Les actualités Malgaches du Mercredi 04 Septembre 2019

Modifier la date
Midi Madagasikara43 partages

Vente illicite des terrains de la CUA : Cinq responsables placés sous mandat de dépôt

Le nouveau DG du Bianco a promis une lutte impartiale contre l’impunité.

Ayant terminé ses investigations, le Bianco a transmis hier le dossier au Parquet d’Anosy.

Un dossier brûlant relatif à une vente illicite d’un terrain appartenant à la Commune urbaine d’Antananarivo a été traité hier, au niveau du Bureau Indépendant Anti-Corruption. Une plainte y afférente a été déposée au mois d’avril de cette année à la Villa « La Piscine » à Ambohibao. Plusieurs anciens responsables sont impliqués dans cette affaire. sept ont été entendus hier par les investigateurs du Bianco. Après l’audition, ces sept responsables dont un ancien conservateur des Domaines, un secrétaire exécutif du Conseil Municipal, un ancien président du Conseil municipal de la Commune Urbaine d’Antananarivo devenu directeur administratif et financier du ministère de la Communication, un ancien directeur des Affaires juridiques et du Contentieux de la CUA, deux bénéficiaires et un intermédiaire. D’après un communiqué du Bianco, ces sept personnes ont été déferrées hier même au Parquet du tribunal de première Instance d’Antananarivo à Anosy. Le Bureau Indépendant Anti-Corruption a fait savoir qu’un opérateur économique indo-pakistanais actuellement en fuite est également happé par cette affaire de vente illicite des terrains. L’affaire remonte dans les années soixante. La procédure de cession a été entachée de corruption ayant duré plusieurs dizaines d’années. Six terrains municipaux sis à Antsonjombe, d’une contenance totale de 09 hectares 04 ares 90 centiares sont concernés.

Impunité. Cette affaire de vente illicite des six terrains de la Commune urbaine d’Antananarivo fait partie des premiers dossiers brûlants traités par le Bianco depuis la nomination de son nouveau directeur général Andrianirina Laza Donat. Lors de sa prestation de serment le 06 août dernier à la Cour Suprême à Anosy, le nouveau DG du Bureau Indépendant Anti-Corruption a déclaré haut et fort qu’il allait mener une lutte contre l’impunité, et ce sans tenir compte ni du rang, ni du statut des individus concernés. Andrianirina Laza Donat a par ailleurs promis qu’il allait accomplir sa mission dans le respect de la loi et en toute impartialité, mais surtout en préservant son intégrité. Pour bon nombre des Malgaches, le Bianco ne devrait pas être un instrument politique entre les mains des dirigeants. Revenant sur la vente illicite des terrains municipaux, force est de rappeler que le Bianco a déjà mené des investigations sur d’autres dossiers dont ceux relatifs à la cession du jardin d’Antaninarenina et du terrain sur lequel se trouve actuellement le CEG d’Analamahitsy. Sur le premier dossier, quatre personnes sont déjà placées sous mandat de dépôt à Antanimora. Cinq autres responsables sont recherchés. Outre ces dossiers relatifs à la vente illicite des terrains appartenant à la Commune Urbaine d’Antananarivo, bon nombre d’observateurs suivent de près l’évolution du procès sur la cession du domaine de l’Etat sur lequel est construite la Villa Elizabeth à Ivandry. L’ancien DG des Services des Domaines croupit déjà en prison. Mais, le cerveau reste libre, faute de Haute Cour de Justice.

R. Eugène

Midi Madagasikara10 partages

Lutte contre l’insécurité : L’Armée malgache sort ses premiers pilotes d’hélicoptère

Les nouveaux diplômés (vêtus de leur combinaison de pilotage de couleur verte) avec les autorités présentes à la cérémonie d’hier.

La date du mardi 03 septembre 2019 a marqué une nouvelle page de l’histoire de l’Armée malgache. Le ministre de la Défense nationale, le Général de division Léon Jean Richard Rakotonirina l’a annoncé, hier, lors de la cérémonie dédiée à la remise de diplôme des trois pilotes d’hélicoptère qui viennent de terminer leur formation tenue à la base aéronavale Ivato. Cette journée était spéciale car c’est la première fois que des pilotes d’hélicoptère ont été formés à Madagascar. On admet que leurs instructeurs sont des étrangers. Mais, ils sont forgés dans l’environnement et selon les réalités malgaches. C’est pourquoi, le MDN estime que ces techniciens sont, désormais, opérationnels. Parlant de la compétence des nouveaux diplômés qui portent tous le grade de Lieutenant-colonel (Rakotomiliarison Hery Fanomezantsoa, Raminosoa Fetrarivony, Randrianasolo Andry Falimanjaka),  le colonel Chef de service des Ressources humaines auprès de l’Etat-Major des Forces aériennes à Ambohidahy explique qu’ils ont été formés suivant les exigences de la Compagnie Airbus. En effet, ils ont obtenu la qualification AS350B2. Représentant l’Etat malgache, le Premier ministre Christian Ntsay a rappelé que la sortie de ces nouveaux pilotes est une étape dans la concrétisation du « Vina n°1 » du président de la République Andry Nirina Rajoelina portant sur le rétablissement de la paix et de la Sécurité dans le pays dans les plus brefs délais. « Une ambition qui a amené le président à ne pas ménager des efforts pour équiper nos forces de l’ordre en général », mentionne-t-il.

T.M.

Midi Madagasikara9 partages

Exécution sommaire à Ampefiloha : La CNIDH exige une accélération du procès

La CNIDH est pour l’accélération du procès impliquant l’inspecteur de police, lors d’une exécution sommaire à Ampefiloha.

Elle estime que la hiérarchie au niveau des forces de l’ordre a tendance à protéger ses éléments même si ces derniers ont commis de fautes lourdes. Ce qui constitue un mauvais exemple pour la population.

La Commission Nationale Indépendante des Droits de l’Homme (CNIDH) a réagi face à l’exécution sommaire qui s’est passée récemment à Ampefiloha. C’était lors d’une conférence de presse qu’elle a tenue, hier, en son siège, à Antsahavola. Elle a ainsi accueilli chaleureusement le communiqué du ministre de la Sécurité  publique en date du 27 août dernier, où il présentait au nom de la police nationale les excuses et les condoléances à la famille de la personne exécutée à Ampefiloha le 23 août et annonçait que l’inspecteur de police stagiaire  avait été présenté à la Justice et placé sous mandat de dépôt. Elle demande ou exige, c’est selon, au ministre de la Justice de faire en sorte que l’inspecteur de police stagiaire concerné soit jugé dans les meilleurs délais, et que la décision de  Justice qui en résultera soit portée à la connaissance du public aussitôt. La CNIDH de rappeler notamment les principes établis par la Constitution qui stipule en son article 6 « la loi est la même pour tous, qu’elle protège, qu’elle oblige ou qu’elle punisse » et en son article 8 « le droit de toute personne à la vie est protégé par la loi et que nul ne peut être arbitrairement privé de la vie ».

Corporatisme. La CNIDH encourage ainsi le gouvernement à poursuivre, à intensifier et à généraliser les efforts accomplis par les trois départements ministériels en charge de la défense et de la sécurité pour mettre fin à l’impunité de leurs éléments nocifs, conditions essentielles à la restauration de la confiance de la population envers ses institutions. Toutefois cette commission de constater que ces efforts ne peuvent pas avoir des effets durables tant que subsistent des pratiques telles que la location d’armes militaires aux bandits, le corporatisme ou les intérêts partagés qui poussent certains chefs à occulter les méfaits, voire les crimes de leurs subordonnés. En outre, la CNIDH prône également l’éducation  des jeunes à une citoyenneté responsable, à une moralité autre que celle régie par la loi du plus fort, ou la loi du  talion : œil pour œil, dent pour dent, aussi néfastes l’une que pour l’autre à l’instauration d’une société de justice et de paix.

Dispositions. Notons que la CNIDH a été mise en place en 2016. En ce qui concerne les attributions de cette dernière, « la CNIDH est le mécanisme national indépendant de prévention de la torture et autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants prévu par les dispositions de la loi n°2008-008 du 25 juin 2008… ». Par ailleurs, la CNIDH constitue une mise en œuvre de l’article 7 de la Constitution qui stipule que « les droits individuels et les libertés fondamentales sont garantis par la Constitution et leur exercice est organisé par la loi » et en son article 8 alinéa 2 qui dispose que « nul ne peut être soumis à la torture ni à des peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants ».

Dominique R.

Midi Madagasikara8 partages

Base Toliara : 25 futurs techniciens formés en langue anglaise

Les futurs techniciens de Base Toliara remplissant les formulaires de Mauritius Commercial Bank.

Base Toliara(BT) s’implique toujours dans la vie socio-économico-éducative de Toliara. Les formations et alliances créées par BT se poursuivent avec notamment ces 25 futurs techniciens, et particuliers qui en ont fait la demande, et qui recevront des formations en anglais parlé. Les 25 futurs techniciens en partance pour le Kenya ont été invités lundi 2 septembre par Mauritius Commercial Bank (MCB). Voilà un an, MCB s’est installée à Toliara, Base Toliara y est déjà  client. A l’occasion de cet anniversaire, le chef d’agence Jean Chrysostome, a remis 25 cartes « Visa International » aux heureux futurs techniciens. Ces cartes bancaires leur permettront de retirer de l’argent dans n’importe quelle banque à l’étranger. Les parents sont tranquilles. Leurs jeunes, surtout les 9 jeunes filles sont à l’abri du besoin.

Toujours en formations professionnelles, Base Toliara se propose de former en anglais parlé, les journalistes de Toliara, répondant à la demande de l’association FMGFAA, les gendarmes qui seront désignés par leur chef, les gardes assurant la sécurité des cadres, sans oublier la commission s’occupant du recrutement du personnel de Base Toliara (CRT). Tous doivent parler l’anglais pratique, non seulement pour le besoin du service, mais encore, la langue de Shakespeare est agréable à entendre quand on la prononce correctement.

Charles RAZA

Midi Madagasikara1 partages

Coopération MENETP-Orange Madagascar : 15 nouvelles « écoles numériques » pour 2019-2020

Hier matin, fut signé l’avenant du protocole d’accord signé le 11 juin 2014, portant sur le programme « Education numérique » entre la Ministre de l’Education  nationale et de l’Enseignement Technique et Professionnel, Marie Thérèse Volahaingo et la Présidente d’Orange Solidarité Madagascar, Josie Randriambelona.

Ainsi, le programme « Ecoles numériques » se poursuit pour cette nouvelle année scolaire et ce pour la sixième année consécutive. Cette fois-ci, ce seront quinze nouvelles écoles numériques qui verront le jour dans le pays. Les 15 établissements scolaires sélectionnés par le ministère seront dotés d’un kit numérique comprenant 50 tablettes, 50 casques, 2 serveurs Raspberry, un vidéoprojecteur avec écran, des powerbank, des multiprises et des contenus enrichis embarqués dans les serveurs. Le but de la poursuite de cette collaboration entre les deux entités vise essentiellement l’amélioration de l’éducation à Madagascar selon la ministre de l’Education nationale.

123 écoles. Pour rappel, depuis le lancement de ce programme par Orange Madagascar et le ministère de l’Education nationale en 2014, ce sont près de 123 écoles des 22 régions de la Grande Île qui ont été équipées de 6.000 tablettes. La sélection des établissements revient au ministère qui les trie parmi les écoles qui collaborent déjà avec Orange Madagascar ou qui sont parrainées par les salariés de la société. « Orange Madagascar est fier de s’engager à nouveau pour le programme Ecoles numériques pour la sixième année consécutive. Accompagner Madagascar dans la transformation numérique, notamment dans le secteur de l’éducation est l’un des enjeux majeurs d’Orange. L’agilité des élèves avec les tablettes et les progrès scolaires enregistrés depuis le début du programme au sein des écoles numériques confortent la société dans cette action de solidarité numérique en faveur de l’éducation à Madagascar » a dit le Directeur général d’Orange Madagascar, Michel Degland face aux journalistes avant d’ajouter :  « L’éducation est déterminante pour le développement d’un pays ». De son côté, la ministre a témoigné toute sa reconnaissance mais aussi celle des parents d’élèves envers la société pour cette coopération fructueuse. « Nous espérons que davantage d’élèves pourront en profiter pour les prochaines années » a-t-elle déclaré.

Démonstration. Après la signature de la convention et les différents discours, quatre élèves du CEG Anjomakely ont été invités pour faire une petite démonstration de l’utilisation du kit numérique. Vidéoprojecteur et tablette allumés, les quatre jeunes ont montré à l’assistance comment s’en servir, comment ils peuvent faire leur révision et visionner différents contenus éducatifs. La démonstration terminée, la séance était levée.

Anja RANDRIAMAHEFA

Midi Madagasikara1 partages

Beach soccer- Open national : Rendons à l’ACVB…

Contrairement à ce qu’on nous a rapporté, le club Mama n’a pas réalisé une razzia lors de l’open national de beach soccer. C’est plutôt l’ACVB, un jeune club qui vient de voir le jour cette année, qui s’est taillé la part du lion.

L’ACVB a en effet gagné la finale grâce notamment à « Pièces » Tantely Razafindrakoto et Jean Nicolas Rakotoarisoa. L’erreur venait de ce dernier qui est un ancien joueur de Mama.

L’ACVB du président Jean Yves Rajoarimalala ne s’est pas arrêté là car il s’est aussi offert la troisième place de l’Open masculin avec Elias et Hasina. Et là aussi, il y a eu une confusion puisque Hasina était un transfuge de Mama mais il a déjà signé avec l’ACVB.

MAMA terminait la compétition à la seconde place avec Thierry et Antonio.

Nos excuses vont donc à l’ACVB pour ces erreurs encore une fois involontaires.

Clément RABARY

Midi Madagasikara1 partages

Fleury Rakotomalala : Torian’i Patrick Raharimanana

Eo anivon’ny fitsaràna malagasy sy ny fitsaràna frantsay no nilazan’i Patrick Raharimanana fa hametrahany ny fitoriana an’i Fleury Rakotomalala. Io farany izay tsy mitsahatra ny miditra amin’ny tambajotra sosialy ary mitantara toe-javatra maro izay mahakasika ny fiainam-pirenena, indrindra tamin’ny vanim-potoanan’ny tetezamita. Tamin’ity indray mitoraka ity dia ny famoahana vaovao momba ny depiote vavy izay tsy hita ankehitriny rehefa karohin’ny fitsaràna no nampifanolana azy roalahy izay samy mahery fo amin’ny tambajotra sosialy ary samy arahin’ny olona maro ny tantara izay havoakany amin’ny aterineto. Ny iray eto Madagasikara ary ny toriana kosa dia ao Lafrantsa. Io farany dia hotorian’itsy voalohany noho ny fanalam-baràka, ny fanaovana hosoka ary ny fanendrikendrehana amin’ny zavatra tsy marina. Ny toe-javatra toa izao dia manaporofo hatrany fa tena mampiady ny tambajotra sosialy ary tsy dia tena ny ady an-dalambe intsony no maro mandeha any amin’ny fitsaràna ankehitriny fa ny fisintomana lakolosy isan-karazany eny amin’ny aterineto. Mizotra mankany amin’ny fanakorontanana saim-bahoaka ankehtiriny ny fandrosoan’ny teknolojia raha tsy mipetraka tsara ny arofanina amin’ny fampiasàna izany.

D.R

Madaplus.info0 partages

Madagascar: Les arnaques téléphoniques prennent de l’ampleur.

Cela fait quelques temps que des usagers de téléphonie mobile ont été victimes d’escroquerie. Malgré cela, la Police œuvrant contre la cybercriminalité n’a reçu aucune plainte ni doléance face à ces actes. En effet, des numéros semblant être internationaux appellent les utilisateurs malagasy et raccrochent après une très courte sonnerie. Après cela, quiconque rappelle ces numéros sont tarifés d’un coût deux ou trois fois plus chers que la normale.
Des escrocs continuent encore à envoyer des messages textes pour mentir aux gens qu’ils ont gagné à une tombola. Suite à cela, ils leur retirent une somme importante d’argent dans leurs comptes mobiles. Face à ces faits, les victimes se sont juste contentées de partager leurs expériences sur les réseaux sociaux.
Madaplus.info0 partages

Madagascar: Les arnaques téléphoniques prennent de l’ampleur.

Cela fait quelques temps que des usagers de téléphonie mobile ont été victimes d’escroquerie. Malgré cela, la Police œuvrant contre la cybercriminalité n’a reçu aucune plainte ni doléance face à ces actes. En effet, des numéros semblant être internationaux appellent les utilisateurs malagasy et raccrochent après une très courte sonnerie. Après cela, quiconque rappelle ces numéros sont tarifés d’un coût deux ou trois fois plus chers que la normale.
Des escrocs continuent encore à envoyer des messages textes pour mentir aux gens qu’ils ont gagné à une tombola. Suite à cela, ils leur retirent une somme importante d’argent dans leurs comptes mobiles. Face à ces faits, les victimes se sont juste contentées de partager leurs expériences sur les réseaux sociaux.
Madagate0 partages

Pape François à Madagascar. Les médias qui couvriront l'évènement

Madagate0 partages

Papa Ray Masina François. Hafatra ho an'ny Vahoaka Malagasy

"Ry rahalahy sy anabavy any Madagasikara.

 

Omban’ny fahasoavan’Andriamanitra, ho eo anivonareo aho afaka andro vitsy!

 

Dieny izao sahady dia iriko hipaka any aminareo ny fiarahabana avy amin’ny foko, miaraka amin’ny fisaorana amin’izay rehetra efa nataonareo sy mbola ataonareo hanomanana ny famangiako. Misaotra anareo indrindra aho amin’ny vavaka ataonareo, na ny isam-batan’olona, na ao amin’ny fianakaviana na amin’ny isam-piangonana, na koa any amin’ny hopitaly sy any amin’ny fonja.

 

Tsy manam-petra tokoa ny vavaka, ka rehefa tonga any Madagasikara aho, na dia tsy ho afaka hamangy afa-tsy toerana sasantsany aza, dia hahatratra anareo rehetra amin’ny alalan’ny vavaka, ary hitalaho ny Tso- dranon’Andriamanitra hirotsaka aminareo rehetra.

 

Ry malagasy namana malala, ny firenenareo dia malaza amin’ny hatsarana voajanahary, ka noho izany dia aoka isika hilaza hoe “Ankalazaina anie Andriamanitra !” Adidintsika ny miaro sy mikolokolo azy. Fa mbola misy hatsarana hafa izay tena ao ampon’i Kristy sy ny Papa bebe kokoa : dia ny hatsaran’ny vahoakany, izany hoe ny fahamasinanareo!

 

Izany indrindra no antony hahatongavako hankahery anareo amin’ny finoana sady hanovo soa amin’ny finoanareo. Hampahazo antsika io fanomezana io anie ny Virjiny Masina. Misaotra ary mandram- pihaona tsy ho ela!"

***********************************************

Chers frères et soeurs de Madagascar !

 

Avec la grâce de Dieu, d’ici peu de jours je serai parmi vous ! Je désire vous adresser dès maintenant mes salutations les plus cordiales, ainsi que mes remerciements pour tout ce que vous avez fait et faites pour préparer ma visite. Je vous remercie surtout pour votre prière tant personnelle qu’en famille, tant dans les communautés paroissiales que dans les hôpitaux et les prisons. La prière ne connaît pas de frontières, et quand je serai à Madagascar, même si je ne peux visiter que quelques endroits, je vais atteindre tout le monde par la prière, et pour tous j'implorerai la bénédiction de Dieu.

 

Chers amis malgaches, votre pays est célèbre pour ses beautés naturelles, et pour elles nous disons : "Loué sois-tu Seigneur “! Il est de notre devoir de les protéger avec soin. Mais il y a une autre beauté encore plus chère au Christ et au Pape : celle de son peuple, c'est-à-dire votre sainteté ! C'est pourquoi je viendrai vous confirmer dans la foi et en même temps m'en inspirer. Que la Sainte Vierge nous obtienne ce don. Merci et à bientôt !

Tia Tanindranaza0 partages

Tsena eto AntananarivoMila politika fanarenana goavana

Efa manakaiky ny fifidianana ben`ny tanàna ary efa maro ireo nilaza hirotsaka, indrindra eto an-drenivohitra. Maro ireo sehatra mila jerena akaiky toy ny tsena.

 

 Mila fandaminana goavana mantsy ny tsena eto Antananarivo. Tsy hisy hanaiky hoesorina eto Antananarivo Renivohitra izany ny olona na androiray ao anatin'ny herinandro aza, toy ny tsena alakamisy eo Mahamasina. Ilaina ny fanadiovana ny tanàna matetika. Misy ny lalàna ka mila ampiharina. Ny lalan'ny mpandeha an-tongotra, raha tsy lasa tsena dia hananganan`ny hafa trano. Ilaina ny fanalalahana ny lalana na ho an'ny fiara na ho an'ny mpandeha an-tongotra.. Olona tena mpivarotra mandoa ny patanty sy ireo hetra sy haba rehetra tokony aloa no misitraka tsena kanefa toa zary lasa fitaizana ny olona hirona amin'ny kivarobarotra. Raha ny fampidiran-ketra eto Antananarivo aza tsy voafehy dia ahoana ny ifehezana ny fampidiran-ketra manerana an'i Madagasikara ? Tsy mahagaga raha manjaka ny kolikoly. Ny endrika tsena ho an'ny daholobe misy eto Antananarivo toy ny Pavillons Analakely dia mila hatsaraina, nefa io aza mbola tery loatra ny lalan'ny mpiantsena. Tokony hanintona olona ihany koa, tahaka ny taloha ny endrika tsena feno arcades na karazana lalana sy vavahadin-tsena iray manana karazan'entana manokana amidy. Iza amin`ireo kandidà no hitondra vahaolana amin`izany ?

Marigny A.

Tia Tanindranaza0 partages

Aretina kitrotroLasa olana maneran-tany

Tsy ny firenena afrikana izay sokajiana mahantra tahaka an’I Madagasikara intsony ankehitriny no malaza anjakan’ny aretina kitrotro fa hatramin’ireo firenena matanjaka tahaka an’i Lafrantsa sy Etazonia dia efa tratra avokoa araka

 

ny tatitry ny solontenan’ny Fikambanana Manerantany ho an’ny Fahasalamana (OMS) miasa eto Madagasikara, Ndiaye Charlotte. Tsy maintsy malina hatrany ny firenena Malagasy amin’ny fiatrehana io valan’aretina io hoy hatrany izy ary tena ilaina ny fanaovana ny vaksiny faobe ho tohin’ny ezaka efa natao. Deraina ny Malagasy satria tsara ny ezaka vita ary voaasa handray ny loka voalohany any Washington  ny ministera amin’ity volana septambra ity. 7 tapitrisa mahery mantsy no zaza enim-bolana hatramin’ny 9 taona vita vaksiny ary mbola mitohy hatrany ny ezaka hoy ny minisitry ny fahasalam-bahoaka, Pr Julio Rakotonirina sy ny solotenan’ny OMS. Tsiahivina fa 2 tapitrisa dolara ny famatsiam-bola natao tamin’ny vaksiny faobe farany ary niandreketan’ny Instat mihitsy ny fanadihadiana rehetra natao hialàna amin’ny kolikoly izay nisy teo aloha.

 

Tsirinasolo

Tia Tanindranaza0 partages

EditoMila fijery vaovao !

Misy amin’ireo mpanao politika no mihevitra fa miisa 3 ihany no lalana azo isafidianana izorana ahafahana mitondra anjara biriky ho amin’ny fampandrosoam-pirenena, indrindra moa, raha toa ka izay politika izay no resaka.

 

 Rehefa tsy mpanohana ianao dia na mpanohitra na afovoany izay antsoina hoe « centriste » sy « neutre ». fomba fijery izay heverina fa mila ovaina ihany satria hita ho tsy nampahomby ny tantaram-pirenena anefa izany fa saika nahatery ny sain’ny rehetra mihitsy hanjary tsy hanana fomba fijery mivelatra fa tokana monja na hoe « pensée unique ». Raha hanohana dia hanohana inona sa hanohana an’iza no fanontaniana tokony hipetraka ? Toy izany koa raha hanohitra. Inona marina no tena tiana hahatongavana amin’ilay hoe mijanona afovoany ary na koa hoe tsy an’ny atsy na an’ny aroa ? Noho ny fahitana izany anton-javatra rehetra izany ho matetika toy ny fako entin-driaka no heverina fa tokony hilazana amin’izay hoe mila fijery vaovao ny fahafahana mampandroso ity firenena ity. Ny tsy fananan-kevitra sy adihevitra manan-tanjona na hoe “objectif” foana no hita ho mahalany andro lava amin’ny atrikasa sy rafitra tsy mety mahomby teto amin’ny firenena. Hany ka lasa tsy mahatanty tsikeraina intsony ary tonga amin’ny fampiasana herisetra toy ireny niseho tamina mpampita vaovao sy olon-tsotra vao haingana ireny.

J. Mirija   

Tia Tanindranaza0 partages

Resaka kianjan’i Mahamasina“Fampiadiana ny vahoaka Malagasy…”

Fampiadiana ny vahoaka malagasy eto Antananarivo amin’ny fiadidiana ny kaominin’Antananarivo ny filazana hoe fa maninona no tsy tamin’ny fahatongavan’ny Barea no niteny ny CUA hoe tsy amboarina ny kianjaben’i Mahamasina,

 hoy ny mpanao politika sady mpanolotsain’ny tanànan’Antananarivo, Lalaina Rabezanahary, raha naneho ny heviny mikasika ny fanehoan-kevitry ny minisitry ny serasera tao amina haino aman-jery tsy miankina iray. Misy antony, hoy izy, ny fandavana satria efa nisy fandinihana na “étude” natao tao. Maro ny toerana malalaka ary afaka manome tany hanamboarana kianja malalaka ny kaominina, hoy izy. Araka ny fanazavany hatrany kosa, ankoatra ny fahanteran’ny fotodrafitrasa ao Mahamasina dia mitahiry tantaram-pirenena ihany koa ity kianja ity. Misy vatomasina ao ka ho potika ny fototra tamin’ny faha mpanjaka raha io no kitihina, hoy hatrany izy.

J. Mirija

 

Tia Tanindranaza0 partages

Apostoly TsaratsaraTsy misy ifandraisany mihitsy amin’i Marc Tatandraza

Nitondra fanamarihana ny Apostoly Tsaratsara sy mpiara-miasa aminy fa tsy misy ifandraisany na akaiky na lavitra amin’i Marc Tatandraza mihitsy izy ireo ka ahitsy ny vaovao nivoaka an-gazety naha voatonontonona ny anaran’ny Apostoly Tsaratsara ao anatin’ny vaovao mikasika an’i Marc Tatandraza.

Tsy misy ifandraisany mihitsy ireo olona roa ireo, hoy ny fanazavana azo avy amin’ireo mpiara-dia amin’ny Apostoly Tsaratsara ka atao izao fanitsiana izao mba tsy hampiroaroa saina ireo mpanara-dia ity farany. Nanamafy izy ireo fa ho avy ny fotoana mbola hitenenan’ny Apostoly Tsaratsara ny amin’ny tohin’ny hetsika fitoriana ny tenin’Andriamanitra ataony saingy manana ny fotoanany moa ny zava-drehetra ary samy manana ny fandaharam-potoanany ihany koa ny tsirairay… Noho izany indrindra, dia manaingy ny rehetra tsy hiroaroa saina sy tsy hampifangaro ireo lafin-javatra roa tsy dia misy ifandraisany ireo ny Apostoly Tsaratsara sy ireo mpiara-dia aminy.

Toky R

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Tontolon`ny asam-panjakana“Hafainganina dia mihena ny kolikoly”

Antony maro no mampihisatra ny fanaovan-draharaha any amin’ny biraom-panjakana fa ny lehibe indrindra dia ny havesatry ny dingana tsy maintsy lalovana amin’ny fikarakarana taratasy sy ny kalitaon’ny fomba fiasa.

 

Mila mitondra fanatsarana izany mba hisorohana ny kolikoly, hoy i Johnny Rakotoarisoa, solombavambahoakan`i Madagasikara voafidy tao amin` ny distrikan`Ambohidratrimo. Ohatra momba ny fisakanan-dalana nataon`ny mpitandro filaminana (PR), dia tsara kokoa raha hasiana solontenam-panjakana misahana ny fandoavana lamandy eny amin`ny ireny toerana ireny. Amin`izay eo akaiky eo ihany ny fandoavana lamandy ka tsy misy intsony ny firesahana amin`ny saofera sy ny mpitandro filaminana. Hatramin`izay, hoy ity depiote ity, eto no voasakana kanefa ny lamandy aloa dia any amin`ny 40 km ka fotoana very. Mila manamaivana ny fomba fiasa ka raha vita no manao ny ara-dalàna ho fampiharana noho ny kolikoly dia foana ho azy ny tsolotra. Nanambara ity solombavambahoaka ity fa ny asam-panjakana mitarazoka no mahatonga ny kolikoly ka efa misy ny tolo-dalàna novolavolaina mahakasika izany, hoy hatrany ny fanazavana.

Marigny A.

Tia Tanindranaza0 partages

Fifidianana ben’ny tanànaMbola mangina ny fanaterana ny antontan-taratasin’ireo kandida

Maro ireo kandida no efa nilaza fa hirotsaka hofidiana ben’ny tanàna.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Rivo Rakotovao“Natao hihaino ny fitarainan’ny olona ny loholona”

Natao hihaino ny fitarainan’ny olona sy ireo vondron’olona na antoko politika hafa, ny mpahay toekarena, ny ara-tsosialy sy ireo olona hitondra hevitra hanatsarana ny faritra misy azy tsirairay avy ny antenimierandoholona.

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

FanoheranaSarintsarina mpanohitra no tian`ny fitondrana hapetraka

Mandringa ny famolavolana ny lalàna mifehy ny mpanohitra izay tadiavin`ny fitondrana holaniana amboletra eny amin`ireo parlemantera roa tonta.

Tsy manaja ny sata repoblikanina sy soatoavina demokratika ny fomba hamolavolana ireo manam-pikasana hanitsy ireo andininy amin`ny lalàna mifehy ny mpanohitra izay miroso amin`ny fanjakana tsy refesi-mandidy. Mariky ny fanajana ny tany tan-dalàna io sata mifehy ny fanoherana io nefa tadiavin`ny fitondrana hametrahana sarintsarina mpanohitra hanaraka ny fahazaran-dratsiny. Mety ny nataon`ny mpanohitra nifidy an`i Marc Ravalomanana noho izy nifaninana tamin-dRajoelina nandritra ny fihodinana faharoa tamin`ny fifidianana filoham-pirenena, hoy ny mpitsara iray. Ny filoha Rajoelina rahateo efa niteny fa raha “izaho no lany eo dia ianao no ataoko mpanohitra”. Nandeha ny fifidianana nataon`ireo mpanohitra ka lany i Marc Ravalomanana. Noho izany, nanaraka tsara ny lalàmpanorenana izy ireo. Gaga ity mpahay lalàna ity fa nisy tolo-dalàna tampoka. Ny solombavambahoaka indray no mitarika ny fanoherana. Raha ny tokony ho izy anefa dia ny loholona. Midika izany fa mandringa io tolo-dalàna 2019-001/PL io. Raha tena hanaraka demokrasia, tsy ny didy jadon`ny fanjakana no atao fa ny fanajana lalàna. Marihana fa io filoham-pirenena no nanao sy nandany io lalàmpanorenana io. Tsy mahatoky tena ny fitondrana kanefa mila arahina ny fitsipika ara-demokratika. Efa latsaka an-katerena ny firenena fa adilahy politika foana no atao eto. Io ny lalàmpanorenana ka mila arahina.

Marigny A.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Raharaha AmpefilohaNankasitraka ny fihetsiky ny fitondram-panjakana ny CNIDH

Mahavelom-bolo ny mpiaro ny zon’olombelona ny fanapahan-kevitry ny fitondram-panjakana teo anatrehan'ny fanambarana nataon'ny minisitra miandraikitra ny filaminam-bahoaka ny 27 aogositra lasa teo,

 izay naneho fialan-tsiny sy fiaraha-miory tamin'ny fianakavian'ny maty tetsy Ampefiloha, Antananarivo, ny zoma 23 aogositra, hoy ny Vaomieram-Pirenena Mahaleotena momba ny Zon'Olombelona (CNIDH). Rariny loatra raha noraisina izany fepetra nanolorana ny fitsarana ilay polisy nitifitra nahafaty ilay heverina ho jiolahy, ary efa any am-ponja ankehitriny, satria tokana ny lalàna mifehy ny rehetra araka ny voalazan’nyu lalàmpanorenana  (and. faha-6). Ny Lalàmpanorenana dia miaro ihany koa ny ain'ny olombelona rehetra tsy ankanavaka (and. faha-8), eny fa na dia ny ain'ny jiolahy mpamono olona aza. Marihin'io andalan'ny Lalàmpanorenana io koa anefa fa tsy heverina ho fandikan-dalàna ny famonoana olona raha toa ka tsy maintsy atao izany ho fiarovan-tena na fiarovana olon-kafa amin'ny herisetra tsy ara-dalàna, hoy ny CNIDH. Deraina ny polisy izay nampiasa ny fahaizany sy ny herimpony handravana ny tambajotran-jiolahy. Izany dia ho fiarovana ny zon'ny olom-pirenena tsotra, izay tsy manana basy iarovany ny ainy sy ny fananany. Fandikan-dalāna kosa anefa, sady fanitsakitsahana zon’olombelona, ny fitifirana ho faty olona efa voatifitra rahateo ka tsy afa-mihetsika, tsy afa-mandositra, tsy afa-manohitra intsony, hoy izy ireo. Noho izany, dia mangataka ny minisitry ny fitsarana ny CNIDH hanao laharam-pahamehana ny fitsarana iny polisy sokajian’izy ireo ho nahavanon-doza iny, ka hampahafantatra izay didim-pitsarana hivoaka, ho ren-tany, ho ren-danitra. Izany dia fomba iray hialana miandalana amin'ny « fitsaram-bahoaka », izay tsy ara-drariny, sy hitaizana ny tanora sy ny ankizy hahay hanavaka ny mety sy ny tsy mety, ny ara-dalàna sy ny tsy ara- dalana. Midera ihany koa ny ezaka ataon'ny miaramila sy ny zandary. Tsy hahitam-bokatra maharitra anefa ireny ezaka ireny, raha mbola misy ny fomba mamoafady toy ny fampanofana basy amin'ny jiolahy, ny fanakonan-keloka noho ny firaisankina diso toerana (corporatisme),…

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fanonerana nandritra ny krizy politikaMiankina amin`ny fanjakana ny tetibola…

Ny fitoniana, ny fandriampahalemana ary ny fifidianana ben`ny tanàna no hifantohan`ny asan`ny komitin`ny fampihavanana Malagasy (CFM) mandritra ny fivoriana fahatelo izay nanomboka ny 02 septambra lasa teo.

 

Hodinihana mandritra ny iray volana sy handraisana fanapahan-kevitra ao anatin`izay fe-potoana izay ny momba ireo fangatahana miisa 1 300 ho fanonerana sy famotsoran-keloka ary fangatahana fanalana sakana amin`ny fanondrotana grady izay nataon`ireo olona niharan’ny krizy politika teto Madagasikara teo anelanelan`ny taona 2002 hatramin`ny 2013. Hisy olona maromaro hahazo famotsoran-keloka sy hahazo fanafoanana ny sakana amin`ny fanondrotana ny grady. Tsy mbola misy kosa ny tetibola avy amin`ny fanjakana hahafahana manao ny fanonerana ary miankina amin`ny fitantanam-bola ataon`ny fanjakana rahateo ny vola omena an`ny CFM. Manantena koa izy ireo fa hisy vokany ny toromarika nomeny ho an`ny governemanta amin`ny hanatsarana ny fitantanana ny firenena. Asa goavana no miandry ity rafi-panjakana ity amin`ny fivoriana fahatelo. Tao anatin’ny roa volana dia betsaka ihany koa ny asa vitan`ny CFM araka ny voatondron`ny lalàna mifehy azy ireo. Notanterahina tamin`ny 26 jolay teto amin` ny lapan` ny fampihavanana ny lanonana ofisialy nanolorana ny asan`ny komitin`ny fampihavanam-pirenena nandritra ny taona 2018.

 

Marigny A.

Tia Tanindranaza0 partages

Mafana ny toe-draharahaMinisitra iray teo aloha hosamborina…

Ho avy ny fisamborana na fampiantsoana minisitra iray tamin’ny andron'ny HVM, raha ny loharanom-baovao azo. Mety ho anio alarobia no hanatanterahana izany.

 

 Resaka fanodinkodinana volam-panjakana sy fanararaotam-pahefana no voalaza fa vesatra hanenjehana azy io. Mety misy resaka kolikoly sy fitantanana tsy mazava ihany koa. Mety hohenjehina amin’ny raharaha fanangonan-karena azo tsy ara-drariny izy. Efa nankatoavin’ny Fitsarana avo momba ny lalàmpanorenana (HCC) tamin’ny alalan’ny fanapahan-kevitra n°14-HCC/D3 ny 5 jolay rahateo ny lalàna 2019-015 momba ny fanagiazana ny harena azo tamin’ny fomba tsy ara-dalàna, izay tsy sarotra amin’ny filoha ny mamoaka ny didy fampiharana. Matetika rahateo no nahenoana na ny filoha na ny praiminisitra, izay manamafy ny fanenjehana ny mpanodinkodina volam-panjakana izay tsy maintsy mamerina manontolo ny vola ary mihatra aminy ny lalàna. Nampidirina am-ponja ny Tale jeneralin’ny ladoany teo aloha sy ny namany vitsivitsy noho ny filazana fa nanao kolikoly an-jatony miliara. Maro ny fampanantsoana teny amin’ny PAC (Pôle Anti-Corruption), ary ity rafi-pitsarana ity dia nanamafy fa dosie maro no hotsaraina amin’ity volana septambra ity. Misy minisitra sy tompon’andraikitra teo aloha efa namoahana fandrarana mivoaka ny sisin-tanin’i Madagasikara na IST,... Vao tonga teo ny filoha dia betsaka ny fanadihadiana natao tamin’ny minisitera samihafa. Na izany aza dia mampanahy ihany sao misy ambadika politika na valifaty politika.  Fomba fiasa tsara ny fanadiovana fa enga anie mba tena izay tokoa ilay izy. Ny filoha moa efa niteny hoe hiady amin’ny kolikoly sy hametraka fanjakana tsara tantana fa ny momba ireo mpitantana amin’izao fotoana no tsy fantatra. Anjely daholo ve ? Teo ihany koa ny resabe manodidina ny fifidianana filoha farany teo satria efa malaza maneran-tany fa tena niasa ny vola be. “Tsy misy fifantenana na iza na iza tratra amin’ny resaka kolikoly, tokony hosazian’ny lalàna avokoa, hoy i Andry Rajoelina nandritra ny fianianan’ny Tale jeneralin’ny Bianco ny 7 aogositra. Efatra andro monja taorian’io dia toa nanao valin-kafatra i Marc Ravalomanana hoe: Ny ady amin’ny kolikoly tsy atao ety ivelany hanagadrana olona fotsiny fa jereo aloha ny manodidina anao. Raha tianao ny hanana ny maha izy anao maneran-tany, dia jereo aloha ny manodidina anao, ary aza miaro an’ireo mihitsy fa ataovy mitovy daholo. Raha mbola misy olona mpanao kolikoly manodidina azy ao, dia resaka mandany andro fotsiny, hoy ny filoha teo aloha.

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fanaovana maloto ankalamanjanaMbola za-dratsy ny Malagasy

Tontosa omaly ny fifanaovan-tsonia fiaraha-miasa teo amin’ny minisiteran’ny angovo, ny rano ary ny akoranafo sy ny UNICEF ary ny masohivohon‘i Korea tetsy Ampandrianomby.

Vola 2,5 tapitrisa dolara no vatsian‘ireo mpiara-miombon’antoka roa ireo ho an’ity tetikasa izay haharitra 3 taona. Vonona ny hanampy ara-teknika sy hitondra ny traikefa ananany ny Koreanina mba ahafahan’i Madagasikara hiroso hatrany ara-toekarena; hoy ny masohivohony. Anisan’ny firenena mbola manana taha ambony amin’ny fanaovana maloto ankalamanjana ny eto Madagasikara ary tena manamarika izany ny any amin’ny faritra Atsimo Atsinanana sy ny faritra Vatovavy Fitovinany. Ho an’ireo faritra roa ireo dia 35%-n’ny mponina ihany no mbola misitraka rano fisotro madio amin’izao fotoana. Miompana amin’ny ady atao amin’ny fanaovana maloto ankalamanjana sy ny fanomezana rano fisotro madio izay indrindra no antom-pisian’ny fiaraha-miasa teo amin’ny minisiteran’ny angovo, ny rano ary ny akoranafo sy ny UNICEF ary ny masohivohon’i Kore eto Madagasikara. Fiaraha-miasa izay tafiditra ao anatin’ilay fandaharan’asa Madagasikara madio 2025 ity teeikasa ity.

Tsirinasolo

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fanorenana sy asa vaventyTsy ampy ny akora fototra ny hamokarana simenitra

Mbola maro ny akora fototra hafarana any ivelany amin’ny fanamboarana ny simenitra hoy ny fanambaran’ny tompon’andraikitry eo anivon’ny Holcim,Patrick Rajaonarivelo.

Tsirinasolo

 

Tia Tanindranaza0 partages

MadagasikaraTena mila fanavaozana ny fifamoivoizana

Misy ny fanavaozana apetraka amin’ny tontolon’ny fitaterana eto Madagasikara ary hojerena avokoa na ny fitaterana ana habakabaka, na ny an-dranomasina hatramin’ny taksibe miasa eto amin’ny firenena.

 Maro be ireo olan’ny fifamoivoizana ka nandray fanapahan-kevitra ny avy eo anivon’ny minisiteran’ny fitaterana mba hanisy vovonana manokana handrindra ny fitaterana sy ny fitohanan’ny fiara. Nohamafisin’ny minisitra Joel Randriamandrato izany ary nanamafy ny tenany fa ho hentitra ny fanaraha-maso momba ny tsy fanarahan-dalàna ataon’ny fiara fitateram-bahoaka rehetra. Tsy ho an’ny olon-tsotra irery ihany  mantsy ny fatiantoka fa mahazo hatramin’ny mpitatitra noho ny fitohanan’ny fiara eto Antananarivo tato ho ato. Ho santatry ny famahana olana amin'ity taona 2019 ity dia apetraka ny zotra express izay hampitohy an'Ivandry sy Talatamaty ka mandalo amin'iny lalam-baovao Tsarasaotra sy Ivato iny. Tsy hisy afa-tsy fiantsonana efatra ihany no apetraka amin’io zotra vaovao io ary entina indrindra hanalefahana ny fitohanan’ny fiara izany. Hamaha ny olana izay mampikaikaika ny mponina maro eto an-drenivohitra amin’ny fitohanan’ny fiara io lalam-baovao io ary santatra ambavarano, hoy ny minisitra. Tsy vitan’izay fa hampitomboina ireo fiara hiasa amin’ny lalam-baovao eto an-drenivohitra ary hasiam-panavaozana mihitsy ny fomba fiasa amin’ny tontolon’ny fifamoivoizana rehetra eto Madagasikara manomboka izao.

Tsirinasolo

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fitantanana ny rano eto IarivoMandrindra asa ny AUE sy ny Boriborintany faha-4

Nampivory ny AUE (Association des Usagées de l’eau) miisa 184, izay mitantana fotodrafitrasa toy ny paompin-drano sy ny toerana fanasan-damba ny teo anivon’ny boriborintany fahefatra,

 

 kaominina Antananarivo Renivohitra (CUA) omaly 3 septambra,  izany dia  notarihan’ny lefitra faharoan’ny delegen’ny Boriborintany Andry Razafindrakoto. Ny tanjona dia ny fanolorana ny paikady   hoentina handrindrana sy hanatsarana ny fomba fikojakojana ny fotodrafitrasa  toy ny fanamafisana sy ny fanaovana ny tatitra ara-bolan’ny fikambanana, ny fe-potoana anaterana ny tatitra eny anivon’ny boriborintany izay ny 1 hatramin’ny faha-10 ny volana, ny fanokafana kaonty OTIV hametrahana ireo ambim-bola sisa,  ary ny fangalana fankatoavana eny anivon’ny boriborintany   ireo famoaham-bola izay mihoatra ny 100 000 Ar sy  ny fanamafisana ny taratasy fanamarinana ara-dalàna ny fampiasana ny vola rehetra. Marihana fa fivoriambe  faran’ny Boriborintany sy ny mpitantana fotodrafitrasa tamin’ity taona 2019 ity izao natao izao, ary tapaka ihany koa ny hanatanterahan’ny roa tonta fitsangantsanganana izay fanao isan-taona, ka ny 4 oktobra ho avy izao no hanaovana azy. 

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Vehivavy mpandraharaha ao BoenyHiara-kiasa amin’ny banky BNI

Hiara-kiasa amin’ireo vehivavy mpandraharaha ao Boeny ny banky BNI Madagascar.

 

 

 

Tanjon’izy ireo ny hanampiana sy hanohanana ireo vehivavy mpandraharaha any an-toerana hahafahan’izy ireo miroso bebe kokoa amin’ny asa fihariana tontosainy. Nisy ny faran’ny herinandro teo ny fihaonan’Atoa Alexandre Mey tale jeneralin’ny banky BNI tamin’izy ireo nahafahana nijery  ny hetahetany. Ankoatra ireo vehivavy mpandraharaha dia nihaona mivantana tamin’ny profesora  Hery Lisy Tiana Ranarijaona, filoha lefitra misahana ny fiaraha-miasa sy ny fikarohana eo anivon’ny oniversiten’i Mahajanga ihany koa ity tale jeneralin’ny banky BNI ity.  Nisy mihitsy ny sonia fifanekem-piaraha-miasa teo amin’ny roa tonta izay manana tanjona hanampy ireo mpampianatra, mpandraharaha ary mpianatry ny oniversite  tsy mbola manana kaonty any amin’ny banky. Toraka izany koa ny fahafahan’izy ireo mandray anjara amin’ireo karazana tolotra omen’ny banky entina hanatsarana ny fiainana amin’ny andavandro.

 

Pati

 

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Minisiteran`ny fanajariana ny tany sy ny toeram-ponenanaManiry fitaovana ahafahana mandrindra fotodrafitrasa

Ao anatin`ny fanatanterahana ny politika ankapoben`ny fanjakana ny IEM ny fitondrana amin`izao. Vola mitentina 60 tapitrisa ariary no hahetsiky ny minisiteran`ny fanajariana ny tany sy ny toeram-ponenana ary ny asa vaventy (MATHP) hamolavolana sy hananganana fotodrafitrasa ao anatin`ny vina IEM.

 

Anisan`ny fomba entina amin`izany ny fanatsarana ny tanàna, fanavaozana ny firenena amin`ny alalan`ny fananganana fotodrafitrasa mba hiakaran`ny toekarena eto amin`ny firenena. Nanamafy ny minisitra Hajo Andrianainarivelo fa io politika io dia fitaovana iray hisian`ny fitantanana mahomby amin`ny alalan`ny fironana stratejika apetraka eto amin`ny firenena sy eo amin`ny lafiny fampiasam-bola maharitra ao anatin`ny  20 taona  ho avy. Tanjona, hoy izy, ny mba hanana fitaovana hahafahana mandrindra fotodrafitrasa eto Madagasikara. Ny asan`ny minisitera rahateo dia mandrindra ihany. Ao anatin`ny famaritana ireo sekoly, lalana, toha-drano mila havaozina ny minisitera ary mikaroka vahaolana. Matetika mivangongo amina toerana iray ny fanaovana fotodrafitrasa. Tsara ny finiavana hampandroso firenena saingy kosa niarahan`ny rehetra nahita teto ny fomba fitantanana miendrika didy jadona sy gaboraraka nandritra ny fitondrana HAT, ny fanaovana ampihimamba ny sehatry ny fandraharahana, ny fibodoana tanin`olona manerana ny faritra maro. Samy mahafantatra ny laza ratsiny ny fitondrana eo amin`ny fitantanana. Tsy azo lavina fa matetika manao ny tsy mety izy ireo. Ny fitantanana sy ny fifehezana no tsy misy toy ny fandikana fitsipika sy fampiasana hafetsifetsena no fomba ahazoana tombon-dalana. Rehefa izay no manjaka, mbola ela ny fandrosoana eto Madagasikara.

 

Marigny A.

Tia Tanindranaza0 partages

Telma sy orinasa StarHampiala voly ny mpanjifa

Tafiditra tanteraka ao anatin’ny fialan-tsasatra lehibe isika ankehitriny. Tsy vitsy ireo efa lasa nihazo ny faritra hahafahana miala voly kely. Ho an’ireo mbola miandry fanadinana kosa dia misy ny lalao azon’izy ireny handraisana anjara mba hampiala voly ny saina vetivety.

 

 

 Ny orinasam-pifandraisana Telma sy ny Star no mikarakara izany izay efa nanomboka ny 24 aogositra lasa teo. Amin’ny alalan’ny fividianana zava-pisotro Coca Cola misy sarony miloko mavo no hanatanteraka izany. Ilay kaody miafina ao anatin’ilay sarona tavoahangy no hampiasaina. Avy eo manindry ny #481# amin’ny finday telma ary manaraka ny toromarika ambiny rehetra. Tavoahangy maherin’ny 2 tapitrisa no haparitaka manerana ny Nosy mba hahazoan’ny tsirairay loka. Tsiahivina fa hisy mihitsy ny vakansy ho an’olon-droa mandritra ny andro maromaro any amin’ny Nosy rahavavy Maorisy ankoatra ireo karazana kojakoja toy ny tablette….Tanterahina isaky ny andro alatsinainy ny fisarihana.

Pati

 

 

                                                                                                  

Tia Tanindranaza0 partages

Famonoana afoMaro ireo fitaovana azo ampiasaina

Mitohy hatrany ny fikarohana ataon’ireo manampahaizana amin’ny ady amin’ny afo eto amintsika.

 

 Orinasa iray no fantatra fa namoaka karazana “boule” kely hatsipy ao amina toerana iray misy firehetana ka raha vao mipoaka izany dia mitsahatra ny afo. Hampahafantarina ny isan-tokantrano etsy amin’ny lapan’ny tanànan’Analakely  izany 23 septambra ho avy izao, hetsika iray hihaonan’ny sampana mpamonjy voina amin’ny vahoaka ihany koa. Arahina adihevitra lehibe izany, entin’izy ireo hanatsarana hatrany ny tolotra omena ny mpanjifa. Amin’ny ankapobeny, saika mahazo fanakianana hatrany ny mpamonjy voina manoloana ireo asa hatrehiny amin’ny andavanandro. Lohalaharana amin’ireny ny fahatarana ankoatra ny fisian’ilay solika tsy maintsy aloa ho an’ireo faritra ivelan’Antananarivo raha sanatria ka misy hain-trano mitranga. Hitondra fanazavana mikasika izany koa ny sampana mpamonjy voina. Vonona ny handray ireo orinasa hiara-kiasa aminy amin’ny ady amin’ny afo ny sampana mpamonjy voina. Ny 13 oktobra ho avy izao vao hofaranana tanteraka ity hetsika karakarain’ny sampana mpamonjy voina ity amin’ny alalan’ny hazakazaka, izay samy tafiditra ao anatin’ny faha-70 taona niorenany avokoa.

Pati

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Mpivarotra voninkazo eny amin’ny tamboho HJRAHafindra eny By-Pass ?

Nandeha ary niely ny feo tamin’ireo mpivarotra voninkazo etsy amin’ny tambohon’ny hopitaly Hjra Ampefiloha fa halana amin’ny toerany hivarotany izy ireo.

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Taksiborosy manararaotra ny fahatongavan’ny PapaHo hentitra ny sazy omen’ny ATT

Tsy tokony hanararaotra amin’ny fahatongavan’i Papa François eto amintsika, amin’ny fampiakarana sara-dalana ireo taksiborosy mampiasa ny lalam-pirenena rehetra eto amin’ny nosy,

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Antananarivo RenivohitraNahitana hain-trano 96 tao anatin’ny 8 volana

Tena nirongatra ny hain-trano teto an-drenivohitra tamin’ity taona 2019 ity.

 

Nahatratra 96 isa mantsy, izany hoe 12 isam-bolana hatramin’ny volana janoary no ho mankaty ka tamin’ny volana aogositra lasa teo no betsaka indrindra, araka ny tatitry ny sampana mpamonjy voina. Nahatratra 18 tao anatin’ny iray volana. Olona iray no naratra vokatr’ireo ary efatra namoy ny ainy tao anatin’izay valo volana izay. Vao afak’omaly dia  trano fivarotan-kena miisa efatra no lasa lavenona teny Ivato,  tokony ho tamin’ny 10 ora sy 20 minitra atoandro. Na efa tara noho ny fitohanana aza ny sampana mpamonjy voina dia voaaro soa aman-tsara tsy nisy nahiana ny manodidina sady tsy niitatra ihany koa ny afo. Andrin-jiro iray ihany koa mbola tamin’io andro io ihany no nirehitra teny Anosizato Atsinanana. Tonga ihany koa ny sampana mpamonjy voina saingy tsy maintsy nantsoina namono ny herinaratra ny JIRAMA izay vao novonjena ilay trano nanodidina ilay andrin-jiro. Toerana maro no niaina delestazy  saingy tamin’io alatsinainy alina io ihany dia tafaverina soa aman-tsara ny jiro. Miantso ny rehetra ho mailo ny sampana mpamonjy voina amin’izao fotoanan’ny hafanana sy ny rivotra izao, indrindra fa ireo manana ankizy mipetraka irery matetika ao an-trano.

Pati

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Karaman’ny mpiasam-panjakanaHaloa tsy misy sarany amin’ny “Paositra money”

Haloa amin’ny alalan’ny “Paositra money” avokoa manomboka izao ny karaman’ny mpiasam-panjakana, hatomboka amin’ny zandarimariam-pirenena.

 

Natao mba hitsinjovana ireo mpiasam-panjakana, indrindra fa ireo lavitry ny banky no antony. Tsy maintsy hatao izay hamerenana ny paositra amin’ny maha izy azy satria io no tena mielipatrana manerana an’i Madagasikara. Any no tena manao asam-bahoaka, ka izay no nitsirian’ny eritreritra hoe azo ampiasaina tsara io hatao fitaovana hahafahana manampy ny namantsika any amin’ny faritra, ka na ny resaka fanapariaham-pahefana aza dia efa neritreretinay fa anisan’ny mandray andraikitra feno ny Paositra Malagasy, hoy ny minisitry ny paositra sy ny fifandraisan-davitra ary ny haitao ara-kajy mirindra Ramarolahy Christian. Ezaka lehibe hataon’ny minisitera ny hamelona ireny birao ireny, ka vokatra voalohany alefan’ny Paositra Malagasy io “ny Paositra money” ary hatao maimaimpoana ny resaka fampitana ny vola satria tsy sehatra tsy miankina ka hanaovana bizinesy io, fa kosa hitsinjovana ny mpiasam-panjakana manerana ny Nosy, hoy izy. Hahafahany mandray ny karamany araka ny tokony ho izy na aiza na aiza toerana misy azy. Vahaolana amin’ny tsy faharisihan’ny mpiasam-panjakana any amin’ny faritany na lavitra andriana. Ho an’ny zandarimaria, tonga dia ho azo ampiasaina ho an’ireo mety manao iraka ivelan’ny renivihitra io, ary ahahafahana mahazo eo no ho eo ny tambin-karama na fankasitrahana manokana. Mampihena ny fikirakirana ny vola izay anisan’ny fandraisana anjara amin’ny ady amin’ny tsy fandriampahalemana izy ity. Nankasitraka izao fiaraha-miasa izao ny sekreteram-panjakana miadidy ny zandarimaria, ny Jeneraly Ravalomanana Richard.

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Basikety Tompondaka nasionaly N1 A dingana 2Hanomboka rahampitso eto Antananarivo

Hanomboka rahampitso alakamisy 5 septambra hitohy ny 6 sy ny 9 ary ny 11 septambra 2019 ny fifaninanam-bondron’ny fiadiana ny ho tompondaka nasionaly eo amin’ny taranja

Tia Tanindranaza0 partages

Fahatongavan’i Papa FransoaEPP 12 no handraisana ireo mpizaika

Rempotra tanteraka ireo tompon’andraikitra isan-tsokajiny eo anivon’ny fari-piadidiam-pampianaran’Antananarivo Renivohitra ankehitriny.

 

 

Ankoatra ny fanomanan’izy ireo ny efitrano fianarana handraisana ireo mpiadina hiatrika ny fanadinana BEPC manomboka amin’ny alatsinainy 09 septambra ho avy io mantsy dia miomana fatratra amin’ny fahatongavan’i Papa Fransoa ihany koa izy ireo izay higadona eto an-tanindrazana amin’ny zoma ho avy izao, ka anisan’ireny ny fandraisana ireo mpizaika. Ho an’Antananarivo Renivohitra manokana dia fantatra fa sekoly ambaratonga fototra miisa 12 no tsy maintsy karakaraina handraisana ireo mpizaika ireo.  Tsy ampy izany amin’ny ankapobeny raha ny isan’ireo vahiny  saingy noho ny fisian’ny fanadinana BEPC dia tsy nokasihina avokoa ireo sekoly ambaratonga faharoa rehetra. Tsiahivina fa 8 hetsy raha kely ireo olona hivahiny eto an-drenivohitra mandritra ny fahatongavan’i  Papa Fransoa, fotoana iray hahafahan’ny rehetra mangataka tso-drano sy vavaka  aminy ihany koa.

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Tarika HerdimannHiverina hiaka-tsehatra

Tany amin’ny taona 1988 no nahenoana ny tarika Herdimann farany. Raha tsiahivina dia tao anatin’ny fifaninanan-kira “Maharitr’afo” izay nokarakarain’ny onjam-peom-pirenena no naha voafidy ny tarika ho talenta vao na “revelation”.

 

 Valin’ny fangatahan’ny mpankafy tamin’ny fotoan’andro, hoy ny mpihira sady mpamoron-kira ao amin’ny tarika, no anton’izao fiverenana izao satria izay rehetra mifanena aminay ka mpanaraka ny tarika tamin’izany dia miantso avokoa hoe fa naninona no najanona ny kanto ? Tsy afaka am-bavan’ny maro tamin’izany ilay hira mitondra ny lohateny hoe “Aoka izay !”, “Sambatra”, “Neny na I Mama”, hoy I Hery. Hampiavaka ny fiverenana ny fampivadiana ny mozika tamin’izany amin’ny fivoarana ankehitriny ary efa misy ny fiaraha-miasa amin’ireo tanora amin’ny famolavolana izany. Raha mikasika ny fandaharam-potoana kosa dia hezahana matetika ny fiakarana Cabaret, hoy izy. Ankoatra an’i Hery sy Hermann izay mpikambana raikitra ao amin’ny tarika moa dia talenta vao manampy ireo andriambavilanitra miisa roa dia i Malala sy Tolo ary ny feon’ireo, hoy i Hery, no tena nanosika hihira indray koa.

J. Mirija

 

La Vérité0 partages

RN2 - Le pont d’Antsapazana et de Mangoro bientôt à deux voies

Un projet d’amélioration qui dure trois ans. Le ministre de l’Economie et des Finances, Richard  Randriamandrato et le représentant de l’Agence japonaise de coopération internationale (JICA), Unemoto Shinji, ont signé un accord de don mardi dernier au sein du Ministère des Affaires étrangères, situé à Anosy. Les Japonais ont alors octroyé 90 milliards d’ariary à la Grande île. Cette somme servira à améliorer le pont de Mangoro et celui d’Antsapazana sur la RN2. « A leur état actuel, le pont de Mangoro et celui d’Antsapazana ne permettent que le passage à une seule voie, c’est-à-dire les véhicules ne peuvent pas se croiser. Cela cause un goulot d’étranglement routier. Ce projet permet ainsi d’élargir chaque pont à deux voies. Chaque côté sera doté d’un trottoir pour les piétons dans le but de résoudre le problème de la congestion du trafic et d’améliorer la sécurité sur ces ponts. Avec la réalisation de ce projet, les deux ponts qui font actuellement 4,5m de largeur seront transformés en ponts à deux voies avec une chaussée d’une largeur de 7m, ainsi qu’un trottoir mesurant 1,5m de largeur, construit sur chaque côté. Selon le planning actuel, le pont d’Antsapazana s’achèvera au mois de mars 2020, et celui de Mangoro en novembre 2022 », relate monsieur Unemoto Shinji, représentant résident de la JICA à Madagascar.

Transport  de marchandises Ce projet est fortement en lien avec le projet d’extension du port de Toamasina, lequel est en cours de réalisation. « Ce projet d’envergure de 411 millions de dollars américains vise à quadrupler le volume de fret traité au niveau du grand port d’ici 2035. Parmi les marchandises déchargées à ce port, une grande majorité est acheminée par la RN2 vers la Capitale. Logiquement, l’accroissement de la capacité du port doit être accompagné par l’amélioration de la capacité de transport sur la RN2. C’est dans ce contexte que le projet d’amélioration du schéma directeur de développement de l’axe économique Tananarive- Toamasina (TATOM) a été réalisé. Cette coopération technique sous forme d’étude de développement, mise en œuvre par la JICA, a conclu que l’amélioration de la capacité de transport de la RN2 est indispensable à la croissance de la zone économique stratégique qui relie les villes », explique le représentant de la JICA dans son allocution. A la fin des travaux d’extension en 2035, le port de Toamasina deviendra le plus grand port de l’océan Indien.  Solange Heriniaina

La Vérité0 partages

Visite du Pape à Madagascar - Une organisation stricte pour Soamandrakizay

800 000 à un million de personnes attendues pour la grande messe de dimanche. Dans le cadre des derniers préparatifs en vue de la venue du Pape François à Madagascar, les autorités renforcent maintenant la sensibilisation, surtout pour leur communiquer les différentes directives à suivre durant le séjour du souverain pontife dans la Grande île. Effectivement, une organisation stricte sera mise en place tout au long de  ce grand événement pour Madagascar, surtout durant la grande messe à Soamandrakizay. « Dans les détails, pour la grande messe de dimanche, tous les pèlerins devront arriver sur les lieux avant 8 heures, au plus tard. Et toute personne n’ayant pas de ticket ne pourra pas y accéder, et ce pour n’importe quelle raison. Nous ne cèderons pas même si sur un groupe de 50 personnes, une seule n’a pas de ticket, cette dernière ne pourra donc pas assister à la messe. Ce n’est pas facile de gérer une telle foule, c’est pourquoi nous devons veiller au grain et nous conforter aux règles déjà établies », précise un représentant des Forces de l’ordre, hier à l’Episcopat sis à Antanimena, lors d’une conférence de presse organisée par les autorités pour répondre aux questions auxquelles tout le monde se pose actuellement. Par mesure de sécurité, chaque personne devra éviter d’emporter tout objet tranchant ou d’autres objets pouvant être dangereux.

ParkingCette organisation stricte se fait également sentir dans l’aménagement du parking des voitures. « Au total, 5 559 voitures seront prévues pour transporter des pèlerins en vue de la grande messe de dimanche. Ces chiffres ont notamment diminué vu que les 527 000 pèlerins issus de certains quartiers de la Capitale comme Isotry ou encore Faravohitra, ont accepté de venir à pied à Soamandrakizay, sinon le nombre de véhicules aurait bien augmenté, alors que l’espace est très limité. L’objectif étant de limiter voire éviter les embouteillages. En dehors des voitures transportant les pèlerins et les véhicules des invités de marque, toutes les voitures personnelles ne seront donc pas admises à Soamandrakizay », précise le directeur de l’ATT (Agence des transports terrestres). Il faut noter que les heures d’entrée de ces voitures seront également limitées entre une heure de l’après-midi du samedi et 5 heures du matin du dimanche. En dehors de ces heures, elles ne pourront plus accéder au site. Les routes accessibles sont notamment celle rattachée à Tsarasaotra et la route reliée à Antanandrano. En tout cas, pour faciliter le suivi de la grande messe de dimanche, 32 écrans géants seront installés dans les quatre coins des lieux.  Rova Randria

La Vérité0 partages

Expulsions de Malagasy aux Comores - Une enquête en cours…

Photo d'illustration prise sur Inertet

Un sujet polémique sur la toile, ces derniers jours. Une vingtaine de ressortissants malagasy ont récemment été expulsés des Comores à cause de leur situation irrégulière. D’autres versions ont toutefois été véhiculées sur les réseaux sociaux, en avançant que ces Malagasy s’y seraient rendus pour les vacances. Mais une fois sur place, leurs papiers auraient été confisqués avant qu’ils seraient enfermés dans un endroit pendant des heures, sans explication. Informé sur ce refoulement, le ministère des Affaires étrangères (MAE) vient d’informer, à travers un communiqué en date d’hier, qu’une enquête est actuellement en cours en collaboration avec les autorités comoriennes. Ceci dans le but d’établir la véracité des faits. « Il ressort des échanges avec les autorités comoriennes qu’une partie des ressortissants malagasy concernés par ces mesures a été refoulée, faute de visa. Par ailleurs, d’autres personnes sont effectivement détentrices de visa mais ne disposent pas d’un titre de voyage pour leur retour. En effet, l’existence de ce titre de voyage est requise pour tout voyage de court séjour à l’étranger. Après consultation entre les deux pays, les enquêtes continuent tant aux Comores qu’à Madagascar afin d’éclaircir la situation et assurer le respect des réglementations en vigueur en cas d’expulsion », communique le MAE. 

« Allégations fallacieuses » Pour sa part, le ministère des Affaires étrangères et de la Coopération internationale chargée de la diaspora a tenu à apporter un démenti catégorique. Ce département qualifie même d’« allégations fallacieuses » les faits relayés sur certains sites « peu crédibles », toujours selon ses dires, faisant état d’une traque des ressortissants malagasy aux Comores. « Le ministère tient à réaffirmer son profond et indéfectible attachement à la liberté de circulation dans un cadre légal et règlementaire entre les deux pays… La récente rencontre du ministre comorien des Affaires étrangères, Souef Mohamed El-Amine, avec son homologue malagasy, Naina Andriantsitohaina, en marge des travaux de la TICAD 7 au Japon, témoigne de la détermination commune à franchir un nouveau palier dans les relations entre les 2 pays. La tenue en octobre prochain de la Commission mixte Comores-Madagascar permettra d’approfondir ces discussions et d’aborder de nombreux sujets d’intérêts communs, notamment l’allègement des conditions de séjour de nos ressortissants respectifs… », informe le ministère comorien, dans son communiqué de presse en date de mardi dernier. Quoi qu’il en soit, l’on attend les résultats de l’enquête…Recueillis par Patricia Ramavonirina

La Vérité0 partages

Pièces maîtresses

L’Exécutif réuni en Conseil de Gouvernement, tard dans la soirée du 14 août 2019, a finalement tranché sur le sort des communales et les municipales. En effet, le Gouvernement exauçant les vœux de la CENI prit le décret de convocation des 10,3 millions d’électeurs pour le 27 novembre 2019 selon le chronogramme qui lui a été proposé (par la CENI). Trois importants décrets ont été pris : le premier décret porte sur la convocation pour le 27 novembre des électeurs des communales et des municipales, le second sur la fixation des modalités d’organisation des élections et le troisième décret concerne la fixation des montants à payer par chaque candidat et la liste des candidats admis à participer. Le décor est ainsi planté, il appartient désormais aux « intéressés » de prendre leurs dispositions. Ils ont jusqu’au 12 septembre pour déposer leur candidature. Les états-majors politiques peaufinent les stratégies. Il s’agit avant tout de trouver le ou les candidats crédibles et aptes à décrocher la … cagnotte. Ce n’est pas toujours évident! La formation présidentielle, l’IRD, prend très au sérieux l’affaire. L’établissement des listes de candidats passe par des critères stricts notamment dans les circonscriptions où les enjeux et les défis à relever prennent l’allure d’une affaire nationale. Les cas d’Antananarivo-Ville (la Capitale), d’Antsirabe et les 5 chefs-lieux des Faritany focalisent l’attention. En tout cas, les 1693 communes urbaines et rurales que compte le nouveau découpage de Madagasikara selon la loi 2015-392 représentent toutes des importances majeures pour le nouveau régime. Depuis 1958, à la naissance de la République Malagasy, les Collectivités  territoriales décentralisées (CTD) assuraient à  la base le bon fonctionnement administratif de l’Etat.

Le régime PSD, de l’époque, misait beaucoup sur l’efficacité des maires. En faveur grâce aux contacts directs avec la population les CTD, porte-parole du pouvoir, jouissent de la puissance publique et appliquent à la lettre les consignes du pouvoir central. Durant la deuxième République, les Vondrombahoaka Itsinjaram-pahefana (VIP), du Fokontany au Faritany, en passant par les Firaisam-pokontany et les Fivondronampokontany faisaient fonction de relais entre le pouvoir central et le peuple. Le régime socialiste de l’Amiral rouge Ratsiraka misait fondamentalement sur ces VIP. D’ailleurs, aucun des Firaisampokontany ou des Fivondronampokontany  n’échappe aux couleurs de l’AREMA. A l’avènement de la troisième République et le début de la quatrième République, les CTD (Communes) réapparaissent. Les régimes TIM et HVM firent des pieds et des mains pour avoir le contrôle sur les communes  sur toute l’étendue du territoire national. En 2015, les barons aux cravates bleues ne se gênaient point à traficoter les résultats des communales. Maintenant, l’IEM conquit le pouvoir. Rajoelina Andry et son équipe sont conscients  de la nécessité d’avoir la haute main sur des élections libres et crédibles au niveau des communales et les municipales. Les Maires des Communes (urbaines ou rurales) étant aux commandes des administrations de proximité, ils sont appelés à jouer un rôle capital dans la concrétisation à la base des objectifs fixés par l’IEM. Toutes les stratégies correctes et honnêtes se trouvent sur la table afin de remporter au  maximum  la bataille. Dans le rouage du système du nouveau régime pour traduire en actes les Velirano et mettre sur les rails la PGE, les communes jouent le rôle de pièces maîtresses.

Ndrianaivo

La Vérité0 partages

Nicolas Dupuis incertain, stade de Mahamasina compromis - Les Barea mal barrés

Plaisanterie de mauvais goût. Le nouveau président de la Fédération Malagasy de football (FMF), Raoul Arizaka Rabekoto, a très mal choisi le moment de faire de l’humour avec les journalistes. Du moins, si l’on tient pour vrai son explication selon laquelle c’était juste pour plaisanter qu’il avait feint de ne pas connaître le coach de l’équipe nationale, Nicolas Dupuis, lors de sa première rencontre avec la presse, avant-hier, après sa prise de fonction à la tête du football malagasy,.  Dans tous les cas, bon nombre de supporters des Barea  -  lesquels ne sont pas seulement constitués par des férus du ballon rond  -  n’ont pas du tout digéré cet humour mal placé sur un sujet qui leur tient à cœur au plus haut point. Beaucoup d’entre eux sont convaincus  que le nouveau locataire  d’Isoraka avait bel et bien fait semblant de ne pas connaître Nicolas Dupuis, mais c’était pour signifier le peu de considération qu’il accorde à celui-ci, comme le confirme d’ailleurs la réponse à la question qui a été posée. « …hoatry ny olona rehetra » (comme monsieur tout le monde, traduction libre), s’est exprimé Raoul Arizaka Rabekoto au sujet de celui qui fut élu meilleur coach de la dernière Coupe d’Afrique des Nations (CAN), après avoir été élevé Chevalier de l’Ordre  national malagasy par le  Président de la République en exercice.  Tout ceci pour dire que la reconduction du contrat de Nicolas Dupuis à la tête des Barea est loin d’être évidente, pour ne pas dire incertaine, contrairement  à ce qu’espéraient les  millions de citoyens qui avaient suivi le périple au pays des pyramides de leur équipe nationale. La nouvelle équipe de la FMF, son président en tête, est-elle consciente qu’en remettant en cause le sélectionneur de l’équipe nationale malagasy, version CAN 2019, elle risque de se mettre à dos tout un peuple encore subjugué par cette grande première dans l’histoire du football du pays ? D’aucuns estiment qu’il s’agit là, de la part du nouveau président de la FMF, d’une susceptibilité mal placée par rapport à l’annonce faite par Andry Rajoelina, dès juillet 2019, de la poursuite de la collaboration avec Nicolas Dupuis.

A charge de revancheMais comme un malheur n’arrive jamais seul, l’une des perspectives qui avait mis le baume au cœur, pas seulement des footeux mais des sportifs en général, risque aussi d’être remise aux calendes grecques. «  Important mais pas prioritaire », c’est ainsi que les dirigeants de la Commune urbaine d’Antananarivo (CUA) ont en effet qualifié le projet de réhabilitation du stade de Mahamasina, annoncé par le Président de la République dans la foulée de l’accueil des Barea, suite à leur mémorable prestation lors du dernier CAN. Cette cinglante réplique, publiée le plus officiellement du monde par la cellule de Communication de la CUA (laquelle, décidément, est chargée des « basses besognes » ces derniers temps), fait suite à ce que l’équipe de la mairie de la Capitale considère comme une indélicatesse du pouvoir central  à son endroit, lorsque des émissaires de celui-ci se sont pointés inopinément au stade de Mahamasina pour une visite des lieux dans le cadre du projet suscité.  Tel qu’il est rédigé, le Communiqué de la Mairie, au lieu d’un simple rappel des procédures à suivre,  semble remettre en cause les travaux en eux-mêmes, du moins leur opportunité.   Mais la friction entre les deux entités,  CUA/pouvoir central, va encore monter de plusieurs crans lorsqu’un hélicoptère de l’Armée va survoler le stade au centre du litige, en vue d’un atterrissage forcé pour l’une, d’un exercice de simulation pour l’autre. Un autre cap est franchi avec l’interpellation de ceux qui ont relayé et interprété à leur manière ce fait, lesquels se trouvent être des  proches de la CUA. Il n’en faut pas plus pour que certains esprits mesquins au sein de cette dernière succombent à la tentation de compromettre le projet présidentiel suscité en lui mettant les bâtons dans les roues, juste à charge de revanche.  C’est dans cette atmosphère malsaine que les Barea attendent leurs prochains rappels pour les compétitions dans lesquelles ils sont engagés, à savoir le CHAN (Championnat d’Afrique des Nations) et les éliminatoires de la Coupe du monde 2022 au Qatar. Des Barea mal barrés avec un coach sur lequel plane un énorme point d’interrogation et un  temple de football encore à l’état de « champ de patates », aux dires de certaines équipes visiteuses, mais dont la réhabilitation ne doit pas être à l’ordre du jour pour certains. Hery Mampionona

La Vérité0 partages

Elections communales - Un député de la Diana n’en fait qu’à sa tête

Il a rejoint de son propre gré le groupe parlementaire IRD mais refuse de se conformer aux règlements intérieurs de celui-ci. Il, c’est un député indépendant de la Région Diana qui ne semble pas faciliter la tâche aux responsables de l’IRD dans la préparation des prochaines élections communales dans le District d’Antsiranana II. Toujours selon nos sources, le parlementaire dont il est question en dépit de l’accord trouvé entre lui et les autres entités de l’IRD sur le choix des candidats à présenter à ces prochaines élections dans ledit district n’en fait qu’à sa tête. Il s’est ainsi permis de désigner des candidats au nom de sa propre association dans différentes Communes telles que Bobasakoa, Ramena, Andrafiabe, Antsalaka, Ambolobozobe, Mangaoko. Tous les candidats que ce parlementaire a choisis sont des maires en exercice et dont la plupart sont malheureusement trempés dans des affaires de corruption, de détournement de deniers publics, de trafic de bois précieux, de vente illicite de terrains.

Autre point commun des candidats choisis par ce député leur appartenance au parti HVM. Du coup, l’on ne peut s’empêcher de demander à quel jeu joue ce parlementaire ? En tout cas, il paraît évident qu’il n’agit pas seul et que quelque part dans sa démarche politique, il est soutenu par un ou des barons du HVM et ce, dans un but bien précis. Le choix de ces communes n’est pas fortuit. Faut-il rappeler qu’à un moment donné, sous le régime précédent, le terrain militaire de l’Orangea dans la Commune rurale de Ramena a fait l’objet de convoitise de la part du fils de Hery Rajaonarimampianina. Si c’est dans le but de cacher les magouilles et malversations en tout genre, enregistrées dans ces communes durant le régime précédent, est la raison de cette volte-face de ce parlementaire et bien il se goure. B.Bill

La Vérité0 partages

Arnaques via des appels depuis l’étranger - Des vols de crédit déguisés selon la Police

 Depuis un certain temps, des appelants domiciliés à l’extérieur ont trouvé un nouveau moyen pour voler du crédit de certains clients des différents opérateurs en téléphonie  mobile locale. Le stratagème de ces malins s’avère simple mais gare à ceux  tombant dans leur piège et verront alors leurs crédits épuisés en quelques secondes seulement. Face à cette situation, le département de la cybercriminalité de la Police nationale, à Anosy, est sorti du silence. Le  commissaire Hyacinthe, chef de ce service, s’exprime ainsi : « Cela fait assez longtemps que le phénomène décrit plus haut existe. Mais ce n’est qu’aujourd’hui qu’il commence à gagner du terrain au pays », déclare-t-il. Pour la Police, le but de ces individus malhonnêtes est de voler simplement votre crédit. Au commissaire Hyacinthe d’ajouter que le procédé est des plus simples. « Cela commence  par un  simple bip. Et lorsque la victime restée au pays mord à l’hameçon car elle croit voir une chose d’intéressant  avec le numéro étranger. En tentant de le rappeler, elle verra tout son crédit épuisé », commente le patron du service de cybercriminalité.

Une victime de la place  raconte : « J’ai répertorié ces numéros. Ils viennent de certains  pays d’Afrique de l’est ou de l’ex-Europe de l’Est. Le plus dangereux, c’est que lorsque vous rappeliez, celui qui se trouve à l’autre bout de la ligne pourra copier le répertoire de vos contacts personnels en quelques secondes seulement », confie une jeune bureaucrate. Une autre confesse : « Je ne m’étais aperçue que tardivement le fait que mon interlocuteur détourne votre attention sur son principal but avec une conversation inutile. »  Seul bémol, la Police assure n’avoir reçu aucune plainte des victimes de cette arnaque, du moins pour le moment. De leur côté, les opérateurs téléphoniques conseillent les victimes de s’en remettre rapidement à la Justice. Malheureusement, on ignore si ces conseils avaient été suivis ou non.Face également à d’éventuel risque de voir le phénomène s’aggraver, les Forces de l’ordre sensibilisent les gens à être vigilants lorsqu’ils devront se trouver devant de telle situation, c’est-à-dire lorsqu’un numéro de pays étranger tente de les contacter.  En bref, il s’agit tout simplement d’une nouvelle forme d’arnaque qui a fait déjà des victimes dans le pays en cette ère de l’avancée de la technologie des télécommunications. F.R

Madagate0 partages

Fleury Rakotomalala ou la fuite en avant d'un illettré qui s'ignore

Voyez ce qui entoure ce triste imbécile: une limousine hors de prix pour les planqués “gasy kely” de l'Hexagone, immatriculée en France, et une épouse charmante qui perd son honneur du fil du temps

Je n'aurai pas parlé de ce minable personnage si ses fans planqués («mi-klandy») dans l'Hexagone -se rabaissant eux-mêmes, en se définissant comme “gasy kely”-, “vazaha taratasy” ou non, n'avaient pas impliqué mon nom dans des commentaires à propos du sieur Fleury Rakotomalala dont ils ignorent tout. Ce dernier, résidant actuellement en France, s'ignore lui-même et, aveuglé par on-ne-sait quels démons du complexe tous azimuts (infériorité, supériorité), ignore jusqu'aux lois françaises en matière de liberté d'expression. C'est bien la preuve flagrante que nous avons affaire à un illettré qui croit dur comme fer qu'il est grand copain du président Emmanuel Macron et que là-bas, Andafy, il peut tout se permettre. Erreur! Déjà, M. Macron ne sera pas éternel à son poste et la nationalité française d'un étranger peut être rejetée dans l'espace et dans le temps pour crime grave qui déshonore Marianne.

Sur un autre plan, ce Fleury Rakotomalala vient tout simplement d'hypothéquer l'avenir de sa fille Marina -innocente, de nos jours, des élucubrations de son géniteur-, mais qui portera, dès sa majorité, le lourd poids des poubelles des histoires haineuses de (triste) sire Fleury. En ce qui concerne son épouse, elle est déjà à plaindre car il est certain qu'elle n'est pas d'accord avec ce mari qui parle plus qu'il ne pense et doit se marrir avec ses parents, amis et autres connaissances ayant déjà quitté le navire de la diffamation gratuite d'un symbole de la république de Madagascar. Qui est ce bonhomme à la physionomie d'un Elmer des BD au côté de Duffy duck?

Né le 9 septembre (bientôt son anniversaire alors) il y a bientôt une cinquantaine d'années, il a fréquenté l'université d'Ankatso dès 1984 pour en sortir en 1989 avec une maîtrise en géographie et une autre en économie. Le reste de son cursus n'est qu'une série de formation en cycles courts et de fait un point d'honneur de dire à qui veut l'entendre qu'il possède un “Master class on negociation” à travers le “Program on negociation”, une formation destinée aux auditeurs libres de la “Harvard Law School”.

Entre-temps, dans un CV qu'il n'a pu escamoter, il prétend être, depuis 1987, CEO (Chief executif officer) ou P-Dg en français, d'une société dénommée Eurotech SB que très peu de personnes connaissent, à part sur une page Facebook créée le 2 mars 2017. En 1989 et jusqu’à présent, il se targue d'être le CEO d'un groupe de sociétés fusionnées dans cet invisible Eurotech Sb, qui oeuvre dans le pétrole, l'énergie, les finances et le développement et, cerise sous le gâteau, il se prétend être le manager de fonds souverains. Des mots-tiroirs que les gogos peuvent mettre à toutes les sauces de l'escroquerie internationale. Certes, il existe bien une société Eurotech mais qui a été créée le 15 novembre 2012 à Entrange en France, qui s'occupe de tous les travaux de bâtiment intérieur. Vous voyez ce Fleury Rakotomalala en maçon? Non, mais en franc-maçon, peut-être. Car il se sent si protégé...

Et c'est tout pour son cursus professionnel. Il a plutôt mis un accent sur son parcours socio-sportif. Ainsi, à la fin des années 1990, il fut président d'honneur de l'association des natifs de Mahajanga, la FIZAMAMI (FIkambanana ZAnaky MAhajanga Mitambatra). Ce Fleury Rakotomalala semble bien démontrer qu'il adore ce titre éphémère. Lisez plutôt :

1990-1994 : Président d'honneur de la FIZAMAMI

1995- 1998 : Président d'honneur de l'AS St Michel Hand-Ball; Président d'honneur de l'ASCUM Basket-ball et Président d'honneur de l'AS COSMOS SECREN

2003-2005 : Entraineur cadets AS Saint Gratien Hand-ball et Formation de coach de tennis à Enghien les Bains.

C'est tout ? Oui. Puis, c'est le black-out total sur le personnage. Jusqu'en 2013, année où il se porte candidat à l'élection présidentielle, proposé par le parti MIAMI pour “Miami Miaraka aminay ny Malagasy” (Les Malagasy ensemble avec nous), inconnu jusque-là. Au passage, signalons qu'il y avait aussi un candidat du nom de Fleury Rabarison Lezava présenté par le parti Harena. Selon ce Miami, leur champion était un “candidat sans tache, jeune, nouveau dans l'univers politique”. Malheureusement, il fut recalé avant même d'avoir participé. La raison? Puisqu'il est “sans tache”, qu'est-ce qui l'empêche de nous la dire à travers ses vidéos extraordinairement diffamatoires dont il a le secret ? Puis, c'est le silence radio jusqu'en 2017, année de l'élection présidentielle en France.

Fleury Rakotomalala fonda à Antananarivo, un comité de soutien à Emmanuel Macron dénommé “Antananarivo en marche”. Car il est vrai que c'est bien dans la Capitale que résident la majorité des ressortissants français répertoriés à Madagascar. Juste après la victoire d'Emmanuel Macron, voici ce qu'il avait pensé du régime Rajaonarimampianina/Hvm : “A Madagascar, le mal est beaucoup plus profond et les responsables on les connaît, et on les voit, ce sont nos dirigeants actuels, depuis le sommet au niveau des acolytes de la République. Quelques hommes et femmes commandent la nation actuellement et font la pluie et le mauvais temps (les beaux temps exclusivement pour les apparatchiks du pouvoir). Tous les coups, toutes les opérations, toutes les magouilles, tous les montages et tout ce qui est valorisant: législation, lois foncières, Air Madagascar, JIRAMA... En parallèle le peuple vit dans la misère, dans la pauvreté, dans l'insécurité, dans l'expectative et dans le désarroi sans qu'il espère un lendemain brillant et rassurant”.

Et, sans sortir de l'ornière de sa déception de ne pas avoir pu être vrai candidat en 2013 -et de ne pas avoir été récompensé par son “ami” Macron malgré tous les efforts qu'il a fourni-, Fleury Rakotomalala a jeté sa rancœur sur Andry Rajoelina, président de la république de Madagascar, élu au suffrage universel donc reconnu par la communauté internationale. Plutôt que de verser dans l'utilisation de mots faciles de ce Fleury qui finira bien par savoir ce qui rend célèbre la localité de Fleury-Mérogis en France, parlons plutôt de cette liberté d'expression que des tas d'idiots utilisent pour dire vraiment tout ce qui leur passe par la tête. Notre Fleury bientôt flétri résidant en France, au lieu de persister à se croire invincible, devrait se pencher sur ce qui suit, inscrit dans le droit français.

La liberté d'expression est définie par la Déclaration universelle des droits de l'Homme de 1948 qui dispose que «Tout individu a droit à la liberté d'opinion et d'expression, ce qui implique le droit de ne pas être inquiété pour ses opinions et celui de chercher, de recevoir et de répandre, sans considération de frontières, les informations et les idées par quelque moyen d'expression que ce soit». Avec cela donc, n'importe quel individu se croit autorisé à dire et/ou écrire n'importe quoi. Toutefois, puisque les droits n'allant jamais sans devoirs et/ou obligations, il existe bel et bien des restrictions et des limites à la liberté d'expression. Oui.

Ainsi, d'après l'article 19 du Pacte international relatif aux droits civils et politiques adopte? en 1966, elle peut «être soumise à certaines restrictions, qui doivent toujours être prescrites par la loi et être nécessaires». Et la Cour européenne des droits de l'homme (CEDH) énumère les restrictions que les États sont en droit d’apporter à la liberté d’expression. Ces restrictions doivent être fondées sur:

• l'intérêt public : sécurité nationale, intégrité territoriale, sûreté publique, défense de l’ordre et prévention du crime, protection de la santé, protection de la morale, etc.

• la protection de la réputation ou des droits d’autrui: protection des informations confidentielles, protection du droit à l'image, protection de la présomption d’innocence, etc.

Exemples de limites à la liberté d’expression

• Le devoir de réserve des agents publics, qui doivent faire preuve de neutralité;

• la protection des personnes et des droits de la personnalité ? : la diffamation, l'injure, l'atteinte à la vie privée, la provocation à la discrimination, à la haine ou à la violence, l'apologie des crimes de guerre, des crimes contre l'humanité, des crimes de réduction en esclavage ou d'exploitation d'une personne réduite en esclavage ou des crimes et délits de collaboration avec l'ennemi, la négation, la minoration ou la banalisation de ces crimes (articles 29 et suivants de la loi du 29 juillet 1881), etc.;

Plus encore, voici ce qu'en pense Me Guillaume Jeanson, avocat au barreau de Paris et porte-parole de l’Institut pour la Justice (IPJ).

Certains les insultent, leur manquent de respect... Peut-on vraiment insulter le président de la République ? Certainement, mais ce n'est pas sans risque..

Si le délit d’offense au chef de l’Etat a été définitivement supprimé en août 2013, certaines de ses dispositions persistent, souligne Maître Jeanson, qui y voit "une certaine forme d’hypocrisie". "Dans les faits, les infractions qui pouvaient être condamnées en invoquant le délit d’offense au chef de l’Etat sont toujours répréhensibles : elles tombent sous le coup de l’injure ou de la diffamation", explique-t-il. L'article 29 de la loi du 29 juillet 1881 sur la liberté de la presse définit l’injure comme "toute expression outrageante, termes de mépris ou invective qui ne renferme l’imputation d’aucun fait". La diffamation y est décrite comme "toute allégation ou imputation d’un fait qui porte atteinte à l’honneur ou à la considération de la personne ou du corps auquel le fait est imputé". "La différence entre injure et diffamation réside donc, juridiquement parlant, dans l’intention de l’individu mis en cause pour ses déclarations", analyse l’avocat.

Pour injure à l’encontre du président de la République, vous pouvez écoper d’une amende montant jusqu’à 12 000 euros, sans compter les éventuels dommages et intérêts qui peuvent être demandés. Ici, pas de traitement de faveur pour le président. En revanche, en cas de diffamation, la situation se complique. "Comme l’indique l'article 31 de la loi du 29 juillet 1881 sur la liberté de la presse, la diffamation du président ou de ses ministres constitue une infraction répréhensible particulière. Dans le pire des cas l’amende peut monter jusqu’à 45 000 euros, sans compter les éventuels dommages et intérêts", indique Me Jeanson. “A titre de comparaison, l’amende pour diffamation d’un citoyen "lambda" monte jusqu’à 12.000 euros”, souligne-t-il. "Pour le président de la République, elle est donc largement alourdie", poursuit-il.

“Pas besoin d’être en face d’Emmanuel Macron quand vous l’insultez pour courir le risque d’une amende. Un simple commentaire au pied d’un article peut faire l’objet de poursuites judiciaires”, estime Me Jeanson. "Même une insulte glissée dans une boucle de mail peut tomber sous le coup de la diffamation, bien qu’il s’agisse d’une diffamation privée. Elle est donc punie nettement moins sévèrement", souligne Me Guillaume Jeanson.

Alors, touche pas à ta “liberté d'expression”, Môssieur Fleury? Que tu le veuilles ou non, Andry Rajoelina est un collègue, un pair d'Emmanuel Macron. C'est aussi un symbole de la République. Et Madagascar n'est pas la France... Aussi, continue toujours ta fuite en avant d'illettré en proférant des insultes. Il en restera toujours quelque chose.

A suivre, car personne ne dit que la loi malagasy ne va pas suivre celle de la France, dans ce domaine d'insultes et diffamations à Chef d'Etat. Ce ne sera pas un scoop en tout cas.

Jeannot RamambazafyÉgalement publié dans «La Gazette de la Grande île» de ce 4 septembre 2019

Midi Madagasikara0 partages

Film : «Mahazo tsirony» : à dévorer des yeux !

Tena mbola mahazo tsirony eee ! Qui ne connaît pas cette chanson qui a fait le tour de la Madagascar depuis deux mois. Interprété par le rappeur Tsota, le morceau est, en fait, la bande originale du film produit par Maki Pro. En ce jour de sa sortie officielle ! « Mahazo tsirony » est un film qui raconte l’histoire de deux jeunes qui s’aiment. Mais, leur vie n’est pas tout à fait rose. Ils rencontrent des difficultés.

Écrit par Laingo Ramanantenasoa, « Mahazo tsirony » dure plus de deux heures. Maki Pro est connu pour ses films humouristiques, mais, cette fois-ci, les réalisateurs ont produit un film d’amour. Alors, les émotions et le suspens seront certainement au rendez-vous. En outre, des acteurs talentueux comme Bryan (Luc), Mamy Ny Aina (Raïssa), Sahondra (Maman de Luc), Gégé Rasamoely  (le père de Luc), Salema (le père de Raïssa) jouent des rôles principaux dans le film.

Selon la responsable de la communication de Maki Pro, le DVD de « Mahazo tsirony » sera en vente dans toutes les régions de Madagascar.

Iss Heridiny

Midi Madagasikara0 partages

Fédération Malgache de Football : Les commissions sont déjà en place !

La première réunion du comité exécutif de la Fédération Malgache de Football n’a pas du tout chômé. Dès hier en effet et à la suite des votes, toutes les tâches sont réparties entre les membres et même avec des personnes externes mais appelées en raison de leur compétence particulière notamment pour la présidence de la Commission Juridique.

Pour le reste, le président Arizaka Rabekoto Raoul n’a pas fait traîner les choses en mettant chaque membre devant ses responsabilités dans l’unique but de remettre les choses à leur place pour mieux cerner les activités qui attendent la FMF.

Il a donc suffi d’une matinée pour partager les missions suivant les règles démocratiques car chaque poste se décide au vote. Preuve si besoin est que Arizaka Rabekoto Raoul mise sur une gestion transparente des affaires de la fédération.

Les 10 membres du comité exécutif ont été donc répartis dans différents domaines relatifs au fonctionnement de la FMF dont voici la composition :

 – 1er vice-président : Victorien Andrianony – 2ème vice-président : Alfred Randriamanampisoa – 3ème vice-président : Lucien Randrianantenaina – Commission technique : Eric Raveloarison – Commission Marketing et Communication : Jocelyn Razafimamonjy – Commission Beach Soccer : Lay Mein Alexendre – Commission Jeunes : Mario Raherimino – Commission Football féminin : Sandrine Andriatsimialona – Commission Finances : Andriamiaramisaina – Commission Médicale : Victorien Andrianony – Commission Organisation des compétitions : Alfred Randriamanampisoa – Commission Centrale des Arbitres : José Andriantianarivelo – Commission Statut des joueurs : Jaonarisoa – Commission Licences des clubs : Lucien Randrianantenaina

Clément RABARY

Midi Madagasikara0 partages

Réunion des centres qui s’occupent des personnes ayant un handicap mental : Vers la mise en place d’u...

Sous l’initiative de l’association «Les Orchidées Blanches» , une réunion s’est tenue hier à Androhibe afin de voir ensemble les difficultés rencontrées par les différentes associations qui s’occupent des personnes souffrant de troubles psychiques. Ceci permettra de mettre en place de nouvelles stratégies pour améliorer la qualité de la prise en charge.

Vingt associations qui s’occupent des personnes avec des handicaps mentaux ont assisté à cette réunion. « Il est temps de s’unir pour mener ce projet ensemble dans l’intérêt des personnes souffrant d’un handicap mental » a expliqué la coordonnatrice des Orchidées Blanches, Mme Andrianarivony Faralalao. Actuellement, les personnes présentant un handicap psychique représentent 3% de la population du pays selon le représentant de l’UNAFAM (Union nationale des associations œuvrant pour les personnes handicapées mentales de Madagascar) ; « or, il n’existe actuellement que 20 associations qui se dévouent pour ces personnes malades dans le pays » a ajouté Mme Andrianarivony.

Mise en place d’un réseau. Les personnes handicapées ne peuvent pas toutes être reçues au sein du centre médico-éducatif «Les Orchidées Blanches» , ce qui requiert la mise en place d’un vaste réseau sur l’ensemble du pays et ce avec la collaboration de toutes les autres associations. Voilà l’objectif de cette réunion toujours d’après les responsables rencontrés sur place. « Nous allons essayer d’adopter une politique nationale pour mieux venir en aide à ces personnes et ensemble, nos moyens deviendront plus importants » a continué à expliquer la coordonnatrice des « Orchidées Blanches ».

Les formateurs. Un autre problème soulevé aussi lors de cette rencontre avec les responsables de l’UNAFAM est le manque de formateurs au sein des centres qui prennent en charge les personnes avec des handicaps mentaux. « Les équipes des centres doivent comprendre des formateurs et éducateurs. Notre souhait est donc qu’il y ait une formation des formateurs chaque année » nous ont-ils confié. Un problème qui pourrait être réglé étant donné qu’il existe des écoles spécialisées qui forment des éducateurs à Madagascar. Mais pour l’instant, les effectifs sont insuffisants pour pouvoir offrir un meilleur soin et un meilleur suivi aux personnes malades et handicapées psychiques.

La réunion qui a débuté à 9 heures du matin s’est poursuivie durant l’après-midi. Les décisions et les résolutions prises par l’ensemble des acteurs présents nous seront communiquées bientôt.

Anja RANDRIAMAHEFA

Midi Madagasikara0 partages

Andapa : Rangahy 60 taona mpanamboatra basy, voasambotra

Basy vita gasy efatra, niaraka tamin’ny fitaovana fanamboarana azy ireo no tra-tehaky ny zandary avy ao amin’ny Vondron-tobim-paritra Andapa, ny faran’ny herinandro teo. Rangahy lehibe iray efa ho 60 taona no voasambotra tamin’izany.

Nisy ny angom-baovao azo teo anivon’ny zandary mahakasika ny fisiana olona iray mpanamboatra sy mpivaroatra basy vita gasy ao amin’ny fokontany Antanimbaribe, kaominina Ambalamanasa distrika Andapa. Mba ho fampandriana fahalemana ao anatin’ny faritra Sava, dia nandray ny andraikiny avy hatrany ny tompon’andraikitra voalohan’ny Vondron-tobim-pileovan’ny zandary misahana iny faritra iny ka nampaniraka ireo teo ambany fahefany nidina tany an-toerana. Nisy tokoa araka izany ny vokatra, satria dia mbola teo am-pikononkononana  sy teo am-panamboarana ireo fitaovam-piadiana mihitsy ny lehilahy iray antsoina hoe J., izay fantan-daza any an-toerana amin’io resaka io no tra-tehaky ny zandary. Nosavaina avy hatrany ny tranony ary tamin’izany no nahitana ireo basy gasy  efatra niaraka tamin’ireo fitaovana isan-karazany fanamboarana basy sy bala marobe. « Tao anatin’ny famotorana dia niaiky ny heloka vitany io lehilahy io ary natolotra ny fampanoavana »  hoy ny vaovao. Tsiahivina, fa isan’ny melohan’ny lalàna manan-kery eto amintsika ny fanamboarana basy sy bala tsy ara-dalàna. Ary ireny olona ireny ihany koa no isan’ny mpamatsy basy ireo andian’olon-dratsy mpanao fanafihana mitam-piadiana; izay hita ho mirongatra tanteraka amin’izao. Tsy mitsahatra ny manentana hatrany ny olona izay manana angom-baovao mba tsy hisalasala hanambara izany moa ny  eo anivon’ny zandarimariam-pirenana. « Izany no antoky ny fahombiazana ,na izany na tsy izany,  dia miezaka hatrany ny Zandarimaria manakaiky ny vahoaka mba hahafantarana bebe kokoa ny olana misy, ary hamaha izany ao anatin’ny fotoana fohy mba ho fiarovana ny vahoaka sy ny fananany ».

m.L

Midi Madagasikara0 partages

Manomboka ny fitsarana miaramila eto Toamasina : Hosaziana araka ny làlana izay tsy manao izany

Efa ny volana jolay no namoaka ny teo anivon’ny prefektioran’i Toamasina, fa hisy ny fitsarana miamila amin’ity taona ity, ka raha ny filazana navoakan’ny prefektioran’i Toamasina hatrany, dia hosaziana araka ny lalàna ireo tovolahy 19 taona hatramin’ny 31 taona voalazan’ny lalàna manao izany, tsy tonga miatrika ity fitsarana miaramila hatao ity. Raha ny fandaharam-potoana, dia hanomboka anio 04 ary tsy mifarana raha tsy ny 06 septambra izao, ao amin’ny CEG Ratsimilaho Tanambao V ny an’ireo boriborintany dimy eto Toamasina I. Mizara maromaro kosa ny ao Toamasina II, ka ny ao Toamasina suburbaine dia hanomboka anio 04 septambra hatramin’ny 06 septambra no hanaovana azy ao amin’ny Kaominina Antetezambaro. Any amin’ny kaominina Fanandrana kosa ny an’i Toamasina II ilany atsimo; izay hanomboka ny 09 sy ny 10 septambra ho avy izao. Ho an’i Toamasina II “centre” kosa dia ao Ambodiriana no hanaovana izany ny 16 sy 17 septambra ho avy izao, ary Toamasina II tapany avaratra, dia ao Mahavelona Foulpointe no hanaovana azy ny 05 sy 06 septambra izao. Ankoatra izay, dia efa nisokatra ny alatsinainy 02 septambra ary hifarana anio 04 septambra kosa ny fitsarana miaramila ho an’i Brickaville.

Malala Didier

Midi Madagasikara0 partages

Grand Jeu Bouchon : Collaboration de deux grands  

Coca-Cola et Telma s’associent et organisent un « Grand Jeu Bouchon », du 24 Août au 04 Novembre 2019. Boisson gazeuse N°1 dans le monde, Coca-Cola collabore avec l’opérateur téléphonique numéro 1 à Madagascar. Selon Claudia Ravelonjato, Responsable production et partenariat : « Telma investit chaque jour afin de faire du Malgache un citoyen du monde digital. Le Numéro 1 des boissons gazeuses mondiales s’associe alors avec l’Opérateur Numero 1 à Madagascar pour rafraîchir et insuffler de l’optimisme et du bonheur à tous les Malgaches. 2 millions de bouteilles 100% gagnantes pour l’occasion, Coca-Cola et Telma ont mis les bouchées doubles cette année pour le jeu Coca-Cola Yellow Games, pour le grand plaisir de tous les Malgaches. 2 millions de lots et bonus seront à gagner pendant plus de 10 semaines de jeu ». Tous  les Malgaches  des quatre coins de la grande île, abonnés Telma, peuvent  participer au jeu.

D’après la responsable de production, le jeu est simple : « Se procurer une bouteille de Coca-Cola de 1 litre avec son bouchon spécial Yellow (jaune). Composer le #481# suivi du code inscrit sur le bouchon. Une fois le code envoyé, Coca-Cola et Telma récompensent immédiatement le consommateur avec soit des appels, des SMS ou des datas ou encore un pack de Coca-Cola 150 cl. Tout bouchon est gagnant. Dès activation du code, le consommateur participe automatiquement aux tirages au sort pour tenter de gagner entre autres 4 voyages pour 2 personnes à l’île Maurice, 2 abonnements à la Fibre Optique Home Telma pendant un an, 10  Smartphones Telma, 20 tablettes et 10 télévisions écran plat ». Les tirages au sort, se font  tous  les lundis, du 09 septembre au 04 novembre.

Propos  recueilli par Iss Heridiny

Midi Madagasikara0 partages

Infrastructures et équipements : Une politique nationale en cours d’élaboration, pour plus d’efficie...

Signature d’accord de partenariat sur la PNDIE, entre le MAHTP, l’OIT, le PAGE-GIZ et le Programme PROSPERER.

Pour la première fois, Madagascar aura sa Politique nationale des infrastructures et équipements (PNDIE). Disponible dès cette année 2019, cette politique vise la bonne gouvernance, la coordination et le développement.

Il ne suffit plus de construire. Il faut le faire de manière efficace et efficiente. C’est ce qu’a soutenu le ministre de l’Aménagement, de l’Habitat et des Travaux Publics, Hajo Andrianainarivelo, lors de la cérémonie de signature d’accord pour l’élaboration du PNDIE, hier à Anosy. En effet, il s’agit d’une grande première. D’après les explications, cet instrument de cadrage intersectoriel mettra fin aux mauvaises allocations des ressources qui n’ont que peu d’impacts sur la vie de la population et de l’économie. Plusieurs dimensions sont prises en compte dans l’élaboration de cette politique, incluant l’emploi, la qualité du capital humain, l’environnement, les changements climatiques, etc. De ce fait plusieurs partenaires sont engagés dans l’élaboration de cette PNDIE. Il s’agit de l’OIT (Organisation International du Travail), le Programme PAGE GIZ/PRCCC de la Coopération allemande, ainsi que le Ministère de l’Agriculture, de l’Elevage et de la Pêche, via le programme PROSPERER. « Madagascar figure parmi les pays les plus vulnérables au changement climatique. Froid, chaleur, pluies intenses, des saisons plus longues, etc. autant de facteurs ont des impacts conséquents sur différents secteurs comme la pêche, l’énergie, l’agriculture et les infrastructures. Les activités dans ces secteurs doivent donc être réadaptées au changement climatique. C’est la raison pour laquelle, nous sommes impliqués dans cette élaboration. Il faut que les infrastructures soient résilientes et permettent le développement du pays », a déclaré la coordinatrice de PAGE-GIZ.

Approche HIMO. Egalement présent à la cérémonie d’hier, le directeur de l’OIT pour Comores, Maurice, Seychelles et Madagascar a mis en avant le nouveau modèle d’approche structurée HIMO (Haute intensité de main d’œuvre) développée par l’OIT. D’après ses explications, ce système présente des bénéficies multiples. « Outre la réalisation de l’infrastructure, il y a la création d’emplois productifs, décents et durables. L’approche facilite également la transition des activités informelles vers le formel. Elle offre une redistribution de revenus et une réduction de coûts de construction, ainsi qu’un partage équilibré des marchés entre les petites et les grandes entreprises », a-t-il indiqué.

Projets géolocalisés. Certes, l’approche de l’OIT est plus bénéfique à la grande masse. Pour le ministre Hajo Andrianainarivelo, plusieurs aspects sont à considérer, dans le cadre de l’élaboration de la PNDIE, outre le principe de moindre coût. « Il faut un équilibre régional dans la construction d’infrastructures, faire en sorte qu’aucun territoire à Madagascar ne soit délaissé. En outre, des problèmes sont à régler au niveau des infrastructures routières. Bien que nous bénéficions de subventions, souvent des crédits à long terme d’un minimum de 20 à 30 ans, les routes construites dans ce pays ne durent pas plus de 10 ans. Dans certaines zones, il arrive que qu’une infrastructure fait l’objet de plusieurs financements et plusieurs appels d’offres. Désormais, tous les projets seront géolocalisés, pour qu’on puisse vérifier en un clic si jamais il existe un double financement. En conclusion, cette politique nationale PNDIE permettra de prendre en compte toutes ces dimensions. Nous avons encore de nombreux défis à relever. Avec la croissance démographique, les besoins en infrastructures sont également croissants », a expliqué le ministre. Bref, la mise en œuvre de la PNDIE apportera donc des solutions aux problèmes actuels des infrastructures et équipements à Madagascar.

Antsa R.

Midi Madagasikara0 partages

Amélioration de l’assainissement : La KOICA octroie 2,5 millions de dollars

Le protocole de financement a été signé entre l’UNICEF, l’ambassade de la République de Corée à Madagascar et le ministère de l’Energie, de l’Eau et des Hydrocarbures (MEEH).

L’Agence Coréenne de Coopération Internationale ou KOICA confirme son soutien  à l’endroit de Madagascar sur le plan social, notamment dans le secteur de l’assainissement. Un financement de 2,5 millions de dollars a été octroyé par l’agence en question pour “améliorer la santé” de 380 000 personnes : 190.000 femmes et 190.000 enfants à travers l’accès à des services d’hygiène  et d’assainissements. Entrant dans le cadre d’un programme de deux ans, l’initiative touchera deux régions de la Grande Île, à savoir l’Atsimo Atsinanana et la Vatovavy Fitovinany. Il conviendrait de noter que les régions bénéficiaires dudit programme se caractérisent par leur fort taux de défécation à l’air libre. Soit, respectivement des taux de 72% et de 64%. Si la moyenne nationale est de 40%. La mise en œuvre du programme entendrait également réduire le nombre de cas pratiques de la défécation à l’air libre dans les deux régions. Sachant qu’environ 1,7 million  de personnes seraient actuellement concernées et que la pratique affecte l’état nutritionnel et sanitaire de la population en général,  les initiateurs du programme ont opté pour l’approche de l’assainissement total piloté par la communauté ou ATPC/CLTS. Des activités seraient également au menu pour assurer des résultats pérennes.

Recueillis par José Belalahy

Midi Madagasikara0 partages

Comité pour la culture de la sécurité sociale : CNaPs et Ministère de la Fonction publique à Ambatond...

Vers la fin du mois d’août, la Caisse nationale de Prévoyance sociale (CNaPs) est descendue à Ambatondrazaka pour assurer la formation PPPS ou Programme de Promotion de la Protection Sociale. Cette formation a touché 63 participants : magistrats, avocats, professionnels de la presse, des syndicalistes, des employeurs et beaucoup d’autres encore. L’objectif était de renforcer la capacité de ces derniers en matière de protection sociale (allocations familiales, rente maladie, accident de travail ou pension de vieillesse).

Augmenter le taux de couverture. Actuellement, la protection sociale ne couvre que 15% de la population malgache, un faible taux qu’il convient d’améliorer selon le coordonnateur de projet Rakotondradano Hanitry Ny Aina. Ainsi, afin de sensibiliser davantage les travailleurs, l’équipe de la CnaPs a mis en place des guichets forains et des stands de proximité qui ont proposé le même service que dans les agences et antennes déjà déployées dans les 22 régions du pays. Lors de la descente à Ambatondrazaka, les stands mobiles ont été érigés dans les fokontany d’Ambohimasina, Avaradrova et Madiotsifafana. Les citoyens pouvaient s’y rendre afin de s’informer et obtenir des conseils relatifs à l’affiliation à la CNaPs.

Un grand nombre de visiteurs. Ce fut une surprise pour la CNaPs de constater que la protection sociale suscitait énormément d’engouement de la part de la population d’Ambatondrazaka. Pour le guichet tenu par le chef d’antenne de la CNaPs à Tanambe, Fanolaza Razafindrakoto et Patricia Razanamiadana du bureau central par exemple, ce sont près de 66 visiteurs qui y sont venus le premier jour et 70 le lendemain.

Anja RANDRIAMAHEFA

Midi Madagasikara0 partages

Festival du Cinéma chinois : Resserrement de lien culturel sino-malgache   

L’Ambassadrice de Chine à Madagascar ressert davantage la relation amicale et historique entre l’Empire du milieu et l’île Rouge.

Le festival du cinéma chinois a été inauguré hier au Plaza Ampefiloha et ne se terminera que le 5 septembre prochain. Pendant trois jours, les Malgaches vont découvrir la culture chinoise à travers ses films

La cérémonie d’ouverture du festival du cinéma chinois s’est tenue hier à 14 heures 30. A part les représentants  malgaches tels  la ministre de la Communication et de la Culture Lalatiana Rakotondrazafy-Andriatongarivo, la représentante de la présidente de l’Assemblée Nationale Anyah, des hauts dignitaires comme les ambassadeurs de l’Inde, de Maurice, d’Afrique du Sud et de l’union des Comores ont honoré de leur présence l’évènement.

Lors de son allocution, l’ambassadeur de Chine à Madagascar, YANG Xiaorong a souligné que : « le festival est pour renforcer l’amitié sino- malgache ». L’évènement a pour objectif précis de promouvoir les échanges culturels entre les deux pays. « Le développement de la relation est indissociable et le film est une plateforme particulière pour faire découvrir la culture. La tenue de ce festival va approfondir la compréhension entre les deux pays et permettre aux Malgaches de voir un aperçu de la vie chinoise à  travers ce festival », a ajouté la diplomate chinoise. A son tour la représentante de l’Assemblée nationale a remercié les organisateurs. « La culture chinoise possède une érudition vaste et approfondie depuis plusieurs années. Ce sont par le biais de ces films  que nous apprenons à découvrir la culture chinoise » a-t-elle précisé.

Les hauts dignitaires présents lors de la cérémonie d’ouverture.

Après la cérémonie d’ouverture, le film « Le roi singe » était diffusé à 15 heures. « Le roi singe » est l’une des plus célèbres légendes chinoises faisant partie des romans classiques connus des Chinois. Selon la légende, « Le Roi Singe créait la zizanie dans le ciel et même les guerriers célestes n’arrivaient pas à le dompter. Avec l’aide du Seigneur Lao Zi et du dieu Erlang, les meilleurs des généraux du ciel, le Roi Singe fut finalement capturé, mais rien ne pouvait lui faire de mal ».

En sortant de la salle, les spectateurs, dont la majorité est des Malgaches, ont une notion de la légende Chinoise. Plusieurs films seront publiés pendant le festival. Les amateurs de films chinois vont se régaler !

Zo Toniaina/ Iss Heridiny

Midi Madagasikara0 partages

Visite du Pape : Trêve politique requise

« Pape François : Semeur de Paix et d’Espérance » (Mpamafy Fiadanana sy Fanantenana). Telle est la devise de la visite du Saint-Père. En effet, le peuple malgache en général et les fidèles de l’Eglise Catholique Romaine (EKAR) en particulier espèrent que cette visite soit porteuse d’un nouvel espoir, face à la pauvreté et aux nombreuses difficultés socioéconomiques auxquelles la majorité des Malgaches fait  face quotidiennement. Quoi qu’il en soit, une trêve politique est de mise pour cette visite du Souverain Pontife. Pouvoir et opposition devraient se donner la main pour que cet évènement se déroule dans le calme et sans incident. En tout cas, sur le terrain, l’on commence à remarquer une collaboration, pas forcément franche mais en tout cas positive, entre les agents de la Commune Urbaine d’Antananarivo et l’équipe du pouvoir central,  notamment dans le cadre de l’assainissement au niveau du centre-ville, et dans l’organisation de la circulation avec les embouteillages causés par la réhabilitation des routes.

Demande. Il est temps d’enterrer la hache de guerre même provisoirement. En tout cas, le geste du Chef d’Etat-major Général de l’Armée Malagasy (CEMGAM), le Général Théophile Rakotonirina qui a envoyé une lettre au Maire de la CUA, Lalao Ravalomanana constitue un bon début pour cette trêve. Lundi dernier, le CEMGAM a envoyé une demande d’occupation de terrains parking et d’héliport temporaire. « Dans le cadre de la visite du Pape François à Madagascar, j’ai l’honneur de vous demander de bien vouloir nous autoriser à occuper les terrains parking d’Alarobia et du Coliseum d’Antsonjombe pour poser l’hélicoptère de cette haute personnalité durant les dates susmentionnées ». C’est ce que précise la demande. Une initiative prise certainement suite aux polémiques qui ont engendré la simulation d’atterrissage effectuée la semaine dernière au stade de Mahamasina.

Davis R

Midi Madagasikara0 partages

Développement : Cap sur l’agriculture numérique 

De grandes avancées sont déjà acquises par Madagascar, en termes de développement numérique. Dans l’ensemble des pays africains, les projets de développement s’orientent de plus en plus vers les technologies digitales. Favoriser l’espace numérique aidera à recentrer les priorités de développement du secteur agro-industriel de l’Afrique et à surmonter ses nombreux obstacles. Tel est l’objectif affiché lors d’une rencontre officielle de mercredi dernier, en marge de la 7ème Conférence internationale de Tokyo (TICAD). «L’agriculture numérique est la prochaine étape du développement économique de l’Afrique. Il y a des risques, certes, mais aussi des rendements intéressants; c’est le moment pour nous tous d’avancer dans cette direction », a soutenu Jennifer Blanke. Le séminaire tournait, en effet, autour de la création de marchés pour la numérisation de l’Afrique et était organisé conjointement par la Société financière internationale (International Finance Corporation – IFC) et la Banque africaine de développement (BAD).

Effets d’entraînement. Dans son intervention, le président du Groupe de la BAD, Akinwumi Adesina a évoqué une anecdote datant de l’époque où il était ministre de l’Agriculture du Nigéria. Un groupe de femmes l’avait abordé dans le hall d’un aéroport du nord du pays. Elles avaient tiré des téléphones cellulaires de leurs poches et l’avaient vivement remercié pour le « don », qui leur avait permis d’accéder à des données sur leurs appareils. Il s’agissait en fait de téléphones distribués aux agriculteurs et agricultrices, et ces femmes avaient fait référence à un système de portefeuille électronique leur permettant de recevoir des intrants subventionnés, que le ministre Adesina avait alors institué à leur intention. «J’aime beaucoup ce que la technologie a apporté à ces femmes », a-t-il déclaré devant un auditorium comble. Pour sa part, Michael Hail , directeur du Centre technique de coopération agricole et rurale (CTA), a indiqué que la technologie numérique est une condition préalable à la progression de l’agriculture sur le continent. «Sans transformation de l’agriculture, aucun développement n’est envisageable », a-t-il martelé. Par ailleurs, au cours de la rencontre, des investisseurs, des agriculteurs et des représentants des gouvernements ont passé en revue un large éventail de sujets intéressant l’économie numérique de l’Afrique, tels que des financements pour les agriculteurs, les goulets d’étranglement, l’alphabétisation numérique, les systèmes de paiement et les possibilités d’investissement.

Antsa R.

Midi Madagasikara0 partages

Manœuvre militaire : Un navire de guerre de la Marine coréenne à Toamasina

L’ambassadeur de Corée, LIM Sang Woo a effectué une visite de courtoisie auprès du ministre de la Défense nationale, le Général Rakotonirina Léon Jean Richard, hier. Une occasion pour les deux personnalités d’évoquer l’adoption de stratégies en vue du renforcement de la coopération militaire entre les deux pays. Désormais, les militaires malgaches bénéficieront de formations et stages de taekwondo. Par ailleurs, les 19, 20 septembre prochains, les forces navales de Madagascar et de la Corée participeront à une manœuvre militaire à Toamasina. D’après les informations, un navire de guerre de l’Armée navale coréenne, appelé, « Destroyer » participera à cette manœuvre. Un exercice rentrant dans le cadre de la mise en œuvre du projet de renforcement des capacités et des savoir-faire de la garde côte malgache.

Mutualisation. Faut-il rappeler que la lutte contre la piraterie maritime figure parmi les priorités du régime actuel. Pas plus tard que vendredi dernier, durant la 7e  édition de la Conférence internationale de Tokyo sur le développement de l’Afrique (TICAD 7), le président Andry Rajoelina a été désigné principal orateur lors de la conférence spéciale sur la coopération dans l’Océan Indien occidental. En effet, Madagascar en tant que la plus grande île en Afrique, a été désigné pour être le leader dans la lutte contre la piraterie maritime. Dans son allocution, le Chef de l’Etat a proposé une mutualisation des moyens pour une lutte efficiente contre ce fléau. Il a également réaffirmé sa volonté de multiplier les efforts pour défendre les frontières et les ressources maritimes de la Grande  Ile, mais aussi de développer l’économie bleue. Outre les manœuvres militaires, la Marine malgache sera aussi dotée de nouveaux équipements.

Davis R

Midi Madagasikara0 partages

Lifestyle : «Point d’Exclamation Lounge Bar» : mois de septembre bien rempli

Ambiance des grands jours au «Point d’Exclamation Lounge Bar» ces derniers mois.

Les soirées valent toujours le détour au «Point d’Exclamation Lounge Bar» à Analakely, devenue une place forte des nuits tananariviennes. La programmation de ce mois de septembre est déjà connue à l’avance pour satisfaire tous les noctambules de la capitale. En somme, il y a de la musique, du jeu et du sport. Cependant, chaque jour est une fête à l’Hôtel de l’Avenue, qui abrite ce lounge bar réputé. Le lieu offre, entre 17 h et 20 h, un happy hour avec le slogan « Achetez deux en obtenir un gratuitement ». Et il en va ainsi en achetant trois boissons, le client obtiendra deux gratuits.

Du lundi au samedi, c’est le « Poker night ». Pour les amateurs de jeux de cartes, la cave démarre à partir de 100.000 ariary. Par ailleurs, y participer se fait par invitation à la limite des places disponibles. Mais les meilleures soirées festives du «Point d’Exclamation Lounge Bar» restent les grandes rencontres sportives internationales. Tout le monde se souviendra pendant longtemps de l’ambiance qui y régnait lors des prouesses des Baréa de Madagascar durant la dernière Coupe d’Afrique des Nations en Egypte. Le lieu est devenu un point névralgique de tous les aficionados malgaches.

En attendant « la confirmation des matchs », selon les maîtres des lieux, le «Point d’Exclamation Lounge Bar» se prépare déjà à deux grandes affiches les 17 et 18 septembre. Au-delà du sport, c’est une véritable communauté conviviale et festive de gens aimant passer du bon temps que l’on retrouve sur place. Sans oublier une des meilleures cartes de la Capitale et des pizzas frôlant le gastronomique. L’ambiance musicale n’est pas en reste. Par exemple, le dimanche, le bar se convertit en « Twilight Sunday », avec du jazz et du blues. Le mercredi c’est du « Funky town ». Le karaoke se tient tous les lundis et mardis pour ce mois de septembre jusqu’à 22 h.

Maminirina Rado

Midi Madagasikara0 partages

Pétanque – Championnat Alaotra Mangoro : Dominique et Setra sacrés champions 

Les finalistes du championnat Alaotra Mangoro, qui s’est tenu le week-end dernier.

Le duo de Dominique et Setra était sacré champion de la ligue régionale Alaotra Mangoro de pétanque en doublette sénior, édition 2019. La compétition s’est déroulée au chef-lieu de la région ce week-end. Cette équipe du club d’Ambatondrazaka a battu Mam’Zelle et Bim, celle de Moramanga, sur le score de 13 à 7 en finale. Ils ont gagné les gros lots, tels que deux réfrigérateurs, deux rtéléviseurs écrans plats, des i-Phone et deux coupes. En plus, Dominique a remporté le trophée du meilleur joueur. Ce championnat a pu rassembler 40 équipes issues des deux districts et sous l’égide de la fédération malgache de la pétanque (FMP). Entre autres, deux arbitres nationaux, à savoir, Rakotondralambo Johan Eric et Olivier Henri Rabearizaka, ont assuré le bon déroulement de la compétition. Quant à eux, ils ont aussi gagné la coupe de meilleurs arbitres. « J’ai vu les compétences des joueurs d’Alaotra Mangoro. Ils ont de bon niveau technique et étaient bien encadrés, malgré le fait d’avoir été un peu indisciplinés au début » a expliqué Olivier Henri Rabearizaka, qui est lui aussi président de la section Tana Ville. Pour la ligue d’Analamanga, le championnat est encore en stand-by à cause de problèmes au niveau des dirigeants, même s’il y avait des sections qui ont déjà participé au championnat. « On ne se contente pas simplement d’une rencontre régionale, nous avons déjà réalisé quatre concours depuis le début de cette saison. La compétition continue pour Tana-ville » a-t-il ajouté.

Manjato Razafy

Midi Madagasikara0 partages

Une forte mobilisation dans le domaine de la sécurité

La visite du Pape François à Madagascar sera placée sous très haute sécurité. C’est tout le savoir-faire de nos forces de sécurité qui sera mis en exergue durant ce séjour du Saint Père dans notre pays. Il s’agit d’une opération d’envergure pour ne pas dire exceptionnelle car elle sera menée avec maestria tant sur le plan technique qu’humain. Ce ne sera pas une démonstration de force sans lendemain puisque le processus expérimenté sera utilisé bien après le départ du souverain pontife dans le cadre de la lutte contre l’insécurité.

Une forte mobilisation dans le domaine de la sécurité

Ce sont une dizaine de milliers de personnels des forces de sécurité : militaires, gendarmes et policiers qui seront déployés dans la ville d’Antananarivo et ses environs. L’état-major mis en place à l’occasion de cet événement a élaboré une stratégie adaptée pour les utiliser au mieux. Le défi est immense car il faut savoir gérer les déplacements des centaines de milliers de personnes qui vont venir et de les canaliser pour qu’il n’y ait pas de mouvements de foule intempestifs.  Les incidents qui pourraient se produire ont été répertoriés et les parades ont été étudiées et mises en pratique lors de répétitions.  Les zones à risque vont être quadrillées par des patrouilles. Des caméras de surveillance vont être installées (on parle de deux cents) et des drônes survoleront la Capitale. Les citoyens ne peuvent que se féliciter d e la présence rassurante de toutes les forces de l’ordre déjà en place dans les rues. Le gros du dispositif sera opérationnel dans les deux ou trois jours à venir. Les travaux de réhabilitation des rues de la Capitale continuent et occasionnent ces embouteillages monstres, mais ils ne provoquent aucune récrimination. Les entreprises qui sont à pied d’œuvre mettent les bouchées doubles mais on ne peut s’empêcher de s’inquiéter du temps qui reste pour la finition des ouvrages. Cette visite papale a permis une mobilisation sans précédent, les acquis devront être pérennisés, dans tous les domaines, notamment dans celui de la sécurité.

Patrice RABE.

Midi Madagasikara0 partages

Campus universitaire régional : La mise en œuvre se précise de plus en plus

La CoPRIES s’est tenue dans les locaux du MESUPRES Fiadanana hier.

Le processus de décentralisation du ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique avance de mieux en mieux.

Nous avançons vers l’application de la loi des finances rectificatives 2019 dont la mise en place pas à pas des campus universitaires présidentiels au niveau régional est l’un des points phares en ce qui concerne le ministère de l’ Enseignement supérieur et de la  Recherche scientifique”. Ce sont là les propos du Pr Blanche Nirina Richard, ministre  de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique lors de la CoPRIES ou Conférence des Présidents ou Recteurs d’Institutions d’Enseignement Supérieur à Fiadanana hier. “Une avancée majeure dans le processus décentralisation du ministère de tutelle” si l’on se tient toujours aux explications du Pr Blanche Nirina Richard. “Par cette initiative présidentielle, le ministère se rapproche de plus en plus de la population et des communautés éloignées” lance la ministre. Les retombées d’une telle initiative ne pourraient qu’être positives si l’on  ne prend en compte que la difficulté rencontrée par les parents en envoyant  leurs enfants étudier dans les grandes villes où sont concentrées les “grandes” universités et institutions d’enseignement supérieur. L’extension de l’enseignement supérieur et la recherche scientifique dans les régions devraient également résoudre- en partie – les problématiques liées à la capacité d’accueil des universités. “Problématiques discutées durant la CoPRIES d’hier” d’après toujours la ministre. Ce, pour “une meilleure gestion de l’année universitaire actuelle mais surtout de celle à venir”.

Programmation. D’autres faits marquants ont également été précisés lors de la tenue de la CoPRIES à Fiadanana hier. Se distinguant des autres conférences, celle d’hier a été élargie et a pris en compte – outre les présidents et recteurs d’institutions d’enseignement supérieur – les responsables auprès des établissements supérieurs du secteur public. “Chaque établissement a exposé sa situation actuelle, son état des lieux. Ce qui constitue une étape cruciale dans la réalisation du nouveau plan quadriennal 2020-2023” a renchéri la Pr Blanche Nirina Richard. Par ailleurs, il conviendrait de noter que la seconde CoPRIES organisée hier a également permis de définir le calendrier de l’année universitaire 2020 qui sera comprise entre le mois de mars et le mois de décembre de la même année. “Optimiste” dans l’avenir de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique et voulant partager l’approche, le ministère a mis en place divers  comités dont l’objectif principal est d’améliorer l’enseignement supérieur et la recherche scientifique à Madagascar. Ce, afin d’en faire un levier de développement tel observé dans les pays avancés.

José Belalahy

Midi Madagasikara0 partages

Moramanga : Roa lahy mpamaky trano voasambotry ny zandary

Niainga tamina ramatoa iray nanamboatra finday nisy kaody tsy nety nisokatra ny fanadihadiana rehetra. Tsy azy mantsy io finday avo lenta io, fa novidiny mora tamin’olon-kafa; izay tsy iza fa mpamaky trano rain-dahiny eo an-tampon-tananan’i Moramanga.Saron’ ny zandary teo am-panamboarana finday ilay ramatoa. Karazana finday tokony ho amin’ ny vidiny lafo ity finday no nisy nivarotra taminy mora, noho  ny antony maro samihafa. Tsy nandeha araka ny tokony ho izy anefa, fa mangataka kaody. Teo am-panamboarana izany ilay ramatoa no noraisim- potsiny. Ny alin’ ny 25 aogositra 2019 hifoha 26 aogositra 2019 no nahavaky ny tokantrano iray tao amin’ ny fokontany Moramanga  ambony; izay nahaverezana solosaina sy finday ary ireo kojakoja mahakasika ny aterineto. Tsy niandry ela ny mpifehy ny tobim- paritry ny zandary GPHC Andriambololonirina Claude, fa nandray ny andraikiny avy hatrany. Nanao ny vela- pandrika raha vao naharay ny fitarainana,  dia izao nahatrarana azy roa lahy izao. Raha ny fantatra dia efa matetika no migadra noho  ny vaky trano izy ireo, ary volana vitsy monja aorian’ ny fivoahany ny fonja dia miverina manohy ny asa ratsiny indray. Niaiky ny asa ratsy vitany izy ireo nandritra ny fanadihadiana natao azy.

Cathy

Midi Madagasikara0 partages

Basket-ball – N1A : GNBC et ASCB au coude-à-coude

Les férus de basketball se donnent rendez-vous demain au Palais des Sports Mahamasina et ce jusqu’au 15 septembre, pour la deuxième phase et la phase finale des championnats nationaux N1A. La tension sera au rendez-vous car il s’agit d’une qualification au Championnat d’Afrique des équipes championnes pour les dames et qualification à la qualification du Basketball Africa League (BAL) pour les hommes.

C’est parti pour la deuxième et phase finale des championnats nationaux N1A de basket-ball. Douze équipes hommes et douze équipes dames seront en lice au Palais des Sports Mahamasina à compter de demain. Huit matches seront programmés pour cette première journée. Chez les hommes, GNBC, premier de la poule B va rencontrer l’ASCB. L’équipe de Boeny devrait faire preuve de son expérience.vécue à La Réunion, ces derniers temps. D’un côté les Gendarmeries vont garder leur place dans la poule B. Ce qu’on pourrait dire c’est que demain sera déjà une journée décisive. COSPN se mesurera avec l’ASCUT Atsinanana. Après la première phase, l’équipe de la Police nationale était provisoirement placée à la tête du classement général. Quant à l’équipe championne de Toamasina, elle était à la troisième place dans sa poule.

TAMIFA Amoron’i Mania et Asa Analamanga ouvriront les matches, chez les dames. L’équipe de Fandriana a entamé son dernier entraînement hier, au Palais des Sports. Selon les explications du coach Zaiarilala Zaz’, huit joueuses et un coach de TAMIFA ne sont pas encore arrivées dans la capitale. « Toutes les coopératives de transports sont déjà réservées par les fidèles catholiques  qui vont accueillir le Pape ce vendredi. Certaines de nos joueuses sont en cours de trouver des solutions pour y parvenir comme Borah, Miora, Manjaka à Fandriana. Il y en a aussi Nantenaina qui se trouve encore à Fianarantsoa et trois autres joueuses à Majunga et Farafangana. Malgré ce fait, nous sommes prêtes pour notre match contre l’équipe hôte ». D’un côté MB2ALL, la tenante du titre va se disputer avec le JEA Vakinankaratra. La dernière rencontre sera le match entra SBBC Boeny et Ascut Atsinanana.

Les programmes pour demainHommes :

COSFA Analamanga # ECBBA Analamanga

COSPN Nalamanga # ASCUT Atsinanana

AS Fanalamanga # COSMOS Diana

GNBC Vakinankaratra # ASCB Boeny

MB2ALL Analamanga # 2BC Analanjirofo

SEBAM Boeny # CNaPS Itasy

Dames:

TAMIFA Amoron’I Mania # ASA Analamanga

MB2ALL Analamanga # JEA Vakinankaratra

SBBC Boeny # ASCUT Atsinanana

Calendrier :

– Matches de Poule : 5-6 et 9 au 11 septembre 2019– Repos : 7-8 et 12 septembre 2019– Phase Finale: 13 au 15 Sept 2019

Manjato Razafy

Midi Madagasikara0 partages

67ha : Tovovavy roa voendaka, lehilahy iray nosamborina

Tovolahy iray vao 17taona monja indray no voasambotry ny pôlisy avy ao amin’ny kaomisarin’ny boriborintany fahafito teny 67ha, ampitan’ny tranoben’ny orinasam-piantohana iray, ny faran’ny herinandro teo. Niainga tamin’ny fitarainana nataona tovovavy roa niharan’ny fanendahana teny 67ha Atsimo, ny fikarohana nataon’ireo pôlisy. Tamin’iny herinandro iny mantsy, dia lasibatry ny andiana mpanendaka maromaro ireto tovovavy ireo ka lasa tamin’izany ny vola mitentina roa hetsy ariary teo ho eo. Tonga nitaraina avy hatrany tany amin’ny pôlisy ireto farany ka tsy niandry ela, fa andro vitsy taorian’io dia voasambotra ilay tovolahy tompon’antoka, rehefa nisy ny fiaraha-miasa tamin’ireo mponina manodidina. Mbola mitohy kosa ny fikarohana ireo namany, raha ny loharanom-baovao azo.

Efa tsy zoviana amin’ny maro tokoa, fa isan’ny faritra mena midorehitra amin’ny  tsy fandriampahalemana, indrindra fa ny  fanendahana, iny faritra 67ha  iny. Raha vao manomboka mirotsaka fotsiny ny haizina, dia efa tsy atokisana loatra intsony ny làlana, na ho an’ireo mpandeha tongotra io na ho an’ireo mpitondra fiara. Izay indrindra no nahatonga ny eo anivon’ny pôlisim-pirenena nametraka paik’ady manokana hitiliana ireo mpanao ratsy. Anisan’ireo ity tovolahy ity, izay efa ela no karohana ary efa mpamerin-keloka sy gadralava amin’ity asa ratsy ity.

m.L

Midi Madagasikara0 partages

Littérature : 30 ans pour « Faribolana Sandratra »

Avelo Nidor, l’un des poètes les plus prometteurs de sa génération au sein du « Faribolana Sandratra ».

Il y a trois décennies, le « Faribolana Sandratra » s’est lancé dans un combat pour la préservation de la langue malgache. Plusieurs auteurs de renoms ont été au four et au moulin pour sauver cette langue « agonisante ». Le cercle des poètes fête un grand anniversaire cette année.

Trente ans d’activités, le « Faribolana Sandratra » ou le cercle des poètes malgaches se réserve cinq jours pour fêter en grande pompe cet anniversaire. Du 17 au 21 septembre, l’association va investir la salle Dox à la Bibliothèque Nationale Anosy. Parmi les programmations de cette célébration se trouve le « Poa-tsatroka » pour Nalisoa Ravalitera le 21 septembre à partir de 15 h. Ce sera aussi l’occasion pour présenter au public les recueils de poèmes : « Mavana » et « Ambony Rahona ». En apparence, cette célébration n’a pas d’activités spécifiques. Il y aura des conférences-débats, une exposition et diverses rencontres. Il n’y a pas de quoi crier à l’évènement du siècle. Par contre, ce sera le moment de découvrir la génération montante de la littérature malgache telles les Ny Iraka, Nary Mamitiana, Avelo-Nidor, l’un des jeunes les plus productifs de la poésie malgache actuellement, Zazangaly…

Les ramifications. Plus précisément, le « Faribolana Sandratra » a été fondé le 11 janvier 1989. Il est inscrit dans le registre administratif en étant une association légale. Les pionniers sont des grands noms de la littérature malgache, des progressistes en somme comme Elie Rajaonarison, Solofo José… Actuellement, ce sont des personnalités comme Nalisoa Ravalitera, Coco, Ranoe et bien d’autres qui se trouvent à la tête de cette association. Si le quartier général se trouve à Antananarivo, au Tahala Rarihasina. D’autres villes du pays abritent des membres : Antsirabe, Toamasina, Tsiroanomandidy, Vatomandry, Mananara Avaratra, Fianarantsoa, Ambatondrazaka… Le cercle des poètes rassemblent actuellement plus de 200 membres. Et cela n’est pas prêt de s’arrêter puisque les ramifications en Itasy vont s’ajouter. Il ne reste plus qu’à espérer que les jeunes apportent plus d’ouverture et de dynamique à « Faribolana Sandratra ». Un cercle que certains pensent trop renfermé sur lui-même, pire qu’une huître, depuis quelques années.

Maminirina Rado

Midi Madagasikara0 partages

Pont de Mangoro : Le projet de réhabilitation signé, hier

Le ministre de l’Economie et des Finances Richard Randriamandrato a signé l’accord avec le représentant résident de la JICA Hironobu Murakami.

Les grands projets d’infrastructures s’avèrent indispensables pour la réalisation des objectifs du Plan Emergence pour Madagascar

Le projet d’amélioration des ponts de Mangoro et d’Antsapazana a été signé hier au ministère des Affaires Etrangères par le ministre de l’Economie et des Finances Richard Randriamandrato et le représentant de la JICA (Agence Japonaise de Coopération) Hironobu Murakami.

Indispensable

On rappelle que cet accord a déjà fait l’objet d’un échange de note entre le ministre des Affaires Etrangères malgache, Naina Andriatsitohaina et l’Ambassadeur du Japon, SEM Ogasawara Ichiro. Le Grand argentier a profité de cette occasion pour rappeler l’importance des projets d’infrastructures pour le développement du pays. Ce projet signé, hier est d’autant plus indispensable dans la mesure où il est lié à l’autre grand projet de développement financé par le Japon, à savoir l’extension du port de Toamasina. « C’est ce genre de projets qui contribue à la réalisation du Plan Emergence pour Madagascar que nous sommes en train de finaliser » , a notamment déclaré le ministre de l’Economie et des Finances. Un Plan qui, selon toujours le ministre Richard Randriamandrato, est basé sur le principe du développement socialement durable.

Confiance

Ce projet confirme en tout cas la confiance des bailleurs de fonds, vis-à-vis de Madagascar et les efforts réalisés par les autorités pour trouver le maximum de partenaires du développement. Concernant le projet Tana-Toamasina (Tatom), le ministre de l’Aménagement du Territoire de l’Habitat et des Travaux Publics, Hajo Andrianainarivelo a mentionné, qu’il faut procéder par étape dans la réalisation de ce genre de projet. Pour le moment, on est encore dans la phase de la mise en œuvre des législations relatives aux grands projets routiers comme celui relatif à l’autoroute Tana-Toamasina. Rappelons que le projet d’amélioration des ponts de Mangoro et d’Antsapazana est financé avec un don japonais d’un montant de 2,6 milliards de Yen, soit 90 milliards d’ariary.

R.Edmond.