Les actualités Malgaches du Jeudi 04 Avril 2019

Modifier la date
Midi Madagasikara28 partages

Douanes – Impôts – CNPS-Police : Trois postes clés de DG vacants

La machine administrative risque de tomber en panne sèche.

Pas de nominations aux hauts emplois de l’Etat en l’absence du Président de la République qui n’a pas jugé utile de donner délégation de pouvoir au Premier ministre, pour présider un Conseil des ministres à sa place.

Lors du match retour contre les Lions de la Teranga, le coach des Barea, Nicolas Dupuis avait sorti Carolus et Anicet pour les remplacer respectivement par Legros et Marco. Ce qui n’avait pas empêché la défaite des Malgaches face aux Sénégalais. A fortiori sur le plan économique, le non remplacement de « joueurs » occupant des postes stratégiques, pourrait impacter négativement sur les résultats. Si le mot d’ordre présidentiel est de « Travailler à Grande Vitesse », la machine administrative risque au contraire de tourner au ralenti, voire de tomber en panne sèche, faute d’ORDSEC (Ordonnateur Secondaire) et de GAC (Gestionnaire d’Activités).

2 mois et 11 jours. En effet, bon nombre de titulaires de hauts emplois de l’Etat mis sur le banc de touche, n’ont pas encore été remplacés, quand bien même les sortants seraient tenus d’assurer la continuité des services publics. Quid de la valeur de leurs actes et de leurs signatures ? Et quid également du cas du Directeur Général de la Police Nationale ?  Et pour cause, le titulaire du poste a été bombardé ministre de la Sécurité Publique depuis le 24 janvier 2019. En somme, cela fait 2mois et 11 jours que le poste stratégique de DGPN est désespérément vacant alors que ce ne sont pas les hauts gradé(e)s pleins d’expériences et intègres qui manquent dans les rangs de la Police nationale dont la mission primordiale est la lutte contre l’insécurité.

1 mois et demi. Même topo au niveau des Douanes et des Impôts qui constituent pourtant les deux mamelles ou « mamelona » des recettes de l’Etat sur lesquelles, le FMI est très regardant. Surtout après le déblocage de  43,9 millions de dollars au titre de la quatrième tranche de la FEC. La valse hésitation dans la nomination du Directeur Général des Douanes (DGD) et du Directeur Général des Impôts (DGI) n’est pas un signal fort à l’endroit de Washington, dans l’attente de la Lettre d’Intention ou le mémorandum de politique économique et financière du gouvernement malgache. Sur le plan interne, la double absence de DGD et de DGI depuis un mois et une semaine, entretient un climat d’attentisme et de flottement au sein de ces deux Directions générales. « Biby tsy manan-doha, tsy mandeha ». Littéralement, « un animal sans tête ne peut pas avancer » alors que les Douanes et les Impôts restent la bête noire des usagers et des contribuables. Quant aux DGD et DGI, l’atermoiement dans leurs nominations semble dire que ce sont des « Gisa mainty » difficiles à dénicher.

2 semaines. Cela fait aussi deux semaines que la Caisse Nationale de Prévoyance Sociale n’a plus de DG depuis l’abrogation de la nomination de l’ex-titulaire du poste. Le fait que la CNAPS soit rattachée à deux ministères, en charge du Travail d’une part, et des Finances d’autre part, pourrait expliquer, sans forcément la justifier, la lenteur dans la nomination du nouveau DG alors que la CNAPS occupe une place vitale dans la couverture sociale des travailleurs qui entre dans le cadre de la politique de l’Etat.

« Mpisera ». Pourquoi le coach et/ou le capitaine de l’équipe nationale (au sens politique) tarde-t-il à trouver des remplaçants aux éléments clés renvoyés aux vestiaires ?  Les nouvelles recrues pourraient être présentées lors du prochain mercato ou conseil des ministres présidé par le Chef de l’Etat à son retour du Sénégal. Un déplacement qui lui aura peut-être permis de prendre du recul par rapport aux pressions et propositions autour des nominations aux hauts emplois de l’Etat. Sans exclure les « mpisera » de haut vol (au propre comme au figuré) et au prix fort dont la manœuvre aurait été découverte par le  Président de la République qui avait justement promis durant la campagne électorale, de lutter contre la corruption, à tous les niveaux. Du haut (emploi) en bas de l’échelle.

R. O

Midi Madagasikara9 partages

Régions Atsimo-Andrefana, Anosy et Androy : Des réalités troublantes sur les effets des changements clim...

Les effets des changements climatiques sont palpables dans les régions Atsimo-Andrefana, Anosy et Androy

Les effets des changements climatiques sont palpables et inquiétantes pour les régions Atsimo-Andrefana, Anosy et Androy. Les situations changent d’une région à l’autre. Des points communs existent toutefois et les conséquences sont néfastes pour le développement socio-économique desdites régions.

Madagascar fait actuellement partie des sept pays qui souffrent le plus des effets des changements climatiques. Un paradoxe si l’on compare le pays aux nombreux pays industriels qualifiés de pollueurs. Le pays participe, certes, à la destruction de l’environnement (dans le sens mondial du terme) mais comparée aux dégâts causés ailleurs et les ressources dont le pays continue de disposer, la situation est assez préoccupante. Les zones côtières sont les premières concernées. Montée des eaux, défrichement des sols, érosions marines, destruction des mangroves, quelques exemples des manifestations des effets des changements climatiques souvent cités par les acteurs et organismes œuvrant dans le domaine. Des manifestations qui sont les plus terre-à-terre également et dont les conséquences sont désastreuses pour les ressources du pays d’un côté. Mais également, pour les Malagasy de l’autre. L’élaboration du Plan Nationale d’Adaptation (PNA) et du Plan d’Action Nationale de Lutte Contre les Changements Climatiques (PANLCCC) entend changer la donne. Faisant partie des directives à entreprendre par les Parties à la Convention Cadre des Nations Unies sur les Changements Climatiques (CNUCC), ladite élaboration se fait par l’intermédiaire d’ateliers interrégionales de concertations. Organisées par le Ministère de l’Environnement, et du Développement Durable (MEDD) à travers le Bureau National de Coordination des Changements Climatiques (BNCCC), en partenariat avec la Coopération Allemande, la GIZ, les ateliers interrégionales (6 en tout et pour tout) sont financés par l’Union Européenne. Entrant dans le cadre du Projet de renforcement des conditions et capacités d’adaptation durable au changement climatique (PRCCC) du Programme d’Appui à la Gestion de l’Environnement (PAGE), lesdites consultations constituent des plateformes d’échanges et de partages des parties prenantes. Un espace où les plans d’actions, les réalités et les aspirations des parties prenantes sont puisées afin de constituer les documents des PNA et du PANLCCC. Pour ce qui est des réalités, la consultation interrégionale dernièrement organisée à Toliara interpelle sur les réalités dans les régions Atsimo-Andrefana, Anosy et Androy.

La ville de Toliary est sous les eaux après les précipitations .

Perturbation du niveau des précipitations à Toliara Ville. Les effets des changements climatiques sont des raisons de plus qui empêchent de trouver le sommeil pour les quelques 400 000 habitants de la ville qui ne dorment jamais. Les propos de l’adjoint au maire de Toliara Ville confirment la situation. « Le niveau des précipitations ont changé avec le temps. De fortes pluies surviennent dans un laps de temps assez court. Ce qui n’était pas le cas il y a des années de cela« , a-t-il fait savoir. Et lui de préciser toutefois que « la ville se distingue par la rareté des précipitations« . « Dès que la pluie tombe, c’est la panique dans la ville de Toliara. L’eau monte à un certain niveau et pendant une durée assez courte. Ce qui inquiète la population étant donné les perturbations des saisons des pluies en générale« , a        noté notre interlocuteur. Ce dernier n’ayant pas pu garder une de ses inquiétudes pour lui nous a interpellés. « Imaginez une seconde que de fortes pluies durent pendant des journées entières. Qu’en serait-il de la population tout en sachant que la ville se situe en deçà du niveau de la mer et qu’elle ne dispose pas d’infrastructures d’évacuation d’eau« . L’entretien avec l’adjoint au maire de la ville de Toliara a également permis de savoir que « la route nationale numéro sept – de Toliara à Sakaraha – était couverte de forêt à un certain temps de l’histoire du pays ». Ce qui n’est plus actuellement qu’un souvenir…Un mélange de bon et de regret pour l’adjoint au maire.

L’exploitation sauvage de saphir met en danger les ressources du parc Sakaraha.

L’exploitation de Saphir, un fléau qui mine le Parc Sakaraha. L’explosion démographique est assez caractéristique des zones entourant le parc Sakaraha. Géré par Madagascar National Park, la réserve serait actuellement en danger à cause de l’exploitation sauvage de saphir opérée par des migrants. « Des personnes migrent vers le parc pour y exploiter le Saphir. Ils viennent à Sakaraha dans l’espoir de trouver des saphirs qu’ils pourraient ensuite vendre. La situation n’est toutefois pas évidente. Beaucoup n’arrivent pas à en trouver. Une reconversion vers d’autres activités s’opère alors. D’où la hausse de l’insécurité, l’exploitation des ressources naturelles du parc ou encore la déforestation pour cause agricole », a expliqué Guillaume Rajaonarisoa, directeur du parc Sakaraha. Ce dernier de noter que «  la migration trouve son origine des effets des changements climatiques et de l’extrême pauvreté dans le sud du pays« . Une situation qui incite les gens à trouver mieux ailleurs quitte à détruire les forêts et les ressources qui s’y trouvent. Les cas de braconnages des Varika, de trafic de tortues ou encore d’exploitation des bois à des fins lucratifs n’en sont que quelques exemples.

Devant être un grenier à riz du Sud, Betroka fait actuellement face aux effets des changements climatiques

Hausse progressive de la Température pour Anosy. « Toutes les zones de la région Anosy sont actuellement impactées par les effets des changements climatiques. Et les populations en sont conscientes sans pour autant avoir les moyens nécessaires pour y faire face ». C’est en ces termes que Safidy Nomenjanahary Ravelompanantenana, chef de service environnement auprès de la Direction régionale de l’Environnement et du Développement Durable Anosy a résumé la situation en matière de changement climatique dans sa région. Une situation vécue au quotidien par la population de l’Anosy et qui aurait des impacts négatifs sur leurs secteurs d’activité. Ces derniers tournant autour de l’élevage et de l’agriculture sont, en effet, tributaire du bon vouloir du climat. Ainsi, les changements climatiques se manifestent par un changement palpable du rythme des précipitations pour les zones côtières. « Pour le cas de Tolagnaro en particulier, les précipitations sont de plus en plus fortes. Les durées sont de plus en plus courtes et les saisons des pluies s’en trouvent perturbées« , a expliqué Safidy Nomenjanahary Ravelompanantenana. Par ailleurs, la hausse continuelle de la température serait observée dans les zones situées à l’intérieur des terres. La chef de service auprès de la direction régionale de l’environnement et du développement durable de l’Anosy de prendre l’exemple de Betroka et d’Amboasary pour expliquer la situation. « La température augmente considérablement à Betroka. Ce qui a des conséquences inquiétantes sur le secteur de l’élevage dont dépend l’économie du district« . Le déplacement et la modification des dunes sont quant à elles observées à Amboasary. Des faits causés par l’amplification du « tsiokatsimo » et dont les effets sont la sècheresse des sols et l’érosion éolienne.

Dossier réalisé par José Belalahy

Midi Madagasikara5 partages

Andry Rajoelina : Rencontre avec la diaspora au Sénégal

Jour J pour la célébration du 59è anniversaire de l’indépendance du Sénégal. « Force de défense et de sécurité : un exemple dans l’éducation à la citoyenneté et à l’unité nationale ». Tel est le thème choisi pour cette année. Madagascar sera à l’honneur à Dakar.

Le président Andry Rajoelina sera l’invité d’honneur du président Macky Sall et du peuple sénégalais pour cet évènement. Depuis quelques jours, le drapeau malgache et les photos du président de la République de Madagascar flottent sur toutes les rues et avenues de la capitale sénégalaise. Durant toute la cérémonie qui aura lieu sur le Boulevard du Général de Gaulle, le président Andry Rajoelina sera aux côtés de son homologue sénégalais, le président Macky Sall. Ceci marque la relation de fraternité et de confiance entre les deux pays. Hier soir, le président Andry Rajoelina et son épouse Mialy Rajoelina ont rencontré les membres de la diaspora malgache au Sénégal. Une rencontre qui s’est déroulée dans la salle de conférence de l’hôtel King Fahd Palace de Dakar. Une occasion pour le couple présidentiel de se mettre à l’écoute de ressortissants malgaches résidant dans ce pays et d’entretenir des contacts directs avec eux. 300 ressortissants malgaches résident au Sénégal tandis que 150 d’entre eux sont enregistrés à Dakar.

Amélioration des services. En général, ils sont employés de l’Ambassade ou des organismes et organisations non gouvernementales, ou cadres à l’ASECNA ou au niveau du secteur privé. Ont été évoqués lors de la rencontre entre autres, la nécessité de l’amélioration des services au niveau de nos représentations étrangères, les difficultés rencontrées dans l’octroi des passeports de service et des passeports diplomatiques, la nécessité d’un accord de coopération entre les deux pays afin de faciliter les échanges commerciaux, la lenteur administrative au niveau du monde de la Justice, la question de la sécurité et défense, ainsi que l’éducation et la coopération entre les universités malgaches et sénégalaises. Pour sa part, le président Andry Rajoelina a tenu à rassurer les membres de la diaspora au Sénégal par rapport à leurs inquiétudes. Il n’a pas manqué également de leur encourager à investir au pays. « Sur le plan économique, l’objectif de l’Initiative pour l’Émergence de Madagascar est de favoriser le Vita malagasy et de promouvoir l’entreprenariat des jeunes », a-t-il réitéré.

Davis R

Midi Madagasikara4 partages

Conseil consultatif de l’Union africaine : Prestation de serment de Jean Louis Andriamifidy

Jean Louis Andriamifidy a prêté serment en tant que membre du Conseil Consultatif de l’Union Africaine.

Au cours de la 29è session ordinaire du Conseil Consultatif de l’Union Africaine sur la corruption, qui se tient actuellement à Arusha – Tanzanie, le Directeur Général du BIANCO, Jean Louis Andriamifidy, a prêté serment devant le Président de la Commission de l’Union Africaine, avant sa prise de fonction, après sa récente élection comme membre du Conseil Consultatif. Il a été élu pour le compte de l’Afrique de l’Est au sein de ce Conseil le 08 février 2019 lors de la 32è session ordinaire de la Conférence des Chefs d’Etat et de Gouvernement de l’Union Africaine, tenue à Addis – Abeba, en Ethiopie.

Lutte contre la corruption. Le Comité Consultatif sur la Corruption est une Institution au sein de l’Union Africaine. Il est composé de onze membres élus pour un mandat de deux ans renouvelable une fois, par le Comité exécutif de l’Union Africaine à partir d’une liste d’experts réputés pour leur grande intégrité, leur impartialité et leur haute compétence dans les questions relatives à la prévention et à la lutte contre la corruption et les infractions assimilées (article 22 de la Convention de l’Union Africaine sur la prévention de la corruption). Un des défis du Conseil Consultatif est d’amener tous les 55 Etats membres de l’UA à adhérer à la Convention de l’Union Africaine sur la prévention de la corruption alors que jusqu’ici, seulement 40 Etats membres l’ont signé. Rappelons que Madagascar a ratifié cette Convention en 2004.

Recueillis par Dominique R.

Midi Madagasikara1 partages

Omda-Omaci : Le bras de fer continue

Le  syndicat des artistes, représenté par Rossy, et membres Omda, représenté  par Samoela,  se sont fait entendre lors de la conférence de presse  qui s’est tenue hier au Kianjan’ny Kanto,  « Le syndicat  n’accepte pas la loi élaborée par l’Omaci. Nous demandons son abrogation. Et on fait un appel à tous les acteurs de cinéma à se concerter», a expliqué Rossy lors de son intervention. De son coté, Samoela a souligné qu’il faut changer la structure de l’art visuel  afin que les artistes puissent jouir de leurs droits.

Sans tarder, le ministère de la Communication et de la Culture invite les deux offices à se consulter aujourd’hui. La suite cet après- midi à la salle Gisèle Rabesahala.

Iss Heridiny

Midi Madagasikara1 partages

Appel à la solidarité pour Doda : Rendez-vous ce soir au Piment café Behoririka

L’appel des proches de Doda, membre de ny Vaomaintilany n’est pas tombé dans les oreilles d’un sourd chez les artistes tananariviens. Un concert de solidarité sera organisé pour ce soir au Piment café Behoririka. En tête d’affiche, Rija Ramanantoanina et ses amis de longue date méritent le détour. Le but est de traduire en action le proverbe malgache « iray vatsy, iray aina » pour inciter aussi l’assistance à participer à ce concert de levée de fonds. Comme il a été annoncé par ses proches ce week-end, l’état de santé de Doda est assez inquiétant. Son stade de diabète avancé et les problèmes de santé engendrés l’immobilisent depuis un mois sur le lit d’hôpital.

Pour les passionnés de « kalon’ny fahiny », Doda n’est plus à présenter. Avec sa voix enchanteresse, il  berce ses inconditionnels avec la voix dans « Eto ry Lala », « Raivo » ou encore « Tositosy sy hantahanta». Entre autres, il est également membre du collectif « Redona ».

Pour finir, ses proches et sa seconde famille dans le milieu de la musique ont décidé de faire appel aux malgaches pour les aider concernant les soins. Toute assistance est la bienvenue, tant moralement que financièrement. Ceux qui veulent soutenir  le chanteur peuvent verser leur participation au 034 20 791 83, au nom de Solofonomena.

 Zo Toniaina

Midi Madagasikara1 partages

Météo jusqu’au 14 avril 2019 : Peu de probabilités de formation de cyclones

Les précipitations sont prévues être modérées jusqu’au 14 avril, toutefois le risque d’inondation n’est pas à écarter, dû à la déficience du système d’assainissement de la capitale.

Selon les données du service public de Météorologie, les précipitations  seraient modérées durant cette première semaine du mois d’avril, c’est-à-dire du 1er avril jusqu’au 8 avril, malgré les pluies plus ou moins abondantes d’avant-hier soir. Notons pour informations que, les précipitations sont qualifiées de modérées quand leur volume est compris entre 50 et 100 mm. Les districts les plus concernés seront probablement : d’Ambilobe, Ambanja, Nosy Be, Analalava, Antsohihy, Mampikony, Manjakandriana, Antananarivo Avaradrano. Antananarivo, Andramasina, Miarinarivo, Soavinandriana, Tsiroanomandidy, Faratsiho, Betafo, Antsirabe, Mananjary, Manakara, Vohipeno, Ifanadiana, Ikongo, Farafangana et Fenoarivo. Pour la semaine du 8 au 14 avril, les précipitations observeront une tendance à la baisse, car leur volume sera compris entre 50 à 75 mm, notamment à Nosy-Be, Ambanja et Analalava. Par ailleurs, pour la semaine du 1er au 8 avril comme celle du 8 au 14 avril 2019, le service de la météorologie estime que le risque de formation(s) de cyclone(s) à Madagascar demeure faible.

L.R

Midi Madagasikara1 partages

Fanendahana : Lasibatra indray ireo mpaka vola eny amin’ny GAB

Miandry mahazo. Ankoatra ireo mpiandry « tataka » eny amin’ireto toerana fiantsonan’ny taxibe dia efa nanita-tsaina hiandry « haza » eny amin’ireo tranokelin’ny banky fangalàna vola, na Gab, indray ireo mpanendaka. Lasibatra tanteraka amin’izany ireo olona sendra maka vola amin’izy ireny, amin’ny andro hariva na andro vao maraina, indrindra fa ireo tsy maintsy handeha an-tongotra avy eo fa tsy misy fiara na kodiaran-droa hitondra. Mody mipetrapetraka tsy lavitra ireny tranokely ireny izy ireo ary mitily fotsiny ireo izay maka vola. Toy izany ity mpanendaka voasambotry ny pôlisy tetsy Tsaralalàna ity. Voamarina fa izy sy ny namany no tena nampitondra faisana ireo olona sendra maka vola amin’ireo « gab »-na banky maromaro manodidina iny faritra iny. Mbola mitohy moa ny fikarohana ireo namany hafa, araka ny angom-baovao azo. Mila mailo dia mailo tokoa araka izany raha tsy maintsy haka vola amin’ireny toerana ireny. Ekena fa misy mpiambina izy ireny saingy ny eo amin’ny faritra manodidina azy ihany no mety ho voaaro fa raha vao mihoatra am-polony metatra dia efa sakafon’ireo olon-dratsy.

Mahakasika ity trangana fanendahana ity dia tsapa fa nirongatra tanteraka mihitsy izy io andro vitsivitsy lasa izay. Azo lazaina mantsy fa somary niatoato tao anatin’ny fotoana vitsy, tamin’ny fisian’ireo ireo mpitandro filaminana mpanao fisafoana mandeha an-tongotra amin’ny alina. Vao ny faran’ny herinandro teo fotsiny izao dia olona roa no lasibatra tetsy Ankorondrano, teo amin’ny «arrêt fokontany », raha iny avy niala taxibe, handeha hiditra hiasa amin’ny hariva iny. Manao andiany maro ireo mpanendaka ka tsy afa-manohitra akory izay lasibatra, eny fa na dia somary lehibe sy ranjanana aza ireo lasibatra.

m.L

Tia Tanindranaza0 partages

Fanafihana “Cash Point”Jiolahy 3 maty nodarohan’ny fokonolona

Omaly alarobia tokony ho tamin'ny 5ora tolakandro teo dia mpanao "cash point" na ireny mpandefa sy fakana vola amin'ny finday ireny iray ao Port-bergé raha iny hody avy nirava avy niasa no nandrasan'ny jiolahy tamin'ny basy sy antsy teo am-baravaran'ny tranony.

 

 

 Lasa tamin'izany ny kitapo misy vola sy fitaovana fampiasany. Naratra mafy ity farany ka tsy maintsy nalefa notsaboina any Antsohihy, raha ny fampitam-baovao. Rehefa nanara-dia ny fokonolona dia 4 hafa no voatifitry ny jiolahy ka naratra. 3 tamin'ireo jiolahy kosa no tratra raha nifanenjehana tany anaty ala ka niharan'ny fahatezeram-bahoaka. Nalefa nanoloana ny kaominina ny fatin'izy ireo 3 nodorana fa ny iray hafa namany kosa tafatsoaka. Efa azo ihany koa ny kitapo izay noheverin'izy ireo ho valin-kasasarany. Tsy nitsitsy ireo olona ka ny ain'ireo jiolahy no nanefa. Nihevitra ny harovan'ny fitaovam-piadiana kinanjo tratry ny be no ho vitsy.Miha mahazo vahana hatrany ny fitsaram-bahoaka.

Nangonin 'i Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

SALON DE MASSAGEManimba ny tovovavy Malagasy, karazana fivarotan-tena an-kolaka

Asa iray anisan’ny tena mahazo vahana eto amintsika ankehitriny ny “Salon de massage”. Hanotra ireo mpanjifa reraka na te haka aina kely no tena hatao amin’izany saingy mivadika ho zavatra hafa rehefa tonga any amin’ilay tsy eritreretina. Lasa miafara any amin’ny firaisana ara-nofo mantsy izy io, endrika fivarotan-tena an-kolaka.

 

 

FOTSIFOTSY SY MANIFY

Amin’ny ankapobeny, tsy mandray tovovavy mihoatra ny 25 taona ny “salon de massage” iray. 18 ka hatramin’ny 22 taona no tena ilain’izy ireny, fotsifotsy, lava volo, manana halavana 1 m sy 55 raha kely sady  manifinify misy jerena. Eny am-piandohana dia manomboka amin’ny 150.000 Ar ny karama ho an’ireo tovovavy miasa amin’ny antoandro amin’ny 10 ka hatramin’ny 6 ora hariva raha 200.000 Ar kosa ho an’ireo miasa amin’ny alina, misy fiara fitaterana.  Misy ny fiofanana kely omena ireo tovovavy amin’izany ka rehefa tena zatra izy ireo, indrindra fa ireo miasa alina dia mampiditra moramora ny zavatra mety hitranga mandritra ny asa fanorana.

MANAITAITRA

 Mpanjifa dimy isan-kerinandro raha kely no tsy maintsy henjehin’ny tovovavy mpiasa iray eo anivon’ireny “salon de massage” ireny. Misy amin’ireo salon no mametraka sarany hatramin’ny 100.000 Ar isaky ny mandeha tafiditra ao anatin’izany ny fanomezana fahafaham-po ilay mpanjifa na ny fivarotana ilay tovovavy mihitsy. Misy ihany koa ireo manao 30.000- 40.000 Ar ary ilay lehilahy mpanjifa avy eo no manome ilay tovovavy mpanotra raha afa-po izy. Ho an’itsy voalohany manokana dia ny   20 % amin’io vola miditra io ihany no omen’ny mpampiasa ilay tovovavy ankoatra ny karamany isam-bolana,  raha ny resaka nifanaovana tamina tovovavy iray. Tsy maintsy manao atin’akanjo  tsara sy manaitaitra izy mandritra izany ary rakofana akanjo manify avy eo eny  ivelany.

ANY AMIN’NY TONGOTRA

Any amin’ny tongotra no mandeha voalohany rehefa manotra, raha ny resaka nifanaovana tamina tovovavy iray miasa eny anivon’ireny “salon de massage” ireny. Menaka efa voatokana mihitsy no ampiasaina. Miakatra hatrany ary afaka  mikasika izay faritra tiany amin’ilay tovovavy ihany koa ilay mpanjifa. Ho an’ity tovovavy iray nanaiky niresaka tamin’ny gazety Tia Tanindrazana ity dia nambarany fa ilay “finition” no tena henjana. Mety hijanona eny antenantenany izany nefa mety ho tonga any amin’ny firaisana ara-nofo ihany koa izay nambarany fa tsy hampiasana  fy mailo. Rehefa faran’ny herinandro raha ny fanazavany hatrany no tena mahabetsaka ireo mpanjifa, indrindra fa ny zoma alina. Nomarihiny manokana fa aleon’ny lehilahy ankehitriny manatona ireny “salon de massage” ireny toy izay haka vehivavy mijorojoro eny rehetra eny, fomba efa tena tranainy tokoa.

FINITION

 Anisan’ny tena mahaliana ny rehetra mikasika ity “salon de massage” ity ny resaka “finition”.  Amin’ny ankapobeny, fanomezana fahafaham-po ilay mpanjifa amin’ny alalan’ny fanorana ny filahiana izy io. Efa misy fomba fanaovana azy mihitsy raha araka ny fanazavan’ny tovovavy iray ka ny tanjona  dia ny hivoahan’ilay tsirin’aina ety ivelany. Tafiditra ao ireo retsika manakaiky ny fitombenana. Rehefa mifanaraka tsara anefa ny roa tonta mandritra izany dia tonga hatrany amin’ny firaisana ara-nofo ny fiarahana ka manome vola manokana indray ilay lehilahy, indrindra raha afa-po tanteraka.

MIVANTANA  FA MISY OTRA KOA

Tsy ny “salon de massage” ihany anefa no endrika iray hisehoan’ny  fivarotan-tenan’ny tovovavy ankehitriny fa misy endriny hafa ihany koa. Orinasa kely maromaro miafina no efa misehatra amin’izany eto an-drenivohitra. Any amin’ny tambajotran-tserasera facebook na amin’ny alalan’ireo tovovavy mana-namana maro no hisarihany ireo tovovavy mila vola. Efa ananan’izy ireo avokoa ny laharam-pindain’ireo lehilahy be vola mila tovovavy kely ka avy hatrany dia ampifandraisiny ny roa tonta raha manaiky ilay tovovavy. Ireo tovovavy mpianatra amin’ny ankapobeny no tena kendren’izy ireo saingy tiany sy hazainy fatratra ihany koa ireo miteraka tsy manambady, ireo manambady saingy mijaly am-panambadiana. Tsy latsa-danja amin’izay ireo tia lamaody te hikirakira finday avo lenta sy te hanana fiara nefa tsy afa-manoatra. Na izany aza, noferan’izy ireo hatramin’ny 35 taona raha lehibe indrindra ireo vehivavy ampiasainy ary omeny fiofanana kely momba ny otra eny am-piandohana. Herinandro ihany raha betsaka dia vita ny fiofanana.

MAHAZO VOLABE 

Avy hatrany dia any amin’ireo orinasa kely miafina ireo ny vola no miditra, raha ny fijoroana vavolombelona nataona tovovavy iray. Misy amin’ireo lehilahy mitady tovovavy no hahazoan’izy ireo 1 tapitrisa Ar isam-bolana ka vehivavy iray isan-kerinandro no omeny, karamaina manomboka amin’ny 60.000 ka hatramin’ny 100.000 Ar isanisany. Amin’ny ankapobeny, ireo tovovavy na vehivavy manana olana ara-bola no tena tafaroboka amin’izy ity na ireo tsy manam-bola handoavana hofan-trano na ireo tsy maintsy manefa ny saram-pianaran-janany. Nomarihiny fa tsy azo hananganan-javatra ny vola azo avy amin’ireny raha te-hiaina malalaka fa hanamboarana volo sy hikarakarana endrika amam-bika rehefa tena tsy hita izay hanaovana azy.

MARO ZAVATRA TSY AMPOIZINA

Ho an’ity endrika fivarotan-tena iray ity dia miankina amin’ireo mpifankatia na mbola hihaona hiresaka aloha izy ireo na avy hatrany dia any amin’ny efitrano fatoriana no mifampiandry. Fa ny tena loza, hoy hatrany ny tovovavy iray miaina ao anatin’io tontolo io dia ny fihaonana tampoka amina olom-pantatra iray tsy ampoizina toy ny dadatoa na ny mpiara-mivavaka nefa ny tena efa manao atin’akanjo fotsiny eo am-piandrasana azy. Araho kely anie ireto fijoroana vavolombelona ireto e !

 

Miahy, renim-pianakaviana niteraka iray : Ny ahy ny tena nampalahelo ahy, olona tena ratsy tarehy be ilay lehilahy. Sady mampatahotra no matavy be nefa tsy maintsy hamiravira ny tena.  Dia nanaiky tsy fidiny satria mila vola e ! Ny hofantranonay no tsy voaloa tamin’izay.

 

Lova, tovovavy 19 taona : Ny ahy indray  tovolahy namako fahiny efa nanadala ahy tany am-pianarana no sendra ahy. Tsara ratsy ihany ny fizotry ny tantara satria nanontany ahy izay antony tena nanosika ahy hanao io asa fivarotan-tena io izy ary nomeny izay vola notadiaviko aho avy eo, tsy nisy fiarahana tsy nisy fangatahana na inona na inona.

 

MANDEHA IRERY

Ho an’ireo tovovavy na renim-pianakaviana efa zatra milomano eo amin’ity sehatra iray ity, raha ny fanadihadiana natao hatrany dia efa afaka mandeha irery izy ireny rehefa ela ny ela. Efa ananany avokoa ny laharam-pindain’ireo lehilahy mila azy ka miantso fotsiny izy rehefa mila vola, miankina amin’ny olana sedrainy sy ny zavatra tadiaviny. Misy amin’izy ireny ihany koa no mandefa fampahafantarana amin’ny gazety ka manatona azy fotsiny ireo mpanjifa aorian’izay.

TSY NY ASA FANORANA REHETRA

 Marihina fa tsy ny resaka fanorana  rehetra no  mampivarotena tovovavy Malagasy fa misy karazany izy ireny. Ho an’ireo “salon de massage” milaza fa manotra ny faritra rehetra dia nambaran’ny dokotera Manitra Rakotoarivony, tompon’andraikitra eo anivon’ny minisiteran’ny fahasalamam-bahoaka fa tsy nahazo alalana avy amin’izy ireo izy ireny. Tsy ara-dalàna raha fehezina. Ho an’ireo “tradi-praticien” kosa na ireo mpanotra nentim-paharazana dia misy mihitsy ny fepetra takian’ny minisitera amin’izy ireo. Anisan’izany ny fisian’ny toerana fandraisana ny marary, ny fiandrasana olona, ny fisian’ny latabatra sy ny seza ampiasaina, tsy maintsy manara-penitra ihany koa ny trano. Tsy latsa-danja amin’izany ny fametahana soratra famantarana ho hitan’ny besinimaro izay tsy azo asiana na inona na inona ankoatra ny anaran’ilay mpanotra sy adiresy misy azy ary ny soratra hoe : mpanotra. Ho an’ireto farany, tsy maintsy mampahafantatra ny minisitera ny fisiany sy ny fisokafany hatrany izy hanaporofoana fa mpanotra araka ny fomba nentim-paharazana no ataony, tsy mifidy olona na salan-taona ary manotra mitsabo ny tsy salama fa tsy mikasika zavatra hafa.

Patty

 

 

 

 

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

FIZASOAHamondrona ireo zanak’i Soanierana Ivongo eto afovoan-tany

Fikambanana efa niorina tamin’ny taona 2014 ny FIkambanan’ny ZAnak’i SOAnierana Ivongo (FIZASOA) raha telo taona izao no nijoroany ara-panjakana.

 

 Antom-pisiany ny hamondrona ireo zanak’i Soanierana Ivongo monina eto Antananarivo hahafahana mampandroso ny faripiainan’izy ireo sy ny distrika niaviany. Amin’ny ankapobeny, misedra olana izy ireo rehefa tojo zavatra tsy ampoizina. Anisan’ireny ny fahafatesana, ny fahaterahana … Manao antso avo amin’ireo terak’i Soanierana  Ivongo ny filohan’ny fikambanana Rasolofomanana Roland hiditra ho mpikambana hahafahana mifampitsinjo. Tsiahivina fa manana fikambanana ihany koa ireo mpianatra avy any Soanierana  Ivongo mandranto fianarana eto Antananarivo tarihin’Atoa Jacquelin. Hetahetan’ireo tanora ireo ny hanamorana ny fitadiavany asa aorian’ny fahavitan’ny fianarana. Miisa 50 ireo mpianatra mpikambana ankehitriny raha 22 tafo kosa ireo olon-dehibe.

 

Pati

Tia Tanindranaza0 partages

AKAMA 67 HANomena baolina sy fanamiana ireo mpianatra lehibe

Anisan’ny hetsika tsy hananan’ireo mpianatra manana olana ara-pihainoana sakana mihitsy ny fanaovana fanatanjahantena. Anisan’ireny ny basket, ny atletisma, ny lomano saingy ilay kirioka

 

Tia Tanindranaza0 partages

NITENY NY VADIN’ILAY KANDIDA VOATIFITRA

Nivoaka tamin’ny fahanginany ny vadin’ilay kandidà izay maty notifirina tany Tsaratanàna. Manahy mafy izy ireo fa mety havotsotra atsy ho atsy ilay kandidà hafa izay voarohirohy ho atidoha nikotrika ny famonoana.

 

Mizaka zom-pirenena roa io olona io ary ahiana ny hiarovan’ny masoivoho vazaha azy, raha ny fijerin’ny havan’ny fianakaviana. Olona fito no efa MD any Mahajanga momba ity raharaha maloto ity. 

MISANDOKA HO POLISIN’NY BC

Misandoka ho polisin’ny BC dia manao fakàna an-keriny mpamily taxi indray ny jiolahy amin’izao. Ny tanjona dia ny hanomezan’ny fianakavian’ialy olona vola azy telo lahy. Nametraka fitoriana anefa ireo havana akaiky ary teny amin’ny BC ihany ary dia natao ny fikarohana niafara tamin’ny fisamborana. Fantatra fa zandary teo aloha ary efa voaroaka izy telo lahy. Ny roa no voasambotra raha tafaporitsaka ny iray ambiny. 

VEHIVAVY HITA FATY TENY ANDAKANA

Vehivavy iray no hita faty tetsy Andakana omaly tolakandro. Tao anaty kirihitr’ala no nisy nahatsikaritra izany ka nampiantso ny fokontany sy ny mpitandro ny filaminana. Nokendaina tamin’ny « collier » izay nanaovany ihany izy raha araka fanamarihan’ny manam-pahaizana. Tsy mbola fantatra ny momba azy omaly satria tsy nisy taratasy niaraka taminy. Noraisin’ny zandary ao Ambohimanga ny fanadihadiana. 

FISAFOAN’NY MIARAMILA AO MAEVATANANA

Andro sy alina ny miaramila no manao fisafoana ao Maevatanana. Nisy vokany izany satria olona efa ho 11 no voasambotra tao anatin’ny fotoana fohy. Saika mpamaky trano na dahalo na mpifoka rongony ny ankamaroan’izy ireo. Misy koa anefa ny ao anatin’ny fikambanan’ny zazamainty izay matetika dia mivaona tanteraka any amin’ny asa ratsy. Nidoboka am-ponja ireo olona rehefa natolotra ny fampanoavana. 

FANENDAHANA ENY ANKORONDRANO

Mirongatra tanteraka ny fanendahana eny Ankorondrano eo anoloan’ny fokontany. Hatramin’ny mpiambina manokana aza mbola nisy sahy nanendaka hatrany ary tsy vao voalohany fa saika isan-kerinandro no misy lasibatr’izany. Mangataka ny mponina eo an-toerana ny mba hijeren’ny polisy maso akaiky ity toerana ity ka mba hampitomboana ny fisafoana satria sahy loatra ireo olon-dratsy izay mandeha enina na dimy ary mitazona sabatra. 

 

MAMOAKA TARATASY TSIAMBARATELO

Misy mamoaka hatrany ny taratasy izay soniavin’ny minisitry ny serasera sy ny kolon-tsaina izay tokony mbola hijanona ho tsiambaratelo. Isan’izany ny taratasy izay nalefany tany amin’ny Primatiora ary mangataka ny handravàna ny OMACI na ny ofisim-pirenena izay misahana ny sinema. Nisy namoaka tamin’ny tambajotra sosialy ilay taratasy tsiambaratelo ary tsy vao voalohany izay fa ohatr’izay koa ny momba ilay sary vongana tany Andapa. 

MOTO CROSS NANDONA VEHIVAVY BEVOHOKA

Maty ny zaza tao an-kibo ary ny reniny kosa dia mbola manaraka fitsaboana mba ho fanavotana ny ainy. Izay no vokatry ny hetraketraky ny mpandeha moto-cross izay nandona vehivavy mitondra vohoka. Tsy vitan’izany fa mbola nitsoaka koa ilay nahavanon-doza izay tsy fantatra hatramin’izao izay momba azy. Na izany aza nisy nahita ny zava-nitranga ary inoana fa hitondra amin’ny fahafantarana ilay tsy vanona izany.

Tia Tanindranaza0 partages

Fankalazana ny taom-baovao MalagasyHiavaka ny fampirantiana, hoy ny mpikarakara

Raha mahatsiaro tena fa Malagasy dia tongava manatrika ny taom-baovao Malagasy, hoy ireo mpikarakara ity hetsika nanomboka omaly izay hifarana ny sabotsy izao ity.

 Tsy sasatra izy ireo namerina indray tetsy Analakely fa ny volana martsa na aprily eo foana no tokony hankalazana ny taom-baovao Malagasy. Antony, tamin’ity dia ny zoma 5 aprily no tsinana ny volana ary ny sabotsy no miandoha ny fararano na ilay taom-baovao andro fidiovana. Toy ny mahazatra, misy ny hetsika maro efa natomboka tamin’ireo fampirantiana ny maha Malagasy sy ny fifandraisan’izany amin’ny an’ireo vahiny, izay nampiavaka ny hetsika sy nentina nanehoana ny tsy fiolonolonana, ary mitohy amin’ny fandrehetana ny afo tsy maty anio. Mizotra any amin’ny fitsofan-drano, ny harendrina, ny vary tondrahan-dronono sy tantely ka hatramin’ny fifampiarahabana ny hetsika.

J. Mirija

 

 

 

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Tsy fandriampahalemanaMitobaka ny basy an-tsokosoko

Misy basy miditra an-tsokosoko eto Madagasikara. Io no resaka manokana nivoitra nandritra ny tafa tamin’ny manamboninahitra ambony ara-miaramila eto amin’ny firenena. Nahazo vahana tokoa

Tia Tanindranaza0 partages

Angon-kevitra momba ny fanabeazanaHametraka biraom-paritra ny CONAMEPT

Betsaka ny lesoka momba ny fampianarana eto amintsika. Mitotongana ny fiainan`ny mpampianatra ary lasa kitoatoa ny fampianarana ka manohintohina ny fanabeazana eto amintsika.

 

Olana ihany koa ny fahantran`ny mpampianatra izay mahatsiaro tena ho ankilabao tanteraka. Tsy manana antontanisa mazava ny tontolon`ny fanabeazana eto Madagasikara ka nisy ny tetikasa fanaovana angon-kevitra atao anatin`ny tahirin-kevitra ho an`ny fanabeazana. Mitohy ny tetikasa tarihin`ny CONAMEPT (COalition NAtionale de Madagascar pour l`Education Pour Tous) tohanan`ny OSISA (Open Society Initiative for Southern Africa) manohana ara-bola, ara-pitaovana, ara-teknika… Manohana ny tetikasa ny OSISA satria misy ny adivarotra tokony hatao. Sarotra ny manatratra ny tanjon`ny  fampandrosoana maharitra lovain-jafy fahefatra ho an`i Madagasikara, hoy  Rtoa Rakotoarivony Huguette, mpandrindra nasionalin`ny CONAMEPT. Efa tamin`ny volana aogositra 2018 no nanomboka ny fiaraha-miasa ka ao anatin`izany ny fanaovana angon-kevitra atao anatin`ny tahirin-kevitra ho an`ny fanabeazana mahakasika lohahevitra maromaro. Nisitraka 70 000 dolara ny CONAMEPT ka kendrena tsy hihoatra ny volana aogositra ho avy izao ny fanatanterahana ny tetikasa saingy miankina amin’ny fiainam-pirenena. Anisan`ny misongadina amin`ity fiaraha-miasa ity ny fametrahana biraom-paritry ny CONAMEPT ahazoana ireo fiarahamonim-pirenena na fikambanan`ny ray aman-drenin`ny mpianatra na fikambanan`ny mpampianatra eny anivon`ny faritra manambatra ny vaovao mba ho tonga ara-potoana aty ifotony. I Vakinankaratra sy Sofia no hisitraka ireo biraom-paritra noho ireo faritra ireo efa niasana mialoha nandritra ny herinandrom-paritry ny mpanabe tamin`ny taona 2017 sy 2018. Maro ireo mpisehatra amin`ny fanabeazana mila ampiana toy ireo ankizy manana fahasembanana, tsy tomombana ara-tsaina…, hoy hatrany Rakotoarivony Huguette omaly nandritra ny resadresaka nifanaovana tamin`ny mpanao gazety.

 

Marigny A.

Tia Tanindranaza0 partages

Ady amin’ny tazomokaTena mbola mila ezaka be eto Madagasikara

Mbola ao anatin’ny aretina tena mamono olona eto Madagasikara ny tazomoka ary tena ilaina ny fanatonan’ny Malagasy ny tobim-pahasalamana amin’io trangan’aretina io.

Misy ny paikady ampiharina ao anatin’ny taona 2018-2022 hoentina miady amin’ny tazomoka ary efa misy mihitsy ny tahirin-kevitra mirakitra ny serasera amin’izany. Tsy afaka miandriandry intsony fa mila mifandray ny daholobe amin’ny ady amin’ny tazomoka ary tsy maintsy arahina fanofanana izany hoy ireo tompon’andraikitra. Tanjona hoe 80% farafahakeliny ny Malagasy hampiasa ireo fitaovana enti-misoroka ny tazomoka ary koa mahalala ny fanao raha voan’io aretina io.

Tsirinasolo

 

Tia Tanindranaza0 partages

Mpanakanto mivondrona ao amin’ny OMDATsy manaiky ny hitantanan’ny OMACI ny vola nampidirin’izy ireo

Mifanitsaka tanteraka ny lalàna mifehy ny OMDA sy ny OMACI ankehitriny, fikambanana izay samy hivondronan’ireo mpanakanto Malagasy saingy ny iray mpihira ny iray mpilalao sarimihetsika.

 

 

Araka ny fanazavan’i Rossy omaly, lalàna efa nolaniana entina hitantanana ireo mpihira mivondrona ao anatin’ny sendikan’ny artista Malagasy, mpikambana ao amin’ny OMDA  no nolanian’ireo solombavambahoaka hitantanana ny OMACI indray. Nivaky anefa ny solombavambahoaka tamin’ny fandaniana io lalàna io tamin’izany fotoana satria ny antsasany nandeha teny amin’ny kianja 13 mey raha nijanona teny Tsimbazaza kosa ny antsasany. Ankehitriny, hita miharihary ny vokany toy ny fidiran’ny OMACI hitantana ny 50 %-n’ny vola voaangon’ireo mpanakanto eo anivon’ny OMDA. Mba misy hira ihany any anatin’ireo horonantsary mihetsika ireny fa tsy mijanona ho horonantsary fotsiny. Tsy manaiky izany anefa ny sendikan’ny artista Malagasy koa mangataka amin’ny fanjakana ny tokony hanitsiana io lalàna mifanitsaka io. Nambaran’i Rossy izay  mpikambana eo anivon’ny OMDA fa tsy miady akory izy ireo fa mangataka ny OMACI kosa mba hijery ireo lalàna mifanitsaka ary tsy hampihatra izany intsony hisorohana ny mety hisian’ny fifangaroan’andraikitra.

 

Pati

 

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fifamoivoizana eto Antananarivo RenivohitraTsy maintsy manana fahazoan-dalana ireo fiara lehibe

Tsy mahate hitondra fiara intsony eto Antananarivo, hoy ny ankamaroan`ireo manana fiarakodia noho ny habetsahan'ny fiara mivezivezy eto an-drenivohitra fotsiny miampy ireo fahasimban-dalana, indrindra amin'izao vanim-potoana fahavaratra izao.

 

Matetika ihany koa anefa mahita ireo fiara lehibe mandeha amin'ny antoandro. Tsy kamio mpamatsy solika ireo kanefa efa misy ora natokana ho amin'izay. Mitohy hatrany ny ezaky ny kaominina Antananarivo Renivohitra mba hametrahana ireo fototry ny fampandrosoana iraisan’ny rehetra sy matanjaka. Araka izany, tsy maintsy manana fahazoan-dalana mivezivezy ka voakasika ireo fiara lehibe rehetra. Tsy maintsy manao fangatahana momba ny zavatra hotaterina, lalana handehanana ka maharitra dimy andro ny fahazoan-dàlana manokana. Miankina amin`ny lanjan`ny fiara lehibe iray ny vola aloa eo anivon`ny kaominina Antananarivo Renivohitra. Ireo fiarabe milanja 3,5-5,999 taonina dia 10 000 ariary. 6-8,999T, 15 000 ariary. 20 000 ariary kosa ireo fiara be 9-15,999 T. Ny fiarabe 16-24,999T dia mandoa 35 000 ariary. Ireo fiara vaventy milanja 25T mihoatra dia mandoa sarany 50 000 ariary. Mba ahafahana misoroka ihany koa ny gaboraraka, indrindra amin`ireo entana miditra sy mivoaka eto Antananarivo dia tsy maintsy manana fahazoan-dalana hampidina sy hampiakatra entana koa, voakasika ireo mpanatitra entana rehetra. Mitentina 30 000 Ar isam-bolana ny fahazoan-dalana mitatitra entana. Hentitra ny tompon’andraikitra, indrindra eo amin`ireo fiara mivezivezy eto Antananarivo. Mila miomana ny rehetra mba tsy hotampohin`ny fisavana ataon`ny tompon’andraikitra. Natao izany handrindrana ny fifamoivoizana sy ho fanarahan-dalàna. Raha mila fanazavana fanampiny dia afaka manatona ny varavarana faha-36 ao amin`ny Lapan`ny tanàna Analakely. Ny fanarahana ny fenitra dia ahafahana manatsara ireo fototry ny dingan’ny fampandrosoana.

 

Marigny A.

Tia Tanindranaza0 partages

Sao dia efa fanompana vahoaka e ?

Reharehan’ny fanjakana Rajoelina ny fampodiana ireo vehivavy teratany Malagasy tratry ny fampijaliana tany Koweit sy Liban, izay efa nisy 46 tonga ny faran’ny herinandro teo.

 Tena adidin’ny fitondram-panjakana tokoa ny mamaha ny olana sy nanavotra azy ireo tany satria olombelona mila famonjena. Fa iza sy tamin’ny fitondran’iza no nampiroborobo ny fandefasana azy ireny tany ? Mba voaresaka ve ny mahakasika ny tompon’andraiki-panjakana nanampy tamin’ny fandefasana azy fa tsy mandeha ho azy ny ara-taratasy tamin’io ? Ny krizy teto amin’ny firenena tamin’ny fanonganam-panjakana nisian’ny fandorana orinasa an-jatony maro sy ny krizy teto no tena nahavery asa teto ka nampiroborobo an’io. Ny volana martsa 2012 fony i Tompokovavy Nadine Ramaroson no minisitry ny mponina, dia efa nisy 85 nampodiana avy any Liban. Maro ireo maty sy nitondra takaitra ara-batana sy ara-tsaina. Tao ny sodokan’ny volabe sy ny fampanantenana, tao ny noteren’ny tsy fisiana, fa tao ny mety naondrana sy namidy an-kolaka mihitsy. Tsy sanatria manao tsinontsinona ny fahavoazan’izy ireo satria Malagasy mitovy amin’ny tena ireo. Niteraka adihevitra anefa ny nivoahan’ilay horonantsary naneho vehivavy vitsivitsy toa mamo nilaza fa nizaran-dRajoelina. Tena laharam-pahamehana ve ny fizarana vola ho azy ireo ? Volan-dRajoelina manokana ireny sa volam-panjakana ? Raha atao ny kajikajy amin’ny 5 hetsy ariary isan’olona, dia manome 23 000 000Ar. Ny saran-dalana nampodiana azy ireo an-jatony tapitrisa maro, ary mbola misy an’ireo andiany faharoa 72 isa. Toa fanompana vahoaka indray ilay izy amin’ny endriny iray! Firifiry moa ny Malagasy manana olana any ampita tahaka ireo manovo fianarana any Sina tsy mahazo diplaoma fa toa tsy mivaha ny olana an-taonany ? Firifiry ny Malagasy marary mafy any amin’ny hopitaly mitady vonjy sy miandry fahafatesana ny ankamaroany fa tsy misy mpijery? Aleo mody ekena havily any amin’ilay hoe sarotra ny mitondra firenena, ary tsy voavaha ao anatin’ny fotoana fohy ny olana rehetra. Mampametra-panontaniana ihany anefa ny fanasokajian’ny fanjakana ankehitriny ny zavatra tena maika sy hilain’ny firenena sy ny laharampahamehana. Raha tena mitsinjo vahoaka, dia mila mametraka vahaolana maharitra, saingy ny fanao nanomboka tamin’ny tetezamita kosa dia ny kizarazara sy kimoramora, ary ireo mety ahitana tombotsoa ara-politika hahazoana olona handatsa-bato ho azy no tena jerena amin’io, fa tsy misy fiantraikany amin’ny valalabemandry!

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Volley-ball Tompondakan’i AfrikaManana roa andro hanarenana ny fahavoazany ny Gnvb Malagasy

Nanomboka tamin’ny alatsinainy 01 aprily teo ka tsy hifarana raha tsy ny 11 aprily izao ny fifaninanana fiadiana ny ho tompondakan’i Afrika eo amin’ny ekipa tompondaka andiany faha-38 eo amin’ny taranja volley-ball sokajy lehilahy tontosaina any Le Caire any Egypte.

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Rakoto Grenat - MoramangaMitohy ny fanampiana ny mpiara-belona sahirana

Nanohy ny asa soa mahazatra azy amin’ny fanampiana an’ireo olona sahirana any ambanivohitr’i Moramanga Atoa Rakoto Grenat mpandraharaha avy any Ambohitranjavidy Moramanga sy ny fianakaviany ary ny mpiara-misehatra aminy.

Tia Tanindranaza0 partages

Basket-ball vehivavy MalagasyMizotra tsara ny fanomanana ny lalaon’ny nosy 2019

Mizotra tsara ankehitriny ny fanomanan-tena ataon’ny ekipam-pirenena vehivavy Malagasy taranja basket-ball tarihan’ny mpanazatra mirahalahy Ndranto (Mb2All) sy Mémé (Asa Analamanga) hiatrika ny lalaon’ny nosy 2019 hatao any Maorisy amin’ny volana jolay ho avy izao.

Tia Tanindranaza0 partages

Fivarotam-boninkazo eo AnosyMisy misotasota manangana tsena eo anoloany

Mitaraina ireo mpivarotra voninkazo sy mpanao fanaingoana isan-karazany etsy Anosy ampitan’ny Antenimierandoholona Anosy amin’izao.

 

 Vehivavy iray ambaran’ireo mpivarotra fa mahitahita no manangana tsena vy lehibe amin’ny alalan’ny fanitso eo anoloan’ny tsenan’izy ireo. Kotrehina hanaovana tahaka izany avokoa ny toerana malaladalaka eo anoloan’ireo tsenan’ny voninkazo eny an-toerana raha ny fitarainan’ireo lasibatra. Tsena manara-penitra no ambara fa hatao amin’izy io, dia ireny fivarotan-tsakafo sy tsakitsaky na “Gargotte” ireny raha ny fitarainana hatrany. Rehefa nanatona ny teo anivon’ny fivondronana ireo lasibatra, dia nahazo valin-teny fa toa misy olona ambonimbony ao anaty fanjakana miaro sy mandrisika io Ramatoa manao antsojay io. Efa nanangana zavatra teo izy io tamin’ny taona 2009, ka niakatra teo anivon’ny lehiben’ny tsena ny raharaha, ary dia voasakana teo ny fikasana. Nikasa hanangana  toeram-pivoahana indray vao tsy ela, ary efa natomboka, kinanjo nesorina rehefa nilaza ny hitondra ny raharaha tany amin’ny Ben’ny tanàna ireo mpivarotra, raha ny fanazavana. Ankehitriny kosa dia tsy tahotra tsy henatra intsony fa efa misy trano vy lehibe mitsangana manakona tanteraka ireo mpivarotra voninkazo, ka amin’ny alina no hananganany azy, ary efa mitarika jiro eo amin’ilay toerana mihitsy. Manao antso avo amin’ny manampahefana mahefa hijery ny zava-misy sy hanaisotra ny tsena sokajian’izy ireo ho tsy ara-dalàna araka izany ireo mpivarotra eo amin’ny voninkazo izay efa an-taonany maro be no teo. Sady asa fivelomana no haingon’ny tanàna rahateo, hoy izy ireo, no nanomezan’i Marc Ravalomanana azy ireo hampiasa ny toerana tamin’ny androny, saingy izao misy olona mahitahita misotasota azy ireo izao.

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fampandrosoana tandrametakaHo vonoina amin’ny vary mora ireo tantsaha ?

Ny famaritana ny dikan’ny fandrosoana sy fampandrosoana angamba no samihafa ny fomba fijerin’ny isam-batan’olona an’io eto amintsika satria samy manana ny hiheverany azy na ny mpitondra na ny entina na mahantra na manan-katao.

Ho an’i Madagasikara, izay sokajiana ho tany faha-4 mahantra indrindra, endrika lehibe isehoan’ny fandrosoana ny fahaleovantena sy fizakan-tena ara-tsakafo. Tantsaha ny 80% amin’ny Malagasy, saingy io miharihary io fa tsy mahavita tena ara-tsakafo isika, raha tarafina amin’io fanafaran’ny fanjakana vary avy any Pakistan io. Any amin’ny famokarana no tokony hikaroham-bahaolana mafonja, saingy ny an’ny fanjakana Rajoelina, dia zarina amin’ny vahaolana tandrametaka ny Malagasy. Hireharehana fatratra ny fanaovana vary mora, izay toa zavatra mandalo amin’izao fotoam-pifidianana izao ihany. Sa hanana 16 tapitrisa dolara isam-bolana hanaovana an’io ve ny fanjakana ? Vola avy aiza marina no nividianana an’ireny ? Sa efa misy sandany hafa amin’ny karana ? Tsaroana ny zava-nisy tamin’ny fitondrana Ravalomanana nisian’ny “vitrine de Madagascar” ho fitaratra amin’ny famokarana, ka nisian’ny fifaninanana masina nanolorana mari-pankasitrahana ireo tantsaha mahavokatra betsaka. Tamin’izany fotoana isika no nahavita nanondrana vary, saingy izao dia manafatra izay hireharehan’ny fanjakana.  Nandroso isika sa nihemotra 10 taona aty aorian’ny fanonganam-panjakana ? Mbola endrika iray isehoan’ny vahaolana tandrametaka ny nametrahana kaontenera eny La Réunion kely, izay midika fa ampirisihina hijanona eo sy tsy hivoatra mandrakizay izany ireo olona. Ahena ny isan’ny mahantra amin’ny alalan’ny famoronana asa fa tsy homena vahana omena ireny, tsy zarina toloram-potsiny amin’ny vary mora fa ampiana mba afaka hiary sy hahaleotena saingy misy tombontsoa politika moa fanazarana azy ireo amin’ity politikan’ny kimoramora, domina tapany handoa erany ity.  7,1% isan-jato ny harin-karena faobe tany alohan’ny 2009, faha-84 amin’ny 180 tamin’ny resaka ady amin’ny kolikoly, maherin’ny 90% ny tahan’ny fidirana an-tsekoly, ka mbola aotra ny naotin-dRajoelina raha tsy mahavita mihoatra an’ireo na hanangana building sy faritra ara-toekarena (ZES) miaraka amin’ny Maorisianina, Sonegaly,… Ny atao hoe fandrosoan’ny Malagasy dia fivoarana sy fihatsaram-piainana azo tsapain-tanana sitrahan’ny isam-batan’olona fa tsy kisehoseho ivelany amin’ny zavatra iray mety mamirapiratra.

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Mahantra loatra i Betioky AtsimoHitondra vahaolana aho, hoy ny kandida Hery Jacques

Mahantra ny vahoakan’i Betioky Atsimo ary tena kere ny olona. Lainga ny filazan’ny olona sasany fa mamiratra i Betioky, hoy Ramanjakamiadana Hery Jacques kandida solombavambahoaka atolotry ny antoko Tiako I Madagasikara any amin’ity distrika ity.

Laharana faha-3 no misy azy ao amin’ny bileta tokana. Ny vidin’ny vary amin’izao dia ambany na 500-600Ar eo aza, kanefa tsy takatry ny olona. Ny ondry na osy dia 20.000-30000Ar fa tsy taka-bidy. Ny fambolena potiky ny valala, ary vary mora vao mainka mamotika no ataon’ny mpitondra fa tsy mba tosika ara-pitaovana sy ara-teknika tahaka ny tamin’ny andron’i Marc Ravalomanana, hoy izy. Tombony ho ahy ny maha kandidan’ny TIM ahy. Nanomboka ny taona 2002 aho tao foana fa tsy nivadika. Nanaja hatrany ny etika politika fa tsy tahaka ny mpifaninana sasany hoe: TIM no teo dia TIM izy, loranjy no teo dia loranjy, manga no teo dia manaraka izay loko izay. Misy ny mpifaninana efa minisitra nanomboka ny taona 2003-2018, saingy tsy nisy zava-bitany. Nihodinkodina tamin’ny fiara tsy mataho-dalana no tena nataony ka na ny sekoly toy ny EPP ao Betioky Centre aza potika, ny tsena efa tsy fanao ianao fa tsy mba norarahiana. Hitondra zava-baovao aho, ary tsy hamerina ny hita fa tsy nety, hoy izy. Efa misy ny paikady sy toromarika nomen’ny filoha Marc Ravalomanana, ka ny soa iombonana no zava-dehibe ho anay, hoy ity kandida ity. Rivo-baovao hoentinay ny hanova ny Lapan’i Tsimbazaza ho Lapan’ny olo-mendrika fa tsy ho Lapan’ny malety, fa tena hitondra ny hetahetam-bahoaka avy any amin’ny distrika misy anay.

Toky R      

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Kandida Hery ManankasinaNanao fianianana sahady

Omaly vao nanambara ny maha kandida ho depiote ao amin’ny boriborintany voalohany azy ny kandida tsy miankina laharana fahatelo, Hery Manankasina sy ny ekipany.

 

 Nampatsiahiviny fa mizara 3 ihany koa raha aravona ny asan’ny solombavambahoaka dia ny manao lalàna, ny manara-maso ny andrim-panjakana mpanatanteraka ary ny mijery ny sosialin’ny mponina mba ahafahana mampifandrindra izany amin’ny volavolan-dalàna izay tokony hatolotra eny anivon’ny antenimieram-pirenena. Mila tanora vonona ny hanova ny tantaran’i Madagasikara, tanora manana fitiavan-tanindrazana, tanora vonona hanompo vahoaka ity firenena ity, hoy hatrany i Hery Manankasina. Izany no naha tapa-kevitra ny tenako sy ny mpiray lisitra amiko hilatsaka depiote ary mianiana sahady eo anatrehan’ny lanitra sy ny tany fa hanao ny mahitsy sy ny marina ho tombontsoan’ny maro.

J. Mirija

 

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Marc Ravalomanana“Ny tombotsoa iombonana no katsahana”

Mialoha ny andraisan’ireo depiote ny andraikiny dia hofanina ho matihanina amin’ny politika ireo kandidan’ny TIMK25, mba tsy ho depiote tsangan’olona sy mpikatsaka tombontsoa manokana fa tena hikatsaka ny soa iombonana.

 

 Ireo kandida avy any Toliara no miofana 2 andro eny amin’ny foiben-toerany eny Bel’Air, ka nandray azy ireo sy nitsodrano azy ny filoha nasionalin’ny TIM Atoa Marc Ravalomanana omaly. Tsy maintsy atao izay hahatonga ny fanaovana politika eto Madagasikara ho “International” mba tena hitovy amin’ireny any ivelany ireny, toy ny Demokraty sy Repoblikanina any Etazonia, ohatra, raha ny nambaran’i Marc Ravalomanana. Homena traikefa feno momba ny etika politika, ny fitondran-tena iainana, ny tanjona sy tombontsoa iombonana,… Izany no hifandraisana amin’ny any ivelany tahaka ny any Alemaina, izay hisy olona halefa hanovo traikefa any. Miara-miasa amin’ny African Pacifique Caraibe (ACP) ihany koa ny TIMK25 eo amin’io sehatra io, izay mivoy fa mafonja kokoa ny fangatahana sy fiaraha-miasa amin’ny alalan’ny parlemantera. Hevitra sy asa izay iombonana no hotanterahina mba hahasoa ny vahoaka miara-monina amin’ilay solombavambahoaka. Mila miara-miasa tsara, araka izany, ny ben’ny tanàna sy ny solombavambahoaka, ka tsy hisy izany tsy handroso izany ny faritra na ny distrika raha tena marin-toerana io. Hasiana fifaninanana amin’izy ireo amin’ny fampandrosoana. Mipetrapetraka eo ny fitsinjaram-pahefana tena izy sy ny fampandrosoana tena izy. Hanao rodoben’ny mpanangana satria manana vinam-piarahamonina hanasoa ny vahoaka, hoy izy. Notsindrian’i Marc Ravalomanana fa ny atao hoe politika dia ireo hevitra sy asa mifandray amin’ny fomba fitantanana firenena iray na faritra iray na distrika iray Ao ny fandraisana fanapahan-kevitra azo ampiharina ho amin’ny tombontsoa iombonana. Ny fampiharana ny foto-kevitra dia tsy vitan’ny depiote iray fa mila mivondrona ny rehetra ka nanamafy i Marc Ravalomanana, fa manana foto-kevitra iraisana ny ao anatin’ny TIM. Ny zava-misy hatramin’izay dia ny tsy miankina no betsaka lany, izay manana ny politika mijery ny tenany manokana aloha, ka izany no tsy mampisy fitoniana ho an’ny fanjakana satria tsy voafehy sy samy mitady ny tombontsoany, ka tena harenina ny antenimieram-pirenena tsy hisian’ny zavatra mamohehitra toy ny fizarana malety. 

 

Dingana sy resaka hafa manokana indray aorian’ny fifidianana ny fandraisana na fiarahana amin’ireo avy amin’ny Vovonana hafa tahaka ny Dinike misy olona tao anatin’ny TIM  sy/na olon’ny TIM tsy lany tamin’ny sivana ka tsy nanaja ny fitsipiky ny antoko lasa nandeha amin’ny anaran’ny tenany manokana ka lany, raha nanontaniana ny momba izay i Marc Ravalomanana.

Toky R

 

La Vérité0 partages

Rumeur sur le décès de Fafah Mahaleo - « Je suis victime d'une mauvaise blague »

Facebook n'est et n'a jamais été une source d'information fiable. Cette fois encore, les rumeurs sont tombées sur ce réseau social dans l'après-midi d'hier, annonçant la mort de Fafah du groupe Mahaleo. Apparemment, l'origine de la mort était une crise cardiaque pendant qu'il se trouvait au centre hospitalier de Soavinandriana (HOMI). La publication a tout de suite - comme tous les autres bad buzz d'ailleurs- republiée et partagée partout sur facebook provoquant une agitation des fans. Sans recoupement et ne pouvant pas savoir la vérité et la rumeur, les fans se sont tout de suite mis à partager leur tristesse provoquant la dispersion de la nouvelle plus rapidement. Pendant quelques heures, tout le monde était perdu et ne savait pas si l'information est fondée ou non. Cependant, les démentis n'ont pas tardé à circuler sur facebook notamment venant du compte officiel du groupe.

« Suite aux rumeurs circulant disant que notre frère Fafah a tiré sa révérence, le groupe Mahaleo tient à dire que c'est totalement faux. Il se porte bien et nous venons même de discuter avec lui et il nous a dit : je suis victime d'une mauvaise blague… Longue vie à toi Fafah ! », explique le communiqué officiel fait par la formation. Selon une autre source, le groupe Mahaleo allait même donner une conférence de presse annonçant son prochain concert au Plaza. Joint au téléphone, Bekoto, membre de la formation n'était pas également au courant et a tout de suite affirmé que c'était une ruse et que l'information n'était pas fondée. Ce qui était le cas des autres membres qui ont démenti la nouvelle. Les fans du groupe Mahaleo, particulièrement de Fafah pourront ainsi dire « ouf » et se relaxer car beaucoup sont ceux qui ont sûrement déjà pleuré après avoir été au courant de cette grande rumeur. Fafah n'a donc pas encore rejoint ses frères Raoul et Nono. Selon les dernières informations recueillies, Fafah était effectivement malade mais rien de sérieux. Il s'est vite rétabli et est même déjà en forme. Il se trouve actuellement à Andohalo.

T.A.

La Vérité0 partages

ORTANA - Nouvel an malagasy dans le village de la soie

Marquer le Nouvel an malagasy en tourisme ! Chaque samedi, l'Office régional du tourisme d'Analamanga (ORTANA) organise une randonnée. Dans le cadre de la célébration du Nouvel an malagasy, l'office emmène ce samedi les amoureux de la marche au cœur de la colline royale d'Ambohidrabiby. Par rapport  aux différents parcours organisés par ORTANA, cette activité est destinée au grand public. En effet, le trajet mesure seulement 3,5 km tandis que la durée du parcours est estimée à deux heures de temps. Ces divers points montrent que le niveau de difficulté est facile et accessible pour tous. En dehors de la marche, les participants visiteront les musées et les lieux sacrés de la colline royale d'Ambohidrabiby.

Cette randonnée offre une occasion pour échanger avec les artisans car Ambohidrabiby est aussi appelé le village de la soie. Le roi Rabiby, lors de son règne, élevait du ver à soie sauvage et du ver à soie mûrier. Il a ensuite formé petit à petit ses peuples pour se lancer totalement dans la filière. Depuis, le village d'Ambohidrabiby et de Fonohasina (côté Nord-est de la colline) transforment la soie naturelle. Le village est ensuite devenu le fournisseur principal de soie dans l'Imerina de l'époque de Ralambo jusqu'à Ranavalona III. D'ailleurs, Rabiby est le premier roi à se vêtir de « Jaky mena », un tissu rouge de l'époque royale.

Malgré ce fort ancrage historique, la filière sériciculture reste sous exploitée. La transformation et le tissage sont réalisés sur la base de techniques anciennes c'est-à-dire principalement artisanales. Ses productions traditionnelles sont pour l'essentiel destinées au marché national. Au niveau du marché mondial, le prix du fil malagasy est deux à trois fois plus élevé par rapport à la soie en provenance de Chine. En ce moment, les artisans rencontrent des difficultés d'approvisionnement de matières premières, ce qui limite le développement du marché et du tissage.

Solange Heriniaina

La Vérité0 partages

Quid du Sénat !

Le pays a tourné définitivement la page de son histoire. Le peuple a opté pour la voie du changement. Un nouveau Président muni d’un programme bien élaboré, solide et réalisable s’installe au sommet de l’Etat. Ainsi, on se dirige vers une nouvelle direction pour une nouvelle orientation.  Bref, un régime diamétralement opposé par rapport à l’ancien existant prend quartier. Conséquence logique et immédiate, les nouveaux tenants du pouvoir font table rase. Mais, une institution, un des symboles vivants du régime HVM, s’accroche : le Sénat.  D’emblée, un lot de légitimes et pertinents questionnements s’interpose. Le Sénat, ce reliquat du défunt régime indélicat, a-t-il encore sa place dans ce concert du renouveau ? Le Sénat, vu sa configuration actuelle reflétant la caricature de l’ancien régime, mérite-t-il encore l’honneur de siéger dans cet ensemble de système nouveau ?

Entièrement dominé ou presque par le défunt parti du pouvoir (HVM), de l’époque désormais révolue, le Sénat a-t-il encore sa raison d’être ? Autant d’interrogations qui exigent d’éclairages ! Incontestablement, la présence d’un Parlement (le Sénat) dominé par des élus de l’opposition revêt une importance indiscutable, et cela, pour le besoin d’un contre-pouvoir contribuant un meilleur équilibre. Pour son dynamisme, la démocratie a besoin d’un tel scénario. En France, le Sénat est dominé par des partis autres que celui de La République en marche (LRM), le parti au pouvoir. Le jeu de la démocratie fonctionne ainsi comme il faut. A Madagascar, la formation politique qui domine au Sénat n’existe plus du moins ne fait plus signe de vie. La structure dirigeante du parti s’évanouit dans la nature. Pas de président ni des membres du bureau politique encore en exercice. En réalité, cette institution dont le président est le personnage n° 2 de l’Etat n’est plus que l’ombre d’elle-même ! Selon la Constitution de la Quatrième République, le mandat d’un sénateur est fixé à cinq ans. Mis en place en 2015, le mandat de l’actuelle législature du Palais de verre d’Anosikely expire donc en 2020. Alors, le pays tolèrera-t-il la présence ou aura-t-il la patience de devoir admettre que cette institution indésirable  héritée d’un régime honni et chassé par le peuple reste encore jusqu’en 2020 ?  Tout le monde se demande qu’est-ce qu’il fait le Sénat maintenant ? L’Assemblée nationale (AN) attend les élections du 27 mai pour s’étoffer. Or le Sénat ne peut pas s’attribuer des prérogatives de l’AN mais continue de crever le modeste budget de l’Etat.  On garde encore vive dans les mémoires, la manière cavalière avec laquelle Rivo Rakotovao et consorts avaient « chassé » sinon « délogé » de son poste de président du Sénat le Zokibe Honoré Rakotomanana. Le motif avancé fut « le régime HVM ne peut pas accepter qu’un poste-clé soit tenu par un non-HVM ! » Maintenant, c’est le tour de Rivo Rakotovao de céder la place à quelqu’un qui le mérite ! Si on ne peut pas dissoudre le Sénat, le perchoir doit légitimement revenir à qui de … droit. Une logique politique qu’il faut respecter ! Quid du Sénat ! On aimerait entendre l’avis des experts. Ndrianaivo

La Vérité0 partages

Village Voara Andohatapenaka - Marc Ravalomanana renoue avec ses vieux démons

Chasser le naturel, il revient au galop. L’ancien Président Marc Ravalomanana semble reprendre ses mauvaises habitudes de mélanger affaires publiques et affaires personnelles. Simple conseiller spécial de la maire de la Capitale et non moins époux de celle-ci, le président fondateur du groupe Tiko use de nouveau de sa position au sein de la Commune urbaine d’Antananarivo pour assouvir ses intérêts personnels.  Visiblement sur instruction de l’ancien président, la CUA bloque ainsi systématiquement tout traitement de dossier concernant la propriété dite  « Village Voara » à son niveau, selon les informations recueillies. Toutes les demandes de permis de construction formulées par la Société d’Equipement immobilier de Madagascar (SEIMad), propriétaire connu du terrain, se voient ainsi toutes rejetées. En novembre 2016, la SEIMad a sollicité la Commune urbaine d’Antananarivo pour la délivrance d’un permis de construire pour les travaux relatifs à l’accueil du 16è Sommet de la Francophonie. La CUA a refusé de délivrer ledit permis à la SEIMad. Toutefois, la SEIMad a pu exécuter les travaux conformément à deux arrêtés délivrés par le Mepate à l’époque, l’une portant autorisation d’aménagement et de viabilisation du site d’hébergement du Village de la Francophonie Andohatapenaka et l’autre précisant les prescriptions d’urbanisme régissant la zone d’activité mixte longeant la route digue à Andohatapenaka Ambohimanarina.

Dernièrement, la demande de permis de construire d’une salle de cinéma et de spectacles sur une parcelle de terrain du  « village Voara » formulée par un grand groupe français spécialisé dans les contenus, les médias et la communication, s’est heurtée à une fin de non recevoir de la part de la CUA. Ce groupe français a pourtant obtenu un bail emphytéotique de la part de la  SEIMad propriétaire du  terrain. Aucune explication officielle n’est avancée par les responsables au niveau de la CUA pour expliquer ces rejets. Certains responsables n’hésitent pas à affirmer officieusement que le litige entourant la propriété est la raison de ces rejets. Faut-il pourtant souligner que la CUA n’est même pas concernée par le litige…L’ingérence de Marc Ravalomanana dans le traitement des affaires courantes au niveau de la CUA handicape énormément les décisions prises par cette dernière, qui semble avoir pris la position de défendre les intérêts de TIKO AGRI coûte que coûte. En tout cas, la société Tiko Agri appartenant à Marc Ravalomanana ne cesse d’importuner la SEIMad, ces derniers temps. L’on croit savoir ainsi que cette société a fait recours auprès des tribunaux compétents pour l’annulation de l’acte de vente établi entre la SEIMad et l’Etat malagasy. Or il faut savoir que la SEIMad a fait l’acquisition en bonne et due forme de la propriété dite  « Village Voara » auprès de l’Etat malagasy suivant les règlementations en vigueur. S’il y a lieu de litige, ça devrait se régler entre l’Etat malagasy et la société Tiko Agri, alors que cette dernière attaque directement la société  SEIMad.  On se rappelle que, du temps où il était au pouvoir, l’ancien Président Marc Ravalomanana avait cette fâcheuse habitude de mélanger les caisses publiques avec celles de son entreprise. Une manie que les bailleurs de fonds dont le Fonds monétaire international avaient reprochée au Président Ravalomanana qui n’en eut cure. On connaît la suite...Madagascar a été sevrée de financements durant plusieurs années et Marc Ravalomanana a dû quitter le pouvoir. Mais près de dix ans après son départ du pouvoir, force est de déplorer que Marc Ravalomanana ne semble toujours pas avoir appris de ses erreurs. L.R.

Ino Vaovao0 partages

TSY FANDRIAM-PAHALEMANA : Mpandraharaha maty tsy tra-drano roti...

Maty tsy tra-drano ilay raim-pianakaviana mpandraharaha, naratra mafy kosa ny vadiny. Efa maty paika ny tetika nampisain’ireo jiolahy. Mpandraharaha iray no lasibatry ny fanafihan-jiolahy tany Farafangana. Tokony ho tamin’ny 7 ora hariva no nisehoan’ny fandrobana. Avy nitety tsena izy mivady tamin’io fotoana io niaraka tamin’ny vola. Teo am-pidirana ny vavahadin’ny trano izy ireo no efa nandrasan’ireo jiolahy nirongo basy. Avy hatrany dia tifitra variraraka no nasetrin’ireto farany vatany vao saika hiditra hamoha trano ilay rangahy. 

Ny kibony sy ny valahany no niantefan’ny bala. Nandriaka ny rà, lavo tamin’ny tany ilay rangahy ary tsy nialana nenina akory fa teo no ho eo ihany dia tapitra tanteraka ny ainy. Ilay  ramatoa vadiny kosa nikasa hanavotr’aina hitsoaka kanefa voasakan’ny tifitra ihany koa saingy teo amin’ny feny no nandalovan’ny bala. Nanao izay danin’ny kibony tamin’ny fandravana amin’izay ireto olon-dratsy taorian’izay, lasan’izy ireo ny vola mitentina efatra tapitrisa Ariary niaraka tamin’ny basin’ny tompon-trano. Vaky nitsoaka ry zalahy rehefa nahazo izay notadiaviny. 

Nangina ny tanàna vao tonga teny an-toerana ny mpitandro filaminana. Nilaza ireto farany fa mitohy ny fanadihadiana mahakasika ity trangana fanafihana ity, efa miparitaka manerana ny tanàna ireo ekipa rehetra manao ny fikarohana ireto olon-dratsy.

Tafakatra efatra ireo dahalo matin’ny fitsaram-bahoaka tao Port Berger

Tsy tany Farafangana ihany fa anisany nisehoan’izay fanafihana mpandraharaha izay ihany koa tao an-tampon-tanànan’i Port Berger, afak’omaly hariva. Dimy lahy no nahavanona ny fanafihana. Notifirin’izy ireo ihany koa ilay raim-pianakaviana ka voa teo amin’ny tanany havia. Nitsoaka izy dimy lahy rehefa nahazo vola. Tsy nanaiky lembenana ny fokonolona teo amin’ny manodidina fa nanampy tamin’ny fanenjehana ireto olon-dratsy. Raikitra ny fifanjevoana ka olona efatra avy amin’ny fokonolona no naratra mafy voatifitra. 

Tsy nampihemotra ireo mpiray tanàna anefa izany. Ny sasany nandeha namojy hopitaly nitondra ireo naratra raha nanohy ny fanenjehana ireo olon-dratsy kosa ny sasany. Tsy lasa lavitra miala ny tanàna, nifankahatratra ny roa tonta. Nikasa hamerina an’ireto mpanara-dia tamin’ny alalan’ny tifitra ireo jiolahy kanefa vao mainka nampirehitra ny hetezeram-pokonolona izany. Nihenjan-droa ny tady. Vokany, azon’izy ireo ny efa-dahy tamin’ireo jiolahy raha tafaporitsaka kosa ny namany iray. Tsy nisy niangana fa niara-maty ny hatezeram-bahoaka avokoa izy efa-dahy ireto. 

Zandary am-perin’asa no atidoha mpamatsy basy ireo jiolahy nandroba 200 tapitrisa Ariary tamina Sinoa tany Ambanja

Ravan’ny polisim-pirenena ny tambazotran-jiolahy mpanao fanafihana mitam-piadiana tao an-tampon-tanànan’Ambanja. Fantatra fa zandary am-perin’asa ny iray tamin’ireo voasambotra.

Teratany sinoa iray monina eo an-tampon-tanànan’ Ambanja no nisy nanafika ny alin’ny 19 marsa lasa teo.  Fito lahy no voalaza fa nanatanteraka ny fanafihana tamin’io fotoana io. Lasan’izy ireo nandritra izany ny vola mitentina 200 tapitrisa Ariary niaraka tamin’ny basim-borona iray, basy poleta iray ary finday raitra miisa roa. Ny andron’ny fanafihana tsy tratra ireo jiolahy na dia efa nanao ny ezaka tamin’ny fikarohana azy ireo aza ny mpitandro filaminana. Nitohy anefa ny fikarohana ka tamin’ ity herinandro ity no nahatratra ireo mpanao ratsy tany Vangaindrano izay fantatra fa mivondrona ao anatina tambazotra iray mihitsy. 

Fantatra fa zandary ny iray tamin’ireto farany, izy no voalaza fa atidoa niketrika ity fandrobana teratany sinoa ity. “Ny roa tamin’ireo nandray anjara mivantana tamin’ilay fanafihana dia olon-tsotra, ny dimy dia zazavao, ary iray kosa zandary am-perin’asa. Ity zandary iray ity no mamatsy fitaovana an’ireto jiolahy ireto izay nahitana an’io basy kalaky nampiasaina nandritra ny fanafihana. Tsara ny manamarika fa io zandary dia tratra niaraka tamin’ireo jiolahy tany Vangaindrano. 

Tsy nanana ny taratasy nanazava ny mahatonga azy any Vaingaindrano izy satria ny Faritra hiasany dia tsy any Atsimo Atsinanana mihitsy”, hoy ny fanazavana noentin’ny kaomiseran’ny polisy ao Ambanja. Fantatra fa niara-voasambotra tamin’izy ireo ihany koa ny mpimasy mpamatsy fanafody gasy ireto andian-jiolahy. Nambaran’ny kaomiseran’ny polisy hatrany fa tambazotran-jiolahy isany lehibe sy mpampihorohoro ny mponina ao Ambanja ity rava ity.

Avotra Isaorana

Ino Vaovao0 partages

FAMPARAM-PAHEFANA AO TOLIARA : Tompon’andraikitra manery ny hamoahana dahalo voasambotra

Raha ny fantatra dia ao Mahaboboka, 20km andrefan’i Sakaraha amin’iny lalam-pirenena fahafito iny no monina io jiolahy io ary 33 taona izy amin’izao. Tra-tehaka niaraka taminy tamin’izao ihany koa moa ny basim-borona 1, bala vita gasy am-polony maro, fanafody ratsy mohatra miisa 16, nampiasainy tamin’ny fangalarana omby sy tamin’ny fanaovana ny asa ratsiny.

Raha ny angom-baovao voaray dia manana tambajotra mpiaro azy amin’izao asa ratsy fanaony ity dahalo voasambotra ity. Porofon’izany, vantany vao voasambotra izy ny alakamisy 21marsa 2019 lasa teo, ny ampitson’iny ihany dia “tonga masiaka”  tao Sakaraha, araka ny fitenenana ny andian’olona niaraka tamin’ny mpiasa ao amin’ny Tribonaly Toliara iray narahina polisy maromaro, tonga hanao fanelanelanana mba hamotsorana tsy misy hatak’andro azy. Tsy nionona tamin’izay koa ireto andian’olona miseho mahitahita sy mihevitra azy ho ambonin’ny lalàna ireto fa mbola nanome baiko ireo zandary ihany koa mba hisambotra ireo olona nitory ity tontakely ikoizana ity.

Tonga amin’ilay fitenenana hoe : “Ny mamo indray no miantso polisy” ity tranga ity satria ilay tompon’omby nangalarin’ny R. Dominique indray amin’izao no tadiavin’izy ireo hifotorana sy hosamborina fa ny mpanao ratsy, dahalo mpampijaly madinika no havotsotra.  Tsy nanaiky izany anefa ny zandary nahatratra ity dahalo ity fa nanohy ny famotorana hatrany azy. Tsy neken’ireto zandary ireto ihany koa ny hisamboran’ny polisy izay nentin’ireto olona mahitahita ireto ny tompon’omby.

Velona ny fifamaliana teo amin’ny roa tonta, nisisika mafy ireto mpiaro ity olon-dratsy ity mba tsy hatolotra ny fampanoavana ireo basy niaraka tamin’ny bala vita gasy maromaro sy mohara tratra teny aminy saingy nidrikina sy tsy nanaiky niray tsikombakomba taminy hatramin’ny farany ny Kapiteny lehiben’ireo Zandary fa nanohy hatramin’ny farany ny famotorana.

Taorian’io famotorana natao io dia nentina teny amin’ny fampanoavana ao amin’ny fitsarana ao Toliara i R. Dominique ary nentina niaraka taminy avokoa ireo fitaovana tra-tehaka niaraka taminy voatanisa etsy ambony tahaka ny basy, bala, mohara. Nanao izay azony atao ireo mpiaro azy ny hahazoany fahafahana vonjimaika nefa be loatra ny vesatra ka tsy nanaiky ny «  Procureur de la République  » fa dia nidoboka am-ponja io dahalo io ny 25 marsa teo, miandry ny fitsarana azy.  

Mahavelombolo, hoy ny mponina any an-toerana ny fihetsika maha te hidera tahaka izao nasehon’ny zandary izao satria na teo aza ny tsindry nataon’ireo mahitahita sy miseho mahita lalana ambanin’ny tany amin’ny famoahana olo-meloka dia tsy nisorona ireto zandary ireo nijoro hatramin’ny farany.

Na izany aza, tokony harahina akaiky ny tohin’ity raharaha ity hoy hatrany ny mponina any amin’iny distrikan’i Sakaraha iny mba tsy ho votsotra intsony ny olo-meloka tahaka an’i R. Dominique.  Mba hahafongotra ny mpanao ratsy sy ireo mpiaro azy, mila manara- maso akaiky ity raharaha ity ny Manampahefana amin’ny ambaratonga rehetra manomboka aty ifotony ka hatrany ambony. Torak’izany koa ireo mponina ao amin’ny kaomina maro anatin’ny Distrikan’i Sakaraha toa an’i Mahaboboka, Sakaraha, Vineta, Miary Lamatihy, Amboronabo, Bereketa ary Mihavatsy, izay toerana nahita faisana tamin’ny nafitsok’’ity dahalo tontakely ity sy ireo namany hafa.

Efa fanamby napetraky ny filohan’ny repoblika Andry Rajoelina ny hamongotra hatramin’ny fakany ireo mpanao kolikoly sy mihevitra azy ho tsy maty manota ka azo heverina fa efa taratry ny fitsarana tsy mitanila ny tsy fanekena ny trangan-kolikoly tahaka ity.

Ny Ami

Ino Vaovao0 partages

« ASSISTANT PARLEMENTAIRE » VOATSATOK’ANTSY : Efa misy olona ahiahiana nosamborina

Ny zandarimariampirenena no nandray an-tanana ny famotorana ankehitriny. Ny zandary tao Namakia no naheno voalohany ka tonga tany an-toerana saingy efa lasa ireo mpanao ratsy. Tsiahivina moa fa ny 29 marsa alina no notafihin’olon-tsy fantatra ity lehilahy ity ka notsatohany antsy. 

Voa tamin’ny sofiny sy ny tanany  no mbola nototana vato koa ny tarehiny. Efa tsy misy ahiana ny fahasalamany ankehitriny. Araka ny nambaran’ireo namany dia misy ambadika politika ity raharaha ity satria mpitarika ny TGV MApAR any an-toerana ity lehilahy ity no vao nanao asa soa io andro io, ka ahiana ho manohitohina ny sasany izany.

Vanessa

Ino Vaovao0 partages

FANKALAZANA NY TAOMBAOVAO MALAGASY : Narehitra omaly ny « afo tsy maty »

Mbola hitohy amin’ity anio ity ny fankalazana satria anio zoma 05 avrily no ivon’ny taombaovao malagasy, ka hisy mandritra ity anio ity ny fandraisana tsodrano manokana ataon’ny mpanjaka Antemoro Anakara, izay hitohy amin’ny resadresaka arahina ady hevitra, fafirano, safirano, firarian-tsoa arahina vary amin-dronono tondrahan-tantely. 

Ankoatra izay dia natao nandritra ny fankalazana ny taombaovao malagasy  ihany koa ny fitondrana arendrina niainga avy teo amin’ny lapan’ny tànan’Analakely nihazo an’i Mahamasina, toerana nanaovana ny “Selatrafo”  (fidiovana amin’ny alalan’ny afo), nanaovana ny korana sy dihy, fifaninanana amin’ireo lalao mampiavaka ny malagasy tahaka ny fanorona, katro, vakodrazana, don-tany sy kapo-tandroka ary ireo maro hafa.

Tafiditra ao anatin’ny fandaharam-potoana amin’ity anio ity ihany koa ny famerenan-kasina ny tanàna eny Ambanin’Ampamarinana taorian’ireny loza nisesy teny antoerana ireny. Raha ny fanazavan’ny sefo fokotanin’ Ambanin’Ampahamarinana dia hisy ny ondry alatsa-drà eny an-toerana ho an’ny anio ary hisy ihany koa ny fanadiovana ny toerana.

Ny Ami

Ino Vaovao0 partages

TSAHO NIELY TAO AMIN’NY FESIBOKY : “Tsy marina ny filazana fa nodimandry i Fafah”

 Feno “Rip Fafah” ny rindrin’ireo mpitsidika ity tambajotra ity sy tany anatin’ireo vondrona be mpanaraka ao amin’ny fesiboky. Nisy tamin’ireo pejy mpampahalala vaovao ihany koa namoaka ity vaovao ity. Raha ny loharanom-baovao marim-pototra voaray avy amin’ny fianakavian’i Fafah anefa dia tsy marina velively iny fa tsaho. Nanamarina izany  rahateo ireo namany mpiara-mihira aminy.

Tsy vao izao no nisy ny tranga tahaka ity, vao tsy ela akory izay no nisy nanaparitaka tao amin’ny tambajotra fesiboky fa « maty » i Lalao ao amin’ny tarika Feon’ala izay tranga mitovy tanteraka tamin’ ity niseho omaly ity.

Ny mahagaga dia toa vetivaty foana “iray minisitra sy valo segôndra” araka ny fitenenana dia miely patrana sy mahoraka ao anatin’ity tambajotra ity  ny vaovao tahaka ireny omaly ireny.

Efa maro tsy tambo isaina ireo niharan’ny antsojay sy fanalam-baraka tamin’ny fampiasana ireny tambajotran-tserasera ireny, efa nisy ihany koa ny voasazy sy nigadra noho ny fanelezana tsaho tao raha tsy ilaza afa-tsy ilay nanely tsaho tamin’ny valanaretina “Peste” sy ilay mpivady nanompa manam-pahefana nidoboka am-ponja. Tsara ny mampahatsiahy ny rehetra fa misy ny lalàna mifehy ny serasera eto amintsika no sady voararan’ny lalàna ny rahateo ny fanelezana vaovao tsy marim-pototra.

Ny Ami

Ino Vaovao0 partages

ASA TAGNAMARO BOENY : Nitohy tamin’ny fambolena voninkazo ny fiaraha-mientana

Clavelah no nitarika izany.  Ny Foibem-paritry ny Serasera sy ny Kolontsaina eto Boeny kosa no nandrindra ny hetsika. Nandray anjara avokoa ireo sampan-draharaha miankina sy tsy miankina, sivily sy miaramila ary ireo fikambanana sy antoko politika misy eto Mahajanga. 

Fiitsimponana ireo fako naparitaky ny olona sy ireo fako naverin’ny ranomasina teny amin’ny torapasika no niarahan’ireo mpandray anjara nanao asa tagnamaro tamin’ izany. Natsitokotoko ny fako voaangona, ka anjaran’ny avy ao amin’ny Kaominina Mahajanga kosa no nanala ireo fako ireo hariana any amin’ny tobim-pako any Mangatokana. Tamin’ity fotoana ity ihany koa dia nanatanteraka ny anjarany ny mpiasan’ny fahasalamana ka tao amin’ny Hopitaly manara-penitra CHU Mahavoky Atsimo no nanaovany izany. Tsy diso anjara ihany koa ny zandary fa taorian’ny tagnamaro teny amin’ny tora-pasika kosa, dia niroso tamin’ny fanadiovana ny toeram-piasany eto Mahajanga.  

Nampatsiahy ny vahoaka ny Prefen’i Mahajanga fa izao hetsika tagnamaro izao dia tanterahina mandavan-taona isaky ny sabotsy farany amin’ny volana eny amin’ireo foiben’ny sampan-draharaha rehetra sy eny anivon’ny fokontany tsirairay. Tsy voatery ho fanadiovana ihany no tanterahina amin’izany hoy izy fa hatramin’ny fambolena voninkazo sy ny fanatsarana hafa koa.

Roso ny asa tagnamaro ao Toamasina

Nisokatra nanomboka ny alatsinainy 1 avrily ary haharitra 10 andro ny asa tagnamaro karakarain’ny Fid na Tahiry ho an’ny fampandrosoana. Fokontany 116 amin’ny 138 ao Toamasina no misy io asa fanadiovana faobe io. Mahatratra 170 400 ireo olona manao ny asa izay sandaina vola 5 000 Ariary isan’andro. Fanadiovana ny lakan-drano sy ny fanadiovana ny fokontany, ary ireo lalam-bahoaka no atao mandritra izany. Fantatra fa aorian’izao fanadiovana atao izao dia hisy ny fanofanana azy ireo amin’ny fikajiana ny fahadiovana sy ny tontolo iainana ary ny ady atao amin’ny Vih-Sida raha ny fanazavana azo.

Ny talata 2 avrily, tonga nijery ny fizotry ny asa ny Minisitry ny Atitany sady Minisitry ny Mponina mpisolo toerana, Tianarivelo Razafimandimby. Velom-pisaorana ny Fid sy ny fitondram-panjakana ireo vahoaka manao ny asa tagnamaro.

Taorian’izay, dia nisy ny fihaonana tamin’ireo mpiasan’ny kaominina Toamasina. Ireto farany izay tsy nandray karama efa am-bolana maro. Toky no nomen’ny Minisitry ny Atitany fa tsy azo ekena intsony ny gaboraraka eo anivon’ny kaominina Toamasina ambonivohitra. Nambarany mantsy fa kaominina tsy tokony hanana olana amin’ny fandoavana karaman’ny mpiasa velively ny kaominina Toamasina ambonivohitra ary kaominina tokony mahavelon-tena tsara.

Ny alahady 7 avrily izao no ho tonga ao Toamasina ny Filoham-pirenena Andry Rajoelina hametraka ny vato fehizoron’ilay “autoroute” avy ao amin’ny seranan-tsambon’i Toamasina mivoaka eny Tanandava. Fandalovan’ny Filoham-pirenena ao Toamasina izay azo antoka fa hijereny ny fanombohan’ny asa maro nampanantenainy ny vahoakan’i Toamasina, anisan’izany ny asa fanamboaran-dalana ao Toamasina tampon-tanàna.

Nangonin’i Vanessa sy Kamy

Ino Vaovao0 partages

ANKARAFANTSIKA : Misintona lakolosy fanairana ny tom...

Nanaitra sy nanao ady sisika amin’ny mpitondra fanjakana ny tompon’andraikitry ny parka, ka nanao atrikasa niantsoany ireo tompon’andraiki-panjakana. 

Nampahafantatra ny zavamisy izy ireo. Manjaka ny tsy fandriampahalemana hany ka tsy afaka mamokatra araka ny tokony ho izy ireo mponina manodidina. Tsy marisika ihany koa hiara-miasa amin’ny mpitantana ny parka izy ireo satria lazainy fa ny mpitantana ny parka no mitory ny tsy mety ataon’izy ireo. Nanambara ny lehiben’ny Faritra Boeny mpisolo toerana Bazezy Clavelah fa miezaka manampy ny avy ao amin’ny faritra Boeny, amin’ny fampiharana ny hevitra tapaka. 

Efa nisy ny fidinana ifotony maro natao saingy tsy nahitam-bahaolana, hoy hatrany izy. Efa an-taona maro no betsaka ireo mpifindra monina avy any atsimo manorim-ponenana manodidina an’I Tsaramandroso amin’iny lalam-pirenena fahaefatra iny, sy ao amin’ny distrikan’ Ambatoboeny manamorona ny parka iny. Fanaovana saribao sy fambolena no iveloman’izy ireo. Ny voalohany manapaka hazo sy mamotika ala. Ny faharoa koa toy izany satria mila velaran-tany malalaka izay alaina amin’ny ala avadika ho tanimboly.  

Io alan’ Ankarafantsika io ihany koa anefa dia misy lalana fandalovana sy fiafenan’ireo dahalo mpangalatra omby. Efa betsaka ny ezaka nataon’ny parka amin’ny fampandrosoana sy fanohanana ireo mponina miaina manodidina ny parka ka anatin’izany ny fambolena voasary makirana sy ny fiompiana tantely izay amidin’izy ireo akaikin’ny lakoron’ny parka eo. Na izany aza dia tsy mbola mahenika ny filan’ny mponina ny fitadiavam-bolany eo ka mahatonga azy ireo mitady lalana hafa. Manampy trotraka ny mpifindra monina. 

Ilana politika matotra ny fiarovana eto amintsika satria tsy maintsy miray lalana amin’ny fampandrosoana ny fiainan’ireo vahoaka ifotony mba hisian’ny fahatsapan’izy ireo ho tompony, sy hiarovan’izy ireo ny valanjavaboary, ka eo vao mahomby ny fiarovana.

Vanessa

Ino Vaovao0 partages

SAMBAVA : Lavanila halatra milanja 15 kg nodorana tao amin’ny tobin’ny zandarimariam-pirenena

Tao amin’ny tobin’ny zandarimariam-pirenena tao Sambava no nanatontosana izany. Tsiahivina fa tao Ambatojoby no nahatrarana io mpangalatra lavanila io,  ny sabotsy lasa teo. 

Araka ny fampitam-baovao avy any an-toerana dia efa  nandrahoin’ilay  olona voarohirohy ho mpangalatra ireo lavanila ary mbola sahy nilaza izy fa efa hatramin’ny taon-dasa no nitahirizany azy ireo. Tamin’ny fanadihadihana nataon’ny zandary dia niaiky ny heloka vitany ihany ilay ranamana tamin’ny farany. Natolotra ny fampanoavana tao Antalaha ary efa nidoboka am-ponja vonjimaika ny alatsinainy 1 aprily lasa teo izy. Mba hialana amin’izay mety ho ahiahy misy, indrindra ireo avy ao Ambatojoby dia nodorana teo anatrehan’ny tompony ireo lavanila.

Tahaka izany ihany no fomba fiasan’ireo zandary ao amin’ny Faritra Sava raha mahatratra an’ireny lavanila tsy matoy ireny, avy dia  potehina am-pahibemaso, fa raha efa matoy kosa indray dia tsy maintsy averina any amin’ny tompony ary atao mangaraharaha tahaka izay nitranga ny alarobia antoandro teo. Manoloana ny tranga misy dia manao antso avo amin’ny fanjakana mba hijery akaiky ny zava-misy fa efa mandry tsy lavo loha ireo tantsaha miaro ny fananany simbain’ireo tsy mataho-tody ary matetika mihatra aman’aina izany indraindray. Fantatra fa mbola andrasana volana vitsivitsy no tonga ny fotoam-piotazana nefa mihorohoro amin’ny firongatry ny mpangalatra eny an-tsaha ireo mpamboly.

Mpanjono

Ino Vaovao0 partages

TSY FANDRIAM-PAHALEMANA : Nametraka paikady mba hisian’ny filaminana ny ao Ambanja

Araka izany dia nanatanteraka fivoriana izay niarahana tamin’ny Omc, sefo fokontany ary ireo sendikan’ ny mpitondra cyclo-pousse, ny talata 2 avrily teo tao amin’ny biraon’ ny distrikan’Ambanja. Natao izany mba hametrahana paikady hiadiana amin’ny tsy fandriam-pahalemana any an-toerana. Araka ny tapaka nandritra ny fivoriana dia tsy maintsy mikatona amin’ny 9 ora alina ireo toerana fisotroan-toaka. Hisy araka izany ny fanetsehana ireo  andrimasom-pokonolona manerana ny fokontany ary tapaka fa hiarahana amin’ny mpitandro filaminana izany. 

Ankoatra izany dia tsy maintsy manao fanamarihana eo anivon’ny fokontany ipetrahany, misoratra anarana izay vahiny na mpifindra monina ao Ambanja. Tsy voarara kosa  ny fivezivezena amin’ny  alina fa tsy maintsy mitondra karapanondro, satria ho hentitra ny fisavana. Anisany mampitaraina ny maro ny fisian’ireo mpitondra posy bisikileta sasantsasany mampiasa hery mandrava ny mpandeha amin’ny alina. Araka izany dia mbola tsy tapaka nandritra ny fivoriana ny hampiatoana ny fiasan’ireo posy bisikileta ireo amin’ny alina ao Ambanja. 

Voaresaka ihany fa mety hofoanana vonjimaika ny fiasan’ireo fitaovam-pitaterana posy bisikileta ireo amin’ny alina, noho ny fihetsika ataon’ny sasany izay voarohirohy ho manendaka ny mpandehany. Tsy hitsitsy amin’izay hihoa-pefy ka sahy handika ireo izay tapaka nandritra ny fivoriana ireo tompon’andraikitra voakasika ao Ambanja. Araka ny voalaza dia ho henjana ny sazy miandry izay olona tratra mandika ireo voalaza eo ambony ireo. 

Mba hisian’ny filaminana any an-toerana, indrindra ny mba hahafahan’ny vahoaka miaina ao anatin’ny fandriam-pahalemana no nandraisan’ireo tompon’andraikitra isany fanapahan-kevitra nametraka ireo paikady hiadiana amin’ny tsy fandriam-pahalemana ao an-tampon-tanànan’Ambanja sy ny manodidina. Andrasana araka izany ny vokatra azo aorian’izao fanapahan-kevitra izao.

Mpanjono

Ino Vaovao0 partages

FANABEAZAM-PIRENENA SY TEKNIKA : Ho hentitra ny fanaraha-maso ireo sekoly tsy miankina

Raha ny fanazavany dia efa mandeha amin’izao fotoana izao ny famantarana ny mombamomba ireo sekoly rehetra eo ambany fiahian’ny ministera ary efa eo an-dalam-pijerena ny fahazoan-dalan’ireny sekoly tsy miankina rehetra ireny koa ny ministera.

Efa misy tompon’andraikitra manokana avy ao amin’ny ministera natsangana hitrandraka sy hamantatra ny mombamomba ny sekoly tsy miankina rehetra manerana ny Nosy eny anivon’ny Zap sy ny Cisco ary ny Dren ary efa eo am-perinasa avokoa ireo tompon’andraikitra ireo amin’izao fotoana izao. Mila fantarina ihany koa hoy ity tompon’andraikitra ity ireo sekoly tsy miankina rehetra tsy manana fahazoan-dalana hisokatra sy tsy manana fahazoan-dalana hampianatra akory ny mpampianatra ao aminy satria ny fisian’ireny dia mampitotongana sy mampijotso ny tontolon’ny fampianarana. 

Efa taona maromaro rahateo izay no nametraka ny avy eo anivon’ny Minisiteran’ny Fanabeazam-pirenena sy ny fampianarana teknika ary ny fanofanana ara-kasa fa tsy azo ekena intsony ny fandraisana mpampianatra iray tsy nahazo fampiofanana na fahaiza-manao manokana ho amin’izany.

Mahakasika ny fitarainan’ ireo sekoly tsy miankina amin’ny fangatahana tohana avy amin’ny fanjakana kosa dia nambaran’Andriamatoa Tsarasidy Marcillin fa kely tokoa ny fanampiana omen’ny fanjakana ny mpampianatra sy mpanabe any amin’ny sekoly tsy miankina satria dia 24 000 Ariary isan-taona isaky ny mpampianatra ihany izany hatramin’izay. Tsy maintsy jerena hoy izy ny mahakasika io tohana omen’ny fanjakana ny sekoly tsy miankina io ary hodinihina miaraka amin’io ihany koa ny fanamaivanana ny vesatry ny Ray aman-dReny sahirana mampiana-janaka.

Ny Ami

Ino Vaovao0 partages

MALAGASY NIASA TANY KOWEIT : Nigadona an-tanindrazana omaly ireo 52 mirahavavy, andiany faharoa

Miisa 52 indray izy ireo no tafody raha toa ka novinaniana ho 76 isa ireo tokony nandrasana ho avy tamin’ity andiany manaraka ity. Raha tsy misy ny fiovana ny sabotsy ho avy izao indray no ho tonga ny sisa ambiny, araka ny nambaran’ny tale kabinetra sivily eo anivon’ny fiadidiana ny Repoblika, Stephanie Delmotte. Ity farany no tonga teny Ivato nitsena azy ireo. Tahaka ny natao tamin’ireo andiany voalohany dia nisy avy hatrany ny fizaham-pahasalamana natao azy 52 mirahavavy ireto. 

Ny teo anivon’ny Minisiteran’ny Fahasalamana no nandray an-tanana izany. Amin’ny ankapobeny, ny fikorontanana ara-tsaina vokatr’ireo karazana fampijaliana sy herisetra nataon’ny  mpampiasa azy no tena nibahan-toerana tamin’ny nahazo ireto vehivavy ireto. Taorian’izay noraisin’ny tale kabinetra sivily eo anivon’ny fiadidiana ny Repoblika teny amin’ny lapan’ Ambohitsorohitra izy 52 mirahavavy. Nandritra izany no nihainoana azy ireo, ka nahafahan’ny tsirairay nitantara ny zavatra niainany nandritra ny fotoana niasany tany Koweit. Samy nitantara ny antony nanosika azy nandeha hiasa tany an-toerana ihany koa izy ireo.  

Nambaran’ny tale kabinetra sivily eo anivon’ny fiadidiana ny Repoblika, Stephanie Delmotte kosa  fa hisy ny tantsoroka sy fanofanana arak’asa omena azy ireo mba hahafahan’ny tsirairay mahazo asa. Raha tsiahivina dia ny herinandro lasa teo iny no tonga ny andiany voalohany izay niisa 46. Ireto farany izay nahitana roa nitondra vohoka noho ny fanolanana nahazo azy. Ankoatr’izay nisy ny fanampiana ara-bola nomena azy ireo mba hanampiana ny fampodiana ny tsirairay hatrany amin’ny Faritra niaviany avy. 

Ny Filoha Andry Rajoelina raha nitafa mivantana tamin’izy 46 mirahavavy dia nilaza fa hanome fampiofanana mba hanomezana asa azy ireo. Mitovy tsy misy valaka amin’izay ihany koa no natao ireto vao tonga ireto. Tamin-kafaliana tanteraka no nanehoan’izy ireo ny fiverenana an-tanindrazana. Velom-pisaorana ny fitondram-panjakana izay tarihin’ny Filoha Andry Rajoelina ireto vehivevy Malagasy  nila ravinahitra tany Koweit ireto noho ny ezaka goavana nataony ho fitsinjovana azy ireo. Ny fampodiana ireto vehivavy Malagasy niasa tany Koweit ireto dia fanamby nataon’ny filoha Andry Rajoelina, izay nilazany fa “tsy iandrasana teti-bola manokana satria aina no vonjena”.

Avotra Isaorana

La Vérité0 partages

Célébration de l’indépendance du Sénégal - Les choix sur le Président Rajoelina justifiés

Invité de marque à l’investiture du Président du Sénégal, Macky Sall, à l’instar des 17 autres Chefs d’Etat, le Président Andry Rajoelina a revêtu le statut d’invité d’honneur à la célébration, hier, de la 59e année de l’indépendance du Sénégal. Accompagné de son épouse, Mialy Rajoelina, le Président de la République de Madagascar a eu tous les  honneurs incombant à ce statut. Les choix de la présidence du Sénégal de jeter son dévolu sur le Président malagasy ne sont pas fortuits mais amplement justifiés. Plusieurs raisons sont invoquées mais des sources locales relèvent quelques- unes les plus importantes.  Le fait qu’Andry Rajoelina est le benjamin des Présidents de la République du continent africain constitue une des raisons. L’accession d’un quadragénaire à la magistrature suprême a reçu un écho favorable auprès de la classe politique africaine et à certains peuples africains qui en aspirent.

D’autant plus que cette accession fait suite à une élection démocratique et acceptée par tous, notamment ses principaux adversaires politiques et la Communauté internationale. Ces images positives du Président Andry Rajoelina ont influencé son homologue du Sénégal quant à son choix de lui revêtir le  statut d’invité d’honneur à  cette 59e fête nationale. L’homme fort du pays de Léopold Sedar Senghor n’a pas caché également son admiration sur le plus jeune Président de l’Afrique qui a la volonté et la vision pour développer  Madagascar. Et hier durant la célébration de cette indépendance sénégalaise, le Président de la République de Madagascar et son épouse ont ravi la vedette sur la  « place de la Nation » où s’est déroulée la cérémonie. Le couple présidentiel malagasy est le dernier invité à accéder sur le lieu, suivi deux minutes après par le Président Macky Sall. Un timing ou ordre protocolaire qui en dit long… Assis juste à côté du couple présidentiel sénégalais, le Président malagasy et son épouse ont assisté au défilé militaire de deux tours et demi d’horloge, placé sous le thème de « les forces de défense et de sécurité, un exemple dans l’éducation à la citoyenneté et à l’unité nationale ».   La rédaction

La Vérité0 partages

Toamasina - Une commerçante morte étranglée dans une maison de passe

Triste fin pour cette commerçante basée  de Toamasina. Son corps inerte et dénudé est retrouvé par un employé  d’une maison de passe au quartier de Valpinson (Toamasina) dans l’après-midi de mercredi.  Le constat d’un médecin légiste note que le décès de cette dame de 45 ans est causé par un étranglement. D’autant plus que du sang coulait de sa bouche lors de la découverte du corps.  De là à déduire à un assassinat, tout le monde épouse cette thèse. Et la disparition des  16 millions d’ariary que la victime aurait eu sur elle et son téléphone portable conforte la thèse d’un vol suivi d’un assassinat. Cette somme perdue est destinée à un achat de matériaux de construction d’après les proches de la défunte, venus récupérés le corps à la morgue dans la soirée de mercredi.

Selon un employé de cette maison de passe, la dame y est entrée vers 15h20, précédée quelques minutes auparavant par un homme âgé, venu à bicyclette. Une demi-heure plus tard, ce dernier est sorti de la chambre et a quitté l’établissement. Passée l’heure limite d’occupation de la chambre, une heure, la dame en question n’a pas encore emboité les pas du monsieur. Un des employés est allé ainsi frapper à la chambre pour aviser à l’occupante que l’heure est largement dépassée. Il n’a reçu le moindre écho en frappant à la porte entrouverte et c’est en poussant celle-ci, qu’il a vu la dame immobile sur le lit, vêtue uniquement de son slip. Son sac vidé de son contenu s’y trouvait encore. C’est après cette horrible découverte que l’employé a voulu rattraper l’homme âgé mais celui-ci avait déjà disparu.  Bien que la loi exige à ce genre d’établissement d’enregistrer l’identité de leurs clients, le réceptionniste ne l’a pas fait, du moins dans ce cas. C’était pourtant une des voies exploitables pour retrouver l’homme avec qui cette mère de famille mariée s’était donné rendez-vous dans cet après-midi de mercredi.  F.R.

La Vérité0 partages

Guy Maxime Ralaiseheno - « Cette élection législative est censée tourner la page de dérives et d’er...

Personnalité politique très connue, ancien Maire et membre du parlement de la Transition, Guy Maxime Ralaiseheno est candidat à l’élection législative en tant que deuxième titulaire d’une liste indépendante dans la circonscription électorale très convoitée du District d’Antananarivo Atsimondrano. Cette liste croit fermement que cette élection législative marque un vrai nouveau départ pour Madagascar. Les frémissements de changement au sommet de l’Etat a des effets importants pour créer une prise de conscience collective pour tourner définitivement une longe page d’Histoire nationale tourmentée. INTERVIEWLa Vérité : Vous appartenez à une liste aux législatives. Dans cette perspective de changement qui se dessine, comment analysez-vous l’environnement global de cette échéance électorale.GUY MAXIME RALAISEHENO ( = ) : « Qu’on le veuille ou non, le frémissement de changement qui est en train de s’opérer au sommet de l’Etat et dans ses structures pyramidales créera  un effet d’entraînement rapide que ce soit au niveau des acteurs politiques ou au niveau des électeurs dans son ensemble. L’élection législative est une élection de proximité par excellence. Chaque société de base aura la possibilité de manifester de plein droit et  en toute conscience de prendre en main son avenir.

Nous avons du mal à  appréhender  le sens de ces frémissements de changement qui s’installent car nous sommes complètement bloqués par notre fatalisme collectif dicté par un contexte national délabré de plus d’un demi- siècle. Bizarrement, il existe même une frange de l’opinion qui ne croit pas  ou qui s’oppose même à ce concept global de changement or c’est une opportunité qui doit être marquée par un point de non retour si nous avons la réelle volonté de mettre en place  ensemble une Nation moderne soucieuse d’un véritable développement socioéconomique.Cette élection législative devra être alors le véritable point de départ d’une projection harmonieuse vers l’avenir.  Après ces dérives de notre chambre basse portées en public aussi bien par la presse que par les rumeurs, il est grand temps que les électeurs se dressent comme un seul homme pour briser définitivement ces cercles vicieux qui ont comme maillons  forts les propres élus du peuple »LV: Les électeurs dans ce contexte global fragile auront-ils la force, le courage et la qualité pour changer la donne ?= : « La société malagasy est à la croisée des chemins , ou elle fait l’effort de franchir le Rubicon ou elle se résigne pour rester bloqué dans ce naufrage généralisé. Bref les électeurs n’ont plus le choix. Personnellement et collectivement avec  nos colistiers, on croit à cette prise de responsabilité des électeurs cette fois-ci. La situation est telle qu’une prise de conscience collective existe bel et bien en ce moment »LV : Comment doit se manifester cette prise de responsabilité des électeurs dont vous parlez ?= : « D’abord, toute forme de démission collective est fatale. Rien ne justifie un quelconque manquement au devoir des citoyens pour ne pas aller voter. Puis chaque citoyen doit être profondément conscient que chaque bulletin dans l’urne est un avenir qui se bâtit ou un espoir qui s’éloigne. Chaque candidat doit être jugé sérieusement de ses fonds de sa pensée et de ses fonctionnements. Les bonnes paroles trompeuses ne doivent plus avoir la chance d’être écoutées. D’ailleurs comme l’élection est de proximité, chaque candidat est connu dans tous ses actes, son passé, son savoir faire, son patriotisme, sa sociabilité, sa volonté réelle de défendre les intérêts collectifs dans sa circonscription, sa connaissance des milieux socioéconomiques globaux et spécialement ceux de ses électeurs, sa maîtrise parfaite des besoins fondamentaux de la population, sa capacité d’appréhender les choses de la politique, sa volonté réelle de changer la donne etc. Bref, les électeurs doivent cesser de se comporter comme des sujets malléables et manipulables à merci »LV: Parlez-vous d’un processus de changement à long terme ?= : « Du tout ! Je parle de cette échéance électorale. Chaque candidat a intérêt à sensibiliser pareillement les électeurs dans ce sens. Un changement de comportement des électeurs n’a pas besoin trop de leçon théorique. Les vécus au quotidien, leurs réalités globales les obligent à prendre des responsabilités dans le sens de leurs intérêts collectifs et personnels»LV : Si vous avez à donner un profil d’un député ?= : « Cette fois-ci, une assemblée nationale objet des critiques acerbes de la part de la population doit être une page tournée de l’Histoire. Un député élu doit être cette personnalité  détentrice de toutes les clés pour déverrouiller chaque porte fermée qui nous bloque depuis toujours et qui dans sa vision globalisante à l’échelle nationale, dans son manteau de député de Madagascar est mu par  un défi personnel pour faire de sa circonscription une locomotive de développement socioéconomique national. Sa circonscription est à la fois la cheville ouvrière et la structure d’accueil de tous les projets de développement émanant du sommet de l’Etat. Le député doit être cette émanation du développement à la base qui reste figé dans son sens théorique si la grande majorité ne sent pas les retombées ».La rédaction

Midi Madagasikara0 partages

Mobile : Telma lance son premier « simple » doté de connectivité

Leader dans l’innovation en matière de technologie, mobile Telma démocratise encore plus l’accès à la 4G.  Elle vient de mettre sur le marché le premier mobile « simple » à être doté d’une connectivité 4G.  Le Wi-kif 4G qui a des fonctionnalités comparables à celles d’un smartphone  est proposé à un prix sur défi toute concurrence.  Vidéos Facebook, YouTube, appareil photo de 1.3 Mpx, et mémoire interne de 2 Go extensible jusqu’à 8 Go, constituent autant d’atouts du Wi-Kif 4G qui dispose d’une batterie longue durée de 2.500 mAh. Sa coque, son écran, son clavier assurent une solidité exceptionnelle à ce téléphone intelligent qui est très apprécié par les acheteurs.

R.Edmond.

Midi Madagasikara0 partages

Vaccination contre la rougeole : Beaucoup moins de refus dans le district de Mahajanga II

Les enfants de Boanamary, vaccinés sans pleurs, exhibent leurs cartes de vaccination !

Boanamary, district de Mahajanga II. Depuis le début de la semaine, le CSB II (centre de santé de base de niveau II) de cette localité organise, comme dans 67 autres districts sanitaires de Madagascar, des séances de vaccination contre la rougeole dans le cadre de la troisième phase de la campagne de vaccination menée par le ministère de la Santé publique et ses partenaires. A Boanamary, les enfants âgée de 6 mois à 9 ans, ciblés dans le cadre de cette campagne, sont nombreux à s’être rendus au CSB II, hier matin, avec ou sans leurs mères. Aucun, ou presque, ne semble craindre l’aiguille ni la piqûre. Ils ont été préalablement « préparés ». Des agents communautaires leur ont expliqué, ainsi qu’aux parents, ce qui allait se passer. Les pères, quasiment invisibles, se manifestent lorsqu’ils sont contre la vaccination de leurs enfants. Le Dr Ramarosahanina Mina Mamiharitiana, médecin chef du CSBII de Boanamary, entend bien couvrir les 1360 enfants ciblés dans sa circonscription en mettant en avant les techniques et stratégies de mobilisation menées sur le terrain. « Le travail de préparation et de mobilisation est maintenant beaucoup plus facile à effectuer. En général, les gens acceptent de faire vacciner leurs enfants, en dépit de quelques cas de refus, lequel concerne surtout les familles adeptes des pratiques traditionnelles dites ‘mitrambona’ ». « Mitrambona », renvoie aux pratiques qui consistent à fréquenter les guérisseurs et autres « dadarabe » et en respecter scrupuleusement les tabous, dont font partie, entre autres, le fait de ne jamais accepter les piqûres, ni de se couper les cheveux, dans certains cas. Comme le vaccin contre la rougeole s’administre par injection, la piqûre constitue alors un motif de refus. Ces cas sont, toutefois, beaucoup plus rares en comparaison avec les années passées.

Peur de la fièvre ! Le fokontany d’Ambatomalama, à quelques kilomètres de Boanamary, figure parmi les localités comptant un certain nombre de refus du vaccin. Hier, jour de la séance de vaccination des élèves de l’EPP, quelques parents ont préféré ne pas envoyer leurs enfants à l’école, tandis que d’autres ont récupéré les leurs sur le chemin menant vers le site de vaccination. Pour Florine, mère de quatre enfants, il n’est pas question de vacciner sa petite dernière, Saïda âgée de deux ans. Mais le motif de son refus relève davantage du manque d’information que du tabou du « dadarabe ». « Elle est tout le temps fiévreuse après chaque vaccination, contrairement à mes trois autres enfants qui ont, eux aussi, déjà été vaccinés par le passé, mais qui n’avaient jamais de fièvre après. De plus ma fille est toujours malade et à chaque fois, on lui fait une ou plusieurs piqûres. Elle a fini par craindre les docteurs. Je ne veux plus de cela », déclare-t-elle. Face à de tels refus les agents vaccinateurs réfèrent les cas auprès des responsables du CSB, qui adopteront une autre démarche pour venir à bout des dernières… poches de résistance !

Hanitra R.

Midi Madagasikara0 partages

Kidnapping Tsaratanàna : Manahy ny vadin’ny maty sao havotsotra ilay kandidà

Nisafidy ny hiteny amin’izay ny vadin’ilay kandidà ho depiote ao Tsaratanàna izay maty novonoin’ny mpaka an-keriny. « Tsiahiviko fa efa nandoa vola 20 tapitrisa ariary, araka ny fitakian’ireo olon-dratsy kanefa dia mbola notifirina ho faty ihany vadiko. Ankehitriny koa dia mandeha be ny feo fa misy mikasa ny hamotsotra ilay kandidà izay voarohirohy ho atidoha nikotrika ny fakàna an-keriny ny vadiko ka niafara tamin’ny famonoana ho faty azy »,  araka ny filazan’ny vadin’ny maty, Ramatoa Miora Andriamaholy. Aminy dia antony ara-pôlitika kokoa no nitranga fa tsy fakàna an-keriny tsotra. Raha io farany io mantsy no tena tanjona dia navotsotra ilay olona rehefa naloa ny vola fa tsy novonoina. « Niady toerana mba ho kandidà hatolotry ny antoko no fijeriko azy », hoy hatrany ny fanazavan’ny vadin’ny maty. Raha tsiahivina dia olona fito amin’izao fotoana no efa nidoboka am-ponja ao Mahajanga. Ny tena porofo mitohoka amin’ny tenda dia ny nahitàna ny finday sy ny « puce téléphonique » teny amin’ny dahalo iray izay matin’ny FIGN nandritra ny savahao tany anaty ala. Io no nahafahana nisambotra ireo mpiray tsikombakomba hafa ary hatreto dia ilay kandidà mpifaninana tamin’ny maty no voatazona ho tao ambadiky ny rehetra. Mialokaloka amin’ny fizakany zom-pirenena roa (double nationalité) ilay olona ary eo indrindra ny feo mandeha ankehitriny – izay tonga eny am-pototsofin’ny fianakavian’ny maty – ny amin’ny mety ho fisian’ny masoivoho vahiny miaro azy. Ity angamba ny fifidianana nialohavan’ny heloka bevava betsaka indrindra. Nisy ny kandidà maty, nisy koa ny kandidà voarohirohy tamin’ny fakàna an-keriny sy vonoan’olona ary nidoboka am-ponja. Tsy vitan’izay fa mbola nisy koa ny kandidà efa nidoboka am-ponja, kanefa nomena fahafahana vonjimaika indray dia afaka nanohy ny firotsahany. Momba io tranga farany io dia niteraka ny fampitsaharana tamin’ny asany ny mpitsara efatra izay namoaka ny didy fahafahana vonjimaika izany. Amin’ireo tranga rehetra ireo dia tsy nisy sakana mihitsy ny dosie izay napetraka eny anivon’ny komisiona misahana ny fifidianana na koa ny fitsaràna miandraikitra izany, ary dia nekena avokoa hatreto ny filatsahan-kofidiana…

D.R

Midi Madagasikara0 partages

Loi de finances rectificative : Le secteur privé consulté par le ministère de l’Economie et des Finances

L’écoute de toutes les parties prenantes au développement est devenue une pratique au sein du ministère de l’Economie et des Finances, dans le processus d’élaboration de la loi de finances rectificative

La  participation inclusive de tous les acteurs du développement est garantie dans le cadre du processus d’élaboration de la loi de finances rectificative 2019, laquelle doit aussi prendre en compte, les objectifs de développement de l’Initiative pour l’Emergence de Madagascar (IEM)

A l’instar des départements ministériels, des institutions et de la société civile qui ont été auparavant consultées, c’était ce jour au tour du secteur privé d’apporter leurs recommandations et propositions pour ce projet de Loi.

Opportunité. En effet, le ministre de l’Economie et des Finances Richard Randriamandrato,  a tenu personnellement à rencontrer les représentants des membres de différents groupements privés, lors d’une séance qui s’est tenue le 28 mars dernier.  Le Groupement des Entreprises de Madagascar (GEM), le FIVMPAMA, le Groupement des Entreprises Franches et partenaires (GEFP), Entreprendre au Féminin, la Fédération des Hôteliers et Restaurateurs de Madagascar (FHORM), la Confédération du Tourisme de Madagascar (CTM), le Syndicat des Industries de Madagascar (SIM), ont répondu présents à cette conférence budgétaire que le ministre Richard Randriamandrato considère comme une opportunité pour le secteur privé d’évoquer de nouvelles pistes, afin que  « les lois de finances aussi bien initiales que rectificatives soient bâties sur des bases innovantes » .

Système d’imposition. Les propositions des acteurs privés tournaient notamment autour du  système d’imposition. On peut citer entre autres, la mise en place d’un système de taxation forfaitaire pour les très petites et moyennes entreprises, le rabais de l’impôt synthétique intermittent fixé à 5% sur la production en milieu rural, le rabais de la TVA à 10% pour les restaurants et la possibilité de choix entre le paiement de cette TVA et l’impôt synthétique calculé en fonction du  chiffre d’affaires du restaurant.  D’autres propositions sur divers sujets ont été également formulées. A savoir l’organisation d’une rencontre régulière entre l’Administration publique et le secteur privé, la reprise des anciennes rédactions sur des articles amendés en 2017 sur le secteur tabac, ainsi qu’une demande de rappel à l’ordre concernant les taxes parafiscales prélevées par les Collectivités Territoriales Décentralisées (CTD). A titre de rappel, le projet de loi de finances rectificatives  devrait être présenté en conseil des ministres le 17 avril prochain. Elle  devrait retracer les nouvelles orientations de la Politique Générale de l’Etat et des objectifs de l’Initiative pour l’Emergence de Madagascar.

R.Edmond.

Midi Madagasikara0 partages

Concert : Fusion entre le Goma et le Dahira au Bonara-Be

Ali Mourad s’échauffe

Ils se faisaient  rares ces derniers temps. Le public se posait la question, où sont –ils ?  En écoutant  «manigny», les fans n’attendaient que le retour d’Ali Mourad. Quant à Zandry Ahmed, sa dernière apparition,  c’était en septembre 2018. Les revoilà  en pleine forme !

Ces deux grands messieurs partageront la scène vendredi 5 avril à 20 heures au Bonara-Be 67 ha.  Ali Mourad et Zandry Amed surchaufferont l’estrade de la tanière du Blanc Makoalahy. C’est d’ailleurs, le premier concert de ces deux chanteurs de Goma à Antananarivo  cette année.  Effectivement, ils ne vont pas décevoir leurs inconditionnels.

Samby Jao tel est le thème choisi par ces deux hommes. Sûrement,  les battements de mains domineront la cambuse de Sayah. Trotrobe, du « Dahira » du Gomalahy seront au menu.  Les morceaux comme Fanôrolahy, Anao magnangy’ry, Mama, Navy lehilahy, salegy jirany seront interprétés.   Les amateurs du salegy goma seront bien servis.  Surnommé « mpanjakan’ny ambiance »  ou le roi de l’animation, Zandry Amed est une bête de scène.  Quant à Ali Mourad, il a promis que l’assistance ne sera pas déçue.

Ce deuxième trimestre, les deux artistes sortiront  des morceaux.

Iss Heridiny 

Midi Madagasikara0 partages

Football- Telma Coupe de Madagascar : Coup dur pour Standon Disciples !

Fosa Juniors part favori à Mahajanga.

Les seizièmes de finale de la Telma Coupe de Madagascar auront lieu samedi à Tanà et dimanche dans les autres stades.  Une formalité pour les grands clubs tels JET Mada, CNaPS Sport, Fosa Juniors Elite ou encore Zanakala. Mais sait-on jamais car l’esprit coupe a toujours offert son lot de surprises. Allez les petits !

Les 16es de finale de la Telma Coupe de Madagascar aura lieu ce week-end sur différents stades de l’île. Et si tout le monde a eu la main heureuse d’évoluer presque à domicile, c’est l’AS Standon Disciples de Betafo qui fait le plus long déplacement en allant défier chez lui, à Mahajanga, le Kintan’i Boeny.

On ne pense que c’est le fruit d’un tirage au sort car tous les petits clubs ont été favorisés en restant chez eux à l’exception de Standon Disciples bien obligé de casser sa tirelire pour rallier la capitale du Boeny. Un choix qui s’apparente à une lente mise à mort mais qui a réveillé l’orgueil des fans de football de Betafo qui vont soutenir leur équipe contre vents et marées, ne serait-ce que pour faire durer cette belle embellie car le club est aujourd’hui le seul représentant encore en lice du Vakinankaratra.

En attendant, voici le calendrier de ces 16es de finale :

Dimanche à Amparafaravola

HZAM contre Voromaherin’Alaotra

Samedi à Antananarivo

Five FC contre JET Mada ItasyCFTFC contre CNaPS SportFC Viva contre CFFA Tana FormationCOSFA contre ASCUM MahajangaJET Mada Analamanga contre Mama FCFosa Juniors Analamanga contre AjesaiaUSCAF contre COSPN

Dimanche à Ampasambazaha

Fomela Ambalavao contre FCA IlakakaLe Relais Sports contre FC Blackstar Manakara

Dimanche à Mahajanga

FC Kintan’i Boeny contre AS Standon Disciples BetafoFosa Juniors Elite contre Tsaramandroso

Dimanche à Manakara

3FB Vohipeno contre Zanakala

Dimanche à Toamasina

MMM contre Elgeco PlusAS Fortior contre FIFAFIFI

Dimanche à Toliara

AS Comato contre COSTM

Clément RABARY

Midi Madagasikara0 partages

Tradition : Le nouvel an « malgache » lancé au Rarihasina

Les exposants ont fait preuve d’originalité

Bon gré mal gré, le nouvel an malgache du « Trano Koltoraly » et de quelques collines sacrées de la région Analamanga a été lancé d’assez belles manières hier au Tahala Rarihasina. Une exposition inédite s’y tient.

Si le gros des célébrations du nouvel an malgache selon le Trano Koltoraly est lancé ce jour. La journée d’hier a été consacrée par l’ouverture officielle d’une exposition sur le sujet au Tahala Rarihasina Analakely. Officiel et traditionalistes ont été présents pour partager au grand public l’esprit de ce nouvel an, et également les divers aspects de la culture malgache. Face à la polémique, qui enfle de plus en plus sur la véracité de la date de changement d’année, Victorio Andriamihanta, du Trano Koltoraly et chef de file d’une association qui valorise l’identité malgache se défend. « Nous respectons le calendrier de la nature. Ce n’est pas nous qui choisissons le moment, c’est le moment qui dicte nos actions ».

Durant cette exposition qui vaut tout de même un détour, les exposants ont mis en avant des thèmes qui sont parfois méconnus ou superficiellement connus des visiteurs. Par exemple, les différents aliments qui procurent la bonne santé. Comme la feuille de thé ou « ravim-boafotsy » qui possède milles vertus, loin d’être un simple breuvage matinal. Ou encore, la mangue, un fruit capable d’éviter plusieurs maladies. Sans oublier le miel qui regorge de vitamines, à faire rougir un comprimé effervescent de multivitamine. Le zébu malgache a été aussi évoqué par les exposants. L’importance du « Volavita », cet animal aux couleurs particulières. En effet, les propriétaires du zébu « Volavita » ne sont pas considérés comme tels.

Zébu sacré. Puisqu’ils possèdent un animal de sacrifice. Ils ne sont donc que les gardiens et quand des sacrifices sont exigés, ils donnent la bête gratuitement. Non loin du Tahala Rarihasina, Ankoay Mikolohasina Andrianarisoa a aussi tenu un stand au parvis de l’Hôtel de Ville. Autant investir un lieu populeux. Il y va aussi de son avis sur cette polémique. « Nous n’avons rien contre personne. Puisque nous ne pouvons pas aller contre la nature. C’est elle qui arrange les saisons et les périodes, alors nous sommes contre personne », assure t-il. Visiter son installation permettra de voir les archives liés aux évènements culturels et traditionnels malgaches.

La suite des évènements se fera ce jour au Kianjan’ny Kanto à Mahamasina. « Nous allons d’abord distribuer le feu éternel ici au Tahala Rarihasina. Les évènements vont commencer à 14 h là- bas », ajoute Victorio Andriamihanta. Si dans la capitale, les célébrations se feront dans les enceintes du stade municipal, les collines sacrées qui se conforment à cette date vont également faire les leurs. Pour les autres régions, cela reste à voir si tout le pays va suivre le mouvement. « C’est toujours bien de voir que nous sommes un peuple qui possède au fonds notre identité, si je considère cette installation. Quand je pense qu’il y a des divergences entre nous les malgaches sur le sujet, cela donne un arrière goût amer », laisse entendre Miarintsoa Justine Rafenomanampisoa, une visiteuse sexagénaire de l’exposition.

Maminirina Rado

Midi Madagasikara0 partages

Programme DEFIS : Quatre filières appuyées dans trois régions

Améliorer durablement les revenus et la sécurité alimentaire et nutritionnelle des ruraux vulnérables dans ses zones d’intervention. Tel est l’objectif principal du programme DEFIS (Programme de Développement des Filières Agricoles et Inclusives). Plus particulièrement, quatre filières prioritaires seront appuyées dans ses trois régions d’intervention, à savoir  Ihorombe, Amoron’i Mania et  Haute Matsiatra. Il s’agit notamment des filières riz, maïs, miel et oignon. En effet, ces régions ont une forte potentialité de production de ces produits agricoles.

Actions prioritaires. En outre, 92 200 exploitants agricoles familiaux seront touchés par le programme. Mais pour cette année 2019, environ 18 000 exploitants agricoles familiaux seront ciblés. Et comme actions prioritaires, le programme DEFIS vise à aménager 2 400 ha de périmètre rizicole pour cette campagne de production 2019-2020. A part cela, des Conseillers en Gestion d’Exploitations Agricoles Familiales ou COGEAF seront mis en place, sans oublier la construction des locaux des « « Tranoben’ny Tantsaha Mpamokatra »  ou la Chambre d’agriculture dans les chefs lieux de régions. La production de semences de base de proximité en maïs et  riz, s’avère également prioritaire afin de contribuer à l’atteinte des objectifs de l’Etat en matière d’autosuffisance alimentaire en l’an 2020.

15 millions de dollars. Par ailleurs, un atelier de consultation publique sur le projet d’adaptation au changement climatique dans le Programme DEFIS, et ce, pour le compte du Fonds Vert pour le Climat ou FVC, s’est également tenue à Fianarantsoa. L’objectif consiste à identifier les points de vue et les opinions des populations, particulièrement celles qui seront affectées, de près ou de loin, par le projet. En effet, le Programme DEFIS va allouer 15 millions de dollars pour le volet environnement et changements climatiques, a-t-on conclu.

Navalona R.

Midi Madagasikara0 partages

Littérature : Rado Ramaherison fête ses 25 ans de plume

La parole s’envole mais les écrits restent. Rado Ramaherison  a fait  couler beaucoup d’encre.  Il a rempli plus de 1000 feuilles et ne compte pas s’arrêter. Décoré   Chevalier de l’ordre  des arts, des lettres et de la culture en 2013,  le poète  a été fait   Officier de l’Ordre des Arts, des Lettres et de la Culture le 11 janvier 2019.

A 25 ans de carrière, l’écrivain-poète  a toujours la plume aiguisée.  Ainsi, Samedi le 20 avril, il   sortira officiellement son livre au  CGM  à Analakely  à 14 heures 52 minutes.

Poète engagé, Rado  Ramaherison est  l’un des écrivains malgaches les plus importants. Il est surtout connu pour sa poésie  Taratry ny omaly.  Nouvelle génération de Faribolana Sandratra,   Rado est un poète qui a  marqué l’année   2010.Né le 6 avril 1978,  Radoarijaona Ramaherison été élevé par des parents croyants. Passionné de littérature dès son jeune âge,  il a écrit  son premier poésie intitulé 26 jiona en 1994 alors qu’il n’avait que  16 ans. Deux ans après, le jeune Rado Ramaherison a remporté le concours de littérature  organisé par l’«association  Mikajy».  A part la poésie, Rado est un mpikabary ou orateur.

Iss Heridiny

Midi Madagasikara0 partages

Toamasina : Lancement du projet ACT post catastrophe

Les travaux d’assainissement ont démarré à Toamasina.

Sous la coordination du ministère de la Population, de la Protection Sociale et de la Promotion de la Femme, le projet Argent Contre Travail (ACT)-post catastrophe est mis en œuvre par le FID- Fonds d’Intervention pour le Développement en partenariat avec le BNGRC et sous le financement de la Banque Mondiale. Ainsi, 116 fokontany de la commune urbaine de Toamasina sont concernés par les travaux correspondant à 17.400 ménages bénéficiaires. Les ménages les plus démunis et les sinistrés dans les Fokontany sont les bénéficiaires du projet. Ils vont travailler pendant dix jours à raison de 5.000Ar par jour. C’est ce qu’on a appris lors du lancement officiel de ce projet dans la ville de Toamasina tout récemment.

Travaux d’assainissement. Notons qu’après le passage du cyclone IDAI, des pluies diluviennes ont été observées sur plusieurs régions de Madagascar. La région Atsinanana figure parmi les victimes de cet aléa climatique. Et plus particulièrement, plusieurs quartiers de la Commune Urbaine de Toamasina sont confrontés à la montée des eaux et à des inondations partielles. Des produits de charriage et des boues sont entassés un peu partout dans les rues. Cette situation constitue une menace pour la santé des communautés. Face à cette situation, des travaux d’assainissement, de nettoyage des quartiers, de curage des canaux et remise en état de voies de desserte dans 116 fokontany de cette collectivité territoriale décentralisée, ont été programmés afin de limiter voire stopper les impacts négatifs sur la vie quotidienne de la population. Ce qui permettra de favoriser un retour rapide à la vie normale de la population. Il faut savoir que des travaux d’assainissement ont démarré depuis le début de ce mois-ci. Par ailleurs, une session de formation sur l’environnement et la lutte contre le VIH/SIDA est programmée pour une journée pendant la période de dix jours, afin d’accompagner les bénéficiaires.

Recueillis par Navalona R.

Midi Madagasikara0 partages

Education nationale : « Les bases des données ne sont pas fiables » selon la CONAMEPT

Le système éducatif Malagasy n’est pas encore adapté au principe d’éducation pour tous.

Les informations constituent des outils d’aide à la décision. Les puiser directement des communautés, là où les acteurs font face à la réalité, seraient l’ambition de la mise en place des branches régionales de la Coalition Nationale de Madagascar pour l’Education pour Tous.

Deux régions disposeront désormais de bureaux régionaux de Coalition Nationale de Madagascar pour l’Education pour Tous ou CONAMEPT. Une initiative qui a pu voir le jour grâce à la collaboration entre la coalition en question et l’OSISA ou Open Society Initiative for Southern Africa. Un fond de 72 milles dollars a été octroyé par l’OSISA pour un projet d’un an. Durant lequel il serait question de mettre en place les deux bureaux régionaux de la CONAMEPT, du renforcement des capacités des OSC ou Organisations de la Société Civile œuvrant dans le cadre de la lutte pour le droit des femmes et des enfants. La mise en place des bureaux régionaux devant quant à elle permettre d’avoir des données fiables sur le domaine de l’éducation. Une situation déplorée par Huguette Rakotoarivony, coordonatrice nationale de la Conamept lors d’une conférence de presse organisée hier. « Nous n’avons pas de bases de données fiables sur la situation de l’éducation à Madagascar malgré l’importance qu’ont ces données sur le développement du domaine« , a-t-elle marqué. Ainsi, les bureaux régionaux devraient servir de plateforme facilitant les échanges d’informations entre les acteurs du domaine. En ce sens, où ils constitueraient le carrefour idéal des informations issus de tous les horizons, mais surtout émanant des responsables locaux. Une façon de changer le principe-type du top-down, et de prendre en compte les avis et opinions de toutes les parties prenantes.

Marginalisation. La conférence de presse organisée hier a également été l’occasion pour la coordonatrice nationale de la Conamept de faire part des écarts de traitement dans le système éducatif à Madagascar. « Il y a beaucoup de marginalisation dans le système éducatif malgache. L’éducation pour tous est encore loin du compte pour le pays. La preuve, les infrastructures scolaires existantes n’ont pas été conçues pour prendre en compte les enfants en situation de handicap« , a fait remarquer Huguette Rakotoarivony. Avant de prendre comme exemple le cas des enfants malvoyants. « Je peux affirmer qu’aucun établissement public du pays n’a été prévu pour la prise en charge desdits enfants, alors qu’on clame haut et fort l’éducation pour tous. Le fait de ne pas les considérer, de ne pas considérer leur handicap, constitue déjà une marginalisation », a affirmé notre interlocutrice. Pour le cas des enfants en situation de handicap, la coordonatrice nationale de la Conamept a interpellé les lacunes en matière d’infrastructures. L’éducation ne se limitant pas aux infrastructures, quid du programme scolaire, du comportement envers les enfants différents ou encore des matériels scolaires adaptés à tous les cas de handicap chez les enfants malagasy ?

José Belalahy

Midi Madagasikara0 partages

Développement économique local : Renforcement de capacité des communes à collaborer avec le secteur privé

Le développement d’un pays passe par un développement économique local. (Photo d’archives)

Un atelier du comité de contenu des informations sur le développement économique local (DEL) sur une hotline, a été organisé, dernièrement  par la GIZ via le projet  bilatéral ProDéCID ou projet de Développement Communal inclusif et de Décentralisation.

100 communes. L’objectif consiste à créer un comité de contenu et d’identifier les informations précises à diffuser parmi les plateformes DEL et les communes partenaires. Ensuite, les messages clés élaborés seront intégrés dans la hotline. Et la composante DEL de ce projet vise à renforcer les capacités des communes partenaires à collaborer avec le secteur privé dans le but de stimuler la croissance de l’économie locale. Puis un module de formation DEL destiné aux responsables de ces collectivités territoriales décentralisées ainsi qu’aux représentants clés du secteur privé local, a été élaboré. Notons que près de 100 communes issues de trois régions d’intervention de ce projet bilatéral issu de la coopération entre Madagascar et le gouvernement allemand via la GIZ, seront bénéficiaires de la mise en place des plateformes de dialogue pour le développement économique locale. Ces trois régions sont Analamanga, Boeny et DIANA. Il faut savoir que la promotion du DEL par le projet ProCéDIC s’aligne à la politique du gouvernement en la matière et sur le développement du partenariat public-privé dans la mise en œuvre de la décentralisation effective à Madagascar. Raison pour laquelle, une telle initiative sur le DEL est considérée comme étant un projet pilote.

Retombées économiques. Et toujours dans le cadre de ce projet bilatéral, une gamme de produits d’informations sur le DEL disponible dans le pays, sera élargie, et ce, à travers la téléphonie mobile. Ces messages clés sur le DEL qui ont soutenu les initiatives pour la résolution des obstacles à l’économie locale et pour la promotion des activités économiques, seront ensuite intégrés sur une hotline en vue d’une formation mobile continue. Notons que des plateformes de dialogue pour le DEL ont été mises en place dans cinquante communes partenaires depuis septembre 2018. Ces dernières et les autres acteurs clés locaux ont pu, entre autres, s’approprier de façon continue les concepts et les bonnes pratiques pour le développement de l’économie locale via des solutions innovantes. Et les retombées économiques ont été positives. A titre d’illustration, une amélioration des revenus de la population locale a été constatée suite au partenariat entre les collectivités décentralisées et le secteur privé dans le cadre de la promotion de ce DEL. En outre, les opérateurs économiques ont établi une confiance aux communes en matière de gestion des projets de développement. Et en raison de l’instauration de la transparence au niveau de la gestion du budget communal, tous les acteurs locaux assujettis aux impôts deviennent plus redevables, a-t-on évoqué.

Partenaire de l’Etat. Par ailleurs, le projet ProDéCID mené par la GIZ va également procéder à la promotion de la lutte contre la corruption et à l’amélioration du transfert financier de l’Etat vers les Collectivités Territoriales Décentralisées. En effet, ces actions entrent dans le cadre de la mise en œuvre de la décentralisation à Madagascar. En tant que partenaire de l’Etat dans le domaine de la décentralisation et du développement local, le projet a ainsi remis officiellement des matériels informatiques au profit de la direction des Concours Financiers de l’Etat rattachée au ministère de l’Intérieur et de la Décentralisation.

Navalona R.

Midi Madagasikara0 partages

République de Corée : Ouverture d’un centre de lecture et multimédia à Ankatso

Signature de convention de partenariat entre l’université d’Antananarivo et la Corée.

L’ambassade de la République de Corée à Madagascar a procédé à l’ouverture d’un centre de lecture et multimédia au sein de la bibliothèque universitaire d’Antananarivo à Ankatso. Dénommé « Tahala Koreana », va permettre aux étudiants de s’imprégner de la culture coréenne. Il est équipé de livres, publications, dossiers audiovisuels (CD/DVD) et de 4 PC pour recherches.  Selon l’ambassadeur de la Corée à Madagascar, Lim Sang-Woo,  «  c’est juste le début de notre coopération. Nous allons procéder à des conférences académiques pour partager notamment notre expérience ». Et d’enchaîner que ce serait une occasion pour les jeunes étudiants d’apprendre davantage la culture et la société coréenne. Il y aurait également des échanges avec les universités coréennes, a-t-il ajouté. Notons que la partie malgache a été représentée par le professeur Panja Ramanoelina.

Dominique R.

Midi Madagasikara0 partages

Réalisation de la politique nationale de reboisement : Mise en place d’une plantation de bambouseraie de...

La reforestation à hauteur de 40 000 ha a ainsi été décidée au niveau étatique. Cadrant dans la réalisation de cet objectif, une plantation de bambous de 100 ha est mise en place à Andringitra, le lancement officiel a été effectué le 22 mars dernier sur une étendue de 11ha à raison de 400 plants par ha à Andringitra, commune rurale d’Ambohimanjaka, district d’Ambohidratrimo. La réalisation du projet est assurée par le co-lead du ministère de l’Elevage et de la Pêche (MAEP) à travers le Programme PROSPERER ; en collaboration avec le Ministère de l’Environnement et du Développement durable (MED) et l’International Network for Bamboo and Rattan(INBAR). Associations et coopératives ont également prêté mains fortes au MED, au MAEP, au PROSPERER et à l’INBAR ; à savoir : Fanazava, Volotsangana et Faniry. Voici une photo de l’évènement qui n’a pas pu paraître dans notre édition du 23 mars dernier.

L.R

Midi Madagasikara0 partages

Norvège : 350.000 dollars pour l’organisation des législatives

La Norvège va apporter son concours à hauteur de 350.000 dollars pour l’organisation des législatives. (photo d’archives)

Pour la quatrième fois, la Norvège a apporté sa contribution au fonds commun du projet de Soutien Au Cycle Electoral de Madagascar (SACEM), et ce, pour l’organisation d’élections crédibles, transparentes, pacifiques et inclusives dans le pays.

Johan Meyer, Chef de bureau de l’Ambassade de Norvège à Madagascar et Madame Marie Dimond, Représentante Résident du PNUD à Madagascar, ont procédé à l’officialisation de cet accord de financement complémentaire, hier, au siège de la CENI à Alarobia, La Norvège qui a déjà contribué au projet SACEM à hauteur de 923 443 USD en 2017 et 2018, apportera environ 350 000 USD supplémentaires pour l’appui à l’organisation des élections législatives de 2019. Au total, la Norvège aura donc contribué à appuyer le processus électoral pour près de 1,27 millions USD.

Actions. Lors de son allocution, le chef du bureau de l’ambassade de Norvège a déclaré que

 « la Norvège est elle même une démocratie parlementaire, où le gouvernement est issu du ou des parti(s) majoritaires à l’assemblée. Ces partis politiques jouent un rôle crucial dans la formulation et le contrôle de la politique ainsi que des actions de l’état Norvégien. Nous pensons que les députés élus, et les partis politiques auxquels ils appartiennent ont aussi un rôle très important à jouer à Madagascar. Ils défendent les intérêts de leur région, et doivent également scruter les actions de l’État pour l’intérêt supérieur du peuple malgache en tant qu’opposition formellement constituée.

Formation en cascade. De son côté, le Représentant Résident du PNUD a souligné l’importance de la contribution norvégienne, qui arrive à un moment clé : « Cet appui s’avère décisif en vue de la mise en oeuvre de certaines activités critiques pour les élections législatives de cette année, comme la formation en cascade pour les opérations de vote et de traitement des résultats, l’opérationnalisation du réseau de télécommunication pour la transmission des données électorales ou la communication de la CENI. Le Royaume de Norvège a donc bien apprécié l’importance et les enjeux de ce scrutin législatif, qui permettra la mise en place d’un Parlement essentiel au bon fonctionnement de l’architecture institutionnelle, un Parlement qui exerce pleinement ses fonctions de représentation, de contrôle de l’exécutif et de vote des lois. » Le Président de la Commission Électorale Nationale Indépendante (CENI) a également tenu à exprimer sa reconnaissance et ses remerciements à l’endroit de la Norvège et de ses représentants dans le pays.

Recueillis par Dominique R.

Midi Madagasikara0 partages

Anosizato : Deux faux policiers arrêtés pour avoir kidnappé un chauffeur de taxi

On dirait que les malfaiteurs ne cessent de penser comment se procurer facilement de l’argent. C’est la raison pour laquelle, le kidnapping se manifeste actuellement sous diverses formes. Le pire est de constater que tout le monde sans distinction de classe sociale ou d’origine, n’est plus à l’abri de cet acte de barbarie. Le cas d’un chauffeur de taxi qui a été sauvé in extremis des griffes de ses ravisseurs par des policiers à Anosizato lundi 1er avril en est la preuve.

Ce  Lundi-là, des policiers sont intervenus à Anosizato pour intercepter un taxi après avoir été alerté sur un fait suspect survenu au conducteur de cette voiture qui est partie du parking devant l’enceinte de l’hôpital militaire de Soavinandriana. Comment s’est déroulé le fait ? Stationné dans ce parking, ce taxi a été accusé par deux individus se déclarant être des policiers, d’avoir transporté de la drogue. Ainsi, ils ont embarqués dans la voiture et auraient obligé le chauffeur de les emmener à  Anosizato. Quelques temps après, des individus sont venus à la brigade criminelle à Anosy pour alerter que leur chauffeur de taxi a été enlevé. En collaborant avec les policiers de la circulation, des éléments de la section n°3 de la brigade criminelle (BC3) ont alors intercepté la voiture recherchée à Anosizato avec trois personnes à bord : le chauffeur et ses deux ravisseurs. Durant leur interpellation, l’un des occupants de la voiture a montré une carte professionnelle de la gendarmerie tout en disant qu’il est un gendarme et travaille à la section de recherche de la gendarmerie à Fiadanana. Pour vérification, la police a  tout de suite appelé la  gendarmerie de Fiadanana. Mais, celle-ci a affirmé ne pas connaître cet homme. Devant cette contradiction, la police a décidé de les emmener à Anosy pour enquête  ce qui a révélé que ces deux suspects sont bel et bien des gendarmes mais ils ont été déjà révoqués : l’un depuis le mois d’août 2018 et l’autre depuis 2013. Ils ont  avoué avoir pris ce chauffeur de taxi  pour s’en servir d’otage en vue d’obliger sa famille à leur verser de l’argent. L’enquête a également révélé qu’ils ont encore un autre complice. Ancien gendarme également, ce dernier a pourtant pu s’échapper. Poursuivis pour tentative de kidnapping, les deux suspects arrêtés seront déférés au Parquet du tribunal Anosy , ce jour.

Compte tenu de la gravité de ce fait, le commissaire principal de police Seraly Hercule, chef de la BC à Anosy  veut conseiller le  public que, lorsqu’il y a arrestation et quand les personnes qui l’ont effectuée n’ont pas indiqué l’endroit où ils vont emmener la personne arrêtée, il faut alerter immédiatement les forces de l’ordre pour que ces dernières puissent  intervenir tout de suite.

T.M.

Midi Madagasikara0 partages

Gouvernance locale : Un score moyen de 3,5 sur 10 pour le pays

49 communes du pays ont fait l’objet d’une enquête menée de concert par le ministère de l’Intérieur et de la Décentralisation via l’ONCD ou Office National de Coordination de la Décentralisation et le Catholic Relief Service (CRS). Les résultats démontrent que Madagascar est encore loin du compte en matière de gouvernance locale. Les résultats font savoir par exemple que les scores sont comprises entre 1,03 et 7,20 sur 10. Ainsi, les communes de la région Atsimo-Andrefana ont la note moyenne de 2,48 sur 10. Tandis que celles de la région Vatovavy Fitovinany ont été notées de 2,95 sur 10. Initiés dans le cadre du projet Fararano, les résultats des Indices de Gouvernance Locale (IGL) démontrent que la lutte est encore longue et que Madagascar a du chemin à faire. Ce, même si les enquêtes menées n’ont concerné que 38% des communes du pays. Par ailleurs, il conviendrait de noter que les Indices de Gouvernance Locale constituent des outils d’aide à la décision devant servir aux décideurs Malagasy. Leur analyse quant à eux permet d’identifier les besoins en appui et en accompagnement des communes. Des besoins qui vont de la gestion administrative et financière, à la maitrise d’ouvrage communale, la qualité de services offerts à la transparence, la recevabilité ou encore au niveau de la participation citoyenne. Il conviendrait de noter que l’Observatoire de la Décentralisation et du Développement (organe de l’ONCD) dispose d’une base de données recueillant 643 Indices de Gouvernance Locale. Outre la qualité d’outils d’aide à la décision, les Indices de Gouvernances Locales reflètent les développements humains avant tout. Un développement qui traine des pieds pour le cas de Madagascar.

José Belalahy

Midi Madagasikara0 partages

Volley-ball – CACC La GNVB condamnée à gagner

Les deux prochaines confrontations s’annoncent cruciales pour l’équipe de la gendarmerie nationale volley-ball (GNVB) à la Coupe d’Afrique des Clubs Champions (CACC) en Egypte. Lors des deux premières rencontres, la représentante de la zone 7 a encaissé une double défaite. « Les joueurs ont commis trop de fautes directes surtout lors des services. Les Ougandais étaient à notre portée malgré leur grosse taille, mais, il y avait trop de précipitations du côté de nos joueurs. Le manque de compétition et les absences sur la scène continentale en 2017 et 2018 ont joué à notre désavantage. Nous sommes condamnés à remporter les deux prochaines rencontres contre El Thiad de la Lybie et Gisagare du Rwanda les 5 et 6 avril » a souligné, Honoré Razafinjatovo, coach de l’équipe. Et lui de continuer qu’« il faut avouer que les Egyptiens évoluent d’un cran au dessus avec de joueurs internationaux ». L’issue de ces deux confrontations déterminera le sort des gendarmes pour la qualification pour les quarts de finale. Au départ du pays, la GNVB s’est fixée un objectif de terminer dans le top 8 continental.

T.H

Midi Madagasikara0 partages

Antseranampasika Toamasina : Cash point voaroban’ny andian-jiolahy, lasa ny vola 16 tapitrisa ariary

Raha mbola tsy fantatra ny tena marina momba ireo andian-jiolahy valo nanafika ny ny Cecam Ankirihiry avaratra, na voalaza aza fa misy firaisana tsikombakomba tamin’ny mpiasa tao anatiny ihany ny zava-nitranga, dia ny 01 volana aprily teo, tsy fetin’ny lainga akory, dia nisy mpivarotra fahana sy mpanao ireny “mobile money” ireny handeha hanatitra ny vola matiny no tratran’ireto andian-jiolahy efatra tsy nisaron-tava sy nitondra moto ary nirongo basy PA ireto tao Antseranampasika, raha iny izy haka “Tuc’Tuc” iny indrindra tokony tamin’ny 05 ora sy sasany hariva. Vola mitentina 16 tapitrisa ariary miampy ireo fahana samy hafa no very nandritra izany, araka ny fanazavana azo. Raha ny angom-baovao natao dia avy nanangona ireo vidina fahana sy vola azo tamin’ny fanaovana ny “mobile money” azy maromaro tao Antseranampasika ity raim-pianakaviana ity no haka “tuc-tuc”, saingy vao tafiditra izany ny tenany dia nambanan’ireo andian-jiolahy efatra ny basy nitakiana ny vola teny aminy. Vokatry ny tahotra sy ho fiarovany ny ainy dia nanolotra ilay sakosy teny aminy misy ny vola ilay raim-pianakaviana, ary raha vao nahazo izany ireto andian-jiolahy dia lasa nanao taingin-droa tamin’ireo moto roa nentin’izy ireo. Tsy nisy afaka nanao na inona na inona na ilay raim-pianakaviana tompony, na ilay mpamily ny “tuc-tuc” nandritra izany. Marihina fa tsy nanapoaka basy ireto andian-jiolahy nandritra izany. Niezaka niantso mpitandro filaminana ihany ilay tompom-bola saingy efa tsy nisy azo natao intsony satria efa tsy hita ny nalehan’ireto andian-jiolahy efatra nanafika ny vola 16 tapitrisa ireto.

Malala Didier

Midi Madagasikara0 partages

Une révolution pacifique saluée par le monde entier

La pression a été si forte qu’il a été obligé de remettre sa démission. Abdelaziz Bouteflika s’en va par la petite, lâché par ses soutiens eux-mêmes harcelés par la population algérienne. Pour le peuple de ce grand pays du Maghreb, c’est une grande  avancée sur le chemin de la démocratie, mais il ne s’agit pas de l’aboutissement de la lutte qu’il mène. L’appareil du régime du vieux leader est  encore là et les manifestants qui ne sont pas dupe vont continuer à manifester pour que l’ancien système disparaisse entièrement.

Une révolution pacifique saluée par le monde entier

Le printemps arabe n’avait pas déteint sur le régime algérien qui avait réussi à tenir sa population. Mais le système politique était déjà ébranlé, le peuple supportant difficilement l’autoritarisme et la corruption de ses  dirigeants. Les vingt ans de pouvoir d’un Abdelaziz Bouteflika vieillissant et malade ont fini par mettre la population à bout. Celui qui a été l’un des compagnons fidèles de Boumédienne a   personnifié la révolution algérienne. Sa personnalité et son charisme l’ont menée tout naturellement au sommet de l’Etat. L’Algérie a pourtant évolué et la jeune génération, n’est plus sensible aux directives d’un  FLN sclérosé. Cette dernière conteste la manière dont elle est dirigée. Elle a vu la corruption qui régnait et elle a commencé à « ruer dans les brancards ». Elle ne l’a pas  fait ouvertement, mais les prémices de la révolte étaient là. L’annonce de la candidature de Bouteflika pour un cinquième mandat a été le déclencheur de la colère de la population. Ce n’était pas un mouvement violent, c’était une contestation pacifique. Il s’agissait de l’expression d’une volonté sans faille. Le pouvoir a cependant eu la sagesse de ne pas réprimer les manifestations. Il y a eu un raz de marée populaire dans tout le pays.  C’est dans ce contexte qu’est survenue cette démission d’un président Bouteflika poussé vers la sortie par tout le monde. Mais il ne s’agit pas encore de l’aboutissement de la lutte menée par la population algérienne . Les manifestations  vont continuer  et d’autres étapes devront être franchies pour qu’une véritable démocratie s’installe en Algérie.  Mais le monde entier salue la manière dont a été menée cette révolution pacifique.

Patrice RABE

Midi Madagasikara0 partages

Vono olona : Fatin’olona telo indray hita omaly

Toa mandeha ho azy, sanatria toy ireny mamono akoho amam-borona ireny, ireo olon-dratsy amin’izao, ary tsy menatra mihitsy miroso amin’izay, raha vao tsy mifanaraka aminy na miseho manohitra izay sendra azy.

Raha ny omaly fotsiny, dia fatin’olona telo be izao no indray hita, raha tamin’ireo faritra manodidina ny renivohitra. Vehivavy ny iray tamin’izy ireo, izay manodidina ny 18 na 21 taona any ho any. Hita faty tao anaty kirihitr’ala tetsy Andakana, Ambohimanga Rova omaly tolakandro. Araka ny fampitam-baovao avy amin’ny zandary izay tonga avy hatrany teny an-toerana rehefa nisy nampilaza dia mbola miakanjo tsara ity tovovavy ity saingy tsy nisy taratasy azo namantarana azy kosa teny aminy. Azo lazaina araka izany, hoy ny vaovao, fa tsy niharan’ny fanolànana ity tovovavy hita faty ity. Saingy kosa azo noheverina fa mety ho nampijaliana ihany vao notaperina ny ainy. Nahitàna ratra mantsy ny faritry ny lohany. Raha ny filazan’ny mpitsabo tonga teny an-toerana dia nopaterina tamin’ny alalan’ny fanenkendana azy ity tovovavy ity, ary ny rojo teny aminy ihany no nampiasain’ireo olon-dratsy. Hatreto dia tsy misy mahafantatra, eny an-toerana ity tovovavy hita faty ity.

Fa ankoatra izay dia nahitàna fatin-dehilahy iray ihany koa omaly tetsy Behenjy, nanamorona iny lalam-pirenena fahafito iny. Nahitàna ratra ihany koa ny faritry ny lohany izay azo heverina fa nitarika ny fahafatesany. Tsy mponina eny amin’iny faritra iny ity tovolahy hita faty ity, araka ny fitantaran’ny mponina. Ny tany aminy rahateo moa tsy nisy taratasy azo namantarana azy. Fa tetsy amin’ny distrikan’i Mahitsy ihany koa dia tovolahy iray, izay manodidina ny 21 taona no hita faty, tao Antamboaka Soavinimerina. Araka ny angom-baovao azo dia mbola mpianatra izy io. Hatreto moa dia tsy mbola fantatra avokoa ny anton’ny nahafatesan’ ireo olona hita faty ireo, saingy na izany aza dia efa nandray an-tanana ny raharaha avy hatrany ireo zandary misahana ireo faritra tsirairay nahitàna ny razana ireo.

m.L

Midi Madagasikara0 partages

Sécurité routière : Vivo Energy récompense ses meilleurs chauffeurs

: La famille Désiré Rafanomezanjanahary a gagné une prime de quatre millions d’ariary

La sécurité routière occupe une place très importante dans les activités de Vivo Energy qui n’hésite pas à investir considérablement dans la formation, la technologie et l’adoption des bonnes pratiques pour apporter des améliorations constantes dans son fonctionnement.

C’est dans cet objectif d’amélioration de son propre système de sécurité routière que Vivo Energy, la société qui distribue et commercialise les carburants et les lubrifiants de marque Shell à Madagascar, a organisé une cérémonie de récompense pour les chauffeurs de camions citernes au titre de l’année 2018.  Une manière en somme de mettre en relief  l’extraordinaire travail accompli par la soixantaine de chauffeurs qui distribuent les produits Shell auprès des consommateurs dans tout Madagascar. La manipulation et le transport de produits pétroliers étant une activité à haut risque, les chauffeurs des camions citernes sont les personnes les plus exposées aux dangers sur la route. Nous sommes fiers de travailler avec ces chauffeurs professionnels.

Rafanomezanjanahary Désiré opérant pour la Société de Transport et de Terrassement d’Antsirabe (STTA), a été nominé «meilleur Chauffeur 2018» et a gagné la somme de 4 000 000 AR.  Rendez-vous déjà est donné pour l’année prochaine entre Vivo Energy Madagascar et ses chauffeurs, car bien que le niveau de professionnalisme des chauffeurs distribuant les produits de la marque Shell soit actuellement élevé, une surveillance et une attention constante sont indispensables à son maintien. Mondher Bouhouche, Directeur Général de Vivo Energy Madagascar a félicité l’équipe de direction de la STTA pour son engagement , et a également exprimé ses vifs remerciements aux chauffeurs pour leur professionnalisme, ainsi qu’à leurs familles qui les ont soutenues. Il a également réitéré que la mission de chaque employé en sortant de chez soi pour travailler est de rentrer le soir en bonne santé tout en ayant accompli l’objectif « Goal zero », c’est à dire zéro accident, zéro incident et zéro fatalité.

R.Edmond.

Midi Madagasikara0 partages

BNGRC : Colonel Elak, nouveau secrétaire exécutif

Le BNGR vient d’avoir son nouveau secrétaire exécutif.

Un officier supérieur de l’Armée qui n’y est plus étranger vient d’être nommé secrétaire exécutif.

Les nominations aux hauts emplois de l’Etat se poursuivent en Conseil des Ministres. Tout dernièrement, une cinquantaine de nouvelles nominations a été adoptée dont celui du nouveau secrétaire exécutif du BNGRC ou Bureau National de Gestion des Risques et des Catastrophes. Il s’agit du colonel Elak Olivier Andriakaja. Cet officier supérieur de l’Armée succède ainsi à Venty Thierry qui a occupé le poste durant le mandat du président Hery Rajaonarimampianina, après avoir été successivement directeur de cabinet à la présidence de la CENI-T et directeur général des affaires générales au ministère des Affaires Etrangères. Le colonel Elak Olivier Andriakaja n’est pas étranger à cet organisme rattaché au ministère de l’Intérieur et de la Décentralisation. Il y a été déjà directeur en charge des Opérations sous le régime de la transition. Avec ce retour du colonel Elak Olivier Andriakaja au BNGRC, la gestion des risques et des catastrophes à Madagascar sera améliorée.

Nouvelles nominations. Toujours au titre du ministère de l’Intérieur et de la Décentralisation, d’autres nouvelles nominations ont été adoptées lors du dernier Conseil des Ministres. C’est le cas des chefs des districts de Vohipeno (Randriantsoa Félicien), de Lalangiana (Randrianasolo Solofo Jöellin), d’Antananarivo V (Rakotonoera Toky Nirina), d’Antalaha (Heritiana Charles Olivier), d’Anosibe An’Ala (Zaranivo Ernestine) et de Port-Bergé (Najarhoussen Michel). Les nouveaux préfets de Maevatanana et d’Ambositra ont été également nommés, en l’occurrence Ramanankirahina Falihery et Rakotomalala Richard. Par ailleurs, si Razafindrakoto Rado Harinjaka a été reconduit à son poste de coordonateur national de l’Unité de Coordination Générale des Projets et des Partenariats, Rasitefanoelina Haingotiana a été nommé directeur d’Appui aux systèmes d’état-civil.

Sursis. Le « cyclone » continue de souffler au sein des différents ministères. Ceux qui ne sont pas encore remplacés bénéficient de sursis de quelques jours étant donné qu’un Conseil des Ministres hebdomadaire n’a pas eu lieu hier faute d’absence sur le territoire national du président de la République. En général, les anciennes nominations aux hauts emplois de l’Etat au niveau des ministères sont ou seront abrogées. Mais, les directeurs, les directeurs généraux et les secrétaires généraux qui bénéficient encore de la confiance des nouveaux ministres font l’objet de renomination. Ceux qui ne le sont pas plient bagage et attendent la mise en œuvre du système de rotation qui n’est pas jusqu’ici opérationnel.

R. Eugène

Midi Madagasikara0 partages

Ajesaia – Tournoi national U16 et U20 : Fin des inscriptions ce samedi

Voavy Paulin est le parrain de cette édition 2019.

Plus que quelques jours pour les équipes désireuses de participer à la 20e édition du tournoi national de football réservé aux U16 et U 20 organisé par Ajesaia. Le tournoi se déroulera du 18 au 22 avril à Arivonimamo.  Pour le moment, elles sont 31 équipes  à s’inscrire à ce tournoi dont trois pour Atsinanana et Bongolava, deux pour Alaotra-Mangoro, Vakinankaratra et Matsiatra-Ambony, sept pour Analamanga, cinq pour Itasy, trois pour Bongolava, et un respectivement pour Amoron’i Mania, Atsimo-Atsinanana, Menabe,Vatovavy Fitovinany, Betsiboka, Boeny et Sofia. Les inscriptions prendront fin ce samedi 6 avril et plus que quelques places disponibles. Les éliminatoires se disputeront du jeudi 18 avril jusqu’au 21 avril. Les demi-finales et les finales se joueront le lundi de Pâques 22 avril avec un match de gala féminin opposant Ajesaia à la sélection d’Imamo. Cette édition 2019 sera sous le parrainage de Voavy Paulin, ancien joueur de l’équipe qui évolue actuellement en Egypte et sociétaire des Barea. Il est à signaler qu’Ajesaia célébre ses 25 ans d’existence cette année. Plusieurs grands noms du ballon rond malgache ont été formés à Antanikatsaka, pour ne citer que Lalaina Nomenjanahary dit Bolida, Abel Anicet Andrianantenaina et Mamy Gervais.

T.H