Les actualités Malgaches du Dimanche 04 Août 2019

Modifier la date
Madaplus.info0 partages

Madagascar: 3% des travaux de réhabilitation des routes dans la capitale sont achevés.

Le Ministre de l’aménagement des territoires et des travaux publics, Hajo Andrianainarivelo et sa délégation sont descendus sur terrain pour constater l’évolution des travaux. Selon ses dires, les travaux ont connu un retard considérable. Malgré cela, les routes figurant parmi le trajet officiel du Pape François lors de la visite, prévue en Octobre, devront être finies à temps.
Il faut que tous ces travaux se terminent avant le début de la saison pluvieuse, soit en Novembre. Plusieurs routes ont été coupées jusqu’à la fin des travaux. Pour cela, les propriétaires des terrains aux alentours de ces routes, expropriés, ont reçu des dédommagements de la part du Ministère en charge.
Madaplus.info0 partages

Madagascar: 5 villes souffrent encore de délestage.

Un rapport de la Jiro sy Rano Malagasy sur l’évolution des délestages a eu lieu hier. Jusqu’à ce jour, 5 localités présentent encore des cas de délestage sur les 65 recensées en 2017. La production d’électricité dans tout Madagascar est environ 600 Mégawatt, dont 100 kilowatts est distribuée sur les 5 villes en question.
Selon un représentant de la JIRAMA, les délestages prendront fin d’ici la fin du mois de Septembre. De nouveaux groupes électrogènes seront mis en place dans ces 5 localités pour résoudre le plus rapidement et de manière continue à ce problème de délestage. Pour une amélioration de ses services, la JIRAMA invite chaque utilisateur d’appeler directement en cas de coupure de courant.
La Vérité0 partages

Football - CHAN 2020 - Les Barea qualifiés in extremis

Les Barea passent par la petite porte. Malgré le score de 3-0 à la pause, les Barea de Madagascar sont quand même qualifiés. Timides puis refusant carrément le jeu, les Barea ont été battus par le Mozambique (3-2). Logiquement éliminés, les Malagasy  ne pouvaient pas laisser leur chance de qualification passer à côté surtout après la victoire (1-0) au match aller. C’est une victoire au goût de la défaite pour les Mambas. Après les deux matches, les deux équipes sont à égalité 3-3. Le coach Franklin Andriamanarivo a changé de tactique avant la fin des 45 minutes.  C’était l’entrée en jeu d’Arnaud, la nouvelle pépite  du football malagasy, durant la deuxième période qui a ouvert la phase de jeu. En étant le buteur durant le match aller, il a réduit le score à la 50e mn sur un rebond du gardien de but qui a repoussé un tir de Toby sur le flanc droit. Lalaina offre le but de qualification servi par Elephoni dans la surface à la 60eme minute de jeu. C’était le but d’écart qui a fait le bonheur des Malagasy. Malgré cette défaite, l’essentiel est là. En effet, les Barea ont décroché leur qualification pour la prochaine étape.

C’est un exploit pour ces vaillants combattants qui ont dormi à même le sol à l’aéroport de Nairobi après 15 heures de transit avec des conditions presque indescriptibles. Faute de visa de transit qui pourrait les loger dans un hôtel. Durant la première période, les Malagasy avaient beaucoup de difficultés mais  ont fini par bien réagir durant la seconde mi-temps. Dayo (16è mn), Fernandes sur penalty (36è mn) et Luis (42è mn) ont inscrit les réalisations mozambicaines. Ando et ses camarades étaient trop égarés dans le marquage. Madagascar n’a pas soigné tous ses maux, au contraire, la Grande île s’est rappelé à quel point le football était parfois dépourvu de sens tactiques et techniques. Elias Fanomezantsoa

La Vérité0 partages

Portail web - Un site spécialement pour le football malagasy

Madagascar football. En tapant ces deux mots sur un moteur de recherche sur internet, un site web traitant le football malagasy y apparaîtra. C’est le nouveau venu dans le monde du média malagasy et le premier à se spécialiser uniquement au sport Roi du pays. Dany Rakotoarimalala est le créateur de ce site qui, loin des feux des projecteurs, fait son petit bonhomme de chemin. Les premiers pas de « Madagascar football »  se sont focalisés sur les Barea de Madagascar mais dans un futur proche, le site traitera toutes les informations sur le football malagasy en général. « C’est un site qui a pour ambition d’être une référence. L’objectif est de faire le football malagasy en général et les sélections nationales en particulier, la vitrine de Madagascar », annonce avec modestie Dany Rakotoarimalala. Et pourtant, pour ses débuts on peut affirmer sans hésiter que le site frôle déjà le succès auprès des internautes. A preuve, les pages ont été vues par 1.300.000 de visiteurs avec un pic de 70.000 visiteurs par jour pendant la CAN 2019.  « Le site est créé, piloté et géré par moi-même pour faire de notre équipe nationale, une vitrine pour le pays, et que le succès et la bonne image des Barea puissent contribuer aux efforts de l’émergence de la Grande île. Un pays attractif et donnant l’envie de visiter et de le découvrir. Madagascar Football est en passe de devenir un tremplin incontournable pour la mise en relation entre la presse mondiale et le pays sur le sujet des Barea.

Je peux citer à ce titre la radio France Internationale qui est passée récemment par le service de Madagascar Football pour organiser une interview en direct avec un supporter des Barea sur leur matinale d’infos avant les huitièmes de finale de la CAN » explique Dany Rakotoarimalala, résidant en France. En visitant ce site, des internautes se disent agréablement surpris par la pertinence du contenu. « J’espère que les futures informations ne se contentent plus sur les Barea mais traiteront également les clubs malagasy, les compétitions nationales ainsi que des nouvelles sur les personnalités sportives malagasy en dehors de nos frontières », témoigne un footeux qui a déjà visité dans le plus pur hasard ce site. Rata

La Vérité0 partages

Complicité pour faux et usage de faux - Un sous-brigadier de police placé sous MD

Vendredi dernier, un sous-brigadier de police a été placé sous mandat de dépôt pour une affaire de complicité pour faux et usage de faux, mais aussi pour tentative de vol. L’enquête sur cette affaire a révélé que le policier mis en cause ainsi que ses deux présumés complices, des civils, ont tenté de commettre un impair dans une entreprise.Leur objectif a été de se procurer illicitement d’une marchandise d’une valeur de 30 millions d’ariary de ladite entreprise. Pour y parvenir, le trio suspect a compté utiliser un faux bon de livraison. Dans leur manigance, c’étaient les civils, puisqu’ils sont les employés au sein de la société, qui s’étaient chargé de ce bon de livraison. Quant au sous-brigadier, lui, a feint de jouer le rôle de client. Il était venu avec un camion pour prendre livraison de la marchandise. Face aux agissements des plus louches des trois suspects, le propriétaire de l’entreprise a aussitôt informé les Forces de l’ordre. Elles ont arrêté  les trois individus sur-le-champ. Selon une indication de la Police nationale, le sous-brigadier en cause risque gros dans cette affaire.

Car à part l’accusation et les charges qu’on lui incrimine au niveau de la Justice, la Police nationale mène de son côté une enquête interne et appliquera à l’encontre de la brebis galeuse des sanctions corollaires par rapport à l’infraction commise. Ces mesures drastiques s’inscrivent dans les priorités du ministre de la Sécurité publique afin de renforcer le respect de la discipline interne au sein du corps de la Police. Celles-ci traduisent sa volonté de ne pas faire de distinction dans l’application des lois en vigueur. Franck Roland

La Vérité0 partages

Restitution des îles de l’océan Indien - Un front commun Mada - Comores - Maurice, suggéré

Toujours d’actualité.  Le sujet se rapportant  à la restitution des îles de l’océan Indien dont les îles Eparses de Madagascar intéresse bon nombre de chercheurs malagasy et étrangers.  Cette fois-ci, c’est Ali Abdou Halidi, un doctorant en Droit public et Science politique à l’Université catholique de Madagascar  (UCM) qui soutient une thèse mettant en exergue les contentieux franco-malagasy, ainsi que l’île de Mayotte revendiquée par les Comores mais administrée par la  France. A cela s’ajoute l’archipel des Chagos qui se trouve au cœur d’un litige vieux de cinq décennies, depuis la décision britannique de séparer de l’île Maurice de cet archipel.  En complémentarité aux négociations diplomatiques engagées suite à l’entretien du Président malagasy Andry Rajoelina et celui de la France, Emmanuel Macron en mai dernier sur la question récurrente des îles Eparses, ce chercheur encourage les trois pays, à savoir Madagascar, Maurice et Comores à unir leur force. « Il s’agit de mettre en place un front commun qui fera entendre la raison, la voix de la loi et du droit », suggère Ali Abdou Halidi.

D’après ses explications, il prévoit d’exposer les résultats de ses recherches d’ici l’année prochaine et attend que ces îles soient restituées.  Il est à rappeler que des résolutions de l’Assemblée générale des Nations unies, 34/91 du 12 décembre 1979 et 35/123 du 11 décembre 1980, demandent à la France de restituer nos îles, et d’entamer sans plus tarder des négociations avec le Gouvernement malagasy. Une conférence de presse axée sur ces contentieux de la décolonisation dans l’océan Indien s’est tenue samedi dernier à Ambatonakanga. K.R.

La Vérité0 partages

Télécommunications - Un Malagasy sur deux dispose d’un téléphone portable

Le téléphone portable ou mobile a débarqué à Madagascar vers le début des années 90. TELECEL est alors le tout premier opérateur en téléphonie mobile à s’installer dans la Grande-île. Certaines grandes villes, telles qu’Antananarivo, Antsirabe, Nosy Be ou encore Sainte Marie  faisaient partie de villes couvertes avant des extensions à Toamasina et  Mahajanga. Ressemblant à l’époque à des briques beiges d’un kilogramme, le téléphone portable avait une faible capacité de couverture. Le téléphone est alors réservé à certains privilégiés. Quelques années plus tard, MADACOM et ANTARIS faisaient leur entrée sur le marché malagasy. Au cours des années 2000, les modèles de portable commencent à s’affiner. Le nombre d’utilisateurs commence à augmenter. Le boom de l’utilisation de la téléphonie mobile semble toutefois coïncider avec l’entrée de l’opérateur téléphonique TELMA. Le téléphone portable prend une place de plus en plus importante dans la vie des Malagasy. Les ventes de téléphone ont connu une croissance continue ces dernières années. Un essor qui se renforce avec l’arrivée des smartphones sur le marché. L’accessibilité des prix enregistrés ces dernières années, notamment avec la concurrence des marques asiatiques qui se positionnent avec des gammes de produits tout aussi compétitifs, renforce ce décollage des téléphones portables. 

30 ans après l’arrivée des premiers téléphones mobiles sur son sol, Madagascar compterait, selon les chiffres, plus de 10 millions d’abonnés, que se partagent 4 grands opérateurs téléphoniques. Le taux de pénétration avoisine les 70%. Près d’un Malagasy sur deux auraient donc un téléphone. Un chiffre relatif étant entendu qu’une personne peut disposer de deux à trois puces SIM.  Désormais toutes les catégories d’âge, de 8 à 80 ans et toutes les catégories sociales confondues, du simple paysan aux dirigeants et cadres supérieurs d’entreprise, peuvent avoir un téléphone. La pullulation des « taxiphones » prouve également l’importance du téléphone portable à Madagascar. Ces  chiffres devraient grossir encore et encore. La diversification des activités possibles sur un téléphone portable favorisera l’emploi des téléphones portables. Outre son utilisation première de communiquer partout dans le pays grâce aux opérateurs, le téléphone portable est devenu un outil de navigation sur internet. Par ailleurs, le mobile appuie, voire remplace, le système bancaire encore peu développé dans le pays, notamment dans les zones les plus reculées, avec le système de mobile banking. Dans d’autres secteurs, des applications ont notamment vu le jour et contribuent à l’amélioration des conditions de vie des abonnés. La rédaction

La Vérité0 partages

Rampe de lancement

La tradition républicaine veut qu’un régime politique gouvernant le pays soumette pour adoption  aux représentants du peuple auprès du Parlement un ensemble de programme d’action à exécuter. D’habitude, le programme correspond à la durée du mandat du Chef de l’Etat en exercice. Ainsi, on pourrait avoir un plan quinquennal ou septennal. Le véritable enjeu du programme ou du plan adopté réside dans son exécution effective ou non ! Dans le cas où le plan soumis et adopté par les élus ne serait pas suivi d’actes concrets, il s’agirait donc d’une démagogie pure et simple, de la tromperie. Tous les régimes précédents s’évertuaient à leurrer le peuple par des subterfuges savamment orchestrés. Du « paradisa sosialista » au « ento miakatra ny firenena » en passant par « développement rapide » ou « émergence en 2030 », etc. Des artifices sinon de la fumée propres à décevoir le pays. De faux espoirs dont la finalité consiste à berner.  Une nuance à établir quand même durant la Première République. En vertu des accords de coopération signés avec la France, entre autres points, l’ancienne Mère-Patrie accompagne financièrement et techniquement  Madagascar à travers les actions de développement du pays. Les plans quinquennaux établis par le régime PSD selon les besoins fondamentaux bénéficièrent des apports efficients de la France. Des coopérants techniques assistent les responsables locaux. De ce fait, la Grande île avait pu mettre en chantier de grands travaux d’utilité publique nationale. D’importants réseaux d’infrastructures de base au service, entre autres, de la santé publique et de l’éducation ont été construits. Certes, ici dans ce bas monde où nous sommes, rien ne s’offre gratuitement mais au-delà, quelque part, on pourrait y voir aussi un « retour normal » des choses.

Après 60 ans  d’exploitation souvent injuste de richesses naturelles  du pays, l’ancienne puissance coloniale nous doit  beaucoup, et cela, selon le principe non écrit et éternel de redevabilité. Naturellement, la teneur du programme d’Etat reflète correctement le contenu des idées forces véhiculées lors des  campagnes électorales par le candidat devenu par la suite Chef de l’Etat par le verdict des urnes. D’ailleurs, l’objet principal qui motiva le choix du peuple à porter au pouvoir Rajoelina Andry Nirina réside dans la perspicacité de son programme, l’IEM. C’est une trahison contre la volonté du peuple si par mégarde il négligerait à ce point son sacré devoir. La Politique générale de l’Etat (PGE), inspiré directement de l’Initiative pour l’Emergence de Madagascar (IEM), retrace le parcours à faire sinon à suivre. L’IEM, un ensemble de stratégies structurantes et structurées pour en découdre aux éternels problèmes liés à la misère et à l’insécurité du pays, étant le fer de lance du candidat  n° 13, s’impose comme les voies et les moyens afin d’y aboutir. L’homme fort du pays ne transige point à  l’exécution, à la lettre, de la PGE. Les responsables, quel que soit leur niveau de responsabilité, n’ont pas droit à l’erreur. Les membres du Gouvernement, chargés directement de la mise en œuvre du Programme d’Etat, doivent veiller scrupuleusement à l’exécution sans faute de leurs charges.    Telle une rampe de lancement, la Politique générale de l’Etat propulsera certainement l’économie nationale au firmament de la prospérité. La seule et unique option pour améliorer les conditions d’existence des 25 millions de Malagasy.

La Vérité0 partages

Retour d’âge - Ravalomanana, le cafardeur

Lors d’une conférence de presse tenue à son retour au pays après un séjour à Bruxelles, Marc Ravalomanana a révélé les teneurs des discussions qu’il a eues avec des personnalités étrangères sur le sujet de l’opposition officielle. Il est apparu à cette occasion que, comme stratégie, l’ancien candidat n°25 a choisi de rapporter ses « malheurs » à la Communauté internationale. Le but, bien évidemment, est d’amener cette dernière à intercéder en sa faveur auprès du pouvoir en place.Lors de cette rencontre avec la presse nationale, l’ancien Chef de l’Etat a pris soin d’énumérer d’une manière exhaustive les représentants de la Communauté internationale qu’il aurait rencontrés ici comme ailleurs, comme s’il voulait les brandir en guise d’épouvantails. C’est ainsi que les représentants résidents du PNUD, ambassadeurs de l’Union européenne, de France et d’Allemagne et « hauts responsables » de l’UE ont été cités tour à tour au cours de cette sortie médiatique du patron de l’empire Tiko.Si l’on s’en tient à ce qui a été déclaré par le fondateur du TIM, il a donc demandé à l’ancien ambassadeur de France et à celui d’Allemagne de lui arranger une rencontre avec l’actuel Président de la République. Toujours d’après Marc Ravalomanana, le premier lui a signifié que la réponse était négative, tandis que le second se serait étonné qu’il n’a pas encore été reçu par Andry Rajoelina alors que celui-ci avait prévu de le faire juste après les législatives. Une manière de faire comprendre au locataire d’Iavoloha, par presse interposée, qu’il a été dénoncé « à qui de droit ».

 « Chef de parti  d’opposition » Mais la révélation de l’ex-exilé d’Afrique du Sud qui ferait sourire plus d’un est sans doute celle selon laquelle de « hauts responsables » de l’Union européenne et de « pays puissants » auraient décidé qu’il serait  le « Chef de parti d’opposition » (sic) à Madagascar ! On se demande bien évidemment de la portée d’une telle « intronisation » quel que soit le cadre dans lequel elle intervient. Et bien entendu, l’homme n’a pas manqué non plus de moucharder auprès de ses interlocuteurs de Bruxelles que, malgré sa demande d’audience, il n’a pas encore été reçu jusque-là par Andry Rajoelina. Histoire de faire peser sur ce dernier une pression internationale. Au-delà de cette attitude puérile, frisant le retour d’âge, force est de reconnaître que Marc Ravalomanana se trompe de combat. Il semble encore s’attacher en effet à convaincre du bien-fondé de l’officialisation de l’opposition dans le pays. Or, tel qu’il se présente actuellement, le problème n’est plus à ce stade. L’existence de la loi n°2011 – 013 du 9 septembre 2011, si imparfaite soit-elle, prouve que le principe d’une opposition officielle est déjà acquis à Madagascar. Il reste à en clarifier les imprécisions, certes pas des moindres, dont la nature de cette opposition (parlementaire ou non, ou les deux à la fois) ainsi que le mode de désignation de son chef.En réalité, on doute fort que le fondateur du TIM ne soit pas conscient de cette réalité. Ses pérégrinations européennes, soi-disant pour prôner l’utilité d’une opposition dans une démocratie, ne sont que des prétextes pour cafarder auprès de la Communauté internationale sur la « maltraitance » dont il s’estime être victime de la part de son tombeur de 2009 et 2019. Hery Mampionona