Les actualités Malgaches du Samedi 04 Novembre 2017

Modifier la date
Tia Tanindranaza630 partages

Ravalomanana sy ny TIMTsara toerana indrindra hanarina ny firenena

Miha mitotongana andro aman’alina ny fanaovana politika eto amintsika.

 

Alain-tahaka

 

Tsy misy ny tonga lafatra fa hatreto, matoa mbola alain’ny rehetra tahaka ny filoham-pirenena teo aloha, Marc Ravalomanana sy ny antoko naoriny Tiako I Madagasikara na ny TIM, dia nisy fomba fanaovana politika na fitantanana firenena matotra hita taratra tao. Ny rafitra rehetra ampiasaina eto amin’ny firenena ankehitriny dia mbola tsy niova ny ankamaroany fa mbola ireo napetrak’ity filoha teo aloha ity avokoa. Anisan’ireny ny birao mahaleotena misahana ny ady amin’ny kolikoly na ny Bianco izay hita ho manelingelina ny afera malotona mpitondra fanjakana maro ka dia hitsahana an-tampon-doha ankehitriny ny fahefany. Eo koa ny rafitra EDBM, izay eo anivon’ny minisiteran’ny indostria, ny “guichet unique” sy ilay fiaraha-miasan’ny fanjakana sy ny sehatra tsy miankina na ny 3P. Nolazaina fa tsy nahavita na inona na inona daholo izany tamin’ny fotoan’androny kanefa dia mbola nodimbiasan’ny tetezamita sy ny HVM ihany. Ravalomanana sy ny ekipany hatreto dia mbola tazana hatrany fa olon’ny fifampiresahana, raha toa ka an-terisetra sy tamin’ny alalan’ny karnem-pokontany no nandanian’ny fitondrana tetezamita ny lalàmpanorenan’ny repoblika faha-4 tamin’ny taona 2010. An-terisetra ihany koa no nametrahana ny minisitry ny fambolena teo aloha, Rivo Rakotovao ho filohan’ny antenimieran-doholona sy ny nanaovana ilay dinika politika momba ny lalàmpanorenana izay notontosaina an-kolaka andro alakamisy nefa ny zoma ampitson’io no nifanarahana. Ampahany ireo fa tsy ilaina tanisaina intsony angamba ny delestazy izay tsy mety voavaha ankehitriny kanefa  dia 3 volana monja no nampanantenana hanafoanana azy ny taona 2014.

 

J. Mirija 

 

 

L'express de Madagascar227 partages

Antananarivo – Un faux médecin se fait prendre

Le personnel du bureau municipal de l’hygiène (BMH) d’Antananarivo-ville a mis la main sur un faux médecin. L’affaire serait déjà transférée à la Justice.

Exercice illégal. Un charlatan s’est fait passer pour un médecin et a rédigé les certificats de constatation de décès de deux personnes habitant aux alentours de Nanisana. Ces certificats contiendraient plusieurs fautes. « Au lieu d’écrire “en foi de quoi, ce présent certificat est..”, il a inscrit “en faire de quoi,..”. Un peu plus en haut, il a mis : “constaté le dossier de.., à domicilié”, il aurait dû y mettre, “constaté le dossier de.., domicilié à..”. Un vrai médecin ne commettrait pas de telles erreurs. Nous lui avons, ensuite, demandé sa carte professionnelle, il a dit qu’il ne l’a pas sur lui, qu’il l’a laissée à Toamasina. Ce n’est pas normal », explique le Dr Dérys Herivonona, directeur de la Santé et de l’hygiène du bureau municipal de l’hygiène (BMH) de la Com­mune urbaine d’Antana­na­rivo (CUA), hier.Ce sont les médecins de cette direction de la CUA, en charge de la constatation des personnes décédées en dehors des formations sanitaires dans la ville d’Anta­nanarivo, qui ont mis la main sur ce faux médecin, au début du mois d’octobre.

ProfiteursCette affaire a éclaté au grand jour  lorsque l’épidémie de peste a fait parler d’elle dans une trentaine de districts, dont à Antanana­rivo-ville. « On ne sait plus s’il a trompé les familles, ou si ce sont les familles qui ont eu recours à lui pour cacher une suspicion de peste », explique le médecin. Fort heureusement, ces deux personnes n’ont pas succombé à la peste, selon les résultats d’analyse de leur prélèvement sur un test de diagnostic rapide (TDR).Il y a probablement des escrocs qui profitent de la situation, notamment, avec le refus constant des familles des victimes de la peste sur l’inhumation de la dépouille de leur proche dans une fosse commune. L’Ordre national des médecins (ONM) découvrirait deux faux médecins par mois, en moyenne. Avec un peu moins de vigilance, cet exercice illégal de fonction de médecin pourrait conduire à l’enterrement de la dépouille d’un pestiféré dans son caveau familial, par la délivrance d’un certificat de constatation de décès, déclarant la mort naturelle. Et à la prochaine réouverture de ce tombeau, la bactérie de peste se transmettra aux personnes présentes. Et une nouvelle épidémie ressurgira.Le BMH a remis l’affaire au niveau de l’ONM. Selon le Dr Eric Andrianasolo, président de l’ONM, elle est déjà transférée à la Justice.

Miangaly Ralitera

Madagascar Tribune179 partages

Le « Honoris causa » au cœur d’une polémique

Lors de son dernier voyage en Italie, le Chef de l’Etat Hery Rajaonarimampianina s’est vu décerner un diplôme de Docteur Honoris Causa à l’Ambassade de Madagascar à Rome par l’« Université de Milan ». Or, d’après le mouvement citoyen Wake Up, il s’avère que celui qui remet le diplôme et qui signe le fameux mémorandum avec Madame la Ministre est un Monsieur qui s’appelle Giovanni Neri, il porte le titre de « Magnifico Rettore » de cet établissement. Il s’agit d’un avocat. Et première découverte : ce Monsieur n’appartient pas du tout à la renommée Université de Milan.

L’établissement auquel il appartient porte le nom complet de « Università Popolare degli Studi di Milano » qui n’est pas du tout la fameuse Université de Milan. La fameuse Université de Milan porte le nom officiel de « Università degli Studi di Milano », rappelons-le, cette dernière est la plus renommée des Universités italiennes. Le mot « Popolare » (populaire) fait donc toute la différence.

Selon Wake up Madagascar, le ministère de l’Enseignement Supérieur italien ainsi que l’Autorité italienne de la concurrence et du marché ont intenté des procès contre l’établissement pour « faux », le Ministère ne le reconnait pas comme Université italienne. Après différents procès et interventions diverses, la mise en exergue de la Convention de Lisbonne (une convention globale et assez souple sur la reconnaissance des qualifications relatives à l’enseignement supérieur) par l’établissement, le Ministère a plus ou moins accepté de le reconnaitre comme « université internationale » mais reste « non assimilable » à une université italienne. Les diplômes décernés ne sont pas reconnus en Italie mais plutôt délivrer au nom d’un autre établissement auquel l’UPSM est affilié. Cet autre établissement s’appelle University of United Popular Nations (UUPN) qui lui est une SARL selon son site internet (http://www.uupn-edu.net) se trouvant à OUAGADOUGOU, BURKINA FASO. La présidente de cette SARL, Michelle Bonnet, n’est autre que l’épouse du président de l’UPSM Marco Grapeggia.

L’Università Popolare degli Studi di Milano UPSM semble être un établissement privé d’enseignement supérieur nébuleux. Comme ils ont pris la dénomination « Université populaire », l’établissement a donc un statut associatif. Lorsqu’on regarde le siège de l’établissement (43 Viale Tunisia, Milan), il s’agit d’un simple bâtiment à la fois d’habitation et d’entreprises diverses.

Wake up Madagascar précise que l’UPSM a plusieurs sites internet et blogs divers de domaines variés qui ne ressemble pas du tout à une Université. Leur communication web est assez dynamique mais venant toujours des mêmes sources pour montrer que c’est un établissement sérieux.

Recueilli par Yvan A.

News Mada142 partages

Kolontsaina : Tarika telo hampanakoako ny mozika “gospel”

Fotoana maromaro no efa niketriketrehan’ny Label Free Humanity tetikasa iray, miavaka. Tsy inona izany fa ny seho hotanterahina ny tolakandron’ny 12 novambra izao, etsy amin’ny CC Esca Antanimena. Miompana amin’ny lohahevitra hoe “Go Share” izany ary hampanakoako ny hira fiderana an’Andriamanitra, amin’ny alalan’ny “gospel”.

Haharitra ora telo be izao ny fampisehoana, izay hahenoana sanganasa maherin’ny 25. Hasongadina kokoa, amin’ireo, ny “gospel” avy any Amerika. Mampanantena ny mpikarakara sy ireo tarika haneho ny talentany fa hianoka fahafinaretana ao anaty aim-panahy feno fitiavana sy fiderana ny Tompo ny mpanotrona.

Mikasika izay tarika izay indrindra, notsongain’ny Free Humanity ireo heverina fa efa kalaza sy tsy zovina amin’ny maro intsony amin’ity karazan-kira ity. Inoana fa ho fahombiazana tanteraka ny hetsika miaraka amin-dry TGC, GMMC ary ny Singers of Jesus. Miara-miasa amin’ny matihanina eo amin’ny fanatontosana hetsika goavana ny mpikarakara mandritra ity seho ity, ho fanomezana fahafaham-po ny mpankafy.

Landy R.

 

L'express de Madagascar92 partages

Quatre voleurs  à la tire traqués

Quatre pickpockets, dont deux mineurs, familiers d’Analakely, selon la police, ont été pris dans les mailles du filet, mercredi, aux environs de Soarano. Les forces de l’ordre les ont interpellés en flagrant delit : en train de dérober un collier en or à une femme, en pleine rue. Tous les quatre ont comparu devant le parquet, hier.

L'express de Madagascar80 partages

Nouvelle émission mécanique – La RTA dévoile « Le Vérificateur »

Les férus des émissions mécaniques seront  bien servis. La station Rta en co-production avec The One diffusera à partir de ce dimanche sa nouvelle émission « Le vérificateur ». 

À fonds les manettes. La chaîne Rta en co-production avec TheOne, une agence de production et communication, inaugure ce dimanche  à 17 heures et demie, une nouvelle émission  consacrée à la voiture, «Le Vérificateur ». Une nouvelle émission qui, pour  les responsables de la programmation de cette chaîne,  proposera du contenu exclusif, à la fois divertissant et instructif. Au menu donc : des essais et de l’actu moto bien sûr, mais aussi des reportages, des vedettes et de la mécanique, le tout sur un ton volontairement grand public. Au volant de ce nouveau programme le légendaire pilote d’essai Thierry Razakandrainibe.  « Le Vérificateur, est une émission mécanique auto d’un nouveau genre où le présentateur teste les véhicules ainsi que les produits  mis en avant dans l’émission », explique Thierry Razakandrainibe, le présentateur de l’émission. Ce nouveau produit durera une demi-heure.

La Gaz en vedette

Les amoureux des belles russes vont être comblés pour la première diffusion. Thierry Razakandrainibe fera  vivre au rythme des plus beaux véhicules de la marque Gaz, constructeur qui lui ouvre les portes de ses usines. « La production TheOne a voulu marquer le retour de l’émission sur nos petits écrans. Sur ce, pour la première diffusion nous allons convier les téléspectateurs à partager les aventures de Thierry Razakandrainibe en Russie. C’est-à-dire sa visite lors du salon et des différents musées de voitures russes ainsi que la visite de l’usine Gaz Group qui s’est déroulée à Moscou, durant le mois de septembre »,  annonce Naina Randriamananjara, le Directeur Général de la station Rta. Il a également confirmé  que cette nouvelle émission « Le Vérificateur » promet  de belles choses et que les téléspectateurs ne seront en aucun cas déçus.

Le prochain tournage se fera dans la capitale pour donner satisfaction aux amateurs de voitures et leur faire découvrir d’autres sensations fortes à travers ses tests et ses conseils. A mentionner que l’émission « Le Vérificateur » sera sponsorisée par Gaz Group, Jovenna Premium, Ironman 4*4 et la Société Tama Import (STI). Retrouvez ainsi « Le vérificateur » sur la chaine Rta tous les dimanches à 17 heures et demie et la rediffusion le mercredi à 14 heures et demie.

Sitraka Rakotobe

Midi Madagasikara70 partages

Fenoarivo : Raim-pianakaviana mamo, nanolana ny zanany

Dimy volana taty aoriana vao fantatra ny habibiana nataon’ity raim-pianakaviana 50 taona, tamin-janany vavy. Teny amin’iny faritra Fenoarivo iny no nitrangan’izany, ary avy hatrany dia nanao fitairanana tany amin’ny biraon’ny zandary ireo fianakaviana. Araka ny fanazavàna azo dia vehivavy kely vao 13 taona monja no niharan’ny filan-dratsin’ny rainy. Tamin’io andro io, araka ny fanadihadiana nataon’ireo tompon’andraikitry ny filaminana dia mamo ity rangahy tsy valahara ity. Notambatambazany ilay ankizivavy kely, ary nanamparany ny filan-dratsiny nony avy eo. Nanomboka teo, asa raha hoe norahonany ity ankizy ity tsy hilaza na amin’iza na amin’iza ny zava-dratsy nataony, fa dia tsy nisy nahafantatra tokoa izany, raha tsy niha-nibontsina ny kibon’ity ankizivavy … bevohokan-drainy. Hatairana ny an’ireo fianakaviana ka nandeha avy hatrany tany amin’iny mpitsabo izy ireo. Tany no nahafantarana fa mitoe-jaza ilay zaza, ary efa ho dimy volana eo ho eo. Noterena hiteny amin’ity ankizy ka tamin’izany no nilazany fa ilay rainy no nanolana azy, hoy ny fanazavàna azo avy amin’ireo mpanao famotorana. Nitory avy hatrany ity rangahy tsy mataho-tody ny fianakavian’ilay zaza. Nosamborina avy hatrany iry voalohany, ny alarobia lasa teo, ary nentina nohadihadiana. Omaly moa no fantatra fa natolotra ny teny anivon’ny Fampanoavana ity lehilahy ity.

m.L

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Tia Tanindranaza69 partages

« Motion de censure »Nanjavona tampoka teny Tsimbazaza indray

Novoizin’ireo solombavambahoaka mpomba ny fitondrana tarihan’ny depiote Randrianasolo Jean Nicolas nanerana ny haino aman-jery maro teto Iarivo ny fisian’ireo sonia maro voaangon’izy ireo hanatanterahana ny fametrahana ny “Motion de censure”

News Mada62 partages

Tolo-dalàna momba ny fananan-tany : mila fanitsiana na fanafoana tanteraka

Niantso ben’ny Tanàna maro avy eto amin’ny faritra Analamanga ny vondron’ny fiarahamonim-pirenena tarihin’ny Sehatra iombonana ho an’ny fananan-tany (Sif) sy ny Rohy. Niarahan’izy ireo nidinika ny hanairana ireo depiote ny amin’ny tolo-dalana  sasany (119, 120, 121…) momba ny fananan-tany.

Andininy maromaro ao amin’ny tolo-dalana momba ny fananan-tany haroso eny amin’ny Antenimierampirenena, ny herinandro ho avy io, mampanahy mafy ny fiarahamonim-pirenena sao hiafara amin’ny fanesorana ireo tantsaha efa nampiasa ny tany nivelomany nandritra ny taona maro. Manao izay fanairana izay ny fiarahamonim-pirenena miaraka amin’ireo ben’ny Tanàna ireo ho fiarovana ny vahoaka tantsaha any ambanivohitra, izay efa nifofotra niasa mafy amina velaran-tany novoleny. Maro amin’ireny tany fiveloman’ny tantsaha ireny ny tsy mbola misoratra aminy (titre), saingy izay aloha ny zava-misy, misy miasa efa maherin’ny 20 taona.

Mampanahy ny Sif amin’izany tolo-dalana izany ny mety fanafoanana ny Birao iombonana ho an’ny fananan-tany (Bif) any amin’ireo kaominina ambanivohitra. Araka izay lalàna izay ihany, raha ny tombatomban’ny firaisamonim-pirenena, takina haverina ho tanim-panjakana ireny tany ireny, ary mety hiafara amin’ny famarotan’ny fanjakana azy indray amin’ny vahiny.

Loza mitatao amin’ny tantsaha

Koa manana andraikitra lehibe amin’izany ny ben’ny Tanàna miaraka amin’ny sefom-pokontany any an-toerana, mahalala tsara ny tantaran’ireo tany ao aminy. Nohamafisin’ny Sif  fa tsy ny lalàna rehetra akory no kianina fa ireo andininy sasany, karazana loza mitatao amin’ny tantsaha. Mila fanitsiana ireny lalàna ireny na fanafoanana tanteraka. Araka izany, takin’ny firaisamonim-pirenena ny hanoratana ireo tany ireo amin’ny olona efa ela niasana sy nipetraka aminy. Koa tokony handinika tsara izany ireo depiote, mba tsy hisy fiantraikany amin’ny fiainam-bahoaka ny fandaniana ireny tolo-dalana ireny.

Tsy zava-baovao intsony ankehitriny ny fahamaroan’ny olona very tany, nefa tompony ara-dalàna izao na amin’ny tanàn-dehibe aza. Tsy tambo isaina ireo manana olana momba izany eny amin’ny fitsarana, mampanahy ny tena tompony. Koa vao mainka mampidi-kizo ireo manana ny rariny sy hitsiny raha sanatria mbola laniana eny amin’ny Antenimierampirenena ireo andininy tsy mampandry mandry ireo.

R.Mathieu

News Mada61 partages

Dessin de presse : Riri sous le feu des projecteurs à Dakar

Dans le cadre de la Journée internationale de la fin de l’impunité des crimes commis contre des journalistes, l’association Amis de Ghislaine Dupont et Claude Verlon organise une exposition baptisée «Dessiner pour ne pas tirer un trait». Le vernissage s’est tenu, hier, à Dakar, et le caricaturiste malgache Riri est parmi les invités.

A rappeler que chaque année, depuis l’assassinat des deux journalistes français Ghislaine Dupont et Claude Verlon, l’association Amis de Ghislaine Dupont et Claude Verlon organise un programme spécial dans les pays francophones africaines.

Un an de préparation

Selon un article paru sur le site jeuneafrique, l’association a commencé à concocter cette exposition depuis l’année dernière. «Nous avons d’abord contacté les dessinateurs les plus réputés, qui ont traité le sujet dans la presse, puis la collection s’est enrichie», a annoncé Pierre-Yves Schneider, le secrétaire général et porte-parole de l’association.

Pour sa part, Riri a surtout dévoilé la situation des journalistes au pays. «Ils vivent dans une ambiance d’insécurité, surtout depuis le vote du code de la communication au mois de juillet 2016. Je ne suis pas journaliste mais dessinateur de presse et cela suffit déjà à me sentir menacé», a-t-il annoncé.

Par ailleurs, l’exposition sera également organisée dans d’autres pays africains, entre autres, au Burkina Faso ou encore au Mali. Selon le site, elle sera aussi présentée à Bordeaux, du 6 au 22 novembre, puis à Paris au mois de mars prochain.

Holy Danielle

 

L'express de Madagascar59 partages

Sur Africa 24 – Mahafaly insiste sur la stabilité

Le Premier ministre reprend les arguments du chef de l’État quant au change­ment de président du Sénat. Il entretient le suspense pour la suite.

Une litanie. Le changement à la présidence du Sénat a été l’un des titres du journal d’Africa 24, jeudi. Invité sur le plateau pour apporter des éclaircissements sur cet évènement, Solonan­drasana Olivier Mahafaly, Premier ministre, a martelé qu’il s’agit d’une démarche « pour renforcer la stabilité ».« Le message par rapport à ce changement est que Madagascar, vient de sortir d’une longue crise. C’est un signal fort que le régime veut renforcer la stabilité politique », a déclaré le chef du gouvernement. Un argument avancé pour la première fois par Hery Rajaonarimam­pianina, président de la République, à Rome le jour de la publication de la nomination de Rivo Rakotovao, ancien ministre, au Sénat.Le chef de l’État avait indiqué que cette décision a été prise pour « renforcer la stabilité institutionnelle ». Le nouveau président du Sénat qu’est Rivo Rakotovao affirme pourtant que cette Chambre est la matérialisation des acquis du pouvoir, notamment la stabilité institutionnelle. À un an de l’élection présidentielle qui ne saurait être reportée selon toujours le numéro un de la Chambre haute, pourquoi les tenants du pouvoir trouvent-ils nécessaire de renforcer cette stabilité ?

IntérimSur le plateau d’Africa 24, le Premier ministre a été questionné sur le fait que placer le président du parti « Hery vaovao ho an’i Mada­ga­sikara » (HVM) ne serait-il pas un moyen de préparer le chemin à la candidature du président de la Républi­que à sa propre succession ? Une question qui a visiblement incommodé Solonan­drasana Olivier Mahafaly, qui a essayé de s’en dépatouiller en martelant l’argument du chef de l’État, qui es de « préserver la stabilité ».Hery Rajaonarimam­pianina lui-même entretient le suspense sur sa candidature ou non à briguer un second mandat. Une manière probablement d’éviter d’être taxé de pré-campagne, vu qu’il multiplie les tournées et les inaugurations. Un rythme qui devrait s’intensifier dès le début de l’année 2018, qui sera une année électorale. L’inauguration des nouveaux stationnements de taxis-brousse, à Antananarivo, sont par exemple au programme.Sa famille politique n’a pourtant, de cesse d’affirmer qu’il reste leur favori. « Offrir » la présidence du Sénat à Rivo Rakotovao, pourrait être une manière d’envisager plus sereinement cette échéance. La Constitution prescrit, en effet, la démission préalable du chef de l’État en exercice qui se porte candidat trente jours, au moins et soixante jours au plus avant la date du vote.L’intérim sera assuré par le président de la Chambre haute. « Les sénateurs ont élu à la tête du Sénat un homme de confiance du président de la République », a souligné le Premier ministre, sur Africa 24. Le changement au perchoir du Sénat pourrait alors assurer la stabilité durant l’intérim. Une stabilité qui semble rimer avec garder le pouvoir entre les mains des Bleus. Honoré Rakotomanana, ancien président du Sénat, ayant dès le début affirmé son obédience à un autre camp.

Garry Fabrice Ranaivoson

Tia Tanindranaza58 partages

Banky Foiben’i MadagasikaraNatao roaka alika ny mpanao gazety

Nanao valandresaka sy fampitam-baovao ho an’ny mpanao gazety teny amin’ny Hotely Le Louvre Antaninarenina ny avy amin’ny Banky Foiben’i Madagasikara (BFM) tarihin’ny governora Alain Rasolofondraibe omaly maraina.

Tsy ny mpanao gazety rehetra kosa no nampanantsoina fa ireo miasa amin’ny haino aman-jery mpanohana sy mpomba ny mpitondra ihany. Na izany aza, maro ireo mpanao gazety amina haino aman-jery hafa eto an-drenivohitra no tonga teny an-toerana. Nambenana teo am-baravarana sy tsy navela niditra anefa izy ireo na dia nisy soratra “conference de presse” aza. Ara-bakiteny ny hoe “tratry  ny roaka alika” sy nohivahivaina tanteraka ny mpanao gazety tamin’ity indray mitoraka ity. Tsy fantatra mazava ny antony. Ampahany tamin’ny vava navoakan’ny avy amin’ny BFM ny hoe: “Rehefa tsy ao anatin’ny fitondrana dia mandehana mandeha”. Miaraka amina basy mihitsy ny mpanakana ka niala maina tsy afa-niditra ireo mpanao gazety taorian’ny tsy fifankahazoana. Tsy ilain’ny BFM intsony amina resaka fampitam-baovao izany ny orinasan-tserasera ankoatra ny mpanohana ny fitondrana ? Toa mba nisy ihany ny fotoana niantsoana ny mpanao gazety tsy an-kanavaka tamin’ny famoahana ireo vola vaovao, saingy nahoana no nasiana sivana tamin’ity indray mitoraka ity ? Raha resaka fampahalalam-baovao nivoaka mety tsy dia ankasitrahany loatra dia zony ny mitondra fanitsiana na koa mifanazava raha ilaina fa tsy vahaolana ny fanaovana roaka alika mpanao gazety. Tsy atao mahagaga ny mety ho fisian’ny resaka maizimaizina sy hafenimpenina ao amin’ny BFM. Efa nisy, ohatra, ny resabe nivoaka momba ny fisian’ny volabe hatrany amin’ny 19 miliara mivoaka an-tsokosoko amin’ny andro alina, ka mety ho anisan’ny mitarika fankahalana mpanao gazety ny famoahana ny resaka tahaka ireny. Olana eto amintsika ny fahasarotan’ny fahazoana loharanom-baovao noho ny toe-javatra tahaka izao. Mety ho lojika foana ny hoe tsy izay mifanaraka amin’ny sain’ny mpitantana ny sampandraharaham-panjakana tahaka ny BFM ihany no hivoaka amin’ny vaovao, fa azo heverina ny fanatsikafonana  zavatra tsy mety hanitsiana ny dia sy ny ho avy, ka tsy tokony handraisana fahavalo ny mpanao gazety satria adidiny izany. Andrasana izay ho fanambaran’ny minisiteran’ny serasera sy ny  holafitry ny mpanao gazety manoloana iny toe-javatra omaly iny. Eo ihany koa ny mety ho fanazavan’ny BFM.

Toky R

 

Midi Madagasikara55 partages

Anniversaire : Deba souffle ses 81bougies, ce jour

Didier Ratsiraka va couper son cadeau d’anniversaire ce jour (Photo d’archives).

(4 novembre 1936- 4 novembre 2017) Didier Ratsiraka dit Deba souffle ses 81 bougies ce jour. En effet, il est né le 4 novembre 1936 à Vatomandry, dans la province de Toamasina. Par deux fois, il a été élu président de la République (1975–1993 et 1997–2002).  Fils d’un fonctionnaire de l’administration coloniale française, il entame un parcours qui le mène au lycée Henri IV à Paris avant d’accéder à la filière mathématiques supérieures et mathématiques spéciales. Par la suite, il a été admis à l’école navale de Brest où il décroche le diplôme d’ingénieur et devient officier de pont. En 1965, il poursuit ses études à l’école des officiers de transmission électronique, sanctionné par le diplôme d’ingénieur breveté des transmissions. Cinq années plus tard, il intègre l’école supérieure de guerre navale à Paris. Par ailleurs, ce jeune officier a été ministre des Affaires étrangères durant la Transition (1972–1975). Il accède à la Magistrature suprême en 1975. L’amiral rouge a dû quitter le pouvoir en 1993 pour céder la place au professeur Zafy Albert. Il est parti en exil en 1993 pour revenir au pouvoir en 1997 mais le mouvement populaire de 2002 l’a contraint de nouveau à partir en 2002. Il n’est revenu au pays qu’en 2011.

Recueillis par Dominique R.

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Tia Tanindranaza54 partages

Mpianatra matin’ny pesta teny IsotryMampifanolana ny fanjakana sy ny Katolika

Tsy mampitovy hevitra ny minisiteran’ny fanabeazana sy mpitantana ny sekoly katolika iray ny filazana fa matin’ny pesta ny mpianatra iray. Mpianatra, kilasy faha-8 tao amin'ny sekoly katolika "Jean 23" Isotry no voamarina fa namoy ny ainy noho ny aretina pesta aretin-tratra ny alatsinainy 30 oktobra.

  Nianatra io zaza io ny alarobia 25 oktobra, fotoana niverenan’ny sekoly katolika sasany nianatra ary naiditra hopitaly ny alin'io, araka ny tatitra nataon’ny minisiteran’ny fanabeazana. Misy moa ny "médecin inspecteur" manara-maso ny "traitement" an'ireo ankizy iray kilasy tamin'ilay zaza. Araka ny efa nambara tamin’ny rehetra, malalaka ny safidy ary tsy an-tery ny naoty navoakan’ny minisitera tamin’ireny fotoana ireny mikasika ny fampitsaharana ny fampianarana, hoy ny talen’ny serasera Titoara Serge Thierry. Nisy ny sekoly tsy miankina nanaraka ary nisy ihany koa ny niditra nialoha noho ny antony samihafa. Tsy hifanomezan-tsiny io. Mikasika iny toe-javatra teny Isotry iny kosa, mahatoky amin’ny vaovao avoakany ny minisitera ary mangarahara ny vaovao avoaka, hoy izy. Nilaza kosa ny teo anivon’ny sekoly fa tsy mitombina mihitsy ny filazana fa matin’ny pesta io ankizy io. Natao ny dingana rehetra fa tsy marina izany, ary tsy azonay antoka mihitsy fa pesta no nahafaty azy fa “Angine” na aretin-tenda mahery vaika. Tsy voatsabon’ny dokotera tao an-toerana, ary nentina tany amin’ny dokotera hafa dia mbola izay ihany, hoy ny sekoly. Tsy nahitana tranga hafahafa fa dia izay, ka tsy marina io voalaza io. Tsy hay aloha na misy hifandraisany amin’ny resaka tsy fifankahazoana teo amin’ny minisitera sy ny sekoly katolika tamin’ny alalan’ny DIDEC izy na fifanandrifian-javatra ihany. Ny mahagaga, nahoana no notononina hatramin’ny toerana sy ny anaran’ny sekoly ? Toa miendrika fanalam-baraka sy famelezana manokana ny sekoly katolika ihany mantsy ny zava-misy, raha ny fanehoan-kevitry ny olona sasany. Efa maro ny trangana pesta nahafaty olona sy naharariana olona tamina sampandraharaham-panjakana na orinasa teto an-drenivohitra, saingy tsy nisy resabe, fa nahoana no niparitaka haingana ity tranga teny Isotry ity. Efa nisy, ohatra, ny mpanao gazety voan’ny pesta, saingy tsy nampahafantarina ny momba azy mba hitandroana ny fahafaham-baraka ho an’ny olona voa sy ny orinasa iasany. Ity kosa tonga dia nabaribary. Tsy atao mahagaga raha misy ny mihevitra fa natao hamelezana sy hanalana baraka manokana ny sekoly katolika iny toe-javatra iray iny.Nanamafy moa ny minisitry ny fahasalamam-bahoaka ny Pr Lalatiana Randriamanarivo fa matoa ambara ny olona iray hoe matin’ny pesta dia efa nisy ny fitsirihana nataon’ny dokotera avy ao amin’ny hopitaly ary nohamafisin’ny Institut Pasteur ka noho izany tsy misy iadian-kevitra intsony.

Toky R

 

Midi Madagasikara51 partages

Banque Centrale de Madagascar : Hausse du taux directeur à 9,5% à compter de jeudi prochain

Il y aura encore une hausse du taux d’inflation pour les six prochains mois, selon les perspectives de cette Autorité monétaire.

Dans le cadre de la revue trimestrielle de la politique monétaire, le Comité Monétaire de la Banque Centrale de Madagascar a décidé lors de sa réunion d’hier, de relever pour la 2e fois le taux directeur de 9% à 9,5% à compter du jeudi 09 novembre 2019. En outre, le coefficient des réserves obligatoires est maintenu à 13%. Le Gouverneur de la Banque Centrale, Alain Rasolofondraibe, l’a annoncé hier lors d’une conférence de presse. La dernière révision à la hausse de ce taux directeur a eu lieu le 11 mai de cette année, et ce, passant de 8,3% à 9%.

Hausse des importations. « Cette décision a été prise en égard à l’évolution de la conjoncture économique. En effet, une hausse du taux d’inflation est observée en fin août 2017, atteignant les 8,2% contre 7% pour la même période de 2016. C’est dû principalement à la forte progression des prix des produits locaux. Au niveau du secteur extérieur, le déficit du compte courant s’est amplifié à 136,3 millions de DTS sur les neuf premiers mois de l’année au lieu de 128,1 millions de DTS pour la même période de 2016. La hausse importante des importations dans presque toutes les catégories des biens comparée à l’évolution des exportations tirée notamment par les produits comme la vanille, le girofle, le cobalt et les produits de la zone franche, en est l’origine », a-t-il expliqué.

Taux de change. Et parlant des opérations en capital et financières, le solde s’est dégradé de manière significative entre les deux périodes. En effet, l’excédent de ce solde est passé de 236,5 millions de DTS l’an dernier à seulement 175,2 millions de DTS en 2017. Cette évolution défavorable a été attribuable à la fois au compte de capital et au compte financier. Pour ce qui est des réserves officielles de change, l’encours à la fin septembre 2017 s’est chiffré à 1.274,4 millions USD, soit l’équivalent à 3,5 mois d’importation de biens et services non facteurs. C’est également stable comparé à 2016. Et sur le MID, le taux de change réel s’est apprécié de 8,7% à la fin de septembre dernier par rapport à la fin de décembre 2016. Au niveau des finances publiques, un déficit de 529,2 milliards Ar au niveau des Opérations Globales du Trésor est enregistré en raison de la hausse des dépenses courantes liées aux problèmes de sécheresse et au passage des cyclones durant les premiers mois de l’année. En outre, la base monétaire a augmenté suite aux interventions de la Banque Centrale afin de réguler la liquidité bancaire. Et l’évolution de la masse monétaire est relativement stable.

Hausse du taux d’inflation. « Quant aux perspectives pour les six mois à venir, la Banque centrale prévoit encore une hausse du taux d’inflation de 8,5% au 4e trimestre de 2017 et 8,3% au premier trimestre de 2018, en moyenne période. Cette hausse sera respectivement de 8% et de 7,9% en fin de période. Ces prévisions sont basées sur l’augmentation des cours des produits pétroliers à court terme et l’évolution des prix dans les pays partenaires. Et ces variables exogènes peuvent avoir des incidences sur les prévisions du prix intérieur à travers le prix des produits importés. Pour les variables endogènes, le déséquilibre des encaisses réelles de la monnaie persiste et renforce l’accroissement des prix sur les six prochains mois. Toutefois, l’appréciation en termes réels de la monnaie pourrait atténuer cette hausse des prix », a fait savoir le Gouverneur Alain Rasolofondraibe. En outre, l’afflux de devises en provenance de l’extérieur se poursuivra compte tenu des déblocages des aides extérieures et des recettes attendues du secteur privé.

Navalona R.

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
L'express de Madagascar41 partages

Mahajanga – La commune réhabilite les ruelles

La commune urbaine de Mahajanga entreprend des travaux de réhabilitation de rues. Dans un premier temps, ils concernent  576 mètres de ruelles.

La journée d’hier est à marquer d’une pierre blanche pour la commune urbaine de Mahajanga. La  municipalité de la Cité des Fleurs financera de ses propres ressources la réhabilitation des ruelles de la ville, précisément dans le fokontany de Mahabibokely.Deux tronçons de ruelles, longues de 576 mètres, seront réhabilités. Le premier, depuis Mahabibokely, devant Makilok, jusqu’à Ambalavola, long de 300 mètres, coûtera 115 millions ariary de travaux. Tandis que le second axe, d’une longueur de276 mètres, au départ de Mahabibokely vers le fokontany de Morafeno, nécessitera des travaux de réhabilitation dont le coût est estimé à 89 millions ariary. La durée des travaux pour les deux chantiers est de soixante jours à compter d’hier. Il s’agira de rénover et de réhabiliter uniquement la chaussée et non pas les accotements ou bordures.La cérémonie de pose de la première pierre de ce projet d’aménagement de ruelles s’est tenue hier matin devant le point Makilok.

CohésionLes autorités locales, conduites par le Préfet de Mahajanga, Lahiniaina Fitiavana Ravelomahay, du chef de la région Boeny, Jaffar Saïd Ahamad ainsi que le maire, Mokhtar Andrianto­manga, y ont assisté. Le directeur général du ministère auprès de la Présidence en charge des Projets présidentiels, l’aménagement du territoire et de l’équipement, Gérard Andriamanohisoa, était également présent.« C’est une grande première pour la commune de Mahajanga de financer ce genre de projet. Trois fokontany jouiront de cet avantage, à savoir Tanambao Ambalavato, Morafeno, et Mahabibokely », a expliqué le maire.« J’ai effectué un parcours très difficile au début de mon mandat, en octobre 2015, je m’étais battu et ces épreuves m’ont forgé. D’ailleurs, j’ai des collaborateurs et un personnel compétents », a-t-il ajouté.Le Préfet de Mahajanga s’est également réjoui de la cohésion dont font preuve le personnel de la mairie et le Conseil municipal, pour l’intérêt général des administrés.

Vero Andrianarisoa

Tia Tanindranaza38 partages

Fitondrana HVMTsy mahafehy serasera

Nanomboka nihetsiketsika tamin’ny serasera anaty facebook sy eny amin’ny haino aman-jery ary gazety an-tsoratra ny tapaky ny volana oktobra teo ny olon’ny ankolafy Rajoelina.

 Nisantarana izany ny fiarahan’i Andry Rajoelina nipetraka tamin’ny fianakavian’ny Pr Zafy Albert teny amin’ny lapan’ny kolontsaina sy fanatanjahantena Mahamasina. Ekena ny fiaraha-miory sy fankaherezana ny fianakaviana fa amin’ny lafiny iray dia endrika serasera iny ary nisehoan’ny filohan’ny tetezamita vahoaka tamina tranga goavana sy manana ny maha izy azy ho an’ny firenena. Etsy an-kilany, hita amin’ny dinika sy fikaonan-doha politika sy manodidina ny fifidianana nisy tato ho ato i Marc Ravalomanana ary efa hahafantaran’ny rehetra azy ny fitetezam-paritra ataony mandavan-taona ka manodidina ny distrika 75 amin’ireo 119 misy eto Madagasikara izao no voatsidiny hatramin’ny niverenany an-tanindrazana indray, 3 taona lasa izay. Tsy vao izao ihany fa efa hatry ny ela no mampiasa ny serasera ary mahay mampiasa azy io i Marc Ravalomanana. Io lafiny iray io no tena nampisongadina azy tamin’ny 1999 fony izy kandida ben’ny tanàna. Iarahan’ny rehetra manaiky fa henjana ihany koa izy any amin’ny resaka fifampiresahana sy fifampiraharahana na eto an-toerana na any ivelany. Manana ny maha izy azy eo amin’io sehatry ny serasera sy fifandraisana io ihany koa i Andry Rajoelina ary ny fahaizany nampiasa an’io no nanampy azy betsaka nandrodana an’i Marc Ravalomanana tamin’ny 2009. Efa mivoaka ny resaka fa goavana ny teknikan-tserasera hampiasain’i Andry Rajoelina sy ny Mapar rehefa tonga ny fotoana.

Serasera sampona

Ho an’i Hery Rajaonarimampianina kosa dia manana ny fitaovan-tserasera mivoy ny momba azy sy ny fandaharan’asany izy na haino aman-jery na gazety an-tsoratra, saingy lesoka ho azy ny tsy fisian’ny asa mivaingana vitany hatreto aloha. Azo nanaporofoana tsara ny tsy fifehezan’ny fitondrana Rajaonarimampianina serasera ny savorovoro nateraky ny valanaretina pesta, indrindra ho an’Antananarivo sy Toamasina. Tsy ampy ny fampahafantarana sy ny fanazavana na nisy fa natao toton’ondry bory fotsiny fa tsy nahomby akory. Mamono afo lava avy eo ny mpitondra fanjakana, fa ny olona efa tsy resy lahatra intsony, hany ka na zavatra tokony hahomby aza dia mikatso ho azy. Maro ihany koa ny mahita fa tsy dia mahafehy firy ny resaka serasera ny ekipan’ny filoham-pirenena, hany ka ny fampiasana ny fahefana eo am-pelatanana no fomba fiady ampiasaina. Mandeha daholo ny antsojay, famoahana dosie tampotampoka, fanakatonana orinasa, fanenjehana ny olona mifandray amin-dRakoto na Rabe izay mety ho kandida matanjaka. Malemy ho azy mantsy ilay kandida rehefa voageja ny loharanom-bolany na tsy afaka manampy azy araka ny tokony ho izy ireo mpiara-miasa sy mpiara-miombon’antoka aminy.

RTT

News Mada19 partages

Voka-pikarohana : nanajary ny « Danse Totokafo » ny tarika Gas.pu

« Danse Totokafo », io no trandran-kanto voajarin’ny tarika Gas.pu.  Dihy noforonina tao anatin’ny enim-bolana izy ity ary notsoahina avy amin’ny fihetsik’ilay vorona totokafo na kakafotra monina eto Madagasikara.  “Ny tanana miampy ny tongotra no ampiasaina betsaka indrindra anatin’ny « Danse Totokafo » fa tsy mihetsika firy ny fitombenana”, hoy i John-Fréderic, lehiben’ny tarika sady mpamorona eo anivon’ny Gas.pu.

Tanjona ho azy fito mianadahy mandrafitra ny tarika ny hanala voly sy hanabe ary hampita ny endri-piaraha-monina tojo azy ireo mba hakana lesona hanitsiana izay mety ho lesoka. Tononkira mora raisin’ny rehetra satria mivantana no harafitry ny tarika hanjary kanto an-kira ravahana dihy. Manao ny gadona milamina sy mihetsika rahateo ity tarika ity.

Tsy manadino ny maha Malagasy azy ny tarika sady maneho ihany koa fa voafehin’izy ireo ny kantom-bahiny. Taratra izany amin’ny fampiasana ny zavamaneno toy ny saksofona sy ny trompetra laroina ny kabosy zavamaneno malagasy.  Misokatra amin’ny fiaraha-miasa ho amin’ny fanabeazam-boho ny mozika malagasy ny tarika.

Nanangona: HaRy Razafindrakoto

 

Midi Madagasikara15 partages

Un pouvoir sûr de lui et dominateur

C’est un régime sûr de lui et conscient de son pouvoir qui a démontré cette semaine son habileté manœuvrière. Après avoir compris la difficulté d’imposer un projet de révision de la Constitution, il a changé de stratégie et a décidé de mettre un de ses hommes forts à la présidence du Sénat. L’opération s’est faite sans aucune difficulté suivant un scénario écrit d’avance. Celui qui avait été considéré comme un fidèle du chef de l’Etat a été obligé de céder la place. Malgré ses dénégations, Honoré Rakotomanana a bel et bien été poussé vers la sortie et il a fait tant bien que mal bonne figure lors du passage de flambeau à Rivo Rakotovao, son successeur. Les observateurs n’ont donc fait que prendre acte de l’événement. C’est un sénat majoritairement favorable au régime qui est en place et dont le président va jouer un rôle majeur avant l’élection présidentielle de 2018. Le parti HVM a donc réussi à surmonter les obstacles qui semblaient insurmontables auparavant. Il a levé l’hypothèque d’un président par intérim peu fiable après la démission du chef de l’Etat devenu candidat. L’horizon politique s’est donc éclairci pour le régime et il peut préparer en toute quiétude son plan de campane électoral. Il doit maintenant montrer son efficacité dans la lutte contre la peste. Certes, tout le monde reconnaît que les efforts ont porté leurs fruits et que la progression de l’épidémie a été stoppée, mais il est nécessaire de rester vigilant. Les fonds qui vont être débloqués par les organismes internationaux et qui s’élèvent à plusieurs millions de dollars doivent être utilisés à bon escient. L’opinion publique va certainement suivre de très près leur gestion. Après le Sénat, c’est l’Assemblée nationale qui fait parler d’elle. De cette dernière part le bruit d’une rumeur de dépôt de censure à l’encontre du Premier ministre. Pour le moment, elle n’a pas de véritable fondement, mais elle réapparaît à chaque fois pour d’obscures raisons.

Sur le plan international, les sujets brûlants ne manquent pas. La défaite de DAESH en Irak et en Syrie semble effective, mais cela ne signifie pas que l’organisation terroriste est détruite. Elle         a encore de nombreuses ramifications dans le monde. Le terrorisme est toujours bien présent et il peut frapper partout. Il s’est manifesté à New York à travers cet attentat perpétré par un Ouzbek résidant aux Etats-Unis qui a foncé avec sa camionnette sur des cyclistes. Le bilan est lourd : huit morts et douze blessés. Il est survenu alors que le procès de l’affaire Merah se déroulait à Paris. Les audiences ont été suivies avec beaucoup d’intérêt par l’opinion française. Le verdict prononcé à son issue, 20 ans de réclusion criminelle      pour le frère de Mohamed Merah a provoqué une certaine amertume chez les proches des victimes.

Un attentat imprévisible à New York. Il ne faisait pas partie de cette catégorie de personnes susceptible de commettre des attentats puisqu’il était entré légalement aux Etats-Unis et avait cette fameuse carte verte. L’Ouzbek de 29 ans qui a foncé sur les cyclistes de New York n’avait pas le profil des terroristes habituels. Il avait une vie de famille normale et n’aurait jamais pu être soupçonné. Les propos qu’il a tenus après son arrestation montrent qu’il est un islamiste pur et dur et qu’il affirme son allégeance à DAESH. Donald Trump a été égal à lui-même, en multipliant les « tweets ». Il a notamment réclamé la peine de mort pour le terroriste et la révision de la loterie organisée pour les candidats à l’immigration aux Etats –Unis.

Le régime a mis en place un des rouages essentiels de la machine électorale qui devrait permettre la réélection du président actuel. Il l’a fait sans hésiter en plaçant l’un de ses hommes de confiance à la tête du Sénat. Il l’a fait sans s’embarrasser de précautions juridiques, écartant sans ménagement le juriste Honoré Rakotomanana. C’est un pouvoir sûr de lui et dominateur qui assure être garant d’une véritable stabilité politique.

Patrice RABE

News Mada13 partages

Feno ny fepetra rehetra : hisokatra ny alatsinainy ny taom-pianarana 2017-2018

Afaka hiatrika ny taom-pianarana vaovao ny mpianatra amin’ireo Zap sy Cisco nikatona nandritra ny iray volana noho ny valanaretina pesta. Vonona ny fepetra rehetra iantohana ny fanaraha-maso ny fahasalaman’ny mpianatra any an-dakilasy, hoy ny minisitera, omaly.  

“Feno ny fepetra ahafahan’ny sekoly misokatra handray mpianatra ho amin’ny taom-pianarana vaovao”, hoy ny talen’ny serasera ao amin’ny minisiteran’ny Fanabeazam-pirenena, Tsitohara Serge, omaly, teny Anosy. Voatsangana isaky ny sekoly manerana ny Nosy ny komity mpanara-maso ny fahasalaman’ny mpianatra sy ny mpanabe any an-dakilasy. Vonona ny toerana hanokanana ny tsy salama ka mety hitondra fanahiana, efa nozaraina koa ny fitaovana rehetra ilaina nomen’ny Unicef toy ny fitsapana hafanana, fonon-tanana sy takom-bava ho an’ny mpikarakara any an-toerana.

Vita ny fanofanana ny tomponandraikitry ny fahasalamana any an-tsekoly ho an’ny Dren 22 sy ny sefo Zap ary ny sefo Cisco indrindra tany amin’ny toerana nahitana trangana pesta.  Nanamafy ity tale ity fa mahalala ny tokony atao avokoa ny mpiandraikitra rehefa hisokatra ny sekoly amin’ny alatsinainy ary mahafehy ny asa andrasana aminy raha sendra misy trangana pesta ao amin’ny sekoly iadidiany. Manana ny arofenitra rahateo ny sekoly.

Tsy miova ny datin’ny fanadinam-panjakana samihafa fa ny tetiandrom-pampianarana no nisy fanovana ho an’ireo Cisco voakasiky ny fiatoana nandritra ny iray volana.

Efa nianatra ny ampahany amin’ireo sekoly katolika eto Antananarivo, nanomboka ny 25 oktobra lasa teo, fa tsy niandry ny 6 novambra voalazan’ny minisitera. Nametraka fepetra koa izy ireny ho fiarovana ny mpianatra ao aminy.

Vonjy

News Mada12 partages

CCEsca : « Go& share » s’annonce jubilatoire

Le centre culturel Esca Antanimena accueille un après-midi dominical aux couleurs du gospel avec TGC, GMMC et Singers of Jesus, ce 5 novembre.

A l’initiative du Label Free Humanity, ce concert intitulé «Go share» s’annonce jubilatoire à plus d’un titre. Avec un répertoire éclectique composé de 25 morceaux, ces trois grosses pointures de la musique évangélique promettent un enchantement d’airs plus ou moins connus, magnifiquement interprétés.

Ces trois formations musicales font toujours salle pleine à chacune de leurs prestations. Pour cette édition, les organisateurs n’en attendent  pas moins. D’autant que «Go share» sera pour chaque groupe un nouveau défi et c’est certainement l’événement le plus attendu des passionnés.

«Nous souhaitons vivement que l’événement soit un show inoubliable. Pour ce faire, nous nous sommes entourés de spécialistes», a fait savoir Fenohasina Randria, chef de projet du label Free Humanity.

Joachin Michaël

 

Midi Madagasikara12 partages

Développement : Freddy Andriamalala pour un régime autoritaire sans dérive

Interview avec Mamisoa Freddy Andriamalala, économiste et politologue professeur des Universités et Consultant.

 Midi Madagascar (MM). D’après vous, le système politique actuel constitue-t-il un frein pour promouvoir le développement à Madagascar?

Andriamalala Mamisoa Freddy (AMF). On peut dire que les manquements constatés dans la Constitution actuelle sont des obstacles au développement de Madagascar. Ces manquements sont indiqués par leurs conséquences qui empoisonnent les vies économique, sociale et politique , chose que le pays vit dès le début de la IVe république. Le système de valeur et de croyance malgache est menacé ; il y a des difficultés dans la mise en place d’un gouvernement stable et efficace en raison de la marchandisation des décisions politiques perpétrées par certains élus lors du processus de décision ; la stabilité politique est inquiétante ; il y a également la recrudescence de l’insécurité liée à la faiblesse de la capacité de l’Etat, le dysfonctionnement manifeste de l’administration suite à des revendications syndicales excessives et souvent politisées ; l’aggravation de la corruption solidement implantée, etc.

MM. Quel est l’origine de ces manquements ?

AMF. L’origine des manquements peut être liée à l’impasse de l’argument institutionnaliste dans l’élaboration de cette constitution en vigueur. Nombreux sont ceux qui voient dans les constitutions malgaches qui se succèdent ce qui a été proposé de plus parfait pour servir le développement et pour assurer une stabilité politique durable et une alternance démocratique. Il reste à faire prévaloir cet aspect du développement dans le processus de décision visant à réviser la Constitution pour qu’il devienne une possibilité réalisable. Malheureusement, à Madagascar, des politiciens entourés des techniciens armés de modèle technocratique sophistiqué séduisant ont utilisé le mot « développement » pour élaborer une constitution. Ce modèle, souvent basé uniquement sur l’analyse institutionnaliste en raison de son formalisme juridique a déjà montré ses limites dans la Constitution actuelle. Il s’agit d’une Constitution marquée par l’influence du Droit orienté vers la description de structure juridique du pouvoir et des institutions même si elle introduit le mot « développement » à sa présentation formelle. C’est le plus grand tort qui ait jamais été fait au changement de la constitution en 2010. C’est devenu actuellement une source d’instabilité politiques et de confusion et une cause de défiance. Bref, les manquements constatés dans la Constitution actuelle et dans le système politique malgache sont liés à la trop grande distance de méthode d’élaboration de la loi fondamentale par rapport à la réalité concrète du pays.

Avez-vous de méthode nouvelle pour réviser ou changer la Constitution ?

 AMF. La révision ou le changement pertinent de la constitution n’est pas seulement une argumentation juridique et institutionnaliste. Au contraire, il faut la prise en considération des autres aspects des relations institutionnelles du pouvoir et l’accent sur la réalité et l’attention prêtée au terrain. Ce renouveau de révision s’agit d’un refus de construire un modèle de constitution à prétention universaliste fondé sur le juridisme seulement. Il s’inscrit dans une logique empiriste et ne suit pas une seule école de pensée.

Quel est le système politique que vous jugez pertinent pour développer Madagascar ?

AMF. Les éléments de réponse à cette question me permettent de vous dire ouvertement qu’un régime présidentiel fort pour créer un Etat efficace est pertinent si on veut vraiment du développement pour Madagascar. Un régime présidentiel ne se traduit nécessairement pas en une concentration du pouvoir entre les mains d’une seule institution. Par rapport à la culture et à la pratique politique actuelles, un régime présidentiel fort est plus pertinent pour créer un Etat efficace. Faut-il rappeler que dans un régime présidentiel fort, le Président de la République n’est pas responsable devant le parlement. Le chantage et le marchandage politique fréquemment pratiqués par certains élus par exemple dans la mise en place d’un gouvernement vont disparaître. Le Président de la République pourrait mettre un gouvernement stable et efficace pour mieux répondre aux besoins exprimés directement par la population et mieux fournir les biens et services collectifs indispensables à la promotion du développement.

Que pensez-vous de l’idée des partis politiques sur la mise en place d’un Etat fédéral ?

AMF. On est convaincu que dans une démocratie, la liberté d’opinion est parmi les indices fondamentaux si elle ne porte pas atteinte à l’ordre naturellement préétabli. Je respecte l’idée de certains partis politiques de transposer le système politique fédéral dans notre pays. Par contre, il faut dire que leur projet n’est pas prouvé selon le critère « pertinence » du point de vue évaluative ex ante. L’expérience que j’ai vécue durant mes plusieurs années de séjours d’études dans un pays fédéral très développé me permet de dire qu’un système fédéral réussi est lié à une trajectoire politique, à une culture politique et surtout à un niveau de développement économique du pays qui le pratique. Bref, j’insiste sur le fait que la mise en place d’un régime présidentiel fort sans dérive autoritaire pour créer un Etat efficace devrait être le cœur-même du débat sur la Constitution malgache.

Recueillis par Antsa R.

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara9 partages

AVCOI : Lalao Ravalomanana à La Réunion

Lalao Ravalomanana à La Réunion hier.

L’Association des Villes et des Collectivités de l’Océan Indien (AVCOI) vient de tenir à La Réunion son Assemblée générale. La maire d’Antananarivo Lalao Ravalomanana a été présente à cette AG en tant que présidente. Elle  a profité de sa visite à la Réunion pour rencontrer les partisans locaux de l’ancien président Marc Ravalomanana. Après La Réunion, la maire de la Capitale mettra le cap sur Bonn (Allemagne) où la COP23 aura lieu du 06 au 17 novembre. Les déplacements de Lalao Ravalomanana s’inscrit dans la recherche des partenariats pour le développement de la commune urbaine d’Antananarivo.

R.Eugène

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara6 partages

Chantage et/ou corruption : Adoption de la Loi de Finances contre 4×4 des députés

Les 151 députés auraient bientôt leurs 4×4.

L’affaire des 4×4 des députés connaitrait un nouveau rebondissement à l’Assemblée nationale à partir de la semaine prochaine.

On n’entend plus ces derniers temps les Milavonjy Philobert et Andriatsizehena Benja Urbain défendre becs et ongles la nécessité pour les députés d’obtenir des 4×4. La seule raison qui pourrait expliquer ce silence assourdissant est l’attente de l’atterrissage du projet de Loi de Finances pour 2018 à l’Assemblée nationale. On a appris hier que ce projet de Loi de Finances pour 2018, qui est d’ailleurs le principal objet de la deuxième session ordinaire du Parlement en cours, a été déposé à Tsimbazaza mardi dernier. Le bureau permanent de l’Assemblée nationale se réunira dès lundi prochain pour préparer les travaux de la commission des présidents qui devrait avoir lieu mardi matin. Le nouvel ordre du jour qui comportera certainement l’examen du projet de Loi de Finances pour 2018 serait adopté en séance plénière mercredi. Les députés auront donc environ un mois et demi pour l’examen et l’adoption de ce projet de loi qui comporte trois TOM et le projet de loi proprement dit. Les quatre documents sont très épais et sont tous rédigés en français : 400 pages pour le TOM 1, 500 pages pour le TOM 2, 225 pages pour le TOM 3 et 225 pages pour le projet de loi proprement dit.

Droit acquis ? L’affaire 4×4 connaîtra donc un nouveau rebondissement à Tsimbazaza. Les députés saisiraient l’occasion (adoption du projet de loi de Finances pour 2018) pour brandir un chantage à l’encontre du gouvernement. Et l’inverse n’est pas à exclure. Le gouvernement, pour obtenir l’adoption des documents de 1350 pages en 45 jours, serait obligé de « corrompre ». En fait, la pratique ne date pas d’aujourd’hui et ce n’est pas aux députés de l’actuelle Législature de l’apprendre. L’histoire des 4×4 remonte au temps du premier ministre Francisque Ravony. Ce dernier, rappelons-le, a trouvé à l’époque la solution des 4×4 pour stabiliser son gouvernement. Le régime de Marc Ravalomanana n’a pas dérogé à cette pratique. Est-ce donc un droit acquis ? Des députés de la quatrième République ne revendiquent leurs 4×4 qu’un an avant la fin du mandat de l’actuel président de la République. Politiquement, cette revendication arrange l’Exécutif car ces 4×4 permettraient aux députés pro-HVM de mener une campagne électorale pour le candidat d’Etat dans les zones reculées de Madagascar. Mais financièrement et commercialement parlant, elle pose un vrai problème dans la mesure où il est difficile, pour ne pas dire impossible, pour un député dont le mandat expirera dans 17 mois, de faire une traite d’une voiture de 100 millions d’ariary. En tout cas, le gouvernement est attendu de pied ferme à l’Assemblée nationale par les députés qui veulent à tout prix des 4×4 à un an de l’expiration de leur mandat.

R. Eugène

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara6 partages

Décès d’un écolier à Anatihazo Isotry : Peste selon le MEN, angine d’après l’établissement

Neuf personnes sont encore sous traitement au Centre hospitalier anti-pesteux d’Ambohimiandra.

Un écolier a succombé à la peste pulmonaire le week-end dernier, selon le Ministère de l’Education nationale (MEN) qui l’a publié hier sur son compte facebook. Une info vite démentie par l’établissement scolaire concerné qui attribue la cause du décès à une angine. Ordonnance du médecin à l’appui.

Un élève en classe de 8e dans un établissement catholique sis à Anatihazo Isotry est décédé samedi dernier. D’après les informations partagées en ligne par le MEN, l’enfant a succombé à la peste. Il était présent à l’école le mercredi 25 octobre et admis à l’hôpital le soir même. Cet enfant qui était, par ailleurs, servant de messe à l’église du même nom, est le seul à avoir contracté la peste dans son établissement, selon le MEN. Conformément aux recommandations indiquées en présence de pareil cas, des mesures prophylactiques ont déjà été prises concernant les camarades de classe de l’enfant. Une chimio prophylaxie de contact, dont le suivi est assuré par un médecin inspecteur de la localité.

Démenti. La directrice de l’établissement concerné a tenu à apporter un démenti à l’information publiée par le MEN, en précisant que la cause du décès est une angine. Et de produire entre autres pièces, l’ordonnance du médecin qui a traité l’écolier dont la mort a fait resurgir la crainte des parents d’élèves au moment de la reprise des cours par certains établissements catholiques. En tout cas, hormis ce cas avéré ou pas, aucune autre contamination par la peste ni décès dû à cette maladie n’a pour l’instant été enregistré dans les établissements scolaires qui ont repris les cours le 25 octobre dernier.

Sept nouveaux cas. Pour rappel, 13 régions de Madagascar sont encore concernées par l’épidémie de peste. On assiste actuellement à une nette diminution du nombre de personnes prises en charge dans les centres de traitement existants. Il n’en demeure pas moins que le risque d’une reprise de la courbe croissante de l’épidémie reste possible en cas de relâchement dans les efforts de riposte. Les données fournies par le ministère de la Santé publique et publiées par le BNGRC le 2 novembre 2017, font état de 76 personnes actuellement en cours de traitement parmi lesquels figurent sept nouveaux cas enregistrés le 1er novembre 2017, dont deux dans la région Analamanga, deux dans la région Haute Matsiatra, deux dans l’Amoron’i Mania et un dans la région Alaotra Mangoro.

Hanitra R.

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
L'express de Madagascar5 partages

La crainte d’un retour de la monarchie merina

Pour réclamer l’indépendance, les nationalistes modérés malgaches recourent aussi à l’histoire. S’appuyant sur l’un de leurs journaux, Ny Fandrosoam- baovao de Gabriel Razafintsalama, Lucile Rabearimanana rappelle que Madagascar, bien avant la colonisation, est gouverné par un État reconnu des puissances occidentales du XIXe siècle.  Ce qui se traduit, entre autres, selon les nationalistes, par les traités de 1865, 1867 et 1868 signés par le gouvernement merina respectivement avec la Grande-Bretagne, les USA et la France et qui reconnaissent, au moins implicitement, la souveraineté de la monarchie merina sur l’ensemble de l’ile (Revue d’études historiques  Omaly sy Anio N°9 et N°11, 1979 et 1980).Dans sa livraison du 15 février 1946, Ny Fandrosoam-baovao écrit : « Si Madagascar a perdu sa souveraineté, c’est par la force des canons. Et maintenant que c’est la justice et les droits de l’homme que l’on proclame et que l’on met en avant commeprincipe d’action, le pays devrait recouvrer sa souveraineté perdue. » L’historienne commente : « L’on devine, par cette référence même à l’ancienne monarchie du XIXe siècle, l’origine ethnique et sociale de bon nombre de ceux qui, par voie de presse, réclament l’indépendance du pays. » Cependant, ils ne sont pas les seuls à exiger ce statut. Mais comme les journaux nationalistes paraissent en grande majorité dans la capitale, l’on entend surtout la voix des partisans de l’indépendance qui sont à Antananarivo.Cet argument est assez gênant pour les nationalistes partisans de l’indépendance. Car « l’ancienne monarchie représente aux yeux de beaucoup de Malgaches, et naturellement des Français hostiles en principe à ceux qui remettent en cause la colonisation, la servitude et l’exploitation». Ce qui expliquerait les attaques des organes des colons et des loyalistes envers la France contre cette indépendance réclamée par la presse tananarivienne.« En Action » notamment, croit que « cette minorité hova constitue les éléments aigris et envieux de la bourgeoisie capitaliste des Hauts-plateaux » (Ny Fandrosoam-baovao du 15 janvier 1946).  Une critique mêlée d’inquiétude qui est déjà celle de l’équipe de Jean Ralaimongo en 1939, quand le pasteur Ravelojaona est élu délégué au Conseil supérieur de la France d’Outre-mer. Et l’historienne  cite particulièrement Jules Ranaivo qui craint que le pasteur ne veuille un protectorat qui serait dirigé par les descendants de l’ancienne aristocratie merina.Lucile Rabearimanana pose alors la question de savoir si, comme leurs adversaires les en accusent, certains partisans de l’indépendance veulent restaurer l’ancienne monarchie merina. Gabriel Razafintsalama, dans certaines de ses assertions  (N°14 de son journal) semble le laisser supposer. De même, ajoute l’historienne, une lettre du lieutenant Randriamaromanana au pasteur Ravelojaona, en date du 14 octobre 1947, laisse aussi rêveur. Dans un passage, à propos du bilan des évènements de 1947, il est convaincu que « nahalala tsara i Frantsa, fa tsy mbola rava akory Manjakamiadana », c’est-à-dire que la France sait bien que la royauté merina n’est pas encore détruite, de même que la soif d’indépendance des Malgaches.Toutefois, Ny Fandrosoam-baovao se défend avec toute son énergie contre de telles accusations, puisque l’ère d’une monarchie qui asservirait le peuple est révolue et que la France n’accepterait jamais un tel retour en arrière. Et de démontrer, à l’instar des autres organes nationalistes, que la revendication de l’indépendance n’est pas à mettre à l’actif des seuls Merina. De surcroit, le Mouvement démocratique de la rénovation malgache, MDRM, a des membres issus de toutes les régions et de toutes les ethnies. Et jusqu’à l’obtention du nouveau statut en 1956, les nationalistes ont toujours affirmé le caractère national de leur revendication, « montrant ainsi qu’ils parlent au nom de l’ensemble des Malgaches ».En revanche, leurs adversaires s’acharnent à démontrer que les nationalistes ne représentent qu’eux-mêmes, tout au plus les Merina, tandis que les habitants des côtes, restent fidèles à la « Mère Patrie ». Une thèse soutenue par le Parti des déshérités de Madagascar, Padesm, dans « Voromahery ». Les colons français tiennent eux aussi le même langage.

Texte : Pela Ravalitera - Photo : Agence nationale Taratra

Midi Madagasikara5 partages

Fanafihana sy famonoana ny ben’ny tanan’Ampefy : Niampy dimy indray ireo jiolahy voasambotry ny zandary

Na dia efa ireo efa voasambotra sy ny iray matin’ny zandary, tamin’ireo olon-dratsy izay rain-dahiny amin’iny fanafihana sy isan’ireo tompon’antoka tamin’ny famonoana ny ben’ny tananan’Ampefy dia fantatra izao fa mbola namany hafa indray nosamborin’ireo zandary avy ao Ankadinondy sy Analavory, taty an-drenivohitra : teny amin’iny faritra 67ha iny, afak’omaly. Miisa dimy izy ireo, araka ny fampitam-baovao avy amin’iny zandarimarim-pirenena, izay efa tena hikoizana tanteraka amin’ny asan-jiolahy mahery vaika. Mbola nahitàna basy lava iray, poleta iray, bala roa, ary zava-maranitra isan-karazany fentin’izy ireo manafika, tany amin’ireto jiolahy ireto. “Tsiahivina fa ny 28 hifoha 29 oktobra lasa teo tokony tamin’ny 01 ora maraina no nisy nanafika ny mpivarotr’omby iray mipetraka ao Akadinondry. Tao amin’ny rihana voalohany tonga dia novonoin’izy ireo tamin’ny antsy ny raim-pianakaviana tao rehefa nanohitra ary lasa tamin’izany ny findain’ny vadin’ny maty. Nanampy ny nanamy tao amin’ny rihana faharoa izy ireo rehefa vita izany ka nalain’izy ireo tamin’izany ny kojakojan’ny mpianatra sy bicyclette ary vola mitentina iray tapitrisa ariary mahery any ho any” hoy ny vaovao. Ny ampitson’io no raikitra ny fifandonana teo amin’ny zandary sy ireo olon-dratsy izay nikasa ny mbola hanafika toerana hafa indray. Iray tamin’izy ireo no lavon’ny bala, “izay mbola afaka nilaza ny mombamomba ireo namany, talohan’ny nandaozany ny tany”. Nanomboka teo ny fikarohana ireto farany. Nisy telo no voasambotra tany an-tranony, tany amin’iny faritra Ampefy iny. Tao kosa ireo voalaza fa nitsoaka taty an-drenivohitra ka izao voasambotra izao. Marihana fa manodidina ny 20 lahy teo ireto olon-dratsy ireto no nanao ireo fanafihana mitam-piadiana ireo. Araka izany dia mbola eo am-pikarohana ireo naman’izy ireo hafa ny zandary amin’izao fotoana izao.

m.L

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara5 partages

Tombola Shoprite : Rakotoarimanana gagne le scooter

L’heureux gagnant, Rakotoarimanana Dio Romuald et ses deux enfants

Shoprite a organisé une grande tombola lors de la préparation de la rentrée scolaire, dans ses neufs magasins présents sur l’étendue du territoire national. Intitulée « Jeu Caddy BTS 2017 », la tombola a permis à Monsieur Rakotoarimanana Dio Romuald de remporter le grand lot : un scooter Kymco 125 Super 8.

Joie et surprise. L’heureux élu et sa petite famille n’ont pas manqué d’exprimer leur joie lors de la remise des lots dans l’aprsè-midi d’hier au Shoprite Ivandry. Rakotoarimanana de rajouter : « Quand nous sommes venus ici acheter les fournitures de nos deux enfants, nous nous sommes dit en voyant le scooter, qu’il ne serait jamais à nous ! Quelle fut notre surprise lorsque nous avons appris que j’étais le gagnant ! Le hasard a si bien fait les choses qu’un achat de 200 000 Ariary et quelques nous ait permis de remporter ce scooter valant plus de 7 000 000 Ariary. Nous sommes heureux ! ».

Liste. Voici les autres gagnants, qui ont remporté un bon d’achat de 240 000 Ariary :

Mme Ranisarisoa Denise (Shoprite Ampefiloha)Andriatahiamboavonjy Matthie (Shoprite Ampasanimalo)Mme Razaiarinoro Bakonirina (Shoprite Majunga)Mme Rakotomanga Marie (Shoprite Ivandry)Mme Harisoa (Shoprite Ambodivona)Mme Randrinambonison Tsiry (Shoprite Antsirabe)Andriamanolisoa Arthur (Shoprite Talatamaty)Mme Raveloarisoanirina Lydia (Shoprite Analakely)Ismael Reza (Shoprite Toamasina)

Luz R.R

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara5 partages

Fasan’ny karàna : Mpitaingina môtô maty voavelin’ny « bois rond »

Hazo misy fantsika. Izay no nivelesana azy teo amin’ny lohany. Toy izao ny zava-nitranga. Alakamisy alina, raha avy niasa ity lehilahy ity ka naterin’ny môtô izay misy mpitondra, toy ny isan’alina ihany, dia nisy lehilahy nipoitra tampoka teo ampovoan’ny arabe. Mody nanao voadona izy io ary nitsarara tamin’ny tany. Taitra ireo roalahy raha nahita izany ary nijanona. Izay anefa no tanjon’ireo olon-dratsy. Vao naka sisiny ny môtô dia nivoaka ny roa lahy izay nitondra « bois rond » misy fantsika. Novelesina tamin’izany izy roa lahy. Ny iray naratra mafy ary ny faharoa izay voa teo amin’ny lohany kosa, nitarika ny fahafatesany izany. Lasan’ireo olon-dratsy ny môtô izay mazava ho azy fa io no tena nokendren’izy ireo. Mbola iny alina iny ihany koa, raha ny fanampim-baovao azonay, no nisy fiara izay nisy telo lahy sy vehivavy iray tao anatiny. Tsy nanam-po na inona na inona ireo raha nisy lehilahy iray nianjera teo ambonin’ny « capot » rehefa nisaoty. Toy ireny voadona ireny mihitsy. Raha nijanona ireo ka nijery ny zava-nitranga dia hita nitazona zava-maranitra ilay lehilahy ary nikasa ny hamaky ny fitaratra. Raha mbola nanohàna an’izany izy telo lahy dia nisy bandy hafa indray nipoitra avy tao anaty maizina. Mody mamo ireo ary nikasi-tànana. Raikitra ny fifanenjehana sy ny sakoroka. Tao anatin’izay fotoana izay dia efa feno olona teo amin’ny manodidina an’ilay fiara ary samy naka izay azony nalaina tao ireo. Midika izany rehetra izany fa misy firaisana tsikombakomba efa vita kajy eo amin’ireto olon-dratsy ireto. Lasa ny vola tao anaty paoketra sy izay entana mora nobataina. Raha niverina avy nanenjika tany izy telo lahy dia fiara efa foana no novantaniny. Endrika iray izay entin’ny olon-dratsy handrobana izany ity mody voadona ity ankehitriny ary indrindra eny amin’iny manodidina an’Anosizato iny.

D.R

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara5 partages

Sumitomo Corporation : Un don de 20.000USD pour la lutte contre la peste

Remise de don contre la peste par Sumitomo Corporation au secrétaire d’Etat en charge de la Coopération et du Développement, Bary Rafatrolaza.

Les financements du plan de lutte contre l’épidémie de peste à Madagascar s’accroissent davantage. Le 2 novembre dernier, c’est la société japonaise, Sumitomo Corporation, actionnaire du Projet Ambatovy, qui a octroyé 20.000 USD au BNGRC (Bureau national de la gestion des risques et des catastrophes). Une cérémonie de remise de donation s’est tenue au bureau du Secrétariat d’Etat en charge de la Coopération et du Développement, auprès du Ministère des Affaires Etrangères. Pour la société japonaise, l’objectif est de contribuer à protéger la santé de la population malgache, en fournissant des matériels tels que des pesticides, des pulvérisateurs, etc. pour appuyer les mesures contre la peste. A noter que Sumitomo Corporation est une société de commerce japonaise de 400 ans qui opère actuellement dans 65 pays et devient de plus en plus active à Madagascar, avec le Projet Ambatovy dont elle est actionnaire majoritaire. En effet, l’importance de son poids au niveau de l’économie malgache, surtout au niveau des exportations, n’est plus à démontrer.

Antsa R.

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
L'express de Madagascar4 partages

Maevatanàna – Des dahalo brûlent école et église

Un acte relevant de la  barbarie. Dans la nuit de mercredi à jeudi, aux alentours de 23 heures, une escouade de bandits armés s’est abattue sur le village de Vodivato Maevatanàna. Ils ont provoqué un incendie criminel. Outre les maisons d’habitation, les assaillants ont, de surcroît, mis le feu à une église ainsi qu’à l’Ecole Primaire Publique (EPP) du fokontany. Détruit à 90%, selon une première évaluation des dégâts, effectuée par les forces de gendarmerie, le village est quasiment détruit.Écrasé par des gravats incandescents, un homme est, pour sa part, sérieusement touché au bras.Cette apocalypse est l’œuvre de dix bandits armés. La valeur des préjudices est évaluée à plus de cinquante millions d’ariary selon les gendarmes et près de mille trois cents personnes se retrouvent sans abri.Le mobile de cet acte criminel reposerait sur un règlement de compte, à la lumière des informations communiquées.Des gendarmes de la brigade territoriale de Mahatsinjo ainsi que des militaires du détachement autonome de sécurité sont sur les traces des bandits.

A.M.

L'express de Madagascar4 partages

Antsiranana – Le festival Stritarty branche sur les arts urbains

Durant toute la semaine dernière, des artistes malgaches et étrangers ont  investi différents quartiers de la ville d’Antsiranana,  notamment le quartier Lazaret-Nord et la Maison des jeunes près du stade municipal,  pour réaliser des fresques sur des murs, des espaces libres, des clôtures et des toits…Il s’agit de la deuxième édition du festival des arts urbains, dénommé Stritarty, organisé par l’Alliance Française d’Antsiranana (AFA). De fait, l’organisation a reçu  dix-huit artistes peintres et graffeurs dont neuf Malgaches et neuf  autres étrangers venus d’Afrique du Sud, du Congo, du Bénin, de la Zambie et des Comores.La peinture, les graffiti, le hip hop, les danses urbaines, le break, la photographie et la vidéo ont été les ingrédients du programme qui s’est étalé sur cinq jours. On peut également mentionner les sports urbains comme le BMX, le skateboard, le roller, et les échasses. Sans oublier un stage de danses urbaines et une session de création lors d’une galerie à ciel ouvert.La manifestation a égale­ment vu la prestation de la slameuse Caylah qui s’est fait connaitre au-delà des frontières grâce à son slam engagé. Le slameur et chanteur Edwardo dit Kaporal  Jaomazava a clôturé le festival, le samedi 28 octobre.« Ce festival est né de la volonté de l’Alliance Française de diversifier l’offre culturelle locale et de donner la voix aux artistes des arts urbains de la ville », a expliqué Olivia Morel, directrice adjointe de l’AFA.

Raheriniaina

Midi Madagasikara4 partages

Rudi Rehava : Ses amis lui rendent hommage

La famille de Rudi Rehava à l’arrivée du corps hier

Un silence pesant a régné en maître aux alentours de la « Tranompokonolona » Analakely. La perte du chorégraphe Rudi Rehava laisse encore couler des larmes parmi les danseurs laissant transparaître des visages attristés. Il y a ceux qui n’en reviennent pas encore de cette disparition tragique.

Parmi l’assistance, la chanteuse Bodo, les danseurs contemporains comme Harivola Rakotondrasoa, Julie Arisoa ou encore Lova Rakotobe, ainsi que le ministre de la Culture, de la Promotion de l’Artisanat et de la Sauvegarde du Patrimoine ont présenté leurs condoléances à la famille du défunt. Le corps sera acheminé dans sa ville natale ce matin, et les veillées funèbres se tiendront au gymnase de Tuléar, avant de gagner le caveau familial à Ambahikily Morombe mardi.

« Après les obsèques, les membres de « Up the rap » lui rendront certainement hommage. D’ailleurs, les détails seront communiqués au fur et à mesure » relate Jacques, membre de la compagnie. Elevé au rang de chevalier de l’ordre des arts et des lettres en juin dernier, Rudi et ses compères étaient encore en train de travailler sur une création baptisée « Espère ». Une pièce avec laquelle la formation comptait se refaire un nom sur le plan international.

Aina Maharindra

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara4 partages

Affaire Villa Elisabeth : Ouverture d’une enquête auprès du Bianco

Plusieurs plaintes relatives à la mise en vente du domaine mis à la disposition du défunt Professeur Zafy Albert ont été reçues à Ambohibao.

Comme il fallait s’y attendre, le Bureau Indépendant Anti-Corruption (Bianco) a décidé d’ouvrir une enquête pour faire la lumière sur la vente de la Villa Elisabeth. Hier, un haut responsable au sein de cet organisme habilité à lutter contre les malversations au niveau de l’Administration publique a fait savoir que l’équipe d’Ambohibao a déjà commencé les investigations y afférentes. En effet, d’après les explications, le Bianco a reçu plusieurs plaintes concernant cette affaire. Et ce, même si pour le moment, aucune plainte émanant de l’Etat ou d’un quelconque organisme étatique n’ait été reçue à Ambohibao. Pour l’heure, toutes les requêtes à l’origine de cette ouverture d’enquête émanent de particuliers. Pourtant, durant la conférence de presse conjointe du Ministère auprès de la Présidence de la République en charge des Projets présidentiels, de l’Aménagement du territoire et de l’Equipement et du Ministère des Finances et du Budget, Benjamina Ramarcel Ramanantsoa et Vonintsalama Andriambololona ont déclaré que l’Etat malgache va saisir le Bureau Indépendant Anti-Corruption. A cette occasion, le patron du M2PATE a annoncé l’annulation de la vente du domaine Saint-Antoine IV par un arrêté ministériel.

Passation de service. Quoiqu’il en soit, plusieurs hauts responsables étatiques sont dans le collimateur de la Justice suite à cette affaire. Comme l’affaire de l’évacuation sanitaire de Claudine Razaimamonjy, tous ceux qui ont signé les documents relatifs à la vente de la Villa Elisabeth feront l’objet d’une convocation au Bianco pour enquête. Reste à savoir toutefois s’ils vont tous répondre à leur convocation. Au cours de la conférence de presse organisée avec Benjamina Ramanantsoa, l’actuel ministre des Finances et du Budget a affirmé n’avoir été au courant de cette vente. Nul n’ignore pourtant que Vonintsalama Andriambololona a été Secrétaire général dudit Ministère durant l’époque de la mise en vente de ce domaine, c’est-à-dire, du temps de l’ex-Vice-Premier ministre Reboza Julien considéré comme le premier responsable de la Transaction. La question est également de savoir pourquoi l’actuel président du Sénat Rivo Rakotovao ne serait-il pas au courant de ce dossier, alors qu’il y a eu passation de service entre lui et son prédécesseur Reboza Julien au Ministère en charge des Projets présidentiels, du Développement et de l’Aménagement du territoire. Même situation pour le ministre de l’Eau, de l’Energie et des Hydrocarbures, Lantoniaina Rasoloelison qui était également à la tête du Ministère des Finances et du Budget. Quid alors du principe de la continuité de l’Etat ? N’y-a-t-il pas eu de transmission de dossiers lors des passations de service entre les différents responsables étatiques ? Est-ce que ces passations sont organisées uniquement pour la forme ? En tout cas, bien malgré les excuses avancées, l’Etat malgache ne peut en aucun cas dégager sa responsabilité car toutes les personnes impliquées de près ou de loin dans cette affaire sont des représentants de l’Etat. Histoire à suivre.

Davis R

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
News Mada3 partages

Max et les ferrailleurs : des anciens tableaux à découvrir

A partir de ce jour jusqu’au 11 novembre, la galerie Max et les ferrailleurs à Isoraka se fait l’écrin d’une vingtaine d’anciens tableaux ayant chacun une histoire très particulière. C’est un retour aux sources pour ces chefs-d’œuvre qui ont été autrefois emmenés par les anciens colons aux quatre coins de l’Europe. Bruno Chateauneuf s’est fait une passion de ramener, depuis bientôt une décennie maintenant, ces peintures vers leur terre d’origine afin que les amoureux de la peinture à Madagascar puissent s’en approprier.

En fait, les anciens tableaux à découvrir, signés par des peintres malgaches comme Henri Ratovo, Emile Ralambo, Ramanda, Ramiandrisoa et des peintres voyageurs, à l’instar de Paul Bléger et Raymond Tellier datent entre 1910 à 1950.

 «Ce sont des tableaux que j’achète en Europe sachant qu’il y a très peu sinon pas du tout de tableaux rares comme ceux-ci à Madagascar. Ce n’est même pas le fait de choisir mais plutôt de les trouver qui est difficile. Avant, il n’y a eu qu’une trentaine de collectionneurs à Madagascar. Actuellement, on dénombre plus de 400 qui font monter la cote tout doucement, au point que les œuvres deviennent de plus en plus rares», avoue le propriétaire de la galerie.

Comme à l’accoutumée, Max et les ferrailleurs accueille deux expositions par an, qui ont lieu au mois de mai et novembre.

Joachin Michaël

 

L'express de Madagascar3 partages

Politique monétaire – Le taux directeur relevé

Le comité monétaire de la Banky foiben’i Madagasikara décide de relever son taux directeur. À partir du 9 novembre, celui-ci passe de 9% à 9,5%.

Et de deux. La Banky foiben’i Madagasi­kara a décidé de relever son taux directeur de 9% à 9,5%, à compter du 9 novembre. C’est la deuxième fois cette année, en l’espace de six mois, que la banque recourt à cette politique destinée à contenir l’inflation qui a atteint un niveau assez considérable. « Cette décision a été prise, eu égard à l’évolution de la conjoncture économique. Elle tient compte de la progression des prix au cours de ces six derniers mois. À travers cette mesure, la politique monétaire contribue à la préservation de la stabilité macroéconomique, le pouvoir d’achat, et in fine le bien être de la population », a soutenu Alain Hervé Rasolofondrainibe, gouverneur de cette institution.La situation économique du pays est marquée surtout par une hausse incessante de l’inflation. Depuis le mois de février, l’indice des prix à la consommation s’est accéléré et a connu une hausse de 7.3%, contre 6,9% en décembre 2016. L’inflation a continué, pour atteindre le niveau de 8.2% au mois de mars. Alors que la prévision pour l’année 2017 était de 7,1%.

Handicap« Il y avait une forte hausse de cette inflation. À un moment donné, le taux d’inflation a dépassé la barre de 9%. Au mois d’août, celle-ci est de 8.2%, sur un an », a expliqué le gouverneur. D’après ses explications, cette inflation est tirée par la forte progression des prix des produits locaux qui contribue à 85% de variation dans l’ensemble des prix.Pour favoriser  la relance des investissements, la banque centrale avait décidé de réviser à la baisse ce taux directeur en octobre 2015, de 9,5% à 8,7%. Elle a accordé une nouvelle baisse en mai 2016 à 8.3%. Et cette mesure craignent certains analystes, risque de freiner les investissements. « L’augmen­tation du taux directeur aura un impact sur le taux d’intérêt appliqué pour les prêts par les banques primaires. C’est au détriment des projets productifs. Les investisseurs ou les porteurs de projets seront à la fin pénalisés par cettesituation », explique un économiste.

Lova Rafidiarisoa

L'express de Madagascar3 partages

Femme actuelle

Le prix Nobel de la paix 2017 décerné à la campagne antinucléaire ICAN le 06 octobre 2017. À la tête du comité Nobel norvégien, une femme : Berit Reiss-Andersen. Sa déclaration lors de l’annonce a fait appel aux puissances nucléaires d’entamer une négociation sérieuse pour que les traités soient respectés. « Nous vivons dans un monde où le risque, que les armes nucléaires soient utilisées, est plus élevé qu’il ne l’a été depuis longtemps. Certains pays modernisent leur arsenal d’armes nucléaire, et le danger que, plus de pays s’en procurent est réel, comme le montre la Corée du Nord ». Quand on pense que les armes nucléaires se discutent ou plutôt se disputent, à coup de tweets entre les dirigeants des puissances nuclé­aires, on ne peut que féliciter tout haut cette nomination. Certes, fort symbolique mais on espère que les hommes « forts » de la Corée du Nord et des États-Unis y trouvent un appel dissuasif.Pendant que certains parlent donc de l’avenir du monde, l’Arabie Saoudite fait pleins feux sur une « grande avancée » pour les droits de la femme. Les dames ont enfin eu le droit de prendre le volant ! Voilà donc que le dernier pays au monde qui interdisait aux femmes de conduire, a capitulé. Certes, comparé à d’autres pays, il s’agit d’une petite victoire  mais c’est une victoire quand même. Qui est donc l’ange qui a illuminé les princes saoudiens ? Nul autre que celui dénommé économie. Depuis que l’Arabie Saoudite est affaibli par la chute du pétrole, la redéfinition des règles sociales est devenue d’un coup d’actualité. Donc, désormais tout le monde doit participer à la relance économique, et tant mieux pour la femme qui retrouve la place qu’elle mérite, à plus d’un titre.Les femmes seront de plus en plus amenées à produire, à travailler. Les limites imposées aux déplacements des femmes ne permettaient pas leur insertion dans le monde de l’emploi. Le Royaume sort le grand jeu car d’ici 2030, des réformes économiques et sociales devraientêtre accomplies pour qu’il puisse garder sa place « au soleil ». Il y a quelques jours, pour la première fois, des centaines de Saoudiennes avaient pris place dans un stade de Riyad, à l’occasion de la fête nationale. L’économie aurait encaissé un coup : une concession positive sur le droit des femmes.En Occident, pendant ce temps, les dénonciations d’abus sexuels font un vacarme sans précédent. Après le cinéma, la mode, le monde politique et bientôt on espère, dans d’autres sphères comme le sport ou la religion. Harvey Weinstein, le producteur qui a récolté durant sa carrière 81 oscars et pas moins de 340 nominations, a été exclu par l’Académie des Oscars. Accusé de multiples agressions sexuelles, la décision d’exclusion, qui est rarissime, a frappé celui décrié par tant d’actrices. Dépassant les limites des États-unis, les dénonciations sont devenues virales, tant sur les réseaux sociaux que dans les rues. C’est que, au sein d’une partie de l’humanité, certains estiment toujours que la femme est un objet. Sauf que le monde change et qu’il n’y a plus de place pour la misogynie.Femme actuelle. Les combats sont tellement divers de par le monde. Mais qu’est ce qu’il est triste de voir la dichotomie de nos droits.

Par Mbolatiana Raveloarimisa

Midi Madagasikara3 partages

Une présidence gage de stabilité politique

Pour le pouvoir, l’installation d’un homme de confiance à la présidence du Sénat, c’est la garantie d’une véritable stabilité politique. C’est l’affirmation faite par le Premier ministre Olivier Mahafaly sur une chaîne de télévision. Dorénavant, le régime ne doit donc plus se préoccuper des éventuelles contestations de sa politique et peut ainsi rassurer la communauté internationale.

Une présidence gage de stabilité politique

Le régime, aujourd’hui, se sent rassuré car il a réussi à désarçonner ses adversaires en mettant à la tête du sénat le président du parti présidentiel. C’est un de ses hommes clés qui est à la tête d’une institution devant jouer un rôle important l’année prochaine. Mais, il a aussi adressé un message clair aux observateurs étrangers, leur donnant ainsi l’assurance de conforter une stabilité politique n’étant pas évidente jusqu’à présent. A présent, il a les coudées franches pour essayer de rassurer une opinion méfiante, pour ne pas dire hostile. Il a commencé à faire des travaux d’assainissement et d’embellissement de la Capitale. Les journaux qui lui sont favorables n’ont pas manqué de le rapporter. Mais, il a encore beaucoup de travail à fournir pour redorer son blason. La population a besoin d’une amélioration sensible de son niveau de vie et d’une lutte efficace contre l’insécurité. C’est dans ces domaines qu’il devra porter ses efforts pour reconquérir une confiance qui a disparu depuis longtemps. L’opération de séduction va s’intensifier dans les mois à venir car la campagne présidentielle, même si elle n’a pas encore officiellement commencé, est déjà effective pour le parti au pouvoir. Ce dernier est déjà en ordre de marche et il va mettre en œuvre toute la stratégie qu’il a préparée ces derniers temps. Nul ne connaît pour l’instant le détail du plan qu’il a élaboré, mais on peut être sûr qu’il ne lésinera pas sur les moyens pour séduire les électeurs. A un peu moins d’un an du premier tour de l’élection présidentielle, le pouvoir a montré qu’il ne se laissera pas déstabiliser.

Patrice RABE

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara3 partages

Princesse Anne d’Angleterre : Lettre de remerciements au Président Hery Rajaonarimampianina

Lors de son séjour dans la Grande Ile la princesse Anne d’Angleterre a envoyé une lettre de remerciements au Président Hery Rajaonarimampianina et à son épouse, et ce, entrant dans le cadre de la commémoration du 200e anniversaire de la signature du Traité d’amitié entre les deux pays dont voici un extrait. « C’est un jalon historique et le service d’action de grâces à la cathédrale St Laurent à Ambohimanoro est une marque de reconnaissance de notre relation étroite. J’ai été honorée d’être élevée à la dignité de Grand Croix de l’Ordre National Malagasy par vous au Palais d’Iavoloha avant votre généreuse hospitalité au Dîner d’Etat. Beaucoup de choses ont changé depuis ma dernière visite en 1999, et bien que Madagascar soit toujours confronté à de nombreux défis, il est encourageant de voir les progrès réalisés par les communautés avec le soutien des ONG…Une fois de plus, mon mari et moi sommes très reconnaissants à vous et à la Première Dame pour votre aimable hospitalité et le temps que vous avez personnellement consacré à notre visite, et pour les beaux cadeaux que vous nous avez généreusement présentés. La carte détaillée en bois faite à la main de Madagascar est déjà accrochée chez moi au parc Gatcombe».

Recueillis par Dominique R.

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
L'express de Madagascar2 partages

 Reprise d’activités pour Sirama Brickaville

Le Centre malgache de la canne et du Sucre (CMCS) a obtenu un prêt de trois milliards d’ariary, de la part de la Bank of Africa, pour entamer la première phase de reprise d’activités. Celle-ci consiste à démarrer la culture de la canne à sucre à Brickaville. Le lancement a été effectué cette semaine, en vue de la récolte au mois de juin, période de la campagne sucrière. Après le site de production  de Nosy Be, celui de Brickaville, s’étendant sur 400 ha, devrait se remettre sur les rails incessamment.

L'express de Madagascar2 partages

Défiance d’Arabie

L’Arabie saoudite promet que les femmes pourront accéder à trois stades de ce pays, siège de l’islam fondamentaliste. Après moult réfléxions, cette magnanimité historique, décidée le 30 octobre 2017 en faveur des «familles», sera donc accordée pour 2018, mille quatre cents ans après la mort de Mahomet. Et il faudrait applaudir !En Arabie saoudite, la femme est interdite de sortie à moins d’être accompagnée par son père, son mari ou son fils. Ce n’est que depuis 2015 que la femme saoudienne peut se faire élire, quitte à prononcer son discours de propagande derrière un paravent ou un rideau, bien à l’abri des regards masculins. L’interdiction de permis de conduire n’a été levée qu’en septembre 2017… Bien évidemment, dans la rue, au volant, comme au stade, la femme saoudienne devra dissimuler chaque centimètre carré de son corps sous le sinistre abaya, le voile intégral noir de l’obscurantisme.Ce n’est certainement pas en Arabie saoudite que pourrait exister une exposition photographique intitulée «Femmes», comme celle qui se tient actuellement à l’hôtel «Le Louvre» d’Antananarivo (jusqu’au 15 novembre).Le prince héritier Mohammed Ben Salmane passe pour un libéral en assouplissant, à peine, un rigorisme moyenâgeux. Dire que l’Arabie saoudite avait osé prétendre organiser les Jeux Olympiques de 2020 ! Avec une proposition simplement loufoque : les hommes en Arabie saoudite, les femmes au Bahrein… Je ne comprends pas qu’on s’amuse à faire semblant de considérer ce genre de pays comme des contrées normales au lieu de simplement les exclure jusqu’à alignement sur leur siècle. Le monde n’a pas arrêté de tourner avec la mort de Mahomet, n’en déplaise à ceux qui prétendent inventer de toutes pièces des lois liberticides en son nom et lire le Coran à la lettre d’un temps révolu. Heureusement, les JO 2020 vont se dérouler au Japon.Des femmes saoudiennes (ainsi que qataries et bruneïennes) aux Jeux Olympiques, ce n’est jamais que depuis Londres (2012), avec deux athlètes, et Rio (2016) une sprinteuse, une marathonienne, une escrimeuse, une judoka. Pas plus.Aux JO de Berlin, en 1936, l’escrimeuse turque Halet Çambel devenait la première femme musulmane à participer aux Jeux olympiques. Elle n’était pas voilée. Aux JO de Los Angeles, en 1984, la marocaine Nawal el-Moutawakel, spécialiste du 400 mètres, devenait la première femme musulmane à remporter une médaille d’or olympique : elle courrait cheveux, bras et jambes nus. C’est aux JO 1996 d’Atlanta, qu’apparaît la première athlète musulmane voilée, une Iranienne : depuis, de compromis en compromission, de concession en capitulation, d’entorse à ses règles au reniement de ses valeurs, le CIO (comité international olympique) se fait le complice d’un «label islamique»…Également, en 2018, l’Arabie saoudite rejoindra la commission de la condition de la femme aux Nations Unies, depuis un vote secret, et sans aucun doute aveugle, de 47 des 54 membres du Conseil économique et social de l’ONU. C’est de l’humour noir intégral contre la promotion de l’égalite homme-femme…Post-scriptum : lors des derniers mondiaux de judo, qui se sont déroulés aux Émirats arabes unis, Israël n’eut pas le droit à une délégation officielle, ni ses médaillés à l’hymne national «Hatikva» ; lors d’un match contre l’Australie, dans le cadre des éliminatoires de la Coupe du monde 2018, les joueurs saoudiens avaient snobé la minute de silence observée à la mémoire des victimes de l’attentat islamiste de Londres où un fanatique avait foncé dans la foule avec sa camionnette…charmantes moeurs islamistes…

Par Nasolo-Valiavo Andriamihaja

Midi Madagasikara2 partages

Brigade de recherche Fiadanana : Cinq personnes arrêtées pour vol de Sprinter et Mazda

Cinq personnes dont une femme ont été placées sous mandat de dépôt après avoir été livrées au Parquet du Tribunal de première instance d’Antananarivo par la section de recherche de la Gendarmerie à Fiadanana. Le Parquet a pris cette décision après avoir été persuadé que ces personnes sont toutes impliquées dans deux vols de voitures, un Sprinter et un minibus de marque Mazda commis respectivement le mois d’Août et le mois d’octobre de cette année.

Selon les explications du Commandant de la section de recherche de la Gendarmerie à Fiadanana, le colonel Pascal Randrianantenaina, la gendarmerie est parvenue à ce résultat grâce à la collaboration de la brigade criminelle de la Police nationale à Anosy qui était également saisie de cette affaire remontant au mois d’Août. Ce mois-là, une plainte portant sur la disparition d’un minibus Sprinter a été déposée auprès de la gendarmerie. Cette voiture a disparu du côté d’Ambohimangakely alors qu’elle était affectée à assurer un service spécial d’un particulier. Les voleurs qui ont réussi à tromper le chauffeur et son aide par l’administration de somnifère dans leur boisson lors d’une pose café dans un hôtel. Ainsi, l’enquête a été ouverte. L’exploitation des appels téléphoniques utilisés par les voleurs ont permis d’arrêter le présumé cerveau de cet acte à Tanambe-Ambatondrazaka. A partir de cela, les limiers de la gendarmerie ont pu épingler deux autres complices à Antananarivo. Ces derniers ont par la suite dénoncé la personne à qui, ils ont vendu la voiture volée qui a été retrouvée à Ambositra avec le receleur. Ce dernier a indiqué une autre complice, qui habite à Antohomadinika, et qui n’est autre que la femme qui a servi la boisson empoisonnée au chauffeur et son aide à Ambohimangakely. Depuis, l’investigation sur cette affaire a pris une vitesse de croisière dans la mesure où les trois inculpés ont dévoilé qu’en octobre, ils ont déjà volé un minibus Mazda qu’ils ont vendu à Anjozorobe. Ainsi, cette voiture a été retrouvée à Anjozorobe et le receleur a été arrêté. Entre temps, la femme susmentionnée a été arrêtée par la police qui est la première à être saisie par le vol de la Mazda. Ce qui a amené à cinq les personnes impliquées dans cette affaire qui était l’acte d’un véritable réseau de malfaiteurs. Le pire est d’entendre dire que le receleur du minibus Mazda est un gendarme en service dans le district d’Anjozorobe.

T.M.

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara2 partages

Secteur minier : Le nationalisme des ressources minières parmi les risques d’investissements

Parmi les bonnes nouvelles économiques de cette veille de fin d’année 2017 figure incontestablement l’annonce d’une décision d’investissement pour le projet minier Toliara Sands. Une décision qui passera par l’acceptation des potentiels investisseurs de l’ensemble des conditions d’exploitation en vigueur à Madagascar.

Craintes. Dans le milieu des grands investisseurs miniers, on s’accorde à dire que globalement ces conditions sont relativement acceptables à Madagascar. Mais les craintes d’un retournement de la situation se font actuellement jour. Et ce, en raison du fait que depuis quelques années, ce que les détenteurs internationaux de capitaux appellent « le nationalisme sur les ressources naturelles » a tendance à devenir une pratique du coté de certains pays miniers. Un nationalisme qui se manifeste notamment par la volonté de certaines autorités ou politiciens nationaux d’appliquer des redevances et taxes minières exorbitantes sur les investissements miniers. Couplée avec la chute des cours des minerais de base comme l’ilménite ou le nickel par exemple, cette pratique génère le plus souvent l’arrêt des activités des grandes compagnies minières.

Instabilité. Ou du moins une menace de suspension des activités. C’est le cas, notamment en Zambie où la surenchère minière est de mise. Très remonté contre les compagnies minières, l’actuel Président Zambien a ordonné un redressement fiscal de 190 milliards USD contre Barrick Gold, une multinationale exploitant l’or zambien. Une somme qui correspond à quatre fois le PIB de la Zambie et dont la production d’or correspondante est simplement impossible. Osera-t-on faire pareille à Madagascar qui est encore à la recherche des grands investisseurs miniers ? La question se pose. Ce que l’on sait c’est que la surenchère des ressources minières est considérée comme faisant partie des risques majeurs de l’industrie minière. En effet, dans son rapport 2016, le cabinet KPMG place le nationalisme de ressources minières à la 6e place des risques majeurs des investissements miniers. Une instabilité très redoutée par les investisseurs surtout dans les pays africains en phase de crise politique où les politiciens ont tendance à provoquer une incertitude politique et fiscale en changeant au gré de leurs besoins les systèmes de taxation. Une attitude politique à éviter à Madagascar où on a grandement besoin de ces grands investissements miniers pour relancer l’économie.

R.Edmond.

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara2 partages

Rentrée scolaire le 6 novembre : Finies les vacances de peste, place à la reprise des cours

Le report incessant de la rentrée semble être de l’histoire ancienne.

Le MEN maintient la date du 6 novembre pour la reprise des cours dans les établissements scolaires de l’île.

C’est parti ! La rentrée scolaire, officielle et officialisée, se déroulera le 6 novembre prochain. Une date fixée par le Ministère de l’Education Nationale pour reprendre les cours après la mise en place des dispositifs devant limiter la propagation de la peste. Et à ce point, « tous les dispositifs ainsi que les mesures sont mis en place pour permettre une rentrée avec quiétude » selon Thierry Tsitoara, directeur de la technologie de l’information et de la communication auprès du ministère de tutelle. Ce dernier d’en citer quelques-unes desdits dispositifs. « Tous les directeurs des établissements ainsi que les responsables de la santé dans les écoles ont été formés. Des salles de quarantaine ont été mises en place auprès des établissements scolaires » a-t-il fait savoir. Avant de noter que « les établissements peuvent procéder à la rentrée scolaire et que les risques sont maintenant minimisés si les responsables suivent les protocoles établies ».

Manque. Les dispositifs peuvent être mis en place dans les établissements. Force est toutefois de constater qu’en dehors des établissements, il n’y a pas de mesure du tout. Dans les rues, entre la maison et les écoles, dans les transports en commun, les élèves peuvent facilement contracter la peste. Et même chez eux, il y a toujours des risques. On est, en effet, loin des jours où des gens sortaient avec des caches-bouches pour, soi-disant se protéger et prévenir la contamination. Quoi qu’il en soit, les statistiques officielles démontrent une tendance – toujours à la baisse – quant à la situation épidémiologique actuelle. Tendance aux antipodes des dons et financements dans la riposte contre la peste. Etant donné que la saison pesteuse ne prendra fin que vers le mois d’avril, les dons et financements ainsi que les dispositifs devraient permettre de faire face à un éventuel changement de la tendance.

José Belalahy

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara2 partages

Johary au Batou beach : Le groupe renoue avec ses inconditionnels !

Le temps d’un après-midi au Batou Beach Ambohimanambola, Goth, Luk, Mahery et Sefo vont reformer Johary, au grand bonheur des mélomanes.

Plus d’un quart de siècle après ses débuts, Johary continue toujours de faire rêver les mélomanes avec ses belles compositions ! Après presque deux ans loin des projecteurs, Johary revient sur le devant de la scène. Il investira le Batou beach Ambohimanambola pour se remémorer le bon vieux temps avec les inconditionnels. Johary compte en effet près de trente ans de scène à son actif. Tout a commencé avec ce titre lancé sur la chaîne nationale vers la fin des années 80. Du rythme sud-Af sonnant avec un air de funk appuyé par des vocales  bien précises. Une originalité qui en a séduit plus d’un. Cependant, Goth, Luk, Sefo et Mahery ne décident pas d’enregistrer de suite. Ils attendent encore quelques années avant d’entrer en studio. Malgré la qualité de l’album, « 2F50 » ne rencontrera pas le succès escompté. Puis, le projet « Johary chante Barijaona » a vu le jour et a permis au groupe d’exploiter autrement son talent. Quelques années plus tard, les quatre compères décident de retourner en studio pour un nouvel album. Avec « Tiako foana », le groupe remet les pendules à l’heure. Il est estimé à sa juste valeur. La reconnaissance et le succès sont au rendez-vous. Cette même compilation est même présentée par deux fois. Un succès qui fut sans suite. En effet, Johary disparaît à nouveau de la scène. Chacun poursuit sa route et mène sa carrière comme il l’entend.Mahetsaka

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara2 partages

Andoniaina Andriamamonjisoa : Placé sous mandat de dépôt, les plaintes contre lui se multiplient

Déférés pour la première fois le jeudi 2 novembre au Parquet du tribunal de première instance d’Antananarivo, Andoniaina Andriamamonjisoa et son épouse se trouvent actuellement en prison. Cette personne a fait « La une » des journaux ces derniers temps surtout depuis l’avis de recherche lancé à son encontre. La brigade criminelle l’a déclaré « wanted » pour l’affaire d’une série d’escroquerie en matière de change faisant un préjudice atteignant les 900 millions d’ariary. Parallèlement, ses proches avaient sollicité la collaboration de tout un chacun pour le retrouver, la famille craignait un enlèvement. En réalité, Andoniaina Andriamamonjisoa a été retrouvé et arrêté par la police à Anosy, mardi dernier. C’était à partir de cette arrestation que la vérité sur cet homme a éclaté car il a de lui-même avoué qu’il s’est enfui à cause de plusieurs plaintes portées contre lui. Les informations émanent de la police nationale selon lesquelles plusieurs personnes se plaignent être des victimes des forfaits commis par cet homme. C’est pourquoi, presque toutes les sections de la brigade criminelle de la police nationale à Anosy et les commissariats de la Sécurité publique de la Capitale ont des dossiers sur lui. Ainsi, ces unités devront l’interroger afin d’élucider cette affaire. Après son passage auprès de la brigade criminelle, il a été placé sous mandat de dépôt. Sa femme serait impliquée dans cette affaire en tant que complice. Affaire à suivre.

T.M.

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara2 partages

Salaire de pro : De 280 euros à 95 euros par mois !

Et pro ne signifie pas toujours être riche en sport. Notre étude du jour se base sur le salaire des professionnels en France ou des semi-pros. Le métier de footballeur professionnel rime souvent avec beaucoup de salaire. Or ce n’est pas toujours le cas. A vous de voir.

Au Luxembourg, le salaire minimum est plus élevé que partout ailleurs en Europe : 1.999 euros bruts mensuels contre 1.480.27 euros en France et 215 euros en Bulgarie. La moyenne des salaires des joueurs de ligue 2 avoisine les 14.000 euros par mois. Dans la vie civile, c’est énorme. Il faut savoir aussi que sur 1.100 joueurs pro, il en a 250 tous les ans qui ne retrouvent pas de contrat automatiquement et en début de chaque saison, une centaine attend de retrouver un club.

En Ligue 2, en France, les joueurs pros de ligue 2 sont bien lotis. Pas autant qu’en ligue 1 mais cela vaut le coup. 1.3% des joueurs de L2 touche moins de 280 euros par mois. Ils sont 2.6% à recevoir moins de 940 euros net ; 10.7% voient leur salaire varier de 940 à 1.880 euros ; 20.2% sont dans une fourchette comprise entre 1.880 euros et 3.800 euros ; 22.3% entre 3.800 euros et 7.500 euros ; ils sont plus d’un quart à toucher 7.500 à 14.000 euros net mensuel. Cela devient plutôt confortable, 12.9% touche jusqu’à 28.000euros. Puis, on arrive dans des salaires luxueux pour la L2. Ainsi, moins de 1% touche entre 28.000 et 56.000 euros. De rares exceptions dépassent les 95.000 euros net mensuel. Abel Anicet avec une valeur marchande à 2.7 millions d’euros est probablement le joueur malgache le mieux payé.

Pour revenir à Madagascar, c’est le flou total côté salaire. On n’est pas encore dans un monde de professionnels ou si, mais à petites doses. Chaque club a ses offres, les uns proposent des travaux de sécurité, de cadre ou autres aux footballeurs qui jouent pour eux, d’autres les mettent dans un autre style tout payé mais sans salaire. Les primes existent certes mais ce n’est pas automatique.

Anny Andrianaivonirina

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
News Mada1 partages

Tenue des élections : les inquiétudes persistent

Bien que le président national du parti présidentiel ait soutenu la tenue d’une élection en 2018, les acteurs politiques restent sceptiques. Et pour cause, les règles du jeu ne sont pas encore claires. Loin de là.

Le doute n’est pas encore dissipé au sein du microcosme politique sur la tenue des élections en 2018, notamment la présidentielle. L’on sait en effet que des zones d’ombre persistent encore au niveau des textes régissant certains points relatifs aux élections.

«A la lecture des travaux du Comité interministériel au Carlton, le régime ne semble pas encore prêt à aller aux urnes». Cette déclaration émane d’un membre de bureau du parti «Malagasy miara-miainga», en la personne de Dera Randriantsarafara, récemment. Et lui d’ajouter, «On continue de s’interroger si les consultations populaires vont réellement se tenir ou non en 2018».

Ce membre du MMM estime en effet que les travaux du comité interministériel ne sont pas encore achevés. «L’amélioration des cadres électoraux ne fait pas partie du plan du régime. Cela se voit à travers ses démarches ces temps-ci (…). Par exemple, le rapport du comité interministériel ne peut pas être défini comme un projet de loi», a-t-il expliqué.

A l’instar d’une grande partie de la société civile,  la formation politique conduite par Hajo Andrianainarivelo estime donc que le régime devrait officialiser dans un bref délai les textes réglementaires. Lors d’une conversation téléphonique, l’ancienne candidate à la magistrature suprême, Saraha Rabeharisoa, est du même avis.

Tout à fait possible

A travers ces prises de position, il apparait que des forces vives affichent encore leur réticence sur une réelle volonté de l’Etat à accomplir les élections l’année prochaine. D’autant que le nouveau président du Sénat a rappelé qu’il est encore nécessaire de débattre sur l’opportunité de réviser la Constitution, notamment les principaux points évoqués par le Chef de l’Etat et les pro-régime, en l’occurrence  les articles 46 et 47 de la loi fondamentale.

Sur ces points, pour démonter l’argument des pro-régime, principalement à propos de l’article 46, la juriste Sahondra Rabenarivo a noté que depuis 1975, la Constitution malgache a toujours respecté cette disposition.

«Notre Constitution a connu plusieurs retouches et réfections, mais cette disposition n’a, jusqu’à aujourd’hui, jamais posé problème», a-t-elle fait savoir dans un échange de courriel électronique. «Au lieu de nous affirmer qu’il est impossible d’organiser le scrutin présidentiel dans ce délai de 30 à 60 jours, et en faire un prétexte pour une révision constitutionnelle, il serait plus intéressant de nous expliquer pourquoi techniquement, c’est impossible», a-t-elle noté.

Elle a ainsi rappelé que lors des communales de 2007, le candidat TGV de l’époque avait mis en place un système de recensement parallèle du vote où des agents répartis dans chaque bureau de vote de la Capitale ont acheminé les résultats des dépouillements dans un centre privé.

«Certes, la couverture géographique était moindre et la sophistication des électeurs d’Antananarivo plus prononcée, mais qui dit qu’on ne peut pas reproduire le même système au niveau national ? Seuls ceux qui n’agissent pas avec audace et imagination», a-t-elle fait savoir.

J.P

 

Tia Tanindranaza1 partages

Fiverenana an-tsekolyMila hentitra ny “Comité de vigilance”

Namoaka fanambarana omaly ny minisiteran’ny fanabeazam-pirenena fa efa feno ny fepetra rehetra hahafahan’ny mpianatra miverina an-tsekoly,

Pati

L'express de Madagascar1 partages

Doing Business – Le climat des affaires s’améliore

En avant. Madagascar a gagné cinq points dans le classement annuel du groupe de la Banque mondiale sur la facilité des affaires ou le Doing Business 2018, publié mardi. Le pays se trouve au 162ème rang, sur 190 pays, contre 167ème, l’année dernière. Cette performance était due à deux reformes entreprises par le gouvernement : la création d’entreprises et l’obtention de crédit. La situation est encore loin des objectifs, celui d’atteindre la 80ème place, fixés par l’Economic development board of Madagascar (EDBM), l’agence gouvernementale chargée de la promotion des investissements.La publication en ligne et gratuite de l’avis de constitution des entreprises ainsi que le paiement des frais d’inscription directement au guichet unique constituent les points forts de cette réforme. Sur cet indicateur, l’économie malgache est placée au 76ème rang mondial. Jusqu’à la fin de cette année 2017, mille trois cent cinquante entreprises figurent parmi les objectifs de l’EDBM contre mille cent six, durant l’année 2016.D’après la Banque mondiale, Madagascar a amélioré l’accès au crédit, en augmentant la couverture du registre de crédit. Grâce à cette mesure, la couverture du registre du crédit enregistre, depuis janvier 2017, six cent quatre vingt dix seize mille individus et neuf mille six cent entreprises.« Ce résultat montre que nos efforts pour améliorer le climat des affaires à Madagascar ces dernières années portent leurs fruits. Cela nous incite à continuer dans ce sens. Nous n’allons pas en rester là et nous sommes très reconnaissants de l’appui de nos partenaires et invitons tous les concernés à joindre les efforts, ceci est l’affaire de tous », déclare Eric Robson Andriamihaja, directeur général de l’EDBM.Malgré ces performances, beaucoup reste à faire dans l’environnement des affaires, comme le raccordement à l’électricité et l’obtention de permis de construire. Elle se trouve dans les dix derniers du classement dans ces deux indicateurs. En Afrique subsaharienne, en moyenne, il faut 115 jours pour accéder à l’électricité, contre une moyenne mondiale de 92 jours. A Madagascar, il faut 450 jours pour avoir de l’électricité et 185 jours pour obtenir un permis de construire.« Depuis trois années consécutives, Madagascar enregistre une progression dans le classement du Doing Business. Le travail est bien amorcé mais nécessite plus d’efforts pour mener efficacement des réformes importantes. La course à la compétitivité mondiale est rude. Madagascar pourrait viser d’avoir des réformes qui touchent au foncier, à l’accès à l’électricité et à la justice commerciale afin d’améliorer substantiellement le positionnement de Madagascar », affirme Satyam Ramnauth, représentant de l’IFC à Mada­gascar.Dans le classement mondial relatif à la facilité de faire des affaires, Maurice apparait au 25e rang, devant le Rwanda (41) et le Kenya (80), les trois économies les plus performantes en Afrique.

Lova Rafidiarisoa

L'express de Madagascar1 partages

Épidémie – Une fillette succombe à la peste

Une fillette de 2 ans a succombé à la suspicion de peste pulmonaire, au centre hospitalier universitaire mère-enfant à Ambohi­miandra, hier. « Elle était arrivée ici dans un état très grave. Nous étions obligés de la réanimer, même si nous ne devions plus recevoir de pestiférés dans notre établissement. Malgré nos interventions, la petite n’a pas survécu », explique un médecin de l’hôpital. Le bureau municipal de l’hygiène de la commune urbaine d’Antananarivo a pu récupérer le corps pour l’enterrer dans la fosse commune d’Anjanahary.Cette fillette habitait la commune rurale de Tanjom­bato. La semaine dernière, la dépouille d’une pestiférée, décédée à Befelatanana le 25 octobre, a été veillée trois jours et deux nuits dans son foyer à Ankady Tanjom­bato, après que sa famille l’a emmenée en catimini. Leurs voisins se sont mobilisés pour empêcher le personnel du ministère de la Santé de récupérer le corps et de l’inhumer dans une fosse com­mune. C’est, pourtant, primordial pour éviter la propagation de la maladie. Il serait probable qu’il y ait rapport entre ces deux cas.La famille de la fillette l’aurait traitée chez un tradi-praticien avant de l’emmener dans une formation sanitaire. C’est ce qui aurait probablement causé sa mort. « La peste ne tue pas si elle est prise en charge à temps », rappellent des médecins. Seize malades ont été guéris, le 2 novembre, et mille quatre vingt-seize depuis le début de l’épidémie, selon le dernier bilan du ministère de la Santé publique du 3 octobre à 8 heures. Dans ce rapport, le nombre des malades traités dans les formations sanitaires ont nettement baissé, il n’en reste que cinquante cinq.

M.R.

L'express de Madagascar1 partages

Projet de loi de finances – Baisse des subventions pour 2018

En baisse. Les injections budgétaires dans les caisses des entreprises publiques en difficulté, comme la Jirama, connaîtront une baisse. Les volumes de transfert et les subventions inscrites dans le projet de loi de finances 2018 suivent cette logique. Ils enregistrent une baisse considérable, par rapport aux enveloppes allouées dans le budget de l’année dernière, 921 milliards ariary contre 1467,8 milliards.« Ces subventions et transferts comprendront, en effet, un renflouement de la Caisse de retraite civile et militaire de 228,0 milliards ariary, 209,0 milliards ariary de transferts vers la Jirama et un paiement d’arriérés de 224,6 milliards ariary », indique le document budgétaire. Les transferts et subventions au profit de la compagnie Air Madagascar, quant à eux, n’auront plus lieu.Les difficultés des entreprises publiques avaient pesé dans le budget de l’Etat. Pour l’année 2017, la Jirama, à elle seule, avait bénéficiéd’une subvention initiale de 250 milliards ariary et d’un rajout de 200 milliards ariary au deuxième semestre. Cette enveloppe diminuera progressivement jusqu’en 2020, année où elle atteindra l’équilibre financier prévu dans son business plan.

L.R.

Midi Madagasikara1 partages

Lutte contre le VIH/SIDA : 22 pairs éducateurs formés à la mine d’Ambatovy

Les pairs éducateurs à l’issue de la formation.

Vingt-deux employés volontaires de la mine d’Ambatovy à Moramanga ont suivi, le mois dernier, une formation pour devenir pairs éducateurs, dans le cadre de l’engagement de la compagnie dans la lutte contre le VIH/SIDA. Ces employés vont, à leur tour, sensibiliser leurs collègues. La formation qui s’est déroulée en deux vagues, a été dispensée par l’ONG Mamizo, spécialisée dans le domaine de la lutte contre la pandémie du VIH/SIDA. La formation s’est focalisée, entre autres, sur les rôles des pairs éducateurs, les techniques de communication et d’animation, la prévention contre le VIH/sida, la santé de reproduction, et la sexualité. « Ambatovy fait partie des pionniers à Madagascar dans l’application du dispositif de pairs éducateurs pour lutter contre le VIH/SIDA en milieu de travail », affirme la compagnie. Cette compagnie minière a reçu de l’ONUSIDA le « Prix de Bonne Pratique » en 2014 pour son engagement dans la lutte contre le VIH/SIDA dans le monde du travail.

Recueillis par Hanitra R.

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara1 partages

Mouvement Rohy : Une lettre à Jean Max Rakotomamonjy

Les organisations de la société civile (OSC) regroupées au sein du mouvement Rohy – avec la participation active du SIF, du Tafo Mihaavo et du BIMTT – tirent, depuis un certain temps, la sonnette d’alarme par rapport à un projet de loi qu’elles estiment illogique et trop favorable aux fonctionnaires des Services des Domaines et de la Topographie : le projet de loi fixant le régime juridique de l’immatriculation et de la propriété foncière titrée. Lors d’un point de presse que le mouvement a tenu hier, à l’hôtel Le Pavé Antaninarenina, les OSC ont réitéré leurs propos selon lesquels ce projet de loi, s’il sera voté par les députés ultérieurement, ne profitera guère aux populations locales qui sont généralement sujettes aux litiges fonciers. « Nous allons adresser une lettre au président de l’Assemblée Nationale et aux vice-présidents dans laquelle nous exposerons tous les points d’achoppement que présente ce projet de texte », a indiqué Andriamoraniaina Harijaona du mouvement Rohy. L’objectif étant de sensibiliser les députés à voter contre ce projet de loi ou, du moins, à apporter quelques améliorations aux articles polémiques ; des améliorations qui intègreront les principales inquiétudes des populations locales.

Contradictions. Les OSC regroupées au sein du mouvement Rohy dénoncent principalement le fait que le projet de texte en question ne reprenne guère certains points de la Politique Foncière de 2015. Et pourtant, d’autres – certains députés à titre de précision – estiment qu’il résoudra la plupart des litiges fonciers. Des contradictions au niveau des points de vue et auxquelles trouver un terrain d’entente revêt un caractère difficile. Quoiqu’il en soit, le projet de loi sera examiné au niveau de la Chambre basse le 7 novembre prochain. Notons que les maires des communes issues des Régions d’Analamanga et d’Itasy ont été présents lors du point de presse.

Aina Bovel

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara1 partages

Casting : El agency, à la recherche de ses modèles !

Bonne nouvelle pour toutes celles qui rêvent d’embrasser une carrière de mannequin ou veulent intégrer une agence pour devenir hôtesse, animatrice ou modèle photo ! El Agency vous donne la chance de faire de votre rêve une réalité. Les 8 et 11 novembre, Christina Léong Rakotoniaina et son équipe vous attendent au Live hôtel Andavamamba de 9h à 17h pour passer le casting et qui sait, passer à l’étape suivante ? La gente masculine n’est pas exclue puisque l’agence recherche également des hommes pour étoffer son équipe. « Le casting comporte deux catégories. La première destinée aux enfants de 3 à 13 ans. La seconde, dédiée aux intéressés de 18 à 28 ans ». Pour ceux qui veulent tenter l’aventure, les inscriptions sont déjà ouvertes. « Les candidats devront impérativement retirer la fiche d’inscription au Super music, au Paragone Antaninarenina, au  Queen mode Analamahitsy ou au Manada sea food Andranomena/Akoor digue et la remplir pour être enregistrés comme candidats officiels ». Formation et book sont assurés pour les candidats retenus. Alors, si vos amis ou les membres de votre famille vous rabattent les oreilles avec la question : « Pourquoi tu ne deviendrais pas mannequin ? », prenez-les aux mots ! Inscrivez-vous sans attendre au casting d’El Agency. Rendez-vous au Live hôtel Andavamamba les 8 et 11 novembre prochains, de 9h à 17h.Mahetsaka

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara1 partages

Ligue des champions : Les matches retour de la Poule des As à Fianar

Finalement la Fédération Malgache de Football s’est montrée intransigeante quant au choix d’Ampasambazaha pour abriter les matches retour de la Poule des As. Une décision irrévocable selon le SG Stan Rakotomalala qui affirmait haut et fort que ce sont tous les membres du comité exécutif qui ont décidé ainsi après avoir analysé toutes les situations.

Fianarantsoa abritera la phase finale de la Ligue des champions. A l’aller comme au retour, la Poule des As se tiendra sur la pelouse d’Ampasambazaha.

Avec le même calendrier car au premier jour de ce mercredi, on verra à 13h, le choc entre Elgeco Plus et HZAM Amparafaravola. Une rencontre qui se résume pour Elgeco Plus, à un match à ne pas perdre pour ne pas être à la traîne de cette course poursuite avec la CNaPS Sport.

Les limites d’Amparafa. La logique verrait d’ailleurs une victoire de Johnny et ses camarades car Amparafa a déjà montré ses limites avec comme bilan des matches aller, deux défaites et un match nul.

En face par contre, les deux B, Bila et Bela, resteront redoutables avec les coups francs pour le premier et les échappées pour le second. Et dans les deux cas, c’est toujours une victoire bonne à prendre pour les protégés d’Alfred Randriamanampisoa.

Comme initialement prévu, la franche explication entre les militaires du COSFA et la CNaPS Sport débute à 15h. Un très beau duel. Enfin on l’espère car même si la CNaPS Sport, qui a rajouté un autre artificier dans ses rangs avec le retour de Lucien Kasimo Foroch, part avec la faveur des pronostics. Dimby et ses camarades entendent ne rien lâcher en affirmant pince sans rire que trois victoires les propulseraient à la tête du groupe et donc un titre national sur lequel ils courent toujours.

Gestion d’effectif. Sur le papier toutefois, cette CNaPS là a autant d’arguments pour ravir la victoire. L’équipe est complète dans ses lignes et Tipe Randriambololona excelle dans la gestion de son effectif.

C’est presque une certitude que cet entraîneur mettra au repos certains de ses cadres tels Foroch et Feno lors de la seconde journée contre Amparafa avant d’aligner son équipe-type face à Elgeco Plus lors de la dernière journée.

En clair, une victoire programmée car même en cas de défaite sur la plus petite des marges face à Elgeco Plus, on reviendra sur les deux matches de ces équipes où la CNaPS Sport qui a gagné par 4 buts à 2 à l’aller, se verra offrir le trophée.

Mais c’est en théorie car rien n’interdit à HZAM ou au COSFA de venir brouiller les cartes et gagner à leur tour pour tout chambouler. Ce qui ferait certainement le bonheur d’Ampasambazaha car cela donnerait du piquant à toutes les rencontres.

Clément RABARY

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Madaplus.info0 partages

Lalatiana Ravololomanana réclame l’inspection sur la gouvernance de la Commune urbaine d’Antananarivo

Lalatiana Ravololomanana, la conseillère municipale de la CUA a expliqué, lors d’une conférence de presse à Ivandry, qu’il n’y a aucune transparence sur la gouvernance de la commune. Elle, de marteler que la commune ne fonctionne plus comme elle se doit actuellement.
D’après la conseillère, il existe bel et bien un détournement de fond. Presque tous les pourcentages perçus par la Commune, grâce à la coopération avec d’autres entreprises privées n’entrent pas dans la caisse de la CUA, a-t-elle confirmé. Outre, l’organigramme de la CUA ne cesse de changer. Et tous ces faits font partie de la mauvaise gouvernance selon Lalatiana Ravololomanana. Ainsi, elle réclame l’inspection générale de l’État d’auditer la gouvernance financière et humaine dans la CUA.
News Mada0 partages

4G Orange : tolotra vaovao ho an’ny fandraharahana ao Antsirabe

Tanàn-dehibe fahatelo Antsirabe eto amin’ny Nosy, nosafidin’ny Orange hametrahana tambajotra 4G Orange, nanomboka omaly 3 novambra.  Manan-danja lehibe eo amin’ny sehatry toekarena io tanàna io, hita izany noho ny fisian’ny  orinasa lehibe maro any an-toerana, sehatry ny fambolena sy fiompiana manome vokatra mamatsy ny ao Vakinankaratra sy maro any ivelan’ny faritra. Isan-karazany ireo orinasa madinika sy salantsalany hita ao Antsirabe sy ny manodidina ; manana ny toerany koa ny fizahantany sy ny fitsaboana. Noho izay maha tanàn-dehibe azy izay, nosafidin’ny Orange hampivoarana azy bebe kokoa amin’ny alalan’ny serasera sy ny fifandraisan-davitra.

Singa iray manavao mampandroso sy manamafy ireo sehatra rehetra mampalaza an’Antsirabe ireo ny tambajotra Orange 4G, hahafahana manatsara ny asa, mampitombo ny fidiram-bola, ifandraisana bebe kokoa sy haingana eto an-toerana sy any ivelany. Manampy azy ireo amin’ny fifandraisana, indrindra ny any ivelany ny  numérique.

Tolotra hitondra vahaolana

Nanatrika ny fotoana nanokafana izany tambajotra izany ireo mpandraharaha ao an-tanàna, liana amin’io tolotra vaovao io. Vonona nandray ny hetahetan’izy ireo sy mpanjifa samihafa, hanolorana tolotra sahaza hitondra vahaolana ho an’ny fampandrosoana amin’ny asan’izy ireo avy Solontenan’ny Orange rahateo. « Manana anjara andraikitra ny fifandraisan-davitra ho an’ny fampandrosoana, amin’ny alalan’ny numérique, manohana ny tsy miankina sy ny fanjakana », hoy ny minisitra tompon’andraikitra, Rakotomamonjy Neypatraiky André.

Nampahatsiahy kosa ny tale jeneralin’ny Orange, Michel Degland, amin’ny fiaraha-miasa eto Madagasikara. Mitondra ny fahaiza-manaony ny Orange amin’ny lafiny fampiroboroboana ny fifandraisan-davitra. Ahitana tombony ho an’ny toekarena sy sosialy manerana ny Nosy izany, raha ny fanamarihan’io tale jeneralin’ny Orange io. Mitohy hatrany rahateo ny fametrahana ny tambajotra 4 G manerana an’i Madagasikara.

Nanatrika ny fotoana ny Préfet ao Antsirabe, Andriantomponera Nalisoa Voahangiarimino ; lehiben’ny faritra Vakinankaratra, Rakotonarivo William sy ireo mpitantana samihafa. Teo ihany koa ny tale jeneralin’ny Artec (Autorité de régulation des technologies de communication), Rakotoarivelo Longin.

R.Mathieu

News Mada0 partages

Hampandrosoana ny tanàn-dehibe ny AVCOI

Anjaran’ny Nosy La Réunion indray izao. Efa any an-toerana, hatry ny afakomaly ny  ben’ny Tanàna Ravalomanana Lalao, hiatrika ny fihaonan’ny Fikambanan’ireo ben’ny Tanàna amin’ireo tanàn-dehibe aty amin’ny ranomasimbe Indianina (AVCOI). Anisan’ny antom-pijoroan’ity fikambanana ity  ny fampandrosoana ireo  tanàn-dehibe, ao anatin’ireo tanàna mpikambana. Manamarika ity fihaonana  an-tampony ity  ny maha sekretera mpanatanteraky ny AVCOI  ny sekretera jeneralin’ny  kaominina Antsirabe, Razafindrazaka Lalaina. Manao  izany asa izany atsy amin’ ny Nosy La Reunion ao St Denis ny tenany. Efa nandray ny asany ny volana septambra teo  ary  nahazo   ny  tsodranon’ny  ben’ny Tanàna Ravalomanana Lalao, izy tamin’izany.

Tsiahivina fa natao teto amintsika ny volana desambra 2016 ny fihaonana an-tampony farany ary noraisin’ny tanànan’Antananarivo.

Manohana izao hetsika izao ny eo  anivon’ny Fikambanan’ny ben’ny Tanàna eo  anivon’ny Frankofonia (AIMF)  sy ny eo anivon’ny Vondrona eoropeanina (UE).  Nitsena ny  ben’ny Tanàna Ravalomanana Lalao  teo am-pahatongavana  ireo Malagasy miasa sy monina ao amin’ny Nosy La Réunion. Nihaona amin’ireo mpomba ny filoha teo aloha,  Ravalomanana  koa ny tenany.

Synèse R. 

 

News Mada0 partages

Paipaika politika : atao ny handanina befahatany ny tetibola 2018

Toy ny isan-taona ny paipaika sy kajikajin’ny fahefana mpanatanteraka? Andrasana fotoana farany ny fanolorana ny volavolan-dalàna mifehy ny tetibola, taona manaraka, eny anivon’ny Antenimierampirenena. Na voaray mialoha aza izany, tsy tratra aoriana amin’ny fandaharam-potoana.

Vokany, tsy manana fotoana handinihina lalina sy maharitra izany ny parlemanta, na eo aza ny karazam-piofanana amin’ny famakiana izany. Tsy misy firy ny adihevitra, indrindra ny amin’ny tena tombontsoam-bahoaka eo amin’ny sosialy: fahasalamana, fampianarana, fandriampahalemana…

Efa niady mafy hampiakarana sy hametrahana araka ny tokony ho izy ny sosialim-bahoaka amin’ny alalan’ny tetibola, ohatra, ny firaisamonina  sivily, tamin’ny taon-dasa. Saingy tsy hita ny vokany, ny eo ihany no eo.

Tsy lavina, anisan’ny avo indrindra amin’ny tetibola ny lafiny fahasalamana sy ny fampianarana, ohatra, saingy tsy mbola mahasehaka ny filan’ny vahoaka. Mbola andoavam-bola ny fitsaboana sy fampianarana, fa tsy araka ny voalazan’ny lalàmpanorenana.

Fototry ny fivoriana ara-potoana faharoa ny tetibolam-panjakna

 Efa mazava izao fa ny fandinihana sy fandaniana ny volavolan-dalàna mifehy ny tetibola, taona manaraka, no fototry ny fivoriana ara-potoana faharoan’ny Antenimiera roa tonta, ankoatra ireo tsy vita tamin’ny fivoriana voalohany sy ny volavaoaln-dalàna vaovao. Nefa iandrasana fotoana faramparany mandrakariva izany, ka fahoany fahoany ny fandaniana azy.

Efa fanao isan-taona, tsy mety ho vita aloha noho ny paipaika. Toy ireo lalàna saro-pady na manahirana ny mpanatanteraka: ny lalàna mifehy ny serasera… mamono fahafahana, ohatra. Saika amin’ny alina no andaniana azy, vitsy ny mpivory maharitra hatramin’ny farany. Miady amin’ny torimaso fa tsy ny tena tombontsoam-bahoaka?

Tsy mampiraika ny tombontsoam-bahoaka, hany ka tsy mahamaika ny fifanatrehan’ny governemanta sy ny Antenimiera, ohatra, raha tsy amin’ny 23 sy 24 novambra, na   izao aza ny fahoriam-bahoaka? Tsy fandriampahalemana, pesta, vidim-piainana, ady tany…

Tsy mahagaga sy tsy zava-baovao ny paipaika sy kajikajy politika lava amin’ny atao, fa ny ho azy ihany no zava-dehibe mahamaika ny mpitondra?

R. Nd.

(Tahirin-tsary)

News Mada0 partages

Mpanao politika sy firaisamonim-pirenena : « Takinay hivoaka amin’ny herinandro ny lalàm-pifidianana »

Nivory tetsy Antaninarenina, afakomaly ireo antoko politika sy fiarahamonim-pirenena maromaro. Nitaky hamoahana ato anatin’ny fotoana fohy ny volavolan-dalàm-pififidnana izy ireo noho ny hakelin’ny fotoana.

 Tapaka fa manome herinandro ny governemanta mba hamoahana izany ireto mpanao  politika  ireto. “Mitaky fanolorana anay ny volavola savaranonandon’ny lalàm-pifidianana vaovao izahay  hahalalan’ny besinimaro ny  marina,  ao anatin’ny mangarahara. Omenay hatramin’ny alakamisy 9 novambra izao ny fitondrana hamoahana  izany”, hoy ny fanambarana iombonana novakin’ny mpitondra tenin’izy ireo, Ramarojaona Yves.  Nohitsin’ny fanambarana  fa atao izany noho  ny  hamehana satria iaraha-mahalala fa amin’ny volana  desambra  2018 ny tokony hanaovana ny fifidianana  filoham-pirenena, araka ny voalazan’ny lalàmpanorenana.

Korontana amin’ny fifidianana 2018

Niantso ny fianakaviambe iraisam-pirenena koa  ireto mpanao politika sy ny fiarahamonim-pirenena  ireto mba hanohana izany ezaka atao ho amin’ny fametrahana ny  demokrasia  eto amintsika izany.

Ankoatra izany, niraisan’izy ireo hevitra fa tokony hahitsy ato  anatin’ny fotoana fohy ny lalàm-pifidianana satria maro ireo  teboka mitondra ho any amin’ny tsy fahatomombanana ary koa mba ialana amin’ny korontana amin’ny fifidianana ny taona 2018.

Anisan’ny nitondra ny heviny ny filoha nasionalin’ny Tim, Ravalomanana. “Manaiky ny hanohana izao dingana izao ny Frantsay sy ny Vondrona eoropeanina. Tokony ho dingana azo antoka anefa ny hirosoana fa  tsy fivoriana tahaka ny mahazatra ka  tsy ahitam-bokany”, hoy izy.  Tsy mifanalavitra amin’izany koa ny nambaran’ny avy amin’ny Freedom, notarihin’ny filohany,  Rakotondrazafy Lalatiana. “Mety ho tonga amin’ny  fampitambaran-kery noho   ny tombontsoam-pirenena  sy ny vahoaka izao mba tsy ho tahaka lalàn’ny fifandraisana sy ny serasera  izany ka hiova  an-dalana sy tsy horaisina ny hevitry ny sasany”, hoy  izy.

Miantso fahamalinana  sy fihaonana ny antoko politika 

Nambaran’ireo komitin’ny fakan-kevitra tamin’ny alalan’Andriamandrato Ihanta fa  tsy mety ny fomba nandrafetana io volavolan-dalàm-pifidianana io. “Ahina tsy hitondra fitoniana izany satria  tsy  voahaja ny hevitry  ny mpanao politika sy ny fiarahamonim-pirenena ary koa ny sehatra iraisam-pirenena… Tokony ho mailo isika ary hanohy ny fihaonana”, hoy izy.

Na izany aza, tsy mbola nanambara ny hataony izy ireo raha dila io fe-potoana, herinandro nomeny ny fitondrana, io.

Synèse R.

 

News Mada0 partages

Ecole catholique – Décès suspect de peste : la Didec contredit le Men

Enième désaccord entre les médecins et les proches des victimes suspectées de peste. Le cas le plus récent illustrant cette situation est le décès d’un élève d’une école privée sise à Anatihazo Isotry.

Une mauvaise surprise. L’annonce faite par des médecins affirmant que le décès de l’enfant de 11 ans, survenu samedi dernier au Centre hospitalier universitaire mère-enfant Tsaralalana (HUMET), est dû à l’épidémie de peste a été une mauvaise surprise pour la famille de la victime ainsi que les responsables de l’école où il a été scolarisé. Via les réseaux sociaux, le ministère de l’Education nationale (Men), après avoir effectué des recoupements auprès des responsables sanitaires dans la capitale, a communiqué dans la nuit d’avant-hier que cet enfant, élève en classe de 8e au sein de l’école Jean XXIII sis à Anatihazo Isotry, est décédé suite à la peste pulmonaire.

Consulté sur ce sujet, le médecin inspecteur d’Antananarivo ville, le Dr Hanitra Randrianarison, l’a confirmé hier lors d’un entretien téléphonique, en soulignant qu’ «il s’agissait de cas suspect probable dans la mesure où le TDR post-mortem s’est avéré positif». Une version contredite par le numéro un de la Direction diocésaine de l’éducation catholique (Didec) Analamanga, Mgr Ludovic Rabenantoandro, en se basant sur «…Les différentes analyses des faits ainsi que la confirmation du médecin du dispensaire de l’école où il a reçu les premiers soins pour cause d’angine, avant d’être admis à l’hôpital». Même version de la part de la directrice de l’école en question.

Testé négatif deux fois au TDR

En revenant sur les antécédents de cette triste circonstance, les familles de la victime ont réitéré que cet enfant a déjà été testé négatif à la peste lors de deux TDR effectués au sein même de l’hôpital où il a été admis. L’autre test a été mené au service pédiatrie du Centre hospitalier universitaire Joseph Raseta Befelatanana (CHU-JRB), qui l’a transféré au CHU-METvu qu’il ne s’agit pas de cas de peste.

«Son admission au sein de cet établissement hospitalier pédiatrique a été même conditionnée par ce test négatif dans le but de préserver la vie des autres patients qui y sont hospitalisés», a souligné Olive, un membre de la famille. «Un test qui n’était pas effectué gratuitement, comme a indiqué le ministère de la Santé dans la mesure où pour pouvoir en bénéficier, nous avons déboursé 4.800 ariary», a poursuivi notre source.  «En guise de mesures de prévention, tous les élèves de cet établissement ainsi que les membres du personnel enseignant et administratif prennent des médicaments de chimioprophylaxie, même si nous sommes convaincus qu’il ne s’agit pas de cas de peste», a souligné la directrice de l’école Jean XXIII, Liliane Rasoazanarivelo.

Fahranarison

News Mada0 partages

Sekoly katolika Jean XXIII Anatihazo Isotry : matin’ny pesta sa matin’ny aretin-tenda ilay mpianatra ?

Mifamahofaho ka mahatonga resabe, ny vaovao navoakan’ny minisiteran’ny Fanabeazam-pirenena, mikasika ilay mpianatry ny sekoly katolika Jean XXIII, Anatihazo Isotry, hoe “namoy ny ainy noho ny aretina pesta”. Vaovao izay notsipahin’ny tompon’andraikitry ny sekoly ary nohamafisiny fa “aretin-tenda” no nahafaty io mpianatra io. 

Tao amin’ny pejy facebook-n’ny minisiteran’ny Fanabeazam-pirenena no nivoahan’ity vaovao ity, omaly. Vao nivoaka kelikely ilay vaovao, resabe ny tohiny hita eo ambany. Samy manana ny filazany ny mpanao “commentaires”. Andaniny, ireo mpomba ny sekoly katolika, mitsikera ny minisiteran’ny Fanabeazana. Ankilany, ireo mpiandany amin’ny minisiteran’ny Fanabeazam-pirenena, toa mandatsa ny mpitantana ny sekoly katolika amin’ny ankapobeny.

Araka ny voalaza ao anatin’ilay fanambaran’ny minisitera, mpianatra kilasy 8 ème, ao amin’ny sekoly Jean XXII, eny Anatihazo Isotry, ity voalaza hoe namoy ny ainy ity. Voamarina, hoy ilay fanambarana, fa namoy ny ainy noho ny pesta aretin-tratra, ny asabotsy teo ilay mpianatra. Nomarihiny fa nianatra io zaza io ny alarobia 25 oktobra lasa teo, ary naiditra hopitaly ny alin’iny. Efa nisy, araka ny voalaza ihany, ny fandraisana fepetra nataon’ny tompon’andraikitra sy ny dokotera tamin’ny alalan’ny fanaraha-maso ireo mpiray kilasy tamin’ity mpianatra voalaza fa namoy ny ainy ity. Misy mihitsy aza ery amin’ny faran’ilay fanambarana ny fankaherezana ny fianakavian’ilay mpianatra.

Hatramin’ny nanombohan’ny fihanak’ity valanaretina pesta ity, nilaza talen’ny serasera eo anivon’ny minisiteran’ny Fanabeazam-pirenena, Tsitoara Serge,  fa “mangarahara hatrany ny fanomezam-baovao ao amin’ny tranonkalam-pifandraisan’ny minisitera, indrindra raha mahakasika ny tontolon’ny fanabeazana ny trangan’aretina”.

Mitsipaka marindrano

Etsy ankilan’izany anefa, mitsipaka marindrano io vaovao io ny tompon’andraikitry ny sekoly katolika Jean XXIII. “Tsy noho ny aretina pesta velively no nahafaty io mpianatra io, fa noho ny aretin-tenda (angine)”. Ny mpitsabo mihitsy, hoy ihany ny fanamarihana, no nanambara fa izay ny nitarika ny tsy fahasalamany, niafara tamin’izao fahafatesany izao. Nohamafisin’ny mpitantana ny sekoly fa “natao fitiliana indroa miantoana, teny HJRA sy teny amin’ny Hopitaly Befelatanana, ilay mpianatra”. Ny vokatr’ireo fitiliana ireo, araka ny voalaza, tsy pesta velively ny nahafaty io mpianatra io. Nilaza koa ny renin’ilay zaza fa nentina teny amin’ny hopitalin’ny ankizy, eny Tsaralalàna, indray ilay mpianatra. Mbola naverina fanintelony indray ny fitiliana, ary novidiana 4.800 Ar mihitsy aza ny fitaovana nanaovana izany. Antsasak’adiny taorian’izay, namoy ny ainy ilay ankizy, ary nambaran’ny mpitsabo fa noho ny aretina pesta no nitarika ny fahafatesany. Araka ny fanazavany ihany “norovitin’ny mpitsabo ny “carnet” nampiasaina tany amin’ny hopitaly”. Inona ny dikan’izany ?

Eo anatrehan’ireo vaovao roa mifanohitra ireo, mipetraka ny fanontaniana. Inona ny tena marina amin’ity tranga ity ?  Iza ny mamoaka vaovao tsy marina ka mahatonga izao resabe sy savorovoron-tsaina izao ? Ilàna fangaraharana avokoa izany rehetra izany, indrindra fa efa nisy ny tsy fitoviam-pijery, nahatonga resabe saika tsy vita, teo amin’ny tompon’andraikitry ny sekoly katolika sy ny minisiteran’ny Fanabeazam-pirenena teo aloha teo.

Randria

News Mada0 partages

Fiparitahana basy : lehilahy iray nahatrarana P.A sy bala efatra

Lehilahy iray voasambotra niaraka tamin’ny basy PA voafahana bala efatra, tany Mahajanga, ny fiandohan’ny herinandro teo.  Avy amina loharanom-baovao no nahafantarana fa misy lehilahy mampiahiahy manana basy tao amin’ilay toerana iray be olona. Nilatsaka tao amin’ny toerana voatondro avy hatrany ny mpitandro filaminana, ary nanao ny fisavana ka voamarina ny fisian’ny basy. Nampiseho antontan-taratasy nolazainy fa ahafahany mitazona ity basy poleta ity ilay lehilahy milaza ho tompony rehefa nosamborina ka nanaovana fanadihadiana. Hita anefa fa taratasy efa lany andro tsy mifanaraka amin’ilay basy tratra no sarona. Tazonina eny amin’ny polisy hatreto ilay lehilahy hanaovana fanadihadiana. Talohan’izao, nisy fanafihana Karana nitranga tany Mahajangabe, izay mbola tsy fantatra ny nanao azy. Nitondra basy ireo jiolahy ka ahina ho anisan’ireo ity tratra niaraka tamin’ny basy ity. Miparitaka loatra ny basy amin’ny faritra maro eto an-dRenivohitra hatrany amin’ny faritra. Mitovy amin’ny an’ny mpitandro filaminana ity tratra farany ity. Misokatra ny fanadihadiana.

Yves S.

News Mada0 partages

Efa nigadra noho ny fisolokiana… : saron’ny polisy fanindroany indray i Herinala Véronique

Voasambotry ny polisy avy ao amin’ny sampandraharaha misahana ny ady amin’ny kolikoly (SCLC) tao an-tranony eny Andavamamba, afakomaly ny vehivavy iray antsoina hoe Herinala Véronique, 35 taona, voarohirohy ho nanao fisolokiana avolenta. Araka ny fanazavan’ny polisin’ny SCLC, nisy olona tonga tao amin’izy ireo, ny 18 oktobra 2017 lasa teo nametraka fitoriana momba ny fisiana vehivavy iray nisoloky azy ireo. Voalaza tamin’izany fa vola manodidina ny 3 tapitrisa Ar no lasan’ity vehivavy mpisoloky ity. Milaza ho mahafantatra fikambanana manampy olona sahirana sy maty vady avy any ivelany i Véronique. Nilaza izy fa mila mikarakara taratasy marobe mba hahafahana mahazo ny fanampiana ka izay no antony nangalany ireo volabe ireo. Rehefa tonga anefa ny fotoana voalaza fa hahatongavan’ilay fanampiana dia narirarian’i Véronique ireto olona nosolokiny ireto. Nanomboka teo, tsy hita intsony izy ka nahatonga azy ireo nametraka fitoriana. Niaiky ny heloka vitany izy nandritra ny famotoran’ny polisy. Nilaza izy fa efa fanaony ny misoloky olona toy izao. Efa nigadra teny Antanimora noho ny fisolokiana ihany koa izy kanjo voasambotry ny polisy indray.

Jean Claude

News Mada0 partages

Anjozorobe : zandary iray voarohirohy ho nividy fiara Mazda halatra

 Voasambotry ny zandary avy ao amin’ny sampana fikarohana heloka bevava eny Fiadanana, ny herinandro teo ireo tambajotrana mpangalatra fiara Sprinter sy Mazda. Very tany Moramanga ilay fiara Mazda ka tany Anjozorobe vao hita. Zandary iray voarohirohy ho nividy ity fiara halatra ity…

 

Voalazan’ny fampitam-baovao avy amin’ny lehiben’ny zandary avy ao amin’ny sampana fikarohana heloka bevava, ny Kly Randriamanantena Pascal nandritra ny valandresaka ho an’ny mpanao gazety, omaly, nitrangana halatra fiara Sprinter teny By-Pass Ambohimangakely, ny 13 aogositra 2017 lasa teo. Mody hoe hanofa ilay fiara ireo mpangalatra kanjo nangalarin’izy ireo ilay fiara rehefa avy nomena ranomboakazo misy fanafody fampatoriana ny mpamilin’ilay fiara sy ny mpanampiny azy. Nametraka fitoriana teny amin’ny zandary ny tompony ka niroso tamin’ny fikarohana avy hatrany izy ireo. Vokany, tratra tany Ambositra ilay fiara Sprinter niaraka tamin’ireo olona dimy voarohirohy ho tompon’antoka tamin’izany. Ramanahadray Jean Bernardin antsoina hoe Bera no tena lehiben’ireo mpangalatra mivondrona ao anatina tambajotra.

Fa mbola ireto tambajotrana mpangalatra fiara ireto koa no tompon’antoka tamin’ny halatra fiara Mazda iray manao taksiborosy Tanà – Moramanga. Voalazan’ny fanadihadian’ny zandary hatrany fa tany Anjozorobe no hita ilay fiara ary mbola ireo tompon’antoka tamin’ilay halatra Sprinter ihany koa no niketrika ity halatra fiara Mazda ity. Vehivavy iray sy lehilahy efatra no ao anatin’ilay tambajotrana mpangalatra fiara Sprinter sy Mazda ireto.

Nohamafisin’ny teo anivon’ny seraseran’ny zandarimariam-pirenena kosa fa zandary ilay nividy ilay fiara Mazda tany Anjozorobe. “Ao anatin’ny fanadiovana tanteraka ny zandarimariam-pirenena ka tsy mahamenatra ny milaza izany ary efa natolotra ny polisim-pirenena izy satria efa nisy fitoriana momba ity halatra Mazda ity tany amin’ny polisy”, hoy ny lehiben’ny seraseran’ny zandarimariam-pirenena, ny chef d’escadron, Andrianarisaona Herilalatiana. “Raha misy olona efa nivarotan’i Bera sy namany fiara halatra, iangaviana izy ireo mba hanatona aty aminay mba tsy hovoasaringotra amin’izany. Efa miara-miasa amin’ny sampandraharaha mpanome ny laharan’ny fiara rahateo ny zandarimaria”, hoy kosa ny Kly Randriamanantena Pascal.

J.C

News Mada0 partages

Ady amin’ny pesta : nanolotra fitaovana sy fanafody ny Startimes

 Ho fandraisana anjara momba ny ady amin’ny valanaretina pesta, nanome  fitaovana telo, fanafody 30 litatra ary afisy misy fanentanana ho an’ny minisiteran’ny Fanabeazana ny orinasa Startimes, omaly teny Anosy. Maharakotra velarana 20 000 toradroa ny ranom-panafody hamonoana bibikely samihafa ao amin’ny efitrano fianarana 167, araka ny fanazavana azo. “Nanomboka ny fiandohan’ny herinandro teo, nandefa hafatra sy fanentanana amin’ny fahitalavitra rehetra  mahazo ny fandaharana alefan’ny Startimes ny tomponandraikitra. Hafatra momba ny fitandroana ny fahadiovana hatrany hisorohana ny pesta”, araka ny nambaran’ny tale jeneralin’ny orinasa, Julien Kai. Manan-danja lehibe ho an’ny orinasa ny fianakaviana sy ny firaisankina ka nahatonga azy ireo hanohana ny minisitera amin’ny alalan’ny fanampiana. 300 ny afisy mitondra fanentanana hapetraka amin’ny toerana maro. Nandray ny fitaovana ny sekretera jeneralin’ny minisitera, Rabeson Rolland.

Nitondra fanampiana (mitovy amin’izay nomena ny minisitera) ho an’ny kaominina Antananarivo Renivohitra ihany koa ny Startimes ampiasaina eny amin’ny tsena. Nisolo tena ny ben’ny Tanàna nandray izany ny lefitra voalohany, Ramboasalama Emilien. Miasa amin’ny firenena 35 mampiroborobo ny fahitalavitra nomerika ny Startimes ary manana mpanjifa 10 tapitrisa.

 Vonjy A.

News Mada0 partages

Rasoazananera Monique : “Afaka miaro tena ny mpianatra mandritra ny Codis”

 Raharaha tsy maintsy irosoan’ny minisIteran’ny Fampianarana ambony ny famahana ireo olana toy izay niseho eo anivon’ny oniversiten’i Mahajanga izay nahatonga fampiakarana Conseil de discipline (Codis) ireo mpianatra 60 eo ho eo. Manoloana ireo fihetsiketsehana  ataon’ireo mpianatra sy ireo olobe (ray aman-dreny sy mpitarika ara-pomban-drazana) ao Mahajanga izay mangataka ny fanafoanana na ny fanemorana io Codis io, nanambara ny minisitra fa ny fiakarana Codis tsy midika avy hatrany ho fanasaziana. “Fihainoana sy fifampiresahana no atao, ka afaka manazava sy miaro tena ny amin’ireo anton-javatra iantsoana azy ny mpianatra tsirairay voakasika. Avy amin’izany no andraisana fanapahan-kevitra na tokony ho voasazy izy na tsia. Mbola misy sokajy ihany koa ny sazy”, hoy ny minisitra Rasoazananera Marie Monique.

Ankoatra izay, manoloana ny ezaka fikasana hampitovy ny fidiran’ny mpianatra izay tsy mbola mety ho tratra ankehitriny, hampiantso fivoriana tsy ara-potoana ireo filohan’ny oniversite sy ny IST, ny ministera handinihina izany. Indroa isan-taona io fivoriana io Conférence de présidents et recteurs des institutions d’enseignement  supérieur (COPRIES)  ary efa vita daholo izany ho an’ity taona ity. « Lohahevitra maro hitondra vahaolana maharitra sy filaminana eo anivon’ny Anjerimanontolo no hodinihina amin’izany fivoriana izany», hoy ny ministra.

Vonjy A.

 

News Mada0 partages

Havatsa-Upem : notolorana salotrahasina i Soatiana Andriana

Notanterahina ny alakamisy 2 novambra teo tany Frantsa, ny lanonana. Nametraka ny sanganasany vitsivitsy tao amin’ny Havatsa-Upem i Soatiana Andriana, ny taona 2014. Taona 2017, telo taona nandalovany sedra… Nasalotra ity mpanoratra ity tamin’ny fomba ofisialy ny salotrahasina maneho fa anisan’ireo mpikambana ao anatin’ny fikambanana izy nanomboka tamin’io andro io. Nandritra ny lanonam-panokafana ny fankalazana ny faha-65 taon’ny Havatsa-Upem, ny alakamisy teo, no nanatanterahan-dRtoa Andrianasolo Hajaina ny fametrahana ny salotrahasina an’i Soatiana Andriana.

… Nambarany tamin’izany fa : « Manamafy ny fanekeko sy ny toky nomeko ny hanaja sy hizara ary hanatevin-daharana amin’ ny fikolokoloana, ny fivoizana ary ny fampandrosoana ny teny sy ny maha Malagasy ny tenako ary manentana antsika tanora ihany koa hanandratra izany teny sy ny maha Malagasy antsika izany ».

Nomarihin’i Soatiana Andriana ihany koa fa anisan’ny nampitsiry sy nampiredareda ny fitiavany ny teny sy ny literatiora malagasy ny fananany reny mpampianatra teny malagasy nandritra ny 40 taona. « Isaorako manokana ny reniko », hoy i Soatiana Andrianina.

HaRy Razafindrakoto

News Mada0 partages

Politique monétaire : le taux directeur de la Banque centrale relevé à 9,5%

La forte inflation enregistrée depuis le début de l’année, la hausse des importations durant les neuf premiers mois de 2017, le cours de change… Autant de facteurs qui ont amené la Banque centrale à relever son taux directeur à 9,5% à compter du 9 novembre.

Après la revue semestrielle de la politique monétaire, le taux directeur de la Banque centrale de Madagascar est relevé à 9,5%  à partir du 9 novembre. La décision découle de quatre facteurs, d’après les explications apportées par Alain Hervé Rasolofondraibe, gouverneur de la Banque centrale, à l’occasion d’une rencontre avec la presse, hier, à Antaninarenina.

Il s’agit notamment du taux d’inflation, du secteur extérieur, des finances publiques et du secteur monétaire. En effet, l’Indice des prix à la consommation a atteint 8,2% au mois d’août dernier. Cette forte inflation est tirée essentiellement par la hausse des prix des produits locaux (8,6% en glissement annuel).

«La forte inflation enregistrée dans le pays résulte de l’important choc enregistré en février en raison de la sècheresse et du contexte international défavorable. Les prix ont toutefois décéléré depuis  juillet dernier. Autrement, le taux d’inflation pourrait être à deux chiffres actuellement», a fait savoir le premier responsable de la Banque centrale.

Par ailleurs, la forte augmentation des importations, durant les neuf premiers mois de l’année, a entraîné la hausse du déficit du compte courant, allant de 128,1 millions de DTS à 136,3 millions de DTS entre janvier –septembre 2016 et janvier-septembre 2017. Cette hausse des importations se poursuivra jusqu’au début de l’année en vue de la période des fêtes de fin d’année. La Banque centrale a également noté que l’augmentation des importations est aussi liée à la croissance des investissements dans le pays.

Impact sur le marché financier

Questionné sur l’impact de cette révision à la hausse du taux directeur de la Banque centrale, Alain Hervé Rasolofondraibe est toutefois resté évasif. «La hausse de 0,5% du taux directeur de la Banque centrale ne devrait pas avoir un grand impact sur les ressources des banques primaires, vu que celles-ci sont actuellement à 70% du dépôt. Les ressources des banques primaires sont généralement tirées du dépôt».

Le gouverneur de poursuivre dans ses explications que «la hausse du taux de débit des banques primaires est définie à partir de plusieurs paramètres, notamment le coût du risque, le taux des frais généraux et le taux de marge».

A noter que ce taux directeur de la Banque centrale, qui est à 9,5%, est donc revenu à son niveau durant la transition.

Riana R.

 

News Mada0 partages

Contributions sociales d’Ambatovy : nouveaux bureaux pour le district de Moramanga

Moramanga s’est dotée de deux nouveaux bâtiments pour accueillir les différents services déconcentrés du district et des arrondissements. Ambatovy a remis officiellement, hier, aux autorités locales ces nouveaux édifices reconstruits.

La reconstruction de ces deux bâtiments annexes, endommagés par le passage de deux cyclones aux mois de février et mars 2012, est le fruit d’une collaboration entre Ambatovy et le district de Moramanga. Pour ce faire, le district a pris en charge la démolition des anciennes bâtisses, les coûts liés à l’étude du projet et au contrôle des travaux. Ambatovy a, pour sa part, financé entièrement les travaux de reconstruction.

La construction et la réhabilitation des infrastructures au profit de ses communautés hôtes s’inscrivent effectivement dans le cadre des contributions sociales d’Ambatovy pour le développement local.

Dans sa prise de parole, Philippe Beaulne, vice-président en charge du Développement durable d’Ambatovy, a souligné que «ce projet de reconstruction de deux bâtiments annexes aux bureaux du district de Moramanga, d’une valeur de plus de 95 millions d’ariary, est mené en faveur des communautés afin de faciliter l’accès de tous à des services d’administration de qualité». Henri Charles Andriamahefa, le député élu dans ce district, a, quant à lui, profité de la cérémonie pour demander à Ambatovy de résoudre… toutes les difficultés de la ville de Moramanga.

La reconstruction de ces nouveaux bureaux devrait ainsi faciliter les tâches des agents de l’administration, tout en contribuant à l’amélioration des services publics proposés aux citoyens.

Arh.

 

News Mada0 partages

Orange Madagascar : la 4G débarque à Antsirabe

Orange Madagascar continue le déploiement de son réseau 4G dans tout Madagascar. A ce sujet, l’opérateur a procédé  à son lancement officiel  dans la ville d’Antsirabe, hier.

Troisième plus grande agglomération de Madagascar, après Antananarivo et Toamasina, la ville d’Eaux est un centre économique de taille à travers la présence d’importantes entreprises de transformation et sa position stratégique en matière de productions agricoles, ainsi que la diversité de son tissu micro-entrepreneurial.

La présence du réseau 4G d’Orange dans la ville est ainsi une opportunité pour mettre en avant les potentiels économiques de la région Vakinankaratra. «Le développement des technologies va en effet contribuer à dynamiser l’innovation socioéconomique et le secteur agricole local à travers, entre autres, le m@gri», indique-t-on auprès de l’opérateur. Les expériences d’Orange dans le domaine du m@gri contribueront à améliorer les revenus des agriculteurs, l’accroissement de la productivité agricole et le renforcement de la chaine de valeur.

R.R.

 

News Mada0 partages

Kitra – «Telma coupe» : hanala vela amin’ny Cosfa ny Adema

 Hotanterahina, rahampitso alahady, ny lalao manasa-dalana amin’ny fiadiana ny amboaran’i Madagasikara “Telma coupe de Mada”. Kianja roa no hampiantrano izany, amin’ity. Any Fianarantsoa, hifampitana ny AS Adema sy ny Cosfa. Ekipa samy avy amin’ny ligin’Analamanga. Hanala vela, amin’ity, ny Adema. Efa nifandona mantsy ny roa tonta, nandritra ny fiadiana ny ho tompondaka ka lavon’ny Miaramila, tamin’io, ny ekipan’ny seranam-piaramanidin’Ivato. Marihina fa ny ekipan’ny Cosfa ny hany sisa mbola mandray roa eo amin’ny fifaninanam-pirenena : ny amin’ity fiadiana ny amboara ity sy ny eo amin’ny fiadiana ny ho tompondaka.

Ankoatra izay, hifampitady any amin’ny kianja Rabemananjara ny Fosa Juniors sy ny RTS Jet Mada. Sambany vao hifandona ny roa tonta. Samy manana ny fahaiza-manaony na ny andaniny na ny ankilany. Hiendrika famaranana kely mialoha ny fotoana  ity lalaon’ny roa tonta ity. Mety manana tombony aloha ny Fosa noho izy ireo hilalao ao amin’ny kianja mahazatra azy sy eo anoloan’ny mpomba azy.

Tompondaka

News Mada0 partages

Kitra – Lalao fitsapana : mety tsy ho raikitra ny fihaonan’ny Barea sy i Kaomoro

Mandalo olana goavana ankehitriny ny baolina kitra ao Kaomoro. Nosazian’ny minisiteran’ny fanatanjahantena any an-toerana mantsy ny federasiona kaomorianina. Manoloana izany, mety tsy ho raikitra ny lalaon’ny Barea sy Coelacanthes.

 

Naaton’ny minisiteran’ny Fanatanjahantena kaomorianina, tamin’ny alalan’ny minisitra Mahamoud Salim, ny alakamisy lasa teo, ny federasion’ny baolina kitra any an-toerana. Sazy mampitsahatra ny komity mpitantana, amin’ny  asany sy ny tsy fahazoana mikarakara fifaninanana, mandritra ny fotoana tsy voafetra.

Noho ny fisian’ny kolikoly, teo amin’ny andro farany, amin’ny fifaninanam-pirenena, hamaritra izay ho tompondaka, ny anton’izany. Raha tsiahivina, nitranga ny olana teo amin’ny Volcan Club sy ny US Zilimadju.

Voalaza fa samy nividy ny lalao nifanaovany tamin’ny Elan Club izy ireo, ka nisian’ny isa tataka be, 20 no ho 0 ary 19 no ho 1, izay samy nivoahan’ny roa tonta ho mpandresy. Nambaran’ny minisiteran’ny Fanatanjahantena nefa fa hosoka izany fihaonana izany, ka nahatonga azy ireo, handray fanapahan-kevitra, hanasazy ny federasiona.

Araka izany, mety tsy ho raikitra ny lalao ara-pirahalahiana eo amin’ny Barea de Madagascar sy ny Coelacanthes. Fihaonana, tokony hotanterahina ny asabotsy 11 novambra ho avy izao, ao amin’ny kianja St Leu La Forêt, région Parisienne, Frantsa.

Hatreto aloha, mbola tsy naharay taratasy milaza ny tsy fisian’ny lalao ny eo anivon’ny federasiona malagasin’ny baolina kitra (FMF). Ny mpilalaon’ny Barea de Madagascar rahateo, efa samy nahazo fiantsoana hiatrika ity fihaonana ity avokoa. Araka ny vaovao, nampitain’ny mpanazatra ny Barea de Madagascar, hanomboka ny alatsinainy ho avy izao, ny fampivondronana, ireo mpilalao 19 mirahalahy, izay samy mpila ravinahitra avokoa. Tsiahivina fa handeha mivantana amin’ny fahitalavi-pirenena (TVM), ny fihaonan’ny roa tonta, raha toa ka raikitra soa aman-tsara.

Tompondaka

 

News Mada0 partages

Tennis-U14 Maurice : les raquettes malgaches font forte impression

Le tournoi ITF-Cat U14 qui bat son plein en ce moment à Maurice sourit aux joueuses malgaches. Elles ont dicté leur loi lors de la deuxième journée disputée, hier. Quant aux garçons, ils ont été coiffés au filet d’entrée.

Dorénavant, l’espoir de podium repose sur Miotisoa Rasendra et Maholy Razakaniana. Lors des quarts de finale, cette dernière a dû batailler fort pour venir à bout de la Kenyane Alicia Owegi sur le score de 2 sets à 1. Après avoir perdu le premier set, la jeune raquette malgache a rectifié son tir pour se singulariser par la suite. Le dernier set illustre bien l’intensité de la rencontre où les deux filles se sont séparées sur le score de 10 jeux à 4.

Pour Miotisoa, la mission a été plus aisée face à la Zimbabwéenne Tanyah Midzi. En deux temps trois mouvements, la Malgache a expédié son adverse en deux sets. Du coup, une finale malgacho-malgache se profile chez les filles en simple.  Mais pour y arriver, les deux raquettes devront se débarrasser, tour à tour, en demi-finales, de la Sud-Africaine Lyne Greyling pour Miotisoa Rasendra et la Mauricienne Malika Ramasawmy pour Maholy Razakaniaina.

Bon début

Première journée du double, hier, et premiers pas franchis pour le camp malgache. La majorité des jeunes raquettes engagées ont gagné leur premier match, à l’image de la paire Mahefa Anthony Rakotomalala et Finoana Rakotomalala chez les garçons, qui a dominé le Malgache Mathis Ratahina associé au Mauricien Sébastien Koster. Ils disputeront les quarts de finale au même titre que Johny Rovanantenaina et Sampras Rakotondrainibe.

Chez les filles, le bilan est mi-figue mi-raisin, avec deux défaites et deux succès dans l’escarcelle du camp malgache. Fitia Rakotondramboa et Mialy Rabearisoa ainsi que  Kaliana Andrianafetra et Safidisoa Nomenjanahary signent leur fin de parcours tandis que Miotisoa Rasendra-Maholy Razakaniaina et Miarana Andrianafetra-Randy Rakotoarilala accèdent au deuxième tour.

Naisa

 

News Mada0 partages

Foot-Telma Coupe : Cosfa condamné à vaincre

En quête de sacre dans les deux prestigieuses compétitions nationales, en l’occurrence, la Ligue des champions et la Coupe de Madagascar, Cosfa est dans le doute avant la demi-finale de la Coupe de Madagascar de ce dimanche. En fait, après avoir fait bonne impression lors des éliminatoires de la joute nationale, les militaires ont carrément perdu le nord à l’issue de la phase aller de la poule des As. de la Ligue des champions.

Avant d’en découdre avec un adversaire de poids, à savoir l’As Adema dans le carré d’as de la Coupe de Madagasca, Cosfa n’a plus droit à l’erreur dans le dessein de renverser la vapeur et de rattraper son retard dans le classement. A vrai dire, les militaires n’ont que cette Coupe de Madagascar pour sauver leur saison.

Entente presque trouvée

Après avoir déposé une requête relative au maintien du calendrier initial comptant pour la phase retour de la poule des As, Cosfa, Elgeco Plus et HAZM ont finalement obtenu gain de cause auprès de la Fédération malgache de football (FMF).Ainsi, les quatre formations en lice se retrouveront dans un lieu, encore à préciser, du 12 au 19 de ce mois.

Naisa

 

News Mada0 partages

Fiba 3×3-Africa Cup : Madagascar attendu de pied ferme

Après la cérémonie d’ouverture officielle de la Fiba 3×3, Africa cup à Lomé (Togo) hier, l’entrée en lice des Malgaches ce jour, ne sera pas de tout repos. Deux matchs d’affilée sont au menu de l’équipe nationale, d’abord face au Nigéria puis contre le Niger dans la poule B.

Dans la poule C, les grands pays africains de la discipline ont fait honneur à leur rang. La logique et la hiérarchie ont été respectées car l’Egypte et la Côte d’Ivoire, classées respectivement 3e et 6e en Afrique, se qualifient en quarts  aux dépens de la Mauritanie qui a plié bagage.

La bande à Elly est donc avertie. Deuxième en Afrique, le Nigéria sera l’équipe à battre mais le Niger ne sera pas en reste. Au 7e rang africain, ce dernier a pris au sérieux cette compétition en alignant ses quatre meilleurs joueurs du moment, contrairement au Nigéria, représenté par une équipe de novices.

Naisa

News Mada0 partages

Roa taona niforonana : manomana hetsika ny tarika Mate-Otia

Rakikira voalohany mirakitra sanganasa mahatratra 11. Fanomanana hetsika goavana eto an-dRenivohitra sy ny manodidina. Ao anatin’ny fandaharam-potoan’ny tarika Mate-Otia avokoa ireo amin’izao fandiavany ny faharoa taona niforonany izao. Raha ny fantatra, efa manana hira hatrany amin’ny 50 ity tarika ity tao anatin’izay fotoana izay. Ao ireo efa heno any amin’ny haino aman-jery toy ny « Manina anao », « Mifanelanelana », « Resaka be dia be », sns. Anisan’ny imasoan’ity tarika vao misondrotra kanefa efa manana ny mampiavaka azy ity ny fanandratana ny kolontsaina malagasy. Tarika Mate-Otia ahitana an’i Hassim, i Dapa, i Vonjy, i Mômô ari i Coco.

Nanangona : HaRy Razafindrakoto

News Mada0 partages

8e art pleins : feux sur le festival « Sar’Nao »

Les objectifs sont braqués sur le Mois de la photo, appelé aussi communément  festival « Sar’nao», qui occupera les centres culturels de la ville des Mille jusqu’au 30 novembre.

Si la précédente édition a laissé la part belle à la sauvegarde et la protection de l’environnement, cette année, l’accent est tout particulièrement mis sur la revalorisation de l’identité culturelle malgache dans sa spécificité.

«Historiquement programmé en novembre, le Mois de la photo est devenu, au fil de ses éditions, un événement majeur et unique, jusqu’ici de la photographie malgache», souligne Fidisoa Ramanahadray, coordinateur du festival « Sar’nao».

Tout au long de ce mois-ci, l’Agence nationale d’information Taratra (Anta) dévoile près de 150 clichés sur la richesse de la culture malgache à travers une série d’expositions. «En tant qu’écrin de la photographie du pays, l’Anta se doit d’éduquer le public à utiliser l’image pour expliquer l’histoire de notre pays. Outre le bouche à oreille, la photographie peut également servir à transmettre nos valeurs culturelles à la génération future», précise, quant à elle, Hanitra Rakotoarisoa, directeur de l’agence Anta.

Itinérant

Comme celui du Cinéma, un comité de professionnels de la photographie sera mis sur pied afin d’accoucher d’une vision commune pour la professionnalisation du métier. D’autant que la finalité de la Politique nationale du cinéma et de l’image animée est  de faire de cet art et de l’image animée un nouveau levier de développement socioéconomique et culturel de Madagascar.

«La photographie est un domaine prometteur. Non seulement les acteurs de la chaîne contribuent à la mise en relief de l’identité culturelle malgache, mais ils affichent également leur cohésion tout en prônant l’ouverture aux autres», fait savoir Bon-temps Ramitandrinarivo, directeur de l’Omaci.

Itinérant, le Mois de la photo sillonnera quelques grandes villes et prend de l’envergure avec le «Regards croisés sur l’océan Indien».

Joachin Michaël

 

News Mada0 partages

Pérégrinations hebdomadaires : flou de la gouvernance – Deux révélateurs

Albert Zafy n’a sûrement pas souhaité tant. On l’a à peine enterré que sa disparition prête circonstance à déterrer une sale affaire dont ceux qui au pouvoir hier ou aujourd’hui peinent à se protéger des éclaboussures. De ce détail qui fait scandale, nul besoin de procéder à un état des lieux pour se faire une idée sur les libertés que s’autorisent des gens au pouvoir sans scrupule pour une moralité élémentaire ni respect de la légalité, jusqu’à se permettre d’aliéner avec indélicatesse des biens de l’Etat dont ils ont la garde. La déclaration de vente à des prix fétides, à elle seule de loin dégage des puanteurs caractéristiques d’une forfaiture. Tel avec la puissance du bec des vautours, un coup de griffes que voilà la villa balayée et les occupants avec ! Preuve supplémentaire si besoin était sur l’état d’un Etat malade, et sur des abus exercés par un pouvoir fort de cette faiblesse.

Pas plus que ce constat sur un scandale, la catapulte qui en un tour de main a réussi à projeter Rivo Rakotovao au deuxième rang des personnages de l’Etat, ne nécessite aucune démonstration pour convaincre à propos d’une volonté de « continuité », ne laissant de place à une illusion sur une quelconque velléité de changement.

Le défunt gisant dans sa tombe

En stèle se lève une dénonciation contre la turpitude

Par esprit de lucres, pour des petits (?) profits, des personnes de passage au pouvoir ne se sont fait d’état d’âme pour s’interroger sur les torts que leur turpitude pouvait causer à l’ancien Président du vivant de celui-ci. Par retour de courrier juste après la mort de ce dernier, ces gens sans conscience reçoivent une volée de bois vert. Si l’arrêté ministériel avait valeur autre que gesticulation, histoire de donner à l’actualité le temps d’un autre événement pour chasser le scandale à l’arrière plan, alors les délégués au rôle de pompier auraient réussi leur mission, sans pour autant parvenir à éteindre les braises qui plus tard menacent de lever des flammes et d’embraser le climat des élections. Une fois que l’on a défait une maille tirer sur le fil suffit à tout détricoter : derrière un scandale menace de surgir un autre, peut s’enchainer un mouvement. De plus sait-on jamais  lequel d’entre ceux avec qui on a trempé la main dans la gouvernance, par précaution a engrangé des moyens en vue de tenir les uns et les autres par la barbichette. Que lèvent la main ceux qui n’ont rien à craindre ! Timidement pousse une forêt de mains, toutes aussi tremblotantes les unes que les autres. Entre ivraie et bon grain : qui dit vrai ? Le salut des chacals se trouve à la faveur d’une semi clarté entre chien et loup. Le bal continue. Demain peut-il promettre qu’il fera meilleur ? Tous se préparent à l’annoncer. A cet effet le pouvoir en place et les forces qui le soutiennent se mettent en rang de bataille, écrasant ce qu’il faut au passage : celui qui servait de Président du Sénat a servi aussi d’exemple expiatoire sacrifié sur l’autel des hauts intérêts qui échappaient à son entendement.

Entente objective

Les deux personnalités qui occupent les deux fonctions les plus élevées de l’Etat entretiennent un copinage voire une amitié depuis les bancs de l’université. Le yoyo, symbole du parcours de Rivo Rakotovao au sein du gouvernement depuis l’avènement de Hery Rajaonarimampianina au sommet signifie qu’entre eux aucun gage éternel d’un sentiment à l’égal de celui entre chien et chat. Cependant désormais par cette promotion

de l’un, les sorts de tous

les deux se trouvent liés. L’intérêt de chacun fait obligation de fidélité à l’autre, et ce dans la réciprocité. Toutes les  hypothèses leur en imposent le respect. Le potentiel Monsieur le Président de la République  p.i. Rakotovao devra prendre soin des intérêts du candidat Rajaonarimampianina, s’il entend bénéficier d’une égale prévention 5 ans après, en supposant que son duettiste obtienne le résultat qu’il attend en 2018, pour n’être plus que Président spectateur en 2023. Evidemment qu’à l’avance certains craignent que celui-ci prenne déjà ombrage à imaginer une inversion des rôles entre les deux… à l’inverse d’autres redoutent que le compère n’ait pas la carrure de la fonction. Faux ! L’expérience montre et a suffisamment montré que même si l’habit n’a pas réussi à donner à certains (nombreux) une réelle stature, presque à l’unanimité ils se sont pénétrés de la suffisance de porter un vêtement spécialement taillé à leur destin. Après tout, par définition l’accès à toutes les fonctions de l’Etat reste ouvert à chacun et à tous en démocratie. Sauf les déclarés incapables civils en sont interdits. Les incapables d’une autre nature ont suffisamment fait preuve de ce qu’incompétence et autres tares du genre  ne constituent pas handicap pour parvenir à y accéder.

Léo Raz

 

News Mada0 partages

La peste à Madagascar (1930) : une idée sur la peste (2)

(Suite et fin.)

Des notables idiots (il faut remarquer d’ailleurs qu’on ne choisit ces notables qu’à cause de leur idiotie) m’ont confié : «Les Malgaches ne doivent pas se plaindre de ces vaccinations et passeports, car cette mesure, ont-ils ajouté, prouve, une fois de plus, l’amour qui anime les corps constitués, les pouvoirs publics et tout ce qu’il peut y avoir de haute ou de basse autorité dans le pays à l’égard des Malgaches, en veillant sur leur santé, tandis qu’ils dédaignent les vazahas, les Chinois, les Indiens, etc., dont la santé est le cadet de leur souci. Ceux-ci sont des grands enfants maditra (méchants) que le Fanjakana ne protège pas comme les petits enfants indigènes, sujets français, bien doux, bien soumis. »

Et voilà les imbécillités que nous sortent ces nullités lamentables de notables, choisies par le Gouvernement Général de Madagascar.

À la suite de raisonnements de ce degré de crétinisme, Le Malagasy – Sûreté Générale se permet de nous traiter de plus dangereux que la peste !

Nous sommes certainement pour les mauvais fonctionnaires et les mauvais colons plus dangereux que la peste officielle ne l’est pour la santé publique.

Jules Ranaivo.

Où les Européens et

assimilés sont officiellement considérés comme réfractaires à la peste (1)

[Extrait de « Notre voyage à Manakara », partie IV.]

Notre auto stoppa sur l’injonction des miliciens du cordon sanitaire, lesquels nous firent la déclaration suivante : « Les Européens et les chauffeurs peuvent passer, mais les autres voyageurs doivent nous présenter au préalable des certificats médicaux, sinon ils seront reconduits à Ambositra (c’est-à-dire à 100 kilomètres de là).

Un des membres de la mission, qui voulut savoir si les indigènes citoyens français n’étaient pas dispensés de cette formalité sanitaire absurde, leur répliqua : «Nous sommes tous des Français, est-ce que nous pouvons passer ? — Montrez-nous alors vos papiers d’identité, rétorquèrent les miliciens, pour que nous puissions savoir que vous êtes bien des citoyens français, car nous avons tout simplement reçu la consigne formelle de n’empêcher de passer que les sujets français non munis de certificats médicaux. »

(À suivre.)

Ravoahangy.

L’Aurore malgache

Vendredi 28 novembre 1930.

www.bibliothequemalgache.com

 

News Mada0 partages

Fotodrafitrasa vaovao : narenin’Ambatovy ny biraon’ny distrikan’i Moramanga

 Natolotr’Ambatovy, omaly 3 novambra, ireo trano roa no vita fanarenana ho an’ny distrikan’i Moramanga. Nahafahana nanatanteraka ny fanarenana ireo trano ireo ny fiaraha-miasa amin’Ambatovy sy ny distrikan’i Moramanga. Tsiahivina fa rava vokatry ny fandalovan’ny rivodoza roa, ny volana febroary sy marsa 2012, ireo trano ireo. Namatsy vola manontolo ny asa Ambatovy; niantoka ny fandrodanana ireo trano tranainy, ny fandaniana nifandraika tamin’izany, ny fanadihadiana ny tetikasa ary ny fanaraha-maso ny asa ny distrika.

Natao ho an’ny vondrom-piarahamonina ity tetikasa fanarenana ny trano roa mifanila amin’ny biraon’ny distrikan’i Moramanga ity, izay mitentmi-bidy 95 tapitrisa Ariary mahery. Ahafahan’ny rehetra misitraka ireo tolotra eo amin’ny lafiny raharaham-panjakana tsara kalitao izany”, hoy ny filoha lefitra misahana ny fandrosoana lovainjafy ao Ambatovy, Philippe Beaulne.

Handraisana ireo “Services techniques déconcentrés” (STD) isan-karazany sy ireo mpiasan’ny boriborintany ihany koa, hanamoràna ny asan’ireo mpiasam-panjakana, no sady entina hanatsarana ireo tolo-draharaha ho an’ny olom-pirenena. Isan’ireo ho fandraisana anjara eo amin’ny sehatra sosialy, ho fampandrosoana ny manodidina, ny fisian’ny fotodrafitrasa ho an’ny vondrom-piarahamonina mampiantrano ny orinasa toy izao.

R.Mathieu

News Mada0 partages

Tapaka matetika ny herinaratra… : vao mainka niakatra ny faktioran-jiro any Toamasina

Saika ahitana fiakarany isam-bolana ny ankamaroan’ny faktioran’ny herinaratra isan-tokatrano ho an’ i Toamasina manokana. Fantatra nandritra ny fanadihadiana natao tamina tokantrano maromaro, araka ny faktioran’izy ireo izany, tetsy amin’ny foiben-toeran’ny Jirama Ampasimazava , nanomboka ny talata, hatramin’ny zoma teo.

Saika mitovy avokoa ny nambaran’ireo mpanjifa rehetra nanaovana ny fanadihadiana: adiny 8 hatramin’ny 12 monja anatin’ny 24 ora no mandeha ny herinaratra nanomboka ny volana aogositra lasa teo. Izany hoe, tsy nisy fotoana mihitsy nisitraka ny herinaratra 24 ora tsy niato ny mponina nandritra ny volana maro.Efa fahavoazana niainan’ny mponina an-taony maro iny, ao Toamasina. Mbola fahavoazana hafa anefa ny tsapan’izy ireo, satria tsy mihena fa vao mainka mitombo ny vola aloa amin’ny faktioran-jiro isam-bolana. “Raha nanodidina ny 40.000 Ar ny fandaniana nataonay tamin’ny herinanratra nandritra ny taona maro teo aloha, niakatra maherin’ny 52.000 Ar izany nanomboka ny volana aogositra teo. Nandalo ny 70.500 Ar mahery ny volana septambra ary takafatra 82.800 Ar farany teo. Tsy nisy niova ny fitaovana hampiasanay herinaratra ao an-tokantrano. Vao mainka nihena aza, satria may ny fahitalavitra sy ny vata fampangatsiahana… Manginy fotsiny io fahatapahan-jiro mihoatra ny rariny io…” hoy ny nambaran’ny mpanjifa iray.

Mitaraina ny orinasan-tserasera

Samy mizaka ny fatiantoka amin’ny fahatapahan-jiro lava ny orinasa rehetra ao Toamasina. Manantombo amin’izany fatiantoka izany ireo orinasan-tserasera, noho ny fahasimban’ny fitaovana toa ny “émmeteur”, ankoatra ny fahitalavitra sy ny fampitan’onjam-peo isan-karazany.Lasa zezika nampirongatra ny tsy fandriampahalemana eto Toamasina ihany koa ny fahatapahan’ny herinaratra lavareny, satria dia nisy fiara valo vaky fitatra, vehivavy telo voaendaka, moto roa voaroba ny alin’ny alakamisy 3 novambra teo fotsiny. Tsy nifanalavitra anefa ireo tranga ireo fa teo amin’ny sampanan-dalana eo Mangarivotra hatreny amin’ny trano fandihizana roa mifanila amin’ny bazarin’Ankirihiry may.Tsy handrenesam-peo mba hitondra fanazavana ara-teknika hatreto, ireo tompon’andraikitra eo anivon’ny Jirama eto Toamasina. Manampy trotraka izany ny fahanteran’ny fotodrafitrasan’ny jiro sy rano…

Sajo/ Zo ny Aina

 

News Mada0 partages

By-pass : le chauffeur empoisonné, son véhicule volé

La collaboration entre la gendarmerie et la police a apporté ses fruits. Elles ont réussi à mettre la main sur quatre voleurs de voitures et à l’issue de leur défèrement hier, les suspects ont été placés sous mandat de dépôt.

Gros coup de filet des éléments de la Section de recherches criminelles de la gendarmerie. Ils ont procédé au démantèlement d’un réseau de trafiquants et de voleurs de voiture cette semaine. Quatre suspects dont une femme, impliqués dans le vol d’une Mercedes Sprinter, qui a eu lieu le 13 octobre dernier, ont en effet été arrêtés.

Afin de leurrer le chauffeur de la Sprinter, la dame lui a donné rendez-vous dans l’après-midi du 13 août sur la route By-pass, près du croisement d’Ambohimangakely pour une soi-disant location spéciale. Le jour convenu, elle a invité le conducteur et son aide à se désaltérer dans un bungalow en avançant qu’elle devait attendre ses amis avant de conclure le contrat. En réalité, il ne s’agit que d’un subterfuge car elle leur a offert une boisson empoisonnée. Après avoir avalé quelques gorgées, les deux hommes ont été plongés dans un état de torpeur. La dame et ses complices ont ensuite démarré en trombe sans laisser de trace.

Après deux mois et demi d’enquête, les limiers ont retrouvé le véhicule volé à Ambositra. Ils ont par la suite mis la main sur 2 trafiquants à Ambositra et à Antanambe. Les 2 autres bandits dont la femme ont été  arrêtés dans la capitale. Aussi, le receleur a également été interpellé par les éléments de la gendarmerie à Ambositra.

Le colonel Pascal Randriamanantena, Chef de la Section de recherches criminelles a fait savoir qu’à l’issue de l’enquête, ces individus, dirigés par un certain Jean Bernardin Ramanahadray dit Bera, font partie d’un réseau de trafiquants et de voleurs de voiture car, pas plus tard que le 10 octobre, ils ont déjà volé un minibus Mazda à Moramanga. Cette deuxième affaire a été élucidée par la Sureté urbaine de Tananarive (SUT) Tsaralalana suite à l’arrestation de la femme par la police à son domicile à Isotry.

Ando Tsiresy

 

News Mada0 partages

Boeny : des étudiants risquent de lourdes sanctions

La situation évolue à l’université de Mahajanga. Les cours devront reprendre incessamment mais les présumés fauteurs de troubles passeront d’abord en conseil de discipline, suivant les instructions du ministre de tutelle.

Les travaux d’assainissement de l’université de Mahajanga sont en cours. Le sort de la cinquantaine d’étudiants accusés de saccages et d’incendies de plusieurs blocs, de barrage à l’entrée du campus, de fomentation de grève, de coups et blessures volontaires suivis de pillages à l’endroit des étudiants dans l’enceinte de l’université, sera connu à l’issue du conseil de discipline devant lequel ils seront présentés les 8, 9 et 10 novembre. Des sanctions exemplaires leur seront certainement réservées à l’occasion, en application des instructions données par le ministre de l’Enseignement supérieur et des reherches scientifiques, Monique Rasoazananera, furieuse d’avoir subi publiquement leurs quolibets lors de sa descente sur les lieux. L’intervention du conseil consultatif mis en place, pour résoudre la crise de l’université de Mahajanga, influencera assurément les décisions de ce conseil durant ces journées.

Le bâton avant la carotte

La reprise des cours se fera probablement après la publication des décisions de ce conseil de discipline, pour avoir plus de recul dans la suite des évènements. Le président de l’université de Mahajanga, le  professeur Emmanuel Rakotoarivony, a d’ailleurs annoncé, lors du passage du ministre Monique Rasoazananera à Mahajanga, qu’il n’y aura pas d’année blanche dans son établissement malgré les évènements qui s’y sont passés. Facilités par le déplacement de leurs occupants, les travaux de réfection des bâtiments incendiés et l’enlèvement des détritus qui les ont encombrés sont terminés actuellement à la cité Tsaramandroso et au campus d’Ambondrona pour permettre une nouvelle répartition des logements aux étudiants.

Manou

Tia Tanindranaza0 partages

Kaominina ambano –Antsirabe IIAnjakan’ny dahalo tanteraka

Miverina mirongatra indray ny asan-dahalo sy ny tsy fandriampahalemana ao amin’ny distrikan’Antsirabe faharoa ary anisan’ny lasibatra matetika ny kaominina ambanivohitra Ambano.

 Vao tamin’ny herinandro teo no notafihan’ny dahalo tao amin’ny fokontany Ambano ka nahaverezana omby roa. Nitrangana fanafihana indray tao amin’ny fokontany Ambohitsara ny alahady alina teo ka omby efatra no nalain’ny dahalo. Tsy niandry ela fa nifamory ary niroso tamin’ny fanarahan-dia ny fokonolona. Tsikaritr’ireo dahalo fa nenjehin’ny fokonolona izy ireo ka nariany teny an-dalana ny omby roa. Variana tamin’iny ny mpanara-dia ka taraiky. Mbola karohina hatramin’izao ny omby roa hafa. Araka ny fanazavana, nizotra nianatsimo ny dian’omby. Mizotra mankany Alakamisy-Ampahatrimaha ny lalan’ireo omby raha ny filazan’ny loharanom-baovao ary miha mianantsimo ka manjavona avy eo. Nitrangana asan-dahalo hatrany tao ambano tato ho ato. Raha tsahivina, efa nisy ny fanarahan-dia nataon’ny mponina efa ho 200 lahy tamin’ny fahaverezan’omby niisa 20 mahery ka tafaverina avokoa. Miha mahazo vahana ny asan-dahalo amin’ireo kaominina manodidina an’Antsirabe faharoa iny.

 

Caius R

Tia Tanindranaza0 partages

Mpangalatra “sprinter” sy “mazda”Saron’ny mpitandro filaminana ireo jiolahy

Tamin’ny 13 aogositra no namitahan’ireo olon-dratsy tamin’ny alalan’ny fakana ny fiara hanao “special” ny mpamily teny amin’ny By Pass, raha ny fanazavan’ny Kolonely Pascal Randriamanantena,

 Lehiben’ny sampana fikarohana amin’ny heloka bevava ao amin’ny Tobin’ny Zandarimaria Fiadanana omaly. Rehefa tonga teny an-toerana, dia nilaza izy ireo fa mbola misy olona andrasana. Efa atoandro ny andro, ka nasaina niala hetaheta tamin’ny “bungalow” ny mpamily sy ny mpanampy, ka nampihinanany fampatoriana, ary resy tory tsy tafafoa. Tsy teo intsony ny fiara “sprinter” rehefa taitra. Natao ny fikarohana, ka hita tany Ambositra ny fiara, ary voasambotra avokoa ireo olon-dratsy miisa 5, izay tarihin’I Ramanahadray Jean Bernardin na Bera, ary samy niaiky ny helony avokoa izy 5 ireo. Ankoatra izay, dia nisy fiara Mazda iray ihany koa nangalarin’izy ireo tany Moramanga tamin’ny fiandohan’ny oktobra. Rehefa nanao ny fanadihadiana ny polisin’ny SUT (Sureté Urbaine de Tananarive) dia ireo tambajotra, izay iray sy olona mitovy ihany. Resaka halatra fiara roa sosona izany no nahatrarana ireto olon-dratsy ireto, fa ny nahatraran’ny zandary azy resaka halatra “sprinter” ary ny an’ny polisy mikasika halatra “mazda”. Raha ny fiozotry ny tantara, dia ny alarobia, 11 oktobra 2017 no nisy olona tonga tao amin’ny biraon’ny Polisy etsy Tsaralalana nametraka fitoriana mahakasika ny fahaverezan’ny fiarany “Minibus Mazda” manao zotra mampitohy an’I Moramanga- Antananarivo. Ny 10 oktobra 2017 maraina dia nisy vehivavy iray nanatona ny mpamilin’ity fiara ity nilaza, fa mitady fiara hofaina. Rehefa noreseny lahatra teo ilay mpamily dia raikitra ny fifanarahana. Nilaza indray ilay ramatoa avy eo fa mbola misotrosotro tsy lavitra eo ny namany izay hiaraka amin’izy ireo fa andao alaina any. Rehefa tonga tany dia nomeny ranom-boankazo misy fampatoriana ilay mpamily ka torana tsy nahatsiaro- tena. Naterin’izy ireo tany amin’ny hotely iray tsy lavitra teo izy dia lasany ny fiara. Nandeha ny fikarohana, ka voasambotra ny vehivavy teny Ambodin’Isotry ny vehivavy iray, ary tany Anjozorobe no voasambotra ny 3 namany ny 26 oktobra 2017 tokony ho tamin’ny 07 ora sy sasany maraina. Natolotra ny fampanoavana omaly 3 novambra izy ireo. Ho an’ny zandarimaria, dia 3 ny resaka halatra fiara tonga teny amin’ny Toby Fiadanana hatramin’ny fiandohan’ny taona. Mandrisika ny rehefa mividy fiara mba ho mailo ny zandarimariam-pirenena. Matetika ny taratasim-pivarotana fotsiny no misy fa tsy misy « mutation », ka izay tratra farany no lasibatra.

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Sekoly ambony UPRIMAmin’ny 8 novambra ny fidirana

Ny alarobia 8 novambra ho avy izao no hiditra amim-pomba ofisialy ny sekoly ambony UPRIM amin’ity taom-pianarana 2017-2018 ity.

 

 Voakasik’izany avokoa ireo karazana lalam-piofanana miisa dimy ao aminy  toy  ny gestion et management, ny commerce et marketing, ny droit, ny communication ary ny paramédicaux. Tamin’ity herinandro ity vao tonga marobe nisoratra anarana ny mpianatra, hoy Rakotovaoarison Haingo Nadia, tompon’andraikitra voalohany eo anivon’ny UPRIM  noho ny ahiahian’ireo ray aman-drenin’ny mpianatra ny amin’ny  daty tena hidirana marina sy ny mety tsy hisian’ny taom-pianarana noho ny aretina pesta. Marihina fa amin’ny volana desambra ho avy izao no hivoaka ny andiany voalohany amin’ireo mpianatra niofana ho mpitsabo mpanampy sy mpampivelona nanaraka  ny lalam-piofanana paramédicaux eo anivon’ity sekoly ambony iray ity. Ny maripahaizana licence no hatolotra azy ireo ary afaka miasa avy hatrany ny mpianatra.  Efa nahazoan’ny sekoly  fankatoavana avy amin’ny fanjakana moa ny maripahaizana hatolotra sady eken’ny minisiteran’ny asa sy ny fananan’asa ihany koa.

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Hiverina hianatra ny mpianatraFeno ny fepetra, hoy ny minisitera

Feno tanteraka ny fepetra hahafahantsika mampiditra indray ireo zanatsika hianatra amin’ny alatsinainy 6 novambra, indrindra ireo sekoly niato noho ny antony efa fantatsika,

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Fisorohana ny valanaretina pestaMifanolo-tanana amin’ny CUA ny Startimes

Nanolotra ranom-panafody 30 litatra hahafahana manondraka velarantany 20.000m2

 hiadiana amin’ny pesta sy fitaovana mifandraika amin’izany miisa 3 niampy takelaka entina hanabeazana miisa 100 ary fitaovana fitifirana sy ranom-pidiovana, ho an’ny kaominina Antananarivo Renivohitra ny orinasa STARTIMES omaly zoma 3 novambra 2017 tao amin’ny Lapan’ny tanàna Analakely. Nandray ny fanomezana tamin’ny anaran’ny kaominina Antananarivo Renivohitra ny lefitra voalohan’ny Ben’ny tanàna, Kolonely Emilien Ramboasalama. Tsy eto an-toerana moa ny Ben’ny tanàna Lalao Ravalomanana fa namita iraka any ivelany. Hampiasaina eny anivon’ny boriborintany enina ireo fanomezana ireo. Efa misy ny laminasa amin’ny fiadiana ny valaranaretina pesta sy ny fanadiovana ny tanàna ka ny talen’ny fahasalamana sy sosialy no mikarakara an’izany. Eo ihany koa ireo mpamafa lalana miampy ny mpisikotra tatatra sy ny eny anivon’ny fokontany. Ny kaominina Antananarivo Renivohitra dia manolotra fisaorana feno ho an’ny  orinasa Startimes ary misokatra ho an’ny daholobe ny fifanomezan-tanana. Nanamafy koa ny solontenan’ny Ben’ny tanàna fa mifanojo amin’ny politika sosialin-dRamatoa Lalao Ravalomanana ny hetsika toy izao sady maneho ny fiaraha-miasan’ny kaominina amin’ny tsy miankina.

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

EditoDemokrasia inona ?

Firenena fatra-pandala sy mpanaja ny demokrasia, hono, i Madagasikara. Saika noventesin’ny fitondrana matetika izay tao ho ao.

Dia mipetraka ny fanontaniana hoe demokrasia inona moa izany ilay karazany misy eto ? Demokrasian’ny manjaka tokana ve ? Toa tsy misy ankoatra ny fanindraindrana antoko tokana sisa no re matetika ary izao sahady dia efa hankalazaina fa ny efa eo ihany no mbola mahavita azy ho amin’ny sisa rehetra. Fandresen’ny demokrasia, hono, no nisy tamin’ny taona 2013 kanefa dia niaraha-nahita izao fa latsaky ny 50% ny taham-pandraisan’anjaran’ireo mpifidy. Mbola niteraka adihevitra be sy fitokonana ihany koa amin’io ny valim-pifidianana ary an’arivony ireo fitoriana napetraka tany amin’ny fitsarana avo momba ny lalàmpanorenana. Hatramin’izao dia mbola misy vaovao tsy azo atao hatrany ny manome azy, indrindra eny anivon’ireo rafi-panjakana tena azo heverina hoe andrin’ny firenena. Ny andininy faha-11 ao amin’ny lalàmpanorenana dia milaza mazava tsara fa manan-jo hahazo vaovao an-kalalahana manda ny sivana rehetra ny olom-pirenena tsirairay. Manamafy izany rahateo ny andininy faha-19 ao amin’ny fanambarana iraisam-pirenena momba ny zon’olombelona. Vao omaly no nahoraka teo amin’ny tontolon’ny asa fanaovan-gazety ny “roaka alika” nahazo ny ankamaroan’izy ireo tetsy amina hotely lehibe iray eto Antananarivo raha hitrandraka vaovao. “Demokrasia inona ary itony ?”, hoy ilay mpanabe iray izay.

J. Mirija

Tia Tanindranaza0 partages

Afrobasket 3 x 3 TOGONigeria sy Niger no hifandona amin’ny Madagasikara anio

Nosokafana tamin’ny fomba ofisialy omaly zoma 03 novambra 2017 tany Lomé TOGO ny fifananinanana fiadiana ny ho tompondakan’i Afrika eo taranja Basikety baolina FIBA 3 x 3 andiany voalohany izay haharitra hatramin’ny alahady 05 novambra ho avy izao.

Tia Tanindranaza0 partages

Ady totohondry sy Komity Olimpika MalagasyHalako bika sy tsy tiako tarehy no misy, hoy i Gégé Bosco

Nanakoako tamin’ny herinandro lasa teo ny fanambarana navoakan’ny COM na ny Komity Olimpika Malagasy nanao fivoriambe tany Toliara mikasika ny tsy maintsy hanesorana an’Atoa Andriamanampisoa Gégé

 

Tia Tanindranaza0 partages

Vehivavy mpisoloky avy nigadraNidoboka indray fa nanodina 3 tapitrisa ariary

Nidoboka am-ponja indray i Herinala Veronique, 35 taona. Voasambotry ny polisy avy ao amin’ny sampandraharaha miady amin’ny kolikoly na ny SCLC etsy Anosy izy ny alakamisy 2 novambra maraina teo,

 teny an-tranony eny Andavamamba noho ny resaka fisolokiana. Ny 18 oktobra 2017 lasa teo dia nisy olona tonga tao amin’ny biraon’ny polisin’ny SCLC nametraka fitoriana mahakasika fisiana vehivavy iray nisoloky azy ireo. Voalaza fa vola 3 tapitrisa ariary no lasany. Milaza ho mahafantatra fikambanana manampy olona sahirana sy maty vady avy any ivelany i Veronique. Nilaza izy fa mila mikarakara taratasy marobe mba hahafahana mahazo ilay fanampiana ka izay no antony nakany ireo vola be ireo. Rehefa tonga anefa ny fotoana hahatongavan’ilay fanampiana dia narirarirany teny ireo olona nosolokiany. Nanomboka teo dia tsy hita intsony izy. Nandritra ny famotorana natao azy no nahalalana fa efa fanaony ny misoloky olona toy izao. Fantatra ihany koa fa efa nigadra izy noho io resaka io ihany. Natolotra ny fampanoavana omaly ny tenany.

J. Mirija

Tia Tanindranaza0 partages

Traboina any Bekoboka BesalampyMiandry ny Bngrc sy ny fanjakana foibe

Ao anatin’ny hanoanana tanteraka ireo mponina traboina any Bekoboka Besalampy noho ny fahamaizan’n y tanànany hatrany amin’ny 90 % ny zoma 20 oktobra lasa teo.

  Trano manodidina ny 405 no kila hotohoton’ny afo tamin’io ary olona 2300 no traboina. Mbola miandry ny tsirambin’ny tanana avy amin’ny fitondram-panjakana mahefa sy ny fanampiana amin’ny loza voajanahary avy amin’ny Bngrc ireo vahoaka traboina any an-toerana. Ny zava-misy, tamin’ity herinandro ity vao tonga tao Mahajanga ireo fanampiana avy amin’ny Bngrc. Niangaviana ny orinasa Aqualma any an-toerana  hitatitra  an-tsambo ny entana mankany Besalampy. Avy eo  vao hotaterina an-tsarety mankany Bekoboka, 98 km miala an’i Besalampy.Izany no voin-kava-mahatratra misy eto amin’ny firenena ankehitriny.

Tia Tanindranaza0 partages

Volavolan-dalàna momba ny satan-tanyVelon’ahiahy ny fiarahamonim-pirenena

Handalo ary hodinihina eny anivon’ny Antenimieram-pirenena amin’ny talata 7 novambra ho avy izao ny volavolan-dalàna momba ny satan-tany vita titra.

Tsy manda ny tokony hanatanterahana izany ireo fiarahamonim-pirenena raha namory Ben’ny tanàna tetsy Antaninarenina  omaly saingy miantso ireo solombavambahoaka kosa handinika sy hamakafaka tsara mialoha ny handraisan’izy ireo fanapahan-kevitra. Diso  manome fahefana be loatra ny mpiasa ao amin’ny sampandraharahan’ny fananan-tany  mantsy ilay volavolan-dalàna vaovao io  ary miaro ireo teknisianin’ny fananan-tany, hoy hatrany ireo fiarahamonim-pirenena. Tsy mazava ihany koa ny amin’ny fanaovana titra ny tany. Anisan’ny ahiahian’izy ireo ny mety  hahalasa ho tanim-panjakana ny tany rehetra ao anaty kadasitra raha vao tsy vita hatramin’ny farany raha hihatra ny andininy faha-65. Mikasika ny andininy faha-101 indray dia ambaran’izy ireo fa volavolan-dalàna malaina amin’ny fiarovana ny zon’ny olom-pirenena amin’ny fananany fa ny fiarovana ny mpiasan’ny sampandraharaha ny fananan-tany no tena imasoany. Ampahany ihany ireo, hoy ny filohan’ny SIF Randrianomenjanahary fa maro ny andininy mampiahiahy ny fiarahamonim-pirenena ankehitriny. Raha ny faha-109  indray no ambara dia nantitranterin’izy ireo  fa mety ho mbola betsaka koa ny hosoka amin’ny sehatry ny fananan-tany raha ny endriky ny taratasy fotsiny no asain’ny lalàna jeren’ny conservateur. Nomarihin-dRakotoarisoa Rigobert, filohan’ny Ben’ny tanàna eto amin’ny faritra Analamanga fa tsy tokony hotsinontsinoavina ny Ben’ny tanàna manoloana ny resaka fananantany, toraka izany ihany koa ny sefom-pokontany izay zary hiharan’ny fandrahonana indray  ankehitriny raha misy zavatra tsy mety.

Pati

Tia Tanindranaza0 partages

Volavolan-dalàna momba ny satan-tanyVelon’ahiahy ny fiarahamonim-pirenena

Handalo ary hodinihina eny anivon’ny Antenimieram-pirenena amin’ny talata 7 novambra ho avy izao ny volavolan-dalàna momba ny satan-tany vita titra.

Tsy manda ny tokony hanatanterahana izany ireo fiarahamonim-pirenena raha namory Ben’ny tanàna tetsy Antaninarenina  omaly saingy miantso ireo solombavambahoaka kosa handinika sy hamakafaka tsara mialoha ny handraisan’izy ireo fanapahan-kevitra. Diso  manome fahefana be loatra ny mpiasa ao amin’ny sampandraharahan’ny fananan-tany  mantsy ilay volavolan-dalàna vaovao io  ary miaro ireo teknisianin’ny fananan-tany, hoy hatrany ireo fiarahamonim-pirenena. Tsy mazava ihany koa ny amin’ny fanaovana titra ny tany. Anisan’ny ahiahian’izy ireo ny mety  hahalasa ho tanim-panjakana ny tany rehetra ao anaty kadasitra raha vao tsy vita hatramin’ny farany raha hihatra ny andininy faha-65. Mikasika ny andininy faha-101 indray dia ambaran’izy ireo fa volavolan-dalàna malaina amin’ny fiarovana ny zon’ny olom-pirenena amin’ny fananany fa ny fiarovana ny mpiasan’ny sampandraharaha ny fananan-tany no tena imasoany. Ampahany ihany ireo, hoy ny filohan’ny SIF Randrianomenjanahary fa maro ny andininy mampiahiahy ny fiarahamonim-pirenena ankehitriny. Raha ny faha-109  indray no ambara dia nantitranterin’izy ireo  fa mety ho mbola betsaka koa ny hosoka amin’ny sehatry ny fananan-tany raha ny endriky ny taratasy fotsiny no asain’ny lalàna jeren’ny conservateur. Nomarihin-dRakotoarisoa Rigobert, filohan’ny Ben’ny tanàna eto amin’ny faritra Analamanga fa tsy tokony hotsinontsinoavina ny Ben’ny tanàna manoloana ny resaka fananantany, toraka izany ihany koa ny sefom-pokontany izay zary hiharan’ny fandrahonana indray  ankehitriny raha misy zavatra tsy mety.

Pati

Tia Tanindranaza0 partages

Mihinana fakom-bazaha !

Manao ahoana ry Jean a ! Mahatsiaro ny fampanantenana nataonareo indray mikasika ity efa vidangan’ny vidin-kanina andro aman’alina ity dia mba manoratra e ! Aiza ve ry Jean,

Marco

 

Tia Tanindranaza0 partages

Depiote Horace sy ny TIM Boriborintany faha-6Mikarakara Fifaninana Fonenanana Madio

Ho fanohanana ny Ben’ny Tanànan’Antananarivo-Renivohitra Ramatoa Lalao Ravalomanana amin’ny ady amin’ny Pesta ary fanamafisana ny tanjona

  Fonenanana Madio Milamina antoky ny Fampandrosoana dia hikarakara fifaninana nampitondraina ny lohahevitra hoe : « Fonenana madio mba ho fampivoarana sy fampandrosoana ny tanàna » ny depiote Rasoanoromalala Horace avy amin’ny Antoko TIM eto amin’ny Boriborintany faha VI miaraka amin’ireo mpikambana ao amin’ity antoko ity eny amin’ny Boriborintany faha-6 mazava loatra. Tsy ferana ny mpifaninana fa malalaka hoan’ireo Tokantrano miisa 18.322 ao anatin’ny 31 Fokontany izay vonona handray anjara. Ho santarina amin’ny fizarana fitaovana entina manadio tanàna izany ny sabotsy heriny  11 novambra 2017 izao ho an’ireo izay tapakevitra hifaninana, ka ambara fa mbola mitohy araka izany ny fisoratana anarana ao amin’ny Birao mpiara miasa amin’ny depiote Horace. Ny olomboafidy avy amin’ny Antoko Tiako I Madagasikara dia mitana mandrakariva ilay tenin’ny Filoha Marc Ravalomanana  : “Ny mahasoa ny vahoaka aloha va ny mahafinaritra azy no hatao”.

Tia Tanindranaza0 partages

Firenena indonezianinaHanamafy fifandraisana ara-barotra amin’i Madagasikara

Tonga nanao fitsidihana am-pifanajana ny filoham-pirenena, Hery Rajaonarimampianina, teny Iavoloha omaly ny iraka manokan’ny fitondram-panjakana indonezianina,

 Heru Wicaksono, nisolo tena ny filoham-pireneny,  Joko Widodo. Nanambara ity iraka manokana ity, fa vonona ny hametraka fiaraha-miasa matotra amin’ny firenena Malagasy ny fitondram-panjakana Indonezianina. Ny fanamafisana ny fifandraisana ara-barotra no tena hanombohana azy, hoy izy, fa imasoana koa ny fampandrosoana ara-toekarena. Tsy nisy resaka nivoaka ankoatra izay. Andrasana ny fifanarahana kasain’ny roa tonta atao.

J. Mirija

 

L'express de Madagascar0 partages

Ambatofinandrahana – Heurt entre civils et militaires

S’étant mêlés d’un conflit villageois, deux militaires ont été saisis par des individus. Les deux soldats sont blessés et six morts ont été dénombrés. 

Affrontement entre civils et militaires, à Antambohobe Ambatofinandrahana. Le bilan fait état de six morts. Deux soldats du Détachement Autonome de Sécurité (DAS) sont, pour leur part, blessés.Ce heurt sanglant est le summum de plus d’une décennie de cohabitation houleuse entre des villageois, appartenant à deux tribus différentes. Alors qu’une tension couvait, des problèmes de troupeaux qui empiètent dans les pré-carrés des deux collectivités respectivesn’ont fait qu’envenimer la situation.Les villageois, en conflit, étaient sur les nerfs dans cette guéguerre, figée dans un cercle vicieux. L’une des parties a embrasé le différend dans la matinée d’avant-hier en saisissant les militaires du DAS.

Mise en gardeL’arrivée à Antambohobe Amborompotsy de deux militaires armés n’a fait qu’envenimer la situation. Ces derniers ont été accueillis par une foule en état d’énervement, prête à en découdre. Des affrontements ont alors suivi. Pris en tenaille par des villageois déchaînés, les deux militaires du DAS ont fait parler leurs Kalachnikovs. Ainsi, une fusillade meurtrière, les a opposés à une horde d’individus, dont certains brandissaient des fusils de chasse.Un vent d’accalmie a soufflé dans le village frappé de deuil après ces heurts sanglants.Sitôt informé des scènes de désolation, l’Organe Mixte de Conception (OMC) du district d’Ambatofinan­drahana s’est saisi de l’affaire. Hier, le commandant de la compagnie territoriale de gendarmerie était en route sur Antam­bohobe Ambo­rompotsy.«La responsabilisation des villageois et des notables est de mise pour que pareil incident malencontreux ne se reproduise plus. Des mesures d’accompagnement seront prises. Une mise en garde a été lancée », tonne le commandant de la compagnie territoriale de la gendarmerie à Ambatofinan­drahana.

Andry Manase  Hajatiana Léonard

L'express de Madagascar0 partages

Coopération militaire – La France affirme sa « fidélité »

Lors d’une remise de don hier, la France a réaffirmé sa présence et sa fidélité envers Madagascar, en matière de coopération militaire. Un domaine où la Grande île commence à diversifier ses horizons.

Présente. La France a visiblement souhaité rappeler sa présence en matière de coopération militaire, à l’occasion d’une cérémonie de don de matériel militaire et de signature de nouveaux accords de coopération de défense, hier.« La France est présente à vos côtés dans deux types d’actions complémentaires, à savoir la coopération opérationnelle principalement mise en œuvre par les FAZSOI [Forces armées militaires soldat de la Zone Sud de l’Océan Indien] à l’échelle régionale, et la coopération structurelle mise en œuvre au quotidien par les coopérants de la mission de défense », a déclaré Véronique Vouland-Aneini, ambassadeur de France, dans son allocution durant la cérémonie d’hier, au ministère de la Défense nationale à Ampahibe.L’ambassadeur a, par ailleurs ajouté que face aux propres défis auxquels elle fait face, la France poursuit néanmoins l’accompagnement de ses partenaires de toujours. Un choix parfaitement assumé, qui selon elle marque la fidélité et l’amitié de l’Hexagone. Ce rappel de la fidélité française en matière de coopération militaire, qui plus est devant l’ensemble du commandement des Forces armées, pourrait ne pas être fortuite. Madagascar prône, depuis le début de la quatrième République, une diplomatie tous azimuts.La défense nationale n’y déroge pas. Un appel du pied auquel ont répondu plusieurs pays. Les États-Unis et la Chine ont, par exemple, intensifié leur présence en matière de coopération militaire avec la Grande île ces derniers mois. Ceci, par des visites de hauts gradés, l’invitation de l’armée malgache à prendre part à des exercices régionaux, ou encore par le biais de dons comme les deux patrouilleurs flambant neufs offerts par la République chinoise, et la visite de sa 25e flotte d’escorte.

ÉvolutionSelon une communication faite en conseil des ministres vendredi, un aéronef américain sera en mission à Madagascar dans les prochains jours. L’Australie, dernièrement, a fait un clin d’œil à Madagascar, pour une collaboration en matière de sécurité maritime, notamment la lutte contre la pêche illégale.Un bâtiment de la flotte royale australienne a jeté l’ancre dans le port d’Antsi­ranana, en octobre, avec l’organisation d’une visite guidée pour les journalistes pour démontrer les capacités du navire. La zone Sud de l’océan Indien, dans laquelle se trouve Madagascar, est hautement stratégique en matière d’économie bleue, de sécurité régionale et internationale, ainsi que du commerce maritime. Selon leur axe d’intérêt respectif, plusieurs puissances internationales veulent y être présentes militairement.Pour un analyste militaire, diversifier les partenaires est judicieux. Il faut, néanmoins, savoir manier les différents intérêts qui peuvent être convergents, mais aussi divergents. Madagascar peut cependant en profiter pour se renforcer. Certains partenaires, visiblement, n’hésitent pas à faire parler la poudre avec des dons conséquents. La France, hier, a quant à elle indiqué que sa collaboration en matière de défense s’inscrit dans la continuité de notre coopération historique (…) des projets que nous menons ensemble depuis plusieurs années.L’ambassadeur Vouland-Aneini a toutefois ajouté que ce partenariat a vocation à évoluer, car si l’énergie des coopérants est sans limite à votre profit, les budgets ne sont hélas quant à eux pas un puits sans fond. Il nous faut donc mener à leur terme certains projets pour envisager d’en développer ensemble de nouveaux. Le suivi pointilleux de l’évolution de ces projets serait, selon la diplomate, pour les mener vers une autonomie totale dans un avenir prochain.

Consolidation de la démocratie

Dans son discours durant la cérémonie d’hier, l’ambassadeur de France a rappelé que Madagascar se prépare à des rendez-vous majeurs dans les mois à venir. Des rendez-vous « absolument décisifs pour la consolidation de la démocratie, et la confirmation sur la scène internationale ». Bien qu’elle ne l’ait pas dit directement, la diplomate fait référence aux élections, notamment la présidentielle, tout en rappelant que son pays et les autres partenaires de la Grande île, poursuivent leur coopération « dans ce cadre primordial ». Étant donné le cadre de l’allocution, ses mots pourraient être un rappel aux Forces armées de leur rôle dans la stabilité du pays, notamment, concernant l’intérêt de la Nation, des citoyens, face aux agitations politiques.

Garry Fabrice Ranaivoson

L'express de Madagascar0 partages

Football – Telma coupe – AS Adema vs Cosfa, le choc

Le stade Moderne d’Ampasambazaha sera l’hôte du choc 100% Analamanga, entre l’AS Adema et Cosfa, ce dimanche. À Mahajanga, Fosa Juniors accueillera RTS Jet Mada.

À chaque fois, les rencontres entre l’AS Adema et Cosfa sont toujours disputées. Leur prochain duel, ce dimanche à Fianarantsoa, ne devrait pas échapper à cette règle.Les deux clubs s’affronteront au stade Moderne d’Ampasambazaha, dans le cadre des demi-finales de la Telma Coupe de Madagascar.Il s’agira de leur quatrième confrontation cette année. En saison régulière du championnat d’Anala­manga, leur premier match s’est conclu sur un score nul, deux buts partout, lors de la huitième journée.Par la suite, l’AS Adema a pris l’ascendant, trois buts à un, à l’occasion de la onzième journée de la Ligue 1. Les deux équipes se sont retrouvées pour la troisième fois à l’occasion de la poule des as d’Analamanga. Les militaires avaient alors pris leur revanche, avec un succès par deux buts à zéro.L’AS Adema et le Cosfa sont donc à égalité parfaite, avec une victoire chacun. La demi-finale de ce dimanche les départagera, une bonne fois pour toute, cette saison.Un contexte particulier qui augure d’un scénario encore une fois alléchant.En quarts de finale, l’AS Adema avait éliminé Elgeco Plus, au terme d’un match mémorable conclu aux tirs au but. Lors de cette rencontre, les Verts évoluaient sans Jonah, l’un de leurs meilleurs atouts offensifs en compagnie de Voavy Kassah.

Meilleure saisonIl effectuera son retour ce dimanche. Un plus considérable, face à un Cosfa qui est en train de réaliser l’une de ses meilleures saisons, avec une présence dans le dernier carré de la Telma Coupe, ainsi qu’en en Poule des As de la THB Champions League.Du côté de Mahajanga, Fosa Juniors Boeny accueillera le RTS Jet Mada Itasy, dans l’autre demi-finale. Fosa aura donc l’avantage d’évoluer à domicile, au stade Alexandre Rabemananjara. Il tentera de faire mieux que l’an passé, quand il a été éliminé à ce stade de la compétition.Pour faire le plein de confiance, le champion du Boeny a disputé un match amical, dimanche dernier contre le Top Dom Amoron’i Mania. Il s’est imposé sur le score de quatre buts à zéro.

Haja Lucas Rakotondrazaka

L'express de Madagascar0 partages

Tranompokon’olona Analakely – Hommages émouvants des artistes pour Rudi

La dépouille mortelle de l’étoile de la danse, Rudi Rehava, a rassemblé l’univers artistique, pour un adieu à Analakely, hier.

Une journée de communion et de commémoration de ces bons moments passés aux côtés de cet artiste d’exception qu’était Rudi Rehava. C’est ainsi que tous ceux qui ont rejoint le Tranompokon’ olona Anala-kely, hier ont vécu leurs retrouvailles avec ce danseur et chorégraphe d’exception. Pour Antanana-rivo, ce sont principalement ses égaux, des danseurs de tous âges et de toutes les générations, ayant pris comme modèle Rudi Rehava ou qui ont longtemps collaboré avec lui, qui se sont chargés de l’organisation de son passage.Emmenée par les chorégraphes Ariry Andriamora- tsiresy, Lovatiana Rakotobe, Saroy Rakotosolofo ou encore Géraldine Léong Song, la communauté des danseurs de la capitale a ainsi fait preuve d’une solidarité exemplaire. Baignant dans l’émotion, le Tranompokon’olona Anala-kely a vu passer les sommités de l’art et de la culture, hier. Pour le dernier passage de Rudi dans la capitale, ils étaient ainsi nombreux à venir réconforter sa famille endeuillée, mais aussi à se serrer les coudes entre artistes face à sa disparition.« On est plus que reconnaissant du soutien dont vous avez tous fait preuve, quant à cette tragique disparition de notre frère » affirme sobrement Angeluc Rehava, frère du défunt.Outre les danseurs qui se relayaient sur place, on a, entre autres, pu apercevoir la venue de la diva Bodo.« C’est avec une grande tristesse que j’ai appris la disparition de Rudi. Il a beaucoup apporté pour la promotion de notre culture et il mérite tous les honneurs » confie-t-elle.

Des ultimes révérencesDans la matinée, le ministre de la Culture, de la Promotion de l’artisanat et de la Sauvegarde du patrimoine, Jean Jacques Rabenirina et sa délégation sont venus rendre un dernier hommage à Rudi. « La danse est un art fédérateur et gracieux, Rudi reflétait parfaitement ces deux aspects. Il a beaucoup fait pour la valorisation de notre identité culturelle bien au-delà de nos frontières, sa disparition laisse un grand vide » souligne le ministre. Rudi Rehava a d’ores et déjà été fait Chevalier de l’ordre des arts et de la culture au Centre de conférence internationale Ivato, en juin.Vers 16h, ce sont les artistes de la scène urbaine qui se sont rués vers le Tranom-pokon’olona Analakely pour se recueillir devant la dépouille de Rudi Rehava. Tahiry Ratsimba dit X-Tah du groupe Da Hopp affirme « Rudy est une légende de la danse, je ne trouve pas les mots pour décrire l’ampleur de ce qu’il a apporté pour la culture hip hop en particulier. Un ami et un frère avant tout, il nous manquera à tous». L’instant le plus émouvant reste sans doute lorsqu’en fin d’après-midi, après un léger cri de ralliement, tous les danseurs présents dans la salle se sont ralliés pour, à leur tour, se recueillir devant la famille. Sa dépouille mortelle a quitté la capitale, ce matin à 6h pour rejoindre la ville de Toliara et le village de Befasy où il sera enterré mardi.

Andry Patrick Rakotondrazaka

L'express de Madagascar0 partages

Afrobasket Fiba 3×3 – Le Nigéria en entrée

C’est parti. La cérémonie d’ouverture officielle de la première édition du cham­pionnat d’Afrique de basketball, Fiba 3×3 a eu lieu hier dans la matinée, dans la capitale togolaise. La cérémonie a été marquée par le défilé des douze délégations des équipes nationales engagées à cette version inaugurale.Il a été décidé, à l’issue de la réunion technique du jeudi soir, que la première journée d’hier serait réservée à la phase éliminatoire des groupes A et C. La phase de poule des deux autres poules B et D n’aura lieu que ce samedi 4 novembre.Les douze pays en lice sont répartis en quatre groupes de trois. Madagascar, comme tout autre pays engagé, jouera deux matches ce jour, comptant pour la phase de poule. La sélection malgache affrontera en premier la formation nigériane à 11 heures 40 minutes, heure locale et dans l’après-midi, elle sera opposée à l’équipe nationale de Niger, à 14 heures.L’Ouganda, le Mali et la Gambie dans le groupe A et l’Égypte, la Côte d’ivoire et la Mauritanie du groupe C, ont déjà disputé leur phase de groupe, hier.Le groupe D composé du Ghana, du Togo et du Bénin entrera aussi en lice, ce jour. Après la cérémonie d’ouverture, la délégation malgache dirigée par Rina Randrianarisoa et composée de quatre joueurs, en l’occurrence Mbolatiana Claudio Rajaonarivony, capitaine de l’équipe, Rick Ley Loubacky, Fabrice Constant Mandim­bison et Elly Randriamam­pionona ont passé la première journée de la compétition, hier, à observer et analyser les phases de jeu des équipes des groupes A et C.Les deux meilleures équipes de chaque poule à l’issue de la phase de groupe seront qualifiées en quarts de finale. La phase finale se tiendra le dimanche 5 novembre dans l’après-midi, les quarts à partir de 15 heures, la première demie vers 17 heures 20 minutes et la finale à 19 heures 20 minutes, heures locales.

Serge Rasanda

L'express de Madagascar0 partages

Peinture – Un voyage dans le temps en peinture chez Max le ferrailleur

Toujours aussi surprenant et captivant pour tous les férus d’art pictural de la capitale. Ainsi se décrit le travail passionnant de cet antiquaire, unique en son genre, qui a pris ses quartiers à Isoraka depuis près de trois décennies maintenant. Bruno Chateauneuf, plus connu par ses inconditionnels de son surnom « Max le ferrailleur » rempile pour sa traditionnelle exposition annuelle de peinture. Une exposition en ode à la richesse artistique de la Grande île comme à l’accoutumée, « Tableaux d’antan » comme elle est sobrement intitulée convie le public à un voyage pictural dans le temps. À partir de ce jour jusqu’au 11 novembre, c’est une collection que Max le ferrailleur a garnie de quelques nouveautés qui se découvrent sous un nouveau jour. Un homme de passion, cet antiquaire s’attèle chaque année à partir en quête d’œuvres rares à faire redécouvrir aux amateurs du genre. « C’est bien plus qu’une simple passion pour moi, le fait est que la peinture malgache des années 1900 aux années 30 reste l’une des plus exceptionnelles et mérite d’être considérée à sa juste valeur. Aujourd’hui, on trouve de plus en plus de collectionneurs et il est difficile de trouver ces pièces rares, mais cela ne m’empêche pas de m’appliquer corps et âme à la revalorisation de ce patrimoine des peintres malgaches » souligne Bruno Chateauneuf dit Max le ferrailleur. À l’huile et à l’aquarelle, entre portraits et paysages envoûtants, ils sont ainsi une bonne vingtaine de peintres de renom à redécouvrir le temps de cette exposition

Andry Patrick Rakotondrazaka

L'express de Madagascar0 partages

Tennis – Tournoi ITF-Cat U14 étape 1 Maurice – Miotisoa et Maholy  dans le carré final

C’était mérité. La délégation malgache en lice au tournoi ITF-CAT U14 de Maurice, qui se joue sur les courts du tennis club de Petit Camp, a récolté une belle performance hier.Maholy Razakaniaina et Miotisoa Rasendra, seules rescapées de l’armada malgache qui comptait treize joueurs dans le tableau principal, sont parvenues à se qualifier en demi-finale.Maholy Razakaniaina a eu comme adversaire la tête de série numéro 1 du tournoi, en la personne de la Kenyane Alicia Owegi. Un match qui a duré pas moins de deux heures, mais qui a finalement tourné à l’avantage de la Malgache en trois sets (4/6, 6/4, 10/4).« J’ai fait beaucoup de fautes, et même des doubles fautes au service. J’ai pu quand même conclure le second set avant de m’imposer au super tie-break. C’était très difficile, car par moment je manquais de confiance. Je vais essayer de m’améliorer sur le plan mental pour la demi-finale », estime Maholy Razakaniaina qui s’est quand même vue menée 2/4 dans le super tie-break, avant de boucler la rencontre sur 10/4.En demi-finale, Maholy devra beaucoup s’investir car elle jouera contre la Mau­ricienne Malika Ramasawmy, gagnante de la Sud africaine Tyrah Cook (6/2, 6/3).Pour Miotisoa Rasendra, le match était plus facile contre Tanyah Midzi du Zimbabwe. Plus puissante que cette dernière, Miotisoa a su user de cet avantage tout au long du match pour l’emporter sur 6/0, 6/2.En demi-finale, la cham­pionne de Madagascar U12 en titre jouera contre l’autre Sud africaine du tournoi, Lyne Greyling. Cette dernière s’est imposée à l’aise devant la Kenyane Shakira Varese (6/1, 6/1).Un challenge donc, aussi bien pour Miotisoa que pour Maholy, que d’aller chercher une place en finale. En atteignant les demi-finales, les deux joueuses ont déja empoché pas moins de 150 points au classement africain des U14 africains. Rappelons que seuls les vingt meilleurs joueurs et joueuses auront le droit de disputer le premier championnat d’ Afrique U14, au mois de mars 2018.

Dina Razafimahatratra (Maurice)

L'express de Madagascar0 partages

Un gendarme tué par son propre Mas 36

Un gendarme stagiaire a appuyé malencontreuse­ment sur la gâchette de son Mas 36, alors qu’il était en train de regarder  un match de football, à Mangaroa, dans le district d’Ambato-boeny, dimanche 29 octobre. La balle a touché sa tête. Il a suc­combé à ses blessures. Une source au sein de la gendarmerie locale indique qu’il ne s’est pas suicidé.

L'express de Madagascar0 partages

Bemiray – « Pour que la mer ne soit plus la limite de notre rizière »

Bemiray fait une incursion dans l’histoire nationale, plus précisément, la capitulation de l’Armée royale que Tom Andriamanoro évoque en se référant à l’ouvrage de Michèle Delahaigue Peux. Il nous parle également de « l’or » de Daraina, le sifaka à calotte dorée. Enfin, vous saurez la différence entre le patchwork et le « bemiray » (le textile).*

Lu pour vous – Histoire d’une capitulation annoncée    

Alors que  l’Imerina se réjouissait des fêtes du couronnement, accueillait avec bonheur et confiance la nouvelle Reine, les navires français sous le commandement de l’amiral Galibert bombardaient les points stratégiques de la côte de Madagascar, Tamatave, Fort-Dauphin, Majunga… Chargé par le gouvernement français d’engager des pourparlers avec Tananarive, l’amiral Galibert ne parvint pas à s’entendre avec Rainandriamampandry sur la cession du Nord de Madagascar à partir du 16è parallèle. Tananarive, en 1884, refusa l’indemnité de guerre proposée par l’amiral Miot. Les opérations navales françaises prirent de l’ampleur. Aux termes de nombreuses négociations et interventions diplomatiques, Rainilaiarivony consentit, à condition que fut reconnue la souveraineté de la Reine sur l’Île, à une sorte de protectorat. Lors du Traité de paix franco-merina du 17 décembre 1885, la France considérait Ranavalona III comme  Reine de Madagascar. En contrepartie, elle gérait la politique extérieure de la Grande île par l’intermédiaire d’un Résident. La France fut autorisée à s’installer à Diego-Suarez, le gouvernement malgache astreint à une indemnité de guerre s’élevant à dix millions de francs. À la demande du Premier ministre, un post-scriptum fut ajouté au Traité. Il reconnaissait au gouvernement malgache le droit de signer des traités de commerce. Cette clause non reconnue par le Parlement français fut l’une des causes de la Seconde guerre franco-malgache […]Le maintien par le gouvernement malgache d’un ministre des Affaires étrangères et la nomination de consuls à l’étranger déclenchèrent les protestations de Le Myre de Villers qui estima que le Traité avait été violé. De retour à Tananarive, mi-octobre 1894, il proposa à Rainilaiarivony un projet de traité, cinq articles qui, de fait, mettaient en place un protectorat en bonne et due forme. Le 20 octobre, la proposition fut suivie d’un ultimatum : Rainilaiarivony avait deux ou trois jours pour accepter. Faute d’entente, le 27 octobre au matin, Le Myre de Vilers amena son pavillon, quitta la capitale avec tous les Français. L’inéluctable s’ensuivit. La France ordonna la marche vers Tananarive. Le général Duchesne, à la tête de 15 000 hommes, débarqua à Majunga le 06 mai 1895 […]

La dernière reine de Madagascar, Ranavalona III, partit en exil le 11 mars 1897.

PrisonnièreLe 30 septembre 1895, Tananarive capitula. Ce même jour Ranavalona III se prépara à quitter le Rova pour Fianarantsoa. Dès que les obus tombèrent dans l’enceinte du Rova alors plein de soldats, le drapeau blanc fut hissé au sommet de Manjakamiadana. Le gouvernement merina accepta les conditions exigées par la France. Le lendemain 1er octobre 1895, le Traité de protectorat était signé avec la Reine. Destitué, Rainilaiarivony fut gardé à vue dans sa propriété de Tsarasaotra du 15 octobre 1895 jusqu’au mois de février 1896. Résigné, il apprit la nouvelle de son exil. Le Premier ministre quittait la terre de ses ancêtres pour la première fois. Le paquebot qui l’emmenait vers La Réunion puis à Alger leva l’ancre du port de Tamatave le 19 février 1896 […] Le  6 août 1896 le gouvernement français vota la loi d’annexion. Elle fut publiée le 26 septembre à Tananarive. L’annexion précéda de peu l’abolition de la royauté et l’exil de la Reine.Tristes furent les derniers jours du règne de Ranavalona III. « La vérité est que la Reine fut constituée prisonnière dans la partie du Rova appelée Tsarahafatra, privée de communication avec ses dames d’honneur et les princes de sa famille. Mon Dieu, si je croyais pouvoir  intéresser mes confrères, je leur raconterais bien le martyre qu’endura la petite Reine de Madagascar pendant ses trois mois de captivité dans le Palais où fut assassiné Radama […] dans ce grand Rova désert, peuplé de tombeaux et de fantômes, aux escaliers tortueux,  aux recoins muets et sinistres qui suent la tragédie. Elle vécut cent jours et cent nuits dans l’épouvantable angoisse d’un bruit de pas qui s’approchent, d’une porte qui va s’ouvrir, d’une tenture qui remue (Jean Carole) […] »Le samedi 27 février 1897 dans la soirée, à vingt heures, le commandant Gérard, accompagné de Rasanjy, pénétra dans le salon de Tsarahafatra. La souveraine avait quatre heures pour préparer ses bagages. Autorisée à amener bijoux et vêtements personnels, les attributs de la royauté devant rester au Rova, elle partirait seule. Rasendranoro, sa sœur aînée, et sa  nièce Razafinandriamanitra la rejoindraient par un autre convoi. À deux heures du matin, à l’abri des regards sous la capote de son filanjana, escortée de soldats et du lieutenant Durand, Ranavalona quitta le Palais. Il pleuvait.Le 10 mars, le Lapérouse entrait dans le port de Tamatave pour emporter les exilés. Les bagages de la Reine furent chargés. Rasendranoro et la princesse Razafinandriamanitra montèrent à bord vers 17 h. La Reine embarqua tard dans la soirée, toujours à l’abri de son filanjana fermé. Le 11mars 1897, à cinq heures et demie du matin, le Lapérouse s’éloigna, emmenant vers un perpétuel exil la dernière des Reines de l’Imerina.

Source : L’enceinte royale de Tananarive, Ny Rova very, de Michèle Delahaigue Peux, titulaire d’une maîtrise en histoire de l’art et d’un doctorat en histoire, sociétés et cultures, soutenus à l’Université de Lille III.

NDLR : Grand merci à l’auteur d’avoir fait la lumière sur cette douloureuse fin de toute une époque de l’histoire de Madagascar. Quant aux Malgaches eux-mêmes, jusqu’à quand se contenteront-ils de banalités hâtives en guise d’histoire nationale? Et si la décolonisation, la vraie, celle des esprits, était encore à venir ?

Une veste en patchwork multicolore brodée créée par Hubert de Givenchy en 1992.

Artisanat – Entre patchwork et bemiray

Ne surtout pas les confondre même si, dans le langage courant, l’un est devenu la traduction malgache de l’autre ! On leur reconnaîtra certes deux qualités communes : celle d’être travaillé uniquement dans des morceaux de tissus multicolores et celle, à partir du produit fini, de littéralement métamorphoser un living en y figurant en bonne place comme nappe de table ou en tapisserie murale, ou encore en étant faussement oublié sur quelque rampe. Quant à une chronique de journal dont la caractéristique est de passer du coq à l’âne comme on saute du vert au mauve, elle peut indifféremment être un « patchwork » ou un « bemiray » selon que l’on soit à Madagascar ou en Écosse.En Europe comme en Amérique, le patchwork occupait les femmes lors des longues soirées d’hiver. Contrairement au bemiray qui marche au feeling en opposant les formes et les couleurs, le patchwork a des thèmes de base sur lesquels l’artisane, telle un musicien, va broder : on reconnaîtra par exemple un vol d’oies, l’étoile de Bethléem, un arbre de vie, ou même le chemin d’un ivrogne ! Mais même aujourd’hui, les artisanes européennes sont limitées par la matière utilisée qui reste encore et toujours le coton. Elles sont largement distancées par leurs consœurs malgaches qui maitrisent parfaitement cet art et y intègrent d’autres matières comme le sisal ou la soie naturelle. Le résultat est saisissant, que ce soit pour les couvre-lits, les housses, les trousses, les couettes, une liste loin d’être exhaustive. L’éternelle histoire de l’élève qui dépasse le maître, en quelque sorte…Le bemiray pour sa part, est certainement né de considérations plus économiques, celles appelant nos femmes laborieuses à ne rien gaspiller, des bouts de chandelle aux bouts de… tissu. L’esthétique a pris le train en marche et n’a plus voulu en descendre, au point qu’il existe aujourd’hui un bemiray de luxe qui n’a plus rien à voir avec le « zaitra an-tsena » des débuts, et occupe une place attitrée à la rubrique « aménagement d’intérieur». Que le patchwork rencontre pour de bon le bemiray dans le royaume de la création, et il en naîtra peut-être une troisième tendance encore plus imprévisible, dont la généalogie remonte à quelques bouts de tissu auxquels ont n’a pas trouvé d’autre utilisation…

Le sifaka à calotte dorée, endémique dans le Nord, « l’or » de Daraina.

Nature – L’or de Daraina

Daraina, une petite contrée oubliée là-haut entre Ambilobe et Vohémar, qu’une route lépreuse isole plus qu’elle ne la relie au reste de la région. Mais la route sera refaite, car elle représente beaucoup d’enjeux pour la  conquête du cœur du Nord. Mais peut-être que ce jour-là Daraina perdra un peu de son âme, emporté par la cacophonie enfumée des moteurs des camions véhiculant le « progrès » dans la partie la plus étroite de l’Île. Quant à l’or, désolé d’en décevoir plusieurs, car nous pensons moins à des pépites qu’à des boules de fourrure voltigeant d’une branche à l’autre : le lémurien endémique baptisé Propithecus Tattersalli, découvert presque par hasard en 1975 dans cette région par l’équipe du Pr Ian Tattersall. Ce sifaka, de son nom malgache Akombamalandy, présente la particularité de porter entre les deux oreilles la marque d’une calotte couleur or, ce qui lui a valu son surnom. Les scientifiques estiment qu’il en existe encore  entre 5 000 et  8 000 exemplaires, absolument à protéger.  Vingt-huit ans après sa découverte, ce fut le temps des retrouvailles, le Professeur ayant programmé un nouveau voyage d’études incluant tout naturellement Daraina. Ce fut l’occasion de présenter officiellement un documentaire réalisé par le vice-président de Conservation International, le Brésilien Harold Castro et son épouse Flavia, auquel ils ont choisi de donner le titre de « À la recherche de l’or de Daraina ».

Ian Tattersall, né le 5 octobre 1945, est un paléoanthropologue américain d’origine britannique, conservateur à l’American Museum of Natural History

Difficile pariOn a compris que l’or en question était ce lémurien que la nature a choisi de couronner, et non le métal jaune qu’on extrait du sol après en avoir complètement ravagé le tapis végétal. À cette occasion, notre ainé Christian Chadefaux a eu ces mots on ne peut plus justes : « Ce n’est pas facile de faire comprendre qu’un sifaka à couronne dorée, de cette espèce à calotte jaune entre les deux oreilles, est plus précieux qu’une pépite. Pas plus facile non plus de faire admettre que la forêt où il gambade constitue un gisement renouvelable, plus durable et plus rentable que le charbon de bois ou les coupes qui la déciment ».Ce difficile pari, c’est celui que s’est fixé l’association Fanamby à partir de Daraina. C’est dans cette région du Nord, en effet, qu’a été lancé pour la première fois le concept de « site de conservation» dans le but de mettre en place un système de protection légale pour mieux gérer l’écosystème en dehors du réseau des Parcs nationaux. C’est un système qui intègre obligatoirement les communautés villageoises riveraines, gage de sa réussite. L’expérience a ensuite été étendue à Anjozorobe, un haut-lieu de l’ornithologie qui abrite une des dernières forêts des Hautes Terres, pour enfin mettre le cap sur le Menabe, dans les forêts denses et sèches et  la région du lac Bedo entre Morondava et Belo-sur-Tsiribihina, ainsi que les mangroves au nord de cette localité. Que ce soit à Daraina même, à Anjozorobe, ou dans le Menabe, un des objectifs est de ne plus s’appuyer uniquement sur les bailleurs internationaux pour la pérennisation du système de conservation.

Rétro pêle-mêle

Une petite visite de l’année 2003 en évitant les ornières, pourquoi pas ? Cette année-là, Radio France Internationale inaugure trois nouveaux relais à Nosy Be, Sambava, et Taolagnaro. Ces implantations s’ajoutent aux sept déjà en service sur la Grande île qui abrite désormais 10% des relais FM de la Radio mondiale. La délégation française réaffirme la promesse que Madagascar ne sera pas « noyé » dans les nouvelles africaines.

La Poste mène à tout, à condition d’en sortir. Au transport terrestre de personnes et de marchandises par exemple, avec TRANSPOST dont les premières dessertes choisies sont celles de Tsiroanomandidy, le bien connu méga marché aux zébus, et Anjozorobe dont la cote touristique monte grâce à sa forêt et au birdwatching où son offre est encore plus variée que celle d’Andasibe.Une initiative digne d’être soutenue est celle d’Ambatolampy qui a sorti des oubliettes la traditionnelle Fête du Mimosa. En plus de la fête elle-même qui teint en or toute la ville, ce ne sont pas les curiosités qui manquent, depuis l’artisanat de l’aluminium qui nécessite l’importation de plusieurs tonnes de matière première chaque semaine, jusqu’au succulent foie gras du Vakinankaratra.Et la randonnée se termine en beauté sur les hauts d’Antananarivo où le site du Palais de la Reine est rouvert au public tous les jours de  10h à 16 h. Le même horaire est appliqué au Palais d’Andafiavaratra voisin qui réserve toutefois le vendredi après-midi à l’entretien.

Lettres sans frontières

Guillaume ApollinaireIn  Alcools

Les colchiques

Le pré est vénéneux mais joli en automneLes  vaches y paissentLentement s’empoisonnentLe colchique couleur de cerne et de lilasY fleurit tes yeux sont comme cette fleur-làViolâtres comme leur cerne et comme cet automneEt ma vie pour tes yeux lentement s’empoisonne

Les enfants de l’école viennent avec fracasVêtus de hoquetons et jouant de l’harmonicaIls cueillent les colchiques qui sont comme des mèresFilles de leurs filles et sont couleurs de tes paupièresQui battent comme les fleurs battent au vent dément

Le gardien du troupeau chante tout doucementTandis que lentes et meuglant les vaches abandonnentPour toujours ce grand pré mal fleuri par l’automne

Signe

Je suis soumis au chef du Signe de l’automnePartant j’aime les fruits je déteste les fleursJe regrette chacun des baisers que je donneTel un noyer gaulé dit au vent ses douleurs

Mon Automne éternel ô ma saison mentaleLes mains des amants d’antan jonchent ton solUne épouse me suit c’est mon ombre fataleLes colombes ce soir prennent leur dernier vol

Photos (sauf spécifiée) : Archives personnelles de Pela Ravalitera – AFP.

L'express de Madagascar0 partages

Photographie – Les modèles de coiffures traditionnelles mis en exergue à l’IKM

Des centaines de photos en noir et blanc, ornant les mûrs de la salle Kianja et la salle Famoloana de l’IKM à Antsahavola, montrent les modèles de coiffures que portèrent les différentes ethnies de Madagascar à une certaine époque. Les tresses furent très prisées aussi bien par les hommes que par les femmes. Chaque région de l’Ile a sa façon de se coiffer.Ces photos de l’Agence Nationale d’Information Taratra, composant l’exposition dénommée « Sar’Nao», démontrent que le style de coiffe reste un atout majeur pour impressionner. Certains modèles restent au goût du jour, surtout pour les artistes désirant se démarquer de la masse. Les salons de coiffure spécialisés s’inspireront en visitant cette exposition qui va se tenir du vendredi 3 jusqu’au 30 novembre à l’IKM à Antsahavola. « Ceci rentre dans le cadre de la célébration du mois de la photographie à Madagascar. Cette célébration se fera en trois étapes à l’IKM. Une exposition de photos par des Coréens prendra le relais à partir du 13 novembre », selon Sitrakiniaina Raveloarimanana, responsable à l’IKM.

Ricky Ramanan

L'express de Madagascar0 partages

Une dame incriminée pour escroquerie

Une femme de 35 ans se fait arrêter par le Service central de la lutte contre la corruption (SCLC) à Anosy, avant-hier. Elle est incriminée pour escroquerie de trois millions d’ariary à une famille.Traduite devant le parquet, elle a été reconduite en prison, à Antanimora.

L'express de Madagascar0 partages

Panne dans les DAB BFV

Grogne des utilisateurs  des Distributeurs automatiques de banque BFVSG. Aucun DAB n’a été en service pendantle jour férié du 1er novem­bre, du coté ouest de la capitale. Itaosy, Anosizato, HJRA Ampefiloha et, même, 67 ha ont été tous hors connexion, jusqu’à jeudi après-midi. Les agents de sécurité annoncent des pannes de connexions, d’autres disent que les distributeurs sont seulement à sec et que l’on ne sait l’heure de renflouement en liquide.

L'express de Madagascar0 partages

Changement de date

Après le report du Rallye Shell Helix, prévu initialement au début du mois d’octobre, le club organisateur, Asa Tana, s’était fixé comme nouvelles dates les 1er-2-3 décembre. Mais la FSAM a affirmé qu’il fallait repousser la course, pour qu’il y ait un intervalle d’un mois par rapport au Rallye International de Madagascar du 10-11-12 novembre. Le Rallye Shell Helix se tiendra alors les 15-16-17 décembre.

L'express de Madagascar0 partages

Julio Keman dans le ranking mondial

Le jeune Julio Keman Randrimalala est le premier Malgache qui figure dans le ranking mondial de la fédération internationale de badminton. Après la dernière mise à jour du ranking du BWF (Badminton World Federation) en date du 19 octobre, Keman est classé 907e chez les juniors et 1419e chez les seniors. Cette star montante du badminton malgache a pu intégrer le classement mondial, après sa participation au tournoi international au mois de juin.

L'express de Madagascar0 partages

Suspension des cours maintenue dans les uni­versités

Le ministère de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique a décidé de maintenir la suspension des cours dans les universités et instituts publics et privés jusqu’à nouvel ordre. Cette décision serait prise en application du principe des précautions, selon une note de service dressée par le ministère.

L'express de Madagascar0 partages

Vente de maillot des Barea

Des maillots de la sélection malgache de football seront en vente, en marge du match amical du samedi 11 novembre, contre les Comores. La rencontre se jouera au stade Saint-Leu La Forêt, en région parisienne, en France. Le tarif sera de 40 euros, pour les différentes tailles 6, 8, 10, 12 ans et adultes. Deux coloris seront disponibles, à savoir vert et rouge.

Midi Madagasikara0 partages

Miantsoarivo-Maevantanana : Nisy nandoro ny EPP sy ny Fiangonana

Tamin’ny fetin’ny olo-masina mihitsy no nitranga ny herisetra. Nodoran’ny dahalo folo lahy ny tanàna tao Miantsoarivo, ao amin’ny kaominina ambanivohitra Mahatsinjo. Olona miisa 1280 no tsy manan-kialofana vokatr’ity asan-dahalo ity. Isan’ny trano may ny Epp sy ny finagonana iray tao an-toerana. Ny miaramila sy ny zandary no indray manao fanarahan-dia ireo olon-dratsy nanomboka tamin’ny alarobia teo.

D.R

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires