Les actualités à Madagascar du Mardi 04 Avril 2017

Modifier la date
Midi Madagasikara5829 partages

Super Ligue Futsal : FC Fosa Juniors sacré

Le rideau est tombé pour le Championnat 2016 pour les divisions élite, légende et Open de l’Urban Futsal dimanche à Andraharo. Une occasion pour remettre les prix et les médailles aux équipes championnes. Dans la division élite, l’équipe de Décathlon a été sacrée, Flex United en division légende et FC Sporting pour la division II ou Open.  Et pour donner plus de sensation à la compétition, la Super ligue a été organisée, hier, mettant en compétition les 4 premiers au point de chaque division lors des championnats. La victoire finale revient à Fosa Junior qui s’est imposé devant Décathlon sur le score de 5 buts à 3 dans la division élite.  La tenante du titre a tremblé face à l’équipe du Fosa Juniors. Dans les autres catégories, en division légende, Flex United a battu Walexport en finale et en  division II ou Open, l’équipe de l’ABC a triomphé face au Sporting sur le score de 4 buts à 2. Telma, partenaire de l’évènement a offert aux champions de chaque division de la Super Ligue, un lot de 750 000 Ar de recharge par équipe pour profiter pleinement de la 4G by Telma et des meilleures offres de communications sur le marché soit 50 000 Ar de recharge par joueur.  Sitôt la saison 2016 close, l’Urban Futsal, avec le soutien de Telma, partenaire N°1 du football à Madagascar, c’est tout naturellement que Telma accompagne cette saison 2017. Le tournoi est un tremplin en plus pour nos meilleurs joueurs d’exercer leurs talents et de s’entraîner, une opportunité pour véhiculer les valeurs de l’amitié, du fair-play ou encore de la recherche de l’excellence, les mêmes valeurs prônées par Telma. Les férus du futsal seront gâtés et seront repartis en 4 catégories. Il s’agit de la division élite pour les licenciés et les professionnels,  la division II pour des footballeurs ayant atteint un certain niveau sans être licencié, la division  III pour les amateurs de football et la division légende pour les plus de 30 ans. L’inscription est ouverte à tous : entreprises, associations et même les particuliers et peut s’effectuer via MVola.

 T.H

Midi Madagasikara1046 partages

Plusieurs dossiers au Bianco : Claudine Razaimamonjy arrêtée hier au Palais des Sports

La patronne de l’hôtel « AC » a été gardée à vue dans le local du Bureau Indépendant Anti-Corruption hier soir.

Coup de tonnerre hier au niveau du microcosme politique. La nouvelle a d’ailleurs fait le « buzz » dans les réseaux sociaux. En effet, contre toute attente, Claudine Razaimamonjy, Conseiller spécial auprès de la Présidence de la République et connue comme étant très proche du couple présidentiel a été arrêtée hier vers 16 heures sur le parking du Palais des Sports et de la Culture de Mahamasina. Les faits se sont déroulés au vu et au su de nombreux spectateurs du tournoi de basket-ball « Coupe du président 2017 ». D’ailleurs, ces derniers n’ont pas hésité à prendre des photos pour les partager sur « facebook ». La patronne de l’hôtel « AC » Ivato a été présente à Mahamasina pour assister à la rencontre de basket entre son équipe, le TMBB Analamanga et l’ASCUT Atsinanana qui est aussi une équipe présidée par un autre Conseiller spécial auprès de la Présidence, en la personne de l’opérateur économique Mbola Rajaonah. L’arrestation a été effectuée par des éléments de l’Emmoreg et des agents du Bureau Indépendant Anti-Corruption. D’après les explications du Commandant de la Circonscription interrégionale de la Gendarmerie d’Analamanga, le Général Florens Rakotomahanina, cinq éléments de l’Emmoreg ont été réquisitionnés par Ambohibao pour cette « opération ».

Garde à vue. Tout de suite après son arrestation, Claudine Razaimamonjy a été amenée au local du Bianco où elle a été gardée à vue durant la nuit. Joint au téléphone hier soir, une source proche d’Ambohibao a fait savoir que son audition a commencé tout de suite après son arrivée au Bianco. A entendre les explications de ce haut responsable, cette femme d’affaire réputée comme étant la baronne du régime HVM n’a pas été arrêtée uniquement pour l’affaire Ambohimahamasina. Elle serait impliquée dans plusieurs dossiers liés à des affaires de corruption et de détournement de deniers publics. D’après les témoins présents au Palais des Sports et de la Culture de Mahamasina, Claudine Razaimamonjy n’a opposé aucune résistance durant son arrestation. Elle a seulement crié que cette arrestation constitue « le début d’une opération visant à renverser du régime Rajaonarimampianina ».

« Intouchable ». Bon nombre d’observateurs estiment que Claudine Razaimamonjy qui s’est toujours considérée comme « intouchable », a finalement été lâchée par le couple présidentiel. Lors de la cérémonie de présentation de vœux à Iavoloha, le numéro Un de l’hôtel « AC » n’a pas hésité à narguer ses détracteurs en prenant la pose avec Nicole Andrianarivoson, un autre Conseiller spécial du président, devant les photographes et les caméramans. Vers la fin de l’année 2016, alors qu’elle a été soupçonnée d’être impliquée dans l’affaire de détournement de subventions exceptionnelles pour 13 communes dont 396 milliards d’Ariary destinées à la commune d’Ambohimahamasina, Claudine Razaimamonjy a choisi d’ignorer deux convocations du Bureau Indépendant Anti-Corruption. Pourtant, de sources proches du dossier, elle est accusée entre autres, de favoritisme, de détournement de deniers publics, de faux en écriture publique, d’abus de fonction et de blanchiment de capitaux. Apparemment, le Bianco a décidé de poursuivre la procédure afin prouver son efficacité dans la lutte contre la corruption et les malversations au niveau des institutions publiques. Certains observateurs considèrent cette arrestation de Claudine Razaimamonjy comme une manœuvre de diversion par rapport à la suspension des maires MAPAR élus entre autres, à Mahajanga, Toamasina et Ambilobe. Du côté du « Hery Vaovao ho an’i Madagasikara », la nouvelle est tombée hier comme un coup de massue. L’arrestation de celle qui a toujours financé les « actions » du parti au pouvoir s’est présentée comme une véritable surprise pour les leaders du HVM qui n’étaient même pas au courant du motif de cette nouvelle initiative du Bianco. L’on attend désormais la réaction du Vice-président du Sénat, Riana Andriamandavy VII qui a réclamé la démission du Directeur général du Bianco pour l’affaire Ambohimahamasina. En tout cas, l’on aura plus d’informations sur cette affaire ce jour puisque Ambohibao prévoit d’effectuer une communication à la presse.

Davis R

L'express de Madagascar188 partages

Violence scolaire – Une école privée menacée de sanction

Une vidéo exhibant une violence physique dans une école privée circule sur les réseaux sociaux. Le ministère de l’Éducation nationale prendra des mesures.

Comportement choquant. Le ministre de l’Éducation nationale, Paul Rabary a réagi, promptement, à la vidéo qui a circulé sur les réseaux sociaux, montrant une violence physique dans une école privée de la capitale, hier. Il s’agit d’une enseignante, frappant, à plusieurs reprises, une élève devant ses camarades de classe, qui ont aussi été obligés de se mettre à genoux à la véranda de l’établissement. Ces scènes ont été filmées en cachette par une personne habitant à proximité .Sensible, le ministre a publié sur les réseaux sociaux, hier après-midi, que des mesures seront prises à l’encontre de cet établissement. « Des représentants du ministère effectueront des descentes au niveau de cet établissement, ce jour. « Soit, nous allons retirer l’autorisation d’ouverture de cet établissement, soit cette enseignante sera suspendue de ses fonctions», précise-t-il. Selon lui, « frapper des élèves est, désormais, abusif et inconcevable». Une note ministérielle sortie en 2016 précise cette décision, comme l’a expliqué le ministre, joint au téléphone.

TraumatismeLe premier responsable de l’établissement concerné a tenu à réagir, devant le fait. « Nous allons convoquer les parents d’élèves pour en discuter, demain (ndlr : ce jour)», explique -t-il.Cette vidéo a créé une polémique. Nombreux ont-été choqués par la scène. . Andry, un enseignant dans une école privée de la capitale, indique que ces sanctions corporelles sont nécessaires. « Les élèves d’aujourd’hui n’ont plus de respect pour les enseignants. Il faut être sévère envers eux, pour qu’ils vous accordent leur respect. Pour moi, frapper n’est pas dangereux, si on ne touche qu’aux membres », avance-t-il. Les violences physiques envers des élèves persistent  malgré cette note du ministère de l’Éducation nationale. De telles sanctions sont déconseillées par le Dr Olivier Rakotomalala, psychologue. «La violence physique peut créer une traumatisme sur la victime. Il se peut qu’elle ne comprenne même pas les raisons de la sanction, alors que l’objectif est de supprimer des comportements. Les enseignants sont à cours d’idée, mais il y a mille façons de punir les élèves, à savoir, les priver de quelque chose », recommande ce psychologue.

Miangaly Ralitera

Orange Madagascar170 partages

Autisme : Un combat pour exister

Si Mbolatiana Raveloarimisa défend autant sa cause avec une passion et une colère silencieuse mais bien présente, c’est que l’autisme à Madagascar est non seulement une cause d’intérêt personnel, mais d’abord et surtout une cause d’intérêt public. C’est son combat de tous les jours. Comme elle le dit si bien, elle se bat “pour que ces enfants existent”. Pour que ses enfants existent, car en effet, elle a deux enfants autistes.

Pourtant à Madagascar, l’autisme reste un trouble méconnu, noyé dans les préjugés et les tabous, caché parmi les croyances superstitieuses et les autres troubles du développement. C’est donc pour sensibiliser le public à cette cause que la Journée mondiale de sensibilisation à l’Autisme a été mise en place et se tient annuellement le 2 avril, soit dimanche dernier.

Qu’est-ce que l’autisme? “C’est un trouble, c’est un état.”

Selon l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), l’autisme est un trouble envahissant du développement et se caractérise essentiellement par une interaction sociale déficiente. En d’autres termes, c’est un trouble qui “affecte le fonctionnement du cerveau, le système immunitaire et biologique, altère les capacités de reconnaissance des expressions, des codes sociaux et affectifs, génère hypersensibilité émotionnelle et troubles du comportement.”

Il ne s’agit donc pas d’une maladie, ni d’une pathologie psychologique ou psychiatrique. Mbolatiana le définit comme suit: “dans tous les cas, l'autisme, c’est un chamboulement du comportement de l’être humain qui ne se comporte pas comme nous pensons qu’ils devraient se comporter.” Ainsi, les spécialistes préfèrent en parler en tant que personnes neuro-atypiques, en distinction des personnes neurotypiques.

La cause en elle-même reste méconnue, malgré de nombreuses hypothèses et recherches scientifiques et médicales; et la variété des symptômes, qui ne se manifestent pas tous et dont la gravité est variable, rend le diagnostic difficile à établir. Voilà pourquoi on parle de spectre autistique (TSA). Les chiffres de la prévalence de l’autisme à Madagascar sont actuellement inconnus, mais une étude de 2007 publiée par un groupe d’universités étasuniennes situe les chiffres à 2 sur 1000 naissances, en sachant que 40% des cas restent mal, ou pas, diagnostiqués.

“Ce qu’il faut dans tout ça c’est des accompagnateurs.”

N’étant donc pas une maladie, l’autisme se vit, et nécessite une adaptation quotidienne de l’entourage, tout en intégrant les personnes atteintes d’autisme dans la vie quotidienne. Beaucoup d’entre eux sont capables d’allier vie quotidienne et professionnelle avec une quasi-autonomie, mais pour d’autres, il est nécessaire d’adapter les structures et les systèmes afin que neurotypiques et neuro-atypiques puissent facilement vivre ensemble. “La solution est qu’ils soient dans la société, que les parents et enfants ‘normaux’ apprennent aussi.”

Pour aider la société a accepté et non pas juste à tolérer les enfants autistes, et afin d’aider les parents dans le suivi des enfants, des bénévoles, souvent sortant de l’Institut Supérieur du Travail Social (ISTS) ou du département Sociologie de l’Université d’Ankatso, prêtent leurs mains aux ONG et aux centres et écoles spécialisées. Ces auxiliaires de vies, et ces éducateurs se forment à l’accompagnement quotidien des enfants. “Les bénévoles voient beaucoup de choses au centre, et cela les aide à comprendre ce que les parents ressentent,” raconte Tantely Ravololontseheno, sortante de l’ISTS et chef de projet d’Autisme Madagascar.

Avec plus de 120 bénévoles, cet ONG grandit de jour en jour, touchant les recoins les plus éloignés de la capitale, car, si on paraphrase Mbolatiana, l’autisme ne choisit pas les têtes, ni la géographie; “la sensibilisation porte de plus en plus loin, mais ça nous montre également que même très loin il y a des besoins, mais on n'est pas capable d’y répondre.” D’après Ravololontseheno, des parents viennent des quatre coins de Madagascar pour faire diagnostiquer les enfants, ou leur donner l’opportunité d’un suivi par des spécialistes.

“C’est aux enseignants de s’adapter aux enfants.”

Outre l’ONG Autisme Madagascar, certaines écoles accueillent les enfants neuro-atypiques, en les intégrant au cursus scolaire à travers une adaptation du système, du curriculum, des enfants neurotypiques, et des enseignants. C’est le cas notamment de l’école Colibri, à Mahamasina, Antananarivo. “Si on veut apprendre aux futurs adultes à avoir un regard bienveillant sur les individus qui sont autour d’eux (...) ça s’apprend d’abord à l’école,” explique Kemba Ranavela, la directrice de l’école, qui est aussi professeure de philosophie.

Sans léser les enfants neurotypiques, mais au contraire en ajoutant de la plus-value sociale, voire de l’humanisme et de l’équité, l’école adapte le cursus de chaque enfant à ses capacités, tout en les aidant à produire le meilleur d’eux-mêmes. Cela fonctionne en instituant des classes multigrades, avec des petits groupes adaptables et ajustables de moins d’une dizaine d’enfants. “Je prends chacun dans sa singularité,” explique Ranavela, rendant ainsi chaque chapitre du cursus plus abordable pour chaque enfant.

Afin de subvenir aux besoins de chaque enfant, dont une vingtaine d’enfants autistes présents dans l’école, un suivi est fait régulièrement par des éducateurs spécialisés, et des spécialistes médicaux de tout bord, afin de permettre à tous les enfants de s’épanouir et, pour ceux qui en ont la capacité, de concourir aux examens nationaux. Ranavela ajoute ainsi que c’est un système facile à introduire dans toutes les écoles, et que Colibri compte s’étendre dans d’autres régions.

“C’est le système qui doit être adapté. Changé non, adapté oui.”

Malgré les initiatives civiles qui se multiplient, l’absence de législation et de politiques publiques freine la prise en charge des personnes autistes à Madagascar. Il a fallu attendre 2014 pour que l’Assemblée nationale ratifie la Convention Internationale relative aux droits des personnes handicapées, qui a pourtant été adoptée par les Nations Unies en 2006.

Cette convention engage les Etats à “prendre toutes mesures appropriées, y compris des mesures législatives, pour modifier, abroger ou abolir les lois, règlements, coutumes et pratiques qui sont source de discrimination envers les personnes handicapées”.

Dans l’optique de sensibiliser la population, mais aussi de faire bouger les choses au niveau des politiques publiques, l’Autisme Fédération Madagascar (AuFeM) a été créée le 04 avril. Cette fédération réunit différentes ONG qui ont déjà une longue expérience dans la sensibilisation à l’Autisme, et reçoit donc le soutien d’Orange Solidarité Madagascar, de l’OMS, du Ministère de la Santé publique, ainsi que du Ministère de la Population, de la Protection Sociale, et de la Promotion de la Femme.

Les ONG sont donc invitées à déposer leurs plans d’actions pluriannuelles au sein de ces institutions afin qu’elles puissent engager l’appui nécessaire pour la réalisation de projets divers qui visent non seulement la sensibilisation annuelle lors de la journée mondiale, mais aussi l’aide technique, médicale, et psychologique aux parents, et surtout aux enfants atteints d’autisme.

“Après l’acceptation, il y a l’épanouissement.”

Si Mbolatiana a accepté ses enfants, et s’est même épanouie en tant que mère, puis en tant que militante, elle attend que la société aussi puisse accepter les enfants autistes. Comme le nouveau président d’AuFem, Julien Razafindratsimba, explique, “souvent, on ne se rend pas compte, mais ils sont capables,” notamment d’être des agents productifs et intégrés à la société.

Mais cela passe tout d’abord par l’acceptation de ladite société, qui passe par une capacité d’accepter ceux ou celles qui sont différents (es), ceux et celles qui cassent le moule de la conformité.

Les campagnes de sensibilisation ne s’arrêtent pas donc le 2 avril mais continuent tout au long de l’année, notamment grâce à des évènements qui se dérouleront du 28 avril au 31 mai, durant laquelle un spécialiste étranger viendra à Madagascar pour former 50 praticiens, diagnostiquer une centaine d’enfants, donner un appui psychologique à une centaine de parents, et conduire 3 séminaires à l’UCM, à l’ISTS, et à l’ACEEM.

Ainsi, les ONG espèrent une plus grande participation ou conscience du public, afin d’atteindre le simple objectif de faire exister les personnes autistes dans la société malgache.

HHO

 

L'express de Madagascar167 partages

Andapa – Le forcené encore en liberté

Un individu, qui a tué à coups de coutelas en public à Andapa son frère cadet de 38 ans est toujours en liberté. De source auprès de la gendarmerie, l’auteur de l’homicide n’a pas encore été arrêté afin qu’il puisse organiser les funérailles de son frère, bien qu’il soit tenu à l’œil par les forces de l’ordre.Selon les informations communiquées, ce fratricide a été perpétré dimanche après-midi devant une foule chahuteuse et sous les yeux et à la barbe des forces de l’ordre, dont la police et la gendarmerie. Le chef du district d’Andapa a également été  aperçu sur les lieux sans avoir pour autant, réussi à empêcher le crime. Bien que l’opinion publique ait enfoncé le clou et soulevé la part de responsabilité de ces autorités civiles et militaires dans ce drame, cette facette ne semble pas abordée. Une source sécuritaire indique qu’il y aurait forcément eu desvictimes collatérales parmi les badauds si les éléments des forces de l’ordre présents sur les lieux au moment des faits avaient pris le risque d’ouvrir le feu sur le forcené.Un incendie criminel commis dans la nuit de samedi à dimanche est à l’origine de l’homicide.

A.M.

Midi Madagasikara130 partages

Fanapahan-tenda tao Andapa : Teo imason’ny manam-pahefana maromaro no nitranga

Tsy fantatry ny mpitandro ny filaminana intsony ve ny tena anton’ny asany sy izay tokony hataony? Izany avokoa no fanontaniana napetrak’izay olona nahita ny horonan-tsary mahakasika ny fanapahan-tena izay niseho tao Antangena Andapa, ny faran’ny herinandro teo. Omaly dia fantatra avy tamin’ny fanamarinam-baovao fa tsy ilay zandary iray izay azo sary ihany no mpitandro ny filaminana teo an-toerana fa mbola nisy manampahefana maromaro ihany koa. Teo ny sefo distrika, ny komiseran’ny pôlisy, ny komandin’ny borigadin’ny zandary sy ny mpitandro ny filaminana hafa ihany koa nanao fanamiana sivily. Dikan’izany, teo ambany mason’izy ireo no nitranga ilay vonoan’olona izay nahatohina ny maro. Inona ny tena zava-nitranga? Satria ny olon’ny zandarimaria no azo sary fa teo an-toerana dia nisy avy hatrany ny fampitam-baovao avy amin’izy ireo. “Nisy ny fifamaliana teo amin’ny mpirahalahy izay monina tao Andapa. Tezitra tamin’izany ny iray ka nandoro ny tranon’ilay rahalahiny. Nitatra ny afo ka nahazo tranon’olona hafa ary niteraka hatezeran’ny mpiara-monina izany”, raha araka ny fanazavana azo. Natao ny fikarohana ilay olona ka voasambotra ny roa aprily lasa teo. Nangataka ny olona ny amin’ny hanaovana fitsaram-bahoaka ilay rangahy saingy tsy nanaiky izany ny rahalahiny fa niaro azy tamin’ny antsibe teny an-tanany. Ny mpitandro ny filaminana niaraka, izany hoe ny pôlisy sy ny zandary, koa dia niombon-kevitra ny amin’ny hiarovana ny ainy. Ny nangatahin’ilay rahalahiny izay may trano dia ny mba hitondràna ilay lehilahy eo anoloan’ny trano nodorany mba hahitany ny tsy mety nataony ary hanarina eo imason’ny olona. Tsy nampoizina mihitsy teo ny mety hisian’ny vonoan’olona, raha araka ny fanazavan’ny zandary hatrany, satria ilay rahalahiny dia niaro azy hatrany teny an-dàlana hizotra ho eo amin’ireo trano voatonona. Rehefa teo an-toerana dia asa izay nifamalian’izy mirahalahy indray fa nanomboka notsatohan’ilay rangahy tamin’ny antsibe tampoka ilay rangahy. Tao anatin’ny fotoana fohy aza dia nofirainy ny tendany ary maty tsy tsa-drano. Ny mpitandro ny filaminana sy ny manam-pahefana izany mbola variana nitazona ny olona tsy hihoa-pefy, ilay olona efa maty voafira teo ampovoan’ny olona marobe. Izay ny zava-nitranga araka ny fanazavan’ny zandary. Maninona no tsy nampiasaina ny basy nentina nampitahotra na nampijanona ny famonoana? Notohizan’ny tompon’andraikitra azonay fa raha natao izany dia olona tsy latsaky ny 15 no indray namoy ny ainy teo, satria marobe loatra ny olona nitangorona. Amin’ity tranga ity izany dia niaiky an-kolaka ny mpitandro ny filaminana fa voafitaka tanteraka tamin’ny fisian’ny vonoan’olona tampoka izay tsy noeritreretina. Nosamborina, mazava loatra, ny nahavanon-doza. Ilay sary mahakasika ny vonoan’olona dia nitety izao tontolo izao tao anatin’ny fotoana fohy omaly ary niteraka endrika ratsy ho an’ny firenena. Ny mpandraharaha amin’ny fizahan-tany aza dia efa manahy indray ny mety hisian’ny fidinan’ny isan’ny vahiny ho avy vokatry ny tranga toa ireny.

D.R

Midi Madagasikara123 partages

Cyclone Enawo : La diaspora de France au chevet des sinistrés

La maire Lalao Ravalomanana recevant hier l’enveloppe offerte par la diaspora de France.

La mobilisation porte déjà ses fruits. En effet, quelques jours après la visite en France de la maire d’Antananarivo Lalao Ravalomanana, la diaspora malgache de Toulouse et de Paris a offert une enveloppe destinée aux sinistrés du cyclone Enawo dans la circonscription d’Antananarivo-Renivohitra. C’est la maire Lalao Ravalomanana qui  a reçu hier cette enveloppe de la main d’une représentante de la diaspora. « C’est Dieu qu’il faut remercier à cette occasion où nos compatriotes de France témoignent leur solidarité envers les sinistrés du cyclone Enawo. Je les ai rencontrés lors de ma visite en France. Ils ont répondu à notre appel », a souligné la première magistrate de la ville.

TMMR. A en croire Jean Pierre Andrianarivony, l’enveloppe qui a été offerte hier à la maire Lalao Ravalomanana est le fruit d’une opération de collecte effectuée par les membres du TMMR (Tia Tanindrazana Miaraka amin’i Marc Ravalomanana) de Toulouse et de Paris. « L’action du TMMR ne s’arrête pas là. Et cette action ne sera pas limitée à l’endroit des sinistrés du cyclone Enawo. Cette diaspora pourra apporter sa contribution à la réalisation des programmes de la maire Lalao Ravalomanana », a précisé ce conseiller spécial à la CUA.

Recueillis par R. Eugène

L'express de Madagascar108 partages

Tourisme – Nosy-be vise haut pour 2017

Second souffle pour l’île aux parfums. L’office régional du tourisme de Nosy-be met les bouchées doubles.

Mis en place l’année dernière, le nouveau bureau de l’office régional du tourisme de Nosy Be ou ORTNB a pour première vocation de promouvoir la destination tout en rapprochant le ministère concerné avec les opérateurs locaux. Après le classement de l’île en tant que zone orange, il y a de cela quelques années, entraînant tout le marché du tourisme de cette région dans un avenir incertain, l’inauguration de ce bureau fut peut-être, l’une des pierres angulaires dans la reconstruction économique de l’île aux parfums. Avec le recensement des visiteurs non-résidents aux frontières de Madagascar, effectué par le ministère du tourisme pour l’année 2015 à hauteur de près de 250.000, et une estimation de plus de 72.000 touristes ayant visité Nosy-be la même année.L’île aux parfums représente à elle seule, presque le tiers du marché touristique national. Un chiffre qui, selon l’office, devrait encore augmenter pour cette année 2017. Une progression dans les chiffres que les acteurs touristiques nationaux, notamment le ministère ainsi que les opérateurs œuvrant dans la région comptent atteindre en privilégiant le recours à de nouvelles stratégies touristiques sans pour autant délaisser les formules qui ont déjà fait la renommée de l’ile.

PotentielOutre les stratégies classiques, pour ne citer que les différents festivals qui s’y tiennent, à l’instar de « mi-paques à Nosy be », le plus proche dans l’agenda, sans oublier le festival Donia qui se tiendra vers la fin du mois de mai pour cette année, le festival de tortues de Nosy Iranja, qui aura lieu entre le du 26 au 28 mai prochain ou encore le fameux Somaroho et enfin le salon du tourisme prévu pour le mois de juin, l’île aux parfums réserve encore d’au­tres surprises qui seront loin de déplaire aux touristes. C’est pour cette raison que l’office du tourisme de l’île a mis un point d’honneur à mettre en avant de nouveaux circuits sur des sites presque inexplorés de Nosy-be mais qui ont pourtant un fort potentiel en matière de tourisme culturel.On ne citera entre autres que la visite du mont Passot, les rituels sur l’arbre sacré, le village mythique de Marodoka, la fameuse route du Nord, les merveilles de Nosy Tanikely, de Nosy Komba et sa vanille ou encore les réserves naturelles intégrales de Lokobe.« À rappeler que l’objectif du million de touristes à Madagascar pour l’horizon 2020 reste encore difficile, mais pas impossible à atteindre. Raison pour laquelle il est primordial de redynamiser la destination Nosy-be entre autre stratégie dans la mesure où elle accueille, à elle seule, près de 30% des touristes à destination de l’île rouge », concluent les responsables de l’ORTNB.

Harilalaina Rakotobe

News Mada95 partages

Affaire décès à Befeletanana : des médecins et internes déférés au parquet

L’affaire relative à la mort d’une mère et de son nouveau-né survenue dans la maternité de Befelatanana au mois de février a éclaté au grand jour. Suite à une plainte déposée par la famille de la victime, des médecins et internes, qui ont assuré le tour de garde au moment où la femme a été hospitalisée, soit les 19 et 20 février derniers, ont été déférés au parquet hier.

«Non assistance à une personne en danger». Le chef d’inculpation des accusés sur cette affaire, composés de huit personnes, dont quatre du personnel soignant (une sage- femme, un médecin traitant, un anesthésiste et le médecin chef d’équipe) et quatre étudiants internes, tourne autour de ce motif. Après quelques heures d’audition, ces derniers ont pu reprendre leur travail dans la mesure où aucune décision n’a encore été prise par la Justice. En fait,  le dossier a été renvoyé à la Brigade criminelle (BC) d’Anosy pour complément d’enquête. Selon les informations, l’affaire ne sera remise entre les mains du parquet que ce jeudi.

Les étudiants inculpés dans cette affaire ont obtenu le soutien de leurs collègues, venus en masse au tribunal à Anosy pour cette cause. Ces derniers, par le biais du président de l’association des étudiants en médecine, Benjamin Rakotoarindimby, dénoncent l’implication des étudiants dans de telles affaires. «En tant que stagiaires, nous n’avons pas le droit de prendre des décisions dans les hôpitaux. Nous ne faisons que suivre les ordres du personnel soignant qui nous supervise et nous encadre», a fait entendre notre source.   A ce propos, les membres de la famille de la défunte, qui a perdu la vie et celle de son bébé en accouchant à Befelatanana, ont souligné n’avoir déposé aucune plainte à l’encontre des étudiants. Une déclaration attestée par leur avocat, le maître Willy Razafinjatovo, dit Olala.

Manifestation de solidarité de jour

Quoi qu’il en soit et quelle que soit la décision prise par la Justice concernant cette affaire, les étudiants comptent protester contre l’introduction de quelques-uns d’entre eux parmi les personnes enquêtées dans cette affaire.  Une manifestation allant dans ce sens, qui verra la participation de tous les étudiants en médecine à l’université d’Antananarivo, sera organisée ce jour à l’esplanade à Ankatso.

Fahranarison

 

Midi Madagasikara86 partages

Violence physique et morale sur des élèves : Possibilité de fermeture d’un institut privé d’Anjanahary

Un geste parfois supposé anodin pourrait coûter cher si cela est partagé et relayé sur les réseaux sociaux comme facebook. Et les « commentaires qui tuent » pouvant accompagner la publication ne feront qu’envenimer les choses ! C’est ce qui s’est passé à Anjanahary hier.  

La scène s’est déroulée à Anjanahary hier. Une jeune fille giflée, avec force, par son enseignante qui crie de toutes ses forces à une rangée d’étudiants attendant d’être frappée et forcée à s’agenouiller sur une véranda d’un institut privé. Filmée (et partagée sur les réseaux sociaux) par des étudiants du haut d’un autre bâtiment, la vidéo démontre une scène qui rappelle une époque révolue où les enseignants pouvaient encore frapper leurs élèves. Une vidéo virale qui a fait le tour de la toile et qui a provoqué une vive réaction des inconditionnels sur facebook qui ont déploré une maltraitance effectuée au vu et au su de tous. Et dans cette histoire, les commentaires ont été différents. Si d’un côté, certains facebookeurs ont accusé les autres responsables de l’institut d’être complices « d’un tel affront à l’égard des élèves », d’autres affirment que : « la génération actuelle a besoin de discipline, de fermeté ». Et que ce geste « peut leur servir de rappel ». Force est toutefois de rappeler que les causes qui ont conduit l’enseignante à se déchaîner sur ses élèves demeurent, jusqu’à l’heure où nous rédigeons, inconnues. D’ailleurs, la situation fait poser toutefois des questions sur ce qui s’est réellement passé pour que l’enseignante agisse ainsi.  

MEN. Le ministère de l’Education Nationale a lui aussi fait savoir son point de vue. En effet, dans un post via son compte facebook, le ministre Paul Rabary a fermement condamné le geste en arguant que « la violence physique envers les élèves n’est plus acceptée et acceptable de nos jours ». Le ministre de l’Education Nationale d’ajouter que le nom de l’institut est connu et que des mesures de sanction vont être prises à son encontre. « Lesdites mesures pouvant être le retrait de l’autorisation d’ouverture de l’institut ou encore le retrait de l’autorisation d’enseigner de l’enseignante », a enchéri Paul Rabary. Par ailleurs, une responsable auprès de cet institut a déclaré qu’ : « une enquête va être menée pour déterminer les raisons de cet agissement ». Cette dernière d’ajouter : « qu’une réunion avec les parents d’élèves sera bientôt organisée pour traiter de l’affaire ». Une fois de plus, les réseaux sociaux comme facebook ont démontré leur utilité dans la vie quotidienne. Car, de nombreux cas comme ce qui s’est passé à Anjanahary (et même parfois plus graves) existent sans que les responsables auprès du ministère de l’éducation ni les publics concernés ne soient au courant de rien.

José Belalahy

Midi Madagasikara86 partages

Renivohitra : Andian’olona mampiahiahy, mampitamby volabe mba hanoroana lalana azy

Ankadifotsy, Behoririka, 67ha, Analamahitsy … Amin’izao fotoana izao dia fantatra fa misy andian’olona mampiahiahy mampitamby volabe amin’ny olona mba hanoro lalana azy, mihaodihaody eto an-drenivohitra. Ary saika tovovavy mpianatra no fantatra fa tilian’izy ireto hatreto. Raha ny fitantarana isan-karazany anaty tambajotra sosialy ao, dia rangahy iray no manatona ilay tovovavy, mampiresaka. Milaza fa vahiny ary miangavy ny hanaovan’ity olona resahany ho mpitari-dalana azy eto an-drenivohitra. Volabe aman’hetsiny no voalaza fa sandan’izay saingy kosa dia tsy maintsy manaraka azy sy manoro azy ny toerana tiany haleha. Voalazany amin’izany fa mitondra fiara izy. Ka na io fiara mijanona tsy lavitra eo na lazainy fa maty any amina faritra an’anona ka mila mankany aloha. Miovaova ireo olona ireo ary miovaova ihany ny toerana « hanjonony » ireto tovovavy, saingy mitovy avokoa ny zavatra resahany dia izany « vahiny eto an-drenivohitra izany ka tsy mahalala izany atsimo sy avaratra ». Rehefa tena dinihana anefa ny firesany, araka ny fitantaran’ny tovovavy iray sendra ny iray tamin’izy ireo teny amin’iny faritra Ankadifotsy iny, dia tsy mitombina velively ilay hoe vahiny. Izany hoe raha sendra variana fotsiny amin’ilay mari-bola tononony dia manaiky avy hatrany. Ahitàna tranga isan-karazany tokoa eto an-drenivohitra, ary ny tsara indrindra anefa dia ny fahamailona sy ny fitandremana ihany. Tsy misy tandroka mantsy ny ratsy, hoy ny fitenenana izay. Tsy fantatra mazava ihany koa hatreto, izay tena tian’ireto andian’olona hatao amin’ity mampitamby volabe ho solona fanoroana lalana fotsiny. Zavatra toa tsy hitombina mihitsy fa tsy maintsy misy ambadika.

m.L

Midi Madagasikara79 partages

Ministère des Finances et du Budget : Un don de 10 millions d’Ariary pour les victimes d’Antsakabary

 Le personnel du Ministère des Finances et du Budget (MFB) a cotisé pour aider les six villages victimes des incendies d’Antsakabary. Quelques vêtements et un don de 10 millions d’Ariary ont été ainsi réunis et remis hier aux secrétaires de l’Episcopat, par le ministre des Finances et du Budget, Gervais Rakotoarimanana. « L’Administration publique a déjà contribué pour aider les six villages victimes des incendies d’Antsakabary. Cette fois, les employés de ce Département ministériel ont décidé d’agir à travers l’église. Il s’agit pour nous d’un acte de solidarité en tant que compatriotes. Nous savons très bien que ces victimes ont perdu leurs maisons, leurs patrimoines et leurs récoltes à cause des incendies. Pour eux, les membres du personnel du Ministère ont réuni jusqu’ici, 10 millions d’Ariary. Mais d’autres vont encore participer », a affirmé le ministre. De leur coté, les secrétaires de l’Episcopat ont noté que des religieux sont déjà en action pour aider les victimes d’Antsakabary et que ce soutien du MFB permettra d’intensifier ces actions. En outre, une rencontre entre le ministre et l’Evêque d’Ambanja est prévue, dans ce cadre. Pour les religieux, Madagascar doit prier pour qu’enfin règnent la paix et la sécurité.

Antsa. R

Midi Madagasikara79 partages

4×4 des députés : Suspendues à l’obtention des financements de la CBI

Des élus à l’Assemblée nationale s’insurgent contre les faramineuses dépenses de fonctionnement de certains membres du gouvernement.

Y aura-t-il une session extraordinaire de l’Assemblée nationale avant la première session ordinaire du mois de mai ? Des députés qui ont opté pour le silence ces derniers temps sur la revendication de leurs 4×4 commencent à hausser le ton face au train de vie de certains membres du gouvernement. Un député indépendant va jusqu’à dénoncer le ministre des Finances et du Budget Gervais Rakotoarimanana qui s’opposait fermement à l’octroi des voitures tout terrain aux députés, alors qu’il a actuellement à sa disposition quatre voitures dont une Toyota V8, une Audi Q5, une Audi Berline et tout récemment une Mitsubishi 4×4. D’après certains députés, le Grand Argentier leur aurait promis après la Conférence des Bailleurs et des Investissements organisée à Paris en décembre 2016 de donner suite à leurs revendications. Jusqu’à présent, rien n’a été fait. Le ministre Gervais Rakotoarimanana aurait affirmé que 2 milliards de dollars sur les 10 milliards de dollars promis à Paris pouvaient être déjà utilisés.

Cause commune. Pour les 151 députés à l’Assemblée nationale, la revendication des 4×4 constitue une cause commune. Seulement, les élus pro-régime ont essayé de calmer le jeu faute des moyens financiers, motif évoqué par l’Exécutif, en particulier par le ministre des Finances et du Budget, pour justifier son incapacité à répondre aux attentes des députés.  La première session ordinaire de l’Assemblée nationale de cette année 2017 s’annonce donc mouvementée. Cette session débutera le premier mardi du mois de mai. La revendication relative aux  4×4 ne serait pas le point chaud que les députés pourraient évoquer durant la session. Le remaniement ou le changement de l’actuel gouvernement serait également remis sur le tapis. Certaines sources indiquent que ce remaniement ou ce changement pourrait intervenir avant le mois de mai. Nombreux sont d’ailleurs les membres du gouvernement qui méritent d’être « remerciés » faute de résultats probants dans la gestion de leurs ministères. En tout cas, force est de constater que les dirigeants pataugent dans leurs actions pour la relance de l’économie. Cette dernière a du mal à décoller après une transition de cinq ans. Les bailleurs de fonds traditionnels ne seraient pas chauds pour débloquer leurs financements à cause du nouveau choix des dirigeants qui se tournent actuellement vers l’Asie (Chine) pour trouver de l’argent.

R.Eugène

Midi Madagasikara71 partages

Mpiteraka maty tao Befelatanana : Mitohy ny famotorana, lavin’ny mpianatra dokotera ny fanenjehana ny namany

Nivory nanemotra ny Lapan’ny Fitsarana Anosy  omaly ireo mpianatra avy ao amin’ny sampam-pianarana Médecine eny amin’ny Oniversiten’Antananarivo noho ny fisian’ny naman’izy ireo voarohirohy amin’ilay raharaha vehivavy maty niteraka tao amin’ny Hopitaly Befelatanana ny volana martsa lasa teo. Nitory moa ny fianakavian’ny maty ka ny sampana misahana ny heloba bevava ao amin’ny Polisim-pirenena (BC) Anosy no nandray an-tanana ny raharaha.

Taorian’ny famotorana dia olona valo no natolotra ny Fitsarana omaly ka ny efatra dia mpianatra (3 mpianatra ho mpandidy, 1 mpianatra dokotera taona faha-8). Tsy fandraisana andraikitra na fanaovana an-tsirambina tamin’ny fikarakarana ity vehivavy maty ity na  “non assistance à une personne en danger” no hanenjehana azy ireo.

Tao aorian’ny fanadihadiana anefa dia nanapa-kevitra ny Fampanoavana fa averina eo anivon’ny BC ny raharaha satria nitaky ny hanaovana famotorana ireo rehetra niasa nandritra ny telo andro nidiran’ity vehivavy ity teny amin’ny hôpitaly ny mpitsara.

Eny Ankatso. Na eo aza izay fanapaha-kevitry ny Fitsarana izay dia milaza ny hanao fitokonam-be na “sit-in” eny Esplanade Ankatso ny fikambanan’ireto mpianatra ho mpitsabo ireto anio Talata manomboka amin’ny 9 ora maraina ho fanoherana ny fampidirina ny mpikambana ao aminy amin’izao raharaha izao. “Mpanatanteraka baiko fotsiny ireo ka tsy tompon’andraikitra velively”, hoy Rakotoarindimby Benjamin, filohan’ny fikambanana.

T.M.

L'express de Madagascar64 partages

Développement local – L’Approche Reflect comme outil

La participation effective de la population dans les projets de développement, implique de bonnes stratégies d’approche. Celles-ci sont souvent négligées.

Autonomie et valorisation des acquis. Des concepts expliqués de long en large par l’association JePTD (Jeunes potentiels et techniciens pour le développement) lors d’une formation en approche Reflect (REgenerated Frerian Literacy through Empowering Community) pour un organisme rattaché au ministère de l’Agriculture et de l’élevage, la semaine dernière à Vontovorona. D’après les membres de l’association, ayant, notamment des expériences en gouvernance et promotion d’une éducation de qualité, cette approche n’est pas nouvelle mais seulement méconnue.« L’approche Reflect vise la participation significative des communautés locales dans les décisions affectant leur vie. Elle a été basée sur ce qu’on appelle éducation libératrice, c’est-à-dire qu’elle permet une autonomie et valorise les acquis et les spécificités de chaque acteur dans la communauté. Il s’agit de vivre et d’analyser des situations collectives vécues par les acteurs de la communauté qui deviennent des participants, car ils participent au changement, au développement », explique, l’un des membres, Rivo Pascal Randria­natoandro, à la fois formateur. Les outils d’analyse sont créés par les participants eux-mêmes, car ils les vivent au quotidien.Nombre de projets de développement se sont soldés par des échecs d’après l’appréciation des formateurs de l’association JePTD, du fait que le développement ne provient pas des réels besoins et inspirations de la population locale. « Celle-ci les subit, dans la plupart des cas, car les projets sont, soit imposés par les autorités, le gouvernement, soit ce sont des promesses lors des propagandes communales », continue encore le formateur.

En cercleLe Reflect est une approche à l’apprentissage et au changement social qui s’inspire des concepts  de l’éducation des adultes du brésilien Paolo Freire et des outils de la méthode accélérée de recherche participative (MARP). Depuis, elle est utilisée dans des projets de développement économique tels que l’élevage, l’agriculture, l’insertion professionnelle des jeunes et des femmes, la mise en place d’activités génératrices de revenus ou encore d’infrastructures locales. L’idée est de mettre les participants en cercle, traduit par un espace où les participants se sentent à l’aise pour se réunir et discuter des questions importantes amenant à des changements de vie, à travers le renforcement de leur habileté à communiquer et à porter des analyses critiques de leur environnement.

Mirana Ihariliva

Midi Madagasikara64 partages

Le règne de la barbarie et de l’intolérance

Allons- nous continuer à voir ces scènes de vindicte populaire se produire sans aucune réaction des pouvoirs publics ?  Le paroxysme a été atteint avec cette mise à mort atroce d’un incendiaire par son frère à Andapa. Les images de la décapitation et de la mutilation du coupable diffusées sur les réseaux sociaux  choquent au plus haut point  notre sensibilité. Les condamnations des différentes autorités au plus haut niveau semblent vaines lorsqu’on assiste à des actes aussi atroces.

Le règne de la barbarie et de l’intolérance

Le ministre de la Défense, le secrétaire d’état en charge de la gendarmerie et le ministre de la Sécurité Publique ont beau dire que les actes de vindicte populaire sont inadmissibles et qu’ils seront punis sévèrement par la loi, la pratique s’est banalisée et est tolérée par les autorités locales. La scène qui a choqué tout le monde s’est produite devant une foule complice et des forces de l’ordre sans réaction. Un membre éminent du barreau a dit sur une chaîne de télévision privée que la population ne peut pas être poursuivie car il peut  s’agir d’un cas de légitime défense.   Comme nous l’avions dit à maintes reprises, cette justice populaire qui s’applique facilement est le signe d’un divorce entre  les membres de la société et les pouvoirs publics. Ces derniers préfèrent agir eux-mêmes et faire prévaloir leur propre justice  car ils n’ont plus confiance dans l’Etat  censé les protéger. Aujourd’hui, ils ne s’embarrassent plus de cette humanité et de ce sens de la mesure qui caractérisent les Malgaches. On revient à ces « dina » qui  appliquent une justice sanglante et faisant appel aux instincts les plus primaires des justiciables. Dans certaines régions, elles ont force de loi et tout le monde s’y plie. Aujourd’hui, au début du XXIe siècle, doit- on revenir à une justice qui applique  la loi du Talion ?  Les Malgaches sont  connus pour leur sens du « fihavanana » et de la tolérance. Dorénavant, si ces actes sanglants  se renouvellent et on en prend le chemin, Madagascar sera le pays de l’intolérance et de la barbarie.

Patrice RABE

Midi Madagasikara63 partages

Suspension de maires : « Nous sommes face à un Etat lâche », lance le Mapar

Trois maires suspendus, trois maires des Communes urbaines de Mahajanga, de Toamasina et de Port Bergé. Mais surtout, trois maires élus sous les couleurs du MAPAR. Avec de tels agissements, l’Etat remplit toutes les conditions pour mettre en colère les membres de ce parti, dont la députée élue à Mahajanga, Rahantanirina Lalao dite Nina.

Vote. Le Premier ministre et ministre de l’Intérieur et de la Décentralisation, Mahafaly Solonandrasana Olivier a été catégorique le week-end dernier à Port Bergé où il a déclaré que « l’Etat ne pouvait prendre la décision portant suspension du Maire (de Port Bergé) si le Conseil Municipal n’avait pas donné son feu vert ». Effectivement, l’exécutif ne pourrait déclencher cette action sans le vote majoritaire du conseil municipal ou communal. Le juriste Ranesa Firiana a expliqué, sur une station radio privée que « la suspension d’un maire ne peut être plausible que s’il a commis une faute grave dans la gestion de la commune. Pour cela, il doit en être notifié ». Et lui de continuer que « si le conseil municipal/communal procède à cela à travers un vote, un rapport y afférent doit être remis au représentant de l’Etat et c’est le ministre de l’Intérieur et de la Décentralisation qui est seul compétent pour prendre un arrêté relatif à la suspension du maire laquelle ne  peut excéder un mois »  

Calculs politiques. Par rapport à cette manœuvre du régime de biaiser d’ores et déjà les élections présidentielles de 2018, la députée de Mahajanga Nina, lors d’une conférence de presse du Mapar à Ambodivona hier, a dénoncé un « calcul politique ». En effet, selon elle, « ce qu’ont fait les membres du Conseil municipal de la commune de Mahajanga est illégal. Leur égocentrisme  a pris le dessus ».   De surcroît, comme l’a décrit la députée hier, « les membres du Conseil municipal ont exigé une demande d’explication de la part du Maire Mokhtar Andriatomanga à travers une lettre ». Pour le Mapar, une chose est certaine : « nous sommes face à un Etat lâche car tous ceux qui ne sont pas du même avis que le régime risque d’être mutés ou suspendus. Cela fait peut-être partie de sa stratégie pour les prochaines élections présidentielles en 2018 ».

Délégation spéciale. Pour en revenir aux explications du juriste Ranesa Firiana, le Président de la République pourrait signer la destitution d’un maire. « Le Premier ministre est en droit d’apprécier que le maire suspendu ne doit pas encore reprendre son poste après l’expiration du délai d’un mois imparti par l’arrêté du ministre de l’Intérieur. Dans ce cas, il peut prolonger cette suspension pour deux mois. Pendant ce temps, l’affaire doit être portée devant la justice. Si la justice condamne le maire, un décret pris en conseil des ministres valide sa destitution », explique-t-il. Dans ce cas, c’est la personne qui figure sur la deuxième liste qui prend le relais. Au cas où la liste serait épuisée, « la nomination d’une délégation spéciale s’impose », conclut le juriste. A suivre.

Aina Bovel

Madagascar Tribune62 partages

Claudine Razaimamonjy arrêtée

La milliardaire Claudine Razaimamonjy, propriétaire entre autre de l’hôtel 5 étoiles AC à Ivato a été arrêtée par les forces de l’ordre le 03 avril 2017 vers la fin de soirée à Mahamasina, à la sortie d’un match de basket d’une équipe dont elle est la propriétaire. Elle a été emmenée à Ambohibao à destination des locaux du Bureau indépendant anti-corruption (BIANCO) où elle a déjà refusé de répondre à deux convocations. Raison pour laquelle, le BIANCO a demandé assistance aux forces de l’ordre pour son interpellation.

Officiellement, elle devrait être entendue sur l’affaire dite d’Ambohimahamasina, cette localité rurale dans la région Haute Matsiatra où des soupçons de corruption pèsent sur elle et sa société dans le cadre de la réhabilitation d’un bureau de la commune pour un montant de quelques 400 millions d’Ariary, subvention spéciale accordée par le ministère de l’Intérieur à la commune. Une somme astronomique par rapport à cette localité rurale et surtout par rapport à ce qui a été réalisé. Quelques inspecteurs généraux de l’Etat (IGE) ont mené l’enquête et dénoncé l’affaire. Selon les notes de l’IGE, le maire d’Ambohimahamasina a noté qu’il a « constaté (la somme) dans le compte de la commune le 20 octobre 2014, puis on l’a obligé de le transférer à un autre compte dont il ignore le propriétaire. Il a refusé mais un ordre d’en haut lieu est arrivé ». Les enquêtes de l’IGE datent d’octobre 2015. Et quelques temps après la prise de fonction de Mahafaly Solonandrasana Olivier, le 09 mai 2016, les inspecteurs d’Etat qui ont dénoncé cette affaire ont été sanctionnés. Décision de sanction signée par le Président de la République.

Tia Tanindranaza58 partages

Manohana adverseran-dRajaoNosamborina i Claudine A&C

Ny tantara dia mbola mitohy ! Nosamborin’ny Birao Mahaleotena miady amin’ny kolikoly teny Mahamasina omaly tolakandro Razaimamonjy Claudine, ilay mpandraharaha vavy tompon’ny hotely AC eny Ivato ary malaza ho olona akaiky ny filoham-pirenena Hery Rajaonarimampianina.

 Avy nijery baolina baskety, nanotrona ny ekipany TMBB tao amin’ny Lapan’ny fanatanjahantena izy no nandrasan’ny olon’ny Bianco nampian’ny zandary teo ivelany. Somary nampiaka-peo ihany ramatoa, saingy efa nivonona tamin’ny zava-drehetra koa ireo mpamita iraka. Nampidirina tao anaty 4x4 izy ary nentina avy hatrany nihazo an’Ambohibao misy ny foiben-toeran’ny Bianco hatao famotorana. Ny loharanom-baovao iray no milaza fa tohin’ny raharaha Ambohimahamasina, kaominina ambanivolo any Ambalavao Tsienimparihy nisian’ny famindrana volam-bahoaka ho amina kaontin’olon-tsotra tamin’ny fomba tsy mazava no antony, izay efa niantsoana azy teny amin’ny Bianco hatao famotorana niaraka tamin’ireo Ben’ny tanàna roa lahy sy Tale iray ao amin’ny minisiteran’ny Atitany saingy tsy nipoitra izy. Navotsotra ihany koa moa ireto farany rehefa tonga teny amin’ny Fitsarana ny raharaha. Tena izy sa sinema ity fisamborana ity ? Betsaka no midera ny fahasahian’ny Bianco mampiseho fa misy finiavana hamongotra ny kolikoly ataony. Tsy vitsy koa anefa no mametra-panontaniana hoe : kisendrasendra sa nokajiana ho tamin’izao fotoana izao mihitsy ity fisamborana an-dRazaimamonjy Claudine ity mba hanodinana ny saim-bahoaka, manoloana fiakaran’ny feo taorian’ny fampiatoana nisesy Ben’ny tanàna tsy miara-dia amin’ny fanjakana toy ny tao Port-Bergé, Mahajanga sy Toamasina. Teo koa ny raharaha Antsakabary, manginy fotsiny ny tsy fandriampahalemana sy ny fitsaram-bahoaka, ary koa ny fidangan’ny vidim-piainana. Sa tena izy, mba hanaovana pi-maso amin’ireo mpamatsy vola, hivoahan’ilay volabe 10 miliara dolara nanaovana laza masaka hatramin’ny desambra 2016, nefa hatramin’izao tsy hita hantenaina, nefa tsy very hafoy ? Loharanom-baovao hafa koa no mitatitra fa mikasa hanohana kandida hafa hifaninana amin’i Hery Rajaonarimampianina ity mpandraharaha ity amin’ny fifidianana filoham-pirenena amin’ny 2018 ka dia faizina. Tompon’andraiki-panjakana ambony maro no hisaringotra amin’ity raharaha ity, raha mandeha tsy misy teritery tokoa ny famotorana, ary mety ho io no lalana hanesorana amin’ny toerany ny praiminisitra Solonandrasana Mahafaly Olivier, izay efa hirahirain’ny zanak’i Sofia rahateo. Vao voasambotra moa i Claudine Razaimamonjy omaly hariva dia nanapa-kevitra ny hanidy tanteraka ny hotely AC teny Ivato ny mpitantana tao, noho ny tahotra sao misy mandroba"

Jean D.

Midi Madagasikara51 partages

Trafic de bois de rose : Les Etats-Unis satisfaits de la décision du tribunal de Singapour

L’ambassade des Etats-Unis acueille avec satisfaction la décision du tribunal de Singapour accusant de trafic un importateur de bois de rose de Madagascar. Selon le communiqué remis à la presse, « nous tenons à remercier le gouvernement malagasy pour le rôle qu’il a joué et qui a permis d’obtenir une issue positive de cette affaire, et nous espérons qu’une enquête approfondie et une poursuite soient menées consécutivement contre les exportateurs de bois de rose, complices de ce trafic répréhensible des précieuses ressources naturelles de Madagascar ».

Recueillis par Domnique R.

L'express de Madagascar49 partages

Intégration – Les entreprises recrutent peu d’aveugles

Malgré  leurs capacités et les nombreux efforts effectués par la Fédération des associations des aveugles à Madagascar, le taux de recrutement des personnes mal ou non voyantes au sein des entreprises ou sociétés reste encore très faible. Des rencontres et négociations, suivies de sensibilisations des personnes responsables sont déjà initiées depuis la première phase du projet « Voatra Asa », dont l’objectif est d’intégrer les personnes qui ont un problème  de vue dans le monde socioprofessionnel. Mais le résultat demeure  insatisfaisant.Afin d’accroître le niveau de vie des personnes mal ou non voyantes, le projet a décidé de consacrer une grande partie de son activité à la formation professionnelle  et la donation de matières premières pour permettre à ces personnes de vivre avec le maximum d’indépendance.« Seule la moitié des soixante-dix personnes non et mal voyantes enregistrées à Antsirabe ont des activités génératrices de revenus stables. Cette réalité nous a donc poussés à avancer dans le volet formation », note Haingo Ratobimiarana, coordonnateur de Voatra Asa, un projet présent dans les régions Vakinankaratra, Amoron’i Mania, Matsiatra Ambony et Atsimo Andrefana.Les personnes qui ont suivi une formation en artisanat et en agriculture- élevage ont été donc dotées de matériels et de matières premières. Des formations en gestion et entreprenariat ont été aussi organisées à l’endroit de ceux qui ont déjà des activités stables.Plus de 640 personnes mal ou non voyantes sont recensées dans les zones d’activité du projet, et 250 d’entre elles bénéficient de son  aide et de son appui. Afin de pouvoir toucher le maximum de bénéficiaires et dans l’objectif de les intégrer dans le domaine socioprofessionnel et éducatif sans discrimination, le projet Voatra Asa a organisé un atelier de  présentation de son activité dans la région Vakinan­karatra, vendredi dernier. Tous les responsables et acteurs locaux ont été présents à cette rencontre qui vise à sensibiliser et à mobiliser ces responsables à participer à cette lutte que les personnes mal ou non voyantes ont toujours menée.

Angola Ny Avo

Madagascar Tribune48 partages

Les dockers journaliers déposent une plainte contre le gouvernement à l’OIT

La Fédération internationale des ouvriers du transport (ITF) au nom des travailleurs du port de Toamasina et de leur syndicat, dépose auprès de l’Organisation internationale du travail (OIT) une plainte contre le gouvernement malgache. D’après Steve Cotton le secrétaire général (SG) de l’ITF, elle fait suite au refus du gouvernement malgache de se conformer et de respecter le droit du travailleur de s’affilier à un syndicat. Quarante trois (43) dockers au port de Toamasina ont été licenciés selon ITF, pour cause d’affiliation à un syndicat dans l’optique d’améliorer leurs conditions de travail et leurs rémunérations. A noter que ces dockers travaillent à heure fixe et pourtant ils sont payés à la pièce ; autrement dit, ils sont payés en fonction des conteneurs à traiter -encore faut-il qu’il y ait des conteneurs et ils gagnent à peine 132 000 Ar , environ 40 USD par mois. Le syndicat et les dockers ont intenté une action en justice et ont obtenu gain de cause. Mais la décision de justice n’a pas été exécutée par leur employeur ; aucun des 43 dockers licenciés n’a été réintégré et l’ITF interpelle le ministère de tutelle des travailleurs et le gouvernement pour qu’ils interviennent en faveur de cette décision de justice. A cet effet, une lettre/pétition adressée au ministre malgache du Travail est rédigée dans le site https://www.justicefordockworkers.org/francais.

Pression sur le gouvernement

Le SG de l’ITF prévient le gouvernement malgache : « Nous n’avons pas agi à la légère. Si le gouvernement malgache ne réintègre pas les travailleurs licenciés, il s’exposera à l’opprobre de la communauté internationale pour son non-respect des droits humains fondamentaux. L’île de Madagascar est confrontée à de nombreux défis après son retour à la démocratie il y a quelques années à peine. Le gouvernement doit montrer au reste du monde qu’il respecte les droits humains fondamentaux et la justice. Beaucoup de géants de l’habillement ont des ateliers à Madagascar, et suivront la situation de très près » a déclaré M. Cotton.

Le Président de l’ITF et de la Section des dockers de l’ITF, Paddy Crumlin, ajoute que les syndicats du monde entier soutiennent ces 43 travailleurs. « Le gouvernement doit comprendre que les syndicats du monde entier soutiennent ces travailleurs et n’auront de cesse tant que justice n’aura pas été faite. L’ITF coordonnera l’intensification des actions pour faire comprendre au gouvernement qu’il doit intervenir pour faire réintégrer ces travailleurs. », a expliqué M. Crumlin.

Le dépôt de cette plainte fait suite aux manifestations organisées le mois dernier devant les ambassades malgaches du monde entier en solidarité avec les 43 dockers licenciés.

Le port de Toamasina est le principal point de sortie pour l’exportation de produits textiles : 360 millions de dollars vers l’Europe, 100 millions de dollars vers l’Afrique du Sud et 60 millions de dollars vers les États-Unis. De grandes marques internationales s’approvisionnent à Madagascar – dont Levi Strauss.

Un docker journalier peut espérer un salaire quotidien maximum de 9,24 USD, environ 30 500 Ar, en rémunération à la pièce – et encore faut-il qu’il y ait des conteneurs ce jour-là. En effet, bien que leur horaire soit fixe, les journaliers ne sont payés que lorsqu’il y a des conteneurs à décharger. Ils ne peuvent accepter d’autres missions à cause de cet horaire fixe, alors qu’ils ne toucheront peut-être aucun salaire. Certains journaliers travaillent depuis 20 ans en étant rémunérés à la pièce, et n’ont jamais vu l’ombre d’une augmentation de salaire. Talata Gabriel, l’un des dockers licenciés, a déclaré : « J’ai rejoint le syndicat pour me battre pour mes droits, pour obtenir ce que nous méritons en tant que dockers. Je n’ai jamais reçu la moindre augmentation de salaire alors que je travaille sur les docks depuis 1995. »

Tia Tanindranaza46 partages

Vono olona etsy sy eroaEfa tsy voafehy intsony

Mahavalalanina ny zava-misy eto amin’ny firenena. Mbola tany misy lalàna ve eto Madagasikara sa efa tena fanjakan-jiolahy mihitsy no mihatra sy tiana hampiharina eto ?

 Toy ny mampirisika ny olona hanaotao foana ny fihetsiky ny mpitondra, izay hita ho miraviravy tanana manoloana ny zava-doza mitranga eny amin’ny fiarahamonina, raha tsy hilaza afatsy ny fitsaram-bahoaka sy ny endrika fandatsahan’aina samihafa. Lasa resabe indray ilay vono olona imasom-bahoaka notazanim-potsiny tany Andapa ny alahady lasa teo. Fandatsahana ain’olona ankitsirano eo imason’ny vahoaka sy ny mpitandro ny filaminana roa tonta dia ny polisy sy ny zandary miampy solontenam-panjakana tamin’ny alalan’ny lehiben’ny distrika, kanefa dia toy ny mijery fampisehoana fotsiny ny zandary. Fanazavana mifantoka amin’ny tena zava-niseho no ezahina haparitaka, ka hilazana fa tsy fitsaram-bahoaka no nisy fa adin’ny mpirahalahy nifamaly faty. Tsy any  ny adihevitra ary toa fanarontsaronana ny fialana andraikitra sy fanadiovan-tena no tian-katao. Tsy mba misy ny fiaikena ampahibemaso fa tsy nahavita ny adidy tokony hataony ny mpitandro ny filaminana, ka nahatonga iny zava-doza iny hitranga. Vao ny 29 martsa no nanao kabary fananarana ny rehetra ny minisitry ny fiarovam-pirenena jeneraly Béni Xavier Rasolofonirina. Nananatra ny zandary mba hitandrina sy ho mailo ary hahay mandray andraikitra, hahatonga ny zandary ho filamatra ny jeneraly Paza Didier Gérard, Sekreteram-panjakana miadidy ny zandarimariam-pirenena ny faran’ny herinandro. Ny lehibe mihitsy no efa tsy misy mpanaraka ny baikony sa ny zandary mihitsy no efa tsy mahalala ny tokony hataony ? Hifampiaro indray izany ny mpitandro filaminana fa tsy hisy ny fandraisan’andraikitra, ka hisian’ny fanasaziana ireo mpitandro filaminana.

Toky R

Tia Tanindranaza46 partages

Gadra politikaMitsipaka ny hisamborana an-dRavalomanana

Na dia nampigadra ny tenako aza ny fitondrana Ravalomanana dia fitsipaham-pitokisana ny fandraisanay gadra politika ny fisamboran’izao fitondrana izao azy, hoy ny filohan’ny fikambanan’ireo gadra politika, Henri Rakotomalala na Riribe.

 Izao fitondrana izao ihany mantsy no nampiditra azy teto. Ny filankevi-pirenena misahana ny fampihavanam-pirenena no tokony hatsangana faran’izay haingana, mba hirosoana amin’ny fampihavanana tena izy. Amin’izao herintaona sy tapany mialoha ny hiafaran’ity fitondrana ity izao dia tsy tokony hisy intsony fisamborana mpanao politika na kandida amin’ny fifidianana satria hiteraka savorovoro ary mety hampihemotra ny fampandrosoam-pirenena.  Tafiditra ao anatin’izany ny raharaha ao Mahajanga sy Toamasina ary Port Bergers. Mila mailo amin’ny mpiara-miasa akaiky aminy ny filoham-pirenena fa misy manoro vohony ao.

Mirija

Orange Madagascar44 partages

12ème édition de THB Tour à Antsirabe !

Comme chaque année, le coup d’envoi du THB Tour se fera à Antsirabe, le week-end de Pâques prochain, et pour 03 jours de festivités. « La dernière édition à Antsirabe a réuni 100 000 personnes sur le site de THB Tour, et cette année, nous n’en attendons pas moins » annonce Setra Ramanankoraisina, responsable évènements et sponsoring du Groupe STAR. La grande innovation de cette année sera l’occupation de de toute l’avenue de l’Indépendance pour une meilleure maîtrise de la sécurité et de la propreté du site.

Les 15, 16 et 17 avril prochain, le THB Tour entamera sa 12ème édition. Le week-end de Pâques étant un moment privilégié en famille, en plus de l’habituelle aire THB, un espace famille sera aménagé sur l’Avenue de l’Indépendance, avec diverses boissons hygiéniques, des jeux et animations gratuites au cours desquels des lots seront à gagner. Pour offrir un maximum de confort aux consommateurs, les espaces de consommation pour chaque point de vente seront élargis. En termes d’ambiance, humour, musique, danse et animations seront au programme. Le public pourra participer aux concours de chorégraphies et de cover en s’inscrivant gratuitement par sms. Les gagnants de ces animations recevront entre 50 000 ariary et 400 000 ariary ainsi que divers lots.

Les festivités commenceront par la grande caravane le samedi 15 avril, partant de l’Usine des Brasseries STAR à 10h30, puis passera par Mahazoarivo, Tsena Sabotsy, Antsena kely et se terminera à la gare. Les cyclo-pousses, les chevaux de la Ville d’Eau, les partenaires et des pom-pom girls participeront à cette grande caravane, animée par des danses et des flash-mob. L’après-midi sera consacrée à l’animation avec le duo humoristique Fou Hehy, avant la montée sur scène de Arnaah et Big Mj. Pour la deuxième journée du dimanche 16 avril, la scène accueillera en première partie Pit Leo et Mr SAYDA dans une ambiance urbaine (roots, rap et reggae), avant de laisser place à Nina’s dans la soirée pour un rythme plus « mafana » et tropical. Quant à la troisième journée, elle commencera par une animation DJ dès 10h, suivi de diverses animations et du grand spectacle du Lundi de Pâques avec Lôla à l’affiche. L’ambiance discothèque tous les soirs, et les animations DJ en journée seront assurées par DJ Nicky et DJ Sniper.

Depuis plus de 10 ans, chaque édition du THB Tour Antsirabe est un rendez-vous culturel incontournable pour les habitants d’Antsirabe et des villes voisines afin de passer des moments conviviaux entre amis ou en famille. Comme à l’accoutumée, la sécurité sera fortement prise en compte durant les trois jours sur tous le site, avec la mise en place d’un dispositif de sécurité spécifique comprenant des éléments des forces de l’ordre et des agents de sécurité civile. La Croix Rouge Malagasy sera également sur les lieux comme toujours. Cette année, Salto et Orange se sont joints à l’évènement et une fois de plus, l’équipe organisatrice promet encore plus d’animations et de convivialité.

L'express de Madagascar43 partages

Exposition -« Ethno Graffity », une rencontre de rue

Une exposition de street art géante s’invite à l’Is’Art Galerie. Taka Andrianavalona et Miora Mickaëlla promettent de régaler les pupilles avec des œuvres inédites.

Ils pratiquent leur art avec passion. Et c’est cette passion que Taka Andria­navalona et Miora Mickaëlla réservent au public de l’Is’Art Galerie Ampasa­nimalo, dans le cadre d’une exposition intitulée «Ethno Graffiti », du 6 au 27 avril 2017.L’évènement est initié par l’association la Teinturerie et l’Is’Art Galerie. Graffitis et peintures seront ainsi à l’honneur.  Adeptes du street art, de la peinture et de l’art contemporain urbain, ces deux artistes expriment leur talent à travers plusieurs moyens. « Je suis un peintre graffeur. Dans cette exposition, j’utilise la toile comme support pour exprimer des scènes de rue.  Je transpose des scènes de la vie quotidienne,  pour faire entrer le street art en galerie », confie Taka Andrianavalona.Pour ce faire, l’artiste récupère tissus, magazines, journaux et objets comme les coquillages ou les boutons pour les intégrer à la peinture acrylique et le spray. Une technique qui permet de combiner de manière vibrante les couleurs de la vie, faisant écho à la très colorée culture malgache. Taka et Miora n’hésitent pas à user de bombe et de peinture sur divers matériaux, murs, briques, toiles qu’ils mettent en valeur avec leurs graffitis.

Art à part entièreCollectionneurs et passionnés d’art urbain depuis quelques années, ils expriment aujourd’hui la volonté de pérenniser une exposition permanente de leur collection.Par nature, mouvant et en constante évolution, le graffiti est aujourd’hui devenu un art reconnu. Depuis déjà quelques dizaines d’années, l’art urbain s’est approprié le plus grand musée du monde : la rue. On constate ainsi que l’art n’émerge pas seulement par le haut de la société, mais aussi par le bas. Il représente ainsi un éventail de dialogues ouverts et multiples, comme le nombre d’artistes appartenant à ce courant, et c’est de cette façon qu’il s’inscrit dans l’histoire de l’art.Bref, les murs ne sont plus les mêmes depuis que les artistes urbains les ornent de graffitis.

Sitraka Rakotobe

Midi Madagasikara41 partages

Emergence : Conférence internationale à Abidjan

La mise en œuvre du plan d’Emergence est le thème de la Conférence Internationale sur l’Emergence Internationale de l’Afrique (CIEA) qui s’est tenue du 28 mars au 30 mars à Abidjan, Côte d’Ivoire.

 Les Chefs d’Etat et Présidents d’Institutions se sont exprimés sur ces problématiques de développement. La CIEA en est à sa deuxième édition après celle de 2015. Le PNUD a été le co-organisateur de cette Conférence avec le gouvernement de Côte d’Ivoire.

Economique. Le nombre impressionnant de participants venus des pays d’Afrique et du monde entier souligne l’importance de l’émergence de l’Afrique. Dans son discours d’ouverture, Helen Clark, administratrice du PNUD a soulevé que « l’émergence de l’Afrique contribuera grandement à la réalisation du programme 2030 et de l’Agenda 2063 qui traduit l’approche visionnaire de l’Union Africaine. L’émergence devrait non seulement accroître le PIB par habitant mais promouvoir aussi le développement humain au sens le plus large ». Les thèmes et les débats développés lors de cette Conférence ont été plus économiques, loin des thèmes abstraits souvent développés traditionnellement lors des rencontres internationales. Trois axes principaux ont orienté les débats. Premier point, expliquer dans quelle mesure l’émergence est en cours sur le continent. Deuxième point, prendre note des défis qu’elle suscite. Enfin troisième point, suggérer des actions stratégiques qui seraient propices à de nouvelles avancées.

Croissance accélérée. Ces thèmes avancés sont donc d’une importance capitale pour mieux orienter les stratégies de croissance accélérée en vue de l’émergence des pays africains. Cette émergence se traduit par la transformation rapide des économies impliquant le glissement des emplois de l’agriculture traditionnelle vers l’agriculture modernisée, et vers les secteurs non agricoles. Les pays comme l’Ethiopie, le Ghana, le Rwanda se diversifient à un rythme accéléré grâce notamment à la mise en place de Special Economic Zones. Madagascar, en juin 2015 a aussi été sensibilisée par le PNUD lors des ateliers au Carlton Anosy qui ont vu la présence d’Helen Clark, pour rejoindre ce grand mouvement d’émergence. A ce jour, difficile de comprendre l’absence à deux reprises de Madagascar aux éditions de la CIEA. 

Tournant. Holijaona Raboana, initiateur de ce programme à Madagascar depuis deux décennies, estime que l’initiative des pays africains soutenue par le PNUD, la BAD et la Banque Mondiale marque un grand tournant vers une approche innovante des techniques économiques. Poussés par les bailleurs de fonds depuis une décennie, certains pays d’Afrique se sont accrochés à ce nouveau concept et en sont devenus des leaders en termes de réformes et de performances économiques en 2017. Ces réformes se traduisent par des mesures permettant au pays de diversifier leurs économies sur le plan industriel et en termes d’exportation. Quelques pays d’Afrique sont encore à la traîne et Holijaona Raboana, Président d’Emergence de Madagascar, de souligner que Madagascar peine à amorcer son émergence. Le Fondateur d’Emergence de Madagascar insiste qu’avant d’entamer ce type de programme, il est fondamental de bien étudier le meilleur équilibre des avantages entre l’Etat Malagasy, les IDE et la population Malagasy qui inclut les opérateurs économiques. Si les lois sur les ZES et le code des investissements à élaborer ne vont pas dans ce sens, un programme Emergence sera voué à l’échec, a-t-il ajouté.

Recueillis par R.Edmond.

L'express de Madagascar35 partages

Enquête – Claudine Razaimamonjy interpellée à Mahamasina

L’opératrice économique a été appréhendée par les forces de l’ordre, hier, à Mahamasina. Une interpellation diligentée par le BIANCO.

Épinglée. Claudine Razai­mamonjy, opératrice écono- mique réputée parmi les baronnes du pouvoir, a été appréhendée par les forces de l’ordre, hier à Mahamasina. Les indiscrétions parlent d’une arrestation entrant dans le cadre de l’affaire de détournement de deniers publics dans la commune rurale d’Ambohima­hamasina.La scène s’est déroulée vers 16 heures au Palais des sports de Mahamasina, où la patronne de l’hôtel AC a assisté à un match de basket de l’équipe dont elle est la propriétaire. À sa sortie, un pick-up estampillé EMMO-SECURITE, siglaison de l’État major mixte opérationnel l’attendait sur le parking avec un mandat d’arrêt. Selon une source auprès des forces de l’ordre, « des responsables du BIANCO [Bureau indépendant anti-corruption] sont venus à la caserne de la gendarmerie d’Ankadilalana afin de demander des éléments pour les aider à procéder à une arrestation ».Les éléments ayant procédé à l’arrestation n’auraient su « qu’au dernier moment » qu’ils allaient procéder à l’interpellation de celle qui est indiquée comme l’une des bailleurs de fonds du pouvoir. Cette dernière aurait haussé le ton contre les forces de l’ordre, allant jusqu’à « déchirer le mandat d’arrêt » qui lui a été présenté. Les responsables de l’organe de lutte contre la corruption ont été injoignables à partir du moment de l’arrestation. À son domaine à Ambohibao, c’était le calme plat dans la soirée d’hier.Des indiscrétions affirment pourtant que cette arrestation est motivée par l’instruction de l’affaire de détournement de deniers publics dans « treize communes », dont celle d’Ambohi­mahamasina, concernant 396 492 444 d’ariary.

IntransigeanceUn dossier dans lequel Claudine Razaimamonjy a refusé, par deux fois, une convocation du BIANCO durant les enquêtes préliminaires.Étant donné que l’affaire avait été transférée à la Chaîne pénale anti-corruption (CPAC) fin octobre, le BIANCO en a été dessaisi. Les trois prévenus, dont le maire d’Ambohimahamasina, avaient été déférés devant le juge de la CPAC et en sont sortis avec une liberté provisoire. Depuis, la propriétaire de l’AC hôtel s’est affichée dans les cérémonies d’État, ou encore les réu­nions et tournées politiques du parti au pouvoir.Un ténor du parti « Hery vaovao ho an’i Madagasikara » (HVM), contacté hier, a indiqué que « nous-mêmes ne savons pas pour quelle raison Claudine Razaimamonjy a été appréhendée, ni où elle a été conduite. Nous savons seulement que l’action a été diligentée par le BIANCO. Nous avons pu la contacter vers 21 heures 30, et elle nous a indiqué que son audition n’a pas encore démarré ». Cette source s’interroge ainsi sur les motifs de cette interpellation. « Certains disent qu’il s’agit de l’affaire Ambohimahamasina, mais comme le dossier est en instance à la Chaîne pénale, le BIANCO en a été dessaisi. Y-a-t-il donc un fait nouveau, ou s’agit-il d’une toute autre enquête   », a lancé la source.Au lendemain des refus de Claudine Razaimamonjy de comparaitre au Bureau d’Ambohibao, le BIANCO a expliqué ne plus pouvoir émettre de nouvelle convocation, ni procéder à l’interpellation de l’opératrice économique sans une commission rogatoire de la CPAC. L’organe d’Ambohibao n’aurait vraisemblablement pas procédé à l’interpellation d’hier, sans avoir eu la caution du juge anti-corruption.Questionné sur le sujet en marge d’un dialogue politique avec l’Union européen­ne, à Iavoloha le 9 décembre, Hery, président de la République, a donné carte blanche à la Justice, arguant  l’indépendance de cette dernière. Il a en effet dénoncé l’existence de personnes défaillantes entachant l’ima­ge de sa famille politique, durant la cérémonie de présentation des voeux à Iavoloha, le 6 janvier. Reste ainsi à voir si tous ceux impliqués dans ce dossier, mais également les autres affaires de spoliation des richesses du pays connaîtront pareille intransigeance des responsables.

Garry Fabrice Ranaivoson

Midi Madagasikara32 partages

Toamasina : Olona telo maty, iray voatifitry ny « fusil à pompe » ny roa matin’ny moto

Nahitana faty olona indray teto Toamasina ny faran’ny herinandro teo. Raha ny fanazavana azo tamin’ny polisy dia noho ny resaka asan-jiolahy sy noho ny fandehanana mafy vokatry ny fahamamoana tamin’ny moto scooter, no nahatonga ireto faty olona telo, ny alahady nifoha ny alatsinainy ireto. Ny voalohany, araka ny fanazavan’ny polisy ny hery vonjy taitra eto Toamasina (FIP), dia nitranga tao Andranomadio P/lle 11/43. Nitrangana asan-jiolahy vaky trano mantsy tao amin’ity tokantrano iray ity tokony tamin’ny 1 ora sy sasany, ny alahady nifoha ny alatsinainy. Henon’ireo tompon-trano tsara ny fahatongavan’ireo andian-jiolahy manodidina ny 5 teo, raha ny fanazavana. Vao tafiditra ny trano anefa ireto andian-jiolahy izay nitondra basy “fusil à pompe”, raha ny fanazavana, dia avy hatrany dia nitaky ny vola tao amin’ity fianakaviana ity, sady avy hatrany dia nitifitra ity tovolahy vao 30 taona tao an-trano ka gorobaka avy tao an-damosiny mihitsy. Lasan’izy ireo avokoa ny fananana rehetra tao amin’ity fianakaviana ity, izay zakan’ireto andian-jiolahy rehetra. Tonga aloha ihany ny FIP raha vao nahazo antso, saingy haingam-piasa ireto andian-jiolahy ireto ka tafatsoaka. Ny faharoa kosa dia nitranga tamin’ny lalana “rue de la liberation” teo akaikin’ny trano fandraisam-bahiny “le flamboyant”. Tovolahy avy nimamo nanao taingin-droa tamin’ny moto scooter fotsy no nifatratra tamin’ny andrim-bato tamin’ny sisin-dalana noho ny fandehan’izy ireo mafy be niala teo amin’ny tranon-jiro hopitaly kely hihazo ny moron-dranomasina, tokony tamin’ny 10 ora alina. Niezaka nanao izay hanavotana ny ain’izy roa lahy ny toeram-pitsaboana teo akaikin’ny nitrangan’ny loza, saingy mafy loatra ny dona nahazo ny lohan’izy ireo ka tsy tana ny ain’ireto tovolahy roa ireto. Voalazan’ny mponina manodidina ity lalana ity fa tsy sambany ny fandehanana mafy amin’ity lalana ity, saingy ity kosa no loza nahatsiravina niseho hatramin’izay sy nahafaty olona…

Malala Didier

Midi Madagasikara31 partages

Rock : Rheg signe « Emmorheg »

Rheg, lors de la présentation de « Emmorheg » au Club 43 Antaninarenina.(Photo : Kelly)

Rheg  vient d’enregistrer son troisième album. Un opus de 14 titres qui ne sera disponible qu’au mois de juin.Avec Rheg, les métalleux peuvent toujours s’attendre à être surpris. Et ils vont l’être amplement à travers le troisième album du groupe. Fraîchement enregistré, « Emmorheg » a été présenté au Club 43 mais ne sera malheureusement disponible dans les points de vente qu’au mois de juin. « Le marketing est un peu différent et se veut novateur. Oui, l’album est fait mais il ne sera en vente que le dimanche 25 juin. Le public découvrira tous les titres sur scène le jour J. Audacieux ? Le concept l’est peut-être mais on va quand même tenter le coup. Entre temps, nous organiserons des séances d’écoute comme ce fut le cas le week-end dernier afin que notre public puisse s’imprégner de nos idées et de notre philosophie et s’imprègne de l’album ». Au micro, on reconnaît bien évidemment la voix de Rega qui laisse parfois Vito prendre le relais. Il est accompagné de Vonona et de Làlah aux guitares. Sedera s’éclate à la batterie. Taxx, lui, se surpasse à la basse.

Trash metal. Composé de 14 titres, « Emmorheg » est plutôt axé sur des thématiques plutôt politiques. « Le titre emmorheg reste un simple calembour sans engagement, quoique, il reste une sonnette d’alarme, pour que le peuple et l’armée, issu du peuple et fils du peuple, trouvent un terrain d’entente afin de pacifier Madagascar », selon toujours Rega. Dans un registre thrash métal, « Emmorheg », l’album, met en avant des réalités brûlantes comme la justice populaire et les sectes. Ceux qui ont connu et suivi le groupe depuis ses débuts ne seront cependant pas déçus. « Oui, certains titres s’adressent aux charlatans sectaires qui sèment le trouble avec leur prophétie gratuite mais ceux qui nous ont connus et suivis depuis nos débuts pourront retrouver des titres plutôt romantiques, à l’instar de ‘Rivotra’, ‘Ho anao’ et ‘Beby’, des chansons d’amour enveloppées dans des riffs et contre temps propre au thrash métal ».Mahetsaka

News Mada30 partages

RN6 : la réhabilitation du pont démarrera d’ici peu

La réfection du pont de Sambirano (RN6), reliant la partie nord de l’île au reste du pays, est incontournable. Vieux de plus de 46 ans et n’ayant bénéficié d’aucune réhabilitation, l’infrastructure se trouve dans un état de délabrement avancé après le passage du cyclone Enawo. Accompagné d’une délégation issue des régions concernées, le ministre des Travaux publics (MTP), Eric Razafimandimby, a effectué une descente sur le terrain, samedi dernier, en vue de constater de visu l’ampleur des dégâts et d’identifier les réhabilitions à entreprendre.

Face à l’urgence de la situation, le numéro un du MTP a fait entendre qu’«Il n’y a plus de temps à perdre. Le chantier, y compris la réhabilitation des assainissements, démarrera bientôt». Cette visite a permis au ministre de tutelle d’évaluer les dégâts occasionnés par les fortes précipitations qui sévissent dans la partie nord du pays. C’est notamment le cas des communes Antsakomanondro et Mahamanina, qui se situent à une vingtaine de kilomètres d’Ambanja. La réhabilitation de la route d’Andoharano reliant huit communes au chef- lieu de district d’Ambanja figure dans la liste des priorités du MTP.

Fahranarison

 

Midi Madagasikara26 partages

Amoron’i Mania : Un écart énorme entre offres et demandes d’emploi

Près de 1000 demandes d’emploi contre 35 offres enregistrées auprès du système régional d’information pour l’emploi. Il n’est plus à démontrer que Madagascar, depuis des décennies, fait face à une crise grave de l’emploi. Raison pour laquelle, le gouvernement par le biais du ministère de l’Emploi, de l’Enseignement technique et de la Formation Professionnelle a décidé depuis les trois dernières années, d’agir sur le marché du travail dans l’amélioration du système de gouvernance de l’emploi avec l’appui technique du Bureau International du Travail (BIT). C’est de là qu’est née l’initiative de mettre en place les Systèmes Régionaux d’Informations pour l’Emploi.

Emplois salariés. Pour la région d’Amoron’i Mania, le système régional d’information pour l’emploi a été inauguré le 24 février et enregistre jusqu’à ce jour près de 1000 demandeurs d’emploi. Selon le responsable du système au sein de la direction régionale de l’Emploi, de l’Enseignement technique et de la Formation professionnelle à Amoron’Isaha-Ambositra, ces demandes concernent dans la majorité, a des emplois salariés avec très peu d’auto-emplois ou d’emplois indépendants. Ces demandeurs d’emploi à majorité de sexe féminin, sont jeunes parce qu’ils ont moins de 30 ans. Huit entreprises ont fait parvenir leurs offres d’emploi pour 35 postes à pourvoir au SRIE jusqu’à ce jour.

Orientations Ces échantillonnages des  premiers éléments de base permettent déjà aux acteurs régionaux du monde du travail d’avoir un aperçu des orientations sur les mesures à prendre et à adapter les actions de promotion de l’emploi aux réalités et besoins de la région, notamment sur le développement de l’auto-emploi par l’entrepreneuriat, d’emplois indépendants. Afin de mieux orienter la politique de l’offre et de la demande (investissements, formations, orientations professionnelles, etc…), les secteurs prioritaires et les chaînes de valeurs porteuses seront clairement définis.

CHAN-MOUIE Jean Anastase

Tia Tanindranaza25 partages

Depiote Nina -Mapar« Aza mikitikitika Ben’ny tanàna ! »

Mbola naverin’ny depiote Mapar lany tao Mahajanga Rahantanirina Nina ihany omaly fa ny voalavo sasa-miaina no misintona volombavan-tsaka, raha naneho ny heviny mikasika ny toe-draharaha iainan’ny Ben’ny tanànan’i Mahajanga ankehitriny, Mokhtar Salim Andriatomanga, ny tenany.

 Hentitra ity olom-boafidy ity tetsy amin’ny biraon’ny vondrona miaraka amin’ny prezida Andry Rajoelina (Mapar) tetsy Ambodivona nilaza fa tsy manaiky ny fikitikitihana ny Ben’ny tanàna ao Mahajanga ny tenany amin’ny maha solombavambahoaka voafidy tany an-toerana sy filohan’ny sekretera nasionalin’ny vondrona Mapar azy. Tsy ara-dalàna, hoy izy, ny taratasy fangatahana fanazavana nataon’ireo mpanolotsain’ny tanànan’i Mahajanga tamin’ny ben’ny tanàna Andriatomanga satria araka ny andininy faha-127 ao amin’ny lalàna 2014/20 dia tokony ho natao ampahibemaso izany. Tsy mitombina koa ny fanakianan’ireto mpanolotsaina ireto fa ratsy tantana ny tanànan’i Mahajanga satria nahazo fanasana avy amin’ny banky iraisam-pirenena ity ben’ny tanàna ity ary notoloran’izy ireo mari-pankasitrahana maha tanàna tsara tantana. Aza kitihana ny ben’ny tanàna fa ny sosialim-bahoaka jerena, hoy ity depiote ity.

Mirija

 

Madagate24 partages

Claudine Razaimamonjy: Star de tous les journaux malgaches de ce 04.04.2017

Jean Louis Andriamifidy

Le 23 juin 2016, lors de sa prestation de serment, le nouveau Directeur général du Bianco (Bureau Indépendant Anti-Corruption), le magistrat Jean Louis Andriamifidy, a été… tranchant: «Le temps du laxisme et de l’impunité est révolu, nul n’est au-dessus de la loi et tout particulièrement, nous (Ndlr: les magistrats) qui sommes chargés de l’appliquer. Pour être crédibles, nous devons balayer notre propre cour avant de balayer celle des autres».

Concernant Claudine Razaimamonjy, dans le cadre de l’affaire d’Ambohimahamasina (ICI), elle avait été convoquée par deux fois par le Bianco et, par deux fois, elle a refusé de s’y rendre, démontrant ainsi qu’elle est au-dessus de la loi. Ce qui devait arriver arriva donc ce 03 avril 2017 au Palais de Sports. La majorité des journaux malgaches en a parlé ce mardi 04 avril 2017.

J’en ai choisi deux pour vous mettre plus au courant de ce fait peu... courant dans l’Histoire des personnes considérées comme «protégés présidentiels» à Madagascar: Midi Madagasikara pour la langue française et Inona no Vaovao pour la langue malgache.

Mardi 04 avril 2017

Plusieurs dossiers au Bianco: Claudine Razaimamonjy arrêtée hier au Palais des Sports

La patronne de l’hôtel « AC » a été gardée à vue dans le local du Bureau Indépendant Anti-Corruption hier soir.

Coup de tonnerre hier au niveau du microcosme politique. La nouvelle a d’ailleurs fait le « buzz » dans les réseaux sociaux. En effet, contre toute attente, Claudine Razaimamonjy, Conseiller spécial auprès de la Présidence de la République et connue comme étant très proche du couple présidentiel a été arrêtée hier vers 16 heures sur le parking du Palais des Sports et de la Culture de Mahamasina. Les faits se sont déroulés au vu et au su de nombreux spectateurs du tournoi de basket-ball « Coupe du président 2017 ». D’ailleurs, ces derniers n’ont pas hésité à prendre des photos pour les partager sur « facebook ». La patronne de l’hôtel « AC » Ivato a été présente à Mahamasina pour assister à la rencontre de basket entre son équipe, le TMBB Analamanga et l’ASCUT Atsinanana qui est aussi une équipe présidée par un autre Conseiller spécial auprès de la Présidence, en la personne de l’opérateur économique Mbola Rajaonah. L’arrestation a été effectuée par des éléments de l’Emmoreg et des agents du Bureau Indépendant Anti-Corruption. D’après les explications du Commandant de la Circonscription interrégionale de la Gendarmerie d’Analamanga, le Général Florens Rakotomahanina, cinq éléments de l’Emmoreg ont été réquisitionnés par Ambohibao pour cette « opération ».

Garde à vue. Tout de suite après son arrestation, Claudine Razaimamonjy a été amenée au local du Bianco où elle a été gardée à vue durant la nuit. Joint au téléphone hier soir, une source proche d’Ambohibao a fait savoir que son audition a commencé tout de suite après son arrivée au Bianco. A entendre les explications de ce haut responsable, cette femme d’affaire réputée comme étant la baronne du régime HVM n’a pas été arrêtée uniquement pour l’affaire Ambohimahamasina. Elle serait impliquée dans plusieurs dossiers liés à des affaires de corruption et de détournement de deniers publics. D’après les témoins présents au Palais des Sports et de la Culture de Mahamasina, Claudine Razaimamonjy n’a opposé aucune résistance durant son arrestation. Elle a seulement crié que cette arrestation constitue «le début d’une opération visant à renverser du régime Rajaonarimampianina».

« Intouchable ». Bon nombre d’observateurs estiment que Claudine Razaimamonjy qui s’est toujours considérée comme « intouchable », a finalement été lâchée par le couple présidentiel. Lors de la cérémonie de présentation de vœux à Iavoloha, le numéro Un de l’hôtel « AC » n’a pas hésité à narguer ses détracteurs en prenant la pose avec Nicole Andrianarivoson, un autre Conseiller spécial du président, devant les photographes et les caméramans. Vers la fin de l’année 2016, alors qu’elle a été soupçonnée d’être impliquée dans l’affaire de détournement de subventions exceptionnelles pour 13 communes dont 396 milliards d’Ariary destinées à la commune d’Ambohimahamasina, Claudine Razaimamonjy a choisi d’ignorer deux convocations du Bureau Indépendant Anti-Corruption. Pourtant, de sources proches du dossier, elle est accusée entre autres, de favoritisme, de détournement de deniers publics, de faux en écriture publique, d’abus de fonction et de blanchiment de capitaux. Apparemment, le Bianco a décidé de poursuivre la procédure afin prouver son efficacité dans la lutte contre la corruption et les malversations au niveau des institutions publiques. Certains observateurs considèrent cette arrestation de Claudine Razaimamonjy comme une manœuvre de diversion par rapport à la suspension des maires MAPAR élus entre autres, à Mahajanga, Toamasina et Ambilobe. Du côté du « Hery Vaovao ho an’i Madagasikara », la nouvelle est tombée hier comme un coup de massue. L’arrestation de celle qui a toujours financé les « actions » du parti au pouvoir s’est présentée comme une véritable surprise pour les leaders du HVM qui n’étaient même pas au courant du motif de cette nouvelle initiative du Bianco. L’on attend désormais la réaction du Vice-président du Sénat, Riana Andriamandavy VII qui a réclamé la démission du Directeur général du Bianco pour l’affaire Ambohimahamasina. En tout cas, l’on aura plus d’informations sur cette affaire ce jour puisque Ambohibao prévoit d’effectuer une communication à la presse.

Davis R

**************

Dossier de Jeannot Ramambazafy – Mardi 04 avril 2016

News Mada22 partages

Suspicion de corruption : arrestation de Claudine Razaimamonjy

La femme d’affaires Claudine Razaimamonjy, propriétaire et  gérante de l’hôtel AC à Iavto a été arrêtée à Mahamasina hier vers la fin de l’après-midi par les éléments de l’ Emmoreg. Depuis hier soir, elle est enquêtée par le Bianco.

La scène s’est déroulée hier juste après un match de basket au stade de Mahamasina. La femme d’affaires et non moins propriétaire de l’ hôtel AC a été appréhendée par les forces de l’ordre, notamment les éléments de l’ Emmoreg.

« La gendarmerie n’a aucune affaire concernant Claudine Razaimamonjy, mais la demande pourrait relever du Bianco ou du tribunal », a indiqué une source auprès de la gendarmerie. Il semblerait qu’il s’agisse du Bianco qui a requis la collaboration des forces de l’ ordre pour l’arrêter. Elle aurait alors été emmenée dans les locaux du Bureau indépendant anti-corruption (Bianco) pour être auditionnée juste après son arrestation. Néanmoins, aucune information de la part du Bianco n’a encore été reçue.

Convoquée à deux reprises

Pour rappel, Claudine Razaimamonjy a été convoquée une fois par le Bianco pour une affaire de détournement de fonds public d’une valeur de 396 millions d’ariary dans la commune d’ Ambohimahamasina dans la région Matsiatra Ambony. Cependant, elle n’a pas comparu.

Convoquée une deuxième fois, Claudine Razaimamonjy ne s’était toujours pas présentée devant l’institution, ce qui aurait obligé cette dernière à prendre cette mesure. Il faut noter que l’affaire remonte à fin 2016, et avec elle, un maire et un directeur étaient également sur le banc des accusés.

Affaire classée !

Mais depuis, tout le monde pensait que l’affaire serait classée sans suite pour la simple raison que la puissante femme d’affaires était une des protégés du régime actuel. Ce qui lui valait le surnom d’intouchable jusqu’à ce que survienne l’arrestation d’hier. Cependant aucune confirmation des motifs de son arrestation n’a été obtenue.

Devant un tel revirement de la situation, plusieurs s’interrogent sur les réseaux sociaux s’il s’agit effectivement d’une véritable arrestation ou d’un canular.

Rakoto

 

Midi Madagasikara20 partages

Andasibe : Roalahy nandoro toerana masina, nampidirina am-ponja

Fanahy iniana nodorana ilay vatobe tompoin’ny olona ao amin’ny fokontany Anevoka, kaominina Andasibe. Naiditra am-ponja ny zoma 31 mars 2017 ireo olona roalahy tompon-kevitra tamin’ny fandoroana ilay vatobe antsoina hoe “Andriambavibe”. Efa hatramin’izay no lasa rafitra mifehy ny fiaraha-monina ny fisian’ireo toerana notompoin’ny fiaraha-monina tao Anevoka, Kaominina Andasibe. Tsy misy sahy manimba ala ny olona ao an-toerana noho ny fitandremana ny fady isan-karazany sy rafi-piarahamonina nisy hatramin’izay. Telo ireo vohitra manankasina ao amin’ny manodidina ity fokontany ity dia Maromizaha, Ambatokirijy ary Andriambavimbe ary ity farany no izao nisy nandoro ny 24 mars 2017. Nahazo toky tamin’ny Mpimasy hafa tsy monina eo amin’ity toerana ity ilay raim-pianakaviana ka tapa-kevitra ny hanohitra ny sy handrava ny rafi-piarahamonina efa nisy hatramin’izay. Tsy nanaiky ny fokonolona ka nitondra ny raharaha teo anatrehan’ny zandary ao Andasibe, ary ireo tsy nisaraka tamin’ireo vahoaka hatramin’ny farany mandra-pahatongan’ny raharaha eo am-pelatanan’ny fitsarana. 

Cathy

Midi Madagasikara20 partages

Météo : Forte diminution des précipitations

« Durant les dernières semaines du mois de mars 2017, les précipitations ont commencé à diminuer généralement sur Madagascar ». C’est le message principal que l’on peut lire dans un communiqué émanant de la direction générale de la météorologie diffusé le premier avril dernier. Une prévision des précipitations intra-saisonnières qui est valable du 1er au 15 avril prochain d’après toujours ce communiqué. Par ailleurs, la région Nord de l’île a enregistré un fort épisode pluvieux durant la dernière semaine. Un épisode pluvieux qui se concentrera dans la partie Est de Madagascar du 1er au 10 avril prochain. La partie Est et les Hauts Plateaux centraux quant à eux connaitront une faible pluviométrie durant la même période. Le même communiqué d’indiquer toutefois que les précipitations devront reprendre sur la moitié Sud de l’île sauf pour la région Androy à partir du 11 avril prochain. Une situation préoccupante étant donné que la saison des pluies n’est pas encore finie. D’autant plus que ladite situation pourrait, à forte chance, influer sur la production de l’année prochaine. Notamment, celle du riz dont le prix a déjà connu cette année une forte hausse même dans les régions productrices.   

Recueillis par José Belalahy

Midi Madagasikara20 partages

Festival de la guitare : Fabio Barbagallo ce soir au Louvre

Fabio Barbagallo en vedette au Louvre ce soir.

Comme tous les midis, au Café de la Gare, un maestro de la guitare anime le déjeuner. Fait plutôt inédit mais très apaisant, cette animation musicale entre dans le cadre du festival international de la guitare qui en est à sa 4e édition. Les premiers coups de guitare ont retenti à l’hôtel Ibis samedi dernier avec Johary Narimanana, et depuis, ateliers et cabaret-concerts se succèdent au programme. Cette année, l’invité international est de nationalité italienne. Il s’agit de Fabio Barbagallo, qui jouera ce soir au Louvre pour une soirée purement italienne, avec Nialy To qui interprètera les plus grandes musiques pop italiennes du moment. Le rendez-vous est pris pour 19h30, et ce sera une pure merveille pour un répertoire typiquement italien, où la musique italienne sera servie sur un plateau avec de la gastronomie italienne. Demain, le Louvre accueillera d’autres guitaristes pour une ambiance latino. Autre rendez-vous à ne pas rater, toujours au Louvre pour ce samedi 8 avril, une soirée spéciale Georges Brassens. Ce cabaret-concert est un moment fort de ce festival car il permet à la fois aux amateurs de la chanson française, mais surtout à ceux qui apprécient les chansons à textes, d’apprécier les titres de cet éminent auteur et compositeur français né à Sète, et qui utilise la guitare pour accompagner ses vers. Le festival sera clôturé par la prestation  d’un bassiste, Rolf, le 9 avril prochain à 15h à l’AFT. Cette année encore, le festival international de la guitare rythme gracieusement les soirées de la capitale.

AnjaraRasoanaivo

News Mada17 partages

Pêcherie thonière : l’UE soutient la politique sectorielle malgache

Le 10e Accord de partenariat pour une pêche durable entre l’Union européenne et Madagascar couvre une période de quatre ans, soit du 1er janvier 2015 au 31 décembre 2018. Madagascar a accueilli cette année la réunion annuelle de la Commission mixte pêche Madagascar-Union européenne. L’atelier de clôture y afférent s’est tenu dans les locaux du ministère des Ressources halieutiques et de la pêche (MRHP) hier.

La Commission mixte veille à ce que les dispositions du protocole actuel encadrent strictement les activités de pêche des navires européens qui sont autorisés à pêcher dans les eaux territoriales malgaches. Il s’agit de contrôler ensemble l’application des mesures de conservation et de gestion durable de la pêcherie thonière.

Retombées économiques

Comme l’a fait savoir le ministre Gilbert François lors de cette réunion, une centaine de navires de l’Union européenne pêchent dans les eaux malgaches. Avec une production annuelle tournant autour des 13.000 tonnes, la pêcherie thonière constitue 35% des flux monétaires circulant dans l’extrême Nord de l’île, notamment à Antsiranana, dans la mesure où des milliers de personnes bénéficient directement de cet accord.

Antonio Sanchez Benedito, ambassadeur de l’UE à Madagascar a expliqué que la contrepartie financière de l’Union européenne pour le droit d’accès s’élève à 787.500 euros par an contre 700.000 euros par an pour la contribution spécifique pour l’appui à la mise en œuvre de la politique sectorielle pêche à Madagascar.

La contrepartie financière de l’UE s’élève ainsi pour l’année 2017 à 1.487.500 euros. En y ajoutant le montant des licences, versé par les armateurs, les revenus de Madagascar pour autoriser la pêche de la flotte européenne dans ses eaux atteignent près de 2 millions d’euros  dont 1.941.800 euros pour l’année 2017. Ces niveaux de revenus ont représenté respectivement pour 2015 et 2016, 26 % et 19 % de la valeur des captures.

En tout cas, l’Union européenne souhaite que sa coopération avec Madagascar ne se limite pas au secteur de la pêche, mais soit élargie à d’autres secteurs de l’économie bleue et à la gouvernance des océans.

Arh.

Orange Madagascar17 partages

Signature d’un protocole d’accord entre Air Madagascar et Air Austral

Dans le cadre du processus de recherche de partenaire stratégique, le protocole d’accord entre Air Madagascar et Air Austral, le preferred bidder, a été signé ce 4 avril 2017 dans les locaux du Ministère des Finances et du Budget.

La partie malgache a été représentée par Gervais Rakotoarimanana, Ministre des Finances et du Budget et Andrianisa Mamy Jean-Jacques, Ministre des Transports et de la Météorologie p.i.

Le partenaire stratégique a été représenté en la personne de Marie-Joseph Malé, Président Directeur Général de la compagnie Air Austral.

Pour Léon Rajaobelina, Président du Conseil d’Administration d’Air Madagascar « C’est une étape importante sur la voie de la formalisation d’un accord définitif. Nous avons l’ambition que ce partenariat, qui doit s’inscrire dans la durée, permettra de rétablir les fondamentaux de la compagnie et de replacer Air Madagascar au centre du développement de l’aviation au niveau national, régional et à l’international. Le business plan proposé par Air Austral permettra de développer des accords commerciaux avec de grandes compagnies internationales.»

Marie-Joseph Malé, soutient quant à lui que « La signature de cet accord marque un tournant historique pour l'avenir de nos deux compagnies. Nous sommes déterminés à unir nos forces avec Air Madagascar pour le développement conjoint et le rayonnement de nos deux compagnies. Pour Air Austral, cela est une immense fierté d'avoir été choisie dans le cadre d'un processus d'une telle envergure. C'est aussi et surtout une grande satisfaction, tant nous portons à travers notre projet, une réelle volonté, une réelle motivation, celle de pouvoir contribuer au renouveau d'Air Madagascar et faire que la compagnie puisse se redresser, qu'elle retrouve ses fondamentaux et qu'elle se développe à nouveau. C'est notre leitmotiv, notre philosophie et toute l'ambition que je porte à travers le business plan présenté et qui a su convaincre. Il nous reste encore à franchir de nombreuses étapes. Il s'agit maintenant de s'atteler à la tâche avec force et détermination et ce n'est qu'ensemble que nous y parviendrons.»

Plus d’une trentaine de sociétés se sont manifestées au début de ce processus de recherche de partenariat stratégique. Sept (7) compagnies ont été pré-qualifiées pour soumettre une offre. Aujourd’hui, l’Etat malgache est entré dans la phase finale des négociations qui doit aboutir à la signature d’un contrat de partenariat stratégique le 31 mai 2017. L’ensemble des étapes s’est déroulé avec l’appui du cabinet IOS Partners assisté par le cabinet TroyAvi, grâce à un financement de la Banque Mondiale.

Midi Madagasikara17 partages

Ambatovy : Portes ouvertes pour la transparence

Le nickel d’Ambatovy est devenu le plus grand produit d’exportation de Madagascar

Avec le nickel qui est devenu le premier produit d’exportation de Madagascar, Ambatovy est devenu un élément essentiel de la croissance économique de Madagascar

«Ambatovy exploite également de l’or, Ambatovy est une usine radioactive, L’Etat ne reçoit pas grand-chose d’Ambatovy ». 5 ans après son début d’exploitation, en 2012, la plus grande société minière de Madagascar fait encore l’objet de diffusions de fausses informations et de campagne de dénigrement, notamment de la part de ses détracteurs, mais également de la part de certains politiciens en mal  de messages populistes. Raison pour laquelle, Ambatovy qui figure parmi les entreprises les plus transparentes organise régulièrement des journées portes ouvertes.

Premier produit d’exportation. Les journées portes ouvertes qui se déroulent depuis la semaine dernière au Hall de la Gare de Soarano et ne prendront  fin que le 9 avril prochain, sont justement l’occasion de mieux informer le public sur Ambatovy, une entreprise qui joue à  fond la transparence.  Placées sous le thème « Ambatovy, moteur de l’économie de Madagascar », ces journées permettront aux visiteurs d’apprendre qu’Ambatovy est un élément essentiel du développement économique de Madagascar.  Ainsi, plus de 1000 visiteurs par jour seront fixés sur les tenants et aboutissants de cette entreprise  qui, à elle seule, fait rentrer plus de 30% des recettes d’exportation. En effet, le nickel est devenu le premier produit d’exportation de Madagascar, rapportant le plus de devises étrangères pour l’économie nationale.  Une véritable révolution dans les exportations puisque cela constituera près d’1 milliard de dollars en moyenne des recettes d’exportation. Les recettes en devises étrangères varieront de 700 millions USD à 1,8 milliards d’USD selon les cours du nickel.

Pourvoyeur d’emplois. Ambatovy est aussi un grand pourvoyeur d’emplois avec  près de 7.500 employés dans les sites de la compagnie dont 3 000 en interne et 4.500 autres auprès des sous-traitants. Ambatovy utilise énormément les compétences locales avec près de 94% des employés qui sont de nationalité malagasy. Des employés qui disposent d’une capacité technique conforme aux exigences d’une grande unité minière.  En externe, Ambatovy  génère plus de 3 milliards USD de contrats pour le secteur privé. Au cœur d’une dynamique économique sans précédent à Madagascar, Ambatovy est un des plus grands clients des fournisseurs de biens et services. Entre 2007 et 2015, la valeur totale des contrats d’approvisionnement auprès des fournisseurs malgaches se chiffrent à environ 9 000 milliards d’ariary, soit environ 3 milliards de dollars. Plus de 650 entreprises locales  ont obtenu des contrats commerciaux avec Ambatovy.

Contribution économique.  Les revenus fiscaux ne sont pas en reste. En effet, sur les 10 premières années d’exploitation, Ambatovy paiera plus de 150 milliards d’ariary par an à l’Etat malgache. Sur les 29 années d’opération, à Madagascar, les paiements cumulés atteindront 4,5 milliards USD soit environ 13.500 milliards d’ariary. Une grande contribution économique, en somme. Et qui ne laisse pas insensibles certains politiciens. Sur ce point d’ailleurs, lors d’une réception qui a marqué l’ouverture des journées portes ouvertes sur Ambatovy vendredi dernier, au Hall de la Gare de Soarano, Tim Dobson, le Président d’Ambatovy a évoqué cette exploitation politique. Il a notamment déclaré que certains politiciens, surtout, en période électorale, ont tendance à  lancer des messages populistes pour justifier leur campagne. Dans tous les cas, ces journées portes ouvertes est l’occasion pour Ambatovy de faire valoir ses valeurs : respect, responsabilité, intégrité et excellence.

R.Edmond.

Midi Madagasikara17 partages

Unesco : Le journalisme d’investigation à l’honneur

Hier à l’hôtel « Le Pavé » a été donné le coup d’envoi de la première session de formation sur le journalisme d’investigation. Lancé par l’UNESCO à l’endroit des journalistes, cet évènement entre dans le cadre du projet « institutions démocratiques intègres, représentatives et crédibles à Madagascar » ou IDIRC financé par le Fonds pour la Consolidation de la Paix et mis en œuvre par trois agences du Système des Nations Unies. A cet effet, ledit projet vise à renforcer la confiance des citoyens envers les institutions publiques par le biais d’un appui à la crédibilité des institutions par la création d’espaces de dialogue entre citoyens et élus. Un objectif qui se veut également être atteint par l’amélioration de l’accès à l’information. C’est dans cette optique qu’ont donc été initiées par l’UNESCO des activités qui visent à appuyer le journalisme d’investigation en vue de renforcer la capacité des journalistes dans ce domaine. Une façon pour cet organisme de contribuer à l’atteinte du résultat qui consiste à avoir « une population malgache plus résiliente et qui participe de façon plus responsable et informée à la gestion de la chose politique ». D’autres séances de formation sur 6 thématiques différentes suivie de publication d’un magazine indépendant devant contenir les meilleurs articles des journalistes vont suivre cette premières session afin que les « organisations de la société civile et les médias puissent mener les interpellations et plaidoyers pertinents et responsables ».

Recueillis par José Belalahy

L'express de Madagascar16 partages

Communes – La situation est parfois ingérable

Sahondra Rabenarivo, juriste, apporte des éclaircissementss. Il existe en effet un contexte légal des décisions de suspension de certains maires.

Paralysée. Ce serait la situation dans laquelle se trouvent certains maires dans la gestion de leur commune. En cause, selon Sahondra Rabenarivo, juriste, « le scrutin de liste qui permet l’élection d’un maire qui n’a pas une majorité au conseil municipal d’une part, et dont, d’autre part, le conseil municipal inclut des personnalités ayant concouru au poste du maire, pouvant donc être politiquement motivés à le déchoir. (…) Il n’est donc pas étonnant que la situation, pour certains maires, puisse devenir ingérable ».Dans un échange par courrier électronique, ce membre de l’Observatoire de la vie publique (SEFAFI) a donné des éclaircissements sur le contexte légal de « la suspension » de quelques maires, depuis le début de l’année. Mokhtar Salim Andriantomanga, Elysé Ratsiraka et Adolphe Fiarema, respectivement maires de Mahajanga, Toamasina et Port-Bergé sont sous la coupe d’une décision de suspension par leur conseils municipaux.

SouverainetéÉtant tous les trois issus des rangs du groupe des partisans de Andry Rajoelina (MAPAR), leur famille politique dénonce « une velléité de les déchoir de leur siège ». Faisant référence à l’article 127 de la loi sur les ressources des Collectivités territoriales décentralisées (CTD), la juriste Rabenarivo explique, toutefois, que sur délibération du conseil municipal, le maire peut-être suspendu par un arrêté du ministre de l’Intérieur, pour un temps « n’excédant pas un mois ». Une durée qui peut cependant être reportée « à trois mois » par le Premier ministre.Sous réserve des motifs énoncés aux 257 à 261 de la loi sur les ressources des CTD, « les maires ne peuvent être déchus qu’à la suite d’une condamnation de justice, suivi d’un décret pris en conseil des ministres », souligne la membre du SEFAFI. La juriste relève dans son éclaircissement l’importance du rôle du juge dans l’annulation du choix des électeurs, et la souveraineté de ce choix. Elle rappelle en effet qu’en cas de vacance de poste, notamment par déchéance, il est procédé à une élection « dans les 120 jours » suivant la date du jugement du tribunal administratif y afférent.« L’intérim est assuré par une délégation spéciale », ajoute la juriste. Écartant toute intention de défendre quiconque, mais seulement d’éclairer l’opinion publique, Sahondra Rabenarivo conclut : « Par le passé, nous avons vu tout prétexte pour déchoir des maires et les remplacer par des présidents de délégations spéciales. Ce n’est pas parce que c’était une pratique courante à une époque que c’est légal aujourd’hui. Le peuple étant souverain dans son choix du maire, sa destitution et son remplacement en dehors du processus légal et d’un scrutin démocratique consistent essentiellement à voler la voix du peuple ».

Garry Fabrice Ranaivoson

Midi Madagasikara16 partages

HCC : Mandat compliqué

A la suite du décès de la haute conseillère, Lala Yvonne Herisoa Raharison Ranoroarifidy, de la Haute Cour Constitutionnelle (HCC), son remplacement ne va pas probablement tarder. Soulignons que cette magistrate relève du quota du Président de la République Hery Rajaonarimampianina. De ce fait, ce dernier procèdera à la désignation de celui ou celle qui va remplacer cette haute conseillère. Notons que le règlement intérieur qui régit cette Institution portant notamment sur le mandat des neuf hauts conseillers fait état que « leur mandat est de sept ans pour compter de la date de prise de fonction officielle des hauts conseillers dernièrement désignés, afin d’éviter le remplacement partiel des membres de la Cour ».  

Artifice juridique. Faut-il rappeler que les deux juges constitutionnels relevant du quota du Sénat ont été désignés le 23 juin 2016. Il en résulte ainsi que le mandat des membres de la HCC ne prendra fin qu’en juin 2023. Etant donné que leur mandat est de sept ans non renouvelable. Mais avec ce décès de l’une de ses membres, il se pourrait que le mandat de ces hauts conseillers à Ambohidahy soit prolongé, et ce, si l’on tient compte de leur règlement intérieur. L’on se demande ainsi si l’on va procéder à un mandat aligné afin qu’il n’y ait pas de mandat partiel ? Dans le cas contraire, le conseiller qui va être dernièrement désigné ne va pas jouir du mandat de sept ans non renouvelable. Mandat compliqué pour la HCC à moins que cette dernière ne trouve un artifice juridique. Toujours est-il que sept des neuf membres de cette Institution ont siégé à Ambohidahy, depuis 2014. Il s’agit notamment des trois désignés par le Président de la République, des deux émanant de l’Assemblée nationale et des deux représentants du Conseil Supérieur de la Magistrature (CSM). Même si les membres de la HCC n’étaient pas au grand complet, dans le temps, cette Institution a été opérationnelle.

Dominique R.

Midi Madagasikara14 partages

Pêche thonière : Près de 2 millions d’Euros de revenus prévus cette année

La réunion de la Commission Mixte entre l’Union Européenne et Madagascar a eu lieu depuis hier au ministère de la Pêche et des Ressources Halieutiques à Ampandrianomby. C’est prévu dans l’accord de partenariat pour une pêche durable entre les deux parties. L’objectif vise à soutenir la politique sectorielle de la pêche du gouvernement et à contrôler l’application des mesures de conservation et de gestion durable de la pêcherie thonière. Cette commission mixte veille à ce que les dispositions du protocole actuel qui couvre la période de 2015-2018 encadrent strictement les activités de pêche de navires européens qui sont autorisés à pêcher dans les eaux territoriales de Madagascar. 

Contribution financière. Puis, d’un commun accord, et à l’examen de l’utilisation des fonds de l’exercice budgétaire précédent, les parties décident d’allouer la compensation financière versée par l’Union Européenne au soutien spécifique des actions de l’Etat afin d’améliorer la contribution de la pêche durable à l’économie du pays. « La contribution financière de l’Union Européenne pour cette année s’élève à 1 487 500 Euros. Et  à part le montant de licences versé par les armateurs, les revenus de Madagascar pour autoriser la pêche de la flotte européenne dans ses eaux territoriales se chiffrent à près de 2 millions d’Euros pour l’année 2017 », a déclaré  l’Ambassadeur de l’Union européenne à Madagascar, Antonio Sanchez Benedito, lors de cette réunion de la Commission mixte qui a débuté hier et durera une semaine. Notons que pour les années 2015 et 2016, ces niveaux de revenus de la Grande île ont représenté respectivement 26% et 19% de la valeur des captures.

Amendements. Par ailleurs, le partenariat entre l’Union Européenne et Madagascar est satisfaisant. Ce bailleur de fonds appuie entre autres, le Centre de Surveillance de Pêche, l’Unité Statistique Thonière d’Antsiranana et l’Autorité Sanitaire Halieutique. « On souhaite que notre coopération avec Madagascar ne se limite pas au secteur de la pêche mais soit élargie à d’autres secteurs de l’économie bleue et à la gouvernance des océans », a-t-il poursuivi. De son côté, le ministre de la Pêche et des Ressources Halieutiques, Gilbert François a soulevé que  des amendements du protocole d’accord seront proposés. Il s’agit entre autres, de la révision des taux de redevances de pêche thonière. « C’est encore faible, soit entre 6 000 USD et 9 000 USD. Nous suggérons de les tripler. En outre, l’augmentation de la durée d’exploitation de pêche thonière à trois mois au lieu d’un mois sera également prévu dans ces amendements », a conclu le ministre de tutelle.   

Navalona R.

Midi Madagasikara14 partages

Nina’s : Carton plein à Tsiroanomandidy

Depuis ses débuts, Nina’s a toujours affiché sa préférence particulière pour Tsiroanomandidy. Depuis cinq ans, elle a privilégié  cette ville et y entame, à chaque fois sa tournée. Un amour réciproque puisqu’à chacun de ses concerts là-bas, la chanteuse fait toujours carton plein. Le weekend dernier, ce fut encore le cas. Accompagnée de toute son équipe, elle a investi le Kianja Bika. Ses inconditionnels sont venus en masse pour voir leur idole. L’ambiance était très conviviale. Tous les titres ont été repris en chœur. Le public semblait également convaincu par les nouvelles compositions. Après Tsiroanomandidy, Nina’s va se produire dans d’autres villes. Elle sera à Antsirabe le 16 avril, à Ambatondrazaka le lendemain. Les fans qui se trouvent à Tana devront prendre leur mal en patience. La chanteuse ne s’y produira que le 30 avril.Mahetsaka

 

Midi Madagasikara13 partages

Recensement de la population : La Banque mondiale finance à hauteur de 30 millions USD

La population de Madagascar est actuellement estimée à 24 millions.

Le dernier recensement général de la population à Madagascar date de 1993 et ne reflète plus les réalités actuelles. Un nouveau recensement devra être effectué cette année, dont la phase de dénombrement est prévue débuter au mois d’octobre.

 

Eléments essentiels dans les prises de décisions en matière de développement, les données statistiques fiables et à jour font globalement défaut à Madagascar en raison d’un système statistique désuet. Les données sociodémographiques actuellement disponibles ne reflètent plus les réalités actuelles. A la traîne par rapport à d’autres pays voisins en matière de produits statistiques, le pays notamment les pouvoirs publics se retrouvent handicapés par un manque difficile à combler lorsqu’il s’agit de planification et de gestion en matière de développement. Une situation qui prive les décideurs d’un instrument puissant et les amène à user et abuser des projections pour essayer de pallier ce déficit.

Renforcement de capacités. Cette année, un nouveau recensement de la population sera effectué à Madagascar avec l’appui des partenaires techniques et financiers. La Banque mondiale vient d’approuver à ce titre un crédit de l’Association internationale de développement (IDA) d’un montant de 30 millions de dollars, destiné à la réalisation de ce nouveau recensement de la population et de l’habitat et à l’amélioration des statistiques économiques de base à Madagascar. Ce financement contribuera ainsi au renforcement des capacités de l’Institut national de la statistique (INSTAT) afin de lui permettre de produire des statistiques de qualité. Ce projet se concentrera essentiellement sur les besoins les plus urgents en matière de collecte, d’analyse et de diffusion des données, en appui à la Stratégie nationale pour le développement des statistiques et au renforcement des capacités du personnel et des équipements de l’INSTAT.

Utilité. Outre le nouveau recensement de la population et de l’habitat, deux séries d’enquêtes sur les revenus, les dépenses et le niveau de vie des ménages seront menés en 2018 et 2021. Le projet a également pour objectif de contribuer à la mise à jour des comptes nationaux et de l’indice des prix à la consommation. « Le fait de disposer de données actualisées permettra de concevoir des politiques et des programmes plus adaptés. Par exemple, si l’on connaît précisément la répartition géographique de la population, on peut élaborer de meilleurs plans d’urgence en cas de catastrophe naturelle et mieux planifier les investissements pour améliorer la fourniture de services essentiels », expliquent Maria Dolores Arribas-Banos et Abdoullahi Beidou, responsables du projet à la Banque mondiale. Outre l’utilité des données sociodémographiques recueillies à l’issue de ce nouveau recensement de la population, dans le domaine du développement, ces données permettront également de disposer d’éléments fiables dans le cadre de l’organisation des élections à venir et la réalisation de diverses enquêtes et autres sondages.

Hanitra R.

Madaplus.info12 partages

Interview exclusive de D-Lain pour la sortie de son single "Free man"


D-Lain, après avoir gagné le concours organisé en Afrique Francophone "Castel Live Opéra", en 2012, vous voilà de retour sur la scène, 5 ans après. Pourquoi ce long silence ?
Durant ces années, il y a eu d'abord mon installation en France, l'éloignement de ma terre natale. J'ai éprouvé le besoin de faire un peu mon introspection afin de trouver ma voie.
Et vous l'avez trouvé alors, puisque vous voilà de retour ?
J'ai fait plusieurs scènes mais plus des interprétations. Je sentais qu'il me manquait quelque chose. J'ai mis du temps, mais c'était nécessaire pour me rapprocher de mes aspirations.
Et quelles sont ces aspirations ?
Jusqu'à présent, je faisais surtout des interprétations. Mais j'avais besoin d'aller plus loin dans la musique, de chanter mes propres compositions.

Avez-vous réalisé vos projets ?
J'avance pas-à-pas, lentement peut-être, mais sûrement.
Je suis en train de finaliser mon mini-album de 7 titres et je sors mon single Free Man sur les réseaux sociaux. Ce projet musical est réalisé en co-production avec Fabrice Ordioni , mon arrangeur.
Pourquoi sortir le single Free Man avant la sortie de l'album, est-ce que ce titre est particulier ?
Suite à la sélection par un jury composé de 13 professionnels, de mon 1er single Free Man au festival "il était une voix en Corse" 2017, le 3 mars dernier, pour juger les 90 chanteurs participants, j'ai pu faire la première partie de l'artiste chanteur Slimane, qui avait gagné "The Voice".
C'est la première fois que je chante ma propre composition devant des milliers de spectateurs.
Vous avez dit ci-dessus que vous aspirez à chanter vos propres compositions, mais quel est votre style musical ?
Mon album est plutôt orienté pop afro-électro. J'invite tous vos lecteurs et vos followers à découvrir l'album sur youtube.


L'express de Madagascar12 partages

Masseurs-Kinésithérapeutes – Le corps des « kinés » à créer

Les kinésithérapeutes se sentent lésés face à tous ceux qui se prétendent masseurs. Ils réagissent.

Faute de moyens financiers, la plupart des Malgaches  préfèrent consulter des masseurs, un peu partout, soit qu’ils aient des dons ou tout simplement parce qu’ils ont  connaissances sur l’activité.  A cause de ce phénomène, l’association des masseurs-kinésithérapeutes de Mada­gascar  ou Akima demande l’établissement du corps de la kinésithérapie. L’association a fait connaître cette situation lors d’une conférence de presse, hier, à  Mahamasina. En fait, l’association ne voudrait pas voir diminuer la valeur de ce métier face aux profiteurs et escrocs. « L’établissement de ce corps de métier nous permet de donner une importance à notre métier et de prouver notre professionnalisme. Ce qui nous différencie des autres masseurs est que nous maîtrisons le métier grâce à la qualité de notre travail. Nous voudrions également prouver la valeur des études que nous avons effectuées  durant des années », explique Fara Lanto Harisoa, présidente de l’association des kinésithérapeutes de Madagascar. Ce corps de métier deviendra une balise pour préserver le métier de kinésithérapie. Il  apportera également une reconnaissance internationale du métier pour Madagascar. Actuellement, les formations en kinésithérapie suivent le système LMD et deviennent une filière au sein de la faculté de médecine d’Ankatso.

Coûts de séanceBon nombre de personnes reculent dès que l’on mentionne le terme kinésithérapeute à cause des coûts des séances. Certains évoquent qu’une seule séance chez un kinésithérapeute coûte 15 000 ariary au minimum. « Le coût des séances chez un kinésithérapeute dépend du centre de santé où il exerce le métier. 70% des kinésithérapeutes sont  fonctionnaires et 30% travaillent dans des centres privés et le coût des séances est différent. Dans les centres publics, le coût est abordable pour tout le monde », insiste la présidente de l’association Akima. Actuel­lement, il existe 230 kiné­sithérapeutes répartis dans 21 régions. D’après toujours Fara Lanto Harisoa, ce nombre est insuffisant par rapport aux normes internationales. À l’international, un kinésithérapeute est destiné à 900 personnes ; à Madagascar, il s’occupe de 100 000 personnes.

Mamisoa Antonia

Midi Madagasikara12 partages

Start-up « vertes et sociales » : Lancement du réseau Sprint à Paris

Erick Rajaonary, PDG du Guanomad, invité de la chaîne Africa 24.

Le premier réseau d’incubateurs francophones franciliens pour les start-up « vertes et sociales » a été lancé le 23 mars dernier à Paris. A cette occasion, Erick Rajaonary, PDG de Guanomad, a représenté la Grande Île en tant qu’entrepreneur ayant un modèle de réussite dans l’écosystème.

Initié par la Région Île-de-France et le réseau mondial de start-up Inco, le Sprint ou le réseau d’incubateurs francophones franciliens pour les start-up « vertes et sociales » a pour ambition d’accompagner l’émergence d’une nouvelle génération d’entrepreneurs sur le continent africain. L’objectif est de promouvoir l’entrepreneuriat social, solidaire et durable comme modèle de développement dans les zones de coopérations prioritaires de la Région Île-de-France. Ce Sprint a été lancé pour la première fois à Paris, et ce, en présence de six pays africains bénéficiaires, à savoir Madagascar, le Côte d’Ivoire, l’Algérie, le Maroc, le Sénégal et la Tunisie. Et la Grande île a été représentée par Erick Rajaonary, le PDG de Guanomad, en tant qu’entrepreneur ayant un modèle de réussite dans l’écosystème. Certes, cette entreprise n’est pas une start-up proprement dite, mais elle est identifiée comme étant un acteur plus mature dans le domaine « vertes et sociales ».

Création de 700 emplois durables. « Chaque année, le réseau Sprint accompagnera six incubateurs de start-up dans les six capitales en l’occurrence, Abidjan, Antananarivo, Alger, Casablanca, Dakar et Tunis. A terme, il permettra la création de 700 emplois durables, l’accompagnement de 200 start-up et la formation de 900 jeunes à l’entreprenariat « social green tech » ainsi que la sensibilisation de 2.400 jeunes aux nouvelles  technologies. Et pour le cas d’Antananarivo, le Sprint organise une start-up cette année », a expliqué Erick Rajaonary. Notons que la ville d’Antananarivo a été présente lors du lancement de ce premier réseau d’incubateurs francophones franciliens pour les start-up « vertes et sociales » à Paris par le biais du Conseiller spécial du Maire Lalao Ravalomanana. A cette occasion, le PDG du Guanomad a également partagé ses expériences dans les domaines de l’environnement et social tout en parlant des défis à relever de l’entrepreneuriat à Madagascar.

Prix sprint. Il faut savoir également que le projet Sprint a une dimension internationale et a été réalisé en partenariat avec Impact Network-Inco, un accélérateur mondial de start-up vertes et sociales, fondé par Nicolas Hazard. Ces deux facteurs favoriseront la mobilité géographique des entrepreneurs du réseau. Des prix Sprint sont prévus chaque année pour récompenser, dans chacun des pays participants, une start-up particulièrement innovante dans le domaine de l’entrepreneuriat social et/ou durable. Rappelons que le lancement de ce premier réseau s’est déroulé en présence de Valérie Pécresse, présidente du Conseil Régional de l’Île-de-France, Jean-Louis Borloo, ancien ministre d’Etat de l’Ecologie qui est aussi le parrain du réseau sans oublier l’ancien premier ministre du Bénin, Lionel Zinsou. Par ailleurs, à l’issue de cet événement, le PDG de Guanomad, Erick Rajaonary a été deux fois l’invité de la chaîne francophone africaine, Africa 24, dans le journal télévisé du jeudi 23 mars et dans l’Invité du Jour (IDJ) de Richard Togbe. Durant lesquels, il a évoqué les enjeux de ce réseau d’incubateurs francophones franciliens qui contribuera au développement de partenariat pour les start-up malgaches ainsi que les défis de l’entrepreneuriat à Madagascar.

Navalona R.

Madagascar Tribune10 partages

Suspicion de corruption à l’Assemblée Nationale

Le vote des lois électorales hier à l’Assemblée Nationale a scellé le divorce entre les députés de la frange présidentielle et ceux de l’opposition. Elle a également exposé au grand jour la vraie nature de l’Assemblée Nationale actuelle. Alors que le vote des lois électorales devait se tenir, plusieurs députés de l’opposition avec les quelques indépendants qui ont gardé leur indépendances se sont ramenés avec des pancartes criant à la corruption au niveau de la Chambre basse. En effet, durant le week-end de Pâques, les députés pro-régime se sont réunis à l’hôtel Paon d’or Ivato. Logés et nourris, les dépenses durant cette réunion auraient été pris en charge par le régime, l’objectif étant de persuader ces derniers à faire passer les lois électorales dans les jours qui allaient suivre. Mission accomplie donc pour l’Exécutif.

Une vidéo a également circulé sur le réseau social Facebook. On voit et reconnait clairement des têtes de députés ainsi que des liasses de billets sortant d’un carton. Les discussions entendues dans la vidéo parlent de la réception d’une certaine somme, uniquement pour ceux qui ont « levé la main ». De nombreux observateurs ont ainsi réagi brutalement sur les réseaux sociaux face à la vue de cette vidéo. Certains demandant même à ce que l’Assemblée Nationale soit dissoute sans plus attendre.

De son côté, lors de la session d’hier, les députés de l’opposition avaient également annoncé avoir saisi le BIANCO (Bureau indépendant anti-corruption) afin que des enquêtes soient menées au sein de l’hémicycle. La saisine du BIANCO a été remise par un huissier de justice au président de l’Assemblée Nationale Jean Max Rakotomamonjy.

Midi Madagasikara8 partages

Natation : Anoucka la surprise

Parmi les 121 nageurs qui ont participé à la compétition des jeunes relèves d’Analamanga  2017, les ténors de la natation tananarivienne catégorie avenir, poussines et benjamine étaient bien présentes au Lomano center d’Avarabohitra. Les nageurs tels que Razafimaharo Johane de SMCN, Rakotoniaina Elie de Jirama Mandraka, les frères Andriampenomanana  Mamihaja et Baritiana du club  managing  ont  confirmé qu’ils étaient les futurs patrons et stars de la natation d’Analamanga. Mais la surprise venait de la part de la nageuse  Ralambomanana Anoucka de Dobarano qui  a réalisé un triplé surprenant ainsi les favoris durant les épreuves du 50NL, 50 Dos et  100 NL.  L’autre fait marquant de cette journée, était l’initiative du conseiller technique régional Rado Ralambomanana de demander à quelques nageurs de la catégorie cadette, junior et sénior  de troquer leurs maillots contre des costumes d’officiels de natation. En effet, formés et encadrés, quelques nageurs ont joué le rôle de juges durant cette manifestation.

Anny Andrianaivonirina

Midi Madagasikara7 partages

GOLF TOURNOI HEC : Rebelote pour Ony Marchand et Luc Ratsimbazafy

Ony Marchand et Luc Ratsimbazafy étaient déjà les vainqueurs de la première édition du 1er tournoi de Golf HEC et les revoici encore en lice. Pour cette 2e édition, personne n’ont eu la voiture et la moto offertes par CT Motors vu que personne n’a fait de Trou en 1 au Trou N°4 ni d’Albatros au Trou N°8.

Les résultats

Série Juniors Mixte [Moins de 18 ans / Stroke Play NET]

1er  : Jonathan Ramarolahy / 2e : Rick Vallery Rajerison / 3e : Ony Rabenja

Série Séniors Mixte [+60 Ans Score En NET]

1e : Kim Jung Ho / 2e Duchateau Yves / 3e Deliat Jean Pierre

3e Série Femmes (Stableford NET)

1ère : Sarah Rajaonarivony / 2e Fara Baer 3e Haingo Beal

3e Série Hommes (Stableford NET)

1er Maurice Kowalczyk, 2e Olivier Dumeaux 3e Xavier Chidaine

2e Série Femmes (Stroke Play NET)

1Ere Shamia Hafejee / 2e Christiane Ravon / 3e Danie Akesson

2e Série Hommes (Stroke Play NET)

1er Nanja Ravelomanantsoa/ 2e Jun Hong Lee / 3e Nano Sukatno

1ère Série Femmes (Stroke Play BRUT)

1e Ony Marchand / 2e Monique Noyon 3e Hanitra Ratsimbazafy

1ère Série Hommes (Stroke Play Brut)

1er Luc Ratsimbazafy / 2e Jocelyn Ramahalison 3e Théodore Raveloarison.

Anny Andrianaivonirina

Midi Madagasikara7 partages

PETANQUE : Championnat de la section de Tana

Lavakely- Solo Kely et Lanto champions

En tout, le sommet de la section tananarivienne de pétanque a regroupé 15 équipes jeune, 16 doublettes dames, 48 équipes seniors.

Les résultats

Jeunes : Matthieu et Tendry (CBT) battent 13 vs Jet et Daniel (CBT 1) 13 à 7

Dames :  Mirana et Hasina 3FB battent Eva et Malala CBT (13 à 04)

Senior : Lavakely-Lanto-Solokely (Assurances MAMA) battent Fam Ambohipo Nary- Radany-Mbola 13 à 4

Anny Andrianaivonirina

La Vérité6 partages

Efficacité énergétique - Wwf Madagascar, pionnier des techniques

L’équipe du Fonds mondial pour la nature (« World Wide Fund of Nature » ou Wwf) à Madagascar met en œuvre des nouvelles  méthodes pour contrôler et réduire la consommation d’énergie au sein de son bureau.

Cela fait partie de sa stratégie « Walk the talk » et de vivre en harmonie avec la nature. La première composante- clé de l’effort d’efficacité énergétique était de comprendre la consommation d’électricité au sein du bureau. La gestionnaire logistique en a compté les appareils et estimé leur consommation d’énergie à l’aide d’un wattmètre. Un dispositif de moniteur d’énergie appelé « Smappee » sur les câbles électriques a été installé pour surveiller de façon continue la consommation d’électricité. Cela a permis de connaître la consommation habituelle d’électricité et d’identifier quels appareils sont les gros consommateurs d’électricité dans le bureau de Wwf Madagascar. Pour ce dernier, ce sont les serveurs, le serveur de climatisation, les ordinateurs de bureau, ainsi que les éclairages qui consomment le plus de courant électrique. Les membres du personnel ont accès aux données de « Smappee » sur leurs ordinateurs et même sur leur téléphone grâce à une application. Le personnel a bénéficié d’une formation et encouragé sur les mesures à prendre pour réduire la consommation de courant. L’élaboration d’un plan d’efficacité énergétique et la prise de  précaution comme l’extinction des lumières et des appareils électroménagers (chauffe-eaux, ordinateurs, distributeurs d’eau,…) quand ce n’est pas nécessaire ont permis d’économiser 12 % d’électricité pendant une semaine. Dans les prochains mois, « World Wide Fund of Nature » commencera à installer des équipements solaires photovoltaïques dans les bureaux. 

D.H.R.

Midi Madagasikara6 partages

Football Analamanga : L’USCAFOOT humiliée !

La 8e journée de la Ligue d’Analamanga de football a été catastrophique pour USCAFOOT balayée sur ses terres par Tana Formation sur le score aussi incroyable que sévère de 5 buts à 1.

La victoire écrasante de Tana Formation au championnat d’Analamanga de la première division par 5 à 1 est sur toutes les lèvres. Une rencontre à sens unique qui met en avant non pas le savoir-faire de Tana Formation notamment un Tojo des grands jours auteur d’un doublé mais surtout la démission des joueurs de la Commune. Autant le dire, les protégés de Mbolamanana ont tout fait sauf jouer au football et que les bonnes paroles de cet orateur émérite risquent de ne plus suffire. Au football, on ne vit pas d’amour et de bonnes paroles car même les pros ont besoin d’une motivation supplémentaire.

Inconstance. Résultat de cette débâcle, USCAFOOT disparaît du Top 4 pour laisser la place à Elgeco Plus qui est leader de ce championnat après sa victoire de 1 à 0 de dimanche face au Mama FC. Un petit but de Bela avait suffi aux protégés d’Alfred Randriamanampisoa.

A la deuxième place se trouve Tana Formation juste devant l’AS Adema qui a été tenu en échec (1 à 1) par le COSFA qui a été fidèle à ses habitudes notamment celle de jouer très fort face aux équipes du peloton de tête et de lever les pieds devant des formations en bas du tableau. Une inconstance qu’on a du mal à expliquer mais c’est la triste réalité pour les militaires qui ont pourtant de solides arguments pour viser le titre mais qui se trouvent pour l’instant dans le ventre mou du classement.

Duel des promus. Le COSPN pour sa part s’est contenté d’une petite victoire de 2 à 1 devant SabNam qui a pourtant du mal à convaincre.

Mais la bonne opération du week-end était à mettre à l’actif du FC Tana qui a arraché une victoire dans le duel des nouveaux promus. Les protégés de Gothlieb se sont imposés par 2 buts à 1 devant Mi20 arrachant ainsi le sourire au grand humoriste qui poursuit son apprentissage dans le football, celui de l’élite qui plus est.

Mais tel que l’ami Gothlieb le dit, ses joueurs finiront par trouver leur voie. Celle du maintien en tout cas.

Clément RABARY

News Mada5 partages

Exposition : l’Ethno Graffiti by Taka Andrianavalona et Miora Mickaëlla

Du 6 au 27 avril prochain, les deux peintres graffeurs Taka Andrianavalona et Miora Mickaëlla présenteront quelques-unes de leurs œuvres à l’Is’art galerie à Ampasinimalo. Baptisée « L’ethno-graffiti », l’exposition démontrera uniquement une autre technique du graffiti.

Si le graffiti représente habituellement des scènes de vie qui se déroulent, dans la plupart du temps dans des milieux urbains, et surtout dans le monde du hip hop, Taka Andrianavalona essaie plutôt de dessiner des œuvres qui dévoilent quelques images de la culture malgache dans le milieu rural. «J’adopte une technique qui permet de combiner de manière vibrante les couleurs de la vie, faisant écho à la culture malgache très colorée», a-t-il expliqué. Baptisée «Ethno-graffiti», cette exposition présentera donc une autre manière d’utiliser le graffiti.

Taka Andrianavalona, un peintre passionné

Etant aussi un adepte du recyclage, ce peintre utilise les objets du quotidien dans ses œuvres comme les tissus, les magazines, les journaux et même les coquillages ou encore les boutons. Autodidacte, il a appris à développer son style en le pratiquant régulièrement, depuis son enfance. Le monde de l’art visuel l’a toujours passionné. Par ailleurs, il a plutôt approfondi la peinture pour mieux maîtriser les diverses techniques picturales telles que la gouache, la peinture acrylique, l’aérosol sur mur… Au fil du temps, il a décidé de les exploiter et actuellement il a trouvé son propre style.

Miora Mickaëlla, un nouveau talent à soutenir

Pour que l’exposition «Ethno-graffiti» soit davantage plus riche, Taka Andrianavalona a ainsi fait appel à une autre peintre. Il s’agit de Miora Mickaëlla, de son vrai nom Miora Sitraka Mickaëlla Andriamiharisoa. Douée et surtout audacieuse, elle est encore actuellement à la recherche de son style. Elle a commencé à dessiner en regardant des tutoriels sur Internet, en essayant d’imiter ses amis artistes… Mais elle est tout de même assez talentueuse et mûre pour assurer une exposition  avec Taka Andrianavalona.

Holy Danielle

 

Tananews5 partages

Les députés s’insurgent contre le train de vie du Ministre des Finances et du budget

Selon ces députés, le Ministre Gervais Rakotoarimanana dispose d’une Toyota V8, une Audi Q5, une Audi Berline et une Mitsubishi 4×4.

Et nos 4×4 alors s’insurgent ces mêmes députés ?

L’exemple ne vient toujours que d’en haut, sa Seignhery n’a qu’à s’en prendre à elle-même et n’avait qu’à rouler en Karenjy pour éviter toute cette gabegie en bas.

News Mada4 partages

Nina’s : la tournée nationale continue

Après avoir effectué une tournée internationale, la chanteuse Nina’s est de retour au pays depuis le mois de mars dernier. Elle entame actuellement une tournée nationale. Dimanche, au Kianja Bika à Tsiroanomandidy, la chanteuse a donné un spectacle exceptionnel, lequel a  succédé à la soirée à succès effectué au Le Glacier

Selon Jean Claude Vera, organisateur de l’évènement, l’ambiance a été chaude dans  une  salle archi pleine. La particularité de cette soirée est que la chanteuse a interprété quelques nouveaux morceaux, entre autres «Solonao vaovao», «Mankasitraka», ou encore «Samy misy mpankafy»…

Par ailleurs, l’agenda annuel de Nina’s semble être bien chargé.  La chanteuse animera la scène du THB Tour à Antsirabe, le jour de Paques. Le lendemain, elle sera à Ambatondrazaka pour offrir deux concerts. Ensuite, elle sera de retour à Antananarivo, le 30 avril, au Coliseum d’Antsonjombe et à Sabotsy Namehana. Après quelques jours de repos, elle sera de nouveau dans la place le lundi de Pentecôte et durant la fête nationale.

Holy Danielle

 

Orange Madagascar4 partages

Conseil du Gouvernement du 4 avril 2017

Un Conseil du Gouvernement s’est tenu ce mardi 4 avril 2017 à partir de 9h00 au Palais d’Etat de Mahazoarivo

I- ADOPTION DE TEXTES REGLEMENTAIRES

Au titre du Ministère des Finances et du Budget + Ministère de l’Intérieur et de la Décentralisation.Adoption du Projet de décret fixant le régime de gestion, d’utilisation, et de contrôle du Fonds d’appui au développement et portant organisation et fonctionnement du Comité Local de Développement.

Au titre du Ministère des Finances et du Budget.Adoption du Projet de décret portant procédure d’affectation des biens et réaffectation de la propriété de l’Immeuble « Maison des produits » sis aux 67 hectares Antananarivo à l’Institut de la Vanille de Madagascar (IVAMA) en liquidation.

Au titre du Ministère de la Culture, de la Promotion de l’Artisanat et de la Sauvegarde du Patrimoine.Adoption du Projet de loi portant Politique Nationale du Cinéma.

II- COMMUNICATIONS

Au titre du Ministère auprès de Présidence chargé de l’Agriculture et de l’Elevage.Communication verbale relative au lancement régional du Projet d’Amélioration de la Productivité Agricole à Madagascar (PAPAM) à Antsirabe du 05 Avril 2017.

Au titre du Ministère des Finances et du Budget + Ministère de l’Economie et du Plan.Communication verbale relative aux réunions de Printemps du Fonds Monétaires International et du Groupe de la Banque Mondiale du 17 au 23 Avril 2017 à Washington DC.

Au titre du Ministère de la Santé Publique.. Communication verbale relative à la réactualisation de la Politique Nationale de Santé (PNS) pour la période 2016 – 2030.. Communication verbale relative à la demande d’approbation pour la tenue de la Journée Mondiale de la Santé le 07 Avril 2017 au Centre Hospitalier Universitaire Joseph Ravoahangy Andrianavalona, Antananarivo.

Au titre du Ministère de l’Education Nationale.Communication verbale relative à la célébration de la rentrée solennelle de la formation à distance des enseignants du primaire à Madagascar (FADEC.MG).

Au titre du Ministère du Tourisme.Communication verbale relative à la Lettre de Politique Nationale du secteur Tourisme. 

L’ordre du jour ayant été épuisé, la séance a été levée à 13h00.

Antananarivo, 4 avril 2017Les Porte-paroles du GouvernementMme Onitiana REALYMinistre de la Population,de la Protection Sociale et de la Promotion de la FemmeM. Andrianjato Vonison RAZAFINDAMBOMinistre de la Communication et des Relations avec les Institutions

Midi Madagasikara4 partages

UE : 60e anniversaire des traités de Rome

L’Union Européenne s’offre à découvrir au Tahala Rarihasina !

Depuis le 31 mars jusqu’au 6 avril, la délégation de l’Union Européenne à Madagascar organise une exposition au Tahala Rarihasina Analakely pour commémorer les 60 ans des traités de Rome marquant un tournant décisif dans l’intégration de l’Union Européenne.

La création de l’Union Européenne fut un long processus de 42 ans (du 9 mai1950 au 7 février 1992), jalonné par des traités historiques. C’est effectivement le 9 mai 1950, juste après la fin du deuxième conflit mondial que Robert Schuman, alors Ministre français des Affaires Etrangères a proposé l’idée d’une « intégration européenne de l’acier et du charbon » entre les anciens pays ennemis. Il s’agissait d’une décision stratégique pour instaurer la paix et éviter la guerre, par le contrôle des armements. D’ailleurs, c’est en grande partie grâce à lui que l’Union Européenne a remporté le prix Nobel de la Paix le 10 décembre 2012. Ayant été précurseur de l’Union européenne avec le traité de Paris en 1952 (création de la Communauté Européenne du Charbon et de l’Acier), la date du 9 mai a été retenue comme « Journée de l’Europe ».

Traités de Rome. Le 25 mars 1957, furent signés à Rome deux traités portant sur l’institution de la Communauté économique européenne et la Communauté européenne de l’énergie atomique (Euratom), pour maintenir la paix, renforcer la solidarité et instaurer la démocratie. L’appellation « Union Européenne » quant à elle a vu le jour à Maastricht, par le traité du même nom le 7 février 1992. L’exposition qui se tient actuellement sur ce traité  suscite l’intérêt de l’opinion. En effet, rien que dans la journée du vendredi, des étudiants étaient venus en masse pour la visiter et consulter les livres sur place, ou carrément rentrer avec les brochures offertes. Le lieu a d’ailleurs été choisi pour s’approcher au plus près du public, pour que les Malgaches ne soient pas des « tompon-trano mihono ».

Les priorités de l’Union Européenne à Madagascar

Questionné sur le sujet, Lothar Jaschke, ministre et conseiller, chef de la section politique, presse et information de l’Union Européenne à Madagascar répond : « L’Union Européenne est présente à Madagascar depuis 1958, ce fut à partir de là que les premiers FED (Fonds Européen pour le Développement) ont commencé à être alloués. Ils consistaient alors à aider Madagascar à faire face aux catastrophes naturelles qui continuent encore de ravager ponctuellement le pays jusqu’à maintenant (le cas récent d’Enawo). Ses actions priorisent le développement économique et social (instaurer la paix et l’unité dans la diversité) et s’articulent sur trois axes majeurs : la diplomatie, l’économie (lutte contre la pauvreté, construction des infrastructures, etc.) et la politique (stabilité politique, Etat de droit et démocratie, etc.) ».

Luz R.R

News Mada3 partages

Trafika andramena : manantena fanenjehana ireo mpanondrana sy mpiray tsikomba ny Amerikanina

Andrasan’ny fanjakana amerikanina ny hanenjehana sy hanasaziana ireo mpanao trafika andramena eto Madagasikara, raha efa nanao ny azy ny fitsarana any Singapour.

Mazava ny fanambarana ! Nisaotra ny fitsarana any Singapour ny masoivoho amerikanina, navoakan’ny masoivoho amerikanina mikasika ny raharaha andramena tany Singapour, nanameloka ilay mpandraharaha. Narahabainy koa ny governemanta malagasy nandray anjara ka nahatongavana amin’izao vokatra izao ary manantena hisin’ny fanadihadiana lalina sy fanenjehana ireo mpanondrana andramena, niray tsikomba tamin’ity fanondranana tsy ara-dalàna ny harena sarobidin’i Madagasikara ity.

Tsiahivina fa hivoaka amin’ity volana avrily ity ny didim-pitsarana mikasika ity raharaha ity.

Midika izany fa fantatry ny masoivoho amerikanina fa misy tokoa ny mpanondrana ireo andramena ireo teto an-toerana, sy ny mpiray tsikomba nandray anjara tamin’ny fanondranana tsy ara-dalàna. Raha ny antontan-taratasy any am-pelantanan’ny fikambanana miaro ny tontolo iainana iray, W.K. ny anaran’ilay mpandraharaha voarohirohy ary K.H.P. LTD ilay orinasa.

Tsy nisy voasazy mihitsy

Anisan’ny tompon’andraikitra tao amin’ny minisitera iray eto amintsika ny vehivavy iray, nilaza fa ara-dalàna ny antontan-taratasy. Nisoratra tamin’ny anaran’ny lehilahy malagasy  iray koa ny fanomezan-dalana hanondrana any ivelany. Taty aoriana, nilaza ny tale iray tao amin’ny minisitera iray fa diso ireo antontan-taratasy, ary nanitsy ny filazany tany aloha ilay vehivavy ka nanambara indray fa diso.

Hatreto, tsy nisy voasazy, naiditra am-ponja mihitsy ny mpanao trafika andramena teto Madagasikara. Misy ny raharaha any amin’ny Bianco, saingy tsy nisy tohiny rehefa niakatra tany amin’ny rafi-pitsarana Chaîne pénale. Anisan’ny nanonona anarana tamin’izany koa ny masoivoho amerikanina.

Randria

(Tahirin-tsary)

News Mada3 partages

Antsirabe : tratran’ny zandary ny dimy tamin’ireo jiolahy nanolana masera

Mitohy ny famotorana sy ny fanadihadiana ireo jiolahy tompon’antoka tamin’ny fanafihana niharo fanolanana masera tao amin’ny sekolin’ny masera ao anatin’ny fikambanana La Salette ao Antsahatanteraka Antsirabe, ny sabotsy maraina teo. Mitohy ny fikarohan’ny zandary ny naman’ireto jiolahy ireto…

 

Efa eo am-pelatanan’ny zandary ireo jiolahy dimy voarohirohy ho tompon’antoka tamin’ny fanafihana miharo fanolanana masera sy vehivavy teratany Alemana iray mpilatsaka an-tsitrapo. Eo am-pikarohana ny naman’ireto jiolahy ireto kosa ny zandary sy ny polisy ao Antsirabe. Tamin’ny fomba feno habibiana ny nanolanan’ireo jiolahy ireo niharam-boina.

Tsiahivina fa nidiran’ny andian-jiolahy an-keriny tao amin’ny sekolin’ny masera ao anatin’ny fikambanana La Salette ao amin’ny fokontany Bemololo kaominina Andranomanelatra, ny asabotsy vao maraina teo. Lasan’ireo jiolahy nandritra ny fanafihana ny vola 30 tapitrisa Ar. Tsy nionona tamin’izay anefa ireo olon-dratsy fa mbola nametaveta ireo tompon’andraikitra ao amin’ity sekoly ity. Araka ny tatitra avy amin’ny zandary ao an-toerana, nofatoran’ireo olon-dratsy ny mpiambina ka tsy afa-nanotra ireo olon-dratsy. Nisy tamin’izy ireo nanolana fotsiny fa tsy naka na inona na inona raha nandroba ny entana sy ny vola kosa ny naman’ireo nanolana.

Toerana somary mitoka-monina ihany ity toerana misy ny sekolin’ny masera niharan’ny fanafihan-jiolahy ity. Nanao izay tokoa ry zalahy nandritra ny fanafihana ny tanàna. Midika izao fa tsy milamina intsony mihitsy ity resaka tsy fandriampahalemana ity satria sahin’ireo olon-dratsy aolana hatramin’ny masera aza. Aiza ny fiarovana ireny toeram-panabeazana ireny indrindra ho an’ireo teratany vahiny mpilatsa an-tsitrapo kanefa iharan’ny herisetran-jiolahy toy izao?

J.C

(Tahirin-tsary)

News Mada3 partages

CEPE : manomboka ny fifantenana ny laza adina

Nanomboka, omaly ary hitohy hatramin’ny zoma izao, ny fisafidianana ny laza adina CEPE 2017. Tanterahina ao amin’ny minisitera foibe izany, izay iarahana amin’ireo tompon’andraikitra voalohany mikarakara ny laza adina miaraka amin’ireo ekipan’ny minisitera. Eo koa ireo mpitandro filaminana avy ao amin’ny polisim-pirenena sy ny zandarimariam-pirenena. Miisa 126  ireo laza adina hosafidiana. Mitsinjara ho sokajy telo isaky ny faritany izy ireo (Sokajy A, B,C)

Nisy ihany koa, ny herinandro teo, ny atrikasa natao ho fanomanana hatrany ny fanatontosana ny fanadinam-panjakana ofisialy CEPE, BEPC, CAE/CAP-EP 2017.  Tanjona ny nanamafisana ny fifanomezan-tanana sy fiaraha-miasa amin’ireo mpiara-miombon’antoka amin’ny minisiteran’ny Fanabeazam-pirenena.

Natao jery todika ny vokatry ny fiaraha-miasa tamin’ny taona lasa 2016 sy ny lesona azo notsoahina tamin’izany. Niadian-kevitra sy nofariparitana koa ireo fanatsarana fomba fiasa hoentina manantontosa ny fanadinana amin’ity taona 2017 ity.

Tatiana A

News Mada3 partages

Forêts de mangroves : la déforestation en baisse

Les surveillances aériennes ont montré que la déforestation des mangroves a significativement diminué, passant de 87,72 ha en décembre 2015 à 12,69 ha en décembre 2016. Cela grâce, entre autres, à la gestion des mangroves par les communautés locales, aux patrouilles de surveillances et à la règlementation de l’exploitation, selon WWF Madagascar.

Cela est rendu possible par l’intensification des sensibilisations envers les communautés locales. En effet, la restauration des mangroves contribue non seulement à l’amélioration substantielle de la vie de ces communautés, mais également au développement de nombreuses espèces comme les crabes, les crevettes et les poissons. Ces ressources halieutiques engendrent des revenus pour les riverains qui dépendent essentiellement de la pêche.

Campagne de reboisement

Sous l’égide des ONG œuvrant dans la protection de l’ environnement, aussi bien nationales qu’internationales, des communautés locales s’activent actuellement à la restauration des mangroves. Cela à travers une technique simple de reboisement par des plants de palétuviers ou de propagules.

Dans la région du Menabe, plus de 60 000 propagules ont été plantés à Morondava et dans le district de Belo-sur-Tsiribihina pour une surface totale de 36,5 ha. Une initiative du consortium des jeunes de la région. Toujours dans la même localité, le long du Tsiribihina, d’autres jeunes ont conduit une campagne de restauration couvrant une surface de 45,6 ha de mangroves avec 80 000 propagules en trois mois. Et dans la région Melaky, des communautés locales viennent de restaurer 93 ha de mangroves.

Sera R

 

News Mada3 partages

Festival international de guitare de Madagascar : la semaine sera chargée

Organisée par l’association Musician association artistes gutarists of Madagascasr (Maagma), la quatrième édition du Festival international de guitare de Madagascar a débuté le 1er avril dernier à l’hôtel Ibis à Ankorondrano. Le jeune guitariste Johary Narimanana a inauguré le festival en compagnie de JohnHarp, spécialiste en harpe, de Fabio Barbagallo, l’invité spécial venu d’Italie, du groupe Mamina et de Manoela et Manohy Narimanana.

Fiesta de la guitarra

Le programme s’est poursuivi par le concours «Fiesta de la guitarra» destiné aux festivaliers. Il s’est tenu, le 2 avril, à l’Alliance française d’Antananarivo avec la participation de onze musiciens. L’un d’entre eux a donné une prestation exceptionnelle, hier, au Café de la Gare à Soarano. Tsity a ainsi présenté au grand public le «Beko», un style originaire du Sud de la Grande Île.

Une soirée

italienne

Demain, la scène sera assurée par l’invité d’honneur Fabio Barbagallo. Il donnera une soirée italienne à l’hôtel Le Louvre à Antaninarenina. Avec sa guitare acoustique, il emmènera le public, en voyage direct, en Italie. «La musique et la cuisine seront ainsi sous le thème Italie», explique une des responsables du festival. Le jeune artiste Nialy qui y est invité, va interpréter les derniers tubes pop célèbres italiens.

Une soirée latino

Le 5 avril sera réservé à la soirée latino. Se tenant à l’hôtel Le Louvre à Antaninarenina, elle sera assurée par trois musiciens, à savoir Johnhar, Narimanana et son fils Manoela Narimanana. «La guitare et la harpe donnent une fusion sonore exceptionnelle qui met surtout à l’honneur l’acoustique», tient-elle à préciser. «Une ambiance cabaret avec une musique entraînante et une cuisine à saveur latino attendra le public», selon toujours cette responsable.

Du classique avec Manohy Narimanana

Le festival continuera le 6 avril  à l’Hôtel de ville à Analakely. Ce sera une soirée classique assurée par Manohy Narimanana. Cette artiste à multiples facettes, à la fois pianiste, guitariste et compositeur, y interprétera quelques extraits de son dernier album qui vient de sortir, le 24 février dernier, intitulé «Ara dia Alma».

Holy Danielle

 

Tananews3 partages

C’est bien de se féliciter des décisions de justice de Singapour

C’est formidable même.

Mais sinon, quand est-ce que l’on se félicitera des décisions de Justice à Madagascar, sur ce dossier du bois de rose ? Quid des réseaux locaux ? Des complicités ? Ces rondins ne sont quand même pas sortis tous seuls du pays, si ?

Vu qu’il n’y a pas eu un seul procès sur le sujet à Madagascar, pis, que des gens comme Bekasy sont soigneusement exfiltrés, la seule conclusion qui s’impose est que certaines personnes, hauts placées pour certains, jouent à un double jeu, en se moquant du monde entier car ils mangent eux aussi dans cette gamelle bien lucrative du bois de rose.

Tous ces navires interceptés depuis, toutes ces personnes auditionnées, enquêtées, ça en est où ? Ou bien comme Bekasy, soigneusement mises au vert ?

L'express de Madagascar3 partages

Baccalauréat – Boom des candidats de la série A2

Des milliers de candidats en plus à la série A2. L’effectif des candidats de la série A2 ne cesse de grimper chaque année. Sur les 74 397 inscrits à l’examen de baccalauréat dans l’ex-province d’Antananarivo pour 2017, les 46 493 sont de la série A2, selon la statistique provisoire de l’office du baccalauréat à Antananarivo, hier. Ils n’étaient que 43 129, en 2016. 3 364 candidats en plus sont donc enregistrés dans cette série. Pour les trois autres séries du baccalauréat général ainsi que pour le baccalauréat technique et professionnel, pourtant, le nombre des candidats a presque stagné. 4 782 candidats pour la série A1, contre 5 145, en 2016. Les 3 325 candidats de la série C en 2016 sont arrivés à 3 334. Les inscrits en série D ont baissé, 14 850 en 2016 et 14 744 cette année. Les candidats au baccalauréat technique et professionnel sont passés de 4 859 à 5 044.Certains de ces trois milliers de candidats en série A2 seraient des élèves en classe de première dans des lycées privés, qui voudraient tenter leur chance à empocher le diplôme de baccalauréat, plutôt que prévu, en optant un moyen de facilité.Ceci est certes, une raison de cette hausse incessante des candidats de la série A2. Mais le laisser-aller de l’«incompétence» de certains enseignants est, également, fortement critiqué par des enseignants des matières scientifiques. « Le recrutement de ces enseignants payés par les parents d’élève (FRAM), anéantit vraiment l’éducation à Madagascar. Certains des professeurs de mathématiques sont des diplômés en gestion. Ils ne maîtrisent même pas la matière et enseignent n’importe quoi aux lycéens», déplore un enseignant de mathématiques dans un lycée public. Dans ce lycée, le taux de réussite des candidats en série C a été médiocre, en 2016 et ceux qui n’ont pas réussi dans cette série ont choisi la série A2 pour la session suivante.Les épreuves du baccalauréat débuteront le 24 juillet. Du 24 au 28  juillet pour la session d’épreuves d’enseignement général et du 31 juillet au 3 août pour la session d’épreuves d’enseignement technique et technologique.

Miangaly Ralitera

L'express de Madagascar3 partages

Moisson d’avril

Si c’était samedi, on aurait cru à un gros poisson d’avril. Mais pour un gros poisson c’en est vraiment un que le Bianco a mis dans la nasse hier. Eh oui, après s’être torchée avec les convocations du Bureau anti-corruption, l’omnipotente Claudine Razaimamonjy, super sponsor et égérie du pouvoir, a été bel et bien arrêtée hier dans des circonstances invraisemblables avec des gendarmes «spéciaux». Un événement surréaliste quand on connaît l’affinité et l’attachement réciproque qui existent entre cette femme d’affaires et le Président. Il ne faut pas ainsi aller trop vite en besogne étant donné qu’on imagine mal le Président lâcher un de ses fervents conseillers dans la gueule du loup et la laisser passer sous les fourches… Claudines. C’est d’autant plus douteux que cette arrestation survient à un moment où le pouvoir procède à la destitution des maires élus qui ne sont pas du sérail. Ce n’est pas à un an de la présidentielle qu’on se sépare de celle qui a été surtout l’artisan du triomphe en 2013 et dont la puissance financière s’est considérablement accrue depuis. Un allié de taille à l’image d’autres conseillers du Président qui forment un véritable bunker financier autour de lui. L’entourage présidentiel s’est dit d’ailleurs consterné par cette arrestation dont on ignore les motifs. Jusqu’à tard dans la soirée hier, aucune audition n’a eu lieu. Est-ce que c’est toujours l’affaire du détournement de fonds de la commune d’Ambohimahasina ou d’autre chose ?S’agit-il alors d’un coup de force du Bianco pour mettre le pouvoir à l’épreuve dans sa prétendue lutte contre la corruption ?  Toute intervention en faveur de Claudine Razaimamonjy prouvera le contraire aux yeux de l’opinion et surtout la communauté internationale, en particulier les bailleurs de fonds. L’élargissement de Bekasy, arrêté puis incarcéré à Antanimora pour trafic de bois de rose en 2015, est resté en travers de la gorge des bailleurs de fonds.Le pouvoir se trouve ainsi dans de mauvais draps. Il ne lui sera pas facile de se défaire de ce piège politique. Cette arrestation prouve que l’État est loin de tout maîtriser au point d’ignorer une décision grave au détriment d’une notoriété du palais. Une épine de plus qui s’ajoute aux autres boulets qu’il traîne et qui sont charriés par une actualité particulièrement talentueuse depuis le début de l’année. Il n’est pas au bout de ses peines et l’opinion n’est pas au bout des surprises. En trois jours on aura beaucoup vu mais la liste est loin d’être exhaustive. Dès aujourd’hui il y aura inévitablement beaucoup de mouvements autour de cette affaire qui éclipse, du coup, la barbarie d’Andapa. L’État est attendu au tournant mais on imagine mal qu’il se laissera faire facilement. Ce n’est pas la pire situation qu’il a eu à affronter. Il s’est bien tiré d’affaire dans le kidnapping de deux enfants à Toamasina dont les deux principaux suspects ont été relâchés sans procès après quelques mois de détention. Récemment il a sauvé la face en gagnant le procès du trafic de bois de rose de Singapour au prix d’un salto arrière et en se couvrant de ridicule. Il ne faut pas ainsi jubiler trop vite et se faire d’illusion. Claudine Razaimamonjy a d’autres cordes à son arc et ne se laissera pas pendre …gratuitement.

Par Sylvain Ranjalahy

Madaplus.info2 partages

Elle a martyrisé ses étudiants, mais la suite…

Hier, une vidéo, que vous pourriez regarder dans le second paragraphe, avait fait le tour du web. Ce sont des étudiants martyrisés par leur enseignante.
Coup dur pour cette dame qui a giflé et a mis au supplice ses étudiants hier. En effet, toute la scène a été filmée par un internaute, il a tout de suite balancé la vidéo sur facebook. L’information s’est vite éparpillée comme une trainée de poudre. Il s’agit d’une école privée nommée La Croyance sise à Anjanahary. Le ministre de l’Éducation a vu la vidéo et posté sa réaction sur son compte facebook. Il stipule que lever la main sur les élèves n’est plus accepté par la loi. Le ministère prendra une mesure drastique face à cette situation.
News Mada2 partages

Tim Dobson : “Natao fitaovana politika Ambatovy tany aloha”, hoy ny filohany

Nosokafana, ny zoma hariva teo ary mifarana amin’ny 7 avrily ho avy izao ny varavarana misokatra, karakarain’ny tetikasa Ambatovy etsy amin’ny Gara Soarano. Nandritra ny fotoam-panokafana, nambaran’ny filohan’ity orinasa ity, Tim Dobson, fa mitondra fampandrosoana ho an’ny firenena ny Tetikasa Ambatovy, indrindra ny lafiny toekarena. Lohahevitra noraisina rahateo tamin’ity hetsika andiany fahavalo ity ny hoe: “Ambatovy, moteran’ny toekarena eto Madagasikara”.  Nahitsy ny kabariny, nilazany fa “tsapanay ny habenay sy hasarotan’ny fiharianay, mahatonga ny fanontaniana maro, sy ahazoanay fanehoan-kevitra hafahafa. Hatramin’izay, maro ny tsikera azo ary ao ireo mivoy vaovao diso.

Ohatra velona ho an’ny hafa

Misy amin’ny mpanao politika sasany, manao kabary tsara lahatra marina na diso mikasika an’Ambatovy, manaparitaka tarehimarika tafahoatra (ahena na ampitomboina), hanaovana fitaovana politika an’Ambatovy. Na izany aza, tanjon’Ambatovy ny hanao zavatra tsara, ho ohatra velona ho an’ny orinasa mitrandraka harena an-kibon’ny tany vaventy ho tompon’andraikitra …, manaja ny fiarahamonina sy ny tontolo iainana,… Manaja ny lalàna eto amin’ny firenena, ny fifanarahana natao sonia tamin’ny mpitondra.

Mitovy amin’ny orinasa manao raharaham-barotra rehetra ny Tetikasa Ambatovy. Nambaran’ny filohany, Tim Dobson fa tsy ho tafaverina ny masonkarena tamin’ny fampiasam-bolany raha tsy ao anatin’ny 30 taona. Tsy ho tanteraka izany raha tsy miara-miasa mirindra aminay ny fiarahamonina, ny governemanta ary ireo mpiara-misehatra tsy ankanavaka manodidina anay.

Fanazavana amin’ny antsipiriany

Nomarihiny koa fa “miandry ny tsikera ho avy ato anatin’ny 18 volana izahay, fantatray fa misy ireo manao kabary tsara lahatra hankahalana ny vahiny sy handavana ny tena zava-misy ara-toekarena, mba hahazoana vato amin’ny fifidianana. Saingy, vonona hiara-kiasa izahay mba tsy hatao fitaovana na takalon’aina politika, ary hohamafisina ny fiaraha-miasa”.

Hita, mandritra ity varavarana misokatra ity avokoa ny mombamomba an’Ambatovy rehetra. Ny fihariany, ny asa atao any Ambatovy Moramanga, ny fitaterana ny akoram-potaka mankany Toamasina, ny fanodinana azy ho nikela sy kobalta, sns. Eo koa ny fitandroana ny tontolo iainana, ny lafiny fikarohana amin’ny zavamaniry sy ny biby ary ny fiarovana sy fampitomboana azy ireny, ny famerenana ny zavamananaina eo amin’ny toerana nitrandrahana harena an-kibon’ny tany, sns.

Njaka A. /Sary: Fano R.

News Mada2 partages

Krizy : misondrotra isan’andro ny vidim-bary

Miverina indray! Araka ny efa nitaterana azy teto herinandro vitsy lasa izay, misondrotra saika isan’andro indray ny vidim-bary eto an-dRenivohitra sy ny manodidina. Omaly, alatsinainy, tsy misy latsaky ny 2.100 Ar intson’ny ny kilaon’ny makalioka, ary misy efa 2.200 Ar aza ny an’ny sasany. Mitovy na latsaka kely (2.000 Ar/kg) ny vary gasy. Nambaran’ny mpivarotra atsinjarany iray eny Amboditsiry, tsy sahy nivarotra makalioka intsony izy satria anaovan’ny mpanjifa tsikera mavaivay. “Ny mpamongady anefa no mampiakatra isan’andro ny vidiny”, hoy izy. Ny faran’ny herinandro teo, mbola 2.000 Ar ny kilaon’ny makalioka ary 1.900 na 1.950 Ar ny kilaon’ny vary gasy.

Midangana koa ny vary “stock”

Misy milaza fa “mihena ny tahirim-bary tranainy avy any Alaotra, sompitry ny makalioka”. Ny mahavariana amin’ity raharaham-bary ity anefa, tafakatra 1.900 Ar koa ny vary hafarana avy any ivelany “stock”. Nanamafy ilay mpivarotra eny Amboditsiry fa “ny mpamongady no tena mamaritra ny vidim-bary, satria tsy tokony hisondrotra hanaraka ny vary eto an-toerana ny vary avy any ivelany”.

Efa namoaka baiko hamerana ny vidim-bary tsy hihoatra ny 2.000 Ar ny filoham-pirenena, fotoana vitsy lasa izay. Tsy nisy nihaino sy nanatanteraka izany matoa manao izay saim-pantany toy izao ny mpivarotra, sady tsy hita koa ny andraikitra sy ny fepetra azo tsapain-tanana ataon’ny fitondrana.

Tsy voafehin’ny fitondrana intsony ny fidangan’ny vidin-javatra sy ny vidim-piainana. Tsy mitsaha-mitombo isam-bolana ny vidin-tsolika, misondrotra ny vidin’ny saribao, ary izao efa tsy takatry ny vahoaka izao intsony ny vidim-bary. Any Mahajanga, efa 2.800 Ar ny kilaon’ny vary. Tsy ary nisy hatramin’izay ireo vidiny ireo!

Randria /Sary: Fano R.

News Mada2 partages

AFD : nahazo fanampiana be indrindra i Madagasikara

Nahafa-po ny AFD (Agence française de développement)  ny taom-piasana 2016, araka ny tatitra navoakany. I Madagasikara no nahazo fanampiana be indrindra avy amin’ny AFD tamin’ireo firenena miisa 75. 100 tapitrisa euros (340 miliara Ar mahery) ny avy aminy tamin’iny taona iny, manambara ny fiaraha-miasa akaiky misy eo amin’i Frantsa sy i Madagasikara.

Anisan’ny nofaritan’ny AFD laharam-pahamehana tamin’izany ny fanajariana ireo tanàn-dehibe, ho fanampiana ny mponina, indrindra ireo miaina anaty fahantrana eto an-dRenivohitra sy any amin’ny faritany. 163 miliara Ar, nentina nanarenana sy nanajariana ny Tanànan’Antananarivo, ankoatra izany, 85 miliara Ar ny nanamboarana ireo fotodrafitrasa sasany any amin’ny Renivohi-paritany hafa.

Ao anatin’ny fanampian’ny AFD koa ny fiatrehana ny any ambanivohitra sy ny tontolo iainana. Ny fiandohan’ny taona 2016 lasa iny, 23 miliara Ar nanohanana ny fambolena  ho fanatsarana sy fampitomboana ny vokatra. Niampy izany ny fanampiana fanofanana ny tanora ho an’izay mety tetikasa haroso sy hidirana amin’ny tsenan’asa. Betsaka ihany koa ireo ONG nahazo fanampiana. Ireo ONG fantatra fa nanangana tetikasa fampandrosoana maro. Mbola misy tetikasa enina nahazo famatsiam-bola 30 miliara Ar.

Tsy mbola tapaka nandritra ny 65 taona ny fifandraisana eo amin’i Madagasikara sy ny AFD, ho an’ny tombontsoan’ny vahoaka malagasy, na tao anatin’ny fitondrana Tetezamita aza.

R.Mathieu

News Mada2 partages

Fifanarahana eo amin’ny jono, 2017 : 3.429,300 tapitrisa euros avy amin’ny UE

 Manohana an’i Madagasikara eo amin’ny fiarovana ny jono ny Vondrona eoropeanina (UE). Fifanarahana natomboka ny taona 2015 hatramin’ny 2018. Havaozina isan-taona izany fiaraha-miasa izany, ka nanao sonia izany, omaly, ny ao amin’ny minisiteran’ny Jono sy ny Vondrona eoropeanina.

 

Fiaraha-miasa maharitra amin’ny sehatry ny jono, eo amin’i Madagasikara sy ny Vondrona eoropeanina. Izay ny tanjona nofaritana ka hampaharitra marina izany fiaraha-miasa, natsangana ny komity iraisan’ny roa tonta, miara-mivory manavao ny fifanarahana amin’izay fomba hoenti-miasa ho fanajana ny lalàna iraisam-pirenena, isam-paritra sy eto an-toerana. Betsaka ireo sampandraharaha miasa ao anatin’izany sehatry ny jono izany. Koa amin’ity taona 2017 ity, 1.487,500 tapitrisa euros ny fandraisana anjara avy amin’ny UE ary 1.941,800 tapitrisa euros ny fahazoan-dalana fidiran’ireo sambo mpanjono eoropeanina.

Miara-miasa ny roa tonta ho fikajiana ny fepetra rehetra takina, indrindra momba ny jono lamatra, izay tokony hahazoana tombontsoa iombonana. Mahazo tohana amin’izany fiaraha-miasan’ny roa tonta izany ny Foibe fanaraha-maso ny jono (Centre de surveillance des pêches – CSP) ; Sampana mikajy ny antontanisa momba ny lamatra any Antsiranana (Unité statisque thonière d’Antsiranana) hahafahan’izy ireo miasa ara-dalàna.

Fantatra amin’ny asan’izy ireo, ohatra, ny fotoana fidirana sy fivoahan’ireo sambo mpanjono, santionany amin’ny vokatra azo hahazoana mahalala ny fomba nentina nanjonoana, varotra, sns. Izay vaovao rehetra voaangona haroso ho an’ny komity siantifika, ary ireo indray manao fanadihadiana, jerena raha manaraka ny fepetra fiarovana sy hampaharitra ny jono marina ny faritra.

Anjara asan’ny CSP koa ny manara-maso fari-panjonoana eto Madagasikara sy amin’ny faritra iraisana hisorohana ny fidiran’ireo sambo mpanjono tsy ara-dalàna. Eo koa ny sampana manara-maso ny fiahiana ny lafiny fahasalamana (Autorité sanitaire halieutique), mijery ny kalitaon’ny vokatry ny jono ho fiarovana ny mpanjifa. Firy isan-jato amin’izany fifanarahana vita sonia izany ny tena tombontsoa marina ho an’i Madagasikara ?

R.Mathieu

News Mada2 partages

Nanampy ny traboina ny Diaspora

Nanome fanampiana ho an’ny traboina amin’ny alalana kaominina Antananarivo Renivohitra ny solontenan’ny teratany Malagasy (diaspora) any Toulouse sy Paris, omaly, tetsy  Analakely.  Nandray izany ny ben’ny Tanàna, Ravalomanana Lalao. « Maneho fahavononana mandrakariva amin’ny voina mitranga aty an-tanindrazana ny mpiray firenena avy any ivelany ary mandray andraikitra », hoy izy. Tohin’ny fihaonana teo amin’ny roa tonta tany Frantsa farany teo izany. Nambaran’ny mpanolotsain’ny ben’ny Tanàna,  Andraianarivony Jean Pierre fa nantsangana io rafitra iray Diaspora ary hisandrahaka ao Frantsa. « Ezahina mba hanorenana trano amin’ny toerana tsara tsy misy fotaka sy sarotra sy toerana ahafahany mivelona ireo traboina », hoy izy .

Synèse R.

 

News Mada2 partages

Education numérique : beaucoup reste à faire

Lancé en 2014, le programme éducation numérique a pour objectif d’aider les élèves à consulter des contenus numériques, auxquels ils n’ont pas toujours accès à l’école, par l’utilisation des Tics. Cependant, malgré les bonnes initiatives entreprises par le ministère de l’Education nationale (Men), en collaboration avec des partenaires, en particulier Orange solidarité, du chemin reste encore à faire dans ce domaine au pays.

En effet, rien que pour le niveau primaire (CM1 et CM2), c’est à peine si on compte quelques milliers de bénéficiaires, si on ne parle que de l’acquisition de tablettes, sur les 3, 6 millions d’élèves estimés dans toute l’île. Ce qui est encore très loin du taux de un pour mille.

Jusqu’ici, 15 213 tablettes ont été distribuées par Orange Solidarité et 1 000 émanant du ministère des Postes et télécommunications, des gestes tout à fait louables de leur part, dans leur participation à des actions citoyennes. Ce qui a permis d’obtenir 30 écoles pilotes pratiquant l’éducation numérique et 88 établissements scolaires bénéficiant des Tic. Il convient de noter que rien qu’au niveau primaire, Madagascar compte actuellement plus de 4 000 EPP (Source Men).

Sera R

 

Madagascar Tribune2 partages

La majorité présidentielle fait passer les lois électorales dans la pagaille

Comme prévu, le vote des lois organiques relatives aux élections s’est tenu hier à l’Assemblée Nationale à Tsimbazaza. Elles sont donc finalement passées. Adoptés par 79 députés, constituant ainsi une majorité à l’Assemblée Nationale. En effet, il fallait 76 voix pour faire adopter les lois organiques à savoir celle relatives au régime général des élections et référendums, celle relative à l’élection du président de la République et celle relatives aux élections législatives.

La loi organique relative au régime générale des élections et référendums a presque été votée telle quelle avec seulement 12 amendements alors que près de 90 amendements ont été proposés lors du report du vote de la loi à la fin de la deuxième session extraordinaire et durant les travaux de commission. Les travaux de commission ont pourtant vu une participation massive des députés de l’opposition. La mission des députés à la solde du régime HVM, car il n’y a jamais eu de députés HVM, de faire adopter les lois électorales a été accomplies après une fin de séance sous tension à la Chambre basse. La fin de cette troisième session extraordinaire se déroulait dans une certaine confusion. En effet, les députés issus du MAPAR, du parti TIM ainsi que ceux du Malagasy Miara-miainga (MMM) suivi de quelques indépendants ont brandi des pancartes. Dénonçant la réussite de cette adoption grâce à une corruption massive des élus au service du régime. Lors du vote, ces derniers ont par la suite quitté la salle de séance en déclarant se laver les mains de toutes ces magouilles et des conséquences que le vote de ces lois électorales pourrait entrainer, que ce soit avant, ou après les élections.

Mis à part les lois électorales, la loi sur les Zones économiques exclusives (ZES) a également été votée hier alors que celle-ci a été rejetée une fois par l’Assemblée Nationale. L’on s’achemine donc actuellement vers une quatrième session extraordinaire qui devrait être convoquée incessamment. Le Sénat doit se prononcer sur ces lois selon notre système. Ces lois reviendront une dernière fois au niveau de l’Assemblée Nationale avant de passer entre les mains de la Haute cour constitutionnelle (HCC). Si la HCC confirme leur conformité à la Constitution, elles seront promulguées.

L'express de Madagascar2 partages

Jirama – Un nouveau DG avant la fin du mois

Le compte à rebours commence. Le cabinet canadien SG Group entame le tri du CV des candidats au poste de directeur général de la Jirama. D’après les responsables de la société d’État, le nom du directeur général devrait être connu dans les prochains jours, c’est-à-dire, avant la fin de ce mois d’avril. Mais avant cette nomination, les  candidats doivent passer par plusieurs étapes de sélection, allant du tri de sélection, des tests d’évaluation à l’entretien.Pour ce recrutement, la Jirama annonce avoir reçu aux dernières heures, hier, 95 dossiers de candidatures. Ce nombre devrait encore augmenter au fur et à mesure que les colis postaux des villes en province arrivent. Pour faire la sélection des candidats potentiels, le gouvernement malgache a fait appel au service du cabinet canadien SG Group. Celui-ci sera en charge de faire une short list de cinq candidats devant le conseil d’administration de la Jirama. Par la suite, celui-ci fera une proposition de trois noms au conseil des ministres qui tranchera.

Lova Rafidiarisoa

L'express de Madagascar2 partages

Campagne de vacci­nation

La campagne de vacci­nation a démarré officiel­lement le 01 avril 2017 dans la Com­mune Rurale Iarintsena, district d’Amba­lavao, région Haute Matsiatra. La céré­monie a été rehaussée par le ministre de l’Agriculture et de l’élevage, Rivo Rakoto­vao, et quelques membres du gouverne­ment. Le minis­tre a encouragé les éleveurs à faire vacciner leur bétail car «la bonne santé animale», dit-il «contribue énormément au dévelop­pement de l’élevage».

L'express de Madagascar2 partages

10 millions d’ariary pour Antsakabary

Le ministère des Finances et du budget a offert hier un don de 10 millions d’ariary à la population d’Antsa­kabary. La remise de ce don a été effectuée hier par le ministre Gervais Rakoto­a­rimanana à l’Épiscopat Antanimena. Les habitants de plusieurs villages de cette commune ont tout perdu au cours d’un incendie criminel  survenu au mois de février. 487 foyers ont été ravagés par le feu. Des policiers ont été pointés du doigt par la suite par plusieurs élus, des religieux ainsi que par les membres de la commission nationale indépendante des droits de l’homme (CNIDH).

L'express de Madagascar2 partages

Mécontentement des chauffeurs de taxi

Les chauffeurs de taxi se sont plaints de la hausse des droits de stationnement et du dichlorodiphényltrichlo­roéthane (DDT) à 100%, ainsi que de la création d’un nouveau droit, imposé par la CUA. Avec cette décision de la CUA, ils ont décidé de rompre leur convention, dans le lancement du projet d’utilisation de la nouvelle lanterne.

Tananews2 partages

Arrestation d’une copine crapuleuse ?

C’est l’information qui commence à circuler. Le Bianco aurait enfîn réussi à mettre la main sur la dame Claudine.

Notre entêtement sur cette histoire de 396 millions ar détournés dans la Haute Matsiatra finira-t-elle enfin par payer ?

Ou poudre aux yeux à destination des bailleurs de fonds, pour faire semblant de leur montrer que “vous voyez, nous passons le karcher” ?

Affaire à suivre.

Midi Madagasikara2 partages

ACD : Le gouvernement veut maintenir le forcing

Même s’ils sont contre l’ACD d’ATPMS, le secteur privé et les PTFs sont pour un meilleur système de sécurité maritime à mettre en place en consultant toutes les parties prenantes.

Malgré une position bien claire des partenaires techniques et financiers qui font part de l’inefficacité et l’inutilité de l’ACD, version ATPMS, le régime semble vouloir poursuivre le forcing.

La stratégie était surtout connue pendant la période révolutionnaire ratsirakienne. Quand le régime voulait défendre quelque chose, on faisait appel à des associations pour faire des déclarations favorables aux dirigeants ou à leur position. Et c’est visiblement le même stratagème que semble appliquer le régime actuel dans un dossier qui, pourtant, n’a rien à voir avec la politique politicienne. Il s’agit en l’occurrence du dossier ACD où  un groupement dénommé, Association pour la Défense de la Souveraineté de Madagascar   (APDSM) fait brusquement irruption pour taxer le secteur privé malgache d’être derrière une tentative de faire de manipulation des chancelleries étrangères pour que celles-ci fassent pression sur le régime afin d’annuler le système ACD.

Vraie-fausse effectivité. Un communiqué  de l’APDSM, paru dans les journaux indique notamment « Le secteur privé malgache aurait tenté d’agir auprès  des chancelleries étrangères pour que ces dernières fassent pression sur le gouvernement malgache, afin de le pousser, d’une part à annuler une décision souveraine concernant sa sécurité maritime : la mise en place du système Advanced Cargo Declaration (ACD) et d’autre part à annuler un contrat légitime, en cours depuis près de deux ans, sous des prétextes fallacieux récoltés auprès d’une société concurrente ». Chose curieuse tout d’abord, c’est l’APDSM, une association pas tellement connue, mais qui semble très au fait du dossier qui apprend à tout le monde l’ACD fait l’objet d’un « contrat légitimement en cours depuis 2 ans ». Si c’est vraiment le cas, la transparence veut que le gouvernement donne un bilan de  cette vraie-fausse « effectivité »  de l’ACD depuis 2 ans.

Quasi-inutilité.  En réalité, la première tentative de l’exécutif pour faire appliquer l’ACD  version ATPMS a échoué en raison de la réaction américaine en 2016. Faut-il en effet rappeler que c’était l’ambassade américaine qui avait démenti en premier les arguments des pro-ACD, selon lesquels le système de sécurité qu’ATPMS voulait proposer était une exigence des gardes-côtes américaines. Actuellement, ce ne sont plus uniquement les américains, mais également d’autres pays partenaires qui confirment, cette quasi-inutilité de l’ACD de l’ATPMS. D’ailleurs dans cette déclaration conjointe publiée à l’issue de la réunion des partenaires techniques et financiers membres du groupe thématique «Secteur privé, finance et industries extractives », ces derniers, composés  notamment des représentants des Etats-Unis, de la France, de la Grande Bretagne, du Japon, de l’Allemagne, de l’ONUDI, de l’Union Européenne et du groupe de la Baque Mondiale, ne font que proposer une alternative à cette ACD.

Main tendue. En somme,  contrairement à ce qu’indique l’APDSM, il ne s’agit pas d’une ingérence de la part des partenaires, mais d’une proposition émanant de vrais techniciens neutres. La preuve, la *dite déclaration conjointe indique notamment : « Nous (les PTFs) sommes disposés à appuyer le gouvernement dans l’identification d’un mécanisme alternatif, en concertation avec le secteur privé… ». La question qui se pose est maintenant de savoir si le gouvernement va  prendre cette main tendue des bailleurs traditionnels, ou opter pour un  partenariat obscure au nom d’une soi-disant souveraineté nationale, évoquée, à la fois et le même jour par l’APDSM, dans son communiqué et par le ministre des Transports, dans une déclaration à la presse. Curieuse coïncidence.

R.Edmond.

Madaplus.info1 partages

Recrudescence de la vindicte populaire

Les Malgaches ne font plus confiance à la justice ? Ou la société malgache a perdu ses repères ?
Durant le week-end dernier, un homme a tué devant les forces de l’ordre et la population son frère. Ce dernier est présumé d’avoir brulé la maison du premier. Toute la scène a été filmée puis postée sur les réseaux sociaux. Cette histoire s’est déroulée à Andapa. La vidéo peut choquer les âmes sensibles, une des raisons pour laquelle nous ne l’avons pas mis avec l’article.
Pour Maître Willy RAZAFINJATOVO mieux connu sous son sobriquet « Ôlala », il affirme, que dans le Code pénal il existe une légitime défense, comme quoi, si le peuple attrape sur le fait en plein flagrant délit , et qu’il y a une acclamation par le peuple pour appliquer la vindicte populaire, dans ce cas précis, il n’y a pas de peine. C’est peut-être cela qui engendre la recrudescence de la vindicte populaire.
Madaplus.info1 partages

Visionnez le journal quotidien de la RTA avec Madaplus.info


Madaplus.info1 partages

Tamatave: l'association IMT a mobilisé les tamataviens pour nettoyer les plages.

Après le passage du cyclone ENAWO, l'association Ino Maresaka à Tamatave (IMT) a mobilisé les Tamataviens pour participer au nettoyage des déchets transportés...
par le courant du canal des pangalanes sur la plage. Il est nécessaire de préciser qu'à Tamatave, les déchets sont jetés par dessus les ponts du Canal des Pangalanes fautes de bacs à ordures et de verbalisation. Les jeunes d'IMT ne peuvent pas rester les bras ballants face à ce désastre qui menace la ville de Tamatave.
Ces déchets sont constitués essentiellement de bouteilles plastiques, de verres, de sandales et des déchets médicaux. Ces déchets participent également à la pollution de la nappe phréatique qui constitue la source première d'eaux pour la population locale. Malgré la sourde oreille des autorités locales, IMT précise qu'ils vont nettoyer jusqu'à épuisement de tous les déchets et le nettoyage durera 60 jours.
News Mada1 partages

« Mampiray Tour 2017 » : mamerina ny toeran’ny posy

Fitaovam-pitaterana nampiavaka ny faritra maro eto Madagasikara ny posy, efa an-taonany maro. Tandindomin-doza anefa izany amin’izao fotoana izao, noho ny fisian’ny fifaninanana amina fitaovam-pitaterana hafa. Manintona ny mpizahatany ary mampavaka ny faritra misy azy anefa izy ireny.Ho fiarovana izany, nikarakara fifaninanana hazakazaka posy ny fikambanana Mampiray, tarihin-dRajery. « Mampiray Tour 2017 » no anaran’ny fifaninanana, izay natomboka tany Ambatolampy ny faran’ny herinandro teo. Nifaninana teo amin’ny halaviran-dalana 4 kilometratra sy sasany ireo mpitarika posy maherin’ny 20, nandritra izany.Niady ny fifaninanana, satria amina segaondra ny elanelana teo amin’ireo mpifaninana. Nahazo lelavola sy amboara ireo telo voalohany taorian’izay. Nanotrona sy nandrisika ireo mpifaninana ny mponin’Ambatolampy, izay mpampiasa ireo posy rahateo. Niandry ihany koa ny tapany faharoa tamin’ny hetsika, dia ny fampisehoana nataon-dry Rakoto Frah Junior. Aorian’Ambatolampy, hihazo an’Ambositra avy eo Antsirabe ny “Mampiray Tour”. Mbola ho avy any Moramanga, Toamasina, Ambondromamy, Maevatanana, sns, ihany koa.

Zo ny Aina

Ino Vaovao1 partages

SAMBAVA : Lehilahy mpivaro-mandeha iray vao 25 taona natelin’ny reniranon’i Bemarivo

Nifanome tanana tamin’ny fikarohana azy ny fokonolona manodidina ny tanànan’Amboangibe ary nampiasaina tamin’izany avokoa ny lakan-jejo tao an-toerana.

Tokony ho ora telo nitadiavana ity niharan-doza dia hita teo amin’ny vinany Tsilaindroa ilay nokarohina saingy efa ny vatana mangatsiakany sisa no novantanin’ireo fokonolona tamin’izany. Mpivaro-mandeha mpitety tsena amin’ireo Kaominina manodidina an’Amboangibe ity lehilahy ity. Tamin’io fotoana io avy namonjy tsena izy sy ny namany raikalahy hafa no nandro teo amoron-drano rehefa tratran’ny hafanana nandritra ny dia an-tongotra. Izy niroboka tao anaty rano iny no voalaza fa nisolifatra tampoka, ka nianjera. Nahita an’io ilay namany niaraka taminy dia lasa nihazakazaka nampandre ny mponina teo amin’ny manodidina.

Mandra-piverin’ity farany nampandre ny manodidina anefa efa tsy hita intsony izay nanjavoan’ilay niharan-doza. Niara-nisalahy tamin’ny fikarohana avy hatrany ny olona, lakana maromaro fampiasan’ireo mpanjono no nampiasan’ireo vatan-dehilahy nanaovana ny fikarohana. Naharitra ora maro ny fikarohana ary efa ny fatin’ilay tovolahy sisa no hita.

Araka ny fantatra mpila ravinahitra any Sambava ity niharan-doza fa avy ao Antsirabe no tena fiaviany. Miandry ny fahatongavan’ireo fianakaviany ny razana.

Avotra Isaorana

News Mada1 partages

Mise en œuvre de l’ ACD : les initiateurs tentent de résister

Le  manque de crédibilité, de transparence et les zones d’ombre autour du projet Advanced cargo declaration (ACD) que l’Etat prévoit de mettre en place dans les ports internationaux à Madagascar ont été mis sur le tapis par de nombreuses parties prenantes. Mais certains groupes comme l’Association pour la défense de la souveraineté de Madagascar (APDSM) défendent toujours bec et ongles ce dossier actuellement.

Dans un communiqué, cette association affirme que « Le secteur privé malgache aurait tenté d’agir auprès des chancelleries étrangères pour que ces dernières fassent pression sur le gouvernement malgache… ». Cela après la déclaration commune faite par les Partenaires techniques et financiers (PTF) qui se sont clairement positionnés contre l’application de ce projet.

Mais il faut rappeler que c’est l’ambassade des États-Unis à Madagascar, représentation  du premier pays concerné cité maintes fois par les initiateurs de ce projet pour défendre sa crédibilité, qui a réagi en premier en 2016 par rapport à la tentative d’application de l’ACD d’ATPMS. Les Américains ont indiqué qu’un tel projet n’a aucun lien avec les consignes de sécurité exigées par l’US Coast Guard. Les initiateurs de l’ACD ont ensuite relancé exactement le même système au début de l’année, avec les mêmes arguments, d’où une nouvelle réaction de l’ambassade des Etats-Unis, suivie par les autres chancelleries et autres PTF.

Promesse non tenue

En 2016, l’Etat  s’est engagé à suspendre la mise en œuvre de l’ACD et à concerter avec le secteur privé en la matière. A aucun moment, il n’était question de «Souveraineté» ou d’«Ingérence». Puis, un an après, le secteur privé a été carrément mis sur la touche car la soi disant concertation n’a pas eu lieu et de surcroît le gouvernement tente de relancer le même projet et insiste sur son opérationnalisation, au grand étonnement du secteur privé qu’il est, par ailleurs, malvenu de taxer de « colonisé« .

Et plus encore, on s’étonne d’apprendre de l’APDSM que le contrat portant sur le dossier court déjà depuis deux ans maintenant. Une APDSM très au fait des questions relatives à la sûreté et la sécurité maritime d’ailleurs, et qui en parle avec une aisance déconcertante, alors que l’association ne s’est manifestée à aucun moment auparavant. Elle est même restée muette à propos d’autres dossiers à l’instar de l’ACD, qui relèveraient logiquement plus de son domaine d’intervention si on se réfère à sa dénomination, comme pour le cas des îles Eparses par exemple.

Ne répond pas aux exigences

Par ailleurs, l’APDSM a même déjà avancé des réponses aux problématiques qu’elle soulève dans cette note. En effet, ce sont les pays et organisations internationales, lesquels ont servi aux défenseurs de l’ACD de référence pour soutenir leur projet, qui ont démantelé point par point les arguments avancés par les initiateurs de l’ACD d’ATPMS. A ce propos, la mise en place d’un système de sécurité et de sûreté portuaire conforme aux normes ISPS a été plusieurs fois avancée. Et ni le secteur privé, ni les PTF ne sont contre cette nécessité en question.

Toutefois, le système ACD que l’Etat prévoit de mettre en place contre vents et marées ne répond pas aux exigences établies par les normes ISPS. Il ne s’agit pas non plus d’une «copie conforme» du système déjà opérationnel dans les pays de l’Union européenne, ou d’autres pays comme le Canada ou le Japon, contrairement à ce qu’on veut le faire croire.

Faux débat

En plus de cela, l’opacité du processus de mise en œuvre de l’ACD à Madagascar a été déjà démontrée par plusieurs parties prenantes. Ce qui a

suscité des interrogations légitimes venant du secteur privé et des PTF.  Le fait que l’APDSM affirme que ce contrat date depuis deux ans suscite encore plus de questionnements venant de ces acteurs que de réponses.

Ainsi, quels en sont les termes ? Comment s’est déroulée la sélection du prestataire ? Où seront déversées les recettes collectées à travers cette nouvelle redevance ? L’Etat semble beaucoup insister sur sa souveraineté pour la mise en place de ce projet. Mais il est également soumis à l’obligation de transparence et de redevabilité devant la population malgache. Il est clair qu’en réalité, aborder le sujet de la «souveraineté nationale» ou d’«ingérence» n’est que faux débat au vu des vrais problèmes de transparence et de bonne gouvernance autour de ce dossier.

Il s’agit pourtant de points majeurs auxquels les PTF sont particulièrement sensibles. D’ailleurs, n’y a-t- il pas lieu de souveraineté nationale quand on va à l’étranger pour rechercher des financements comme à la Conférence des bailleurs et investisseurs (CBI) récemment ? Force est de constater que le communiqué de l’APDSM et les déclarations du ministre des Transports et de la météorologie sont intervenus en même temps, avec les publications de tous les journaux pro-gouvernementaux.

On se demande si la position de ces entités est celle du gouvernement vis-à-vis des bailleurs de fonds. Sous cette optique, on s’interroge également si le président a décidé d’ignorer  les Partenaires traditionnels de la Grande île. Car aller à l’encontre de leur vision pourrait signifier que  le gouvernement a déjà obtenu d’autres promesses de financement venant d’autres sources ? Madagascar est-il en train d’annoncer les couleurs du financement parallèle ?

Haja R.

 

Tia Tanindranaza1 partages

Vehivavy maty niteraka tao BefelatananaVoasaringotra ireo mpianatra ho dokotera 4

Niakatra Fitsarana omaly tetsy amin’ny tribonaly Anosy ilay raharaha nahafatesana vehivavy bevohoka tao amin’ny hopitaly Befelatanana, roa volana lasa izay.

Tafiditra hatramin’ireo mpianatra efatra mianadahy eny anivon’ny fakiloten’ny Fitsaboana eny amin’ny anjerimanontolo (FACMED) izay mbola mpiana-draharaha, dokotera mpandidy ny iray, niampy telo hafa. Tonga nanohana azy ireo ny  mpiara-mianatra aminy marobe. Tsy nitory ireo mpianatra ireo anefa ny fianakavian’ny maty fa ilay mpampivelona sy ilay dokotera no notoriany. Nametra-panontaniana ny antony mety ho nahatonga izany ireo mpianatra eo anivon’ny FACMED. Ankoatra izay, mangataka ny mba hijeren’ny fitondram-panjakana ny mahakasika ny fahasalamam-bahoaka eto amintsika ihany koa izy ireo. Misy amin’ireo marary na mpiteraka eto amintsika mantsy no tsy afaka mividy akory na dia fanafody hampiasaina amin’ny fitsaboana azy aza nefa tsy maintsy mandalo fandidiana ka izay no antony mahatara ny fandraisana an-tanana azy ireny … Ho an’ny mpisolovava Willy Razafinjatovo kosa izay mpiaro ny fianakavian’ny maty dia nambarany fa dimy taona raha kely indrindra no sazy miandry ny olona iray lasibatra amin’ity  raharaha ity satria resaka vono olona ilay izy. Andrasana ny mety ho tohin’ny raharaha.

Pati

Tananews1 partages

Anjanahary : une prof babakoto folle et névrosée frappe et humilie ses élèves

Pas de bol pour elle, quelqu’un l’a filmé et la vidéo est devenue virale.

Pour notre part, notre position est simple : tu te serais permise de lever la main sur nos gamins nous on retrouve madame HC de la Croyance, où tu habites, et on vient te voir pour une petite discussion.

Tout simplement.

Et fermez nous cette soit disant école moyenageuse qui autorise de frapper ses élèves et de les humilier en les obligeant à s’agenouiller.

Après les maîtres Fram qui ne savent pas faire une soustraction, voici donc les profs névrosés et violents.

Et on s’étonne de faire un élevage de babakoto à la chaîne ?

Et que fait le Ministre de l’Éducation nationale ? Au lieu de wawater c’est direct mise sous scellés, interpellation, garde à vue et mandat de dépôt pour coups et blessures non ?

L'express de Madagascar1 partages

Toliara – Succès de la course de la fraternité

Le record du nombre de participants à la course de la fraternité et de solidarité, initiée par la CNaPS a été battu. Cette première édition pour Toliara a été une réussite.

La rue Flayelle menant vers le gymnase couvert de Toliara-centre n’était pas noire de monde samedi dernier, elle était plutôt bleue de monde. En effet, plus de 4 000 personnes, tous âges confondus, vêtues de tee-shirts bleus à la couleur de la CNAPS, ont participé à la première édition de la course pour la fraternité et la solidarité, co-organisée par cette Caisse de prévoyance sociale et la Fédération malgache d’athlétisme. Mais le départ a pris du retard sur l’heure prévue. En effet, près de mille personnes se sont encore inscrites à quelques minutes du départ. Si bien que le stock de dossards et de tee-shirts a été épuisé.Plusieurs tronçons de rues ont été fermés à la circulation pour permettre aux participants de courir librement sur un circuit de 5 km en plein centre-ville.« Notre objectif est de célébrer notre anniversaire avec tous les Malgaches et c’est ce que nous avons fait à travers les grandes villes de la Grande île. Aujourd’hui, on est comblé car le record du nombre des participants a été battu  ici dans la Cité du soleil », a expliqué Raoul Arizaka Rabekoto, directeur général de la CNaPS.

Part du lionIl y a eu sept catégories de courses : deux réservées aux vétérans hommes et dames, trois courses individuelles (cadets, juniors et séniors, licenciés et non licenciés) et enfin un relais par équipe mixte de dix personnes composée de deux femmes et huit hommes, ainsi qu’un relais pour les personnes handicapées sur fauteuil roulant.Les équipes licenciées  de l’Aspnato de Toliara et de la CNaPS d’Antananarivo, habituées des grandes compétitions nationales, se sont partagé la part du lion dans les catégories cadet, junior et sénior (hommes et filles).  Ainsi, les Tuléarois Sitrakiniaina Manampy et Christian Étienne se sont illustrés dans les catégories cadette et cadet. Tandis que dans la catégorie junior homme, le Tuléarois Jean Francois Raharimanadry a surclassé ses adversaires, et dans la catégorie junior fille, c’est Christiana de la CNaPS de Tana qui a survolé les débats. La catégorie sénior a été dominée de bout en bout par les Tananariviens. Ainsi, Mbola de la CNaPS a gagné chez les filles et Jean de Lacroix a devancé Aimé Grégoire de l’Aspnato Toliara. Le relais par équipe a été remporté par le Groupe Siteny de Toliara devant la CNaPS de Tana et l’Aspnato de Toliara.

Francis Ramanantsoa

L'express de Madagascar1 partages

Consensus entre la douane et la gendarmerie

Une communication publiée sur la page Facebook intitulée « les infos de la gendarmerie nationale », rapporte qu’un consensus a été trouvé entre les bérets noirs et la douane. A l’issue d’une réunion où ont pris part la gendarmerie nationale, la police nationale et la douane, sous la houlette de l’Aviation civile de Madagascar (ACM), il a été décidé que lorsque les gendarmes détiennent une information sur des faits illégaux, il leur revient de procéder aux fouilles. Cela sera, toutefois, fait dans une salle spéciale qui sera aménagée à cet effet. Des agents de la douane et des responsables de l’ACM assisteront à ces fouilles. Un procès verbal de constatation des saisies des bérets noirs sera, ensuite, destiné à la douane qui prendra le relais pour la suite des procédures.

L'express de Madagascar1 partages

Les Etats-Unis espèrent des pour­suites

Sur sa page Facebook, hier, l’ambassade des Etats-Unis a réagi et félicité Madagascar, suite au verdict de condamnation, à Singapour, de l’opérateur asiatique ayant importé illicitement des bois de rose malgaches, en 2014. La représentation américaine ajoute, néanmoins, qu’elle espère une enquête approfondie et que des poursuites seront menées consécutivement contre les exportateurs de bois de rose, complices de ce trafic de ressources naturelles.

Madaplus.info0 partages

Recrudescence de la vindicte populaire suite

Les Malgaches ne font plus confiance à la justice ? Ou la société malgache a perdu ses repères ?
Durant le week-end dernier, un homme a tué devant les forces de l’ordre et la population. Ce dernier est présumé d’avoir brulé la maison du premier. Toute la scène a été filmée puis postée sur les réseaux sociaux. Cette histoire s’est déroulée à Andapa. La vidéo peut choquer les âmes sensibles, une des raisons pour laquelle nous ne l’avons pas mis avec l’article.
Pour Maître Willy RAZAFINJATOVO mieux connu sous son sobriquet « Ôlala », il affirme, que dans le Code pénal il existe une légitime défense, comme quoi, si le peuple attrape sur le fait en plein flagrant délit , et qu’il y a une acclamation par le peuple pour appliquer la vindicte populaire, dans ce cas précis, il n’y a pas de peine. C’est peut-être cela qui engendre la recrudescence de la vindicte populaire.
Orange Madagascar0 partages

Boeny: vita sonia ny Satan’Andraikitra momban’ny «Drafim- panajariana ny faritra» sy ny «Drafitra I...

Vita sonia ny Zoma 31 mars 2017, tao amin’ny hotely Les Roches Rouges Mahajanga ny Satan’Andraikitra momban’ny «Drafim- panajariana ny faritra» na SRAT ho an’ny faritra Boeny sy ny «Drafitra Ifotony fanajariana ny tany» na SAC ho an’ireo Kaomina miisa 13 ao aminy.

Ny Minisitra eo ambany fiadidian’ny Repoblika misahana ny Tetikasan’ny Filoham-pirenena, ny Fampitaovana ary ny Fanajariana ny tany, Rafidimanana Narson, notron’ny Tale Jeneralin’ny Fanajariana ny tany no tonga nanatrika ny lanonana fanaovan-tsonia sy ny fanolorana ireo bokin’ny fanajariana karazany roa dia ny «Drafim- panajariana ny faritra» na SRAT (Schéma régional d’Aménagement du Territoire) sy ny «Drafitra Ifotony fanajariana ny tany» miisa 13 na SAC (Schéma d’Aménagement Communal).

Tonga nanatrika ihany koa ny solotenan’ny fiaraha-miasa alemaina avy any Antananarivo misahana ny PAGE (Programme d’appui à la gestion environnementale)/GIZ izay nanome ny tohana ara-teknika sy ara-bola tamin’ny fampiofanana ireo ekipa teknika avy amin’ny Faritra sy ireo Kaomina namolavola ireo Drafim- panajariana ireo.

Drafim-panajariana: tandrifim-pahefan’ny Faritra sy ny Kaominina

Ny lalàna momba ny Fitsinjaram-pahefana 2014-018, and. 29-30,  dia mamaritra mazava fa tandrifim-pahefan’ny Faritra sy ny Kaominina, amin’ny maha Vondrombahoakam-paritra itsinjaram-pahefana azy ireo, ny famolavolana sy  fampiharana ny Drafim-panajariana.

Nandritra ny roa taona no nandrafetana azy ireo, ary niara-nisalahy tamin’ireo manam-pahaizana manokana ny teknisian’ny Faritra Boeny, ny Ben’ny tanàna, ny Sampan-draharaham-panjakana isan-tsokajiny notarihin’ny tao amin’ny Fanajariana ny tany. Nidina ifotony im-betsaka izy ireo tamin’izany naka ny hetaheta sy ny fomba fijery isam-pokontany sy isaky ny distrika, avy eo nandravona izany ho vinam-panajarina nandritra ny atrik’asa maromaro.

SAC: 60%n’ny kaomin’ny faritra Boeny

Belobaka, Boanamary, Mahajamba, Marovoay Banlieue, Tsararano, Tsaramandroso, Ambondromamy, Bekobay, Mitsinjo, Antongomenabevary, Matsakabanja, Soalala, Ambohipaky. Ireo ny Kaomina 13 notolorana ny bokin’ny SAC ny zoma teo. Raha atotaly dia 60%n’ny kaomina ato anatin’ny Faritra Boeny no efa manana izany drafitra izany ankehitriny,  hatramin’ny taona 2014 no makaty.  Fifaliana ho anay ny mahafantatra, hoy ny Lehiben’ny Faritra, Atoa Saïd Ahamad Jaffar, fa fitaratra i Boeny amin’izay lafiny izay manerana an’i Madagasikara.

Drafim- panajariana ny faritra na SRAT 

Teny filamatry ny Faritra Boeny  nentina nandrafetana azy ny hoe «Boeny Miara-Manonga». Ny Vina enti-manatanteraka kosa, izay ho tratrarina hatramin’ny taona 2036 dia «Faritra Boeny mandroso, ny toe-karena sy ny fiainana ara-tsosialy mifandanja, indrindra eo amin’ny fizarazaran’ny mponina, ary saro-piaro amin’ny tontolo iainany».

SAC-SRAT: fampiharana avy hatrany

Tsiahivina fa ireo Drafitra ireo dia nahazo didim-pitondrana fankatoavana avy amin’ny Ministera sy didim-pitondranam-paritra ka nanomboka ny andron’ny fanaovan-tsonia, ny fanapaha-kevitra rehetra mikasika fanajariana sy ny fampandrosoana ifotony, dia miainga avy amin’izy ireo avy hatrany.

Ny drafitra tsirairay avy dia ahitana mazava tsara ny vinam-panajariana, ireo toro-marika sy ny tanjona isan-tsehatra enti-manajary ny faritra tsirairay avy, ary ny asa fanajariana laharam-pahamehana. Mihatra mandritry ny 20 taona manaraka ny SRAT, ary 15 taona kosa ny an’ny SAC eny anivon’ny kaominina.

Mba tsy ho lasa boky mipirina fotsiny izy ireo, dia natao io zoma io ny fanaova-tsonia ny Satan’Andraikitra sy fifanomezana ny teny ierana. Io Sata io dia mamaritra ny andraikitry ny Kaominina, ny Faritra, ny Prefektiora, ny Distrika, ny Sampan-draharaham-panjakana voakasika mivantana amin’ny fampiharana azy.

Ankoatra izay dia notolorana solo-saina ireo kaominina 13, raha efa nahazo ny fampitaovana azy ny Faritra Boeny, hanamora ny fampiasana ny Drafitra, ny fikirakirana sy fanabeazam-boho  ny antontan’isa, ny atonta-tsaritany ary mivohy ny vinam-panajariana nofaritany. 

News Mada0 partages

Fampiatoana ny ben’ny Tanànan’i Mahajanga : « Kajikajy politika », hoy ny depiote Nina

 Mahabe adihevitra ny amin’ny fampiatoana ny ben’ny Tanànan’i Mahajanga. Kajikajy politika, raha ny fijerin’ny depiote Nina. 

 

« Kajikajy politika ny fahitanay an’io zavatra io. Tsy mankasitraka izay kajikajy politika atao ao Mahajanga izay izahay. » Io ny fanehoan-kevitry ny depiote Mapar voafidy tany Mahajanga I, Rahantanirina Lalao na Nina, omaly, teny Ambodivona momba ny fampiatoana ny ben’ny Tanànan’ny kaominina ambonivohitra Mahajanga.

Tsy ara-dalàna ny nataon’ny mpanolotsain’ny Tanàna, satria fitiavan-tena amin’ny tsy fijerena ny zava-misy. Ratsy tantana ny ao amin’ny kaominina Mahajanga, raha ny taratasy nataon-dry zareo. Nefa nahazo fanasana avy amin’ny Banky iraisam-pirenena (BM) ny ben’ny Tanànan’i Mahajanga, izay nandehanany tany Etazonia. Nahazoany mari-pankasitrahana amin’ny maha kaominina tsara tantana an’i Mahajanga indrindra eto Madagasikara izany.

 

Matahotra ny fitondrana

« Ny fahitanay izao zavatra izao, fitondrana matahotra no misy eto Madagasikara amin’izao fotoana izao. Kitikitihiny izay olona tsy mitovy hevitra aminy », hoy izy. Kajikajy politika hoentina sahady any amin’ny fifidianana, angamba.

Saika hihetsika ny vahoaka tamin’ny asabotsy, ary nisy vahoaka efa nihetsika… Rehefa nanontany tany amin’ny ben’ny Tanàna ny depiote, araka ny fanazavany: tsy mbola naharay  ny fampahafantarana didy fampiatoana azy ny ben’ny Tanàna. Tsy mbola tonga ao amin’ny prefektiora koa izay fampahafantarana didy izay.

Olona ao amin’ny fitondrana no niteny hoe nivoaka tamin’ny filankevitry ny minisitra farany teo fa haato mandritra iray volana ny ben’ny Tanàna. Tsy nanaiky ny vahoaka, izay nilaza fa fitondrana mpamitaka io. « Izahay hampiseho ny fiarovanay ny safidim-bahoaka », hoy ny olona, araka ny tatitry ny depiote Nina. Tsy manome tsiny izay fihetsehan’ny vahoaka izay izy, araka ny nambarany. Antsoantsoina ny hoe demokrasia, ka avelao haneho ny heviny ny vahoaka.

R. Nd.

 

News Mada0 partages

Destitution des maires : le Mapar dénonce un complot politique

«Toutes les accusations lancées contre les maires Mapar ne sont pas fondées» a indiqué la députée Lalao Rahantaniriana, dite Nina, hier à Ambodivona. Elle a ainsi particulièrement souligné le cas du maire de Mahajanga, Mokhtar Andriatomanga, qui a obtenu le premier prix en matière de transparence budgétaire.

Pour l’élue de Mahajanga, toutes ces suspensions des maires Mapar ne sont que complots politiques organisés en vue des prochaines élections, notamment la présidentielle de 2018. « Cela traduit clairement la faiblesse du régime », a-t-elle soutenu tout en assurant que le Mapar attendra le temps nécessaire…

Dans tous les cas, tous les actes de suspension ne semblent pas encore se trouver entre les mains des autorités compétentes, notamment du ministère de l’Intérieur et de la décentralisation. «Nous n’avons reçu que le rapport du conseil communal de Mahajanga, mais aucune décision n’a encore été prise» a indiqué une source auprès du ministère hier sur la radio nationale.

De ce fait, le ministère n’a encore reçu de documents officiels ni sur l’affaire du maire de Toamasina, ni sur celui de Port-Bergé. Pour ce qui est du budget des communes, le ministère a fait savoir qu’il n’est en charge que des papiers administratifs et que le décaissement relève de la compétence du ministère des Finances et du budget.

T.N

 

News Mada0 partages

« Zhatia event » : nahomby ry Iraimbilanja tany Toamasina

Nangotraka ny tontolon’ny rock tao Toamasina! Niantsehatra tao amin’ny « Espace les Pangalanes », Gare des manguiers, Toamasina, ny tarika Iraimbilanja ny zoma 31 marsa teo. Nahomby ny hetsika satria feno hipoka ny trano filanonana, niaraha-niredona ireo hira tsy tontan’ny ela nahafantarana an’Iraimbilanja, toy ny “Mosoara”, “Tehina”, “Tsy ho ahy ianao”, sns. Tsy andrin’ny mpijery koa ny nihirana ny “Tanin-dolo” sy ny “Raosy Jamba”, anisan’ny hira tena “rock haingam-pandeha”, mampisongadina ny tarika.

Tsy namelan’ireo mpankafy raha tsy niaraka nihira teny ambonin’ny sehatra miaraka amin’ny tarika izy ireo. Nanomboka tamin’ny 09 ora alina ny fampisehoana ary tsy nitsahatra raha tsy tamin’ny roa sy sasany maraina.

“Mahafinaritra anaty ny manome fahafaham-po ny mpijery, mahita azy ireo faly sy mirana endrika” hoy i Batata, mpihira sady mpitendry gitara ao amin’ny Iraimbilanja. Nokarakarain’ny vondrona « Zhatia event » ny hetsika. “Tratra ny tanjona, ny mampifanatona ny mpanakanto sy ny mpankafi azy. Tsy ampy izany rahateo eto Toamasina”, hoy Rtoa R. Johanna, tompon’andraikitra ao amin’ity fikambanana ity. Maro sahady ny nangataka fiaraha-miasa amin’izy ireo hikarakara hetsika hafa.

Njaka A

News Mada0 partages

Sehatra bagasy : paotsatroka ho an’i Fidimalala

Andrarezin’ny hira malagasy ! Fidimalala, anisan’ny nahafantarana azy ny nihirany niaraka tamin’i Barijaona. Ho fisaorana azy sady hamelomana indray ny sanganasany, ny an’i Barijaona, ny an’i Ranaivo Ranarivelo, Lex Rana ary ny sanganasan’i Lala Dorys, hanatanteraka « Paotsatroka » ny Sehatra bagasy.  Fampisehoana hotanterahina ao amin’ny CCEsca Antanimena ny alahady 9 avrily izao. Anisany hiaka-tsehatra amin’izany ny tarika R’Imbosa sy ny tarika Angolan’Imerina. Mpihira avy ao amin’ireo tarika ireo rahateo no anisan’ny hihira nokaloin-dry Barijaona sy Fidimalala tamin’izany. Raha ny fanazavan’i Mbosa, hihira ihany koa i Fidimalala amin’io fotoana io.

Raha tsiahivina, anisan’ny tarika nanana ilay fomba fitendrena gitara niavaka ry Barijaona. Niavaka ihany koa ny fampiaraham-peon’i O Suzah sy i Barijaona ary i Fidimalala.

HaRy Razafindrakoto

News Mada0 partages

Fiahiahiana kolikoly sy fanodinkodinam-bola : nosamborin’ny zandary Razaimamonjy Claudine

 Ela ny ela ? Nosamborin’ny avy amin’ny Emmo/Reg,  niainga avy amin’ny toromariky ny Bianco ny mpanolotsain’ny filoham-pirenena, Razaimamonjy Claudine, tompon’ny AC  omaly tetsy Mahamasina. Andrasana ny ho tohiny.

 

Nosamborina avy hatrany tetsy Mahamasina tamin’ny fijerena lalao basikety, ity oloben’ny fitondrana ity ary nentina avy hatrany eny Ambohibao, omaly hariva.  Tsy mbola nanome fanazavana ny avy amin’ny Bianco, saingy tombanana fa tohin’ny resaka fanodinkodinam-bola sy kolikoly avo lenta momba ny kaominina Ambohimahamasina, any Ambalavao izao anton’ny fisamborana izao. Efa nampanantsoin’ny eny Ambohibao indroa ny tenany, ny volana novambra teo, saingy tsy namaly izany tamin’ny niakaran’ny ben’ny Tanànan’Ambohimahamasina, Tsabo Pierre  teny amin’ny Bianco, nitohy teny amin’ny Fitsarana mijirika ny kolikoly (CPAC), 67 ha.  Tonga amin’ny fotoana nisamborana azy ihany izany ny Bianco rehefa nanao ny dingana rehetra. Nalaina am-bavany eny amin’ny Bianco ny tenany hatramin’ny, omaly alina.

Niompana amin’ny fanodinkodinam-bola hatrany amin’ny 400 tapitrisa Ar izany ary ahiana ho mpiray tendro amin’izany ity mpanolotsain’ny filoham-pirenena sady mpandraharaha goavana ity. Tsiahivina fa nanara-maso ny fandehan’io volan’Ambohimahamasina io ireo mpiasan’ny mpisafon-draharaham-panjakana (IGE) ary  nahita ny tsy mety satria vola miditra androany amin’ny kaominina, ny ampitso anefa nafindra any amin’ny  kaontin’olon-kafa. Tsy mifanaraka amin’ny vola nomena ny kaominina ny fotodrafitrasa vita tany an-toerana.

Nesorina hatramin’ny Praiminisitra Ravelonarivo Jean

Nahatonga ireo mpiasan’ny IGE telo lahy voasazy ny nijeren’izy ireo ifotony ny raharaha tany an-toerana, nanaovany ny asany am-pahamarinana sy nanaovany tatitra, ny 9 aogositra teo, teny Iavoloha.  Tonga hatrany amin’ny fanesorana ny Praiminisitra Ravelonarivo Jean mihitsy aza  ny raharaha, nialoha ireo rehetra ireo.

Midika izany fa tsy ho afa-bela Razaimamonjy Claudine, ary ahina ho anisan’ny trondro vaventy eo an-tanànan’ny Bianco ? Na mety ho famerezan-dia ny vahoaka na hamelomana adihevitra hanadinoana ny tsy fahombiazan’ny fitondrana koa anefa izao raharaha izao.

Etsy andaniny, mitombina izany ny fielezan’ny feo fa vaky ny ady eo amin’ireo samy tandapa efa volana maromaro izao, ka nilazan’ny sasany amin’izy ireo fa manaratsy endrika ny filoham-pirenena ity mpanolotsaina ahina ho tafiditra amin’ny kolikoly avo lenta ity ? Tonga amin’ny tsontsori-mamba isarahana ? Ao ambadiky ny fampirisihana ny Bianco hiroso amin’ny fisamborana azy ireo tandapa sasany ireo ? Tantara mitohy !

Randria

News Mada0 partages

Chronique : portes ouvertes aux escroqueries publiques

Dans la grande distribution en majorité les capitaines des unités adoptent le principe de se conformer à la législation locale et parfois même à des règles plus contraignantes courantes dans nombreux pays à l’étranger, veillant à ce qu’il y ait le moins de tromperie dans les échanges : au prix fort ou à l’inverse, le client sait ce qu’il paie au barème du prix affiché.  Les vendeurs ambulants et les marchands installés sur les marchés ne partagent pas nécessairement ce scrupule d’éviter une  supercherie. Le marchandage, une pratique de tradition permet à un flot de paroles de vanter la marchandise, style différent mais à l’égal de la publicité, sur ce terrain les pubs mensongères n’ont pas manqué, mais la réglementation ne cesse d’en resserrer l’espace comme établissant un seuil de menteries tolérables. Au-delà du prix convenu, sans prendre en considération la qualité, estimée de façon subjective, il est un domaine qui ne souffre pas d’approximation : celui des poids et mesures. Le contrôle des instruments se faisant de façon épisodique à des délais éloignés favorise les tentations de tricherie, (il fut un temps où le doute était même permis à propos de l’étalonnage des pompes de carburant).

Réguler les conditions des échanges, qu’il s’agisse de commerce de produits ou de prestation de service, fait partie des obligations de l’Etat pour préserver des arnaques le public.

Dans la même veine on ne peut taire l’escroquerie à grande échelle qui devient un sport de prédilection pratiqué par nombre d’établissements scolaires, tous confondus : primaire, secondaire, technique ou supérieur. Les hauts responsables de l’Etat viennent de nouveau d’être confondus, suspects d’abus de tolérance à l’endroit d’établissements dispensant des enseignements en dessous du niveau médiocre. D’eux-mêmes les résultats du concours pour le recrutement d’infirmiers parlent d’un scandale : une dizaine de candidats admis pour plus d’une centaine de postes à pourvoir. Hors les paresseux et hors les individus bouchés, des milliers d’apprenants fréquentant ces instituts privés contre paiement de frais de scolarité conséquents, se donnent les moyens d’efforts pour réussir, aussi on ne saurait les charger seuls de la responsabilité de ces cimetières d’échecs et de désillusions. A qui la faute ? Aux établissements ! A qui revient la responsabilité d’autoriser le droit d’existence à des instituts trainant de telles références ? Il n’y a pas mystère : « Dis moi qui tu as fréquenté je saurai comment tu as fricoté.»

Léo Raz

News Mada0 partages

Madagascar il y a 100 ans : le ravitaillement de la Côte Est (1)

Dans son numéro du 27 février, la Tribune publie sous le titre : « Ce qu’il faut faire », un article de Pierre d’Ilafy dans lequel ce dernier prend à partie Le Tamatave pour une chose que celui-ci n’a point écrite, à propos du ravitaillement de la Côte Est.

En effet, notre éminent confrère dit dans cet article :

«Un confrère tamatavien (votre serviteur), étudiant la situation, préconise deux remèdes : reconstruire d’autres petits voiliers ; construire au plus tôt le port de Tamatave.»

À lire l’article dont s’agit, notre éminent contradicteur avait oublié de mettre ses lunettes, car nous n’avons dit ni l’une ni l’autre de ces deux choses.

Que les voiliers soient reconstruits, c’est la force même des choses et l’intérêt des colons qui l’exigent sans qu’il soit besoin d’encourager cette reconstruction.

Quant au port de Tamatave, dont la guerre actuelle a interrompu l’exécution, en raison de l’impossibilité de se procurer les matériaux nécessaires, Le Tamatave se serait bien gardé de commettre… l’oubli des motifs qui en ont fait suspendre les travaux et de pousser cet oubli au point d’insister sur sa construction immédiate.

Ce que le Tamatave a demandé, – et ce qu’il demande encore aujourd’hui avec insistance, – c’est la construction d’un havre ou abri muni de coffres auxquels pourraient être solidement amarrés les voiliers, chalands, remorqueurs et autres petites embarcations. Car ce qui a été la principale cause du désastre dans la nuit du 5 au 6 février, c’est que le sable qui compose le fond de la rade n’a offert aucune résistance à l’effort des ancres de ces voiliers qui, partis à la dérive, ont été se briser sur le Wharf, en le brisant lui-même et sur l’enrochement du boulevard Galliéni.

Se basant sur les études auxquelles le service compétent a procédé, la construction de cet abri ne dépasserait pas 200 000 francs, avec cette circonstance essentielle qu’il n’est nullement besoin d’aller chercher en dehors de la Colonie les matériaux nécessaires à sa construction, car celle-ci n’exige qu’une jetée en pierres sèches, – dont il existe déjà une solide amorce, – jetée simplement posée sur les récifs qui affleurent partout et entourent presque complètement le point désigné pour l’installation de ce havre-abri.

(À suivre.)

Le Tamatave

www.bibliothequemalgache.com

 

News Mada0 partages

Us et coutumes : derrière la diplomatie de mendigot

Que possède de bon à vendre le pays ? Cynisme des pisse-froid, la réponse est dans la question : le pays pardi ! Les donnes changent. Forme d’esclavage et bradage de main-d’œuvre ne suffisent plus seuls à attirer les investisseurs ; bonne gouvernance et état de droit tardent à cocooner  les capitaux ; croisade et colonisation ont perdu panache et prestige. Restent à l’impérialisme conquérant oser plus haut et acheter les pays pauvres renfermant des richesses. Des dirigeants de ces pays résistent mal au chant de sirène. Dans les alcôves de la diplomatie éclatent de serviles risettes, échos aux doucereuses berceuses que chuchotent les puissants : les contrats n’ont vocation ni à être transparents ni à faire l’objet de publication. Derrière les remparts de rampantes attitudes mendigotes, se trament des confidentielles et peu nobles tractations sur le dos de la bête.

News Mada0 partages

Resaky ny mpitsimpona akotry : samy miainga aloha noho ny tahotra sao ho diso anjara

Efa samy mamaritra amin’ny fibahanan-toerana ry zalahy manantena ho tompon-daka eo amin’ny fifaninanana ho Filohampirenena izay hatao any amin’ny faran’ny taona 2018. Lasa aloha ihany izany araky ny fiheveran’ny mpitazana sasantsasany. Akory atao anefa raha miady ny lohalaharana. Tsy midika moa fa ny lohalaharana eo am-piandohana no tsy maintsy ho voalohany eo am-piafarana rehefa mivoaka ny vokatry ny safidim-bahoaka. Misy aza ny fitenenana milaza fa ny gisitra no ho voalohany. Any ankoatra eo amin’ny fidirana any amin’ny Fanjakan’ny Tompo no mihatra izay fa eto amin’ny fanjakan’i Baroa mbola ny ankisisika no miantoka azo antenaina. Izany hoe misy mihevitra fa hafa ny eto sy ny any, ka rehefa hatrizay any no mifanamboatra. Raha tsy fihatsarambelatsihy fotsiny, inona ary araky ny tazana ny tena antony maniraka an’ireo zalahy ireo mbola hisisika ihany amin’ny fifaninanana samy te hiseho fa izy no tena mpivavaka. Mbola mifanipaka ihany moa ny hevitra mifamahofaho ao an-tsain’ny ankamaron’ny tsirairay. Sady  manantena fa ny olona matahotra an’Andriamanitra no hany azo ametrahana toky, no sady kivy diso fanantenana noho ireo fahaverezan’ny hasin’ny ankabeazan’ny toky nahankina tamin’olona maro notsongaina teo anivon’ireny te ho deraina ho mpanompo mafatrapo an’Andriamanitra ireny. Tsy adino fa toy ny maha be indrafo an’Andriamanitra no tsy ahafahan’ny raharaham-pirenena mandefitra amin’ny toetra vilambilana mitarika fanaovana antsirambina ny fitantanana. Ny vahoaka hatrany no mandoa lafo ny vokatr’izany.

Izany akory tsy mitory sanatria fa ireo tsy mivavaka no hany azo itokisana. Ny fiteny moa dia manilika azy ireny amin’ny filazana hoe “ raha tsy olona tsy mivavaka”. Tsy ijanona amin’ izay fitenena izay angamba. Be ny andrana natao miankina

amin’izany no hita fa nandamoaka. Tsy dia ny endrika ivelany amin’ny fideran-tena ho mpivavaka no entina hitsarana ny mpilatsaka fa ny fizohina ny toetrany andavan’andro amin’ny fanambonimboniany tena, ny tsy firaharahiana ny ambany raha tsy efa manakaiky ny fifidianana, tsy fifehezana ny fisehon’ny fitiavan-tena sy ny fitiavan-kely. Maro ireo mihevitra ny tenany ho tampony alohan’ny ahatongavany eo amin’ny fitondrana tampony. Toy ny hoe anarany fotsiny ny filatsahany. Tsy izy no mila ny toerana, fa ny toerana no mila ny fahamendrehany hany ka raha tsy lany izy, ny vahoaka no omeny tsiny tsy ampisalasalana, heveriny ho donto.

Léo Raz

News Mada0 partages

Fahafatesana reny bevohoka tao Befelatanana : mpianatra ho mpitsabo ny efatra amin’ireo valo voarohirohy

Tsy fandraisana andraikitra manoloana ny olona mila vonjy aina”. Izay ny vesatra anenjehana ireo olona valo (mpianatra ho mpitsabo ny efatra) voarohirohy momba ilay raharaha fahafatesana reny bevohoka sy ny zanany, tao amin’ny Matérnité Befelatanana. Niakatra teny amin’ny fampanoavana, omaly, ny raharaha ary naharitra adim-pamantaranandro maro izany. Naverina eny amin’ny BC Anosy ny fanadihadiana ary voalaza fa amin’ny alakamisy indray vao hanaovan’ny fampanoavana fanadihadiana ireo olona valo voarohirohy.

Raha hiverenana, ny volana febroary lasa teo ny nitrangan’ity toe-javatra mampalahelo ity, tao amin’ny Matérnité Befelatanana. Namoy ny ainy tamin’izany ny renim-pianakaviana iray nitondra vohoka sy ny zaza tao an-kibony taorian’ny fandidiana natao azy. Nametraka fitoriana ny fianakaviany ary nandray an-tanana ny raharaha ny polisin’ny BC Anosy. Anisan’izany ihany koa ny filazana fa sady nitakiana volabe izy ireo vao nety nanao ny fandidiana ny mpitsabo sady mbola nahazo avonavona avy amin’ny mpiasan’ny fahasalamana.

« Efatra tamin’ireo olona ireo, mbola mpianatra ho mpitsabo antsoina amin’ny anarana hoe « interne » avokoa », araka ny fanazavan’ny filohan’ny fikambanan’ny mpianatra ho mpitsabo, Rakotoaridimby Benjamin, omaly teny Anosy. Ny efatra hafa, mpampivelona, anésthésiste, mpitsabo ary ny lehiben’ny mpitsabo niasa tamin’io andro nitrangan’ny raharaha io. « Tsy ekenay ny mahasaringotra ny mpianatra ho mpitsabo ao anatin’ny raharaham-pitsarana nefa manatanteraka baiko fotsiny izy ireo », hoy ny fanazavana. Mila jerena koa ny rafi-pitsaboana eto amintsika satria tsy hitan’ny mpitsabo ny hatao rehefa tonga ny marary mila vonjy aina nefa tsy manam-bola hividianana ny fanafody ilaina amin’izany ny fianakaviana.

Ekipa roa samy hafa ireo niasa ny andro roa (19-20 febroary) nijanonan’ny renim-pianakaviana teny amin’ny hopitaly. Samy niatrika fampanoavana avokoa izy ireo, omaly.

Nanazava ny lehiben’ny fikambanan’ny mpianatra fa marary efatra izy ireo no tonga teo amin’ny hopitaly ka manapa-kevitra amin’ny olona horaisina voalohany ny lehiben’ny mpitsabo. Vita ny fandidiana ity renim-pianakaviana ity ny asabotsy fa tsy azo kosa ilay zaza. Nanomboka nibontsina ny kibony ny ampitso ary namoy ny ainy koa izy ny alatsinainy. « Tsy fandraisana andraikitra manoloana ny olona mila vonjy aina » ny heloka anenjehana azy valo ireo.

Hanao hetsika ny fikambanan’ny mpianatra ho mpitsabo

Nanambara ny fikambanan’ny mpianatra fa hanao hetsika fanairana hitokona sy hanao diabe hanoherana ny fampidirana ny mpianatra ho mpitsabo ho anisan’ny olona hanaovana fanadihadiana momba ny raharaha nahafatesana renim-pianakaviana iray. Nilaza kosa ny mpisolovava ny fianakaviana mpitory, ny maître Razafinjatovo Willy, fa tsy nitory ny mpianatra ho mpitsabo velively ny fianakaviana fa ny dokotera sy ny mpampivelona no niantefan’ny fitoriana. Tonga teny Anosy ny mpianatra ho mpitsabo nanohana ny namany voakasiky ny raharaha. Fantatra fa hanao hetsika eny Ankatso ireto mpianatra ho mpitsabo ireto, anio, raha tsy misy ny fiovana.

Vonjy A. sy Yves S.

 

 

News Mada0 partages

Betroka : dahalo iray voatifitry ny zandary

Dahalo iray maty voatifitry ny zandary tao Betroka, omaly. Nandritra ny fanarahan-dia nataon’ny zandary no nahavoatifitra ity dahalo raindahiny ity. Tafaporitsaka kosa ny namany. Avy nangalatra omby miisa 200 tao an-toerana ireto olon-dratsy ireto no nifanehatra tamin’ny zandary. Mitohy ny fanarahan-dia ireo dahalo. Tsy mandry fahalemana iny lalana mihazo an’i Taolagnaro manomboka eo an-tampon’Ihorombe mandalo an’i Betroka

Fa lasan’ny dahalo nirongo fitaovam-piadiana mahery vaika ny omby ampolony maro nandritra ny fanafihana nitranga tao Lohosy Befandriana Atsimo, ny zoma teo. Nanapoaka basy tsy misy toy izany ireo dahalo mialoha ny fanafihana ka tsy afa-nanao na inona na inona ireo niharam-boina fa nijery fotsiny izay  nataon’ireo dahalo. Efa nanara-dia ireo dahalo ny Dinabe any an-toerana. Marihina fa na nanao ezaka ny avy ao amin’ny faritra, tsikaritra fa mbola mitohy ihany ny halatra omby amin’iny faritra iny.

J.C sy CMS

News Mada0 partages

Fikasihan-tanana mpianatra : hampiharana sazy henjana ny sekoly La Croyance

Nihevitra ny ho tsy nisy nahatsirakitra ny fihetsika nataony ity mpanabe ity ka nanampatra ny hatezerany tamin’ny mpianatra. Tsy niandry ela fa nanao fanambarana momba izany avy hatrany ny minisitry ny Fanabeazam-pirenena.

Daroka, felaka teha-maina, tsongo, fampandoalihana, ompa sy teny maharary… Toy izany no nahazo ny mpianatra maromaro tao amin’ny sekoly La Croyance tetsy Anjanahary omaly atoandro.

Nisy naka « caméra » miafina ny fihetsika tafahoatra nataon’ity mpampianatra ity tamin’ireo mpianatra  ka niparitaka be tamin’ny tambajotra sosialy izany horonantsary maharitra iray minitra sy 40 segondra izany.

Betsaka ny fanakianana nataon’ny mpanara-baovao ary nampahatsiahy ny lalàna tsy tokony hikasihan-tanana ny mpianatra na hanaovana teny maloto na fanompana ny mpianatra. Efa niparitaka haingana koa ny fandalovan’ny mpanao fanadihadiana teny anivon’ny sekoly izay mampiseho ny tsy fisian’ny vahaolana  avy hatrany fa mbola miandry ny famoriana ny ray aman-dreny. Nilaza mihitsy ny talen-tsekoly fa efa nifanarahany tamin’ny ray aman-dreny io fitaizana ny mpianatra ao aminy io izay misy fikasihan-tanàna.

Tsy nitazam-potsiny ny minisiteran’ny fanabeazam-pirenena fa namoaka avy hatrany ny filazana fa “Tsy rariny ary tsy azo ekena intsony ny fikasihan-tanana ny ankizy”. Fantatra izao fa tao amin’ny sekoly tsy miankina  La Croyance Anjanahary ity tranga ity.

Handray fanapahan-kevitra ny ministeran’ny Fanabeazam-pirenena ka na hotsoahana ny fahazoan-dalana fisokafan’ny sekoly na hotsoahana ny fahazoan-dalana mampianatra an’io mpampianatra io, hoy ny avy ao amin’ny minisitera.

Tatiana A

News Mada0 partages

Antananarivo : Madagascar à la Fraternity cup

Madagascar sera de nouveau présent à la manifestation internationale «Fraternity Cup» qui va s’ouvrir dans un futur proche à Issy-les-Moulineaux, en France, par le biais de l’Association des enfants d’Antananarivo (AEA).

Les six enfants issus des milieux défavorisés de la capitale participeront à des échanges interculturels et sportifs avec leurs pairs provenant de 12 pays du monde durant leur séjour en France. Ils auront droit parallèlement à des ateliers sur les droits de l’enfant et des ateliers ludiques et artistiques, selon les explications fournies par la présidente de l’association, Arisoa Sylvie Razafimamonjy, avant leur embarquement à Ivato le 1er avril.

Organisée annuellement par l’association «Voix de l’enfant», la manifestation en est à sa 6ème édition et l’ONG Bazar sans Frontière parraine l’équipe malgache à la participation.

Manou

 

News Mada0 partages

Education : le suivi, la discipline et les Tic font la différence

Audrey R. est une élève en classe de terminale dans une école privée d’expression anglaise de la capitale. D’ après elle, le suivi de chaque élève par les profs, la discipline instaurée dans un établissement scolaire et l’ utilisation des Technologies modernes de l’information et de la communication (Tic), en complément des études, font toujours la différence. Interview.

. Les Nouvelles : Qu’est-ce qui vous a amenée à étudier dans une école d’expression anglaise ?

– Audrey R. : Jusqu’à la classe de troisième, j’étais une élève d’un lycée d’expression française de renom de la capitale. En voyant mes difficultés à évoluer dans une classe à effectif nombreux, et même si je n’ai jamais redoublé, mes parents ont décidé de me transférer dans cette école. Ils voulaient me donner toutes mes chances pour que je puisse exploiter et atteindre mon plein potentiel.

. Quelle a été la différence ?

– Le suivi et la discipline. Dans mon ancien lycée, nous étions plus d’une trentaine d’élèves dans une même classe. Ici, c’est à peine si on dépasse la quinzaine, en moyenne une dizaine. La discipline y est aussi plus rigoureuse alors qu’elle était un peu relâchée au lycée. Ici, je peux demander à mes profs de me consacrer du temps si je n’ai pas bien compris leur cours. Ils sont très soucieux de notre progrès et épanouissement personnel, ce qui est possible grâce au faible effectif des classes.

. Selon vous, concernant la langue d’études, quelles sont les dissemblances entre apprendre en français ou en anglais ?

– Sur la manière dont les cours sont dispensés, il n’y a pas une grande différence. C’est plutôt sur le plan ouverture au monde, par exemple consulter des documents ou échanger avec des amis du monde entier par le biais d’Internet et les réseaux sociaux, que la langue anglaise offre plus d’opportunités. Je peux même affirmer qu’évoluer dans un milieu anglophone, qui s’est développé ces derniers temps, est un tremplin pour mes études. Grâce à ma connaissance de l’anglais, j’ai accès à un large choix d’universités. J’ai pu tracer ma vision sur mon métier d’avenir et les études y afférentes par l’exploitation des Tics.

. Parce que vous utilisez aussi les nouvelles technologies au collège ?

– Oui, nous suivons un cours de « Tech » à partir du secondaire, et en primaire, nous commençons déjà à manipuler les tablettes. Nous apprenons non seulement à utiliser mais aussi à exploiter les technologies de l’information et de la communication sous la surveillance d’un prof d’informatique. Par exemple, pour mon projet de fin d’études dans le cours de « Tech », j’ai réalisé mon propre « Business Plan ».

. En parlant de métier d’avenir, qu’envisagez-vous de faire plus tard ?

– Mon rêve, c’est de travailler dans le domaine de la mode et de produire des matières ou accessoires respectueux de l’environnement, comme l’utilisation de matières premières recyclables. Si tout va bien, j’envisage de poursuivre mes études aux USA dans une université à San Francisco.

Propos recueillis par Sera R

 

News Mada0 partages

Autisme : sensibilisation à l’American center

L’Association des autistes de Madagascar a célébré dimanche la Journée mondiale de l’autisme à l’American center Tanjombato par l’observation d’une séance portes ouvertes. C’était une occasion de sensibiliser tout un chacun aux problèmes de ce handicap à Madagascar, de promouvoir sa prise en charge ainsi que de plaider pour un engagement et un investissement dans le domaine.

Le ministère de la Santé publique, l’association malgache pour l’autisme, l’association des autistes de Madagascar ainsi que tous les partenaires y ont  participé. L’intégration des enfants autistes dans les enseignements scolaires privés et publics a été au centre de ce lobbying. Il convient toutefois de noter que dans cette intégration, l’enfant sera toujours accompagné d’un tuteur pour sa prise en charge individualisée.

Sera R

 

News Mada0 partages

Ivato : 25 femmes malgaches restent à quai

Leur rêve de vivre sous les cieux mauriciens s’est estompé pour 25 femmes malgaches. Ce groupe de migrantes a été débarqué par la police, mardi dernier.

Et pour cause, les risques selon lesquels les 25 jeunes femmes pourraient s’adonner à des activités liées à la prostitution ont été avancés. Soupçonnées d’être des travailleuses  du sexe, elles ont été débarquées par les éléments du Service central de la police aux frontières, alors qu’elles de trouvaient déjà à l’aéroport international d’Ivato.

D’après les responsables, les 25 migrantes disposaient de documents de voyage en bonne et due forme ainsi que des papiers d’immigration sauf que leur motif de voyage et de séjour à Maurice n’est pas «convaincant», a-t-on communiqué. L’on sait que deux femmes malgaches venaient aussi d’être refoulées de l’île Maurice.

Notons au passage que 16 ressortissantes malgaches suspectées d’être des femmes de joie ont été arrêtées à Maurice lors d’une série de descentes effectuées par des éléments du Bureau des passeports et de l’immigration (Passport and Immigration Office ou PIO). Les 16 prostituées malgaches ont été expulsées de l’île sœur.

Mparany

News Mada0 partages

Corruption et lynchage : la lutte s’intensifie

La lutte contre la corruption et la vindicte populaire va monter d’un cran. Le lancement officiel d’un autocollant dont l’objectif est de renforcer la lutte contre ces fléaux s’est déroulé samedi dans l’enceinte de la Direction générale de la sécurité routière (DGSR) à Alarobia.

D’après le général Didier Gérard Paza, secrétaire d’Etat chargé de la gendarmerie nationale, ces «stickers» seront collés à l’intérieur de tous les taxis-brousse effectuant une visite systématique ou une réception technique. «Outre le message de sensibilisation, un numéro d’appel gratuit est inscrit sur l’autocollant. Avec ce numéro, les usagers, principalement les passagers, peuvent signaler immédiatement les faits de corruption qu’ils constatent sur la route. Il en est de même pour les cas de vindicte populaire», a-t-il expliqué.

Outre le lancement officiel de cet autocollant, une cérémonie d’inauguration d’un bâtiment rénové a également eu lieu samedi. D’après le général Iama Radafy, directeur général de la DGSR, le nouveau bâtiment à étage de 18 x 10 mètres est doté de 18 salles. Ayant débuté en octobre de l’année dernière, les travaux de réfection ont duré quatre mois.

Mparany

 

News Mada0 partages

Analamanga : donation du MFB pour Antsakabary

Le ministère des Finances et du budget compatit aux douleurs des habitants d’Antsakabary, victimes qui ont tout perdu lors des incendies de leurs maisons d’habitation. Les employés du ministère ont cotisé pour leur donner un coup de main.

Une enveloppe de 10 millions d’ariary a été remise officiellement par une délégation des employés conduite par le ministre Gervais Rakotoarimanana au secrétaire de l’Episcopat de Madagascar, hier. Outre leurs maisons, ces victimes ont perdu leurs biens et leurs stocks de produits dans le drame, selon le ministre qui a expliqué son initiative de sensibiliser ses employés à cet élan de solidarité bien malgache. Il envisage par ailleurs une rencontre avec l’évêque d’Ambanja à propos de ces dons en annonçant déjà les promesses de certains employés de son ministère de faire encore plus dans les jours à venir pour aider la population d’Antsakabary.

Le représentant de l’Episcopat a promis que les dons seront acheminés en entier vers leurs destinations. Il a remercié le ministère au nom des bénéficiaires et de l’évêque d’Ambanja pour ce geste et sa confiance en l’église. L’homme d’église a incité tout un chacun à prier pour l’avènement d’une paix véritable pour le mieux-être de la population.

Manou

 

News Mada0 partages

Basikety – «Amboaran’ny filoha» : lavon’ny Miaramila ny Zandarimariam-pirenena

 Miroso hatrany ny fifaninanana, eo amin’ny fiadiana ny «Amboaran’ny filoha », taranja basikety. Hatreto aloha, mbola miady avokoa ny fihaonana saingy, efa misy ireo ekipa hita misongadina eo amin’ny vokatra azony.

Miditra eo amin’ny andro fahefatra, anio, ny fiadiana ny “Amboaran’ny filoha”, eo amin’ny taranja basikety. Fihaonana, tanterahina etsy amin’ny lapan’ny Fanatanjahantena Mahamasina ary tohanan’ny orinasan-tserasera Telma malagasy.

Nanarina ny fahareseny teo amin’ny andro faharoa, ny Cosfa Analamanga.  Lavony tamin’ny isa tery 86 no ho 85 ny Zandary avy any Vakinankaratra. Fihaonana, tena niady ary nampitsanga-mitoetra ny mpijery ny lalao. Porofon’izany ny isa nisarahan’ny roa tonta.

Nifandimbiasana ny nitarika ny isa teny amin’ny solaitrabe. Lasan’ny Zandary  tamin’ny isa 23 no ho 10 teo amin’ny tapa-potoana voalohany saingy nenjehin’ny Miaramila izany, ka izy ireo indray ny nitarika teo amin’ny fe-potoana faharoa, 30 no ho 17. Ady sahala 40 no ho 40 ny nentin’ny roa tonta niala sasatra.

 

Tsy nilefitra ny Miaramila

Anisan’ny nisongadina teo amin’ny famonoam-baolina i Constant Fabrice, ho an’ny GNBC izay nahatafiditra baolina 28 ary i Stevel Donga kosa ny an’ny Cosfa,  izay nahafaty baolina 23.

Niezaka nanamboatra ny paikadiny ny Zandary notarihin-dry Benson sy Chasy, ka nitarika tamin’ny isa 23 no ho 19 izy ireo, teo amin’ny 10 mn fahatelo. Tetsy ankilany, tsy nilavo lefona mihitsy ry Kakay sy i Theodule ary i Zo fa nanohitra ka nihoarany ny Zandary tany amin’ny segondra farany tsy hahataperan’ny fihaonana.

Nahazo ny fandresena voalohany ho azy kosa ny Ascut Toamasina, teo amin’ity andro fahatelo ity. Resiny, tamin’ny isa mazava 75 no ho 59 ny TMBB Analamanga. Nanamparan’ny ekipan’Antsinanana, ny heriny mihitsy tamin’ity ny ekipan’Analamanga, izay tojo ny fahareseny voalohany, ihany koa.

Teo amin’ny vehivavy indray, mbola misongadina ny Fandrefiala Analamanga, izay nahazo fandresena fanintelony, rehefa nanilika ny CRJS, tamin’ny isa 68 no ho 38. Mbola nahazo fahombiazana toy izany koa ny MB 2 All rehefa nanilika ny JEA, tamin’ny isa 88 no ho 69.

 

Torcelin

 

Fandaharan-dalao anio :

 

Vehivavy

10:00 – Fandrefiala Analamanga  # Tamifa Amoron’i Mania

12:00 – JEA Vakinankaratra # CRJS Antsinanana

 

Lehilahy   

02:00 (P.A) – TMBB Analamanga # GNBC Vakinankaratra

04:00 (P.B) – SBBC Boeny # COSPN Analamanga

06:00 (P.B) – MB 2 All Analamanga # ASCB Boeny

 

 

News Mada0 partages

Basikety – Seksiona Ambohidratrimo : mpanazatra 18 nahavita fiofanana

Navoaka ny asabotsy 1 avrily 2017 lasa teo ireo mpanazatra basikety, miisa 18 mianadahy avy amin’ny seksiona Ambohidratrimo, izay nahavita fiofanana ka nahazo ny mari-pahaizana “coah mini-basket”. Nitana ny laharana voalohany Rahetilahy Dominique na Radômy, mpanazatra ny klioba ASF Ivato. 13 nahazo ny “Mention bien”.

Nanatrika izany ny sekretera jeneralin’ny federasiona, ny lehiben’ny distrikan’Ambohidratrimo ary ireo filohan’ny klioba samihafa ao an-toerana. Nandritra ny roa volana ny fiofanana, izay notarihin-dRazafiarivony Angelo Solofohery, “Instructeur Fiba Afrique”. “Ity ny andiany tsara fiofanana indrindra tamin’ireo izay nofaniko hatramin’izay satria nahatratra 105 ora ny fianarana natao, nisian’ny  teoria sy pratika ary fanadihadiana ireo lalao an-tsary”, hoy izy. Nilaza ny sekretera jeneralin’ny federasiona fa  tokony hitarika klioba ireto mpanazatra vaovao ireto fa tsy hijanona ho mpaka diplaoma fotsiny. Tsiahivina fa avy amin’ny klioba 8 ireto mpanazatra ireto : ny ASF Ivato,  Ankarana, BCR, NBM Mahitsy, Klioba Ambohitrimanjaka, FLM Tsarahonenana, Cosbaimi, Klioba FLM 67 ha. Nilaza Rajoelimanantsoa Fidy, filohan’ny seksiona Ambohidratrimo fa, ”sambany teo amin’ny tantaran’ny seksiona no nisy fiofanana toy izao ary heverina  fa hampitombo ny fahombiazan’ny basikety ety amin’ny fototra izany”. Fangatahan’ny seksiona ny hahazoana kianja manara-penitra.

 Tompondaka

 

Ino Vaovao0 partages

ANDRANOMADIO, 11/43 : Maty voatifitra ny tovolahy iray zanaky ny tompon-trano

Tsy nisy alaharo fa avy hatrany notapahin’izy ireo ny vavahady fidirana tao amin’ilay trano, ary niditra ireto jiolahy ireto. Miisa valo lahy misaron-tava ireto jiolahy ireto ary nangataka ny hamoahana ny vola rehetra ao an-trano izy ireo.

Nilaza ho tsy manana vola an-trano ny renim-pianakaviana tompon-trano izay voatafika. Rehefa izany, noraofin’izy ireo avokoa ny entana mora bataina, toy ny finday sy ny maro hafa. Ankizikely iray no saika nalain’izy ireo an-keriny ho takalony amin’ny vola, saingy nitalaho mafy ity renim-pianakaviana ity ka navelan’izy ireo ilay ankizikely ity.

Naheno ity fidiran-jiolahy ity ny zanaka lahitokan’ity renim-pianakaviana ity, monina tsy lavitra ny trano voatafika, ka nivoaka hanavotra ny reniny. Vao nivoaka ny tranony ity tovolahy ity dia tifitra avy hatrany no nasetrin’ireo jiolahy ary maty tsy tra-drano.

Taorian’izany rehetra izany dia nitsoaka nandositra izy ireo. Misokatra kosa ny fanadihadiana ataon’ny Polisy momba ity tranga iray ity.

Ravo

Ino Vaovao0 partages

FIHOTSAHAN’NY TANY : Tanàna maro mety hofoanana ao amin’ny distrikan’i Maroantsetra

Olona valo no namoy ny ainy, enina naratra mafy. Trano 20 no potika tanteraka. Raha ny zava-misy, dia ny mitohy famindran-toerana an’ireo mponina mipetraka manamorona tanety ao amin’ny fokontany maro ao Ambinanitelo, amin’izao fotoana izao. Nametrahana trano lay honenana vonjimaika ny faritra azo antoka.

Tanàna maro, araka izany, no voatery tsy maintsy hofoanana, afindra toerana. Tsy vao sambany no nisy loza tahaka izao tao Ambinanitelo. Raha tsiahivina, dia efa nisy tranga tahaka izao tao Ambodiaramy Maroantsetra ny sabotsy 18 marsa lasa teo. Tsy nisy kosa ny ainy nafoy tamin’izany fa fahapotehan’ny fotodrafitrasa no betsaka.

Manao tohivakana ny fanampiana avy amin’ny Bngrc ho an’ireo traboina.

Kamy

Ino Vaovao0 partages

DOANY MIARINARIVO EFADAHY MANANKASINA : Natomboka ny alatsinainy teo ny Kipa

Efa vonona ihany koa ny fitaovana rehetra, toy ny lapela, angady sy “rateau” ary lamaka. Nitsangana ihany koa ireo vilany lehibe nandrahoana sakafo ary efa am-perinasa tanteraka ny mpahandro.

Mbola misy hatrany anefa ireo antokon’olona manatitra vary amin’ny gony sy toaka, hombàna antsa sakalava.

Ny Mpanjaka Soamody sisa nandrasana dia natomboka ny fombafomba. Nialohavan’ireo zatovolahy mikitamby niditra tao amin’ny valamena… Amin’ny raharaha toy izao dia tsy maintsy misy ny fiantsoana sy fierana amin’ny razana ka nampaneno magnandriabe, hazolahy sy antsiva izay samy karazana amponga avokoa. Avy eo dia nikabeso ny razana, izany hoe niera tamin’ny razany ny Ampanjakabe Soamody, manoloana ny zomba, notronon’ny Manantany sy ny Fahatelo ary Bemanangy, miaraka amin’ireo antokon’ny taranaka ampanjaka.Rehefa vita io dia nivoaka ny valabe ireo mpitantana ny Doany fa ny tanora kosa nanomboka ny Kipa na ny fanadiovana. Araka ny fanazavan’ny Fahatelo amin’ny voalohan’ny taona, ny volana janoary, dia efa mijery volana sahady izy ireo, hizahana ny daty hanaovana ny Kipa izay atao ny volana avrily ary mifanojo indrindra amin’ny faran’ny asara.

Tsy maintsy alatsinainy ihany koa no hanombohana ny Kipa. Mijanona ny talata sy alarobia ary alakamisy, ary mitohy sy mifarana ny zoma.Aorian’io kosa dia ny fandrama izay hiakatra avy any Ambatolampy sy Ambalakida hanomanana ny Toamainty.

Vanessa

Ino Vaovao0 partages

AMBATONDRAZAKA : Naresaka ny fety nataon’ireo Terak’i Toliara ny sabotsy 1 avrily 2017 teo

Tao anatin’ny haravoana izay narahina tsinjaka sy dihy mampiavaka ny zanak’i Toliara ary narahina fiaraha-misakafo no nanehoan’izy ireo ny firaisankina sy ny fifankatiavana ary ihany koa nitondrana ny fifananarana teo amin’ireo rehetra vory lanona tao.Niavaka ny tamin’ity indray mitoraka ity, hoy ny filohan’ny fikambanana Ramahefarivo Serge, satria nandray anjara mavitrika tao ary efa niditra ao anatin’ny fikambanana ihany koa ny mpianatra mandranto fianarana avy any Androy amin’izao fotoana izao izay nampiseho dihy mirindra mampiavaka ny avy any amin’izy ireo.

“Tokony hahay hanavaka ny mpanao vato na mpisehatra eo amin’ny fitrandrahana vato sy ireo olona mila ravinahitra ary miasa sy monina aty Alaotra ny tompon’andraikitra isan-karazany eo amin’ny fametrahana ny lamina fa tsy hoe rehefa Antandroy dia mpanao vato avokoa”, hoy ihany izy. Tsy olona avy any Toliara irery ihany koa, hoy izy, no misehatra eo amin’io fitrandrahana vato io fa efa ny foko rehetra ary misy mihitsy aza ny teratany vahiny ka tsy tokony hisy ny fanavahana hoe avy any ananona na avy atsy ananona. Betsaka ny Terak’i Toliara mila ravinahitra aty Alaotra ary misy mihitsy no efa nonina sy nipetraka ela taty ary misy amin’izy ireny no teraka taty Alaotra izay nahay niara-monina tamin’ny mponina avy aty an-toerana hatramin’izay ka tokony hoesorina ilay hoe ny avy Androy no nitarika ny tsy fandriampahalemana.

Aleo hiavaka hatrany ny vary sy ny tsiparifary hoy izy ireo. Misy ny olona mitàna andraikitra ambony ary misy ihany koa ny mpamboly sy mpiompy, hoy ny filohan’ny fikambanan’ny terak’i Toliara fa tsy hoe mpanao vato avokoa izy rehetra. Miantso ny olona avy any amin’izy ireo ihany koa ny filohan’ny fikambanana mba hiditra ao anatin’ny FITETO ahafahana mifampitsinjo na eo amin’ny ara-tsosialy izany na eo amin’ny sehatra isan-karazany.

Nambarany mazava anefa fa tsy hoe akory izay te hiditra dia raisina avokoa fa mila mazava ny mombamomba azy toy ny toerana hipetrahana sy honenana ary ny fototr’asa atao aty Alaotra.

Hariliva R.

Ino Vaovao0 partages

KAOMININA TANJOMBATO : Mitaky hanatsaharana ny fanotofana tany tsy ara-dalàna ireo mpanolotsaina

Mitaky ny hampitsarana izany tsy misy fepetra sy haingana izy ireo.Voalaza fa efa nisy didy navoakan’ny Minisiteram-panjakana misahana fanajariana ny tany sy ny tetikasan’ny Filoham-pirenena, ny 28 Febroary lasa teo. Nefa tsy nahitam-bokany izany ary mbola mitohy manototra ny tany hatrany ity orinasa ity. Manohy izany fanotofana izany izy ireo na amin’ny andro antoandro na amin’ny alina. Fiara lehibe no ampiasain’izy ireo itaterana tany.

«  Manam-bola dia manao izay tiany ity orinasa ity, ka tsy misy mihitsy ny fanajana amin’ny rafitra misy. An’ny Kaominin’i Tanjombato ny tany anefa tsy miditra ao amin’ny kitapom-bolan’ny Kaominina akory ny vola avy amin’izany  », hoy ireto mpanolotsainan’ny Kaominina Tanjombato ireto nimenomenona. «  Tsy misy ambonin’ny lalàna dia tsy ekena ny fihoaram-pefy. 

Ny fahefana omen’ny lalàna ihany no tokony harahin’ny tsirairay  », hoy ihany ireto mpanolotsaina ireto nampahatsiahy ny fisian’ny tan-dalàna. Noho izany dia nilaza ireo mpanolotsainan’ny tanàna fa tsy hanaiky hatramin’ny farany ny amboletra ataon’io orinasa io, amin’ny fanotofana  tany tsy nahazoana alalana. Mitaky ny hanatsaharana ny fanaovana io fotodrafitrasa mialoha ny fotoana izy ireo satria tsy misy ny fanajana ny rafitra apetraky ny Kaominina ary mampiseho ny tsy fanasiana hasina ireo mponina ao an-toerana ihany koa izany.

Pounie

Ino Vaovao0 partages

AMBATONDRAZAKA : Manomboka mivaro-pananana ny olona noho ny fahasahiranana

Tsy misy intsony hoe henatra fa maka mpanera mijery ilay entana hamidy ary manao ny tombany ary ireo indray no mitondra izany mitety tanàna rehefa avy eo. Mandeha avokoa na seza na latabatra na kojakojan-dakozia na zava-maneno hatramin’ny kodiaran-droa. Tsy arakaraka ny vidiny nividianana azy no hivarotana azy ireny fa rehefa mahavonjy dia efa alefa. 

Na mponina eny ambanivohitra na an-drenivohitra dia samy tratran’izany avokoa. Hatreto hita ho mihatra amin’ny fiainam-bahoaka ankapobeny mihitsy ny olana eo amin’ny fitadiavana izay harapaka noho ny fidiram-bola efa tsy misy kanefa mbola mamely mafy ihany koa ny fiakaran’ny vidim-piainana izay tsy mbola nisy hatramin’izay taty Alaotra. 

Vokatr’io fahasahiranana io ihany koa no hita ho miteraka ny olana lehibe eo amin’ny fandriam-pahalemana ka mahatonga ny vaky trano miseho lany eny ambanivohitra. Soa ihany fa efa misy ny lamina napetraky ny mpitandro filaminana, ka nampilamindamina ny renivohi-paritra Alaotra Mangoro amin’izao fotoana izao.

Hariliva R.

Ino Vaovao0 partages

FARITRA VAKINANKARATRA : Tsy mazoto mametraka vola any amin’ny Banky ny olona

Fantatra fa mbola ny 15%-n’ny tokantrano eto Vakinankaratra ihany hatreto no manana tahiry eny anivon’ny banky lehibe.

An-kilany, maro ny fianakaviana miroso amin’ny findramam-bola amin’ireo sampandraharaha mampindrana vola na ireny «  Microfinance  » ireny ary efa maro ihany koa amin’izao fotoana izao ny isam-batan’olona mitoky amin’ny fampiasana ireo fitehirizam-bola amin’ny alalan’ny tambajotran-tseraser­a ireny. Noentina teto anivon’ny tompon’andraiki-panj­akana sy ireo misehatra amin’ny fikirakirana ny vola sy ny sehatra tsy miankina izany rehetra izany. 

Ny fitehirizana ny vola isan-tokantrano no isan’ny loharanon’ny tsy fandriampahalemana ao anaty fiaraha-monina. Efa maro ireo fianakaviana no resy lahatra amin’ireny ka manao ny tahiry tsy ara-dalàna misy ny mbola manao tahirim-bola amin’ny toerana tsy zarizary ka tonga hatramin’ny fahapotehan’ny vola izany. Araka izany, tsy tokony ho tsinontsinoavina ity sehatra ity fa tokony ho tafiditra anaty fanentanana isan-tokony mba hahafahana manao ny tahiry amin’ny rafitra azo antoka. Tonga nanome voninahitra izao taitry ny fanadihadiana izao ny Lehiben’ny Faritra Vakinankaratra, ny Jeneraly Rakotonarivo William sy ny Préfet-n’ Antsirabe, Andriantomponera Voahangy.

Tiaray R

Ino Vaovao0 partages

MINISITRY NY ASA VAVENTY : « Hanomboka afaka efapolo andro ny fanarenana ny tetezan’i Sambirano »

Nijery ifotony ny tetezan’i Sambirano ity tompon’ andraikitra noho ny fahasimbana izay misy eo amin’ity tetezana ity ankehitriny. «  Afaka 40 andro dia hanomboka ny fanarenana ny tetezana ary ezahina ny hampateza ny asa vita  », hoy ny fampanantenan’ity minisitra ny Asa vaventy ity tamin’ ireo mponina tao Ambanja.Tsara ny manamarika fa hatramin’ny taona 1970 tamin’ny Repoblika Voalohany no niorina ny tetezan’i Sambirano ary mbola tsy nasiana fanarenana na fanamboarana mihitsy.

Tamin’io andron’ny sabotsy io ihany koa no tapaka ny tetezan’i Mahamanina. Naharitra ora enina ny fanamboaran’ny fokonolona ny tetezana ka izy efa tafaverina amin’ny laoniny azo ampiasaina izao. Anisan’ny dian’ny minisitry ny Asa vaventy tany an-toerana ihany koa ny fijerena ny lalana mampitohy an’Ambanja sy Antsiranana. Tsy sambany no nandrenesana ny asa fanamboarana sy fanarenana ny lalana mampitohy an’Ambanja amin’ Antsiranana ity nefa tsy hita taratra hatramin’izao avy amin’ilay fomba fiteny hoe : «  Amponga ben’i Mandritsara ela naharignesagna ». Miandry ny fe-potoana nomen’ny minisitry ny Asa vaventy ity ireo mponina ao amin’ny Distrikan’Ambanja.

Pounie

Ino Vaovao0 partages

MANANDONA ANTSIRABE : Nantsoina hanala devoly ao amin’ny CEG ireo Mpiandrin’ny FLM

Araka izany, dia niantso ireo mpino, indrindra ny Mpiandry eo anivon’ny Fiangonana Loterana Malagasy manerana ny Vakinakaratra ny Talem-paritry ny Fanabeazana mba hanala devoly mpitondra aretina mampijaly ireo mpianatra.

Mandritra ny telo andro, nanomboka ny alatsinaina 3 avrily teo no hanatanterahana ny asa ka ao amin’ny CEG Manandona no hanaovana izany. Mpiandry an-jatony, avy ao amin’ny Synodam-paritany Avaratr’i Mania no tonga ao an-toerana omaly maraina.

Nantsoina hanatrika izany ihany koa ny mpianatra sy ny ray aman-drenin’ny mpianatra rehetra Tamin’ny alalan’ny fanompoam-pivavahana lehibe no nanombohana izany ka ny mpitandrina mpitondra Fileovana ao Manandona no nitarika. Tonga nanatrika ity fotoam-pivavahana ity ihany koa ny delegasiona mafonja avy eo anivon’ny Fari-piadidiam-pampianarana eo anivon’ny Faritra Vakinakaratra, izay notarihan’ny Talem-paritry ny Fanabeazam-pirenena ao an-toerana.

Marihina fa hatramin’ny faran’ny herinandro teo dia mbola nisy ihany ireo mpianatra nihetsika aretina na dia efa nampidirina am-ponja vonjimaika aza ilay rangahy ahiahiana ho nanaparitaka ity aretina ambalavelona ity. Tsiahivinafa amin’izao fotoana izao dia manodidina ny 14 ireo ankizy tratran’ny aretina ary ankizivavy avokoa no izay mpianatry ny CEG Manandona ny 12 fa ny roa kosa dia mpianatra amin’ny sekoly tsy miankina iray ao Manandona ihany.

Manomana ny fanadinam-panjakana Bepc avokoa ny ankamaroan’izy ireo. Misy fiantraikany betsaka amin’ny fiainan’ireo ankizy ity fiparitahan’ny ambalevelona ity ka teo indrindra no nahatapa-kevitra ny tompon’andraikitra isan’ambaratongany ao aminny Faritra Vakinakaratra nampiantso ny mpiandry.

Tiaray R

Ino Vaovao0 partages

TANANA MANAMORONA NY RN4 : Mbola vitsy ireo resy lahatra hampiasa lavapiringa

Amboromalandy, Andranofasika, Ambondromamy sy ireo maro tsy voatanisa no voakasik’izany.

Tsy misy na koa tsy ampy ny trano fidiovana natokana ho an’ny fokonolona amin’ireny toerana ireny. Ka votery mametrapetraka amin’izay heverina ho takona na maizimaizina eny ny mpandeha. Tsy avelan’ny rivotra sy ny hazavana tsy ho hita anefa izy ireny, no sady mitondra aretina isankarazany amin’ny olona koa. Ho an’ireo mba manana izany anefa tena tsy maharaka rehefa tena maro iny ny mpandeha, indrindra fa amin’ny atondro. Satria tsy vitsy koa ireo olona ao an-toerana no mampiasa azy ireny ho fisehana na fandroana.

Ny alina indray dia any amin’ireo toeram-piasakafoana izy ireo no manontany izany. kanefa tsy ireo toeram-pisakafoana rehetra ao no manana izany, dia izay no mahatonga ilay fandehanana any amin’ny takona.

Fety

News Mada0 partages

Tennis – Afrique U14/U16 : Tsantaniony s’incline devant Sada

Le générique de la fin. Tsantaniony Iariniaina, la seule représentante malgache arrivée en demi-finales du Championnat d’Afrique U14/U16 filles et garçons, a encaissé un revers, hier, à Benoni Afrique du Sud, face à une joueuse du Burundi, Sada Nahimana.

Le jeu en valait la chandelle et les Malgaches ont gagné en expérience pendant cette joute continentale. Surtout Tsantaniony Iariniaina qui a balayé tout sur son passsage avant de se plier en demi-finales  face à la championne d’Afrique en titre, Sada Nahimana. Cette dernière s’est imposée sur le score de 2/6 ; 3/6 au terme d’un match gagné d’avance par la Burundaise pleine de fougue et prête à défendre sa couronne coûte que coûte. Pour preuve, Tsantaniony a eu plusieurs chances de se rattraper au second set mais la rage de vaincre de Sada a changé le cours du match.

 «C’était un match très intéressant. Tsanta a eu des occasions pour mener au score à 3/3 au second set après avoir été menée au score par 3/0. Elle jouera la médaille de bronze demain (ndlr, ce jour) contre Sneha Kotecha (Kenya). Les matches de classement se poursuivent pour tout le monde», a constaté le coach de l’équipe nationale, Dina Razafimahatratra.

Comme un malheur ne vient jamais seul, Narindra Ranaivo a perdu son match de classement (5e à la 8e place) contre la Nigériane Mary Love Edwards. Ce fut également le cas pour son frère, Toky Ranaivo (5e à la 8e place) qui n’a pas pu se défaire des griffes du joueur n°1 égyptien Youssef Sadek au terme des échanges en trois sets (6/4 ; 3/6 ; 5/10). Seule Mialy Ranaivo a bouclé la journée avec une victoire en battant la Tunisienne Geribi pour le compte de la 13e à la 16e place. Effectivement, Fitia Ravoniandro (U16 filles) a perdu son match contre une joueuse hôte, Zungu, en deux sets (4/6 ; 3/6).

Rojo N.

Match de classement :

-U14 filles (5e à la 8e place)

Narindra Ranaivo perd contre Mary Love Edwards (Nigeria)

-13e à la 16e place :

Mialy Ranaivo bat Geribi (Tunisie) : 6/3 ; 6/3

-U14 garcons (5e à la 8e place)

Toky Ranaivo perd contre Youssef Sadek : 6/4 ; 3/6 ; 5/10

-U16 filles (13e à la 16e place) :

Fitia Ravoniandro perd contre Zungu (Afrique du Sud) : 4/6 3/6

 

News Mada0 partages

Basket – Coupe du président : courte victoire de Cosfa sur GNBC

La troisième journée de la Coupe du président Top 8 a réservé son lot de surprises, hier, au palais des Sports de Mahamasina avec de chaudes rencontres qui se sont déroulées devant quelques chaises vides. Le choc entre les éléments de la GNBC (Vakinankaratra) et les militaires de Cosfa (Analamanga) a été la meilleure attraction de la journée. Un match sous haute tension qui s’est soldé par une victoire sur le fil de Cosfa grâce à un panier au buzzer (85-86).

L’autre affiche a opposé deux formations issues de la liue de Boeny, ASCB et SBBC. Les basketteurs d’ASCB n’ont pas été à la hauteur malgré la performance individuelle de leurs jeunes joueurs qui ont fait tomber des nues le public. Score final : 85-62. Quant à TMBB, il a mordu la poussière face à l’Ascut qui a remporté le face-à-face sur le score 75 à 59. Autrement dit, rien n’est encore joué pour les huit clubs en lice.

Rojo N.

Résultats de la 3e journée :

(H)-GNBC Vakinankaratra # Cosfa Analamanga (85-86)

(H)-SBBC Boeny # ASCB Boeny (85-62)

(H)-Ascut Atsinanana # TMBB Analamanga (75-59)

(D)-CRJS Atsinanana # Fandrefiala Analamanga (38-68)

(D)-MB2All Analamanga # JEA Vakinankaratra (88-69)

 

News Mada0 partages

Moto : le X Country à Antsirabe

La Commune rurale de Vinaninkarena, district d’Antsirabe II, a été choisie par Bira moto club (BMC), la Fédération malgache de motocyclisme (FMAM) ainsi que ses partenaires pour l’ouverture officielle du Championnat de Madagascar de moto tout-terrain. Un champ de bataille des plus originaux mais qui peut faire tomber bien des motards de par la variété des pistes et des sections. La distance totale du parcours ainsi que les détails techniques y afférents n’ont pas encore été dévoilés à l’heure où nous glissons ces quelques lignes.

En outre, la FMAM et des acteurs oeuvrant dans le domaine des deux-roues ont donné des entrées chaudes aux passionnés avant de se lancer dans le bain du championnat national. En effet, après l’habituelle course d’endurance 4H Honda sur le circuit de TRK à Imerintsiatosika, le Hard enduro Husqvarna a également fait des étincelles à Ambatobe. Deux essais grandeur nature pour une saison prometteuse en termes d’évènements et de nouveautés.

Rojo N.

News Mada0 partages

Festival libertalia : le Basy gasy invité

La mission du Label Libertalia Music Records est de détecter les talents qui méritent d’être soutenus dans le dessein de rehausser la musique malgache à l’international. Ainsi, il propose un festival qui se tiendra du 28 au 30 avril prochain sur le parvis de «La gare» à Soarano. A part les grosses pointures telles que Jaojoby ou encore Samoela, le festival propose aussi des scènes aux artistes émergents dont le collectif Basy Gasy,  le 29 avril, au Kudeta urban club à Anosy. 19 artistes animeront le festival.

Le collectif est composé de onze artistes issus de disciplines différentes, dont l’objectif est de promouvoir l’art urbain de la capitale, tels Fly B, Lovazen, Zintsai Skira, Boksem, Biba, Tsiry kely Panda, Eric et Miora. Certains d’entre eux ont déjà effectué une carrière exceptionnelle en   solo, entre autres Jess Flavi One, Bolo, présentateur de l’émission télévisée Clash Info, ou encore le photographe professionnel et qui est à la fois guitariste, Rijasolo.

Le 25 mars dernier, le collectif a donné un concert inédit à l’Urban café à Antsahabe, dans le cadre d’une levée de fonds pour des œuvres au profit de l’orphelinat Loharanosoa et du centre Toby Fiadanana. Le 8 avril prochain, il participera à l’évènement organisé par le start up Lomay durant la sortie officielle du jeu 100% malgache «Gazkar», au Kianjan’ny Kanto à Mahamasina. Et enfin, le collectif est actuellement en pleine préparation d’un nouveau clip qui sera bientôt disponible sur le net.

Holy Danielle

 

Tia Tanindranaza0 partages

Horonantsary GISA MAINTYHanatsikafona ny paikady maloton’ireo mpanao politika

Miroso hatrany amin’ny famokarana horonantsary mahaliana ny mpankafy ny tranom-pamokarana Scoop digital amin’izao fotoana izao. Raha ny resa-politika no tena malaza ankehitriny dia tsy tara izy ireo.

 

 Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

NY AMPINGAMpampianatra mpikabary am-polony no notolorana mari-pahaizana

Mba hahafahana mampitovy ny rafitry ny kabary eto Madagasikara dia mpampianatra mpikabary am-polony maro no niatrika fiofanana manokana ary notolorana ny mari-pahaizana avy amin’ny minisiteran’ny kolontsaina ny faran’ny herinandro teo.

 Ny Federasionan’ny mpikanto ny teny sy ny soratra no tompon’antoka tamin’izany. Anisan’ny voakasika ireo mpampianatra mpikabary 20 mianadahy mianaka avy eo anivon’ny Ampinga izay fantatra amin’ilay teny filamatr’izy ireo manao hoe : “hampandroso hatreny ifotony ny teny sy ny soatoavina Malagasy”. Tanjon’ny Ampinga raha araka ny fanazavan’ny filohany Mitahirifahendrena  ny mba hahafahan’ireo mpampianatra ao aminy manatevina hatrany  ny fahaiza-manaon’izy ireo. Ankoatra ireo toerana fampianarana  kabary telo sahaniny eto an-drenivohitra mantsy( LTP Alarobia, ANS Ampefiloha, Lycée privée Phanoelly Talatamaty) dia hanitatra any amin’ny faritra ihany koa izy ireo amin’ity taona ity ka ny roa any Antsirabe raha eto Antananarivo ihany ny telo ambiny. Tsiahivina fa mampianatra kabary maimaimpoana ho an’ireo izay liana Ny Ampinga.

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Bemolanga

Miherina tokoa ny taona ary efa nitelina volana 3 sahady izy izay. In-4 nisondrotra sahady anefa ny vidin-tsolika izay iankinan’ny fampandehanam-piharian’ny sarambabem-bahoaka.

Mirija

Tia Tanindranaza0 partages

Mpiasan'ny minisiteran'ny volaNanome 10 tapitrisa Ar ho an'Antsakabary

Tsy adinon’ireo mpiasan’ny minisiteran’ny fitantanam-bola sy ny tetibola ireo traboina ao Antsakabary, distrikan’i Befandriana Avaratra izay may trano ny volana martsa lasa teo.

 Nanatanteraka « tolo-tanana » ho fanohanana azy ireo ireo mpiasa ka vola mitentina 10 tapitrisa Ar no voaangony. Natolotra tamim-pomba ofisialy omaly  an’ny sekreteran’ny Episcopat eto Madagasikara teny Antaninarenina io fanampiana io. Nambaran’ny minisitry ny fitantanam-bola sy ny tetibola, Gervais Rakotoarimanana  fa « noho ny firaisankina amin’ny maha samy Malagasy no antony nanentanany ny mpiasa rehetra eo anivon’ny minisitera iadidiany, hanolotra izay foin’izy ireo ho an’ny mponina ao Antsakabary. Tsy ny tranon’ireo traboina ihany mantsy  no may fa hatramin’ny fananana sy ny tahirim-bokatra rehetra ihany koa.Nitondra ny teny fisaorana tamin’ny anaran’ny vahoakan’Antsakabary ireo Episcopat.

Pati

Tia Tanindranaza0 partages

Tamberin’andraikitra Tsy afa-misaraka amin’ny fahaizana lalàna

Tsy tonga saina mihitsy amin’ny maha tompon’ny fahefana feno azy ny Malagasy.

 Manararaotra ny tranga misy rahateo ireo mpitondra fanjakana voasokajy ho raiamandrenin’ny firenena nampindramina fahefana ka manao izay danin’ny kibony, hoy ny mpahay lalàna Rabenarivo Sahondra nandritra ny fifanakalozan-kevitra niompana tamin’ny lohahevitra «tany tan-dalàna sy zon’olombelona : tamberina sy fandraisan’andraikitr’ireo mpisehatra» nokarakarain’ny FES (Friedrich-Ebert Stiftung) teny Soarano ny faran’ny herinandro teo. Tsy mahagaga raha mialangalana sy miraviravy tanana ny olom-pirenena manoloana ity fihetsika tsy firaharahana ny mpiara-belona hasehon’ireo olom-boafidy sy olom-boatendry ity. Azo avadika ho fitaovana hanomezana lesona ireo olom-panjakana mpandika lalàna tsy mihevitra ny tombontsoan’ny maro an’isa anefa io fahasosoram-bahoaka io amin’ny alalan’ny fandatsaham-bato fanasaziana. Vahaolana iray hafa ihany koa ny fampitoviana lenta ny fahaizana ny lalàna eo amin’ny olom-pirenena rehetra tsy an-kanavaka ahafahana mitaky ny tamberin’andraikitra hisorohana ny fakam-panahy avy amin’ireo mpahay lalàna hanambaka ny mpiray tanindrazana aminy, hoy ity mpikambana ao amin’ny SEFAFI (Sehatra Fanaraha-maso ny Fiainam-pirenena) ity.

Nangonin-dRamano F.

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Tratry ny aloka ihany !

Tena gaga indray aho ry Jeanne naheno iny seranareo omaly hariva iny a ! Fa dia inona loatra no tsy nifankahazoana tao ?

 

Marco

Tia Tanindranaza0 partages

Ekipan-dRajaonarimampianinaRaikitra amin’izay ny rombo

Tsy voafehy intsony ny tandapa sy ny olona akaikin’ny filoha fa samy manao izay saim-patany. Samy tompon’ny afera rahateo ka manomboka mifampialona tanteraka.

 Raha niezaka nifampiaro ny samy akaiky ny filoha, dia tsikaritra ho mifandentika sy mifanajabaka ankehitriny. Porofon’izany iny nisamborana an-dRazaimamonjy Claudine omaly hariva iny. Samy te hisolelaka sy te ho tsara fialofana eo ambany elatry ny filoham-pirenena Hery Rajaonarimampianina avokoa ny ankamaroany mba hahafahana miaro tena sy hampandeha ny afera. Re ihany koa fa ao ny manao fitan-droa, ka manomboka mifandray amin’ny adversera, izay no tena maharomotra an-dRajaonarimampianina mivady. Efa manomboka leo sy manadio tena ny filoha ankehitriny, ka tsy maintsy miezaka mamono afo noho ny laza ratsin’ny fitondrana, indrindra fa ny tenany manokana, izay efa manomana fatratra ny fifidianana 2018. Re koa fa efa tsy mifampatoky tanteraka ireo manodidina azy ary mifampiandry an-kendritohana noho izy ireo samy te ho lohany hatrany. Efa tena raikitra ny ady raha ny fahitana azy, ary efa mandeha ny feo fa tsy hipetra-potsiny i Claudine Razaimamonjy raha afaka soa aman-tsara amin’izao fanenjehana azy izao. Voalaza fa vonona hampiteny ny herin’ny volany sy ny hareny ity vehivavy nalaza ho tsy azo kitikitihina ity, izay mahatsiaro ho afa-baraka tanteraka ankehitriny. Mivoaka anefa ny vaovao fa tsy tafavoaka mora any ity vehivavy ity, izay re fa  nanomboka namadika.

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Ben’ny tanàna amin’ny tanàn-dehibeTsy hikoso-maso amin’ny HVM ?

Tsy tokony horaisin’ny fanjakana fahavalo ireo ben’ny tanàna tsy mitovy firehana amin’ny antokon’ny fitondrana, hoy ny ben’ny tanànan’Antsiranana Dajavojozara Jean Luc Désiré

, avy amin’ny antoko MAPAR, izay efa niharan’ny fampiatoana tamin’ny volana mey 2016. Saika ireo ben’ny tanàna avy amin’ny tanàn-dehibe eto amin’ny firenena no iharan’ny antsojay sy toa hozongozonina amin’ny toerany amin’izao fotoana izao, toy ny any Mahajanga, Toamasina ary ny eto Antananarivo sy ny maro hafa. Ny ankabeazan’ireo tanàn-dehibe eto amin’ny firenena dia olona tsy avy amin’ny antoko HVM, kanefa anisan’ny fanalahidy amin’ny fifidianana ireny tanàn-dehibe ireny, ka izay no voalaza fa antony hanozongozonana sy hikendrena ny hanoloana azy ireny ho olon’ny fitondrana. Manoloana ny antsojay isan-karazany, dia milaza ny hivondrona sy hihaona eto Antananarivo ireo ben’ny tanàna avy amina tanàn-dehibe maro eto amin’ny firenena rahampitso alarobia handinika izay tokony hatao. Midika io fa mety hisy ny fampitoviana tadin-dokanga hoenti-manohitra ny antsojay, ka hijoro sy tsy hanaiky lembenana intsony ireo ben’ny tanàna. Olana iray eo amin’ny fitantanana ny kaominina ihany koa ny tsy maintsy hanomezana toerana ho mpanolotsaina ireo tsy lany tamin’ny fifidianana, izay matetika tsy mahay miara-miasa amin’ny ben’ny tanàna lanim-bahoaka. Lasa mpamingana no anton-draharahan’izy ireny, toy izay miseho eto Antananarivo. Mila jerena sy dinihina akaiky ny lalàna mikasika izany.

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Honoré RakotomananaNanazava ny momba ilay “Fanilo miampita”

« Hatraiza no mety ho fampiharana ny fanilo miampita mba tsy ho lasa fanadino ? ». Io no lohatenin’ny velan-kevitra teo anivon’ny Akademiam-pirenena Malagasy natao tetsy Tsimbazaza niaraka tamin’ny filohan’ny antenimierandoholona ny sabotsy teo.

 

La Vérité0 partages

Viol en réunion de sœurs à Antsirabe - Les arrestations se poursuivent

Les viols en réunion de 4 femmes pensionnaires, dont une religieuse, et qui se sont produits dans un couvent le week-end dernier dans une ville du Vakinankaratra, ont été le summum de la dégradation des mœurs et de l’avilissement du régime en place. Néanmoins, l’enquête menée conjointement par la Gendarmerie et la Police nationale,  a débouché sur les arrestations de 17 suspects, tous des hommes. Les victimes ont reconnu que sept d’entre eux  ont participé directement dans le forfait tandis que d’autres sont leurs complices.

« Des témoins les ont dénoncés et persistent dans leurs déclarations de les avoir vus en plein acte », apprend-on. Cependant, une information de dernière minute certifie que le nombre de suspects ne cesse d’augmenter pour culminer à une vingtaine.  Pour preuve,  une source auprès du service des renseignements de la Gendarmerie a avancé hier que plusieurs personnes sont encore recherchées. En attendant, l’heure est aux soins des victimes. A part les bonnes sœurs, des gardiens du couvent, sont également blessés. De son côté, la jeune allemande  de 19 ans, employée d’une association d’œuvre caritative, a été rapatriée dès le lendemain de l’acte de barbarie. Les assaillants, qui seraient une dizaine, ont commis de graves forfaits car, outre le fait qu’ils se sont abusés des religieuses, ils ont également piqué la somme de 6000 euros, 3 ordinateurs, une tablette et cinq téléphones dont ceux des gardiens. Les assaillants étaient arrivés dans le couvent un peu vers 1h40 du matin le dimanche dernier. A l’intérieur, les pauvres religieuses ont tenté d’obtenir du secours en envoyant des Sos par téléphone, du moins à l’endroit des pères jésuites dont l’abbaye n’est pas très loin du couvent. Mais en vain ! Une fois que les brutes, armés d’objets tranchants et d’armes à feu qu’ils n’ont pas utilisé, sauf pour menacer,  aient réussi à déverrouiller la porte d’entrée à force de donner des coups de barre de fer sur le système de sécurité, ils se sont rués vers les appartements individuels. « Les agresseurs se sont scindés par petits groupes pour pénétrer dans les chambres et perpétrer leurs forfaits », apprend-on de source sur place. Hier, la communauté catholique malagasy, de l’Archevêque d’Antananarivo aux diverses associations membres, a fait une déclaration condamnant l’agression à Antsirabe et a interpellé l’Etat à prendre des mesures pour faire régner la sécurité dans le pays. Franck Roland

La Vérité0 partages

Violences à « La Croyance » - « Ma faute c’est d’avoir écrit un poème »

Indignation généralisée non seulement chez les internautes mais aussi chez les habitants, notamment les parents d’élèves. Les violences perpétrées par une enseignante envers une collégienne de l’Institution « La Croyance » à Anjanahary ont créé la polémique depuis le début de cette semaine. La victime de cet acte de « barbarie » a apporté sa version des faits hier, lors de notre descente au sein de cet établissement. « Ma faute a été d’avoir écrit un poème durant le cours d’histoire et géographie. La surveillante générale a surpris l’œuvre dans mon cahier, au point de s’énerver jusqu’à me gifler à plusieurs reprises », nous confie L.N., la collégienne en classe de terminale. Après les gifles, la victime a des blessures aux oreilles et probablement un traumatisme à vie. Sa mère, consternée, a d’ailleurs confirmé ce fait. « Je n’ai jamais levé la main sur ma fille depuis son enfance jusqu’à maintenant.

Elle s’est plainte des terribles migraines et d’avoir mal à la hanche, après plus d’une heure de punition à genoux », affirme la mère, les larmes aux yeux. « Son père, en mission en province, n’est pas encore au courant de cette situation. Mais nous n’allons pas en rester là »,  ajoute-t-elle.Maltraitances quotidiennesUne fois encore, les élèves auprès de ladite institution ont confirmé le fait qu’en plus des attaques verbales, gifler les élèves est une habitude de la surveillante générale en question. « Nous ne sommes plus surpris par les menaces et gifles de la dame. Nous nous attendons juste sur l’identité de l’élève sur qui elle va s’en prendre et ce presque quotidiennement », fait part l’un des élèves, déjà victime de violences commises par la responsable. Les voisins qui ont filmé la scène de lundi dernier ont, eux aussi, confirmé ce fait. « Nous avons été témoins de ce genre de maltraitances depuis des années. En voyant les élèves sortir de la salle de classe, nous n’avons pas manqué de filmer la scène sans nous attendre à de telles violences », s’exprime celui qui a pris la vidéo. Face à ces divers témoignages, le ministre de l’Education nationale (Men) a avancé le retrait de l’autorisation d’enseigner de la surveillante générale. Une mesure radicale contestée par certains parents. « Cette dame a su maîtriser nos enfants, tout en les conduisant vers le droit chemin. Elle devrait rester », murmurent-ils.Recueillis par Patricia Ramavonirina

La Vérité0 partages

Agence de voyages Abercombie & Kent - Cap sur Madagascar en août et décembre 2017

L’agence de voyages américaine Abercombie Kent propose des circuits à Madagascar en août et décembre 2017 afin de faire découvrir aux voyageurs les lémuriens et le sud du pays. Charlie Gardner, expert en biodiversité et passionné de la Grande île

, assurera le guidage des touristes. Auparavant, il a déjà travaillé en tant qu’expert en biodiversité pour le Fonds mondial pour la nature (Wwf) à Madagascar pendant plusieurs années. En 2015, avec son épouse, Louise Jasper, photographe de la nature, ils ont publié un livre intitulé  « Life amongst the thorns », consacré à la beauté unique de la forêt du sud.  Durant leur séjour dans le pays, les touristes pourront apprécier la faune et la flore de la réserve du Périnet, notamment le parc national d’Andasibe-Mantadia. La seconde partie du circuit est destinée à la découverte du sud du pays en allant jusqu’à Taolagnaro.

D.H.R.

La Vérité0 partages

Quid de l’ingérence ?

Des mois auparavant, le ministère en charge des Transports, par le biais de l’Agence portuaire maritime et fluviale (Apmf), avait tenté de mettre sur pied un système de traçage des mouvements des cargaisons à leurs départs des ports étrangers vers Madagascar suivant paiement d’une commission. Le système « Advance Cargo Declaration » (Acd) devrait être ainsi mis en place pour gérer les opérations. L’objectif évoqué étant la nécessité de la sécurité du trafic pour des intérêts de l’Etat. Les partenaires locaux, dès l’annonce du projet, par la voix du Groupement des entreprises de Madagascar (Gem), montaient au créneau pour dénoncer la tentative de l’Etat. Une démarche occulte et unilatérale à laquelle les opérateurs, déjà victimes de la morosité de l’économie nationale, ne comptaient point se laisser faire.

La levée des boucliers, initiée par le Gem et les autres plateformes industrielles et économiques du pays, bénéficiait le soutien des grandes chancelleries occidentales, en particulier les Etats-Unis, l’Allemagne et l’Angleterre. Elles aussi s’inquiétaient de l’intention, trop entourée d’une opacité épaisse, du ministère, par l’Apmf interposée. De ce fait, elles comptaient peser de tout leur poids pour qu’on abandonne le projet. Au final, étant sous pression, l’Etat finit par faire marche arrière. Coup de théâtre, en ce début d’année, l’Etat, encore par le truchement de l’Apmf, revient à la charge. En fait, on veut réinstaller l’Acd, ayant déjà fait l’objet de discorde et abandonné auparavant. Cette fois-ci, une tentative inavouée de forcing entre en jeu. Rebelote pour le camp d’en face ! Les entités étrangères regroupées au sein d’un cadre existant de concertation et d’appui avec l’Etat malagasy, les Partenaires techniques et financiers (Ptf) se manifestaient. En gros, les Ptf dont font partie les ambassades des Etats-Unis, du Japon, de la Grande-Bretagne, de la France, de l’Allemagne, la délégation de l’Union européenne, l’Organisation des Nations unies pour le développement industriel (Onudi), l’Agence française de développement (Afd) et la Banque mondiale font état de leur opposition.

Bref, tous les poids-lourds de la relation diplomatique de la Grande île et les principaux bailleurs de fonds que comptait le pays rejettent d’un seul bloc le projet du régime de remettre sur les rails l’Acd. Tout le monde s’inquiète de l’entêtement, sinon, de l’engouement spécial des dirigeants à imposer ce système tant décrié. L’Etat malagasy, au nom du principe de la souveraineté, conteste l’ingérence mais reste, souligne-t-on, ouvert au dialogue. Alors, les observateurs tant étrangers que nationaux s’interpellèrent sur l’usage à tort ou à raison de ce terme « ingérence » dans le concept de la gestion des affaires nationales. A quel moment devrait-on prendre en considération les injonctions extérieures et à quel autre les ignorer ? Quand le ministre des Finances voudrait bloquer un décaissement quelconque, il met en exergue, comme motif de refus, les « ordres » des bailleurs de fonds sur certaines dispositions qui ne relèveraient que de la cuisine intérieure du pays. Tandis qu’on affiche le souci de la souveraineté quand on veut se défendre au profit de petits calculs d’intérêts occultes en se dédouanant de certaines critiques.Qu’il soit clair pour tout le monde, les tenants du régime gagneraient beaucoup en termes de confiance auprès du peuple s’il joue la carte de la transparence dans la direction des affaires de l’Etat. Brandir l’idée d’ingérence pour camoufler des mauvaises pratiques n’arrangerait point leur chance déjà perdue.Ndrianaivo

La Vérité0 partages

Port de Toamasina - Une tentative de corruption dénoncée

Une société d’import et de commerce de tous produits et marchandises se dit victime d’abus de pouvoir et de fonction de certains responsables du port de Toamasina. Les faits : D’après des responsables de ladite société, ils ont importé suivant le contrat en date du 04 janvier 2016 13 500 Mt de sucre blanc Crystal brésilien, soit 500 containers de 20 pieds à raison de 400 Usd/Mt dont 470 dédouanés et enlevés à Toamasina, Mahajanga et Toliara, tandis que  les 30 restants sont bloqués au port de Toamasina suite à un problème de valeur selon la douane.

  En dépit de la présentation de toutes les pièces, (dossiers d’importation) afin de démontrer la véracité de la valeur de leur cargaison des négociations que les responsables de ladite société jugent irrégulières, ont été entreprises par un responsable des douanes mais les premiers ont catégoriquement refusé toutes transactions illégales.  D’ailleurs devaient-ils expliquer «  selon la disposition de l’article 111-1 du code des douanes, dans le cas où l’administration des douanes conteste au moment de la vérification des marchandises les énonciations de la déclaration relative à l’espèce à l’origine ou à la valeur et où le déclarant n’accepte pas l’appréciation du service, la contestation est portée devant la commission de conciliation et d’expertises douanières siégeant à Antananarivo ».   De ce fait, en date du 16 octobre 2016 et du 17 novembre 2016, les responsables de la société en question ont demandé au service des douanes une « demande d’arbitrage » par écrit et sur Midac mais demeure sans réponse jusqu’à maintenant. Toutefois, devaient-ils signifier que leur demande d’arbitrage du mois de décembre dernier a été acceptée suivant la lettre du receveur des douanes  portantn°3107/2016/Mfb/Sg/Dgd/Des/Spcb/21To/Rec du 19 décembre 2016 mais la procédure n’a pas été apurée.  Des chèques de banque ont été préparés et remis à la douane garantissant ainsi entièrement les droits compromis. Logiquement, il ne doit y avoir aucune raison de bloquer les containers de ladite société. Mais ce ne fut pas le cas.  On croit savoir qu’un haut responsable et un inspecteur des douanes ont demandé d’effectuer une transaction à leur profit avant de procéder à l’arbitrage. Refusant de jouer à un tel sale jeu, les responsables de la société  n’ont pas donné suite à la demande de ces responsables des douances au port de Toamasina.  Ces derniers ont alors fait tout leur possible pour que l’arbitrage n’ait pas eu lieu et ont même engagé une poursuite judiciaire à l’endroit des responsables de la société pour minoration de valeur des marchandises.  Mais l’affaire est par la suite classée sans suite suivant la décision du procureur de la République. Décidés d’en finir avec cette histoire qui dégage un fort relent de corruption et d’abus de fonction et afin de préserver leurs droits, les responsables de cette société d’import et de commerce de tous produits et marchandises ont de nouveau saisi la Justice et ont obtenu une grosse et une ordonnance portant n° 220-Agr-16 du 12 décembre 2016 rendue par le Tribunal de première instance de Toamasina ordonnant l’arbitrage des parties sous l’égide de la commission de conciliation et d’expertise douanière et confirmée par l’arrêt de la Cour d’appel portant n° 004 du 10 janvier 2017.  Par ailleurs, ces responsables de la société ont également obtenu une ordonnance avec le titre exécutoire n°1307 du Tribunal de première instance de Toamasina qui les autorise à faire un entreposage extérieur des containers litigieux. Mais ceux-ci ont toujours été bloqués au port de Toamasina par des responsables des douanes en dépit du fait qu’ils soient remplis de produits périssables. Qui plus est, les frais de magasinage et surestarie accroissent de jour en jour. Pour les responsables de la société, il s’agit d’une  manœuvre de la part de ces responsables des douanes pour les forcer à entamer des négociations avec ces derniers.  Les premiers n’ont alors eu d’autre alternative que d’accepter de payer malgré eux les droits compromis afin de sortir leurs containers et limiter les pertes occasionnées par le blocage de ceux-ci au port de Toamasina.  Ce qui est étonnant dans cette histoire c’est que  sur les 500 containers de 20 pieds de sucre importé à raison de 400 Usd/Mt, 470 ont été liquidés sans aucun problème. Pourquoi les 30 derniers containers seulement ont fait l’objet de blocage de la part de ces responsables des douanes. La violation flagrante de l’article 111 du code des douanes par ces derniers et consorts, et la tentative de corruption et l’abus de fonction de ces responsables des douanes  sont ainsi dénoncés par ceux de cette société. 

Le Bianco saisi

Le 10 mars dernier, les responsables de cette société d’import et de commerce de tous produits et marchandises ont décidé de porter plainte contre ce haut responsable et un inspecteur des douanes au Bianco pour corruption et abus de fonction. Attendons de connaitre la suite de cette affaire.

 A.Lepêcheur

La Vérité0 partages

Affaire Claudine Razaimamonjy - Le flou persiste

Le flou persiste au sujet du dossier Claudine Razaimamonjy. La conférence de presse du Bureau indépendant anti-corruption (Bianco) n’a pas permis de mettre toute la lumière sur cette affaire.24 heures après son interpellation, les contours de l’affaire restent plutôt flous alors que l’« inculpée » n’est pas n’importe qui. Hier, les hauts responsables au niveau de l’organe de lutte anti-corruption malagasy ont convié les gens des médias à une rencontre. L’objectif était pour les gens d’Ambohibao d’apporter des éclaircissements sur cette affaire fortement médiatisée. Arrêtée dans l’après-midi de lundi, cette conseillère du Président de la République serait encore en garde à vue. Le directeur territorial du Bianco Analamanga, le Général Ratovoson Benjamina de soutenir que cette arrestation est la conséquence d’une enquête longue de plusieurs mois qui a trouvé naissance suite à des doléances de simples citoyens, des concurrents de l’opératrice ou des entités sur des malversations supposées de cette baronne du régime Hvm. 

L’inculpée serait poursuivie dans le cadre de plusieurs affaires à Antananarivo, Fianarantsoa et dans d’autres provinces, selon les précisions de ce haut responsable. Le directeur territorial a toutefois évité de délivrer des chiffres exacts ou des précisions sur la nature exacte des infractions. Il s’est contenté de souligner que ces dossiers concernent notamment des passations de marchés publics d’une valeur de « plusieurs milliards d’ariary ». D’après toujours les explications de ce haut responsable au niveau de l’organe d’Ambohibao, il s’agirait d’affaires datant de 2013 à 2016.  « Il n’est nullement question de trafic illicite de bois de rose », précise-t-il néanmoins.  Une manière pour lui de faire taire les rumeurs qui ont commencé à circuler sur ce sujet. D’autres arrestations à venir ?Le Général Ratovoson Benjamina de préciser par ailleurs que ce nouveau dossier n’a rien à voir avec l’affaire d’Ambohimahamasina pour laquelle cette opératrice économique avait  été convoquée par deux fois par le Bianco, que ni elle ni son avocat n’ont daigné honorer. Il réitère que le Bianco a déjà été dessaisie de cette affaire de malversation financière d’une valeur de 390 millions d’ariary. Et de préciser que cette affaire d’Ambohimahamasina est du ressort unique de la Justice et que le Bianco ne pouvait plus intervenir dans le cadre de cette affaire que dans le cas où la Chaîne pénale anti-corruption délivrait une commission rogatoire, ce que cette dernière n’a pas fait. En tout cas, à entendre les propos du Général Ratovoson Benjamina, d’autres arrestations ne sont pas à exclure à la suite de l’arrestation de cette opératrice économique. Ce haut gradé soutient en effet que Claudine Razaimamonjy n’est pas la seule impliquée dans cette affaire. « Une seule personne ne peut pas faire ces illégalités », dit-il. Plusieurs personnes seraient ainsi impliquées, dont des responsables étatiques, des opérateurs, des responsables au niveau des collectivités territoriales… « Les enquêtes détermineront le nombre définitif », souligne-t-il. En tout cas, on attend désormais la suite de cette affaire qui devrait atterrir au niveau de la Chaîne pénale anti-corruption. Certains proches de Claudine Razaimamonjy sont d’ores et déjà sûrs que cette affaire finira en queue de poisson une fois transmise aux 67ha. Ces derniers semblent confiants que leur proche finira par être libre et semblent avoir la garantie que Claudine R. bénéficiera soit d’une liberté provisoire soit d’un non-lieu. Une manière pour eux d’affirmer que le Parquet serait « dans leur poche ». La réaction des magistrats du Parquet est requise face à ces affirmations colportées par les proches de Claudine Razaimamonjy…Recueillis par L.A.

La Vérité0 partages

Week-end pascal - Le Thb Tour entame sa 12e édition

Un rendez-vous incontournable pour les amateurs de défoulement. Chaque week-end pascal,  les habitants d’Antsirabe et ses environs ont le privilège d’accueillir en première ligne le Thb Tour. Cette année encore, l’événement s’y tiendra du 15 au 17 avril prochain avec une grande innovation. Cette 12e édition occupera l’Avenue de l’Indépendance afin d’y mettre plus d’ambiance, mieux maîtriser la sécurité publique et d’assurer la propreté du site. En matière de défoulement, les enfants ne seront pas en reste durant ces trois jours.

Un espace « famille » avec la vente de diverses boissons hygiéniques sera aménagé sur l’Avenue de l’Indépendance, sans parler des jeux et animations au cours desquels des lots seront à gagner. Humour, musique, danse et autres animations seront également au programme. Un concours de chorégraphie et de cover s’y tiendront dont l’inscription se fait par sms. Les gagnants de ces concours recevront entre 50 000 et 400 000 ariary ainsi que divers lots. Les festivités seront entamées le samedi 15 avril par une grande caravane de cyclo-pousses, la parade des chevaux de la ville d’eaux, le défilé des partenaires, ainsi que les prestations des pom-pom girls. En partant de l’usine de la brasserie Star, en passant par Mahazoarivo, « Tsena Sabotsy », « Antsena Kely » pour enfin atteindre la gare, cette caravane sera animée par des flashmobs et danses. Un spectacle avec Arnaah et Big Mj aura lieu dans la soirée. Pour le deuxième jour, la scène accueillera en première partie Pit Léo et Mr Sayda dans une ambiance urbaine. Ils feront voyager le public dans l’univers du roots, du reggae et du rap, avant de laisser la place à Nina’s dans la soirée pour un rythme tropical. Le Thb Tour sera clôturé, le lundi de Pâques, par une animation Dj durant la matinée, suivie par le spectacle de Lola. Durant ces trois jours, les animations seront assurées par le groupe « Fou Hehy ». Dj Nicky et Sniper, quant à eux, assurent une ambiance discothèque tous les soirs.  Comme à l’accoutumée, la sécurité sera fortement prise en compte durant ces trois jours de festivités. Cette année, pour plus de convivialité et d’ambiance, la marque Salto et l’opérateur Orange rejoindront le festival. L’année dernière, le Thb Tour qui s’est tenu également dans la ville d’eaux a réuni plus de 100 000 personnes.Anatra R.

Madagascar Tribune0 partages

Claudine Razaimamonjy arrêtée

La milliardaire Claudine Razaimamonjy, propriétaire entre autre de l’hôtel 5 étoiles AC à Ivato a été arrêtée par les forces de l’ordre le 03 avril 2017 vers la fin de soirée à Mahamasina, à la sortie d’un match de basket d’une équipe dont elle est la propriétaire. Elle a été emmenée à Ambohibao à destination des locaux du Bureau indépendant anti-corruption (BIANCO) où elle a déjà refusé de répondre à deux convocations. Raison pour laquelle, le BIANCO a demandé assistance aux forces de l’ordre pour son interpellation.

Officiellement, elle devrait être entendue sur l’affaire dite d’Ambohimahamasina, cette localité rurale dans la région Haute Matsiatra où des soupçons de corruption pèsent sur elle et sa société dans le cadre de la réhabilitation d’un bureau de la commune pour un montant de quelques 400 millions d’Ariary, subvention spéciale accordée par le ministère de l’Intérieur à la commune. Une somme astronomique par rapport à cette localité rurale et surtout par rapport à ce qui a été réalisé. Quelques inspecteurs généraux de l’Etat (IGE) ont mené l’enquête et dénoncé l’affaire. Selon les notes de l’IGE, le maire d’Ambohimahamasina a noté qu’il a « constaté (la somme) dans le compte de la commune le 20 octobre 2014, puis on l’a obligé de le transférer à un autre compte dont il ignore le propriétaire. Il a refusé mais un ordre d’en haut lieu est arrivé ». Les enquêtes de l’IGE datent d’octobre 2015. Et quelques temps après la prise de fonction de Mahafaly Solonandrasana Olivier, le 09 mai 2016, les inspecteurs d’Etat qui ont dénoncé cette affaire ont été sanctionnés. Décision de sanction signée par le Président de la République.

Madagascar Tribune0 partages

Tiko Agri veut récupérer son terrain à Andohatapenaka

L’ancien président de République et fondateur de l’empire Tiko a confirmé son intention de reprendre le terrain de Tiko Agri à Andohatapenaka où une gare routière baptisée « Maki » et une station-service ont déjà été installées. Les départs de certaines lignes nationales à savoir RN1, RN4 et RN6 ont été transférés depuis le mois de février 2018 dans cette gare routière qui a coûté six milliards d’ariary.

« Nous avons bel et bien un titre sur ces terrains, mais le gouvernement du régime précédent, l’a cédé à d’autres personnes, notamment étrangers », a-t-il déclaré hier, lors de sa rencontre avec les candidats députés TIM des districts de la province de Toliara.

Les avocats de Tiko Agri seraient actuellement à pied d’œuvre pour engager une procédure judiciaire contre ceux qui ont procédé à la cession de ces terrains d’Andohatapenaka. Un autre point sur lequel Tiko Agri ou encore la Commune urbaine d’Antananarivo pourrait également attaquer les dirigeants du ministère de l’époque serait l’absence de permis de construire sur les infrastructures installés. Un bras de fer entre l’Etat, la CUA et Marc Ravalomanana qui ne fait que commencer.

Madagascar Tribune0 partages

Cinq millions de masques de protection en tissu à distribuer gratuitement

Des entreprises franches ne devraient pas chômer pour autant, malgré la crise sanitaire qui risque d’affecter lourdement l’économie nationale. Andry Rajoelina a annoncé hier que ces entreprises contribueront à la production des cinq millions de masques de protection que l’État malgache a commandé pour lutter contre la propagation du coronavirus. Cinq entreprises installées à Madagascar vont assurer cette production.

L’une des filiales du groupe textile Ciel à Tanjombato fait partie de ces cinq entreprises. Andry Rajoelina a effectué une descente auprès de cette entreprise hier pour constater de visu la confection de ces masques de protection en tissu. A elles cinq, ces entreprises prévoient ainsi de produire près de 150 000 masques par jour.

Les masques de protection seront distribués gratuitement à la population, affirme Andry Rajoelina. Cependant les métiers qui demandent des interactions directes seront prioritaires, à savoir : les forces de l’ordre, les commerçants, les agents communautaires...

Un communiqué de la présidence sur cette visite affirme que la collaboration de l’État avec ces entreprises franches contribuera également à sauvegarder les emplois de milliers de Malgaches qui travaillent au sein de ces usines. Les petites entreprises et artisans locaux sont également appelés à contribuer à leur niveau dans la production de ces masques ainsi que des matériels de protection afin d’endiguer cette pandémie.

Madagascar Tribune0 partages

Les avis des politiques divergent

Prolonger ou non le confinement ? « Les dirigeants malgaches vont s’y pencher aujourd’hui », a fait savoir hier Andry Rajoelina lors de son émission télévisée de 20H sur la télévision nationale. Une réunion du président de la République avec les responsables de la santé et de la lutte contre la propagation du coronavirus à Madagascar ainsi qu’un de conseil des ministres sont prévus dans la journée de ce samedi. D’autres points plus délicats comme les impacts des 15 premiers jours du confinement sur l’économie nationale seront certainement évoqués.

Même si les mesures de confinement sont difficiles à respecter pour une grande majorité la population, son prolongement surtout dans le contexte actuel de la multiplication de cas confirmés de Covid-19 ne serait pas une surprise.

Paul Rabary Andrianirina, ancien ministre de l’Éducation nationale et candidat au premier tour de l’élection présidentielle en 2018, estime pour sa part que « la prolongation du confinement de 15 jours est nécessaire ». Il explique en effet que si le nombre des cas confirmés dans le pays n’a pas connu d’importante augmentation, c’est parce que les mesures prises deux semaines plus tôt ont eu ses effets positifs. Il appelle ainsi la population à faire preuve de patience et d’endurance pour protéger la santé et la vie de tous.

Le chef de file de l’opposition, Marc Ravalomanana indique pour sa part que le confinement était une bonne décision mais il rappelle que la majorité d’entre les Malgaches vit au jour le jour. Toutefois, en arrêtant le confinement, la maladie risquerait également de se répandre davantage, affirme-t-il.

L'express de Madagascar0 partages

Aéroport d’Ivato – Vingt cinq migrantes débarquées

Vingt cinq jeunes femmes partant pour Maurice ont été débarquées. Elles pourraient s’adonner à la prostitution une fois arrivées sur place.

Soupçonnées d’être des filles de joie, 25 jeunes malgaches en partance pour Maurice ont été débarquées par le service central de la Police de l’Air et des Frontières (PAF) à l’aéroport international d’Ivato, mardi dernier. Selon les informations communiquées, le motif de leur séjour dans l’île sœur n’est pas suffisamment convaincant. Pourtant, elles ont les documents de voyage ainsi que les papiers d’immigration. Par ailleurs, certains membres de ce groupe affichaient des apparences et des attitudes éveillant la curiosité des fonctionnaires de la PAF.Elle n’ont pas pu sortir du territoire Malgache pour s’envoler à Maurice où le visa n’est pas nécessaire pour un séjour ne dépassant pas 15 jours. Elles ont été fichées par les autorités malgaches avant de rejoindre leurs foyers  respectifs. Deux jours après, deux autres jeunes femmes ont été refoulées vers la Grande Île  alors qu’elles venaient à peine de poser les pieds à Maurice. La thèse qu’elles pourraient s’adonner à la prostitution une fois sur place a été évoquée, d’autant plus qu’elles n’avaient pas apporté avec elles suffisamment de devises.

ErranceElles ont été rapatriées à Madagascar à bord du vol d’une compagnie aérienne, autre que  celle  à qui elles ont acheté leurs billets lors de leur tentative d’immigration.« Les contrôles des immigrations sont très importants. Si des anomalies ou des faits suspects sont relevés, des mesures sont prises selon le niveau d’alerte. Toute personnevoulant se rendre dans un pays quelconque sans motif valable ne peut pas quitter le pays»,  informe la PAF.Soupçonnées de séjour irrégulier et d’appartenance à un réseau de prostituées, 16 autres malgaches ont été interpellées. Les autorités mauriciennes ont annoncé  leur rapatriement dans la Grande Île. Cette vague de débarquement et de refoulement de migrantes est survenue après l’opération dans une discothèque faite par le service des passeports et de l’immigration (PIO) mauricien, dans la nuit du samedi 25 au dimanche26 mars.

Andry Manase

L'express de Madagascar0 partages

Administration – Des agents de santé au tribunal

L’affaire concernant le décès d’une parturiente dans un grand hôpital d’Anta­nanarivo, le 20 février, a été présentée au Parquet, hier. Un médecin chirurgien, une sage-femme, un infirmier anesthésiste et cinq internes qualifiants, ont comparu devant le procureur. A la fin de l’enquête, ils sont retournés chez eux. L’enquête n’est pas encore close. Les membre du personnel de garde de cet hôpital, les 19 et 20 février, seront aussi convoqués, prochainement.Des dizaines d’étudiants de la faculté de Médecine à Ambohitsaina, ont été présents devant le tribunal Anosy, durant l’audition. Ils ont envisagé de manifester, pour contester la convocation de leurs collègues. « Ces internes ne devraient pas être inculpés dans cette affaire. Ils ne font qu’obéir aux ordres qu’ils reçoivent », souligne Benjamin Rakotoariman­dimby, président de l’association des étudiants en médecine.Ils reporteront cette manifestation, ce jour, à l’esplanade de l’Université d’Anta­nanarivo. « Nous souhaitons faire connaître nos rôles dans les hôpitaux publics, notamment, dans les centres hospitaliers universitaires. Nous lancerons, par ailleurs, un message aux autorités compétentes, pour qu’ils prennent leurs responsabilités en nous défendant, en pareille situation », rajoute-t-il.La famille de la défunte, présente sur les lieux, rappelle, que cette femme a été maltraitée pendant son opération, et que les médecins l’ont délaissée, d’où la plainte. « Elle avait les larmes aux yeux, à la sortie du bloc. Elle m’a raconté que c’était très dur ce qu’elle a enduré pendant l’opération. Elle m’a demandé de prier pour qu’elle s’en sorte indemne », raconte en larmes Emelyne Rasoarinera, sœur de la défunte.

Miangaly Ralitera

L'express de Madagascar0 partages

Basketball – Coupe du président – COSFA prive de victoire la GNBC

Les Militaires ont surpris les Gendarmes lors de la troisième journée du Top 8. Parcours sans faute pour Mb2all chez les dames.

Quatriè­me et dernière jour­née décisive du Top 8, ce mardi. Un vrai duel de choc entre Militaires et Gendarmes. Cosfa a créé la surprise en pri­vant de victoire les gendarmes.Le club détenteur de la précédente édition et cham­pion national en titre, la gendarmerie nationale basketball (GNBC) s’est inclinée hier, d’un demi-panier d’écart, face au Cosfa, sur un score de 85 à 86. Les Mory et Ramaro « Saka » de la gendarmerie ont tout de même mené 23 à 10, au terme du premier quart temps, mais les Baraina et Walter de Cosfa ont réagi et remonté la pente en deuxième période, 49 à 40, score à la pause en faveur de Cosfa.Ce dernier devance toujours son adversaire 68 à 63, à l’issue du troisième quart temps, et a pu garder l’écart et l’a même creusé en dernière période.Cosfa occupe donc, provisoirement, la tête dans le groupe A, avec ses deux victoires et une défaite. Et après ses deux défaites, face à Cosfa et la GNBC, l’Ascut se relance et remporte son premier succès hier, contre TMBB Anala­manga, victoire par 75 à 59. TMBB et GNBC sont donc au même niveau au classement, avec une victoire et une défaite chacun.Heureusement que cette phase de groupe n’est qu’une simple formalité de reclassement et les quatre équipes composantes de chaque poule se qualifieront toutes en quarts de finale. À l’issue du classement de groupes, le calendrier des quarts sera établi ce soir au terme des éliminatoires de ce Top 8.

Position confortableChez les dames, les clubs porte-fanions d’Analamanga dominent Les débats du Top 5, la phase finale des dames de la coupe du président. Les deux formations hôtes ont effectué, jusqu’à présent, un parcours sans faute. Mb2all vient de décrocher sa troisième victoire hier, en autant de matches. L’équipe du chef de région d’Analamanga, assis même sur le banc du coach et des remplaçantes, s’est imposée 83 à 69 face aux Jeunes étudiantes d’Antsirabe.Plus expérimentées, les Muriel et Miora, membres de l’équipe nationale U18 au sommet africain de l’an passé, ont fait la différence face aux Antsirabéennes. L’équipe championne nationale, Fandrefiala, l’autre porte-fanion d’Analamanga a, pour sa part, ravi hier, son deuxième succès après deux matches joués. Tahina et compagnie ont laminé hier, les Tamataviennes de CRJS Atsinanana, sur un score net de 68 à 38.Avec deux défaites chacun, les trois autres clubs en course chez les dames, à savoir Tamifa d’Amoron’ Imania, JEA Vakinankaratra et CRJS Atsinanana, sont tous en position inconfortable, car il ne reste plus que deux places pour se qualifier en demi-finales. La phase de poule des dames se poursuivra jusqu’à jeudi, le jour ou le carré final sera formé.

Serge Rasanda

L'express de Madagascar0 partages

Volleyball – Analamanga – GNVB et Cosfa lancés

Trois clubs ont effectué un parcours sans faute, à l’issue de la deuxième journée du championnat d’Anala­manga de volley-ball, qui s’est tenue ce week-end, à Itaosy. Deuxième victoire sans obstacle pour la GNVB qui a défait VBCD par 3 sets à rien (25-13, 25-15, 25-19).En roue libre également, les militaires ont écarté par 3 sets à zéro Voara (25-17, 25-19, 25-16). Deuxième victoire aussi pour l’Akany Sambatra Itaosy, mais par forfait contre l’ASSM qui compte déjà deux absences.De son côté, MVBC a décroché sa première victoire dimanche, face à CSA (25- 15, 25- 16, 25-17) et JSA a souffert pour écarter RVB, par 3 sets à 2 (25-27, 25-14, 25-23, 16-25, 15-10).Chez les dames, deuxiè­me succès en autant de rencontres pour AMVB et VBCD1. Dans la douleur, le premier s’est imposé lors de la deuxième journée, 3 sets à 2 (19- 25, 25-13, 26- 24, 14- 25, 16-14) face à BI’AS et VBCD1 a écrasé par 3 sets à rien (25-8, 25-8, 25-9) ASSM.Après sa défaite en première journée, le club des jeunes mamans, constitué des anciennes joueuses de Star et Uscav, clubs phares de l’époque, décroche sa première victoire en battant hier, par 3 sets à 0 (25-14, 25-18, 25-22) l’équipe 2 d’ASI.Quant aux autres résultats de la deuxième journée, AFA s’est incliné face à ASI1 (0-3) et VBCD2 élimine Voara par 3 sets à un.

S.R.

L'express de Madagascar0 partages

Campus sésame – Pépinière de jeunes talents

Le campus Sésame sis à Ambatoroka accueille cette année en cours préparatoire de remise à niveau, 72 étudiants de toutes les régions. Répartis en classes scientifiques et littéraires, ils poursuivent une formation académique dans le but de réussir les concours d’entrée dans les établissements et instituts supérieurs prestigieux d’Antananarivo et d’Antsirabe. « Ces jeunes sélectionnés sur la base de l’âge et de la motivation sont issus de milieux défavorisés, mais ils sont dotés d’un fort potentiel intellectuel, passent un test de français, de mathématiques et de motivation. Après leur concours, ils peuvent s’inscrire à l’École normale supérieure, à l’Iscam, à l’Essva, à l’Université d’Ankatso ou encore à l’ASJA. L’association prend en charge leur logement ainsi que tous les frais liés à leur scolarité à l’exception de l’habillement et des vivres », explique Thomas Bourgninaud, directeur de l’association. Le campus vient de bénéficier de l’appui de l’hôtel Le Louvre Spa qui lui a remis des draps, des rideaux, des serviettes et des tabliers dont les étudiants auront besoin pour leur formation professionnelle sachant que bon nombre d’entre eux veulent se former dans le secteur hôtelier et touristique. « Nous constatons que le campus est une pépinière de jeunes talents. Notre hôtel est également sensible à l’éducation et nous prenons des stagiaires », expose Stefana Sbirkova, directrice de l’hôtel. Cette responsable, soucieuse de l’amélioration de la condition de vie des Malgaches fait savoir aux étudiants qu’elle partagera ses connaissances et sa passion pour le métier à ceux qui désirent s’imprégner dans l’hôtellerie, la restauration et le tourisme.

Farah Raharijaona

L'express de Madagascar0 partages

Antsirabe – Un centre éducationnel doté de matériel

Construit et ouvert au cours de l’année scolaire 2011-2012, le centre Tafita d’Ambohimanga Antsirabe, à vocation sociale, n’a accueilli en 2012 que 21 élèves. Actuellement, 63 enfants des classes primaires, dont huit sont candidats à l’examen du CEPE à la fin de cette année scolaire bénéficient de l’éducation donnée dans ce centre. Malgré cela, beaucoup d’élèves se trouvent encore en difficulté.Afin de les motiver et dans l’objectif d’encourager son fondateur et son équipe, l’association Florentin, dont le siège se trouve en France,  vient de faire un don de livres à ce centre.« Ces livres aideront les quatre éducateurs de ce centre dans la pédagogie et l’éducation des enfants. Ils permettront également aux élèves d’approfondir leurs connaissances et  stimuler leur curiosité », note Onja Ralaima­nampisoa, fondateur de ce centre qui a comme objectif d’accompagner les enfants dans le domaine de l’éducation.L’association Florentin qui œuvre à Antsirabe depuis trois ans, se préoccupe aussi de la santé des gens. Ainsi, elle a offert du matériel et des consommables médicaux à des centres de santé. Pour le centre Tafita, elle a décidé de fournir du lait aux enfants, au moins une fois par semaine, dans l’objectif d’assurer l’éveil et le développement psychomoteurs des enfants qui sont tous issus de familles vulnérables. Le matériel et les ustensiles de cuisine y afférents sont déjà fournis à l’école tandis que la réalisation du projet et en cours.« Actuellement, nous sommes en train de chercher le fournisseur qui va assurer la continuité de cette consommation de lait pour les élèves », affirme Salim Karmaly, représentant de l’association Florentin à Antsirabe.

A. N. A.

L'express de Madagascar0 partages

Karaté Fihezama – Domination de la grande famille Akka

La première partie de la coupe de Pâques organisée par la section karaté de l’association Fihezama (Fitaizana ny herin’ny zatovo malagasy) a été marquée par la domination de la grande famille du club Akka, samedi, au gymnase couvert d’Ankoron­drano. Cette compétition de kumite individuel est destinée aux pupilles et minimes garçons et filles.L’Akka a arraché trois titres dont deux chez les pous­sins, signés Mandresy de l’Akka Roitelet qui a défait en finale des -25kg, Mitia de Kashoa et la poussine de l’Akka Mahitsy, Toky chez les -25kg s’est imposée face Tiavina de l’Akka Avara­drano. Le troisième a été ravi par Julio de le l’Akka Avara­drano chez les -35kg minimes garçons. Ce dernier a battu Riantsoa de l’Akka Analamahitsy au duel final de la catégorie.Le club Makawa se trouve en deuxième position avec deux titres remportés par Jessica de Makawa central chez les -25kg pupilles filles et Noah de Makawa Capu­cine chez les pupilles garçons +25kg. Cette première partie de la coupe de Pâques a réuni 175 jeunes karatekas venant des 47 clubs de la capitale et ses alentours. La deuxième partie aura lieu le 22 avril au même endroit et sera réservée aux poussins et benjamins.Quant aux autres compétitions de la Fihezama de cette saison, l’Open d’Anala­manga cadets et juniors se tiendra le 20 mai. Le cham­pionnat fédéral sera aussi programmé en deux parties, la première le 25 novembre pour les seniors hommes -60kg et -67kg, et les dames -50kg et -55kg ainsi que les benjamins.La deuxième partie est prévue le 9 décembre pour les seniors hommes -75kg, -81kg et +81kg et les dames -61kg, -68kg et +68kg.

S.R.

L'express de Madagascar0 partages

Pont Sambirano – Des travaux d’urgence en vue

Le trou béant au milieu du pont nécessite une réhabilitation urgente, de même que les piliers de cette infrastructure datant de 1971. Sur les 40 m de long du pont, le trou de deux mètres de diamètre fait entrevoir le fleuve de Sambirano qui coule en dessous et oblige ainsi les usagers de la route nationale 6 désirant se rendre dans le nord de l’île, à ralentir. Le pont de Sambirano, situé à l’entrée de la ville d’Ambanja, est l’unique voie pour accéder à Nosy Be et à Antsiranana. Les problèmes d’écoulement du fleuve entravant en partie les piliers et la vétusté de l’infrastructure sont inquiétants.Le ministre des Travaux publics, Éric Razafiman­dimby est descendu à Ambanja samedi dernier afin de constater de visu ces dégâts. « Nous avons prévu d’effectuer des travaux urgents de réfection du pont de Sambirano, afin de prévenir d’autres dégâts plus importants qui pourraient nuire totalement à ce patrimoine national », rassure-t-il. Il a, par ailleurs, effectué des descentes dans les communes d’Antsakoa­manondro, Maha­manina et Andoharano, situées à 20 km d’Ambanja afin de voir l’état des routes dévastées après le passage du cyclone Enawo ainsi que les réhabilitations urgentes à entreprendre.

Mirana Ihariliva

L'express de Madagascar0 partages

Contrle strict des voyages détudes des élèves

La Direction régionale de l’Éducation nationale (DREN) d’Alaotra-Mangoro annonce que les contrôles des paperasses pour les demandes d’autorisation d’effectuer des « voyages d’études » ou des « sorties pédagogiques » seront stricts, et ce d’après les instructions du ministère de tutelle. Ces paperasses comportent en particulier une autorisation de l’établissement qui doit passer par toutes les instances concernées jusqu’à l’obtention de l’assurance « ONaPascoma » (Office National de la prévention des accidents scolaires de Madagascar), sans oublier l’aval de l’Agence des transports terrestres (ATT). Un avis favorable de la DREN sera requis. Cette direction régionale mentionne en outre que, l’année prochaine, les sorties pédagogiques devront figurer dans les projets d’établissement de chaque école.

L'express de Madagascar0 partages

Un gang dangereux

Huit bandits armés de Kalachnikov  ont pris d’assaut un foyer à Antomby Avaratra Sambava dans la nuit de samedi à dimanche vers minuit. Frappé d’une  balle dans le dos en venant au secours des victimes, un voisin a trouvé la mort. Les malfaiteurs se sont emparés de 15 kilos de vanille et de 100 grammes de bijoux en or selon les préjudices déclarés à la gendarmerie. L’un des assaillants opérait à visage découvert. La bande a tiré de nombreux coups de feu lorsqu’elle a sévi.

L'express de Madagascar0 partages

Natation – Compétition de relève – Triplé pour Elie et Anoucka

Elie Fanomezantsoa Rakoto­niaina de la Jirama Mandraka a réalisé un triplé.

Cent-vingt-et-un jeunes nageurs de catégories avenirs aux benjamins, garçons et filles, ont participé à la compétition de relève organisée par la ligue d’Anala­manga ce dimanche, au Ny Lomano Center à Avara­bohitra Itaosy.Elie Fanomezantsoa Rakotoniaina, le meilleur benjamin national du club de la Jirama Mandraka, a brillé en réalisant un triplé en 50 m dos, 50 m nage libre et 50 m papillon. Chez les filles, Anoucka Ralambo­manana, la benjamine du club Dobarano a, elle aussi, raflé trois victoires en 50 m dos, 100 m nage libre et en 50 m nage libre. Le Saint Michel club Natation a, pour sa part, dominé les épreuves de 50 m brasse et en 100 m quatre nages.Ses nageurs, Johane Razafi­maharo et Tiavintsoa Faniriana Razafintsalama se sont installés sur la plus marche du podium de ces deux épreuves. Cosbani n’a pas démérité, en raflant les épreuves de 100 m brasses ravies par Marie Virginia Rakotoni­rina chez les filles et Tolojana­hary Tsianoy chez les garçons. Ces deux nageurs évoluent encore dans la catégorie avenir.Enfin, le benjamin Nathan Mamihaja Andriampenoma­nana et la benjamine Afintsoa Fenomamy Razafindralandy ont, tous les deux, défendu les couleurs du club Mana­ging, car ils ont respectivement terminé premier en 100 m nage libre et première en 50 m papillon.Sept clubs de la capitale avec celui de la Jirama Man­dra­ka ont été représentés à cette deuxième compétition de l’année organisée par la ligue d’Analamanga, après le championnat régional en début mars. Une toute première, la compétition a été officiée par des jeunes officiels en formation de catégorie minime et plus.

S.R.

L'express de Madagascar0 partages

Photographie – Regards sur l’océan Indien d’hier et d’aujourd’hui

La photographie est la mémoire d’une histoire. Et celles de « regards croisés » immortalisent la vie du peuple de l’océan Indien. Mayotte, Maurice, Seychelles, Comores, La Réunion et Madagascar ont croisé leur vision à travers les clichés des participants à l’édition 2016 du concours « Regards croisés sur l’océan indien », suivant un thème précis pour chaque catégorie.Ce concours né de la volonté de plusieurs associations des îles de l’océan Indien a rassemblé 440 photographies en 2016. Trente huit d’entre elles ont été sélectionnées, et sont exposées à l’Alliance française d’Andava­mamba depuis hier, jusqu’au 30 avril. Portraits, activités professionnelles, culture, tradition et paysage, les différents thèmes abordés s’affichent sur papier glacé pour éblouir et marquer les mémoires. Une occasion d’apprécier les chefs-d’œuvre de nos talentueux photographes tels que Totomora Auguste de Tamatave, Serge Robson de Tuléar, ou Radonirina Ramindrisoa de Tananarive, entre autres.« Regards sur l’océan Indien d’hier et d’aujourd’hui » est le thème général pour l’édition 2017 de ce concours, dont les inscriptions sont déjà ouvertes depuis vendredi dernier, et ce jusqu’au 15 septembre 2017.Les heureux gagnants de cette édition seront récompensés par un matériel photographique et une invitation tous frais payés à une rencontre internationale à l’occasion d’une exposition.

Ricky Ramanan

L'express de Madagascar0 partages

L’Imerina sous Rasoherina à travers la loi

Mercredi 18 du mois d’Adaoro de l’an 1863, Rasoherina, anciennement princesse Rabodo et veuve de Radama II victime d’un régicide, monte sur le trône d’Antananarivo. Une semaine plus tard, elle fait transmettre à ses sujets réunis à Andohalo, son premier Kabary dans lequel elle tient à préciser « qu’elle, Rasoherimanjaka, ne boit pas d’alcool fort ». Ceci pour couper court à tout bruit éventuel la concernant, puisque l’alcool et le libertinage sont les prétextes soulevés par le parti des conservateurs afin de commettre un régicide et d’assassiner les compagnons de plaisir et non moins proches collaborateurs de Radama II, les Menamaso.Le mardi 10 du mois d’Adimizàna de la même année, le 15 honneurs Raharolahy et le Grand du royaume Ravahatra, entourés des Officiers du palais et des « Olombaventy », développent les lois de Rasoherimanjaka devant les « Ambanilanitra » (les sujets) rassemblés de nouveau sur la place d’Andohalo.En fait, il s’agit d’un rappel d’une grande partie de la législation instituée par le grand pacificateur de l’Imerina. En outre, comme toutes les lois dissuasives et répressives elles traduisent le mode de vie de l’époque.« Aucune mise à mort n’est autorisée sans l’accord des Ambanilanitra.» Elle confirme par ailleurs « que l’épreuve par le tanguin ne se verra plus jamais », méthode de mise à mort déjà abolie par Radama Ier, mais rétablie par Ranavalona Ire pour marquer son attachement aux coutumes ancestrales.De plus, Rasoherina souligne que la religion chrétienne peut se pratiquer librement, tout en précisant toutefois que « nul n’a le droit d’ériger un édifice cultuel à Ambohimanga ».Les crimes punis de la peine capitale restent les mêmes et concernent ceux contre l’État et ceux de lèse-majesté: la révolte, le fait de débaucher l’épouse du souverain, le cambriolage dans les palais royaux (manani-drova), le fait de cacher une courte lance ou un poignard afin d’attenter à la vie du roi ou d’un Grand (manao lefom-pohy), l’incitation du peuple à la révolte (mandrendri-bahoaka), le meurtre, la transgression d’un pacte (mangala-belirano) et l’usage illicite des sceaux de l’État (faux et usage de faux).Les émissaires royaux évoquent également la vie sociale, à partir des divers litiges courants sur lesquels les différentes juridictions (fokonolona, Menakely, Menabe, roi) doivent statuer. Ainsi de la nécessité de l’entraide entre fokonolona dans les travaux de réfection des digues qui ne résistent pas à la poussée des eaux. Ou la sanction qu’encourt toute personne qui abuse de l’ignorance d’un « vahiny » (étranger à la localité) pour l’escroquer.Rasoherina fait aussi rappeler qu’un esclave, même devenu riche, ne peut adopter un enfant sans l’autorisation de son maître. Et qu’une personne qui libère l’esclave d’un autre, sans l’approbation de celui-ci, risque l’emprisonnement. On parle également du droit des parents de retirer d’entre les mains de leur enfant les biens qu’ils lui ont légués, s’il les dilapide. Toujours à propos d’héritage distribué par les parents de leur vivant, aucune contestation n’est recevable après leur mort. Et si une personne prend à sa charge un enfant de sa parenté dont la famille est pauvre, et si elle ne l’adopte pas, l’enfant ne peut prétendre à aucune part d’héritage.Le non paiement d’une dette à la date fixée est aussi interdit. En outre, est passible d’une amende toute personne qui déforme les paroles du souverain, d’un seigneur ou d’un chef de clan…Autres actes jugés comme un délit: le faux témoignage dû ou non à une pression (peine d’emprisonnement plus une marque indélébile sur le front), l’utilisation d’un « tsitialainga » (lance d’argent que portent les messagers royaux comme signe de leur autorité) pour travestir la vérité, le fait de parier en misant sur les biens des parents, la vente de patrimoine aux étrangers (interdiction de porter un lamba blanc et un chapeau, outre une marque indélébile sur le front)…

Texte : Pela Ravalitera – Photo : Archives personnelles 

L'express de Madagascar0 partages

Meurtre à Ankadim­bahoaka

Disparu depuis samedi, un quinquagénaire a été retrouvé la mort à Ankadim­bahoaka dans la matinée, hier. Les traces de sang sur sa bouche et son nez laissent penser qu’il s’agirait d’un meurtre. La victime a quitté son foyer à Ankadi­lalana juste avant sa mort. Son téléphone portable, la clé de son bureau ainsi que l’argent qu’il avait dans ses  poches n’étaient plus sur lui lors de la découverte macabre.

L'express de Madagascar0 partages

Star milalao – Rencontres sportives des entreprises

Rendez-vous annuel. Le comité sportif du Groupe STAR organise les 6 et 7 mai la septième édition de la rencontre sportive « Star Milalao » au complexe sportif d’An­katso. Ces jeux corporatifs inter-entreprises rassemblent chaque année plus de cinq-cents participants.Une quarantaine de sociétés sont attendues pour cette version 2017. Quatre disciplines et jeux, les mêmes que ceux des éditions précédentes seront au programme, à savoir le foot à 7, le basketball, le volleyball et la belote.Les inscriptions sont ouvertes du 13 mars au 3 mai, date de la réunion technique qui se tiendra dans les locaux de la société organisatrice. Les inscriptions pourront également se faire en renvoyant les fiches d’engagement à l’adres­se comite.sportif@star.mg ou aussi lors de la réunion technique. Chaque entreprise peut s’engager dans plusieurs disciplines, mais ne devrait, par contre, présenter qu’une équipe par discipline.Initié en 2009, le principal objectif de cet évènement sportif est de créer une cohésion et de développer l’esprit d’équipe entre les collaborateurs de chaque entreprise.

S.R.

L'express de Madagascar0 partages

Inquiétude au Koweït

Une vidéo montrant le suicide d’une femme de ménage éthiopienne au Koweït, fait le buzz sur le web.

Midi Madagasikara0 partages

Basket-ball – Coupe du président : GNBC coiffé par Cosfa

Les journées se suivent et ne se ressemblent pas à la Top 8 de la Coupe du président de basket-ball au Palais des Sports de Mahamasina. En trois jours de compétitions, aucune équipe ne se détache du lot. La tenante du titre de la GNBC de Vakinankaratra, après la victoire enregistrée face à l’ASCUT dimanche, a été corrigée par les militaires du Cosfa, hier. Au premier quart-temps, les gendarmes menaient au score par 23 à 10 avant d’être rattrapé par les militaires à la pause par 40 partout. De retour des vestiaires, les Fabrice (28 points), Mory (23 points) et consorts ont repris les commandes de la rencontre par 63 à 49. Au money-time,  les deux équipes étaient au coude à coude en menant tour à tour au score. Au coup du sifflet final, l’équipe du Cosfa a fait la différence en s’imposant au forceps par 86 à 85. Après avoir essuyé deux défaites de suite à la compétition, la formation de l’ASCUT s’est ressaisie, hier en s’offrant l’équipe du TMBB. Comme toutes les équipes qualifiées à ce stade de la compétition méritent toutes leur place, il n’y a ni grande ni petite équipe. Tout est ouvert à la compétition surtout chez les hommes où chaque équipe peut toujours prétendre au titre. Du côté des dames, les grandes équipes se démarquent. Fandrefiala, championne de Madagascar a disposé facilement du CRJS d’Atsinanana par 68 à 38. MB2All, vainqueur de la CCCOI a pris le dessus sur JEA de Vakinankaratra sur le score de 88 à 69.  La dernière journée éliminatoire se disputera ce jour avec comme enjeu le classement des huit équipes.

T.H

Midi Madagasikara0 partages

NATATION ESCA : Ambiance de tonnerre à l’ESCA samedi

Des équipes inter-classes appuyées par leurs compères et surtout par les parents. L’ambiance folle et conviviale de samedi à l’ESCA est une prémisse, on l’espère, du retour de l’ESCA sur la scène de la compétition en natation. Car de l’ambiance, il y en avait. Ajoutez- y les majorettes et leurs musiques et vous êtes tout simplement à la fête. Chapeau à l’APPEL qui l’a organisé ainsi qu’à la direction de l’école. Il y eut 334 participants en équipe, 30 en individuels et surtout des anciennes gloires et champions de cette discipline qui sont venus honorer la journée. Des coups de cœur avec  Bako, Sarah, Karl, Miguel, Zarasoa…. et consorts. L’on retrouve avec joie aussi les techniciens avec Tafika, Irma, Lalaina et consorts. Mais qu’attendent-ils pour ne pas rentrer tous en saison de compétition 2017, même si c’est pour le fun ? Wait and see

Les résultats

12ème G : Rayan

11è F : Niavonjatovo

10è F : Randrianarisoa Evann

10è G : Andriamamonjy Nomena

9è F : Ramaroson Iankinana

9è G : Andriamanana Rado

Relais  4x25m

Les classes championnes : 8è C / 7èA / 6è 4 / 5è 1 / 4è 2 / 3è 1 / Seconde S2 / Première S3 / Terminale Littéraire

Les champions des relais de défi 4×25 m :

7è bat 8è / 5è bat 6è / 3è bat 4è et Second Cycle Scientifique bat Second cycle littéraire et techniqueAnny Andrianaivonirina

Midi Madagasikara0 partages

Antsirabe : Voatifitra i Kelimaso, ahiana ho isan’ireo nanafika ny tobin’ny masera tao Andranomanelatra

Jiolahy efa rain-dahiny eto Antsirabe mihitsy raha ity voatifitry ny polisy ity, ahiana ho isan’ireo nandray anjara mivantana tamin’ny fanafihana miharo fanolanana tamin’ireo masera tao Antsahatanteraka izy. Efa hatry ny ela no nikarohana an’i Kelimaso, malaza ratsy amina fanafihana izy sy ny ekipany, ary mazana saika miharo fanolanana hatrany ny asa ratsiny. Sendra ny tsy nampoizina anefa Ingahirainy ny faran’ny herinandro teo, nahazo loharanom-baovao momba ny toerana misy azy ny polisy ka avy hatrany dia niroso tamin’ny fisamborana ny alahady teo. Fantatra fa tao amin’ny kaominina ambanivohitra Ambohimiarivo, tsy dia lavitra ny kaominina Andranomanelatra, no misy azy. Saika mbola hitsoaka  ihany anefa ity jiolahy raindahiny ity raha vao nahita ny polisy. Raha ny fantatra mantsy dia henjana amin’ny fitsoahana mihitsy i Kelimaso io, ary matetika no tafaporitsaka hatrany. Tsy vitan’ny fitsoahana fotsiny anefa no nataony, Voalaza fa mbola namaly ary saika hanao herisetra tamin’ny mpitandro filaminana ihany. Voatery nitifitra ny polisy ka voa teo amin’ny feny i Kelimaso, teo vao namitsaka ka noraisim-potsiny avy teo. Mbola manaraka fitsaboana eny amin’ny hopitaly moa ity jiolahy ity amin’izao, mialoha ny hanokafana ny fanadihadiana. Saika mitovy amin’ny fomba fanafihany hatrany moa ilay fanafihana ny tobin’ny masera tao Antsahatanteraka. Raha tsiahivina fohy, tamin’ny sabotsy tokony ho tamin’ny 1 ora maraina,  masera iray sy mpiofana ho masera roa niampy teratany vahiny Alemana iray no naolan’ireo tsy mataho-tody, ankaotra izay dia norobainy ihany koa ka nahazahoany vola 6000 Euros sy 3 tapitrisa ariary. Efa misokatra moa ny fanadihadiana ary tsy latsaky ny folo ny olona efa nandalo famotorana.

Andry N. 

Midi Madagasikara0 partages

Isoraka : Srilankais mpanao vato voaroba tanaty « couloir »

Tokony ho tamin’ny 11 ora alina, ny alahady teo no nisy lehilahy efatra izay nitondra poleta miisa roa nidaroka sy nandrahona avy hatrany ny srilakais iray. Raha araka ny fantatra dia mandraharaha amin’ny aferam-bato sarobidy io teratany vahiny io. Vola mitentina manodidina ny valo tapitrisa ariary no lasan’ireo olon-dratsy tamin’io fotoana io raha araka ny loharanom-baovao akaiky ny mpitandro ny filaminana. Tsy nipoaka ny basy saingy ny daroka no nirara-kopana nandritry ny fanafihana. Poa toa izay dia nanjavona tao anaty elakelan-trano ireo jiolahy, asa mety efa nomanina mihitsy angamba ny fanafihana ary efa fantatra ny lalana hizoran’ilay vahiny isan’andro sy ny toerana mety amin’ny fitsoahana. Feno jiolahy ny tanàna ary manana mpanango-baovao fotsiny izy ireo, ny jiolahy izay efa matetika miasa anaty tambajotra. Feno azy ireo mihainohaino eraky ny tanàna, indrindra eo amin’ny toerana be olona sy hihodinan’ny vola. Eny amin’ny fivarotana vato, volamena, ny devizy sy ny toerana hafa misy vola dia efa misy mpitsikilon’ny jiolahy hatrany. Isan’ny efa niharan’izany fanafihana maty paika izany koa ny ramatoa iray izay vao avy nivarotra vato ka nizotra tamin’iny Ambalavao-Isotry iny kinanjo nosakanan’ny fiara tsy mataho-dàlana ary nasaina navoaka ny vola tao anaty paoketrany. Fantatr’ireo olon-dratsy hatramin’ny isan’ny vola tamin’io fotoana io. Manaporofo izany fa matanjaka koa ny mpitsikilon’ny olon-dratsy eto an-drenivohitra ary raha tsy mafy toa izany koa ny mpanangom-baovaon’ny mpitandro ny filaminana dia ny an’ny jiolahy hatrany no tontosa mialoha ny asany. 

D.R

Midi Madagasikara0 partages

Andasibe : Sady voaolana ny zanany no voarahona ny reniny

Zazavavy 9 taona no mila fitsaboana maika noho ny fanolanana nahazo azy, satria dia simba ny ao anatin’ny tranon-jazan’ity zaza ity, hoy ny nambaran’ilay dokotera nandray azy. Rahalahin-drainy niteraka azy,  23 taona, no nahavanon-doza rehefa nalaina hipetraka tao amin’izy ireo noho ny tsy maha eo lava ny renim-pianakaviana fa miasa tontolo andro. Ny alatsinainy 20 mars 2017 no niseho ity trangam-panolanan-jaza ity, raha iny avy nianatra nirava tamin’ny 4 ora sy sasany iny ity zaza ity. Efa fanaon’izy mirahavavy ny milalao rehefa avy mianatra, ka tamin’io fotoana io indrindra no nanararaotra ilay nahavanon-doza. Isan-kariva vao tonga ao an-trano ny renim-pianakaviana ka tsy nahatsikaritra raha tsy ilay zandriny vao fito taona no nampilaza taminy. Ny andron’io ihany no nanaovana ny fanaraha-maso sy ny fandehanana teny anivon’ny zandary tao Andasibe. Tsy mbola nisy fandraisana an-tanana anefa ilay zaza, na dia miha mihombo aza ny aretina mahazo azy . Nandritra ny fihaonana tamin’ity renim-pianakaviana sy ilay zaza ity no nahafantarana fa efa matetika no nanaovan’ilay dadafarany firaisana ara-nofo ity zaza ity fa norahonany hatrany. Tsy sahy mody ao an-tokantrano intsony izy telo mianaka fa nahazo fandrahonana tamin’ireo fianakavinan’ilay nahavanon-doza . Ny zoma 31 mars 2017 no nanatona ny tompon’andraikitry ny ministera misahana ny mponina eto Moramanga izy ireo, ary ity farany no nitondra ny raharaha eo anivon’ny fitsaràna.

Cathy