Les actualités Malgaches du Vendredi 04 Août 2017

Modifier la date
L'express de Madagascar612 partages

Entrepreneuriat – Levée de fonds pour les startups

Un jeune entrepreneur veut faire de Madagascar une pépinière de startups. Il vient de lancer une levée de fonds pour booster une centaine de projets.

Faire de Mada­gascar un pays de startups. Prospérin Tsialonina, le fondateur de Kentia y croit. Ce jeune entrepreneur vient de lancer une levée de fonds pour soutenir les startuppers du pays à travers son projet 100Startups.co. Son objectif est de lever des fonds de200 000 euros, afin de financer cent entrepreneurs du pays, avec une enveloppe ne dépassant pas les 2000 euros.« Il faut financer cent projets pour avoir de l’impact. Par expérience, on sait que tous les projets ne vont pas survivre. Donc il faut un nombre assez conséquent pour obtenir un parc d’entreprises viables, compte tenu de ce taux de survie. Les expériences ont aussi démontré que la demande de chaque startup comme fond d’amorçage est aux alentours de 2.000 euros chacun, ce qui fait les 200.000 euros. Le défi est lancé. Le montant de 10 euros a été mis comme un montant minimum afin de faciliter la contribution des gens, même si la plupart aujourd’hui donne plus », explique Prospérin Tsialonina.Certes, Madagascar est l’un des pays les plus pauvres au monde, mais il regorge de bonnes initiatives. De jeunes entrepreneurs sortent du lot dans les différents concours nationaux ou internationaux, pour ne citer que Tahina Randriari­manana lors du concours Anzisha Prize en octobre 2016.Avec son start-up Fiombo­nana, ce jeune orphelin a été consacré meilleur jeune entrepreneur de l’Afrique. Mais le problème à Madagascar est l’absence d’une banque d’investissement.

Coup de pouceL’accès au financement demeure ainsi un principal blocage, même au niveau des institutions financières existantes. C’est là où le bât blesse. 100startups.co veut apporter sa pierre à l’édifice pour débloquer cette situation, et promouvoir les bonnes idées des startups du pays.« L’idée vient des échanges avec les acteurs et les simples citoyens. D’un côté, les organisateurs d’évènement entrepreneurial, les associations et les groupements ont tous constaté que le fonds est l’un des premiers obstacles du développement des idées d’entreprise, voire de la création d’entreprise à Madagascar. Il faut noter que le peu de structures qui offrent des financements ne s’intéressent qu’aux extensions et développements d’activités, car les risques sont moindres. Les idées innovantes, qui peuvent être nos fiertés de demain, sont laissées de côté », poursuit-il.100Startups.co laisse donc une grande opportunité pour les startups, de bénéficier d’un coup de pouce pour bien démarrer leur projet. Mais pour une bonne réussite, la contribution de tout un chacun est nécessaire.

Lova Rafidiarisoa

Midi Madagasikara597 partages

Roland Ratsiraka : Des véhicules de collection pour attirer les touristes étrangers

Des touristes australiens, conduits par le ministre Roland Ratsiraka, pour le tour d’Atananarivo avec des 2 Chevaux et des motos Harley Davidson.

Les Australiens sont séduits. Hier, 19 d’entre eux ont fait le tour d’Antananarivo sur des voitures 2 Chevaux du club MadaDeuchCar et des motos Harley Davidson de HD Madagascar Riders. Il s’agit d’un concept lancé par Awesome Madagascar Tour, avec le Ministère du Tourisme. « Ces Australiens sont venus découvrir Madagascar et tenir une conférence prévue pour le 15 août prochain. Certains d’entre eux sont des écrivains reconnus dans le monde du tourisme. D’autres sont des gestionnaires de parcs naturels en Australie. En parallèle, nous avons lancé ce projet, étant convaincus qu’il est possible de développer le tourisme avec des véhicules de collection. Madagascar peut très vite devenir le numéro du tourisme dans l’Océan Indien, malgré son rang actuel. Ce pays dispose de richesses énormes en biodiversité et les initiatives de ce genre s’y ajoutent », a expliqué le ministre du Tourisme,

Roland Ratsiraka, après le tour de ville d’hier sur son Harley, suivi du reste de la caravanne. De son côté, le représentant d’Awesome Madagascar Tour a affirmé que les véhicules de collection comme les 2 Chevaux peuvent très bien servir d’attraits touristiques. En effet, de nombreuses véhicules de ce genre circulent dans la Grande-île, et peuvent être exploités dans le tourisme. D’après les Australiens, Madagascar dispose de plus d’attractions, par rapport aux autres pays d’Afrique. Ils ont cité particulièrement les richesses naturelles et les paysages.

Antsa R.

Madagascar Tribune419 partages

La ligne de chemin de fer Tananarive Côte-Est rétablie

Fini le calvaire, fini les privations et fini l’isolement sur tous les plans pour les populations riveraines de la ligne de chemin de fer Tananarive-Côte Est (TCE), précisément pour celles des communes rurales de Lohariandava, Razanaka, Fanasana et Anivorano Est qui dépendent totalement de la voie ferrée. Le pont ferroviaire de Sanjavavy-Lohariandava (PK 215,6) détruit par le cyclone Enawo il y a cinq (5) mois, a finalement été reconstruit. Il faut avouer que ces communes rurales ne sont desservies que par la voie ferrée TCE ; et depuis l’effondrement du pont Sanjavavy, les habitants devaient parcourir plus d’une trentaine de kilomètres à pieds, par monts et vallées, enjambant ruisseaux et rivières pour rejoindre le plus proche axe routier, la route nationale (RN2) qui relie Antananarivo à Toamasina, soit pour évacuer à dos d’hommes les produits, soit pour rejoindre un hôpital digne de ce nom. Avec le projet d’autoroute de la capitale vers Toamasina, on ne peut que s’interroger sur le sort réservé à ces communes rurales éloignées des grands axes routiers.

En attendant, c’est le président Rajaonarimampianina qui a pris le train depuis Brickaville pour rejoindre et inaugurer ce pont de Lohariandava ce 3 août 2017, empruntant alors l’artère de la vie économique et sociale long de 65 km de toute une population de près de 20 000 âmes. Le chef de l’Etat s’est déclaré conscient du rôle du pont de Sanjavavy et a encouragé les habitants à protéger l’environnement, à faire des reboisements. Il les a rassuré comme quoi « le développement doit reprendre et qu’ils ne seront plus isolés » car il a promis la réhabilitation et l’équipement du Centre de santé de base II de Lohariandava, la construction d’une bibliothèque et l’accès à internet pour les jeunes.

L'express de Madagascar377 partages

Neymarrant

C’est à la fois hallucinant et rageant. Le Paris  Saint-Germain , club des richissimes saoudiens a payé la somme record de 222 millions d’euros au Fc Barcelone pour s’attacher les services du prodige brésilien Neymar. Ce n’est que le prix de la clause libératoire de l’international auriverde. Le montant total du transfert est estimé à plus de 700 millions d’euros qui comprend le salaire, les primes et les divers avantages réclamés par Neymar. Et on n’a pas encore atteint le sommet dans le marché des transferts depuis l’arrivée des milliardaires saoudiens, russes et chinois dans le foot professionnel.Si ce n’est de la traite de personnes, cela y ressemble à cette nuance que l »esclave » fixe lui-même son prix. La traite a changé de camp et ne s’appelle plus ainsi au grand regret des petits pays qui peuvent s’en mordre les doigts. Si le prix était à ce niveau jadis, ils ne pataugeraient pas au bas du classement de la pauvreté. Il aurait suffi de dix, vingt Neymar pour faire vivre le pays sans avoir besoin de brader les richesses nationales. À preuve, l’État français se frotte déjà les mains des 40 millions d’euros que Neymar va devoir s’acquitter. Le foot n’est plus qu’un sport. Il est devenu une véritable machine économique impitoyable. Il faut pousser les Barea à produire des Neymar à profusion pour sauver le pays.Pied de nez à l’ordre économique mondial, à la mondialisation dont on disait incontournable pour tous les pays, la somme déboursée pour acheter Neymar est l’équivalent de deux fois et demi le montant débloqué par le Fonds monétaire international dans le cadre de la deuxième tranche de la Facilité élargie de crédit. Et dire qu’on a dû supplier le FMI pour qu’il double le montant afin de pouvoir réparer les dégâts causés par le cyclone Enawo. 85 millions de dollars pour 22 millions d’habitants contre 222 millions d’euros pour un seul joueur. Il faut maintenant arrêter de berner la population avec des grandes théories et fausses vérités sur les aides et subventions internationales. Ceci dit, l’idée du ministre de la Défense de demander aux 22 millions de compatriotes de donner chacun un dollar pour acheter un hélicoptère n’est pas bête. Si on augmente l’obole à dix dollars chacun, on pourra aussi se payer Neymar ou plusieurs  hélicoptères. Le prix de Neymar ( 670 milliards d’ariary) équivaut à 837 kilomètres d’autoroutes à quatre voies de chaque côté, quarante hôpitaux manara-penitra, quatorze stades de cinquante mille places , trente huit mille logements à 20 millions d’ariary l’unité, quatre mille ambulances médicalisées, cent hélicoptères Pumas…On doit s’agenouiller de la même façon pour trouver de quoi réhabiliter la route Ambilobe-Vohémar, Toamasina -Soanierana Ivongo…Tout compte fait, Madagascar peut être vendu en seul lot à ces milliardaires venus d’ailleurs. Pour le moment, il est vendu en lotissement. Des îles sont devenues privées sans trop savoir pourquoi et comment. Autant on s’insurge contre l’occupation française dans les îles éparses, autant on reste passif face à la privatisation des îles paradisiaques aux environs immédiats du pays. Tant qu’à faire autant les vendre de manière transparente aux Saoudiens.

Midi Madagasikara183 partages

SMM : Vers une grève illimitée

AG extraordinaire du SMM ce jour à Anosy.

Le délai de 10 jours accordé à la fameuse commission tripartite pour réaliser ses travaux a expiré. Le Syndicat des Magistrats de Madagascar (SMM) qui a été représenté au sein de cette commission au même titre que la Primature et le ministère de la Justice, tient aujourd’hui à Anosy une importante assemblée générale extraordinaire qui lui permettrait de prendre une décision sur la suite de son mouvement de revendication. C’est aujourd’hui donc qu’on saura si les magistrats sont satisfaits des réponses données par l’Exécutif. A rappeler que lorsque les magistrats ont repris leur travail le 18 juillet 2017 après avoir suivi une grève d’une semaine, le bureau du SMM a laissé entendre et a prévenu qu’une grève illimitée serait observée si les travaux de la commission tripartite échouent. A ce propos, on a appris hier que l’Exécutif (Gouvernement et président de la République) n’a pas jusqu’ici pris les mesures nécessaires et sérieuses pour restaurer l’Independence de la Justice. A suivre.

Eugène
Midi Madagasikara133 partages

Antsirabe : Rangahy itoeran-javatra, mahavita mamoha varavarana roa sosona mihidy be

Isehoan-javatra hafahafa hatrany eto Antsirabe tato ho ato izay. Ankoatra ireo tranga nampivarahontsana ny maro, araky ny efa notanterina teto dia nisehoana zavatra mahavariana indray tao amina trano fisakafoana iray teny Vatofotsy.  Ny marainan’ny Talata lasa teo tokony ho tamin’ny 5 ora sy sasany no nisy rangahy iray, mitondra sainam-pirenena, sy mibaby sakaosy kely no avy hatrany dia nandohalika sy niankohoka teo amin’ny varavaran’ilay trano fisakafoana. Toy ireny mivavaka sy manompo zavatra ireny no nataony, hoy ny loharanom-baovao. Minitra vitsy taorian’izay, indro fa nisokatra avy hatrany ny varavarana fidirana. Varavaram-by izy io. Nanamarika anefa ny nanatri-maso, fa mihidy ary sarotra vohana tokoa io varavarana io. Nanohy ny fihetsiny hatrany ilay rangahy ary toy  izany  koa dia nisokatra ny varavaram-pitaratra faharoa. Nitsangana ilay rangahy nony avy teo ary niditra ny trano toy ireny tsy mahatsiaro tena ireny. Niezaka nanakana azy ihany ny mpiambina ny Tanàna, saingy tsy nahasakana mihitsy, voalaza fa matanja-be io rangahy io. Nony farany nalefan’ny mpiambina ny anjomara fanaraina raha misy loza. Taitra ny tompon-trano  ka avy hatrany dia nidina nijery ny zava-misy, fantatra mantsy, fa ao amin’ny ambony rihana ihany ity farany no monina. Niara- nanakana ilay rangahy avy teo, saingy tsy nahasakana. Votery niantso namana fanampiny ny tompon-trano vao voatazona ilay rangahy. Voafehy ihany ilay rangahy nony farany ary rehefa nohadihadiana izy dia  nilaza fa tamin’ny Alatsinainy hariva no tonga teo Antsirabe ary tsy fantany akory ny fomba nahatongavany teto. Isan’ny fanazavan’ireo nisambotra moa ny hoe entin-javatra ilay rangahy na nidiran’ny devoly.  Efa any amin’ny mpitandro filaminana moa io rangahy io amin’izao fotoana, miandry ny fanadihadiana hatao aminy.

Andry N.

Midi Madagasikara123 partages

Soavinandriana Itasy : Jiolahy avy nanafika, matin’ny fitsaram-bahoaka

Tsy namelan’ireo fokonolona raha tsy tratrany ireo olon-dratsy avy nanafika fivarotana iray tany amin’iny faritra Soavinandriana Itasy iny, omaly. Dimy tamin’ireo jiolahy nanafika no voasambotra, raha nanamparan’ny hatezeran’ireo nahatratra azy ireo kosa ny iray, izay maty tsy tra-drano. Omaly vao maraina mantsy, dia mpivarotra iray no lasibatry ny asan-jiolahy tao Antanetibe. Vola mitentina eo amin’ny 20 tapitrisa ariary teo ho eo no lasan’ireo olon-dratsy. Ary tsy vitan’izay fa mbola nodarohan’izy ireo ny tompon-trano izay naratra mafy tokoa. Afaka niantso vonjy ihany anefa ity farany ary rifatra nanenjika avy hatrany ireo fokonolona. Tsy lasa lavitra dia ireo tratra ireo ny dimy tamin’ireo nanafika, raha tafaporitsaka kosa ny namany sasany. Asa  raha mbola nitady ny hanohitra ihany ity farany, fa tsy nisalasala mihitsy ireto mponina leo ny afitsok’ireto olon-dratsy fa dia nidaroka sy namono ary dia io niafara tamin’ny fahatesany io. Efa voasambotra moa ireo olon-dratsy ireto vao nisy nampandre ny mpitandro filaminana tany an-toerana. Nentina avy hatrany nanaovana fanadihadiana izy ireo, ary nalefa any amin’ny tranom-paty kosa ilay jiolahy matin’ny fitsaram-bahoaka. Efa eo an-dalam-pikarohana ireo namany tafatsoaka hafa moa ireto mpitandro filaminana ireto.

m.L

Midi Madagasikara112 partages

Interview : « La nouvelle orientation musicale est le fruit de mes nouvelles inspirations » dixit Johann ...

Johann Elison est un guitariste hors paire.

« Manassé », « Manacet », « Rassex », « Ssex », de son deuxième prénom au début. Finalement, depuis 1998, il a choisi le nom d’Elison. Une nouvelle identité a été révélée à l’esprit avec Johann Elison. Il, c’est un guitariste hors pair et une valeur sûre de la musique rock malgache. Interview.

Midi Madagasikara: Vous êtes très connu dans le monde du rock malgache. Parlez nous de vos débuts.

Johann Elison (JE) : « Quand mes amis jouaient de la guitare au collège Paul Minault, je ne voyais qu’un instrument comme tant d’autres, mais un grand guitariste m’a fait découvrir ce que c’est réellement le potentiel de l’instrument, en la personne de Hary, le maître du classique à la cité d’Analamahitsy en 1983, autant à travers sa virtuosité qu’à travers sa dextérité et sa performance personnelle. C’était un choc, où la conversion était immédiate. Je voulais jouer comme lui. Tout de suite, je m’inscrivais au CNEM (Centre National d’Éducation Musicale) et j’ai eu comme professeur, le célèbre « parrain du classique », le Maestro Razafinohatra. C’était en ce moment que j’ai croisé mon cher ami, Mamy kely (actuellement guitariste fondateur du groupe Sanda Music) où nous avons créé ensemble le groupe Ferita Metalifera. Nous avons travaillé à cette époque des reprises, des groupes comme Judas Priest, Sammy Hagar, Loudness, Deep Purple, Santana, Iron Maiden, Metallica… outre nos compositions… des expériences inoubliables ».

MIDI : Vous êtes un guitariste phare des groupes de rocks des années 90, c’était la période métal.

J.E : « Tout se bousculait à partir de 1986, car j’ai intégré le groupe Lokömotiva après avoir rencontré ses musiciens, où l’un de ses fondateurs m’a vivement sollicité de les rejoindre, dont Mao (un cousin) après notre prestation (Metalifera) à la Tranompokonolona Isotry, en concert, en première partie de l’affiche Apostoly Rock (Apost) et Kiaka (le 3 septembre 1986). (Nous avons déjà croisé souvent ces deux groupes au studio de répétition dian’anjely d’Ambanidia). A partir de ce moment, je vivais une toute autre aventure où j’ai réellement vécu des expériences exceptionnelles aussi bien en tant que compositeur qu’auteur, où les concerts, les festivals et les tournées se succédaient. Les recherches étaient intensives, avec des écoutes et des reprises des groupes comme Motörhead, Thin Lizzy, Rainbow, Accept, Helloween. Cela m’a permis, d’apporter des compositions au groupe, dont les plus connues sont, « mpivahiny », « matoatoa », « habakabaka » et « temptation » en 1987… Je n’étais pas seulement un compositeur-arrangeur, j’étais également l’auteur de certains titres de Lokömotiva, dont le plus connu est, « fananona » en 1988, une composition de Franck Rambao (l’autre guitariste du groupe à l’époque) où il m’a demandé d’écrire une parole sur sa composition. Très tard, après mon retour chez Lokömotiva en 1998, j’ai constaté que le groupe devait renaître sous un nouveau concept du heavy métal, c’est pourquoi, j’ai réarrangé certaines compositions du groupe. Celle qui a subi un changement radical était « jiolahin-tsambo », où j’ai tout rénové aussi bien dans le rythmique que dans les mélodies et structures de l’ensemble en voulant apporter une touche plus power, plus néoclassique, plus pur… c’est ainsi qu’est née la nouvelle version de « jiolahin-tsambo » actuelle. C’est à cette époque que le groupe a eu le titre awards du meilleur groupe de rock de l’année de la part de Stone Press ».

MIDI : Depuis 2000 vous avez créé Elison. Parlez nous de cette nouvelle aventure ?

E : « Après avoir rôdé mes techniques dans divers groupes de rock, de métal et de blues, j’ai créé Elison en 2000 où le line-up était composé initialement du génie Silo, du « puncher » Zozo et de moi-même. Initialement, il ne s’agissait pas réellement d’un groupe mais d’un projet où nous voulions découvrir d’autres horizons musicaux, autres que ce que nous faisons habituellement dont l’initiative partait de nous trois. Dans cette perspective, l’enjeu était d’exploiter toutes nos ressources afin de voir nos limites, certes, musicales… mais également d’inspiration et d’émotion. Au fil du temps, il évolue dans la musique rock. Depuis la création de Elison en 2000, le groupe travaillait dans le domaine de l’instrumental. Le groupe n’avait défini aucun genre, ni de style particulier. Le groupe s’est défendu d’être catalogué ou d’être étiqueté dans un tel ou tel style de musique. Cela a été dû au concept de départ qui marquait la personnalité de chaque membre, en l’occurrence, Silo (reconnu dans le monde du jazz et de la « world music » et actuellement du rock), Zozo (reconnu dans le monde du hard rock et du métal) et moi-même, Elison. Chacun se révélait dans ses expressions personnelles tout en cherchant à donner une particularité de l’ensemble dans chaque composition.

En ce sens, les techniques, les mélodies ainsi que les rythmiques étaient uniques avec une sonorité particulière de chaque combinaison. Cette idée de découvrir l’au-delà de la musique de tous genres ouvrait de nouveaux horizons à la musique de Elison.

Ce concept reste plus généralement le même actuellement si l’on ne se réfère qu’uniquement à la musique proprement dite. Toutefois, la nouvelle orientation d’Elison ouvre une nouvelle voie à la musique de Elison band. Après cela, Elison ne réapparaît que plus tard en 2002, en interlude du concert d’UXT au CCAC, dont le line-up était composé d’Hugo (drums), de Silo (bass guitar) et d’Elison (guitars)… le « covering » de GodFather était une surprise pour tout le monde où même les musiciens de UXT ne s’attendaient pas du tout à l’arrivée de Silo. Actuellement, Elison revient avec de nouvelles compositions, d’inspirations particulières. Elison étant un groupe de musique instrumentale, plus axée au rock, au progressif, au jazz, au funk… performe la qualité musicale dans le sens de l’harmonie et des variations ».

MIDI : 2015 marque un nouveau départ. Pourquoi ?

J.E : «  Le groupe Elison band s’est reformé en 2015 après la sortie du premier album intitulé, « Misia Mazava ». Le nom du groupe est devenu Elison band, car les musiciens qui le composent actuellement constituent pleinement les rôles de membres d’un groupe à part entière. Si le groupe était formé de 3 musiciens à sa création en 2000, cette fois, avec la nouvelle orientation artistique, Elison band est composé de 04 musiciens. Après une certaine période de rodage avec beaucoup de musiciens de diverses tendances, Elison band est finalement composé d’un line-up exceptionnel tel que, Kenny (drums), Nix (Bass guitars), le bassiste « shredder », Tsiaro (Keyboards and Piano), Misa (Vocals) et Elison (Lead and Rythmic guitars). Elison band a marqué son retour sur scène lors du dernier évènement de la « fête de la musique », du 21 juin 2015 à l’Iscam à Ankadifotsy où la surprise était étouffée de cris avec beaucoup d’émotions et d’admirations dues à la qualité de la prestation… Musique Elison band ».

MIDI : Dans votre parcours d’artiste, qu’est ce qui vous a marqué le plus ?

J.E : « Aussi, l’invraisemblable s’est-il produit, en 2000, Elison est créé.  Mais ce qui était remarquable tout au long de ma carrière de musicien était la création en 2003 du groupe exceptionnel, Fighter One. Un groupe indéfinissable avec un style unique, entre le métal progressif, le glam et le big rock. Le groupe n’existait initialement qu’à travers des reprises, en se référant aux groupes de glam rock, de métal progressif et de heavy power. Le tour d’un clip et de quelques apparitions lors des fêtes isolées (de type cabaret), Fighter One s’est dissout brusquement après 3 mois d’existence. En 1998 avec Lokömotiva, j’ai remporté le meilleur groupe de rock et de métal  récompensé par le Stone Press – Lead and Rythmic Guitars,  Elison en 2004 avec UXT, meilleur groupe de révélation de métal représentant Madagascar au festival de rock et de métal au Batou Fou, à La Réunion ».

Propos Recueilli par T.H

Midi Madagasikara111 partages

Ambatovy : Un acharnement judiciaire qui risque de provoquer une fuite des capitaux

Les initiatives entreprises pour faire de Madagascar une destination des investissements risquent de tomber à l’eau en raison de la mauvaise pratique en matière de justice

Aux dernières nouvelles, l’ex-employée en litige contre Ambatovy a bel et bien mandaté un huissier en vue d’une saisie relative au paiement d’une somme de 88 millions d’ariary. Il s’agit rappelons-le de la provision accordée par le tribunal suite à une requête de l’employée en question, laquelle, pourtant avait été licenciée d’une manière régulière par Ambatovy. On rappelle sur ce point, la déclaration de Louis Rolland Gosselin, Vice-Président d’Ambatovy .« l’employée était licenciée d’une manière légale pour conduite contraire à l’éthique en 2013. Tous les avantages dus lui ont été payés à l’époque, en conformité avec le code du travail, et ont été acceptés sans contestation ». Ce qui n’a pour autant pas empêché l’ancienne employée en question de poursuivre la compagnie minière, en justice pour licenciement injustifié.

Du jamais vu. Et ce, avec du jamais vu dans les annales judiciairse puisque la requérante réclamait un montant total de 2,3 milliards de Fmg. En tout cas, malgré une plainte au pénal pour usage de faux, l’affaire a abouti à une condamnation d’Ambatovy. Une condamnation qui continue de faire jaser le milieu économique qui ne manque pas de le comparer à un acharnement judiciaire. Un acharnement qui  porte un coup sur l’environnement des affaires à Madagascar. Surtout quand on sait qu’il concerne la plus grande compagnie minière du pays employant directement ou indirectement des dizaines de milliers de personnes.  En tout cas, les observateurs se posent actuellement des questions sur cette indifférence des autorités publiques face à cet acharnement. Le Président de la République ne cesse de répéter que la clé du développement se trouve dans la création d’entreprises. Mais quand la justice s’acharne contre une entreprise qui continue de croire en Madagascar, malgré les difficultés qu’elle rencontre, on risque tout simplement d’assister à une fuite des capitaux.

R.Edmond

Midi Madagasikara106 partages

Ambodinisotry : Mandrahona amin’ny basy atao anaty lamba

Misy ny olona izay mitaraina fa misy andian-jiolahy izay mandrahona ireo mpamily fiara tratran’ny fitohanan’ny  fifamoivoizana. Izany dia entina hanendahana azy ireo sy ny entana anaty fiara. Basy saromina anaty lamba no ampiasain’izy ireo, raha araka ny fanazavan’izay efa tratra. Tsy fantatra na tena izy na tsia io fitaovam-piadiana io fa noho ny tahotry ny ho faty kosa dia manaraka izay lazainy ny olona. Mifanandrify amin’ny « aigle noire » iny no tena hisehoan’ilay asan-jiolahy matetika.

D.R

Midi Madagasikara98 partages

Drame d’Ankazobe : Le chauffeur auditionné par les enquêteurs, Soavinandriana panse ses plaies

Le drame d’Ankazobe survenu en début de semaine, est le deuxième accident de la route le plus meurtrier de cette année, après celui d’Anjozorobe survenu en janvier où 47 personnes ont péri.

Le chauffeur du véhicule a été auditionné par les gendarmes chargés de l’enquête après l’accident qui a coûté la vie à 21 personnes à Ankazobe dans la nuit de lundi à mardi. 

Ce drame qui a secoué le pays mardi dernier, continue d’alimenter les conversations, plusieurs jours après les faits. Aux dernières nouvelles, le conducteur de l’autocar « Boeing » accidenté a été auditionné par les gendarmes chargés de l’enquête. Dans celle-ci, les enquêteurs sont en train de reconstituer les puzzles de cet accident particulièrement meurtrier. A Soavinandriana, les dépouilles mortelles des victimes ont été accueillies dès le lendemain de l’accident, par leurs familles et toute la ville dans une atmosphère fortement chargée d’émotion. Le nombre des victimes qui ont perdu la vie dans cette hécatombe, l’état de certains corps, calcinés, à tel point que les familles ont eu beaucoup de mal à reconnaître les leurs, les témoignages des survivants, sont autant d’éléments qui ont mis en émoi les habitants de la petite ville de Soavinandriana d’où sont originaires les membres de ce groupe de chrétiens FJKM de la branche STK  (Sampana Tanora Kristiana) qui allaient rejoindre Mahajanga où se tient la grande rencontre nationale des STK, mais  ne sont jamais arrivés à destination.

« Le temps était comme suspendu quand les premiers corps sont arrivés », témoigne au téléphone, cette habitante de Soavinandriana qui ne connaît aucune des victimes dans cet accident, mais se sent comme s’il s’agissait de ses propres proches. « Il n’y a pas de mots pour décrire la détresse de ces gens. C’est terrible. On prie pour eux », ajoute-t-elle.

Appel aux dons. Dans un élan de solidarité spontané, les habitants de la ville ont organisé un appel aux dons pour soutenir les familles endeuillées. Une manière pour eux de témoigner leur sympathie, si à Antananarivo, cet élan de solidarité des simples citoyens s’était manifestée par une affluence des donneurs de sang et des anonymes qui ont offert leur soutien aux victimes.

La majorité des blessés, ayant reçu les soins nécessaires au HJRA, sont déjà sortis de l’hôpital. Sur la centaine de blessés, une douzaine, plus gravement  atteints, sont toujours soignés dans cet établissement hospitalier. Le dernier bilan fait état de 21 décès et de 118 blessés.

Hanitra R.

Tia Tanindranaza68 partages

Loza teny AnkazobeOlona maro no hidoboka am-ponja

Mandeha ny fanadihadiana momba ny antony nahatonga marina ny loza ka nampivadika ilay fiarabe teny Ankazobe ka nahafatesana olona 20 mahery, araka ny resaka nifanaovana tamin’ny kolonely Ravoavy Zafisambatra, lehiben’ny Emmo reg Analamanga omaly.

 Ny zandarimariam-pirenena no manao ny fanadihadiana ary tsy maintsy jerena daholo ny zavatra rehetra fa tsy misy azo avela, hoy ny lehiben’ny Emmo reg ; tahaka ny hoe nahoana no 75 no zakan’ilay fiara be kanefa 120 ny olona tao anatiny miaraka amina entana ? Ahoana marina ny lafiny ara-teknika momba io fiara io, iza no tompon’andraikitra nanome alalana azy hiainga avy any Soavinandriana Itasy ka ho any Mahajanga. Eo ihany koa ny hoe : nahoana no afaka nandeha soamantsara io fiara io kanefa nandalo sakana mpitandro filaminana maro teny amin’ny RN 1 sy RN 4 vao tonga teny Ankazobe ?Lasa miteraka adihevitra ny resaka fitaterana sy fanaovana itony hoe « spécial » itony noho io loza teny Ankazobe io. Na misy na tsy misy aloha fanadihadiana dia efa mazava ny fandikan-dalàna tamin’ny isan’ny olona nentina satria tsy voahaja izany ny tao anatin’ny « carte grise ». Tsy maintsy misy ny olona hadihadiana momba an’io tahaka ny saofera, ny tompon’ny fiara ary izay fiangonana nihavian’ireo olona nitaingina ilay « boeing ». Ny isan’ny olona izany efa mihoatra 45 amin’ny ara-dalàna kanefa mbola niampy entana, dia azo sary an-tsaina tsara fa nizaka ny tsy eran’ny ainy ilay fiara. Nampibaribary be ny tandrevaka amin’ny resaka fanaraha-maso ataon’ny mpitandro filaminana eny amin’ny làlampirenena ihany koa ity tranga mampalahelo iray ity fa hay kay ka mety  tazana ivelany sy tomba-maso fotsiny izany no natao ka tsy nahitana fa feno hipoka mihoatra ny eken’ny lalàna ilay fiara. Efa nanome baiko hentitra moa ny filohampirenena ny amin’ny hanaovana fanadihadiana lalina koa dia ho hita eo ny vokany satria tsy azo ialokalofana noho ny tandrevaka sy ny gaboraraka mihitsy ny resaka finoana, ka boriboriana fotsiny ny resaka hoe : «  efa izay no sitrapon’Andriamanitra ». Nisy fandikan-dalàna tao, misy tompon’andraikitra tsy nahavita ny asany araka ny tokony  ho izy dia tokony hipoitra ny marina ary ampiharina ny lalàna izany hoe aorian’ny fanadihadiana sy fanagonana ny porofo dia handeha ny fitsarana ary tsy maintsy hisy ny fampidirana am-ponja. Farany dia efa fanairana lehibe ho an’ny ministeran’ny fitaterana ny zavatra tahaka izao satria be loatra ny gaboraraka amin’io sehatra io ; misy ny mpitatitra manao izay tiany sy hahazoany vola fotsiny fa tsy mihevitra ny hanaja lalàna sy bokin’andraikitra izany mihitsy ; mandeha rahateo moa ny kolikoly ka maro no mody tsy mahita ny fandikan-dalàna ; rehefa mitranga foana ve ny loza mahatsiravina vao hoe : ho hentitra amin’izay manomboka izao !

RTT

Tia Tanindranaza62 partages

Kongresin’ny TIM tany ManakaraFahombiazana tanteraka

Fahombiazana tanteraka ny Kongresim-paritry ny Antoko Tiako I Madagasikara ho an’ny faritra Atsimo Atsinana sy Vatovavy Fitovinany notanterahina tany Manakara, tao amin’ny hotely Mangneva, omaly.

Tafiditra tao anatin’ny faha-15 taonan’ny Antoko izy io, ka ny filohan’ny nasionalin’ny Antoko TIM, Marc Ravalomanana mihitsy no nitarika ny lanonana. Nivoitra tamin’ny fanambaran’I Marc Ravalomanana ny fametrahana ny tany tan-dalàna sy ny zon'olombelona eto amin’ny firenena. Mila miray hina sy miasa miaraka no hafatra ho an’ny TIM, izay antoko matanjaka ary hohamafisina izany. Noresahina ihany koa ny zo fototra sy ny demokrasia, ary isan’ny zava-dehibe ny resaka fahalalahana maneho hevitra. Olon’ny haitarika na « Leadership » i Marc Ravalomanana, ka tsy adinony ny mizara sy mampita izany ho an’ireo mpikatroka ao anatin’ny antoko. Hafaliana tsy omby tratra moa ny an’ny rehetra, ka nisy ny fiaraha-mikorana sy ny fanapahana mofomamy mba ho fanamarihana ny tsingerin-taon’ny antoko. Tsy mba tery làlana na mora kivy amin’ny antsojay politika mahazo azy I Marc Ravalomanana sy ny antoko TIM tarihiny. Efa fomba fiaina sy fomba fiasany izany hatramin’ny nahafantarana an’I Marc Ravalomanana na teo amin’ny fandraharahana na teo amin’ny fanaovana politika, ka mahita vahaolana hatrany manoloana ny antsojay. Efa raiki-pohy sy teny filamatra ny hoe tsy mora kivy, ka nisafidianana ilay fiteny vahiny hoe “Never give up”. Raha nanaovana antsojay ny fanombohana ny fankalazana ny faha-15 taonan’ny antoko teto Antananarivo, dia mahita hevitra hatrany, ka natomboka tany amin’ny faritra indray izany, ary noporofoiny fa tsy Antananarivo irery ihany no manohana sy mametraka ny fitokisana aminy. Tsaratsara kokoa ny tsy manangam-pahavalo azy satria efa vita sedra tamin’ny lafiny maro I Marc Ravalomanan sy ny TIM, ary toy ny volamena latsaka am-bovoka, ka tsy havelan’ny tarany tsy hamiratra.

Toky R

 

Midi Madagasikara61 partages

Soavinandriana : Plus de 1000 personnes expulsées de leur terrain d’exploitation agricole

Actuellement, plus de 1000 personnes issues d’une centaine de familles sont sommés de quitter le terrain qu’ils exploitent depuis des années à  Soavinandriana. Cette expulsion fait suite à une décision judiciaire publiée par le tribunal de première instance en réponse à la requête formulée par une personne se déclarant propriétaire de ce terrain.  En effet, les victimes comptent s’opposer à cette décision qu’elles jugent comme étant injuste.

Selon le représentant de cette centaine de familles qui s’est entretenue avec la presse, ces dernières ont déjà saisi la Cour d’Appel. Pourtant, cette instance judiciaire a déclaré être incompétente pour trancher sur cette affaire. Ainsi, cette décision devra être exécutée dans l’immédiat. C’est pourquoi, ces familles lancent un appel aux autorités compétentes de considérer leur cas.

S’étend sur une superficie de 596 ha, ce terrain approvisionne la capitale en maïs surtout pendant la période où ce genre de céréale se fait rare sur le marché, soit le mois de Février et Mars. « C’est injuste de nous expulser sur la terre qui assure notre survie en pleine période de travaux agricoles », déplore le représentant de ces familles. D’autant plus qu’actuellement, presque la totalité du terrain est déjà cultivée.

Il ajoute qu’actuellement, la personne qui prétend être le propriétaire se sert de tous les moyens possibles pour arriver à ses fins. Dans ce sens, il a cité l’existence de 19 personnes,  y compris des leaders de la lutte contre cette expulsion, objets d’une plainte déposée par ledit propriétaire auprès du Tribunal. Le plaignant accuse ces 19 personnes d’avoir détruit ses tracteurs. Le procès sur cette affaire aura lieu prochainement. A cela s’ajoute, d’après toujours le représentant des victimes, la manœuvre menée par ledit propriétaire pour diviser ce groupe de population concerné par cette expulsion.

Compte tenu de ces faits, ce problème risque de dégénérer. D’autant plus que ledit propriétaire occupe un poste important au sein de ce régime en place. C’est la raison pour laquelle, Eric Raparison, responsable d’une société civile œuvrant dans  le domaine du foncier (SIF), souhaite la résolution de cette affaire dans l’immédiat. Il réclame la suspension de l’exécution de cette décision judiciaire qui pourrait porter atteinte à l’ordre public.

T.M.

Midi Madagasikara47 partages

Cemes Soanierana : Lôla – Njakatiana, le duo inédit !

Njakatiana et Lôla vont à nouveau se retrouver pour un « duo inédit » au Cemes Soanierana.

Jamais deux sans trois ! Après deux premières collaborations dont ils ont gardé d’excellents souvenirs, Lôla et Njakatiana renouvellent l’expérience et se retrouvent ce soir sur la scène du Cemes Soanierana.

Deux artistes, deux groupes de musiciens et un show deux en un ! C’est ce qui attend tous ceux qui vont se rendre au Cemes Soanierana. Ce soir, Njakatiana et Lôla vont se retrouver sur une même scène pour un « duo inédit ». Un évènement pendant lequel  deux artistes vont interpréter les meilleurs de leurs titres et faire voyager le public dans le temps. « Njakatiana et moi nous sommes largement préparés pour ne rien laisser au hasard. Ce sera un événement que vous n’oublierez pas de si tôt », affirme Lôla. Et de continuer : « Quand l’un aura fini de chanter, l’autre reprendra de suite le relais. Mes musiciens, tout comme ceux de Njakatiana se tiennent prêts pour éviter les longues attentes et casser l’ambiance. S’il va y avoir des duos ? Oui. C’est d’ailleurs le but de la rencontre. Lesquels ? Je vais garder le secret. Soyez parmi nous pour apprécier ».« Un spectacle de choc ». C’est ainsi que Lôla qualifie le concert qu’il va donner au Cemes Soanierana avec Njakatiana ce soir. Figure nationale de la musique malgache, Njakatiana a toujours aimé faire les choses en grand. Entrée en hélicoptère, clip avec des centaines de figurants, tenues de Radama… il ne manquait jamais d’idée pour faire frémir ses inconditionnels, de plaisir. Ces dernières années, le chanteur s’est cependant « assagi ». Njakatiana a toutefois toujours été à la hauteur des attentes et se surpasse inlassablement. Ce sera le cas au Cemes Soanierana, promet Lôla.Enchaînant les tubes depuis qu’il a commencé sa carrière en solo en 2002, Lôla n’est plus à présenter dans le milieu musical. Bien qu’il se soit fait discret ces dernières années, le chanteur n’a encore rien perdu de son talent. Ceux qui seront parmi eux au Cemes Soanierana pourront l’apprécier et retrouver le Lôla qui les a autrefois séduits.   Les deux chanteurs promettent d’autant plus, un spectacle de choc.Mahetsaka

Midi Madagasikara42 partages

Anosy : Fandrahonana hanapoaka baomba, nisy voasambotra

Ireny fiara amidy ka mametraka laharana finday ireny no lasibatr’ilay olon-dratsy. Handefasany hafatra fohy (sms) ilay laharana ary rahonany fa raha tsy manome izay vola lazainy dia hapoakany ny baomba izay napetrany ao ambanin’ny fiara. Mikoropaka tokoa ny tompony satria sady fantatr’ilay olona ny laharana finday no fantany koa ny laharan’ny  fiara, toa midika fa tena olona mahay ny ataony ilay olon-dratsy. Mba tsy nihaotra anefa ny nanatona pôlisy ary nasaina nametraka fitoriana tao amin’ny BC avy hatrany. Nanomboka teo ny fametrahana paika entina hamitahana ilay olon-dratsy avy amin’ny nomerao nandefasany sms. Tamin’ity tranga ity dia vola mitentina 3.400.000 ariary no notakiany. Voasambotra ihany ilay lehilahy ary natolotra ny fampanoavana omaly noho izany fandrahonana ho faty sy fanerena olona hanome vola izany. Mivoatra amin’ny ratsy ny sain’ny olona sasany ary indrindra koa mitady hanao ariary zato am-pandriana, araka ny fitenenana fahagola. Raha ny fandinihina ilay tranga dia mitady ny fomba faran’izay mora nefa hahazoana volabe ity olon-dratsy…kamolahy ity. Azo heverina fa nokajiany ny handefasana ny vola amin’ny alàlan’ny « mobile banking » amin’ilay laharana izay nampiasainy dia vita hatreo ny fandrahonana. Niseho azy ho fetsy loatra…

D.R

Midi Madagasikara36 partages

Révision annuelle de la liste électorale : Du 1er décembre 2017 au 31 janvier 2018

Y aura-t-il un vote massif en 2018 ? (photo d’archives)

La CENI se fixe comme objectif de franchir le cap des 10 millions d’électeurs en 2018. A cet effet, elle prévoit de mobiliser ses agents électoraux pour atteindre ce but. Elle compte également sur les résultats émis par le comité local de recensement des électeurs.

La Commission électorale nationale indépendante (CENI) s’active en vue des échéances électorales de 2018. Selon son vice-président, Thierry Rakotonarivo, la prochaine révision annuelle de la liste électorale 2017-2018 débutera le 1er décembre 2017 pour se terminer le 31 janvier 2018 qualifié notamment d’arrêtage provisoire. A cet effet, un comité local de recensement des électeurs (CLRE) est mis en place, au niveau des Fokontany. Il est composé notamment des représentants du Fokontany, de la CENI, de la société civile et de partis politiques. Le commissaire électoral tient cependant à souligner que ces derniers, en général, ne se soucient pas d’envoyer des représentants au niveau du CLRE.

Retranchement. A propos de cette révision  annuelle, il est surtout question de l’opération addition, autrement dit insérer dans la liste ceux qui viennent d’avoir leur carte d’identité nationale. Il en est également de l’opération de retranchement, autrement dit, ceux qui sont décédés ou incarcérés sont rayés de la liste. Toujours d’après le vice-président, une campagne de sensibilisation est menée auprès des responsables des Fokontany afin que ces derniers procèdent dès maintenant à la collecte des informations mais ne pas attendre le 1er décembre pour effectuer leur travail. D’ailleurs c’est souvent le cas, on attend le dernier moment, résultat, on n’arrive pas à boucler à temps la liste électorale.

Anomalies. Après l’arrêtage provisoire, les électeurs peuvent consulter la liste électorale pour vérifier s’il y a des anomalies concernant son cas ou sa famille. Notons que l’arrêtage définitif de la révision annuelle de la liste électorale est le 15 avril 2018. Toujours est-il que la CENI procède actuellement au renforcement de capacité de ses agents électoraux. Elle mène également une campagne de sensibilisation et d’éducation électorale des citoyens, et ce, en collaboration avec la société civile. Un travail qui n’est pas de tout repos dans la mesure où la liste électorale a été généralement source de litiges électoraux.

Dominique R.

Midi Madagasikara36 partages

Star Tour : Rendez-vous à Majunga les 18, 19 et 20 août

Ambondrona participera à ce Star Tour à Majunga.

Le grand événement Star Tour, concept nouveau apporté par Star, se tiendra à Majunga du 18 au 20 août prochain. Musique, sport, jeux… tout sera programmé pour que toute la famille puisse passer de bons moments durant ces trois jours. Avec Orange, Salto, Socolait, la Commune urbaine de Majunga et l’office régional du Boeny, Star a mis les petits plats dans les grands.

C’est bien les vacances, et comme chaque année, la ville de Majunga voit sa population grimper en flèche lors des trois mois d’affluence où les vacanciers la choisissent pour passer quelques jours, voire semaines sous le soleil. Cette année, elle sera d’autant plus animée avec l’événement Star Tour qui s’y tiendra les 18, 19 et 20 août prochains. Un concept inédit qui donne satisfaction à chaque membre de la famille, ce Star Tour Destination Familiale a pour objectif de faire en sorte que tout le monde y trouve son compte. Les enfants pourront ainsi jouer dans l’aire de jeux, avec des manèges, gonflables, des jeux kermesses, qui seront mis en place au bord, en ville. Et tandis qu’ils joueront, les parents pourront s’amuser eux aussi à chanter au karaoké, ouvert tous les jours à partir de 16h et jusqu’à l’aube, avec à l’animation Barhone, ou encore apprécier la musique animée par les plus grandes stars locales du moment : D’Alvis et Nina’s pour le fameux vendredi joli, G5 et Jaojoby et son salegy mafana le samedi puis  Rak Roots et Ambondrona le dimanche. En soirée, ce sont les jeunes et les moins jeunes qui pourront se déhancher comme en discothèque avec la RDJ’s Team, DJ Nicky Di Manu et DJ Sniper.

Citoyen. Et si une grande partie des animations se tiennent en ville, au bord, Majugna rime aussi avec plage et mer. Des animations seront donc programmées sur le Grand Pavois durant ces trois jours. Dès 10h, les familles peuvent jouer au beach soccer, beach volley, beach pétanque, à l’olympiade en famille, au limbo, au goal Caprice, au château de sable et prendre des photos devant le photobooth. A 16h le samedi, le ciel sera orné de cerf-volants, histoire de faire rêver les enfants, et à 17h le dimanche, place au Sprite j’aime ma place. Car outre son aspect purement festif, cet événement revêt également d’un objectif citoyen. Tout le monde sera sollicité à nettoyer et celui qui amassera le plus d’ordures sera récompensé par des boissons Star d’une valeur de 200 000 ar. En outre, pour ceux qui ont l’âme sportive, un marathon Eau Vive se déroulera le dimanche matin. Plus de 150 personnes assureront la sécurité des sites, et en plus des personnes de bonne volonté, des agents de nettoyage s’ajouteront aux agents de la voirie de Majunga pour tout nettoyer, tous les jours.

Anjara Rasoanaivo

Midi Madagasikara35 partages

Vendredi joli

# Olombelo Ricky à l’Arena Ivandry. Avec lui, les événements se suivent mais ne se ressemblent jamais. Olombelo Ricky trouve toujours le moyen de surprendre ses inconditionnels. Après le traditionnel « Manal’azy » à Antsahamanitra, le chanteur, ce soir, revient sur le devant de la scène pour les « mpanala azy zokiny ». Il ne sera pas seulement accompagné de ses talentueux musiciens et choristes. Les filles de « The Women » et Dina Voakaly vont partager la scène avec lui. Une occasion à ne rater sous aucun prétexte pour ceux qui n’ont pas pu être présents à Antsahamanitra. 

 

# Do Rajhonson au CFM Anosy. Il s’est fait tellement rare ces dernières années que certains ont cru qu’il a déjà décroché. Mais que l’on se détrompe ! Absence ne signifie aucunement retraite, en tout cas pour Do Rajohnson qui est encore toujours d’attaque. La preuve, le cabaret qu’il s’apprête à donner au CFM Anosy ce soir.

 

 

 

 

# Jex mozika à l’Is’art galerie Ampasanimalo. Pour marquer ses dix ans de musique et de création, Hajaina va se dévoiler sous toutes les coutures, à l’Is’art galerie Ampasanimalo. Un concert 3 en 1 à travers lequel le public pourra replonger dans les années 2000 avec Jex Ambiroa le rappeur, savourer le talent de Hajaina Jex le soulman et faire connaissance avec Jex mozika dont l’album « Ny ranomaintiko » sortira en 2018.

# Rebika à l’espace Nombantsoa By-pass. Non, ils n’ont pas encore décroché. Ils chanteront, encore et encore, tant que leur public continuera de les soutenir. Ils l’ont d’ailleurs fait clairement savoir à travers leur dernier titre, le « Rebika an-kira » retraçant le parcours du groupe. Ce soir, en l’honneur de leurs inconditionnels, ceux qui ont été bercés par leurs titres et grandi avec eux, les gars de Rebika seront donc sur le devant de la scène. Avis aux amateurs! 

 

 

# Kiaka au Piment Café. Amoureux de rock? Envie d’un vendredi joli autour d’une bonne bouteille de bière ou d’un bon whisky avec de savoureux brochettes? Et si en plus, vous êtes un inconditionnel du groupe Kiaka, c’est la soirée tout indiquée pour vous. Ce soir, Kiaka sera au grand complet, au Piment Café pour faire revivre tous ses grands tubes. 

 

 

 

 

# Mahaleo au Bezanozano Moramanga. Certains groupes perdent de leur éclat au fil des années, mais Mahaleo, lui, est comme le vin et se bonifie avec l’âge. Il reste toujours autant apprécié. Les amoureux de folk ne se lasseront jamais de chanter ses titres et de le retrouver sur scène. Ce soir, ce sera encore certainement le cas.

# Soirée blagues à l’espace Tony club 67 ha Sud. Les événements comme celui-ci se font rares, très rares. Quand l’occasion se présente, il ne faut pas la rater. Ce soir, Isambilo dôzera, Jilo pet’lol et Trinite vôm, de jeunes humoristes dévoilés lors du festival du rire au CGM ce soir, seront sous les feux des projecteurs. Du rire et de la bonne humeur, c’est à l’espace Tony club 67 ha Sud.Mahetsaka

Tia Tanindranaza32 partages

Raharaha Mamy RakotoariveloMisy zavatra hafenina

Tsy mbola tonga eny amin’ny polisy hatramin’izao ny valin’ny fizahana natao ny razana na ny “Autopsie” momba ny raharaha nahafaty an’i Mamy Rakotoarivelo.

 

 Tsy fantatra mazava hoe inona no tsy hahatongavan’izany eny amin’ny mpitandro filaminana hatramin’izao kanefa efa herinandro katroka anio ny nahafaty ity tompon’andraikitra ambony teto amin’ny firenena teo aloha ity. Olona 10 kosa no voalaza fa efa nanaovana fanadihadiana momba ny nahafaty azy, ka isan’ireny ilay sakaizany antsoina hoe Andrianivoson Tiavina Corinne, izay fantatra bebe kokoa tamin’ny anarana hoe Corinne Asmiël tao amin’ny tambanjotra ara-tsosialy “facebook”. Tafiditra tao anatin’ny nohadihadiana ihany koa ny anabavin’ny maty, raha ny vaovao azo. Raha ny lojika dia fotoana vitsy taorian’ny nitondrana ny razana teny amin’ny hopitaly no nivoaka ny valin’ny fizahana, saingy tsy misy ny vaovao ofisialy momba izany hatramin’izao. Mampametra-panontaniana hoe misy zavatra hafenina na tsiambaratelo manokana ve momba ny nahafaty azy, ka fihinina sy hiniana tsy hampahafantarina ny valin’ny fizahana ny razana? Miandry izay ho tohin’ny raharaha ny rehetra, fa raha ny vaovao nivoaka moa dia re fa na ireo zanak’i Mamy Rakotoarivelo aza, dia nihevitra fa famonoana efa voahomana sy maty paika no nahazo ny rainy. Mivoaka ihany koa ny resaka amin’izao fa nisy olona nivezivezy sy tsy dia zo antoka tonga amin’ny tranon’i Mamy Rakotoarivelo nialohan’ny nahafatesany. Mbola maro ny zavatra mifamaohafo momba ity raharaha ity, ka andrasana izay ho tohin’ny fanadihadiana.

Toky R

 

Midi Madagasikara31 partages

Sport scolaire : De simples rencontres sportives à un championnat

Le sport scolaire sera organisé en championnat cette année.

Un grand changement. C’est ce que compte faire le ministère de l’Education en collaboration avec le ministère de la Jeunesse et des Sports cette année. Notamment, en matière de sport scolaire. En effet, la rencontre sportive entre les différents établissements d’enseignements (tous les niveaux compris) sera organisée cette année en championnat. Le but étant de « former des relèves capables de relever haut le sport national » selon le coordonnateur général du projet Njaka Tsirofo Rasoloarison. Ce dernier d’ajouter que le championnat débutera le 18 août prochain et sera organisé dans la capitale du Boeny. La date de clôture du championnat quant à elle est fixée pour le 27 du même mois. Un autre changement effectué cette année est que le championnat n’est plus réservé aux établissements publics. Il est également ouvert aux établissements privés. A cet effet, 88 écoles et 1500 élèves sont prévus prendre part audit championnat. Les épreuves quant à  eux vont du foot-ball, du basket-ball à l’athlétisme.

José Belalahy

Midi Madagasikara29 partages

Lutte contre le paludisme : Lancement officiel de la CAID hier !

Neuf régions ont été sélectionnées pour la campagne d’Aspersion Intra Domiciliaire d’Insecticide (CAID) de cette année.

3 054 742 populations issues de 663 671 foyers vont bénéficier de la campagne d’Aspersion Intra Domiciliaire d’Insecticide (CAID) de cette année.

Encore très présent dans plusieurs régions de la Grande-Île, le Paludisme constitue un frein au développement humain et économique. En effet, si cette maladie n’est plus connue dans certains pays comme étant cause de la mortalité aussi bien infantile que de la femme enceinte, elle persiste dans au moins 9 régions du Pays. Le lancement officiel de la campagne d’Aspersion Intra Domiciliaire d’Insecticide (CAID) hier renforce cette lutte de longue haleine. Il convient de rappeler que le taux de prévalence de cette maladie connaîtrait actuellement « une régression progressive ». Car si l’on se réfère aux dernières statistiques données par le ministère de la Santé publique, le taux de décès de cette année (entre les mois d’avril et mai) a connu une baisse. Soit une régression de 44% comparée au taux de décès enregistré l’année dernière. Une avancée obtenue grâce aux campagnes CAID mais également grâce à la réalisation de la stratégie de lutte contre le paludisme du ministère de la Santé publique.

Pilotes. Neuf régions (Vatovavy Fitovinany, Atsimo Atsinanana, Analanjirofo, Atsinanana, Itasy, Analamanga, Amoron’i Mania, vakinankaratra et Matsiatra Ambony) du Pays ont, de ce fait, été choisies pour la campagne de cette année. Par ailleurs, il convient de rappeler que la campagne ne concerne pas tous les districts desdites régions. « Le paludisme pouvant être constaté dans certains d’entre eux mais non dans d’autres » selon l’explication d’un responsable auprès du ministère de la Santé publique. Ainsi, 3 054 742 populations issues de 663 671 foyers vont bénéficier de la campagne d’Aspersion Intra Domiciliaire d’Insecticide (CAID) de cette année. Une initiative lancée par le ministère de la Santé publique en partenariat avec ses partenaires techniques et financiers comme PMI/USAID à travers le projet Abt. La lutte pour l’éradication du paludisme est en bonne voie actuellement. Il est toutefois constaté que les campagnes de luttes organisées par les différents acteurs à elles seules ne suffisent pas à atteindre l’objectif de « zéro paludisme ». L’adoption par la population des comportements adéquats tenant compte de l’importance de la lutte contre le paludisme y est également pour quelque chose.

José Belalahy

News Mada28 partages

Baobabs entre terre et mer: le documentaire sélectionné au festival « Greenfest »

«Je suis devenu un spécialiste reconnu au niveau international», a annoncé Cyrille Cornu, le réalisateur du film documentaire «Baobabs entre Terre et Mer».

En effet, depuis sa sortie officielle en 2015, ce film a été projeté dans 70 pays différents, sélectionné 135 fois dans divers festivals internationaux et a empoché 34 récompenses. Et, aux dernières nouvelles, ce documentaire est sélectionné pour être diffusé à la 10e édition du festival américain Greenfest à Boston ce mois d’août.

Au total, huit films documentaires, dont «Baobabs entre Terre et Mer» et le  «Before the flood» de  Leonardo DiCaprio, seront au programme. D’après le communiqué, le documentaire sur les baobabs ouvrira le festival le 11 août prochain au City Hall Plaza à Boston. Son objectif est de sensibiliser le public sur la protection de l’environnement pour un monde durable. «Baobabs entre Terre et Mer» met ainsi l’accent sur la menace qui guette ces grands arbres : la déforestation.

A chaque participation aux festivals internationaux, Cyrille Cornu assurera la promotion de l’écotourisme de notre pays. Sur sa lancée, il a décidé de se focaliser seulement à la réalisation et production de films documentaires depuis le début de l’année. Amoureux de Madagascar, Cyrille Cornu  vit au pays depuis sept ans.  Il est actuellement en pleine préparation d’un autre film qui se déroulera en mer, entre la ville de Mahajanga et Antsiranana.

 «Il s’agit de la suite du film Baobabs entre Terre et Mer. Les images sont déjà dans la boîte», a-t-il confirmé. Ainsi, il sera rempli de somptueux paysages, d’autres découvertes de baobabs, des rencontres… Le réalisateur projette de créer sept séries de films sur les baobabs à Mada-gascar.

Holy Danielle

L'express de Madagascar26 partages

Formation – Les entreprises  misent sur les compétences  

La valorisation des acquis de l’expérience (VAE) dépendra de chaque société.  »La validation des acquis de l’expérience dépend de chaque société et de ses besoins. La plupart des entreprises préfèrent les compétences de leurs employés que leurs diplômes. Il existe des personnes qui possèdent des diplômes d’études approfondies mais qui ne maîtrisent pas le travail. D’autres sociétés embauchent des jeunes diplômés car ils veulent offrir la chance aux jeunes », d’après un responsable de ressources humaines auprès d’une société.D’après Georges Solay Rakotonirainy, secrétaire général au sein du ministère de l’Emploi, de l’enseignement technique et de la formation professionnelle, « si une personne excelle en pâtisserie après avoir suivi une formation professionnelle, elle recevra le certificat y afférent.» Le VAE constitue la politique générale du ministère de l’Emploi, de l’enseignement technique et de la formation professionnelle. Le processus de la mise en œuvre de cette validation nécessite différentes interventions, vis à vis des entreprises, des instituts supérieurs et des centres de formation profession- nelle et le ministère concerné.

Mamisoa Antonia

Tia Tanindranaza25 partages

Fanjakana mihosin-dra!

Taorian’ny faty olona tamin’ny fanjanahatany, dia tamin’ity fitondrana Rajaonarimampianina ity no nisian’ny aina Malagasy maty sy ripaka be indrindra.

 Vao nandray fahefana I Hery Rajaonarimampianina ny 25 janoary 2014, dia efa ra mandriaka sy faty olona no nanombohana izany. Nisesisesy nanomboka teo ny faty olona etsy sy eroa, fitsarambahoaka saika nanerana ny nosy, haintrano mahatsiravina, lozam-pifamoivoizana hamoizana ain’olona am-polony maro,… Manginy fotsiny ireo matin’ny fahantrana ara-bakiteny. Toa vitavita ho azy ireny zava-doza tsy roa aman-tany ireny, raha tsy hilaza afatsy ny raharaha 26 jona 2016, Antsakabary, ny loza tany Anjozorobe,… Tsy hay ihany koa izay hiafaran’io raharaha tany Ankazobe io. Seho ivelany sy toa fiheboheboana na famendrofendroana aza indraindray no ataon’ny fanjakana manoloana ireny toe-javatra ireny satria mbola maahavita miliba ao anatin’ny efa fahoriana sy fahantran’ny Malagasy. Fialana bala sy fanilihana andraikitra any amin’ireo mpitondra teo aloha no tena angadin’ny mpitondra, ka matetika I Hery Rajaonarimampianina no nilaza fa firenena avy nandalo krizy no noraisiny. Tsy te ho tompon’andraikitra amin’ny famotehana nataony ny fanjakana HVM, ary mbola mirehareha ho mahavita sy mahafehy ny firenena sy ny vahoaka Malagasy. Ekena fa misy ny fitokatokanan-javatra tsindraindray, saingy natao ho fihantsiana ny hafa sy hitsoahana ny menomenon’ny vahoaka efa leo fanjakana mpanao kolikoly sy tompondakan’ny jadona kanefa mbola mitady hibodo fahefana izany.

Toky R

 

L'express de Madagascar23 partages

Sécurité maritime – La Chine offre deux patrouilleurs

La flotte de la marine nationale sera bientôt renforcée. Deux nou­veaux bâtiments vont aider à lutter contre les trafics et sécuriser les navires commerciaux.

Neufs. Ce caractère est quelque peu rare lorsque l’on parle de don de pareil bâtiment militaire, pour être signalé. Durant le conseil des ministres d’hier, il a été communiqué que la Chine a fait un don de deux patrouilleurs à la marine nationale.« Ce sont deux nouveaux patrouilleurs d’une longueur de 26 mètres. Ils sont relativement similaires au Trozona, mais avec des équipements de navigation dernier cri », a indiqué le général Béni Xavier Rasolofonirina, ministre de la Défense nationale, joint au téléphone hier. Les deux bâtiments, selon ses explications, sont encore sous scellés. Les techniciens chinois devant former les marins malgaches à manœuvrer leurs nouveaux patrouil­leurs viendraient à peine de débarquer dans la Grande île. Pour l’heure, par ailleurs, le ou les ports d’attache des deux nouveaux venus dans la maigre flotte de la marine nationale n’est pas défini.Les premières réflexions déjà faites tendent à ce que l’un soit basé soit à Antsira­nana, soit à Vohémar, pour densifier la lutte contre le commerce illicite des bois de rose notamment, et le second pourrait être amarré soit à Toliara, soit à Tolagnaro.

Grands enjeux« L’on a fait le constat qu’en matière de sécurisation maritime, il n’y a pas encore de présence dans la partie Sud. Pourtant, avec le port d’Ehoala, cette zone connaît un flux de circulation maritime assez conséquent », a déclaré le général Rasolofonirina.Les bases des deux bâtiments devraient, quoi qu’il en soit, être déterminées avant leur entrée en action. L’arrivée de ces deux patrouilleurs constitue du reste, une bouffée d’air pour la marine nationale, sous perfusion depuis plusieurs années. Ils viendront en renfort au vieillissant Trozona, l’unique patrouilleur qui devait assurer les 5.000 kilomètres de côte de Mada­gascar, aidé jusqu’ici, par une poignée de vedettes rapides.La sécurisation des côtes et du territoire maritime de la Grande île est l’un des sujets incontournables dans les conférences et débats concernant la Défense nationale. Un expert en sécurisation maritime contacté explique qu’avec les données auxquelles Madagascar a à sa disposition, grâce au Centre régional de fusion d’information maritime (CRFIM), l’entrée en scène de ces deux nouveaux patrouilleurs « devrait sauver les meubles ».Il ajoute, cependant, que « pour être réellement efficient, étant donné l’étendue de nos côtes, de notre territoire maritime, ainsi que les enjeux économiques, stratégiques et sécuritaires des mers malgaches, nos garde-côtes auraient besoin de deux ou trois autres bâtiments de ce type ».Certains avancent qu’avoir des destroyers ne serait pas superflu pour la flotte malgache, car cela aurait un effet dissuasif chez les trafiquants de toutes sortes. Outre le commerce illicite de bois de rose, les pêches illégales sont aussi légions dans la zone économique exclusive de Madagascar.

Garry Fabrice Ranaivoson

L'express de Madagascar21 partages

Relation Turquie-Madagascar – Les deux pays s’unissent dans l’agriculture

La coopération entre la Turquie et Madagascar s’intensifie. Le secteur de l’agri­culture malgache se trouve dans la ligne de mire du gouvernement turc.

L’agriculture en pole position. Hier, une délégation constituée par des représentants du ministère  de l’Alimen­tation, de l’agriculture et de l’élevage de la République de Turquie  a effectué plusieurs visites, notamment auprès du ministère de l’Agriculture et de l’élevage, de la pêche ainsi qu’auprès du ministère des Affaires étrangères (MAE). « Nous sommes venus pour prospecter sur les possibles coopérations, surtout dans le domaine de l’agriculture et de la pêche. J’espère raffermir la coopération dans ces secteurs entre les deux pays, des secteurs d’activités auxquels les Turcs sont performants. Ainsi, notre délégation a effectué des séries de visites auprès du ministère de l’Agriculture, de la pêche et le ministère des Affaires étrangères », a confié  Ramazan Koçak, du ministère de l’Alimentation, de l’agriculture et de l’élevage turc, en marge de leur visite d’hier.Les discussions ont été axées sur la coopération future dans le domaine de l’agriculture entre les deux pays. « Le développement de Madagascar est tributaire de l’agriculture et de l’élevage, des domaines auxquels les Turcs excèllent. la Grande île possède des milliers d’hectares de terres arables », a indiqué  Bary Emmanuël Rafatrolaza, secrétaire d’État en charge de la coopération et développement auprès du MAE, au cours de la visite de la délégation turque hier.

Autres interventionsD’autre part, cette coopération portera également sur  la mécanisation agricole, ainsi que sur l’appui dans le domaine des espèces ruminantes du côté élevage, d’après nos sources.Outre la filière agricole, le secteur pêche, l’aquaculture et la pisciculture figurent également dans le viseur du gouvernement turc. « Mada­gascar présente les potentialités nécessaires dont des kilomètres de tannes propices pour l’aquaculture de crevettes », a précisé Bary Emmanuël Rafatrolaza. À Madagascar, on estime à environ 15 000ha de surfaces brutes aménageables pour la culture crevettière sur la côte Ouest de la Grande île, selon les derniers chiffres.D’après les informations recueillies, la formation d’agents de surveillance de pêche figure aussi  dans les prévisions. « Après cette première visite, la signature de deux grands accords de coopération est prévue », a informé Ramazan Koçak. Notons que cette visite fait suite  à la rencontre entre le président turc et le chef d’État malgache en janvier.

Par Soa-Mihanta Andriamanantena

Madagascar Tribune20 partages

L’instrumentalisation politique n’est jamais loin

Dans ce genre de catastrophe survenu tout récemment sur la RN4 à Ankazobe, il apparait tout à fait normal d’accourir au chevet des victimes, et encore plus pour des malgaches suivant l’adage « voin-kava mahatratra ». Aussi était-il normal de voir certains politiciens agir et réagir à la suite de l’accident. Toutefois, l’instrumentalisation de cet accident tragique pour en faire une raison d’apparition et de propagande médiatique était inévitable. Tout d’abord du côté des tenants du pouvoir, on ne cesse de marteler que des mesures exemplaires seront prises à l’encontre de ceux responsables de cet accident. Notamment que des enquêtes seraient diligentées à l’endroit des responsables qui auraient négligé des défaillances mécaniques sur le véhicule, provoquant l’accident. Sans aucun doute pour démontrer que les dirigeants prennent leurs responsabilités. Le fait est que le même discours apparait à chaque fois qu’un accident de ce genre se produit. Ce fut le cas par exemple lors de l’accident d’un bus transportant des enfants pour une sortie scolaire du côté de Mahitsy. Bien sûr, la mise à pied de toute la coopérative qui avait transporté les écoliers ainsi que les visites techniques imposées aux véhicules des coopératives concernées ont été réalisé. Mais sans aucune suite. Aujourd’hui, le cas s’est reproduit avec une ampleur plus grande encore. Par ailleurs un membre d’un groupe politique s’est lui aussi tout de suite érigé en protecteur du propriétaire du véhicule accidenté à Ankazobe, déclarant qu’il est lui aussi un natif de Soavinandriana Itasy et un proche ami dudit propriétaire mais parlant pourtant au nom du groupe politique auquel il appartient et soutenu par ses pairs devant les caméras de télévision. Le fait est que de nombreux politiciens ne reculent devant rien pour se mettre en avant, quid à se servir de tragiques évènements de ce genre.

La Vérité20 partages

Accident d’Ankazobe - Les habitants de Soavinandriana accablent le chauffeur

L’irresponsabilité mise à nu. Les familles et victimes de l’accident meurtrier d’Ankazobe ont uni leur voix pour accabler, d’une manière ou d’une autre, le chauffeur de l’autocar à étage qui a fini par exploser après des tonneaux dans un ravin. « Ils étaient 2 chauffeurs et un aide-chauffeur à s’assurer de la conduite du « Boeing ». Ils ne se sont pas gênés de ramasser leurs familles et proches en route, ce qui a aggravé la surcharge du véhicule », se souvient Sarobidy, parmi les rescapés habitant à Soavinandriana.

« Les membres du STK (jeunes chrétiens) et du SAMPATI (scouts) étaient déjà nombreux (plus de 95 personnes), avec leurs bagages et les provisions pour 10 jours. Pourtant, le chauffeur s’est arrêté régulièrement non seulement pour les pannes techniques mais aussi pour prendre d’autres personnes, et cela n’était pas convenu dans le contrat », confirme le Pasteur Laza, de la Fjkm locale. Pour reconstituer l’histoire, les membres des 2 branches de l’Eglise se sont mis d’accord de voyager ensemble pour rejoindre Mahajanga, afin d’assister à l’assemblée générale du STK d’une part et le camp national du SAMPATI de l’autre. « Au départ, louer des véhicules ayant une autorisation spéciale, avec un frais de transport s’élevant à 90 000 Ariary par personne, a été au centre des discussions. Mais le propriétaire de l’autocar, qui n’est autre qu’un chrétien auprès de notre église, a proposé un tarif à moitié (50 000 Ariary). Nous l’avons choisi sans hésitation, avec les organisations qui vont avec », relate un membre du Comité du SAMPATI de Soavinandriana. Mais les passagers ne s’attendaient pas à  l’embarquement de dizaines de personnes en sus.Aux dernières nouvelles, ce chauffeur et propriétaire du véhicule accidenté a été auditionné par les enquêteurs de la Gendarmerie depuis jeudi dernier. Le lieu où se déroule l’enquête reste toutefois non communiqué. Ce conducteur fait partie des rescapés du tragique accident, mais avec des blessures au niveau de sa tête. Pour leur part, les rumeurs circulent à Soavinandriana sur un éventuel règlement de compte si le chauffeur ne reçoit pas une lourde peine suite à ce drame. D’après toujours les habitants, ce propriétaire de l’autocar effectue souvent des actions sociales auprès de l’église Fjkm où il est diacre, mais aussi au sein de la communauté. Son  erreur fondamentale réside dans le ramassage d’ « intrus » en route, sans l’aval des passagers.Recueillis par Patricia Ramavonirina

Midi Madagasikara20 partages

Les chiffres de la semaine : 21 décès et 118 blessés

Tel est le triste bilan de l’accident d’autocar survenu à Ankazobe dans la nuit de lundi. Un accident qui a affecté le pays par sa gravité et le lourd bilan qui s’en est suivi. Actuellement déjà arrivées à Soavinandriana, les dépouilles de plusieurs victimes ont été accueillies par leur ville d’origine dans une atmosphère chargée d’émotion. D’autres victimes, blessées, sont toujours soignées à l’hôpital Joseph Ravoahangy Andrianavalona ou dans d’autres centres hospitaliers où elles ont été transférées en fonction de la nature de leurs blessures.

297.940. En hectares, c’est la superficie des mangroves de Madagascar. Un écosystème particulier à valeurs écologique et économique plus qu’importantes pour le pays. Et ce, tant pour les richesses naturelles qu’elles renferment que pour les bénéfices économiques que le pays pourrait en tirer, à condition de savoir les gérer de manière rationnelle. Plusieurs organisations  œuvrant dans le domaine de la protection de la nature et de l’environnement  sont fortement actives dans les zones où se situent les mangroves, en essayant d’impliquer les communautés locales dans le processus de préservation de cet écosystème.

Hanitra R.

Midi Madagasikara19 partages

Banque pour le développement

Le redécollage économique  tant attendu par la  population malgache tarde à se concrétiser.  La stabilité politique enregistrée depuis le retour à l’ordre constitutionnel en 2014 laisse cependant entrevoir une lueur d’espoir quant à la relance économique que ce peuple malgache issu pour la majorité du monde rural attend depuis des années.

Banque pour le développement

Selon le lieu de résidence, 78% de la population malgache réside en milieu rural et 22% en milieu urbain. En somme, ce sont les acteurs économiques ruraux qui doivent  avant tout faire  l’économie de Madagascar. Une réalité qui  n’a jamais été un secret, mais visiblement les régimes qui se sont succédé n’ont jamais été capables de mettre en place une véritable politique de développement rural. Heureusement que la donne va peut être enfin changer puisque les initiatives gouvernementales pour le développement rural commence à se concrétiser. C’est le cas notamment de la politique de promotion de  l’industrie rurale, menée actuellement par le ministère de l’Industrialisation et du Développement du Secteur Privé. Une politique qui passe par une attention particulière donnée aux coopératives agricoles lesquelles  constituent des entrepreneurs ruraux  capables de se développer par le biais de la mutualisation des ressources, des compétences et des infrastructures. C’est à travers les coopératives, par exemple que les paysans peuvent monter des petites transformations pour donner de la valeur ajoutée à leurs produits.  En tout cas, l’évolution actuelle du nombre de coopératives est encourageante. En 2014, les 1734 coopératives recensées rassemblaient 31 784 membres. Actuellement, on compte 1945 coopératives avec 37 692 membres, soit une progression de 21% en 3 ans.  Une entité économique dont le rôle n’est pas négligeable pour la relance économique. A condition que des mesures d’accompagnement soient mises en place. Sur ce point justement, la mise en place d’une vraie banque de développement spécialisée dans l’économie rurale s’impose. La FIER Mada qui se déroule actuellement et la Foire Internationale de l’Agriculture qui aura lieu le mois prochain sont des plateformes où les acteurs économiques ruraux auront l’occasion de défendre cette idée de mise en place d’une banque pour le développement.

R.Edmond.

Midi Madagasikara16 partages

Maharante, FIZAFATO : « Mes concurrents ont peur des urnes »

Maharante Jean De Dieu est candidat à l’élection de dimanche prochain.

Au moins trois conférences de presse ont été organisées hier dans la Capitale. Les conférenciers, qui sont issus des plateformes des jeunes et des « Olo be » originaires de la province de Toliara, ont lancé des appels pour la tenue dimanche prochain des élections pour le renouvellement des membres du bureau de la FIZAFATO (Fikamban’ny Zanaky ny Faritany Toliara eto Antananarivo). « Nous avons revendiqué la tenue de ces élections depuis longtemps. Et si actuellement, le comité électoral est prêt à y procéder, nous ne pouvons qu’être contents. », a déclaré Kotonirina Gildas Ernest. Quant à lui, Maharante Jean De Dieu, l’actuel président de la FIZAFATO, a répondu hier à ses détracteurs. Interview.

. Midi : On vous accuse de violer le statut de la FIZAFATO, que répondez-vous à cette accusation ?

. Maharante Jean de Dieu (MJD) : « Mes concurrents ont peur des urnes. Le statut dont ils parlent n’est jusqu’à présent qu’un projet. Il n’a jamais été validé. C’est mon vice-président Adrien Ladislas qui a créé le procédé de la présidence tournante pour contourner l’épreuve des urnes. Alors que c’est lui-même qui a fustigé lors des dernières élections le système de main levée. »

. Midi : On vous taxe également d’avoir retardé les élections pour le renouvellement des membres du bureau de l’association. Qu’en dites-vous ?

. MJD : « J’étais plébiscité par plus de ¾ des électeurs présents au Palais des Sports en 2012. Le comité électoral de l’époque a estimé que le vote à main levée était suffisant. Après ma  victoire et suite à une négociation orchestrée par les « Raiamandreny », j’ai accepté de recevoir mon concurrent Adrien Ladislas comme vice-président de la FIZAFATO. Ceci pour l’unité de notre association. Nous avons décidé ce moment-là qu’il n’y ait plus de vote à main levée. Et que désormais, les élections à la FIZAFATO se feront toujours par vote secret. Mon bureau a fait beaucoup d’efforts pour le recensement des électeurs afin d’aboutir à des élections fiables. Cela n’a pas été facile puisque cela n’entre pas dans les habitudes de nos adhérents.  Ceci a entrainé un retard énorme dans l’organisation des élections. Actuellement, on a dénombré plus de 6 000 électeurs. Ce qui semble acceptable bien que le nombre des natifs de la province de Toliara résidant à Antananarivo puisse atteindre réellement un nombre très important. Nous voulons que ce soit une élection par les urnes dans le but d’une éducation citoyenne. »

. Midi : Certains membres de la FIZAFATO critiquent et demandent la dissolution du comité électoral actuellement en fonction. Votre avis ?

. MJD : « Un communiqué a été fait pour ériger un comité électoral indépendant en appelant chaque zone à donner cinq noms pour le composer. La province de Toliara étant divisée en six zones, le comité est donc composé de 30 membres. L’actuel comité électoral est dirigé par un professionnel, un ancien membre de la CENI-T, en la personne de Felice Adolphe. Je trouve aujourd’hui illogique qu’on veuille reporter la date des élections alors qu’on a accusé mon bureau de trop les retarder. »

. Midi : Vos adversaires vous accusent de faire de la provocation à l’endroit des Antandroy, avez-vous quelque chose dire là-dessus ?

. MJD : « Il est faux de dire que je fais de la provocation à l’endroit des Antandroy. Je tiens à préciser que je suis soutenu par la majorité des Antandroy, par des notables et surtout des élus Antandroy. »

. Midi : Votre mot de la fin ?

. MJD : « J’appelle tous les natifs de la province de Toliara à garder le calme et à venir nombreux le 06 août prochain au Complexe Scolaire Ampefiloha pour accomplir leur devoir électoral. »

Propos recueillis par R. Eugène

Midi Madagasikara14 partages

Omnisports : Le « Comité interministériel » à la place de l’ASOIMI

Après le différend au sein de l’ASOIMI, l’Etat a pris ses dispositions à travers la mise ne place du comité interministériel. C’est la déclaration des membres dudit comité, hier, au Palais des Sports de Mahamasina. C’est ce nouveau comité qui va organiser les compétitions régionales et nationales prévues se tenir au mois de septembre à Toliara. Une fois l’élection achevée, le comité interministériel regroupant les ministères des Finances et du Budget, de la Fonction publique,  de la Santé, de l’Intérieur et de la décentralisation puis de la Jeunesse et Sports sera dissous. Selon Julien Juste Falimanana, la constitution du comité fait suite à l’adoption du décret N. 2017-515 sur l’amélioration de la pratique sportive des agents de l’Etat.  Ce jour le comité fait appel aux sections à l’Académie Nationale des Sports à Ampefiloha à 10 heures. Et ces responsables de rappeler que la compétition régionale continue à partir de ce jour pour le respect du calendrier établi. Plus de 6000 sportifs fonctionnaires issus des ministères et institutions participent aux tournois.

T.H

Midi Madagasikara14 partages

FMI : Le Burkina Faso qualifié de bon élève

Alors que certains pays africains comme Madagascar peinent à débloquer les financements du FMI , le Burkina Faso vient d’être qualifié de cette institution de Bretton Woods. Selon un article de l’agence Ecofinance, le Burkina Faso est un des pays africains à forte croissance. «  De 2015 à 2016, la croissance du Produit intérieur brut (PIB )au Burkina Faso est passée de 4% à 5,9%, portée par l’augmentation significative de l’investissement public, le secteur agricole et minier, en dépit des problèmes sécuritaires et des tensions sociales, a indiqué le Fonds monétaire international (FMI), au terme de son septième et dernier examen du programme triennal (2014-2016) Burkinabè soutenu par la Facilité élargie de crédit (FEC) »

« Parmi les facteurs ayant participé à cette dynamique, se trouve la déflation qui s’est établie à 0,2% en 2016, comparativement à 0,9% d’inflation en 2015, en raison de l’abondance des récoltes, de l’accessibilité du marché intérieur, de la réduction des prix à la pompe qui a favorisé la baisse des coûts du transport. Pour l’institution de Bretton Woods, le Burkina Faso est un bon élève dans la zone, en témoignent ses perspectives économiques positives. En 2016, les recettes fiscales collectées ont atteint 15% de la création de la richesse des agents résidents, en hausse quoique marginale de 0,8%. Toutefois, la hausse des dépenses courantes notamment la masse salariale, a entrainé l’élargissement du déficit budgétaire qui est passé de 2% un an plus tôt, à 3,1%, un point de pourcentage au-dessus des critères de convergence de l’UEMOA ». 

Recueillis par R.Edmond.

Midi Madagasikara13 partages

Agriculture naturelle : Les paysans adoptants satisfaits du rendement obtenu

Les paysans adoptants de l’agriculture naturelle avec leurs promoteurs lors du 2e Congrès.

Un 2e congrès des paysans appuyés par l’association Agrinature en partenariat avec Shumei International a eu lieu à l’Ekar Manjakaray.

Le nombre de paysans adoptant la technique de l’agriculture naturelle ne cesse d’augmenter même s’ils sont encore localisés dans la région Analamanga. En outre, leur production a également connu un rythme ascendant. Tous les paysans qui ont assisté au 2e Congrès organisé dernièrement par l’association Agrinature à l’Ekar Manjakaray, en témoignent. « Ils sont non seulement satisfaits au niveau du goût de leur production mais aussi du rendement obtenu. En effet, ils ont maintenant atteint le même rendement de productivité de l’agriculture conventionnelle », a déclaré M. Saratani, le président de l’association Shumei-France lors de sa rencontre avec la presse.

Technique « Shumei ». Rappelons que l’association Agrinature travaille en partenariat avec l’ONG Shumei Internationale basée au Japon pour développer l’agriculture naturelle à Madagascar, et ce, depuis quelques années. Il s’agit notamment d’une technique dite « Shumei »  qui n’emploie ni pesticide, ni herbicide, ni engrais chimique, ni fumier tout au long du cycle de production agricole. En revanche, l’utilisation des composts faits à partir d’ herbes séchées et des végétaux frais tels que le « Tanamasoandro » ou le « Radriaka », très répandus en culture sauvage à Madagascar, est privilégiée dans le but de maintenir le sol humide et friable. « Auparavant, c’était assez difficile de vulgariser cette technique de l’agriculture naturelle au niveau des paysans en raison de leur mentalité. En effet, ceux-ci pensent toujours qu’il faut mettre quelque chose dans la terre comme les fumiers pour avoir un bon rendement alors que leur technique de production traditionnelle était basée sur le respect de la nature », a poursuivi cet expert japonais.

Recherche de débouché. Au niveau de l’association Agrinature, « nous ciblons maintenant les petits exploitants agricoles vulnérables qui n’ont pas les moyens de se procurer des intrants agricoles afin que ceux-ci puissent nourrir leurs familles. Des écoles sont également intéressées à pratiquer cette agriculture naturelle pour lutter contre l’insécurité alimentaire », a fait savoir Mme Rakotomalala, la présidente. Par ailleurs, la création d’un point de vente de produits agricoles issus de cette technique « Shumei » est en vue dans la Capitale. « Ce qui permettra de soutenir les paysans adoptants à la recherche de débouché. Les consommateurs en bénéficient également car ils pourront se procurer des produits frais et sains », a-t-elle enchaîné. Force est également de remarquer que la technique de l’agriculture naturelle est adaptée à toute spéculation. On peut citer, entre autres, le riz, les cultures maraîchères comme les brèdes et les  légumes ainsi que les fruits telles que les oranges et les bananes. Notons que les techniciens japonais représentant Shumei International effectuent une visite dans les sites de production des paysans adoptants trois fois dans l’année afin de constater de visu l’évolution de leurs activités agricoles.

Navalona R.

Midi Madagasikara13 partages

Haut conseil de la Défense nationale : Nomination du Secrétaire permanent

Il a été décidé, lors du conseil des ministres d’hier, la nomination du Secrétaire permanent à la Défense et à la Sécurité Nationale auprès du Haut Conseil de la Défense Nationale. Pour le ministère de la Sécurité Publique, décret abrogeant le décret n°2014-398 du 21 mai 2014 portant nomination du coordonnateur général chargé des Ressources, de la Planification et de la Formation auprès du ministère de la Sécurité Publique. Outre ces nominations aux hauts emplois de l’Etat, il y avait eu toute une série de communications verbales. Il s’agit, entre autres, du don de deux patrouilleurs par le gouvernement de la République Populaire de Chine, du rapport de l’évaluation des accords de promotion et de protection des investissements signés par Madagascar et la CNUCED et la ratification de sept conventions et protocoles de l’organisation maritime internationale sur la sécurité du transport maritime et la protection de l’environnement marin.

Recueillis par Dominique R.

News Mada12 partages

Micro-irrigation: une révolution pour faire face à la sécheresse

La technique de la micro-irrigation goutte-à-goutte est un système révolutionnaire dans l’agriculture face à la sécheresse. De par son nom, elle permet donc d’arroser une superficie 5 à 6 fois plus grande, pour une même quantité d’eau dans le système d’irrigation classique.

Cette technique a trouvé son origine en Inde. « Outre certaines régions des Hautes terres, cette technique commence à remporter un succès dans le Sud, en particulier à Bekily et Morondava », selon un technicien de « Patrakala », Harrison R, une entreprise qui se spécialise dans la vulgarisation de la micro-irrigation goutte-à-goutte à Madagascar.

Un système très simple car il se compose d’un réservoir connecté à un réseau de tuyaux souples PVC pour irriguer une surface de 50 m2 à un hectare. Des goutteurs sont branchés au niveau de ces tuyaux, pour guider les gouttes d’eau directement au pied des plantes.

Une technique rentable

A part le fait d’économiser de l’eau ainsi que l’abandon du système d’arrosage épuisant, la micro-irrigation goutte-à-goutte réduit largement les risques d’attaques des parasites ou des maladies des plantes.

« Sans parler de la hausse de la production pouvant atteindre 70 à 200% », a témoigné Harrison R, lors de la présentation de cette nouvelle technique, hier, à la Foire internationale de l’économie rurale de Madagascar (FierMada) Mahamasina. A titre d’exemple, le rendement obtenu par mètre carré dans la plantation d’oignons est de 6 000 ariary contre 16 000 ariary avec la micro-irrigation goutte-à-goutte

Hors prix

Un des freins majeurs à la diffusion d’une telle innovation auprès des petits agriculteurs est l’accès au kit de la micro-irrigation goutte-à-goutte malgré que son amortissement soit assuré, au plus, après deux campagnes agricoles.

« Pour une surface de 50m2, il faut investir dans les 120 000 ariary pour le kit, en sus du prix de la pompe qui est dans 300 000 ariary », selon les estimations du technicien de « Patrakala ». Un investissement assez considérable pour une famille d’agriculteurs nécessiteuse. De plus, les revendeurs de ces kits n’osent pas leur accorder crédit de par leur situation précaire.

Sera R

Agence de Presse de l'Ocean Indien12 partages

Circuit nature et solidaire

Elidolys, Tour Opérateur particulièrement prisé pour ses circuits-croisières sur les Pangalanes, vient de mettre sur pied un circuit nature et solidaire d’une demi-journée qui devrait rapidement devenir un incontournable pour tous les touristes et visiteurs qui transitent par le grand port de l’Est.

Situé à 27 km en voiture de Tamatave, la sucrerie bio de Fanandrana (Coopérative PAACO pour le commerce équitable) offre, en effet, l’opportunité d’une belle balade et visite facile, riche en découvertes : visite de la sucrerie artisanale bio (processus de fabrication pour une production de sucre qui s’étale de Mai à Octobre), visite de l’Eco-musée de la sucrerie (historique de la Coopérative). Des stands de vente de produits Bio (sucre vanillée, sucre cannelle, sucre neutre…) permettent aux visiteurs de repartir avec quelques produits bien appréciés.

Le circuit est complété par une petite croisière fluviale en atypique pirogue traditionnelle et la découverte des plantations de canne à sucre ainsi que de vergers agrémentés d’une multitude d’arbres fruitiers tropicaux tels que les pommes cannelles, ramboutans, caramboles, noix de coco, goyaviers, jacquiers, pommes d’eau… tout en profitant du paysage de la Côte Est aux abords du fleuve Ivondro. Simple dégustation des fruits de saison ou possibilité de déjeuner sur place de produits locaux malgache (sur commande).

Midi Madagasikara8 partages

Gasynet : Campagne de sensibilisation sur l’hépatite B

Le personnel de Gasynet attentif à un exposé sur l’hépatite B.

Les entreprises sont soucieuses de la santé de leur personnel. C’est le cas notamment de Gasynet qui a réalisé sa première campagne sur l’hépatite B. En effet, avec une prévalence de 23% à Madagascar , l’hépatite B, une maladie grave et très contagieuse, de traitement difficile et onéreux, fait l’objet d’une campagne de sensibilisation massive qui consiste à optimiser l’accès de tous les Malgaches au vaccin contre le virus VHB en leur fournissant trois doses pour le prix d’une. Le personnel de GasyNet étant parmi ceux qui ont bénéficié de cette campagne de sensibilisation, l’injection de la première dose de vaccin s’est tenue dans ses locaux à Andraharo le 22 juin dernier avec LABORAMA et la deuxième le 2 août. La dernière dose est prévue au mois de Janvier 2018.

R.Edmond.

Midi Madagasikara7 partages

Jeux Corporatifs d’Antananarivo 2017 : Les grosses artilleries débarquent !

C’est désormais une certitude. L’édition 2017 des Jeux Corporatifs d’Antananarivo connaîtra un vif succès autant que les précédentes éditions. A cela une seule explication, les sites des Jeux 5 étoiles du complexe de Vontovorona de la CNaPS font rêver tout le monde.

Les Jeux Corporatifs d’Antananarivo revêtiront un aspect tout particulier avec l’utilisation du site de la CNaPS à Vontovorona avec ce que cela suppose de pelouse synthétique pour le football à 7, une piste synthétique à huit couloirs pour le relais 4 x 100m, une surface rapide pour le tennis mais également deux gymnases pour le volley-ball mixte et le basket-ball sans parler du boulodrome remis au goût du jour par cette sacrée équipe de la CNaPS du département Coordination des Projets.

De nouvelles têtes. Si on y ajoute le grand restaurant et même un centre d’hébergement à la demande ainsi qu’un grand parc pour enfants, alors on comprend l’engouement des participants avec bien évidemment l’arrivée de nouvelles têtes sans doute séduites par cette belle offre de CRO avec l’appui de la CNaPS qui constitue le principal partenaire.

Comme il fallait s’y attendre, on a vu l’arrivée de grosses artilleries car outre la CNaPS qui est inscrite d’office, il y aura également les Brasseries Star tout comme TELMA qui revient ainsi à ses bonnes habitudes, la BOA ainsi que la JIRAMA. De grosses pointures qui vont certainement relever le niveau car on sait qu’elles ne viendront pas pour faire de la figuration.

Les règlements. Aux dernières nouvelles, SICMA s’est déjà acquitté du droit d’inscription et elle sera suivie par d’autres dont North South Connexion, Les Ateliers du Capricorne, Kraomita, Loxea Avis, Value Data, Value IT, Total, Midi Madagasikara, l’Ordre des Avocats, la Direction Générale du Trésor, la Direction Générale des Impôts, ARO, Auximad, la Banque Centrale de Madagascar et Aviation Civile de Madagascar.

Une liste qui va se gonfler dans les prochains jours notamment durant les trois derniers jours c’est-à-dire les 21, 22 et 23 août au bureau de la Ligue et le 24 août à la CNaPS Ampefiloha où se tiendra la séance de travail.

Pour toucher mot aux règlements, chaque entité a le droit de présenter une seule équipe au basket-ball, au football, au volley-ball et au relais 4 x 100m contre cinq pour les autres disciplines telles la triplette masculine et la doublette féminine en pétanque, également cinq par catégorie pour le tennis et cinq équipe par société à la belote.

Tous les matches se déroulent en 2 x 10 mn en passant par des matches de poules.

Clément RABARY

Midi Madagasikara6 partages

Basket-ball – Sommets U14 et vétéran : 73 équipes attendues à Tsiroanomandidy

La ligue régionale de Tsiroanomandidy abrite du 5 au 13 août les championnats nationaux U14 et vétéran. La réunion technique se tiendra  ce jour à l’hôtel Manambolo à 17 heures. Qui succédera aux équipes du SBBC Boeny chez les vétérans hommes et dames, Cosfa en U14 garçons et Fandrefiala en U14 filles ?  73 équipes se partageront leurs joutes pendant 9 jours dont 8 en vétérans hommes, 22 en vétérans dames, 16 en U14 filles et 27 en U14 garçons.

T.H

L'express de Madagascar5 partages

Filière bambou – Un pas franchi vers la professionnalisation

La politique-cadre pour l’exploitation du bambou n’est pas encore disponible.  Des ateliers et réunions ont déjà eu lieu pour démarrer, opérationnaliser et rentabiliser les potentialités de cette ressource à Madagascar. « Il manque en effet un élément important à ce document-cadre, c’est l’inventaire officiel des espèces et des  localités précises des bambous existants dans le pays », explique Benohery Andriambololomanana, point focal de l’INBAR (Interna­tional  network for rattan and bambou) auprès du ministère de l’Environ­nement, de l’écologie et des forêts, et à la fois directeur de la valorisation des ressources forestières du même ministère.Deux universitaires de Tsinghua University, doctorant et post-doctorant, parlant très bien le français ont alors dispensé une formation sur l’utilisation du logiciel d’inventaire des bambous en début de semaine aux agents du ministère indiqué plus haut, du Prospérer, de Conservation International, de Missouri Botanical Garden et de l’Ecole supérieure en agronomie. « L’objectif de l’inventaire est de connaître les surfaces réelles par espèce, et de découvrir d’autres espèces, au cas où il y en aurait d’au­tres à part les trente-deux reconnues jusqu’ici. L’inventaire nous aidera à connaître les ressources réelles en bambou », précise le coordonateur national de l’INBAR à Mada­gascar, Njaka Rajaonarison.

AlgorithmeLa formation de deux jours est suivie d’une descente sur terrain de quinze jours avec les formateurs chinois. « L’inventaire national éclairera sur l’utilité et la rentabilité de chaque espèce en biomasse, en meubles ou autres.  Quels types de bambou promouvoir, valoriser ou conserver ? Les bambous ne poussent pas comme les arbres des forêts, mais plutôt en groupes éparpillés. Aussi, il est utile d’avoir des outils informatiques pour déterminer les lieux et les types d’espèces », a fait savoir Jean Yves Razafindrakoto, responsable technique de la filière bambou auprès de Prospérer.« Le logiciel Global landcovermapping portal fonctionne à base d’algorithmes de cartographie, de GPS et de Système informatique de gestion (SIG). Il est plus précis que le google map, vu l’utilisation directe d’appareils photo. Les coordonnées obtenues seront intégrées dans le logiciel pour identifier les types de bois avec l’image satellite, et pour obtenir une cartographie d’occupation et d’usage du sol », a expliqué Zhichao Li, l’un des formateurs.

Mirana Ihariliva

L'express de Madagascar5 partages

De bons maitres, des esclaves attachants

«On parle sans arrêt des Tantara ny Andriana eto Madagascar. À quand les Tantaran’ny Andevo?» Cette phrase est lancée par le Pr Condominas en 1977, lors du séminaire organisé au Département d’histoire de l’Université de Madagascar sur le thème des « Traditions orales et histoire ». L’une des actions accomplies par le résident général de France, Hippolyte Laroche à Madagascar, durant son court séjour, est de promulguer l’arrêté du 26 septembre 1896 sur l’abolition de l’esclavage dans toute la Grande ile (lire précédente note).Dans une étude menée par Bakoly Domenichini-Ramiaramanana et Jean-Pierre Domenichini sur les « Aspects de l’esclavage sous la monarchie merina d’après les textes législatifs et réglementaires » (revue d’études historiques « Omaly sy anio » de l’Université de Madagascar, janvier-juin 1982), les deux historiens font observer que le résident général n’est arrivé à cette décision qu’en étant « foncièrement persuadé de ne devoir provoquer aucun désordre ».En effet, ce dernier constitue une commission locale pour étudier la situation générale et particulière de la société et de chaqueindividu. Celle-ci fait alors plusieurs constatations.La première est qu’en Imerina, sous la monarchie, les esclaves constituent au maximum un peu plus du tiers de la population. Le « Bulletin de Madagascar » de novembre 1966, indique les résultats du recensement réalisé en 1896 pour les quatre principaux districts de l’Imerina, moins dix-neuf villages dont les résultats ne sont pas encore parvenus à la Résidence générale à la date du 12 mars 1896 : 216 697 esclaves (36,19% de la population) pour 337 637 sujets libres (56,39%) et 44 354 nobles (7,40%).Mais les esclaves ne sont pas du nombre des sujets de la reine qui, de ce fait, « ne devait pas être trop opposée à leur émancipation. Bien au contraire peut-être et ce, malgré la perte des taxes d’enregistrement des ventes ». C’est pourquoi la circulaire du 15 octobre 1896 de Rasanjy qui fait fonction de Premier ministre, porte sur la nécessité de faire enregistrer les esclaves libérés, en tant qu’individu et en tant que sujet marié, avec enfants légitimes, « comme l’étaient  déjà les personnes libres ».Deuxième constatation de la commission d’étude: « Au moins, à Tananarive, les propriétaires d’esclaves, ils sont nombreux, considérèrent comme déjà réalisée une mesure qu’à la vérité ils attendaient ». Ils en prennent « allègrement » leur parti, quand leur parvient la nouvelle du « vœu de la Chambre des députés relatif à l’émancipation immédiate des esclaves à Madagascar ».Troisième constatation, ajoutent les membres de la commission, les esclaves ne sont pas tous des miséreux. Certains ont même des « biens meubles ou immeubles acquis de leurs deniers ou par héritage ». Même s’ils sont toujours considérés comme des « enfants mineurs » même mariés ou ayant à charge une famille, et même s’ils ne peuvent en disposer librement sans l’autorisation de leurs maitres.Ces derniers ne sont pas tous non plus d’odieux personnages, précisent les membres de la commission. Ce sont des personnes dont « les libéralités envers leurs esclaves pouvaient se constituer de biens meubles donnés en toute propriété ou de biens immeubles donnés enusufruit ». D’ailleurs, beaucoup d’affranchis au lieu de se séparer de leurs anciens maitres, leur restent attachés et continuent dedemeurer auprès d’eux et l’on peut donc espérer que « les esclaves libérés s’ils ont eu de bons rapports avec leurs anciens maitres, pourront se trouver à l’abri du besoin ».À 100 francs par personne en moyenne, l’ensemble des esclaves d’Imerina, tels qu’ils sont recensés en 1896, représentent alors au cours réel du marché, un capital d’environ 22 millions de francs. La résidence générale estime ainsi pouvoir compenser la perte en déclarant : « La France s’interdit de frapper sur le peuple de Madagascar aucune contribution extraordinaire de guerre » !

Texte : Pela Ravalitera - Photo : Archives personnelles

Midi Madagasikara5 partages

Festival Somaroho : Un espace VIP avec Telma

Cet espace permettra aux VIP de voir Singuila de près.

La 9e édition du festival bat son plein sous le soleil de Nosy Be. Les grands artistes se succèdent pour le plus grand bonheur des spectateurs. Le stade d’Ambodivoanio se  remplit  chaque soir, le carnaval a donné des couleurs à toute la ville. Cette année, et pour innover, le festival accueille un espace VIP. Un endroit spécialement aménagé pour donner du confort et être aux premières loges pour assister à ce grand événement. Grâce à l’appui de Telma, cet espace est doté d’une connexion internet à très haut débit, et la connexion wi-fi est gratuite pour ceux qui y sont. De quoi permettre à la génération 2.0 de faire vivre les plus grandes sensations de ce festival en direct sur les réseaux sociaux !

Anjara Rasoanaivo

L'express de Madagascar4 partages

Conseil des ministres – Nomination d’un secrétaire permanent à la défense

Opérationnel. Un secrétaire permanent de la défense et à la sécurité nationale (SPDSN) a été nommé en Conseil des ministres, hier au palais d’Iavoloha. Trois mois après le décret régissant son organisation et fonctionnement, le SPDSN auprès du Haut conseil de la défense nationale, a enfin trouvé un chef. Il s’agit du général de division Léon Jean Richard Rakotonirina, ancien commandant de l’Académie militaire d’Antsirabe. Cet officier général a occupé  un poste de directeur au sein du ministère de la Défense nationale avant cette nomination.Prévu par l’article 56 de la Constitution, et régi par la loi 2016-006, le HCDN est appuyé par un secrétariat permanent à la Défense et la Sécurité nationale qui a pour rôle « d’assister ce dernier [le HCDN] dans toutes les tâches attenantes à l’instruction des dossiers relevant des attributions du HCDN».

Revu et corrigéLe général Léon Jean Richard Rakotonirina est donc assigné à assurer le rôle d’organe exécutif du HCDN. Il est également chargé de choisir ses collaborateurs pour mener à bien ses missions.Le premier projet de loi régissant le HCDN a été jugé non conforme à la Consti­tution par la Haute cour constitutionnelle. Composé exclusivement de militaires, le ministère de la Défense nationale a dû revoir sa copie. Avec les amendements, ce haut conseil est élargi aux civils.Dans sa seconde version déclarée conforme par la HCC, le HCDN est composé de treize membres du gouvernement dont le Premier ministre et les trois départements ministériels chargés de la défense et de la sécurité. À cela s’ajoutent les ministères des Ressources stratégiques comme les Mines, l’Environnement, la Pêche et le secrétariat d’État à la mer.Dans les textes régissant le fonctionnement du HCDN, les hauts-conseillers se réunissent deux fois par an. La session inaugurale s’est tenue en février 2017, sous la présidence du chef suprême de l’armée, Hery Rajaonari­mampianina. La nomination du secrétaire permanent consolide l’opérationnalité de cet organe consultatif prévu par la Constitution. Une nomination qui arrive à point nommé, d’autant que l’insécurité est actuellement  inommable.

Andry Rialintsalama

L'express de Madagascar2 partages

Mécénat – Orange soutient des projets sociaux

Réduire la fracture numérique. Une bonne partie des premiers projets soutenus par Orange Solidarité Madagascar pour cette année touche essentiellement l’éducation numérique et la mise en place des maisons digitales. Mais outre cela, d’autres projets autour du numérique, de l’insertion professionnelle et de la santé seront également soutenus par cette fondation, si l’on tient compte de la présentation de ces projets faite hier au siège de l’opérateur télécom. Au total, onze projets cette année bénéficieront de son appui financier.Depuis 2014, l’un des programmes phares d’Orange Solidarité Madagascar a été la mise en place de l’éducation numérique auprès de quatre vingt huit établissements scolaires publics dans les vingt deux régions.Et pour cette année, huit nouveaux établissements scolaires vont grossir les rangs.  « Ces endroits ont permis aux femmes de se familiariser à l’utilisation des outils numériques et de devenir plus autonomes », a souligné hier Josie Randriam­beloma, présidente de Orange Solidarité Madagascar au siège de l’opérateur télécom à Anko­rondrano.Mais elle n’en reste pas là. L’association annonce des soutiens financiers dans d’autres domaines. Elle participe à la constructiond’un centre de santé de base niveau II, à la réhabilitation d’une école primaire publi­que et à la mise en place d’une adduction d’eau potable dans la commune d’An­drainjato Est, région Haute Matsiatra, ou encore à la mise en place d’un dispositif d’apprentissage en ligne pour les étudiants d’une école paramédicale de la région Alaotra Mangoro.En œuvrant pour la lutte contre la fracture numérique, Orange Solidarité Madagascar ambitionne de mettre les technologies au service de la population, afin de contribuer au désenclavement éducatif et culturel. L’association apporte ainsi son appui à des projetsleviers de développement, principalement dans le domaine de l’éducation, de la culture et de la santé, à travers des appuis financiers, des actions de bénévolat ou de dons.

Lova Rafidiarisoa

News Mada1 partages

Décès de Mamy Rakotoarivelo: les résultats de l’autopsie attendus

L’enquête se poursuit, mais une semaine après le décès de l’ancien président de l’Assemblée nationale, Mamy Rakotoarivelo, la police attend toujours le rapport d’autopsie de la HJRA, un élément primordial pour la suite de l’enquête. En attendant, une dizaine de personnes ont déjà été auditionnées.

«Une semaine après le drame, nous n’avons toujours pas reçu le rapport d’autopsie», a indiqué une source au sein de la police à propos du décès de Mamy Rakotoarivelo, retrouvé mort à son domicile vendredi dernier dans la matinée. Le corps a pourtant été emmené à l’hôpital le jour même de la tragédie pour une autopsie mais jusqu’à présent, les résultats ne sont toujours pas connus. Et le mystère reste entier.

En effet, ce rapport pourra déterminer non seulement les circonstances de la mort, l’heure du décès, mais surtout la manière dont la balle a perforé le crâne, à bout portant ou à bout touchant. Sur ce point, sans le rapport du médecin légiste, la police ne pourra pas se prononcer s’il s’agit d’un suicide ou d’un homicide.

«C’est l’employée de maison qui a dit avoir entendu deux coups de feu et non la police. Il en est de même pour la thèse du suicide », a-t-elle précisé. «Pourtant, nous avons besoin de ce rapport pour poursuivre l’enquête», a souligné notre source.

Une dizaine de personne auditionnées

De son côté, le commissaire Alexandre Ranaivoson, lors d’une intervention sur une chaîne privée, a indiqué qu’une dizaine de personnes ont déjà été auditionnées, dont l’employée de maison, l’ex-compagne du défunt ou encore sa sœur. Cette dernière a en effet été citée dans la dernière publication de Mamy Rakotoarivelo sur Facebook.

D’autre part, des bruits circulent selon lesquels les fils du défunt auraient déposé une plainte contre X étant donné que ces derniers doutent fortement de la thèse du suicide. Cela, peu de temps après l’enterrement de leur père. Les éléments de la police n’ont cependant pas encore donné d’informations sur ce sujet.

Tahina Navalona

 

News Mada1 partages

Selon le comité des droits de l’homme: deux institutions à mettre en place

Le retard dans la mise en place de la Haute cour de justice (HCI) ainsi que le Haut conseil pour la défense de la démocratie et de l’Etat de droit (HCDDED) figure parmi les principaux points évoqués par le Comité des droits de l’homme des Nations unies.

Plusieurs sujets de préoccupation et recommandations ont été en effet observés par le Comité suite à un rapport périodique effectué par la partie malgache récemment, notamment par le biais du ministre de la Justice.

Au point n°7 de ses recommandations figure sa préoccupation sur le retard dans la mise en place de ces deux institutions.  «Le Haut conseil pour la défense de la démocratie et de l’Etat de droit (HCDDED), dont la mission est d’observer le respect de l’éthique du pouvoir, de la démocratie et de l’Etat de droit et de contrôler la promotion et la protection des droits de l’homme, n’est toujours pas opérationnel, ce qui implique un retard dans la mise en place de la Haute Cour de Justice», note le Comité.

Et d’ajouter que le gouvernement malgache doit accélérer le processus de mise en place du HCDDED et garantir l’indépendance de ladite institution en la dotant d’une autonomie financière et de ressources suffisantes lui permettant d’accomplir pleinement son mandat. En effet, les deux institutions sont liées car les membres du HCDDED devraient être représentés dans la HCJ.

Processus électoral

Par ailleurs, le comité s’est aussi exprimé par rapport aux élections à venir. Il a exprimé ses préoccupations quant au retard et aux difficultés de mise en œuvre du processus de réconciliation nationale, alors qu’il s’agit d’un processus crucial pour que l’ensemble des acteurs de la vie politique puisse participer et accepter les prochaines élections.

«Les informations faisant état du manque d’indépendance de la Commission nationale électorale indépendante (CENI),  de l’actuelle procédure de plaintes établissant des délais de soumissions trop courts, le faible taux de participation notamment des femmes et des personnes handicapées dans le processus électoral», note le Comité.

Il encourage ainsi les autorités à mettre en œuvre tous les moyens pour accélérer le processus de réconciliation nationale avant les prochaines échéances électorales. Il s’agit de garantir la bonne tenue des prochaines élections, libres et équitables, de renforcer l’indépendance de la CENI et garantir l’accès à tous les citoyens de procédures de plaintes et de recours utiles en cas de contestation et également de favoriser et garantir la participation de tous les citoyens au processus électoral, notamment les femmes et les personnes souffrant d’un handicap.

Rakoto

News Mada1 partages

Projet « Mahafatoky »: l’adaptation au changement climatique sur la bonne voie

Le projet «Mahafatoky» relatif à  la sécurité alimentaire, la réduction des risques de catastrophes et l’adaptation au changement climatique dans les districts d’Antalaha et de Sambava, est soutenu par Care Madagascar, par le biais de la coopération allemande GIZ. Et le résultat est prometteur.

«Grâce à ce projet, les exploitants agricoles locaux ont accès à des informations météorologiques et climatiques à jour, pour la prise de décision proactive dans leur activité», a indiqué le responsable du renforcement de capacités du projet, Pascal Jaomila. «Mahafatoky» a permis d’améliorer les techniques agricoles et de maintenir les niveaux de production alimentaire stables face aux aléas climatiques.

Les accomplis

Plus de 4 000 producteurs ont suivi des formations techniques pratiques. 5 000 autres bénéficient de semences améliorées de tubercules, légumineuses, graminées et maraîchage. 6 000 personnes, dont plus de la moitié sont des femmes, ont suivi une formation sur les techniques culturales améliorées.

Dans le cadre des stratégies de gestion des ressources naturelles améliorées, pour atténuer l’effet des chocs climatiques sur leurs actifs de production et leurs maisons, une centaine de structures de gestion de pépinières villageoises et des comités de surveillance et d’entretien des mangroves ont été créés et sont opérationnels. A cela s’ajoute la restauration de 23,4 ha de mangroves, suivie d’une plantation de 250 000 propagules et le reboisement de 5 bassins versants avec 11 500 pots de culture de rente et d’arbres fruitiers.

Appuis aux femmes vulnérables

Les femmes vulnérables ont également été appuyées. Cela grâce au rehaussement du niveau de leurs revenus ainsi qu’au renforcement de la capacité de la collectivité à faire entendre leurs points de vue. L’instauration de l’outil de planification d’association villageoise (VSLA) les a aidées à devenir autonomes financièrement. Un outil qui leur a permis de se soutenir mutuellement par le système «Akandray» où chacune bénéficie à tour de rôle le capital réuni par cotisation des membres. 141 VSLA ont été créées dans les districts d’Antalaha et de Sambava.

Sera  R

News Mada1 partages

Orange solidarite Madagascar: de nouveaux projets

Orange solidarité Madagascar poursuit ses actions citoyennes cette année en soutenant de nouveaux projets solidaires dans plusieurs domaines entre autre l’Education et le numérique. A ce sujet, hier à Ankoronadrano, à travers une signature de convention, Orange solidarité Madagascar et le ministère de l’Education nationale a renouvelé leur partenariat pour le compte de l’année scolaire 2017-2018.

Dans le cadre de Villa Orange, Andrainjato Est (Haute Matsiatra) sera doté d’un CSB II. L’Ecole primaire publique (EPP) sera également réhabilitée sans oublier l’adduction d’eau potable. Côté Santé maternelle et infantile, 6 centres de soins Maman Kangourou pour l’association Compassion Madagascar, en sus des 4 centres, déjà opérationnels seront mise en place.

Dans le domaine de la solidarité numérique, un dispositif d’apprentissage en ligne à l’Ecole supérieure paramédicale d’Alaotra Mangoro sera instauré et un Cyberclic sera mis en place au bénéfice de Trait d’union France-Madagascar. Dans la foulée, les établissements scolaires publics seront également à l’heure du numérique.  Huit établissements sont concernés dans tout Madagascar. Un programme de consolidation est aussi prévu pour les anciennes écoles bénéficiaires, 88 depuis 2014, dans le but d’améliorer et apporter des mesures correctives.

En matière d’éducation

et insertion professionnelle, Orange fera don de matériels aux sections de formation du centre Femmes A venir.

Sera R

 

News Mada1 partages

Meurtre de Jacky Tsiandopy: un pan du voile se lève

Bien qu’elle soit quelque peu éclipsée par l’accident d’un autocar ayant fait 21 morts à Ankazobe, l’affaire sur le meurtre de Jacky Tsiandopy, ancien ministre de la Fonction publique et non moins président du Syndicat des inspecteurs généraux d’Etat, est toujours d’actualité.

L’enquête sur cet assassinat avance lentement mais sûrement. A en croire certaines indiscrétions, cet homicide a été commis avec préméditation pour des motivations bassement intéressées. L’on sait en effet qu’outre le téléphone portable du défunt, un coffret à bijoux, contenant des bracelets et un collier en or, a été emporté par le tueur.

Une source sécuritaire a indiqué que la famille Tsiandopy a un gros chien mais aussi curieux que cela puisse paraître, ce dernier est resté sans réaction. Ce qui laisse présumer que le meurtrier est un proche de la famille et qu’il connaissait très bien tous les coins et recoins de la villa. Juste après la découverte du corps sans vie de Jacky Tsiandopy, un chien pisteur de la Brigade cynophile a conduit les gendarmes au domicile d’un proche du défunt. Celui-ci est activement recherché par les enquêteurs.

Lors de la découverte du corps, le colonel Zafisambatra Ravoavy, commandant du Groupement de gendarmerie dans la région Analamanga, avait indiqué que la chambre de Jacky Tsiandopy était en sens dessus dessous, un indice révélant une éventuelle lutte entre

le haut fonctionnaire et l’agresseur. Selon des sources concordantes, l’ancien ministre a très probablement reconnu son bourreau, obligeant ce dernier à l’éliminer physiquement.

La victime avait les yeux bandés quand on l’a découverte dans la matinée du 31 juillet. La dépouille a été envoyée à la morgue de l’hôpital d’Anosiala aux fins d’autopsie et sera acheminée ce jour à Vohémar, où auront lieu les funérailles.

Mparany

News Mada1 partages

Hiragasy sy vakodrazana: nodimandry Rakotomavo Justin (Dadafara)

Banga iray indray ny tontolon’ny zavakanto malagasy. Nodimandry tamin’ny alarobia 2 aogositra, teo amin’ny faha-79 taony Rakotoimavo Justin, fantatra tamin’ny anarana Dadafara. Mpikambana tao amin’ny tarika Ravolana Fenomanana teo aloha izy. Ao amin’ny tarika Ny Voninavoko tarihin’i Dadagaby izay rahalahiny rahateo i Dadafara. Ny fitendrena angorodao no tena nahafantarana azy. Na izany aza, mahay zavamaneno maro Rakotomavo Justin, anisan’ireny ny valiha sy ny sodina. Namorona hiragasy koa izy.

Ho an’ny mpahay mozika, anisan’ny manana fomba fitendrena angorodao tena miavaka tokoa i Dadafara. Fomba fitendry mampisongadina tanteraka ilay aingam-panahy tena malagasy, hany ka babo avy hatrany izay maheno na ny vahiny io na ny Malagasy.

Hiala ao an-tranony Avaratetezana rahampitso ny nofony ka aterina any amin’ny fasan-drazany ao Ankadindambo Ambohimangakely.

Mirary fiononana feno ho an’ny fianakaviana manontolo sy ny tontolon’ny kolontsaina malagasy ny Gazety Taratra.

HaRy Razafindrakoto

Tia Tanindranaza1 partages

Nofo mangatsiakan’I Tsiandopy JackyHoentina any Vohémar anio

Anio zoma no hentina any Antsiranana ny nofo mangatsiakan’i Tsiandopy Jacky Mahaly, izay nodimandry teo amin’ny faha 65 taona, vokatry ny famonoana azy tao an-tranony teny Ivato ny alin’ny lahady 30 jolay teo

. Any Vohémar, faritra Sava no hatao ny fandevenana azy. Manambady ary namela kamboty 8 mianadahy sy zafikely 11 ny tenany. Tsiahivina fa Ministry ny asam-panjakana sy ny lalàna sosialy tamin’ny andron’I Marc Ravalomanana izy, ary efa filohan’ny delegasiona manokana tao amin’ny faritanin’Antsiranana sady filohan’ny filan-kevim-pitantanan’ny Oniversite Antsiranana.  Efa senatera sady mpikambana tao amin’ny kongresin’ny tetezamita ihany koa ary « inspecteur général d’Etat » , andraikitra nosahaniny farany sady nandratoany fianarana manokana tao amin’ny ENAM/Androhibe. Tsiahivina fa nivoaka tamin'ny andiany faha 5 printsy Ratefinanahary tao amin'ny CEDS (foibe fianarana ny diplomasia sy ny tetikady) ihany koa izy. Mbola manjavozavo tanteraka kosa ny fanadihadiana momba ny antony namonoana azy. Re kosa fa misy ny olona akaiky azy ahiana ho nahavanon-doza. Voalaza moa fa very ny solosaina manokana fampiasany, ny vata fitoeram-bola,… Ahiana ho misy ambadika politika goavana ny namonoana azy satria isan’ny asa manelingelina sy ankahalain’ny mpanao afera sy olona ambony ny asa niantsorohany. Miandry ny rehetra hoe hisy hangirany sy hivoaka ve ny marina momba ny namonoana azy sa ho toy ny raharaha Ratsimandrava, raharaha 10 aogositra 1991, ny raharaha 25 janoary 2016, ny 26 jona 2016,…

Toky R

 

L'express de Madagascar1 partages

Football – Éliminatoires CHAN – Dernière ligne droite pour les Barea

Les Barea sont en regroupement au centre technique national de Carion, depuis hier. Ils sont à deux matches d’une qualification historique pour la phase finale du CHAN.

C’est la dernière ligne droite pour la sélection malgache. Il ne lui reste plus que deux marches à gravir, pour atteindre la phase finale du Championnat d’Afrique des Nations 2018.Une double confrontation face à l’Angola, en troisième et dernier tour des éliminatoires, dont le match aller se jouera au stade municipal de Mahamasina, le dimanche 13 août. Les Barea sont entrés en regroupement, hier, au centre technique national de Carion. Parmi les joueurs retenus, le latéral gauche titulaire de la sélection, Bakary Mario, manquait initialement à l’appel, en raison d’une légère blessure. Mais il a tout de même été appelé à la dernière minute.« En cas d’indisponibilité confirmée de Mario, qui semble blessé, on a Zénith ou Tantely pour le remplacer », lance Auguste Raux à ce propos. D’un autre côté, le milieu de terrain Ando Manoe­lantsoa, ne sera pas non plus de la partie, comme ce fut déjà le cas lors de la précédente sortie.Transféré définitivement à l’US Sainte-Marienne de La Réunion, il n’est plus éligible pour le CHAN, compétition uniquement réservée aux joueurs évoluant en championnat domestique. Vingt-six joueurs ont été convoqués au total par Auguste Raux et son staff.Il manque encore quel­ques éléments, dont ceux de la CNaPS Sport Itasy et de Fosa Juniors Boeny, qui sont encore à Sambava et à Maha­janga respectivement. Ils rejoindront prochainement leurs coéquipiers.

Nation lusophoneAu tour précédent, la Grande île a éliminé le Mozambique. Dans dix jours, elle retrouvera de nouveau une nation lusophone. « Nous  garderons notre ligne de conduite avec un jeu tourné vers l’offensive. Concernant l’Angola, son style ne diffère pas beaucoup de celui du Mozambique, vu qu’il s’agit de deux pays lusophones, avec des fins techniciens sur le terrain », poursuit Raux.Jusqu’à présent, Mada­gascar est invaincu dans ces éliminatoires du CHAN. Deux victoires face au Malawi au premier tour, un nul et un succès face au Mozam­bique au deuxième tour. Pour le capitaine, le défenseur Ando Rakotondrazaka, le plus dur reste à faire, cependant.« Nous sommes invaincus. Ce fut difficile d’en arriver là aujourd’hui. Mais ce qui nous attend prochainement sera encore plus dur », souligne-t-il. « Il y a une certaine pression à l’approche de ces deux derniers matches. Il y a toujours de la pression à chaque rencontre et c’est à nous de bien gérer tout ça. Concernant mon discours de capitaine, je dirai juste à mes coéquipiers qu’il nous reste deux matches à gagner, que nous sommes proches du but et que nous devons tout donner pour décrocher cette qualification », conclut-il.

Haja Lucas Rakotondrazaka

L'express de Madagascar1 partages

Pêche – La production langoustière atteint 325 tonnes

Stable. Selon les données publiées sur le site du ministère de la Pêche et des ressources halieutiques, la production langoustière a été de 325 tonnes en 2016. La production annuelle a tourné autour de 300 tonnes au cours de ces dernières années. On est encore loin de la meilleure performance, où la production a atteint les 550 tonnes en 2006.Une bonne partie de ces produits provient des régions Androy et Anosy. D’après les données disponibles sur le site de ce ministère, 60% de la production, soit 195 tonnes sont issues de ces deux régions. Mais la zone productrice la plus connue est surtout le petit village de Sainte Luce. Ce petit village côtier de deux mille quatre cents habitants, situé à 50 km au Nord-Est de Tolagnaro et ses environs ont la particularité d’abriter une grande partie de l’industrie langoustière de Madagascar.La production de langoustes est destinée principalement à l’exportation.

L.R.

L'express de Madagascar1 partages

IGM – Visite de gemmologues Taïwanais

Un groupe d’experts, de professionnels et d’étudiants en gemmologie de Taiwan a effectué une visite auprès des carrières d’exploitation de pierres précieuses et de quelques marchés de mines de la Grande île. Les visiteurs taïwanais de l’Institut de Gemmologie de Madagascar (IGM) ont pu à la fois apprécier la beauté touristique du pays en passant par le parc national d’Isalo, et estimer la qualité des pierres malgaches.Pierres naturelles, pierres synthétiques et verres fabriqués ont alors « sublimé » les experts taïwanais, à comprendre le communiqué de l’IGM. Les Taïwanais ont, par ailleurs, visité l’Institut de Gemmologie de Mada­gascar, un institut de classe internationale, le seul en Afrique à former des spécialistes en gemmologie, en bijouterie fantaisie, en analyses de pierre en laboratoire et en lapidairerie.«  L’institut figure parmi les cinquante instituts, mem­bres du Fellowship Gem­mological Association, et accrédités par le “Gem­mological association of Great Britain” à Londres, pour former des experts en gemmologie. L’IGM est un organisme de formation, de promotion et de sécurisation de la filière gemme, qui constitue une source de rentrées de devises sérieuses pour le pays », explique Andria­nirina Rasolonjatovo, directeur de l’IGM dans le communiqué.La visite des experts taïwanais constituera un lobbying important pour les professionnels de la filière, car les invités ont déclaré, à l’issue des dix jours de périple en terre malgache, que « Madagascar est une source intéressante de gemmes, qui a la capacité de former une plateforme de transactions de pierres précieuses…  et devenir un autre Hong-Kong».

Mirana Ihariliva

L'express de Madagascar1 partages

Développement – Le Président appelle au progrès

Durant l’allocution du président de la République Hery Rajaonarimampianina, en marge de l’inauguration du pont de Lohariandava, dans le district de Brickaville à Toamasina hier, il a invité la population à s’engager de manière directe dans le développement. D’après lui, tout le monde doit s’y tourner davantage. « Le peuple malgache doit se donner la main et oser prendre ses responsabilités », a-t-il déclaré. En ce sens, Hery Rajaonarimam­pianina estime que la première chose à faire pour avancer dans le développement est de rester dans l’ordre. « Le pays a besoin de calme et d’ordre pour avancer plus vite et se développer », a-t-il soutenu dans son discours.Cependant, le président Hery Rajaonarimampianina a aussi incité le peuple, à travers son allocution à Loha­riandava, à faire le premier pas dans cette démarche vers le développement. Selon lui « si le peuple fournit un peu d’effort et que cela se fait remarquer par le gouvernement, ce dernier aidera le peuple automatiquement ». Il a également rassuré les habitants de Lohariandava que le gouvernement entend tous les appels au secours du peuple.Le pont de Lohariandava a été détruit par le cyclone Enawo en début d’année, ce qui a paralysé la circulation des produits locaux depuis. Cette réparation permet le retour des activités mises en pause durant les rénovations. Le président de la République a passé un message à la population, qui promet la collaboration entre la commune de Lohariandava et le gouvernement. « Puisse ce nouveau pont être la marque de la continuité d’une collaboration entre le gouvernement et la commune de Loharian­dava », a-t-il déclaré.

Loïc Raveloson

Midi Madagasikara1 partages

Fitsarana Toamasina : Mpanera misandoka ho mpisolo vava, miray tsikombakomba amin’ny mpitsara

Hafa noho ny hafa ity raharaham-pitsarana teto Toamasina, omaly misandratr’andro ity, izay natao tao amin’ny efitrano faharoan’ ny fitsarana ambony. Resaka “mpanera” nisandoka ho mpisolovava tratra am-bodiomby teo an-tokotanin’ny fitsarana no notsaraina nandritra izany, ka nivoahan’ny tsiambaratelo misy amin’ny fifandraisan’ireo “mpanera” sy ny “mpitsara” ny raharaha. Niaro ny asany misy misandoka ataon’ireo mpanera mameno ny fitsarana ireo mpisolovava nandritra ny fitsarana omaly; tao ireo niaro ireto mpanandran-draharaha nisolikiana ara-bola 16,4 tapitrisa ariary natao intelo miantoana, 1,4 tapitrisa ariary sy 3 tapitrisa ariary ary 12 tapitrisa ariary, ho fahazoana “LP”; tao kosa ireo niaro ny asany noho izy ireo isan’ny mpitory. Tao anatin’ny ora iray sy sasany nitsarana ny raharaha, dia namoaka didy ny filohan’ny fitsarana, ka namonja azy roa lahy tratra dimy taona avy am-ponja sazy mihatra, teo koa ny lamandy 720.000 ariary amin’ny fitsarana, ny vola onitra nangatahan’ireo mpisolovava, ary ny onitra 16,4 tapitrisa ariary nangatahan’ireo olon-tsotra voasoloky mpitory ihany koa.

Nandritra ny fitsarana koa anefa, dia nivoaka ny tena zava-misy marina mahatonga ireto “mpanera” maro be mameno ny tokotanim-pitsarana eto Toamasina. Na tsy sahy namoaka ny anaran’ireo mpitsara roa tamin’izao raharaha izao ; izay mpandray ny volan’izy ireo, dia fantatra ihany araka ny nambaran’ireo mpisolovava am-pahibe maso fa mpitsara miasa eo anivon’ny fampanoavana sy mpitsara mpamoaka didy izy ireo. Nambaran’ireto mpisolovava hatrany, fa tena tamba-jotra izy ity ka mbola misy izany mpandraharahan’ ny fonja sy izany mpiasa eo anivon’ilay mpitsara eo anivon’ny fampanoavana izany ao anatin’izao raharaha izao, izay angatahan’izy ireo ny hanenjehan’ny fitsarana azy ireo.

Raha hiverenana ny raharaha, dia niainga tamin’ ilay raharaha fitsaram-bahoaka niteraka faty olona tao Soanierana Ivongo. Izy roa lahy indray no nisandoka ho mpisolovava tamin’ireto mpandraharaha raha nahazo toky tamin’ireto mpitsara roa ireto, ka nanao ilay fisolokiana vola be. Tonga teny amin’ny polisy mihitsy ity mpitsara ity tamin’ny fakana am-bavany azy roa lahy. Afa-po tamin’ny didy nivoaka ireo mpisolovava, hoy ny delegen’izy ireo, ny Me Rabenjarijaona Antonio; nefa mila mandray ny andraikiny koa ny filan-kevitra ambonin’ny mpitsara sy ny sendikan’ny mpitsara amin’ireo mpitsara roa mpikambana ao amin’izy ireo voatonona, satria manimba ny fitsarana izany no mahatonga ny olona tsy hatoky ny fitsarana ihany koa.

Malala Didier

Midi Madagasikara1 partages

Madagascar – Turquie : Coopération en vue dans l’agriculture et la pêche

Deux accords de coopération pourraient être bientôt signés entre Madagascar et la Turquie. Après la visite du président Turc, Recep Tayyip Erdogan, en janvier dernier, une délégation de la Turquie est actuellement dans la Grande-île, à la recherche de coopération dans les secteurs de l’agriculture, de la pêche et de l’aquaculture. En effet, cette délégation est composée de représentants du ministère turc en charge de ces Secteurs d’activité. A son programme figurait, pour hier, une rencontre avec le ministre malgache chargé de l’Agriculture et de la Pêche. « Nous sommes venus pour voir les opportunités de coopération avec le ministère de l’Agriculture et le ministère de la Pêche de Madagascar. La Turquie a des avancées importants dans ces secteurs, surtout dans l’agriculture où notre pays figure parmi les meilleurs au monde, en terme de progrès technique. Cette mission comportera donc des échanges d’expériences. On espère signer deux grands accords de coopération bilatérale, avant notre départ », a affirmé Ramazan Koçak, chef de la délégation turque. Pour sa part, Bary Rafatrolaza, secrétaire d’Etat chargé de la Coopération et du Développement, auprès du ministère des Affaires Etrangères, a souligné lors d’une rencontre avec cette délégation turque, que le développement de Madagascar dépend  beaucoup de l’agriculture, de la pêche et de l’aquaculture. Le pays est à la recherche d’investisseurs dans ces secteurs et les Turcs répondent présents.

Antsa R.

News Mada0 partages

Les clichés de la semaine

Signature du renouvellement de la convention de partenariat entre le Ministère de l’Education nationale et Orange solidarité Madagascar.

Bonjour les vacances!

L’enquête sur le meurtre de Mamy Rakotoarivelo se poursuit.

Une trentaine de spécialistes maritimes de l’Union des Comores et de Madagascar ont suivi une formation sur « L’analyse des données d’intérêt maritime ».

La Turquie entend accompagner Madagascar pour le dévéloppement du pays dans l’agriculture et l’élévage.

Ambodin’Isotry, 67 Ha Cenam, des bandits équipés d’armes de guerre sèment la terreur

News Mada0 partages

Hand-IHF Trophy: les juniors filles dans le dernier carré

Le chemin se sépare pour les handballeurs et handballeuses malgaches juniors à l’IHF Trophy continental. Les filles poursuivent l’aventure tandis que les garçons plient bagage.

Les handballeuses malgaches poursuivent leur parcours, sans faute, au tournoi continental IHF Trophy qui se tient au Sénégal actuellement. Suite à sa deuxième victoire lors de la phase de poule, l’équipe nationale malgache filles a assuré sa place en demi-finales. En effet, après avoir balayé les Ethiopiennes en match d’ouverture, les filles du coach Patrick Tahindraza ont enchainé mercredi en dominant les Ougandaises 31-20.

Le dernier match face à Bénin leur permettra de terminer en beauté la phase de poule en cas de victoire. Le cas échéant, les handballeuses malgaches seront quand même qualifiées mais se retrouveront à la deuxième place. Une situation à éviter pour ne pas croiser le chemin du leader de l’autre poule B lors de la demi-finale. D’autant que les juniors filles malgaches ont la capacité d’enchainer trois victoires de suite. A elles de prouver qu’elles font partie des favorites dans la course au sacre.

En tout cas, la sélection nationale malgache n’a pas encore atteint son objectif d’accéder en finale après sa troisième place lors de l’édition précédente.

Grande déception

Avec la même ambition que les filles de faire mieux que l’année dernière, les garçons de l’équipe nationale sont passés à coté de leur compétition. Malgré leur forte individualité, les handballeurs ont échoué collectivement. N’ayant gagné aucune rencontre lors de la phase de poule, ils sortent par la petite porte du tournoi IHF Trophy.

En une année, les handballeurs juniors malgaches, de la 5e place l’an passé, luttent pour la 10e place cette année.

Naisa

News Mada0 partages

Athletisme-Mondiaux: Eliane Saholinirina au départ du 1500m

Le calendrier du championnat du monde d’athlétisme est sorti ! Finalement, Eliane Saholinirina s’alignera sur une seule distance, le 1500m. Elle ne prendra donc pas le départ du 3000m steeple, après moult réflexions.

De par ce choix, elle entrera en piste dès cette nuit pour le compte de la première journée des Mondiaux de Londres au 1500m dames. Elle aura à faire à des adversaires intraitables, auteurs des meilleurs temps (4’.4’10’’) qu’elle dans la deuxième course de phase de série. Avec un chrono de 4’28’’13 comme meilleur temps cette année, Eliane Saholinirina a fait sa plus mauvaise performance depuis 2009 sur cette distance. Notre porte-fanion est ainsi un outsider parmi les 15 athlètes sur la ligne de départ. En somme, Eliane Saholinirina a certes atteint le minima mais contrairement aux années précédentes, elle est moins armée.

Naisa

News Mada0 partages

Masters de pétanque: Madagascar en mauvaise posture

Les boulistes malgaches peinent visiblement à trouver leur marque pendant cette tournée 2017 des Masters de pétanque. Autant dire qu’ils sont dans le rouge après leur défaite, hier, face à l’équipe de Fazzino au boulodrome qui porte le nom de ce dernier à Montluçon. Rahasintsoa et compagnie ont beau renverser la vapeur à maintes reprises, le camp adverse a rendu le coup de grâce à la dernière mène et remporte ainsi la victoire par 13 à 11.

Notons que l’ancien champion du monde malgache a été l’un des artisans de cette victoire pour l’équipe de Fazzino (Wild card) avec Claudy Weibel et Diego Rizzi. Malheureusement pour ces derniers, ils n’ont pas pu franchir le cap des demi-finales. Ils ont été battus par la triplette française qui reste actuellement dans les clous mais devra se surpasser pour prendre le dessus sur Fournié en finale. Quant aux boulistes malgaches, ils devront se contenter de la victoire écrasante en match de barrage face à l’équipe locale sur le score sans appel de 13 à rien. Un mini succès synonyme de deux points.

Rojo N.

 

News Mada0 partages

Moto: la 5e manche à Mahajanga

La 5e manche du championnat de Madagascar de moto tout-terrain (toutes catégories) sera disputée sous la canicule de la ville des Fleurs, au grand bonheur des vacanciers et des passionnés de deux roues. Un évènement plus connu sous l’appellation de Cross Country de Majunga organisé par le club Antananarivo auto moto (Ama) sous l’égide de la Fédération malgache de motocyclisme (FMAM), le 13 août, sur le circuit Le Bivouac à Ampazony.

Au championnat scratch, Claudio Tida (Kawasaki KXF 250) maintient les brides au classement provisoire après l’épreuve à Ilakaka avec un cumul de 191 points. Il est suivi de près par Ranty Ernest sur Husqvarna FC 250 qui a engrangé 141 points. Randy Rakotoarimanana (Kawasaki KXF 250) complète le trio gagnant avec 136 points à son compteur.

Rojo N.

News Mada0 partages

Guide du week-end

Et rebelote avec Sity Rakoto et friends

Chaque semaine, le Café de la gare à Soarano propose une soirée musicale. Aujourd’hui, le groupe de Sity Rakoto sera de nouveau sous le feu des projecteurs. La chanteuse sera accompagnée de trois musiciens hors pair, à savoir Njaka au clavier, Josia à la batterie et Hents à la guitare. Ensemble, ils interpréteront des standards de jazz et quelques tubes des années 90.

 Une « Soirée blagues »

Le monde humoristique malgache s’anime. En effet, trois jeunes humoristes animeront un cabaret, dénommé « Soirée blagues »,  ce soir à l’espace Tony Club sis à 67Ha Sud. Il s’agit d’ Isambilo Dôzera, Jilo Pet’ Lol et Trinite Vôm. « Effectivement, nous ne sommes pas encore très connus dans ce monde mais nous aimerons d’abord présenter nos talents et de nous habituer au grand», a annoncé l’un des humoristes.

Un aperçu du « Ny ranomaintiko » de Jex Mozika

Ce soir, Is’art galerie à Ampasanimalo mettra à l’affiche le jeune artiste, Jex Mozika. Ayant choisi un style original, ce dernier véhicule un mélange de soul et du Bà gasy. Durant son enfance, il a été plutôt influencé par sa mère qui écoutait et chantait des chansons traditionnelles malgaches, telles les « Kalon’ny Fahiny ». En pleine préparation de son prochain album intitulé « Ny Ranomaintiko » et qui sortira l’année prochaine, il en donnera un aperçu ce soir.

Do Rajohnson au CFM

Après le succès de son dernier cabaret  au restaurant Telozoro à Andrefan’Ambohijanahary au mois de juin dernier, Dô Rajohnson est de nouveau prêt à satisfaire ses fans, ce soir. Sur ce, il prendra le micro du Cercle franco-malgache (CFM) Anosy, et interprétera ses belles compositions telles que « Fitia ho anao » ou encore « Tsisy lonilony ». L’ambiance s’annoncera romantique.

Rebika en cabaret

Après quelques mois d’absence sur la scène, le groupe Rebika, au grand complet, est prêt à donner un cabaret, ce soir, à l’espace Nombantsoa à By-Pass. Une note de nostalgie. Ainsi, le répertoire sera rempli de ses titres incontournables, comme « Nandalo », « Miredareda »… Notons que le groupe a actuellement une vingtaine d’années de carrière.

Olombelo Ricky propose le Manala Azy Zokiny

Après le grand concert Manala Azy vita bac jeudi dernier à Antsahamanitra, la célébration des 25e anniversaire du concept continue ce soir au studio Arena Ivandry. La soirée sera plus conviviale et plus classe et sera plutôt destinée aux fans plus âgés. Par ailleurs, le répertoire sera à peu près le même. L’artiste interprétera ses plus beaux tubes.

Lôla et Njakatiana, de nouveau ensemble sur scène

L’année dernière, les deux chanteurs de charme Lôla et Njakatiana ont investi le Coliseum d’Antsonjombe. Cette fois-ci, ils ont opté pour un cabaret qui se déroulera, ce soir, au Cemes Soanierana. A part interpréter chacun leurs propres compositions, ils y proposeront également des duos.

Kiaka enflammera le Piment Café

La soirée rock de la semaine se déroulera, aujourd’hui, au Piment Café à Behoririka, avec le groupe Kiaka. En promettant de donner un spectacle vibrant, le groupe est prêt à interpréter non seulement ses propres compositions mais songe aussi à faire quelques reprises de titres étrangers. L’ambiance sera donc plus conviviale.

Michaël Kraus comme invité d’honneur

Dans le cadre de la promotion de la musique classique à Madagascar, le jeune baryton Michaël Rakotoarivony, après avoir donné un atelier  entamera son second spectacle demain, au Cercle germano-malgache (CGM) Analakely. Son mentor, Michaël Kraus, qui a aussi donné un master class cette semaine, y donnera une prestation en solo.

Unity 4e édition à Analamaitso

Après une session acoustique, le 2 août dernier, à l’Is’art galerie Ampasanimalo, Youth’nity présente une autre version plus grandiose d’« Unity concert » demain au théâtre de verdure d’Analamahitsy. Le thème sera  la culture rastafari et aussi de sensibiliser le public à la protection de l’environnement. Presque tous les artistes véhiculant cette culture seront ainsi présents, entre autres Mashmanjaka.

Une journée en famille avec Ifanihy

Pour se défouler en famille, Ifanihy propose un show case, baptisé « Hoan’ny mpianakavy », demain vers 14h30 au CLT sis à Tsiadana. Adepte des chansons à texte, l’artiste amusera son public avec ses compositions, telles que « Madama Fanja », ou encore « Lanitra iray ». Après ce concert, l’artiste mettra les voiles vers Mahajanga pour donner un autre cabaret.

Holy Danielle

News Mada0 partages

Star Tour: Mahajanga piaffe d’impatience

Organisé en partenariat avec la commune urbaine de Mahajanga (CUM), l’évènement «Star tour Majunga : la destination familiale» se déroulera du 18 au 20 août dans la ville des Fleurs. Plusieurs activités sont déjà au programme et selon les organisateurs, plus de 25 000 personnes sont attendues, par jour, durant cet évènement.

 «Notre objectif est de satisfaire tous les membres de la famille», a annoncé Setra Ramankoraisina de Star. Ainsi, une partie de la ville, le bord et le Grand pavois, sera aménagée. Il y aura un espace pour enfants, un autre pour les jeux et animations et une grande scène où de grosses pointures de la chanson seront à l’affiche, entre autres Ambondrona, Nina’s, Rak Roots, Jaojoby… Le groupe Fou Hehy et Barhonne animeront ces trois jours festifs.

A part les concerts et les divertissements, «Star tour Majunga» propose aussi un marathon «Eau vive» qui est en collaboration avec la Fédération de l’athlétisme. L’inscription se fera à l’Hôtel de ville à Mahajanga. Il y aura aussi du beach volley, du beach pétanque, un méga zumba, un carnaval, sans oublier la séance baptisée «Ciel de cerfs volants». Et enfin, l’évènement sera clôturé par des feux d’artifice.

 «Dorénavant, à chaque grand évènement de ce genre, nous avons le devoir de sensibiliser le public à la protection et le respect de l’environnement», a-t-il ajouté. Sur ce, à chaque manifestation, des bénévoles seront mobilisés pour nettoyer le site. Un concours sera même lancé. «Ainsi, ceux qui auront ramassé le plus d’ordures gagneront une somme de 200 000 ariary», a conclu notre interlocuteur.

Holy Danielle

News Mada0 partages

Somaroho: Wawa et Singuila ouvrent la scène

Une grande soirée à La Banane à Dzamandjar, mercredi dernier, a débuté en fanfare  la 4e édition du festival Somaroho. Ainsi, Wawa, l’initiateur du festival, a invité Singuila, un chanteur français qui cartonne actuellement grâce à plusieurs tubes tels que «Ay mama» ou encore «Rossignol» en featuring avec le rappeur Youssoupha.

Une affiche inédite car la tête d’affiche mettant en scène  des artistes internationaux au Stade Ambodivoanio à Nosy-Be Hell Ville change au quotidien. Hier, l’invité d’honneur était le groupe togolais Toofan. La première partie du spectacle a été assurée par d’autres grands artistes malgaches, entre autres Black Nadia, Shyn, Bram’s, Ny Ainga…

Aujourd’hui, le programme continue avec Singuila en tête d’affiche. Lico Kininike, Big MJ, Arnaah, Lion Hill, Ejema, Esperance… seront aussi de la partie. Demain, l’Ivoirien Serge Beynaud investira la scène du stade d’Ambodivoanio avec la participation de Jean-Marie Dallas, Bodo, Sisca, Larss… Et enfin, le festival sera clôturé, dimanche prochain, avec Jaojoby et Wawa.

Par ailleurs, Telma Madagascar qui soutient l’évènement, organise un concours à l’intention des vacanciers de Nosy Be. Le concept est simple, celui qui poste des photos selfies pendant le festival en ajoutant le commentaire #TelmaSomarôho et qui obtient le plus de «J’aime» sera élu «Ambassadeur Somarôho 2017». Le jeu est ouvert jusqu’au 6 août.

Holy Danielle

 

News Mada0 partages

Festival Lampogno: place à la 10e édition

Depuis dix ans, le festival Lampogno se déroule à Antsohihy au mois d’août. Cette année, il se tiendra donc du 24 au 27 août et selon, Jean Rigo, l’artiste initiateur de l’événement, ce festival a pour objectif de promouvoir la culture et les artistes de la région.

La fête débutera par un grand carnaval qui sera suivi d’une démonstration de danses traditionnelles de la région de Sofia, entre autres la baoejy, l’antosy, le malesa, le salesa, le salegy… «Nous voudrions démontrer au grand public ces danses qui semblent être oubliées par le temps», a annoncé l’un des organisateurs.

A part la danse, le festival propose aussi un concours de beauté dénommé «Vaiavy tsara». Le concept n’est pas de sélectionner seulement la beauté physique des candidates mais de voir plutôt comment elles valorisent les tenues et coiffures traditionnelles. Le festival Lampogno organise également un concours de musique folklorique, entre autres le sôva, le jijy, le vakondrazana…  «Cet évènement sera une opportunité pour les jeunes de la région pour dévoiler au grand public leur talent. Une scène sera érigée chaque après-midi», a-t-il annoncé.

Des activités sportives seront aussi au rendez-vous, à savoir un tournoi de basket, de football et de pétanque. «Nous allons surtout mettre en évidence le combat de coqs qui est une activité appréciée des Malgaches et le moraingy où les combattants d’autres districts se lanceront dans la compétition», a-t-il conclu.

Holy Danielle

News Mada0 partages

Chronique: litotes ravageuses

Par delà la valeur de première importance qu’exprime le mot droit dans l’entendement pour désigner l’ensemble des règles qui régit un système social donné, ce vocable comprend d’autres sens qui parfois peuvent induire des contradictions. De manière classique, en pendant à un droit on accouple une ou des obligations. Il arrive pourtant que l’on utilise le terme droit pour signifier une obligation, usage pouvant induire une fusion des deux sens que conduire à une sorte de confusion : «droit» peut alors exprimer  autant obligation à exécuter au préalable que la latitude même d’agir ou de jouissance en contrepartie. Ainsi droit de passage peut d’une part parler des conditions pour obtenir un droit que d’autre part dire la jouissance à exercer ce droit.

Payer d’abord, jouir après ! Toute une litanie usuelle de «droits» d’abord charges avant d’être droits : droits d’inscription, droits d’examen, droits d’entrée… Droit permet peut-être de mieux faire avaler sans douleur la pilule, plus que le mot taxe au goût de laxatif voire présentant le désagrément de suppositoire.

Dans les us les droits pour participer au concours des emplois publics n’ouvrent selon la rumeur publique que l’accès à un couloir dans lequel s’activent des genres de bookmakers vendant des paris sur les possibles aventures vers lesquelles mènent des droits dont on s’est acquitté. Les aigrefins se mêlant aux escrocs, la chance d’obtenir le gros lot consiste à savoir  miser sur le bon escroc, rebelote d’une loterie. Payer au prix le plus élevé augmente le prix des risques sans garantie de mieux assurer les chances, mais rassure le mental comme il convient de jouer dans l’enfer de ce jeu. Alors le souhait de réussite au concours n’occupe plus tout seul l’espoir, penser aux moyens de se rembourser la mise devient la principale préoccupation et en même temps berce de rêve. Qualifier d’investissement la mise contribue à déculpabiliser la perspective de se confectionner un plan baptisé d’un pieux euphémisme «code d’amortissement». Pour avoir payé les droits d’entrée, on s’apprête à s’installer au guichet des rackets. Plus les droits sont élevés, plus pèse le montant d’amortissement. Si on fixe à des centaines de milliards le plafond des dépenses pour avoir une chance de devenir président, les candidats ont à envisager tous les modes de racket afin de trouver confort pour s’acquitter du coût élevé de la rançon dont ils se sont entouré le cou.

Léo Raz

 

News Mada0 partages

Madagascar il y a 100 ans

Le vin d’honneur (3)

(Suite.)

… celle du développement des moyens de communications tant à l’intérieur qu’à l’extérieur, les premiers d’une exécution difficile et coûteuse dans un pays aussi accidenté que Madagascar ; et enfin celle qui tient au cœur de beaucoup d’entre nous, parce qu’ils y voient un élément de progrès pour le pays, de la participation des colons à l’administration de la Colonie, participation qui n’existe, jusqu’à présent, qu’à l’état embryonnaire. À ces questions d’ordre général et, si je puis m’exprimer ainsi, permanent, s’en ajoutent d’autres d’origine accidentelle, dont il faut rechercher les causes, soit dans les événements qui ensanglantent notre Mère Patrie et l’Europe entière, soit dans le cyclone qui a ravagé une grande partie de la colonie au mois de février dernier ; je veux parler principalement : de la crise qui sévit actuellement sur notre côte Est, et même en Imerina et au Betsileo, sur le riz, la base de l’alimentation indigène ; de la circulation monétaire, dont la difficulté s’accroît de jour en jour ; de la pénurie de plus en plus complète des moyens de transport de nos produits en Europe ; et enfin, en ce

qui nous concerne particulièrement, nous autres Tamataviens, de la réparation des désastres causés par le cyclone de février et des moyens d’en prévenir le retour. Les trois premières des questions de cet ordre, la disette de riz, la difficulté de la circulation monétaire et de la pénurie de fret seront sans doute l’objet de vos vives préoccupations dès votre entrée en fonctions, car si des solutions rapides n’y étaient pas apportées, on pourrait craindre de prochains bouleversements dans notre vie économique, et peut-être des catastrophes.

Certes, ne nous illusionnons pas : la tâche est rude et il y a là de grosses difficultés à vaincre ; nous avons cependant pleine confiance que votre longue expérience vous permettra de les surmonter. Nous le souhaitons vivement, pour le bien général, et nous vous promettons de vous apporter sans marchander tout notre concours pour atteindre le but désiré par tous : la prospérité de plus en plus grande de ce tronçon éloigné de la Patrie qui s’appelle Madagascar !

(À suivre.)

Le Tamatave

www.bibliothequemalgache.com

News Mada0 partages

Hevitra mandalo, resaky ny mpitsimpona akotry: loza, anton’ny fisaonam- pirenena

Tsy azo hamaivanina ny fahalasanan’Itompokolahy Régis Gizavo. Mpanankato nanan-daza eran-tany, reharehan’ny Nosy, nahavita be noho izany tamin’ny fampahalalana an’i Gasikara tany ivelany toy ny ambasadaoro nampiely ny taratry ny firenena. Fahavelony, namela hafatra tamin’ny vady aman-janany Ratompokolahy mba handa ny mari-boninahitra mety ho tadiavin’ny mpitondra hopaingorina eo an-tratran’ny vatany efa mangatsika. Angamba raha afaka nosaintsaininy tamin’ny fahavelony fa ho hararaotin’ny fitondrana ny fahafatesany hanaovana fideraderan-tena amin’ny famoahana didy momba ny fampisaonana ny firenena dia ho notsipahany koa izany. Kanjo moa tsy ela akory taorian’izany, dia lasan’ny fahafatesana tampoka ihany koa ny olon-droa samy nanana nahaizy azy eo anoloan’ny raharaham-pirenena noho ny andraikitra ambony niantsorohany. Rariny raha miondrika sy manome voninahitra araky ny tokony izy an’i Mamy Rakotoarivelo sy Jacky Tsiandopy ny fanjakana. Na izany aza, tsy ampy ho antony anaovana fisaonam-pirenena izany fahoriana izany. Misesisesy matetika ny loza rehefa hitranga. Loza ka loza tokoa ny fivarinana an-kadin’ilay fiara be mpitatitra olona. Tranga izay nitarika nafahafatesana pandeha maro. Fahoriana lehibe ho an’ny firenena izany fahaverezana indray mipika olona miisa iraika ambiroapolo ny. Tsy maintsy miara miondrika eo anoloanan’ireo niharan’izany voina izany ny rehetra manam-panahy. Fa angamba tsy izay no atao antony hisaonan’ny firenena. Tsy anaovana fampitahana moa ny voina sy ny loza rehetra mitranga, nefa tsy azo atao ankilabao ireo olona tsy voaisa nizaka ny hetraketraky ny tsy fisian’ny fandriampahalemana. Any amin’ny mponina any Atsimo niharan’ny asan-dahalo no tonga ao an-tsaina voalohany raha izay no resahana. Azo lazaina fa very tadidy ny fanjakana raha mikasika ny fahoriana nandalo tamin’ny vahoaka any amin’iny faritra Atsimo iny. Tamin’ny taona 1971 efa manafosafo ny iray alina ny

isan’ireo olona namoy ny ainy tao anatin’ny iray volana. Tsy vitan’ny hoe alevina ho rakitry ny tantara fotsiny ny loza mandalo, fa mendrika no atao tsiaro ho anatra fisorohana ny fiverenana mitovy azo tohanana.

Léo Raz

News Mada0 partages

Us et coutumes : rôle ingrat dans la chaine

La population mondiale depuis deux jours vit a crédit, puisant dans les réserves pour avoir consommé plus rapidement que ce que la planète n’a de capacité à produire annuellement. Les mêmes calculs savants évaluent pourtant les déchets des denrées alimentaires à des milliards de tonnes par an. Sans s’arrêter à la question de l’injustice de la répartition, sans avoir encore trouvé une alternative sécurisante pour dénouer l’imbrication entre consommation et production pierre angulaire du système actuel, on se félicite de l’existence des pays tiers récupérateurs (anciennement tiers monde) des marchés porteurs pour les rebuts des sociétés de consommation. Bonnes occasions et fripes de luxe assurent une prime aux pays riches en dotant d’une plus-value leurs déchets.

News Mada0 partages

Ambodin’Isotry, 67 Ha, Cenam: mampihorohoro amin’ny Kalach mihitsy ny mpanendaka

Saiky isan’andro no handrenesana olona voaendaka ao anatin’ny fitohanan’ny fifamoivoizana amin’ny lalana Ambodin’Isotry (Aigle noir), 67 Ha (garazy) miankandrefana, ary eny amin’ny Cenam Andavamamba. Basy Kalachnikov mihitsy no entin’ireo jiolahy hampihorohoroana amin’izany.

Manomboka eo amin’ny fiantsonan’ny taxi-be izay fantatry ny maro amin’ny anarana hoe Garazy 67 ha mandalo ny Cenam Andavamamba hatreny amin’ny sampanana hivily hihazo an’Anosibe no tena ahitana ireto jiolahy roa lahy mitondra basy Kalachnikov mifono lamba mampihorohoro ao anaty fitohanan’ny fifamoivoizana ireto. Toy izany koa, manjaka ihany koa ireto jiolahy ireto manomboka eny amin’ny fiantsonana Ankazomanga hatreny amin’ny Aigle Noir mivoaka eny 67 ha Atsinanana. Tsy eo ihany fa eo amin’ny fiantsonana 67 ha mianandrefahana mahazo an’Ampasika iny koa ny tena fanaovan’izy ireo ny asa ratsiny. Araka ny fijoroana vavolombelona nataon’ireo olona lasibatra, kendren’izy roa lahy tsara ilay fotoana misy fitohanan’ny fifamoivoizana amin’ny antoandro sy hariva mahabetsaka ny fiara iny, amin’izay izy ireo no manao ny asa ratsiny. Mitsofoka mandeha eny anelanelan’ny fiara ry zalahy sady mitily ireo olona ao anaty fiara. Ny iray mampiresaka ireo olona ao anaty fiara mba hanome avy hatrany izay tadiavin’izy ireo, ny iray kosa mandrahona sy mandodona amin’ilay basy Kalachnikov ka mandrahona hitifitra rehefa tsy mety hanome mora foana izay tadiaviny ireo olona ao anaty fiara. Nilaza ireo niharan’ny fampihorohoroana fa na mihidy tanteraka aza ny varavaran’ny fiara rehetra sy ny fitaratra, mbola sahin’izy ireo dondomina hatrany amin’ny lohan’ny basy ihany ilay fiara.

Maro, araka izany, ireo efa nitondra faisana amin’ireto jiolahy ireto, araka ny loharanom-baovao voaray hatrany. Misy ireo tompona fiara sasany tsy manampo na inona na inona ka miditra avy hatrany ao anaty fiara mihitsy ry zalahy rehefa hitany fa tsy mihidy ilay fiara. Teren’izy ireo hamoaka izay tadiaviny ireo olona ao anaty fiara ka tsy afa-manoatra.

Mangataka ireo olona ny mba hijerena akaiky iny faritra iny…

Manao antso avo amin’ny mpitandro filaminana araka izany ireo olona mandalo amin’iny faritra iny mba hojerena akaiky ny fisian’ireto andian-jiolahy mampihorohoro amin’ny basy Kalachnikov ireto. Ireo fiara tratran’ny fitohanana amin’ny harivariva no tena mitondra faisana. Tsy vitan’izany fa misy koa ireo olona mandeha an-tongotra hariva mandalo amin’ny Cenam Andavamamba iny no mitondra faisana amin’ireo jiolahy. Tena batain’izy ireo izay sendra azy ka entin’izy ireo mitsofoka anelakela-trano ka any vao endahiny. Tsy afa-manoatra anefa ireo olona mahita ny fihetsik’ireo olon-dratsy manoloana ny fitaovam-piadiana any am-pelatanan’izy ireo.

Tokony hojerena akaiky iny faritra iny satria mihorohoro hatrany ny olona indrindra fa ireo mpiandry taxi-be amin’ny hariva.

Misy ihany ireo polisy mandamina fifamoivoizana eo 67 ha, saingy tsy kely lalana ny ratsy. Eo koa ireo polisy manao fisafoana amin’ny hariva sy manao fanamiana sivily mitily ireny jiolahy mampitondra faisana ireny. Nanamafy hatrany koa ny polisy fa tokony hampandre haingana azy ireo izay mahita olona mampiahiahy na trangan-javatra hafahafa eny an-dalana. Efa miasa rahateo ilay laharana maitso 117 ahafahana miantso ny polisy raha misy famonjena ilana maika azy ireo.

J.C

News Mada0 partages

BMH Isotry: extractions dentaires collectives

En collaboration avec la Direction régionale de la santé (DRS) d’Analamanga, la Direction de la santé et de l’hygiène de la Commune urbaine d’Antananarivo (CUA) a organisé, hier, la «Semaine dentaire» au Bureau municipal d’hygiène d’Isotry. Des extractions dentaires collectives gratuites ayant mobilisé 15 médecins dentistes du DRS d’Analamanga ont été au programme.  Comme charité bien ordonnée commence par soi-même, 180 employés de la CUA en ont été les premiers bénéficiaires. D’après les informations reçues, les 29 et 30 août, ce sera au tour du grand public de bénéficier de la semaine dentaire.

Sera R

News Mada0 partages

Analyses des données maritimes: 31 spécialistes en formation

La pêche, le transport maritime, les forces navales, l’exploitation pétrolière et gazière offshore, la recherche et la veille d’information sur internet… Ces activités en mer font face à divers menaces et accidents, d’où l’importance de connaître leur mode de fonctionnement.

Comprendre le fonctionnement du transport maritime, les activités de pêche, l’exploitation de gaz et de pétrole, puis conduire des recherches d’information sur internet ou auprès des agences spécialisées… C’est sur ces thèmes que se sont penchés une trentaine de spécialistes maritimes de l’Union des Comores et de Madagascar durant leur formation sur «L’analyse des données d’intérêt maritime» du 24 juillet au 3 août à Antananarivo. Cette session faisant partie d’une série de cours relatifs à l’analyse des données d’intérêt maritime destinés aux personnels spécialisés des administrations maritimes des deux îles, a été organisée par le programme Routes maritimes critiques de l’océan Indien (Crimario) de l’Union européenne, en collaboration avec le Centre régional de fusion de l’information maritime (CRFIM) de Madagascar.

Grâce aux compétences acquises, ces administrations seront en mesure de mieux identifier, comprendre et anticiper les évènements incompatibles avec une exploitation paisible de la mer et de ses ressources.

Ahmed Mouhoussoune, point focal du projet Crimario de l’Union des Comores a affirmé que, «Les futurs analystes du domaine maritime sont conscients de la vulnérabilité dans les espaces maritimes en proie à des crimes, notamment le trafic de stupéfiants, la contrebande, les crimes organisés, la pêche illicite, la migration clandestine, la piraterie maritime, les vols à main armée…».

Un large domaine d’intervention

«Nous espérons que les acquis de cette formation ont pu améliorer les connaissances de chaque participant dans le domaine et pourront contribuer à l’efficacité de leur département d’origine mais surtout de renforcer les échanges d’informations maritimes tant au niveau national inter administration, au niveau bilatéral entre les Comores et Madagascar et au niveau régional pour la région Afrique orientale, austral et océan Indien», a déclaré pour sa part Jean Edmond Randrianantenaina, directeur général du CRFIM, à l’occasion de la cérémonie de clôture de cette formation au Development learning center (DLC) Anosy, hier.

Coordonnés par Olivier Bézier, responsable formation de Crimario, cinq formateurs ont  dispensé les divers modules aux 31 participants originaires des principales agences intervenant dans les activités en mer : affaires maritimes, douanes, police maritime, marine nationale, garde-côtes, centre de surveillance des pêches, centre de gestion des catastrophes, sécurité intérieure, autorités portuaires. Les deux prochaines sessions de formation se tiendront en septembre et octobre à Madagascar pour le même groupe de participants.

Arh.

News Mada0 partages

RN5 – Faritra Analanjirofo: hampiakatra saran-dalana ny mpitatitra

Mampiteny ny moana amin’izao fotoana izao raha ny zava-misy amin’ ny lalam-pirenena faha dimy (RN5), mampitohy an’i Toamasina sy i Foulpointe. Hampiakatra saran-dalana, manoloana izany, ireo mpitatitra manao zotra rezionaly mampitohy an’i Toamasina sy ny faritra Analanjirofo. “Mitombo ny fandaniana amin’ny fikojakojana ny fiara vokatry ny haratsian-dalana”, hoy izy ireo. Tsy mampiova zavatra ny fidinan’ny vidin-tsolika, mitombo ny fatra lany, mitombo araka izany koa ny vola lany. Manginy fotsiny ny fakam-bola ataon’ny mpitandro filaminana sasany.

Koa hatomboka ny 15 aogositra izao ny fampiharana ny fiakaran’ny saran-dalana vaovao. Ho an’i Toamasina-Fenoarivo Atsinanana, 10.000 Ar raha 6. 000 Ar teo aloha ; 15. 000 Ar  Toamasina-Soanierana Ivongo sy Toamasina-Vavatenina, raha 10.000 Ar izany teo aloha. Misy fiantraikany amin’ny fizahantany, fotoam-pialantsasatra, sy ny vidin-javatra ankapobeny izao fisondrotry ny saran-dalana izao.

Sajo

News Mada0 partages

Ho tonga amin’ny savorovoro: miahiahy ny lisi-pifidianana ny fiarahamonina sivily…

Misy tsy milamina, dieny aty am-piandohana ! Maneho ny ahiahiny manoloana ny fanokafan’ny Ceni indray ny  lisi-pifidianana eny anivon’ny fokontany ny fiarahamonim-pirenena sy ny antoko politika…  Nohamafisin’izy ireo fa tokony ho indray mandeha isan-taona ihany ny fanovana ny lisi-pifidianana ary tokony hampahafantarina izany ireo mpiara-miombon’antoka rehetra.  “Mila fanazavana sy fampahafantarana  io fanapahan-kevitra noraisin’ny Ceni  eny anivon’ny rantsa-mangaika io. Tokony hisy mangaraharaha izany ho an’ny fiarahamonim-pirenena sy ny mpanao politika…”, hoy ny mpikambana eo anivon’ny Gen, Rakotoarison Bruno. Tsiahivina anefa fa efa nakatona tamin’ny fomba ofisialy sy manetriketrika ny lisi-pifidianana nasiam-panitsiana araka ny lalàmpifidianana ny volana  avrily lasa teo. Nandritra izany fanakatonana ny lisi-pifidianana izany no nilazana fa 9 tapitrisa sy iray hetsy mahery kely ny mpifidy. Nanaitra ny rehetra indray anefa ny taratasin’ny Ceni  natao ho  an’ny filohan’ny vaomieram-pifidianana isan’ambaratongany, faritany sy ny distrika momba ny  lisi-pifidianana.  Nanambara ny avy eo anivon’ny Ceni fa fomba fiasa ho entina hanatsarana  ny fanitsiana ny lisi-pifidianana farany, amin’ny voalohan’ny volana desambra 2017 ka hatramin’ny faha-31 janoary 2018, ny hetsika iarahan’ireo rantsa-mangaikan’izy ireo sy ny fokontany isaky ny roa volana izany,  araka ny voalazan’ny lalàm-pifidianana.

Hiteraka savorovoro amin’ny fifidianana…

Ankoatra izany, nilaza ireo sefo fokontany  fa tsy noraisina ny fanitsiana nataon’izy ireo, toy ny fampidirana anaty lisitra ireo feno 18 taona ary ny fanalana ao anaty lisitra ireo

nifindra-monina sy efa maty. Anisan’izany ny eny amin’ny fokontany Atsinanantsena

Sabotsy Namehana, ny eny Ambohidrano Andrefana… Mampanahy izany satria ahina hiteraka savorovoro rehefa ho tonga ny fifidianana, araka ny nambaran’izy ireo.

Manoloana izany, inona ny antony hamerenana indray ny fanitsiana ny lisi-pifidianana. Nisy tsy fahombiazana izany ilay efa nampahafantarina tamin’ny fomba ofisialy sy manetriketrika tamin’ny volana avrily iny? Azo antoka ve ilay « logiciel » nampiasaina tamin’ny fanitsiana farany teo na efa nahabe resaka ny maro aza satria tsy ilay lisitra tamin’ny avrily 2017 teo no ho entina miainga amin’ity fanomanana fanitsiana lisi-pifidianana ity, fa ilay tamin’ny avrily 2016, efa niarahan’ny rehetra niaiky fa feno tsy fahatomombanana?

Etsy andaniny, vola avy aiza ao amin’ny teti-bolan’ny Ceni ny hanaovana ity lazaina ho fanomanana fanitsiana ny lisi-pifidianana ity ? Eken’ny mpiara-miombon’antoka

amin’ny Ceni ny tokony hananany fahaleovantena tanteraka, indrindra ny vola, saingy miteraka ahiahy ho azy ireo ny fomba fiasa tsy misy mangarahara ataon’izy ireo momba ny fifidianana tahaka izao. Mazava ny voalazan’ny lalàm-pifidianana fa  indray mandeha ao anatin’ny taona ihany ny fanitsiana ny lisi-pifidianana.

Randria

News Mada0 partages

Rabekijana Félix »Omeo vahana sy hasina ny fokontany »

Lasa resabe ny amin’ny fandriampahalemana ifotony; eny, na ny fampandrosoana aza. Mila omena vahana sy hasina ny fokontany, raha ny fijerin’ny filoha nasionalin’ny KMF/Cnoe, Rabekijana Félix.

« Raha ny endriky ny fokontany amin’izao fotoana izao, saika mandefa ny fitantanan-draharaham-panjakana fotsiny. Fa raha tena hitady fampandrosoana eo amin’ny fokontany isika ary tena handray andraikitra tanteraka ny olom-pirenena eo anivon’ny fokontany, omena hasina avy hatrany ny fokontany. »

Fanehoan-kevitry ny filoha nasionalin’ny KMF/Cnoe, Rabekijana Félix, io, momba ny anjara toeran’ny fokontany eo amin’ny sehatry ny fampandrosoana. Ny filoham-pokontany no akaiky ny vahoaka indrindra. Na amin’ny fanadiovana tanàna izany, na amin’ny fiarovana valan’aretina samihafa, na amin’ny fandriampahalemana…Tsy misy vola holaniana amin’ny fametrahana ny rafitra sy ny fifidianana amin’ny fokontany.

Azo atao ny manafoana ny faritany

« Azo atao ny hoe: foanana ny faritany izay efa voafehy ao anatin’ny faritra amin’izao, fa omena vahana ny fokontany », hoy izy. Eo amin’ny vondrombahoaka itsinjaram-pahefana: miala amin’ny fokontany, tazonina ny kaominina, ary ny faritra. Izay no mahatsara ny fiarahamonina malagasy, ary tokony hapetraka ao anatin’ny lalàmpanorenana izay fanomezan-kasina ny fokontany izay.

Ny filoham-pokontany no mahalala ny kizo sy ny antsipiriany rehetra eo anivon’ny fokontany, hahazoany miaro ny faritra misy azy. Rehefa manana ny hasina tandrify azy ny fokonolona:  sarotra, ohatra, ny hidiran’ny mpangalatra ao, ary mandray andraikitra amin’izany avy hatrany ny mponina.

Tsy mety ny fokontany amin’izao fotoana izao hoe mody isafidianana ny olona dimy, nefa izay tian’ny lehiben’ny distrika hotendrena no lehiben’ny fokontany. Lasa manana trosa moraly amin’ny fanjakana nanendry azy ny lehibem-pokontany, fa mandray baiko amin’ny lehiben’ny distrika. Mety hampivily ny safidim-bahoaka izay.

Mila hahitsy ny lalàmpanorenana

Mila fanitsiana izany ny lalàmpanorenana. Raha ny marina, aleo izay tena hevi-bahoaka no avoaka amin’ny fanatsarana ny lalàmpanorenana. Mifandrindra amin’ny fiainam-piarahamonina malagasy izany, fa tsy ahodinkodina araka izay safidin’ny mpitondra. Mody atao ny fakan-kevitra sy ny fihaonambe. Nefa ny baikon’ny mpitondra ihany no arahina ametrahana ny lalàmpanorenana. « Aleo mba tena lalàmpanorenana marim-pototra, tsy miovaova, lovain-jafiafy. Izay no hanasoavana sy hampandrosoana ny firenena », hoy ihany izy.

R. Nd.

 

News Mada0 partages

Mikorontana tanteraka ny Fizafato

Anaty savorovoro tanteraka. Nitohy, omaly indray, ny fifamaliana eo amin’ny samy mpikambana eo anivon’ny Fikambanan’ny zanaky ny faritanin’i Toliara (Fizafato). Samy nanitrikitrika ny amin’ny hirosoana amin’ny fifidianana ny biraon’ity fikambanana ity na ny tanora na koa ireo olobe, indrindra fa ny avy any Androy. « Manome lesona ratsy ho anay raha hitsakitsahina ny sata. Aminay, tsy maintsy hirosoana ny fifidianana amin’ny alahady izao ary tsy tokony hihemotra », hoy izy ireo, tetsy Andrefan’Ambohijanahary. Tsy mifanalavitra amin’izany koa anefa ny nambaran’ny Fita, avy any Androy ary nilaza fa efa manaiky ny hanaovana ny fifidianana ny maro anisa amin’izy ireo. Tsy manery ny rehetra kosa i Avimana raha naneho ny heviny. “Hajao ny zon’ny tsirairay. Ireo hifidy, manao izany malalaka. Zon’ny hafa koa ny tsy mifidy, saingy tsy maintsy atao ny fifidianana”, hoy izy.

Fifandroritana tsy misy fiafarany

Etsy andaniny anefa, nohizingizinin’ny mpikambana hafa kosa fa tokony hahemotra aloha ny fifidianana. « Tsy mahalala izany komitim-pifidianana (Cef) izany izahay. Ho anay, tsy voahaja ny fifanarahana tamin’ny taona 2012 amin’ny fifandimbiasam-pitondrana amin’ny fitantanana ny Fikambanan’ny zanaky ny faritanin’i Toliara (Fizafato)… Ampidirana resaka politika ny raharaha ary mitety raza i Maharante Jean de Dieu », hoy ireo mpiara-dia amin’ny filoha lefitry ny Fizafato, Rakotondrazaka Adrien, afakomaly tetsy Andrefan’Ambohijanahary. Nohitsin’izy ireo fa tsy azo atao ary tokony hofoanana io fifidianana kasain’ny Cef hatao ny alahady izao io. « Mba tsy ho tonga amin’ny savorovoro sy fisaraham-bazana isika, aleo hahemotra ny fifidianana. Hatao ny fivoriambe ary hojerena ny momba ny sata mifehy ny fikambanana. Aorian’izany vao hirosoana ny fifidianana », hoy ihany izy ireo.  Tsy vitan’izany fa efa tapitra ny fe-potoam-piasan’ny birao izao. Tokony hametra-pialana koa ny filoha amperinasa.

Midika izany fa ho sahiran-tsaina ireo mpikambana rehetra, manoloana izao fifandroritana tsy misy fiafarany izao… Misy mahazo tombontsoa manokana ?

Randria 

 

News Mada0 partages

Mpiasam-panjakana: hotantanin’ny komity manokana ny Asoimi

Nandray fanapahan-kevitra ny fanjakana fa hotantanin’ny komity manokana iraisan’ny minisitera ny Fikambanan’ny fanatanjahantena eny anivon’ny minisitera (Asoimi), taorian’ireny disadisa teo aloha ireny. Nampahafantatra izany tetsy Mahamasina, omaly ny eo anivon’ny minisiteran’ny Tanora, Julien Juste Angelo.  “Hikarakara ny fifaninanam-paritra sy ny nasionaly hotanterahina any Toliara amin’ny volana septambra ity komity ity. Handrafitra sy hanomana ny fifidianana ho an’ireo hitantana izany koa izy ireo. Hijanona hatreo ny asan’io komity manokana io rehefa tafatsangana ara-dalàna ny Asoimi”, hoy izy. Ahitana solontena avy amin’ireo minisitera dimy, toy ny Fitantanambola sy ny tetibola, ny Asam-panjakana, ny Fahasalamana, ny Atitany ary ny minisiteran’ny Tanora sy ny Fanatanjahantena izany komity manokana izany. Hampiantso avy hatrany ireo seksiona rehetra izy ireo, anio etsy amin’ny ANS Ampefiloha. Nambaran’ny avy amin’ity komity ity fa hitohy manomboka rahampitso, ny lalao ka tsy misy ahina ny mety ho tsy fahavitan’izany fifaninanam-paritra izany. Tsiahivina fa manodidina ny 6 000 any ho any ny isan’ireo mpiasam-panjakana mandray anjara amin’ity fanatanjahantena eny anivon’ny minisitera sy ny andrimpanjakana ity.

Synèse R.

News Mada0 partages

222 tapitrisa euros: mpilalao lafo vidy indrindra i Neymar da Silva Santos

Tsy tsaho intsony ny fifindran’i Neymar any amin’ny PSG. Efa vita ny fifanarahana rehetra : 222 tapitrisa euros ny takalon’ny fialany ao amin’ny FC Barcelone. Io ny voalaza fa vidin’ny fifindran-toerana lafo indrindra !

Any amin’ny PSG indray izao i Neymar, efa avy nanao veloma mandrampihaona ny namany rehetra ao amin’ny FC Barcelone izy.  Ara-dalàna rahateo koa ny fizahana ara-pahasalamana natao taminy tao Porto, taorian’ny fitsangantsanganany tany Azia. 222 tapitrisa euros ny takalon’izany fifindran-toerana izany. Tsy mijanona hatreo ihany anefa ny vola miala amin’ny PSG ho an’ity Brezilianina ity. Tambin’izany ny hetra tsy maintsy arotsaka amin’ny fanjakana espaniola, tsy latsaky ny 40 % na 80 tapitrisa euros eo ho eo, araka ny fanazavan’ny mpahay lalàna sy toekarena momba ny fanatanjahantena, Thierry Granturco, tamin’ny gazety boky Le Figaro.

Ny miantoka ny fandoavana izany hetra izany, voalaza fa mbola ny PSG ihany miampy ny fandraisana an-tanana ny lafiny sosialy, tsy latsaky ny 100 tapitrisa euros. Tafakatra any amin’ny 400 tapitrisa euros izany ny fandraisana ity mpilalao ity, miampy ny karamany, 35 tapitrisa euros isan-taona tsy misy hanesorana na 65 tapitrisa euros feno. Amin’io karamany io indray, 37,5 tapitrisa euros ny hetra miditra amin’ny fanjakana frantsay, be lavitra noho ny an’ny mpilalao sasany.

Hifindra ihany koa i Mbappé

Tsy i Neymar ihany no malaza. Efa resabe ihany koa izao ny fialan’i Kylian Mbappé,  vao 18 taona, mpilalao malaza ao amin’ny AS Monaco, Frantsa.  Efa nanapa-kevitra ny tovolahy fa hifindra, saingy tsy mbola fantatra hoe aiza ? Ireo ekipa lehibe any Eoropa aloha, samy nilaza fa vonona ny handray azy avokoa. Fepetra napetrany : ho mpilalao tompon-toerana izy na aiza na aiza ny hidirany.

Ny Real Madrid, ohatra, efa nandrangaranga 180 tapitrisa euros. Ny ao amin’ny Manchester City indray, vonona ny hametraka azy anisan’ny mpilalao 11 voalohany. Raha lasa any izy, hiaraka hilalao amin’ireo namany tao amin’ny AS Monaco teo aloha ihany, toy an’i Bernardo Silva sy i Benjamin Mendy. Tombanan’ny maro, hatramin’izao, fa mety hidirany ny Manchester City. Maniry azy koa ny ao amin’ny PSG, hiara-dalana…amin’i Neymar. Saingy mbola sarotra izay noho ny PSG sy AS Monaco samy ekipa frantsay. Ekipa tsy latsa-danja mety handray an’i Mbappé ny FC Barcelone ho solon’i Neymar. Manana ny harotsaka rehetra ho amin’izany ity ekipa espaniola ity. Manome herinandro ny tovolahy hilazany izay tena fanapahan-keviny.

R.Mathieu

News Mada0 partages

CJSOI – Volley ball: tavela noho ny “Visa” tsy azo ny mpilalao malagasy

Amin’ny manaraka indray. Tsy afaka hiatrika ny lalaon’ny tanora aty amin’ny ranomasimbe Indianina (CJSOI), tanterahina atsy La Réunion, ny ekipa zazavavy U18, ho an’ny taranja volley ball (FMVB). “Efa vita avokoa ny antontan-taratasy rehetra sy ny fahazoan-dalana (Visa) handehanana ary nalefa any amin’ny konsilà eny Ankorondrano. Nomeny fotoana ny 4 aogositra izahay nefa efa tsy mety intsony satria hifarana ny 5 aogositra ny lalao rehetra”, hoy ny filohan’ny federasion’ny taranja volley ball, Randriamandimbisoa Jocelyn, omaly. Nambarany fa efa natao avokoa ny dingana rehetra sy ny fikarohana vahaolana, tonga hatramin’ny fanelanelanana samihafa, saingy tsy nahomby izany. “Tsy afaka manome visa, mialoha ny 4 aogositra izy ireo ary tsy afa-manoatra mihitsy…”, hoy ihany izy.

Na izany aza anefa, tsy kivy ny eo anivon’ny federasiona fa mitohy hatrany ny fanomanana ireo lalao iraisam-pirenena. “Anisan’ny miandry anay izao ny lalaon’ny tanora afrikanina, U18 hatao any Alzeria amin’ny taona 2018…”, hoy izy. Nanteriny fa manana mpilalao mahay sy tsara isika hiatrika izany, araka ny nambaran’ireo manampahaizana nampiofana azy ireo.

Synèse R.

News Mada0 partages

Alaotra: priorisation de la qualité de l’éducation

L’Alaotra-Mangoro prépare la prochaine rentrée scolaire dans le domaine pédagogique. Les enseignants locaux bénéficient actuellement de formations successives.

Des séances de formations sont prévues pour les enseignants non fonctionnaires ou «maîtres Fram» des 5 circonscriptions scolaires de la Direction régionale de l’éducation nationale de l’Alaotra-Mangoro le 7 août. L’initiative est destinée à rehausser le niveau des bénéficiaires afin d’améliorer la qualité de l’éducation dans la région où les résultats ont été en hausse au CEPE contre un niveau stationnaire des candidats aux épreuves du BEPC. Les équipes pédagogiques de la région ont été formées durant une dizaine de jours auparavant pour leur permettre d’assurer les encadrements au sein des établissements scolaires lors de la prochaine rentrée.

Dans le cadre de l’assainissement de l’éducation, 6 établissements scolaires privés des circonscriptions scolaires d’Ambatondrazaka et d’Amparafaravola seront fermés à cause de l’irrégularité de leur situation administrative.

Manou/Solo

News Mada0 partages

FIZAFATO: la contre-offensive en marche

Le renouvellement du bureau de l’association Fizafato continue d’alimenter les débats. Les déclarations des natifs de l’Androy ont déclenché la contre-offensive des partisans du président en exercice en essayant de disculper leur leader qui s’accroche à son siège.

Comme prévu, la contre attaque ne s’est point fait attendre après les piques lancées par les natifs de la région Androy, qui ont évoqué les dispositions transitoires adoptées après les dilemmes résultant de l’élection à la présidence de l’association des originaires de la province de Toliara, pour exiger le report des scrutins prévus, ce dimanche, dans la capitale. Des réactions en séries ont été menées pour justifier la position du président en exercice, hier.

Un groupe se présentant sous la dénomination de «Tanora Zanaky ny Faritra Atsimo», conduit par  Ricky, Kotoniaina et Gaetan, a réclamé la tenue de ces scrutins malgré les irrégularités et vice de procédures soulevés par le vice-président de l’association entouré des notables de la région Androy, la veille. Ces adeptes de la tenue de l’élection ont souligné d’emblée leur neutralité pour crédibiliser leur démarche en rappelant que leur revendication date de février 2017.

Bras de fer

S’opposant aux déclarations de ses notables,  l’association «Fikambanana TArean’Androy» (Fita Androy) de Votonambo dit Mosa a fait une déclaration en faveur des scrutins de dimanche prochain contre vents et marées avant la conférence de presse de ce groupe de jeunes au même endroit et le même jour. Mosa a directement précisé que sa démarche va dans le sens de l’intérêt de l’actuel président du Fizafato, Jean de Dieu Maharante, qu’il soutient.

L’ambiance risque d’être plus électrique que lors de la précédente élection donc pour les natifs de la province de Toliara résidant dans la capitale.

Manou

 

News Mada0 partages

Ambatondrazaka: olona valo indray matin’ny haromontana

Faritra mena amin’ny fihanaky ny aretina haromontana ao amin’ny faritra Alaotra Mangoro amin’izao fotoana izao. Olona valo indray matin’ity aretina azo amin’ny kaikitry ny alika ity ka ny dimy tao Ambatondrazaka raha tao amin’ny kaominina Bejofo kosa ny telo…

Mirongatra ny aretina haromontana ao amin’ny faritra Alaotra Mangoro. Manaporofo izany ny antontan’isa voaray avy any an-toerana. Olona valo indray namoy ny ainy noho ity valan’aretina avy amin’ny kaikitry ny alika mpirenireny ity. Ny dimy tao amin’ny kaominina ambonivohitr’Ambatondrazaka raha tao amin’ny kaominina Bejofo kosa ny telo.

Manoloana izany, nanao fanambarana ny prefen’Ambatondrazaka, Rakotondrasoa Daniel fa hisy hetsika manokana ho famonoana ireo alika mpirenireny manerana ny tanàna izay hotontosaina ny 8 aogositra 2017 ho avy izao hiadiana amin’ny firongatry ny haromontana ao amin’ny faritra Alaotra Mangoro. “Mila mandray andraikitra manandrify azy ny tsirairay manoloana ny firongatry ny haromontana. Faritra mena amin’ny fihanaky ny aretina haromontana izao ny aty amin’ny faritra Alaotra Mangoro”, hoy izy.

Tsy ny any amin’ny faritra Alaotra Mangoro ihany fa na eto an-drenivohitra aza, tsikaritra fa mitombo hatrany ny isan’ireo alika mpirenireny. Tsy voafehin’ny tompony intsony ny sasany amin’izy ireny ka mirenireny eny rehetra eny, hany ka manaitra olona ny hiafarany.

Jerem-potsiny izany. Tsy misy fandraisana andraikitra matotra avy amin’ny tompon’andraikitra manoloana ireny alika mirenireny ireny.

J.C

News Mada0 partages

DCAF: Nanao tombana ny asan’ny polisim-pirenena

Notanterahina afakomaly maraina teny amin’ny Madagascar Developpement Learning Center

Anosy ny atrikasa fanolorana ny vokatry ny tombana nataon’ny Centre pour la sécurité, le développement et l’Etat de droit (DCAF) avy any Genève teo amin’ny polisim-pirenena. Tamin’ny fahatongavan’izy ireo teto an-toerana nanao tombantombana efa-bolana lasa izay.

Nanokatra izany tamin’ny fomba ofisialy ny minisitry ny Filaminam-bahoaka, ny Contrôleur général de police, Andrianisa Mamy Jean Jacques. Atrikasa notanterahina nandritra ny roa andro hanaovana tombana ny fomba fiasan’ny Inspection générale de la police nationale. Niompana tamin’ny tatitra nataon’ireo solontenan’ny DCAF izany. Nisy, araka izany, ny tsoa-kevitra avy amin’ny fanadihadiana nataon’izy ireo teo anivon’ny polisim-pirenena momba ny fomba fiasan’ny Inspection générale de la police nationale nandritra ny fandalovan’izy ireo teto an-toerana efa-bolana lasa.

Tanjona, ho fanatsarana ny asa eo anivon’ny polisim-pirenena izay isan’ny vaindohan-draharaha ny ady amin’ny kolikoly. Sampana fototra ao anatin’ny polisim-pirenena amin’ny fanatanterahana ilay antsoina hoe « Reforme sur le secteur de sécurité » (RSS).

J.C

News Mada0 partages

Nohadihadin’ny polisy i Corinne sakaizan-dRakotoarivelo Mamy

Mahatratra 10 ireo olona efa nampanantsoina sy nohadihadina tao amin’ny polisy misahana ny heloka bevava tamin’ilay raharaha nahafaty an-dRakotoarivelo Mamy. Isan’ireo efa nohenoin’ny polisy ny mpanampiny tao an-tranony sy i Corinne, ilay tovovavy sakaizany”, hoy ny talen’ny sampandraharaha misahana ny serasera eo anivon’ny polisim-pirenena, ny kaomisera Ranaivoson Alexandre Sylvain. Ireo rehetra nifandray akaiky tamin-dRakotoarivelo Mamy, araka izany, dia samy nohenoin’ny polisy. Isan’ireo nohenoina koa ny anabaviny. Nohamafisin’ny polisy misahana ny heloka bevava kosa fa tsy mbola tonga eny amin’izy ireo ny valin’ny autopsie milaza ny antony nahafaty azy. “Tsy marina ny filazana fa hoe naiditra am-ponja ilay mpanampiny. Nohenoin’ny polisy izy ka afaka nody avy hatrany taorian’izay fa tsy naiditra am-ponja araka ny vaovao miely”, hoy hatrany ny fanazavan’ny kaomisera Ranaivoson Alexandre.

Tsiahivina fa nampiahiahy ireo zana-dRakotoarivelo Mamy ny nahafatesan-drainy ka nametraka fitoriana momba izany izy roa lahy. Aorian’ny fanadihadiana ataon’ny polisy no ahafantarana ny marina rehetra momba ity raharaha ity.

J.C

News Mada0 partages

Tohanan’ny Orange solidarité: CEG valo hahazo fanabeazana nomerika

Ho an’ny taom-pianarana 2017-2018, hitarina amin’ny sekolim-panjakana CEG valo ny fametrahana ny fanabeazana nomerika iarahan’ny minisiteran’ny Fanabeazana sy ny Orange solidarité Madagascar. Eo ny fizarana “tablette” hokirakirain’ny mpianatra eny anivon’ireo CEG ireo sy ny fametrahana fitaovana toy ny ordinatera efa misy “connexion” ahafahan’ny mpianatra mivelatra amin’ny teknolojia vaovao. Hisitraka izany fanabeazana nomerika izany ny CEG Tsimbazaza, Antanimena, Analamahitsy, Faliarovo Ambodiafotsy Ampitatafika, Ambodifasika Itaosy ho an’ny eto Antananarivo. Iantefany koa ny CEG Anivorano any  Antsiranana II, CEG Nosy Be ary ny CEG Dzamanjary Nosy Be. Nohavaozina omaly, teny Ankorondrano ny fiaraha-miasa teo amin’ny roa tonta tamin’ny fanaovan-tsonia teo amin’ny mnisitra, Rabary Paul sy ny filohan’ny Orange solidarité, Randriambeloma Josie.

Ankoatra izay, anisan’ny tetikasa hotohanan’ny Orange solidarité koa ny fametrahana ny “maison digitale” ho an’ny fikambanam-behivavy any Ambatondrazaka, ao Ambatomirahavavy sy ny any Ambalavao. Valo ireo hajoro miaraka amin’ny fikambanana enina hampandrosoana ny vehivavy hahaleo tena sy hifehy ny fivoarana entin’ny teknolojia vaovao.

Ampiana koa ny foibe maman kangourou manampy ireo ray aman-dreny niteraka zaza tsy ampy volana ka mila hafanana nefa tsy afaka mampiasa  “couveuse”. Efa misy foibe efatra miasa amin’izao fotoana izao, foibe enina vaovao hafa hisokatra miaraka amin’ny Compassion Madagascar ho fiahiana ny fahasalaman’ny zaza vao teraka.

Tao anatin’ny 11 taona, nanohana tetikasa 150 ny Orange solidarité Madagascar ary nampiasa vola hatramin’ny 11 miliara Ar. 800 ny fikambanana naira-niasa taminy nanomboka ny taona 2006 no ho mankaty.

Vonjy

News Mada0 partages

Antsohihy: « Somparan’ny « Samy Jao » ny « Lampogno » », hoy i Jean Rigo

Fialan-tsasatra, fotoana filanonana sy famohazana indray ny zavakanto sy ny kolontsaina malagasy, any amin’ny faritra tsirairay any. Toa sembanin-drahona izany ho an’ny any Antsohihy, faritra Sofia. Ataon’ny manampahefana sasany izay tsy hahafaty ny « Lampogno ».

Tato anatin’ny folo taona izao ary isaky ny herinandro farany amin’ny volana aogositra, manakoako, any Antsohihy any, ny fety. Tontosaina amin’io fotoana io ny « Lampogno », « festival » enti-manandratra sy mitrandraka ny kolontsaim-paritra. Tato anatin’ny taona maromaro anefa izay, misy ny fingampingana atao amin’ny mpikarakara izany, ny fikambanana Lampogno, tarihin’i Jean Rigo, mpanakanto tsy zovina intsony.

« Na teo aza izany, tanteraka hatrany ny hetsika noho ny fahatokisan’ny mpanohana sy ny fitiavan’ny mponina any an-toerana », hoy hatrany ity mpihira fanta-daza ity. Tsy nijanona hatreo anefa ny « raharaha ». « Rehefa tsy hitan’ireo manampahefana sasany intsony izay atao hanapotehana ity hetsika ity, namorona « festival » ihany koa izy ireo. Tsy vitan’izany, hataony herinandro mialoha ny « Lampogno » izy io, any Antsohihy any, ary niniana tsy asiana vidim-pidirana ny fampisehoana rehetra amin’io », hoy hatrany i Jean Rigo.

Raha ny nambaran’ity mpanakanto ity ihany, tsy fitiavana tsotra izao no antony faminganana sy hanapotehana ny hetsika ara-javakanto efa fikarakaran’izy ireo an-taona maro. Izany « Samy Jao » izany ny anaran’ilay « festival » iray hafa. Anarana tsy mifanalavitra amin’ilay manampahefana mikarakara azy ihany, araka ny filazan’i Jean Rigo hatrany.

Hanamarika ny 10 taona nijoroany ny « Lampogno »

Na izany na tsy izany, hotanterahina ny 24 hatramin’ny 27 aogositra ny andiany fahafolo amin’ny « Lampogno ». Hiavaka amin’ireo andiany teo aloha izy ity, satria sady hanamarihana io tsingerin-taona fahafolo io. Misy mihitsy ny lohahevitra manokana noraisina amin’izany, ny hoe « Tamboroho », izay midika hoe fiaraha-misakafo sy mifaly taorian’ny asa niaraha-nanatontosa.

Hita mandritra ity « festival » ity avokoa ny hetsika ara-javakanto sy ara-kolontsaina, ny fifaninanana ara-panatanjahantena ary ny hetsika ara-toekarena, indrindra ny lafiny fizahantany. Ho an’ny tontolon’ny zavakanto, hampiavaka izao andiany fahafolo amin’ny « Lampogno » izao ny fifaninanana dihy sy mozika nentim-paharazana, izay hibahan-toerana tokoa. Eo koa ny fifaninanana tovovavy tsara tarehy indrindra, izay tsy maintsy haneho ny soatoavina sy ny kolontsaina. Ankoatra ireo, handravaka ny diabe, izay efa mahazatra, ny fandefasana afomanga mandritra ny 25mn.

Landy R.

News Mada0 partages

Mahajanga Fetim-pianakaviana mandritra ny telo andro ny “Star Tour”

Niravona ny disadisa… Fiaraha-miasa tanteraka eo amin’ny orinasa Star sy ny kaominina Mahajanga ny hetsika “Star Tour”. Tanjona amin’izany ny hisian’ny fety iarahan’ny fianakaviana manontolo, mba hahazo ny anjarany ny rehetra.

“Tsy nisy mihitsy ny fanakanana ny fisotroana zava-pisotro misy alikaola, ary porofon’izany, misy ihany ny fivarotana labiera. Manamafy ny fanentanana sy ny fampahafantarana kosa anefa, mba ho tompon’andraikitra ny tsirairay”, hoy ny fanazavana nomen’ny ben’ny Tanànan’i Mahajanga, Mokhtar Salim, nandritra ny resadresaka nifanaovana tamin’ny mpanao gazety, omaly, tetsy amin’ny foiben’ny Star Andraharo.Fetim-pianakaviana no hiseho ny 18,19 ary20 aogositra izao, any Mahajanga. Hiara-hatao amina toerana roa ny fety: eny amin’ny Bord sy ny torapasiky ny Grand Pavois. Vao maraina, fanentanana hataon-dry Fou Hehy sy Bahrone, eny amin’ny torapasika. Arahina fifaninanana beach volley, beach soccer, beach pétanque, sns, izany.Fampisehoana isan-kariva ny eny amin’ny Bord. Hanomboka hanafana ny sehatra ry D’Alvis sy Nina’s ny zoma. Hanomboka amin’ny “carnaval” ny asabotsy atoandro, izay handraisan’ireo mpiara-miasa sy ireo sekoly,  sns, anjara. Amin’ny efatra ora hariva, fety hosantarin’ny zumba, arahin’ny seho hataon’ny G5. Hofaranan’i Jaojoby sy ny tariny amin’ny fampisehoana ny salegy izany. Marathon ny alahady, iarahana amin’ny federasiona misahana azy ity. Hamarana ny andiam-pampisehoana ny hariva ry Rak Roots sy ny tarika AmbondronA, hialohavan’ny afomanga. Misy ny toeram-pilalaovana hatokana ho an’ny ankizy. Fampandihizana ho an’ireo tanora, iandraiketan’ireo mpikosoka kapilan’ny RDJ’s Team, ampian-dry Nicki Di Manu sy Dj Sniper.Nanamafy ireo avy amin’ny Star fa hatao laharam-pahamehana ny fitandroana ny filaminana. Fanentanana mafimafy kokoa amin’ny zava-pisotro misy alikaola, indrindra ny fandrarana izany ho an’ireo tsy ampy taona sy ny mitondra vohoka. Nampanantena koa izy ireo fa hisahana ny fanadiovana mandritra sy aorian’ny fety.

Zo ny Aina

Ino Vaovao0 partages

HALATRA BAJAJY TAO MAHAJANGA : Hita teny amin’ny fasana Mangatokana ny karaokany

Nohamarinin’ny tompony anefa fa tonga ara-dalàna tao amin’io garazy ao Manjarisoa blôky fahadimy ny fananany ny alin’ny talata tokony ho tamin’ny 9 ora sy sasany alina rehefa avy nanatitra ny antotan-taratasiny sy lakilen’ilay bajajy ny mpamily mpanofa azy andavan’andro. Akory anefa ny hatairan’ity farany raha iny izy haka ilay bajajy rehefa handeha hiasa ny ampitso maraina, tokony ho tamin’ny 08 ora maraina tahaka ny efa fanaony andavanandro dia efa tsy tao amin’ilay garazy intsony ny bajajy.

Zendana ny tovolahy ka avy hatrany dia nampandre ny tompony, ary raikitra ny savahao sy ny sakana isan-karazany natao teny amin’ireo faritra maromaro noahiahiana, izay niarahana tamin’ireo mpitandro filaminana. Ora telo taorian’izay dia nahazo antso an-taribia ny tompon’ilay bajajy fa hita eny amin’ny fasana Mangatokana Antanimalandy ny bajajiny, izay sady efa voatsoaka daholo ny kodiarana telo sy ny labasy, ny motera ary ireo kojakoja maromaro tamin’ilay bajajy ka karaokany no hany sisa tavela teo.

Tonga nanamarina ireo rehetra ireo teny an-toerana moa ny polisy avy ao aminy paositra Tanambao Sotema. Notarihan’ny lehibeny Betombo Arminot Yves sy ny sefo fokontany Fiarena dit Tonga ary ny mpanao gazety. Ho an’i Razafindrabe Joseph Franco, tompon’ilay bajajy kosa dia miahiahy fa mety ho ilay mpamily ihany no nangalatra io bajajy io, saingy ny fanadihadihana farany ataon’ny kaomisera foibe no hany afaka hamaly izany mialohan’ny hanolorana ny raharaha eny amin’ny fitsarana.

Ilaina ihany anefa ny mba hitsongan’ireo mpampanofa bajajy ny mpamily azy ireny fa tsy dia ireo tsy adala tsy hendry rehetra izao dia hatokisana avokoa, sady mandady anie ny trambo eh !!!

INVMGA.

Ino Vaovao0 partages

ANTSOHA- AMBILOBE : Mpamily bajaj sady mpitondra fiara maty voakapa antsibe ny lohany

Toerana vao hiditra an’Antsoha, Ambodimanga tsy lavitra ny arabe no nahitana ny fatiny. Nofatorana ny tanany ary tapaka nokapaina tamin’ny antsibe ny lohany. Ny kibony koa nahitana dian’antsy maromaro ary tena loaka. Nihoson-dra ny toerana nahitana azy ary tsy lavitra teo no nijanona ny bajaj iasany. Tsy nisy nokitihana io bajaj io fa ilay lehilahy izao maty niharan’ny herisetra be izao. Mbola niakanjo ity farany fa tsy nahitana vola na zavatra hafa teny aminy toy ny vola na ny finday. 48 taona ity lehilahy maty ity ary manan-janaka dimy mipetraka ao Ambilobe tampon-tanàna.

Olona sendra nandalo no nahita ny razana sy nampandre ny mpitandro filaminana. Ny Polisy no nanao fizahana ny razana ary nidina teny amin’ny toerana nitrangan’ny loza ny manampahefana eto Ambilobe. Araka ny fanazavana noentin’ny vadiny, tsy nody an-trano izy ny alin’ny alarobia. Tsy mbola misy olona ahiahiany ho nanao ny famonoana.

Anatin’ny famotorana tanteraka ny Polisy. Nisy olona nilaza ho nahita azy kosa ny alarobia tokony ho tamin’ny 4 ora folakandro. Raha ny tombantombana, mety ho ny alina izany no namonoana azy.

Tsy fantatra mazava ny ao ambadik’ity raharaha ity.

Mandeha ny famotorana.

A.Lepêcheur

Ino Vaovao0 partages

AMBALAVAO - FIANARANTSOA : Andian-jiolahy tratra niaraka tamin’ny basy sy bala

Afak’omaly no niakatra Fampanoavana tao Fianarantsoa izy ireo ary naiditra am-ponja vonjimaika.

Nandravarava tamina Faritra maro manerana ny Nosy ireo andian-jiolahy ireto. Tsy ao anatin’ny Faritra Matsiatra Ambony ihany no lasibatra fa tonga hatrany amin’ny sisin-tany. Toeram-pivarotana lehibe iray tany Manakara no notafihiny iray volana lasa izay. Fanadihadiana niainga avy amin’ity farany no nahatratrarana azy ireo, herinandro vitsy lasa izay. Araka ny vaovao voaray dia raim-pianakaviana iray no maty tsy tra-drano notifirin’ireto olon-dratsy tamin’io fanafihana io, vehivavy roa hafa kosa no naratra mafy ary najifa ny lelavola mitentina 44 tapitrisa Ariary.

Nitsoaka avy hatrany ry zalahy rehefa nahavita ny asa ratsy.

Ny fikarohana sy ny fanadihadiana nataon’ny mpitandro filaminana tany Manakara no nahalalana fa olona avy any Ambalavao ireto nanafika ireto.

Teo no nandeha ny fikarohana ka niafara tamin’ny fahatratrarana azy dimy mianadahy ireto. Ny efa-dahy no fantatra fa mpanatanteraka ny asa ratsy mivantana raha mpampiantrano azy ireo kosa ilay vehivavy. Nandritra ny fisavana natao no nahatratrarana ireo entana maro be halatra niaraka tamin’ny basy sy bala fampiasan’izy ireo rehefa manafika. Voaporofo fa nanaovana ireo halatr’omby niseho lany tao Ambalavao ireto basy tratra ireto. Efa any am-ponja izy mianadahy ireto amin’izao fotoana izao.

Avotra Isaorana

Ino Vaovao0 partages

HETSIKA ARA-KOLONTSAINA : Homarihina any Antsohihy ny faha-10 taonan’ny festival Lampogno

Ny Distrikan’Antsohihy no hampiantrano ny fankalazana ny fahafolo taona nisian’ny “festival Lampogno” izay hotanterahina, ny 24 ka hatramin’ny 27 ny volana aogositra ho avy izao. Ny fikambanana Lampogno eto Madagasikara na ny ALM no mikarakara ny hetsika rehetra. Nambaran’izy ireo fa hiavaka noho ny hetsika rehetra efa natao hatramin’izay ny amin’ity indray mitoraka ity.

Hiavaka satria handray anjara amin’ny hetsika avokoa ireo mpanakanto malaza izay avy ao Antsohihy ihany, hisy ihany koa ny lalao ara-panatanjahantena, ankoatra izay dia hisy koa ny fanapoahana afomanga. Lohahevitra hovoizina mandritra ny efatra andro hanaovana ny hetsika ny hoe “Tambirô”.

Araka ny fanazavana noentin’ny tompon’andraikitra dia tsy mijanona fotsiny amin’ny maha hetsika ara-javakanto azy ny “festival Lampogno” fa mifandraika amin’ny fombafomba sy kolontsaina samihafa mampiavaka ny any an-toerana. Tanjona ao anatin’ny hetsika ny hanasongadinana ny fomban-drazana atao hoe “Lampogno” izay midika ho firaisan-kina, ao anatin’ny Distrikan’Antsohihy. “Ny Lampogno dia midika hoe fifanomezan-tanana ao anatin’ny fiaraha-monina. Raha misy asa tana-maro hatao dia tsy mandray karama ny olona fa zava-pisotro mahamamo no hifampizaràn’ny fiarahamonina”, hoy ny fanazavana voaray noentin’ny mpikarakara ny hetsika notarihin’i Jean Rigo. Ankoatra izay ahafahana manandratra ny kolontsaina ao anatin’ny Faritra Sofia ihany koa ny “festival Lampogno”.

Nambaran’ny tompon’andraikitra hatrany fa tao anatin’izay folo taona nisian’ny hetsika izay dia maro ny vokatsoa noentiny ho an’ny Faritra Sofia. “Maro be ny vokatra noentin’ny festival Lampogno ho an’ny Faritra Sofia, nitombo ny fotodrafitrasa tafatsangana ary nitombo ihany koa ny fahatongavan’ireo vahiny mpizaha tany any an-toerana”, hoy hatrany ny fanazavan’ireo mpikarakara.

Manoloana ny fisian’ilay “festival Samy Jao” kosa dia nanambara ny avy eo anivon’ny ALM fa fanakorontanana tiana hatao fotsiny ihany no antom-pisian’io hetsika iray io. Fantatra fa herinandro mialoha ny festival Lampogno ao Antsohihy no hanatanterahana ny “festival Samy Jao”. “Na ny anarana nampitondraina an’ity hetsika Samy Jao ity aza dia noentina hizahozahoan’ny olon-tokana fotsiny ihany, izay natao hanapotehana ny kolontsaina misy ao Antsohihy”, hoy ny solontena avy amin’ny ALM. Nanomboka tamin’ny taona 2007 no nisy hetsika Lampogno andiany voalohany izay notanterahina tao Mandritsara. Tsy nitsaha-nandroso ny hetsika ary tonga hatramin’ny fahafolo taona ary efa mijoro ara-panjakana amin’izao fotoana izao.

Avotra Isaorana

Ino Vaovao0 partages

HETSIKA FARAN’NY HERINANDRO : Maro ireo ala voly karakaraina ka anjarana sisa no misafidy

VAZO AN-GITARA

Handrotsirotsy ireo mpankafy etsy Anosy i Do Rajohnson

Mpanakanto fantatra eo amin’ny gadona milamindamina i Do Rajohnson. Anio manomboka amin’ny 8 ora alina no hiaka-tsehatra eny amin’ny Cercle Franco Malgache ity mpanakanto avy eto an-drenivohitra ity. Mampanantena ambiansy ho an’ireo mpankafy ho avy hanotrona azy hatramin’izay ny lehilahy.

MANALA AZY ZOKINY

Hampilanonana ny Arena Ivandry i Olombelo Ricky

Taorian’ny hetsika mahazatra “Manal’azy vita Bacc” fataon’i Olombelo Ricky isaky ny vita fanadinana bakalorea dia hiaka-tsehatra hanafana seho takariva eny amin’ny Arena Ivandry i Olombelo Ricky. Hihaona amin’ireo mpankafy na mpanaraka ny “Manal’azy vita bacc” tany amin’ny nanombohana ity seho iray vita fanadinana ity, tany amin’ny 25 taona lasa, etsy amin’ny Arena Ivandry ity mpanakanto efa fanta-daza amin’ny mozika malagasy ity, anio hariva amin’ny 8 ora. Hohirainy ao avokoa ireo hira nahafantarana azy hatramin’izay toy ny « Hadinony ianao », « Tsy mety milaza », “Ikalangita”, sns.

MILAMINDAMINA

Hampiala voly ny Espace Nombantsoa By pass ny tarika Rebika

Ela tsy tazana. Seho takariva miavaka indray no hoentin’ny tarika Rebika etsy amin’ny Espace Nombantsoa By pass, anio manomboka amin’ny 8 ora. Tarika manana ny lazany eo amin’ny gadona mozika maro samy hafa izy ireto. Hitondra ireo hira naha kalaza ny tarika hatr’izay izy ireto amin’ity seho takariva hampiala voly ireo mpankafy ity. Mampanantena fahafaham-po tanteraka azy ireo kosa ny tarika amin’io fotoana.

ROCK

Hanafana ny sehatry ny Piment café Behoririka i Kiaka

Niverina hiaka-tsehatra indray i Kiaka anio etsy amin’ny Piment Café behoririka, manomboka amin’ny 9 ora alina. Hafana noho izany ny alim-pandihizana hiarahan’ity mpanakanto mivoy ny gadona rock ity amin’ireo mpankafy izany. Antenaina, araka izany, fa ny masoandro hiposaka no hampalahelo amin’ny fiarahana amin’ity mpanakanto kalaza ity.

VARIETEHampiara-peo etsy amin’ny Cemes Soanierana i Lôla sy Njakatiana

Seho goavam-be miavaka no hotontosain’ny mpanakanto roa samy manana ny maha izy azy eo amin’ny tontolon’ny mozika, etsy amin’ny Cemes Soanierana. Anio manomboka amin’ny 9 ora alina no fotoanan’izy ireo amin’ny mpankafy. Fampiaraham-peo izay tena tsy hanam-paharoa no hafanain’i Lôla sy Njakatiana ao amin’ity toeram-pilanonana ngeza ity.

Mpanakanto roa samy manana ny talentany eo amin’ny sehatry ny zavakanto izy ireto ka amin’io fotoana io ihany koa dia samy hampiseho ny maha izy azy ny roa tonta. Ambiansy tropikaly tanteraka no hanafana ireo mpankafy amin’io seho takariva miavaka io.

Nangonin’ i Pounie

Ino Vaovao0 partages

SOMAROHO ANDIANY FAHAEFATRA : Anaty fety tanteraka ireo vahoaka tonga maro ao Nosy Be

Tonga hanotrona ity hetsika goavam-be ity avokoa ny ankamaroan’ ireo Malagasy monina any ivelany, noho ny fitiavan’izy ireo ny ambiansy manokana atolotry ny tarika Wawa.

Nanomboka tamin’ny talata 2 aogositra lasa teo, ka hatramin’ny 6 aogositra ho avy izao dia milomano anaty fety sy hafaliana tanteraka ny vahoakan’i Nosy-Be Hell-Ville miaraka amin’ireo mpanakanto malagasy sy vahiny ary ireo mpizaha tany, mandritra ny fankalazana ny festival Somaroho, izay tohanan’ny orinasa Telma.

Raha ny vaovao voaray dia efa rakotra olona ny tanàna ary misesisesy ny fety miaraka amin’ireo hetsika madinika isan-karazany. Taloha, raha somary sadaikatra ny olona ny hiala sasatra any Nosy-Be dia efa mihamaro kosa ireo misafidy ny handeha any an-toerana noho ny fisian’ireo hetsika maro samihafa. Efa feno avokoa ny ankamaroan’ireo toerana fandraisam-bahiny ary ny ankamaroan’ny olona dia nanofa ireny toeram-pianarana na tranon’olon-tsotra ireny mandritra ny fandalovan’izy ireo ao Nosy-Be.

Mandra-maraina

Efa mianoka tanteraka ao anatin’ny fety aman-danonana ireo mpanotrona any Nosy Be, ka ny talata lasa teo, ohatra, dia ny fifaninanana bika aman’endrika “Miss et Mister Afro Somaroho” no notontosaina. Fifaninanana izay nandraisan’ny tovolahy sy tovovavy miisa 18 anjara. Izy ireto izay samy nanana ny volo lava na “afro” na ireny somary olioly. Nahitana fifaninanana fanatanjahantena toy ny baskety, izay nandraisan’ireo mpilalao dimy sangany tao amin’ny ekipa N1A Madagasikara, anjara.Nanomboka afak’omaly ny seho an-tsehatra isan-karazany izay nandraisana mpanakanto malaza maro anjara.

Ny maraina dia toy ny mahazatra, nosokafana tamin’ny alalan’ny diabe na “carnaval” ny hetsika. Olona maro no nandray anjara tamin’izany, izay samy nisalotra fitafy manaitra sy mampiseho kolontsaina avy any Nosy Be avokoa. Nihodina manerana ny tanàna ny rehetra ary tehaka sy horakoraka no nandraisan’ny mpijery ireo mpilahatra. Nizotra avy hatrany tany amin’ny kianjan’ Ambodivoanio ny rehetra avy eo ary tany no nanatanterahana ny fanokafana ofisialy ny hetsika.

Pounie

Ino Vaovao0 partages

FOARABEN’NY LOJY MITSANGANA SY VOAMAINA : Tontosa ny faran’ny herinandro teo, nahitana fahombiazana

Ambondromamy no nampiantrano ny foara “Lojy mitsangana sy voamaina” andiany faharoa, ny zoma 28 hatramin’ny Alahady 30 jolay. Raha voalohany maneran-tany amin’ny vokatra lavanila i Madagasikara, dia faharoa manerantany kosa izy amin’ny vokatra Lojy, ary ny faritra Boeny no mamokatra ny ampahany betsaka amin’izany, hoy ny Tale jeneralin’ny Fambolena, Andriamatoa Ranarivelo Fanomezantsoa, izay nisolotena ny Minisitra eo anivon’ny Fiadidina ny Repoblika misahana ny Fambolena sy ny Fiompina mpiahy tamin’ny fanokafana ofisialy ny foara.

Sehatra natao hampihaonana ireo mpamokatra sy mpandraharaha mpikarakara sy mpikirakira ary ireo teknisiana mba hampiroboroboana maharitra ny vokatra Lojy sy voamaina eto Boeny no nanaovana ny foara. Ny ministera mpiahy, amin’ny alàlan’ny fandaharan’asa Prosperer Boeny, miaraka amin’ireo mpisehatra rehetra ao amin’ny seha-pihariana Lojy no mikarakara azy ity.«  Antsika jiaby miara-miasa hampiakatra ny fari-piainan’ny tantsaha, hampandroso ny toe-karen’ny faritra  »  no lohahevitry ny andiany faharoa.

Ka raha ny anjara andraikitry ny Faritra Boeny manokana hoy ny lehiben’ny Kabinetra, Andriamatoa Hemedy dia tamin’ny alàlan’ny famoahany ny lalànam-paritra 039/15/BN/CR mifehy ny seha-pihariana Lojy nanomboka ny taona 2015. Ny faritra Boeny notarihan’ny lehiben’ny faritra Said Ahamad Jaffar ihany koa no niaraka nanangana ny Vovonan’ny seha-pihariana Lojy ny taona 2015, niaraka tamin’ireo mpisehatra rehetra sy ireo Foibem-paritra voakasika mivantana. Nivoatra hatrany izany lasitra lalana izany ary nentina namaritra ny Marché contrôlé du Black eyes, tamin’ity taona ity, izay samy efa am-perinasa avokoa. 

Mpamboly miisa 100 mahery avy any amin’ireo kaominina 12 ao amin’ny distrikan’Ambato Boeny, ary solontena avy ao Marovoay sy Mahajanga II no nandray anjara. Lojy mena, Lojy mainty maso, Tsororoka, Tsiasisa, Katsaka. Ireo no voamaina tena nibahan-toerana nandritra ny foara. Efa nisy sahady ny fitsirihana isaka ny trano hevan’ny tantsaha ny habetsahan’ny vokatr’izy ireo ho an’ny filàn’ny COMESA (Common Market of Eastern and Southern Afirca) araka ny tatitry ny Tale vonjy maikan’ny fampandrosoana ny faritra Boeny, Andriamatoa Randriambololona Marcelin. 

Ankoatra ny tantsaha mpamboly, dia tao koa ireo mpivarotra fanafody famonoana bibikely sy zezika ilaina manokana ho an’ny voly Lojy sy ho an’ny voly hafa. Tao koa ny Fofifa izay nampahafantatra ireo mpamboly, ireo masomboly voafantina sy nohatsaraina. Anisany nahaliana ireo tantsaha ireo fitaovam-pambolena vokarin’ny Foibe fampiofanana sy fampiharana ny fitaovam-pambolena na CFAMA, (Centre de Formation et d’Application du machinisme agricole) ao Ivory, Antsirabe. Nanaovana andrana ny masinina famoasana Lojy iray, izay mitentina 8 tapitrisa ariary, ary tsapan’ireo mpamboly fa manampy betsaka azy ireo tokoa izy io. 

Tanora mioitra maromaro izay nahazo tohana ara-piofanana avy amin’ny Prosperer ary efa mamokatra zanakazo, volotsangana, cocombre, ary manao asa tanana, zaitra, fiompiana trondro, ary akoho amam-borona  : samy nandray anjara tamin’ity foara ity avokoa ary nisy ireo notolorana fitaovana. Ny prosperer moa dia manohana tanteraka ireo tantsaha aty amin’ny faritra Boeny, ny ‘chambre de commerce’ kosa dia manohana ireo mpandraharaha manomboka amin’ny mpanangom-bokatra hatramin’ny mpanondrana. Nitombo 50%  ny mpandray anjara raha ampitahaina tamin’ny taon-dasa hoy ireo mpikarakara. Tsiahivina fa tao amin’ny kaominina ambonivohitr’ Ambato Boeny ny foara Lojy mitsangana andiany voalohany ny taona lasa.

Betsaka ny fifanankalozana

Anisany fitarainan’ny tantsaha nandritra ny fanokafana kosa ny tsy fahampian’ny fahalalan’izy ireo ny amin’ny teknika ara-pambolena sy fiompiana. Ankilan’izay anefa ny mpamboly katsaka ao amin’ny kaominina Ambesisika, distrikan’Ambato Boeny kosa rehefa nahazo fiofanana ara-teknika tamin’ny Prosperer, dia mampanantena vokatra valo taonina isaka ny hekitara (8t/ha) amin’ity taona ity ary efa afaka mampianatra ireo tantsaha namany.

Nandritra ireo loabary andasy nandritra ny telo andro nifanesy, izay fandaharam-potoana nahasarika olona maro, no nivoahan’ireo fifanakalozana ireo. Teo koa ny fampianarana narahina fifanakalozan-kevitra mikasika ny ‘Traçabilité’ na zotra fihariana ny omby, ny fomba fampiasana ny fanafody famonoana bibikely, zezika simika sy organika, ny fanamorana ny fahazoana masomboly sy fitaovam-pamokarana ary ny fampindramam-bola madinika ho an’ny tantsaha.

Nofaranana tamin’ny fanolorana marim-pankasitrahana ho an’ireo mpandray anjara ny foara Lojy mitsangana sy voamaina andiany faharoa ny Alahady 30 jolay. Ka natolotra ny kaoperativan’ny tantsaha Tamia avy ao Ambato Boeny, tamin’ny an-tsasa-bidiny ilay milina famoasana Lojy ary ny Prosperer Boeny no mandoa ny antsasany, efatra tapitrisa ariary.

Nangonin’i Vanessa

Ino Vaovao0 partages

FANAMPIANA NY TANTSAHA : Mahavita fitaovam-pikapohana vary mitsitsy sy kinga ny Alimag

Fitaovana fikapohana vary na “batteuse”izay tena mitsitsy sy kinga no isan’ireo fitaovana miavaka novokarin’izy ireo.

Mahavita mikapoka vary iray taonina isan’ora ary zara raha mahalany gazoala iray litatra, ity fitaovana iray ity. Vokarin’izy ireo ao koa ny fitataovana fitetehana tahom-bary hanaovana zezika “compost” izay mandeha amin’ny pedaly ihany koa. Ny fitaovana tena ilain’ireo tantsaha any amin’ny tontolo ambanivohitra no amboarin’ny orinasa Alimag ao Arivonimamo.

Araka ny fanazavana nentin-dRamanambohitra Mamy Alain, mpitantana ny orinasa dia manambaka ireo fitaovana hafa izay efa ampiasain’ireo tantsaha any ambanivohitra ireo fitaovana vitan’ny orinasa io, izay manomboka any amin’ ny fikojakojana ny tany ka hatrany amin’ny fiotazana ny vokatra. Any amin’ny “quincaillerie” avokoa kosa no ividianana ireo kojakoja ilaina amin’ny fanamboarana ireo fitaovana roa ireo.

Azo antoka sy mafy ireo fitaovana ireo fa ny moterany ihany angamba no mety misy fahasimbany nefa afaka amboarina izany, hoy ny fanazavan’ny tompon’andraikitry ny orinasa. Maharitra dimy taona ireo fitaovana ireo ary mbola misy antoka. Mila manao kaomandy mialoha amin’ny mailaka “alimagrama@gmail.com” raha te-hividy ireo fitaovana ireo. Efa folo taona no nitsanganan’ity orinasa ity. Niaraka tamin’ny “Fao prosperer” sy ny “Cfma” no nanaraka fiofanana sy naka traikefa ny mpitantana ny orinasa.

INVT

Ino Vaovao0 partages

NOSY BE : Tafakatra 1 000 Ariary vidin’ny iray kapoaka amin’ny vary amin’izao fotoana izao

Ireo entana ilaina amin’ny fiainana andavanandro no tena tsy mitsaha-miakatra toy ny vary, siramamy ary misy amin’ireo entana hafa aza no efa hifampitadiavana vao hita eny an-tsena toy ny lafarinina.

Araka ny vaovao voaray avy any an-toerana dia mahatratra hatrany amin’ny arivo Ariary ny vidin’ny iray kapoaka amin’ny vary manintry any an-toerana raha mihazohazo eo amin’ny 750 Ariary ka hatramin’ny 650 Ariary kosa ny iray kapoaka amin’ny vary vao sy ny vary izay vokarina amin’ireo faritra mpamokatra eto Madagasikara. Fantatra fa saika amin’ny kapoaka avokoa ny hamarotan’ireo mpivarotra ny vary fa tsy misy intsony ny amin’ny kilao mba hahazoan’izy ireo tombony kokoa.

Velon-taraina ny mponina, tra-pahasahiranana tanteraka satria ankoatra ireo entana tena mamatsy ny fiainana andavanandro dia efa tsy zaka vidiana intsony ihany koa ny legioma ao an-tampon-tanànan’i Nosy Be. Manoloana izao trangan-javatra izao dia manahy amin’ny mety ho firongatry ny varo-maizina ny mponina.

Avotra Isaorana

Tia Tanindranaza0 partages

Antoha AmbilobeNahitana fatin-dehilahy iray efa tapa-doha

Taorian’ilay zazavavy kely vao dimy taona monja nisy nanolana dia namono tao Ambilobe dia fatin-dehilahy iray indray no hita tao amin’ny Fokontanin’Antsoha,

 Ambodimanga omaly maraina tokony ho tamin’ny 06 ora sy sasany. Nofatorana ny tanànan’ity lehilahy ity raha efa tapaka nokapaina tamin’ny antsibe ihany koa ny lohany. Nahitana dian’antsy  maromaro ihany koa ny  kibony no sady goaka. Tsy lavitra  ity razana ity anefa no nisy ilay bajaj fitaovam-pitaterana hitadiavany vola  isan’andro  mandeha mitatitra entana any ambanivohitra izay marihina fa tsy nisy nokitihina na dia kely aza. Olona sendra nandalo no nahita ny razana raha araka ny vaovao azo ka  nampandre ny mpitandro ny filaminana. Raha araka ny fanazavan’ny vadin’ny maty moa dia tsy nody  Itompokolahy afaka omaly alina, raha tsy mpanao izany izy. 48 taona ny lehilahy raha miisa dimy kosa ireo zaza naterany. Misokatra ny fanadihadiana mikasika ny raharaha.

.

Patty

 

Tia Tanindranaza0 partages

Soavinandriana ItasyFianakaviana 300 mahery no ahiana ho very fivelomana

Hitrangana ady tany goavana any Soavinandriana, Faritra Itasy amin’izao fotoana izao. Fianakaviana 300 mahery mivelona amina tany 569 ha mantsy no ahiana ho very asa fivelomana.

 

 Raha araka ny fanazavan’ny solontenan’izy ireo tamin’ny mpanao gazety omaly dia efa tamin’ny andron’ny fanjanahan-tany  ny razam-ben’izy ireo no nanajary io tanibe  io izay nomarihiny  manokana fa tany  volkanika tena  mamokatra tokoa. Niezaka ny nikarakara izany tany izany izy ireo mandraka ankehitriny no sady efa nangataka izany  tamin’ny fanjakana ihany koa. Ankehitriny anefa  dia velon-taraina izy ireo fa misy Ministra iray teo aloha mikasa ny hanala azy amin’io tany io  no sady ato ho ato fa tsy afaka miandry. Raha sanatria ka tanteraka izany hoy hatrany ity solontenan’ny mponina avy any Soavinandriana ity dia  mponina an’arivony no ho very asa tanteraka ka tsy hisy hianatra intsony hatramin’ny mpianatra. Raha araka ny fantatra hatrany moa dia katsaka no volen’izy ireo amin’io tany 569 ha io ankehitriny. Hisy ny fitondrany ny raharaha fanin-droany eo anivon’ny Fitsarana taorian’ny efa niakaran’izany voalohany.

Pati

Tia Tanindranaza0 partages

Fanabeazana maha olom-pirenenaHatao taranja manokana

Laharam-pahamehana ao anatin'ny teti-pivoarana ho an'ny fanabeazana (PSE) ny fametrahana fanabeazana mangarahara ao anaty tontolo mahafinaritra mikendry sy mikolokolo ny ankizy ho tonga olom-pirenena vanona

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

ORANGE Solidarité Madagascar7 taona nanaovana asa sosialy

Efa fito taona ny nanaovana asa soa teto amintsika ny fikambanana « Orange Solidarité Madagascar » ankehitriny, sampana iray eo anivon’ny orinasam-pifandraisana Orange.

 Foto-drafitrasa mihoatra ny 500 no efa natsangany tao anatin’izany manerana ireo faritra 22. Mihoatra ny 10 miliara Ar ny vola efa lany tamin’izany raha araka ny fanazavan-dRtoa Randriambelona Josia, filohan’ny fikambanana raha mihoatra ny 50.000 ireo ankizy tafiditra an-tsekoly. Tsy hijanona hatreo anefa izany asa sosialy tanterahin’izy ireo izany. Nisy indray mantsy omaly ny Sonia fifanekem-piaraha-miasa notanterahiny niaraka tamin’ny Ministeran’ny Fanabeazam-pirenena sy ny Ministeran’ny paositra sy ny fifandraisan-davitra, tetikasa haharitra 12 volana. Ho an’ny sehatry ny fanabeazana manokana dia sekolim-panjakana miisa valo no hahazo tohana avy amin’izy ireo amin’ny alalan’ireo karazam-pitaovana nomerika toy ny solosaina sy ny tablette manomboka amin’ny taom-pianarana vaovao ho avy io. Anisan’izany ny CEG tsimbazaza, Antanimena, Analamahitsy, Faliarivo Ambodiafontsy Ampitatafika, Ambodifasika Itaosy, Anivorano Diégo II, Nosy be, ary Dzamanjary Nosy Be. Toraka izany ka ny fananganana CSB II  iarahana amin’ny ONG vozama amin’ny alalan’ny village Orange, ny fanavaozana  sekoly ambaratonga fototra sy fampidirana rano fisotro madio ho an’ny kaominina ambanivohitra Andrainjato Atsinanana, ao amin’ny Faritra Matsiatra Ambony…

Pati

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

STAR Tour MahajangaEntina hamalifaliana ny mpanao vakansy

Anisan’ny tanàna iray tena be mpiala sasatra tokoa rehefa fotoam-pialan-tsasatra lehibe tahaka izao ny ao an-drenivohitr’i Mahajanga.

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fikambanan’ny Zanaky ny Faritany ToliaraMikorontana ambony ambany

Tsy mitsahatra mitombo ny tsy fitovian-kevitra eo amin’ireo mpikambana FIZAFATO amin’izao ankatoky ny hanatanterahana ny fifidianana voalaza fa ho tanterahina amin’ny alahady 6 aogositra izao etsy amin’ny ANS Ampefiloha.

Orange Madagascar0 partages

Le MPTDN ouvert et soutient toutes les initiatives en faveur du développement de l'économie numérique du...

Le partenariat public-privé bat son plein, pour le développement numérique à Madagascar. Le Ministère des Postes, des Télécommunications et du Développement Numérique (MPTDN), en tant que Ministère de tutelle, soutient les opérateurs économiques, dans les actions pour la promotion du développement numérique du pays. Ces initiatives cadrent le projet présidentiel « Numérique pour tous », qui vise un accès universel au numérique pour accélérer la croissance, d’après le ministre Neypatraiky André Rakotomamonjy. C’est dans cette optique que son Département a demandé au Gouvernement la Taxation Zéro pour les matériels et équipement de nouvelles technologies, afin d’alléger les coûts pour les opérateurs et les investisseurs. Force est de confirmer que le MPTDN encourage toutes initiatives menant au développement de l’économie numérique de la Grande-île. 

Pas plus tard que le 3 août 2017, de nouveaux projets de mécénat pour le développement numérique, ont été présentés à la Tour Ankorondrano, au siège d’Orange Madagascar. Il s’agit de renouvellement des Programmes menés par Orange Solidarité Madagascar, depuis 2014, pour l’éducation numérique auprès de 88 établissements scolaires publics dans les 22 régions du pays. Avec ce renouvellement, 8 nouveaux CEG bénéficieront également du Programme (CEG de Tsimbazaza, Antanimena, Analamahitsy, Faliarivo Ambodiafontsy Ampitatafika, Ambodifasika Itaosy, Arivorano Diégo, Nosy-Be Hell-Ville, et Dzamanjary Nosy-Be. Outre ces établissements, 12 Maisons Digitales pour les femmes ont également été créées, depuis le lancement du Programme, pour former les femmes sur l’utilisation d’outils numériques. Cette année, 8 nouvelles Maisons digitales seront déployées avec 6 associations partenaires.

Les parties prenantes, main dans la main

La cérémonie de présentation des projets de mécénat a été assistée par le Ministre (MPTDN) Neypatraiky André Rakotomamonjy, le Ministre de l’Education Nationale (MEN), Paul Rabary, la présidente d’Orange Solidarité Madagascar, Josie Randriambeloma, ainsi que les représentants des organismes bénéficiaires des projets en question. A l’occasion, le ministre Neypatraiky Rakotomamonjy a confirmé son soutien aux initiatives d’Orange Solidarité et ses partenaires, pour cette action au développement de Madagascar. Il a également mis en avant la collaboration entre le MPTDN et le MEN, dans le cadre de la réalisation du programme du Gouvernement, qui vise à soutenir la jeunesse malgache et à réduire la fracture numérique dans le pays. 

Cette collaboration a permis, depuis 2014, à l’Etat de doter de nombreux écoles et lycées publiques de matériels informatiques et des outils de nouvelles technologies. « L’utilisation fréquente des outils numériques par les élèves, avec une évolution des pratiques pédagogiques des enseignants peuvent contribuer fortement au développement de l’enseignement et à lutter contre la déscolarisation et le taux d’analphabétisme dans le pays », explique le ministre Neypatraiky Rakotomamonjy. Pour le MPTDN, la collaboration avec les autres départements ministériels, ainsi qu’avec le secteur privé, est toujours sollicitée, pour favoriser le développement numérique.

Orange Madagascar0 partages

Douane malgache et douane américaine : pour une meilleure collaboration dans la mise en œuvre de l’AGOA

La semaine du 31 juillet au 4 aout, la Direction générale des douanes malgache a reçu des agents de l’administration douanière américaine, « l’US Customs and Border Protection », pour une mission de suivi et de contrôle.

De par son appartenance à l’Organisation Mondiale des douanes, la douane malgache bénéficie d’opportunité d’échange de meilleures pratiques de partage d’expérience et de collaboration avec d’autres administrations douanières. C’est dans ce contexte qu’elle a accueilli la douane américaine « l’US Customs and Border Protection » pour une durée d’une semaine. Cette visite s’était surtout focalisée sur une coordination des actions en lien à la mise en œuvre de l’AGOA à Madagascar et en une visite de contrôle au  sein de 7 entreprises franches majeures à Antananarivo. 

Les descentes faites au sein de ces usines ont été concentrées sur le contrôle et vérification documentaire des registres administratifs, législatifs et commerciales de l’entreprise, la conduite de série d’interviews auprès des responsables au sein de l’usine et de la visite de la chaine de production. Aucune anomalie majeure n'a été constatée. Par ailleurs, les deux parties ont été unanimes sur les efforts et les innnovations que les entreprises bénéficiaires de l'AGOA ont mis en oeuvre et que les accompagnements et informations dispensées par la douane malgache leurs ont été bénéfiques. 

Les visites d’usines, comme celles-ci menées conjointement par la douane malgache et la douane américaine, témoignent de l’engagement constant de l’administration douanière dans sa position de garant du respect des règlementations et procédures liées à l’AGOA.

Pour rappel, cela fait près de 3 ans que l’AGOA – Africa Growth and Opportunity Act –accord de libre-échange entre les Etats-Unis et certains pays africains, a été réintroduit à Madagascar. les retombées économiques et sociales ne sont pas moindres. Ne serait-ce que pour l’année 2016 qui a vu une augmentation de production de 47,5 millions de dollars en terle de valeurs par rapport à 21,9 millions de dollars pour 2015.  Pour le premier trimestre de 2017, en phase avec le nombre d'entreprises aggrées au nombre de 32 dont 18 ayant déjà exportés, le volume d'exportation dans le cadre de l'AGOA a pu atteindre les 26 millions de dollars, soit 4,7 milliers de tonnes en quantité. 

La mise en place de l’AGOA est un pilier fondamental pour l’atteinte des objectifs fixés par le gouvernement malgache pour l’atteinte des objectifs du Plan national de développement et donc pour la croissance économique de la nation. Garant de la mise en place effective de l’AGOA, et donc de l’atteinte des objectifs économiques fixés par l’Etat, la douane malgache a défini, en plus des règlementations douanières cadrant toute opération d’exportation liées à l’accord, des dispositions diverses contribuant à la performance des entreprises et de s’assurer de leur maintien dans la liste des entreprises bénéficiaires de l’accord.

Des séances d’information sur les règlementations et les dispositions légales liées à l’implémentation de l’AGOA, des séances de formation spécifiques liées aux aspects techniques des procédures requises pour l’AGOA ont donc été dispensées pour les entreprises franches. Aussi, le contrôles et visites au niveau des usines ont été multipliés et renforcés ; l’objectif final étant de veiller au respect des procédures et, en cas de non-conformité et de non-respect, de présenter des orientations et directives aux entreprises. A titre d’exemple, cette année 2017 la direction générale des douanes, à travers la Division Entreprises franches AGOA du service de pilotage et de coordination des bureaux de douanes au sein de l’administration a dispensé des formations sur les procédures de dédouanement, plus précisemment sur les mesures servant à la traçabilité et l'identification des marchandises destinés à l'AGOA. AU total 32 entreprises franches ont pu bénéficier de cet accompagnement. 

La Vérité0 partages

Star tour Mahajanga - Trois jours de fête…conviviale !

Depuis plusieurs années et jusqu’à maintenant, Mahajanga reste toujours la destination- phare des familles en  période de vacances. Depuis la semaine dernière, la ville est déjà investie par une foule immense. Cette dernière s’accumulant surtout dans la soirée sur le « Bord de la mer », se trouvant juste à côté du Baobab Be, un arbre emblématique de la ville des Fleurs.

Cette place est avant tout un lieu de retrouvailles. Beaucoup de personnes en profitent pour se faire de nouveaux amis ou rencontrer des connaissances de longue date. Des personnes de tous âges viennent en famille pour partager le souffle du vent vers la tombée de la nuit. Mahajanga fait indéniablement partie des destinations les plus prisées par les assoiffés d’évasion. Tous les ingrédients sont au menu pour accueillir les habitués de fête, tout simplement pour satisfaire tout le monde. Justement, pour mettre encore plus de la couleur et d’ambiance sur le lieu mythique qu’est « la plage », durant les grandes vacances, la société Star organise un grand événement sobrement intitulé « Star tour Mahajanga – La destination familiale ». C’est en partenariat avec la Commune urbaine de Mahajanga et l’Office du tourisme de Boeny que le groupe Star lance ce concept dans le seul but de ravir les vacanciers gratuitement. L’événement se déroulera donc les 18, 19 et 20 août prochains sur deux sites à savoir, le bord et le Grand pavois. Ainsi, plusieurs activités seront au programme pour cette édition s’annonçant déjà grandiose. Les tout-petits, les jeunes et même les grandes personnes auront chacun leur part du gâteau car les organisateurs ont déjà tout bien planifié. Un espace pour enfants sur lequel seront installés des manèges gonflables, divers jeux. Une kermesse sera également mise en place au bord, en ville. Pendant ce temps, les parents pourront s’amuser en faisant du karaoké tout en buvant les boissons de la Star. AnimationsLes fêtards ne risqueront pas de s’ennuyer car des animateurs seront sur scène comme Barhonne, Fou’Hehy. Des grosses pointures du showbiz national seront d’ailleurs de la partie pour des prestations de qualité. Il y aura D’Alvis et Nina’s pour le fameux vendredi joli, ouverture du show, G5 et Jaojoby et son salegy mafana le samedi puis  Rak Roots et Ambondrona le dimanche, clôture de la manifestation. En fin de soirée, les jeunes et moins jeunes pourront s’ambiancer avec les derniers tubes en vogue du moment avec des disc-jockeys de la Rdj’s Team, Dj Nicky Di Manu et Dj Sniper. Le samedi, un carnaval sillonnera la ville et entrainera les partenaires de l’événement dont Orange et Salto, les écoles et les associations dans une ambiance joyeuse et festive. Des animations seront au menu sur le grand pavois et dès la matinée, les familles peuvent  jouer au beach soccer, beach volley, beach pétanque, à l’olympiade en famille, au limbo, au goal Caprice, au château de sable et prendre des photos devant le photobooth. Avant la clôture de l’événement, il y aura un concours de ramassage d’ordures. Celui qui arrive à en collecter le plus sera récompensé par des boissons Star d’une valeur de 200 000 Ar. « Il n’a jamais été question  d’interdire la consommation, ni la vente de boisson alcoolisée, mais de rendre chacun responsable de sa propre consommation. C’est l’incitation et la communication autour de l’alcool qui est interdite, et d’ailleurs c’est une loi en vigueur à Madagascar. Ce Star tour n’est que le début d’une collaboration entre le groupe Star et la commune de Majunga qui pensent déjà à d’autres collaborations »,  dixit le maire Mokhtar Andriantomanga.Tahiana Andrianiaina

La Vérité0 partages

Projet « Asotry » - Instaurer la sécurité alimentaire dans 3 Régions

« Asotry », un projet de lutte contre la malnutrition, et financé par l’Agence des Etats-Unis pour le développement international (Usaid), cible les trois Régions les plus malnutries de Madagascar, notamment le Sud-ouest, la Haute-Matsiatra et l’Amoron’i Mania. Ce projet, ayant démarré en 2014, œuvre dans différents domaines à savoir l’agriculture, la santé et les catastrophes naturelles. 3 Ong telles que « Lando’Lakes », « Adventist Development and Relief Agency Madagascar (Adra), et l’Association Intercoopération Madagascar (Aim) », assurent la mise en œuvre du programme de l’« Asotry ». 

Dans le secteur de la santé, les principales cibles sont les femmes enceintes, les mères allaitantes et les enfants de moins de 5 ans. Pour les mères, il s’agit d’améliorer la qualité de leurs aliments à travers des formations en art culinaire, en tâchant de n’utiliser que les ingrédients existant dans leur Région. Quant aux enfants, ils font l’objet de suivis sanitaires, accompagnés du renforcement de leur nutrition. En matière d’agriculture et d’élevage, les paysans bénéficient également des formations relatives à ces domaines, dispensées par l’Adra, et dont l’objectif est l’amélioration de leur production, des points de vue quantitatif et qualitatif, et cela au moyen de formations se rapportant à ces domaines. Considérant que la protection de l’environnement est également l’une des conditions indispensables pour atteindre un développement durable des communautés d’intervention du projet « Asotry », ce dernier met en priorité différents processus, à savoir la gestion des ressources naturelles par l’utilisation, la protection, la valorisation, la conservation et la restauration, ainsi que l’éducation à l’environnement des communautés au regard de l’Education relative à l’environnement pour le développement durable (Perdd).  Durant la 19e Foire internationale de l’économie rurale de Madagascar (Fier-Mada), à Mahamasina, « Asotry » y présente ses activités, ainsi que les produits qu’il utilise pour lutter contre la malnutrition, dont des semences, c’est-à-dire des grains sélectionnés dans les centres de recherche en vue des cultures. Dans ce sens, à titre d’exemple, un kilo de graines d’arachide y est proposé à 6 000 ariary. Rivo S.  

La Vérité0 partages

Commission tripartite Smm, MinJus et Primature - Des négociations infructueuses !

La commission tripartite réunissant le Syndicat des magistrats de Madagascar (Smm), le ministère de la Justice et la Primature s'est planchée durant près d'une dizaine de jours, depuis le 18 juillet dernier, sur les réponses à apporter aux revendications du Smm. A entendre le Smm, les négociations ont été infructueuses. Au cours d'une brève conférence de presse à Anosy hier, Fanirisoa  Ernaivo a affiché son insatisfaction. La présidente du Smm confie en effet n'avoir noté aucune avancée perceptible dans la satisfaction des revendications du syndicat.

« La validation des résolutions de cette commission a été faite hier (jeudi, ndlr). Aucun résultat concret n'a été palpable à la suite de la commission tripartite. Nous nous sommes sentis méprisés.  Aucune solution ni mesures claires n'ont été apportées à nos revendications relatives à l'indépendance de la justice et l'Etat de droit », a-t-elle avancé. Comme prévu, le Syndicat a tenu une assemblée générale hier à la Cour suprême d'Anosy. Une rencontre avec à l'ordre du jour un compte rendu des résultats de la commission tripartite ainsi qu'une prise de décision quant à la suite des actions menées par le syndicat dans ses revendications.  D'après Fanirisoa Ernaivo, la commission tripartite a débouché sur de « simples déclarations de principe ». Plus de deux semaines après le début des travaux, les propositions avancées par le Smm n'ont toujours pas été prises en compte, déplore-t-elle.  Des garanties exigéesMalgré cette issue insatisfaisante, le Smm affirme ne pas fermer la porte au dialogue. La grève illimitée reste toutefois une option envisageable et envisagée dans le cas où aucune décision sérieuse et concrète ne serait pas prise par le pouvoir central, précise-t-elle. Un délai d'une semaine a ainsi été accordé à l'Exécutif pour livrer des garanties de sa bonne volonté à aller dans le sens de l'indépendance de la justice et le respect de l'Etat de droit. Des gages sous forme de mesures draconiennes de la part de l'Etat par rapport à l'ingérence sur les affaires judiciaires commises par certaines personnalités politiques ou influentes sont ainsi exigés. La présidente du syndicat de la magistrature note comme exemple la publication de textes, décrets ou de circulaire ainsi que l'application de certaines décisions de justice. Par ailleurs, le Smm dit toujours attendre d'avoir un face-à-face avec le chef de l'Etat. Le bureau de ce syndicat précise, en effet, que dans son émission « Le Rendez-vous, Fotoam-bita », le chef de l'Etat Hery Rajaonarimampianina avait ouvert une voie vers ce dialogue. Le Smm rappelle également que le numéro Un de l'Etat avait indiqué dans son émission avoir pris acte des revendications du syndicat. Une affirmation insuffisante pour le Smm, qui estime nécessaire un tête-à-tête pour lui rappeler les responsabilités qui lui incombent en tant que garant de l'indépendance de la justice.  En effet, être garant de l'indépendance de la justice ne s'arrête pas à observer et se taire, s'insurge le Smm. Pour les Fanirisoa Ernaivo et consorts,  cela implique des mesures à prendre. Recueillis par L.A.

La Vérité0 partages

Recyclage - Quand le plastique devient une source d’énergie

Emballages, bouteilles ou autres récipients. Le plastique est une matière première qui sert énormément dans la conception de produits. Ce qui fait que les produits à base de plastique envahissent de plus en plus les villes comme Antananarivo, d’où la nécessité du recyclage. Ce procédé consiste à « récupérer des déchets et de les réintroduire dans le cycle de production dont ils sont issus ». Pour faire simple, il permet de trouver une autre fonction à un produit pour éviter de le jeter.

Ce type d’action est surtout exécuté par les trieurs d’ordures qui récupèrent les objets encore réutilisables comme les bouteilles en plastique ou en verre, les bocaux ainsi que les divers récipients. Pourtant, mise à part sa réutilisation, le plastique peut être recyclé afin d’obtenir des hydrocarbures pouvant être utilisés comme source d’énergie. Dans cet angle, des étudiants ont faits des recherches approfondies sur la manière avec laquelle il est possible de transformer le plastique. Il faut rappeler que cette matière dérive du pétrole, par conséquent il est possible de le modifier en hydrocarbures. Des procédures complexes mais des résultats satifaisantsLes recherches ont pris plusieurs mois mais ces universitaires ont quand même réussi à une transformation réussie. « Il a fallu passer par un procédé de raffinage assez complexe pour pouvoir en venir à bout, et obtenir ainsi des hydrocarbures proches du pétrole », a affirmé Misainasoa Rakotomamonjy, une étudiante participant au projet.  Elle a aussi ajouté que « ce ne sont pas tous les types de plastique qui peuvent se transformer en hydrocarbures, mais seuls ceux qui ont la capacité de fondre peuvent être recyclés comme le thermoplastique et l’élastomère ». Ces types de plastique sont des constituants des emballages ou des bouteilles en plastique utilisés au quotidien. Ces étudiants-chercheurs ont alors déjà fait des essais avec cet hydrocarbure dérivé et ils ont constaté qu’il est vraiment plus économique que le pétrole « original ».Un blocage au niveau du financementCe produit recyclé peut révolutionner les sources d’énergie mises à disposition des Malagaches. Les initiateurs de ce projet ont encore du mal au niveau de sa réalisation ainsi que de son application. Etant un projet complexe, les matériels utilisés sont donc difficiles à trouver et coûtent un peu cher. Par conséquent, avec un budget assez limité, ces jeunes étudiants ont encore du mal à mettre sur le marché leurs produits lesquels sont encore restés au stade du prototype.Rova R.  

La Vérité0 partages

Eglise FJKM - Des rassemblements d'envergure durant les vacances

Profitant des grandes vacances scolaires, l'Eglise de Jésus-Christ à Madagascar (FJKM) organise des rassemblements d'envergure nationale voire internationale jusqu'à la fin de ce mois. La tenue à Mahanoro du 27 au 30 juillet de l'assemblée de la branche de la Croix bleue a débuté la série de retrouvailles religieuses.Entre-temps, le regroupement national des jeunes chrétiens de la FJKM qui a démarré à Mahajanga mardi prendra fin demain dimanche. Plusieurs milliers de fidèles ont rejoint la ville des fleurs à cette occasion. Parallèlement, le grand rendez-vous national des diaconesses (femmes appartenant à une communauté protestante et se consacrant à des œuvres caritatives) FJKM se déroule dans la ville de Toliara du 2 au 6 août.

Le regroupement des scouts protestants (Sampati) s'est aussi tenu à Mananjary de mardi à vendredi, du 1er au 4 août. Hier, l'ancien président Marc Ravalomanana a assisté au rituel de clôture au stade municipal de la capitale de Vatovavy. La veille, il a dirigé la cérémonie de célébration du 15e anniversaire du parti Tiako i Madagasikara à Manakara pour les Régions Vatovavy-Fitovinany et Atsimo Atsinanana.Premiers missionnairesLes responsables et représentants de l'Ecole du dimanche se regrouperont à Toamasina du 8 au 11 de ce mois. Presque en même temps, les représentants des hommes protestants (SLK) des différentes régions de l'île séjourneront dans la capitale du Boeny du 9 au 13 août.Il sera suivi du recyclage pastoral impliquant tous les couples pastoraux de l'église du 15 au 17 août à Antsiranana. Il précédera le commencement de la célébration du 50e anniversaire de la FJKM et de la 200e année de l'arrivée à Madagascar des premiers missionnaires londoniens qui étaient les pionniers de la christianisation de l'île.Du 18 au 20 de ce mois, la grande famille de l'entité cultuelle s'assemblera dans la capitale du Nord dans ce sens. Marc Ravalomanana, ancien vice-président laïc de l'église, est chargé de diriger le comité de préparation du jubilé. Ce faisant, la branche de la communauté laïque (SFL) se réunira dans la ville de Morondava du 24 au 27 août.Ethique protestanteLes adeptes du mouvement de revivalisme, branche FJKM, se rallieront à Ambatolampy du 28 au 30 août pour clôturer la série de regroupements d'envergure prévue par l'église. Tous ces mouvements ont au moins un point commun : déplacement massif des fidèles éparpillés dans toute l'île et sous d'autres cieux.La tragédie survenue à Ankazobe au début de la semaine est trop récente pour servir de leçon. Effectivement, les responsables étatiques et le président de la FJKM, le pasteur Irako Amy Andriamahazosoa, ont annoncé une batterie de mesures pour le restant des programmes en vertu de l'éthique protestante et de la consolidation de la foi chrétienne.Le fait qui ne doit pas non plus échapper à l'observation est que le déploiement de toutes ces grandes mobilisations tend à quadriller Madagascar eu égard à la nouvelle consigne consistant à inonder l'île avec l'Evangile. La destination sud-est est pour l'instant mise en sourdine pour des raisons évidentes en lien avec les contraintes de mobilité géographique, entre autres.Manou Razafy

La Vérité0 partages

De l'engagement social

Le Groupe Sodiat, par l'entremise de l'une de ses grandes unités, la Polyclinique d'Ilafy, venait d'organiser une séance de circoncision en groupe, « didim-poitra faobe », à l'intention des petits garçons du personnel. Une tradition séculaire que les Malagasy pratiquent au même titre que les peuples des civilisations orientales, proches et moyen-orientales. La saison hivernale, vu la fraîcheur, est le moment idéal de la pratiquer.

En dépit de la morosité du climat des affaires, le Président-directeur général du Groupe Sodiat et Madame Mamy Ravatomanga ne se dérogent pas à la règle (morale) pour venir en aide à leurs compatriotes en cette période de grise mine, notamment les membres du personnel de son Groupe. En effet, les familles nécessiteuses de la Commune riveraine d'Ilafy ont déjà pu jouir de ce geste de bonne volonté.Ainsi, très tôt le matin du samedi 29 juillet 2017, les parents ont emmené à la Polyclinique d'Ilafy leurs petits garçons d'un an et demi à trois ans. L'opération finie, chaque petit gagnera, en guise de cadeau, des jouets de son choix. Et si jamais il y a complication, le Centre le prendra en charge, selon le médecin responsable. Tout cela, tenez-vous bien, aux frais de madame et monsieur le Pdg. Un geste que le personnel du Groupe tient à apprécier beaucoup à sa juste valeur. Le généreux couple a bien voulu déléguer, à son nom, madame Herisoa Razakasoa, une des hauts responsables de la Direction du Groupe, afin de le représenter pour la circonstance et diriger l'aimable cérémonie.En ce contexte de vache maigre, il n'est pas du tout évident qu'une Société ou une Entreprise quelconque s'engage à de telle œuvre sociale. Et comme nous le savons tous, le Groupe Sodiat n'est pas à son premier engagement dans ce domaine. A chaque fois que la circonstance les appelle, le Pdg et son épouse, fidèles à leur principe et bon an mal an, manifestaient leur bienveillance aux concitoyens et ne se défilèrent, jamais, à leur devoir envers la société, à commencer par le personnel du Groupe. Charité bien ordonnée, dit-on, commence par soi-même.Il est rare, par les temps qui courent, de pouvoir croiser les chemins à des gens mieux placés du secteur public ou du privé au cœur… d'or. Quelqu'un qui porte en lui la tourmente, voire la douleur de l'existence de ses compatriotes. Sensible aux mille et un soucis des autres, ils ne peuvent pas rester indifférents.C'est une question de culture et d'éducation qui, au juste, manque cruellement de nos jours, en particulier chez les dirigeants politiques et certaines élites sociales, intellectuelles et économiques. Avoir les meilleures pensées envers le prochain fait défaut, apparemment, auprès des nantis, « vato nasondrotry ny tany », du pays.La démagogie et les fausses promesses des acteurs politiques, au pouvoir ou dans l'opposition, ternissent considérablement l'image de la pratique politique à Madagascar. Durant les campagnes électorales, trop de mensonges semés, à tort et à travers, sur le champ de « bataille politique », pourrissent l'état des relations entre dirigeants et administrés. Et si par le hasard des circonstances, les dignitaires du régime se voient impliquer à des œuvres sociales, il s'agirait, en fait, des gestes dictés par des intérêts politiques inavoués n'ayant aucun lien avec un engagement social.Ndrianaivo

Madagascar Tribune0 partages

Andekaleka : Deux morts et des blessés dans un accident de train

Un accident de train est survenu hier au PK 206, du côté d’Andekaleka, sur la ligne ferroviaire Tana-Côte Est (TCE). Le train en question transportait des voyageurs et était parti de Toamasina pour rejoindre Moramanga.

Les wagons se seraient détachés de la locomotive et a entrainé le déraillement du train, selon les témoignages des passagers à bord. Le dernier bilan fait état de deux morts et de huit blessés dont quatre ont transporté à l’Hôpital de Moramanga.

La vétusté de ce moyen de transport à Madagascar représente un danger permanent pour les usagers et les voyageurs. D’autre part, le manque d’entretien des chemins de fer, que ce soit du côté Est ou du côté Sud-Est pour la ligne ferroviaire FCE amplifie grandement le risque. La gestion et l’exploitation de ces lignes ayant été confiées à une société privée, la question du contrôle minima de la part de l’Etat se pose obligatoirement, étant donné que cela relève toujours de l’exploitation d’un service public.

Madagascar Tribune0 partages

Des Chinois arrêtés pour agression sexuelle sur des employées malgaches

Trois ressortissants chinois ont été arrêtés par la gendarmerie nationale dans l’après-midi de jeudi pour agression sexuelle, tentative de viol et abus de pouvoir sur leurs employées. C’est l’inspection de travail qui a notamment porté plainte contre ces employeurs étrangers indécents suite à une plainte faite par les employées au sein de ce service.

Lorsque nous nous sommes approchés de ces personnes, ils ont refusé de coopérer et d’apporter des explications face à ces accusations, explique Hanitra Razakaboana de l’inspection du travail. Le ministère, par le biais de ce service a alors décidé de porter l’affaire auprès de la gendarmerie d’où cette arrestation.

Suite à cette arrestation, d’autres responsables chinois et employées de cette société vont être convoqués devant la gendarmerie toujours dans le cadre de cette affaire d’agression sexuelle et de tentative de viol.

Madagascar Tribune0 partages

Candidature de Jean Ravelonarivo déposée à la HCC

Depuis le 1er Aout, date d’ouverture du dépôt de candidature pour l’élection présidentielle de novembre prochain, deux candidatures ont jusqu’ici été reçues par la Haute Cour Constitutionnelle (HCC). Après Andry Rajoelina, ce fut au tour de l’ancien premier ministre Jean Ravelonarivo de remettre son dossier de candidature hier à la greffe de la Cour Constitutionnelle par l’intermédiaire de Zazah Ramandimbiarison et Tata Ambroise. L’ancien premier ministre se présentera au nom du parti ABA (Antokom-Bahoaka).

Jean Ravelonarivo, quelques temps après avoir quitter le palais de Mahazoarivo, avait déjà annoncé son intention de briguer un mandat présidentiel. Une candidature qu’il a à maintes reprises réitéré, notamment dans la presse et qui s’est donc concrétisée hier.

Ancien premier ministre de janvier 2015 en avril 2016, il a succédé à Kolo Roger et a été remplacé par Mahafaly Solonandrasana. Promu général de brigade en 2014, peu de temps avant sa nomination, il est également connu comme étant un proche de l’ancien président de la République Didier Ratsiraka et du clan Arema. Jean Ravelonarivo était également directeur général du Seimad (Société d’Equipement Immobilier de Madagascar) durant l’ère Ratsiraka. Il a acquis la station de radio RFV (Radio Feon’ny Vahoaka) en 2015, et possède également un groupe de société dans le forage et l’adduction d’eau potable, la promotion immobilière ainsi que des Bâtiments et Travaux Publics (BTP).

Les circonstances du départ de Jean Ravelonarivo du palais de Mahazoarivo demeurent jusqu’à ce jour un peu flou et sa démission a fait couler beaucoup d’encre il y a deux ans. Toujours est-il que celui-ci n’est pas le seul déchu du régime Rajaonarimampianina qui soit attendu à la présidentielle. On parle notamment d’un autre premier ministre répondant au nom de Mahafaly Solonandrasana ou encore d’anciens ministres dont Paul Rabary ou encore Narson Rafidimanana.

Jouer le suspens

Certains partis politiques quant à eux jouent encore sur le suspens actuellement, pour ne parler que du parti présidentiel. Les intentions du chef d’Etat actuel ne sont pas encore connues. Malgré les nombreuses sollicitations émanant de son parti et la démission du président national du HVM qui se préparerait à l’intérim du Chef de l’Etat candidat. Il en est de même pour le Parti Libéral Démocrate ou PLD de Sarah Rabearisoa. Ces derniers ont déclaré hier que le nom du candidat du PLD pour l’élection présidentielle sera connu le 7 août prochain lors d’une cérémonie à Antanimena. Idem du côté du parti Freedom de Lalatiana Rakotondrazafy, actuellement conseillère du premier ministre, qui fera une déclaration solennelle relative à la présidentielle jeudi prochain. Cette déclaration sera notamment précédée d’un exposé du point de vue du parti sur les élections à venir, notamment législatives et présidentielles. D’autres noms sont maintenant attendus du côté d’Ambohidahy la semaine prochaine et bien que personne ne se bouscule, l’on s’attend toujours à une pléiade de candidats.

L'express de Madagascar0 partages

Assassinat à Ivato – Le neveu du ministre Tsiandopy recherché

Soupçonné dans le meurtre de l’ex-ministre Tsiandopy, son neveu est recherché. Le chien pisteur a conduit au domicile du suspect lequel reste introuvable. 

L’étau se resserre sur un neveu de l’ancien ministre de la Fonction publique et des Lois sociales, Jacky Mahafaly Tsiandopy, après que celui-ci a été assassiné dans sa villa à Andavadobo Ivato, dans la nuit de dimanche à lundi. Lors du constat, le flair d’un chien pisteur de la brigade cynophile de  gendarmerie, auprès du commandement des formations spécialisées, a conduit au domicile du suspect, lequel n’était pas chez lui, lorsque les enquêteurs étaient venus l’embarquer. En cavale, ce dernier est activement recherché. Des informations filtrées au compte-goutte révèlent que le fugitif avait habité dans la villa où le crime a été perpétré, avant qu’il ne déménage dans les environs.Des sources concordantes auprès des forces de l’ordre révèlent que le ou les auteurs du meurtre semblentconnaître les lieux. Au moment des faits, le chien de garde n’aurait esquissé aucun signe d’agressivité. Le ou les malfaiteurs ont, du coup, réussi à s’introduire dans les locaux d’habitation de l’ancien membre du gouvernement et actuel président du syndicat des inspecteurs généraux d’État, sans mettre la puce à l’oreille. En tout cas, le(s) bourreaux de Jacky Mahafaly Tsiandopy semblent avoir été bien informés. Le leader syndical était seul dans sa demeure, lorsque l’assassinat a été perpétré. Ses proches, dont son épouse venait de partir en vacances à Antsiranana. Retenu à Tana pour des raisons non évoquées, l’ex-ministre du régime Ravalomana devait ensuite rejoindre sa famille.Les personnes de l’entourage du défunt, dont son chauffeur et son gardien, ont été interrogées par les enquêteurs de la brigade territoriale de la gendarmerie à Ambohidratrimo ainsi que leurs homologues auprès de la Section des Recherches Criminelles (SRC) à Fiada­nana. Aucune arrestation n’est encore, en revanche, été signalée.

ÉliminationLa disparition d’un ordinateur portable ainsi que d’un coffret à bijoux, contenant, entre autres, un collier et un bracelet en or massif, est, en revanche, une piste qui s’ouvre aux investigateurs. Le mobile de l’homicide pourrait de ce fait, reposer sur un vol d’objets de valeur. La thèse selon laquelle le méfait ait été commis par une personne de la connaissance de la victime et que celle-ci l’a éliminée pour qu’elle ne puisse pas parler, délie les langues.Lors de la découverte macabre, le colonel Ravoavy Zafisambatra, commandant du groupement de la gendarmerie nationale de la région Analamanga, a, quant à lui, signifié que les lieux du crime étaient sens dessus-dessous et qu’il y avait des traces d’affrontement.Préposé à la surveillance de la propriété, un couple qui occupe une dépendance dans la propriété théâtre du crime, a téléphoné à la famille du défunt à Antsiranana, en voyant le corps du ministre gisant dans la maison au réveil. Les proches du défunt sont ensuite entrés en contact avec un  colonel de la gendarmerie à Antana­narivo, qui a, à son tour, alerté la brigade territoriale d’Ambohi­dratrimo. Au vu de prélèvements d’indices et d’empreintes, les limiers ont emmené des morceaux de planches abandonnés sur place.

Andry Manase

L'express de Madagascar0 partages

Santé – Le paludisme touche des milliers de personnes

Des milliers de personnes ont été touchés par le paludisme, cette année. Une campagne de prévention de la maladie est en cours.

Un responsable de l’éducation à Vangaindrano, ayant requis son anonymat, vient de signaler le décès de l’un de ses proches, atteint du paludisme. Il s’agirait d’un enfant de 12 ans habitant la commune rurale de Bevata, dans le district de Vangaindrano. Le décès était survenu il y a quelques jours. «Le test de diagnostic rapide a confirmé qu’il était atteint du paludisme. C’est, notamment, le retard du traitement qui a causé son décès. Il habite un village enclavé. Le personnel de santé fait défaut», nous confie-t-il, hier.Cent quarante décès paludéens ont été enregistrés par la direction du Programme national de lutte contre le paludisme (PNLP), de janvier au mai, au niveau national. Le nombre de malades notifié dans cette même période est de deux cent vingt mille personnes, majoritairement des enfants, selon la même source. Des cas sont aussi recensés dans le district d’Ambohidratrimo.« Deux cent quarante trois victimes, entre janvier et mai, et zéro décès », indique le PNLP. Les victimes hors des centres de santé ne sont pas répertoriées.

En baisseLe nombre de victimes de l’épidémie aurait, toutefois, baissé. «Le taux de morbidité palustre a diminué de 44% par rapport à celui del’année précédente. En 2016, deux cent soixante personnes ont succombé au paludisme, les premiers cinq mois de l’année, et quatre cent quarante, jusqu’en décembre», précise le responsable de la Statistique du PNLP.Une campagne d’Aspersion Intra Domiciliaire d’Insecticide (CAID) a été lancée à Ampasimanjeva, hier, pour renforcer la lutte contre le paludisme. Elle mobilisera trois mille personnes issues de six cent mille ménages de neuf régions de Madagascar, dont Analamanga, Vatovavy Fitovinany, Atsimo Atsinanana, Analanjirofo, Atsinanana, Itasy, Analamanga, Amoron’i Mania, Vakinankaratra et Matsiatra Ambony.“Cette campagne devra protéger les bénéficiaires durant les prochaines périodes de transmission. Les produits qu’on a utilisées sont efficaces pendant une durée de huit mois”, rassure le professeur Arsène Ratsimbasoa, directeur du PNLP.Le réel défi reposerait, pourtant, dans l’utilisation de moustiquaires imprégnées d’insecticide (MID). «Les moustiquaires ne sont pas utilisés correctement dans beaucoup de villages », indique le professeur Arsène Ratsimbasoa. Et la source à Vangaindrano de confirmer : « On les voit dans les champs de culture et non dans les chambres à coucher ». La prochaine distribution de ce matériel n’aura lieu qu’en 2018.

Miangaly Ralitera

L'express de Madagascar0 partages

Droit de l’homme – Bilan négatif pour Madagascar

Les observations du CDH concernant la situation des droits civils et politiques à Madagascar, ont été adoptées le 25 juillet. Le Comité y affirme des préoccupations concernant le respect de ces droits dans la Grande île.

Des regrets et des préoccupations en cascade. Le document relatant les observations du Comité des droits de l’Homme (CDH) sur la mise en œuvre par Mada­gascar des termes du Pacte international relatif aux droits civils et politiques (PIDCP), tend à être un recueil de regrets de cette entité sur la situation qui prévaut dans la Grande île, et de ses recommandations pour rectifier les écarts.Périodiquement, chaque État partie au PIDCP doit fournir un rapport de l’application des termes de l’acte au CDH, organe rattaché au Haut commissariat des droits de l’homme des Nations Unies. Cette année, le rapport présenté par Madagascar a été passé au crible, les 10 et 11 juillet. Les observations finales adoptées le 25 juillet affirment les regrets du CDH, sur plusieurs pages, à commencer par les termes du Pacte international qui seraient rarement invoqués et appliqués devant les tribunaux.Le fait que le budget de la Commission nationale indépendante des droits de l’homme (CNIDH) ne soit pas encore alloué, ou encore que le Haut conseil pour la défense de la démocratie et de l’État de droit (HCDDED) ne soit toujours pas opérationnel, font aussi l’objet de ces regrets. Un fait qui implique également un retard dans la mise en place de la Haute cour de Justice (HCJ), souligne l’observation du Comité.Dans l’une de ses recommandations concernant la lutte contre la corruption, cette entité affirme, en effet, qu’accélérer le processus de mise en place de la HCJ serait une façon de garantir de manière effective l’indépendance et l’impartialité de la Justice. Le CDH qui affirme qu’il constate avec préoccupation le caractère encore assez répandu de la corruption dans les milieux politiques, dans la magistrature et dans les autorités de police.

Droits et libertés Ce fléau perpétuerait, entre autres, un sentiment de défiance des citoyens à l’égard des institutions étatiques, avance le Comité des droits de l’homme. Un sentiment qui se traduirait par les vindictes populaires, un des objets de préoccupation du CDH. Outre le renforcement des mécanismes de contrôle, l’annihilation de l’impunité est recommandée dans les observations du 25 juillet, pour lutter contre la corruption.Dans le cadre de la lutte contre l’impunité, le Comité épingle aussi les cas d’exécution sommaires, extrajudiciaires, ou encore les actes de torture et de mauvais traitement perpétrés par certains éléments des forces de l’ordre. Tout en affirmant ses préoccupations, le CDH recommande à l’État que des enquêtes promptes, impartiales et efficaces pour identifier les responsables soient menées de manière systématique, et le cas échéant, que des poursuites soient engagées.Concernant les actes de torture et de mauvais traitement en particulier, les observations de l’organe onusien chargé du suivi de la mise en œuvre des dispositions du PIDCP par ses signataires, suggère à l’État de réviser les textes en vigueur. Ceci, aux fins de garantir l’inclusion de sanctions contre les mauvais traitements, l’imprescriptibilité des actes de torture et l’inadmissibilité des aveux obtenus sous la contrainte ou la torture comme preuve devant les tribunaux. Les dangers quant à l’exercice de la liberté d’expression, de réunion et d’association sont aussi des sujets de préoccupation et de regret dans les observations du Comité.Une révision de la législation relatives aux activités de la presse et des médias aux fins de la rendre strictement conforme aux dispositions du Pacte est notamment recommandée. Le CDH qui fait part également de ses inquiétudes sur une question qui, récemment, a fait grand débat au Sénat, la pénalisation de l’avortement tant pour la mère que pour le personnel médical. La discrimination envers les femmes, le travail des enfants et la traite d’êtres humains, entre autres, sont aussi des objets des regrets et préoccupations du Comité.

Garry Fabrice Ranaivoson

L'express de Madagascar0 partages

Sômaroho – Les « 400 volts » embrasent Nosy Be

L’ouverture de la 4è édition du festival « Sômaroho » rameute une véritable liesse populaire sur l’Ile aux parfums. 

Euphorique et impatient de festoyer, comme à l’accoutumée. C’est dans le Stade Ambodivoanio, rempli comme un œuf, que toute la population de l’île Nosy Be se retrouve autour de cet événement d’envergure internationale, le festival « Sômaroho ». Ayant officiellement ouvert ses portes au public dans la journée du 2 août, le festival s’est élancé tambour battant à travers toute la ville, le temps d’un carnaval haut en couleurs, le jaune et le vert, emblème du festival et de son partenaire intemporel, l’opérateur Telma. Le festival continuera à enivrer le public jusqu’à son apogée, ce dimanche. L’essentiel de la programmation du « Sômaroho » qui en est à sa 4e édition cette année a, d’ores et déjà, débuté dans la soirée même du mercredi pour s’enchainer crescendo lors du premier concert du festival au Stade Ambodivoanio. Laissant la part belle à des festivités nocturnes, le ton était ainsi d’entrée donné dans la soirée du 2 août lorsque, vers 22h, le prince du salegy et initiateur du festival, Wawa, et l’un de ses illustres invités, le chanteur franco-sénégalais Singuila, ont, à deux, enflammé La Banane à Dzamanjar.

Animé par une certaine fierté, Wawa n’a pas hésité à donner le meilleur de lui-même pour le public.

« Un festival, une fierté commune »Pour les profanes, l’engouement que suscite le festival « Sômaroho » dans cette localité du Nord de l’île peut en surprendre plus d’un. De même que sa portée aussi bien dans tout l’océan Indien, qu’à travers le continent africain. Ce festival qui de visu est tout à l’image du titre « 400 volts » de Wawa lui-même. Ne faisant pas dans la demi-mesure, il électrise de bout en bout son auditoire à chaque fois, autant à travers sa mise en scène que la sonorisation puissante gérée d’une main de maître par Wawa en personne. « Pour moi, ce festival représente une fierté commune que je partage avec la population locale. Depuis ma tendre enfance, je me suis imprégné de la splendeur et de la beauté de cette île. C’est donc devenu un véritable devoir pour moi que d’organiser ce festival chaque année désormais, festoyant dans la joie, la bonne humeur et la tranquillité avec tous les Nosybéens », confie Wawa ou Joel Issoubali Andriamahazo de son vrai nom. Porté par ce même élan de générosité qui l’anime, Wawa s’est entouré de plusieurs collaborateurs pour enflammer à ses côtés la scène du « Sômaroho ». Acteurs culturels, personnalités étatiques et autres passionnés de fêtes de tous âges et de tous horizons se fédèrent ainsi en communion autour de ce festival en ode à la richesse culturelle et touristique de Nosy Be.

« La musique  est reine »Proposant une programmation bien garnie chaque année, depuis 2013 à aujourd’hui pour le plus grand plaisir de ses inconditionnels, « Sômaroho » rassemble sur sa scène les sommités de la scène musicale nationale, elles y représentent une diversité culturelle propre à Madagascar, ainsi qu’une ouverture au reste du monde. Jeudi soir, la grande scène du Stade Ambodivoanio a ainsi rassemblé Shyn, digne prince du R’n’B, qui a transcendé la foule à travers son tube « Resim-pitia » lors de son passage. Il en est de même avec le jeune groupe local Bram’s, très apprécié du public. Black Nadia était contente de retrouver le public chaleureux et festif de Nosy Be qu’elle affectionne particulièrement. Un événement inédit également, le passage sur scène du groupe de country Ny Ainga s’est affirmé comme la petite touche d’exotisme. Des retrouvailles inédites et un bel échange musical, aussi bien pour le groupe que pour le public. D’ores et déjà habitué à la Grande île où son fanbase transcendé par sa musique le « Gweta » ne cesse de grandir, Toofan a clos le rendez-vous d’hier en faisant dansant tout le stade jusqu’à l’aube. Lico Kininike, Big MJ, Arnaah, Lion Hill ou encore l’illustre Ejema ainsi que Singuila retrouveront à leur tour la scène ce soir.

Andry Patrick Rakotondrazaka

L'express de Madagascar0 partages

Anosizato – Des fonds perdus  dans une noyade

Le corps sans vie d’un aide-chauffeur de taxi-be a été repêché sur l’Ikopa, dans la matinée d’hier. Les témoignages de deux individus qui l’avaient accompagné, révèlent qu’une somme s’élevant à 300 000 ariary, aurait été emportée par le fleuve lors de la noyade. Pas un seul billet n’aurait été retrouvé dans les poches de la victime. Ce drame est survenu du côté d’Anosi­zato, dans la nuit de mercredi à jeudi, lorsque le défunt allait regagner son foyer. Celui-ci portait encore sur lui tous ses vêtements, lors de la découverte macabre. De source hospitalière, aucune blessure apparente n’a été, de visu, relevée sur la dépouille. La mort étant du moins suspecte, les deux compagnons de la victime ont été interrogés par les enquêteurs. Les circonstances du drame restent encore néanmoins floues.L’aide-chauffeur qui a péri sur l’Ikopa est âgé d’environ vingt-cinq ans. Après avoir été remonté sur la berge par les secouristes, son corps a été transporté à la morgue de l’hôpital Joseph Ravoa­hangy Andrianavalona (HJRA), par une équipe du Bureau Municipal d’Hygiène (BMH), arrivée vers midi à l’endroit où la dépouille a été retrouvée. Une autopsie sera pratiquée pour faire la lumière sur ce décès.

A.M.

L'express de Madagascar0 partages

Star Tour – La Cité des fleurs s’apprête à festoyer

Le groupe Star annonce« Star Tour à Mahajanga-Destination Familiale », une nouvelle expérience créative pour que parents et enfants profitent à fond des vacances

Trois jours exceptionnels. Les projecteurs seront braqués sur la Cité des Fleurs qui accueillera la première édition du Star Tour qui se tiendra les 18, 19 et 20 août, au bord de mer et au Grand Pavois. L’événement est organisé par le groupe Star en partenariat avec la Commune urbaine de Mahajanga et l’Office du Tourisme de Boeny. Intitulé « Star Tour à Mahajanga-Destination Familiale », il vise à ravir les vacanciers. Les organisateurs le décrivent comme un nouveau concept de festival, avec du sport, de l’adrénaline et des concerts mais également une aubaine pour les potaches qui viennent de terminer les épreuves du baccalauréat.« Depuis plus de dix ans, le groupe Star est présent dans la ville de Mahajanga durant les périodes de vacances à travers plusieurs animations. Cette année, ce sont toutes les marques qui vont être à la fête. L’objectif est de divertir les familles de vacanciers et de touristes qui y seront présents et, également, la population locale », explique Setra Ramanakoraisina, responsable évènementiel du groupe Star.

Programmation éclectiqueLa Star Tour sera également le premier pas de partenariat entre la commune et le groupe Star. « Cet événement propulsera le tourisme dans la Cité des Fleurs et donnera une nouvelle image de la ville avec les abris-bus repeints par la Star», s’enthousiasme Mokhtar Andrianto­manga, le maire de la ville.Pour l’occasion, de nombreuses animations seront organisées. Le duo humoristique Fou Hehy, appuyé par Barhone, va assurer les échauffements de la scène. Chaque journée sera riche en activités sportives et ludo-éducatives.La plage sera fortement animée dès la matinée avec des matchs de beach volley, soccer, pétanque.Sur scène, D’Alvis et Nina’s démarreront les festivités, vendredi soir, dans une ambiance tropicale. Une caravane géante sillonnera la ville et entrainera les partenaires, les écoles et les associations dans une ambiance joyeuse. Les festivités seront clôturées par un grand concert de Rak Root’s et du groupe Ambondrona, suivi de feux d’artifices.

Sitraka Rakotobe

L'express de Madagascar0 partages

Tennis de table – Championnats nationaux – Six jours pour détrôner Erick Tagg et Tiana

La Fédération malgache de tennis de table organisera pour la première fois, d’un coup en six jours, les championnats de Madagascar de toutes catégories d’âges et épreuves. Les compétitions s’étaleront du 10 au 16 août, au palais des sports à Mahamasina.Les deux premiers jours, les 10 et 11 août, seront consacrés aux jeunes de catégories poussines aux juniors, ainsi que les vétérans hommes et dames, de la phase éliminatoire jusqu’à celle finale. Les troisième et quatrième journées, le 12 et 13 août, seront respectivement destinées aux épreuves par équipes et doubles, hommes, dames et mixte.Et les épreuves en simple boucleront en beauté, les sommets les deux derniers jours des 14 et 15 août, pour les 1e, 2e et 3e séries.« On va essayer cette formule pour cette saison. Auparavant, on a séparé les championnats pour jeunes et ceux pour les seniors… Mais les régions autre qu’Analamanga se plaignaient de leur dépense excessive pour venir dans la capitale disputer les championnats nationaux chaque année», explique le directeur technique national de tennis de table, Tahiry Rakotoarisoa de cette innovation.Le palais des sports sera donc le théâtre de compétitions de tennis de table qui réunira les meilleurs pongistes des six ligues existantes, entre autres Analamanga, Atsinanana, Alaotra mangoro, Vakinankaratra, Amoron’Imania et Haute Matsiatra. Les successeurs des champions en titre, Erick « Tagg » Randrianantoandro en première série hommes et Tiana Ratsimbazafy chez les dames seront donc connus au terme de ces six jours de sommet national.Le week-end d’avant, les 5 et 6 août, aura lieu le cham­pionnat d’Analamanga, au palais des sports à Maha­masina. Ce championnat régional déterminera les porte-fanions d’Analamanga dans les catégories d’âges, poussins aux vétérans de la 1e à la 3e série.Trois sections affiliées à la ligue à savoir celles d’Anta­nanarivo ville, Avara­drano et Atsimondrano seront représentées au championnat de la ligue.

Serge Rasanda 

L'express de Madagascar0 partages

Taolagnaro – Le secteur de la pêche se redessine

Doté d’un potentiel énorme dans le secteur pêche, Rio Tinto QMM ne ménage pas ses efforts dans l’Anosy. Plus de 350 pêcheurs ont été accompagnés en 2016.

Intégrer dans le paysage socio-économique de la région Anosy. Rio Tinto QMM appuie les pêcheurs depuis 2007. Les activités de pêche, sur 194km de côtes, font partie des activités dominantes, constituant l’une des principales sources de revenus d’une partie de la population locale, en particulier dans le district de Taolagnaro.Outre la dotation de vingt bateaux de pêche motorisés pour 250 pêcheurs regroupés en dix associations de base au niveau d’Ambinanibe, le programme d’accompagnement met également en place un système de gestion durable des ressources halieutiques. De plus, les épouses de ces pêcheurs ont été formées en artisanat.

PerspectivesLes pêcheurs d’Ambinanibe et de Libanona sont, de surcroît, membres du réseau MIHARI, dont les membres gèrent localement les ressources marines.On constate que la pêche se professionnalise dans la Cité dauphine.« Nous sommes fiers des résultats obtenus grâce à notre partenariat avec QMM et l’ONG Aquatic service. Les appuis techniques et matériels nous ont permis d’augmenter nos captures. Nous pouvons faire une pêche au large avec tous les équipements modernes. À chaque sortie, en moyenne je peux avoir plus de 10kg de poissons, soit près de 50% de plus qu’auparavant », commente Managnazy, un pêcheur membre de bureau de l’Union Fiantsara.Pour cette année, selon les informations fournies par QMM, les aides viseront à accroitre les efforts de pêche en vue d’augmenter les taux de capture, grâce à la maîtrise de la sécurité marine, à un matériel performant, ainsi qu’à la maîtrise des techniques modernes (GPS, échosondeurs, etc.).« Le programme dont bénéficieront plus de 480 pêcheurs est, aujourd’hui, davantage orienté vers la commercialisation et le renforcement de la capacité productive des associations des pêcheurs », rapporte un communiqué de QMM.

Moïse Fanomezantsoa

L'express de Madagascar0 partages

Foire rurale – À la redécouverte  des produits du terroir

Qu’ils viennent du Sud et du Sud-est malgaches, où le climat est sec et aride ou d’autres régions où la pluie est clémente, qu’ils aient vécu dans le milieu rural depuis des générations ou découvrent les métiers de la terre pour la première fois, les paysans malgaches continuent d’innover, malgré les difficultés. 

Les producteurs de l’Anosy et de l’Androy sont venus participer à la Foire internationale de l’économie rurale de Madagascar, Fier Mada, qui se tient actuellement à Mahamasina.« Faites bouillir de l’eau ou du lait, versez-y une quantité suffisante de gary, soit un kapoaka pour quatre personnes ». Sur l’emballage de ce produit originaire d’Androy figure une petite recette facile destinée à apporter une amélioration à l’alimentation quotidienne des familles, dans une région aride où le climat est peu clément. C’est dans cette partie Sud de Madagascar que s’est implantée l’entreprise familiale Taza qui se spécialise dans la transformation des produits du terroir de l’Androy. Le gary est une poudre de manioc séchée, vulgarisée par cette entreprise pour solutionner les contraintes de conservation de la production agricole.Hajasoa Zenomey qui représente l’entreprise Taza explique : « Il fallait trouver une technique de conservation de la production, car par manque de débouchés, le manioc récolté se perdait rapidement. Nous nous sommes alors formés, en se basant sur ce que nous savions de notre terroir et de nos produits, afin de promouvoir la poudre de manioc. Les paysans utilisent cette technique pour conserver leurrécolte ».

Hajasoa Zenomey, de l’entreprise Taza, présente le gary, une poudre de manioc qui facilite la conservation de ce produit agricole.

AppuisOutre le manioc, le ricin est aussi un produit-phare de l’Androy. C’est une plante rustique qui a une excellente résistance au climat sec. Dans les années 1940, Madagascar en exportait quelque 12 000 tonnes chaque année. Mais, victime de son enclavement contre lequel peu d’investissements durables ont été opérés, et limitée dans ses débouchés potentiels, l’Androy, qui était la principale région productrice de ricin, ne peut plus en exporter que 200 tonnes annuelles. Aujourd’hui, une entreprise comme Taza travaille avec un réseau de fournisseurs locaux et extrait une moyenne de 120 kg d’huile de ricin par jour.À travers le projet Asara, pour l’amélioration de la sécurité alimentaire et du revenu agricole des régions Sud et Sud-Est de Madagascar, les paysans et opérateurs locaux bénéficient d’appuis de partenaires. Des formations pour améliorer les petits élevages et le suivi sanitaire des animaux et leur alimentation, des applications pratiques pour soutenir l’agriculture et l’élevage et la diffusion de manuels faciles pour de meilleures pratiques de production, la possibilité pour les paysans et les coopératives de bénéficier de financements pour l’achat de matériels, la contribution locale pour la mise en place et l’entretien de pistes et de routes, afin de mieux circuler et de faire écouler les produits : autant d’initiatives qui encouragent les petits producteurs. Encore au mois de juillet, les producteurs des deux régions ont participé à une foire locale baptisée Volily Harea, au cours de laquelle les produits de la terre et de l’élevage ont été valorisés.

L’huile de ricin est un produit-phare d’Ambovombe Androy.

La production de miel de l’Anosy s’améliore

Elles sont aujourd’hui sept femmes, réunies dans la coopérative « Honey and Soga » qui transforme les produits à base de miel et de fruits. Bougies décoratrices, miel, confiseries, pains d’épices, baume et savons cosmétiques, huiles essentielles : autant de produits que Nathalie Holonirina Bakoliharisoa et ses collègues produisent depuis Taolagnaro.« L’initiative a permis d’employer des femmes qui, auparavant, n’avaient pas de travail et qui maintenant, peuvent se spécialiser », précise-t-elle.Le miel était une filière importante dans les années 1940. Mais le secteur s’est rapidement étiolé : si l’exportation était estimée à 35 000 tonnes dans les années 1990, elle est passée à 120 tonnes en 2012. Une baisse significative essentiellement due à la non-conformité en termes de qualité et de normes sanitaires de la production nationale.« Mais la production de miel de notre région s’est très sensiblement améliorée, ces dernières années. Ce qui nous a permis de soutenir une production de qualité et qui se ressent sur la qualité des produits dérivés », mentionne encore Nathalie Holonirina Bakoliharisoa.

La Fédérationdes éleveurs caprins de l’Anosy présidée par Louis Zafisolo met en vente des produits comme le fromage de chèvre.

Filière – L’élevage caprin peu connu

À la tête d’un troupeau de 453 chèvres, Louis Zafisolo est le président de la Fédération des éleveurs caprins de l’Anosy et vice-président de la Plateforme des éleveurs de l’Anosy et de l’Androy. L’élevage de chèvres est un sujet qui le passionne : il en vit depuis des années, comme les familles de son Anosy natal, depuis des générations. Pour ce paysan éleveur : « La chèvre est aussi importante que le zébu. Pourtant, son élevage ne bénéficie pas d’autant d’encadrement ».Contrairement au zébu dont l’élevage et le suivi sanitaire sont réglementés et compris autant par les autorités que par les éleveurs eux-mêmes, la chèvre est considérée comme une bête sans intérêt. « Le vol de zébu est sanctionné par des dina, règlements coutumiers et locaux, que la communauté prend très au sérieux. Ce n’est pas le cas de la chèvre dont le vol, s’il est pris en considération, est puni légèrement et ne satisfait pas l’éleveur qui a subi le préjudice ».À ce jour, aucun système de recensement ne régit l’élevage caprin, s’inquiète Louis Zafisolo. À travers sa Fédération et la Plateforme régionale des éleveurs, il affirme se mobiliser pour que sa filière soit mieux soutenue, car pour les éleveurs de l’Anosy et de l’Androy, « la chèvre pourrait représenter les 80% des sources de revenus des paysans des deux régions. C’est un animal qui s’adapte très bien avec notre climat ».Pour ces éleveurs, « le Sud malgache ne fait pas nécessairement face à un problème de production, ni même d’alimentation, comme le kere. C’est surtout un problème d’accès. Si nous pouvions atteindre les débouchés utiles à nos productions, nous aurions dénoué une part importante de nos difficultés ».Tout en continuant leur plaidoyer pour obtenir l’encadrement réglementaire de leurs activités, ces éleveurs se lancent dans la production de fromage de chèvre, un produit qui a son petit succès auprès des clients.

Abdon Martin, vice-président de la Plateforme Soajoro, regroupant les producteurs de niébé et de haricot dans l’Anosy.

Se regrouper pour mieux se soutenir 

Plusieurs associations, Fédérations et Plateformes faîtières naissent autour des activités paysannes. La Plateforme Soajoro, qui regroupe les producteurs de haricot et de niébé de l’Anosy, est l’une de ces structures. Pour Abdon Martin, vice-président, ces regroupements facilitent l’entraide entre paysans.« La Plateforme présente l’avantage de mettre à disposition des acteurs, des données fiables sur le haricot et le niébé de l’’Anosy, tant localement qu’au niveau des marchés régionaux et nationaux. Nous avons, entre autres, la tâche de proposer des recommandations pour que la filière ait un développement durable et profitable à tous », note-t-il.La Plateforme englobe toute la chaîne de productions, du paysan producteur aux opérateurs économiques, ainsi qu’aux fournisseurs de matériels agricoles.« L’idée d’une Plateforme de niébé et de haricot émane du fait que ces deux produits sont connus des paysans, parce qu’ils sont résistants à notre climat, mais que leur exploitation n’est pas encore au maximum de leur potentiel. À travers les structures officielles, les paysans se font aider, font appel à des financements et améliorent leurs productions », conclue-t-il.

Randyanne Andriampanasina – « Je rêve de percer sur le vrai maraichage bio à Madagascar »

Cette fermière de la nouvelle génération est l’une de ces jeunes qui reviennent à la terre. Ils n’ont pas grandi au milieu des champs mais ils ont décidé de retourner à la campagne pour réapprendre à vivre par et avec la terre, et les nouvelles technologies. 

Pourquoi s’être convertie à l’agriculture bio ? D’où vient cette inspiration ?Après avoir vécu pendant deux ans à Toamasina, je suis rentrée à Antananarivo pour, entre autres, réaliser mon rêve : produire ma propre nourriture et celle de ma famille, sans intrant chimique, en essayant de respecter l’environnement et de diminuer nos empreintes écologiques, tout en pratiquant la « permaculture », une philosophie de vie qui me plait beaucoup. La permaculture aurait cent définitions mais en gros, c’est prendre soin de la terre, car il faut lui donner pour qu’elle nous donne en retour, prendre soin de tous les vivants, et partager autour de soi : le savoir-faire, le surplus de produits, le retour à la terre elle-même à travers le compost organique. J’ai aussi voulu prouver à travers cette prise de conscience, que produire sa propre nourriture ne veut pas forcément dire prendre sa retraite. Ce sont deux choses différentes que beaucoup de gens confondent. La phase d’observation, importante en permaculture, m’a permis d’imaginer une hygiène de vie plus saine et plus fun : faire le marché dans le jardin tous les matins, primeur et fraicheur garanties même avec des imperfections, et gratuitement, que demander de plus ? Du coup, j’ai décidé de me créer un emploi, c’est ainsi donc que je suis devenue une fermière.

Comment vous êtes-vous organisée pour mettre en place cette activité ?  J’ai arrêté de travailler dans un bureau entre quatre murs. Je n’ai plus d’obligations sévères avec les horaires. Je peux travailler dans le jardin, ou depuis ma chambre, pendant mes voyages. Bref, en totale liberté. J’ai tout appris à travers internet, je me suis inscrite sur plusieurs groupes d’échanges, malgaches et français, dans les réseaux sociaux. Je passe des heures sur Youtube, sur les sites des grandes fermes à l’étranger. Je me documente le soir et la nuit, je suis sur terrain le jour. Pour les heures de travail, difficile de comptabiliser. Cela dépend de beaucoup de choses : du soleil, de la pluie, de l’envie, de l’inspiration, de la flemme, car cela arrive aussi ! Au tout début, j’ai acheté des sémences auprès d’un paysan de Sabotsy Namehana, et je pratique souvent les trocs de graines, avec des Malgaches comme avec des étrangers. Sinon, je crée moi-même mes propres sémences.

L’objectif posé au début de l’activité semble-t-il toujours réaliste aujourd’hui ?Je suis une grande rêveuse. Je rêve d’inculquer le jardinage dans le système éducatif. Avec un ami, nous avons déjà un projet en cours avec une école pour la nouvelle année scolaire à venir. Je rêve de percer sur le vrai maraichage bio à Madagascar, en faire un travail à part entière, et vulgariser à nouveau la production sans engrais chimique, en harmonie avec la nature : les mauvaises herbes, la position de la lune, … et non contre elle. Et puis, un résultat quantitatif et qualitatif est parfaitement possible, contrairement à ce qu’on le croit. C’est un grand défi mais si les autres y arrivent, pourquoi pas nous ?  Enfin, je souhaite créer une forêt nourricière sur mes propres terres, ou tout le village entier pourrait se servir gratuitement. Je suis en plein déménagement pour le réaliser, cela prendrait du temps mais j’y tiens et j’y crois et je vais y arriver. Je rêverais d’avoir une autonomie alimentaire saine : riz, légumes, volailles, grains, produits laitiers, … au moins à 97% d’ici cinq à sept ans.  Et je rêve aussi qu’un de mes fils continue ce que je fais un de ces jours.

Textes et photos: Mialisoa Randriamampianina

L'express de Madagascar0 partages

Exposition – Quand le bois sculpté s’allie au chrome 

Le sculpteur Solomon Rakotomanana alias Manan’Art ne cesse d’innover pour se singulariser dans ce qu’il fait. Cette fois-ci, dans son exposition «Art de bois, art vivant» qui se tient au Louvre à Antaninarenina jusqu’au 30 août, le grand maitre de la sculpture s’est associé au chromeur Dominique Vibart pour sortir quelques pièces d’une beauté exceptionnelle. Des sujets très bien sculptés présentent une partie enrobée de chrome. Le résultat est luisant.L’art malgache acquiert une certaine valeur ajoutée. Les pièces prennent une allure futuriste tout en gardant leur identité malgache. La technique «tailler dans la masse» que Manan’Art pratique merveilleusement bien consiste à ne sculpter qu’une partie de la masse de bois et laisser le reste à l’état brut. C’est ce qui représente une bonne partie de l’exposition. Des bustes, des silhouettes, des tableaux, des figurines et des masques s’étalent dans le hall de l’hôtel Le Louvre. Une bonne centaine de pièces au total. Tous issus de bois de récupération.Manan’Art avoue éviter de couper du bois pour préserver l’environnement. «Je prends les arbres qui sont tombés ou bien je récupère les racines de ceux que les autres ont coupé. Je profite de l’occasion pour lancer un appel aux concernés d’offrir les racines et les chutes des bois de rose aux artisans malgaches pour qu’ils en fassent des chefs-d’œuvre. Notre filière souffre, faute de matière première.», ajoute-t-il d’un air sérieux.

Ricky Ramanan

L'express de Madagascar0 partages

Algérie – Ibraim Amada  au Mouloudia Club

Ibrahim Amada vient de quitter l’ES Sétif, en Algérie. Il s’est engagé avec le Mouloudia Club d’Alger. Il a signé un contrat de deux ans avec son nouveau club.Ibrahim Amada, cham­pion d’Algérie cette saison avec sa désormais ancienne équipe, était déjà pressenti fortement au Mouloudia en 2015. Mais il avait finalement pris la direction de l’ESS. Depuis, les contacts n’ont pas été interrompus pour autant.Et aujourd’hui donc, le transfert, qui était proche de se faire il y a deux ans, est finalement bouclé. « Le projet sportif du Mouloudia Club d’Alger m’a poussé à signer dans ce club… En signant au MCA c’est pour gagner des ti­tres et j’espère gagner la coupe de la CAF », a-t-il lancé au portail d’information compétition.dz, dernièrement.

H.L.R.

L'express de Madagascar0 partages

Nosy Be – Le riz coûte cher

Le riz semble être un luxe à Nosy Be. Le manioc cuit ou frit ou encore grillé, les pâtes ainsi que les galettes de farine grillés,ou pakopako, se substituent à cette denrée alimentaire.À Nosy Be, le riz est écoulé en kapoaka, et non pas au kilo, soit 750 ariary pour le vary vao importé d’Inde, contre 650 ariary pour le riz local. La variété de riz parfumé, ou varymanitry coûte très cher, avec 1 000 ariary le kapoaka, si avant il était à 800 ariary. Cette dernière peut être dégustée sans aucun accompagnement, viande ou poisson. Son goût est doux sucré et son odeur très aromatisé, comme le riz thaï.Les pommes de terre sont également très rares car Nosy Be n’en cultive pas encore. Le prix du kilo est de 2 500 ariary.Aucune boucherie de viande de porc n’existe au bazar be d’Hell-Ville. Cette viande est disponible uniquement dans une grande surface. Les restaurants français sont les seuls à préparer les plats et mets à base de viande de porc à Nosy Be.« La ville et sa population sont très conservatrices à cause de la religion et par habitude alimentaire. Elle est musulmane», a expliqué une hôtelière à la sortie de Hell-Ville.

Vero Andrianarisoa

L'express de Madagascar0 partages

Chance pour les écoles irrégulières

Les établissements privés n’ayant pas d’autorisation d’ouverture auront jusqu’au 17 août pour régulariser leur situation. Le ministre de l’Education nationale, Paul Rabary, a indiqué, hier, l’ajournement du délai de régularisation. Cent huit établissements en sont concernés. La liste est affichée dans la page facebook du ministère de l’Éducation nationale.

L'express de Madagascar0 partages

Hold-up d’épicerie

Brandissant un pistolet ainsi que des armes blanches, cinq bandits ont braqué une épicerie à Amborompotsy Talatamaty, mardi après-midi vers 17 heures. La bande a dérobé une somme s’élevant à 1,5 millions d’ariary ainsi que deux téléphones portables, de source auprès de la gendarmerie nationale. Les malfaiteurs ont tiré des coups de feu, lorsqu’ils ont pris la fuite.

L'express de Madagascar0 partages

Concours inspecteurs des douanes

Les résultats définitifs du concours pour le recrutement de trente élèves inspecteurs des douanes, dont vingt quatre en option directe et six en option professionnelle viennent d’être publiés. Ces candidats ont réussi avec succès l’épreuve orale organisée la semaine dernière. La publication de ce résultat mettra ainsi fin à la longue procédure de recrutement de deux cent quatre vingt agents de la douane entamée il y a un an.

L'express de Madagascar0 partages

Europe – Élimination du Ludogorets

Le Ludogorets Razgrad d’Abel Anicet Andrianan­tenaina a été sorti au troisième tour de la Ligue des Champions de football de l’UEFA, mercredi soir. Le champion de Bulgaria s’est imposé à domicile, face à l’Hapoel Beer Shiva, trois buts à un.Cependant, à l’aller il y a une semaine, les Israéliens l’avaient emporté sur le score de deux buts à zéro. Les deux équipes sont donc à égalité après cumul des résultats, trois partout. Mais le but marqué à l’extérieur par l’Hapoel Beer Shiva, mardi soir, offre l’avantage aux Israéliens.Le parcours d’Abel Anicet Andrianantenaina et de ses coéquipiers s’arrête ainsi aux portes des barrages de la plus prestigieuse des compétitions européennes. Ils se focaliseront dorénavant sur la défense de leur titre de champion de Bulgarie.

H.L.R.

L'express de Madagascar0 partages

Hell-Ville – Un tournoi de basket-ball en marge du Sômaroho

La crème du basket-ball masculin se retrouve à Nosy be depuis lundi. Le club COSPN d’Analamanga, l’ASCB et le SBBC BOENY, le Cosmos Secren d’Antsiranana ainsi que l’ASCUT Toamasina et la sélection locale disputent la première édition du tournoi de basket-ball organisé par un privé. La GNBC de Vakinankaratra est la grande absente du tournoi.« L’objectif de cette compétition est de réunir les meilleures équipes masculines et de promouvoir le basket-ball. Mais surtout de réunir un fonds afin de doter le lycée de Nosy Be de 15 ordinateurs. Ce même tournoi sera aussi créé à Morondava avec un objectif similaire, ville où est né mon père. L’année prochaine, la levée de fonds sera destinée à l’achat de matelas pour l’hôpital de Nosy Be », a expliqué l’organisateur.Aux résultats, les équipes du Cosmos Secren et la sélection de Nosy Be sont d’ores et déjà éliminées du tournoi, après avoir ramassé deux défaites lundi et mardi, au gymnase couvert de Hell-Ville.Hier, les formations visiteuses ont disputé leurs billets pour la finale de samedi prochain.

V. A.

L'express de Madagascar0 partages

Pétanque – Masters – Nouvelle élimination prématurée

Décidément, la sélection malgache n’est pas au mieux de sa forme actuellement, aux Masters de pétanque, en France. Hier, elle a de nouveau été sortie d’entrée, en quarts de finale de la quatrième étape, à Montluçon. Luc Rahaingoson, Hery Razafimahatratra et Tojo « Cobra » Rahasintsoa n’ont pas été chanceux, puisqu’ils ont hérité de la Wild Card, leader du classement général, lors du tirage au sort.Celle-ci a aligné Christian Fazzino, Christian Andrian­tseheno, dit Racle, et Claudy Weibel, lors de ce quatrième rendez-vous. Et ces derniers se sont imposés au terme d’une rencontre très disputée, 11 à 13. Madagascar menait pourtant 11 à 7, à un moment du match, mais a subi le réveil de la Wild Card, dans les dernières mènes.Heureusement pour Luc, Hery et Tojo, ils ont limité la casse, en décrochant deux points au bout des barrages. Ils étaient opposés à l’équipe locale, composée de leurs compatriotes Alain Man­dimby, alias Coklet, Jimmy Rakotoariniaina et de Sébastien Singery, à cette occasion. Un trio qu’ils ont balayé 13 à 0.

H.L.R.

L'express de Madagascar0 partages

55 ans de l’ordre des Sages-femmes. 

L’ordre des Sages-femmes célèbre ses 55 ans. A cet effet, plusieurs évènements se tiennent à Mahajanga depuis mercredi et jusqu’à ce jour. La Première dame, Voahangy Rajaonari-mampianina, représentée par Eliane Raveloson, a invité toutes les Sages-femmes à Madagascar à intégrer ce corps et à effectuer leur mission avec passion.

L'express de Madagascar0 partages

Basketball – Tournoi Sômaroho – Cinq grands clubs N1A en lice à Nosy be

En marge de l’événement culturel Somaroho à Nosy be, se déroule pour la première fois, du 31 juillet au 4 août, un tournoi de basketball. Cette organisation a lieu, grâce à l’initiative des amoureux de la balle orange de la capitale et originaires de Nosy be.Le tournoi réunit cinq grands clubs en N1A comme ASCUT Atsinanana, COSPN Analamanga, SBBC Boeny, COSMOS Diana et ASCB Boeny, ainsi qu’une sélection locale. Les deux premières journées ont été marquées par la domination de l’Ascut qui a défait la formation locale par 72 à 50, le Soma Beach Boeny qui a, pour sa part, battu le Cosmos Diana par 78 à 60 et l’ASCB Boeny, détentrice de la coupe du président version 2017, s’est imposée 82 à 70, face à l’équipe de Nosy be.Les demi-finales sont programmées pour ce soir et le match de classement pour la troisième place ainsi que la finale, ce samedi. Les trophées seront offerts par la présidence de la Répu­blique, le président de la zone 7, et de son côté, la Fédération malgache de basketball offrira dix ballons.

S.R.

L'express de Madagascar0 partages

Campagne de décanisa-tion à Ambatondrazaka. 

Huit personnes ont succombé à la rage à Ambatondrazaka, depuis le début de l’année. La préfecture de police à Ambatondrazaka annonce une campagne de décanisation dans la commune urbaine d’Ambatondrazaka, à partir du 8 août.

Midi Madagasikara0 partages

Talatamaty : « Epicerie » notafihana dimy lahy nitondra basy

Fivarotana enta-madinika iray indray no lasibatrin’ny asan-jiolahy teny amin’iny faritra Talatamaty iny ny harivan’ny talata lasa teo. Tsy nisy ny aina nafoy, na ny naratra saingy na izany aza dia vola eo amin’ny iray tapitrisa ariary mahery teo ho eo sy finday roa no lasan’ireto olon-dratsy ireto. Araka ny fampitam-baovao dia nirefodrefotra tokoa ny basy teny Amborompotsy, tokony ho tamin’ny dimy ora latsaka teo ho eo. Dimy lahy ireo jiolahy, raha ny fitantaran’ireo nanatri-maso, tsy misaron-tava ary samy nitondra basy sy zava-maranitra no nanao amboletra niditra tao amina fivarotana enta-madinika iray. Toy ireny olona hividy zavatra ireny ny sasany tamin’ireo olon-dratsy niditra tao amin’ity tsena ity. Avy hatrany dia namoaka basy ireto farany ary nandrahona ireo tompon-trano. Sendra ny hery tsy mitovy sy tahotra dia nanaiky izay nolazain’ireo jiolahy ny tompon’ny tsena, izay tsy afa-nanoatra. Efa tetik’ireo olon-dratsy mpanafika hatramin’izay dia hoe maka avy hatrany ny findain’ny olona tafihana amin’izay tsy afaka miantso vonjy. Araka izany nanao izay danin’ny kibony izy ireo, nandroaka ireo vola matin’ity tsena ity, izay mitontaly any amin’ny dimy hetsy sy iray tapitrisa ariary any ho any. Vao azon’izy ireo nilainy, dia nitsoaka nandositra nianavaratra izy ireo. Tsy vitan’ny nitsoaka fa mbola nanapoaka basy teny an-tanany, ho fampitahorana ireo fokonolona izay miana-kendry ny hanaraka azy ireo. Fotoana fohy taorian’izay no tonga ireo zandary misahana iny faritra iny, ary avy hatrany nanao ny fanarahan-dia sy ny savahao ny manodidina. Hatreto moa dia mbola eo am-panaovana fikarohana sy fanadihadiana mahakasika ity fanafihana ity ireto farany.

m.L

Midi Madagasikara0 partages

Anosizato : Mpanao biriky maty an-drano teo Ikopa

Fatin-dehilahy iray no nakarin’ny mpamonjy voina avy etsy Tsaralalàna avy ao amin’ny ranon’Ikopa eny Anosizato omaly maraina ka naterina tao amin’ny Tranom-paty etsy Ampefiloha rehefa vitany fizahana nataon’ny BMH sy ny mpitandro ny filaminana. Araka ny fantatra dia mpanao biriky eny amin’ny faritra Anosizato iny ny lehilahy. Niaraka tamin’ny namana mpiara-miasa aminy izy no nitranga izao loza izao. Voalaza fa handeha hody any Ambohitompoina izy ireo rehefa avy nandray vola. Teny an-dalàna anefa, dia nisolifatra tampoka ity lehilahy ity ka nianjera tao anaty rano raha nandalo ny moron’Ikopa izy ireo Niezaka namonjy azy ireto namany saingy tsy nisy azo natao intsony fa efa nentin’ny rano ranamana. Tsy maintsy niditra an-tsehatra noho izany ny “Pompiers” etsy Tsaralalàna.

Na izany aza anefa, tsy maintsy nanokatra fanadihadiana ihany ny mpitandro ny filaminana satria araka ny fantatra dia nitondra vola 300 000 ariary ity niharam-boina tamin’io fotoana io.

T.M.

Midi Madagasikara0 partages

Antsohihy : Festival Lampogno fête ses 10 ans

Pour sa 10e édition, le festival Lampogno se déroulera à Antsohihy du 24 au 27 août. Un grand rassemblement pour toute la région, qui réunira les habitants de toutes les villes riveraines. Les festivités débuteront le 24 août par un grand carnaval, précédé des discours officiels et d’une démonstration de danses traditionnelles : « baoejy », « antosy », « malesa »… Un concours de beauté mettra en concurrence les plus belles filles de la région. Le festival sera également l’occasion de plusieurs rencontres sportives : pétanque, basket, football, moraingy… et culturelles: « sôva », « jijy », « tononkalo », « vakodrazana », radio crochet… Une occasion  aussi de sensibiliser la population sur la santé, l’environnement et la nutrition. Tous les soirs, de grandes stars nationales seront en concert. En tout cas, la région Sofia sera animée toute la semaine !

Anjara Rasoanaivo

Midi Madagasikara0 partages

Marohoho-Tsimbazaza : Trano misy rihana telo, kilan’ny afo

Nisavoritaka ny teny Marohoho-Tsimbazaza omaly hariva, raha nahita ity trano lehibe misy rihana telo nirehitra tokony  ho tamin’ny 4 ora tany ho any. Araka ny filazan’ireo nanatri-maso, tao amin’ny rihana voalohany no nanomboka ny afo izay tsy mbola fantatra hatramin’ny fotoana nanoratanay ny vaovao ny tena antony. Satria moa gorodona  ny manelanela ireo rihana rehetra, dia niitatra nihazo ny rihana faharoa sy fahatelo izany. Tena haingana ny fiitaran’ny afo ka efa nahazo ny  trano iray teo akaiky izany raha tonga teny an-toerana ny fiaraben’ny foiben’ny mpamonjy hain-trano etsy  Tsaralalàna. Avy hatrany ireto farany dia niditra an-tsehatra ka sady namono ny afo no niaro ireo trano manodidina. Araka ny fanazavana hatrany, somary nananosarotra ny famonjena izay naharitra teo amin’ny ora telo teo ho eo, satria fiarabe mpitondra rano roa  no tsy maintsy nahetsika.

Vokany, kila tanteraka ny rihana telo ary tsy nisy avotra ny entana tao. Azo lazaina fa avotra kosa ny tao ambany rihana. Tsy afaka niitatra nankao ny afo satria” beton” no manelanelana azy amin’ny rihana voalohany izay nanombohan’ny afo. Marihina fa, trano fonenana ity nirehitra ity ary fianakaviana maromaro izay mpanofa avokoa no monina ao. Soa fa tsy nisy ny naratra sy aina nafoy na dia lehibe tokoa ny fahapotehan-javatra. Isan’ny olana   ka niteraka fahatarana ho an’ireo mpamonjy voina, ny fitohanan’ny fifamoivoizana, indrindra iny miakatra an’Ambohijatovo. Tsy maintsy nizotra tamin’iny lalana iny anefa ny fiaran’izy ireo mba hialana ny tohana vokatry ny andro tsena ao Mahamasina, omaly.

T.M