Les actualités à Madagascar du Samedi 04 Juillet 2020

Modifier la date
Midi Madagasikara36 partages

HCC : Feu vert au gel et saisie des biens mal acquis

Les avoirs confisqués sont dévolus à l’Etat

3 mois et 3 semaines après sa saisine, la Haute Cour Constitutionnelle a rendu hier sa Décision concernant la loi portant ratification des ordonnances prises par le président de la République sur le Patrimoine routier ; l’Ordre National Malagasy ; et le recouvrement des avoirs illicites.

Mérites. La HCC a donné son feu vert à la promulgation de la loi portant ratification des trois ordonnances en la déclarant conforme à la Constitution. Mais sous réserve du Considérant 10 qui rappelle les réserves formulées par le juge constitutionnel concernant l’ordonnance relative à l’Ordre National Malagasy dans sa Décision du 29 mai 2019. Et à travers laquelle la HCC avait tenu à rappeler que « si l’octroi de distinctions honorifiques fait partie des pouvoirs propres du Président de la République de Madagascar (…) ; le Chef de l’Etat n’en est pas moins tenu par ce critère déterminant d’éminents services rendus à la République de Madagascar(…) que la distinction honorifique récompense des personnes en reconnaissance de leurs mérites personnels et professionnels pour la défense d’une cause, au service d’une collectivité ou dans des domaines particuliers ou pour récompenser des actes de courage ou de dévouement ». En d’autres termes, l’Ordre National ne se distribue pas comme des petits pains pour ne pas dire comme des …bonbons sucettes.

Agence. Dans sa Décision du 5 juillet 2019 relative au recouvrement des avoirs illicites, la HCC avait également fait une réserve. Plus précisément dans son Considérant 9 qui soulignait que « l’article 31 de l’ordonnance déférée dispose que « sauf les cas de prescription tels que définis par l’article 10 de la loi n°2016-020 sur la lutte contre la corruption, les dispositions de la présente ordonnance sont d’application immédiate sur les procédures en cours à la date de son entrée en vigueur » ; que l’article 13 de la Constitution dispose que « nul ne peut être puni qu’en vertu d’une loi promulguée et publiée antérieurement à la commission de l’acte punissable » ; que la mise en œuvre de l’article 31 de l’ordonnance doit tenir compte de l’article 13 alinéa 3 de la Constitution. La réserve émise il y a presque un an exactement par la HCC doit être prise en compte pour l’entrée en vigueur de l’ordonnance qui prévoit les gels ou saisies d’avoirs acquis d’une manière illicite comme la corruption, le détournement de deniers publics et le blanchiment d’argent. Une Agence sera chargée de la conservation et de la gestion des biens saisis pour que le « Bien mal acquis ne profite jamais » ne soit plus un simple proverbe.

Recueillis par R.O

Midi Madagasikara8 partages

Concours : La finale Miss Madagascar 2020 le 17 juillet

Le comité national Miss Madagascar recomposé nouvelle version veut sortir une miss Madagascar cette année.

Le concours Miss Madagascar 2020 se fera en deux phases clôturées le 17 juillet à l’Arena Ivandry à 12 h 30. Les 17 candidates en lice, comprenant 16 représentantes nationales et une de la diaspora, devront passer par des éliminatoires en ligne. Il s’agit selon les organisateurs, « d’une phase de demi–finale qui se fera à distance, à l’issue de laquelle, 7 candidates seront sélectionnées pour la grande finale qui se tiendra à Antananarivo ». Cette année, malgré la crise sanitaire, le comité national Miss Madagascar veut faire le défi de trouver la plus belle femme de Madagascar. Reculer les dates, il le fallait. Mais annuler le concours cette année, il n’en était jamais question.

La grande finale, rassemblant donc 7 finalistes, aura lieu le 17 juillet, à l’Arena Ivandry. Depuis mercredi, les phases éliminatoires ont déjà été lancées. Presque la totalité des candidates sont déjà passées. A première vue, mais tout cela dépend encore des membres du jury, les représentantes de la région Anosy, de la région Sava et celle d’Analamanga peuvent prétendre à de bons résultats. Cependant, le regard d’un spécialiste reste toujours de rigueur dans ce genre de compétition. Plusieurs autres vidéos seront postées sur la page « facebook » du concours. Cette phase prendra fin le 8 juillet pour que les résultats puissent être annoncés.

La dernière détentrice du titre de Miss Madagascar est la belle Valérie Binguira. Son règne a été perturbé par des tensions autour de son statut qu’elle a gagné de la plus belle des manières. Pour cette année, le comité d’organisation peut se prévaloir de mettre les bouchées doubles pour redonner son prestige à ce concours de beauté. Et à voir la brochette de belles femmes composant ce cru 2020, la compétition sera très relevée. Faire des pronostics est possible, par ailleurs les qualités de chaque candidate peuvent en surprendre plus d’un.

Zo Toniaina

Midi Madagasikara7 partages

Ny Rado Rafalimanana : Liberté provisoire depuis hier

Ny Rado Rafalimanana recouvre la liberté. D’après les informations, le président national du parti « Ny Fanahy no maha-olona » a quitté la prison d’Antanimora hier. Il est donc resté trois mois dans cette maison centrale. D’après les informations, il aurait bénéficié d’une liberté provisoire. Faut-il rappeler que ce candidat malheureux de la dernière élection présidentielle a été placé sous mandat de dépôt à Antanimora pour deux chefs d’inculpation, à savoir escroquerie et refus d’obtempérer aux éléments des Forces de l’ordre. Rien à voir avec la politique donc même si Ny Rado Rafalimanana est connu et reconnu pour ses critiques virulentes lancées contre le régime actuel, particulièrement contre la gestion de la pandémie du coronavirus. Pour rappel : il a été arrêté au Centre de Conférence International d’Ivato, début avril, lorsqu’il a forcé l’entrée et les dispositifs mis en place pour emmener son beau-frère, lors du dépistage massif du COVID-19, organisé par le régime pour les passagers des derniers vols ayant foulé le sol malgache avant la suspension des liaisons aériennes. Il a tout de suite été gardé à vue au local de la Brigade des Recherches criminelles à Fiadanana où il a également été auditionné pour un autre dossier relatif à une plainte d’un Officier supérieur pour une affaire d’escroquerie. Reste à savoir si après avoir bénéficié d’une liberté provisoire, Ny Rado Rafalimanana va adopter une nouvelle stratégie de communication, notamment à travers ses publications sur les réseaux sociaux. 

Davis R

Midi Madagasikara6 partages

Rapatriement de ressortissants malgaches : Quid de nos 703 marins bloqués à l’extérieur ?

La date du 2 juillet comme c’est promis par le gouvernement a été respectée pour prendre des mesures à l’endroit des 1200 ressortissants malgaches, retenus involontairement à l’extérieur. Malheureusement le Conseil des Ministres du 1er juillet n’a pas pris de résolution ferme, mais un rapport laconique : « Le gouvernement malgache est au courant de leurs doléances et il va bientôt faire le nécessaire ». Les autres marins d’autres nationalités sont tous partis. Il ne reste que les Malgaches et les Mauriciens. Parmi ces expatriés d’infortune figurent 703 marins (jeunes hommes et femmes), travaillant sur d’immenses bateaux de croisière. Ils ont cessé de travailler depuis le mois d’avril, donc en cessation de salaire et n’attendent que le feu vert pour rentrer. Voilà quatre mois qu’ils sont délaissés en pleine mer, alors que leur compagnie est prête à payer les frais d’avion jusqu’à 1.400 dollars par marin. De source proche de ces marins, il y aurait un chantage pour s’approprier de ces 1400 dollars par marin au lieu de trouver le moyen d’ouvrir le ciel de Madagascar. Le chantage pourrait tenir debout quand on pense que ces jeunes sont délaissés à eux-mêmes depuis tout ce temps, malgré l’intervention du député Roland Ratsiraka. Rappelons que ces marins sont en bonne santé et sont prêts pour tous les tests nécessaires. Il suffit que le président de la République accepte le rapatriement, sans débourser le moindre sou.

Charles RAZA

Midi Madagasikara6 partages

Propagation du coronavirus : Les temples FLM à Antsirabe fermés pour trois semaines

Pour cause de propagation du coronavirus, les temples FLM (Fiangonana Loterana Malagasy) à Antsirabe, et dans le synode régional « Avaratr’i Mania », seront fermés pour une période de trois semaines. Ainsi, les temples seront fermés dès ce dimanche 5 juillet 2020. En effet, Antsirabe a enregistré ces derniers temps un certain nombre de cas hautement suspects de Covid-19, et quelques cas de formes graves. On parle également de décès.

Le jour prévu de la réouverture est le 26 juillet 2020. Par ailleurs, le Dr David Rakotonirina, président de l’église FLM a annoncé le dimanche 28 juin, que tous les rendez-vous annuels et autres congrès déjà prévus se tenir cette année 2020 sont annulés pour le même synode régional Avaratr’i Mania.

Pour en revenir aux cas graves de Covid-19, il a été rapporté, avant-hier, dans le bilan quotidien du Centre de Commandement Opérationnel (CCO) Covid-19, qu’Antsirabe ne compte plus de formes graves actuellement. Néanmoins, sur le terrain, le nombre de cas hautement suspects pris en charge dans les hôpitaux commencent à augmenter, et plusieurs structures arriveront bientôt au bout de leur capacité d’accueil. Les malades présentant des symptômes évocateurs sont pris en charge sans tarder, afin de ne pas retarder l’administration des traitements, en attendant les résultats des tests. Il a également été rapporté par des habitants de la ville d’Eaux que, certains malades sont pris en charge à domicile.

Hanitra R. 

Midi Madagasikara3 partages

Tafika Malagasy : Notolorana fitaovana hanamafisana ny ady amin’ny COVID-19

Tsapa ankehitriny, fa tsy mitsaha-mitombo ny olona voan’ity tsimokaretina ity eto amintsika, ary efa maro ihany koa ireo lavon’izany. Manolona izany, dia tsy manao ambanin-javatra ny fahasalaman’ireo miaramila an-daharana izay manao ny ainy tsy ho zavatra amin’ny fitandroana ny fahalemana eny anivon’ny vahoaka sy miatrika mivantana ny valanaretina Covid-19, ny Minisiteran’ny Fiarovam-pirenena. Mba hiarovana azy ireo, dia tonga nitety ireo vondron-toby 9 manerana an’Antananarivo renivohitra sy ny manodidina (1RM1, R3A, GENIE, RAS, RTS, CAPSAT, 1RF1, CPC, BANI) ny Minisitry ny Fiarovam-pirenena, ny Jeneraly Rakotonirina Richard sy ny Lehiben’ny Etamazaoro jeneralin’ny Tafika Malagasy, ny Jeneraly Rabenaivoarivelo Jean Claude, omaly Zoma 03 jolay 2020. Nijery tsirairay ny miaramila isaky ny Vondron-toby izy ary nanolotra fitaovana entina miady amin’ny Covid-19, toy ny visière, aron-tava, ary ihany koa CVO an’arivony. “Tsy maintsy voaaro ny miaramila vao afaka miaro sy manampy ny vahoaka. Ary izany indrindra no hanomezana ireto fitaovana ireto ho entin’ny miaramila mamita ny iraka ampanaovina azy sy mba hisian’ny risi-po amin’ny fanatanterahana ny asany.” hoy izy nandritry ny lahateniny.

Etsy an-kilany dia nanentana ireo miaramila teo anivon’ireo Toby 9 ireo ny Lietna Kolonely Ravaoavy Hariniaina, Komandin’ny BIS Analakely ny amin’ny tokony hanajan’ny tsirairay ny fepetra ara-pahasalamana: ny fanaovana aron-tava, fanasan-tanana isaky ny 15 minitra ary ny fanajana ny elanelana iray metatra. Nohamafisiny fa mifindra amin’ny alalan’ny piti-drora ny Covid-19 izany indrindra no tokony hanajana ny elanelana iray metatra sy ny tsy hivorivoriana mba hahafahana miaro ny tenanao sy ny hafa ihany koa.

Nandritra izao fidinana ifotony izao ihany koa no nanoloran’ny Minisitry ny Fiarovam-pirenena omby 9 avy amin’ny Filoham-pirenena sady Filoha   faratampon’ny Foloalindahy ho an’ny vondron-toby eto an-dRenivohitra ho fankasitrahana ny miaramila noho ny fahavitan’ny fankalazana ny faha-

60 taona niverenan’ny fahaleovan-tena sy 60 taona nijoroan’ny foloalindahy.

T.M.

Midi Madagasikara3 partages

Covid-19 : Un record de 109 nouveaux cas, hier

Le 2 juillet dernier, la barre des 100 nouveaux cas en 24h a été atteinte, mais ce record est déjà battu, hier, avec 109 nouvelles personnes confirmées positives au coronavirus. 

109 nouveaux cas. C’est le plus grand nombre de cas de Covid-19 en 24h depuis le début de l’épidémie à Madagascar. C’est évaluer l’ampleur de l’épidémie. Les chiffres sur les nouveaux cas explosent depuis que les tests ont augmenté en nombre, notamment à Antananarivo. Est-on en train d’atteindre le pic de l’épidémie ? Les autorités sanitaires n’ont pas encore fait de déclaration allant dans ce sens pour l’instant. Sur le terrain, les réalités visibles au CMC Andohatapenaka, par exemple, reflètent le nombre toujours croissant des personnes présentant des symptômes pouvant être liés au coronavirus qui viennent pour se faire dépister. Seuls les résultats des tests effectués sur les prélèvements effectués sur chacune de ces personnes confirmeront leur statut. Quoi qu’il en soit, on constate sur place que le personnel de santé est débordé et des malades présentant des signes de détresse respiratoire attendent de longs moments, dans la panique, avant d’être reçues. De quoi faire monter la tension entre les soignants et les malades.

26 décès à ce jour. Les nouveaux cas des derniers jours sont majoritairement localisés à Antananarivo. Hier, parmi les 109 nouveaux signalés, 85 sont issus d’Antananarivo et 1 de Moramanga. Les localisations des 23 cas restants n’ont pas été indiquées.

Par ailleurs, 2 nouveaux décès ont également été signalés, hier, portant le nombre de décès à 26 actuellement. Les formes graves sont au nombre de 34, soit 6 de plus par rapport à avant-hier. Quant aux guérisons, elles sont au nombre de 17, hier, d’après les statistiques présentées par le Pr Vololontiana Hanta, porte-parole du Centre de commandement opérationnel (CCO) Covid-19 à Antananarivo. Selon le dernier tableau récapitulatif de l’évolution de l’épidémie, 2512 personnes ont été confirmées positives au coronavirus depuis le 19 mars 2020, sur un total de 23.244 tests réalisés. Actuellement, 1429 cas actifs sont en cours de traitement. Le total des guérisons est de 1057.

Hanitra R.

Midi Madagasikara2 partages

Antsohihy : Les biens d’un karana vendus aux enchères publiques pour litige foncier

Quelle solidarité ! Le geste plein de compassion manifesté par deux ressortissants Karana envers leur compatriote à Antsohihy a beaucoup fait le buzz sur les réseaux sociaux depuis jeudi. Ayant racheté les propriétés du dernier dans une vente aux enchères publiques pour cause de dédommagement, ils les ont remises au propriétaire malheureux, le jour même.

Appelé, Mohamad Rafik, le Karana incriminé est ordonné de payer 1 milliard d’ariary à titre de dommage intérêt à une tierce personne avec qui, il était en conflit foncier devant le tribunal. Une somme que le condamné n’aurait pas la possibilité de s’acquitter. C’est la raison pour laquelle, l’huissier de Justice mandaté par son adversaire a décidé de mettre à la vente aux enchères ses biens composés de meubles et une voiture, le jeudi 02 juillet au terrain du marché (Bazary kely) à Ambalabe Antsohihy. Quand le jour J est arrivé, c’était dans des cris de malheur et de pleurs que la famille de Rafik a assisté à l’enlèvement de ses biens de chez elle pour être transportés à la place prévue. Totalement anéantis par la tristesse, Rafik et sa femme se sont évanouis. Mais cela n’a pas empêché l’auxiliaire de la Justice accompagné par des éléments de forces de l’ordre, évidemment, d’accomplir leur mission. Ainsi, la vente aux enchères a bel et bien eu lieu. Les deux Karana, appelés respectivement Amir et Idriss, opérateurs économiques bien connus dans la localité, y ont alors participé et ont réussi à racheter les lots proposés. Une fois la séance  terminée, ils ont renoncé à leurs gains pour les restituer à la famille dépouillée. Expliquant leur geste, ces deux individus affirment avoir agi ainsi parce qu’ils ne peuvent pas rester les bras croisés devant une personne tombée dans une grande difficulté comme le cas de Rafik. Ils agissent ainsi, selon leurs dires, non plus pour démontrer qu’ils ont de l’argent, tout en précisant qu’ils ne veulent pas se mêler dans l’affaire opposant les partis en conflit.  Selon l’information, tombée malade suite à cet évènement qui a beaucoup affecté sa famille, l’épouse de Rafik est hospitalisée à l’Hôpital d’Antsohihy. En réalité, la réaction de ces deux opérateurs prouve de nouveau  l’existence de la solidarité entre les ressortissants Karana. Un modèle que les Malgaches  doivent inculquer dans leur quotidien.

Recueillis par T.M.

Midi Madagasikara0 partages

Association Andrarangy : Un acteur de la promotion du sport dans le Sud-Est

Les jeunes ont du potentiel et méritent d’être soutenus.

L’association Andrarangy qui veut dire  « Elite » veut apporter sa contribution dans la promotion du sport au pays.

Anciens sportifs et conscients du potentiel que le sport mène à tout, Zafeta Rahalson et Annick Pierre ont décidé de créer l’association sportive Andrarangy dans le dessein d’aider les jeunes talents. Après plusieurs années d’études, le projet voit finalement le jour le 16 janvier 2016. C’est le fruit d’un travail de longue haleine du couple qui vit actuellement à Sarcelles en région parisienne. L’association Andrarangy qui veut dire  « Elite » veut apporter sa part de contribution dans la promotion du sport au pays. Originaire de Vangaindrano dans la région Sud-Est du pays, l’association vise surtout la promotion du sport dans cette partie de l’Ile, mais en outre elle projette de s’étendre dans les autres localités dans les années à venir. « C’est la redevabilité que nous devons au sport. On a tout vu, appris et acquis avec le sport. Le sport nous a ouvert beaucoup de portes et nous voulons partager cette passion et cette voie aux jeunes », nous a souligné, Zafeta Rahalson, vice-président de l’association. Connu sous le nom de Maître Mémin, premier maître de karaté dans la ville de Vangaindrano, ceinture noire en kick-boxing, depuis 1991 et fait partie de l’équipe militaire, sacrée championne de Madagascar en 1988, instructeur et moniteur de self-défense. Il a, à plusieurs reprises, accueilli et soutenu l’équipe nationale de kick-boxing lors de son passage en France. Sa femme Annick Pierre, quant à elle, est une championne d’athlétisme, ancienne relayeuse de 4×400 et championne de cross-country à 17 ans, passionnée de football et de basket-ball. Capitaine et meneuse de jeu des Cheminots de Fianarantsoa et d’Antananarivo pendant 18 ans.

Soutien. L’association a une branche à Madagascar et en France. Comme toute association, les membres paient des cotisations et organisent des collectes et vendent des objets artisanaux typiques de la région pour son fonctionnement. Les membres en France se démènent pour les collectes et l’acheminement des matériaux à Vangaindrano. L’association a déjà reçu entre autres des tatamis venant de la Fédération Malagasy de Judo. Même le président Rajoelina a déjà promis d’aider l’association lors d’une rencontre entre la présidente fondatrice, Annick Pierre et le président de la République, Andry Rajoelina à Paris l’année dernière. Plusieurs disciplines existent au sein de l’association entre autres  le judo, le kick boxing. Ne disposant pas encore de local, l’association s’entraîne à la maison des jeunes tous les samedis après-midi.  «  Notre objectif est d’avoir notre propre dojo et salle de sport pour l’éducation et les entraînements de nos sportifs membres. Cela permettra aussi d’organiser des stages afin de rehausser le niveau. Nous attendons ainsi le soutien des heureux donateurs et des férus de sport » a conclu, Zafeta Rahalson.

T.H

Midi Madagasikara0 partages

Lutte contre les trafics : Des matériels roulants pour la police des Mines

Le ministère des Mines et des Ressources Stratégiques ne ménage pas ses efforts pour lutter contre les trafics et les exploitations illicites au niveau du secteur minier. En effet, « ce secteur stratégique constitue un des piliers permettant de relancer l’économie surtout en cette période de crise », a soulevé le ministre de tutelle, Fidiniavo Ravokatra. Raison pour laquelle, des matériels roulants composés de dix véhicules 4×4 ont été remis à la direction de la police des Mines ainsi qu’aux directions régionales des Mines et des Ressources Stratégiques. Il est à noter que la police des Mines se charge de contrôler les exploitants miniers illicites, de protéger les droits des exploitants miniers formels et de lutter contre la corruption en vue d’assainir ce secteur prioritaire de l’Etat. Elle est composée notamment d’éléments de la police, de la gendarmerie, de techniciens, d’ingénieurs et de magistrats. « Notre vision est de tirer le plus de retombées économiques positives de ce secteur, y inclus les ristournes, en vue de contribuer au développement économique de Madagascar. Et le financement alloué pour l’acquisition de ces nouveaux matériels roulants est déjà inscrit dans le budget du ministère de 2019 », a-t-il fait savoir. 

Navalona R.

Midi Madagasikara0 partages

Jirama Toamasina : Miditra “delestage” mihodina, tsy misy afa-tsy 17.500MW omena ny mpanjifa

Nanomboka taorian’ny 26 jona teo, dia niditra tao anatin’ny delestazy ny teto Toamasina noho ny tsy fahampian’ny herinaratra omen’ny Jirama ny mpanjifany, hoy ny talen’ny seraseran’ny Jirama Atoa Chadly Wander Assany. Raha ny fanazavana, dia tsy manana afa-tsy 17,500MW ny jirama izao vokatr’ireo fahasimban’ny fitaovana ireo, nefa raha vita ilay milina roa eo anivon’ny Enelec izay hanome 2,900MW dia hanana 20,400MW i Toamasina ato ho ato mandra-piandry ny tena filany isan’andro. Ny nahazoana ilay 17,500MW araka ny fanazavana, dia ny fahavitan’ireo masinina mpamokatra herinaratra iray simba teo anivon’ny Jirama, izay namboaran’ny teknisian’ny Jirama ary velona omaly maraina. Raha ny filana eto Toamasina hoy ny talen’ny famokarana dia mahatratra 25,600MW hatramin’ny 27,000MW, ka mbola lavitra ny elanelana amin’ny vokatra ny sy omena ny mpanjifa. Midika izany fa mbola handalo fahatapahana ny mpanjifan’ny Jirama Toamasina, omaly alina, androany tontolo ny andro saingy tsy hitovy tamin’ny teo aloha intsony, fa tsy maintsy atao mihodina izany fahatapahana izany. Raha ny marina hoy ny talen’ny famokaran’ny Jirama, Atoa Lazavarison Michel Georges, dia tsy maintsy manome ny Jirama 21MW ny Elenec amin’ny vokatra vokarany, saingy hatreto dia tsy mety tratran’ny Enelec izany vokatra nifanarahany tamin’ny Jirama izany. Eo am-pandinihana ny mikasika izany ny Jirama izao araka ny fantatra. Ankilan’izany dia mihodina tsara sy tsy misy olana ary manome herinaratra 5,700MW ny ao Volobe amin’izao, ny halatra tarobian-jiro no olana raha misy. Io herinaratra vokarin’i Volobe io efa manampy ny vokatry ny Jirama ary manome ilay 17,500MW ny vokatra amin’izany. Vokatr’ireo rehetra ireo izany, dia miditra delestazy mihodina i Toamasina arakaraka ny fandaminan’ny Jirama amin’ny fampiarana izany, ka manomboka amin’ny 05ora sy 30min izany hatramin’ny 09ora alina mandra-pivahan’ny olana.

Malala Didier

Midi Madagasikara0 partages

Lutte contre le coronavirus : Ministère, syndicalistes et étudiants se donnent la main

Rencontre prometteuse entre les acteurs de la santé publique hier. Les syndicalistes ont pu faire entendre leurs revendications concernant les difficultés inhérentes à la lutte contre le coronavirus. Une rencontre entre le ministère de la santé publique et les représentants des syndicats des professeurs, des médecins, des stagiaires internes et des paramédicaux, à Ambohidahy, qui avait pour objectif de réunir toutes les forces actives de la santé publique afin de « mettre en place une synergie des actions à entreprendre ». D’ailleurs, les propos du ministre Ahmad Ahmad ont mis en exergue cette volonté de mettre en commun les actions. « La lutte contre le coronavirus est une lutte commune, ce qui nécessite notre solidarité » a-t-il affirmé. Position partagée par les syndicalistes qui ont fait savoir « être venus pour apporter des solutions à la situation actuelle ». Ainsi, les questions relatives aux suivis des répartitions des équipements de protection individuelle (EPI) par l’implication des syndicats dans le suivi des transferts et de l’utilisation, la formation des agents de la santé publique ainsi que les diverses motivations des agents en question ont été avancées par  les parties prenantes. 

Optimal. La rencontre a également permis d’avoir des informations sur le dispatch des EPI. Selon le Pr Duval Gaëtan Solofomanana, secrétaire général auprès du ministère de la santé publique : « les EPI sont distribués en fonction de la situation épidémiologique des régions. Leur utilisation par les agents de santé devrait donc se faire de façon stratégique, compte tenu de la lutte mais surtout de la situation qui prévaut dans chaque localité ». Il a également  expliqué comment devraient être utilisés les EPI en cette période de crise sanitaire. « L’EPI est obligatoire pour un agent du ministère qui effectue un prélèvement auprès de cas suspects ou de personnes présentant des symptômes de Covid-19. Ce qui n’est pas le cas pour un agent du ministère qui effectue une mission de contrôle et de supervision des activités sur terrain, encore moins pour un personnel administratif qui travaille dans les bureaux ». 

Pourparlers. La rencontre d’hier, a permis à toutes les parties prenantes de faire entendre leurs voix et leurs attentes. Le ministère de tutelle a ainsi invité les agents de la santé publique à continuer l’entraide dans l’amélioration de leur travail, des conditions de travail durant et après la lutte contre le Covid-19 tout en avançant vouloir mettre en place un système de suivi de la répartition des équipements de protection individuelle dans chaque établissement de destination. Un suivi qui verra la participation des syndicats a-t-on avancé hier. De leur côté, les syndicalistes ont interpellé sur la nécessité pour le ministère de tutelle d’accorder une attention particulière à certains points précis entrant dans le cadre de la lutte. Entre autres les questions relatives aux indemnités de risques et des primes qui tarderaient à être résolues. Sur ce point, « la répartition des primes incomberait à la Présidence de la République » selon les informations recueillies durant la rencontre d’hier. Lesdites informations faisant également savoir que le dispatch de toutes les aides reçues dans le cadre de la crise sont gérées via une plateforme en ligne regroupant tous les acteurs. « Toutes les informations concernant la distribution, la vente, l’envoi et la réception des EPI sont consultables par tous les acteurs sur la plateforme par souci de transparence » stipule le Pr Duval Gaëtan Solomanana. Si au niveau central tout semble être “clean” mais que les syndicalistes dénoncent des dysfonctionnements, l’on devrait peut-être se pencher sur de probables détournements au niveau des localités. 

José Belalahy

Midi Madagasikara0 partages

Fonds liés au covid-19 : Le Parlement veut la transparence

Les parlementaires se sont réunis durant la crise sanitaire. Ils sont convaincus qu’ils ont apporté leur part dans la lutte contre la pandémie. Ils veulent que la transparence soit de mise dans la gestion des fonds liés au covid-19.

Durant la session, la crise sanitaire s’est taillée la part de lion dans les travaux parlementaires. Les deux Chambres ont entendu les titulaires des différents départements qui ont œuvré dans la lutte contre le coronavirus pour prendre connaissance, contrôler et suivre, les actions de l’exécutif dans cette mission aussi sensible que délicate. Cet élan, le Parlement veut le garder. Les députés vont œuvrer pour que la transparence soit de mise sur la gestion et l’affectation des aides financières reçues dans le cadre du covid-19.  La présidente de l’Assemblée nationale, Christine Razanamahasoa, l’a affirmé hier, durant son discours à l’occasion de la clôture officielle de la première session ordinaire du Parlement pour cette année. Rivo Rakotovao, président du Sénat, a réitéré, à plusieurs reprises, cet objectif de transparence dans la gestion des fonds liés au covid-19. Les organisations de la société civile, elles, l’ont crié à tout bout de champ depuis le début de la crise sanitaire.

40 absents. Le rideau est tombé, hier, pour la première session ordinaire du Parlement pour cette année. La participation des parlementaires aux différents travaux durant ces derniers soixante jours diffère d’une Chambre à l’autre. A la Chambre basse, les chiffres impressionnent. 70% des députés ont participé activement aux différents travaux parlementaires durant cette session ordinaire. Malgré les restrictions liées à la crise sanitaire, et ce depuis mars dernier, beaucoup d’élus ont rejoint la capitale, d’autres ont fait le va-et-vient de chez leur circonscription pour être présents aux différentes réunions parlementaires, tout en bravant les menaces de contamination. Au niveau de l’Assemblée nationale, le sentiment de devoir accompli gagne du terrain aux termes des soixante jours de session, suivant les dispositions constitutionnelles. Et pour consolider cet effort, un code d’éthique et déontologie est cogitée par les députés. Au niveau du Sénat, la réalité est loin d’être reluisante en matière de participation aux travaux. Lors du vote de la Loi de finances rectificative, seuls 23 sénateurs étaient présents à l’adoption. 40 autres sont absents. Le président de cette Chambre, hier, a mis sous le boisseau ce taux d’absentéisme des sénateurs. Les sénateurs semblent être peu enthousiastes à se présenter aux réunions parlementaires.

PAC. 10 projets de loi et deux autres propositions de loi ont été adoptées  par l’Assemblée nationale si, en revanche, cinq de ces projets de loi ont été adoptés par le Sénat, notamment la loi sur les assurances, l’agriculture biologique, le code de la communication médiatisée, la loi bancaire ainsi que la loi de finances rectificative 2020. Une seule proposition de loi sur le code de nationalité malgache a été entérinée par la Chambre haute. D’autres projets de textes, tels que la proposition de loi portant réforme du Pôle anti-corruption qui vient d’être adoptée jeudi dernier par les députés, ou le projet de loi sur l’opposition, sont ajournés par le Sénat. Leur adoption à l’occasion de cette session ordinaire est jugée « non prioritaire » par la Chambre haute. « Il faut du temps pour débattre sur ces textes avant leur adoption » a annoncé, hier, Rivo Rakotovao durant son discours de clôture de la session à Anosikely.

Rija R.

Midi Madagasikara0 partages

MIDIRAMA : Le régime face à une progression exponentielle de l’épidémie

Une nouvelle étape a été franchie dans la lutte contre le coronavirus  avec l’augmentation du nombre de tests de dépistage après la mise en service d’un nouveau laboratoire d’analyse. Le chiffre du bilan quotidien présenté par  le professeur Vololontiana Marie Danielle a donc reflété de manière plus véridique les conséquences de la propagation du Covid 19. Depuis lundi dernier, le nombre  des personnes contaminées et des décès  a augmenté de manière spectaculaire. Mais dans le même temps, il y a des personnes guéries. Le village Voara qui est un nouveau centre d’accueil à Andohatapenaka  ne désemplit pas. C’est un véritable rush qui a eu lieu depuis son ouverture. Une population inquiète se presse à l’entrée pour connaître son état de santé. Une organisation bien rodée a été mise en place pour recevoir ces centaines de Tananariviens inquiets. Mais la réalité qui s’est imposée, à savoir la propagation  rapide du virus, a fait prendre conscience de la nécessité de bien respecter les consignes des autorités médicales. Ces dernières  ont pris  leurs responsabilités et  ont fait en sorte de calmer l’appréhension des citoyens, en leur rappelant  que  le respect des gestes barrière  lors des sorties peuvent prémunir contre le danger de la contamination. Néanmoins, la période actuelle est particulièrement délicate et le pic de  l’épidémie, selon les spécialistes, n’est  pas encore atteint. La vie nationale continue malgré tout. La session parlementaire est sur le point de s’achever. L’adoption par les deux assemblées  de la loi de finance rectificative devrait avoir lieu sans problème après l’acceptation par la chambre basse de l’amendement du Sénat.  La  semaine a été marquée par une série de disparitions. Le monde politique a été endeuillé après les décès de l’ancien premier ministre Emmanuel Rakotovahiny et du général Sylvain Rabotoarison et le milieu artistique par celui de Bakomanga, l’icône du « vakodrazana » malagasy.

Sur le front du Covid 19, les pays du continent américain    sont maintenant impactés de plus en plus gravement. Les Etats-Unis sont la nation la plus touchée avec près de 50 000 contaminations  par jour et  500 000 décès. L’Amérique de Trump est suivie de près par le Brésil de Bolsonaro. La Bolivie et  l’Uruguay  ne sont pas en reste.  L’Europe semble avoir réussi son déconfinement malgré l’existence de certaines poches de contamination.  C’est le cas de l’Allemagne ou de l’Espagne. Le Royaume-Uni est le pays européen le moins bien loti avec près de 44 000 cas de contamination.  Les mesures de quarantaine appliquées envers les ressortissants  des pays particuliers sont en train d’être levées.

Le président Donald Trump connaît  l’une des baisses les plus  graves  de sa côte de popularité à cause de sa gestion catastrophique de la crise du coronavirus et de ses multiples bourdes. Son électorat de base commence à le lâcher. A cinq mois de l’élection présidentielle, son rival démocrate Joe Biden le devance largement dans les sondages.

En France, c’est un nouveau tournant qu’opère le président Emmanuel Macron dans son quinquennat. Il a accepté la démission d’Edouard Philippe et il a nommé dans la foulée le républicain Jean Castex.

La situation socio politique à Madagascar est de plus en plus délicate. On est maintenant  arrivé à une étape décisive dans la lutte contre le Covid 19. La progression des cas de contamination   fait penser que la gestion de l’épidémie va être de plus en plus difficile. Les mesures à prendre vont être délicates à faire respecter.  Le régime est certes décidé à aller de l’avant, mais il doit  cependant faire attentIon  car il est en train de marcher sur des oeufs.

Patrice RABE

Midi Madagasikara0 partages

HCDDED : Rapport annuel devant les députés, hier

Le Haut Conseil pour la Défense de la Démocratie et de l’Etat de droit (HCDDED) a présenté, son rapport annuel devant les députés, hier, au CCI-Ivato. Prévue se tenir à 10h, la rencontre n’a finalement eu lieu qu’à 11h20. Qui plus est devant une assistance clairsemée, notamment des députés. A la question des députés sur la suite donnée par le HCDDED aux doléances des citoyens, le président de ce Haut Conseil a souligné qu’elles ont eu toutes des réponses à leurs plaintes. Notons que le HCDDED a pour but d’observer le respect de l’éthique du pouvoir, de la démocratie et du respect de l’Etat de droit, de contrôler la promotion et la protection des droits de l’Homme. Dans ce cadre, il veille notamment au respect effectif des valeurs démocratiques et de l’éthique, à la promotion et à la protection des droits fondamentaux, au respect de l’Etat de droit et de la bonne gouvernance et à formuler toute recommandation utile à toute Institution, tout organisme ou toute entité publique ou privée dans le cadre de ses domaines d’attribution. 

Dominique R.  

Midi Madagasikara0 partages

Sénat : Kalozafy remplace feue Emilie Razafindrakoto

Lors de son discours à l’occasion de la cérémonie de clôture de la première session ordinaire du parlement, hier, le président du Sénat, Rivo Rakotovao n’a pas manqué de rappeler la perte d’une sénatrice durant la session. Cet évènement a assombri le ciel de cette institution. Depuis, le poste de la sénatrice Emilie Razafindrakoto Ravololonirina au sénat est déclaré vacant, par la haute cour constitutionnelle. Cette dernière est morte le 22 juin dernier. Hier, l’arrêt n°06-HCC/AR du 3 juillet 2020, a proclamé que son poste de sénateur sera occupé par Kalozafy, second de la liste Leader Fanilo de la province d’Antsiranana. Par ailleurs, un autre dossier en instance attend le prochain jour d’audience de la haute cour. Il s’agit en fait d’une demande d’avis sur l’interprétation de l’article 26 de la Constitution formulée par Toavina Ralambomahay et consorts dont des conseillers municipaux de la commune urbaine d’Antananarivo, maire et président du conseil de la commune rurale d’Analamisampy. 

Recueillis par Rija R.

Midi Madagasikara0 partages

“Mobilisés à vos côtés” : Société Générale : Actions diversifiées contre la pandémie de Covid 19

Remise de matériels sanitaires.

Tel est le leitmotiv de la banque et du groupe Société Générale tout au long de cette crise sanitaire qui a débuté depuis bientôt trois mois. 

 Après la mise en place des dispositifs d’accompagnement de ses clients directement pénalisés par l’épidémie Coronavirus, Société Générale Madagasikara réaffirme son engagement en appuyant particulièrement les initiatives en faveur de ceux qui œuvrent dans l’urgence, pour la sécurité sanitaire des populations la prise en charge des plus démunis.

Besoins élémentaires

En effet, plus de 1 000 personnes vulnérables et démunies, prises en charge par la Commune Urbaine d’Antananarivo, ont pu bénéficier d’un soutien de la banque en PPN. Le 04 juin dernier, la remise de 2 tonnes de riz, 66 cartons huiles, 500 kilos d’haricots a été effectuée à l’hôtel de ville Analakely en présence de Zdenek METELAK Directeur Général de Société Générale Madagasikara et le Maire d’Antananarivo, Naina Andriantsitohaina.  Cette action a été mise en place afin d’aider les personnes qui rencontrent des difficultés majeures pour subvenir aux besoins élémentaires. Par ailleurs, accompagnés par le Directeur de la Maternité Befelatanana, le Professeur Hery Rakotovao et le personnel de la maternité, les collaborateurs de la banque ont mis en avant les 130 mamans et nouveau-nés de l’établissement en effectuant des remises de kits de naissance ainsi que des couvertures le 05 juin dernier.  Cette action, mise en place spécialement dans le cadre de la célébration de la fête des mères a pour objectif d’aider les familles en difficulté et surtout d’accueillir l’arrivée des nouveau-nés dans la joie. Des matériaux médicaux composés de bidons de gel désinfectant et de gants en latex ont été également été donnés au personnel de la maternité. Ces matériaux vont essentiellement contribuer à protéger les médecins et patients afin d’éviter la propagation du virus.

Attentive

Depuis le début de cette pandémie, Société Générale Madagasikara reste attentive aux besoins sociaux, surtout, ceux relatifs à la santé.  Pour cela, un don sous forme de matériaux sanitaires a été attribué aux trois hôpitaux qui prennent en charge les victimes du virus: l’hôpital d’Anosiala, d’Andohatapenaka et HJRB. La remise s’est effectuée le vendredi 12 juin au ministère de la Santé  en présence du Secrétaire Général du Ministère et du Directeur Général de la banque.  Cette action a été menée à bien grâce à la collaboration étroite de Société Générale Madagasikara et la Plateforme Humanitaire du Secteur Privé (PHSP) auquel la banque est membre depuis sa création en 2014.  Compte tenu de la survenue de nombreux cas de COVID-19 dans la ville de Toamasina, l’IPM a déployé le laboratoire mobile le 5 mai dernier afin de tester les cas suspects de COVID-19 à Toamasina et ses environs proches. Ce laboratoire mobile permet de mener à bien les analyses et les investigations de terrain dans le cas de la riposte à l’épidémie. Le financement de cette mission répond parfaitement à l’esprit d’engagement qui a toujours été la force de la banque, dans l’exercice de son métier comme dans ses actions citoyennes.  En somme, la Société Générale Madagasikara a une responsabilité envers la communauté avec laquelle elle est liée. En tant qu’entreprise citoyenne, sa contribution est le reflet de ses convictions et ces actions concrétisent une fois de plus sa volonté de jouer un rôle d’acteur clé de la croissance économique et sociale du pays.

R.Edmond

Midi Madagasikara0 partages

Tout faire pour : préserver l ‘avenir

C’est toujours l’épidémie de Covid 19 qui occupe l’esprit de tous, simples citoyens ou personnel médical se dévouant corps et âme sur le terrain. Le nombre de cas contaminés ne descendra certainement pas en dessous de la barre de cent. Il a cru très vite ces derniers jours  passant de  95 en début de semaine à 109, hier. Même si on y est préparé, les chiffres font frémir. Les recommandations des communicateurs du CCO ne permettent pas de relativiser la gravité de la situation. A présent, il n’est pas rare d’apprendre qu’une de ses connaissances est contaminée et qu’elle et sa famille doivent se confiner et se faire soigner à leur domicile. Plus que jamais, il faut redoubler de précautions et suivre les recommandations faites quotidiennement  par les médecins.

Tout faire pour : préserver l ‘avenir

La population est n’est plus tranquille car elle s’inquiète de cette montée en flèche du nombre des cas de contamination. De plus, les décès qui surviennent dans leur entourage les poussent à s’interroger sur les circonstances dans lesquelles ils ont eu lieu. Cette confusion qui règne en ce moment  ne permet pas de faire la part des choses. Il faut donc lancer un appel au calme. La situation  actuelle de l’épidémie ne doit pas générer une panique incontrôlée. Les épidémiologistes avaient prévu la progression de la propagation du virus.  Mais ce sont les mesures prises par les autorités qui doivent être adaptées à cette recrudescence des contaminations. Certains spécialistes préconisent un  reconfinement, mais dans les circonstances actuelles, il est très difficile de le faire. C’est la conscientisation  qui doit  être essentielle. Il est nécessaire de mettre tout le monde devant ses responsabilités. On s’aperçoit que les mesures de  distanciation  sociale ne sont pas du tout respectées. Les rassemblements de personnes existent malgré les recommandations faites régulièrement. Il faut que chacun soit conscient des dangers qu’il encourt  lorsqu’il sort. L’avenir est incertain et il est nécessaire de  tout  faire pour conjurer le sort qui  peut se révéler  funeste si  l’on ne fait pas attention.

Patrice RABE

Midi Madagasikara0 partages

Projets : Prohelvetia et Goethe–Institut, soutien culturel en période Covid–19

Les appels à projet culturel vont sûrement faire bouger le monde de la culture africaine.

Face à la crise mondiale du Covid–19, plusieurs institutions vont maintenant lancer des financements à travers des fonds et des programmes. Le premier vient de la fondation suisse « Prohelvetia ». Selon laquelle, « Au cours des six derniers mois, bon nombre de nos hypothèses sur la société, la culture et l’économie ont été renversées ou brisées. Nous voyons dans une égale mesure l’émergence de possibilités de changement rapide et transformateur, et l’approfondissement des fractures et des injustices existantes ». Dès lors, Prohelvetia Johannesburg lance un appel « ouvert aux artistes, collectifs et organisations de tout le continent africain, à l’exclusion de l’Afrique du Nord ». Comme annoncé, les inscriptions seront possibles jusqu’au 31 août. Le Goethe–Institut et le ministère fédéral allemand des Affaires étrangères proposent aussi la même initiative. D’après l’institution, cet appel sera consacré aux  institutions hors de l’Union européenne qui font « un travail culturel pertinent pour la société civile depuis plus de trois ans, ils sont déjà connus du Goethe-Institut ou de la mission diplomatique du ministère des Affaires étrangères à l’étranger de par leur structure, ils souffrent des conséquences de la pandémie de coronavirus ». Tous ces appels sont visibles en faisant quelques recherches sur les sites web respectifs de ces institutions culturelles européennes.

Maminirina Rado/Iss Herdiny

Midi Madagasikara0 partages

Crédit « Miarina » : Hausse du nombre des PME bénéficiaires

Le crédit « Miarina » initié par le président de la République pour soutenir les Petites et Moyennes Entreprises (PME) qui sont fortement touchées par la crise sanitaire liée à la pandémie de Covid-19 attire le secteur privé. 

En effet, le nombre de PME bénéficiaires de ce financement moyennant un taux d’intérêt bonifié  de 8 à 9% a connu une hausse atteignant à 111 entreprises depuis son lancement le 17 juin 2020 jusqu’au 1er juillet 2020. Le volume total du crédit octroyé se chiffre à un peu moins de 5 milliards d’ariary, soit un montant moyen de prêts accordé à environ 44,6 millions d’ariary.  Parmi ces entreprises bénéficiaires,  10% d’entre elles opèrent dans le secteur artisanat, 6% autres dans le secteur du tourisme, 23% dans le secteur de service, 14% dans la médecine, 39% dans le commerce, 7% dans le transport, et 1% dans les secteurs de BTP et de l’élevage.

Dossiers à fournir. Rappelons que ce crédit « Miarina », mis en place par le programme national “Fihariana”, consiste à appuyer les Micros, Petites et Moyennes Entreprises  à reconstituer leur trésorerie amortissable ou un fonds de roulement permettant de relancer leurs activités, face à cette crise sanitaire qui perdure encore dans le pays. Quatre secteurs ont été priorisés pour pouvoir en bénéficier, à savoir, l’agriculture, l’élevage, le tourisme et l’industrie. Les entreprises formelles PME/PMI réalisant un chiffre d’affaires de moins de 5 milliards d’ariary sont éligibles à ce crédit « Miarina », a-t-on évoqué. Et comme dossiers à fournir, les intéressés peuvent déposer une demande en bonne et due forme et signée, leurs trois derniers bilans fiscaux, un plan prévisionnel de trésorerie sur 24 mois et un relevé bancaire des 24 derniers mois pour les entreprises qui ne sont pas clientes de la BNI et de la BOA Madagascar. En outre, les chiffres d’affaires détaillés de mars à juin 2019 ainsi que l’état financier intermédiaire  de 2020, constituent également d’autres pièces exigées par les promoteurs de ce projet. Il est à noter que le programme national “Fihariana” s’engage à effectuer un suivi actif de tous les dossiers déposés par les demandeurs de crédit « Miarina », a-t-on conclu.

Navalona R. 

Midi Madagasikara0 partages

Emmanuel Rakotovahiny : L’ancien PM a tout prévu

Son cercueil était tout prêt.

La dépouille mortelle d’Emmanuel Rakotovahiny va être acheminée ce jour à Toliara où aura lieu l’inhumation mardi. Le départ du convoi funèbre est fixé à 11 heures à son domicile à Antsahatsiresy – Antsofinondry où beaucoup de gens sont venus présenter leurs condoléances à la famille de l’illustre défunt. Pour ne citer que ses proches collaborateurs conduits par le nouveau Directeur de Cabinet civil de la Primature, le général Ruphin Zafisambo qui a représenté le Premier ministre Ntsay Christian. L’ancien PM était effectivement le Conseiller spécial de l’actuel chef du gouvernement. Selon un de ses proches, se sachant gravement malade depuis deux mois, l’ex-locataire de Mahazoarivo qui était connu pour sa rigueur, a tout prévu et préparé. Y compris son cercueil qui était placé, au lendemain même de sa mort, sur la véranda de sa villa plain pied où un prêtre a dirigé avant-hier un office religieux respectant les mesures barrières comme la distanciation sociale et la limitation de l’assistance.

R.O

Midi Madagasikara0 partages

Football Pro League : Elgeco Plus a encore toutes ses chances, reconnaît Hubert Robson

Robson Hubert ou Bob est un entraîneur comblé. Il bat le record de longévité avec Elgeco Plus.

Elgeco Plus a recruté à tout vent. C’est comme s’il y a le feu à la maison. Un branle-bas de combat comme l’explique Hubert Robson qui affirme que l’équipe peut encore ravir le titre. « Théoriquement, tout est encore possible avec notre 5ème place actuelle alors que nous avons 6 matches à domicile contre trois sorties« , confie Hubert Robson. Un optimisme bon teint qui justifie ce recrutement massif dont le plus marquant reste les deux joueurs de Fosa Boeny Andry Max et Xavier, deux titulaires indiscutables de la formation majungaise. À cette « bonne affaire » s’ajoutent deux autres joueurs de Fosa Analamanga avec l’excellent Gapa et Tony mais aussi Maxime du FC Vakinankaratra, Mario de Tana Formation et Edive du TAM Port-Bergé. Cette arrivée massive oblige Elgeco Plus à se séparer de ses nombreux cadres dont les derniers en date sont Millor, le défenseur central, et Flavio, le milieu tournant. Il y a bien sûr le défenseur latéral gauche Bosco parti depuis un bon bout de temps au Fortior Toamasina ainsi que le portier Eddy Bastia qui avait eu du mal à s’imposer de par ses performances en dents de scie. En fait, ce dernier est très bon devant une grande équipe mais il reste inconstant face à des petits poucets. Après mûres réflexions, Elgeco Plus a dû faire le ménage. Et si par malheur l’équipe ne gagne pas le titre cette année, ce sera donc pour l’année prochaine. Pour l’instant en effet, on ne pense pas que le groupe de tête dont la CNAPS Sport, l’AS Adema, le COSFA et Fosa Juniors se laisseront facilement marcher sur les pieds.

Clément RABARY

Midi Madagasikara0 partages

“Ocean Trade” : Remise des lots aux gagnants du jeu Makicim

Lors de la remise des lots à Andraharo hier.

Une tombola a été organisée par Ocean Trade, le distributeur exclusif du ciment de marque Makicim à Madagascar, avec ses partenaires comme Sanifer et ABC qui assurent la revente de ce produit de première nécessité dans le secteur de la construction. Ainsi, le premier lot composé d’une moto a été remis à Herimalala Razafiarivonison, le gérant de la société “RHM Construction” tandis que le 2e lot composé d’un vélo tout terrain a été attribué à Rabeson Harilanto, représentant également une société de construction. A part le 3e lot constitué de 5 sacs de ciment Makicim, il y a également eu 47 petits lots offerts aux participants à cette “Tombola Makicim”. « Nous distribuons en exclusivité cette marque de ciment CM1 42.5 venant de Pakistan depuis 2016 à Madagascar, avec une vente de 50 000 tonnes de ce produit par an. C’est maintenant très prisé par les professionnels de la construction grâce à sa résistance mécanique à l’écrasement surtout quand on fait des essais en laboratoire. On peut l’utiliser pour les grands chantiers de grandes structures ou pour les simples travaux d’enduit, de béton et de mortier mais à faible dosage. Comme référence, l’entreprise Colas a utilisé le Makicim pour la construction du nouveau site de l’aéroport d’Ivato », a expliqué Kirty Velji Shah, le directeur commercial de Ocean Trade, lors de la remise des lots hier, à Andraharo. 

Navalona R.

Midi Madagasikara0 partages

Plaidoyer de l’OSCEAH pour le secteur EAH : Les députés mis face à leurs responsabilités

Après le Sénat, il y a quelques semaines, c’est à l’Assemblée nationale, face à 22 députés membres de la commission eau et énergie, que l’Organisation de la Société Civile du secteur Eau-Assainissement-Hygiène (OSCEAH) s’est adressée, le 2 juillet dernier. 

Lancer un appel pour prioriser le secteur EAH, longtemps à la traîne et pourtant vital en cette période de pandémie. Tel était l’objectif du plaidoyer de l’OSCEAH, jeudi dernier, avec l’appui de WaterAid, face aux députés. Un rendez-vous ponctué de chiffres alarmants du secteur EAH dans le pays. L’évolution du budget de l’Etat et du secteur EAH de 2015 à 2020 démontre le peu de priorisation de cette question. L’OSCEAH a ainsi voulu interpeller les députés pour proposer et voter des lois pour appuyer notamment la mise en œuvre de la Politique Sectorielle EAH et le Code de l’Eau et Assainissement.

Faut-il rappeler que plus de la moitié de la population (57%) n’ont pas accès à une source d’eau améliorée. Sur ces 57% (soit 14,5 millions de Malgaches), 4 personnes sur 5 boivent de l’eau contaminée par des bactéries intestinales « E Coli », autrement dit, de la matière fécale. De plus, cette population passe la majorité de leur temps à faire la queue aux bornes fontaines ou chercher de l’eau à plusieurs kilomètres de leur domicile au lieu de réaliser des activités génératrices de revenus. Par ailleurs, 4 individus sur 5 n’ont pas accès à un service d’assainissement de base adéquat, tandis que 2 sur 5 pratiquent la défécation en plein air. Seulement 1 personne sur 4 possède un dispositif de lavage des mains avec du savon. Et pourtant, le lavage des mains avec du savon est le premier geste barrière contre la contamination du coronavirus, qui commence à prendre de l’ampleur actuellement. Or, sachant que 14,5 millions de personnes n’ont même pas accès à de l’eau propre, et que 19,7 millions n’ont pas de lave-main chez eux, difficile de combattre cette pandémie. Impossible également de se distancer quand les maisons sont exigües, et les quartiers, très serrés, les centres de santé bondés 6 jours sur 7 et les classes, surpeuplées.

Les conditions vécues par les jeunes filles, les femmes et les personnes vivant avec un handicap ont été soulevées. Le manque de dignité vécu par ces personnes durant leurs menstruations. Des conditions difficiles mais peu mises sur les tables de discussions.

Le Président de l’OSCEAH National, Arsène Raveloson, a réitéré l’importance de la mise en place d’un dispositif légal pro-EAH et d’accorder plus de budget au secteur EAH. Et de soutenir qu’il s’agit, non d’une dépense, mais d’un investissement.

Hanitra R.

Midi Madagasikara0 partages

Betroka : Fokontany iray saika hifanandrina tamin’ny miaramila

Voatery nitifitra fampitandremana mihitsy ireo miaramila avy amin’ny Zrps Alpha 12, any amin’iny distrika Betroka iny, ny mba hametrahan’ireo fokonolona amina tanana kely iray ny fitaovam-piadiana teny am-pelan-tanan’izy ireo. Efa saika rà nandriaka no niseho saingy soa ihany …

Ny zava-nisy : ny herinandro lasa teo, dia nisy fanafihan-dahalo nivaivay tao amina kaominina iray any amin’iny distrika Betroka iny. Omby efatra no voalaza fa lasan’ireo olon-dratsy. Nanao ny fanarahan-dia avy hatrany ireo fokonolona tao an-toerana ary hita, hoy ny fampitam-baovao, fa nijanona tao amina tanàna iray antsoina hoe Sakasoa, ao amin’ny kaominina Ianabinda ireo dian’omby. Nangataka fanazavana tamin’ireo mponina tao araka izany ireto mpanara-dia, saingy voalaza fa « vava-basy avy hatrany, niaraka tamin’ny fandrahonana ho faty » no niandry ireto farany. Hany herin’izy ireo, rehefa tsy afa-nanohitra ireto mponina mitam-basy ireo mpanara-dia, dia nila vonjy tany amin’ireo miaramila mpampandry tany tany an-toerana. Nidina avy hatrany tany amin’io toerana io ireo mpitandro filaminana, saingy vao telo kilaometatra monja tsy hidirana ny tanana dia niandry sy nihantsy ireto miaramila tamin’ny basy sy fitaovam-piadiana isan-kazazany ireo mponina tao amin’io tanana io. Efa saika raikitra ny fifandonana, saingy mbola nanao izay fara-heriny nandresy lahatra ireo mponina ny mba hametrahana ireo fitaovam-piadiana ireto miaramila. Tonga mihitsy tamin’ny fanaovana tifitra fampitahorana sy fampitandremana moa izany, ka dia nilefitra ihany ireo mponina. Naorona avokoa ireo basy teny am-pelan-tanan’ireo mponina ka nosavaina ny taratasy. Ireo tsy nisy izany, tonga dia nogiazana avy hatrany. Mahakasika ireo olona nitana izany basy tsy ara-dalàna izany kosa, dia nentina natolotra ireo mpanao fanadihadiana. Anisan’ireo olona ireo moa ireo sahy nikomy sy nandrahona ireo tompon’omby mpanara-dia. Basim-borona sivy, niaraka tamin’ny basy vita gasy roa ary basy « revolver » iray no azo teny am-pelan-tanan’izy ireo tamin’io fotoana io. Marihana, fa niaiky tanteraka ny fahaverezan’ireo omby tao amin’io tanana io ireo mponina ary efa natao ny fomba amam-panao mahazatra amin’izany. Efa naverina ireo omby efatra nangalarina ary mbola nampiana 16 hafa izany ho fanonerana ny heloka nataon’izy ireo.

Ankoatr’ireo fitaovam-piadiana ireto , dia fantatra fa nisy basim-borona tsy ara-dalàna telo hafa ihany koa sarona tany Ivahona, ary nanampy ireo ny ody gasy iray gony azo teny am-pelan-tanan’ireo olon-dratsy

m.L

Midi Madagasikara0 partages

Mahazoarivo : Visite d’adieu de SEM Yang Xiaorong

Au terme de sa mission, en tant qu’Ambassadeur résident de la République Populaire de Chine à Madagascar, SEM Yang Xiaorong a rendu, hier, une visite d’adieu auprès du Premier ministre Christian Ntsay. A l’instar des reconnaissances réciproques quant à l’excellence de la relation ainsi que de la coopération permanente entre  les deux pays et leur peuple respectif, son entretien avec le Chef du gouvernement a également permis de passer en revue les domaines de ladite coopération, notamment la santé publique, l’eau, l’agriculture, les infrastructures, les routes, l’énergie, le sport, et la culture. De tout ce qui y a été discuté, les deux parties ont partagé l’optique de raffermissement de la relation bilatérale. Faut-il rappeler que l’ambassadeur a pris officiellement son poste en début de l’année 2016.

Recueillis par Dominique R.

Midi Madagasikara0 partages

Cybercriminalité : Sary mamoafady tamin’ny FB : lehilahy iray MD

Natolotra ny fampanoavana omaly, ary nidoboka am-ponja vonjimaika eny Antanimora. « Efa ela izy no nitsiriritra ilay ankizy vavy ka rehefa tratrany tany amin’ny toerana mangingina ity farany dia nanamparany ny filan-dratsiny. Taorian’ilay fanolanana nahazo ilay ankizy vavy dia nalain’io tovolahy io sary izy ary dia iny sary iny no nentiny nandrahonana azy mba tsy hiteniteny amin’ny ray aman-dreny ary hanaiky hatrany ny sitrapony isaky ny mitady firaisana ara-nofo aminy izy, raha tsy izany dia haparitany any anaty « facebook » ireo sary ireo », raha araka ny fanazavan’ny polisy misahana an’i Sabotsy Namehana sy ny manodidina. Izay rahateo no namaritra ny fomba ratsy nentin’ity tovolahy 23 taona; izay nenjehina ara-pitsarana noho ny fanolanana sy fanaparitahana sary mamoafady tamin’ny tambajotra sosialy. Ireo heloka roa ireo, dia sazian’ny lalàna avokoa ary samy mampigadra. Ankizivavy 16 taona no niharan’ireo asa ratsy ireo. « Taty aoriana, dia nisafidy ny hivoaka tamin’ny fahanginana ilay tovovavy ary dia tsy nanaiky ilay tovolahy intsony. Vokatr’izany ary, dia naparitak’ilay tovolahy tany anaty tambazotra ireo sary mamoafady » raha araka ny tatitry ny polisy hatrany. Isan’ny nahita izany ny ray aman-drenin’ilay tovovavy ary nitory avy hatrany tao amin’ny polisy misahana ny heloka amin’ny aterineto na « cybercriminalité ». Nanao ny fanadihadiana sy ny fitadiavana ilay tovolahy ny Polisy ka tra-tehaka tetsy Sabotsy Namehana ity mpanolana ity. Niaiky ny helony izy ary rehefa natolotra ny fitsarana, dia naiditra am-ponja any Antanimora. Ankehitriny dia efa misy ny laharana maitso, misokatra amin’ny olom-pirenena, ho an’izay mahita tranga herisetra atao amin’ny ankizy tsy ampy taona. Ny laharana 147 no ahafahana mampita ny vaovao. Torak’izany koa, azo atao ny manao fitorohana ao amin’ny tranonkalam-pifandraisana « Arozaza ».

D.R

Midi Madagasikara0 partages

Factures de la Jirama : Des comptoirs dédiés aux réclamations

Le Conseil d’Administration et la Direction Générale de la Jirama ont lancé une série de mesures pour corriger les distorsions sur les factures anormales et pour faciliter les paiements durant la période de crise sanitaire.

Les dirigeants de la Jirama renforcent les mesures facilitant la communication avec les clients victimes de hausses anormales de factures. Un accueil spécifique sont mis en place dans les six agences de la société à Antananarivo.

La Jirama essaie encore de corriger les erreurs d’index « commises délibérément par des employés mal intentionnés », qui ont causé des hausses anormales de factures. Hier, les représentants du Conseil d’Administration et de la Direction Générale de la société ont annoncé qu’un accueil spécifique sera en place pour traiter les doléances des usagers. « La Jirama réitère ses profondes excuses envers ses clients, pour les factures anormalement élevées que nous avons recensées suite aux investigations. Suite à la décision prise par le Conseil d’Administration, la Jirama prend les dispositifs pour renforcer, améliorer et accélérer le rapprochement avec les clients », a affirmé Solo Andriamanampisoa, PCA de la Jirama, lors d’une conférence de presse organisée au siège de la société à Ambohijatovo. Pour sa part, le DG Vonjy Andriamanga a indiqué que les kiosques seront disponibles à partir du 6 juillet au sein des six agences de la Jirama à Antananarivo, en plus de l’accueil dédié déjà opérationnel à Antanimena.

Cas attendus. Ces kiosques seront donc chargées de recevoir les doléances et requêtes des clients. « Ces réclamations seront étudiées afin de trouver une solution idoine. En outre, les clients ayant une hausse significative et inhabituelle de leurs factures peuvent, sans se justifier, demander un étalement du paiement jusqu’à 6 mois. Dans les cas d’erreurs d’index, la Jirama procèdera sur place à la correction de l’index, afin d’ajuster le vrai montant de la facture. Dans les cas d’autres anomalies, les clients ne paieront que le montant habituel et conviendront avec la société une solution pour y remédier, et retrouver la situation normale », ont expliqué les dirigeants de la Jirama. Par ailleurs, ils ont noté que la facturation est déjà revenue à la normale avec une seule facture par mois, pour l’ensemble des usagers d’Antananarivo. Pour faciliter les paiements, la Jirama a élargi la date limite de paiement jusqu’à la fin du mois, au lieu de 10 jours, afin de répondre aux attentes exprimées par les usagers. Selon toujours les dirigeants de la société, la possibilité de report de paiement des factures, décidée par le président de la République, est toujours maintenue pendant la période de confinement. De ce fait, il n’y a pas de coupure pour factures impayées pendant cette période.

Antsa R.

Midi Madagasikara0 partages

Maroantsetra : Mpangalatra lavanila saika niharan’ny fitsaram-bahoaka

Lehilahy  roa voarohirohy tamin’ny resaka halatra lavanila no indray nampidirina am-ponja vonjimaika, ao amin’ny fonjaben’i Maroantsetra rehefa natolotra ny Fitsarana ny Alarobia lasa teo. Ny alahady sy ny Alatsinainy teo izy ireo no voasambotry ny polisy rehefa nokarohina noho ny halatra lavanila nisesisesy, tao amin’ny fokontany maromaro  tao amin’ity distrika ity. Polisy mpanao fisafoana no nahasambotra lehilahy iray, 34 taona efa fanta-daza amin’ny  vaky trano sy halatra lavanily tamin’io alahady  28 jona io. Ity lehilahy ity izay efa nokarohin’ny polisy noho ny fandraisany anjara tamina halatra mitam-piadiana tao amin’y fokontany Ambodirano, kaominina ambanivohitra Voloina ao Maroantsetra. Lavanila efa maina milanja 200 kilao no very nandritra izany fanafihana izany.

Ny alin’ny alatsinainy  29 jona 2020, dia voasambotry ny fokonolona teo am-pangalarana lavanila maitso tao amin’ny fokontany Vodiriana ao Voloina, Maroantsetra ihany koa ny lehilahy iray hafa, 31 taona. Lavanila maitso milanja 6.4 kilao moa no tra-tehaka teny amin’ity lehilahy ity. Ary efa saika matin’ny fitsaram-bahoaka izy raha tsy tonga ara-potoana ny Polisy. Noho ny ratra nahazo azy moa dia nentina namonjy toeram-pitsaboana ralehilahy, nialoha ny hanaovana famotorana azy.

T.M.