franco­phonie. Son talent a fait de l’effet sur notre Prési­dent de la République lors de l’International Tourism Fair.

Ricky Ramanan

L'express de Madagascar0 partages

Football – Élections – Scrutins à refaire  dans quatre ligues

Initialement, les scrutins présidentiels régionaux étaient fixés pour le 15 décembre dernier. Mais les élections sont à refaire dans quatre ligues ce vendredi, d’après la décision de la commission électorale. C’est le cas de Haute Matsiatra et Vatovavy Fitovinany, où des candidatures n’ont pas été validées pour dossiers incomplets.Au final, il n’y aura qu’un seul postulant dans ces deux régions, à savoir Hilarion Rarison et Angelo Ferdinand Andrianirina. Dans le Bongolava, le litige à l’origine de la situation actuelle concerne l’élection du président de la section de Tsiroanimandidy. Il faudra également y refaire l’élection avec deux candidats, en l’occurrence Mamonjisoa Rakotoniaina et Désiré Rakotoarimino.Et enfin, dans le Boeny, le président sortant, Nourdine n’a pas obtenu la majorité requise lors du précédent vote. On aura un nouveau scrutin, avec lui et cinq autres adversaires, à savoir Hassan Ali, Hassan Jeannot Abdulah, Haja Mahandry Razanakoto, Georges Rakotoson et Daniel Rakotozara.

H.L.R.

L'express de Madagascar0 partages

Art martiaux – Le kempo place ses marques

La commission malgache de kempo et Mixed martial arts (MMA), présidée par  Parfait Rakotonindriana compte commencer la saison par une formation pour les assistants moniteurs en février dans la capitale.« Nous attendons la venue du secrétaire général de la fédération internationale de kempo, Éric La Rocca en mars », a annoncé Parfait Rakotonin­driana.Une formation pour les moniteurs et arbitres est prévue durant le passage de ce représentant de la fédération internationale. Une compétition sera aussi programmée après la formation. « La compétition servira de sélection de nos porte-fanions au championnat du monde, qui aura lieu en Bulgarie fin avril », a-t-il souligné.La commission malgache de kempo et Mixed martial arts (MMA) poursuit la vulgarisation de ces disciplines. Parfait Rakotonindriana a créé cette nouvelle structure après sa démission de la commission de pancrace en août 2017. La commission a bouclé l’année passée en organisant, les 28 et 29 décembre, un stage pour les assistants moniteurs et aussi d’initiation pour les combattants débutants. Le président de la commission même, et responsable technique a animé les deux jours de formation qui ont vu la participation de dix combattants et quatre assistants moniteurs, issus des trois clubs d’Ambatolampy et d’Ambohimandroso. «Nous avons essayé durant ce premier pas de vulgarisation de partager aux stagiaires les techniques de base. Puis on avancera petit à petit pour les prochains stages », précise Parfait Rakotonin­driana. En quatre mois d’existence, la commission malgache de kempo et Mixed martial arts a déjà organisé deux compétitions et deux formations.

Serge Rasanda

L'express de Madagascar0 partages

Ankorondrano Andranomahery – Le nombre de  sinistrés  augmente 

Le nombre des sinistrés, suite à la montée des eaux à Ankorondrano Andrano-mahery, ne cesse d’augmenter. Six familles viennent de quitter leur foyer, hier. Si le soir du 30 décembre, onze familles étaient accueillies dans le bureau du fokontany, quatre vingt familles s’y abritent actuellement.« Nous avons dû quitter la maison car il fait trop froid. L’eau n’est pas encore entrée dans la maison mais se trouve au bas du portail. Je travaille comme lessiveuse mais j’ai arrêté car il faut prendre une pirogue pour se rendre jusqu’au bassin et de plus l’eau ne cesse de monter », affirme Alphonsine Anastasie, qui vient de rejoindre les sinistrés, hier.Les personnes les plus vulnérables ont été évacuées immédiatement. Certains  restent chez eux car ce ne sont pas les voleurs, profitant de la situation, qui manquent. Le moyen de vie est précaire car la plupart de ces sinistrés survivent de la pêche de poisson d’eau douce.« Les responsables auprès de la Commune urbaine d’Antananarivo et l’arrondissement  sont descendus. Nous ne pouvons  boucher le déversement de l’eau vers les rizières. », explique Alain Ramanantany, chef fokontany d’Ankorondrano Andranomahery. D’autres quartiers comme 67 ha , Ankazomanga et Ankasina sont aussi victimes de ce remblai. Les bureaux de fokontany restent encore les seuls lieux d’hébergement.

M. A.

L'express de Madagascar0 partages

Un camion barre  la chaussée

Un poids lourd a fait une sortie de route, hier, vers 11 heures 30, sur la RN2, à Mahavoky-Carion. Un défaut technique au niveau du freinage était à l’origine du drame, selon un gendarme. Le chauffeur, grièvement blessé, a été évacué à l’hôpital militaire de Soavinandriana. Son aide a été légèrement blessé. Le camion, au milieu de la chaussée, a provoqué un énorme bouchon. La circulation est revenue à la normale vers 15 heures.

L'express de Madagascar0 partages

Air Madagascar – Reprise progressive des vols

La situation semble revenir à la normale pour les vols domestiques de la compagnie Air Madagascar. Les programmations de vols envoyées à la presse semblent confirmer cette situation. De nombreux passagers ont pu regagner leurs destinations, hier. C’est le cas, par exemple, de ceux qui sont restés coincés à Toliara depuis lundi. « L’aéroport était plein comme un œuf ce matin (ndlr : hier matin). Nous ne savons pas si nous pouvons embarquer dans les premiers vols », s’inquiétait l’un des passagers du vol MD 712. Il a pu quand même monter à bord de l’un des aéronefs de la compagnie  dans l’après midi.Pour dénouer la situation, Air Madagascar a mobilisé tous les moyens à son bord. L’appareil ATR 72 qui assurait la desserte d’une partie du réseau intérieur a, par exemple, fait plusieurs vols aller et retour dans cette partie australe du pays pour transporter les passagers.La panne technique survenue lundi à Mayotte à son Boeing 737 a perturbé la programmation des vols domestiques et intérieurs .

L. R.

L'express de Madagascar0 partages

Photographie – Stéphane Neko, un artiste conceptuel

Harijaona Rakotomalala, de son vrai nom, adore les images en général et la photographie en particulier. Son style surréaliste évoque des scènes peu ordinaires, sa manière de raconter des histoires hors du commun. 

« Censure »

Dans le jargon des photographes, ce que Stéphane Neko réalise se définit par « Fine Art ». Ceux qui arrivent à comprendre l’anglais doivent avoir une notion de ce mot. La photo est un art, et les photographes, comme Stéphane Neko, apportent un travail en particulier aux clichés réalisés afin d’obtenir un résultat proche de la fiction. Tout dépend de l’inspiration des photographes pour rendre les photos surréalistes, une fois finies. Et les résultats sont bluffants dans le vrai sens du terme. Une série de photos faites de la même manière et suivant un thème précis arrive à raconter une histoire plus ou moins fictive.

« Human »

« Les films que je regarde arrivent à déclencher mon inspiration. Parfois ce sont les images, d’autres fois c’est l’histoire, ou même la musique du film. Je commence à concevoir dans ma tête ce que je veux réaliser. Une fois que j’arrive à avoir une esquisse des différentes étapes du travail, je me mets ensuite à écouter de la bonne musique », explique Harijaona Rakotomalala alias Stéphane Neko.« J’adore le rock qui évoque le côté rebelle en moi, que j’aime bien laisser s’exprimer à travers mes photos. Souvent cette sonorité lourde me suit jusqu’à la réalisation d’un thème. Les couleurs aussi ont une signification dans mes œuvres. Je suis plutôt porté vers les couleurs sombres entre guillemets, celles qui arrivent à entretenir le mystère, le frisson et l’étonnement. Lors de ma dernière exposition « The Red », j’ai choisi la couleur rouge comme fil conducteur. Cette couleur décrit ma personnalité. J’ai le cœur entre les deux mains et je peux me mettre en colère facilement. Le rouge est symbolique pour moi. Il nous unit tous. Le rouge traduit pas mal de choses. La souffrance, l’amour, la colère, notre île », ajoute notre photographe.

« Forbidden »

Des photos faisant partie de l’exposition « The Red » :

« Mask (fake) »

 

« The Red »

The Red, le système de notre société

La couleur rouge domine l’ensemble des œuvres de Stéphane Neko intitulées « The Red ». Ce thème raconte la vision du photographe par rapport à la société dans laquelle il vit. Exposées au Buffet du Jardin à Antaninarenina du 16 au 30 décembre 2017 derniers,  les onze photos qui composent The Red évoquent la liberté, les règles, les interdits, la punition. « En tant que photographe, traiter la nudité est une forme de liberté. Le corps présente aussi de belles formes d’expression que les artistes interprètent de différentes manières. Pourtant notre société a établi des règles pour interdire cette forme d’expression. Elle a puni ceux qui ne les ont pas suivies, d’une façon ou d’une autre. Et on reste enfermé dans ce système qu’on ne peut pas franchir, tel une ligne rouge », souligne Stéphane Neko.

Un enfant de la balle

Stéphane Neko est issu de deux générations de photographes. Son père était un photographe qui faisait des photos souvenirs. Même son grand-père côtoyait le domaine de la photo, à son époque. C’est en toute logique que Stéphane s’est orienté vers des études de multimédia en apprenant les films courts. Il gagne sa vie en prenant des photos d’événement sous un autre pseudo, One-Photography. Et la photographie conceptuelle, le surréalisme ou le Fine Art est une forme d’expression pour Stéphane Neko en tant qu’artiste « photo-génique ».

D’autres œuvres de l’artiste photographe

Stéphane Nekose démarquedes photographes« classiques ».

« Trapped »

« Wanna be free »

 

 

 

 

 

 

 

 

« The end of heartache »

 

 

 

 

 

 

« Looking for utopia »

 

 

 

 

« Crying for freedom »

Textes : Ricky RamananPhotos : Fournies

L'express de Madagascar0 partages

Infrastructures routières – Plusieurs axes dans un piteux état

Des travaux de réhabilitation des rues d’Antananarivo et ses périphéries ainsi que certaines routes nationales seront entamés d’ici peu. Le Premier ministre Solonandrasana Olivier Mahafaly souligne l’urgence de réhabiliter plusieurs infrastructures routières dans la capitale, lors du conseil de gouvernement de mercredi.Les travaux, sur quelques grandes routes stratégiques, comme la route reliant Ambanja à Antsiranana sur la RN6, débuteront cette année. Le ministre des Travaux publics, Eric Razafimandimby, affirme que tous les financements nécessaires au lancement des travaux sont déjà acquis. Pour cette année, le Fonds d’entretien routier dispose d’un budget de 110 milliards d’ariary.Des associations communautaires ou de simples résidents au sein des fokontany dans les périphéries d’Antananarivo n’ont même pas attendu l’appel des autorités pour apporter une contribution à leur communauté. Un appel qui coïncide avec le début de la saison cyclonique. Les citoyens du fokontany d’Antsahabe Ambatoroka avec ceux d’Andohan’i Mandroseza se sont donné la main pour réparer au mieux les infrastructures routières délabrées dans cette zone, avant le probable passage de la tempête tropicale AVA.

Tsiry Razafindrazaka

L'express de Madagascar0 partages

Football – Reprise de l’entraînement  à la Cnaps Sport

La trêve de fin d’année est définitivement terminée. Les joueurs de la Cnaps Sport Itasy ont repris l’entrainement depuis mercredi. Au programme, une séance journalière d’environ deux heures au stade d’Alarobia.Le club quintuple champion de Madagascar s’apprête à disputer la Supercoupe de Madagascar contre Fosa Juniors Boeny (14 et 21 janvier), d’un côté. De l’autre, il prépare également la prochaine campagne africaine, en Ligue des Champions de la CAF. Les Caissiers défieront les Ougandais du Kampala Capital City Authority en tour préliminaire de la C1, en février.Transféré en Thaïlande il y a quelques semaines, Njiva, pièce maîtresse de l’attaque, manque à l’appel. Par contre, la Cnaps Sport Itasy enregistre le retour de Mika, son métronome du milieu de terrain.

H.L.R.

L'express de Madagascar0 partages

Un pickpocket reçoit une balle

Un pickpocket armé de sabre a été interpellé sur le fait mercredi, à 20 heures, à Andavamamba. ses deux complices ont pu s’enfuir. Ils étaient en train de dépuiller un passant au milieu de la route lorsque les éléments de l’unité d’intervention rapide sont intervenus. Le voleur arrêté a tenté de défier les policiers.

L'express de Madagascar0 partages

Toliara – Meurtre et vol d’armes

Sept bandits armés de fusils de chasse ont frappé et tué à Toliara. Dans la nuit de mardi à mercredi aux alentours de 2  heures du matin, la bande s’est abattue sur une famille à Tanambao Ankililaoka. Roué de coups  par les assaillants, un chef de famille a été ensuite achevé à coups de hache. Ses bourreaux  ont fait main basse sur des armes dont un fusil, un pistolet automatique, ainsi que cinq haches.Les malfaiteurs ont, dans la foulée, brutalisé cinq autres personnes, lesquelles se trouvent actuellement dans un état préoccupant.Après avoir accompli leur crime, les malfaiteurs ont pris la fuite en direction de l’Est.Avertie de ce vol aggravé de meurtre, la brigade territoriale de la gendarmerie nationale à Ankililaoka a dépêché des éléments d’intervention ainsi qu’une équipe d’enquêteurs conduite par un gradé. La thèse d’un règlement de compte n’est pas exclue. Des recherches ont été menées mais elles s’avèrent jusqu’à maintenant infructueuses. La gendarmerie locale poursuit ses investigations. Les funérailles du défunt sont prévues se dérouler ce jour.

A. M.

L'express de Madagascar0 partages

Un voleur repart  les mains vides

Un voleur sur le point de dérober 560 000 ariary d’une jeune femme à Antanimena, dans le bus 109, a été dissuadé par la police de la compagnie urbaine d’intervention de Tsaralalàna. Les faits se sont déroulés mercredi.

Midi Madagasikara0 partages

Une bande de malfaiteurs démantelée : Elle a commis 21 attaques en une année, près de 90 millions d’a...

Grosse prise de la Gendarmerie. Une bande de gangs qui a terrorisé les régions d’Analamanga et Vakinankaratra vient d’être démantelée par la compagnie Tana ville et ses unités collaboratrices notamment celles où ont sévi ces malfrats. En effet, 14 individus membres de cette bande dont une femme ont été déférés au Parquet du Tribunal de première instance d’Antananarivo, hier. Ils sont poursuivis pour association des malfaiteurs et des vols à main armée. Selon les informations émanant du Chef d’Escadron Tojo Ramilijaona, commandant de la Compagnie de Tana-ville, les suspects sont classés comme étant les plus dangereux des gangs. En un an seulement, soit depuis la fin 2016 jusqu’en décembre 2017, ils ont réalisé 21 attaques à main armée  dont quinze dans la région Analamanga (Ambatofotsy, Alasora, Andoharanofotsy, Fenoarivo, Itaosy, Ambohimiadana…). Dans la Vakinankaratra, ils ont déjà opéré à Ambatolampy, Antanifotsy et Soanindrariny dans le district d’Antsirabe II. En bref, cette bande a choisi comme champs d’action les zones rurales. Durant ces 21 attaques, 88 996 000 ariary ont été dérobés et une personne a été tuée. Ils ont réussi à s’accaparer de cette somme colossale, car leur mode opératoire est bien organisé, entre autres l’utilisation des indicateurs. «Des renseignements fournis par un indicateur leur ont permis de s’en prendre à une personne ayant projeté d’acheter un camion à Antanifotsy », souligne le Chef d’Escadron Tojo Ramilijaona.

Série d’arrestations depuis le 22 décembre. Cette bande a été démantelée grâce à delongues enquêtes et suivant les plaintes déposées par les victimes auprès de la gendarmerie. En effet, la première arrestation a eu lieu le 22 décembre dernier pour déboucher à la capture de ces 14 suspects qui ont été cueillis dans deux localités, à savoir à Antananarivo et à Ambatolampy. Deux fusils de fabrications artisanales (vrais fusils de chasse modifiés en arme de poing), un revolver, quelques balles et des « ody gasy » ont été saisis sur eux.  La gendarmerie souligne qu’en réalité, cette bande est composée de 26 membres dont trois de sexe féminin. Certains d’entre eux sont des récidivistes, c’est-à-dire qu’ils ont déjà séjourné en prison. En effet, 12 sont encore en cavale. Une mission à suivre pour la gendarmerie.

T.M.

Midi Madagasikara0 partages

Andavamamba : Mpanendaka voatifitry ny pôlisy

Jiolahy rain-dahiny amin’ny fanendahana sy fanafihana eny amin’iny faritra Andavamamba iny, no tra-tehaky ny pôlisy, ny alin’ny alarobia lasa teo. Voatifitry ity farany raha teo an-dalam-pitsoahana. Tokony ho tamin’ny valo ora alina teo ho eo, rehefa avy nanao ny asa ratsiny ka iny handeha hitsoaka iny ireto mpanendaka no tonga tampoka sy ara-potoana ireo pôlisy avy amin’ny UIR Raikitra teo ny fanenjehana sy ny fifampitifirina ka iray tamin’ireo mpanao ratsy no tsy afa-nitsoaka intsony rehefa voan’ny bala teo amin’ny tongony  havia. Araka ny fanazavana azo, dia nisy lehilahy iray handeha hamonjy fodiana ka nanakana taxi teny an-toerana no efa narahana telo lahy mitondra sabatra. Raha iny handeha hiditra anaty fiarakaretsaka iny anefa no nobedain’ilay iray avy hatrany. Tsy nanaiky izay fanendahana an-kitsirano nahazo azy izany anefa ity lehilahy ka dia nifampitana tanteraka tamin’ireo olon-dratsy. Eny fa na dia nirongo fitaovam-piadiana aza ireto farany. Sendra ny be noho  vitsy anefa  ity voaendaka ity no sady mbola voarasan’ny sabatra ny tànany ka nanaiky mora foana. Lasan’ireto olon-dratsy tamin’izany ny kitapo teny aminy. Tamin’io fotoana io, teo am-panaovana fisafoana ireo faritra mafana ireo pôlisy avy amin’ny UIR no sendra ny antso vonjin’ity lehilahy ity, ka nandray ny andraikiny avy hatrany, nanenjika ireto olon-dratsy, tamin’iny elanelan-tranon’Andavamamba iny. Ary dia izao nahasamborana ny iray tamin’ireto olon-dratsy ireto, izay naratra vokatry ny tifitra nahazo azy. Mbola mitohy kosa ny fikarohana ireo namany sasany. Nentina notsaboina moa io mpanendaka voasambotra io ary notazonina avy hatrany tany amin’ny biraon’ny pôlisy nofotorana.

m.L