Les actualités à Madagascar du Jeudi 04 Juin 2020

Modifier la date
Midi Madagasikara333 partages

« Kianja Masoandro » : « Vandalisme et destruction du patrimoine national ‘Rovan’Antananarivo’ »,...

Le Colisée est resté un monument symbole de sang et de mort incrusté dans la tradition ludique antique romaine.

Les anciens étudiants du domaine Arts, Lettres et Sciences Humaines de l’Université d’Antananarivo, mention Sociétés et Cultures de Madagascar et du Sud-Ouest de l’Océan Indien du passé et du présent ont pris position face à la construction de l’arène « Kianja Masoandro ». 

D’après leurs explications, ce Colisée « ayant l’architecture d’un immense amphithéâtre ovoïde situé dans le centre de la ville de Rome ne reflète pas la connaissance intime du “Rovan’Antananarivo”. L’histoire de Madagascar n’est aucunement liée à l’Empire romain ». En effet, cette construction n’entre pas dans l’amélioration des procédés de conservation et de restauration ni à l’amélioration des techniques de diffusion des connaissances. Ainsi, les membres des anciens étudiants SCMSOPP ont lancé un communiqué. « Cette pétition a pour objet de mobilisation contre la construction du Colisée – Kianja Masoandro dans l’enceinte du Palais de la Reine, patrimoine national de Madagascar(…) Plusieurs types de destruction de patrimoine peuvent être identifiés : le vandalisme idéologique, les pillages à but lucratif ou encore l’abandon. Nous observons aujourd’hui que l’Etat malgache ne veut pas laisser ce patrimoine à l’abandon, et nous saluons cette volonté. Toutefois, la construction de ce Colisée est une forme de vandalisme ». Ils ont également fait savoir que la Convention concernant la protection du patrimoine mondial, culturel et naturel, lors de la Conférence générale de l’Organisation des Nations unies pour l’éducation, la science et la culture, réunie à Paris du 17 octobre au 21 novembre 1972, en sa dix-septième session, constate que le patrimoine culturel et le patrimoine naturel sont de plus en plus menacés de destruction non seulement par les causes traditionnelles de dégradation mais encore par l’évolution de la vie sociale et économique qui les aggrave par des phénomènes d’altération ou de destruction encore plus redoutables (…) Sont définis comme « patrimoine culturel » : degroupes de constructions isolées ou réunies, qui, en raison de leur architecture, de leur unité, ou de leur intégration dans le paysage, ont une valeur universelle exceptionnelle du point de vue de l’histoire, de l’art ou de la science. De ce fait, le “Kianja Masoandro” enlève ainsi la valeur universelle exceptionnelle du “Rovan’Antananarivo”.

Par ailleurs, les anciens étudiants du domaine Arts, Lettres et Sciences Humaines de l’Université d’Antananarivo, mention Sociétés et cultures de Madagascar et du Sud-Ouest de l’Océan Indien du passé et du présent se mobilisent contre la construction de ce “Colisée–Kianja  Masoandro” et ils soutiennent leurs enseignants qui ont su leur transmettre la valeur de l’Histoire et de la Culture par les Sciences du Patrimoine.

Recueillis par Iss Heridiny

Midi Madagasikara121 partages

Basket-ball : Formation en ligne des arbitres à l’honneur !

Pour la ligue Analamanga, la formation se déroule au siège de la FMBB à 67Ha.

La formation en ligne des arbitres de basket-ball bat son plein depuis cette semaine, et ce jusqu’au 5 juin, dans les huit ligues régionales à Madagascar. C’est une initiale de la Fédération internationale de basket-ball (FIBA) durant cette période de crise sanitaire mondiale. En effet, Madagascar se trouve dans le groupe 2A avec cinq autres pays, entre autres Gabon, Centrafrique, RDC, Tchad et Maurice.  Cependant, les ligues Atsimo Andrefana, Haute Matsiatra, Vakinankaratra, Analamanga, Atsinanana, Alaotra Mangoro, Boeny et Diana ont pu bénéficier de cette formation à distance avec des experts internationaux. « La FIBA a demandé 25 participants qui correspondent aux critères notamment être âgé moins de 35 ans et ayant cinq ans d’expériences dans le domaine. Pourtant, la formation pourrait se faire en groupe pour ceux qui veulent y participer », a fait savoir Andry Rabemananoro, Secrétaire Général de la Commission Centrale des Arbitres.  Quatre modules sont au programme : faute antisportive, contrôle du match et banc d’équipe, contact illégal, action de tir et administration lancer franc. Lors de la première journée, les participants étaient à l’écoute de Kamal Hammatoune, l’expert algérien. Il a enseigné sur le thème « Contact illégal ». « L’objectif de ce projet est de renforcer les expériences des arbitres en Afrique », a ajouté encore le SG. Une autre formation en ligne serait à venir. Il s’agit d’une formation des arbitres de basketball sur fauteuil roulant organisé par  International Wheelchair Basketball Federation (IWBF). C’est la première fois qu’une formation comme celle-ci aura lieu dans la Zone 7.

Manjato Razafy

Midi Madagasikara65 partages

SANIFER ouvre son 4ème magasin – Un message d’espoir en situation de crise 

OUVRE SON 4ème MAGASIN

 

UN MESSAGE D’ESPOIR EN SITUATION DE CRISE 

Malgré un contexte socio-économique difficile, l’enseigne leader du marché de distribution de matériaux de construction et de l’aménagement décide de maintenir l’ouverture de son 4ème magasin.

 

70 emplois préservés grâce à l’ouverture de SANIFER Akoor Digue

En Novembre 2019, l’enseigne a lancé une campagne massive de recrutement en vue de l’ouverture de son 4ème magasin dans la zone Ouest de la capitale. L’équipe a été constituée et a intégré les rangs depuis Janvier 2020 pour suivre une formation sur le cœur de métier de SANIFER ainsi que sur les techniques d’accompagnement de la clientèle.

Malgré la situation liée à la pandémie du COVID-19, SANIFER a tenu à respecter ses engagements et a décidé d’ouvrir les portes de ce 4ème magasin à Akoor Digue le Vendredi 22 mai 2020. Grâce à l’aboutissement de ce projet, près de 70 emplois ont été préservés.

Depuis 2017, SANIFER s’efforce de tenir sa croissance et ce sont désormais quatre points de vente – avec plus de 570 collaborateurs – qui desservent le marché tananarivien, auxquels s’ajoute le site marchand www.sanifer.mg qui permet, tant aux particuliers qu’aux professionnels dans tout Madagascar, d’accéder et de bénéficier facilement des offres de l’enseigne sans se déplacer.

La décision de maintenir cette ouverture a été un vrai défi pour l’enseigne mais c’est également un message d’espoir qu’elle porte pour un avenir meilleur. Chez SANIFER, nous croyons que, au-delà d’une guerre sanitaire, nous traversons une crise qui permettra de prouver encore une fois l’élan de solidarité qui peut se créer à Madagascar autant dans les victoires qu’en temps difficile.

A propos de SANIFER Akoor Digue

Avec plus de 18.000 références de produits pour la construction et l’aménagement, ce nouveau point de vente marque une avancée dans le concept commercial de SANIFER.

En effet, ces 2.200 m² d’exposition, entièrement en libre-service ont été aménagés selon les meilleures pratiques internationales de manière à optimiser au maximum l’expérience client

SANIFER met un point d’honneur à fournir une même qualité de service et à proposer la même offre quel que soit le magasin visité par le client. Ainsi, de perpétuelles améliorations y sont apportées, que ce soit au niveau du processus client – à commencer par la facilité de se garer dans chacun des magasins avec ses 150 places de parking au minimum – ou sur la gestion logistique.

Cette nouvelle expansion de SANIFER s’inscrit dans son plan de développement quinquennal et répond à la stratégie globale du Groupe TALYS qui mise sur la croissance de ses pôles d’activités, notamment la Distribution. Malgré le contexte de crise sans précédent lié au COVID-19, le Groupe s’efforce de maintenir son cap et marque ici son engagement à contribuer à l’économie de Madagascar.

 

858-A/1-1

Midi Madagasikara18 partages

Vives tensions à Toamasina : Affrontemants hier entre forces de l’ordre et manifestants

Le régime Rajoelina traverse sa première véritable crise depuis le début de la gestion du coronavirus. 

Hier, un « sakoroka » s’est déclenché à Toamasina. De vives tensions se sont installées dans la Ville du Grand Port. En milieu de l’après-midi, des troupes de jeunes tamataviens ont érigé des barrages dans quelques quartiers. Les affrontements ont débuté à Androranga où des jeunes ont notamment brûlé des pneus au milieu de la route pour bloquer la circulation. D’après les informations, ils sont sortis dans la rue pour dénoncer, selon eux, « des bavures » qui auraient été perpétrées par les éléments des Forces de l’ordre qui sont actuellement en mission à Toamasina pour veiller sur l’application des mesures prises dans le cadre de l’état d’urgence sanitaire. Un jeune homme blessé et inconscient gisait à terre. Selon les manifestants, il aurait été victime de violences policières. Une accusation rejetée en bloc par un communiqué de la Police nationale qui explique que selon les témoignages, ce jeune aurait été tabassé à l’aide d’un bâton blanc, pourtant, les bâtons utilisés par les Forces de l’ordre sont de couleur noire. Les éléments des Forces de l’ordre dépêchés sur les lieux pour disperser la foule ont été accueillis par des jets de pierres. Ces derniers ont riposté par des jets de grenades lacrymogènes et des tirs en l’air. L’affrontement a duré un bon moment. Cependant, aucun blessé n’a été recensé. En début de soirée, le jeune homme a repris conscience. D’après son témoignage, il a été tabassé par des hommes vêtus de tee-shirt camouflage. « Je ne suis pas sûr que ces gens sont des éléments des Forces de l’ordre car certains d’entre eux n’étaient pas en tenue », affirme-t-il. Après Androranga, le sakoroka s’est poursuivi dans d’autres quartiers de Toamasina, notamment à Ambolomadinika. 

Ultimatum. Bon nombre d’observateurs soupçonnent des dessous politiques derrière la situation actuelle à Toamasina. En effet, dans la journée d’hier, une vidéo de gens qui se disent des « Raiamandreny » a circulé sur les réseaux sociaux. Ces gens accusent ouvertement le président Andry Rajoelina d’être « incapable de gérer convenablement la crise du coronavirus et de renvoyer les responsabilités de son échec à la population de Toamasina ». Ces gens lancent ainsi un ultimatum de 72h au Chef de l’Etat pour démissionner de son poste. La question est de savoir quand est-ce que cet ultimatum a débuté puisque d’après les informations, les auteurs de cette vidéo ont déjà tenté de publier leur déclaration par une station de télévision privée de la capitale il y a deux semaines mais les responsables de cette chaîne n’ont pas voulu prendre le risque de la publier. Quoiqu’il en soit, l’on sait qu’une enquête a été ouverte pour faire la lumière sur la situation qui prévaut actuellement à Toamasina. Du côté du régime, l’on soupçonne une déstabilisation orchestrée de l’intérieur et de l’extérieur. Des noms de politiciens anti-régime sont cités comme étant les instigateurs de cette récupération politique en pleine crise sanitaire. 

7 respirateurs. Pour ce qui est de la lutte contre le COVID-19, l’on sait que le régime tente par tous les moyens de sauver la population de Toamasina. Plusieurs mesures ont été prises pour convaincre les Betsimisaraka de rester chez eux afin de limiter la contamination. Au total, 550 militaires dont une cinquantaine de médecins ont été dépêchés dans la Région Atsinanana. Des équipes spécialisées mènent depuis le début de cette semaine un tracking-contacts au niveau de tous les fokontany. La semaine dernière, un avion spécial a amené des aides sociales et plusieurs équipements sanitaires pour la population locale, mais aussi pour le personnel médical qui fait face directement au COVID-19. Toamasina vient de faire l’acquisition de 7 respirateurs de plus dont 5 émanant de l’Etat Malgache et 2 venant de la Fondation Akbaraly. La semaine prochaine, la Ville du Grand Port sera dotée d’un nouveau laboratoire médical pour multiplier les tests PCR.

Davis R

Midi Madagasikara13 partages

Publireportage : SANIFER ouvre son 4ème magasin – Un message d’espoir en situation de crise 

OUVRE SON 4ème MAGASIN

 

UN MESSAGE D’ESPOIR EN SITUATION DE CRISE 

Malgré un contexte socio-économique difficile, l’enseigne leader du marché de distribution de matériaux de construction et de l’aménagement décide de maintenir l’ouverture de son 4ème magasin.

 

70 emplois préservés grâce à l’ouverture de SANIFER Akoor Digue

En Novembre 2019, l’enseigne a lancé une campagne massive de recrutement en vue de l’ouverture de son 4ème magasin dans la zone Ouest de la capitale. L’équipe a été constituée et a intégré les rangs depuis Janvier 2020 pour suivre une formation sur le cœur de métier de SANIFER ainsi que sur les techniques d’accompagnement de la clientèle.

Malgré la situation liée à la pandémie du COVID-19, SANIFER a tenu à respecter ses engagements et a décidé d’ouvrir les portes de ce 4ème magasin à Akoor Digue le Vendredi 22 mai 2020. Grâce à l’aboutissement de ce projet, près de 70 emplois ont été préservés.

Depuis 2017, SANIFER s’efforce de tenir sa croissance et ce sont désormais quatre points de vente – avec plus de 570 collaborateurs – qui desservent le marché tananarivien, auxquels s’ajoute le site marchand www.sanifer.mg qui permet, tant aux particuliers qu’aux professionnels dans tout Madagascar, d’accéder et de bénéficier facilement des offres de l’enseigne sans se déplacer.

La décision de maintenir cette ouverture a été un vrai défi pour l’enseigne mais c’est également un message d’espoir qu’elle porte pour un avenir meilleur. Chez SANIFER, nous croyons que, au-delà d’une guerre sanitaire, nous traversons une crise qui permettra de prouver encore une fois l’élan de solidarité qui peut se créer à Madagascar autant dans les victoires qu’en temps difficile.

A propos de SANIFER Akoor Digue

Avec plus de 18.000 références de produits pour la construction et l’aménagement, ce nouveau point de vente marque une avancée dans le concept commercial de SANIFER.

En effet, ces 2.200 m² d’exposition, entièrement en libre-service ont été aménagés selon les meilleures pratiques internationales de manière à optimiser au maximum l’expérience client

SANIFER met un point d’honneur à fournir une même qualité de service et à proposer la même offre quel que soit le magasin visité par le client. Ainsi, de perpétuelles améliorations y sont apportées, que ce soit au niveau du processus client – à commencer par la facilité de se garer dans chacun des magasins avec ses 150 places de parking au minimum – ou sur la gestion logistique.

Cette nouvelle expansion de SANIFER s’inscrit dans son plan de développement quinquennal et répond à la stratégie globale du Groupe TALYS qui mise sur la croissance de ses pôles d’activités, notamment la Distribution. Malgré le contexte de crise sans précédent lié au COVID-19, le Groupe s’efforce de maintenir son cap et marque ici son engagement à contribuer à l’économie de Madagascar.

 

858-A/1-1

Midi Madagasikara11 partages

Secteur du BTP : Les opérateurs en quête d’un appui à la trésorerie

Sans un plan de sauvetage qui implique les pouvoirs publics, le secteur du bâtiment et des travaux publics risque aussi la faillite

Le secteur du bâtiment et des travaux publics (BTP) figure parmi les plus frappés par la crise sanitaire. Selon  le Syndicat des Entreprises du Bâtiment et des Travaux publics, (SEBTP) le secteur accuse une baisse d’activité de 50% depuis le début du confinement.

Plan d’urgence

Dans la plupart des temps, les chantiers routiers sont réalisés par les multinationales.

Le secteur affiche déjà trois mois d’inactivité puisque dès la première partie du  confinement le 20 mars, les entreprises du BTP ont  rencontré des problèmes d’approvisionnement en matériels et intrants.  Par la suite,  de nombreux chantiers ont été interrompus en raison de la restriction des déplacements des ouvriers. Une situation alarmante aggravée par  l’arrêt d’activité d’Ambatovy, l’une des plus grandes sources de marchés pour les entreprises du BTP. « On a été obligé de mettre en chômage technique, la moitié des employés » a expliqué, hier, Hary Andriatefihasina, président du SEBTP. Face à  la situation   le SEBTP confirme la nécessité  d’un appui  travers un plan de sauvetage. Sur ce point d’ailleurs, le SEBTP se félicite de l’intention de l’Etat de mettre en place le plan multisectoriel d’urgence. « Nous avons participé à l’élaboration du plan de mitigation  et nous espérons que les  dispositions dudit plan soient prises en compte dans le plan multisectoriel »  selon toujours le président du SEBTP. Et à court terme, ce syndicat souhaite notamment bénéficier d’un système de   crédit à taux bonifié pour renflouer leur trésorerie, ainsi qu’une aide de l’Etat dans le paiement des salaires de leurs employés.

Handicapées

A moyen et à long terme le SEBTP milite pour une meilleure prise en considération  des entreprises malgaches qui, dans le système actuel,  sont handicapées par le fait  que la plupart des marchés sont octroyés aux grandes entreprises multinationales. Le SEBTP dénonce d’ailleurs un manque de transparence  en matière de marché des bâtiments et des travaux publics. Ces entreprises malgaches souhaitent en effet un appui dans le renforcement de leur capacité et pouvoir décrocher ainsi une part des marchés. « On peut même constituer un groupement pour  des marchés d’envergure ». En tout cas, le SEBTP est une véritable force dans le secteur parce que ce syndicat regroupe 80 entreprises et représente 90% du chiffre d’affaires  du secteur. Le syndicat compte 6000 emplois directs et 12.000 indirects.

R.Edmond.

Midi Madagasikara3 partages

Covid-Organics : 10 000 doses pour les Emirats Arabes Unis

Les Emirats Arabes Unis sont le premier pays hors d’Afrique qui bénéficie du Covid-Organics. En effet, suite à la demande des autorités de ce pays du Moyen-Orient, l’Etat malgache vient de faire don de 10 000 doses de ce remède traditionnel amélioré de l’Institut Malgache des Recherches Appliquées (IMRA). Un avion spécial a été dépêché à l’aéroport de la BANI Ivato hier pour récupérer la cargaison. Les personnes contaminées par le coronavirus aux Emirats Arabes Unis vont désormais être traités à l’aide du Tambavy CVO. Outre les doses curatives, ce pays a aussi reçu plusieurs doses préventives. Cet avion spécial n’est pas venu vide à Madagascar. En effet, les Emirats Arabes Unis ont aussi offert des dons d’une cargaison d’équipements destinés au personnel médical malgache. Il s’agit entre autres, de 10 000 blouses médicales, 300 000 gants, 50 000 masques de protection, 32 000 sur-chaussures, ainsi que 25 000 tests de diagnostic rapide. Cet événement prouve que la coopération entre Madagascar et les Emirats Arabes Unis est au beau fixe. La Directrice de Cabinet de la Présidence Lova Hasinirina Ranoromaro et le Secrétaire général du Ministère de la Santé, le Professeur Solofomalala Gaëtan Duval étaient présents à la BANI Ivato pour assister à la cérémonie de réception officielle de ces dons. 

Davis R

Midi Madagasikara1 partages

Dernier bilan du coronavirus : 63 nouveaux cas, hier, dont 33 à Toamasina

25 nouveaux cas identifiés par le laboratoire de l’Institut Pasteur de Madagascar (IPM) à Antananarivo ; 23 au niveau de son laboratoire mobile à Toamasina et 15 cas au niveau du Centre d’Infectiologie Charles Mérieux (CICM). Soit un total de 63 nouveaux cas de Covid-19 parmi les 289 tests réalisés dans les trois laboratoires le 2 juin 2020.

Toamasina (33 cas), Antananarivo (18 cas), Moramanga (5 cas), Manjakandriana (2 cas), Vontovorona (1 cas), Alakamisy Fenoarivo (1 cas), Ampanefy (1 cas), ainsi que la région Analanjirofo (2 cas). Telles sont les localités citées, hier, dans le dernier bilan Covid-19. Toamasina compte toujours le plus grand nombre de cas, ainsi qu’Antananarivo où 15 cas sur les 18 rapportés, hier, sont des patients de l’hôpital de Befelatanana (14 cas) et de celui d’Anosiavaratra (1 cas).  Au total, le pays compte actuellement 908 cas confirmés dont 707 en cours de traitement parmi lesquels 9 (8 à Toamasina et 1 à Befelatanana) se trouvent dans un état grave. 195 patients sont, par ailleurs, déjà guéris dont 10, hier. Le nombre de décès reste à 6.

Hanitra R.    

Midi Madagasikara1 partages

Lutte contre Covid-19 : Haltes et arrêts interdits sur les routes nationales

La cocarde n’est plus un passe-droit sur les routes nationales.

La circulation interrégionale est strictement réglementée pour freiner la propagation du Coronavirus à travers le pays.   

Région la plus covidée, l’Atsinanana est coupé du reste du pays. Aucun individu ni véhicule ne peut entrer et sortir de la ville de Toamasina sauf les exceptions qui confirment la règle. Le ministre de l’Intérieur et de la Décentralisation et non moins président du Centre Opérationnel de Commandement Covid-19 (CCOC), Tianarivelo Razafimahefa a même parlé de « passeport » pour passer les « frontières » d’une région estampillée Coronavirus. Et de citer l’exemple des camions-citernes qui doivent avoir à son bord deux personnes au maximum : « Le conducteur et l’aide-chauffeur ». Lesquels sont tenus d’avoir des pièces avec photo justifiant leur qualité et leur itinéraire.

Nombre de passagers. Des balises également pour les députés et sénateurs qui font le va-et-vient entre leurs circonscriptions d’attache et la capitale où ils sont actuellement en session ordinaire. Le coordonnateur général du CCOC de marteler que « le nombre de passagers autorisé à bord de la voiture d’un parlementaire est limité à trois : Le conducteur, le député ou sénateur et le garde du corps. Exit le conjoint et/ou les enfants ». Il a même tenu à ajouter que les arrêts dans les localités situées le long de la route sont interdits. Le général Elack Andriankaja de recommander à tous ceux qui empruntent notamment la RN2 Antananarivo – Toamasina d’emmener « un repas froid » comme les militaires. « Ils ont aussi intérêt à avoir une provision d’eau suffisante », a-t-il renchéri. Tout ceci pour éviter les haltes dans des zones où il y a des cas confirmés de Covid-19 comme Manjakandriana ou Moramanga où il faut sans doute aussi se dispenser de pause pipi sauf état d’urgence …humanitaire. Même topo en cas de panne mécanique.

Immunité parlementaire. En revanche ni le président ni le coordonnateur général du CCOC n’a parlé des sanctions encourues en cas de non-respect de cette sorte de feuille de route. Non seulement pour le conducteur lambda qui se rend par exemple à Toamasina pour récupérer une voiture importée de l’extérieur mais aussi pour le député et/ou le sénateur qui bénéficie d’une immunité parlementaire. « Aucun député ni sénateur ne peut être poursuivi et arrêté en matière criminelle ou correctionnelle qu’avec l’autorisation de l’Assemblée, sauf en cas de flagrant délit ». Mais quid d’une infraction qualifiée de contravention qui n’est pas prévue par la Constitution ? En tout état de cause, ni la cocarde « maitso, fotsy, mena » sur le tableau de bord ni le « Laissez-passer Covid-19 » plaqué sur le pare-brise ne peut servir de passe-droit sur les routes sous peine de favoriser la circulation du Coronavirus. 

R. O

Midi Madagasikara1 partages

Groupe de la BAD : Performance financière inégalée durant les 5 dernières années

La principale institution financière en Afrique se démarque au niveau international, grâce à sa haute performance sur le marché et à l’efficacité de ses interventions pour le développement. En effet, la stratégie décennale du Groupe de la Banque Africaine de Développement (BAD), mise en œuvre depuis 2013 a abouti à de grands succès, ce qui fait de l’institution l’avant-garde de la transformation économique du Continent. « La BAD a atteint ses objectifs de réduction de la pauvreté et de promotion d’une croissance inclusive en Afrique. Nous avons intensifié l’aide au développement pour nos 54 pays membres régionaux et enregistré des succès remarquables ces dernières années dans notre effort renouvelé pour aider à apporter un impact qui change la vie sur les moyens de subsistance. Dans l’ensemble, les investissements de la BAD ont profité à des millions d’Africains, grâce à sa stratégie décennale », a communiqué le siège de la BAD à Abidjan, en Côte d’Ivoire.

Historique. Parmi les faits marquants ce succès figure l’augmentation du capital historique du Groupe de la BAD, qui a plus que doublé, allant de 93 milliards USD depuis 1964, à 208 milliards USD, suite à l’assemblée générale extraordinaire des actionnaires, en octobre 2019 à Abidjan. Le réapprovisionnement du Fonds africain de développement (FAD15) a également été réussi en décembre 2019, grâce à un montant remarquable de 7,6 milliards USD annoncé par les donateurs. Cette reconstitution a représenté une augmentation de 35% du financement des pays africains à faible revenu à la fin de la quinzième reconstitution du FAD. A noter que ce Fonds contribue à la réduction de la pauvreté et au développement économique et social dans les 38 pays africains les moins avancés, dont Madagascar, en fournissant un financement concessionnel pour des projets et programmes, ainsi qu’une assistance technique pour des études et des activités de renforcement des capacités.

Mobilisations. Sur le marché financier international, le président de la BAD, Akinwumi Adesina est bien connu pour sa forte capacité à mobiliser des fonds. C’est le cas pour la mobilisation de ressources au sommet du G7, dans l’objectif de soutenir les entreprises appartenant à des femmes. Avant même la fin du Sommet, le président français a annoncé la contribution de la France de 135 millions USD à l’initiative AFAWA (Affirmative Finance Action for Women in Africa). A noter que cette initiative mobilisera 3 milliards de dollars pour les femmes-entrepreneures en Afrique. C’est également le cas pour la réussite de l’Africa Investment Forum (AIF), le plus grand marché africain pour mobiliser des capitaux, lancé en 2018. Lors de la 2e édition du Forum, en 2019 à Johannesburg, la BAD a obtenu plus de 40 milliards USD d’intérêts d’investissement en moins de 72 heures. Certes, la BAD est réputée sur le marché financier, avec sa notation AAA, et sa place au 4e rang des institutions financières les plus transparentes au monde. Par ailleurs, le Groupe de la BAD a réussi à mobiliser les 3 milliards USD nécessaires, pour aider ses pays membres à atténuer l’impact économique et social de la pandémie de Covid-19.

Antsa R.

Midi Madagasikara1 partages

Fanarahana ny fepetran’ny fihibohana : Tsy manaja ny zo fototra maha-olona ireo mpitandro filaminana

Tsy vitsy ny mitarana amin’izao, indrindra fa amin’izao iraka ampanaovina ny mpitandro filaminana eto Toamasina izao. Raha tsorina dia betsaka ny tsy fanajana izany ataon’ireo miaramila avy ao Antananarivo tonga eto Toamasina mampihatra ny fahamehana ara-pahasalamana ity. Ny alin’ny alatsinainin’ny pantekosta, teo amin’ny « rond point » Morafeno, sy ny talata ihany koa dia saika maro ireo olona niharan’ny karazan-kerisetra nataon’ireo mpitandro ny filaminana misahana izany. Voalazan’ireo olona tratra fa efa nahazoazo kely izy ireo ka namiravira basy nandrahona ireo tratrany fa tifiriny izay mihetsika. Nitondra fitarainana tamin’ny mpanao gazety ireo tratra tamin’izany, ka nitondra porofo mihitsy tamin’ny nahazo azy. « Tokony ho tamin’ny 04 ora tolakandro, handeha hanatitra sakafon’olona marary aho no nosakanana teo amin’ny « rond point », efa nilaza aho fa maika ary nasehoko azy ireo ny sakafo masaka nentiko, kinanjo mbola notazomin’izy ireo teo ihany aho ». Ny faharoa kosa : « Handeha hividy fanafody tamin’ny fivarotam-panafody aho, izay tsy lavitra eo, nesehoko ny taratasy milaza izany fa tsy noraharahian’izy ireo ». Ny fahatelo, raim-pianakaviana mpiambina hamonjy fodiana ka niala ny asa fiambenany. Ny fahefatra dia olona avy nandevina hamonjy fodiana voasakana teo ihany koa, raha tsy hilaza afa-tsy ireo isika na efa ho 30 teo aza izy ireo voatazona teo. Nohamafisin’ireo olona voatazona teo rehetra fa tsy voahaja ny maha-olona azy ireo, ny olona marary, manginy fotsiny ny fampadohalihana azy ireo. Ankilan’izany dia milaza ny hampiaka-teny amin’ireo tomponandraiki-panjakana eto Toamasina ny vondron’ny raiamandreny miaro an’i Toamasina avy amin’ny foko 18. Tsy eken’izy ireo ny mandrehitra ny firenena malagasy tahaka izao, ka tsy hanaiky ny fampiasan-kery amin’ny vahoaka izy ireo. Tsy tany miady akory isika no atao izany, hoy hatrany izy ireo. Misy ny lalàna mikasika izao zava-misy izao, hoy hatrany ireto foko 18 eto Toamasina ireto.

Malala Didier

Midi Madagasikara1 partages

Dégradation de l’environnement : Environ 200 ha de forêt de mangrove transformés en charbon

La forêt de mangrove est complètement détruite.

Douze charbonniers en provenance de la partie Sud de l’île sont arrêtés à Ampaipaika dans la commune rurale d’Agnorotsanga, dans le district d’Ambanja.  

Une situation alarmante face à une dégradation de l’environnement. C’est ce qui se passe à Ampaipaika, “Fokontany” Andranomody, dans la commune rurale d’Agnorotsanga, district d’Ambanja, dans la région de DIANA. En effet, environ 200 ha de forêt de mangrove ont été détruits par des migrants en provenance du Sud de Madagascar dans cette commune rurale en vue d’une transformation en charbon. C’est le constat de la société civile CRADES accompagnée par l’équipe de la direction régionale de l’Environnement  et du Développement Durable de DIANA et des éléments de la force de l’ordre, qui ont effectué une descente sur terrain depuis ces derniers jours. 

2000 sacs de charbon. En outre, plus de 200 sacs de charbon de bois de mangrove y ont été découverts, sans compter les troncs d’arbre coupés qui sont empilés pour alimenter les foyers. « Si l’on évalue ces stocks, cela permettrait de fabriquer à peu près 2 000 sacs de charbon », selon les explications du représentant de la société civile CRADES. Toutes les parties prenantes se sont ainsi mobilisées  pour mettre un terme à cette hémorragie de nos ressources naturelles. Douze charbonniers clandestins ont été ainsi arrêtés à Ampaipaika suite à cette descente sur terrain. Ils font maintenant l’objet d’enquête. Rappelons qu’une centaine de personnes qui migrent dans cette commune rurale d’Agnorotsanga ont menacé la population locale et l’association qui gère l’aire protégée marine et côtière dans cette localité. Certaines d’entre elles sont parmi les douze charbonniers capturées par les éléments de la force de l’ordre, d’après toujours les sources locales. 

Réseau. Par ailleurs, la direction régionale de l’Environnement et du Développement Durable de DIANA a ordonné le démantèlement du réseau du commerce illicite de charbon de bois de mangrove. En fait, les charbonniers vendent à 6000 ar le sac de charbon de bois de mangrove aux collecteurs. Le coût de transport au départ de ce site jusqu’à Nosy-Be, la principale destination de ce produit, s’élève à 2 500 ar. En revanche, le prix d’un sac de charbon auprès des consommateurs peut atteindre entre 11 000 ar  à 12 000 ar, voire même jusqu’à 20 000 ar dans l’île aux Parfums, a-t-on appris.  

Navalona R.

Madaplus.info0 partages

Madagascar : Le taux de consommation de carburant très en baisse

Le niveau de consommation de carburant à Madagascar a diminué de presque la moitié depuis le début du confinement. La diminution est estimée à environ 40%. Dû aux circulations restreintes, les consommateurs principaux, comme les transports en commun, ne consomment qu'environ l'un tiers de leur consommation en temps normal, selon quelques sondages.
La consommation est en baisse de plus de 91%, au niveau des transports aériens. Néanmoins, cela n'engendrera pas la baisse des tarifs des carburants. Madagascar, a expliqué le premier ministre Ntsay Christian, a encore des dettes envers les distributeurs et ne peut pas se permettre de faire baisser les prix. La consommation reprend, d'ailleurs, peu à peu grâce aux mesures de deconfinement partiel.
Tia Tanindranaza0 partages

Midangana hatrany ny isa63 indray voan’ny coronavirus

Trangana coronavirus 63 be izao no notaterin’ny Pr Vololontiana Hanta omaly, izay antontan’isa betsaka indrindra tao anatin’ny 1 andro hatramin’ny

nahatafidiran’ity valanaretina ity teto Madagasikara nanomboka ny 19 martsa. 226 ny fitilian’ny IPM ; 146 teto Antananarivo, izay nahitana tranga 25 (12 Toamasina, 5 Moramanga, 3 Antananarivo Renivohitra, 2 Manjakandriana, 1 Vontovorona, 1 Alakamisy Fenoarivo, 1 Ampanefy). Tany Toamasina kosa dia fitiliana 80, ka 23 ny tranga (21 Toamasina, 2 Analanjirofo). 63 kosa ny fitilian’ny CICM, ka 15 ny tranga (14 dia fakana singa tamin’ireo marary arahi-maso eny amin’ny Hopitaly Befelatanana, ary 1 teny Anosy Avaratra). 10 kosa ireo olona vaovao sitrana (1 Toamasina, 7 Anosiala, 1 Befelatanana). Miisa 9 kosa ireo marary mafy, ka 8 any Toamasina, ary 1 eny amin’ny Hopitaly Befelatanana. 908 ny fitambaran’ny olona voa hatramin’izay, ka 707 no mbola manaraka fitsaboana. Hatramin’ny 1 jona lasa teo dia 12 192 ny fitiliana vita teto Madagasikara. Nisy moa ny fanentanana nataon’ny Pr Vololontiana Hanta amin’ny mba hanajana ireo olona lasibatry ny ambara fa lesoka tamin’ny fitiliana nilaza fa voa izy ireo, saingy rehefa nohamarinina dia tsy mitondra ity aretina ity. Tamin’ilay raharaha fitiliana 72 naverina nampifanolana ny fanjakana sy ny IPM io, izay am-polony ihany no voalaza fa voa avy eo.

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Mahery Lanto Manandafy“Mizotra any amin’ny fipoahana ara-tsosialy izao’’

Tsy maintsy ahodina ny toekarena raha tsy tiana ho faty ny Malagasy, hoy ny mpandinika raharaham-pirenena, Mahery Lanto Manandafy.

Tsy maintsy hidirana ny fialana amin’ny fihibohana fa ny fanarahana ireo fepetra ara-pahasalamana no mila atao matotra kokoa. Anelanelan’ny fantsika sy maritoa isika, hoy izy. Asio fanetren-tena fa tsy hirehareha amin’ny afrika hoe sangany kanefa ny firenena entinao aza faha 4 amin’ny mahantra. Tsy andron’ny propagandy intsony izao fa ny aretina no iadiana. Nikabary izao ny filoham-pirenena farany teo dia mbola nilaozany nanenjika an-dRavalomanana. Fa maninona no atao adina “maternelle” toy izany foana? Mizotra any amin’ny fipoahana ara-tsosialy izao, hoy izy, ka miantso ny filoham-pirenena aho fa raha fanetren-tena no andrasan’ny vahoaka aminy kanefa mbola fieboeboana no ataony dia hipoaka io. Ilay stratejian-tseraseran’ny fitondrana sy ny fandaniam-bola no hitako tena nipetrahan’ny olana hatreto, hoy izy. Mifanandrify amin’ny fangatahan’ny vahoaka ve ny fanapahan-kevitra ? Fanontaniana no apetrako io, hoy hatrany i Mahery Lanto Manandafy.

J. Mirija

Tia Tanindranaza0 partages

Antenimieram-pirenena Mifandimby mankeny amin'ny CCI Ivato ireo mpiasa

Araka ny fanazavana nomen'ny tompon'andraikitra vaovaon'ny serasera eny anivon'ny Antenimieram-pirenena Malagasy eny Tsimbazaza,

 Rtoa Randriamitandrina Mboahangy, dia voatery nampifandimbiasina ireo mpiasa miandraiki-draharaha eny anivon'ity rafitra ity amin'izao fiatrehan'ny solombavambahoaka ny fivoriana ara-potoana voalohany amin'ity taona 2020 ity ka misy ireo mijanona miandry tanàna ao amin'ny Lapan'i Tsimbazaza sady manohy ny asa mahazatra azy ireo ao ihany fa misy kosa ireo ampahany nalefa hisahana ny fampandehanana ny fivoriana eny amin'ny CCI Ivato noho ny fepetran'ny ady amin'ny covid-19. Fantatra ary fa raha ny minisitry ny Fitaterana, ny Fizahan-tany sy ny Famantarana ny Toetr’andro sy ny minisitry ny fanajariana ny tany ary ny minisitra lefitra misahana ny tanàna vaovao sy ny toeram-ponenana no nitondra ny tatitry ny zava-batany avsy namaly ny fanontaniana napetrak'ireo solombavambahoaka omaly dia anjaran'ny minisitry ny fahasalamam-bahoaka sy ny minisitry ny tanora sy ny fanatanjahantena ary ny minisitry ny fanabeazam-pirenena kosa no miakatra eny amin'ny CCI Ivato anio alakamisy 04 jona 2020.

Ntsoavina Evariste

Tia Tanindranaza0 partages

IavolohaNifoaka miaramilan’ny Capsat ilay fiara

Fiara iray nirifatra niazo iny lalam-pirenena fahafito iny no nifaoka miaramila iray niambina ny sakana ara-pahasalamana teny Iavoloha afaka omaly Talata alina, tokony ho tamin’ny 09 ora.

 

Nangonin’i Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

JIRAMAAzo hefaina tsikelikely ny faktiora volana Jona

Mbola mitoetra eto amin’ny firenentsika amin’izao fotoana izao ny fahamehana ara-pahasalamana.

 

 

 

 Noho izany, ny JIRAMA, amin’ny maha sampan-draharaha misahana ireo filàna andavanandron’ny mponina azy dia manatanteraka ny drafitra ara-tsosialy amin’ny hamehana ka mandray hatrany ny fanapahan-kevitra ho fanamaivanana ny vesatra ho an’ireo mpanjifa izay mbola ao anatin’ny fihibohana. Ho an’ireo faritra mbola ao anatin’ny fihibohana toa an’Analamanga,Atsinanana ary Alaotra Mangoro noho izany, dia mbola afaka manemotra ny fanefana ny faktiora volana jona ny mpanjifa rehetra. Rehefa miverina amin’ny laoniny ny fianana andavanandro dia afaka hefaina tsikelikely isam-bolana izany ao anatin’ny 5 volana. Raha sanatria misy kosa tsy fahafahana manokana na fahasahiranana dia afaka mifampiresaka amin’ny JIRAMA ny handoavana izany hatramin’ny 10 volana. Ireo faktiora hefaina tsikelikely dia hozaraina miaraka amin’ny faktioran’ny fandaniana isam-bolana. Manana safidy ihany koa anefa ny mpanjifa raha hanefa avy hatrany ny faktiorany. Ankoatra ny eny amin’ny masoivoho JIRAMA dia azo aloha eny amin’ny Biraon’ny Paositra Malagasy, BOA, Accès Banque izany na amin’ny « Mobile Money » (Mvola, Orange Money, Airtel Money) izany.

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Tohin’ny fampianaranaSamy manana ny fanapahan-keviny ireo sekoly

Sahiran-tsaina ny ankamaroan’ny Ray aman-dRenin’ny mpianatra ankehitriny, indrindra fa ireo mampiana-janaka eny anivon’ny sekoly tsy miankina.

 

Pati

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Miakatra ny maripana

Tsy mora ny mitondra fanjakana satria tsy vitan’ny fampanantenana sy ny kabary politika, fa mila hakingana sy faharanitan-tsaina.

 

 

 

Tsy vitan’ny Filoham-pirenena samirery, fa tena mila mpiara-miasa, mpanolotsaina, ekipa tena matanjaka sy vonona hifanampy fa tsy hikatsaka ny tombotsoany samirery. Na inona na inona aloha ambara sy fiezahana mandresy lahatra ny vahoaka, dia tsy milamina sy tsy mirindra intsony ny fomba fitantanana ny firenena. Maro ny zavatra tsy voafehy, mirarakopana ny fipoahan-javatra mandetika sy manaratsy endrika ny mpitondra. Ambara fa voafehy ny valanaretina, saingy mitombo isan’andro ny isan’ny olona voa ka izany ve no voafehy? Ny afera mahasaringontra mpitondra ambony mipoitra toy ny raharaha “bonbons sucettes” an’ny minisitry ny fanabeazana. Tena “sorena” araka ny tenin’ny Filoha ny mpitondra, hany ka mandrangaranga hery, toa mbola manam-potoana hiantsiana ady sy hananganam-pahavalo. Raharaha mafana ankehitriny ny momba ilay mpitsabo iray tany Toamasina toa tratry ny fanenjehana, izay tsy hay intsony na misy ambadika politika na ahoana satria efa naneho hevitra toa somary nanakiana ny tambavim-panjakana. Vaovao nafampana tato anatin’ny andro vitsy ihany koa ny fisamborana ilay mpitarika ny mpianatra teny Ankatso teo aloha, izay tsy dia nitovy hevitra tamin’ny fanjakana. Iny niseho iny karazana fanambarana andian’olona maneho ny tsy fankasitrahana intsony ny fitondram-panjakana tany Toamasina. Tsy hoe dia tena tsy mahalala ny tokony hataony, tsy hoe tena tsy mahay ny mpitondra, fa matoa misy ny fanakihanana, dia misy ny lesoka. Hita taratra eto amintsika anefa ny toa tsy mba fihaikena fa misy ny lesoka mila harenina, tsy fanekena fa misy fanapahan-kevitra diso tokony hiverenana,… fa dia miezaka mitady fanadiovan-tena, miezaka manao fampitahana amin’ny teo aloha hoe iretsy aza nanao an’izao ka ahoana izahay no tsy mba hanao izay saim-pantatray. Ny mahery tsy maody anefa tsy ela velona, hoy ny fitenin-drazantsika, ka sao sanatria rehefa kenda vao hoe domy aho ranaotra?

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Filohan’ny FIVMPAMA“Mila tosika ny enti-manana hanodinana ireo orinasa”

“Zava-dehibe ny fanambarana nataon` ny filoham-pirenena ny alahady teo mikasika ny fihaonan` ny sehatra tsy miankina amin` ity faran` ity herinandro ity.

 

Izao vao tena niresaka misimisy ny lafiny ara-toekarena amin` ity krizy ity” hoy Andrianavalomanana Razafiarison, filohan` ny fivondronan` ny mpandraharaha Malagasy (FIVPAMA). Hitodika kokoa amin`ny toekarena, ny olan` ny orinasa, ny resaka fanjifàna, ny famokarana ny fitondram-panjakana, hoy izy. Efa tombony ho an` ireo orinasa mpamokatra ny fepetra amin` ny fanitarana amin` ny telo ora ny fahazoana miasa. Andrasana fatratra io famoriana ny sehatra tsy miankina hitondra vahaolana olana satria tena efa sempotra ny toekarena. Raha tsy misy fandraisana fepetra haingana dia hitombo ny orinasa mikatona sy voatery mandefa mpiasa, araka ny nambarany hatrany. “Zava-dehibe io fihaonana mba handinihana ny fepetra haingana hahafahana manome tosika amin` ireo orinasa amin` ny famokarana sy hanome tosika amin` ny lafiny toekarena. Mihisatra ny toekarena noho ny fihenan` ny fanjifana sy famokarana”. Miandrandra io fihaonana io ny FIVPAMA. Mila resahina ny fanamorana ny findramam-bola mba hahafahana mahazo aina hampiodina ny orinasa sy hijerena ny fampidinana ny tahan` ny zana-bola amin`ny findraman-bola. Nomarihany mantsy fa ny enti-manana hanodinana ny orinasa mihitsy no ilàna fepetra haingana.

MIANDRANDRA NY CNaPS

Nisy ny fanampiana ara-bola omena ny mpiasa ho fanalefahana ny krizy ara-pahasalamana izay voarakitra ao anatin` ny “plan de mitigation” ka tsy iadiana hevitra intsony, hoy ny filohan` ny FIVPAMA. Ny eo anivon` ny CNaPS kosa no misy fandinihana amin` ny azo atao mikasika izy io. Marihana fa ny vola ao amin`ny CNaPS dia latsakemboka avy amin` ny mpampiasa sy ny mpiasa. Rariny raha miteny ny mpiasa hoe ao anatin` ny fahasahiranana izahay. Antenaina ny hisian` ny fanambarana ataon` ny CNaPS, hoy hatrany ny fanazavana.

 

Marigny A.

Tia Tanindranaza0 partages

Tambavy CVOIlay fanafody diplaomatika…

Omaly no nandefa fiaramanidina manokana teto amin'ny BANI Ivato mba haka ny fanomezana avy amin'ny Fanjakana Malagasy ny Émirats Arabes Unis.

Tambavy CVO miisa 10.000 amin'ilay misoroka sy manasitrana no natolotry ny fitondrana Malagasy ho azy ireo. Tetsy ankilany, nanolotra fitaovana fiarovana ho an'ireo mpiasan'ny fahasalamana toy ny sur-blouse, gants, aro-vava, sur-chaussures ny Émirats Arabes Unis. Nanolotra fitaovam-pitiliana ny coronavirus TDR miisa 25.000 ihany koa izy ireo. Tsara tokoa no mandre fa mitombo isa hatrany ireo firenena mametraka ny fitokisany amin'ny Tambavy CVO eo anatrehan'ny fiatrehana ny ady amin'ny coronavirus. Saingy mipetraka ny fanontaniana: “Ahoana ny tohiny?” Raha tsiahivina, Senegal no nanafatra izany fanafody fanefitra izany voalohany ny 20 aprily teo. Ny 29 aprily dia anjaran` ny Guinée-Bissau no naka ny kaomandy ary nilaza hizara amin` ireo firenena mikambana eo anivon` ny CEDEAO. Ny 03 mey dia Tanzania sy ny Nosy Kaomoro. Tchad, Haiti sy ny hafa ihany koa dia nanafatra ity tambavy CVO ity. Ambetin-dresaka foana ny vokatry ny fiaraha-miasa sy ny firaisankinan` ireo firenena amin'ny ady iombonana amin'ny valanaretina coronavirus saingy tsy misy no milaza hoe manasitrana, na koa haka kaomandy vaovao. Ny azo ambara aloha dia lasa fanafody diplaomatika ny tambavy CVO satria dia nampiakatra ny lazan` i Madagasikara amin’izao tontolo izao.

Marigny A.

Tia Tanindranaza0 partages

Fanadinana CEPE Izay lesona vita ihany no hanadinana

Na dia mbola tsy voafaritra sy tsy fantatra mazava aza hatreto ny daty voatondro hanatanterahana ny fanadinam-panjakana CEPE noho ny hamehana ara-pahasalamana dia efa vita ny fisafidianana farany ireo laza adina ho an’ireo kilonga madinika hiatrika izany fanadinam-panjakana izany.

Afak’omaly talata 02 jona no nanatanterahana izany teo anivon’ny Ministeran’ny Fanabeazam-pirenena sy ny fanofanana ara-teknika. Anisan’ny nivoitra tao anatin’izany ny fa hampifanarahana amin’ny fandaharam-pianarana vitan’ny mpianatra isan-taranja ny laza adina hatolotra azy ireo. Inoana ihany koa araka izany fa hitovy tsy misy hafa amin’izay ny an’ireo mpiadina hiatrika ny fanadinam-panjakana BEPC. Marihina moa fa mbola nitohy omaly alarobia ity fivoriana notanterahina teo anivon’ny Ministeran’ny Fanabeazam-pirenena sy ny fanofanana ara-teknika ity.

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Matsaborilava Ambanja Lehilahy voakapa tanana noho ny resaka vehivavy

Nitrangana toe-javatra mampihoron-koditra tany amin’ny kaominina ambanivohitra Matsaborilava, distrikan’Ambanja, omaly.

 

 Lehilahy iray manodidina ny 40 taona no voakapa manta tamin’ny famaky ny ilan-tanany havanana noho ny resaka vehivavy. Raha araka ny loharanom-baovao avy an-toerana dia niaraka tamina vadin’olona izy io ka tratran’ny tompom-bady. Nentina avy hatrany tany amin’ny hopitaly moa ny lehilahy taorian’ity trangan-javatra niseho ity notsaboina haingana niarovana ny rà tsy ho very be loatra. Voatery nozairina avy hatrany ilay tanana tapaka noho izany.

 / Pati

Tia Tanindranaza0 partages

Nampitandrina ny antoko DHD “Lozabe io tsindrona io !”

Nampahatsiahy ny antoko politika DHD, tarihin’ny filohany, Harinaivo Rasamoelina, fa efa nilaza izy ireo fa tokony ho fitondram-panjakana hifanaraka amin’ny lazainy izao fitondrana izao.

 

Nilaza ny hanao fiovana sy fanovana izy kanefa rehefa dinihina dia niteraka olana be dia be ny fanapahan-keviny. Tsy miavaka amin’ny olana hafa io resaka rova io. Tsy misy mandrara azy tsy hanao fotodrafitrasa hafa saingy tsy tokony hikitika ny hasina sy ny vakoka mamaritra ny maha izy azy ny fiarahamonina. Manerana an’i Madagasikara io ary mety hanova ny firafitry ny fiarahamonina mihitsy ny fikitihana izany. Tena mifanaraka amin’ny kolontsaina sy ny toetsaina malagasy ve izao ny fitondrana ny firenena, hoy ny filohan’ny antoko? Efa voatrandraka sy voafehy ve? Ny Akademia malagasy ary mbola manao fikarohana foana hoe avy aiza marina isika ary ho aiza? Izany no antony maha hadisoana goavana ny fikitihana ireny vakoka ireny. Azon’ny filoham-pirenena atao ny manorina vohitra iray hafa tantanana hampatsiahivana ny tantara ankoatran’ireo efa misy raha izay no tiany, hoy hatrany ny DHD. Mikasika ny resaka fahamehana ara-pahasalamana moa dia nampitandrina ny DHD fa niampy aretina vaovao ny COVID 19 dia ny krizy sosialy sy toekarena. Lozabe, hoy ny filoha Harinaivo Rasamoelina io, tsindrona hatao io satria tsy ampy ny fanazavana anaty fiarahamonina. Faharoa amin’ny fotoana efa mampisavorovoro ny fomba fijery sy ny hevitra ary ny vaovao mifamoivoy eto ambonin’ny tany ka mahatonga ny olona miahiahy ka na marina na tsia izany ahiahy izany rehefa tafiditra anatin’ny olona dia lasa aretina goavana be. Ny saina tony anefa no fitsaboana tsara ho an’ny rehetra voalohany, hoy hatrany ny antsoavon’ny DHD.

J. Mirija

 

Tia Tanindranaza0 partages

Randriamamiarizafy Ignace Tsy azo hanaovana n'inona n'inona ny vakoka

Efa tamin'ny taona 1996 nahatonga antsika Malagasy ho zanatany Frantsay no notsoahin'ity mpanjanaka ity ny fahefana ara-politika sy ara-tsosialy nananan'ny mpanjaka teto Imerina, hoy Randriamamiarizafy Ignace dokotera jeografy,

 

 ka lasa vakoka sisa ny Lapan'i Manjakamiadana sy ny toerana misy azy iray manontolo. Na izany aza ety an-kilany dia tsy nofoanan'izy ireo kosa ny hasina maha-mpanjaka an'ireo mpanjaka tany amin'ny Faritra hafa toy ny any Atsimo Atsinanana sns... Hoan'ny eny Anatirova Antananarivo kosa dia lasa vakoka sisa ka tsy azo ampiasaina sy anaovana n'inona n'inona intsony afa-tsy ny fanarenana azy amin'ny laoniny raha misy fahasimbany sanatria. Tamin'ny andron'ny mpanjaka dia fantatra fa tompon'ny fahefana tanteraka izy ary azy izany Rova natsangany izany izy ka azony nitoerana sy namboarina araka izay nilavany azy ary hifandovan'ny taranany koa. Ho an'ny fitondrana Repoblikana taty aoriana kosa dia nindramina tamin'ny vahoka ny fahefana ananany ka tsy maintsy haverina amin'ny vahoaka rehefa miala eo amin'ny toerany izy. Izy dia ny fiarovana ny rova tsy ho simba ihany sy ny mamerina azy toy ny taloha raha sanatria misy simba no azony atao ao.

Ntsoavina Evariste

Tia Tanindranaza0 partages

Zasy Angelo“Miato aloha ny tetikasa Tanà-masoandro”

Mitohy ny fanatanterahana ireo tetikasa samihafa nampantenain` ny Filoha Rajoelina na dia ao anatin` izao fahamehana ara-pahasalamana izao. Isan` izany ny fanamboarana ny “building’

 

 miisa 83 etsy Ivato raha ny nambaran` ny ministra lefitra misahana ny tetikasan` ny filoham-pirenena sy ny trano fonenana, Zasy Angelo, nandritra ny fihaonany tamin` ny depiote omaly. Ny any amin` ny faritra ihany koa dia mitohy hatrany ny asa fanamboarana ireo fotodrafitrasa toa any amin` ny distrika Ambovombe Androy, Ambatondrazaka. Efa andalam-pahavitàna ny kianja manara-penitra, tsena, barazy araka ny tatitra ny minisitra. Voaresaka ihany koa ny tetikasa Tanà-Masoandro. Mbola miato ny tetikasa ary mbola miandry ny valin`ny fanadihadiana mifandraika amin`ny sosialy sy ny tontolo iainana, hoy hatrany ny minisitra Zasy Angelo

Marigny A.

Tia Tanindranaza0 partages

K3FManahy hetsi-bahoaka ho sarotra fehezina

Nanao fanambarana ny Komitin` ny Fahamarinana sy ny Fandriampahalemana ary Fiadanana (K3F) manoloana ny fiainam-pirenena.

 

 

 

Marigny A.

Tia Tanindranaza0 partages

Mpitandrina Hubert Rakotoarivony“Lesoka be ny serasera, tsy hita ny tombotsoa iraisana…”

Miteraka adihevitra ilay resaka Rova ka ao ny mankatoa ary ao no tsy resy lahatra.

 

 

 

 Raha mikendry ny hahasoa ny rehetra isika amin’ny fanapahan-kevitra politika mikasika ny Rova, dia miova io, hoy ny Mpitandrina sady mpampianatra haitarika na Leadership Atoa Hubert Rakotoarivony tao amin’ny Fandaharana Bemiray isa-maraina ao amin’ny Top Radio 102.8FM omaly. Momba ny vakoka, dia anaraka ny finoana “judaisme”, ohatra, amin’ny ankampobeny ny any Israely, fa tsy nokitihiny sy nosimbainy ny tanàna, toy ny sinagoga nampianaran’i jesosy, ny tanàna nisy an’i Marie Magdalène,… fa mijanona ho vakoka. Rehefa tsy mifanojo amin’ny fon’ny olona iantefan’ny hafatra ny ataonao, dia efa tsy mandeha io. Raha tena tsapa hoe tokana ny fahavalo araka ny ambaran’ny mpitondra maninona isika no tsy tonga amin’ilay hoe marina izany? Tenin-dRaiamandreny izany? Tsy mbola misy fifampitokisana ao anatin’izay, hoy izy. Ny hevitry ny Malagasy no tsara sy matanjaka kokoa ho an’ny soa ho an’ny Malagasy. Ara-toekarena, dia tsy mamely ny “liberalisme économique”. Saika ny orinasa no tsy mahay maka lesona. Hokatsanany daholo ny fandaniana mikatsaka ny fampivelarana ny maha olona. Mila mifantoka amin’ny olombelona, mitsinjo ny olona sy ny fampivelarana ny olona hoe: “izaho velona ho an’ny hafa” ho an’ireo mpandraharaha. Tsy hanapotehana ny hafa fa hanampiana ny hafa, hamelona olona betsaka. Serasera tena mahomby sy misokatra no tena ilaina. Mifanantona, miteny ny heviny ny fanjakana milaza ny antony. Miteny ny ankilany, toy ireo olobe. Azo ampiasaina ao anatin’ny toe-po mahitsy mitondra any amin’ny “3éme alternative” na fanambaran-kevitra, hoy Atoa Hubert Rakotoarivony.

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Raiamandreny miaro an’i ToamasinaMitaky ny fialan’ny Filoha ao anatin’ny 72 ora…

Nanao fanambarana ireo andian’olona mitonona ho Fikambanana Vondron’ny Raiamandreny miaro an’i Toamasina omaly, izay maneho fa ahitana ny foko rehetra tsy an-kanavaka.

 

Vonona izahay vahoaka eto Toamasina fa efa tsy mety maty noho ny fitahian’ny zanahary anay. Efa tsy azo hiainana intsony ny rivotra eto aminay satria voaloton’ny orinasa sasantsasany izay tsy manaraka ny fepetra takian’ny tontolo iainana, ny rano amin’ny paompy tany efa voapoizina, jerem-potsiny izany zava-misy izany, hoy ilay fanambarana. Izao indray dia nampiana ity aretina coronavirus ity izay mandripaka olona maro maneran-tany. Lazainao izahay eto Toamasina Atoa Filoha fa renivohitry ny coronavirus, misaotra anao! Aza adinonao fa tompon’andraikitra mivantana voalohany tamin’ny fampidirana io aretina io ianao tamin’ny tsy fanakanana sy fanakatonana ny seranam-piaramanidina sy ny seranan-tsambo ka mipetraka ho tantara izany, hoy ny fanambarana. Inona no mba fikarakarana nataonao teto aminay? Ny bizina CVO, noterenao ny zanakay hisotro an’io ary tsy nahazo nianatra raha tsy nisotro, izay toherinay ary mbola toherinay androany. Raha mahasitrana marina ny CVO anao dia nahoana no mbola mitombo foana ny marary, ary maro no mbola tsy sitrana? Nahoana ihany koa no mbola hampibobohanao ny vahoaka, tsy mazava fa angaha mbola tsy voafehy indray izy ity? Marihina, hoy ireo vondron’olona ireo, fa tamin’ny nahatongavanao farany no nahitana ny fiakaran’ny antontan’isa izay mampieritreritra satria ny fitiliana nataonareo dia samy manana ny filazany. Hatramin’izao tsy mbola fantatra ny marina amin’io. Lalaovinao loatra ny fiainam-bahoaka Atoa Filoha Andry Rajoelina amin’ny fahaizanao miteny, koa miala tsiny aminao izahay, fa tsy maintsy handray andraikitra amin’ny maha Raiamandreny anay an-tanàna. Noho izany, dia mangataka aminao amim-panajana izahay Atoa Andry Nirina Rajoelina Filohan’ny Repoblikan’i Madagasikara mba hametra-pialana ao anatin’ny 72 ora satria nivetavetainao i Madagasikara sy ny vahoakany, hoy io fanambarana io. Andrasana izay mety ho setriny avy amin’ny fitondram-panjakana eo anatrehan’ity fanambarana niainga avy tany Toamasina ity, izy endriky ny fiakaran’ny maripana politika.

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Gidragidra tao ToamasinaNifanjevo ny vahoaka sy ny mpitandro filaminana

Nafana ny gidragidra sy fifandonana teo amin’ny mpitandro filaminana sy ny vahoaka tao Toamasina omaly.

 

Tokony ho tamin’ny 4ora no niantombohan’ny sakoroka satria niteraka korontana ny fikasihan-tànana natao tamina tovolahy iray antsoina hoe Tahiana tao Androranga. Raha ny vaovao azo, dia nilaza fa avy nividy fanafody io tovolahy io. Nosakan’ny andian’olona voalaza fa mpitandro filaminana, saingy tsy nijanona, ka raikitra ny fanenjehana ary tratra. Nivalapatra tamin’ny tany, ary nisy ny nihevitra fa namoy ny ainy mihitsy. Nentina tany amin’ny Hopitaly izy io, ary voalaza fa efa nampodiana any amin’ny fianankaviany. Tezitra noho io toe-javatra io ny olona, ka nitora-bato, nitsoka kiririoka, nandoro kodiarana,… Niditra an-tsehatra nanampy ekipa ka nanapoaka basy sy baomba mandatsa-dranomaso ihany koa ny mpitandro filaminana tetsy ankilany nentina nandravana ny hetsika. Nitohy hatreny Ambolomadinika sy Morarano ny hetsiky ny mpitandro filaminana. Efa nilamindamina ny takariva, saingy mbola nafana ny fanapariahana ireo olona nijorojoro teny an-dàlana. Tsiahivina hatrany, fa nohamasin’ny fanjakana ny fepetra any Toamasina nanomboka ny talata teo. Ny 7 mey ny Filoha Rajoelina no efa nilaza tany Toamasina fa betsaka ny mafy loha. Mpitandro filaminana 250 no nalefa hanampy ny efa any an-toerana ho fanamafisana ny fampanajana ny fepetra. Filaminana no katsahina saingy mifamono ny vahoaka sy ny mpitandro filaminana. Mafampana ny toe-draharaha ao an-dRenivohitr’I Betsimisaraka ao.

 

Nilaza ny Kaomisera Rakotoarijaona Faly Lehiben’ny mpitandro Filaminana, fa rehefa nanadihady dia hoe nodarohan’ny mpitandro filaminana nitondra “batons” fotsy, saingy ny an’ny mpitandro filaminana mainty, hoy izy. Nanao t-shirt ana miaramila ny sasany ary maromaro ireo nidaroka azy izay tsy haiko na tena izy na tsia, hoy kosa i Tahiana. Nokapohana aho, dia izay no tadidiko farany, hoy izy.

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

AntsirabeVoasazy nanadio tanàna ireo mpanao karaoke

Karaoke iray no mbola tratra nisokatra ihany tany Antsirabe na dia mbola ao anatin’ny hamehana ara-pahasalamana aza isika.

 

 Olona miisa 22 no tratra tao anatin’izany izay nahitana vehivavy miisa enina raha lehilahy avokoa ny ambiny. Tokony ho tamin’ny 10 ora sy sasany alina afaka omaly no nahatrarana azy ireo nandritra ny fisafoana nataon’ny mpitandro ny filaminana. Nakatona avy hatrany moa io karaoke io raha nomena fampitandrema ihany koa ny tompony, taorian’ny nampiantsoana azy tao amin’ny kaomisaria. Nazavaina taminy ny fandikan-dalana nataony, indrindra ny tsy fanajana ny “couvre feu” ao anatin’izao hamehana ara-pahasalamana izao. Natazonina nandritra ny alina kosa ireo olona 22 tratra tao amin’ity fanaovana karaoke ity ary nampanaovina asa ho tombontsoan’ny besinimaro vantany vao maraina ny andro. 

Nangonin’i Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Andrana tsindrona faobeTambazana 3000 miliara dolara ny mpitondra Afrikanina ?

Tsy « bacterie » na « parasite » ny covid-19 fa virus, araka ny fanazavan’ny manam-pahaizana

 

 

. Ny vaksiny irery ihany no tena vahaolana hiadiana aminy, ka izay no mahatonga ireo firenena lehibe miketrika mafy mikaroka vaksiny. Ny tany Eoropa, ohatra, dia efa nisy ilay fanangonam-bola be hikarohana vaksiny, ka nahangona 7,6 miliara euros ny 4 mey lasa teo, ary mbola hisy andiany faharoa kendrena hatao ny 25 jona. Isan’ny naneho ny fahavonany amin’io ny firenena tsy tao anatin’ireo nanome teo aloha, toa an’i Etazonia, Rosia, Méxique,… Isan’ny miketrika mafy ny vaksiny i Etazonia. Aty Afrika no hanaovana ny andrana faobe na “essai à grande échelle” kanefa any Eoropa sy Amerika no be maty, izay midika fa mety hisy tambiny goavana. Malaza fa volabe 3000 miliara dolara no hanambazana ireo mpitondra Afrikanina amin’io, ka mety hisy ohatra ny fanamboarana fotodrafitrasa goavana, fanaisorana ny zana-bola ho an’ny trosan’ireo firenena manaiky,... Mandeha sy homena vahana ny andrana vaksiny, hany ka ny OMS aza nanakiana ny tsy mampety ny “protocole” Hydroxychloroquine sy Azytrhomycine an’i Pr Didier Raoult, ary nisy ny famoahana tamin’ny gazetiboky malaza The Lancet io “protocole” io, kanefa saika nampiasa azy ny firenena maro maneran-tany. Efa namoaka didy fandrarana ny fampiasana azy ny Frantsay.Izao nambara fa tohizana inday ny andrana amin’ny hydroxychloroquine. Etsy ankilan’izay 9 ka hatramin’ny 14 taona eo ny fotoana mety ho lany amin’ny fikarohan dia vaksiny iray, saingy hafainganana io ary izay no ilàna andrana faobe ka ny fiandohan’ny 2021 no kendrena hivoaka sy azon’ny daholobe ampiasaina io vaksiny io. Ny fiantraikany amin’ny vatan’olombelona no mety hampanahy amin’ny maha andrana azy satria eo no hijerena ny fahapoizinana na “toxicité” mety haterany na ny tanjaky ny hery fiarovana na “anticorps” entiny. Ny Afrikanina no mbola mora kokoa ny mandresy lahatra sy mividy ny mpitondra, ary mbola tsy tena voahaja rahateo ny zon’olombelona.

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Tsy fanajana fepetraMiha maro ireo taxi be mampiasa seza afovoany

Fiara taxibe zotra 015 iray no tratran'ny polisin'ny boriborintany fahadimy tsy nanara-dalàna nitondra olona mipetraka amin'ny strapotin omaly tetsy Mahamasina.

Nampidinina avokoa ireo mpandeha tao anatiny, ilay mpamily sy ilay mpanampy azy kosa no nentina natao fanadihadiana raha nampidirina ambalam-pamonjana ilay fiara. Mitohy ary mitombo ny tsy fanarahan-dalàna amin’ny fitondrana olona mipetraka eo afovoany amin’izao ;efa betsaka ireo taxi-be manao izany toy ireo miazo an’Itaosy. Etsy an-daniny tsy misy intsony ny fanafody famonoana mikraoba ahosotra amin’ny tanana nefa mitombo hatrany ireo olona mitondra ny tsimokaretina coronavirus eto amintsika. Ankoatra izay dia fiara sprinter 02 no tratran'ny polisin'ny boriborintany fahaenina teny Andranomena raha saika hivoaka ny faritra Analamanga ho any Antsiranana. Mpandeha miisa 23 no tao anatin’ilay fiara izay nampidinina avy hatrany raha nanaovana fanadihadiana ireo mpamily. Nampidirina am-balam-pamonjana ihany koa ilay fiara.

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Vakisiny, tsindrona, CVOManazava ny mpitsabo

Ny vakisiny dia fitsaboana amin’ny alalan’ny fanalefahana karazana aretina hampidirina anaty vatan’olombelona mba hahafahan’ilay vatana mamorona hery fiarovana amin’iny karazana aretina iny, hoy ny fanazavan’ny tale jeneralin’ny klinika Saint Thomas, ny Dr Marius Ramaroson.

Mety atao amin’ny vava io, mety antsindrona. Ny CVO dia tsy mamorona hery fiarovana fa natao hanetsiketsika ny anaty vatatenan’olombelona hahafahany mandresy mora ny Coronavirus, raha ny fahazoako ny fanazavana momba azy hatramin’izay, hoy izy, ary tsy vakisiny io. Rehefa mihena anefa ny vesatry ny otrikaretina dia mitombo ho azy ny hery fiarovana. Ny tsindrona na “injection” dia fanafody avantana any amin’ny ra fa tsy ela fiasa toy ny fanafody hoanina izay mbola mandalo any amin’ny tsinay sy aty vao tonga any amin’ny ra, hoy hatrany ny fanazavany.

J. Mirija

 

Tia Tanindranaza0 partages

Ady amin’ny zava-mahadomelinaOlona 13 naiditra am-ponja tao anatin’ny telo volana

Nanao tatitra mikasika ny asa vitany tao anatin’ny telo volana izany hoe : nanomboka ny volana mmartsa ka hatramin’ny volana may teo ny sampan-draharaha misahana ny ady amin’ny zava-mahadomelina etsy Anosy.

 Fantatra tamin’izany fa nahatratra 8 ny isan’ireo tranga niseho teto an-drenivohitra raha nahatratra 13 isa kosa ireo olona natao fanadihadiana. Nilanja 185,255 kg ny zava-mahadomelina nogiazana tamin’izany raha naiditra am-ponja vonjy maika avokoa ireo olona 13 isa ireo. Vehivavy ny iray amin’izy ireo raha araka ny fantatra. Tsiahivina moa fa tamin’ny 12 mey lasa teo no nahatrarana ity vehivavy ity niaraka tamina fonosan-drongony maromaro.

Pati

Tia Tanindranaza0 partages

Taotrano sy asa vaventy50%-n'ireo mpandraharaha no efa nampiato ny asa

Nisy ny fivoriana sy ny fifanakalozana nijerevana ny olana atrehan’ ireo mpandraharaha misehatra amin’ny taotrano sy ny asa vaventy tetsy amin’ny Hotely IBIS Ankorondrano omaly.

 

Nanambara ireo mpandraharaha mivondrona ao amin’ny SEBTP (Sendikan'ny Orinasa misehatra amin'ny taotrano sy asa vaventy) fa raha mitohy ny krizy ka tsy misy ny vahaolana mazava avy amin’ny fanjakana dia ahiana ny hahafatesan’ ireo orinasa misehatra eo amin'ny tontolon'ny taotrano sy ny asa vaventy ireo afaka fotoana vitsy. Amin’izao fotoana izao mantsy dia ny 50%-n'ireo mpikambana ao amin'ity sendika ity no efa nampiato ny asany kanefa izy ireo no mampidi-bola hatrany amin’ny 90% eto amin’ny firenena amin’io sehatra io. Nilaza ihany koa ny teo anivon’ny SE-BTP tamin’ny alalan’ny filohany, Hary Andriantefihasina fa tena olana ny tsy fahampian’ny vola ho entina miodina (trésorerie) izay sakana tsy ahafahana manafatra ny akora sy ny fitaovana any ivelany ary efa tena manahirana na ny handoavana ny karaman’ny mpiasa aza. Sarotra hoy izy na ny fandefasana mpiasa any amin’ny faritra aza amin’izao fotoana izao raha tsy hilaza fotsiny ny olana any Toamasina. Manginy fotsiny ny fijanonan’ny Orinasa Ambatovy teto Madagasikara izay misandrahaka mampiasa olona maro be amin’io sehatra io izay mitarika ny fihenan’ny vola miodina (chiffres d’affaires) hatrany amin’ny 50% ihany koa amin’izao fotoana izao. Tsy maintsy holaharam-pahamehana ny findramam-bola eny amin’ny Banky kanefa fantatra ihany koa hoy izy ireo ny fidanganan’ny zana-bola alain’ny Banky eto Madagasikara. Nilaza ihany koa ny Filohan’ny Sendika fa andrasana ny fihaonana amin’ny Filoham-pirenena izay efa nampanantena fa handray azy ireo manokana. Antenaina hoy izy ny fanohanana ny orinasa Malagasy izay manana traikefa feno sy ampy amin’ny fanatanterahana tetikasa fananganana fotodrafitr’asa goavana eto amin’ny firenena. Tsiahivina fa miisa 6000 ka hatramin’ny 12 000 ny mpiasa misehatra amin’ny sehatra taotrano sy asa vaventy eto Madagasikara.

Tsirinasolo

Tia Tanindranaza0 partages

Fankalazana ny fetim-pirenenaDiso fanantenana ireo mpivarotra arendrina sy afomanga

Mpivarotra maromaro no velon-taraina noho ny tsy fahazoana mivarotra arendrina sy afo manga amin’ity taona 2020 ity vokatry ny hamehana ara-pahasalamana

 

 

 

 eto amin’ny tany sy ny firenena. Ireny mantsy no mba fikaraman’izy ireo mialohan’ny fety rehefa volana Jona tahaka izao no sady anisan’ny hamoahan’ny isan-tokantrano vola ihany koa ankoatra ny sakafo. Misy amin’ireo tokantrano Malagasy, indrindra ireo mpanam-bola no mahalany an’hetsiny mihitsy hividianana izany miaraka amin’ny afo manga. Tsy maintsy hivarotra ireo karazana kojakoja ilain’ny mponina amin’ny andavanandro toy ny mahazatra ihany araka izany ireo mpivarotra izay efa mivelona amin’izany isan-taona. Ho an’ny sainam-pirenena kosa dia efa manomboka hita eny an-tsena ireo mpivarotra azy ireny amin’izao. Manomboka amin’ny 5.000 Ar ny vidin’ny iray salantsalany raha 10.000 Ar mihoatra kosa ireo karazany lehibe.

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Depiote Nicolas sy ny Jeneraly RavalomananaVaky ny ady eo amin'ny roa tonta

"Nanaovan'ny zandary eo ambany fiahian'ny minisitra Richard Ravalomanana antsojay ny tenako, hoy ny depiote Nicolas Randrianasolo, ka nosakanana saika tsy navela nandeha izahay sy ny mpiara-miasa amiko,

vao teo Ampangambe monja, raha andeha hihazo an'i Betroka handeha hanatitra fitaovana ilain'ny vahaka any amin'ny teorana nahalany ahy amin'ny fiarovana amin'ny fihanaky ny covid-19 sy fanafody hiadivana amin'ny tazomoka tena mamely any an-toerana. Marina fa ao anatin'ny fivoriana izahay ankehitriny, hoy izy, fa noho ny fahatsapana ny tena ilan'ny vahoaka an'ireo fitaoavana sy fanafody ireo dia nitsoriaka nidina aty Betroka vetivety ny tenako. Miseho lany ankehitriny ny tsy fitiavan'ity minisitra ity anay solombavambahoaka izay kilasiana ho dahalo avokoa, hoy ny depiote Nicolas, ary hoan'ny tenako manokana dia tsy lanin'ny vavoniny ny nilazako tamin'ny fihananan'ny governemanta sy ny solombavambahoaka fa tsy tokony ho dradradradraina an-gazety sy amin'ny haino aman-jery tahaka izay nitranga tao ho ao ny fahatrarana zandary hoe tratra nanao kolikoly fa mba tokony ho natao raharahan-tokan-tranon'ny zandary tao ihany aloha vao nisy fanasaziana rehefa mitombina ny kolikoly nataony satria manana ny fiainam-pianakaviany manokana koa izy ireo ary mamelom-bady aman-janaka toa antsika. Marihako, hoy izy, fa ny zandary ny rafitra mpandamina ny filamanana manakaiky ifotony indrindra ny vahoaka ka mendrika ny homena ny haja sahaza ho azy nefa tokony ho saziana koa izay tratra amin'izany klikly izany. Ambarako fa hanangona sonia tsy ho ela izay solombavam-bahoaka ny amin'ny hitakiana ny hanalana an'ity ministra ity amin'ny toerany". Vady ny ady, araka izany, eo amin'ity solombavambahoaka voafidy tany Betroka ity sy ny sekreteram-panjakana miadidy ny zandarimariam-pirenena.

Ntsoavina Evariste

Ino Vaovao0 partages

FETIM-PIRENENA 26 JONA : Nofoanana avokoa ireo lanonana rehetra mahazatra

Mbola ao anatin’ny hamehana ara-pahasalamana tanteraka i Madagasikara noho ny fisian’ny valanaretina “Covid-19”, ka izay ny antony nanafoanana an’ireo hetsika rehetra mety hamory vahoaka. Tafiditra ao anatin’izany ny arendrina izay hatao ny alin’ny 25 jona, ny afomanga ary ireo fampisehoana ara-javakanto maimaimpoana. Foana miaraka amin’ireo hetsika ireo ihany koa ny lanonam-panjakana izay arahina fiaraha-misakafo eny amin’ny Lapam-panjakana Iavoloha izay toy ny fanao isan-taona. 

Tsy hisy ny lanonana fanamarihana isam-paritra fa mijanona eto Antananarivo irery ihany ny ivon’ny fankalazana. Na izany aza anefa dia hisy ihany ny matso lehibe etsy amin’ny araben’ny Fahaleovan-tena, ny datin’ny 26 jona saingy noferana ireo manam-pahefana afaka manatrika izany noho ny tsy maintsy hanajana ireo fepetra ara-pahasalamana. 

Ny Filoham-pirenena Andry Rajoelina sady Filoha faratampon’ny Foloalindahy no mitarika izany, voafetra ihany koa ireo miaramila mandray anjara amin’ny fanaovana matso. Ireo filohana andrim-panjakana sy mpikambana vitsy ao anatin’ny Governemanta no anisany voafidy hanatrika izany, anisany koa ny Minisitry ny fiarovam-pirenena, ny Minisitry ny fahasalamam-bahoaka ary ny Minisitry ny filaminam-bahoaka. 

Avotra Isaorana

Ino Vaovao0 partages

VAKY NY DOANY BEZAVO MITSINJO : Nanjavona ny volamena sy volafotsy 12 kilao

Raha vao hiditra ny vavahady dia kadena miisa telo no tsy maintsy vohaina. Ny varavarana idirana ny zomba koa dia mbola kadena maromaro, telo fara fahavitsiny. Rehefa tonga ao anatiny indray dia kadena marobe mihitsy, enina na fito any ho any, no manidy ilay kaofra.

Tsy nisy novakiana na notapahina ireo fa novahana tamin’ny lakile daholo. Lasa ny volamena milanja enina kilao. Lasa ihany koa ny volafotsy milanja enina kilao mahery ary ilay saboha volafotsy. Nampananosarotra ny raharaha ny tsy fahasahiana nanambara tamin’ny ampanjaka Amina, izay tompon’andraikitra voalohany ao amin’ity doany ity ny zava-misy, noho izy tsy dia salama loatra ankehitriny. Andriamanjaka raiamandreny hendry ny ampanjaka Amina, izay nitazona io doany io efa telopolo taona mahery. Tsy maintsy nampahafantarina azy ihany moa ny zava-nisy. 

Nampandrenesina koa ny mpitandro filaminana ary efa tonga tany an-toerana ny ao amin’ny sampana misahana ny fikarohana ny heloka bevava eto  Mahajanga, nanao fanadihadiana. Nampandrenesina ihany koa ny tompon’andraiki-panjakana dia ny Lehiben’ny Distrikan’i Mitsinjo sy ny Prefen’i Mahajanga satria sady manan-kasina ho an’ny Sakalava ireo fitaovana very ireo no tena sarobidy tokoa.

Tandindomin-doza ny vakoka sy ny fomba

Singa iray itarafana ny tsy fanajana ny hasina sy ny fomba amam-panao ary ny toerana fady ho an’ny foko iray, ny fanitsakitsahana sy ny fanimbazimbana ny toerana fady sy masina aminy. Tsy vao voalohany tokoa  no nisy tranga tahaka izao. Araka ny fanazavana hita teo amin’ny tambazotran-tserasera nosoniavin’i Mahatindriarivo dia ny taona 1981 no nafatoka ho ampanjaka i Amina Said. Tamin’ny taona 1983, dia nisy andian’olona tonga namaky ny doany Ndramanarinarivo, ao Mitsinjo, izay ipetrahan’ireo Mitahy (vata ipetrahan’ny fitaovana nampiasain’ilay ampanjaka tamin’ny fahavelony), ka avy teo amin’ny tafo fanitso no nitsofohan’ireo olon-dratsy, ka nangalarin’izy ireo tamin’izany ireo Mitahy  nifono volamena sy volafotsy sy ny saboha na lefona volafotsy fanaovana Fanompoa. Natao ny fanadihadiana nefa tsy nahitam-bokatra. Noho ny fangatahana nataon’ny Ampanjaka tany amin’ny Fitondram-panjakana, dia namaly ny Filoham-pirenena Didier Ratsiraka tamin’izany, ka nitondra ny fanampiana teo amin’ny fanefena indray raki-bolamena sy volafotsy asiana ireo Mitahy sy ilay saboha volafotsy.

Tamin’ny taona 2014, dia nisy andiana mpivavaka avy tao amin’ny Fiangonana Kristianina Mitambatra (FKM) (sekta notarihin’i Marc Tatandraza) sahy nametaveta sy nanimba ny fitaovana entina amin’ny Fanompoa tao amin’ny tany masina dimy tao Sankoany (ao amin’ny Kaominina Katsepy ) izay mbola ao anatin’ny faritry ny Marambitsy. Nisy tamin’izy ireo nanararaotra te hanimba ihany koa ny doany Bezavo tamin’izany. Saingy, noho ny fandraisan’ny mpitandro filaminana andraikitra dia  nosamborina izy ireo, ka rava teo ihany koa ny fanirin’izy ireo hanapotika ny doany any an-toerana.

Tamin’ny taona 2017 dia mbola niverenan’ireo mpangalatra ilay doany Ndramanarinarivo  ao Mitsinjo. Nefa, noho ny fanamafisana ny varavaran’ilay toerana, tsy nahomby ny teti-dratsy. Telo taona aty aoriana dia izao nisy nanimbazimba izao indray. Heverina fa tsy lavitra ny olona nahavita izao fihetsika mamoafady izao fa manana ireo lakilen’ny doany.  Efa misokatra moa ny fanadihadiana ka andrasana ny marina havoakan’ireo mpitandro filaminana. Miankina indrindra amin’ny fanapahan-kevitr’ireo Ampanjaka sy taranaka Ampajaka ary ireo mpitantana ny doany izany.

Ny tetiharana sy tantara

 Amin’ny alalan’ny vakoka no ahafahana manamafy ny fomba amam-panao sy mamaritra ny toeram-piavian’ny tsirairay na ny tanindrazana. Anisany mampiavaka antsika Malagasy ny fitandroana sy ny fanandratana ny fomba amam-panao nentim-paharazana. Sarotiny tokoa isika ny amin’ny fikajiana azy ireo ho an’ny foko Sakalava manokana, ny doany dia toerana nonenan’ny Mpanjaka sy ireo akaiky azy. Rehefa folaka ilay Mpanjaka dia omena hasina manokana izany toerana nipetrahany tamin’ny fahavelony izany, ka antsoina hoe «  Mahabo  », izany hoe toerana fangataham-pitahiana amin’ny razana. Nefa matetika, ny teny hoe  : “Doany” ihany no ampiasaina ankehitriny hamaritana io toerana masina io.

Raha ny eto Mahajanga manokana, izay faritry ny Sakalava Boeny, dia ahitana doany telo lehibe. Ny voalohany dia ny doany Bezavo ao Tongay, faritra Marambitsy, distrikan’i Mitsinjo izay nilevenan’ny Ampanjaka Ndriamandisoarivo sy Ampanjaka Ndriamboeniarivo. Ny faharoa kosa dia ny  doany Betsioky ao amin’ny distrikan’ Ambato-Boeny izay nilevenan’i Ampanjaka Ndriamanilitsiarivo sy Ampanjaka Ndriamamelonarivo (Ravahiny).  Ny fahatelo dia ny doany Mahabo ao Ambararatafaly any Manaratsandry izay mbola distrikan’Ambato-Boeny hatrany,  izay nilevenan’i Ampanjaka Ndriamahatindriarivo  (zanaka talagn’olon’i Ndriamboeniarivo). Ny doany ao Bezavo no azo lazaina fa doany voalohany eto Boeny satria ao no misy ireo taolambalon’ny Ampanjaka Sakalava namorona ny Fanjakan’ny Sakalava Boeny.

Firafitry ny doany ao Bezavo

Mizara telo mazava tsara ny firafitry ny valamena ao amin’ny doany Bezavo. Ny fefy voalohany, izay mirefy 40m² ary manana haavo sahabo 2m eo no ahitana ireo Dady.  Ny fefy faharoa, izay mirefy 20m² ka manana hatevina mahatratra 1m, no ahitana ireo fasan’i Ampanjaka Ndrianikendraza. Ny fefy fahatelo kosa, mirefy 6m² no misy ireo taolambalon’i Ampanjaka Ndriamandisoarivo (ankavia) sy Ndriamandikavavy  vadiny (ankavanana).

Ao anatin’ilay efitra izay ahitana ireo Dady, no misy ny famaky manambaly Behao, izay nampiasain’i Ampanjaka Ndriamandisoarivo tamin’ny fahavelony. Ao ihany koa no ahitana ilay meso Jambiafaly, izay nampiasain’ireo mpanjanaka frantsay, mesobe Vearava, sajoa Faly mitovitovy tahaka ny any Menabe, saboha izay ampiasaina mandritra ny Fanompoa.

Ireto avy ireo Ampanjaka sy  ny taranany milevina ao amin’ny doany na Mahabo Bezavo  : Ndriamandisoarivo, Ndriamandikavavy, Ndrianatanarivo, Ndriamanarananarivo, Ndriamboeniarivo, Tsirahinavelo, Ndriamanaradreny, Ndriamanaradraza, Nenimoana, Ndrianikendraza. Marihina fa ireo taranak’ Ampanjaka Ndriamandikavavy (vadin’ny Ampanjaka Ndriamandisoarivo) izay nanao sorona ny ainy mba hanjakan’ny vadiny dia nanjaka tao Betsioky ary ny ankamaroany niamboho tao ihany koa.

Midika izany fa ao amin’io Mahabo na doany Bezavo io no misy ireo mpanorina ny Fanjakana Sakalava Boeny, ka manana ny toerany lehibe eo amin’ny Fanompoa sy ny fivavahan-drazana. Noho izany dia manao antso avo amin’ireo manam-pahefana rehetra eto Boeny sy eto Madagasikara ny Ampanjaka Amina Said, ny mba hanarahana akaiky ity raharaha ity.

Vita ny Fanompoa Toamainty tao amin’ny doany Avaratra

Iray volana mialoha ny Fanompoabe no atao ny Toamainty. Ny alatsinainy teo no notanterahina ny Fanompoa Toamainty tao amin’ny doany avaratra Andrainarivo, notarihin’ny Ampanjaka Tsimijaly antsoina ankehitriny hoe  : Tsimijalimanjaka. Alatsinainy bory fanjava mantsy no fanatanterahana fombafomba rehetra ka ao anatin’izany ny fandokisana Toamainty. Ny razanolo sy ny voromahery no manao ny fombafomba rehetra, ka ilay fandrama notahizirina tamin’ny Fanompoa fandrama no andrahoina atao tambero miaraka amin’ny rano tsy dikaim-borona. Totoina ny katrafay ka arotsaka anatin’ilay tambero.

Ireo no mitambatra aloky anaty Valamena ary tahirizina miandry ny fanompoabe. Voalaza moa fa hanao Fanompoa ny efa-dahy manan-kasina izay fomba efa fanao eny amin’ny doany atsimo ihany koa ny ao amin’ny doany avaratra. Marihina moa fa hatreto dia mbola tsy voatendry sy voafantina ny ampanjakabe handimby ny ampanjaka Rasamimanana, izay ampanjaka ao amin’ny doany atsimo Miarinarivo. Marihina ihany koa fa ny ampanjaka Salimo izay ampanjakan’ny doany avaratra dia mbola velona soa aman-tsara, ka tsy fantatra loatra ny fandehan’ny fifandimbiasam-panjakana misy ankehitriny amin’ireo doany eto Mahajanga.

Vanessa

Ino Vaovao0 partages

FIHOARAM-PEFIN’NY MPITATITRA : Nosaziana ireo taksiborosy sy taksibe tratra nandika lalàna

Na dia efa maro aza ireo tratra sy nofaizina, mbola maro hatrany ireo fiara tratra tsy manara-dalàna eto an-drenivohitra. Marihina mazava anefa fa tsy mbola azo atao mihitsy ny mivoaka sy miditra eto amin’ny Faritra Analamanga noho ity resaka valanaretina coronavirus ity.

 Arak’izany, fiara taksiborosy miisa 2 indray no tratra saika hitatitra olona an-tsokosoko saika hivoaka an’Analamanga tamin’ny omaly. Fiara marika sprinter miisa 2 ireo tratra ireo ary ry zareo polisin’ny boriborintany fahaenina no nahasambotra ireto taksiborosy ireto tetsy Andranomena. Rehefa natao moa ny fanadihadiana, fantatra fa saika hivoaka ny Faritra Analamanga ho any Antsiranana ireto taksiborosy ireto. Mpandeha miisa 23 moa no tao anatin’ireo fiara ireo, ka nasaina nidina ny fiara avy hatrany. Tetsy ankilany, notazonina nanaovana fanadihadiana ihany koa ireo mpamily. Marihina moa fa ireto taksiborosy tratra ireto dia efa nalefa niditra am-balam-pamonjana fiarakodia avokoa. 

Manomboka manondrana koa ny taksibe

Ankoatra ireo taksiborosy, efa manomboka tsy manara-dalàna ihany koa ny taksibe eto an-drenivohitra. Efa nomena fahalalahana miasa hatramin’ny 5 ora hariva izy ireo, saingy mbola misy hatrany ireo tratra manararaotra. Vao tamin’ny omaly, taksibe iray ao amin’ny zotra 015 no tratran’ny Polisin’ny boriborintany fahadimy tsy nanara-dalàna nitondra olona mipetraka amin’ny seza volamena na “strapotin” tetsy Mahamasina. Nampidinina avokoa ireo mpandeha tao anatiny, saingy ilay mpamily sy ilay mpanampy azy kosa noentina natao fanadihadiana ary ilay fiara kosa nampidirina "Fourrière".

Marihina moa fa ankoatra ny fitondrana mpandeha amin’ny seza volamena, efa maro ihany koa ireo taksibe efa mitondra olon-droa eo anoloana. Efa tsy lazaina intsony koa ny fangalarana sy fanitarana ny ora fiasan’ireo taksibe. Nanambara ireo mpamily tratra fa noho ny resaka fatiantoka no mahatonga azy ireo hanao izao tsy fanarahan-dalàna izao.

Ilo Tsivery

Ino Vaovao0 partages

FIVOARAN’NY “COVID-19” : Tranga vaovao miisa 63 indray no hita omaly teto  Madagasikara

Tranga vaovao miisa 63 indray no hita omaly taorian’ny fitiliana natao. Tranga izay misandrahaka amina Faritra maro. Efa mananika ny 900 mahery hatreto ireo nahitana ny tsimokaretina hatramin’ny volana marsa no nakaty ka ny 707 amin’ireo no mbola manaraka fitsaboana raha efa sitrana kosa ny ambiny. 

Mijanona ho enina hatreto ny isan’ireo olona nindaosin’ny fahafetsana noho ity valanaretina ity, raha ny eto Madagasikara manokana. Tsikaritra ho mitombo isan’andro ireo Faritra sy toerana voakasiky ny valanaretina. Ny eny Atsimondrano, izay ahitana ny Kaominina Alakamisy Fenoarivo dia saika andrenesana tranga vaovao matetika.

Avotra Isaorana

Ino Vaovao0 partages

FENOARIVO ATSINANANA : Manaraka fitsaboana ao amin’ny Hopitaly Be ireo olona 7 voan’ny coronavirus

Ny talata 2 jona, dia nahatratra 5 ny tranga vaovao, raha roa kosa ny andron’ny alarobia 3 jona. Misy hatrany ny fandaharana miara-manonja isan’andro karakarain’ny sampan-draharaham-paritry ny serasera sy ny kolontsaina iarahana amin’ireo onjam-peo tsy miankina izay andraisana ireo mpikambana avy amin’ny Komity miady amn’ny Covid-19 Analanjirofo, itondrana fampahafantarana ho an’ny vahoaka.

Nandritra ny fidiran’ny talem-paritry ny fahasalamam-bahoaka ao anatin’ny radio miara-manonja ny marain’ny talata lasa teo, dia nanambara ny tenany fa vokatry ny asa natao no nahitana ireo olona nifandray tamin’ireo olona efa voan’ny coronavirus. Natao ny fakana singa ka io niaraha-nahita io fa misy miabo. Tsy hoe izy ireo marary akory no tsara fa tena antoka lehibe ahafahantsika miady amin’ny valanaretina coronavirus ny fahitana ireo olona nifandray tamin’ny marary mba hahalalana na voa izy ireo na tsia, hoy hatrany ny fanazavany. Raha voa mantsy izy ireny nefa tsy hita fa mifanaretsaka any anaty fiarahamonina any, dia vao mainka ho loza ny mety hanjo, hoy hatrany ny fanazavana nentin’i Dr Sendratiana Luc Michel talem-paritry ny fahasalamam-bahoaka Analanjirofo. 

Mitohy ihany koa ny famendrahana fanafody ireo toerana izay betsaka olona mifamezivezy. Ny andron’ny alarobia 3 jona, dia anisany nanaovana izany tao La piscine, ny fonja, banky, cash point, Jirama, biraom-panjakana, sekoly, … Fandrarahana fanafody mandritra ny fotoana tsy voafetra mba ho fiadiana amin’ny covid-19.

Nitondra tolo-tanana ireo mpandraharaha ara-toekarena

Mahatsiaro ho manana adidy amin’ny ady atao amin’izao valanaretina izao ireo mpandraharaha ao Fenoarivo Atsinanana. Ny tolakandron’ny talata 2 jona lasa teo, nisy ny fanoloran’izy ireo fanampiana ho an’ny komity miady amin’ny covid-19. Vary 50 lasaka, solika 300 litatra ary lelavola 1 600 000 Ariary no nentin’izy ireo. Ho fisorohana hatrany ny fiparitahan’ny covid-19 ao an-toerana, dia noraisina ny fepetra fa tsy maintsy manao aron-tava avokoa ny olona rehetra rehefa mivoaka ny trano.Tsara ny manamarika fa tsaboina ao amin’ny Hopitaly Be Fenoarivo Atsinanana avokoa ireo olona 7 voan’ny covid-19. Ny efatra kosa araka ny efa nitaterana azy teto, dia efa nalefa manaraka fitsaboana any Toamasina, ny faran’ny herinandro lasa teo. Afaka mitsabo tsara ny olona voan’ny covid-19 ny eto Fenoarivo Atsinanana ary porofo amin’izany ny fahasitranan’ireo olona 2 izay voamarina fa voa ny fiandohan’ny volana avrily lasa teo. Sitrana soa aman-tsara rehefa nanaraka fitsaboana tao Fenoarivo Atsinanana, hoy hatrany ny fanazavana nentin’ny komity ao Analanjirofo.

Manome tanana ireo sefo fokontany

Mifanome tanana amin’ny fanaovana fanentanana amin’ny ady atao amin’ny coronavirus ao Fenoarivo Atsinanana tampon-tanàna ireo sefo fokontany. Fenoarivo Atsinanana tampon-tanàna izay misy fokontany dimy. Misy ny fanentanana ataon’izy ireo ny mpiara-monina amin’ny tokony hanajana ireo fepetra ara-pahasalamana.

Nangonin’i TH

Ino Vaovao0 partages

SEHA-PIHARIANA DRAKAKA : Ny fahorian’ny mpanangom-bokatra no mba ifalian’ny mpanjifa

Tsy mandray intsony ny sasany satria tsy mbola misokatra ny tsenam-barotra, izay Chine no mandray be indrindra no sady tsy sarotra toy ny mankany Eoropa ny fenitra takina. Eny no alehan’ireo mpanangom-bokatra voalohany ary tsy manaiky mivarotra ho an’ireo mpivarotra eto an-toerana mihitsy izy ireo raha tsy efa nandalo sivana tao amin’ny Sinoa ny entany ka izay tsy raisin’ny Sinoa no amidy eto Mahajanga. Voafetra anefa ny drakaka alain’ireo Sinoa, ka velon-taraina ny mpanangom-bokatra izay mitaky ny hampitomboana isa ny mpanondrana ary indrindra hanomezana “agrément d’exportation” ny Malagasy.

Faly kosa ny mpiantoka eny an-tsena fa mba misy drakaka lehibe azo amidy fa tsy ireo madinika toy ny taloha. 2 000 Ariary ka hatramin’ny 2500 Ariary no ividianan’izy ireo ny drakaka ary amidiny arakaraka ny halehibeny... Faly koa ny mpanjifa fa efa mora hita eny an-tsena no sady mora vidy ny drakaka. Teo aloha dia nahatratra 20 000 Ariary ny kilaon’ny drakaka. Izao kosa dia manodidina ny 5 000 Ariary no ividianan’ny mpanjifa ny kilaony. Sahirana ireo mpanangom-bokatra fa faly kosa ny mpanjifa eto Mahajanga.

Na izay aza dia mampitaraina ny mponina manodidina ireo orinasa mpividy drakaka ny fofona maimbo sy fotaka aterak’ity asa ity ka tokony hametrahana fenitra.

Vanessa

Ino Vaovao0 partages

HARIN-KARENA FAOBE 2020 : Hihena hatrany amin’ny 0,8 isan-jato noho ny Covid-19 eto Madagasikara

Nandritra ny tatitry ny praograman’asa nataon’ny mpikambana  eo anivon’ny Governemanta manoloana ireo solombavambahoaka teny amin’ny CCI Ivato, tamin’ny talata lasa teo no nanambaran’ny Minisitry ny Toekarena sy ny Fitantanam-bola, Richard Randriamandranto io tatitra io. Nihena ihany koa ny vola miditra amin’ny kitapom-bolam-panjakana amin’ny alalan’ny hetra sy ny fadintseranana raha ny nambarany satria raha toa ka 7 036 miliara Ariary no tao anatin’ny LFI 2020 dia tombanana ho 5 178 miliara Ariary izany ao anatin’ny volavolan-dalàna mikasika ny tetibola nasiam-panitsiana na (Projet de Loi de Finances Rectificative (PLFR 2020)

Nanantitra anefa ny Minisitra fa araka ny toromariky ny Praiminisitra dia hojerena isaky ny distrika ny famatsiana ny praograma momba ny fampiasam-bolam-panjakana na ny  PIP manomboka izao. Nohazavainy koa fa ao anatin’ny drafitra fanarenana an’i Madagasikara dia misy ny dinika iarahana amin’ireo mpamatsy vola iraisam-pirenena mba hanafoanana tanteraka ireo trosan’i Madagasikara.  Trosam-panjakana izay manodidina ny 36% amin’ny  PIB. "Azo lazaina ho ambany izany raha oharina amin’ireo Firenena hafa satria raha any Afrika dia 46% ny PIB izany trosam-panjakana izany, ho an’ny Japon kosa dia 200% ny PIB ary ho an’ny France 100% ny PIB", hoy ny fanazavan’ny Minisitra.

Raha tsiahivina, efa nahazo fanafoanana amin’ny ampahany amin’ny trosan’ny FMI isika. Ankilan’izay, nangatahan’ireo solombavambahoaka ihany koa ny hialana amin’ny fitrosana lava amin’ireo mpamatsy vola mahazatra. Nanantitra ny teo anivon’ny Antenimieram-pirenena fa samy sahirana avokoa ny toekarena maneran-tany amin’izao fotoana izao noho ny fiantraikan’ny Covid-19 ka tsy tokony hiankin-doha amin’ny mpamatsy vola mahazatra intsony ny mpitondra. Fotoana izao, hoy ireo solombavambahoaka, hanandratana ny tena hambom-pom-pirenena ka hanomezana lanja ny ny toekarena ato anatiny.

N.A

La Vérité0 partages

Prime de la discorde !

Pagaille autour d’une récompense, une coquette somme de 200.000 d’Ar. Fait inédit et honteux, deux entités de la Force de sécurité, la Gendarmerie et la Police, se disputent de la prime que l’Etat offre à ceux ou à celles qui transmettent de sérieuses informations  permettant de localiser la bande à Lama  afin de pouvoir mettre la main à leurs méfaits et de les neutraliser à jamais.Recherchés durant trois décennies, Lama le triste célèbre  nabab de la meute de kidnappeurs et les dangereux acolytes ont pu semer la poudre à tous les coups les Forces de sécurité. Le rapt du pharmacien, opérateur grossiste de son état, l’Indo-pakistanais de nationalité française Anil Karim permit aux éléments de la Gendarmerie de la BAK (Brigade anti-kidnapping) de déterminer avec certitude que Lama se trouve derrière la funeste opération. Il mène d’une main de diable l’industrie de kidnapping et pendant trente ans, il parvient toujours à se faufiler entre les mailles des limiers. Ce 13 mai 2020, la BAK ne lui laissa aucune chance de s’évaporer une fois de plus. Après avoir lâché quelques informations très importantes autour de sa « mafia », il succomba de ses blessures. En fait, les Forces de l’ordre ont réussi à cueillir un à un le reste de la funeste « troupe ».  Jusque- là, tout se déroule sans anicroches.Mais quand les éléments de la Police nationale réussirent à mettre la main sur Rajim à Ambohijanaka, l’un des membres clés, très  proche collaborateur à Ramandiamanana Norbert alias Lama sinon  son bras droit et très recherché parmi la dangereuse meute de Lama, l’affaire se corse concernant l’octroi de la prime et la donne change. En effet, se croyant en droit de jouir leurs parts, les limiers de la Police réclament « leur dû ». De leur côté, les éléments des Bérets noirs notamment ceux de la BAK ne les entendent pas de la même oreille. Ils laissent entendre que l’ « affaire Lama et acolytes », des kidnappeurs de …renom, en lien direct avec le rapt de l’Indo-pakistanais Anil Karim, ressort de leur compétence directe. D’ailleurs, durant les trois décennies de cavale de Lama et sa bande, c’est la Gendarmerie nationale qui s’était chargée sans relâche de leur traque. Finalement, la BAK a eu gain de cause et réussi à les mettre hors d’état de nuire. Donc, l’arrestation de Rajim ne devrait être qu’une suite logique ou l’aboutissement des travaux menés pendant trente ans de dur labeur. Et ils croient dur comme fer que  l’octroi de la fameuse prime, une coquette somme de 200 millions d’Ar, leur revient de droit. Ils  se demandent par quelle magie des opérations et pour quel motif exact les policiers s’interféraient-ils dedans ? L’appât du gain ? A la rigueur, si les éléments de la Police disposeraient des informations exactes relatives à l’endroit où l’on pourrait interpeller Rajim, ils auraient dû les transmettre à la BAK et cela au nom de la collaboration et la solidarité entre entités des Forces de l’ordre.Dans tous les cas de figure, c’est un non-sens que gendarmes et policiers se disputent pour question de prime. Comportements vulgaires et indignes de leur part et qui font honte à l’intégrité et à l’honneur de leurs Corps respectifs.Ndrianaivo

La Vérité0 partages

Violence conjugale - 175 cas enregistrés depuis le confinement

 Une recrudescence des violences domestiques et conjugales. Depuis le début de la période de confinement, des plaintes supplémentaires liées à des violences conjugales sont enregistrées par la Police nationale. En effet, on a enregistré 175 cas, avance le Directeur général de la Police nationale, le commissaire général de police, Danny Marius Rakotozanany.   Le confinement a été une période difficile pour la plupart des femmes. Outre le stress causé par la propagation de la pandémie, la gérance du budget et les maltraitances envers les conjoints et enfants ont augmenté en cette période de crise. D’après un sociologue, l’impossibilité de sortir peut engendrer des violences supplémentaires ou plus graves. «  Tous les jours, il existe toujours des violences qu’elles soient physiques ou morales. Mais durant le confinement, la situation s’est aggravée. L’inactivité, la promiscuité et l’anxiété en sont les principales causes », soutient-il. Selon l’estimation de l’agence des Nations unies chargée de la santé sexuelle et reproductive, 31 millions de cas supplémentaires de violences familiales seraient à déplorer dans le monde si le confinement se poursuivait encore six mois. Au mois d’avril dernier, le secrétaire général de l’Organisation des Nations unies (ONU), Antonio Guterres, avait lancé un appel mondial à protéger les femmes et jeunes filles « à la maison », alors que le confinement provoqué par la pandémie de Covid-19 augmente les violences conjugales dans les familles. Recueillis par Anatra R.

La Vérité0 partages

Evasion à la prison d’Ambatolampy - Les gendarmes sur les traces des évadés

Photo facebook

La prison d’Ambatolampy a été le théâtre d’une évasion de détenus la nuit du 1er juin dernier. Six d’entre eux ont donc réussi à s’échapper et ils n’ont laissé aucune trace, du moins pour le moment. Cependant, tout ne devrait être qu’une question de temps pour les retrouver. Interrogée sur ce sujet,  la Gendarmerie, ou précisément la compagnie locale a promis que des arrestations auront bientôt lieu, du moins dans les deux prochaines 48 heures. « C’est nous qui avons récemment déféré la plupart de ces fugitifs. Ce qui veut dire qu’il ne devrait avoir aucun problème pour les identifier, donc retrouver leurs traces. Mais attendons de voir », confie une source auprès de la compagnie locale de Gendarmerie. Une raison à cet optimisme des gendarmes, c’est que les évadés auraient dû chercher tous les moyens afin de regagner leurs familles respectives. Et ces dernières résident dans les environs d’Ambatolampy, des localités situées dans un rayon de 90 km autour de cette ville, selon notre interlocuteur.En attendant, une enquête a été ouverte à propos de cette affaire. La Police et la Gendarmerie y participent conjointement. Selon toujours notre source, les membres du personnel de ce centre de détention d’Ambatolampy mais aussi tous les autres prisonniers auraient été soumis à une enquête actuellement. « Le soupçon d’une certaine négligence dans la surveillance des détenus compromettrait le  personnel de cette prison », a-t-il encore ajouté. Pour revenir dans les circonstances de l’évasion proprement dite, les six larrons se sont fait la belle la nuit. Pour pouvoir passer dans l’autre côté, c’est-à-dire la liberté, ils  avaient pratiqué une ouverture dans le mur même de la cellule où les six avaient été détenus.Ce n’était que plusieurs heures après, précisément à l’aube du 2 juin dernier que les gardes pénitentiaires de service ne s’étaient aperçus de leur échappée. Et il a fallu attendre l’après-midi pour que le chef de centre ait finalement informé la compagnie de gendarmerie d’Ambatolampy sur cette situation.Du coup, des escouades des Forces de l’ordre ont été déployées à l’entrée et à la sortie de la localité d’Ambatolampy, en vue du contrôle de la circulation de personnes. D’après toujours une information, trois de ces évadés seraient les membres d’une fratrie domiciliée à Antsampandrano Nord, Commune d’Antanifotsy. Ils ont été placés sous mandat de dépôt dans cette prison pour une affaire de vol, seulement le 29 mai dernier. Les Forces de sécurité participant dans l’enquête, seraient déjà présentes à Antsampandrano en ce moment même. Franck R.

La Vérité0 partages

Covid-19 - Une femme enceinte décédée, son bébé sauvé

Le  Centre de commandement opérationnel Covid-19 Ivato a annoncé hier le septième décès lié au coronavirus à  Madagascar. Il s’agit d’une femme âgée de 20 ans, victime d’une complication sévère de l'accouchement. Au vu de son état débattu lors de son admission au Centre  hospitalier de référence du district (CHRD) II Anosy Avaratra Antananarivo, les personnels de santé l’ont directement conduite en salle d’opération où une césarienne a été effectuée. Le nouveau-né est sorti sain et sauf, par contre, l’état de santé de sa mère s’est gravement dégradé.  Les médecins traitants lui ont fait passer un test PCR. Malheureusement, le résultat de cette analyse en laboratoire s’est révélé positif. «  Jeudi 28 mai dernier vers une heure de matin, une femme enceinte présentant des symptômes annonciateurs de l’accouchement  ayant rencontré de complication dans un établissement sanitaire à Anjozorobe s’est présentée au  CHRD II Anosy Avaratra.  Après 12 heures  de contraction, les médecins ont décidé de procéder à une opération césarienne. Une fois le bébé sauvé, la patiente a commencé à montrer des signes du coronavirus. Elle a eu du mal à respirer,  soudainement, sa température fut très élevée.  Alerté, l’hôpital a effectué des prélèvements pour déterminer si elle a contracté le covid-19. Or, elle est décédée le lendemain de son arrivée sans même savoir le résultat du dépistage. 5 jours se sont écoulés avant de savoir que la défunte, déjà enterrée suivant les recommandations sanitaires évidemment, a été infectée par cette maladie virale », révèle une source. Même s’il n’existe pas de recommandations officielles pour les femmes enceintes, les expériences dans d’autres pays affectés par le Covid- 19 ont révélé qu’elles peuvent subir des changements immunologiques et physiologiques. Cela les rendent plus sensibles et plus à risque de complications aux infections virales respiratoires et c’est ce qui a affecté cette patiente. Effectivement, cette femme a été victime d’une détresse respiratoire aiguë c’est-à-dire à un stade très critique, après son opération césarienne. Les personnels médicaux ont eu recours à des méthodes très avancées mais le syndrome grippal intense a fini par l’emporter en laissant son enfant orphelin. Ce dernier qui remplit actuellement  un bon  état de bien-être physique. Les explications de la porte-parole du CCO démontrent que la transmission du coronavirus Covid-19 se fait essentiellement par contact étroit avec une personne infectée par le biais de gouttelettes respiratoires. Elle a donc assuré que jusqu’à preuve du contraire, le virus ne traverse pas la barrière placentaire et n’affecte pas par conséquent  les bébés. Pour contenir la  propagation du covid-19, une équipe de l’Organisation mondiale de la santé  ainsi que des soignants opérant à Anjozorobe y ont procédé à une investigation  autour  de ce cas positif déjà inhumé le week-end dernier.  « Heureusement, nous avons  déjà répertorié tous les patients ayant fréquenté l’hôpital. Et cela  va faciliter l’identification de  tous les cas contacts à commencer par les membres du personnel  médical. L’établissement sanitaire a été totalement désinfecté aujourd’hui (ndlr : hier),  nous ne recevrons  donc pas de patients que lundi prochain », avance un des personnels médicaux. Rappelons que les tests effectués mardi dernier a permis son identification en tant que porteur du coronavirus. Elle ne figure pas parmi les 9 patients présentant de formes symptomatiques graves annoncés par le Professeur Vololontiana Marie Hanta Danielle. K.R. 

La Vérité0 partages

Lutte contre le coronavirus - Un don de 11,6 milliards d’ariary de l’Union européenne

Une enveloppe dédiée aux secteurs sociaux. Alors que les recettes de l’Etat diminuent, les dépenses sociales augmentent de 18% durant cette période de pandémie. L’Union européenne a alors octroyé un don de 11,6 milliards d’ariary, mercredi dernier afin d’appuyer le Gouvernement malagasy. D’après le communiqué de la délégation de l’Union européenne à Madagascar, cette somme soutiendra deux projets des Organisations non gouvernementales (ONG) internationales et malagasy. Les ONG Action contre la faim, Médecins du monde, Care et action socio-sanitaire et Organisation Secours appuient le secteur santé et atténuent l’impact économique et social de la pandémie sur les populations vulnérables. Tandis que l’Humanité et Inclusion, Douleur sans frontière ainsi que le SOS Villages d’enfants renforcent la protection des personnes les plus vulnérables.Les ONG en collaboration avec les communautés et les autorités mèneront alors quatre actions en matière de risposte sanitaire et de crise sociale. Les activités sont axées sur la sensibilisation de la population aux gestes barrières, la fourniture d’équipement de protection individuelle aux personnels soignants, la mise en place d’une cellule de veille pour un appui psychosocial des populations et le soutien économique à travers des transferts monétaires. « Ces interventions toucheront plusieurs millons de personnes dans le cadre de la sensibilisation aux gestes barrières ainsi que plus de 1700 membres de personnel médical et non médical qui sont en première ligne pour faire face à cette pandémie. Près de 76 350 personnes bénéficieront d’un appui en protection sociale dans les villes particulièrement  touchées par le confinement et la crise » souligne Giovanni Di Girolamo, ambassadeur de l’Union européenne à Madagascar. Concernant les actions déjà menées à l’annonce de l’urgence sanitaire dans le pays, l’Union européenne figurait parmi les parties prenantes lors de la levée de fonds dans le cadre de l’élaboration du plan de mitigation. Elle a aussi déjà fait un don de masques de protection à l’endroit du ministère de l’Aménagement et des Travaux publics. Recueillis par Solange Heriniaina

La Vérité0 partages

Gouvernement Ntsay Christian - La ministre de l’Education nationale remerciée

La ministre de l’Education nationale, de l’Enseignement technique et Professionnel, Iarintsambatra Rijasoa Andriamanana Josoa a été remerciée par le Conseil des ministres d’hier. Elle est la première à être remerciée après seulement quatre mois à la tête de ce grand ministère.Fin de parcours pour la ministre de l’Education nationale, de l’Enseignement technique et Professionnel, Iarintsambatra Rijasoa Andriamanana Josoa. Le Conseil des ministres d’hier a entériné son départ. Il s’agit d’une surprise pour la classe politique et l’opinion quoi que ce fût déjà prévisible. Un jour où l’autre, ça devait arriver. Nul ne peut rester éternellement à un poste déterminé, surtout à un poste politique.Elle ne comptabilise que quatre mois à la tête de ce grand ministère. Elle a pris le service le 31 janvier 2020 à l’issue de la passation de service avec l’ancienne ministre Volahaingo Marie Thérèse. L’ambiance était épicée entre les deux personnalités. Mais la passation s’est en général bien déroulée. L’ancienne ministre a alors rejoint son siège de député de Madagascar élu dans la circonscription électorale de Bealanana.Hier après-midi, la désormais ancienne ministre Iasintsambatra Rijasoa Andriamanana Josoa aurait dû présenter son rapport d’exécution de programme devant les députés. Mais les présentations des rapports du ministre de la Santé publique, du ministre de la Population et des Affaires sociales, et du ministre de la Jeunesse et des Sports ont duré toute la journée, et se sont poursuivies jusque tard dans la soirée. Le ministère de l’Education nationale, de l’Enseignement technique et professionnel n’a donc pas présenté son rapport d’exécution de programme auprès des représentants du peuple. Du moins jusqu’à maintenant. Lors de sa prise de service, l’ancienne ministre a affirmé que son objectif était « l’accroissement de l’accès à l’école des enfants, la mise en place d’une éducation de qualité, l’augmentation en nombre des infrastructures scolaires ainsi que des enseignants qualifiés, la promotion de la main d’œuvre qualifiée pour l’enseignement technique et la formation ».Cette présentation du rapport d’exécution de programme, comme l’exige la Constitution en ses articles 101 et 102, sera certainement présentée par son successeur. Les citoyens ont en effet le droit de connaitre les travaux entrepris par les responsables de ce ministère au titre de la première moitié de l’année 2020.

La Vérité0 partages

Environnement - Une contribution de 125 milliards de dollars à l’économie mondiale

D’après le Rapport Planète Vivante de 2018, à l'échelle mondiale, la nature fournit annuellement des services d'une valeur d'environ 125 milliards de dollars, tout en contribuant à garantir un apport d'air frais, d'eau propre, de nourriture, d'énergie, de médicaments et d'autres produits et matières. Ces chiffres justifient ainsi l’importance de conserver, préserver mais aussi d’exploiter durablement les ressources naturelles. Pour cette année, la valorisation de l’environnement ne se limitera pas seulement à la célébration de la Journée mondiale de l’environnement tous les 5 juin. Ainsi, la célébration se prolongera tout au long du mois. Le mois de juin sera alors le « Mois de la Nature ». Une occasion pour mettre à l’honneur tous les héros de la nature qui se démènent dans les quatre coins de la Grande île pour sauver la Planète. « C’est aussi une occasion pour renouveler notre engagement pour l’environnement. Tout au long du mois de juin, les internautes sont aussi invités à partager sur les réseaux sociaux des vidéos amateurs pour montrer que chacun peut s’engager à protéger l’environnement avec les moyens dont il dispose, avec le hashtag #HoAnVoahary et #Connect2Earth. Les vidéos seront collectées par l’équipe du ministère de l’Environnement et du Développement durable à travers les réseaux sociaux. Une compilation sera ensuite montée et diffusée sur les réseaux sociaux ainsi que sur la chaîne de télévision nationale », explique le WWF Madagascar.Ces actions de sensibilisation sont aujourd’hui plus que primordiales vu que la biodiversité de Madagascar est à haut risque. Des pressions dues aux activités humaines, telles que la déforestation, la pollution, la surpêche, le changement climatique, le braconnage, font que la biodiversité disparaît à un rythme alarmant. Et ce rythme s’accélère encore plus en cette période de pandémie. Madagascar, comme tant d’autres pays dans le monde, pourra se mobiliser en ligne pour la Nature. « C'est l'année où, plus que jamais, le monde peut signaler une forte volonté pour un cadre mondial qui “fléchira la courbe” sur la perte de la biodiversité, au profit des humains et de toute forme de vie sur Terre. Nous sollicitons ainsi la solidarité et la coopération à tous les niveaux. Unissons nos forces car c’est la seule garantie d’un avenir commun, pour vivre en harmonie avec la nature » encourage Vahinala Raharinirina Baomiavotse, ministre de l’Environnement et du Développement durable. Effectivement, l’environnement est plus que nécessaire pour espérer un quelconque développement socio-économique.  En tout cas, la journée mondiale de l’environnement d’aujourd’hui sera célébrée sous le leadership du ministère de l’Environnement et du Développement durable avec tous les amoureux de la nature malagasy, parmi lesquels figurent Conservation International (CI), la Fondation des aires protégées de Madagascar (FAPBM), la Fondation Tany Meva, Madagascar national parks (MNP), Wildlife Conservation Society (WC) et World Wide Fund (WWF). Rova Randria

La Vérité0 partages

Christian Ntsay - 24 mois à la Primature

Nommé une première fois Premier ministre le 04 juin 2018, Christian Ntsay est, 24 mois après et après avoir connu trois différents Chefs d’Etat, toujours bien ancré à la Primature. L’actuel homme fort de Mahazoarivo lors de sa première nomination en juin 2018 avait été proposé par le Miaraka amin’ny Prezida Andry Rajoelina. Christian Ntsay était chargé de former le nouveau Gouvernement de consensus dont la charge principale était d’organiser l’élection présidentielle et les législatives. Mission que le haut fonctionnaire international avait alors relevée avec brio. Suite à l’élection de Andry Rajoelina à la Présidence du pays, il avait démissionné une première fois au mois de janvier 2019, avant d’être reconduit dans la foulée, par le nouveau Président de la République, avec pour mission cette fois-ci son objectif de concrétiser les promesses électorales du nouveau numéro Un du pays. Le chef du premier Gouvernement du second quinquennat de la quatrième République déposera sa démission pour la seconde fois au lendemain des législatives, mais il sera reconduit par le Président de la République. Lors des derniers remaniements, Christian Ntsay, devenu presque inamovible, est renouvelé par le locataire d’Iavoloha. En deux ans à Mahazoarivo, l’actuel Chef du Gouvernement a connu donc deux Présidents de la République, Andry Rajoelina et Hery Rajaonarimampianina, ainsi qu’un Chef d’Etat par intérim, en l’occurrence Rivo Rakotovao. Christian Ntsay est un homme plutôt discret. L’efficacité de cet ancien fonctionnaire international est saluée unanimement. Le retour des plaques rouges pour les véhicules administratifs, encensé par l’opinion, est une décision prise par le locataire de Mahazoarivo. En deux ans, aucun scandale concernant le Premier ministre n’est rapporté. L’ancien haut fonctionnaire à l’Organisation internationale du travail (OIT) et ministre du Travail de 2002 à 2003, semble faire consensus aux yeux de la classe politique jusqu’ici. La Rédaction

Midi Madagasikara0 partages

Fédération Malgache de Football : Le danger peut venir de la FIFA

La guerre intestine qui ronge la fédération malgache de football risque de faire des ravages mettant ainsi en danger les Barea parmi les victimes collatérales d’une campagne visant à faire partir le président Arizaka Rabekoto Raoul.

Mardi encore une frange des membres du comité exécutif de la FMF. conteste le recours à la visioconférence. C’était pourtant la méthode utilisée par la FIFA durant cette période de confinement. De là à conclure que le président Gianni Infatino verrait cela d’un mauvais œil, le pas est vite franchi. Mais ce n’est pas malheureusement la seule entorse aux règlements commise par cette aile dissidente avec à sa tête le deuxième vice-président Alfred Randriamanampisoa. Il y a aussi cette affaire sur l’équipementier des Barea où on va jusqu’à contester le processus d’appel d’offres alors qu’il y avait déjà trois soumissionnaires. Or l’appel en question a eu l’aval de la FIFA qui se trouve être le seul bailleur de fonds de ce projet. Mais on persiste à vouloir annuler l’appel d’offres en usant de toutes les subterfuges comme l’utilisation du capitaine des Barea, Abel Randrianantenaina. Or et comme on l’a toujours dit, il ne s’agit pas des seuls Barea seniors mais bien de toutes les équipes nationales tant chez les dames que chez nos jeunes. Ces derniers ont aussi voix au chapitre s’il le faut. Comme dans le cas de la visioconférence de mardi, la position de la FIFA est claire notamment de faire valoir ses droits et devoirs. Vouloir nager à contre courant serait alors une grosse erreur qui risque de nous coûter cher. Très cher Pour appeler un chat un chat, on va finir par être suspendu. Pour de bon !

Clément RABARY

Midi Madagasikara0 partages

Croissance du Commerce électronique : Investissement stratégique de DHL Express dans Link Commerce

Le commerce électronique se développe davantage. Rien qu’avec DHL Madagascar, plus de 120 magasins des Etats-Unis et du Royaume Uni sont à la portée des Malgaches. Cette année, la valeur du marché africain de la distribution en ligne devrait atteindre plusieurs dizaines de milliards de dollars. Pour renforcer cette croissance du commerce en ligne, en Afrique Subsaharienne, DHL Express a procédé à un investissement stratégique dans Link Commerce. Selon la communication officielle de la multinationale, il s’agit d’une acquisition de participation minoritaire dans Link Commerce. A noter que cette entreprise de commerce électronique britannique a déjà aidé DHL à lancer sa plateforme DHL Africa eShop, qui connaît aujourd’hui un succès retentissant. Selon Hennie Heymans, PDG de DHL Express Afrique subsaharienne, cette acquisition démontre l’engagement de la Société à contribuer à la croissance du commerce électronique sur le continent. « L’acquisition d’une participation dans Link Commerce – l’entreprise qui a créé et exploite la plateforme MallforAfrica.com – reflète le soutien considérable que nous apportons au commerce en ligne en Afrique. Cela nous place également en bonne position pour concrétiser notre ambition de développer l’offre d’e-commerce à l’échelle mondiale et de travailler à l’évolutivité de notre plateforme quand l’opportunité se présentera », a-t-il déclaré.

Extension. Pour sa part, Chris Folayan, fondateur et PDG de Link Commerce et de Mall for Africa a souligné que la prise de participation de DHL dans Link Commerce est l’opération idéale qui permettra d’accélérer la croissance de Link Commerce, à l’aide du réseau d’expédition mondial construit par DHL. « Nous allons pouvoir étendre notre plateforme B2B de commerce électronique, clé en main, en marque blanche et offrir aux acheteurs en ligne la possibilité d’améliorer leur expérience en achetant davantage, avec des tarifs d’expédition rapide défiant toute concurrence », a-t-il noté.

Succès. Un an à peine après son lancement, la plateforme DHL Africa eShop continue à enregistrer une croissance phénoménale en Afrique subsaharienne. Depuis le premier jour, selon ses promoteurs, l’Africa eShop de DHL dépasse toutes les prévisions. « Créée en partenariat avec Link Commerce, la plateforme a été lancée en avril 2019 dans 11 pays africains. Elle a connu un succès immédiat, enregistrant environ 5 000 abonnés au cours de ses six premières semaines d’existence. Aujourd’hui, DHL Africa eShop est présente dans 34 pays d’Afrique subsaharienne et compte des dizaines de milliers d’utilisateurs à travers le continent », ont-ils indiqué. Bref, l’achat en ligne est devenu une tendance qui a encore considérablement évolué, depuis le début de la pandémie de Covid-19.

Antsa R.

Midi Madagasikara0 partages

Une liberté rimant avec  le respect  de la discipline

Comme nous le disions hier, l’étau des mesures  accompagnant le déconfinement partiel s’est relativement desserré dans la ville d’Antananarivo. Les marchés de quartiers sont ouverts, mais ceux qui les fréquentent sont astreints au respect des mesures barrières. C’est une bouffée d’oxygène absolument nécessaire, il s’agit d’une liberté retrouvée, mais sous surveillance. Si les Tananariviens sont plus libres de leurs mouvements, les habitants de Toamasina éprouvent un sentiment d’oppression car ils doivent se soumettre à un respect strict des règles établies par les autorités et  tout cela se déroule sous la supervision  des forces de l’ordre. Il s’agit de stopper la propagation du virus, la ville du Grand Port étant, dit-on,  le foyer le plus important de l’épidémie.

Une liberté rimant avec  le respect  de la discipline

Les chiffres que le professeur  Vololontiana Hanta Marie Danielle avance parlent d’eux-mêmes, le nombre de contaminations  révélé  hier après la série de tests effectués par l’IPM et  les différents laboratoires de la place  s’élève à 63  dont 33 dans la région Atsinanana.  C’est la raison pour laquelle les mesures sanitaires sont si strictes; une partie de la population supporte très mal la situation et commence à élever la voix. Pour le moment, le vent de la fronde ne se mue pas en troubles, mais la situation peut devenir explosive si elle n’est pas désamorcée par une campagne d’explications. Dans la capitale, l’atmosphère est beaucoup plus calme. Les restrictions concernant les marchés ont été levées et les marchands vont pouvoir écouler leurs produits. Mais cette longue période de disette où ils n’ont pas pu exercer leur commerce a été dure à supporter. La reprise signifie un retour à une vie presque normale. Cela se fera, néanmoins,  sous haute surveillance.  Le déconfinement partiel  ne signifie pas relâchement de la discipline, mais respect des recommandations faites régulièrement. La lutte contre le Covid 19 est loin d’être terminée  et elle devrait encore durer un certain  temps.

Patrice RABE

Midi Madagasikara0 partages

Trafikana rongony : 190 kilao no sarona, 12 lahy sy vehivavy iray nadoboka am-ponja

Tsapa ho nirongatra mihitsy tato ho ato izay, indrindra fa tao anatin’ity fihibohana ity ny trafikan-drongony, na ny amin’ny faritra na ny eto an-drenivohitra. Tsy mikely soroka amin’ny ady amin’izany fiparitahan’ny zava-mahadomelina izany ireo mpitandro filaminana. Fantatra ary, raha ny teto an-drenivohitra manokana, tao anatin’ny telo volana monja : ny volana martsa, aprily ary may teo, fa rongony manodidina ny 190 kilao eo ho eo no saron’ny pôlisy misahana ny ady amin’ny zava-mahadomelina. Olona 13 no efa nohadihadiana ary nampidirina am-ponja vonjimaika. Araka ny tatitra azo avy amin’ny pôlisim-pirenena hatrany moa dia ny iray tamin’ireto olona voasambotra ireto no vehivavy.

« Niisa valo ireo tranga nahazoana ireo vokatra ireo », hoy hatrany ny tatitra. Ny voalohany tamin’izany dia fahatratrarana mpivarotra rongony, ny faha-20 ny volana martsa teny Manorikandro Bypass, izay nahazoana rongony 19.700 kilao. Olona iray no voasambotra.  Ny vola aprily lasa teo dia tranga iray no hita, tamin’ny fisamborana olona iray teny Namontana. Rongony milanja eo amin’ny 99.400 kilao teo moa no sarona. Ny volana may nivalona iny no azo lazaina fa isan’ny nahitam-bokatra be indrindra, ary nisamborana mpidoroka sy mpivarotra ary rongony efa vita fono : teny Ankadindratombo, teny amin’ny Macoline Ambohimahitsy, Anosibe Angarangarana, Anosibe Ambohibarikely, teny amin’ny Petite Vitesse Isotry.

Fa ankoatra izay, manampy ity antontan’isa amin’ny resaka zava-mahadomelina mahery vaika ity, dia fantatra fa olona telo no nosamborin’ny pôlisy misahana ny ady amin’ny zava-mahadomelina hatrany teny amin’iny faritra Andohatapenaka iny ny talata lasa teo. « Trano iray izay notondroin’olona no notsirihina ka rehefa nahitana fihetsika hafahafa dia nidiran’ny Polisy avy hatrany », hoy ny fampitam-baovao. Rongony fito fonosana moa no tratra teny amin’izy ireo tamin’izany. Marihana fa ny iray tamin’izy ireo no mpivarotra fa ny roa kosa mpidoroka. Nambaran’ity mpivarotra ity, tamin’ny fanadihadiana azy fa olona mandalo no fangalàny entana ary amidiny avo roa heny izany. Omaly moa izy ireo no natolotra ny Fampanoavana ary heverina fa nandeha nanampy ireo olona 13 efa naiditra am-ponja vonjimaika etsy Antanimora.

m.L

Midi Madagasikara0 partages

Plan d’urgence sociale de la Jirama : Maintien des facilités de paiement pour la facture de juin

Ajourner le paiement des factures et l’échelonner sur plusieurs mois. Cette facilité est encore accordée par la Jirama, sur la facture du mois de juin. La Direction Générale de la société d’État l’a annoncée hier, suite au maintien de l’état d’urgence sanitaire sur tout le territoire national. « La Jirama, en tant que service public essentiel met en œuvre le Plan d’urgence social et prend des décisions pour alléger les charges des clients dans les régions encore en confinement. Ainsi, pour les régions Analamanga – Atsinanana et Alaotra Mangoro, les clients ont toujours la possibilité d’ajourner le paiement des factures du mois de juin. A la reprise, le paiement des factures sera – par principe – échelonné sur 5 mensualités. En cas de difficulté, il sera possible de négocier avec la Jirama pour le paiement jusqu’à 10 mensualités. Les factures échelonnées seront jointes à la facture du mois courant. Les clients peuvent également continuer à payer leurs factures, si tel est leur choix », a indiqué la Jirama dans son communiqué.

Facilitations. Outre ces facilités de paiement, la Jirama a également mis en avant sa diversification de mode de paiement. A part les agences de la Jirama, il est également possible de régler les factures dans tous les bureaux de la “Paositra Malagasy”, de la BOA, d’Accès Banque, ou via Mobile Money (MVola, Airtel Money et Orange Money). En ce qui concerne la région Matsiatra Ambony qui est sortie du confinement, le paiement de la facture du mois de juin revient à la normale, la Jirama. « Les clients paieront sur 5 à 10 mensualités les factures échelonnées (mars, avril, mai) à partir du mois de juillet prochain ».

Tarifs réduits. Par ailleurs, la Jirama a élevé la limite de la première tranche du Tarif 14 à 50 KwH, contre 25KwH auparavant. Cette disposition est appliquée pour les usagers des régions Analamanga, Atsinanana et Alaotra Mangoro, qui ont été contraints d’appliquer les mesures de confinement. Cette nouvelle disposition sera avantageuse pour les consommateurs, étant donné que 25 KwH supplémentaires vont être payés au prix de 141 ar par KwH au lieu de 764 ar par KwH dans la 2e tranche, selon les explications d’un responsable de la Jirama.

Antsa R.

Midi Madagasikara0 partages

Alasora : Le domicile d’un particulier attaqué par six bandits armés en plein couvre-feu

La mise en vigueur du couvre-feu à partir du 21 heures jusqu’à 4 heures du matin dans le cadre de l’application de l’état d’urgence sanitaire dans la région Analamanga n’empêche pas les malfaiteurs de commettre leur forfait dans la capitale et ses environs. Reste à savoir si la circulation des personnes pendant la nuit est vraiment contrôlée si l’on se réfère à ce qui s’est passé la nuit du mardi 4 juin dans le “fokontany” d’Ampahibato, commune rurale d’Alasora, district d’Antananarivo-Atsimondrano. Vers 22 heures 30 minutes, le domicile d’un particulier était investi par des bandits. Armés d’un fusil de chasse et d’armes blanches, six malfaiteurs dont deux masqués se sont introduits par la fenêtre de la maison. Une fois à l’intérieur, ils ont maîtrisé toutes les personnes qu’ils ont rencontrées pour les obliger de livrer tous les objets de valeur dans la maison. Tout s’est passé dans le calme dans la mesure où les victimes qui étaient menacées avec des armes, n’ont manifesté aucune résistance. C’est pourquoi, le père de famille n’a pu appeler secours auprès de ses voisins qu’une heure plus tard. Ces derniers ont tout de suite alerté la vigie de police de la localité. Sitôt avisés, des policiers se sont rendus sur place. Ils étaient en train de constater le fait pour enclencher la poursuite des malfrats quand des éléments de la gendarmerie se sont également débarqués. Ces derniers affirment avoir reçu un appel vers 23 heures 55. Venus à la rescousse, ils ont invité toutes les unités se trouvant dans les alentours à procéder au bouclage de tous les périmètres mais en vain. Selon l’enquête préliminaire effectuée par la police qui se charge de cette affaire, un ordinateur portable, une bague en argent, deux téléphones portables, une carte SD de 32 GO, et une somme de 200 000 ariary en espèces ont été dérobés par les assaillants. Heureusement, aucun blessé ni perte de vie humaine n’est à déplorer. La situation qui prévaut actuellement dans le district d’Antananarivo-Atsimondrano où l’on assiste à la recrudescence des actes de banditisme permet de dire qu’il est temps de renforcer la sécurité dans les périphéries de la capitale.

T.M.

Midi Madagasikara0 partages

Faculté : « Kolotsaina Maroloko » pour bientôt

Une performance de danse exécutée lors des précédentes éditions de « Kolotsaina Maroloko »..

L’évènement « Kolotsaina Maroloko » se tiendra finalement du 18 au 20 juin dans l’enceinte de l’université d’Antananarivo. Pour ce faire, plusieurs activités seront au menu. D’après les organisateurs, « il s’agit d’un évènement culturel rassemblant toutes les associations culturelles de toutes les mentions affiliées à l’université. Il y aura des expositions dédiées à la culture, des démonstrations de style de coiffe par région, de la danse, de l’artisanat, un concours miss et mister, et bien d’autres ». Bref, les érudits savent aussi s’amuser mais pas seulement restés sur leurs pupitres et leurs livres.

Des artistes musicaux de renom animeront également la scène musicale durant ces trois jours de « Kolotsaina Maroloko ». En parallèle, des tournois sportifs et ludiques seront aussi organisés. Comme le foot à sept, basket à trois, belote, échec, pétanque… A voir ce plateau, ce sera une fête conviviale et bien animée. Il faut maintenant implorer Dieu et faire un clin d’œil aux ancêtres pour que la situation sanitaire actuelle s’améliore. Pour le moment, un concours de logo est lancé sur les réseaux sociaux, sur la page facebook de l’évènement, le public pourra voter.

Maminirina Rado

Midi Madagasikara0 partages

Covid–19 : Les stars internationales atteintes de la pandémie

Babyface, la star américaine du r’n’b a été aussi atteinte du Covid–19.

La liste des célébrités atteintes du Covid–19 continue de s’allonger au fil des semaines, le couple Guillaume Canet et Marion Cotillard ont révélé le 26 mai, qu’ils étaient atteints du virus. Grosse surprise dans les rangs de l’industrie du cinéma français, en effet, les deux stars sont des acteurs incontournables. Le monde de la musique n’est pas non plus épargné, comme le chanteur Vianney, lauréat de deux prix « Victoire de la musique ». Il a aussi avoué avoir été contaminé par le Covid–19.

D’autres stars, toutes aussi inattendues, complètent la longue liste des infectées. Peu le connaissent, mais le claviériste et le parolier du  rocker Bon Jovi, David Bryan a été confirmé positif au test. La majorité de ces personnes atteintes de la maladie affirme que c’est la dernière chose à laquelle elles ne s’y attendaient pas. Comme pour confirmer qu’il est plus que vital de se protéger et d’être extrêmement prudent avec cette maladie. La plus grande surprise vient de la musique r’n’b, puisque l’auteur/compositeur et chanteur Babyface et sa famille ont été testés positifs au coronavirus. Les deux générations ’80 et ’90 malgaches ont été bercées par les chansons de Babyface.

Depuis le début de l’épidémie, pas moins de huit grandes figures internationales de l’art ont perdu la vie. Parmi elles, l’acteur japonais, Ken Shimura, le saxophoniste mondialement connu, Manu Dibango, le rocker anglais Dave Greenfield, Ty et bien d’autres. Dans plusieurs pays d’Europe, deuxième continent le plus touché, le virus commence à perdre du terrain.

Maminirina Rado

Midi Madagasikara0 partages

Isoanala-Betroka : Nifandona ny miaramila sy ny dahalo, omby halatra 71 tafaverina amin’ny tompony

Nahitana vokatra hatrany ny ezaka ataon’ireo miaramila amin’ny ady amin’ny asan-dahalo any amin’iny fariitra atsimo iny. Voaporofo indray izany omaly raha nisy trangana fanafihan-dahalo nangalatromby miisa 71 tao amin’ny fokontany Tanambao kaominina ambanivohitra Isoanala distrika Betroka faritra Anôsy. Raha vao nahazo fanairana ireo Zandary efa vonona tao Isoanala dia nanaradia avy hatrany niaraka tamin’ny Sakelika Voalohany USAD na ny « Unité spéciale Anti-dahalo ». Nohon’ny fahakingana ananan’ireo zandary dia tsy lasa lavitra akory ireo dahalo ka raikitra ny fifandonana teo amin’ny manodidina ny fokontany iray antsoina hoe Sakoamasy. Tsy natohitra ireo mpitandro filaminana ireo dahalo ka vaky nandositra ary navelany ireo omby vao avy norobainy. Tsy nisy ny aina nafoy ary tafaverina amin’ny tompony avokoa ireo omby.

Nahomby izany fanarahan-dia izany noho ny fahakingan’ireo fokonolona izay nampandre haingana ireo zandary tao Isoanala. Fihetsika izay isaorana manokana, hoy ireo tompon’andraikitra rehetra any an-toerana. Mbola atao hazalambo any anaty kirihitrala any ireo dahalo amin’izao fotoana anoratana izao.

T.M.

Midi Madagasikara0 partages

Tribunal Anosy : Deux rabatteurs pris en flagrant délit

Usurpation de fonction et escroquerie. Ce sont les deux charges judiciaires retenues contre deux individus arrêtés en flagrant délit devant le tribunal à Anosy. « Ils ont dépouillé une personne ayant un problème de litige foncier. Le premier se dit greffier du tribunal et le second le bras droit d’un magistrat de parquet », a expliqué le premier substitut du Procureur, Mahonjo Augustin. Alerté de la situation et caméra de surveillance aidant, les deux personnes ont été pris en flagrant délit devant le palais de Justice. Une enquête a été aussitôt ouverte vu le flagrant délit  et les individus mis en cause sont placés sous mandat de dépôt à la maison centrale d’Antanimora. L’un des individus est un gendarme radié et déjà récidiviste pour une affaire d’émission de chèque sans provisions. Les caméras de surveillance installées un peu partout dans les locaux du tribunal ont beaucoup aidé dans cette lutte contre les rabatteurs. « Nous avons analysé les enregistrements et nous avons conclu que ces gens fréquentent presque tous les jours le tribunal. Après vérification, il s’est avéré qu’ils ne font pas partie   du personnel du palais de la Justice. Le fait confirme que ce sont des usurpateurs et rabatteurs » selon toujours le premier substitut du Procureur. La lutte contre les rabatteurs ne date pas d’hier. Les chefs de juridictions successifs ont apporté leur pierre à l’édifice. L’installation des caméras de surveillance, la clôture des locaux, la canalisation des dossiers pour qu’ils ne passent pas d’une main à l’autre et encore d’autres stratégies sont adoptées et s’inscrivent dans cette lutte. Mais toujours est-il que des rabatteurs sont présents à Anosy. Ils connaissent les procédures judiciaires comme leurs poches ainsi que les noms des magistrats qu’ils sont en mesure d’usurper. Cette fois-ci, la technologie a bien aidé pour mettre la main sur deux individus. « Nous avons des éléments qui contrôlent le flux des gens qui entrent au palais de la Justice et qui détectent via les enregistrements des caméras les probables rabatteurs. La lutte continue parce qu’ils ternissement énormément l’image du système judiciaire » selon toujours le premier substitut.

D.R

Midi Madagasikara0 partages

Football : Sylvio reste au CS Fola Esch et Morel au FC Lorient

Sylvio Ouassiero rempile pour une saison de plus avec CS Fola Esch.

Les deux internationaux malgaches peuvent aborder avec

Jeremy Morel devrait s’engager avec FC Lorient.

confiance la prochaine saison. 

A l’approche du mercato estival, c’est déjà l’effervescence au sein des clubs européens. En France, le mercato débutera officiellement le mardi 11 juin. En fin de contrat avec Rennes, les rumeurs sur l’arrivée de Jeremy Morel au FC Lorient ont circulé sur les réseaux sociaux depuis plusieurs semaines.  Selon les informations de Goal, Jérémy Morel s’est engagé avec le FC Lorient sur la base d’un contrat d’un an assorti d’une année supplémentaire en cas de maintien. L’international malgache revient aux sources  9 ans après avoir quitté ce club où il a été formé. La prochaine saison, FC Lorient est promu en Ligue 1. Le défenseur des Barea ayant rejoint les rangs de FC Rennes en 2019 a fait 28 apparitions avec le maillot de ce club lors de la précédente saison. Jérémy Morel quitte donc l’équipe rennaise qualifiée pour les préliminaires de la Ligue des Champions après une saison convaincante. Le défenseur malgache qui compte déjà à son actif 234 matches en professionnel avec Lorient devrait enfiler à nouveau le maillot de ce club qui l’a vu grandir. Lui qui pourrait boucler sa carrière professionnelle avec FC Lorient. Jeremy est déjà passé par l’Olympique de Marseille en 2011 puis avec l’Olympique Lyonnais en 2015 avant de signer au Stade Rennais l’an dernier. Un autre Barea vient de rempiler pour une saison avec son club. Il s’agit de Sylvio Ouassiero, le latéral droit de 26 ans va rester pour une année avec le club luxembourgeois du CS Fola Esch. Leader du championnat luxembourgeois, le club de CS Fola Esch est qualifié pour les préliminaires de la Ligue des champions. Cet international malgache ex-pensionnaire du centre de formation de l’AJ Auxerre attend encore la reprise de l’entraînement suspendu à cause du covid-19. Lui qui aura une saison chargée avec son équipe et surtout avec les Barea dans la reprise des éliminatoires de la Coupe d’Afrique des Nations et de la Coupe du monde 2022.

T.H

Midi Madagasikara0 partages

Fête des mères : Des femmes dévoilent leur savoir-faire

Bon nombre d’acteurs économiques se lancent dans des actions de promotion afin de célébrer en grande pompe la fête des mères bien que la crise sanitaire perdure encore dans le pays. Certains d’entre eux proposent divers articles de décorations, des appareils électroménagers, des articles de modes, des gâteaux et des fleurs tandis que d’autres offrent un service de SPA dans des grands hôtels de renom de la Capitale, et ce, avec un menu spécial pour combler les mamans. La plupart des ventes se font notamment en ligne. En revanche, des femmes qui ont le même centre d’intérêt, la promotion des produits naturels, vont dévoiler leur savoir-faire dans le jardin d’Edenia Chocolaterie École à Nanisana à compter de 04 juin 2020 jusqu’au 06 juin 2020.

Premier cadeau. Plus précisément, elles vont révéler leurs secrets dans le cadre de cet événement bien qu’il s’agisse de leur fête que l’on parle. Ces femmes talentueuses opèrent notamment dans différents domaines d’activités. On peut citer, entre autres, l’exposition des produits du terroir et de leurs transformations comme les confitures, le miel de bois de rose et des pains.  Il y aura également des ventes-expositions  des habillements et accessoires, des huiles essentielles et bien d’autres produits naturels de prévention contre le covid-19 ainsi que des crèmes desserts et des confiseries fabriquées localement.  La présentation des fleurs et des poteries et bien d’autres articles de décorations, n’est pas en reste. Ce sont les secrets des femmes qui serviront d’idées pour les cadeaux de fête des mères. Par ailleurs, le premier cadeau que les mamans peuvent dénicher dans le cadre de cet événement, c’est une séance gratuite de formation en chocolaterie proposée par le Chef Chocolatier Joelina RJ, selon les explications des promoteurs. Le Club des Amoureux du Chocolat de Madagascar (CLAC) mettra entre-temps en vente des chocolats fabriqués de façon artisanale et de qualité naturelle, à cette occasion.  

Navalona R.

Midi Madagasikara0 partages

Coronavirus : Haro sur la stigmatisation des patients et des « supposés malades »

Les patients atteints du Covid-19 sont devenus de véritables ennemis publics dans leurs quartiers d’origine, et dans le reste de la société. Même guéries, les personnes atteintes du coronavirus sont devenues indésirables au sein de leur propre communauté. Certaines ont failli voir leurs domiciles incendiés, comme c’était le cas à Alakamisy Fenoarivo, il y a quelques jours. Complètement stigmatisés, les malades, ainsi que d’autres personnes ayant fait l’objet de tests qui se sont révélés être des faux positifs, se retrouvent au ban de la société. Elles sont menacées, exclues de leur lieu de travail, accusées de contaminer le voisinage.

Le Pr Vololontiana Hanta, porte-parole du Centre de commandement opérationnel (CCO) Covid-19 a rapporté, hier, la détresse des personnes concernées par ces situations de stigmatisation lors de son intervention sur la chaîne de télévision nationale. Faisant mention de trois personnes en particulier qui ont demandé à ce que leurs noms soient cités à la télévision, et que leur « non-contagiosité », soulignée, la porte-parole du CCO a plaidé la cause de toutes les personnes atteintes ou guéries du Covid-19, ainsi que celles dont les résultats des tests étaient des faux positifs. Ces dernières, souligne le Pr Vololontiana, sont même mieux armées face au coronavirus, car elles ont déjà été testées et qu’elles sont beaucoup plus vigilantes face aux risques de contamination.

Hanitra R.

Midi Madagasikara0 partages

Souveraineté sur les Îles éparses : Madagascar ne rompt pas les discussions avec la France

: Le ministre des Affaires étrangères, membre de la commission mixte franco-malgache, veut l’effectivité des résolutions des Nations unies en 1979.

La diplomatie malgache reste fidèle à sa ligne directive en ce qui concerne les Îles éparses. La seule voie de la négociation est privilégiée pour décrocher la souveraineté sur les îles Glorieuses, Bassa da India, Europa et Juan de Nova. C’est ce que le ministre des Affaires étrangères a laissé entendre, mardi dernier, devant l’Assemblée nationale. Si la France ne recule pas sur son projet de faire des îles Glorieuses une réserve naturelle, Madagascar réitérera, selon le ministre des Affaires étrangères, Liva Tehindrazanarivelo, « son opposition à ce projet lors de la seconde rencontre » de la commission mixte franco-malgache. Une manière de dire pour ce dernier que Madagascar ne compte pas quitter la table des négociations pour réclamer la « pleine souveraineté » sur ces îles situées dans le canal de Mozambique. Et ce malgré la volte-face de la France en plein pourparler concernant ces îles. Depuis la publication du projet français, le 11 mai dernier, des voix se sont levées dans le pays pour dénoncer la « provocation » française derrière ce projet de réserve naturelle sur les îles Glorieuses. Et, cette prise de position française jugée « unilatérale » a provoqué une tension diplomatique entre les deux pays. Le ministre malgache des Affaires étrangères « convoque » l’ambassadeur français, Christophe Bouchard, pour lui exprimer « l’opposition ferme du gouvernement malgache ». Et, Madagascar reviendra à la charge lors de seconde réunion de la commission mixte franco-malgache. La tenue de ce second tour des négociations dépendra, pourtant, selon Liva Tehindrazanarivelo, de la reprise des vols internationaux s’il devrait avoir lieu en mars dernier.

Rija R.

Midi Madagasikara0 partages

Aide face au coronavirus : Les Emirats arabes unis rallongent la liste des bienfaiteurs venant en aide à M...

(Photo : Ministère de la Santé publique)

Depuis le début de cette pandémie de Covid-19, les aides ne cessent d’affluer de toute part pour Madagascar. Après la Chine, l’organisation mondiale de la santé, le Japon et d’autres pays qui ont déjà apporté leur soutien à la Grande Île, voilà les Emirats arabes unis qui s’y mettent également. 

Les aides venant des Emirats arabes unis ont été réceptionnées à l’aéroport international d’Ivato par le secrétaire général du ministère de la Santé publique, le Pr. Gaëtan Duval Rasolofomalala. Dans ce gros colis livré par un avion de l’Etihad se trouvaient 30 000 blouses de protection individuelle, 300 000 paires de gants, 50 000 masques, 32 000 sur-chaussures et 25 000 tests de diagnostic rapide (TDR). Des équipements médicaux qui vont permettre aux agents de santé malgaches de mener à bien leurs missions dans les régions fortement frappées par la pandémie de Covid-19. Toutefois, selon les explications des responsables au niveau du ministère de la Santé publique, les régions les moins affectées aussi pourront en bénéficier afin de renforcer leur capacité à se protéger de cette maladie. 

Rappelons que durant ces trois derniers mois où le pays est entré dans un état d’urgence sanitaire, Madagascar a bénéficié de plusieurs aides internationales de ses partenaires. La majorité de ces dons sont destinés avant tout au personnel médical car ce sont les premiers sur le front dans cette lutte contre la Covid-19. Des contributions non-négligeables puisqu’en dehors des experts scientifiques qui travaillent sur l’élaboration d’un remède contre cette maladie, le pays ne dispose pas encore d’entités capables de produire des tests de dépistage et d’équipements médicaux suivant les normes internationales et en quantité suffisante. Ainsi, respirateurs, TDR, combinaisons et équipements médicaux utilisés en ce moment proviennent majoritairement de l’étranger. Avec les nombreux projets en vue pour remettre Madagascar sur les rails et le relancer économiquement, l’opinion publique se demande si le pays pourra dans un futur proche être en mesure de produire une quantité suffisante d’équipements médicaux. 

Anja RANDRIAMAHEFA

Midi Madagasikara0 partages

CNaPS : 1 800 familles vulnérables prises en charge par le CEO

La Caisse nationale de prévoyance sociale dispose d’un centre d’écoute et d’orientation depuis le mois de septembre 2017.  Selon les chiffres communiqués par le chef du service du CEO de la CNaPS, Hobilalaina Haingotiana Rasolonjanahary, 1 800 familles vulnérables auraient été prises en charge jusqu’à maintenant. A noter que la prise en charge concerne l’écoute, le conseil, l’orientation et le soutien psychologique en cas d’accident de travail. Puis, il est également utile de noter que depuis peu, en collaboration avec l’AFaFi, la CNaPS a pu mettre en place une couverture santé dont les premiers bénéficiaires sont les membres ayant déjà eu recours aux prestations du CEO. Une centaine de familles ont reçu leurs cartes d’adhérents au mois de février de cette année et peuvent profiter d’une prise en charge en cas de maladie, d’un remboursement des frais médicaux, et de bien d’autres services. Mais encore, c’est la CNaPS qui prend en charge la cotisation de 1 500 Ariary pour ces personnes durant le premier trimestre. Après cette période, les abonnés auront à payer 1 000 Ariary de cotisation, la contribution de la caisse étant à hauteur de 500 Ariary. 

A l’heure actuelle, l’AFaFi qui est le principal partenaire de cette couverture santé, collabore avec plus de 100 médecins publics, de nombreuses pharmacies et des hôpitaux à Antananarivo. Ce qui permet d’assurer la couverture sanitaire des adhérents à cette offre de la CNaPS. 

Anja RANDRIAMAHEFA

Midi Madagasikara0 partages

Reggae : Le “live” de Reggasy mis en ligne

Le groupe Reggasy est toujours aussi engagé.

Reggasy s’est fait connaître  en tant que précurseur du “Fianar reggae festival”, mais il n’est pas moins un groupe reconnu dans le milieu. Avec la situation sanitaire du moment et l’annulation de cet unique festival malgache dédié au reggae, les artistes de ce genre de musique ne restent pas inactifs pour autant. Comme tous les musiciens et les artistes, c’est sur la Toile que  Reggasy partage sa musique. Hier, le groupe a mis en ligne trois de ses morceaux. Engagée, la bande à Christian Raherimandimby l’est. Prenant à cœur la protection de l’environnement, le groupe ne cesse de sensibiliser un large public.  Dans « Kajio Natiora »  le message véhiculé est de prendre soin de la nature. « Ne polluez pas l’eau, prenez soin de la nôtre car les autres ne nous donneront pas les leurs. Prenons soin de Madagascar. Il y a des dizaines d’années encore, flore et faune étaient une richesse intarissable jusqu’à ce que l’humain ait abusé d’une exploitation à outrance. »

Toujours dans la même vision, dans « Ahirato maso » Reggasy parle de politique ou s’adresse plus précisément aux politiciens. Il ne faut pas diviser le peuple.  Entre corruption, manipulation et toute forme d’influence tendancielle, le groupe conscientise la population sur le mal engendré par toutes ces pratiques. De même, « Malagasy mifohaza », le groupe parle surtout du reggae. C’est la musique de la lutte pour la liberté à laquelle tant de monde aspire. Chant de révolution, il y prône la vertu de la musique rastafarienne. Passion pour certains, thérapie pour d’autres, il parle du grand amour du rastafari à l’égard de tout le monde. En effet, on a toujours cru que c’est l’amour qui fait vibrer le rasta et que maintenant les citoyens malgaches ont besoin de savoir les messages des rastas depuis l’époque de Bob Marley. En outre, tous ces titres figurent dans l’album « Feel it ». A écouter sans modération.

Zo Toniaina

Midi Madagasikara0 partages

Corée du Sud : 4 tonnes d’équipements médicaux pour Madagascar

La Corée du Sud ne cesse d’apporter sa contribution dans la lutte contre le Covid-19 à Madagascar.

Le  2 juin dernier, 4 tonnes d’équipements médicaux sont arrivés à l’aéroport d’Ivato. Cette aide émanant de la République de Corée totalise environ une valeur de 630 000 US dollars. Ils sont composés notamment de 15 600 kits de dépistage rapide (RT-PCR), 10 000 kits d’extraction d’acide nucléique (réactifs et accessoires y compris), 2 machines à pression négative, un appareil de comptage de cellules sanguines, 10 000 masques de protection, 2 000 combinaisons médicales, 269 boîtes de produits pharmaceutiques, 100 thermomètres ultraviolet à distance, et un ensemble d’équipements médicaux pour un laboratoire de biologie moléculaire et de bactériologie.

 

Convergence des actions. Ces aides ont pu être obtenues grâce à la convergence des actions des Coréens de tous les secteurs. L’Ambassade de la République de Corée, en collaboration avec l’Association de la Communauté coréenne à Madagascar, a lancé un appel d’urgence auprès des institutions et organisations coréennes, ainsi qu’auprès du gouvernement coréen et d’entités privées. La Korean International Coopération Agency (KOICA) a répondu avec une contribution de 10 000 kits de dépistage. Il en est de même pour la SML Genetree, une compagnie coréenne de diagnostic moléculaire, qui a fait don de 5 000 kits de dépistage. La compagnie pharmaceutique, Ahn-gook Pharamaceuticals, a, quant à elle, fait don de plusieurs médicaments. Deux ONGs coréennes, Africa Future Foundation et Good People ont offert des équipements médicaux ainsi que des équipements de protection. Ambatovy, dont la Corée est le second actionnaire majoritaire, a généreusement mis un vol à disposition pour le transport de tous ces dons, de la Corée vers Madagascar.

 

Satisfaction. L’ambassadeur de la République de Corée à Madagascar LIM Sang-woo a tenu à affirmer sa satisfaction en disant: « je suis heureux de voir que beaucoup d’entités coréennes ont répondu favorablement à notre appel d’urgence et y ont participé en faisant donation de tous ces équipements médicaux. Cela montre notre unité dans ce combat contre le coronavirus. La Corée continuera à appuyer Madagascar dans sa lutte contre cette pandémie et ensemble, nous la vaincrons ».

Recueillis par Dominique R.

Midi Madagasikara0 partages

Traque des personnes contacts au Covid-19 : C’est la course contre la montre à Toamasina

L’épidémie de Covid-19 assiège la capitale économique du pays.

Les actions de riposte contre le Covid-19 menées dans la capitale économique du pays consistent, outre le traitement des hospitalisés, à la recherche des personnes ayant eu des contacts directs avec des cas positifs. 

« Les recherches menées jusqu’ici concernent le troisième niveau de personnes contacts. Nous essayons de cibler le plus de personnes contacts afin de limiter au mieux la propagation du Covid-19 à Toamasina. Et compte tenu de la situation, c’est la course ici ». Propos d’un agent de la santé publique en mission à Toamasina pour faire état de la situation de lutte contre la maladie dans cette partie du pays. Notre source de poursuivre que « les agents de santé dépêchés dans la région se mobilisent afin de récolter le  maximum d’informations concernant les personnes ayant eu des contacts avec les cas positifs de Covid-19 ». Ce qui ne serait toutefois pas aisé selon toujours notre source qui avance « être confronté à la réticence des personnes concernées ». « La peur de l’exclusion sociale est très présente ici. Les gens mentent lorsqu’on leur demande s’ils ont eu des contacts ou non avec des personnes atteintes de la maladie » déplore l’agent du ministère de la santé publique en mission à Toamasina. Interrogé sur la pertinence des informations recueillies concernant les personne contacts, ce dernier d’avancer « nous pouvons être sûr que nous avançons jusqu’ici sur la bonne voie . Nous sommes en ce moment au troisième niveau des contacts. Nous menons une guerre et la stratégie mise en place par le ministère de la santé publique fait ses preuves actuellement ».

Danger. L’entretien téléphonique avec la source a également permis de savoir que « l’exclusion sociale commence à miner la vie dans la capitale des Betsimisaraka ». « Des cas positifs demandent expressément à ce que les équipes sanitaires viennent les chercher pendant les heures de couvre-feu parce qu’ils craignent d’être exclus de leur communauté ». Des faits qui ont également été observés dans des quartiers d’Antananarivo au début de la période de crise. Et qui ont des impacts négatifs sur la paix sociale chère aux Malgaches. Avec des nombres de cas positifs qui continuent à grimper à Toamasina, les yeux des Malgaches sont rivés vers la Côte-Est du pays. Avec les flux d’informations relatives à la situation qui y prévaut, l’on semble avoir oublié que la maladie court toujours à Antananarivo. Des informations relayées sur les réseaux sociaux font état de décès suspects d’un quartier à l’autre de la ville des mille. De leur côté, les sources officielles avancent des chiffres largement en deçà de ce qui se passe dans l’Atsinanana. Compte tenu du départ de l’épidémie à Antananarivo, mais surtout face au laisser-aller de la population quant au respect des gestes barrières, des tests PCR de masse et aléatoires dans tous les Fokontany d’Antananarivo pourraient emmener vers un constat proche du « vahoaka mafy hatoka » de Toamasina.

José Belalahy