Les actualités Malgaches du Lundi 04 Septembre 2017

Modifier la date
Midi Madagasikara679 partages

Douane de Vohémar : Des recettes en nette progression

Dr Lainkana Zafivanona Ernest, Receveur de Douane à Vohémar (photo Eric Manitrisa)

Le bureau des douanes de Vohémar a accompli d’énormes progrès depuis ces derniers temps. Si, à ses débuts, il ne traitait que des activités de cabotage, il figure aujourd’hui parmi les bureaux des douanes les plus pourvoyeuses de recettes.

Depuis que le nouveau Receveur des douanes de la place, le Dr Lainkana Zafivanona Ernest, a pris les rennes de ce bureau en 2014, il a élaboré une nouvelle stratégie et la collecte des recettes a connu une ascension progressive. Si, au début, celles-ci se chiffraient à un peu plus de deux milliards ariary en 2013, elles ont atteint les 10 milliards en 2016, pour passer à 10 milliards rien que pour le premier semestre de cette année. Ayant été un simple port de cabotage, le port de Vohémar est en  train de  gagner en importance, grâce à ses dernières performances en date, et en comparaison des ports moyens car, en terme de recouvrement de recettes, il a déjà dépassé les bureaux des douanes de Nosy-Be et de Tolagnaro et talonne de près le bureau des douanes de Toliara. L’accroissement des besoins étant, le gouvernement devrait sérieusement réfléchir à la meilleure manière d’étendre le port de Vohémar.

Un port qui se distingue. « Une des raisons qui a contribué à l’accroissement des recettes du bureau des douanes de Vohémar a été l’incitation des opérateurs locaux à importer des marchandises directement, si, auparavant, ils se ravitaillaient à Antananarivo et à Toamasina. De plus, ce résultat positif, qui concerne toute l’île, a été obtenu grâce aux réformes initiées par les dirigeants de la douane. Notre rôle n’est pas cantonné aux seules opérations de dédouanement, il consiste également à développer le tissu économique local pour que cela impacte sur le développement des régions et de la nation toute entière », a déclaré le Receveur des douanes de Vohémar, en économiste averti, au cours de la conférence qu’il a livrée à la presse hier en son bureau.

80% de la vanille exportée. Grâce à la récolte de la vanille qui se négocie à prix fort, le pouvoir d’achat de la population de la SAVA a augmenté, à un tel point que l’offre n’arrive plus à suivre la demande quotidienne (PPN, ciment, tôles, denrées alimentaires, boissons, habillement, automobiles…). L’unique compagnie de cabotage international ne parvient pas à satisfaire ces différentes exigences, et ce monopole naturel engendre inévitablement une élévation des coûts du fret. Par conséquent, ce port devrait s’ouvrir à d’autres compagnies pour pouvoir répondre aux besoins sans cesse croissants, selon toujours les explications fournies. A souligner que 80% de la vanille exportée de Madagascar provient de la région SAVA. L’année 2014, 1 500 t de vanille ont été exportées de Vohémar. Une solution pour fluidifier l’écoulement de ce produit serait la réhabilitation du tronçon de route de 165 km reliant Ambilobe à Vohémar, sachant qu’il faut 10 heures de temps pour effectuer le transport. Le commerce dans cette région ne s’en porterait que mieux.

Le poumon de la région SAVA. « Le port de Iharana (Vohémar) construit dans les années 60 et initialement 50 m a été rallongé de 41m en 1986 pour donner une longueur totale actuelle de 91m.   Cette infrastructure portuaire est le poumon économique qui fait vivre la région SAVA. Il serait urgent de procéder à son extension, puisque les infrastructures actuelles ne permettent plus de satisfaire aux besoins grandissantes de la région.  L’installation de balisage, qui est du ressort de l’APMF, est également impératif » a déclaré Befourouack Henri, un responsable technique de la SGPI (Société de Gestion du Port d’Iharana), en regrettant que durant 13 ans, cela n’a jamais pu se concrétiser.

Eric Manitrisa

News Mada345 partages

Santé animale : des cas de rage animale détectés à Alasora et Masindray

Des cas de rage animale ont été enregistrés dans les périphéries de la capitale, plus précisément à Alasora et Masindray.

Une menace pour la santé publique. Des chiens errants dans les quartiers périphériques de la capitale, à Alasora et Masindray, sont enragés. Les analyses sur des cerveaux de chiens errants dans ces localités,  effectuées à l’ Institut Pasteur de Madagascar (IPM), la semaine dernière, se sont avérées positives, d’après une source auprès du ministère de la Santé. Des cas qui n’en demeurent pas moins inquiétants dans la mesure où d’autres chiens dans les mêmes quartiers pourraient déjà être contaminés. Ce qui constitue une vraie menace pour les habitants en cas de morsure de chien portant le virus  de la rage.

Pour éviter le pire, le ministère de tutelle prévoit une descente sur les lieux pour constater de visu les réalités et prendre les mesures  nécessaires. Il y a une forte probabilité que le virus se soit déjà propagé dans la nature. «Parallèlement à cette initiative, une campagne d’abattage collectif de chiens sera menée dans ces endroits, qui sont considérés comme des foyers de rage, puisque ce n’est nullement la première fois que des cas positifs y ont été détectés», a fait savoir notre source. Une telle campagne, qui se déroule actuellement dans la capitale, sera également effectuée dans les autres quartiers périphériques.

Vaccination

Une initiative qui ne manquera pas de connaître un échec. En fait, certaines personnes essaient de cacher les chiens errants durant les campagnes d’abattage, sous prétexte que ceux-ci leur servent de gardiens durant les nuits, alors qu’elles ne sont pas motivés pour préserver la santé de ces animaux, via la vaccination, la seule option qui leur permet d’être à l’abri de la rage.

Tous les propriétaires de chiens ne peuvent pas payer le vaccin à cause de son prix. C’est ainsi que le service en charge de la lutte contre la rage et ses partenaires envisagent d’organiser une campagne de vaccination gratuite de chiens à l’occasion de la célébration de la Journée mondiale de la rage, qui se tiendra le 28 septembre. En outre, en vue d’améliorer la prise en charge, le ministère de tutelle envisage d’étendre les centres antirabiques, actuellement au nombre de 31, dans d’autres endroits.

Fahranarison

 

Midi Madagasikara329 partages

Tanà in Rock : Show spectaculaire à Antsahamanitra

Complicité et show total, ici avec Deba et Lija !

Guichet fermé pour le concert Tanà in Rock hier, à Antsahamanitra, qui a réuni les plus grandes stars du rock du moment. Des surprises inattendues durant le spectacle, et surtout un show hors du commun. Tanà in rock, c’était ”The place to be” des rockers de ce week-end.

Deux écrans géants qui retransmettent en direct la scène, deux autres écrans pour donner une allure encore plus rock, un fond de scène qui explose de couleurs (de feu), et surtout des artistes qui font rêver tout le monde, avec un spectacle hors du commun. C’est à peu près les maîtres-mots du rock show qui s’est tenu hier à Antsahamanitra pour un Tanà in Rock qui a relevé le défi de faire du rock la musique incontournable du moment. Et du spectacle, il y en avait. Devant un public fou de joie, qui ne perd aucune miette des riffs de Poun et de Deba, des solos de guitare qui font vibrer le cœur, des coups de batteries de Jojo, il y avait tous les ingrédients pour faire de ce spectacle un pur moment de bonheur.

Show. Sur scène, les chanteurs défilaient pour interpréter tour à tour leurs tubes. Une formule qui marche pour les organisateurs qui ont flairé là le graal pour ces milliers de rockers en manque de live… surtout après le fiasco de la semaine dernière. Nini, toujours égale à lui-même, un gendre idéal qui joue du rock, Abasse et sa crinière qui ne laisse personne de marbre, la fraîcheur de Lija, la personnalité de Rheg, Iary qui apporte sa touche sensuelle… et Deba qui offre un spectacle ininterrompu avec son haut de forme, le rock est aussi un plaisir pour les yeux, et pas seulement pour ceux qui sont sur scène, mais aussi ceux qui sont dans le public. Car tout le monde a sorti son look black métal. Les jeux de scène n’en finissent plus, des complicités entre musiciens, entre chanteurs et zicos, sur de la musique puissante qui fait chavirer tout le monde. Le spectacle a continué jusqu’à ce que le soleil se couche, les jeux de lumière n’ont fait qu’apporter encore plus de show à la scénographie. Après ce rock spectaculaire, on peut reprendre les chemins de la rentrée en toute satisfaction.

Anjara Rasoanaivo

L'express de Madagascar281 partages

Décès de Jean Michel Rasolonjatovo – Le bourreau de Ratsiraka disparaît

Didier Ratsiraka ne le portait certainement pas dans son cœur. Le magistrat Jean Michel Rasolonjatovo a pu annuler les résultats de l’élection en 2001.

Coïncidence, hasard du calendrier ou clin d’œil historique. On ne le sait trop. Terrassé par un cancer, le magistrat Jean Michel Rasolonjatovo, qui ne laissait guère transparaître la maladie qui le rongeait, a choisi de partir au même moment où la Cour suprême du Kenya a décidé de lui emboîter le pas, en annulant les résultats de la dernière élection présidentielle qui donnaient vainqueur le président sortant, Uruhu Kenyatta. Une décision qualifiée d’historique et d’inédite par les medias africains.En fait, il y avait déjà une première, l’œuvre de Jean Michel Rasolonjatovo, en 2002.Avocat général à la chambre des comptes et enseignant à l’université, il avait introduit une requête auprès de la Chambre administrative, en même temps que Marc Ravalomanana, demandant l’annulation du décret de nomination des mem­bres de la Haute Cour constitutionnelle du 22 novembre 2001 et partant des résultats du scrutin présidentiel du 16 décembre 2001, proclamés par la HCC le 25 janvier 2002 à Mantasoa. Un second tour, entre Didier Ratsiraka et Marc Ravalomanana, s’est donc tenu. Il a eu gain de cause auprès de la Chambre administrative. On connaît la suite. La HCC a été renouvelée. De nouveaux résultats ont été publiés, nommant Marc Ravalomanana vainqueur au premier tour, investi officiellement le 22 mai 2002 à Mahamasina.

ParcoursRatsiraka a fait de la résistance en érigeant une milice armée partout en tentant d’isoler Antananarivo, coupée des cinq provinces. Le prix du litre d’essence atteignait 5 000 ariary à l’époque. L’Amiral finira par abdiquer et fuir à l’aide de son avion à destination des Seychelles avant de partir en exil pour la France. Un tournant historique qui a été malheureusement anéanti par la crise de 2009.De son côté, Jean Michel Rasolonjatovo n’a pas été nommé à un poste gouvernemental ou à la tête de la HCC, ou un autre Jean Michel Rajaonarivony de son nom lui a été préféré, comme beaucoup s’attendaient. La course au strapontin n’est pas vraiment le dada de cet originaire de Tsinjoarivo, issu d’une famille modeste, qui a trimé pour arriver au sommet de la hiérarchie après avoir fait ses études au lycée Rabearivelo,  puis à Ankatso. Son meilleur poste a été la représentation du pays au sein de l’Onu, à Genève.Patriote  jusqu’à la moelle, il tolère mal l’injustice et les abus. Il n’a pas la langue dans sa poche. Un franc parler qui ne fait pas bon ménage avec les choses politiques. Raison pour laquelle, les régimes successifs ne l’ont jamais sollicité. Mais c’est un enseignant très apprécié par ses étudiants. Dès l’annonce de son décès, la consternation la dispute aux hommages sur les réseaux sociaux. Ses qualités et sa droiture sont unanimement reconnues, même si ses idées et ses convictions ne sont pas obligatoirement acceptées. Pendant la crise de 2002, il avait soutenu qu’il fallait que le dictateur Ratsiraka dégage, par tous les moyens. Une position controversée de la part d’un homme de loi. Mais il va toujours au bout de ses idées et de ses convictions. Il a réussi l’impossible à une époque où Ratsiraka était considéré comme omnipotent et indomptable. Il a perdu son dernier combat.

Herisetra

Midi Madagasikara152 partages

Ampefiloha : Lasan’ny jiolahy ny 4X4 nipetraka amoron-dàlana

Fiara 4×4 marika Nissan iray no  very nisy nangalatra, ny marainan’ny alarobia 28 aogositra lasa teo, tao Ampefiloha ary mbola tsy hita hatramin’izao. Araka ny fanazavan’ny tompon’ilay fiara, teo amin’ny « parking » eo amoron’ny arabe io fiara io no nanjavona raha mbola tao an-trano avokoa izy mianakavy. Nambarany fa, misy mpiambina io toerana io na andro na alina, saingy tamin’ny fotoana tsy naha teo ny mpiambina no niseho ilay halatra. Amin’ny 7 ora maraina no miala ny mpiambina miasa alina ary tsy miditra kosa ilay miasa antoandro raha tsy amin’ny 9 ora sy sasany. Nilaza ny mbola nahatazana io fiara io ny zanaky ny tompony, tamin’ny 7 ora sy sasany maraina. Tamin’ny 9 ora sy sasany anefa, dia tsy teo intsony ilay fiara. Toa tsy dia nahataitra ny iray trano anefa izany satria noheverina fa sao olona ao an-trano ihany no nitondra azy. Olona telo ao amin’ny fianakaviana mantsy no manana ny lakilen’io fiara io raha ny fanazavana. Nony hariva tamin’ny 5 ora sy sasany anefa vao samy tonga saina, fa hoe tena very ny 4X4. Teo vao nanatona ny polisy misahana ny heloka bevava (BC) etsy Anosy ny tompony. Nanokatra fanadihadiana avy hatrany ny polisy.

Midi Madagasikara151 partages

Toamasina : Nafindra toerana ireo mpitsara telo voarohirohy tamin’ny kolikoly

Niitatra ilay raharaha kolikoly nataona mpitsara sy fisolokiana nataon’ireo mpaneran’izy ireo nisandoka ho mpisolovava. Raha efa mamita ny saziny ao am-ponjan’Ambalatavoahangy ireo roa lahy voasambotra sy efa niakatra fitsarana ny volana aogositra teo, dia fantatra ihany koa izao fa nampidirin’ny minisiteran’ny fitsarana eo anivon’ny fitsarana ady heloka sy nafindra toerana ihany koa ireo mpitsarany miisa telo voalaza ho tafiditra tamin’izao raharaha izao. Nisy ny fanadihadiana nataon’ny birao manokana misahana ny fampanarahan-dalàna sy fampanajana ny etika eo anivon’ny minisiteran’ny Fitsarana, izay notarihan’ny tale jeneraliny mihitsy teto Toamasina mikasika ity raharaha ity. Nisy ny fakana am-bavany ireo mpitsara voatonontonona ireo nandritra izany, nisy ihany koa ny fakana vaovao tamin’ireo polisy nisahana ilay raharaha fisolokiana sy nisandoka ho mpisolovava, teo ihany koa no nanadihadiany ireo roa lahy efa mamita ny saziny am-ponja, ary ny fanangonam-baovao nataony ihany koa tamin’ireo lehiben’ny sampam-pitsarana teto Toamasina. Taorian’izay no nandraisan’ny minisiteran’ny Fitsarana nandray ny fanapahan-kevitra nampiditra ny raharahan’izy ireo eo anivon’ny fitsarana, sy nandraisan’ny minisitera ihany koa didim-pitondrana namindra toeram-pitsarana iasan’ireto mpitsara telo voarohirohy ireto mandra-piandry ny sazy avy amin’ny minisiteran’ny fitsarana sy filan-kevitra ambonin’ny mpitsara mpanapaka ny sazy fanome ireo mpitsara mpandika lalàna.

Fantatra ihany koa, fa ankoatra ny tatitra nataon’ny filohan’ny sendikan’ny mpitsara sy ireo ekipany teto Toamasina, ny volana aogositra teo tamin’ny asa vita, ny fivoaran’ny hetsika ho fitakiana ny fahaleovan-tenan’ny mpitsara, ny tsy fitsabahan’ny fanjakana amin’ny raharaham-pitsarana, ary ny fampiharana ny didim-pitsarana mivoaka izay atao amin’ny anaran’ny vahoaka malagasy, dia isany nojeren’izy ireo akaiky ihany koa ny mikasika ity raharaha mpitsara voarohirohy nanao kolikoly sy nampiasa mpanera nanao fisolokiana sy nisandoka ho mpisolovava ity. Ho hita eo ny tohiny…

Malala Didier

Midi Madagasikara145 partages

Régime HVM : Guerre des clans à l’approche de 2018

La guerre des clans fait rage autour du couple présidentiel. (Photo d’archives)

Les clans de la Première Dame, du conseiller spécial Mbola Rajaonah et du Premier ministre Mahafaly Solonandrasana Olivier restent invincibles.

Le dernier remaniement gouvernemental a été perçu comme étant toujours la conséquence d’une guerre des clans qui continue d’affaiblir le régime en place. La dernière évolution a fait deux principales victimes : Atallah Béatrice et Narson Rafidimanana. En fait, depuis son accession au pouvoir en 2014, le président Hery Rajaonarimampianina gouverne avec plusieurs clans dont les « chefs » figuraient parmi ses conseillers spéciaux. On a même affirmé que la Première Dame, Voahangy Rajaonarimampianina, dirige un clan qui resterait le plus fort jusqu’à présent. La guerre des clans qui gangrène le régime HVM a fait des victimes depuis l’affaire Ambohimahamasina. Cette affaire a catastrophiquement visé le clan de Claudine Razaimamonjy qui se trouve actuellement en prison. Et à en croire la nouvelle ministre de la Justice Rasolo Elise, l’autre grande figure de ce clan qui est Riana Andriamandavy VII, risquerait de connaître le même sort que la femme d’affaires milliardaire. Après Claudine Razaimamonjy, un autre chef de clan n’a pas résisté aux coups bas en quittant le combat. Il s’agit de Me Nicole Randrianarison, une ancienne conseillère spéciale du président de la République. Mais avant l’affaire Claudine, le clan dirigé par Henri Rabary-Njaka, à l’époque directeur de cabinet de la Présidence et PCA d’Air Madagasikara, s’est éclaté face aux pressions de tout bord. Quelques mois après, Ulrich Andriatiana qui était à la tête du ministère de tutelle d’Air Madagasikara (Ministère des Transports), n’a pas été reconduit dans le gouvernement. Actuellement, ce clan a fait son retour en force. Henri Rabary-Njaka vient d’être nommé ministre des Affaires Etrangères et il a récupéré Ulrich Andriantiana en le désignant directeur de cabinet à Anosy.

Clan Mahafaly. En attendant de savoir où est passé l’autre conseiller spécial du président, Rachidy Mohamed, après avoir été évincé de son poste de président du Conseil d’Administration de la JIRAMA, force est de constater que le seul clan qui reste imbattable autour du chef de l’Etat, outre bien sûr celui de la Première Dame, c’est le clan de Mbola Rajaonah. Cet autre conseiller spécial et opérateur économique proche du couple présidentiel se trouve ces derniers temps aux côtés de Hery Rajaonarimampianina au cours de ses déplacements en province. C’était le cas à Nosy-Be et à Betafo (Toby Farihimena). Les clans créés par ces conseillers spéciaux du chef de l’Etat ont des ramifications au niveau du gouvernement. Pour bon nombre d’observateurs par exemple, le limogeage du ministre Narson Rafidimanana a été prévisible après le départ de Nicole Randrianarison de la Présidence de la République. Au sein du gouvernement, le clan de Mahafaly Solonandrasana Olivier reste le plus fort. Il a pu mettre en état de nuire deux personnalités maintes fois pressenties pour remplacer l’actuelle Premier Ministre à Mahazoarivo. Il s’agit du Général Paza Didier Gérard (ancien secrétaire d’Etat à la Gendarmerie) et Atallah Béatrice (ex-ministre des Affaires Etrangères). Et la dégradation de Tazafy Armand du ministère du Commerce au ministère de l’Industrie n’a pas été le fruit du hasard, car il faut rappeler que cet ancien DG des Impôts, a été aussi à un moment pressenti à la Primature. Ce clan Mahafaly a démontré sa puissance lors du dernier remaniement parce que malgré les appels lancés par les députés pro-régime sur la nécessité de mettre fin au cumul de postes au sein du gouvernement, l’actuel Premier Ministre reste à la fois patron de l’intérieur et de la Décentralisation. Par contre, les membres du clan Claudine Razaimamonjy dans l’équipe gouvernementale n’ont pas été exclus. C’est le cas d’Anicet Andriamosarisoa (ministre des Sports) et de Nepatraiky Rakotomamonjy (Ministre des Postes et Télécommunication).

Tsimbazaza. La majorité à l’Assemblée nationale varie également en fonction des rapports de force dans cette guerre des clans qui atteint le sommet de l’Etat. A Tsimbazaza aussi, les députés pro-régime sont divisés en plusieurs clans. Il y a bien sûr le clan du député Jaona Andriarimalala dit Jaona Elite, qui est d’ailleurs le président du groupe parlementaire HVM. Il y a également le clan de l’élu d’Antalaha Laisoa Jean Pierre dit Jaovato, qui a soufflé le chaud et le froid à l’époque à l’Assemblée nationale. La femme d’affaires Claudine Razaimamonjy avait aussi ses députés à l’Assemblée nationale. Et le dernier clan, c’est celui qui regroupe les députés issus d’autres groupes parlementaires que le HVM, mais qui soutiennent le président de la République. Ce sont ces élus qui ont orchestré le dernier remaniement du gouvernement. Ils sont bavards ces derniers temps. On peut citer Nicolas Randrianasolo (Betroka), Milavonjy Philobert (Ambovombe Androy), Andriatsizehena Benja Urbain (Manakara) et Vanovason Adrien (Vangaindrano). On ne sait pas à quel jeu jouent exactement ces députés. Ce qui est cependant sûr, c’est qu’ils ne sont pas du côté du clan Mahafaly. Bref, la situation continue d’évoluer à l’approche de l’élection présidentielle de 2018. D’ailleurs, des députés réclament toujours des changements au sein du gouvernement récemment remanié. Le renversement de la situation ne serait pas à exclure.

R. Eugène

Midi Madagasikara144 partages

Faratsiho : Dahalo 20 lahy nanafika CSB1, Paramed iray naratra mafy

Mpiasan’ny fahasalamana (Paramed), lehiben’ny CSB1 ao Ambohitromby, distrikan’i Faratsiho no naiditra  etsy amin’ny hopitaly miaramila Soavinandriana, rehefa naratra mafy eo amin’ny lohany, vokatry fanafihan-dahalo, ny Alakamisy 30 Aogositra alina teo. Dahalo 20 lahy eo ho eo no tonga nanafika azy mianakavy tao an-tranony ; izay mifanila amin’io tobim-pahasalamana iasany io ihany tamin’ny 11 ora alina. Niezaka mba niaro ny fananany ihany ilay raim-pianakaviana, saingy tsy afa-nanoatra rehefa nokapain’ireto jiolahy famaky ny lohany. Vokany, ankoatra ny vola, noraofin’ireo olon-dratsy avokoa ny entana lafo vidy tao an-tranony, toy ny fahitalavitra, finday. Torak’izany koa ny fitaovana sy ny volan’ny hôpitaly izay tokony hanaovana lava-drano sy trano fidiovana ho an’ity CSB1 ity. Araka ny fanazavana, mety io volan’ny hôpitaly io no tena nokendren’ireto jiolahy ireto, satria mety ho mahalala ny fisian’io ireto farany.

Mila fanampiana.  Noho ny hamafin’ny ratra nahazo azy, dia tsy maintsy nalefa hotsaboina aty Antananarivo ity mpiasan’ny fahasalama ity. Mbola ao amin’ny famelomanaina eny amin’ny hopitaly miaramila na HOMI CENSOA eny Soavinandriana izy hatramin’izao. Tsy maintsy nodidina mantsy ny tenany. Misedra olana anefa izy miankavy amin’izao fotoana izao, satria tsy ampy intsony ny vola eo am-pelan-tanana. Tsy manana hosarangotina intsony ny vady aman-janany mba hiatrehana ny fitsaboana ity raim-pianakaviana ity. Ny zanany mbola kely, ny vadiny anefa mitondra vohoka. Milaza ho tsy manan-kavana eto An-drenivohitra koa izy. Noho izany, mangataka fanampiana amin’ireo izay malala-tanana ity fianakaviana ity. Koa raha misy ny terem-panahy hanao izany, dia iangaviana mba hiantso ny laharana: 034 91 708 13.

Midi Madagasikara132 partages

Massif d’Andringitra : Une grande première pour la championne du monde américaine d’escalade

Sacha DiGiulian en pleine escalade, et ce, en style libre sur le site Mora Mora.

Elle est la première femme à avoir réussi à gravir l’indomptable Massif de Tsaranoro dans le parc national d’Andringitra à Fianarantsoa. Il s’agit de Sacha DiGiulian, la championne du monde en escalade, d’origine américaine. C’est une grande première. Elle a pu escalader tout récemment près de 700 mètres de hauteur, et ce, en ascension libre, en compagnie de son ami grimpeur espagnol Edu Marin. Il leur a fallu trois jours et trois nuits pour gravir cette immense paroi qui est classée 8C pour les professionnels d’escalade. Le Massif de Tsaranoro est une des voies les plus redoutables et les plus difficiles au monde. Cette vallée est une destination de choix pour les grimpeurs depuis la fin des années 90. Et les habitants d’Andohanaka, un village le plus proche du site Mora Mora, ont l’habitude d’accueillir les grimpeurs du monde entier venus défier ce mur de pierre, a-t-on appris. Notons que l’escaladeur tchèque Adam Ondra a réussi la première montée dix ans après l’ouverture de la voie. Par contre Sacha DiGiulian est la première femme à le gravir en style libre.  Une autre activité servant à promouvoir la destination Madagascar sur le plan international.

Navalona R.

La Vérité126 partages

Insécurité grandissante dans la brousse - Les agents de santé en détresse

En danger. Des agents de santé notamment ceux travaillant dans la brousse ont été victimes d’attaques et/ou de cambriolages, ces dernières semaines. Le cas le plus récent étant celui affectant le chef du centre de santé de base niveau I (Csb I) dans la Commune d’Ambohitromby, à Faratsiho. En fait, des bandits armés ont fait irruption dans sa demeure qui se trouve dans l’enceinte de son lieu de travail, dans la nuit du 31 août.

Outre les coups et blessures notamment au niveau de la tête de cette victime, les bandits ont emporté tous ses biens ainsi qu’une somme de moins de 1 million d’ariary. D’après Bienvenu, un agent paramed qui accompagne la victime et sa femme à Antananarivo, cette somme était destinée pour la mise en œuvre de la construction d’un puits et d’une latrine pour le Csb I. D’ailleurs, le projet a déjà débuté depuis le mois d’août. « Après l’intervention chirurgicale réussie, la victime se porte mieux et a rejoint une chambre depuis ce matin. Sa santé s’est ainsi améliorée, à en croire son accompagnateur » . Pour sa part, le ministère de tutelle veille à la prise en charge complète d’Herman (prénom de la victime), depuis son évacuation dans la Capitale et son traitement au centre hospitalier de Soavinandriana (Cenhosoa). « En plus de ses frais médicaux, nous allons également l’aider financièrement dans sa vie privée », lance Manitra Rakotoarison, directeur de la promotion de la Santé auprès du ministère de tutelle. Notons qu’une association des paramédicaux a déjà remis une somme de 1 million d’ariary pour la victime. Le compte ouvert en son nom dispose d’un montant de 120 000 ariary, suite à l’appel de détresse lancé sur « Facebook ».Des mesures drastiques à prendreVendredi dernier, le syndicat national des paramédicaux a lancé un appel de détresse face à l’insécurité grandissante dans le pays, surtout en milieu rural. « Les autorités compétentes devraient prendre des mesures drastiques pour la survie des agents de santé, y compris les paramédicaux qui constituent le pilier de la santé en milieu rural », alarme Patrick Ravoson, président dudit syndicat. Celui-ci n’a pas manqué de rappeler certains cas touchant ses pairs, dont l’attaque à Toliara et à Beroroha ou encore le cambriolage à Bongolava. « Nous avons tenu une réunion depuis aujourd’hui, laquelle se poursuivra demain, pour discuter de l’insécurité touchant les agents de santé. Dans tous les cas, les collectivités décentralisées sont les premiers responsables pour veiller à la sécurité de ces agents », informe le directeur de la promotion de la Santé. A titre de rappel, 3 Fokontany dans la Région de Menabe, plus précisément dans une Commune de Belo sur Tsiribihina, sont privés de Csb à cause de l’insécurité. D’après le maire, c’est à la demande de la population locale qu’ils ne peuvent pas installer de centre de santé, par mesure de sécurité des agents de santé. Ces derniers pourraient y périr, à cause de l’insécurité invivable, d’où la crainte des villageois. D’ici peu, certains Csb dans la brousse pourraient être abandonnés par les agents de santé si des mesures ne soient pas prises.Patricia Ramavonirina

Midi Madagasikara124 partages

Jean Michel Rasolonjatovo : Le grand juriste s’est éteint

Jean Michel Rasolonjatovo s’est éteint le week-end dernier. Ce magistrat et enseignant d’université est surtout connu pour sa droiture. Cet ancien membre de la Cour des Comptes n’a jamais cessé de se dresser contre l’injustice et les travers des différents régimes. Ayant été membre du Syndicat des Magistrats de Madagascar, l’indépendance de la justice lui tenait à cœur. Ce grand juriste a continué à soutenir les actions de ce puissant syndicat. Midi-Madagasikara présente ses condoléances à la famille du défunt.

Dominique R.

Midi Madagasikara118 partages

Ampasika : Nifampitifitra ny SAG sy ny jiolahy, roa no maty

Jiolahy roa no maty voatifitry ny polisy teny Ampasika, ny harivan’ny Sabotsy 2 Septambra tokony ho tamin’ny 7 ora. Araka ny fanazavana, saika hanafika mpivarotra omby teny amin’ny abatoara eny an-toerana izy ireo sy ny namany roa hafa tamin’io fotoana io. Efa hatramin’ny maraina ireto jiolahy ireto no nihaodihaody teny amin’ny nanodidina io faritra io. Nanomboka io maraina io no efa nivezivezy nisotrosotro tao amin’ny toeram-pivarotana toaka iray teo Ampasika izy ireo. Araka ny vaovao hatrany, efa nanara-maso azy ireo ihany koa ny polisy. Niomana ny hanafika ilay mpivarotra omby mihitsy ireto jiolahy no niditra an-tsehatra ny polisy  misahana ny ady amin’ny asa-jiolahy mahery vaika, na ny service anti-gang (SAG). Namaly tifitra avy hatrany anefa no sady nitsoaka ireo jiolahy raha vao nahita ireo mpitandro ny filaminana. Raikitra noho izany ny fifampitifirana  ka  nahalavo ireo jiolahy roa. Ny roa hafa kosa tafaporitsaka. Basy poleta marika Makarov iray sy basy vita gasy iray no tratra teny amin’ireto jiolahy maty ireto. Araka ny vaovao farany, mbola ao amin’ny tranom-paty eny amin’ny HJRA ny razana hatreto.

T.M.

Tia Tanindranaza81 partages

Distrika fito sokajiana ho faritra menaMisy hetsika manokana momba ny fandriampahalemana

Nanao bemidina tany amin’ny faritra Atsimo Atsinanana ny fianankaviam-ben’ny Zandarimariam-pirenena notarihan’ny jeneraly Tsirivelo Nicolas

 

 

Nangonin’i Jean D.

La Vérité76 partages

Ambohibary Moramanga - Un étranger expulse les habitants de leurs terres

Mauvaise foi. Les Malgaches mères et pères vivant à Madagascar depuis des générations ont-ils encore droit à la terre ? Beaucoup se posent cette question vu un problème foncier dans la commune suburbaine de Moramanga, à Ambohibary. Un certain Claude Juillet, un ressortissant étranger, par l'intermédiaire de son épouse appelée Irène Tody Andrianambony (une originaire d'Antsihanaka) et consorts, y a acquis un terrain vaste de quelque 250 hectares par on ne savait précisément par quels moyens au grand dam des habitants dont les parents ont mis en valeur le périmètre depuis 1966.

Vendredi dernier, un huissier sollicité par le nouveau propriétaire accompagné de cinq gendarmes et des civils payés pour certaines tâches ont débarqué aux villages d'Ambatomasina, dans le Fokontany d'Ampitambe, et d'Afanoratra, dans le Fokontany de Befotsy. Sans faire ni une ni deux, ils ont immédiatement expulsé de leurs maisons les occupants avec leurs biens et ont scellé toutes les portes en vertu d'une ordonnance. Les habitants, dont la plupart sont retenus par les travaux champêtres, ont déclaré avoir été dépouillés des sommes d'argent laissées à la maison durant l'opération.Gravement maladeLes victimes, quelque 150 individus répartis dans une vingtaine de ménages, sont obligées de passer les jours et nuits à la belle étoile depuis. En outre, il leur est interdit de récupérer leurs biens ainsi séquestrés à l'intérieur des maisons et cases scellées. « Les sinistrés comptent dans leurs rangs une femme enceinte qui est subitement tombée gravement malade et est hospitalisée à cause de la circonstance. Je doute qu'elle puisse dégénérer s'il lui arrive un malheur », nous confie le maire d'Ambohibary, Noelison Randriamahadera, un élu Hvm.La portion de terrain dans la vallée du Mangoro, qui appartient désormais à un étranger, a fait vivre les principaux concernés et leurs familles depuis des décennies. Certains y ont même construit des tombes familiales. Des parcelles sont affectées à des activités agro-forestières si les beaux vallons sont par endroits aménagés en bassins piscicoles. « J'ai déjà accompli deux mandats électifs. Mais personne des deux localités en question n'ont jamais songé à vendre même pas un mètre carré de ces terres », révèle le maire.DéboutésEn effet, le périmètre dont il s'agit est classé parmi les patrimoines fonciers gérés par la province autonome. En la matière, la démarche administrative en vue de l'acquisition est différente de celle en vigueur pour les terrains domaniaux. Quelques-uns des occupants traditionnels ont ainsi engagé la procédure qui s'impose dès 2006 sans arriver jusqu'au bout. Entre-temps, ledit propriétaire, bien que sachant pertinemment que la zone est déjà habitée, lui aussi, a fait de même à partir de 2008.C'est manifestement une mauvaise foi de sa part de lorgner sur des biens appartenant à des ruraux qui ne savent pas grand-chose en matière administrative et de faire en sorte de les priver de leurs terres au moyen de la loi. Effectivement, l'affaire a été portée devant la Justice. Mais les autochtones ont toujours été déboutés en première instance comme en appel. En outre, les avocats payés par ces derniers ont changé de camp en cours de route en devenant défenseurs de l'étranger en litige avec leurs clients initiaux. Encore une autre mauvaise foi.Le contraireEn octobre 2015, les occupants traditionnels ont été avertis de leur éventuelle expulsion de leurs terres. Ceci a été renouvelé en 2016, ce qui a amené la partie perdante à saisir la Cour de cassation en vue d'une ordonnance de non exécution. Mais l'acquéreur a entre-temps obtenu une rétractation qui laisse toujours courir la mesure d'expulsion. « Nous ne demandons pas l'annulation du verdict du Tribunal. Mais nous demandons un report pour que les expulsés puissent préparer leur nouvelle vie. Ces gens-là souffrent beaucoup. La rentrée scolaire est déjà là de plus », mentionne Noelison Randriamahadera.L'Organe mixte de conception (Omc) de Moramanga a convoqué une réunion d'urgence hier. Les responsables ont demandé à l’huissier de l'acquéreur d'autoriser les habitants à accéder à leurs biens enfermés dans les maisons mises sous scellés. Récemment, le Président Hery Rajaonarimampianina et le ministre auprès de la Présidence et non moins président national du parti au pouvoir, Rivo Rakotovao, ont déclaré que ceux qui ont mis en valeur les terres depuis plusieurs années doivent en devenir les propriétaires. Pourtant, le cas d'Ambohibary Moramanga dit le contraire.Manou Razafy

L'express de Madagascar59 partages

Lutte contre la corruption – Des avancées et des défaillances 

Une année après la présentation de la lutte anti-corruption, une progression a été constatée. Toutefois, cette lutte est confrontée à des défaillances structurelles, législatives et judiciaires.

Incomplète. Les corrompus et les corrupteurs disposent encore d’une échappatoire. Le mécanisme de lutte contre la corruption à Madagascar, malgré les déclarations, les intentions, les avancées et la volonté, est encore grippé.Le 1er septembre 2016, la Stratégie nationale de lutte contre la corruption (SNLCC) a été présentée officiellement à l’hôtel Panorama Andrai­narivo. Prévoyant un arsenal de réformes, notamment le renforcement du cadre juridique et institutionnel, une grande partie des dispositifs planifiés n’est pas encore mise en place.Au niveau des enquêtes, les entités en charge de lutte contre la corruption affichent leur dynamisme. À titre d’illustration, les soupçons de corruption au centre immatriculateur d’Antananarivo, concernant l’octroi des permis de conduire biométriques, ainsi que l’affaire Claudine Razaimamonjy, marquent l’efficacité de ces structures.Par ailleurs, le gel des comptes d’un célèbre opérateur soupçonné de trafic de bois de rose confirme cette situation. Néanmoins, après les enquêtes préliminaires, les poursuites judiciaires avancent à pas d’escargots, les pôles anti-corruption (PAC) ne sont pas encore mis en place.Le PAC, bien qu’un comité ad hoc de recrutement du coordonnateur ait été constitué, peine à être mis en place. Le recrutement des membres a commencé, par voie de presse, en avril 2017. Mais les candidats, notamment les magistrats de premier grade, ont peu d’enthousiasme à intégrer cette nouvelle juridiction anti-corruption.«La mise en place du PAC est indispensable pour accélérer l’obtention de résultats. Le traitement des dossiers à notre niveau nous satisfait. Seulement, les décisions de Justice y afférentes et la confiscation des biens mal acquis font défaut», avance Boto Tsara Dia Lamina, directeur général du service de Renseignement financier à Madagascar (SAMIFIN).

Nomination en attenteÀ la lumière de cette explication, deux lois, complétant celle de la lutte anti-corruption, sont encore en instance. Il s’agit de la loi sur le recouvrement des avoirs et la loi anti-blanchiment de capitaux. De ces lois, des structures habilitées à agir contre les biens mal acquis sont suspendues. Il s’agit, entre autres, de l’agence nationale de recouvrement des avoirs.En dehors de ces cadres structurels et législatifs, l’ine­xistence de la Haute cour de justice nuit également à la lutte contre la corruption. Suspendu à cause de l’attente de la nomination du représentant de la haute Cour de la défense de la démocratie, cette structure habilitée à poursuivre les hauts responsables n’est pas encore opérationnelle.« Cette juridiction mettra fin à l’impunité pour certaines catégories de personnalités, notamment politiques», poursuit le directeur général du Samifin.D’une manière générale, les insuffisances au niveau de l’appareil judiciaire limitent l’efficacité de la lutte contre la corruption à Madagascar. Les observateurs et l’opinion publique attendent beaucoup de la nouvelle ministre de la Justice sur la traduction des intentions en actions, permettant ainsi aux structures en charge de lutter contre la corruption d’agir efficacement.

Andry Rialintsalama

News Mada56 partages

Attaque meurtrière à Mananjary : la bande à moitié décimée

L’étau se resserre autour de la bande armée, auteur d’un braquage mortel dans la commune rurale de Marokarima, district de Mananjary, le 25 août dernier, grâce à la collaboration de la population. Quatre membres de la bande ont été abattus par les gendarmes, suite à une tentative de fuite après leur arrestation, et le reste est activement recherché.

La collaboration entre la gendarmerie et la population a porté ses fruits dans le district de Mananjary avec l’arrestation d’une partie de la bande qui a attaqué un épicier qu’ils ont abattu à coups d’arme à feu dans le fokontany de Tsaramiadana, commune rurale de Marokarima dans le district de Mananjary.

Informée à temps, la compagnie de la gendarmerie de Mananjary a alerté son homologue de Manakara de procéder à une opération de bouclage du secteur. Les maires du district ont aussi été ordonnés de déclencher le système d’alerte de leurs comités de vigilance respectifs, parallèlement aux opérations de ratissage menées par les forces de l’ordre pour intercepter les malfaiteurs.

Prise de responsabilité du fokonolona

La population a donc renseigné les gendarmes sur la présence de 7 individus suspects qui allaient traverser le fleuve Mananjary pour rejoindre le district d’Ifanadiana. 4 d’entre eux ont pu être appréhendés avec  2 fusils Kalachnikov, 11 cartouches,

1 sabre et une somme de 30.000 ariary dans leurs bagages. Les 4 suspects ont profité du passage dans la forêt de Lavaerika-Ambalavolo, dans le fokontany d’Ambatomalama, commune rurale d’Antaretra, lors de leur transfert vers la brigade de Vohilava  pour fausser compagnie et ont dû être abattus après leurs refus d’obtempérer aux sommations d’usage le 31 août dernier.

Ces bandits originaires de la commune d’Ambalakindresy, dans le district d’Ambohimahasoa, ont opéré à visage découvert lors de l’attaque meurtrière de Marokarima en se servant de 2 fusils Kalachnikov, un pistolet de fabrication artisanale, 1 sabre et 1 poignard. Ils ont emporté une certaine somme d’argent liquide, 20 grammes de poudre d’or et des bijoux, une dizaine de téléphones portables et de lecteurs dvd portables avec leurs accessoires respectifs.

Manou

 

Tia Tanindranaza52 partages

Rasolonjatovo Jean MichelNodimandry ilay Mpitsara nikoizana

Nodimandry ny sabotsy 02 septambra teo i Jean Michel Rasolonjatovo, mpahay sy mpampianatra lalàna sady mpitsara niasa tao amin’ny Fitsarana momba ny fitantanambolam-panjakana (Cour des Comptes). Efa diplaomaty ihany koa izy.

 

L'express de Madagascar48 partages

Dix toxicomanes incarcérés

Dix jeunes dont deux mineurs toxicomanes ont été placés sous mandat de dépôt à la maison centrale d’Antanimora, après leur comparution devant parquet le weekend. Ils font partie d’une association des malfaiteurs démantelée par la police d’Analamahitsy, jeudi. L’opération des forces de l’ordre sur la lutte contre le gangstérisme se poursuit toujours.

Tia Tanindranaza42 partages

Nosy-BeNiala tsiny tamin’ny mpanao gazety ny miaramila

Mbola miady mafy ny Etamazaoron’ny tafika aty an-drenivohitra ary miezaka manamarina amin’ny andinin-dalàna samihafa fa ara-dalàna tanteraka ny hetsika nataon’ny miaramilany teo amin’ny ranomasin’i Nosy Be.

 

 

Midi Madagasikara40 partages

RN7-Antsirabe : Taxi brousse roa nifandona, olona iray no maty

Olona iray no maty , efatra hafa naratra mafy. Izany no vokatry ny fifandonana teo amin’ny « taxi brousse” Sprinter roa tao Bemololo-Andranomanelatra Antsirabe, ny harivan’ny sabotsy 2 Septambra teo. Araka ny vaovao, fiara Sprinter iray avy aty Antananarivo ho any Toliara no nandona fiara Sprinter iray nifanena taminy. Noho ny hamafin’ny dona dia nivadika tamin’ny ilany havia ilay fiara avy any Antsirabe. Fantatra fa, ny fandehanana mafy teo amin’ ilay fiara ho any Toliara no nahatonga ny loza. Ity farany izay voalaza fa tsy nijanona fa lasa nitsoaka nanohy ny diany nianatsimo ihany.

T.M.

News Mada38 partages

Analanjirofo : amélioration de la traversée

L’île de Sainte-Marie est en train de se doter d’un nouveau port à Loukintsy. La réception des travaux de construction de cette nouvelle infrastructure est prévue le mois prochain, selon les responsables locaux.

L’accès vers l’île malgache de Sainte-Marie sera facilité par le nouveau port de Loukintsy dans la localité. Sa mise en service améliorera la circulation des biens et des personnes, d’après les explications des techniciens qui y entrevoient des opportunités de développement sans précédent pour cette île à vacation touristique. A sa conception, le port de Loukintsy est destiné à faciliter l’acheminement des frets et des passagers à travers le bras de mer séparant l’île des côtes de la grande terre. A titre comparatif des avantages tirés de l’initiative, les techniciens ont révélé la  réduction du temps de traversée qui sera de 15 minutes entre Antsiraka et Loukintsy contre les 90 minutes habituelles nécessaires pour rallier Soanierana-Ivongo au port Barachois de Sainte-Marie.

Manou

L'express de Madagascar37 partages

Éco village – Des maisons faites de bouteilles

Un projet ambitieux. L’association « My Crew » ambitionne de créer le premier éco-village. Un terrain de 2 620m², dans la cité Vohitsara, à Toamasina, sera consacré à ce projet. Les maisons seront faites à partir des bouteilles vides. Dans ce sens, le groupe Star s’est engagé à fournir les matériaux à l’association. D’après la société, deux milles bouteilles vides d’Eau vive sont déjà remises à « My Crew ». Ces bouteilles seront remplies de sable.Un éco-village est un regroupement de maisons alternatives, ayant pour objectif l’autosuffisance à différents niveaux. L’écologie y détient une place centrale. L’harmonie entre l’homme et son environnement ainsi que le désir de réduire au maximum son impact sur la nature motivent la création d’un éco-village. Le projet est dicté par le souci de la préservation de l’environnement. Sur le plan mondial, c’est devenu une tendance, Madagascar n’échappe pas à cette règle.Les infrastructures seront inaugurées lors du festival « Art Iary », en novembre. à long terme, l’association ambitionne que ce premier éco-village devienne un lieu culturel et touristique dans la région de Toamasina.

L.R.

News Mada34 partages

Kitra – «THB Ligue des champions» : resy fanindroany ny Ajesaia

Nitohy, omaly alahady, ny andro faharoa amin’ny fifanintsanana isam-bondrona amin’ny fiadiana ny ho tompondakan’i Madagasikara «THB Ligue des champions», taranja baolina kitra.  Tany Toamasina, mbola tojo faharesena fanindroany indray ny Ajesaia, rehefa niondrika teo anatrehan’ny RTS Jet Mada, tamin’ny isa tokana, 1 no ho 0. Tetsy ankilany, fandresena fanindroany no azon’ny HZAM Amparafaravola, rehefa nandavo ny STF, tamin’ny io isa tokana 1 no ho 0, io ihany.

Tany Fianarantsoa, lavon’ny Cnaps Sport, tamin’ny isa mazava? 4 no ho 1, ny FC Zanakala. Marihina fa nilalao 10 ny Cnaps, taorian’ny karatra mena azon’ny vodilaharany, teo amin’ny fizaram-potoana voalohany. Ny FC Angele indray, nanilika ny JSA, tamin’ny isa 6 no ho 1. Tany Mahajanga, ady sahala, 1 sy 1, ny an’ny FC Iharana sy ny MTM ary 2 no ho 2 kosa ny lalaon’ny USSK Ambanja sy ny Varatraza. Resin’ny Cosfa, tamin’ny isa tokana, 1 no ho 0, ny Fosa Juniors.

Teto Antananarivo, nomontsanin’ny Elgeco Plus, tamin’ny isa mavesatra, 8 no ho 0, ny FC Maeva. Ny Top Dom indray, nandavo ny VFM, tamin’ny isa 2 no ho 1. Ny FC Malaimbandy, nanilika ny FC Menagnaara, tamin’ny isa tokana, 1 no ho 0. Hitohy, amin’ny alarobia ho avy izao, ny andro fahatelo.

Torcelin

 

Midi Madagasikara28 partages

AFT : Ambondrona, égal à lui-même

Ambondrona, toujours adulé par ses fans. (Photo Nary)

Du côté d’Andavamamba, les jeunes ont été en liesse totale avec leur idole, le groupe Ambondrona. Le concert a été organisé dans le cadre de la célébration des 70 ans de l’AFT. Sur la scène extérieure, Kix et sa bande ont offert une prestation digne des grands moments à ces fans des premières heures. Et cela pour le grand bonheur de ces jeunes qui ont pu apprécier, durant quelques heures, les chansons qu’ils se sont appropriées. Toute l’après-midi, le public a repris en chœur les chansons interprétées sur scène. Une vraie symbiose entre les artistes et ses fans. D’ailleurs, chaque titre a été attendu et accueilli par des cris de joie. Les mains levées, des cris pour chanter, des selfies et des enregistrements vidéo de chaque chanson. Sur scène, la complicité se lit entre les membres du groupe. Des regards, des duos, des jeux de scène qui ne font qu’augmenter l’excitation des fans, et bien sûr des dialogues avec le public, tout est fait pour que le spectacle soit au top.

Anjara Rasoanaivo

Madagascar Tribune26 partages

Le syndicat des paramédicaux menace de quitter certaines postes sanitaires

En raison de l’insécurité qui impacte sur le quotidien des paramédicaux –insécurité qui porte atteinte à leur intégrité physique, les populations de nombreuses régions enclavées risquent la fermeture de certains de leur poste de santé et ainsi d’être privé de soins d’urgence de base. Le président du syndicat des paramédicaux, Aimé Rakotozafy, déclare que le syndicat sera dans l’obligation de retirer leurs adhérents des postes sanitaires à cause des attaques de dahalo contre les personnels de santé. C’est le cas d’un poste sanitaire des périphéries de Faratsiho dont le responsable, un agent paramédical, qui a été victime le 24 août dernier de l’attaque de dahalo et qui a dû être convoyé en urgence à l’hôpital HJRA à Antaananarivo pour fracture du crâne selon Aimé Rakotozafy. Le poste de santé en question est donc fermé, car il n’y a aucun autre personnel soignant.

Le syndicat des paramédicaux de Madagascar vient d’achever à Taolanaro le 25 août 2017 son congrès annuel. Outre les affaires internes dont la préparation des prochaines élections d’un nouveau bureau du syndicat et les préparatifs pour la construction d’une « Maison des paramédicaux » dans la capitale, le congrès s’est penché sur l’environnement dans lequel évoluent les paramédicaux dans les régions où sévissent des actes de grands banditismes et le phénoméne dahalo. Aimé Rakotozafy a cité les régions Sofia, Melaky, Bongolava, Haute Matsiatra et Amoron’i Mania.

Rappelons qu’au début de l’année, un concours national de recrutement a été organisé par le ministère de la santé pour le compte 2017. Trois cent (300) postes de paramédicaux ont été à pourvoir à ce moment. Les admis devaient par la suite rejoindre leurs postes respectifs, lesquels ont été répartis dans les 22 régions de Madagascar, avec en priorité les zones enclavées notamment la région Androy où sont affectés 25 paramédicaux, 25 autres dans l’Anosy, 25 dans le Melaky et autant dans la région Ihorombe. Le reste étant réparti dans les autres régions.

Les « Ra-doko » ou les « Ra-Sazy » pour désigner les personnels soignants des postes sanitaires ou les centres de santé dans les communes rurales ne sont donc plus préservés contre les attaques des dahalo comme ce fut il y a encore un peu plus d’une quinzaine d’années. En son temps, les dahalo s’interdisaient de s’en prendre à ces personnels de santé (médecin et infirmier/sagefemme) auprès desquels leurs proches et eux-mêmes –sous anonymat venaient se faire soigner en cas de maladie ou de blessures. Ces agents de santé et leurs mouvements étaient même surveillés sinon protégés par les dahalo ; ils savaient quand est-ce que ces agents rejoignent les bureaux des agents spéciaux pour leur paye. Tout cela pour dire qu’en son temps, les personnels de santé étaient à l’abri des attaques de dahalo ; bref, ce temps est révolu en même temps que la crainte des gendarmes et où les « zones rouges » l’étaient uniquement pour les zébus.

Le congrès des paramédicaux a également dénoncé des pressions de politiciens, précisément de la part de maires de communes rurales qui se prennent pour le chef des paraméd et manœuvrent pour que ces agents de santé adhèrent à leur parti politique.

News Mada23 partages

Météo : fin de la saison hivernale

Une hausse de la température a été ressentie depuis quelques jours dans les trois sites clés permettant de relever l’indice de sévérité hivernale à Madagascar, dont à Fianarantsoa, Antsirabe et Antananarivo. La Direction de la météorologie a annoncé, dans un communiqué diffusé avant-hier, la fin de l’hiver, précisément depuis la troisième décade du mois d’ août. On entre dans ce cas dans la période d’intersaison, qui s’étalera de septembre à octobre, avant d’arriver à la période estivale, qui ne commence qu’au mois de novembre.

A ce propos, les météorologues ont fait savoir qu’une tendance à la hausse exceptionnelle des températures, a été observée depuis mi août. «Après la dernière manifestation d’un régime d’alizé puissant (A 1040 Hpa) du 11 au 15 août, les températures ont grimpé au dessus de la normale. La dislocation rapide des nuages de basses couches fortement influencée par le cycle diurne importe de manière dominante.

Par ailleurs, les images satellites et les observations côtières de tout le littoral occidental du pays révèlent que le régime de brise est déjà présent et pénètre assez loin à l’intérieur des terres », a souligné le prévisionniste, Solonomenjanahary Andrianjafinirina. Ce dernier d’ajouter qu’ «En se référent à tous ces éléments, on peut penser que la saison hivernale touche désormais à sa fin ».

Plus court et plus chaud

Les météorologues ont constaté que cet hiver, qui a duré environ deux mois et demi, a été plus court que d’habitude. Ayant débuté tard, cette saison s’est aussi terminée de façon précoce dans la mesure où l’année dernière, l’hiver s’est étendu jusqu’au 25 septembre 2016. En outre, cette saison hivernale a été plus chaude que la normale, mais aussi plus chaude que les deux dernières saisons passées. La température minimale absolue était de 2°C à Vakinankaratra contre (-2°C) en juillet 2013 dans le même site.

La Direction de la météorologie appelle à la vigilance de tout un chacun durant la période d’intersaison par rapport aux feux de forêts et incendies puisque les conditions météorologiques sont propices au développement de feux et facilitent leurs propagations spatiales. En général, le temps est caractérisé pendant les deux mois suivants par un régime de vent chaud avec une vitesse relativement faible à calme et une baisse très significative de l’humidité atmosphérique.

Fahranarison

 

Tia Tanindranaza23 partages

Vola amin’ny propagandyAleo hotantanin’ny CENI …

Tsy hitovy na oviana raha ny fahitan’ny avy eo anivon’ny fikambanana Za’Gasy sahy mandroso azy ny hery hananan’ireo

 

 kandidà handray anjara amin’ny fifidianana filoham-pirenena amin’ny taona 2018 sy izay fifidianana ho avy rehetra eo raha tsy ny vaomiera mahaleotena misahana ny fifidianana na ny CENI mihitsy no mitantana ny volan’ireo kandidà. Ho sarotra, hoy Ratiharison Navandahy Jean filohan’ny fikambanana ny hanara-maso ny fandanian’ireo kandidà na hoferana aza rehefa tsy mirotsaka ao amin’ny kitapom-bolan’ny CENI ny vola tokony holanian’ireo kandidà. Firenena mahantra isika, hoy izy, ary lojika raha ho lany foana izay manam-bola na dia tsy manan-kevitra sy manambina loatra aza rehefa ny fomba fanao hatrizay na ny mitovitovy amin’izany ihany no hatao. Aleo hampitoviana ny azon’ny rehetra laniana ary harotsak’ireo kandidà ao amin’ny kitapom-bolan’ny CENI mba haraha-maso tsara ka hahafahana manasazy izay mandany mihoatra.

J. Mirija

 

Midi Madagasikara20 partages

Chronique de Mickey : Miracle mon ami !

L’Afrique politique voit-elle l’éclaircie se pointer à l’horizon ? Trop habitués à vivre de coups d’Etat suivis de règnes sans partage et sans fins prévisibles de despotes voilà que, pour les électeurs du Kenya et peut-être aussi ceux du continent, apparaît un  rayon de lumière. Pour une fois le soleil se lève à l’Est du continent. Le Kenya, cette terre de rivalités ethniques, de troubles postélectorales a fait naître l’espoir du fondement de la démocratie, la règle de la possibilité  d’alternance au pouvoir. Uhuru Kenyatta, le président sortant a été pourtant donné gagnant par la communauté internationale mais son challenger Raila Odinga, qui dit de s’être fait volé la victoire, comme pour  les deux précédentes élections présidentielles, ne s’avouait pas vaincu et même avait  hésité longtemps avant de recourir à la cour suprême, la plus haute instance juridique du pays. Mais bien lui en a pris puisqu’ô surprise. Cette ultime juridiction a déclaré que les irrégularités observées ont entaché l’intégralité du scrutin  et  rendent nul et non avenu  le résultat  et donc ordonne de nouvelle tenue d’une élection dans les 60 jours. Miracle mon ami ! Comme clamait  le prédicateur d’une certaine église sur les ondes malgaches il y a quelques années.

Et tout naturellement, on ne peut que rapporter l’évènement à notre avenir politique  et nous demander  ce qu’il en sera dans exactement 16 mois au plus tard. Pour l’instant, seuls deux des prétendants déclarés occupent les devants de la scène. Un Mano a Mano, un marquage à la culotte dans tous les compartiments du jeu s’observe. Seuls apparaissent en mode zoom et en boucle  les deux candidats, mais curieusement pas de leur vision directrice, ni de leur projet de société à brandir et encore moins de leur programme de gouvernement à soumettre à l’électorat. Un tel  mode opératoire  n’est pas de chez nous. L’on se contente, pour l’instant, de la recherche de financement pour la campagne avec les tractations secrètes et le mode de compensation des mises avec d’éventuels  bailleurs de fonds et c’est tout. Pour ce qui est à appliquer après dans le pays, on verra bien une fois les résultats acquis. Pour la propagande proprement dite, on se bornera à des généreuses promesses face aux demandes du moment et seuls les artistes, les tee-shirts et de la menu- monnaie seront vraiment palpables. Et l’on s’étonne que le pilotage à vue soit le mode de gouvernement  dans le pays et  que les bailleurs traditionnels, partenaires techniques et financiers (PTF) , qui, devant ce vide « idéologique » ne soient pas sollicités  pour nous diriger. En règle politique, un nouveau mandat signifie un tournant, un sursaut, un nouvel élan dans la conduite du pays et de nouvelles réponses aux questions brûlantes de l’électorat et ne pas les proposer conduit à  un vrai-faux ou faux-vrai miracle, c’est selon pour le vainqueur ou le vaincu,  ne sera pas ou non au rendez-vous.

M.Ranarivao

Midi Madagasikara19 partages

Foire Internationale de l’Agriculture : Le référentiel HOREB sera mis en avant

Tous les acteurs s’impliquent dans un développement inclusif et durable.

Les pratiques d’Hygiène, d’Organisation, de Restauration de l’Environnement et de la Biodiversité (HOREB) dépassent largement les critères et les normes internationales.

Tous les acteurs de développement se mettent actuellement à appliquer le référentiel HOREB, lancé par la société Faly Export, depuis ces dernières années dans le cadre de ses activités de RSE. « En effet, l’administration, les Collectivités Territoriales Décentralisées, le secteur privé comme les exportateurs, Agrivet et Orange ainsi que les organisations de producteurs ont tous manifesté leur volonté à y participer afin d’asseoir un réel développement inclusif et durable », a expliqué Faly Rasamimanana, le directeur général de Faly Export, qui plus est l’initiateur de ce projet. Ce référentiel HOREB sera ainsi mis en avant dans le cadre de la Foire Internationale de l’Agriculture-Agro-business et Agroalimentaire organisée par le ministère auprès de la Présidence en charge de l’Agriculture et de l’Elevage le 14 septembre 2017 au parc des Expos à Tanjombato.

Carte HOREB. Ce sera discuté entre toutes les parties prenantes par le biais d’une conférence-débat avec la sollicitation des partenaires techniques et financiers. En fait, « les bonnes pratiques en matière d’hygiène, d’organisation, de restauration de l’environnement et de la biodiversité ainsi que de l’amélioration du bien-être de la famille des producteurs de l’HOREB dépassent largement les critères du commerce équitable et les normes sociales GRASP lancées par Global GAP. La preuve, la coopérative Taratra regroupant plus de 700 paysans, a bénéficié d’une prime à raison de 4 Centimes/kg de litchi vendu sur le commerce équitable via la société Faly Export, en plus du revenu tiré de la vente de sa production. Et parmi lesquels, près de 200 producteurs qui possèdent la carte HOREB sont membres de la société Faly HORDEA que nous avons mise en place. A chaque commercialisation de leurs produits, 50% de bénéfice net leur sont versés directement. L’an dernier, ils ont déjà  pu exporter trois containers de cannelle à Bordeaux. En outre, ils ont commercialisé 8 tonnes de vanille verte qui sont en cours de traitement. Et un contrat de 1 300 tonnes de litchi est déjà prévu pour cette campagne », a-t-il évoqué.

Redorer l’image. Et les retombées pour les producteurs sont déjà palpables. « La coopérative Taratra a entre autres pu acquérir par ses propres moyens, un véhicule 4×4 pick up et des motoculteurs. Ce premier lui est indispensable pour une évacuation sanitaire, le transport des intrants et de sa production et pour la mise en place des structures servant à développer le monde rural. Les enfants des producteurs détenteurs de carte HOREB sont tous scolarisés. Leurs familles ont pu aussi avoir accès aux soins de santé de base. En revanche, ils doivent respecter l’environnement tout en s’engageant à reboiser afin de maintenir l’équilibre de l’écosystème. L’objectif vise à redorer l’image des produits d’exportation de Madagascar sur le marché international », a conclu Faly Rasamimanana.

Navalona R. 

Midi Madagasikara17 partages

Bancarisation des salaires : Forte sensibilisation du MEN

Avoir un compte bancaire est bénéfique pour les fonctionnaires du MEN.

A l’instar des autres ministères, le ministère de l’Education Nationale encourage ses agents, notamment les nouvelles recrues à procéder à la bancarisation de leurs salaires.

« De nombreux avantages peuvent être obtenus par la bancarisation des salaires ». Ce sont là les propos d’Alain R., un ancien maître Fram nouvellement recruté par le MEN pour donner son avis quant à l’idée de bancarisation des fonctionnaires. Celui-ci d’énumérer quelques-uns de ces avantages. Entre autres « la facilité d’accès au salaire et le gain de temps (on n’est plus contraint d’endurer les longs files d’attentes au trésor) ». Un point qui cadre avec les nombreux objectifs fixés par le MEN dans son initiative de sensibilisation à la bancarisation des fonctionnaires. En effet, un des premiers objectifs de ladite initiative consiste en « la traçabilité des fonctionnaires pour ainsi faciliter la lutte contre les fonctionnaires fantômes ». Ladite lutte faisant partie des activités auquel l’Etat, dont le MEN s’est initié via la décision relative au paiement des salaires des agents de l’Etat via le virement bancaire. La traçabilité des fonctionnaires via leur compte en banque permet également d’évaluer les transactions et du volume d’argent qui circule dans le pays.

Intérêts. Alain R. d’ajouter que le recours à la bancarisation permet également de « jouir d’autres avantages ». « Le fait de pouvoir procéder à des emprunts bancaires en cas de besoin est un des nombreux exemples de ces avantages», a-t-il fait savoir. Comme les employés du secteur privé, de nombreux fonctionnaires malgaches ont actuellement recours à des emprunts bancaires. Les raisons sont nombreuses : des projets d’investissements, une urgence, autres… Il convient de rappeler que l’initiative est personnelle et en fonction des besoins des particuliers. Sur ce, le directeur des ressources humaines auprès du MEN a tenu à faire savoir « qu’en aucun cas, les dirigeants auprès dudit ministère ne peuvent contraindre les fonctionnaires à recourir à des emprunts bancaires ». Le DRH d’ajouter que « si des cas sont signalés, les victimes peuvent porter plaintes auprès du ministère ». Il convient de rappeler que le MEN a signé des conventions avec trois banques : BNI, BOA et BFV.

José Belalahy

Tia Tanindranaza15 partages

HCC sy CENINomen’i Kenya lesona

Nolavin’ny Fitsarana avo any Kenya ny voka-pifidianana filoham-pirenena natao tany an-toerana ny 8 aogositra 2017 teo, ka nahavoafidy indray ny filoha Uhuru Kenyatta (54,27 %).

Toky R

 

Midi Madagasikara14 partages

Festival de musique classique « Nosy Be Symphonies » : Une clôture en apothéose au Mont Passot

Concert de clôture au Mont Passot.

C’était samedi dernier, au terme d’un marathon de sept soirées de concerts,  entre la capitale et Nosy Be que la 4e édition du festival « Nosy Be symphonies » s’est achevée. La veille, la dernière scène « hôtelière » s’est déroulée à l’hôtel Sarimanok à Ambatoloaka, plus précisément dans son restaurant appelé Ba Tu Moch. L’établissement a affiché complet. Des prestations garantes de l’excellence et de la diversité du genre « classique ».

Connu pour être un festival itinérant voyageant d’hôtels en hôtels entre Antananarivo et Nosy Be pour cette 4e édition, le festival « Nosy be Symphonies » a su poser ses marques au fil des années. Ses objectifs ? Démocratiser la musique classique et donner à l’évènement une envergure régionale (Océan Indien). L’afflux croissant du public et la  vingtaine d’enfants invitée gratuitement chaque soir de concert est révélateur d’une appréciation allant crescendo. Sur  le plan régional, la couverture par des médias de l’Océan Indien (Zone Austral et Télé Créol) venus couvrir le festival en appui aux médias locaux a permis d’atteindre en partie les buts espérés.

Un voyage dans le monde du classique. Décrire chaque soirée fut ardue de par la richesse et le professionnalisme de chaque formation et des fusions intergroupes, qui ont joué les prolongations à chaque concert (3h au lieu de 1H30 réglementaire). Le secrétaire général du COAC (Comité d’organisation d’Activité Culturelles), Jean Louis Salles s’est senti débordé pour la présentation du programme et a annoncé au public : « Je vous laisse apprécier les surprises, que les artistes vous ont concoctées ».  Une façon de signifier la richesse des programmations.

Vendredi soir, c’étaient les instruments à cordes qui étaient à l’honneur. L’ensemble mauricien « 415 ! » spécialisé dans le classique baroque et la formation malgache Mozartiana ont épaté la salle (serveurs compris), par leur jeunesse, leur professionnalisme, leur humilité et leur humour qui leur ont valu une ovation méritée. Un voyage dans le monde de la musique classique qui rappelle que c’est un vaste univers qui ne demande qu’à être exploré.

Une clôture haute en couleurs et « saveurs ».  Devenue une institution, la clôture du festival au point culminant de Nosy Be, le Mont Passot, était époustouflante. Soleil couchant, face à la mer avec un public venu nombreux (si nombreux que certains spectateurs ont suivi le concert debout sans se plaindre aucunement). Le mieux placé des spectateurs, l’Ankoay qui a survolé cette féerie durant  tout le concert a aussi été témoin du surpassement des artistes et des techniciens (sono et lumière). Le public aussi a su être spontanément complice à souhait ; mère nature qui s’est faite clémente durant tout l’évènement. L’interprétation de l’hymne du festival interprété par tous les artistes, écrit par le guitariste Parany Ramaromisa à la fin de chaque concert s’est « bonifié » à chaque représentation.

Recueillis par Anjara Rasoanaivo

Midi Madagasikara13 partages

Commune Ampasina Maningory : La 5e édition du « Fora zaza » est une réussite

Le député Ahmad Hely lors de la remise des dons dans les fokontany d’Anjahamarina.

156 enfants de sexe masculin (entre trois et 35 ans) ont été bénéficiaires de la sixième édition de « fora zaza faobe » ou circoncision collective dans le fokontany Anjahamarina, commune rurale Ampina Maningory, district Fénérive Est. Une initiative sociale et solidaire entreprise par le député de Madagascar élu dans le district de Fénérive Est, Mohamad Ahmad alias Ahmad Hely depuis l’année 2014. L’édition de cette année a été particulière. En effet, l’évènement a également été l’occasion pour cet élu de Fénérive-Est d’attribuer une attention particulière à l’endroit des jeunes. Un clin d’œil qui s’est manifesté par la remise de matériels sportifs comme des ballons de foot et des maillots pour les jeunes hommes. La gent féminine n’était pas en reste. Des « lambahoany », les tenues traditionnelles typiques de la Côte Est malgache  leur ont aussi été offertes (devant leur servir pour les festivités du 08 mars 2018 comme l’a indiqué le député Ahmad Hely). Par ailleurs, en guise de respect pour les autorités locales, le député Ahmad Hely a remis des « costumes » aux chefs des fokontany d’Anjahamarina.

Recueillis par José Belalahy

News Mada12 partages

Tennis de table : Ny Antsa et Rondro doublent la mise

La deuxième manche de l’Open organisé par la section de tennis de table d’Antananarivo a souri, une fois de plus, à Ny Antsa Randrianarisoa (U16 filles) et Rondro Rajaonah (Open dames). Après avoir remporté haut la main la coupe lors de la 1ère manche, les deux pongistes ont de nouveau  ravi les palmes hier, au gymnase d’Ankatso.

Chez les U16 garçons, Lucianno Randrianantoandro a pris sa revanche sur Angelot Randrianarivony après sa défaite lors de la finale de l’édition inaugurale. Par conséquent, la troisième manche de cet Open aura toute son importance dans la course à l’obtention du ticket pour la France.

En effet, le meilleur garçon et la meilleure fille durant les 3 manches de cette compétition Open se verront offrir un billet Tana-Paris-Tana pour qu’ils puissent participer au stage au sein  du club de tennis de table de Puteaux en France.

Naisa

 

Midi Madagasikara12 partages

Football Thb Ligue des champions : CNaPS Sport corrige Zanakala

Une humiliation. Devant son public d’Ampasambazaha qui plus est. C’est le sort réservé au Zanakala  par la CNaPS Sport sur le score incroyable de 4 à 1.

La CNaPS Sport a pris une sérieuse option en battant le Zanakala, hier à Fianarantsoa devant un public médusé.  Logique quand son chouchou sombra en moins de dix minutes sur une incursion de Lalaina (3) puis un puissant tir de Boura qui se logea sous la barre transversale.

Peu de temps avant la pause de ce match très tendu pour devenir une partie de chasse aux tibias que le jeune arbitre avait du mal à gérer,  Feno corsa l’addition sur un but splendide.  Le même Feno dut cependant se résoudre à sortir sous le coup d’un carton rouge pas toujours justifié.

Jouant en infériorité numérique,  la CNaPS Sport parvint grâce à Rija à ajouter un quatrième but synonyme de naufrage pour les Fianarois qui commençaient à quitter ce stade d’Ampasambazaha que les locaux rebaptisaient stade Claudine Razaimamonjy.

Ils n’ont pas vu Zanakala réduire le score lors des arrêts de jeu sur une mésentente entre Leda et ses défenseurs.  Mais pour une fois, on ne lui tiendra  pas rigueur car cette large victoire face à son plus sérieux rival, permet à la CNAPS de prendre une sérieuse option pour la qualification à la seconde phase et mettant aux prises les trois premiers des quatre sites.

Clément RABARY 

Voici les résultats de la 2e journée de THB ligue des champions

(A)

Ussk Ambanja 2 – 2 Varatraza

Cosfa 1 – 0 Fosa Juniors

Fc Iharana 1 – 1 Mtm.

(B) :

Rts Jet Mada 1 – 0 Ajesaia

Hzam Amparafaravola 2 – 0 Stf

Fifafifi 3 – 3 Vakinakaratra .

(D) :

3fb (5)-(2) As Espoir

Fc Angele (6)-(1) Jsa

CNaPS Sport (4)-(1) Zanakala

(C):

Top Dom (2) –(1) Vfm

Fc Malaimbandy (1)-(0) Fc Menagnara

Elgeco plus (8)-(0) Fc Maeva.

Midi Madagasikara12 partages

Volley – Championnats des jeunes : 38 équipes pour quatre titres

Le sommet national de volley-ball débute ce jour à Toamasina. A commencer avec les jeunes et à continuer avec les seniors.

« En tout il y aura 59 équipes qui vont participer au championnat de Madagascar de volley-ball du 4 au 16 septembre prochain. 38 d’entre ces équipes seront en lice chez les jeunes. Je pense que l’objectif d’organiser des rencontres de taille afin de détecter les meilleurs joueurs en vue des compétitions internationales de 2018 est atteint. De même que pour les jeux des îles de 2019 » a expliqué Jocelyn Andriamandimbisoa. Toujours selon lui, il y aura aussi une détection des futurs entraîneurs nationaux. La finale jeunes aura lieu le 9 septembre et tout de suite, on entame chez les seniors dont la finale est prévue le 16 septembre, un décalage par rapport aux dates initiales. Les matches se joueront sur trois terrains. La réunion technique, pour les jeunes aura lieu dans les locaux de la DRJS ce jour à 8 h et pour les seniors le vendredi à 8 h. Licence, actes de naissance, fiches d’engagement originales et fiches d’enregistrement seront demandées.

Anny Andrianaivonirina

Midi Madagasikara11 partages

Qui sont nos hommes politiques ? Samihery Yves Ralay : « Ne jamais oublier le lieu d’où on vient »

Samihery Yves Ralay, le jeune Maire de Marolambo. (Photo fournie)

Il est tout jeune mais occupe pourtant une place importante dans la vie de la Commune Rurale de Marolambo. Il s’agit de Samihery Yves Ralay, le Maire – justement – de ladite commune laquelle connait un quotidien déshérité et moins radieux.

En dépit de cette fatalité, le Maire de Marolambo continue de diriger sa commune la tête haute. Samihery Yves Ralay est un homme marié et est l’heureux père de quatre enfants dont trois filles. C’est un être qui adore la lecture. C’est même un de ses divertissements favoris. Son statut oblige ! A part son accointance avec les livres, le maire a également un petit faible pour le ballon rond. « J’aime beaucoup le football », assure-t-il. Mais ce qui différencie Samihery Yves Ralay de ses pairs, c’est son rêve de devenir polyglotte. C’est un grand passionné de langues vivantes et non pas la langue de… bois. « Les langues française et anglaise sont celles que je maîtrise bien actuellement. Par ailleurs, je m’y connais un peu en allemand et je m’initie aux langues italienne et portugaise », dévoile-t-il humblement. Mais cela ne lui suffit pas. Apprendre fait partie de son fonctionnement.

Très jeune. Samihery Yves Ralay a eu son baccalauréat en 2003, à l’âge de 18 ans. Quand il a ouvert la porte des études supérieures, la Gestion est la filière sur laquelle il est tombé amoureux. Puis, il a décidé d’enseigner à Betampona, toujours à Marolambo. D’ailleurs, il aime enseigner. A l’âge de 25 ans, Samihery Yves Ralay effleure la politique en étant le coordinateur d’un parti politique lors des élections communales. Ayant acquis quelques expériences, il a décidé de s’envoler de ses propres ailes en mettant le cap sur la Mairie de Marolambo. A 30 ans, il y est élu sous la bannière du parti au pouvoir, le HVM. « Le feu député Levao Nitadiavana a largement contribué à mon élection tout comme les autres maires HVM du district », confie-t-il.

Ambitieux. A côté de la lecture, du football, des langues vivantes et de toutes ses activités du quotidien, Samihery Yves Ralay est avant toute chose, un jeune homme engagé et ambitieux. Malgré les difficultés qui pèsent sur sa commune, baisser les bras est loin d’être une option pour lui. « Trop ambitieux quand on pense que Marolambo se trouve au milieu de nulle part », affirme-t-il. Par rapport à ce problème, il a misé sur l’agriculture et est formellement dévoué pour la cause environnementale. « J’oriente mon action sur le développement agricole, surtout les cultures de rente. En même temps, je m’engage beaucoup pour l’environnement et je lutte contre la culture sur brûlis », décrit le maire. En étant jeune, il abandonne les pratiques antiques et trouve que les innovations sont à mettre sur le devant. « Je vise la modernisation des matériels utilisés dans nos bureaux et l’accès aux soins de tout un chacun », décrit-il.

Le cri d’alarme. Mais ce jeune maire, las du développement qui tarde à venir, veut l’accélérer justement. « L’enclavement triomphe toujours car Marolambo est oublié le plus souvent par les dirigeants, les partenaires techniques et financiers. Donc aucun investisseur n’ose y réaliser un projet », déplore-t-il avant de poursuivre que « neuf fois sur dix, on nous refuse des projets ». A cet effet, Samihery Yves Ralay laisse un message, un appel aux natifs de Marolambo « à se souvenir du lieu d’où ils viennent car le développement est un devoir de tout un chacun ». Par ailleurs, les compatriotes et les étrangers peuvent avoir un aperçu du développement progressif de la commune sur la page facebook  « Fampivoarana an’i Betampona/-Marolambo ».

Aina Bovel

Midi Madagasikara11 partages

Tennis de Table / 2e open de Tana :« Un très bon niveau » dixit Dorat Rakotoarisoa

Ils ont fait jouer les futurs champions de Madagascar et pourquoi pas les futurs pongistes internationaux ? Ils, c’est la section de Tana avec Charles Edouard Rajosoa qui a organisé avec son staff ce week-end  le 2nd open de Tana de tennis de table.

Avouez qu’avec 165 participants pour un open à sa deuxième édition, c’est tout simplement fabuleux. Chapeau à la section tananarivienne qui continue son petit bonhomme de chemin. Mieux, cet open a vu une participation nationale car Moramanga, Antsirabe et Toamasina étaient de la partie. D’ailleurs Luciano de Moramanga a gagné le tire des moins de16 ans garçons et Avo Hary Rajoelison d’Antsirabe celui des 2è séries. « Après le 1er open les 22 et 23 avril, nous avons organisé le second ce week-end et le troisième sera pour les 4 et 5 novembre prochains, a annoncé Dorat Rakotoarisoa, directeur technique de la section.  A lui de continuer que le niveau était impeccable. « Le meilleur des U-16 garçon et la meilleure des U16 fille après les trois open participeront à un stage au club de CSM Puteaux France ». D’ailleurs, ils ont l’appui de Cap  Madagascar avec les coupes, Multiset de Rouen, Friendship sport de Paris, Walexport. Mieux,  des anciens joueurs expatriés ont offert des primes aux champions et vice-champions  des 1res séries hommes et dames.

Résultats

Non licenciés Dames

Championne Razafinjato Véronique Aro 4

Vice Championne Ranjanirina Harisoa Ostie 0

Non Licenciés Hommes

Champion Rakoarimanana Franck Cosfa 4

Vice Champion Ramaroson Léon Mfb 0

U 16 Filles

Championne Randrianarisoa Niantsa Aro 4

Vice Championne Randrianarivony Mendrika Aro 0

U 16 Garçons

Champion Randrianatoandro Lucianno Geco Sport 4

Vice Champion Randrianarivony Angelo Aro 1

2è Et 3ème Séries Hommes

Champion Avo Hary Rajoelison Antsirabe 4

Vice Champion Andriamamonjy Miora Asut 3

 

Toutes Catégories Dames

Championne Rajaonah Rondro Mihanta Jovenna 4

Vice Championne Ralaivao Henijary Fanantenana Asa 0

Toutes Catégories Hommes

Andrianantoandro Sitrakiniaina Gaalxyoung 4

Vice Champion Razafindrakoto Amboarasoa Itokiana Jovenna 2

Anny Andrianaivonirina

News Mada10 partages

Nomen’i Kenya lesona amin’ny fifidianana i Afrika : nofoanan’ny fitsarana ny fandresen’ny filoha ...

Sambany eo amin’ny tantara ary lesona ho an’ireo mpitondra afrikanina. Nivoaka ny zoma teo ny didin’ny fitsarana an-tampony any Kenya manafoana ny voka-pifidianana filoham-pirenena ny 8 aogositra teo. Efa nandresy sy nitarika amin’ny isam-bato anefa ny filoha am-perinasa, Kenyatta.

Mazava ny didy ary nijoro amin’ny fahaleovantenany ny fitsarana. « Foana ary haverina ny fifidianana filoham-pirenena. Tsy manankery ny voka-pifidianana teo noho ny hosoka sy tsy fanarahan-dalàna niseho”, hoy ny eo anivon’ny fitsarana an-tampony kenyanina, mitovy lenta amin’ny HCC aty amintsika. Hotanterahina afaka 60 andro na roa volana ny famerenana ny fifidianana. Noraisin’ny kandidà mpanohitra, tarihin’i Raila Odinga, tao anaty hafaliana izany didy izany satria nitory sy nampiakatra ny raharaha teny amin’ny fitsarana izy ireo noho ny fahitana fa tsy tomombana ary misy tsy fanarahan-dalàna tamin’ny fifidianana. Mbola notakin’izy ireo koa anefa ny handravana ny Vaomiera nikarakara ny fifidianana, mitovy amin’ny Ceni eto amintsika, ary ny hanenjehana eny anivon’ny fitsarana ireo tompona’andraikitra tafiditra amin’izao tsy fanarahan-dalàna izao.

Etsy andaniny, nanaiky sy nanaja ny didim-pitsarana ny kandidà sady filoha am-perinasa, Uhuru Kenyatta. “Hajaiko izany na tsy ankasitrahako aza noho ny tombontsoan’ny vahoaka kenyanina sy tsy hisian’ny ady eto amintsika”, hoy izy nanoloana ireo mpomba azy marobe.

Noharabain’ny sehatra iraisam-pirenena

 Nahazo ny vato, maherin’ny 54%, anefa ny tenany raha 44% kosa ny an’ny kandidà mpanohitra.

Tsy niandry ela fa niarahaba izao dingana lehibe eo amin’ny tantaran’i Afrika izao ny fianakaviambe iraisam-pirenena. Anisan’izany ireo masoivoho maherin’ny 20 miasa any Kenya. Ohatra ny Britanika sy Frantsay. Ny Alema sy ny Amerikanina ary i Italia. “Mipetraka ny demokrasia sy ny tany tan-dalàna”, hoy izy ireo.

Aiza ho aiza amin’izany ny HCC eto amintsika ? Niaraha-nahita ireny fanonganan’ny depiote ny filoha ireny. Ny fitsipaham-pitokisana. Ny fandaniana andro amin’ny “Fifanarahana ho amin’ny fandraisana andraikitra” (pacte de responsabilité). Hiaraha-mahita ny amin’ny 2018.

Synèse R.

Midi Madagasikara10 partages

Ambatovy : Soutien à la gestion des risques industriels

Etant même une grande industrie locale opérant dans les normes internationales, Ambatovy appuie les membres du Comité Régional de Gestion des Risques Industries dans la région Alaotra Mangoro, en vue de prévenir et de gérer les risques industriels comme son nom l’indique. A cet effet, une formation a été organisée dernièrement par le BNGRC à leur endroit avec le soutien du projet Ambatovy. L’objectif consiste à la mise en fonctionnement de ce Comité régional en leur donnant des concepts de base et de cadre juridique en la matière. Après cette formation, les participants ont pu effectuer une visite du site minier d’Ambatovy pour s’imprégner d’une grande installation industrielle tout en constatant de visu les mesures prises pour prévenir les risques industriels.

Navalona R.

Madagate7 partages

Madagascar. CRAM: "Fa iza no tokony hampihavanina amin’iza?"

Izahay mpikambana ato amin’ny Birao Nasionalin’ny «Cercle de Réflexion pour l’Avenir de Madagascar» (CRAM) dia manao izao fanehoan-kevitra manaraka izao taorian’ny fitsanganan’ny «Conseil du Fampihavanana Malagasy».

FAMPIHAVANANA MALAGASY ?

Sambany teo amin’ny tantaran’ny firenena Malagasy no nisy ny fanadinana am-bava tamin’ny taranja «Fampihavanana Malagasy» manoloana ireo mpanadina nanao ny sivana amin’izay ho mpikambana ao amin’ny Conseil du Fampihavanana Malagasy (CFM). Notendren’ny Filoham-pirenena ny anjarany izay iray ampaha-telon’ny mpikambana miisa 11 ao amin’ny CFM izay tsy niatrika fanadinana. Nivoaka soamantsara ny lisitr’ireo mpikambana saingy tena niteraka fanakianana maro. Fa iza no tokony hampihavanina amin’iza eto Madagasikara?

NOSY IRAY TSY MIVAKY

Foin’Andriamanitra ho Nosy iray tsy mivaky i Madagasikara. Raha ny marina dia olona mpihavy avy any amin’ny firenena samihafa nentin’ny sambo na lakana lehibe namakivaky ranomasina niantsona tany amorontsiraka no nifangaro ka nandrafitra ny mponina isam-paritra. (…). Nisy ny taranaky ny vazimba ara-tantara (…). Nitovy fomba fiteny ireo olona ireo taty aoriana. Nisy ny fanitarana ny fanjakany nataon’ireo Mpanjaka. (…) Nisy ny fifandraisan’ny olombelona samy olombelona manerana ny Nosy satria tsy misy mahavita tena, tonga ny fifanampiana, fifanomezan-tanana, fifampihakinana, firaisan-kina, ny fifanotronana an-kasohavana sy an-karatsiana izay nofintinina hoe: FIHAVAVANA MALAGASY. Mampiavaka ny vahoaka Malagasy eran-tany izany Fihavanana izany ary efa voajanahary aminy. (…).

Novolen’ny mpanjanan-tany frantsay ny fampizarana an’i Madagasikara mba hanjakany ka teo no nanomboka very ny hasin’ny firenena, nohezahany tsy nifanentana ny endriky ny fampandrosoana ny faritra samihafa. (…).

Miantoka ny ho avin’ny firenena Malagasy ny firaisam-pirenena izay antoky ny fampandrosoana. Tsy mandeha irery izany firaisam-pirenena izany fa mifampiakina tanteraka amin’ny fanjakana tan-dalàna sy tsara tantana ao anatin’ny fahamarinana, ny MANJAKA VAHOAKA, ny fitsinjarana ara-drariny ny harem-pirenena sy ny fahefana mba tsy hivangongo eo anivon’ny foibem-pitondrana intsony.

IZA NO MIFANDRAFY ETO?

Ny tena marina dia nisy anjara andraikitry ny tantara no niteraka ny fifandrafiana teto Madagasikara araka ny voalaza etsy ambony. Fa ny tena tsy azo lavina dia ny fisian’ny fifandrafiana eo amin’ireo «mpanao politika manan-karena teo amin’ny fitondrana ny tany sy ny fanjakana» izay miteraka “valy faty politika” hatrany rehefa mahazo ny fahefana nampidramin’ny vahoaka azy ny mpitondra iray.

Rehefa miala eo amin’ny fitondrana izy ireny dia miantso “fampihavanam-pirenena”, “famotsoran-keloka”, “tambiny ara-bola tamin’ny fahapotehina ny fananany” nohon’ny «fahatezeram-bahoaka» na ny «fitsaram-bahoaka». Ireo vitsy an’isa mpiara-miasa akaiky tamin’ireo mpitondra nifandimby no nandroba sy nanao tantely afa-drakotra ny harem-pirenena, nivarotra an-tsokosoko ny “bois de rose” nanomboka tamin’ny taona 2006 sy ny “volamena” ary ny “vatosoa sarobidy”, ny fanodikodinana volam-panjakana tao anatin’ny kolikoly avo lenta (…). Nisy tamin’ireo mpitondra nifanesy teto Madagasikara no sahy nandatsa-drà ny mpiray tanindrazana taminy tamin’ny alalan’ny tifitra vary raraka tamin’ny aprily 1971, 11 febroary 1975, 30 jolay 1976 (ny Praiminisitra Joël Rakotomalala maty vokatry ny fianjeran’ny «hélicoptère» nitondra azy), 13 mai 1972, 10 aogositra 1991, mai 2002 (fandosiran’ny Amiraly Didier Ratsiraka sy ireo mpiara-miasa taminy sasany nanao sesin-tany tany Frantsa taorian’ny fifandonana namoizana ain’olona maro), 7 febroary 2009,22 febroary 2017 (raharaha mafana tany Antsakabary ho setrin’ny famonoana polisy miisa roa maty niharan’ny fahatezeram-bahoaka na “fitsaram-bahoaka” ny 18 febroary 2017 ka niteraka ny fandoran’ny polisy miisa 42 ireo trano fonenan’ny mponina mahatratra 504 sy Fiangonanairay ny 22 febroary 2017 synahafaty renim-pianakaviana jamba 87 taona nodorana velona tao an-tranony ary nahatratra 1465 ny olona traboina tamin’ny fokontany miisa dimy (5) mifanalavitra. Efa dinihina eo anivon’ny Commission des droits de l’homme de l’Organisation des Nations Unies" any Genève izany tranga feno habibianana izany).

Tsy nanaiky ny didim-pitsarana momba azy ireny olona ireny ary tsy mbola nisy nigadra ireo «mpanao politika» fa ireo mpanatanteraka ny baikon’izy ireo no nahiboka am-ponja. Ny fampihavanam-pirenena katsahan’ireny sokajin’olona tsy maty manonta ireny dia “famotsoran-keloka faobe”. Mampiana-dratsy ny taranaka faramandimby izany sady manimba sy manapotika ny Soatoavina Malagasy ary maha very hasina ny Fitsarana sy ny firenena mihitsy.

Amin’ny fomba ahoana no hilazana fa mahaleon-tena ireo olona afaka tamin’ny fanadinana am-bava momban’ny "taranja fampihavanana Malagasy” ireo? Tsy vitan’izay fa ny 1/3 ny mpikambana ao amin’ny CFM dia no notendren’ny Filoham-pirenena amperin’asa. Na tiana na tsy tiana dia manana “valy babena” amin’izay nanendry azy izy ireo. Eo dia efa mitanila sahady ny mizanan’izany “fampihavanana Malagasy” izany ka tsy hahomby fa maty an-karany.

Sarotra ny hampihavana ny «mpanao politika very seza» satria samy efa somebiseby manao fampielezan-kevitra mialohan’ny fotoana ka miezaka mafy maka ny fon’ny mpivavaka ao amin’ny Fiangonana mivondrona ao amin’ny FFKM izy ireo fa hiatrika ny fifidianana Filoham-pirenena amin’ny 2018 mba hifikirana na hiverenana eo amin’ny fitondrana indray ! DISO TANTERAKA NY FAMPIASANA NY TENY HOE: «FAMPIHAVANANA MALAGASY» FA NY TENA MARINA DIA «FAMPIHAVANANAIREO MPANAO POLITIKA NITAVANA NY HAREM-PIRENENA KA NIHARAN’NY HATEZERAM-BAHOAKA NA NY FITSARAM-BAHAOKA» MBA HANADIOVANA AZY IREO HIATRIKA NY FIFIDIANANA FILOHAM-PIRENENA AMIN’NY 2018. VOLAM-BAHOAKA LANIANA FOTSINY NY FANANGANANA NY CFM. Ary aoka hazava tsara fa tsy mitovy velively ny «fampihavanam-pirenena tany amin’ny firenena afrikana sasany» izao fampihavanana Malagasy izao, ny tany Rwanda dia ady tamin’ny foko roa no nitranga ka nanaovana fampihavanam-pirenena taty aoriana (…).

Aza adino fa ny Filoha Hery Rajaonarimampiana izay milaza ho «mpampihavana» dia tokony hampihavanina amin’ny «mpanao politika» toa an’Andriamatoa Andry Rajoelina aloha. Raha ny tantara taorian’ny fifidianana Filoham-pirenena tamin’ny 2013 no jerena dia nisy ny fifanarahana teo amin’ny mpisolo toerana sy ny Filohan’ny tetezamita tsy nohajaina. Ary tsy fahita teto ambon’ny tany izany Filoham-pirenena tsy nanana solombavam-bahoaka na iray aza no lasa manana ny maro an’isa tampoka teo eo anivon’ny Antenimieram-pirenena. Izany endrika tsy fanajana ny teny nomena, ny Lalàmpanorenana sy ny lalàna mifehy ny Antoko politika izany no fototra maha rava ny fihavanana amin’ny mpanao politika ka miady fo izy ireo hiverinaeo amin’ny fitondrana. Teraka eo ilay antsoina hoe: “valy faty politika” ka lasa miantso “fampihavanam-pirenena” indray ilay lasa sesin-tany any aoriana any. Mamadika palitao sy lokon’ny “cravate” izay mpiara-dia taminy tavela eto an-tanindrazana fa tsy tafiditra ao anatin’ny “fiaramanidina manokana”!Ireo ilay “mpanao politika sakaizan’ny mpandresy” ary sahy milaza any aoriana any fa “hery hitondra fanovana eto Madagasikara”. Ireo sakaizan’ny mpandresy ireo no afaka "manao ny mafana sy ny mangatsiaka” eto amin’ny firenena. Leo sy tofoka azy ireo ny olom-pirenena ka miandrandra sy mitaky olom-baovao amin’ny fifidianana Filoham-pirenena amin’ny 2018.

Marihina fa raha tsy miaraka manao sonia ny kandidà rehetra amin’ny fifidianana Filoham-pirenena amin’ny taona 2018 fa: “hanaiky ny voka-pifidianana, tsy hanao valy faty politika rehefa lany, hanaja ny fanjakana tan-dalàna sy tsara tantana, hiady marina amin’ny kolikoly, (…)” dia tsy maintsy hiseho masoandro ireo tranga voalaza etsy ambony ireo ka ny vahoaka Malagasy hatrany no farahidiny ary ny toe-karem-pirenena no montsana aorian’ny saritaka sy ny korontana izay hatosik’ireo vahiny mamatsy volabe ny kandidà. Ny vaha-olana maharitra no handao jerena miaraka fa tsy lany andro amin’ireo olona vitsy an’isa efa nitavana ny harem-pirenena nandritra ny taona maro, ny fianakavian’izy ireo no afaka tamin’ny fanandinana fampidirana mpiasam-panjakana ambony amin’ny alalan’ny “quota” sy ireo izay nanome volabe an-tapitrisany ny tompon’andraikitra nifandimby mpanao kolikoly avo lenta, ny fanapotehana ireo mpandraharaha Malagasy vao misandratra raha mianankendry mifaninana amin’ny orin’asan’izy ireo (…). Inona no soson-kevitra haroson’ny CRAM?

SOSON-KEVITRA HO AN’NY VAHA OLANA MAHARITRA

Tsy azo ekena intsony eto amin’ny tany sy ny fanjakana ny tsy maty manonta fa izay mangalatra ny harem-pirenena sy manodikodina ny volam-bahoaka ary mandripaka ny mpiray tanindrazana aminy dia tsy maintsy entina eo anatrehan’ny Fitsarana mahefa ary manefa ny saziny vao “mifamela heloka”.

Ireo harena eto amin’ny firenena dia hisy fiatraikany mivantana any amin’ny vahoaka isam-paritra. Mitarika amin’ny fanorenanaifotony sy ny fanarenana ny firenena izany.

Samy efa nanao ezaka lehibe manodidina ity fampihavanam-pirenena ity ny ankolafin’olona maro, indrindra fa ireo Ray aman-dreny ara-panahy fa mbola tsy nahitam-bokatra hatramin’izao satria betsaka ny kajikajin’ny mpanao politika te-hifikitra eo amin’ny fitondrana sy entiny hanakonana zavatra maro. Azo ambara tsotra izao fa io kajin’ny mpanao politika vitsy an’isa io no isan’ny fototra iray miteraka ny fiverimberenan’ny krizy politika eto Madagasikara, krizy izay mitarika amin’ny fihemoran’ny toe-tsaina, maha very hasina ny Soatoavina, mandetika ny toe-karena ka maha-kizo fara ny vahoaka Malagasy.Inona tokoa moa izany firenena manadino na manary ny maha-izy azy izany? Firenena lasa hanjakazakan’ny vahiny ka very ny fiandrianany. Inona ary no vaha olana maharitra ho lovan’ny taranaka faramandimby?

KOMITY IOMBONANA HAMOLAVOLA NY SATAN’NY FIHAVANANA MALAGASY

Miaraka mivory ireo Ray aman-dreny ara-panahy sy ireo ray aman-dreny ara-drazana, izay manana ny maha-izy sady toavin-teny any amin’ny faritra misy azy avy manerana an’i Madagasikara ary ireo Mpitsara. Manangana komity iombonana hamolavolana ny SATAN’NY FIHAVANANA MALAGASY na ny “CHARTE DES VALEURS SUR LE FIHAVANANA” izy ireo. Mampivory ny ankolafin-kery misy eto amin’ny firenena izy ireo sady manazava an’io Satan’ny Fihavanana Malagasy io, izay ho lovan’ny taranaka fara-mandimby.

Ny dingana faharoa dia ny fametrahana ny TRANOBEN’NY FIHAVANANA MALAGASY na «LE PALAIS DU SOCLE DES VALEURS BASE SUR LE FIHAVANANA» ka samy hitondra ny anjara vato avy any amin’ny faritra misy azy avy ny solontena isam-paritra tarihin’ny Ray aman-dreny ara-drazana mba ho entina hanorenana ny fototry izany tranobe izany ao Ampefy (ivon’i Madagasikara). Hanome tso-drano izany fametrahana ny fototry ny trano izany ireo Ray aman-dreny ara-panahy. Amin’izay fotoana izay no hanomboka ara-bakiteny ny fanorenana ny firenena (“refondation de l’Etat”).

Ny Tranoben’ny Fihavanana Malagasy dia hitoeran’ny FAHENDRENA - FITIAVANA - FIANDRIANANA- FAHAMARINANA.«La connaissance de la vérité seule permet à une nation de prendre son avenir». Endrika velona ho lovan’ny taranaka faramandimby io TRANOBEN’NY FIHAVANANA MALAGASY  io satria hiverina eo anivon’ny FOKONOLONA FOTOTRY NY FIRENENA ny hasina, firaisam-po, firaisankina, fifanampiana, fifampitokiasana, fifankatiavana, teny ieràna, fifanajana amin’ny samy Malagasy. Miverina tanteraka ny hasina sy ny fanajana ny Ray aman-dreny.

Ireo no soatoavina hipetrahan’ny fanahy maha olona ireo no hiverenan’ny fiandrianan’ny firenena Malagasy izay antoky ny ho avy sy ny fampandrosoana maharitra ary ny MANJAKA VAHOAKA. MANOMBOKA ETO DIA HANANAN’NY FIRENENA VAHINY HENA-MASO ISIKA ARY HO LASA OHATRA VELONA HO AN’NY FIRENENA MARO MANERAN-TANY I MADAGASIKARA.

Ao amin’nyTRANOBEN’NY FIHAVANANA MALAGASY no toeram-pivorian’ireo Ray aman-dreny voafidin’ny mpiray Foko aminy isan-taona ka hanaovany jery todika ny zava-nisy nandritra ny taona ary hanolorany tatitra sy fehin-kevitra amin’ny hiatrehana ny taona vaovao. Amin’io fotoana io ihany koa no hanolorana ireo loha-hevitra mandritra ny taona ho an’ireo zanaka hifaninana isaky ny Firaisana mandritra ny herinandron’ny kolontsaina.

Afaka mametraka fitoriana na fitarainana amin’ny Komitin’ny Ray aman-dreny ny olom-pirenena manoloana ny fandikana ny SATAN’NY FIHAVANANA MALAGASY hataon’ny mpitondra iray na maromaro na olom-pirenena. Rehefa mari-pototra ny fitoriana dia miantso fivoriana tsy ara-potoana ny Komity mba hananarana ilay olom-pirenena manana andraikitra na nampindramin’ny vahoaka ny fahefana eo anivon’ny Tranoben’ny Fihavanana Malagasy.

Raha mbola mamerina izany ilay olona dia tonga aminy ny sazy, raha olom-boafidy izy dia hahongana, raha olom-boatendry dia halana amin’ny toerana, raha kolikoly avo lenta na halatr’omby dia hatolotra ny Fitsarana mahefa fa tsy mandalo fananarana eo anivon’ny Tranoben’ny Fihavanana Malagasy.

HENATRA GOAVANA EO ANIVON’NY FIARAHA-MONINA MALAGASY IZANY ANTSOINA EO ANIVON’NY TRANOBE IZANY SATRIA HIVOAKA AN-GAZETY KA HANAPOTIKA AN’ILAY OLONA MIHITSY RAHA MINIA MANDIKA NY SATAN’NY FIHAVANANA MALAGASY IZY.

Ahitana efitrano iray lehibe fampiratiana ireo karazana fitafy, taovolo, vakoka avy amin’ny faritra samy hafa eto amin’ny Nosy ao amin’io TRANOBEN’NY FIHAVANANA MALAGASY io. Azo tsidihan’ny mpizan-tany vahiny na tera-tany izany mba ho fampidiram-bola entina hikarakarana  an’ilay TRANOBE.

Marihina fa tsy Andrim-panjakana ny Komitin’ny Ray aman-dreny fa Filan-kevitra. Fitiavan-tanindrazana ka tsy karamaina ireo mpikambana. Mandray tambin-karama kosa mandritra ny fotoam-pivoriana izy ireo ary voafaritra ao anatin’ny teti-bolam-panjakana izany.

LALIM-PAKA SADY HO MAFY ORINA NY FIRAISAM-PIRENENA

Hatsangana isaky ny Firaisana na Firaisana mifanakaiky ny Foibe ara-kolontsaina. Tafiditra ao anatin’ny fandaharam-pianarana rehefa asabotsy ny fomba nentin-drazan’ilay faritra na faritra hafa toy ny katro, ny fanorina, ny sora-dihy, (…). Ny faran’ny taom-pianarana dia hisy ny antsoina hoe “HERINANDRON’NY KOLON-TSAINA” ka izay sangany amin’ny mpianatra dia hisolon-tena ny Firaisana iray any amin’ny Firaisana iray mifandray aminy. Miova isan-taona ny Firaisana roa mifandray.

Ny maika dia ny “jumelage entre commune” aloha. Mivahiny mandritra ny herinandro any Sainte Marie, ohatra, ny ankizy sangany avy eto Alasora mampiseho ny fomba sy ny fahaizany dia torak’izany koa ny ankizy sangany avy any Sainte Marie tarihin’ny Ben’ny Tanàna. Hiaraka hamboly hazo amin’ny mpianatra any an-toerana izy ireo satria amin’izay fotoana izay dia efa tafiditra ao anatin’ny fotoam-pahavaratra ny fotoam-pialan-tsasatry ny mpianatra ary ireo tanora manao ny fanompoam-pirenena no manao ny lavaka hambolen-kazo sy miantoka ny zezika. Izany dia tafiditra indrindra amin’ilay tetik’asa lehibe amin’ny fampiharana ny « revolisiona maitso sy ny revolosiona ekolojika ». Rehefa milentika tsara ao an-tsain’ny tsirairay fa miantoka ny hoaviny ireo hazo na hazo fihinam-boa novolen’ny taranany ireo dia tsy handoro tanety intsony ireo zatra nanao izany isan-taona.

Misy teti-bola avy amin’ny Firaisana ("Commune") ny hetsika rehetra. Hifandray ny zaza Malagasy manerana ny Nosy amin’izay fotoana izay ary lalim-paka sady mafy orina ny firaisam-pirenena sy ny fihavanana Malagasy. Ohatra, raha mifandray ny Commune Alasora sy ny Commune Sainte Marie dia mety hanangana toeram-pivarotana any Sainte Marie ny mpahay asa-tanana (zaitra, tanimanga) sy ireo tanora hitondra ny vokatry ny fambolena avy aty Alasora. Hisy ny fifaneraserana ara-barotra amin’ny “Communes” roa tonta. Santionany fotsiny izay voalaza izay fa miafara amin’ny fananganana indostria ny resaka firaisam-pirenena rehefa mamaky ilay boky “FOKONOLONA NO FOTOTRY NY FIRENENA”. Tsy mijanona eo anivon’ny Commune ny raharaha fa hisy ny “Ivo-toerana fianaran’asa” isaky ny distrika ho an’ireo tanora manao fanompoam-pirenena, ireo tanora tsy an’asa sy ireo tanora miroso amin’ny sehatry ny fandraharahana ka afaka hindrana vola eo anivon’ny “Banque nationale de développement de Madagascar”. (Hazavaina rehefa miresaka ny loha-hevitra momban’ny toe-karena sy ny politika isam-paritra).

MIAINGA AMIN’IO SATAN’NY FIHAVANANA MALAGASY IO NY FAMPANDROSOANA REHETRA ETO AMIN’NY FIRENENA, HANDRY FAHALEMANA NY VAHOAKA MALAGASY ary veloma hatreo ny gaboraraka, ny fandrobana ny harem-pirenena, ny tsy refesy mandidy ary ny ampihimamba isan-tokony nahazatra ny mpitondra nifanesy teto Madagasikara ka nitarika ny fiverimberenan’ny krizy politika izay maha kizo fara ny mpiray tanindrazana sy ny fanjakazakan’ny vahiny ka nahavery hasina ny firenena Malagasy.

Alasora, faha 04 septambra 2017

JOEL HARISON Marie René

Filohan'ny CRAM (Cercle de Réflexion pour l’Avenir de Madagascar)

Midi Madagasikara7 partages

Football féminin / championnat de Madagascar : ASKAM en pôle position

L’ASKAM était déjà en tête lors de la première phase du championnat national et revoici ces dames toujours en tête après sa finale contre Sab-Nam samedi dernier en 2 buts à1.

Un but de Sophie de SabNam  à la 18è minute pour déstabiliser tout le monde et cela fut le cas. ASKAM se réveilla de sa léthargie et accéléra le jeu. D’ailleurs vainqueur de l’ASOT, Sab Nam avaient tout à gagner pour cette finale. Mais en face, ASKAM veut aussi le titre et avec Sarah, elles égalisent à la 45 è minute. Le score de 1 à 1 resta jusqu’au sifflet final si bien qu’on alla aux prolongations et à la 105è minute, ASKAM fit la différence avec un tri de loin de Christina. Premières au classement de la 1re phase, elles sont encore en tête avec cette seconde phase avec 16 points. La phase finale du 6 au 14 octobre déterminera l’équipe championne mais déjà, l’ossature de Cosafa cup se met en place petit à petit avec ces dames qui en veulent !

Anny Andrianaivonirina

Midi Madagasikara6 partages

La nécessité d’un véritable débat démocratique

Pour les écoliers et les lycéens en France, mais aussi à Madagascar dans certaines écoles, c’est aujourd’hui la rentrée. En politique, la trêve des vacances a pris fin et les choses sérieuses commencent pour le président Emmanuel Macron et  son équipe gouvernementale. Les jours voire les semaines à venir vont être mouvementés pour le chef d’Etat français.

La nécessité d’un véritable débat démocratique

Il est difficile de faire un parallèle entre les situations politiques à Madagascar et en France. Chez nous, il n’y a pas de véritables débats démocratiques, le pouvoir exécutif prenant largement le pas sur le pouvoir législatif, les deux chambres ne relayant pas vraiment les doléances des citoyens. Les partis politiques qui tentent de mobiliser la population ne peuvent le faire à cause de l’interdiction systématique de leurs manifestations. En France, le président Emmanuel Macron avait en main tous les atouts pour appliquer le programme présenté aux Français pendant la campagne électorale. Il a été élu à une large majorité. Son parti « la république en marche » a remporté une victoire écrasante aux élections législatives. Il a donc commencé à faire ses réformes. Le nouveau code du travail va être appliqué grâce aux ordonnances. Mais malgré cela, une certaine résistance s’est   manifestée et les protestataires vont descendre dans la rue le 12 septembre à l’appel de certains syndicats et le 23 septembre à l’initiative du leader du parti politique France insoumise. Nul ne sait quelle sera l’ampleur de ces manifestations, mais le gouvernement ne paraît pas trop inquiet de leur impact sur la poursuite de l’application du nouveau code du travail. Cependant, il s’agit d’un aspect de la démocratie qui est essentiel. Le débat au parlement est terminé, mais c’est une façon pour une partie de la population de s’exprimer. Malgré la virulence des protestations, ce ne sera pas la révolution et force restera à la loi. A Madagascar, la démocratie n’a pas pris cette forme et on ne peut que le déplorer.

Patrice RABE

News Mada4 partages

Chronique : « On a autant de vies qu’on parle de langues »

Elena Lappin est née à Moscou en 1954. Elle grandit à Prague puis à Hambourg avant de poursuivre ses études en Israël où elle rencontre celui qui deviendra son mari, né canadien. Ils partent vivre à Ottawa, retournent en Israël, repartent pour les Etats-Unis et s’installent finalement à Londres.

Elena Lappin parle russe avec ses parents et tchèque avec son frère Maxim Biller -aujourd’hui écrivain allemand de langue allemande. Elle n’a pas oublié l’allemand, ni l’hébreu et s’exprime également très correctement en français, qu’elle a appris à l’école.

De toutes ses langues, c’est l’anglais qui s’est imposé comme langue d’écriture à  Elena Lappin, aujourd’hui romancière et essayiste. Et c’est en anglais qu’elle raconte son parcours atypique dans une autobiographie où l’histoire intime n’est jamais très éloignée de la Grande Histoire.

 «Souvent les gens me demandent dans quelle langue je rêve. Pour autant que je sache, c’est un mélange de toutes ces langues, avec quelques ingrédients supplémentaires empruntés à des langues que je ne maîtrise pas très bien. Je me sens chez moi dans quatre langues. Et alors» ?

Et alors, vu de nos tanety, c’est assez incroyable. Combien de Malgaches osent affirmer aujourd’hui qu’ils sentent chez eux en malgache et en français (et peut-être dans d’autres langues) ? Nous sommes encore trop nombreux à associer la langue française à la seule France, et la langue malgache aux seuls Malgaches, oubliant que les langues et

la littérature se jouent des frontières géographiques et administratives. Ce n’est pourtant pas nouveau. Elena Lappin cite un dicton tchèque qui affirme : «On a autant de vies qu’on parle de langues». Emberlificotés entre langue maternelle, langue seconde, langue étrangère, langue nationale, langue officielle … et langue d’enseignement, on oublie que si le dicton est vrai en Bohême, il se vérifie en Imerina et partout dans le monde.

Kemba Ranavela

Dans quelle langue est-ce que je rêve ?, d’Elena Lappin, Editions de l’Olivier, 2017.

 

News Mada3 partages

Filoha lefitry ny SMM : « Efa any amin’ny fampanoavana ny « Raharaha Andriamandavy » »

 « Naninona nitory izahay mpitsara, nihitsoka ny antontan-taratasy? Fitoriana ny fandehan’izany antontan-taratasy izany no noresahina tamin’ny minisitra. Handeha ny famotorana, ary hiroso ny fanolorana amin’ny fampanoavana toy ny olona rehetra. »

Izay ny fanazavan’ny filoha lefitry ny Sendikàn’ny mpitsara eto Madagasikara (SMM), Jaona Clément, ny faran’ny herinandro teo,  momba ny « Raharaha Andriamandavy VII Riana ».

Tratra ambodiomby ny zavatra nataon’Andriamandavy VII Riana, raha ny fahatan’ny SMM azy. Tsy tokony hisy mihitsy izany ny fangatahana ny zo tsy azo enjehina. Rehefa fahatrarana ambodiomby izy, tsy mitaky ny fakana ny tombon-jon’ny mpikambana ao amin’ny parlemanta.

« Efa lasa any amin’ny fampanoavana ny antontan-taratasy, samy manara-maso an’iny na izahay na ny minisitera. Tsy voasariky ny mpitsara izahay amin’izay fanaraha-maso izay. Tsy hanao fanelanelanana amin’izany izahay », hoy izy.

Misy roa ny fitoriana

Fantatra fa nihitsoka teo anivon’ny minisiteran’ny Fitsarana ny fitorian’ny SMM momba ny « Raharaha Andriamandavy VII Riana« , taorian’ny nametrahana izany. Teo ny fitoriana teny amin’ny borigadin’ny zandary momba ny fikarohana, Fiadanana, amin’ny fandrohanana ho faty natao tamin’ny mpikamban’ny SMM, tamin’ny alalan’ny facebook. Teo koa ny fitorahana ny foiben’ny Bianco, Ambohibao, taorian’ny andro nisamborana an-dRazaimamonjy Claudine, ny 4 avrily 2017.

Eo hatrany ny ahiahy…

Na eo eo aza izany rehetra izany, tsy ilaozan’ny ahiahy. Tsy inona fa ny mety mbola ho fitsabahan’ny fahefana mpanatanteraka ny raharaham-pitsarana. Anisan’ny takin’ny SMM ny fanajana ny hasin’ny fitsarana, ny tsy fanaovana fitaovana politika ny fitsarana, ny fanajana ny didim-pitsarana, ny fanajana ny tany tan-dalàna…

Saika ny mpitondra na olom-panjakana no tsy tan-dalàna, manome ohatra ratsy ho an’ny  olom-pirenena tsotra? Anisan’ny tsy atokisan’ny vahoaka ny fitsarana sy ny mpitondra izany.

R. Nd.

 

L'express de Madagascar3 partages

1817-2017 : au nom d’un traité bicentenaire

Le Traité de Paris du 30 mai 1814 amputa la France de l’île de France qui sera rebaptisée île Maurice par les Britanniques. Napoléon avait abdiqué une première fois le 6 avril 1814 et son «retour de l’île d’Elbe», consacré par les «Cent Jours» (21 mars au 22 juin 1815 ), ne changera plus rien aux destinées des possessions britanniques et françaises dans l’océan Indien. D’ailleurs, dès décembre 1810, les Britanniques s’étaient déjà emparé d’une île qui leur sera officiellement cédée en 1814.Robert Townsend Farquhar (14 octobre 1776 - 16 mars 1830) successivement en poste à Madras (Inde, 1795), Amboine (actuelle Indonésie, 1796), Moluques (Indonésie, 1802), Penang (Indonésie, 1804-1805), avant de devenir Gouverneur de l’île Maurice (y arrivant le 4 décembre 1810), choisit de favoriser la montée en puissance du roi d’Imerina pour contrecarrer les visées françaises sur Madagascar (fin juin 1822, Rafaralahy, accompagné de James Hastie, s’empara de Foulpointe alors aux mains des Français ; en juin 1823, Radama, toujours accompagné de James Hastie, embarqua à Foulpointe à bord du navire britannique «Adriane» pour rejoindre la baie d’Antongil…).Farquhar manda le Créole Froberville pour étudier Madagascar (les documents en sont conservés au British Museum). En 1816, Bibye Lesage (Londres 1780 - Port-Louis 1843) vint à Madagascar sur ses ordres. Un ancien Traitant, Chardenaux, fit également le voyage d’Antananarivo et revint à l’île Maurice avec les jeunes frères de Radama, les jumeaux Rahovy et Ratafika, qui débarquèrent à l’île Maurice, le 10 septembre 1816.Le parlement de Grande-Bretagne avait adopté le 25 mars 1807 la loi sur l’abolition de l’esclavage. La grande oeuvre humanitaire de Farquhar, sur fond de réalisme politique sans concession, lui fit envoyer en Imerina l’autre grand artisan des relations britannico-malgaches. James Hastie (Irlande, 1786 - Antananarivo 1826), ancien sergent des armées britanniques avait été choisi comme précepteur des frères de Radama à l’île Maurice, sera promu principal agent du Gouverneur de Maurice auprès de Radama. Il quitta l’îleMaurice en juin 1817, ramenant à Madagascar les jumeaux Rahovy et Ratafika.Le 9 juillet 1817, l’agent britannique Pye avait réussi à faire accepter à Radama un pacte de non-agression avec Jean-René, le Chef de Tamatave. Descendu jusqu’à Tamatave, Radama y prononcera son fameux «toa masina», «mais, elle est salée ! », après avoir goûté à l’eau de mer. C’est à Tamatave que James Hastie rencontra une première fois Radama, le 17 juillet 1817, et c’est en sa compagnie qu’il monta en Imerina.

Par Nasolo-Valiavo Andriamihaja

L'express de Madagascar3 partages

Négociants et colons contre les mesures antipesteuses

Alors que l’Administration. S’efforce de circonscrire l’épidémie de la peste qui touche la ville d’Antananarivo en 1921, les risques d’extension hors de la capitale ne sont pas pour autant écartés. Bon nombre d’habitants se jouent du cordon sanitaire, craignant la pénurie. Pourtant des dispositions sont prises pour ravitailler la ville, « notamment en ce qui concerne le riz, dont il existe un approvisionnement important et qui ne doit, sous aucun prétexte, être payé au-dessus du prix normal ». Les points de ravitaillement sont les ponts de Tanjombato, d’Anosizato, d’Androrososona et d’Andranobevava, les bacs d’Anosimasina, de Mahitsy et de Mahazoarivo, les villages d’Ankadidramamy, d’Ankatso et d’Ambohipo.Faranirina V. Esoavelomandroso parle également du « rôle probable joué par les gros négociants européens dans l’infraction aux règlements», dans une étude publiée dans un numéro de 1980, de la revue Omaly sy Anio n°11. En effet, soucieux d’écouler dans les villages environnants leurs produits de première nécessité et leurs tissus, ils adoptent la même attitude que celles de leurs homologues de Toamasina, pendant l’épidémie de 1899. Selon l’historienne, ils constituent à l’époque, un « Comité de protestation » pour critiquer les mesures draconiennes de police sanitaire qui risquent, d’après eux, « de porter un coup fatal au commerce ».En outre, le 12 juillet 1921, tandis que les affiches officielles annoncent encore la veille, cinq nouveaux décès dus à la peste le président de la Chambre de commerce d’Antananarivo, Guinaudeau, invite le gouverneur général « à l’optimisme », dans une lettre publiée dans L’Indépendant. Il insiste sur le fait que l’épidémie est circonscrite, qu’elle ne touche que des quartiers précis de la ville. Et de demander un assouplissement des règlements pour éviter un « arrêt total des affaires ». Il précise « combien les relations capitale-banlieue sont nulles au départ à Tananarive, alors qu’à cette époque de l’année, les indigènes achètent habituellement à Tananarive force marchandises, et particulièrement des tissus », sans doute en vue des fêtes coutumières de la circoncision et du Famadihana. Il propose ainsi que l’on accorde plus de liberté aux voyageurs européens, les cas de peste apparus chez les seuls Malgaches démontrant que « les Européens sont plus réfractaires sur les indigènes à cette forme d’épidémie ». Bref, Guinaudeau suggère l’application de mesures spéciales pour les Malgaches, employés d’Européens, soulignant ainsi, indique Faranirina V. Esoavelo­mandroso, que « la bonne marche des affaires importe plus que la santé des colonisés». Guinaudeau conseille enfin de « n’effectuer qu’une opération de désinfection » des marchandises transportées par la voie ferrée pour réduire le délai d’acheminement.L’historienne n’écarte pas non plus les respon­sabilités de l’administration dans la diffusion du fléau. Elle met notamment en exergue les précautions insuffisantes avec l’autorisation accordée aux paysans de venir au marché du Zoma, le 1er juillet, alors que le diagnostic de peste est établi la veille, et de retourner dans leurs villages le soir même, « sur simple présentation de leur ticket de marché ». Enfin, avant que la ville ne soit déclarée contaminée, une intense circulation journalière entre la capitale et la campagne environnante existe, telle celle des routiers qui ravitaillent le grand marché d’Isotry.L’historienne tient cependant à corriger « la vision d’une maladie qui fait tache d’huile à partir de la ville ». Car une deuxième épidémie éclate en novembre 1921 dans les bas quartiers est de la capitale. C’est la saison pesteuse marquée par  la montée des rats de rizières vers les villages. Et d’ailleurs à Madagascar, « la peste apparait plutôt comme une maladie rurale qu’urbaine ». Ainsi, à partir de 1922, les zones touchées s’élargissent de plus en plus chaque année.Pour expliquer à ses compatriotes les raisons de cette propagation, le Dr Rajaobelina (BS.m N°27, mars 1927) cite l’impossibilité d’un contrôle strict, la dispersion des villages, l’insuffisance numérique des médecins capables d’établir un diagnostic sûr et rapide, l’ignorance par le Fokonolona chargé de surveiller les lazarets des règles élémentaires d’hygiène, et de la gravité du fléau.Parallèlement, les colons de brousse font preuve du même état d’esprit que les négociants de la ville. Ne pensant qu’à la perte de journées de travail, ils estiment « gênantes sinon inutiles les mesures de prophylaxie, la maladie existant depuis longtemps dans leur zone. Ils reprochent même à l’administration « d’ignorer les réalités du pays ». de ce fait, ils n’aident pas les équipes de prophylaxie et empêchent la vaccination durant les heures de travail des ouvriers qui, à la fin de la journée prétextent la fatigue pour refuser de se faire vacciner.

Texte : Pela Ravalitera - Photo : Institut Pasteur (« Omaly sy Anio » N°11)

News Mada2 partages

Référentiel Horeb : modèle pour un développement inclusif et durable

Référencier les produits malgaches pour plus de conformité aux exigences du marché international. C’est le résultat escompté suite à l’application du référentiel Horeb (Hygiène, organisation, restauration de l’environnement et de la biodiversité) et ce, dans une perspective de développement inclusif et durable.

Les producteurs de la coopérative Taratra de Fenoarivo Atsinanana, dans l’Analanjirofo, ont prouvé l’efficience du principe de développement inclusif et durable grâce à l’application du référentiel Horeb. En effet, les membres de la coopérative sont entrés formellement dans le monde l’entrepreneuriat, avec l’appui du secteur privé et de l’Etat à travers le programme « Prosperer ».

« Horeb, c’est un système de référence de qualité qui fait profiter toute la chaîne des valeurs ajoutées, du petit producteur à l’exportateur. Son objectif est de faire en sorte que les petits producteurs atteignent le niveau exigé par le marché international en fonction de leurs capacités. Il s’agit de référencier les produits malgaches pour avoir plus de conformité aux exigences du marché international », a expliqué Faly Rasamimanana, directeur général de Faly Export et non moins initiateur du référentiel Horeb.

Dans cette démarche, chaque entité et partie prenante à l’Horeb (producteurs, organisations du secteur privé, collectivités décentralisées…) a développé un mode de Partenariat public privé (PPP). Faly Export achète les produits de la coopérative tout en respectant la charte Horeb. Prosperer apporte des soutiens techniques et matériels comme la construction d’un entrepôt pour la coopérative ainsi que la formation des membres.

Commerce équitable

Et ce mode de partenariat fait ses preuves. La coopérative Taratra continue d’avancer dans la transformation des produits locaux comme le maïs, le girofle, le litchi, le poivre, la vanille, la cannelle ou encore le miel. Déjà les bénéfices propres de l’exportation de trois tonnes de cannelle l’année dernière ont permis à la coopérative de se procurer un véhicule tout terrain et un motoculteur, suivant le principe du commerce équitable. Ceci grâce à l’association Faly Hordea, qui regroupe Faly Export et l’association Hordea à laquelle sont affiliés les membres de la coopérative, 50% des bénéfices à l’export après impôts reviennent à la coopérative.

Décotés jusqu’à 30%, les produits malgaches dépassent largement aujourd’hui les normes référence de Graps de GlobalGAP en terme de qualité grâce au référentiel Horeb. Et cette année, la coopérative Taratra a déjà décroché un contrat d’exportation de 1.300 tonnes de litchi, contre 440 tonnes l’année dernière. Elle procède également au traitement de 8 tonnes de vanille verte qui devrait donner 1,3 tonne de vanille préparée. Aussi, Taratra se prépare à exporter des fruits séchés, tendances des amuses- gueules sur le marché international.

« Si ce modèle de PPP continue de faire ses preuves, il sera donné à Madagascar d’atteindre les ODD avant 2030 », a conclu Faly Rasamimanana.

Arh.

 

L'express de Madagascar2 partages

Secteur minier – Madagascar veut de « vrais » investisseurs

Le Président Hery Rajaonarimampianina semble être déterminé à mettre fin aux spéculateurs dans le secteur minier.

Pas de place à la spéculation. Le Président Hery Rajaonari­mam­pianina aspire à avoir de « vrais » investisseurs. « Aujourd’hui, nous voulons assurer une bonne gouvernance pour que nous puissions avoir les vrais investisseurs déterminés à créer des emplois, à créer une valeur ajoutée dans ce secteur, et dans ce pays », a déclaré le Chef d’État, lors de l’inauguration du centre d’affaires Mining Business Center (MBC) à Ivato, le 1er septembre. Et lui d’ajouter que : « 90% des détenteurs de permis miniers sont des spéculateurs ».À en croire sa déclaration, c’est l’une des raisons qui poussent l’actuel régime à mettre en attente le projet de mise à jour de l’actuel code minier. La refonte du code minier fait partie de l’une des nombreuses priorités du Plan national de développement (PND), édicté par le gouvernement.

RecensementLes autorités ont déclaré, à plusieurs reprises, que l’actuel code minier, rédigé en 1999, ne répondrait plus, aujourd’hui, aux aspirations du Plan national de développement.« Les nouveaux textes doivent répondre aux aspirations du gouvernement », a soutenu Ying Vah Zafilahy, ministre auprès de la Présidence, chargé des Mines et du pétrole, vendredi. « On recense quatre mille permis miniers délivrés actuellement. La majorité d’entre eux appartiennent aux exploitants malgaches. Seulement, une trentaine a fait une déclaration auprès de l’initiative pour la transparence des industries extractives (EITI) et une cinquantaine paie la redevance annuelle », rajoute le membre du gouvernement.Pourtant, la refonte du code permettra au gouvernement d’augmenter le pouvoir de contrôle de l’État, de stopper la spéculation sur les permis d’exploitation, de renforcer les contrats sociaux et environnementaux avec les exploitants. Le projet est mis en pointillé en ce moment.Mais le gouvernement  veut quel type d’investisseur ? Avec quel texte ? Le ministre reste très évasif sur cette question. « Les expériences dans d’autres pays démontrent que la présence de grands investisseurs est un bon signe pour l’économie. Dans le pays, nous ne disposons que de deux grandes mines, Ambatovy et Quit mineral Madagascar (QMM) », a fait savoir le ministre.

Lova Rafidiarisoa

Midi Madagasikara2 partages

Kidnapping Arnaud sy Annie : Hotsaraina amin’ity volana ity ao amin’ny “cour criminelle”

Araka ny angom-baovao natao, dia hiditra fitsarana ady heloka bevava eto Toamasina amin’ity volana septambra ity amin’izay, raha naharitra 22 volana nisehoany sy nanaovana fanadihadiana ny raharaha ny mpitandro ny filaminana sy ny fitsarana malagasy. Voalazan’ny angom-baovao hatrany fa efa feno avokoa ny antontan-taratasin’ady rehetra ka izao hotsaraina izao ny raharaha.

Am-polony. Raha ny vaovao hatrany, dia efa saika nahazo ny fampahalalana izao fitsarana ny raharaha fakana an-keriny isany arahin’ny Malagasy sy ny vahiny, nitranga teto Toamasina ity ireo voakasika rehetra. Fantatra anefa fa am-polony eo ireo olona tena mifaningotra tamin’iny raharaha fakana an-keriny zanaka mpandraharaha fanta-daza nandritra ny tetezamita tany Maroantsetra sy manerana ny Nosy. Isan’izany ireo mpivady tompon-trano nahatratrarana an’i Arnaud Ramiliarison sy ny zanany vavy mpampisakafo azy, ilay mpaka an-keriny tratra tao an-trano niaraka tamina basy kalaky efatra sy bala 119, ilay mpitsara niasa teto Toamasina nampisy resa-be sy ilay ramatoa sakaizany efa fanta-daza amin’ny fikambanan-asan-jiolahy sy fakana an-keriny, ingahy Freddo sy Freddy izay efa nifampitadiavan’ny mpitandro filaminana eran’ny Nosy, ny mpamilin’izy mianadahy nandritra ny fakana an-keriny, ary polisy sy mpandraharahan’ ny fonja ihany koa.

Nanaovana bizina. Vao nitranga ity fakana an-keriny ity 22 volana lasa ny 23 septambra 2015, teo ambony tetezan’i Tanambao Verrerie, dia nasaina nosahanin’ny zandary ny GSIS tao Antananarivo ny raharaha. Nandritra ny 50 andro vokatr’izany, dia nihorohoro ny mponin’i Toamasina noho ireo tondro molotra sy bizina be ary kolikoly avo lenta nataon’ireo zandarin’ny GSIS, izay niteraka fisamborana olona an-jatony nefa tsy nisy nahazoam-baovao na iray tao anatiny. Ireo ekipan’ny polisy miasa eto Toamasina ny tapaky ny volana janoary 2016 no nahafaka an’i Arnaud tao Andranomadio Parcelle 11/41 nanafenana azy farany raha ny fanazavana tamin’izay, izay tsy lavitra ihany koa ilay trano nahatrarana ilay fiara 4×4 nitondrana azy mianadahy nitsoaka. Nanomboka teo dia niova avokoa ny raharaha, sy niroso tamin’ny tena fanadihadiana nahazoam-bokatra ny raharaha izay nahasamborana tsikelikely amin’izay ireo atidoha sy ireo mpiray tendro rehetra.

Ankoatra izany araka ny angom-baovao hatrany, dia hivoaka handritra izao fitsarana afaka tapa-bolana eo anivon’ny fitsarana ady heloka bevava Antananarivo izao, ny marina rehetra mikasika ity raharaha ity, sy ny resaka fakana an-keriny mateti-pitranga teto amintsika tao anatin’ny tetezamita hatramin’izao. Mahalala tsara ity raharaha ity ihany koa ny sendikan’ny mpitsara malagasy…

Malala Didier

Orange Madagascar1 partages

Echos de Mahajanga du 4 septembre 2017

TSARARANO ANOSIKELY. Une fillette de 4 ans est brulée vive dans la soirée du samedi 2 septembre, vers 22h30 dans un incendie d’une maison en tôle à Tsararano Anosikely à cause d’une querelle entre un couple, voisin. 8 chambres étaient parties en feu et aucun mobilier n’a pu être sauvé. La femme est en garde à vue tandis que l’homme s’était enfui.

DIRECTION RÉGIONALE DU COMMERCE BOENY. La Direction régionale du commerce a effectué une descente au bazar Tsaramandroso et chez les détaillants de riz pour contrôler le prix du riz, qui varie entre 1600 ariary , riz importé, et 2000 ariary, riz local.

INSÉCURITÉ. Face à l’insécurité, le contrôle de la carte d’identité nationale est de rigueur depuis le début du mois de septembre dans toute la juridiction de Mahajanga ; il est donc nécessaire de ne pas s’en séparer en cas de séjour à Mahajanga.

ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR. La 1re édition du Salon de la recherche au service de l’économie de l’emploi organisée par l’Université de Mahajanga, avec le OIT et le MINESUPRS aura lieu demain 5 et 6 septembre, demain devant l’Enem au bord de la mer.

DISTRICT D’AMBATO BOENY. Deux corps découpés et décapités par les dahalo, respectivement d’une fillette de 7 ans et d’un homme de 25 ans ont été découverts par les gendarmes dans un champ de canne à sucre ; fokontany Lagara, dans la commune rurale de Matsakabanja à Ambato Boeny, le 29 aout dernier. Les os longs de l’adulte ont disparu.

La Vérité1 partages

Claudine Razaimamonjy - Sa force de frappe reste intacte

Lâchée par le Président de la République Rajaonarimampianina, Claudine Razaimamonjy continue de peser de tout son poids dans l'arène politique malgache…

80 jours. C'est le nombre de jours que Claudine Razaimamonjy a déjà passé à la prison de Manjakandriana. Au train où vont les choses, cette dame réputée comme étant une baronne du parti « Hery vaovao ho an'i Madagasikara » risque de rester encore quelque temps dans sa geôle. Dernièrement, la chambre de détention de la Chaine pénale anti-corruption avait rejeté une énième demande de liberté provisoire déposée par ses avocats. Pour certains, l'opératrice économique a donc véritablement été lâchée par le couple présidentiel.  L'on estime en effet que la propriétaire du Palace AC a été sacrifiée par Iavoloha pour faire bonne figure aux yeux des bailleurs de fonds et investisseurs. Le fait que le Bianco, malgré son indépendance, a eu l'audace de la convoquer semble corroborer cette thèse. Bon nombre d'observateurs se posent toujours la question de savoir pourquoi le Président Hery Rajaonarimampianina a préféré sacrifier Claudine Razaimamonjy plutôt qu'un autre. Des informations qui circulent en haut lieu indiquent que le numéro Un de l'Etat pouvait sacrifier l'un de trois de ses proches collaborateurs déjà mis à l'index des partenaires techniques et financiers du pays.  D'ailleurs au cours d'une intervention sur une chaîne de télévision internationale, le chef de l'Etat avait désavoué publiquement devant des millions de téléspectateurs Claudine Razaimamonjy. Ceci dit, même depuis sa cellule de la maison centrale de Manjakandriana, l'aura de Claudine Razaimamonjy semble toujours planer sur les décisions prises en haut lieu. Même lâchée, elle garderait sa force de frappe. Lors du récent remaniement ministériel, plusieurs réputés proches de cette opératrice économique ont été maintenus au sein du Gouvernement.  Pour ne citer que Jean Anicet Andriamosarisoa, ministre des Sports ou encore Neypatraiky Rakotomamonjy, ministre des Postes, des Télécommunications  et du Développement numérique.  Si le premier est connu et reconnu comme un proche de la dame, le second s'était distingué en affichant publiquement son soutien sans faille à Claudine Razaimamonjy aux débuts de cette affaire. Une fidélité en amitié qui mérite d'être saluée à sa juste valeur dans un pays où cette qualité se fait de plus en plus rare…ThèsesRéputé proche de Claudine Razaimamonjy, Rivo Rakotovao a également été reconduit au ministère de l'Agriculture et de l'Elevage. Tout le monde se souvient encore que ce dernier, président national du Hvm, parti au pouvoir avait versé sa petite larme pour la patronne de l'AC lors des assises régionales du parti bleu à Toamasina en avril dernier. Un autre supposé proche de Claudine Razaimamonjy a également été intégré à l'équipe gouvernementale. L'ancien directeur de cabinet du chef de l'Etat Hery Rajaonarimampianina, Henry Rabary-Njaka  s'était démené pour Claudine Razaimamonjy depuis l'époque où celle-ci avait été admise à l'Hjra à la suite de l'annonce de son mandat de dépôt. Le Premier ministre Mahafaly Solonandrasana Olivier, réputé proche de la détenue de Manjakandriana a également été maintenu au ministère de l'Intérieur et de la Décentralisation. Le chef du Gouvernement est particulièrement pointé du doigt en tant que signataire des subventions exceptionnelles de plusieurs centaines de millions d'ariary octroyées à des Communes citées dans les affaires impliquant Claudine Razaimamonjy. D'ailleurs, lors de son arrestation au Palais des sports et de la culture de Mahamasina, Claudine Razaimamonjy a demandé à ses proches d'appeler le locataire de Mahazoarivo pour solliciter une « intervention ». Certains avancent néanmoins que l'aura de Claudine Razaimamonjy n'a rien à voir avec le maintien des ministres en question ou la nomination d'un autre. D'autres thèses sont avancées. Pour les uns en effet, il n'est  peut-être pas à exclure que les proches de la Dame reconduit ou intégré au Gouvernement ont lâché leur ancienne « amie » pour rejoindre le clan dominant dirigé par le nouveau manitou des lieux.  D'autres avancent également que la reconduction et le maintien sont une manœuvre destinée à diviser et affaiblir la faction Razaimamonjy. Pour certains également, il pourrait s'agir d'un clin d'œil effectué par Iavoloha en direction de la plus célèbre détenue de Manjakandriana. Une manière de dire que malgré la distance, elle restait dans les cœurs de ses anciens amis.Recueillis par A.R.

La Vérité1 partages

Affaire Riana Andriamandavy VII - Le dossier à la brigade spéciale de la Gendarmerie

Quelques jours après la prise de fonction de la nouvelle ministre de la Justice, Rasolo Elise Alexandrine, le dossier Riana Andriamandavy VII retient de nouveau l'attention. Faut - il rappeler que la nouvelle patronne de Faravohitra avait promis de se pencher sur cette affaire à la suite d'une sollicitation du syndicat des magistrats de Madagascar (Smm), la semaine dernière. 

D'après les dernières nouvelles émanant d'une source bien informée, le dossier est actuellement entre les mains de la brigade spéciale de la Gendarmerie nationale au Toby Ratsimandrava sis à Andrefan'Ambohijanahary après avoir atterri au Parquet du Tribunal d'Antananarivo. La même brigade qui s'est occupée de l'affaire de port de tenue militaire qui visait à épingler des journalistes du mouvement pour la liberté d'expression (Mle). La vitesse avec laquelle cette 2e affaire a été traitée est largement différente à celle de la première affaire qui semble trainer des pieds. D'après toujours notre source, le dossier a été transmis à la brigade spéciale le 24 juillet dernier mais, du moins jusqu'à hier, le sénateur Riana Andriamandavy VII, n'a pas encore été auditionné. Audition du Gal  Rakotomahanina FlorensRappelons que deux plaintes ont été déposées contre le parlementaire au début du mois de mai dernier. Diffamation, menace de mort, violence et voie de fait, sont les faits reprochés dans la première tandis que la 2e  concerne une dénonciation d'infractions contre le bâtiment du Bianco. C'est ce dossier concernant cette dénonciation qui a été transmis à la brigade spéciale avec comme spécification l'audition  du Général Rakotomahanina Florens, ancien commandant de la Cirgn Analamanga et de ses officiers ayant exécuté la mission de maintien de l'ordre au Bianco. Pour la plainte,  un « soit - transmis » a été émis par le Procureur général auprès de la Cour d'Appel à la section de recherche de la Gendarmerie nationale en précisant « pour enquête et éventuellement défèrement » du parlementaire. Après cela, le dossier a fait l'objet d'un va- et- vient au niveau de plusieurs hauts responsables judiciaires qui prête complètement à confusion. A un moment, les enquêteurs ont envoyé le dossier auprès du Procureur général près la Cour d'Appel, « pour demander la conduite à tenir ». Le dossier est également passé par le bureau du Procureur général près de la Cour de cassation. Il fut même un temps où le dossier a été bloqué au niveau du ministère de la Justice avant de redescendre au niveau du Parquet.  A se demander s'il s'agit d'une manœuvre dilatoire pour éviter de donner suite au dossier.S.R.

L'express de Madagascar1 partages

Exportation – Le label Horeb revoit l’image des produits

Le litchi, poids du cap, bientôt la vanille… tout est en train de perdre leurs valeurs sur le marché international. Devant ce tableau très sombre, certains producteurs ne ménagent pas leurs efforts pour regagner la confiance des importateurs. « Les produits malgaches ont perdu jusqu’à 30% de leur côte sur le marché international. Avec le label Horeb, nous voulons renverser cette tendance en misant sur les normes sociales et environnementales et dépasser les référentiels internationaux », a soutenu Faly Rasamimanana, directeur général de Faly Export et initiateur de ce label de qualité.Le label Horeb, qui se traduit par les indicateurs Hygiène, organisation et restauration de l’Environnement et de la biodiversité, a été créé en 2008 par ce chef d’entreprise. C’est un référentiel en produits d’exportations malgaches, fruits et légumes. Pour lui, ce label permettra de redorer l’image des produits malgaches et d’améliorer la condition de vie des paysans producteurs.  Maintenant, Faly Exports’engage à appuyer des coopératives dans la région Atsinanana et Analanjirofo.

Mesure d’accompagnementDans cette forme de collaboration, la coopérative Taratra, à Analanjirofo, a pu se procurer d’une voiture tout-terrain et d’un motoculteur, avec une prime versée à chaque paysan. Pour chaque kilo de litchi exporté, 4 centimes d’euros seront versés aux paysans mem­bres de cette coopérative.Cette prime va se répercuter, par la suite, sur la manière même de produire et de vivre. « Cette démarche motivera les paysans quantaux habitudes positives. C’est une sorte de mesure d’accompagnement afin qu’ils respectent l’environnement et se concentrent dans l’amélioration de la qualité de production. Ces paysans bénéficieront d’une sécurité sociale », a soutenu le directeur généralde Faly Export.Mais le projet de Faly Rasamimanana ne s’arrête pas là. Cet exportateur se projette également d’implanter une usine de transformation de fruits dans ces régions. Des formations sur le séchage de fruits ainsi que l’acquisition de matériel nécessaire se feront dans les prochains mois. L’aventure ne fait que commencer.

Lova Rafidiarisoa

L'express de Madagascar1 partages

Quatre fuyards tués par balle

Quatre bandits auteurs d’une attaque à main armée survenue vendredi 25 août à Tsaramiadana, commune de Marokarima dans le district de Mananjary ont été abattus par balle. Les gendarmes leurs ont tirés dessus lorsqu’ils ont continué à s’enfuir.

Midi Madagasikara1 partages

Diégo : « Nokendaina ho faty tao anaty violon ny zanako »

Tsy mino ny tenako fa, maty nananton-tena izany ny zanako. Ny renin’i Ferdinand, pôlisy (AP3) teo aloha ary voaroaka noho ny antony izay mbola nifamahofaho no nanazava. « Voalohany, dia nazava ny ‘autopsie’ izay nilaza fa, nisy dian-kenda teo amin’ny tendan’ny razana. Manarak’izany dia betsaka ary mifamahofaho ny resaka satria tamin’ny fahavelony dia nisy ‘plainte’ maro izay napetrany ary mahakasika tompon’andraikitra ambony izany. Tsy nisy tohiny avokoa izany fitarainana izany » hoy ihany ilay reny izay miady mafy ny mba hanarahan’ny tompon’andraiki-panjakana ny raharaha izay aminy dia vono olona. Na ny fomba nandroahana ny zanako tsy ho mpitandro ny filaminana intsony aza dia misy fitarainana betsaka mahakasika izany nataony : Bianco, Conseil d’Etat, Police. Nahazo dika mitovy amin’izany koa ny Praiminisitra tompon’andraikitra tamin’izany fotoana (2015), raha ny fanampim-panazavana avy aminy. Io farany dia mahita fa ny fahasahian’ity lehilahy maty tao anaty « violon » ity no ahiany ho antony nahafaty azy. Niakatra aty Andrenivohitra izy ankehitriny mba hitatitra ny nahazo  an-janany ary hitety ny sampan-draharaham-panjakana miady amin’ny kolikoly sy ny fanamparam-pahefana. Isan’ny noteteziny ihany koa ny haino aman-jery. Tamin’ny 25 aprily teo no maty i Ferdinand ary tao anaty « violon » izy no nolazaina ho nananton-tena. Toe-javatra izay tsy eken’ny fianakaviany ary hiadian’ny reniny mafy ankehitriny.

D.R

Madaplus.info0 partages

Université d’Antananarivo : capacité d’accueil insuffisante

Les nouveaux bacheliers dans tout Madagascar sont au nombre de 75 193 dont 33 170 pour Antananarivo. Malgré le manque d’infrastructures par rapport au nombre des bacheliers, l’Université déploie des efforts pour accueillir les nouveaux étudiants.
Le Ministère de l’Enseignement supérieur adopte la politique de l’université de proximité. L’Université d’Antananarivo met en pratique cette politique en ouvrant des Instituts d’Enseignement supérieur à Antsirabe et à Antananarivo. La mise sur pied de ces infrastructures facilitera l’intégration des étudiants à l’université. La qualité de l’enseignement est également améliorée. La filière répond aux besoins de la population des Régions comme l’Agriculture et le secteur des Énergies renouvelables. Le Salon de l’étudiant 2017 pour l’Université d’Antananarivo se tiendra le 6,7 et 8 septembre prochains à Ankatso. Le conseil d’orientation sera au menu de cet atelier selon les explications du Professeur Ramanoelina, le Président de l’université.
Midi Madagasikara0 partages

Maevatanàna : Olon-tsotra roa maty voatifitra nandritry ny fanafihana

Raim-pianakaviana iray no sady tompona tranom-barotra voatafika, raha olona roa hafa maty voatifitry ny jiolahy teo amin’ny tratrany sy ny lohany. Tao amin’ny fokontany Ambatofotsy, Kaominina Maevatanàna voalohany, no nisehoan’ny fanafihana, ny alatsinainy 28 aogositra lasa teo, tokony ho tamin’ny 07 ora sy fahefany hariva. Araka ny fantatra, voaroba nandritra  ny fanafihana ny vola maromaro sy zava-pisotro, toy ny labiera, vao niditra tao ireto jiolahy.Tonga dia  nanapoaka basy sady norahonany tamin’ny «basim-borona» ireo lasibatra, avy hatrany dia nopoirin’izy ireo ny vata misy vola, ary nandositra malaky ireto malaso no nanapoaka basy faharoa, ka niboaka ny trano ireto olona saika hamonjy an’ilay raim-pianakaviana voatafika, ary  nifanehitra tamin’ireo jiolahy izy roa lahy, ka teo no nahatonga ny  jiolahy nitifitra azy ireo, ka bala iray   no niantefa tany amin’ny tratrany sy ny lohany izy roa. Namoy ny ainy vokatr’izany ireto farany, raha vao nahavita ny fanafihana ny jiolahy, dia vaky nandositra. Ny fokonolona moa samy nanamafy ny hidin-tranony,  vao nahare izany. Taorian’izay vao nampandre ny mpitandro ny filaminana ny vady aman-janany ilay mpitana tranom-barotra voatafika, ary efa misokatra ny fanadihadiana mahakasika ity araka ny fampitam-baovao voarainay. Matahotra no sady mihorohoro tanteraka ny mponina eto Maevatanàna, noho ity asan-jiolahy ity, izay tena manjaka amin’izao fotoana izao,  ny ato amin’ny faritra Betsiboka.

Ratantely

News Mada0 partages

Harena an-kibon’ny tany : mampifandray sy manamora ny asa rehetra ny MBC

Tafajoro ny foiben’ny fandraharahana momba ny harena an-kibon’ny tany. Notokanan’ny filoha Rajaonarimampianina Hery, ny faran’ny herinandro lasa teo, izany toerana izany, MBC (Mining Business Center), eny Mamory Ivato. Hita ao avokoa izay asa misy fifandraisana rehetra momba ny harena an-kibon’ny tany, eo anivon’ny fanjakana, toy ny fanaovana taratasy sy fangatahan-dalana, fihaonan’ireo samy mpandraharaha na mpampiasa vola isan-tsokajiny, mpivarotra sy mpividy, avy eto an-toerana sy avy any ivelany.

Mampifandray sy manamora ny asan’ireo rehetra ireo ny MBC. Nametraka izany fotodrafitrasa lehibe izany ny BCMM (Bureau du cadastre minier de Madagascar) ho fampitomboana ny fampiasam-bola eo amin’ny fitrandrahana harena an-kibon’ny tany. Manana anjara toerana lehibe ao anatin’io MBC io izany ny BCMM, araka ny lalàna mandrafitra azy, ho fanomezan-danja ny harena an-kibon’ny tany eo amin’ny toekarem-pirenena. “Foibe momba ny fandraharaha lehibe iray ity toerana ity, eo amin’ny samy mpandraharaha, sy ny fifandraisana amin’ny fanjakana”, hoy ny minisitry ny Harena an-kiobon’ny tany, Zafilahy Ying Vah.

Ny MBC izany manamora ny fifanakalozana, fifandraisana, ary fifanampiana, indrindra koa fa varavarana misokatra ho an’ireo mpampiasa vola avy any ivelany. Maoderina, ahitana banky, fanakalozam-bola vahiny, efitra fanaovana famelabelaran-kevitra mahazaka olona 1.000, efitra fanaovana fivoriana, tranoheva 32 ahitana ireo tolotra sy zava-misy isan-karazany, efitra famakiam-boky sy torolalana. Raha fehezina, fitaovana iray lehibe ho fampandrosoana ny harena an-kibon’ny tany. Miankina amin’ny fahaizana mampiasa sy mitrandraka izany ny hahitan’ny firenena tombontsoa marina.

R.Mathieu

News Mada0 partages

Absence de culture politique : «La faute au cadre légal» dixit Sahondra Rabenarivo

L’absence de culture politique peut aussi s’expliquer par les lacunes dans les textes règlementaires, comme les lois électorales, a souligné la juriste Sahondra Rabenarivo dans un courrier parvenu dans notre rédaction.

L’interview de l’économiste Franck Ramarosoana, dans notre quotidien du 1er septembre 2017, n’a pas laissé  de marbre les observateurs avisés de l’actualité politique à Madagascar, particulièrement la juriste Sahondra Rabenarivo. Dans un courriel intitulé «Propagande et réunion électorales», elle a tenu à réagir sur l’absence de culture politique dans le pays. D’après cette personnalité, «Une raison principale pour ce fait est que le cadre légal (électoral surtout) ne le permet pas».  Et pour cause, par le passé, les textes électoraux et leurs accessoires (loi sur les réunions publiques ou la communication) étaient spécifiquement conçus de manière à taire les débats démocratiques et favoriser les tenants du pouvoir.

Précampagne ?

Pour étayer son analyse, Sahondra Rabenarivo explique que limiter à 30 jours la période de la campagne présidentielle, 21 jours pour les législatives et 15 jours pour les communales, faisait partie d’un temps révolu où les moyens de télécommunications de masse ont été sous les commandes du régime.

Pendant les périodes électorales très restreintes, le monopole de l’Etat sur la télévision et la radio favorisait les chances des tenants du pouvoir. Alors que selon elle, d’aucuns s’accordent à dire que la réalité (technologique ou autre) dépasse les textes et qu’il est temps de les moderniser.  Mais malheureusement, le manque cruel de discussion ouverte et publique constitue un véritable obstacle. C’est le cas notamment sur le début de la précampagne relatée par les médias ces derniers temps. A chaque événement d’envergure à l’affiche, notamment les cérémonies religieuses, les acteurs politiques se mettent sur le devant de la scène  pour «charmer» les futurs électeurs.

A ce titre, il faut signaler que le rapport de la commission consultative sur les textes électoraux (publié sur le site web de la CENI) est exhaustif en soulignant simplement «une redéfinition en différentes périodes, bénéficiant d’un régime juridique différencié, des temps de la campagne électorale» ainsi que d’un «renforcement de l’encadrement juridique des moyens de propagande».

«Après tout, il existe une multitude de possibilités.  Qu’est- ce qui serait le plus adapté au contexte local et particulier de  Madagascar ?», telle est la question que se pose Sahondra Rabenarivo, qui se demande également s’il faut d’abord redéfinir la campagne électorale. «Ce n’est pas étonnant si les dirigeants et candidats éventuels cherchent à s’immiscer dans les rassemblements (notamment religieux) qui leur donnent accès à une audience captive, plus ou moins contrainte à les écouter, et une médiatisation autrement inaccessible.  Il n’existe pas beaucoup d’opportunités pour faire connaître, ni sa personne ni son programme», ajoute-t-elle.

«Réunion électorale»

En effet, d’après toujours ses analyses, la loi actuelle prévoit déjà, en application du principe que «Les réunions électorales publiques sont libres»,  que la tenue de réunions électorales est soumise à déclaration (et non à autorisation préalable). Elle dispose aussi que les réunions ne peuvent pas être tenues dans les édifices cultuels, lieux de travail, bâtiments administratifs et casernes.

Mais la loi devrait définir ce qu’est une «réunion électorale», qu’elle soit publique ou privée, si elle doit être annoncée par procédé de publicité commerciale, si elle peut être organisée avant l’ouverture de la campagne officielle, si elle doit se tenir dans un local clos, si elle peut être commune à plusieurs candidats et si le candidat peut inviter la concurrence à un débat contradictoire.

A noter que lors de son interview, réagissant aux actualités politiques, Franck Ramarosaona a souligné qu’actuellement, les politiciens sont tellement concentrés sur les élections à tel point que la vie quotidienne de la population semble totalement délaissée.

«Les politiciens et partis politiques n’ont aucune base idéologique solide mais cela n’est pas étonnant vu que la plupart ne sont pas passés par les écoles et n’ont pas reçu les formations adéquates, les politiciens manquent de militantisme et la culture politique est absente. D’autre part, les partis politiques n’ont pas de projet de société concret pour appuyer leurs argumentations et les opposants manquent de personnalité et se contentent de critiquer gratuitement».

Rakoto

 

News Mada0 partages

Faritra Analamanga : « Tokony harindra ny asa… »

Nitondra ny voantsirambin’ny tanana ho an’ireo traboina noho ny haintrano tetsy Mahavoky, ny zoma teo, ny eo anivon’ny faritra Analamanga. Nitondra fanazavana manoloana izany izy ireo.  « Tokony harindra ny fanomezana fanampiana, tahaka izao, mba tsy hifanindry na hitovy ny entana omena. Matetika, lasa mitovy avokoa izany nefa mety tsy hamaly ny hetahetan’ny traboina », hoy ny tale kabinetran’ny faritra, Randrianindrina Henri. Notsiahiviny fa tokony hisy hatrany ny fifampiresahana eo amin’ny mpanome sy ny BNGRC ary ny faritra. « Na izany aza, isaorana avokoa ireo nitondra ny anjarany », hoy ihany izy.

Tsiahivina fa nanolotra sinibe hamatsiana rano ho an’ireo fianakaviana ireo ny faritra. Teo koa ny kojakojan-dakozia, toy ny vilany…

Synèse R. 

 

News Mada0 partages

Very olomanga ny firenena : nodimandry Rasolofonjatovo Jean-Michel

 Banga ny tontolon’ny fitsarana ary very olomanga ny firenena. Nodimandry ny faran’ny herinandro teo ny mpitsara sady mpahay lalàna, Rasolofonjatovo Jean-Michel. Nampiavaka azy ny fahasahiana miteny sy manohitra ny tsy mety sy ny tsy fahamarinana. Anisan’izany ny fitakiana ny marina sy ny rariny tamin’ireny krizin’ny 2009 ireny ary nananganany ny vondrona « Indignez-vous« . Nifanatrika tamin’ny mpanelanelana, Chissano, nanohitra ny “Ni…ni”. Nanangana ny fikambanana Harena Madagasikara ity mpampianatra teny amin’ny oniversite ity, hiarovana sy hikolokoloana ny harem-pirenena, anisan’ny naha sarotiny azy. Anisan’ny nankasitrahany ny “Revolisona na ny tolom-bahoaka ny taona 2002”. Anisan’ny niady mafy sy niara-dia tamin’ny filoha Ravalomanana tamin’ireny fotoana ireny ny tenany. Fa eo koa ny nankasitrahany ny dingana nataon’ny FFKM amin’ny fampihavanana natao teny amin’ny CCI Ivato.

Anisan’ny fanehoan-keviny farany ny tsy fankasitrahany ny tsy fametrahana ny tany tan-dalàna. Notoheriny ny fomba fiasan’ny prefektiora, tsy nanaiky sy tsy nampihatra ny didim-pitsarana nahazoan’ny Tim rariny, tokony ho nahazoan’io antokon-dRavalomanana io alalana nankalaza ny faha-15 taony tetsy Mahamasina, farany teo.

Synèse R.

News Mada0 partages

Kitra vehivavy – «Division élite 2017» : mbola voahosotra ho tompondaka ny Askam Itasy

 Norombahin’ny Askam,  avy amin’ny ligin’Itasy, ny dingana faharoa amin’ny fifaninanam-pirenena, baolina kitra vehivavy na ny “Division élite 2017”. Resiny, teo amin’ny famaranana, ny AC Sab-Nam.

 

Tontosa, ny asabotsy lasa teo  tany amin’ny kianja Mahamasina, ny famaranana dingana faharoa, amin’ny fiadiana ny ho tompondakan’i Madagasikara, baolina kitra vehivavy “Division élite”. Tsy mbola niala teo am-pelatanan’ny Askam Itasy indray ny anaram-boninahitra, izay efa azony tany Mahajanga, nandritra ny dingana voalohany.

Resiny, tamin’ny isa tery, 2 no ho 1, ny AC Sab-Nam Analamanga. Efa tany amin’ny fanalavam-potoana anefa vao tafavoaka ho mpandresy ny Askam. Niady, hatramin’ny farany, ny fihaonan’ny roa tonta. Nanokatra ny isa ry zareo avy eny Avaradrano, tamin’ny alalan’i Sophie, teo amin’ny minitra faha-18. Nanasahala ny isa kosa i Sarah, teo amin’ny minitra faha-45. Nentin’ny roa tonta niala sasatra io isa mitovy, 1 sy 1, io.

Nifampitady ny andaniny sy ny ankilany, teo amin’ny fizaram-potoana faharoa. Nifamaliana ny fanafihana, saingy tsy nisy nahatafiditra baolina, hatramin’ny 90 mn nilalaovana. Voatery niditra tamin’ny fanalavam-potoana ny roa tonta. Nampiditra ny baolina faharoa, nitondra ny fandresena ho an’ny Askam, i Chirstinah, tany amin’ny minitra faha-105.

Nahazo ny laharana fahatelo ny Asot, rehefa nanilika ny Som, tamin’ny isa 2 no ho 1, ihany koa.

Hitohy  ny 6 – 14 oktobra  ho avy izao ny dingana fahatelo, hamaritra izay tena hisalotra ny ho tompondakan’i Madagasikara. Mbola hofaritana kosa ny toerana hanatontosana izany. Mandra-piandry izany, miatrika ny fampivondronana, any Carion, ireo mpilalaon’ny Barea, hiatrika ny “Cosafa cup”, hatao any Zimbaboe, ny 14 septambra ho avy izao.

Tompondaka

 

News Mada0 partages

«Tournoi Aid-El Kabîr» : voalohany ny Tana Formation

 Azo hitarafana ny tanjaka ara toekaren’ny firenena iray ny fandrosoan’ny fanatanjahantena.  Mampiray sy mampifandray amin’izao tontolo izao. Rehefa misy ny firaisankina, hita taratra ny fandriampahalemana. Izany no tanjon’ny fikambanana Zanak’Avaratra, ao anatin’ny fankalazana ny Eid-El Kabir, izay nikarakara fifaninanana baolina kitra. «Hanamafisana ny firaisankina sy ny fifangaroana eo anivon’ny fiarahamonina, amin’ny fanabeazana, ny tanora,  amin’ny fanaovana fanatanjahantena», hoy i Papa Soulé, filohan’ny fikambanana, izay sady filoha lefitry ny federasiona. Notanterahina, omaly tetsy amin’ny kianja Ny Havana 67 ha, ny famaranana ka nandresen’ny Tana Formation ny Zanak’Avaratra, tamin’ny isa 2 no ho 1. Notoloran’ny mpikarakara lelavola 600.000 Ar izy ireo. Nialoha ny fihaonana, nisy ny “carnaval”. Ny zoma lasa teo, nisy koa ny fiaraha-misakafo. «Raha tiana ny hivoaran’ny baolina kitra, tsy maintsy miverina any amin’ny fototra, hananana mpilalao avo lenta. Izay rahateo ny tanjon’ny fikambanana”, hoy i Abdou, teknisianin’ny Zanak’Avaratra.

Torcelin

News Mada0 partages

Analamanga rugby : tsy nahatohitra ny Tam ny Stade

Nitohy, tetsy amin’ny kianja Malacam Antanimena omaly alahady, ny andro fahefatra amin’ny fiadiana ny ho tompondaka, karakarain’Analamanga rugby. Nisy ny lalao natokana ho an’ny “Elite 2” ary teo koa ny an’ny “Elite 1”.

Ho an’ity farany, niondrika teo anatrehan’ny Tam Anosibe, tamin’ny isa mazava 20 no ho 12, ny Stade Olympique de l’Emyrne. Hita ho mbola mipetraka ny fahaiza-manao sy ny traikefan’ireo mpilalaon’Anosibe. Tetsy ankilany, niezaka nanohitra hatrany ry Menavalahana, saingy tsy navelan’ny Tam, ho lasa lavitra.

Teo amin’ny fihaonana ilany, resin’ny TFMA Ankasina, tamin’ny isa 15 no ho 3, ny XV Family. Natanjaka ary nahay nampiasa ny haben’ny vatan’ireo mpilalaony ry zareo Ankasina, ka  anisan’ny tombony ho azy ireo izany. Ny TFA Anatihazo, nandresy ny Matadorea, tamin’ny isa 29 no ho 13.

Ho an’ny “Elite 2”, nomontsanin’ny XV FTV, tamin’ny  isa mavesatra 20 no ho 0 ny FTA ary nisaraka tamin’ny isa tery, 23 no ho 21, kosa ny Hiza 17 sy ny ATI Ivandry. Hitohy, amin’ny faran’ny herinandro izao, indray ny fifanintsanana, ho an’Analamanga rugby.

 Torcelin

 

News Mada0 partages

Rugby Analamanga : niondrika teo anatrehan’Ambondrona ny VTMA Antsalovana

Anisan’ny nandrombaka ny fandresena, teo amin’ny fiadiana ny «Elite federale», amin’ny fiadiana ny ho tompondakan’Analamanga, karakarain’ny “commission technique federale”, ny JSTA Ambondrona.

 

Lalao roa, teo amin’ny fiadiana ny «Elite federale», amin’ny fifaninanana eo anivon’Analamanga, taranja rugby, no voalahatra, omaly teny amin’ny kianja Makis Andohatapenaka. Anisan’izany ny fihaonana teo amin’ny JSTA Ambondrona sy ny VTMA Antsalovana. Nivoaka ho mpandresy, tamin’ny isa 20 no ho 14, ry zareo Ambondrona. Nifandanja ny fihaonana, saingy nanantombo teo amin’ny fananana, “pack d’avant” matanjaka, ry zareo JSTA. Porofon’izany, tamin’ny alalan’ny tosika nataon-dry Bota sy ry Nasolo, no nahazoan’izy ireo ny baolina nentin-tanana roa.

Lesoka ho an’ny VTMA kosa ny famaranana, na manana mpilalao mailaka sy haingam-pandeha azy izy ireo, toa an’i Mamy sy ry Tsôla.

Efa nitarika tamin’ny isa 8 no ho 6 ry zareo Ambondrona, teo am-pialan-tsasatra dia. Nambaran’ireo teknisianina sy mpanazatra fa efa manomboka mahazo tsapany tsara ireo mpilalao ka sahirana ireo ekipa lehibe midona aminy.

Ankoatra izay, nisaraka ady sahala, 18 noho 18, ny US Ikopa sy ny XV Fa Ampasika.

Raha ho an’ireo vokatra, amin’ny “Elite régionale” indray, resin’ny XV Blacks, tamin’ny isa 14 no ho 11, ny FTBA ary lavon’ny FTA Andavamamba, tamin’ny isa 22 no ho 6, ny Balami raha tamin’ny isa tery, 17 no ho 16, ny nandresen’ny Afa Ankazomanga ny ASA Ambohimanarina.

 Tompondaka

News Mada0 partages

Tenisy ambony latabatra : lasan’i Rondro sy i Sitraka ny volabe

Fahombiazana ny andiany faharoa amin’ny «Open d’Antananarivo», taranja tenisy ambony latabatra, nokarakarain’ny seksiona Antananarivo Renivohitra, izay notontosaina teny amin’ny kianja mitafon’Ankatso, ny asabotsy sy omaly alahady.

I Sitraka, avy amin’ny Galaxy, ny teo amin’ny lehilahy ary i Rondro, mpilalaon’ny Jovenna, kosa ny an’ny vehivavy, no nandresy teo amin’ny sokajy “toute catégorie”. Lasan’izy mianadahy, araka izany, ny lelavola 280.000 Ar. Resin’i Sitraka, teo amin’ny famaranana, tamin’ny seta 4 no ho 2, i Itokiana, avy amin’ny Jovenna. Mbola noporofoin’i Sitraka indray ny maha tompondakan’i Madagasikara azy.

Tsy mbola afa-bela tamin’i Rondro kosa i Fanantenana, teo amin’ny vehivavy, satria nomontsaniny tamin’ny seta 4 no ho 0. Ho an’ny “U16” vehivavy, nahazo ny fandresena i Miantsa avy amin’ny Aro, izay nandavo an’i Mendrika. Teo amin’ny zazalahy, i Luciano, mpilalaon’ny Geco Sport, nanilika an’i Angelo, avy amin’ny Aro.

Nahatratra 165 mianadahy mianaka ireo mpandray anjara ka ankoatra ireo avy amin’Analamanga, nahatonga solontena koa i Moramanga, i Vakinankaratra, i Toamasina.

 Torcelin

 

News Mada0 partages

Foot-ligue des champions : Fosa Junior et Ajesaia s’enfoncent

La 1ère phase de la ligue des Champions débute mal pour Fosa Junior à Mahajanga et Ajesaia à Toamasina. Après deux journées de compétition, les deux équipes ont enregistré deux revers de suite à leur actif.

Alors qu’on s’attendait à leur réveil durant la 2e journée après leur déroute lors de la journée inaugurale, au final, les deux formations ont eu du mal à rectifier le tir. Pire, les deux formations, pourtant considérées comme favorites dans leurs groupes respectifs, retombent dans leurs travers.

Dans le groupe A, la rencontre entre Fosa Junior et Cosfa a constitué la tête d’affiche. Mais les militaires continuent leur sans faute et confirme leur place en tête du classement en privant de nouveau Fosa Junior d’une victoire sur le score de 1 à 0.

Ajesaia de son côté, dans le groupe B, a une fois de plus buté contre une adversaire meilleure qu’elle, en l’occurrence RTS Jet Mada (0-1). Ce dernier a certes obtenu une victoire sur le fil, mais a pourtant réussi à marquer des points importants. Si Ajesaia occupe la dernière place avec zéro pointé au compteur, son tombeur sera co-leader avec Hzam d’Amparafaravola avec 6 points.

Apparemment, outre le groupe A où Cosfa mène seul la danse, dans les autres, deux formations occupent la tête du classement. C’est le cas d’ Elgeco Plus, dans le groupe C, qui partage le fauteuil du leader avec Top Dom. Idem dans le groupe D où les Caissiers et 3FB dominent le classement.

Le massacre continue

Cette deuxième journée a également été marquée par le festival offensif des grands clubs, comme cela a été le cas lors de la journée inaugurale. La palme est revenue à Elgeco Plus qui a écrabouillé FC Maeva sur la marque saignante de 8-0. Cnaps a fait moins bien que FC Angèle dans les groupe D en nombre de but marqués. Elle a dominé Zanakala FC 4-1 alors que les Anges ont étrillé la formation de JSA (6-1).

Naisa

Résultats de la 2e journée :

Groupe A:

FC Iharana-MTM: 1-1

Varatraza-USSK Ambanja: 2-2

Groupe B:

RTS Jet Mada-Ajesaia: 1-0

Hzam-STF : 2-0

Groupe C :

Top Dom-VFM : 2-1

FC Malaimbandy-FC Menagnara : 1-0

Groupe D :

3FB-As Espoir : 5-2

 

News Mada0 partages

Madagascar il y a 100 ans : comice agricole (5)

(Suite.)

Une sanction pénale, autre que la prison simple, pourrait être donnée à celui qui aurait passé un temps déterminé sans travailler. Cette peine pourrait être effectuée sur des chantiers organisés pour des travaux d’utilité publique.

Des humanitaristes bêlants, par surcroît coloniaux en chambre, crieront à la tyrannie, à l’esclavage ! Ils réclameront à cor et à cri que l’indigène soit traité sur le pied de l’égalité la plus absolue avec les citoyens français, etc., etc.

Nous sommes absolument d’accord.

Si retiré que soit le coin de terre où il voit le jour, le Français doit être inscrit sur les registres de l’État civil, et les vingt ans révolus il devra payer l’impôt du sang, le plus terrible de tous les impôts.

L’indigène, lui, naît et évolue comme il lui plaît sans qu’il soit tenu d’en rendre compte et surtout sans qu’il ait à payer l’impôt du sang, que d’ailleurs nous ne lui réclamons pas. D’où liberté plus grande que la nôtre.

Le Français est tenu d’avoir un domicile fixe, des moyens d’existence ou, à défaut, d’exercer un métier ou une profession lui permettant de gagner sa vie, et ce, sous menace de se voir appliquer les peines édictées contre le vagabondage. D’où, pour lui, l’obligation du travail.

Qui osera trouver exorbitant, tyrannique, que pareille obligation soit imposée à l’indigène ? Alors surtout qu’il doit en résulter, pour lui-même, hygiène et bien-être inconnus par lui à ce jour.

Voulez-vous qu’il soit libre de travailler ou de ne rien faire ? Mais alors soyez logiques, et laissez vos enfants libres d’aller ou non à l’école, de travailler ou de vivre dans l’oisiveté, le vagabondage et le vice. Or l’indigène est encore à l’état d’enfance, et, par atavisme, encore moins capable de raisonner et de comprendre son intérêt que votre jeune enfant lui-même.

En prenant possession du pays, nous avons assumé l’obligation de l’éduquer et de le civiliser. Le premier moyen pour cela est de lui apprendre le travail, et par conséquent de l’y obliger, car sans cela il ne peut y avoir pour lui ni progrès, ni bien-être.

(À suivre.)

Le Tamatave

www.bibliothequemalgache.com

 

News Mada0 partages

Resaky ny mpitsimpona akotry : fanarenana toe-tsaina

Maro ny olona mimenomenona nohon’ny loton’ny tanàna eto Antananarivo, tsy latsaka an’isa amin’izany koa anefa ireo efa tsy mahatsapa intsony ny fisin’ny loto. Raikitry ny fahazarana, ho aiza moa rehefa izay ny tontolo iainana, loto no lasa lokon’ny tany, fofony no tsofin’ny rivotra.

Toy ny any amin’ny tany tsy misy fanjakana, mponina lany olo-manga itarika, fizakana ny ratsy no ifamolahana, fihafiana no ifampitaizana. Raha mitetitety ny tanàna tsy mila mandeha any amin’ny kizokizon’ireo lalankely dia matetika dia efa maheno ny fidofaky ny fofon’ampy, izany hoe na ankalamanjana afovoan-tanàna aza dia misy ny toerana iandronan’ny ranon’amany. Tsy nirotsaka ho azy teo izany, fa toerana ifamotoanan’izay maika, na poritra na tsia ny lehilahy izay tsy tia ifehy tena dia tsy misy fady fa eny imasom-bahoaka no mivalan-drano. Mahagaga ihany ity fihatsaram-belatsihy ity : ny fitenenana mivantana hoe “mamany” asina fadifady sanatria toy ny fitenenan-dratsy, fa ny fanaovana an’ilay izy izany hoe ny famanizana ankalamanjana tsy atao ahamenatra. Andeha apetraka eo iny resaka amany iny na mendrika fandinihana aza nohon’ny fitoriny ankitsy rano fivalanana toe-tsaina.

Ny fanarenana toe-tsaina na miankina amin’ny fampianarana andraikitry ny mpitaiza sy mpanabe aza dia mikasika ny tsirairay. An’ny lalàna no mametraka ny karazana fandrarana, an’ny fitaizana no mampatsiahy ny voarara fa indrindra indrindra no mitarika ny saina any amin’ny fisondrotana, an’ny tsirairay no miezaka arak’izany. Tsy misy afa-bela amin’ny fisehon’ny hetsika tazana mivilana eo anivon’ny fiaraha-monina. Any ivelany toy ny an’ny Suisse samy olon-tsotra izao no mifananatra raha misy manipy poti-taratasy eny an- tsisin-dàlana, any amin’ny tanàna hafa dia pôlisy no manome lamandy raha mahatratra olona manary vodi-tsigara avy nifohany eny an’arabe. Tsy mbola tonga amin’izany ny eto an-toerana. Atoandro be izao ireny misy mpikarana mametaka afisy isaky ny pôtô, tsy manaitra ny mpandeha izany vao maika aza lasa misarika ny sasany amaky an’ilay afisy. Amin’izao fotoana izao dia afisy fanaovana doka an’ny trano fampianarana. Na ny raiamandreny na ny ministera miadidy ny fampianarana, na ny minisitera mikolokolo ny kanto sy toe-panahy, na ny minisitera mpitahy ny fanarenana ny mponina, dia samy mody tsy mahita noho izany ny firefarefan’ny toe-tsainan’ny tompon’ireo toeram-pampianarana ireo izay anankinana ny fanabeazana ny tanora antoky ny ampitso.

Léo Raz

 

News Mada0 partages

Us et coutumes : répétez, je n’entends pas !

Il y a des jours où on se sent l’âme ronchonne quand on pense à l’avenir. Tous malades ! On sera tous malades ! Entre la peste et le choléra qui s’invitent régulièrement là où ils sont attendus, on n’échappe plus nulle part au diabète et à l’hypertension. Malades d’un mode de vie qu’on appelle moderne, on voit des cardiologues, des endocrinologues, des pneumologues… Bientôt, on ira aussi chez l’audiologue. C’est qu’on aime le bruit ! Boum, boum, boum, sinon ce ne serait pas drôle. Alors on crie, on hurle  pour se faire entendre et on ne se rend pas compte qu’on devient sourd. Vous dites ? Comment ? Ah, un audiologue est un praticien d’une profession paramédicale qui pratique la prévention et le dépistage des troubles de l’audition. C’est tout…

 

News Mada0 partages

« Tana in Rock » : niverina ny lazan’ny rock malagasy

Nifaly Antsahamanitra ! Nifandimby niaka-tsehatra nandritra ny « Tana in Rock » notontosaina tetsy Antsahamanitra, omaly, ireo andrarezin’ny rock malagasy, toa an’i Ken, i Nini, i Lija, i Iary, i Abasse, i Jacquot, i Niry sy i Batata ary i Rheg. Tsikaritra fa tsara fiomanana sy efa manana traikefa matanjaka izy ireo. Niara niaiky ihany koa ireo mpijery tonga maro teny an-toerana fa niverina ny lazan’ny mozika rock sy ny fankafizan’ny Malagasy azy. Toraka izany koa teo amin’ny fiarahana teny an-tsehatra. Nifameno tanteraka ny talentan’ny mpanakanto tsirairay. Nanasongadina izay fiverenan’ny lazan’ny mozika rock izay ihany koa ireo vahiny nasaina (Angaroa, Allkiniah, Dark Inside, Iniah…), tamin’ity « Tan in Rock » ity.

Tsikaritra teny an-toerana fa na nanatombo aza ny isan’ny tanora tonga nijery, nahitana ny sokajin-taona rehetra ny fampisehoana. Samy nahazo ny anjarana rahateo satria sady nahenoina ireo rock mavesatra no nahenoina ireo somary milamina ny teny an-tsehatra.

HaRy Razafindrakoto

News Mada0 partages

Alliance française 70 taona : tafitan’AmbondronA ny hafatra

Saika ireo hira nahafantarana ny tarika AmbondronA hatramin’izay no nalahatr’izy ireo tao anaty fandaharam-potoana, tetsy amin’ny Alliance française Antananarivo etsy Andavamamba. Tafiditra ao anatin’ireo hetsika faha-70 taon’ity foibe kolontsaina ity rahateo ny seho. Nahatafita hafatra ny tarika AmbondronA satria nifandraika tamin’ny kolontsaina sy fanabeazana omen’ny Alliance française miorina eto Madagasikara ny tolotra teny an-tsehatra. Fampivelarana ny kanto miampy fanabeazana ho an’ny rehetra, izay heno tany anaty tononkira. Tsy nisy ny fotoana very fa nanao tohivakana avy hatrany ny hira.

… Mbola mitoetra hatrany ny fankafizan’ny tanora ity tarika manana ny maha izy azy ity. Ireo hira rehetra niainga avy eny an-tsehatra, nahazo fankatoavana eram-po eran-tsaina avy any amin’ny mpijery avokoa, hany ka niaina tao anatin’ny fitia nifamaly ny roa tonta.

Raha ny fantatra, hanome lanja bebe kokoa ny lafiny nomerika ny tarika AmbondronA, manomboka izao.

HaRy Razafindrakoto

News Mada0 partages

Echos du week-end : Tana in rock a survolté

Le rock a, une fois de plus, animé la capitale durant le week-end dernier. Tana in rock, Ambondrona, les adeptes du genre ont été gâtés.

Après le succès du concert de Mage 4 effectué récemment à Antsahamanitra, suivi du fiasco du dernier concert de rock dimanche dernier, à Antsahamanitra, Best Prod a pris soin de chaque détail pour ses deux spectacles baptisés «Tana in rock» qui se sont tenus le week-end dernier. Vendredi, l’ambiance au Dôme RTA Ankorondrano a été électrique, et le concert à l’amphithéâtre à Antsahamanitra a été à son apothéose, hier. Le public a été satisfait.

Dans un décor sensationnel, avec des rideaux noirs ornés de rubans rouges, les deux spectacles Tana in rock ont séduit le public. La sonorisation a aussi été bien équilibrée. «Elle était déjà prête depuis plusieurs heures pour ne pas faire la même erreur que les autres organisateurs», a annoncé Best Pro. Les jeux de lumière ont également ajouté une touche encore plus prodigieuse aux spectacles. Ken du groupe Mage 4, Nini du groupe Kiaka, Abass d’Apost, Jacquot de Green, Batata et Niry d’Iraimbilanja, Rheg, Lija et Iary ont ainsi assuré ces deux concerts.

Deux spectacles avec Ambondrona

Par ailleurs, un autre groupe de rock a aussi animé la capitale, le week-end dernier. Si depuis le début de sa carrière, Ambondrona n’a quasiment connu aucun faux pas, cette fois-ci, il a un peu dérapé au niveau des dates, en donnant deux spectacles durant le week-end. Vendredi dernier, il a  animé le hall de la City Ivandry. Un concert qui a marqué la célébration des cinq ans de l’espace. Hier, il a aussi donné un autre spectacle dans le cadre de la célébration du 70 e anniversaire de l’Alliance française d’Antananarivo (AFT).

«Au lieu d’être présent dans tous les spectacles, le public a dû choisir un des deux», a annoncé un fan du groupe. Ainsi, les deux scènes n’ont pas connu le même succès qu’a d’habitude ce groupe légendaire. Par contre, comme le dit Beranto, le guitariste du groupe, Ambondrona réduira désormais ses lives et se concentrera davantage sur d’autres projets.

Holy Danielle

 

News Mada0 partages

Nosybe Symphonie : la diversité au rendez-vous

Le rideau est tombé sur la quatrième édition du festival international de la musique classique Nosy Be Symphonie. Les artistes participants ont surtout donné des prestations diversifiées durant ces quelques jours.

En effet, l’objectif du festival est de promouvoir la musique classique dans la zone océan Indien. Et cette année, il s’est particulièrement ouvert à d’autres genres. On note ainsi, l’Ensemble 415 qui s’oriente vers la musique baroque, Jonathan De Neck  et  son accordéon ont été en parfait accord  avec les autres instruments à cordes. Sans oublier LMM Saxophone Quartet ou la bande à Seta qui a surtout fait vibrer le mont Passot durant le dernier concert. En un mot, la musique classique à Madagascar commence à s’ouvrir et à fusionner avec d’autres genres.

«Objectif atteint», a donc affirmé le Comité d’organisation des activités culturelles (Coac). L’année prochaine, d’autres artistes surprises seront invités pour renforcer l’équipe et surtout, pour promouvoir ce genre qui commence à être apprécié, surtout par les jeunes, ces dernières années.

Holy Danielle

 

News Mada0 partages

Festival Sorogno : la fièvre musicale s’empare d’Ambanja

Il fallait s’y attendre. La 18e édition du festival Sôrogno est au sommet de sa notoriété au paradis du cacao. Le stade municipal d’Ambanja a été pris d’assaut par une foule joyeuse et festive, samedi dernier.

Au fil de ses éditions et au-delà d’un festival à but lucratif, Sôrogno a vécu une liesse populaire et a fait la fierté de la région. L’euphorie a été à son comble et autant dire que cette édition ne ressemble à aucune autre.

Vendredi a été magnifique à Ambanja mais Samedi a surtout été euphorique. Une soirée inoubliable au stade. D’ailleurs, l’affiche a été alléchante. Un des invités internationaux du Sôrogno, le Congolais J Love s’est découvert au public. Tout en interprétant ses propres compositions, il a laissé ses choristes malgaches enchaîner avec le salegy, ce qui a davantage enivré le public. Le temps d’une prestation, J Love a pu s’accommoder au rythme de la musique locale avec laquelle il a marié son genre musical.

Black Nadia indémodable

La panthère noire de la musique tropicale fait sensation partout où elle va. Black Nadia, car c’est d’elle qu’il s’agit, s’est une fois de plus affirmée comme la reine du bal dans le Sambirano. Tout de noir vêtue, elle est montée sur scène vers minuit. «C’est toujours un plaisir renouvelé d’être parmi vous ici», a-t-elle scandé avant d’entonner les premières notes de «Toujours paré». S’est ensuivie une démonstration de coupé décalé avec les indémodables «Je m’en fous», «Je t’aime bébé» ou encore «Ça va».  Assise sur un trône et coiffée d’une couronne rayonnante, elle a interprété le titre «Le système» comme pour  confirmer son statut de défenseur des droits de la gent féminine.

Bonne humeur communicative

La fièvre musicale est montée d’un cran lorsque Dadi Love a pris le relais sur les planches. «On ne va se quitter que lorsque les premières lueurs du jour apparaîtront», a-t-il promis.  Tout à la fois un excellent chanteur et un danseur au talent inégalable, il a revisité tout le répertoire ayant contribué à son succès. Entretemps, l’interprète de «Tsy atakaloko» n’a pas manqué de partager avec l’assistance sa bonne humeur communicative.

Joachin Michaël

 

News Mada0 partages

Saika hanafika teny Ampasika : jiolahy roa rotiky ny balan’ny polisy

Nanakoako ny poa-basy, teny amin’ny famonoan’omby, Ampasika, ny harivan’ny asabotsy teo. Nifampitady tamin’ny alalan’ny fifampitifirana ny polisin’ny Service anti-gang (Sag) sy ny andiana jiolahy, saika hanafika mpandraharaha mpivarotra omby. Maty voatifitra ny roa lahy tamin’ireo jiolahy, saingy mbola nisy namany hafa tafaporitsaka.

Rotiky ny balan’ny polisy ireo jiolahy roa nirongo fitaovam-piadiana mahery vaika nikasa hanao fanafihana teny Ampasika, ny asabotsy hariva tamin’ny 7 ora sy 30 mn. Ny polisy avy ao amin’ny kaomisaria Itaosy sy ny Sag no nifanehatra tamin’ireto jiolahy ireto. Araka ny fanazavan’ny polisy, nahazo loharanom-baovao mialoha izy ireo momba ny fisian’ireo andian-jiolahy mitondra basy mikasa hanao fanafihana patiraon’omby mipetraka eny toeram-pamonoana omby eny Ampasika. Nidina haingana teny an-toerana ireo polisy avy eny amin’ny kaomisaria Itaosy sy ny Sag. Efa niatrana teo akaikin’ilay trano hotafihina ireo jiolahy tamin’io fotoana nahatongavan’ny polisy io. Raikitra ny fifampitifirana satria niaro tena ny polisy ka lavon’ny bala ireo jiolahy. Nahitana basy vita gasy sy basy PA iray tany amin’ireto jiolahy ireto nandritra ny fisavana nataon’ny polisy. Voalaza fa mbola misy naman’ireto jiolahy ireto tafaporitsaka raha nahita ireo namany maty voatifitra.

Tsy tontosa, araka izany, ny fikasan-dratsin’ireto jiolahy ireto fa voasoroka dieny mialoha izany satria tonga ara-potoana ny polisy.

Nihorohoro ny mponina eny Ampasika…

Niaina tao anatin’ny horohoro ny ankamaroan’ireo mponina teny Ampasika na voasoroka mialoha aza ity fikasan-jiolahy hanao fanafihana mitam-piadiana ity. “Ahina ho nisy faty olona indray tety aminay raha tsy tonga haingana ny polisy”, hoy ny renim-pianakaviana iray mpivaro-kena eo Ampasika.

Fantatra tamin’ny alalan’ny fampitam-baovao avy amin’ny polisy hatrany fa jiolahy nokarohin’ny polisy hatry ny ela ry zalahy ireto. Isan’ireo jiolahy mpamerin-keloka izy ireo satria nisy fotoana efa namita sazy teny am-ponja, saingy manohy ny asa ratsiny hatrany nony tafavoaka ny fonja. Nohamafisin’ny polisy hatrany fa voasoroka mialoha hatrany ireny trangana fanafihan-jiolahy ireny rehefa misy fiaraha-miasa eo amin’ny olona sy ny mpitandro filaminana amin’ny alalan’ny fanomezana loharanom-baovao ara-potoana.

Miverina indray ny tsy fandriampahalemana amin’iny manodidina an’Ampasika iny na eo aza ny ezaka ataon’ny polisy amin’ny fampandriana fahalemana ny tanàna. Mangataka ireo mponina eny Ampasika mba haverina hiasa amin’ny laoniny indray ny poste de police eny Ampasika. Nilaza ny solontenan’ireo mponina fa efa niasa ity poste de police ity teo aloha, saingy tsy fantatra mazava izay tena antony fa nikatona izy taty aoriana, araka ny fanazavan’ireo mponina. Noho izany indrindra, mangataka ny hametrahana polisy eny an-toerana ny mponina satria anisan’ny nampilamina ny tanàna teo aloha ny fisian’ireo polisy ao amin’ny poste de police eny Ampasika.

Mbola nidina nanao fanadihadiana teny Ampasika ny polisy momba ity fanafihan-jiolahy ity.

Efa eny amin’ny tranom-patin’ny hopitaly HJRA ny fatin’ireo jiolahy voatifitra teny Ampasika.

J.C

News Mada0 partages

Seg : arahi-maso ny fomba fiasan’ireo zandary

 Nidina tampoka tany amin’ny tsenan’omby Ambatonapoaka Imerintsiatosika, ny Sekreteram-panjakana miadidy ny zandarimariam-pirenena (Seg), ny Jly Randriamahavalisoa Girard, nijery ifotony ny tena zava-misy eo amin’ny fomba fiasan’ny zandary izay mampimenomenona ny vahoaka. Nihaona amin’ireo mponina sy ny solontenam-panjakana any an-toerana izy sy ireo mpiara-miasa aminy niara-nidinika sy nitady vahaolana iraisana mba hamongorana ny tsy fandriampahalemana. Nandritra izany no nanehoan’ireo mponina sy ny tompon’andraikitra any an-toerana ny fahavononany hanampy ny zandarimariam-pirenena hiadiana amin’ireo dahalo sy jiolahy.

Tsy nitsitsy fitenenana koa ny Seg raha niantefa amin’ireo zandary rehetra manerana ny Nosy izay nilazany fa tsy hisy mihitsy  ny fandeferana amin’ireo tsy manaraka ny fitsipika sy manao kolikoly. Nilaza ity manamboninahitra ambony ity fa hanao ezaka araka izay tratra hamerenana haingana ny fandriampahalemana sy ny fitokisan’ny vahoaka. Azo antsoina ireto laharana telefaonina ireto : 034 14 011 62 / 034 14 013 88 raha toa mahita fihoaram-pefy ataon’ny zandary sy endrika kolikoly ary momba ny tsy fandriampahalemana.

Jean Claude

News Mada0 partages

Fanafihana tao Mananjary : jiolahy efatra voatifitry ny zandary, Kalachnikov roa tratra

 Nikasa hitsoaka tampoka teny an-dalana hitondrana azy ireo teny amin’ny borigadin’ny zandary ireo jiolahy efatra tompon’antoka tamin’ny fanafihana tao Tsaramiadana Mananjary, ny alakamisy teo. Tratra tany amin’izy ireo ny basy Kalach roa miaraka amin’ny bala 11, miampy basy vita gasy sy sabatra…

Jiolahy efatra nanao fanafihana nahafatesan’olona tao amin’ny distrikan’i Mananjary, ny 25 aogositra 2017 lasa teo ireto matin’ny zandary ireto. Tratra tany amin’izy ireo nandritra ny fisavan’ny zandary ny fitaovam-piadiana mahery vaika. Araka ny fampitam-baovao avy amin’ny zandary, andian-dahalo maromaro no tompon’antoka tamin’ny fanafihana mpivarotra iray ao Tsaramiadana, kaominina ambanivohitra Marokarina Mananjary tamin’io fotoana io. Namoy ny ainy nandritra ity fanafihan-dahalo ity ny raim-pianakaviana iray tompon-trano ka voaroba tamin’izany ny fitaovana sarobidy rehetra tao an-tranon’ilay niharam-boina.

Nahazo loharanom-baovao ny zandary ao Mananjary ny harivan’io ihany ka nanao ny fanarahan-dia sy nanao “bouclage”. Nisy koa ny firaisankinan’ny mponina sy ny ben’ny Tanàna ary ny zandary ao amin’ny kaompania Mananjary sy Manakara. Somary nanahirana ihany anefa ny fanarahan-dia noho ny fisian’ny ala mikitroka nandalovan’ireo malaso, saingy nahazo fampitam-baovao ny zandary, ny alarobia teo fa misy lehilahy miisa fito mikasa hiampita lakana hihazo an’Ifanadiana. Voasambotra ny efatra raha tafatsoaka kosa ny telo. Mbola hita tany amin’izy ireo ny basy Kalach roa sy bala 11 ary ireo fitaovam-piadiana hafa nampiasain’izy ireo. Voatifitra teny an-dalana hihazo ny borigadin’ny zandary ao Vohilava izy ireo raha nikasa hitsoaka.

Lavon’ny polisy tao Toliara koa ny jiolahy iray…

 Jiolahy iray koa votifitry ny polisy tao Tsienengea ny asabotsy maraina. Araka ny vaovao azo, jiolahy mpampihorohoro sy mpanakana olona amin’ny alina ary mpanao sinto-mahery sy mpanakana olona avy namonjy lanonana amin’ny alina ity ranamana ity.  Taorian’ny loharanom-baovao azon’ny polisy, nidina  teny an-toerana ny polisy kanjo nitifitra avy hatrany raha vao nahita ireo polisy ity jiolahy, marihina fa nitifitra intelo ity  jiolahy  ity fa tsy nahavoa ireo polisy. Manoloana izany, namaly ireo polisy ka voa teo amin’ny kibony ity jiolahy ity ka nianjera taminy tany ary  maty tsy tra-drano. Ity jiolahy  maty  ity no lehiben’ny « Bande des 4 » araka nambaran’ny komisera centrale, izay malaza fa mpampihorohoro ny tanànan’i Toliara ary betsaka ny fitarainana momba azy ireo. Araka izany, mbola karohina ireo namany telo lahy izay miriaria ao Tolara  ihany izay marihina fa mitondra basy ka anairana ny rehetra hifanome tanana amin’ny polisy mba hahamora ny fisaborana azy ireo.

Jean Claude sy CMS

News Mada0 partages

Asan-dahalo ao Alaotra Mangoro : isan’ireo olona 20 voasambotra i Tokanono

 Nisy ny hetsika manokana nataon’ny zandary tany Alaotra Mangoro nandritra ny 10 andro manoloana ny asan-dahalo miseholany amin’iny faritra iny. Nahitam-bokany izany hetsika izany satria omby miisa 250, basy lava roa miaraka amin’ny bala, odigasy sy rongony no indray sarona. Miisa 20 ireo olona voasambotra voarohirohy ho tompon’antoka tamin’izany ka isan’izany ilay mpimasy antsoina hoe Tokanono. Notazonina “fourrière” ao Morarano ireo omby halatra tratra ireo ary efa mandeha ny famotorana ireo olona voarohirohy amin’ity raharaha ity. Nilaza ny eo anivon’ny zandarimaria fa mitohy hatrany izao hetsika izao.

Nisy koa ny hetsika nataon’ny zandary ho fanamafisana ny fandriampahalemana any Mandoto araka ny toromariky ny Seg, ny Jly Randriamahavalisoa Girard. Nilaza izy fa tsy maintsy atao araka izay tratra ny hampisy vokatra haingana ho fampihenana ireo asan-dahalo maro any amin’iny distrikan’i Mandoto sy ny manodidina iny. Tsy maintsy averina ny fitokisan’ny vahoaka ny zandary, araka ny nambarany. Nijery ny zava-misy tany Mandoto sy ho fanatanterahana ny paikady rehetra ny lefitra voalohan’ny kaomandin’ny zandarimariam-pirenena, ny Jly Randriamanarina Christophe, sy ny directeur de l’audit et du personnel eo anivon’ny Seg, ny Kly Itibar Ottman.

Jean Claude

News Mada0 partages

Mahavoky : namatsy ny traboina ny kaominina

Tonga nitondra izay voatsirambin’ny tanana sy nampahery ireo traboina tetsy amin’ny fokontany Mahavoky ny kaominina Antananarivo ny faran’ny herinandro teo. Fanampiana avy amin’ny ben’ny Tanàna Ravalomanana Lalao, ireo nentina ireo. Hita tamin’izany ny vary sy savony, siny ary fanadiovana rano.

Mbola handefa tekinisianina koa ny kaominina Antananarivo hanadio ny toerana misy azy ireo hitandroana ny fahasalamana. Nanambara ny lefitry ny ben’ny Tanàna Ramboasalama Emilien fa hanao fanadihadiana izao voina nitranga izao ny  Tanànan’Antananarivo ary hametraka fitoriana eo anivon’ny fitsarana.Tsiahivina fa trano hazo 40 sy trano biriky 4 no indray may teny Mahavoky. Manodidina ny  387 avy amin’ny tokantrano 88 ireo indray traboina.

Nalefan’ny tompon’andraikitra avy ao amin’ny fokontany ao amin’ny EPP Andravoahangy I ireo zaza amam-behivavy. Voatery notapahin’ny Jirama ny herinaratra mba hisorohana ny zava-doza mety hitranga.

Very fanahy mbola velona ireo traboina satria hotohoton’ny afo ny entana. Tsy misy noraisina ary tsy manam-bola entina hanorenana trano vaovao sy fiainam-baovao ihany koa. Manantena ny malala-tanana sy ny fanjakana izy ireo ny amin’ny hoaviny.

Tatiana A

News Mada0 partages

Atsimo Atsinanana : la gendarmerie redore son blason

La gendarmerie nationale se rattrape après les bavures successives ayant mis à nu la personnalité de certains de ses hommes. Une concertation a été organisée dans la région Atsimo Atsinanana pour restaurer la confiance entre ce corps d’élite et la population, en début de semaine.

L’assainissement procédé en son sein a été le cheval de bataille des hauts responsables de la gendarmerie nationale pour regagner la confiance de la population au cours d’une séance de concertation, avec les chefs coutumiers et les autorités locales, organisée à Vangaindrano.

Outre le rappel des dispositions consistant en la révocation de 22 gendarmes de leurs fonctions pour des fautes lourdes depuis le début de l’année, des contrôles inopinés ont été promis afin de convaincre l’assistance du bien-fondé de la nouvelle politique d’assainissement  adoptée. La population a aussi été appelée à fournir des renseignements sur les conduites des gendarmes de leur localité lors de cet échange, pour permettre l’application de la «Tolérance zéro».

Une approche difficile.

Le doute persiste pourtant au sein de la population qui subit fréquemment les exactions des forces de l’ordre, malgré cette ouverture, puisque les abus de pouvoir et certaines formes de corruption sont fortement ancrés dans la pratique des agents de cette institution pour disparaître de sitôt. Le Gal Nicolas Tsirivelo, directeur de cabinet du secrétariat d’Etat chargé de la gendarmerie nationale et le Gal Anthony Rakotoarison,  directeur de la sécurité et des renseignements dans ce département, ont fait le déplacement à Vangaindrano pour renforcer les responsables de la gendarmerie des régions Atsimo Atsinanana, Androy et Anôsy dans ce processus d’approche.

Manou

 

News Mada0 partages

Foot Feminin-Elite : et de deux pour Askam

Le foot féminin malgache trouve en l’équipe d’Askam son nouveau patron. Vainqueur de la 2e phase, après son succès face à l’AC Sabnam, hier, à Mahamasina, la bande de Christinah double la mise.

Les phases du championnat de Madagascar élite se succèdent et se ressemblent pour Askam! Déjà vainqueur de la  phase inaugurale qui s’est déroulée à Mahajanga, cette formation d’Itasy a récidivé en finale de la 2e phase en disposant de l’équipe championne en titre, l’AC Sabnam, après prolongation sur la marque étriquée de 2-1.

Renversantes, Sarah et consorts l’ont été lors de cette finale. Après avoir été menées au score dès la 18’ de jeu suite à au but marqué par Sophie d’Avaradrano, les joueuses d’Itasy étaient revenues au score avant la pause, grâce à une réalisation de Sarah (45’). Et les deux équipes se sont séparées sur ce score de parité à l’issue du temps réglementaire et devaient se départager lors d’une prolongation. Et la capitaine d’Askam, Christianah, a  marqué le but de délivrance à la 105’.

Carton plein donc pour les footballeuses d’Itasy qui ont enregistré un sans faute lors des deux phases et d’empocher le maximum de points (16),  devant leurs adversaires du jour créditées de 13 points au même titre que les joueuses de l’Asot.

La prochaine et ultime étape de la joute nationale se disputera du 6 au 14 octobre prochain, dans un lieu qui reste à déterminer. Les trois équipes en haut du tableau partent avec un avantage conséquent par rapport au reste du groupe. Avec 9 points, Mifa attend un miracle pour réussir à renverser la tendance tandis que Som, Ascuf, FC Prescoi et AS Comato joueront pour la formalité.

En transition

Aucun répit ! Les meilleures joueuses de la compétition enchaîneront à partir de ce jour avec la préparation du Cosafa Cup qui aura lieu au Zimbabwe à partir du 14 septembre. Un autre défi très attendu pour le foot féminin malgache face aux équipes nationales de la Zone.

La sélection nationale fera la part belle aux éléments des deux équipes phares de la division élite.

Naisa

Match de classement (3ème place)/

Asot-Som:  2-1

Ando (55′), Mbolatiana (56′)-(Evelyne (80′)

Finale/

Askam-AC Sabnam : 2-1

Sarah (45′), Christinah (105′)-Sophie (18′)

 

News Mada0 partages

Basket-U16 : les titres changent de propriétaire

Il n’est pas difficile de battre les champions. Après le sommet national U16 de basket-ball qui s’est tenu à Ambositra, les titres changent de mains aussi bien chez les garçons que chez les filles.

Pour la deuxième fois consécutive, MB2All rate sa finale dans la catégorie féminine. Cette fois-ci, Fandrasa (Haute Matsiatra) a dominé les protégées de Ndrato Tagg Rakotonanahary sur le score de 44-38 et de s’offrir son premier sacre national.

L’ASCB (Boeny), quant à elle,  a fait un retour remarquable sur le trône de la catégorie masculine après 2015. En finale, cette formation de la ville des Fleurs a surclassé Ascut (Atsinanana) par 76-53. Un deuxième titre en trois ans pour ce club pourvoyeur de talentueux basketteurs. Elle est donc loin la saison où Analamanga a trusté toutes les places de finalistes et par ricochet, celles des championnes.

Naisa

Résultats des finales :

Filles :

Fandrasa (Haute-Matsiatra)-MB2All (Analamanga) : 44-38

Garçons :

ASCB (Boeny)-Ascut (Atsinanana) : 76-53

Résultat matchs 3ème place

Filles :

Serasera- COSPN2: 51- 41

Garçons :

DTSC-Asa : 44-43

 

Ino Vaovao0 partages

FAMPANANTENANA ATAON’NY FILOHA : Efa fisantarana sahady ny fampielezan-kevitra

Tsy azo iadian-kevitra fa miendrika fampielezan-kevitra mialoha ny fotoana tanteraka no nataon’ny Filoham-pirenena raha nandeha nitokana ny biraon’ny fandoavan-ketra tany an-toerana ny tenany afak’omaly.

Nandritra ny kabary nataony dia tena betsaka ary nirara-kompana  tsy misy ohatr’izany ireo fampanantenana marobe nomeny an’ireo vahoakan’i Beroroha tonga nanotrona ilay lanonana. Ankoatra ny fampanantenana ny hanangan-javatra dia mbola nampanantena ihany koa ny tenany fa ao anatin’ny fotoana vitsy monja no hanatanterahany izany izay miendrika sahala amin’ireny efa andron’ny fampielezan-kevitra ireny mihitsy.

Araka ny hita matetika ihany koa dia efa mihetsiketsika manao fitokanana fotodrafitrasa etsy sy eroa ny tenany izay endrika hisantarana sahady amin’ny fampielezan-kevitra. Tsy ny Filoha mpanorina ny antoko HVM ihany anefa no tsikaritra manao ity fampielezan-kevitra fa ny filohan’antoko hafa ihany koa tahaka ny antoko  TIM izany. Ity farany dia tsy mitsahatra ny manao fitetezam-paritra ihany koa ary miezaka miseho vahoaka mba hampatsiahivany indray ireo zavatra nataony teto amin’ny firenena.

Ankilany anefa ireo mpiara-dia amin’ny Filoha ankehitriny dia manizingizina fatratra fa tsy manao fampielezan-kevitra mialoha ny fotoana velively ny Filoham-pirenena fa asany amin’ny maha filoha am-perin’asa azy no ataony. Mifandraika amin’izay indrindra dia nanao fanambaràna ny teo anivon’ny KMF/CNOE, ny herinandro lasa teo iny ny amin’ny tokony hisian’ny lalàna velona mandrara ary manasazy ireo filohan’antoko minia manao fampielezan-kevitra mialoha ny fotoana tahaka izao.    

  Avotra Isaorana  

Ino Vaovao0 partages

FANAFIHANA MITAM-BASY : Jiolahy roa lavon’ny balan’ny Sag tetsy Ampasika

Tetsy Ampasika no nitrangan’ny fanafihana. Teo am-panaovana ny fanafihana ireto jiolahy efa-dahy ireto  no tra-tehaky ny mpitandro filaminana. Nisy olona teo amin’ny manodidina nahatsikaritra fihetsika hafahafa tamin’ireo jiolahy ka avy hatrany dia nampandre ireto farany. 

Mbola tsy nisy zavatra lasan’ireto olon-dratsy no tonga tampoka ny avy ao amin’ny Sag ka raikitra ny fifampitifirana. Voatifitra ny roalahy tamin’ireo jiolahy ka naratra mafy, avy hatrany dia noentina namonjy toeram-pitsaboana tetsy amin’ny  hopitaly Joseph Ravoahangy Andrianavalona  n any HJRA. 

«  Mbola nisy aina izy ireo tonga teto saingy na efa natao aza ny fialana nenina dia  maty ihany izy ireo », hoy ny mpitsabo tao an-toerana. Basy PA roa no tratra niaraka tamin’izy roalahy ireto, raha ny tatitra azo avy tamin’ny mpitandro filaminana. Misokatra ny fanadihadiana mahakasika ity tranga ity ankehitriny ary efa eo am-pikarohana ireo roalahy ambiny ihany koa ny polisim-pirenena eto an-toerana.

Pounie  

Ino Vaovao0 partages

RAHARAHA ANNIE SY ARNAUD : Hiakatra fitsarana ady heloka bevava ny 22 septambra

Ny alahady 20 desambra 2015, dia hita tao Tanambao Verrerie ny vata mangatsiakan’i Annie, izay novonoin’ireo mpaka an-keriny.  Ny alatsinainy 11 janoary 2016 kosa, dia hita tao Andranomadio parisela 11/41 i Arnaud ary avotra teo am-pelatanan’ireo mpaka an-keriny. Taorian’ny fahitana an’i Arnaud, dia niala tsy nipetraka eto Madagasikara mihitsy izy sy ny reniny, ka lasa nanorim-ponenana any ivelany. Fantatra kosa fa nijanona eto Madagasikara ny rain’i Arnaud manohy ireo fandraharahana efa fanaony hatramin’izay.

Olona manodidina ny 50 teo ho eo no voasambotra tamin’ilay raharaha tamin’izany fotoana izany. Nihena miandalana kosa ny isan’ny olona notazomina rehefa nandeha teny ny fotoana. Naharitra 22 volana ny fanadihadiana. Ny loharanom-baovao no nahalalana fa hiakatra fitsarana ady heloka bevava ao Antananarivo, ny zoma 22 septambra izao ny raharaha fakana an-keriny an’i Arnaud sy Annie. Ny angom-baovao hatrany no nahalalana fa anisany tsy maintsy hiatrika izany ilay mpitsara iray sy polisy roa anisany voarohirohy. 

Eo koa ny mpamily ny fiara mpanatitra an’i Arnaud sy Annie mandeha mianatra tamin’izany fotoana izany ary ireo olona telo mianaka tompon’ilay trano nihazomana an’i Arnaud tao Andranomadio 11/41.

Fantatra fa efa naharay fampahafantarana mialoha momba io fitsarana tanterahina ny 22 septambra io ny ray aman-drenin’i Arnaud. Andrasana fatratra noho izany ny havoakan’izao fitsarana ny raharaha fakana an-keriny nalaza indrindra teto Madagasikara ity izao.

Kamy

Ino Vaovao0 partages

MANANJARY : Jiolahy efatra mpamaky trano nikasa handositra maty voatifitry ny zandary

Araka ny vaovao voaray avy amin’ny zandary dia nisy  fanafihan-dahalo mitam-piadiana mahery vaika nataon’andian-dehilahy maromaro niseho tao amin’ny fokontanin’i Tsaramiadana, kaominina ambanivohitra Marokarima ao anatin’ny Distrikan’i Mananjary, tamin’ny zoma faha-25 aogositra lasa teo tokony ho tamin’ny 04 ora sy 10 minitra tolakandro.

Voatafika tamin’izany ny tokantranon’ny lehilahy mpivarotra iray atao hoe  Manjary. Niditra an-keriny tao an-tokantranon’io lehilahy io ireto dahalo tsy nisy misaron-tava ary nirongo fitaovam-piadiana mahery vaika, toy ny Kalachnikov 02, poleta vita gasy 01, sabatra 01 ary antsy maranitra 01.  Notifirin’izy ireo avy hatrany io tompon-trano io ka maty tsy tra-drano. Voalaza fa norobain’ireo jiolahy ny vola izay tsy voaisa, vovom-bolamena 20 grama, rojo volamena 3, kavina volamena 5, finday am-polony miaraka amin’ny “chargeur” sy “batterie”, DVD portable am-polony miaraka amin’ny “batterie” ary nitsoaka niankandrefana ireo dahalo rehefa avy eo. 

Nampandrenesina avokoa ny Ben’ny tanàna rehetra tao anatin’ny distrika indrindra ny tao amin’ny tapany andrefana mba hampihatra avy hatrany ny fiarovan-tena eny ambanivolo sy hanara-maso ireo olona vahiny rehetra mivezivezy any an-toerana, araka ny tatitry ny mpitandro filaminana ihany. Somary nisy ihany anefa ny fahasarotana tamin’ny fanarahan-dia noho ny faritra feno zavamaniry sy ala  matevina kanefa dia nifampizara ny vahoaka nifanampy tamin’ireo zandary ary nametraka paikady matipaika tamin’ny fisavana ny toerana mampiahiahy rehetra izay mety ho nolalovan’ireo jiolahy ireo, raha ny fampitam-baovao avy amin’ny zandary ihany.

Noho ny loharanom-baovao avy tamin’ny olona tsara sitrapo dia naharay antso ireo mpitandro filaminana nanao fanarahan-dia, ny alarobia 30 aogositra teo tokony ho tamin’ny 8 ora maraina fa misy lehilahy miisa fito mivahiny any amoron’ny reniranon’i Mananjary izay efa mampisaraka ny distrikan’i Mananjary sy Ifanadiana.  Nikasa hiampita lakana hihazo ny Distrikan’Ifanadiana izy ireo.  Nifamory avy hatrany ny fokonolona izay efa nahazo ny hafatra avy amin’ny zandary sy ny Ben’ny tanàna ka nosamborim-potsiny ireto farany. Ny efatra tamin’izy ireo no tratra fa ny telo ambiny kosa dia tafatsoaka. Rehefa nataon’ireo fokonolona ny fisavana ny entan’izy ireo, dia nahitana basy Kalachnikov miisa 02, bala miisa 11 sy sabatra 01 ary antsy, niampy vola 30 000 ariary tao anaty entan’izy ireo. 

Nidina ifotony avy hatrany ireo zandary teo am-panaovana fisavana ny toerana tsy lavitra nisamboran’ireo mponina ireto dahalo efa-dahy. Nentin’ireo zandary hamonjy ny  borigady Vohilava ireo dahalo rehefa avy natao famotorana vonjimaika. Nandritra ny nitondrana azy ireo kosa nitsoaka tampoka izy efa-dahy ireo, niezaka nanenjika ihany ireo zandary ary nanajanona azy ireo saingy tsy nety izy ireo. Voatery nitifitra ireo mpitandro filaminana, ka maty tsy tra-drano avokoa izy efa-dahy ireo. Tsara homarihina fa avy any amin’ny kaominina Ambalakindresy Distrikan’Ambohimasoa daholo ireo namoy ny ainy  ary toa izany ihany koa ireo namany tafaporitsaka, hoy hatrany ny tatitra avy amin’ny zandary.

Pounie

Ino Vaovao0 partages

KOLONTSAINA : Hetsika maroloko nanamarihana ny fiafaran’ny Fivahinianana tany Lamecque

Nifarana tamin’ny fomba ofisialy, omaly alahady, ny fankalazana ny famaranana ny fivahinianana masina any Lameka, izay fanao isan-taona ho an’ny finoana silamo, antsoina hoe  id moubarak. Nisy ny carnaval lehibe niainga, tetsy amin’ny tranon’i Papa Soulé nihazo ny toerana malalaka, tetsy amin’ny Havana 67ha. 

Ny id.moubarak dia fety fanao isan-taona amin’ny andro faha-9 amin’ny volana faharoa aorian’ny "Ramadan". Maro ny fomba atao amin’izany, ka isan’izany ny famonoana ondry, izay natao hahatsiarovana ny sorona masina nataon’i Abraham tamin’i Ismael raha hanatanteraka ny sitrapon’ilay Nahary izy ka nivadika ho zanak’ondry izany, izay nifatotra tao anaty kirihitra. 

Fihaonana ara-panatanjahantena, baolina kitra no namaranana ity andro lehibe ity, ka ekipa enina no nifaninana. Niatrika ny dingana famaranana ny TanaFC sy ny FC Zanak’Avaratra teny amin’ny kianjan’Ny Havana 67ha, rehefa tafita tamin’ny lalao fifanintsanana roa avy. Hatreto aloha mbola tsy ahitana mpilalao avy amin’iny faritra avaratry ny Nosy iny ao amin’ny ekipam-pirenena, ka isan’ny nitsirihana izany koa ity fifaninanana ity. 

Loka maro no nozaraina, ka izay mahazo ny fandresena dia mahazo lelavola enina hetsy Ariary, ny faharoa kosa efatra hetsy. Notolorana amboara koa ireo mpilalao mendrika sy nahafaty baolina betsaka indrindra, ny mpiandry tsato-by tena mahay. Fety maroloko no nataon’ny finoana Silamo eto Iarivo nandritra izay telo andro izay.

Ino Vaovao0 partages

FESTIVAL TSOLABE ANDIANY FAHA-9 : Nomen-danja manokana ny kolontsaina

Manampy amin’ny fisintonana ireo mpizaha tany ny fisian’ny hetsika ara-kolontsaina. Anisany mitondra anjara biriky amin’ny fampiroboroboana ny fizahantany ao Sainte-Marie i Angelos Adonis filohan’ny komity Festival Tsolabe sy ny ekipany. Miditra amin’ny andiany faha-9 ny Festival Tsolabe tamin’ity taona ity. Izany hoe sivy taona nisiana. Festival anomezan-danja ny kolontsaina Antenosy ary isian’ny hetsika ara-javakanto maro sy ara-panatanjahantena. Ny 31 aogositra lasa teo no nanomboka ary nifarana ny alahady 3 septambra.

Alim-pandihizana ny alakamisy 31 aogositra tao amin’ny efitrano fisakafoanana William Kid Ambodifotatra no nanokafana ny hetsika rehetra. Alim-pandihizana nohafanain’i Vaney’s, JB Junior, Remi, Fafas. Ny marainan’ny zoma 1 septambra, nisy ny diabe mitety tanàna nandraisan’ireo sokajin’olona maro anjara.

Nandritra ny lanonam-panokafana izay natao tao amin’ny kianja Tsolabe ao amin’ny fokontany Ilot-Madame ny antoandron’ny zoma dia nivoitra nandritra ny lahateny nifandimbiasana ny maha zava-dehibe ny fisian’ny hetsika ara-kolontsaina ao Sainte-Marie. Tonga nanokatra ny lanonana tamin’ny fomba ofisialy ny Lehiben’ny Faritra Analanjirofo izay sady filoham-boninahitra. 

Sehatra iray ahafahan’ny Antenosy mamoaka ireo kolontsaina misy ao aminy ny Festival Tsolabe. Mpanakanto maro no tonga tao Sainte-Marie nandritra ny efatra andro. Nifanesy nanao fampisehoana ho an’ny vahoakan’i Sainte-Marie tao amin’ny kianja Tsolabe ao Ilot-Madame izy ireo.

Kamy

Ino Vaovao0 partages

FANDAHARANA FOTOAM-BITA : Nidoka tena ho nahavita be ny fitondram-panjakana

Nasongadiny tamin’izany, ohatra, ny fahavitan’ny fanavaozana ny seranam-piaramanidina eny Ivato sy ny fanajariana ny seram-piaramanidina any Nosy-Be. Nambarany fa hampisokatra betsaka amin’ny lafiny fizahantany izany kanefa sokajiana ho olom-bitsy ihany no hahazo tombony dia ireo mpisehatra eo amin’ity lafiny ity.

Ankoatra ireo dia notanisain’ny filoha ihany koa ny fahavitan’ny tetezana, toy ny tetezan’i Kamoro, ny fahavitan’ny ampahan-dalana tany amin’ny Faritanin’i Toliara iny ary teo ihany koa ny fahavitan’ny trano famakiam-boky etsy Antanimbarinandriana. Nisy tamin’ireo fotodrafitrasa tafatsangana no nambarany fa volan’ny fitondram-panjakana madiodio no nanamboarana azy.

Voalaza fa nahavita nanangana sekoly an-jatony izay ny fitondram-panjakana. Any amin’ireo sekoly faran’izay lavitra any ambanivohitra anefa dia miaina ao anaty tsy fandriam-pahalemana lalina ny mponina. Miaina ao anaty tsy fahampian-tsakafo ihany koa noho ny fidangan’ny vidim-piainana ny maro amin’ny vahoaka Malagasy. Na tsara tarehy aza ny efitrano fianarana ka tsy zarizary ny fiainana andavanandron’ireo mponina indrindra fa ireo ankizy madinika dia toa zava-poana ihany izany.

Tokony ho laharam-pahamehana hatrany ny fanatsarana ny sosialim-bahoaka, indrindra ny fitadiavam-bahaolana manoloana ny fidangan’ny vidim-piaianana sy ny tsy fandriam-pahalemana izay efa mampikaikaika ny vahoaka amin’izao fotoana izao. Voaresaka ihany ny mahakasika ny tetikasa amin’ilay fanajarina ny tanimboly ho enti-mamoka-bary saingy hatreto dia mbola nofinofy ihany satria vahaolana ho amin’ny androany no tadiavian’ny vahoaka noho ny fahefa-mividy sy ny kapoakam-bary eny an-tsena izay efa tsy zaka intsony.

Maika amin’ny fanasongadinana ireo zava-bita ny fanjakana ho enti-mampiseho fa tena nahavita be teto amin’ny firenena izay heverina ho tafiditra ao anatin’ny kajikajy politika hoentina miatrika ny fifidianana amin’ny taona ho avy. Teny am-pamaranana ny fandaharana dia nilaza ny Filoham-pirenena fa mbola hitohy hatrany ny fananganana fotodrafitrasa, izany hoe tsy mbola hita soritra mihitsy izany izay tena vahaolana hoentin’ny fitondrana manoloana ny firongatry ny tsy fandriam-pahalemana sy ny vidim-piainana miakatra isan’andro.

Avotra Isaorana

Ino Vaovao0 partages

FIKAMBANANA CS-ANR : Mifantoka hatrany amin’ny fampandaniana ny filoha Andry Rajoelina

Ireto farany izay tsy nitsahatra ny nangataka ity filoha mpanorina ny antoko Tanora Malagasy Vonona ity mba hilatsaka hofidiana ho Filoham-pirenena amin’ny taona 2018. Ankoatra izay dia mifantoka betsaka amin’ny fanaovana ny asa sosialy ihany koa ny asa ataon’ireo tanora mikambana ao anatin’ity fikambanana ity. 

Ny sabotsy lasa teo no tontosa ny fifidianana ny filoha nasionaly izay hitantana ny fikambanana. I Raharison Gabrielle indray no hiandraikitra sy ho filohan’ny fikambanana CS-ANR manomboka izao ary efa tontosa tamin’ny sabotsy lasa teo hinny koa ny fifamindram-pahefana teo aminy sy ny filoha teo aloha. Nambarany nandritra ny fandraisam-pitenenana nataony fa vonona ny tenany amin’ny fanohizana ny asa rehetra izay vita, anisany velirano nataony ihany koa ny hanohana sy hampandany ny filoha Andry Rajoelina, haneho hatrany fa izy ihany no tena mahavita mampandroso ny firenena. 

Amin’ny ankapobeny dia miompana betsaka amin’ny fanatsarana ny sosialin’ny mponina sy ny fanampiana ny mpiara-belona no tena imasoan’ireo tanora ao anatin’ny fikambanana. Fanampin’izay miditra an-tsehatra amin’ny fanampiana ara-pahalalana ho an’ny vahoaka ihany koa ireo tanora mpikambana. Fantatra fa efa misandrahaka manera ny Nosy ny fikambanana CS-ANR ary tanjona tratrarin’izy ireo ny hametraka rantsana isaky ny Fokontany sy Kaominina amin’ireo Distrika rehetra mandrafitra ny Faritra 22 eto Madagasikara.

Avotra Isaorana }

Ino Vaovao0 partages

SERANANA AO LOUKINTSY : Dimy ambin’ny folo minitra monja no iampitana ao Sainte-Marie

Hanala fahasahiranana ny mponina tokoa ny fahavitany na amin’ny fitateran’entana na amin’ny fiampitan’ny mpandeha. Tsy misy afa-tsy 15mn monja no lany amin’ny fiampitana avy ao Antsiraka Soanierana-Ivongo sy Loukintsy raha ora iray sy sasany kosa ny avy ao Soanierana-Ivongo mihazo ny seranana Barachois Ambodifotatra. Adiny telo sy sasany kosa izany raha avy ao Mahambo.

Ny zoma 1 septambra teo, dia nirahin’ny fitondrana foibe nijery ifotony ny fizotran’ny asa fanamboarana ilay seranana aorina ao Loukintsy ny Lehiben’ny Faritra Analanjirofo, Ramaroson Jacques. Fantatra nandritra izany fa afaka iray volana no ho vita tanteraka ny asa fanamboarana. 

Tsikaritra efa miomana tanteraka amin’ny fahavitany ireo mponina ao an-toerana izay anisany mpahazo tombontsoa mivantana. Misy amin’ireo mpivarotra ao Loukintsy no nanitatra sahady ny trano fivarotana noho ny fahatakarana fa hitombo isa ireo mpanjifa aorian’ny fahavitan’ny seranana. Hisy akony ara-toekarena amin’i Sainte-Marie araka izany ny fisian’ny seranana ao Loukintsy izao.

Kamy

Ino Vaovao0 partages

VITRINE DU VAKINANKARATRA : Nandray anjara ny BNI Madagasi...

Naharitra telo andro ny fampirantiana ary teo amin’ny Garan’Antsirabe no nanatanterahana izany. Anisany nandray anjara mavitrika tamin’ity hetsika ity araka izany ny Banky Nasionalin’ny Indostria na ny BNI, ka nampahafantatra ny tombontsoa lehibe  sy ny tolotra afaka omena ny mpanjifa izy ireo tamin’io fotoana io. 

Miezaka hatrany ity banky ity ny hanakaiky ny mpanjifany ary raha tsiahivina kely dia efa mahatratra 61 amin’izao fotoana izao ny masoivoho ahitana ny BNI manerana ny Nosy. Tsy hijanona amin’izay ihany hatreto ny fanatsarana fa mbola hitohy noho ny fampandrosoana ara-toekarena. Toy ny ao an-drenivohitr’i Vakinankaratra, ohatra, dia manana masoivoho roa izy ireo ary manana”GAB” maromaro ihany koa. «  Manoloana izay fandraisana anjara notontosaina izay no maneho ny fiaraha-miasa ara-toekarena sy ara-tsosialy amin’ny fampandrosoana ny faritra”, raha ny hazavana nataon’i Nantatiana Ratovohery Talen’i Masoivohon’Antsirabe.

Mitohy ny fiaraha-miasan’ny ISCAM sy ny BNI Madagascar eo amin’ny sehatry ny asa  Miezaka manakaiky ny olon-drehetra hatrany ny BNI Madagasikara amin’izao fotoana izao. Porofon’izany ny fandraisana an-tanana nataon’izy ireo tamin’ny alalan’ny “partenaire Gold” nandritra ny famoahana ny mpianatry ny Institut Supérieur de la communication natao tao ami’ny CCI Ivato, ny faran’ny herinandro lasa teo ihany. Andiany faha-26  ity navoaka ity raha ny fanazavana voaray ka mitondra ny anarana hoe “Tsiry Itokiana”. 

Ny tanjona hatreto dia ny fitohizan’ny fiaraha-miasan’ny roa tonta hatrany, izay efa nisy an-taonany maro. Samy mahazo tombontsoa araka izany izy ireo noho izay fifandraisana  akaiky izay ary azo lazaina fa mbola hotohizana ny fiaraha-miasa raha ny nambaran’ny Lehiben’ny fitantanana ny mpiasa eo anibon’ny BNI Madagasikara. Misy avy hatrany ny fandraisana ireo ankizy nahavita fianarana manana ny marim-pahaizana ambony  indrindra ka hitantana ireo masoivoho vaovao ankehitriny.

Tatianà R.

Ino Vaovao0 partages

LALAM-PIRENENA FAHA-6 : Mitaraina amin’ny faha- ratsian’ny lalana ireo mpamily taksiborosy

Agnatin’ny famaragnana ny fialan-tsasatra lehibe izioty ka izegny no mahabetsaka ireo mpandeha, satria samy mirombaka mamonjy ny toeragna niaviany aby ny mpiala sasatra na ny mandeha na izay tonga. Amin’ny ankapobeny dia feno avokoa ireo fiara mpitatitra, araka ny nambaran’ny mpamily araiky manao io zotra voalaza agnabo io.Voalaza fa ka raha tsy mahampy ireo mpandeha, ireo fiara noho ny fahabetsahana misy. 

Amin’ny fotoagna maha betsaka ny mpandeha amin’ny maintany, indrindra amin’ny fotoagna fivezivezen’ireo mpiala sasatra tahaka izao. Araka ny voalaza fa lasa nofinofy hely ny fitsimpinagna iregny mpandeha manao tapa-dalagna iregny eny an-dalagna. Amin’ny fanenjehagna ny ora fimpodiagnana dia nahemotra ho amin’ny 1 ora maraina misy alohan’izegny ny fialagna aty Antsiranana raha hihazo an’Ambanja sy Ankify, satria manao zotra mandroso sy miverina ireo taksiborosy na minibus manao izany asa fitaterana izany aty an-toeragna. 

Ankoatra ny fanenjehana ny pasazy na mpandeha amin’io fanemoragna ny ora fiaingana io dia voalazan’ireo mpitatitra fa noho ny faharatsian’ny lalagna ihany koa no nagnanaovagna izegny. Ny lalagna izay laniagna agnatin’ny ora dimy dia lasa nitombo ora fito na valo izegny ankehitriny.

Marihina fa tamin’ny 3 ora maraina no fiaingana taloha tagny. Tsy takona afenina ny haratsian’igny lalam-pirenena fahenina izay mampitohy an’Antsiranana sy Ambanja igny tagnatin’ny taona vitsy lasa izay. Mampanahiragna an’ireo mpampiasa lalagna izany isan’andro, indrindra amin’ny asara. Tsiahivina fa agnisany fampagnantegnana nataon’ny Filoham-pirenena tamin’ny fampielezan-kevitra nataony izany nefa mbola mampanahiragna ireo mpampiasa lalagna hatramin’izao. 

Dradradraigny ombieny ombieny ny hanombohan’ny asa, nefa ka raha mbola ny teo ihany no iaignana. Andrasagna ombiagna indray vao hatomboka ny tegna asa fanamboaragna fa tsy asa kopandry ihany no hagnariagna ny saim-bahoaka amin’io lalam-pirenena fahenina nampagnantenaina ny maro ity. Volana vitsy dia fantatra fa ho lany ny taona 2017, sa andrasagna amin’ny fampielezan-kevitra amin’ny taona 2018 indray vao hatomboka ny asa.

Nagnambara hatrany ilay mpamily manao asa fitateragna avy aty Diego mankany Ankify sendra tafikoragna taminay fa ny lalagna tsy manjary ihany ny olagna hatreto fa ny mpandeha tegna betsaka amin’izioty. Agnatin’ny fotoagna maha tsara ny asan’ireo mpitatitra amin’izioty ka samy mahazo ny tandrify azy ny tsirairay. Miandry ny fanombohan’ny asa fanamboaran-dalagna ihany ireto farany mba hampihegny ny lany amin’ny fanoloagna ny kojakoja madinika amin’ny fiara sy fitombosan’ny solika ampiasaina noho ny faharatsian’ny lalagna no antony voalohany mahatonga izegny. Fantatra fa 20 000ariary ny saram-pitateragna mankany Ankify, raha 18000ariary mankany Ambanja, miala avy aty Antsiranana amin’izioty.

Tsy sasatra manaitry ny tompon’andraikitra voakasika ireo mpitatitra amin’ny fanombohan’ny asa fagnamboaran-dalana tegna izy fa izegny ihany no olagna mianjady amin’izy ireo sy ny mpandeha ihany koa mba mahita fahasahiragnana vokatra izegny faharatsian’ny lalagna izegny.

Mpanjono

Ino Vaovao0 partages

VAKINANKARATRA - ITASY : Najoro ny oniversitem-panjakana hamaly ny filan’ny faritra

Manoloana izany dia nanambara ny teo anivon’ny oniversiten’Antananarivo fa hanao ezaka mba hanitarana ny oniversitem-panjakana any amin’ny faritra samihafa eto amin’ny faritanin’Antananarivo. 

Natao indrindra izany mba hialana amin’ny fifindra-monina miakatra eto an-drenivohitra hamonjy eny Ankatso. Ankoatra izay ihany koa dia mba hanamaivana ireo mpianatra tsy manana fahefana hanohy ny fianarana eny amin’ny oniversitem-panjakana  no antom-pisian’ireo. Anisany fanitarana efa vita ny nananganana ny oniversiten’Antananarivo any Soavinandriana sy Vakinankaratra. Ireo sampam-pampianarana mifanaraka amin’ny tontolo misy eny an-toerana no natao laharam-pahamehana hampianarana ireo mpianatra amin’ireo faritra roa ireo. Ary amin’ny alalan’ny fifaninana sy fifantenana hatrany no hahafahan’ny mpianatra miditra amin’izany.

Anisany antony lehibe nahatonga ny fananganana ny rantsa-mangaikan’ny oniversite any amin’ireo toerana ireo ny fahamaroan’ny mpianatra avy amin’ireo faritra ireo miakatra eto Antananarivo mandrato fianarana. Eo ihany koa ny fahafantarana ny filàn’ny faritra manokana ka nahatonga ny fananganana toeram-piofanana ambony. Raha ny ao amin’ny faritra Itasy manokana dia fantatra amin’ny fahatsaran’ny voka-pambolena sy ny fiompiana, na amin’ny kalitao izany na amin’ny habetsaka. 

Io indrindra no nahatonga ny oniversiten’Antananarivo nanangana ny sampam-pampianarana “transformation agro alimentaire” any an-toerana. Raha ny ao Ankatso manokana dia 10 500 isa ireo mpianatra afaka raisina hanohy ny fianarana eny an-toerana. Ny filohan’ny oniversiten’Antananarivo, Panja Ramanoelina, rahateo ihany koa dia nanamafy fa mitohy hatrany ny fanatsarana ireo toerana hivantan’ireo mpianatra eny Ankatso na ny campus.

Lucien R.

Ino Vaovao0 partages

ANKINGAMELOKA - SAMBIRANO SY NY MANODIDINA : Fora zaza faobe

Mitohy hatrany araka izany ny asa soa ataon’ity Ben’ny tanàna ao amin’ny Distrikan’Ambanja ity. Zaza maherin’ny 100 no voafora nandritra ny hetsika ara-tsosialy nataon’i Darkhaooui Siritis tany an-toerana. 

Naneho ny hafaliany ny raiamandreny ao Ankingameloka ary nisaotra sy nankasitraka amin’izao  fihetisik’ity Ben’ny tanànan’Ambanja ity izao . Marihina fa anio no hamaranan’ity farany ny fora zaza faobe karakarainy ao amin’ny kaominina ambanivohitra Bemanevika andrefana. Maromaroa ny tahaka ny Ben’ny tanànan’Ambanja Darkhaoui Siritis hoy ireo Raiamandreny any amin’ny Distrikan’i Sambirano.

A.Lepêcheur

Tia Tanindranaza0 partages

Zandarimariam-pirenenaManadio ny ao anatiny

Nidina tampoka tany amin’ny tsenan’omby Ambatonapoaka Imerintsiatosika ny jeneraly Randriamahavalisoa Gérard,

 

Tsy nitsitsy fitenenana izy raha niantefa tamin’ireo zandary, nilazany fa tsy hisy mihitsy ny fandeferana amin’ireo izay tsy manaraka ny fitsipika sy manao kolikoly. Nampirisika ireo olom-peheziny izy hanao ezaka araka izay tratra mba hamerenana haingana ny fandriampahalemana sy ny fitokisan’ny vahoaka mba hamongorona ifotony ny asan-dahalo sy ny asan-jiolahy. Nisy moa ny fanomezana ny laharan’ny antso ao amin’ny Zandarimariam-pirenena, raha toa ka mahita fihoaram-pefy ataon’ny zandary sy endrika kolikoly ary momba ny tsy fandriampahalemana dia ny laharana 0341401162 sy ny 0341401388 .

Nangonin’i Jean D.

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Mpanotra mamoafadyManimba ireo ara-dalàna

Dimy andro lasa izay no nankalazan’ireo mpitsabo nentim-paharazana ny andron’izy ireo tetsy Tsaralalana.

 Hatramin’izao dia misedra olana hatrany ireo mpitsabo ara-dalàna eo amin’ity sehatra ity, hoy ny mpitsabo amin’ny alalan’ny otra iray avy eo anivon’ny fikambanan’ireo mpitsabo nentim-paharazana eto amintsika na ny AMTM, Mialy Andriantsivelany. Mahavelombolo, raha ny fahitany azy, ny fitiavan’ny olona mampiasa akora natoraly eo amin’ny tontolon’ny fitsaboana ary antony mahamaro be ireo misafidy ny hitsabo tena amin’ny alalan’ny fomba nentim-paharazana izany satria tsy dia te hirona any amin’ny fanafody misy akora simika intsony izy ireo. Ny mampalahelo fotsiny, ho anay izay mitsabo amin’ny alalan’ny otra manokana dia ny fisian’ireo mpanotra sasany mampirona any amin’ny fampilana ara-nofo ny mpanjifany. Mbola miantso ny fanaraha-mason’ny fitondram-panjakana hatrany, araka izany, ireo mpitsabo ara-dalàna.

J. Mirija

Tia Tanindranaza0 partages

Hitsoahan’ny akama

Manakory Jean ! Dia ataonao ahoana koa izao ilay bandy akamanao iray asain’olona mifaninana aminao iny indray ? Toa tena mihamihataka aminao daholo anie izany akama izany e !

Ianao anefa ity nanary ny teo an-tanana koa ! Dia mbola hanidy ny varavaranao tsy hisokatra ho an’ilay ranamana iny intsony koa izany ianao izao ? Sao dia mba tokony hosainina ihany aloha ny tokony hatao e e ? Ny sambo efa ho rendrika ka ndrao tsy misy eo intsony na dia ny hamonjy amin’ny andro farany aza. Andron’ny fampihavanana ho aho izao mantsy anao na tianao io na tsy tianao. Ianao no mbola te hametraka an’izay rafitra izay eo ka sao dia hafa ny tenenin’ny vava dia hafa anefa ny atao dia mihodinkodina eto foana isika. Ho lasibatra toy izay efa nandalo rehetra teo koa anie ianareo raha tsy manova paika e e !

Marco

Tia Tanindranaza0 partages

Diso fipetraka ?

Mijoro izany izao ny Filankevitry ny fampihavanana Malagasy. Fotoam-pianinana sisa andrasana dia ho avy ilay antsoina hoe : “Fampihavanam-pirenena”.

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

THB Champion’s League MalagasyMitarika vonjimaika ny Cosfa, Hzam, Elgeco Plus ary ny Cnaps Sport

Nahazoam-bokatra ny andro faharoan’ny fiadiana ny ho tompondakan’i Madagasikara eo amin’ny baolina kitra 2017. Mahajanga :

Tia Tanindranaza0 partages

Festival des Arts Martiaux MalagasyAny Mahajanga indray no fotoana

Tontosa tetsy amin’ny Lapan’ny fanatanjahantena Mahamasina omaly alahady 3 septambra 2017 tontolo andro ilay hetsika « Festival des arts martiaux et combats de défi » nokarakarain’ny CAM na « Collectif des Arts Martiaux » tarihan’i Me Raharinala Gilbert.

Tia Tanindranaza0 partages

Kitra - Diviziona Elite vehivavyTsy afa-bela tamin’ny ASKAM Itasy ny AC SabNam

Tsy afa-bela tamin’ny ekipan’ny ASKAM Itasy ny AC Sab Nam Analamanga, fa mbola resin-dry zareo 2-1,

Filaharana vonjimaika :

1-ASKAM isa 16 ; 2-AC Sab Nam sy ny ASOT isa 13 avy ; 3-ASOT ; 4-SOM.

Ny dingana faha-3 farany amin’ity lalao ity dia hotontosaina ny 6-14 oktobra 2017. Miatrika ny fampivondronana eny Carion kosa ankehitriny ireo mpilalao baolina vehivavy Malagasy mendrika amin’ny hiatrehana ny Cosafa Cup vehivavy 2017 hanombaka ny 14 septambra izao any Zimbabwe.

Tia Tanindranaza0 partages

Silamo AhmadiyyaNankalaza ny «Eid ul Adhia»

Nankalaza ny fety «Eid ul Adhia» mandritra ny telo andro ny fikambanana silamo Ahmadiyya ny sabotsy teo.

Ramano F.

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

AntenimierandoholonaMiezaka manakaiky ny vondrombahoakam-paritra

Loholona miisa 12 nahitana solontena isam-paritra avy eo anivon'ny Antenimierandoholona notarihan'ny filohany Rakotomanana Honoré no tonga nitafa sy nifampidinika

Nangonin’i Jean D.

Tia Tanindranaza0 partages

HafahafaMay ny tranon’ilay prezidan’ny Tribonaly

May kila hotohoton’ny afo ny trano fonenan’ny filohan’ny Fitsarana ambaratonga voalohany ao Mandritsara, faritra Sofia.

 

Jean D.

La Vérité0 partages

Fiscalité - Congrès de chercheurs africains

Des chercheurs malgaches et de bien d’autres pays d’Afrique planchent sur la recherche de moyens pour améliorer les recettes fiscales dans un congrès international qui se tient à l’hôtel Paon d’Or, Antanetibe Ivato, les 4, 5 et 6 septembre.

« Il s’agit d’une réunion de l’association des chercheurs en matière de fiscalité, pas forcément africains, mais également des autres continents, en vue d’échanger sur les papiers de recherche qui sont d’actualité. Ainsi, pour cette année, Madagascar a eu le privilège d’être choisi comme pays d’accueil de ce congrès dont les deux précédentes éditions se sont tenues en Afrique du Sud et aux Seychelles », a fait savoir Iouri Razafindrakoto, directeur général des Impôts auprès du ministère de Finances et du Budget.  Le thème de ce congrès, relatif aux stratégies des Gouvernements africains en général et des administrations fiscales, est axé sur l’utilisation des nouvelles technologies de l’information pour la mobilisation des recettes fiscales intérieures. « Pour Madagascar, l’avantage de la tenue de ce congrès à domicile est que nous pouvons y faire participer beaucoup de chercheurs malgaches, vu que cela ne nécessite pas d’un coût de déplacement vers l’extérieur », a-t-il souligné. Concernant les chercheurs malgaches, ils ne sont pas nécessairement de l’administration fiscale, mais également des partenaires techniques tels que l’Institut national des sciences comptables et de l’administration d’entreprises (Inscae), en tant que comité scientifique. « Il ne s’agit pas uniquement d’une réunion des administrations fiscales mais également des échanges de procédés pour l’amélioration de la recette fiscale, incluant la rencontre entre la théorie et la pratique des connaisseurs en matière de fiscalité, tant étatique que transfrontalière », a précisé le Dg des Impôts.Rivo S.

La Vérité0 partages

Littérature - Michèle Rakotoson améliore son œuvre « Tovonay »

Un exceptionnel personnage dans le monde de la littérature malagasy, Michèle Rakotoson est un artiste si l’on peut l’appeler ainsi car elle est à la fois écrivaine, dramaturge, journaliste et créatrice. Depuis plusieurs années, elle ne cesse de gratter sa plume sur des papiers blancs pour pouvoir sortir des livres. Des bouquins qui ont parfois tendance à parler de tout, de la souffrance , de l’amour, de la dignité et de la fierté d’être malagasy malgré la misère dans laquelle il vit. Elle évoque ce point de vue, cette vision que peu de personne ose écrire… ce malheur ou ce bonheur enfoui dans la vie quotidienne de la population malagasy. D’ailleurs, ce n’est pas l’inspiration qui lui manque, écrivant à la fois des romans et récits, du théâtre ou encore des nouvelles, elle a déjà décroché plusieurs prix grâce à son talent notamment ceux des océans Indien et Pacifique en 2008.

Dénonciation Deux ans après ce prix, elle sort un livre qui a fait beaucoup parler d’elle. Il s’agit de « Tovonay », l’histoire d’un jeune Antandroy vivant de plus en plus dans la misère et le dénuement dont le village croupit dans la pauvreté, les hommes valides sont partis pour un ciel meilleur, les femmes et les enfants survivent face à la famine et la sécheresse. Michèle Rakotoson, en dénonçant l’exode rural, révoque aussi la vie misérable des laissés- pour-compte dans la grande ville et l’incurie de la classe dirigeante. Le roman se termine sur une note d’espoir car Reboza veut que son fils poursuive ses études et accomplisse ainsi son rêve de devenir médecin. Bref, on peut dire que le livre a eu un grand succès puisque l’écrivaine a été invitée à plusieurs événements pour donner des conférences ou rencontrer des jeunes passionnés de littérature comme lors de  la 2e édition du salon du livre Athéna 2015 qui s’est déroulé en octobre 2015 dans le sud de La Réunion à Saint-Pierre.Coup de pouceActuellement, l’écrivaine malagasy a décidé d’apporter une petite touche de modification dans son œuvre sans pour autant changer l’idée générale de l’histoire. « Au fil du temps, j’ai songé à améliorer le livre, ajouter quelques touches mais les lecteurs ne devront pas s’inquiéter, l’aventure de Tovonay ne change guère. Ce mois-ci, j’ai décidé de rééditer ce livre, cette fois-ci en collaboration avec la librairie Mixte. Ils seront bientôt publiés », confie l’écrivaine. Ceci entre dans le cadre du projet « Opération Bokiko »,  visant à apporter des soutiens aux jeunes écrivains de la Grande île. Mais le projet sert aussi à donner le coup de pouce nécessaire pour relancer l'édition à Madagascar et aider à créer des livres pour les enfants . L’objectif de l’association Synael ou Synergie nationale des auteurs, éditeurs et libraires de Madagascar dont Michel Rakotoson en est la fondatrice, est d’ailleurs de remettre l’ordre dans le monde du livre. Plusieurs projets sont en cours notamment la sortie prochainement de plusieurs œuvres dans la Grande île. Après « Tovonay », ce seront les livres du jeune écrivain Sitraka Rafanomezantsoa et du poète venu d’Ambohimanga surnommé Ragree qui verront le jour. A noter que l’ouvrage « Tovonay » a eu le prix littéraire «  Ravinala » par le collège français Françoise Dolto de Mahajanga.Tahiana Andrianiaina 

La Vérité0 partages

Thb Ligue des champions - Ajesaia doit abattre sa dernière carte

Au bord de l’élimination dans les qualifications à la poule des As de la ligue des champions de Madagascar, l’Ajesaia Bongolava doit absolument empocher les 9 points durant  sa triple confrontation face au Fc Vakinankaratra, le 6 septembre, au Stf Analanjirofo,  le 8 septembre,  ainsi qu’à la Fifafifi Atsinanana, le 10 septembre. Le compteur n’a pas encore été débloqué pour l’équipe championne de Bongolava.

Les protégés de Jasmin Ravelonarivo, président du club,  ont  encaissé deux défaites en autant de sorties (0-1) face à Hzam Amparafaravola Ambatondrazaka et (0-1) face à Rts Jet Mada Itasy. Hzam et Rts Jet Mada mènent  avec 6 points  dans le groupe B tandis que l’Ajesaia frôle la lanterne rouge devant le Stf Analanjirofo.  L’Ajesaia va jouer son va-tout pour les trois matches restants. A l’approche  de ces  rendez-vous cruciaux,  le moindre faux-pas enterrera les derniers espoirs de qualification pour la poule des As.Dans les autres groupes, Zanakala Fc Haute Matsiatra est à la quatrième position du groupe D après  une victoire et une défaite cinglante de (4-1) devant la Cnaps Sport Itasy. Pareil pour Zanakala Fc, il n’a plus droit à l’erreur pour les prochaines rencontres pour viser une qualification. Il en est de même pour Fosa Junior Boeny qui a enregistré un nul (0-0) contre Mtm Melaky et une défaite (1-0) devant Cosfa Analamanga. Au classement provisoire de la poule A, ce sont les militaires du Cosfa qui ont pris les commandes devant  l’Ussk Ambanja. Demain, Fosa Junior défiera le Varatraza d’Antsohihy à Mahajanga.Elias Fanomezantsoa

La Vérité0 partages

Cumul gagnant ?

La dernière retouche du Gouvernement confirmait Olivier Solonandrasana Mahafaly en tant que Premier ministre (Pm) et en même temps ministre de l'Intérieur et de la Décentralisation. Observateurs et analystes de divers horizons s'insurgèrent du maintien, éternellement, de Solonandrasana Mahafaly au Gouvernement. Il a vu défiler deux sur les trois Pm dont le troisième n'est autre que lui-même. Une longévité faisant tiquer certains citoyens avertis qui les ont poussés à se demander si Madagascar ne disposerait-il plus d'autres personnalités dignes et compétentes ? A-t-on épuisé la réserve nationale comportant nos élites ? (« Lany olo-manga ve ny firenena ? »).

Le Président Rajaonarimampianina persiste et signe sur la présence d'Olivier Solonandrasana, administrateur civil de son état, au sein du Gouvernement en le faisant cumuler de surcroît deux postes clés, notamment la Primature ainsi que l'Intérieur et la Décentralisation. Ainsi, tout en étant chef de l'administration générale, il supervise simultanément l'administration territoriale. Un département-pilote qui contrôle la gestion du territoire national et, surtout, qui téléguide toutes les élections du pays nonobstant l'existence d'une Commission électorale nationale dite « indépendante ». Tout compte fait, Olivier Solonandrasana tient entre les mains la clé du régime Rajaonarimampianina. A l'approche des échéances électorales de 2018, le Chef de l'Etat ne se hasarderait pas à confier des postes aussi importants que stratégiques tels la Primature et l'Intérieur à des « novices ». Il ne peut pas, en aucun cas, se passer des services et de l'efficacité prouvée lors des élections générales (Municipales et Sénatoriales) de 2015-2016 d'Olivier, pour les intimes.Depuis la première République, et ce, jusqu'à ce jour, le portefeuille de l'Intérieur n'a jamais été laissé au hasard entre les mains de n'importe qui. Les André Resampa, Ampy Augustin Portos, Charles Rabotoarison, Charles Rabemananjara, pour ne citer qu'eux, furent des… « Hommes de main » de premier plan de leurs chefs respectifs.Pour le cas de monsieur Solonandrasana Mahafaly, précisément, plus d'un s'offusque de son inamovibilité au sein du Gouvernement. Son parcours professionnel et moral en tant que membre de l'Exécutif ne le justifie point. Pour certains, dont entre autres l'ancien patron de Mahazoarivo durant la Transition, Omer Beriziky, il s'agit d'une insulte. Impliqué dans des allégations de détournement de deniers publics, en complicité avec des personnalités douteuses du genre Claudine Razaimamonjy, Olivier Solonandrasana ne mérite guère de siéger au sommet de l'administration du pays. Les Partenaires techniques et financiers (Ptf), eux non plus, ne comprennent, en rien, la persistance du choix de l'homme fort d'Iavoloha à travers cette arrogante confirmation et de ce néfaste cumul qui défie toute logique.Le Chef de l'Etat semble subir l'influence du cumul gagnant perpétré par le régime précédent, celui d'avant la Transition. En effet, l'ancien locataire du Palais d'Atsimondrano, nommait le Général Charles Rabemananjara au poste de ministre de l'Intérieur cumulant, après, celui de la Primature, et cela, tout juste avant l'élection présidentielle de 2006. Comme on le savait, le cumul avait permis au candidat-président sortant de remporter, aisément, une victoire sans appel.Le futur candidat-président sortant est, visiblement, tenté par la réussite du scénario d'un cumul gagnant. Reste à savoir si les résultats confirmeraient l'entreprise. De toutes les façons, comme on le constate, maintenant à un an du scrutin, où des manèges sont insidieusement mis en avant, on présage déjà une large victoire.Ndrianaivo

La Vérité0 partages

Androndra - 1 blessé grave et 60 millions d’ariary emportés dans un braquage

Le quartier d’Androndra a été le théâtre d’un braquage spectaculaire vers le milieu de la matinée, hier. Un motocycliste que certaines sources ont décrit comme un agent de recouvrement, et d’autres comme un businessman, a été intercepté par 5 individus armés. Ces derniers n’ont pas hésité à faire feu sur la victime, en visant particulièrement ses mains et ses jambes. Résultat, ses membres ont subi des fractures et il a fallu l’hospitaliser. Pire, il a été dépossédé de la somme de 60 millions d’ariary. L’argent a été prévu être versé à la banque, le même jour.

Les assaillants ont joué le rôle de Forces de l’ordre. « Ils portent l’uniforme de la Police et ont feint vouloir procéder au contrôle du motocycliste, qui ne s’était encore douté de rien, du moins à son immobilisation par les agresseurs », confie un témoin. Mais une fois qu’il a voulu se plier au soi-disant contrôle, les pseudo-policiers ont voulu lui arracher tout bonnement le sac contenant l’argent qu’il avait sur lui, tout en le menaçant avec des armes à feu. « Les 5 agresseurs possèdent chacun leur propre fusil », commente un autre riverain. Comme la victime a cherché à résister à l’assaut, le sac fut tiraillé entre les deux camps adverses. Au bout de quelques secondes de lutte, un assaillant a tiré sur le motocycliste, et ce, au moins à quatre reprises, expliquant ainsi ses graves blessures aux mains. Une fois mis hors d’état de nuire, les malfaiteurs ont pu s’emparer plus facilement du sac bourré de liquidités avant de prendre rapidement pris la fuite à travers une ruelle qui débouche vers la partie Est de la capitale.  C’était plusieurs minutes après cet épisode sanglant que des hommes d’une unité spéciale de la Police, la vraie cette fois, sont arrivés. Pendant qu’une partie des limiers ont ratissé le voisinage, d’autres policiers ont conduit le businessman à l’Hjra où il demeure encore jusqu’au moment où nous écrivons ces lignes. Les recherches de la Police se poursuivent. Franck Roland

Madagascar Tribune0 partages

Deux personnes jetées à Tsiafahy, cinq autres en liberté provisoire

Deux personnes ont été placées sous mandat de dépôt et ont passé leur première nuit à Tsiafahy samedi, dans le cadre de l’affaire de triple meurtre odieux suivie d’un viol à Imerintsiatosika survenue dans la nuit de dimanche 26 août. Cinq autres personnes dont le jeune homme ayant vu pour la dernière fois vivantes et pour la première fois mortes les victimes ont bénéficié d’une liberté provisoire. La famille ayant assisté au déferment au tribunal d’Arivonimamo est incrédule et dit ne pas satisfaite de cette décision du tribunal.

Pour les proches des victimes, le triple meurtre a dû être commis par plusieurs personnes et non seulement les deux qui sont envoyées à Tsiafahy. Ils pensent que des meurtriers sont encore en liberté, peut-être parmi les suspects en liberté provisoire, peut-être non. Mais ils ont promis de les découvrir par tous les moyens, avec l’aide des forces de l’ordre qui mènent déjà leur enquête.

La perquisition effectuée au domicile de l’un des deux personnes jetées à la maison de force de Tsiafahy a permis de découvrir des vêtements et un mouchoir immaculés de sang. Les tests de groupe sanguin réalisés sur les tâches de sang retrouvées sur ces étoffes ont révélé que c’est le même sang que celui des victimes. Tout cela a fait de cet individu et d’une autre personne qui lui est très proche, les principaux suspects de ce meurtre.

Mais pour confirmer leur culpabilité et celle des autres personnes impliquées dans cette affaire, le tribunal attend encore les résultats des tests ADN sur les spermatozoïdes retrouvés sur la mère de famille violée et assassinée ainsi que sur les suspects. Au moins cinq tests doivent être effectués, mais l’une d’entre elle coûte environ 5 millions d’ariary du fait qu’il faudra envoyer les résultats à La Réunion pour leur certification. Selon les explications d’un magistrat, cette somme doit être débloquée par un service auprès du ministère de la Justice sur ordonnance du tribunal.

Les interprétations sont pourtant multiples et diverses à Imerintsiatosika par rapport à cette somme. Les rumeurs ont circulé comme une trainée de la poudre, indiquant que les forces de l’ordre auraient réclamé 25 millions d’ariary aux proches de la victime en échange de l’incarcération des suspects. Beaucoup estiment que la libération provisoire des cinq autres suspects dans cette affaire est due au non-paiement de cette somme à la gendarmerie. Mais une source auprès du tribunal explique que ce n’est pas le cas et que les suspects ont été libérés en attendant les autres preuves dont les résultats des tests ADN pouvant les inculper, mais cela ne veut pas dire qu’ils sont tirés d’affaire.

En effet, le procès de toutes personnes impliquées dans cette affaire de triple meurtre aura lieu le 24 septembre prochain. Une affaire à suivre.

Madagascar Tribune0 partages

Démission attendue ce vendredi, quid des attributions de son intérim

La démission de Hery Rajaonarimampianina devra avoir lieu le vendredi 7 septembre prochain si on tient compte de la Constitution en vigueur sur le sol malgache. L’article 46 de cette loi fondamentale tout comme la décision N° 18 de la Haute cour constitutionnelle du 25 mai relative à la date du scrutin indique que « Le Président de la République en exercice qui se porte candidat à l’élection présidentielle de 2018 démissionne de son poste 60 jours ». Le premier tour du scrutin est fixé pour le 7 novembre prochain.

Le même article de la Constitution précise que ce sera « le président du Sénat exerce les attributions présidentielles courantes jusqu’à l’investiture du nouveau président ». En effet, Rivo Rakotovao, ancien président du parti présidentiel, HVM, s’apprête déjà à prendre le pouvoir. Ce dernier que ses attributions ne seront pas les mêmes que le président élu et qu’elles sont déjà fixées par la Constitution, explique-t-il. Le président du sénat a alors indiqué qu’il n’y aura pas de passation de service entre lui et le président sortant.

Dans une réflexion publiée sur « La Chronique juridique à Madagascar », le magistrat, Tiaray Fanahimanana explique selon la définition belge des « affaires courantes », pour prendre leur exemple, ce sont « les décisions quotidienne du gouvernement qui sont nécessaires au fonctionnement ininterrompu du service public  ». Il y a en effet trois types d’affaires courantes explique ce jeune magistrat en s’inspirant de la théorie du professeur Francis Belpérée : les affaires banales voire usuelles de l’Etat, les affaires en cours et les affaires urgentes.

En revenant sur la situation malgache et se référant notamment à la Constitution en vigueur dans le pays, l’ancien vice-président du syndicat des magistrats de Madagascar indique que l’article 53 de la Constitution qui prévoit la démission du président de la République fait des restrictions des attributions du chef de l’Etat par intérim. « Ainsi, le Président du Sénat, en qualité d’intérimaire du Président de la République ne peut faire application des articles 60, 100, 103, 162 et 163 de la Constitution : dissolution du parlement, mise en cause de la responsabilité du gouvernement par le Parlement pendant la période de l’intérim et de la nomination d’un nouveau Premier ministre suite à une démission de celui-ci et de son gouvernement et la révision de la Constitution ».

Tiaray Fanahimanana indique également qu’ « au regard des dispositions des articles 54 à 61 de la Constitution, on peut catégoriser les fonctions d’un Président de la République consacrées par son élection donc qui ne peuvent être évoquées par son intérim ». C’est le cas entre autres :

La nomination du Premier ministre (art 54) et a signature des ordonnances (art 55/2°), la nomination aux hauts emplois de l’Etat (art 55/4°), l’initiative d’un référendum (art 55 5°), la détermination de la politique générale de l’Etat (art 55/6°), l’engagement des forces armées à l’extérieures ; la fixation du concept de la défense nationale et la nomination des militaires devant représentés Madagascar à l’étranger (art 56 al 2,3 et in fine) ; l’accréditation et le rappel des ambassadeurs (art 57) ; l’exercice du droit de grâce (art 58 al 1) ; la présidence du Conseil Supérieur de la Magistrature (art 107).

Mais à cause de l’imperfection de la législation malgache qui peut inciter les juristes et les politiciens à se faire des idées et à interpréter les textes à leur convenance, Tiaray Fanahimanana suggère que la Haute cour constitutionnelle précise les « attributions présidentielles courantes » que le président du Sénat devra exercer suite à l’éventuelle démission du président de la République.

Madagascar Tribune0 partages

Un Terminal pétrolier et la route vers Maintirano en vue

Enfin ! C’est la réaction des observateurs à l’égard de l’huile lourde de Tsimiroro. Après près de deux ans de mutisme et de suspension des travaux d’extraction, la société Madagascar Oil S.A (MOSA) reprend ses activités si l’on en croit aux propos des personnalités invitées et aux hôtes de la soirée de ce lundi 3 septembre qui s’est tenue au Toit de Tanà du Carlton Anosy-Antananarivo. Des changements significatifs ont été apportés au niveau de son équipe de Direction à Madagascar après avoir obtenu un Permis Environnemental pour l’installation d’infrastructures relatives au Terminal pétrolier à Maintirano ; ceci évidemment après entente avec l’Etat central, les régions et après consultations populaires auprès des communautés locales impactées par le projet. MOSA n’attend plus actuellement que les permis et autorisations nécessaires pour démarrer les opérations à Maintirano ainsi que la réhabilitation de la route de Tsimiroro à Maintirano. Quant à l’approvisionnement de la JIRAMA, il reste apparemment quelques conditions (non spécifiées) à remplir et Tsimiroro réduira aussi bien les coûts du fuel lourd que la JIRAMA achète et les dépenses en devises.

En tout cas, le ministre de l’Energie et des Hydrocarbures, Lantoniaina Rasoloelison, qui a représenté le ministre des Mines et du Pétrole lors de cette cérémonie d’annonce de la reprise, a manifesté une satisfaction à l’égard du Plan de développement et des perspectives de MOSA. Il a souligné que jusqu’ici, seule MOSA a signé un contrat de partage de production avec l’Etat malgache. Il a qualifié cette étape « d’énorme » tout en exprimant son souhait de voir l’installation d’une raffinerie pour les besoins du pays mais aussi pour les marchés d’Afrique de l’Est.

Formations

MOSA, avec son principal actionnaire, Benchmark Group, continuera de sponsoriser et de soutenir la modernisation du programme d’études et des programmes de formation en ingénierie pétrolière de l’École Supérieure Polytechnique de l’Université d’Antananarivo. En formant la population locale à des emplois qualifiés et en soutenant le développement des entreprises locales, MOSA assurera une croissance durable dans les Régions Melaky, Menabe et Bongolava. MOSA prévoit également de mettre en place le Conseil Pétrolier de Madagascar ou « Petroleum Council of Madagascar », un institut de recherche et de politique pétrolière pour soutenir le développement de l’industrie pétrolière amont à Madagascar et développer une expertise politique locale à travers des collaborations à l’échelle internationale.

L'express de Madagascar0 partages

Début de l’intersaison – Vigilance à la propagation spatiale des feux

La propagation des feux est à craindre en cette intersaison. Une vigilance absolue est recommandée.

La saison d’hiver s’achève, celle de l’intersaison s’installe. C’est aussi la saison des feux de brousse et des incendies. Dans un communiqué concernant la fin de l’hiver 2017, envoyé samedi, la direction des exploitations météorologiques a relancé une vigilance absolue face au risque de feu, « pareillement qu’à l’intersaison 2016, où plusieurs cas de feux de forêts et incendies ont été détectés et répertoriés ». « Les conditions météorologiques sont propices au développement du feu et facilitent leurs progressions dans l’espace, pendant l’intersaison. Le niveau de vigilance est le même pour toutes les régions», a expliqué Rivo Randrianarison, chef prévisionniste.L’incendie a déjà fait plus de cinq cent victimes dans deux quartiers d’Antanana-rivo-ville, en une semaine. Au petit matin du 27 août, les cases en bois de cent quatre vingt-sept personnes ont disparu dans le feu à Andohatapenaka. Dans le début de soirée du 31 août, le feu s’est aussi déclenché dans le fokontany de Mahavoky. Le bilan y est plus lourd. Les feux qui ont touché des habitations en bois se sont propagés dans quatre maisons en dur. Ceci a fait trois cent quatre vingt-sept sans-abri et deux blessés.

Difficile interventionÀ la fin du mois de septembre 2016,  vingt six incendies ont été répertoriés depuis le début de la même année. Cinquante cinq personnes y ont perdu la vie et mille huit cent individus en sont devenus des sans-abri, selon le rapport du ministère de la Population, de la protection sociale et de la promotion de la femme.L’extinction des feux demeure, par ailleurs, une problématique majeure à Madagascar. Dans le centre-ville d’Antananarivo, le plan de construction sauvage rend difficile l’intervention des sapeurs pompiers, selon le lieutenant-colonel Michel Rabemanantsoa, chef de corps des sapeurs-pompiers à Antananarivo-ville. C’était le cas à Mahavoky où ses équipes ont mis du temps à pénétrer dans le lieu du drame, faute d’accès. Et 75% des bouches d’incendie ne seraient plus fonctionnelles, les 5% seraient enfermées dans des propriétés privées, selon une source auprès des sapeurs pompiers. En dehors de la ville, et notamment, dans les zones enclavées, la majorité des communes ne disposent pas de caserne de sapeurs pompiers. Lors d’un incendie d’un hôtel à Foulpointe, en 2016, il a fallu dépêcher les sapeurs pompiers de Toamasina, à une cinquantaine de kilomètre, pour éteindre les feux. Il était trop tard, la plupart des bungalows ont été déjà calcinés.L’intersaison s’étend du mois de septembre à octobre, le niveau de vigilance sera encore plus élevé au mois d’octobre. Les sapeurs pompiers et les prévisionnistes invitent tout un chacun à faire attention au feu.

Miangaly Ralitera

L'express de Madagascar0 partages

Vohémar – Un dealer notoire d’héroïne arrêté

Un fugitif trafiquant d’héroïne notoirement connu à Antsiranana a été arrêté à Vohémar. Il sera transféré à la police judiciaire d’Antsiranana pour enquête.

Arrêté, évadé, puis recherché, mais finalement interpellé. Un homme d’une trentaine d’années  dénommé Fahad Mohamad a été arrêté à Vohémar, vendredi, pour trafic d’héroïne. Ses trois complices demeurent jusqu’à présent insaisissables. Ce jeune dealer s’est évadé en avril au moment de son enquête à la police judiciaire d’Antsiranana. Depuis, il a fait beaucoup parler de lui et aurait recommencé son trafic de drogues dans la région, si l’on s’en tient aux explications d’une source sécuritaire locale. « Le vendredi, il a été aperçu dans un taxi-ville. Mes trois policiers se sont rendus compte que cet homme est recherché depuis le commissariat d’Antsiranana », a indiqué le Commissaire de Vohémar, Tombozafy.Le taxi a été stoppé en pleine ville pour contrôle. Le suspect s’est fait immédiatement remarquer par ses gestes en tentant de s’enfuir. Les forces de l’ordre ont mis la main dessus et l’ont amené au commissariat de la sécurité publique (CSP). Le commissaire a précisé que Fahad a été enfermé dans un violon afin d’éviter un certain scandale.

Marché noirD’après les premiers éléments de l’enquête, ce dealer ayant l’air d’un arabe vient d’Antsiranana et de nationalité malgache. Le suspect sera mis à la disposition de la police judiciaire d’Antsiranana saisie de l’affaire après qu’une procédure de transfert sera d’abord effectuée.Ce trafiquant et ses trois comparses se sont livrés au marché noir et à la vente de drogues depuis quelques années, d’après les informations recueillies. « Ses coauteurs se sont évanouis dans la nature dès qu’ils ont été suspectés dans une association des malfaiteurs », a signalé un policier judiciaire. Lors de la première arrestation de Fahad, un paquet d’héroïne réparti en douze petites cartouches a été saisi sur lui.Il aurait tenté de se réfugier à Vohémar en se faisant passer pour un vacancier, alors qu’il fait l’objet d’un avis de recherches lancé depuis le mois d’avril.

Hajatiana Léonard

L'express de Madagascar0 partages

Antsahamanitra – « Tana in Rock » rassasie les métalleux

Électrisant de bout à l’autre, « Tana in Rock » organisé par Best Pro, a largement tenu ses promesses.

Après la pluie, place au beau temps pour tous les amateurs de rock. Le fait est que le dernier concert de rock à Antsahamanitra, qui s’est tenu durant le dernier week-end du mois d’août a laissé un goût amer. Le défi était ainsi de taille pour Best Pro, initiateur du rendez-vous « Tana in Rock » qui en est à sa deuxième édition. Redorer le blason du rock’n’roll auprès de ses fans, tel était le leitmotiv de cet événement d’ores et déjà incontournable pour l’univers du rock national.Tout un week-end en ode à la musique métal et au rock dans toutes leurs splendeurs, c’est ainsi que s’est redécouvert le « Tana in Rock » cette année. Avec en tête d’affiche Nini du groupe Kiaka, Abass du groupe Apost, Ken de Mage 4, les illustres Batata et Niry de Iraimbilanja, Lija en solo, Jacquot de Green, Rheg et Iary, un spectacle qui fut de toute beauté. De quoi amplement rassasier l’appétit d’un public métalleux de tous âges et de tous horizons qui, le temps d’une soirée ainsi que d’un après-midi, ont vibré en communion aux rythmes de cette musique ardente. Tout a débuté vers 22h dans la soirée de vendredi au Dôme RTA Ankoron-drano pour un concert nocturne chaleureux et tonitruant. Bercé par le bruit des moteurs des grosses bécanes du « Club des Motards, Gros cylindrés » de la capitale, le concert du Dôme RTA, qui n’était que les prémices du grand rendez-vous d’hier, a relevé le défi.

« Longue vie au rock malgache! »Tous se souviennent de l’ambiance déchainée qui régnait à Antsahamanitra deux ans passées maintenant pour la première édition du « Tana in Rock ». Son retour était ainsi attendu de pied ferme par tous les férus de rock de la capitale et on peut affirmer qu’ils n’ont pas été déçus du rendez-vous. Best Pro a mis les bouchées doubles hier en proposant à la fois une mise en scène digne de ce nom, mais également une sonorisation impeccable afin de satisfaire aussi bien les yeux que les oreilles du public. La scène de « Tana in Rock » était ainsi bien garnie et sublimée de couleurs vives et sobres à la fois où le rouge et le noir se sont mariés avec un jaune or symbole de prestige pour le rock national. Vers 15h, le rideau se lève, les premiers riffs se font entendre et la scène tremble aux enchainements de la batterie. Les « All stars » du rock national à l’affiche se présentent alors un à un sur scène, et ensemble, ils chantent un medley composé des plus grands tubes de chacun de leur groupe respectif.Tel l’hymne de tous les fans de rock, « Revy sy vola ary rock’n’roll » fut également reprise ensemble, illustrant une fraternité intarissable entre ces stars du rock malgache. Face à la scène, le public, majoritairement vêtu de noir, se déchaine, enivré entre autres par l’interprétation énergique de « Kurde » du groupe Mahaleo par Apost. De même, Kiaka et son « Sovaly metaly » qui galvanise la foule, là où Rheg se plait à enchainer quelques pas de danses improvisés sur sa chanson « Mahasahisahy ». Iary quant à elle, fille unique du concert exalte la gent masculine de ses prestations, lui faisant cadeau de ses vestes que le public se dispute par la suite. Ceci-dit, « Tana in Rock », c’est aussi un pont entre les générations, ainsi qu’une preuve de respect entre les aînés et les jeunes. Ainsi , parmi les invités, on retrouvait le duo Kambana Metal qui a ravi l’auditoire de son passage. Balafomanga qui retrouve la scène depuis un bon bout de temps avec son « Inona no jerijerena » sur lequel le public a dansé le twist, mais également la jeune génération comme Angaroa, Allkyniah et Lokomotiv.« Tana in Rock » promet de retrouver le plus tôt possible le public, en attendant des DVD de ce live seront édités dans les prochains mois.Andry Patrick Rakotondrazaka

L'express de Madagascar0 partages

Festival des arts martiaux – Le spectacle était au rendez-vous

Dix sept arts martiaux et sports de combat ont participé à la première édition de « Rombo ». Démonstrations et combats étaient au programme.

Les amoureux des arts martiaux et sports de combat venus nombreux au palais des sports à Mahamasina ont été gâtés. Ils ont dit satisfaits des spectacles effectués par les différentes disciplines au programme. La deuxième édition du festival des arts martiaux concocté par le collectif des arts martiaux (CAM) et désormais baptisé « Rombo» était un franc succès.Des grands maitres et maitres de dix-sept sports de combat assistés par leurs disciples ont eu l’occasion de présenter sur le tatami pendant en moyenne un quart d’heure d’exhibition leur discipline respective. Comme lors de la précédente édition, très appréciée par le public, l’équipe du kuk sool a été dirigée par l’expert coréen, Me Kim titulaire du grade 5e dan en kuk sool et 5e dan en hapkido. Me Kim et consorts ont commencé leur part par des techniques de respiration en guise d’échauffement.Puis ils sont passé à la démonstration de différentes techniques de self défense utilisant les étranglements et projections. De leur coté, les deux styles de taekwondo, celui d’ITF et de WTF ont présenté des numéros avec des ingrédients typiques, des coups de pieds spectaculaires ainsi que des casses.

Art traditionnelAssidu, le sport de combat traditionnel malgache, Diamanga dirigée par le docteur Allain Razakatiana était parmi les participants de cette première édition de « Rombo ». Le diamanga, pratiqué depuis l’époque du roi Radama II utilise beaucoup les coups de pieds sous différentes formes comme beaucoup d’autres arts martiaux d’origine asiatique. Le CAM regroupe à présent dix sept disciplines, entre autres, l’aïkido, les taekwondo ITF et WTF,le karaté, le wushu, le jeet kune do, capoeira, le K1, la savate boxe française, le kendo, la boxe anglaise, le pancrace, le kuk sool, le diamanga, le morengy et le kick boxing. « Le collectif des arts martiaux a pour objectif principal de regrouper les élites et les techniciens de toutes les disciplines d’arts martiaux et sports de combats existants dans le pays… » a confié Marcel Rasoanaivo, pionnier du kick boxing dans la Grande Ile et secrétaire général du CAM. « On se contente pour le moment de l’organisation d’un tel événement car on n’est pas encore autorisé à organiser des compétitions » a-t-il mentionné. Cette version 2017 du festival des arts martiaux organisée par le CAM se distingue aussi des combats de défi.

Serge Rasanda

L'express de Madagascar0 partages

Concert – Ambondrona enflamme l’AFT

Il n’en attendait pas moins de sa part, le groupe Ambondrona a amplement conquis le jeune public qui l’a rejoint du côté d’Andavamamba, hier après-midi. Au plus près de ses fans, c’est un concert unique, loin des prestations grandioses auxquelles il habitue ses inconditionnels que Ambondrona a donné sur la scène extérieure de l’Alliance française d’Antananarivo (AFT) à l’occasion. C’est ainsi, en affichant une plus grande convivialité, à l’instar de ses débuts que la bande de Kix au chant, Beranto à la guitare, Honty à la basse, Blanc à la batterie et Ranto au piano, a conquis le public. Rentrant dans le cadre de la célébration des 70 ans de l’AFT, ce concert s’est surtout vu auréoler d’une bonne dose de nostalgie autant pour le public que pour le groupe. C’est vers 15h que le groupe rentre en scène, face à lui un public d’ores et déjà impatient de festoyer aux rythmes de ses plus grands tubes comme « Kilalao », « Havaoziko ny eny », « Tsy adala aho » ou encore « Tiako hitoetra ». De même, ce fut également l’occasion pour le groupe de célébrer ses vives retrouvailles avec le public depuis le Palais des Sports et de la Culture Mahamasina au mois de février pour la clôture de la célébration de ses 15 ans de scène. Ainsi, la fête était bel et bien au rendez-vous à l’AFT hier, là où le groupe a su afficher une humilité inédite sublimée d’un dynamisme qui lui est propre. « C’est un moment exceptionnel qu’on est ravi de partager avec vous ici, en ce jour. Un beau moment chaleureux dont on se réjouit ensemble en musique à vos côtés » affirme Kix face à ses fans euphoriques. Énergique du début jusqu’à la fin, le groupe a littéralement enflammé Andavamamba en y fédérant un public d’horizons divers, délectant ce dernier d’un répertoire orné d’émotions. Le concert d’hier compte parmi ses derniers dans la Grande île avant sa tournée dans l’Hexagone.

A. P. R.

L'express de Madagascar0 partages

Rugby – Analamanga – TAM et TFMA en roue libre

Trois matches comptant pour la cinquième journée du championnat d’Analamanga élite ou Top 9 ont eu lieu ce dimanche au stade de Malacam à Antanimena. Classé troisième, TFMA Ankasina poursuit son chemin vers le sommet en s’imposant hier 15 à 3 face aux XV Family, quatrième au classement. Les XV Flèches ont déjà mené 8 à 3 à la pause et ont marqué en tout trois essais durant les temps réglementaires. De son côté, TAM Anosibe, deuxième au classement provisoire a défait le Stade Olympique de l’Emyrne sur un score de 20 à 12. Huitième au classement, TFA Anatihazo grimpera sûrement de quelques marches après sa victoire face à Matadore Anosipatrana, score final 29 à 13. Deux matches des éliminatoires de la division une élite 2 de la section de Tanà ville ont ouvert la journée dans la matinée. HIZA 17 Angarangarana a souffert pour battre ATI Ivandry sur le score de 23 à 21, et FTA Anjanahary a écrasé FTV par 29 à rien.

S. R.

L'express de Madagascar0 partages

Rallye – Asa Tana – Grand écart entre la RN2 et la RN4

Après le rallye TMF du weekend dernier, la prochaine échéance du calendrier est fixée pour le début du mois d’octobre. Il s’agira du rallye organisé par Asa Tana, constituant la cinquième des six manches de la saison.D’après une source auprès du club, le parcours devrait être divisé en deux parties bien distinctes. On reste dans le conditionnel, puisqu’il n’y a encore rien d’officiel, même si c’est déjà sûr à presque 75%. Pour le samedi, les équipages devraient s’engager sur l’axe de la RN2, sur les habituelles pistes aux alentours d’Anjeva.Et le lendemain, ils devraient complètement changer d’air, pour emprunter les tracés environnants d’Ambohidratrimo sur l’axe de la RN4. Pour rendre ce grand écart possible, entre la périphérie Est et la périphérie Ouest de la Capitale, le PC devrait être installé à Andohatapenaka.Ainsi, il suffira de rouler sur la route digue Andohatapenaka-Anosi­patrana-Fasan’ny Karana, puis le by-pass, pour atteindre la RN2, le samedi.Le dimanche, les concurrents devraient prendre la sortie vers Ambohitrimanjaka, pour s’engager dans les épreuves spéciales aux environs de la RN4, comme lors du rallye TMF d’il y a une semaine. On attend la confirmation officielle de la part de l’Asa Tana dans les semaines à venir, sachant que la course se tiendra les 6, 7 et 8 octobre, d’après le calendrier de la Fédération du Sport Auto­mobile de Madagascar.Le weekend prochain, l’Asa Tana sera d’ores et déjà sous les feux des projecteurs. Le club organisera la cinquième manche du de slalom, sur le circuit d’Am­batomirahavavy comme chaque année.Un championnat caractérisé une nouvelle fois par le duel entre Laza Randria­mifidimanana (Peugeot 106), champion sortant, et Hugo Louvel (Citroën C2). Après quatre courses cette saison, les deux pilotes comptent chacun deux victoires. Ils poursuivront leur mano-a-mano à Ambatomirahavavy. Par la suite, il restera encore deux dernières échéances au calendrier.

H.L.R.

L'express de Madagascar0 partages

Insécurité à Faratsiho – Un personnel de santé échappe à la mort

Attaque sur le personnel de santé. Les habitants de la commune rurale d’Ambohitromby, dans le district de Faratsiho, sont privés de soins. Le chef de poste du centre de santé de base niveau un (CSB I) de cette commune a perdu connaissance, lors d’une attaque perpétrée dans son foyer, dans la nuit du 31 août. Suite à cet acte de banditisme, la formation sanitaire a été fermée. « Vers 23 heures, des bandits ont pénétré dans son foyer et ont braqué leurs armes sur cet infirmier pour lui demander de l’argent. Il s’est enfui. Les cambrioleurs n’ont pas cédé et ont pressé sa femme, enceinte qui est aussi un agent de cet hôpital. Elle leur a donné les fonds alloués aux médicaments du CSB. Quand les bandits sont partis, le chef de poste a été retrouvé inconscient », rapporte Patrick Ravoson, président du syndicat des paramédicaux, hier. L’infirmier a été emmené d’urgence dans un grand hôpital d’Antananarivo-ville. Son état de santé s’est amélioré, il a commencé à se réveiller, hier matin, après son opération.Ce sujet devrait être discuté au sein du ministère de la Santé publique, ce jour, selon Manitra Rakotoarivony, directeur de la Promotion de la Santé.

M. R.

L'express de Madagascar0 partages

Andranomanelatra – Un chauffeur fuit après un accident mortel

Le chauffeur d’un taxi-brousse, auteur d’un accident de circulation qui a fait un mort et cinq blessés graves à Andranomanelatra, district d’Antsirabe, vendredi, a pris la fuite. Le drame s’est produit vers 20h sur la RN7. Un véhicule d’une coopérative de zone Tanà-Toliara en direction du  sud s’est renversé et s’est retrouvé dans un champ. Une autre voiture le croisant dans un virage roulant à pleine vitesse apercuté son rétroviseur, selon les explications d’un passager à bord de la Mercedes Sprinter, a indiqué que leur chauffeur a failli télescoper de plein fouet le véhicule venant en sens inverse s’il n’a pas braqué brusquement le volant, mais il a fini  par sortir de la route et atterrit dans un champ.Une dame âgée de 57 ans est morte sur le coup et cinq autres personnes ont été grièvement blessées, selon le bilan délivré par le commissaire de police d’Andranomane­latra, samedi. Le deuxième chauffeur, fracturé au niveau de sa cuisse a été évacué d’urgence à l’hôpital d’Andrano­madio, tandis que les autres victimes ont été déjà acheminées à Antananarivo pour poursuivre leurs soins.

H.L.

L'express de Madagascar0 partages

« Hira gasy » – Raemilison  et Rakotosolofo se surprennent

Entre tirade instructive et éloquence taquine, le tout reflétant cet attachement intarissable aux valeurs de la société malgache. Le rendez-vous dominical « Hira gasy makotrokotroka » ne cesse de conquérir son auditoire chaque semaine. Ce week-end, deux troupes aux personnalités bien trempées, qui se sont présentées au public du jardin d’Ambohi-jatovo. Hier après-midi comme à l’accoutumée, le hira gasy a ravi, aussi bien ses inconditionnels que les passants curieux d’entendre ce qui s’y racontait de bon. Le temps d’un duel fraternel selon les règles traditionnelles attachées à cet art oratoire ancestral typique de la Grande île, la troupe Raemilison « Tsy maka lagy » d’Arivonimamo s’est donc confronté à la troupe Rakotosolofo « Betsinjaka » de Fenoarivo. D’un côté, on avait ainsi une troupe qui affichait une modestie sans-gêne et de l’autre une troupe qui s’affirmait comme étant plus enjouée. De quoi susciter encore plus l’impatience du public, tant ces deux troupes se sont toujours démarquées par leurs prestations piquantes auparavant. Avec sa chanson intitulée « La vie n’est jamais calculée d’avance », la troupe de Raemilison d’Arivonimamo a ouvert le bal. Prochaine rencontre ce dimanche.

A. P. R.

L'express de Madagascar0 partages

Concert funk urbain – Minah a séduit  le No Comment Bar

La panthère noire du funk malgache a conquis le cœur de son public lors de son dernier concert, le soir du jeudi 31 août, sur la scène du nouvel établissement No Comment Bar à Isoraka,.  Vêtue d’une robe élégante noire qui brillait aux reflets des lumières, Minah est apparue resplendissante avec sa coiffure originale.  Elle interprétait bien son style  « salegy » fusionné de funk à travers les vingtaines de titres plutôt énergiques comme « Ambilobe », « Mahavavy », « Raharaha sarotro », « Meva rano », « Mandefitry », « Misy raha hasitriky », et « Ray aman-dreny ».  Elle a aussi présenté ses nouveaux morceaux durant cette soirée. On a pu constater qu’elle s’est donné à fond dans ses gestuelles appuyées de charisme et de sourire.Cette fois-ci, Minah a soigné chaque détail de sa prestation.  Après son retour au festival Angaredona, elle a enchaîné les répétitions.

Ricky Ramanan

L'express de Madagascar0 partages

Football – Ligue des champions – Elgeco Plus reste sur son nuage

Le champion d’Anala­manga a réalisé un nouveau récital, hier au stade municipal de Mahamasina. Elgeco Plus n’a fait qu’une bouchée du FC Maeva Betsiboka, huit buts à zéro. Une rencontre comptant pour la deuxième journée de la phase I, en THB Champions League.Trois joueurs ont chacun réalisé le doublé, durant ce match, à savoir Flavien, Samson et Zôla, meilleur buteur de la saison régulière en Ligue 1. À côté, l’arrière central Milhor et l’avant-centre Bela ont également participé à ce festival de buts.Avec ce deuxième succès de rang, Elgeco Plus caracole en tête du groupe C d’Antananarivo. Du côté du groupe D de Fianarantsoa, le match phare de la journée mettait aux prises la CNaPS Sport Itasy, quadruple tenante du titre, au Zanakala FC Haute Matsiatra.Cependant, le public du stade Moderne d’Ampa­sambazaha a assisté à une rencontre à sens unique, conclue sur une victoire des Caissiers quatre buts à un. A propos du groupe A de Mahajanga, le Cosfa a enregistré un court succès devant Fosa Juniors Boeny.Le deuxième représentant d’Analamanga a gagné sur la plus petite des marges, un but à rien. Enfin, dans le groupe B de Toama­sina, l’Ajesaia Bongolava est en plein doute. Après son élimination en seizièmes de finale de la coupe nationale, l’ancien pensionnaire d’Ana­la­manga vient de concéder deux défaites consécutives, vendredi devant le HZAM Alaotra Mangoro (0-1) et hier devant le RTS Jet Mada Itasy (0-1).

H.L.R.

L'express de Madagascar0 partages

Football féminin – L’Askam Itasy double la mise

Grâce à une victoire sur l’AC Sabnam, samedi à Mahamasina, l’Askam a remporté la phase II du championnat national. Le champion de l’Itasy caracole en tête du classement général.

L’Askam se dirige tout droit vers le titre de cham­pion de Mada­gascar de football féminin, division Elite.Samedi, au stade municipal de Mahamasina, le champion de l’Itasy a disposé de l’AC Sabnam Analamanga en finale de la phase II de la compétition, deux buts à un. Sophie a ouvert la marque pour Sabnam, tenant du titre, à la 18è minute de jeu. Mais dans les derniers instants de la première période, Sarah a remis les deux équipes à égalité. Aucune des deux équipes n’a réussi à prendre l’avantage en deuxième mi-temps.Et c’est finalement Christinah qui a offert la victoire à l’Askam, en prolongation, à la 105è minute.L’Askam s’était déjà imposé lors de la finale de la phase I, à Mahajanga, au début du mois d’août. Ce qui lui avait permis d’engranger huit points et de prendre la tête du classement général.Avec le succès de samedi dernier, le champion de l’Itasy rajoute huit nouvelles unités à son compteur, pour porter son total à seize.Dans le match pour la troisième place, juste avant cette finale, l’Asot Anala­manga a disposé du SOM Boeny, deux buts à un également.

Cosafa CupDes réalisations d’Ando et de Mbolatiana (55e et 56e) ont permis à l’Asot de l’emporter. La réduction du score d’Evelyne pour le SOM dans les dernières minutes de la rencontre (80e) n’a pas influencé l’issue de la rencontre.Il reste encore une troisième et ultime phase à jouer dans ce championnat. Mais avant, Madagascar disputera tout d’abord la Cosafa Cup, au Zimbabwe. Tournoi de la zone australe du continent qui débute le 13 septembre.Le staff technique de la sélection nationale, dirigé par Johary Rakotomalala, publiera prochainement la liste des joueuses retenues pour la compétition. Mada­gascar évoluera dans le groupe A avec le Zimbabwe, la Zambie et le Malawi.Pour sa première sortie, la Grande île affrontera le pays hôte. La poule B est, quant à elle, composée du Kenya, de Maurice, du Mozam­bique et du Swaziland. Enfin, dans la poule C, on a l’Afrique du Sud, la Namibie, le Lesotho et le Botswana.

Haja Lucas Rakotondrazaka

L'express de Madagascar0 partages

Forum économique  à Londres

Le séjour en terre britan­nique du Président Hery Rajaonarimampianina sera marqué par l’orga­nisation d’un forum économique sur les oppor­tunités d’investissement à Madagascar. Le cabinet britannique Developping Markets Associates (DMA) est le principal instigateur de cet évènement. Ce forum d’investissement sera axé principalement sur le secteur extractif et l’énergie.

L'express de Madagascar0 partages

Natation Cosfa – Cours pour tous – Une vingtaine de débutants en formation

Le coup d’envoi des cours pour tous organisés par les entraineurs du club Cosfa natation et les maitres nageurs de Betongolo a été lancé ce week-end.. Une vingtaine de débutants ont entamé leur séances sous l’encadrement des entraineurs du club Cosfa et des maitres-nageurs de la piscine de Betongolo. « Les inscrits ont tous ou presque choisi la tranche horaire de 10 à 14 heures, ce week-end, où il fait très chaud » a mentionné, le capitaine Harifetra Ramandimbiarisoa, un des entraineurs du club Cosfa. Une grande partie des intéressés sont des jeunes de moins de 16 ans. « Cette fois je suis décidée. Chaque fois qu’on sort ensemble entre amis ou famille, on ne fait que regarder les autres s’amuser dans l’eau », a confié un des jeunes qui suivent l’initiation ce samedi. « On commence les cours par la familiarisation et les techniques de respiration… Puis on commence petit à petit à travailler les coulées ventrale et dorsale », a expliqué Harifetra Ramandimbiarisoa sur les techniques d’approche. Ces cours s’étaleront jusqu’au 1er octobre de 6 heures du matin à 18 heures. Les inscriptions seront ouvertes jusqu’au dernier jour de cours. L’organisation relève le défi qu’un débutant sache nager en cinq séances.

S. R.

L'express de Madagascar0 partages

La durée de l’hiver plus courte. 

La saison d’hiver a duré deux mois et demi, cette année. Elle a été plus courte que d’habitude. Selon un communiqué de la direction des Exploitations météorologiques, l’hiver a commencé tard et s’est terminé précocement. L’année dernière, la saison s’est étendue jusqu’au 25 septembre.

L'express de Madagascar0 partages

Début de l’année scolaire pour des écoles privées. 

L’année scolaire 2017-2018 commence cette semaine, pour des écoles privées. Les parents d’élève de la plupart de ces établissements scolaires seront facturés de onze mois de frais de scolarité, étant donné que les examens nationaux comme le CEPE n’auront lieu qu’au mois d’août 2018, suite à l’application progressive du plan sectoriel de l’éducation (PSE).

L'express de Madagascar0 partages

Un motard meurt dans un accident

Un membre du club de motards âgé de 45 ans a trouvé la mort dans un accident de circulation survenu, vendredi vers18h 30 à Andohatapenaka. Il a tenté de dépasser une Sprinter devant lui, mais a fini par percuter de plein fouet une Mazda Berline qui sort brusquement d’une artère. Le chauffeur aurait essayé de s’enfuir mais son pneu avait crevé.

L'express de Madagascar0 partages

Madagascar dans  le Top 20

Une honorable promotion pour Madagascar. Dans sa version en ligne, le journal britannique « Daily Mail » place Madagascar parmi les douze destina­tions touristiques ayant connu une croissance rapide. « Avec une crois­sance de 20% des arrivées touristiques l’année dernière, la Grande île se trouve à la douzième place », cite le journal britannique. Dans ce classement, la Sierra Léone arrive en tête, avec une croissance de 310%, suivie de Nepal et Iceland. Ces chiffres se basent sur les statistiques publiés par l’organisation des Nations-unies pour le tourisme mondial (UNWTO).

L'express de Madagascar0 partages

1817-2017 : au nom d’un traité bicentenaire

James Hastie négocia avec Radama et ses conseillers les termes du traité qui fut signé le 23 octobre 1817. L’ancien directeur des archives nationales Jean Valette évoque «Le traité conclu entre Radama 1er et Lesage le 4 février 1817» (Revue française d’histoire d’outre-mer, année 1974, volume 61, n°225, pp. 572-578). Mais, c’est bien le traité d’octobre 1817, aujourd’hui bicentenaire, qui conféra le titre de «Roi de Mada­gascar» à Radama : «recon­naissance juridique par une grande puissance d’un état de chose encore assez théorique» (Jean Valette, Études sur le règne de Radama 1er, Imprimerie Nationale, 1962, p.11), mais qui servira de fait accompli diplomatique que les souverains merina opposèrent régulièrement aux prétentions coloniales de la France et que consacrera, assez paradoxalement, le traité de protectorat du 17 décembre 1885 dont l’article 12 reconnaît implicitement la juridiction ancienne sur l’île de la monarchie d’Antananarivo.Son intérimaire Hall ne s’étant pas acquitté des obligations britanniques, à son retour, le Gouverneur Farquhar envoya une nouvelle fois James Hastie négocier avec Radama. Un additif au traité sera signé le 11 octobre 1820, spécifiant cette fois l’envoi en Imerina d’instructeurs militaires (le capitaine Lesage fut envoyé en Imerina, en décembre 1816, avec une petite troupe de 30 soldats faire une démonstration devant Radama : nombre de soldats périrent du paludisme mais Lesage put revenir à l’île Maurice en février 1817, tandis que le sergent Brady demeurait à Antananarivo ; cf. Jean Valette, «La mission du capitaine Lesage auprès de Radama 1er (novembre 1816-avril 1817)», Bulletin de Madagascar, n°275, avril 1969, pp.315-388 ; n°277-278, juin-juillet 1969, pp.505-539 ; n°279, août 1969, pp.693-696) et d’artisans (en 1822, arrivèrent le charpentier Brooks, le forgeron Chick, le tisserand Rowlands, le tanneur Canham, le filateur Cumings, le peintre Coppalle) assorti de l’accueil à l’île Maurice de stagiaires malgaches : c’est dans le cadre de cette deuxième convention qu’en 1821, partirent étudier en Angleterre le groupe conduit par le prince Ratefinanahary et son secrétaire antemoro Andriamahazonoro, parmi lesquels se trouvaient les jumeaux Rahaniraka et Raombana (de retour au pays en 1829).Parmi les missionnaires-artisans de la London Missionary Society, signalons James Cameron James Cameron : né le 6 janvier 1800, en Écosse, arriva à Antananarivo, le 6 septembre 1826 pour en partir le 18 juin 1835, après la proclamation de l’édit de Ranavalona interdisant le christianisme, le 1er mars 1835. James Cameron sera de retour à Antananarivo le 7 septembre 1863. Il y mourut le 3 octobre 1875 et repose dans le cimetière missionnaire d’Ambatonakanga : «Charpentier de formation, il se révéla doué pour de nombreuses autres activités : le travail de la pierre, l’hydraulique (le lac Anosy), la fabrication de poudre et l’imprimerie (…) James Cameron aurait été le premier à introduire la fabrication de briques (crues) à Madagascar en 1829» (cf. Didier Nativel, Maisons royales, demeures des grands à Madagascar, Karthala, 2005, pp.76-77).Farquhar quitta définitivement l’île Maurice le 20 mai 1823. James Hastie mourut en terre malgache le 18 octobre 1826. Radama «tourna le dos», le 28 juillet 1828. Mais, leur oeuvre commune leur a survécu : la fixation de la langue, gravée dans la Bible en malgache (1835) et l’exception diplomatique malgache, «un État comme vous l’étiez» (avant 1895), comme dira de Gaulle, le 22 août 1958, à Mahamasina.Post-Sriptum : Les Britanniques étaient, pour ainsi dire, en mission officielle. Mais, des Français, à titre privé, étaient également à l’oeuvre : un métis réunionnais Carvaille aurait initié des ouvriers à la ferblanterie ; un autre, Mario, aurait enseigné l’art de manier l’aiguille ; instruit par Robin, arrivé en 1817, Radama nous a laissé ses fameux «cahiers» d’apprentissage du français (conservés à l’île Maurice) ; Louis Gros, arrivé en 1819, forma charpentiers, menuisiers et ébenistes, et construisit pour le roi le «palais de Soanierana».

Par Nasolo-Valiavo Andriamihaja

 

L'express de Madagascar0 partages

Rage animale à Alasora.  

Des tests effectués sur des chiens de la commune rurale d’Alasora ont été révelés positifs à la rage, au mois d’août, selon une source auprès du ministère de la Santé publique. Une campagne de décanisation des chiens errants a été lancée depuis quelques semaines.