Les actualités Malgaches du Mercredi 04 Octobre 2017

Modifier la date
News Mada1300 partages

Leader Fanilo : « Tetika hijanonana amin’ny fitondrana ny fanitsiana lalàmpanorenana »

Mitohy ny fanehoan-kevitra mitsipaka ny fikasan’ny mpitondra hanitsy lalàmpanorenana. Tetika hijanonana amin’ny fitondrana io, raha ny fijerin’ny Leader Fanilo.

 

« Tetika hijanonana eo amin’ny amin’ny fitondrana ivelan’ny fe-potoana voafaritry ny lalàmpanorenana ny fisakana ny hanitsy ny lalàmpanorenana, heritaona mialoha fifidianana. » , hoy ny Leader Fanilo, tarihin’ny filoha nasionaliny, Rabesa Zafera Antoine, omaly. Fanalavana ny fe-potoam-piasana izany, satria manakorontana ny fomba amam-pitsipika ara-potoana amin’ny fikarakarana ny fifidianana miaraka amin’ny enti-manana ara-bola efa napetraka mialoha. Mitsipaka marindrano ny fanitsiana ny lalàmpanorenana izy ireo.

Mila vahana maika ny olana mahazo ny vahoaka

Raha hirosoana ny fanitsiana lalàmpanorenana, tokony homen-danja ny amin’ny fitsinjaram-pahefana sy ny antoka amin’ny fanjakana tan-dalàna, araka ny fanambarana.

Mba hamahana ny olana izany, tsy angatahina andro, ireo olana lehibe mahazo ny vahoaka malagasy sy ny lafiny toekarem-pirenena amin’izao toy ny tsy fandriampahalemana,  fahantrana, ny tsy fisian’asa, ny tsy rariny, ny kolikoly, ny fahasalamam-bahoaka sy ny fanabeazam-pirenena.

Tolo-kevitra ny antoko ny fijerena ny tsy mety sy banga amin’ny lalàmpanorenana, ny tsy firindrany sy ny tsy mazava. Nambarany fa tamin’ny fotoan-tsarotra nolalovan’ny firenena no nandrafetana io lalàmpanorenana io. Tokony ho an’ny mpitondra manaraka eo no manao ny fanitsiana na fanovana.

Hatao amin’ny fiandohan’ny fe-potoam-piasany izany, fa tsy eny antenantenam-potoana na amin’ny fiafaran’ny fe-potoam-piasana.

R. Nd.

Midi Madagasikara894 partages

Epidémie de peste : Le gouvernement s’attaque aux « facebookers »

Selon le communiqué du Conseil du gouvernement, « le Premier ministre a d’emblée fait remarquer que ce sujet commence à basculer sur le terrain politique ».

Comme il fallait s’y attendre, l’épidémie de peste qui sévit actuellement à Madagascar a figuré à l’ordre du jour du Conseil du gouvernement qui s’est tenu hier à Mahazoarivo. Selon le communiqué officiel, « le Premier ministre a d’emblée fait remarquer que ce sujet commence à basculer sur le terrain politique ». C’est certainement la raison pour laquelle, l’Exécutif favorise la communication politique dans la gestion de cette affaire qui touche le social. Attaqué de toutes parts pour la gestion de cette épidémie, le régime HVM opte pour le recours aux intimidations. Lalao Ravalomanana, Maire de la Commune Urbaine d’Antananarivo élue sous les couleurs du TIM et Elysée Ratsiraka, Maire de la Commune Urbaine de Toamasina élu sous la bannière du MAPAR, sont particulièrement pointés du doigt par le gouvernement « Hery Vaovao ho an’i Madagasikara ». Par ailleurs, d’après le rapport du Conseil, « Le ministre de la Santé publique, Andriamanarivo Mamy Lalatiana a rapporté au Conseil que la traque des individus  malintentionnés, semant la psychose généralisée sur Facebook avec de fausses informations, va se poursuivre ». En effet, d’après les informations, un homme de 49 ans, ayant publié l’information selon laquelle 40 personnes atteintes de la peste ont succombé à l’hôpital d’Ambohimiandra, aurait été arrêté du côté de Manjakaray. Si l’on se réfère à la déclaration du ministre de la Santé publique, d’autres « facebookers » sont aussi dans le collimateur du gouvernement et risquent de suivre le même sort. Au cours d’une interview, il a également lancé une ferme mise en garde contre les journalistes.

Panique. Nul n’ignore pourtant que le manque de transparence et l’inexistence d’informations officielles sur cette épidémie a provoqué la panique générale notamment à Antananarivo et à Toamasina. Une situation qui a favorisé les rumeurs et la diffusion de bilans erronés sur les réseaux sociaux. Alors que la peste a déjà fait des ravages depuis le 1er août, le gouvernement, particulièrement le Ministère de la Santé publique qui a toujours tenté de rassurer la population en annonçant que « l’épidémie est maîtrisée », n’a fait une communication officielle que le samedi 30 septembre dernier, suite à la mort de l’entraîneur de l’équipe seychelloise de basket. Si la situation a réellement été maîtrisée, pourquoi le dernier bilan publié hier par le Ministère de la Santé publique fait état de 169 cas traités et de 30 morts ? Quoi qu’il en soit, l’on a pu remarquer depuis hier que même si certains ministres concernés, en l’occurrence la ministre de la Population Onitiana Realy, semblent jouer la politique de la discrétion par rapport à cette affaire, le gouvernement a quand même réussi à améliorer la gestion de la communication relative à cette épidémie de peste. Bon nombre d’observateurs estiment également qu’en s’attaquant aux internautes, le régime HVM se trompe de cible. Depuis le week-end dernier, la Grande Ile fait la Une de la presse étrangère, entre autres, Le Parisien, Europe 1, Outre-mer 1re, France info, Jeune Afrique, France 24, l’Echo Touristique… Au lieu de renvoyer la responsabilité aux autres, les tenants du pouvoir devraient adopter une stratégie plus efficace pour éradiquer cette maladie.

Davis R

Midi Madagasikara566 partages

Epidémie de peste : Des experts étrangers à la rescousse de la Grande Ile

La particularité de l’épidémie de peste pulmonaire qui sévit actuellement est son « côté urbain » selon le ministre de la santé.

L’OMS, l’UNFPA et l’Institut Pasteur de Madagascar ont fait appel à des experts internationaux pour aider le pays à contenir l’épidémie de la peste.

C’est à se demander si les Malgaches n’ont pas vraiment les compétences pour résoudre leur propre problème. Si contenir la peste est le mot d’ordre, il a fallu que des experts internationaux viennent nous aider à nous défaire de l’épidémie qui sévit dans la Grande Ile actuellement. Pour ce qui est de l’Institut Pasteur de Madagascar (IPM), trois experts vont venir renforcer ledit Institut a fait savoir son PDG. « Du réseau international, ce renfort est composé d’un expert technicien et d’un post doctorant de l’Institut Pasteur de Paris du Centre national de Référence de la Peste » a fait savoir le numéro un de l’Institut Pasteur de Madagascar (IPM). Des initiatives qui viendraient renforcer les dispositifs déjà mis en place par le gouvernement. Entre autres, la prise en charge gratuite des malades auprès des centres de santé, la mise en place des contrôles sanitaires auprès des gares routières (Ampasampito, Vassacos, « Fasan-karana », Ambodivona, Tamatave, Mahajanga) et des aéroports internationaux, mais aussi la mise en place d’une cellule de crise qui effectue la veille de la situation réelle de l’épidémie. Des mesures de désinfection ont été aussi prises dans différents quartiers de la capitale et districts de la Grande Ile. Le ministre de la Santé publique de rappeler que les dispositifs sont renforcés pour mieux contenir la « propagation de la peste ».

Difficultés. Par ailleurs, le ministre de la Santé publique Lalatiana Andriamanarivo a profité de la conférence de presse qui s’est tenue hier dans la salle de conférence du ministère de tutelle pour expliquer les difficultés relatives à la maîtrise de la situation. « La non-déclaration des cas et le refus des pestiférées (et de leur famille) d’admettre leur réalité complique la situation » a fait savoir le ministre. Avant d’ajouter que « cette situation de refus aggrave la propagation de la maladie qui se transmet facilement avec les contacts ». Et lui de prendre le cas de la famille d’un décédé de la peste avant-hier dans le quartier d’Ambodihady. « Expliquer que la personne décédée a été atteinte de la peste et qu’il ne faut pas qu’elle (la famille) touche le corps du défunt (de la défunte) a été difficile » a fait savoir le ministre.

Situation actuelle. Le bilan s’alourdit quand à l’épidémie de la peste. Les dernières statistiques enregistrées font état de 157 cas suspects dans toutes les régions du pays. Par ailleurs, 28 morts dont cinq à Toamasina, sont à déplorer. Les malades hospitalisés sont au nombre de 16 dans la capitale malgache et 38 à Toamasina. Le ministre de la Santé publique de préciser que « bons nombres de malades de Toamasina ont été guéris suite à des traitements effectués à temps » ; avant de temporiser en affirmant que « 16 personnes sont hospitalisées dans la capitale malgache ». Une façon pour le ministre de calmer la population face aux différentes « fausses » informations véhiculées. La conférence de presse qui s’est déroulée hier était aussi l’occasion pour le ministre Lalatiana Andriamanarivo de lancer le message selon lequel « il est possible de traiter la peste si son existence est confirmée ».

José Belalahy

Midi Madagasikara507 partages

Pesta Toamasina : Tompon’andraiki-panjakana ambony iray voa koa

Manana andraikitra ambony ao Toamasina izy, saingy niniana tsy hotononina anarana mba ho fiarovana ny momba azy. Nanao fitiliana omaly ary voaporofo teo fa mitondra ny valan’aretina pesta koa ny tenany. Natao avy hatrany ny fitsaboana mifanaraka amin’izany. Mena tanteraka ny loko amin’ny pesta eto Toamasina ankehitriny, satria araka ny vaovao marim-pototra voaray, na mangina tsy mamoaka ny marina mikasika izany aza ny eo anivon’ny sehatry ny fahasalamana eto Toamasina, dia niampy 11 indray ireo mpiasan’ny fahasalamana Atsinanana mitondra ny aretina pesta ankehitriny. Araka io angom-baovao io hatrany, nanomboka ny sabotsy dia nisy hatrany ny fitiliana natao tamin’ireo mpiasan’ny fahasalamana nampisalasala ka  taorian’ity fitiliana natao tamin’izy ireo ity no nahalalana fa niabo avokoa izany. Ny vavan’ny minisitra ihany koa no nilaza teo imason’ireo mpivory rehetra ny alatsinainy teo tamin’ireo mpiasan’ny fahasalamana 05 voalohany voan’ny aretina ny herinandro nivalona iny, fa isany mitondra ny pesta  ny talem-paritry ny fahasalamana Atsinanana sy ireo “medecins inspecteurs” miasa eo anivon’ny hopitaly  Toamasina. Vokany dia lasa miteraka tahotra  hoan’ny olona ny fisian’izany sy ny “tsy mangaraharaha” avy amin’ny fanjakana mikasika azy ity, hany ka lasa miverina manao dokotera tena amin’ny fividianana ilay fanafody “cotrim” sy ny mifandraika aminy ary ny fampiasana ny tampim-bava no fomba entin’ny fianakaviana miaro tena izao. Noho io fisiana mpitsabo sy mpiasan’ny fahasalamana voan’ny pesta io ihany koa, dia matahotra hifanerasera amin’ireo mpitsabom-panjakana sy hanatona hopitaly ary toeram-pitsaboana ny olona, noho ny tahotra fa sao aretina hafa no hanatonana azy ireny nefa pesta indray no entina mody. Miandrandra ny tena “marina” sy hanao ny tena “mangarahara” mikasika ity pesta ity ny olona mba tsy ho tahotra lava tahaka izao no iainany…

Malala Didier

Midi Madagasikara413 partages

Nosy Maorisy : Vehivavy malagasy telo nanao vakansy, voaolana

Nitory avy hatrany izy ireo ary nisy ny fanadihadiana nosokafan’ny pôlisy ao Grand Baie. Niainga tany amin’ny toeram-pandihizana ny raharaha. Mba nivoaka alina tao amin’io toerana io toy ny olon-drehetra izy ireo, ny faran’ny herinandro teo no nihaona tamina lehilahy maorisiana telo. Nanomboka teo ny resadresaka ary nisy ny fanasana azy telo vavy mba handeha amin’ny fety fitsingerenan’ny taona izay handehanan’izy telo lahy aorian’ny toeram-pandihizana. Nanaiky ihany ireo telo vavy na dia sady niahotra kely aza. Tonga tany amin’ilay toerana, tao amin’ny tanàna antsoina hoe Péreybère, kinanjo tsy nisy fety izany akory. Noterana ireo telo vavy niditra tao amin’ny « bungalow » iray. Rehefa izany dia nambanana tamin’ny antsy ary nanaovan’ireo telo lahy ny filàna ara-nofony. Nitsoaka ireo olon-dratsy taorian’izany. Olona teo amin’ny manodidina no nahita ny iray tamin’izy telo vavy izay niboridana tanteraka ary toy ny tsy tompon’ny tenany intsony. Io no nampandre ny mpitandro ny filaminana izay akaiky azy indrindra. Nisy tamin’ireo vehivavy no niala avy hatrany tao amin’ilay « bungalow » ary nivantana ihany koa tany amin’ny pôlisy. Ankoatry ny fidorohana zava-mahadomelina sy fitsindronana an’izany, dia isan’ny asa ratsy matetika mitranga ao amin’io nosy io ny fanolanana. Amin’ny dimy ora hariva matetika dia efa mody any an-tranony avokoa ny olona raha sendra tsy mitondra ny fiarakodiany. Tsy ny fanendahana na koa ny asan-jiolahy loatra no tena atahorana, indrindra ho an’ny vehivavy, fa  ny fanolanana. Toerana isan’ny mahasarika mpizahatany maro anefa i Maorisy na eo aza ny toe-javatra toy izany. Tsy dia matetika miseho ny herisetra na koa hoe hain’izy ireo ny manafina ny zava-mitranga ao aminy. Isan’ny fampitandremana ataon’ny olon-tsotra mponina ao anefa ny tsy fandehanana harivariva, indrindra ho an’ny vehivavy ary koa raha mandeha irery.

D.R

L'express de Madagascar199 partages

Ilafy – Tension autour d’une victime de la peste

Une adolescente a succombé suite à une suspicion de peste bubonique à Ilafy. Son enterrement a été source de trouble.

La peste de passage à Ilafy et à Ambatobe. Une adolescente de 13 ans, habitant à Manjakandriana et en visite chez sa famille à Ambatobe, a tiré sa révérence en rejoignant une formation sanitaire à Ilafy, hier matin. Les médecins ont soupçonné la peste bubonique. « Des ganglions ont été constatés sur la victime. Le test de diagnostic rapide (TDR) a été positif à la maladie », informe un médecin, ayant requis son anonymat.La victime serait arrivée à Ambatobe en fin de semaine. Elle aurait envisagé d’acheter des fournitures scolaires dans la capitale. Malheureusement, son programme a été chamboulé par l’épidémie. « Elle a sûrement attrapé la bactérie dans son village, à Manja­kandriana. Ce n’est qu’à Antananarivo que son état de santé s’est détérioré. Ses proches l’ont traitée chez eux. Ils ne l’ont emmenée à l’hôpital que lorsque son état a empiré », précise le médecin. Pour se prémunir contre la propagation de la bactérie, des chimioprophylaxies de contact ont été effectuées sur les membres de sa famille à Ambatobe.

TroubleLes habitants d’Ilafy se sont opposés à l’inhumation de cette adolescente dans leur village, alors que la mise en terre de cette personne pestiférée est urgente. Ceux d’Andranovelona-Ilafy ont manifesté leur crainte. « Ne nous amenez pas cette épidémie », criaient-ils, en voyant les responsables de la commune arriver avec des bêches, pour creuser la tombe. Ils ont prévu de veiller toute la nuit pour s’assurer que les agents de la commune ne le fassent en catimini.Toutes les communes devraient disposer d’une fosse commune pour enterrer les victimes d’une telle épidémie, selon le Dr Heri­vonona Durand Derys, directeur de la Santé et de l’hygiène au sein de la commune urbaine d’Antana­narivo. « Il n’y a pas de risque de propagation si les règles sont respectées. Le cercueil doit être placé à cinq mètres en profondeur dans la terre », précise-t-il.La gendarmerie d’Ilafy a, pour sa part, affirmé que la victime a été déjà enterrée dans le cimetière de la commune. Une autre source décline cette information.« J’ai encore vu le corps à l’hôpital, il y a trente minutes », lance-t-elle, dans la soirée.Les dernières statistiques du ministère de la Santé publique, hier à 17 heures 30, sur l’épidémie de peste, font état de cent soixante-neuf cas, depuis le 1er août. Trente en ont succombé. À Antana­narivo, trois individus, un à Ambodihady, et deux au centre hospitalier de Soavinan­driana (CEHNSOA) en sont décédés, lundi. Deux nouveaux malades ont été admis à Ambohimiandra, et un autre à Ampefiloha, hier. La peste a aussi débarqué à Toliara. Un homme qui était en visite à Ambatondrazaka, a apporté la peste bubonique dans le Sud. Il suit des traitements à Toliara, en ce moment.

Miangaly Ralitera

L'express de Madagascar187 partages

Pesta : heloky ny voretra, handripaka ny madio

Nisy voalavo teto Madagasikara efa hatramin’ny taloha satria mifanindran-dalana amin’ny olombelona hatrany ny voalavo. Raha tonga teto Madagasikara ary ny Gasy voalohany, tany amin’ny 1500 taona lasa tany, dia inoana marimarina fa efa nisy voalavo nitsongo dia azy teny an-dakampiara ka niara-nidina taminy tety an-tanety. Saingy tsy mba fantatry ny Ntaolo izany pesta izany hatramin’ny faran’ny Fanjakana gasy, 30 septambra 1895 - 27 febroary 1897.Ny taona 1898 no tafiditra voalohany teto Madagasikara ny pesta raha niantsona teto ny sambo avy any India nitondra tantsambo tratran’io aretina io. Ny taona 1921 kosa no tafakatra teto Antananarivo Renivohitra ny pesta. Tsy mahatanty hafanana sy maintany hono ny tsimokaretina «yersina pestis» hany ka malaky maty izy any amorontsiraka. Saingy aty afovoantany kosa dia mety aminy ny toetrandro : malomaloka, mandomando, mafanafana.Hatramin’io nidiran’ny pesta teto io, izany hoe 120 taona izay, dia mirongatra indray mandeha isantaona ny pesta ka mahavoa olona eo amin’ny 280 ka hatramin’ny 600 eo ho eo, araka ny tarehi-marika avoakan’ny Institut Pasteur de Madagascar.  Ny taona 1935 dia olona 3600 no maty. Mba tafidina 500 izany ny taona 1940.Aretina azo tsaboina ny pesta, saingy tsara kokoa ny misoroka. Ny voalavo sy ny parasiny no tena tranodompin’ny pesta, ka tsy maintsy ny voalavo izany no fongorina. Jereo anefa ny loto manodidina iainan’ny Gasy isanandro : tsipy fako etsy, rehoka eroa, amany isaky ny vody rindrina, tay an-dalana, sava hao imasom-bahoaka. Hani-masaka laroana lalimanga varotana tsy misy fiarovana ; anana sy legioma ary voankazo amidy mihosom-bovoka sy fotaka ladina an-tany ; ranondolana tsy tetezindoha hanasan-damba…Ny ady amin’ny voalavo dia ady amin’ny loto, ka raha madio ny Gasy ho lasa miaraka amin’ny loto ny valan’aretina rehetra. Maloto mahatsiravina anefa ny ankabeazan’ny Gasy. Tsy vao izao io. Raha namaky ilay bokin’i Mompera Rémi Ralibera dia isan’ny tsikaritro manokana ny fitantarany ny baiko fanadiovana ny isan-tokontany ary ny fisafoana ataon’ny polisy indray mandeha isan-kerinandro. Misy baiko, misy fanaraha-maso, misy sazy. Asa, izany ve no simba tamin’ny hoe «fanjakan’ny madinika» 1972…Vao tonga teto Madagasikara ny Jeneraly Gallieni dia ny «École de Médecine» (11 desambra 1896) no nimasoany nialoha ny fanofanana mpiasam-panjakana : 2 janoary 1897 vao nosokafana ny sekoly «Le Myre de Vilers».1927 no nitsangana ny hôpitaly Befelatanana, 1930 no nisokatra ny lazaret etsy Ambohimiandra hanokana-monina ny mararin’ny pesta…Nody ventiny ny rano nantsakaina raha sendran-dry dokotera Georges Girard sy Jean Robic, nampalaza ny hôpitaly etsy Soavinandriana ho «Girard et Robic» tamin’ny androny (3 jolay 1957 - 25 novambra 1977). Izy roalahy ireo, izay nifandimby ho Talen’ny Institut Pasteur teto Antananarivo, no vy nahitana sy angady nananana ny vakisiny (EV) miady amin’ny pesta, tany amin’ny taona 1926. Tsy vakisiny ihany no hitany fikarohana fa nametraka fepetra sasantsasany tsy maintsy hajaina koa izy.Fa misy izany fomba fiaina sy kolontsaina efa tsy azo leferina intsony indrindra raha haningotra ny aina sy handripaka firenena. Isan’ireny ity famadihana ity. Manginy fotsiny ny fandevenana antsokosoko noho ny tahotra tsy hiditra fasan-drazana satria tokony atoka-monina raha mbola tratra ny marary, ary ariana an’irotra mandrakizay ny maty. Dia iny Ramalagasy fa hanao famadihana : kevokevo-dratsy hamoha ny fasan-drazana mainka ho faohin’ny rivotra ny aretina rehetra tao hiparitaka, hievoka vovom-paty tsy hay na misy tsimok’aretina na tsia, hilalao taolambalo tsy hay na misy tsimok’aretina na tsia.  Raha tsy ny fianakaviana no voa sady hampiely ny aretina dia ireo mpamaky fasana mpangalatra taolampaty : ankoatra an-dRavoalavo sy ny parasiny, sao dia ireny olon-tsivanona ireny tokoa ary no mampihanaka tampoka sady haingana ity aretina pesta ity ?Raràna ny famoriam-bahoaka. Fivoriam-bahoaka ny miray fiara fitaterana, fivoriam-bahoaka ny any an-tsekoly, fivoriam-bahoaka ny eny an-tsena, fivoriam-bahoaka ny any am-piangonana, fivoriam-bahoaka ny lanonam-panambadiana, fivoriam-bahoaka ny fifanotronana am-pandevenana, fivoriam-bahoaka ny raharaha eny amin’ny Lapan’ny Fitsarana, fivoriam-bahoaka ny fidinana kianjan’ny 13 mey izay hany mba fanaovana politika hain’ny sasany…2 oktobra 2017 : nankalaza ny Fetim-pirenena ny Deutschland/ Germany/Allemagne. Famoriam-bahoaka, Gasy sy Vazaha sesehena, tetsy Ambohimiandra. Oviana moa ny Fetim-pirenena Sinoa ? Toa misy Fetim-pirenena Koreana ihany koa ? Ho foanana, sa atao trano mirindrina, sa ahemotra ?Ho ahemotra andro hafa ve ny «Salon de l’Auto» kasaina ho tanterahina ny 5 ka hatramin’ny 8 oktobra ? Asaina mijanona any aminy ve ny vahiny andrasana amin’ny «Colloque international» tokony hivoriana etsy amin’ny Carlton manomboka ny 5 oktobra ? Ary isika Malagasy sao tsy tokony hivoaka any ivelany sao mamindra amin’izao tontolo izao ? Tokony hisy dikany manokana ary fepetra antsipirihiny tsy azo ivalozana mantsy ny hoe «urgence d’épidémie urbaine»…Na atahorana ny pesta amin’ity indray mitoraka ity, dia ahiboka an-trano ny Gasy. Na tsy misy atahorana ny pesta fa tahaka ny miseho isan-taona dia aleo ny olona hiaina malalaka. Fa tsy atao izao tsy an-tany tsy am-parafara izao. Efa nilaza ny Institut Pasteur, izay inoana fa atokisan’ny olona kokoa noho ny fanambarana mihambahamba ataon’ny Ministeran’ny Fahasalamana, fa ny maha-sarotra ity pesta 2017 ity dia izy tafakatra an-tanan-dehibe : raha misy fivoriam-bahoaka tokoa ve tsy an-tanan-dehibe no tena fararano !Asa izay ho atao : hidiana an-toerana Antananarivo-Renivohitra sy ny Tanan-dehibe hafa (Toamasina, Antsirabe, Mahajanga, NosyBe) satria raha hifindra indray ny mponina hanara-dia azy ny voalavo raha tsy efa eny aminy ny parasy na ao aminy ny aretina… Foanana tsotra izao ny fandevenana fa atao tahaka ny fomban’ny Brahmanista ka dorana ny razana : amin’izay tsy misy famonosan-damba milalao aretina, sady tsy ahiana hanao di-doha amin’ny famadihana indray andro any… Fafazana DDT ny Nosy manontolo, laniana tamingana ny voalavo… Fa voalohany indrindra : mianatra mba madio ny Gasy e !Farany : efa an-dranjo moa ny rano, dia mba nihaino radio aho. Ny Talen’ny Fahasalamam-bahoaka (Directeur de la Santé Publique) no nitondra fanazavana. Tena mazava, mipetrapetraka tsara. Fahaizana mitantara sy miresaka toy ireny no ilain’ny olona hiverenan’ny fahatokisana indray izay kabarim-panjakana. Olona tahaka itony no tsara omena sehatra hanazava ny sain’ny vahoaka.

Par Nasolo-Valiavo Andriamihaja

Midi Madagasikara177 partages

Peste à Tana : Gestion de crise sur fond de récupération politique

Marc Ravalomanana avec Dr Enslin (avant-hier à la Villa Berlin à Ambatoroka), son conseiller spécial à la mairie d’Antananarivo à l’époque.

Le conseiller spécial de la maire d’Antananarivo Marc Ravalomanana évite de verser dans une escalade verbale avec le premier ministre en proposant des solutions concrètes et efficaces pour endiguer l’expansion de cette épidémie.

Deux réunions se sont tenues parallèlement et simultanément hier dans la Capitale. L’une au Palais de Mahazoarivo où le premier ministre a dirigé le Conseil du gouvernement hebdomadaire et l’autre à Faravohitra où le conseiller spécial de la maire d’Antananarivo Marc Ravalomanana a réuni autour de lui les députés de son parti. Mais, que ce soit à Mahazoarivo ou à Faravohitra, l’épidémie de peste dans la Capitale figurait parmi les sujets débattus. Avant-hier et face à l’expansion de cette maladie, le premier ministre a rejeté la responsabilité sur le dos de la maire d’Antananarivo. Lors du Conseil du gouvernement d’hier, alors que Lalao Ravalomanana n’a pas encore fait de « déclaration politique » sur cette affaire purement sociale, le chef du gouvernement a reconnu que « ce sujet commence à basculer sur le terrain politique ». « Il (Mahafaly Solonandrasana Olivier) a fait savoir que tous les membres du Gouvernement ont respectivement leur part de responsabilité et de contribution pour mettre un cran d’arrêt définitif, et dans les plus brefs délais, à ce fléau. Par ailleurs, il (PM) a réitéré de plus fort que les maires, notamment ceux d’Antananarivo Ville et de Toamasina, ont leur part de responsabilité par rapport à cette épidémie. », souligne le communiqué du Conseil du gouvernement d’hier.

Privée de ses moyens financiers et juridiques. Interrogé à Faravohitra par les journalistes,  le conseiller spécial Marc Ravalomanana n’a pas déclaré que la maire Lalao Ravalomanana n’a pas sa part de responsabilité dans cette affaire. Par contre, il a précisé qu’étant privée de ses moyens financiers et juridiques, la commune urbaine d’Antananarivo ne peut pas tout faire pour freiner l’expansion de l’épidémie. « Non seulement, Antananarivo ne bénéficie pas des subventions ordinaires et spéciales comme les autres communes urbaines et rurales, alors qu’il est la Capitale de Madagascar, mais aussi la CUA n’a aucune autorité sur le SAMVA.  C’est un Service Autonome de Maintenance de la Ville d’Antananarivo alors qu’il est rattaché au ministère de l’Eau, de l’Assainissement, de l’Energie et des Hydrocarbures. La maire d’Antananarivo n’a donc pas son mot à dire sur le ramassage des ordures dans sa circonscription. Et encore, si la lutte contre la peste doit être menée au niveau des « Fokontany », la maire de la ville n’a pas non plus aucune autorité sur les chefs de « Fokontany ». Elle ne peut pas donner des ordres et des consignes à ces chefs de « Fokontany » qui sont placés sous l’autorité des chefs de districts et du préfet de police d’Antananarivo. », a déploré Marc Ravalomanana hier à Faravohitra.

Deux options. Pour mettre fin donc à une gestion de crise sur fond de récupération politique et notamment pour que les Tananariviens ne soient pas victimes d’un règlement politique entre le régime HVM et le TIM, le conseiller spécial de la maire d’Antananarivo a proposé deux options : « Soit le premier ministre et la maire Lalao Ravalomanana se concertent en vue de mener de manière efficace des actions communes, au lieu de « samy mandeha, samy mitady ». Le gouvernement central et le gouvernement local doivent toujours collaborer. Soit rattacher le SAMVA à la commune urbaine d’Antananarivo. Et tout cela dans l’intérêt supérieur de la population de la Capitale. »  Quant à cette seconde option, Marc Ravalomanana a fait savoir hier que la CUA sera bientôt dotée, grâce à un partenariat qu’elle a tissé en Allemagne, de 50 camions et de 250 bacs à ordures. Bref, le temps n’est plus à la tergiversation face à l’expansion rapide de l’épidémie de peste dans la Capitale qui est actuellement classée « zone rouge ».

R. Eugène

Midi Madagasikara135 partages

« Sekoly Telma » : 30 salles anticycloniques dans la SAVA

La salle prototype anticyclonique à l’ASTRO a été inaugurée par la Fondation Telma, le groupe « COFFOR ».

A partir de ce mois d’octobre, dans le cadre du projet « Sekoly Telma », 30 salles anticycloniques suivant la technologie « COFFOR » en béton armé seront construites dans 15 écoles de la SAVA (Sambava – Andapa – Vohémar – Antalaha).

« Sekoly Telma ». L’initiative est portée par le groupe Axian à travers la fondation Telma pour aider les petits écoliers de la région –la plus durement touchée par Enawo- à démarrer l’année scolaire sous de bon augure et avec plus de sérénité. La salle prototype a été inaugurée mercredi dernier au site ASTRO Andoharanofotsy. Notons que le projet « Sekoly Telma » a été initié en 2016 et compte actuellement 60 écoles sur l’étendue du territoire national. Le projet bénéficie du soutien du Ministère de l’Education nationale et d’une multitude d’ONG au niveau local.

« Coffor ». En matière de construction anticyclonique, la technologie COFFOR du groupe du même nom, s’avère simple d’utilisation et quatre fois plus rapide que les systèmes traditionnels. De plus, elle se révèle économique de par sa rapidité d’exécution qui limite les frais de production. Elle est également écologique, car le recours aux polluants et aux ressources naturelles est limité. Ultra-résistante et très économique, elle est donc particulièrement indiquée pour Madagascar, exposée continuellement aux catastrophes naturelles, mais avec très peu de moyens.

Luz R.R

News Mada120 partages

Institut : une Académie de valiha prend place

Un pas de franchi dans le paysage culturel malgache. Une Académie de valiha ouvrira ses portes, ce 21 octobre, dans la capitale, dans le souci de rendre accessible l’apprentissage du langage musical à tous les mélomanes.

La valiha, cet instrument à cordes par excellence des Malgaches, aura enfin son propre institut. Cette nouvelle académie vient grossir le rang des écoles de musique qui se spécialisent pour la plupart sur les instruments de musique étrangers.  «Les cours qui y sont dispensés, sont conformes aux normes internationales», avance Hary Razafindrakoto, responsable au sein de l’établissement. Outre la maîtrise de cet instrument de musique en bambou, les apprenants pourront également avoir une notion de solfège ou combiner les deux options.

La formation se déroulera en trois étapes dont chacune durera trois mois et en aval de laquelle les élèves recevront leur parchemin.  «Aujourd’hui, c’est banal de dire que jouer de la musique contribue à l’épanouissement personnel. Cependant,  la pratique musicale apporte concrètement des bienfaits dans la vie de tous les jours», argumente notre interlocuteur.

Joachin Michaël

 

Midi Madagasikara120 partages

« No Comment Bar » : Nytha à l’affiche

Nytha.

A Isoraka, du côté du « No Comment Bar », l’heure est toujours à la bonne musique. Pour ce jeudi 5 octobre, place à la jeune protégée du groupe Njava, la belle Nytha. Une chanteuse à la voix d’or qui va bercer le public avec sa « world music ». Déjà très habituée de la scène, Nytha a longtemps évolué derrière le roi du « salegy », Jaojoby, où elle a dansé durant des années. Mais Nytha a plus d’un tour dans son jeu et a déjà plusieurs titres prêts à sortir dans son album « Fiaignana ». D’ailleurs, la jeune chanteuse fait partie du projet « Malagasy Women’s Project », avec deux autres artistes, que Lala Njava a choisi pour donner de la couleur à la musique malgache. Nytha a déjà joué dans d’autres lieux très appréciés des mélomanes, cette prestation est plus qu’attendue !

Anjara Rasoanaivo

Midi Madagasikara109 partages

Révision de la Constitution : Consigne de vote pour les députés TIM

Tous les députés élus sous les couleurs du TIM étaient au grand complet hier à Faravohitra. Ils étaient 19 à s’être concertés avec le président national du parti Marc Ravalomanana sur l’évolution de la situation politique actuelle. Une occasion surtout pour ce dernier de donner ses consignessur un éventuel projet de révision constitutionnelle qui serait soumis au vote des députés au cours de la deuxième session ordinaire du Parlement qui débutera le 17 octobre prochain.

Inopportune. On a appris donc hier que les 19 députés du TIM vont voter contre le projet du gouvernement HVM. Ils jugent inopportune la révision de la Constitution de la Quatrième République. Si les 23 députés Mapar encore fidèles à Andry Rajoelina emboitent le pas à ces élus TIM, le projet de révision constitutionnelle n’obtiendra pas les 114 voix nécessaires (3/4 des députés) à son approbation à l’Assemblée nationale. Mais, puisque nos députés de l’actuelle Législature sont toujours capables de faire des miracles, aucune éventualité n’est à exclure.

R. Eugène

Tia Tanindranaza95 partages

Rivo RakotovaoHatao filohan’ny antenimierandoholona…

Raha samy variana amin’ny resaka areti-mandoza pesta sy ny fahasahiranana samihafa ny rehetra amin’izao, dia misoko mangina hatrany amin’ny kajy maloto hitazonana fahefana kosa ny fanjakana HVM.

 Loharanom-baovao iray no nahalalana fa hapetraka eo amin’ny toeran’ny filohan’ny Antenimierandoholona, hasolo an’i Honoré Rakotomanana ny filoha nasionalin’ny Antoko HVM sady minisi-panjakana misahana ny fambolena sy ny fiompiana Rivo Rakotovao. Ho fanomanana ny fifidianana 2018 avokoa no ao ambadik’izany. Ny filohan’io andrim-panjakana io no mandimby ny toeran’ny filoha raha toa ka hilatsaka hofidiana izy, ka tsy maintsy mametra-pialana 30 ka hatramin’ny 60 andro mialoha, araka ny voafaritry ny lalàmpanorenana. Tsy mahatoky tanteraka an’i Honoré Rakotomanana anefa ny HVM, kanefa izy no tokony handray ny toeran’ny filoha mandritra ny fifidianana. Ny antoko Arema an’i Didier Ratsiraka rahateo no tena nahalalana azy, ary tsy fantatra izay mbola rohy hifandraisany amin’ny amiraly sy ny tena heviny momba ny 2018. Mila olona tena azony hianteherana sy hanome tombondahiny ary hampandany azy amin’ny fifidianana ny antokon’ny fitondrana, ka izay no hametrahana an’i Rivo Rakotovao eo amin’io toerana io. Ho tonga amin’ny fitenenana hoe vato hatsindry hazana izany i Honoré Rakotomanana, ka vita ny nilana azy dia hatsipitsipy sy hatosi-bohon-tànana ? Mbola tsy tapitra hatreo ihany koa ny resaka fanovana lalàmpanorenana tadiavina hatao kipisoroka, ary re fa tsy hihemotra ny fitondrana na iza hitsipaka na iza hitsivalana. Efa mandeha rahateo ny resaka hanambazana fiara tsy mataho-dalana ny solombavambahoaka sy ny loholona hanaiky mora fotsiny ny fanovana.  Na ny filoham-pirenena izay mandray fanapahan-kevitra ao anatin’ny filankevitry ny minisitra na ny Antenimiera amin’ny alalan’ny latsa-bato eken’ny 2/3-n’ny mpikambana no afaka mangataka fanovana na fanitsiana ny lalàmpanorenana. Tsy maintsy eken’ny ¾ amin’ny Antenimiera roa tonta amin’ny alalan’ny fifidianana misaraka nataon’izy ireo avy ny volavolana fanovana, izay vao azo laniana amin’ny alalan’ny fitsapan-kevi-bahoaka, ka izay no mety hisian’ny fanambazana.

Toky R

 

Midi Madagasikara94 partages

Gares routières : Une opération de désinsectisation lancée

La désinsectisation de tous les véhicules de transport en commun est gratuite.

L’enregistrement et l’identification complète et détaillée de tous les passagers à bord de tout véhicule de transport de voyageurs routiers desservant les lignes nationales et régionales sont désormais obligatoires.

Face à la propagation de la peste, le ministère des Transports et de la Météorologie a pris des mesures en lançant, entre autres, hier une opération de désinsectisation de tous les véhicules de transport public routier des voyageurs effectuant des zones nationales et régionales ainsi que tous les guichets au niveau des quatre gares routières de la Capitale. Les autres véhicules des zones urbaines et suburbaines autorisés ponctuellement à emprunter les lignes nationales et régionales bénéficieront également de cette opération qui se fait gratuitement en collaboration avec les ministères de la Santé publique et de la Population, de l’ATT, des transporteurs et du Chef de région d’Analamanga.

Contrôle médical. En outre, une sentinelle de veille sanitaire a été mise en place pour les usagers de ces gares routières. « Tout passager doit être ainsi soumis à un contrôle médical. Il en est de même pour les voyageurs dans les véhicules autorisés ponctuellement à emprunter les lignes nationales et régionales », a évoqué Yves Renaud Ranaivoarimalala, le directeur de Cabinet du ministère des Transports, lors d’une descente dans la gare routière d’Ambodivona hier. Une descente initiée par le ministère de tutelle en collaboration avec ces parties prenantes.

Identification. Par ailleurs, « l’enregistrement et l’identification complète et détaillée de tous les passagers à bord de tout véhicule de transport de voyageurs routiers desservant les lignes nationales et régionales sont désormais obligatoires. Cette mesure est prise afin de faciliter l’assistance aux passagers en cas de nécessité. Et pour tous les services de transport, ces informations doivent être saisies dans un registre que doivent disposer tous les véhicules opérant dans les quatre gares routières de la Capitale. En fait, la sécurité et la sûreté des passagers sont primordiales », a-t-il poursuivi.

Navalona R.

L'express de Madagascar70 partages

Antananarivo, une capitale champignon

«Le général Gallieni, malgré l’ampleur de ses prévisions, s’est trouvé en défaut » (Vignau, administrateur-maire d’Antananarivo). En 1951, la capitale malgache devient une « ville champignon » dont la croissance est si rapide que toutes les prévisions sont dépassées. « Si le général Gallieni avait pu prévoir l’extension de la ville, il ne l’aurait pas, en 1908, étranglée dans ce collet monstrueux qu’est la voie de chemin de fer du Tananarive-côte Est. Cette ligne et sa gare terminale (de Soarano) sont parmi les plus grands obstacles actuels au développement de la cité, cette dernière occupant la plus belle de nos avenues. »Cette poussée est alors loin d’être déterminée et l’administrateur-maire Vignau sonne l’alarme pour l’organiser selon un plan d’ensemble. Celui-ci existe déjà et si, en avril 1951, les détails ne sont pas connus, quelques idées générales peuvent être dégagées.Tout d’abord, la croissance en hauteur type « Manahattan » est exclue. « Ce n’est pas sur les collines déjà surpeuplées et sans espaces libres du vieux Tana que doit se faire, par une poussée verticale, la croissance de la ville; bien au contraire, par une expansion en surface dans les vallées limitrophes ou par une projection de cités satellites sur les coteaux voisins. » La place ne manque pas, ni les moyens de communication.En outre, les difficultés d’établissement sur des terrains marécageux et la rizière ne sont pas à prendre en considération. « Non seulement de nombreuses villes du Sud-est asiatique sont tracées dans les marécages, mais à Tananarive même de nombreux terrains ont déjà conquis la rizière. » Toutefois, cette expansion en surface doit être orientée car jusque-là, les constructions ont poussé de façon anarchique; il n’y a eu aucun plan à opposer aux propriétaires.Le plan prévoit également des zones résidentielles, des espaces libres; il délimite une zone industrielle car même dans la banlieue, l’installation d’usines ou d’établissements industriels n’importe où, ne peut être tolérée. « Ce qui est suburbain aujourd’hui, sera urbain demain. »Autres principes généraux: « Ne pas céder à la tentation facile des grands immeubles collectifs; ne pas lésiner sur les espaces libres; voir grand dans le tracé des voies publiques… » Et surtout, les travaux d’assainissement (adduction d’eau douce, égouts…) des zones prévues au plan d’extension « doivent être exécutés à l’avance ».En effet, déjà il y a à dire sur le système d’égouts de la capitale. Il est constitué d’un unique système d’évacuation composé de caniveaux, de canaux à ciel ouvert, de buses, d’égouts semi-visitables ou visitables, dont l’implantation n’a fait l’objet d’aucun plan d’ensemble et qui est disposé et raccordé « de façon empirique ». De surcroît, il est loin de desservir convenablement la totalité de l’agglomération.Ainsi pour les immeubles à construire, s’il n’est plus admis en 1951 d’autres systèmes que la fosse septique, la plupart des maisonsexistantes ne possèdent que des fosses fixes plus ou moins étanches, voire des fosses perdues ou des tinettes. « Les matières fécales de vidange sont, après enlèvement, déversées dans l’Ikopa en aval de la ville! »Autrement dit, tout reste à faire dans ce domaine. À l’époque, il coûterait quelque un milliard pour réaliser un tout-à-l’égout avec épuration biologique consécutive dans trois stations d’épuration situées à la pointe sud sur l’Ikopa, et à la pointe nord-est sur le canal de la Manjakaray.« L’application d’un tel système n’irait pas sans difficulté, mais il est en tout cas indispensable qu’il soit incorporé au plan d’urbanisme des futurs quartiers ou cités satellites. »

Texte : Pela Ravalitera - Photo : Archives personnelles

Midi Madagasikara59 partages

Fitokonan’ny mpianatra ao Barikadimy : Nipoaka indray ny entona mpandatsa-dranomaso, omaly

Tahaka ny efa nataon’ireto mpianatra ao Barikadimy ny alakamisy sy ny zoma ary ny alatsinainy teo, dia mbola niverina nanao ny fitokonany hatrany izy ireo omaly tamin’ny filanjana sorabaventy sy fitsofana kiririoka ary ny horakoraka samihafa, nentin’izy ireo mitaky ilay fangatahan’izy ireo dia ny vatsim-pianarana sy ny fampitaovana ary ny fizarana amin’izay ny trano naorina ho azy ireo ao Barikadimy. Tamin’ity omaly ity, dia nanomboka nafana ny raharaha satria raikitra ny tora-bato  mpitandro ny filaminana nataon’ireto mpianatra mitokona mitaky ny ambarany fa Zony; efa nisy ihany koa ireo andiana mpianatra mikasa ny hivoaka ny tokotanin’ny oniversite, ka noho ny fanakanana izany sy nanaparitahana ireo mpianatra mikasa ny hihoa-pefy ireto dia voatery nampiasa ny entona mpandatsa-dranomaso ireo mpitandro ny filaminana. Taorian’izay, dia nilamina ny raharaha ary nanomboka nilamina ny teny Barikadimy. Tao anatin’izay anefa, dia nisy ny fihaonana teo amin’ny ekipan’ny filohan’ny oniversite sy ny solon-tenan’ny minisiteran’ny fampianarana ambony ary ny solon-tenan’ireo mpianatra mitaky ny vatsim-pianarany sy ny fampitaovany ary ny fizarana ny trano ho azy ireo, tao amin’ny efitrano fivorian’ny prezidansan’ny oniversiten’i Toamasina. Natao lavitry ny mpanao gazety ity fihaonana ity, nandritra izany nefa taorian’ny dinika nifanaovan’izy ireo dia tsy nisy ihany koa ny tatitra natao ka tsy fantatra mazava ny tapaka sy ny fifanarahana nitranga tao. Ny hany tsilian-tsofina fantatra fotsiny hatreto, dia ny hoe tsy maintsy dinihina tsirairay ny antontan-taratasin’ireo mpianatra 2.600 voalaza fa tsy nahazo vatsim-pianarana sy fampitaovana ireo ka tsy fantatra izay tohiny sy ny isan’ireo hahazo izany. Ny mikasika ny trano kosa, dia tsy mbola afaka mizara izany ny oniversite hatreto raha tsy efa feno fanaka ao anatin’ireo trano ireo, sy efa vita ny fampitomboana ny tanjaky ny herinaratra izay tsy maintsy amoahan’ny oniversite vola amina miliara vidin’ny fitaovana fampitomboana herin’izany…

Malala Didier

Midi Madagasikara57 partages

Maintirano : Maty nisy namono ny Talen’ny kabinetran’ny Faritra teo aloha

Ny pesta etsy andaniny, ny asan-jiolahy etsy ankilany. Ny alahady hariva lasa teo, tokony ho tamin’ny efatra ora tokalandro no hita faty tao an-tokantranony tao Maintirano,  ny Talen’ny kabinetran’ny Faritra Melaky teo aloha. Tsy fantatra mazava hatreto ny tena zava-nisy na fanafihanan-jiolahy niafara tamin’ny vono olona izy ity na tena vono olona an-kitsirano tsotr’izao. Ny hany fampitam-baovao azo mantsy, dia ny olona no nahita azy tao an-tranony, efa tsy niaina intsony ary nihosin-drà tanteraka. Nantsoina avy hatrany teo ireto tompon’andraikitry ny filaminana tany an-toerana, nandeha nijery ifotony ny zava-nisy. Tamin’ny fitsirihana ny razana no nahitana fa maty vokatry sy ny kapa famaky nahazo azy ity tompon’andraikitri-panjakana teo aloha ity. Raha ny fantatra tokoa mantsy ,dia nahitana diam-bala teo amin’ny tanany havanana. Nahitana ratra, izay navelan’ny diam-pamaky kosa teo amin’ny lamosiny sy ny lohany, izay azo heverina avy hatrany fa antony nitarika ny fahatesana. Efa mandeha moa any an-toerana ny fanadihadiana mahakasika ity vono olona feno habibiana ity. Eo an-dalam-pikarohana ireo na izay nahavanon-doza ihany koa ireo zandary any an-toerana.

m.L

Madagascar Tribune52 partages

La CUA demande la tutelle de la SAMVA

Face aux critiques véhémentes de la part de l’exécutif et notamment de la part du Premier ministre, après que la responsabilité de la Commune Urbaine d’Antananarivo (CUA) ait été soulevée dans la propagation de l’épidémie de peste, Marc Ravalomanana a immédiatement réagi. Le Premier ministre reproche à la CUA d’être responsable de l’entassement des ordures dans la Capitale, favorisant la propagation de la peste. Selon l’ancien président Marc Ravalomanana et non moins conseiller spécial de son épouse maire de la CUA, Lalao Ravalomanana, il faut redonner à la CUA la tutelle de la SAMVA (Service de Maintenance de la Ville d’Antananarivo). Après quoi il ne faudrait pas plus d’une semaine à Marc Ravalomanana et son équipe pour nettoyer la ville d’Antananarivo. Une déclaration qui sonne creux si l’on se réfère aux « vary mangatsiaka » ou manquements de la CUA en matière de nettoyage de la Capitale.

Faut-il rappeler en effet que la responsabilité du SAMVA réside seulement en l’enlèvement des ordures depuis les bacs à ordures jusqu’à leurs transferts à Andralanitra. La CUA est, elle, toujours chargée du nettoyage des rues et routes dans la Capitale. C’est-à-dire que la CUA est chargée de nettoyer la voie publique et les lieux publics d’Antananarivo, chose qui à première vue, n’est pas du tout faite comme il se doit. Outre cela, il existe trois types de canaux d’évacuation à Antananarivo. Les grands canaux communément appelés canaux GR tels que Andriantany sont sous la responsabilité de l’APIPA (Autorité pour la protection contre les inondations de la Plaine d’Antananarivo). Les canaux intermédiaires relèvent de la SAMVA et les canaux d’évacuation d’eaux usées et canaux d’évacuation d’eau de pluie pour la CUA. Or, ce sont surtout ces derniers qui sont bouchées et qui servent de refuges aux rats avec les saletés qui s’y amoncèlent. Enfin, il faut souligner le fait que la tutelle de la SAMVA a été retirée de la CUA car du temps du régime Ravalomanana, la Capitale avait été reléguée en collectivité de catégorie 5 avec enlèvement de son statut particulier. Dès lors, la CUA ne pouvait plus avoir aucun organisme rattaché. Il faudrait donc que l’équipe Lalao-Marc Ravalomanana revoie ses priorités et admette ses non-faits avant de réclamer autre chose. La récupération politique de certains hauts dirigeants n’est pas non plus à écarter dans cette épidémie de peste.

Tia Tanindranaza47 partages

Marc Ravalomanana“Mila mihaona ny Praiminisitra sy ny Ben’ny tanàna”

Raha haverin’ny fanjakana amin’ny kaominina ny SAMVA, ary homena ny kaominina ny andraikitra manala ny fako sy manadio ny tatatra, tsy manome mihoatra ny herinandro izahay, dia madio io.

Mila miara-miasa

Azo atao tsara ny fiaraha-miasan’ny kaominina sy ny fokontany, saingy izao dia tsy afaka miteny satria ny fokontany azy, ary izay tenenin’ny kaominina, dia tsy raharahiana satria tsy ny kaominina no mibaiko fa ny lehiben’ny distrika. Manamafy i Marc Ravalomanana sy ny birao politikan’ny Antoko Tiako I Madgasikara, fa vonona hiady sy hanafoana io pesta io, vonona hanala ny fako,… Avelao izahay hiasa fa vita miaraka amin’ny vava io, hoy izy. Notsiahiviny ny FAR (Fanarenanana an’Antananarivo Renivohitra) fony izy ben’ny tanàna, izay niantso ny vahoaka ary nahazo 7 tapitrisa dolara isika tamin’izany. Ny fanentanana ny olona, raha tsy ianao mpitarika sy mpitondra no mampiseho hoe izao no hetsika hataontsika, manana fomba fijery sy fomba fiasa, ary manana fahaiza-manentana ny olona, fa hifanome tsiny, dia tsy hisy zava-banona eto. Vonona ny mpandraharaha rehetra, saingy matahotra amin’ny fanenjehana raha vao miseho. Raha tena vonona ny hiara-kiasa dia mifanatona ny praiminisitra Olivier Mahafaly sy ny Ben’ny tanàna Lalao Ravalomanana amin’ny zavatra hatao. Hadinoy any aloha ny resaka politika sy tsy fifankahazoana dia mifanatona fa tsy mifamely fotsiny sy manalabara-batana ery amin’ny masoivohon’i Alemaina ery, hoy Marc Ravalomanana. Tokony hihaona ny ben’ny tanàna sy ny praiminisitra, ary hadinoy aloha ny hoe TIM sy HVM, fa ny vahoaka ripaka ihany.

 

Toky R

Tia Tanindranaza46 partages

Dahalo nanafika CEGNy tale maty voakapa famaky, ny vola lasa

Tsy mialamina intsony ny tany ! Notafihin’ny andian-dahalo indray ny talen’ny CEG any alarobia-Bemaha, ny alin’ny alatsinainy 2 oktobra 2017 lasa teo.

 

Midi Madagasikara43 partages

Concerts et spectacles : Les organisateurs font comme ils veulent

Avec cette propagation de la peste, les organisateurs de spectacles auront du mal à attirer autant de monde !

Jusqu’à nouvel ordre, les manifestations  publiques sont annulées. C’est la décision prise samedi suite à une réunion extraordinaire dirigée par le Premier ministre Solonandrasana Mahafaly Olivier. En Conseil du gouvernement, il n’y a pas eu de mention spéciale sur cette suspension. Mais dans la réalité, les concerts se tiennent ou non, seulement les organisateurs.

Avec tous les événements annulés depuis l’annonce de l’interdiction d’organiser des manifestations publiques pour contenir la propagation de la peste dans la ville d’Antananarivo, les organisateurs de spectacles ne savent plus où mettre de la tête. Mais pire, le public non plus, car il se pose des questions sur la tenue ou non des concerts et cabarets annoncés depuis plusieurs semaines. Car si jusqu’à l’heure, le grand concert tant attendu de Lalatiana au Palais des Sports pour ce dimanche 8 octobre est maintenu, le cabaret de Samoela pour la semaine prochaine l’est également, tout comme le concert de Nytha qui se déroulera ce jeudi 5 octobre, ou encore l’hommage à Jeanot Rabeson ce samedi. Par contre, le CGM a sorti un communiqué sur l’annulation de tous les spectacles prévus s’y tenir jusqu’au 8 octobre, le festival Madajazzcar est également annulé. De toute évidence, c’est un peu selon la volonté des organisateurs, qui décident de maintenir ou non leurs programmations. Et puisqu’ils ne sont pas égaux devant les charges d’organisation, c’est relatif. Du coup, pour s’assurer que l’on ne ratera pas le spectacle, mieux vaut s’informer avant d’acheter les billets.

Charges. Car si la peste a paralysé certaines activités culturelles, les organisateurs de spectacles et d’événementiels ne voient pas ça comme une aubaine, au contraire. L’organisation d’un concert, ou même d’un cabaret, s’accompagne d’une longue liste de charges : logistique (sono, lumières, scène et estrades…), infrastructures (location des lieux), administratives (taxes à payer en avance à la CUA, à l’OMDA…) communication et publicité, à payer en avance également auprès des télés et radios, affiches et banderoles, voire des panneaux publicitaires, mais aussi toute une armada de personnels et de prestataires qui travaillent pour une durée déterminée afin que tout soit en place. A cela s’ajoute une des plus grandes dépenses, le cachet de l’artiste et toutes les conditions que ce dernier impose aux organisateurs. C’est dire que l’annulation d’une date est pesante, presque fatale pour un organisateur de spectacle.

En attendant, même si les écoliers ne vont pas en classe, l’insalubrité de toute la ville, des marchés, des taxis-be, les dalles ouvertes comme les détritus non ramassés représentent toujours les vraies menaces pour la population.

Anjara Rasoanaivo

Tia Tanindranaza37 partages

Filankevitry ny governemantaNanakiana an’i Lalao Ravalomanana sy Elysée Ratsiraka

Mazava izao fa manana olana amin’ny fandrindran’asa ny eo anivon’ny fitondram-panjakana ka sahirana niatrika ny fihanaky ny aretina pesta manerana ny nosy.

 

Efa ho telo herinandro aty aorian’ny nisian’ny olona maty vao mikoropaka sy mihetsiketsika.Ny mahazendana dia manakiana mafy ireo mpitantana ny tanàna ny praiminisitra. Iaraha-mahalala anefa ny antsojay mahazo ireo ben’ny tanàna tsy HVM tahaka an’Antananarivo Renivohitra sy Toamasina I fa na ny vola ihodinan’ny kaominina isan’andro aza olana.Tsy manome ilay fanampiana (subvention) anjaran’ny kaominina ny fitondrana foibe.Henjankenjana ny resaka momba ny aretina pesta nandritra ny filankevitry ny governemanta notanterahana tenyMahazoarivo omaly. Tahaka ny efa nambarany teny amin’ny Villa Berlin ny alatsinainy teo dia mbola nanamafy ny praiminisitra Solonandrasana Mahafaly fa manana andraikitra lehibe amin’izao fiparitahan’ny pesta izao ireo ben’ny tanàna,indrindra fa Antananarivo Renivohitra sy Toamasina I.Voakiana mafy i Lalao Ravalomanana sy Elysée Ratsiraka. Nampian’ny praiminisitra fa mivadika ho resaka politika ilay pesta.Manana anjara andraikitra heady amin’ny pesta ary hifehy izany faran’izay haingana ihany koa ny mpikambana rehetra ao anatin’ny governemanta, hoy i Solonandrasana Mahafaly ary tokony hampitomboina ny serasera ataon’ny minisiteran’ny fahasalamana mba hahafantaran’ny vahoaka ny zava-misy sy ny tokony hataony.Apetraka hanampy azy ny komity manokana itambaran’ireo minisitera.Tetsy an-kilan’izay,nilaza ny minisitry ny rano fa hisy hetsika goavana hanetsehana fitaovana sy olona ary tetibola goavana hanadiovana ireo tanàna rehetra voakasiky ny aretina pesta, toa an’Antananarivo Renivohitra sy ireo kaominina manodidina azy tahaka an’Alasora. Mitohy ihany koa ny hetsika fandrarahana ranom-panafody.Nanamarika faranynyminisitrynyfahasalamanafatsyvoateryhanaotapim-bavanyolonaarytsyfiarovanamahombyamin’nypestaizyio.

RTT

Midi Madagasikara37 partages

CNIDH : Pour une grève tournante des magistrats et greffiers

Face à la grève des magistrats et des greffiers, la commission nationale indépendante des droits de l’homme réagit (CNIDH). Elle estime que la réaction de l’Etat vis-à-vis de la grève des magistrats semble pour le moins excessive. L’exécutif aurait du mal à prouver en quoi « l’intérêt de la sécurité nationale, de la sûreté publique, [ou] de l’ordre public » nécessitait d’envoyer un huissier entouré d’éléments des forces de l’ordre enfoncer le portail du Palais de Justice. En revanche la CNIDH a tenu à rappeler que le pacte international relatif aux droits civils et politiques en son article 2 dispose que parmi les rares restrictions acceptables au droit de grève figurent celles nécessaires « pour protéger les droits et les libertés d’autrui ».

Etablir. Selon le communiqué remis à la presse, « lors de nos visites de prisons, plusieurs chefs d’établissement nous ont fait part de leur angoisse chaque fois que le Syndicat des Magistrats entre en grève. En effet, après une grève des magistrats, le flux des arrivées gonfle brusquement, ce qui a pour effet de perturber le fragile équilibre que le personnel des services pénitentiaires a tant de mal à établir tout au long de l’année, dans des prisons construites sous la colonisation pour 150 détenus et qu’on force aujourd’hui à en contenir 500. De ce fait, les conditions de détention déjà pénibles se détériorent encore davantage. Si par malheur la peste s’y introduit, elle se propagerait à une vitesse imparable».

Dialogue. La CNIDH pense, par ailleurs, qu’il est du devoir citoyen des autorités étatiques comme des syndicats des magistrats et des greffiers de reprendre ou de continuer le dialogue. La CNIDH implore les magistrats et les greffiers, en attendant les résultats de leur mouvement, de mettre en place un système de grève tournante de sorte que, dans l’exercice de leur droit de grève, ils puissent sauvegarder les droits des justiciables.

Recueillis par Dominique R

Midi Madagasikara36 partages

Antohomadinika : Un magasin de pièces pour autos cambriolé par deux motards

Poursuivis pour cambriolage avec violence, trois individus dont une femme, ont été déférés au Parquet du Tribunal de première Instance d’Antananarivo, lundi. L’acte a été commis samedi 30 septembre quand deux motards sont entrés de force dans un magasin de pièces pour autos appartenant à un ressortissant africain à Antohomadinika. Selon les explications, le propriétaire du magasin est parti à l’étranger. En effet, ce dernier a confié la garde du lieu à son frère cadet et son employée. Quand les malfaiteurs ont débarqué dans le magasin, ils ont rencontré le frère du propriétaire qui y était seul. Une fois à l’intérieur, ils ont tabassé le jeune garçon avant de s’emparer de trois téléphones portables et tout l’argent qui se trouvait dans le coffre. Terrifié, le jeune a crié pour appeler secours. Alertée, l’employée qui était dans la douche est venue à la rescousse, mais en vain. Les assaillants l’ont ligotée et l’ont bâillonnée avec du scotch avant de prendre la fuite tout en laissant leur moto sur le lieu. C’était à ce moment-là que les victimes ont alerté la police du Poste avancé de la Sécurité publique à Antaniavo-Antohomadinika. La fouille de la moto a permis d’identifier l’adresse des malfaiteurs. Ils habitent à Andravoahangy-Est, près du domicile de l’employée de l’Africain. Le pire est d’entendre que les motards sont des cousins de cette femme. Durant l’interrogatoire de cette dernière, elle a avoué que cet acte a été préparé depuis une semaine et que sa réalisation devait faire avant l’arrivée de son patron. Ainsi, elle a reconnu sa complicité avec les deux frères.

T.M.

News Mada32 partages

Rock : No Mady sélectionné au TransMusicales

Sur les traces de The Dizzy Brains, No Mady sera le deuxième groupe de rock malgache à participer au fameux festival TransMusicales au mois de décembre à Rennes en France. Le groupe enchaîne maintenant les passages au studio.  Interview.

* Les Nouvelles : Etre sur le devant de la scène du TransMusicales n’est pas donné à n’importe qui. Comment avez-vous réussi?

– No Mady : L’année dernière, nous avons présenté un de nos morceaux à Nivo Radavis. Ce dernier nous a ensuite inscrits au festival Libertalia au mois d’avril dernier à la gare Soarano. Après quelques minutes de prestation avec d’autres grands groupes, entre autres The Dizzy Brains, Behind The Mask, Jaojoby et The Inspector Cluzzo, un professionnel du festival TransMusciales présent lors du show nous a remarqués et  il y a deux semaines, il nous a contactés pour nous annoncer officiellement que No Mady est sélectionné à participer à la 39e édition de TransMusicales. Une bonne nouvelle qui nous enchante et nous inquiète à la fois parce qu’en tête d’affiche de ce grand festival figurent des artistes de renom internationaux.

* Comment se déroule actuellement la préparation ?

– Nous sommes effectivement en plein studio pour travailler et améliorer les détails d’une dizaine de titres que nous allons interpréter. Ainsi, avec l’appui de notre directeur artistique, chaque morceau devra être réglé comme un papier à musique.

* En fait, qui est No Mady ?

–  Le groupe n’a été composé que de jeunes filles à ses débuts, en 2007. Au fil des ans, certains membres du groupe ont choisi une autre route et il ne restait plus que Stéphanie Razakaratrimo, à la guitare et au chant et  Vaniala Andrianasy, à la guitare basse et au chant. En 2016, nous avons décidé de restructurer le groupe et avons fait appel à Miora Rabarisoa à la batterie, complétant ainsi le trio.

* A part TransMusicales, quelles sont vos prochaines dates ?

– Au fait, tout dépend du festival. Par contre, nous avons déjà quelques dates mais elles seront communiquées ultérieurement. Par ailleurs, nous allons essayer de nous produire au pays, après le festival. Sinon, nous allons dévoiler prochainement un nouveau clip.

Holy Danielle

 

L'express de Madagascar28 partages

Revendications – La CNIDH recadre l’État et les grévistes

La CNIDH dénonce les actions qu’elle dit proches de la dérive de l’État, du SMM et du SGM, et plaide pour le dialogue.

Rappel à l’ordre. Dans un communiqué de presse publié, hier, la Commission nationale indépendante des droits de l’homme (CNIDH), secoue les protagonistes du mouvement syndical qui a défrayé la chronique la semaine dernière. Rappelant que le droit de constituer un syndicat et d’y adhérer est garanti par le pacte international relatif aux droits civils et politiques, elle écorne les agissements du Syndicat des magistrats de Mada­gascar (SMM), de celui des greffiers (SGM) et de l’État.« La réaction de l’État face à la grève des magistrats semble pour le moins excessive. L’Exécutif aurait du mal à prouver en quoi l’intérêt de la sécurité nationale, de la sûreté publique ou de l’ordre public nécessitait d’envoyer un huissier entouré d’éléments des forces de l’ordre, enfoncer le portail du palais de Justice », lance d’entrée, la Commission des droits de l’homme.Les relations entre le pouvoir Éxécutif et les syndicats des magistrats et des greffiers se sont sérieusement dégradées, depuis jeudi.Pour matérialiser la grève générale illimitée qu’ils ont démarrée la veille, des membres du SMM et SGM ont fait un sit-in devant l’entrée principale du palais de Justice d’Anosy. Les grilles y donnant accès étaient, par ailleurs, scellées par une chaîne cadenassée.

Reprise du dialogueUn huissier de justice, épaulé par plusieurs éléments de l’État major mixte opérationnel (EMMO), ont été dépêchés sur place pour « ordonner » l’ouverture des grilles et des portes du tribunal. Ce qui a entrainé une échauffourée. Les forces de l’ordre ont, ensuite investi les locaux du palais de Justice. Plusieurs dizaines d’hommes de l’EMMO ont quadrillé le tribunal d’Anosy, vendredi, pour « imposer », son ouverture.L’une de ses entrées ne peut même plus être refermée. Des tiges de fer y ont, en effet, été soudées pour que les portes ne puissent plus être fermées. Dans son communiqué, la CNIDH rappelle, cependant, que le droit de grève a des limites. « Le pacte définit aussi parmi les rares restrictions acceptables au droit de grève celles nécessaires pour protéger les droits et les libertés d’autrui », souligne la Commission des droits de l’Homme.Le pacte international relatif aux droits civils et politiques toujours, dispose que « tout individu arrêté ou détenu du chef d’une infraction pénale, sera traduit dans le plus court délai devant un juge ou une autre autorité habilitée par la loi à exercer des fonctions judiciaires, et devra être jugé dans un délai raisonnable ou libéré ». Un droit altéré par la grève du SMM et du SGM, selon la CNIDH. La Commission des droits de l’homme recommande ainsi, aux parties prenantes du bras de fer social de reprendre le dialogue. Elle « implore », par ailleurs, le SMM et le SGM, de mettre en place un système de grève tournante

Garry Fabrice Ranaivoson

Midi Madagasikara28 partages

Football – Match de préparation : La rencontre Ouganda – Madagascar ce jour

Les « Barea » avec leur nouveau maillot.

Jour j. Les « Barea de Madagascar » affronteront au Stade KCC de Kampala les Cranes d’Ouganda à 16 heures. Une rencontre entrant dans la préparation des deux équipes dans le cadre des éliminatoires de la Coupe d’Afrique des Nations 2019 au Cameroun.

Place aux choses sérieuses. Un des problèmes des équipes malgaches est le manque de match de préparation. En vue de la qualification des « Barea » pour la CAN 2019 au Cameroun, les Malgaches affronteront les Ougandais. La délégation malgache était déjà sur place depuis le début de cette semaine sous la houlette  des entraîneurs Nicolas Dupuis et Auguste Raux. La grande partie des joueurs étant tous des expatriés, si les joueurs locaux sont en pleine compétition avec la Ligue des Champions. Cette rencontre amicale est marquée par le retour de Lalaina Nomenjanahary dit Bolida au sein de la sélection nationale. Le gardien de but Damien Ramaritany a également fait le déplacement en Ouganda aux côtés de Dabo Ibrahim. Ce dernier qui a fait ses preuves lors de la rencontre de l’équipe nationale à Mahamasina. Toavina Rambeloson alias Deba Kely fait aussi son retour au sein de la sélection. Lui qui a séduit le public de Mahamasina et a tenu jusqu’à la fin malgré sa blessure. D’autres joueurs comme  Raheriharimanana Seth J. Stéphan ou Dada, Razakanantenaina Pascal ou Bapasy, Andriatsima Faneva Ima (capitaine), Randriambololona Zotsara, Carolus Andriamahitsinoro, Ramanamahefa Falihery Ferdinand (Dafé), Nomenjanahary Lalaina  (Bolida), Amada Ibrahim ont été appelés par les sélectionneurs pour ce match.

T.H

Midi Madagasikara22 partages

PAPRIZ 2 : Une convention tripartite pour faciliter l’accès aux intrants agricoles

Le PAPRIZ 2 (Projet d’Amélioration de la Productivité Rizicole, de Gestion de Bassins Versants et Périmètres Irrigués phase 2) du ministère auprès de la Présidence en charge de l’Agriculture et de l’Elevage, lance un modèle de vulgarisation autonome agricole par les paysans riziculteurs. L’objectif vise à faciliter l’accès aux intrants agricoles comme les semences certifiées et les engrais minéraux par l’achat du sac PAPRIZ  préparé par la société Agrivet. Pour ce faire, une convention entre la société SUMITOMO Corporation, l’institution de micro-finance CECAM et le ministère de tutelle a été signée hier à Anosy.

2 millions Ar/ha. Ce sac PAPRIZ qui coûte 45 000 Ar contient 10 kg de DAP, 20 kg de sulfate d’ammonium, 2 kg de semences certifiées, 360 g de DAP pour la fertilisation en pépinière. C’est conçu pour une superficie de 10 ares. Dans le cadre de cette convention tripartite, « SUMITOMO a acheté les sacs auprès du fournisseurs. Et les paysans intéressés doivent s’adhérer au CECAM pour demander des crédits à taux d’intérêt réduit à 2,5% servant à acquérir ces intrants agricoles. Ils les remboursent après la vente de leurs récoltes. Le rendement de productivité est prévu à 5 tonnes/ha, soit un bénéfice net de 2 millions Ar/ ha, ou bien 200 000 Ar pour 10 ares », a expliqué Randrianaritiana Serge, le Secrétaire général du ministère en charge de l’Agriculture.

Défi. Les paysans dans les régions d’intervention du PAPRIZ 2 à Analamanga, Itasy et Vakinankaratra seront ciblés dans le cadre de la phase pilote de ce modèle. Et la convention tripartite sera effective dès la signature et prendra fin en mai 2018. Notons que des appuis techniques sur le dosage des intrants et la technique de production seront offerts aux paysans. Ceux-ci auront ainsi l’opportunité d’investir exclusivement dans la riziculture. « Le défi du ministère est de doubler la production rizicole en 2020 tout en assurant l’autosuffisance alimentaire », a-t-il conclu.

Navalona R.

Madagascar Tribune21 partages

La CNIDH appelle les protagonistes à la raison

Le Syndicats des magistrats de Madagascar (SMM) avait déclenché il y a quelques jours une grève illimitée en réaction à la décision de l’exécutif de ne pas répondre favorablement à leurs requêtes. Cette grève s’est alors traduite par la fermeture du palais de justice dans plusieurs régions dont le tribunal à Anosy dans la capitale. Invoquant la liberté et les droits aux services publics tout en respectant la liberté syndicale, l’exécutif a missionné un huissier de justice appuyé par des éléments des forces de l’ordre afin de rouvrir par tous les moyens les portes du palais de justice d’Anosy. Après quoi la présidente du SMM Fanirisoa Ernaivo avait déclaré que plus aucun dialogue ne pourrait être tenu avec le régime actuel. Pour mettre fin à cette grève illimitée, il faudrait donc que les tenants du pouvoir répondent positivement aux demandes du Syndicat. Il se pourrait donc que la grève du SMM se poursuive sine die étant donné qu’il serait chimérique d’espérer l’exécutif s’aligner à toutes les requêtes de ces derniers, après maintes et maintes discussions que ce soit avec des personnalités de la Présidence de la République, avec le Premier ministre ou encore avec l’ancien et la nouvelle ministre de la justice.

C’est dans ce contexte que la Commission Nationale Indépendante des Droits de l’Homme (CNIDH) en appelle à la raison des protagonistes. Selon cette commission, la réaction de l’Etat face à la grève du SMM était excessive. Le fait étant que des poudres lacrymogènes ont été employées à l’intérieur du palais de justice d’Anosy après un forcing des forces de l’ordre pour entrer. Toutefois, la CNIDH incite les membres du SMM à mettre en place un système de grève tournante, étant donné que la présidente du SMM avait déclaré qu’aucun service minimum ne serait effectué en attendant la satisfaction de leurs revendications. Ceci afin que leur droit de grève n’empiéte sur les droits des justiciables. En effet, dans cette lutte entre l’exécutif et le SMM, on semble oublier le fait que des justiciables sont lésés dans leurs droits. Ces derniers doivent attendre le bon vouloir des protagonistes pour pouvoir jouir des services de la justice. Ils doivent patienter pour on ne sait quelle durée tout en sachant que plus une affaire traîne au tribunal, plus les coûts augmentent pour les justiciables. Il convient de rappeler qu’il s’agit tout de même d’un service public. L’appel de la CNIDH mérite donc que le ministère ainsi que le SMM y répondent pour le bien commun qui prime avant tout.

Midi Madagasikara21 partages

« Fara West » Faravohitra : Une pensée à Jeanot Rabeson… en musique !

Un hommage sera rendu à Jeanot Rabeson, à travers un café musical, au « Fara West » Faravohitra ce samedi 7 octobre.

Ce samedi 7 octobre, Eric Rakotoary, Datita et Eddy Rabary Rabeson vont rendre un hommage à ce poids lourd du jazz malgache disparu le 10 septembre dernier.

Le 7 octobre, le « Fara West » accueille un concert en hommage à Jeanot Rabeson qui n’était pas seulement un grand homme de jazz, mais également un proche des propriétaires des lieux. « Nous avons eu le grand privilège d’inaugurer notre café musical avec Jeanot Rabeson le 24 avril 2016.Ce grand musicien a marqué l’histoire du Jazz malgache, et plus généralement le monde de la musique par son élégance, sa rigueur, sa sensibilité, son intransigeance à la médiocrité… Il est donc tout à fait normal que nous lui dédions une soirée particulière », explique Eric Rakotoary. Ce samedi, Eric Rakotoary avec deux autres Rabeson : Datita et Eddy Rabary, eux aussi musiciens, vont donc jouer en l’honneur de celui qui s’est fait entendre sur les ondes grâce à sa participation à l’émission « La Demi-heure des Amateurs », alors qu’il avait seulement huit ans. Une soirée dont l’entrée est gratuite. Les autres artistes qui souhaitent participer à ce concert hommage sont néanmoins les bienvenus. Eric Rakotoary d’en dire davantage : « Une scène ouverte est prévue. Ceux qui souhaitent nous rejoindre et partager la scène avec nous peuvent donc nous contacter avant la date du 7 octobre ».

Lieu de partage. « Fara West » est avant tout un lieu de convivialité et d’échanges dédié à la culture en général. Découverte et qualité artistique en sont les grands moteurs. L’ancrage s’est construit autour de la musique, du jazz en particulier. Un café musical y a donc tout naturellement pris place, offrant une scène, une acoustique optimum, une petite restauration afin que chacun puisse se laisser porter par la musique en « live » et se sentir chez soi. S’ouvrir au monde, découvrir, comprendre les cultures contemporaines et vivantes, ancrées dans des traditions et façonnées par les métissages est notre vœu le plus cher. « Nos choix tentent de rapporter la richesse, la diversité des rythmes, des musiques, des instruments et des talents. L’essentiel de notre démarche est par ailleurs de susciter la curiosité du public en l’encourageant à venir découvrir dans un cadre intimiste des artistes, des groupes connus ou en devenir. Nous souhaiterions aussi que ce lieu permette des petites résidences de travail et des créations ». L’idée de « Fara West » vient de loin, d’amitiés de longue date, de désir de mixer, rassembler, partager nos cultures, nos apprentissages, créer un lieu de bouillonnement culturel. « La ligne majeure est la création d’une interface culturelle mixant tous les domaines artistiques entre pays principalement Madagascar et la France. Nous pensons dans un avenir, que nous souhaitons proche, nous ouvrir à d’autres formes artistiques ».Mahetsaka

Tia Tanindranaza20 partages

“Vehivavy mitsinjo ny ankohonany”Novakiana ireo vatan-drakitra teny Ambohimanarina

Mitohy hatrany ny hetsika sosialy ataon’ny depiote Rasoanoromalala Marie Horace avy amin’ny antoko TIM eny amin’ny Boriborintany faha-6 Ambohimanarina nahavoafidy

 azy ka  ho fiatrehana ny fidiran’ny mpianatra 2017 – 2018 dia nanampy ireo renim-pianakaviana 21 mirahavavy tamin’ny Fomba hafa dia ny VATAN-DRAKITRA VILANY TANY izay nozaraina tamin’izy ireo ny fiandohan’ny volana aogositra 2017 ka nanampy nameno izay voavorin’izy ireo ny tenany rehefa novakiana izany ny 29 septambra lasa teo. Nisy ny voka-tsoa azo satria dia afa-pahasahiranana ireo renim-pianakaviana. Ny alatsinainy 2 oktobra nandritra ny fanombohana fotoam-bavaka fitaizam-panahy  isaky ny alatsinainy notarihin’i Trimozafy Dinah mpitandrina izay karakarain’ny ben’ny tanànan’Antananarivo, Lalao Ravalomanana, isaky ny boriborintany dia tonga niatrika izany ireo renim-pianakaviana sy ny depiote Horace ka taorian’ny fotoana dia nisy indray ny fizarana vatan-drakitra vaovao andiany faha 2 ho an’izy ireo entina hanomanana sahady ny fetin’ny Noely sy faran’ny taona 2017. Naheno izany ireo namana hafa tonga tao dia nanatevin-daharana ireo vehivavy mitsinjo  ny ankohonany ka nitombo avo roa heny ny vata izay nozaraina. Izao no natao dia tosika sahady ho fandraisan’ireo renim-pianakaviana ny hoaviny sady hampitombo ny talentan’izy ireo ihany koa. Tsy nohadinoin’ny “adjoint Delegue au Maire »,  Atoa Sitraka sy ny depiote Horace ny nanentana ny olona izay tonga tao hitandro mandrakariva ny Fahadiovana satria efa mihanaka manerana ny tanàna ny pesta ka mila mandray andraikitra ny tsirairay hadio.

Midi Madagasikara19 partages

« Bodybuilding » – Championnats du monde : « Bigman » et « Cutler » en action en Mongolie

Les championnats du monde de « bodybuilding »« WBPF »  débuteront ce jour à Mongolie. Deux bodybuilders malgaches prendront part à ces joutes mondiales. Il s’agit de Jhon Mario Randrianarimanana dit Bigman et de Maholy Razafinantoanina, alias Antoine Cutler. « Bigman », champion de Madagascar en titre évoluera dans la catégorie des moins de 80 kg et Antoine était son dauphin lors du dernier sommet national à Toliara. La participation à ces championnats du monde figure parmi les programmes phares de la fédération malgache d’haltérophilie, musculation et de culturisme.

T.H

Midi Madagasikara19 partages

Une polémique qui n’a pas sa raison d’être

Dans le contexte de mobilisation générale contre la peste, les controverses créées pour discréditer les adversaires politiques paraissent totalement déplacées. Les critiques lancées ces derniers jours contre la CUA et la réponse cinglante de Marc Ravalomanana ont alimenté une polémique qui n’a pas sa raison d’être. Les efforts doivent être communs et tendre à juguler totalement cette menace d’épidémie qui est une véritable épée de Damoclès sur nos têtes.

Une polémique qui n’a pas sa raison d’être

 Certains journaux n’ont pas hésité, ces derniers jours, à critiquer vertement la CUA, lui reprochant  son inaction face à l’épidémie de peste. En conseil de gouvernement, la question a été évoquée et le communiqué parle d’un basculement du sujet sur le terrain politique. On ne peut en tant que simple citoyen que déplorer ces piques lancées pour discréditer un adversaire politique. La réponse de ce dernier n’a pas tardé et elle a été sans détour, retournant les reproches adressés à ceux qui les ont émis. Ce genre de polémique n’a pas sa raison d’être et il paraît même déplacé dans cette atmosphère d’union sacrée voulue par la population. Les efforts des autorités sont visibles et les mesures prises depuis le début de la semaine vont dans le bon sens. Les écoles ont été fermées pour permettre leur désinfection. La CUA n’a pas été en reste, puisqu’elle a sorti un communiqué, demandant aux marchands de veiller à la propreté des lieux où ils ont leurs étals. Dans les différents arrondissements de la capitale, a commencé une campagne de nettoyage des  rues. Les efforts des autorités gouvernementales sont appuyés par les organisations internationales spécialisées. L’Institut Pasteur prend toute sa part dans cette lutte contre l’épidémie de peste et va faire venir des experts de cette maladie qui vont appuyer de leurs conseils éclairés les équipes médicales malgaches. La représentante résidente de l’OMS a déclaré que, pour le moment, il n’y a pas lieu de parler d’épidémie. Aujourd’hui, donc, la polémique n’a pas sa raison d’être devant un danger contre lequel tout le monde doit se dresser.

Patrice RABE

Midi Madagasikara17 partages

Coopérations décentralisées : 245 projets réalisés depuis les premières Assises France-Madagascar

Réunion du Comité d’organisation des Deuxièmes Assises de la Coopération Internationale des Collectivités « Malagasy » et Françaises, hier au Carlton.

Une délégation française de 200 membres sera à Madagascar pour participer aux Deuxièmes Assises de la Coopération Internationale des Collectivités « Malagasy » et Françaises, qui se tiendront au Carlton Anosy du 24 au 26 octobre prochain.

 Outre les échanges d’expériences et la recherche d’opportunités de partenariat, le marketing territorial des Collectivités Territoriale Décentralisées (CTD) sera également mis en avant durant les Assises organisées avec la France et les pays francophones. En effet, des salons d’expositions sont prévus, dans ce cadre, au Toit de Tanà – Carlton, au siège du FDL (Fonds de Développement Local) et au Ministère des Affaires étrangères à Anosy. D’après le Secrétariat exécutif du Comité malgache de pilotage (COPIL Madagascar) de ces deuxièmes assises, cet événement sera l’occasion de trouver des partenaires de développement, surtout pour les Communes. « 450 participants sont attendus durant ces rencontres de trois jours. Pour Madagascar, 200 représentants des CTD et des hautes autorités seront au rendez-vous. La délégation française comptera également 200 membres constitués de maires élus, de sénateur et d’autres autorités françaises. Par ailleurs, à la différence de la première édition, ces deuxièmes assises verront également la participation de représentants de pays francophones, à l’exemple du Sénégal, du Maroc, etc. », a annoncé Roger Mahazoasy, secrétaire exécutif du COPIL Madagascar et également directeur de la Coopération Décentralisée auprès du Ministère de l’Intérieur et de la Décentralisation.

Acquis. Pour les promoteurs des assises, les CTD sont celles qui connaissent le mieux les priorités et les stratégies les plus efficientes pour le développement local. Cette optique est, en effet, justifié par les impacts des premières assises organisées en 2006 avec 350 participants. Depuis cette première édition, 245 projets ont été réalisés dans le cadre de partenariats décentralisés. A noter que le Décret 2015-958 du 15 juin 2015 autorise désormais les CTD à nouer des partenariats directs avec des collectivités issues de pays ayant une relation diplomatique avec Madagascar. La France en fait partie. Malgré cette possibilité, seulement la moitié des 22 Régions à Madagascar dispose de coopérations internationales décentralisées. Pour les communes, cette proportion est d’autant plus faible. Et pourtant, ce n’est pas la volonté qui manque. D’après les organisateurs des assises, plus de 471 participants se sont déjà inscrits aux rencontres de ce mois. « Pour intégrer tout le monde, nous promouvons également le concept d’intercommunalité », a affirmé le secrétaire exécutif du COPIL Madagascar. En effet, une réunion constitutive d’organisation intercommunale se tient, ce jour même au Motel Anosy, avec la participation de 60 communes rurales. Plus forte et plus représentative, cette organisation participera aux assises du 24 au 26 octobre où seront abordées plusieurs thématiques comme la gouvernance locale, la promotion des jeunes, l’assainissement et l’hygiène, l’accès à l’eau potable et les catastrophes naturelles, etc.

Antsa R.

Orange Madagascar16 partages

L’association des cybercafés et des internautes de Madagascar renouvelle son partenariat avec Orange

Orange Madagascar apporte son soutien à l’Association des cybercafés et des Internautes de Madagascar (Acybimad) et ses membres, en leur proposant les meilleures solutions pour gagner en rentabilité, tout en offrant la meilleure qualité de service à leurs clients.

Une tarification préférentielle sur les offres Internet est ainsi offerte aux membres de l’Acybimad pour leurs activités professionnelles. Les membres de l’association disposent également d’une offre mobile avec des tarifs de communications préférentiels, sans oublier les avantages de l’utilisation de la solution de paiement par le mobile, Orange Money.

La convention de partenariat entre les deux parties a été signée ce mercredi 4 octobre entre le Président de l’Acybimad, Rija Rakotonirina, et le Directeur Général d’Orange Madagascar, Michel Degland.

Depuis plus de cinq ans, Orange Madagascar collabore avec l’Association des cybercafés et des internautes de Madagascar en donnant à ses membres l’opportunité  de satisfaire au mieux les internautes, grâce à une meilleure qualité de connexion au moindre coût, et à un volume confortable pour des usages soutenus. Les offres proposées par Orange permettent ainsi aux exploitants et gérants de cybercafé de développer leurs activités, en réalisant des bénéfices.

« Nous partageons une même vision, celle de donner l’opportunité à un maximum de personnes d’avoir accès à internet. L’Association des cybercafés et des Internautes de Madagascar a également un rôle à jouer dans le développement économique de Madagascar, et nous sommes heureux de les accompagner en ce sens, notamment avec la puissance de notre réseau 4G » explique Michel Degland.

Engagé dans une logique de progrès pour tous, Orange Madagascar se donne comme mission d’accompagner Madagascar dans sa transformation digitale. La transformation digitale permet aux différents acteurs économiques, d’être compétitifs sur le marché national et international.

« L’Acybimad ne représente pas que les cybercafés, nous représentants aussi les internautes de Madagascar, c’est-à-dire, ceux qui utilisent internet. Nous sommes la seule association avec cette envergure en Afrique. Notre partenariat avec Orange Madagascar ne date pas d’hier, et nous sommes heureux de la collaboration et des liens d’amitiés qui se ont liés entre les deux parties » explique pour sa part Rija Rakotonirina.

Pour devenir le partenaire de confiance de la transformation digitale dans la Grande île, Orange Madagascar dispose d’un socle solide : des investissements conséquents pour une meilleure connectivité, le développement des contenus, les partenariats dans la distribution, des équipes de femmes et des hommes engagés, et des clients placés au centre des actions avec davantage de proximité, d’efficacité et d’inclusion. 

Madonline15 partages

Epidémie de peste : Une lutte sur deux fronts

La lutte contre la peste soulève toujours la question relative à la lutte contre l'insalubrité à Antananarivo et dans les autres grandes villes de Madagascar

Le bilan officiel d’un mois d’épidémie à Madagascar fait état de 24 décès sur 133 cas répertoriés dans au moins 9 régions sur 22 dans la Grande Ile. Les chiffres semblent évoluer au fil des jours mais le gouvernement assure que « l’épidémie est maîtrisée ». Outre les efforts déployés pour faire face à l’épidémie, les autorités se mobilisent également pour lutter contre la psychose des derniers jours.

Les responsables de l’Exécutif malgache ont ainsi engagé une nouvelle bataille contre les « fausses » informations. Les utilisateurs de facebook ne s’attendaient guère à la réaction des autorités publiques sur ce point. Les moindres publications concernant la peste à Madagascar semble suivies de près. Et une réaction s’ensuit, dans certains cas.

Un facebooker a été interpelé et enquêté pour avoir publié un bilan qui n’est pas celui du ministère de la santé. Il a été relaxé après les interrogatoires, mais ce fut un message clair à l’endroit de tous les utilisateurs de facebook à Madagascar.

Par ailleurs, alors que l’épidémie de peste continue à tuer, les responsables malgaches se jettent publiquement la responsabilité de la situation. Le gouvernement à montré du doigt « l’incapacité » des responsables au niveau des Communes de ne pas avoir assuré l’assainissement et le nettoyage de leur ville. Une allusion surtout aux maires de la ville de Toamasina et de la capitale, Antananarivo, issus de l’opposition.

De leur côté, les maires concernés ont tenu à faire comprendre que l’Etat n’a pas respecté leurs engagements vis-à-vis des communes, notamment en ce qui concerne le règlement des arriérés de subvention destinés aux communes et, surtout en ce qui concerne Antananarivo, à propos de la gestion des services qui assurent les ramassages d’ordures.

Après un certain temps d’accusation mutuelle, tout le monde semble conscient de la nécessité de faire face au fléau ensemble. Le Premier ministre, Olivier Mahafaly, a affirmé que la collaboration avec la mairie d’Antananarivo est incontournable.

E n outre, l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) s’implique dans la lutte contre la peste à Madagascar. Un spécialiste des épidémies est actuellement en mission dans le pays. La saison pesteuse s’étale du mois d’août au mois de mars dans la Grande Ile. En vérité, ce n’est pas une nouveauté. Mais pour cette année, la situation était un peu plus compliquée et suscitait une certaine polémique, à différents  niveaux. D’où la grande mobilisation.

Midi Madagasikara15 partages

Inde – Madagascar : Renforcement de la coopération

Le ministre Chabani Nourdine et l’Ambassadeur de l’Inde Subir Dutta œuvrent ensemble pour augmenter le volume des échanges entre Madagascar et l’Inde.

Le renforcement des relations entre l’Inde et Madagascar était au centre de l’audience qui a eu lieu hier, entre le ministre du Commerce et de la Consommation, Chabani Nourdine et l’Ambassadeur de l’Inde Shri Subir Dutta. Une occasion  pour les deux personnalités d’évoquer les possibilités d’augmenter le volume des échanges entre les deux pays. A noter que l’Inde est la destination de certains produits d’exportation malgaches comme  les pierres fines industrielles, les fibres de sisal et l’essence de girofle.  Le ministre Chabani Nourdine, a, une fois de plus, fait état de sa volonté de mettre en œuvre les actions prioritaires en vue d’améliorer la qualité des produits d’exportation. Sur ce point d’ailleurs, de bons résultats commencent à être enregistrés notamment au niveau des exportations malgaches vers l’Europe.

En ce qui concerne les importations, l’Inde figure parmi les fournisseurs de Madagascar, avec notamment le riz,  le sucre, les produits pharmaceutiques, les tissus… D’ailleurs, le gouvernement qui mise sur une importation massive de riz, pour réguler les prix comptera, entre autres, sur l’Inde. En tout cas, avec les importations conventionnelles  prévues d’ici peu, les prix du riz seront stabilisés dans les mois qui viennent.

R.Edmond.

Midi Madagasikara15 partages

Recherche scientifique : Colloque International des Doctorants

Durant les journées de lundi et d’hier des doctorants et des docteurs en sciences humaines et sociales ont cogité autour du thème « Langues, Cultures, Patrimoines et Identité dans la Zone Océan Indien », dans le cadre d’un colloque international organisé à l’ENS Ampefiloha.

Diversité culturelle. Multiculturelle comme son nom l’indique, le colloque a fait intervenir des laboratoires et des universités de la zone Océan Indien. Le rapport entre langue, identité culturelle et représentation dans l’Océan Indien et son contexte géoculturel et historique particulier a donc été développé et mis en exergue durant ce colloque. Les participants ont pu partager leurs connaissances et communiquer leurs visions à travers leurs interventions, lesquelles s’articulent autour de trois axes principaux : « Langue marqueur d’identité », « Patrimoines et construction de l’identité », ou encore « Cultures, langues et identités ».

Sciences humaines. Grâce au brassage de disciplines, de théories et d’approches qui a été effectué, le colloque peut à juste titre être considéré comme un observatoire des spécificités socioculturelles et anthropologiques de ce vaste espace géostratégique qu’est la zone Océan Indien. Stratégique, car se situant au carrefour d’au moins deux continents, en l’occurrence l’Afrique et l’Asie. Complexe, car encore marqué par des disparités économiques et une injustice sociale encore présentes, allant de pair avec une revendication, voire une recherche identitaire de plus en plus forte. Culturellement, la zone s’apparente à une mosaïque marquée par le métissage, ayant fortement influencé l’histoire de sa sociolinguistique. Fascinante, riche et complexe, la culture indianocéanique manque toutefois de valorisation et de structuration.  Grâce à ce genre d’évènement scientifique permettant le foisonnement des idées, des échanges et la cristallisation des acquis, cette valorisation et cette structuration de la culture de l’Océan Indien seront possibles. Les sciences humaines représentent en effet, un outil formidable de compréhension de l’Homme, de son monde et de la société, dans l’optique de son mieux-être.

Recueillis par Luz R.R

Madagate14 partages

Madagascar élections. L’ONU au courant de la corruption et des violations des droits de l’Homme

Au centre: Haïlé Menkerios, Secrétaire Général Adjoint des Nations Unies, et Violetta Kikyomya, Coordinatrice Résidente du Système des Nations Unies à Madagascar

 

Midi Madagasikara11 partages

LCTD : Visite d’un hôte de marque

La photo du groupe.

Le Lions Club Tananarive Doyen (LCTD) a reçu la visite du gouverneur 2017-18 du district 403-B2 du Lions club international, Georges Chane-Tune dans la soirée du 26 septembre à la Tour Orange à Ankorondrano. L’occasion  pour le gouverneur d’apprécier le programme du LCTD qui est aligné aux axes du centenaire, et de distiller ses conseils pour entretenir le dynamisme, l’efficacité et l’amitié des membres.  Son slogan « Ensemble dans la bienveillance, nous servons » dit tout des valeurs qui sous-tendent le lionisme.

Comme d’usage au sein des Lions clubs, le gouverneur, entouré du président de région, Dominique Andriantavy et du président de zone, Jean-Marie Andriamanonga, a gratifié les membres méritants qui se sont distingués par leurs efforts de recrutement de nouveaux adhérents à travers la remise d’insignes.

L’échange de fanions entre le gouverneur Chane-Tunes et la présidente du LCTD, Fatima Sow Sidibé fut un moment symbolique de fraternité. Le LCTD a profité  de cette visite du gouverneur pour procéder à l’intronisation de quatre nouveaux membres. En outre, la journée mondiale du service lions et le centenaire seront célébrés pour Madagascar à Toamasina, le 7 octobre 2017.  

Recueillis par : CHAN-MOUIE  Jean  Anastase

Midi Madagasikara10 partages

Projet PROPOFAN : « Nourrir la capitale » dans les règles

Photo de famille des initiateurs et des gagnants du projet concours conduits par leurs Maires.

Face à la dégradation de nos marchés, le programme ASA financé par l’Union européenne a organisé un concours de projets qui visent à l’assainissement des marchés et à la pérennisation de leurs infrastructures. Sur les  trente-trois  communes participantes, celles de Talatamaty, de Sabotsy Namehana et d’Andranonahoatra  sont sorties  du lot. Elles ont bénéficié chacune d’une subvention de 25 000 euros.  La cérémonie de remise de prix a eu lieu hier matin, au Restaurant Infinity Ivandry

Caractéristiques des projets. Le projet de la commune de Talatamaty se distingue par la rénovation de l’actuel marché en le bétonnant, par  la mise à disposition des  commerçants de tables métalliques amovibles, par  la construction d’un hangar de stockage des matériels et équipements du marché, ainsi que par le renforcement des capacités techniques des agents du marché. Quant à celui de la commune de Sabotsy Namehana, son projet s’est basé sur l’extension du marché où les marchands peuvent exercer leur métier en toute quiétude tout en respectant les conditions d’hygiène. Le renforcement de capacité des agents communaux est à prévoir. Enfin, la commune d’Andranonahoatra où 75% des marchands sont tous des femmes projette de  mettre en place un bloc sanitaire et  un  raccordement du réseau  électrique.

« Nourrir la capitale ». Telle est la devise du PROPÄFAN (professionnalisation des filières agricoles périurbaines d’Antananarivo Nord). Cette devise ne serait  qu’un  leurre si on  n’appuyait  pas les marchands de produits vivriers  dans leurs  métiers. Il faut les aider à respecter les normes sanitaires. Les producteurs doivent donc aussi  fournir  des produits sains  c’est-à-dire, agro écologiques aux consommateurs .Vu leur pouvoir d’achat très bas,  ces derniers  n’ont pas le choix ; mais il faut leur donner  de  bons produits.

L’Union européenne, l’ASA, l’Action Intercoopération Madagascar et l’Agrisud International sont les principaux instigateurs de ce projet et on espère qu’ils vont  l’étendre à  d’autres régions de l’île pour que tous les Malgaches puissent se nourrir sainement.

Nary  RAVONJY

Midi Madagasikara10 partages

Corée : Partage d’expériences avec Madagascar

La célébration de la fête nationale coréenne s’est tenue, hier, à l’hôtel Carlton. C’en est la deuxième célébration depuis l’ouverture de son ambassade en 2016. Lors de son allocution, le chargé d’Affaires de l’ambassade de la République de Corée à Madagascar, Kim Pil-Woo, de rappeler que : « D’après l’histoire et les légendes de la Corée, le troisième jour du mois d’octobre d’il y a quatre mille trois cent cinquante ans, le ciel s’est ouvert, et les premiers ancêtres du peuple coréen ont posé leurs pieds sur terre pour fonder le premier royaume de Corée ». Et lui d’enchaîner : « Nous n’oublions pas pour autant l’aide de la communauté internationale, sans laquelle nous n’aurions pas pu atteindre ce niveau de développement. C’est dans le même contexte que nous souhaitons partager nos expériences avec la nation amie Madagascar… Depuis que l’ambassade coréenne a ouvert ses portes à Madagascar en juillet de l’an dernier, nos deux pays se sont fortement engagés l’un vers l’autre sur la base de l’idée de Fihavanana ».  Notons que la partie malgache a été représentée par le ministre auprès de la Présidence chargé de l’Agriculture et de l’Elevage, Rivo Rakotovao, lors de cette cérémonie.

Dominique R.

L'express de Madagascar7 partages

Santé – Une mission sanitaire s’effectuera à Nosy Be

Après les actions humanitaires médicales à Mora­manga en mai, la 61e mission des médecins de l’océan Indien se passera à Nosy-Be du 9 au 18 octobre. C’est aussi à la mémoire de Moïse Fidaly, une personnalité bien connue à Nosy-Be, d’après la conférence de presse qui s’est déroulée hier, à la SMTP Ambohibao.Cinquante missionnaires viendront y participer dont des opticiens, des chirurgiens, des cardiologues, des dentistes et beaucoup d’autres. Ils viennent des hôpitaux de La Réunion, de Madagascar et de France. Les dentistes se chargeront de soigner les dents, de les enlever, et de les remplacer en fabriquant des dentiers en une journée. « Il s’agit surtout des opérations chirurgicales sans anesthésie locale », affirme Josette Rakotohery, médecin membre de l’association. Cette mission est la 74e pour l’ONG Médecins de l’océan Indien. Les actions sur les lieux se divisent en trois parties. D’abord, un volet thérapeutique prendra gratuitement en charge, les soins de toutes disciplines de neuf mille patients. Ensuite, un enseignement postuniversitaire se fera pour les équipes soignantes locales et les internes du C.H.U.

Domoina Randrianarivo 

Midi Madagasikara7 partages

Karaté : Les entraîneurs en stage

Le karaté malgache se mobilise après son entrée dans la grande  famille olympique.

C’est ainsi qu’un stage pour les entraîneurs de karaté de niveau s’est tenu à l’EN2 et à l’ESCA, du 26 au 30 septembre, sous la direction du Président de la Fédération Malgache de karaté,  Solofo Andranomafana qui jouait d’une casquette, car il est également expert international, une grande première à ce poste sous les sceaux du Comité Olympique International.

Une belle opportunité pour mettre les pendules à l’heure olympique avec l’aide du Dr Ny Aina mais aussi du secrétaire général du Comité Olympique Malgache,  Jean Alex Harinelina Andriamanarivo.

Les 34 stagiaires ont d’ailleurs apprécié cette belle iniative et demandent à ce qu’on poursuive les actions pour se hisser au plus haut niveau.

Comme le COM va joindre l’utile à l’agréable,  ce genre de stage devrait également bénéficier d’une aide matérielle.  Attendre et croire.

Clément RABARY

Midi Madagasikara6 partages

CENI : Visite de Haile Menkerios

Le représentant du secrétaire général des Nations unies, en la personne d’Haile Menkerios, est actuellement dans nos murs. Hier, il a été reçu à Alarobia par Hery Rakotomanana, le président de la Ceni, en marge d’une visite de courtoisie qu’il a effectuée auprès de la commission électorale. Néanmoins, rien n’a filtré de la rencontre. Il nous a été communiqué que « compte tenu de son agenda très chargé, Haile Menkerios n’accordera aucune interview pour le moment (Ndlr : lors de son arrivée). Il y procèdera jeudi avant son départ ». Nonobstant ce silence momentané du représentant du SG des Nations unies, le président de la Ceni a accordé une, deux phrases à la presse qui était présente. « Nous  savons que le gouvernement a demandé l’assistance des Nations unies concernant le processus électoral. Actuellement, le représentant du SG de l’ONU est à Madagascar pour observer l’évolution dudit processus pour que les Nations unies puissent accompagner le pays et l’appuyer selon le contexte actuel », a-t-il fait savoir.

Dans l’attente. La journée d’hier a également été l’occasion pour le président de la Ceni de rappeler que la commission électorale demeure incompétente quant à l’établissement du calendrier électoral. « Il est plus que légitime que cette tâche incombe à la Ceni d’autant plus que c’est elle qui se charge de toutes les questions relatives aux élections », a-t-il soutenu. Dans la foulée, il a réitéré que pour l’instant, la Ceni ne considère pas les on-dit ayant trait à la révision de la Constitution. « Je l’ai déjà affirmé et je le réaffirme. Attendons la décision officielle et on verra », martèle Hery Rakotomanana. Jusqu’à maintenant, l’on ignore l’importance ou l’indispensabilité de la commission électorale dans la mesure où non seulement elle est dépourvue d’une indépendance budgétaire, mais aussi et surtout, elle ne peut ni élaborer ni trancher le calendrier électoral. L’attente est donc longue, mais quoi qu’il en soit, la Ceni espère que le nouveau projet de code électoral sera examiné et voté lors de cette session parlementaire.

Aina Bovel

News Mada5 partages

Miantso ny mpitondra hifampidinika Ravalo

 « Ilaina ny fiaraha-miasa eo amin’ny fitondrana sy ny kaominina ho amin’ny fifehezana ny areti-mifindra pesta ka miantso ny Praiministra Mahafaly  sy ny ben’ny Tanàna Ravalomanana Lalao hifampidinika izahay », hoy ny filoha nasionalin’ny antoko Tim, Ravalomama Marc, omaly teny Faravohitra.  Nohitsiny fa fotoana tokony hifanatonana izao hialana amin’ny fifanilihana andraikitra.  Nohamafisiny koa  fa tokony haverina amin’ny CUA ny fitantanana ny Samva mba hampandeha sy hampirindra tsara ny ady atao amin’ny pesta. « Raha vantany vao miverina ny fitantanana izany, hisy ny kamiao 50 homen’ny alemà, miampy ny dabam-pako miisa 250. Vita herinandro ny fandraofana fako” , hoy ihany izy. Nanteriny fa nanamafy ny tokony hamerenana amin’ny CUA ny fitantanana ny Samva ny Vondrona eoropeanina.

Etsy andaniny, tsy an-kiandriandry fa manohy ny asa efa nataony hatramin’izay ny CUA amin’ny fanadiovana. Anisan’izany ny fanadiovana amin’ny alalan’ny rano sy fandrarahana ranom-panafody hamonoana ireo bibikely sy mikraoba etsy amin’ny Esplanade Analakely. Hitohy amin’ny faritra hafa izany.

Synèse R.

News Mada5 partages

Fanomanana ny faha-10 taona : hanolotra ny « Hiran’ny Lanitra » ny V.H.F

Tarika anisan’ny manana ny mampiavaka azy eo amin’ny fiangaliana ny tontolon’ny hira fiderana ny Vavaka – Hira – Fiderana na ny V.H.F . Mialoha ny hetsika hanamarihana ny faha-10 taony, hisy ny fampisehoana lehibe iray.

« Hiran’ny Lanitra », fampisehoana iray lehibe hotanterahin’ny tarika Vavaka – Hira – Fiderana na ny V.H.F, ny 8 oktobra izao manomboka amin’ny 3ora tolakandro, ao amin’ny CCEsca Antanimena. Seho tafiditra ao anatin’ny fanomanana ny fankalazana ny faha-10 taon’ity tarika miavaka amin’ny fanaovana hira fiderana amina gadona gasigasy ity. « Vaovao avokoa ny mpikambana ao amin’ny tarika »,  hoy i Parfait Lalanirina, mpanorina ny V.H.F sady mpamoronkirany rahateo. Mahatratra 11 mianadahy izy ireo no hanatanteraka ny fampisehoana « Hiran’ny Lanitra ». « Ho tokana ihany io fampisehoana lehibe io mandra-pahatonga ny hanamarihana ny faha-10 taon’ny tarika amin’ny taona 2018. Na izany aza, mitohy hatrany ireo fanaonay isaky ny alahady any anivon’ny fiangonana samy hafa », hoy hatrany i Parfait Lalanirina. Ho vahinin’ny V.H.F amin’ity fampisehoana ity ny TGC

Fantatra fa taorian’ny nivoahan’ny rakitsary (DVD) « Best of » an’ny tarika V.H.F, eo am-panomanana rakitsary laharana fahefatra ankehitriny ry zareo.

Raha tsiahivina, anisan’ny nandrafitra ny tarika tany am-boalohany i Bodo, i Luk, i Mahery, i Francia, i Lilie, sns.

HaRy Razafindrakoto

 

Madaplus.info3 partages

Propagation de la peste à Antananarivo : Marc Ravalomanana fustige le gouvernement

La population serait choquée d’après la déclaration du premier ministre avant hier, en annonçant que la situation pesteuse est sous contrôle selon Marc Ravalomanana, ancien Chef d’État et conseiller actuel au Maire de la Capitale.
L’insalubrité est le facteur principal responsable de la prolifération de l’épidémie. Il a jeté la faute sur la CUA lors de son intervention d’avant hier. De son côté, le conseiller au Maire de marteler qu’il n’y a jamais eu une coopération entre la CUA et le gouvernement actuel. Depuis deux ans, la CUA n’a jamais obtenu même un seul Ariary de subvention de la part de l’État. En cette période pesteuse, la CUA devrait bénéficier d’un financement spécial pour la sensibilisation et l’assainissement de la ville. Il réclame la gestion de la SAMVA, l’organisme chargé de ramassage des ordures dans la Capitale, à la Commune Urbaine d’Antananarivo (CUA) afin d’assainir la ville en une semaine.
News Mada3 partages

Miara-dalana… : “Voambolana” sy ny “Labdihy”

Tanterahina amin’ny toerana telo eto an-dRenivohitra (Ankadikely, Ankadikely Ilafy ary Manjaka) ny “Festival Voambolana” andiany fahatelo sy ny “Labdihy” andiany fahafito, tapany faharoa. Raha tsiahivina, natao ny 1 hatramin’ny 12 aogositra lasa teo ny tapany voalohany amin’ity hetsika “Labdihy” ity.

Samy mahakasika ny tontolon’ny dihy ankehitriny ireto hetsika roa ireto, izay iarahan’ny kaompania Rary sy ny Dihyarivelo. Fotoana iray hanaovana fikarohana sy fandalinana bebe kokoa mikasika ny dihy ny “Labdihy”. Tsy mifanalavitra fa vao mainka aza mifameno amin’izany koa ny “Festival Voambolana”.

Mikasika ny “Labdihy” manokana, hisy ny mpanao soradihy avy any Maorisy hanohy ny fiofanana sy ny famoronana na “résidence de création”, mandritra izao hetsika izao. Efa natomboka tany Maorisy izany, ny volana mey sy jona lasa teo. Eo koa ireo nanatrika “résidence de création” nandritra ny “Festival 321”, tamin’ny taon-dasa.

Ankoatra ny fiofanana arahim-pamoronana, ao anatin’ny fandaharam-potoana, mandritra ireto hetsika roa ireto ny fampisehoana maimaimpoana, ny poezia, ny fampirantiana samihafa ary ny mozika, mazava ho azy. Tsy hifarana moa izao hetsika izao raha tsy ny asabotsy 7 oktobra izao.

Landy R.

 

Hatreto, mbola voatazona ireo fandaharam-potoan’ny seho ankalamanjana, mandritra ny “Festival Voambolana” sy “Labdihy”. Miankina amin’ny tompon’andraiki-panjakana ny mety hamindrana izany anaty trano, araka ny nambaran’i Géraldine, anisan’ny mpikarakara. Etsy ankilan’izay, nofoanana na nahemotra ireo hetsika ara-javakanto hafa, saika hatao eto an-dRenivohitra sy ny manodidina, noho ny fihanaky ny aretina pesta. Anisan’izany, ohatra, ireo fampisehoana ao anatin’ny “Festival Madajazzcar”, araka ny nambaran’ny mpikarakara izany.

 

News Mada3 partages

Coopérations décentralisées : un levier de développement local

450 représentants des collectivités décentralisées malgaches et françaises seront présents aux deuxièmes assises de la coopération internationale des collectivités territoriales décentralisées (CTD)  malgaches et françaises, organisées du 24 au 26 octobre à Antananarivo.

Développer les CTD à travers les échanges d’expériences et les partenariats, c’est dans cette optique que s’inscrit cette rencontre. Les premières assises en 2006 ont d’ailleurs permis plusieurs coopérations entre les CTD malgaches et françaises d’avoir une idée précise de la CTD à Madagascar.

D’après les explications de Roger Mahazoasy, directeur de la Coopération décentralisée au niveau ministère de l’Intérieur et de la décentralisation (Mid) : «245 projets lancés au niveau de 70 CTD malgaches entre 2006 et 2016 sont le fruit d’une coopération extérieure, dont le financement s’élève à 7 millions d’euros ou 25,8 milliards d’ariary».

Valorisation produits locaux

Pour cette  nouvelle édition des assises de la coopération internationale des CTD malgaches et françaises, les discussions se pencheront particulièrement sur le changement climatique, la bonne gouvernance au niveau des CTD et la formation des  jeunes. 100 personnalités françaises, dont des maires ou encore des sénateurs, sont attendues.

Pour la partie malgache, les 200 maires qui prendront part aux assises, profiteront de l’occasion pour valoriser les produits locaux présentant un fort potentiel sur le marché extérieur. En outre, la tenue de cinq ateliers fera également partie du programme, dont les thèmes porteront sur le développement économique des fokontany, la protection civile, l’hygiène et l’assainissement et le cas des catastrophes naturelles.

La coopération à renforcer davantage

Toutefois, une infime partie des 1695 CTD réparties dans tout le pays a pu nouer des partenariats extérieurs jusqu’à présent, en dépit des différents avantages que cela représente. «Seulement dix régions sur les 22 de l’île collaborent actuellement avec des CTD dans d’autres pays. Alors que de nombreux produits pourront être valorisés à travers ce genre de partenariat», a souligné Roger Mahazoasy. Celui-ci de conclure que «La loi 2015/958 du 15 juin 2015 permet aux CTD de nouer directement un partenariat avec les CTD des pays étrangers ayant une relation diplomatique avec Madagascar, suivant le Plan communal de développement».

Riana R.

 

News Mada3 partages

Elections de 2018 : Haile Menkerios en éclaireur

L’envoyé spécial du Secrétaire général des Nations unies (SG NU), Haile Menkerios, a rencontré le président de la Commission électorale nationale indépendante (Ceni), Hery Rakotomanana, hier à Alarobia.

Selon les informations reçues, cet émissaire du SG NU, Antonio Guterres, a été dépêché spécialement pour voir de près l’évolution du processus électoral. Il faut rappeler que lors d’une rencontre entre le SGNU et le président de la République Hery Rajaonarimampianina, en marge de l’assemblée générale des NU à New York du 18 au 23 septembre dernier, le SGNU a insisté sur l’indispensabilité de tenir les élections de 2018, en vue d’un apaisement. Antonio Guterres a ignoré le projet de révision de la constitution du régime Hery Rajaonarimampianina.

Sur ce point, le président de la Ceni, Hery Rakotomanana, a une fois encore réitéré ses déclarations antérieures. «Nous n’avons pas encore eu vent d’ un projet de référendum constitutionnel, nous nous en tenons à notre chronogramme », a-t-il souligné.

Et mis à part cette rencontre avec le président de la Ceni, cet émissaire a eu des entretiens à huis clos avec les anciens présidents de la République et le président de la Transition, ainsi que le président de la Haute Cour constitutionnelle (HCC).

Nadia

 

Madaplus.info2 partages

Invitation à la Diaspora Malagasy


8h - 9h :Arrivée des invités et des participants
9h - 10h: Ouverture officielle - inauguration du parc d’exposition
10h - 10h 30 : Cocktail
10h 30 - 12h 30 :Panel 1 : « Diaspora : Questions de droit »
12h 30 - 13h 30 :Déjeuner
14h - 16h : Panel 2 : « Mobiliser la Diaspora pour la solidarité nationale »
16h - 16h 30 :Pause-café
16h 30 - 18h 30 :Panel 3 : « Diaspora : bâtir un pont entre Madagascar et le monde »
18h 30 :Animations culturelles
News Mada1 partages

Vatovavy Fitovinany : un projet d’élevage de poulets à Manakara

Une nouvelle stratégie de lutte contre la pauvreté a été instaurée dans la région Vatovavy-Fitovinany par le biais d’un projet d’élevage de poulets. Après avoir bénéficié d’une formation appropriée, une vingtaine d’associations féminines ont été dotées de poussins destinés à l’élevage bio récemment.

Vingt-cinq associations féminines ont reçu des poussins pour démarrer un projet d’élevage de poulets dans le district de Manakara. La vulgarisation des méthodes d’élevage moderne est l’objectif principal de l’initiative destinée à l’amélioration des conditions de vie de la population. Ainsi, cette première vague doit servir de modèle pour les autres associations de la région, a révélé le missionnaire du ministère de l’Agriculture et de l’élevage chargé de la formation des bénéficiaires.

Formation pointue

Des modules sur l’alimentation animale, les soins et les modes d’élevage biologique ont été transmis aux apprenantes durant leur période de formation accélérée pour la réussite de ce projet-pilote  d’envergure. Elles auront donc l’obligation d’approvisionner les nouvelles promotions d’éleveuses de poulets de la région de Vatovavy-Fitovinany en poussins après une année d’activités, selon un programme d’activités établi.

L’étude du marché menée par les techniciens avant le démarrage de ce projet a démontré une bonne faisabilité puisque le poulet est écoulé entre 10.000 à 15.000 ariary sur les marchés communaux de Manakara, actuellement, d’autant que les produits biologiques trouvent facilement acquéreurs sur le marché international.

Manou

 

La Vérité1 partages

« Rendez-vous Fotoam-bita » 22 - Une véritable insulte à l'intelligence des Malagasy

Plus têtu que moi, tu meurs. Dans la dernière édition de la publication présidentielle « Le rendez-vous Fotoam-bita», Hery Rajaonarimampianina revient sur l'argument-bidon qu'il a avancé pour justifier son projet de retoucher la Constitution. Rappelons que dans la précédente publication, le Chef de l'Etat avait profité (c'est le cas de le dire) de la résurgence de la peste pour, de fil en aiguille, légitimer un référendum constitutionnel.

Il avait soutenu implicitement en effet que la non-éradication de ce fléau d'un autre siècle qu'est la peste serait due à la déresponsabilisation des Fokontany, lesquels, dans l'actuelle loi fondamentale, ne sont pas des collectivités territoriales décentralisées. Dans sa dernière publication,  Hery Rajaonarimampianina use de vérité de la Palice sur le même sujet des Fokontany pour, de nouveau, essayer de légitimer son funeste projet. C'est ainsi que, le plus sérieusement du monde, il fait remarquer à son auditoire que tous les problèmes  auxquels la population malagasy fait face à l'heure actuelle prennent place dans les Fokontany. Et lui de citer dans ce cadre les litiges fonciers, les vindictes populaires, les différents sociaux et les litiges fonciers. C'est ce qui justifierait, selon lui,  la révision constitutionnelle donnant aux Fokontany plus de pouvoirs. Une vérité de la Palice, dirions-nous car, à moins que tous les faits sus énumérés se déroulent dans le ciel, ils surviennent obligatoirement dans un Fokontany. Faut-il rappeler en effet que le Fokontany dont il s'agit qui est la plus petite subdivision administrative du pays. De ce fait, que le problème survienne dans une Région, un District ou une Commune, au final, il a forcément pour théâtre le territoire d'un Fokontany.Il serait hors de question de penser que le Président ait perdu  de vue cette évidence. En réalité, il s'agit pour lui d'amadouer les citoyens en usant de tous les arguments, même les plus simplistes, pour leur faire croire que son projet n'a d'autres finalités que de leur donner plus d'importance. « C'est pour le bien de la Nation », a-t-il déclaré d'ailleurs dans la publication en question. Force est cependant de constater que, en tablant ainsi sur la naïveté de son auditoire, le locataire d'Iavoloha  se rend coupable d'une véritable insulte à l'intelligence des Malagasy.Hery M. 

La Vérité1 partages

Vacances de « peste » - Preuve d'incompétence !

Vacances de Noël, vacances de Pâques et bientôt vacances de Toussaint sont connues du grand public. Des vacances d'un nouveau genre viennent de voir le jour, sous cette Quatrième République, en l'occurrence les vacances de « peste ».

Alors que la rentrée scolaire officielle 2017-2018, du moins pour les écoles publiques, venait de débuter lundi, les écoliers ont déjà dû déserter leurs salles de classe pour cause de « peste ». Avant-hier dans la soirée, le ministère de l'Education nationale a fait savoir que les cours étaient suspendus dès à partir d'hier. Notamment dans les établissements scolaires publics et privés des Districts d'Antananarivo-ville, d'Antananarivo Avaradrano, d'Antananarivo Atsimondrano, d'Ambohidratrimo, de Toamasina I et II. Les cours ne devront reprendre que lundi prochain. Cette suspension de cours est motivée par la nécessité d'assainir et de pulvériser des produits désinfectants dans les écoles.  Prise afin d'enrayer la propagation de l'épidémie de peste dans la Capitale, cette mesure arrive cependant tardivement selon l'avis de bon nombre d'observateurs. Faut-il en effet rappeler que les premiers cas de peste confirmés ont été enregistrés à la fin du mois d'août. Entre les premiers cas déclarés et la rentrée scolaire, prévue de longue date, cinq semaines se sont écoulées sans que le régime Rajaonarimampianina n'ait daigné prendre les mesures qui s'imposaient. La suspension des cours, prise manifestement dans l'urgence, témoigne une nouvelle fois du manque de sérieux et du manque de préparation des gouvernants actuels voire de l'incompétence des dirigeants face à l'épidémie qui est pourtant aujourd'hui connue et prévisible. Ce n'est pas le premier couac enregistré dans la gestion de l'épidémie par l'Etat. Faudrait-il encore faire remarquer que le régime Rajaonarimampianina ne s'est décidé à annoncer des « mesures drastiques » pour contenir la propagation de l'épidémie, uniquement après la confirmation du décès d'un coach de basketball ? Beaucoup d'observateurs s'étaient alors demandés pourquoi des mesures n'avaient pas été prises des les premiers cas de peste, pointant du doigt le fait que le ministère de la Santé notamment ait tenté de minimiser la gravité du problème, qui au final a atteint un seuil critique. Pour beaucoup également, l'initiative du département ministériel de Paul Rabary reste insuffisante. Il est bien beau d'assainir les écoles mais qu'en est-il des alentours des établissements écoliers et les villes également ? Justement, au lieu de conjuguer leurs efforts pour venir à bout de l'épidémie, les dirigeants au sein du Gouvernement et ceux au niveau de la Commune urbaine d'Antananarivo s'offrent en spectacle actuellement. Chacune des deux parties rejettent la responsabilité de l'assainissement de la ville des Mille à l'autre. Par presse interposée, le Premier ministre Mahafaly Solonandrasana Olivier et l'ancien chef d'Etat et accessoirement conseiller spécial de la maire, Marc Ravalomanana se lancent des piques ces deux derniers jours. A cette défaillance flagrante des dirigeants, s'ajoute également une communication brinquebalante. Prise de panique par l'épidémie qui va en s'amplifiant, la population s'était ruée vers les médicaments Cotrim. Actuellement, les  Tananariviens prennent d'assaut les pharmacies pour acheter des « caches-bouche ». Quelques semaines auparavant, la population s'était ruée vers les médicaments « Cotrim ». Au lieu d'éclairer les esprits et apporter des explications, les gouvernants soutiennent tout simplement l'inutilité de prendre ces « précautions »… Et au bout du compte c'est la population qui finit par être désemparée ne sachant plus quoi faire pour se protéger. A.R.

Tia Tanindranaza1 partages

Sekoly ambony UPRIMAmin’ny 05 novambra ny fidirana

Toy ny sekoly ambony rehetra dia efa miomana fatratra amin’ny fandraisana ireo mpianatra vao afa-panadinana Bakalôrea ihany koa amin’izao fotoana izao ny sekoly ambony UPRIM etsy Andavamamba, fepetra iray hahafahan’ireo mpianatra miditra ao aminy.

Pati

Tia Tanindranaza1 partages

ARETINA PESTA“28 no maty”, hoy ny minisitra

Vaovao lehibe mbola mitana ny sain’ny maro hatreto ny fiparitahan’ny aretina pesta eto amintsika.

 Nitondra fanazavana mikasika azy ity ny minisitry ny fahasalamam-bahoaka ny profesora Andriamanarivo Mamy Lalatiana, omaly, ka nambarany fa tafakatra 28 ny isan’ireo olona maty hatreto manerana ny Nosy. Miisa 157 kosa ireo olona ahiahiana ho voa, izay tsy ananana porofo mazava. Ny valo amin’ireo maty dia teto Antananarivo avokoa, trangam-pahafatesana izay notsindriany mazava tsara fa tsy vao omaly fa efa nanomboka tamin’ny faran’ny volana aogositra no ho mankaty. Ho antsika eto Antananarivo manokana dia miisa 16 ireo marary tazonina eny anivon’ny hopitaly amin’izao. Ho an’i Toamasina indray dia tafakatra dimy ireo olona namoy ny ainy, ka tamin’ny 22 septambra lasa teo no nisy trangam-pahafatesana farany, araka ny fanazavan’ny minisitra hatrany. Ho an’ireo marary kosa indray dia miisa 38 izy ireo ka ny enina mbola tazonina eny anivon’ny hopitaly PPH any an-toerana, manaraka ny fitsaboana akaiky. Nomarihin’ny minisitra fa ilay karazana “peste pulmonaire urbaine” ity mandripaka olona eto amintsika ankehitriny ity, aretina izay mifindra amin’ny alalan’ny piti-drora. Ilay marary avy any Ankazobe nihazo an’i Toamasina no tena nitondra azy. Hafampana ny fanentanana ny fiarahamonina mikasika ny fisian’ny aretina sy ny fepetra tokony horaisina, raha vantany vao misy toe-pahasalamana tsy mifanaraka amin’ny mahazatra. Hanampy ny minisitera ireo mpiara-miombon’antoka ara-bola sy ara-teknika maro toy ny UNFPA, ny OMS izay nanolotra lelavola 3 hetsy dolara sy fanafody ary fitaovam-pitsaboana, ny UNICEF, ny banky iraisam-pirenena, ny USAID, izay nahatonga solontena tetsy amin’ny minisiteran’ny fahasalamam-bahoaka avokoa, omaly. Marihina fa nosokafana mba handray ireo olona mararin’ny pesta avokoa, hatramin’ny fiandohan’ny herinandro teo, ireo hopitaly rehetra manerana ny Nosy, mba tsy hivezivezen’ny marary ka hampiparitaka haingana ny aretina.

Pati

 

La Vérité1 partages

Face à l’épidémie de peste - Gesticulations des membres du gouvernement

Certains ministres ont affiché leur présence sur le terrain pour pulvériser de produits désinfectants, sensibiliser la population et participer à l’assainissement de  certains lieux publics de la capitale, hier. A commencer par le Premier ministre et chef du gouvernement Mahafaly Solonandrasana Olivier et son staff qui se sont affichés au front pour donner les consignes de prévention  à la population tananarivienne. Le Premier ministre et le ministre de l’Eau, de l’Energie et des Hydrocarbures Lantoniaina Rasoloelison, le Chef de Région Analamanga, le chef de District d’Antananarivo I et quelques responsables au niveau du ministère de la Santé publique a fait une descente à Antohomadinika.  Le plus important serait que la population soit consciente que ses dirigeants apportent également leur pierre à l’édifice en la sensibilisant par rapport à la propreté et en lui donnant les consignes pour agir en cas de danger, a commenté le Premier ministre. 

Le ministre de l’Education nationale, Paul Rabary accompagné toujours du ministre de l’Eau, de l’Energie et des Hydrocarbures a pour sa part, enchaîné des visites dans les établissements scolaires de la Capitale, notamment à Analakely ou encore à Antanimena.  En tout cas, une partie de l’opinion publique y voit des gesticulations face à l’épidémie de peste qui sévit actuellement. Certes, en tant que raiamandreny de la Nation, les dirigeants se doivent de montrer l’exemple. Pour autant, ces descentes menées à grand coup de communications apparaissent surtout comme un moyen pour les ministres et le gouvernement en général de se faire voir auprès de la population dans la perspective de l’élection présidentielle de 2018. Faut-il d’ailleurs remarquer que le gouvernement n’a jamais rien fait dans le domaine de l’assainissement et a semblé par ailleurs pris à la légère le fléau de la peste. Il a fallu le décès d’un coach seychellois pour que le régime, pris de panique, réagisse en annonçant des mesures. Du coup, il essaie de se rattraper en effectuant une opération « coup de poing ».  Les autres quartiers de la Capitale attendent de voir le même enthousiasme de la part des membres du gouvernement…  Pour beaucoup, ces descentes ont un deuxième objectif, celui de jeter le discrédit sur le maire de la Capitale Lalao Ravalomanana et de son époux, ancien président de la République Marc Ravalomanana aux yeux de la population tananarivienne. Il s’agirait d’ailleurs pour les membres du gouvernement de faire passer les gens de la commune pour des incompétents à assainir la ville des mille. Une manière détournée pour le gouvernement de soutenir que la Cua est donc la principale responsable de la propagation de l’épidémie de la peste. A ce sujet d’ailleurs, le Premier ministre ne s’est pas privé de jeter encore une pique à l’endroit de la municipalité. Aux affirmations de Marc Ravalomanana, également conseiller spécial de la maire, qui dénonce l’absence de subventions étatiques qui pourraient aider à l’assainissement de la Capitale, le Premier ministre répond que « toutes les communes ont reçu des subventions », et que « seules les subventions spéciales en sus  n’ont pas encore été versées ». Il rajoute que cela ne devrait pas être un frein à l’accomplissement de projets.Recueillis par  Aiky R.

La Vérité1 partages

Elections présidentielles 2018 - Hery Rajaonarimampianina doute du Hvm

Le président Hery Rajaonarimampianina, en dépit de l’assurance apportée par le  président national du parti Hvm  Rivo Rakotovao à chaque fois que ce dernier aborde le sujet sur les prochaines élections présidentielles devant la presse, est loin d’être rassuré. En effet, selon des sources proches du parti au pouvoir, le dernier remaniement partiel du gouvernement effectué par le locataire d’Iavoloha  en l’occurrence le remplacement de l’ancien ministre auprès de la présidence en charge des Projets présidentiels de l’aménagement du territoire et de l’équipement Narson Rafidimanana par l’ancien ministre des Transports et de la Météorologie Ramanantsoa Ramarcel Benjamina est en rapport avec les prochaines présidentielles.

Le président Hery Rajaonarimampianina à 1an et quelques mois de celles-ci serait  conscient d’un fait : C’est surtout  grâce au soutien des plates-formes et des grandes formations politiques à l’instar du Mapar et autres s’il est élu à la tête du pays et non pas exclusivement au parti Hvm comme cherchent à le faire croire et martèlent les ténors de celui-ci à chaque occasion qui se présente. Hery Rajaonarimampianina n’est pas sans savoir que les élections de 2018 s’annoncent rudes pour le Hvm et les formations satellites de celui-ci. Aussi a-t-il jugé utile et plus qu’indispensable  de recourir à nouveau  au soutien de ses anciens alliés dont il a, malheureusement pour lui, trahi la grande majorité pour les prochaines présidentielles.  D’après nos sources, l’actuel ministre auprès de la présidence en charge des Projets présidentiels de l’aménagement du territoire et de l’équipement, Ramanantsoa Ramarcel Benjamina, aurait  pour principale mission  politique de rameuter les anciennes formations politiques  regroupées au sein de l’Escopol (du temps de la Transition) et la population des bas quartiers de la capitale. A croire que pour Hery Rajaonarimampianina le temps s’est arrêté pour qu’il compte rééditer l’exploit de 2013. En tout cas, une chose, dont un ancien membre de l’Escopol avec qui nous avons eu un entretien, est certaine c’est que Hery Rajaonarimampianina doute de la capacité du parti Hvm de le propulser au pouvoir pour un deuxième mandat. « Il peut toujours le nier mais c’est la vérité », a confié à tort ou à raison notre interlocuteur. En somme, le locataire d’Iavoloha dont la cote de popularité continue de  dégringoler chercherait à rassembler autour de lui le maximum de politiciens expérimentés après qu’il a diabolisé nombre de ces derniers. Faut-il rappeler, lorsqu’un quelconque politicien critique le régime actuel, les ténors de celui-ci s’empressent de répondre à leurs détracteurs que ces derniers devraient attendre leur tour et les prochaines élections. Une réplique qui laisse entendre que le Hvm est un parti fort et que les tenants du pouvoir n’en ont rien à cirer des autres partis politiques qui les fustigent. A l’évidence actuellement, ils se sont rendus compte de la gravité de la situation et cherchent à se rattraper. Nos dirigeants actuels sont d’une naïveté politique telle qu’ils pensent qu’il suffit qu’ils tendent la perche pour que tous leurs détracteurs s’empressent d’embarquer à bord de leur navire lequel, n’en  déplaise aux hommes aux cravates bleues,  part à la dérive.

L'express de Madagascar1 partages

Riziculture – Renforcer l’ancrage des crédits mutuels

L’utilisation des sacs Papriz conjuguée avec l’adhésion aux crédits mutuels devrait améliorer la riziculture. Viser l’autonomie des paysans.

Vulgariser. Répandre largement les avantages des crédits, des dépôts et épargne pour une meilleure rentabilité de  production. C’est en substance l’objectif de la convention de partenariat signée hier entre le projet Papriz (Projet d’amélioration de la productivité Rizicole, de gestion de bassins versants et périmètres irrigués) phase 2 du ministère en charge de l’Agriculture et de l’élevage, la société Sumitomo Corporation et le Cecam (Caisses d’Epargne et de Crédit Agricole Mutuels). Une signature qui a alors lancé la phase pilote du modèle de Vulgarisation autonome par les paysans riziculteurs des régions Analamanga, Itasy et Vakinankaratra pour la campagne rizicole 2017-2018.« Le modèle se présente comme un accès facile aux intrants agricoles tels que les semences certifiées et engrais minéraux, grâce à l’achat d’un sac Papriz », explique Pierrot Serge Randrianaritiana, secrétaire général du ministère en charge de l’Agriculture et de l’élevage. « Le sac contient des semences certifiées, des DAP, du sulfate d’ammonium, de la fertilisation en pépinière et des apports d’engrais minéraux ainsi qu’un guide d’instruction technique.  Le sac est conçu pour une superficie de dix ares pour un rendement de cinq tonnes à l’hectare », précise-t-il.

ProcessusPar ailleurs, des paysans formateurs seront sélectionnés par la suite afin de mener des formations sur la technique Papriz et les techniques de gestion des bassins versants auprès d’autres riziculteurs.Le Cecam accordera des prêts avec un taux d’intérêt de 2.5% au lieu des 4% habituels, aux paysans pour l’achat des sacs Papriz. La société japonaise Sumitomo Corpo­ration assurera les fonds pour l’achat des sacs Papriz dans un premier temps, dont l’unité coûte 45000 ariary. « La seule condition exigée pour l’accès des riziculteurs aux sacs Papriz est d’adhérer à la mutuelle Cecam. Il n’y a pas de raison  que les riziculteurs aient du mal à rembourser leurs prêts vu que le rendement attendu par hectare est de deux millions d’ariary en moyenne », précise Seth Ramanganavalona,directeur général adjoint de Cecam. « D’ailleurs, les produits Papriz sont reconnus être de bonne qualité. Un critère qui motivera les riziculteurs à s’y lancer. C’est une opportunité pour eux d’investir exclusivement dans la riziculture et d’apprendre comment utiliser les fonds », ajoute-t-il.Cent neuf riziculteurs de Soavinandriana, Miarinarivo et Arivonimamo  se sont déjà manifestés à cette forme d’autonomisation. Le droit d’adhésion au Cecam sera gratuit. Près de cinquante deux milliards d’ariary de prêts pour le secteur agricole ont été accordés par Cecam en 2016, profitant à quarante trois mille ménages. L’occasion a été saisie par le directeur général adjoint de marquer la nécessité de la mise en place de textes régissant les micro-assurances agricoles, utiles en cas de catastrophes naturelles. Le Cecam affirme négocier en cas d’existence de paysans mauvais payeurs.

Mirana Ihariliva

L'express de Madagascar1 partages

Evénement – Un salon pour démocratiser le financement

Après le salon Expo­finance, voilà une autre sur la microfinance, les banques et les assurances. Cette manifestation économique ouvrira ses portes aujourd’hui à Mahamasina. « Le premier est plutôt un évènement corporate, tandis que le nôtre ciblera le grand public. L’objectif reste toujours dans la vulgarisation des services financiers et bancaires à Madagascar afin de contribuer à l’augmentation du taux de bancarisation du pays », a déclaré lundi Dera Andrianirina, chef de projet du salon de la microfinance, des banques et des assurances (S’MBA) lors d’une rencontre avec la presse à Ambatonakanga.À Madagascar, le taux de bancarisation reste encore très faible. Les données officielles disponibles parlent de 5%. Des institutions et établissements se spécialisant dans les services de mobile banking ou encore de transfert d’argent rejoindront le rang des autresinstitutions financières lors de cet évènement. « La priorité pour nous est l’inclusion financière », annonce pour sa part Mahanina Rako­to­niaina d’Airtel Madagascar.

Lova Rafidiarisoa

Madagate1 partages

Madagascar. Gouvernance Hvm: les animaux malades de la peste

Cette épidémie de peste qui sévir actuellement à Madagascar me ramène à plus de 40 ans en arrière, au temps où j’étais lycéen et à l’époque où l’on étudiait les fables de Jean de La Fontaine dans la Grande île. Un passé à jamais révolu mais qui nous permet, à nous, derniers survivants de l’avant mai 1972, de rester philosophes face à des situations que l’on croyait ne plus jamais se reproduire. Hélas, avec le comportement indigne du candidat n°3, une fois qu’il a été élu président de la république -il y a 4 ans-, c’est la régression totale pour tout un peuple, avec, en prime, le grave danger de devenir des étrangers dans leur propre pays.

Car Hery Rajaonarimampianina a ouvert les frontières de la Grande île de l’océan Indien de manière si béante qu’il ne pourra plus les refermer lui-même. Cela, non pas pour le bien-être des Malgaches, comme il l’avait juré le 24 janvier 2014 à Mahamasina, mais pour quelques misérables ariary de plus. Comme tous les dictateurs africains dont il suit le parcours en voulant toiletter à tout prix la constitution, sachant pertinemment qu’en temps normal, dans un pays normal (qui respecte les normes, les lois), il n’aura aucune chance d’être réélu. Même en trichant.

Le candidat du président Marc Ravalomanana, lors de l’élection du Maire d’Antananarivo, en décembre 2006 l’a appris à ses dépends… Il a été battu à plate couture, malgré l’utilisation de tout l’appareil étatique et l’appui direct du président de la république en personne.

En ce début du mois d’octobre 2017, la situation qui prévaut à Madagascar me rappelle la fable «Les animaux malades de la peste» que La Fontaine a écrit en 1678. Ici, cet auteur fabuleux (et non affabulateur) décrit la représentation de la société de son époque, le XVIIè siècle. Il prête aux animaux les qualités et les défauts des hommes. Ainsi, le monde animal qu’il a créé lui a permis d’éviter la censure royale.

Dans «Les animaux malades de la peste », Jean de La Fontaine peint l’homme de façon pessimiste et critique le roi Louis XIV (le Roi-Soleil, 1638-1715) et sa cour. Il peint le mauvais comportement des hommes, qui entraîne des châtiments avec la nécessité d’une victime expiatoire. Il s’agit de personnages types correspondant chacun à des individus ou des groupes sociaux. Ces personnages sont ancrés dans la réalité de son époque mais leurs attitudes demeurent universelles. Le dénouement est triste. Il permet d’insister sur l’hypocrisie et sur une justice contrôlée par les puissants. Il décrit des comportements humains qui existent et subsistent toujours en ce IIIè millénaire.

Vous avez bien lu. Votre compréhension de cette fable dépendra de votre niveau de français, bien sûr… Mais pour vous résumer, cette fable décrit le mauvais comportement des hommes qui entraîne des châtiments avec la nécessité d’une victime expiatoire. Mais choisie par les «puissants» en 1678... Et vous conviendrez alors avec moi que Madagascar en 2017, sous l’ère Rajaonarimampianina, ce n’est pas 50 ans mais bien plus de quatre siècles de recul. Certes, tout a une fin mais Hery vaovao a vraiment tout foutu en l’air et le pire est donc à venir avec cette histoire de toilettage de la constitution et de Zones économiques spéciales (ZES). Bah, consolons-nous et rongeons notre frein en nous disant que rien n’a changé et ne changera sous le soleil de la dictature: Idi Amin Dada, Empereur Bokassa 1er et dernier, Blaise Compaoré… Où sont-ils à présent?

Vanité des vanités, tout n’est que vanité et poursuite du vent (L’Ecclésiaste). Pauvre, pauvre Hery Martial Rajaonarimampianina Rakotoarimanana.

Jeannot Ramambazafy – 4 octobre 2017

Madaplus.info0 partages

Accroissement de l’épidémie pesteuse : renfort des experts internationaux à Madagascar

Le bilan de décès lié à la peste s’alourdit depuis le début du mois d’août jusqu’à maintenant. Malgré l’annonce des autorités quant à la maîtrise de l’épidémie de la peste pulmonaire actuelle, la statistique sur les cas d’hospitalisation et de décès a augmenté. À l’issu d’une entrevue avec la presse hier, le Ministre de la Santé Publique a communiqué quatre nouveaux cas de décès dans le Région d’Analamanga.
L’épidémie de la peste sévit bel et bien dans le pays, selon l’Institut Pasteur de Madagascar (IPM). C’est en effet l’organe médical à qui est confiée la confirmation biologique de peste. Face à la gravité actuelle de la recrudescence de l’épidémie pesteuse, l’IPM va recevoir un renfort des experts internationaux, des doctorants et des techniciens de l’Institut de Paris, de Centre Nationale de Référence de la Peste à Paris. D’après le discours d’André Spiegel, le Directeur général de l’IPM, l’institut ouvre ses portes en permanence pour accueillir le soin de patients, car la prise en charge médicale à temps est prioritaire. Différentes mesures ont été prises avec l’appui des partenaires techniques et financiers de Madagascar, à savoir l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), qui a fourni des dotations en matériels médicaux. Selon Charlotte FatyNdiaye, une représentante de l’OMS, Madagascar n’a pas encore mis pour l’instant aucune restriction sur les voyages. La seule chose que le Ministère a mis en place c’est uniquement le contrôle sanitaire et les gens qui viennent à Madagascar sont tout simplement informés de l’existence de l’épidémie dans le pays et que des mesures sont prises pour maîtriser la situation. Elle de souligner que les gens qui sortent du pays doivent être conscients de prendre les informations qu’il faut par rapport à la maladie. À part les mesures à prendre comme le contrôle sanitaire, des barrages sanitaires ont été également mis en place dans les gares routières. Les ripostes adaptées sont aussi fournies pour chacun des cas suspects, selon toujours le MSP.
News Mada0 partages

Faritra Androy sy Anosy : manome vokatra tsara ny masomboly avy amin’ny CTAS

CTAS na Centre technique agroécologique du Sud, foibe iray, miasa any amin’ny faritra Androy sy Anosy, manao fikarohana momba ny masomboly manampy ny tantsaha any amin’ny faritra atsimon’ny Nosy manontolo. Mamokatra karazana masomboly isan-karazany ny ao amin’io foibe io, izay mifanaraka amin’ny toe-tany any an-toerana. Vokarin’ny  CTAS amin’izany, ohatra, ny tsiasisa, voanemba, tsaramaso, voanjo, ampemba, katsaka, konoka, bejiry, mokona. Io farany io, karazana akora voajanahary manampy manome tsiro ny tany. Tsy mila mampiasa zezika simika ny tanjona. Mamokatra tsara ny tany ho an’izay mampiasa io mokona io.

Manodidina ny 100 t isan-taona ny masomboly vokarin’ny CTAS, volena araka ny fepetra ifampizarana eo anivon’ny fikambanan’ny tantsaha samihafa. Tranombarotra 140 ametrahana azy ireo, miampy ireo vondrona na fikambanana hafa manampy. Manohana amin’ny lafiny ara-bola ny Vondrona eoropeanina sy ny Giz. Misy ny fiaraha-miasan’io foibe io amin’ny tantsaha, miara-midinika izay karazam-boly mety any amin’ny faritra misy azy ireo. Rehefa hita izay karazam-boly izay, hanaovana fikarohana hizahana izay fomba hampitombo azy betsaka. Mbola manampy koa ny Vondrona eoropeanina amin’izay.

Miara-miasa manampy ny CTAS ny Fofifa, nanomboka ny taona 2014, momba ny famokarana ireo masomboly ireo any amin’ny faritra Androy sy Anosy. Manampy ny fikambanana amin’ny famokarana izany masomboly izany ny Fofifa na mbola tsy mahafeno ny fepetra vokatra vita aza ireo fikambanana ireo.  “Tsy marina ny filazana fa tsy mamokatra ny tany any Androy na Anosy, fa izay mampiasa masomboly avy any aminay, mahavokatra avokoa”, hoy ny teknisianina iray ao amin’ny CTAS.

R.Mathieu

News Mada0 partages

Ranomasimbe Indianina : 400 ireo zavamaniry tandindomin-doza

 Nanaovana atrikasa ny 27 hatramin’ny 28 septambra teo tany La Réunion, teo anivon’ny COI, momba ny fiarovana ny zavaboahary aty amin’ny ranomasimbe Indianina. Nanampy ara-bola ny Vondrona eoropeanina. Nandritra ny atrikasa nifanakalozan’ireo manampahaizana samihafa, ny olana mahakasika ny zavamaniry amin’ny faritra atsimo andrefan’ny ranomasimbe Indianina. Miteraka akony ratsy betsaka amin’ny fambolena, tontolo iainana, hatrany amin’ny toetr’andro ny faharavan’ireo zavaboahary ireo, araka ny fikarohana nataon’ireo manampahaizana.

Taorian’ny atrikasa, namoahana ny anaran’ireo zavamaniry atahorana ho ripaka tanteraka, ka natao laharam-pahamehana ny fiaravona azy ireny. Mahatratra 400 ny isan’izy ireo. Ahitana azy ireo betsaka eto Madagasikara. Koa tapaka fa ifampizarana ny vaovao rehetra amin’ny ezaka fiarovana azy ireny. Napetraka ny fepetra iombonana momba izany.

Fahafantarana bebe kokoa momba ireo zavamaniry ireo, manampy betsaka amin’ny fiarovana azy aty amin’ny faritra. Nanomboka ny taona 2012 ny tambajotra Wionis* miasa momba ny fitantanana sy fiarovana ny zavaboahary aty amin’ny faritra. Mpikambana 330 avy amin’ny vazantany efatra maneran-tany ao anatin’izany.

Nandray anjara tamin’ny atrikasa ny avy any Comores, Kenya, Seychelles, La Réunion, Madagasikara, nahitana mpikaroka, mpianatra, teknisianina avy amin’ny sehatry ny fambolena sy ny fiarovana ny ala.

R.Mathieu

Wionis* :  Western Indian Ocean Network on Invasive Species

News Mada0 partages

Propagation de la peste : l’exécutif et la CUA s’accusent mutuellement

Pour la première fois depuis l’apparition de l’épidémie au pays, la peste a été au centre du sujet du conseil de gouvernement hier à Mahazoarivo. Et la Commune urbaine d’Antananarivo est désignée parmi les responsables. La réplique du camp Ravalomanana ne s’est fait pas attendre.

A l’heure où l’épidémie de la peste continue de faire des victimes dans le pays et que l’instance internationale, en l’occurrence l’ Organisation mondiale de la santé (OMS)  se fait du mouron face à la situation qualifiée de critique, les responsables, à savoir l’Exécutif et la Commune urbaine d’Antananarivo, se rejettent la faute les uns sur les autres. Décidément, il ne manquait plus que cela.

Force est ainsi de constater que le torchon brûle de nouveau entre le régime Hery Rajaonarimampianina et la CUA de Ravalomanana. Cette fois, la pomme de discorde est loin de cette querelle de clocher en matière politique, mais de la propagation réelle de la peste dans la capitale de Madagascar.

Hier à Mahazoarivo, le Premier ministre Olivier Mahafaly a tiré à boulets rouges sur la CUA. «Il a réitéré que les maires, notamment ceux d’Antananarivo Ville et de Toamasina, ont leur part de responsabilité par rapport à cette épidémie», rapporte le communiqué de la primature.

Par la même occasion, le Premier ministre a fait remarquer que «ce sujet commence à basculer sur le terrain politique». Et il y a de quoi sortir de ses gonds vu que le régime a eu du mal à maîtriser la situation et à rassurer la population. D’ ailleurs, sans attendre, Marc Ravalomanana, conseiller spécial de la maire d’Antananarivo, Lalao Ravalomanana, a contre-attaqué et part en croisade contre le régime.

Tirs croisés

Au cours d’une conférence de presse donnée hier à Faravohitra, Marc Ravalomanana a déploré «la mauvaise foi» de  la part d’Olivier Mahafaly Solonandrasana. «Cette accusation sans fondement ne m’enchante pas du tout», a-t-il pesté.

«La CUA n’est en rien responsable de la récolte d’ordures ménagères dans la Capitale. L’Exécutif a depuis 2009 mis le Service autonome de maintenance de la ville d’ Antananarivo (Samva) sous la tutelle du ministère de l’Eau, de l’énergie et des hydrocarbures (MEEH). Ce n’est pas pour nous défendre ni de rejeter la faute aux autres, mais rendez-nous la tutelle du  Samva et je vous garantis qu’en une semaine, Antananarivo sera propre. Des partenaires sont prêts à nous épauler et nous pourrons importer 250 bacs à ordures et une cinquantaine de camions», s’est vanté Marc Ravalomanana. Alors qui est responsable ?

Rakoto

 

News Mada0 partages

Fitokonan’ny mpitsara sy ny mpirakidraharaha : hanamafy ny hetsika ny firaisankinan’ny sendikà raha ...

« Mampandre izahay fa raha mbola mitohy ny fanitsakitsahana zo sy fanenjehana mpikambana mpitarika sendikà, hanamafy ny hetsika na fitokonana firaisankina iraisan’ny mpiasa rehetra eto Madagasikara ny eo amin’ny sehatra tsy miankina sy ny mpiasam-panjakana. »

Io no nambaran’ny eo anivon’ny Randrambaonny sendikà na ny Solidarité des syndicats de Madagascar (SSM) sy ny CTM, novakin-dRaharovoatra Claude, teny Anosy, omaly, manoloana ny antsojay ataon’ny fanjakana amin’ny Sendikàn’ny mpitsara eto Madagasikara (SMM) sy ny Sendikàn’ny mpirakidraharaha fitsarana (SGM).

Raha mitohy ny fanenjehana sy fanitsakitsahana ary tsy fanajana ny zo sendikaly, voatery handray fepetra mifanaraka amin’ireo toe-draharaha ireo ny SSM mba hisy akony amin’ny fanajana zo sendikaly tsy misy ankanavaka.

 

Hametraka fitarainana ny SSM

Hirosoana izany raha tsy tontosa antsakany sy andavany ireo fitakiana rehetra nataon’ny sendikà tsy misy ankanavaka. Eo koa ny fampiharana izay voalaza ao anatin’ny lalàmpanorenana sy ireo fifanarahana iraisam-pirenena momba ny asa sy ny lalàna mihatra eto Madagasiakra, araka ny fanazavana.

Tapaka fa hametraka fitarainana eo anivon’ny Fikambanana iraisam-pirenena momba ny asa (OIT) sy ny Birao iraisam-pirenena momba ny asa (BIT) izy ireo, eny amin’ny masoivoho vahiny miasa eto an-toerana, amin’ireo mpiara-miombon’antoka, any amin’ny Vaomieram-pirenena mahaleo tena momba ny zon’olombelona (CNIDH), ny CIDH.

Hanao fivoriambe tsy ara-potoana ny sendikà tsirairay izay mivondrona ao amin’ny SFM, izay hanambarany ny any ifotony ny loza mitatao amin’ny sendikà sy ny fiarovana ny zon’ny mpiasa.

Mitohy ny fifanenjanana

Mitohy ny fitokonan’ny mpitsara sy ny mpirakidraharaha fitsarana. Amin’izany, mitohy ihany koa ny fifanenjanana. Vitan’ny hoe fampiharan-dalàna ve ny raharaha? Na teny midina, baiko, fampitandremana, fandrahonana, fampiasan-kery… Amin’ny toe-javatra toy izao no mahamarina hatrany ny hoe toerana politika ny fitantanana minisitera. Tsy azo ihodivirana fa andrasana ny fiverenana amin’ny fifampidinihana raha mbola mihenjan-droa ny tady?

R. Nd.

News Mada0 partages

“Rallye Tour de Tana 2017” : mbola ady goavana ny an’ireo mpifaninana

 28 ny fiara handray ny fiaingana ny zoma ho avy izao, eo amin’ny «Rallye Tour de Tana” 2017, karakarain’ny klioba Asa Tana, dingana fahadimy amin’ny fiadiana ny ho tompondakan’i Madagasikara. Hiady tanteraka ny fihaonana, satria mbola samy manana herijika handrombahana sy hisalorana ny anarana maha tompondakam-pirenena avokoa ireo mpanamory rehetra. Anisan’izany ry Ndrianja sy Fanja, izay mitarika aloha, hatreto, eo amin’ity fifaninanam-pirenena ity. Tsy lavitra azy ireo koa anefa i Tahina sy i Baovola ary i Yves sy i Nitro, raha tsy hilaza afa-tsy ireo.

Mahatratra 415, 90 km ny halavan’ity fifaninanana ity, izay misy dingana manokana “ES” miisa 12 mirefy, 142, 60 km.

Torcelin

Ireo mpanamory handray ny fiaingana :

1-Alcazaria – Mi – (FMMSAM) – P.205

2-Papiben – A. Mick – (FMMSAM / Asacm) – VW Golf MK2

3-Dani – Rina – (Asa Tana) – Renault Megane

4-Jeffy James – Andry – (TMF) – P.205

5-Bona – Miangaly – (FMMSAM / ACCT) – Subaru

6-Nirina – Alcazaria JR – (FMMSAM) – P.206

7-Hanitra – Sylvie – (ACCT / Ama) – Subaru

8-Pattie – Jennie – (Asacm) – Citroen Visa Trophee

9-Gérard – Teddy – (FMMSAM) – Mitsubishi Evo 9

10-Ndrianja – Fanja – (Asacm) – Subaru

11-Fidi – Naina – (Asacm) – Renault Clio

12-Anjabob – Aina P – (Asa Tana / Ama) – VW Golf 3 TDI

13-Yves Mau – Betojo – (Asa Tana / Asacm) – Renault Clio

14-Tahiana – Tahiry – (Asacm) – Subaru

15-Domvala – Rhal – (Asacm) – VW Polo TDI

16-Andy – Babaina – (TFM / FMMSAM) – P.205

17-Jean Marc – Sanda – (FMMSAM) – P.205

18-Haja D – Alain – (TMF / Asacm) – Ssangyong Actyon

19-Ony – Princy – (FMMSAM / Asacm) – P.206

20-NS – Dorax – (FMMSAM) – Renault Clio

21-Patty – Jassy – (Asa Tana) – VW Golf

22-Tahina – Baovola – (Asacm) – Subaru

23-Ny Anjara – Adri – (Asacm) – Subaru

24-Hery Be –   Fafah – (TFM / Tacs) – Mitsubishi Evo X

25-Yves – Nitro – (TMF / Asacm) – Subaru

26-Jacques – Santatra – (TMF) – Renault Alpine

27-Bati – Riri – (FMMSAM) – P.106

28-Nari 9 – Tito – (Ama / ACCT) – VW Golf

 

News Mada0 partages

Rugby à 7 – «Can 2017» : iray vondrona amin’i Zimbaboe ny Makis

Handeha  hiady ny tapakila hiatrehana ny fiadiana ny ho tompondaka eran-tany 2018, eo amin’ny rugby lalaovina olona fito, ny Makis de Madagascar. Iray vondrona amin’i Zimbaboe  ny Malagasy, amin’ity.

 

Hanainga, anio hihazo an’i Ogandà, ny Makis de Madagascar, hiatrika ny fiadiana ny ho tompondakan’i Afrika (Can 2017), rugby ho an’olona fito. Fifaninanana, hotontosaina ny 6 sy 7 oktobra ho avy izao. 10 ireo firenena hiatrika izany, amin’ity. Ao amin’ny sokajy «B» ny Makis de Madagascar, miaraka amin’i Zimbaboe sy i Sénégal ary i Botsoana sy i Maorisy. Azo lazaina fa eo ho eo ihany ity vondrona ity, raha oharina amin’ny sokajy «A», izay misy an’i Ogandà, mpampiantrano, sy i Tonizia ary i Maraoka sy i Zambia miampy an’i Ghana. Na izany aza, mila fahamailoana ny Makis satria firenena nilalao ny rugby à 7 efa ela ihany koa i Sénégal sy i Maorisy.

Raha ny fandaharam-potoana, hifandona amin’ny Makis, eo amin’ny lalao voalohany ry zareo Maorisianina, aorian’izay i Botsoana ary manaraka avy eo i Sénégal raha hamarana azy  i Zimbaboe. Tsiahivina fa hisolo tena an’i Afrika, amin’ny fiadiana ny ho tompondaka eran-tany, hatao any San Francisco, amin’ny taona 2018, ireo ekipa roa miatrika ny famaranana, ary koa handray anjara  amin’ny “Jeu de Commonwealth”, hatao any Aostralia, ny 13 – 15 aprily ho avy izao.

Tompondaka

Ireo mpilalaon’ny Makis de Madagascar :

1-Mika – (FTM) – demi d’ouverture

2-Danger – (STM) – pilier

3-Pouna – (US Ankadifotsy) – pilier

4-Gougou – (Cosfa) – Pilier

5-Bôlô – (Cosfa) – demi d’ouverture

6-Gervais – (FTM) – demi de mêlée

7-Rahery – (Cosfa) – ailier

8-Mbola – (FTM) – talonneur

9-Rahery Kely – (US Ankadifotsy) – demi de mêlée

10-Kourka – (FTM) – centre

11-Lahatra – (FTM) – centre

12-Bila – (US Ikopa) – pilier

Mpanazatra : Alain

News Mada0 partages

Fara West Faravohitra : hisy fanomezam-boninahitra an’i Jeanot Rabeson

Jeanot Rabeson, andrarezin’ny mozika jazz. Vao tsy ela akory izay no nodimandry ity mpanakanto ity. Ho fahatsiarovana azy, hisy ny fampisehoana miavaka izay hotontosaina etsy amin’ny Fara West Faravohitra, ny 7 oktobra ho avy izao. “Nanam-bintana izahay nanokatra ny “café musical” tato niaraka tamin’i Jeanot Rabeson, ny 24 avrily 2016. Nanamarika ny tantaran’ny mozika jazz malagasy ity mpanakanto ity, ka rariny loatra raha manokana fotoana ho azy izahay amin’io”, hoy ny nambaran’i Eric Rakotoary.Anisan’ireo hitendry sy hanafana ny fotoana i Eric Rakotoary, miaraka amin’i Datita Rabeson sy Eddy Rabary. Raha toa ka misy mpanakanto hafa te hanao izay tsiaro sy fanomezam-boninahitra izay koa dia misokatra ho azy ireo ny toerana. Afaka manatona ny mpiandraikitra ny toerana, mba hanomanana tsara ny fifandimbiasana an-tsehatra ireo mpanakanto liana sy te handray anjara amin’izany fanomezam-boninahitra izany.

Zo ny Aina

News Mada0 partages

Mitombo ihany ireo matin’ny pesta : mampisavoritaka ny tarehimariky ny minisiterean’ny Fahasalamana

Dimy, afakomaly. Omaly indray, niakatra ho 19, raha ny eto Antananarivo Renivohitra sy Antananarivo sy ny manodidina (Grand Tana). Mitombo ihany, araka izany, ireo matin’ny pesta. Merana ny Nosy, tarehimarika roa samihafa, mitondra ny datin’ny omaly, no navoakan’ny minisiterean’ny Fahasalamana. Mampisavoritaka saim-bahoaka.

Mbola mitana ny sain’ny maro ny fiparitahan’ny aretina pesta eto Antananarivo sy Toamasina. Raha ny tarehimarika, nomen’ny minisiteran’ny fahasalamam-bahoaka, omaly, tafakatra 10 ireo matin’ny pesta teto amin’ny manodidina an’Antananarivo (Grand Tanà: Atsimondrano, Avaradrano, Ambohidratrimo). Sivy kosa ireo maty teto Antananarivo Renivohitra. Tafakatra 30 kosa ireo matin’ity aretina ity manerana ny Nosy.

Mahatratra 169 ireo trangan’aretina hita manerana ny Nosy. 129 ireo olona efa sitrana rehefa nandalo fitsaboana ary 10 kosa ireo mbola manaraka fitsaboana amin’izao fotoana.

Ho an’ny eto Antananarivo, valo ireo tsaboina eny amin’ny Chapa Ambohimiandra, telo tsaboina etsy amin’ny HJRB ary efatra eny amin’ny Cenhosoa.

Tsy mbola mahafa-po ny mpanara-baovao ny fampahafantarana amin’ny fomba ofisialy ataon’ny fanjakana. Na ny tarehimarika aza mampisavorovoro. Samy tatitra avy amin’ny minisiteran’ny Fahasalamam-bahoaka na ny voalaza ao amin’ny tranonkalan’izy ireo na ny azo avy amin’ny “mail” saingy samy hafa ny tarehimarika avoakany.

Niakatra an-databatra ihany koa ny resaka pesta, omaly, nandritra ny filankevitry ny governemanta. Nasongadina tamin’izany ny fananganana vaomiera iraisan’ny minisitera maromaro amin’ny ady atao amin’ity aretina ity.

Eo koa ny “operation coup de point” hatao eto Antananarivo  sy any Toamasina indrindra amin’ireo toerana nahitana olona mararin’ny pesta.

Etsy andaniny, milaza handray fepetra ny governemanta amin’ny fihazana ireo olona manaparitaka vaovao diso eny amin’ny tambajotra sosialy ka miteraka fikorontanan-tsaina sy savorovoro ho an’ny rehetra.

Raha ny tsikaritra hatry ny omaly, betsaka ny olona nitondra ny takom-bava teny an’arabe ary tsy nahataitra intsony ny nahita azy ireny satria efa malaza ratsy loatra ny fiparitahan’ny aretina ka samy mailo ny rehetra.

Randria

News Mada0 partages

Fitokonan’ny mpianatr’i Barikadimy : mitohy amin’ny fitakiana fizarana trano indray ny hetsika

Mitohy ny hetsiky ny mpianatry ny oniversite any Barikadimy Toamasina, omaly. Resaka fizarana trano indray ny olana mipetraka. Tonga ny Emmo/Reg nandamina ny mpianatra…

Anisan’ny antony mahatonga ny fitokonan’ny mpianatra ao Barikadimy ny tokony hizarana ny trano vaovao misy rihana telo vao vita sy ireo nasiam-panamboarana. Tokony hozaraina amin’ny mpianatra amin’ izany, ary antony manaraka ny vatsim-pianarana sy fitakiana ny tsy hampiakarana ny saran’ny fisoratana anarana.

 Efa saika vita fifampiresahana tamin’ny tompon’andraikitra eo anivon’ny fitantanana ny oniversiten’ i Toamasina avokoa ny antony roa farany ary efa eo am-pikarakarana ny filohan’ny oniversite, Velo Jerome, raha ny tafa nataony tamin’ny fahitalavitra iray. Fanazavana izay mbola tsy nahasakana akory ny fitokonan’ny mpianatra. Natsipin’ny filohan’ny oniversite any amin’ny orinasam-panjakana Jirama kosa ny momba ny trano. « Noho ny tsy fahavitan’ny fametrahana ny tariby mitondra herinaratra ho an’ny trano tsirairay, izay asa sahanin’ny Jirama, ny antony tsy izarana ny trano”, hoy ny filohan’nyoniversiten’i Toamasina. Vokany, raha ny hetsiky ny mpianatra, omaly talata, ahina hifatratra amin’ny orinasam-panjakana Jirama indray ny hatezeran’ny mpianatra.Manambana grevy ny any Mahajanga

Ankoatra ity any Barikadimy Toamasina ity, manambana hitokona ihany koa ny mpianatry ny oniversite any Ambondrona, Mahajanga. Mitovy ihany ny fitakiana amin’izany, resaka vatsim-pianarana sy ny fiakaran’ny saram-pisoratana anarana. Efa nisy ny fitakiana tonga eny amin’ny tompon’andraikitry ny oniversite Mahajanga momba azy ity. Tsy mbola ny valiny ofisialy fa fantatra kosa fa efa mikarakara momba ny vatsim-pianarana ry zareo any an-toerana. Ny eto an-dRenivohitra, milamina ny momba vatsim-pianarana satria anatin’ny fanefana izany ny eny amin’ny oniversiten’Antananarivo. Tsy misy ny resaka hetsiky ny mpianatra, hatreto.

Sajo sy Yves S.

News Mada0 partages

Beroboka Belo Tsiribihina : olona sivy maty novonoin’ny dahalo nandritra ny fifandonana

Nitrangana fanafihan-dahalo mahery vaika tany Antanandava, kaominina Ambanivohitra Beroboka any amin’ny distrikan’i Belo Tsiribihina, omaly maraina. Araka ny vaovao avy any an-toerana, dahalo ampolony maro nirongo fiadiana no nanafika tany an-toerana. Nanohitra ny mponina ka olona telo no matin’izy ireo tao an-tanàna. Ny iray maty voatifitra, ny roa kosa voakapan’ny famaky. Omby 60 nalain’ireo dahalo tamin’izany, kanefa mbola nandroba ihany koa izy ireo. Tsy vitan’izany fa mbola nitondra vatan-dehilahy sy vehivavy izy ireo nataony takalon’aina sy nitondra entana. Ilay vehivavy navotsotr’ireo dahalo rehefa lasa lavitra.

 Nantso vonjy tamin’ny mpitandro filaminana tany Belo Tsiribihina ny mponina saingy nilaza ireo fa ny avy any Morondava no tokony antsoina fa tsy afaka manao fanarahan-dia ireo. Ny mponina ihany, araka izany, no nanao fanarahan-dia ka nifakatratra tamin’ireo dahalo. Raikitra ny fifandonana ka olona enina no matin’ny tifitry ny dahalo tamin’izany. Mbola nitohy hatramin’ny omaly hariva, ny fifandonana, tsy nisy mpitandro filaminana tonga tany an-toerana. Mitaraina tamin’ny antso an-tariby taty an-dRenivohitra ny mponina. Fa nankaiza ny zandary, miady amin’ny pesta?

Yves S.

 

News Mada0 partages

Pesta-Facebook : rangahy iray nosamborin’ny polisy

Lehilahy iray 49 taona no nosamborin’ny polisy misahana ny « cybercriminalité » any Anosy, omaly, tokony ho tamin’ny 4ora hariva. Araka ny fantatra, ny fanelezana tsaho tao anaty facebook mahakasika ny valan’ aretina pesta izay nolazainy fa 40 ny olona maty no anton’izany. Araka ny fanazavana azo, nilaza fa nisangisangy ity rangahy ity fa tsy nihevitra ny hampihorohoro. Araka ny lalàna 2014-006 momba ny ady amin’ny “cybercriminalité« , voarara ny fanelezana tsaho amin’ny tambajotra toy ny facebook. Notanana vonjy maika eny amin’ny polisy ity lehilahy ity hatramin’ny omaly. Tsy izy ihany no efa tratran’ny fisamborana sy ny fanaovana fanadihadiana tahaka izao, fa efa nisy koa ilay tovolahy nanaparitaka momba ny fihotsahan’ny tonelina Ambohijatovo. “Mampiditra am-ponja ny fanelezana vaovao tsy marina amin’ny tambajotra sosialy na mitovitovy amin’izany”, hoy ny fanazavana. Tranga mitovitovy amin’izany ihany ny nahazo an-dRapanoelina Ihary.

Ny teo anivon’ny governemanta, omaly, mbola nanamafy fa hohenjehina sy handraisana fepetra hentitra izay olona manaparitaka vaovao tsy marina na mampihorohoro amin’ny alalan’ny tambajotra sosialy eto amintsika.

Yves S.

News Mada0 partages

Ampasampito : nandrarahana fanafody ny Gare routière

Hentitra ny fepetra noraisina eny amin’ny Gare routière Ampasampito. Natsangana ny foibe fitiliana ny aretina pesta ho an’ireo mpandeha taksiborosy. Norarahana fanafody miady amin’ny mikraoba teny an-toerana.

Manoloana ny fiparitahan’ny  pesta sy ny valan’aretina maro samihafa eto an-dRenivohitra ankehitriny. Nandraraka fanafody mamono mikraoba ny avy eo anivon’ny Gare Routière Ampasampito.

Efa fanaon’ireo mpitantana ity toeram-piantsonana ity ny mandraraka fanafody eny an- toerana sy amin’ireo fiara mifamezivezy isan-telo volana. Noho izao toe-java-misy ankehitriny izao anefa dia tanterahina isaky ny telo andro ity hetsika ity.

Miara-miasa amin’izy ireo ny ATT. Tompon’andraikitra amin’ny fitantanana ireo toeram- piantsonan’ny fiara mpitatitra rehetra ny kaominina Antananarivo Renivohitra.

Napetraka teny an-toerana koa ny foibe fitiliana ny aretina pesta ho an’ireo mpandeha taksiborosy. Hatao izany mba tsy hiparitahan’ny aretina amin’ireo mpandeha miala eto Antananarivo sy ireo vao tonga eto Antananarivo.

Tatiana A

News Mada0 partages

Toamasina : lasa resaky ny moana sy marenina ny pesta

Resaka nifanaovana tamin’ny marenina sy moana no azo anasokajiana ny fihaonan’ny mpiasan’ny fahasalamana eto Toamasina sy ny OMC amin’ny fiarahana mitady vahaolana eo amin’ny ady atao amin’ny valanaretina pestan’ny havokavoka ny alatsinainy teo.

Anisan’ny nivoitra nandritra  ity fihaonana ity ny fangatahan’ny jeneraly iray misahana ny fahasalaman’ny tafika,TDR (Teste diagonastique rapide). Mandray sivily ihany koa ity jeneraly ity ary ifanotofan’ny fokonolona eto amin’ny fokotanin’ Analankinina hopitaly be. Faharoa ny  fangatahan’ny solontenam-pokonolona  amin’ io fokontany io ihany  ny tokony

handrarahana fanafody amin’ny tranon’ny fokonolona mifanolo-bodirindrina amin’ny hopitaly itsaboana ireo mararin’ny pesta.

Ankoatra ireo ny antso avo ataon’ny mpiasan’ny fahasalamana ny hanatonan’ny tsirairay raha vao miy tsy azoazo amin’ny vatana mba hahafahana manao TDR azy haingana. Eo koa ny tsy tokony hanafenan’ny komity misahana ny fanampariaham-baovao ny mpanao gazety, ary ny filazana fa izay olona misy fifandraisana amin’ny marary dia tokony hanaovana TDR.

Tsy nisy tanteraka ireo rehetra ireo hatramin’izao.

Ny talata teo, nisy olona iray nangataka hanaovana fitiliana fa nisy fifandraisana amin’ olona iray efa marary tsaboina ao amin’ny hopitaly. Nambaran’ny mpitsabo fa lany ny fanaovana TDR ka miandry izay mbola nafarana avy any Antananarivo.

Omaly, miverina ny filaharana eny amin’ny mpivarotra fanafody. « Cotrimoxazole” , Ciprofloxacine » indray no ilaharana. Ao kosa ny mampiasa ravin-kazo tahaka ny ravina kininindrano sy kininina fotsy ary kanelina dorana an-trano mialoha ny hatory.

Atahorana indray ato ho ato ny hisian’ny haintrano vokatr’izany.

Sajo

Ino Vaovao0 partages

HAIN-TANY AO AMIN’NY DISTRIKAN’IKONGO : Mahatonga olana amin’ny famatsian-drano

Mandritra ny adiny roa isan’andro ihany, hoy ireo mponina no misy paompin-drano mivoha azo akana rano satria maina tanteraka ny loharano mpamatsy ary mbola tsy nahita vahaolana ireo tompon’andraikitra hatreto.

Lasa miteraka fimenomenonana sy ady amin’ireo mpifanolo-bodirindrina aza ny filaharan-drano. Marihana fa efa amam-bolana maro no nisy ity fahasahiranana mianjady amin’ny vahoaka ao an-toerana ity ary vao mainka mihasarotra saingy izao vao nangataka famonjena amin’ireo solontenan’ny tompon’andraiki-panjakana izy ireo ankehitriny. Nisy araka izany ny fivoriana nataon’ireo fokonolona sy ireo teknisinina mpikarakara ny famatsian-drano omaly maraina ka tapaka tamin’io fotoana io fa atao adiny telo isan’andro ny fisokafan’ireo paompin-drano.

Misy ihany koa ny fanamboarana ireo fitohizan’ny fandehanan’ny rano simba izay anisany mampananosarotra ny fandehan’ny rano. Na eo aza ny hain-tany mahatonga ny olana dia nangataka hatrany ireo fokonolona ny amin’ny hanampiana isa ireo paompin-drano satria tsy ampy izany ka mampitombo ny vesatra ho azy ireo. Omena sazy ihany koa ireo mponina sasantsasany mpanimba ny fotodrafitrasa ary nisy ny fepetra noraisina nandritra ny fivoriana ka tonga dia mihatra izany ho an’ireo izay mandika ny lalàna efa napetraka.

Tatianà R.

Ino Vaovao0 partages

FANAFIHANA TAO BEROBOKA - TSIRIBIHINA : Olona sivy maty notifirin’ny dahalo

Tao amin’ny Fokontany Antanandava kaominina ambanivohitra Beroboka, Distrikan’i Belo Tsiribihina no nitrangan’ny loza. “Andian-dahalo an-jatony nirongo kalachnikov am-polony no nanafika ny tanàna ary dia niezaka nanohitra ny mponina sasantsasany vao nahita azy ireo. Ny ambiny nilefa niala tao an-tanàna, raikitra kosa ny fifampitifirana tamin’ireo tompon’omby. Olona iray voatifitr’ireo olon-dratsy, ny roa ambiny kosa notetehin’izy ireo tamin’ny famaky nandritra io fanafihana io.

Tsy ny omby ihany anefa no nalain’ireo dahalo fa ny entana an-trano dia voaroba avokoa aryolona maromaro no nentin’izy ireo an-keriny natao mpitondra entana. Omby maherin’ny 60 eo no lasan’ireo dahalo tamin’ny valan’omby maro tao an-tanàna. Vehivavy iray tamin’ireo noentin’ny malaso an-keriny no naverin’izy ireo tamin’ny lalana”, araka ny fitantaran’i Patrick mpamboly iray any an-toerana rehefa nifampiresaka taminay mivantana.

Niezaka nampandre ny mpitandro filaminana tao Belo Tsiribihina ireo mponina niharam-boina saingy nilaza izy ireo fa tsy afaka manao fanarahan-dia ka ny any Morondava no antsoinareo, araka ny tatitra voaray ihany. Tsy niandry izany anefa ireo vahoaka fa nanara-dia avy hatrany. Tokony tamin’ny 10 ora teo dia tratran’ireo mpanara-dia ireo dahalo an-jatony ka raikitra ny fifandonana ary tena nahery vaika ny fifampitifirana. Vatan-dehilahy enina tamin’ireo mpanara-dia no lavon’ny balan’ny malaso, araka ny tatitra voaray avy any an-toerana hatrany.

Mbola mitohy hatramin’izao ora nanoratana izao ny fifandonana ary mbola tsy fantatra na mety hitombo isa ireo namoy ny ainy sy ny zavatra hitranga aorian’izany. Ireo mponina avy ao Andambobe no nanohy ny fanarahan-dia satria nihemotra ireo voatafika rehefa nahita faty enina nitsirara tamin’izy ireo. Araka ny fampitam-baovao hatrany dia mbola miaraka amin’ireo malaso ireo olona noentiny an-keriny natao ho mpitondra entana. Misy vehivavy sy lehilahy ireo natao mpitondra entana halatra ireo.

Mila vonjy ny mponina

Tsy mitsahatra manao antso avo amin’ny mpitondra fanjakana izahay, hoy Patrick, amin’izao loza miseho amin’ny mponina aty aminay ankehitriny ity izao. Efa tsy mandeha amin’ny laoniny ny fiainan’ny vahoaka aty an-toerana, miraviravy tanana tanteraka ny tompon’andraikitra. Marary izahay aty amin’ny Kaominina ambanivohitra Beroboka, mila vonjy satria tena tsy misy mihaino ny fitarainanay izao.

Tsy vao sambany nitrangan’ny fanafihan-dahalo nahery vaika toy izao taty an-toerana fa ny 24 Septambra lasa teo dia efa nitrangan’izany tao amin’ny Fokontany Andambobe izay 4km eo ho eo ny elanelany amin’ity fokontany voatafika omaly ity, hoy i Patrick ihany. Efa nisy ain’olona telo maty tamin’izany ka indray mitoraka ity dia sivy be izao no namoy ny ainy vokatry ny fanafihan-dahalo izany hatrany.

Pounie

Ino Vaovao0 partages

“OPERATION” MPANAO SINTO-MAHERY : Nahitam-bokany sahady ny hetsika ataon’ny Polisy eny 67 ha

Ny Polisy avy ao amin’ny boriboritany fahafito izay nanenjika tovolahy iray ikoizina amin’ny fanaovana sinto-mahery no nanao tifi-danitra tamin’izany. Natahotra ho faty ilay jiolahy izay voalaza fa avy nandrava vehivavy iray teo am-piandrasana fiarakaretsaka ka avy hatrany dia nijanona ary voasambotry ny Polisy.

Araka ny nambaran’ny tompon’andraikitra avy ao amin’ny Kaomisaria ao amin’ny boriborintany fahafito izay manatanteraka ny “opération sinto-mahery” ankehitriny. Haharitra andro maromaro io hetsika io, araka ny fanazavana voaray hatrany.

Mirongatra tokoa ny asa fanendahana sy ny sinto-mahery eny amin’ny faritra 67 ha sy ny manodidina ny trano fandraisam-bahiny Mada Hotel, ny fiantsonan’ny taksibe 119 eo amin’ny Havana ary ny Parking 67ha iny, ka nahatonga ny mpitandro filaminana eny an-toerana nandray ity fepetra ity.

Pounie

Ino Vaovao0 partages

MPITANDRO FILAMINANA AO ANTSIRANANA : Hentitra amin’ny fisavana amin’ny alina

Manoloana ny fihetsika izay miendrika tsy fandriampahalemana ataon’ireo andian’olona mandrava amin’ny alina tato ho ato izay dia nandray fanapahan-kevitra ireo avy amin’ny mpitandro filaminana. Hentitra dia hentitra amin’ny fisafoana indrindra amin’ireny olona mivoaka alina ireny ny polisy, mba ahafahana manavaka ny fary sy ny tsiparifary.

Koa noho izany dia tsy miraviravy tanana ireo mpitandro filaminana eto an-tampon-tanànan’Antsiranana hisava izay mahavanona ny fihetsika mampihorohoro ny vahoaka.

Araka izany dia tsy maintsy ampandalovina fanadihadiana ireo tratra tsy mitondra karapanondro amin’ny alina ireny, mba hahafantarana azy ireo raha ohatra ka olona marina na olon-dratsy eo anivon’ny fiarahamonina.

Tsiahivina fa toa nifanesy ny fandravàna olona sy fanafihana bajaj taty an-toerana andro vitsivitsy lasa izay raha nangingina izany teo ho eo. Noho izany dia tsy nitazam-potsiny ireo avy amin’ny polisy fa nanamafy ny fisafoana mba hamongorana ireo olon-dratsy. Andrasana araka izany ny vokatra azo avy amin’izany fisafoana hentitra ataon’ireo mpitandro filaminana izany.

Mba hahafahan’ny vahoaka hiaina am-pilaminana ny anton’izany rehetra izany.

Mpanjono

Ino Vaovao0 partages

PESTA ETO AN-DRENIVOHITRA : Mikorontana tanteraka ny fiainan...

Raha ny fakana am-bavany natao tamin’ireo mponina teny amin’ny manodidina an’Ambodin’Isotry, ohatra, dia mitaraina mafy izy ireo ny amin’ny firongatry ny aretina satria be loatra ny fako mitoby eraky ny tanàna. Ny manahirana ankehitriny anefa dia toa tsy tena hita soritra loatra ny vahaolana mivaingana entin’ireo mpitondra fanjakana.

Na eo aza izay tranga izay dia misy koa ireo olona sasantsasany no manely tsaho etsy sy eroa ka vao mainka mahatonga ny fikorontanan-tsaina ho an’ny rehetra. Mihorin-koditra daholo ny mponina nanomboka ny fiandohan’ny herinandro ary nisy avy hatrany ireo nisafidy ny tsy handeha hiasa intsony aloha na dia mbola tsy nahazo alalana aza. Fantatra ihany koa fa nisy ny baiko avy eny anivon’ny ministeran’ny Fanabeazana ka nakatona daholo aloha ireo trano fianarana. Mandritra ity herinandro ity no fantatra fa hisy ny fanadiovana ireo efitrano fianarana.

Tsy manana fahatokisana intsony ny vahoaka

Tsy matoky izay fandaminana atao intsony ny olona eto an-drenivohitra noho ny tsy fisian’ny lamina mazava hita maso ataon’ny mpitondra, samy mihinana izay fanafody hitany eny avokoa. Na ny fanafody “cotrim” izay voalaza fa anisany fiarovana tokony hohanina tsy hita intsony na afenina mihitsy, ny tampim-bava efa amidy eny amin’ny sisin’ny arabe, mahatratra 3 000 ariary aza ny sasany, ao ny manao tampim-bava fitondra miasa amin’ny fanaovan-trano, ao ireo mampiasa mouchoir fotsiny izao.

Toy ny etsy amin’ny tobim-piantsonan’ny taksibrosy Ambodivona izao dia tsy ahitana fepetra manokana izany fa samy manao izay andehanany fotsiny. Andrasana hatreto ny fivoaran’ity tranga faran’izay mahamenatra ity satria dia ny firenena maloto sy voretra ary mahantra indrindra maneran-tany no isehoan’ny aretina pesta matetika. Fitondrana tsy ho tonga saina amin’ny zava-misy ankehitriny tsy ho tonga saina intsony ary hita mibaribary ny tsy fitiavan-tanindrazana sy ny fitiavan-tena. Raha ny tatitra voaray avy amin’ny ministeran’ny Fahasalamam-bahoaka omaly tokony ho tamin’ny 11 ora tany ho any izao raha ho an’ny eto an-drenivohitra manokana dia miisa 37 no tratran’ity aretina ity ka ny fito tamin’ireo aloha hatreto no voalaza fa namoy ny ainy.

Manoloana ny horohoro mahazo ny vahoaka noho ny fihanaky ny aretina pesta ao an-drenivohitra ao, dia nampivory ny tompon’andraikitry ny fahasalamana, ny Bmh (bureau Municipal d’hygyène) sy ny Drsp (direction régionale de la santé publique) ny ben’ny tanànan’i Mahajanga, ny alatsinainy teo. Tapaka tamin’izany fa hanao sakana ara-pahasalamana ny tanànan’i Mahajanga eo ampidirana ny tanàna. Ny talata teo no nisy ny fidinana ifotony nijerena ny toerana hametrahana io sakana ara-pahasalamana io. Voalaza anefa fa fisorohana ihany no atao satria ny trangana pesta nisy teto Mahajanga dia efa voafehy avokoa.

Miantso ny vahoaka ho tony ny ben’ny tanàna ary miantso ihany koa hifanome tanana amin’ny fanadiovana ny tanàna. Miara-miasa mamono bibikely ny kaominina sy ny sampan-draharaham-panjakana misahana ny fahasalamana. Raha misy fianakaviana na orinasa mitady izay famonoana bibikely izany dia afaka manatona azy ireo. Hatreto aloha dia mbola tsy fantatra ny endrika sy ny ataon’ireo hanao sakana ara-pahasalamana. Samy manana ny filazany mantsy ny mpitsabo mikasika ny fihinanana antibiotika. Misy ny milaza fa mila mihinana cotrim hisorohana ny aretina, ao koa ny milaza fa fitsaboana ny antibiotika ka rehefa tafaserasera amin’ny olona voan’ny pesta vao tokony hihinana fanafody.

Hatramin’izao ireo mpitsabo eny amin’ny Csb izay tena manakaiky ny vahoaka dia mbola tsy nahazo toromarika amin’ny fiarovana ny ainy sy ny fahasalaman’izy ireo. Raha ny tokony ho izy dia tokony hanao ‘protection universelle’, izay fiarovana tanteraka ireo mpiasa eny izay ahitana ny blouse, gants, masque, calot… Hatreto anefa dia tsy mbola nahazo fiarovana manokana izy ireo fa ny efa fampiasa hatrizay ihany. Zary matahotra ireo mpitsabo raha vao misy trangana tsy fahasalamana hafahafa ka misy mihitsy ny tsy sahy mandray ireo marary, indrindra fa tsy nahazo ny indemnités de risque izay efa notakian’izy ireo. Sarihina ny sain’ny tompon’andraikitra mba handray fanapahan-kevitra haingana.

Nangonin’i Tatianà R. sy Vanessa

Ino Vaovao0 partages

MPIANATRY NY ONIVERSITE MAHAJANGA : Mitaky ny vatsim-pianarana hatramin’ny volana desambra

filohan’ny oniversite nandritra ny fitakiana ny vatsim-pianarana. Izao indray dia ny mpianatry ny oniversite aty Mahajanga no nandrahona ny hitokona ny alatsinainy teo ka hanidy ny vavahadin’ny campus Ambondrona. Tsy tanteraka moa izany ka taratasy no nalefan’izy ireo tany amin’ny filohan’ny oniversite Mahajanga.

Voalaza ao anatin’io taratasy io fa mitaky ny vatsim-pianarana manomboka volana septambra ka hatramin’ny desambra ho avy izao izy ireo. Nilaza hatrany izy ireo fa taraiky ary mila takiana foana io vatsim-pianarana io vao azo. Raha misy fahamarinany io filazana faharoa io dia gaga kosa ny rehetra naheno fa ny vatsim-pianarana hatramin’ny volana desambra io takian’izy ireo io ary andrahonany tsy hianatra. Nanambara ny filohan’ny oniversite nandritra ny fananganan-tsaina ny alatsinainy teo fa tsy karama fa fanampiana ny vatsim-pianarana.

Tsy hitombina mihitsy ny handoavana ny fanampiana volana desambra amin’ny volana oktobra. Nomarihany moa fa efa nahazo ny vatsim-pianarana volana aogositra ny mpianatry ny oniversite eto Mahajanga. Ahoana hoy hatrany izy raha ny mpiasam-panjakana koa no mitaky ny handoavana mialoha ny karamany ? Na ireo mpianatra sasany nanatrika teo aza mba talanjona ihany manoloana ny fitakian’ireto namany ireto. Ny olana amin’ny oniversite dia matetika misy ambadika politika amin’ireny fitokonan’ny mpianatra ireny ka mahatonga ny sasany voakarama hanakorontana ny fampianarana.

Tsiahivina moa fa taona vitsivitsy izay dia vitan’ireo mpianatry ny oniversite teto Mahajanga ny namotika ny “laboratoire mixte international”, izay efa nisy teny sy ny trano fianarana maro, hatramin’ny antenne wifi izay nomena nampiasain’izy ireo maimaimpoana. Mbola mpianatra ihany koa no nandoro ny trano fipetrahan’ny mpianatra sasany. Mampametra-panontaniana ihany hoe ireo ve no hitondra an’i Madagasikara rahampitso ka inona intsony no antenaina amin’ny hoavin’ny firenena ? Tsy mahatsapa tena hikiry hianatra akory fa dia mitady tambazana hatrany vao mianatra ary mahavita manimba sy mamotika fitaovana izay fananam-pirenena fa tsy azy ireo ihany satria dia volam-bahoaka sy volan’ny ray aman-dreny no nahazoana azy ireny. Na izany aza dia miezaka mampianatra ihany ireo mpampianatra sy mpanabe.

Vanessa

News Mada0 partages

Ambatovy : de nouveaux dirigeants en fonction

Le plus grand investissement que Madagascar ait connu, le premier produit d’exportation et donc, premier pourvoyeur de devises du pays, un million de dollars d’achat local quotidiennement… Le bilan est éloquent pour Ambatovy qui se dote de nouveaux dirigeants. L’occasion a d’ailleurs été donnée, dans le cadre de la prise de fonction de ces nouveaux responsables, d’y revenir et de se projeter sur les perspectives d’avenir de la compagnie. Ce, lors d’une soirée organisée, lundi, au Carlton.

Le nouveau président d’Ambatovy, Stuart Mcnaughton, a ainsi salué le travail accompli jusque-là, les efforts déployés pour que la compagnie devienne un acteur de poids de l’économie malgache malgré les difficultés auxquelles elle a dû faire face depuis quelques années. En l’occurrence, l’incontournable sujet de la chute des cours des métaux sur le marché international qui a contraint la compagnie à une réduction drastique des coûts pour qu’elle se maintienne à flots. Lui de rappeler que le nickel s’est négocié à environ 7 dollars la livre aux balbutiements d’Ambatovy, pour chuter jusqu’à 3,5 dollars, il y a peu encore. Mais il apparaît que les choix opérés se sont avérés payants puisque celle-ci demeure malgré tout le plus grand contributeur de l’économie malgache.

Pour Louis Roland-Gosselin, vice-président du Développement durable auquel succédera Philippe Beaulne, il s’agissait essentiellement durant ces années de service de mieux faire connaître Ambatovy et ses valeurs par les Malgaches. Il se déclare d’ailleurs convaincu que le développement de la Grande île passe, notamment, par l’implantation de «plusieurs Ambatovy».

A noter enfin que le représentant du Gouvernement, le ministre auprès de la Présidence de la République en charge des mines et du pétrole, Ying Vah Zafilahy, a assuré le soutien de l’Etat en faveur de la compagnie.

Haja R.

 

News Mada0 partages

Magistrats – Exécutif : la CNIDH incite au dialogue

La Commission nationale indépendante des droits de l’Homme (CNIDH) a réagi hier face au bras de fer qui oppose les magistrats et les greffiers à l’Exécutif.

La commission estime, à travers un communiqué, que les deux parties devraient trouver un terrain d’entente car c’est la population qui en pâtit. Selon le CNIDH, le Pacte international relatif aux droits civils et politiques est clair sur le droit syndical. Dans son article 22, il  stipule que «Toute personne a le droit de s’associer librement avec d’autres, y compris le droit de constituer des syndicats et d’y adhérer pour la protection de ses intérêts».

«…excessive »

A ce titre, le groupe estime que la réaction de l’Etat face à la grève des magistrats semble être «pour le moins excessive». L’Exécutif aurait du mal à prouver en quoi «l’intérêt de la sécurité nationale, de la sûreté publique, (ou) de l’ordre public» nécessitait d’envoyer un huissier entouré d’éléments des forces de l’ordre pour fracturer le portail du Palais de Justice.

Sur ce, la Commission estime qu’il est du devoir citoyen des autorités étatiques comme des syndicats des magistrats et des greffiers de reprendre ou de continuer le dialogue. En attendant, les commissaires implorent les magistrats et les greffiers à mettre en place un système de grève tournante de sorte que, dans l’exercice de leur droit de grève, ils puissent sauvegarder les droits des justiciables.

Rakoto

 

News Mada0 partages

Rallye Shell Helix : un contingent de 28 équipages sur la ligne de départ

Participation massive à l’avant-dernière manche du championnat de Madagascar de rallye qui aura lieu du 6 au 8 octobre. 28 équipages en lice, la présence des ténors dans la mêlée annonce de belles bagarres.

Le club Asatanà se frotte les mains ! La 6e manche de la joute nationale qu’elle organise draine du monde. Alors que le club a tablé  sur la présence d’une vingtaine d’équipages, la liste finale a affiché un nombre de 28 équipages. Du beau monde parmi lequel figurent tous les prétendants au titre de champion de Madagascar 2017. En effet, la lutte n’a jamais été aussi serrée que cette saison à tel point que briller son absence avant le derby final risque d’handicaper largement les prétendants au titre et permet dans ce sens aux concurrents de prendre la large.

Les deux équipages en tête du classement provisoire du championnat, en l’occurrence Ndrianja Rajemison-Fanja Ramiakatsoavina (Subaru) seront sur la ligne du départ au même titre que Hariandry Razakaboana-Miangaly Rabarijoely, également au volant d’une Subaru Imprezza. Un duel qui fera des étincelles dans la mesure où les deux équipages sont au coude à coude dans la course au sacre.

La SSangyong Actyon de Haja Danielson-Alain Rasamimanana est à l’affût des moindres défaillances du duo de tête comme c’est aussi le cas de Gérard Louvel-Teddy Rahamefy au volant de la puissante Mitsubishi Evolution 9. Mais encore faut-il que les bolides répondent favorablement aux exigences d’une telle course où chacun joue son va-tout. En tout cas, les Subaru reviennent une nouvelle fois en force avec 7 voitures en course.

Des spéciales alléchantes

Cette fois-ci, les pilotes auront intérêt à appuyer sur le champignon tout au long des épreuves spéciales (ES). En effet, pour stimuler les concurrents, et pour donner plus de piment au spectacle, les organisateurs vont primer les meilleurs temps à l’issue de chaque épreuve spéciale (ES). En plus des points obtenus qui leur permettent de grimper dans le rang, les coureurs recevront de primes.

A noter que les deux supers épreuves spéciales lors de la journée inaugurale ce vendredi ne sont pas comptabilisés mais obligatoires. Seules les ES au menu des deux dernières journées (samedi et dimanche) seront prises en compte.

Naisa

News Mada0 partages

Inter-îles : la peste met K.O debout la boxe

L’épidémie de la peste oblige. En effet, le ministère de la Jeunesse et des sports (MJS) a sommé la Fédération malgache de boxe olympique (FMBO) d’annuler la compétition inter-îles qui devra se tenir du 11 au 14 octobre à cause de l’épidémie de peste.

A ce sujet, le président de la FMBO, Hery Mamy Rabarisoa, a déjà envoyé une lettre officielle à son homologue seychellois annonçant l’annulation de la compétition à la date prévue pour des raisons sanitaires. «D’ailleurs, même si le programme a été maintenu, il est difficile pour les Seychellois de faire le déplacement après la mort de l’un des leurs dans la capitale la semaine dernière», a reconnu le président de la fédération.

«Aucune date de report n’a été encore fixée entre les meilleurs boxeurs seychellois et malgaches. Nous allons attendre les nouvelles notifications du ministère avant de définir un nouveau calendrier», a déclaré le numéro un de la boxe malgache.

Naisa

 

News Mada0 partages

Riposte à la peste : des barrages sanitaires dans les gares routières

Le bilan de l’épidémie de peste pulmonaire ne cesse de s’alourdir. Les mesures de riposte à tous les niveaux, avec l’appui des partenaires techniques et financiers, s’intensifient en vue de maîtriser la situation.

La peste au centre de toutes les attentions. Face à l’urgence de la situation, qui se solde chaque jour par la découverte de nouveaux cas suspects accompagnés de décès, une mobilisation générale, impliquant les fokontany, communes, régions et les ministères concernés… a été observée depuis le début de cette semaine. Mis à part les efforts dans l’assainissement mené au niveau de tous les quartiers de la capitale, des mesures de contrôle ont été mises en place au niveau des frontières, aussi bien régionales qu’internationales. L’opérationnalisation de la cellule interministérielle de riposte, en vue d’impliquer toutes les forces vives à prendre leurs responsabilités, selon l’instruction adoptée, hier, en Conseil de Gouvernement, est en train de se concrétiser.

A ce propos, des barrages sanitaires ont été érigés au niveau des gares routières des taxis-brousse desservant les zones nationales, à savoir Fasan’ny Karana, Ampasapito, Ambodivona et Antohomadinika, et dans celles de la ville de Toamasina, en vue de contrôler l’état sanitaire des passagers, outre les sensibilisations et la campagne de désinfection sur les lieux. «Les passagers, qui débarquent ou partent pour une destination quelconque, présentant des symptômes douteux, passent tout de suite en Test de diagnostic rapide (TDR) avant de rejoindre leur foyer ou de poursuivre leur voyage», a expliqué le directeur régional de la Santé (DRS) d’Analamanga, le Dr Bodo Ramamonjisoa, avant d’ajouter que, «les concernés sont tout de suite transférés au sein des Centres de santé les plus proches en cas de test positif». «Cette initiative se complète avec le remplissage de la fiche individuelle par tous les passagers, où leur identité et coordonnées sont inscrites en vue de faciliter la prise de décision en cas de maladie en cours de route ainsi que la maîtrise de l’éventuelle propagation de l’épidémie», a souligné le SG du ministère des Transports, Landry Ramarojaonina.

Pas de restriction sur les voyages et commerces internationaux

L’OMS, qui appuie les efforts dans ce processus de riposte, n’a pas pour l’heure décrété une restriction de voyage ni de commerce au niveau international, comme l’a souligné, hier, la représentante résidente de cet organisme onusien, Charlotte Ndiaye, à l’occasion d’une conférence de presse organisée par le ministère de la Santé à Ambohidahy.

«Jusqu’à nouvel ordre, la sortie et l’entrée dans la Grande île ne sont encore soumises à aucune limitation, dans la mesure où les contrôles aux frontières sont déjà renforcés suivant les Réglementations sanitaires internationales (RSI)», a-t-elle indiqué. Sur ce, un Sud-Africain, ayant été en contact avec des malades suspects, ayant voulu rentrer à son pays d’origine, a été retenu pendant quelques jours à l’aéroport international d’Ivato, pour passer des tests avant son embarquement. Ce dernier a pu reprendre son vol après que le test s’est avéré négatif.

Fahranarison

Le bilan s’alourdit

Le bilan actuel ne cesse de s’alourdir, avec 169 cas jusqu’ à hier à 16 h, dont 30 décès, soit cinq mortalités de plus par rapport à la situation d’avant-hier selon les statistiques de la Cellule de crise au sein du ministère de la Santé. Hier à la même heure, le Grand Tana a compté 19 nouveaux cas, dont deux morts, contre 23 cas et 5 décès à Toamasina. Ces cas récemment enregistrés ramènent l’effectif des décès dans la capitale et ses périphéries à 10, d’après la même source. La partie Sud- ouest de l’île est également à surveiller dans la mesure où un cas suspect de peste bubonique a été notifié dans la soirée d’hier à Toliara, d’après une source auprès du ministère de la Santé.

News Mada0 partages

Cybercriminalité : arrêté pour avoir diffusé de fausses informations sur la peste

Profitant du contexte actuel où la peste sévit dans le pays, des personnes malintentionnées se servent des réseaux sociaux pour véhiculer des fausses informations, portant ainsi atteinte à l’ordre public.

C’est dans le cadre de la lutte contre cette pratique malhonnête que la division de la police en charge de la cybercriminalité a arrêté un homme de 49 ans à Manjakaray dans l’après-midi d’avant-hier. L’homme aurait diffusé des rumeurs dans plusieurs groupes de facebook affirmant l’existence de 40 décès de peste à l’hôpital d’Ambohimiandra, dimanche dernier. Cette publication a provoqué un mouvement de panique à Antananarivo, pour ne parler que des longues queues observées le lendemain dans les pharmacies pour l’achat de masque cache-bouche.

«L’homme utilisait trois comptes Facebook pour partager et supporter les fausses informations qu’il publie, dont l’un à son identité propre et les deux autres avec des faux profils», a expliqué la police. Durant l’interrogatoire, le quadragénaire a insisté n’avoir pas l’intention de créer le désordre dans la société. Par contre, il a reconnu vouloir ternir l’image du gouvernement à cette occasion. Le suspect a été déféré au Tribunal d’Anosy hier.

Endiguer le fléau par tous les moyens

L’épidémie de la peste a été discutée en Conseil de gouvernement hier à Mahazoarivo. Basculant le sujet sur le terrain politique, le Premier ministre Olivier Solonandrasana Mahafaly a insisté sur l’importance d’endiguer définitivement ce fléau par tous les moyens. Mais au lieu d’avancer des solutions, il a rejeté la responsabilité sur les maires, particulièrement ceux d’Antananarivo et de Toamasina.

Par ailleurs, l’on sait qu’afin d’appuyer la lutte contre l’épidémie, une «Cellule interministérielle de riposte» sera créée. Elle se chargera de recueillir toutes les informations sur l’évolution de l’épidémie et d’informer la population sur les actions à mener afin de la combattre. Dans le cadre de l’assainissement, l’opération «Coup de poing» initiée par le ministère de l’Eau, de l’énergie et des Hydrocarbures va se poursuivre dans les villes où la maladie se propage. A l’appui, des opérations de pulvérisation de produits désinfectants vont se faire au niveau des sites sensibles, entre autres les écoles, campus universitaires, gares routières et marchés.

Ando Tsiresy

 

News Mada0 partages

Chronique : toute la détresse dans le masque – vivement les élections

Bonne affaire pour le commerce, moins bonne, franchement pas bonne du tout pour le pouvoir. Contre la menace d’une peste qui se présente épidémie, la population ou du moins les individus qui en ont eu les moyens se sont rués pour acheter chacun son masque. Du jamais vu à Antananarivo que ce spectacle d’un nouveau genre, dans la rue au milieu de la foule nombreuses gens portant masque. De quoi intriguer toute personne non avertie !

Mais même parmi ceux qui en portaient il

en était quelques-uns qui ignoraient la raison de ce phénomène brusque, et qui s’en sont procuré par simple intuition ou déduction : à l’évidence une mesure d’hygiène donc fatalement une quelconque menace imminente. En pareilles circonstances la prudence conseille de se mettre à la norme de la majorité visible. Interrogés au hasard les gens invoquent différentes raisons au port de masque : la majorité en connait heureusement la vraie, autre bon nombre accuse l’air irrespirable dû aux incendies de brousse, quelques  pauvres naïfs pris au dépourvu comme pris en flag de céder à un réflexe de mouton de Panurge, n’ayant personne à qui s’en prendre, se culpabilisent d’une allergie improvisée.

Psychose ou non, tant chez les masqués que chez les « visages nus » de l’appareillage, il flotte un sentiment partagé à l’unisson : en présence d’une menace grave, la population orpheline de tout protecteur est livrée à elle seule.

Illusoires peut-être que ces masques, mais çà permet l’illusion de se protéger quand chacun cherche à se rassurer. Plus personne ne parvient, même en rêve, à s’assurer de l’idée d’une capacité du pouvoir à déployer un rempart de protection.

Comme dans une ritournelle, il arrive à l’histoire de bégayer. Les gens se rappellent le dingue traitement de la dengue par le pouvoir, avec effronterie le ministre de la santé de l’époque s’est ingénié par de stupides mensonges à cacher la réalité afin soit disant de ne pas effrayer l’opinion internationale et ainsi de ne pas pénaliser le tourisme, mais à quel prix ! Dans le cas présent, plus de place au mensonge, les malades se comptent par centaines et c’est en dizaine que l’on établit le nombre des victimes tombant comme des mouches. Grande mesure que les Tartarins en place agitent pour faire diversion, l’interdiction de tout spectacle à ciel ouvert. Bravant cette mesure, en tous lieux à tout moment, à ciel ouvert, manque d’hygiène et misère se liguent pour tenir spectacle non-stop. Rien de plus dangereux pour que s’envenime l’épidémie. Et en milieu fermé ? Dans les salles de classe, dans les temples et églises, dans les espaces de commerce, dans les ateliers et bureaux, dans les assemblées et conseils, peut-être que l’on imagine pouvoir faire interdiction aux microbes de se balader d’un individu à un autre…

On ne va quand-même pas pénaliser l’économie et geler les activités ! Faudrait-il donc courber l’échine et attendre que passe le vent mauvais ? Mais c’est qu’il risque de gonfler, de s’installer et de souffler de plus belle avec de plus en plus de violence au fil du temps.

La vie s’arrête à cette actualité pour l’instant ! Il semble pourtant que l’on n’en ait pas vraiment conscience ou au moins que l’on ne considère pas le phénomène dans les dimensions de sa dangerosité. Ni affolement ni faire dans du mélo ne sauraient être d’un grand secours certes, mais il est un minimum de mesures qui ne méritent pas négligence. Les artificielles priorités, telle la révision de la constitution activée dans la précipitation, se vident naturellement l’air de supercherie, l’urgence dont on les a gonflées. Même le sérieux sujet qui oppose dans un sévère combat deux catégories de personnel de la Justice (magistrats et greffiers) à leur ministère, après avoir longtemps occupé le devant de

la scène, perd momentanément de son intérêt à faire le spectacle.

Personne ne trouve plus crédit à dire la réalité du danger que présente actuellement la peste, paradoxalement tout le monde attend d’être informé de la véracité de la situation. L’état d’esprit de défiance généralisée fait psychose et provoque d’autres formes. Grave, la psychose n’a pas tort, la population qui en est « malade » la justifie. Le peuple est abattu. Les exemples pour illustrer les tromperies et les abus ne font pas défaut, ce qui n’est pas le cas des résultats, sanctionnés par un constat de vide. Vivement les élections !

Léo Raz

News Mada0 partages

Madagascar il y a 100 ans : M. Merlin à Tananarive

Nous avons donné l’arrivée à Tamatave de M. Merlin, gouverneur général de la Grande Île. Suivons-le dans son voyage.

Le 27 juillet, M. Merlin a quitté Tamatave pour Tananarive par train spécial, accompagné des hautes personnalités de la capitale qui étaient venues le recevoir à son débarquement. À toutes les stations, les fonctionnaires et la population s’étaient groupés pour saluer et acclamer le gouverneur général et lui offrir des fleurs.

L’accueil de la capitale fut aussi chaleureux et peut-être plus imposant encore que celui de Tamatave.

À la gare, où les honneurs militaires étaient rendus, M. l’administrateur Berthier exprima brièvement les sentiments de la colonie, puis le cortège se rendit au gouvernement général au milieu d’une foule aussi nombreuse qu’enthousiaste contenue par la double haie des troupes de la garnison.

Merlin reçut immédiatement les corps constitués, les hauts fonctionnaires et différentes délégations. Il répondit en termes cordiaux à tous, spécialement à M. Carter, consul des États-Unis, qui lui avait présenté les hommages du corps consulaire dont il est le doyen.

Les notables indigènes vinrent enfin présenter leurs respects au gouverneur général et M. Rapaoly prononça un discours dans lequel il vanta l’œuvre de la France à Madagascar. M. Merlin remercia et leur dit que la France avait, en effet, accompli une œuvre considérable à Madagascar, œuvre à compléter, et que les indigènes devaient s’efforcer de profiter de tout ce qui avait été fait, notamment pour la jeunesse. « Cela, dit le gouverneur général, pour les amener à une situation meilleure en travaillant pour eux-mêmes et pour la colonie. »

Simplification

administrative manquée

et decision annulée

Un arrêté de M. Merlin, gouverneur général de la Grande Île, a annulé la décision du 18 juin dernier qui créait une sorte de sous-gouvernement au sud de la colonie et n’a pas donné les résultats de simplification administrative que l’on en attendait.

Le Courrier colonial

www.bibliothequemalgache.com

 

Ino Vaovao0 partages

FITOKONAN’NY SMM SY SGM : “Mbola mitohy ny fitokonana mandra-pivalin’ireo fitakiana rehetra”

Hatramin’izao anefa dia nanambara ireo mpanao fitakiana fa mbola tsy nisy fifampiresahana avy amin’ny tompon’andraikitra sy ny fitondram-panjakana foibe. Manoloana izany indrindra dia nanao fanambaràna lehibe ny Smm tamin’ny alalan’ny filohany, Fanirisoa Ernaivo. Nambaran’izy ireo tamin’izany fa “mbola mitohy ny hetsika ary mbola mitohy ny fitokonana mandra-pivaly tanteraka ireo fitakiana rehetra”. 

Ankoatr’izay dia voarakitra tao anatin’ilay fanambaràna ihany koa fa “mba ho tombotsoan’ny mpitsara rehetra ary ho fanatsarana sy hositrahan’ny rehetra na ny mitokona na ny tsy mitokona ny antony anaovan’izy ireo izao fitakiana izao, ary ihany koa mba ho tombotsoa manokan’ireo olona manan-draharaha eny amin’ny tontolon’ny fitsarana izany hoe fitsarana mahaleotena izany”. 

Manamafy araka izany ireo mpitsara manao fitokonana fa toa miendrika fanosoram-potaka amin’ny fanatanterahan’izy ireo ny zony ny filazàna izay voizina etsy sy eroa fa manao sorona ireo vahoaka manan-draharaha eny amin’ny fitsarana izy ireo, satria tsy misy afatsy ny fanatsarana ny asan’ireo mpitsara no takiana ao ambadik’izao fitokanana izao. 

Nanamafy hatrany ny filohan’ny Smm fa na misy aza ny teritery mianjady amin’izy ireo dia tsy hihemotra hatramin’ny farany eo amin’ny fanatanterahana ny fitakiana ireo mpitsara miaraka amin’ny mpiraki-draharaha. “Mbola manentana sy mankahery antsika rehetra hatrany na eo aza ny sakana sy teritery isan-karazany ary indrindra ireny fihetsika hita porofo mivaingana ny famoretana sy fanindriana ny fitsarana ka izao vao hitam-poko, hitam-pirenena ka mahatonga antsika mbola hanameloka tanteraka ny endrika ramatahora ohatran’ireny  izay hangatahana hatsahatry ny mpitondra avy hatrany ary hanamafisantsika ny firaisankina na inona na inona mitranga”, ny voalazan’ny fanambarana. 

Mbola tsy mifarana araka izany ny fitakian’ireo mpitsara, andrasan’izy ireo fatratra izay vahaolana avy amin’ny fitondram-panjakana sy ny minisitera tompon’andraikitra.

Isaorana Avotra

Ino Vaovao0 partages

FIFIDIANANA 2018 : Mangataka an’i Andry Rajoelina hirotsaka ny vahoakan’Arivonimamo

Nanatanteraka fihaonam-be niaraka tamin’ireo vahoaka tao an-toerana ny mpikatroka Tgv avy any amin’iny Faritra iny tamin’ny faran’ny herinandro lasa teo. Anisany tonga nanome voninahitra ny lanonana tamin’izany ny solotenan’ny vondrona Mapar, Andriamananoro Augustin. 

Nisongadina tamin’izany fa “tsy misy afatsy ny filohan’ny tetezamita teo aloha, Andry Rajoelina ihany no afaka hamoaka an’i Madagasikara ao anatin’izao fahantrana lalina mianjady amin’ny vahoaka izao”. Manoloana izany indrindra no nanaovan’ireo vahoaka antsoantso mba ho isan’ireo kandida hofidiana ho filoham-pirenena amin’ny taona 2018 ny tenany. “Izy ihany no mahavit’azy”, hoy ireo vahoaka. Ankoatr’izay dia fantatra ihany koa moa fa efa mielim-patrana manerana ny nosy amin’izao fotoana ny fikambanana Tmh izay ivondronan’ireo Tanora miara-dia sy manohana ny filohan’ny tetezamita teo aloha. 

Tokana ny tanjona dia ny hampandany an’i Andry Rajoelina mba hahafahany manohy ireo asa fampandrosoa goavana izay vitany nandritra ny fotoana naha filohan’ny tetezamita azy ireny.

Avotra Isaorana

La Vérité0 partages

RyKala Vazo - L’originalité comme mot maître

Ces derniers temps, elles n’ont pas cessé d’impression le grand public. Apparemment, ces belles et jeunes filles ne sont jamais à court d’inspiration, elles ont toujours de nouvelles idées pour émouvoir leurs fans. Du gasigasy des fois mélangé avec du folk ou encore un peu de jazz et même du trad, leur style est tout simplement innovant et exceptionnel. Dernièrement, RyKala Vazo a étonné plus d’un avec leur reprise de la célèbre chanson intitulée « Options » de Pitbull en featuring Stephen Marley.

Interprétée en anglais certes mais la touche d’originalité reste présente dans leur œuvre. Toujours interprétée avec du kabosy, de la valiha, de la guitare et du cajun, elles ont apporté une nouvelle sonorité à la chanson qui est de plus en plus écoutable. Certaines personnes ont même affirmé que c’est plus génial à écouter que l’original même. Mais en interprétant le morceau, la bande à Mirana voulait juste montrer à quel point elles sont bourrées d’idées et de personnalités. Avec plus d’une centaine de vues sur le réseau social facebook et sur Youtube, on peut dire que la formation est très suivie par les mélomanes. Pour rappel, avant cela, elles ont aussi déjà fait le buzz en 2016 avec leur cover de tube « All About That Bass » de Meghan Trainor joué encore une fois avec une valiha et un kabosy.Interprétation Une chose est sûre, si le groupe continue sur cette voie, un grand avenir musical s’ouvrira pour lui. D’ailleurs, son succès date maintenant de plus de deux ans et cela n’est pas prêt de s’arrêter. De nouvelles chansons arriveront bientôt comme les spectacles. Justement, des retrouvailles avec la formation seront organisées pour ce vendredi au Trass Tsiadana. Un cabaret exceptionnel où le trio s’affichera avec ses instruments respectifs. La soirée s’annonce ainsi festive et conviviale. Des femmes sur scène c’est plus qu’une ambiance contractée car on sait très bien que RyKala Vazo est capable de transformer un simple cabaret en une « boite de nuit » sans être trop exagérant. Tout cela pour dire qu’il y en aura pour tous les goûts, du slow jusqu’au « mafana » en passant par tout ce qui est gigotant. Pour l’occasion, elles proposeront un répertoire bien choisi en cette période hivernale c’est-à-dire pas trop mou ni très rebelle. Elles essayeront en tout cas de garder la température au chaud dans cette petite salle du Trass.« Oh Ry Kala », « Gasikara » ou encore les covers comme « Option », « All About This » et bien sûr « I’m Yours » seront au menu. Elles n’oublieront pas non plus de reprendre à leur façon les grands classiques de variété et de folk malagasy pour le plus grand plaisir de tous. Bref, vendredi est une date à noter dans l’agenda pour les mélomanes. Espérons seulement que le rendez-vous ne sera pas annulé à cause de cette satanée peste !Tahiana Andrianiaina

La Vérité0 partages

CT Motors - Parmi les grands concessionnaires à Madagascar

Depuis 2008, Ct Motors  s’est implanté à Madagascar. Cette société a surtout été connue pour les marques  de moto  Kawasaki et Kymco en scooter. Ce n’est qu’en 2012 que cette entreprise a élargi ses activités en vendant des voitures de marque comme Great Wall. L’efficacité de cette marque à l’étranger lui a permis de gagner une notoriété auprès des clients et des autres concessionnaires.

« Pourquoi ne  pas l’implanter à Madagascar ? », dixit Rija Raveloarijaona, commercial chez Ct Motors. Et c’est à partir de là que la société est entrée dans ce secteur. Puis, la demande a fait que la vente s’ouvre sur d’autres produits. « Le marché de l’automobile est encore vaste, il n’y a pas que nous  qui sommes entrés dans ce marché. Tout le monde s’y met », explique encore le responsable. Entretemps, d’autres marques de voiture sont venues. Et Haval se place désormais aux côtés de Great Wall dans la liste des préférés des clients. Et comme nouveauté, la marque Ssyangyong vient d’arriver dans le showroom de Ct Motors, depuis l’année dernière. « On veut ce qu’il y a de mieux sur le marché », affirme Rija Raveloarijaona. Ct Motors possède actuellement des marques de « nationalités » différentes. Et les commerciaux laissent aux clients de choisir la marque qu’ils préfèrent.A côté du marché des autos, « celui des deux roues n’est pas prêt d’être saturé », évoque le commercial. Face à la situation de la circulation actuelle avec les embouteillages, les motos sont très demandées. « En ce qui concerne le pouvoir d’achat des clients, on a toutes les gammes de motos qu’il faut. Allant des classiques au plus  luxueux », lance  ce responsable. Toutes sortes de produits du secteur roulant se trouvent chez Ct Motors. Tout le monde a l’embarras du choix. Actuellement, Ct Motors a son nom aux côtés des concessionnaires automobiles de Madagascar. « Percer ce marché était un challenge pour l’entreprise », avoue Rija Raveloarijaona.  Mais il reste confiant vu l’appréciation des produits par les clients. Et c’est la relation conviviale avec les clients qui fait la particularité de ce concessionnaire. A preuve, Ct Motors vient d’organiser des portes ouvertes pour se rapprocher des clients et répondre à leurs questions. Actuellement, Ct Motors se spécialise dans tout ce qui est matériel roulant et possède un atelier pour toute réparation.Andrea Razafi.

La Vérité0 partages

Peste - Le nombre de décès frôle la trentaine

Le nombre de morts de la peste augmente de jour en jour. Hier à 11h, le bilan arrêté par le ministère de la Santé publique fait état de 28 décès et 150 cas suspects depuis le 28 août, contre 25 décès et 145 cas suspects, avant-hier. Des chiffres révélés à l'issue d'une réunion des membres de la cellule interministérielle de riposte avec les partenaires tels que l'Oms (Organisation mondiale de la santé), l'Unicef, l'Usaid ainsi que l'Institut Pasteur qui s'est tenue dans l'après-midi à Ambohidahy.

L'occasion pour le ministère d'annoncer la prise de mesures comme le renforcement de la détection de cas suspects au niveau des quartiers de la Capitale. A cela s'ajoute l'intensification du contrôle dans les stations de taxi - brousse ainsi que dans les aéroports. L'objectif étant d'arrêter la propagation de la peste. Notons qu'un autre décès a été déploré dans la Capitale, précisément du côté d'Ambodihady Ambohimanarina. Il a été confirmé que ce décès a été bel et bien dû à la peste. Avant-hier, un Sud-africain en partance vers l'Afrique du Sud a aussi présenté des signes suspects et a été soigné avant son départ.Mesures renforcéesEn tout cas, il a fallu le décès du ressortissant seychellois la semaine dernière pour déclencher un sursaut de la part du Gouvernement. D'ailleurs, le sujet a été à l'ordre du jour lors du Conseil du Gouvernement qui a eu lieu hier à Mahazoarivo. Le ministère de la Santé est ainsi appelé à mener davantage d'actions de communication en vue d'informer le public. En  effet, à un moment fort où la psychose de la peste a quasiment atteint son summum, l'on est surpris de ne pas encore voir ni entendre la moindre sensibilisation dans les médias publics.Notons que les épidémies les plus courantes en cette saison pesteuse sont la peste bubonique et la peste pulmonaire. La première résulte de l'infection des ganglions lymphatiques qui drainent la partie du corps et a pour principales symptômes l'apparition soudaine de fièvre, le mal de tête, les frissons, la fatigue et l'apparition de ganglions inflammatoires. Tandis que la seconde résulte de l'infection directe du système respiratoire par une transmission aérienne directe (peste pulmonaire primaire) ou de l'ensemencement dans les poumons, à la suite d'une infection sanguine (peste pulmonaire secondaire).S.R.

Tia Tanindranaza0 partages

Kolejy La Lumière TalatamatyNitokona teny Analakely ny ray aman-drenin’ny mpianatra

Nanatontosa fitokonana manoloana ny biraon’ny ofisim-pirenena misahana ny sekoly tsy miankina etsy Analakely ( ONEP) omaly,

 ireo ray aman-drenin’ny mpianatra nanovo fahalalana teo anivon’ny Collège La Lumière teo aloha, eny Talatamaty. Raha araka ny fitarainan’ireo ray aman-drenin’ny mpianatra mantsy dia tsy mbola navoakan’ny ONEP ihany ny taratasy fahazoan-dalana hahafahan’ny sekoly « International Academy Madagascar »  hampianatra, sekoly  izay nisolo ny College La Lumière efa nakaton’ny fanjakana. Tsy misy hidiran’ireo teratany Tiorka intsony ity sekoly vaovao ity, hoy hatrany izy ireo, satria efa teratany Frantsay ankehitriny no mitantana azy, amin’ny alalan’ny Horizon éducation France izay nividy azy. Nanambara ireo ray aman-drenin’ny mpianatra fa tsy misy afaka hianatra ireo menaky ny ainy, raha tsy azo avy amin’ny ONEP io taratasy fahazoan-dalana io. Nomarihin’izy ireo ihany koa fa efa nisy ny resaka nifanaovana tamin’ny minisitry ny fanabeazam-pirenena, saingy ny ONEP sisa no hany vato misakana. Efa tokony ho tamin’ny 18 septambra teo no niditra nianatra ireo mpianatra miisa 280 manovo fahalalana eo anivon’ity sekoly « International Academy Madagascar » ity, saingy mbola izao miandry ny taratasy fahazoan-dalana izao. Nisy moa ny fandraisan’ny talen’ny ONEP azy ireo omaly koa andrasana izay mety mbola ho tohin’ny raharaha.

Pati

Tia Tanindranaza0 partages

Tontolon’ny IndostriaNy tantsaha no tokony hamatsy ny akora

Tsy afa-misaraka ny famokarana ambanivohitra sy ny indostria, hoy ny Pr Jean Rasoarahona, manampahaizana momba ny fiompiana sy fambolena.

 Ny indostria no betsaka indrindra mety sy afaka atsangana eto Madagasikara, dia ireo manodina ny vokatra eny ambanivohitra, izay mifototra amin’ny resaka fambolena, fiompiana. Raha te hampitombo ny indostria isika, dia tsy maintsy any no trandrahana voalohany. Ny olana lehibe, dia mamboly izay mahavelona azy ny tantsaha ankehitriny, ary vitsy ny afaka manana ambim-bava hamidy. Eo no mila ezaka lehibe tsy maintsy hampiakarana ny lentan’ny fambolena, mba ho afaka miatrika sy hamokatra ho an’ny indostria. Ny voalohany indrindra dia ny fampitomboana ny fanohanana ara-teknika ny tantsaha. Ankehitriny, any amin’ny distrika sisa misy ny mpiasan’ny fambolena sy ny fiompiana kanefa tany amin’ny 40 lasa dia hatrany amin’ny fokontany, hoy izy. Tsy maintsy mila akora fototra haodina ny indostria, ary tsy tokony hoe avy any ivelany toy ny an’ny orinasa sasany ny 90%-n’izany, fa avy amin’ny tantsaha ihany. Ny tantsaha no tokony ho lasa mpamatsy ny indostria ary ny indostria mpandray ny vokatry ny y olana dia efa 20 taona izao no tsy nisy ny tena tohana ho an’ny mpamokatra amin’ny alalan’ireo teknisianina sy matihanina midina eny amin’ny tantsaha, ka lasa manao saim-pantany na izay atoron’ny ONG fotsiny izy ireo. Mandeha ho azy io, rehefa ny orinasa mila ilay akora fototra ilainy no manoro sy miara-miasa akaiky amin’ny tantsaha, hoy io manampahaizana momba ny fiompiana sy ny fambolena io. Marihina fa nampahafantarina omaly ny voka-pikarohana momba ny fambolena sy fiompiana niarahan’ny Pr Jean Rasoarahona tamin’ny Friedrich-Ebert-Stiftung (FES).

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Hambom-po diso toerana !

Mifanome tsiny lava eto ny samy Malagasy ary mihemotra hatrany fa tsy mba miroso ho amin’ny tsaratsara kokoa.

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Mitaraina ireo jambaTsy voahaja ny zon’izy ireo

Tsy misitraka ny zony amin’ny ankapobeny ireo olona manana fahasembanana eto amintsika. Lohalaharana amin’izany ireo manana olana ara-pahitana na ny jamba, indrindra fa ny vehivavy.

 

Miisa valo izy ireo hatreto no nisy nanolana tao an-tokantrano rehefa nipetraka irery noho ny tsy fahafahany mianatra ka nisy mihitsy ireo bevohoka tsy fidiny, araka ny fanazavan-dRadafiniantsoa Josoa, tale mpanatanteraka eo anivon’ny vovonan’ny olona manana fahasembanana eto Madagasikara na ny PFPH. Ankoatra izay, mbola vitsy ireo olona jamba no afaka mianatra satria dia tsy misy afa-tsy valo ireo sekoly afaka mandray an-tanana azy ireo manerana ny Nosy. Porofon’izany hoy izy dia jamba miisa sivy monja no mba afaka  nanala baka tamin’ity taona 2017 ity raha vitsivitsy ihany koa ny tany Ambositra. Lafo ny vidin’ny milina braille izay mahatratra 400 dolara ny iray nefa ratsy kalitao raha mahatratra 900 hatramin’ny 1000 dolara kosa ho an’ireo vita Amerikanina nefa tsy takatry ny fahefa-mividin’ny ray aman-dreny. Mikasika ny asa indray dia nomarihiny fa jamba efatra na dimy monja izy ireo hatreto no mba miasa ara-dalana manerana ny Nosy raha mahatratra 2 hetsy ny isan’izy ireo manerana ny Nosy. Hankalazaina anio alarobia 4 oktobra ny andro maneran-tany ho an’ny olona manana olana ara-pahitana.

Pati

Tia Tanindranaza0 partages

Nosy MaorisyVehivavy Malagasy 3 nisy nanolana

Vehivavy malagasy telo no nisy nanolana tatsy amin’ny nosy Maorisy raha araka ny tati-baovaon’ny www.lexpress.mu.

Tia Tanindranaza0 partages

Taratasin’i JeanAtao hoe nandra ho tezitra!

Miarahaba anao indray aho ry Jean ! Tena manahirana ahy mihitsy ny mitady hevitra hahafahana manome toromarika anao ity mba hialanao amin’izao tsy fahombiazana rehetra mitranga izao.

 Ataoko hoe nandra ianao ho tezitra raha ho lazaiko indray anefa hoe matsilo saina toa tsy hino ny olona. Toe-draharaha efa miharihary fa tsy voafehy izao dia mbola hizingizininareo isan’andro hoe voafehy hatrany. Fa mitapina inona ny maso sy ny sofinareo ireto e ? Fa tsy ianareo ihany ve no manisa ny maty sy ny marary vokatr’ilay aretin’ny havoretrana tonga eto an-tanàna io e ? Ianareo aza moa tsy mety miaiky ny tsy fahaizanareo ka aiza ilay vahoaka kely izay maka anareo ho toy ny raiamandreny filamatra no tsy hanondrana hanaraka izay ihany koa ! Dia maninona marina moa izany izao ry Jean ny namanay raha mba navela nalalaka naka sary ireny zava-niseho ireny ? Azo atao anie ny nanome azy tampim-bava dia vita ee! Rahampitso indray.

Marco

Orange Madagascar0 partages

Nidina teny Antohomadinika ny Praiminisitra

Mahazoarivo, 4 oktobra 2017 – Nidina nijery ifotony ny asa fanadiovana ataon’ny vahoaka tsara sitra-po eny amin’ny faritra Antohomadinika ny Praiminisitra Lehiben’ny Governemanta, Mahafaly Solonandrasana Olivier.

Nisaotra an’ireo vahoaka tamin’ny fandraisana andraikitra ny Praiminisitra ary nilaza fa “ohatra tokony halain-tahaka manerana an’i Madagasikara ny fihetsika sahala amin’izao, ka tsy tokony hifampiandriandry fa samy handray ny andraikiny amin’ny resaka fahasalamam-bahoaka, ary tsy tokony hanao vonjy tavan’andro foana, ka rehefa misy ny aretina vao taitra. Tokony handeha ho azy izany ary tsy mila fireharehana”.

Nanome toromarika ho an’ny Ben’ny tanàna rehetra izy mba handray ny andraikiny amin’ny tanàna satria asan’izy ireo izany. “Ny tompon’andraikitra dia mananatra, manome toromarika, ary manome baiko mihintsy raha ilaina izany” hoy ny Praiminisitra

Raha nanontanian’ny mpanao gazety mahakasika ny filazàna fa tsy nahazo fanampiana ara-bola ny kaominina Antananarivo Renivohitra dia notsindriany fa “nahazo fanampiana avokoa ny kaominina rehetra, fa ny fanampiana manokana ambonin’izay no tsy mbola nisy. Maro ireo tanàna tsy nahazo io fanampiana manokana io nefa rehefa misy ny risi-po dia mahavita zavatra isika na dia tsy ampy aza ny hoenti-manana”.

Ezaka ataon’ny Governemanta ihany koa ny hanamafisana ny serasera sy ny fampahafantarana amin’ny vahoaka ny fisian’ny pesta eto Madagasikara, ka tsara ho fantatr’izy ireo fa azo tsaboina tsara ny aretina pesta, ary efa mandray andraikitra amin’izay toerana rehetra ahitana io valan’aretina io ny fitondram-panjakana, mahakasika ny fitsaboana sy ny fanadiovana. Ny zava-dehibe dia ny ady amin’izay aretina izay ary ny fiverenan’ny fahasalamam-bahoaka eto Madagasikara.

Nilaza ihany koa ny lehiben’ny Governemanta fa tao aorian’ny fampahafantarana sy ny antso nataon’ny fitondram-panjakana dia efa mivory amin’izao fotoana izao ireo mpiara-miombon’antoka, mijery izay fomba hahafahany hanampy antsika. “Tsy ny firenentsika ihany no tratry ny valanaretina pesta, misy foana io ary tsy ifanomezan-tsiny, fa ny zava-dehibe dia ny fahafantaran’ny vahoaka fa akaiky azy ny fitondram-panjakana mitondra ny anjara biriky mampahafantatra azy ny tokony hatao amin’ny lafiny fahadiovana, ary mitondra toromarika ho azy eo amin’izay ady rehetra tokony hatao raha sendra misy izay loza izay, mba hiverenan’ny fahasalamana any amin’ny faritra misy azy tsirairay avy” hoy ny Praiminisitra.

Hita teny an-toerana nandritra fitsidihana ny minisitry ny rano sy ny angovo ary ny solika, ny lehiben’ny Faritra Analamanga, ny lehiben’ny Distrika boriboritany 1 ary ireo tompon’andraikitra ao amin’ny Ministeran’ny fahasalamam-bahoaka.

Sampana seraseraPrimatiora

La Vérité0 partages

Ile Maurice - Trois femmes malagasy violées

Scandale tôt lundi matin  dans le quartier de Pereybère à l’île Maurice. Trois Malagasy de 21, 32 et  43 ans ont subi des agressions sexuelles dans un appartement du même quartier. Selon une information véhiculée dans les quotidiens mauriciens, deux des victimes sont mère et fille. La troisième est l’amie de cette dernière.

Les hommes auraient eu les victimes par la ruse afin qu’ils puissent les attirer   jusque dans cet appartement pour ensuite abuser d’elles. Une ruse puisqu’ils auraient proposé aux trois compatriotes de fêter l’anniversaire de l’un d’eux. Ils les auraient   proposées d’aller prendre un verre. Mais comme elles  auraient refusé, ils auraient insisté et proposé d’aller acheter du chocolat, des biscuits et des boissons alcooliques,  une proposition devant laquelle les victimes ont finalement accepté. Cette première étape franchie, les agresseurs étaient ensuite  passés à la deuxième, qui consistait à emmener les trois femmes en voiture jusque dans un bungalow de Péreybère.  La fille et la mère s’étaient montrées réticentes, et au cours de route elles auraient exigé aux trois hommes de les déposer près de la boîte de nuit pour qu’elles puissent rentrer chez elles. Ce dont les premiers auraient refusé pour leur faire comprendre qu’ils tenaient à les garder auprès d’eux. Vint alors l’épisode du passage à l’acte où l’équipée a rejoint l’appartement où ils ont bu et où les gros bras auraient abusé d’elles sous la menace d’un couteau.  Mais il y a pire. Leurs agresseurs auraient même filmé leurs ébats, selon les victimes. Profitant d’un moment de manque  de vigilance  des  trois hommes, les Malagasy  ont   réussi à prendre la fuite. Une riveraine a alerté la Police en voyant l’une d’elle, dévêtue et paniquée en pleine rue.  Par la suite,  elles ont rejoint le  poste de police de Grand-Baie pour  porter plainte. Un examen médical s’impose. L’enquête est menée par la Brigade criminelle de Maurice et la Police de Grand Baie. Hier, cette enquête a débouché sur l’arrestation des trois suspects dont A.T  28 ans, L.S 45 ans et L.L .B 52 ans, et ce, à la suite de la plainte déposée par les trois  ressortissantes de la Grande-île. A l’issue de leur audition, c’était le troisième, c’est-à-dire le plus âgé des suspects a été placé en état d’arrestation, ses complices présumés ayant été relâchés.Recueillis par F.R.

La Vérité0 partages

Tribunal Anosy - Les assesseurs emboîtent les pas aux magistrats

Les assesseurs du Tribunal Anosy se sont fait avoir. Ils ont décidé  d’entrer en  grève, ce qui risquera de paralyser totalement les activités judiciaires dans les prochains jours. C’est du moins ce qu’ont fait savoir certains d’entre eux hier. L’objectif est  de faire pression  sur les responsables concernés pour qu’ils honorent leurs engagements envers les contribuables, entre autres les assesseurs. 

Pour ces conseillers juridiques à la Cour criminelle donc, ils sont accablés par ce profond dépit et surtout cette impression de s’être fait tourner en bourrique ! Du coup, les assesseurs ont réagi. Ils annoncent que cette fois-ci, c’en est fini de la rigolade !  Certains d’entre eux ont juré et annoncé qu’ils boycotteront désormais toutes les prochaines audiences au Ttribunal. « Ils nous ont bien eus ! Le rideau sur le procès du kidnapping à Toamasina a été fermé depuis. Jusqu’à aujourd’hui pourtant, nous n’avons toujours pas reçu 1 franc ! », déclare l’un d’eux.   L’on ne craint donc que le traitement de certains grands dossiers tels que celui de Rehavana Michel,  premier substitut du procureur de la République lequel des policiers sont soupçonnés d’avoir provoqué la mort le vendredi 9 décembre à Toliara,  ne soit donc prochainement remis en question.Annoncé dans une vingtaine de jours, le procès sur cette affaire risquerait donc simplement de ne pas avoir lieu si le problème d’impayés de ces assesseurs va encore persister.Mais comment les choses en sont-elles arrivées là ?    L’amère déception de ces conseillers juridiques à la Cour criminelle serait donc bien compréhensible à certains égards.  Ils ont dû rentrer maintes fois bredouilles après de très fatigantes heures pour assister le juge lors des audiences publiques. C’est le cas lors du procès du double-kidnapping d’Annie et d’Arnaud la semaine dernière et à l’issue duquel les assesseurs ont retourné dans leurs foyers respectifs, les poches vides ! Les responsables qui leur ont promis le versement de leurs salaires sitôt les trois jours d’audience expirés, s’étaient comportés comme des petits malins envers les contestataires. D’abord vendredi dernier, jour annoncé pour le paiement, puis surtout lundi 2 octobre dernier où ils étaient censés percevoir leurs indemnités ! Et on assiste au même refrain   avec cette éternelle  vaine promesse des hauts responsables du pays pour les régler pour les 10 dernières sessions de l’année en cours.Franck R.

La Vérité0 partages

Gros sous !

Apparemment, le régime donne l’impression de bosser dur. Les responsables, selon leurs domaines de service ou d’activité, concoctent des mesures pour juguler, au mieux, la prolifération du faux et l’usage du faux ainsi que l’envol de l’insécurité. Par le temps qui court, les faussaires et les kidnappeurs coulent des jours heureux. De nouvelles dispositions infalsifiables et sécurisées s’imposent.  C’est une affaire de gros sous ! Et certains des gros bonnets du régime y trouvent leurs comptes.

Passeports et permis de conduire, pièces maitresses d’identification, subissaient des modifications radicales. Etant des outils de base à l’usage des particuliers et dans les activités professionnelles, ils font, couramment,  l’objet de pratiques frauduleuses. Faux passeports et permis truqués circulent comme de la monnaie courante. Ils mettent en péril la sureté générale du pays.Pour tout mettre fin, du moins d’après les responsables, on a opté pour le système biométrique. Un procédé de sécurisation qui coûte cher mais, dit-on, cela en vaut la chandelle.  De gros sous tournent autour.Les faussaires pullulent. Les contrefaçons florissent sur toute l’étendue du territoire national. Les faux billets envahissent le marché. Pour contourner le mal, les dirigeants de l’Etat ont décidé de frapper de nouvelles planches à billets. Désormais, c’est chose faite, la Banque centrale de la République de Madagascar (Bcrm) émet les nouveaux coupons qui sont, selon les arguments largement diffusés sur les ondes nationales, difficilement contrefaits. Et, d’après les termes mêmes du Chef de l’Etat, la frappe devait nécessiter d’énormes sources financières. L’Etat a dû casquer des milliards et des milliards d’ariary. De gros sous en jeu !Les kidnappings font des ravages tandis que les actes de terrorisme, bien qu’encore sporadiques, inquiètent. En fait, les preneurs d’otage assaillent presque au quotidien. Les riches indo-pakistanais naturalisés français de la Capitale sont les cibles privilégiées de la bande.Le pouvoir en place, quelque peu débordé, juge nécessaire de « réactiver » l’application de l’arrêté ministériel interdisant l’usage des vitres teintées sur des véhicules privés. Il le considère comme une mesure-phare pour maitriser la prolifération des rapts et tout acte de terrorisme. Ainsi, à défaut d’autorisation spéciale émanant du ministère de tutelle, celui des Transports, les récalcitrants pris en flagrant délit de circulation feront l’objet de fortes amendes. Une autre affaire de gros sous !Enfin, avec cette panique généralisée de la peste pulmonaire urbaine sévissant à Tanà, la vente des médicaments appropriés et les « caches-bouche » dont les officines de pharmacies sont les seules habilitées à la distribution, les affaires vont bon train. Prises d’assaut, les pharmacies ont très vite vu leurs stocks vidés. C’est également, une affaire de gros sous !Mais, quelque fois le malheur des uns fait le bonheur des autres, toutes ces mesures censées être coercitives font les choux gras des « affairistes » de grosse pointure.A Anosy, au service des passeports, de même à Ambohidahy, au Centre immatriculateur, agents corrompus ou véreux et particuliers corrupteurs grouillent dans les allées et couloirs. Les descentes des éléments du Bianco n’ont pu rien apporter. Sans oublier les sociétés adjudicataires  du marché des pièces biométriques qui raflent la mise. Au ministère des Transports, on paie chère la signature de l’autorisation des vitres teintées. En somme, il est question de gros sous ! L’apanage des gros bonnets du régime.  Ndrianaivo

La Vérité0 partages

Déficit

Le régime HVM en état de déficit avancé ! En faillite sur tous les plans, les hommes et les femmes du pouvoir trébuchent à plat ventre. Quoiqu’on dise, nous sommes en présence d’un régime en totale  difficulté pour mener à bien la mission qui lui a été confiée. Déficitaires dans tous les domaines, les tenants du pouvoir, pris dans un terrible cercle vicieux, font du sur place et tournent en bourrique leur pays. Le déficit moral et mental, l’aspect le plus critique qu’un homme puisse être affecté, atteint le poste de commandement du régime. Quelqu’un est dit  victime d’un déficit moral quand il perd le sens ou le repère du bien et du mal.

Il ne sait plus faire la différence entre le bon et le mauvais, le juste et l’injuste, le grain et l’ivraie, le mensonge et la vérité,…Bref, tout se confond, chez lui, à tel point qu’il dit et fait n’importe quoi ! Un régime qui ne se rend même pas compte qu’il irrite les uns et les autres, en même temps, il fait l’objet de la risée de tous. Malheureusement, le pays ne dispose pas d’un asile spécialisé et habilité à traiter tout un régime en état d’aliénation morale et mentale. Et le pays souffre ! Malade de ses dirigeants ineptes, il vit le mal dans son for intérieur.  Déficit intellectuel et technique, l’autre angle qui caractérise la défaillance du pouvoir en place, sévit de façon implacable et indubitable. La fonction cérébrale accuse un retard préoccupant. Les tenants du régime, censés atteindre l’âge des adultes, agissent comme des bébés. Incompétents et inaptes, ils ne sont pas capables d’exécuter des actes intellectuels et techniques supposés être à leur niveau. Ils ne  maîtrisent point les arcanes du pouvoir. Tout se mêle dans leur manière de voir les choses. Urgent ou  prioritaire, factice et superflu s’entassent dans un même panier. Méli- mélo, c’est le bordel !Déficit de gouvernance, conséquence logique des deux premiers, conduit irrémédiablement l’Etat vers   la faillite. Le mode de gouvernance des affaires nationales qui périclitent est réduit à une simple  gestion d’épicerie. Les déficits s’accumulent. Les finances publiques chancelantes, incapables de faire face aux besoins urgents du pays, se trouvent au bord de l’asphyxie. La Caisse de l’Etat, près de la banqueroute, n’est même pas en mesure de s’occuper de petites et moyennes réparations prioritaires, à  l’instar du pont de Vohiposa. Les opérations d’assainissement urgentes,  utiles pour stopper net le risque de propagation rapide de l’épidémie de la peste dans tout le pays, ne pourraient pas démarrer immédiatement. Le besoin nécessaire s’élève à 40 milliards d’Ar. Faute de moyens, l’Etat s’empresse de s’adresser aux Partenaires étrangers.  Le déficit de responsabilité vient compliquer la charge. Le sens de responsabilité manque, cruellement, à nos dirigeants. La prise de décision, parfois tardive et non appropriée, handicape lourdement les conditions d’existence de la population. Une population anémiée par d’innombrables insuffisances qui ne supporte plus le calvaire. La sécurité et la santé publique, secteurs-clés et les plus vulnérables, sont les plus touchés. Le déficit organisationnel complète le tableau. L’organisation générale des activités sonne faux. Le sens des priorités fait défaut jusqu’au point où le pays fonctionne sens dessus dessous. En déficit aigu, le régime qui cache  mal son tare  se livre à de futiles gesticulations. Ndrianaivo

La Vérité0 partages

Football- Match amical international - Succès des Barea face à l'Ouganda

L'équipe nationale de Madagascar renoue avec la victoire. Après la défaite subit devant l'Angola dans le cadre du championnat d'Afrique des Nations (Chan) qui lui a valu l'élimination pour la phase finale de cette compétition, l'équipe nationale malagasy a enregistré hier sa 4e victoire, la 3e à l'extérieur, sous l'ère du coach Nicolas Dupuis. Les Barea de Madagascar formés en grande partie par les joueurs expatriés ont battu en effet hier les Ougandais devant leur public. Deux buts à un, c'est le score final de cette rencontre amicale initiée par la fédération malagasy afin de préparer l'équipe nationale en vue des prochains matchs des éliminatoires de la Coupe d'Afrique des Nations (Can).

Hier, les Ougandais ont ouvert la marque à la 37e minute par le biais de Mizamiru Mutyaba.  Dès l'entame de la seconde partie, les Barea sont parvenus à égaliser sur un penalty transformé par Carolus Andriamahitsinoro. A trois minutes du temps réglementaire, ce dernier corsa l'addition permettant ainsi à la sélection malagasy de remporter son premier match amical internationale de l'année. A noter que trois joueurs clés des Barea n'ont pas fait pour des diverses raisons le déplacement en Ouganda en l'occurrence Abel Anicet, Voavy Paulin et Rinjala. Par contre, Lalaina Nomenjanahary dit Bolida et Dafé ont effectué leur retour au sein de la sélection nationale à côté des incontournables Faneva Ima, Zotsara , Bapasy,Dada et bien d'autres. Prochain rendez-vous amical des Barea le mois prochain à Paris (France) où ils affronteront l'équipe nationale des Comores. Rata

La Vérité0 partages

Concert de Lalatiana au Palais de sports - Reporté à une date ultérieure !

Les fans de Lalatiana se sont depuis quelques jours inquiétés du concert avec la diva s’il va avoir lieu ou pas. Avec la situation qui  prévaut actuellement et ce, concernant l’épidémie de la peste, l’organisateur de l’événement ainsi que l’artiste ne pouvaient pas risquer de maintenir la date du concert. Mauvaise nouvelle donc pour les groupies. Finalement, le spectacle prévu dimanche prochain au Palais des sports Mahamasina sera reporté à une date ultérieure. Même si le chargé de communication de Mi’Ritsoka production a affirmé que les responsables du Palais de sports ont déjà pris les dispositions nécessaires et qu’ils ont effectué un grand nettoyage afin que les lieux puissent recevoir ce grand évènement qu’est le concert de Lalatiana, il serait trop dangereux de rassembler des milliers de personnes dans une zone de la ville où cette peste n’est pas encore maîtrisée. Aussi, aucun rassemblement n’aura lieu ce dimanche au Palais des sports, que ce soit le concert de Lalatiana ou autres manifestations.

Jusqu’à l’heure où nous écrivons, l’artiste de son côté n’a encore rien publié d’officiel sur sa page facebook après un statut qu’elle a fait le 2 octobre dernier : « Mes amours, amis et familles. Jusqu’à maintenant, je ne suis pas encore en mesure de confirmer la tenue du PESTacle car nous sommes encore en train d’analyser la situation et son évolution. Tout ce que je peux faire c’est de vous encourager et surtout prenez les dispositions nécessaires pour prévenir les maladies. En tout cas, je vous tiendrais tous au jus », dixit Lalatiana dans sa publication. Ainsi, la nouvelle date sera connue prochainement mais l’endroit où se déroulera le concert ne change pas, tout comme l’équipe et le répertoire. A noter que la diva est déjà à Madagascar depuis quelques jours et a retrouvé son équipe pour les répétitions pour faire en sorte que les retrouvailles avec son public se déroulent à la perfection. A l’occasion, elle sera accompagnée par des jeunes musiciens qui ne sont plus à présenter dans le milieu à savoir, Anjaniony, Tsanta et Miantsa Randriamihajasoa, Andry Mika, Njaka Rakotonirainy… sans oublier les sœurs d’Anaa quatuor pour les chœurs. Par ailleurs, les billets qui ont été déjà vendus seront encore valides le jour du spectacle. Il ne reste donc plus qu’à attendre la nouvelle date et faire la queue afin de se procurer les fameux tickets d’entrée.Tahiana Andrianiaina

La Vérité0 partages

Assainissement périodique - Une pratique totalement délaissée

Actuellement, il n’est pas étonnant que certaines épidémies datant du Moyen-âge comme la peste,   du moins à l’époque en Europe, réapparaissent dans notre pays. C’est que les pouvoirs qui se sont succédé ces trois dernières décennies,  ont abandonné les bonnes mesures d’assainissement dont la désinsectisation dans les quartiers. Durant l’époque française, des campagnes de pulvérisation de DDT dans les écoles, les bâtiments publics et bien sûr les habitations privées, étaient systématiques. Pour preuve, ces mesures ont été renforcées à partir de 1949 et tout au long des années 50, et se sont poursuivies même jusque vers début 1980. Les espaces  publics les plus fréquentés comme celle du Zoma ou le marché d’Analakely étaient particulièrement visés. (V.photo). 

« Ces grands nettoyages ont été observés  jusque vers la moitié de la décennie 70, c’est-à-dire pendant la 2e république. Je me souviens bien encore de ces agents de la voirie urbaine qui, avec leurs    tuyaux de gros calibre,  lançant de puissants jets d’eau dans le secteur des pavillons et notamment sur l’esplanade après l’heure de la fermeture du marché tous les fins d’après-midi », se remémore un quadragénaire, un sourire de nostalgie aux lèvres. Toujours durant la même période, les gens avaient surtout l’esprit tranquille  car on n’a guère entendu parler de ces pandémies dangereuses. A l’explication, la ville était encore propre même si l’administration Tsiranana a fait encore mieux. Durant la décennie  70, outre le fait que les maîtresses de maison étaient très soucieuses de la propreté de leurs foyers, les dirigeants de l’époque, ont tout fait aussi pour les aider dans le même sens. A l’époque, des agents du Bmh, équipés de ces bonbonnes attachés sur leurs dos et qui sont vêtus de leur uniforme beige, passaient régulièrement dans les foyers pour y asperger du DDT (actuellement prohibé car cancérigène).  A la fin de chaque opération et avant que l’agent quitte votre maison, tout a été noté dans un carnet que le locataire signait.   Tout cela montre que  le pouvoir en place a l’obligation et tient une énorme responsabilité pour garantir un meilleur cadre de vie pour les contribuables. Mais plus nous avançons dans le temps, plus les autorités étatiques, comme  le reste de la population d’ailleurs, perdent de plus en plus le sens des valeurs dont l’hygiène. Récemment, l’opinion s’indigne encore en entendant l’un des principaux responsables du pays rejeter simplement  les responsabilités de l’explosion de l’épidémie de peste actuelle à leurs subalternes ou autres homologues des régions, des districts ou des communes. A en croire que la gravité de la situation actuelle ne doit pas concerner  le chef de l’Etat lui-même, ni celui du gouvernement mais toujours aux autres !Franck Roland

La Vérité0 partages

Peste à Antananarivo - Le Mapar au secours de la population

Opération nettoyage. Pour aider à stopper l’épidémie de peste qui sévit actuellement dans la Capitale, les députés membres de la plateforme Miaraka amin’ny prezida Andry Rajoelina (Mapar) lancent une vaste opération citoyenne destinée à nettoyer les lieux fréquemment salis et inviter les gens à plus de civisme.   Une opération de nettoyage par pulvérisation  de produits désinfectants et de sensibilisation à la nécessité de respecter la propreté a ainsi débuté dans le second et le  cinquième arrondissement de la Capitale hier.  D’après les explications, cette  opération se poursuivra ce jour dans le premier, le t roisième et le quatrième arrondissement de la  Capitale. « Pour le Mapar, une révision de la Constitution n’est pas prioritaire à l’heure actuelle. L’essentiel doit être le social de la population », précise l’élue dans le second arrondissement de la Capitale sous les couleurs du Mapar, Lanto Rakotomanga, au cours d’une interview à Ambohipo pour expliquer la nécessité de cette opération à laquelle ont été conviés les habitants.  La peste sévit actuellement dans la Capitale. Sept décès ont été enregistrés à Antananarivo. Mais au lieu de collaborer pour lutter efficacement contre l’épidémie, le gouvernement et la Commune urbaine d’Antananarivo préfèrent se rejeter la responsabilité de la saleté dans la ville. 

« Chacun à son niveau doit faire ce qu’il peut sans forcément attendre les bailleurs de fonds et l’Etat. Ce n’est également pas le moment de se rejeter la responsabilité, de faire de la politique ou encore de se critiquer. La situation de la population est urgente », a souligné Naivo Raholdina, parlementaire du Mapar élu dans le cinquième arrondissement. Les actions citoyennes de ce genre ne doivent attendre personne, a soutenu le député.L’occasion de cette opération nettoyage a par ailleurs été mise à profit par le Mapar pour donner son avis sur la perspective de révision de la constitution qui serait concoctée par le parti au pouvoir.  « Le Mapar conteste vigoureusement toute velléité des dirigeants à réviser la constitution », a annoncé la député Lanto Rakotomanga.  A entendre l’élue du second arrondissement, le Mapar entend former un bloc avec les autres partis politiques à l’Assemblée nationale pour tenter de bloquer l’adoption d’un éventuel projet de révision de la Constitution.  « Depuis que le débat autour de cette révision a été lancée, de nombreux partis, associations et organisations membres de la société civile et jusqu’aux membres de la communauté internationale ont fait part de leurs réserves par rapport à cette éventualité.  Le Tiako i Madagasikara s’est déjà prononcé sur le sujet. Il faut voir ce qu’il est possible de faire avec les autres députés notamment avec ceux du Malagasy miara-miainga et du Hiaraka isika », précise-t-elle.Sur un autre domaine, le Mapar se dit prêt à affronter les élections pour l’an prochain. Cependant  la plateforme politique estime nécessaire de clarifier les règles du jeu. La plateforme de l’ancien président de la Transition Andry Rajoelina milite notamment pour une élection inclusive, transparente et crédible. Recueillis par  L.A.

La Vérité0 partages

Tension à l’université de Toamasina - Les agissements des étudiants pointés du doigt

Vers le retour au calme. Il a fallu l’intervention des Forces de l’Ordre d’une part et des responsables auprès du ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique (Mesupres) de l’autre, pour calmer la tension à l’université de Toamasina. Le campus de Barikadimy a été, rappelons-le, le théâtre d’une vive manifestation estudiantine, depuis le début de cette semaine. Les manifestants réclamaient non seulement leurs bourses d’études mais aussi des logements adéquats. En état d’énervement total, ils ont même incendié certaines infrastructures et équipements du voisinage, y compris un entrepôt et le véhicule d’un responsable au sein de l’université. Questionnée à ce sujet, le ministre de tutelle a pointé du doigt les agissements de certains étudiants. « Les inscriptions dans les universités ont un délai à respecter, afin que l’état arrive à temps auprès du ministère de tutelle. Pour l’université de Toamasina, la date limite des inscriptions a dû être ajournée 4 fois suite aux sollicitations des étudiants lesquels ont cherché à gagner du temps. Du coup, ces retardataires n’étaient pas inscrits dans les listes définitives des bénéficiaires de bourses d’études », explique le Pr Marie Monique Rasoazananera. Malgré l’autonomie administrative et financière des universités, le Mesupres est intervenu pour apaiser cette tension à Barikadimy.

Aucun budget supplémentaire pour les cités U« Des pourparlers et négociations ont eu lieu ces derniers temps pour définir des ententes. Au final, le problème est désormais en cours de résolution. Ce qui est dommage c’est que la revendication de bourses d’études a fini par des actes violents, dont un véhicule incendié », ajoute le ministre de tutelle. La sortie de listes additives de boursiers fait partie des issues  adoptées. Quant aux problèmes de logements des étudiants, le ministre Rasoazananera n’a pas manqué d’apporter des explications. « La réhabilitation des cités universitaires  figurait parmi l’assainissement général entrepris dans le campus de Barikadimy. Mais les logements réhabilités ne sont pas encore habités jusqu’à maintenant parce que les étudiants veulent étendre l’utilisation du courant électrique dans la cuisson, entre autres. Pourtant, les installations ne peuvent assurer que l’éclairage. Avec la demande des locataires donc, l’université doit encore augmenter la puissance du courant, outre la nécessité de changer les installations et le matériel y afférent. Ces nouveaux travaux réquièrent une somme assez conséquente, ce qui n’est pas prévu dans le budget de l’université », expose le numéro Un du Mesupres. Dans tous les cas, la recherche de solutions adéquates face à ces problèmes est en cours. Affaire à suivre !Patricia Ramavonirina

La Vérité0 partages

Chambre de commerce Canada- Madagascar - Départ de la mission économique bientôt

Après des mois de préparation, la mission économique et commerciale organisée par la Chambre de commerce et de coopération Canada-Madagascar (CanCham) est maintenant en cours de finalité. En effet, le départ pour le Canada se fera incessamment. Cette mission se déroulera du 21 au 28 octobre prochains dans quatre villes du Canada, à savoir Montréal, Québec, Trois-Rivières ainsi qu’Ottawa. Cette mission économique aura surtout pour but d’élargir les relations entre le Canada et Madagascar. Plus de 200 rencontres multisectorielless et des rencontres « Business to business » seront donc organisées  afin de présenter tous les efforts déployés par les entreprises malgaches et de dissuader les investisseurs canadiens de tous les avantages pour faire de la Grande île une terre d’opportunités.

Mise à part cela, la délégation malagasy rencontrera également la diaspora malagasy présente sur les lieux. Soutenue par le programme Procom de l’Union européenne, la CanCham dispensera diverses formations mais également des services d’accompagnement afin de s’assurer que cette mission économique est  une réussite pour les participants. Comme l’a affirmé le Président du CanChan, Ramonjavelo Valéri, « le problème des différentes missions économiques qui ont précédé est le manque de suivi, de ce fait nous ne pouvons pas vraiment définir son succès. C’est pour cette raison que nous offrons un service d’accompagnement afin que de cette mission découlent des grands investissements. » Les 15 entreprises qui vont participer à la mission sont issues des secteurs de la pharmaceutique (Sopharmad), de l’agroalimentaire (Star), de l’artisanat de luxe, du tourisme, des mines, des technologies de l’information et de la communication et des finances (Sonapar).  Rova R.

La Vérité0 partages

Industrie textile - Domaine prometteur à Madagascar

Un grand effort accompli pour l’industrie textile de la Grande île. Le groupe SGS Madagascar a reçu l’accréditation pour la norme ISO17025 de la part du Southern African Development Community Accreditation (SADCAS). C’est un organisme qui certifie internationalement les industries se trouvant sur le marché de la SADC. Une cérémonie de présentation officielle du certificat s’est tenue hier dans l’enceinte de la Galaxy Andraharo, siège de la SGS Madagascar. Ce laboratoire, opérationnel depuis 2013, a pour vocation d’optimiser la qualité des produits textiles. Si auparavant, les tests qu’il effectue se font à l’étranger, à Maurice voire Hong Kong, avec cette autorisation, actuellement, ils peuvent se faire à Madagascar. « Avant, nous avons déjà fait des tests mais qui n’étaient pas sous accréditation », dixit Cedric Catheline, Directeur Général de SGS Madagascar. Tous les produits vérifiés sous accréditation sont reconnus internationalement.

« Peu importe où sont faites les expériences, le résultat est reconnu à un même niveau », insiste le Directeur Général. Avec ce certificat, le laboratoire peut faire la grande partie de ses analyses à Madagascar. « Mais il peut y avoir des tests à réaliser à l’étranger parce qu’ils font appel à d’autres matériels », explique Cedric Catheline. Et cette restriction ne leur permet pas faire 100% des tests sur place. La production en matière textile est très importante à Madagascar vu la collaboration entretenue dans le cadre de l’Accord Partenariat Economique. Exiger la qualité est primordial. « Le textile est parmi le domaine qui contribue à l’épanouissement du budget du pays et ceux des entrepreneurs », évoque le ministre de l’Industrie et du Développement du Secteur Privé, Nourdine Chabani. Les clients demandent des produits suivant les normes. Être dans les normes internationales constitue un plus pour ces industries. Ces normes rassurent le client et face aux produits malgaches, il sera rassuré. « Les analyses ne sont pas faites n’importe comment, elles entrent dans un contexte de traitement », affirme le responsable au sein du Groupement des Entreprises Franches et Partenaires (GEFP). A l’exemple du McDonald qui fait des millions de commandes de tenues de travail, il exige que ces commandes répondent aux normes requises. De plus, les tissus doivent suivre le conseil d’hygiène préconisé ou être testés pour détecter les matières allergènes. « Ce n’est pas forcément une question de norme pour laquelle les industries n’arrivent pas à trouver un marché », rétorque ce responsable. A noter que des zones franches, accréditées ou non, au nombre de 130 ont été recensées en février 2017. Ces industries textiles promeuvent la création d’emploi et la technique ainsi que l’augmentation du nombre de clients qui échangent avec Madagascar.Andrea Razafi.

L'express de Madagascar0 partages

Mahazoarivo – La peste entre au conseil du gouvernement

La réunion hebdomadaire du gouvernement a enfin consacré du temps à l’épidémie de peste qui sévit. Le premier décès remonte, cependant, au 28 août.

Il était temps. « L’épidémie de la peste a été mise sur la table du conseil », rapporte le communiqué de presse du conseil du gouvernement d’hier, au palais d’État de Mahazoarivo. Pour la première fois, depuis le début des alertes aux risques de propagation de la peste lancées par la presse, que la missive gouvernementale fait mention d’une part accordée au fléau dans les débats de la réunion hebdomadaire, à Mahazoarivo, de l’équipe de Solonan­drasana Olivier Mahafaly, Premier ministre.Le premier décès dû à la peste, confirmé, remonte, cependant, au 28 août. Il s’agit d’un voyageur en partance d’Ankazobe. Il a succombé à la maladie au niveau de Moramanga. Entre-temps, l’individu a contaminé ses co-passagers de taxi-brousse. Certains d’entre eux sont décédés, à Toamasina, le 2 et 3 septembre. Une des personnes mortes dans la ville du Grand port a été emmenée, à Vohémar, pour y être enterrée. Une autre à Antananarivo.Les veillées funèbres de ces défunts et les rites de mise en bière et d’enterrement ont fini de propager la maladie à quelques-uns de leurs proches. La mort causée par la peste d’un des membres de la famille de celui décédé à Toamasina, ramené, à Antananarivo, a été révélée par la presse, le 12 septembre. Pensant probablement, pouvoir maîtriser assez rapidement les risques de propagation du fléau, le département ministériel n’a, en toute vraisemblance, pas souhaité ébruiter le sujet.Une manière éventuelle également, d’éviter un vent de panique ou de psychose. Bien que les risques d’une épidémie aient été martelé par la presse, le professeur Mamy Lalatiana Andriama­narivo, ministre de la Santé, et son département ont été étonnamment placides. Il a expliqué qu’ils n’ont pas été avisés de tous ces décès suspects. Il a même fallu qu’il ait été acculé par l’opinion publique, pour que le chirurgien-pédiatre fasse une déclaration sur le sujet.

Image et politiqueLe ministre Andriama­narivo, a expliqué cette impassibilité apparente, par l’attente des résultats des analyses faites. Le gouvernement, pour sa part, est resté stoïque. La situation s’est, pourtant, compliquée. La peste a fait son chemin et pris ses aises, notamment, dans la capitale et Toamasina. Ces deux grandes villes sont, par ailleurs, réputées être en tête des plus insalubres de Mada­gascar et avec le niveau de promiscuité le plus élevé.Seulement, il semble qu’il a fallu que le coach de l’équi­pe seychelloise, ayant pris part au tournoi de l’océan Indien de basketball, succombe à la peste, pour que le gouvernement se décide à prendre à bras le corps le phénomène. Un malheureux événement qui a écorné l’ima­ge du pays au niveau international. Suite à ce décès, proba­blement, un conseil du gouvernement impromptu a été convoqué, à Maha­zoarivo, vendredi, en fin d’après-midi. Le déroulement de cette réunion au pied levé n’a pas été communiqué à la presse.Le samedi matin, cependant, une réunion de crise s’est tenue, toujours, à Maha­zoarivo, mais cette fois-ci, avec des entités internationales comme l’Organisation mondiale de la santé (OMS). De ces deux conclaves découlent les grandes manœuvres menées par le pouvoir et ses partisans, depuis lundi. Le fait que le communiqué de presse du conseil du gouvernement d’hier, ait souligné que la peste, était à l’ordre du jour, pourrait être une manière d’affirmer que l’Exécutif en fait sa priorité du moment.La mise en place d’une cellule interministérielle de riposte, afin d’endiguer l’épi­démie a, notamment, été mise en avant. Le locataire de Mahazoarivo, aurait réitéré que les maires, notamment, ceux d’Antananarivo ville et de Toamasina, ont leur part de responsabilités par rapport à cette épidémie. Au regard du communiqué du conseil du gouvernement d’hier, l’opération coup de poing, pour assainir rapidement les villes touchées par la peste est encore dans l’ombre des tas d’ordures qui submergent les trottoirs des artères de la capitale. La missive indique, par ailleurs, que la raison de cette prise de conscience pourrait être le fait que le sujet commence à basculer vers le terrain politique.

Garry Fabrice Ranaivoson 

L'express de Madagascar0 partages

Épidémie de la peste – Assainissement en cours dans les gares routières

Les transporteurs se fient aux mesures prises par l’État pour la désinfection générale suite à la réaction de la visite d’une délégation guidée par le chef de région d’Anala­manga, Ndranto Rakotona­nahary, dans les stationnements de taxis-brousse de la capitale, hier. Cette descente a pour objectif une campagne de sensibilisation pour des mesures de prévention au niveau des gares routières.« Nous protégeons nos personnels en leur fournissant des cache-bouche mais c’est aux responsables du ministère de faire leur travail et de descendre ici pour répandre du DDT. En plus, nos voitures sont imprégnées de DDT tous les trois mois, alors il n’y a rien à craindre. C’est le respect de la propreté qui importe le plus », affirme Heriniaina Rasolomanana, secrétaire général de la coopérative Besady à Ambodivona. D’autres coopératives n’attendent pas cet engagement de l’État dans ce sens mais elles considèrent la question de la  propreté comme faisant partie du quotidien. « Pour notre coopérative, la désinsectisation et la désinfection se font après chaque voyage », explique Solo Andrianiaina Rakotomalala, directeur de la coopérative Cotisse.

Mamisoa Antonia

L'express de Madagascar0 partages

Évangélique – VHF, le groupe à la voix du ciel

Les mélomanes du secteur évangélique auront droit à un beau spectacle. Le concert d’adoration et de louange de VHF promet de combler les attentes du public.

Le public a longtemps attendu ce moment de louange. La salle du Ccesca sera le rendez-vous qui marquera les esprits des fans de la musique évangélique, plus particulièrement les férus du chant évangélique acoustique. Et pour cause, le groupe Vavaka Hira Fiderana (VHF) y sera en concert live ce dimanche, à partir de 15 heures. Certes, cela fait quelques années que le groupe se contente de quelques apparitions scéniques mais il n’a pas encore offert à son public un concert digne de ce nom. Et pour le grand plaisir du public, VHF sera de nouveau sur une grande scène pour un show intitulé « Hiran’ny Lanitra ».« Nous avons déjà effectué plus d’une centaine de spectacles qui se sont déroulés à l’église pour la plupart, ou en plein air. Par contre pour répondre à la demande de nombreux fans, nous avons décidé de le faire dans un endroit plus grand », déclare Parfait, le fondateur du groupe. Le groupe ne s’attend pas à voir uniquement des chrétiens. Il souhaite que toute la capitale se joigne à eux dans l’adoration. Pour cela, il a concocté un menu long et diversifié.Le groupe Tàna Gospel Choir (TGC), ayant fait les beaux jours de la musique évangélique, sera l’invité d’honneur de ce concert.« Ce n’est pas un rendez-vous pour les chrétiens uniquement mais pour tout le monde. Nous avons tellement de raisons de louer le Seigneur », poursuit Parfait. Selon toujours l’organisateur, une vingtaine de titres seront au programme, et il n’y aura pas d’interprétation. Les tubes tels « Efa ela», «Valim-bavaka», « Sakaiza Tsara » qui ont fait la carrière du groupe, vont être revisités.

Louange acoustiqueQue ce soit en studio ou en live, VHF est engagé depuis plus de neuf ans dans la création et la diffusion d’un répertoire de chants à destination des Églises et du grand public. Avec des paroles inspirées et une production musicale innovante et de qualité, ce groupe pousse chacun à être connecté à l’Éternel. Avec de la musique Bàgasy accompagné de Ntsoa, Nanta, Santatra et Tantely au chant, Lanto, Fameno, Jino, à la guitare , Fanilo à la basse, Mamy à la Batterie et Rolland à l’accordéon, Parfait et ses acolytes entraînent le public dans ses tours de chant.Si certains tirent leur plaisir dans un show de danse, un concert classique, d’autres se le procurent en assistant à un concert évangélique. C’est à ceux-là en particulier et, aux mélomanes en général que s’adresse cette affiche. La date est donc fixée pour le dimanche 7 octobre au Ccesca à Antanimena.« Hiran’ny Lanitra » est certainement le rendez-vous phare de ce weekend. L’occasion pour tous ceux qui ont été touchés par la profondeur des textes de l’album «Mbola misy ve » de venir partager ce moment qui promet d’être édifiant et porteur d’un grand réconfort spirituel.

Sitraka Rakotobe

L'express de Madagascar0 partages

Rallye Shell Helix – Ferré au volant d’une Renault Alpine

Vingt-huit équipages seront au départ du Rallye Shell Helix de ce weekend. La principale nouveauté sera une Renault Alpine.

Enfin, la Renault Alpine de Jacques Ferré est prête. Depuis le début de saison, quelques photos de la machine française avaient fuité sur les réseaux sociaux.Ce qui avait créé un véritable buzz, vu qu’il s’agit d’un modèle historique. Cependant, elle n’était pas encore en mesure de courir. Lors des quatre premières manches de la saison.L’Alpine effectuera finalement sa toute première apparition, ce weekend, à l’occasion du Rallye Shell Helix, avec à son bord le duo Ferre-Santatra. Étant une propulsion, elle évoluera dans la catégorie M12 deux-roues motrices.Vingt-huit équipages seront au départ de cette cinquième échéance de l’exercice 2017. Encore une fois, on aura du beau monde chez les quatre-roues motrices, avec notamment Ndrianja-Fanja sur Subaru Impreza PMU N4, leaders actuels du championnat, Boana-Mian­galy sur Subaru Impreza M12, deuxièmes du général, ainsi que Yves-Nitro sur Subaru Impreza N4, vainqueur de la dernière course en date.Hery Be-Fafah seront toujours à la recherche d’un premier résultat probant aux commandes de la fameuse Mitsubishi Lancer Evo X N4.

Duel Dani-SitrakaOn suivra de près aussi Louvel-Teddy sur Evo IX Louvel Rally Rent N4, ainsi que Tahina-Baovola et Tahiana-Tahiry, respectivement sur Impreza M12 et Impreza N4.Du côté des deux-roues motrices, Dani, leader du championnat, défendra sa position au volant d’une Renault Mégane M11, en compagnie de Rina. Sa Saxo étant desormais aux mains de quelqu’un d’autre. Encore une fois, on suivra de près leur duel avec Sitraka-Rado, à bord de la Renault Clio 4G Orange.Mais on gardera également un œil sur les autres équipages comme Nirina-Alcazaria Jr sur Peugeot 206 Bomba Kely M11.Ce Rallye Shell Helix compte douze épreuves spéciales, pour un total de 142,60 kilomètres. Pour la première journée de vendredi, on aura deux spéciales-spectateurs sur le circuit TMF d’Ivato. Pour samedi et dimanche, les dix épreuves chronométrées restantes sont situées dans la périphérie Est de la Capitale.

Haja Lucas Rakotondrazaka

L'express de Madagascar0 partages

Université de Toamasina – Neuf arrestations, quatre militaires blessés

Des étudiants grévistes se sont déchaînés sur les forces de l’ordre, hier. Un gendarme, un policier et deux militaires sont blessés. 

Une horde d’étudiants en état d’énervement total s’est mesurée aux forces de l’ordre à l’université de Barikadimy Toamasina dans la matinée d’hier. Neuf arrestations sont dénombrées de source auprès de la compagnie territoriale de la gendarmerie nationale à Toamasina. Ces étudiants ont été relâchés 45 minutes plus tard après vérification qu’ils ne sont pas des mercenaires.  Couverts de jets de pierres, quatre éléments des forces de l’ordre sont en revanche blessés, dont un  gendarme, un policier et deux militaires. Les manifestants ont incendié un entrepôt de matériaux de construction, lancé des galets,  brûlé un tas de bois devant l’amphithéâtre et mis le feu à un bosquet de pin dans l’enceinte de l’université, lorsque la vive tension a atteint son summum.Se heurtant à des problèmes de logement et de non-perception de bourse d’étude, des centaines d’étu­diants se sont insurgés.«Environ deux mille neuf cents d’entre nous ne figuraient pas  dans la liste des étudiants  boursiers lorsque celle-ci a été publiée. Des pourparlers ont été entamées et une liste additive a été sortie. La tension est montée d’un cran lorsque seulement trois cents étudiants ont été choisis pour bénéficier des bourses, au détriment des deux mille six cents restants», se désole Frank Marino Ratsim­bazafy, l’un des meneurs de la manifestation.

Manipulation Des problèmes de logement et d’électricité qui sévissent dans le campus viennent de surcroît s’y ajouter. Dans la matinée d’hier aux alentours de 9 heures, les étudiants grévistes ont formé un attroupement bruyant. Ils allaient s’emparer des bâtiments de la nouvelle cité universitaire lorsque les éléments de l’État-Major Mixte Opérationnel de Toamasina ont débarqué pour les stopper dans leur élan.Entre temps, les étudiants en furie avaient déjà provoqué les incendies en question.«Un vent d’apaisement souffle dans l’université de Barikadimy après ces altercations. Des représentants du ministère de l’enseignement sont sur place et l’Organe Mixte de Conception (OMC) est saisi pour débloquer la situation. Une réunion où seront représentés entre autres  les délégués de classe ainsi que les présidents régionaux se tiendra demain (NDLR: ce jour). Il ne devrait pas y avoir de regain de violence à moins qu’il n’y ait manipulation à la base», lance le général de brigade Serge Gellé, commandant de la  CIRGN à Toamasina.Pour sa part, Jérôme Velo, président de l’université de Toamasina a expliqué hier que seuls les étudiants inscrits sont boursiers.«Pour ce qui est du problème d’électricité qui impacte fortement sur les logement, il faut un budget d’environ 249 millions d’ariary pour refaire les installations électriques, ce qui est bien au dessus des moyens de l’université», confie Jérôme Velo. Des solutions qui devraient découler de la réunion d’aujourd’hui sont attendues.

Andry Manase

L'express de Madagascar0 partages

Diana – Les autorités prennent des mesures contre la peste

Les autorités régionales du Nord réagissent face à l’épidémie de peste qui sévit sous ses deux formes, pulmonaire et bubonique. Il est urgent de bloquer sa pénétration.

Un plan de contingence dynamique. C’est la riposte que les autorités de la région Diana, en collaboration étroite avec le ministère de la Santé publique, ont mis sur pied pour faire face  à l’épidémie de peste. Un cordon sanitaire en quelque sorte. Tout a débuté par des explications sur la peste, la définition standardisée des cas, les activités principales devant une épidémie de peste, car un cas vaut épidémie… Le traitement  ou la prise en charge des malades, les attitudes à avoir au niveau du foyer et les clés de communication pour un impact comportemental n’ont  pas été exclus.« Certes, jusqu’ici, nous n’avons constaté aucun cas suspect, probable ou confirmé dans la région, mais comme la peste est une maladie grave et mortelle qui se transmet rapidement, il s’avère nécessaire de lutter contre sa propagation parce qu’elle peut toucher tout le monde en tout lieu», précise le Dr Isaïe Andriamiandra, directeur régional de la Santé publique de Diana, lors des réunions successives. Il a mis un accent particulier sur la mise en place d’un type de plan préventif.Pour ce faire, un comité de vigilance contre la peste a été créé, hier mardi, dans l’après-midi. Il est coordonné par un comité ad hoc, présidé par le chef de la région, Eddie Tongazara, et co-présidé par le préfet d’Antsiranana, Arsène Banoma, afin de renforcer la lutte contre ce fléau et d’assurer la continuité du fonctionnement de l’organisation face à toute éventualité, pouvant être matérielle ou personnelle. Ce comité a pour rôle d’assurer la coordination générale des actions de riposte, de développer les orientations stratégiques et politiques de cette riposte, de valider les données des tendances épidémiologiques et toutes les communications destinées aux média ainsi que le plan de réponse à l’épidémie….

Sévère surveillanceEn outre, six commissions ont  été créées pour faciliter les tâches dont celle de la surveillance épidémiologique car à Madagascar, la lutte contre la peste est basée sur  cette méthode. Mettre à jour les définitions des cas, les fiches techniques et le guide de lutte contre la peste, assurer la diffusion des définitions des cas, des fiches techniques et le guide sur le terrain, coordonner la formation des agents de santé sur les différents aspects de la surveillance à tous les niveaux, y compris au niveau communautaire… tels sont les échantillons des tâches attribuées à cette commission.Sans tarder, le comité a décidé de se déplacer à l’université Nord d’Antsiranana, demain jeudi, afin de  mener une campagne de sensibilisation sur l’assainissement des endroits très insalubres  qui peuvent favoriser la propagation de la maladie. Les campagnes de nettoyage se poursuivront samedi, au marché de Bazary kely. « Gouverner c’est prévoir, toutes les actions seront orientées vers la lutte contre la propagation de cette maladie mortelle. J’exhorte la population à ne pas céder à la panique, mais à suivre les règles de la prudence », conclut le président du comité ad hoc, déterminé à mener le combat jusqu’au bout.

Raheriniaina 

L'express de Madagascar0 partages

Revendications syndicales – La SSM tente un baroud d’honneur

Le vice-président de la Solidarité syndicale de Madagascar (SSM), Claude Raharovoatra, a annoncé hier, au restaurant Koots Food à Mahamasina, que la SSM déposera des plaintes à l’endroit de quelques institutions nationales et internationales. Cette décision a été prise samedi lors d’une réunion des syndicats membres du SSM. « Il a été décidé lors de cette réunion qu’une plainte sera déposée auprès de l’Organisation Internationale du Travail (OIT), du Bureau International du Travail (BIT), des différents corps diplomatiques du pays, des différents partenaires de Madagascar, de la Commission nationale indépendante des Droits de l’Homme (CNIDH) et de la Commission interaméricaine des droits de l’Homme (CIDH) », a annoncé le vice-président du SSM.Selon Claude Raharo­voatra, les représentants des syndicats venus assister à cette réunion ont été unanimes sur le fait que les syndicats à Madagascar sont en difficulté. « Tout le monde est arrivé à la conclusion que les syndicats à Madagascar vivent un mauvais moment », a-t-il soutenu.Ces plaintes concernent, entre autres, la violation des droits syndicaux par le pouvoir en place. Le SSM se plaint du non respect de ses droits face aux différents actes d’intimidation auxquels ils doivent faire face.Le dernier exemple flagrant est l’incident de jeudi à Anosy lors de la grève du syndicat des magistrats de Madagascar (SMM) des greffiers de Madagascar (SGM) avec le blocage des portes du tribunal, démontrant la difficulté du syndicat à se faire entendre. D’ailleurs, le SMM et le SGM ne sont pas les premiers syndicats à qui on mène la vie dure. D’autres ont déjà subis des pressions, à l’instar des grévistes de la compagnie Air Madagascar ou encore ceux de la société nationale Jirama.La SSM déclare intensifier les manifestations au cas où les intimidations ne cessent pas. « Nous portons à l’attention de tous que si la violation des droits et la poursuite des syndicalistes persistent, nous organiserons une grève de solidarité avec tous les syndicalistes de Madagascar, qu’ils soient du secteur privé ou public », a déclaré Claude Raharovoatra. Toujours selon lui, « chaque syndicat membre du SSM effectuera une assemblée générale extraordinaire pour annoncer à tous les syndicalistes, les dangers auxquels les syndicats s’exposent et la sécurisation des droits des travailleurs ».

Loïc Raveloson

L'express de Madagascar0 partages

Football – Barea – Confirmation du retour de Bôlida

Lalaina Nomenjanahary, alias Bôlida, devrait être de retour en sélection. L’infor­mation a été confirmée lundi soir, auprès de la Fédération malgache de football.L’ancien joueur de l’Aje­saia, qui évolue aujourd’hui au Paris FC en ligue 2 (Fran­ce), figure bel et bien parmi dans la liste des joueurs qui participeront au match amical de ce mercredi, à Kampala, contre la sélection ougandaise.Fin 2014, Bôlida avait déclaré, lors d’un passage à Madagascar, qu’il ne voulait plus jouer pour l’équipe nationale malgache. Depuis, il n’avait plus enfilé le maillot des Barea. Il y a quelques mois, la FMF lui avait adressé une convocation, déclinée cependant.Aujourd’hui, il revient donc finalement en sélection. Comme lui, on note également le retour d’Ibrahim Amada, qui n’avait plus joué avec les Barea depuis plusieurs mois.Dix-huit joueurs seront du voyage en Ouganda, au total. On note bien évidemment les valeurs sûres déjà habituées aux sorties internationales comme Faneva Ima, le capitaine, Carolus Andriamahi­tsinoro ou encore Stéphan Raheriharimanana, alias Dadah.À côté, on aura plusieurs néophytes, dont le défenseur Jérôme Mombris. Sa volonté de jouer pour Mada­gascar remonte déjà à bien longtemps, mais il avait dû ronger ses freins pour des raisons administratives, selon les bruits de couloir. Il va enfin effectuer sa première apparition ce mercredi.Ce match amical contre les Ougandais, auxquels seuls les expatriés prennent part, entre dans le cadre de la préparation pour la suite des éliminatoires de la Coupe d’Afrique des Nations 2019. Initialement, la Grande île devait disputer deux rencontres, en Ouganda puis en Irak. Mais le déplacement au Moyen Orient a été annulé et les Barea affronteront uniquement les Cranes.

H.L.R.

L'express de Madagascar0 partages

Salon de l’Auto

Ocean Trade – Mazda mise sur l’avancée technologique des CX5 et CX9

La notoriété de la marque Mazda n’est plus à rappeler. Les deux nouveautés de cette année chez le constructeur japonais, représenté par Ocean Trade, sont les SUV CX5 et CX9.

Avancée technologique, tel est le maître mot chez Mazda actuellement. Ainsi, les dernières machines produites par la firme japonaise se distinguent par des options de dernière génération, mais aussi un niveau de finition voilant à peine ses ambitions. Ocean Trade, concessionnaire de Mazda à Madagascar, mise ainsi sur les nouvelles versions des SUV CX5 et CX9, pour l’édition 2017 du Salon de l’Auto (du 5 au 8 octobre au CCI à Ivato).La nouvelle CX5 présentera dans sa version 4×4, deux motorisations de 155 CV et 187 CV. On nous annonce une dizaine d’options premium sur la nouvelle version présentée au Centre de conférences international à Ivato. Entre autres, seront appréciés la sonorisation intégrant dix haut-parleurs signés Bose, les palettes de changement de rapport au volant, l’écran tactile ou encore le cuir avec surpiqure.

La CX5 est disponible avec deux motorisations.

Consommation réduiteL’habitacle du CX5 peut accueillir cinq personnes. Les familles un peu nombreuses  peuvent se tourner vers le CX9, dont la capacité est de sept personnes. Comme sa petite sœur, elle bénéficie également de la sonorisation Bose dans sa version 12 hauts parleurs. Par contre, son écran tactile est de plus grande taille, huit pouces. Une évolution significative se démarque au niveau de la motorisation. En effet, le bloc 2,5L turbocompressé garde sa pleine puissance de 250 cv, alors qu’une baisse de 30% de la consommation moyenne est prévue par rapport à la motorisation précédente.« Les CX5 et CX9 seront nos principales nouveautés dans ce salon. À  côté, le pick-up BT50 ainsi que le CX3 seront aussi visibles sur notre stand. Des modèles qui ne sont plus à présenter auprès du public et qui jouissent déjà d’une bonne notoriété », souligne-t-on chez Ocean Trade.

Golden Dragon, un bus suréquipé

Ocean Trade se positionne également sur le marché des véhicules de transport. Ainsi, le Golden Dragon s’imposera par sa taille au CCI à Ivato. Il s’agit d’un bus de trente-trois places, qui se démarque par son niveau d’équipements incluant notamment la climatisation intégrale.

Gratour, le nouveau mini-van de Foton

La firme chinoise Foton se lance dans le segment des mini-vans. Représentée par Ocean Trade à Madagascar, elle présentera le Gratour au CCI à Ivato. Le véhicule familial qui dispose de huit places, sera lancé dans sa version climatisée avec une offre explosive à ne surtout pas manquer. En complément, Foton proposera encore et toujours le Tunland, son tout terrain aussi robuste que puissant et qui est plus destiné à un usage utilitaire, vu ses capacités de charge utile et de traction.

La Fortuner se démarque par ses équipements technologiques.

Toyota Rasseta – Fortuner, un concentré de technologie embarquée

La nouvelle Fortuner se démarque par son niveau d’équipement technologique. Le tout terrain de Toyota se distingue également par sa touche de sportivité.

La nouveauté du Salon de l’Auto (5-6-7-8 octobre au CCI à Ivato) se nomme Fortuner chez Toyota Rasseta. Le tout-terrain fait peau neuve cette année, avec un design plus moderne. Mais aussi et surtout, il se démarque par sa technologie embarquée. On remarque immédiatement les palettes au volant dès qu’on intègre l’habitacle, pour changer les rapports. Pour précision, la Fortuner dispose d’une boîte de vitesses automatique à cinq rapports, séquentielle au volant grâce à ces palettes. Pour en revenir à ses équipements technologiques, on apprécie également l’installation d’un écran tactile multimédia sur la façade centrale, avec lecture DVD et DIVx, connexion Bluetooth ou encore reconnaissance vocale. L’intérieur est habillé en cuir et bénéficie également d’une boiserie d’origine.

PolyvalenteAutre évolution significative sur la nouvelle Fortuner : ses options de sécurité. Ainsi, le tout terrain nippon est désormais équipé de quatre freins à disque, le tout connecté à l’ABS de série bien évidemment. Et les passagers peuvent aussi compter sur neuf airbags, afin d’assurer un maximum de protection en cas de collision. De bon augure pour les sept individus qui peuvent embarquer à bord de la Fortuner. Oui, la Toyota peut aussi être considérée comme un véhicule familial. En fait, elle se veut plus polyvalente. Elle s’adapte aux familles nombreuses avec un habitacle capable d’accueillir sept personnes. Elle respire également le luxe et s’attaque au segment des 4×4 haut de gamme. Et enfin, elle se distingue par une touche de sportivité avec la puissance de son moteur 3L turbo diesel intercooler. Le quatre-cylindres développe 168 chevaux et atteint sa pleine puissance dès les 3400 tr/min.

Le pick-up Hilux Revo offre le confort d’une berline.

Revo, dernière version de la Hilux

Hilux Revo est l’appellation de la déclinaison de la Toyota Hilux, qui sera présentée au Salon de l’Auto par Toyota Rasseta. « Un utilitaire qui offre les prestations d’une berline au niveau confort », annonce-t-on auprès du constructeur nippon. L’intérieur de la double cabine est ainsi habillé d’un tissu de haute qualité. Bien spacieux, il dispose d’une grande console centrale, mais aussi d’un ordinateur de bord. La Hilux Revo est équipée du même moteur que la Fortuner, à savoir un 3L turbo diesel intercooler, qui délivre une puissance de 168 CV, couplé à une boîte de vitesses automatique à cinq rapports. Vu qu’il s’agit d’un pick-up, on se tourne bien évidemment vers ses capacités en termes de franchissement. La Toyota dispose ainsi des habituels modes H2, H4 et L4 ainsi que d’un blocage de différentiel sur le pont arrière. À propos de la garde au sol, elle est de 212 mm. En tant qu’utilitaire, on s’intéresse également à la capacité de charge de la benne arrière. Celle-ci est de 800 kg.

Des voitures tropicalisées pour Madagascar

On insiste sur la particularité des véhicules revendus à Madagascar chez Toyota Rasseta. « Ce sont toutes des voitures tropicalisées, qui sont destinées à rouler dans les conditions existantes ici », précise-t-on. Des voitures robustes destinées à l’Afrique qui diffèrent donc de celles proposées en Europe ou ailleurs dans le monde.

Textes et photos : Haja Lucas Rakotondrazaka

L'express de Madagascar0 partages

Nouveau président  à l’Académie malgache

Le professeur Raymond Ranjeva, juriste, est le nouveau président de l’Académie malgache, pour 3 ans de mandat. Il succède au professeur Marcel Razanamparany, le président par intérim de l’Académie, suite au décès du professeur Rajaona Andriamananjara, en 2016. L’élection a eu lieu, hier. Celle du président des quatre sections se tiendra la semaine prochaine.

L'express de Madagascar0 partages

Musique – Nytha chante la vie telle qu’elle la sent

Anita Rasoarimalala, de son état civil, a plusieurs cordes à son arc. Auteure, compositrice, chanteuse, chorégraphe et danseuse, elle est connue sous le pseudonyme Nytha dans le domaine artistique.Depuis la sortie de son premier album « Fiainagna » signifiant la vie dans le dialecte du Nord dont elle est originaire, la belle trentenaire relate la vie et ses multiples facettes pas tellement  roses.« Cet album reflète mon point de vue sur mon vécu par rapport à la réalité dans mon pays; la vie depuis l’enfance jusqu’à la mort. Il y a bien d’autres choses qui méritent d’être évoquées, même à travers une chanson. C’est ma manière de contribuer à l’amélioration du quotidien de mes compatriotes », selon ses dires.Nytha préfère plutôt raconter des vérités pas toujours agréables à entendre telles que l’abandon d’enfants, la difficulté pour une personne d’assurer son rôle de parent, le droit des enfants à une bonne éducation jusqu’à la défense des droits humains.Ses textes sont des matières à réflexion enrobées dans des mélodies bien ficelées. Sa carrière solo a démarré en juin 2016 avec la préparation de l’album « Fiainagna» produit par MsyP en Belgique avec des thèmes variés comme les conflits des parents, les enfants, l’amour, les dures conditions de la vie quotidienne, les traditions malgaches, la demande de bénédiction, les droits des êtres humains.Grande passionnée de rythm and blues, roots, reggae, soul, jijy, musique classique et jazz, beko et antsa qui définissent la couleur musicale de ce premier album.Le clip « Tsara ray aman-dreny », tiré de cet album est accessible sur la toile. Elle est prévue se produire sur la scène de No Comment Bar à Isoraka ce jeudi 5 octobre, à partir de 20 heures. Mais sa prestation devient conditionnelle avec la situation actuelle. « J’ai pu avoir cette chance de croiser des grands noms de la musique malgache sur ma voie en l’occurrence le roi du Salegy, Jaojoby qui m’a appris bien des choses sur la musique; et aussi Maximin Njava et Miary Lepiera. Je considère ça comme un grand privilège», avoue Nytha avec reconnaissance.

Ricky Ramanan

L'express de Madagascar0 partages

Cambriolage et tenta­tive de viol

Un homme d’une trentaine d’années s’est fait arrêter par la gendarmerie, grâce à un chien pisteur, pour cambriolage et tentative de viol, hier vers 23h, à Ambohi­malaza. Son complice est recherché. Les victimes, une fille de 11 ans et ses grands-parents ont été retrouvées ligotées. Les bandits sont repartis avec six cent mille ariary, un téléviseur à écran plat et un ordinateur portable.

L'express de Madagascar0 partages

Ethiopian Airlines lance un service frêt

La compagnie Ethiopian Airlines vient de lancer un service fret à Mada­gascar. À travers Friends Travel and Aviation, son repré­sentant exclusif, Ethiopian Cargo assure le transport des colis généraux comme les animaux, les médicaments, les fruits et légumes, ainsi que le transport des produits pour répondre aux besoins des exporta­teurs basés à Madagascar. La compagnie éthiopienne a lancé ses activités pour la première fois sur le sol malgache en mars 2017. Le lancement de ce service fret est une suite logique de son intérêt pour la Grande île.

L'express de Madagascar0 partages

Antsirabe – Jubilé du temple luthérien d’Ambalavato-Fitiavana 

Ouverte officiellement en présence de quelques personnalités religieuses, dimanche 1er octobre dernier, la célébration du 125e anniversaire du temple FLM d’Ambalavato-Fitiavana, ne prendra fin que le dimanche 7 octobre 2018. De nombreuses manifestations et activités culturelles et économiques, toutes basées sur l’évangélisation, sont prévues se tenir durant l’année.Entre autres, les membres du comité d’organisation, en collaboration avec les paroissiens, plus de 2 500 personnes, projettent de réaliser de grands travaux de réhabilitation du temple.« Outre le renouvellement des bancs et des chaises et la réhabilitation de l’extérieur de l’édifice, le carrelage de l’intérieur fait partie des grands travaux à effectuer », annonce Freddie Andrianiaina Rakotozafy, président du comité d’organisation.« Le coût de ces travaux est estimé à environ 60 millions d’ariary, ce qui nécessite beaucoup d’efforts de la part des chrétiens, des responsables et de tous les bienfaiteurs auxquels nous lançons un appel », poursuit-il. Mis à part les deniers de culte et la vente d’articles qui ont trait à la célébration, un déjeuner de jubilé, début décembre, et un concert évangélique à Antsirabe et à Antananarivo marqueront l’évènement.

Angola Ny Avo

L'express de Madagascar0 partages

Deux chefs de dahalo abattus

Deux chefs d’une horde de dahalo sont tombés sous les balles des gendar­mes dans un guet-apens  survenu à Antam­ponan­dapa, commune rurale d’Ankadinondry Sakay, le dimanche 24 septembre. Leurs comparses ont vidé les lieux. Un fusil de chasse a été saisi.

L'express de Madagascar0 partages

Colloque sur les finances locales

Le ministère de l’Intérieur et de la décentralisation (MID), le ministère des Finances et du budget (MFB), ainsi que le Projet de développement com­munal inclusif et de décen­tralisation (ProDéCID), de la Coopération allemande vont organiser les 5 et6 octobre, un colloque inter­national sur les finances locales. De nombreux experts internationaux en matière de décentralisa­tion et de développement local vont participer à cet évènement.

L'express de Madagascar0 partages

Rat…bat joie

Ambiance de peste, les rats font la loi. Et ne vous y méprenez pas, nous ne parlons point ici du rongeur. Les pharmacies sont pleines de monde et les cache-bouches sont en rupture de stock. En deux trois jours, certainement, le chiffre d’affaires des vendeurs de médicaments a flambé. Comme il n’y en a plus à vendre en pharmacie, les gens se rabattent actuellement sur les quincailleries pour acheter des cache-poussière utilisés dans les constructions. Loin de nous l’idée de jouer les rat…bat joie, mais le naïf se pose encore quelques questions.D’abord, a quoi servent les cache-bouches ? Pour se protéger des possibles postillons de personnes  qui seraient éventuellement contaminées. Seulement, savons-nous combien de postillons d’autres personnes avalons-nous chaque jour sans nous en rendre compte. L’effort de ceux qui ont pu se procurer le bout de tissu est fort louable mais que l’on ne se mente pas. Avant même de sortir de chez nous, le risque est bel est bien présent. Car combien de citadins achètent leur pain du matin à l’épicerie du coin ? On sait tous dans quel état est livré ce pain, l’insalubrité du transport par lequel il est acheminé, et ne parlons pas de celui qui le livre. Une fois sur les étals, il se produit la même chose avant que le pain arrive sur nos tables. Et pourtant, le pain ne se lave pas.Puis une autre question, combien de fois par jour un citadin lambda se lave-t-il les mains ? Disons au plus, deux fois par jour. C’est une habitude qui est très loin de nos réalités. Alors, celui qui se protège tant bien que mal, après avoir ingurgité les postillons du boulanger, du livreur de pain, de l’épicière, va en recevoir plein la figure toute la journée. Il y a le receveur, les autres passagers du taxibe, les postillions sur les billets. À midi, il y a la serveuse, le cuisinier qui a préparé  les aliments, la salive des autres clients qui trainent sur la table du restaurant. Il y a également les collègues de bureau ou les gens que nous rencontrons au quotidien.Le Premier ministre lance le…rat aux administrateurs des communes urbaines. À bon chat bon rat, ces derniers rétorquent que chasser le rat, ils savent faire. Pourvu que les moyens que l’État doit aux municipalités suivent. Les  choses semblent se gâter et les rats quittent le navire en se lançant mutuellement les responsabilités.Loin d’avoir des rats dans la tête, cette question peste nous laisse plus que perplexe. Le Malgache est gueux comme un rat et la situation sociale qui sévit est loin de s’améliorer. La saison des pluies va commencer très bientôt. Et comme chaque année, des tonnes de déchets en plus avec l’arrivée de la période des litchis et des mangues. Bref, nous allons tous être faits comme des rats.

Par Mbolatiana Raveloarimisa

L'express de Madagascar0 partages

Consigne parle­mentaire

Marc Ravalomanana, président national du parti « Tiako i Mada­ga­si­kara » (TIM), a convo­qué une réunion avec les députés de cette formation politique, hier. L’objet du rendez-vous était de cogiter sur la position que le groupe parlementaire TIM prendra durant la deuxième session parle­mentaire qui s’ouvrira, le 17 octobre. Consigne a alors été donnée, les dix-neuf députés du « Tiako i Madagasi­-kara » vont, notamment, s’opposer à une éventuelle initiative de révision de la Constitution

L'express de Madagascar0 partages

Le magicien de la flute, plus vivant que jamais !

Il n’y avait certes pas eu  salle archicomble au Carlton, en cette soirée de dimanche 1er Octobre 2017. Le public non plus n’a pas cru devoir arborer la tenue classique des grandes occasions mondaines comme le Carlton en abrite si  souvent. Le Ton était donné par le Ministre en charge de la Culture en personne venu avec son épouse, en tenue décontractée, et de bon goût… et le public était au diapason…DIAPASON ! C’est véritablement le terme qui convient car la bonne musique était au rendez-vous : en hommage à une icône, entrée de son vivant dans la légende : RAKOTO FRAH ! « DADAKOTO » comme l’ont toujours appelé affectueusement les innombrables « fans », tout âge et toutes conditions  sociales confondus, qui ont succombé au charme envoûtant de sa flûte magique. Si la décoration de la salle se voulait originale, avec des accessoires d’une inspiration  « avant gardiste », la tonalité générale du concert était en revanche sans nulle prétention : présentation sobre, directe, sans chichis ni fioritures inutiles, ni strass, ni paillettes, ni jeux de lumière sophistiqués, ni effets spéciaux intempestifs. En somme c’était à l’image du héros de la fête lui-même : SIMPLE. VRAI. AUTHENTIQUE……Et capable « de prendre aux tripes » une foule traversée de frissons sous une charge émotionnelle intense. Flash-back sur le parcours d’un artiste hors du commun mais qui a su rester humble, près de ses origines, même si son génie immense a rayonné à travers le pays, et le monde entier….Son nom RAKOTO FRAH colle bien au personnage : populaire, fleurant bon le terroir, et orthographié au « naturel » sans adjonction de voyelles ni de consonnes qui trahit souvent une anglomanie mal digérée, comme en raffole souvent la nouvelle génération adepte d’un « American way of life », à la sauce tropicale…  En fait c’est un pseudonyme. Car de son vrai nom, il s’appelle RABEZAOZA Philibert. Né en 1926 à Ankadinandriana Atsinanana dans une famille de 10 enfants. Très tôt, il s’est senti attiré par la flûte et le « Hira Gasy ». Il avait d’ailleurs de qui tenir et était à bonne école : car son grand père était un flûtiste réputé et l’avait initié à son art très tôt…Aussi, lorsque ce grand père mourut en 1936, d’emblée il prit sa succession et devint chef de la troupe folklorique. Il avait 10 ans ! Et prit le nom de RAKOTO FRAH pour respecter les dernières volontés de son grand-père. Ce fut le début d’une fabuleuse carrière qui devait conduire ce génial musicien, à peine lettré, aux quatre coins du monde. Et séduire les Grands. Pour ne citer que quelques prestigieux jalons de cette carrière. Lorsque le Général de Gaulle vint chez nous en 1958, RAKOTO FRAH fut spécialement mis à contribution pour présenter à l’illustre visiteur, des chants, danses, et airs de flûte typiques du fameux « Marakely ». Par la suite, le Président  Philibert Tsiranana, Premier Président de la République Malgache, devait favoriser particulièrement  la carrière de Rakoto Frah, en l’invitant à toutes les grandes occasions où la musique traditionnelle Malgache était à l’honneur. Temps béni, où les foires, les fêtes, les kermesses agrémentaient la vie d’un peuple qui goûtait les insouciances du régime bon enfant de « Dadabe Tsiranana », fort de son slogan « politikan’ny kibo »… Puis le temps a passé. Au fil des années, la notoriété de Dada Koto s’est affirmé. Il a évolué dans la cour des grands en accompagnant David Hanley, Henri Keiser, Myriam Makeba, Manu Dibango ! Excusez du peu ! … Chez nous, il était tout aussi à l’aise avec les Mahaleo,  Jean Émilien, Jaojoby, Ricky, Rossy, Samoela et surtout les Feogasy, sa troupe de prédilection qui à clôturé dans un feu d’artifices le journée du dimanche 1e Octobre, aux alentours de minuit. La flûte de  Dada Koto faisait merveille partout, et la jeune génération n’était pas la moins enthousiaste.Les premières  tournées de Rakoto  Frah à l’extérieur  remontent  à  1963. C’était à l’occasion de la journée internationale d’Alger. Depuis, il a emmené sa flûte dans près de 30 pays .Emmener sa flûte ? Non  rectifie Dada Koto. « Ce n’est pas moi qui emmène ma flûte, C’est ma flûte qui m’a emmené  jusqu’au bout du monde ». La flûte, c’était  la raison de vivre de Rakoto Frah  et c’est devenu une affaire de famille : sa femme, sa fille, ses petits enfants surtout(les Rakoto Frah juniors) sont là pour assurer  la relève depuis que le patriarche a passé la main. Dada Koto avait déclaré : « La flûte et moi, c’est pour  la vie. Nous serons ensemble jusqu’à mon dernier souffle » …Rakoto nous a quittés pour un monde meilleur en 2001. Un monde forcément meilleur, car les concerts célestes y sont désormais  accompagnés par le valiha de Rakotozafy, l’harmonica de Jean Émilien, l’accordéon de Régis GIZAVO, et la flûte enchantée de Rakoto Frah. « Dadakoto » plus vivant que jamais. Dans le cœur des Hommes. Dans le chœur des Anges. Et pour l’Éternité…

Par Julien Rakotonaivo

L'express de Madagascar0 partages

Quatre meurtriers incarcérés

L’arrestation et la compa­rution au parquet des quatre assassins impliqués dans le meurtre d’une femme décapitée et démembrée, à Antsirabe, se sont déroulées dans le calme. Le corps de la victime a été découvert le 30 juillet dans le quartier de Vatofotsy.

Madagate0 partages

Madagascar Presse. Jesy Rabelaolao nous initie au journalisme pratique

20 pages, c’est en 20 pages que Randriamahasoa Georges alias le journaliste Rabelaolao Jesy (32 ans déjà dans ce métier ingrat), fera de vous un journaliste bien armé. Intitulé « Initiation au journalisme pratique », ce manuel a été présenté au public le 3 octobre 2017 et sera bientôt en vente en librairie. Mais je vais laisser la place à un autre confrère encore plus expérimenté, plus chevronné, pour vous parler de cet ouvrage. Je parle d’Adelson Razafy qui signe par A.R. dans le quotidien La Gazette de la Grande île.

Jeannot Ramambazafy

Journalisme et communication : le manuel à lire...

Il y en a si peu (Ndrl: de manuels) que l’évènement d’hier fait figure… d’évènement. L’évènement d’hier, c’était la sortie du manuel pratique intitulé «Initiation au journalisme pratique» de Jesy Rabelaolao, de son vrai nom Randriamahasoa Georges. Il y en a si peu car la culture de l’édition n’est pas encore implantée dans l’île, y compris chez les gens de presse. Pour cette raison, les journalistes chevronnés disparaissent l’un après l’autre sans laisser de trace écrite. C’est-à-dire sans faire profiter les jeunes générations de leur expérience. Il convient donc de saluer l’initiative de Jesy Rabelaolao, journaliste chez «La Gazette de la Grande île» et, par ailleurs… prof de gym (professeur certifié d’éducation physique et sportive).

Fort de 32 ans de pratique journalistique, l’homme a conçu un manuel qui servira aussi bien à l’élève qu’au maître. Ce livre, qui aurait du porter le titre de «Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur le journalisme» comporte un lexique des mots utilisés en journalisme; un chapitre sur la méthodologie pratique; une partie sur le style journalistique, etc. Bref un ouvrage complet qui fait office de Ba.ba pour les journalistes débutants, mais aussi de bréviaire de référence pour les gens de presse d’un certain âge. Pour ces derniers, en effet, il est utile de se rafraîchir la mémoire en se replongeant, de temps en temps, dans les rudiments du métier.

Un coup de chapeau donc à Jesy Rabelaolao qui a publié un manuel utile à tout le monde, même aux autodidactes, à l’heure où les écoles de journalisme dignes de ce nom ne sont pas légion dans l’île. Ce livre est le résultat d’une collaboration fructueuse entre ce journaliste de «La Gazette de la Grande île» et José Andrianoelison, ancien ministre et directeur de rédaction chez «L’Essentiel», l’organe du cercle de réflexion Ceres. Notons que les deux compères donnent actuellement des cours de journalisme aux jeunes qui se destinent à la presse, des séances de formation très courues en raison de la notoriété des enseignants.

Le manuel «Initiation au journalisme pratique», épais de 20 pages, sera bientôt en vente dans toutes les bonnes librairies. Ceux qui veulent s’en procurer dès maintenant peuvent s’adresser à l’auteur au siège de « La Gazette de la Grande île », au 3è étage de la villa Pradon à Antanimena.

A.R. - La Gazette de la Grande île du 4 octobre 2017

Midi Madagasikara0 partages

Pesta eto Toamasina : Niampy 11 indray ireo mpiasan’ny fahasalamana voany

Mena tanteraka ny loko amin’ny pesta eto Toamasina ankehitriny satria araka ny vaovao marim-pototra voaray, na mangina tsy mamoaka ny marina mikasika izany aza ny eo anivon’ny sehatry ny fahasalamana eto Toamasina, dia niampy 11 indray ireo mpiasan’ny fahasalamana Atsinanana mitondra ny aretina pesta ankehitriny. Araka io angom-baovao io hatrany, dia nanomboka ny sabotsy dia nisy hatrany ny fitiliana natao tamin’ireo mpiasan’ny fahasalamana nampisalasala ka  taorian’ity fitiliana natao tamin’izy ireo ity no nahalalana fa niabo avokoa izany. Ny vavan’ny minisitra ihany koa no nilaza teo imason’ireo mpivory rehetra ny alatsinainy teo tamin’ireo mpiasan’ny fahasalamana 05 voalohany voan’ny aretina ny herinandro nivalona iny, fa isany mitondra ny pesta  ny talem-paritry ny fahasalamana Atsinanana sy ireo “medecins inspecteurs” miasa eo anivon’ny hopitaly ely Toamasina, saingy efa manaraka fitsaboana mifanentana amin’izany avokoa izy rehetra ireo izao. Vokany  lasa miteraka tahotra hoan’ny olona ny fisian’izany sy ny “tsy mangaraharaha” avy amin’ny fanjakana mikasika azy ity, hany ka lasa miverina manao dokotera tena amin’ny fividianana ilay fanafody “cotrim” sy ny mifandraika aminy ary ny fampiasana ny tampim-bava no fomba entin’ny fianakaviana miaro tena izao. Noho io fisiana mpitsabo sy mpiasan’ny fahasalamana voan’ny pesta io ihany koa, dia matahotra hifanerasera amin’ireo mpitsabom-panjakana sy hanatona hopitaly ary toeram-pitsaboana ny olona , sao aretina hafa no hanatonana azy ireny nefa pesta indray no entina mody. Miandrandra ny tena “marina” sy hanao ny tena “mangarahara” mikasika ity pesta ity ny olona mba tsy ho tahotra lava tahaka izao no iainany…

Malala Didier

Midi Madagasikara0 partages

Resaka pesta : Nahazo LP ilay lehilahy nanely tsaho tao anaty Facebook

Ny alatsinainy hariva teo no voasambotra teny amin’iny faritra Andravoahangy iny, ny lehilahy iray, izay voalaza fa tao ambadik’ilay vaovao niparitaka tao anaty tambajotra sosialy mahakasika ny resaka fahafatesana olona 25 voan’ny pesta teny Ambohimiandra. Omaly no natolotra teny anivon’ny Fampanoavana ny lehilahy ary nomen’ny fitsaràna fahafahana vonjimaika, mandra-pahatongan’ny fotoam-pitsarana azy. Taorian’ny fiparitahan’ireo vaovao ireo, dia nisy avy hatrany ny fandisoana izany nataon’ireo tompon’andraikitra isanisany ary nolazaina avy hatrany fa fanakorontanana saim-bahoaka ilay vaovao. Nandray ny andraikiny avy hatrany ny mpitandro filaminana niroso tamin’ny fikarohana izay mety ho loharano nipoiran’ity vaovao tsy marina ity. Ary dia io niafara tamina fisamborana olona teny Andravoahangy io. Araka ny fanazavana azo, dia fantatra fa tompona kaonty tsy izy, roa be izao ingahy io. Kaonty tsy amin’ny anarany fa amina anaram-behivavy noforonina, ary nentina fotsiny nanaparitahana io vaovao io. Niaiky ihany koa izy tamin’izany fa azy ireo ary nambarany tamin’ny fanadihadiana fa nataony  ho « sangisangy » io fanaparitahana tsaho momba ny resaka pesta io. Fa raha tsiahivina tokoa ny zava-niseho, dia ny faran’ny herinandro ary toa mbola miparitaka amin’izao, nisy hafatra miafina izay niampitampita tao anatin’ny Facebook tao. Hafatra izay nampitandrina ny olona fa efa am-polony maro no  matin’ity areti-mandoza ity, teny amin’iny faritr’ Ambohimiandra iny, saingy afenina izany vaovao izany. Milaza fa marim-pototra moa ny vaovao nolazainy tamin’ny sonia tery ambanin’ilay hafatra ka maro dia maro no nino. Antony nahatonga ireo tompon’andraikitra nanao ny fanadihadiana avy hatrany.

m.L

Midi Madagasikara0 partages

Ankadinondry Sakay : Dahalo 2 lavon’ny balan’ny zandary

Dahalo roa lahy, voalaza fa rain-dahiny amin’ny fanafihana mitam-piandiana, amin’iny faritra Ankadinondry Sakay iny, no maty voatifitry ny zandary, ny Alahady 24 septambra lasa teo. Azo izao vokatra izao noho ny fiaraha-miasa eo amin’ny fokonolona izay nampandre haingana ny mpitandro ny filaminana. Io alahady io tokoa tokony ho tamin’ny 10 ora, naharay antso ny tobim-paritry ny zandarimaria Ankadinondry Sakay, fa misy dahalo mitondra omby  6 tao amin’ny tanàna atao hoe Malavolona, fokontany Ambatolampy, kaominina Ambalanirana, ka mizotra mihazo ny faritra antsoina hoe Diavolana, kaominina Ankadinondry Sakay. Raha vao nahere izany ireo zandary izay nanao fitsidiham-paritra tao Diavolana, dia namonjy ny kizon’Antamponandapa ao amin’io toerana io ka nifanehitra tamin’ireo dahalo izay efa narahan’ny fokonolona avy tao aoriana. Raikitra ny fifampitifirana ka lavon’ny balan’ny zandary ny dahalo roa ; izay antsoina hoe Ramiadana sy Lemampy. Basim- borona iray fampiasan’ ireo dahalo no azo tamin’izany ary tafaverina tamin’ny tompony  ireo omby 6.

T.M.

Midi Madagasikara0 partages

Maevatanàna : Tokantrano mitafo bozaka efatra, no may kilan’ny afo

Trano efatra no may kilan’ny afo. Tao amin’ny fokontany Ambatofotsy, Kaominina Maevatanàna voalohany,ny Zoma lasa teo, tokony ho tamin’ny  mitataovovonana. Araka ny fantatra, dia « Batterie lehibe» nipoaka tao amin’ity tokantrano  ity no nahatonga ny loza, ka nitarika ny afo tamin’ireo tokantrano mitafo bozaka efatra. Araka ny fantatra, nandeha nivoaka ny trano ny tompon’ilay trano may voalohany. Tsy nanam-po izay zava-nitranga ny olona teo amin’ny manodidina, fa ny fipoahana baterrie sy afo efa nijoalajoala no hitan’izy ireo ary niezaka nanavotra ireo entana tao an-trano ny olona, saingy efa may kilan’ny afo ny entana rehetra, tamin’ireo trano efatra nifanakaiky. Hataraina kosa ny an’ny tompony trano raha nandre sy nahita, fa may ny tranony ary tsy vitan’izany, fa tsy misy azo noraisina ny entana. Tonga tany an-toerana niezaka namono ny afo ny fokonolona. Saingy tsy nisy noraisina ny entana rehetra. Nanokatra ny fanadihadiana mikasika ity hain-trano ity ihany koa ny mpitandro ny filaminana sy ny tompon’andraikitra avy tao an-toerana.

Ratantely

Midi Madagasikara0 partages

Ambato-Boeny : Dahalo 11 maty voatifitry ny miaramila

Ny Zoma 28 septambra teo, dia nisy fanafihan-dahalo tao amin’ny Fokontany Manongarivo ao amin’ny Kaominina ambaniviohitr’i Sitampiky  Distrikan’Ambato-Boeny. Lasan’ny dahalo tamin’izany ny omby 127. Rehefa lasa ireo mpanao ratsy, vao niantso mpitandro ny filaminana ny mponina; izay tsy sahy nanohitra ireo dahalo. Ireto farany izay mitam-basy. Nanao ny fanarahan-dia avy hatrany ny mpitandro ny filaminana nahitana miaramila valo avy  amin’ny Tafika Malagasy sy ny fokonolona. Marihina fa misy ireo andia-miaramila mitambatra  manao hetsika fampandriam-pahalemana amin’iny faritra iny. Raikitra ny fifandonana tamin’ireo dahalo ka nandritra izany, dahalo 11 no maty voatifitra. Basim-borona telo (03) sy poleta vita gasy iray no azo tany amin’ireo malaso. Malaso enina (06) no azo sambo-belona ary natolotra ny zandary hofotorana. Taorian’izay, dia tafaverina tamin’ny tompony ny omby 126 voaroba, fa  ny omby iray  kosa maty novonoin’ny dahalo. Nandritra io fifampitifirana io, dia mampalahelo fa maty voatifitra ihany koa ny mpanara-dia iray.

T.M.

Midi Madagasikara0 partages

Traitement du ténia et lutte contre la cysticercose : Faire d’une pierre deux coups

La prise du médicament lors du lancement de la campagne.

En traitant les infestations par le ténia, on diminue le risque de dispersion des œufs de ce ver dont les larves sont à l’origine de la cysticercose. 

Le lancement, le 29 septembre dernier, du troisième tour de la campagne de traitement médicamenteux de masse sur la téniase (infestation par le ténia), a remis la question de la cysticercose sous les feux des projecteurs. Car la cysticercose, maladie parasitaire assez répandue à Madagascar, est due au ver parasite « ténia ». Si la forme adulte de ce ver – également appelé ver solitaire et qui se développe dans l’intestin de l’homme – est bénigne, la forme larvaire, à l’origine de la cysticercose par l’ingestion d’œufs (lors de la consommation d’aliments ou d’eau souillée ou à cause des mains sales) est en revanche, très dangereuse. Ce, à cause des localisations oculaires et nerveuses, les larves pouvant venir se loger dans l’œil et le cerveau. Le ténia et la cysticercose sont ainsi causés par le même parasite et le traitement du ténia permet de faire diminuer le risque de cysticercose. C’est dans cet esprit que la campagne de traitement sur la téniase qui a été lancée la semaine dernière dans la commune d’Ambatolahy, district d’Antanifotsy, dans le Vakinankaratra, a été menée. Une campagne qui s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre du projet pilote réalisé dans les communes d’Antsahalava, d’Ambohitompoina et d’Ambatolahy sur la lutte contre la cysticercose.

Résultats. Les deux dernières campagnes ont visiblement porté leurs fruits, mesurables à travers les taux de prévalence sur la cysticercose dans ces communes. Le choix de ces trois communes est basé sur le fait que seuls des cas de cysticercose y ont été identifiés, car en principe, cette maladie va de pair avec la bilharziose. A ce propos, le Dr Sylvia Ramiandrisoa, responsable auprès du service de lutte contre les maladies épidémiques et négligées, explique : « En fait, ce n’est pas la bilharziose qui se manifeste généralement avec la cysticercose, mais c’est le dépistage de la bilharziose qui donne des résultats de la téniase et qui permet d’identifier les zones endémiques en téniase ».

Au début de la campagne, le taux de prévalence sur la cysticercose variait entre 2% et 19%. En 2016, lors de l’évaluation à mi-parcours, ce taux a chuté à 2,8% avec un taux de participation de 95% des populations cibles. Outre la sensibilisation sur l’importance de l’hygiène et de la propreté, la campagne consiste à distribuer des médicaments contre le ténia : une prise d’un comprimé par an par et par personne à partir de l’âge de cinq ans. La dose du médicament est prescrite suivant la taille de la personne. L’objectif est alors de réduire le taux de prévalence de la cysticercose en renforçant la prévention par le biais de ce traitement médicamenteux de masse. Bref, à travers le traitement du ténia, faire d’une pierre deux coups.

Recueillis par Hanitra R.

Midi Madagasikara0 partages

Adabomalandy-Maevatanàna : Renim-pianakaviana iray voatifitry ny jiolahy enina nirongo basy

Enin-dahy nitondra basim-borona telo, no nanafika ny raim-pianakaviana iray, tao  Adabomalandy, fokontany Bemarivo Andrefana, Kaominina Maevatanàna faharoa, ny talata lasa teo tokony ho tamin’ny 5 ora sy sasany maraina. Araka ny fanazavana azo avy tany an-toerana, lasan’ireo mpanafika tamin’izany ny omby  efatra niampy vola maromaro. Voatifitra teo amin’ny sorony kosa ilay Ramatoa ka naratra vokatr’izany. Nalefa tao amin’ny CSB2 Ambodimadiro Maevatanàna ka no zahana izy ary efa nahazo fitsaboana sahaza azy. Ny fokonlona sy ny mpikambana amin’ny dinam-pokonolona no nanao ny fanarahan-dia,  tafaverina ny omby rehetra tany atsimon’ Antanimbary, fa ireo dahalo kosa tafaporitsaka nandritra ny fanenjehana azy ireo.

Ratantely