Les actualités Malgaches du Samedi 04 Mai 2019

Modifier la date
Midi Madagasikara133 partages

Dernières heures Pétanque : Béryl Razafindrainiony suspendu à vie

La sanction est tombée pour l’ancien président de la Fédération Malgache de Pétanque, Béryl Razafindrainiony qui a été suspendu à vie par le Conseil de discipline de la Fédération Internationale de Pétanque et de Jeu Provincial, lors de sa réunion d’hier à Almeria.

Si on savait que Béryl Razafindrainiony allait avoir du mal à sortir indemne des graves accusations dont il faisait l’objet, on ne s’attendait pas du tout à ce qu’il est aujourd’hui interdit de siéger dans une structure fédérale.

Comme un malheur ne vient jamais seul, la FIPJP a également sanctionné tout le reste de son équipe en lui infligeant également une suspension dont la durée n’a pas été indiquée mais qu’en clair, le président Claude Azema, joint au téléphone, faisait savoir qu’il allait saisir le ministre Tinoka Roberto et le Comité Olympique Malgache pour qu’on organise des élections pour former une nouvelle Fédération malgache de pétanque.

Car s’il est vrai que, Claude Azema n’a pas eu la main tendre vis-à-vis des dirigeants de la FMP, il a par contre à cœur d’aider les boulistes car il sait plus que tout autre que, Madagascar possède le meilleur vivier de la pétanque en Afrique et même dans le monde.

Clément RABARY

Midi Madagasikara21 partages

Claudine Razaimamonjy : Impliquée d’une nouvelle affaire de détournement de 18 milliards d’ariary

Claudine Razaimamonjy impliquée dans une nouvelle affaire de détournement de 18 milliards d’ariary.

La milliardaire fait toujours parler d’elle-même si elle croupit encore en prison. Toujours est-il qu’elle a été impliquée dans de détournement de fonds publics et de favoritisme dans la région Haute Matsiatra.

Le Bureau Indépendant Anti corruption (Bianco) a été saisi de plusieurs doléances concernant des faits suspectés de détournement de fonds publics et de favoritisme dans le cadre des marchés de travaux de réhabilitations des infrastructures scolaires dans la région Haute Matsiatra en 2015 et 2016.

Paiements occultes. Selon les informations obtenues, des paiements occultes, extrabudgétaires et illégaux auraient été faits par le ministère des Finances de l’époque au profit des fournisseurs et entreprises prête-noms d’une dame désormais bien connue de la justice Malagasy et qui croupit encore en prison en attendant les sorts réservés à ses multiples affaires en cours au niveau du Bureau Indépendant Anti-Corruption (BIANCO) et de la justice. Prête-noms qui par ailleurs ont toutes été récemment débusquées par le BIANCO après plusieurs années de cavale.

Responsables. Les enquêtes effectuées par les investigateurs de la Branche Territoriale d’Antananarivo ont pu mettre en exergue et confirmer l’implication de 15 personnes dans ce dossier dont des hauts responsables auprès du ministère des Finances et du Budget, de celui de l’Education nationale, tous les membres de la commission d’appel d’offres. Il s’agit, entre autres, de Claudine Razaimamonjy et ses deux prête-noms dans la réalisation de ces infractions de favoritisme et de détournement de deniers publics. Le dossier a été transmis au Pôle Anti-corruption (PAC) et à la Haute Cour de Justice ce jour par le BIANCO.

Préjudice. Selon le Bianco, le préjudice de l’Etat dans ce dossier a été estimé à plus de 18 milliards ariary. Les marchés publics visés par ces malversations concernent plusieurs dizaines de lycées, de collèges d’enseignement général (CEG) et d’écoles primaires publiques (EPP). On a l’impression qu’on a affaire à des simulacres d’appels d’offres

Recueillis par Dominique R.

Midi Madagasikara17 partages

Lalana simba eny « Coum » : Roa lahy nadoboka am-ponja noho ny fakàna vola tsy ara-dalàna

Ny talata lasa teo no nidina teny ireo mpitandro filaminana, nanome fampitandremana ireo olona maka vola amin’ny lalana simba eny amin’iny faritra 67ha iny. Mbola nanohy hatrany anefa ireto roa lahy ireto hany ka tsy maintsy nosamborina avy hatrany ary nadoboka am-ponja.

Lalana iray mampitohy an’i « Coum » 67ha iny mivoaka aty amin’ny lalam-baovao Ankasina ilay izy! Raha ny angom-baovao azo mantsy dia lasa ataon’ny sasany fitadiavam-bola ilay lalana tapaka eny an-toerana, manandrify ny tranombarotra lehibe iray mpivarotra fanakana. Lakan-drano lehibe velarana manapaka ny arabe izy io, tsy voadikan’ny fiara akory. Tsy misy fampilazàna ihany koa aty aloha hany ka rehefa tonga eo ny mpitondra fiara vao zendana : tafalatsaka anaty fandrika. Eo no tonga amin’izay ry zalahy mpaka vola, mivimbina takelaka hazo anakiroa efa vita rafitra natao ho solona tetezana. Mazava ho azy fa tsy maimaim-poana akory iny fa tsy maintsy mandoa vola ireo mpampiasa lalana. Tonga teny am-poto-tsofin’ireo mpitandro filaminana izany fitakiana vola tsy ara-dalàna izany ka dia nilatsaka teny an-toerana izy ireo ny voalohandohan’ny herinandro teo, ary nampitandrina ireo roa lahy amin’izany fomba ratsy izany. Mbola nanao ny fanaony ihany anefa izy ireo. Ny alakamisy teo no tonga nisambotra ireto farany ny pôlisy ary mbola tratra teny aminy ny sakaosy kely feno vola. Nentina natao fanadihadiana izy ireo ary fantatra tamin’izany ihany koa, araka ny fanazavàna azo, fa isan’ny naman’ireo mpanimba lalana izy ireo mba hahafahan’izy ireo mitaky vola. Natolotra ny Fampanoavana omaly moa ireo roa lahy ary nadoboka am-ponja vonjimaika izao.

Efa maro tokoa raha ny fanamboarana natao tamin’io lalana io saingy ny eo ihany no eo. Voalaza moa fa tsy tokony handehanan’ny fiarabe ilay lalana kanefa dia maro ireo minia mandika izany ary ny niafaràny dia nanjavona tsy hita mihitsy ireo sarona lakan-drano simba. Vokany, tapaka ny lalana  ary tsy vitsy ireo fiara no « nijoboka » teo ! Na tamina tambajotra sosialy na tany amin’ireo tompon’andraikitra isan-tsokajiny avy dia fantatra fa maro ireo fitairanan’ireo mpampiasa lalana saingy toa tsy misy valiny hatreto. Asa inona re no andrasana e ? Manantena valiny mahafapo sy fandraisana andraikitra faran’izay haingana araka izany izy ireo.

m.L

Midi Madagasikara15 partages

Pétanque- Championnats du Monde : Madagascar sanctionné chez les dames !

Tsiory et Balotelli étaient privés de sommet mondial pour une faute qu’ils n’ont pas commise

Le président de la Fédération internationale de pétanque, Claude Azema, a mis sa menace à exécution quand il annonçait qu’il n’accepterait pas à ce qu’on change la liste initiale de la délégation de Madagascar , afin d’éviter d’autres manipulations pour ne pas dire des magouilles.

Et comme Tsiory, la championne en doublette mixte était restée à quai, sans doute parce que la Fédération Malgache de Pétanque a mal ficelé son dossier car on ne voit pas le Consulat de France refuser de donner le visa à une honorable mère de famille qui n’a jamais mis le pied dans l’espace Schengen, la Fédération internationale a rayé Madagascar de la liste des participants aux compétitions dames incluant le double mixte, le tête à tête et le double dames.

Première sortie internationale. Du coup, il ne restait plus que les hommes dont Nary et Balotelli.

En tête à tête, Madagascar a été battu par le Maroc au premier tour par 13 à 3 avant de se ressaisir au tour suivant avec une large victoire de 13 à 1 face à la Grèce.

En double, les deux hommes ont battu le Portugal par 13 à 4 au Tour 1, puis la Norvège au tour suivant sur un score sévère de 13 à 2, fort prometteur sur la suite du sommet mondial.

Hier encore, Nary et Balotelli ont battu le Sénégal sur un score assez sévère de 13 à 5, pour ensuite affronter au 4e Tour les Français avant d’entamer les demi-finales de samedi.

Cela montre en effet que Nary et Balotelli ,dont c’est la toute première sortie internationale, sont en grande forme. Reste à espérer qu’ils conservent ce même état d’esprit après le verdict du Congrès de la Fédération internationale et son Conseil de discipline. Ce dernier va non seulement trancher sur le sort de « l’ancien président »Béryl Razafindrainiony, selon les propres termes utilisés par Claude Azema à son endroit, mais également à l’endroit de la Fédération malgache dans son ensemble.

Apparemment, on s’attend à une lourde sanction car les documents en possession de la FIPJP sont accablants. Et comme la plainte émanait de la Fédération française de pétanque et de jeu provençal, on ne voit pas comment Béryl Razafindrainiony pourrait sortir indemne de ce conseil de discipline.

Clément RABARY

Midi Madagasikara11 partages

Impôts : Le nouveau DRI Analamanga prend fonction

Passation hier à la DRI Analamanga

Passation de service hier entre l’ancien et le nouveau Directeur Régional des Impôts  (DRI) Analamanga. Le nouveau DRI, en l’occurrence Rafaralahy Edmond, a saisi cette occasion pour afficher sa détermination à œuvrer pour une administration fiscale régionale efficace. Disposant d’un diplôme d’inspecteur des impôts et d’un diplôme d’ingénieur polytechnicien, Rafaralahy Edmond a travaillé au niveau de la Direction Générale des Impôts depuis 17 ans, notamment à Taolagnaro, Antsohihy, Mahajanga et Antananarivo. Ayant déjà occupé les postes de chef de centre fiscal et de chef de service des impôts, il  est à même de conduire des unités opérationnelles.  Ses connaissances accrues sur la planification et l’urbanisme à travers sa formation à l’Académie des Recherches Macroéconomiques de la Commission nationale du développement et de la réforme de Beijing constituent un autre atout.

R.Edmond.

Midi Madagasikara2 partages

Maevatanana : Un Commissaire de Police écroué pour association des malfaiteurs

En fin, les enquêtes sur la série d’actes de kidnapping et de vols à main armée dans les régions de Boeny et de Betsiboka commencent à apporter leur fruit. Ce qui s’était passé jeudi 02 mai au Tribunal de première instance de Mahajanga laisse penser que désormais, le pouvoir actuel est décidé se débarrasser de la pratique de l’impunité en s’attaquant au gros poisson. Déféré au Parquet du Tribunal de Première instance de Mahajanga hier, un commissaire de Police est actuellement écroué à la Prison de Mahajanga. Ayant servi  au commissariat central de la Sécurité Publique de Maevatanàna, il est poursuivi pour association des malfaiteurs, tentative de meurtre, vol de numéraires à main armée, et enlèvement d’enfants avec demande de rançon. Selon les informations, ce commissaire de Police est soupçonné d’être impliqué dans des actes de kidnapping perpétrés à Manerinerina et à Ambatoboeny depuis quelques mois. C’est pourquoi, la Police nationale à travers son service central des affaires criminelles ainsi que l’Inspection générale de la Police nationale ont ouvert une enquête après avoir obtenu une autorisation de poursuite émanant du Ministre de la Sécurité publique. « L’enquête a alors débouché sur ces quatre chefs d’inculpation contre le suspect », a précisé le commissaire divisionnaire Rakotomalala Fanomezantsoa, directeur régional de Boeny. Il a ajouté qu’avant ce commissaire, d’autres individus impliqués dans les mêmes affaires, dont des éléments des Forces de l’ordre, croupissent déjà en prison en attendant le jour de leur procès. Cette initiative du Ministre de la Sécurité publique prouverait que l’assainissement au sein de des forces de l’ordre est en cours. Suite à la recrudescence des actes de banditisme dans la région de Betsiboka, la gendarmerie nationale a dû procéder aux affectations massives des responsables de ses unités présentes dans la localité.

T.M

Midi Madagasikara2 partages

Fanafihana tao Ankirihiry Toamasina : Mpamongady zava-pisotro very vola 10 tapitrisa ariary

Tokony ho tamin’ny 11ora sy sasany, ny zoma teo, dia tranombarotra mpamongady zava-pisotro iray no notafihan’ny andian-jiolahy efatra tsy nisaron-tava. Nitondra basy poleta izy ireo sy moto scooter roa ihany koa. Vao niditra ireto andian-jiolahy dia nanapoaka ny basy teny aminy avy hatrany, ka ramatoa iray no naratra mafy vokatr’izany. Efa notsaboiana ity ramatoa ity, ilay lehilahy niaraka taminy koa no noteren’ireo andian-jiolahy namoaka ny vola, ka very tamin’izany ny vola 10 tapitrisa ariary, vola maty nandritra ny tapak’andro. Fotoana maha-be mpanjifa an’ity tranombarotra mpamongady ity ny andro zoma noho ireo fivarotana zava-pisotro mamatsy ny fivarotany ny faran’ny herinandro rehefa zoma tahaka ny omaly ity. Vao nahazo ny zavatra nilainy ireo andian-jiolahy efatra dia nitsoaka nanao taingin-droa tamin’ny moto efa niandry azy ireo teny ivelany, ary tsy hita izay nalehany taorian’izay. Tonga ara-potoana ny polisim-pirenena avy eo anivon’ny hery vonjy taitran’ny polisy nahitana ny UIR sy ny FIP nijery ny zava-misy, saingy efa tsy hita ireto andian-jiolahy nitsoaka tamin’ny ora nanenjehana azy ireo. Efa tena mihatra aman’aina ny tsy filaminana eto Toamasina nanomboka ny andron’ny paska teo ka hatramin’izao. Saika ahitana trangam-panafihana hatrany eto Toamasina isan-kerinandro izao, ka ny tranga farany talohan’izao tranga tao Ankirihiry izao dia ny fanafihana tranombarotra mpamongady zava-pisotro iray tao Anjoma P/elle 23/23. Izay nahaverezaka vola manodidina ny 10 tapitrisa ariary ihany koa tamin’izay. Ho hita eo ny tohiny fa tsy maintsy ho tratra ireo mpanafika ireo hoy ny FIP…

Malala Didier

Midi Madagasikara1 partages

Amboasary Atsimo : Dahalo 5 lahy azo sambo-belona, basy tsy ara-dalàna miisa valo sarona

Nandritra ny hetsika fampandrian-tanin’ny mpitandro filaminana tamin’ity herinandro ity, tany amin’ny distrikan’ Amboasary Atsimo, faritra Anosy, dia dahalo dimy lahy nitam-piadiana no tra-tehaka teo am-panaovana ny asa ratsiny, tao amin’ny fokontany Mitray sy Marohotro, any amin’ny kaominina ambanivohitra Maromby. Sarona niaraka tamin’ireto malaso azo sambo-belona ireto ihany koa ny basy tsy ara-dalàna miisa valo nentin’izy ireo nanafika. Noho ny fisian’ny hetsika ataon’ny zandary any amin’ny faritra atsimon’ny nosy iny, dia miha mihena ny asan-dahalo any an-toerana, ary miverina tsikelikely ny fahalemana. Raha ny fanazavana azo, dia mitohy hatrany ny savahao eny ifotony sy ny fanentanana ary fanabeazana ataon’ ireo mpampandry tany mikasika ny paikady « Kalony » iadiana amin’ny asan-dahalo, sy ny fiambenana isan-tanàna, ary ny fanarahan-dia.

Eric Manitrisa

Midi Madagasikara1 partages

Santé maternelle et infantile : Le rôle clé des sages-femmes

L’accouchement, en cas de complication, nécessite l’intervention des chirurgiens. Photo d’archives.

Dans les zones enclavées de Madagascar où l’accès aux soins obstétricaux est souvent extrêmement difficile, les sages-femmes accomplissent des petits (ou grands) miracles. 

Elles pilotent, souvent seules, les activités de soins maternels et du nouveau-né dans les centres de santé de base (CSB) des zones enclavées. Elles accomplissent au quotidien des petits miracles, en comparaison avec les moyens dont elles disposent. Il s’agit des sages-femmes, qui jouent un rôle clé dans la santé maternelle et infantile. A l’occasion de la journée internationale de la sage-femme (5 mai), les sages-femmes sont à l’honneur ce jour, à Madagascar. Toamasina accueillera la cérémonie de célébration nationale. Cette année, le thème choisi : « Sages-femmes : Défenseurs des droits des femmes », prend tout son sens dans la mesure où le respect de certains droits élémentaires des femmes relèvent d’un exploit dans certaines localités, où le suivi des grossesses, les accouchements sans risque sont un luxe auquel n’ont pas accès nombre de femmes. Natalia Kanen, directrice exécutive de l’UNFPA parle des sages-femmes comme de « véritables héroïnes de la santé publique ».

« Ils ». A Madagascar, leur nombre reste encore insuffisant : un peu plus de 5000 sages-femmes pour une population de 25 millions d’habitants, soit une sage-femme pour 5000 habitants. La norme de l’Organisation Mondiale de La Santé (OMS) indique un minimum de 23 médecins, sages-femmes et infirmiers pour 10 000 habitants. Outre leurs conditions de travail assez difficile, parlant des zones rurales, la formation est également un autre domaine crucial. « Les sages-femmes sauvent des vies, mais elles donnent également aux femmes et aux couples les moyens de prendre des décisions éclairées et bénéfiques à leur santé. La formation de sages-femmes et la facilitation de leur travail constituent une façon ingénieuse, économique et durable de parvenir à mettre en place un accès universel aux services de santé sexuelle et reproductive », ajoute la directrice exécutive de l’UNFPA, dans sa déclaration à l’occasion de la journée internationale de la sage-femme. Une journée au cours de laquelle, il ne faut peut-être pas oublier que le métier de sage-femme, il y a également des hommes qui l’exercent.

Hanitra R.

Midi Madagasikara1 partages

Société civile : Pour la confiscation des biens mal acquis

Les organisations de la société civile qui militent pour l’adoption de la loi sur le recouvrement des avoirs illicites : ONG Ivorary, Transparency International Initiative Madagascar, ONG Tolotsoa, Miel (Mouvement pour l’Intégrité des Elections), le mouvement Rohy, Alliance Voary Gasy, Opta, Msis Tatao et CCOC (Photo fournie)

Pourquoi l’adoption du projet de loi sur le recouvrement des avoirs illicites tarde à venir ? Peut-être que les députés de la précédente législature avaient toujours dans leur esprit de protéger les intérêts minoritaires au détriment de l’intérêt général, qu’ils n’avaient aucune volonté de procéder à la transparence et de faire régner l’Etat de droit. En effet, cette loi revêt une importance capitale dans la mesure où, la confiscation des biens mal acquis participe non seulement à la lutte contre la corruption, mais aussi et surtout, elle en sanctionne les auteurs. Compte tenu de l’urgence de son adoption et de sa mise en vigueur, et en vertu du pouvoir de légifération par voie d’ordonnance conférée au Président de la République, les organisations de la société civile engagées dans ce combat exhortent le président Andry Rajoelina d’y procéder « dans les plus brefs délais » car selon elles, « il joindra ainsi les actes à la parole dans sa volonté affichée clairement contre la corruption et l’impunité ». En effet, nous ne sommes pas sans savoir que la lutte contre la corruption est le « velirano n°3 » du président de la République et le point 3 de la Politique Générale de l’Etat.

Liste grise. Une lettre ouverte a été d’ores et déjà envoyée au numéro Un d’Iavoloha, le 30 avril dernier, et une conférence de presse y afférente a été organisée à cet effet, hier à Antaninarenina. Pour les organisations de la société civile, il faut agir vite car la non-effectivité de cette loi sur le recouvrement des avoirs illicites encourage les récalcitrants à acquérir des biens de manière illégale que ce soit par blanchiment de capitaux ou d’argent sale provenant du terrorisme. Pire, cela renforce l’impunité. Et ce n’est pas tout. La société civile craint que Madagascar fasse partie de la « liste grise » du Gafi ou Groupe d’action financière qui engendrera des impacts négatifs sur l’économie (qui torpille) et l’image (déjà ternie) du pays. Outre l’adoption de cette loi par voie d’ordonnance, la société civile conseille le Président de couper les ponts avec les mauvaises pratiques « des politiciens corrompus et des réseaux criminels versés dans la délinquance financière ». A suivre.

Aina Bovel

Midi Madagasikara0 partages

Sourcin’ Voyage : Franc succès pour la première vague de la destination USA

L’inévitable photo de famille devant la Maison Blanche

Du 16 avril au 2 mai dernier,  des touristes malgaches âgés de 4 à 75 ans  ont eu l’occasion  de découvrir des grandes villes et des endroits mythiques aux Etats-Unis

Ils sont venus. Ils ont découvert. Ils sont satisfaits. Les 56 personnes qui ont fait la première vague de la destination Etats-Unis de Sourcin’ Voyage sont rentrées,  avant-hier, d’un voyage de rêve.

Agréable surprise

Un voyage inédit qui leur a notamment permis de visiter des Etats américains comme  New York, Washington, Los Angeles.  Ils ont également pu découvrir  des endroits mythiques comme l’Empire State Building, Times Square, Central Park, la Maison Blanche, le Grand Canyon, Hollywood Boulevard, Beverly Hills… Mais ce qui a surtout fait le plaisir de ces  visiteurs, c’est que Sourcin’ Voyage leur a réservé une agréable surprise en ajoutant d’autres Etats et sites touristiques dans le programme. Pour  ne citer entre autres que Baltimore, San Diégo et même la frontière mexicaine. En tout,  les passagers ont pu découvrir neuf Etats et onze grandes villes au Pays de l’Oncle Sam.  Une découverte cinq étoiles puisque Sourcin ‘Voyage leur a préparé une organisation quasiment sans faille  pour ce pack comprenant notamment  les procédures de visa, les billets d’avion, l’hébergement, le petit déjeuner buffet, les transferts et autres transports vers les sites touristiques.

Savoir-faire

Au retour, les 56 passagers ont également eu droit à un petit crochet à Dubaï et vivre  des moments heureux avec  un Dubaï City Tour, un dancing Foutain et un Désert Safari. Un séjour complet en somme, et qui témoigne du fait que, quand on leur offre les meilleures destinations et les meilleurs services, les Malgaches savent aussi prendre le plaisir de voyager à l’extérieur du pays.  Une fois de plus, Sourcin a démontré son savoir-faire dans ce domaine de plus en plus concurrentiel du voyage organisé. Au grand bonheur des voyageurs qui se bousculent pour cette destination de rêve que sont les Etats-Unis. La preuve, les places pour l’édition du mois de juin sont déjà toutes prises. Mais les potentiels voyageurs peuvent se rassurer car une autre vague est prévue pour le mois de juillet.  Et les détails de ces prochaines éditions sont disponibles dans l’encart publicitaire en page 48 de ce journal. Sur la page facebook de Sourcin Voyage et  le numéro  de téléphone  034 77 777 66.

R.Edmond.

Midi Madagasikara0 partages

Nitifitra kaomisera tany Ambilobe : Roa lahy nadoboka eny Tsiafahy

Tanaty taxi-brousse handeha hitsoaka aty an-drenivohitra no voasambotra ny roa lahy, tompon’antoka tamin’ny fanafihana mitam-piadiana mamaivay tany amin’iny distrikan’Ambilobe iny, izay naharatrana kaomisera iray. Araka ny fampitam-baovao azo dia gadra tokony mbola hamita sazy hatramin’ny 2020 ny iray tamin’izy ireo. Raha ny zava-nitranga : ny tapaky ny volana aprily lasa teo, tao amin’ny fokontanin’Anoron’ala, Ambilobe, tokony ho tamin’ny valo ora alina teo, dia tokantrano maromaro no niharan’ny fanafihan-jiolahy mitam-piadiana. Namonjy avy hatrany ny pôlisy tao an-toerana notarihan’ny lehiben’ny kaomisaria. Raikitra ny fifampitifirana. Naratra voatifitra vokat’izany ity farany, ary tafatsoaka ireo olon-dratsy. Nanomboka teo ny fikarohana azy ireo. Nisy araka izany ny fisavàna natao teny amin’ireo lalam-pirenena. Teo Maevatanana no nisy roa lahy nampiahiahy nosamborina tanaty taxibrousse, ary nentina avy hatrany taty an-drenivohitra. Nasaina nohamarinin’ireo niharam-boina izy ireo ka voamarina tokoa fa isan’ireo nandray anjara tamin’ireo fanafihana izy roa lahy ireto. Tamin’ny famotorana azy ireto dia fantatra ihany koa « efa mpamerin-keloka izy ireo satria ny iray dia efa nifonja nanomboka tamin’ny taona 2015 ary mbola tokony hamita sazy hatramin’ny volana febroary 2020 ». Nadoboka avy hatrany any Tsiafahy moa izy ireo taorian’ny nanolorana azy teny amin’ny Fampanoavana omaly. Mbola mitohy kosa ny fikarohana ireo namany hafa.

m.L

Midi Madagasikara0 partages

Agenda culturel : Samedi 04 mai

Tranompokonolona Analakely

Honneur au flamenco à la  sauce malgache

Quand Raul Rodriguez rencontre Rajery, le flamenco sonne à la malgache. C’est cette tresse artistique qu’offriront les deux musiciens au Tranompokonolona Analakely cet après-midi. Cadrant dans la semaine du flamenco à Madagascar, cette restitution est le fruit d’échange culturel entre Madagascar et l’Espagne.  D’une part, Rajery armé de sa valiha emblématique, de l’autre Raul Rodriguez qui fera chanter son « Tres Flamenco », un instrument métis, à mi-chemin entre la petite guitare «Tres» cubaine, à trois séries de doubles cordes, et la guitare flamenca à six cordes. Un pur mélange entre les musiques ternaires à partir de 14h.

 

Point d’Exclamation Lounge Bar

Slaid réveille les légendes

Le rock tananarivien a décidément trouvé son point névralgique au Point d’Exclamation Lounge Bar à Analakely qui accueille ce jour à partir de 15 h l’événement « Elevator tribute ». La scène se réservera les interprétations des groupes légendaires comme The Beatles, Jimy Hendrix, Eric Clapton et Led Zeppelin sous l’impulsion de Slaid. Cette formation s’est spécialisée dans ce genre d’exercice. Les titres « Hey Joe », « Leila », « Yellow submarine »… raviront autant les mélomanes que les nostalgiques. Dans le milieu du rock/métal malgache, Slaid est reconnu pour sa précision musicale et sa virtuosité.

 

Dimanche 05 mai

CCesca Antanimena

Du folk progressif avec Fy Rasolofoniaina

En deux temps trois mouvements, il a su séduire le large public. A peine un an après le succès de Tiako Ianao, Fy Rasolofoniaina passera le cap du Ccesca Antanimena. Avec ses complices de scènes, Zazah à la batterie, Diary à la basse et Princia à la guitare solo, ils emmèneront les convives dans ce petit monde à part que leur procure leur musique. Du folk progressif dira-t-on, mais c’est surtout la conjugaison parfaite de genre musicale avec la douceur de l’amour.

 

Z. T /M.R

Midi Madagasikara0 partages

Journée mondiale de la liberté de presse : Point de vue sur un journalisme multiculturel, multidiscipli...

« Il est important de garder les yeux et l’esprit ouverts pour pouvoir établir des liens et faire la connexion entre ce qui se passe d’intéressant dans votre propre monde et le monde qui vous entoure. Il s’agit ainsi de montrer comment ce qui est intéressant au niveau national, peut l’être au niveau global». Tel était le message-clé de Nina Pino, ancienne journaliste et actuellement enseignante en journalisme, lors d’une rencontre à l’occasion de la liberté de presse hier à l’Ambassade des Etats-Unis. Pour marquer la journée mondiale de la liberté de presse, la séance de rencontre et d’échange hebdomadaire de l’Ambassade des Etats-Unis à Madagascar- Meet U.S- a  été en effet consacrée à ce principe, qui dans l’absolu est vecteur de paix et fondateur de la démocratie. Nina Pino, ancienne journaliste internationale et actuellement enseignante en journalisme a rencontré le public pour partager sa vision sur le journalisme et la liberté de presse en partant de son parcours, inspirant.

Parcours et échanges. Polyglotte, Nina Pino a écrit pour de nombreuses publications américaines, locales et nationales, notamment le Washington Post, et a aussi gagné des awards internationaux à la clé. Depuis une dizaine d’années environ, elle enseigne le journalisme aux Etats-Unis et dans d’autres pays, notamment le Brésil, le Koweït, et actuellement elle enseigne de manière collaborative et interculturelle, le journalisme à des journalistes malgaches. Elle a parlé de la liberté de presse et de l’importance des approches multidisciplinaires et multiculturelles quand il s’agit de journalisme. Elle a aussi abordé le fait sur le fait que pour un journalisme, libre, efficace et responsable- vecteur de transparence et de paix- l’éthique, l’accès inclusif à l’information et la maîtrise des multimédias, la passion pour la communication et la maîtrise de ses rouages prévalent sur le background. Elle pense par ailleurs qu’il y a autant de backgrounds que de journalistes.

Luz Razafimbelo

Midi Madagasikara0 partages

Météo du week-end : Froid hivernal pour les hautes terres centrales

Le froid s’installe petit à petit dans la Grande Île.

« La situation générale est caractérisée par le régime d’alizé. De ce fait, les températures seront en baisse« . Ce qu’on peut lire dans la prévision météorologique de ce jour. Le service météorologique toutefois de noter que « l’hiver n’a pas encore commencé pour la Grande Île« . Avant d’expliquer que la baisse de la température a été causée par « la présence d’un anticyclone puissant dans l’Océan Indien« . Une baisse qui ne concerne toutefois que « les régions situées dans les hautes terres centrales » si l’on se réfère toujours aux explications du service de la météorologie du pays. Entre autres, Antsirabe, Faratsiho, Fianarantsoa, Ranohira, Antananarivo, Ambositra et Ambohimahasoa.  « Un froid hivernal qui devrait encore durer deux jours« , note un technicien du service de la météo. Il le serait tout autre dans les autres régions du pays. Averses, pluies seraient au rendez-vous dans les régions de la partie Ouest et Nord- Est. Il conviendrait toutefois de noter qu’outre la baisse conséquente de la température dans les hautes terres centrales, des pluies ont persisté sur le Centre Est allant d’Analanjirofo à Vatovavy Fitovinany. Des temps nuageux avec parfois des crachins sur la falaise orientale et les hautes terres ont également été observés. Par ailleurs, le service de la météorologie de Madagascar fait savoir que le changement brusque de température est favorable à l’éclosion des maladies climato-sensible, telles la grippe ou encore la toux.

Recueillis par José Belalahy

Midi Madagasikara0 partages

Flash-Eco

Liva Ferod  Njiamizaka remporte le TJE Croissance +  tandis que Sanda Andriantonga Rakotoson reçoit le STARTUP TJE. C’est le résultat des Trophées TJE 2018.  La cérémonie de remise des trophées a eu lieu hier  au Palais d’Ambohitsorohitra, en présence du Président de la République Andry Rajoelina, lui -même lauréat 2003 de ce prestigieux concours de référence nationale.  Liva Ferod  NJIAMIZAKA est le Président Directeur Général de NLF Technology. Dans la catégorie du STARTUP TJE 2018, BNI MADGASCAR a jeté son dévolu sur  Sanda ANDRIATONGA Rakotoson, Gérante de l’Atelier Vatolahy à Fianarantsoa  pour son projet de  « Production de briques compressées stabilisées au ciment . Nous en reparlerons.

R.Edmond.

Midi Madagasikara0 partages

MIDIRAMA : Le bilan contrasté des cent premiers jours

Les cent premiers jours du quinquennat du président Andry Rajoelina  ne permettent pas  à un observateur  neutre  de porter  un  jugement lucide sur l’action menée par le gouvernement. Les intentions ont été clairement annoncées depuis le début, il s’agissait d’une rupture nette avec le passé. A l’écoute  des premières mesures annoncées par l’exécutif, force était   de constater qu’il y avait du changement  au niveau de la forme. La communication a été  un des outils utilisés pour expliquer le mode de fonctionnement du régime. La lutte contre la corruption et la bonne gouvernance ont été mise en avant. C’est à une allure de TGV que les réformes ont été initiées, mais la détermination s’est parfois heurtée à la réalité des faits.  Il a fallu  ralentir le rythme imposé et écouter certaines critiques. Néanmoins, le pouvoir a l’avantage de  ne pas avoir d’opposition véritable en face de  lui. Il a pu donc tirer une certaine gloire de la mise chantier de certains projets initiés par son prédécesseur. Pour couper court aux  remarques acerbes émises  ici et là, le chef de l’Etat a décidé de dresser lui-même le bilan de ces cent jours qui sont une étape de son quinquennat.  Pour marquer le coup, il a annoncé des mesures phares. L’augmentation du SMIG à 200.000 ariary  a fait son petit effet, mais  au-delà du  l’aspect pécuniaire, elle pose  des questions que les acteurs de la vie économique  se sont posés. La  réunion organisée à  Ambohitsorohitra  avec les organisations patronales et les représentants des syndicats, même si aucune  voix  discordante n’a été entendue, n’a pas levé les incertitudes sur les conséquences de la mesure. Le « wait and see » est donc de rigueur. La volonté de maintenir le cap a été réitérée par le chef de l’Etat et le Premier ministre ces derniers jours, et  la visite du nouveau président de la banque mondiale semble les avoir confortés dans cette attitude.

Sur le plan international, il n’y a pas véritablement  de faits cette semaine. Les crises qui ont éclaté  récemment sur le continent africain n’ont  pas  connu d’évolution particulière. Les manifestations populaires continuent, mais elles peinent à installer un pouvoir civil.  La pression des dizaines de millier de personnes installés pacifiquement devant le Q.G. de l’armée , n’a pas réussi à chasser les militaires du pouvoir. Seul événement marquant de ces derniers jours, l’ancien président Omar El Béchir  sera interrogé par la justice sur le financement du terrorisme. En Algérie, la contestation est toujours aussi vive. Hier encore, la rue était envahie par la population qui refuse de voir le pouvoir de transition imposer ses vues. Le  chef d’Etat major de l’armée, véritable homme fort du pays, appelle au dialogue, mais refuse toutes les demandes des manifestants. Les      observateurs estiment qu’il table sur l’essoufflement  du mouvement populaire en ce mois de Ramadan.

En France, le pays s’apprête à vivre son 28e samedi de manifestation des gilets jaunes. L’essoufflement du mouvement  est notoire, mais un carré d’irréductibles reste inflexible. Le pouvoir a réussi tant bien que mal à proposer des solutions au  sortir du grand débat.  La conférence de presse du président Macron n’a pas entièrement permis de répondre à toutes les attentes des Français, mais  la crise semble appartenir au passé.

Les cents premiers jours du régime  se sont écoulés.  Il ne s’agit que   d’une première étape. Il n’y a pas d’enthousiasme ou de désamour de la  population vis à vis du pouvoir   .Les citoyens observent un certain attentisme et laissent l’équipe  gouvernementale agir. Son bilan, pour le moment, est contrasté. Ils la jugeront à l’aune des résultats à venir.

Patrice RABE

Midi Madagasikara0 partages

Secteur textile-habillement : Un grand besoin de formation en métiers spécifiques

Le Fonds Malgache de Formation Professionnelle (FMFP) est maintenant lancé à Madagascar afin d’accroître la productivité de la main d’œuvre, et d’améliorer la compétitivité des entreprises et des individus en leur fournissant les compétences dont ils ont besoin. La plupart des entreprises opérant dans le secteur de textile-habillement sont motivées à consacrer 1% de leur masse salariale à la formation. Elles seraient même prêtes à verser au-delà de 1,5% si l’offre de formation correspond à leurs besoins. C’est ce qu’on a appris lors de l’étude diagnostique et la proposition de dispositif de labellisation de la formation professionnelle continue à Madagascar, menée par le cabinet Consortium FTHM Consulting / SFERE, et ce, sur financement du programme PROCOM.

Besoins transversaux. A l’issue de cette étude, toutes les entreprises du secteur textile et habillement enquêtées expriment un grand besoin de formation en métiers spécifiques. Il s’agit notamment de chefs de chaînes que ce soit en management de la chaîne, en organisation, en qualité et en équilibrage. Il y a également un fort besoin de formation en matière de modélisme et  de patronage de base. Mais leurs besoins prioritaires n’ont pas ou peu fait l’objet de formation ces deux dernières années, faute de trouver des prestataires locaux. Même les besoins qui pourraient paraitre transversaux, sont également soulevés comme le Lean pour l’organisation d’un atelier. Par contre, les besoins de formation en gestion et comptabilité  sont plutôt demandés par les entreprises de petites tailles.

Formations internes. Et comme constat, l’offre de formation locale est quasi inexistante pour ces besoins prioritaires. Plus de la moitié des formations en métiers spécifiques au niveau de ce secteur porteur sont ainsi des formations internes. Il faut reconnaître pourtant que le secteur de textile-habillement connaît une concurrence féroce sur le plan international. Ce qui nécessite une lutte permanent pour améliorer la compétitivité des entreprises. Celles-ci ont un avantage comparatif pour ne citer que le respect des normes RSE, les avantages douaniers et la main d’œuvre qualifiée. Par contre, le manque d’encadrement local, la faible productivité, le problème de logistique et l’insuffisance de matières premières constituent leurs faiblesses.

Navalona R.

Midi Madagasikara0 partages

Football – Sommet féminin : Des places pour l’équipe nationale

La troisième phase de la division élite du football féminin débutera ce lundi au Centre Technique National à Carion. Les huit équipes issues de cinq ligues régionales vont partager leurs joutes jusqu’au 18 mai. Le tirage au sort de cette joute féminine s’est déroulé, hier à Isoraka. Les points lors des deux phases seront cumulés et comptabilisés pour cette troisième phase. Leader au classement, ASKAM avec 35 points, Itasy sera opposée à PRESCOI Vakinankaratra en match d’ouverture. Ce sommet national  revêt une importance capitale  car il servira de détection pour la COSAFA féminin au mois de septembre.   » Les meilleures partiront au COSAFA », a souligné Atallah Béatrice. Et elle de continuer  » Nous n’avons pas participé au Cosafa hommes car cette compétition a été a maintes reprises reportée. Nous allons honorer la compétition féminine et celle des U17″. Touchant mot sur la Coupe d’Afrique des Nations, le sélectionneur Nicolas Dupuis arrivera au pays bientôt pour détecter des joueurs locaux en vue de renforcer l’ossature de l’équipe nationale. Le cas de Arohasina Andriamirado à été discuté et une communication sera faite d’ici peu par le comité de normalisation et Fosa Juniors, son ancien club.T.H

Midi Madagasikara0 partages

La liberté de presse, une lutte de longue haleine

La liberté de la presse est un acquis que les membres de la profession doivent défendre jalousement.  A Madagascar, elle est globalement respectée et le pouvoir en place entend bien ne pas y mettre d’entrave. Un  nouveau code de la communication  est entrain d’être élaboré, et il doit servir de cadre à un exercice transparent du métier de journaliste. Néanmoins, il y a encore beaucoup d’étapes à franchir pour avoir une presse jouant parfaitement son rôle de contrepouvoir.

La liberté de presse, une lutte de longue haleine

La presse malgache est l’une plus vivante du continent africain.  Elle comprend de nombreux titres qui donnent aux lecteurs une impression de diversité. Mais  les membres de la  profession observent  une certaine prudence  dans sa manière de traiter les sujets brulants.  Ils doivent pourtant servir de garde-fous à tous les abus et aux malversations  qui peuvent avoir lieu. Pour le moment, il n’y a pas de véritables enquêtes d’investigation qui sont publiées au grand dam d’une opinion lasse de voir l’impunité dont jouissent  certains personnages publics. Les scandales ne sont qu’effleurer, et les affaires tombent dans les oubliettes. On est au début d’un nouveau cycle après l’installation du nouveau régime. La presse soutenant le pouvoir est majoritaire et  il y a très peu de critiques objectives faites sur le mode de son fonctionnement. La profession en est consciente. La célébration de la journée mondiale de la liberté de presse, hier,  a été l’occasion pour ses membres d’exprimer ce désir de pouvoir exercer leur métier de manière responsable. Les slogans et les banderoles exhibés lors de la manifestation organisée à cette occasion ont été parfaitement explicites sur ce sujet. L’attente exprimée ne doit pas être déçue et  à entendre les souhaits des uns et des autres, la  volonté d’être un acteur essentiel de la démocratie est réelle.

Patrice RABE

Midi Madagasikara0 partages

Développement local : Mantasoa se dote d’un hall d’information

Le nouveau bâti qui va servir de Hall d’information pour la commune rurale de Mantasoa.

La construction du nouveau hall d’information de la commune rurale de Mantasoa a été l’œuvre de la population locale.

Locale. C’est ce qu’on peut qualifier du nouveau bâtiment qui sert désormais de hall d’information à la commune rurale de Mantasoa, district de Manjakandriana, région Analamanga. En effet, la construction n’a pas nécessité l’appel à une entreprise privée. A la place,  le savoir-faire de la population a été vivement sollicité.  Une participation active des jeunes, des acteurs locaux, les agents des services territoriaux décentralisés ainsi que des opérateurs touristiques a permis d’arrêter les travaux à deux ans seulement. Fraichement construit, le bâtiment a pour objectif de « promouvoir l’attrait des touristes à Mantasoa, afin de contribuer au développement économique local de la commune ». Un objectif précisé par Lala Ranaivoharisoa, mairesse de la commune rurale de Mantasoa « Notre principal objectif avec la construction de ces infrastructures est d’améliorer l’offre et la demande pour renforcer l’attrait des touristes dans notre commune. Nous allons faire en sorte de leur fournir tous ce qu’ils cherchent pour la promotion du secteur touristique ». Il conviendrait toutefois de noter que, la construction en question a nécessité un financement de 70 millions d’Ariary dont 40 millions issus de la commune elle-même, et 20 millions provenant du secteur privé. Une contribution signée ProDéCID/GIZ (la coopération allemande), par le biais de la composante Développement économique local (DEL), mais également en tant que partenaire de la commune de Mantasoa, a également permis d’avoir le hall d’information.

Potentiel. Connu pour son attrait touristique, le développement – partant de la base – de la commune rurale de Mantasoa via le secteur tourisme fait toutefois face à des blocages.  Les infrastructures routières sont d’un autre temps. Ce qui pénalise l’accès aux différents sites touristiques qui ne demandent qu’à être visités. Freinant ainsi le développement économique sur les recettes obtenues par les visites des touristes. Le secteur fait également face à d’autres problématiques liées aux acteurs eux-mêmes. Le manque d’échange et de collaboration entre ces derniers ne les permettent pas d’exploiter comme il se doit le secteur en question. Des problématiques que le hall d’information devrait essayer de résoudre…encore faut-il que les acteurs éprouvent la volonté d’aller dans ce sens.

Recueillis par José Belalahy

Midi Madagasikara0 partages

La HCC au Canada : « La justice constitutionnelle est l’une des clés de la démocratie »

Le congrès était l’occasion d’une partage d’expériences et d’échanges d’idées pour les participants dont la HCC.

« Constitution et sécurité juridique ». C’est le thème du 8e congrès triennal de l’Association des Cours Constitutionnelles ayant en Partage l’Usage du Français (ACCPUF) qui a eu lieu les 1er et 2 mai 2019 à Montréal – Canada.

La HCC était représentée à ce congrès par son président Jean-Eric Rakotoarisoa et quatre Hauts conseillers à qui il a été demandé, au même titre que les autres participants, de « mettre en évidence les modalités de prise en considération des exigences de sécurité juridique dans la jurisprudence de leur cour constitutionnelle respective, dans le déroulement des procédures qui sont menées devant elle, et dans les effets de ses décisions ».

Primauté du droit. Le Juge en chef du Canada, Richard Wagner de faire remarquer dans son allocution d’ouverture que, ce genre de congrès thématique « favorise les échanges d’idées et d’expériences sur les questions qui sont soumises aux cours constitutionnelles ou qui intéressent leur organisation et leur fonctionnement ».  D’après lui, « c’est principalement en développant des relations  entre les cours constitutionnelles ayant en partage l’usage du français que l’ACCPUF contribue à l’approfondissement et à la consolidation de l’Etat de droit ».  Et de déclarer devant une assistance composée essentiellement de sommités judiciaires que « la justice constitutionnelle est l’une des clés de la démocratie, de la protection des droits fondamentaux et de la primauté du droit – des valeurs qui assurent toutes, la force de nos institutions démocratiques. Dans les pays où la force de ces institutions est plus faible, les cours constitutionnelles agissent en quelque sorte comme des constituants, et comme des gardiennes de la constitution et des droits fondamentaux ».

Séparation des pouvoirs.  Pour sa part, la sous-ministre de la Justice du Canada, Nathalie G. Drouin de renchérir que « le thème de ce congrès est en lien avec l’un des principes fondamentaux de notre Constitution, la primauté du droit ». Elle a notamment expliqué que « la séparation des pouvoirs entre l’exécutif, le législatif et le judiciaire est un autre élément qui assure la sécurité judiciaire. Il est essentiel que toutes ces composantes jouent le rôle qui leur est propre. Il est tout aussi fondamental qu’aucune des branches n’outrepasse ses limites et que chacune respecte de façon appropriée le domaine légitime de compétence de l’autre ». Pour la sous-ministre canadienne, « la notion de sécurité exige aussi que la loi soit précise, limpide, intelligible et son application prévisible ».

4 engagements. Prenant la parole à son tour, Léonie Guerlay, responsable de programme gouvernance démocratique à l’Organisation Internationale de la Francophonie (OIF)de rappeler les quatre engagements pris par les chefs d’Etat et de gouvernement dans la Déclaration de Bamako : Pour la consolidation de l’Etat de droit ; pour la tenue d’élections libres, fiables et transparentes ; pour une vie politique apaisée ; pour la promotion d’une culture démocratique intériorisée et le plein respect des droits de l’Homme ». La responsable de l’OIF a insisté sur « le fait que l’Etat de droit ne peut être acquis sans intériorisation d’une véritable culture constitutionnelle par l’ensemble des acteurs de la société ». La HCC est certainement du même …avis.  En tout état de cause, comme l’a souligné le premier intervenant, « le thème de cette année est fédérateur ». Le congrès a permis de cerner et de comprendre « l’évolution de cette notion cardinale du droit dans des pays de la Francophonie qui, pour la plupart, ont des racines juridiques communes ». Y compris Madagascar où la culture constitutionnelle n’est pas encore toujours acceptée par les différents acteurs politiques dont les dirigeants qui ont tendance à prendre des raccourcis par rapport au chemin du droit.

Recueillis par R. O

Midi Madagasikara0 partages

Caisse nationale de Prévoyance sociale à Toliara : Promotion et vulgarisation de la Protection Sociale

Une femme enceinte écoutant attentivement les explications d’un agent de la CNaPS à Toliara.

La protection sociale est actuellement une priorité pour les pays du Sud et pour les politiques de développement. Elle est d’ailleurs un droit fondamental. Pourtant seuls 10% des travailleurs du privé en bénéficient. La Caisse nationale de Prévoyance sociale (CNaPS) a ainsi mis en place le Programme pour la Promotion de la Protection sociale (PPPS), sous la houlette de Mme Tsaboto Joslina, Directeur général par intérim.  Pour cette fois-ci, la CNaPS a décidé de concentrer ses efforts sur les chefs-lieux de région. Après Amoron’i Mania, elle a ainsi mis le Cap sur Toliara, Cité du Soleil- dont le taux de couverture en protection sociale est particulièrement faible- les 25 et 26 avril derniers. A part l’intensification de la politique de proximité de la CNaPS, ont été aussi abordés la mise en place du club jeunes CNaPS et de l’effectivité de la politique de santé et sécurité au travail. « La CNaPS effectue des descentes dans les entreprises où la notion d’accident grave est imminent ; pour rappeler aux travailleurs les causes des accidents et des maladies professionnelles ; pour les conscientiser afin qu’ils puissent aussi sensibiliser les membres de leur famille ou leurs collègues.», explique Yvan Rakotomalala, Coordonnateur des Services (CDS) auprès de la CNaPS.

Luz Razafimbelo

Midi Madagasikara0 partages

Palais des sports Mahamasina : Le groupe Mahaleo réservera des surprises à ses inconditionnels

Une affiche alléchante !    Ce dimanche 5 mai, le groupe Mahaleo livrera un grand concert inédit.  Lors de la conférence de presse hier,  Marie Olive Heritiana, l’organisatrice de l’évènement, et directrice  générale du Gasy Events, le show sera bien décoré.

Un évènement trois en un.  La première partie du concert sera consacrée  à toutes les  chansons sorties  de 1972 à 1992.  Tous les morceaux de 1992 à 2002 seront interprétés à la deuxième partie. À  la troisième partie,  les invité comme Kaloina et  Ony accompagneront Dama et ses frères musicaux.  Une grande surprise sera également réservée au public de la part de Fafah.

Mahaleo a bercé deux  générations.  Le groupe a vu grandir ses fans.

Iss Heridiny 

Midi Madagasikara0 partages

Liberté de la presse : L’assainissement du monde du journalisme envisagé

Comme chaque année, la journée du 03 mai a été célébrée hier à Madagascar. La célébration de cette Journée Mondiale de la Liberté de la presse a été placée sous le signe de rupture avec le passé à marquer par l’assainissement du monde du journalisme, un monde devenu ces dernières années le refuge des gens animés plutôt par l’appât de « Felaka » que par le professionnalisme. Mais à qui la faute ? Au « Fanjakana » auquel la liberté de la presse n’a jamais été favorable ou à l’Ordre des journalistes dont l’un des principaux rôles consiste à protéger cette liberté contre ses prédateurs, ou aux patrons de presse dont la plupart ont déjà leur propre conviction politique qui influe sur la ligne éditoriale de leurs organes?

Cadre juridique. Pour les professionnels du métier, l’assainissement du monde journalistique à Madagascar devrait passer par la réforme du cadre juridique dont entre autres la loi n° 2016-029 portant code de la Communication médiatisée.  Cette réforme devrait viser à redorer l’image du monde du journalisme et des journalistes. L’Ordre aura un rôle primordial à jouer, comme les syndicats des professions libérales ou des agents de l’Etat qui ne transigent jamais lorsqu’il s’agit  de défendre leur intérêt.

Eugène
Midi Madagasikara0 partages

Journée mondiale de la liberté de la presse : Hommage à Arsène Ramahazomanana

la famille Ramahazomanana accompagnée par l’historienne Lucile Rabearimanana

Dans le cadre de la journée mondiale de la liberté de presse, la grande famille du journaliste   Arsène Ramahazomanana ont organisé une rencontre conviviale à l’espace Casa Blanca à Ankatso hier à 11 heures 30. Pour rendre hommage à  cet homme politique engagé, des photos de lui et de sa famille  ont décoré la grande salle.  Militant de la première heure pour les uns, précurseur du journalisme moderne pour les autres, Arsène Ramahazomanana était témoin oculaire de la colonisation.

« Arsène Ramahazomanana fut l’un des journalistes et politiciens nationalistes les plus typiques de la lutte du peuple malgache d’après l’insurrection de 1947 : pour une amnistie intégrale des détenus d’après l’insurrection, pour l’indépendance de  Madagascar» a souligné Pr Lucile Rabearimanana dans son ouvrage La presse d’Opinion à Madagascar de 1947 à 1956.

À part son engagement à la politique, Arsène Ramahazomanana  s’intéressait à l’identité culturelle malgache. La troupe de Lesth Andriambelo, le groupe Odéam Rakoto, la troupe Jeannette,  Sahondrafina sont  les troupes folkloriques appréciées par ce vaillant  combattant de l’indépendance.  Jusqu’à son dernier soupir, Arsène Ramahazomanana n’a pas cessé de lutter  contre l’injustice et l’inégalité.

Iss Heridiny