Les actualités à Madagascar du Samedi 04 Janvier 2020

Modifier la date
Midi Madagasikara19 partages

Cadeau présidentiel aux fonctionnaires : Suspicion de détournements

Certains agents de l’Etat n’ont reçu que 3000 Ariary sur les 65 000 Ariary annoncés.

Polémiques autour de la distribution de la somme de 65 000 Ariary que le président Andry Rajoelina a offert aux fonctionnaires en guise de cadeau de fin d’année. Avant les fêtes de fin d’année, le Chef de l’Etat a pris la décision de soutenir financièrement les fonctionnaires et de distribuer à tous les ministères le budget prévu pour les primes de fin d’année de la Présidence. Tous les employés de l’Etat sans exception devaient percevoir une enveloppe de 65 000 Ariary venant du numéro Un d’Iavoloha. Cependant, la distribution de ce cadeau présidentiel ne s’est pas déroulée comme prévu. L’initiative a même provoqué la grogne chez les fonctionnaires. En effet, plusieurs agents de l’Etat se plaignent d’avoir été mis à l’écart. C’est notamment le cas au niveau de la Circonscription scolaire dans la Région Anosy où les enseignants au niveau des EPP et des CEG n’ont reçu que 2000 ou 3000 Ariary. C’est pourquoi ils dénoncent « un traitement inégalitaire ». D’après les informations, les agents de la Direction régionale de l’éducation nationale (DREN) ont pu recevoir la totalité de la somme, c’est-à-dire, 65 000 Ariary. Quant à eux, les employés de la CISCO ont perçu 45 000 Ariary. Un énorme écart comparé aux 2000 Ariary reçus par les enseignants de la même localité. Selon nos sources, pour le CEG Tanambao à Fort Dauphin par exemple, les 83 enseignants travaillant au sein de l’établissement n’ont eu que 300 000 Ariary (1,5 millions de Fmg) à se partager entre eux, soit environs 3000 Ariary de chaque. 4000 Ariary par enseignant de cadeau présidentiel en revanche au niveau de l’EPP Manambaro Fort Dauphin.

Paniers garnis. Cette affaire ne concerne pas uniquement l’éducation nationale. Les agents des autres ministères commencent aussi à hausser le ton. C’est le cas notamment au niveau du Centre Hospitalier Universitaire de Fenoarivo, dans l’Antsimondrano où les 100 membres du personnel n’ont rien perçu si l’on s’en tient à nos sources. Pourtant, les agents de l’hôpital HJRA et de l’hôpital d’Itaosy ont reçu l’intégralité de leur 65 000 Ariary. Quoiqu’il en soit, pour mettre fin aux polémiques, les ministères et les responsables concernés directement devraient apporter des éléments d’explication sur cette affaire. Une grande suspicion de détournement commence à se sentir dans les rangs des fonctionnaires. D’après certaines sources, certains ministères ont utilisé l’argent pour distribuer des paniers garnis à leurs employés. Des éléments d’éclaircissements est donc nécessaire pour rassurer les fonctionnaires. D’autant plus que d’après les informations, les ministères ont bel et bien envoyé l’argent. Les suspicions reposent donc sur les responsables régionaux. Ces derniers sont accusés de vouloir poursuivre les pratiques malsaines des anciens régimes et continuent de pratiquer la politique du « Tanana zatra mitsotra ». Quoiqu’il en soit, le régime Rajoelina, connu et reconnu par son combat pour l’assainissement au sein de l’Administration publique et son engagement pour la lutte contre la corruption et les détournements, devrait agir pour faire la lumière sur cette affaire.

Davis R

Midi Madagasikara10 partages

Elections municipales à Morondava : Le candidat Mamy Claver placé sous mandat de dépôt

Un candidat de cette ville a été placé sous mandat de dépôt.

Le maire sortant des dernières municipales à Morondava, Mamy Claver, a été arrêté dans la nuit du 2 au 3 janvier dernier. Par la suite, il a été placé sous mandat de dépôt. Selon une station privée de la capitale, il aurait été accusé d’avoir interdit des électeurs de voter, en confisquant leurs cartes électorales ; ainsi que d’avoir acheter des voix. De son côté, le comité de soutien de ce candidat indépendant a souligné qu’il a largement  dominé les élections municipales dans cette commune urbaine, en obtenant 52% selon les résultats provisoires publiés par la Commission électorale nationale indépendante. Notons qu’ils étaient cinq candidats dans la course à ravir la place de la mairie de Morondava.

Manifestations. Toujours est-il que les résultats définitifs seront proclamés par le tribunal administratif d’ici peu. D’ailleurs, ce serait probablement en premier lieu le cas pour les autres localités. Faut-il également rappeler que Mamy Claver avait déjà fait l’objet d’une garde à vue de 48 heures la veille du scrutin. Il n’a pas pu ainsi réaliser son « faradoboka ». Certains de ses partisans ont même affirmé que l’objectif de cette garde à vue serait de le disqualifier. En dernière heure, nous avons appris que des manifestations ont eu lieu à Morondava pour revendiquer la libération de ce candidat indépendant.

Recueillis par Dominique R.

Midi Madagasikara4 partages

Fortes pluies : Mahajanga sous les eaux, des milliers de sinistrés

Un élément des forces de l’ordre évacuant un bébé dans un bas quartier de Mahajanga.

237 foyers composés de 1 515 personnes ont été évacués dans le site d’hébergement EPP Fiofio.

Fifio, Tsararano Anosikely,Tsararano Ambany et Ambalavola, quelques quartiers de la  Ville des Fleurs touchés par la montée des eaux survenues suite aux fortes pluies observées ces derniers jours. « Dans certains quartiers comme chez nous, l’eau est montée jusqu’aux genoux ou aux hanches » relate Gogo, habitant du quartier de Tsararano Ambany. La situation a été telle que les responsables locaux ont décidé de procéder à l’évacuation de nombreuses familles. Ce qui n’était pas sans difficulté d’après les dires d’un responsable des forces de l’ordre de Mahajanga. « Beaucoup de sinistrés rechignent à quitter leur foyer de peur de perdre tout ce qu’ils ont. Ce qui est tout à fait compréhensible étant donné le niveau d’insécurité dans certains quartiers » note le responsable. Ainsi, quatre vedettes rapides et deux canoës ont été mobilisés par les forces de l’ordre pour évacuer les habitants des bas quartiers de Mahajanga. Par exemple, 1.515 personnes ont été évacuées rien que des quartiers de Fiofio et d’Ambalavola. 17 d’entre elles sont des femmes enceintes, 27 personnes âgées, 827 enfants dont 91 de moins de cinq ans et 688 des adultes. Outre l’évacuation, des sites d’hébergement ont également été mis en place pour accueillir les sinistrés. Une source locale de noter : « Les sinistrés sont dans la majeure partie des cas composés de femmes et d’enfants ».

Rapide. Aussitôt les faits observés, les acteurs se sont mobilisés pour faire face aux situations. Ce qui différencie le cas « montée des eaux à Mahajanga » de « celui observé durant les fêtes de la Nativité à Maroantsetra, Mananara et Antalaha ». Les faits sont pourtant les mêmes, les fortes pluies ont provoqué la montée des eaux dans plusieurs quartiers. Les interventions ont été si rapides que les cris de détresse et les longues attentes – comme lancées par les habitants du Nord – n’ont pas vraiment été ressentis dans la Ville des  Fleurs. Certes, des plaintes ont été lancées par quelques habitants de quartiers inondés mais la réactivité des acteurs – des éléments de la gendarmerie nationale, du corps des sapeurs-pompiers, des éléments du Bureau National de Gestion des Risques et Catastrophes (BNGRC) ainsi que des organisations de la société civile locale – a fait que des vies ont été sauvées à temps, des dégâts ont pu être évités. Aux dernières nouvelles, l’électricité a été coupée et des éléments des forces de l’ordre sont en patrouille dans les quartiers inondés. Les conditions météorologiques annonçant des fortes pluies dans les jours à venir, le nombre de sinistrés pourrait augmenter. Ce qui se passe actuellement à Mahajanga rappelle la montée des eaux qui a frappé la partie Nord du pays, l’on se demande si les membres du gouvernement vont attribuer la responsabilité de l’inondation –non pas aux fortes pluies mais – au maire de Mahajanga ?

José Belalahy

Midi Madagasikara4 partages

Iles Vanille : Promotion du tourisme à travers le golf

Les participants se sont dits satisfaits des services offerts durant leur séjour dans les Îles Vanille.

Après Madagascar, qui a organisé la compétition internationale de golf MCB Tour Championship, deux autres pays membres des Îles Vanille, à savoir, La Réunion et Maurice, ont également tenu un événement golfique en décembre dernier. Il s’agit notamment de Vanilla Islands Pro Am Tours, qui en était à sa 3e édition. En fait, les Îles Vanille se lancent actuellement dans la promotion du tourisme sportif et particulièrement à travers le golf qui représente à peu près 20 milliards de dollars par an au niveau mondial. « Notre objectif consiste à combiner la compétition de golf avec la découverte des îles. L’opération est réussie. En effet, elle permet de communiquer à l’extérieur sur la qualité des parcours et des prestations pour pouvoir attirer de nouveaux touristes. Le combiné inter-îles est un must. Et nous avons progressé à tous les niveaux de l’organisation. La preuve, l’organisation de la 4e édition de cet événement golfique est à l’étude étant donné que l’ensemble des participants se sont dits satisfaits des services et des prestations offertes durant leur séjour dans les îles. Leur fidélité a été également observée », a expliqué Pascal Viroleau, le directeur des Îles Vanille. Il faut savoir que les retombées économiques induites de ce tourisme lié au golf sont également importantes pour chaque pays hôte.

Navalona R.

VAN04GO

Midi Madagasikara3 partages

Factures de la Jirama : Une nouvelle solution lancée pour limiter le cumul de consommation

Les dirigeants de la Jirama, proposant une nouvelle solution au problème de cumul de facturation.

Outre la qualité de services, le mode de facturation d’eau et d’électricité de la Jirama fait également l’objet de nombreuses plaintes des usagers. Hier, les dirigeants de la société d’Etat ont avancé des solutions pour résoudre le problème.

Incompréhension pour les uns, purs mécontentements pour les autres. Les factures d’eau et d’électricité trop élevées font l’objet de critiques des usagers de la Jirama, depuis des années. En effet, pour diverses raisons, il arrive parfois que le relevé des index de consommation des compteurs n’arrive pas à temps aux services de la Jirama, pour l’établissement de la facture mensuelle, ce qui conduit à un cumul de consommation sur les mois suivants. Selon la Jirama, c’est la raison pour laquelle, certaines factures sont plus élevées. « A l’heure de l’amélioration de sa qualité de service et afin de préserver ses abonnés, la Jirama présente un nouveau mode de facturation. Il s’agit de la Facturation moyenne. Ceci vise à limiter le cumul de consommation auquel se plaignent les abonnés. Les clients dont les index de consommation n’ont pas été relevés sont les cibles de cette facturation moyenne. La consommation estimée est basée suivant celle des trois derniers mois. Après réception de ladite facture, les abonnés sont invités à présenter leur véritable index auprès des agences de la Jirama, afin de déduire la consommation réelle du mois suivant », ont indiqué le Directeur Général Adjoint chargé du Marketing, Digitalization and Sales, Rivo Radanielina, du Directeur Principal Commercial, Thierry Ramangasoavina et le Directeur Principal Région Antananarivo, Eric Andriamahefa, lors d’une conférence de presse organisée hier au siège de la société d’Etat à Ambohijatovo.

Nouveautés. Selon les explications, ce nouveau mode de facturation sera effectif à compter de ce mois de janvier pour les abonnés de la Jirama à Antananarivo. « L’objectif est de le vulgariser dans les régions en commençant par Toamasina, Mahajanga et Antsiranana, ce premier trimestre et dans les autres villes couvertes par la Jirama avant la fin du mois de juin prochain », ont indiqué les représentants de la Jirama. Selon le DGA Rivo Radanielina, ceci n’est qu’un début « Le meilleur reste à venir dans l’amélioration des services offerts aux abonnés de la Jirama, entre autres, de nouveau mode de paiement des factures et l’amélioration de l’accueil clientèle auprès des agences de la Jirama », a-t-il annoncé. Bref, la société d’Etat est en train de régler petit à petit les problèmes auxquels les usgers font face depuis des années, bien que le chantier reste très vaste.

Antsa R.

Midi Madagasikara2 partages

Kianja Barea : Un nouveau stade de 40 880 places

Le nouveau stade Barea sera complètement achevé avant juin 2021.

Les membres du Comité de pilotage des travaux de construction du nouveau stade Barea à Mahamasina appellent les tananariviens à faire preuve de compréhension par rapport aux perturbations que  les travaux pourraient engendrer dans leur quotidien. En effet, la construction de ce stade aux normes internationales va changer l’habitude des sportifs, des élèves des 200 écoles qui y pratiquent l’EPS et des artistes qui travaillent quotidiennement à Mahamasina. Hier, les membres du Comité de pilotage composés entre autres, par le Secrétaire général de la Présidence de la République, Valéry Ramonjavelo, le Conseiller spécial auprès de la Présidence Gérard Andriamanohisoa, du Préfet de Police, le Général Angelo Ravelonarivo et le député du IVè Arrondissement, Rahasimanana Paul Bert (Rossy), ont tenu une conférence de presse à Ambohitsorohitra pour apporter des explications techniques sur ce projet. La réalisation des travaux de construction du nouveau stade Barea a été confiée à l’entreprise chinoise « China State Construction Overseas Development » (CSCOD). Une entreprise ayant déjà réalisé des stades et plusieurs grands projets d’envergure dans plusieurs pays, selon les explications. D’après les responsables, la durée des travaux de construction du stade de Mahamasina est de 18 mois. En effet, les travaux vont être repartis en deux phases. La première phase qui consiste à la construction de la tribune et de la pelouse débutera la semaine prochaine et sera achevée d’ici le 26 juin de cette année. La deuxième phase viendra ensuite et le stade sera complètement achevé d’ici le mois de juin 2021. A partir de la semaine prochaine, l’entreprise CSCOD va entamer la démolition des actuelles tribunes centrales et latérales. 

77 milliards de dollars. En entendre les explications du Secrétaire Général de la Présidence de la République, la construction de ce stade sera financé entièrement par l’Etat malagasy. Dans une interview, les responsables ont affirmé que le budget que l’Etat va allouer pour la mise en œuvre de ce projet est de 77 milliards de dollars. Le nouveau stade Barea respectera les normes internationales, et les conditions sécuritaires ont été particulièrement prises en compte. En effet, Mahamasina sera doté de 6 portails d’entrée et de 28 accès aux tribunes et dans les gradins. Si actuellement ledit stade peut contenir 26 000 places, le nouveau stade comportera quant à lui, 40 880 places dont 15 536 dans les tribunes. 9704 places supplémentaires vont être additionnées aux 15 640 places existant actuellement dans les gradins. Pour ce qui est de la pelouse, l’on prévoit d’y installer une pelouse hybride respectant les normes internationales. Le nouveau stade Barea sera aussi équipé de locaux techniques, des bureaux pour la Fédération, des vestiaires, des salles de repos, de musculation et de récupération pour les joueurs, d’un terrain d’entrainement et d’une salle de presse. 

Davis R

Midi Madagasikara1 partages

Groupe Midi Madagasikara : Pour une année de santé et de réussite

« Que cette année nous apporte santé et réussite. Que nous soyons sous la protection de l’Esprit Saint », ce sont là les propos de Marthe Rajaofera Andriambelo, fondatrice et présidente du conseil d’administration du Groupe Midi Madagasikara, lors d’une cérémonie de présentation des vœux organisée dans la salle des machines du même groupe, hier à Ankorondrano. L’évènement a été une occasion pour tout le personnel de Midi Madagasikara d’offrir des « solom-bodiakoho » aux dirigeants du groupe, à savoir : Marthe Rajaofera Andriambelo et son époux, fondateurs du Groupe Midi Madagasikara ; Jeremy Rabesahala,  administrateur et directeur général de Midi Madagasikara, et son épouse ; ainsi que Julian Rakotoarivelo, administrateur de Midi Madagasikara. Un moment familial également, durant lequel les dirigeants ont donné leur bénédiction au personnel, tout en leur rendant grâce pour les  efforts fournis par tout un chacun, mais surtout en leur souhaitant une pleine réussite pour les années à venir. Ainsi, « l’année 2019 a été l’une des meilleures années de Midi Madagasikara », selon Jeremy Rabesahala, directeur général du groupe. Avant de noter que « c’est un rêve que toute l’équipe a concrétisé ».

De pointes. La cérémonie de présentation des vœux a également été l’occasion pour les dirigeants du groupe de présenter officiellement la nouvelle presse rotative du groupe. Combinant performance et technologies de pointes, cette dernière répond à l’esprit novateur de Midi Madagasikara. Un esprit qui a fait du journal un leader national dans un marché concurrentiel où opèrent environ 27 quotidiens locaux. En ce sens, que l’investissement dans la nouvelle presse rotative est la continuité des efforts menés par l’équipe dirigeante. Mais également un moyen de répondre aux besoins du monde actuel qui est en perpétuel évolution. Ce, pour que « d’autres rêves soient réalisés en 2020 ».

José Belalahy

Midi Madagasikara1 partages

Football – Trophée Orange FC : Bolida à la seconde place !

Bolida reçoit enfin un titre à la mesure de son immense talent.

Lalaina Nomenjanahary termine à la seconde place du Trophée Orange Football Club. Une belle consécration pour le joueur des Barea et du Paris FC qui fait partie des espoirs africains. On irait même jusqu’à lui donner le premier prix si cela ne dépendait que des fans de l’équipe nationale.

La grande consécration pour Bolida de son vrai nom Lalaina Nomenjanahary qui s’est hissé à la seconde place du Trophée Orange Football Club. Le vote des internautes en fait pour ceux qu’ils considèrent comme les meilleurs espoirs du football africain.

La première place du vote est attribuée à l’Algérien Ismaïl Bennacer, un choix presque logique pour le meilleur joueur de la Coupe d’Afrique des nations 2019 qui joue de surcroît dans un très grand club en l’occurrence au Milan AC.

Doublé de Bolida face au Niger. La troisième place est revenue au Congolais du Tout Puissant Mazembe Jackson Muleka, un vote qui honore les joueurs qui évoluent sur le continent.

Mais cette place de deuxième de ce Trophée Orange FC, Bolida le doit surtout à sa prestation au niveau des Barea et tout particulièrement au cours du match contre l’Ethiopie et surtout ce retentissant doublé contre le Niger, les deux premiers buts de Madagascar. Deux buts qui ouvrent une voie royale pour des Barea qui se sont imposés par 6 buts à 2. Deux victoires qui placent Madagascar en bonne place pour les qualifications à la CAN 2021 avec cette double confrontation face à la Côte d’Ivoire en septembre.

Mal engagé dans le championnat de la Ligue 2, le Paris FC se trouve à la 19ème place et se repose presque entièrement sur Bolida qui est, comme toujours, au four et au moulin sans jamais baisser les bras. Des qualités qui sont pour beaucoup dans le choix des internautes.

C’est une certitude qu’à 33 ans, Bolida ne connaît pas encore ses limites et qu’il reste un des précieux cadres des Barea pour cette année 2020 où les Barea jouent sur deux tableaux, la CAN 2021 et le Mondial 2022 au Qatar.

Clément RABARY

Midi Madagasikara1 partages

La Gastronomie Pizza : Appel à la concurrence loyale et à la protection des entreprises locales

Inauguration du 30e point de vente de la Gastronomie Pizza.

Le Groupe IGP (International Gastronomy Pizza) fait partie des rares entreprises malgaches à avoir enregistré une croissance exponentielle de ses activités. Cependant, son fondateur a évoqué un environnement des affaires très difficile.

Cela fait des années que les industriels malgaches martèlent que le système fiscal et douanier à Madagascar favorise mieux les importations et les investisseurs étrangers. Le fondateur du Groupe IGP, Chef Mbinina Arson Randrianaivo, parle très rarement de ce sujet. La semaine dernière, lors de l’inauguration du 30e point de vente de la Gastronomie Pizza à Antanimora, celui-ci a soutenu l’importance de la facilitation des affaires et de la protection des industries naissantes, pour un développement économique soutenable du pays. « Lorsque nous discutons avec des entrepreneurs à l’étranger, ils s’étonnent toujours lorsqu’on leur parle d’autofinancement des entreprises à Madagascar. En effet, nous n’obtenons aucune subvention. Mais ce n’est pas grave. Beaucoup de jeunes se lancent dans l’entreprenariat, malgré cela. Par contre, il arrive qu’on ait l’impression que les opérateurs étrangers sont mieux favorisés que les opérateurs locaux. Cela devrait changer. Pour développer rapidement l’économie malgache, il faut promouvoir les activités entrepreneuriales qui contribuent à la création d’emplois et à la création de valeurs. Les entrepreneurs locaux demandent juste que l’Etat fasse un petit geste pour les soutenir et les encourager », a déclaré Chef Mbinina, en marge de la cérémonie d’inauguration

Concurrence. Certes, le Groupe IGP a cumulé au fil des années, malgré l’environnement difficile. Ce Groupe opère aujourd’hui dans l’agroalimentaire, l’hôtellerie, la restauration, l’agriculture, l’import-export, etc. Selon Chef Mbinina, le Groupe IGP est prêt à faire face à la concurrence et reste présente pour sa clientèle, nuits et jours. « C’est la raison pour laquelle nous investissons actuellement dans les infrastructures. Auparavant, ce point de vente faisait uniquement la vente de produits à emporter. Aujourd’hui, nous avons mis en place un espace pour que les clients puissent prendre du bon temps. Nous proposons ici des plats diversifiés, du vary sy laoka malagasy, des boissons, des glaces améliorées au niveau de la qualité, et bien évidement des pizzas qui ont fait la renommée du Groupe IGP », a-t-il indiqué. Par ailleurs, cet entrepreneur a affirmé que 60% des matières premières de la Gastronomie Pizza sont encore importées, à l’exemple de l’huile, de la farine, du sucre, des matériels de production de jus et de glace, etc. Pour lui, les entreprises locales optimisent les matières premières locales, qui restent insuffisantes et qui méritent également une attention particulière de l’Etat.

Antsa R.

Madaplus.info0 partages

Madagascar: les projets de rénovation de Mahamasina commencent

La réhabilitation du stade de Mahamasina fait partie des programmes de rénovation qu'avait promis le Président de la République, Andry Rajoelina, surtout après l’exploit des protégés de Nicolas Dupuis lors de la Coupe d’Afrique en Egypte. Le Stade sera baptisé Stade des Barea. Les travaux ont déjà débuté dont la durée est estimée s’effectuer en 18 mois. La rénovation de ce stade coutera la bagatelle de 77 Millions de Dollars qui seront déboursés de l’escarcelle de l’Etat.
Une première phase des travaux consiste à la démolition et rénovation de la tribune centrale. Elle doit être achevée avant la fête du retour de l’indépendance. Le nouveau stage pourra accueillir 40880 personnes. Une pelouse hybride respectant les normes établies par la FIFA sera utilisée pour ce stade des Barea.
Midi Madagasikara0 partages

Toamasina : Mpivaro-damba notafihan’ny efa-dahy, vaky loha ilay karàna

Tokony ho tamin’ny 04 ora teo, omaly zoma 03 janoary 2020 tolakandro, dia tranombarotra karàna iray tao Anjoma – Bazary be no nisy nanafika. Andian-jiolahy efatra nanao taingin-droa tamin’ny moto scooter roa, miloko mena sy mainty, samy nitondra basy no nanafika ity tranombarotra mpivarotra lamba, an’ny teratany karàna ity. Vao niditra izy ireo izay nanao toy ireny mpividy rehetra ireny, ilay toerana nisy ilay mpivarotra ihany koa mangina taorian’ny fety, dia ny vola avy hatrany no notakian’izy ireo. Raha nilaza ho tsy nanana izany ireo teratany karàna mpivarotra tao dia nodarohan’izy ireo vodibasy ilay karana lahy efa antitra ka vaky ny lohany, ilay ramatoa kosa tsy naninona satria raha vao nahita ilay rangahy voadaroky ny vodibasy dia naka ny vola 800.000 ariary tao anaty vata sarihana sy ireo finday roa azy ireo tao anaty fivarotana. Vao nahazo izany ireto andian-jiolahy ireto dia lasa nitsoaka mbola samy nanao taingin-droa avy tamin’ny moto scooter mena ny iray sy mainty ny faharoa. Efa lasa moa ireto andian-jiolahy ireto vao sahy niantso vonjy ireto teratany karàna ireto, ka nanomboka teo vao raikitra ny fikarohana ireto andian-jiolahy nandrava azy ireto izay efa tsy hita. Ity tranga ity izany no fanafihana tranombarotra niseho tamin’ity taona vaovao 2020 ity, raha ny 24 desambra teo ny fanafihana farany nitranga ny taona nivalona iny izay niseho tao Bazary kely tsy lavitra ny kaomisarian’ny polisy misahana ny tananan’i Toamasina renivohitra. Tsy nahasakana ireo andian-jiolahy amin’ny asa ratsy ataony izany ny fanetsehana ireo polisy miisa 200 naparitaka eran’ny tanàna nanomboka tamin’ny fety hatramin’ny fivoahan’ny voka-pifidianana ben’ny tanàna sy mpanolotsaina farany teo nataon’ny talen’ny filaminam-bahoaka Atsinanana.

Malala Didier

Midi Madagasikara0 partages

Institution Marthe Hervée : Les éducateurs du préscolaire reçoivent une formation

Suite à la collaboration entre l’Institution Marthe Hervée Ankasina et le ministère de l’Education nationale, de l’Enseignement technique et professionnel (MENETP), les éducateurs du préscolaire au sein de l’institution ont pu suivre une formation de 80 heures durant le mois de décembre 2019. La sortie de cette promotion d’éducateurs du préscolaire baptisée Raitra s’est tenue à Ankasina le 23 décembre dernier en présence de la ministre de l’Education nationale, Marie Thérèse Volahaingo.

Dans son allocution, la ministre a rappelé : «  L’enseignement public et l’enseignement privé font partie d’un même ensemble et de ce fait, doivent travailler main dans la main pour l’amélioration de la qualité de l’éducation dans le pays ». Elle a également parlé de l’importance du préscolaire, puisque c’est la première rencontre de l’enfant avec le milieu scolaire, où il apprend à s’exprimer, à compter, à écrire et à apprendre les fondamentaux pour être en mesure de poursuivre ses études. « Votre mission n’est pas simple mais grâce à cette formation, vous serez aptes à la mener avec succès et contribuer ainsi au développement de notre pays» a-t-elle dit en s’adressant à une trentaine d’éducateurs du préscolaire de cette promotion Raitra. Enfin, la ministre a annoncé, lors de cette cérémonie, que le catalogue de formation pour tous les enseignants de tous les niveaux est déjà en cours de route.

Anja RANDRIAMAHEFA

Midi Madagasikara0 partages

Guide du week-end : Mixmag avec trois DJ au Kudéta

Une grande première au KUDéTA ! Trois Dj offriront un show ce soir à partir de 21 heures. Ils vont mixer ensemble pendant plus de trois heures. Nyco, concepteur des soirées Mars Attacks, Raj un Dj plus électrique et Brandih, l’initiateur de MixMag, un Dj malgache résident en Norvège, seront aux platines.

 

Fête du Nouvel An prolongé avec New quartet

Le premier samedi de l’année 2020 sera consacré au Pop Jazz au Farawest à Faravohitra ce soir à partir de 20 heures. Quatre virtuoses partageront la scène, les  New Quartet : Datita Rabeson, Eric Rakotoary, Joro Rakotozafiarison et Maminiavo Zaza. Toutes les générations auront chacune leur part car New Quartet est composé de la nouvelle génération et ceux qui ont traversé les époques.

 

JaoVavy s’invite à San Marina

Jaovavy offrira un showcase à San Marina aux 67 ha. Le ragga-dancehall résonnera dans le quartier. Les amoureux du style  jamaïcain seront servis. Après avoir réalisé un featuring avec ‘Stan’jah samy mafy’ en 2018, elle a pris la scène principale en 2019 alors que sa notoriété grandissait, elle a fait des tournées presque dans les quatre coins de l’île. Jaovavy qui signifie guerrière est son pseudo pour prouver sa bravoure et son courage. Comme ses ainées, elle lance un message féministe. Par ailleurs, pour Jaovavy, le ragga est un moyen pour dire tout haut ce que les autres pensent tout bas.

Fj/midi/04.1/ jaovavy

Jeyd Latifah au No comment Bar

La ragaawoman, Jeyd Latifah donne rendez-vous à ses inconditionnels ce soir à partir de 21 heures au No comment Bar à Antsahavola. Entre deux chanteuses jamaïcaines, Spice et Shensea, Jeyd a trouvé son style musical propre à elle en 2018. Du dancehall jusqu’au reggea en passant par le zook-love, la jeune femme maîtrise bien le « west indian style ». Alors, une occasion pour cette ravissante jeune femme de prouver cela au No comment bar ce soir.

Fj/midi/04.1/ jeyd

ZT/MR/IH

Midi Madagasikara0 partages

67 ha : Noraisi-potsiny ilay mpanendaka vehivavy

Lehilahy 01 no voasambotry ny Polisy avy ao amin’ny CSP7 ny talata faha 31 desambra 2019 lasa teo rehefa avy nanendaka vehivavy 01 teo amin’ny Fihatsonan’ny Taxibe 119. Tokony ho tamin’ny 08 ora maraina, Vehivavy niandry fiara fitanterana teo amin’ny fihantsonany no tsikaritr’ity lehilahy 41 taona fa manao kavina volamena. Nojokoin’ity farany avy ao aoriana avy hatrany ary ilay vehivavy ka nosintoniny ilay kavina dia lasa nandositra izy. Niantso vonjy ilay voahendaka ka polisy niasa nanodidina teo no nanenjika avy hatrany ity mpanendaka. Tsy lavitra teo dia voasambotra izy ary nentina tao amin’ny CSP 7 ao 67ha hanaovana fanadihadiana azy. Niaiky ny helony avy hatrany ity lehilahy ity, ary efa naverina tamin’ny tompony ilay ila-kavina izay vao avy norobainy.

T.M

Midi Madagasikara0 partages

Saison des pluies : L’éternel problème de canalisation à Antananarivo

Retirer les chaussures pour marcher dans l’eau, c’est bien plus simple de laver les pieds que les chaussures. (crédit photo : Princy)

La montée des eaux en été dans différents quartiers d’Antananarivo ne surprend plus les habitants. Les années s’enchaînent mais rien n’a changé depuis le milieu des années 90 jusqu’à aujourd’hui. Les ruelles et même les rues deviennent inaccessibles dès qu’il pleut, faute d’un système de canalisation mal entretenu.

À Ampefiloha, c’est la même rengaine chaque année, les canaux d’évacuation débordent lorsque la pluie est abondante. Pareil pour les couloirs qui sont inondés, ne laissant aucune alternative aux piétons que de mettre les pieds dans l’eau où il n’est pas rare de croiser quelques excréments. Et pire encore, dans plusieurs maisons, les toilettes ont tendance à déborder pendant cette période de l’année. La raison de tout ceci ? Les habitants estiment que ce sont les canalisations qui ne fonctionnent plus. Mais quand on regarde de près, on se rend aussi compte que ces canaux sont remplis de déchets en tous genres, ce qui explique pourquoi ils sont bouchés. Après, même le canal d’Andriantany lui-même est infesté de déchets, ce qui explique pourquoi les eaux montent aussi facilement dans ce quartier.

Même problème partout. Nous avons parlé du cas d’Ampefiloha mais ce problème concerne plusieurs quartiers de la Capitale. A Andavamamba, Besarety, Behoririka, Ambodivona, Andravoahangy, Anosibe, et dans bien d’autres endroits encore ; les montées des eaux surviennent en saison des pluies. Et les canalisations dans ces quartiers sont également remplies d’ordures. On se demande si cela ne relève pas d’un souci d’éducation civique au niveau de la population. Cela semble logique, puisque ces déchets ne sont pas arrivés là sans que personne ne les y ait déposés. « Certains habitants blâment le manque d’entretien régulier des canaux mais ils doivent aussi se remettre en question ! » nous a fait part un habitant d’Andavamamba.

Les rues. En été, il n’y a pas que les ruelles et les couloirs de la Capitale qui sont inondés. Les rues le sont aussi pour ne citer que celle du côté d’Anosy, la route devant le Lycée moderne Ampefiloha, devant Fiaro, Besarety, Isotry ou encore Ambodivona. Bref, tous les quartiers qui ne sont pas de la Haute Ville rencontrent le même problème. Et aucune solution efficace et durable n’a été trouvée jusqu’à maintenant. Peut-être la réfection des routes qui ont eu lieu l’année dernière changera la donne. Pour l’instant, la population reste encore sceptique.

Anja RANDRIAMAHEFA

Midi Madagasikara0 partages

Volley-Ball : La Coupe CAVB zone 7 au Palais des Sports en février

Une grande première. La fédération malagasy de volley-ball a publié en fin de saison le calendrier de la nouvelle saison sportive. Tous les clubs et les équipes nationaux sont ainsi fixés sur le planning des compétitions que ce soit national ou international. Et pour commencer, la 26e édition de la Coupe de la CAVB zone 7 sera organisée au Gymnase d’Ankorondrano et au Palais des Sports de Mahamasina du 13 au 23 février 2020. Une édition qui verra la participation des Réunionnais, Mahorais, Mauriciens, Seychellois et Comoriens. Madagascar sera représenté par huit équipes dont quatre respectivement chez les hommes et les dames. Il s’agit du Stef’Auto, Bi’As, Jeune Maman VB, VBCD chez les femmes la GNVB, la JSA, la CNaPS et Mama du côté des hommes. « La Réunion et Mayotte feront leur retour dans la compétition cette année même s’ils étaient prévus en 2017. La clotûre des engagements a été effective le 6 novembre dernier » a souligné, Honoré Razafinjatovo, Directeur technique national au sein de la Fédération malgache de volley-ball (FMVB). La liste des équipes engagées sera attendue le 7 janvier prochain. Maurice va envoyer 8 équipes, 4 respectivement pour Seychelles et La Réunion, 3 pour Mayotte et 2 pour les Comores.

T.H

Midi Madagasikara0 partages

Kick-boxing – Grand combat de défi : Bruno et Cacis, au coude à coude

Les deux grands combattants de l’année 2019 se retrouveront face à face.

Pour ce début d’année, le gymnase couvert de Mahamasina recevra en premier le grand combat de défi de kick-boxing, qui se déroulera demain à partir de 11h.

Il s’agit d’une grande compétition de kick-boxing, organisée par l’association Force Féminine de l’Aide Mutuelle (FFAM), en collaboration avec le Club Kick-boxing Atsimondrano (CKBA) et le Tigers club. Cette première édition réunira une centaine de combattants issus de la ligue d’Analamanga, de Haute Matsiatra et de Vakinankaratra. Au total, 40 combats seront au menu pour les quatre catégories que sont les minimes, les cadets, les juniors et les séniors hommes et dames. Le premier combat débutera à 11h, selon les explications de l’organisateur, Jean Honoré Rakotonirina alias Nonoh. D’ailleurs, parmi les plus attendus sera le combat de la classe A opposant Bruno à Cacis. Ils sont engagés chez les moins de 75 kg. Le premier vient de terminer son stage en Chine, tandis que le second, la Star du COSPN, le multiple champion national, ne cesse de faire parler de lui, malgré sa défaite face à Bruno lors de leur rencontre à Fianarantsoa en 2019. En effet, plusieurs combats importants seront naturellement à  l’affiche. Les organisateurs les dévoileront après la réunion technique qui aura lieu ce jour au sous-gradin à Mahamasina.

« Ce n’était pas la première fois que l’association FFAM, présidée par Julia Mickaëlle Rasolofonoroniaina organise un événement sportif. L’association a déjà organisé des tournois pour la pétanque, le football, le rugby, et ce sera pour le kick boxing cette fois-ci. L’objectif est de donner satisfactions aux jeunes kick-boxeurs en ctte nouvelle année. Ainsi, ce sera l’occasion pour nous, les coaches, de mesurer leur niveau technique, et pour la préparation des championnats fédéraux. D’ailleurs nous envisageons d’organiser une compétition chaque mois » a ajouté Nonoh.

Le club GISL sera le grand invité de cet évènement. Ainsi, le père de Fazaraly Super Badboy compte aligner trois combattants à la classe B, en l’occurrence Lola pour les -52kg, Joël pour les -57kg en low-kick et Mainty chez les -57kg en K1. Des lots et des médailles seront remis aux champions. Des artistes de la Capitale animeront l’événement.

Manjato Razafy

Midi Madagasikara0 partages

Un cadavre découvert dans un taxi à Andavamamba : Crime passionnel selon l’hypothèse de la Brigade cri...

La découverte du cadavre d’un homme dans un taxi à Andavamamba, qui a déjà fait couler beacoup d’encre dans la presse, serait sur le point d’être élucidée. L’enquête sur cette découverte macabre suit son cours selon les dernières informations recueillies auprès du service des affaires criminelles de la Police nationale à Anosy (BC), qui se charge désormais de cette affaire. Les éléments de cette unité sont tombés sur une scène inhabituelle lorsqu’ils sont arrivés à Andavamamba, une fois alertés de ce crime. Débarqués sur place, les policiers ont découvert le cadavre d’une homme enveloppé dans un sac plastique et laissé dans un taxi. Devant ce fait suspect, la police est tout de suite passé à l’interpellation des personnes qui étaient présentes sur les lieux. Durant l’enquête, plusieurs personnes ont été arrêtées. Parmi elles figure la copine de la victime. Amenée au commissariat pour interrogation, cette dernière serait placée comme le principal suspect de ce meurtre, dont les circonstances font penser, selon les enquêteurs de la BC, à un crime à caractère passionnel. Cette hypothèse s’impose dans la mesure où, pour le moment aucun autre indice ne permet de conclure que la victime ait été tuée d’un acte simple de banditisme. Il n’aurait d’ailleurs pas été pillé. Interrogée sur la suite de l’enquête, la police a tenu à préciser, hier, que pour l’instant, aucun présumé coupable n’a encore été épinglé. Mais que pour le moment les soupçons pèsent à priori sur la copine de la victime. Celle-ci qui était, selon les informations, avec le défunt avant cette découverte macabre. Ce qui est étonnant dans cette affaire est de comprendre comment et pourquoi les auteurs du crime ont décidé de transporter le cadavre dans ce vehicule, de l’emmener à Andavamamba pour s’exposer facilement à la police. Affaire à suivre.

T.M.

Midi Madagasikara0 partages

Contentieux électoraux : Début de comparution des candidats devant le tribunal administratif

Les audiences publiques relatives aux dernières Communales se déroulent, depuis hier, au tribunal administratif d’Anosy.

Début des audiences publiques hier au tribunal administratif d’Anosy dans le cadre des contentieux liés aux dernières élections communales.

125 requêtes à passer en audience publique pendant 11 jours. Le compte à rebours a commencé du côté du tribunal administratif d’Anosy. En effet, la comparution des candidats s’inscrivant dans le cadre des contentieux électoraux liés aux dernières Communales a débuté hier, du moins pour les Communales organisées dans la province d’Antananarivo. Plusieurs dossiers ont été passés en audience publique, dès hier. Plusieurs candidats maires, pour ne citer que celui présenté par le TIM dans la commune rurale d’Ivato, Penjy Randrianarisoa, ont déjà comparu devant les juges du tribunal administratif. D’après ces derniers, la juridiction a enregistré au total 125 requêtes. Si la structure ad’ hoc de la CENI a proclamé ses résultats provisoires le 9 décembre 2019, le tribunal administratif a jusqu’au 9 janvier pour sortir les résultats officiels des  élections des maires et des conseillers du 27 novembre dernier. Le candidat maire du TIM aux Municipales d’Antananarivo Renivohitra, Riana Randriamasinoro, a encore déposé ses requêtes supplémentaires samedi dernier auprès de la juridiction compétente.

Sans effet suspensif. Le verdict du tribunal administratif d’Anosy est attendu, au plus tard, le 9 janvier. Les candidats maires ou conseillers qui ne seront pas satisfaits du verdict pourront encore faire appel devant le Conseil d’Etat, dont la saisine n’a pas d’effet suspensif dans ce cas. Autrement dit, les maires et conseillers proclamés vainqueurs par le tribunal administratif pourront, dès la sortie de la décision de celui-ci, entrer en fonction. Cependant, tout pourrait arriver. Un éventuel verdict du Conseil d’Etat favorable à la partie demanderesse pourra renverser la situation et conduire à la destitution du maire proclamé élu par le tribunal administratif. L’élection de maire qui s’est tenue dans la commune rurale d’Ampasikely (district d’Amparafaravola) en 2015 en constitue une illustration parfaite. En effet, proclamée officiellement élue par le tribunal administratif de Toamasina, la candidate du TIM Raharimalala Saholinirina Marie Claudine s’est installée à la mairie. Insatisfait, le candidat du parti AVANA Jean Louis Robinson, qui vient d’être nommé ambassadeur de Madagascar en Chine, a saisi le Conseil d’Etat qui a rejeté sa requête en février 2016. Chose curieuse, le même Conseil d’Etat a donné gain de cause à Jean Louis Robinson quatre mois après. Ce qui a amené à la destitution de la candidate du TIM qui avait déjà exercé ses fonctions à la mairie d’Ampasikely pendant plusieurs mois.

R. Eugène

Midi Madagasikara0 partages

Une arme à double tranchant !

Une ère nouvelle s’ouvre avec la nouvelle année. Une année 2020 qui va encore réserver la part belle à la technologie qui est en train de se démocratiser pour ne prendre en exemple que facebook.

Ce moyen de communication très efficace, gratuit ou presque, est sans nul doute le plus utilisé à des fins humanitaires mais aussi à d’autres fins pas toujours catholiques et assez souvent par des utilisateurs anonymes

Si facebook est le meilleur moyen pour dénoncer un abus à effet immédiat comme ce policier pris « en flagrant délit » par un facebooker à Ivato ou encore cette voiture de fonction utilisée à des fins personnelles par un chauffeur mais qui a coûté sa place au DG alors qu’il n’avait rien à voir dans l’affaire. L’exemple peut s’étendre à d’autres faits divers notamment ceux ayant permis de retrouver une fillette à Antanifotsy.

Une arme à double tranchant !

Mais facebook a aussi joué un rôle primordial pour stimuler le soutien aux Barea lors de la Coupe d’Afrique des Nations 2019. Jamais au grand jamais, le football n’a été à pareille fête. Petits et grands, femmes et enfants, tous ont suivi les performances des Barea parfois même avec un réel fanatisme.

Le seul ombre au tableau en fait car pour un rien ces facebookers anonymes n’hésitent pas à s’attaquer à votre vie privée. Des insultes gratuites car non fondées. L’effet d’une arme à double tranchant qui ternit l’image d’un outil fait pour servir et mieux servir.

Si celui qui s’est attaqué à Andry Rajoelina a été finalement appréhendé à Toliara en un rien du temps, tout le monde n’est pas Président de la République pour bénéficier d’une telle protection. On subit puis on laisse le temps faire en espérant que ces personnes sans scrupules trouvent le temps de s’arrêter. Ce qui aurait pu être le cas si des mesures ciblant ces gens s’inscrivant sous des pseudos et des faux noms se font taper sur le doigt ou mieux encore il faudrait les sanctionner pour qu’ils arrêtent de prendre les enfants du bon Dieu pour des canards sauvages.

Si dans notre vie de tous les jours, insulter quelqu’un est pénalement condamnable, il devait aussi l’être sur facebook.

D’ailleurs et à y voir de près, s’inscrire sous un faux nom dans une communication à grande échelle n’est-il pas déjà un délit ?

A charge donc pour le ministère de la Communication de prendre des mesures pour mettre fin à ces pratiques encore faut-il le dire, illégales. Au final, on aura véritablement des échanges qui servent l’intérêt de tout le monde.

 Clément RABARY