Participer à la campagne crowfunding de FoodWise Madagascar

Les actualités à Madagascar du Vendredi 04 Décembre 2020

Modifier la date
Midi Madagasikara10 partages

Crise d’eau et d’électricité Risque d’explosion sociale

La queue interminable des bidons jaunes envahit les quartiers.

La grogne commence à monter au niveau des réseaux sociaux concernant la crise d’approvisionnement en eau et électricité dans plusieurs quartiers des grandes villes.

La Jirama a annoncé un délestage pour plusieurs quartiers de la ville. Une situation qui a été déjà vécue dans la cité depuis quelques jours où les coupures d’électricité commencent à se multiplier. Selon la compagnie nationale d’eau et d’électricité, le problème est lié à l’étiage des eaux qui alimentent le barrage d’Andekaleka et qui impacte ainsi la turbine qui devrait, en effet, rabaisser la cadence. Du coup, la production d’électricité se voit réduite de presque 77% de son rythme habituel. En temps normal, selon la Jirama, Andekaleka produira 93MW mais actuellement, le barrage n’est qu’à seulement 23MW. Et les consommateurs de la Jirama se trouvent ainsi dans l’obligation de vivre des coupures qui peuvent aller d’ « environ 2 heures » par jour, selon la Jirama. Pourtant, ces derniers refusent d’avaler la couleuvre.

Politique énergétique. L’effondrement de l’alimentation en électricité et la crise de l’approvisionnement en eau dans plusieurs villes du pays compliquent davantage le quotidien des ménages et créent la tension. La Jirama se trouve dans la tourmente. Elle est pointée du doigt comme étant à l’origine de ces difficultés quotidiennes des milliers de ménages qui subissent actuellement les revers d’une absence, depuis des décennies, d’une vraie politique énergétique dans le pays. Sur les réseaux sociaux, on constate alors que la grogne commence à monter et les nerfs sont à vif. Les propos virulents contre la société nationale d’eau et d’électricité gagnent du terrain sur la toile.

Auto-relevé. La Jirama, elle, a promis de réformer en commençant par l’amélioration de la qualité de ses services aux consommateurs. Mais, dans le rang des ménages, beaucoup restent très critiques envers la société. La nouvelle politique d’auto-relevé des consommations par les ménages mise en place depuis les périodes de confinement, par exemple, n’a pas eu les effets escomptés. « On nous a informés de ce nouveau dispositif juste pendant les périodes de la crise liée au coronavirus, mais on s’étonne actuellement qu’il a été maintenu par la Jirama pour nous laisser faire leur métier », a lâché une cliente dans le quartier populaire d’Andravoahangy, dans le cinquième arrondissement. Certains se plaignent aussi du manque de communication de la part de la Jirama concernant cette nouvelle méthode qui déterminera, en grande partie, le montant de la facture de la fin du mois.

Promesses. Le Président de la République a promis d’éradiquer ce problème de délestage au pays. Mais, la réalité est en décalage par rapport à ces paroles présidentielles. Ni la Jirama, ni le ministère de l’Energie et des hydrocarbures, qui sont chargés de donner de la matière à cette promesse présidentielle, n’ont trouvé jusqu’à présent la recette efficace pour résoudre le problème. Au contraire, il persiste et risque fort de mettre le feu aux poudres. Car, avec cette crise d’eau et d’électricité, vient actuellement la hausse des prix de certains produits de première nécessité sur le marché, laquelle hausse indique une pente croissante du coût de la vie en général. Le prix du riz, par exemple, alerte le gouvernement qui convoque à une réunion de crise sur le sujet.

 Rija R.

Madaplus.info0 partages

Madagascar : Température – Une légère baisse a été constatée

La température moyenne sur l’île de Madagascar a été considérablement élevé ces dernières semaine, allant jusqu’à 40 degrés pour les régions de la cote. Un constat inquiétant, en plus du manque des précipitations, sachant que Madagascar devrait normalement être en saison de pluie.
Pour cette semaine, la température a légèrement baissé et cela continuera toute la semaine selon le service de la météorologie. La pluie est tombée ce lundi, mais a été provoquée, selon ce service également. Des pluies artificielles seront utilisées pour quelques jours à venir encore. Néanmoins, certaines régions resteront secs.
Ino Vaovao0 partages

SAMBAVA : Nanahirana ny zandary ny fiarovana ny ain’ilay raim-pianakaviana nitifi-janaka

Voatery nanaovana andrimaso akaiky, ka zandary miisa roa fara fahavitsiny no tsy maintsy mijanona ary tsy mahazo mifanalavitra amin’ilay lehilahy nitifitra ka namono nahafaty ny zanany. Na andro na alina dia tsy mahazo matory ireo zandary sao sanatria mbola mahita hirika ihany hamonoana tena ity raim-pianakaviana izay sady mpampianatra no efa lehiben’ny fari-piadidiam-pampianarana teo aloha no efa ben’ny tanàna ihany koa. 

Rehefa tsy nahita hirika anefa izy dia nanomboka nidongy tsy nety nisakafo na hisotro rano intsony nanomboka ny alahady teo. Sahirana ireo mpitandro filaminana hatramin’ny fahavitan’ny famotorana sy nanolorana azy any amin’ny Fitsarana ny alarobia teo. Araka ny nambaran’ny fianakaviana dia tezitra tamin’ny zazalahy nanadala ny zanany vavy izy, ka tsy nahatazona hatezerana. Misy ny milaza fa ilay zazalahy nanadala ny zanany no saika notifiriny ka ny zanany no voa. Tsy hay moa ny tena marina fa efa nisy ny famotorana ary ho hita eo ny valin’ny fitsarana.

Tsy hanaiky mora ny renin’ilay zaza

Ankehitriny dia namoaka fanambaràna ny fianakaviana sy ny renin’ilay zazavavy namoy ny ainy fa tsy hanaiky mora ny habibiana vitan’ity rangahy ity. Mangataka, araka izany, izy ireo mba halefa any Tsiafahy ny nahavanon-doza. Raha ny nambaran’ny renim-pianakaviana hatrany dia nanamafy izy ireo fa  : “tsy ray intsony izy fa dahalo mahery vaika ary tsy vao izao no nampijaliany io zanany vavy io fa rehefa nisara-panambadiana izahay, ka nipetraka taminy ity zanany ity dia nalefany nanambady izay nangatahany vodiondry manodidina ny roa tapitrisa Ariary”. Vokany, tsy tamana tany aminy intsony ilay zazavavy ka nody tany amin’ny reniny noho ny tahotra. 

Ny fiafarany moa dia izao fitifirana tamin’ny basy ka nahafaty azy izao. Tsy manaiky mora ny raharaha hatramin’ny farany moa ny renin’io zaza io, raha ny fitarainany ihany. Ny fianakaviana avy amin’ny renin’ilay zazavavy kosa dia mitaky ny handefasana azy any Tsiafahy. Ny lesona azo tsoahina dia ny tendrom-po tsy mba namana, ary ny ankizy ankehitriny dia maditra ka sarotra ny mitaiza

Nangonin’i Vanessa sy Tatianà R.

Ino Vaovao0 partages

AMBIA IHOSY : Saron’ny  Zandary ilay jiolahy ikoizana amin’ny fanamboarana basy

Mitohy hatrany ihany koa ny fanamafisana ny famongorana ireo basy eny am-pelatanan’ny olon-tsotra, na ireo tratra eny amin’ny olon-dratsy, hoy izy ireo, mba ho fanatsarana hatrany ny lafiny fandriam-pahalemana eto Madagasikara, vina goavana tratrarin’ny Fitondram-panjakana mijoro ankehitriny. Araka ny tatitra voaray, omaly indray izao dia karazam-basy sy fitaovana maro fanamboarana basy tsy ara-dalàna no sarona tao an-tranona jiolahy raindahiny ikoizana iray antsoina hoe "Tsavoany". 

Tra-tehaky ny zandary nanatanteraka fampandrian-tany tao Tsagnaloky fokontany Marofivagno, kaominina Ambia, distrikan’Ihosy, ny faha - 02 desambra 2020 lasa teo. Fitarainana avy amin’ireo olona tsara sitra-po tao an-toerana no nahafantarana ity olon-dratsy izay tena malaza ratsy ho mpiray tsikombakomba, mpamatsy fitaovam-piadiana mahery vaika ireo dahalo no sady mpampihorohoro vahoaka ao Ihorombe. 

Nandritra ny fisavana ny tranony, araka ny fahazoan-dalana avy tamin’ny Fitsarana dia hita tao aminy ny basim-borona tsy misy laharana miisa dimy (5), basy poleta beretta 1, basy poleta vita tanana 1 niaraka tamin’ny tranom-bala sy bala 1, vodimbasy vita hazo 1, balana basim-borona miisa 7, fanamiana sy fitaovana fampiasan’ny Miaramila ary koa ireo fitaovana samihafa nampiasaina tamin’ny fanamboarana basy. 

Tamin’ny fanadihadiana lalina hatrany dia saika efa fantatra avokoa ireo mpiray tsikombakomba aminy sy ireo andian-jiolahy efa novatsiany basy ary efa atao ny haza lambo amin’izao fotoana. Misy, araka izany, ny ezaka goavana hisamborana ireo namany ireo hatreto ary misokatra ny famotorana.

Tatianà R.

Ino Vaovao0 partages

TSIMBAZAZA : Mpangarom-paosy tratra tao anaty taksibe niharan’ny fitsaram-bahoaka

Isan’andro, feno olona avokoa ny tsena rehetra eto an-drenivohitra sy ny manodidina, indrindra ny eny Analakely, Behoririka, tsenan’i Mahamasina sy Ambodin’Isotry ary Andravoahangy … 

Eo anatrehan’izany indrindra dia manararaotra manao ny asa ratsiny ihany koa ireo mpanendaka, mpangarom-paosy maro dia maro sady mampiasa zava-maranitra. Lasa fanaon’izy ireo matetika indray moa tato ho ato ny fandrobana ireo mpandeha ao anaty taksibe. Tokony ho mailo hatrany noho izany ny rehetra satria dia misesilany ireo lasibatra sy mitondra takaitra. Toy ny tranga niseho teny Mahamasina omaly raha ny fanazavana avy amin’ny Polisy dia mpangarom-paosy iray tratra tao anaty taksibe teny Tsimbazaza no niharan’ny hatezeram-bahoaka ka voadaroka sy naratra mafy. 

Voalaza moa fa tratran’ilay ramatoa nikaroka ny poketrany tao anaty taksibe ity tovolahy ity, ka niantso vonjeo mafy avy hatrany izy. Taitra avokoa ny mpandeha tao anaty fiara ka nikoropaka. Nitady lalana hitsoahana haingana ity mpangarom-paosy ary tafavoaka ny taksibe saingy tsy afaka ho aiza noho ny hamaroan’ny olona nanenjika azy, voahodidina olona marobe izy. Samy namono azy daholo moa ireo olona nahita izany indrindra fa ny vatan-dehilahy. Tonga teny an-toerana ny Polisy nisambotra ilay mpangarom-paosy sy nandamina ny raharaha, noentina teny amin’ny biraon’ny Polisy nanokafana fanadihadiana kosa ity lehilahy tratra.

Tatianà R.

Ino Vaovao0 partages

ANTENIMIERAN-DOHOLONA : Tsy handany ny LFI 2021 raha tsy mahazo vola ?

Nilaza tokoa ny teo anivon’ity andrim-panjakana ity, omaly, fa tsy handinika ary tsy handany ny tetibolam-panjakana ho an’ny taona 2021 (Lfi 2021) izy ireo. Antony tsy hanaovan’izy ireo izany, raha ny fanazavana, ny tsy fahazoan’izy ireo vola. 

Raha ny fandaharam-potoana tapaka, nisy asam-baomiera nentina nandinihana ny LFI 2021 teo anivon’ny Antenimieran-doholona, omaly maraina. Niova tampoka anefa ny zava-nisy ary izao niafara tamin’ny fanapahan-kevitra hafahafa izao. Noho ny hamehana teto amin’ny Firenena sy noho ny fiantraikan’ny valanaretina covid-19, raha tsiahivina, dia voatery nahena ny volan’ity andrim-panjakana ity ary nentina nanampiana ireo iharan’ny kere any Atsimo, araka ny fanazavana nentin’ny Minisitry ny Vola. 

Nohararaotin’ireo Loholona hampikatsoana ny raharaham-pirenena nefa izany. Takalon’aina hatrany, araka izao zava-misy izao ny fandaniana ny volavolan-dalàna mifehy ny tetibola. Mihisatra sy mikatso ato amin’ity andrim-panjakana ity indray izany ny volavolan-dalàna heverina fa hampandrosoana ny Firenena. Vao tsy azon’ireto Loholona ireto mantsy ny tombontsoany dia lasibatra ny fampandehanan-draharaham-panjakana. 

Marihina, tsy ny vatan-karaman’ireo Loholona akory no nokitihina sy nahena hanampiana ireo iharan’ny kere any Atsimo fa ny vola tokony hividianana kojakoja atao hoe : “biens et services” na koa fitaovana ampiasaina amin’ny fampandehanan-draharaha. Nahena ihany koa ny solon-tsolika ho azy ireo sy ny saran’ny fivezivezena.

Ny Fanoratana

Ino Vaovao0 partages

PRAIMINISITRA NTSAY CHRISTIAN : « Tsy maintsy vahana ny olan’ny vidim-bary »

Tsy afa-miaina manoloana ny vidim-bary mihoa-pampana anefa ny ankamaroan’ny Malagasy, vao nandalo krizy ara-pahasalamana izay nisy fiantraikany tamin’ny ati-vilanin’ny isan-tokantrano ihany koa ny Firenena. Miezaka mitady vahaolana ny Fitondram-panjakana. Tsy maintsy fehezina ary tsy maintsy hitadiavana vahaolana ny olan’ny vidim-bary, io raha fehezina ny fanazavana noentin’ny Praiminisitra Ntsay Christian manoloana ny antso vonjin’ny vahoaka amin’izao. 

Nambarany fa hisy ny fivoriana manokana hikaroham-bahaolana manoloana ity fipoahana ara-tsôsialy misy amin’izao ity. Tokony hisy ny fifampitsinjovana eo amin’ny mpamongady sy mpaninjara ary ny mpanjifa. Nivoaka ny krizy ara-pahasalamana isika saingy mbola mitohy ny ady atao amin’ny valanaretina Covid-19, ka izay no antony tsy maintsy andraisana fepetra manokana. «  Ny zavatra voalohany izay hatrehintsika dia ny fijerena ny fomba hahafahantsika mitondra vahaolana. Vahaolana voalohany dia mahakasika ny vary, hiady isika amin’io fiakaran’ny vidim-bary io. 

Hisy ny fivoriana izay hatao tsy ho ela mba hijerena ny finiavan’ny rehetra mba tsy hanararaotra ny zava-misy amin’izao fotoana izao  », hoy ny Praiminisitra. Nambarany ihany koa fa tsy misy fiantraikany velively amin’ny tokony hiakaran’ny vidim-piainana ny fiakaran’ny sandam-bola. Adihevitra diso, hoy izy, ny filazana fa miakatra ny sandam-bola vahiny dia miakatra ihany koa ny vidim-piainana. «  Raha jerentsika ny sandam-bola malagasy dia efa misy ezaka ataontsika amin’izao fotoana izao amin’izay fampidirana ny vola vahiny mankaty amintsika, avy eo ihany koa mba hahafahana mitazona ny sandam-bolantsika.

Midika izany fa tsy tokony horaisina fa mifampiankina ny fiakaran’ny vidim-bary sy ny fidinan’ny sandam-bolantsika satria efa mahazo tsikelikely izao ny sandam-bola malagasy  », raha ny nambarany hatrany. Ankilany ny Minisitera misahana ny varotra dia mametraka ny paikady rehetra amin’izao mba hiarovana ny mpanjifa manoloana ny fampiakarana ny vidim-bary sy ny fijerena miaraka amin’ireo mpanafatra vary.

Avotra Isaorana  

Ino Vaovao0 partages

BEN’NY TANÀNA MANANARA-AVARATRA : Vonona hampandany ny kandida ho Loholona IRD

Ho an’ny ao Analanjirofo, mandray anjara feno amin’ny fampielezan-kevitra ho fampandresena ny kandida Loholona avy amin’ny lisitra IRD ny Ben’ny tanànan’i Mananara-Avaratra, Samuel. Izy izay sady filohan’ny fikambanan’ny Ben’ny tanàna ao amin’ny Faritra Analanjirofo. Ny alakamisy 3 desambra lasa teo, nisy ny valan-dresaka ho an’ny mpanao gazety nataon’ity Ben’ny tanàna ity. 

Valan-dresaka ho an’ny mpanao gazety nataony tao Fenoarivo-Atsinanana niarahany tamin’ny ben’ny tanànan’ny kaominina Ambodimanga, distrikan’i Maroantsetra, ben’ny tanàna Antanambao Be Maroantsetra, Ben’ny tanàna Ampasina-Maningory Fenoarivo-Atsinanana. Nandritra izany no nilazany fa mila miray feo tanteraka amin’ny Filoham-pirenena Andry Rajoelina ny Loholona izay voafidy eo mba hisian’ny tena fampandrosoana marina eto amin’ny Firenena. 

Notsipihiny nandritra izany fa mila Loholona vonona tena hiara-hiasa amin’ny Filoham-pirenena ny vahoaka ka tsy tokony ho diso safidy ireo mpifidy vaventy. Manoloana ny fanenjehana ataon’ny kandida iray ao amin’ny Faritany Toamasina ny Filoham-pirenena Andry Rajoelina nefa dia milaza fa «  miara-dia  » aminy, nampatsiahy ny Ben’ny tanànan’i Mananara Avaratra fa matoa io vehivavy kandida io tsy voafidy tamin’ny fifidianana depiote tao Mananara-Avaratra farany teo nefa dia tamin’ny anaran’ny antoko naorin’ny Filoha no nirotsahany, dia midika fa tena tsy tian’ny vahoaka intsony izy. 

Niantso ireo mpifidy vaventy ao anatin’ny Faritany Toamasina ny Ben’ny tanànan’i Mananara-Avaratra mba tsy hisalasala handrotsaka ny vaton’ny kandida IRD amin’ny fifidianana Loholona, ny 11 desambra izao mba hahafahana manohy ireo asa fampandrosoana eto amin’ny Firenena sy mba tena ho Loholona tena mikatsaka ny tombontsoam-bahoaka tokoa.

TH

Ino Vaovao0 partages

ANDRO MANERAN-TANY HO AN’NY SEMBANA : Nosantarina tao Morondava ny fankalazana

Na eo amin’ny fomba fijery ivelany fotsiny aza eny anivon’ny fiarahamonina dia mahatsiaro fangirifiriana ireo olona manana fahasembanana. Mahatsiaro voailikilika sy voavakavaka ary tsy misitraka ny zo maha-olombelona azy intsony. Olana goavana sedrain’izy ireo ny lafiny ara-bola satria dia sarotra amin’izy ireo na ny mitady asa hivelomany aza. 

Tokony tsy hohadinoin’ny mpiara-belona fa efa isany herisetra avokoa izany, ka tokony homena sehatra izy ireny na amin’ny lafiny inona na inona. Omaly alakamisy 03 desambra moa dia nisy ny hetsika nanamarihana ny andro maneran-tany ho an’ny olona manana fahasembanana ka tao Morondava, Faritra Menabe no nanatanterahana izany. Nosantarina tamin’ny diabe namakivaky ny tanàna sy kabary nifandimbiasana, ka ny lohahevitra tamin’izany dia ny hoe  : ”Olona manana fahasembanana mpisehatra sy mpahazo tombontsoa”.

Tatianà R.

Ino Vaovao0 partages

VOAVAHA NY OLAN’NY KARAMA : Hiverina an-dakilasy tsikelikely ny mpanaben’ny lisea teknika Mahajanga

Nanaiky ny minisitera handoa ny karama rehetra tsy voaloa amin’izao volana desambra izao ka amin’ny alatsinainy dia hamerina ny fampianarana ka hiverina an-tsekoly tsikelikely ireo mpianatra ao amin’ny lisea teknika ao. Ny mpampianatra raikitra aloha no hanomboka handray ireo mpianatra ary hanohy kosa ny ECD sy ny «  temporaires  ». Niravona aloha izany ny olana. 

Nihaona tamin’ny ray aman-drenin’ny mpianatra sy ny mpampianatra ny sekretera jeneralin’ny Minisiteran’ny Fampianarana araka asa, ny alatsinainy teo. Mijery ny fomba hamahana ny olana manerana ny Nosy izy ireo ankehitriny, araka ny nambaran’ity tompon’andraikitra ity.

Nivondrona tamin’ny DREFTP teo aloha dia niova ny fitantanana ankapobe ato ho ato. Hiroso amin’ny fandoavana ny vola tsy voaloa tamin’ny fitantanana hatrizay izy ireo, ka faranana amin’ny 31 desambra ny fitantanam-bola teo aloha io. Hatramin’ny taona 2018 no nisy ny karama tsy voaloa, ka misy ny fandaminana tsy maintsy natao. 

Efa nanomana ny handoavana ireo karama tavela rehetra ireo ny minisitera ka anatin’izany ny vatan-karama, ny fisondrotan-karama ary ny CNAPS. Manomboka amin’ny2021 kosa dia hiditra amin’ny fitantanana vaovao ny fampianarana teknika sy fampianarana araka asa.

Vanessa

Ino Vaovao0 partages

MINISITRY NY MPONINA : Miady ho an’ny zon’ireo olona manana fahasembanana

Nanamafy ny Minisitry ny Mponina fa tsy tokony hisy intsony ny fanavakavahana sy ny fanilikilihana, ka tokony hisitraka ny zony tahaka ny olom-pirenena rehetra ireo tra-pahasembanana.

Nankalazaina omaly 3 desambra ny andro manaren-tany ho an’ny olona manana fahasembanana. Anisany nanao lanonana ho fanamarihana izany isika teto Madagasikara teo ambany fiahian’ny Minisiteran’ny Mponina, ny fiahiana ara-tsôsialy ary ny fampiroboroboana ny vehivavy izay tarihin’ny Minisitra, Bavy Angelica. Nametraka fanamby ny tenany, izay mifandraika indrindra amin’ny velirano nataon’ny Filoha Andry Rajoelina, dia ny tsy hisian’ny fanavakavahana eo amin’ny samy olom-pirenena, indrindra fa ireo olona manana fahasembanana. Maro amin’ireto farany no mbola miaina anaty fahasarotana eny anivon’ny fiarahamonina, eo anivon’ny toeram-pianarana sy ny asa.

Hentitra ny Minisitry ny Mponina raha nilaza fa tsy tokony hisy fahasamihafana ny olom-pirenena malagasy. «  Matetika ireo olona manana fahasembanana eny anivon’ny fiarahamonina dia mbola iharan’ny fanavakavahana sy ny fanilikilihana. Ny Fitondram-panjakana izay tarihin’ny Filoham-pirenena Andry Rajoelina dia nametraka ho laharam-pahamehana fa tsy tokony hisy samihafa ny olom-pirenena malagasy ary ao anatin’izany ireo tra-pahasembanana  », hoy ny Minisitry ny Mponina, Bavy Angelica. Ny tenany izay hiady ho amin’ny zo tokony hisitrahan’ireo olona manana fahasembanana. Nambarany fa tsy tokony ho vesatra ho an’ny fiarahamonina intsony ny olona manana fahasembanana ary afaka mandray soa aman-tsara amin’ny fampandrosoana ny Firenena. Manoloana izany indrindra no nanaovan’ny Minisitra antso avo mba hanomezana asa mendrika ho an’ireo olona sembana, mba hametraka amin’ny toerana maha izy azy ireo eo anivon’ny fiarahamonina. «  Hampandraisina anjara mavitrika an’ireo olona manana fahasembanana eo amin’ny fampandrosoana ny Firenena. Mitovy avokoa ny olona rehetra ary tokony ho samy afaka miantsehatra amin’ny sokajin’asa rehetra araka izay manavanana azy. Tsy safidy ny fahasembanana ary tsy sakana ho an’ny fampandrosoana fa raisina ho toy ny olona rehetra ny olona manana fahasembanana  », hoy hatrany ny Minisitra. 

Hanokatra ivon-toerana ho an’ny olona manana fahasembanana

Zava-dehibe loatra ho an’ny Fitondram-panjakana izay tarihin’ny Filoham-pirenena, Andry Rajoelina ny fiahiana ny maha-olona, indrindra ny fikarakarana ireo olona marefo, anisan’izany ny olona manana fahasembanana. Velirano nataon’ny Filoha ny hiahy sy hanatsara ny fiainan’ny mpiara-belona. Mifandraika amin’izay indrindra dia nanamafy ny Minisitry ny Mponina fa tsy nikely soroka izy ireo miaraka amin’ireo mpiara-miombon’antoka rehetra ny ahafahan’ireo olona sembana misitraka bebe kokoa hatrany ireo zony toy ny olona rehetra. Anisan’ny tetikasa goavana eo anivon’ny Minisitera ny hanangana ivon-toerana manokana ho an’ireo olona manana fahasembanana izay hisandrahaka manerana ny Nosy. 

«  Ny Minisiteran’ny Mponina izay sahanin’ny tenako dia manana vina, izay vinan’ny Filoham-pirenena ihany koa dia hametraka ihany koa ny ivon-toerana ho an’ireny tra-pahasembanana ireny. An-dalam-panaovana amin’ity taona 2020 izay efa hapetraka manerana an’i Madagasikara. Tsy maintsy misy ny fiantombohana, mandeha amin’ny ambaratongany ny fametrahana izay fotodrafitrasa izay  », hoy ny nambarany. Maro dia maro ireo olona manana fahasembanana raha tsy hilaza fotsiny ny ao anatin’ny Distrikan’i Maroantsetra, izay efa mahatratra arivo mahery ny isan’izy ireo. Nandritra ny androm-pankalazana omaly no nanoloran’ny Minisiteran’ny Mponina, ny fiahiana ara-tsôsialy ary ny fampiroboroboana ny vehivavy fanampiana ho an’ny vovonan’ny fikambanan’ireo sembana izay nahitana vary, paty sy kojakoja toy ny siny, koveta. «  “Ny olona tra-pahasembanana, mpisehatra sy mpahazo tombontsoa amin’ny fampandrosoana lovainjafy”. Io no lohahevitra hovoizintsika manomboka izao vanin’andro fankalazana izao  », araka ny nambaran’ny Minisitra hatrany.

Avotra Isaorana

La Vérité0 partages

Journaliste atteinte du cancer - Anny Andrianaivonirina fait preuve de combativité

La mauvaise nouvelle est tombée vers la fin du mois de mars dernier pour Anny Andrianaivonirina, présidente de l’association des femmes journalistes et ancienne judoka. Elle a été diagnostiquée d’un cancer du sein à la lésion ACR IV. D’un point de vue médical, la classification en ACR 4 veut dire qu'il y a très probablement un cancer, et qu'il s'agit d'une anomalie de toute façon bien suspecte, à prélever. Elle implique donc d'office une biopsie, sous échographie ou sous contrôle radiographique, par une procédure par mammotome ou encore directement par biopsie-exérèse.Une maladie qui l’a motivé à devenir une journaliste menant une lutte contre le cancer du sein à Madagascar.

L’expérience que vit Anny Andrianaivonirina l’a amenée à combattre le cancer du sein. Elle incarne actuellement la force pour les femmes journalistes et la gente féminine à Madagascar. « Au début, je n’ai ressenti aucune douleur mais quelques symptômes sont apparus, notamment une tumeur au sein suffisamment grosse, sentie à la masse au toucher et qui m’a beaucoup gêné au cours de mes activités journalières. Des contrôles médicaux, des tests, une citoponction mammaire c’est-à-dire un prélèvement de quelques cellules de la lésion repérée dans mon sein gauche ont été effectués. J’ai commencé mon premier chimio vers mi-avril et j’ai commencé à subir la chute de mes cheveux à cause des traitements.  Après 8 chimiothérapies, j’ai a subi une ablation du sein en octobre dernier. Actuellement, il me reste encore des chimio et radiothérapies à faire », a-témoigné Anny. Ce sont des épreuves difficiles mais elle a su les surpasser et affirme sa combativité pour les prochains mois. « De la fatigue, des vomissements à puissance mille, à cela se résument mes journées après chimio entre autres. Mais le morale est très présent, l’amour que mes proches me procure demeure inconditionnel et l’envie d’aider les concitoyens m’est aussi importante », a-t-elle conclu.

Un combat contre le cancer du sein mené par Anny

Dans le cadre de l’évènement « Rodobo : retour à la vie sportive », la Commune urbaine d’Antananarivo (CUA) et l’Association des femmes journalistes, en partenariat avec le ministère de la Santé publique et l’Ambassade de France à Madagascar, organisent une journée de sensibilisation et de dépistage du cancer du sein. Demain de 8 h à 12h, sur le parvis de l’Hôtel de Ville à Analakely, une mobilisation les femmes ainsi que le grand public au grand problème du cancer du sein et aux mécanismes de lutte contre cette maladie est programmée. Ce projet a été conçu après qu’Anny Andrianaivonirina, présidente de l’Association des femmes journalistes de Madagascar, très active dans le monde du sport et surtout des médias, est atteinte du cancer du sein. « En tant que leader et par le biais de ladite association, je veux à tout prix aider mes pairs à accroitre le soutien apporté au dépistage précoce et au traitement, ainsi qu’aux soins palliatifs.

La détection des anomalies à un stade précoce avant l’apparition des symptômes du cancer du sein représente pour moi une des actions très importantes », a-t-elle souligné.  Et d’ajouter que si le public veut agir ensemble pour lutter contre le cancer de sein, rendez-vous donc demain 9h à Analakely pour une sensibilisation contre cette foutue maladie.

D’après les explications de Kanto Rajaonarivony, secrétaire général de l’Association des femmes journalistes de Madagascar, une palpation des seins ainsi que des dépistages organisés des cancers féminins sont organisé avec Marie Stopes Madagascar (MSM). A cela s’ajoutent une orientation et un conseil se rapportant au traitement du cancer à Madagascar avec des médecins oncologue mis à disposition par le ministère de la Santé publique. « Etant donné que l’évènement porte sur le sport et la santé, une animation Zumba est programmée avec Association Tinay, représentée par le coach Eva. Docteur Manitra Rakotoarivony, directeur de la Promotion de la santé publique auprès du ministère en profitera pour partager des messages clés sur les pratiques sportives contribuant à la prévention des cancers entre autres.

Il est à noter que l’Association des femmes journalistes de Madagascar réunit environ 400 femmes travaillant dans le monde des médias. Les membres se composent d’anciennes journalistes, journalistes en exercice, des femmes responsables en communication au niveau de différentes entités publiques et privées à Madagascar. Leurs activités ayant débuté le jour de 8 Mars 2018 par une présentation de vœux du Nouvel an, ayant été marquée par des divertissements, des conférences et tant d’autres actions de mobilisation et de sensibilisation.

La Vérité0 partages

Rétrospective 2020  - L’Armée malagasy au rapport !

L’heure est au bilan pour l’Armée malagasy. Depuis jeudi et jusqu’à hier, les hauts responsables au sein de l’Armée malagasy ont effectué un grand rassemblement à Ambatomirahavavy. Une rétrospective sous forme de rapport d’activités au cours de cette année 2020 a été au programme. Présent lors de l’ouverture de cette réunion hier, le Premier ministre Christian Ntsay a fait part de sa reconnaissance pour les actions entreprises par l’Armée tout en rappelant les mots d’ordre en matière de sécurité.

 

D’emblée, le chef du Gouvernement a mis l’accent sur les consignes du Président de la République, Andry Rajoelina, afin de rétablir la paix et la sécurité dans les plus brefs délais. « Le pays fait face à de nombreux défis en ce moment, et le contexte actuel exige des Forces de l’ordre d’être proches du peuple », a souligné le numéro deux de l’Exécutif. Parmi lesdits défis, Christian Ntsay évoque notamment la question de souveraineté nationale et ce à travers le respect des hiérarchies et des Institutions étatiques.

Mission de sécurisation à renforcer

Le chef du Gouvernement insiste également sur la mission de sécurisation qui incombe à la « grande muette ». En faisant un bilan des deux dernières années, il a constaté que le phénomène d’insécurité marqué par les attaques de dahalo a encore sévi. La complémentarité entre toutes les branches des Forces armées a été placée au cœur d’une stratégie dans le domaine de la sécurité. Cela se traduit d’ailleurs par la responsabilisation de chaque entité au sein de l’Organe mixte de conception (OMC), la mise en place des zones rurales prioritaires de sécurité, la base opérationnelle avancée ou encore les patrouilles militaires. « Tout cela a été fait dans l’objectif de rétablir la confiance entre la population envers les Forces de l’ordre ainsi que pour assurer une sécurité durable », soutient le Premier ministre.

Outre les actions de sécurisation, l’Armée est également sollicitée dans les missions de protection de l’environnement et des frontières maritimes. A cela s’ajoutent la protection de de la population et de leurs biens, ou encore les interventions d’urgence en cas de catastrophes naturelles. La prochaine mise en place de nouvelles structures telles que la Délégation régionale militaire au niveau des Régions ainsi que les différents bataillons a également été évoquée.

S.R.

La Vérité0 partages

Réunion de crise à Mahazoarivo - Le kilo du riz importé fixé à moins de 2000 ariary

Le prix de référence du « kapoaka » de riz importé est dorénavant de 550 ariary, soit moins de 2000 ariary le kilo. La décision a été annoncée par le Premier ministre Ntsay Christian hier. Ce fut en marge d'une réunion de crise sur le prix du riz organisée au Palais d'Etat de Mahazoarivo. En effet, une réunion a été convoquée par l'Exécutif face à la hausse du prix du riz sur le marché intérieur. Une hausse qui impacte grandement sur le pouvoir d'achat des ménages qui relève à peine la tête suite à la crise sanitaire provoquée par la Covid-19.

 

La recherche d'une solution à cette situation a ainsi été au cœur des échanges durant cette réunion qui a vu la présence du ministre de l'Industrie, du Commerce et de l'Artisanat, le ministre de l'Agriculture, de l'Elevage et de la Pêche, le gouverneur de la Banque centrale de Madagascar, les représentants des importateurs et des producteurs de riz, et les représentants des grossistes.  L'insuffisance des importations de riz couplées à la période de soudure traversée par le pays seraient l'une des explications à la hausse du prix sur le marché local. Sur certains étals des détaillants, le « kapoaka » de riz avoisinait ces derniers jours les 650 ariary.

Durant les discussions hier, l'Exécutif a ainsi obtenu que les importateurs descendent le prix du riz importé au seuil le plus bas possible. Cette baisse devrait se faire ressentir dès ce jour au niveau des grossistes et des détaillants, indique le Premier ministre. Les importateurs assurent en effet qu'ils baisseront leurs prix dès ce jour pour s'aligner sur le prix de référence. Le chef du Gouvernement indique que le ministre du Commerce assurera le suivi de la mise en œuvre de cette décision.

Par ailleurs, le Premier ministre indique que le nombre de tonnes de riz importés prévu arriver à Madagascar d'ici la fin du mois pourrait dépasser les 100 000. Cela devra également participer à l'assouplissement du prix du riz à partir de ce jour. Ntsay Christian précise que Madagascar importe plus de riz cette année comparée à l'année dernière. Le Premier ministre a par ailleurs lancé un avertissement aux opérateurs tentés de faire de la rétention de stock et spéculation sur le riz. Le chef de Gouvernement juge que cela sont des pratiques inacceptables.

Sur le long terme, l'Etat compte renforcer la mise en œuvre de la politique générale de l'Etat et la vision du Président de la République à savoir, permettre l'aménagement des zones rizicoles et sensibiliser et former les paysans producteurs malagasy par le biais de l'utilisation des nouvelles technologies pour améliorer la productivité. Le Premier ministre soutient qu'il n'est pas besoin d'attendre plusieurs années avant d'attendre les résultats de cette décision.

La Rédaction

La Vérité0 partages

Le mal-être social profond

Les escrocs pullulent ! Les bandits de grand chemin fourmillent ! Les violeurs de tout acabit grouillent. Les corrompus et corrupteurs règnent en maître, etc. Des ravages en découlent. Le mal-être ronge la société malagasy, en général, qui en fait accuse une allure de décadence. Le mal rampe et arpente pour atteindre le haut de la morale.

 

Un monsieur se passe tantôt pour un directeur général auprès de la Présidence, des fois pour un conseiller spécial du Chef de l’Etat et escroque les gens. Il se fait de l’argent sans la moindre sueur. Une dame, épouse d’un colonel en service à la Présidence, truande les pauvres paysans producteurs et gagne indûment des milliards. Et ce monsieur qui joue sur la crédulité des gens. Il utilise son téléphone portable pour leurrer. Et en un tournemain s’enrichit. Et ainsi de suite !

On assouvit ses désirs sexuels pervers jusqu’à ce que mort s’ensuive sur des fillettes. Atroce et horrible ! On tue sans autre forme de procès son conjoint ou conjointe et ce pour une vulgaire jalousie.

Les bandits de grand chemin sévissent jour et nuit. Au final, c’est une erreur mortelle d’avoir en soi quelque chose de valeur. Etre riche, par ces temps qui courent, signifie courir un risque !

Les observateurs spécialisés tentent d’y voir clair. Les sociologues et psychologues creusent à fond. Une chose est certaine, il y a quelque chose quelque part qui ne va pas bien. Le tableau social morbide pèse sur la vie nationale en général et sur l’économie du pays en particulier.

Les six mois de confinement dû à la pandémie de la Covid-19 ne pourraient ne pas endosser la responsabilité aux dégâts. Les longs mois d’inactivité surtout économique paralyse la vie dans chaque foyer et condamne, d’une manière ou d’autre, les gens à s’aventurer à des activités dûment malhonnêtes ou même délictuelles. Evidemment, il y a eu des initiatives louables de l’Etat (Tosika fameno, etc.) pour amortir la chute mais le mal a déjà pris de la profondeur.

Selon certaines analyses plus percutantes, l’une des raisons sûrement probables pouvant nous mener à la source de la déliquescence apparente de la société réside dans l’échec de l’éducation. En effet, le ratage du système éducatif du pays depuis des décennies conduit inéluctablement vers la déchéance du tissu social. La jeunesse, la principale victime d’une éducation bâclée, perd certains repères. Entre autres, la non-maîtrise de la notion du bon par rapport au mauvais ainsi que celle du bien vis-à-vis du mal, des repères que l’on pouvait acquérir à partir d’une bonne éducation, crée des situations de chaos. Et un niveau intellectuel médiocre impacte sur le comportement social de l’individu.

Le couple présidentiel voit bien en déterminant l’éducation comme priorité absolue. Le seul remède efficace pour « guérir » le mal-être profond consiste à améliorer le domaine de l’éducation.

Ndrianaivo

La Vérité0 partages

Tarissement de l’eau au barrage d’Andekaleka - Des pluies provoquées pour mardi prochain

En raison du tarissement de l’eau au barrage d’Andekaleka, la JIRAMA a dû procéder au cours des deux derniers jours, à ce qu’elle appelle « une opération d’effacement ». Cette opération consiste notamment à couper l’alimentation en électricité dans plusieurs quartiers de la Capitale pendant à peu près deux heures, parce que la production d’électricité ne suffit pas à répondre aux besoins de tous les usagers de la société d’eau et d’électricité dans cette zone. Les réserves d’eau approvisionnant la centrale hydroélectrique d’Andekaleka sont pratiquement à sec actuellement. Pourtant, celle-ci fournit près du tiers de la production d’électricité dans le Réseau interconnecté d’Antananarivo.

Face à cette situation, la production est réduite à 22 MW alors qu’en temps normal elle atteint les 93 MW. Toutefois, cette opération d’effacement ne risque pas de s’étendre ce week-end. « Nos techniciens ont déjà réalisé des prévisions pour ces deux jours. Compte tenu de la baisse de consommation pendant le week-end, il n’y a pas besoin de procéder à des effacements. De plus, nous avons déjà négocié avec Aksaf Power pour qu’il nous fournisse un groupe supplémentaire d’une puissance de 6 MW » a rassuré Vonjy Andriamanga, directeur général de la JIRAMA, hier, au siège de l’entreprise à Ambohijatovo Ambony.

Comme solution supplémentaire à court terme, la JIRAMA se prépare également à mener des opérations aériennes afin de provoquer la pluie sur le bassin versant d’Andekaleka et de Mantansoa. « D’après les prévisions météorologiques, les conditions seront remplies mardi prochain. L’objectif étant d’augmenter le débit de l’eau au barrage d’Andekaleka pour pouvoir effacer les coupures de courant. Si le débit d’eau augmente à 5m3 par heure, nous aurons déjà un gain de production de 10 MW. Les résultats au-delà ne seront donc que favorables », rajoute le premier responsable de la JIRAMA.

En tout cas, ces coupures répétées ne font qu’augmenter la frustration des usagers de la JIRAMA. Elles viennent rajouter une couche sur les problèmes déjà existants.

« Les responsables annoncent une coupure de deux heures mais dans la majorité des cas, cette durée n’est pas respectée. Hier, la coupure a duré au moins deux heures et demi, voire plus. En plus, les problèmes de tension nuisant à nos appareils électroménagers ne sont toujours résolus jusqu’à aujourd’hui. Cela fait trois fois que j’ai dû faire réparer mon congélateur à cause de cela », se plaint Lova, une mère de famille. Toutefois, il ne faut pas oublier que ce problème de sécheresse est la responsabilité de tous, et pas seulement de la JIRAMA. Chaque citoyen devrait ainsi revoir les habitudes pouvant nuire à l’environnement, même juste le fait de jeter un bout de papier dans la rue.   

Rova Randria

La Vérité0 partages

Exploitation minière de QMM - La pollution de l’eau remise sur la table

La coalition « Publiez ce que vous payez » (PCQVP), dirigée par Transparency International Initiative Madagascar (TI-IM), a publié un rapport d’une enquête qu’elle a menée à propos de la pollution de l’eau à Mandena. La présentation officielle s’est tenue hier au centre Arrupe, Faravohitra. Selon Ketakandriana Rafitoson, coordinateur général, 52 % de la population interrogée dans les fokontany de Mandromondromotra, Emanaka, Andrakaraka, Amparihy et Ampasy Nahampoana puisent de l’eau servant à la cuisine et l’hygiène au niveau des eaux de surface provenant des rivières, des cours d’eaux, des ruisseaux situés autour du site.

60 % estiment que ces eaux sont de mauvaise qualité et assurent que celles-ci se sont dégradées aux cours des dix dernières années. Ces gens se réfèrent pour ce faire à la couleur suspecte de l’eau, à son mauvais goût et à son odeur nauséabonde. Les villageois ont constaté que la modification de la qualité de l’eau a eu un effet néfaste sur leur santé, leurs moyens de subsistance, principalement la pêche, et par conséquent sur leurs revenus. Un certain nombre d’entre eux réclament alors une compensation financière pour les dommages causés et la réparation des impacts induits par la pollution de l’eau.

Un ancien DG de l’Office national pour l’Environnement, qui a voulu garder l’anonymat, est intervenu pendant le débat. Etant à la tête de l’organisme pendant la période citée, il a appelé à la prudence dans la publication de ces rapports. « La communauté qui vit aux alentours de ce site a changé au cours des dix dernières années. Certains jouent également sur le sentiment lors des enquêtes afin de bénéficier une compensation financière. Il faut donc rester prudent dans l’accomplissement de ces analyses », remarque-t-il.

Pour rappel, la ministre de l’Environnement et du Développement durable, Raharinirina Baomiavotse Vahinala est récemment descendue sur le site. La dame a rappelé à l’ordre la compagnie minière. La mise en place d’un deservoir à Andrakaraka impacte négativement la pêche et l’agriculture de la population riveraine.

En tout cas, l’Office national pour l’environnement se base sur les études du Centre national de recherche sur l’environnement (CNRE) et de l’Institut national des sciences et techniques nucléaires (INSTN).

Solange Heriniaina

La Vérité0 partages

Commune urbaine d'Antananarivo - Un nouveau contrat pour les « bouffes - mobiles »

Plusieurs box et kiosques illicites démolis, des anciens lieux de commerce transformés en jardin public. L'assainissement continue dans la ville d'Antananarivo et cela concerne actuellement les tenanciers de bouffe-mobile. Ayant été confrontés durant des années à des grandes difficultés dans la régularisation de leur situation, une dizaine d'entre eux ont signé un nouveau contrat. Valable durant 3 ans, la signature de convention entre les deux parties s'est tenue jeudi dernier à l'Hôtel de ville à Analakely.  

A l'issue d'une rencontre avec le premier magistrat de la ville, Naina Andriantsitohaina, ils se sont engagés sur le respect du cahier de charges, la réparation et entretien des véhicules ainsi que l'amélioration de la qualité de services offerts aux consommateurs. Sans exception, la CUA a convoqué tous les propriétaires de bouffe-mobile disposant ou non une autorisation d'exercer. L'objectif de cette réunion est d'intégrer ces derniers dans le secteur formel. D'après le directeur de l'urbanisme au niveau de la Commune urbaine d'Antananarivo, Niry Rasamoelimihamina, des nouveaux dispositifs seront mis en place concernant leur emplacement.

Zaimaika Analakely

Une soixantaine de gargotiers exerçant auparavant au « Zaimaika » Analakely ont été expulsés de leur lieu d'exercice. Selon ces derniers, depuis la réhabilitation du local, ils ont été déplacés, ailleurs. Cependant, cette situation a engendré régulièrement des conflits entre l'ancien et le nouveau propriétaire des lieux. Les gargotiers ont dû abandonner les lieux pour exercer devant le « Zaimaika ». Actuellement, la CUA a clôturé l'endroit, laissant ces derniers au beau milieu de la chaussée. Gênant la circulation sur cet axe, la police municipale les a chassés, depuis hier. Face à cette situation, ces anciens occupants de « Zaimaika » demandent une aide auprès du maire de la Capitale afin de leur trouver un emplacement idéal, jusqu'à la réouverture du marché. Pour rappel, ce dernier a été ravagé par le cyclone au mois de février dernier.

Anatra R.

La Vérité0 partages

Accidents vasculaires cérébraux - Des jeunes en dessous de 40 ans davantage affectés !

Auparavant considéré comme une pathologie de la soixantaine. L'accident vasculaire cérébral (AVC) affecte ces derniers temps davantage de jeunes « Des jeunes âgés de moins de 40 ans font partie des patients atteints de l'AVC qui suivent des traitements, hospitalisés ou opérés auprès de notre service. De nombreux facteurs favorisent la hausse des cas d'AVC, entre autres la consommation d'alcool et de tabac, le surpoids, le stress quotidien surtout en ville ou encore l'hygiène de vie laissant à désirer. Toutefois, l'hypertension artérielle (HTA) constitue la principale cause de l'AVC. Ce dernier peut être ischémique, c'est-à-dire que les vaisseaux sanguins de la victime sont bouchés.

En cas de rupture de vaisseaux sanguins, il s'agit de l'AVC hémorragique », informe le Dr Charles Rasolonjatovo, neurochirurgien et chef du service neurochirurgie au sein du Centre hospitalier universitaire Joseph Ravoahangy Andrianavalona (CHU-JRA). Ce service enregistre 2 à 3 interventions chirurgicales liées à l'AVC par semaine, en collaboration avec les équipes de la réanimation. Trois patients sur 5 s'en sortent vivants, soit un taux de réussite de 60 % de l'opération. Le retard de consultation au  niveau des hôpitaux explique cette situation. En fait, bon nombre de patients arrivent en formation sanitaire avec un état grave ou dépassé, ce qui détériore les résultats. A cela s'ajoute l'absence de transport médicalisé pour les patients issus des zones enclavées.

Une unité neurovasculaire sollicitée

Une intervention chirurgicale d'un patient atteint d'AVC, laquelle dure 2 à 6h, coûte entre 800 000 à 2 millions d'ariary, selon les informations recueillies. La majorité des patients s'en sortent avec des séquelles, légères ou graves, même ceux qui ont subi des interventions chirurgicales. Le handicap physique, notamment la paralysie, les troubles de la mémoire et de la faculté cognitive ou encore ceux neuropsychiques  en font partie. Ils deviennent handicapés et non productifs, dans la plupart des cas. D'un autre côté, certaines opérations restent irréalisables à Madagascar, dont l'artérographie et l'angiographie cérébrale. 20 % des cas d'AVC, soit un patient sur 5, nécessitent pourtant ces interventions chirurgicales. Il en est de même pour l'ambolisation, laquelle évite l'ouverture de la boîte crânienne. « Nous sollicitions l'ouverture d'une unité neurovasculaire pour prendre en charge toutes les pathologies y afférentes, y compris les interventions chirurgicales encore non réalisées dans le pays. Cette unité regroupera à la fois les spécialistes en cardiologie, en neurologie, en neurochirurgie ainsi que les anesthésistes réanimateurs », rapporte le neurochirurgien. Sa mise en place réduira à la fois les coûts élevés de l'évacuation sanitaire à l'étranger, allant jusqu'à 38 000 euros, soit plus de 171 millions d'ariary, et améliorera la réussite des opérations réalisées à Madagascar.

Notons que pour prévenir les AVC, le spécialiste recommande l'adoption d'une bonne hygiène et mode de vie, notamment en pratiquant des exercices physiques réguliers et en consommant des aliments sains et équilibrés. La consommation d'alcool et de tabac reste à modérer, voire à bannir. Pour les hypertendus, le dépistage systématique et la prise des médicaments prescrits réduiraient les risques.

Patricia Ramavonirina

La Vérité0 partages

Atteinte à la sûreté de l'Etat - Liberté provisoire de nouveau refusée pour Rolly Mercia et consorts

Du remous du côté du Pôle anti-corruption ou PAC aux 67ha, hier. L'ancien ministre de la Communication et des Relations avec les institutions malagasy, Harry Laurent Rahajason alias Rolly Mercia, aurait été aperçu avec certains de ses co-accusés dans les couloirs de la Cour d'Appel de ce pôle, selon une source. Motif : faire une démarche pour tenter d'obtenir une liberté provisoire, et ce, pour la énième fois, après leur condamnation pour atteinte à la Sûreté de l'Etat, une affaire qui remonte en juillet dernier.

 

Cependant, la Cour d'Appel a opposé un refus à la requête des accusés et de leurs avocats. Ce qui fait que ces derniers ont dû retourner dans leur cellule à Antanimora à la suite de l'échec de leur action judiciaire d'hier. Selon toujours cette source, ils devront toutefois encore être auditionnés par la Justice vers le début de l'année prochaine.

Notons que Harry Laurent Rahajason alias Rolly Mercia est condamné à 3 ans et 8 mois d'emprisonnement ferme. Son sort avait été alors fixé en octobre dernier, au terme de deux procès s'espaçant d'un mois, et après trois mois de détention préventive. Cet ancien journaliste est condamné pour complicité dans des affaires de troubles et d'atteinte à la sûreté de l'Etat.

Les faits, dont on incrimine Rolly Mercia, remontent en juillet dernier. A l'époque, les forces de l'ordre ont perquisitionné son domicile à la suite d'une manifestation estudiantine dans le quartier d'Ambohipo, réclamant la libération de Berija Ravelomanantsoa. Ce dernier a été arrêté et incarcéré pour des affaires de cybercriminalité dans lesquelles il est accusé de diffamation et également d'atteinte à la sûreté de l'Etat.

Un mégaphone aurait été saisi au domicile de cet ancien ministre lors de la perquisition, et aurait constitué un mobile à sa condamnation. Quatre personnes, directement impliquées dans la manifestation, en étant les principaux acteurs du mouvement, écopent aussi de la même peine, tout comme Berija Ravelomanantsoa dont le verdict a été prononcé par le Tribunal quelques semaines avant cela.

Franck R.

La Vérité0 partages

Football - Ligue des Champions D2 - Douze équipes pour deux tickets de la Pro league

La bataille sera rude. Dix équipes ont pu échapper à la première phase de la ligue des champions D2 sur les 22 ligues. Hormis Androy, Sava et Melaky qui n'ont pas de représentants dans cette phase, seule la ligue Analamanga compte deux équipes dans la course. La Fédération malagasy de football a dévoilé la liste des dix clubs rescapés. Pour rappel ce sont les deux premières équipes des quatre poules, lors de la phase 1, qui sont qualifiées pour cette phase 2.

 

Un ticket pour chaque site

Elles sont réparties en deux poules de 6 équipes qui évolueront au Stade Barikadimy Toamasina et au Centre technique national de football à Carion, Antananarivo pendant 5 journées, du 7 au 15 décembre prochains. Toutes les rencontres seront interrompues par une journée de repos, le 8, 10 et le 14 décembre. Car, tous les résultats auront des enjeux pour chaque équipe. Aucun club n'a droit à l'erreur car les protagonistes s'affronteront dans une rencontre directe et l'équipe la plus engrangée de points au classement final, à l'issue du match du 15 décembre, à Toamasina et à Antananarivo, sera promue en ligue des champions. La FMF a décrété que la compétition Poules des As n'aura pas lieu comme à l'accoutumée.

Malgré cela, les deux équipes, vainqueurs de chaque site, disputeront la finale le 20 décembre prochain.

Elias Fanomezantsoa

Midi Madagasikara0 partages

Déclaration de patrimoine : 34 députés défaillants

Pierre Razara est le dernier député à avoir rempli son obligation.

117 députés sur 151 ont effectué jusqu’à présent leur déclaration de patrimoine auprès de la Haute Cour Constitutionnelle (HCC). 34 membres de la Chambre basse ne se sont pas encore pliés à cette obligation légale qui a pour vocation d’encourager l’engagement des hauts responsables dans la lutte contre la corruption et de renforcer l’implication de tous dans la culture de la transparence et du respect de la loi.

3 mois. Les députés figurent effectivement dans la liste des personnalités assujetties à la déclaration de patrimoine qui doit être effectuée dans les trois mois qui suivent la nomination ou préalablement à l’exercice d’un mandat. La proclamation des résultats des législatives du 27 mai 2019 ayant eu lieu le 2 juillet de la même année, cela fait donc 1 an et demi que les membres de la Chambre basse ont été élus.

Poursuites judiciaires. Le premier à faire sa déclaration de patrimoine le 30 août 2019 est le député élu à Tana I, Raymond Michel Jocelyn Andriamanalinarivo. Le dernier à la déposer, le 30 novembre 2020 est le député élu à Ambatondrazaka, Pierre Ravolaza Fidèle Razara. Pour sa part, la présidente de l’Assemblée nationale et députée élue à Ambatofinandrahana Christine Razanamahasoa s’était pliée à cette obligation le 6 novembre 2019. Après une lettre de rappel, les 34 députés retardataires s’exposent à des poursuites judiciaires pour défaut de déclaration de patrimoine qui est une infraction matérielle.

R.O

Midi Madagasikara0 partages

Saison cyclonique 2020-2021 : Active à partir de janvier prochain

« Pour les trois prochains mois (décembre 2020-janvier-février 2021), le cumul trimestriel des précipitations sera de normal à légèrement supérieur à la normale dans les régions Diana, versant nord de la région Sava, les régions Boeny, Betsiboka, le versant nord de la région Analamanga, ainsi que sur le versant sud-ouest de la région Sofia, le versant Sud de la région Atsimo-Andrefana, dans les régions Androy et Anosy ». C’est ce qu’on peut lire dans la mise à jour des prévisions saisonnières valable pour la période allant de décembre 2020 jusqu’en février 2021. Le même document de faire savoir que « l’on aura un cumul tendant vers la normale à légèrement inférieur à la normale pour le reste de l’île ». Interrogé sur ce qu’il en est réellement de la situation, pour une meilleure compréhension du citoyen lambda des prévisions de la direction générale de la météorologie, un technicien auprès de l’organisation en question a fait savoir « En somme, le temps sera encore généralement sec…surtout pour la région Atsimo-Andrefana du pays ». Le technicien de continuer en faisant savoir que « pour toutes les régions, les précipitations seront au rendez-vous à partir du mois de janvier 2021 prochain ». « Ce qui va marquer le début des activités cycloniques », ajoute notre source. Une prévision qui serait effectuée en fonction des précipitations si l’on se réfère toujours aux explications du technicien auprès de la direction générale de la Météo. Il conviendrait de noter que pour la saison cyclonique 2020-2021, la direction générale de la météorologie du pays prévoit que trois cyclones pourraient menacer Madagascar. Une saison qui s’annonce active selon toujours la direction générale de la Météo.

Recueillis par José Belalahy

Midi Madagasikara0 partages

Lutte contre la Covid-19 : La SPAT bénéficie de l’appui du gouvernement japonais

Des combinaisons de protection, masques, sur-blouses, concentrateurs/extracteurs d’oxygène, et bien d’autres encore pour la SPAT de la part du gouvernement du Japon. (crédit photo : Yvon Ram)

Hier, jeudi 3 décembre 2020, dans les locaux de l’Agence Japonaise de Coopération Internationale à Ankorondrano, la Société du Port à Gestion Autonome de Toamasina (SPAT) a reçu officiellement des matériels provenant du gouvernement Japonais. Il s’agit d’équipements médicaux et d’équipements de protection individuels qui vont permettre de protéger le personnel soignant et toute l’équipe de la SPAT. Ces dons iront directement aux deux centres hospitaliers de la SPAT d’après les explications de son directeur général Christian Eddy Avellin. Ce dernier a aussi insisté sur le fait que la Covid-19 n’est pas encore vaincue à Madagascar et qu’il convient de rester vigilant, surtout pour les personnes qui travaillent au port de Toamasina où il y a beaucoup d’échanges avec l’étranger. C’est le représentant résident de la JICA à Madagascar, Umemoto Shinji qui a officiellement remis ces lots d’équipements à la SPAT.

Reprise des travaux au port. Pour un petit rappel, bien avant la pandémie de Covid-19, la JICA avait entrepris des travaux pour le développement du port de Toamasina. Des travaux qui ont été retardés par la crise sanitaire, mais qui vont pouvoir reprendre bientôt. D’après les explications de Umemoto Shinji : « la phase 1 du projet comprenant le remblayage d’espace à conteneurs et la construction de bloc de protection est presque arrivée à terme avant le confinement. Nous comptons entamer la phase 2 ce mois de décembre. Cette deuxième étape consiste en la construction du quai C4, aux dragages des quais C1, C2, et C3, à l’amélioration de la circulation à l’intérieur du port, ainsi qu’au prolongement de la brise-lame ».

Anja RANDRIAMAHEFA

Midi Madagasikara0 partages

Concours « Créatives » : L’agence Facto nominée pour la 7e fois consécutive

Le dream team de l’agence Facto Saatchi Saatchi Madagascar avec des valeurs fortes d’esprit d’équipe.

Malgré le contexte de Covid-19 entraînant une crise économique à Madagascar, l’agence Facto Saatchi Saatchi Madagascar, créée en 1999 à Antananarivo, a participé, cette année, au concours « Créatives » organisé par le Mémento.

L’objectif de cet événement vise à récompenser les meilleures créations publicitaires de l’Océan Indien et des Antilles. Pour cette 20e édition dont le jury était présidé par le président de l’Union Francophone, en la personne de Christian Cappe, l’agence Facto Saatchi Saatchi, a été nominée, et ce, pour la 7e fois consécutive. « Cette année la crise sanitaire Covid-19 a été particulièrement difficile pour les marques et la communication à Madagascar. Malgré tout, nous avons voulu montrer que la créativité permettait, même dans ces situations extrêmes, d’émerger et de faire la différence. Toute l’équipe est très fière de cette 7e nomination consécutive comme agence de l’année. Nous remercions nos clients de la confiance qu’ils nous portent pour porter au plus haut leur marque », a déclaré François Mandroux, gérant de Facto Saatchi Saatchi Madagascar et directeur général de Master Group.

Palmarès pour cette année. « Leader sur son marché, Facto Saatchi Saatchi Madagascar se positionne ainsi comme moteur de grandes campagnes inspirantes et précurseur de nouvelles idées et de nouvelles méthodes. Plus que jamais, Facto Saatchi Saatchi Madagascar poursuit sa mission d’offrir un niveau de qualité optimal pour développer le capital de marque et le chiffre d’affaires de ses clients », a-t-il poursuivi. Il faut savoir que les palmarès de cette agence ont été basés sur la réussite de trois campagnes publicitaires lancées à Madagascar. La première constitue le yaourt brassé aux fruits de Socolait, qui a été récompensé pour sa campagne dévoilant une nouvelle identité et un univers mettant en avant l’explosion et la fraîcheur des morceaux fruits et toujours au bon lait frais d’Antsirabe. La deuxième campagne porte sur l’animation de la page facebook de Salone, qui a été primée pour la variété de son contenu, mettant en avant l’engagement de la marque envers ses abonnés et ses clients. En outre, cela a été valorisé par des statistiques supérieures aux moyennes nationales. Et enfin, la dernière et non la moindre constitue la collection Gasy et Stylée d’Aigle d’Or, qui a de nouveau reçu une distinction pour le spot de sa dernière campagne créée par Michella.

Accompagner les marques. Rappelons que l’agence Facto Saatchi Saatchi Madagascar constitue une filiale de Master Group Communication, leader de la communication dans l’océan Indien. Elle a été mise en place en 1999 à Antananarivo. Le groupe accompagne les marques sur ses marchés à Madagascar, la Réunion, dans l’Océan Indien et aux Antilles tandis que l’agence Facto Saatchi Saatchi Madagascar conseille localement de nombreuses grandes entreprises. Elle a également accompagné d’autres programmes et organismes internationaux comme le programme PIC (Pôle Intégré de Croissance) pour la promotion touristique de Madagascar, et l’OIF (Organisation Internationale de la Francophonie). L’accompagnement du SIM (Syndicat des Industries de Madagascar), dans la promotion du label « Malagasy Ny Antsika », n’est pas en reste. En effet, la population malgache est maintenant sollicitée à consommer davantage des produits fabriqués localement afin de soutenir les industries locales tout en évitant la forte dépendance aux importations suite à cette crise sanitaire affectant non seulement l’économie mais aussi les ménages.

Navalona R.

Midi Madagasikara0 partages

Musique urbaine : Agrad raconte son « départ à zéro »

Le rappeur n’a pas dit son dernier mot, il est toujours dans le « Game ».

On entend souvent les sceptiques dire que le rap est en difficulté parce que les consommateurs de musique préfèrent les chansons plus dansantes comme le ragga et l’Afrobeat. De ce fait, les rappeurs prêchent dans le désert. Un constat à nuancer au vu du succès d’ Agrad. Ce poulain de Don Smokkilla a sorti un single il y a deux jours, « départ à zéro ».

Dans ce nouveau titre, le jeune homme s’identifie fortement à ces « boto » débrouillards, prêts à tout pour survivre. En effet, l’histoire d’Agrad, dans ses morceaux, est celle d’un jeune qui a toujours vécu dans le manque. Celui qui est toujours à la recherche de l’argent sans l’aide de personne. Celui qui a toujours été conscient de la dureté et de la cherté de la vie. « On ne m’a pas offert le succès sur un plateau d’argent ; j’ai beaucoup travaillé pour arriver à mon stade actuel », répète-t-il souvent dans ses morceaux. « Le ghetto n’est pas une fatalité », ajoute-il en chantonnant dans son couplet. En écoutant ses œuvres, ses inconditionnels s’y retrouvent. « Je ressens de la détermination dans ses chansons », a remarqué Tolotra, un fan de l’ancien membre de Gasy Ploit.

Porte-voix des « mecs » des quartiers défavorisés. Comme on peut s’y attendre, Agrad dans ses paroles, continue sa bataille à savoir, être la voix du ghetto. Un thème omniprésent dans ses morceaux. Au niveau de l’interprétation du rappeur, sa voix est toujours grognante. Nul besoin de longs discours pour comprendre la manière dont l’éducation dans les bas quartiers a façonné ses textes. De plus, cette expression s’allie parfaitement à la sonorité trap, un rythme très apprécié par les jeunes. Agrad prêche le positif malgré les aléas de la vie. Les auditeurs constatent également une prise de position sociologique.

La force vocale et l’habileté en écriture ne seraient rien sans un bon beat. Les rimes pleuvent de toutes parts. Les argots et les proverbes malgaches s’entremêlent dans sa langue. Entre poète de la rue et un sage du village, Agrad a mélangé le soutenu et le familier, ce style atypique qui lui permet de devancer les rappeurs de son âge.

Ardeur au travail. Toujours œuvrer, un de ses adages préférés. Depuis le confinement, Agrad ne se repose pas sur ses lauriers. Au contraire, il se montre à la fois productif. L’artiste ne compte pas s’arrêter là. Parmi les 10 rappeurs les plus célèbres à Madagascar, Agrad n’a pas l’intention de faire du rétropédalage.

Iss Heridiny

Midi Madagasikara0 partages

Chefs de Fokontany Moramanga : 18 mois d’indemnités impayées

Les chefs des Fokontany dans la commune urbaine de Moramanga se plaignent de ne pas avoir perçu leurs indemnités depuis 18 mois. Selon une station privée de la capitale, ils ont déposé une doléance auprès des autorités compétentes, mais jusqu’à preuve du contraire, ils n’ont pas eu gain de cause. Ils lancent également un appel au pouvoir central pour que celui-ci se penche sur leur cas. Ils ont d’ailleurs tenu à souligner que malgré tout, ils n’ont pas cessé de travailler.

Recueillis par Dominique R.

Midi Madagasikara0 partages

Planification spatiale marine : Atelier de consultation hier au Carlton Anosy

La planification spatiale marine (PSM) est en cours de mise en place à Madagascar. Hier, l’atelier de lancement et de consultation sur l’étude technique, institutionnelle et juridique dans ce cadre, s’est tenu au Carlton Anosy. Organisé par le Ministère de l’Aménagement du Territoire et des Travaux Publics (MATP) avec la collaboration de la direction de la Mer et de l’Économie bleue au sein du Ministère de l’Agriculture, de l’Elevage et de la Pêche, cet atelier s’inscrit dans le cadre de démarches participatives et inclusives pour l’élaboration des documents. Selon les organisateurs, il est attendu que les résultats de l’étude permettent d’asseoir une planification maritime acceptée par tous à Madagascar. Il s’agit donc d’un premier atelier qui précède une série d’ateliers pris en charge par le programme USAID Hay Tao, partenaire de la mise en œuvre de la PSM à Madagascar. L’objectif global de l’atelier est de présenter l’analyse des textes existants et de consulter les apports des parties prenantes œuvrant dans le domaine de la mer. Les avis et observations recueillis permettront d’enrichir les études menées par des consultants.

Plan d’action. L’étude lancée dans le cadre de l’atelier a pour objectif d’obtenir un document stratégique et technique relatif à la mise en place et à la mise en œuvre de la Planification Spatiale Marine (PSM) à Madagascar. Durant la rencontre, de grandes questions ont été abordées, liées aux enjeux de l’aménagement du territoire maritime à Madagascar ; les meilleures pratiques en termes de planification maritime à tirer des autres pays ; le cadre juridique, organisationnel et institutionnel appuie la démarche de la mise en place de la PSM à Madagascar, etc. A l’issue de l’étude, un plan d’action de la mise en place et de mise en œuvre de la PSM sera élaboré. A noter que la mise en œuvre de la PSM devrait figurer parmi les priorités pour assurer une bonne gouvernance de l’océan. Le pays s’est engagé à accélérer sa mise en œuvre en 2017 lors de la Conférence sur la biodiversité marine à New York. De plus, les instances régionales comme la Commission de l’Océan Indien (COI), la Convention de Nairobi et l’Union Africaine encouragent la réalisation du projet sur le sol africain.

 Antsa R.

Midi Madagasikara0 partages

Journée pour les personnes handicapées : L’accès à la sécurité sociale pour bientôt

La convention signée entre la CNAPS et l’ONG les Orchidées Blanches prévoit également que la caisse soutient l’ONG à travers une dotation d’équipements et de mobiliers de toutes les salles de classe du centre. (crédit photo : Yvon Ram)

Une délégation de la Caisse nationale de prévoyance sociale (CNaPS) s’est rendue le 3 décembre 2020 au centre Les Orchidées Blanches à Androhibe pour signer une convention de partenariat avec cette ONG.

Selon les dires du directeur des actions et sensibilisation sociétales de la CNaPS, la caisse s’engage à travers cette convention à permettre aux personnes en situation de handicap mental d’accéder à la sécurité sociale et de bénéficier des prestations par le biais des textes élaborés. Elle va également faire son maximum pour sensibiliser le grand public, en collaboration avec l’ONG « Les Orchidées Blanches » sur l’état psycho-social des personnes avec un handicap mental et leur réalité quotidienne. A cet effet, des vidéos seront publiées sur le site Internet de la CNaPS, dans les salles d’attente et sur les places publiques. Mais encore, la construction d’un bâtiment qui va accueillir des ateliers sur l’insertion et l’inclusion des personnes handicapées au sein du centre Les Orchidées Blanches est également en vue. Un engagement salué par le président du conseil d’administration de l’ONG, Thierry Ramaroson.

Une nouvelle ère. La situation est sur le point de changer pour les personnes vivant avec des handicaps mentaux. Souvent reclus, de plus en plus d’acteurs commencent à les soutenir ces derniers temps. Déjà, à l’époque où Paul Rabary était ministre de l’Education nationale, il a pris l’initiative de recruter les éducateurs au sein du centre Les Orchidées Blanches en tant que fonctionnaires. Selon une source, ce recrutement est désormais effectif pour ceux qui ont rempli les conditions requises. Ainsi, outre l’aide de la CNaPS, qui notons-le, va organiser ce mois de décembre une sortie pour les enfants, les parents, les enseignants, et le personnel du centre Les Orchidées Blanches à Vontovorona ; le centre bénéficie de l’appui d’autres bienfaiteurs pour ne citer que le gouvernement japonais ou le gouvernement suisse. Cette prise de conscience commence à se répandre puisque ces derniers temps aussi, divers organismes ont rejoint la cause et défendent l’inclusion des personnes handicapées dans tous les services disponibles, fonction publique, santé, éducation ou autres.

Anja RANDRIAMAHEFA

Midi Madagasikara0 partages

Ihosy : Un fabricant et fournisseur d’armes des dahalo arrêté

Le 2 décembre dernier, un véritable atelier de fabrication d’armes a été découvert par la gendarmerie dans la commune d’Ambia, district Ihosy, région Ihorombe. Les forces de l’ordre sont parvenues à ce résultat grâce aux renseignements fournis par des personnes de bonne volonté dénonçant l’existence d’un individu, réputé être le fournisseur d’armes des dahalo dans la localité. Nantis de ce renseignement, les gendarmes ont alors procédé à la perquisition du domicile du suspect après avoir obtenu un mandat délivré par le procureur de la République auprès du tribunal de première instance d’Ihosy. Cinq fusils de chasse non immatriculés, un pistolet automatique de marque Beretta, un pistolet de fabrication artisanale muni d’un chargeur et une balle, une crosse de fusil en bois, sept cartouches de fusil de chasse, des uniformes et des matériels militaires et des outils de fabrication d’armes artisanales y ont été saisis. Ainsi, le propriétaire de la maison a été arrêté. Selon les informations, les complices de cet homme ainsi que ses clients sont déjà identifiés. Une opération de chasse à l’homme est actuellement lancée à leur endroit. La gendarmerie affirme qu’ils devront être capturés morts ou vifs. Cette mesure est de mise vu l’importance en nombre des armes qui circulent encore entre les mains des malfaiteurs. Beaucoup ont déjà été saisies et ont été détruites.

T.M.

Midi Madagasikara0 partages

Festival : Le cinéma européen à l’honneur au Cinepax

Extrait du film « Mellow Mud », diffusé au Cinépax durant le festival de films européens.

Lancé le 2 décembre pour se tenir jusqu’à demain, le festival de films européens se tient au Cinepax Ambodivona. A cet effet, la première œuvre diffusée lors de la première journée, ayant servi d’ouverture, a été « Il Campione » ou « Le défi du champion ». Elle a été et sera suivie par d’autres longs métrages, douze au total. Dans le programme, chaque jour, il y aura quatre films diffusés dont la première projection se fera à midi. Plusieurs pays ont participé au festival, comme l’Autriche, la Belgique, l’Espagne, la France, l’Italie et la Suède.

L’occasion donc pour les cinéphiles de retrouver d’autres styles d’expression venus des horizons moins conventionnels. Pour ne citer que « Buñuel après l’âge d’or », un dessin animé de l’espagnol Salvador Simo. Il raconte l’épopée pleine d’espoir de Luis Buñuel, qui, de galère en galère, connait finalement le succès qu’il convoitait tant. Il y aura aussi « Mellow mud », produit en Lettonie en 2016, dirigé par Renārs Vimba. De quoi enrichir quelque peu, pour ceux ou celles qui vont venir lors de ces projections gratuites, leur culture cinématographique.

L’esprit de ce festival annuel, à sa quatrième édition, est relaté dans les propos de l’ambassadeur de l’Union européenne auprès de la République de Madagascar et de l’Union des Comores, Giovanni DI Girolamo, « Pour cette édition, nous avons sélectionné pour vous des films qui relatent des faits d’actualités avec des caractères tellement humains. Ainsi, différents aspects de la vie et de la culture seront à l’affiche durant ces 4 jours à travers des films qui ont été primés en Europe. Vitrine de la culture européenne, ce festival vise à nouer le dialogue avec le public et les partenaires, tout en renforçant la confiance et la compréhension mutuelles ».

Maminirina Rado

Midi Madagasikara0 partages

Accord-cadre MEDD-MESUPRES : Définition des besoins et priorité en matière de recherche

L’atelier a permis de faciliter les dialogues.

Signé le 29 octobre dernier, l’accord-cadre entre le ministère de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique et le ministère de l’Environnement et du développement durable entame sa phase de mise en œuvre. L’atelier de définition des besoins et priorités en matière de recherche scientifique en constitue la parfaite manifestation. Ayant comme objectif global de « renforcer la coordination des besoins et priorités en matière de recherche scientifique au sein du ministère de l’Environnement et du développement durable », l’évènement consistait à « identifier les priorités du ministère en matière de recherche scientifique en se basant sur ces besoins, de tracer les pistes d’orientation des collaborations et des stratégies en considérant le volet scientifique dans les approches. L’atelier visait également à établir un plan d’action pour la mise en œuvre sur le long terme de l’accord-cadre Mesupres-MEDD». Ainsi, les priorités et besoins en question étaient transmis à l’équipe de chercheurs du ministère en charge de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique afin de « leur permettre d’ajuster et d’orienter leurs activités ».

Place. Face aux problématiques environnementales actuelles et l’urgence de mieux gérer les ressources naturelles du pays, mais aussi face aux enjeux représentés par leur exploitation, leur valorisation, leur utilisation et leur conservation, la recherche scientifique constitue « une des approches indispensables pour accompagner les décideurs dans l’élaboration des politiques et des stratégies ». Ainsi, l’accord-cadre entre le Mesupres et le MEDD entend « favoriser l’établissement des collaborations entre le monde des techniciens et des stratégies avec le monde de la recherche scientifique ». Ce, afin de « valoriser les résultats, orienter les recherches, encourager les approches intégratives et capitaliser les acquis ».

José Belalahy

Midi Madagasikara0 partages

Hausse des prix du riz : Ntsay Christian annonce la tenue prochaine d’une réunion de crise

Au niveau de l’Exécutif, l’on soupçonne une spéculation abusive pour semer la zizanie au sein de la population en cette période de fin d’année.

2 400 Ariary le kilo et 650 Ariary le kapoaka. C’est le prix du riz actuellement sur le marché. Depuis quelque temps, la population commence à lancer des cris de détresse par rapport à l’inflation grandissante qui frappe presque toutes les régions de la Grande île. La ministère du Commerce semble dépassé par les évènements, notamment par la hausse considérable des prix du riz et des produits de première nécessité. Depuis la semaine dernière, le président Andry Rajoelina n’a cessé d’interpeller la ministre concernée en plein conseil des ministres. La décision du Premier ministre d’organiser une réunion de crise sur les prix du riz, et sur l’inflation qui touche le pays actuellement, fait certainement suite à cette interpellation du numéro Un d’Iavoloha. En effet, Ntsay Christian a annoncé hier la tenue prochaine d’une réunion y afférente. A noter pourtant que l’ariary commence depuis quelque temps à se stabiliser face aux devises de référence. Pour l’heure, le locataire de Mahazoarivo préfère entretenir le suspens par rapport à la stratégie que l’Etat entend mettre en place pour résoudre ce problème des prix du riz qui survient à l’approche des fêtes de fin d’année. Une source proche de l’exécutif a toutefois laissé entendre qu’outre les techniciens de la primature et des ministères concernés, l’Etat envisage aussi de convoquer les collecteurs, les grossistes, les détaillants et les défenseurs des droits des consommateurs. En effet, au niveau du gouvernement, l’on soupçonne une spéculation abusive et une manœuvre délibérée pour semer la zizanie au sein de la population. En marge de la cérémonie de réception officielle des nouveaux matériels de l’Office de la Radio et Télévision de Madagascar (ORTM), le Premier ministre Ntsay Christian a lancé un appel à l’endroit de tous les responsables concernés afin de tout mettre en œuvre pour résoudre ce problème.

ORTM. Hier, le chef du gouvernement, ainsi que quelques membres du gouvernement, ont honoré de leur présence la réception officielle des nouvelles infrastructures mises en place au sein de la TVM et de la RNM à Anosy. Grâce à l’initiative du ministère de la Communication et de la Culture, les médias nationaux viennent de se doter de nouveaux matériels de pointe, de nouveaux studios et des plateaux « manara-penitra » pour le journal télévisé, les débats, et l’émission matinale « Karakory antsika jiaby ». La Radio Nationale Malgache a également été dotée d’un studio moderne. Au cours de la cérémonie, la ministre de la Communication et de la Culture, Lalatiana Rakotondrazafy Andriatongarivo, a annoncé qu’un musée de la radio et télévision nationales sera mis en place incessamment au sein de l’ORTM afin que les Malgaches puissent assister à des expositions relatant l’histoire de la RNM et de la TVM. Elle a aussi annoncé que face à la concurrence avec les médias privés, l’ORTM prévoit aussi de se doter d’un dôme pour accueillir des évènements culturels.

Davis R

Midi Madagasikara0 partages

Golf- Championnat de Madagascar : Plus de 140 golfeurs attendus à Andakana

L’équipe de la fédération, dirigée par le président Ranaivo Andrianasolo.

Après la dernière édition à Foulpointe, le championnat de Madagascar de golf 2020 se tiendra au Golf du Rova Andakana.

Le rendez-vous est fixé pour le championnat de Madagascar de golf version 2020. Le sommet national se déroulera du 10 au 13 décembre sur le green d’Andakana. La Fédération malgache de golf a tenu hier une conférence de presse sur les lieux pour la présentation officielle.

Plus de 140 golfeurs issus de six clubs affiliés à la fédération, à savoir le Golf Club Antsirabe, Galaxy Golf, Malaza golf, Pearls International Golf Course de Nosy-Be, Foulpointe Golf club et Golf club du Rova, hôte du sommet, sont attendus. Soixante parmi eux joueront en catégorie Pro. Les inscriptions sont déjà ouvertes depuis hier. En effet, la Fédération fait appel à plusieurs catégories afin que tous les passionnés de golf puissent y participer. Il y aura cependant sept catégories différentes. Ce sera la catégorie Pro qui entrera en lice en premier les jeudi 10 et vendredi 11 décembre. Les autres catégories, plus précisément les amateurs, pour leur part, joueront à partir du samedi 12 décembre. On les cite : la catégorie hommes qui se divise encore en 1ère, 2e, et 3e séries, idem pour la catégorie dames, les séniors hommes âgés de 60 ans et plus, les seniors dames plus de 55 ans, les super seniors mixte hommes plus de 75 ans et dames de 70 ans et plus. La catégorie junior mixte est destinée aux jeunes de moins de 16 ans.

Une voiture en jeu : Le classement de ce championnat se fera en score brut. « Le Champion de Madagascar Pro est celui qui aura rendu le meilleur total en brut. Il représentera Madagascar à l’étranger si jamais il y a une compétition internationale», confie le directeur technique national, Johary Raveloarison, avant d’ajouter que « C’est un tournoi fédéral donc la licence est obligatoire pour tous les participants, incluant le droit de participation ». Le champion en Pro recevra un trophée et un chèque. Le reste des joueurs seront rémunérés par rapport à leur classement. Ainsi, une voiture offerte par Sicam, sponsor officiel, serait en jeu, pour celui qui arrive à opérer le trou en un.

Pour rappel, le couple Ratsimbazafy était sacré champion de Madagascar deux fois successives et avait remporté les deux billets d’avion Tanà-Singapour-Tana. Il sera encore présent pour cette édition 2020. « En décembre 2019, Madagascar avait accueilli « Staysure Tour ». De grands travaux ont été effectués à Andakana, trois mois avant ce tournoi international-sommet. Les constructions des infrastructures y continuent toujours et la Grande île pourrait encore abriter de grandes compétitions », a enchaîné Sylvain Rabetsaroana, le vice-président de la Fédération.

Manjato Razafy

Midi Madagasikara0 partages

Tanjombato : Tovolahy novonoina, avy eo nahantona tamina fefy

Lehilahy iray, 22 taona, no hita faty nihantona tamina fefin’olona tetsy Tanjombato, omaly maraina. Raha ny hita tety ivelany dia toa hoe namono tena ity lehilahy ity, saingy toa tsy izay anefa no zava-nisy, raha ny fanadihadianay teny an-toerana..

Hatairana ny an’ireo mponina teny amin’iny faritra Ampefiloha « cannibale », tetsy Tanjombato, omaly maraina. Fatin-dehilahy nihantona tamin’ny alalan’ny tari-by teo amin’ny tendany, teo amin’ny fefin’olona no hitan’ireo fokonolona. Lehilahy, izay tombanana ho manodidina ny 22 taona eo ho eo, raha ny fitantaran’izy ireo. Namono tena sa nisy namono ? Nampiantsoana avy hatrany ireo mpitandro filaminana sy ny tompon’andraikitra misahana  iny faritra iny. Araka ny fanadihadianay teny an-toerana dia voalaza fa izany « Justin » izany no anarany ary irony mpitatitra entana irony ny asany, eny Anosibe. Eny ihany koa ny misy azy. Nambaran’ireo loharanom-baovao teny an-toerana hatrany fa « nisy nitondra hiasa, ary nampiantrano azy teny an-toerana, nanomboka ny alahady lasa teo ». Nanomboka teo ity tovolahy ity no fantatra fa nihaodihaody teny amin’iny faritra nahitana azy, efa vatana mangatsiaka izao.

Nisy namono ? « Tsy azonay heverina ho namono tena ny havanay fa mety nisy namono. Efa miahiahy olona izahay ary tsy maintsy hametraka fitoriana », hoy ny filazan’ny iray tamin’ireo fiankavian’ny maty tonga teny. Araka izany tokoa, nambaran’ireo mpitandro filaminana tonga voalohany teny an-toerana fa kotsa tanteraka, toy ireny avy nalatsaka tany anaty rano ireny ny razana ny maraina. Toe-javatra izay manamafy ny mety ho fisian’ny vono olona talohan’ny nanafenana izany  ho karazana famonoan-tena. Izany hoe, mety ho efa novonoina tany ho any izy io ary mody nahantona teo amin’io fefy io. Etsy andanin’izay indray anefa, tsy nahitana dian-dratra tamin’ny vatany, tamin’ny fitsirihana ifotony nataon’ireo pôlisy siantifika sy ny mpitsabo tonga teny an-toerana, ankoatra ny faritra mangana amin’ny tendany, dian’ilay tariby nihantonany. Efa eny am-pelatanan’ireo pôlisy misahana ny ady amin’ny heloka bevava moa ny raharaha, izay tonga nanao ny fanadihadiana ifotony teny an-toerana.

m.L

Midi Madagasikara0 partages

Valéry Giscard d’Estaing, l’un des géants de la cinquième République

Avec la disparition de Valéry Giscard d’Estaing, c’est un pan de l’histoire de la cinquième république française qui se referme. C’est l’homme d’État qui a incarné à son accession à la magistrature suprême le changement après les septennats extrêmement pesants de Charles De Gaulle et de Georges Pompidou. Il fut le président des réformes qui ont changé la société française, mais il a subi les aléas de la conjoncture économique internationale qui écorneront son image de libéral et qui le feront sombrer face à un François Mitterrand qui représentait une gauche généreuse et humaine. Mais il reste une grande figure de la cinquième République que tous ceux qui lui ont succédé à la tête de l’Etat. VGE, comme on l’appelait, était un grand homme d’Etat doté d’une mécanique intellectuelle exceptionnelle qui aura marqué de son empreinte cette cinquième république

Valéry Giscard d’Estaing, l’un des géants de la cinquième République

C’était un homme politique brillant, un jeune député que le général De Gaulle a remarqué et dont il fera son secrétaire d’Etat aux finances à l’âge de 36 ans, avant de le nommer ministre. Ce polytechnicien et énarque fera l’admiration de ses pairs au gouvernement. Il prendra ses distances avec le pouvoir gaulliste et appellera à voter contre le référendum du Général en 1969. Durant la présidence de Georges Pompidou, il redevient ministre des Finances et à la mort de ce dernier, il présente sa candidature à l’élection présidentielle contre l’avis du clan gaulliste soutenant Jacques Chaban Delmas. Il est opposé à François Mitterrand au second tour. Sa victoire face à cet homme de gauche se sera dessinée lors du débat télévisé où il dira une phrase devenue célèbre : « Monsieur Mitterrand, vous n’avez pas le monopole du cœur. J’ai un cœur comme vous ». Il devient alors le plus jeune président de la cinquième République. Jacques Chirac est son premier ministre. Giscard lance alors un train de réformes : l’âge de la majorité est abaissé à 18 ans, la loi sur l’ING est votée ; le divorce par consentement mutuel est instauré. La rupture avec son premier ministre est consommée par la suite. La conjoncture ne lui permet plus de continuer sur sa lancée. La crise née du choc pétrolier dégrade son image dans l’opinion. Le scandale des diamants offerts par Bokassa n’arrange rien à l’affaire. Et les Français lui préfèrent François Mitterrand en 1981 ; il se consacrera ensuite au projet européen qui est son autre grand dessein. Il siègera au conseil constitutionnel. Il sera élu à l’académie française.

Patrice RABE

Midi Madagasikara0 partages

Assemblée nationale : Appui de la BAD en réponse à la Covid-19

Les députés ont adopté, hier, à la salle des séances de l’Assemblée nationale, le projet de loi n°013/2020 du 15 octobre 2020 autorisant la ratification de prêt relatif au financement du programme d’appui en réponse à la Covid-19, conclu le 7 août 2020 entre la République de Madagascar et la Banque Africaine de Développement et le Fonds Africain de Développement. Un autre projet de loi a été également examiné par ces élus, à savoir le projet de loi n°014/2020 autorisant la ratification de l’accord de prêt relatif au financement additionnel de l’opération d’appui budgétaire autorisant la ratification de l’accord de prêt relatif au financement additionnel de l’opération d’appui budgétaire, à la gestion des risques et catastrophes avec option de tirage différé, signé le 6 août 2020 entre la République de Madagascar et l’agence française de développement et son avenant n°1 en date du 29 septembre 2020. Notons que les séances plénières ne reprendront que le 8 décembre prochain. Il s’agit du projet de loi n°011/20 du 30 septembre 2020 portant loi de règlement 2017 et de la proposition de loi n°008-2020/PL portant régime de retraite parlementaire, présentée par le député Rémi, alias Jao Jean, élu à Antsohihy.

Recueillis par Dominique R.

Midi Madagasikara0 partages

Education inclusive : L’EPP Ambohidroa citée en exemple

Hier, Journée internationale des personnes handicapées, l’EPP Ambohidroa a reçu la visite de la ministre de l’Education nationale, Sahondrarimalala Marie Michelle.

Tous égaux. C’est ainsi que sont considérés les élèves, handicapés ou non, à l’école primaire (EPP) d’Ambohidroa. Tous ont droit à l’accès à l’éducation.

L’EPP Ambohidroa, l’une des plus anciennes écoles de la ville d’Antananarivo, accueille depuis 2007 des enfants à besoins spécifiques, incluant ceux vivant avec un handicap moteur, malentendants, atteints de trisomie ou d’autisme, au sein de classes inclusives et intégrées avec les autres enfants. Si l’expérience de l’EPP Ambohidroa confirme que l’inclusion des enfants handicapés dans les structures d’éducation dites « conventionnelles », n’est pas chose impossible, elle requiert néanmoins un changement de perception. Il s’agit notamment de la reconnaissance que ces enfants ont les mêmes droits que les autres, qu’ils peuvent faire preuve d’autodétermination et ne sont pas seulement des bénéficiaires de la charité publique. L’UNICEF, pour sa part, soutient que leur voix doit être entendue et prise en compte dans l’élaboration des politiques et des programmes. Ce qui est loin d’être le cas actuellement.

Statistiques. Une étude récente menée par cette même organisation (MICS 2018), l’une des rares sources de données sur les enfants handicapés à Madagascar, indique que 10 % des enfants âgés de 2 à 5 ans à Madagascar sont handicapés. Le ratio passe à 14% pour les enfants âgés de 5 à 17 ans. Cependant, alors que de nombreuses politiques sociales sont censées être appliquées à tous, y compris implicitement les personnes handicapées, il arrive souvent qu’elles ne répondent pas à leurs besoins. Dans le secteur de l’éducation, en particulier, le concept d’éducation inclusive et le handicap ne sont pas toujours compris par tous.

Discrimination. En matière d’éducation en particulier, force est de constater que nombre d’actions visant à soutenir les droits des personnes handicapées ne sont pas réalisées pour cause de priorités et de budgets limités. Pourtant, l’expérience de certains établissements, comme à l’EPP Ambohidroa, démontre que les enfants handicapés sont capables de surmonter les obstacles à leur inclusion, lorsqu’on leur donne les moyens. Seulement, trop d’enfants handicapés n’ont aucune possibilité de participer. Bien souvent, ils sont les derniers à accéder aux ressources et aux services. « Trop souvent, ils n’inspirent que de la pitié ou, pire encore, sont victimes de discrimination et de mauvais traitements », souligne à ce sujet l’UNICEF. Pour Madagascar, il urge que l’on se penche enfin sur l’investissement dans l’éducation inclusive, avec une attention particulière sur l’équité.

Privés de kits scolaires ! En œuvre depuis des années dans le domaine de la promotion de l’éducation inclusive, l’UNICEF procédera bientôt à la dotation de kits et matériels pour 4 200 enfants scolarisés dans 59 centres spécialisés de toute l’île. Une démarche visant à motiver les parents et les enfants à revenir à l’école, après la fermeture durant la crise sanitaire. Une intervention équitable, somme toute, puisque les enfants dans les centres ne figurent pas parmi les élèves bénéficiaires des kits scolaires venant de l’Etat.

Hanitra R.

Midi Madagasikara0 partages

Andranomadio P/elle 11/41 Toamasina : Zatovovavy 16 taona bevohoka efa-bolana voadaroka

Naharay antso ny polisin’ny FIP Toamasina fa misy zatovovavy mitaraina ho voadaroka tao amin’ny fokontany Andranomadio P/elle 11/41. Tonga nijery ny tena zava-nisy izy ireo, notarihin’ny komandany, ny kaomisera Rafaliaro Jules. Voamarina tamin’izany fa tena voadaroka tokoa ity zatovovavy ity ary mpiasa an-trano no asany. Tao amin’ny tokantranon’ny mpampianatra amin’ny sekoly tsy miankina iray eto Toamasina no nitranga ny raharaha. Voatery nentina teny amin’ny CSBII tao Ambohijafy izy, notsaboina noho ny ratra nahazo azy, saingy nalefan’ireto farany teny amin’ny hopitaly be nony farany. Raha natao ny fizahana ny zava-misy dia fantatra fa bevohoka efa-bolana ity zatovovavy ity. Raha ny angom-baovao dia ny olana teo amin’ny mpampiasa azy noho ny fisian’ity zaza tao an-kibony no naharaikitra ny disadisa teo amin’ilay mpampiasa sy ny mpiasa; satria noterin’ilay mpampiasa halana ilay zaza tao am-bohoka. Tombanana ho fanolanana zaza tsy ampy taona no naha-bevohoka ity zatovovavy ity, saingy miandry ny fanadihadiana mikasika izany ny rehetra, satria mety ho ny tao an-trano ihany no nahavanon-doza tamin’izany. Ankoatra izay dia nisaotra ny fahatongavan’ny polisy ny mponina, satria efa fanaon’ilay ramatoa mpampianatra ny midaroka mpiasa tahaka izao, hoy ny manodidina, ka raha tsy tonga haingana ny polisy tsy hay izay nitranga. Bevohoka mantsy ilay zazavavy tamin’ny fotoan’ny daroka.

Malala Didier

Midi Madagasikara0 partages

Ihosy : Voasambotry ny polisy ny roa lahy mpamono olona

Ny fiandohan’ny herinandro, tokony ho tamin’ny 2 ora sy fahefany maraina dia voasambotry ny UIR avy ao amin’ny kaomisaria Ihosy ny roa lahy tompon’antoka tamin’ny famonoana ny lehilahy iray izay niseho ny faha 27 novambra lasa teo, tany Ilempona, kaominina Ambanivohitra Ankily, distrikan’Ihosy. Mbola tratra tany amin’izy roa lahy ihany koa ny « fusil de chasse double canot calibre 16 », an’ilay olona novonoiny, ary ny taratasy mahaksika ilay basy. Araka ny fantatra, ny 26 novambra dia nifanao fotoana tany Ilempona izy telo lahy, ilay rangahy novonoiny sy izy roa lahy, noho ny fifanarahana fivarotam-basy, ary izy roa lahy no hividy ny basin’ilay lehilahy novonoiny. Tsy vita anefa ny fifampivarotana fa novonoin’izy roa lahy ireto ny tompom-basy dia nentiny ny basy, dia izao hita tany amin’izy roa lahy izao. Ao anatin’ny fanadihadiana ny polisim-pirenena momba ity raharaha ity.

D.R

Midi Madagasikara0 partages

Infrastructures publiques : Focus sur les études, la planification et l’organisation

Les investissements dans les infrastructures doivent être faits de manière intelligente, dans une optique à long terme et bénéfique pour les générations futures, surtout lorsqu’ils engagent des emprunts extérieurs. C’est ce qu’a développé le ministre de l’Aménagement du Territoire et des Travaux Publics, Hajo Andrianainarivelo, lors de sa rencontre avec les étudiants du Département Economie de la Faculté EGS, de l’Université d’Antananarivo. « Il est vrai que le progrès technique et le savoir-faire sont indispensables pour une bonne performance dans l’élaboration et la mise en œuvre des projets d’infrastructures, mais les études d’impacts sont également très importantes. Il faut savoir, par exemple, quel effet d’entraînement pourrait générer chaque ariary investi dans les infrastructures ? Quel sera l’impact de cet investissement d’un ariary sur la croissance économique ou sur la qualité de vie de la population ? Nous avons besoin des économistes pour avoir des précisions sur les réponses à ces questions. D’ailleurs, le ministère compte inclure les économistes et les socio-organisateurs, dans ses prochains recrutements », a déclaré le ministre, face aux étudiants présents à la rencontre, qui, selon le chef de département, sont tous en phase de recherche dans plusieurs spécialités, notamment, l’environnement, le développement, ainsi que la MBF (Monnaie-Banque-Finances).

Rentabilité. L’appropriation des investissements publics et le sentiment d’appartenance ont également été soutenus par le ministre Hajo Andrianainarivelo. D’après ses dires, le ministère a réussi à économiser des centaines de milliards d’ariary, qui ont pu être alloués dans d’autres projets, grâce aux améliorations apportées dans l’attribution de marchés aux entreprises. « Nous avons établi des coûts estimatifs pour les travaux de construction et de réfection de routes. C’est sur cette base que les appels d’offres ont été lancés. Pour certains chantiers, nous avons réussi à élargir la route à 7m au lieu de 6m et en même temps, nous avons réussi à reconstruire 20Km de route supplémentaire, grâce aux mercuriales des prix. En outre, les contrôles, les délais de garantie et la durée de vie de ces routes doivent également être améliorés car il s’agit d’investissements à long terme », a-t-il noté, en citant le cas de la RN6 inaugurée en 2008, et qui est actuellement très dégradée. En effet, certains prêts concessionnels sont remboursés sur 25 ans. Les dirigeants devraient donc tenir compte de cette période, pour définir les bons investissements à faire. Pour le ministre Hajo Andrianainarivelo, les coûts et les retombées économiques des projets sont déterminants, pour définir la qualité des investissements.

Antsa R.

Midi Madagasikara0 partages

Vendredi joli

Piment café : Place à Reko

Coqueluche de ces dames, Reko revient en force. Si « Mitonia » est le plus connu de ses tubes, ses autres morceaux sont à découvrir. Ce soir, Fy Rasolofoniaina et ses compères retrouveront les noctambules au Piment Café Behoririka. Une occasion pour les habitués des lieux de plonger dans le monde du folk progressif qui fait l’objet d’un intérêt particulier du large public depuis la découverte de ces grands gaillards.

 

Le Bypass : Jeneraly et Tsiakoraka sur la même longueur d’onde

Une ambiance, deux groupes et pas n’importe lesquels. Jeneraly et Tsiakoraka s’unissent le temps d’une soirée. Ce beau petit monde remettra au goût du jour les chansons des années 80 au Le Bypass. La nostalgie revient au galop avec les incontournables des deux camps. Un événement attendu par les amateurs de folk, blues, zafindraony, variété, country… Ce sera donc un revival pour ces deux formations qui ont pour point commun la perte de leur leader il y a des années.

 

Le Colisée : Samoela, monsieur « bandy akama » aux commandes

Akama un jour, akama pour toujours. Samoela, alias Monsieur Bandy akama continue sur sa lancée. Le temps d’un cabaret, il retrouvera ses inconditionnels au Colisée Tsiadana ce soir. Le menu sera d’autant plus composé des grands succès comme « Folaka ihany », « Hafaliana », « Kôfa tia », « Bandy akama », « Amoronao » ainsi que tous les autres titres qui composent son dernier-né. Pour tous les fans de Samoela, rendez-vous est donc pris !

 

La Teinturerie Ampasanimalo : Du rap, du lourd avec Xcrew 102 Kara

Ils ont fait leur heure dans le milieu des années 90. 25 ans plus tard, les clans sont encore là. Avec la maturité des quarantenaires certes, mais toujours la même passion qui les anime. Ce soir, c’est à la teinturerie Ampasanimalo que Xcrew 102Kara fera revivre l’âge d’or du rap gasy. Une bonne quinzaine de rappeurs y retrouveront les acteurs culturels et les adeptes du genre.

Zo Toniaina

Midi Madagasikara0 partages

Ambohijafy-Ampitatafika : Une gargote et une épicerie attaquées par 5 bandits armés

L’insécurité persiste dans les communes périphériques de la capitale malgré les efforts déployés par les forces de l’ordre pour lutter contre ce fléau. Agissant en groupe, les malfaiteurs, qui sont lourdement armés, réussissent toujours leur coup. Ils font parler d’eux parce que les forces de l’ordre ne sont pas alertées à temps pour intervenir. Ce qui s’est passé dans le village d’Ambohijafy, dans le fokontany Ambohidavenona, commune rurale Ampitatafika, district d’Antananarivo Atsimondrano, la nuit du mercredi 2 novembre en est la preuve. Cette nuit-là, cinq individus munis de fusils de fabrication locale, de sabre et de barre à pince se sont introduits de force dans les domiciles des deux commerçants, un gargotier et un épicier. Une fois à l’intérieur, ils ont tenu en joue les occupants pour les obliger de leur remettre tout ce qu’ils voulaient. Trois téléphones portables, deux postes radio, une bague de fiançailles et 130 000 ariary en espèces ont été dérobés. Heureusement, aucun blessé ni perte en vie humaine n’est à déplorer. Pour couvrir sa fuite, la bande a tiré un coup de feu qui a retenti dans tout le village et ses environs. Et les malfrats étaient déjà partis quand la gendarmerie de la brigade de Fenoarivo affirme avoir été avisée par téléphone de l’existence de ce coup de feu vers 23 heures 45 minutes. Sitôt alertés, cinq gendarmes se sont rendus sur les lieux. Après avoir constaté les faits, ils ont enclenché la traque aux malfaiteurs durant laquelle ils ont trouvé un étui de calibre 12. Celui-ci proviendrait de la cartouche utilisée par la bande. Puisque la commune Ampitatafika dispose d’un poste fixe de la gendarmerie, celui-ci se charge de la continuité de l’enquête. Pour l’instant, aucun suspect n’a été arrêté. Ce cas d’Ampitatafika permet de dire que la mise en place du système de vigilance villageoise ainsi que le renforcement de la patrouille des forces de l’ordre dans les périphéries sont fortement utiles.

T.M.

Midi Madagasikara0 partages

Oniversiten’i Barikadimy Toamasina : Fisamborana mpianatra mpitarika fitokonana, nitokona ny mpianatra ny...

Nitokona indray ireo mpianatra tao Barikadimy ny alakamisy maraina teo, noho ny nambaran’izy ireo fa fanaovana antsonjay amin’izy ireo amin’ny fisamborana ny namana mpiara-mitokona ny alarobia hariva teo. Raha ny fanazavana teo anivon’ny oniversite indray anefa dia nampiantsoana teny amin’ny polisim-pirenena hanarina amin’ny fitarihana fitokonana ataony ireto mpianatra miisa dimy ka nampitokana ireto mpianatra ireto.

Voalaza ihany koa fa aorian’ity teo anivon’ny polisy ity dia saika natao omaly koa ny “Codis” ho azy dimy lahy mpitarika fitokonana ireto. Tsy raikitra izany fanadihadiana sy fakana am-bavany teny amin’ny polisy sy mikasika ilay “Codis” teny amin’ny prezidanasin’ny oniversite, satria niditra tamin’izao raharaha izao ny minisiteran’ny fampianarana ambony nandamina ny mpianatra sy ny mpitandro ny filaminana ary ny oniversite. Voatery navotsotra teo anivon’ny polisy izy dimy lahy vokatr’izany, ka niverina teny Barikadimy tamin’ny misandratra andron’ny omaly alakamisy, ary noraisina toy ireny olo-malaza ireny tamin’izay fotoana izay. Ankilan’izany dia noravan’ireo andiana mpianatra koa ny fianarana rehetra teny Barikadimy. Noravan’izy ireo ihany koa ny fanazavana momba ny tetibolam-panjakana nataon’ny minisiteran’ny toekarena sy ny fitantanam-bola ho an’ny mpianatra DEGMIA.

Ankoatra izay dia nambaran’ireto mpianatra ireto koa fa tsy eken’izy ireo ny saram-pisoratana anarana eo anivon’ny oniversiten’i Toamasina fa lafo loatra ho azy ireo. Manomboka amin’ny 90.000Ar hatramin’ny 900.000Ar izany raha tsy nisy afa-tsy 60.000Ar hatramin’ny 150.000Ar ny any amin’ny oniversite hafa. Mitaky ny fampidinana izany ireto mpianatra mitokona ireto ary tsy hijanona raha tsy mivaly ny fitakiany.

Malala Didier

Midi Madagasikara0 partages

Projet 20by2020 : De l’eau potable dans les communautés rurales malgaches.

De l’eau potable en milieu rural

L’accès à l’eau potable demeure une problématique surtout en Afrique. À Madagascar, plus de 58% de la population n’ont pas accès à l’eau potable et près de la moitié des ménages vivent sans installations sanitaires.

Pour aider à relever ce défi de l’accès à l’eau potable dans les communautés reculées de Madagascar, les Emirats Arabes Unis (UAE) à travers le projet humanitaire 20by2020 ont récemment installé des fontaines d’eau potable «Safe Water Cube» dans cinq zones rurales des pays d’Afrique de l’Est, dans le but d’améliorer la qualité de vie d’environ 8 500 personnes au quotidien.

Meilleure hygiène. Quatre fontaines ont été installées dans des écoles, notamment l’école Saint-Joseph à Antsirabe ainsi que des écoles à Vohitrarivo, Ambohijafy et Ambohijafy Talata Andraikiba mais qui sont également accessibles aux habitants du village local. Une autre a été installée pour les patients et le personnel de santé à l’hôpital d’Andraikiba. Des milliers de villageois, de patients hospitalisés et des personnels de santé de la région centrale du Vakinankaratra peuvent désormais éviter de nombreuses maladies hydriques et d’autres problèmes de santé liés à l’eau insalubre. Face à la propagation de la pandémie de Covid-19 et à l’importance du lavage des mains, ce dispositif offre de nouvelles opportunités pour une meilleure hygiène.

Solutions importantes. Le directeur général de la Jirama, Vonjy Andriamanga, a déclaré à cette occasion, que « l’amélioration du traitement de l’eau dans les zones rurales est une priorité et un domaine d’intervention clé pour le gouvernement malgache au niveau régional et national, face à notre engagement à atteindre les objectifs de développement durable liés à l’eau, à l’assainissement et à l’hygiène ». Le projet 20by2020 complétera les efforts visant à améliorer la qualité de vie des habitants de diverses régions éloignées du pays. Ce projet traduit la volonté des dirigeants des Émirats Arabes Unis, à travers le prix Zayed Sustainability et les partenaires de 20by2020 de déployer des solutions importantes en matière d’approvisionnement en eau. Ahmed Ali Al Sayegh, ministre d’État des Émirats arabes unis et Président d’Abu Dhabi Global Market (ADGM), un partenaire fondateur de l’initiative, a annoncé que «le déploiement de 20by2020 à Madagascar est un projet vital qui améliore la vie et répond aux besoins de nombreuses communautés éloignées grâce à des solutions durables innovantes, ayant un impact positif sur leur santé et leur bien-être »

R.Edmond.

Midi Madagasikara0 partages

Football- Championnat D2 : Une phase 2 sur deux sites et sous la…pluie !

La reprise du championnat de Madagascar de la 2e division s’annonce serrée à partir de lundi. Comme le temps ne joue plus en faveur de la FMF, cette dernière a choisi de simplifier les choses pour avoir les deux équipes qui rejoindront la Pro League dans la division supérieure.

Cela va être la bagarre pour cette ultime phase du championnat de Madagascar de la 2e division qui débute ce lundi 7 décembre pour prendre fin le 15 de ce mois. Une véritable course contre la montre où chaque club disputera cinq matches.

Licence de club. Seules les équipes qui terminent à la première place de chaque poule accèdent donc à la Pro League avec cette obligation de remplir les conditions imposées par la CAF et obtenir une licence de club.

Les deux équipes disputeront ensuite le titre de champion le 20 décembre.

Cette seconde phase va se tenir sur deux sites notamment au Stadium de Barikadimy et au centre technique de Carion.

Dans les deux cas, il faut s’attendre à avoir des rencontres sous la pluie car c’est la saison surtout à Toamasina. Ce qui risque de bouleverser le calendrier.

En attendant, voici la répartition de ces deux sites.

A Toamasina : Mama FC Betsiboka, Five FC Analamanga, AS Fortior Atsinanana, Tsaramandroso FC Boeny, FC Ambatosoa Analanjirofo et Disciples FC Vakinankaratra

Au centre technique de Carion : Uscafoot Analamanga, Asmo Anosy, Zanagasy Vatovavy, JFC Atsimo-Andrefana, Fomela Haute Matsiatra et Ased Diana.

Clément RABARY

Midi Madagasikara0 partages

Riders Scoot Community : Une journée récréative ce jour à Vontovorona

Soucieux de la sécurité des férus de deux-roues et de donner une nouvelle image à ces fans de moto, Red Scoot Community organise ce jour une journée récréative au CCL de la CNaPS à Vontovorona. Plusieurs activités seront au programme, entre autres des stands par team moto, des sensibilisations et des animations, des démonstrations et sans oublier du spectacle. Cette journée est ouverte au public féru ou non de moto. Chaque jour, on ne compte pas moins de deux accidents causés par les deux-roues dans la capitale. Il y a plusieurs raisons à cela mais la non-maîtrise du code de la route en est la principale. C’est pourquoi Riders Scoot Community s’est lancé comme objectif de réduire les incidents et accidents causés par les motos. Mais aussi de changer l’image des deux-roues qui ne cesse de se détériorer. « Il est encore possible de changer l’opinion publique vis-à-vis des motos. On peut changer l’histoire mais cela demande beaucoup d’efforts. Plusieurs jeunes passionnés de deux-roues se sont réunis au sein de Riders Scoot Community, ils ont créé le projet « Mpitondra Moto Mendrika » ou le conducteur de moto digne ! C’est la mentalité qu’il faut changer si on veut avancer », a souligné Tsiferana Andriamanamidona, président de Riders scoot community.

T.H

Midi Madagasikara0 partages

Sambava : Quatre garçons arrêtés pour viol collectif suivi de meurtre

A la suite d’une affaire de viol collectif suivi de meurtre dont la victime est une fille de 15 ans nommée Najurah, les forces de l’ordre ont arrêté, mardi dernier, les présumés auteurs de l’acte. Après les faits, les éléments de la gendarmerie ont procédé à une enquête approfondie. Les renseignements recueillis les ont amenés à mettre la main sur quatre garçons habitant dans le même quartier que Najurah. Ces derniers sont les premiers suspects de ce crime. Les limiers ont perquisitionné la maison de chacun des suspects, tous des mineurs. La fouille minutieuse a porté ses fruits surtout avec la découverte d’un sac contenant un habit maculé de sang, celui porté par la victime le jour de l’acte. Cet effet vestimentaire retrouvé dans le domicile de l’un des violeurs a servi de pièce à conviction pour les enquêteurs. Le suspect a d’ailleurs avoué ses actes et a dénoncé ses trois complices. Durant l’audition, deux autres noms ont été révélés par ces jeunes gens. Une véritable chasse à l’homme a été lancée par la gendarmerie qui traite le dossier avec rigueur, comme l’affirme le commandant du poste avancé d’Anjangovetra. Le viol de la fillette s’est produit durant la nuit du 29 novembre. La gendarmerie locale a été avisée par téléphone par le maire de la commune rurale de Tanambao, district de Sambava. Six gendarmes détachés auprès de la compagnie de Sambava et un médecin légiste local ont été dépêchés sur place pour la constatation des faits. Ils ont vu de prime abord un corps sans vie baignant dans son sang. Le constat du légiste a montré que la fille avait été victime d’un viol collectif avant d’être tuée. Depuis, une enquête a été ouverte. La gendarmerie incite la population à collaborer pour lui donner des renseignements permettant de capturer les deux autres criminels. Les enquêteurs ont bien souligné que ce sont des individus dangereux pour la communauté.

Yv Sam

Midi Madagasikara0 partages

Foot-Tournoi « Firaisankina » : Les députés et les maires se neutralisent

Les députés et les maires de l’Association des jeunes maires d’Analamanga (AJMA) se sont séparés sur le score de parité (2-2), mercredi soir, au terme d’un match amical sur le stade de l’Elgeco Plus au Bypass. Le député d’Ampanihy Ouest, Marco Tsaradia, a marqué le premier but pour les parlementaires. Son coéquipier Jonny Rakotoarisoa a doublé la mise. Haja, le maire d’Itaosy et Njato d’Ambalavao Atsimondrano ont marqué les deux buts d’égalisation pour l’équipe des maires. Dans deux semaines, les deux équipes vont de nouveau se mesurer pour la joute retour sur le même stade. Une rencontre entre AJMA et les journalistes sera organisée ultérieurement. «Ce Tournoi Firaisankina est la preuve de la fraternité entre les politiciens de différents partis opposants ou pro-régime. La politique est conçue pour réguler la société, ce n’est pas la politique qui est mauvaise, mais ceux qui la pratiquent de façon inappropriée », a déclaré le député Jonny Rakotoarisoa.

Manjato Razafy