Les actualités Malgaches du Lundi 04 Février 2019

Modifier la date
Midi Madagasikara26 partages

Stylisme : Sih Rakout met en valeur la mode vintage et écologique

La maison Sih Rakout ouvre désormais ses portes au grand public

Chose promise, chose due ! L’année dernière Sih Rakouth a présenté sa toute première collection, et hier, elle vient d’ouvrir sa première boutique de prêt-à-porter à Ambatobe.

La mode des années 60, elle y est attachée et s’en inspire tout en gardant son statut d’artiste contemporaine engagée. Elle, c’est Sih Rakout, cette jeune styliste qui est en train de gravir les échelons pour faire de sa passion son gagne-pain. Sa bonne étoile et sa persévérance semblent lui réussir car hier, elle vient d’ouvrir la porte de sa toute première boutique à Ambatobe. Portant la griffe de Sih Rakout, cette maison entre incontestablement dans les incontournables des amoureuses de haute couture.

Nouvel antre. Dans un espace convivial, des livres sur les étagères, sur les murs sont accrochés des tableaux sans pour autant donner l’impression de surcharge dans la pièce. Au milieu de la salle, un Quatuor Squad donne le ton en jouant des airs plutôt calmes et procure une ambiance bonne enfant à l’évènement. Aux alentours, ses œuvres habillent des mannequins et attirent les yeux avides des grands passionnés de modes venus nombreux dans ce nouvel antre de Sih Rakout. Des pièces uniques qui nous rappellent ces robes volantes des hippies mais avec une touche d’élégance qu’elle met en point d’honneur, grâce à l’inclinaison des « lamba » malgaches.

Elégance. Des robes aux couleurs d’été, attirant soleil, relatant la bonne humeur et gratifiant de cette joie de vivre, faites pour ces dames qui aiment croquer la vie à pleine dent sans pour autant verser dans le vulgaire ni l’excentrisme. Digne des tapis rouges et des grandes occasions, ses créations se démarquent par la conjugaison parfaite des matières et des couleurs. Car si elle est modeuse avant tout, elle est une artiste engagée dans la protection de l’environnement. La styliste laisse vaquer son imagination entre lin, soie sauvage, du marron, du beige, de la moutarde… tout ce qui nous rappelle la générosité de la nature. Effectivement, une partie sort de sa collection « Ala » qu’elle a présentée au grand public l’année dernière.

Zo Toniaina

Midi Madagasikara14 partages

TOZZI GREEN : Pionnier de la révolution agricole dans le Sud

Franco Tozzi a été élevé au rang de Chevalier de l’Ordre National.

Près de 7 000 ha ont été réhabilités grâce aux méthodes agronomiques visant à préserver et à améliorer la qualité des sols.

Le sud de Madagascar est réputé pour ses terres arides et dures, difficiles à cultiver. Après des années d’études et de recherches, Tozzi Green qui est une holding italienne implantée dans le pays depuis 2010, a pu identifier et développer des variétés de cultures qui y sont adaptées. Elle devient le pionnier de la révolution agricole, notamment dans cette partie de la Grande île. En effet, « nous avons pu réhabiliter et préserver le sol dégradé et souvent sujet à l’érosion sur une superficie totale de près de 7 000ha grâce à nos méthodes agronomiques tout en se basant sur une politique de diversification des espèces cultivées », a expliqué Alessandro Berti, le directeur général de Tozzi Green Madagascar, lors de la cérémonie de remise de distinction honorifique de Franco Tozzi, le président et fondateur du groupe Tozzi Green, en qualité de « Chevalier de l’Ordre National » vendredi dernier à l’hôtel Carlton. Celui-ci a eu cette promotion en reconnaissance de ses actions de développement en faveur de la population dans le sud- ouest de Madagascar.

Sept millions d’euros. Parmi ces 7.000 ha mis en valeur, près de 4.000 ha sont cultivés en maïs, en agriculture pluviale et des légumineuses. « Cette année, notre prévision de production s’élève à 25 000 tonnes de maïs. En outre, près de 50ha sont cultivés en soja dans le but de le transformer en huile et tourteaux de soja. Un partenariat avec John Deer, spécialisé dans le domaine de la fabrication de matériels agricoles est également en vue pour renforcer la mécanisation agricole. En effet, le développement de l’agro-écologie dans la région d’Ihorombe attire de nombreux bailleurs de fonds. Le groupe injectera près de sept millions d’euros pour cette campagne agricole et pour l’extension de la ferme Tozzi dans notre zone d’implantation », a-t-il rajouté. La société parvient entre-temps à recréer la filière géranium en effectuant une plantation sur une superficie de 80ha. Elle a d’ailleurs trouvé de gros clients internationaux acquérant les huiles essentielles de géranium.

Retombées positives. De leur côté, les autorités locales comme le maire de la commune d’Andiolava, une des collectivités décentralisées impactées par le projet, ainsi que le chef de région d’Ihorombe, ont témoigné les retombées économiques positives tirées de cette exploitation agricole à grande échelle menée par Tozzi Green Madagascar. « Il n’y a pas eu de développement dans notre localité sans l’implantation de cette société. Il n’y pas de délestage chez nous. Les infrastructures, y comprises les habitations de la population locale se sont améliorées. La sécurité sanitaire de celle-ci est également assurée. Nombreux reconnaissent le développement de notre commune, étant donné qu’Andiolava est un passage obligé vers le sud pour tout ce qui emprunte la RN7 », a exprimé Hajamanana Randriamampionona, le maire.

Projets énergies. Par ailleurs, Tozzi Green Madagascar se dit être très engagé dans les projets de développement des énergies à moindre coût dans le pays. A titre d’illustration, « le projet de construction de la centrale hydroélectrique de Farahantsana avance actuellement avec un taux de réalisation de l’ordre de 50%. Destinée à produire une puissance électrique de 28 mégawatts, cette centrale est prévue être opérationnelle en février 2020. Et un autre projet de construction d’une centrale hydroélectrique va également démarrer cette année à Tsinjoarivo Ambatolampy. Elle fournira une puissance électrique de 42 Mégawatts destinée toujours à alimenter le Réseau Interconnecté d’Antananarivo. Le projet durera deux ans et sera financé à hauteur de 90 millions USD. On est en train de négocier les contrats de concession et d’achat d’énergie avec l’Etat puisque le prix de l’énergie est déjà fixé », a déclaré Allessandro Berti, le directeur général de Tozzi Green Madagascar.

Navalona R.

Midi Madagasikara2 partages

Eboulement à Ampamarinana : Défaillance manifeste de la gestion des risques

Quand est-ce que les responsables vont-ils enfin à agir pour sécuriser la population des collines d’Ampamarinana ?

Un éboulement meurtrier est survenu hier dans le quartier d’Ampamarinana. Un conseil des ministres restreint s’est tenu pour l’occasion.

« Refus des habitants des quartiers à risque de quitter les lieux ». Ce sont souvent les arguments avancés par les responsables – du ministère de l’Aménagement du territoire, du Bureau Nationale de Gestion des Risques et Catastrophes ou encore de la Commune Urbaine d’Antananarivo – pour répondre à la question relative aux mesures, devant déplacer les personnes qui résident dans les zones non constructibles et à risques. Le cas d’Ampamarinana a fait couler beaucoup d’encre sur la responsabilité des responsables sus-cités de procéder à l’évacuation des habitants de cette zone. Une évacuation qui tarde à venir malgré les risques et le nombre de personnes qui y ont perdu la vie et des biens. Il conviendrait de noter qu’une note prise en conseil des ministres du 31 janvier 2018 faisait référence à l’urgence de l’évacuation de la population en contrebas des collines de Manjakamiadana, d’Ambohimitsimbina et d’Ambohipotsy. Une note sortie suite à un éboulement meurtrier survenu le même mois et qui dictait de nombreuses mesures devant permettre de sécuriser les populations concernées. Entre autres, la délimitation des zones inhabitables et inconstructibles, ou encore le renforcement de la valeur juridique de la lettre du 15 décembre 2018 portant interdiction de construire dans les zones sus mentionnées. Une prescription applicable aux zones concernées selon toujours la note prise en conseil des ministres. La situation actuelle fait donc poser des questions sur l’effectivité desdites mesures.

Gestions des catastrophes. D’autres problématiques liées à des habitations dans des zones non constructibles existent et persistent sans qu’il y ait vraiment des mesures conséquentes pour sécuriser la population. La récurrence de la montée des eaux, des inondations dans beaucoup de quartiers de la capitale observée chaque année illustre bien la question. Si la récurrence des phénomènes est là, les solutions pérennes elles ne le sont pas. Les risques sont toutefois omniprésents, et face à ces derniers, les organismes responsables semblent impuissants. Une défaillance manifeste du système de gestion des risques. Au lieu d’anticiper, lesdits organismes se focalisent plus à l’après catastrophe – par des actions de dotation et de réconfort des victimes. Pour en revenir au cas Ampamarinana, la qualité de zone « à risque » aurait donc du être suivie de prises de mesures strictes sur l’évacuation de la population. Quoi qu’il en soit, ledit cas révèle la non effectivité des mesures prises par l’Etat. Une faiblesse pour ce dernier « à s’imposer » face à une population habituée à ne pas suivre les disciplines, les lois et règlements en vigueur. Pour l’heure, on continue de compter les victimes tout en attendant que des mesures – outre la sensibilisation des habitants à quitter les lieux – soient prises.

José Belalahy

Midi Madagasikara1 partages

Décentralisation : Les gouverneurs régionaux à élire

Le Point 12 de la Politique Générale de l’Etat (PGE) met l’accent sur l’autonomie et la responsabilisation des Collectivités Territoriales Décentralisées (CTD) qui sont jusqu’ici, les communes, les régions et les provinces. Il est spécifié dans cette PGE, dont le programme de mise en œuvre sera présenté ce jour devant les députés par le Premier Ministre, que « la mise en place d’un gouvernorat de région a été déjà annoncée afin de rendre aux collectivités leur autonomie financière ». D’ailleurs, le nouveau président de la République a maintes fois déclaré que le gouvernorat de région sera doté d’un budget qui lui permettra de booster le développement économique au niveau régional.

Référendum. Les 23 gouvernorats de région constitueront donc des CTD à la place des actuelles Régions. Et puisque ce sont des CTD, les gouverneurs régionaux doivent être des élus. Par ailleurs, on ne pourra procéder à la mise en place des gouvernorats de région sans passer préalablement par la révision de la Constitution à travers un référendum. A l’allure où vont les choses, ce référendum constitutionnel devrait se tenir après les Législatives. Donc, après les Législatives du 27 mai, il faudra organiser cette année deux autres consultations populaires directes dont un référendum et les Communales, étant donné que le mandat des actuels maires expirera en octobre.

R. Eugène

Midi Madagasikara1 partages

Saika latsaka…

L’histoire se passe vers la fin des années soixante à Tsiroanomandidy. Un Président que je reste respecte a dit : « Saika latsaka t … sanabavy ! » suite à un crash de son aéronef où il est sorti heureusement indemne. L’aéronef, il l’a reçu du gouvernement français une ou deux années avant au stade de Mahamasina. L’Evènement a été grandiose, on s’en souvient, le polaroïd venait d’être commercialisé et tout le monde a été émerveillé d’être pris en flagrant délit de ce moment historique. Avec cet aéronef, le Président avait le don d’ubiquité puisqu’il pouvait être partout presqu’au même moment. L’aéronef en question s’appelait Alouette, un fleuron de l’aéronautique de la France de l’époque.

Plus de cinquante ans après, l’armée belge, utilisatrice, a voulu renouveler sa flotte aérienne et voulait remplacer ses vieilles Alouettes devenues obsolètes, et comme dans le marché des armements, les intermédiaires ne manquent pas et ne sont pas regardants ni sur le produit ni sur les encore moins sur les législations en vigueur, pourvu que les affaires marchent malgré les traités internationaux, un bon client s’est présenté.

En 2009, le pouvoir insurrectionnel à Madagascar s’est présenté comme preneur avec l’aide d’affairistes faisant fi de l’interdiction de ventes d’armes à des pays en situation « hors norme institutionnel ». Le marché a été conclu pour cinq appareils avec l’opacité de circonstances. Et ces aéronefs ont volé tant bien que mal malgré les réticences des utilisateurs, c’est-à-dire les pilotes de l’armée de l’air. Jusqu’au jour, où l’un d’eux s’est écrasé du côté de Tsaratanana, lors d’une mission, faisant plusieurs victimes, heureusement sans mort d’hommes. Les victimes doivent se morfondre en pensant que leurs supérieurs doivent se déplacer avec des hélicoptères canadiens de dernier cri et qu’eux doivent se contenter de vieilles brocantes.

Moralité, le marché des armements en général et celui de l’aviation civile en particulier, ne doivent pas être un enjeu des gens du pouvoir en place. On l’a vu avec les mises en place des décisionnaires au sein de la compagnie nationale aérienne qui achètent et vendent des appareils non au gré de l’intérêt national mais, aux profits personnels des dirigeants. La dette aux dépens d’Air Madagascar, l’anémie de l’armée de l’air malgache en sont les conséquences. Et qui paie ? Vous et moi.

La SeFaFi, brûlant la durée le délai de l’état de grâce nous met déjà en garde.

M.Ranarivao

Midi Madagasikara1 partages

Volley-ball – CCC Zone 7 : Bi’AS domine ARSU des Seychelles

Les joueuses du Stef’Auto ont défait les Mahoraises du All Stars.

Première journée fructueuse hier, pour les équipes malgaches engagées à la Coupe des Clubs Champions de la zone 7. Elles ont toutes remporté la victoire au Palais des Sports de Mahamasina.

Elles n’ont pas loupé leur première participation à la 25e édition de la CCC Zone 7. Les filles du Bi’AS Itaosy se sont imposées sur le score de trois sets à zéro, face à l’Anse Royale des Seychelles. Une première victoire très importante face à cette équipe seychelloise qui est jugée comme favorite de la compétition. Les Rose de Lima et ses camarades ont remporté le premier set facilement par 25 à 19. Les visiteuses conduite par Marielle Bonne de France sont revenues dans la rencontre en enlevant le second set par 25 à 18. Revigorée, la formation du Bi’As a remporté les deux derniers sets, 25-11 et 26-24. « C’est de non augure pour la suite de l’aventure pour l’équipe. Les joueuses sont toutes bien rentrées dès le début de la rencontre, malgré quelques relâchements » a expliqué, Rose de Lima. Il est à signaler qu’une malgache évolue au sein de l’ARSU, Melissa ancienne joueuse de Stef’Auto et sociétaire de l’équipe nationale. Les joueuses de l’Akon’i Mandroseza Volley-ball ont dominé par trois sets à zéro, VCM’Tsapere de Mayotte, (25-21, 25-22, 25-18). La troisième équipe féminine malgache, Stef’Auto n’a pas fait de dentelle pour s’offrir de la victoire contre All Stars de Mayotte. Chez les hommes, la rencontre entre JSA et Racing Club des Comores s’est jouée presque à sens unique, qui a visiblement évolué plus d’un cran au-dessus, malgré des lacunes qu’ils pouvaient parfois démontrer au filet et en contre. C’est par trois sets à zéro, 25-12, 25-15 et 25-16 que les gars d’Ambatonilita ont dominé leurs adversaires. Dans l’ensemble, les volleyeurs du JSA ont mené la partie du début à la fin face à une formation comorienne qui n’a pu que limiter les dégâts. La deuxième journée des éliminatoires se poursuit ce jour à Mahamasina.

T.H

Midi Madagasikara1 partages

Mahazoarivo : Réunion d’urgence concernant l’épidémie de rougeole

Le Premier ministre Christian Ntsay, a présidé une réunion d’urgence avec les partenaires techniques et financiers de Madagascar (OMS, PNUD, UNICEF, OCHA) le 2 février 2019, concernant l’épidémie de la rougeole qui sévit actuellement dans les parties Est et Nord de Madagascar, notamment dans la région Atsinanana et la région DIANA. Ont assisté à la réunion, le ministre de la Santé Publique, le ministre de l’Intérieur et de la Décentralisation, le ministre de l’Economie et des Finances, ainsi que la ministre de la Communication et de la Culture. Notons que la plupart des cas de décès signalés sont des cas communautaires. C’est-à-dire que les familles des personnes malades hésitent à rejoindre les hôpitaux ou centres de santé, soit parce qu’ils n’ont pas les moyens, ou soit parce qu’ils préfèrent approcher des tradipraticiens. Les équipes d’intervention rapide du ministère de la Santé publique, mises en place au niveau de chaque commune ont ainsi été réactivées dès hier même, pour identifier les malades dans les communautés et leur faire bénéficier des kits de prise en charge (traitement et médicaments) même s’ils ne vont pas à l’hôpital.

Recueillis par Dominique R.

Midi Madagasikara1 partages

Législatives : Les électeurs aux urnes le 27 mai

Quelques heures seulement après l’adoption par l’Assemblée nationale de la loi d’habilitation déléguant au président de la République le pouvoir de légiférer par voie d’ordonnance, le gouvernement a adopté le décret portant convocation des électeurs pour les Législatives du 27 mai 2019. En fait, l’Exécutif a validé la date proposée par la CENI. Vendredi dernier, trois autres décrets ont été adoptés à Mahazoarivo dont ceux fixant les modèles de certaines pièces à fournir par tout candidat aux élections législatives, le montant de la contribution des candidats aux frais d’impression des bulletins de vote ainsi que leurs modalités de remboursement et de reversement , et les modalités d’organisation des élections législatives.

Mode de scrutin. La session extraordinaire du Parlement en cours a modifié le mode de scrutin prévu par la loi organique n°2018-010, relative à l’élection des députés à l’Assemblée nationale, qui est le scrutin uninominal majoritaire à un tour pour les circonscriptions à deux députés. La session a consacré le retour au système de scrutin de liste, à la représentation proportionnelle.  En tout cas, si l’élection aura lieu le 27 mai, la nouvelle Assemblée nationale devra être mise en place avant le 26 juin, fête nationale. Mais, à partir du 5 février à minuit jusqu’à la formation de cette nouvelle Assemblée nationale, l’actuel président, le 1er Questeur et le 2e Questeur restent en place pour assurer l’expédition des affaires courantes selon l’Avis n°03-HCC/AV du 02 février 2019 du juge constitutionnel.

R.Eugène

Madaplus.info0 partages

Madagascar : Un autre éboulement à Amphamarinana aurait tué deux personnes

Il est impératif de prendre des mesures concernant les habitants qui vivent en dessous d’Ampahamarinana. En effet, après l’éboulement d’un gros rocher du samedi 19 Janvier 2019 qui a fait une dizaine de morts et plusieurs blessés, hier, un autre éboulement aurait encore tué deux personnes et engendré plusieurs blessés. Cela s’est passé en début de matinée. Deux maisons auraient été détruites par le rocher. Est-ce qu’il ne serait pas impératif pour les responsables étatiques de prendre des mesures face à cette situation? Cela ne devrait pas se limiter à un appel à la population de ce quartier de quitter les lieux, non ! Il est une condition sine qua non d’apporter des mesures d’accompagnement.
Madaplus.info0 partages

Madagascar : Un autre éboulement à Ampahamarinana aurait tué deux personnes

Il est impératif de prendre des mesures concernant les habitants qui vivent en dessous d’Ampahamarinana. En effet, après l’éboulement d’un gros rocher du samedi 19 Janvier 2019 qui a fait une dizaine de morts et plusieurs blessés, hier, un autre éboulement aurait encore tué deux personnes et engendré plusieurs blessés. Cela s’est passé en début de matinée. Deux maisons auraient été détruites par le rocher. Est-ce qu’il ne serait pas impératif pour les responsables étatiques de prendre des mesures face à cette situation? Cela ne devrait pas se limiter à un appel à la population de ce quartier de quitter les lieux, non ! Il est une condition sine qua non d’apporter des mesures d’accompagnement.
Madaplus.info0 partages

Interview exclusive de Cristale Vera, présidente du Comité Miss Maman Madagascar

Alors que des échanges pour le moins sympathiques voires antipathiques entachent l'élection de Miss Maman Madagascar, nous décidons de discuter avec Cristale Vera de son vrai nom Bakolinirina TOUTAIN, présidente du Comité MissMaman Madagascar. Retrouvez cette interview exclusive.


Elle consiste à élire la MISS MAMAN MADAGASCAR qui représentera Madagascar lors de l’élection Miss Maman Internationale le samedi 25 mai 2019. A savoir, le concept Miss Maman a pour objet de valoriser les Mamans. Chaque candidate présente son projet social ou humanitaire à Madagascar.

Le titre Miss Maman apporte des ouvertures aux lauréates non seulement au niveau national mais aussi à l’international pour la réalisation de leurs projets. L’élue Miss Maman Madagascar sera l’Ambassadrice des Mamans Malagasy, elle pourra effectuer son projet n’importe où dans les régions de Madagascar.

Toutes les Mamans, âgées de 30 à 55 ans et de nationalité Malagasy. Les mères adoptives sont aussi acceptées.


Ce GALA MISS MAMAN MADAGASCAR 2019 aura lieu le samedi 16 Février 2019 à partir de 20h30 sous le Haut Patronage de son excellence Monsieur Le Consul honoraire pour le Grand Ouest de France Jérémie Gordien RAVAHIMANANA, parrain de MISS MAMAN MADAGASCAR et Monsieur Guy Rivo RANDRIANARISOA ancien Ministre de l’Industrie et du Développement du Secteur Privé – Député de Madagascar au Palais de l’épi d’Or 3, avenue de l’épi d’or 94800 VILLEJUIF. Les membres du Comité MISS MAMAN MADAGASCAR 2019 sont : Cristale Vera Présidente et Directrice du casting, a mis en place un groupe de parole, des séances photos…Nivo ANDRIAMANEHO est la responsable de la recherche sponsors et partenariats. Les candidates ont suivi plusieurs semaines de coaching par Mireille R Coach et Manager ainsi que des séances de chorégraphie, danses dirigées par Irène RAMIANDRISOA la Directrice Artistique.
Ma participation à l’élection Miss Maman Diaspora International 2018 m'a permis de réaliser mon rêve, d’ouvrir plusieurs portes et des opportunités dont je suis fière de représenter en tant qu’Ambassadrice de Mamans Malagasy et fière de représenter Madagascar. Mon projet d’ouvrir un « Cabinet d’écoute et conseils » online est en place.
J’accompagne les candidates MISS MAMAN MADAGASCAR 2019 à ce sujet. Pour ceux qui sont intéressés peuvent m'envoyer un e-mail au cristalevera@yahoo.fr ou en message privé sur
ma page: https://www.facebook.com/Bakoly.CristaleVera.MissMaman.Diaspora.France2018

J’ai la conscience tranquille. Mme Mariette MACHIA RHIM PAYOMBO, Présidente de l’association THS Tous Humains et Solidaires et Présidente du Comité Miss Maman Internationale m'a proposé le mandat qu’elles (les 2 ex-candidates) ont refusé.
Mme Mariette MACHIA RHIM PAYOMBO m'a donné le pouvoir et le mandat afin que je puisse organiser l’élection MISS MAMAN MADAGASCAR 2019.
A ce jour, je suis la mandataire officielle et j’accomplirai la mission qu’on m’a confiée. C’est une lourde tâche mais c’est une bonne et noble cause, je la ferai pour notre pays et les malgaches. Le Comité MISS MAMAN MADAGASCAR sera le seul reconnu par le Comité Miss Maman Internationale, l’heureuse élue aura sa place et participera au concours au milieu de tous les pays pour défendre l’honneur et Le drapeau de MADAGASCAR.
« MISS MAMAN INTERNATIONALE» est déposée à l’INPI au niveau International dont MISS MAMAN MADAGASCAR en fait partie, cette dernière existe depuis Janvier 2018 (voir vidéo de lancement sur les réseaux sociaux sur la page Facebook de Miss Maman Internationale).
En ce qui concerne l’information sur l’organisation de Miss Maman 2018 je vous oriente vers le Comité Miss Maman Internationale.
Pour conclure : Madagascar a besoin d’une Mère Digne de ce nom. sociable, attachante, forte, courageuse…Les Mamans représentent la source de vie, le pilier de leur foyer et l' éducation. Elles sont les modèles pour leurs enfants et les Mamans du monde.
MISS MAMAN MADAGASCAR OFFICIELLE est un nouveau concept, innovant qui valorise les Mamans. Nous apportons notre « anjara biriky » pour la nation et nous sommes ouverts à toutes propositions et collaborations pour défendre l’image de MADAGASCAR. Nous inciterons et donnerons l’occasion de réaliser leurs rêves à ceux qui partagent la même éthique que nous.
Le Comité MISS MAMAN MADAGASCAR est fière de présenter ses candidates le Samedi 16 février 2019. Elles sont belles et Dignes « Sady meva no mendrika e ! »

Le Comité MISS MAMAN MADAGASCAR remercie tous les partenaires, le public, les internautes ainsi que les candidates pour leur participations et leurs collaborations.
Un grand Merci à MADAPLUS pour ce partenariat médiatique.
Pour plus d'infos


La Vérité0 partages

Glissement de rocher à Ampamarinana - Conseil des ministres d’urgence hier

Le Président de la République Andry Rajoelina a convoqué un Conseil des ministres restreint d’urgence hier. L’actualité brûlante du pays a obligé le numéro Un de l’Etat à convoquer quelques ministres sans attendre le traditionnel rendez-vous avec les ministres en milieu de semaine. Le Premier ministre Christian Ntsay, le ministre de la Défense nationale, le ministre de l’Aménagement du territoire, de l’Habitat et des Travaux publics, le ministre de la Sécurité intérieure, le ministre de la Santé publique, le ministre de la Communication et de la Culture également porte-parole du Gouvernement ainsi que le Secrétaire d’Etat auprès de la Gendarmerie nationale ont été réunis au Palais d’Etat d’Ambohitsorohitra vers 15h30.

Le premier sujet abordé concerne le glissement de rocher à Ampamarinana survenu ce dimanche (voir article par ailleurs).  Selon le communiqué résumant le Conseil des ministres, le Chef de l'Etat a donné instructions pour que les mesures d'urgence soient prises afin d'éviter de nouvelles pertes en vie humaine. Ainsi, suite à l'ordre formel d'évacuation donné par la Préfecture de police d'Antananarivo-ville de cette zone classée à risque permanent et strictement inhabitable, la décision de reloger provisoirement les habitants évacués a été prise.Le village Voara à Andohatapenaka ainsi que les logements sociaux de l'ANALOGH (Agence nationale du logement et de l'habitat) à Iharinarivo Ambohidratrimo vont accueillir les sinistrés, notamment et en priorité ceux dont les maisons ont été détruites, ainsi que leurs voisins immédiats qui encourent un danger imminent. L'Etat prendra en charge leurs déménagements en mettant à leur disposition les moyens matériels nécessaires. Le chef fokontany d'Ampamarinana, le préfet de police d'Antananarivo-ville ainsi que le BNGRC seront mis à contribution pour une meilleure coordination des opérations d'évacuation et de déménagement. Toute la zone en bas de ces grands rochers est désormais classée zone rouge et inconstructible, il est formellement interdit de continuer à y résider. En effet, il existe actuellement 24 fissures déjà détectées dans les rochers, ce qui constitue un danger permanent pour les habitations alentours. Le Président de la République a initié un plan de recasement pour toute la population concernée par cette catastrophe naturelle, aussi bien la première vague de sinistrés du 19 janvier dernier que celle de ce dimanche. Il appartient au Gouvernement, par le biais du ministère de l'Aménagement du territoire et de l'Habitat, de le mettre en oeuvre, en veillant à bien identifier les bénéficiaires concernés. L'Etat mettra à leur disposition des terrains domaniaux et les aidera pour la viabilisation.Une partie du Conseil des ministres a également touché mot de l’épidémie de rougeole dans la Région DIANA. En complément des mesures déjà prises au niveau du Gouvernement concernant l'épidémie, le Président Andry Rajoelina a insisté sur l'importance de la présence de l'Etat aux côtés de la population dans toutes les circonstances, notamment en cas de catastrophe naturelle comme les cas présents. Il a ainsi donné ordre à ce que les membres du Gouvernement s'assurent que les kits de prise en charge soient effectivement disponibles pour les malades et qu'ils soient totalement gratuits. Par ailleurs, il a insisté sur l'importance du renforcement de la campagne de vaccination sur toute l'étendue du territoire dès demain lundi, et ciblant particulièrement les zones les plus exposées. 15 Districts jugés prioritaires ont d'ailleurs été répertoriés. Le Chef de l'Etat effectuera incessamment une descente dans les Districts les plus touchés.

La Vérité0 partages

Eboulement à Ambanin’Ampamarinana - 06 morts et 06 blessés, 6 maisons détruites

Nouveau drame dans la Capitale ! Alors que les plaies laissées par le récent et meurtrier éboulement  à Tsimialonjafy, ne s’étaient pas encore cicatrisées, voilà qu’un nouvel incident vient d’endeuiller des familles à  Ambanin’Ampamarinana vers 9h du matin hier. Trois gros blocs de rocher d’au moins 4 tonnes chacun s’étaient brusquement détachés de l’endroit où ils étaient fixés sur la paroi de cette redoutable falaise avant que l’un d’eux n’atterrisse plusieurs mètres plus bas, en plein sur une zone d’habitation. Bilan : 06 maisons ont été rasées. Au total, 06 occupants de celles-ci furent tués dont Bakolalao Rasamson, les époux Narindra et Navalona Razafiarivelo ainsi qu’un gamin de 3 ans nommé Nomentsoa Razafindrainibe.

Certains sont décédés sur le coup tandis que d’autres ont succombé à l’hôpital.  La première victime, la plus âgée de toutes,  avait été littéralement décapitée et démembrée lorsque le rocher s’abattit sur sa maison. Le drame d’hier s’est produit à 200 mètres à peine du point où le premier a également fait plusieurs victimes l’année dernière !Récidive Par ailleurs, les personnes blessées sont toutes des adultes et elles ont été assez rapidement admises à l’HJRA Ampefiloha. Le cas d’un certain Mamy, la cinquantaine, est déplorable. Déjà touché lors de la précédente tragédie, il était de nouveau touché et s’en était sorti avec un sérieux traumatisme crânien. Tout était arrivé si rapidement que les malheureux, semblent n’avoir eu le temps de réaliser ce qui leur est arrivé « Nous étions dans la cour lorsque j’ai vu les rochers dégringoler subitement le long de la falaise. C’était terrifiant. La chute des trois gros blocs s’accompagnait d’un grondement sourd et il y avait surtout toutes ces poussières ! Vraiment, c’était une vision de cauchemar. J’ai tout de suite compris qu’il y aura des victimes », relate  Raly, la cinquantaine et qui habite plus au Sud, à Ambatobevanja.De leur côté, les pompiers n’ont pu réellement rejoindre les lieux qu’un quart d’heure après le sinistre. Mais contrairement à Tsimialonjafy ou à Ampamarinana l’année dernière, leur intervention n’a pas cette fois-ci posé de graves  problèmes. Une heure à peine après les opérations de sauvetage et ils ont réussi à localiser et dégager presque toutes les victimes des décombres, et ce, malgré la roche qu’il fallait déplacer ou soulever. Mesures draconiennesLe drame d’hier a vu la mobilisation sans précédent des membres du Gouvernement et des autorités actuelles, aussi bien sur le lieu du drame qu’à l’HJRA Ampefiloha.  On a pu voir entre autres la ministre de la Communication Lalatiana Rakotondrazafy, le Seg de la Gendarmerie nationale, le Gal de division Richard Ravalomanana, le préfet d’Antananarivo et le ministre de l’Aménagement du Territoire remettre des enveloppes et apporter du réconfort moral aux proches des victimes présents au service des urgences et à la morgue de l’HJRA. Tous les soins nécessaires aux victimes sont désormais à la charge du Gouvernement.  Encore émus, les concernés ont répondu et  témoigné leur entière reconnaissance par des larmes de douleur et d’impuissance.Suite à la nouvelle tragédie d’hier, le préfet de la ville d’Antananarivo a déclaré d’un ton ferme que : « Le temps des négociations est fini. Désormais, tous les occupants se trouvant dans les endroits déclarés zones rouges dont Ambanin’Ampamarianana, doivent impérativement évacuer les lieux. Ces déplacements de familles concerneront 2003 logements. En ce moment même l’OMC élargie incluant la Gendarmerie, la Police et le Bureau de gestion des risques et des catastrophes naturelles étudient les moyens pour réaliser ces déplacements de riverains locaux. D’autres rochers risquent encore de provoquer d’autres incidents », déclare-t-il, hier. En attendant, les riverains d’Ambatovinaky s’inquiètent vivement eux aussi. En effet, le secteur du  ministère de l’Eau ainsi que cinq ou six habitations situées en contrebas d’un vieux cirque rocheux, craignent aussi le pire. La première alerte a eu lieu au même moment que le drame de Tsimialonjafy lorsque de gros fragments de pierre se sont détachés de très vieilles parois rocheuses et ont failli écrabouiller une voiture garée dans la rue située tout en bas de cette formation. Franck Roland

La Vérité0 partages

Lampadaires solaires par le groupe Filatex - Remplacements et renforcements du système de sécurité

Avec l'insécurité qui gagne de plus en plus de terrain dans la Capitale, nombreuses sont les personnes qui ont peur de sortir la nuit ou même de rentrer chez elles dans la soirée. Et avec les rues qui ne sont quasiment pas éclairées, l'insécurité règne. Justement, pour essayer de minimiser ce risque, le groupe Filatex a installé 94 lampadaires solaires en partance de la voie ferrée sur la bretelle By-pass jusqu'au Palais d'Etat Iavoloha  en 2016. Comme à l'accoutumée, le groupe effectue un suivi régulier de ces lampadaires et procède à leur entretien.

Malheureusement avec l'incivilité de certaines personnes qui n'hésitent pas à dérober les biens publics pour des fins personnelles, 18 panneaux solaires avec leurs socles et batteries ont été volés ces derniers temps. Actuellement, le groupe Filatex tient à assurer la sécurité des usagers de cet axe et procède à leur remplacement. Mais encore, pour ne plus permettre aux voleurs de piller encore une fois les batteries ou encore les panneaux solaires se trouvant sur les lampadaires, un renforcement du système de sécurité des ces infrastructures a été fait. « Nous espérons que ces biens communs ne soient plus vandalisés. C'est en prenant soin que nous pourrions évoluer et jouir de ces infrastructures.Ils ont été installés justement pour le bien de tous et devront être soignés par conséquent », explique un responsable au sein du groupe. Tahiana Andrianiaina

La Vérité0 partages

Saison des croisières - Plusieurs touchers en un mois

Une saison plus que fructueuse. La saison des croisières 2018-2019 a débuté durant le dernier trimestre de l'année dernière. Et jusqu'à aujourd'hui, les résultats sont plus que satisfaisants. Pour ce mois de janvier par exemple, les côtes de la Grande île ont enregistré plusieurs touchers, soit plus de trois à cinq fois qu'auparavant. Tout dépend de la destination. Les plus prisés sont les ports de Taolagnaro, de Nosy-Be mais aussi de Toamasina. En tout, trois bateaux bien distincts ont longé Madagascar.

Le premier de la liste est Ocean Dream, un bateau de croisières japonais ayant effectué une escale à Fort-Dauphin, le 18 janvier dernier. Pour rappel, ce bateau appartient à « Peace Boat », une ONG japonaise promouvant « la paix, les droits de l'Homme ainsi que le développement durable et l'environnement ». Ensuite, il y a eu le paquebot de luxe Costa Victoria de la compagnie Costa Croisières qui a séjourné à Nosy-Be les 26 et 31 janvier dernier. Et la dernière en date est le bateau Aida Blu d'une compagnie allemande, qui en est aujourd'hui à son troisième passage sur la Grande île, depuis le début de la saison. Ce dernier a accosté le pays, vendredi dernier. Et au cours des derniers jours, il a prévu de faire des escales dans les ports de Nosy-Be, Antsiranana et Toamasina. Hier, les 2 000 passagers qu'il transporte ont pu découvrir le plus grand port de l'île Rouge ainsi que les sites réputés de la côte Est. Un calendrier mensuel bien rempliAinsi, cette saison prouve que le pays commence aujourd'hui à intéresser de plus en plus de croisiéristes. Et le calendrier sera encore rempli jusqu'au mois de mars prochain. Pour ce mois de février, les dates à retenir sont les 9, 10, 14, 23 et 28 février prochain. En plus, un nouveau bateau viendra étoffer la liste, à savoir le Seabourn Sojourn de la compagnie Seabourn. Pour rappel, le marché du tourisme de croisières participe considérablement au développement de l'économie locale. La preuve, les touristes dépensent en moyenne 100 euros pour les excursions et les achats de produits artisanaux pour chaque escale. Une aubaine pour tous les opérateurs locaux. Rova Randria

La Vérité0 partages

Athlétisme-« Course pour tous » - Roberto Tinoko réaffirme la priorité de la jeunesse

Le ministre de la Jeunesse et des Sports, Roberto Tinoka a inauguré la saison sportive de l’athlétisme, hier,  lors de l’évènement « Athlétisme pour tous », 6eme édition au tour du lac Anosy. Un évènement haut de TELMA, nouveau partenaire de la fédération malagasy d’athlétisme. Roberto Tinoko a été clair en s’adressant à la jeunesse. « Nous soutenons l’athlétisme et les jeunes sportifs par  notre présence.  D’ores et déjà, nous avons un défi à relever au sein du ministère.

Celui de ne pas mettre la jeunesse malagasy à l’écart et de rester travailler dans les bureaux. Preuve, tous les directeurs au sein du ministère sont présents parmi nous.  Que nos sportifs ne sentent plus délaissés par leurs maitres. Le Président de la République de Madagascar a fait son « Velirano » et «  vina »,  de faire de la jeunesse du pays un levier de développement. Et que le sport redonne et mette en valeur la fierté nationale. C’est pour cette raison que nous le prenions à cœur. C’est aussi pour répondre à la recommandation de l’OMS (Organisation mondiale de la santé) en matière d'activité physique pour la santé  », avance le ministre Roberto Tinoko durant les séries de discours. Notons qu’il participait à la course ouverte au public. Il portait le dossard n° 499 accompagné de son homologue le ministre de l’Education nationale et de l’Enseignement technique et professionnel Marie Thérèse Volahaingo et ses collaborateurs.Akamasoa s’illustreHormis les athlètes licenciés issus de sept clubs venus honorer l’évènement, pas moins de 640 participants ont répondu à l’appel de la fédération. Sept établissements se sont inscrits à la course relais inter-établissement, gagnée par l’école privée  Père Pedro, Akamasoa, suivie par le lycée technique professionnel d’Alarobia et le lycée privé le Capucine d’Ankadindramamy. Encore une fois, les élèves de l’ Akamasoa se sont illustrés. Un établissement qui privilégie le sport et qui commence à se faire connaitre dans diverses compétitions tant régionales que nationales toute discipline confondue. Elias Fanomezantsoa

La Vérité0 partages

Feu vert

L'Assemblée nationale accorde les pleins pouvoirs au Président de la République. Par un vote, sans appel, de 95 voix pour sur les 104 présents, les députés donnent au Chef de l'Etat, nouvellement élu, Rajoelina Andry Nirina, la carte blanche de légiférer par ordonnance pendant un temps limité et pour un objet déterminé. En effet, pour pallier un risque de vide institutionnel et en vertu de l'Art. 104 de la Constitution, le Gouvernement soumet une pàroposition de loi au Parlement offrant par une disposition légale au Président de la République de légiférer par ordonnance, en lieu et place du Parlement. Une mesure dictée par la nécessité impérieuse de la continuité de l'Etat.

Selon la Constitution de 2010 et par un simple calcul arithmétique, le mandat de l'actuelle législature (députés) prend fin le 5 février prochain. Or, en l'état actuel de la situation, il ne peut pas y avoir une nouvelle Assemblée nationale élue dans l'immédiat. Le calendrier référant aux députations doit scrupuleusement suivre un chronogramme bien défini.En vue de remédier à la situation la CENI, à la demande du Gouvernement, propose la date du 27 mai pour les législatives (députés) et le 17 juin pour la proclamation des résultats provisoires. A charge ensuite à la Haute Cour constitutionnelle (HCC) de faire le nécessaire pour publier les résultats définitifs. D'après les dires du président de la commission, la date du lundi 27 mai 2019 que la CENI soumettait, répond au mieux aux exigences liées à l'urgence de combler dans les meilleurs délais l'éventuel vide institutionnel. N'empêche qu'il y ait au moins cinq mois sans Parlement (députés). La Constitution interdit au Sénat de légiférer en l'absence de l'Assemblée nationale. D'où la nécessité impérieuse d'avoir le consentement du Parlement afin que l'Exécutif (PRM) puisse légiférer par ordonnance en son nom. Acquis pour la cause de l'IEM, pour les uns, dictés par un certain calcul politique, pour d'autres, les députés ont adopté en masse le projet de loi soumis par le Gouvernement. Apparemment, ils évitent d'être la source d'un blocage du fonctionnement des institutions de l'Etat qui, au final, pourrait créer un préjudice dévastateur pour le pays. D'ailleurs, il fallait être buté à l'exemple de certains élus du TIM pour ne pas reconnaitre la pertinence et l'efficacité du contrat-programme voulu par l'IEM.A en scruter de près la composition des 95 députés ayant voté pour, force est de constater qu'une bonne partie des élus de l'ancienne majorité, aux cravates bleues, ont choisi un nouveau camp. Il reste à savoir le « comportement » du Sénat. Nous ne sommes pas sans savoir que la Chambre haute est largement, sinon entièrement à l'exception d'une minuscule minorité, dominée par le HVM. Dans tous les cas de figure, quoi qu'il en soit sur le résultat du vote d'Anosikely, le dernier mot appartient toujours à Tsimbazaza. Maintenant que l'Exécutif, sous la direction du Président Rajoelina Andry Nirina, ait les coudées franches, le Parlement ayant lui accordé le feu vert, il dispose de toute la latitude de bien mener la barque jusqu'à bon port.Le Gouvernement sous la houlette du Premier ministre Ntsay Christian possède entre les mains les atouts pour réussir. Tout est priorité et le temps vaut de l'or, il faut activer la vitesse supérieure sans toutefois confondre vitesse et précipitation.Ndrianaivo

La Vérité0 partages

Célébration - La communauté vietnamienne fête son Nouvel an

La communauté vietnamienne à Madagascar n’a pas dérogé à la tradition du Vietnam qui a célébré son Nouvel an dénommé « Têt  », samedi dernier. Comme c’est le cas pour les Chinois qui fêtent également leur propre Nouvel an à une période déterminée de l’année, les Vietnamiens ont donc célébré leur « fête du premier jour de l’année ». A cette occasion, les ressortissants du pays d’Hô Chi Minh qui résident à Madagascar ont ainsi tenu un rassemblement à Anosivavaka Ambohimanarina.

« Je suis convaincu que cette nouvelle année lunaire marquera le début d’un temps nouveau, riche avec des défis et de nouvelles opportunités pour le Vietnam et Madagascar », a souligné dans son discours Eric Andry Ramiandrasoa, consul général du Vietnam à Madagascar. Il n’a pas manqué de souligner qu’à l’instar de Madagascar, le Vietnam vient également d’élire son nouveau Président en la personne de Séraphin Dinh Van. Sur cette lancée, le diplomate a affirmé que « je continuerai à servir les intérêts des deux nations et favoriser les relations tant politiques, économiques que culturelles ». Il a également évoqué les intérêts que portent les autorités vietnamiennes sur Madagascar. La Grande île prend également référence sur ce pays dans plusieurs pistes de développement économique. Le Vietnam étant parmi les principaux pays producteurs de riz, Madagascar pourra s’inspirer de son expérience pour réaliser des défis du Président, Andry Rajoelina qui se fixe l’objectif de faire de la Grande île, un pays alimentairement autosuffisant d’ici 5 ans au plus tard.Recueillis par S.R.

La Vérité0 partages

Vol de biens meubles de l'Etat - Hugues Ratsiferana, sous mandat de dépôt

Hugues Ratsiferana, ancien conseiller spécial auprès de la Présidence de la République, est placé sous mandat de dépôt à Antanimora. Déféré au Parquet samedi dans la journée, ce proche collaborateur de l'ancien Président de la République Hery Rajaonarimampianina a fait face au juge d'instruction. Arrêté vendredi dernier par les Forces de l'ordre, Hugues Ratsiferana ainsi qu'un complice, ont été placés en détention préventive.  Ce pilote d'avion expérimenté a été placé sous mandat de dépôt pour flagrant délit de vol de biens meubles de l'Etat. D'après les informations recueillies, l'Etat malagasy a porté l'affaire en Justice. Hugues Ratsiferana sera jugé le 13 février prochain dans la matinée.

Dimanche dernier, il a été pris en flagrant délit de déménagement vers son domicile à Ampasanimalo, des matériels de bureau, des matériels informatiques et des mobiliers appartenant à l'Etat. La présence d'un camion du côté d'Ambohitsorohitra avait alerté les responsables auprès de la Présidence de la République. Des manutentionnaires embarquaient dans le véhicule des meubles et des matériels informatiques provenant du bureau des anciens conseillers du Président de la République, à l'endroit où s'était installé le bureau régional de l'Organisation internationale de la francophonie lors de l'organisation du sommet de la francophonie en 2016. Ce serait des dons de matériels à cette entité qui ont été déménagés illicitement vers le domicile d'Hugues Ratsiferana suite à un ordre de ce dernier. Lors d'une descente effectuée dans son domicile par une équipe de la Présidence de la République, une visite réalisée en présence d'un huissier de Justice, les ordinateurs et plusieurs matériels de bureau ont été découverts. Pour beaucoup en tout cas, les ennuis semblent seulement sur le point de commencer pour Hugues Ratsiferana. Plusieurs autres affaires douteuses attendent ce conseiller spécial de l'ex-Président de la République, qui a porté également le chapeau d'ambassadeur itinérant, représentant personnel du Président de la République auprès  de l'Organisation internationale de la francophonie (OIF) et directeur général de l'Agence malagasy de développement économique et de promotion des entreprises (AMDP).  C'est d'ailleurs à travers cette agence, plutôt une association selon les observateurs, qu'Hugues Ratsiferana a réalisé son dernier coup du siècle et ce sous la bénédiction de Hery Rajaonarimampianina. Il s'agit de son audace de signer un accord de coopération avec des sociétés privées chinoises et octroyant l'autorisation à 350 bateaux chinois de « piller » les ressources halieutiques de Madagascar. Le tout à 48 heures de la démission du Président de la République. Quelle que soit l'explication donnée par le signataire de ce protocole, l'initiative a été décriée et rejetée par des opérateurs économiques, des autorités malagasy et de la population en général.  Des coups bas qui s'apparentent à un « après moi le déluge » dont seul Hugues Ratsiferana a le secret. La rédaction

La Vérité0 partages

Groupe de presse SODIAT - Une journée mémorable pour les 10 ans de « La Vérité »

Première parution au mois de mai 2008. « La Vérité » a célébré ses 10 ans d’existence en 2018, bien que la commémoration d’anniversaire ait eu lieu samedi dernier en son siège, au Villa Pradon, Antanimena. Une journée mémorable qui a réuni non seulement l’équipe du quotidien mais également celles des autres membres du groupe de presse SODIAT, à savoir « Inona no Vaovao », « Ino Vaovao » (Régions) et « Madagascar Matin Hebdo ». Après la série de discours des responsables, dont le Président du conseil d’administration (PCA) du groupe SODIAT et le directeur du groupe de presse, le « team » a pu fêter comme il se doit l’anniversaire.

Un grand buffet, des chants et danses étaient au rendez-vous jusqu’à la fin de l’après-midi. La journée a pu être festive grâce aux sponsors, notamment Baolai et la STAR.Dans ses premières heures d’existence, « La Vérité » était publiée en tant que quotidien national d’information et d’analyse, outre le journal hebdomadaire destiné pour les investigations et les « people ». 10 ans après, bientôt 11 d’ici quelques mois, votre quotidien continue à vous servir avec les informations réparties dans diverses rubriques, en respectant le slogan « toute vérité est bonne à dire ». Depuis sa création, ce journal a pu se démarquer à travers ses articles rédigés avec un esprit critique dans le but de dénoncer les injustices ou illégalités. Le quotidien a pu survivre pendant 3 régimes, celui de Ravalomanana, la Transition et celui de Rajaonarimampianina. Pour ce nouveau régime d’Andry Rajoelina, le quotidien  compte respecter sa ligne éditoriale en écrivant « toute la vérité et rien que la vérité »…P.R.

Tia Tanindranaza0 partages

Trano 5 rava, olona 4 matyHafindra toerana ny mponin’Ampamarinana

Voasokajy ho faritra tandindonin-doza ny faritra rehetra eny Ampamarinana noho ny fisian'ny triatra miisa 24 amin'ireo haram-bato eny an-toerana. Efa niaraha-nahita ireo loza nisesisesy

 nitranga koa nanapa-kevitra omaly tao anatin’ny filankevitry ny minisitra manokana ny fitondram-panjakana fa miala eny daholo ny mponina rehetra eny ary hafindra monina vonjimaika eny amin’ny Village Voara (route digue) sy Iharinarivo (Ambohidratrimo). Mahazo laharampahamehana ireo traboina tena sahirana noho ny loza nitranga ny 19 janoary sy omaly 3 febroary.Ny sefo fokontany, ny BNGRC, ny minisiteran'ny asa vaventy sy ny toeram-ponenana no hiantoka ny famindrana ny olona tena traboina ary raisin'ny fanjakana an-tanana ny fandaniana.

Noho ny doboka tafondro ?

Tsy manapoaka zavatra na vato fahavaratra ny Ntaolo. Efatra ny maty, 11 no naratra mafy nihotsahan’ny bolongam-bato izay nizara dimy ka nandravarava tokantrano 5, omaly alahady atoandro sahabo tamin’ny 10 ora sy 20 mn, teo amin’ny fokontany Ambanin’Ampamarinana, Mahamasina; araka ny fampitam-baovaon’ny Lieutenant Colonel Francky Ramanoara, lehiben’ny sampana mpamonjy voina Antananarivo Renivohitra, omaly tolakandro. Tsy nihambahamba kosa ireo niharam-boina sy ireo mpiara-monina amin’izy ireo nihevitra fa anisan’ny nahatonga ny fihotsahan’ny vato nanao sesilany namoa-doza ny fidoboky ny tafondro. “Ny harivan’ny doboka tafondro farany teo no nianjera ny  vato teo Tsimialonjafy, tapa-bolana aty aoriana indray ny teo aminay fokontany Ambanin’Ampamarinana. Nihozongozona avokoa iny Faritra avo rehetra iny, tamin’ny tafondro nipoaka. Mety misy harambato na fandrin-tany ifandraisany amin’Andrefan’Ambohijanahary ny Faritra avo. Tamin’ity fanapoahana tafondro farany ity dia tsy nampihomanina izahay fa isaky ny 26 jona fetim-pirenena dia asaina mamoha trano daholo izahay ary heverina fa misy akony amin’ny trano sy ny tany ary ny zavatra rehetra eny ambony eny izany amin’ny lafiny fizika sy siantifika. Sady ny fetim-pirenena rahateo amin’ny main-tany. Nefa amin’ny maha Malagasy, tsy hita hovisavisaina izany rehetra izany fa efa izao no anjara sy lahatra dia zakaina.”, hoy i Fanja sy Saholy ary ny fianakavian’ireo niharam-boina, nanana ny maty sy naratra raha nifandrombaka nitantara tamin’ny mpanao gazetinay, omaly tolakandro teo ampitan’ny HJRA.

 

Tarazon’ny an-jato taona

Etsy an-daniny anefa, efa an-jatony taona no nisy fanorenam-ponenana tamin’ny faritra avo eto an-drenivohitra ka azo lazaina fa efa antitra ny toerana ary nokaohan’ny riaka koa ny ranontany. Mety ho fifanandrifian-javatra ihany koa, nisy fotoana tsy nisy tafondro nirefotra nefa nisy vato sy tany nihotsaka tamin’ny toeran-kafa. Efa hatramin’ny Fanjanahantany ihany koa no naharenesana tafondro fa tsy nisy loza toy izao. Nihevitra ireo nianjeran’ny vato fa miray hina tanteraka tamin’ny namany iny vatobe iny, nilaza mantsy izy ireo fa efa hatramin’ny dadabeny no teo ary tsy nisy ahiahy. Araka ny fahitan’ireo mpiara-mipetraka avy aty ambony somary mitazana misopirana eny Ambanin’Ampamarinana kosa anefa dia tsikaritr’izy ireo fa misy rano mitsika hatrany avy any ambanin’ilay vato. Hitan’izy ireo ny tsy firaiketan’ilay vato nandondona tamin’ny namany noho ny fahatazanany tany manelanelana azy ireo. Marihina fa horaisin’ny fitondram-panjakana an-tanana avokoa na ny fandevenana ny maty na fitsaboana ireo maratra, araka ny fanambaran’ireo solontenan’ny fitondrana tonga nitsapa alahelo sy nitsidika ireo marary teny amin’ny HJRA Ampefiloha, omaly. Araka ny filazan’ny havan’ny maty dia mpianakavy avokoa ireo tra-doza, mifankafantatra, tsy nisy tavela tototry ny tany izy ireo. Efa nampilaza vaovao ny BNGRC tamin’ny herinandro lasa fa misy vato ahiana eo Manjakamiadana.

Haja Nirina sy J Mirija

 

Tia Tanindranaza0 partages

Vato namono olona teny AmpamarinanaNy doboka tafondro tanaty rotsak’orana no antony ?

Tsy manapoaka zavatra na vato fahavaratra ny Ntaolo. Efatra ny maty, 11 no naratra mafy nihotsahan’ny bolongam-bato izay nizara dimy ka nandravarava tokantrano 5,

 

 omaly alahady atoandro sahabo tamin’ny 10 ora sy 20 mn, teo amin’ny fokontany Ambanin’Ampamarinana, Mahamasina; araka ny fampitam-baovaon’ny Lieutenant Colonel Francky Ramanoara, lehiben’ny sampana mpamonjy voina Antananarivo Renivohitra, omaly tolakandro.

Fijoroana vavolombelona

Tsy nihambahamba kosa ireo niharam-boina sy ireo mpiara-monina amin’izy ireo nihevitra fa anisan’ny nahatonga ny fihotsahan’ny vato nanao sesilany namoa-doza ny fidoboky ny tafondro. “Ny harivan’ny doboka tafondro farany teo no nianjera ny  vato teo Tsimialonjafy, tapa-bolana aty aoriana indray ny teo aminay fokontany Ambanin’Ampamarinana. Nihozongozona avokoa iny Faritra avo rehetra iny, tamin’ny tafondro nipoaka. Mety misy harambato na fandrin-tany fontotra ifandraisany amin’Andrefan’Ambohijanahary ny Faritra avo. Tamin’ity fanapoahana tafondro farany ity dia tsy nampihomanina izahay fa isaky ny 26 jona fetim-pirenena dia asaina mamoa trano daholo izahay ary heverina fa misy akony amin’ny trano sy ny tany ary ny zavatra rehetra eny ambony eny izany amin’ny lafiny fizika sy siantifika. Sady ny fetim-pirenena rahateo amin’ny main-tany. Nefa amin’ny maha Malagasy, tsy hita hovisavisaina izany rehetra izany fa efa izao no anjara sy lahatra dia zakaina.” Hoy Fanja sy Saholy ary ny fianakavian’ireo niharam-boina, nanana ny maty sy naratra raha nifandrombaka nitantara tamin’ny mpanao gazetinay, omaly tolakandro teo ampitan’ny HJRA.

 

Tarazon’ny an-jato taona

Etsy an-daniny anefa, efa an-jatony taona no nisy fanorenam-ponenana tamin’ny faritra avo eto an-drenivohitra ka azo lazaina fa efa antitra ny toerana ary nokaohan’ny riaka koa ny ranontany. Mety ho fifandrifian-javatra ihany koa, nisy fotoana tsy nisy tafondro nirefotra nefa nisy vato sy tany nihotsaka tamin’ny toeran-kafa. Efa hatramin’ny Fanjanahantany ihany koa no naharenesana tafondro fa tsy nisy loza toy izao. Nihevitra ireo nianjeran’ny vato fa miray hina tanteraka tamin’ny namany iny vatobe iny, nilaza mantsy izy ireo fa efa hatramin’ny dadabeny no teo ary tsy nisy ahiahy. Araka ny fahitan’ireo mpiara-mipetraka avy aty ambony somary mitazana misopirana eny Ambanin’Ampamarinana kosa anefa dia tsikaritr’izy ireo fa misy rano mitsika hatrany avy any ambanin’ilay vato. Hitan’izy ireo ny tsy firaiketan’ilay vato nandondona tamin’ny namany noho ny fahatazanany tany manelanelana azy ireo. Marihina fa horaisin’ny fitondram-panjakana an-tanana avokoa na ny fandevenana ny maty na fitsaboana ireo maratra, araka ny fanambaran’ireo solontenan’ny fitondrana tonga nitsapa alahelo sy nitsidika ireo marary teny amin’ny HJRA Ampefiloha, omaly. Araka ny filazan’ny havan’ny maty dia mpianakavy avokoa ireo tra-doza, mifankafantatra, tsy nisy tavela tototry ny tany izy ireo. Efa nampilaza vaovao ny BNGRC tamin’ny herinandro lasa fa misy vato ahiana eo Manjakamiadana.

 

 

Tapaky ny filan-kevitry ny minisitra manokana natao omaly alahady fa afindra monina vonjimaika eny amin’ny Village Voara (route digue) sy Iharinarivo (Ambohidratrimo) ireo traboina tena sahirana noho ny loza nitranga ny 19 janoary sy omaly 3 febroary.Voalaza ihany koa fa omen’ny fanjakana tany hanorenana trano izy ireo fa hisy kosa anefa ny sivana amin’izany ary tsy maintsy miala eny avokoa ireo mponina rehetra manenitra an’Ampamarinana.

Haja Nirina

 

Tia Tanindranaza0 partages

Loza inona foana ity e ?

Nafana tanteraka ny zava-nisy teto amin’ny firenena ny faran’ny herinandro teo.

 

 Raha ny ara-politika dia ho tsara ho an’ny filoha ankehitriny sy ny mpiara-dia aminy ilay fandresena tetsy amin’ny antenimieram-pirenena amin’ny hanomezana fahefana tsy hita pesimpesenina azy amin’ny resaka lalàna tian-kapetraka eto amin’ny tany sy ny fanjakana. Tranga iray hafa ihany koa ny nampidoboka am-ponja vonjimaika an’ilay olona akaikin’ny filoha teo aloha, izay mifamahofaho ny heloka tsotra sy ny mety ho fisian’ny ambadika politika satria tsapa ihany ny naha sakay sy maso ny fitondrana ankehitriny sy teo alohany, ka mety mifamaly faty e ! Ara-tsosialy kosa dia sesilany ny loza, izay nanamaloka tanteraka iny faran’ny herinandro iny, ka hitondrana ny teny fampiononana ho an’ireo namoy namana sy havan-tiana sy firariana fahasalamana feno ho an’ireo naratra. Olona iray voadonan’ny fiara ka maty tsy tra-drano tetsy Ankorondrano, olona maromaro maty nihotsahan’ny vatobe tetsy Ambanin’Ampamarinana, may kila forehitra ny biraon’ny “Domaine” tany Antsiranana, ny tsy fandriampahalemana manginy fotsiny,… Loza inona foana ity fa mijaly ny vahoaka e ? Araka ny efa nambara, dia naman’ny malalaka sy manana ny fahefana tsy refesi-mandidy amin’ny andraikiny ny fanjakana, ka tsy tokony hitaredretra eo am-pamahana ny olana samihafa sedrain’ny mpiray tanindrazana. Ny mpitondra dia mila mitsinjo lavitra, hoy ilay teny vahiny nohagasiana, ka ny tsinjolavitra ara-politika aloha izany izao no tena mipetrapetraka sy tena lasa lavitra be tato anatin’ny fotoana fohy, fa raha ny vahaolana maharitra ho an’ny vahoaka, dia tsikaritra aty am-piandohana fa lavitry ny kitay ny afo, ary tsy mbola mipetraka ny tena fototra. Ekena fa tsy ampy hitsarana ny fanjakana ny tapa-bolana, saingy misy zavatra hafahafa ihany eo amin’ny fomba fiasa sy ny laharampahamehana satria any amin’ny kajikajy politika sy ny kisehoseho ivelany no tena hita misongadina. Mba toy ny nanomezana fe-potoana amin’ny fanamboarana ny Rova ho amin’ny 2020 ve ny fanatanterahana ny velirano samihafa, toy ny famahana ny olan’ny delestazy, ny fidangan’ny vidim-piainana … ? Tsara ny fanehoana fa mitondra fanampiana, mizara zavatra, maneho fiaraha-miory fa manantena zavatra mafonja kokoa toy ny fomba fiady amin’ny politika ny vahoaka e !

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Politika ankapoben’ny fanjakanaNy fampiharana sisa andrasana

Nivoaka iny ny fampahafantarana amin’ny fomba ofisialy ny politika ankapobeny entin’izao fitondrana izao manatanteraka ny praograman’asany.

 Teboka voalohany voalaza ho laharam-pahamehana tsy azo ihodivirana moa ny lafiny fandriampahalemana. Mbola naverina tao resaka famatsian’ny fanjakana ireo fitaovana isan-karazany iadiana amin’ny dahalo ka nomarihana manokana tamin’izany ny fanampiana angidimby. Tsy nisy tarehimarika nilaza mazava ny isan’izay moa. Fepetra nolazaina horaisina koa, ohatra, ny fametrahana borigady manokana isaky ny 150 km misahana ny fiahiana ny ain’ireo mpampiasa lalam-pirenena. Ankoatra izay moa dia voaresaka tamin’ny ankapobeny ihany koa ny lafiny fanadiovana ny fitsarana, ny ady amin’ny kolikoly, ny famatsiana rano fisotro madio, ny fananganana tanàna maoderina sy izay nampanantenaina tamin’ny fampielezan-kevitry ny filoham-pirenena vaovao, Andry Rajoelina rehetra. Hapetraka tsy hisy tomika ao anatin’ny 5 taona daholo ve ny asa lazaina fa tsy vitan’ny teo aloha nandritry ny 58 taona ? Miandry ny fampiharana ny rehetra.

 

J. Mirija

 

Tia Tanindranaza0 partages

Minisitry ny AtitanyNahavita “mission” indray

Nametraka ny dian-tanany sahady ny minisitry ny atitany, Tianarivelo Razafimandimby, taorian`ny nanendrena azy indray ho mpikambana ao anatin’ny governemanta Ntsay. Vita ny adidiny tamin`ny fampandaniana ireo volavolan-dalàna mahakasika ny fifidianana solombavambahoaka.

Tsy mahagaga raha voatazona tamin`ny governemanta Ntsay Christian ity minisitra ity. Tsy maina akory ny fery mikasika ny fifidianana tena nahabe resaka. Tao ny fizotran`ny fifidianana, fiatrehana fifidianana, famoahana voka-pifidianana… Tsaroana tsara tokoa ny lahatenin`ny filoha Marc Ravalomanana nandritra ilay adihevitra tamin`ny haino aman-jerim-panjakana, nilazany fa  tsy rariny loatra ny minisitry ny atitany maniraka ny mpiasa ao aminy mampivory ireo sefo distrika, dia mankany amin’ny sefo fokontany, dia manangona ny kara-pifidianana. Teo koa ny fanambaran’ny talen’ny Tranoprintim-pirenena fa raha 9.9 tapitrisa no tokony ho isan’ny kara-pifidianana dia 12 tapitrisa no natonta. Mbola mitoetra sy mahazo vahana ny ahiahy mahakasika ny tetiandrom-pifidianana naroson`ny CENI teo anivon`ny Antenimieram-pirenena. Toa fampandriana andrisa ilay datim-pifidianana mba ahafahana manome ny fahefana feno ho an`ny filoham-pirenena. Nilaza ihany koa ny minisitra fa hiroso amin`ny famoahana ny didim-panjakana rehetra ho fampiharana ny lalàna saingy tsy voafaritra. Hodinihina hatramin`ny pitsopitsony mantsy ireo fepetra apetraky ny lalàna raha tiana no mametraka tetiandrom-pifidianana, hoy ihany izy. Nanentana ny tsirairay ny tenany mba hisoratra anarana amin`ny lisi-pifidianana hofaranana vonjimaika ny 15 febroary izao. Ny 15 mey kosa no hifarana ny fanitsiana lisi-pifidianana kanefa ny 27 mey no andro voatondron`ny CENI. 12 andro ve ampy hanomanana fifidianana solombavambahoaka kanefa ny lisi-pifidianana no tena lesoka tamin`ny fifidianana filoham-pirenena ? Tsy mahagaga raha voatazona ho minisitra i Tianarivelo Razafimandimby satria izy ilay olona tena nampandresy nandritra ny fifidianana ary mbola mitohy hatramin`izao. Misafotofoto sahady ny toe-draharaha momba ny fifidianana.

 

Marigny A.

 

Tia Tanindranaza0 partages

CENI sy ny HCCLasa fitaovan`olom-bitsy ve ?

Tsy mamparisika ny olom-pirenena manana zo hifidy loatra ny fanamarinana na ao anaty lisi-pifidianana 4 na tsia satria maro no mihevitra fa na iza na iza lany eo dia tsy voahaja ny safidiny.

 Olana foana aloha no hita dia ny lisi-pifidianana, kara-pifidianana, voka-pifidianana, bileta tokana, birao fandatsaham-bato izay tsy fantatra mazava ny mason-tsivana namoronana azy ireo. Mila harenina ny lesoka tamin`iny fifidianana farany teo iny. Tsy mahatoky ireo rafitra misahana ny fifidianana ny olona amin’ny fifidianana manaraka. Mampieritreritra mihitsy ny vaomieram-pirenena misahana ny fifidianana (CENI). Novaina sahady ny lalàna mikasika ny fifidianana solombavambahoaka izay vao lany tamin`ny volana aprily 2018 lasa teo. Fa izy ity ve kilalaon-jaza e ? Tsy ny fomba fiasa no hasian-teny fa ny olona mandrafitra ity rafitra ity mihitsy. Ny depiote Felix Randriamandimbisoa aza dia efa nanao antso avo amin`ny tokony hanavaozana ireo olona mandrafitra ny CENI. Raha tiana hangarahara ny fifidianana, hoy izy, dia ovaina ny mpikambana ao amin`io rafitra io. Nahoana moa i Hery Rakotomanana no miverina filoha nefa efa tao anatin`ny CENI-T ? Tsy mahatoky ny Fitsarana Avo momba ny Lalàmpanorenana eo amin’ny famoahana ny voka-pifidianana ihany koa ny olona satria ny didy rehetra navoakany momba ny fandikan-dalàna nataon’ny mpitondra dia tsy misy mitaratra ny fahamarinana fa niandany hatrany.  Tsaroana tsara ny fanambaran`ny filohan`ny HCC, Jean Eric Rakotoarisoa, amin`ny fanaratsiana rafitra mandritra ny fifidianana. Tsy rafitra no resaka fa ny olona mandrafitra an`ireo rafi-panjakana. Lasa fitaovan`ny olom-bitsy ny CENI sy ny HCC amin`izao ary hitam-poko sy hitam-pirenena. Ahiana hihena ny taham-pahavitrihana noho ny tsy fahatokisan’ny vahoaka mpifidy ireo rafitra ireo. Ny azo antoka dia tsy hisy hahatoky voka-pifidianana amin`ny fifidianana manaraka raha tsy mifona ampahibemaso izy ireo, miaiky ny tsy mety ary manome toky fa hanova famindra.

 

Marigny A.

Tia Tanindranaza0 partages

Fifidianana solombavambahoakaHotanterahana amin’ny 27 mey 2019

Namoaka ny tetiandrom-pifidianana tamin`ny alalan`ny didy hitsivolana lah. 2019-56 ny avy eo anivon`ny primatiora izay miantso ny olom-pirenena ho tonga handatsa-bato amin`ny fifidianana solombavambahoaka.

 

 Efa nanamafy ihany koa ny filankevitry ny governemanta natao ny zoma hariva lasa teo. Hotontosaina ny alatsinainy 27 mey ho avy izao izy io, tsy nivaona tamin`ny daty natolotry ny vaomiera mahaleotena misahana ny fifidianana (CENI) ny alakamisy lasa teo. Ity didy hitsivolana ity, araka izany, no fanamarinana na faneken`ny teo anivon`ny governemanta tarihan`ny praiminisitra Ntsay Christian. Voahaja, araka izany, ny voatondro rehetra araka ny lalàna, indrindra ny 90 andro napetraka hiantsoana ny mpifidy handatsaham-bato. Marihana fa 5 tapitrisa Ariary no anto-bola ho fandraisana anjaran’ny kandidà depiote amin`ny fanontana vatom-pifidianana.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Vola fanampiana ny taksibeMbola ny faran’ny taona no mandeha amin’izao

Mitaraina ireo mpamily taksibe eto amintsika amin’izao fotoana. Ankoatra ny fitohanana mahazo azy ireo isan’andro na eto an-drenivohitra na any ivelany dia mihamiakatra hatrany ny vidin’ireo kojakoja ilaina amin’ny fiara amin’ny andavanandro.

 

 

 Manampy trotraka izany ny haratsian-dalana, antony hisian’ny resaka mandeha indray fa mety hampiakatra saran-dalana ny ampahany amin’izy ireo. Niezaka nitady vahaolana ny tale jeneralin’ny antokon-draharaha misahana ny fitaterana Atoa Reribaky Jeannot ka mbola nanaiky fandaminana ireo taksibe hatreto. Mitaraina kosa ireto farany noho ny fahelan’ny fotoana hahatongavan’ny fanampiana avy amin’ny fitondram-panjakana eny am-pelatanan’izy ireo. Mbola vao ny faran’ny volana novambra sy desambra mantsy amin’izao no mandeha. Miandrandra fiovana goavana entin’izao fitondrana vaovao vao mijoro izao izy ireo hisorohana ny mety hisian’ny fampiakarana saran-dalana. Tsiahivina fa isaky ny taksibe iray no handoavan’ny fanjakana io fanampiana io ary samy manana ny azy ny tsirairay

 Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Faritra IhorombeOlana hatrany ny tsy fandriampahalemana

Manakoako ny tsy fandriampahalemana any Betroka noho ny afitsoky ny malaso. Tsy tokony hiandry ela intsony ny filoham-pirenena satria fantany ny toe-java-misy any, hoy ny Lehiben’ny faritra Ihorombe, Mosa Fernand.

 Ankoatra izay, mila mijery ny tanora satria maro an’isa izy ireo any amin’ny faritra, eny eto amin’ny firenena mihitsy. Mila mandry fahalemana ihany koa i Ihorombe satria saika mandalo any avokoa ny avy any Atsimo andrefana, ny avy any Anosy, hatrany amin’ny faritra Atsimo Atsinanana noho izy  malalaka. Nanambara ihany koa ity lehiben’ny faritra ity fa miaraka ny fampandrosoana fa tsy vitan’olon-drery ary miainga hatrany amin’ny kaominina sy ny  faritra izany. Tsy maintsy miainga amin’izany ny vina IEM. Mila fehezina sy hain’ny Malagasy io vina io ahafahana manara-maso. Nanamafy ihany koa izy ny amin’ny olana amin’ny fibaikoana izay lavitra loatra ny ankamaroan’ny any amin’ny faritra tahaka ny any Betroka ka tokony hisy hatrany ny rantsa-mangaikan’ny zandarimariam-pirenena. Tombony be ara-toekarenaa any amin’ny faritra Ihorombe ny fambolena, ny harena ankibon’ny tany ary ny fizahantany saingy zava-poana sy tsy mitondra inona rehefa tsy milamina ny tany.

Tsirinasolo

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Taolagnaro, Ihosy ary BetrokaMisy mampihorohoro ny mpiasam-panjakana ambony

Misy trangan-javatra mampalahelo miseho any Taolagnaro sy Ihosy ary any Betroka fa misy olona minia mampihorohoro an’ireo tompon’andraiki-panjankana ao aminy ka mahasahy mitaky lelavola

misimisy mba hahazoan’izy ireo mijanona eo amin’ny toerana misy azy avy fa ny tany Betroka no nanatona ny tompon’andraikitry ny OMc « Mpitandro ny filaminana mitambatra » ka nitaraina tamin’izy ireo mazava araka ny tati-baovao azo avy any amin’ity distrika ity. Tamin’izany ohatra no nahafantarana fa ny « Chef Zap » any amin’ity distrika ity dia takiana 1 tapitrisa ariary tsirairay avy raha te-hijanona eo amin’ny toerany. Maharatsy endrika ny filoha Andry Nirina  Rajoelina ity trangan-javatra ity raha tena marina, hoy io tati-baovao io satria dia tompon’andraikitry ny Mapar fantatra anarana any amin’ity toerana ity no manao an’izao toetra tsy mendrika sy mamoafady izao.

Tia Tanindranaza0 partages

Baolina kitra AnalamangaFantatra ireo hiatrika ny 1/4-dalana

Taorian’ny andro faha-7 notontosaina teny Carion tamin’ny sabotsy 02 sy alahady 03 febroary 2019 dia fantatra avokoa ireo ekipa 8 hiatrika ny lalao 1/4-dalana amin’ny sabotsy 09 sy alahady 10 febroary izao,

Tia Tanindranaza0 partages

Volley-Ball CCZ7Nandresy avokoa ireo solontena Malagasy 4 omaly

Ny minisitry ny fanatanjahantena Malagasy Tinoka Roberto no nanokatra ofisialy ny fifaninanana CCZ7 « Fiadiana ny ho tompondakan’ny faritra faha-7 aty Afrika eo amin’ireo ekipa tompondaka taranja volley-ball »

Tia Tanindranaza0 partages

AntsirananaMay kila forehitra ny sampandraharahan’ny fananan-tany

Zava-doza no niseho tao Antsiranana ny sabotsy teo. Nirehitra ary may kila forehitra ny “Service Domaine” na ny sampandraraharaha misahana ny fananan-tany any an-toerana noho ny firehetana tsy voafaritra mazava ny antony.

 

 Nisy ny famonoana afo nataon’ny mpamonjy voina ao an-toerana, toy ny an’ny seranam-piaramanidina, saingy tena henjana ny fahavoazana. Tsy misy azo noraisina ireo antontan-taratasy rehetra tao amin’ity sampandraharaha ity, raha ny fidedaky ny afo. Mety hiteraka olana ho an’ny fananan-tany any an-toerana izao toe-draharaha izao satria maro ny dosie lasa lavenona, ka mety hisian’ny fanararaotana. Dosie efa an-taonany marobe rahateo matetika no tehirizina amin’ireny sampandraharaha ireny, ary anisan’ny manampy amin’izao ny fisian’ny tahirin-kevitra ara-informatika, saingy ireo dosie taty aoriana no mety hisy an’izany raha nisy ny fitehirizana ivelan’ny toeram-piasana fa tsy may niaraka tamin’ny solosaina tao. Andrandraina ny hisian’ny vahaolana eo anatrehan’ity toe-draharaha any Antsiranana ity mba tsy hiitatra zavatra hafa indray.

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Mpampianatra mamily fiarakodiaMitaraina noho ny tsy fisian’ny “permis”

Tsy misy taratasy fahazoan-dalana mamily fiara hatrany na “permis” amin’izao eo anivon’ny centre d’immatriculateur na ny ivontoerana misahana izany.

 

 

 

Betsaka anefa no mety ho vokany eo anivon’ireo ivontoeana mampianatra mamily fiarakodia na ny auto école, raha ny fanadihadiana natao. Mety  hadinon’ilay mpianatra vetivety mantsy ilay fianarana norantoviny, hoy  Atoa Jacky Abdou, ao amin’ny auto école Jacky raha vao ela ny fahatongavan’ilay tena “permis” eny am-pelatanan’izy ireo. Nomarihiny fa rehefa mahavita fanadinam-panjakana ny mpianatra iray ary afaka soa aman-tsara dia iray volana aorian’izay dia mahazo  ilay “permis” tena izy  ny ankizy saingy mbola mijanona ho taratasy fahazoan-dalana fotsiny ihany  aloha rehefa tsy misy ilay tena izy. Miandrandra  ny fikarakarana goavana entin’ny fitondrana vaovao ireo mpampianatra mamily fiarakodia. Anisan’ny mampiasa ny sain’izy ireo ihany koa mantsy ankehitriny ny fisian’ny resaka mandeha na hajanona amin’ilay endriny teo aloha ihany ny “permis” na ovaina hafa. Tsy mampihena ireo olona tonga mianatra izany fa vao mainka mitombo aza, anisan’ireny ny vehivavy.

Pati

Tia Tanindranaza0 partages

Amnesty International« Mahery setra loatra ny mpitandro ny filaminana Malagasy »

Lehilahy miisa valo voarohirohy ho mpangalatra omby no namoy ny ainy tamin’ny fomba feno habibiana hoy ny amnesty international tamin’ny fanambarana nataony tamin’ny voalohany volana febroary lasa teo.

 

Tsirinasolo

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Tany mihotsakaFa inona marina no mahatonga azy ?

Raha fantatra mialoha ny loza, efa noraisina ny fepetra rehetra hisorohana azy saingy vinavina sy tombatombana ihany aloha no azo atao, indrindra ny fitandremana.

 

 Efa nampoizina ihany ny zavatra nitranga teny Tsimialonjafy sy Ampamarinana, dia ilay fikorisan’ny tany niaraka tamin’ny fikodian’ireo vato be nandrava trano sy namono ary nandratra olona.

Inona no antony ?

Misy singa efatra tsy maintsy jerena dia ny firafitry ny tany (ivelany sy anatiny), ny toerana misy azy (lemaka, ambony toerana…) , ny zavatra misy na miorina eo aminy (hazo, vato, trano) ary ny zava-nitranga (rotsak’orana). Mifampiankina ireo rehetra ireo, ary tena hita mazava tamin’ny zava-nitranga teny amin’ireo faritra avo manodidina ny rovan’i Manjakamiadana sy ny teny Andohalo ary Ampamarinana. Maro be ny trano miorina amin’iny faritra iny, izay sady avo no tevana be. Rehefa nisesy ny rotsak’orana dia niteraka fikorontanana teo amin’ny hazo sy ny tany teny ka nihetsika ary avy eo nikorisa ny tany ary nitondra ireo bolongam-bato efa tsy marin-toerana intsony noho ny zavatra efa nihatra taminy an’arivony taona.Nirodana ny vato avy eo, nikodiadia ary dia nandrava ireo trano rehetra sendra ny lalany. Mbola zava-doza no mety hitranga raha sanatria ka misy horohoron-tany any aoriana any izay hampihetsika ny tany sy ny vato ary ireo trano amin’iny faritra Andohalo sy Ampamarinana, tonga hatraty Tsimialonjafy rehetra iny.

RTT

Tia Tanindranaza0 partages

Fanavaozana ny lisi-pifidiananaBetsaka misoratra anarana eny amin’ny fokontany

Nifarana ny 31 janoary lasa teo rehefa nanomboka ny 15 janoary ny andiany faharoa tamin’ny fandefasan’ny komitim-pirenena misahana ny fifidianana ilay boky hoenti-manavao ny lisi-pifidianana haparitaka eny anivon’ny fokontany.

 

Pati

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Rantsan’ny CENI ao AmbatondrazakaTafatsangana ny tranobe mitentina 200 tapitrisa

Trano lehibe ahitana efitra enina mintena 200 tapitrisa ariary no fotodrafitrasa voalohany vitan’ny CENI tao anatin'izay taona nijoroany izay. Ahitana efitrano fiasana ny CED sy ny CER ary ny CIR izy io.

 

 

 Ny sabotsy 02 febroary teo no nanokanana izany tamin'ny fomba ofisialy tany Ambatondrazaka. Tonga tany an-toerana ny mpikambana maro eo anivon'ny CENI izay notarihan'ny filohany Atoa Rakotomanana Yves Herinirina. Nandritra ny fandraisam-pitenenana natao ny filoha ny CENI no nanaovany antso ny mponina Alaotra mba ho fitaratra amin'ny faharisihana amin'ny fanoratana ny anarana ao amin'ny lisi-pifidianana.

 

Niry A

 

Tia Tanindranaza0 partages

Andriantsizehena Benja Urbain“Mila fandaminana lehibe ny fizarana ny faritra”

Nandritra ny lahateniny tamin`ny fianianany tetsy Mahamasina, nilaza ny filoham-pirenena fa hisy ny fanovana rafitra hanakaiky kokoa ny vahoaka. Tsy ho 22 intsony ny isan`ny faritra fa ho 23 hotantanin`ireo governora.

  Raha ny fantatra dia voakasika izany ny faritra Vatovavy-Fitovinany.  Raha ny hevitry ny depiote Benja Urbain Andriantsizehena, voafidy tany Manakara, manamora ny fampandrosoana izany sady mifanaraka amin’ny fangatahan`ny vahoaka, nefa mila halamina aloha mba tsy hampikorontana. Raha tsy voarindra amin`ny tokony ho izy ny fizaram-paritra dia hiteraka olana eo amin`ny faritra roa. Mahakasika ny faritra Vatovavy Fitovinany, misy distrika roa lehibe no renivohitra amin`io faritra io. Fito rahateo ny vinany hatreo Vohipeno hatrany Manakara. Ny foko ao anatin`io ihany koa mizara roa dia Antemoro sy Antanala. Raha amin`ny distrika misy an`ireo foko ireo dia mizara telo koa ny distrika dia i Manakara, Vohipeno, Ikongo. Mizara roa anefa ny hevitra ao Ikongo, hoy ny depiote Benja Urbain. Ikongo Atsimo, mifanila vodirindrina amin`i Vohipeno sy Manakara ary Ikongo Avaratra mifanila amin`i Ifanadiana. Misy olana lehibe izany satria ny kaominina ao Namorina, distrikan’i Mananjary dia foko Antemoro maha fitovinany azy. Raha mijanona any Mananjary io kaominina Namorina io dia lasa enina vinany ny distrika Vohipeno sy Manakara. Raha ny lojika, tokony hiverina any amin`ny distrikan`i Manakara kaominina Ampasimanjeva ny kaominina Namorina izay misy ny foko Antemoro nefa mitambatra amin`ny distrikan`i Mananjary. Nohamafisiny fa tokony halaina ny hevitry ny vahoaka any ifotony. Tsy azo ihodivirana intsony ny fanomezana distrika vaovao ao anatin`ny faritra roa mba hahafahana mampivelatra kokoa ny lafiny fampandrosoana mba hampisy ny fandrindrana ny fizarana, hoy ny depiote Benja Urbain Andriantsizehena.

 

Marigny A.

Tia Tanindranaza0 partages

Olona akaiky an-dRajaonarimampianinaNidoboka eny Antanimora i Hugues R

Nidoboka vonjimaika eny amin’ny fonjan’Antanimora ny Mpanolotsain’ny filoha teo Hery Rajaonarimampianina dia i Hugues Ratsiferana sy ny namany iray mitondra ny anarana hoe Tantely noho ny raharaha ambara fa fangalarana entana tahaka ny fanaka, solosaina,…

 tao amin’ny Birao fiasany tao Ambohitsorohitra ny 27 janoary lasa teo. Ny zoma teo  izy no nanaovan’ny mpitandro ny filaminana fanadihadiana ary natolotra ny fampanoavana ny ny sabotsy 2 janoary. Naharitra adiny 5 teo ny fakana am-bavany azy. Raha fintinina ny zava-nisy, tao amin’ny biraony amin’ny maha tale jeneralin’ny antokon-draharaha misahana ny fampiroboroboana ara-toekarena sy ny fampivoarana ny orinasa (AMDP) no nahitana fiara nitatitra entana ny marainan’io 27 janoary io, izay nentina teny amin’ny tranony eny Ampasanimalo, Voalaza fa novakiana ny varavaran’ilay birao tao Ambohitsorohitra. Rehefa nidina nanao fisavana teny an-toerana ny manampahefana niaraka tamina vadintany dia sarona tokoa ireo fitaovana ara-informatika ambara fa fananam-panjakana, raha ny fampitam-baovao. Tsara ny manamarika fa ankoatra ny naha mpanolotsain’ny filoha teo aloha azy, dia efa tale jeneralin’ny orinasa Air Madagascar izy. Efa masoivoho mivezivezy na “Ambassadeur iténarant” an’i Madagasikara teo anivon’ny vondron-tany miteny manontolo na amin’ny ampahany ny teny frantsay (OIF). Nandritra ny fandraisana ny frankofonia teto Madagasikara ny taona 2016, dia nipetraka ho adihevitra teto amin’ny ny resaka fanodikondinam-bola teo anivon’ny orinasam-panjakana SEIMAD, izay vola avy any ivelany mitentina 500 000 Euros any ho any, ka voatonona ny anarany. Ny 5 septambra 2018 tany Beijing, dia nisy ny fifanarahan’ny fanjakana Malagasy tamin’ny sinoa nandritra ny dian’ny filoha teo aloha Hery Rajaonarimampianina sy ny delegasionina notarihina tany Sina ka ny tenany no mpanasonia ny fifanarahana hanjonoan’ny sambo sinoa manodidina ny 330 amin’ny fari-dranomasin’i Madagasikara. Voalaza fa mitentina 2,7 miliara dolara sy sandan’ny fifanarahana. Ny 12 febroary izao no hiakatra fitsarana ny raharaha hanenjehana an’i Hugues Ratsiferana, raha tsy misy ny fiovana. Raha ny toerana sy andraikitra na ny vola mety hananany, dia tsy misy dikany aminy izay fitaovana ara-informatika saingy izay angamba ilay hoe: “tsy mahalala onona”. Ny lonilony politika eo amin’ny HVM sy ny MAPAR ihany koa anefa tsy takona hafenina, ka asa na resaka heloka tsotra na mety misy baiko politika ihany koa io.

 

Toky R

 

Ino Vaovao0 partages

FANAFIHANA AO AMBATONDRAZAKA : Voatonontonona ireo voafonja

Valandresaka ho an’ny mpanao gazety niarahana tamin’ny mpisolovava azy ireo. Nandritra izany no nanambaran’izy ireo fa nisy olona mbola misazy voarohirohy tamin’iny raharaha iny ary niaiky fa anisany nanao heloka raha ny nambaran’izy ireo. Raha tsiahivina, dia olona fito no nanao ny asa fanafihana ka vehivavy no lehiben’izy ireo sady mpimasiny.

Efa voasambotra sy voatazona ao amin’ny fonjan’Ambatondrazaka ny efatra ka isan’izany ilay vehivavy, hoy hatrany ny fanazavana. Manahy ny mety hisian’ny valifaty anefa ireto fianakaviana ireto ka mangataka amin’ny fitondrana mahefa mba hamindra toerana ireo olona ireo indrindra fa izay efa nisazy mba hafindra any Tsiafahy. Nambaran’ny mpisolovava  azy ireo, Me Njakarija fa tao ho ao izay isaky ny misy fanafihana mitam-piadiana dia misy hatrany ny olona mbola mamita sazy tafiditra ao anatiny.

Naveriny hatrany amin’ny taona 2016 mihitsy moa ny raharaha, izay nahatrarana  voafonja miisa efatra mbola mamita sazy nanafika tany Brieville ary nanao fanamiana miaramila sy nitondra basy. Nisy ihany koa ny fidirana an-keriny tao anaty trano sy ny famakiana trano ary rehefa natao ny fanadihadiana izay nataon’ny polisy dia sarona tao Mangarivotra Ambatondrazaka sy Manakambahiny ireo entana halatra tamin’izany ka mbola voafonja ihany koa no nanao ireo asa ratsy ireo ary voalaza fa mpiandry fonja no nanofa ilay trano, hoy ihany i Me Njakarija.

Ny taona 2018 indray kosa dia mpiandry fonja mihitsy no notondroin’ireo olona voasambotra ho tompon’antoka tamin’ny fanafihana tao Antanamandroso kaominina Ambatondrazaka renivohitra ary mbola niaraka tamin’ny voafonja izay mbola mamita sazy ihany koa. Tsy io ihany fa maromaro ireo tranga izay notanisain’ny mpisolovava Njakaria nandritra ity valandresaka notontosain’izy ireo ity fa nosinganiny manokana ilay fanafihana farany izay nambarany fa voafonja roa mbola mamita sazy no tafiditra ao anatin’io raharaha io. Mangataka izahay ny hamindrana toerana azy ireo any Tsiafahy, hoy ny antso nataon’i Me Njakarija. Tokony asiana fiheverana manokana mihitsy ihany koa ireo voafonja izay mamita sazy ivelan’ny fonja, hoy hatrany ny mpisolovava azy ireo.

Tato ho ato dia heno hatrany ny fisiana voafonja mamita sazy tafiditra amin’ny raharahana tsy fandriam-pahalemana tao Ambatondrazaka.Tsiahivina fa olona roa no naratra mafy izay mpivady ka voatery nalefa notsaboina any Antananarivo nandritra io fanafihan-jiolahy tao Andrarabary ny alin’ny 9 janoary 2019 io ary entana maro no lasa izay efa tafaverina ny sasany tamin’izany ka isan’ireny ny moto roa.

Tsy maniraka voafonja hanafika izahay, hoy ny mpiandry fonja

Manoloana ireo rehetra ireo, dia nanambara ny avy eny anivon’ny fandraharahana ny fonja ao Ambatondrazaka tarihin’ny talem-paritra Alaotra-Mangoro Laiambana sy ny lehiben’ny fonjan’ Ambatondrazaka Rabonarivelo Jean Wiliam fa tsy marina ny filazana fa mamoaka olona mbola misazy handeha hanafika ny mpandraharaha ny fonja. Tsy misy ary tsy hisy mihitsy ny tahaka izany, hoy izy ireo. Mitaky fepetra maro ny fahazahoana mivoaka ny fonja ka isan’ireny ny fahazahoana taratasy avy amin’ny Fitsarana sy ny fandalovana amin’ny filan-kevitra manokana izay andinihana ny mahakasika izay olona misazy alefa hiasa any ivelan’ny fonja.

Tsy olona iray no mandray andraikitra amin’izany, hoy hatrany ny teo anivon’ny fandraharahana ny fonja fa mila fivoriana mihitsy. Hentitra ny eny anivon’ny fonja amin’ny fanaraha-maso ireo olona voatazona eny amin’izy ireo. “Ireo olona mamita asa eny ivelany indraindray no mivadika ka lasa voasarika amin’ny asa ratsy fa tsy izahay no maniraka na mamoaka azy ireny anao izany”, hoy ireto tompon’andraikitra eo anivon’ny fonjan’ Alaotra Mangoro sy Ambatondrazaka ireto. Nandritra io fihaonana tamin’ny mpanao gazety io dia nanararaotra nitondra fampahafantarana ny lehiben’ny fonjan’ Ambatondrazaka fa feno ny fonjan’ Ambatondrazaka amin’izao fotoana izao. 

Raha 300 no voafaritra fa tokony zakan’io fonja io dia efa mahatratra hatrany amin’ny 800 mahery izany ankehitriny. Mety hiteraka valanaretina maro isan-karazany izany, hoy izy ireo ka mahatonga ny tompon’andraikitra handrindra ny fitazonana ny olona ao am-ponja.Voafaritry ny lalàna manan-kery rahateo io fampiasana olona voafonja io saingy voafetra ny fomba ahafahana manao izany. «  Tsy izahay tompon’andraikitra eo anivon’ny fonja mihitsy no andeha hitarika tsy fandriam-pahalemana ka hamoaka gadra hanafika  », hoy ny fandraharahana ny fonja nandritra io valandresaka tamin’ny mpanao gazety io.

Kamy

Ino Vaovao0 partages

MARAIS-MASAY SY IVATO : Nahitana fatim-behivavy miisa roa ny alatsinainy maraina teo

 Raha ny loharanom-baovao  voaray  misimisy kokoa, ny  iray dia  tovovavy mbola vao tanora no hita natsingevan’ny  rano teny Marais-Masay. Ireo mpandeha tongotra nandeha vao maraina no nahatsikaritra azy voalohany, ary niantso  ireo olona teny amin’ny manodidina mba hizaha ny zava-misy. 

Nesorina tao anaty rano ny razana. Rehefa nosavana dia mbola hita teny aminy ny  finday fampiasany, niampy vola tany anaty paosiny. Somary nahitana  mangana anefa ny faritra teo amin’ny tendany raha ny filazan’ireo nahita maso ny razana ary ahiana  ho nisy namono araka izany  ity tovovavy ity, izay vao natsipy tao anaty rano. Eo am-pelatanan’ny mpitandro filaminana  moa ny fanohizana ny  famotorana momba ny raharaha ary efa  lasan’ny fianakaviana ny  razana.

Ny teny amin’ny  kaominina Ivato fokontany  Fitroafana  indray dia  renim-pianakaviana  somary nahazo taona  no hitan’ny mponina teny amin’ny  manodidina tsy nisy aina intsony. Samy tsy nisy nahafantatra izay tena nanjo azy mazava ny rehetra  ary tsy nisy nahalala izay fianakaviany rahateo koa. Raha ny  vinavina nolazain’ny mponina manoloana  ny zava-nitranga  fotsiny   dia mety  ho  hanoanana no nahafaty azy satria tsy mba nahitana ratra   na mangana akory  ny  tenany  iray manontolo.  Avy hatrany  dia nandray an-tanana ny raharaha ny tompon’andraikitra teny an-toerana io omaly io.

Tatianà R.

Ino Vaovao0 partages

JIOLAHY RAINDAHINY TANY MORONDAVA : Lavon’ny balan’ny Polisy rehefa ela nokarohina

Fantatra  fa avy any Ankilivalo  Distrikan’i Mahabo izy io  ary efa  nigadra noho ny asa ratsiny saingy mbola  tsy mitsahatra mamerin-keloka hatrany. Malaza ratsy amin’ny famonoana olona amin’ny fomba mahatsiravina sy fandrobana fananan’olona  ity lehilahy ity ary efa betsaka ireo lasibatra tamin’izany  saingy tafatsoaka hatrany ity farany. Anisany  tena  nahafantaran’ny mponina azy ihany koa ny halatra  fitaovana informatika, raha ny tatitra  voaray. 

Nandritra ny  fisamborana azy omaly dia volaza fa mbola  niezaka namaly tamin’ny alalan’ny fampiasana  basy vita gasy izy , hany ka  tifitra vary raraka no navalin’ny Polisy ary maty tsy tra-drano.  Hita teny aminy moa ireo fitaovana madinidinika fampiasany rehefa mandeha mandroba izy, toy ny antsy lava lela, baramina ary lakile maromaro. Manoloana ny tsy fandriampahalemana ahafantarana ny Faritra Melaky  hatramin’izay  dia tsy mitsahatra mikaroka, manao sava hao ireo olon-dratsy ny mpitandro filaminana any an-toerana. 

Mba ho fanamorana ny asa dia tsy mitsahatra  manao antso avo amin’ny mponina izy  ireo mba  hanome loharanom-baovao marim-pototra.

Tatianà R.

Ino Vaovao0 partages

JONO AN-DRANOMAMY : Hisokatra amin’ny 15 febroary raha nikatona ny 15 desambra 2018 teo

 Mbola maro hatrany anefa ireo mitrandraka sy mivarotra hazan-dranomamy. Mampahatsiaro ny ao amin’ny sampan-draharahan’ny jono fa mikatona ny jono an-dranomamy ka tsy tokony hisy hivarotra mihitsy eny an-tsena. Mampitandrina koa izy ireo fa ho tonga hanasazy raha mbola misy tratra. Aoka isika hifanaja, hoy izy fa izay tratra dia hogiazana avy hatrany. 

Marihina moa fa amin’ireo farihy sy renirano any amin’iny distrikan’i Mitsinjo sy Soalala iny ary Marovoay sy Ambato Boeny iny no tena fakan’olona haza an-dranomamy eto amin’ny Faritra Boeny. Amin’ny fanakatonana ny fotoam-panjonoana dia mametraka zana-trondro ao anatin’ireo farihy ireo ny sampan-draharaham-paritry ny jono. Izany dia mba hampitombo taranaka azy ireo satria noho ny fitrandrahana tsy am-piheverana dia efa maro ireo karazana trondro ao anatin’ny farihin’i Mitsinjo sy Soalala iny no lany taranaka tanteraka.

Vanessa   

Ino Vaovao0 partages

DISTRIKAN’AMBILOBE : Tafakatra 100 mahery ireto zaza matin’ny kitrotro

Tato ho ato izay dia mamely mafy ity valan’aretina ity saika manerana ny Faritra maro eto Madagasikara, raha tsy hilaza afatsy  ny aty amin’ny Faritra Diana. Maro ireo ankizy voan’ny kitrotro ao Ambanja, Nosy Be, Antsiranana, indrindra ao Ambilobe. Ao amin’ity distrika farany ity dia efa mihoatra ny zato ny ankizy maty tao amin’ny hopitaly Ambilobe, vokatr’izany valanaretina izany. Araka ny fantatra dia noho ny tsy fahazotoan’ireo ray aman-dreny manatona tobim-pahasalamana mitondra ny zanany marary no antony mampidangana ny isan’ny zaza maty. 

Ny loharanom-baovao no nahalalana fa  variana manatona ireny mpitsabo nentim-paharazana ireny, indrindra ireo avy ao anatin’ny kaominina ambanivohitra na koa ireo avy amin’ny fianakaviana sahirana, noho ny tsy fahampian’ny eo ampelan-tanana. Noho ireo antony ireo dia miakatra hatrany ny isan’ny zaza maty voan’ny kitrotro.

Amin’ny ankapobeny dia tsy avelan’ireo mpitsabo nentim-paharazana mandray fanafody hafa ankoatra izay nomeny ireo zaza marary, ka mananosarotra ny fitsaboana raha manatona dokotera rehefa mihombo ny aretina. Matetika ihany koa mbola tsy tonga any amin’ny hopitaly dia efa mamoy ny ainy ilay zaza. Araka izany dia ilaina ny fanatonana ny tobim-pahasalamana raha fantatra fa voan’ny kitrotro ny zaza fa tsy variana manao dokotera tena na miantehitra amin’ny fitsaboana nentim-paharazana ireny.

Fantatra fa efa nisy ny fandraisana andraikitra nataon’ny fanjakana manoloana ity valan’aretina ity, amin’ny fanaovana vaksiny ny zaza.Tsy vitsy ihany koa ireo efa nahazo fanampiana amin’ny fanatanterahana ny fitsaboana ny zaza voan’ny kitrotro. Entanina hatrany ireo ray aman-dreny mba hitondra avy hatrany ny zanany eny amin’ny tobim-pahasalamana raha vao misy mampiahiahy.

Manoloana izao toe-javatra izao, araka ny loharanom-baovao dia ho tonga any amin’ny tapan’ny avaratry ny Nosy iny anio ny Filoham-pirenena Andry Nirina Rajoelina.

Mpanjono

Ino Vaovao0 partages

LOZA MITATAO : Hampiharina ny didim-panjakana ho amin’ny...

Nifanesy ny loza nahafatesana olona teny Ambaninampamarinana. Tsy maintsy nisy ny fepetra hentitra raisina hisorohana izany tamin’ ny alalan’ ny minisiteran’ ny Fanajariana ny tany, ny toeram-ponenana sy ny asa vaventy.

Loza goavana ny mbola hisian’ireo trano fonenana miorina etsy Ambaninampahamarinana. Tsy azo ekena intsony ny hisiana olona mipetraka eny amin’ireo toerana tandindomin-doza amin’ny mety ho fihotsahan’ny tany sy fianjeran’ny vato be. Tsy raharahan’ny Kaominina Antananarivo Renivohitra irery intsony fa antanatoha-pitondrana no samy miezaka mandray ny andraikitra manandrify azy. Anisan’izany ny prefektiora, ny minisiteran’ ny Fanajariana ny Tany, ny Toeram-ponenana sy ny Asa Vaventy, ny governemanta hatrany amin’ny Filohan’ny Repoblika. Manoloana ireo loza nifanesy, mihatra ny didim-panjakana manaisotra ireo mponina eny an-toerana.

“ Manoloana ny hamehana sy mahafeno ny fepetra maha loza mihatra azy dia handray fepetra henjana ny Prefektiora ny Polisy Antananarivo Renivohitra sy ny Kaominina Antananarivo Renivohitra eo ambany fiadidian’ny Ministeran’ny Atitany sy ny Fitsinjaram-pahefana mba hampihatra tsy misy fepetra ny Didy laharana N°4332/2018-M2PATE/SG/DGATE/DVPT nivoaka tamin’ny 26 feboary 2018, mamaritra ny fandrarana fanorenana sy fanajariana amin’ny faritra avo amin’ireto fokontany ireto  : Manjakamiadana, Andafiavaratra, Ambohipotsy, Andohamandry, Miandrarivo, Manakambahiny, Ambatovinaky, Ankazotokana Ambony, Ambatonakanga, Tsimialonjafy, Tsarafaritra ”, hoy ny fampitam-baovao avy amin’ ny Minisiteran’ ny Fanajariana ny Tany, ny Toeram-ponenana sy ny Asa Vaventy. Isan’ ny fepetra raisina amin’ izany ny hevitra tapaka tamin’ ny Filan-kevitry ny minisitra ny alahady lasa teo, dia ny famindran-toerana ireo mponina eny amin’ireo Fokontany voatanisa etsy ambony. 

Isany toerana amindrana azy ireo vonjimaika ny etsy amin’ i  Village Voara Andohatapenaka sy eny Ambohidratrimo. Hojeren’ ny Minisiteran’ ny  Fanajariana ny Tany, ny Toeram-ponenana sy ny Asa Vaventy kosa ny fandraisana maharitra ka misy tany eny Ambohidratrimo izay efa  dinihina ny fomba hanomezana  izany ho an’ ireo afindra toerana mba hahafahan’ ireo tra-doza manorina  trano. Naneho fiaraha-miory tamin’ ireo niharam-boina tamin’ ny alalan’ ny fampitam-baovao ny minisiteran’ ny Fanajariana ny Tany, ny Toeram-ponenana sy ny Asa Vaventy ary nankahery ireo naratra.

Avotra Isaorana

Ino Vaovao0 partages

FIAHIANA : « Hitohy ny fiaraha-miasa eo amin’ny vondrona eropeana sy ny « fikambanana Akamasoa »

Raha tsiahivina dia efa nanomboka tamin’ny tapaky ny volana septambra 2018 ireo iraka mpanara-maso avy amin’ny vondrona eropeana no tonga teto amintsika ka isan’ireo andraikitra niandraiketany tamin’izany ny fanaraha-maso iny fifidianana Filoham-pirenena iny. Tontosain’izy ireo an-tsakany sy an-davany ny adidy niantsorohan’izy ireo tamin’izany ary azo lazaina fa nody ventiny ny rano natsaikaina satria ireny niaraha-nahita ireny ny fangaraharan’ny voka-pifidianana. Raha ny fikambanana Akamasoa kosa no asiana teny dia tamin’iny taona 2019 lasa teo iny no feno 30 taona ity fikambanana ity ary isany andraikitra iandraiketany ny fanampiana ireo sahirana sy ny fitsinjovana manokana ny sôsialin’izy ireny.

Nampiasa fitaovana informatika sy kojakoja fampiasa anaty birao mitentina 8 alina Euros ny vondrona eropeana raha tsiahivina nandritra ny fe-potoana nijanonany nanarahany maso ny fifidianana natao teto Madagasikara ka amin’izao fiafaran’ny asany izao indrindra dia nanapa-kevitra izy ireo fa atolotra manontolo ho an’ity fikambanana Akamasoa tantanan’i Mopera Pedro ity ireo fitaovana voalaza teo ireo mba hahafahan’ity fikambanana ity manohy sy mampivelatra hatrany ny andraikitra sy adidy sahaniny amin’ny fiahiana ny mpiara-belona. Nandritra ny fanolorana ireto fitaovana ireto ihany koa dia nanambara ny avy amin’ny vondrona Eropeana fa hitohy hatrany ny fiaraha-miasa akaiky eo amin’ny roa tonta.

Ny Ami

La Vérité0 partages

Frais de transport - Les receveurs font la loi

Profiteurs ! Tel est le qualificatif fréquemment utilisé par les usagers des transports en commun. Entre l’augmentation des frais de transport et la mauvaise qualité des services, les plaintes fusent, et plus particulièrement sur les réseaux sociaux. Et en ce moment, les plaintes se focalisent surtout sur le profit tiré par les transporteurs. « Avec la montée des prix à la pompe, les "taxi-be" ont augmenté le tarif à 500 ariary. Cette situation, nous le comprenons très bien. Mais le problème se pose quand le receveur nous demande de payer ce même tarif alors que nous n’avons voyagé que sur deux arrêts. Il s’avère que d’autres receveurs de bus ne font payer que 400 ariary et même 300 ariary pour deux arrêts », défend Ravo, un usager du transport en commun. Effectivement, dans certaines situations, les transporteurs exploitent leurs clients. Quand les gens ne précisent pas où ils doivent descendre, les receveurs prennent de suite 500 ariary, peu importe la distance parcourue. Le même cas a aussi été observé quand les usagers donnent un billet de 500 ariary. Les receveurs ne rendent presque jamais la monnaie. Toutefois, certains d’entre eux font quand même des rabais. « Pour cela, il faut leur demander bien avant de monter dans la voiture pour imposer le tarif que nous souhaitons payer. A force d’utiliser le transport en commun, nous finissons par mieux comprendre ses rouages », précise Ndrasana, qui doit toujours prendre le bus en partant d’Ankadikely Ilafy pour aller travailler en centre-ville. Ici donc, ce sont les receveurs de bus qui dictent leur loi.

 

 

Un tarif prédéfini

 

Pour précision, ce sont surtout les transports en commun desservant les zones urbaines qui agissent comme cela. Il ne faut pas oublier que pour les zones suburbaines, les tarifs sont déjà prédéfinis pour les différents trajets. Les usagers savent ainsi à quoi s’attendre. Et chaque tarif a été bien analysé. Le même système devrait être appliqué dans le centre-ville pour éviter de trop pénaliser les clients. Certains transporteurs essaient d’imposer leurs propres tarifs. « Seuls deux arrêts comptent pour les frais de 400 ariary. Sinon, vous devrez payer 500 ariary ! », s’exclame un receveur d’un bus desservant Mahazo et le centre-ville. De ce fait, les autorités concernées devraient examiner la situation de plus près pour le bénéfice de tous.    

Rova Randria

La Vérité0 partages

Imputabilité

Re-chute. Dans le domaine médical, on parle de re-chute quand on assiste à un retour brutal, sur un patient, d’un cas de terrible maladie telle l’accident vasculaire cérébral (AVC). Une maladie qui s’est déjà manifestée auparavant à la même personne et dont l’issue est souvent irréversible. Le patient atteint ou re-atteint risque fort de ne pas s’en sortir. L’imprudence du malade ou de ses proches se trouve parfois à l’origine de la rechute. Il y a toujours quelque part un petit laisser-aller aux consignes du médecin. La responsabilité de tous, de la famille directe concernée, n’est pas à écarter. Re-glissement. Dimanche dernier sur le coup de  10 heures, le grand socle granitique d’Ampamarinana   « se délesta », pour la énième fois, de ses éléments pour se rabattre mortellement sur les toits de quelques habitations d’en- bas, à Tsimialonjafy. Le bilan est lourd, au moins  quatre pertes en vie humaine et des dégâts matériels importants. Précision ! Même si on n’a enregistré qu’une victime, le bilan s’avère toujours lourd car il s’agit de mort d’homme. Une vie humaine vaut beaucoup plus importante que toute autre chose ! Faudrait-on rappeler qu’il y a quelques petites semaines seulement de cela, un terrible éboulement de fragments du rocher d’Ampamarinana s’abattait sur le même Fokontany de Tsimialonjafy. Au moins 14 vies humaines et six habitations ont été à déplorer.

Lors de l’une de nos précédentes éditions, nous avions eu déjà l’occasion d’intercepter le pouvoir public, en particulier la Préfecture et la Commune urbaine d’Antananarivo, sur la nécessité urgente de prendre des mesures draconiennes pour qu’un tel désastre ne se reproduise plus.  Fallait-il mettre le point sur le « i » qu’il appartient aux autorités compétentes de veiller à la bonne marche de la condition de vie des citoyens (membres habitant la Cité) pour qu’elle soit ... viable, notamment, la sécurité vue dans tous ses aspects. Pour le cas précis du Fokontany d’Ampamarinana (Tsimialonjafy), il fallait décréter, depuis belle lurette, «zone inhabitable » cette partie basse sous le rocher trop exposée aux risques des aléas naturels. L’ancien régime HVM, peu souciant aux intérêts majeurs de la population, tergiverse à activer les démarches attendues. Rien de plus normal si la cote de popularité de l’ancien Chef d’Etat végétait par terre. Fort heureusement pour le pays, on vient de se doter d’un nouveau Président qui, à son propre compte, montre à plus d’un titre qu’il veille au grain au malheur de son peuple. Dès l’après-midi du drame, Rajoelina Andry Nirina convoqua d’urgence un mini Conseil des ministres, une  cellule de crise composée des membres du Gouvernement touchés directement, en présence des partenaires  traditionnels, pour étudier immédiatement toutes les options à considérer afin de porter secours aux familles éplorées et adopter les dispositions durables. On sait qu’à l’issue de ce Conseil spécial, des mesures adéquates ont été prises, entre autres, la délocalisation des habitants  d’Ambanin’Ampamarinana vers d’autres sites. A noter que la veille, le samedi 2, le PM avait eu une réunion avec les mêmes partenaires concernant l’épidémie de la rougeole. En voilà au moins de vrais dirigeants ayant un minimum du sens de responsabilité. Le nouvel homme fort du pays, conscient de l’imputabilité du régime qu’il dirige envers la Nation, démontre de par ses actes qu’il est digne de la confiance du peuple.

 Ndrianaivo

 

La Vérité0 partages

Imputabilité

Re-chute. Dans le domaine médical, on parle de re-chute quand on assiste à un retour brutal, sur un patient, d’un cas de terrible maladie telle l’accident vasculaire cérébral (AVC). Une maladie qui s’est déjà manifestée auparavant à la même personne et dont l’issue est souvent irréversible. Le patient atteint ou re-atteint risque fort de ne pas s’en sortir. L’imprudence du malade ou de ses proches se trouve parfois à l’origine de la rechute. Il y a toujours quelque part un petit laisser-aller aux consignes du médecin. La responsabilité de tous, de la famille directe concernée, n’est pas à écarter. Re-glissement. Dimanche dernier sur le coup de  10 heures, le grand socle granitique d’Ampamarinana   « se délesta », pour la énième fois, de ses éléments pour se rabattre mortellement sur les toits de quelques habitations d’en- bas, à Tsimialonjafy. Le bilan est lourd, au moins  quatre pertes en vie humaine et des dégâts matériels importants. Précision ! Même si on n’a enregistré qu’une victime, le bilan s’avère toujours lourd car il s’agit de mort d’homme. Une vie humaine vaut beaucoup plus importante que toute autre chose ! Faudrait-on rappeler qu’il y a quelques petites semaines seulement de cela, un terrible éboulement de fragments du rocher d’Ampamarinana s’abattait sur le même Fokontany de Tsimialonjafy. Au moins 14 vies humaines et six habitations ont été à déplorer.

Lors de l’une de nos précédentes éditions, nous avions eu déjà l’occasion d’intercepter le pouvoir public, en particulier la Préfecture et la Commune urbaine d’Antananarivo, sur la nécessité urgente de prendre des mesures draconiennes pour qu’un tel désastre ne se reproduise plus.  Fallait-il mettre le point sur le « i » qu’il appartient aux autorités compétentes de veiller à la bonne marche de la condition de vie des citoyens (membres habitant la Cité) pour qu’elle soit ... viable, notamment, la sécurité vue dans tous ses aspects. Pour le cas précis du Fokontany d’Ampamarinana (Tsimialonjafy), il fallait décréter, depuis belle lurette, «zone inhabitable » cette partie basse sous le rocher trop exposée aux risques des aléas naturels. L’ancien régime HVM, peu souciant aux intérêts majeurs de la population, tergiverse à activer les démarches attendues. Rien de plus normal si la cote de popularité de l’ancien Chef d’Etat végétait par terre. Fort heureusement pour le pays, on vient de se doter d’un nouveau Président qui, à son propre compte, montre à plus d’un titre qu’il veille au grain au malheur de son peuple. Dès l’après-midi du drame, Rajoelina Andry Nirina convoqua d’urgence un mini Conseil des ministres, une  cellule de crise composée des membres du Gouvernement touchés directement, en présence des partenaires  traditionnels, pour étudier immédiatement toutes les options à considérer afin de porter secours aux familles éplorées et adopter les dispositions durables. On sait qu’à l’issue de ce Conseil spécial, des mesures adéquates ont été prises, entre autres, la délocalisation des habitants  d’Ambanin’Ampamarinana vers d’autres sites. A noter que la veille, le samedi 2, le PM avait eu une réunion avec les mêmes partenaires concernant l’épidémie de la rougeole. En voilà au moins de vrais dirigeants ayant un minimum du sens de responsabilité. Le nouvel homme fort du pays, conscient de l’imputabilité du régime qu’il dirige envers la Nation, démontre de par ses actes qu’il est digne de la confiance du peuple.

 Ndrianaivo

La Vérité0 partages

Programme de mise en œuvre de la PGE - Des objectifs concrets et réalisables

La veille du dernier jour de la session extraordinaire du Parlement, le Premier ministre a présenté hier le Programme de mise en œuvre de la Politique générale de l’Etat devant les députés de l’Assemblée nationale. Et ce conformément à la Constitution qui dans son article 99 dispose que « Dans les trente jours de sa nomination, le Premier ministre présente son programme de mise en œuvre de la Politique générale de l’Etat au Parlement qui peut émettre ses suggestions ». Nommé le 21 janvier dernier, Christian Ntsay dispose encore de deux semaines avant l’échéance des trente jours.  

L’article 63 de la Constitution dispose que le Gouvernement met en œuvre la Politique générale de l’Etat, présentée par le Président de la République Andry Rajoelina en Conseil des ministres, jeudi dernier. La Politique générale de l’Etat se présente comme un rappel des  treize « Velirano » matraqués par Andry Rajoelina durant la campagne électorale. Devant les députés, le chef du Gouvernement a décliné son programme d’action en cinq volets, à savoir la gouvernance, l’insécurité, l’économie, l’environnement et le social.  En matière de gouvernance, le chef du Gouvernement annonce la politique de la tolérance zéro contre la corruption, la mise en place des gouverneurs de région dotés d’une indépendance financière, l’utilisation de technologies pour la délivrance des cartes d’identité nationale, des permis de conduire, des visas de séjour ainsi que le renouvellement des matériels de confection des livrets de famille. 

 

Pour ce qui est de l’insécurité, Christian Ntsay énonce l’envoi de Forces de l’ordre dans les zones rouges, la création d’un centre de formation pour les forces d’intervention spéciales, la dotation de matériels pour les Forces de l’ordre, la lutte contre l’exportation illicite de bovidés  par la mise en place de puces électroniques.  Des efforts seront également fournis pour la protection des frontières aériennes et maritimes, la mise en place d’un plan d’action pour lutter contre les bandits et les kidnappings, la construction de nouvelles prisons pour les grands bandits, ainsi que l’amélioration de l’application des Dina. 

Touchant un mot de l’économie, le Premier ministre note des mesures telles la rectification de la loi de finances 2018 dans un bref délai pour être raccord avec les nouvelles priorités ou encore l’augmentation des revenus de l’Etat et des collectivités territoriales décentralisées grâce à une meilleure gestion des richesses naturelles, la lutte contre la fraude douanière par la mise en place d’infrastructures de dématérialisation, la facilitation de la création d’industrie. Donner une seconde vie à la SIRAMA, la Siranala et la SECREN figure également dans le programme du Gouvernement. En matière d’agriculture, Christian Ntsay annonce également l’augmentation des zones cultivables pour arriver à l’autosuffisance alimentaire du pays. 

Pour ce qui est des infrastructures, le Premier ministre cite la réhabilitation des Routes nationales 44, 13, 10, 5A et 6 ainsi que celle des routes communales, le développement et l’agrandissement des infrastructures de transport, le début des travaux d’aménagement de la plage de Toamasina, l’ouverture du ciel malgache aux marchés asiatique et africain, la résolution des problèmes entre Air Madagascar et Air Austral.   Pour ce qui est du volet environnement, le Gouvernement objecte de doubler la production d’électricité d’ici cinq ans, de développer l’usage des panneaux solaires, de construire une centrale hybride produisant 40Mw, de procéder à un audit des contrats  des fournisseurs de la JIRAMA, le reboisement de 40 000 Ha, de mettre en place d’une centrale de l’or ou encore la réforme des lois sur l’exploitation des richesses naturelles. Enfin, dans le volet social, l’Exécutif fait une priorité de l’éducation pour tous, de la santé. Il projette ainsi de construire des écoles aux normes, des instituts de formation professionnelle pour les jeunes, d’augmenter le budget alloué au ministère de la Santé ou de construire des hôpitaux… 

En ce qui concerne la culture, le PM énumère comme mesures, la construction d’une Académie nationale des sports ou encore une Académie de la culture et des arts. En ce qui concerne l’habitat, le Gouvernement entend créer 50 000 logements dans les cinq ans.  Pour réaliser cette PGE, Ntsay Christian affirme qu’une diplomatie plus vigoureuse est nécessaire.

La Rédaction

La Vérité0 partages

Disparition en France - Toujours aucun signe de vie de la jeune étudiante malagasy

Si les Malagasy de Madagascar sont focalisés sur les éboulements de terrain, les chutes de rochers, les actes de banditisme en ville qu’en campagne, leurs compatriotes en France s’inquiètent sur le sort de Ando Tiana Andriamampianina. Cette étudiante malagasy de 23 ans n’a plus donné aucun signe de vie depuis le 9 janvier dernier et ce malgré les recherches et les appels à témoins, elle demeure introuvable. La veille de sa disparition, elle aurait été aperçue dans un centre commercial et dans la nuit du 8 janvier, Andotiana était encore joignable comme l’atteste sa conversation téléphonique avec son copain à Madagascar. Dès que son cousin, habitant en France, a signalé la disparition à la police française  et lancé un appel sur les réseaux sociaux, c’est le branle-bas du côté de la diaspora. Contrairement aux autres communautés en France, les Malagasy figurent parmi les moins  « scandaleux » et discrets. Certes, il y avait eu ce légionnaire malagasy qui a tué sa femme devant ses enfants ou l’assassinat non élucidé jusqu’à maintenant d’une jeune étudiante et dont le corps fut retrouvé dans un couloir d’une HLM, mais en général la communauté malagasy établie en France fait rarement la une des journaux dans la rubrique des faits-divers.

La disparition de Ando Tiana en fait désormais partie.  Ce n’est pas étonnant ainsi que la diaspora malagasy s’est levée comme un seul homme dans le but de retrouver une de ses compatriotes et d’aider les autorités locales à la localiser. Mais jusqu’ à maintenant les quatre battues organisées, les enquêtes de voisinage, le partage des photos sur les réseaux sociaux, les appels à témoins, les différentes marches organisées dans les grandes villes de France,  le sit-in devant l’ambassade malagasy à Paris et les chaines de prière  n’ont pas eu l’effet escompté. Ando Tiana Andriampianina répond encore absente. Grâce à la  mobilisation sans précédent de la diaspora malagasy en France qui a lancé également un appel de fonds, le père de Ando Tiana a pu rallier la capitale française pour participer à la recherche et être auprès de sa fille. « L’enquête de la police est toujours en cours, nos recherches n’ont  pas cessé, continuons nos prières, continuons d’être vigilants et ne perdons pas espoir. Ce qui est impossible aux hommes est possible à Dieu », lance un membre de la diaspora sur le compte  « alerte disparition Ando »  à l’issue d’un culte de soutien à la famille de la disparue tenu dimanche dernier à l’Eglise St Clément.

 La Rédaction

La Vérité0 partages

Ambanin’Ampamarinana - Tout le site désormais interdit d’accès

Après le drame lié à l’éboulement meurtrier ayant fait des victimes, le dimanche 3 février dernier à Ambanin’Ampamarinana, les choses s’accélèrent très vite.  Dès lundi matin, la Gendarmerie nationale est montée au créneau. Devant la presse, le colonel Anicet Randrianarivelo a annoncé avec fermeté que tout le site est désormais interdit d’accès. « Cette mesure entre en vigueur à partir de ce soir (Ndlr, lundi 4 février 2019). Personne n’est autorisée à y circuler, ou faire un va-et-vient pour transporter quoi que ce soit, encore moins y passer la nuit », a déclaré le colonel de gendarmerie.

Ce qui veut dire une implication de plus en plus effective de la Gendarmerie dans l’affaire. Sur place, sa présence est  de 24h/24. Sa mission consiste à d’éventuelles évacuations de victimes, s’il y en aura encore bien sûr, le règlement de la circulation mais aussi la surveillance du site et le maintien de l’ordre. Malgré cette mesure draconienne, certains riverains se montraient encore récalcitrants pour partir pour des motifs vraiment futiles. Une mère de famille a avoué sa crainte sur le devenir de ses meubles ou autres objets intransportables et qu’elle doit laisser provisoirement dans sa maison à Ampamarinana. Une autre a avancé qu’aucun autre site d’hébergement n’est pas encore prêt pour accueillir les familles en danger. « A l’Ecole normale, c’est déjà la surpopulation. Idem au "Kianjan’ny Kanto" à Mahamasina. Où veulent-ils donc que nous allons ? », s’est-elle permis de demander.

 

A en entendre dire la dame, il est clair que la plupart des habitants de la zone du sinistre ignorent encore que le Gouvernement a fait ouvrir 95 box du village Voara pour les héberger temporairement. Mais le centre d’accueil d’Iharinandriana, situé dans le District d’Ambohitrimanjaka, serait également disponible. 

 

L’heure est à l’inhumation

 

Par ailleurs,  les proches des quatre victimes tuées, s’affairaient encore à la morgue d’Ampefiloha en vue des formalités d’inhumation, hier matin. Les dépouilles des époux Navalona et Narindra Razafiarivelo seront rapatriées dans leur localité d’origine à Betafo, Antsirabe. Leur inhumation est prévue ce jour. En revanche, le petit Nomentsoa de 2 ans et demi aurait été déjà enterré hier dans le caveau familial à Manakambahiny.

Sur les 11 blessés de cette tragédie, il ne reste plus que trois à rester actuellement à l’HJRA Ampefiloha. Il s’agit de la mère du petit garçon tué. 

« Son état s’améliore progressivement. Elle commence à retrouver la faculté de parler », confie un proche. Il en est de même pour l’enfant des défunts époux. Les avis du médecin, chef du service des urgences, du même centre hospitalier universitaire semblent le confirmer. « Non, je crois que ces malades ne sont plus en danger », confirme-t-il.

Rappelons que les malheureux, qui sont issus de la même famille, ont été surpris par la chute de trois grands blocs de rocher, qui s’étaient brusquement détachés du vieux socle constituant la falaise d’Ampamarinana, versant ouest et qui domine le quartier de Mahamasina.

Leurs maisons, au nombre de trois,  furent littéralement laminées par ce rocher, prenant au piège ainsi certaines victimes, et ce, malgré leurs ultimes instincts de survie pour le fuir. C’est le cas de la prénommée Bako, qui fut affreuse démembrée sinon décapitée.

Selon le capitaine Randrianarisoa,  chef de corps des sapeurs-pompiers de Tsaralalàna, le terrain est en perpétuel mouvement à Ampamarinana. « Qu’il pleuve ou que le temps soit plus sec, tout cela  est susceptible d’influencer sur l’état des granits. L’humidité fait dilater la terre, tandis que la sècheresse la  rétrécit et la rend friable. L’une comme l’autre situation peut provoquer à tout moment un terrible éboulement », a-t-il affirmé.

Franck Roland

La Vérité0 partages

Circulation dans la Capitale - Les véhicules irréguliers sanctionnés

Le stationnement sur les trottoirs et d’autres endroits interdits est rigoureusement illégal et est passible d’une contravention dont l’objet est l’adaptation des règles de circulation routière en vue de sécuriser et favoriser le cheminement des piétons. Pour éviter les embouteillages monstres et régler la circulation dans la Capitale, le Département des transports et de la mobilité urbaine (DTMU) auprès de la Mairie d’Antananarivo a procédé depuis hier aux sanctions de tous les véhicules qui se garent dans les stationnements interdits, les trottoirs. Ces mesures ont été prises après une campagne de sensibilisation et des rappels pour les propriétaires irréguliers. Les Polices municipales et nationales ont immobilisé les vehicules en infraction avec des taquets et des chaînes d’arrêt, tandis que les conducteurs ont reçu une contravention. Hier, ces policiers ont procédé aux alentours d’Ambondrona et au boulevard de l’Europe. Face à la propagation des irrégularités constatées quant à l’utilisation des voies publiques dans la ville d’Antananarivo, le directeur de ce département, Raveloson Landy Harilala, sollicite tout un chacun au respect du Code de la route, ainsi qu’à la bonne utilisation des voies publiques. 

 

En rappel, au début de cette année, la Commune urbaine d’Antananarivo a déjà diffusé une note de service interdisant le stationnement sur les trottoirs et les bords de route à double sens. D’après un responsable au sein de la CUA, tous les trottoirs de la ville sont concernés par cette mesure. Il en sera de même pour quelques voies à double sens, à savoir la rue Gabriel Ramanantsoa, partant de la boutique Bio 33 jusqu’à Ambatonilita, le boulevard de l’Europe, l’avenue Lénine, la rue Docteur Ramahefy, la rue Ratsima James, la rue Andrianaivo Ravelona, la rue de Russie. De plus, la plupart de ces rues se trouvent à proximité des établissements scolaires. 

Recueillis par  Anatra R.

Madagate0 partages

Jeannot Ramambazafy : Un franc-parler constructif

Dans un article intitulé « Andry Rajoelina : un entourage à la communication nombriliste » publié dans notre journal samedi dernier, Jeannot Ramambazafy adresse des blâmes à des membres de l’équipe en charge de la communication d’Andry Rajoelina. Celles et ceux qui ressentent de la colère et de la rancune vis-à-vis de notre confrère se trompent. Jeannot Ramambazafy ne fait que remettre les choses à leur place. Homme de convictions, d’analyse, de culture et de terrain, il connaît la sémantique.

Son choix de l’adjectif « nombriliste » est opportun et devrait faire réfléchir toutes celles et tous ceux qui sont concernés par la communication de la Présidence de la République. Les propos de Jeannot Ramambazafy peuvent paraître durs, mais ils sont surtout empreints de sagesse bienveillante. Il est un ami fidèle et un supporter de la première heure d’Andry Rajoelina, mais il n’est pas un flatteur. Andry Rajoelina a témoigné sa gratitude (ou son ingratitude) envers celles et ceux qui ont contribué de près ou de loin à son accession au pouvoir. Il en assume la responsabilité, mais il ne doit pas être induit en erreur par les parvenus de son entourage qui ont déjà la grosse tête et qui ont perdu le sens de l’autocritique. C’est le sens du message de Jeannot Ramambazafy qui en a vu passer des dirigeants et des courtisans. Mishou Randimbiarisoa, Rina Rakotomanga et Lalatiana Rakondrazafy très « m’as-tu-vu » parce  que siliconée, pour ne citer qu’elles, ne doivent pas répéter les mêmes erreurs qu’Annick Rajaona pendant la Transition.

Si Jeannot Ramambazafy ne ménage personne dans l’entourage du nouveau Président, c’est pour mieux aider et protéger celui-ci. Comme Jeannot Ramambazafy l’écrit lui-même dans son article « qui aime bien, châtie bien. » Esprit libre, Jeannot Ramambazafy est adversaire de la pensée unique et apte à prendre du recul. Dans la mesure où il ne réclame rien à personne, Jeannot Ramambazafy ne doit rien à personne et ne craint personne, surtout pas les lâches qui lui passent des appels anonymes. Il n’a pas besoin ni envie de faire des compromis. Certes, il arrive qu’il s’exprime maladroitement, ou qu’il soit mal compris, mais son franc-parler est constructif. Il ne lapide pas pour le plaisir de critiquer. Il y a toujours quelque chose à retirer de ses coups de gueule. Jeannot Ramambazafy s’est toujours exprimé librement et ce n’est pas à son âge respectable qu’il va s’en priver. Gageons qu’Andry Rajoelina appréciera à sa juste valeur les interpellations positives émanant d’un des tous premiers lanceurs d’alerte de Madagascar.

D.R. – La Gazette de la Grande île du 04.02.2019

GRAND FORMAT ICI

Midi Madagasikara0 partages

Nouvel An chinois : Renforcement des relations sino-malagasy en 2019

L’Ambassadeur SEMme YANG Xiaorong (en robe rouge) avec ses invités

A l’occasion de la Fête du Printemps, l’Ambassadeur de la République Populaire de Chine, SEMme YANG Xiaorong a offert hier une réception à Nanisana où des élèves de l’Institut Confucius ont assuré le spectacle avec des chants, une démonstration de Kung Fu et la danse du dragon qui représente la santé et le bonheur.

La Représentante de l’Empire du Milieu à Madagascar, a dressé pour la circonstance, un bilan sommaire de l’année 2018 qui a été marquée par le troisième Sommet du Forum sur la Coopération Sino-Africaine (FOCSA) à Beijing en septembre. Elle a rappelé les huit initiatives majeures annoncées par le Président Xi Jinping qui portent respectivement sur la promotion industrielle, la connectivité des infrastructures, la facilitation du commerce, le développement économique, la formation et le renforcement de capacités, les soins de santé, les échanges entre les peuples, la paix et la sécurité. Et ce, avec les pays africains dont Madagascar. Dans son discours, elle a tenu à féliciter le peuple malagasy pour la tenue de l’élection présidentielle « dans une situation stable et dans le respect de la Constitution ». Et de souligner que « c’est un signe fort et positif vers le monde extérieur ».

Double principe. Concernant les relations sino- malagasy, SEMme YANG Xiaorong a tenu à dire que «la coopération gagnant-gagnant entre nos deux pays a bien marché en 2018 ». En faisant notamment remarquer que « la Chine est le premier partenaire commercial de Madagascar ». Et de citer toute une série de projets comme la route des œufs, les 200 forages d’eau potable dans le Sud, les échanges culturels, l’Institut Confucius, les sportifs malagasy en Chine, l’hôpital d’Anosiala, les médecins chinois, les aides d’urgence sous forme de dons en matériels et équipements, les stages et séminaires en Chine, les bourses pour les étudiants malagasy… Une coopération placée sous le double principe de « la non ingérence de la Chine dans les affaires internes de Madagascar et du respect du choix du peuple malagasy ».

Année du cochon. SEMme YANG Xiaorong a aussi mentionné la présence d’un Envoyé spécial du Président Xi Jinping à la récente cérémonie d’investiture du nouveau Président Andry Rajoelina. « Il y a eu une rencontre bilatérale fructueuse », rapporte-t-elle. Avant d’assurer dans la foulée que « la Chine continuera de soutenir et d’accompagner le développement de Madagascar tout en renforçant davantage les relations sino-malagasy en 2019 ». Selon le calendrier chinois, le Nouvel An commence demain. 2019 est l’année du cochon qui est « signe de richesse et de bonheur ». L’Ambassadeur de la République Populaire de Chine de souhaiter alors pour les deux pays et les deux peuples, « une année 2019 pleine de bonheur, de richesses et de succès ».

R.O

Midi Madagasikara0 partages

Tsy fandriampahalemana ao Anjozorobe : Lasibatry ny jiolahy hatramin’ny biraom-panjakana

Manjaka tanteraka ny asan-jiolahy any amin’iny distrikan’Anjozorobe iny. Tokantrano, fivarotana, eny fa na hatramin’ny biraom-panjakana aza dia lasibatry ny jiolahy avokoa ka tsy misy tahotra intsony fa dia miakatra ao an-tampon-tananan’Anjozorobe mihitsy ireo olon-dratsy. Araka ny fantatra mantsy, tamin’iny herinandro iny dia niharan’ny vaky trano ny biraon’ny fari-piadidim-pampianarana tany an-toerana. Solosaina maromaro sy entana isan-karazany no lasan’ireo olon-dratsy tamin’izany.

Zava-pisotro. Ny zoma hariva lasa teo izao dia fivarotana enta-madinika sy zava-pisotro iray tao an-toerana no lasibatry ny jiolahy mirongo basy. Araka ny fampitam-baovao azo, dia nahatratra teo amin’ny enin-dahy ireo malaso no tonga nanao amboletra tao amin’ity fivarotana ity. Nitondra basy ny roa tamin’izy ireo ary zava-maranitra isan-karazany kosa ny  an’ireo hafa. Na dia azo lazaina fa somary be olona ihany ny toerana nisy ity fivarotana ity, dia tsy nahasakana ireo jiolahy tsy hanao ny asa ratsiny izany. Vao niditra izy ireo, dia ny basy no narangarangany, nentina nandrahonana ilay mpivarotra, izay marihana fa zanaky ny tompon’ny tsena.  Mazava ho azy, fa nentin’ny fahatahorana ity farany dia nanaiky izay rehetra notenen’ireo mpanafika. Vokany, nobatain’izy ireo ny fitoeram-bola izay nisy ny vola maty nandritra ny andro. Nisy entam-barotra vitsivitsy ihany koa nalain’ireto olon-dratsy ireto ka zava-pisotro no betsaka tamin’izany. Rehefa azon’izy ireo moa izay nilainy dia nitsoaka izy ireo ary taorian’izay vao afaka niantso vonjy ilay lasibatra. Raha resaka hala-botry sy vaky trano no fanaon’ireo olon-dratsy hatramin’izay teo an-tampon-tanana, izao manomboka miroso amin’ny fanafihana mitam-piadiana  ireo olon-dratsy.

Jiro maty. Tsy ambanivohitra, tsy an-tampon-tanana tokoa mantsy, fa dia manjaka izay tsy izy ny resaka tsy fandriampahelamana. Mandry tsy lavo loha ireo mponina raha vao mirotsaka  ny alina. Indrindra moa fa niverina tany amin’ny dimy, folo taona lasa tany aoriana indray ny ora hirehetan’ny jiro ao an-drenivohitry ny distrika; izay tsy misy afa-tsy adiny folo isan’andro monja, raha mba efa nahita 17 ora izany teo aloha teo ary nandrandrain’ny maro hitohy 24 ora. Indrisy anefa … Araka izany manao antso avo  ireo mponina mba hijerena akaiky ity zava-misy any an-toerana ity.

m.L

Midi Madagasikara0 partages

Judo : Un « kagami Biraki » spécial, en vue des Jeux Olympiques

C’est la neuvième année consécutive que le monde du judo malgache célèbre le Kagami Biraki. Initié depuis quelques années par le club Hakudokan à Madagascar, le Kagami Biraki 2019 a mis le cap à la résidence de l’ambassadeur Ichiro Ogasawara à Ivandry. Le beau monde du judo a honoré cette invitation du club Hakudokan et de l’ambassade du Japon dont le directeur de cabinet au sein du ministère de la Jeunesse et des Sports, Idealson Keron, des membres au sein du comité directeur de la fédération malgache de judo et de la présidente de la ligue Analamanga conduite par Vola Elena Raoelison. Outre le traditionnel discours, le Kagami Biraki 2019 a vu des démonstrations de kata ainsi que des partages de repas à la japonaise. Comme lors des précédentes éditions, l’organisateur a tenu à inviter pour cette fête japonaise le JICA, surtout qu’un judoka japonais Ryugo Ide travaille avec la fédération en tant que volontaire. Il est à signaler que l’ambassadeur du Japon est un judoka titulaire de la ceinture noire 1er dan kodokan. « Le gouvernement du Japon continue à appuyer les judokas malgaches pour hisser davantage leur niveau et pour élargir l’accès à cet art martial originaire du Japon. A l’approche des JO de 2020 à Tokyo, le Japon renforce ses efforts pour promouvoir le sport à travers le monde. En 2018, sept judokas sont partis au Japon dont les cinq pour un stage d’un mois et les deux pour une formation de trois ans à l’Université Internationale des Arts Martiaux dans la préfecture de Chiba. Je suis touché par l’apprentissage authentique des judokas malgaches qui respectent le côté spirituel de cet art » a indiqué l’ambassadeur.

T.H

Midi Madagasikara0 partages

Basket-ball – AfroLeague : Mohammed et Alpha rejoignent officiellement COSPN

Sous la lumière du projecteur, les joueurs du COSPN s’entraînaient au gymnase couvert de Mahamasina. Parmi les quinze joueurs, deux nouvelles têtes remarquables s’échauffent avec Loubacky Rick-ley et ses compagnons.

Mohammed et Alpha sont les deux joueurs présentés au Gymnase couvert de Mahamasina vendredi dernier. Mohamed, un jeune homme qui mesure 2m08, il est Français d’origine Sénégalaise, Alpha qui mesure 2m05 vont renforcer les poulains de Julien Chaignot à l’Afro League qui se tiendra à Antananarivo du 15 au 17 février.

Par rapport aux autres équipes que COSPN va rencontrer qui ont de grands gabarits, qui sont entre 2m10 et 2m20. L’idée est de pouvoir contrer ces joueurs très imposants physiquement, et ensuite de pouvoir développer le Malgache. À base de vitesse, de rapidité de jeux, il fallait réussir à contrer et à garder des rebonds à l’intérieur. C’est pour cela que COSPN a pris ces deux renforts.

« Mohammed est un jeune joueur, encore en phase de progression et de maturité. L’idée avec Mohammed c’est parier sur le long terme. C’est peut-être un joueur que vous trouverez en championnat malgache. Quant à Alpha, c’est un joueur avec beaucoup d’expériences qui a joué en national 1 à Boulogne-sur-Mer en France. Un joueur professionnel, qui a un grand cœur » dixit l’entraîneur Julien Chaignot .

Face à l’équipe de grosses pointures comme l’Angola et l’Egypte, l’ancien joueur de Boulogne-sur-Mer n’est nullement inquiet. «Le basket-ball malgache a un très bon niveau, je ne vais pas dire que je suis étonné du niveau, mais c’est normal pour un basket africain », a-t-il affirmé.

Les joueurs comme Loubacky Rick-ley est rassuré. Certes, le match ne sera pas facile, mais il est sûr qu’ils vont porter haut le drapeau malgache. « On sent qu’on va acquérir de l’expérience avec ces deux joueurs. D’autant plus, ils viennent de deux régions différentes, donc on a deux styles différents et c’est un atout pour l’équipe. On a une bonne relation avec les deux nouveaux joueurs. On s’entend bien. On se considère comme une famille. On joue à la maison, on est prêt à affronter l’équipe d’Angola et de l’Egypte », a-t-il confirmé.

Iss Heridiny

Midi Madagasikara0 partages

Andry Rajoelina : Première sortie officielle à Addis-Abeba

Il a été décidé lors du conseil de gouvernement du 01er février dernier l’approbation de la Communication verbale relative à la 32e session ordinaire de la Conférence des Chefs d’Etat et de Gouvernement de l’Union africaine (UA), les 10 et 11 Février 2019 à Addis-Abeba, Ethiopie. Une réunion qui verra probablement la présence du Président Andry Rajoelina dans la capitale éthiopienne. Ce sera ainsi sa première sortie officielle. Une autre approbation de la Communication verbale fait état de la loi relative aux missions à Paris (France) et à Genève (Suisse), du 12 au 18 Février 2019. Le Président de la République pourrait probablement être de la partie.

Recueillis par Dominique R.

Midi Madagasikara0 partages

Palais d’Anosikely : Les sénateurs nommés indéboulonnables

Les sénateurs qu’ils soient nommés ou élus sont ainsi sur le même pied d’égalité.

Suivant l’avis n°04-HCC/AV du 02 février 2019 relatif à une demande d’avis du Président du Sénat sur le principe d’irrévocabilité d’une décision de la Haute Cour Constitutionnelle et sur la portée de ladite décision vis-à-vis des sénateurs nommés.

La HCC a ainsi donné son avis concernant le cas des sénateurs qu’ils soient élus ou nommés. A propos notamment des ces derniers, cette juridiction a décidé qu’ils restent indéboulonnables. Et ce, suivant, le caractère irrévocable de la décision n°17-HCC/D3 du 25 février 2015 de la Haute Cour Constitutionnelle qui n’est susceptible d’aucune exception. Considérant que le constituant n’a pas instauré de distinction en matière de durée de mandat entre les sénateurs élus et nommés ; que le sénateur, élu ou nommé, est investi d’un mandat parlementaire qui lui permet de participer à l’exercice de la souveraineté nationale ; qu’il vote la loi et contrôle le gouvernement ; qu’à cet effet, il jouit du même statut protecteur, notamment la seule possibilité d’écourter le mandat ayant été limitée à la déchéance.

Représentation. En son considérant 5 stipule que « la durée du mandat des parlementaires est consubstantielle à la notion de représentation ; que, selon l’article 80 de la Constitution, les sénateurs représentent les collectivités territoriales décentralisées et les organisations économiques et sociales, qu’ils soient élus ou nommés ; que la théorie de la représentation impose une limite temporelle au mandat représentatif ; que l’article 80 de la Constitution a fixé le mandat des sénateurs à cinq ans ; qu’à la différence de la législature des députés, le mandat des sénateurs ne peut pas être abrégé par la dissolution ».

Mandat parlementaire. En son considérant 6 mentionne que « le constituant n’a pas instauré de distinction en matière de durée de mandat entre les sénateurs élus et nommés ; que le sénateur, élu ou nommé, est investi d’un mandat parlementaire qui lui permet de participer à l’exercice de la souveraineté nationale ; qu’il vote la loi et contrôle le gouvernement ; qu’à cet effet, il jouit du même statut protecteur, notamment la seule possibilité d’écourter le mandat ayant été limitée à la déchéance ». Toujours est-il-que le Sénat est constitué dans sa majeure partie des membres issus du parti HVM, à moins qu’il y ait retournement de veste.

Recueillis par Dominique R.

Midi Madagasikara0 partages

Andavamamba : Tovolahy tsy nanome sigara, maty voatsatoka antsy

Tovolahy iray indray no voatsatoka antsy, teny amin’iny faritra Andavamamba iny, ny faran’ny volana teo, rehefa nangatahana rangahy iray sigara ary tsy nanome. Vokany namoy ny ainy noho ny ratra nahazo azy ilay tovolahy.

Tsy niandry ela dia voasambotry ny pôlisy misahana ny heloka bevava etsy Anosy ilay rangahy mpamono olona, ary niaiky ny heloka vitany tokoa. Raha ny zava-nitranga tokoa mantsy dia handeha hamonjy fodiana ity rangahy 42 taona ity, teny Andavamamba. « Nifanena tamina tovolahy roa teo an-tananany izy ary niangavy ny iray tamin’ireo roalahy mba hanatitra azy » Ny andro rahateo efa alina tamin’izany ary izy araka ny vaovao azo dia « efa nahazoazo toaka ». « Nanaiky nanatitra ilay rangahy ny iray tamin’ireo roa lahy. Rehefa tonga tany an-tranon’ilay rangahy izy ireo dia nangatahan’ity farany sigara ». Tsy nisy sigara anefa tany amin’ity tovolahy tamin’io fotoana io ary nandà ny fangatahan’ilay rangahy ranamana. Nanomboka nila vaniny teo amin’izay ity rangahy ity ary niafara hatramin’ny fikasihan-tanana sy tsatoka antsy mihitsy izany. Raha ny fantatra dia dian’antsy tsy latsaky ny dimy no hita  tamin’ny vatan’ilay tovolahy. Nandriaka ny rà. Nitolefika ity lasibatra ary namoy ny ainy vokatr’izany. Rehefa vita ny asa ratsiny dia nobatainy tany an-tranony ny fatin’ilay tovolahy. Taorian’izay no « niverina tany amin’ny naman’ilay lehilahy nanatitra azy ilay rangahy ary nolazainy fa maty ny namany ». Niantso mpitandro filaminana avy hatrany ity tovolahy namany ary notazominy tsy hihetsika teo kosa ilay rangahy, izay efa nahiahiany ho nahavanon-doza. Nosamborina avy hatrany ity farany. Natao ihany koa ny fisavana ny tranony ary mbola hita tao ny vatana mangatsiakan’ilay lehilahy novonoiny sy ny antsy namonoany azy, hoy ny fanazavana azo.

Efa very tanteraka tokoa ve ny fanahy maha-olona amin’izao ? Sanatria mantsy toa mandeha ho azy toy ny mamono akoho ankehitriny ny mamono olona. Ary na antony faran’izay tsy misy dikany, toy ny hoe mamalan-kira anaty « karaoke » na ity farany, tsy fanomezana sigara dia ampy nandatsahan’aina. Mila fiheverena.

m.L

Midi Madagasikara0 partages

Athlétisme pour tous : Le Lycée Rabearivelo s’impose en relais inter-écoles

Dès 7 heures du matin, comme prévu, des personnes portant sur eux des dossards, forment des rangs en face du tribunal Anosy. Des survêtements de couleurs, rouge, blanc, bleu ont coloré Anosy et ses environs.

Une journée dominicale ensoleillée à Anosy hier matin. Des jeunes écoliers et des cadres des entreprises défilent devant le tribunal Anosy pour attendre le coup d’envoi de la course. Vers 8 heures 50, le conseiller au sein de la Fédération Malgache d’Athlétisme, Mahatana a fait une mise en place des athlètes qui vont effectuer le tour du lac Anosy. Une fois bien placés, le coup d’envoi est lancé. Pendant que les athlètes terminent leur course, deux ministres débarquent sur la tribune : le ministre de la Jeunesse et des sports Roberto Tinoka et Marie-Thérèse Volahaingo, ministre de l’Education nationale.

Après la course, la présidente de la FMA prend la parole. Le numéro Un du sport, Tinoka Roberto descend de l’estrade et rejoint la foule pour le Zumba d’échauffement. Il a lancé le coup d’envoi et s’invite dans la foule pour participer à la course. Des lots ont été distribués aux entreprises et écoles qui ont le plus de participants. L’école Akamasoa du Père Pedro a remporté la palme dans la catégorie établissements scolaires, Otiv décroche le premier prix pour les entreprises. En ce qui concerne le relais inter-école, l’équipe du lycée Jean Joseph Rabearivelo devance les autres établissements.

Iss Heridiny

Midi Madagasikara0 partages

Tout faire pour que le drame d’Ampamarinana ne se reproduise plus

Ce sont des morts et des blessés de trop. Cette catastrophe qui s’est produite hier matin était prévisible. Après le premier glissement de terrain survenu après les fortes précipitations de janvier. Les autorités avaient alors dit que les habitants de ces lieux à haut risque devaient impérativement évacuer leurs habitations. Le beau temps étant revenu, la menace n’a plus été considéré comme préoccupante et aucune mesure n’a été prise. Après cette catastrophe, toutes les autorités concernées par le problème sont décidées à agir et à utiliser même la force pour ne plus voir se reproduire le même drame.

Tout faire pour que le drame d’Ampamarinana ne se reproduise plus

 Les techniciens ont alerté tout le monde sur les dangers encourus par les habitants de ce « fokontany » de Tsimialonjafy..Nous avons même préconisé de prendre des mesures coercitives pour évacuer les zones à risque. Les autorités ont prévenu les habitants des lieux , mais ces derniers n’ont pas voulu quitter leur maison. La catastrophe qui est arrivée change totalement la donne. L’Etat, lui-même, a pris conscience de la gravité de la situation. Les ministres sont venus sur place et ont réconforté les familles ayant été endeuillées ou ayant des parents ou enfants blessés. Le geste est normal et est allé droit au cœur de tous ceux qui ont été atteints par le drame. Mais à présent, les autorités ont pris la mesure de la situation et elles ont décidé de ne plus tergiverser. Le préfet a annoncé que les maisons sur place devaient être évacuées. Il ne l’a pas dit clairement, mais à présent, aucun refus ne sera toléré. Cependant, ces propriétaires ne vont pas quitter leur maison de gaieté de cœur. C’est un bien qu’ils ont acquis à la sueur de leur front. Il est donc nécessaire de mettre en place des mesures d’accompagnement. L’Etat devrait les reloger autre part et leur accorder des allocations pour leur permettre de redémarrer une nouvelle vie. Point n’est besoin d’accabler qui que ce soit, mais il est temps de réagir et de faire en sorte qu’un pareil drame ne se reproduise plus.

Patrice RABE

Midi Madagasikara0 partages

Destination Analamanga : Une année de valorisation

L’Office Régional du Tourisme d’Analamanga (ORTANA) a pu développer de nouveaux produits touristiques, tout en assurant le repositionnement de la destination Analamanga en tant que destination touristique à part entière. Avec 123 km de circuits de randonnée balisés en 2018, « Analamanga, terre promise des randonneurs » prend aujourd’hui tout son sens. « L’année 2019 sera une année de promotion, de préservation et de valorisation pour la Destination Analamanga », a annoncé Razakamananifidiny Nirinarisoa Jocelyne, le PCA de l’ORTANA, lors d’une présentation de vœux de cet Office dernièrement. A cette occasion, dix huit guides touristiques nouvellement agréés se sont également vus attribuer leurs attestations d’aptitude au métier de guidage. Ils pourront ainsi désormais rejoindre la grande famille du tourisme, et notamment celle des guides touristiques de Madagascar.

Par ailleurs, le vernissage de l’exposition sur le thème « Jardins et lieux publics » a eu lieu. C’est réalisé en collaboration avec le Musée de la Photographie et qui met en exergue le rôle important des espaces de vie dans la ville. En effet, l’urbanisation actuelle ne laisse que très peu de place à l’espace vert. Le jardin est pourtant le premier équipement public pour améliorer la qualité de vie en ville comme à Antananarivo.

Navalona R.

Midi Madagasikara0 partages

Antehiroka : FITAA reprend ses activités

A 13 heures 45 minutes, des véhicules se garent au siège de l’association FITAA (Fikambananan’ny Taranak’Antehiroka) pendant que des personnes âgées entre 30 et 75 ans se regroupent dans la cour. Si les hommes sont en costard et en « malabary », les femmes sont vêtues de « lambalandy ». Le Quartier d’Amboaroy était très animé.

Samedi dernier, une conférence s’est tenue chez Edmond Razanakoto, lot 313 AF Amboaroy Antehiroka à 14 heures 15.

Honneur aux dames, la vice-présidente de l’association Faraseheno Antanandrasana, avec un air détendu, entame la première partie de la réunion et présente les membres du bureau de l’association, composée d’un président, deux vice-présidents, un secrétaire général, un secrétaire, un trésorier, et sept conseillers. Par la suite elle a donné la parole à Rakotomanana. En présence de quelques membres du comité de la réconciliation nationale, l’orateur a souligné sur l’importance du fihavanana malagasy« Il est temps pour FITAA de se réveiller après presque un an de silence » , a-t-il ajouté. Même si l’association se focalise sur le plan culturel et qu’elle ne s’engage pas directement dans le domaine politique, en tant que citoyens conscients de leurs droits et leurs devoirs, les membres ne peuvent pas ignorer la situation qu’a traversée le pays ces derniers temps.

Si l’association a vu le jour en 1986, il a fallu attendre le 30 août 2018 pour qu’elle soit reconnue par l’Etat. FITAA regroupe tous les natifs d’Antehiroka, voire les descendants d’Andriatsimandefitra ou Andriantsimandafikarivo.

FITAA a pour but de rehausser la tradition malgache en générale et celle d’Antehiroka en particulier. En outre, les aïeux doivent transmettre les coutumes et l’histoire de la région aux jeunes afin qu’ils puissent connaître exactement leur origine. Effectivement, le but principal est de conserver le patrimoine matériel et immatériel. Ainsi, un comité formé par des gardiens de la tradition sera mis en place cette année pour conserver les mœurs de cette contrée qui semblent être délaissés par les jeunes. Alors, face à cette situation, Les membres de l’association ne cachent pas leur inquiétude. « On doit connaitre notre histoire et nous devons la transmettre à la génération future», a rajouté la vice-présidente de l’association. Le colonel Rakotosalama, lors de son intervention, a délimité la région d’Antehiroka. Au Nord : Antoby Taloha, au Sud : Ambohidihady  Anosibe  Zaivola, à l’Est : Laniera et à l’Ouest  Ambohinambo.

En somme, FITAA s’est fait entendre en disant « celui qui ne sait pas d’où il vient ne sait pas d’où il va ».

IssHeridiny

Midi Madagasikara0 partages

Exportations : Une compétitivité basée sur l’équilibre de la biodiversité

L’équilibre de la biodiversité repose sur en premier lieu sur la lutte contre la déforestation et les feux de brousse. (Photo d’archives)

Une plateforme de discussion et de réunion en ligne a été déjà mise en place par le collège Commerce au sein de la Chambre de Commerce et d’Industrie de Toamasina.

Les ressources forestières ne cessent de diminuer, et ce, à grande vitesse en raison des fortes pressions humaines. En conséquence, la biodiversité composée entre autres, des espèces faunistiques et floristiques, y compris les sources d’eau et la qualité de l’air, se dégrade de plus en plus. Pis encore, les produits de rentes destinés à l’exportation subissent les aléas du climat et n’atteignent plus la qualité exigée par le marché international. Face à cet état de fait, Faly Rasamimanana, directeur général de Faly Export, qui plus est, vice-président du collège Commerce au sein de la Chambre de Commerce et d’Industrie de Toamasina, a pris l’initiative de mener des actions visant à l’équilibre de la biodiversité. En effet, « cela garantit la compétitivité des produits d’exportations face à la tendance du marché international de plus en plus stricte notamment en matière de respect de l’environnement », a-t-il expliqué lors d’une entrevue avec la presse.

Augmenter le rendement. On entend par biodiversité l’expression des interactions des différentes formes de vie. Les plantes et les animaux s’interagissent avec l’eau, l’air et le sol, et surtout avec eux-mêmes pour produire cette harmonie de production et de qualité. La Biodiversité en équilibre offre ainsi une symbiose parfaite entre les arbres fruitiers et ses pollinisateurs. L’association des différents types de plantes améliore la qualité du sol. Ce qui permet ensuite d’augmenter le rendement en qualité et en quantité des produits. L’amélioration de la qualité des produits destinés à l’export, n’est pas de ce fait, agronomique mais surtout écologique. « La réconciliation de la sécurité sociale de la population avec une économie équitable et une intégrité de l’environnement, constitue un autre critère permettant d’améliorer la compétitivité de Madagascar », a-t-il poursuivi.

Inclusive et Interdépendante. Pour ce faire, la société Faly Export a pris l’initiative d’assurer une production raisonnée tout en se souciant de la préservation de l’équilibre de la biodiversité, dans le cadre de la mise en œuvre de ses activités de RSE (Responsabilité Sociétale d’Entreprise), au niveau des sites de plantation de litchi dans les régions Atsinanana et Analanjirofo. Elle apporte un soutien permanent aux groupements de planteurs de litchi en assurant leur sécurité sanitaire et alimentaire tout en procédant à l’assainissement des lieux, et à la lutte contre la déforestation et des feux de brousse. « Mais il faut reconnaître que l’amélioration de la qualité par l’équilibre de la biodiversité est une tâche trop grande pour une seule entité, il nous faut une organisation, un système coordonné et conjoint entre les différents acteurs, tant au niveau des producteurs qu’au niveau des exportateurs. La question de qualité est inclusive et interdépendante. Ce qui implique toutes les filières de production et les différentes plateformes d’exportation. Il nous faut donc une logique organisationnelle subordonnée et raisonnable afin de pallier, voire même anticiper les circonstances entraînant la médiocrité et la faiblesse de notre compétitivité », a-t-il enchaîné.

Une plateforme de discussion. D’où, l’approche multidimensionnelle qui permet à tous les acteurs économiques de confronter les idées et de mutualiser les moyens pour contribuer à l’amélioration de la qualité. « En effet, l’union a plus de poids que d’opérer dans l’individualité sans pour autant parasiter les autres. Cette structure doit impliquer les experts, les opérateurs, les décideurs et les producteurs locaux puisque, c’est la seule manière de faciliter la conciliation entre l’exploitation et la conservation de la biodiversité. Les grandes entreprises à l’étranger pratiquent déjà cette logique organisationnelle depuis longtemps. Ce qui explique leur succès et leur forte compétitivité. Nous devons également adopter cette démarche pour éviter la perte de notre part de marché tout en étant plus compétitif », a fait savoir Faly Rasamimanana. Notons que la chambre de Commerce et d’Industrie de Toamasina est une institution de promotion des acteurs économiques. Elle initie déjà une organisation conjointe avec le Direction Régionale de l’Environnement et Développement Durable dans le cadre de l’élaboration de cette structure multidimensionnelle. Elle veut installer un forum de discussion et de réunion en ligne pour faciliter la capitalisation des informations et les idées dans le but concilier l’intérêt commun d’amélioration de la qualité et la conservation, et la restauration de l’Environnement. Cette plateforme de discussions impliquera tous les acteurs intéressés et les décideurs conviés. Cette initiative a été élaborée et discutée par le Collège au sein de la Chambre de Commerce de la Région Atsinanana.

Navalona R.

Midi Madagasikara0 partages

« Infirmier » nisy naka an-keriny : Roa lahy voasambotry ny zandary

Ny zoma lasa teo dia nisy roa tamin’ireo olon-dratsy mpaka an-keriny indray no voasambotra. Natao sarika am-pandriana tany amin’iny faritra Atsimo Atsinanana iny mihitsy izy ireo, araka ny fampitam-baovao avy tamin’ny zandary. Raha ny fantatra hatrany, dia isan’ireo nandray anjara nivantana tamin’ilay fakàna an-keriny mpitsabo mpanampy iray tao Manakana Tsaratanana izay nitranga tokony ho tapa-bolana lasa izay izy ireo. Rehefa nandeha tokoa mantsy ny fanadihadiana, dia voalaza fa nandeha nitsoaka ary nisy nahita tany Vaingandrano ny iray tamin’ireo mpaka an-keriny. Nisy avy hatrany ny fifandraisana teo amin’ireo kaompanian’ny zandarimariam-pirenena tao Ambatondrazaka sy ny tao Vaingandrano, ka nahafahana nisambotra lehilahy iray. Ity farany izay noraisim-potsiny tao an-tranony. Lehilahy iray hafa ihany koa izay ahiahiana fatratra ho tafiditra tao anatin’ity raharaha fakàna an-keriny ity ihany no nosamborina tany. Efa samy nalefa any Farafangana, natao fanadihadiana avokoa moa izy roa lahy ireto. Eny fa na dia teo tokoa aza ny voina nihatra tamin’ireo tompon’andraikitry ny filaminana tamin’ny fanenjehana ireo mpaka an-keriny tany amin’iny faritra Betsiboka iny, dia tsy mitarain-tana-miempaka izy ireo amin’ny fanantanterahana ny asany.

m.L

Midi Madagasikara0 partages

Rougeole et Ampamarinana : 2 033 toits à évacuer

« Médecin après la mort ». Une expression qui résume les effervescences observées suite à l’éboulement meurtrier qui est survenu à Ampamarinana hier. Une expression qui définit également une pratique longtemps perpétuée par les responsables étatiques Malagasy dans des cas de catastrophes (naturelles ou causées par l’homme). Ainsi, pour en revenir au cas Ampamarinana, un Conseil des ministres restreint s’est tenu hier pour en traiter les teneurs et les solutions à prendre afin d’éviter la survenance de pareil cas. Un conseil des Ministres qui a également traité des questions relatives à l’épidémie de rougeole qui sévit actuellement dans le pays. Parallèlement, le préfet d’Antananarivo a fait savoir – lors d’une descente à Ampamarinana – que « 2.033 toits seront à évacuer dans le cadre de la riposte à l’épidémie de rougeole et des éboulements à Ampamarinana ». Des mesures qui voudraient être draconiennes compte tenu de « l’importance d’attribuer une attention particulière à la sécurité publique« . La garantie de la sécurité et de la sûreté publique incombant à l’Etat, la prise des décisions arrive certes, à point nommé. Elle aurait toutefois été plus efficace si elle avait été prise avant la survenance des catastrophes.

José Belalahy

Midi Madagasikara0 partages

Encore un glissement de terrain à Ambonin’Ampamarinana : 3 maisons détruites, 4 morts et 11 blessés so...

Hier, les habitants de la Haute Ville, notamment ceux qui habitent aux environs d’Ampamarinana, ont éprouvé une grande terreur. Le glissement de terrain qui s’est produit a fait de nombreuses victimes. Dans la matinée, quatre personnes ont été tuées et onze ont été blessées dans la chute d’une grosse pierre qui a détruit trois maisons d’habitation dans le « fokontany » de Tsimialonjafy. Le drame a eu lieu vers 10h17 alors que les occupants de ces maisons ne s’attendaient pas à cela. « Un bruit de tonnerre nous a surpris et nous a fait sortir de la maison. Nous nous sommes précipités pour voir ce qui s’était passé », témoigne un des habitants. Quand il est sorti, il affirme avoir vu trois maisons complètement détruites et des cris d’alerte partout. C’est à ce moment que ce témoin s’est rendu compte qu’un accident était survenu dans le quartier. Il a tout de suite appelé les secours . À peine cinq minutes après, des membres du « fokonolona », de la gendarmerie, de la police et des sapeurs-pompiers sont venus à la rescousse. Les opérations se sont déroulées très vite. Le corps mutilé d’une sexagénaire a été très vite extirpé des décombres de son habitation. Ceux d’un couple et de leur enfant de deux ans ont été également sortis d’une case en bois juste en bas. Une troisième maison a été également détruite.

Zone à haut risque. Selon les explications des témoins de ce drame d’hier, cet accident justifierait le danger encouru par les habitants de cette zone de la montagne d’Antananarivo. En réalité, les rochers constituant cette montagne ne sont plus stables et cela a déjà été signalé par les techniciens du BNGRC qui affirment avoir déjà fait des études géographiques de cet endroit. La preuve, l’accident d’hier a été provoqué par le glissement et la fissuration d’un gros rocher qui s’est divisé en trois pour s’écraser sur trois maisons en même temps. Heureusement, dans la troisième maison qui est complètement détruite, l’accident n’a fait que des blessés. Hier, plusieurs ministres dont ceux qui sont directement impliqués dans la protection sociale se sont dépêchés sur les lieux à Tsimialonjafy pour assister à l’opération de secours et soutenir les sinistrés. Le ministre de la Santé publique a annoncé hier lors de son passage à l’Hôpital Joseph Ravoahangy Andrianalavalona où sont reçues les victimes que l’État va prendre en charge les dépenses relatives aux soins et aux funérailles. Hier dans l’après-midi, une réunion d’urgence devait avoir lieu à la Préfecture d’Antananarivo pour décider des mesures à prendre pour résoudre les problèmes engendrés par ces catastrophes, notamment l’évacuation des habitants de cette zone à risque.

T.M.

Midi Madagasikara0 partages

Echos du week-end

Ca y est ! Ce premier week-end du mois de février aura été la première pléthore de l’agenda culturel de cette année. Parmi les grands rendez-vous, la Rdj mozika, « Un jour, un artiste » avec Kristel et les 15 ans de la Tgc. Echos !

 Awards : Rdj Mozika riehe en émotion

21 catégories et chaque gagnant triomphe ! Pour cette 14e édition, l’émotion a été à son comble du côté de Mahamasina. Dans un palais des sports bien rempli, les invités tous tirés sur quatre épingles, les lauréats ont été ovationnés par le grand public par le biais des trophées. Si les grosses pointures comme Shyn, Vaiavy Chila  rentrent toujours avec les trophées Rdj mozika. Mais parmi les plus marquants, Black Nadia remporte le trophée de la « mozika milamina » grâce à Mizara karatse. Ivenco a raflé celui du meilleur producteur par le biais du grand spectacle de Mage 4 au Palais des Sports Mahamasina. Pour sa part, Ambondrona remporte celui de la catégorie « mozika rock » … Cette remise de trophée décline alors la tendance musicale de l’année 2018, étant donné que le classement se base sur les données annuelles de la Rdj en fonction de la demande des auditeurs tout au long de l’année, ce qui réserve exclusivement le vote au public. Prochain rendez-vous en 2020.

Un jour, un artiste : Kristel à la rencontre de ses fans

Incontestablement, Kristel fait désormais partie de ces artistes internationaux qui font la fierté de la jeunesse malgache. Ce week-end, la bande à Christelle Ratri a fait des heureux en découvrant ses groupies malgaches. Oui, cette bande joyeuse a privilégié les inconditionnels de la Grande île. A travers « un jour, un artiste » le trio a ouvert l’année à l’Institut français de Madagascar. Exposition, séance de dédicace et bien sûr le grand show ont été à l’ordre du jour samedi. C’est devant une foule déchainée qu’ils mettent le feu sur scène. Evidemment, le spectacle se colore d’une explosion musicale entre le pop, rock, reggae, électro, l’indie music. L’on peut compter les « Masoandro », « Maditra » ou encore « Akao » qui sont déjà sur les lèvres des inconditionnels du genre pour parfaire un répertoire dignes des festivals internationaux.

Tana Gospel Choir : Coup d’envoi des 15 ans à la Tranompokonolona Analakely

Trois lustres dans le monde du showbusiness, Cela se fête! Hier, Tana Gospel Choir a levé le rideau sur la célébration de ses 15 bougies. Membres, familles et amis se sont alors retrouvés à la Tranompokonolona Analakely le temps d’un après-midi. Histoire, nostalgie, anecdotes… Le tout a commencé avec une projection vidéo relatant la genèse-même de la formation. En 15 minutes, des rires, des étonnements et des complicités ont régné dans la salle. Plus tard, Fidy Rabearisoa prend le micro pour rappeler que la TGC revient sur ses pas car leur tout premier concert, a tenu lieu dans le même endroit un jour du mois de juin en 2004. 15 ans plus tard, la chorale revient avec un second souffle, et une seconde jeunesse. Avec de nouveaux membres, la formation se renouvelle mais garde toujours son originalité d’antan.

Zo Toniaina