Les actualités Malgaches du Mercredi 04 Avril 2018

Modifier la date
Midi Madagasikara396 partages

Présidentielle : Ravalo disqualifié d’office

Les trois lois organiques relatives aux élections ont été adoptées hier à l’Assemblée nationale presque sans amendements par le groupe parlementaire « Paon d’or ». Du coup pour ne pas dire du coût en raison des suspicions de corruption, Marc Ravalomanana se trouve disqualifié d’office de la prochaine course à Iavoloha. Et pour cause, la loi organique relative à l’élection présidentielle exige parmi les pièces à fournir par tout candidat, un extrait du casier judiciaire Bulletin n°2 qui est le relevé intégral du bulletin n°1 sur lequel est mentionné notamment « les condamnations contradictoires, les condamnations par défaut non frappées d’opposition prononcées pour crimes ou délits par toute juridiction compétente (…).

Liste officielle. Ayant été condamné par contumace dans l’affaire du 7 février 2009 par une juridiction considérée comme « compétente » selon l’actuel ministre de la Justice, l’homme fort du Tim n’aura aucune chance de revenir à la barre puisque son dossier risque d’être rejeté par la HCC qui « vérifie le respect des conditions de recevabilité des candidatures et des conditions d’éligibilité des candidats ». C’est Ambohidahy qui arrête définitivement la liste officielle des candidats où le nom de Marc Ravalomanana pourrait ne pas figurer.

« Hala-bato » institutionnalisés. Avant cela, la HCC devra se prononcer sur la conformité à la Constitution des trois lois organiques qui comporte des dispositions scélérates.  Entre autres et non des moindres, l’article 189-4 du code électoral qui est un artifice visant à supprimer les voix obtenues par le candidat autre que celui du « Fanjakana » dans la mesure où si les résultats d’un ou de plusieurs bureaux de vote n’ont pu être acheminés à temps dans le délai prévu, il est dressé un PV de carence. Ce n’est ni plus ni moins qu’une manœuvre de détournement du choix des électeurs, au mépris de l’article 5 de la Constitution qui dispose que « la souveraineté appartient au peuple, source de tout pouvoir, qui l’exerce par ses représentants élus au suffrage universel direct ou indirect, ou par la voie du référendum. Aucune fraction du peuple ni aucun individu ne peut s’attribuer l’exercice de la souveraineté ». Par ailleurs, le fait que le PV autocopiant n’a pas de valeur originale favorise également les fraudes ou « hala-bato » institutionnalisés en ce qu’elle ne permet pas de vérifier et de confronter les résultats.

Crise postélectorale. Après l’adoption contestable et contestée des trois lois électorales par les députés inféodés au régime qui ont fait montre hier d’une ponctualité inhabituelle et d’une assiduité exceptionnelle, la balle est dans le camp du juge constitutionnel qui marche sur des œufs (de Pâques) sous peine de provoquer une nouvelle crise postélectorale et de connaître le sort de la HCC qui avait proclamé les résultats du premier tour de l’élection présidentielle en janvier 2002. Même si elle s’était délocalisée à Mantasoa pour ordonner un deuxième tour, Marc Ravalomanana ne s’était pas laissé faire. 16 ans après, l’histoire pourrait repasser le même plat avec le « haza lambo » en entrée ou pour dessert. C’est selon.

R.O
Midi Madagasikara267 partages

Toliara : Un jeune de 18 ans sauvagement poignardé

Le jeune homme commerçant rentrait chez lui quand trois individus ont arrêté brusquement le cyclo-pousse qui l’y emmenait. Il n’était que 18h30 ce samedi 31 mars, fin du mois à Amborogony. Les voleurs s’attendaient à une bonne recette. Certes, mais ce qu’ils ne savaient pas c’est que le jeune s’est déjà acquitté de 1 800 000 ariary de dette, donc il n’y avait pas grand-chose sur lui. Toutefois, les cambrioleurs n’ont pas hésité à brutaliser le tireur de cyclo qui s’affala par terre. Ils ont également arraché son sac. Ce sac contenait les clés de sa quincaillerie et quelques paperasses. Comme le jeune ne voulait pas lâcher facilement son sac, il reçu un coup de couteau sur son flanc. Le sang coula à flots. Les trois bandits prirent la fuite et disparurent dans la nuit noire. Transporté à un centre de soins le plus proche, le jeune homme a succombé, ayant été vidé de son sang. Selon la police, il s’agit d’un  règlement de comptes. La famille pleure leur fils, qui n’avait que des amis.

Ce dimanche de Pâques, tout Tuléar ne parlait que de cette tuerie sauvage. Après les extractions des globes oculaires d’il y a deux mois, les activités des bandits reprennent de nouveau. Une ou deux fois par semaine, les forces de l’ordre se montrent à la télévision pour rapporter leurs arrestations pour apaiser les Tuléarois. N’empêche que les actes de barbarisme continuent et la population perd de plus en plus confiance en l’autorité de l’Etat.

Charles RAZA, correspondant

Midi Madagasikara144 partages

Sary miboridana-Facebook : Lehilahy iray nidoboka am-ponja

Tsy niandry ela dia efa nandeha ny fanadihadiana nataon’ny mpitandro ny filaminana mahakasika ilay raharaha momba ny fiparitahan’ny sary miboridana tamina tambajotra sosialy. Rehefa nozohiana ny niavian’ny sary rehetra dia nitontona tany aminy ny fanahiana voalohany. Rehefa vita ny fihainoana rehetra sy ny fakàna am-bavany, dia natolotra ny fampanoavana noho ny fanalam-baraka sy ny fizarana sary mamoafady izay misy fiantraikany amin’ny voninahitry ny olona voakasika. Izany vesatra izany no nampidoboka am-ponja vonjimaika azy mandra-piandry ny fotoam-pitsarana. Tsy mbola voaporofo kosa, raha araka ny loharanom-baovao akaiky ny mpanao famotorana ny amin’ny mety ho fisian’ny fanerena olona hanome vola na tsia mba ho takalon’ny sary. Betsaka izay nidoboka am-ponja izay noho ny hadalàna amin’ny tambajotran-tserasera, indrindra mahakasika ny fikasihana sarin’olona. Isan’ny faran’izay haingana ny fisamborana azy ilay tovolahy izay nanova ny sarin’ny filoha mba hoentina hanalana baraka azy. Manodidina ny 700.000 ankehitriny ny olona mampiasa ny tranokala eto amintsika ary isan’ny tena mpikambana amin’ny tambajotran-tserasera izay ny facebook no tena be mpikirakira. Maro anefa no tsy mahalala fa tompon’andraikitra izy ireo amin’ny fampiasana izany ,etsy andanin’izay koa dia misy ny lalàna manan-kery momba ny ady amin’ny heloka amin’ny tranokala. Misy arak’izany ny roboka any amin’izay heveriny ho fanehoan-kevitra tsotra kanefa mety ho nanohintohina ny voninahitry ny olona, nanala-baraka na koa mety misy fiantraikany amin’ny filaminam-bahoaka. Efa betsaka izay nosamborina sy nidoboka am-ponja izay…

D.R

Midi Madagasikara105 partages

Lois électorales : Adoptées dans la pagaille et avec forcing

Sans commentaire.

Le président Jean Max Rakotomamonjy a autorisé les forces de l’ordre à entrer dans la salle des séances.

Au forceps. Comme il fallait s’y attendre, le projet de loi organique relative au régime général des élections et référendums, le projet de loi organique relative à la Présidentielle et le projet de loi organique sur les législatives ont été adoptés hier à l’Assemblée nationale. La séance s’est déroulée dans une véritable pagaille et avec la complicité du président de la Chambre basse, Jean Max Rakotomamonjy qui a favorisé le forcing. En effet, aucun débat n’a été autorisé hier du côté de Tsimbazaza. D’emblée, les députés de la mouvance présidentielle ont exigé le vote article par article des textes électoraux. Jean Max Rakotomamonjy a rejeté toutes les demandes de « satroka » (mot d’ordre) des députés élus sous les couleurs du MAPAR, du TIM et des élus indépendants qui voulaient que les 87 amendements apportés en commissions soient débattus avant l’adoption. La tension est tout de suite montée d’un cran lorsque le numéro Un de l’Assemblée nationale a autorisé les éléments des Forces de l’ordre dirigés par le Directeur de la Sécurité de la Chambre basse à entrer dans la salle. Encouragé par Jean Max Rakotomamonjy, un haut gradé de l’Armée n’a pas hésité à arracher le micro qui était entre les mains de la députée d’Antsiranana, Jocelyne Rahelihanta. Face au forcing et au recours à la force, les députés de l’opposition ont décidé de quitter la salle des séances pour laisser leurs collègues membres de la mouvance présidentielle poursuivre l’adoption des textes électorales.

Amendements. 79 députés ont voté pour. Ce sont les parlementaires qui ont participé depuis vendredi dernier, au conclave à l’hôtel Paon d’Or Ivato. A noter qu’hier matin, ces députés pro-régime ont été acheminés depuis Ivato vers l’Assemblée nationale, sous escorte policière. Il convient aussi de noter que 44 amendements ont tout de même été apportés aux lois électorales. Les députés ont modifié notamment les dispositions concernant les médias en période de campagne électorale. Outre l’adoption au forceps des textes sur les élections, la dénonciation de la corruption au niveau de l’Assemblée nationale par les députés de l’opposition constitue également l’évènement marquant de la journée d’hier du côté de Tsimbazaza. Les députés MAPAR, TIM et indépendants ont sorti des banderoles sur lesquels l’on pouvait lire « STOP CORRUPTION » et « AOK’IZAY NY KOLIKOLY ». Du jamais vu dans l’histoire du Parlement même dans les autres pays à démocratie encore fragile.

Bianco. D’après les informations qui ont circulé hier à l’Hémicycle, les députés qui ont voté les lois électorales auraient reçu 50 millions d’Ariary chacun. D’ailleurs, une vidéo montrant quelques députés dans une chambre, en train de distribuer de l’argent dans un carton, a déjà fait le tour des réseaux sociaux depuis hier soir. Cette vidéo pourrait servir de preuve pour le Bureau Indépendant Anti-Corruption (Bianco) qui a déjà été saisi sur cette affaire. Hier, les parlementaires MAPAR, TIM et indépendants ont déposé une plainte à Ambohibao pour dénoncer la corruption dans le cadre de l’adoption des lois électorales à Tsimbazaza. Durant la séance plénière d’hier, un huissier de Justice a notifié le président Jean Max Rakotomamonjy à propos de l’existence de cette plainte. Reste à savoir si Ambohibao osera aller jusqu’au bout de son enquête pour que le peuple malgache puisse connaître ce qui s’est réellement passé au Paon d’Or durant le week-end dernier.

Davis R

News Mada75 partages

Concert : dimyz s’invite à l’Is’art Galerie

Après avoir donné une série de concerts à Antsirabe tout au long du week-end pascal, Dimyz enchaîne les dates ce vendredi à l’Is’art Galerie Ampasanimalo et ce samedi au Chill Out Café Ambondrona.

Riche de sa culture et de sa tradition, la capitale du Vakinankaratra est également une pépinière inépuisable de jeunes aussi talentueux que passionnés. Cette ville a vu naître des légendes bien connues de la sphère musicale pour ne citer que Mafonja et Joël Rabesolo. Sur la trace de ses aînés, Dimyz veut marquer son empreinte dans le milieu artistique.

«Le groupe Dimyz, originaire d’Antsirabe, a vu le jour au début de l’année 2016. Dimyz fait référence à un geste de la main exécuté en levant le pouce en signe d’approbation ou bien de J’aime comme dans le jargon des réseaux sociaux. Pour ainsi dire qu’on aime la musique et tout ce qui est entouré avec», a fait savoir la formation.

Porte-voix

Le groupe est formé de 5 membres. Auteur-compositeur et lead vocal, Mihaja a prêté sa voix au sein d’une chorale dès son jeune âge. Avec sa puissance vocale et sa voix cassée, il nous emmène dans la vibration de la musique. Et il s’entoure des musiciens complices comme Fabio, le bassiste, aux influences reggae et rock et Mathieu, le guitariste, qui s’imprègne du jazz, du rock et de la musique traditionnelle. A la batterie, Aldo laisse libre cours à une inspiration variée et Andry, le percussionniste, est passionné de jazz fusion.

Cette diversité de goût et du rythme de chaque membre du groupe a abouti à un désir commun  d’expérimenter de nouvelles sonorités et de donner une couleur unique à sa musique. A l’image de son titre «In The Society», Dimyz se veut être un porte-voix de la société.

Joachin Michaël

Midi Madagasikara75 partages

Députés Tim et Mapar : Plainte au Bianco

Suite à ce qu’ils qualifient de suspicion de corruption au sein de l’Assemblée nationale, dans le cadre du vote des projets de lois organiques relatives aux élections prévues se tenir cette année, les députés Mapar et Tim ont déposé une plainte auprès du Bianco, hier. Elle (la plainte) affirme notamment de «  selon des sources bien informées et les témoignages de certains élus concernés, plusieurs députés de Madagascar, partisans du régime en place, ont été confinés en conclave à l’hôtel Paon d’Or depuis le 31 mars jusqu’à ce jour (lire hier) pour faire voter coûte que coûte lesdits projets de lois sans amendements. En effet, selon les preuves en notre possession et les coupures de presse de ce jour, plusieurs chefs d’Institutions dont le Premier ministre et le Président du Sénat ainsi que de nombreux membres du gouvernement ont été aperçus sur les lieux pour effectuer des va-et-vient incessants en violation totale des dispositions constitutionnelles en vigueur concernant notamment le principe de la séparation des pouvoirs ». Ces parlementaires demandent ainsi au Bianco de « procéder à une enquête approfondie de cette affaire ».

Recueillis par Dominique R.

Midi Madagasikara43 partages

Gabriel Rabearimanana : « Il y a péril en la demeure »

Le SG du Monima.

Universitaire, spécialiste en Géopolitique, le SG du Monima  s’exprime sur la conjoncture. Interview.

Midi : Comment le Monima perçoit-il la situation actuelle du pays ?

Gabriel Rabearimanana (GR) : « Le président national du Monima Monja Roindefo avait tiré la sonnette d’alarme dès début juin 2015. A la suite de la motion de déchéance contre le président de la République votée par une forte majorité de députés, il avait estimé et déclaré publiquement que la rupture du contrat social entre les dirigeants et les citoyens était consommée. Le pays est entré en crise, avait-il affirmé alors. En ce début d’avril 2018, alors que nous venons de commémorer l’insurrection du 29 mars 1947 contre le colonialisme, à laquelle ont participé les membres du JINY, et celle du 1er avril 1971 contre le néocolonialisme, déclenchée par le président Monja Jaona et le Monima, le Bureau central estime qu’« il y a péril en la demeure Madagascar ».

Midi : Pour quelles raisons ?

GR : « Le problème fondamental de l’extrême pauvreté, signe d’une économie en berne ne connaît pas un début de solution. A cela s’ajoutent l’augmentation exponentielle du coût de la vie et l’irresponsabilité de quelques richissimes mégalomanes politiques qui se prennent pour des messies. Ils se sont engouffrés sans vergogne dans une précampagne illégitime. Leur comportement est dicté par la volonté de rester par tous les moyens au pouvoir ou de le conquérir à nouveau à n’importe quel prix. Non pour servir l’intérêt général, mais pour assouvir leurs ambitions personnelles et/ou les intérêts de leurs partisans. Ces présidentiables autoproclamés ont déjà mis en route une terrible logique d’affrontements que le Monima déplore. Une telle dynamique est dangereuse non seulement pour la tenue sereine et souhaitable des élections, mais aussi et surtout pour la paix civile dans le pays ».

Midi : Que fait et que propose votre parti ?

GR : « Le Monima est en mode « réorganisation – mobilisation »  pour faire face à n’importe quelle éventualité dans la situation actuelle. Dans toutes les régions et communes où le parti est présent, nos militants et nos cadres prennent leurs responsabilités dans la lutte contre l’énorme crise sociale que subissent 90% de nos compatriotes. A cet égard, les activités commémoratives du 1er avril 1971 qui s’étaleront jusqu’en juin 2018, veille de la tenue du Congrès national du 60e Anniversaire, témoignent de la vitalité du parti ».

Midi : Quels seront les moments forts de cette commémoration ?

GR : « Le 14 avril prochain, à Tsiroanomandidy, en sa qualité de Président d’honneur de l’Association FIMPIOMBY, Monja Roindefo participera à une grande manifestation populaire portant sur la lutte pour l’instauration de la sécurité de la filière bovidés et des activités qui lui sont connexes…

Le 4 mai 2018 à Antanimora Ambovombe, en marge de l’inauguration d’une stèle en l’honneur des martyrs du 1er avril 1971 dans cette partie de l’île, organisée par les responsables locaux, le président national du Monima animera un atelier régional sur le sujet brulant du redressement social et économique de Madagascar. Ces deux moments forts de nos activités s’inscrivent dans la préparation du Congrès national. Car aux risques de  décevoir les adversaires du vrai changement qui ont toujours cherché et cherchent encore à enterrer ce parti créé par le leader charismatique Monja Jaona et ses compagnons il y a 60 ans, je souligne que nous préparons en ce moment le Congrès national du 60e anniversaire du parti qui se tiendra en juillet (juillet 1958 – juillet 2018) ».

Midi : Monja Roindefo sera-t-il de nouveau candidat à la présidentielle et le Monima participera-t-il aux législatives ?

GR : « C’est le Congrès national qui validera la version actualisée de « Madagasikara Mahafinaritra ho an’ny Vahoaka Malagasy », projet de société élaboré depuis 1994, et s’inscrivant dans la droite ligne des fondamentaux de la lutte patriotique menée par nos illustres aïeux, et dont nous voulons être les principaux dépositaires. C’est le Congrès qui décidera si Monja Roindefo qui s’y prépare, sera candidat ou non aux Présidentielles. Nous déciderons aussi pour l’occasion des candidatures aux Législatives, car en tant que parti démocratique, le Monima est acquis au principe des élections ».

Propos recueillis par R.O

Midi Madagasikara36 partages

Lois électorales : Les députés TIM émettent des réserves

Les élus du TIM saisissent la communauté internationale par une lettre de réserve.

Moins de 24 heures après l’adoption des trois projets de loi organiques sur les élections à l’Assemblée nationale, les 19 députés élus sous les couleurs du TIM (Tiako I Madagasikara) ont émis des réserves où ils condamnent des « lois non consensuelles, sources de fraudes et de nouvelles crises électorales ». Dans une lettre de réserve qu’ils ont signée hier, les élus du parti de l’ancien président Marc Ravalomanana d’affirmer : « Nous, soussignés, députés du parti TIM, déclarons émettre des réserves sur l’adoption des trois lois électorales de ce jour (NDLR : hier), 3 avril 2018. En effet, suite à l’assignation surveillée et à la haute corruption des députés pro-HVM, lesquels ont été logés et nourris aux frais des contribuables pendant six jours à l’hôtel au Paon d’Or sis à Ivato. Des consignes ont été données à ces derniers afin d’adopter sans prendre en considération les amendements apportés par les travaux de commission. Les attitudes et comportements du président de l’Assemblée nationale étaient anormaux et ont confirmé que les trois lois doivent être adoptées telles quelles à coûte que coûte selon la version  gouvernementale ».

« Mal votées ». Par ailleurs, les 19 députés TIM d’enfoncer le clou dans leur lettre de réserve : « Aucun débat, aucune discussion n’ont été autorisés en violation de la Constitution et du règlement intérieur de l’Assemblée nationale. Les députés de l’opposition et ceux Indépendants n’ont eu aucun droit à la parole. Le comptage des voix à main levée a été truqué et gonflé. Ainsi, nous réitérons que ces trois lois ont été mal votées et entachées d’illégalité et de corruption. » En un mot, les élus TIM contestent la démarche empruntée par l’Exécutif dans l’adoption des projets de loi organique relatifs aux élections. Ils ont envoyé hier même leur lettre de réserve aux membres de la communauté internationale qui suit de plus près l’évolution du processus électoral dans le pays. En tout cas, le processus d’adoption de ces textes électoraux se poursuit. Après la journée d’hier, il appartiendra aux sénateurs d’examiner à leur tour les projets de loi qui viennent d’être passés en première lecture à l’Assemblée nationale. La dernière étape du processus qui précédera la promulgation par le président de la République des lois votées sera le contrôle de constitutionnalité exercé par la Haute Cour Constitutionnelle (HCC).

Recueillis par R. Eugène

Midi Madagasikara28 partages

Programme économique : Des risques de suspension à cause des élections, selon Patrick Imam

Patrick Imam, représentant résident du FMI à Madagascar.

Plusieurs défis attendent Madagascar dans son Programme économique appuyé par la FEC (Facilité Elargie de Crédit) du FMI (Fonds Monétaire International), selon le représentant résident du FMI, Patrick Imam. Interview.

Midi Madagasikara (MM). Comment a évolué la performance de Madagascar dans la mise en œuvre de son Programme économique, si l’on se réfère aux trois revues de la FEC ?

Patrick Imam (FMI). A ce jour, la mise en œuvre du programme de réformes soutenu par la FEC est sur la bonne voie. Le pays continue d’afficher des résultats positifs depuis trois ans et ce, en dépit des différents défis auxquels il a dû faire face récemment. Les performances sur le plan économique continuent d’être solides avec un taux de croissance en continuelle hausse, que nous estimons à 5% pour cette année. Le taux d’inflation, qui était toujours resté en-deçà de deux chiffres malgré différentes pressions sur la hausse des prix, devrait reculer progressivement et s’établir sous la barre des 8% pour la fin de l’année. Grâce à une bonne mise en œuvre des politiques économiques, la situation macroéconomique est restée stable jusqu’à présent. De nombreux progrès sont aussi enregistrés au niveau de plusieurs domaines si on ne cite que l’accroissement continu des recettes fiscales collectées ou bien l’amélioration de la qualité et de l’efficience des dépenses publiques grâce à l’apurement des arriérés de l’Etat ainsi que l’élimination des subventions improductives telles que les subventions sur le prix du carburant ou bien l’augmentation progressive des budgets alloués aux secteurs infrastructurels et sociaux.

Peut-on espérer une annonce de décaissement dans un futur proche ? Quels sont les efforts à mener et les enjeux actuels ?

FMI. Si notre Conseil d’administration donne son approbation sur les conclusions de la revue qui vient d’être réalisée, alors le prochain décaissement peut être espéré vers la fin du mois de juin ou au début du mois de juillet. Toutefois, cela reste conditionné par la conclusion de la revue qui, elle-même, est dépendante des discussions qui vont encore se poursuivre à Washington, lors des réunions de Printemps vers la mi-avril. A ce jour, les discussions ont très bien avancé et les écarts de position se sont réduits significativement. Les concertations à Washington vont se porter sur les mesures que les autorités comptent prendre pour adresser les besoins de transferts additionnels de la Jirama ainsi que limiter ses pertes opérationnelles, régler les engagements que les autorités ont accumulé vis-à-vis des distributeurs pétroliers du fait du non ajustement des prix à la pompe au cours des deux premiers mois de l’année et enfin pour prendre en compte les besoins additionnels de transferts pour le salaire et la caisse de retraite.

Madagascar a encore été frappé par des catastrophes naturelles. Qu’est-ce que cela implique pour le FMI ? Des financements additionnels pourraient-ils être accordés ?

FMI. C’est vrai que Madagascar a été durement touché par deux cyclones en début d’année et que ces derniers ont créé des dommages économiques importants dans les régions qui ont été touchées. Toutefois, du point de vue macroéconomique, il semblerait que les effets au niveau de l’ensemble du pays n’étaient pas assez critiques pour avoir impacté, par exemple, les besoins de financement au niveau de la balance de paiements. Ainsi, contrairement à l’année dernière, cela n’a pas eu d’implications dans le financement accordé par le Fonds au pays, puisque qu’il n’y avait pas eu de demande de financements additionnels de la part des autorités. Les ressources existantes ont également permis au pays également de faire face aux impacts des cyclones de par ses propres moyens.

La période électorale est prévue pour cette année. Quels seraient les impacts éventuels sur la FEC ?

FMI. Si on se réfère à l’histoire récente de Madagascar, le programme est exposé à deux grands risques en cette période électorale à mon avis. D’abord, le risque de ralentissement dans la mise en œuvre des réformes prévues et dans l’exécution des dépenses publiques qui est susceptible de se matérialiser notamment pendant les périodes pré-électorales ou bien pendant la période transitoire jusqu’à ce que les nouvelles instances dirigeantes du pays soient complètement opérationnelles. Mais, il y a également le risque de suspension momentanée de la mise en œuvre des réformes, notamment si les élections ne se déroulent pas aussi bien que prévu. Ce qui aurait pour effet de retarder le décaissement au titre du FEC en lui-même, mais aussi et surtout de retarder les décaissements prévus de certains partenaires techniques et financiers et d’autres investisseurs qui assoient éventuellement leurs décisions sur le bon déroulement de la FEC.

Depuis quelques mois maintenant, le problème de congestion des trafics au niveau du port de Tamatave revient régulièrement dans les sujets de discussion économique, est-ce que cela constitue une menace importante sur les activités et la croissance économique ?

FMI. Effectivement, la congestion au niveau du port de Toamasina constitue un sujet de préoccupation grandissant sur lequel les autorités se penchent. Si ce problème persiste, à terme il pourrait devenir un goulot d’étranglement et affecter la croissance économique du pays. D’ailleurs il affecte déjà certains secteurs de l’économie, telles que les zones franches, en ralentissant notamment leurs approvisionnements en matières premières mais aussi leurs possibilités d’exportation. Cela entraîne également des augmentations au niveau des coûts encourus par les opérateurs, puisque soit le déchargement des marchandises par les bateaux prennent plus de temps que prévus, soit les bateaux repartent et déchargent les marchandises dans d’autres ports plus éloignés. Du fait de la congestion également, les opérations douanières afférentes aux opérations de commerce international en pâtissent également. Le ralentissement des importations affectera aussi le niveau de performance en matière de collecte de recettes qui à son tour risque d’impacter négativement la mise en œuvre du budget, notamment les dépenses publiques, faute de ressources insuffisantes. C’est extrêmement important et urgent pour les autorités de trouver des solutions à ce problème. A court terme, des solutions d’urgence, comme stocker les containers à l’extérieur du port, pourraient être envisagées afin de désengorger le port. Quant à long terme, les autorités travaillent déjà sur l’extension du port avec l’appui financier du Gouvernement japonais. Comme le pays est déjà dans une bonne dynamique économique, ses infrastructures modernisées devraient permettre de soutenir une croissance vertueuse.

Recueillis par Antsa R.

Midi Madagasikara26 partages

PSE 2018-2022 : 100 millions de dollars de la Banque mondiale et du GPE

C’est le plus grand financement jamais accordé au secteur éducation à Madagascar : 100 millions de dollars, dont l’octroi vient d’être approuvé la semaine dernière par la Banque mondiale et le GPE (Partenariat mondial pour l’éducation), en appui à la mise en œuvre des réformes prévues dans le Plan sectoriel de l’éducation (PSE) 2018-2022. Il s’agit ainsi d’un financement conjoint incluant une allocation de 55 millions de dollars de l’IDA (Association internationale de développement) de la Banque mondiale et une allocation de 45,7 millions de dollars du GPE. Ce financement vise à améliorer l’apprentissage pendant les deux premières années du primaire dans les écoles publiques.

35 mots par minute. L’objectif est d’accroître le nombre de mots correctement lus par l’élève, de 24 à 35 par minute et de ramener le taux de redoublement, concernant les deux premières années, à 12% ou moins par an. La formation des enseignants sera également renforcée, notamment dans les domaines de la lecture et du calcul. Le projet a aussi pour objet d’améliorer la fréquentation scolaire, de réduire les taux d’abandon et de mieux préparer les enfants à l’école. Par ailleurs, la création de 1 000 centres d’apprentissage précoce, en association avec les collectivités locales, ainsi que la construction de 800 salles de classe aménagées, avec des toilettes et de l’eau courante, sont prévues dans le cadre de ce projet.

Gestion des écoles publiques. En outre, l’amélioration de la gestion des écoles publiques se trouve au cœur des préoccupations dans ce projet. Il s’agit alors de mettre en place un système national équitable de subvention des écoles et de renforcer les capacités des directeurs d’école. Un financement supplémentaire de 29 millions de dollars est prévu en cas d’atteinte des objectifs visés dans les écoles participantes, les circonscriptions scolaires (CISCO) et les directions régionales de l’éducation (DREN). Plus de 4,7 millions de bénéficiaires sont visés par ce projet, lequel entend atteindre 4,6 millions d’enfants inscrits dans le primaire et 80 000 enfants dans des centres d’apprentissage précoce. De même, 35 000 instituteurs et 6 500 éducateurs communautaires préscolaires, 4 000 membres de conseils d’administration d’écoles communautaires et 20 000 directeurs d’école et responsables locaux seront formés.

Hanitra R.

Midi Madagasikara26 partages

Cinéma : Le multiplex Cinépax ouvre ses portes

Chaque salle peut accueillir 80 personnes.

Un grand pas en avant dans le monde du cinéma à Madagascar. A l’approche du festival des Rencontres du film court, la nouvelle salle Cinépax vient d’ouvrir ses portes.

Fort de son savoir-faire et de la technologie utilisée, le Cinépax donne un nouveau souffle au 7e Art. Longtemps apprécié sur des supports inadaptés ou inconvenables et même illégaux, le cinéma renaîtra de ses cendres et pourra contribuer au développement du pays. Si le premier festival panafricain de film court a vu le jour il y a un an, aujourd’hui, Madagascar fait désormais partie des rares pays africains francophones à posséder un cinéma multiplex Cinépax participe au renouveau du cinéma dans ces pays où de nombreuses salles de cinéma ont malheureusement fermé au cours des 30 dernières années. Madagascar représente un défi de taille avec un nouveau public et de nouvelles habitudes en matière d’expérience cinématographique. Aujourd’hui, Cinepax répond aux attentes des Malgaches en mettant à leur disposition des infrastructures aux normes internationales et rehausse l’image du 7e Art.

« Nous avons à cœur de faire de Tana Water Front un haut lieu de la vie culturelle sur Tana regroupant l’artisanat et les arts malgaches. » s’est exprimé Gauderique Bouvet, Directrice du Cinépax Conscient du potentiel que représentent les jeunes réalisateurs malgaches, Cinepax ouvre ses portes aux ambitions de nombreux festivals et initiatives porteurs d’avenir.  Ceci est un soutien pour  la production cinématographique malgache. La projection de films courts dans le cadre de la Rencontres des Films Courts a d’ailleurs été déjà programmée la semaine prochaine.

Levier de développement. Le cinéma constitue un levier de croissance considérable pour le pays et l’ouverture de cette nouvelle salle offre de nouvelles perspectives d’avenir et ouvre les Malgaches aux opportunités de travail représentées par l’industrie du film.  A travers la création d’emplois directs et indirects ainsi, ceci offre une vision optimiste et optimisée du cinéma à Madagascar. Dorénavant, les films américains et français seront diffusés dans les salles de Cinépax au même moment que leur sortie en France. Chacune des quatre salles a été pensée et réalisée avec une ambiance différente. Ce style particulier permet de plonger le spectateur dans un univers original et adapté aux types de film projetés.

Zo Toniaina 

Midi Madagasikara22 partages

Faran’ny herinandron’ny paska : Zaza iray maty tanaty « piscine » tao Foulpointe

“Hita taratra aloha, fa tena tsy manambola ny Malagasy, hany ka voatery mitsitsy amin’ny fampiasam-bolany amin’ny fety, satria ny fetim-pirenena, ny fetin’ny maty, ny taom-baovao, ary ny fetin’ny paska no fety tena malaza eto Toamasina, ka mazana dia betsaka ny loza mitranga noho ny hamamoana mandritra izany hatramin’izay”, izay no nambaran’ireo mpitsabo misahana ny raharaha vonjy taitra sy vonjy aina ny hopitaly be. Tamin’ity faran’ny herinandron’ny paska 2018 ity mantsy dia misy 133 ny telo andron’ny paska izay mbola niampy ny talata ihany koa; tao anatin’izay dia 1 izay niditra ny talata maraina toran’ny toaka, tsy nisy afa-tsy 6 ny lozam-pifamoivoizana izay saika moto avokoa, saingy tsy nisy ny maty, ary ny resaka ady an-dalam-be dia nisy 23 ka ny  mpianakavy sy ny mpinamana ihany no nifandratra noho ny hamamoana nandritra izany. Nanao ezaka mafy tamin’ny fiambenana ny moron-dranomasina ny mpitandro ny filaminana, na teto Toamasina izany, na tao Foulpointe, ary tonga hatrany Vatomandry sy Mahanoro ihany koa, ka tsy nisy ny loza an-dranomasina. Mahavelona Foulpointe kosa ny sabotsy no nitrangana zaza latsaka tao anaty “piscine” tsy hitan’ny ray aman-dreniny tsy lavitra teo anefa, ilay zaza efa nitsengevana taorian’ny fitadiavana azy vao taitra ny rehetra, koa na niezaka nanavotra ny ain’ity zaza ny mpitsabo tany an-toerana dia tsy tana ny ainy. Ho an’ny zandarimariam-pirenena nisahana ny faritra manodidina an’i Toamasina sy ireo distrika hafa ihany koa, dia 4 ny lozam-pifamoivoizana voarain’izy ireo izay tamin’ny lalam-pirenena faha-5 mihazo an’i Foulpointe avokoa ary natan’ny moto scooter; nisy olona iray koa maty voatifitry ny tompon-trano noho ny halatra kanelina tao Vatomandry, ary olona 5 voasambotra noho ny resaka halatra. Ankoatra izay ho an’ny polisim-pirenena nisahana ny tampon-tanana, dia nisy vokany ny fanamafisan’izy ireo ny fiaraha-miasa matotra tamin’ireo andrimasom-pokonolona isam-pokontany, satria tsy nahitana tranga halatra sy vaky trano ny fokontany nandritra ny fety; feno hipoka azy ireo koa ny moron-dranomasin’i Toamasina izay tena feno olona, ka tsy nahavita nanao ny asa ratsiny ireo mpanendaka sy ireo mpangarom-paosy.

Malala Didier

Midi Madagasikara21 partages

Un vote acquis avec difficulté à l’Assemblée

L’adoption des lois électorales par une majorité de députés était attendue. La nouvelle n’a donc surpris personne. Maintenant, on attend donc la suite des événements. Les récalcitrants n’ont eu aucune alternative et ils ont préféré sortir. Leur attitude n’aura rien changé, car les chiffres ont parlé d’eux-mêmes. C’est  l’opinion publique que chaque camp va essayer de convaincre. La polémique ne fait que commencer.

Un vote acquis avec difficulté à l’Assemblée

Le régime n’a pas cédé devant les contestations de l’opposition à l’Assemblée. Il a montré qu’il était maître du jeu parlementaire. Il est donc arrivé à ses fins. Les lois électorales qu’il a proposées ont été votées et c’est l’essentiel pour lui. Mais, cette victoire laisse un certain goût d’amertume au sein de tous ceux qui pensaient  voir leurs amendements retenus. Ces trois sessions extraordinaires ont  montré qu’une opposition s’est constituée  et qu’elle a décidé de s’opposer à un unanimisme de façade. Cette dernière aura l’occasion de batailler encore dans les mois à venir.  Elle ne va pas s’avouer vaincue, puisque ces lois, après avoir été examinées au Sénat, vont subir un contrôle de constitutionnalité à la HCC. Cette institution avait ces derniers temps retoqué plusieurs lois et l’espoir de la voir juger selon le droit n’est pas vain. C’est un fait que le régime désire avoir un code électoral totalement à son avantage, mais il ne peut pas rester insensible aux interpellations qui lui sont adressées. Il se trouverait grandi s’il tenait compte de l’opinion d’une partie de l’opinion plutôt rétive. Le spectacle du désordre qui a eu lieu à l’Assemblée et qui  a été retransmis par les chaînes de télévision montre le manque de sérénité du vote. On a constaté l’échauffement des esprits, mais rien n’y a fait. C’est une étape qui a été franchie par le pouvoir, mais ce dernier ne peut pas préjuger d’un avenir qui est incertain.

Patrice RABE

Midi Madagasikara21 partages

Transformation de l’agriculture : Des investissements dans trois domaines s’imposent

Le secteur de la riziculture à Madagascar connaît une avancée considérable. (Photo d’archives)

Madagascar est le 2e pays producteur de riz en Afrique Subsaharienne après le Nigeria. Mais le pays est aussi le plus grand consommateur de cette denrée.

Sa production n’arrive pas encore à subvenir à ses besoins alimentaires. C’est dû notamment à la croissance démographique avec un taux annuel de 2,8% ainsi qu’aux impacts du changement climatique. Cependant, le secteur de la riziculture à Madagascar connaît une avancée considérable grâce aux nombreuses interventions de l’Etat appuyées par ses partenaires. Le Représentant Résident de la JICA Madagascar, M. Murakami l’a évoqué lors d’une conférence-débat sur la transformation de l’agriculture organisée en partenariat avec le ministère auprès de la Présidence en charge de l’Agriculture et de l’Elevage tout récemment à l’hôtel Ibis à Ankorondrano.

Atouts spécifiques. En outre, le Professeur Otsuka Keijiro, économiste de développement et chercheur en Chef au centre IDE-JETRO, a soulevé que le riz est la culture la plus prometteuse en Afrique subsaharienne. En effet, « il y a une haute transférabilité des variétés modernes et des pratiques agronomiques améliorées de l’Asie vers cette zone. La grande disponibilité des vallées favorables à la riziculture dans les bas-fonds n’est pas en reste. A part ces avantages communs des pays de l’Afrique subsaharienne, le climat favorable et la prévalence des pratiques agronomiques de base semblables à celle de l’Asie tropicale dans les années 60 constituent des atouts spécifiques pour Madagascar », a-t-il exposé. Et en citant le cas de la riziculture malgache, ce Professeur japonais a avancé que des investissements dans trois domaines s’imposent même si le rendement de productivité a progressivement augmenté. Il s’agit notamment des investissements dans les systèmes de recherche appliquée et de distribution de semences ainsi que dans la formation de vulgarisateurs et de campagne de nouvelles technologies par l’Etat. La distribution du sac PAPRiz dans le cadre de la mise en œuvre du projet d’amélioration de la productivité rizicole et de gestion des bassins versants et es périmètres irrigués a entre autres, porté ses fruits. En effet, « les bénéficiaires du projet ont obtenu un rendement de près de cinq tonnes/ha contre deux à 2,5 tonnes/ha auparavant », a-t-il enchaîné.

Micro-finance. Par ailleurs, l’insuffisance des investissements dans l’irrigation, la faible utilisation d’engrais chimique et l’indisponibilité des crédits constituent généralement un échec pour les pays de l’Afrique subsaharienne. Le ministre auprès de la Présidence en charge de l’Agriculture et de l’Elevage, Harison Randriarimanana, pour sa part, partage également son avis. En fait, « l’Etat s’est désengagé du secteur productif après l’Ajustement Structurel. D’où, il y a un manque crucial de vulgarisation agricole dans le milieu rural. En outre, les paysans utilisent peu d’engrais chimiques et de semences améliorées en raison de leur inaccessibilité ? Le système de miro-finance à Madagascar nécessite en plus une restructuration pour une meilleure adaptation aux besoins des producteurs. Ainsi, dans le cadre de la vision Fisandratana 2030, nous allons redynamiser tous les centres semenciers en partenariat avec le secteur privé. Une usine de production de différents types d’engrais adaptés à chaque type de fertilité de sols des régions sera bientôt installée dans la région Alaotra avec l’appui de l’Inde. Ce qui permettra aux paysans d’accéder aux intrants à moindre coût, car l’on en importe plus. La formation des techniciens vulgarisateurs agricoles n’est pas en reste. Une étude est également en cours concernant l’amélioration du système de micro-finance », a-t-il expliqué.

Autosuffisance en riz. Et parlant du grand défi d’atteindre l’autosuffisance en riz en 2020, le ministre de tutelle a fait savoir que c’est faisable si l’on obtient seulement un rendement moyen de 3,5 tonnes/ha via l’extension de la diffusion de la technique PAPRiz dans toutes les régions productrices. D’autant plus, « l’Agence Japonaise de Coopération Internationale soutient les efforts du gouvernement malgache à travers les différents projets sur la riziculture en cours comme le PAPARiz II, Le FY VARY et le projet de don non remboursable PC23 pour une meilleure transformation de l’agriculture », a conclu son Représentant Résident, M. Murakami.

Navalona R.

Midi Madagasikara17 partages

Réforme de la langue française : Les nouvelles réformes de l’orthographe seront dans les écoles malga...

Les modifications apportées aux mots de la langue française dans le cadre de la réforme de l’orthographe ont été les causes d’un véritable tollé dans la Métropole. Ce qui n’est pas le cas dans la Grande Ile.

Sujet polémique en France, la réforme de l’orthographe devrait être appliquée dans le système éducatif malgache. Madagascar étant une ancienne colonie française, les changements apportés dans la langue française vont être observés et appliqués dans les matières enseignées dans les établissements publics et privés malgaches. Comme l’a attesté Nivo Hanta Raharimboahangy, directrice des études et recherches pédagogiques (DERP) auprès du ministère de l’Éducation nationale, «même si la réforme de l’orthographe n’est pas une priorité dans les efforts d’amélioration du système éducatif malgache, les changements vont être observés dans la langue française en tant que langue d’enseignement». Nivo Hanta Raharimboahangy d’ajouter que «les changements en question pourraient être bénéfiques pour les élèves malgaches». «Les Français eux-mêmes ont voulu faciliter leur langue. Les modifications apportées aux orthographes pourraient faciliter l’appréhension, la compréhension et la maîtrise de la langue pour les élèves malgaches» a noté la directrice  des études et recherches pédagogiques auprès du MEN.

Refus. Par ailleurs, les propos de la DERP auprès du MEN tendent à répondre aux questions que de nombreux observateurs de la vie publique ont posées sur les éventuels effets de la réforme de l’orthographe de la langue française sur les élèves malgaches. Si à l’instar des Français qui voient à la réforme de l’orthographe «une tendance à un appauvrissement et à un nivellement par le bas» beaucoup de Malgaches avancent l’idée de la perte des sens des mots. En effet, les remarques et critiques relatives à la réforme de l’orthographe française concernent surtout le point de vue étymologique. «Comme le mot en langue malgache, le mot en langue française revêt un sens qui lui est propre. Changer la façon de l’écrire pour – soit disant faciliter son apprentissage – et ne pas tenir compte de son sens n’est pas acceptable» a fait savoir un professeur de français d’une école privée d’Ampefiloha qui a préféré taire son nom.

José Belalahy

News Mada15 partages

Blocage des prix a la pompe : 40 milliards d’ariary de dépense en plus pour l’Etat

Le fait que l’Etat ait fait marche arrière en réajustant les prix à la pompe depuis lundi, a été une surprise pour plus d’un. Pour les compagnies pétrolières, l’accord conclu début mars dernier n’a pas été respecté. Les autres observateurs parlent d’une décision populiste venant de l’Etat face au contexte qui prévaut dans le pays en ce moment. Dans tous les cas, le blocage des prix à la pompe pèse lourd pour le budget de l’Etat.

La volte-face de l’Etat sur le réajustement des prix à la pompe, 24 h après son application au 1er  avril dernier est tout simplement incompréhensible pour les compagnies pétrolières.

«Nous avons reçu un texto, suivi d’un mail dans la nuit du 31 mars dernier sur la hausse des prix à la pompe effective à partir du 1er avril. Nous avons pris les dispositions nécessaires après cette décision. Puis le lendemain vers midi, nous avons reçu un autre texto concernant la suspension de la hausse déjà effective depuis près de vingt quatre heures. Des équipes ont été alors mobilisées au niveau des stations pour changer à nouveau les prix affichés à la pompe», explique un directeur d’une société de distribution de produits pétroliers lors d’une conversation téléphonique, hier.

Mais le gel des prix à la pompe coûte cher à l’Etat qui comble le gap enregistré par les compagnies pétrolières. En effet, «le gel des prix représente une dépense supplémentaire de plus de quarante milliards d’ariary pour le budget de l’Etat depuis le début de l’année», a indiqué une source proche du dossier.

C’est pour cette raison que les bailleurs de fonds, notamment le Fonds monétaire international (FMI) conseille au gouvernement malgache d’appliquer progressivement la vérité des prix pour permettre d’améliorer les investissements dans la lutte contre la pauvreté et d’autres programmes sociaux.

Menace sur les investissements

Dans tout les cas, les compagnies pétrolières n’ont reçu aucune explication relative à cette décision prise par l’Etat. Notre interlocuteur a tout de même avancé qu’«A priori, cette décision se rapporte à éviter le choc auprès des consommateurs. Cela part d’un bon sentiment  que nous respectons. Seulement, la situation n’est pas en faveur de notre trésorerie, notre investissement et notre volonté de développement. Car il faut savoir que, comme toutes les autres entreprises présentes à Madagascar, les compagnies pétrolières font de l’investissement, créent des emplois et tiennent un rôle social. Et vu la situation actuelle, nous atteignons la limite de ce qu’on peut consentir en ce moment».

Riana R.

 

Midi Madagasikara15 partages

Betafo : Basy poleta vita gasy saika hamidy, nahafaty zazavavy kely

Zazavavy kely iray 15 taona no maty tsy tra-drano voatifitra teo amin’ny fony tao Betafo. Fantatrafa basy saika hamidy no nahafaty azy ary ny nenitoany ihany no nahavanon-doza tsy nahy. Raha ny fanazavana avy tamin’ny tobin’ny zandary ao Betafo, dia efa mpanao ity asa ratsy mivarotra basy ity mihitsy ilay ramatoa  izao tratra izao. Mpanangom-bokatra ao Betafo no hamantaran’ny maro azy, raha ny vaovao voaray anefa, dia hanafenany ny aferana basy ataony io anton-draharahany io. Tato ho ato izay tena niparitaka tokoa ny fivezivezen’ny basy tsy ara-dalàna, indrindra tao amin’ny kaominina Betafo. Basy poleta roa, vita gasy saingy efa raitra dia raitra tokoa no tratra tao amin’ity ramatoa voasambotra ity. Fantatra fa, efa nahafaty olona hafa ireo basy ireo  ankoatra ilay zazavavy kely maty vao haingana io. Nilaza ny handeha haka paoma tao Amparihimena ilay ramatoa ny 19 Martsa lasa teo, nefa hivarotra basy no tena ataony hoy ny komandin’ny zandary ao Betafo, ny GPHC Rakotoarisoa Andrimaminirina omaly raha nitafa tamin’ny mpanao gazety. Nitondrany zanany iray sy ny zana-drahaliny vavikely izy tamin’io fotoana io. Teo am-pikitihana ilay basy ilay ramatoa no nirefotra tampoka ny basy ka teny amin’ilay zana-drahalahiny no niantefa ny bala. Maty tsy tra-drano teo ilay zaza. Nentiny namonjy hopitaly ilay zazavavy ary nafeniny tamin’ny mpitsabo fa nototoin’ny omby io zaza io. Rehefa nizaha anefa ny mpitsabo dia fantatra fa maty voatifitry ny basy ilay zaza, niantso ny zandary avy hatrany ny mpitsabo noho ny tranga nampiahiahy. Voamarina fa tena voatifitry ny basy tokoa ilay zaza ka teo no niainga ny fanadihadiana. Nosamborina ilay ramatoa,natao ny fisavana ny trano fonenany ka tratra tao  aminy ny basy poleta vita gasy roa. Niaiky ny heloka vitany rahateo izy ary nilaza fa nikasa hivarotra ireo basy amin’ny vidiny 2 50 000 ar ny iray tamin’io fotoana io. Tsy nilaza mazava ny nahazoany ireo basy ireo anefa izy, nambarany fa olona sendra azy teny an-tsena no nividianany azy. Nanao ny fizahana teny amin’ny toerana nitrangan’ny loza ny zandary ary mbola hita teny an-toerana ny vodina bala iray 9 mm nahafaty ilay zaza. Ankoatra ilay ramatoa, dia nisy lehilahy iray hafa ihany koa voasambotra isan’ny niray tsikombakomba tamin’ny fitazonana sy fivarotana basy. Hatolotra ny fampanoavana amin’ity herinandro ity raharaha, araky  ny fanazavana.

Andry N.

Midi Madagasikara13 partages

Autisme Tour 2018 : Lancement réussi à Toamasina

Pour sensibiliser la masse, il faut se mettre à son niveau. Les volontaires de l’AuM l’ont bien compris ! (crédit photo : Autisme Madagascar)

La journée mondiale de l’Autisme a été marquée le 2 avril dernier à Toamasina par le lancement de l’Autisme Tour 2018.

Plus de 75 personnes ont répondu à l’appel, hormis celles qui sont venues assister aux « talk shows » à l’Alliance française et à l’exposition à l’Hôtel de Ville, portant sur la sensibilisation à l’autisme. D’autant plus que le mois d’avril est mondialement dédié à cette cause. Lors du lundi de Pâques, autorités locales, associations de protection de l’Enfance, responsables d’établissements scolaires, enseignants et éducateurs, tous ont répondu positivement à l’appel,  quoique l’affluence ait été plus conséquente en début d’après-midi, heure de la promenade. Les bénévoles de l’organisme communautaire Autisme à Madagascar (AuM) en ont profité pour s’approcher du public et opérer une sensibilisation de masse, en totale adéquation avec le concept de mobilisation du grand nombre, en faveur des autistes et de leurs proches, pour éradiquer la stigmatisation des autistes qui devraient jouir des droits de l’Homme dans leur intégralité.

Toamasina. Le choix de la capitale du Betsimisaraka comme ville hôte du lancement de l’Autisme tour 2018 n’est pas dû au hasard. Il répond à une expression des besoins. Niaina Fetra Nomenjanahary, Coordinateur au sein de l’Autisme Madagascar, d’ajouter : « Nous avions choisi Toamasina pour le lancement, car de nombreux parents nous ont déjà sollicités pour venir faire des sensibilisations ou juste une séance d’informations sur l’Autisme ; même topo pour Mahajanga, les parents et les familles voudraient en savoir plus sur l’Autisme ». Puisque l’art en général et la musique en particulier sont fédérateurs, des animations artistiques ont émaillé le lancement de l’Autisme tour 2018. Les artistes locaux ont apporté fièrement leur pierre à l’édifice, pour ne citer que : Makwa Joma, Angie Andriambavilanitra, SM Mada, L.Jo, Zandry Basesa, Taylor Crex Dancehall, ou encore H-Dihy, etc.

Améliorations et contributions. Il convient de noter que ce lancement sur Toamasina s’est effectué en étroite collaboration avec les associations et les groupements de jeunes de la capitale du Betsimisaraka. Par ailleurs, selon toujours les organisateurs, des améliorations doivent être apportées, notamment en ce qui concerne les « talk shows » et l’animation de l’exposition, pour y donner un peu plus de vie. Si l’AuM collabore déjà avec le Ministère d e l’Education nationale (MEN) (dans la mise en place d’une plate-forme pour l’éducation inclusive), les collaborations avec les acteurs étatiques sont encore amenées à être renforcées, notamment avec le Ministère de la Santé publique (MSP), ainsi que le Ministère de la Population de la Protection sociale et de la Promotion de la Femme (MPPSPF), ainsi que le corps médical.

Luz Razafimbelo

Midi Madagasikara11 partages

Accès à l’eau potable : Des travaux de 200 forages en vue

Un taux d’accès à l’eau potable de 67%. Tel sera le défi lancé par le ministère en charge de l’Eau, de l’Energie et des Hydrocarbures pour l’année 2019 si ce taux s’élève actuellement à 24% au niveau national. Pour ce faire, des travaux d’adduction d’eau potable ont été réalisés dans de nombreuses localités. On peut citer entre autres, ceux dans le district d’Isandra à Fandriana, Bealanana,  Mandritsara, Tsiroanomandidy, Ambilobe et à Ambanja. En outre,  des travaux de 200 forages positifs qui seront destinés aux régions Atsimo Andrefana et Menabe démarreront bientôt, a annoncé le ministre de tutelle, Lantoniaina Rasoloelison. « Ce qui permettra  à des dizaines de milliers de personnes d’avoir accès à l’eau potable », a-t-il poursuivi. Notons que de nombreux ménages continuent pour l’heure d’utiliser des sources d’eau non améliorées et de consommer de l’eau insalubre. « D’ici à 2030, la totalité de la population devrait avoir accès à l’eau potable selon l’ODD 6. Un investissement de 2,8 milliards d’Euros est indispensable pour y parvenir », a-t-il conclu.

Navalona R.

Midi Madagasikara11 partages

Accident de motos en série : Deux morts et plusieurs blessés

Cet accident s’est produit à Ambatomirahavavy, lundi 2 avril.

Ce phénomène ne devrait pas se produire si les autorités concernées ont pris des mesures y afferentes. O n fait cette remarque suite au constat de la recrudescence des accidents de motos aussi bien dans les rues de la capitale que sur les routes nationales depuis ces derniers temps. Les statistiques recueillies auprès dela circonscription inter-régionale de la gendarmerie d’Antananarivo ont permis de constater que sur les six accidents de circulation qui ont eu lieu samedi 31 mars et dimanche 1er avirl, quatre ont impliqué des motards. Le pire est d’entendre que cela s’est souvent soldé par la perte de vie humaine. Tel était le cas qui s’est produit sur la RN7 samed vers 16 heures 10 au PK49+800 soit au niveu du village de Kianjanoro.  Roulant à grande vitesse en sens inverse, deux scooters ont fait nez à nez dans un tournant. Le choc a tué les deux motards sur lecoup. Quelques minutes avant cette tragédie, un motard a été grièvement blessé après avoir été percuté par une voiture à Iavoloha au PK12 s encore sur la RN7. Le problème est d’entendre que le chaufard de la voiture a commis un délit de fuite. Sur la RN2, soit Andranomandry dans la commune Ambohimangakely, une moto scooter a fini sa course  après avoir été heurtépar  une voiture Renault 6. Ayant lieu vers 17heures 30, cet accident a blessé le  motard. Le quatrième accident est survanu à Mandrosoa-Ivato dimanche vers 16 où un motard a été grièvement blessé quand sa moto a été fauché par une voiture Renault Clio. Ce n’est pas tout, lundi en début de l’après-midi,  un homme a failli être tué dans la collision entre sa moto avec un  camionnette de Marque Peogeot 404 à Ambatomirahavavy sur la RN1.

T.M.

Midi Madagasikara10 partages

Accords de libre-échange : Le secteur privé réclame sa participation aux négociations

Rencontre entre le SIM, le FIVMPAMA et l’ambassadeur de Madagascar en Ethiopie, hier dans les locaux du SIM à Ankorondrano.

Les nouveaux accords régissant les relations entre l’Afrique et l’Europe doivent être définis avant 2020, année d’expiration de l’accord de Cotonou. De grands changements sont en vue.

Une réunion de l’OUA (Organisation de l’Unité Africaine) s’est tenue à Kigali Rwanda, en mars dernier, sur les nouvelles relations entre l’Afrique et l’Europe, après la fin de l’Accord de Cotonou en 2020. Une présentation de la situation a été faite par l’ambassadeur de Madagascar en Ethiopie, Pr Alain Tehindrazanarivelo, lors de sa rencontre avec le SIM (Syndicat des Industries de Madagascar) et le FIVMPAMA (Fikambanan’ny Mpandraharaha Malagasy), hier à Ankorondrano. « L’Europe a divisé l’Afrique en trois zones, avec des accords différents pour le nord (processus de Barcelone), le centre (Afrique Caraïbes Pacifique) et le sud. Pour cette fois, l’Afrique n’acceptera plus cette catégorisation. Il faut un seul accord pour tout le continent. En outre, l’accord de Cotonou se concentre sur le volet social pour l’Afrique et sur le commerce pour l’Europe. 80% des avantages commerciaux sont attribués à l’Europe. De ce fait, le prochain accord commercial sera bien étudié. Les concertations devraient commencer en septembre 2018 et les négociations devront prendre fin avant 2020 », a indiqué l’ambassadeur.

Avantages. De leur côté, les représentants du secteur privé ont réclamé la participation du secteur privé dans les négociations. Le président du SIM, Fredy Rajaonera, a mis en avant la nécessité d’améliorer la compétitivité des producteurs malgaches, pour mieux faire face au libre-échange. « Déjà à Madagascar, il arrive que, pour un même produit, le coût de production soit plus élevé que le prix des produits importés sur le marché local. S’il faut affronter la concurrence, avec la libre circulation des marchandises et des services, l’Etat doit prendre les mesures adéquates pour renforcer la compétitivité des industries malgaches  », a-t-il avancé. Pour sa part, le président du Fivmpama, Eric Rajaonary a soutenu la nécessité d’impliquer davantage le secteur privé, dans les discussions sur les accords avec l’extérieur, vu que le secteur productif est le plus concerné par les enjeux. Lors de la réunion de mars dernier à Kigali, la liberté de circulation des marchandises et des services, ainsi que les questions liées aux différends commerciaux ont été au centre des discussions, d’après l’ambassadeur Pr Alain Tehindrazanarivelo. D’après ses explications, le protocole d’accord sur la liberté de circulation des personnes a été lancé en janvier 2018. Les prochaines étapes concerneront la liberté de résidence et la liberté d’installation des entreprises.

Antsa R.

Midi Madagasikara9 partages

Pression fiscale : Une amélioration tirée par la TVA

102,5% ! C’est le taux de réalisation de la DGI (Direction Générale des Impôts) dans la collecte de recettes fiscales intérieures, en 2017. En effet, si les prévisions étaient à 2159 milliards Ariary, les recettes fiscales intérieures étaient finalement à) 2.213 milliards Ariary, auxquels s’ajoutent encore celles liées à Air Madagascar, qui s’élèvent à 67 milliards Ariary. D’après les informations publiées par la DGI, la hausse de recettes a été observée dans les 101 centres fiscaux. « Cette tendance haussière est fortement tirée par la TVA qui a plus que doublé d’une part, et par les recettes tirées des BAR (Bordereau Avis de Règlement) sur IRSA (Impôt sur le revenu des salariés) et de l’IR (Impôt sur le revenu) d’autre part. La reprise de certaines activités économiques notamment dans le secteur immobilier ainsi que les efforts déployés pour maîtriser l’assiette expliquent cette performance. Cependant, l’impôt synthétique (IS) ne semble pas tirer profit de cette vitalité. Le rendement de cet impôt demeure faible, malgré la révision des minima IS », a mentionné la DGI dans son bulletin d’information. Avec ces évolutions, le taux de pression fiscale pour 2017 a atteint 11,85%, soit une amélioration de 0,65 point de pourcentage, par rapport à l’année 2016. Cette même performance est attendue pour cette année.

Antsa R.

News Mada8 partages

Préparatifs électoraux : la Sadc dans nos murs

Après les Nations unies et la Francophonie, c’est au tour du Communauté de développement des pays de l’Afrique australe (Sadc) d’envoyer des émissaires à Madagascar. Le principal objet de cette visite, selon des sources concordantes, concerne principalement les préparatifs électoraux.

Dans cette optique, cette délégation prévoit de rencontrer plusieurs personnalités étatiques dans le pays, notamment les chefs d’institution, ainsi que des représentants des organisations de la société civile et les chefs religieux. Sans oublier une rencontre avec les anciens Chefs d’Etat tels que Marc Ravalomanana, Didier Ratsiraka ou encore Andry Rajoelina.

Coïncidence ou non, ce déplacement tombe au moment où les parlementaires statuent sur les lois électorales et que le débat entre les acteurs politiques est axé sur ce point.  A noter que l’organisation sous-régionale a été particulièrement présente durant le processus de sortie de crise de 2009 à travers divers médiateurs qui se sont succédé à Madagascar.

Rakoto

Midi Madagasikara8 partages

Football- RNS : Kiki, la star de Lyon !

Kiki Rabemananjara (au centre) était aux RNS avec Tantseraky Marcellin (à gauche) du BTM FC.

Kiki Rabemananjara possède encore de beaux restes et ce toucher magique qui faisait la force de l’ancien attaquant du Club M et de l’AC Sotema des années 90 de l’ère Peter Schnittger.

Il a été en tout cas la grande star des RNS de Lyon durant le week-end pascal en formant équipe avec d’autres anciens tel Tantseraky Marcellin, l’ancien métronome du BTM FC de l’époque.

Etabli à Mayotte, il est plus chanteur que footballeur, Kiki a tenu à honorer l’invitation des organisateurs de ces Rencontres Nationales Sportives qui regroupent les sportifs malgaches en Europe auxquels s’ajoutent des clubs à Madagascar. Une belle fête, en somme, malgré le niveau qui est resté moyen. Logique car la palme revient aux anciens stars de chaque discipline.

Clément RABARY

Midi Madagasikara7 partages

U 18 Challenge 3 x 3 : 1 875 000 Ariary de primes à la clé

Huit places pour les Jeux Africains de la Jeunesse seront en jeu au Palais des Sports de Mahamasina vendredi et samedi.

A 48 heures du  coup d’envoi du Challenge U 18 3 x 3 au Palais des Sports, les préparatifs vont  bon train pour la fédération. 47 équipes se sont engagées à cette joute nationale dont 32 équipes dans la catégorie masculine  et 15  féminines. Au total, 36 équipes sont toutes issues de la ligue d’Analamanga. On constate la présence des grandes équipes du pays à ce tournoi  pour ne citer que l’ASCUT, l’ASCB, MB2All,  Fandrefiala, Cospn, Cosfa. Cette compétition sera un test pour la direction technique nationale dans la composition de l’ossature de l’équipe nationale en vue des Jeux Africains de la Jeunesse à Alger 19 au 28 juillet. Une liste de 16 joueurs et de 16 joueuses sera établie après ce Challenge national pour intégrer le premier regroupement. Comme le basket-ball 3 x 3 rime avec la fête et les animations, le Challenge national, le « 3X3 Show dance » sera organisé en parallèle avec. Des concours de danse animés par un groupe de quatre  à 10 personnes avec trois minutes de prestation. L’équipe victorieuse décrochera une somme de 300 000 Ariary, contre 200 000 Ariary et 100 000 Ariary pour la deuxième et la troisième. La réunion technique se tiendra demain jeudi 5 avril 2018 à 17 h à la salle de conférence Palais des Sports Mahamasina.

 

Liste de l’équipe masculine :

A City (Analamanga), ABB (Analamanga), ABC (Itasy), AKBB (Analamanga), Analanjirofo, Asa (Analamanga), ASCB (Boeny), Ascut (Atsinanana), AT2B (Analamanga), Babylone (Analamanga), BCI (Analamanga), BCNA Namehana (Analamanga), Big Three (Analamanga), Bira Club (Vakinankaratra), CBBT (Analamanga), CMAH (Analamanga), Cosfa (Analamanga), Dream-Team (Analamanga), DTSC (Analamanga), Fandrefiala (Analamanga), Les Pandas (Analamanga), Lycée Ambohimanambola (Analamanga), MB2All (Analamanga), MCH (Analamanga), Nocturne (Analamanga), SCA (Analamanga), SM (Analamanga), SOE (Analamanga), Teen Team (Analamanga), TMM Mananjary (Vatovavy-Fitovinany), USF (Matsiatra-Ambony), Bongolava.

Liste de l’équipe féminine :

Acacias (Analamanga), BCI (Analamanga), CBBT (Analamanga), Cosfa (Analamanga), COSPN A et B (Atsinanana), Fandrefiala (Analamanga), JCBA 1 et 2 (Analamanga), Lucadro 1 et 2 (Analamanga), MB2All 1 et 2 (Analamanga), Fandrasa (Matsiatra-Ambony), Tamifa (Amoron’i Mania).

T.H

Midi Madagasikara7 partages

Football : Maurice Andriamandranto, l’homme des situations difficiles

Maurice Andriamandranto (à gauche) avec l’un de ses attaquants pour brandir la grande coupe.

Maurice Andriamandranto vient de rajouter un autre titre à son palmarès en offrant le championnat mauricien de Division 1 à Vacoas Phoenix. Un nouveau titre qui permet à ce club de se qualifier parmi l’élite de Premier League.

Cela fait trois ans que l’équipe cherche cette qualification au sein des pros mais il a fallu un Maurice Andriamandranto pour lui permettre de réaliser ce rêve. Un entraîneur qui plus que jamais est l’homme des situations difficiles.

L’homme de tous les défis en fait mais modeste comme il l’est, l’ancien entraîneur qui a offert plusieurs titres de champion au mythique club du BTM FC, renvoie le mérite de cette accession en Premier League à la force d’un collectif et des dirigeants qui s’impliquent énormément pour que, comme ils le disent si bien « the dream comes true » (…le rêve devienne réalité).

Clément RABARY

Midi Madagasikara7 partages

Ambassade de Chine : Concours de rédaction sur la coopération amicale sino-malgache

Jusqu’au 31 août 2018, l’Ambassade de la République populaire de Chine organise un concours de rédaction, à destination des ressortissants malgaches et chinois résidant à Madagascar. Organisé en collaboration avec l’Institut Confucius de l’Université d’Antananarivo, le concours portera sur la coopération amicale sino-malgache.

Modalités. Le concours est intitulé « Mon regard sur la coopération amicale sino-malagasy ». Il s’agira donc pour les participants de partager leur vision et leur perception de la coopération et de l’amitié qui caractérisent les relations diplomatiques entre la République populaire de Chine et la République de Madagascar. Les participants auront le choix entre le français et le chinois pour concourir. Comme marqué dans le communiqué y afférent, « il ne faut pas dépasser 3 000 mots et caractères au maximum par rédaction ». En outre, il faut joindre avec le texte, un Curriculum Vitae avec contact rapide et adresse électronique. Recevables jusqu’au 31 août 2018, les produits sont à envoyer en format PDF ou Word par e-mail à l’adresse : zwbs45@163.com, ou encore par voie postale à l’Institut Confucius de l’Université d’Antananarivo Campus Universitaire d’Ambohitsaina BP 566 101 Antananarivo. Notons que 112 prix seront distribués par les organisateurs à l’issue de ce concours, répartis comme suit : trois prix pour les lauréats (premier Prix) ; neuf pour le second prix, trente pour le troisième et  70  pour le Prix du mérite. Par ailleurs, les œuvres des primés seront diffusées à travers les journaux locaux et sur le site web de l’Ambassade de la République populaire de Chine à Madagascar. Alors, à vos plumes !

Luz Razafimbelo

Midi Madagasikara6 partages

Akon’ny paka teto Andrenivohitra : Nahatratra 151 ireo olona nosamborin’ny pôlisy

Azo lazaina fa nanao ny asany tokoa tamin’ny fitandroana ny filaminana ireo pôlisy an’arivony, 1167 raha ny marina, nivezivezy teto Andrenivohitra sy ny manodidina, raha ny faran’ny herinandron’ny paka teo. Nilamina tokoa mantsy amin’ny ankapobeny izany fety an-danonana isan-karazany tamin’ireo faritra maro teto. Tsy dia nahitàna korontana loatra raha ny antontan’isa navoakan’izy ireo, noho ny fisorohana sy ny fisamborana ireo olona mety noahiahiana mety nanao izany. Mitotaly eo amin’ny 151 teo tokoa mantsy ny fisamborana nataon’izy ireo, noho ireo fandikan-dalàna maro isan-karazany, nanomboka ny alakamisy masina teo, ka hatramin’iny alatsinain’ny paka. Nisy tamin’ireo ny mpandroba voasambotra izay niisa roa, mpanendaka, mpangarom-paosy, mpangalatra nahatratra 55. Raha amin’ny resaka zava-mahadomelina dia nisy olona efatra nosamborina noho ny fifohana rongony, olona 10 mamo an-dalambe. Fa tetsy andanin’izay dia olona mampiahiahy 58 no voatery nosamborina sy nohadihadiana. Eo amin’ny resaka lozam-pifamoivoizana dia nahatratra 19 izany teto Andrenivohitra. Marihana fa tsy nisy ny aina nafoy tao anatin’izany, saingy 29 kosa ireo  naratra. Tao anatin’izany lozam-pifamoivoizana izany dia tranga iray tamin’ireo no olona mamo nitondra fiara, ary tranga roa kosa no nisiana fitsoahan’ny nahavanon-doza. Azo ambara ihany koa fa nirindra ihany ny fifamoivoizana, eny fa na dia teo ihany aza ny fitohanana tetsy sy teroa tamin’ireo lalam-pirenena mivoaka sy miditra ny renivohitra.

m.L 

Midi Madagasikara5 partages

Toliara : Lehilahy mamo, matin’ny herinaratra

Tao anatin’ny fety, raim-pianakaviana iray 37 taona eo, manan-janaka telo mianadahy no maty main’ny herinaratra, ny alatsinain’ny paska teo, tokony ho tamin’ny 7 ora sy sasany hariva, tao amin’ny Fokontany Amborogony Toliara. Nahakasika “fil” nitanjaka (tsy voaara-maso) teo an-joron-trano ity lehilahy efa mamo ity (zara raha nahazaka tena), izay nandihindihy tsy nikapa eran’ny trano niaraka tamin’ny vera feno toaka, ka nosintonin’ny herinaratra nandritra ny segondra vitsivitsy, avy eo nitrosina tamin’ny tany, ary safotra tsy nahatsiaro tena sady nivotirika be ny voamasony. Nentina namonjy hopitaly haingana ny niharam-boina, kanefa teny an-dàlana dia efa tsy nisy aina intsony, hoy ny vaovao.

Eric Manitrisa

Midi Madagasikara5 partages

Week-end pascal : Pari tenu pour Star Tour Antsirabe

AmbondronA toujours en tête d’affiche.

Une formule gagnante ne se change pas ! Dans la ville d’Antsirabe, le traditionnel week-end de Pâques s’est traduit par la Star Tour.  Les moments de partages ont été mis à l’honneur. Le ton a été donné la première journée avec comme d’habitude le grand carnaval. Une grande parade qui a sillonné la ville, depuis le grand terrain de l’Agence STAR, pour aboutir devant la grande scène de la Gare. Comme annoncé, les trois scènes ont été dominées par des ambiances bien différentes. La « Scène flower palace » a accueilli le concours de dance « Free Style », samedi après-midi.

La première place a été remportée par Ultimate, ce qui leur a permis de gagner un  chèque de 200.000 Ar et des boissons. Les seconds « Yourougang » ont remporté un chèque de 100 000 Ar et des boissons. Dans l’Espace Pression, les consommateurs ont pu participer au concours de Karaoké original. A l’issue de la finale, les cinq derniers concurrents ont été départagés par quelques points de différences. La première place a été remportée par Aimée, qui gagne 250 000 Ar, la deuxième par Soafaniry qui repart avec un chèque de 150 000 Ar et enfin, la troisième place par Maherizo, avec 100 000 Ar.

Spectacle. La scène principale, quant à elle, a été plus musicale. Samedi soir, les festivités ont débuté avec la prestation de Arione Joy, qui a attiré les jeunes avec ses titres du moment, suivi de Stéphanie, et ses titres tantôt chauds, tantôt enjoués. Dimanche soir, Rak Roots a enflammé la scène, avec les titres phares repris en chœur, comme « Tanya » ou encore « Efiko Parsi ». Après lui, le public a été ravi et fortement enthousiasmé par le groupe AmbondronA. Ces derniers ont, comme à l’accoutumée été les maîtres des lieux. Le public a volontairement chanté avec eux les plus grands titres dont « Ampy ahy. » ou encore «Ajanony any. » Enfin, la Star Tour Antsirabe a été clôturé par le grand spectacle du lundi de Pâques avec Njakatiana. En véritable homme de spectacle, il a su faire bouger la ville d’Antsirabe avec les éternels tubes de ses albums.  La Star Tour Antsirabe a pleinement contribué à faire vivre diverses valeurs, dont la convivialité, le partage et bien sûr les festivités entre amis ou en famille.

Zo Toniaina

Midi Madagasikara4 partages

Recherche sur la « C4D » : De nouvelles perspectives pour le cas malgache

Herrick Andriamitaha entouré des membres du jury à l’issue de la soutenance de sa thèse de doctorat.

Une thèse de doctorat en Communication, soutenue en février dernier, s’est longuement penchée sur l’intégration des innovations méthodologiques dans les programmes et politiques de développement  à Madagascar, en mobilisant des acteurs venant d’horizons différenciés et multiples.

Penser le développement d’une manière différente, mais innovante, tel a été le trait caractéristique de la thèse de doctorat soutenue par Herrick Andriamitaha le 19 février 2018. C’est devant une assistance composée autant de spécialistes et de praticiens de la communication que d’enseignants-chercheurs en la matière, qu’il a soutenu publiquement le fruit d’un travail scientifique mené sur plus d’une décennie. Durant près de quatre heures, Herrick Andriamitaha a exposé ses « Réflexions préliminaires à l’intégration des méthodes mixtes dans la recherche sur la Communication pour le Développement », en essayant d’apporter des réponses et éclaircissements aux questions et remarques passionnées et passionnantes de la part des membres du jury.

Approche anglophone. Ce premier doctorat en Communication de la Faculté des Lettres et Sciences Humaines de l’Université d’Antananarivo est le fruit de recherches universitaires et de pratiques professionnelles combinées durant plus d’une dizaine d’années. En effet, outre ses activités professionnelles en tant que consultant spécialisé en Communication stratégique, en interprétariat et traduction, Herrick Andriamitaha enseigne depuis quelques années dans des universités publiques et privées de Madagascar. C’est en constatant une carence dans les approches méthodologiques adoptées dans les recherches malgaches sur la C4D (Communication for Development) qu’il s’est intéressé sur le sujet en le choisissant comme thème. C’est dans ce sens que son travail a été qualifié de « méta-thèse » par les jurys du fait qu’il soit une recherche sur la recherche, car le candidat s’est penché sur une possibilité d’appliquer une approche innovante en termes de méthodologie appliquée à la C4D. Une méthode récente développée dans le milieu de la recherche anglophone : la méthode mixte.

Conclusions. L’objectif de son travail a été d’explorer les expériences des recherches des étudiants et des praticiens sur la Communication pour détecter les innovations en matière de méthodologie à intégrer dans les initiatives d’information et de communication dans les recherches et les études préalables aux politiques et les programmes de développement à Madagascar. Ses conclusions amènent à la combinaison structurée de méthodes et de données qualitatives et quantitatives dans la recherche sur la C4D, en proposant une construction du dialogue des parties prenantes du développement durable et des actions d’information et de communication, enraciné sur la considération des expériences, des opinions et des savoirs des acteurs impliqués.

 

Recherche appliquée et synergie des acteurs. Durant leur prise de parole, les membres du jury ont souligné le rôle incontournable de la Communication dans toute optique de développement. C’est ainsi que leurs interventions attiraient l’attention sur la combinaison de la théorie et de la pratique, mais aussi la considération de tous les acteurs de tous les niveaux, dans le cadre de tout programme aspirant au développement d’une quelconque communauté. Le Professeur Lucie Rabaovololona, directeur de thèse et responsable de l’équipe d’accueil doctoral « Langue-Communication-Dynamique Locale », a souligné l’importance de la compétence multilingue pour l’efficience de toute recherche sur le développement. Comme pour rappeler que les leçons tirées d’ailleurs peuvent s’avérer être intéressantes de temps à autre. Elle en a profité pour affirmer que la capacité multilingue (anglais, français et malgache) de Herrick Andriamitaha est l’une des raisons pour lesquelles il est le premier chercheur à soutenir son doctorat au sein de la mention « Communication – Médias-Médiations », (ex-Département Interdisciplinaire de Formation Professionnelle ou DIFP).

Stratégies. La contribution centrale de la thèse réunit dans ses conclusions, les stratégies préalables au processus de formulation, implémentation, monitoring et évaluation des actions d’information et de communication sur les initiatives de changement. Les stratégies qui y sont avancées prônent la participation de tous dans la recherche pour le développement dans un espace de dialogue, d’échange et d’apprentissage mutuel entre les acteurs. Ces stratégies s’adressent aux chercheurs, décideurs, experts, collectivités, ONG, organisations de la société civile, ainsi qu’aux  communautés (économiques, virtuelles, traditionnelles, ou sociales) et aux médias, malgaches et internationaux, pour confirmer que le développement ne peut découler que des interactions de tout un chacun, soutenues par des politiques et recherches en cohérence avec son temps et son espace.

Au terme de la soutenance publique, le travail soutenu par Herrick Andriamitaha a reçu de la part des examinateurs la mention la plus élevée : « Très honorable avec mention du jury ».

Hanitra R.

News Mada3 partages

Nialohavan’ny korontana sy savorovoro : nolanin’ireo depiote HVM amboletra ny lalàm-pifidianana

 Efa taratry ny ho  fizotry ny fifidianana filoham-pirenena sahady  ny  tranga  teny  amin’ny  lapan’i Tsimbazaza, omaly. Nolanin’ireo depiote HVM sy ny forongony miisa 79 amboletra ny lalàm-pifidianana hiantoka ny hoavin’ny firenena  sy ny vahoaka malagasy. Nivoaka ny efitrano fivoriana kosa ny depiote Tim/Mapar.

 Lany tamin’ny alalan’ny tsangan-tanana nataon’ireo depiote HVM sy ny mpiara-dia aminy miisa 79 ny lalàna hifehy ny fifidianana. Nahazo ny fetr’isa ilaina mihoatra ny 76 amin’ireo depiote 151 izy ireo. Tsy nanatrika sy nivoaka ny efitrano fivoriana kosa ny depiote Tim  sy ny Mapar ary ireo mpiara-dia aminy. Vita hatreo izany fa hifehy ny fifidianana  hatao rehetra izany lalàna nolanina  izany. Nosarontsaronana fanitsiana vitsivitsy tsy mifanalavitra amin’ny natolotry ny governemanta izany. “Ho tompon’andraikitra amin’io lalàna io ny governemanta. Tompon’antoka amin’ny hoavin’ny firenena sy ny vahoaka malagasy ka  toherinay satria natao amboletra”, hoy ny Mapar sy ny Tim. Nialohavan’ny

ny fivelesana latabatra sy horakoraka tsy nifandrenesana tao an-dapa izany.  Anisan’ny antony ny fomba nitarihan’ny filohan’ny Antenimiera ny fivoriana. Nahitana taratra ny fitongilanana, tsy  tahaka ny mahazatra. “Tafiditra amin’ny kajikajy avokoa hatramin’ny fitarihana ny fivoriana. Hainay io filohanay io. Olon-dehibe tokony hohajaina nefa hita fa tsy ara-dalàna ny  fitarihany ny fivoriana. Tahaka izany koa ny fomba fanisana ny tsangan-tanana tamin’ny fandaniana isan’andininy ny lalàna”, hoy ihany izy ireo.

Efa nanasa tanana ny Tim/Mapar 

Tsy azo ihodivirana intsony izany ny hahalany izany lalàna izany eny anivon’ny Antenimierandoholona. Maro anisa koa ny HVM etsy Anosikely. Handalo hankatoavin’ny HCC izany avy eo ary hosoniavin’ny filoham-pirenena hampanan-kery azy ho didim-panjakana hampiharina eto amin’ny tany sy ny fanjakana.

Araka  izany, andrasana ny mety ho hevitry ny fianakaviambe iraisam-pirenena. Tsy ahitana taratra ny demokrasia sy ny fahafahan’ny rehetra mirotsaka hofidina fa manilika io lalàna io. Mety hisy kandidà ho voailika izany. Efa nanasa tanana ny Tim/Mapar fa tsy tompon’andraikitra amin’ny korontana eto amin’ny firenena izy ireo raha tsy asiam-panitsiana io lalàna io. Lany anefa izany izao.

Hanao angaredona amin’ny mpitondra… 

Na izany aza anefa, tombanan’ny mpanara-baovao fa mety hanafaingana ny firodanan’izao fitondrana izao ny nahalany io lalàna io. Efa miha malemy rahateo izao fitondrana  izao hatramin’ny nahatongavan-dRajoelina  an-tanindrazana. Mety hanao angaredona amin’ny fitondrana avokoa  ireo  hery rehetra eto amin’ny firenena manoloana izao fahalanian’ny lalàm-pifidianana izao. Eo ny antoko politika, ny fiangonana, ny fiarahamonim-pirenena…

Tantara mitohy…

Randria  

 

News Mada3 partages

Achat de votes a Tsimbazaza : l’opposition saisit le Bianco

Le Bureau indépendant anti-corruption (Bianco) a été saisi pour se prononcer sur la suspicion de corruption à Tsimbazaza.

«Ils ont d’abord reçu 10 millions d’ariary, il y a quelques jours et 50 millions mardi», a déclaré l’élue de Bealanana, Marie-Thérèse Volahaingo, hier. Il semble que la majorité des voix n’aurait été obtenue qu’en s’adonnant à la corruption et à l’achat de voix des députés à l’issue du conclave au Paon d’Or depuis vendredi dernier.

Depuis quelques jours en effet, la presse a évoqué l’existence d’un acte de corruption de haut niveau à propos de cette adoption de loi mais jusqu’ici, les responsables semblent rester au stade des observations.

Trafic d’influence

Dans  leurs doléances adressées au Directeur général du Bianco, les députés de l’opposition ont noté que «plusieurs Chefs d’institution dont le Premier ministre et le Président du Sénat ainsi que des membres du gouvernement ont été aperçus sur les lieux pour effectuer des va-  et-vient en violation des dispositions constitutionnelles en vigueur concernant notamment les principes de séparation de pouvoir».

Pour les  élus en effet, la présence des autorités étatiques  au Paon d’Or constitue une forme de pression à l’endroit des députés qui devraient voter par la suite les textes électoraux.

Quoi qu’il en soit, au-delà de la corruption, l’adoption des textes électoraux au niveau de l’Assemblée nationale hier n’a pas été faite  dans les normes à partir du moment où les forces de l’ordre ont fait leur irruption en pleine séance plénière.  Mis à part le Bianco qui devrait se prononcer sur cette affaire, l’avis de la Haute cour constitutionnelle (HCC) est également attendu.

Rakoto

Midi Madagasikara3 partages

Zoma de Tanà : Le marché du passé « customisé »

La foule afflue au parvis de l’Hôtel de ville.

Vous souvenez-vous du marché du Zoma ? Eh bien, cela reprend, mais en nettement mieux ! Depuis jeudi, artisans, agriculteurs et marchands ont investi  le parvis de l’hôtel de ville à Analakely, un saut dans le passé, mais avec la touche de modernité nécessaire. Des parasols en soie ou de toutes les couleurs, des stands et l’ambiance du marché colorent le centre ville durant trois jours.

Selon Maria Andria, une des responsables, « cette première marque le début de la restauration du « marché du zoma » qui a fait de Tanà ce qu’elle a été il y a des années de cela. Garder cet esprit tout en y juxtaposant la modernité.»De ce fait, le public déambule entre les stands, à la recherche du ravissement. Trouver dans les vêtements, l’artisanat malgache et les plantes endémiques un petit bout de bonheur à petits prix sans se déplacer à l’autre bout de la ville semble arranger les consommateurs si l’on se réfère à la grande affluence du public.

Prévu se tenir tous les mois, cette année comptera neuf autres éditions. Le but est de numériser en premier lieu les marchands. « Avec la technologie moderne, il est temps de suivre le courant surtout dans le milieu commercial. Une véritable révolution au niveau des artisans malgaches. Dorénavant, notre cible ne se limite pas seulement aux touristes et étrangers, mais surtout de redonner aux nationaux l’habitude de consommer les produits du pays » réitère-t-elle. Vivement les prochaines éditions !

Zo Toniaina

News Mada2 partages

Forte suspicion de corruption : adoption de la honte des lois électorales

C’est dans la cacophonie totale que les lois sur les élections ont été adoptées, hier à Tsimbazaza. Sans amendement, ou presque, les trois projets de loi seront vite examinés au Sénat ce jour.

Une grande première dans l’histoire de l’Assemblée nationale, des députés tous présents, sans exception. C’était hier, lors de l’adoption des textes électoraux. Et à en croire des élus à Tsimbazaza, il semblerait que cet enthousiasme ait été monnayé à hauteur de 50 millions d’ariary, du moins pour ceux qui roulent pour le régime. Ce qui semble être la suite logique de leur grand rassemblement à Ivato de ces derniers jours.

Entorse à la démocratie

Dès le début de l’examen des textes électoraux hier, les députés de l’opposition notamment ceux du Tim et du Mapar n’ont pas hésité à brandir des banderoles dans l’hémicycle. Ces derniers, sous les regards avisés des forces de l’ordre ont crié haut et fort «Stop à la corruption».

«Ceci n’est plus le palais de la démocratie mais de la corruption», s’est indigné la députée du Tim, Hanitra Razafimanantsoa. Ce fut alors le début d’une véritable pagaille à Tsimbazaza à travers différentes prises de parole. La situation a ensuite viré au ridicule car les députés se sont disputés le micro. Sur ce, président de l’Assemblée nationale a invité les forces de l’ordre à entrer dans la salle de séance. Ce qui constitue déjà une entorse à la démocratie.

Pendant ce temps, le HVM a demandé de procéder au vote, tandis que les opposants soupçonnent des manipulations dans le décompte.  Afin d’éviter tout quiproquo, l’élue du Mapar, Michèle Ratsivalaka, a demandé que les pros et contre régime soient séparés afin de vérifier les décomptes lors des votes, mais en vain.

Devant ce flagrant délit de magouille, les députés de l’opposition ont décidé de quitter la salle de séance. «Nous ne voulons pas être complices de ce qui se passe dans cet hémicycle», a déclaré Me Hanitra Razafimanantsoa.

Moutons de Panurge

Après cela, les opposants n’ont plus rejoint la salle de séance, laissant le champ libre aux députés HVM. Jean-Max Rakotomamonjy a alors immédiatement demandé de procéder au vote par article.

 A chaque article, les 79 députés ont voté à main levée, sans même connaître l’objet du vote, tels des moutons de Panurge et sous l’œil attentif du gouvernement. Un vote a même dû être refait suite à une erreur de «consigne». Alors que les élus de l’opposition ont  avancé de leur côté un nombre de 75 députés seulement. Et ce nombre est insuffisant, étant donné que le nombre de 76 députés est requis pour l’adoption d’une loi organique.

Les trois projets de loi organique, notamment ceux régissant les élections et les référendums, l’élection présidentielle ainsi que les législatives ont alors été adoptés presque sans amendement. En d’autres termes, l’adoption de ces textes a suscité une grande appréhension auprès de certains acteurs politiques sur la probabilité d’une nouvelle crise.

Rakoto

 

Midi Madagasikara2 partages

Urban Trail 4 : Rendez-vous le 22 avril

Les trails se suivent et ne se ressemblent pas. Celui des clubs Rotary et de Rotaract Madagascar sera pour ce 22 avril.

Après Ibity et Mananibohitra, voici un autre trail pour les amateurs. Un « urban » pour ceux qui aiment redécouvrir Tana autrement. On a le choix entre 6 km et 12 km dans les rues de la Capitale. Mieux, ce sera pour une bonne cause car dès que vous vous inscrivez, vous participez à la lutte contre la  polio à Madagascar. Les rotariens achèteront des vaccins avec.

L’année dernière, il y eut 3 000 coureurs et cette année, ils visent les 5 000 coureurs en plein ville. Selon les organisateurs « c’est un des moyens pour lever des fonds dans cette lutte contre la polio avec cet  Urban Trail. Cette course à pied vous permettra de découvrir ou redécouvrir les rues et escaliers de la Haute Ville, en rythme course ou marche, seul, en groupe ou en famille avec l’appui technique de la Fédération Malgache d’Athlétisme ». Le départ sera donné le 22 avril à 8 h sur le parking de Jumbo Score Ankorondrano pour arriver à Mahamasina, ou une animation géante attendra les coureurs, familles et amis. Notons que les  inscriptions se font chez Newprint Ankorondrano, ou auprès du Rotary Mahamasina (contact@rotary-mahamasina.org) avant le 20 avril.

Les trajets

Trajet : 06,200km

Départ 8h : Ankorondrano (Parking Score) – FRAISE -Montée vers Ankadifotsy ISCAM -Virée à gauche vers « Tetezana » Ambatomitsangana – Virée à droite vers Ambondrona JOVENA – Continuer vers « Totohabato » Ambondrona – Continuer vers Palissandre Ambondrona – Descente vers Mandrosoa Advantista  – Montée Escalier Mandrosoa vers SOMAGI Faravohitra – JIRAMA Faravohitra – Ecole Ambohijatovo Ambony – Descente Escalier vers SCORE Antsahabe (Au-dessus Tunnel Ambanidia) – Rond-point Ambanidia – Montée Escalier vers Andafiavaratra (Ancien Tribunal) -Descente vers Lycée Andohalo – Cathédrale catholique Andohalo – Descente Escalier vers Mahamasina (Escalier Razafindrazay) – Collège Saint Joseph -Arrivée : devant Stade Mahamasina

Trajet : 12km

Départ 8h : Ankorondrano (Parking SCORE) –Même trajet que les 6 km jusqu’à la Montée vers Palais de la Reine – Continue vers Ambohipotsy – Virée à gauche, descente Escalier vers Manakambahiny – Manakambahiny vers Rond-point Tsimbazaza -Montée vers Bureau CUA Tsimbazaza – Bureau Enseignement Technique Tsimbazaza – Fiadanana – Fort Voyron -Descente Escalier  vers Befelatanana – Befelatanana – Tour Mahamasina –  Gerb’Or   –  Bazar du Quartier –Saint-Joseph Mahamasina – Devant Stade Mahamasina

Anny Andrianaivonirina

News Mada1 partages

Performance environnementale : Madagascar 175e sur 180 pays

Madagascar occupe le 175e rang sur 180 pays au monde et se trouve à la 44e place sur 46 pays de la région Afrique subsaharienne dans le classement «Environnemental performance index 2018», publié vers la fin du mois dernier. Le pays a certes gagné trois places par rapport à 2016 sans pour autant arriver à améliorer son score.

Selon ce rapport développé par l’Université de Yale et le Centre d’information sur les sciences de la Terre du Columbia, en collaboration avec le Forum économique mondial, la Grande île a obtenu une note de 33,73 sur 100 contre 37,1 en 2016. A titre d’information, l’indice de performance environnementale (IPE) note les pays de 0 à 100 (0 = pire, 100 = meilleure) et fournit, tous les deux ans, des indicateurs sur leur évolution pour se rapprocher des objectifs établis en matière de politique environnementale.

Sur la plus haute marche du podium, la Suisse enregistre un score de 87,42. Elle est suivie de la France, Danemark, Malte, Suède, Royaume-Uni, Luxembourg, Autriche, Irlande, et Finlande.

Menace sur la faune et la flore

 L’indice 2018 révèle une tension entre deux dimensions fondamentales du développement durable : la santé environnementale, qui croît avec la croissance économique et la prospérité, et la vitalité des écosystèmes soumis à l’industrialisation et à l’urbanisation.

Le rapport recommande à cet effet la bonne gouvernance comme facteur nécessaire pour équilibrer ces deux dimensions et garantir la durabilité des écosystèmes. Il souligne également les progrès réalisés dans la protection des biomes marins et terrestres et dans les émissions des gaz à effet de serre (GES) au cours des dix dernières années.

Pas plus tard que le mois dernier, WWF avait annoncé que 25% des espèces de Madagascar pourraient disparaître d’ici 2080 à cause du changement climatique. Le rapport de WWF inclut également les résultats d’une étude de 2015 montrant que la population de 57 espèces de lémuriens diminuera de 60% si la température de la planète augmente entre 2°C à 4°C.

Arh.

News Mada1 partages

Jean Razafindravonona : ses avocats ont saisi la HCC

Les avocats de l’ancien ministre des Finances et du budget, Jean Razafindravonona, actuellement placé sous mandat de dépôt pour suspicion de corruption, ont saisi la Haute cour constitutionnelle (HCC) la semaine dernière. Me Ferdinand Ranary Rakotoarisoa et Me Christian Raoelina demandent ainsi à la Cour de statuer sur l’inconstitutionnalité de la procédure et des actes pris par le Procureur de la République et le juge d’instruction de la Chaîne pénale anti-corruption (CPAC).

Pour rappel, sous présentation des preuves par le Bianco, la Cour pénale a décidé de placer l’ancien ministre sous mandat de dépôt pour suspicion de corruption sur de fausses factures dans la réhabilitation d’un établissement public sis à Antanetibe. Il s’agirait d’un détournement de fonds à hauteur de 500 millions d’ariary. Une affaire qui semble être étroitement liée à celle de la femme d’affaires Claudine Razaimamonjy.

A noter que d’autres personnes sont également soupçonnées dans cette affaire, mais ont bénéficié de la liberté provisoire. Il s’agirait de hauts responsables au sein du ministère des Finances, un comptable et une autre femme d’affaires.

T.N

 

News Mada1 partages

Judo-championnat d’Afrique : la fédération mise sur le kata

L’espoir de médailles du judo malgache repose sur le kata lors du championnat d’Afrique dans la capitale tunisienne du 12 au 15 avril prochain. La Fédération malgache de judo (FMJ) en a décidé ainsi. Seule épreuve où l’équipe nationale brille sur la scène africaine, le kata malgache sera sur le tatami africain pour la deuxième saison consécutive

Les combattants sur la touche ! Madagascar vise très haut lors de la prochaine joute africaine en terre tunisienne en misant sur les Champions et Vice-champions d’Afrique en titre en kata. D’après les informations émanant de l’instance internationale de la discipline, en Na geno kata, la Grande île sera représentée par Tarimy Rabemasoandro et Rija Henintsoa Ratovona, médaillés d’or lors de l’édition précédente.

L’autre tandem qui défendra les couleurs malgaches sur la scène continentale n’est autre que les médaillés d’argent en 2017 à Antananarivo en Katame no kata : Arsène Nambinina Randrianitovina et Tiantsoa Henidera  Rasolonirina. D’un côté, ce choix de la FMJ étonne plus d’un mais à y voir de près, force est de constater qu’il suit une logique basée sur la performance.

Outre la Grande île, deux autres pays ont aligné des équipes en kata masculin, à savoir l’Egypte et l’Afrique du Sud. Autrement dit, Madagascar sera sûr de rentrer avec une médaille en nage no kata tandis qu’en Katame no kata, quatre équipes se disputeront le sacre.

Le mystère Fetra

La présence de Fetra Ratsimiziva en Tunisie sera-t-elle effective ? Récemment opéré d’une grave blessure, son nom figure sur la liste des combattants chez les -81 kg homme du championnat d’Afrique. Il est le seul combattant malgache à y figurer. Fraîchement sur le tatami lors de la joute nationale, les éléments locaux restent à quai.

Naisa

Les représentants Malgaches

Nage-no-kata:

Tarimy Rabemasoandro

Rija Henintsoa Ratovona

Katame-no-kata:

Nambinina Arsène Randrianitovina

Tiantsoa Henidera Rasolonirina

News Mada1 partages

Fetin’ny Paka… : olona miisa 151 indray voasambotry ny polisy

 Nanao tatitra momba ny vokatra azon’ny polisim-pirenena manoloana ny tsy fandriampahalemana, nanomboka ny 29 marsa 2018 sy nandritra ny fetin’ny Paka ny teo anivon’ny Commissariat Central Tsaralalana. Miisa 151 ireo olona voasambotra…

Tsy nikely soroka hatrany ny polisim-pirenena fa nanao izay ho afany tamin’ny fitandroana ny fandriampahalemana. Miisa 151 ireo olona voasambotra ka tao anatin’izany ireo mpanao sinto-mahery sy mpamaky trano ary misy kosa ireo nosamborina satria mampiahiahy. Tsy nisy kosa ny lozam-pifamoivoizana namoizana ain’olona tao anatin’izay fotoana izay”, hoy ny lehiben’ny Commissariat Central, ny kaomisera Tsaramonina Ravony raha nanao tatitra tamin’ny mpanao gazety, omaly momba ny tsy fandriampahalemana. Nahazo vahana nandritra ny fetin’ny Paka teo ny sinto-mahery satria tontakely miisa 43 indray voasambotra raha halatra niharo vaky trano sy halatra madinidinika kosa ny ambiny. Olona miisa efatra kosa tratra nitazona sy nifoka rongony ka nosamborina avy hatrany. Nisy kosa ireo olona mamo toaka an-dalambe ka voatery tsy maintsy nosamborina ihany koa. Olona mampiahiahy miisa 50 voasambotra ka nanao fanadihadiana manokana. Na teo aza anefa izany, nisy ihany ny lozam-pifamoivoizana tsotra izay nandratra olona. Nohamafisin’ity manamboninahitra polisy ity fa miisa 19 ireo trangana lozam-pifamoivoizana nitrangana tao anatin’iny fety ity, saingy tsy nisy kosa ny famoizana ain’olona fa nisy ihany ireo naratra. Mpamily iray tratra fa nahenoana fofon-toaka teo ambony familiana ka voatery najanona avy hatrany ny fiara. Fiara roa nitsoaka tsy nanaiky ny fisavana nataon’ny polisy.

Nambarany hatrany fa miisa 1 167 ireo polisim-pirenena nahetsika nisahana manokana ny fitandroana ny filaminana sy fandrindrana ny fifamoivoizana nandritra ny fetin’ny Paka teo. Nahitana polisy avokoa na teto an-drenivohitra izany na teny amin’ny lalam-pirenena mivoaka ny renivohitra indrindra teny amin’ireo toerana nisy fampisehoana sy maro olona mifamezivezy.

J.C

News Mada1 partages

Fetin’ny paska tao Toamasina : olona efatra maty, 160 tsy maintsy naiditra hopitaly

Tsy nieren-doza, saingy kosa azo lazaina ho nihena ny loza nitranga raha noharina ny tamin’ny fetin’ny faran’ny taona sy taom-baovao ny niseho tany  Toamasina, raha ny tatitra voaangona teny anivon’ny sampana misahana ny vonjitaitra Hopitalibe Analankinina. Nahatratra hatramin’ny 196 ny olona tsy maintsy nandalo nanao fizaham-pahasalamana teo anivon’ny sampana vonjitaitra, ny andron’ny zoma 30 marsa ka hatramin’ny andron’ny 2 avrily.

Ny160 tamin’ ireo, tsy maintsy naiditra hopitaly izay narary noho ny tranga isan-karazany. Miisa enina ny teo amin’ny lozam-pifamoivoizana, raha 24 ny ratra vokatry ny ady sy tombok’ antsy. Ny andron’ny alatsinain’ny Paska no betsaka indrindra fa nahatratra 11 ny naratran’ny ady.

Raha ny tatitry ny Hopitalibe, nisy olona roa maty. Ireto farany izay tsy azo ny

antom-pahafatesana. Ny fanadihadiana kosa nn nahafantarana fa nisy fatin’ olona roa hafa tsy nandalo tao amin’ny hopitaly. Izay no nilazana fa nahatratra efatra ny maty teto Toamasina.

Voalohany, raim-pianakaviana iray efa tsy misy aina hitan’ny polisin’ny Fip mandeha moto manao fisafoana tamin’ny alin’ny alahady voalohan’ny volana avrily andron’ny Paska tokony ho tamin’ny 1 ora sy 30 minitra. Rangahy 43 taona ity hita faty ity ary mbola teo akaikiny ny tavoahangina zava-pisotro mahamamo ary nahitana dian’ antsy teo amin’ny kibony sy

lohany.

Faharoa kosa, tovolahy 27 taona mpiasa mpanao trano  any Andranomadio avy any Fianarantsoa, maty noho ny fisotroana toaka diso tafahoatra tao amin’ny toeram-piasany, ny alin’ny 2 avrily. Ny fanadihadiana nataon’ny dokoteran’ny BMH ny nahalalana ny

antom-pahafatesany. Ankoatra ireo izany, efa nalain’ny fianakaviany ny razana.

Tsy nivoaka ny tanàna ny olona

Fa amin’ny ankapobeany, saika teny amoron-dranomasina no nankalazan’ny fianakaviana maro ny alatsinain’ny Paska niaraka tamin’ny namana sy tapaka ary ny ankohonana. Tsy naharototra ny ankamaroan’ny mpitsangantsangana intsony ny ivelan’ i Toamasina noho ny tsy fandriampahalemana sy faharatsian’ny lalam-pirenena fahadimy.

Tsy ny tany Toamasina ihany no tsy nandeha lavitra ny mpitsangantsangana fa na ny teto Antananarivo aza. Teny Analakely sy ny manodidina, By Pass sy ny mitovitovy halavirana amin’izany. Anisan’ny nahatonga izany, raha ny fanadihadiana, ny fodiana hariva, ny filaminana, sns. “Vita dia an-tongotra raha tsy misy ny taxi-be. Eo ihany koa ny olon-dratsy mety hanararaotra ka aleo tsy mandeha lavitra”, hoy ireo mpitsangantsangana.

Sajo sy Yves S.

News Mada1 partages

Taekwondo : l’Afrique sourit à Tiavo Randrianisa

Deux sur deux ! Le parcours de Tiavo Randrianisa sur la scène continentale est plus que satisfaisant jusqu’ici. En deux participations aux tournois internationaux en terre africaine, la jeune taekwondiste s’est offerte deux médailles d’argent.

Après sa deuxième place durant l’Open d’Egypte le mois de février dernier, elle vient de briller au Maroc lors du President Cup Afrique en s’adjugeant la médaille d’argent dans sa catégorie de prédilection, les -46 kg dame.

De belles moissons africaines qui contrastent avec ses résultats en Europe pour sa première année chez les seniors. En effet, lors des trois Open auxquels elle a pris part sur le vieux continent, Tiavo Randrianisa n’a atteint les quarts de finale qu’une fois, à l’Open de Belgique. Lors du Turkish Open et Dutch Open, son parcours a pris fin au deuxième tour.

A seulement 18 ans, elle a encore tout le temps devant elle pour atteindre le sommet. D’autant plus que Tiavo est entre de bonnes mains à l’Institut national des sports, de l’expertise et de la performance (Insep).

Naisa

La Vérité1 partages

Présidentielle 2018 - Marc Ravalomanana exclu !

Marc Ravalomanana est à l’heure actuelle potentiellement exclu de la course à la présidentielle de 2018. Le projet de loi organique sur la présidentielle, adopté hier par les députés du HVM, dispose que le bulletin n° 2 est requis dans le dossier des candidats à la présidentielle.

Dans une très mauvaise posture. 79 députés du « Hery vaovao ho an’ny Madagasikara » ont adopté hier la loi organique relative à la présidentielle de 2018. Un texte qui exclut l’ancien Président Marc Ravalomanana de la course à l’élection présidentielle. En effet, la version du texte organique sur la présidentielle, adoptée hier, dispose dans un de ses articles que chaque dossier de candidature devrait comprendre un extrait de casier judiciaire bulletin n° 2 délivré par le Parquet compétent. Délivré par les autorités judiciaires, ce document détaille toutes « les condamnations contradictoires, les condamnations par défaut non frappées d’opposition prononcées pour crimes ou délits par toute juridiction régressive, y compris les condamnations avec sursis », précise le Code de procédure pénal en vigueur dans le pays. Condamné par contumace aux travaux forcés à perpétuité dans le procès de la tuerie du 7 février 2009, Marc Ravalomanana serait principalement concerné par ce bulletin n° 2. IrrecevableLe jugement déclaratif de faillite ou de règlement judiciaire qu’encourt le groupe « Tiko AAA » devrait également être inscrit dans le bulletin n° 2 du président fondateur du groupe « Tiko ». Le projet de loi organique sur la présidentielle prévoit que le Parquet transmet cet extrait de casier judiciaire bulletin n° 2 à la Haute Cour constitutionnelle. En tant qu’autorité judiciaire, les juges d’Ambohidahy qui arrêtent la liste définitive des candidats, comme prévu dans le projet de loi organique, pourraient ainsi déclarer irrecevable la candidature de Marc Ravalomanana au vu du casier chargé de celui-ci. Multipliant les descentes sur terrain depuis qu’il a annoncé sa candidature à la présidentielle, Marc Ravalomanana risque finalement de rester à quai. La Rédaction

La Vérité1 partages

Vente aux enchères à l'Assemblée nationale - Les lois électorales scélérates adjugées à 4 milliards...

79 députés à raison de 250 millions de francs par tête de pipe, auxquels il faut ajouter les dépenses faramineuses à l'hôtel Paon d'or soit 20 milliards fmg (soit 4 milliards d'Ariary), au bas mot. Telle serait l'issue de la vente aux enchères dont l'Assemblée nationale aurait été le théâtre hier, lors du forcing du Gouvernement  (l'énième du genre) en vue de faire adopter ses projets de lois électorales à polémiques et ce, sans le moindre amendement.

Doit-on pourtant rappeler que lesdites lois sont censées garantir des élections libres et transparentes, elles-mêmes gages de l'alternance démocratique et partant de la stabilité du pays ? Il n'est nullement agréable pour qui que ce soit de jouer les oiseaux de mauvais augure, surtout s'agissant de l'avenir de son propre pays. Néanmoins, force est de constater que, à la manière dont le processus électoral est entamé, le pays va de nouveau droit vers une nouvelle crise. La plus grave sans doute jamais connue jusqu'ici, comme on a déjà eu l'occasion de le souligner maintes fois. En effet, à partir de cet instant, on aura beau regarder à l'horizon, on ne voit se profiler que des scénarios catastrophes. Point n'est plus besoin de détailler ici les nombreux points de discordes que comportent les projets de texte en question. Ils ont déjà été rapportés et discutés en long et en large aussi bien dans les médias que par les différents acteurs politiques ou non. L'essentiel à retenir est que,  tels qu'ils sont conçus, ils ne sont pas à même de garantir un traitement équitable de tous les candidats en lice pour handicaper fortement, voire éliminer, les adversaires du régime en place. Dans ces conditions, peut-on valablement s'attendre à ce que ces derniers acceptent facilement de se soumettre à une compétition dont les règles sont biaisées, à leur détriment,  dès le départ ? Le cas de figure le plus probable est que le front de refus ne soit plus circonscrit au niveau parlementaire pour déborder sur des terrains beaucoup plus minés, pour le pouvoir en place surtout.Un forcing de plus ou de trop ?Car, des voies de recours encore possibles, que peut-on attendre désormais ? Mis à part la démarche qui serait entamée par certains parlementaires au niveau du BIANCO et dont l'issue est pour le moins incertain, avec la configuration actuelle du Sénat, il serait utopique de croire que les amendements proposés par les députés non-Hvm puissent avoir gain de cause au niveau de cette Chambre haute. Et si bien même, c'était le cas (on peut toujours rêver !), le principe de la navette parlementaire veut que l'Assemblée nationale ait le dernier mot. L'on doute fort alors que les 79 élus de Tsimbazaza acquis à la cause gouvernementale en première lecture puissent changer leur position. D'autant plus qu'il est fort probable que le contrat de 250 millions de francs conclu dernièrement à l'hôtel Paon d'Or court jusqu'à l'adoption définitive des projets de loi par la Chambre basse. Quant au dernier rempart (ou supposé l'être) qu'est la Haute Cour constitutionnelle, l'on connaît comment, jusqu'ici, elle a toujours traité ce genre de cas tenant à cœur le régime en place : des « petites inconstitutionnalités » soulevées ici et là, juste pour se donner une bonne image, mais le gros du texte sera déclaré « promulgable ».Bref, point n'est plus besoin de se leurrer : une fois de plus, le Hvm est en passe de réussir son énième forcing en vue de se donner le plus de chance de remporter les prochaines élections. Une fois de plus et une fois de trop ? L'avenir proche le dira. Dans les Etats-majors politiques de l'opposition, il est sûr que les stratèges sont déjà en train de cogiter sur la manière de riposter. Dans tous les cas, l'idée de cinq années supplémentaires de gouvernance Rajaonarimampianina serait tout simplement inconcevable pour bon nombre de simples citoyens.La Rédaction

La Vérité1 partages

Corruption à l'Assemblée nationale - Le député Milavonjy Philobert avoue à demi-mot

Clair  comme l'eau de roche. Le député Milavonjy Philobert, proche du régime, a révélé hier lors de sa prise de parole avant l'examination article par article des lois électorales que la corruption existe bel et bien à l'Assemblée nationale. Ce député,  élu sous la couleur du MMM mais devenu par la suite un HVM, a avoué à demi-mot  que la politique de la mallette demeure l'idéologie de certains députés bien que la cause à défendre soit justifiée.

Il a pris comme exemple le cas lors de la déchéance du Président de la République votée par la majorité à l'Assemblée nationale. Le motif invoqué à l'époque a trait à la violation de  la Constitution par la non-instauration de la Haute Cour de Justice dont la mise en place est déterminée par la Constitution. En son temps sur une chaine de télévision privée, Honoré Rakotomanana, nommé quelques mois plus tard président du Sénat, a évoqué que cette défaillance s'avère un motif valable de destitution du Président de la République. On se demande ainsi si avec un tel argument de poids lancé par un éminent juriste, les députés ont eu encore besoin des liasses de billets pour accomplir leur devoir. Mais en se référant à la déclaration du député Milavonjy Philobert hier, c'est pourtant malheureusement le cas. Quoi qu'il en soit, la déchéance du Président de la République demandée par l'Assemblée nationale fut rejetée à la surprise générale par la Haute Cour constitutionnelle (HCC)….Après ce vote honteux effectué par les députés à la séance extraordinaire d'hier et précédée par un « stage bloqué » de quatre jours au Paon d'or, des langues commencent à se délier. Une source avance qu'à la motion de censure du Gouvernement, une somme de 10 millions Ar aurait été donnée à chaque député pour voter contre. « Une collecte à hauteur de 20 millions Ar par ministère a été effectuée. La somme collectée par les 30 départements ministériels a été ensuite répartie aux députés », explique notre source.D'autres révélations sont attendues d'ici peu et qui risquent cette fois-ci de mettre à nu les corrupteurs et les corrompus de cette Assemblée nationale dont l'entame du mandat a été ternie par le retournement de veste de certains députés…La rédaction

La Vérité1 partages

Hery Rajaonarimampianina - Un candidat président couard

« Tsy mahatoky valera » (doute de sa propre valeur, traduction littérale). Ce n’est qu’ainsi que l’on peut traduire le comportement du Hvm à l’approche des prochaines élections.  Les cravates bleues ont perdu de vue en effet que les tricheries et autres manœuvres déloyales auxquelles ils sont en train de se livrer sont autant d’aveux de faiblesse face à leurs futurs adversaires. C’est la preuve, dans tous les cas, que les caciques du parti au pouvoir sont persuadés que leur candidat naturel à la présidentielle, Hery Rajaonarimampianina (sa candidature est déjà annoncée avec sa vision « Fisandratana 2030 »), ne fera pas le poids s’il affronte ses principaux challengers à la régulière. Car si Hery Rajaonarimampianina n’avait pas une peur bleue de ses adversaires, point n’est besoin pour lui de s’adonner à une campagne électorale avant l’heure. C’est une attitude d’un coureur malhonnête qui, se sachant pertinemment moins rapide que ses concurrents, s’élance  sur la piste avant le top officiel (« mangalatra départ ») juste pour s’assurer quelques longueurs d’avance sur ces derniers. De même, c’est la certitude de ne pas être à la hauteur de ses adversaires qui incite le candidat à sa propre succession à les handicaper  le plus possible, voire à éliminer certains sur le papier. Les lois électorales récemment votées au forceps à l’Assemblée nationale ont été les instruments en ce sens.

 

 S’inspirer de l’exemple de François Hollande

 Et, malgré cette avance obtenue de manière déloyale, c’est cette même crainte d’être rattrapé, dépassé et distancé par ses redoutables challengers qui incite le Hvm à user et abuser d’ores et déjà des prérogatives de puissance publique sans plus le moindre scrupule. A preuve, les dérives totalitaires mises en branle à l’encontre du simple citoyen Andry Rajoelina à Mahajanga, peu avant le weekend de Pâques, afin d’empêcher coûte que coûte une démonstration de force de celui-ci dans une ville qui, récemment, a été le théâtre d’une démonstration de … farce  du parti à la cravate bleue. Il est plus que certain que de telles entourloupes iront en s’amplifiant au fur et à mesure que les échéances électorales approcheront.

La question qui se pose est de savoir pourquoi Hery Rajaonarimampianina insiste à se représenter devant les électeurs alors que lui et son entourage sont visiblement conscients que, si les élections se déroulent normalement, il n’a aucune chance d’être réélu. Ceci, en raison de sa cote de popularité qui continue à chuter pour tendre vers le négatif, à l’inverse de celles de ses principaux adversaires qui, par ailleurs, ne cessent d’être boostées par les propres agissements du pouvoir en place.  Le bon sens dicterait à cette seule et unique personnalité élue sous les couleurs  du Hvm lors des deux premières élections de la 4è République (si, si !), de s’inspirer de l’exemple de François Hollande dont la situation pourtant, au moment de sa prise de décision de ne plus se présenter, était moins catastrophique que la sienne actuelle. Ce serait sortir par une relative grande porte. Encore faut-il en avoir le courage…

 La Rédaction 

Madaplus.info0 partages

Une vidéo de certains députés fait le buzz actuellement sur internet

On ignore l’authenticité de cette vidéo, mais si elle s’avère authentique, le BIANCO devrait vraiment intervenir, car c’est une corruption de haut niveau.
En effet, avant l’adoption des trois lois organiques sur les élections hier, les informations sur des députés pro-régime en conclave au Paon d’Or le week-end dernier ont été partagées sur les différents médias. Et depuis hier, une vidéo, qui semble être dudit conclave, a surgi sur internet et fait actuellement le tour sur les réseaux sociaux. On y voit des gens parler d’argent de parler de pourcentage. Outre les vulgarités de certaines personnes, on a retenu cette phrase « Izay tsy managa-tanana tsy mandray » (ceux qui ne lèvent pas la main ne percevront pas d’argent). La question qui se pose, qui a pris cette vidéo ? Pourquoi une personne au sein du groupe aurait fait une trahison ?
Madagate0 partages

Madagascar DGI. 20e anniversaire célébré à Toliara

Dans le cadre de la célébration de ses 20 ans d’existence, la Direction Générale des Impôts (DGI) s’est rendue à Toliara pour donner une dimension nationale à son anniversaire. La grande famille de la DGI et trois Directions Régionales des Impôts (DRI Atsimo Andrefana, Anôsy, Androy) étaient réunies pour la circonstance, au Jardin de la Mer le 23 Mars. Ébloui par le soleil matinal, le jeune DG Iouri Garisse Razafindrakoto, septième de la lignée, a dû remettre ses lunettes de soleil avant de rappeler que « la DGI est née de la fusion de trois services en 1998, afin de servir au mieux le contribuable pour s’acquitter plus aisément de ses impôts ».

DGI, 1ère sortie à Toliara. Le DG et ses collaborateurs

Pression fiscale. Le DG des Impôts a aussi fait savoir que « la pression fiscale n’est pas encore ce qu’elle doit être, si bien que la redevabilité de l’État s’en trouve limitée ».Il est toutefois confiant en l’avenir puisque les contribuables prennent de plus en plus conscience de leur devoir. L’adjoint au maire de la Ville, le colonel Homsi de renchérir que « les recettes fiscales sont en constante augmentation dans la Commune de Toliara ». Des activités culturelles et sportives étaient au programme de la journée d’hier. Puis ce fut le vernissage d’une vingtaine de stands abritant des exposants ayant un lien direct ou indirect avec la DGI qui poursuivra la célébration de son anniversaire dans d’autres régions, dans un souci de décentralisation et de volonté d’implication des Directions régionales.

 

Au centre Tsaramandihy Aristide, DRI Atsimo Andrefana

L’effort des directions régionales des impôts. Les agents des impôts se sont rendu compte que si les citoyens manquent à leur devoir, c’est la sensibilisation qu’il faut pousser un peut plus, cibler la jeunesse. Les étudiants des universités ont connu la fiscalité sous forme de conférence, de même les élèves des Lycées. A Toliara, le Directeur Tsaramandihy Aristide et son staff ont rencontré les opérateurs économiques de la Cité du Soleil pour leur expliquer la loi des finances initiales. Après les festivités pascales, ils vont collaborer avec la Région et la Commune en appliquant le résultat rapide initiative ou « RRI » en accordant aux contribuables certains avantages pour les inciter à s’acquitter de leurs impôts : c’est la fiscalité de proximité. Malgré tous ces efforts d’éducation et de sensibilisation, l’opérateur contribuable reste pensif à la sortie des rencontres. Où va réellement ce qu’il paye chaque année? Les routes ne sont pas réparées ni sécurisées. L’insécurité est grandissante en ville comme dans les campagnes. La vindicte populaire est en hausse. Ceci expliquant cela, la pression fiscale restera basse tant que la redevabilité de l’État restera floue

Charles RAZA, correspondant

News Mada0 partages

Toamasina II : tohanan’Ambatovy ny fidiram-bolan’ny tokantrano 100

Ahitana tokantrano manodidina ny 100 miorina manodidina ny fanatobian’ny orinasa Tetikasa Ambatovy, ny ambina akora avy nampiasainy ao amin’ny ozinina any Tanandava, distrika Toamasina II. Araka ny voarakitra ao anatin’ny drafi-pitantanany manokana mikasika ny tontolo iainana (PGES), manana adidy ity orinasa tompon’andraikitra ity manatsara ny fari-piainana sy ny fidiram-bolan’ny mponina any an-toerana.

Nisafidy ny fihariana fiompiana akoho fakana nofo ireo tokantrano 100 ireo, ka novatsin’ny Tetikasa Ambatovy zanak’akoho miisa 5.000. Hozaraina indimy miantoana izy ireo, ka nanomboka ny volana febroary hatramin’ity volana avrily ity, ny ampahany 1.000.

Tohin’ny tetikasa andrana niarahana tamin’ny tokantrano miisa 40 tany an-toerana, natao ny volana mey 2017 teo, ity atao ity. Nahomby izany ka vonona nanohy ny asa fiompiana ireo mponina rehefa tapitra ny fe-potoan’ny tetikasa. Tsy nila fanampiana amin’ny lafiny vola nomen’Ambatovy intsony izy ireo ary miditra amin’ny fotoam-piompiana fahadimy, ankehitriny.

Njaka A.

News Mada0 partages

Fihariana tantely : miezaka mitrandraka ny tsena any ivelany ireo mpiompy

Atsimo Atsinanana, faritra iray ahitana mpiompy tantely betsaka, toy ny any Ankazoharatra Vohilengo, Farafangana. Seha-pihariana iray lehibe any amin’iny faritra iny ny fiompiana tantely, ivondronan’ireo mpiompy ao anatin’ny kaoperativa maro. “Firarianay izao ny hametrahana toeram-pitahirizam-bokatra tantely ho an’ny faritra Atsimo Atsinanana. Betsaka ny tinady ankehitriny amin’ny tantely, saingy mbola tsy ampy ny toeram-pitahirizam-bokatra manara-penitra”, hoy ny filohan’ny fikambanan’ny mpiompy tantely ao Ankazoharatra, Rakotondrafara José.

Manatombo avo roa heny noho ny mahazatra ny vokatra any amin’io faritra io, na intelo miaka-bokatra ao anatin’ny taona. 8.000 Ar ny litatra any an-toerana. « Nandritra ny fihaonana B to B tamin’ny taon-dasa, betsaka ny fifanarahana vita eo amin’ireo mpiompy sy ireo mpanondrana, mahita ny kalitaon’ny vokatra tantely. Na izany aza, mitaky fitaovana harifomba voatokana ny tahiry ”, hoy ny filoha iombonan’ny mpiompy tantely manerana ny Nosy, Ratantraherisoa Honorette Virginie.

Olana iray amin’ity sehatra ity ny tsy fahampian’ny fahefa-mividin’ny mponina any ambanivohitra. Tsy mahaleo ny sarany amin’ny kojakoja ilaina ho fampandrosoana ny fiompiana tantely ny fari-piainan’izy ireo. Olana iray hafa koa ny tsy fahitana tsena mazava. Noho izany, matetika ireo matihanina mitrandraka ny lafiny teknika avo lenta voatery mandahatra ny vidiny amin’ireo mpanangom-bokatra tsotra.

26 t naondrana ny taona 2017

26 t ny naondrana tamin’ny taona 2017, nankany Frantsa, Maurice, La Réunion, Japana, firenena sasany any Eoropa hatrany Etazonia, araka ny antontanisa avy amin’ny minisitera misahana ny fiompiana. Tsiahivina fa tsy nahazo niditra any Eoropa ny vokatra tantely avy eto an-toerana nanomboka ny taona 1996; tsy nanokatra ny tsena ho antsika indray ny Eoropeanina raha tsy tamin’ny    2012, rehefa hita nanomboka nihatsara manaraka ny fepetra iraisam-pirenena.

R.Mathieu

News Mada0 partages

Paon d’Or – Fizarana vola 50 tapitrisa Ar avy : notorin’ny Tim/Mapar eny amin’ny Bianco ireo ...

 Tsy an-kiandriandry. Namelatra sora-baventy tao  amin’ny lapan’i Tsimbazaza  ireo depiote Tim/ Mapar nanehoany fa misy kolikoly sy fizaram-bola ho an’ireo depiote teny amin’ny Paon d’Or Antanetibe Ivato, ny herinandro  teo.

 Ara-dalàna tokoa ny fihaonan’ny governemanta  tamin’ireo  depiote teny amin’io hotely io, saingy  tsy azo ekena kosa ny fizarana volabe ahitana  taratra kolikoly”, hoy ny depiote Mapar, Razanamahasoa Christine. Nanitrikitrika kosa ny filoha lefitry ny Antenimiera sady depiote Tim, Razafimanantsoa Hanitra,  fa  manana porofo momba izany izy ireo. “Nizarana 50  tapitrisa Ar avy ireo depiote ireo  ary nompiana tao nomen-kanina nandritra ny andro maromaro. Nivoaka ny efitrano fivoriana izahay, noho izany,  ka ireo  tavela ao  ireo izany nandray volabe izany”, hoy izy.

Misolo  ny toeran-dRazaimamonjy Claudine

Nambarany fa efa misy misolo ny  toeran’ilay mpandraharaha lehibe mpitondra malety rehefa mafampana tahaka izao ny fandaniana lalàna eny Tsimbazaza. “Tsy hanonona anaran’olona  manokana  aho  eto fa solon-dRazaimamonjy Claudine izy  io ary tonga  teny amin’ny Paon d’Or, nanatitra ny volabe. Tsy lapan’ny  demokrasia  intsony eto Tsimbazaza fa lapan’ny kolikoly. Mahamenatra  izany ka mangataka fanadihadiana parlemantera izahay. Miantso ireo tompon’andraikitra amin’ny ady amin’ny kolikoly koa mba hijery izany. Efa  anananay ny porofo rehetra ka ho hita eo raha  hanao ny asany ny Bianco  na  tsia”, hoy ihany ity mpahay lalàna sady  depiote ity.

Natrehin’ny vadintany avy amin’ny Tim/Mapar

 Nambaran’izy ireo taorian’izany  fa hapetraka  eny amin’ny Bianco  izany fitoriana momba ny kolikoly 50 tapitrisa Ar nozaraina amin’ireo  depiote HVM sy ny forongony  ireo  izany.  Natolotra ny filohan’ny Antenimierampirenena, Rakotomamonjy Jean-Max, ny fitoriana ary nosoniaviny   sady natrehin’ny  vadintany  avy amin’ ny Tim/Mapar.

Andrasana ny ho tohin’izao fitoriana ny kolikoly eny anivon’ny Antenimierampirenena izao.

Synèse R.

 

News Mada0 partages

Kitra any Eoropa – «Ligue des champions» : hanohitra ny Barcelone ny AS Roma, anio

 Mbola hitana ny sain’ny rehetra, anio, ny lalao ampahefa-dalana mandroso, hiadiana ny ho tompondakan’i Eoropa “ligue des champions”, taranja baolina kitra. Anisan’izany, ny fihaonan’ny Barcelone sy ny AS Roma.

 Adin’i Gôliata sy i Davida, ny fihaonan’ny FC Barcelone sy ny AS Roma, eo amin’ny lalao ampahefa-dalana mandroso eo amin’ny fiadiana ny ho tompondakan’i Eoropa “ligue des champions”, amin’ny baolina kitra.

Hampiantrano ny Romana, ao amin’ny kianja Camp Nou, amin’ity ry Messi sy ny namany. Heverin’ny mpanara-baovao fa tsy hahatohitra ny Espaniola ny Romana amin’ity fihaonana ity. Manantombo eo amin’ny lafiny rehetra mantsy ny Barça. Na izany aza, nanambara i Monchi, talen’ny fanatanjahantena ao amin’ny AS Roma, fa na sarotra aza ny hidona amin’ny Barcelone, hiezaka ny hanohitra izy ireo.

“Arakaraka ny hanatonan’ny fotoana, vao maika mampisy fahasahiana be eo amin’ireo mpilalaonay. Fanamby goavana ny hikatroka amin’ny Barcelone ary fahavitrihana be ho anay rehetra ny handresy azy ireo”, hoy izy.

Nomarihiny fa tsy mbola ekipa voalohany eran-tany ny Barcelone fa faharoa. Noho izany, azo resena tsara na dia izy ireo aza no manana herijika kokoa, noho ny zava-bitany.

Adin’ny mpirahalahy kosa ny fihaonana faharoa, hifandonan’ny Manchester City sy ny Liverpool. Lalao efa nandeha saingy mety hiseho amin’ny endrika hafa ity lalaon’ny samy Anglisy ity. Ekipa diso mifankahalala tsara rahateo, ny Liverpool sy ny Manchester City.

Handray ny lalao voalohany, ao amin’ny kianja Anfield, amin’ity ry zareo Liverpool. Sarotra ny haminavina izay mety ho tafita amin’ireto ekipa ireto satria mitovitovy ny tanjaka sy ny herijika. Na izany aza, tombanan’ny rehetra fa mety hanana tombony kely, amin’ny hahatafakatra azy, ny Manchester City, noho izy ireo mbola hampiantrano ny lalao miverina. Hatreto aloha, mbola samy hiady ny tapakila hiatrehana izany ny roa tonta.

Tompondaka

News Mada0 partages

Judo Malagasy : ho mpanohana ofisialy ny Airtel

Ho mpanohana ofisialy ny federasiona malagasy ny Judo (FMJ) ny orinasan-tserasera Airtel Madagascar  mandritra ity taona 2018 ity,. Zavatra telo loha, ny votoantin’ny fifanaovan-tsonia, teo amin’ny roa tonta.

Voalohany, horaisin’ny Airtel an-tanana ny fikarakarana ny lafiny serasera rehetra. Faharoa, ny fanomezana fifandraisana amin’ny alalan’ny fampiasana ny «internet», hahafahan’ny rehetra manaraka sy mijery ny vokatry ny fifaninanana rehetra, ara-potoana amin’ireo fifaninanam-pirenena karakarain’ny federasiona.

Efa nisantatra izany ny fifaninanam-pirenena, notanterahina ny faran’ny volana marsa lasa teo, teny amin’ny kianja mitafon’Ankorondrano. Eo koa ny “tournoi de capricorne”, hatao any Toliara ny volana septambra, ho avy izao sy ny fiadiana ny amboaran’i Madagasikara, hotanterahina any Toamasina, ny volana desambra.

Fahatelo, ny fanolorana loka sy fanomezana, ho an’ireo mpikatroka mendrika sy nahavita vokatra tsara, isaky ny sokajy misy azy ireo.

Araka izany, mametraka ny lanjan’ny soatoavina, amin’ny judo ny Airtel Madagascar dia ny fifanajana, ny firaisankina, ny fahavitrihana, ny fifanampiana, ny fifankatiavana ary ny fifehezan-tena.  “Mankahery sy manohana hatrany ireo atleta, hanao ny tsaratsara hatrany ny Airtel Madagascar”,  hoy Raharilalao Julie, tale ara-barotra, nandritra ny fanolorana ny amboara, ny asabotsy lasa teo.

Torcelin

 

News Mada0 partages

Rugby French Flair : malahelo tamin’ny namotehana ny kianja Imamba

“Malahelo izahay, raha nahita fa nofefena sy noravaina ny kianja eto Imamba, nitaizana sy nanabeazana ireo ankizy maherin’ny 200, ato amin’ny fikambanana Pachamama”, hoy i Jean-Baptiste Ozanne, filohan’ny Rugby French Flair, mpiara-miasa sy mpanohana ny Pachamama, ny asabotsy lasa teo.

Nomarihiny fa tsy tanteraka ilay tetikasa, hanangana toeram-pitsaboana “dispensaire”, ho an’ny reny sy ny zaza, nokasain’izy ireo hapetraka eo amin’ny kianja Imamba, izay efa novolavolaina efa-taona lasa, nandritra ny fandalovan’izy ireo farany teto Madagasikara. Nambaran’i Ntamak Francis fa “tsy nandroso fa nihemotra ilay izy. Tsy afaka ny hiditra amin’ilay olana izahay satria efa nisy resaka nifanaovan’ny tomponandraikitry ny Pachamama, tamin’ny fitondrana. Araka izany, mijanona ho mpanampy sy manolo-kevitra ihany ny Rugby French Flair”.

Tsiahivina fa fikambanan’ireo mpilalao tranainy nandrafitra ny ekipam-pirenena frantsay, ny Rugby French Flair, izay misahana ihany koa ny asa sosialy. Araka izany, tsy nandalo fotsiny ihany ry zalahy tamin’ity fa nanatanteraka fitsidihana, tany amin’ireo sekoly tany Antsiranana. Anisan’izany, ny Blanche Neige sy ny EPP Escam ary ny tao Joffre Ville  Antsiranana. Teo koa ny famangiana ny fonja ho an’ny ankizy tany avaratry ny Nosy. Notoloran’izy ireo fitaovam-pidiovana sy fitaovam-pianarana ary fanafody sy sakafo ireo ankizy sy ny voafonja, tamin’izany.

Tsy diso anjara koa ireo kilonga beazina, ao amin’ny Pachamama Imamba Soavimasoandro, fa nahazo ny anjarany, toerana tena tohanan’izy ireo. Fanirian’ireto mpilalao rugby frantsay fahiny ireto ny hivahan’ny olana, mba hahazoan’ireo ankizy mivelatra sy milalao an-kalalahana.

Tsiahivina fa naharitra hafoloana ny fivahinianan’ireto mpikambana ao amin’ny Rugby French Flair ireto, teto Madagasikara. Ny asabotsy lasa teo ihany izy ireo no niverina nody any Frantsa.

Torcelin

 

News Mada0 partages

Maroparasy Ambalavao : jiolahy telo nangalatra kisoakely natao tsaky toaka

Nitrangana fanafihan-jiolahy nirongo basy vita gasy tao amin’ny “bar” sady “karaoke” iray ao Ambalavao, ny herinandro teo. Lasan’ireo mpanafika tamin’izany ny vola rehetra tao am-pivarotana niaraka tamin’ny firavaka ary ny zava-pisotro maromaro tao am-pivarotana. Naratra mafy vokatry ny daroka nahazo azy ny tompon’ilay toeram-pivarotana satria tsy nanaiky lembenana fa nanohitra ireo olon-dratsy. Nanapoaka basy avy hatrany ry zalahy nandritra ity fanafihana ity.

Tsy nionona tamin’ity fanafihana ity anefa ry zalahy fa lasa nifindra tao amin’ny tokantrano iray ao Tsiazonandro fokontany Maroparasy Ambalavao indray. Nangalatra kisoakely iray tao ry zalahy tamin’io alina io mba hatao tsaky toaka tamin’ireo toaka marobe avy nangalarin’izy ireo tao amin’ilay “bar” notafihin’izy ireo voalohany. Voalaza fa tsy naka na inona na inona intsony ry zalahy afa-tsy io kisoa kely io ihany, araka ny fampitam-baovao avy any an-toerana. Nanao fanarahan-dia avy hatrany ny polisy taorian’izay ka noraisim-potsiny ry zalahy. Tratra tany amin’izy ireo koa ilay basy vita gasy nampiasain’izy ireo. Efa nanaovan’ireo olon-dratsy koa ny “bracelet” volafotsy nangalarin’izy ireo. Mbola nahitana tavoahangy misy toaka maromaro koa tany amin’izy ireo nandritra ny fisavana nataon’ny polisy. Efa tsy hita intsony kosa ny vola sy ny kisoakely nataon-dry zalahy tsaky toaka.

Niaiky ny heloka vitany izy ireo nandritra ny famotorana nataon’ny polisy. Jiolahy iray kosa tafaporitsaka nandritra ny fisamborana satria efa-dahy ry zalahy no nanao ity fanafihana ity.

J.C

News Mada0 partages

Chronique : le choix de partenaires

A part quelques individus à la fois nourris d’utopie qu’emplis de nationalisme, c’est presqu’à l’unanimité que la population cultive la conviction que le pays et ses habitants ne sauraient vivre en autarcie. Pas plus ni moins que les autres les Malagasy se trouvent dans cette situation, déjà que même concernant l’aliment de base, le riz, le pays n’arrive pas à produire suffisamment pour couvrir les besoins de consommation de la population. C’est autant en toute humilité que l’on reconnait la nécessité de lier des échanges avec d’autres nations, qu’avec réalisme on se doit de faire preuve d’un minimum de perspicacité avant d’accepter le choix des partenaires. « ON » désigne ici particulièrement les représentants du peuple, l’ensemble des députés réunis au sein de l’Assemblée Nationale. Les populations les ont élus représentants non seulement pour voter des lois mais pour exercer au nom du peuple un contrôle sur la gouvernance que conditionne le pouvoir exécutif. L’opinion s’interroge sur cette question : les députés assument-ils vraiment leur rôle d’exercer un contrôle sur l’exécutif ? La réalité n’en convainc pas, alors que les députés ont à ratifier des accords qui lient partenariat et coopération avec des puissances étrangères.À l’évidence ils donnent aval à certaines conventions qui ne se distinguent pas par un équilibre des intérêts ou qui parfois même laissent subodorer une initiative de corruption pour réussir à sceller un accord scélérat. « Dis-moi qui tu hantes, je te dirai à quelle profondeur tu te fais bouffer ». Dans le contexte actuel, on s’aperçoit que des puissances étrangères de plus en plus nombreuses se disputent les faveurs du pays, autant on risque un casse-gueule à jouer les divas et à monter les enchères, autant les apparences de générosité exprimées par des forces étrangères, proposant des prestations gratuites ou simplement amicales devraient paraitre suspectes. Dans les rapports interétatiques, il parait logique que chacun par l’intermédiaire de ses représentants donne priorité à la défense de ses propres intérêts, à ce stade on peut considérer d’élément ripou tout participant à des négociations qui n’accorde pas priorité aux intérêts de son pays. De ces vendus il en a existé et il y en a encore.

Léo Raz

 

News Mada0 partages

Hevitra mandalo ; Resaky ny mpitsimpona akotry : lasa omaly ka tonga indray

Nahagaga ny olona tsy dia mpankafy azy loatra ny fihetsik’Andriamatoa Marc Ravalomanana tao anatin’ny herinandro maromaro izay. Na tsy mpankato azy aza dia tsy afaka ny hifendro raha mahita azy mihetsiketsika toy izay manomana ny fifaninanana aorian’ny filatsahany amin’ny fifidianana filohan’ny Repoblika. Zony izany ! Tsia hoy ny Ramatoa minisitry ny Fitsarana. Efa voaheloka ingahirainy hono ka maloto arak’izany ny Casier Judiciaire. Adidiny ny mitaky amin’ny fitsarana ny famafana izany famelohana izany raha toa heverina ho nisy fadisoana ny fandraisan’ny fitsarana ilay didy manameloka azy. Dia marina any izany !

Saingy mety ho diso paika andriamatoa varimbariana hatramin’izay ka tsy rototra nangataka ny famerenana ny raharaha amin’ny ara-dalàna, satria hoe ny Haute Cour de Justice irery ihany no afaka mitsara ny filoha mikasika ny raharaha momba azy teo amin’ny maha filoha ny tenany. Azo heverina noho izany fa tsy mahefa ilay fitsarana nitsara an’i Marc Ravalomanana momba ny raharaha nitranga tamin’izy mbola niandraikitra ny fitantanana teo

amin’ny toerana naha Filoham-pirenena ny tenany. Fa tsy maintsy Fitsarana no manambara izany ary mandrava an’ilay didy teo aloha.

Misy manontany fa nahoana kosa no tsy nihetsika ny fitondrana fa nanao an’ilay didim-pitsarana ho toy ny tsy nisy hatramin’izay fa efa aty akaikin’ny fifidianana vao manangam-bovona ? Fihetsika tsy dia mendrika izany nefa ny fihetsika maloto isan-karazany rehetra efa lasa mahazatra avokoa hany ka eken’ny rehetra ho toy ny fomba fiady ankatoavina daholo. Ireo mpifaninana mankahala an-dRavalomanana aza dia tsy vitan’ny mifaly amin’ny ratsy mahavoa ny sasany fa mahasahy mandatsa mihitsy amin’ny filazana hoe « tsapany tsara izany hoe voafitapitaka ».

Rehefa ela nampatory mitsangana ny sasany, sendra ny olona nahay azy ka nataon’Ingahy Hery fanina. Nadaladalainy tamin’ny fanomezana azy fahalalahana ka tsy nahita ny fandrika Andriamatoa nihevitra ny tenany ho olona afaka, nefa mbola nitataovana loza be. Efa voapaigotra vao mikinainaina sy mikiakiaka. Ahiana anefa fa toy ny omby ny mpilatsaka sasany, izay mitolefika an-dàlana tsy andrasan’ny namany. Hany mety ho vintan-dRavalo dia ny fikisinan’ny maro samy te hanipaka an’ireo volavolan-dalàna lazain’izy ireo fa mamoafady ka mety hiteraka korontana.

Léo Raz

 

News Mada0 partages

Madagascar il y a 100 ans

Le riz, régulateur (1)

Des Tamataviens, retour de Tananarive, nous disent le plus grand bien des rizières de première récolte qui entourent immédiatement la ville.

La saison a été particulièrement favorable. Après le repiquage, les irrigations ont convenablement fonctionné jusqu’à la fin de la sécheresse ; à partir de la mi-novembre, les pluies sont venues, abondantes, mais assez régulièrement espacées pour donner le temps au fleuve Ikopa de remplir sa fonction de drain gigantesque de la vaste région ; le danger d’inondation a été évité.

Depuis les « Rois », il n’y a plus eu que des petites pluies nocturnes, coupées par de belles journées de soleil, ce qui a favorisé la maturation, laquelle est actuellement avancée.

On a aussi de très bonnes nouvelles des rizières de « seconde récolte », de beaucoup plus importantes, dans toute l’étendue de l’Émyrne et des hauts plateaux en général.

D’autre part, les rizières de la côte s’annoncent aussi favorablement. Dans tous les districts, l’Administration a autorisé les « tavy » – rappelons que, l’année précédente, les « tavy » (défrichements) avaient été interdits. Les colons avaient fait, avec justesse, observer à l’Administration que l’abus des tavy conduisait à la dévastation du couvert forestier.

Alors on n’avait pas trouvé mieux que de les interdire, d’un trait de plume. Une année a ramené là où il aurait fallu commencer : on a réglé la pratique du tavy.

Il reste à perfectionner le système, en apprenant à l’indigène à entretenir la fertilité du « défriché » qui lui a été une fois alloué, pour qu’il ne soit plus fondé à dévaster d’autres couverts.

Bref, l’année 1918 s’annonce meilleure que celle qui précède.

Il est de toute justice de reconnaître que l’Administration s’est efforcée de donner satisfaction. Nous devons être sévères pour les fonctionnaires qui négligent leurs devoirs ; mais nous cessons d’être dans nos droits quand nous harcelons systématiquement ceux d’entre eux qui cherchent à bien faire, sans prendre la peine de les aider de notre propre expérience. Le système qui tendrait à faire accroire à l’extérieur que nous n’avons que des « fumistes » comme administrants est un système mauvais, il ne tiendrait pas debout.

(À suivre.)

Le Tamatave

www.bibliothequemalgache.com

News Mada0 partages

Us et coutumes : faut être taré pour aligner une série de c…

Les bêtises n’obéissent pas à la loi des séries, à moins d’être complètement tapé. A force de vouloir faire feu de tout bois afin d’assurer d’un max de précautions le succès de la réélection du boss, les zélés du système finissent par accumuler les stupidités qui risquent au contraire de s’en retourner  contre eux avec la force d’un boomerang et de toucher le président avant qu’il ne puisse esquisser le moindre geste pour se défendre. En se précipitant de la sorte ils ne font que précipiter leur sortie derrière leur chef.

 

News Mada0 partages

« Star Tour » Antsirabe : tratra ny fanamby tamin’ny andiany voalohany

Efa fotoana ifanomezana ny Paska ao Antsirabe. Raha tarafina tamin’ny isan’ny olona nifamezivezy sy ny fanatontosana ny fandaharam-potoana rehetra, tratra ny tanjona napetraka tamin’ny andiany voalohan’ny « Star Tour » tany an-toerana.Fetibe nandritra ny telo andro. Fialamboly ho an’ny mpianakavy, tao anatin’ny mozika, dihy, fifaninanana isan-karazany sy lalao samihafa. Efa mahazatra an’Antsirabe izany rehefa fetin’ny Paska, indrindra hatramin’izay nisian’ny « THB Tour ». Tamin’ity kosa, niova ho « Star Tour », ary nahatratra ny fanamby napetraka ny hetsika.Maro ireo nandray anjara tamin’ny “carnaval” izay niainga tany amin’ny kianjan’ny orinasa Star, nitety ny tampon-tanànan’Antsirabe ary niafara teo anoloan’ny Gara. Nahitana fitomboana izany, noho ny fisian’ireo mpiara-miasa hafa nandray anjara. Nanome ny endriky ny fety izany, satria ny harivan’io asabotsy io ihany koa no nanombohan’ny andiam-pampisehoana.Rakotra olona hatrany ny lalambe nanoloana ny Gara, ny asabotsy hatramin’ny alatsinainy. Ankoatra ny fampisehoana sy ny fanentanana teny an-tsehatra mantsy, mahasarika ihany koa ireo tranoheva marobe.Nanjakan’ny mozikaTia mozika ny mponin’Antsirabe. Tsy vitan’izay fa mpamokatra mpanakanto ihany koa, raha tarafina tamin’ny fahavitrihan’ireo nandray anjara tamin’ny fifaninanana “karaoke” sy “cover”. Sahirana ihany ireo nitsara noho ireo mpandray anjara efa manan-talenta. Kely ny elanelana kanefa nisongadina ihany i Aimée, izay nahazo ny voalohany ka nomena 250.000 Ar. Faharoa kosa i Soafaniry, nahazo 150.000 Ar ary fahatelo i Maherizo, nahazo 100.000 Ar.Teo amin’ny fifaninanana dihy malalaka, nibata ny voalohany ny Ultimate, izay nahazo 200.000 Ar ankoatra ny loka hafa. Efa nandray anjara tamin’ny taon-dasa izy ireo, ary mbola nametraka ny anarany tamin’ity.Mazava loatra fa ireo mpanakanto malaza sy goavana no tena nandrasan’ny maro. Tsy nifankahitana ny olona nijery an-dry Arione Joy, Stéphanie, Rak Roots, AmbondronA ary i Njakatiana izay namarana ny fety alatsinainy. Avy antoandro ny orana, kanefa tsy nisy niala ireo mpijery tamin’io.Mbola anisan’ny fanamby napetraky ny Star ihany koa ny fanadiovana. Efa natao isan’andro izany, izay narahina fanadiovana faobe ny talata maraina.

Sary sy soratra: Zo ny Aina Randriatsiresy

News Mada0 partages

« Valiha Académie » : miroso amin’ny dingam-pikarohana

Toeram-pikarohana sy fampianarana momba ny mozika. « Valiha Académie », hany foibe tokana eto Madagasikara mampianatra ny tontolon’ny zavamaneno valiha (tantarany, ny fomba amam-panao mifandraika aminy, ny soatoavina malagasy manoloana ny valiha, ny fiantraikany eo amin’ny tsirairay sy ny fiarahamonina, sns). Na izany aza, manaraka ny fomba fampianarana mozika fahita maneran-tany. Mampiasa ny solfezy.

Fantatra fa eo am-pamolavolana mpianatra hiroso any amin’ny fanaovana dingam-pikarohana ity foibe ity amin’izao. « Dingana tsy maintsy arahina io mialoha ny hahatongavana eo amin’ny toeran’ny mpampianatra », hoy ny tompon’andraikitra voalohany amin’ny fampianarana eo anivon’ity foibe ity. Nambarany fa anisan’ny tsy mampivelatra ny fahalalan’ny Malagasy ny valiha ny tsy fahampian’ny mpampianatra. Noho izany, tsy maintsy hamoaka mpampianatra tsara ofana sy mahazo tsodrano hanatanteraka izany asa manan-kasina izany ity foibe ity.

HaRy Razafindrakoto

 

News Mada0 partages

Rock’arts : quand musique et peinture vont de pair

Rock’Arts concocte un concert pour le mois de mai et travaille en parallèle sur un premier album en chantier qui sortira dans le courant de l’année. En attendant, mise en bouche avec Lova, le chanteur et le meneur du groupe.

Un tout jeune groupe formé au mois de mars 2017, Rock’Arts conjugue le rock alternatif et la peinture. «Quand un artiste peintre exécute un fast painting devant le public, il a toujours recours à un fond musical pour agrémenter sa performance. Avec le peintre Zouzar Valibhay, on s’est demandé pourquoi ne pas directement combiner performance artistique et prestation musicale. C’est de  là qu’est venue l’idée de monter notre propre groupe», se remémore Lova.

Accompagné de ses musiciens, le chanteur de «Madagasikara» a été à l’affiche du Pause Café à Antsahavola le mois dernier, à l’issue du vernissage de l’installation de Zouzar Valibhay sobrement intitulé  «I meet you».

La formation puise son inspiration dans le rock old school et plus précisément dans la musique alternative. «On chante du rock pour le simple plaisir de l’ouïe. Mais avant tout, on fait de la musique qui donne à voir et entendre», argumente-t-il.

Pour marquer d’une pierre blanche ce premier anniversaire, Rock’Arts projette de donner un concert le mois prochain. Et comme un anniversaire ne se fête pas tout seul, il soufflera sa première bougie sur scène avec Limitless, Aurora et Djanatt.

Joachin Michaël

News Mada0 partages

Miantso fifampiresahana ny Papa François

Toy ny fanaony isaky ny fetin’ny Paka, nampita hafatra ho an’ny vahoaka maneran-tany sy  ny mpino kristianina  ny Papa François. Nivoitra  tamin’izany ny fitodihany manokana amin’ireo toe-draharaha mafampana amin’ireo firenena maromaro ka niantsoany ny fifampiresahana sy ny fandriampahalemana  ho any amin’ny fitoniana. « Atsaharo ny ady any Syria . Aoka hapetraka ny fampihavanana any amin’ny Tany Masina ary mampahery  sy mampirisika ny tokony hifampiresahana momba ny fifampihantsiana amin’ny tifitra andrana balafomanga  koreanina aho », hoy izy tao amin’ny kianjan’ny Md Piera ao Vatikana,  ny alahady  teo. Io ilay antsoina hoe « Urbi et Orbi ».  Nohamafisiny ny antso avo maneran-tany ho amin’ny filaminana  ka hatomboka amin’ny  tsirairay izany.

Niarahaba ny vahoaka malagasy ny papa François

 Notsiahiviny koa  ny antso ho an’ny mpanao politika sy ny mpitari-tafika mba  hampitsahatra tsy misy hataka andro ny vonomoka amin’ireo tsy manan-tsiny any Syria ary ny tokony hanajana ny zo maha olona. « Mba hahazoan’ireo havantsika ireo ny fiahiana azy maika amin’ny lafiny rehetra ary tokony hohamoraina avokoa ny fanohanana  sy  fanampiana azy ireo », hoy ihany ny hafatry ny ao amin’ny  fiketrahana masina.

Samy nahazo  hafatra avy amin’ny papa François avokoa ireo firenena  ahitana savorovoro. Anisan’izany ny aty Afrika, toy ny  any Soudan  sy RDC Congo. Ny any Venezuela, Ukraine… Namaranana izany hafatra izany ny fiarahaban’ny Papa François ny vahoaka  sy ny kristianina maneran-tany.  Anisan’ny nahazo izany tsodrano sy fiarahabana ny vahoaka malagasy sy  i Madagasikara.

Synèse R.

News Mada0 partages

Analakely : nahatratra 10 taonina ny fako

Naharitra  ora 4 ny nanadiovana ny faritr’Analakely sy ny manodidina, omaly. Nahatratra 10 taonina ny fako navelan’ireo mpivarotra sy mpitsangantsangana teny an-toerana. Marihina fa anjaran’ny Samva izay sahanin’ny fanjakana amin’ny alalan’ny minisiteran’ny Rano ny mitaona ny fako miala eo amin’ny bakan-jaoridira mankany Andralanitra.

Ho an’ny CUA manokana, miasa amin’ny herin’ny tenany izy ireo hatramin’izao ka tafiditra amin’izany ny fanadiovana  fa tsy misy fanampiana avy any amin’ny fanjakana. Isan’andro ny fanadiovana ny tanàna. Tompon’andraikitra voalohany amin’ny fanadiovana eny amin’ny boriborintany ny delege, avy eo ny fokontany  amin’ny alalan’ny rafitra RF2 izay eo ambany fifehezan’ny sefo fokontany. Tompon’andraikitra amin’ny fanadiovana tsena kosa ny lehiben’ny tsena ary ao anatin’izany ny fametrahana ireny daba natao hanariana fako ireny.

Mizara roa ny fanadiovana eto Antananarivo Renivohitra ka anjaran’ny kaominina Antananarivo Renivohitra ny eny amin’ny lalana izay voazaran’ny boriborintany tsirairay avy  ka tompon’andraikitra amin’ny fandrindrana izany ny delege isanisany.

Misy  mpamafa lalana  600 eto Antananarivo Renivohitra, mitsinjara isaky ny  boriborintany. Ho an’ny eo Analakely sy ny manodidina kosa miandraikitra ny fanadiovana ny ao amin’ny lapan’ny Tanàna.

 Mamerina manadio matetika

Manomboka amin’ny 4 ora sasany maraina ny fanadiovana ny lalan’Antananarivo. Miverina mamafa indray ireo mpamafa lalana amin’ny 10 ora maraina. Rehefa mipaika ny amin’ny 12 ora antoandro, mamafa indray ny mpamafa lalana ary mamafa farany rehefa mipaika ny amin’ny 3 ora tolakandro. Na izany aza ny ezaka efa atao, araka ny nambaran’ny lefitra voalohan’ny ben’ny tanànan’ny kaominina Antananarivo Renivohitra, ny kolonely Ramboasalama Emilien, mbola manjaka ny tsy fanarahan-dalàna sy ny tsy firaharahana ataon’ny ankamaroan’ny mponina. Mitaky fiovana toe-tsaina hentitra satria raha raisina ohatra ny lakandranon’Andriantany, nanaovan’ny CUA ezaka goavana ny fanadiovana azy saingy vao vita ny fanadiovana, tonga ny olona sasany manary loto ao amin’ilay lakandrano vao nodiovina.

Tatiana A

News Mada0 partages

Avy amin’ny mpamatsy vola : 100 tapitrisa dolara ho an’ny PSE

 Efa miroso tsikelikely amin’ny fanavaozana rafi-panabeazana ny minisiteran’ny Fanabeazana nanomboka tamin’ity taona ity. Nahazo fankatoavana avy amin’ny mpamatsy vola rahateo ny tetipivoarana hatramin’ny taona 2022.

  100 tapitrisa dolara ny vola azon’i Madagasikara ho fanatanterahana ny tetipivoarana ho an’ny fanabeazana (PSE) hatramin’ny taona 2022, araka ny fanambarana avy any Washington, omaly. Tohana avy amin’ny Banky iraisam-pirenena sy ny mpiray ombon’antoka maneran-tany ho an’ny fanabeazana (GPE) izany ary nankatovina ny herinandro lasa teo, tany an-toerana. Sorabola lehibe indrindra ho an’ny fanabeazana malagasy io ka ny 55 tapitrisa dolara, avy amin’ny Banky iraisam-pirenena amin’ny alalan’ny fikambanana iraisam-pirenena ho an’ny fampandrosoana (IDA) ary ny 45,7 tapitrisa dolara natolotry ny GPE.

« Ilaina hampandrosoana ny fanabeazana sy ny fahaiza-manao momba ny asa hanomezana lanja ny olona afaka mamokatra ny tohana tamin’ny vola azo. Vonona ny fanjakana malagasy hanatanteraka izany drafitrasa fampandrosoana izany », hoy ny minisitry ny Vola, Andriambololona Sehenosoa Vonintsalama. « Mpiray ombon’antoka amin’ny GPE hatramin’ny taona 2005 i Madagasikara izay nampiseho ezaka hatrany hanatsara ny fanabeazana manana kalitao », araka ny fanazavan’ny tomponandraikitry ny GPE, i Alice Albright.

Hiantefa amin’ny ankizy 4,7 tapitrisa ny tetikasa PSE. Tanjona ny hampiditra zaza 4,6 tapitrisa eny amin’ny ambaratonga fototra ary ny 80 000 hafa eny amin’ny akany fibeazana. Tafiditra koa amin’ny tetikasa ny fanofanana 35 000 mpanabe sy mpikarakara akany fibeazana  6 500 ary talen-tsekoly 20 000. Voalaza fa hampitomboana ny isan’ny akany fibeazana, toerana 1 000 vaovao no haorina miaraka amin’ny vahoaka eny ifotony. 800 ny efitranon-tsekoly havaozina miaraka amin’ny toeram-pidiovana ary misy rano.

Vonjy A.

News Mada0 partages

Taorian’ny rivodoza : asa tana-maro nanamboarana ireo lakandrano

Voadona mafy noho ny fandalovan’ny rivodoza farany teo, Eliakim, ny any amin’ny faritra Analanjirofo. Anisan’izany ny distrikan’i Maroantsetra, sy any amin’ireo kaominina manodidina.  Ny 26, 27 ary 28 marsa teo, 11.250 ireo nalaina nanao asa tana-maro (Himo), nanamboatra ireo fotodrafitrasa simba any amin’ny kaominina misy azy ireo. Nampanao ny asa ny minisiteran’ny Mponina, fiahiana sosialy ary ny vehivavy.

Taorian’ny fandalovan’ny rivodoza Ava, ny volana janoary 2018, efa nanomboka izay mifanandrify azy ny mponina any Soanierana Ivongo. Nisy 1.500 nanao ny asa isan’andro, fanamboarana ireo lakandrano lehibe valo mirefy 7.760 m, manondraka tanimbary. Mitovy amin’izay koa ny any Vavatenina, nanarenana lakandrano manondraka tanimbary.

Tsy latsa-danja ny any amin’ny faritra Alaotra Mangoro, kaominina Morarano Gara, distrikan’i Moramanga. 22.500 ireo ray sy renim-pianakaviana nanao ny asa fanarenana ny lakandrano rehetra sy ny lalana mampifandray fokontany maro. Mahakasika izay lakandrano izay ihany ny natao any Ampita Atsimo, distrikan’Ambatondrazaka. 7.500 nanao ny asa.

Lalana mirefy 2,5 km kosa ny namboarina any amin’ny kaominina Antanimena Baka, miantoka ny famoaham-bokatra anatin’ny distrikan’Andilamena. Mitohy ihany ny fanaovana asa tana-maro ho fanarenana ny voka-dratsin’ireny andro ratsy ireny, hiantsoana ireo mponina sahirana, anisan’ny fidiram-bola ho azy ireo.

R.Mathieu

News Mada0 partages

Tsy hita ny tiana hahatongavana : tsy mihatra ny tena vidin-tsolika

 Nahenan’ny fanjakana indray ny vidin-tsolika, ny 2 avrily teo raha nasondrony ny 1 avrily. Azo adika izany fa tsy mihatra eto amintsika ny tena vidin-tsolika manaraka ny tsena iraisam-pirenena.

Milaza ny fitondrana fa manaraka ny tena vidin-tsolika eo amin’ny tsena iraisam-pirenena ny eto Madagasikara. Atao izany satria nohalalahana ny tsenan’ny solika sy ny angovo, sady eo koa ny toromariky ny mpamatsy vola iraisam-pirenena ka tsy manampy vola ny mpaninjara solika intsony ny fanjakana, hanentsenana ny banga (ny elanelam-bidy).

Tsy mitombina anefa rehefa tena zohina ireo, ary manamarina izany ny vidin-tsolika ampiharina eto amintsika. Isam-bolana ny fanovana ny vidin-tsolika, ankatoavin’ny Ofisy malagasy mandrindra ny vokatra solika (OMH). Ny hita, tsy nahetsika ny vidiny ny fiandohan’ny volana janoary sy febroary, nasondrotra 90 Ar isaky ny litatra ny gazoala sy ny lasantsy ny marsa. Nampiakarina toy izany koa izao volana avrily izao, saingy nahena indray ny ampitson’iny. Lazaina fa mba tsy hiantraika any amin’ny vidim-piainana ny antony, nefa mandiso ny filazana fa mihatra ny tena vidin-tsolika sy malalaka ny tsena.

Tsy malalaka ny vidin-tsolika

Raha ny filazan’ny fitondrana, mahatratra ny 700 Ar hatramin’ny 1.000 Ar ny elanelam-bidin’ny vidin-tsolika eto amintsika raha oharina amin’ny tena vidiny eo amin’ny tsena iraisam-pirenena. Nilaza anefa ny tale jeneralin’ny Galana, Philippe Nicolet, fa manodidina ny 490 Ar/l ny salam-bidy hitan’izy ireo. Nambarany koa fa “fanadiovam-bidy” (lissage) ny atao mandritra ny taona, hanenjehana ny tena vidin-tsolika eo amin’ny tsena iraisam-pirenena, fa tsy manonitra vola azy ireo intsony ny fanjakana.

Nomarihiny koa fa mahavariana ny zava-misy eto Madagasikara. Raha ny fahafantarany, nisy lalàna navoakan’ny fanjakana, tany amin’ny taona 2003, araka ny fangatahan’ny Tahirimbola iraisam-pirenena (FMI), milaza fa malalaka ny vidin-tsolika. Etsy andaniny anefa, misy ny didy hitsivolana mamaritra fa ferana ao anatin’ny enim-bolana ny vidin-tsolika. Tsy foana io didy hitsivolana io ary mihatra mandraka ankehitriny. Azo adika ireo fa tsy malalaka ny vidin-tsolika eto amintsika sady tsy fantatra ny tena tian’ny fanjakana hahatongavana.

Njaka Andriantefiarinesy

News Mada0 partages

Hold-up dans un bar : trois individus arrêtés

Trois jeunes bandits ont été capturés en fin de semaine dernière à Ambalavao. Leur défèrement aura lieu ce jour au parquet du tribunal de la localité.

Trois jeunes garçons soupçonnés de braquage ont été arrêtés par les éléments du commissariat d’Ambalavao en fin de semaine. Toujours en cavale, un autre membre de la bande fait actuellement l’objet d’une traque intense. Le plus âgé a à peine 19 ans. Un âge qui n’est plus surprenant dans la mesure où certains des dahalo qui écument sans répit cette région de la Grande île ont tout juste 12 ou 13 ans. Les trois suspects ont été placés en garde à vue au  commissariat de sécurité publique d’Ambalavao depuis leur arrestation pour les besoins de l’enquête.

Attaque à main armée

Revenons au fait. Les quatre délinquants ont attaqué un bar-karaoké la nuit du 28 mars dernier. Munis de pistolets de fabrication artisanale, une arme dont l’origine reste à déterminer, ils ont semé la terreur dans le bar. Personne n’a osé leur tenir tête. Selon les témoins, des coups de feu auraient même retenti dans la maison. Mais aucun blessé par balle n’a été retrouvé après l’arrivée des policiers. Néanmoins, l’on sait que le propriétaire du bar a été grièvement blessé durant l’attaque. Il a été roué de coups par les assaillants qui ont pris la fuite en emportant l’argent de la caisse, des bijoux, des téléphones cellulaires et plusieurs bouteilles de boisson alcoolisée.

Pour couronner le tout, les voleurs sont passés dans un autre village, à Maroparasy. Là, ils ont encore volé un cochon. L’arme de l’attaque a été saisie sur les bandits. Les bijoux et téléphones volés ont été retrouvés sur eux.

Ando Tsiresy

 

News Mada0 partages

Week-end Pascal : 151 individus interpellés par la police

Dans le cadre de la sécurisation de la ville d’Antananarivo durant les festivités de Pâques, la police nationale a mobilisé 706 éléments dans la sécurisation et 461 pour assurer la fluidité de la circulation. Selon les résultats obtenus au niveau du Commissariat central de Tsaralalàna, 151 individus ont été interpellés depuis le 29 mars jusqu’au lundi de Pâques. La plupart sont des individus attrapés en flagrant délit de vol à la tire ou en train de le commettre. Ils sont au nombre de 43. En ce qui concerne la consommation et détention de chanvre indien, 4 individus ont été arrêtés.  58 autres personnes ont été interpellées. Selon les explications, ces derniers vont être relâchés dès que leur présence sur les lieux de leur arrestation sera clarifiée.

A propos de la circulation, la police a recensé 19 cas d’accidents de la circulation. Aucun mort n’est à déplorer. Néanmoins, 29 blessés ont été signalés. Parmi ces accidents de la route, deux cas de délit de fuite et un cas de conduite en état d’ivresse ont été constatés.

ATs.

News Mada0 partages

Après Pâques- Analakely : 10 t d’ordures collectées

Après les fêtes, l’heure est au ramassage des ordures pour la Commune urbaine d’Antananarivo. Hier, dix tonnes de déchets ont été collectées à Analakely et ses environs. Et, même si les 600 balayeurs de six arrondissements de la capitale ont été déployés, l’assainissement a pris beaucoup plus de temps.

«Depuis 5 h, il a fallu quatre heures de temps pour s’en débarrasser», selon le communiqué de la Commune urbaine d’Antananarivo. «Il faut changer les mentalités, notamment cette mauvaise habitude de jeter n’importe où les ordures», a fait remarquer le premier délégué au maire, le colonel Emilien Ramboasalama. Actuellement, malgré les travaux de curage entrepris dernièrement, le canal d’Andriantany est déjà encombré d’ordures.

De source auprès du site de l’IMV, la plateforme opérationnelle de la coopération entre la Région Ile-de-France et la CUA, à Antananarivo, la production de déchets ménagers est estimée à 0,6 kg par jour et par habitant.

Elle est plus élevée par rapport à d’autres villes africaines, telles que Lomé (0,51 kg/hab/j) ou encore Addis Abeba (0,37 kg/hab/j), mais légèrement inférieure à la moyenne des capitales africaines (0,65 kg/hab/j).

Actuellement, on déverse quotidiennement près de 1 400 m3 de déchets ménagers à Andralanitra, soit mille tonnes d’ordures d’origines diverses.

Sera R.

 

News Mada0 partages

100 millions USD -Éducation : infrastructures et formation des enseignants priorisées

La Banque mondiale et le partenaire mondial pour l’éducation (GPE) ont conjointement financé à hauteur de 100 millions dollars, la mise en œuvre des réformes prévues dans le Plan sectoriel de l’éducation (PSE) visant à améliorer l’apprentissage pendant les deux premières années du primaire dans les écoles publiques. Les volets infrastructures et les domaines relatifs au renforcement des capacités des enseignants et responsables d’établissement seront priorisés.

L’objectif principal est d’accroître le nombre de mots correctement lus de 24 à 35 par minute et de ramener le taux de redoublement des deux premières années à 12 % ou moins des élèves par an, mis à part l’amélioration de la fréquentation et la réduction des taux d’abandon scolaire. 4,6 millions d’enfants seront à inscrire dans le primaire et de 80.000 enfants dans des centres d’apprentissage précoce.

Pour atteindre ces objectifs, 35.000 instituteurs, 6.500 éducateurs communautaires préscolaires, 4.000 membres de conseils d’administration d’écoles communautaires et de 20.000 directeurs d’école et responsables locaux bénéficieront de formation et d’encadrement spécifiques, en matière de la lecture et du calcul.

1.000 centres d’apprentissage et 800 salles de classe

Dans la foulée, à travers ce financement, 1.000 centres d’apprentissage précoce, en collaboration avec les collectivités locales et 800 salles de classe aménagées, avec des toilettes et de l’eau courante seront à construire.

 Selon les informations, un financement supplémentaire de 29 millions de dollars est prévu si les résultats visés sont atteints. Au total, le projet ambitionne d’avoir plus de 4,7 millions de bénéficiaires.

Recueillis par Fahranarison

News Mada0 partages

Monde rural : de plus en plus de jeunes optent pour le mariage religieux collectif

De plus en plus de jeunes optent actuellement pour le mariage religieux collectif, en particulier en milieu rural.

Lors de la cérémonie de mariage religieux collectif célébrée à l’Ecar d’Ambohimandroso samedi dernier, sur la trentaine de couples, presque la moitié sont des jeunes de moins de trente ans. Parmi eux, certaines mariées portaient même le voile. C’est-à-dire qu’il n’y avait pas encore eu de concubinage avant ce mariage religieux.

Les nouveaux mariés ont déclaré unanimement que c’est l’insuffisance de moyens nécessaires pour une célébration en  grande pompe  qui les ont poussés à opter pour le mariage collectif. «Nous préférons plutôt investir les dépenses pour l’avenir de notre ménage», ont témoigné Vincent et Ihary, un des couples qui ont reçu le sacrement du mariage, samedi dernier.

Aucune différence

Selon le père directeur du district d’Ambohimandroso, du diocèse d’Antsirabe, Jean Pierre Rabemanantsoa, «Il n’y aucune différence particulière entre la célébration d’un mariage religieux collectif et celle d’un couple». «La fête de Pâques est un moment de partage du Saint Sacrement, y compris celui du mariage et c’est également un jour de fête. De ce fait, beaucoup saisissent cette occasion pour célébrer leur union devant Dieu».

D’après lui, dans les autres districts, au moins une soixantaine de couples, voire une centaine, se sont unis les durant la fête de Pâques cette année. La sensibilisation menée notamment par les catéchistes du diocèse d’Antsirabe a porté ses fruits.

Il convient de noter que selon toujours le père Jean Pierre Rabemanantsoa, «Les églises catholiques refusent de donner le sacrement du mariage si le couple n’est pas passé par le mariage traditionnel (Vodiondry) et le mariage civil à la Mairie».

Sera R.

News Mada0 partages

Météo-capitale : Pas de précipitations prévues

Le temps sera sec au moins durant les deux prochains jours dans la Capitale. Toutefois, l’ensemble des zones des Hautes terres centrales (HTC), c’est-à-dire, la partie septentrionale sera sujette à des faibles précipitations et des crachins jusqu’à demain.

Des fortes pluies seront par contre attendues ce jour dans les parties Nord, Ouest et Est de l’île (Antalaha et Analanjiforo). En revanche, des averses sont prévues sur les côtes de Melaky, Menabe, de même que sur la partie littorale des régions Atsinanana, Vatovavy Fitovinany et Atsimo Andrefana.

Dans l’après-midi, des averses orageuses apparaîtront sur la partie Ouest tandis que des averses seront au rendez-vous sur Vatovavy Fitovinany et Atsimo Atsinanana. Le temps sera plutôt pluvieux à Analanjirofo, Atsinanana et à Antalaha. Sur les HTC, les températures connaîtront une diminution, dont les minima et les maxima se situeront respectivement entre 14° et 26°C pour Antsirabe, 17° à 26°C pour Antananarivo et 16°C à 26°C pour Fianarantsoa.

Fahranarison

 

News Mada0 partages

Diana : intenses activités de développement à Nosy Be

La commune urbaine de Nosy Be n’a pas chômé durant le week-end pascal. L’équipe du maire Aly Aboudou a continué de vaquer à ses occupations relatives aux urgences nécessitées par le développement de la circonscription. Parvenir à retrouver sa gloire d’antan dans le tourisme reste le maître mot de la commune actuellement.

Les travaux de réfection des routes se poursuivent activement dans la commune urbaine de Nosy Be pour faire disparaître les traces des aléas climatiques sur les infrastructures locales. La mairie a déployé à cet effet les moyens du bord en attendant d’éventuels coups de pouce du pouvoir central. Le maire a dirigé lui-même une équipe d’ouvriers pour des travaux d’entretien routier au  point à temps  la semaine dernière pour permettre à la population de jouir pleinement de la fluidité de la circulation résultant de l’état de la route durant les fêtes des Pâques.

L’axe menant vers la plage a été ainsi entièrement restauré à la grande joie de la population qui a été confrontée depuis des semaines à des problèmes de transport pour s’y rendre. Le maire de Nosy Be s’est rendu sur le chantier de construction d’un bureau destiné au fokontany d’Antotorogna à la fin de la semaine pour constater de visu l’avancement des travaux.

Le Premier magistrat de la ville de Nosy Be a remis des dons constitués de produits de première nécessité et de ballons, conformément à la demande des jeunes de la localité aux sinistrés du fokontany de Navetsy, sans oublier les victimes des inondations du fokontany d’Antsatrabevoa. L’île de Nosy Be a subi en effet d’énormes dégâts résultant des rafales de vent et de la montée des eaux,  suite au passage des cyclones dans cette partie de Madagascar.

Manou

 

News Mada0 partages

Anosy : assainissement alimentaire à Betroka

Le député Jean Nicolas Randrianasolo, élu de la circonscription du district de Betroka, a mené  diverses actions sociales au profit de la population.

Les gargotiers de cette localité ont été dotés d’ustensiles nécessaires à la normalisation de leurs prestations dans le cadre de la prévention de l’hygiène publique. Les vendeurs de café et de thé de la circonscription ont aussi reçu des dons en matières premières tels que du café et du sucre en plus d’une bouteille thermo isolante. Le député Jean Nicolas Randrianasolo, initiateur des dons, a expliqué  que l’insertion progressive de ces marchands dans le formel par le biais de leur remise aux normes constitue le but principal de l’opération. Deux centaines de chefs de fokontany de ce district de la région Anosy ont aussi été récemment dotés de bicyclettes par le parlementaire.

Manou

News Mada0 partages

Urban trail : joindre l’utile à l’agréable

C’est un combat de longue haleine ! Les clubs  Rotary et Rotaract de la capitale retroussent leur manche pour lever de fonds destiné à renforcer la lutte contre la polio. Pour la quatrième année consécutive, ils organiseront l’Urban trail, ce 22 avril dans la capitale.

Comme à l’accoutumée, deux courses seront au programme, les 6 km et les 12 km, allant du parking de Jumbo Score au portail du stade de Mahamasina.

«L’Urban Trail permettra de découvrir ou redécouvrir les rues et escaliers de la Haute Ville, en rythme course ou marche, seul, en groupe ou en famille avec l’appui technique de la Fédération malgache d’athlétisme. Enregistrant plus de 3.000 participants l’an dernier, nous en attendons plus de 5.000 cette année, dont de nombreux enfants, trailers amateurs et aguerris ou simples randonneurs», a communiqué les organisateurs.

Naisa

 

News Mada0 partages

Rugby – french flair : Pachamama ne lâche pas prise

La construction d’un mur pour le dispensaire dédié aux femmes résidant aux alentours de Soavimasoandro est un projet qui tient à cœur au Rugby French Flair qui cale le maul de l’association Pachamama depuis bien des années. Le projet est maintenant compromis à cause d’un litige foncier et les deux camps n’ont pas encore trouvé un terrain d’entente à cause d’un problème de paperasse. C’est ce qu’ont déclaré les membres de Rugby French Flair à l’occasion de leur visite depuis samedi dernier.

«Le projet est en stand by parce que l’association ne dispose plus du terrain en question. Quatre ans après, on est vraiment déçu des résultats. C’est la première fois que nous sommes confrontés à de tels problèmes et c’est vraiment décevant», a déploré le président de l’association, Jean Baptiste Ozanne. Notons que ce dernier est venu avec six autres membres de Rugby French Flair, des anciens joueurs internationaux, à savoir Ntamak Francis, Cédric Desbrosse, Thierry, Hubert Couvet, Ghezou Li Philippe, Guy Caddeville.

Rojo N.

 

Ino Vaovao0 partages

RANOMENA - VANGAINDRANO : Lehilahy iray maty voatifitra teo amin’ny lohany

Raha ny vaovao azo dia nopoirin’ny andian-jiolahy nirongo basy ny varava ramben’ny tokantrano iray. Taorian’izay, nambanan’ireto olon-dratsy tamin’ny basy ny tompon-trano sady norahonan’izy ireo hamoaka ny vola sy ny entana sarobidy rehetra. 

Nanohitra anefa ireo lasibatra ka tsy nahafaly ireo mpangalatra izany fihetsika izany ka avy hatrany dia notifirin’izy ireo teo amin’ny lohany ny lehilahy iray. Maty tsy tra-drano ity farany ka norobain’ireo olon-dratsy avokoa ny entana rehetra tao an-trano toy ny entana tao an-dakozia sy izay azony bataina rehetra. 

Ambilobe

Lehilahy 34 taona no hitan’ny olona natsingevan’ny rano tao amin’ny Fokontany Plakibe, kaominina Ankaratra, distrikan’Ambilobe tamin’ny zoma tolak’andro teo, tokony ho tamin’ny 1 ora sy sasany. Nampandre ny sefo Fokontany tao an-toerana avy hatrany ilay nahita ny razana ka izy ireo indray no niantso ny zandary ao Ambilobe.

Voalaza fa mety tamin’izy niampita rano no nalama tampoka ka noentin’ny rano ary izao hita faty izao. Tonga nijery ny razana ny mpitandro filaminana sy ny mpitsabo tao an-tanàna, taorian’izay vao natolotra ny fianakaviany.

Pounie  

Ino Vaovao0 partages

BEMANONGA - MORONDAVA : Omby miisa 120 norobain’ny dahalo tao amin’ny Fokontany Marovoay

Omby miisa 120 indray no lasa tao amin’ny Fokontany Marovoay, kaominina Bemanonga, distrikan’i Morondava ny sabotsy hariva teo tokony ho tamin’ny 5 ora. Mpiara kandro ireo voatafika ireo ka ombin’olona maromaro ireto voaroba ireto raha izy ireo teny an-dalana nandroaka ireo biby hamonjy fodiana.

Dahalo 17 lahy nirongo basim-borona sy antsy lava no nanakana azy ireo ka avy hatrany dia nandositra ireto farany raha nahita ny fitaovana noentin’ireo olon-dratsy. Nanao izay danin’ny kibony izy 17 lahy ka noraofiny avokoa ny omby rehetra. Tsy nandositra noho ny tahotra ireo mpiandry omby fa nampandre ny mponina tany an-tanàna. Avy hatrany dia niroso tamin’ny fanarahan-dia ny fokonolona sy ny mpitandro filaminana. Fotoana vitsy taorian’ny fanafihana dia tratra ireo malaso nitondra  ireo omby ary raikitra ny fifandonana. Noho ny habetsahan’ny mpanara-dia dia nandositra ireo dahalo. 

Omby telopolo tamin’ireo 150 ihany no azon’ireo mpanara-dia fa ny 120 ambiny kosa lasan’ireo malaso. Raha ny vaovao voaray farany dia mbola mitohy ny fanarahan-dia hatramin’ny ora nanoratanay ny vaovao.

Pounie  

Ino Vaovao0 partages

MORON-DRANOMASIN’I MAHAJANGA : Nahitana fatin-dehilahy iray feno ratra

Raha ny zava-nitranga, novonoina tany amin’ny toeran-kafa ity farany ary natsipy manamorona ny torapasika eny amin’ny Petite Plage ao Mahajanga ny fatiny taorian’izay.  Tsy nisy nahalala ny zava-niseho ny olona fa io razana io no nisy nahita ka nandray andraikitra nampandre ny tompon’andraikitra.

Vono olona no nitranga raha ny fahitana ny ratra nihatra taminy. Tsy nisy teny an-koditr’ity niharan-doza ity intsony ny fitafiany rehetra ary feno ratra ihany koa ny tenany iray manontolo indrindra fa ny tarehiny. Nivoa-dra ny masony, ny sofiny ary ny orony. 

Tsy fantatra izay nahavanon-doza hatreto fa ny loharanom-baovao iray no nilaza fa misy amin’ireo andian-jatovo ao Tsararano sy Mahavoky no misy disadisa. Heverina ho misy ifandraisany amin’izany ny zava-nitranga noho ny fisiana valifaty teo amin’ny roa tonta ka nahatonga ny fifamonoana tahaka izao. Efa eo am-pelantanan’ny mpitandro filaminana ny raharaha, mitohy ny fanadihadiana sy ny fikarohana izay mety ho tompon’antoka tamin’ity vono olona ity.

INV

Ino Vaovao0 partages

FANAVAOZANA NY LISITRY NY MPIFIDY : Hifarana tanteraka afaka andro vitsy

Efa hifarana tanteraka ny fanitsiana noentin’ireo mpifidy teny anivon’ny Fokontany ny Céni amin’izao fotoana izao. Manodidina ny 15 avrily any ho any raha ny fantatra no hikatona tanteraka izay fanavaozana ny lisi-pifidianana izay.

“Raha ny lalàm-pifidianana manan-kery amin’izao fotoana izao no resahantsika dia amin’ny faha-15 avrily ho avy izao no hotanterahina ny famaranana tanteraka ny lisi-pifidianana ary izay lisi-pifidianana vita eo no hany lisitra tokana hanan-kery sy hampiasaina amin’ny fifidianana rehetra hatao eto Madagasikara hatramin’ny 15 avrily 2019”, hoy ny fanazavana noentin’ny filoha lefitry ny Céni, Rakotonarivo Thierry. 

Aorian’io daty io araka izany dia tsy misy fanitsiana azon’ny olom-pirenena hatao intsony ary izay tsy tafiditra ao anatin’ity lisitra ity dia tsy afaka handray anjara amin’ireo karazam-pifidianana hotontosaina eto amin’ny firenena. Nanambara kosa anefa ny tenany fa raha toa ka lany eny anivon’ny antenimieram-pirenena ilay lalàm- pifidianana nasiam-panitsiana dia mbola hiitatra hatramin’ny 15 mey indray izay fanavaozana ny lisi-pifidianana izay. “Raha tahiany kosa ka lany ilay lalàna vaovao izay eny amin’ny antenimiera amin’izao fotoana izao dia hihemotra hatramin’ny 15 mey ny famaranana tanteraka ny lisi-pifidianana.

Faharoa, raha mahita izahay eo anivon’ny Céni fa mbola betsaka ny olona tsy voasoratra anarana ao anaty lisi-pifidianana dia mbola afaka mangataka amin’ny fitondram-panjakana ny Céni ny hanokafana indray an’ilay lisi-pifidianana amin’izay vanim-potoana heverina fa tokony hanaovana azy izay”, hoy hatrany ny fanazavana noentiny.

Avotra Isaorana

Ino Vaovao0 partages

CRAM : Manameloka tanteraka ny didy jadona nihatra tamin’i Andry Rajoelina tany Mahajanga

Nanamafy izany ihany koa ny faribolana mpandinika ny hoavin’i Madagabsikara na ny Cram tamin’ny alalan’ny fanambar0na navoakan’izy ireo.

Manao tsipaky ny miala aina ny fitondrana Hvm. Entin’ny tahotra tsy handresy amin’ny fifidianana ihany koa ka dia manao izao fomba mamohehatra rehetra izao mba hampisehoana ny hery sisa eo am-pelantanana. Odian-tsy fantatra izay voasoratra ao anatin’ny lalàm-panorenana izay voahosihosy tanteraka tamin’ireny fihetsika ireny. 

Ny zoma lasa teo, raha tsiahivina fohy ny zava-nitranga dia nikasa ho any Mahajanga hamaly ny fanasana nataon’ny ben’ny tanàna tany an-toerana ny filohan’ny tetezamita teo aloha, Andry Rajoelina. Tsy tontosa anefa ny diany na dia efa vory lanona aza  ny mponin’i Mahajanga hitsena azy. Nanao fanambaràna ny Cram, omaly izay nilazany fa manameloka tanteraka  iny fihetsiky ny mpitondra fanjakana izay miendrika didy jadona iny izy ireo. “Ny Cram dia manameloka tanteraka ny fanapahan-kevitra noraisin’ny fitondram-panjakana tamin’ny nanafoanana ny sidina nitondra ny mpandeha ho any Mahajanga ka isan’izany ny Filoha Andry Rajoelina sy ny fianakaviany.

Midika izany fa fanakanana ny olom-pirenena iray izay teratany malagasy, tsy very zo, tsy ho any amin’ny faritra iray eto Madagasikara”, hoy ny fanambaràna nataon’izy ireo, omaly.

Fanaparam-pahefana ara-politika

Nohamafisiny ihany koa fa voahitsakitsaka tanteraka ny lalàm-panorenana satria amin’ireo andinin-dalàna ao anatin’ny lalàna velona ankehitriny no tsy voahaja tamin’ny alalan’iny fihetsika iny. Anisan’izany, ohatra, ny andininy faha-12 izay mamaritra fa zon’ny tsirairay ny mivezivezy  sy manorim-ponenana ankalalahana manerana ny tanin’ny Repoblika, rehefa voahaja ny zon’ny hafa sy ny fepetra faritan’ny lalàna. Eo ihany koa ny andininy fahafolo izay mamaritra mazava ny fahalalahan’ny fanehoan-kevitra. 

Santionany amin’ireo andinin-dalàna odian’ny fanjakana tsy fantatra ireo, izay mody nosarotsaronana fotsiny tao anatin’ny hoe “fiarovana ny ain’olona sy ny fananany”. Ny zava-nitranga tany Mahajanga anefa dia hita fa tamim-pilaminana tanteraka no niandrasan’ny vahoaka ny filohan’ny tetezamita. Tao anatin’ity fanambaràna ity dia nasian’ny Cram teny ihany koa ny mahakasika ireo mpandeha tao anatin’ny fiaramanidina Air Madagascar, izay voatery naato ihany koa noho ny baiko nidina avy any amin’ny filoham-pirenena. “Niharan’ny fanaparam-pahefana ara-politika  ireo mpandeha hafa tao anatin’ny fiaramanidina. Politika avo lenta  izay tsy nisy nidiran’izy ireo mihitsy”, hoy hatrany ny Cram. Nanamafy izy ireo fa endriky ny tsy fisian’ny tany tan-dalàna ireny trangan-javatra niseho rehetra ireny ka tsipahin’izy ireo marin-drano.

Avotra Isaorana

Ino Vaovao0 partages

FOKONTANY SCAMA ANTSIRANANA : Zazalahy 10 taona, very efa ho herinandro

Araka ny voalaza dia efa misy ny filazana nataon’ireto farany teo anivon’ny mpitandro filaminana. Voalaza fa nasaina nanaraka ny zokiny nilahatra natsaka rano teny amin’ny toby fatsakana iray tao Scama izay fokontany misy azy ireo ity zazalahikely ity, ny alatsinainy lasa teo nefa tsy mbola niverina hatramin’izao.

Efa tapitra notetezIna ireo fianakaviana izay heverina fa tokony handehanany. Salama saina ity zaza very ity. Tsy fantatra mazava tsara raha voarahon’ireo ray aman-dreniny izy ka nandositra, na koa nisy naka an-keriny.

Mampiahiahy araka izany fa zaza vao 10 taona monja no mbola tsy hita ao anatin’ny herinandro tahaka izao. Raha ny aty Antsiranana manokana no asian-teny dia mbola tsy nahazoam-baovao mahakasika ny mpangala-zaza. Matetika ny fanasaziana ny zaza tafahoatra loatra no mampilefa azy ireo ka lasa manangan-tsampona na misy aza ny mpangala-jaza. Andrasana araka izany ny mety ho tohin’ity raharaha zaza very ity.

Mpanjono

Ino Vaovao0 partages

« CHEF PROTOCOLE »-N’NY LEHIBEN’NY FARITRA : Izy nanadala vadin’olona indray no saika nitifitra

Araka ny loharanom-baovao, ny zoma maraina teo no nisehoan’izany trangan-javatra izany tao Antaimby kaominina ambonivohitr’i  Sambava. Vehivavy vadin’olona mpiray vodirindrina aminy no nadalain’ity «  chef protocole  » ity isan’andro. Noho ny fanajan’ilay vahivavy ny vadiny dia nambaran’ilay renim-pianakaviana ity farany ny fihetsik’ilay «  chef protocole  ». Mitaky porofo anefa ilay lehilahy tompom-bady. Nasain’ity farany nametrahana «  carte mémoire  » ny findain’ny vadiny mba hahafahana maheno ny resaka ifanaovan’ingahy «  protocole  » sy ity farany. 

Tratry ny vela-pandriky ny tompom-bady ilay «  chef protocole  » ka heno daholo ny zavatra noteneniny tamin’ilay renim-pianakaviana. Nampihenoin’ilay lehilahy tompom-bady tamin’ny  vadin’ny «  chef  protocole  » ny resaka nifanaovan’ity farany tamin’ny vadiny. Tsy nahita navaly ilay «  chef protocole  » rehefa niresaka momba ny fihetsika ratsy nataony tamin’ny vadin’olona ny vadiny tamin’ny alakamisy teo ka tapakevitra ny hitifitra ilay lehilahy tompom-bady ingahy seho ny zoma maraina. Nandrasany teo amin’ny vavahadin’ny trano fonenany ity farany ary nokasainy hotifirina. 

Soa ihany fa teo ny rahalahin’ilay tompom-bady  raha tsy izay dia voatifitra. Nametraka fitoriana any amin’ny zandary  ilay lehilahy tompom-bady ka voasambotra ity « chef  protocole  »n’ny lehiben’ny faritra Sava ity. Tsy fantatra aloha hatreto raha basy nahazoana alalana no noentin’ilay « chef  protocole  ». Andrasana ny mety ho tohin’ity raharaha ity.

A.Lepêcheur

Ino Vaovao0 partages

FOKONTANY SCAMA ANTSIRANANA : Zazalahy 10 taona, very efa ho herinandro

Araka ny voalaza dia efa misy ny filazana nataon’ireto farany teo anivon’ny mpitandro filaminana. Voalaza fa nasaina nanaraka ny zokiny nilahatra natsaka rano teny amin’ny toby fatsakana iray tao Scama izay fokontany misy azy ireo ity zazalahikely ity, ny alatsinainy lasa teo nefa tsy mbola niverina hatramin’izao. Efa tapitra notetezIna ireo fianakaviana izay heverina fa tokony handehanany. Salama saina ity zaza very ity. Tsy fantatra mazava tsara raha voarahon’ireo ray aman-dreniny izy ka nandositra, na koa nisy naka an-keriny.

Mampiahiahy araka izany fa zaza vao 10 taona monja no mbola tsy hita ao anatin’ny herinandro tahaka izao. Raha ny aty Antsiranana manokana no asian-teny dia mbola tsy nahazoam-baovao mahakasika ny mpangala-zaza. Matetika ny fanasaziana ny zaza tafahoatra loatra no mampilefa azy ireo ka lasa manangan-tsampona na misy aza ny mpangala-jaza. Andrasana araka izany ny mety ho tohin’ity raharaha zaza very ity.

Mpanjono

La Vérité0 partages

L'implacable vindicte

Scandale. Un dangereux cerveau de kidnapping a été libéré. Reconnu coupable et condamné à perpétuité pour le rapt d'Arnaud Ramiliarison et sa sœur Annie en décembre 2015 à Toamasina, « Nono vola sandoka » a bénéficié d'une liberté provisoire ce mardi 27 mars 2018. Cette triste affaire qui a défrayé les chroniques continue de susciter beaucoup d'émotion chez la population. Une meute de voyous, sans foi ni loi, qui ont abattu l'un des otages, la petite Annie, après l'avoir violée. Des criminels sadiques qui avaient secoué toute la ville de Toamasina et même le pays tout entier. Et voilà les juges ont …jugé bon de libérer le caïd.

De quoi à faire exploser l'ire de la famille des victimes. Le père d'Arnaud n'a pas pu dissimuler sa frustration. En outre, une « dame » impliquée dans cette satanique affaire vient de quitter le territoire, le lendemain de cette libération du siècle, direction vers Paris. Sidérée et abasourdie, l'opinion publique ne parvient plus à suivre la tournure que prend l'évolution de cette nébuleuse et provocante affaire. Loin d'être un cas isolé, elle déclenche la furie des concitoyens qui pour des dérapages, à répétition, de nos instances judiciaires et sécuritaires un peu partout à travers l'île manifestent violemment leur refus et indignation. Les lynchages, à mort, devenus monnaie courante et faits divers sur tout le territoire national échappent, totalement, du contrôle du pouvoir public. Entièrement débordés, les tenants du régime tournent en rond, paniquent et se versent aux délires démentiels.  Le 12 décembre 2017, de graves émeutes s'éclatèrent à Ikongo, chef- lieu de l'un des six Districts de la Région Vatovavy-Fitovinany. Quelque 800 personnes, en furie, envahissaient la prison pour en extirper une dizaine de suspects de meurtre placés en détention par le procureur de la place. Résultat, la prison a été vidée. Tous les détenus, prévenus et condamnés confondus, disparaissent dans la nature et hument l'air libre. De hauts responsables de ladite localité (Procureur, gardien chef de la prison, etc.) durent s'enfuir pour éviter la colère de la population qui n'exige qu'une chose : la tête respective des meurtriers. Panique générale à Ikongo, les responsables centraux, à Antananarivo, et régionaux dépêchèrent sur place tous les renforts nécessaires, et ce, afin de maitriser au plus vite la situation sinon le cas risque de dégénérer en émeute générale pouvant « infecter » d'autres localités. Etant donné l'ambiance électrique et délétère qui prévaut en ce moment dans le pays, tout peut arriver.  La source du problème part du cœur même du régime. Les vindictes populaires, d'ici et là, ne sont que des symptômes d'une « maladie » en profondeur qui atteint le  « corps » entier de l'Etat. A partir du moment où les tenants du pouvoir accordent une place non négligeable à l'impunité, il s'avère inévitable de subir des réactions brutales et violentes des citoyens, fondamentalement, agacés.La corruption qui gangrène les instances judiciaires ainsi que des éléments des Forces de l'ordre provoquent l'indignation et la révolte de la population. En fin de compte, elle ne supporte plus l'incurie des dirigeants de tous les niveaux y compris les élus. Pouvoir central et Parlement s'amusent à attiser l'ire du peuple. Quand on ose mettre au large un malfrat foncièrement nuisible, on s'attend, donc, à l'implacable vindicte.  Ndrianaivo

La Vérité0 partages

Impôt de licence - La Commune urbaine d'Antananarivo assomme les établissements de nuit

Les établissements de nuit, notamment les karaokés, bars, restaurants festifs confondus, boîtes de nuit ou encore cabarets se multiplient dans la Capitale. Cela n'empêche que des activités fantômes et illégales se forment et détruisent la clientèle des autres établissements légaux et réglementaires. Cela se confirme après les études faites par la direction de la mobilisation des ressources (Dmr) puisqu'apparemment, seulement 60% des endroits, exerçant ces sortes d'activités de nuit ou similaires ne sont pas clandestins.

Ceci cause un grand problème aux autres établissements en règle puisque ces derniers payent à chaque fois des impôts et ont dû galérer pour avoir leur licence. Justement, concernant les redevances que ces genres d'endroit doivent payer à l'Etat, la Commune urbaine d'Antananarivo vient d'annoncer l'existence d'un nouvel impôt de licence spécial pour les établissements de nuit. Selon les informations recueillies, ceci a déjà été inscrit dans la loi n°2014-020 du 27 septembre 2014, relative aux ressources des collectivités territoriales décentralisées aux modalités d’élections, ainsi qu’à l’organisation, au fonctionnement et aux attributions de leurs organes. Par contre, cet impôt ne pouvait pas encore être appliqué que vers l'année 2017, juste après l'accord de la Direction générale des impôts (Dgi) sur son recouvrement ou sa perception. Tarification" Avant de l'appliquer, nous avons dû effectuer des sensibilisations pour faire connaître aux gérants ce qu'est l'impôt de licence sur les établissements de nuit. Mais étant donné que nous avions dû attendre l'arrêté attribué par la Région, c'est-à-dire la fixation de la tarification définie par délibération du Conseil des Ctd conformément aux dispositions de la loi de Finances, nous n'avons pu organiser la séance d'information et de sensibilisation que cette année ", explique Rakotoarisoa de la Dmr. Les propriétaires des établissements de nuit se sont ainsi donné rendez-vous à l'Hôtel de ville pour connaître un peu plus sur ce nouvel " emmerdement " qu'ils doivent payer mensuellement. Ainsi, la somme à payer varie selon la superficie de l'endroit. Pour les karaokés, une surface de moins de 25 m2 doit payer 30 000 ariary par mois. Pour une surface de plus de 75 m2, le propriétaire doit payer 80 000 ariary par mois. Pour les cabarets et boîtes de nuit, la tarification est mensuellement fixée à 100 000 ariary. En tout cas, les charges augmentent pour les gérants de ces genres d'endroit puisqu'à part d'autres obligations pour l'Etat, ils doivent encore payer ce genre d'impôt. Et pire, ceux qui possèdent un emplacement qui sert à la fois de karaoké, boîte de nuit et cabaret cumuleront trois impôts à la fois. A partir de ce mois d'avril, les établissements en règle devront faire une déclaration d'existence auprès de la Commune ou de la Dmr et payer directement l'impôt. Pour ceux qui ne payeront pas, ils  se verront leur licence retirer. Espérons que les autorités compétentes prendront des mesures sur les concurrences sauvages qui provoquent la perte des autres établissements de nuit.T.A.

La Vérité0 partages

Partenariat public-privé - BNI Madagascar à l’appui du secteur primaire

Pour une inclusion financière des zones rurales. Le secteur primaire, composé essentiellement d’agriculture et d’élevage, occupe plus de 80 % de la population active malagasy. La mobilisation de ces acteurs contribuera alors considérablement à l’amélioration de l’économie du pays. Afin d’apporter son appui, la BNI Madagascar, la première banque malagasy, a ainsi signé une convention de partenariat avec le ministère de l’Agriculture et de l’Elevage, vendredi dernier.

Une convention qui permettra à la banque de renforcer sa présence auprès de l’administration publique mais également de contribuer à la bancarisation du milieu rural. Par conséquent, les fonctionnaires ne seront pas les seules cibles de cette convention de partenariat, mais également tous les acteurs du milieu rural pour qu’ils puissent s’imprégner de la culture de l’épargne et du crédit.A travers ce partenariat, les employés dudit ministère pourront bénéficier du pack « Mpiasam-panjakana » ainsi que du crédit « Tosika » avec des taux préférentiels et un accompagnement pour favoriser leur adhésion aux services bancaires. Le ministère de l’Agriculture et de l’Elevage accompagnera même la BNI Madagascar dans l’allègement des démarches administratives afin de faciliter l’accès des agents de l’Etat à ces services. Une attention particulière sera même accordée aux agents nouvellement recrutés pour les épauler dans leur installation au sein de leur lieu d’affectation. Recueillis par Rova R.

La Vérité0 partages

Prix des carburants à la pompe - L’amateurisme du Gouvernement mis à nu !

Incompétence. Les prix à la pompe ont enregistré une hausse dans la nuit du 31 mars. Le prix de l’essence est ainsi passé de 3 930 à 4020 ariary. Une hausse que le ministère de l’Eau, de l’Energie et des Hydrocarbures(MEEH), a publiée sur sa page Facebook. Dans son message, le ministère affirme qu’afin de préserver le pouvoir d’achat la population, la hausse à 700 ariary n’est pas faisable d’un seul coup.

Néanmoins, l’augmentation des prix à la pompe des carburants semble inévitable, c’est que le ministère a d’ailleurs décidé. Les internautes ont donc, tout de suite, réagi négativement et de manière assez agressive en accusant l’Etat de « ne pas prendre les mesures qu’il faut afin de préserver la population malagasy alors qu’il est en droit de le faire et qu’il doit le faire ». Une journée après la hausse, les prix sont donc revenus au barème précédent. D’après nos sources, « cette décision de baisser les prix sont une décision gouvernementale et que le ministère en charge ainsi que les pétroliers n’y sont pour rien ». Une explication qui démontre l’amateurisme de l’équipe de Mahafaly Solonandrasana Olivier dans la mesure où un membre du Gouvernement en l’occurrence le ministre de l’Eau, de l’Energie et des Hydrocarbures vient, de cette décision de revenir aux anciens prix, de recevoir une claque. Personne n’est pourtant dupe en allant jubiler de cette volte-face de Mahafaly Olivier qui s’apparente plutôt à un populisme pour certainement amoindrir la colère de la population face aux bourdes successives du régime de ces derniers temps. Effectivement, il ne fait que retarder l’inévitable à savoir la hausse successive annoncée des prix pour permettre aux compagnies pétrolières de récupérer leurs pertes financières et d’appliquer la fameuse vérité de prix. Faut-il rappeler que cette hausse successive résulte du gel des prix durant les deux premiers mois de cette année ? Un gel des prix qui a généré plus de 30 milliards d’ariary pour les pétroliers. Toutefois, pour éviter que cette hausse ne soit trop lourde pour les consommateurs, le ministère en charge a demandé à ce qu’elle soit exécutée en tranches. Le système qui s’applique aujourd’hui. Et les compagnies pétrolières doivent encore rattraper 610 ariary. Si le Gouvernement persiste dans sa décision et procède à un nouveau gel des prix, avec l’instabilité du cours de baril de pétrole sur le marché international, la hausse à rattraper pourrait aller au-delà des 700 ariary. La rédaction

La Vérité0 partages

Santé communautaire - Le CSB II d’Andranopiso fait peau neuve

Fruit de la coopération entre le Gouvernement japonais et l’UNICEF. Le Centre de santé de base niveau II (CSB II) de la Commune rurale de Ranopiso, dans le District de Taolagnaro, Région Anosy, fait peau neuve. Sa réhabilitation constitue une aubaine pour la population environnante d’autant plus que l’établissement desserve quelques Communes hormis des 13 Fokontany de Ranopiso. Il s’agit de la Commune rurale d’Ambatoabo située à 30 km au nord,  celle d’Analapatsy à 24 km d’Ankariera et celle d’Ankiliabo située à 8 km. 

L’établissement est dirigé par le Dr Jean Claude Ndimby, chef CSB, avec deux infirmiers. Un personnel d’appui et une sage-femme arriveront sur place ce mois d’avril.  Le CSB II reçoit les malades évacués des autres Communes aux alentours. Seuls les patients qui nécessitent des transfusions sanguines sont évacués  vers l’hôpital du projet « Salf » à Manambaro  à 14km. D’ailleurs, cet hôpital met gratuitement à la disposition du CSB II une ambulance. Le Gouvernement japonais a apporté une contribution de plus de 4 285 000 dollars pour les interventions de l’UNICEF dans le cadre du bien-être des mères- enfants dans le sud du pays, fragilisé par la sècheresse persistante.  En tant que bénéficiaire prioritaire, le CSB II d’Andranopiso était réhabilité.  La totalité de la couverture de toit et les murs ont été rénovés.   Après un mois et demi de travaux de réhabilitation, le centre était de nouveau fonctionnel depuis le vendredi 31 mars dernier si l’ouverture officielle a été fixée le lundi 1er avril.Auparavant, cette formation sanitaire était contrainte de fermer ses portes à chaque période de pluie, obligeant le personnel médical à grouper tous les patients dans la maternité de cette localité,  un bâtiment situé à côté du centre.  Cela suscite beaucoup de problèmes car les vacarmes provoqués par les garde-malades perturbent les nouvelles accouchées. Depuis un an, le CSB II d’Andranopiso ne pouvait pas recevoir des malades à cause des toitures qui présentent des fuites et inondent la salle d’hospitalisation. Toutefois, le taux de fréquentation de l’établissement a augmenté jusqu’à 72% depuis 2017. Surtout depuis l’adoption du « Dina » que la communauté impose, interdisant l’accouchement à domicile ou les mères faisant appel aux matrones. L’amende est de 50 000 ariary. Le CSB II reçoit quotidiennement environ 20 patients  et cela atteint le nombre de 40 tous les samedis, jour du marché. En outre, le manque de moyens figure parmi les difficultés que le centre doit encore faire face. « le CSB II dispose d’un réfrigérateur au pétrole. Mais en cas de pénurie de pétrole à cause des retards de ravitaillement, nous devons transporter en moto tous les vaccins et médicaments nécessitant du froid à l’hôpital de Manambaro », explique le chef CSB. D’un autre côté, la croyance culturelle en la sorcellerie, qui reste encore très répandue dans les milieux ruraux, constitue un blocage quant à la consultation des formations sanitaires. « Les habitants ne consultent un médecin qu’en cas de blessures graves ou de complications de leur état de santé », se désole le Dr Jean Claude Ndimby.E.F.

La Vérité0 partages

Sambava - Un haut responsable de Région a failli tirer sur un père de famille

Il a failli tirer sur un père de famille. Il, c’est un responsable au sein de la Région Sava. Selon nos sources, le père de famille en question est le mari de la femme que celui-ci n’arrêtait pas de draguer. La femme refusait de répondre aux avances de ce dernier  et a fini par tout raconter à son mari. Comme ce dernier voulait une preuve sur la conduite de ce responsable à l’égard de sa moitié, il a placé une carte mémoire dans le téléphone portable de celle-ci afin de pouvoir enregistrer toute conversation. Le piège a fonctionné et la conversation entre le coureur de jupon et la femme a été enregistrée jeudi dernier.

« L’incriminé a continué de faire sa déclaration d’amour et a fixé un rendez-vous à la femme pour lui remettre un cadeau de Pâques », a déclaré notre source. Le même jour, le mari a fait écouter à la femme du « voleur de cœur » la conversation que celui-ci a eue avec sa femme. Inutile de préciser qu’une dispute conjugale a eu lieu par la suite entre les époux. Le lendemain, furieux, le premier, muni d’un pistolet, a attendu que le mari sort de chez lui pour lui tirer dessus. Mais le pire a été évité, selon nos sources, grâce à l’intervention du frère de ce dernier. Le mari a déposé une plainte contre le séducteur à la Gendarmerie, mais jusqu’à hier il n’a pas été arrêté. Les observateurs aimeraient savoir si ce responsable a au moins un permis de port d’arme. Quoi qu’il en soit, la tentative d’assassinat est un délit réprimé par la loi et nul n’est au-dessus de celle-ci. Attendons de connaître la suite de cette histoire.A. Lepêcheur

La Vérité0 partages

Rugby French Flair- Pachamama Soavimasoandro - La frustration de la délégation

« Nous voulons soutenir financièrement le projet de construction d’un dispensaire pour les jeunes femmes. Malheureusement, ce projet est en stand by parce que l’association ne dispose plus le terrain, pour le rugby ce n’est pas un problème mais le plus grave, c’est la santé des jeunes filles. C’est la première fois que cela arrive dans les actions que nous menons. C’est un coup d’arrêt brutal outre l’absence de terrain. Une volonté d’arrêter les jeunes de s’amuser  c’est vraiment le mur de la honte », telle est la première remarque d’Ozanne Jean Baptiste, président de l’association. Cette dernière regroupe les internationaux français, il y a déjà 8ans.

Les membres de cette association sont de passage à Madagascar après 2014. Ils sont une délégation de 7 ex-internationaux, à savoir Ntamak Francis, Cédric desbrosse, les frères Thierry et Hubert Couvet, Ghezou Li Philippe, Guy Caddeville et le président Ozanne Jean-Baptiste.La délégation a déjà quitté le pays samedi dernier après 10 jours de passage dans la Grande ile. Avant de rendre visite aux enfants de Pachamama, neuf actions sociales ont été menées dans le pays. Ainsi,  200 cartons d'équipements, des ballons,  des produits d'hygiène,  des fournitures scolaires,  des sacs à dos, ... ont été distribués outre l’achat sur place de matériels, de produits pharmaceutiques, de la nourriture,  de deux télévisions pour une école et un centre de jeunes, ... Ils ont également financé le nettoyage d'un quartier qui était coupé en deux par une décharge sauvage depuis plusieurs années, empêchant notamment les enfants d'aller à l'école.Lors de la visite des membres à Soavimasoandro, les joueurs étaient écœurés devant ce mur de la honte, construit par les autorités pour empêcher de profiter du terrain de sport complété par des trous faits à la pelleteuse, ce mur ne laissant qu’un étroit couloir d’accès aux installations construites par l’équipe Pachamama. « Comment peut- on espérer un développement, si on ne fait que détruire ce que les autres ont construit. Déjà  que les autorités et responsables de ce pays ne font rien pour subvenir aux besoins de ces jeunes demunis. La situation que nous traversons aujourd’hui  en est un exemple illustrant cela. Des étrangers ne lésinent pas sur le moyen pour leur venir en aide », se désole Santoni Rakotomanga, président de l’Association Pachamama et du RCTS, à Imamba Soavimasondro. Elias Fanomezantsoa

Tia Tanindranaza0 partages

Famotehana an’i MadagasikaraAzo toherina tsara

Mandeha hatrany ny fanapotehana moramora an’i Madagasikara. Miainga amin’ny fanimbana ny sehatra fampianarana izany ary mipaka hatrany amin’ny toekarena iray manontolo mihitsy.

 

Raha ny eto an-tanàna anefa dia iaraha-mahalala fa izay mafy orina amin’ny sehatra maro ihany no manjakazaka. Ireo izay manam-bola izao dia afaka mampiteny ny volany amin’ny fanaovana kolikoly ary afaka mividy olona hanaraka azy mihitsy. Ao indray koa ry zareo be basy izay zary lasa fitaovana anaovana herim-pamoretana ka na te-haneho hevitra ary ny maro dia voasakana hatrany. Ny sasany indray dia mampiasa ny sandriny sy ny mokondohany fotsiny ary mieritreritra fa izy mihitsy no tompon’i Madagasikara. Ny hafa moa dia manao lainga tsara lahatra amin’ny fampiasana ny vavany ary samy milaza ho mahavita fahagagana hanavotana ity firenena mahantra ity. Amin’izany rehetra izany no tokony hahamalina tsara satria efa mifangaro voraka ny vary sy ny tsiparifary. Misy mantsy ireo olona tena manana hevitra sy finiavana tsara hampandroso an’i Madagasikara saingy takonan’ireo be tsy andraofana mpihinana volam-bahoaka fotsiny ireo. Mila mahay mijery sy mandinika tsara indrindra manoloana izao fanomanana fifidianana izao ny rehetra. Betsaka indray mantsy no mbola te hitsentsitra hatrany ny harem-pirenena amin’ny alalan’ny hevi-petsy sy ny fandrebirebena. Tanjona ny fanarenana sy fampandrosoana  ary mila miova toe-tsaina, fomba fanao, olona mihitsy ny firenena ka ilaina fandraisan’andraikitra avy amin’ny rehetra izany  indrindra ireo tanora izay hoavin’i Madagasikara.   

Tsiry

Tia Tanindranaza0 partages

LALANA MIFEHY NY FIFIDIANANA

Fandresen’ny Demokrasia no nitranga teny amin’ny Antenimierampirenena androany, hoy ny Praiminisitra Lehiben’ny Governemanta Mahafaly Solonandrasana Olivier omaly satria ny maro an’isa no nandany ireo ny lalàna fehizoro mikasika ny fifidianana.

Nalalaka tamin’ny fanapaha-kevitra noraisiny ihany koa ny tsirairay satria afaka nijanona ireo te hanatrika ny fivoriana ary afaka nivoaka ireo tsy te hanatrika izany, hoy izy. Mba avy aiza re ireny volabe hita tamina horonantsary teny amin’ny Hotely Paon d’or ireny e? Nalalaka tokoa na dia novidiam-bola aza e?

HAFAKELY

Miparitaka any anaty « internet » sy ny tambajotra ara-tsosialy amin’izao fotoana izao ny sarina voninkazo iray voalaza fa isaky ny 20 taona no mamoa, ka any amin’ny tanànan’i Kerala, Paalakkadu, Ambhalabhaara any Nigeria no misy azy. Ny tena mampitolagaga aminy mantsy, dia miendrika vatam-behivavy ny voany fa tsy toy ny voninkazo na voakazo rehetra. 

Tia Tanindranaza0 partages

Kick Boxing – Faha-10 taonan’i Me FrancisLalao 30 no natrehana tamin’ny sabotsy teo

Mpikatroka nahatratra 70 avy amin’ny klioba eto Antananarivo sy Antsirabe ary avy any Moramanga no niatrika an’ireo lalao niisa 30 nalahatry ny mpikarakara tamin’ny fankalazana ny faha-10 taona niangalian’i Me Razafimahatratra Francis ny taranja Kick Boxing (lalaon’ny Cadet 6, junior 15 ary Sénior classe C 9), tetsy amin’ny kianja mitafon’i Mahamasina tamin’ny sabotsy 31 martsa lasa teo.

Tia Tanindranaza0 partages

FANAJARIANA NY TANY

Hisy ny fandefasana mpianatra any Sina momba ny fanajariana ny tany. Noho ny fahatsapàna fa tsy avotra intsony ny tanànan’Antananarivo rehefa amin’ny vaninandro avy orana no antony.

VIDIN-TSOLIKA

Tokony hodinihina an-databatra boribory ny fampiharana ny “vérité de prix”, izany hoe ny fampahalalana ny fametrahana ny vidin-javatra, indrindra fa ny vidin-tsolika satria misy fiantraikany amin’ny fiainan’ny vahoaka Malagasy manontolo, hoy ny praiminisitra Solonandrasana ka tsy maintsy noraisina ny fanapahan-kevitra namerina tamin’ny laoniny ny vidin-tsolika taorian’ilay fiakarana ny alahady teo. Kanefa mba hahafahana mametraka ny “structure de prix” mahafapo ny rehetra dia hisy ny fifampidinihana eo amin’ny governemanta sy ireo mpandraharaha amin’ny resaka solika, hoy hatrany ny praiminisitra

VOLA HO AN’NY PROPAGANDY ?

Miseholany ny tsy fahaizan’asan’ny fanjakana. Roa andro taorian’ny niakaran’ny solika ho 90 ariary dia naverina tamin’ny laoniny izany omaly. Manomboka mametra-panontaniana ny rehetra hoe nentina nanangonam-bola hanaovana propagandy fotsiny ve iny fampiakarana vetivety iny. Sady tsy mba nisy fanazavana akory na ny kely aza mba ho fanajana ny mpanjifa.

SERANAN-TSAMBON’I TOAMASINA

 Be loatra ny kaontenera izay mipetra-potsiny ao amin’ny seranan-tsambon’i Toamasina ka manery fotsiny ny faritra. Hisy ny fanombanana hatao ary hanalana ireo izay tokony hoesorina ary koa hametrahana paika mba tsy hiverenany intsony. Fa ampy ve raha entina hanaporofoana ny anton’ny nampiraikitra ny famoahana entana tao nandritry ny herinandro maromaro ?

MPANELY SARY NIDOBOKA AM-PONJA

Nidoboka am-ponja vonjimaika ilay tovolahy izay voarohirohy ho nanaparitaka ny sarin’ilay depiote vavy niboridana. Avy amin’ny fitsirihana ny kaontiny no nahafantarana fa any Toamasina ny trano fonenany saingy voamarina rehefa nivoatra ny fanadihadiana fa eto an-drenivohitra ihany no nanaovany ny kaonty facebook izay nampiasainy.

Tia Tanindranaza0 partages

Taranja JudoManomboka mahaliana ny ankizy sy ny tanora

Manomboka mahaliana ireo ankizy sy tanora eto amintsika ny taranja Judo ankehitriny. Sady hahafahana mitaiza vatana mantsy izy no hahafahana mifehy ny fihetseham-po ihany koa saingy mila finiavana.

 Betsaka ireo karazana tranga iainana mandritra ny fanaovana judo  izay vao mahatafita hatrany ivelany, raha araka ny fanazavan’ireo ankizy mpianatra sendra ny gazety Tia Tanindrazana. Ilana fotoana manokana, hoy izy ireo hampivadiana amin’ny fianarana. Mahare marary ihany koa ianao eny anelanelany eny. Mety ho menatra ihany koa indraindray noho ny fihetsika tsy voafehy tsara. Tovovavy mpianatra judo teratany Malagasy roa no nalefa hianatra sy handalina ity taranja ara-panatanjahantena iray ity any Sina  ny faran’ny herinandro teo. Telo taona izy ireo no hijanona any an-toerana ka rehefa fotoanan’ny vakaney lehibe ihany vao mahazo mody eto an-tanindrazana. Anisan’ny manohana akaiky azy ireo ny Airtel noho ny fahatsapan’ity orinasam-pifandraisana iray ity fa anisan’ny fomba iray hahafahana mampanjaka ny fifanajana, ny finamanana eo amin’ny samy tanora, ny fifanampiana, ny fifehezan-tena ary ny firaisankina ny taranja Judo. Vonona araka izany izy ireo ny hanampy ny federasionan’ny taranja Judo eto amintsika indrindra taorian’ny sonia fifanekem-piaraha-miasa notanterahin’ny roa tonta ny faran’ny herinandro teo.

 

Pati

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Potehin’ny mpanao politika ny firenenaAndrasana ny fandraisan’andraikitry ny FFKM

Mikorontana ny firenena ankehitriny ary ahiana mihitsy ny ady saritaka atsy ho atsy raha izao no mitohy.

Tsy misy arofanina intsony fa mandeha ny kajikajy maloto politika isan-karazany, mifanejevo ny mpanao politika, sesilany ny resaka kolikoly avo lenta. Manomboka feno ny fepetra rehetra hisian’ny korontana sy ny savorovoro noho ny tsy fifampihainoana sy ny karazana didiko fe lehibe ka ilana ny hery lehibe afaka ny hanelanelana sy hijoro ho arofanina. Izao no fotoana ilana ny FFKM, saingy tsikaritra ho mbola mangingina aloha izy ireo ankehitriny. Miandry ny fivorian’ny K3F (Komitin'ny Fahamarinana sy ny Fandriampahalemana ary ny Fiadanana) eo anivon’ny fiangonana katolika ny 17-18 aprily izao ve vao hanao fanambarana ? Efa niaraha-nahita sy naheno rahateo ny fanambarana lehibe isan-karazany nandeha tsirairay nataon’ny mpikambana sasany ao anatin’ity vovonana lehibe eto amin’ny firenena ity, saingy toa tsy nisy nihaino. Amin’ny ankampobeny, zanaky ny fiangonana avokoa ny ankamaroan’ireo olobe ara-politika mifanjevo eto amin’ny firenena. Somary efa manome endrika tandindona aza indraindray hoe ny mpanao politika izatsy na izaroa dia mety hiantehitra amin’ny vaton’ny mpiangona ao anatin’ny fiangonan-dehibe iray amin’ny fifidianana, ary tsy azo lavina ny fisian’izany. Ny mpanao politika sasany aza moa mahavita misandoka sy te hisolotena ny anaran’ny fiangonana sy ny mpino manontolo, tahaka ilay niseho tamina fandaharana tamin’ny fahitalavitra hoe : “izahay katolika dia manohana anao”. Na izany na tsy izany, dia malalaka ny mpino amin’ny ankapobeny amin’ny fanaovana politika, ary ny filohan’ny FJKM Ami Irako Andriamahazosoa aza, dia nilaza hoe : “sahia manao politika”. Potehin’ny mpanao politika anefa ny firenena, ka andrasana ny mety ho fanambarana na fandraisana andraikitra ataon’ny FFKM eo anatrehan’ny zava-misy. Ankoatra ny fiangonana dia ny tafika no tena arofanina farany, saingy toa sarotra aloha ny hisian’ny fandraisan’andraikitra mafonja avy amin’izy ireo sy ny mason-tsivana hoe rehefa tahaka ny ahoana no hijoro sy haneho fa tsy miandany na amin’iza na amin’iza ary tsy atao fitaovana politika ?

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Sehatra harena ankibon’ny tanyMaro ny olana tokony hovahana

Fototry ny tsy fandrosoan’ny firenena ny firafitra izay miankin-doha betsaka amin’ny fitrandrahana harena ankibon’ny tany mitodika amin’ny fanondranana any ivelany.

 

 Raha eto Madagasikara dia  mahazo vahana tanteraka ny vahiny toy ny srilankais sy ny thailandais amin’ny fitrandrahana madinika (petites mines). Tsy mbola nisy Malagasy mpandavaka avy any Betsiaka na Ilakaka, ohatra, ka afaka nijoro vavolombelona ho lasa nanankarena ny amin’ny fitrandrahana nataony. Betsaka aza ireo matimaty foana sy tsy fantatra mazava satria matetika koa dia olona tsy manana kopia sy kara-panondro no manao ilay asa. Ireo mpiasa madinika no mitsemboka kanefa ny vahiny hatrany no mitavana sy migoka ny vokatry ny fitrandrahana. Amin’ny sehatra fampiofanana, mba misy ihany ny toeram-panofanana momba ny fikirakirana ny vato sarobidy sy volamena (IGM) fa vitsy ny Malagasy afaka mianatra noho ny fidanganan’ny saram-pianarana. Raha ny tokony ho izy anefa dia maro no tokony hisitraka izany eto Madagasikara . Ilaina ny fampianarana ny Malagasy maro hiasa ny vato misy eto mba tena ho tsara vidy rehefa mahazo tsena. Olana ihany koa ny fahazoan-dalana amin’ny fitrandrahana, indrindra ireo nozaraina tamin’ny tetezamita satria tamin’izany dia tsy nanana fahafahana hamoaka fahazoan-dalana ny governemanta. 70 be izao anefa no fahazoan-dalana nomena tamin’izany. Amin’izao fotoana dia misy ny fahazoan-dalana ekena amin’ireo ary  misy no tsy ekena sy nofoanana mihitsy. Miteraka sakana ireny ka tsy mampivelatra ny sehatra harena ankibon’ny tany. Afaka mitondra akony tsara amin’ny toekarena Malagasy io sehatra io raha misy fandraisan’andrakitra matotra.

Tsiry

 

Tia Tanindranaza0 partages

Be vaovao mirijaKolontsaina

“Misy antony” ! Io no isaloran’ny fiarahana miaraka amin’ilay andriambavilanitry ny feo manga Malagasy, Lalatiana, etsy amin’ny Food court – La City Ivandry rahampitso alina.

 Hiverina hanakoako eny an-toerana rehefa elaela tsy re ireo hira nahafantarana azy toy ny “ Alina”, “Avelao”, “Hijanona aho” ary “Namako ianao”.

Sosialy

Miharihary ankehitriny fa efa nilaozan-dramalagasy tanteraka ny fahaiza-miaina. Lehilahy tanora, matavy be iray, no tsy nety nanome toerana ho ana vaviantitra tao anaty fiara fitateram-bahoaka kanefa dia toerana natao ho an’olona 2 no nitoerany. Nanarin’ireo mpandeha ranamana saingy dia ny hazondamosiny no nasainy nandre izany ary amin’ny maha olon-dehibe ilay ramatoa tsy nomeny toerana moa dia naleon’ity farany niala.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Kaominina AmbohimalazaMitrandraka tsy miato ny Sinoa

Efa an-taonany izao no mitrandraka vato tsy miato ao anatin’ny kaominina Ambohimalaza ireo teratany sinoa maromaro. Tany ana ha maro no efa potika tanteraka ankehitriny,

 raha ny fanadihadiana natao. Hatreto anefa dia tsy mbola nisy notanterahin’ireo  sinoa ireo akory ny fampanantenana nataony, anjara biriky entiny hanasoavana ny mponin’Ambohimalaza. Anisany, hoy Atoa  Mbola, ben’ny tanàna ao an-toerana ny fampidirana rano fisotro madio, ny asa fanamboaran-dalana…Malaindaina amin’ny fandoavana ny tamberim-bidy tokony hiditra amin’ny kaominina ihany koa ireo sinoa. Mahatratra 40 taona anefa izy no hijanona ao Ambohimalaza, antony mampitaraina sy mampanahy mafy ny ankamaroan’ireo mponina ao anatin’ity kaominina iray ity. Tsiahivina moa fa  teratany sinoa avokoa izy ireo no miasa ao amin’ity toerana fitrandrahana vato ity.  Azo isaina amin’ny rantsan-tanana ireo Malagasy nalain’izy ireo hiasa ao aminy nefa hafa mihitsy no nifanarahana teny am-piandohana, hoy hatrany ireo mponina.

 

Pati

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Latsao ihany izahay e !

Eny ho aho ry Jean ! Ataonareo inona tokoa moa 50 tapitrisa ariary fa ianareo toa hoe efa miliardera daholo e ? Dia arahabaina indray aloha ianareo fa tonga amin’ny tanjona irina koa !

 Efa nahafantatra izahay amin’ilay teny teo e ! Tonga dia mazava fa tohin’ilay hena an-tanan-tsakan’ilay zandrinareo fahiny izy ity koa ! Dia inona moa fa ny ratsy indray no lasa fianatra ! Tsy vitan’ny nandatsa anay ianareo tamin’ilay filazana hoe ataonareo inona izay vola kely io fa tena nanambany ny fitadiavanay mihitsy koa. Latsao ihany izahay e  ! Kodiaran-tsarety ny fiainana ! Misy farany ny zava-drehetra fa tsy zakanareo ny hitontona tampoka eo e ! Sao dia mihevitra ho tsy manana fetra mihitsy ary ianareo ireo ? Fitsipika ohatr’ireny ve rangahy no laniana dia nataonareo kilalaon-jaza mihitsy ! Nasaina mitabataba ianareo dia mitabataba. Nasaina namitsaka dia namitsaka. Nasaina nanangan-tanana dia nanangana sao bedin-dramose. Ny sasany mijery ny namany vao manangana. Na dia ny zanako faravavy aza ve ry Jean dia mbola hanao fihetsika toy ireny ?

Marco

Tia Tanindranaza0 partages

FanabeazanaIlana fahaizana ny mitondra lasi-pibeazana

Fiofanana roa no notontosaina teny amin’ny Cemeam Ilafy ny 24 martsa ka hatramin’ny 31 martsa lasa teo.

 Ny iray mikasika ny ekonoma ary ny faharoa kosa dia mpanentana any amin’ny ``colonie de vacances`` na lasi-pibeazana. Mpiofana 11 niatrika ny fiofanana ho mpitambola na econome. Manodidina ny sakafo no tena niofanan’izy ireo ka sakafo ara-pahasalamana sy sakafo mahavelona. Nijery ihany koa ireo karazan-tsokajin-tsakafo tokony ho hita ao ao anatiny rehefa misakafo toy ny gliosida , ny lipida, protida. Tokony ho hita ihany koa ireo otrikaina isan-karazany izay ilain’ny vatana azo avy amin’ny sakafo. Ny fahaiza-mitantana ihany koa dia nanazarana ireo mpiofana nandritra ny fiofanana. Taloha dia ireo ekonoma izay hitondra mpilasy ihany no afaka nandray anjara amin’ny fiofanana. Ankehitriny dia efa nosokafana ho an’ireo izay mila izany any amin’ny fikambanana misy azy na koa ampiasaina ao an-tokantrano. Etsy an-kilany, mpanentana miisa 20 kosa no nahazo fiofanana. Izy ireto indray dia tena hifanakaiky amin’ny ankizy rehefa any amin’ny lasi-pibeazana na colonie de vacances. Niofana amin’ny fanentanana, amin`ny fahaizaina miara-miaina amin’ny olon-kafa, eo koa ny fahaiza-mamorona ary ny maro samihafa. Teo ihany koa ny filaminana any amin’ireny lasy ireny. Ny fahafantarana ny ankizy, tsy adino tamin’izany ihany koa ireo fahaiza-mampilalao ny ankizy. Ilaina fahaizana io fa tsy manao izay tiana atao, fandaharam-potoana voahomana no atao fa tsy izay tiana atao. Ny mpiofana moa dia saika avy amin’ny fikambanana na koa mandeha amin’ny anaran’ny tenany. Mampisokatra ny saina ihany koa. Manamora ny fifandraisana amin’ny hafa. Ny ekipa Cemeam ihany moa no nanatontosa ireo fiofanana ireo. 

Marigny A.

Tia Tanindranaza0 partages

Miantehitra amin’ny hazo boboka !

Nandresy ny tolon’ny fanjakana HVM tamin’ny fampandaniana ny lalàna mifehy ny fifidianana, izay tsy ankasitrahan’ny maro. Mihevitra izany izao fa mahery sy matanjaka na ara-politika na ara-bola.

 Azo atao hoe nivoaka nandresy tao anatin’ny sarotra ve ny fitondrana ? Na koa azo adika ho fandresena ve ireny zava-nisy ireny ? Na inona na inona aloha, dia mitsanga-menatra hatrany ity fitondrana mpanao amboletra tsy mihevitra izay mety hiafarany ity. Toa efa manomana ny lavaka hilevenana satria na inona na inona aloha paikady maloto hampiasaina eo, dia efa tena mahatofoka ny maro ny afitsok’ity fitondrana ity. Iza no fanjakana tsy nanam-bola sy nirehareha tamin’ny fananana ny tafika teto saingy nirodona sy potika tao anatin’ny fotoana monja ihany. Fomban’ny malemy ny mialokaloka ao anaty lalàna namboamboarina hoenti-manamafy ny seza sy ny fampiasana ny mpitandro ny filaminana ho herim-pamoretana. Toa miantehitra amin’ny hazo boboka ihany raha ny politika efa tsy nitondra soa ho an’ny firenena tahaka izany no ianteherana. Tsy ho fitiavam-bahoaka mihitsy no ho setrin’ny famotehana firenena nataon’ity fitondrana ity, saingy mihevitra ny hampiasa ny herin’ny vola sy ny herim-pamoretana. Raha tena fanjakana nahavita ny adidiny tokoa, tsy hiantehatra amina kajy politika maloto hibabena henatra. Tsy mangeja ny fahalalahan’ny olom-pirenena na kandida io na vahoaka mifidy, fa havela hilatsaka izay te hilatsaka, tsy verezin-jo ny mpifanandrina. Raha tena mafy sy mahery tokoa dia ny ady amin’ny fahantrana sy ny olam-bahoaka no laharam-pahamehana, fa tsy ny ady amin’ny fiarovan-tseza efa hita fa tsy hahomby sy mety ho afobe handoro ny tena atsy ho atsy e !

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Depiote Randrianasolo NicolasMpanakorontana ireo depiote nivoaka ny efitrano fivoriana

Harofanina ho an’ireo mpanao politika Malagasy no nandanianay depiote 79 mpomba ny fitondrana an’ireo volavolan-dalàna fehizoro niisa 3 mikasika ny fifidianana hotanterahina eto amintsika amin’ity 2018 ity omaly talata 3 aprily, hoy ny depiote Randrianasolo Nicolas,

  fa be loatra ny tsy maty manota eto amin’ny firenena. Depiote vonona ny hampandroso marina ny firenena izahay ireo matoa tsy mba niala tao an’efitrano fivoriana fa ny handany an’ireo volavolan-dalàna hatolotry ny governemata no antony nifidianan’ny vahoaka anay hampivoarana ny toe-piainan’ny olom-pirenena Malagasy tsirairay. Ireo sasantsasany nivoaka ny efitrano kosa dia depiote mpanakorontana fotsiny tsotra izao.

Ntsoavina Evariste

Tia Tanindranaza0 partages

Antoko Miombon’Ezaka« Tsy izy io lalàm-pifidianana io ! »

Raikitra tokoa, araka ny efa nanampoizana azy, ny savorovoro teny amin’ny antenimieram-pirenena manoloana ny fikasan’ny fitondram-panjakana handany amboletra ireo tolo-dalàna mikasika ny fifidianana notontosaina teny Tsimbazaza omaly.

Nivoaka ny efitrano moa ireo depiote tsy nankato izany, toy ny TIM sy ny Mapar. Raha ny tokony ho izy, hoy ny fanazavan’ny depiote Hanitra Razafimanantsoa, dia latsaky ny 76 isa sisa ireo tafajanona tao anaty efitrano. Noho izany, tsy afaka handany lalàna fehizoro (loi organique) izy ireo. Naneho ny heviny avy hatrany ihany koa ny mpanao politika nahare ny savorovoro. Nanambara ny filohan’ny AME (Antoko Miombon’Ezaka, Ramilina fa tsy izy io lalàm-pifidianana io. Tsy io no niaraha-namolavola teny amin’ny Carlton. Na ireny resaka sonia 150 ireny fotsiny aza dia tsy tao anatin’ny fifanarahana. Ny mampalahelo dia be ny zavatra niova ary manao jadona indray ny fitondrana HVM. Raha mbola misy fitiavan-tanindrazana na dia kely aza izao fitondrana izao dia tsara aminy ny mametra-pialana fa tsy tafavoaka. Raha mbola io lalàna io no hikirizana dia hiteraka korontana foana na ho lany na tsy ho lany ny HVM satria tsy mahefa (incompetent) ny manao azy, hoy hatrany ity filoha ity.

J. Mirija

 

Tia Tanindranaza0 partages

Lalàna mifehy ny fifidiananaLany tao anatin’ny kolikoly sy ny savorovoro

Lany tao anatin’ny kolikoly sy ny savorovoro ny volavolan-dalàna fehizoro momba ny fifidianana.

Fanilikilihana sy fanavakavahana

Azo hangalaram-bato ireo lalàna ireo no tsy hitondra fitoniana ho an’ny firenena efa potika ity, hoy ny depiote Hanitra Razafimanantsoa. Manaotao foana satria maika hanilika olona, hoy izy. Ohatra tsy mitombina sy tsy lojika ny lalàna fifidianana filoham-pirenena notazominy ny Bulletin n°2 kanefa anatin'ny lalàna fifidianana depiote nesoriny dia nosoloiny Bulletin n°3. Amin’ny fifidianana filoham-pirenena notazominy ny fandoavan-ketra amin’ny fotoana tsy voafetra fa amin’ny fifidianana depiote dia noferany 3 taona. Fifidianana filoha notazominy ny antoko politika na vondron’antoko politika no afaka mandrotsaka kandida. Notazoniny ny fanohanan’ny olom-boafidy 150, kanefa ny lalàna fifidianana depiote nesoriny ny fankatoavan’ny olom-boafidy 10,  dia nampiany fa afaka milatsaka ny tsy miankina. Ireo fanitsiana tena lehibe, dia nesoriny daholo raha ny fanazavan’io depiote io.

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

« Tournoi de Pâques 2018 3FA »Nanjakan’i Sabotsy Namehana tanteraka

Ny talata 26 martsa ka hatramin’ny alahady 1 aprily 2018 lasa teo no nanatanterahana ny « Tournoi de Pâques 2018 » nokarakarain’ny Club 3FA Avaradrano tarihan’ny filohany, Rakotonirina Harison Philibert, teny amin’ny kianjan’ny kaominina Ankadikely Ilafy sy ny kianja Herisetra Rafanodiana teny Sabotsy Namehana.

Tia Tanindranaza0 partages

TIM- MAPAR-TSY MIANKINA“Ravao ny Antenimieram-pirenena”

Raha mbola avy nandany an’ilay volavolan-dalàna mikasika ny ZES sy nanatrika ny lanonana famaranana ny fivoriana tsy ara-potoana faha-3 tao an’efitrano fivorian’ny Antenimieram-pirenena omaly takariva ireo depiote niisa 79 nandany ihany koa an’ireo volavolan-dalàna fehizoro 3

mikasika ny fifidianana hotanterahina eto amintsika talohan’ireo, dia namoaka fanambarana nitambatra teo anoloan’ny varavarambe fidirana ao amin’ity trano fivorian’ny Antenimieram-pirenena eny Tsimbazaza ity kosa ireo depiote TIM, MAPAR , TSY MIANKINA sasantsasany niisa 76 izay nitsipaka hatramin’ny farany ny fandaniana an’ireo  volavolan-dalàna fehizoro 3 voalaza teo ireo. Nambaran’izy ireo tamin’ny alalan’ny solontenany avy, ny kestora 3 Guy Rivo Randrianarisoa sy ny depiote  Razanamahasoa Christine ary ny depiote Rivotiana Jean Bosco fa tsy mendrika intsony ny hajan’ny Antenimieram-pirenena ny zava-misy eny amin’ity lapam-panjakana ity ankehitriny ary tsy ekena ny amboletra sy tery vay manta atao amin’izy ireo handany izay lalàna hatolotry ny governemata Malagasy. Teny tsy azo ekena intsony ireo ka miantso ny rafitra iraisam-pirenena izy ireo handinika tsara ny zava-misy niseho teny Tsimbazaza omaly talata 3 aprily 2018 dia ny fanosoram-potaka azy ireo ho mpanakorontana sy ny kolikoly avo lenta niseho teny an-toerana fa tsy mendrika intsony izany hoe Antenimieram-pirenena Malagasy izany ny haja nomena azy fa very hasina tanteraka ankehitriny. Mangataka ny filohan’ity Andrim-panjakana ity izahay 73 mijoro amin’ny fahamarinana ireto : « Ravao ity Antenimieram-pirenena ity dia miverina eto indray izahay afaka 60 andro. « Mise en minorité » ny governemanta ankehitriny ka tokony hametra-pialana fa tsy tokony hijanona eo intsony. Voavidy vola ireo depiote nandany an’ireo lalàna fehizoro 3 ireo ka raha fifidianana malalaka sy mangarahara ary madio no katsahintsika dia aty amin’ny lalàna hitondrana azy ve dia efa feno kolikoly sahady ? Aoka tsy hatakalo vola ny marina ! Tsy vitan’ny kolikoly ihany no manjaka ato fa ny fanitsakitsahana ny lalàna velona sy ny lalàmpanorenana koa. Aleo ny vahoaka Malagasy no hitsara fa izahay tsy mba nandray na ariary aza fa nisy kosa ireo depiote nahazo an’izany 300 tapitrisa ariary izany.

Ntsoavina Evariste

 

Madonline0 partages

Les ingrédients d’une nouvelle crise politique réunis

Les députés de l'opposition en colère

C’est à l’Assemblée nationale que le début d’un nouveau bras de fer politique venait d’être lancé. Les députés proches du régime HVM viennent d’adopter, avec une courte majorité, les projets de loi qui vont régir les prochaines élections à Madagascar, dans une ambiance plus que cacophonique.

La séance plénière de la Chambre basse a été émaillée de scènes de bousculades, de cris de colère, d’arrachage de micro et de brandissement de banderoles, ayant nécessité le recours aux forces de sécurité de l’Assemblée nationale. Les gendarmes et les militaires étaient intervenus dans les travées de l’Assemblée pour calmer l’ardeur des députés de l’opposition. Ces derniers ont montré du doigt les « actes de corruption » qui ont permis au parti au pouvoir de convaincre une poignée de députés pour avoir la majorité pour l’adoption des projets de loi organique sur les élections.

En pleine séance, les députés de l’opposition ont sorti des banderoles avec l’inscription « stop corruption » après avoir été mis au courant d’un « conclave » des élus proches de l’Exécutif dans un grand hôtel de la périphérie de la capitale et auquel des membres du gouvernement ont assisté. Une doléance a été ainsi déposée par les députés de l’opposition auprès du Bureau indépendant anticorruption.

Les élus de l’opposition étaient solidaires pour amender les projets de loi, durant deux sessions parlementaires extraordinaires précédentes, en raison de certaines dispositions qui visent à exclure de la prochaine élection présidentielle deux leaders de l’opposition : l’ancien président Marc Ravalomanana et l’ancien chef de la Transition, Andry Rajoelina.

Il revient maintenant au Sénat, largement dominé par le parti au pouvoir, de se pencher sur les projets de loi organiques, avant le contrôle de constitutionnalité attendu de la Haute Cour Constitutionnelle. En tous cas, l’ambiance a été déjà celle d’un début de crise politique, le mardi 3 avril, à l’Assemblée Nationale. Et comme par hasard, un nouveau Commandant en chef de la gendarmerie a été nommé le 4 avril.

Sur les chaînes de télévision de la capitale, le 3 avril, un député proche du HVM a demandé aux opposants de fournir les preuves d’une « corruption » à l’Assemblée Nationale, menaçant de porter plainte pour « diffamation ». Et le soir même, une vidéo de quelques députés discutant de somme d’argent à l’issue d’un vote a circulé sur les réseaux sociaux.

La Vérité0 partages

Réinsertion des jeunes délinquants à Antsiranana - Pari gagné pour l’Oit

Pari gagné pour l’Organisation internationale du travail (OIT). La sortie de la deuxième promotion baptisée « Taratra » des jeunes, et pas n’importe lesquels puisque d’anciens délinquants qui ont suivi une formation de 3 mois au sein du Centre de formation technique et  professionnelle (Cftp) de la Secren samedi dernier à Antsiranana,  est un tournant marquant la fin du phénomène « Foroches » dans ladite ville. La réinsertion de ces « zaza maditra » dans la société est plus qu’évidente à la grande joie des parents de ces derniers  en particulier et de la population d’Antsiranana en général. Cet exploit puisque c’en est bien un est le fruit de la collaboration entre l’OIT  dirigée par Christian Ntsay  et la Secren ainsi que les autorités de la Région  Diana. Ce projet de réinsertion sociale des « Foroches »  initié et financé  par le BIT (Bureau internationale du travail)  a de ce fait permis de combattre en grande partie l’insécurité qui régnait dans la capitale du Nord dont les conséquences  sur le plan social et économique ne sont plus à présenter. Faut-il rappeler qu’à un moment donné  les touristes étrangers fuyaient cette partie Nord de la Grande île à cause du phénomène « Foroches ».

 

 100 jeunes certifiés 

100 anciens jeunes délinquants, après avoir effectué avec succès une formation de 3 mois sur les filières tuyauterie, moteur, infographie, menuiserie bois, électro mécanique, tôlerie, maçonnerie au Cftp  de la Secren, ont ainsi  reçu leurs certificats samedi dernier à Antsiranana. La cérémonie y afférente  a eu lieu au foyer Secren en présence du directeur du Bureau Pays de l’OIT  Christian Ntsay, des autorités civiles et militaires  de la ville d’Antsiranana et des  parents de ces jeunes. Deux certificats ont été remis à chacun de ces jeunes à l’occasion dont l’un est cosigné par l’OIT et le ministère de l’Emploi de l’enseignement technique et de la formation professionnelle. 

 Un remerciement particulier à Christian Ntsay

 Lors de la prise de parole du représentant de ces derniers, l’émotion a envahi toute l’assistance et certains parents ont eu du mal à cacher leurs larmes. « Malgré le mal que nous avons fait à la société vous ne nous avez pas renié. Au contraire, vous nous avez soutenus et aidés à prendre le droit chemin et remonter la pente. Nous ne vous remercierons jamais assez et nous vous demandons pardon pour tout le mal que nous avons fait », a déclaré le porte-parole de ces anciens jeunes délinquants avant de lancer un remerciement particulier à l’endroit du directeur du Bureau Pays de  l’OIT Christian Ntsay lequel ces anciens jeunes délinquants appellent désormais leur papa. 

 Formation gratifiante

 Quant au représentant des parents de ces anciens jeunes délinquants, elle n’a pas caché sa satisfaction et a remercié le BIT pour cette initiative. La formation suivie par ces anciens jeunes délinquants devait-elle indiquer a été gratifiante.  «  Le fruit des efforts de nos enfants ont été à la hauteur de nos attentes. Ne les abandonnons pas. Un avenir mal préparé est un avenir perdu d’avance », a-t-elle déclaré. 

« La fierté de  la jeunesse malgache »

 Invité à prendre la parole le directeur du bureau Pays de l’OIT Christian Ntsay a avant tout tenu à remercier tous ceux qui ont contribué à la réalisation de ce projet entre autres la Secren, le ministère de l’Emploi de l’enseignement technique et de la formation professionnelle, la direction de la jeunesse et des sports,  le comité de pilotage, les chefs fokontany pour ne citer que ceux-là sans oublier les entreprises qui ont embauché ces anciens jeunes délinquants après la formation de ces derniers  à l’instar de la société  Hyfridi de Ghilaine Jaotoly. Après quoi il a félicité les 100  jeunes qui  ont suivi cette formation pour la persévérance dont ils ont fait preuve. « Une telle prise de conscience permet de développer non seulement la Région Diana mais le pays tout entier. Sachez que vous n’êtes plus ce que vous étiez et que vous êtes désormais la fierté de la jeunesse malgache », a-t-il déclaré à l’endroit de ces anciens jeunes délinquants.

 Réhabilitation du centre de rééducation de Joffre-ville

 Dans la foulée, Christian Ntsay a annoncé que les efforts de l’OIT  dans cette partie Nord de la Grande île ne s’arrêteront pas à la formation de ces anciens délinquants.  « Le centre de rééducation de Joffre-Ville sera réhabilité », a-t-il lancé. La déclaration a été accueillie par une ovation. Il importe de savoir que le centre de rééducation de Joffre-Ville est le deuxième qui existe au pays après celui d’Anjanamasina.

 Des primes pour  les 3 premiers de chaque filière

 Pour accompagner ces anciens jeunes délinquants dans le monde professionnel, l’OIT  a offert des primes pour les 3 premiers de chaque filière. Un compte sera ouvert à chacun de ces 21 jeunes à l’Otiv Diana par l’OIT  a déclaré Christian Ntsay. A noter que les 3 premiers de chaque filière de la première sortie de promotion en 2017 ont eu le même traitement. L’OIT  ne fait pas les choses à moitié. 

    A.Lepêcheur

 

La Vérité0 partages

Football-Coupe de la CAF - Les Fosa, en terre ghanéenne

Tous les yeux des férus du ballon rond malgache seront rivés à Dormaa Ahenkro, Ghana, ce samedi 7 avril. En effet, la dernière équipe malgache, les Fosa Juniors FC, engagée pour les barrages de la Coupe de la confédération Afrique de football (CAF) affrontera l’Aduana Stars FC de Ghana ce samedi 7 avril à « Agyeman Badu Stadium » à 15h (heure locale) pour le match aller.  

« On sait que ce ne sera pas facile. On va essayer de faire tout notre possible. On va devoir faire un match de rêve. On sait que la défense peut s'améliorer et progresser, mais l'attaque aussi. Nous sommes tous responsables des phases offensives et défensives. Notre ambition c’est  de continuer jusqu’en phase de groupe. Jouer le match retour à domicile sera à notre avantage surtout avec l’aide du public », annonce un technicien du club.

 

Le staff de l’équipe est bien conscient de la situation surtout vis-à-vis  d’une grande équipe africaine comme l’Aduana Stars  de Ghana. C’est l’équipe tenante du titre de Ghana, mais pour le moment, elle est classée 9ème avec 4 points sur quatre matchs joués dans son championnat.  L’Aduana Stars a été éliminé par l’ES Sétif au deuxième tour de la ligue des Champions sur un cumul de buts (4-1) (3-0 ; 0-1).  Mais la méfiance est de mise pour la dernière étape avant la phase de groupe pour les Fosa. Ces derniers sont jeunes et accrocheurs, et surtout dynamiques pour défier les grands clubs. Une victoire à l'extérieur en match aller, c'est le plus souvent l'assurance d'une qualification au retour. Mais régulièrement, le scénario tranquille tant attendu se transforme en affiche stressante et indécise. D’ailleurs, ce sera historique pour la formation de Boeny. Booster à fond, les protégés de Bob Kootwijk étaient en mode rouleau compresseur face à la CosPN Boeny lors de la deuxième journée du championnat régional, et ce en battant les policiers sur un score sans appel de 9 buts à rien. Dax et ses camarades étaient comme à l’entraînement. Deuxième victoire conquise après la première journée (2-1) face à FCKB. 

Elias Fanomezantsoa

La Vérité0 partages

Aéroport d’Ivato - Un passeur échappe aux gendarmes

Scène rocambolesque mardi dernier vers 23h à l’aéroport d’Ivato. Un passeur a préféré abandonner sur le bord de la chaussée le carton qu’il a transporté lorsqu’il a croisé en chemin le véhicule d’une patrouille nocturne de la Gendarmerie. A l’intérieur, il y avait 26 bébés-tortues  « Radiata » dans un passage longeant le secteur du fret. Le supposé trafiquant a alors quitté au pas de course la zone de l’aérogare mais il avait les gendarmes à ses trousses.  Toutefois, il parvenait à  échapper à ses poursuivants en prenant un raccourci à travers les rizières. Selon une source auprès de la Brigade aéroportuaire, les gendarmes ont perdu les traces du fugitif, actuellement recherché. Pour le moment donc, on ignore tout à propos du concerné, encore moins sur la finalité du trafic.

Les responsables au sein de Direction régionale de l’environnement et de la forêt (DREF) ont été informés. Les reptiles ont été confiés à ces derniers avant toute perspective de libération de ces êtres vivants dans la nature. Il reste aussi à savoir si le présumé passeur allait tout simplement remettre le colis à un passager d’un vol extérieur, ou bien s’il était lui-même prévu prendre l’avion pour une quelconque destination.  Généralement, ces tortues du pays sont prévues pour des pays d’Asie, en particulier la Chine ou la Thaïlande où la filière dispose de riches et fidèles clients. Là, les sauriens sont achetés à prix forts et finissent dans les assiettes de personnes friandes de viandes exotiques.  Les transits s’effectuent via l’île de La Réunion ou celle de Maurice.   A la lumière de cette situation, il est de plus en plus avéré que la Capitale est en passe de devenir la plaque tournante du trafic de reptiles dans le pays. Et l’aéroport d’Ivato est la principale porte de sortie de ces faunes hors du pays. Pas plus tard que la semaine dernière, un couple avait été arrêté aux 67ha avec une cargaison de tortues endémiques braconnées dans le Sud du pays. La brièveté de l’intervalle entre ces deux évènements, celui du mardi soir à l’aéroport et celui de 67ha montre parfaitement l’existence de différents maillons du réseau du trafic dont les commanditaires locaux et étrangers semblent encore difficiles à démasquer.

Franck Roland

La Vérité0 partages

Création d’entreprises - Le financement de départ, le principal frein

Bon nombres de diplômés ont du mal à trouver du travail à la fin de leurs études. Les compétences sont là, mais c’est toujours au niveau de l’expérience qu’ils se font recaler. Face à cette situation, certains décident de se lancer dans la création d’entreprises afin de créer un travail conforme à leurs compétences, à leurs besoins et principalement à leur passion. Tout le monde rêve, en effet, de devenir son propre patron sauf que le parcours pour y arriver n’est pas aussi simple. Avoir une idée ne suffit pas, il faut également chercher des moyens financiers pour pouvoir la développer et la mettre en œuvre. Et le financement de départ demeure aujourd’hui le principal obstacle à la création d’entreprises. « J’ai élaboré mon projet d’entreprise depuis déjà six mois, et c’est au niveau du financement que je rame un peu. Je n’ai pas envie d’avoir recours aux banques pour des prêts, mais je cherche plutôt des partenaires prêts à s’investir autant que moi dans ce projet », explique Riantsoa, une jeune entrepreneure de 27 ans. Contrairement aux autres pays, avoir recours aux services bancaires n’est pas encore ancré dans notre culture. Par peur de ne pas pouvoir rembourser les sommes empruntées ou par manque de confiance vis-à-vis de la réussite du projet ? 

 

Place au financement participatif 

Après quelques temps, les entrepreneurs finissent par abandonner leur idée vu qu’ils n’ont pas réussi à trouver les fonds nécessaires pour démarrer leurs affaires. Pourtant, il faut rappeler que les banques ne sont pas le seul moyen de financement. Un jeune entrepreneur peut également faire appel à un financement participatif. Tout repose sur le dossier du projet. Avec un plan d’affaires en béton, on pourrait notamment convaincre un grand investisseur d’investir dans un projet. L’investisseur peut alors faire un don, un don avec une contrepartie ou encore un prêt. Dans la création d’une entreprise, on ne peut pas vraiment jouer la carte de la sécurité. Une idée simple peut devenir une vraie réussite alors qu’une bonne idée d’entreprise peut faire un flop au bout de quelques temps seulement. Ainsi, la réussite d’un business repose sur la conviction de l’initiateur du projet. S’il en est convaincu, les investisseurs finiront par le suivre. Il faut juste bien choisir son domaine. 

 Rova R.

 

La Vérité0 partages

Corruption autour des lois électorales - Jaona Elite s’excuse, s’accuse … et s’enfonce !

D’un scandale à l’autre ! Les membres de l’Assemblée nationale, ceux en cravate bleue en l’occurrence, ne cessent de faire parler d’eux. Pointés du doigt sur des faits de corruption effectués dans le but de l’adoption des lois électorales, les noms de plusieurs parlementaires Hvm ont fait le tour des médias dont celui du président du groupe parlementaire Hvm à Tsimbazaza, Andriarimalala Harijaona alias Jaona Elite. Ce dernier qui a haussé le ton en affirmant qu’il allait porter plainte pour diffamation ceux qui les avaient  « accusés » de corruption et exigeait même des preuves de cette corruption.  Comble du comble. Une vidéo montrant l’élu d’Atsimondrano et ses compères du « Hery Vaovao ho an’i Madagasikara » dans un lieu sombre aux traits de chambre d’hôtel, en train de se partager une grosse somme d’argent n’a pas tardé à faire le tour des réseaux sociaux depuis la matinée d’hier. La même vidéo montre des députés vulgaires et s’exprimant avec des gros mots à profusion. Une vidéo explicite qui constitue, sans aucun doute, une preuve irréfutable pour le Bureau indépendant anti – corruption. En effet, les députés déclarent de manière claire et précise que « ceux qui n’ont pas levé les mains n’auront rien » (Ndlr : ne seront pas payés).

 

Des explications  absurdes

Après la circulation de la fameuse vidéo, le président du groupe parlementaire a tenté de s’expliquer sur les ondes d’une radio privée de la Capitale. De prime abord, il persiste et signe qu’ « il n’y avait pas eu corruption ». Quant à la petite virée du côté de l’Hôtel Paon d’or sis à Ivato, le député a affirmé que « nous avons voulu prendre du temps pour se pencher sur les projets de lois, article par article ». Quant à la fameuse vidéo les montrant dans une étroite chambre, le parlementaire de rétorquer que « pourquoi n’aurions nous pas le droit de nous rencontrer dans une chambre ? » Il a même déclaré que le débat est tombé très bas et que les députés devraient désormais discuter autour des lois et non de « sujets futiles ».

Curieusement, après moult humiliations, ce parlementaire Hvm se souvient soudainement que le débat est nécessaire alors que le président de l’Assemblée nationale, Jean Max Rakotomamonjy lui – même avait bâclé  les discussions dès le début même de la séance plénière d’avant – hier. D’ailleurs, des hommes en treillis ont été appelés en renfort pour surveiller la salle. Alors que le député d’Atsimondrano voulait sortir blanchi, il n’a alors fait que se confondre dans ses explications. Il aurait fait mieux de se taire car comme dit l’expression, « qui s’excuse, s’accuse » !

La Rédaction 

La Vérité0 partages

Fatale répétition

 Les maladresses se multiplient. Les provocations s’intensifient. Et on est en droit de s’interroger « où veulent-ils en venir ces dirigeants aux cravates bleues? » A quoi riment toutes ces saloperies ? A quel dessein ? Le Chef de la représentation diplomatique américain, à l’occasion d’un ultime point de presse, déclarait : « le principal enjeu, du moment, de Madagascar est de briser la dynamique des crises cycliques ». Dans la foulée, le diplomate arrivant au terme de sa mission de trois ans en terre malagasy, martelait  qu’ « on ne peut pas réaliser une vision sans préserver, d’abord, la sécurité et la stabilité ». Robert Yamate, car il s’agit de lui, pointa le pic de la lame en plein dans le mille de la plaie. Visiblement, il quitte le sol malagasy avec un goût d’inachevé, une note d’amertume ! Le Gouvernement malagasy, en signe de satisfaction, lui décerna le diplôme de « Grand Commandeur » de l’Ordre national. Vraiment satisfait, non pas de ce qu’il a fait pour le pays mais tout simplement parce qu’il part ! En fait, les autorités malagasy ne se préoccupaient pas de ce qu’il avait fait mais plutôt de ce qu’il était.

Selon leur avis, un non-dit, c’était un diplomate gênant sinon gêneur ! Un fouineur qui semait la pagaille en s’ingérant dans les affaires qui ne le concernent pas. Alors, vaut mieux qu’il quitte les x  ! Un personnage trop embarrassant ! Loin de nous, ici, à travers de cette modeste colonne, d’attiser ou de légitimer tout acte non conforme à la loi en vigueur, seulement, les faits et gestes des tenants du régime semblent contredire leurs déclarations. Eux qui ne cessent de  prôner le respect de l’Etat de droit. Dans la réalité des faits, leur comportement s’apparente à des actes de provocation. Les hommes du pouvoir n’ont jamais voulu montrer leur volonté ou détermination à casser, pour de bon, le cycle infernal des crises. L’itinéraire qu’ils ont choisi ne mène nulle part, en tout cas, pas vers l’émergence en …2030 ! Manifestement on se dirige, d’une certitude absolue, vers le chaos. Le gravissime incident à l’Assemblée Nationale, lors du vote portant sur l’adoption des projets de lois organiques relatifs aux élections, étale au grand jour la ferme conviction du régime HVM à dicter sa loi, quel que soit le danger que cela représente pour l’intérêt supérieur de la Nation et pour la stabilité du pays. Iavoloha et Mahazoarivo se moquent éperdument du respect du Texte de la Loi fondamentale. Ils n’en ont cure des remarques ou critiques, quoique positives,  des partenaires sociaux et politiques.La pratique honteuse de la corruption, au vu et au su de tous, ne leur crée aucune gêne. Le Palais de la démocratie est souillé jusqu’à la moelle et devient, par la force des choses, le Palais de la corruption. Pour eux, l’essentiel consiste à assurer la pérennité du pouvoir. Malheureusement, les Rajaonarimampianina et les Mahafaly et consorts ne savent, nullement, retenir la leçon du passé. A ce rythme, la crainte du diplomate américain, Robert Yamate, irait avoir lieu. La dynamique des crises cycliques est bel et bien enclenchée. Une fatale répétition s’ensuivrait et aurait de lourdes conséquences sur la sécurité et la stabilité de ce pauvre pays.

Ndrianaivo

La Vérité0 partages

Loi sur les Zones Economiques Spéciales - Adoption expéditive à l’Assemblée Nationale

Pendant que l’attention s’est focalisée sur l’imbroglio autour des lois électorales, l’adoption des lois s’est poursuivie comme si de rien n’était à l’Assemblée Nationale  avant – hier. C’est ainsi que fut adopté, de manière très expéditive, la fameuse loi sur les Zones Economiques Spéciales (Zes). Adoption tenue juste avant la clôture de la session en fin d’après-midi. D’après l’annonce, le Ministère auprès de la Présidence en charge des projets présidentiels, de l’aménagement du territoire et de l’équipement (M2pate), la loi concernant les Zones Économiques Spéciales a été votée par les 63 députés présents à l’Assemblée Nationale de Tsimbazaza. « Cette loi vise l’émergence et la renaissance du  pays » , a souligné le ministre auprès de la Présidence chargé des Projets présidentiels, de l’Aménagement du Territoire et de l’Equipement Ramanantsoa, Benjamina Ramarcel.

  Pourtant, faut – il rappeler que cette loi a suscité l’appréhension du Fonds Monétaire International (Fmi) ainsi que certaines organisations de la société civile qui craignent une intensification du phénomène d’accaparement des terres. De même, la Haute Cour Constitutionnelle dans sa décision n°01-HCC/D3 du 17 janvier 2018 concernant la loi n°2017-023 relative aux Zones Economiques Spéciales a déclaré que les dispositions des articles 6, 17 et 39 alinéa 2 de cette loi sont contraires à la Constitution. La HCC a également émis des réserves énoncées aux Considérants 13, 14, 19, 23, 24 et 30, les autres dispositions de la loi déférée sont conformes à la Constitution. Il s’agit donc du 2ème passage de cette loi qui avait déjà été adoptée par moins d’une quarantaine de députés au mois de novembre 2017 avant d’être rejetée après ces objections de la Haute Cour Constitutionnelle.

S.R.

Tia Tanindranaza0 partages

Mpianatra 8 miandahy ao amin’ny INSCAENahatsangana "coin bibliothécaire"

Mpianatra 8 mianadahy dia Rakotozafy Miray, Rajaofara Landy, Razafinirina Clara, Rakotovao Tsiky, Andriamanantsoa Manoritantely, Ranaivoson Arly, Ranaivoson Sandy, Randrianarisata Sylvio, taona faharoa ao amin’ny sekoly ambony INSCAE, mitondra ny anarana hoe "Innovation project" no nanatanteraka tetikasa ara-tsosialy, tamin’ny alalan’ny fananganana "coin bibliothécaire" tao amin'ny "Centre Olom-baovao Hospice et Orphelinat Ambohimahitsy", ny 29 martsa lasa teo.

Marihina fa mitaiza zaza kamboty sy olona efa nahazo taona io ivontoerana io. Rehefa avy nitsidika io toerana io, dia nahita ireto mpianatra 8 mianadahy ireto, fa sahirana izy eo amin'ny lafiny fitaizana. Tsy mba nanana "centre de documentation" na toerana hahafaha-manovo fahalalana ao amin’ny ivontoerana, kanefa tsapanay fa tena ilaina izany amin'ny fanabeazana ireo zaza kamboty ireo sy mba ho fialamboly ho an'ireo beantitra, hoy ireto tanora ireto. Sady tianay hampitaina amin'izy ireo ihany koa izay kely hainay mba ho mariky ny fitiavana sy ny fiantrana azy, hoy hatrany izy 8 mianadahy. Izy ireo avokoa no nanao ny zavatra rehetra tamin’ny fananganana io “coin bibliothécaire” io (plan, devis, nividy sy nandrafitra ary nanao vernis ny hazo,…). Ny fikambanana "Loharanosoa", fikambanan'ny mpivarotra boky ao Ambohijatovo, izay tarihin'Andriamatoa Razafitsimialona Richard no nanampy azy ireo tamin’ny fanomezana ny boky, manodidina ny 200. Nisy ihany koa ireo malala-tanana hafa izay nanome nanampy tamin’izay fanomezana boky izay ho fanampiana an'izy ireo, izay toloran’ireto mpianatra ireto fisaorana noho ny fifanomezan-tànana.

Toky R

 

News Mada0 partages

Manarintsoa : tratra ireo jiolahy mpangalatra moto

Voasambotry ny polisy avy ao amin’ny poste de police Ampefiloha, ny alahady alina teo, ny jiolahy roa voarohirohy noho  resaka halatra moto. Araka ny fanazavan’ny polisy, telo lahy izy ireo no nanosika moto iray teny amin’ny faritra Manarintsoa Isotry iny, tokony ho tamin’ny 1 ora maraina tamin’io alahady hifoha alatsinainy io. Tamin’izany indrindra anefa no sendra ireo polisy nanao fisafoana izy telo lahy ka nosakanana mba hahafantarana ny momba azy ireo. Nandositra avy hatrany anefa ny iray amin’izy telo lahy ireo raha vao nahita ireto polisy nanatona. Notanana nanaovana fanadihadiana izy roa lahy tratra ireto. Tsy nisy taratasy mazava rahateo ny momba ilay moto natosik’izy ireo. Nilaza anefa izy roa lahy fa hoe lany solika ilay moto ka voatery natosika. Rehafa nozahana anefa ny taratasy momba ilay moto dia fantatra fa tsy amin’ny anaran’ireto jiolahy ireto ity moto natosika ity. Notazonina avy hatrany izy roa lahy sy ilay moto halatra. Efa nokarohina kosa ny tompon’ilay moto izay voalaza fa monina eny Ankaraobato. Mbola ao amin’ny polisy ao amin’ny PPA Ampefiloha miandry tompony kosa ilay moto.

J.C