Les actualités à Madagascar du Mercredi 04 Novembre 2020

Modifier la date
Midi Madagasikara13 partages

Projet Volobe Amont : L’avenir socioéconomique de Toamasina mis en avant  

Les participants de l’atelier de formation organisé par CGHV en partenariat avec la Direction régionale de la Communication et la Direction interrégionale de l’énergie et des hydrocarbures.

La Compagnie générale d’hydroélectricité de Volobe (CGHV) collabore avec les acteurs de la communication. La semaine dernière, un atelier de renforcement de compétence a été organisé dans le but d’améliorer la connaissance des médias et des animateurs sur l’hydroélectricité. Selon les organisateurs, cette rencontre de travail permet à une trentaine de participants de mieux comprendre le monde de l’hydroélectricité, de mieux traiter les informations sur ce sujet, de manière professionnelle et objective, d’informer le public avec des données fiables, de mieux éduquer la population et d’engager cette population à devenir des citoyens responsables.  Selon Aniella Vololoniaina, directeur régional de la Communication et de la Culture Atsinanana, le renforcement de capacité et de compétence des acteurs de la communication fait partie du planning des activités de sa direction. Le partenariat avec CGHV a donc permis à cette entité de réaliser ce projet visant à aider les journalistes et les animateurs radio à mieux connaître le domaine pour mieux communiquer par la suite. Pour sa part, Enick Razafindrakoto, communication manager de CGHV a souligné l’importance du partage d’expertises, dans le cadre de ce projet inclusif. « Le domaine de l’hydroélectricité concerne tout le monde. Cette collaboration indique que la présence de CGHV est un plus, qui va au-delà des valeurs ajoutées socio économiques », a-t-elle affirmé.

Effets d’entraînement. Le projet Volobe accorde une importance particulière à Toamasina , et à Madagascar dans son ensemble. L’amélioration de l’énergie, basée sur la fiabilité, la compétitivité et la durabilité figure d’ailleurs parmi les priorités de l’Etat. Le Projet Volobe Amont répond à ces critères, selon Rémy Huber, DG de CGHV.  « Franchir l’étape cruciale à temps, qui est la signature des contrats, est une priorité pour la mise en place des infrastructures principales et également pour les projets annexes comme la réfection de routes, la construction d’un pont au-dessus de l’Ivondro… », a-t-il soutenu.

Antsa R.

Midi Madagasikara8 partages

Madagascar –Union Européenne : Plus de 20 millions d’euros pour mettre en œuvre le projet FANDROSO

Un chèque portant la valeur du financement du projet FANDROSO a été remis à l’Etat.

La coopération entre Madagascar et l’Union Européenne dans le domaine de la mise en œuvre de la politique sectorielle agricole et d’appui aux producteurs, est renforcée.

La preuve, un nouveau financement d’une valeur de plus de 20 millions d’euros, soit à peu près une enveloppe de 91 milliards Ar, est alloué pour la mise en œuvre du projet FANDROSO. Il s’agit d’un nouveau projet intitulé « Financement des Appuis Normalisés pour le Développement et le Renforcement des Organisations de Producteurs afin de faciliter l’accès aux services agricoles et d’œuvrer à la modernisation de l’agriculture ». Parmi ce financement, 19,5 millions d’euros proviennent de l’Union européenne tandis que le reste constitue une ressource propre interne de l’Etat. « Nous accordons à Madagascar ce financement à titre de don servant à l’appui budgétaire de l’Etat en vue de renforcer l’agriculture à long terme », a évoqué l’ambassadeur de l’Union européenne à Madagascar, SEM Giovanni Di Girolamo, lors du lancement officiel de ce projet FANDROSO hier à l’hôtel Carlton.

Plus de 4 000 projets. Le Fonds de Développement Agricole (FDA) assure la mise en œuvre de ce nouveau projet qui interviendra dans les 22 régions de Madagascar, et ce, pour une période de 36 mois. « L’objectif consiste à augmenter d’une manière durable la productivité, la production et les revenus des producteurs dans les secteurs de l’agriculture, de l’élevage et de la pêche. Plus de 4.000 projets portés par les producteurs ou les organisations paysannes eux-mêmes et bénéficiant à 250.000 exploitations agricoles familiales, seront financés à terme du projet. Et parmi les producteurs touchés, 50% d’entre eux seront constitués de femmes et 40% autres des jeunes », a expliqué Lucien Ranarivelo, le ministre de l’Agriculture, de l’Elevage et de la Pêche. Il faut savoir que le projet FANDROSO vise à soutenir ces producteurs à travers des services répondant bien à leurs besoins. On peut citer, entre autres, le soutien financier via la boutique d’intrants agricoles ou « Dokany Mora », la dotation en équipements et matériels agricoles, la réhabilitation des infrastructures tels que les barrages hydro-agricoles, la mise en place des magasins de stockage, l’accès au marché et l’appui technique des organisations de producteurs. Le soutien à la recherche et au développement, n’est pas en reste.

Retombées réelles. Par ailleurs, le ministre de l’Economie et des Finances, Richard Randriamandranto, qui plus est, l’ordonnateur national du FED (Fonds Européen de Développement), a soulevé qu’il faut s’assurer de la bonne adaptation de ce projet par la population locale pour une meilleure appropriation. « Il faut qu’il y ait également des retombées réelles par rapport à la vie quotidienne, sans oublier la pérennisation des activités des producteurs après l’achèvement de ce projet », a-t-il poursuivi. Notons que toutes les parties prenantes reconnaissent que les procédures de décaissement du financement seront cette fois-ci allégées, et ce, à la suite de la demande des bénéficiaires, pour que les interventions du projet arrivent à temps dans toutes les régions de l’île.

Navalona R.

Midi Madagasikara6 partages

Diaspora : Un Malgache fait partie de la Queen’s Guard

La photo largement diffusée du premier Queen’s Guard malgache.

La photo du premier Malgache membre de la Queen’s Guard circule sur la toile depuis quelques temps. Et les commentaires des utilisateurs, surtout malgaches, témoignent d’une grande fierté pour ce jeune homme qui assure ce rôle prestigieux en Angleterre. Si la légion étrangère française reste la niche préférée pour une carrière militaire à l’étranger, appartenir à des corps d’armée américaine ou britannique relève du prestige. Puisqu’à part les barrières langagières, Madagascar étant francophone, la réputation de ces corps, les « marines » par exemple, relèverait presque du mythe dans la tradition militaire moderne. La Queen’s Guard est une attraction touristique à Londres, Leur tenue, leur impassibilité et leur relève de tour de garde attirent les touristes du monde entier. Loin d’être de simples militaires en apparence, les gardes appartiennent à l’armée britannique. Ce sont de vrais soldats qui ont déjà fait ou feront la guerre si nécessaire. Certains ont déjà effectué des missions en Afghanistan, en Irak ou dans d’autres zones de conflit. Ce premier Queen’s Guard malgache ne déroge pas à cette règle. D’ailleurs, en tenant leur poste, les soldats de la Queen’s Guard sont armés de vrais fusils d’assaut. Tenir ce poste de garde à Buckingham, Saint James et Windsor Castle nécessite des jambes solides. Puisqu’il faut entre autres rester immobile comme une pierre, durant au moins dix minutes.

Maminirina Rado

Midi Madagasikara5 partages

Général Richard Rakotonirina : « Les cinq militaires arrêtés pour vol à la tire à Antsirabe seront...

« L’Armée n’est pas une cachette pour les malfaiteurs », dixit le MDN.

Devant les bavures à répétition commises par des éléments des forces de l’ordre, en particulier au sein de l’Armée Malgache, le Ministre de la Défense nationale (MDN), le Général de corps d’Armée Richard Rakotonirina a été ferme concernant les mesures a prendre, et déjà prises, pour assainir le département qu’il dirige. Fait qui vient de noircir l’Armée Malgache, l’arrestation des cinq militaires, pris en flagrant délit par la police nationale à Antsirabe le week-end dernier, a choqué le MDN. D’après lui, ce fait est évidemment intolérable. Non seulement il ternit l’image de l’Armée, mais contredit la principale mission des Forces de l’ordre qui consiste à défendre le peuple et ses biens. Le Ministre a déclaré que ces cinq militaires devront être radiés de l’Armée Malgache, cette entité n’étant pas une cachette pour les malfaiteurs. Mais cela devra se suivre de procédures légales, l’Armée étant une institution qui respecte la loi, précise le Ministre. On attend alors la décision de la Justice et le cas de ces militaires devra être observé et décidé auprès des services de ressources humaines. Le ministre a tenu à  faire cette précision afin de prouver que son département respecte les droits de l’homme. Ferme dans sa volonté d’assainir l’Armée Malgache, le Général Richard Rakotonirina a fait référence à ce qu’a entrepris le secrétaire d’Etat chargé de la Gendarmerie nationale (SEG), le général de Corps d’Armée Richard Ravalomanana. Ce dernier n’a jamais fait de corporatisme ni de complaisance vis-à-vis des infractions ou délits commis par des gendarmes. Actuellement, plus de 80 gendarmes reconnus hors la loi, se trouvent en prison.  Il est à noter que la cérémonie d’hier était dédiée aux adieux des quatre généraux de la Gendarmerie à savoir : Ranaivoson Gabin, Rakotomahanina Florens, Sirivelo Nicolas, Andriamanana Maherizo.

T.M.

Midi Madagasikara4 partages

Barea-Éléphants : La FMF maîtrise bien la situation

Moyennant un certificat et un test négatif à la Covid-19 au cours des dernières 72 heures, les Barea rejoindront Bruxelles pour y prendre un vol d’Ethiopian Airlines à destination d’Addis-Abeba puis Abidjan.

Loin des bruits de couloirs, la Fédération Malagasy de Football fait son maximum pour que cette double confrontation entre Madagascar et la Côte d’Ivoire puisse avoir lieu. « On ne chôme pas pour mettre toutes les chances du côté des Barea », confie le membre du comité exécutif de la FMF et néanmoins président de la commission marketing et communication, Jocelyn Razafimamonjy. À quelques jours du match-aller qui va se tenir le 12 novembre, le camp malgache est sûr d’une chose, que la rencontre du 17 novembre au Stade de Barikadimy aura lieu. Aux dernières nouvelles, la CAF ne songe pas vouloir modifier son calendrier. Le seul point noir se trouve du côté des Ivoiriens où on craint des affrontements après les élections remportées par Alassane Ouattara sur le score de 94,27%. Mais sur ce point, la FMF est en contact permanent avec le Consul de Madagascar à Abidjan et l’on saura si le match du 12 novembre pourra s’y tenir ou s’il se tiendra sur un terrain neutre, probablement dans un pays voisin de la Côte d’Ivoire. La FMF et le ministère de la Jeunesse et des Sports réunis dans une commission mixte, mettent en place une organisation pour permettre aux Barea de rallier Abidjan. Moyennant un certificat et un test négatif à la Covid-19 au cours des dernières 72 heures, les Barea rejoindront Bruxelles pour y prendre un vol d’Ethiopian Airlines à destination d’Addis-Abeba puis Abidjan. Les autres joueurs, notamment Romain Métanire au départ des États-Unis ainsi que Carolus Andria et Ibrahim Amada feront cap sur Dubaï avant de s’envoler pour Addis-Abeba puis Abidjan. Certains joueurs dont Adrien Melvin et l’autre gardien Nina, se trouvent déjà à Tana. Bapasy lui, viendra de la Réunion où les compétitions viennent tout juste de reprendre.

Clément RABARY

Midi Madagasikara3 partages

Science : Le caméléon de Voeltzkow retrouvé après un siècle

Le caméléon de Voeltzkow est réapparu après un siècle.

Les dernières traces du caméléon de Voeltzkow à Madagascar remontent à 1913, juste avant la Grande Guerre. Vendredi dernier, le Global Widlife Conservation (GWC) a annoncé la réapparition de cet animal éphémère aux caractéristiques particulières. A noter qu’il existe quatre-vingt-quinze espèces de caméléon recensés à Madagascar. Une grande joie pour le milieu scientifique spécialisé dans la biodiversité, puisque les chercheurs ont pensé que ce « lézard » avait disparu du globe. Ces derniers n’ont cependant pas perdu espoir de le retrouver et ils n’ont ainsi pas relâché leurs efforts. Persévérance récompensée car c’est en 2018 que le reptile a été retrouvé dans le Nord-Ouest de la Grande Île. Il aura néanmoins fallu deux ans pour confirmer l’identité génétique de l’espèce.

L’histoire de Madagascar, que ce soit humaine ou celle de sa biodiversité, apporte encore de l’espoir pour l’humanité. Une terre qui est souvent qualifiée de sanctuaire de la nature malgré les risques de disparition de quelques espèces endémiques comme les lémuriens. La déclaration du président de GWC ne tarit pas d’éloge. « Le caméléon de Voeltzkow ajoute de la couleur et de la beauté à la planète et nous rappelle que même lorsque tout semble perdu, une grande aventure peut raviver l’espoir même pour des espèces que nous n’avons pas vues depuis que Woodrow Wilson était président ». La biodiversité malgache fait partie de son identité culturelle, un cachet qui se ressent sur son peuple et celle-ci se retrouve dans sa tradition orale comme à travers les proverbes et les dictons.

Maminirina Rado

Midi Madagasikara1 partages

Gouverneur de l’Androy et l’ONG Direct Aid : Concertation pour trouver une solution durable contre la ...

Distribution des aides de l’ONG Direct Aid pour la population de la région Androy.

Les impacts de la sécheresse dans les régions du Sud seraient plus accrus cette année, sans doute en raison de la crise de la Covid-19 qui l’a précédée. Comme à son habitude, l’ONG Direct Aid n’est pas restée insensible au malheur des populations du Grand Sud, d’où l’ouverture d’une discussion avec le gouverneur de l’Androy pour trouver une solution qui permettrait d’en finir définitivement avec la famine.

Vulnérable, voilà le mot qui décrit le mieux la population des régions touchées par la famine ou le Kere. La sécheresse a mis à mal le quotidien des habitants de l’Androy : sans emploi, malnutris, et perdus dans un désert où les seuls produits comestibles sont les fruits de cactus, à consommer avec une bouche sèche, privée d’eau durant une longue période. Fort heureusement, les aides diverses sont arrivées pour alléger la situation, notamment celle de l’ONG Direct Aid qui comprend 1.800 sacs de riz, 200

sacs de sucre, 300 sacs de maïs probo destinés aux enfants et aux femmes enceintes, 417 cartons d’huile alimentaire, 209 cartons de boîtes de lait, 200 sacs de Lojy, 300 seaux, et bien d’autres encore. 30 communes du district d’Ambovombe et de Tsihombe vont profiter de ces aides selon les explications d’Allaoui Benaïssa, représentant national de l’ONG Direct Aid. La première vague de distribution pour Tsihombe s’est tenue la semaine dernière, en coopération avec le ministère de la Population et le ministère de la Défense Nationale. Cette semaine, les mêmes équipes mobilisées sur les lieux vont s’occuper de l’acheminement des vivres auprès des populations d’Ambovombe.

Solution durable. Outre ces aides alimentaires, l’ONG Direct Aid, menée par son représentant s’est rendue sur les lieux pour entamer une discussion avec le gouverneur de l’Androy, Lahimaro Soja Tsimandilatse. Il s’agit de se concerter afin de trouver une solution qui permettrait de mettre fin à la famine dans le Sud sur le long terme. Le gouverneur connaissant mieux que quiconque les problématiques de la région, il semblait important pour l’ONG de le consulter afin de remédier à ce problème récurrent. Pour l’heure, la concertation est toujours en cours, mais ils espèrent trouver une solution pérenne le plus rapidement.

Puisque cette lutte concerne tous les secteurs, la Direction Générale de la Promotion de l’Emploi au sein du ministère du Travail, de l’Emploi, de la Fonction publique et des Lois sociales, représentée par son chef de service pour l’Emploi, Tsirenge Abderman, était aussi de ce voyage. Les pertes d’emplois figurant parmi les conséquences de la sécheresse, mais aussi parmi les causes de la malnutrition, il est crucial d’analyser de près la manière dont la situation pourrait être améliorée, notamment en matière de création d’emplois décents pour les groupes vulnérables. Si tout se passe bien, les concertations et les études pourraient aboutir à l’éradication de la famine dans les régions du Sud.

Anja RANDRIAMAHEFA

Midi Madagasikara1 partages

Analakely : Une dame victime de vol devant la foule

Vols et agressions deviennent le lot quotidien des citadins dans la Capitale. En plein centre-ville et en pleine journée, un cas du genre s’est produit et devant tout le monde.

Hier matin vers 10 heures à Analakely, une femme s’est fait agresser et voler ses bracelets en or et argent. En même temps, un homme, la quarantaine, a dû être hospitalisé après avoir été agressé par des voleurs à la tire qui lui ont arraché son sac bandoulière. Les habitués du centre-ville ne sont plus surpris de cet acte, un phénomène et non moins un spectacle de tous les jours sur place. Personne n’a osé porter secours aux victimes laissant ainsi les voleurs seuls maîtres à bord. « Nous avons peur de représailles et les malfaiteurs agissent d’ailleurs en bande organisée qui n’hésite pas à utiliser leurs armes pour anéantir les témoins gênants », a avoué un spectateur. Ambohijatovo, Andravoahangy, 67 ha, Analakely et Behoririka sont devenus les terrains propices aux vols à la tire dans la Capitale. Ces bandits agissent sans état d’âme aucun et les téléphones portables et bijoux en or sont leurs principales convoitises. Ils sont prêts à agresser leurs cibles surtout quand il y a résistance. Il n’y a plus d’heure pour voir un tel spectacle malheureux. Certains détrousseurs profitent de l’embouteillage en tirant un objet des voyageurs à travers la vitre des voitures, parfois à peine ouverte. Le vol à la tire est un fléau qui nuit considérablement à l’image de la Capitale. On ne mesure même pas l’ampleur du phénomène qui est en passe de devenir « normale » dans la vie de la Capitale. Certaines victimes renoncent même à porter plainte dans plusieurs cas et pour ne pas perdre du temps. Malgré les opérations effectuées par la police, le vol à la tire dans la ville monte en flèche. De sources généralement informées, le phénomène est en hausse régulière depuis le confinement. La vigilance est toujours de mise pour vivre à Tana.

Yv Sam

Midi Madagasikara1 partages

Fanondranana olona : Hangalana telo tapitrisa Ar no sady haondrana 

Roa andro teny ambony sambo kely niala tao Nosy-be ireo Malagasy miisa 20 nahitana zaza tsy ampy taona miisa fito izay vao tonga tany Mayotte. Niondrana an-tsokosoko izy ireo ary tratran’ny polisy tany an-toerana ka naverina teto Madagasikara. Nanao ny fanadihadiana mahakasika ity fiondranana ity ny polisy teto amintsika ka olona miisa telo no voasambotra. Tao anatin’ ny famotorana no nahalalana fa misera amin’ireo tompon’ny sambo any avaratra, ao Ambanja sy Nosy be ireto olona voasambotra ireto hitondra olona any Mayotte. Manakarama 1.000.000 ar ka hatramin’ny 2.000.000 ar ireo mpanamory ny sambokely hihazo an’i Mayotte izy ireo raha 2.000.000 ar hatramin’ny 3.000.000 ar kosa no alaina ireo amin’izay olona te handeha. Ankoatra izay dia fantatra ihany koa fa efa manana tambajotra mihitsy izy ireto hatrany amin’ny fitaterana sy ny fandraisana ireo olona tonga any Mayotte. Mitohy ny fanadihadiana ataon’ny polisim-pirenena momba ity raharaha ity. Efa midina ifotony koa ny mpitandro filaminana amin’ny fikarohana ireo mpiray tsikombakomba amin’ity resaka fanondranana olona ity.

Yv Sam

Madaplus.info0 partages

Madagascar : Le retour du couronnement du dais Royal à Madagascar après 60 ans d’indépendance

Le couronnement du dais Royal de la dernière Reine de Madagascar, Ranavalona III, sera bientôt retourné au pays. Cet objet en question a été gardé en France depuis la colonisation et a été exposé au musée de l’armée française depuis l’année 1910.
A l’occasion du 25eme anniversaire de l’incendie au Palais de Manjakamiadana ainsi que l’inauguration des nouvelles réhabilitations faites au palais de la Reine, le couronnement du dais royal est attendu à l’aéroport Ivato ce jeudi 05 novembre prochain après plus de cent vingt ans, selon le président de la République, AndryRajoelina.
Madagate0 partages

Antananarivo Rova. Résurgence du Palais vers une ère nouvelle plus moderne

Sincèrement, je me réjouis que, de mon vivant, je pourrais assister à la résurgence du Palais de la Reine de Manjakamiadana (signifiant littéralement : régner harmonieusement) -situé à 1.463 m d’altitude, sur la plus haute colline d’Antananarivo- incendié volontairement dans la soirée du 06 novembre 1995, il y a donc un quart de siècle.

Le regretté Secrétaire général des Nations Unies, Kofi Annan, et son épouse Nane (en blanc, à droite de son époux sur la photo) lors de leur visite du Palais de la Reine de Manjakamiadana, en mars 2006, avec le couple présidentiel de l'époque, Marc et Lalao Ravalomanana

Malgré les cris et les pleurs de toute une nation ; malgré la volatilisation de centaines de millions d’ariary engrangés -donnés par des simples citoyens et des entités bien établies-, de sérieux travaux de rénovation de ce monument historique avaient enfin été entamés en 2006. Le témoin de ce lancement officiel a été le regretté Secrétaire général des Nations Unies, Kofi Annan (décédé le 18 août 2018), qui fit une visite sur le chantier, le 20 mars 2006.

Le gros du travail avait consisté à la création d’une structure en béton armé pour la mise en place de profondes fondations, qui ont remplacé les anciens pylônes en bois. Mais, à l’époque, où donc se trouvaient les actuels « Zanakandriana » (mais « Andriana reraka » plutôt) qui, aujourd’hui, crient au scandale du non-respect des traditions ? Passons, il ne faut surtout pas les mettre sous le feu des projecteurs vu que, de toute façon, ils figureront comme les absents qui auront toujours tort, lors de l’inauguration officielle du 06 novembre 2020.

En passant, j’attends aussi avec impatience le « rapport exclusif » via Rfi de Transparency International Madagascar dirigé par une Ketakandriana Rafitoson (PhD. Executive Director, don’t forget !), à propos de l’utilisation des sous pour la renaissance de ce Palais. Vous savez bien que le ridicule ne tue plus et que la honte n’existe pas au royaume de la haine, au grand bonheur des colons de toujours…

Quant à l’anonyme -donc couard, lâche- goodmorningmada qui, profitant de la renommée de Médiapart, s’attaque à des enfants comme si les études du fils du Président Rajoelina, étaient payées avec les deniers publics, il ne perd rien pour attendre. En effet, il est plus que possible d’aller l’attaquer en justice, tout anonyme qu’il est. Car Médiart précise -même en petites lettres- que les contenus de ses blogs de libre expression n’engagent pas la rédaction dirigée par Edwy Plenel. Et il y a un gouffre entre liberté d’expression et diffamation publique et grave atteinte à la personne, à la dignité et à l’honneur d’autrui. Non ? Des lois universelles existent à ces sujets, goodmorningmada l’apprendra assez tôt pour devenir goodbyemada… Donc, il sera puni pour ses actes avant de disparaitre comme tant d’autres avant lui et même après lui.

Mais revenons à ce qui sera la fierté de toute une nation : la résurgence du Palais de la Reine vers une ère nouvelle plus moderne, conforme à la mentalité des générations présentes et à venir plus intelligentes, plus ouvertes car sachant que la Terre n’est qu’un minuscule village dans l’immensité de l’Univers et que tous les êtres humains s’appelleront Terriens. Certes, d’ici là nous serons tous morts (sauf, sans doute, les immortels opposants à tous pour leur simple plaisir de s’opposer), mais il est utile de laisser des archives pour la postérité.

Après cet incendie du 6 novembre 1995, le régime du Président Didier Ratsiraka décida de créer la Direction Nationale des Opérations Rova ou DNOR co-dirigée par quatre experts du ministère de la Culture. Ils avaient été chargés de dresser des plans pour la reconstruction du Palais. Dans ce contexte, l’Unesco et l’Afd (Agence française de développement), ainsi que le peuple malagasy, avaient versé de l’argent dont le montant faramineux n’a jamais été divulgué officiellement. Et, malgré des gesticulations sous forme de déblayage, les ruines sont restées ruines… Mais, à quelque chose malheur est bon, des fois…

En effet, miraculeusement, entre 1996 et 1997, sous le Président Zafy Albert, l’Etat malagasy a pu, avec des fonds propres, restaurer les tombes royales atteintes par les flammes. Puis, plus rien pendant toute une décennie. Soudain, c’est l’éveil avec la création du Comité National du Patrimoine ou CNP par le décret n° 2005-111 du 2 mars 2005. Mission prioritaire : réhabilitation du Palais de la Reine et ses environs immédiats dans le Rova (enceinte) de Manjakamadiana. Le CNP a été dirigé, au début, par Mejamirado Razafimiary, avec comme titre : Délégué général, représentant de la Présidence de la République.

Début novembre 2006, des travaux du chantier au Rova de Manjakamadiana ont été lancés par l’Etat malagasy, et dirigés par l’entreprise française Colas pour la restauration du palais. Le 25 octobre 2005, c’est l’entame des travaux de reconstruction avec les sous récoltés par l’Association Fanarenana ny Rova (AFR). Faisons court mais efficace : les travaux de restauration étaient prévus être achevés avant la fin de l’année 2009. La finition de la toiture était prévue à fin 2008, au lieu de mois de juillet à août de cette année. Puis vint la révolution orange…

Palais de la Reine à Manjakamiadana, le 27 janvier 2012. La passation entre Mejamirado Razafimihary (Président sortant du CNP) et Mireille Mialy Rakotomalala (Présidente entrant)

Le 22 décembre 2011, en période de transition, Mejamirado Razafimihary est remplacé au CNP, avec le même titre, par Mireille Mialy Rakotomalala. A partir de là, la poursuite des travaux étaient prévus consister en l’électrification, la sécurisation et la boiserie intérieure du Palais de la Reine. Mais faute de financements, les travaux ont été suspendus en 2014, année d’accession à la Présidence de la république du candidat Hery Rajaonarimampianina qui ne portait aucun intérêt pour le Palais de la Reine.

Palais de la Reine, le 6 novembre 2015. L'Ambassadeur allemand de l'époque, Harald Gehrig, posant avec le couple présidentiel, Hery et Voahangy Rajaonarimampianina au côté d'un tableau de la Reine Ranavalona III. Rien n'a avoir avec la reconstruction des lieux. D'ailleurs, le message présidentiel rajaonarimampien du jour, était aussi plat que le plat pays de Jacques Brel : "La lutte continue pour faire connaître l'Histoire de Madagascar, ainsi que la beauté du patrimoine culturel malgache". Ataovy sérieux !...

Mais le 6 novembre 2015, à Manjakamiadana même, pour marquer le coup des 20 ans de l’incendie, le couple présidentiel, Hery et Voahangy Rajaonarimampianina, a honoré de sa présence la remise de 45 reproductions de tableaux détruits lors de l’incendie. Ils ont été réalisés par l’experte allemande, Roth Gangen, grâce à des photographies qu’elle avait prises sur place en 1988. Et puis, plus rien de la part des Rajaonarimampianina, actuellement réfugiés volontaires Andafy, concernant ce symbole de l’unité nationale.

17 janvier 2019. Le Président de la République, Andry Rajoelina, et la ministre de la Communication et de la Culture, Lalatiana Rakotondrazafy Andriatongarivo, très attentifs aux explications d’un jeune guide-historien à l'intérieur même du Palais de la Reine

Il aura fallu attendre fin 2018. La reconstruction du Rova d’Antananarivo faisait partie des promesses du candidat n°13. Une fois élu, le président Andry Rajoelina, lors du culte œcuménique organisé le 27 janvier 2019, dans le temple sis à proximité du Palais de la Reine, a annoncé que les travaux concernant la finition de ce patrimoine historico-culturel malagasy, «vont reprendre incessamment pour s’achever d’ici à la célébration du 60è anniversaire du retour de l’indépendance, le 26 juin 2020». Mais, en mars 2019, le coronavirus débarqua dans la Grande île de l’océan Indien… Malgré cela, le retard des travaux de Colas Madagascar, n’aura pas dépassé pas une année.

Soyons certains que cette photo ne sera plus la même à compter du 06.11.2020

Ainsi, à moins que le ciel nous tombe sur la tête, c’est bien le vendredi 06 novembre 2020, qu’aura lieu l’inauguration officielle du Palais de la Reine rénové, et le « Kianja Masoandro » flambant neuf. Bien sûr, certains diront : eh Jeannot, tu ne parles pas du montant des financements ni de leurs sources ! Écoutez : j’aurai pu laisser ce volet aux bons soins de Ketakandriana de Transparency International Madagascar. Je suis certain qu’avec son équipe d’espions qui arrivent à faire parler même les muets, elle va bientôt pondre un « rapport exclusif » destiné à Rfi, sur les financements des travaux de ce Palais.

Cependant, il ne faut jamais laisser le champ trop libre aux imbéciles de service de la néocolonisation. Vous ne connaissez toujours pas Monsieur Diviser pour Régner ? Aussi, voici un petit résumé rétrospectif avec des montants clés :

Début 2006, le Président Marc Ravalomanana crée le CNP (Comité National du Patrimoine) et de vrais travaux de réhabilitation sont entrepris. De 2006 à 2009, deux phases (modernisation avec du béton armé des fondations de l’édifice et reconstruction des murs extérieurs) sont achevées ayant coûté plus de six millions d’euros. Sous la transition, son Président, Andry Rajoelina, a gardé le CNP et, début 2011, deux autres phases ont débuté (reconstruction de l’intérieur du palais et rénovation du musée au rez-de-chaussée), qui ont coûté à peu près quatre millions d’euros comprenant des dons de citoyens malagasy plus un investissement de l’État.

Ce que je ne peux toujours pas comprendre, comme tant d’autres Malagasy d'ailleurs, c’est la nécessité du régime Ravalomanana d’avoir transféré les restes de six personnes, dont un roi, de Manjakamiadana vers Ambohimanga. C’était dans la nuit du 3 août 2008 et l’information a été confirmée, plus tard à la TVM, par le ministre de la Communication et de la Culture de la Transition, Gilbert Raharizatovo, et le directeur du Patrimoine et des archives historiques dudit ministère (texte de l'époque en malagasy, à ce sujet, ci-dessus). Aussi bizarre qu’étrange que cela ait pu paraître, Marc Ravalomanana avait bien transgressé un tabou (« Fady »), lui.

En novembre 2012, le Rova est de nouveau ouvert au public. 17 ans après l’incendie. Cependant, si les visiteurs sont revenus, le chantier du Palais de la Reine était loin d’être achevé. En effet, il fallait encore en refaire tout l’intérieur. En mai 2013, Elia Ravelomanantsoa, alors ministre de la Culture et du Patrimoine, déclara : « Nous ne savons pas quand les travaux reprendront, la priorité, ce sont les élections ». En décembre 2013, Hery Rajaonarimampianina a été élu au second tour de l’élection présidentielle. Mais il n’aura vraiment rien fait pour la Culture de Madagascar en général, les travaux de finition du Palais de la Reine en particulier. C’était réellement le cadet de ses soucis… La suite, vous venez de la lire plus haut.

A présent, pour les opposants à tout, les jaloux, les Jean-foutre (Individu incapable, sur lequel on ne peut pas compter), il va falloir vivre avec son temps. Personnellement, je peux mourir en toute tranquillité car le meilleur reste à venir pour les survivants. Oui, après l’Hôtel de ville d’Antananarivo -pour lequel Marc Ravalomanana, alors Filoham-pirenena, a interdit à tous les membres de son gouvernement de ne pas assister à l’inauguration, le 11 décembre 2010- ; le stade Maki ; le Coliseum ; le stade de Barikadimy à Toamasina… pour ne citer que ces infrastructures. Viendra bientôt le nouveau stade de Mahamasina. Et j’espère être encore là pour filmer l’inauguration de cette nouvelle infrastructure sportive, comme je filmerai l’inauguration officielle du Palais de la Reine et le Rova de Manjakamiadana modernisés, prévue le 06 novembre 2020. Tant pis pour les absents volontaires et les idiots qui mourront… idiots.

Jeannot Ramambazafy - Également publié dans "La Gazette de la Grande île" du 04 novembre 2020

Madagate0 partages

Madagascar et Unicef. Principaux résultats de l’analyse des privations multiples des enfants

COMMUNIQUE DE PRESSE CONJOINT

La pauvreté multidimensionnelle touche deux enfants sur trois à Madagascar, selon les résultats d’une analyse faite par le gouvernement de Madagascar en collaboration avec l’UNICEF

Antananarivo, 03 novembre 2020. Le gouvernement de Madagascar et l’UNICEF ont présenté ce jour les principaux résultats de l’analyse des privations multiples des enfants. Cette étude a été réalisée conjointement avec l’Institut National de Statistique et va servir de ligne de référence pour le suivi de l’indicateur sur la pauvreté multidimensionnelle des enfants dans le pays.

Madagascar pourra, pour la première fois, prioriser les plus pauvres dans les interventions programmatiques. Les résultats de l’analyse des Chevau­chements des Privations Multiples des enfants ou MODA (Multidimensional Overlapping Deprivation Analysis), développée par l’UNICEF, qui permettra de faire le suivi sur la pauvreté des enfants sont lancés ce jour en rendant public des données sur les privations de l’enfant sur de nombreux domaines.

L’étude a été réalisée depuis le mois de janvier à travers les données de l’Enquête nationale sur la situation socio-démographique des ménages (MICS-6) de Madagascar, en collaboration avec le Ministère de l’Economie et Finances, l’Institut National de Statistique et Oxford Policy Management. Dans cette analyse, les privations matérielles et le bien-être des enfants en général ont été évalués.

La méthodologie MODA consiste à prendre l’enfant (et non le ménage) comme unité d’analyse et met l’accent sur le bien-être des enfants en reconnaissant les différents besoins à différentes étapes de leur vie. En outre, l’analyse comprend des privations que subissent les enfants et qui se chevauchent. En effet, plus un enfant souffre de privations simultanées, plus il sera désavantagé. Comme exemple, un enfant qui est malnutri et vit loin d’un centre de santé sera moins capable de faire face à une maladie. Pour cette raison il est important de savoir non seulement combien d’enfants souffrent de différentes privations, mais également si ce sont les mêmes enfants qui souffrent des différentes privations et réorienter les priorités stratégiques du développement pour attendre plus d’équité dans les conditions de vie des enfants. Les dimensions de la pauvreté considérées sont : la santé, la nutrition, l’éducation, l’eau et l’assainissement, l’habitat et la communication. Un enfant est dit multidimensionnellement pauvre s’il souffre de privations matérielles dans au moins deux dimensions.

L’analyse a révélé que plus de deux tiers (67.6%) des enfants Malgaches souffrent de privations matérielles dans au moins deux dimensions de bien-être simultanément et 23.7% souffrent de privations dans quatre ou plus dimensions de bien-être. Aussi, la proportion d’enfants pauvres est plus élevée dans le Sud et l’Ouest du pays, alors que le plateau central et le Nord-Est du pays, ont les taux de pauvreté les plus bas. Dans les régions d’Atsimo Andrefana et Ihorombe, par exemple, près d’un enfant sur deux (49.3% et 49.1%, respectivement) souffre de privations matérielles dans au moins 4 dimensions de bien-être simultanément, contre moins de 5% à Analamanga.

Notons cependant qu’avec la crise sanitaire due au COVID-19, la pauvreté s’est probablement accrue tant au niveau des ménages qu’au niveau des enfants - 1,3 million d'enfants supplémentaires risquent de tomber dans la pauvreté d'ici la fin de l'année selon des simulations préliminaires de l’UNICEF. « Nous pensons qu'une information précise et actualisée sur les indicateurs de développement est la première étape de toute stratégie réussie, et donc l'objectif essentiel de ce rapport d’analyse », a expliqué Monsieur Michel Saint-Lot, représentant de l’UNICEF a Madagascar qui rajoute que L'UNICEF est pleinement engagé dans cette tâche et désireuse de continuer à travailler aux côtés de ses partenaires nationaux et internationaux.

« A chaque fois que les opportunités vont se présenter, le gouvernement malagasy ne manquera pas de mettre à jour les indicateurs élaborés sur la base d’une analyse multidimensionnelle de la pauvreté à partir des grandes enquêtes nationales afin de disposer de données pour le suivi des progrès vers l’atteinte de l’ODD 1, relatif à la pauvreté sous différentes formes, et notamment celle des enfants », a déclaré Monsieur Laurent Ampilahy, D.G de l’INSTAT.

Les résultats de l’étude :

·Plus de deux enfants sur trois (67.6%) sont multidimensionnellement pauvres à Madagascar, signifiant qu’ils souffrent de privations matérielles dans au moins deux dimensions différentes de bien-être. 23.7% des enfants sont en situation de pauvreté extrême (4+ dimensions de bien-être).

·Le taux de pauvreté extrême est plus de deux fois plus élevé en milieu rural (27%) qu’en milieu urbain (13%). Le Sud-Ouest du pays est le plus gravement affecté : près d’un enfant sur deux vit dans l’extrême pauvreté dans les régions d’Atsimo Andre (49.3%) et Ihorombe (49.1%).

·Les enfants cumulant plusieurs facteurs de vulnérabilité sont particulièrement susceptibles d’être pauvres. Par exemple, l’analyse montre que le taux de pauvreté extrême est presque 7 fois plus élevé chez les enfants vivant dans des ménages dirigés par des femmes sans éducation et non-chrétiennes en milieu rural (53.4%), que chez les enfants ne présentant aucune de ces caractéristiques (7.4%).

·Il existe des poches de privations sévères se cachant au sein de ménages non-pauvres. Par exemple, l’analyse montre que les enfants confiés et les doubles orphelins sont particulièrement susceptibles de souffrir de plus de privations que d’autres enfants du même ménage. En particulier, ces enfants sont deux fois plus susceptibles que la moyenne de subir des violences sexuelles. Les enfants handicapés tendent également à avoir plus de privations que d’autres membres du ménage, surtout dans le domaine de la nutrition, de l’éducation et des vaccinations.

·Les garçons tendent à avoir beaucoup plus de privations que les filles dans le domaine de l’éducation. Ceci pourrait, en partie, s’expliquer par le fait que les garçons sont plus susceptibles que les filles de travailler. Les garçons sont également plus susceptibles d’être victimes de discipline violente. Par contre, les filles sont plus susceptibles d’avoir à faire la corvée d’eau.

·L’éducation des parents, surtout de la mère, est fortement associée avec une réduction des privations chez les enfants, même après avoir pris en compte que les parents plus éduqués tendent à être plus riches, plus urbains, et plus âgés que la moyenne. Cependant, au-delà du niveau primaire, d’autres pressions sociales et économiques rentrent en jeu, qui peuvent négativement affecter le bien-être de certains enfants (non-allaitement, violences, etc.).

A quelques jours de la célébration des 30 ans de la signature de la Convention des Nations unies relative aux droits de l'enfant par Madagascar, cette étude est encore plus importante pour mettre les enfants - qui représentent 50 % de la population - au centre des politiques de développement.

Pour télécharger le rapport complet :

https://www.unicef.org/madagascar/rapports/les-privations-multiples-des-enfants-madagascar

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fampivelarana ny asa tànanaNomena fiofanana ireo mpisehatra

Natolotra tamin’ny fomba ofisialy omaly 03 novambra 2020 ny taratasy manamarina ny fahavitan’ny fiofanana nataon' ireo mpanao asa tànana nanaraka fiofanana fanamafisana ny fahefa-manao momba ny fikirakirana sy fitantanana ny lalam-barotra manaraka ny teknolojia vaovao.

 

 Natrehan’ny Tale misahana fampandrosoana ny Sampam-pamokarana (DPF) sy ny Tale misahana ny fampahaizan’asa ny sehatry ny asa tànana (DPA) eo anivon’ny MICA na Minisitera’ny Indostria sy ny Varotra ary ny Asa tànana io. Ny Antenimieran’ny Asatanana eto Antananarivo (CAA) sy ny Tahiry Famantsiam-bola Malagasy ho Fampiofanana ny mpiasa (FMFP) no nikarakaraka ny fiofanana. Mikendry indrindra ny fampivoarana ny fahaiza-manaon’ny mpanao asa tànana sy ny fahafahan’izy ireo mampivelatra ny lalam-barotra misy manaraka ny teknolojia vaovao. Ho an’ny MICA dia isan’ny dingana lehibe eo amin’ny fampandrosoana ny seha-piharian’ny mpanao asa tànana ny fanarahana fiofanana tahaka izao ho fampivoarana hatrany ny sehatr’asa sahanin’izy ireo ary indrindra manandratra ny vokatra “Vita Malagasy”, ka voizina ny hoe: “Asa tànana malagasy: lalaina, jifaina, ampiasaina”.

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Fanolanana tsy mitsaha-mitomboMitroatra ny olona, takiana ny sazy faran’izay henjana

Zazavavikely 7 taona naolan’ny tovolahy 16 taona teny Anosibe ary namoy ny ainy ; Zazalahy 14 taona, nisy nanolana ary namoy ny ainy raha vao tonga tao amin’ny Centre Vonjy Befelatanana ; 2 vavy kely teny Ivato voalaza fa naolan’ny "Agent de sécurité"

 

; Tovovavy 16 taona naolan’ny rainy ary bevohokany ; zazavavikely 5 taona naolan’ny lehilahy 24 taona tany Mahajanga... Santionany amin’ireo trangana fanolanana re tato ho ato ireo, ampahany amin’ireo tranga maherin’ny 30 isam-bolana, voarain’ny polisy misahana ny zaza tsy ampy taona. Tena mihamirongatra tokoa ity zava-mamoafady ity tato ho ato, ka mitrotra ny olona, mitaky ny hanavaozana ny lalàna manasazy ny mpanao herisetra ara-nofo, mba ho faran’izay henjana sy mafy. Raha ny lalàna misy ankehitriny, ao amin’ny Fehezan-dalàna famaizana andininy faha-332, dia heloka bevava misazy an-terivozona 5 hatramin'ny 20 taona ny fanolanana zaza latsaky ny 15 taona sy ny fanolanana vehivavy hita fa mitondra vohoka, na efa fantatr’ilay mpanolana fa bevohoka. Heloka tsotra misazy an-tranomaizina 5 hatramin'ny 10 taona kosa ny fanolanana ankoatra izay. Toa tsy ampy manafay an’ireo tsy mataho-tody anefa izany, ka mahatonga ny maro hitaky sazy toy ny fanagadrana mandrapahafaty, ohatra, na hatramin’ny fanafoanana ny filàna (castration chimique) sy ny fanesorana ny taovam-pananahana, mihitsy, raha ny hevitry ny sasany. Raha izao fahatezera’ny olona izao, dia ahiana ny mety hiverenan’ny fitsaram-bahoaka mahery vaika indray, raha misy mpanolana zaza tsy ampy taona tratran’ny fokonolona. Etsy an-daniny, tsy tokony ho hadinoina fa voafidin’ny Tahirin’ny Firenena Mikambana momba ny mponina (UNFPA) ho masoivohon’ny ady amin’ny herisetra mifototra amin’ny miralenta Rtoa Mialy Rajoelina. Tafiditra indrindra ao anatin’izany ny herisetra ara-nofo toy izao. Raha ny tokony ho izy izany dia tsy afaka ny hangina fotsiny, manoloana izao tranga mamohehatra izao, ny vadin’ny filoham-pirenena.

Marigny A.

Tia Tanindranaza0 partages

Iny indray aloha

Iny resaka satro-boninahitra iny indray aloha izany no ivon’ny resaka rehetra eto Madagasikara. Asa hoe mandra-pahoviana?

 Ny azo inoana fotsiny dia tsy ho iray na roa andro fa tsy maintsy ho litania sy taralila mandritry ny fotoana maharitra indray aloha izy iny. Ny tsikaritra any anaty fiarahamonina anefa etsy ankilan’izay dia efa sarotra amin’ny ankamaroan’ny mpiara-belona ny tsy ho lasa saina hoe inona indray no anton’ilay serasera niezinezina mombana vakoka hitan’ny maso mora enti-tanana sy efa tsy tadidy intsony tany an-tanin’olona nandritry ny 123 taona ka hiverina eto indray? Tsy sanatria fanamaivanana ny lanjan’ny atao hoe vakoka fa iza tokoa moa no manam-pahalalana ka tsy hahatakatra ny maha zava-dehibe ny atao hoe marika sy tandindona na “symbole”, hoy ny filazan’ny filoham-pirenena azy omaly izay? Saingy eo indrindra ihany koa ny mampametra-panontaniana hoe manana valiny momba ny tena maha zava-dehibe ny kolontsaina raketin’ireny hareny hita maso ireny ankoatry ny hoe “fiandrianam-pirenena” sy ny hoe “ambom-pom-pirenena” ve ny filoha hajaina mamim-bahoaka sy ireo mpiara-miasa aminy sa mba fitaovana entina hisehosehoana, arak’ilay efa mampalaza ny fitondrana ankehitriny, hatrany ilay izy. “folklorisme” moa ny filazan’ireo siantifika izay seho ivelany izay aty amin’ny tontolon’ny kolontsaina sy ny vakoka. Ahoana ny momba ny satro-boninahitry ny mpanjaka Ranavalona I very tamin’ny tetezamita farany teo? Ny momba ireo vakoka may tetsy Antaninarenina? Mbola niteraka adihevitra be ihany koa mba tsy hilazana hoe fanoherana mihitsy ny mikasika ny fikitihana ireo totohabaton’Analakely sy Antaninarenina tamin’ny fotoan’androny. Toy izany koa ny mitranga ankehitriny amin’io resaka kolontsaina Greko-raomanina terena haniry anaty rova io. Fa maninona no tato anatin’ity fitondrana ity irery no nisy karazana adihevitra tsy tokony ho vaky toy izany kanefa dia voatery nanelingelina ireo manam-pahalalana sy ny tany ama-monina? Ny tohin’ilay resaka nosy Malagasy izay tena nandrandraina moa tsy hita popoka fa dia iny omaly iny indray aloha izany no malaza.

 J. Mirija

Tia Tanindranaza0 partages

Antsirabe Esorina amin’ny toerany ireo miaramila tratra nanendaka

Esorina amin’ny toerany ireo miaramila 5 lahy tratra nanendaka tany Antsirabe tamin’ny faran’ny herinandro teo.

 

 Tsy azo ekena hoy ny tompon’andraikitra iray eo anivon’ny tafika ny fisiana miaramila mpambotry vahoaka tahaka izany izay tokony hiaro no tena asany. Efa mandalo rafitra an-tanan-tohatra maro ny antontan-taratasy mikasika azy ireo ankehitriny raha araka ny loharanom-baovao azo hatrany hahafahana manatanteraka izany fanesorana azy tsy ho miaramila izany intsony . Tsiahivina moa fa tratra teo am-panaovana ny asa ratsiny mihitsy izy 5 lahy ireo izay tena henatra ho an’ny tafika Malagasy tanteraka.

 Pati

Tia Tanindranaza0 partages

Depiote Jack“Tsy ekenay ny famerana ny vidina lavanila”

‘’Tokony hofoanan'ny Fanjakana ny famerana ny vidin'ny lavanila nataony ho 250 Dolara satria hatramin'izay mbola tsy nisy izany famerana ny vidin'ny lavanila izany teto.

 

Koa avy amin'io ihany no mampatahotra ireo mpividy avy any ivelany handefa ny volany ho aty amintsika hividy lavanila. Anisany mampidina ambany tena ambany izao vidiny izao, ankoatr'ireo olom-bitsy akaiky ny fitondrana amin'izao manao io lavanila io izay mahita tombontsoa manokana nefa ny vahoaka maro an'isa indrindra ny tantsaha no tena voa mafy sy sahirana. Tsy azo ekena no toy izao ary tsy nifanarahana ka miala tsiny fa tsy maintsy hiteny sy hanao ny ampamoaka momba izay tsy ho ela fa mijaly loatra ny mpikirakira lavanila amin'izao”, hoy ny depioten’i Madagasikara voafidy tany Sambava Atoa Mamangy Norbet dit Jack. Miantso ny namany izay depiote amin'ny toerana mpamokatra lavanila ihany koa izy mba ho sahy hiteny toa azy satria raharaha hiombonana izy ty ary amin'izao indrindra no tena tokony ampisehoana ny maha solombavambahoaka. Marihina fa ny 25 febroary 2020 no nandraisan’ny fanjakana fanapahan-kevitra hametra io vidin’ny lavanila io ho 250 dolara ny fanondranana, ary 900 000Ar ho an’ny tsena anatiny amin’ny lavanila voakirakira haondrana. Ny 02 septambra 2020 teo kosa no namoahan’ny Ministeran’ny varotra sy indostria ary ny asa tànana ny lisitr’ireo mpanondrana lavanila nahazo fahazoan-dàlana ho an’ny taona 2020-2021 sy 2021-2022. Miisa 26 ho an’ny “Industriels-Categories I”, 43 ho an’ny “Industriels-Categories II”, ary 55 ho an’ny “Categorie artisans”. Miisa 124 izany ireo nahazo fahazoan-dàlana ara-dalàna amin’ity taom-piotazana ity, izay mety ho voasokajy ao anatin’ireo olom-bitsy akaiky ny fitondrana tsy mikendry afatsy ny tombotsoany manokana.

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Mireille Mialy RakotomalalaHosalorana ny « Ordre du Soleil Levant »

Mireille Mialy Rakotomalala, masoivohon`i Madagasikara teo aloha tany Japon, no sady minisitry ny kolontsaina teo aloha ary isan` ireo nanorona ny fikambanana Anciens et Amis du Japon à Madagascar (AAAJM) dia hosalorana ny

 

mariboninahitra « Ordre du Soleil Levant, Etoile d’Or et d’Argent » izay ho tontosaina tsy ho ela eny amin` ny masoivohon`i Japon eto Madagasikara. Izany dia noho ny fandraisany anjara tamin'ny fanamafisana ny fifandraisana roa tonta sy ny finamanana teo amin'i Japon sy i Madagasikara. Marihana hatrany fa io mari-boninahitra « Ordre du Soleil Levant » dia voninahitra ambony natokana ho an` ireo olona izay namita andraikitra goavana ho an` ny firenena sy ny vahoaka japoney. Natao ho an`ireo olona manana zom-pirenena vahiny ihany koa mba ho valisoa noho ny fandraisan'izy ireo anjara amin'ny fampandrosoana ny fifandraisana am-pirahalahiana eo amin'i Japon sy ny firenena hafa.

Marigny A.

Tia Tanindranaza0 partages

Tetikasa Fandroso91 miliara ariary hanohanana ny tantsaha

Natomboka tamin` ny fomba ofisialy omaly ny tetikasa Fandroso, izay ho entina hanohanana ny fampandrosoana ny vondrona tantsaha mpamokatra.

 

Mitentina 20 526 315 euros (91 000 000 000 ariary) ny famatsiam-bola ka avy amin` ny Vondrona Eoropeanina (UE) ny 19,5 tapitrisa euros ary avy amin`ny fanjakana Malagasy ny 1 026 315 euros. Tanjona moa ny ho 50% ny vehivavy ary 40% ireo tanora hisitraka ny tetikasa. Hoentina ihany koa hanamorana ny fahazoan` izy iroe ny tolotra amin`ny famokarana sy hanavaozana rahateo ny fomba faokarana. Voakasik`izany faritrar 22 eto amintsika ary haharitra 36 volana ny tetikasa. Nandritran'ny lahateniny dia nanamafy ny Minisitry ny Toekarena sy ny Fitantanam-bola fa mila mifanome tanana sy mifankahery ary indrindra mifanome hevitra amin'ny tsara ny rehetra mba ho fanarenana ny firenena. Nanatrika ny fanokafana ny Masoivohon’ny Vondrona Eoropeana, Atoa Giovanni Di Girolamo, Minisitry ny Fambolena sy Fiompiana ary ny Jono Atoa Lucien Ranarivelo, ary ny Minisitry ny Toekarena sy ny Fitantanam-bola, Atoa Richard Randriamandrato, izay "Ordonnateur National du FED". Raha tsiahivina, ny 9 jolay teo no natao sonia ny fifanarahana eo amin`ny UE sy ny Tahirimbola hampandrosoa ny fambolena sy ny fiompiana ary ny jono (FDA) ao anatin` ny minisiteran` ny fambolena sy ny fiompiana arry ny jono (MAEP) hanatanterahana ny Tetikasa Fandroso. Manodidina ny 4000 ny zanaka tetikasa hotohanan` ny Tetikasa. Miisa 250 000 ny mpanokatra hahazo tombontsa. Marihina fa ao anatin` ny fandaharanasa Rindra ny tetikasa Fandroso, hampiakarana ny vokatra sy ny fidirambolan` ny tantsaha misehatra ain`ny fambolena sy ny fiompiana ary ny jono.

 

Marigny A.

Tia Tanindranaza0 partages

Velirano hafa kelyNosy no nampanantenaina, satroka no ho avy

Nambaran’ny Filoha Rajoelina omaly, fa ho avy rahampitso 05 novambra ny satroboninahitra nalain’ny Frantsay 123 taona lasa izay. Toa nandeha indray ny fandokafan-tena, fa tsy nanao ny fitakiana fa izy irery ihany, ary tafaverina.

 

Zava-dehibe izany ny fahatafaverenan’io vakoka io, fa raha ny resaka fitakian-javatra amin’ny Frantsay, dia ny Nosy Malagasy na ny “îles Eparses” no nampanantenaina, fa tsy “couronne” 123 taona. Tsy manaivana an’izany, ireo Nosy ireo no lehibe indrindra sy nanaovana fanamby, ary raha hiresaka fiandrianam-pirenena dia ireo no manan-danja kokoa. Nakana doka politika tamin’ny propagandy rahateo, ary nanomezana fe-potoana mialohan’ny 26 jona 2020 aza,… Any amin’ny tsy mivonto izany no manaintaina, fa hatramin’izay I Andry Rajoelina tsy nisoka-bava firy intsony momba ireo Nosy ireo taorian’ny vava be nanaka-danitra ny 11 mey 2020 fa famerenana no takiana fa tsy fiaraha-mitantana. Ny Frantsay anefa nahavita dingana maro, toy ny fanaovana ho tahiry voajanahary ny Nosy Glorieuses, ny fanambarana nataon’ny loholona fa tsy homena antsika ny nosintsika. Aiza ilay hambompom-pirenena sy tena fitiavan-tanindrazana sa an-tendromolotra ihany? Raha ara-diplaomatika indray, dia tena tsy mahavita ny asany ve izany ny Minisiteran’ny raharaham-bahiny tamin’ny fahazoana ilay satroka na koa ny fifampiraharahana fa ny Minisiteran’ny kolontsaina no tena nanao ny ainy tsy ho zavatra ?

 Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Bekamisy Théodore – Filohan’ny FTPMHiverina masiaka eo amin` ny tontolo pôlitika

“Vonona hitondra rivotra politika vaovao hampandroso ny firenena ny tenako na dia eo aza ireo mpanao pôlitika maloto miezaka ny hamingampingana” hoy Bekamisy Théodore Carin, filohan` ny antoko politika FTPM na fikambanan’ny tanora mpitolona Malagasy.

 

 Hanjakan’ny fitiavan-tena ny fanaovana politika amin’izao, kanefa tsy manaiky hihemotra velively amin’ny zavatra efa natombony ny lehilahy, na dia efa nitondrany ny mangidy hatrany am-pigadrana aza ny sotasotan’ireo mpanao pôlitika sasany. Amin’ny maha filohan’antoko dia tsy maintsy miteny satria natao hampianatra ny vahoaka hanao izay tokony hatao ny mpanao politika. Raha tsiahivina, ny FTPM dia anisan` ireo antoko nanasonia ny tondrozotra ny taona 2011 teny amin`ny CCI Ivato. Miompana amin` ny fampanjakana ny fandriampahalemana sy fanohanana ireo tanora vonona hitondra fanovana eto amin’ny firenena moa ny vina entiny ho laharam-pahamehana ao anatin’izany. “Amin’ny mahatanora victime ahy nanomboka ny taona 2002 kosa dia tiako loatra ny miaro ny tanora tahaka ahy. Simba ny tanora malagasy noho ny fanaovana politika” hoy hatrany izy. Isan’ny namporisika ny filohan’ny antoko hijoro hatrany ny fahitany ny fifanenjehana mbola miseho eo amin’ireo mpanao pôlitika mitady ny tombontsoany manokana, manao tohatra fiakarana ny namany. “Tonga hatrany amin’ny fihainoana ny telefaonina ampiasaiko mihitsy ireo mpanenjika amin’izao, ka asa na ara-dalàna izany na tsia. Na dia efa fantatra aza ny ao ambadik’izany, dia mahitsy hatrany ny làlana, satria amiko, dia tsy ao anatin’ny fifanenjehana no ahafahana mampandroso ny firenena, fa ny fifanomezan-tànana ao anaty fanaovana politika madio sy mangarahara hampandraisana andraikitra an’ireo tanora vonona amin’izany”, hoy izy.

 

Marigny A

Tia Tanindranaza0 partages

Fitsarana avo Minisitra 3 teo aloha hatao famotorana

Efa vita tao anatin` ny asam-baomiera ny adihevitra sy fandinihana ireo fanenjehana rehetra mahakasika ireo raharaha nalefan` ny Fitsarana avo (HCJ) ka voarain` ny Antenimieram-pirenena. Hiroso amin`ny famotorana ny vaomiera manokana manao ny fanadihadiana eo anivon`ny Antenimieram-pirenena.

Tsy mitovy amin`ny fitsarana tsotra kosa ny fandinihana ny raharaha, hoy ny mpikambana iray eo anivon` ity vaomiera manokana ity. “Ny porofo ihany no hahafahana manao ny fanenjehana na tsia an`ilay olona voatoroka. Ny asa atao amin`ny fanjakana mantsy dia misy porofo daholo ka izany no tena mipetraka. Ny raharaham-panjakana dia ahitana ny fomba nanolorana azy ho fantan`ny besinimaro, ny fomba namoahana ny vola. Raha misy fandikan-dalàna dia ny porofo an-rtaratasy ihany no mitoetra”. Fanodikodinam-bolam-panjakana, fanomezana tsenam-barom-panjakana tao anatin`ny kitranoantrano: ireo no anisan`ireo fanenjehana tena misongadina ka ministra telo teo amin`ny fitondrana teo aloha izay tena voakasika akaiky no handalo fanadihadiana. Ny talata 17 novambra ho avy izao no atao eo anatrehan`ny depiote, amin`ny alalan`ny fivoriana itambaram-be ny tatitry ny asam-baomiera izay atrehin`ireo mpikambana eo anivon` ny birao maharitry ny HCJ. Andrasana ny valin`ny famotorana ataon`ity vaomiera manokana ity mialohan`ny andefasana ny raharahaha eny amin`ny HCJ. Ity fivorian` ny parlemantera faharoa ity no hamantarana ireo tompon’andraikim-panjakana ambony na meloka na tsia amin`ireo raharaha nahavoasaringotra azy ireo.

 Marigny A.

Tia Tanindranaza0 partages

Tontolon’ny fiompiana Nizara zana-kisoa fakana taranaka ny Minisitera

Zana-kisoa fakana taranaka miisa 42 “Landrace” sy “Large White” izay mahavita miteraka hatrany amin’ny 18, no nozarain’ ny MAEP ho an’ny mpiompy kisoa matihanina eto amin’ ny Faritra Analamanga,

hoy ny Minisiteran’ny Fambolena sy ny Fiompiana ary ny Jono (MAEP). Anisan’ny nisitraka izany ireo mpiompy tao amin’ny fokontany Talata kaominina Ampanefy, Distrikan’Antananarivo Atsimondrano ny alatsinainy 02 novambra 2020 teo. Efa nisy ny fizarana izany zana-kisoa izany tamin’ny faran’ny taona 2019 izay miisa 158 tany amin’ny faritra Itasy, Analamanga, Bongolava, Vakinakaratra ary Menabe, raha ny tatitra. Tanjona ny hanatsarana ny taranaka, ny hampiroboroboana ny seham-pihariana kisoa eto Madagasikara ary ny hanatrarana kisoa miisa 60 000 fakana taranaka izay voasoritra ao amin’ny fanambin’ny MAEP, araka ny fampahafantarana.

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Minisitra teo aloha Chabani Nourdine Nitondra fanampiana tany Atsimo

Nipoitra ny Minisitry ny varotra sy ny fanjifana teo aloha tamin'ny Fitondrana Rajaonarimampianina dia Atoa Chabani Nourdine,

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Vatobe 67 Ha Mpanendaka rain-dahiny iray no tratra

Mpanendaka rain-dahiny iray niaraka tamin’ny antsy lava lela no saron’ny polisy avy ao amin’ny Boriborintany fahatelo teny amin’ny Vatobe 67 ha ny 30 Oktobra teo, tokony ho tamin’ny 08 ora alina.

Telolahy izy ireo no niaraka izay somary nanao fihetsika mampiahiahy, raha araka ny fantatra. Nitsoaka avy hatrany ny iray raha vantany vao nahita ireo polisy nanao fisafoana ka raikitra ny fifanenjehana. Tsy lasa lavitra anefa ity farany dia tratra. Nandritra ny fisamborana azy dia mbola nahitana antsy lava lela iray tany aminy. Nentina avy hatrany teny amin’ny paositry ny Polisy nanaovana fanadihadiana ny tovolahy. Fantatra tamin’izany ary fa efa maro ny olona voaendak’izy ireo teo amin’ny Vatobe 67ha ary efa maro koa ny fitrainana voaray mahakasika ireto andihan-dehilahy manendaka miaraka amin’ny atsy ireto. Anisan’ny nandray anjara tamin’ny fanendahana niseho ny 21 Septambra teo ity tovolahy tratra ity. Lehilahy iray no lasibatra tamin’izany teo akaikin’ny mpanao fatapera, Fokontany Andohatapenaka I. Rehefa avy niala bus ity lehilahy ity dia nambanan’izy ireo tamin’ny antsy ary tsy afa-nihetsika ka nalain’izy ireo tamin’izany ny vola 40.000 Ar, finday iray marika Samsung J4… Rehefa nantsoina moa ny mpitory dia nanamarina fa anisan’ireo andiana tovolahy nanendaka azy marina ity voasambotra ity. Natolotra ny fampanoavana omaly koa ny tovolahy. 

Pati

Legende : Ity ilay tovolahy mpanendaka hikoizana eny amin’ny Vatobe 67 ha

Tia Tanindranaza0 partages

Ady amin’ny fanolananaMitaky fanovana toe-tsaina hoy ny jeneraly Ravalomanana

Mirongatra ny fanolanana zaza amam-behivavy eto amintsika. Saika nihatra taman’aina hatrany izany tato ho ato izay nahitana zazalahy kely vao 14 taona monja naterina teny amin’ny Centre Vonjy etsy amin’ny hôpitaly Befelatanana raha

toraka izany koa ilay zazavavy kely vao 7 taona monja monina etsy Anosibe alevina anio eny Ambohimanga. Raha araka ny fantatra hatrany ho an’ny Centre Vonjy manokana izay mandray an-tanana ireo ankizy hiharan’ny fanolanana tahaka itony dia nahatratra 92 ireo tonga nanatona azy tamin’ny volana Oktobra lasa teo izay manodidina 3 isan’andro eo ho eo. Nivoaka tamin’ny fahanginana ny jeneraly Ravalomanana, sekreteram-panjakana miadidy ny zandarimariam-pirenena nandritra izany ka nambarany fa ilaina mihitsy ny fanamafisana ny fanabeazana sy ny fanovana toe-tsaina eto amintsika, indrindra fa ho an’ny lehilahy. Tsy sitraponay mpitandro ny filaminana hoy izy ny hanagadra ireo jiolahy sy mpanolana saingy tsy maintsy hatao izany mba hanafaizana azy. Miantso ireo tompon’andraikitra hanatevina ny fanabeazana omena olom-pirenena tsirairay avy araka izany ity tompon’andraiki-panjakana iray ity.

Tia Tanindranaza0 partages

Vola fisotroan-drononoManomboka ny 10 novambra ny fizarana

Manomboka ny 10 novambra indray ny fizarana fisotroan-dronono eny amin'ny Tahirimbolam-panjakana ho an’ny eto Analamanga, raha ny fampahafantarana.

Ny 10 novambra ho an’ny laharana “pension” miafara amin’ny 0-1, ny 11 novambra ho an’ny 2-3, ny 12 novambra ho an’ny 4-5, ny 13 novambra ho an’ny 6-7, amin’ny 16 novambra ny 8-9, ny 17 novambra ho an’ny miafara amin’ny A-B-C, ary ny 18 novambra kosa ho an’ireo mitondra “procuration” na fahazoan-dàlana manokana sy ireo taraiky. Ho an'ny faritra hafa dia miankina hatrany amin'ny fahatongavan'ny "titre de paiement des pensions" ny andro voalohany fa manaraka ity fitsinjarana ity ny fandraisana "pension", hoy ny fanazavana. Fandaminana ho an’ny fito andro voalohany ihany io fa misokatra foana ny Tahirimbolam-panjakana ary azo alaina ao anatin’ny vilana amin’izay fotoana mahamety ny fisotroan-dronono aorian’ireo daty ireo, hoy ny fampahafantarana. Iangaviana hatrany isika mba hanaja ireo fepetra ara-pahasalamana rehetra, hoy ny Tahirimbolam-panjakana.

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Fanimbazimbana ny tantara sy fombaTsy mampiraika ny fanjakana ny antso etsy sy eroa

Tsy te hahalala izay tantara sy fomban-drazana tany ny Fanjakana ankehitriny, fa ny azy no asisiny.

Toa notaina fady sy nozimbazimbaina ny eny Anatirova tamin’ny fametrahana ny kianja Masoandro na ny “Colisée” tandindon’ny fandatsahan-drà sy fanandevozana tany Italie fahiny. Vao ny faran’ny herinandro teo no nitaky ny hanatsaharana ny fanaovana azy io ny taranaky ny Andrianjaka, raha toa ka ny 06 novambra izao no re fa hitokanan’ny mpitondra izany. Tsy milamina mandrak’androany ny raharaha fizarana ny Faritra Vatovavy Fitovinany, indrindra fa ny mahakasika an’I Ikongo. Mitazona ny teny nomeny ny Ampanjaka amin’ny tokony haha ao anatin’ny Faritra Vatovavy noho ny fifamatorana ara-pomba sy ara-tantara amin’ireo distrika hafa, raha toa ka tsy mihemotra amin’ny heviny ny Mpitondra. Mipoitra tampoka ny andian’olona milaza fa mankasitraka ny fanapahan-kevitra noraisin’ny Filoha, raha hatrizay tsy re feo sy nangina tany amin’izay nisy azy.

Tsy mahafehy ny tantara sy lanjan’ny fomba

Mila manana ivim-pahalalana momba ny haiolona sy haivondronolona ny mpitondra (notion en anthropologie et ethnographie), fa tsy mijanonana amin’ny politika fotsiny, hoy ny olom-boafidy iray, izay toa lasa sokajian’ny mpitondra ho fahavalony. Toa tsy te hihaino, tsy mandalina, ary tsy mihemotra amin’ny mety ho fahadisoany satria mety raisiny ho fahareseny ara-politika ny fihemorana. Toa fafainy sa ravainy ny “système traditionnel et ancestral” na ny lamina sy rafitra nentim-paharazana nipetraka hatrizay. Tahaka ny lasa kilalaon-jaza izy ka fitondrana mandalo ao anatin’ny fe-potoam-piasana dimy taona ve no hanimbazimba sy hamotika na hamafa ny rafitra sy ny tantara nipetraka an-jato taonany? Mety hampirodana fitondrana ny fanotana fady eny Anatirova, hoy ny taranaky ny Andriamanjaka iray!

 Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Mpandraharaha vao misondrotra“Fanamby ho anay izao zava-misy izao”

Nanaraka ny toromariky ny kaominin’Antananarivo sy ny minisiteran’ny fahasalamana izahay amin’ny fanarahana ny resaka fahadiovana sy fidiovana,

 

hoy ny mpandraharaha Malagasy, Ando Ramarosandy, izay nanangana ny toeram-pisakafoana Kabaka etsy Analakely, nitantara ny fahasahiranana niainana tao anaty fihibohana. Mora ny fanarahana ny fenitra napetraka. Ny resaka fampitaovana no somary mavesatra. Tsapa fa niteraka fahasahiranana ny krizy ara-pahasalamana, raha hiresaka ny zava-misy taorian’ny Covid 19, hoy izy. Miezaka mitsinjo ny mpiasa manodidina izahay fa io moa vao miha fanamby ho anay mpandraharaha vao misondrotra ny haha tafavoaka ao anatin’izao zava-misy izao. Ezahana ho amin’ny antonony ny vidin-javatra ary tsinjovina hatrany ny resaka fahasalamana, hoy hatrany ny tenany.

J. Mirija

 

Tia Tanindranaza0 partages

Alakamisy Fenoarivo Tratra ireo mpivarotra sy mpividy rongony

Lehilahy roa mpivarotra sy mpividy rongony no tratra teny Alakamisy Fenoarivo afak’omaly alatsinainy tokony ho tamin’ny 12 ora atoandro.

 

 Tratra tao an-tranony ny lehilahy iray niaraka tamin’ny fonosana rongony miisa 14 rehefa nidina ifotony ny polisin’ny STUP taorian’ny nahazoany ny loharanom-baovao avy tamin’ny olon-tsotra. Nisy lehilahy iray ihany koa tao niaraka taminy ka rehefa nosavaina dia nahatrarana fonosan-drongony iray teny aminy. Avy hatrany dia nentina teny amin’ny Sampan-draharaha miady amin’ny zava-mahadomelina sy fipariahan’ny zava-mahadomelina eny Anosy izy roalahy ireo hanaovana fanadihadiana. Nolazain’izy ireo fa olona mandalo moa no hakany ireo rongony hamidiny ireo fa tsy mahalala izay nihaviany izy. 5000 Ar no hamarotany ny fonosana iray. Natolotra ny fampanoavana omaly izy mirahalahy.

Pati

Tia Tanindranaza0 partages

Mpiasan’ny fizahan-tany8 volana tsy niasa sy tsy nikarama

Ny fizahan-tany no sehatra tena voakasikin` ny valanaretina Covid 19 izay mamelona olona an` alina eto Madagasikara. Hany ka niteraka krizy ara-tsosialy indrindra any amin`ireo toerana tena mahasarika mpizahan-tany izany.

 Araka ny tatitra nataon` ny Confédération du Tourisme de Madagascar (CTM) ny volana aogositra lasa teo dia “asa mivantana 44 000 no potika noho ny aretina COVD-19. Ny 37 882 ho an` ireo trano fandraisam-bahiny sy trano fisakafoanana, miampy ireo mpisera-dia 2 500 isa. 98%n` ireo mpiasa no voatery naiditra fiantohana ara-teknika. Raha tsy nisy ity krizy ity dia asa 5 000 no niforona noho ireo orinasa vaovao misehatra amin`ny fizahan-tany. Ankoatra ireo asa mivantana dia maherin` ny 300 000 kosa ireo asa tsy mivantana saingy nifampiankina tamin` ity sehatra ity. Mitentina 475 tapitrisa euros na 2 137,5 miliara ariary no vola very ho an` ny fizahan-tany”. Manamafy izany ihany koa ny tatitrin` ny « Enquête à Haute Fréquence par Téléphone auprès des ménages » (EHFTM) izay nanambara fa “nihena 83% ny vola niditra ho an`ny lafin` ny fizahan-tany”. Raha hanaovana jery todika ireo fatiantoka ireo toerana be mpitsidika dia tena misedra olana goavana ity sehatra ity. Ho an`ny nosy Sainte-Marie, mpizahan-tany 11 735 no nitsidika azy teo anelanelan` ny volana jona sy septambra ny taona 2019. Marihana fa nahatratra 4 182 ireo mpitsidika ny volana aogositra, hoy ny tatitra ofisialy. Ho an` Antsiranana dia 90% ny fatiantoka ho an`ireo mpandraharaha eo amin`ny sehatry ny fizahan-tany any an-toerana. Ao anatin` ny fampiroboroboana ny fizahan-tany anatiny moa isika ka maro ireo fiaraha-miasa miaraka amin` ny antenimieran` ny varotra sy ny indostria (CCI) napetraka iatrehana izany, toy ireo tolotra sy fihenam-bidy samihafa, hoy ny tomponandraikitra voalohany eo anivon` ny CCI any an-toerana. Hatreto aloha dia manampy trotraka ny fanakatonana sisintany. Eo ihany koa ilay naoty avy amin`ny ACM mandrarara firenena 16 hiditra eto Madagasikara ka 9 amin`izay ireo no firenena avy any Eoropa kanefa ny eoropeanina no tena mpanjifa voalohany. Mbola manjavojavo ny fanarenana ny fizahan-tany. Efa manakaiky ihany koa ny “haute saison” indrindra ny volana desambra izay fotoana mampandeha ny tsena. Saingy raha izao no mitohy dia ho kely fanantenana. Marihana fa nanomboka ny volana martsa no nanomboka nikatona sisitany teto amintsika noho ny valanaretina Covid 19 ka valo volana aty aoriana dia mbola mamela takaitra ho an`ireo mpisehatra. /

Marigny A.

Tia Tanindranaza0 partages

Drafi-pampandrosoanaMbola tsy mazava foana ny tian’ny fanjakana atao

Taorian’ny resabe teraka momba ny colisee anaty rova ny volana may dia tonga indray izany iny ny resaka satro-boninahitry ny mpanjaka Ranavalona III. Ilay voalohany moa dia tsikaritra fa saika nahatakona ny fisiana Malagasy nindaosin’ny fahafatesana voalohandohany vokatr’ity aretina Covid 19 ity. Nangina ny resaka taorian’izay ary zara raha heno toy ny ankehitriny taty aoriana.

 

 Ny resaka mikasika ny nosy Malagasy moa no tena isan’ny nandrasan’ny maro, raha ny endriky ny fampahafantarana ny fihavian’iny kabarin’ny filoham-pirenena omaly iny, saingy ny tantarana satro-boninahitra efa very tamin’ny 123 taona indray moa no nipongatra sy nolazain’ny filoha fa ho averin’ny frantsay. Mbola mampametra-panontaniana koa hoe tena nitaky ny hamerenana izany ve ny filoha sa fanatanterahan’ny filoha frantsay, Emmanuel Macron, ny fampanantenany hamerina ireo vakoka aty Afrika ny taona 2017 no hitranga ny 5 novambra izao? Ny nosy Malagasy izay tsiahivina fa nangina teo anivon’ny fitondram-panjakana ny momba azy taorian’ny desambra 2019, volana nisian’ilay fanambarana miezinezina nataon’ny filoham-pirenena Malagasy, Andry Rajoelina, teny amin’ny CCI Ivato fa tsy maintsy miverina amintsika ireo nosy ireo. Very an-javony hatreto anefa iny rezaka iny. Very an-javony toy izany koa ny satro-boninahitra iray hafa very tamin’ny tetezamita 2009 izay notarihin’ny filoham-pirenena ankehitriny hatrany. Etsy ankilan’izany rehetra izany dia tsy mbola mazava foana hatramin’izao ny drafi-pampandrosoana entin’izao fitondrana izao ho an’ity firenena nampanantenany ho asandratra ao anatin’ny fotoana fohy ity. Velom-panahiana ny maro ary na ity satro-boninahitra ho avy ity aza efa tsy vitsy sahady ireo mamatre-panontaniana hoe sao dia ho dika mitovy fa tsy ilay tena izy?

J. Mirija

Tia Tanindranaza0 partages

Fampiasana angovo azo havaozinaMiara-miasa amin’ny OURSUN GREEN POWER ny JIRAMA

Hiroso amin’ny fampiasana ny angovo azo havaozina ny orinasa JIRAMA sy ny orinasa Alemana OURSUN GREEN POWER manomboka izao. Nanatanteraka sonia fifanaraham-piaraha-miasa ny roa tonta omaly entina hanatanterahana izany.

 

Miompana amin’ny fametrahana tobim-pamokarana herinaratra mandeha amin’ny masoandro ireo tetikasa telo hotontosainy, manana tanjaka mitontaly 11 MW. Eto amin’ny tanànan’Antananarivo no hanatontosana izany. Miavaka ireo tetikasa ireo satria mampiasa ny teknolojia « Rooftop », izany hoe : eny ambony tafontrano no hametrahana ireo takelaka famokarana herinaratra avy amin’ny masoandro izay mitsitsy ny velaran-tany hampiasaina. « Tanjon’ny JIRAMA ny hanatsara ny kalitaon’ny herinaratra vatsiany sy ny hampidina ny mason-karenan’ny famokarana hahatrarana ny “équilibre opérationnel alohan’ny faran’ny taona 2021 », hoy ny tale jeneralin’ny orinasa JIRAMA Vonjy Andriamanga. Haharitra 12 volana kosa ny asa dia hamokatra ity tobim-pamokarana herinaratra azo avy amin’ny masoandro ity, izay hanampy tosika ny famatsiana herinaratra eto an-drenivohitra ary hipàka amin’ny tambazotra iraisan’Antananarivo.

Pati

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fampanarahana fenitra sy kalitaoHanampy ny Sendikan’ny Indostria ny BNM

Mikarakara tan-tsoroka ho an’ny Sendikan’ny Indostria eto Madagasikara (SIM) mba ahafaha-mametraka ny bokin’andraikitra hanandrantana vokatra Malagasy amin’ny alalan’ilay hoe:

 

“Malagasy Ny Antsika” ny BNM (Bureau des Normes de Madagascar) izay mifototra betsaka amin’ny resaka fenitra sy kalitao. Ny Minisiteran’ny Indostria sy ny Varotra ary ny Fanjifana (MICA) no miahy ara-teknika azy io. Hiantsoroka ny SIM ka hitondra ny fahaiza-manaony amin’ny fandinihana sy tombana araka ny fenitra tokony harahin’ny vokatra ny BNM. Hanara-maso izay fanarahana ny fenitra izay, mba hahatonga ny “Vita Malagasy” ho fitaratra amin’ny tsena anatiny sy iraisam-pirenena.

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Carrefour de la formationHanampy ireo tanora mitady fiofanana sy fianarana

Hotanterahina etsy amin’ny Alliance Française Andavamamba ny 06 sy ny 07 Novambra ho avy izao ilay hetsika “Carrefour de la formation, des métiers, et de l’emploie”

 

 andiany fahaefatra karakarain’izy ireo amin’ity taona ity. Hampiavaka ny hetsika ny fisian’ireo trano eva manodidina ny 50 isa mahery izay hamondrona ireo tanora mpianatra, ireo tanora vao afa-panadinana Bakalorea, ireo ivon-toeram-piofanana maro samihafa sy orinasa izay mitady mpiara-miombon’antoka hifanohana akaiky aminy. Tanjona amin’ity hetsika ity ny mba hahafahan’ireo tanora mahita sekoly na ivon-toeram-piofanana azony hatonina aorian’ny fahazoany ny mari-pahaizana Bakalorea hahafahany manatanteraka ny nofinofiny rehefa any aoriana. Toraka izany koa ireo mitady asa. Tsiahivina moa fa tamin’nytaona 2017 no nisy voalohany ny hetsika Carrefour de la formation. Tsy miova ny tanjon’ny mpikarakara ao anatin’izany dia ny hahatonga ireo azy ireo ho mpandray anjara mavitrika amin’ny fampandrosoana ny firenena amin’ny alalan’ny fanohanana ny tanora.

Pati

Tia Tanindranaza0 partages

Barea ≠ Elefanta any AbidjanMiziriziry hitazona ny daty ny Ivorianina

Mizirizy amin’ny heviny ny Federasionina Ivorianina momba ny Baolina kitra (FIF) ary mitazona ny datin’ny 12 novambra hanaovana ny lalao mandroso amin’ny andro fahatelon’ny fifanintsanan’ny CAN 2021.

 

 Namoaka fanambarana ny FIF omaly 03 novambra, fa mitazona io daty io, ary miomana amin’ny fandraisana ny Barean’i Madagasikara ao amin’ny Stade Olympique Alassane Ouattara d'Ebimpe-Anyama amin’ny fotoana efa voatondro. Misavoritaka tanteraka anefa ity firenena ity taorian’ny fifdianana ny 31 oktobra teo. Efa nisy ny fangatahana fanemorana ny lalao tamin’ny CAF nataon’ny mpanazatra Malagasy Nicolas Dupuis, izay naneho fa tsy te hitondra ny mpilalaony any amin’ny tany mikorontana. Mety ho tandindonin-doza ny ain’ny mpilalaontsika, raha resin’ny Barea ao amin’ny taniny ny Elefanta, satria efa mafana ny toe-draharaha politika, izay mety hiampy fahasorenana hafa ho an’ny Ivorianina. Olana lehibe iray ho antsika ihany koa ny zava-misy any Frantsa, dia ny fihibohana kanefa ny mpilalaontsika 17 be izao amin’ny 25 no any. Tsy olana ho antsika irery io fa olan’ny ankamaroan’ny ekipam-pirenena aty Afrika. Any amin’ny CAF ny fanapahan-kevitra. Misy ny resaka mandeha fa tazonina ny avokoa ny lalao, ary afaka mivoaka an’I Frantsa ny mpilalao Afrikanina, saingy andrasana ny vaovao ofisialy satria mbola mifamahofaho io, ka dia miandry ny toromariky ny CAF ny rehetra. 8 andro sisa fotoana hanamonana ny lalao ho antsika, izay ao anatin’ny fahasahiranana tanteraka noho ny zava-misy. Andrasana ny tohiny!

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Croix rouge Malagasy sy AlemanaHifanampy amin’ny fampihenana ny fiantraikan’ny loza voajanahary

Olona an’arivony hatrany isan-taona no mitondra faisana vokatry ny loza voajanahary eto amintsika.

 Voakasik’izany ny mponina eny amin’ny faritra iva izay miaina anaty rano hatrany rehetra fotoam-pahavaratra vokatry ny fahatsentseman’ny lakan-drano sy ny fananganana foto-drafitrasa tsy ara-dalana any anaty tanana. Manoloana io tranga io dia fantatra fa hiara-kiasa sy hifanome tanana hahafahana mampihena ny fiantraikan’ny loza voajanahary eto amintsika ny fikambanana Croix rouge Malagasy sy ny Croix rouge Allemande. Nisy omaly ny atrikasa izay notanterahin’izy ireo niaraka tamin’ny kaominina Antananarivo renivohitra sy ny birao nasionaly misahana ny loza voajanahary ary ny sampana mpamonjy voina. Fanatevenana ny fahaiza-manao sy ny traikefan’ny mpikambana no tena natao tamin’izany hiomanana sahady amin’ny fiatrehana ny loza voajanahary mety hitranga mandritra ny fotoam-pahavaratra. Hisy koa ny tetikasa maharitra hotanterahin’izy ireo hiarovana ny ain’ny vahoaka sy ny fananany ka anisan’ny mety hahazo izany ny Boriborintany voalohany sy fahaefatra izay misy tondra-drano hatrany rehefa fotoam-pahavaratra. Olona manodidina ny 25.058 no mety hahazo tombontsoa amin’izany, raha haharitra 33 volana kosa ilay tetikasa. Ankoatra ity resaka fiakaran’ny rano eto an-drenivohitra ity dia fantatra ihany koa fa hiara-kiasa hiatrika ireo loza hafa mety hitranga toy ny hain-trano, ny trano mianjera…. ihany koa ny roa tonta.

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Famerenana ny vakok’i AfrikaEfa fampanantenan’i Macron tamin’ny 2017

Tsy kisendrasendra ny resaka famerenan’ny Frantsay ny vakoka taty Afrika. Ny fiandohan’ny volana desambra 2017 no efa nanao fanambarana tany Burkina Faso nandritra ny fitsidihany tany Afrika i Emmanuel Macron, fa hamerina ireo vakoka sy harem-bakoka nalain’ny Frantsay taty Afrika.

 “Ny vakoka Afrikanina dia tsy maintsy omen-danja any Paris, fa nisy ihany koa any Dakar, Lagos, Cotonou, ka manomboka izao hatramin’ny dimy taona dia iriko ho feno ny fepetra hamerenana ny vakoka Afrikanina ho an’I Afrika”, hoy i Emmanuel Macron tamin’izany, nandritra ny kabariny tao amin’ny Oniversiten’I Ouagadougou. Toa hafa mihitsy ny fomba firesaky ny Filoha Malagasy Andry Rajoelina omaly, fa nitaky ny satro-boninahitra mariky ny fiandrianam-panjakan’ny Mpanjaka Ranavalona III. Notsindriana fa tsy nisy nanao tao anatin’ny 123 taona io. Rehefa tena zohiana, dia zavatra efa tokony mandeha ho azy ny famerenana, fa tsy hoe asa be tsy vitan’ny teo aloha zato taona, saingy toa nentina nanaovana fandokafan-tena na “populisme”. Ny fanaovana taratasy ofisialy dia efa mandeha ho azy (formalité) fanao amina diplaomasia, tsy dia tena asa be na fandresena goavambe. Io rahateo tsy misy zavatra hoe tena miala be amin’ny mahazatra (extraordinaire) fa efa lojika. Rehefa nanaiky ny frantsay fa azo sokafana amin’zay ny arsivan'ny tantaran'ny fanjanahana, dia mandeha ho azy. Tsy misy misitery fa ny zanan-tany rehetra afaka mijery ny fananany sy raki-tsoratry ny tantarany any Frantsa, ankoatry ny îles eparses angamba ho antsika. 50 taona aorian’ny fahaleovantena eo no tokony hisokatra tsimoramora ny arisiva.

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Tontolon’ny FitsaranaMpitsara 1 noroahina, 6 hafa voasazy

Mpitsara 18 no nandalo teo anoloan'ny Filankevitry ny Fitsipi-pifehezana (CODIS) noho ny fandikàna etika sy ny fitsipi-pitondrantena.

 

 Ny ampahatelon' ireo mpitsara ireo dia kilasy voalohany ary mpitsara ambaratonga fahefatra. Mpitsara iray no noroahina tsy nofoanana anefa ny zon'ny amin’ny fisotroan-drononony. Mpitsara telo hafa kosa nahantona amin’ny asany mandritry ny 12 volana. Misy mpitsara iray kosa naidina ny grady 1, ny 2 hafa no nampidinina ny an-tanan-tohatra (échelon). Nofoanana kosa ny fanenjehana ireo mpitsara sivy ambiny. Raha tsiahivina dia niompana tamin` ny fikirakirana ireo antontan-taratasy mikasika ny fitsipi-pitondrantena ny fivoriana nataon` ny filan-kevitra ambonin` ny mpitsara (CSM) ny 28 hatramin` ny 30 oktobra teo.

Marigny A.

Tia Tanindranaza0 partages

Fitantanana ny asam-panjakana Hapetraka manerana ny Nosy ireo fitaovana informatika

Miroso amin`ny fanatsarana ny fitantanan-draharaha ny eo anivon` ny fitondram-panjakana. Anisan` ny manana andraikitra amin`izany ny minisiteran` ny asa, ny Fampananan'Asa, ny Asam-panjakana ary ny Lalàna Sosialy.

 Efa am-perinasa ny rindram-baiko “Augure” (Application unique pour la gestion uniforme des ressources humaines de l`Etat). Taorian` ny fitsirihana dia fantatra fa miisa 591 ireo olona mandray volam-panjakana ka haato tsy handray karama intsony ary miisa 7007 ireo tratra ho mpiasam-panjakana matoatoa izay mbola eo am-panamarinana azy ireo ny ao amin’ny Fitantanam-bola araka ny tatitry ny Filankevitry ny minisitra ny 21 oktobra teo. Fantatra ihany koa fa mitentina 11,4 miliara Ariary amin’izao fotoana no vola very amin'ny fanjakana noho ireo izay lazaina fa mpiasam-panjakana matoatoa. Mba hanatsarana ny fitantanana ireo mpiasam-panjakana rehetra sy ny mba tsy hisian` ny gaboraraka intsony dia hapetraka manerana ny faritra rehetra manerana ny nosy ireo fitaovana ara informatika sy ara-kajy mirindra izay fiaraha-miasa amin'ny Vondrona Eoropeana sy ny rindraim-baiko « AUGURE ». Anisan` ireo nisitraka ireo fampitaovana ny any amin’ny faritra Androy. Tonga tany an-toerana nanatitra izany ny Minisitry ny Asa, Gisèle Ranampy omaly.

Marigny A.

Tia Tanindranaza0 partages

Zandarimariam-pirenenaJeneraly 4 lasa nisotro ronono

Notontosaina omaly 03 novambra teny amin'ny Toby Ratsimandrava ny lanonana fanaovam-beloma ara-miaramila ireo jeneraly efatra mirahalahy eo anivon'ny Zandarimaria handeha hisotro ronono, dia ny jeneraly Ranaivoson Gabin, ny jeneraly Rakotomahanina Florens, ny Jeneraly Tsirivelo Nicolas ary ny jeneraly Andriamanana Maherizo.

 

 Nanana andraikitra goavana teo anivon’ny zandarimaria avokoa izy ireo, ary saika nalaza avokoa ny anarany. Tonga nanontrona izany lanonana izany ny Minisitry ny Fiarovam-pirenena, ny jeneraly Rakotonirina Richard ary nanao teny fisaorana sy fankasitrahana ho fanajana azy ireo noho ny asa vitany. Teo ihany koa ny Sekreteram-panjakana miadidy ny zandarimariam-pirenena Jeneraly Ravalomanana Richard. Naneho hevitra ny Jeneraly Tsirivelo Nicolas ka, « Aoka mba hojerena ihany fa ny mpitandro filaminana tsy natao hiaro fitondrana iray, fa miaro ny andrim-panjakana. Tsy manaonao foana ny ato amin’ny zandarimaria,… Tsy misy tombotsoa manokana ny asa, fa fiarovana ny andrim-panjakana. Ny foloalindahy tsy natao hiarovana an’i Ranona sy Ranona », hoy izy. Isan’ny notsiahiviny ny fanenjehana sy fanagadrana tamin’ny 2002. Saika niseho foana ny tahaka io, toy ny taorian’ny raharaha 2009 nisiana fanenjehana sy fanagadrana manamboninahitra, izay ahafaha-milaza fa tafiditra ao anatin’ny raharaha politika tafika ny foloalindahy. Maro ny dosien’ireo manamboninahitra lasibatry ny krizy politika mangataka fanonerana amin’ny alalan’ny CFM.

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Keron Idealson“Tokony fampihavanana aloha vao natsangana ny HCJ”

Mety hiteraka adihevitra ny fanapahan-kevitra horaisin` ny Fitsarana avo (HCJ) manoloana ireo raharaham-pitsarana tomponandraikim-panjakana ambony.

 

Maro no manahy fa hanana endrika fitsarana fanenjehana izay resy ary fitsaran`ny mpandresy ity fitsarana ity. Raha tokony ho izy dia ny fampihavanana no tokony nandeha aloha vao niroso tamin`ny fitorohana, hoy Keron Idealson, solombavambahoaka any Ampanihy. “Mitombina ny ahiahy rehetra. Tokony efa maro ny dingana nolalovan`ny firenena mialoha ny fannganana ny fitsarana avo. Manana hadisoana daholo ireo mpitondra tsy nanangana io fitsarana io ara-potoana. Raha tokony no izy dia nisy ny fampihavanam-pirenena” Namafisiny hatrany fa amin`ireo heloka sy karazana fiarahamonina nisy, na ara-pitondrana nisy dia ao no hamehezana ny rehetra ka tokony manomboka eo no tena hiasa ny fitsarana avo.

Marigny A.

Tia Tanindranaza0 partages

Famerenana ny satro-boninahitra Diso indray ny daty ao amin’ilay taratasy

Diso indray ny daty misoratra eo amin’ny taratasy milaza ny famerenana ny satro-boninahitry ny mpanjaka Ranavalona III amin’ny firenena Malagasy misy ny sonian’ny minisitry ny serasera sy ny kolontsaina Malagasy, Lalatiana Rakotondrazafy Andriatongarivo, sy ny masoivoho frantsay miasa sy monina eto amintsika, Christophe Bouchard.

 

 

Efa niparitaka omaly 3 novambra 2020 ny taratasy saingy efa ny datin’ny anio 4 novambra anefa no voalaza ho nanaovana izany fifanekena izany teto Antananarivo. Tsy vao sambany no nisy fahadisoan-tsoratra toy izao tanatina taratasy ofisialy teto amintsika tato anatin’ity fitondrana izao ity fa saika efa matetika niverimberina. Isan’ny akaiky indrindra amin’ny resaka daty toy ity izao ny fanambarana momba ny fepetra raisina tamin’ny fisorohana ny fidiran’ny Coronavirus teto ny 3 febroary teo izay lasa 3 janoary.Fikoropahana ve no nitarika ny fahadisoana sa inona no dikan’izao ?

 J. Mirija

 

Tia Tanindranaza0 partages

Kianja MasoandroNody fanina ny Filoha

Nanamafy Ny Filoha ankehitriny, fa hotokanana ny 06 novambra izao ny asa fanarenana eny Anatirova, ary nambara fa ho avy ny Raiamandreny sy ny solontena ara-drazana manerana ny Nosy.

Very ny fiandrianam-pirenena rehefa nanangan-tsaina resy ny Malagasy tamin’ny 1895, ary may ny Rova 1995 zato taona taty aoriana, ka 25 taona aty aorian’izy dia hotokanana sy hatolotra ara-pomba ofisialy ny asa fanarenana, hoy ny Filoha. Tsiahivina moa fa ny 6 aogositra 1896 no nambara fa lasa zanan-tany Frantsay I Madagasikara. Nambara fa nandefa taratasy tany amin’ny Filoha Frantsay izy, ary haverina eto Madagasikara satroboninahitra ny tantaram-piandrianan’ny Mpanjakavavy Ranavalona III nalaina ny taona 1897 sy naranty tany amin’ny Mozean’ny tafika Frantsay, ary ho tonga eto amin’ny alakamisy 05 novambra izao. 123 taona no nesorina teto amin’ny Firenena tsy nisy nitaky, ka nanoratra taratasy tany amin’ny Filoha Frantsay ny tenako amin’ny maha marika ny fiandrianam-pirenena izany, hoy Rajoelina. Nitaky ny famerenana izany satro-boninahitra ny tantaram-piandrianan’ny Mpanjakavavy Ranavalona III. Noho ny ezaky ny Minisitry ny Kolontsaina sy ny fifampiresahana tamin’ny Minisitry ny fiarovana Frantsay, dia haverina izany. Amin’ny alakamisy ny 5 novambra, dia hotafaverina eto Madagasikara io, ary horaisina an-kafaliana sy horaisina am-pitiavana, hoy ny fanambarana.

TSY NISY RESAKA KIANJA MASOANDRO

Aty amin’ny 2020, 25 taona katroka aty aorian’ny 06 novambra 1995, dia vita ny fanarenana, vita ny fanarenana ny Lapa Manjakamiadana sy Besakana, izay efa lasa lavenonana no natsangantsika indray, hoy Rajoelina. Tsy niresaka momba ny “colisée” na ny Kianja Masoandro mihitsy ny Filoha, izay mahagaga ihany. Io anefa no isan’ny miteraka adihevitra sy tsy fifankahazoan-kevitra goavana indrindra. Inona no antony tsy nahasahiany namaly kanefa ny Lehiben’ny Taranaky ny Andriana nilaza fa tsy maintsy esorina ao io ?

 Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Rina Randriamasinoro“Izahay tsy maintsy manao hetsika …”

Ny fitondrana mihitsy hatreto no tsy mahazaka ilay demokrasia, tsy mahazaka hitenenana hevitra tsy mitovy amin’ny fijeriny.

 Ny Filoha milaza fa 200 ihany no azo voriana, fa izahay tena norarana tany Fianarantsoa, hoy ny Sekretera Jeneralin’ny TIM Atoa Rina Randriamasinoro omaly tamina fampahalalam-baovao iray. Ny telo tamin’ny hetsika 4 natao dia nosakanana avokoa. Nambarany fa ny zava-dehibe dia mivelatra ny RMDM, nitsangana ny vondrona Panorama. Misy ny vondron’ny Parlemantera mpanohitra, ary voalaza fa hiditra an-tsehatra hanampy ireo depiote ireo loholona ao anatin’ny mpanohitra. Hatao ho fantatry ny olona ny zava-misy ao anatin’ny fanoherana. Tsy afaka maneho hevitra amin’ny haino aman-jerim-panjakana, ka tsy maintsy atao ny hetsika mivantana amin’ny vahoaka, raha ny nambaran’i Rina Randriamasinoro. Nambara rahateo fa efa noresahina tamin’ny volana aogositra ny hanaovan’ny mpanohitra izany. Mitohy ny hetsika any amin’ny faritra, ary mifanindran-dàlana amin’ny fitetezam-paritra ataonay ny fanomezana aina vao ny antoko TIM, hoy i Rina Randriamasinoro. Andrasana izany ny tohiny sy ny fivoarany! 

Toky R

Ino Vaovao0 partages

FILAN-KEVITRA AMBONIN’NY MPITSARA : Mpitsara iray voaroaka tamin’ny asany, 17 hafa voasazy

Tamin’io fotoana io ihany koa no nampiakarana filan-kevitry ny fitsipi-pifehezana an’ireo mpitsara miisa 18 izay nanao hadisoana tao anatin’ny asany. 

Tafiditra ao anatin’ny fanadiovana ny tontolon’ny Fitsarana ary mba hamerenana ny fahatokisan’ny vahoaka amin’ny Fitsarana ny antom-pisian’ny fanasaziana tahaka izao. Tsy misy ny olona ambony lalàna fa na mpitsara aza dia azo tsaraina rehefa manao fandikan-dalàna, indrindra ao anatin’ny asa izay iandraiketany. Tsy ankitsisy ihany koa ny fampiharana ny sazy fa mitovy lanja amin’izay fandikan-dalàna natao ny fanasaziana azony. Niisa 18 ireo mpitsara niakatra fitsipi-pifehezana. 

Samy manana ny vesatra nanenjehana azy izy ireo ary samy nahazo ny anjara saziny ihany koa taorian’ny fivoahan’ny fanapahan-kevitr’ireo mpikambana ao anatin’ny Filan-kevitra ambonin’ny mpitsara. Ny iray tamin’izy ireo avy hatrany dia voaroaka tsy ho mpitsara intsony ary noesorina niaraka tamin’izay ihany koa ny zo ananany amin’ny fisotroan-dronono. 

Mpitsara 8 kosa no natsahatra ny fanenjehana azy ka afaka madiodio ka ny telo nahazo fampitandremana eo amin’ny fomba fiasa, mpitsara roa nahena ny karamany, iray nampidinina ny gradiny, izany hoe, raha mpitsara manana ny grady voalohany izy teo aloha izay grady ambony indrindra amin’ny lafiny Fitsarana dia nampidina ho faharoa. Ankoatra izay dia mpitsara telo hafa natsahatra mandritra ny 12 volana amin’ny maha mpitsara azy. 

Marihina fa ny iray ampahatelon’ireo mpitsara niakatra fitsipi-pifehezana ireo dia manana grady voalohany avokoa izay azo lazaina fa tsy avahana ny fanasaziana eo anivon’ny tontolon’ny Fitsarana. Vao haingana no nisian’ny tatitra nivoaka mikasika ny trangana kolikoly eny anivon’ny Fitsarana. Ity farany mbola mitana ny lohalaharana hatrany eto Madagasikara. Miezaka manarina sy mamafa an’io endrika ratsy io ireo tompon’andraikitra, ka antony isian’ny fanasaziana faran’izay henjana tahaka izao. Isan-taona, raha ny fantatra, dia tsy maintsy hisy hatrany ny fanadiovana eo amin’ny sehatry ny Fitsarana. Izay manao hadisoana amin’ny asany indrindra fa ireo izay tratra manao kolikoly dia tsy maintsy saziana avy hatrany.

Avotra Isaorana

Ino Vaovao0 partages

ASAN-JIOLAHY : Mpanendaka gaigilahy vao 18 taona nakarina Fitsarana omaly

Ny 30 oktobra 2020 tokony ho tamin’ny 08 ora alina teo am-panaovana ny asany andavanandro teny amin’ny faritra Vatobe 67 ha iny ny Polisy miasa ao amin’ny CSP7 no nahatsikaritra telo lahy mampiahiahy. Nanatona azy ireo avy hatrany ny Polisy, raha vao nahita ireo mpitandro filaminana kosa izy ireo dia nitsoaka anefa. Raikitra ny fifanenjehana ka voasambotra tsy lavitra teo ny iray tamin’izy ireo. 

Nandritra ny fisamborana azy dia mbola nahitana antsy lavalela iray tany aminy. Noentina avy hatrany teny amin’ny paositry ny Polisy nanaovana fanadihadiana iry olon-dratsy. Fantatra ary fa efa maro ny olona voaendak’izy ireo teo amin’ny Vatobe 67ha ary efa maro koa ny fitarainana voaray mahakasika ireto andian-dehilahy manendaka miaraka amin’ny antsy ireto. Anisan’ny nandray anjara tamin’ny fanendahana niseho ny 21 septambra 2020 izay lehilahy iray no lasibatr’izy ireo teo Andohatapenaka akaiky ny mpanao fatapera.

Rehefa avy niala taksibe ity lehilahy ity dia nambanan’izy ireo tamin’ny antsy ary tsy afa-nihetsika, ka nalain’izy ireo tamin’izany ny vola 40 000 Ariary sy finday iray Samsung J4 rehefa nantsoina ny mpitory dia nanamarina fa isan’ireo andiana tovolahy nanendaka azy marina ity voasambotra ity. Natolotra ny Fampanoavana omaly 03 novambra 2020 ny raharaha.

Ny fanoratana

Ino Vaovao0 partages

FANOLANAN-JAZA : Mitaky sazy mafy ny fikambanana sy fiarahamonim-pirenena mpiaro ny ankizy

Tsy tokony ho eny Antanimora no asiana azy ireo fa esorina amin’ny fiarahamonina mihitsy satria loza mihantona ho an’ny fiarahamonina sy ny Firenena izy ireo, hoy hatrany ny fikambanana mpiahy ny ankizy. Mangataka ny mpitsara malagasy hanome ny sazy ambony indrindra fa potika ny Firenena, hoy kosa ny fiarahamonim-pirenena… 

Tsy izay ihany anefa no hevitry ny raiamandreny malagasy maro fa ny fanapahana ny filahian’ireo mpanolan-jaza mba tsy hahafahany manohy ny asa ratsiny intsony. Misy ny mitaky ny fanamelohana ho faty azy ireo. Ny fanolanan-jaza latsaky ny 15 taona dia voasokajy ho heloka bevava. Saziana amin’ny asa an-terivozona amin’ny fotoana voafetra 5 ka hatramin’ny 20 taona, araka ny nambaran’ny mpitsara misahana ny zaza tsy ampy taona eto Mahajanga. Kely loatra ny sazy, satria misy ny tsy ampy iray taona akory ireo mpanolan-jaza no any am-ponja dia mivoaka sahady. Misy aza moa afaka madiodio rehefa tonga eo amin’ny Fitsarana rehefa mahitahita na manam-bola ny havan’ilay mpanolana, ka zary mankaleo ny vahoaka noho ny fampanjakana diso tafahoatra ny kolikoly.

Araka ny fantatra dia helohin’ny lalàna higadra mandra-pahafatiny kosa ny olona iray raha zaza tao amin’ny fianakaviany ihany no nanaovany herisetra. Amin’ny ankapobeny anefa dia ao anatin’ny fianakavian’ilay zaza ihany na ao anatin’ny fiarahamonina misy azy ny mpanolana, ka ankoatra ny hirifiry ara-batana entin’ilay zaza dia mbola misy fahorian-tsaina ihany koa izay ho babeny mandra-maty.Nisesisesy ny trangana fanolanan-jaza manerana an’i Madagasikara. Anisan’ireo namoy ny ainy i Tiffanie, ankizivavy 7 taona mipetraka eny Anosibe Antananarivo, rehefa naolan’ny anadahin-dreniny ihany. 

Tsy indray mandeha fa efa matetika io fanolanana nataon’ny anadahin-dreniny io zazavavy io ary na ny ray aman-dreniny aza dia tsy niaro azy akory. Tsy nisy fepetra noraisin’ny fianakaviana fa dia novitavitaina teny na dia fantatra aza fa naolan’io lehilahy 16 taona io ilay zaza fony izy mbola 5 taona, izany hoe nanomboka tamin’ny faha-14 taonany ilay lehilahy no nanolana io zanak’anabaviny io voalohany. Ny tsy fandraisana fepetra anefa dia nanokatra tanteraka ny lalany amin’ny fanolanana sy fametavetana ka niafara tamin’ny famonoana ilay zazavavy. 

Raha ny teto Mahajanga manokana dia nisy ny fanolanana ilay zazavavikely vao 3 taona monja tany amin’ny distrikan’i Mitsinjo. Nentina teto Mahajanga ilay zaza naolana sy ny raim-pianakaviana nanolana azy ary fantatra fa natolotra ny Fitsarana saingy tsy fantatra kosa ny sazy azony.

Ny Fanoratana

Ino Vaovao0 partages

FAMBOLEN-KAZO : Efa miomana fatratra ny Faritra Vakinankaratra amin’izao fotoana izao

Miara-miasa ireo mpisehatra eny ifotony amin’ny fanomanana izany ny eo anivon’ny Minisiteran’ny tontolo iainana sy ny fampandrosoana lovain-jafy.  

Ny fitambaran’ireo dingana rehetra miainga amin’ny fanomanana ny voa, ny fikarakarana ny tanin-jana-kazo no mamaritra ireo asa amin’ny fambolen-kazo. Zava-dehibe ao anatin’izany ny famaritana mazava ireo toerana tokony hanaovana ny fambolen-kazo mba hahazoana vokatra tsara. “Jerena ao anatin’ izany fanomanana izany ny toe-tany sy ny toetr’andro ary homen-danja ny fambolena ireo hazo zanatany. Ireo no fepetra fototra hampiroboroboana ny fambolen-kazo hanatratrarana vokatra haingana”, hoy ny tompon’andraikitry ny tontolo iainana ao amin’ny Faritra Vakinankaratra.

Niroso tamin’ny fitsirihana sy fanaovana fanadihadiana ireo toerana hanaovana ny fambolen-kazo moa ny Faritra Vakinankaratra nanomboka tamin’ny faran’ny herinandro teo, nitohy tamin’ity herinandro ity. Velaran-tany maherin’ny 4 ha ao Ambatankazo, Kaominina ambanivohitra Anjoma Ramaritina - Distrikan’i Mandoto no isan’ireo faritra hovolena amin’ny taom-pambolen-kazo ho avy. Hiara-hiasa amin’ny fametrahana paikady sy ny fandrindrana ny asa araka izany ny Faritra Vakinankaratra sy ny foibem-paritry ny Tontolo Iainana sy ny Fandrosoana Lovainjafy na ny DREDD_Vakinankaratra. 

Ireo hazo novokarin’ireo Vondron’Olona Ifotony (VOI) ao amin’ny Distrikan’ i Mandoto no hovolena ao amin’ity Faritra ity. Handray anjara amin’ny fambolen-kazo sy ny fanomanana rehetra mifandraika amin’izany ihany koa ireo Kaominina sy Fokontany manodidina ny lalam-pirenena faha-34.

N.A

Ino Vaovao0 partages

KERE ANY ATSIMO : Hanolo-tanana ny ONG Bovima sy ny Bankin-tsakafo eto Madagasikara

Hanampy sy hanolo-tanana ireo mponina any atsimo iharan’ny kere ity tetikasa ity ary iarahan’ny Ong Bovima miasa amin’ny Bankin-tsakafo eto Madagasikara (BAM). Faritra miisa telo moa no tena iharan’ny kere any Atsimo amin’izao fotoana. Isan’izany ny Faritra Androy, Anosy ary Atsimo Andrefana. Fantatra fa ny 90 isan-jaton’ny fambolen’ny mponina any an-toerana amin’izao no efa potika tanteraka noho ny tsy fisian’ny rotsak’orana sy ny hain-tany. Tafiditra ao anatin’ny main-tany rahateo izao vanim-potoana diavintsika izao ho an’iny Faritra iny. Ifampitadiavana ny rano sy ny sakafo any amin’iny Faritra Atsimo iny eo anelanelan’ny volana oktobra ka hatramin’ny volana marsa na avrily.

Mandeha an-tongotra an-kilaometatra maro vao mahita rano kely azo tovozina amin’ny bidao kanefa tsy ranomadio akory fa ranom-potaka miangona eny amin’ny arabe.

Mbola ady makadiry, hoy ny ONG Bovima, no tsy maintsy hatao hahafahan’ny mponina any an-toerana mivelona am-pilaminana mandritra ireo vanim-potoana ireo. Nanampy trotraka ity tsy fahampian-tsakafo miseho any an-toerana ity koa ny valanaretina covid-19, izay niantraika mivantana tamin’ny toekarena maneran-tany ary nampiakatra izay tsy izy ny vidin’entana any Atsimo amin’izao. Araka ny antontan’isa  navoakan’ny IPC, manodidina ny 1 620 000 amin’izao fotoana ny olona iharan’ny tsy fanjarian-tsakafo eto Madagasikara, raha toa ka maherin’ny 25 tapitrisa ny mponina. Ny 550 000 amin’ireo, anaty fahasahiranana tsotra ary ny 27 000 anaty fahasahiranana lalina sy mila tolo-tanana faran’izay maika. 

Io antontan’isa ambony be io no nambaran’ny avy amin’ny ONG Bovina fa antony nahatonga azy ireo niantso tolo-tanana tany amin’ireo mpiara-miombon’antoka iraisam-pirenena sy ny mpiara-miombon’antoka avy eto an-toerana. Marobe ny namaly ny antso, raha ny fanazavana, ary manodidina ny 823 500 000 Ariary amin’izao fotoana ny vola voangona entina miady amin’ny tsy fanjarian-tsakafo sy hanampiana ireo olona iharan’ny kere any Atsimo. Voalaza fa isan’ny nanolo-tanana ity ONG ity ny Vondrona SMTP, ny “Médécin de l’Océan Indien, ny Vondrona ENAC, ny vondrona Khumdjee, ny Maeva Group Mozambique, Ravate Réunion, Hv Fondation ary ny Association Cizama sy ireo maro hafa.  “Ilaina ny fandraisana andraikitra haingana…”

Amin’ny alalan’ity hetsika “Mahakama ho an’ny Atsimo” ity araka izany no hanamafisana ny tolo-tanana atao ho an’ny mponina any Atsimo.  Finiavana avy amin’ity Ong ity sy ny Ofisim-pirenena misahana ny sakafo (ONN) ary ny Banky ho an’ny tahirin-tsakafo (BAM) no nahazoana ny vokatra. Ny Bam no hiandraikitra sy hamaritra ireo olona hisitraka ny tohana sy ny fanampiana ary ny BNGRC no hitsinjara izany any an-toerana, araka ny andraikitra efa nankinina tamin’izy ireo. Koba nohatsaraina 250 taonina : novokarin’ny Agrikoba, katsaka 100 taonina ary rano 30 siterna, ireo no hozaraina amin’ny mponina any Atsimo amin’ny alalan’ny lelavola voangona voalaza etsy ambony.

Ankoatra ireo anefa, hisy voamaina 82 taonina sy legioma ary menaka 12 taonina ihany koa hotsinjarain’ny Bankin-tsakafo eto Madagasikara (Bam) any an-toerana. “Ilaina ny fandraisana andraikitra haingana hamonjena ireo iharan’ny tsy fanjarian-tsakafo. Mbola ho ela vao hiakatra ny vokatra, ilaina ny fizaràna sakafo sy ny fanampiana ireo mponina sahirana mandra-piandry izany”, hoy i Ouedraogo Moumini, solontenan’ny PAM eto Madagasikara.  

Ny Ami

Ino Vaovao0 partages

MINISITERAN’NY TONTOLO IAINANA : Voarara ny fitrandrahana sy fanondranana hazo sarobidy

Momba ny famoahana ireo tahirin-kazo tsotra avy amin’ny ala voajanahary izay naaton’ny naoty laharana 01/19/medd/mi tamin’ny 29 janoary 2019 ny votoatin-dresaka. Nanterina nandritra io fa mbola voarara tanteraka ny fitrandrahana, ny fitaterana, ny famindran-toerana ary ny fanondranana ireo hazo sarobidy rehetra toy ny Andramena (bois de rose), ny Voamboana (palissandre) sy ny hazomainty (ébène) eto Madagasikara.

 Nomena alalana kosa ny famoahana (fitaterana, fanodinana, fivarotana) ireo tahirin-kazo tsotra (bois ordinaire) avy amin’ireo fahazoan-dalana hitrandraka izay naato tamin’ny alalan’ny naoty voalaza etsy ambony. Tsy ny rehetra anefa no afaka manao izany fa ireo mpitrandraka nahazo fahazoan-dalana izay nanan-kery hatramin’ny 29 janoary 2019 ihany. Ity fepetra faharoa ity dia natao hitsinjovana ny famatsiana ny tsena anatiny sy ny seha-pihariana hazo mifandraika amin’izany. “Hisy ny fepetra manokana horaisina hanarahana akaiky ny fizohiana ny famoahana ireo tahirin-kazo izay voalaza etsy ambony ireo. Tsipihina amin’izany ny hisian’ny fanamafisana ny fanaraha-maso ny fivezivezen’ny vokatry ny ala mba ho fisorohana ny mety ho tsy fanarahan-dalàna”, hoy ny tale Jeneraly misahana ny haitoro eo anivon’ny MEDD. 

Mikasika ireo fahazoan-dalana mitrandraka any anaty ala voajanahary izay naato tamin’ny naoty 01/ 19/MEDD/Mi izay nivoaka ny 29 Janoary 2019 kosa indray dia fantatra fa miato hatrany aloha ireo mandra-piandry ny fanapahan-kevitra vaovao.  Naverina kosa ny fahazoana manondrana ireo vokatra voalaza etsy ambony ao anatin’ny fanajana ny fepetra rehetra manan-kery mifehy ny asa fanondranana.

Tsy miova ny fepetra ho an’ny ala nambolena

Momba ny ala nambolena, ny faritra arovana ary ny zo nentim-paharazana kosa indray, tsy misy fiovana ny fepetra mahakasika ny fanomezana fahazoan-dalana mitrandraka toy ny fanaovana arina sy kitay, mitatitra, mivarotra ary manondrana vokatra voahodina avy amin’ny fitrandrahana ala nambolena toy ny kininina sy ny kesika ary ny alana mokonazy na grevillea manaraka ny drafi-panajariana. Ireo anefa dia tsy maintsy fehezin’ny fepetra rehetra mifandray amin’izany seha-pihariana izany. 

“Heloka ny fitrandrahana, ny fanapahana hazo, ny fihazana biby ary ny fanakorontanana na fanimbana ny ala arovana rehetra ary mahavoasazy araka ny lalàna manan-kery ny fandikana izany”, hoy ny fanazavan’ny tompon’andraikitra. Afaka misitraka ny zo nentim-paharazana kosa ny olona manamorona ny ala saingy ny ala dia mijanona ho tsy azo amidy ary tsy maintsy mahazo ny alalana amin’ny tompon’andraikitra mahefa (Vondron’olona ifotony, Voamieran’ny Ala. Sampan-draharaha misahana ny ala) no sady manaraka ny fepetra rehetra vaolazan’ny fitsipi-pitantanana. 

Ny Ami

Ino Vaovao0 partages

AMBATARIA FENOARIVO-ATSINANANA : Tranobe efatra may kila forehitra, 26 tra-boina

Toeram-pivarotana iray manao mofomamy no voalaza fa niavian’ny afo. Hatreto, mbola tsy fantatra mazava ny antony nahatonga ny firehetana. Ao no milaza fa fipoahana entona na “gaz” fandrahoana sakafo no niavian’ny afo. Ao no miteny fa niainga avy tamin’ny “panneau solaire” tao an-tafon-trano no nahatonga izany. Eo koa no manizingizina fa olan’ny herinaratra na “court-circuit” avy amin’ny herinaratry ny Jirama no nampirehitra ilay trano. 

Andrasana araka izany ny tohin’ny fanadihadiana.

Vokatr’izao hain-trano niseho tao Fenoarivo-Atsinanana izao, dia tranobe miisa 4 sy trano heva fivarotan’entana miisa 3 no levon’ny afo tanteraka. Olona 26 no tsy manan-kialofana. Fananana maro no lasa lavenona. Anisany may tamin’izany ny hotely Manamaro. Hotely izay efa ela nisiana tao Fenoarivo-Atsinanana ary efa karazany efa vakoka ho an’i Fenoarivo-Atsinanana.

Olana ho an’ny tanànan’i Fenoarivo-Atsinanana hatramin’izao ny tsy mbola fananana fiara mpamonjy voina. Hatramin’izay, dia nataon’ny mpanao politika maro “bala roar” nentina nakana vato tamin’ny fifidianana nifanesy ny fampanantenana hanomezana fiara mpamonjy voina ho an’ny tanànan’i Fenoarivo-Atsinanana izay sady renivohitry ny Faritra Analanjirofo.

Herim-pon’ny fokonolona nampian’ny mpitandro filaminana sy ny tompon’ andraiki-panjakana no nahafahana nifehy ny afo, ny alin’io alatsinainy io. Tamin’ny 1 ora maraina vao voafehy tanteraka ny afo.

Ny talata antoandro, tonga nankahery sy nitondra izay voatsirambin’ny tanana ho an’ireo fianakaviana tra-boina ny governoran’ny Faritra Analanjirofo, Dr Randriamanantena Marcellin. Tolo-tanana nahitana vary, menaka, voamaina, siramamy, koveta, siny, menaka, savony, lambam-pandriana. Fanampiana vonjy maika izao natao izao, hoy izy, fa efa lasa any amin’ny BNGRC nasionaly sy ny Fitondram-panjakana foibe ny tatitra rehetra momba izao hain-trano izao.Tena mila fijerena akaiky ireto tra-boina ireo fa vehivavy mananotena ny ankabeazany.

Anisany hojerena manokana ny fomba hahafahan’ireo tompon-trano miarina ka ho afaka manorina trano indray, hoy hatrany ny governora.

TH

Ino Vaovao0 partages

COVID-19 : Mahatratra 673,43 tapitrisa dôlara ny vola azon’i Madagasikara avy any ivelany

Ny 380 tapitrisa dôlara tamin’io no fantatra fa efa nivoaka ary efa nampiasaina raha mbola andrasana kosa ny fivoahan’ireo famatsiam-bola ambiny.

Mametraka ny mangarahara tanteraka ny Fitondram-panjakana ankehitriny amin’ny alalan’ny Minisiteran’ny Toekarena sy ny fitantanam-bola ny amin’ izay nampiasana an’ireo famatsiam-bola azon’i Madagasikara avy any ivelany. Tao anatin’ny hamehana ara-pahasalamana izay nisedran’ny Firenena ny fihanaky ny valanaretina Covid-19 dia tsy vitsy ireo mpamatsy vola, rantsan’ny Firenena mikambana ary Firenena vahiny nanohana sy nitondra tolo-tanana ho an’i Madagasikara.

Namoaka tatitra vonjimaika mirakitra ny fitambaram-ben’ny ireo vola azon’i Madagasikara tao anatin’izay niatrehana ny valanaretina izay ny Minisitera tompon’andraikitra. Mitontaly 673,43 tapitrisa dôlara ny vola efa nahazoana fankatoavana fa ho an’i Madagasikara. Ny 56% tamin’io famatsiam-bola io no efa nivoaka ary efa nampiasaina. Anisan’ireo nanohana an’i Madagasikara ny teo anivon’ny Tahirim-bola iraisam-pirenena na Fmi izay namatsy vola mitentina 337 tapitrisa dôlara. 

Io vola io dia efa navoakan’izy ireo avokoa natao indroa miantoana. Ny Banky Afrikanina ho an’ny fampandrosoana na ny Bad dia nanome fito tapitrisa dôlara izay mbola an-dalam-pivoahana. Vola izay natokana ho an’ny fanarenana ny toekarena. Ny Banky Arabo ho an’ny fampandrosoana ara-toekarena aty Afrika na ny Badea ihany koa dia nanohana an’i Madagasikara tao anatin’ity fiatrehana an’iny valanaretina iny. Lelavola mitentina 5,5 tapitrisa dôlara no nomeny izay ividianana fiara fitondrana marary miampy ireo kojakoja ho an’ny mpitsabo. Fantatra fa mbola tsy nivoaka ihany koa io vola io. Ankoatra izay, vola mitentina 11,39 tapitrisa dôlara no azo tany amin’ny vondrona Eoropeana entina hanampiana ny tetibolam-panjakana ho tohin’ny fifanarahana efa natao tany Bruxelle, tamin’ny aogositra lasa teo. An-dalam-pamoahana ireo vola ireo. Ny Firenena Japoney nanome 1,18 tapitrisa dôlara izay hividianana fitaovana hampiasaina amin’ny labôratoara, hanatevenana ireo kojakoka ilaina amin’ny fanaovana tombantombana ara-pahasalamana na «  diagnostics  » sy ny fitaovan’ny mpiasan’ny fahasalamana. Famatsiam-bola izay isan’ireo andrasana hatreto. Ankoatra izay ny Firenena Rosianina dia nanome 29,31 tapitrisa dôlara izay hividianana kojakoja ara-pahasalamana ary ny rantsan’ny Firenena mikambana misakana ny fahasalamana na ny OMS dia nanolotra 23,69 tapitrisa dôlara ka ny 15,37 tapitrisa dôlara tamin’ireo no efa navoaka.

Porofon’ny fangaraharan’ny fitantanana

Tarigetra napetraky ny Filoham-pirenena Andry Rajoelina ny fametrahana ny mangarahara eo amin’ny fitantanan-draharaham-panjakana, indrindra fa ny fitantanana ny volam-bahoaka. Hita porofo izao fa tsy nisy niafina ny vola azon’i Madagasikara avy amin’ireo mpamatsy vola vahiny sy ny nampiasana izany. Raha tsiahivina vao nanomboka nanao ranolava ny famatsiana azon’ny Firenena Malagasy hoentina hiatrehana ny valanaretina dia efa nampiaka-peo ireo mpanohitra. Ireto farany izay nitabataba fa tsy misy fangaraharana eo amin’ny fitantanana an’ireo vola azo ary tsy mba manao tatitra amin’ny nampiasana izany ny Fanjakana. Nivoaka ny tatitra ankehitriny na dia mbola tatitra vonjimaika ihany aza. Azo antoka izao fa tao anatin’ny mangarahara tanteraka no nitantanana an’ireo famatsiam-bola rehetra azon’i Madagasikara.

Avotra Isaorana

Ino Vaovao0 partages

LOZAM-PIFAMOIVOIZANA : Zazakely telo naratra nazeran’ny moto niaraka tamin’ireo ray sy reniny

Tsy fantatra mazava na nandona ilay bajaj na nosongonin’ilay bajaj izy ireo, fa nianjera ilay moto ary niaraka nianjera izy dimy mianaka. Araka ny nambaran’ireo nahita dia samy mbola kely daholo ireo ankizy ireo, eo amin’ny dimy taona ny farany lehibe, telo taona eo ny ampovoany ary manodidina ny iray taona eo ny farany kely. Samy naratra ireo zazakely telo ireo. Ireo ray aman-drenin’izy ireo koa dia naratra be avokoa ary voatery nentina eny amin’ny tobim-pahasalamana.

Anisan’ireo fitaovam-pitaterana mahazatra eto Mahajanga ny kodiaran-droa. Amin’ny ora fidirana sy firavan’ny mpianatra no tena ahitana ireo ray aman-dreny maka sy manatitra ary mitondra ny zanany miisa roa, telo na efatra amin’ny kodiaran-droa iray. Matetika moa mandeha moramora ihany izy ireo ka tsy dia nahitana lozam-pifamoivoizana mikasika azy ireo loatra. Efa maro anefa ny mpampiasa lalana ankehitriny ary anisan’ny mpampiasa lalana tsy mahafehy sy mampihatra ny lalànan’ny fifamoivoizana ny bajaj na tuc-tuc fa mandeha “daoara” araka ny fitenenana fotsiny, misisika etsy sy eroa, misongona araka ny itiavany azy ary mandeha mafy ka matetika miteraka lozam-pifamoivoizana. Amin’ny ankapobeny dia tsy sarotiny amin’ireo taingin-telo na efatra na dimy ireo mpitandro filaminana eto Mahajanga, indrindra amin’ny ora fidirana sy fivoahan’ny mpianatra satria mahatsapa ihany koa ny fahasahiranan’ny ray aman-dreny, tsy manana saran-dalana homena ny zanany inefatra isan’andro. 

Na izany aza dia misy fepetra tokony horaisina ihany, izay azon’ny sampan-draharaha misahana ny fitaterana ao amin’ny kaominina apetraka miaraka amin’ny polisim-pirenena mba hiarovana ny ain’ireo ankizy tsy manan-tsiny entin’ny ray aman-dreniny amin’ny kodiaran-droa, mba hiarovana ny ain’izy ireo. Mety mikasika ny fiarovana toy ny aroloha, mety amin’ny fametrana ny fandehanana kodiaran-droa amin’ny olona telo farafahabeny, anjaran’izy ireo no mitady ny vahaolana sy mampihatra azy am-pijerena ny zava-misy iainan’ny ray aman-dreny maro.

Vanessa  

La Vérité0 partages

Donald Trump ou Joe Biden à la Maison Blanche - Les enjeux au niveau mondial

 

Encore quelques heures ou quelques jours, cela dépend du rythme de comptage des voix, avant de savoir qui sera le 46e Président des Etats-Unis d'Amérique. Hier, les derniers chiffres reçus ont laissé entrevoir une course serrée entre les candidats en poux: Donald Trump et Joe Biden. A l'issue de ce cours, un changement interviendra sûrement au niveau mondial. Significatif ou pas, les opinions s'accordent à dire qu'une nouvelle tête à la Maison Blanche n'apportera pas une grande transformation dans les mois à venir. En tout cas, pas dans le cadre de cette pandémie.

 

50,2 pour Joe Biden et 48,3% pour Donald Trump, selon les pourcentages des derniers résultats provisoires aux votes populaires comptés dans les 51 Etats des Etats-Unis. Ce sont les derniers chiffres obtenus à l'heure où cet article a été écrit. Des chiffres qui ne signifient encore absolument rien, étant donné que les votes par correspondance n'ont pas encore été pris en compte. D'autre part, les «swing states» ou «état-pivot» à savoir, l'Ohio, la Floride, le Texas, le New Hampshire, l'Arizona, le Minnesota, l'Etat de Georgia, Wisconsin, Michigan et Caroline du Nord pourrait encore renverser la tendance. Rien n'est donc encore gagné pour les deux candidats à la présidentielle américaine.

Si ces élections représentent un enjeu plus qu'important pour les citoyens américains, elles le regardent plus au niveau mondial. Pourtant, avec la crise sanitaire de la Covid-19 qui sévit actuellement dans le pays et les tendances politiques de plus en plus isolées dans le monde récemment, les observateurs politiques de par la planète s'accordent à dire que la reprise de Trump ou l 'arrivée de Biden au pouvoir ne changera pas grand-chose dans le monde.

Contexte et enjeux

Au niveau diplomatique, le bilan des quatre dernières années de Donald Trump au pouvoir est intéressant. En effet, le Président des Etats-Unis a réalisé son slogan de refaire des Etats-Unis une priorité ou «America First». 

Donald Trump a, d'une part, ainsi priorisé les citoyens américains, notamment au niveau de l'emploi et du commerce, et réduit les aides dédiées aux autres pays du monde. Il a également décidé d'alléger les tensions avec la Corée, en prenant contact avec Kim Jung-un, et continuez à collaborer avec la Russie, notamment afin d'éloigner ce dernier de la Chine, principal concurrent actuel des Etats-Unis.

D'autre part, avec les pays européens, notamment la France, les Etats-Unis ont depuis longtemps pris leur distance. Ils ont d'ailleurs plus collaboré avec les pays asiatiques.

Au niveau du continent africain, les Etats-Unis n'ont pas non plus été des plus amicaux. Cependant, ils sont restés disponibles en termes d'aide humanitaire, bien que celle-ci ait été moins fréquente.

Suite à la pandémie de Covid-19 actuelle, les coopérations bilatérales ne doivent pas s'améliorer. En effet, si Joe Biden venait à être élu Président, il est peu probable qu'il décide en pleine crise de prioriser la reprise des coopérations avec les autres pays. Il s'agira surtout de relancer l'économie américaine. Comme Joe Biden est un démocrate, on peut s'attendre à une concurrence commerciale plus cordiale, et non moins féroce.

Actuellement en pleine transition vers un nouveau climat économique et politique, le monde après les élections américaines ne s'en porte pas mieux ni pire.

Tiasoa Samantha

 

La Vérité0 partages

Remise d’une pièce royale aux Malagasy - La brèche est ouverte !

Au lendemain de l’annonce, par le Président Andry Rajoelina, de la restitution d’une pièce ornementale du Dais royal de la souveraine Ranavalona III par la France, tous les espoirs sont désormais permis. A priori, ce n’est que le début d’une série de restitutions d’objets historiques ayant marqué l’histoire de Madagascar et qui ont pu être amenés en France durant la période coloniale. La brèche est désormais ouverte ! Au cours de sa déclaration, avant – hier, le Chef de l’Etat a insisté sur la valeur d’une telle pièce qui, selon ses termes, est le « symbole de la souveraineté nationale » et fait partie du patrimoine historique de Madagascar. Le choix du mot « souveraineté », par le locataire d’Iavoloha, n’est visiblement pas fortuit dans le contexte actuel.

Mais la prouesse du Président Andry Rajoelina dérange les détracteurs du régime. Ces derniers essaient à tout prix de minimiser la valeur de cet objet historique. Les manœuvres dans ce sens s’enchaînent sur les réseaux sociaux. Certains vont jusqu’à faire une amalgame volontaire avec la couronne qui fut dérobée au palais d’Andafiavaratra. Il est d’autant plus désolant que ce soit les Malagasy eux – mêmes qui participent à rendre insignifiante la valeur d’une pièce précieuse pour notre culture et notre histoire. Certes, il s’agit d’un objet en velours, mais un patrimoine demeure un patrimoine. 

Manipulation 

Des informations publiées par certains médias français et relayées par des internautes malagasy parlent d’une restitution temporaire de 5 ans de cette pièce. Pourtant, un communiqué conjoint, signé par le ministère de la Communication et de la Culture, et le ministère français des Armées, ne fait nullement mention d’une telle condition pour la remise de cette pièce royale qui ornait le dôme du Dais royal de la Reine Ranavalona III. D’après le même document, un accord passé entre Madagascar et la France par la correspondance entre les deux Présidents, Andry Rajoelina et Emmanuel Macron, a permis d’aboutir à cette restitution. A cela s’ajoutent les travaux de négociations menés par l’équipe du ministère malagasy de la Communication et de la Culture. A en croire le même communiqué, l’accord en question s’inscrit dans le processus de restitution de cet objet culturel et au titre duquel la France s’engage à « initier dans les meilleurs délais les mesures préalables à la procédure pouvant permettre le transfert de propriété de ce bien à Madagascar ».  Affirmer le contraire relève donc d’une pure manœuvre de manipulation de l’opinion publique.

Quoi qu’on dise, il s’agit d’une prouesse de la part de l’homme fort du pays. En effet, il s’agit d’une pièce presque oubliée et exposée au Musée des armées dans l’Hôtel des invalides à Paris depuis 1897.  Il a donc fallu attendre 123 ans plus tard pour qu’un Président malagasy ait l’audace de réclamer ce bien historique. La France reconnait d’ailleurs qu’il s’agit d’un « symbole de l’histoire malgache ».

La Rédaction

La Vérité0 partages

Leçon à retenir

L’Europe rechute. La France trébuche. L’Allemagne retombe, etc. Le coronavirus revient en puissance dans le vieux continent. Le confinement retrouve son chemin. Les Gouvernements européens n’ont point d’autres choix que d’obliger leurs concitoyens à se remettre au … confinement tout en imposant les gestes barrières. Jusqu’à preuve du contraire, le « confinement » associé de près par les mesures barrières demeure la solution la plus efficace pour endiguer, au plus vite, la propagation de la Covid-19.

Prise au piège par le retour brutal de l’hiver, l’Europe replonge entre les griffes du coronavirus. Fin mars 2020, le vieux continent comptabilisait 418.000 cas confirmés et déplorait 27.309 décès. Et depuis, grâce aux efforts investis notamment l’application du confinement, les données statistiques ont baissé significativement. Mais seulement en peu de mois, la deuxième vague apparaît et sème la panique. Quatorze pays européens succombent de nouveau à la flambée de la pandémie. L’Italie, l’Espagne, l’Allemagne, l’Angleterre et la France à titre d’exemple enregistrent des bilans effarants.  

En France, les derniers chiffres affichent un regain dangereux du nouveau coronavirus. Le bilan du dimanche 1er au 2 novembre fait état de 52.578 cas confirmés en 24 heures et 231 morts. Une situation alarmante qui a poussé le Gouvernement à imposer de nouveau le confinement. Evidemment, la décision provoque le tollé général non seulement dans l’Hexagone mais aussi dans tous les pays européens touchés. Les citoyens rejettent carrément l’idée de subir une nouvelle fois les caprices du confinement. Les opérateurs économiques en particulier les commerçants comptent rouvrir leurs magasins à la moindre occasion. Pour sa part, le Premier ministre français Jean Castex écarte toute éventualité de remettre en cause la mesure bannie, le reconfinement.

Le cas du retour en force en Europe, la deuxième vague, de la Covid-19 nous ramène à réfléchir très au sérieux sur le risque pour Madagasikara d’en subir autant vu le relâchement général constaté. A Antananarivo, le respect du port de masque sur les places publiques est relativement suivi. D’une part, tout le monde ou presque se fait munir de son outil de protection du visage. Mais, d’autre part, le masque ne se trouve pas à sa bonne place. Seules deux personnes sur cinq ont leur masque bien usité. Autrement dit, le nez qu’il fallait bien protéger est laissé à la merci de l’air libre ! Et le respect des gestes barrières laisse totalement à désirer. Le citoyen lambda ne se sent pas concerné par la soumission aux consignes relatives à la distanciation de un mètre. A Analakely, à Behoririka (côté Avance Center), à Isotry tout comme à Namontana ou ailleurs c’est la foire au quotidien. C’est la mêlée partout ! Certes, à l’heure où l’on parle, la pandémie perd de vitesse. Durant la semaine passée, on n’a enregistré que 143 nouveaux cas et on n’a déploré aucun décès. Et la tendance encourageante s’améliore ! Dans les centres hospitaliers, il n’existe que très peu patients à traiter. A Anosiala, l’hôpital dédié spécialement à accueillir les malades de la Covid-19, on n’enregistre que deux malades en traitement.

Evidemment, nous ne sommes pas sortis de l’auberge. La nouvelle flambée des cas de coronavirus en Europe doit être considérée comme une leçon vivante à retenir à notre endroit.

Ndrianaivo

La Vérité0 partages

Gouverneur de la « Banky Foiben’i Madagasikara » - « L'inflation maîtrisée »

« On ne va pas dépasser le taux d'inflation de 6 % jusqu'à la fin de l'année ». Tels sont les mots du gouverneur de la « Banky Foiben'i Madagasikara » (BFM), Henri Rabarijohn, hier, lors d'une conférence de presse à Antaninarenina. Il faut dire que la perception de la dépréciation continue de l'ariary a changé le comportement des commerçants durant les derniers mois. Certains affichent même une augmentation de prix de leurs produits. Mais le gouverneur a mis les points sur le « i » durant son discours. « A la fin du mois de septembre 2020, la variation de l'indice de prix à la consommation, en glissement annuel, a été de 4,3 % contre 5,3 % à la même date de 2019. Le prix des carburants est resté stable, ce qui implique que le coût de transport des opérateurs demeure inchangé.

Nous n'avons pas non plus subi une pénurie de devises qui pourrait faire chuter l'ariary. Au contraire, les réserves de change de la BFM ont crû, ce qui permet d’assurer six mois d’importation contre 4,2 mois à la fin de 2019. Une hausse éventuelle des prix sur le marché est une initiative pure et simple des spéculateurs. L'inflation est maîtrisée à Madagascar », déclare-t-il.

Concernant la dépréciation continue de l'ariary, la situation est inévitable et frappe tous les pays du monde utilisant le dollar. « Le cas de Madagascar est loin d'être isolé. Depuis le début de l’année, le dollar s’est déprécié de 5 % par rapport à l’euro. La valeur du billet vert américain a donc chuté en ce sens par rapport aux autres monnaies. Pour le cas de notre pays, cette dévaluation est de l’ordre de 8 % jusqu’en octobre. Elle s’élève à 9 % pour Maurice, 16 % pour l’Afrique du Sud et de 45 % pour la Zambie. Sur ce, l’ariary se trouve encore dans la moyenne. Il n’y a donc aucune raison d’augmenter le prix étant donné que 64 % des échanges sont réglés en dollar et non en euro », poursuit le gouverneur. 

A noter que sur le marché interbancaire de devises, une revalorisation de l’ariary a été constatée depuis la fin du mois d’octobre. L’euro s’achète désormais à 4 558 ariary s’il valait 4 650 ariary il y a une semaine, tandis que le dollar s’échange à 3 900 ariary s’il coûtait 3 950 ariary durant la même période.

Solange Heriniaina 

La Vérité0 partages

Air Madagascar - Un accouchement difficile pour le bussiness plan ?

La DPA déjà dépassée d’un mois. Le divorce entre Air Madagascar et Air Austral a été officialisé au mois de juillet dernier. La CNAPS (Caisse nationale de prévoyance sociale) est donc devenu le nouveau partenaire de la compagnie aérienne malagasy. Au tout début du mois de septembre, Mamy Rakotondraibe, directeur général de la CNAPS et président du Conseil d’administration d’Air Madagascar, a annoncé qu’un business plan devrait être concrétisé à la fin du mois de septembre. « Nous organisons en effet des réunions hebdomadaires pour l’élaboration d’un nouveau plan d'affaires. Nous espérons identifier d’ici là LA stratégie pour pouvoir ensuite la présenter aux partenaires ainsi qu’aux créanciers, sans oublier l’Etat malagasy », avait-il déclaré à la presse le 2 septembre dernier.

Toutefois, près de deux mois après cette annonce, le business plan n’a toujours pas été dévoilé. Pourtant, le ministre des Transports, du Tourisme et de la Météorologie, Joël Randriamandranto, a également soutenu, lors de la reprise des vols internationaux à Nosy-Be que « ce n’est plus qu’une question de jours ». Mais jusque-là, rien n’a encore été dévoilé. On ignore si ce retard est dû à l’attente de la nomination du nouveau directeur général de la compagnie aérienne. Toutefois, les parties prenantes pourraient élaborer antérieurement le nouveau plan de redressement d’Air Madagascar, et le nouveau DG ne serait qu’un exécutant. 

Dans tous les cas, les deux parties sont indispensables pour la reprise, sur la bonne voie, des activités de la compagnie. De plus, avec la suspension des vols de rapatriement étant donné la recrudescence de la pandémie de coronavirus en Europe, Air Madagascar se retrouve de nouveau dans une situation critique, financièrement parlant, privée de sources de revenu fixes, sauf si les vols cargo pourront toujours continuer. Malheureusement, ces vols sont loin de suffire pour couvrir toutes les dépenses de la compagnie. C’est pourquoi, tout le monde attend jusqu’à maintenant les solutions d’urgence pour sortir Air Madagascar de cette situation. Il ne faut pas oublier que le partenariat avec la CNAPS est celui de la dernière chance pour la compagnie.        

La Rédaction

La Vérité0 partages

Hausse des prix sur les marchés - Les commerçants profitent de la crise actuelle

Gonflement de prix des produits essentiels. Depuis le 1er novembre dernier, la plupart d'entre les magasins, centres commerciaux et importateurs ont augmenté le prix de leurs marchandises. Une situation qui, d'après leurs explications, est due à la dépréciation de l'ariary. En effet, ces produits sont en général en provenance de l'étranger comme la Chine. « Tous nos stocks sont déjà épuisés peu après la période de confinement, et ceux que nous vendons actuellement sont de nouveaux arrivages », avance une vendeuse dans une boutique à Soarano.

Ces commerçants ont déjà averti leurs clients avant cette augmentation de prix à travers des affiches. Cependants, d'autres qui ne sont pas impactés directement par cette dépréciation monétaire en important des produits, profitent de cette situation pour augmenter leur prix. C'est le cas pour les détaillants de produits de première nécessité (PPN), les vendeurs de légumes, d'articles d'habillement et même de produits artisanaux. Et le pire dans tout cela, c'est que certains ne connaissent même pas la cause de l'inflation mais fixent le prix de leurs produits à leur guise. 

Cette hausse est constatée depuis la fin de cette semaine. Par exemple, le prix du riz a augmenté de 150 à 200 ariary le kilo, tandis que la hausse est de 200 ariary pour le sucre. Cependant, aucune augmentation des prix n'est encore constatée au niveau des grossistes à Anosibe ou Andravoahangy. Pour les légumes et fruits, une légère hausse a également été constatée. Evidemment, les consommateurs se plaignent de cette situation. D'après leurs dires, les commerçants profitent de la crise sanitaire actuelle dans le pays. Et comme d'habitude, leur argument est banal en avancant que cette hausse des prix est observée jusqu'au niveau des producteurs.

Pour les consommateurs, les marchands ne font que combler leurs pertes accumulées durant le confinement, d'autant plus que tout le monde profite de la période des fêtes pour faire des achats.

Anatra R.

La Vérité0 partages

Traitement des cas de violence - Une chaîne pénale spéciale mise en place

Opérationnel d'ici peu. La mise en place d'un Tribunal spécial dans le traitement des cas de violence basée sur le genre (VBG) a fait partie des priorités de la Première dame Mialy Rajoelina, lors de sa nomination en tant qu'Ambassadrice dans cette lutte, en avril 2019. Un an et demi plus tard, ce projet vient d'être concrétisé par le ministère de la Justice, à travers une circulaire sortie hier. « La chaîne pénale anti-violences basées sur le genre (CPA-VBG) a été instituée pour renforcer davantage la poursuite et la répression des infractions, tant celles déjà connues et punies par le Code pénal que celles introduites dans la nouvelle loi n° 2019-008 », communique le ministère. Elle permettra également la quantification et la centralisation des données destinées à évaluer la performance de la Justice pénale dans cette lutte.

Les VBG se présentent, notons-le, sous différentes formes, dont celles physiques comprenant le meurtre, coups et blessures volontaires, etc., celles psychologiques se manifestant entre autres à travers des menaces, diffamation, outrage sexiste. A cela s'ajoutent les violences sexuelles, y compris le viol, l'inceste, la prostitution forcée, le harcèlement sexuel, le proxénétisme. Les violences économiques, comprenant l'abandon pécuniaire de la famille, la privation du droit d'accès à des activités économiques, font désormais partie des infractions.

Aucune demande de liberté provisoire

Des peines fermes et sévères pour les faits établis. Le ministère de la Justice recommande à tout magistrat de placer sous mandat de dépôt (MD) ou réquerir le placement sous MD toute personne déférée au Parquet pour les infractions de VBG, en cas de charges suffisantes. Ainsi, toute demande de mise en liberté provisoire est irrécevable. Tout magistrat devrait, d'un autre côté, donner suite aux plaintes et dénonciations d'un acte de VBG dès lors qu'il existe des motifs raisonnables laissant croire que l'acte a été commis et ce, même si la victime a retiré sa plainte. Autrement dit, les arrangements à l'amiable ne seront pas acceptés.

« Une série de formation des magistrats sur les textes régissant les VBG se fera incessamment. Aussi, nous allons renforcer la collaboration avec les Officiers de la Police judiciaire dans le traitement des cas », informe Herilaza Imbiky, secrétaire général du ministère de la Justice. Par ailleurs, des magistrats référents seront assiégés au niveau du Parquet pour assurer une veille stratégique et mettre en pratique les consignes, pour un traitement en temps réel des cas. La finalité étant de renforcer la lutte contre l'impunité des auteurs et leurs complices.

Recueillis par Patricia Ramavonirina

La Vérité0 partages

Faux et usage de faux et Arnaque à Toamasina - Deux employés d'une agence de microfinance recherchés

Actuellement, le commissariat de police de Tanambao II à Toamasina, lance un avis de recherche sur deux employés d'une agence de microfinance  de cette localité. Il s'agit de Haingonirina serge Aimé Randriarimanana, chef d'agence, mais aussi de Natacha Randrianomenjanahary, cette jeune caissière au sein de la première agence  de microfinance. Plusieurs accusations present sur les fugitifs. Mentionnons entre autres un abus de confiance, du vol mais aussi de faux et usage de faux. Les forces de l'ordre préviennent désormais que tous ceux qui les hébergent ou  les cachent, sont considérés comme des complices et sont donc passibles d'une poursuite, selon la loi en vigueur. 

Pour le moment, il n'y a encore aucune nouvelle  des suspects en cavale. Ce qui pousse la police à exhorter le public à la contacter sur le 034.05.531.30 si jamais il détient un quelconque renseignement sur les concernés.

En l'espace d'une semaine, la ville de Toamasina connaît deux affaires similaires. Souvenons que l'arnaque à l'échelle du pays dont on incrimine un couple mixte, actuellement en cavale aussi,  a pris racine dans cette cite portuaire de l'Est. Mais à la difference des deux employés d'agence de microfinance, le couple en question, un Indien et une Malagasy sont recherchés pour escroquerie dont des grossistes de certaines villes du pays, en sont  les victimes.  Ces dernières n'ont pas cessé de passer leurs commandes en produits de première nécessité don't notamment du riz auprès de  la petite entreprise d'importation gérée par le couple. Or, cette société en question a cessé d'exister depuis le début de cette année, pour une raison non élucidée, alors que les suspects ont continué  de recevoir les commandes, donc d'empocher d'énormes sommes d'argent, avant qu'il n'ait pris la fuite à l'étranger. Les derniers faits en date remonte la semaine passée à Antsirabe où la police a émis un mandat de recherche à l'encontre des fuyards.

Franck R.

La Vérité0 partages

Malnutrition dans le Sud - L'association « Médecins de l'océan Indien » à la rescousse

Un camion des « Médecins de l'océan Indien » est actuellement attendu dans la Région d'Androy. Un convoi spécial y sera accueilli d'ici deux à trois jours. Toujours dans le cadre de ses interventions humanitaires, cette association a acheminé des vivres et de la farine infantile dans la partie sud de la Grande île. Sollicitée par le Département de La Réunion, désireux d'apporter une aide à une population malagasy victime de malnutrition, cette association majoritairement composée de Réunionnais n'a pas hésité à y répondre favorablement. Selon son président, Dr Firoze Koytcha, sa collectivité a voté une subvention de 100 000 euros, soit plus de 400 millions d'ariary. A cela s'ajoutent quelques aides provenant des opérateurs malagasy voulant contribuer à cette action.

« Le docteur Josette, membre de l'association, va piloter la mission à Madagascar. Celle-ci est l'un des membres qui gère un centre de nutrition dans le pays. Son expérience est précieuse. Elle sait comment faire face à ce genre de crise. Elle sera accompagnée par plusieurs diététiciens. Nous avons là-bas un réseau de distribution qui nous a permis d'être efficaces et rapidement opérationnels », a-t-il souligné dans un article publié sur le site clicanoo.re. 

Il est à noter que cela fait bientôt 30 ans que l'association « Médecins de l'océan Indien » intervient régulièrement à Madagascar et parfois aux Comores. Ses objectifs se reposent sur l'organisation des missions médicales « flash » dans des Régions très reculées et la formation des équipes soignantes locales afin d'assurer le transfert de compétences sur des techniques médicales sophistiquées.

Recueillis par K.R.

Midi Madagasikara0 partages

23e région : Déblocage de la situation à Vatovavy Fitovinany

Le député Jean Brunelle Razafitsiandraofa, vice-président de l’Assemblée nationale, a toujours défendu le rattachement du district d’Ikongo dans le Vatovavy.

Le projet de loi relative à la création de la nouvelle région retrouve sa chance d’être adopté durant cette session ordinaire du parlement.

Le projet de création de nouvelle région dans l’actuelle région de Vatovavy Fitovinany peut finalement être réalisé. Le nuage de contestation à Ikongo qui a plombé le ciel de l’Exécutif dans le cadre de cette initiative semble être dégagé.  La situation dans ce district, qui, auparavant, constituait un blocage, est actuellement résolue. Les frondeurs qui n’ont pas voulu rattacher cette circonscription à Fitovinany, ont changé de cap et baissent le ton.

Revirement. Les élus locaux à Ikongo, maires et conseillers communaux, commencent à céder du terrain quant au prochain rattachement de ce district en cas de création de nouvelle région à Vatovavy Fitovinany. Cette région se verra scindée en deux et la majorité des maires à Ikongo ont adoubé une inscription du district, et de leur commune respective, à la future région de Fitovinany, et ce conformément aux résolutions de la consultation menée par le président de la République à Manakara le mois dernier. Une réunion tenue le week-end dernier à Mananjary par les élus locaux a exprimé ce revirement.

Encadrement. Il faut dire que la situation locale a fait traîner les choses pour que le pouvoir central tranche sur le sujet et respecte la date limite.  Le président de la République a annoncé, lors de sa descente à Manakara le mois dernier,  que l’encadrement légal de ce projet de nouvelle région sera soumis à l’adoption, en premier lieu, du conseil de ministre de la semaine d’après son passage, et, ensuite, du Parlement durant cette session ordinaire. Mais l’inscription du projet de loi de création de la nouvelle région, dans l’ordre du jour du conseil des ministres, a été repoussée. La position radicale de certains notables du district d’Ikongo, renforcée par celle du député Jean Brunelle Razafitsiandraofa, complique les choses pour l’exécutif.

Adoption. Mais depuis quelques temps, le vice-président de l’Assemblée nationale, issu des rangs de la majorité, nuance, lui aussi, sa position sur le sujet. Actuellement, le chemin est dégagé et la voie est ouverte au gouvernement pour enclencher la vitesse supérieure sur cette promesse de campagne du président de la République. Le nouveau texte relatif à la création de la nouvelle région serait alors discuté au niveau du conseil des ministres de cette semaine, a-t-on su d’une source au courant du dossier. Une fois adopté, le projet de loi passera en adoption au niveau du Parlement avant son entrée en vigueur. Toutefois, le texte ne sera pas une partie gagnée d’avance au Parlement. Il s’avère difficile pour l’Exécutif de convaincre le Sénat sur la question et d’obtenir son vote.

Rija R.

Midi Madagasikara0 partages

Députés IRD : « Les descentes dans les régions ont une connotation politique »

Les députés de l’IRD de fustiger l’opposition sur la descente de cette dernière dans les régions.

Les députés issus de la plateforme IRD ont tenu une conférence de presse, hier après-midi, à Tsimbazaza. Face à la situation qui prévaut dans le pays, cette plateforme tient à apporter son point de vue. « Nous faisons actuellement face au coronavirus, et par conséquent le budget de l’Etat en souffre. C’est l’économie et le social qui doivent être priorisés », ont-ils soutenu. Et d’enchaîner que la relance économique passe par une bonne gestion du budget de l’Etat qui devrait savoir renflouer sa caisse. Ils n’ont pas manqué de lancer des piques à l’endroit de l’opposition portant notamment sur les tournées effectuées par cette dernière. Selon le député Naivo Raholdina, « les descentes dans les régions ont une connotation politique». Et lui d’ajouter que les députés devraient donner leurs rapports d’activités dans la circonscription où ils ont été élus. Le cas de la réhabilitation du Palais de la Reine a également été abordé. A les entendre hier, il n’y a pas de propositions de solutions pérennes aux problèmes qui se posent dans le pays.

Dominique R.

Midi Madagasikara0 partages

Football : Les conseillers techniques régionaux en formation

Les conseillers techniques régionaux des 22 ligues régionales.

Les formations s’enchaînent pour la plupart des Fédérations. Après le test fitness pour les arbitres élites, la Fédération malgache de football (FMF) passe actuellement à la formation réservée aux conseillers techniques régionaux (CTR), sous l’égide de la direction technique de cette instance nationale. En effet, 20 CTR représentant toutes les ligues régionales de football ont suivi des formations de renforcement de capacités à Haute Matsiatra, plus précisément dans la ville de Fianarantsoa depuis ce lundi, et ce jusqu’à ce vendredi. La première journée a été marquée par la visite médicale des participants. L’ouverture officielle du stage a été ensuite honorée par la présence des représentants de la mairie, du ministère de la Jeunesse et des Sports, de Tafita et des dirigeants de la Ligue hôte.

Comme d’habitude, les formations ont commencé par des cours théoriques animés par le directeur technique national (DTN), Jean François Debon et consorts. L’introduction du rôle d’un CTR prendra la majorité du temps. « C’est la première fois que la Fédération organise une formation pour les CTR. Ainsi la formation est basée sur la connaissance de leur responsabilité, de leur mission et leur attribution dans la ligue », a expliqué le DTN. Les CTR entameront la formation sur terrain ou pratique sur le stade Ampasambazaha pour les prochains jours. Les stagiaires bénéficieront aussi d’une formation en informatique. Par ailleurs, cette formation est particulièrement appréciée par la ligue Haute Matsiatra car cette dernière possède le plus grand nombre d’écoles de football à Madagascar dans lesquelles le CTR joue un rôle très important.

Manjato Razafy

Midi Madagasikara0 partages

Afrobasket 2021- Qualifiers : Le clan malgache passe à la vitesse supérieure

A 23 jours du coup d’envoi des éliminatoires du groupe A pour les qualifications de l’Afrobasket 2021 à Kigali, Rwanda, les sociétaires au sein de l’équipe nationale enchainent et renforcent leur préparation. Pour l’heure, aucune décision de report ou de désistement d’équipes n’a été signalée. Selon le calendrier définitif, Madagascar affrontera d’entrée la Tunisie le 27 novembre, suivi d’une rencontre face à la Centrafrique le 28 novembre et pour terminer la boucle, Madagascar affrontera la République Démocratique du Congo le 29 novembre. Trois jours intenses pour les protégés du duo Tojo Rasamoelina et Lova Rahidera. Les présélectionnés au sein de l’équipe nationale ont débuté le regroupement le 5 octobre sur le terrain du Toby Ratsimandrava. La fenêtre 2 se jouera au mois de février 2021, mais, le pays hôte n’est pas encore déterminé. Les trois premières équipes à l’issue de ces qualifications se qualifient pour la phase finale de l’Afrobasket 2021 au Rwanda.

T.H

Midi Madagasikara0 partages

Mireille Rakotomalala : Décorée de l’Ordre du Soleil Levant

Le Gouvernement du Japon a publié, le 3 novembre dernier, la liste des remises de décoration japonaise pour l’attribution « Automne 2020 ». Cette année, Mireille Mialy Rakotomalala, ancienne ambassadrice extraordinaire et plénipotentiaire de la République de Madagascar au Japon mais également ancienne ministre de la Culture et du Patrimoine, est décorée de « l’Ordre du Soleil Levant, Etoile d’Or et d’Argent ». Cette décoration lui est décernée pour sa contribution pour le renforcement des relations bilatérales et d’amitié entre le Japon et la Grande-île.

L’ancienne ambassadrice est reconnue pour son dévouement remarquable à la promotion des échanges ainsi que de la compréhension mutuelle entre les deux pays. Elle a occupé le poste d’ambassadeur de Madagascar au Japon de décembre 2017 à septembre 2019. Elle a également été l’un des fondateurs de l’association Anciens et Amis du Japon à Madagascar (AAAJM), qui a été fondée en 1986. De 2010 à 2018 elle a présidé l’AAAJM qui s’est vue remettre en 2016 le Certificat d’honneur de l’Ambassadeur du Japon à Madagascar, elle en est actuellement la Présidente d’honneur. Mireille Rakotomalala est également Présidente d’honneur de l’Association de jeu de go à Madagascar, un jeu traditionnel japonais à l’instar du « fanorona ». La cérémonie officielle de remise de la décoration aura lieu à la Résidence de l’Ambassadeur du Japon à Madagascar.

Recueillis par Dominique R.

Midi Madagasikara0 partages

Rova de Manjakamiadana : La couronne de Ranavalona III restituée demain

Malgré les polémiques et contestations des « Taranak’Andriana », la cérémonie d’inauguration du Palais de Manjakamiadana et du Palais Besakana aura lieu ce vendredi, en présence des Ampanjaka et chefs traditionnels venant des quatre coins du pays.  

6 novembre 1995 – 6 novembre 2020. 25 ans jour pour jour après avoir été incendié, le Rova d’Antananarivo renaît de ses cendres. En effet, la cérémonie d’inauguration et de réception officielle du Palais de Manjakamiadana et du Palais Besakana aura lieu ce vendredi dans l’Anatirova. Le président Andry Rajoelina l’a annoncé hier au cours d’un point de presse qui s’est tenu au Palais d’Ambohitsorohitra. « Un évènement qui marquera la souveraineté de la nation malgache, mais aussi la fierté nationale et le patriotisme », a-t-il soutenu. A entendre les explications du Chef de l’Etat, tous les Ampanjaka et chefs traditionnels venant des quatre coins du pays feront le déplacement à Antananarivo pour assister à cet évènement historique. Malgré les polémiques et les contestations des « Taranak’Andriana », le régime Rajoelina persiste et signe la mise en œuvre de la reconstruction du Rova d’Antananarivo dont la réhabilitation fait partie des Velirano présidentiels. Il convient de noter cependant que le Kianja Masoandro ou Colisée qui a suscité des débats ne figure pas encore parmi les monuments qui seront inaugurés ce vendredi. D’après les informations, les travaux de construction de ce colisée n’ont pas encore été finalisés. Une source bien informée laisse entendre que la cérémonie de réception officielle de cette arène aura lieu au mois de décembre prochain.

Négociations. Mais cette cérémonie d’inauguration prévue vendredi sera également marquée par la présentation au grand public du couronnement du dais de la Reine Ranavalona III. Hier, le président Andry Rajoelina a annoncé que la couronne sera restituée à Madagascar demain. Une cérémonie officielle sera donc organisée pour l’accueil de cette pièce royale. Cette restitution est le fruit des négociations menées par le président Andry Rajoelina auprès de son homologue français, Emmanuel Macron. Le 20 février dernier, le numéro Un malgache a adressé une lettre de demande officielle au président français. Suite à cette sollicitation présidentielle, les négociations menées par le Ministère de la Communication et de la Culture auprès du Ministère des Armées de France, ont abouti à la remise de la couronne. « L’objectif étant que les Malgaches puissent se réapproprier de leur histoire, leurs symboles, leurs récits, leurs valeurs et leurs traditions », a-t-on martelé. Pour concrétiser un processus de reconstruction identitaire, le régime œuvre et manœuvre pour le rapatriement des reliques, pièces historiques et œuvres d’art malgaches qui ont été enlevées pendant la colonisation.

Îles Eparses. A titre de rappel, le couronnement du dais royal de la dernière Reine de Madagascar, Ranavalona III fait partie du patrimoine de la Royauté Merina. Il a été offert par le président français à la Reine Ranavalona III lors de son couronnement le 22 novembre 1883. Mais en 1897, lors de l’exil de la Reine, la couronne et les parures royales ont été prises par le Général Joseph Gallieni et considérées comme des butins de guerre. Pendant 123 ans (ndlr : 1897 – 2020), la couronne a été exposée au Musée des Armées dans l’Hôtel des Invalides en France, parmi les collections coloniales. La reconstruction et la réappropriation de l’identité nationale et culturelle font partie des priorités du régime Rajoelina. Depuis le début de son mandat, le chef de l’Etat entame les négociations auprès des autorités françaises en vue de la réparation des dommages causés pendant l’époque coloniale. Reste à savoir si les négociations en cours aboutiront également à la restitution des Îles Eparses à Madagascar.

Davis R

Midi Madagasikara0 partages

Journée internationale pour la réduction des risques et des catastrophes : La CPGU mène une campagne de...

La Journée internationale pour la réduction des risques et des catastrophes qui est célébrée tous les ans le 13 octobre a fait l’objet de deux actions de la part de la Cellule de prévention et d’appui à la gestion des urgences à la primature (CPGU) cette année. Après les stands en ligne qui ont permis à divers intervenants de partager leurs réalisations en gestion des risques et catastrophes le 13 octobre 2020, l’équipe de la CPGU s’est rendue à Manakara les 29 et 30 octobre pour poursuivre la célébration à travers une campagne de sensibilisation sur la prévention de la Covid-19, de la peste, ainsi que la préparation à la prochaine saison cyclonique. Les actions en question ont été menées dans deux communes : Anosiala et Tataho. Mais la CPGU ne s’est pas contentée de sensibiliser et d’éduquer, la cellule a doté les cibles de cette campagne de fournitures scolaires, de goodies, de masques, de riz et d’autres produits alimentaires. Ces dotations sont le fruit de la collaboration entre la CPGU, l’UNICEF, CARE, et la Plateforme Humanitaire du Secteur Privé. Quant au choix de la ville de Manakara, « elle a été choisie de par sa vulnérabilité aux aléas naturels comme les cyclones, les inondations et la sécheresse. Les incendies domestiques y sont également très fréquents », nous fait savoir la CPGU. D’ailleurs à ce sujet, le 2°UPC de Manakara a effectué une démonstration sur les techniques d’extinction de feu lors de la célébration de la Journée internationale pour la réduction des risques et des catastrophes.

Enfin, comme le thème de la Journée internationale pour la réduction des risques et des catastrophes de cette année est : « tout est question de gouvernance » ; une conférence-débat centrée sur  la base de la gouvernance a clôturé la célébration le 30 octobre 2020 avec la participation de divers acteurs ; notamment les membres de CARE, ADRA,  ONN, FID, SAF FJKM, CPGU, les autorités locales ainsi que les services techniques décentralisés.

Anja RANDRIAMAHEFA

Midi Madagasikara0 partages

Recherche scientifique : 279 861 USD pour deux centres nationaux

Signature des accords de financement de recherche vendredi dernier à Ambatobe.

Le Centre national de recherche océanographique et le centre national de recherche environnementale ont respectivement bénéficié de financement de 118.861 USD et 161.000 USD pour une meilleure gouvernance gouvernementale.

La recherche scientifique malgache vient de recevoir un appui de taille. Deux accords de financement à l’endroit de deux centres de recherche malgaches, à savoir le Centre national de recherche océanographique et le Centre national de recherche environnementale ont été signés vendredi dernier à Ambatobe. Rentrant dans le cadre de la mise en œuvre du projet « Developing Collaborative Strategies for Sustainable Management of Mangroves in the Boeny Coastal Region, Madagascar », le premier accord de subvention de recherche, d’une durée de 13 à 24 mois, entend « contribuer à l’atteinte des objectifs du programme régional WIOSAP de la Convention de Nairobi ». Le second, quant à lui, rentre dans le cadre de la mise en œuvre du projet « Renforcement du cadre réglementaire et des capacités nationales de surveillance des rejets d’effluents, de la qualité de l’eau et des sédiments dans les zones côtières et marines de Madagascar, cas de la baie de Bombetoka» qui devrait durer 18 à 24 mois. Il conviendrait de noter que les deux projets contribuent à l’atteinte des objectifs du programme régional WIOSAP ou  Strategic Action Programme for the protection of the Western Indian Ocean de la convention de Nairobi qui ambitionne de « réduire les impacts des activités terrestres et gérer durablement les écosystèmes côtiers et fluviaux critiques grâce à la mise en œuvre des projets avec le soutien des partenaires nationaux et régionaux ».

Concret. Diverses activités sont prévues dans le cadre de la mise en œuvre des projets de financement en question. A savoir : « L’actualisation des informations sur l’inventaire floristique et faunistique existante, analyse des structures de gouvernance locale sur la gestion des mangroves, proposition d’améliorations sur la conservation et gestion en concertation avec les communautés locales ». La mise en œuvre de cet accord de financement consiste également à « organiser des actions de restauration de mangroves et de protection en amont ». Le but étant de mettre en place un système de gouvernance pour la forêt de mangroves des zones côtières de l’ouest du pays. Mais également pour mettre en place de nouveaux moyens de subsistance pour les communautés locales.

José Belalahy

Midi Madagasikara0 partages

Viol et inceste : des sanctions exemplaires pour les auteurs

C’est devenu un phénomène courant. Le viol sur mineur et l’inceste sont portés aujourd’hui à la connaissance du public et déclenchent réactions horrifiées de tous les membres de la société. Ils ont fait la Une des quotidiens de la Capitale ces derniers temps, et au-delà de l’émotion déclenchée, ils amènent les uns et- les autres à se demander quelle réponse apportée à une telle barbarie. C’est vers les autorités et le législateur que l’on doit se tourner pour  répondre  le plus efficacement possible à ces actes innommables.

Viol et inceste : des sanctions exemplaires pour les auteurs

Les actes ont toujours existé, mais ils étaient cachés par l’entourage des victimes. La chape de plomb qui recouvrait  les faits n’existe plus et la vérité éclate au grand jour. La mort de la petite fille de sept ans violée plusieurs fois par son oncle âgé de seize ans a scandalisé le public. La tristesse a fait place à une indignation horrifiée.  Après la condamnation de l’acte, c’est la réponse à apporter qui a été discutée dans tous les foyers. La sanction suggérée doit, a-t-on dit, être exemplaire. Les uns ont parlé d’un jugement populaire suivi d’un lynchage, d’autres ont suggéré une peine de prison à perpétuité et des travaux forcés.  Néanmoins, ce sont les autorités judiciaires  qui vont avoir le dernier mot. Aujourd’hui, les consciences sont éveillées et  l’opinion publique va peser de tout son poids pour que l’on ne passe plus sous silence de tels comportements.  Diverses associations sont prêtes à monter au créneau pour accompagner une action  vigoureuse et pour aider leurs familles à se  libérer des contraintes qui les empêchent de porter plainte. Certains représentants d’ONG ont déjà interpellé les pouvoirs publics pour que les poursuites qui seront engagés  envers les auteurs de ces crimes soient  effectives et ne donnent  lieu à aucun arrangement. Aujourd’hui, la prise de conscience de la communauté nationale est réelle et il est plus que temps de réagir.

Patrice RABE

Midi Madagasikara0 partages

Fonds contre la Covid-19 : Le ministère de l’Économie et des Finances publie un troisième rapport

Le « Tosika Fameno » figure parmi les actions initiées par le gouvernement qui ont fait beaucoup d’heureux.

Depuis le début de la crise sanitaire, le montant des fonds décaissés se chiffre à 380,75 millions USD. Ces financements ont été utilisés dans le cadre d’actions gérées par l’État, ou directement par des projets spécifiques.

Le gouvernement malgache fait preuve de transparence concernant les aides octroyées par les bailleurs de fonds pour la lutte contre la pandémie de Covid-19. Le ministère de l’Économie et des Finances publie en effet sur son site Internet les détails de ces financements.

Code couleur. Il s’agit en fait du troisième rapport publié par ce département. Faut-il, en effet, rappeler qu’un rapport provisoire a déjà été publié en juin dernier. Suivi d’un second rapport mis à jour, sorti le 28 juillet 2020, lequel a distingué par code couleur les financements négociés et ceux encore à négocier. Ce second rapport a également eu le mérite de séparer les fonds issus du système des Nations unies, qui sont gérés directement au niveau des projets sans transiter dans le budget général ; des autres fonds gérés par l’État tels que les aides à la balance de paiement. Le troisième rapport publié le 2 novembre dernier se distingue par la mise à jour de la situation la plus récente des financements extérieurs et leurs affectations prévues.

Transferts monétaires. Parmi les fonds gérés par l’État figure par exemple le projet Filets sociaux de sécurité, financé par la Banque mondiale à hauteur de 12,71 millions de dollars, dont 11,79 millions sont déjà décaissés. Le rapport du ministère de l’Économie et des Finances indique que ces fonds ont servi aux paiements des transferts monétaires non conditionnels (TMNC) décidés par le gouvernement au taux de 100.000 ariary par ménage bénéficiaire – dont  7,7 millions USD destinés à 150.000 ménages,  2,3 millions USD en prévision d’éventuelles extensions  géographiques ou temporelles – et enfin 400.000 USD en prévision des activités post-crises dans le Sud. En somme, contrairement aux allégations des détracteurs du régime, ces fonds ont effectivement été dépensés dans la lutte contre la pandémie. Le Fonds monétaire international (FMI) figure également parmi les grands bailleurs de la lutte contre la Covid-19. Et ce, à travers les deux tranches de la facilité de crédit rapide. Le premier d’un montant de 165,99 millions USD ; et le second de 171,90 millions USD, soit au total 337,89 millions USD.  Ce sont des aides à la balance des paiements, qui ont été rétrocédées par la suite au ministère de l’Économie et des Finances pour financer le gap des finances publiques en 2020 et l’accroissement des dépenses sociales.

Actions concrètes. À noter que ce rapport publié par le ministère de l’Économie et des Finances ne se substitue pas au rapport d’utilisation du fonds « Covid » tel qu’il est indiqué par le décret 2020-725 du 1er juillet 2020, qui devrait intégrer les rapports des dépenses réalisées. Le rapport des dépenses bien spécifiées « Covid » au niveau du Centre de commandement opérationnel (CCO) est déjà disponible au niveau de ce centre, mais il ne contient pas la partie des dépenses réalisées au niveau des différents ministères, qui attendent encore l’indication des dépenses fléchées « Covid ».  Dans tous les cas, la publication de ce troisième rapport démontre que les fonds alloués sont effectivement utilisés dans le cadre d’actions concrètes, qui ont d’ailleurs permis au pays de maîtriser à temps la pandémie de coronavirus. L’exemple le plus marquant est sans doute la fameuse « Tosika Fameno », cette aide directe alimentaire et en numéraire octroyée à la population.

R.Edmond.

Midi Madagasikara0 partages

Ambatondrazaka : Trano roa voatafika, nisy iray voatifitra

Olona iray voatifitra tokantrano roa no nasesin’ireo andian’olon-dratsy notafihana ny alin’ny alahady hifoha alatsinainy teo tao Ambohitsilaozana, Ambatondrazaka. Vokany, vola mitentina teo amin’ny 4 000 000 ariary teo ho eo no very tao amin’ilay tokantrano voalohany. Niezaka niaro ny fananany kosa ny tao amin’ny tokantrano faharoa ary nanohitra hatramin’ny farany ny fanafihana nataon’ireo jiolahy am-polony tany ho any. Tsy nahazo na inona na inona araka izany ireto farany, raha ny fampitam-baovao azo saingy ho setrin’izany dia tsy nisalasalan’ireo mpanafika nitifitra an-kitsirano ny tompon-trano, ambonin’ny vono sy daroka nihatra taminy. Raha ny vaovao hatrany dia naratra mafy vokatr’izay herisetra nianjady taminy ity farany ary voatery nentina haingana namonjy toeram-pitsaboana. Tamin’ny fahatongavan’ireo zandary avy ao amin’ny zana-tobim-paritra Ambandriaka sy Jiapasika teny an-toerana moa dia efa tafatsoaka ary nadio tanteraka ny rano nitan’ireo mpanafika. Mitohy araka izany ny fikarohana azy ireo any an-toerana.

m.L

Midi Madagasikara0 partages

4 novembre 2019- 4 novembre 2020 :  Hommage à Dadah le parolier

Un an jour pour jour, la disparition de Dadah Rabel a laissé un grand vide dans le monde musical malgache.

Un événement pour commémorer l’anniversaire de la disparition du membre fondateur du collectif Mahaleo a donc pris place. L’association de fans de Dadah lui a rendu hommage en écrivant des poésies. Composée de milliers de personnes, cette association réunit des inconditionnels aussi bien à Madagascar qu’à l’extérieur.

Le parolier s’est éteint mais il a, cependant, laissé un héritage, ses œuvres. Des œuvres qui ont donné de l’espoir à deux générations. Ces paroles sont continuent d’être empruntées pour argumenter et de nombreux artistes et personnages publics citent Dadah comme une influence majeure.

A titre de rappel, Dadah était la pierre angulaire du collectif Mahaleo qui a vu le jour en plein mouvement  populaire en  1972.  Cet homme  est connu pour ses textes d’amour dont   « Gema », qui est l’une de ses premières chansons.  «  Ianao Zanako », « Zanako vavy » sont les morceaux qui ne quittent pas les lèvres des Malgaches.  En dehors de Mahaleo, Dadah a composé bon nombre de  chansons  pour  ses amis  artistes de la nouvelle génération. Icône de la musique malgache et pour la région Vakinankaratra en particulier,  Dadah travaillait également comme  chirurgien à l’hôpital HJRA.  Désormais, les chansons de Dadah figurent dans le patrimoine de la musique malgache.  L’homme passe mais ses œuvres demeurent.

Iss Heridiny

Midi Madagasikara0 partages

Showcase : Roméo débarque au ‘Taxi-Be’ 

Après cinq  mois de confinement, il revient et décide enfin de livrer un cabaret.  Ce sera sa première scène après ce long état d’urgence sanitaire. Roméo  sera en showcase au ‘Taxi-Be’ Antanimena ce soir.  L’interprète de Rhum Sakaitany promet de faire le show. Il feuillètera avec plaisir son répertoire pour satisfaire ses aficionados.  Membre de Bj label et ami de Big Mj, Roméo est bien entouré.  Un avantage pour ce jeune homme bourré de talent pour acquérir de l’expérience dans  la Capitale.

Premier pas. Avec son Rhum Sakaitany, Roméo  a conquis en quelque mois les grandes villes de Madagascar. Dès lors, il enchaîne des morceaux comme Nofy marigny et Paralysé, des tubes très écoutés dans les quartiers de la Capitale tels que 67 ha et Ambohipo. En 2018, il s’ouvre à d’autres sonorités. Désormais, sa musique se tourne vers le genre extra-africain qu’il plie aux langues locales. Ses titres ont une visée pédagogique, et il soutient des réseaux de jeunes engagés dans la réhabilitation des quartiers délabrés des grandes villes comme Antsiranana, Toamasina ou encore Antananarivo. Néanmoins, le chemin est encore long pour le « diégolais ». Bien que éloquent, attirant, et impressionnant, il va devoir prouver aux jeunes Malgaches qu’il est à la hauteur face à cette concurrence musicale qui fait rage à Madagascar. L’artiste a du pain sur la planche !

Iss Heridiny

Midi Madagasikara0 partages

Rap : Abdo-Bra s’invite à la teinturerie  

Le 7 novembre de 15 à 18 heures, le groupe de rap Abdo-Bra offrira un concert. Les membres seront escortés par de grands noms du rap engagé  comme Etika, Geoscar,  Alpha Paz, L.Garcia, et Adrhim.  Composé de deux rappeurs Abdoz et Brage, Abdo-Bra,  a vu le jour en 2018. Membre du clan Sad Dynasty en 2006, Abdoz et Brage étaient entourés par des rappeurs comme Etni-K ou encore K-sad.

« Nous sommes des rappeurs engagés et nous resteront ainsi ». Pour eux il faut être direct afin que tout le monde comprenne le message. La corruption, la pauvreté, le chômage, le coût élevé de la vie sont les thèmes d’Abdo-Bra. « rapper pour conscientiser les jeunes malgaches », une des devises du groupe, « La jeunesse malgache en général et celle des zones reculées souffrent beaucoup. Ainsi, ils extériorisent leur peine par la violence. Pourtant ce n’est pas une bonne idée. Il faut lutter intelligemment. C’est ce qu’on dit souvent dans nos chansons. On ne doit pas utiliser la force, on doit évoquer cela autrement », a expliqué Brage. Souvent, leurs clips et leurs chansons reflètent la vie dans les bas-quartiers et les régions reculées de Madagascar. Le 7 novembre sera une occasion pour ces deux jeunes hommes d’exprimer leur « rage » envers le système.

Zo Toniaina