Les actualités Malgaches du Jeudi 04 Janvier 2018

Modifier la date
News Mada693 partages

“Oloben’i Afrika” : manohy ny lalany Ravalomanana

Rehefa  tsy voalohany dia  farany. Mitarika  hatrany amin’ny 60 % Ravalomanana Marc. Nahazo mpifidy 90  000 ny tenany  amin’ilay fifaninanana karakarain’ny gazety boky afrikanina “African Leadership Magazine”. Hahazoana amboara sy anaram-boninahitra ho “Olon’i Afrika 2017” (African of the year 2017)   izany. Manaraka azy i Uhimuru Kenyatta.

Tsiahivina fa enina  ireo filoha aty Afrika mifaninana amin’izany ary ahitana mpanao politika, mpandraharaha, mpanao fanatanjahantena fanta-daza maro avy amin’ny sokajy maromaro. Anisan’ny misongadina amin’izany ny tontolon’ny fahaiza-manao sy haitarika (leadership). Ao amin’ny sokajy politika na ny “Political leadership”  ny  filoha teo aloha, Ravalomanana, amin’izao fifaninana izao. Anisan’ny mpifaninana aminy  ny filoha kenyaninina, Uhuru Kenyatta. Ny filoha teo aloha isany, Ellen Johnson Sirleaf, Liberia sy i Muhammadu Buharin, Nigeria ary koa ny filohan ‘ny Antenimierandoholona  any  Nigeria, Bukola Saraki.

Sambany amin’ny tantara… 

Marihina fa fidiana amin’ny alalan’ny tambajotra “internet” ny hahafahana mifidy  ka hivoaka ny 5 janoary 2018 ho avy izao ny vokatra ofisialy. Tombanana  fa mety tsy hiova firy intsony izao elanelana eo amin’ny mpifaninana izao ka  handrombahan-dRavalomanana izany amboara  sy anaram-boninahitra izany.  Sambany eo amin’ny  tantara ny nibatan’i Madagasikara izany raha tsy misy ny fiovana amin’ny fotoana farany. Hifanindry amin’ny lanonana fifampiarahabana eny Iavoloha ny fivoahan’ny vokatra…

Synèse R. 

L'express de Madagascar321 partages

Ava frappera en premier Toamasina II

Ava toucherait terre, demain. Un avis de menace est lancé pour la partie Est et Nord-Est.

Forte tempête tropicale. Ce serait le stade maximal qu’atteindra Ava, le premier cyclone du bassin Sud-Ouest de l’océan Indien. C’est avec cette intensité qu’il atterrirait dans le district de Toamasina II, demain à 3 heures du matin. « Ava n’atteindra pas le stade de cyclone tropical. En se rapprochant des côtes, il n’a plus assez d’apport d’énergie pour s’intensifier », explique Solonomenjanahary Randrianjafinirina, chef de service de la Prévision météorologiqueà Ampandrianomby, hier. A ce stade de fortes tempêtes tropicales, ses vents moyens sont prévus à 100 kilomètres à l’heure et ses rafales de vent moyen à 130 kilomètres à l’heure. Enawo, le cyclone qui a dévasté Madagascar en mars 2017, était arrivé au stade de cyclone tropical intense avec des vents atteignant 232 kilomètres à l’heure et des rafales à 287 kilomètres à l’heure.Le passage d’Ava sur l’île, qui est jusqu’ici une tempête tropicale modérée, serait court. Il sortirait des côtes dès le 6 janvier. « Selon la prévision de sa direction, Ava ferait une figure parabole. Il entrerait à Toamasina II, le 5 janvier et sortirait à Vatovavy Fitovinany, le lendemain », souligne ce technicien de la météorologie.Ava a été baptisée à 9 heures locales, hier. À 16 heures, cette tempête tropicale modérée, a été localisée à 365 kilomètres au Nord-Est de l’île Sainte-Marie, avec des vents de 70 kilomètres à l’heure et des rafales de 105 kilomètres à l’heure. Elle se rapproche de nos côtes, en se déplaçant vers le Sud-Ouest avec une vitesse de 10 kilomètres à l’heure.Faible intensitéLa direction générale de la Météorologie (DGM) lance un avis de menace au district d’Antalaha et aux régions d’Analanjirofo, d’Antsinanana et d’Alaotra Mangoro. Et un avis d’avertissement aux régions de Vatovavy Fitovinany, Diana, Sofia et Sava.Sainte-Marie a été coupée du monde, depuis hier, à cause de cette tempête tropicale.La sortie en mer est déconseillée dans l’Est de l’île. À Toamasina, les précipitations ont été au rendez – vous, depuis mardi soir.L’eau commence à monter dans quelques quartiers de la ville. Le Bureau national de la gestion des risques et catastrophes (BNGRC) n’a pas encore rapporté de dégâts.Solonomenjanahary Randrianjafinirina classifie Ava dans la catégorie des cyclones de faible intensité.« Les dégâts qu’il laissera dépendront de la vulnérabilité d’une zone. Si les infrastructures sont vulnérables, ils seront lourds.Par contre, s’il y a une forte sensibilisation, les impacts seront minimes », enchaîne-t- il. Le général de brigade Charles Rambolarson, secrétaire exécutif adjoint du BNGRC rassure que des mesures sont déjà prises pour faire face à ce cyclone. « Il y a une mobilisation des partenaires étatiques au niveau central et local. Quatre équipes seront déployées pour intervenir dans l’Est, à Analanjirofo, à Vatovavy Fitovinany et sur les Hautes terres. Nous disposons de moyens pour faire face à ce cyclone », affirme-t-il.Miangaly Ralitera

Lire aussi :  Nord-Est - Trois personnes décédées et des centaines de sinistrés
L'express de Madagascar291 partages

Air Madagascar – Le Boeing 737 en panne à Mayotte

Le Boeing 737 de la compagnie Air Madagascar est cloué à l’aéroport de Dzaoudzi Mayotte depuis lundi.

Cauchemar. L’année débute mal pour la compagnie aérienne Madagascar et ses passagers. La desserte du réseau intérieur et régional rencontre actuellement un grand dysfonctionnement.Plusieurs vols étaient annulés. La plupart des passagers sont bloqués et risquent de prolonger encore leur séjour. Cette situation est due aux pannes techniques du Boeing 737 de la compagnie aérienne. Selon les explications de Besoa Razafimaharo, directeur général de la compagnie Air Madagascar, l’aéronef se trouve dans le tarmac de l’aéroport international de Dzaoudzi Pamandzi à Mayotte. «Les pièces ne devront plus tarderà venir à Mayotte et nous espérons un retour à la normale de la situation au plus tard demain soir (ndlr : ce soir)», a fait savoir ce responsable.L’annulation, le retard, ou encore le report de vol sont devenus monnaie courante pour les passagers d’Air Madagascar. Il arrive même parfois pour certains vols d’avancer l’heure du décollage. Des dysfonctionnements qui ne font que ternir l’image de la compagnie nationale aérienne. Son mariage avec la réunionnaise Air Austral n’a pas pu améliorer la situation. Les déboires des passagers n’en finissent pas ainsi.MésaventureEn attendant de pouvoir monter dans un avion et de rentrer chez eux, de nombreux touristes et résidents nationaux étaient condamnés à prolonger leur séjour. Pourtant, ils espéraient passer de moments inoubliables dans des endroits paradisiaques de l’île pour les fêtes de fin d’année mais hélas, c’est une mésaventure. Ils ne savent plus à quel saint se vouer. «Certes, un sms de la compagnie nous a informé de l’annulation de notre vol mais nous ne savons ni la raison ni la suite de la programmation. Ce vol reprendra –t-il? quand exactement ?», s’interroge un passager bloqué à Toliara. Les touristes qui devaient rejoindre Mayotte se voient obligés de passer quelques jours à Antananarivo.D’après une source concordante, ils sont pris en charge par la compagnie et logés dans un hôtel aux alentours d’Ivato.Malgré les moyens à bord très limités, la compagnie annonce avoir pris toutes les mesures nécessaires pour dénouer la situation. D’après son directeur général, Air Madagascar a déployé des appareils pour desservir certaines localités. Des opérations de «sauvetage» ont été annoncées pour certaines lignes en attendant la réparation du Boeing 737.Air Madagascar rencontre en ce moment des contraintes techniques et d’équipage. Une bonne partie de sa flotte est clouée au sol. Seuls six appareils sur onze sont opérationnels. L’ATR 72 assure une grande partie des vols domestiques. Le Boeing 737, quand à lui, assure une partie de la desserte régionale et du réseau intérieur.Lova Rafidiarisoa

Lire aussi :  Transport aérien - Air Madagascar reprend son souffle
Midi Madagasikara227 partages

Nouvel album de Lalatiana : L’âme du « ba-gasy » dans « Dobla sento »

Lalatiana et Rija Randrianivosoa mettent en avant l’âme du « ba-gasy » dans « Dobla sento ».

Chose promise, chose due ! Elle a révélé s’atteler sur deux albums l’année dernière. L’un des deux a vu le jour et est même déjà disponible au Piment Café depuis le début de la semaine. L’autre est toujours en gestation.Du romantisme, de la maîtrise, une petite dose de modernité et surtout, quelle interprétation ! Car dans ce nouvel album qu’elle a décidé d’intituler « Dobla sento », Lalatiana ne chante pas de nouvelles compositions. Elle dévoile une autre facette de sa personnalité artistique : l’interprète. Elle s’approprie ces chansons d’époque des Hauts-Plateaux, présentées lors de l’exposition universelle à Paris en 1900. Des chansons reflétant les réalités d’antan qu’elle reprend avec brio. Des titres de « Ny Antsaly », Naka Rabemanantsoa, Naly Rakotofiringa figurent parmi les dix titres composant l’album.

Simple. Souvent entourée de nombreux et talentueux musiciens, Lalatiana a cette fois-ci décidé de jouer la carte de la simplicité. Dans « Dobla sento », elle met en valeur avec son guitariste fétiche, Rija Randrianivosoa, l’âme du « ba-gasy ». Elle nous démontre à travers cet album qu’avec sa présence et seulement un instrument en parfaite symbiose, elle peut nous faire rêver. « Dobla sento », pour ceux qui aimeraient découvrir Lalatiana sous une autre facette, est à se procurer au Piment Café Behoririka. Réserver est vivement conseillé, d’autant que pour cette année, Lalatiana ne prévoit encore aucun concert à Mada. Un concert à New-York et un à Montréal sont par contre déjà confirmés.Mahetsaka

Midi Madagasikara200 partages

Rafaeliarison Tsilavina Tageot : De judoka à manager de salle, la reconversion est réussie

De judoka, il est manager de la salle « mytrainingboxfit » maintenant. 33 ans,1m73,  marié et père d’une petite fille de neuf  mois, il est loin d’être le petit garçon impétueux de Saint-Michel d’avant. Mais on reconnaît l’empreinte Semigany. Interview

Midi Madagasikara : « Pourquoi avez-vous choisi le judo en fait ? »

Rafaeliarison Tageot, manager en sport : “Etant un ancien élève du Collège Saint-Michel Amparibe, on se devait de pratiquer au moins un sport et vu mon caractère hyperactif, mes parents m’avaient orienté vers le judo car ils avaient entendu que cette discipline permettait de canaliser  l’énergie des enfants comme moi. Et c’est à partir de l’année 1995 que j’avais commencé ce sport ».

M.M. : « Que signifie le judo pour vous maintenant ? »

R.T. “Avant, le judo était pour moi un moyen d’évasion, c’est un monde qui me permettait avant tout d’être moi-même, c’était mon monde. Je pouvais honorer mon pays. Et je ne pensais qu’à mon sport. Quand je suis en kimono, je me sentais bien, mon autre personnalité ressortait, ma personnalité de judoka.  Mais le judo n’était pas seulement cela car mon club “le Judo Club Saint-Michel” était et sera toujours une partie de ma famille qui m’a permis de connaître ce que c’est que la fraternité, l’entraide, la confiance et la plus importante, la loyauté. Et maintenant, le judo en lui même sans parler de ce qu’il y a autour est, et restera un tremplin qui me permettra d’avancer dans ma vie future car il m’a aidé à connaître ce que c’est que le dépassement de soi. Ainsi que le fait de se relever et de reconnaître ses défauts et ses erreurs après une défaite”.

M.M. : « Et maintenant, où en êtes-vous ? »

T.R. : “ En ce qui concerne ma carrière professionnelle, depuis un  an déjà, je suis manager d’une salle de « CrossFit » “MyTrainingBox.fit” qui se situe dans la zone Zital Ankorondrano. Avant cela j’étais vendeur sportif dans un Décathlon, et animateur sportif  dans plusieurs enseignes « KeepCool » à Lyon. Les études que j’avais suivies  pour pouvoir travailler dans ce domaine sont des études spécialisées en sport dans une faculté à Montpellier et à Lyon UFR STAPS (Sciences et Techniques des Activités Physiques et Sportives) dans la Mention: Management du sport ; Tourisme et loisirs Sportifs”

M.M. : « Parlez-nous de votre salle »  

R.T. : « La salle où je travaille en ce moment est une salle de « CrossFit ». C’est la première salle qui existe en ce moment et qui est affiliée à la Fédération internationale de « CrossFit ». A part notre discipline principale, les adeptes de sports peuvent trouver chez nous d’autres activités telles que le yoga, le « zumba strong », le « freestyle connection », et le  kick-boxing”.

M.M. : « Par rapport au judo, c’est comment ? »

R.T. : « Personnellement, en tant que pratiquant, je ne mets pas du tout de pression. Je fais ce sport pour être en bonne santé, pour être en contact avec les gens. Mais par contre, je suis vraiment exigeant par rapport aux attentes et aux exigences de nos adhérents”.

M.M. : « Le judoka est-il satisfait ? »

R.T. « Pour ce qui est de  mon travail, Oui, je peux dire que je suis épanoui à 100% car en plus de travailler dans un domaine que j’adore, j’ai l’occasion de côtoyer beaucoup de personnes de différentes cultures et de différentes nationalités qui ont la même passion que moi: le sport”.

M.M. : « Comment vous en êtes-vous sorti, d’adolescent hyperactif, de judoka impétueux à ce jeune homme posé ? »

R.T. « Ce fut difficile mais faisable.  Le message que je voudrais faire passer à mes amis sportifs et anciens compétiteurs est : “Si vous avez pu honorer votre pays par votre sport, c’est que vous pouvez réussir tout ce que vous voulez entreprendre. Je remercie ma femme, mes parents qui ont toujours été là pour moi, pour me soutenir dans les bons comme dans les mauvais moments, qui m’avaient toujours encouragé dans mes moments de faiblesse. Mais tout le mérite revient à Dieu qui a  toujours  été à nos côtés”.

Recueillis par Anny Andrianaivonirina

L'express de Madagascar191 partages

Sécurité du Président – Le sniper évadé atteint la France

Un évadé d’Antanimora dénonce une complicité du personnel pénitentiaire. Il a été incarcéré pour tentative d’assassinat à l’encontre du Président Hery Rajaonarimampianina.

Une déclaration qui ouvre la boîte de Pandore. Après son évasion rocambolesque dans la nuit de jeudi à vendredi, Houcine Arfa, un ressortissant français âgé de cinquante-quatre ans, activement recherché pour tentative d’assassinat contre le président de la République, a donné du fil à retordre aux autorités en annonçant, par le truchement de l’Agence France Presse (AFP), son arrivée en France depuis lundi.

Philippe Gumery, sonavocat a relayé sa saga. Pas avare de détails, l’évadé est passé au déballage. « Le fugitif a expliqué avoir profité d’une visite à l’hôpital à Antananarivo pour s’évader, jeudi, avec la complicité du personnel», souligne le journal en ligne Le Parisien, dans un article publié depuis avant hier.

Comme réponse du berger à la bergère, un ayant voix au chapitre auprès de l’administration devance chahuts et remue-ménage en indiquant que cette affaire est au coeur des préoccupations. « Des mesures radicales seront préconisées. Leur mise en oeuvre est en étude. Des décisions seront prises dès demain (NDLR: ce jour). Les membres du personnel incriminés encourent une traduction devant le conseil de discipline. Ils risquent la radiation. Il revient au ministère de la Justice de statuer », tonne avec ferveur ce responsable.Avançant vraisemblablement dans ses investigations, depuis la publication de l’avis de recherche contre Houcine Arfa et son épouse, la police criminelle resserre l’étau autour de deux gardes pénitentiaires. Le quidam semble s’être fait la belle au nez et à la barbe de ces deux gardiens de prison qui avaient la charge de le tenir à l’oeil au moment des faits.Crainte d’attentatInspirant soupçons, ces deux présumés complices sont actuellement placés en garde à vue à la brigade criminelle et d’autres personnes soupçonnés d’avoir été en relation avec l’évadé ont été elles aussi soumises au feu roulant des questions.Le plan d’évasion était réglé comme une horloge. Pour lever un pan de voile sur ce mystère, les enquêteurs l’ont passé au crible dans la matinée d’hier, en  effectuant une reconstitution entre Ambohitrarahaba et Ampasampito, sous les indications des deux agents pénitentiaires.« Nous sommes en passe de clôturer notre enquête pour présenter au parquet le dossier ainsi que les personnes incriminées. Un mandat d’arrêt international sera attendu par la suite. Si l’évadé se trouve bel et bien en France, une coopération judiciaire est de mise », avance d’un ton d’incertitude une source auprès du ministère de la Sécurité publique.Conseiller du PrésidentEn tout cas, rien ne semble avoir été laissé au hasard dans cette évasion. Ayant réussi à dérouter tout contrôle, le Français a rejoint le Nord Madagascar en véhicule où il a d’emblée pris une embarcation à moteur pour faire une trouée dans les côtes du département français d’Outremer de Mayotte, où il a pris l’avion pour s’envoler en métropole selon, la presse.Son avion a atterri à Paris, lundi. À côté, les éléments des forces de l’ordre lancés à ses trousses n’y ont vu que du feu.Placé en détention préventive à la maison de force Tsiafahy quelques jours avant la célébration de la fête de l’indépendance après que du matériel de tireur embusqué, dont des accessoires de camouflage ainsi que des armes d’exercice ont été découverts en sa possession, Houcine Arfa a nourri une crainte d’attentat contre le Président pendant la parade militaire du 26 juin. Le logis des officiels a été de ce fait quadrillé de vitre pare-balles.Par le passé, Houcine Arfa a travaillé pour le président Hery Rajaonarimampianina en tant que « conseiller » chargé de la sécurité fin 2015.Placé sous mandat de dépôt à la maison de force de Tsiafahy le 22 juin lorsque cette affaire de déstabilisation a éclaté au grand jour, il a écopé de trois ans de prison ferme en novembre.L’accusé est condamné pour usurpation de fonction et extorsion de fonds d’après l’extrait des minutes de greffe de la cour correctionnelle d’Antananarivo. Transféré à la maison centrale d’Antanimora pour raison de santé jeudi, il a réussi se faire la belle lors d’un prétendu transfert à l’hôpital.Seth Andriamarohasina

L'express de Madagascar189 partages

Deux navires suspects à Taolagnaro

Les pêcheurs malgaches de Taolagnaro se plaignent concernant l’arrivée de deux navires suspects de pêcheurs chinois navigants sur leur territoire depuis une semaine. Le commandant de groupement de la gendarmerie d’Anosy et celui de compagnie n’ont pas pu êt re joint s au téléphone, hier pour faire lumière à cette situation. Pareil pour l ’agence portuaire, maritime et fluviale (APMF).

Midi Madagasikara170 partages

CEG Soamalaza Antsirabe : Trano lehibe iray nirodana

Isan’ireo trano efa tranainy indrindra ao amin’ny CEG Soamalaza Antsenakely ity nihotsaka ity. Rava tanteraka ny ampahany amin’ny ilany atsimon’ilay trano lehibe.

Ny marainan’ny talata 2  janoary tokony ho tamin’ny 6 ora sy sasany no nanomboka nirodana ilay trano. Mbola tao amin’ny efitranony avokoa ny rehetra tamin’io ora io, ny ray aman-dreny voalaza fa teo am-parafara. Tsy nanampo ny tao an-trano fa avy hatrany dia nihotsaka ny rindrina, nanaraka ny valin-drihana ary nirodana ny tafo. Samy nanavotra aina ny rehetra, zaza menavava iray no voalaza fa tototra tao ambany biriky ka nifamonjena. Tsy naninona anefa io zaza io fa avotra soaman-tsara ihany rehefa nahazo ny fitsaboana teny amin’ny hopitaly ary efa nalefa nody, raha fitantaran’ny niharam-boina.

Raha ny angom-baovao teny an-toerana dia nanazava ny lehiben’ny fokontany Tsarasaotra misy ny CEG fa efa telo taona lasa izay no namoaka naoty ny kaominina fa tsy azo itoerana intsony io trano lehibe io satria efa misy  100 taona mahery, ary biriky tany no nanamboarana azy. Mbola nisy ihany anefa ireo mpiasa nonina tao hatramin’izay. Amin’ny ambony rihana no mipetraka ireo mpiasa maromaro ary efitra fianarana kosa ny ambany rihana sasany.

Soa aloha fa tsy nisy ny aina nafoy, ny entana no tsy nisy noraisina intsony. Voatery nafindra amina efitrano fianarana ireo fianakaviana maromaro. Vonjy poritra ihany anefa izany satria ny 4 janoary izao no voalaza fa hidiran’ny mpianatra.

Andry N.

Midi Madagasikara151 partages

Itaosy : Deux individus incarcérés pour tentative de corruption à la gendarmerie

Deux hommes, père et fils, ont été placés sous mandat de dépôt hier pour tentative de corruption auprès de  la brigade de  gendarmerie à Itaosy. Ils sont poursuivis pour avoir tenté de soudoyer avec une somme de 190 000 ariary le commandant de cette unité afin que ce dernier libère un homme poursuivi pour attaque à main armée, détention et vente de drogue. L’acte a eu lieu le 31 décembre quand ils sont venus  pour rencontrer le commandant de Brigade. Reçus par ce dernier, ils n’ont pas hésité de brandir cette somme tout en marchandant . Surpris, le gendarme a aussitôt appelé une personne pour témoin avant de les arrêter. Puis, l’argent a été saisi pour servir de pièces à conviction devant le Parquet. Le geste de ce gendarme est fortement louable étant donné que la gendarmerie nationale s’efforce actuellement à la lutte contre la corruption qui ternit l’image de cette institution depuis ces derniers temps.

T.M.

L'express de Madagascar130 partages

Tourisme – Un paquebot en voyage sur la côte ouest

Lire aussi :  Madagascar- Le droit de visa transit supprimé
Midi Madagasikara129 partages

Ampahibe – Ihosy : Kennedy et Macron font école

John Kennedy et Emmanuel Macron devraient inspirer les dirigeants malgaches dans les autres domaines de la vie nationale.

Le discours inaugural du défunt locataire de la Maison Blanche et le message de fin d’année de l’actuel maître de l’Elysée ont inspiré deux membres du gouvernement malgache.

Connu pour être un président qui aime bouleverser les codes, Emmanuel Macron ne sacrifie pas pour autant tous les usages de la République sur l’autel des réformes « en marche ». Pour son premier 31 décembre à l’Elysée, il n’a pas failli à la tradition en présentant ses vœux à la Nation à l’occasion du réveillon de la Saint-Sylvestre et du passage à la nouvelle année 2018. Il a honoré son rendez-vous de 20 heures avec les Français et les Françaises. Contrairement à son homologue malgache qui a manqué volontairement un « fotoam-bita » remontant à quatre Républiques et à autant de régimes de Transition.

Message. Si Hery Rajaonarimampianina a rompu avec ce grand classique hérité de la vie politique française, certains de ses ministres en ont toutefois pris de la graine par rapport au message d’Emmanuel Macron qui disait : « Demandez-vous chaque matin, ce que vous pouvez faire pour votre pays (…) Dites-vous à chaque instant que vous avez quelque chose à faire pour la Nation ». Le président français s’est inspiré de la célèbre phrase de John Fitzgerald Kennedy dans son discours inaugural : « Ne demandez pas ce que votre pays peut faire pour vous, mais bien ce que vous pouvez faire pour votre pays ».

« Part de briques ». Le ministre de la Défense nationale Béni Xavier Rasolofonirina a posé presque textuellement la même question dans l’intervention qu’il a faite avant-hier à Ampahibe, lors de la remise de grades aux nouveaux généraux de brigade et de division. Même refrain à Ihosy où le ministre coach de la Région Ihorombe a demandé aux uns et aux autres « la part de briques » qu’ils ont apportée pour le pays. Et ce, face à une assistance qui attendait plutôt les cadeaux de « bonne année » apportés par le ministre des Postes, des Télécommunications et du Développement numérique qui se demandait sans doute en son for intérieur, si tous ces gens-là mettront dans les urnes un petit …bleu.

R. O

L'express de Madagascar126 partages

Jirama – Hausse effective de tarifs d’électricité

La hausse est bel et bien au rendez-vous. Les factures d’électricité des ménages , des entreprises et desindustriels du pays connaîtront une révision à compter de ce mois-ci. Pour faire face au redressement de la Jirama, l’Office de régulation de l’électricité (ORE) a donné son accord vendredi au nouveau plan tarifaire del’électricité du pays malgré la contestation du groupement des entreprises de Madagascar (GEM) de cette hausse en l’absence d’une consultation préalable.Comme prévu, une hausse moyenne de 8,5% est constatée et ce sont les entreprises et industriels du pays qui vont payer le lourd tribut. Les clients haute tension(HT) c’est-à-dire les industriels paieront désormais 710 ariary par kilowattheure d’énergie consommée pendant les heures de pointe au lieu de 645 ariary, 160 ariary pendant la journée au lieu de 144 ariary et 88 ariary pendant la nuit au lieu de 75 ariary.EpargnésLes clients résidentiels au tarif 14 semblent être épargnés par cette hausse à condition qu’ils ne consomment que moins de 25 kilowattheures par mois. Le prix de l’énergie pour cette tranche reste 141 ariary dans tout Madagascar. Au-delà de cette consommation, le kilowattheure est facturé à 764 ariary pour la zone tarifaire 1 au lieu de 734 ariary lors de la dernière révision au mois de juillet. Cette zone tarifaire correspond aux villes alimentées par les réseaux interconnectés d’Antananarivo, de Fianarantsoa et de Toamasina hors zone industrielle. Le prix de l’énergie pour la deuxième tranche des clients à Mahajanga, Toliara passe de 816 ariary à 849 ariary.Pour justifier cette hausse, les dirigeants de la Jirama avancent que la compagnie ne fait que des ventes à perte jusqu’ici. Selon eux, le coût de revient par kilowattheure est de 1000 ariary alors que le prix de vente fixé par l’État est en moyenne de 500 ariary. Les conséquences sont palpables dans la caisse de la Jirama.Les pertes sont estimées à 850 milliards ariary pour l’année 2017, selon les dirigeants de la compagnie de distribution d’eau et d’électricité. Et avec cette révision, la Jirama espère récolter jusqu’à 5 milliards ariary par mois.Pour faire sortir sa tête hors de l’eau, elle bénéficie des subventions financières du gouvernement dont le coût s’élève à des centaines de milliards ariary par an.Le plan de redressement de la Jirama parle d’un équilibre opérationnel en 2020.Ceci vise en effet à la baisse progressive jusqu’à zéro ariary des subventions étatiques allouées dans sa caisse grâce au relèvement graduel des tarifs et de la réduction du coût de l’énergie. Pour cette année 2018, les subventions allouées à cette compagnie de distribution d’eau et d’électricité est de 209 milliards ariary contre 450 milliards ariary en 2017. La plupart des centrales thermiques fonctionne en ce moment à des fuels lourds.Lova Rafidiarisoa

Lire aussi :  EN DIRECT : Limogeage des dirigeants de la Jirama
L'express de Madagascar98 partages

Antananarivo – Un remblai bouche l’évacuation d’eau

Baigner dans l’insalubrité. L’eau monte doucement mais sûrement dans les fokontany de Tsaramasay, d’Ankazomanga , Andraharo et d’Ankorondrano Andranomahery.Certains de leurs habitants se trempent dans de l’eau sale pour se déplacer même dans leurs habitations.Ce calvaire est le fruit d’un remblai, situé dans le 5e arrondissement. Il bouche l’évacuation d’eau provenant des quartiers de 67 Ha, d’Ankasina et a transformé ces trois quartiers en une cuvette. « Une voie publique a été construite à la place de l’évacuation d’eau. Le propriétaire aurait accepté de construire des canaux pour l’écoulement de l’eau. Malheureusement, il ne l’a pas fait et ce sont nos voisins qui en font les frais », souligne Alain Ramanantany, président du Fokontany d’Ankorondrano Andranomahery, hier.Les victimes n’ont d’autres issues que de gagner les hauteurs. Près de deux cent familles ont quitté leur domicile pour s’abriter dans les bureaux de fokontany, depuis le 31 décembre. Ceux qui ont les moyens construisent des cases en bois pour échapper à cette inondation. « Nos enfants tomberont malades dans cette eau insalubre et par  l’odeur qui s’en dégage si nous persistons à y rester. Nous n’avons nulle part où aller, c’est pourquoi nous construisons temporairement cette maison », témoigne Fred Ralaiarison, chef d’une famille de sept personnes. Beaucoup, notamment les enfants, souffriraient de problème respiratoire.Les habitants s’attendent au pire avec le cyclone qui frappe déjà à la porte de la Grande île. « Si l’on ne se mobilise pas au plus vite pour démolir ce remblai, le fokontany tout entier se trouvera sous l’eau », enchaîne Alain Ramantany qui réclame qu’on fasse les travaux rapidement.Malheureusement, ce ne sera que ce jour que le 5e arrondissement convoquera le propriétaire et la descente sur le terrain n’est prévue que pour vendredi, selon Richard Rakoto, délégué de cet arrondissement.Entre temps, des possibilités de précipitations pourraient augmenter le nombre des sinistrés et aggraver la situation.La commune urbaine d’Antananarivo (CUA) remet au ministère en charge des Projets présidentiels, de l’aménagement du territoire et de l’équipement (M2PATE), la responsabilité de la délivrance de l’autorisation de ce remblai. Depuis octobre 2015, la CUA « a suspendu tous travaux de remblai et n’a octroyé aucune autorisation de remblai ». Contacté sur ce sujet, le M2PATE est resté de marbre.

Miangaly Ralitera

Midi Madagasikara91 partages

Hery Rajaonarimampianina : Pas de cadeau de bonne année surprise

Une erreur de communication monumentale. C’est ainsi que les observateurs considèrent la décision du président Hery Rajaonarimampianina de renoncer le 31 décembre 2017, à l’habituel discours à la Nation. Jusqu’ici, le Chef de l’Etat n’a encore effectué aucun message de vœux au peuple malgache. Contrairement à tous ses prédécesseurs et aux autres présidents de la République du monde entier. Pour ne citer que le cas du président français Emmanuel Macron qui a formulé son premier discours de vœux au peuple français le 31 décembre dernier. Un discours qui continue même de provoquer des polémiques, puisqu’il aurait été inspiré de son propre discours prononcé à l’Université d’été du Medef en août 2015. Le 31 décembre dernier donc, le « Hery Vaovao ho an ’i Madagasikara » a failli non seulement à une tradition républicaine, mais aussi à la tradition malgache engendrée par le « Fihavanana ». Pourtant, en cette période de l’année, il est de coutume que les « Raiamandreny » présentent leurs vœux de bonheur à leurs enfants. Une occasion aussi pour ces derniers d’offrir à leur tour un « solom-bodiakoho » aux « Raiamandreny ». Très critiqué ces derniers temps à cause du manque de résultats palpables sur le social de la population, mais aussi à cause de l’inflation et des problèmes de pauvreté qui frappent presque toutes les familles, le Chef de l’Etat a préféré briser la coutume du discours de vœux. Et ce, même s’il n’ignore, certainement, que les habitants de « La Réunion Kely » à qui il a rendu visite le 31 décembre ne peuvent en aucun cas représenter les 23 millions de Malgaches. A force de vouloir se démarquer à tout prix par rapport à ses prédécesseurs, Hery Rajaonarimampianina risque plutôt de se faire remarquer par l’échec engendré par ses initiatives.

Tempête tropicale. Certainement, Hery Rajaonarimampianina attendra la cérémonie de présentation de vœux aux Corps constitués qui aura lieu demain au Palais d’Etat d’Iavoloha pour présenter ses vœux au peuple malgache. Son message risque pourtant d’être noyé dans le bilan de la tempête tropicale Ava qui frappe depuis hier la partie Nord-est de la Grande Ile. D’autant plus que vu les problèmes de trésorerie auxquels le régime fait face actuellement, le « Hery Vaovao ho an’i Madagasikara » n’aura certainement pas de cadeau de bonne année surprise à offrir au peuple malgache. Il prononcera certainement un discours classique qui, comme à l’accoutumée, sera marqué par l’annonce d’une augmentation de salaire qui ne sera pas supérieure à 7% pour les fonctionnaires, et une remise de peine pour les détenus. La question est aussi de savoir s’il osera présenter le bilan de l’année écoulée. Un bilan plutôt négatif aux yeux de bon nombre d’observateurs, vu les cris de détresse des Malgaches qui souffrent de la hausse des prix du riz, des carburants et des produits de première nécessité, ainsi que l’insécurité grandissante qui prévaut sur toute l’étendue du territoire. 2018 étant une année électorale, le Chef de l’Etat devrait donc songer à améliorer sa communication pour être plus proche de la population.

Davis R

Midi Madagasikara91 partages

Kick-boxing : Fazaraly Razanajatovo remporte son premier combat Pro

Fazaraly est une valeur sûre du kick-boxing malgache.

Une bonne nouvelle ! Le jeune  kick boxeur El Fazaraly Razanajatovo commence à tracer sa route sur le circuit professionnel. Il a fait parler de lui samedi dernier, en Chine, dans un tournoi professionnel. Pour son entrée en jeu, le jeune quintuple champion de Madagascar a remporté son premier combat Pro en K1 chez les moins de 65 kg, devant un Chinois évoluant à domicile. Une victoire éclatante pour le sociétaire du club Tiger Muay Thaï. Fazaraly, qui a commencé très jeune le kick-boxing a signé depuis le 26 décembre au sein de ce club pour deux ans. A son palmarès, il a été sacré vice-champion d’Afrique et vainqueur de la Coupe de l’Océan Indien en 2016. En 2017, il a encore émerveillé le public de Mahamasina lors du Grand défi de kick-boxing opposant les combattants du Sud à ceux de Tana. Avec ce premier titre chez les professionnels, Fazaraly a un bel avenir devant lui.

T.H

Midi Madagasikara90 partages

Andraisoro : Novonoiny tamin’ny antsy ny zandriny niara-nanao « réveillon » taminy

Niara-nifety ny faran’ny taona izy mirahalahy, tetsy Andraisoro. Hafakely ny fomba nentin’izy ireo nanatontosa an’izany satria navoaka avokoa ny raki-tsary rehetra an’ny fianakaviana ary niara-nojerena. Isan’ny namerina vetsovetso ho azy mirahalahy ny fisian’ny zokiny iray tampo amin’izy ireo efa nodimandry. Teo indrindra ny olana no nitranga. « Nirotsaka ny alahelo sy ny vetsevetsom-po » raha araka ny fanazavan’ny polisy misahana ny heloka bevava izay nanokatra ny fanadihadiana momba ity raharaha ity. Rehefa izany ary, heverina koa fa nihoatra ny toaka lany, dia tonga tany amin’ny fifamaliana. Nilaza ilay zokiny (izay namono) fa mihatsara ivelan’ny tsihy fotsiny ny zandriny, izay latsaka hatramin’ny ranomasony raha nahita ny raki-tsary. Tsy nijanona teo amin’ny fifamaliana ny vokatr’izany : noraisin’itsy voalohany ny antsy ary notsindrominy ny zandriny. Tsatoka antsy in’efatra izay niteraka ny fahafatesan’ilay lehilahy. Ny fijerena ifotony ny razana nataon’ny BC tao amin’ny tranom-patin’ny Hjra no nahafahan’izy ireo nitatitra fa telo ny tsatoka antsy hita teo amin’ny lamosin’ny maty ary nisy iray hafa ihany koa teo amin’ny tratrany. Mazava fa ny namono nahafaty no tanjon’ilay lehilahy zokiny. Ny ampitsonin’iny, izany hoe ny 1 janoary teo dia efa tao amin’ny « morgue » ny razana. Nisy nampandre ny pôlisy teo anivon’ny BC izay nanao ny fitsirihana ny razana. Teo ihany koa dia efa nosokafana ny fanadihadiana ary niafara tamin’ny famantarana ny olona noahiahiana, dia ilay zoky izany. Nosamborina tao an-tranony tao Andraisoro izy ny andron’iny ihany. Raha ny filazan’ny BC dia niaiky ny heloka vitany ity lehilahy ity. Niady tokoa izy mirahalahy ary nivoaka hatrany an-tokotany mihitsy aza. Tany no namonoany ho faty ny zandriny. Natolotra ny fampanoavana omaly ilay nahavita ny heloka bevava voalohany tamin’ity taona ity teto an-drenivohitra.

D.R

L'express de Madagascar86 partages

Palissandre saisi – Un colonel manque à l’appel du tribunal

Dommage. Un colonel, le cerveau présumé du trafic de palissandre dans le district de Miandrivazo a manqué à l’appel, lors de la comparution au parquet du tribunal de première instance (TPI) d’Antsirabe hier. Un gendarme de première classe qui est son secrétaire et un caporal de l’armée de la compagnie territoriale Miandrivazo, les présumés complices, n’étaient pas non plus venus, selon les premiers éléments de l’investigation.Quatre individus dont le chauffeur du camion saisi avec quatre-vingt rondins de palissandre à son bord, son aide, l’abatteur de bois et le propriétaire du véhicule, ont été présentés au juge, hier. Le résultat de leur assignation sera connu ce jour, selon les informations recueillies auprès du tribunal.« Le caporal n’ira pas se présenter à nous pour être enquêté tant que son commandant ne lui permettra pas d’y aller. C’est ce qu’on nous a répondu lorsque nous l’avons convoqué », a indiqué le chef du commissariat de Betafo, hier dans un entretien téléphonique. La police est saisie de l’affaire.

Hajatiana Léonard

Midi Madagasikara81 partages

« Lemur Trophy » : Un raid touristique transformé en mission sanitaire

Les participants au raid touristique.

L’objectif étant de faire le tour de Madagascar en véhicules tout terrain comme les 4×4, les quads et les Buggys, et ce, sur plusieurs éditions annuelles afin de découvrir l’authenticité des régions inexplorées.

Le « Lemur Trophy 2017 » a été organisé au départ de Toliara pour rejoindre Fort-Dauphin. Les participants ont fait une compétition amicale tout en découvrant les côtes des régions Vezo, Mahafaly et Antandroy. Lors de cette 2e édition, ce raid touristique a été transformé en  mission sanitaire de prévention compte tenu du contexte de l’épidémie de peste qui estsurvenue dans le pays l’an dernier, et ce, même si cette partie réservée au raid touristique a été épargnée par cette maladie.

Aventure humaine. Rappelons que le « Lemur Trophy » est un événement organisé à l’initiative du ministère du Tourisme. Son objectif étant de faire le tour de Madagascar en véhicules tout terrain comme les 4×4, les quads et les Buggys, et ce, sur plusieurs éditions annuelles afin de découvrir les pistes, les villages et les régions inexplorées et souvent inconnues dont les curiosités font la beauté de la Grande Ile.  Le « Lemur Trophy », dans son concept même, est à la base une aventure humaine basée sur la solidarité. C’est pourquoi, tous les participants engagés dans cette compétition amicale ont accepté de transporter des matériels de prévention sanitaire tout en assurant la sensibilisation de la population dans des localités desservies par le raid.  Durant le parcours,  les participants au  « Lemur Trophy », accompagnés par l’équipe du BNGRC , ont pu distribuer aux villageois des stylos, des casquettes et des T-shirts ainsi que des produits d’entretien comme des désinfectants, du savon et aussi du matériel de stockage d’eau et gobelets fournis par le PSI et Nickel.

Authenticité. Entre temps, les participants au raid touristique ont pu découvrir l’authenticité de la partie sud de l’île. A titre d’illustration, ils ont pu visiter la Réserve de Berenty qui regorge près de 1 300 lémuriens tout en faisant des allers-retours dans les champs de sisal. Ce produit est exploité pour réaliser des tapisseries, nattes et autres produits décoratifs souvent gérés par des artistes du patchwork. En outre, un regroupement pour un pique-nique au Cap Sainte-Marie distant de 40km de Lavanono, leur a permis d’observer des baleines et des baleineaux. Ceux-ci vont rejoindre leur zone nourricière en Antarctique. Ce n’est pas tout ! Ils ont découvert les trois espèces de tortues terrestres sur place et ont recensé près de 3 000 carapaces sur le Cap Sainte- Marie. Et lors de la dernière étape, les participants au raid touristique ont rejoint la  célèbre plage idyllique de sable fin de Lokaro situé au bord de la mer à l’Est de Fort-Dauphin. Ils n’ont pas non plus résisté à la vente des produits frais comme les crevettes et les crabes des pêcheurs traditionnels.

Vainqueur incontestable. En bref, les participants au « Lemur Trophy » en ont témoigné qu’ils ont bien vécu des moments difficiles mais très agréables durant leurs parcours tout en étant fiers d’avoir réalisé leur mission sanitaire. C’est Jean Thierry, un Réunionnais qui a gagné en finissant premier de toutes les compétitions confondues. Vainqueur incontestable et reconnu par tous les participants, il a emporté haut la main le  « Trophée HISUN ». Son comportement exemplaire vis-à-vis des autres véhicules, son fair-play impressionnant devant les difficultés, son sens de l’orientation lui ont permis d’avaler ses 1217 km en 42 heures sans crevaison, sans aucun accident et panne, alors que d’autres en ont parcouru plus de 1500 km pour un total de 56 heures au volant. La dame Mianoka Andriamandroso, photographe pour « Oxygeniouz Africa » engagée dans cette compétition, est à la 2e place tandis que Gérard Corneil, propriétaire de l’hôtel VATOLAHY à Antsirabe, a fini en 3e place.

Navalona R.

Madagate74 partages

Madagascar. Olivier Mahafaly, Premier ministre, a osé annoncer ce qu’on sait déjà

Le Premier ministre Olivier Mahafaly Solonandrasana, et son épouse

Primature de Mahazoarivo, 3 janvier 2018. C’est dans le cadre de la présentation de vœux, à l’occasion du nouvel an 2018, des membres du gouvernement au Premier ministre, Olivier Mahafaly, et son épouse, que le chef du «gouvernement de combat» a dévoilé les batteries électorales: «Je vous l’annonce sans l’ombre d’un doute: le président Hery Rajaonarimampianina sera candidat à sa propre succession en 2018». Se voulant plus prolixe que la normale, Olivier Mahafaly a rajouté des déclarations qui font… frémir, à l’adresse des ministres mais aussi de ceux qui veulent l’entendre: « Nous pouvons faire valoir beaucoup d’acquis, et nous avons fait beaucoup de sacrifices. Dès lors, pourquoi allons-nous laisser les autres occuper notre place? Nous sommes déjà au pouvoir, nous avons pour cette raison de l’avance, nous avons aussi du financement…».

Branle-bas de… combat de toute l’administration publique donc, pour soutenir le désormais candidat d’Etat («Kandidam-panjakana»). La loi dans tout çà? Il semble que la loi c’est eux à Madagascar jusqu’à preuve du contraire. Dès lors, élections inclusives et transparentes? Mon œil. Ajouté à cela, les armes et les sous. De très gros sous venus d’on-sait-parfaitement d’où. Et voilà les Malgaches transportés au plein cœur de l’année 1972 où, le 30 Janvier, Philibert Tsiranana, fondateur du parti PSD (Parti social démocrate)estréélu Président de la République avec 99,8% des suffrages. Vous ne rêvez pas, c’était bien le pourcentage de l’époque. Cinq mois plus tard, il est balayé du pouvoir car il a fait tirer sur nous, étudiants, le 13 mai, sur l’avenue de l’Indépendance. En quatre ans de pouvoir, Hery Rajaonarimampianina a réussi à attiser un trop-plein de rancœur au sein de toutes les souches sociales de la Grande île, qui explosera tôt ou tard. Alors il regrettera amèrement de ne pas avoir suivi les traces de François Hollande: abandonner avant que la maison ne brûle. Après, il sera trop tard pour vouloir et même pouvoir sauver les meubles. Et il est déjà trop tard pour lui, mais seuls les imbéciles ne changent jamais d’avis. A bon entendeur, salut!

Jeannot Ramambazafy – 4 janvier 2018

Tia Tanindranaza69 partages

Houcine ArfaMersenera saika hamono ny Filoha ?

Efa tafatsoaka any Lafrantsa ilay teratany Frantsay 54 taona antsoina hoe Houcine Arfa Yerres sy Marie-Claude vadiny amin’izao fotoana izao, raha ny vaovao navoakan’ny fampahalalam-baovao Frantsay France-Ouest. Voaheloka 3 taona higadra an-tranomaizina nanomboka ny 23 novambra 2017 teo i Houcine Arfa noho ny fisandohana andraikitra, raharaha fakana an-keriny, fitazomana fitaovam-piadiana tsy nazahoana alalana, ary tafiditra tao anaty tambajotran-jiolahy ihany koa.

Midi Madagasikara66 partages

Antanimena : Mpangarom-paosy tratra ambodiomby, saika niharan’ny fitsaram-bahoaka

Isan’ny toerana azo lazaina fa mafampana amin’ny harom-paosy sy fanendahana raha io fiantsonan’ny taxi-be eo Antanimena ambany io. Tsy vitsy tokoa ireo mitaraina, indrindra fa ireo mpiandry taxibe amin’ny hariva. Omaly, sendra ny nahay azy ity tontakely iray, izay sendra ny lalan-dririnina. Tratra am-bodiomby teo am-panaovana ny asa ratsiny mihitsy mantsy ny lehilahy tamin’io fotoana io. Tamin’ity indray mitoraka ity dia tsy nihanona fotsiny nijery ireo nahita izany asa ratsiny izany fa avy hatrany dia nandray fepetra nisambotra amin’ity lehilahy ity. Tsy vitan’ny nisambotra fotsiny anefa ireto nahita ireto, izay efa leo tanteraka ny ataon’ireo mpanao ratsy ireo, fa nampianjera ny hatezeran’izy ireo tamin’ity tontakely ity. Niainga teo avokoa ny daroka sy ny vono isan-karazany. Ny ain’ity mpangarom-paosy ity sisa no tsy niala tamin’io fotoana io. Soa ihany koa fa tonga haingana teo ireo pôlisy manao fisafoana amin’iny faritra iny, ka nisambotra sy nitondra ity mpanao ratsy ity.

Fa miresaka an’iny faritra ny boriboritany faha-telo iny hatrany dia tsy mandry andro tsy mandry alina ireo pôlisin’ny kaomisaria misahana izany faritra izany amin’ny ady amin’ireo tontakely sy mpanao ratsy. Vao andro vitsy monja izay no nahatratraran’izy ireo ireo mpamaky fiara roalahy, izay mampikaika ireo mponina tokoa eny amin’iny faritra Andravoahangy sy ny manodidina iny. Ireo fiaran’ny mpiantsena sendra miantsona amin’ny sisiny no tena ataon’izy ireo lasibatra amin’izany, raha ny fampitam-baovao azo. Mbola tratra teny amin’izy roalahy ireto moa ny fitaovana fampiasan’izy ireo amin’izany asa ratsy izany. Ny talata teo izy ireo no natolotra ny Fampanoavana ary nadoboka am-ponja avy hatrany.

m.L

L'express de Madagascar62 partages

Natation – Meeting de l’Océan Indien – Quatre médailles et trois records nationaux

La délégation malgache au Meeting de l’Océan Indien rentre avec quatre médailles. Les nageurs ont aussi actualisé trois records nationaux.

Bonne récolte de fin d’année. Les p o r t e – fanions de la Grande Ile ont remporté quatre médailles et ont actualisé trois records nationaux ainsi que deux meilleures performances au XXIXe Meeting de l’océan Indien. La version 2017 s’est tenue à la piscine olympique de Chaudron à Saint-Denis, La Réunion, du 28 au 30 décembre. Le nageur du club Saint Michel, Tiavintsoa Razafintsalama a réalisé un doublé en arrachant deux médailles chez les benjamins. Tiavintsoa a remporté la médaille d’argent en 200m brasse et celle de bronze en 100m brasse. Une autre nageuse d’Amparibe Murielle Rabarijaona a aussi ravi le bronze de l’épreuve de 800m nage libre toutes catégories. Encore dans la catégorie junior, Murielle termine troisième en course open avec au chrono 12:36:43 et elle a failli actualiser l’ancien record national d’Hasambarana Jaovanona (12:36:42). La quatrième médaille, la troisième de bronze a été décrochée par Ony Andrianaivo de Cosra Vakinankaratra en 50m dos catégorie poussine (00:38:16).Dans la foulée, trois records nationaux nationaux ont été battus durant la participation malgache au MOI de la Réunion. Ils ont tous été réalisés par les nageurs de Saint Michel dont deux signés Murielle Rabarijaona.ImpressionnantElle a actualisé le record de Madagascar en 1500m nage libre, 20:06:27 contre 20:40:42 de Lianah Ramerison Rabenja, effectué en 2004 lors des championnats d’Afrique à Casablanca Maroc. Puis elle a amélioré son propre record en 400m nage libre, 04:56:89 contre 04:59:35 effectué durant les championnats de Madagascar à Toamasina en 2016.L’auteur du troisième record fut John Rakotomavo de St Michel. Il a actualisé le record national en 200m papillon, 2:19:53 contre l’ancien temps d’Erick Rajohnson, l’expatrié de Prague, 2:22:62 réalisé lors des Jeux des Iles de l’océan Indien en 2003 à Maurice. Deux meilleures performances ont été aussi enregistrées à la Réunion dont une signée Tiavintsoa de Saint-Michel chez les benjamins, en 200m brasse, 2:56:61 contre 2:57:79 de Tahiry Razanamasy de 3FANS en 1998 à la Réunion. Et celleactualitées de Ony Andrianaivo de Cosra Vakinankaratra dans la catégorie poussine, en 400m quatre nages, 6:30:40 contre 6:47:50. « Remporter des médailles est vraiment un exploit pour nos nageurs.La performance des jeunes nageurs de la Grande Ile a impressionné les grands pays de la natation présentes à ce Meeting » raconte Aimé Ranaivo, responsable technique et encadreur des nageurs malgaches au MOI de la Réunion.Serge Rasanda

L'express de Madagascar60 partages

Ethiopian Airlines – Innovation dans le frêt et les tarifs

Ethiopina Airlines est décidé à investir un peu plus à Madagascar. De nouveaux aéronefs seront employés pour les frêts et les tarifs seront à réviser, si l’on en croit les déclarations du responsable. En marge d’un tirage au sort organisé par la compagnie aérienne Ethiopian Airlines hier à l’hôtel Ibis, Mickael Bekele, area-manager, a déclaré que des cargos seront employés pour étendre le domaine de l’import-export à Madagascar.«Madagascar a une très grande potentialité tant dans le domaine de l’import que de l’export», a-t-il soutenu. L’abondance de quelques filières phares du pays encourage la compagnie aérienne à agir ainsi.«En terme d’export, Madagascar a une très grande potentialité dans le domaine de la vanille, le textile, les crabes et autres animaux vivants. Nous pensons étendre cette activité tant de Madagascar qu’en provenance de l’étranger», a expliqué Mickael Bekele.Concernant les tarifs passager, Ethiopian Airlines est conscient que les prix sont souvent exorbitants pour certains clients. Mickael Bekele pense qu’il faut trouver le juste milieu pour que tout le monde puisse en profiter.«Il faut trouver un compromis en terme de service et de prix. Nous vendons des billets en classe affaires et les passagers de cette classe attendent qu’ils soient bien traités car ils payent plus cher» a-t-il expliqué.Selon lui, un équilibre doit être respecté pour rester dans la compétition. «Il faut balancer la prestation de service et l’offre qu’on donne car on ne peut pas vendre des billets à un prix trop bas : la compagnie sera en faillite. On ne peut pas non plus vendre trop cher car nous perdrons des clients» a-t-il soutenu.

Lire aussi :  Transport aérien - Air Madagascar reprend son souffle

Loïc Raveloson

Tia Tanindranaza52 partages

Kabary eny IavolohaHamoaka vahaolana ve sa fandokafan-tena fotsiny ?

Ny resaka tsy fandriampahalemana no tokony homen'ny Filoha lanja amin'ny kabary izao hataony eny amin'ny Lapan'i Iavoloha eny Iavoloha amin'ny zoma 5 janoary 2018 izao ankaotra ny resaka valan'aretina pesta izay nitranga tamina faritra maro, ny ara-tsosialim-bahoaka izay nilatsaka tsy nisy ohatr'izany koa no tena nanamarika iny taona 2017 lasa iny.

Toy ny isan-taona dia hanana ny teny ho lazainy sy ny fahitany an'izay zava-nitranga izay ny Filoham-pirenena mandritra ny fanasany ireo tompon'andraikitra isan-tokony (vahiny sy Malagasy) eny Iavoloha ny zoma io. Iray amin'ireo trangana tsy fandiampahalemana, indrindra raha tany amin'ny Faritra Atsinanana ny "kidnapping", ny fifanolanana nisy teo amin'ny tonian’ny fampanoavana sy ny zandarimariam-pirenena, ny resaka adin-tany maro be, ny mpangalatra lavanila izay votsotra na dia efa nahitana porofo aza, ny mpanakana fiara, fahatratrarana basy maro tany an-toerana. Ireo rehetra ireo dia tsy mbola nahitan'ny tompon'andraikitra vahaolana avokoa ary nampitaraina ireo valala be mandry satria ahiany ho hisy fiantraikany amin'ny fiainany an-davanandro amin'ny ankapobeny. Fa anisan'ny nitana ny sain'ny mpanara-baovao ihany koa ny mahakasika ny famarotana Minisitra iray teo aloha tamin'ny vidiny mora dia mora (1.000 ariary/m²) izay tsy mifanaraka amin'ny tolotra misy an-tanàn-dehibe ny "Villa Elisabeth" nonenan'ny Profesora Zafy Albert, miampy ireo hafa tsy ho voatanisa. Eo anatrehan'izay dia tokony ho faizina araka ny lalàna velona sy misy eto izay olona fantatra, fa nanao izay asa ratsy izay satria fanetriben'ny firenena no mpanapotika ny maha olona. Heverin'ny maro araka izany, fa tsy ho kabary fanafosafoana na hanondronam-paingotra ny hafa indray no hisy, fa mba vahaolana sy fandraisan'andraikitra mivantana no andrasana aminy amin'izao volana vitsy mialoha ny hifaranan'ny fitantanana ny firenena izao.Evariste Ntsoavina

L'express de Madagascar49 partages

Présidentielle – L’éventualité d’un accord politique fait un tabac

Une partie de la classe politique est, visiblement séduite par l’idée d’un accord politique préalablement à la présidentielle. Chaque courant semble s’attendre à ce qu’il abonde dans son intérêt.

Un casse-tête. Le déroulement des consultations des acteurs électoraux engagés par Solonandrasana Olivier Mahafaly, Premier ministre, depuis le mois de décembre pourrait connaître une issue difficile. Séduit par l’idée d’«un accord politique », comme résultat des échanges, des entités politiques s’y engouffrent, chacune avec leurs desiderata respectifs.L’éventualité que les consultations qu’il mène débouchent sur un accord politique entre les acteurs électoraux a été lancée par le chef du gouvernement lors de son petit déjeuner de presse, le 21 décembre, à Anosy. Parvenir à un consensus risque, cependant, de ne pas être aisé. L’issue de la démarche qui consiste à trouver un consensus sur le nouveau cadre juridique des élections serait compliquée.Il y a d’abord le débat sur l’opportunité d’une révision de la Constitution qui est loin de faire l’unanimité. Une option que le pouvoir serait en train d’écarter étant donné les tollés. Ce qui expliquerait les nouvelles consultations afin de décider quelle position adopter face aux impératifs constitutionnels. Seulement,des courants pourraient tenterde tirer leur épingle du jeu.Durant une cérémonie de présentation de voeux à son domicile,à Faravohitra, lundi, Marc Ravalomanana, ancien Président, a déclaré qu’« il n’y a que par le biais du dialogue que l’on peut éviter une crise. Un accord politique est largement au-dessus des décisions judiciaires ».Des propos qui pourraient être le feu vert pour la participation du groupe parlementaire Tiako i Madagasikara » (TIM), aux consultations menées par le gouvernement. Ce dernier ayant déjà annulé, à chaque fois à la dernière minute, deux rencontres prévues avec le Premier ministre et l’équipe de la primature.Contourner les textesÀ entendre son discours, l’ancien exilé d’Afrique du Sud, semble miser sur ces discussions pour s’assurer d’une présence à la ligne de départ de l’élection présidentielle.  Sous la coupe d’une condamnation par contumace dans le cadre de l’affaire 7 février,certains courants politiques agitent cet argument pour marteler son inéligibilité. En réponse, Marc Ravalomanana,a brandi la menace d’une crise politique s’il venait qu’on l’empêche d’être candidat.Le conseiller spécial du maire de la capitale pourrait vouloir de « l’accord politique », issu des consultations,qu’il prévoit une ligne levant l’épée de Damoclès sur ses ambitions présidentielles.Les tenants du pouvoir tablent, toutefois, sur le respect des lois et prescrits judiciaires. Une partie des acteurs électoraux souhaite, par ailleurs, que le résultat des consultations « contourne », les impératifs constitutionnels.Ceci, toujours au motif d’éviter une crise. « Nous encourageons la recherche d’un accord politique, (…) il s’agit de l’intérêt supérieur de la nation et d’éviter la crise », soutient le Cercle de réflexion pour l’avenir de Madagascar (CRAM), dans un communiqué diffusé, hier. Le CRAM, à l’instar d’une frange de la société civile,  plaide pour que la date du premier tour de la présidentielle soit avancée de deux mois, soit en septembre. Les rangs du pouvoir s’en tiennent, pourtant, aux dispositions de l’article 47 de la Constitution et martèlent que « les deux tours de la présidentielle devront se tenir entre le 24 novembre et le 24 décembre ».Si l’on s’en tient aux propos de leurs porte-paroles, les OSC consultés par le Premier ministre, le 29 décembre, s’en tiennent, eux aussi, aux prescrits constitutionnels.« (…) nous avons cherché la solution technique permettant d’organiser l’élection vers la fin de l’année 2018, comme le veut la Constitution en vigueur », a déclaré Haritiana Ralevason, coordonnateur national du Comité d’harmonisation des organisations de la société civile pour la qualité des élections (CHOQUE), à l’issue des échanges. Le parti « Hery vaovao ho an’i Madagasikara » (HVM), du reste s’est déjà positionné « contre tout accord extraconstitutionnel ». Une fin de match disputée s’annonce.Garry Fabrice Ranaivoson

L'express de Madagascar46 partages

Police nationale – Une centaine d’individus en cellule

Trois cent dix-huit personnes ont été placées en garde-à-vue pendant 48h, aux commissariats de la sécurité publique, lundi pour diverses effractions.

Scènes de coups de filet dans les cinq chefs-lieux de province. La direction de la sécurité publique (DSP) a enregistré trois cent dix-huit individus arrêtés et retenus en cellule pendant 48h aux commissariats de police, pour bris de clôture, la nuit du dimanche.Ce bilan statistique national fait suite à la sécurisation de la Saint-Sylvestre à laquelle plus de trois mille policiers ont contribué. Une enquête judiciaire a été ouverte à l’encontre de ces centaines d’individus.Les quarante-huit heures se sont écoulées.Aucun chiffre exact concernant ceux placés sous mandat de dépôt n’a toutefois été disponible, lors du point d’hier à 11h, à Anosy.« Deux cas d’attaques à main armée ont été constatés, dont l ’un à Tol iara et l ’autre à Fianarantsoa », a indiqué le Commissairre Divisionnaire de Police Herilala Rakotoharimanana, directeur de la sécurité publique. Les deux hold-up ont été suivis de meurtre, selon les informations recueillies.Les cinq chefs lieux de provinces ont été le théâtre d’une patrouille intensive de la police. A l’issue de renseignements fournis par les gens, cent seize autres individus ont été fouillés et emmenés aux commissariats pour défaut de carte d’identité nationale. Certains d’entre eux se sont fait arrêter pour coups et blessures volontaires, selon le service de l’information, de la communication et des relations avec les institutions (SICRI) de la police nationale. Les cent seize individus ont été relâchés après avoir procédé à un arrangement, d’après les explications.Des chauffards retenusC’est toujours pendant le nouvel an que les forces de l’ordre ont mis la main sur trente-deux chauffeurs ayant provoqué des accidents de circulation. Une confusion sur le vocabulaire employé par la DSP et celui par la police d’Antsiranana a été relevée. Le bilan de la DSP s’est établi à seize accidents mortels, dont quinze sont survenus à Antsiranana.La police locale a pourtant souligné qu’il s’agit des collisions matérielles. « Les chauffards ont été embarqués au commissariat pour enquête. Ils ont été placés en garde-à-vue. La somnolence au volant et la conduite en état d’ivresse étaient à l’origine des drames », a signalé un policier du commissariat d’Antsiranana, joint par téléphone, hier.Hajatiana Léonard

Midi Madagasikara42 partages

Tempête Tropicale Modérée : Ava touchera terre demain Entre Soanierana Ivongo et Brickaville

Prévisions de la trajectoire d’Ava le 3/1/2018 à 9h.

L’avis d’alerte verte est donné pour les régions concernées. La tempête tropicale modérée annonce un vent moyen de 70 km/h.

“ La tempête tropicale modérée Ava gagne en force en s’approchant des côtes malgaches ”. Ce sont là les propos de Mamy Niriana Randrianarivelo, responsable de la communication auprès de la direction Générale de la météorologie (DGM) lors d’une interview effectuée à Ankorondrano hier. Une annonce qui vient après quelques jours de formation de masse nuageuse dans l’Océan Indien. Située à 320 km au Nord-est de Sainte- Marie et à 230 km au Nord-est d’Antalaha vers 9h (heures locales) hier, Ava se déplace avec des vents moyens atteignant les 75 km/h ainsi que des rafales d’environ 105km/h. Mamy Nirina Randrianarivelo d’ajouter que la tempête tropicale modérée touchera terre entre Brickaville et Soanierana Ivongo mais que l’heure exacte dudit atterrissage reste encore inconnue jusqu’ au moment où nous rédigeons.

Rappel. Saisissant l’occasion, Mamy Nirina Randrianarivelo a tenu à rappeler que “ le service central de la météorologie est la seule institution habilitée à donner des informations sur la formation, l’évolution ou encore l’existence d’un cyclone ”. La responsable de la communication auprès de la DGM d’ajouter que “ cette habilitation  vient non seulement des rôles et attributions de la Direction Générale de la Météorologie en tant qu’institution publique mais surtout grâce  au  fait que Madagascar est  membre de l’Organisation Internationale de la Météorologie ”. Par ailleurs, face au phénomène, l’avis d’alerte verte est donné pour les régions suivantes : SAVA plus précisément Antalaha, Analanjirofo, Alaotra Mangoro et Vatovavy Fitovinany. Etant donnéles rafales emportées par Ava, l’on pourrait s’attendre à des destructions considérables dans les régions concernées.

José Belalahy

Midi Madagasikara39 partages

Développement de l’Amoron’i Mania : Table ronde des bailleurs et partenaires

Les participants à la table ronde. Photo Anastase

Longtemps plébiscitée par la région d’Amoron’i Mania, pour booster son développement, une table ronde des bailleurs et des partenaires a enfin eu lieu à Ambositra le 11 décembre dernier avec l’appui de l’Organisation Internationale du Travail (OIT). Une première de genre au niveau des régions.

Agenda 2030. Comme l’a expliqué Christian Ntsay, directeur bureau des pays de l’OIT pour Madagascar, les îles Comores, Maurice et les Seychelles, l’OIT a bien voulu soutenir l’initiative de cette table ronde des bailleurs et des partenaires à Ambositra à la demande de la région d’Amoron’i Mania et pour deux objectifs. Le premier objectif, Ntsay Christian de spécifier qu’aujourd’hui, la région d’Amoron’i Mania a son agenda 2030 bâti sur dix projets prioritaires qui s’élèvent à plus de 600 millions de dollars. Donc les partenaires techniques et financiers sont appelles à soutenir l’Amoron’i Mania dans ce leadership qui rentre dans le cadre de la décentralisation, la décentralisation effective. Le deuxième objectif a mentionné ce représentant de l’OIT est l’existence d’un consensus dans l’ensemble de tous les acteurs de la région autour de ces dix projets prioritaires et d’espérer entamer la deuxième phase de ce processus à travers une consolidation de ce qui a été discuté au cours de cette table pour des résolutions finales dans la mise en œuvre de cet agenda 2030. Ces projets qui sont des projets structurants pour le développement de la région et du bien-être de la population renchérit la ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique, Rasoazananera Marie Monique.

Développement humain. D’ores et déjà, a annoncé son représentant, l’OIT à partir de 2018, va financer deux de ces dix projets prioritaires concernant le volet social.

10 projets . Le chef de l’exécutif régional, Rakotomanankiafarana Joël, pour sa part a présenté les dix projets prioritaires, objets de cette table ronde définis dans les différents axes stratégiques : – l’axe stratégique -1- Appui institutionnel à la capacité de gouvernance locale :

Projet 1-Schéma d’aménagement communal de 48 communes rurales et le plan d’urbanisme directeur de la commune urbaine de Fandriana et Ambatofinandrahana

Projet-2-Aménagement de la commune urbaine d’Ambositra comme carrefour pôle d’échanges socio-économiques intra et inter régionaux.

Axe stratégique 2-Etendre les réseaux d’électrification en faveur des pôles économiques et régionaux

Projet- 3-construction d’un central hydro-électrique d’Antetezambato-Ambatofinandrahana.

Axe stratégique-3- Instaurer un environnement favorable et développement humain durable

Projet-4 Appui aux emplois et lutte intégrée contre la faim cachée.

Projet-5-stratégie de la systématisation de la délivrance de première copie de naissance et CIN dans la région d’Amoron’i Mania.

Axe stratégique 4- Relance de l’économie régionale pour un recul rapide de la pauvreté soucieux de l’environnement

Projet 6-mise en œuvre de la politique de migration de la région d’Amoron’i Mania.

Projet 7- réhabilitation de la RN 35- Ivato-Ambatofinandrahana-Amborompotsy-Mandrosonoro-Malaimbandy.

Projet 8- Aménagement agricole et sécurité alimentaire : réhabilitation des barrages hydro-agricoles des deux périmètres de Bemaha (rive gauche) et de Sandrandahy.

Projet 9-Reboisement à grande échelle dans l’Amoron’i Mania. Projet 10- Appui à la formation professionnelle des jeunes et de transformation de l’économie informelle.

CHAN-MOUIE Jean Anastase

Midi Madagasikara37 partages

Tourisme : Nouveaux handicaps sur le littoral Est

La dégradation des routes nationales risque de s’aggraver avec le cyclone Ava.

Sortant à peine de la crise de la peste qui a eu des impacts graves sur le tourisme, la région Atsinanana fait face à de nouveaux problèmes qui vont être amplifiés par le cyclone Ava. Selon les opérateurs touristiques, la situation est loin de revenir à la normale. Ils ont cité en particulier la dégradation rapide des infrastructures routières, faute d’entretien, et l’insécurité qui persiste sur les routes nationales. La semaine dernière, des touristes ont encore été victimes de jets de pierres sur la RN2, lors de leur passage sur la montée de Maharidaza. D’après les témoignages, trois véhicules ont roulé en caravane en fin d’après-midi, lorsque des pierres lancées arrivaient de partout, tombaient sur la carrosserie du deuxième véhicule et cassaient le pare-brise du troisième. En effet, c’est le genre d’incident qui décourage les touristes, d’après les opérateurs. En ce qui concerne l’état des routes, des entretiens sont actuellement en cours, mais la vitesse de dégradation semble gagner le dessus. « Les mesures tip top ne sont plus adéquates. Il faut une réhabilitation et c’est le rôle de l’Etat d’assurer cette tâche. Nous assumons très bien nos obligations fiscales. Il est évident que nous réclamions un environnement des affaires favorable à nos activités, ce qui n’est pas encore le cas », nous a confié un opérateur touristique de Toamasina, qui tient à garder l’anonymat. Pour le tourisme dans la région Atsinanana, la galère ne fait que commencer avec l’arrivée du cyclone qui fera certainement des dégâts au niveau des infrastructures, surtout pour celles de l’hôtellerie et de la restauration.

Antsa R.

Midi Madagasikara37 partages

CUA : Un budget de 50 milliards Ar pour 2018

Le Conseil municipal en session depuis hier.

La première session ordinaire du Conseil municipal d’Antananarivo s’est ouverte hier à l’Hôtel de Ville d’Analakely. La session qui va durer 10 jours se penche sur le Budget primitif 2018 de la commune urbaine d’Antananarivo qui se chiffre à un peu moins de 50 milliards d’ariary. La maire Lalao Ravalomanana a été présente à la cérémonie d’ouverture de cette session du conseil municipal. « Pour cette année 2018, la commune va notamment réaliser de nombreuses actions de développement et construire de nouvelles infrastructures urbaines à laquelle un budget de 10 milliards d’ariary sera alloué. Les questions sociales et culturelles ne seront pas à négliger. La commune envisage de disposer de sa propre radio et de télévision pour pouvoir assurer sa mission d’éducation à l’égard des Tananariviens. Les pouvoirs des six délégués au maire seront également renforcés. », a déclaré hier la première magistrate de la Ville. D’après le 2e adjoint au maire Julien Andriamorasata, le budget 2018 de la CUA est un budget de programme. « Un Plan de Travail Annuel sera établi après l’adoption de ce budget. », a-t-il annoncé.

R. Eugène

Midi Madagasikara36 partages

Accord politique : Une feuille de route Bis en gestation

Le Premier ministre essaie de faire baisser la tension en n’excluant pas un large consensus politique avant les élections de 2018.

Ballon-sonde ou projet déjà en cours d’élaboration? On a le droit de se poser la question lorsque le Premier Ministre Mahafaly Solonandrasana Olivier a laissé entendre lors de son petit-déjeuner de presse du 28 décembre 2017 qu’un accord politique n’est pas à exclure. Mais, la déclaration du chef du gouvernement reste floue. Il s’est contenté de faire penser à cette alternative au cas où  un référendum sur l’article 47 de la Constitution ne pourrait pas se tenir. Un seul article de la Constitution jugé « incohérent » par le régime HVM peut-il justifier l’existence d’un accord politique ? Et quid de la hiérarchie des normes dans ce cas : l’accord politique en question aura-il une valeur juridique supérieure à la Constitution de la Quatrième République ou l’inverse ? Le dernier accord politique appliqué à Madagascar était la fameuse feuille de route de sortie de crise qui a été adoptée après la rupture de l’ordre constitutionnel en 2009. La Constitution de la Troisième République a été suspendue. La feuille de route a été insérée dans l’ordonnancement juridique interne du pays par la Loi n° 2011-014.

Pacte de responsabilité. Pour certains observateurs avertis de la vie politique, le Premier Ministre n’a fait que lancer un ballon-sonde pour faire baisser la tension en cette période où la démarche du gouvernement dans l’élaboration des trois projets de loi organique sur le régime général des élections et du référendum, l’élection du président de la République ainsi que l’élection des députés à l’Assemblée nationale est confrontée au rejet des parties prenantes aux futures consultations populaires. Le chef du gouvernement mène actuellement des concertations auprès des partis politiques et de différentes entités de la société civile, certes, mais la démarche semble toujours être loin de favoriser l’approche consensuelle dans l’élaboration des textes qui vont régir les élections de 2018. Bon nombre d’analystes politiques concluent vite que l’accord politique annoncé par le locataire de Mahazoarivo risque de connaître le même sort que le pacte de responsabilité recommandé par la HCC dans sa décision n°24-HCC/D3 du 12 juin 2015 relative à la résolution de mise en accusation du président de la République Hery Rajaonarimampianina. Le Juge constitutionnel a rejeté la décision de l’Assemblée nationale qui a voté la déchéance du chef de l’Etat en recommandant que « les Institutions de la République œuvrent en faveur d’un pacte de responsabilité, garant du bon fonctionnement de l’Etat, dans le cadre de la Constitution en vigueur ». Jusqu’ici, rien n’est fait pour la mise en œuvre de cette décision de la plus haute juridiction du pays.

Stabilité et Inclusivité. La signature de la feuille de route de sortie de crise de 2011 a été dictée par la nécessité d’un retour à l’ordre constitutionnel dans la stabilité. Et ce malgré le « Ni…Ni… » qui a été imposé par la communauté internationale, très exceptionnellement pour accompagner les autres mesures permettant d’asseoir cette stabilité. 6 ans après, le mot « stabilité » revient. Et même le président de la République Hery Rajaonarimampianina l’a prononcé dans son dernier discours du « Rendez-vous du président ». Mais, puisque le contexte n’est plus exceptionnel, la mesure exceptionnelle « Ni…Ni… » n’aura plus sa raison d’être. Pour bon nombre de politiciens, la recherche d’un accord politique par le régime en place devrait être dictée par la nécessité de la stabilité politique qui devra passer par la tenue d’élections inclusives, libres et démocratiques dans un an.

R. Eugène

Tia Tanindranaza32 partages

Hahery vaika ny rivodoza “AVA”Tsy dia rototra anefa ny fanjakana

Nivadika ho rivo-doza ilay andro atsy izay miforona ao amin’ny oseana indiana. « AVA » no anarana hiantsoana azy. Tany amin'ny 365 Km Avaratra Atsinanan'ny Sainte Marie no nisy azy omaly 03 janoary tamin'ny 04 ora hariva. Manodidina ny 75 Km/ora ny rivotra entiny ary tafiotra 105 Km/ora. Araky ny vinavina dia mbola hitombo hery izy mialohan'ny hidirany an-tanety eo avaratry Toamasina ny marainan'ny rahampitso 05 Janoary 2018.

Hitondra rotsak’orana faran’izay betsaka izy ity raha ny vinavinan’ny mpamantatra ny toetr’andro. Filazana miloko mavo (loza manambana): Araka izany dia miova toy izao ny Filazana loza : Antalaha, Mandritsara, ny faritra Analanjirofo, Atsinanana sy Alaotra Mangoro ary Vatovavy fitovinany. Filazana miloko maintso (fanairana): Ny mpampiasa ranomasina eo anelanelan'ny Antalaha sy Toamasina dia iangaviana tsy hiandriaka intsony manomboka rahampitso. Faritra maro amin’ny atsinanan’ny nosy iny no efa nanorana matevina tato anatin’ny 2 andro izao. Ho an’Antananarivo renivohitra manokana  dia efa nanentana ny boriboritany misy faritra iva (boriboritany voalohany, faha efatra sy atsimondrano) ny amin’ny tokony hamindràna ireo olona izay monina eny an-toerana ny sampandraharaha mpamantatra ny toetry ny andro. Eny Andranomahery Ankorondrano izao dia efa tokantrano 75 sahady no tra-boina noho ny fiakaran’ny rano. Handrasan’ny fanjakana hisy faty olona ve izay vao tena hampandrenesina ny amin’ny loza mananontanona azy ? Lasa mizotra amin’izany ny sain’ny maro ankehitriny satria raha jerena amin’ny satelita dia efa tena manambana tanteraka ilay andro ratsy izay hivadika rivo-doza ary hitondra rotsak’orana be eto Madagasikara. Hatreto anefa dia tsy mba hita taratra ny fanentanana na ny kely aza ny amin’ny tokony hiomanan’ny olona, kanefa efa andro maro no fantatra ny loza mananontanona. Sa hatao fitadiavam-bola indray ka handrasana hisy maty maro sy tsy manan-kialofana an’arivony aloha ?

Toky R

 

Midi Madagasikara30 partages

Police nationale : 318 arrestations pour enquête judiciaire pendant les fêtes de la fin d’année

Puisque la Police nationale a défini comme principal objectif d’assurer à la population la paix et la sécurité afin qu’elle puisse faire la fête en toute quiétude, le Directeur de la Sécurité publique (DSP) auprès du Ministère de la Sécurité intérieure, le Commissaire divisionnaire Herilala Rakotoarimanana a présenté à la presse, hier, le bilan des actions entreprises par la Police nationale dans toute l’île durant le 31 décembre 2017 et le 1er janvier 2018. En effet, ce bilan porte sur deux  axes dans lesquels cette entité des Forces de l’ordre est intervenue pour qu’elle s’approche davantage du  peuple, à savoir la sécurité publique et la régularisation de la circulation des personnes et de leurs biens et surtout le désengorgement des embouteillages en ville. En ce qui concerne la sécurité publique en général, les statistiques révèlent 318 personnes arrêtées pour enquête judiciaire dont la répartition se fait comme suit : une personne à Tuléar pour attaque à main armée ; une a Fianarantsoa pour vol de boeufs ; 72 pour vols dont 26 dans la ville d’Antananarivo, deux dans les périphéries d’Antananarivo, 10 dans la province de Toamasina, 12 dans celle  d’Antsiranana, 20 dans celle  de Mahajanga, deux dans celle  de Fianarantsoa. En ce qui concerne  les coups et blessures volontaires, le bilan fait état de 32 arrestations  dont deux  à Antananarivo, deux  dans la province de Toamasina, 12 dans celle  d’Antsiranana, 14 dans celle  de Mahajanga, et deux  dans celle  de Toliara. Toujours dans le cadre de la prévention en matière de sécurité, 116 personnes ont été arrêtées pour examen de situation. 18 ont été faites dans la ville d’Antananarivo, 40 à Toamasina, 37 à Antsiranana, 16 à Mahajanga, cinq  à Fianarantsoa.Pour ce qui est du contrôle de la circulation routière, le DSP affirme que même si la Police a décidé de se pencher davantage dans les actions de sensibilisation au détriment de la verbalisation, cette stratégie n’a pas pu empêcher les accidents. Le bilan de ces deux jours de fête fait état des trois  accidents matériels (un  à Antananarivo et deux  à Mahajanga),  13 accidents corporels (cinq  à Antananarivo et ses environs, cinq  dans la province de Mahajanga, trois  à Fianarantsoa), et 16 accidents mortels dont  celui qui s’est produit à Andohatapenaka (Antananarivo).

T.M.

Midi Madagasikara26 partages

Culture d’algues rouges : Sept opérateurs privés s’y mettent

La culture des algues rouges constitue une alternative à la surpêche et présente de grands avantages environnementaux. En effet, les algues aident à désacidifier les eaux océaniques en éliminant le carbone et créent un environnement sain dans lequel les coquillages prospèrent.

Les carraghénanes générés par les algues rouges Kappaphycus alvarezii représentaient, en 2009, un marché annuel de 527 millions USD avec une production annuelle totale de 50.000 tonnes. C’est utilisé pour la fabrication des produits cosmétiques ou pharmaceutiques comme les dentifrices et les rouges à lèvres. L’algoculture  représente ainsi une opportunité pour Madagascar. Au moins sept opérateurs privés s’y mettent actuellement.

Contraintes. A titre d’illustration, la société Ibis Madagascar réussit à poursuivre une exploitation rentable de l’algue dans la Région Diana, exportant jusqu’à de 2.000 tonnes par an. En outre, de nombreuses initiatives ont été menées depuis trois ans pour relancer cette filière, notamment grâce à l’appui du Programme Régional pour la gestion durable des zones côtières des pays de l’Océan Indien (ReCoMaP). C’est le cas de COPEFRITO, dans la Région de Toliara, qui collabore actuellement avec plus de 400 algoculteurs répartis sur 200 km de côtes et commence à exporter ces produits sur l’Europe. D’autres opérateurs s’intéressent à l’algoculture et tentent de développer des productions commerciales sur les littoraux malgaches. Les contraintes auxquelles elles ont à faire face sont autant d’ordre technique et biologique que social et économique.

Navalona R.

Midi Madagasikara24 partages

Stephan Narison et présidentielle 2018 : « Nous devons tirer des leçons du passé »

Au nom de l’Association « Gasy Miara-Mandroso » (AGMM), son président Stephan Narison a émis son souhait pour 2018 : « Que cette nouvelle année nous apporte bonheur, amour, santé, une amélioration de notre vie quotidienne et un développement durable et palpable de notre pays. Cette année est très particulière, car nous allons bientôt élire la personne qui va diriger le pays pendant cinq ans. Ainsi, je vous prie de bien réfléchir avant d’aller aux urnes car vous allez décider de votre avenir, de celui de vos descendants et du développement durable de notre pays. Finies la distribution des présents, des T-shirts,… et les inaugurations des travaux en cours par les politiciens durant les fêtes et la propagande, il faut plutôt examiner le programme de chaque candidat ».

Candidats. Le professeur pense, par ailleurs, que nous devons tirer des leçons du passé où les candidats que nous avons soutenus ne se souviennent plus de nous une fois qu’ils sont au pouvoir. Notre vie quotidienne ne s’est pas améliorée (hausse du prix du riz et des PPN, dévaluation de l’Ariary, hausse du chômage, insécurité croissante, corruption à tous les niveaux,..) tandis que les travaux d’aménagement restent précaires (routes, urbanisme,…), les terres agricoles et les richesses naturelles sont données et exploitées par des firmes étrangères et par des minorités nationales sans bénéfice concret pour la population.

Election inclusive. Et lui d’enchaîner : « Je compte sur cette célèbre sagesse des Malgaches qui doivent désormais être vigilants. J’invite aussi chacun (surtout les jeunes) à aller aux urnes (même s’ils sont dégoutés de la politique) car c’est un devoir et sa voix décide de son avenir et de celui de la Nation. Je souhaite aussi une élection inclusive sans fraude et pour cela je compte sur le CENI, la HCC et les Observateurs Internationaux pour faire proprement leur travail sans aucune combine avec les candidats fortunés des grands partis…».

Recueillis par Dominique R.

Midi Madagasikara24 partages

Fonds Monétaire International : Des cours en ligne pour les ressortissants des pays membres

Le FMI offre des cours en ligne. Les inscriptions sont ouvertes.

L’institution de Bretton Woods partage ses expertises aux acteurs du développement dans plusieurs pays, parmi lesquels figurent Madagascar. Outre les formations à Washington, des cours en ligne sont lancés. 

Développement des capacités dans ses pays membres. Tel est l’objectif annoncé par le FMI (Fonds Monétaire International) dans la formation en ligne qu’il accorde. Cette formation est administrée par l’ICD (Institut de Développement des Capacités) du FMI, en partenariat avec les centres de formations régionaux. D’après les informations, le programme offre une formation sur divers sujets auxquels le FMI a une expertise particulière. Il s’agit, entre autres, de cours sur les finances, la fiscalité, les marchés juridiques, monétaires et ceux des capitaux, ainsi que les statistiques. A noter que chaque année, des cours sont offerts plusieurs fois dans différents endroits à travers le monde. En outre, de nouvelles formations sont lancées en fonction des besoins des fonctionnaires et des acteurs des pays membres du FMI. « Bien que la plupart des cours au siège à Washington soient offerts en anglais, certains sont également offerts en arabe, en français et en espagnol. Le formulaire de candidature en ligne peut être consulté sur www.imf.org/ins/candidature pour les cours en langue française », a indiqué l’institution internationale. Bref, il s’agit d’une opportunité pour les acteurs du développement d’améliorer leurs compétences, en tirant profit de l’expertise du FMI.

Catalogue. Hier, le siège du FMI a publié un document qui décrit les types de formations à Washington, ainsi que celles administrées dans ses centres de formation régionaux. Ce catalogue décrit chaque formation et donne des informations sur les modalités administratives pour les participants. Il répertorie également les pays éligibles à participer aux formations en ligne et à accéder au site web du centre de formation. En effet, Madagascar figure parmi les pays qui peuvent avoir accès à cette plateforme. « Les cours sont dispensés en anglais, en arabe, en français ou en espagnol et l’interprétation dans une seconde langue est disponible pour certaines séances, suivant les horaires de cours », explique le responsable au sein du FMI. Il faut croire que ce genre de formation est indispensable pour la Grande Ile, où actuellement, les financements extérieurs pour le développement sont assez importants, mais où la capacité d’absorption pose problème, et les acteurs du développement ont encore des difficultés à concevoir et à mener des projets.

 Antsa R.

L'express de Madagascar22 partages

La solution est là depuis 1959 (bis)

Il fallait organiser un référendum constitutionnel dès le lendemain des élections présidentielles de 2013. Dans cette précédente Chronique du 29 juin 2015, j’en exposais plusieurs arguments, qui n’étaient ni des alibis ni des prétextes. Comment abroger par un vote populaire contraire une Constitution censée ne jamais avoir existé, sans,paradoxalement, lui reconnaître une existence bien réelle que, d’ailleurs, on ne saurait que difficilement lui refuser en sept ans de fait accompli…Il y a quatre ans, cette Chronique parlait de « donner vie légale à une Constitution par effraction» (Juridisme susceptible, Chronique VANF, 28.02.2014)…Fin et début de citation.Et si la Constitution de 2010 était le problème de ce pays ?Proposée unilatéralement à référendum par les autorités de la HAt (Haute Autorité de la transition), elle n’auraitjamais dû voir le jour. L’accord politique préalable a été court-circuité par ce référendum du 17 novembre 2010. L’illégitimité de cette Constitution fut soulignée par la nécessité d’adoption de la feuille de route du 16 septembre 2011, dont l’objectif final était de déboucher sur des élections, notamment présidentielles, législatives et municipaleslibres, justes, crédibles.«Résumons : une Constitution adoptée presque sans qu’on y fasse attention, des articles que tout le monde découvrira trop tard, un rapport de forces auquel personne ne s’est préparé, une assemblée nationale dont on avait oublié les députés à géométrie variable, une majorité de l’esprit sans candidatures à l’échelle nationale. On avaitparlé de parenthèse s’agissant de la HAT, la suite emprunte encore l’ambiguïté des trois points de suspension…» (Avocat du diable, Chronique VANF, 25.02.2014).«Un peuple légitime, convoqué aux urnes par une autorité parfaitement illégale, peut-il régulièrement adopter une Constitution qui ne soit pas censée n’avoir jamais existé ? Régulièrement, on s’était demandé la primauté, de la Constitution de 2010 ou de la Feuille de route de 2011, mais, au fil du temps, et pour ainsi dire subrepticement,les visas de la HCC – “Vu la Constitution” – ont achevé de donner vie légale à une Constitution par effraction» (Juridisme susceptible, Chronique VANF, 28.02.2014).Le 8 octobre 1972, le général Ramanantsoa, auquel les pleins pouvoirs furent remis au mois de mai précédent, organisait un référendum de double ratification : du programme-cadre du Gouvernement présenté le 27 juillet 1972, et des pleins pouvoirs. La loi constitutionnelle, promulguée le 7 novembre 1972, reléguait la Constitution du 29 avril1959, en ses dispositions non contraires, au rang de loi ordinaire.Dans la Constitution du 29 avril 1959, et restée en vigueur jusqu’au 7 novembre 1972, le Gouvernement de la République était composé du Président de la République, du Vice-Président du Gouvernement,des Ministres et des Secrétaires d’État. De 1959 à 1972, le Président de la République nommait directement les membres du Gouvernement et désignait parmi eux le Vice-président du Gouvernement.Le mécanisme des relations entre le Gouvernement et le Parlement est intéressant dans cette Constitution de 1959, en ses articles 43 à 45. En cas de refus d’approbation du programme gouvernemental par les députés ou si l’Assemblée Nationale vote une motion de censure contre le Gouvernement, les ministres démissionnent. Si l’Assemblée Nationale rejette encore le programme du nouveau Gouvernement, elle est immédiatement dissoute. Après de nouvelles élections législatives, le même programme gouvernemental est soumis au vote des nouveaux députés : un autre refus d’approbation entraîne la démission du Président de la République qui ne peut plus se présenter à la future élection présidentielle. Et si cette recette ancienne était la solution actuelle pour sortir du face-à-face entre un Président de la République sans majorité présidentielle stable et une Assemblée Nationale qui a introduit le facteur défiance en actionnant une motion de déchéance contre le Chef de l’État ?(fin de citation)

Lire aussi :  La corruption au niveau des Députés et des Sénateurs

Nasolo-Valiavo Andriamihaja

News Mada21 partages

Mialoha ny hidirany an-tanety rahampitso… : hitombo hery hatrany ilay rivodoza Ava

 Araka ny voalazan’ny foibe mpamantatra ny toetr’andro, hitombo hery mialoha ny hidirany an-tanety, eo anelanelan’i Soanierana Ivongo sy Brickaville, rahampitso amin’ny 5 ora maraina i Ava, ilay rivodoza voalohany amin’ity taona ity.

 Rahampitso amin’ny 3 ora maraina no tombanana hiditra an-tanety eo anelanelan’ny distrikan’i Soanierana Ivongo sy i Brickaville ilay rivodoza Ava, araka ny fanazavan’ny sampana mpamantatra ny toetry ny andro eny Ampandrianomby, omaly. Mbola ao anatin’ny sokajy ambany indrindra i Ava, omaly fa mitombo hatrany ny heriny rehefa mihamanatona ny morontsiraka malagasy. Tamin’ny 9 ora maraina omaly, tany amin’ny 230 km atsinanan’Antalaha na 350 km avaratra atsinanan’i Sainte Marie no misy azy. Manodidina ny 75 km isan’ora ny rivotra entiny ary ho tafakatra 105 km isan’ora ny herin’ny tafiotra miaraka aminy. Efa nahazo filazana maitso fanairana amin’ny loza ny distrikan’Antalaha, ny faritra Analanjirofo, Atsinanana, Alaotra Mangoro ary ny faritra Vatovavy Fitovinany. Nampitandrina ny mpampiasa ranomasina eo anelanelan’Antalaha sy Toamasina ny teknisianina manomboka anio fa hanonja izany.

 Efa mitoka-monina sahady i Sainte Marie

Nanambara ny mpanao gazety any Sainte Marie fa efa mitoka-monina sahady ny distrika nanomboka omaly. Ratsy ny andro any an-toerana, betsaka ny rotsak’orana ary mahery ny rivotra. Nilaza ny sampandraharaha misahana ny fitaterana an-dranomasina (APMF) misahana ny faritra Analanjirofo fa tsy azo atao intsony ny mivoaka any an-dranomasina ho an’ny sambo sy ny lakana rehetra. Ao Fenoarivo Atsinanana kosa, efa napetraka ny saina maitso milaza ny fanairana amin’ny fiavian’ny loza. Tsy misy niasa intsony ny mpanjono any an-dranomasina.

Ho an’Antananarivo manokana, mbola hitohy ny orana ao anatin’ny telo andro manaraka satria ao anatin’ny fotoam-pahavaratra isika. Manomboka any Fianarantsoa ka hatrany amin’ny tapany avaratry ny Nosy, hijojo ny orana. Rivodoza efatra no tombanana hahakasika an’i Madagasikara ka tena hahery ny roa amin’ireo.

 Hanorana manerana ny Nosy

Mandrafitra ny mety ho toetry ny andro any amin’ny tapany avaratry ny Nosy, anio, ilay rivodoza Ava. Tsioka miovaova kosa ho an’ny ny faritra sisa hafa rehetra. Hisy orana saika manerana ny Nosy fa ho betsaka izany any Atsinanana sy Vatovavy-Fitovinany ary Sofia. Ho mafy ny onjan-dranomasina any amin’ny morontsiraka avaratra atsinanana, ho mafy ny fitsoka ny rivotra ho an’ny atsimo andrefana sy avaratra atsinanan’ny Nosy. Momba ny maripana, eto Antananarivo, mahatratra 17° ny ambany indrindra raha 26°C ny ambony indrindra.

Vonjy

Tia Tanindranaza21 partages

Karama tapaka, fitantanana tsy mahombyHihetsika ireo sendika

Mananontanina indray ny fitakian’ny mpiasam-panjakana amin’ny alalan’ny Randrambaon’ny sendika na ny SSM, indrindra taorian’ny tsirambina nanapahan’ny fanjakana ny karaman’ny mpiasa iray alina latsaka kely.

Tsiahivina fa nanome fe-potoana 48 ora ny fanjakana ny SSM mba hamahana ny olana satria mpiasam-panjakana maro be no tsy nahazo ny karamany noho ny olana teo amin’ny rindram-baiko na ny “logiciel” fikajiana ny karama, kanefa ny andro fety. Nambara ho tafiditra tao anatin’ny fanadiovana ny asam-panjakana noho ny fisian’ny mpiasa matoatoa ihany koa anefa izy iny, saingy niaiky ny hadisoany ny mpitondra ary hamaha haingana ny olana. Tsy araka ny nampanantenaina anefa, fa dia nisy ny mpiasa tsy mba afaka nifety toy ny rehetra noho ny tsy naharaisana ny karama. Mbola betsaka ny tsy tafaverina, ka tsy voahaja ny fampanantenan’ny Minisiteran’ny vola sy ny tetibola hoe: mialohan’ny faran’ny taona no hamerenana ny karaman’ireo mpiasa tapaka, hoy ny Dr Rakotoniasy Jean Raymond avy amin’ny SSM omaly. Tsy fantatra hoe any amin’ny banky sa ahoana? Ireo mandray karama amin’ny alalan’ny kaonty amin’ny banky sy ny avy any amin’ny faritra lavitra no tena tratran’izay. Hisy ny fivoriamben’ny mpiasam-panjakana rehetra, indrindra ireo tapaka karama na efa nahazo ny azy na tsia rahampitso eny amin’ny Le Pavé Antaninarenina manomboka amin’ny 9 ora, ka eo no handraisana fanapahan-kevitra. Na izany na tsy izany dia efa nanipy teny ny Dr Rakotoniasy Jean Raymond, fa tsy maintsy hisy ny fitakiana satria ny fitantanan-draharaham-panjakana mihitsy no tsy mety eto.

 

Toky R

 

Midi Madagasikara19 partages

Santé publique : J-6 pour l’assainissement général

Inondation dans les bas-quartiers.

Il reste six jours aux Malgaches pour se préparer à la journée nationale de l’assainissement prévu le 10 janvier prochain. Elle tombe à pic, dans le sens où en cette saison cyclonique, l’assainissement est indispensable pour contrecarrer les épidémies et autres problèmes majeurs de santé publique décuplés par les inondations.

Décret. La tenue de cette journée nationale d’assainissement pour mercredi prochain a été confirmée officiellement le vendredi 29 décembre. A J-6, le suspens demeure entier quant au fait si cette journée est suivie effectivement par la population. En effet, empiriquement parlant, les Malgaches sont peu enclins à respecter ces journées nationales ; pour ne parler que de la « Journée verte sans circulation » du 3 décembre dernier qui n’a pas été suivie, malgré un décret. En tout cas, pour garantir, autant que faire se peut l’adhésion de la population, cette journée a été ordonnée par le décret 2017-1156- de décembre 2017.

Importance. Le but de cette journée nationale est de prioriser un assainissement de masse sur le territoire national. Un assainissement général qui permettrait de riposter efficacement contre la saison de la peste bubonique qui ne s’achèvera qu’en fin mars ou début avril. En outre, cette journée nationale de l’assainissement trouve son sens en cette saison cyclonique, où inondations, immondices et épidémies font bon ménage. Les populations vulnérables, notamment celles des bas-quartiers sont particulièrement exposées, surtout qu’Ava entre par le Nord-est-ce jour et va arroser plus ou moins généreusement la Grande Ile.

Responsabilité civile et publique. En principe, secteur privé comme public, ainsi que les particuliers se donneront la main pour faire de cette journée une réussite. Certes, ce n’est pas une journée d’assainissement qui éliminera toutes les saletés et la pollution accumulées auparavant, toutefois, avec l’effet boule de neige, cette journée peut contribuer à réduire leurs effets néfastes. La première partie de la journée sera consacrée au nettoyage des locaux de travail et des espaces publics, si la seconde moitié sert à l’assainissement des lieux de vie privés. La santé publique étant la responsabilité de tous, chacun est invité à y mettre du sien.

Luz R.R

Midi Madagasikara19 partages

Election : La Ceni campe sur ses positions !

La Ceni attend toujours la sortie du calendrier électoral. (Photo d’archives)

Face aux divers débats qui occupent l’opinion politique et l’opinion publique du moment, la Ceni campe sur ses positions. En effet, son président, Hery Rakotomanana, a réitéré sur une station radio privée que « jusqu’à maintenant, seule la présidentielle préoccupe la Ceni, la question référendaire reste une hypothèse officieuse  ». En d’autres termes, la Ceni attend la confirmation ou l’infirmation de la part du gouvernement concernant une éventuelle organisation d’un référendum constitutionnel. Aussi a-t-il mis l’accent sur le fait que sur la base des dispositions de l’article 47 de la Constitution, « les deux tours de l’élection présidentielle devront se tenir et se tiendront entre le 25 novembre et le 25 décembre prochains ». Par ailleurs, il a saisi l’occasion pour rappeler que la Ceni possède un chronogramme qu’elle suit d’ores et déjà. « Nous nous chargeons du côté technique des élections avec un chronogramme en main. Si jamais le référendum s’officialise, nous l’ajusterons en fonction des changements », a ajouté Hery Rakotomanana.

Aina Bovel

L'express de Madagascar18 partages

Ethiopian Airlines remercie ses partenaires

La compagnie aérienne Ethiopian Airlines a octroyé divers lots à des passagers ayant voyagé du mois d’octobre au mois de décembre 2017 par l’intermédiaire d’agences de voyage. Lors d’un entretien avec la presse, à l’occasion du tirage au sort, hier à l’hôtel Ibis, Mickael Bekele, area manager au s e in de l a compagnie aérienne, a expliqué que c’est une façon de remercier les partenaires pour leurs coopérations et leur soutien.«L’évènement d’aujourd’- hui a été organisé pour remercier nos partenaires à travers les agences de voyage qui travaillent avec nous» a-t-il déclaré. Selon lui, Ethiopian Airlines a passé un mauvais moment qui a malheureusement eu des répercussions dans ce secteur. «Nous avons traversé une phase difficile dans le pays, comme par exemple l’épidémie de peste. Cela a diminué l’afflux de touristes à Madagascar» a-t-il soutenu.M ickael Bekele a affirmé avoir promu la destination Madagascar dans plusieurs endroits du monde malgré les mauvaises étiquettes attribuées au pays. «Madagascar est une des destinations préférées au monde. Je suis moi même allé aux États Unis pour encourager les agences de voyage à promouvoir la destination Madagascar malgré les choses négatives qu’on dit du pays» a-t- il déclaré.Plus d’une vingtaine de passagers malgaches et étrangers ont été tirés au sort et ont gagné des réfrigérateurs, des distributeurs d’eau, des systèmes de climatisation et des lots plus prestigieux comme des billets d’avion.Loïc Raveloson

Lire aussi :  Compagnie aérienne - Résultat record pour Air Mauritius
Midi Madagasikara17 partages

Danse urbaine : « Ambony Ambany » ou la danse pour la paix

Le spectacle de clôture de la 4e édition.

Quand l’art contribue à l’instauration de la paix, cela donne « Ambony Ambany ». Le festival de danse urbaine s’étendra désormais pendant  huit jours

Et cela va bouger dans la capitale, le festival de danse urbaine arrive à grands pas. « Ambony Ambany » en est à sa cinquième édition. Huit jours seront consacrés aux rencontres, partages et concours de danses dans les différents centres culturels de Tana. Du 24 février au 4 mars, Antananarivo vibrera sous les mouvements des danseurs de tous les azimuts. Compétitions, « workshop », « theater night » et « battle » constituent les lignes directives de cette célébration des cinq ans du festival. De ce fait, pour la deuxième catégorie du concours « Battle », les inscriptions sont ouvertes en ligne jusqu’au 11 février.

« Ambony Ambany » forme un projet culturel, artistique et sportif axé sur la danse urbaine. Plusieurs activités y seront proposées autant pour les danseurs que pour le grand public. Chorégraphes et danseurs  renommés sur le plan international et national viendront animer les ateliers et les concours. Si les invités ne sont pas encore communiqués, la programmation commence à prendre forme. Pour ce faire, la compétition pro inter-établissement et inter-école de danse sera le point d’ancrage de cette édition.

Concours. Il s’agit d’un concours de danse urbaine où chaque établissement, sous la tutelle d’un danseur professionnel, doit préparer et présenter un show chorégraphique de 2 mn 30. La pièce chorégraphique portera le thème de la paix. Chaque établissement sera représenté par 10 à 25 élèves ou étudiants. Le vainqueur du concours remportera des lots et une prime.

Afin que chaque établissement puisse présenter sa pièce dans les normes du concours, « Danceteam Madagascar » enverra des danseurs professionnels pour donner des ateliers aux élèves et étudiants. Les établissements peuvent aussi choisir leur coach. Les ateliers auront lieu dans les établissements intéressés un ou deux mois avant le concours et selon la disponibilité des élèves et des étudiants.

A savoir que le festival rassemble des danseurs de tout horizon pour promouvoir la paix par le biais de la danse. La danse est un réel appui pour la consolidation des liens au sein de la société. Une belle coïncidence, d’autant plus que le thème tourne autour de la « Dance battle for peace ».

Maharindra

News Mada16 partages

Masters de pétanque : Christian Andriantseheno dans le top 25

Quarterback, organisateur du prestigieux tournoi Masters de pétanque, a déjà annoncé le top 25 des joueurs qui participeront à la tournée 2018 à l’issue du « Qualif’Masters ». Le bouliste international malgache, Christian Andriantseheno, ayant déjà pris part à ce tournoi, sera encore de la partie.

Il s’est déjà frotté aux ténors de la discipline lors des Masters de pétanque 2017 au sein de l’équipe Sports Boules 24 ayant mis à l’unisson des anciens champions du monde, notamment Diego Rizzi, Khaled Lakhal et Claudy Weibel. Le bouliste international malgache, Christian Andriantseheno fait de nouveau partie des 25 boulistes qualifiés pour la tournée 2018. Christian Andrantseheno, étant l’un des meilleurs pointeurs de cette version  2017 est toujours dans la course pour essayer de décrocher le trophée cette année. Il est au 15e rang du classement du Qualif’Masters 2018 avec 34 points.

Cette formule tient en compte plusieurs compétitions nationales et internationales sur la saison. Ces grands rendez-vous de pétanque permettent aux joueurs qui atteignent au moins les quarts de finale de marquer des points en fonction du barème appliqué. Tout au long de l’année, les meilleurs joueurs de pétanque se disputent une place parmi les 24 premiers. Madagascar, la Thaïlande, la Tunisie, le Bénin, l’Italie ont été les pays invités par Quarterback pendant les éditions précédentes. Par ailleurs, l’organisateur invitera les 4 joueurs de son choix qui bénéficieront de la wild card et l’équipe victorieuse de l’édition 2017 n’est pas automatiquement qualifiée pour les Masters de pétanque 2018.

Au terme de la saison, ils sont finalement 25 à espérer une sélection pour 12 places seulement (3 équipes de 4 joueurs) au Final Four, à Istres. Notons que les Masters de pétanque seront encore disputés sur huit étapes. L’année dernière, Christian Andriantseheno et sa troupe ont été battus par l’équipe de France en demi-finale et on ne sait pas encore avec qui l’homme tentera de conquérir le titre cette saison. Une chose qui ne sera pas facile car bien des grosses pointures seront dans les parages à l’image de Dylan Rocher, Henri Lacroix, Philippe Suchaud, Philippe Quintais, Christian Fazzino ou encore Marco Foyot.

Rojo N.

Midi Madagasikara15 partages

Développement local : Augmentation de 3,2% du budget des CTD

Les Communes auront plus de moyens pour cette année 2018.

L’approche locale de développement gagne davantage du terrain. Pour cette année 2018, le budget des Collectivités territoriales décentralisées (CTD) connaîtra une augmentation de 3,2%, d’après les prévisions de la loi de finances initiale. Cette loi prévoit, en effet, des dispositions sur les impôts à payer au profit des CTD. En outre, les dons et financements issus des coopérations décentralisées devront également se multiplier, avec la tenue des deuxièmes Assises de la coopération internationale des collectivités décentralisées malgaches et françaises (AICT) en mars prochain, d’après l’association des Communes rurales de Madagascar. Une rencontre internationale qui favorise les partenariats et les jumelages entre les collectivités malgaches et françaises. Cependant, les parlementaires parlent de lenteur et de difficultés de procédures en douanes,ce qui freine la volonté des partenaires à faire des dons comme des camions, des tractopelles, etc. Ces difficultés engendrent également des frais supplémentaires d’emmagasinage, d’après les explications. De son côté, les Douanes ont  précisé que des allègements de procédures de dédouanement sont déjà opérés. Par ailleurs, celles-ci ont noté que les dons doivent être au nom des CTD pour bénéficier d’exonération. Et pourtant, dans la pratique, ces dons sont parfois au nom de députés ou maires, ce qui complique les procédures. Pour ces élus, la remise officielle de ces dons en leurs noms, aux CTD offre des avantages politiques de propagande. Il en est de même pour le Fonds local de développement (FLD) qui, malgré le montant à la hausse, ne satisfait toujours pas les députés à cause des règles de procédures de décaissement et de l’implication d’autres acteurs comme les maires.

Antsa R.

L'express de Madagascar13 partages

Temandrota s’expose de l’autre côté des « Miroirs »

La représentation d’un univers artistique unique retranscrit de manière abstraite la personnalité d’un artiste attaché à ses racines culturelles.

UNE vision atypique se reflète à travers une créativité exclusive. Ainsi se définit l’art auquel Temandrota de son vrai nom Razafimandimby Randriahasandratra, donne vie par la seule magie de ses mains. Peintre et artiste plasticien talentueux, il est également fort d’un imaginaire sans limite avec lequel il illustre à sa manière, son vécu et l’histoire de son Sud natal.Fervent défenseur de la culture Tandroy, il a porté haut l’étendard du folklore artistique du terroir malgache, en ayant remporté le Prix d’art contemporain Paritana, l’année dernière. Un honneur et un privilège qui lui ont valu de réaliser une résidence de création artistique à Paris, suivie d’une exposition à la Cité internationale des Arts.Fort de cette belle aventure qui a enrichi sa créativité, mais qui lui a aussi permis de s’épanouir en tant qu’artiste plasticien, Temandrota nous revient pour sa première exposition de l’année, sobrement intitulé « Miroirs », à l’Institut français de Madagascar (IFM) Analakely. Du 12 janvier au 3 février, l’artiste convie le public à redécouvrir autrement son univers, à travers de nouvelles oeuvres plus riches en couleurs, en matières,et sous diverses formes.Un nouveau regardAdmirant autrement Temandrota par le biais des « Miroirs », le public sera plongé dans une exposition où le temps se sera figé. Entre le présent et le passé, c’est un nouveau regard sur son art que Temandrota tient à présenter.Après sa résidence artistique à Paris grâce au Prix d’art contemporain Paritana, l’artiste plasticien signe son retour et prône désormais une fierté ainsi qu’une maturité créative plus accentuée. Il tient continuellement à valoriser son histoire et conjugue avec ce renouveau qu’il affiche, une redécouverte de son passé.À travers «Miroirs » deux facettes de Temandrota sont à découvrir. L’une s’ouvre vers de nouveaux horizons artistiques, et l’autre reste attachée à ses racines, à travers une rétrospective sur son travail. D’anciennes productions, qui ont marqué son parcours, ponctueront cette exposition qui restera fidèle à son langage visuel et plastique. Son Sud natal et sa culture Tandroy nourriront ce dialogue entre les matières, les symboles, les motifs et les références. «D’une manière intemporelle, mon travail s’illustre comme des représentations humaines et symboliques de l’imaginaire collectif Tandroy. Ces représentations mobilisent et dépouillent en même temps le mysticisme et l’invisibilité omniprésente vers une écriture personnelle, plus minimaliste et plus abstraite », affirme l’artiste. Transcendant, les oeuvres de Temandrota où peinture, sculpture et installations artistiques se marient avec brio, suscitent divers questionnements et éveillent ainsi la curiosité du public à sa manière.Andry Patrick Rakotondrazaka

News Mada10 partages

Litchis : ralentissement des ventes en Europe

La fin de la campagne 2017- 2018 du litchi sur le marché européen approche. Il ne reste plus qu’à écouler une grande partie des produits du second navire en provenance de Madagascar. Le litchi de Madagascar est présent sur le marché français, allemand, belge, et néerlandais. D’après le rapport du Centre technique horticole de Tamatave (CTHT), la vente du litchi malgache dans ces pays se poursuit à un rythme soutenu malgré une baisse de la consommation après les fêtes.

Parallèlement, le litchi en provenance des autres pays, notamment d’Afrique du Sud et du Mozambique commence à gagner plus de place si auparavant les produits malgaches ont toujours la cote.

«Les fruits d’Afrique du Sud arrivent sur le marché en plus grande quantité et occupent des créneaux  de  commercialisation  plus  orientés  vers  le  commerce  traditionnel. Pour la première fois, on note l’arrivée sur le marché  de  litchis  du  Mozambique  expédiés  par  voie  maritime.  Ces  fruits  présentent  une  qualité  satisfaisante,  proche  de  celle  des  produits  Sud-africains», peut-on lire dans le rapport du CTHT.

Riana R.

 

Tia Tanindranaza10 partages

« Ballon d'or » Afrikanina 2017Ho fantatra anio

Hivoaka anio 04 janoary any Accra, Renivohitr’i Ghana ny anaran’ny mpialalao baolina kitra Afrikanina mendrika ho an’ny taona 2017 na ilay antsoina hoe "Ballon d'or africain 2017", handimby an’ilay teratany Alzerianina Ryiad Mahrez nahazo io amboara io ny taona 2016.

Mpilalao miisa 3 malaza sy misongadina any Eoropa no voasafidin’ny Kaonfederasionina Afrikanina na ny CAF hiady farany io anaram-boninahitra io, dia ilay teratany Gaboney Pierre-Emerick Aubameyang 28 taona, izay efa nahazo efa izany anaram-boninahitra izany ny taona 2015. Mpilalaon’ny Borrusia Dortmund any Alemaina izy, ary mpamono baolina be indrindra tao anatin’ny Bundesliga ny taom-pilalaovana teo, ka 13 ny baolina matiny, raha to aka 94, ka efa nahatratra 97 ny baolina efa matiny hatramin’ny nilalaovina tao anatin’ny Bundesliga. Eo ihany koa ilay mpilalao Ejipsianina Mohammed Salah, 25 taona, mpilalaon’ny Liverpool any Angleterre, izay vao efa voafidy ho mpilalao Afrikanina mendrika indrindra tamin'ity 2017 ity, tamin'ny alalan'ny ny fakan-kevitry ny haino aman-jery BBC na ny “BBC African Footballer of the Year”. Vao ny 01 janoary teo ihany koa izy no voasafidin'ny fikambanan'ny mpanao gazety ara-panatanjahantena Arabo ho mpilalao baolina kitra Arabo mendrika indrindra tamin'iny taona 2017 iny ihany koa izy. Mpamono baolina faharoa ao amin’ny “Premier Ligue” any Angletera izy, izay nahatafiditra 17, raha toa ka 18 ny an’ny laharana voalohany dia i Harry Kane, mpilalaon’ny Tottenham. Mbola mpilalaon’ny Liverpool ihany koa ny fahatelo mifaninana hahazo io anaram-boninahitra ho mpilalao mendrika Afrikanina dia ilay Senegaley Sadio Mané, izay namono baolina 5 tao anatin’ny kliobany tao anatin’ny lalao 14 nataony ho an’ny taom-pilalaovana teo.

Nangonin’i Toky R

 

Midi Madagasikara9 partages

Athlétisme – 2018 : Les Jeux Olympiques de la Jeunesse et les Championnats d’Afrique comme point d’o...

Le Centre technique d’Alarobia rouvrira ses portes d’ici à la fin du mois.2018 sera riche en évènement pour l’athlétisme malgache. C’est effectivement le cas de le dire car les athlètes malgaches devraient participer à  de nombreuses compétitions de haut niveau, notamment les Jeux Africains de la Jeunesse, les Jeux Olympiques de la Jeunesse, les Championnats d’Afrique seniors.

Avec un calendrier chargé pour cette nouvelle saison, la Fédération Malgache d’Athlétisme (FMA) va l’ouvrir avec la  « Course pour tous ». La 5e édition de l’Athlétisme pour tous « Tour du Lac Anosy » sera organisée pour le 28 janvier. Il s’agit de deux tours du Lac Anosy, ouvert à tout le monde. La course relais inter-écoles mettant aux prises les équipes des établissements scolaires formées de 12 athlètes âgés de 14 à 15 ans sera maintenue cette année. « Une nouveauté sera ajoutée au programme » a déclaré la présidente de la FMA, Norolalao Andriamahazo.

JOJ à Buenos-Aires. Mais 2018 sera surtout dominée par la tenue des Jeux Olympiques de la Jeunesse à Buenos Aires, Argentine du 1er au 12 août 2018. Si aucun athlète ne sera qualifié jusqu’à la date butoir de la réalisation des minimas, deux « wild-cards » seront attribuées à la FMA. Mais avant cela, les athlètes attaqueront les IIIes Jeux Africains de la Jeunesse (JAJ) prévus du 17 au 27 juillet en Algérie. Cette compétition en terre algérienne est qualificative pour les JOJ d’Argentine. Au mois d’avril, se dérouleront  à Djibouti, les 11es Jeux de la Commission de la Jeunesse et des Sports de l’Océan Indien (CJSOI). Parmi les autres compétitions majeures qui attendent la FMA figurent les Mondiaux en salle en février 2018, les Championnats du monde U20 en Finlande en juillet, les Championnats d’Afrique seniors au Nigeria au mois d’août, les Championnats U18 de la région 5 en mai et des U20 région 5  en juin.

Stages. Au niveau local également, la Fédération Malgache d’Athlétisme (FMA) a programmé beaucoup  de compétitions. Les Championnats nationaux jeunes et seniors se disputeront au mois de juin au Stade d’Alarobia. « Nous allons nous réunir ce jour et demain pour l’ouverture du Centre d’Alarobia. Huit athlètes intégreront le centre. En ce qui concerne le stage de formation en Chine prévu du 1er avril au 23 juillet, les 18 athlètes sélectionnés seront connus d’ici à fin janvier. Un test sera organisé pour finaliser cette liste » a continué la présidente de la FMA.

T.H

Midi Madagasikara8 partages

Nécessité d’un véritable dialogue

Bien que le mauvais temps s’annonce avec l’entrée du cyclone Ava sur la côte Est, du côté de Sainte- Marie, le climat politique, lui, semble s’être apaisé. L’appel au dialogue prôné par le Premier ministre a été entendu par les membres des partis reçus  par le chef du gouvernement. Les propos tenus par l’ancien président Marc Ravalomanana, lors de ses présentations de vœux à son domicile de Faravohitra, abondent dans ce sens. Le bon sens paraît avoir repris le dessus car le pays n’aura rien à gagner si chacun campe sur ses positions.

Nécessité d’un véritable dialogue

Le Premier ministre a déclaré à la fin de l’année qu’il était ouvert au dialogue et il avait joint le geste à la parole, puisqu’il avait invité les différents partis politiques et la société civile à Mahazoarivo. Ceux qui avaient été reçus ont réitéré leurs propositions sur le projet de loi électorale. Ils affirment avoir été écoutés, mais comme d’habitude, ils ont préféré ne pas trop s’étendre sur le sujet. Mais c’est l’ancien président Marc Ravalomanana qui  a soutenu la nécessité d’un véritable dialogue, semblant prendre la balle au bond. Ce dernier, après les propos très durs  prononcés pour dénoncer  le harcèlement dont il se sent victime, a ainsi voulu faire baisser la tension. C’est donc un esprit d’apaisement qu’il a prôné lors de sa présentation de vœux. Il a assuré que personne n’aurait à gagner d’une crise et que seules, des élections dans la sérénité permettraient de remettre le pays sur les rails. On verra comment va évoluer la situation politique dans les jours à venir.  La grand-messe d’Iavoloha de demain permettra de juger de la position du chef de l’Etat qui ne manquera pas d’évoquer  le climat sociopolitique actuel. On sera fixé sur les objectifs qu’il s’assigne à court et à moyen terme. Certes, il ne s’agira pas d’un discours programme, mais on pourra voir ce qui attend les Malgaches dans un proche avenir.

Patrice RABE

Midi Madagasikara8 partages

Education nationale : Vitesse de croisière durant la 2e période

Ce jour débute la seconde période sur les quatre que compte l’année scolaire 2017-2018.

Après les « vacances de peste » qui ont duré environ cinq semaines, en octobre et début novembre, il a fallu réajuster les périodes scolaires de cette année. La première période s’est achevée le 22 décembre 2017, avec l’arrivée de la pause des fêtes de fin d’année. A partir d’aujourd’hui, les élèves retrouvent les chemins de l’école et entament la partie la plus cruciale de l’année scolaire. C’est, en effet, durant les trois ou quatre prochains mois que l’essentiel du programme scolaire est abordé, pour mieux se consacrer à la dernière ligne droite après les vacances de Pâques, notamment pour les élèves des classes d’examen. Ainsi, il s’agit d’atteindre la vitesse de croisière. Généralement, c’est entre la reprise de janvier et les vacances de Pâques que les enseignants terminent environ 70% du programme et procèdent à la remédiation concernant les élèves présentant des lacunes ou des difficultés dans certaines matières. Dans l’enseignement privé, les contrôles continus tous les mois et les compositions à la fin de chaque trimestre permettent aux enseignants de redresser la barre là où le besoin s’en ressent, afin de garantir le meilleur résultat à la fin de l’année scolaire et aux examens officiels. Rappelons que les troisième et quatrième périodes de l’année scolaire 2017-2018 s’étaleront respectivement du 3 avril au 22 juin 2018 et du 27 juin jusqu’au 3 août 2018. Entre ces deux dernières périodes aura une petite pause de deux jours à l’occasion de la fête nationale. Quant aux examens officiels, les dates resteront par contre inchangées : le CEPE (Certificat d’Etudes primaires élémentaires) le 31 juillet 2018 ; le BEPC (Brevet d’Etudes du Premier cycle) du 20 au 23 août 2018 ; le CAE (Certificat d’Aptitude à Enseigner) les 2 et 3 octobre 2018 et le CAP (Certificat d’Aptitude professionnelle) les 30 et 31 octobre 2018.

Hanitra R.

L'express de Madagascar6 partages

Des sites historiques autour d’Ambohidranandriana

Comme autour du Rova d e Tsinjoarivo, différents sites historiques entourent le chef-lieu de l’ancien royaume d’Anbohidranandriana. Dès la RN7, à quelques kilomètres de la ville d’Eaux, on aperçoit le massif montagneux de Vontovorona. Il comprend notamment Vontovorona proprement dit (2 054m), Itendro-nord (2 049m), Itendrosud (2 070m) et Ambohikely (1 954m). La montagne de Vontovorona figure parmi les sites conseillés aux visiteurs d’Antsirabe.Il se situe à environ 5 km de l’ancien village seigneurial d’Ambohidranandriana.À son pied, une pierre est levée. Elle marque le campement des Andriamasoandro lorsqu’ils sont arrivés dans la contrée, bien que le premier venu sur les lieux soit Andrianony, mais il n’a fait que passer. Jusqu’à aujourd’hui, de nombreuses personnes viennent y prier et offrir des offrandes(coq rouge, rhum, bonbons de fabrication artisanale), poussés par le besoin de se marier, d’enfanter, de faire fortune, de recouvrer la santé, etc.Le sommet de la montagne est aménagé pour recevoir des randonneurs.Des blocs de pierre offrent leur service pour le repos après la rude montée. De là, l’on a une admirable vue sur les quatre coins de la région, notamment sur les frontières de l’ancien État d’Ambohidranandriana. À savoir Amb o h i t s ima n o v a au Sud, Manazary à l’Ouest et Andranomanelatra-est au Nord. La limite Sud-Est se situait alors au niveau de la stèle érigée au pied de la montagne. Un autel rituel est aussi installé sur le sommet qui n’a aucun lien avec la migration des Andriamasoandro. Cependant, du fait d’un tabou qui interdit de salir les lieux, tous les randonneurs et visiteurs doivent prendre leur précaution avant d’escalader la mont a gne , en f a i s ant l eur s besoins voire en se purifiant les mains. Autre « fady » sur ces lieux sacrés, l’introduction de tout ce qui a rapport avec la viande de porc.A mbohibehivavy est aussi le nom d’une colline (1 877m) qui se trouve à Ambohidranandriana.Nom qui vient de l’histoire légendaire d’une jeune princesse, fille du chef des Andriankazomanga qui se sont établis à Soanirariny et dans plusieurs villages proches d’Ambohidranandriana. Le chef avait deux enfants, un garçon et une fille. Pour pouvoir désigner son successeur, il leur avait demandé de gravir la colline, et le premier qui atteindra le sommet, lui succèderait. Mais la jeune femme était enceinte. Arrivée à mi-pente, elle s’est effondrée.Aujourd’hui, Ankandemponana où elle est décédée, est un vallon recouvert d’une magnifique forêt primaire. Un bois sacré (ala masina) selon la tradition orale. Car à sa mort, la jeune femme se serait transformée en différentes essences et plantes que renferme le vallon.Actuellement, beaucoup de plantes médicinales et six sortes d’orchidées endémiques y sont bien conservées, les habitants de la contrée n’osant pas y toucher.Ils affirment également qu’Ankandemponana n’a jamais pu être détruit par les incendies de forêt qui ont ravagé la colline.Toutefois, il arrive que le bois s’enflamme sans pour autant brûler. Cela annonce, soutiennent les villageois, que le régime en place va tomber. À preuve ces incendies qui n’ont pas touché la moindre branche et qui se sont produits en 1991 et 2002, années de la chute des deux régimes de l’amiral Didier Ratsiraka, et tout récemment en décembre 2008.Tout le monde peut pénétrer dans la petite forêt, mais auparavant il faut procéder à un rituel. Il consiste à en demander l’autorisation devant l’autel installé à l’entrée du bois, où sont déposées les offrandes obligatoires: coq rouge, rhum et bonbons de fabrication artisanale. Et comme sur tous les sites rituels de la contrée, il est interdit de s’y soulager et d’y amener de la viande de porc.Le point d’eau d’Ankafotra, en pleine forêt d’Ankafotra, est un lac artificiel créé sous la colonisation à partir d’une source intarissable située sur son rivage nord-ouest.La source est considérée comme sacrée et de nombreuses personnes des hameaux environnants et même d’Ambatolampy viennent y puiser car son eau serait bénéfique. Du fait de son caractère particulier, la viande de porc y est tabou.Différents poissons d’origine locale (tels les « trondro gasy ») et importés (black bass, carpes royales, Fibata, tilapia) peuplent le lac, mais ils se raréfient de plus en plus. Pas étonnant, un véritable « massacre » d’arbres clarifie la forêt et des troncs, des écorces, des branches salissent le lac. À noter que le nom d’Ankafotra vient de « hafotra » dont l’écorce sert à fabriquer des cordes.Il est également à préciser que la forêt d’Ankafotra, qui se situe en plein milieu du district d’Antsirabe II, se trouve actuellement sous la tutelle administrative de celui d’Antsirabe I. Les paysans de la commune rurale d’Ambohidranandriana qui exploitent la terre, doivent la louer à 100 ariary par are. Et ce sont eux qui se chargent d’éteindre les feux de forêt, les habitants d’Antsirabe I résidant trop loin.

Pela Ravalitera

L'express de Madagascar4 partages

Région sud ouest – Les chenilles légionnaires menacent

Ces espèces de lépidoptères (papillons) pondent sur les plantes et les larves dévorent maïs, riz, pommes de terre, sorgho, coton et même les cultures maraîchères.Ces chenilles sont détectées dans la région Sud ouest, notamment dans les communes de Milenaka et Antanimieva au mois de novembre de l’année dernière.«Madagascar a été informé de l’existence de ce ravageur de culture en février 2017» indique un communiqué du ministère auprès de la présidence en charge de l’Agriculture et de l’élevage(MPAE). «Son développement est en liaison avec le changement climatique et les échanges commerciaux» précise encore le communiqué.Les chenilles légionnaires sont indiquées provenir des Amériques et ont parcouru l’Afrique en 2016. Le MAEP, par le biais de la direction de la Protection des végétaux  (DPV), conduit de nombreuses actions sur terrain dans le cadre de la prévention et la gestion des risques sanitaires et phytosanitaires inhérents à la production végétale, et ceci en étroite collaboration avec les producteurs.Les lépidoptères peuvent parcourir 100km en une nuit et leurs larves sont dites résistantes aux pesticides.«Des essais de lutte biologique par des produits phytosanitaires sur les champs sont en cours pour identifier les pesticides les mieux adaptés », rassure le MPAE. «Un programme de diffusion de méthodes de lutte et de meilleures approches de préparation à la grande saison culturale sera incessamment mis en oeuvre», apprend-on encore.Mirana Ihariliva

Madagate2 partages

SARERAKA. MEDITATION 2018 – NY TONONY REHETRA

MÉDITATION

Ela notoratorahana ka nahavoa mason’angatra

Dia hiara hisambo-dozamanidina raha tsy mitandrina

Dia voatery hiresaka aminareo indray ve Sareraka ?

Radio Ambohitsitononina

Inona ny vaovao manerana ny tany ?

Havanana amin’ny lainga raofina ny Hevitra Vao Mitsimoka

Zato andro na telo volana dia voavahy ny olana

Délestage, kidnapping, famonoan’olona, omby very

Lasa goudron nylon izao Ambilobe-Vohémar, Moramanga-Ambatondrazaka

Taminy mbola tsy tafapetraka teo dia be lokaloka, be be fanamby,

Mampanofinofy mody manambitamby,

Tena hoe tsy misy vandy

Fa hanao… an’izao, hamita… an’izao

Hanafoana.. an’izao, rehefa ao Mavoloha ao

Hay kay tsy azo ianteherana Ranamana rehefa mba tsara toerana

Feno Sinoa hafahafa manerana ny vodimototrin’ny Nosy

Voaolana masera, vonoina mompera, very lakolosy,

Tsy manondrana omby intsony dia milamina eny an-tsaha

Sonia iray minitra sy valo fotsiny dia rava ny dahalo e !

Méditation

Inona ny vaovao manerana ny tany ?

Nikitikitika ny raharaha Claudine no nanendrikendrehana ny Senatera Lilyson

Voasazy izy fa tojo mpitsara mpilelaka lapa

Nitondra « gros bras » nitoratoraka ny Bianco ny Senatera Andriamandavy

Nihagahaga ohatriny gaigy fotsiny ny Jeneraly Florens

Hoy izy hoe tsara tantàna, fandriampahalemana, Ok !

Firenena tsy very any anaty hantsana, tanjona tratrantsika sy ianareo tsy mahita

Efa hoe manaraha « Fotoam-bita » na dia mandokandoka

Ireo ekipany rehefa mitokatokana izay vitany

Tsy dia nisy vita fa ny ataony ihany no ataony

Vao mainka mitombo isa, hoy aho, ireo Malagasy maty noana

Raharahiny izy inona ?

Vidim-bary efa miakatra ohatrinona,

Raharahiny izy inona ?

Mbola mirehareha ihany tatie Claudine

Raharahiny izy inona ?

Soamahamanina, Betsiaka lasan’i Chine

Raharahiny izy inona ?

Atsy ho atsy ny jiro sy ny rano ho viravirainy « Symbion Power »

Inona ny vaovao manerana ny tany ?

Maika handray fanjakana ilay iraika lahy taloha (faharoa)

Terena hilanja loha kisoa ny taxi-n’Antananarivo

Tsy nisy nihaino ilay sioka tokana ka mikoroso fahana ny renivohitra

Hiloholoha kisoa isika rehetra raha lany eo Razokiny Be

Namidy aminna orinasa vahiny ny tranon’ny Professeur Zafy Albert, Villa Elisabeth

Na ny fanjakana kolonialy ary tsy nivarotra fanananm-panjakana

Nody mandry niaraka aminy ny demokrasia sy ny fihavanana

Ary satria fa nahoana, nievotrevotra tamin’ny ressort tany Betsiaka ny mpandevina azy

Havanana amin’ny varotra fa handrava ny valan’omby malagasy

Amidy izay rehetra azo avadika chiffres

Air Mad, Jirama, carrières, vato, bois de rose, sokatra, omby

Tandremo rey olona a ! Raha izao no mitohy

Lafo hatramin’ny zaza, anabavy, reny, vady

Ambeno hatramin’ny mahalehilahy e !

Bozy sy Farasoa ve no mamoy fo na inona na inona miseho e !

Béni oui-oui (eny e !) hitako mba nikisaka ihany

Izay mitondra kaozy na mandalondalo

Izay mahavangivangy na tena izy na ny tsy izy, béni oui-oui

Sady tsy fohy ny volom-bavan’i Gallieni noho leladelafina koa ny Sinoa

Na ny mpanamboatra na ny mpandrava rehefa basy vava o, béni oui-oui

Dia midimidira ry akanganay, ny be volom-bava mahery fihetsika

Médiation

Nialan’i Ramatoa Voahangy toany fasam-bao i Claudine namany

Efa vita lisitra izao ny mpivarotra tanindrazana sy ny mpandroba firenena

Mahazo mahatoko Ranavalomanjaka fa hahazo lafika vaovao

Fivadibadihan’ny lela no naha lasa filohan’ny Hcc an’i Eric Rakotoarisoa

Tsy mila Hery, herim-pamoretana, miomàna ndeha mangoron’entana

Tsy mitondra fampandrosoana, mahita vahiny dia mifompona

Mihazakazaka mihemotra, fahantrana manara-penitra

Maro namana madiditra nefa tsy mba hita amin’ny gazety triatra

Tompon-trano toa mihonohono satria ireto izy tsy mahasa-nono

Gasy ihany fa zana-bahiny tsy mahalala tody, tsy mahalala tsiny

Tanimbariko ity maty tototra, ny hasin-drazako ity lany fototra

Zalahy mahakobo nefa tsy rototra, mihantsy ny zana-bahoaka ho romotra

Ny anabaviny voavingavinga fanipy fanary an an-dava-piringa

Vidm-bary efa miakatra ohatrinona, vahoaka tsy misy feeling

Raharahiny izy inona ?

Soamahamanina, Betsiaka lasan’i Chine

Raharahiny izy inona ?

Atsy ho atsy ny jiro sy ny rano ho viravirainy « Power Symbion »

Inona ny vaovao manerana ny tany ?

Dimy hetsy isan-taona ny tanora no tonga eo amin’ny tsenan’asa

Amidy amin’ny Maorisianina ny moron’i Manambondro Fort-Dauphin

Diman-jato sy arivo ihany ny tanora raisina hiasa amin’izany

Hahazo asa daholo ny tanora rehefa maty

Samy hamoaka ny havany avy any am-ponja daholo ny Malagasy

Satria ny fanjakana mpanatanteraka no tsy mampihatra didim-pitsarana

Indrindra raha afaka madiodio ramatoa tandapa mpibizina

Indrindra koa raha miala maina ny mpitondra ambony namany

Dia mikasa hanao referendum ny mpanjaka

Ny an-tratra tsy lavo, antsoy koa i Rain’ialahy be

Vidim-piainana, fandriampahalemana tsy voafehy

Referendum a hoe referendum

Mikitikitika vodin-tsoavaly, hampitombo ny hatezeranay Gasy

Tsy ny fanahy no atao tsara

Inona ny vaovao manerana ny tany ?

Jiolahy tsy mifamarafara ny mpitondra tamin’ny andramena tany Singapour

Tsy maintsy averina eto ny vidin’izany mba ho vary mora

Indroa natory teny ambavahadin’ny lapa ny valala

Mpila ravinahitra amin’ny mallettes fotsiny ny députés an’i Madagasikara

Misy olona ambony dia ambony nangalatra sonia tamin’ny fivarotana ny Bni

Lasa banky mpampisambo-bola ny Caisse d’Epargne

Tsy misy marina izay tsy hiseho na mitavizavoza aza

Hanan-draharaha henjana ny mpitsara amin’ireo karana ireo

Hatrizay ny mpifidy andevozin’ny kibony manaotao foana ny adidiny

Tsy mpifidy fa mpandatsa-bato, ny hofidiana te-ho mpanjaka

Azy ny harena, vola sy lapa mampiverina anaty lakato

Dia hitsinjaka ambonin’ny harena ho Adama sy Eva mitafy tsy lena

Inona ny vaovao marena ny tany ?

Mody adinon’ny minisitry ny Ati-tany ny didim-pitsarana mandrara ny olona hivoaka

Lasa omby mijery floarà ny polisy mpiandry seranana

Polisy dimam-polo lasa adala vetivety tany Antsakabary

Toy ny mahazatra diambola mitohy ny fanadihadiana

Inona ny vaovao manerana ny tany

Niditra am-ponja ny tia tanindrazan’i Soamahamanina

Vita marokoroko ohatran’ny voay ny làlan’ny Francophonie

Inona ny vaovao manerana ny tany ?

Vita manara-penitra kosa ny hotely lehibe AC

Vidian’i Iavoloha iray alinany Eau Vive hefa-jato sy arivo rehefa fety

Inona ny vaovao manerana ny tany ?

Dia tsy mba misy na EPP na CSB isam-paritra nefa misy mitatitra ny haren-tsika

Izany ve dia mahafinaritra (mba tany !)

Efa eo daholo silamo hafahafa, nirongatra be ireo

Efa tamin’ny taon-dasa ireo marabout hanjakazakaamin’ny kely ati-doha

Tsy misy mpanao sary vongana eto an !

Mpanao magie mahavariana

Dia ny tanintsika no ataony fihariana : abracadabra lasa ny harenan’ialahy

Difotry ny fahasahiranana dia mitady izay azo fikirana

Difotry ny hery eo an-tanàna dia mitifitra izay azo tifirina

Dia ahoana ny ampitso, hamarino sao diso

Mody manitra kelikely eo dia masiso

Efa teo ilay ranamana fa nandamoaka

Nampitombo ny lazan’Ambatobevohoka

Dia mbola mavandy hatramin’izao (ianao)

Fa hanao… an’izao, hamita… an’izao, Hanafoana… an’izao

Inona ny vaovao manerana ny tany ?

Nitokana barazy tany Samangoky ny Honoris Causa

Samy tsy nahazo rano na ny tanim-bary taloha na ny vaovao

Zava-bita : dispensaire mitovy amina kabone valo

Mpitondra ambony valo no nitokana an’izany

Toby telo, zandary vitsy sisa no miaro ny mpanjaka

Ankadilàlana, GSIS, Fort Duchesne, Préfet de police

Manara-panjaitra ny zandary, tafika, polisy

Nahazo quad iray sy drone ry zareo mba ho kadoa

F’angaha izay tian’ialahy atao dia ataon’ialahy eto e !?

Fa firy diha moa ny taninareo mianakavy alohan’ialahy nitondra teo e !?

Samy mahay manadihady fokon’olona a !

Ny an’ialahy tanimanga fanaovana rotsi-peta

Ialahy, ialahy io mihitsyanie izany e !

Ghana, Rwanda, Botswana, Sao Tome, Zimbabwe, Algérie, Tunisie, Madagascar

Marary aho lereitsy a ! Faha-dimy amin’ny gisitra eran-tany

Andriamanitra enao o !!!

Porofoy amiko fa mahantra ny Gasy.

Ny an’ialahy mpanao gazety mpandainga, mpanely tsaho

Fa ny mpanao gazety, ilay mivavaka amin’ny saosy, dia mandoalika amin’ny felaka

Oadray re R’Andriamanitra o !!!

News Mada2 partages

Analamanga : abus sur des fontainiers à Antananarivo

Les fontainiers du 2e arrondissement d’Antananarivo-Renivohitra dénoncent des abus d’autorité suivis d’extorsion de fonds dont ils sont victimes lors d’une interview à Ambanidia, hier. La commune urbaine est vivement sollicitée pour apporter plus d’éclaircissements dans cette affaire.

Des faits sortant de l’ordinaire se passent actuellement dans le 2e arrondissement de la capitale où les fontainiers sont sommés de payer une certaine somme d’argent par les responsables de la circonscription sous peine de perdre leur emploi. On leur exige une somme de 20.000 ariary par association en guise de cadeau de fin d’année aux responsables,  et 20.000 ariary en plus à payer pour des travaux de réhabilitation du bâtiment de l’arrondissement. Il a été ordonné aussi aux fontainiers de cet arrondissement de débourser 40.000 ariary pour financer une cérémonie de présentation de vœux qui sera organisée prochainement.

L’absence du délégué d’arrondissement, seul habilité à répondre aux journalistes selon son adjoint, n’a pas permis de recouper ces informations, hier.

Manou

News Mada1 partages

Faritra Boeny : mikaroka angovo avy amin’ny fako

Faritra Boeny, misy tambajotra iray (Preeb)* mikaondoha mikaroka momba ny angovo avy amin’ny fako, masoandro sy akora hafa (biomasse), ho fitandrovana ny tontolo iainana. Ny faran’ny taona teo izy ireo, toy ny fanaony isan-taona hatramin’ny nisiany ny taona 2015, nanao varavarana misokatra naneho ny fomba fampiasana izany ka nasaina avokoa ireo tompon’andraiki-panjakana rehetra, fiarahamonina sivily, mpandraharaha, mpitrandraka ala mpikambana ao amin’ny Preeb, vondron’olona ifotony, ary ny mpianatra.

Nandritra izany fotoana izany, nisy ny fifanakalozan-kevitra tamin’ny zava-bitan’ny Preeb, nifantoka tamin’ny faritra nasiam-panavaozana, velaran-tany voavoly hazo, fanamboarana arina avy amin’ny fako. Anisan’ny vahaolana naroson’ny Preeb hampihena ny fitrandrahana ala ireo izay hita mahazo vahana ankehitriny.

 « Sarotra ny hanafoanana ny saribao avy amin’ny hazo amin’izao fotoana izao, indrindra fa mbola lafo ny famokarana angovo avy amin’ny fako. Nefa azo atao tsara ny mampihena ny fahapotehan’ny tontolo iainana avy amin’izany teknika izany », hoy ny lehiben’ny faritra Boeny sady filohan’ny Preeb, Saïd Ahamad Jaffar.

Ankoatra ny Ades*, tsy misy afa-tsy roa ny manamboatra « fatana mitsitsy », toy izany koa ny manamboatra arina ho fitandrovana ny tontolo iainana,  efa nahazo fiofanana. Ho fanosehana izany, nampahafantatra ny fandaharanasany ny Preeb amin’ity taona ity momba ny fanomezany fiofanana sy fanaovany tatitra, ary fifanakalozana traikefa mikasika izany angovo izany.

R.Mathieu

News Mada1 partages

Madagascar il y a 100 ans

Faites des routes et vous aurez du riz (1)

La crise rizicole de Madagascar a perdu beaucoup de son acuité, non qu’elle soit terminée, mais on en prévoit le terme avec le rendement de la récolte de l’Ouest et les repiquages de riz de première saison dans le Centre. Une fois la « soudure » accomplie, la crise du riz ne sera plus qu’un mauvais souvenir.

Servira-t-elle au moins de leçon ? C’est plus difficile à dire.

Comme toujours, l’administration a manqué de prévoyance et d’esprit d’organisation.

En effet, n’est-il pas étrange que, par exemple, la région de Nossi-Bé, si fertile en riz, ait exporté à l’extérieur avec les autres points de l’île des quantités très grandes de cette céréale alors qu’elle a été obligée ensuite, au mois d’octobre dernier, d’en faire venir pour ses besoins, à des prix exorbitants. Il est évident que si l’administration avait fait dresser l’inventaire des stocks, les choses se seraient passées différemment : les consommateurs, déjà gênés par le renchérissement de la vie, n’auraient pas eu à payer ces… erreurs. Ce système d’imprévoyance officielle n’a pu satisfaire que les transporteurs qui d’ailleurs par ce temps de crise de tonnage n’auraient pas été embarrassés pour utiliser leurs bateaux.

Mais ne soufflons pas sur les cendres éteintes. La crise est à peu près conjurée si elle ne l’est entièrement au moment où nous écrivons ; contentons-nous d’en tirer des constatations utiles pour éviter et surtout prévenir le retour d’événements aussi fâcheux.

Ces constatations peuvent se résumer ainsi :

Les régions où le prix du riz a subi les plus fortes variations semblent être les mêmes que celles où l’on exploite le graphite, c’est-à-dire Mananjary, Fianarantsoa, Miarinarivo, Ankazobe et la côte nord-ouest. Cependant, la vallée de la Betsiboka et la côte nord-ouest n’ont pas vu s’élever sensiblement les prix : le cours de 300 francs qui inquiéta les populations de Tuléar n’avait rien que de très normal… dans les circonstances actuelles ; les centres rizicoles de Vangaindrano et du lac d’Alaotra n’ont été influencés par les cours de Tamatave et de Tananarive qu’autant que les moyens de communication ont permis économiquement l’exportation de ces régions.

(À suivre.)

Le Courrier colonial

www.bibliothequemalgache.com

 

News Mada1 partages

Amoron’i mania : miarinavaratra inaugure la PNEFP

Le ministère de l’Emploi, de l’enseignement technique et de la formation professionnelle (MEETFP) mise sur le développement par la formation à la base. La commune rurale de Miarinavaratra, dans le district de Fandriana, bénéficie des opportunités offertes par le département depuis le mois de décembre dernier.

La commune rurale de Miarinavaratra est en passe de devenir un pôle de développement dans la région Amoron’i Mania grâce aux actions menées par le ministère de l’Emploi, de l’enseignement technique et de la formation professionnelle (MEETFP). La circonscription a inauguré l’application de la Politique nationale de l’emploi et de la formation professionnelle (PNEFP) en dispensant  une formation à 200 agricultrices issues de 20 associations féminines de la commune en système de riziculture intensive (SRI) et en élevage de volailles et lapins.

Formation et appui

Elles ont été dotées d’un fonds de 1 million d’ariary et de 500 kilogrammes d’engrais pour démarrer leur projet de développement agricole respectif pour mettre en valeur leurs compétences. La ministre de tutelle, Marie Lydia Toto Raharimalala, leur a remis le certificat attestant de la fin de leur formation au cours de la cérémonie d’inauguration du lycée technique et professionnel de Miarinavaratra, vers la fin du mois dernier. Elle a déclaré à cet effet que le transfert de compétences à la base garantit la réussite du développement par cette politique nationale mise en application par son ministère où les jeunes et les femmes tiennent des rôles importants. Du matériel informatique et des accessoires nécessaires à la formation pratique ont été remis au nouvel établissement de formation technique par le ministre à cette occasion.

Pour assurer la sécurité de ces nouveaux acteurs du développement dans l’exécution de leurs tâches, la ministre Marie Lydia Toto Raharimalala a aussi doté les forces de l’ordre de la localité de 3 motocyclettes lors de cette incursion dans la commune rurale de Miarinavaratra, dans le district de Fandriana.

Manou

 

News Mada1 partages

Artisanat malgache : le secteur dans la tourmente

L’artisanat malgache semble être victime de son propre succès. Le secteur est aujourd’hui confronté à de sérieuses difficultés, en termes de matières premières. Les ressources se font rares depuis quelques années. Embargo et exploitations massives obligent.

Bois, raphia, peaux, pierres… L’insuffisance des matières premières est liée aux exportations de matières premières brutes. Et les artisans malgaches estiment que seuls les produits transformés devraient être exportés. Il n’est pourtant pas évident de constituer des stocks de grande quantité. «Si les artisans malgaches désirent exporter leurs produits, ils estiment que cela est complexe et ils souhaitent ainsi un allègement des procédures», nous a confié un artisan et commerçant du marché d’artisanat d’Andravoahangy. D’ailleurs, l’inexistence de contrôle ainsi que l’exploitation abusive des matières premières mettent cette filière en danger.

Aussi, il a été évoqué il y a quelques temps que la rareté des matière premières serait aussi liée à l’embargo de toutes les espèces de Madagascar inscrites dans les annexes I, II et III de la Convention internationale sur le commerce des espèces de faune et flore sauvages menacées d’extinction (Cites). En effet, Madagascar est tenu de respecter cette décision, bien que cela ait une répercussion négative sur la productivité des artisans.

Problème de visibilité

Certes, les artisans s’efforcent d’innover et d’améliorer davantage leur production mais il leur est encore difficile de percer le marché. Pourtant la filière artisanat est très rémunératrice. «Durant les foires ou les expositions de renom au niveau local ou international, les acheteurs et consommateurs remettent toujours au second plan l’artisan à la place des revendeurs et des promoteurs», déplore pour sa part une commerçante du village artisanal au Cenam 67 Ha.

Si les articles inondent le marché local, l’artisanat malgache, reconnaissable entre mille, reste pour le moment assez discret sur le marché international. Mais certains entrepreneurs de la Grande

Île ont décidé d’abolir ces frontières et de jouer la carte de l’exportation en proposant des produits réalisés à partir d’un savoir-faire d’exception. L’artisanat malgache de luxe remet au goût du jour des métiers manuels en voie de disparition.

Restructuration du secteur … ?

A Madagascar, l’artisanat fait vivre d’innombrables familles. Les dernières statistiques en date font état que le secteur emploie près de 2 millions d’individus, soit le quart de la population active de l’île et dont la majorité est composée de femmes. La contribution de l’artisanat au PIB du pays est estimée à 15%. La disponibilité de matières premières dans les différentes régions fait apparaître une multitude d’œuvres d’art.

La restructuration du secteur artisanal est à l’étude depuis longtemps. Les entreprises artisanales sont, en effet, généralement de petite envergure. La plupart des artisans travaillent en famille dans des structures non formalisées. Et une production en grande série est pratiquement du domaine de l’impossible.

Arh.

News Mada1 partages

Arts visuels : Is’art galerie lance un appel aux artistes

Chaque année, Is’art galerie à Ampasanimalo lance un appel aux artistes pour ses prochaines expositions. Cette fois-ci, la galerie s’intéresse à l’art visuel. Ainsi, la date limite de dépôt des dossiers est prévue le 14 janvier prochain.

Du 26 janvier au 2 mars prochain, Is’art galerie projette d’organiser une exposition spéciale art visuel et lance un appel aux artistes intéressés. Selon la galerie, l’art visuel englobe la peinture, la sculpture, l’estampe, la photographie, le dessin, l’illustration, les installations et même les arts textiles… Ainsi, cette exposition durera entre 4 à 6 semaines, en fonction du nombre d’artistes participants.

Les dossiers à fournir devront être composés d’une présentation du projet à exposer qui détermine aussi la démarche de la création. Ensuite, les artistes intéressés devront fournir trois images numériques de ses œuvres. Bref, les détails du règlement est disponible sur le site de la galerie. Par ailleurs, l’inscription se fait en ligne et devra être effectué avant le 14 janvier prochain.

Selon les organisateurs, l’objectif est d’inciter les artistes malgaches à pratiquer cet art qui est encore mal exploité au pays. «Avec l’évolution de la numérique, l’art visuel s’est développé rapidement dans le monde. Actuellement, de plus en plus de jeunes s’intéressent davantage aux installations vidéos par exemple», a expliqué l’un des membres du comité d’organisation.

Un bilan positif

Chaque année, la galerie lance un appel aux artistes qui désirent exposer leurs œuvres à Ampasanimalo. «Il faut surtout leur donner une plateforme pour qu’ils puissent s’épanouir», a-t-il continué. Par ailleurs, l’on sait

qu’Is’art galerie a enregistré un bilan positif l’année dernière. «A part les expositions, le lieu a aussi été rénové spécialement pour accueillir aussi les spectacles et autres arts scéniques», a ajouté notre interlocuteur.

Sur ce, Is’art galerie ferme actuellement ses portes. «L’année est nouvelle, ainsi, nous aimerons aussi que l’espace se refasse une beauté», a-t-il conclu. Ainsi, elle  pourra accueillir de nouveau le public à partir du 10 janvier.

Holy Danielle

 

Madagate1 partages

Hery Rajaonarimampianina. Fiarahabana: Inona indray no lainga holazaina amin’ny vahoaka?

Niandry ny kabarin’ny filoham-pirenena Hery Rajaonarimampianina ny mpanaraka ny raharaham-pirenena tamin’ny 31 desambra 2017 hifoha ny 01 janoary 2018 lasa teo. Toa ny fomba mahazatra ataon’ny filoham-pirenena maro manerana izao tontolo izao dia manao izany koa isika eto Madagasikara hatramin’izay. Ny taona lasa, desambra 2016-niditra 1 janoary 2017 dia nanao izany koa ingahy Hery Rajaonari- mampianina.  Fa naninona no tsy nasiana izany tamin’ity taona ity? Sa ve efa vitan’ilay famangiana ny «4’mis» teny «La Réunion-kely» sy teny amin’ny tonelina Ambanidia sy Ambohidahy izany ? Iny raharaha iny nefa dia toa ny fandatsana ireo olona sahirana ihany satria tsy nisy vahaolana naroso ho azy ireo hatramin’izay nitondrany izay, ary mbola nampian’ny filoham-pirenena hoe «tsy haka anareo teto amin’ity toerana ity no nahatongavako eto…». Dia vitan’ilay fanomezana vonjy tavanandro iny raharaha iny.

Inona izany no holazain’ingahy filoha Hery Rajaonarimampianina rahampitso zoma faha 05 janoary 2018 amin’ny kabary hofandraisana ireo diplaomaty sy ny andrimpanjakana? Hahasahy hilaza ve izy fa nampahantrany tokoa ny vahoaka Malagasy tao anatin’ny efa-taona nitondrany ny firenena izay?  Latsaka ao anaty lavaka mangitsokitsoka tanteraka ny firenena ankehitriny. Sa mbola hilaza fa miasa ny fitondrana tarihiny? Amin’ny fo tsy miangatra dia mba inona no nentin’ny fitondrana ity nanatsara ny fiainan’ny Malagasy ?

Ny mpangalatra no nanjaka tao anatin’ny fitondram-panjakana toa ny raharaha Claudine Razaimamonjy izay mbola tsy vita hatramin’izao io ary mbola andrasan’ny Malagasy maro ny tohiny satria maro ny minisitra sy ny mpiasam-panjakana ambony ao anatin’ny fitondram-panjakana io no voalaza fa  voarohirohy amin’io raharaha io. Ramatoa Claudine Razaimamonjy koa tsy naka ny kitapom-bolam-panjakana na namaky izany fa maro no niray tsikombakomba taminy tamin’izany.

Inona koa no holazain’ ingahy Hery Rajaonarimampianina momba ny fanondranana ny andramena, ny volamena, ny vato sarobidy, ny harena voajanahary sy ny harena ankibon’ny tany izay mandeha antsokosoko mivoaka an’i Madagasikara? Ny raharaha «Kidnapping» sy ny tsy fandriampahalemana izay manjaka amin’izao fotoana izao?

Inona koa no holazainy mahakasika ny fanomezan-dalàna ireo sinoa izay manao tantely afa-drakotra ny herim-pirenena? Ny raharahan’ny zanany sy ny rahalahiny manao fandrobana ny fanaparam-pahefana amin’ny fitrandrahana vato toa ny tany Anjozorobe sy tany Antsirabe izay nahavoatonontonona azy ireo. Tsy izany ihany fa hatramin’ny kolikoly avo lenta momba ny «marchés public izay naha bakiropitra ny volam-panjakana amin’izao fotoana izao satria dia nataon’ireo mpikambana ambonimbony ao amin’ny HVM (Hery Vaovao hoan’i Madagasikara ) daholo ity sehatra ity.

Aiza ny fampiharana ny fananganana ny fitsarana tampony («Haute Cour de Justice») izay tokony ho vita tao anatin’ny iray taona aorinan’ny nandraisana fanjakana ?

Dia inona indray izao no fampanatenana ny mpiasam-panjakana? Firy indray no hotapahina ny karamany ary inona indray no holazaina azy ireo satria tsy ny mpiasam-panjakana «fantômes» no nenjehina fa ireo izay miasa mafy. Hampiakarina hoatrinona indray ny karama amin’ity vidimpianana izay nisondrotra 100% ity. Ny mpiasam-panajakana izay lazaina fa hofoanana koa ny 5%  ny volan-jaza hoan’izay misotro ronono manomboka amin’ity taona 2018 ity.

Ny fanapotehana ny orinasam-panjakana maro dia tsy hay tenenina intsony ka isan’ny voa mafy amin’izany ny Afaran’ny taona teo ny orinasa Magrama ao Ambatofinandrahana. Homena ny sinoa indray ve sa hamidy amin’ny vazaha avy aiza indray ?

Tsy tenenina intsony ny fahapotehan’ny fampianarana hoan’ny zana-bahoaka amin’izao fotoana izao. Aiza izay fampianarana tsy andoavam-bola hoan’ny daholobe izany any amin’ny EPP izay lazaina amin’ny lalampanorenana? Toa resaka ambony vavahady no betsaka ary fampanatenana poakaty no manjaka. Ny sekoly tsy miakina izay mameno ny banga aza ankehitriny foanana indray ary ampitahorina isan’andro isan’andro nefa ny fanjakana tsy mahavita ny andraikiny akory.

Eo amin’ny lafiny fahasalamana indray dia inona no holazain’ny filoham-pirenena mahakasika ny tsy fahazakan’ny vahoaka intsony ny saran’ny fitsaboana any amin’ny hopitalim-panjakana amin’izao fotoana izao. Naleon’ny olona namonjy «dadarabe» sy ny tambavy satria tsy zaka intsony ny fitsaboana.

Ary mba aiza ilay vola voalaza fa 10 miliara dolara amerikana azo tamin’ny fihaonana tany Parisy tamin’ny mpamatsy vola an’i Madagasikara tamin’ny taona 2016 iny? Sao dia efa lasa nanaovana kolikoly indray satria efa tsy hita izay niafarany hatramin’izao ka tsy nolazaina izany ny vahoka Malagasy hoe azo sa tsy azo io vola io?.

Inona izany no kabary hataon’ny filoham-pirenena  Hery Rajaonarimampianina  amin’izao fotoana farany hitondrany ny firenena izao? Tapitra amin’ity taona 2018 ity ny fe-potoana hitondrany ny firenena ka olona hafa indray no ho eo amin’ny 2019 amin’ny taom-baovao.

Jesy Rabelaolao – La Gazette de la Grande île, 4 Janoary 2018

Madaplus.info0 partages

La perturbation tropicale s’est transformée en cyclone AVA

Depuis la semaine dernière, une perturbation tropicale se trouvait déjà au large des côtes de Madagascar. Actuellement, cette perturbation tropicale est devenue un cyclone qui porte le nom d’AVA, selon les informations recueillies auprès du service de la météorologie.
D’après la prévision de ce matin, le cyclone va entrer dans la grande île demain vendredi. Ses vents moyens sont prévus à 100 kilomètres à l’heure et ses rafales de vent moyen à 130 kilomètres à l’heure. Un avis de menace est lancé à l’endroit des régions Est de Madagascar. A cause de la présence de ce cyclone, des orages accompagnés de forte pluie seront présents dans presque toutes les parties de l’île.
Madaplus.info0 partages

Passeport Malgache : une hausse de 72% du droit d’acquisition

Le Ministère de l’Intérieur ainsi que la Police Nationale a posté une annonce que le frais d’acquisition des passeports malgache augmentera à raison 190 000 Ariary à compter de ce mois de Janvier 2018.
Les usagers sont tellement surpris par cette hausse presque démesurée puisque l’année dernière, le tarif d’acquisition est de 110 000 Ariary, ce qui est déjà hors de la portée du pouvoir d’achat pour les résidents malgaches. La hausse est donc de 80 000 Ariary, soit 72% du droit d’acquisition initial. D’après les informations émanant de la Police Nationale, l’origine de cette augmentation de tarif est relative à la forte dépréciation du cours de l’Ariary sur le marché internationale.
News Mada0 partages

20 taona ny tandavanala Cofav : miisa 74 ny VOI mitantana ny ala

Misahana ny fiarovana ny tandavanala Fandriana-Vondrozo Midongy (Cofav) any Fianarantsoa ny fikambanana iraisam-pirenena WWF, nanomboka ny taona 1998. Manana velarana 450.000 ha ny Cofav, ahitana loharano manodidina ny 30, mamelona mponina sy ny faritra afovoany atsinanana sy atsimo atsinanan’i Madagasikara. Tao anatin’izay 20 taona izay, nahomby ny zava-bitan’ny WWF, satria mahatratra 74 ny fikambanana na vondrona olona eny ifotony (VOI) mitantana maharitra ny ala ao anatin’ny distrikan’i Vondrozo sy  Ivohibe.

Anisan’ny asa natao ny fambolena zana-kazo maherin’ny 1.200.000 namerenana ny zava-maitson’ny tontolo tamin’ny ala simba nirefy 874 ha. Mitondra vokantsoa izany satria niverina ny loharano. Nisy koa ny fotodrafitrasa naorina, toy ny hopitaly, ny  fanatsarana ny velontenan’ny mponina, toy ny famokarana ilomenaka nataon’ny mponina any amin’ny tapan avaratry ny Cofav. Nilaza ny tale jeneralin’ny WWF, Rtoa Ratsifandrihamanana Nanie, fa misongadina ny vondron’olona ao amin’ny Cofav satria miray hina, manana toe-tsaina tia karokaroka sady mahay mihary. Tsara ho fakan-tahaky ny mponina eny ifotony manerana ny Nosy izao ataon’ny ao amin’ny Cofav izao, amin’ny fiarovana ny tontolo iainana.

Njaka A.

News Mada0 partages

Mpanefoefo maneran-tany : mitentina 100 miliara dolara ny haren’i Jeff Bezos

Araka ny fanadihadiana nataon’ny Bloomberg, manan-karena voalohany maneran-tany tamin’iny taona 2017 iny i Jeff Bezos, tompon’ny orinasa iraisam-pirenena Amazon. Mitentina 99 miliara dolara ny hareny, nihoatra 33,7 miliara dolara miohatra ny fananany tamin’ny taona 2016. Nivoaka ny 26 novambra teo io fanadihadiana io.

Tsy tazonina ao an-tranony na apetrany any amin’ny banky ireo vola ireo fa arotsany ao amin’ny tsenam-bola (marché boursière), ao amin’ny tsena fifanakalozam-bola e-commerce.

Nilatsaka any amin’ny laharana faharoa i Bill Gates, voalohany tamin’ny fiandohan’ny taona 2017, araka ny fanadihadian’ny Forbes, manana harena 91,8 miliara dolara. Nihena ny fananany satria maro ny vola laniny amin’ny asa soa ataony fanomezana mahatratra hatrany amin’ny 35 tapitrisa dolara.

Faharoa eran-tany manana harena mitentina 100 tapitrisa dolara i Jeff Bezos, taorian’i Bill Gates ihany koa, ny taona 1999.

Njaka A.

News Mada0 partages

Jeneraly Ramakavelo Désiré : « kajikajy politika ny fampihavanam-pirenena »

 Aiza ho aiza ny hoe fampihavanam-pirenena amin’izao taona vaovao izao? Maneho ny fijeriny ny mpandalina tantara sady minisitry ny Fiarovam-pirenena teo aloha, ny jeneraly Ramakavelo Désiré: « Mbola kajikajy politika ny hoe fampihavanam-pirenena. Inona ny tadiavina hitondra vokatra amin’izany? » Dinidinika…

Gazety Taratra (*): Ny fahitanao ny amin’ny fitakian’ny sendikàn’ny mpitsara ny fahaleovantenan’ny fitsarana tsy hita be ihany?   

 Jeneraly Ramakavelo Désiré (-): Tena zon’ny mpiasa ny manao fitokonana, na amin’ny fanjakana na tsy miankina. Zo sendikaly izany, saingy raha misy minisitera telo izay ny mpiasa ao aminy, tsy maintsy mieritreritra tsara ny fanaovana fitokonana: ny minisiteran’ny Fahasalamam-bahoaka, ny minisiteran’ny Fampianarana, ny minisiteran’ny Fitsarana. Tsy ekeko ny hoe tsy misy fiandrasan-draharaha amin’izany.

Marina fa manan-jo hanao fitokonana ny tena, fa manan-jo hahazo fahafaham-po amin’ny fitantanam-panjakana koa izay manan-draharaha amin’izany. Iza no mavesa-danja rehefa atao ambony mizana: ny zon’ny mpitsara sa ny zon’ny vahoaka manan-draharaha amin’ny fitsarana, ohatra? Tsy maintsy ny zon’ny vahoaka. Tsy hoe maha maro anisa fotsiny ny vahoaka izany, fa izy no mandoa ny karaman’ny mpitsara amin’ny alalan’ny hetra.

Amina tokantrano iray, ohatra: ny mpampiasa no mandoa ny karaman’ny mpiasa, nefa izy indray no ampijaliana. Handeha ve izany?

* Ny amin’ny fampihavanam-pirenena, fa efa mijoro indray izao ny rafitra vaovao misahana izany?

– Tsy miova ny hevitro. Anisan’ny soatoavina malagasy eo amin’ny fiarahamonina ny fihavanana. Raha soatoavina fototra izany, tsy hananganana andrimpanjakana iray. Satria ny maha Malagasy izany no tokony haverina: toe-tsaina, fomba fiainana, fiaraha-monina… Fa tsy atao peta-toko amin’ny hoe fampihavanana.

Ny fampihavanam-pirenena izany: fiverenan’ny fitokisan’ny vahoaka ny mpitondra. Rehefa matoky ny mpitondra ny vahoaka, tsy misy vahoaka miady. Efa nanao fampihavanana ny fiombonambe iraisam-pirenena, nandamoka; efa nanao ny FFKM, nandamoka; natsangana ny andrimpanjakana iray, nandamoka. Io averina indray ny andrimpanjakana, tsy maintsy mandamoka io.

Ny anton’ny hampandamoka ny fampihavanana, ny olona tendrena avy amin’ny fiadidiana ny Repoblika: misy efa praiminisitra taloha, minisitra taloha. Hita hoe rehefa apetraka eo ny praiminisitra tamin’ny fitondran-dRanona, ohatra: hanampy rehefa tonga ny fifidianana. Any ny mbola kajikajy politika amin’ny hoe fampihavanam-pirenena. Inona ny tadiavina hitondra vokatra amin’izany? Tsy misy.

Anisan’ny nampandamoka ny fampihavanana farany teo ny nataon’ny Fitsarana avo momba ny lalàmpanorenana (HCC). Mazava izao ny lalàmpanorenana fa azon’ny filoha atao ny mandrava ny Antenimierampirenena, ary azon’ny Antenimierampirenena atao ny mampiato ny filoha amin’ny asany. Inona no navoakan’ny HCC? Fifanarahana andraikitra. Inona no dikan’izay fifanarahana mitaha amin’ny lalàmpanorenana? Fanapoizinana tanteraka ny firenena izany. Avy eo, milaza ny tena hoe hampihavanina ny mpanao politika.

* Mahabe resaka ny sasany talohaloha teo ny amin’ny fisian’ny vola vaovao?

– Anisan’ny nanovana ny vola ny hoe be ny vola sandoka. Inona ny eo? Vao nipoitra ny vola vaovao, nipoitra koa ny vola sandoka. Ny tena mampieritreritra ahy, vao nahita sy nandray ny vola aho, tonga dia hoe: vola sinoa.

Atao mitovy amin’ny vola sinoa ny vola malagasy, nefa ny azy efa mibananaka… Any no ampanaovina azy: aza gaga raha hisavoritaka ny momba ny vola ao anatin’ny taona vitsy. Mety tsy voatery hoe vola sandoka, fa vola tena vita avy any fa mandeha amin’ny lalan-kafa. Raha vao mitombo be, vola baoritra no hiafarany.

Vao misy io roa alina Ar mitambatra io fotsiny aza, ahina ho lasa vola baoritra, sanatria. Iza no milaza fa tsy mety hisy ny vola 5 alina Ar mitambatra? Io vola io no ahafantarana hoe mihamahantra ny firenena. Ny olona tena manam-bola izany no mila ny vola roa alina Ar mitambatra mba tsy ho sahirana.

Vao mainka mihamitombo ny elanelan’ny mahantra sy ny mpanankarena. Iza no tena mpanefoefo eto amintsika? Ny vahiny. Amin’izany no ahitana fa eo an-tanan’ny vahiny ny toekarena. Izy izany no tompony, fa lasa mpindrana ny tena. Na hanao inona na inona, izay mifehy ny toekarena no tompon’ny tany.

Nangonin’i R. Nd.

News Mada0 partages

Niarahaba ny PM ny mpikamban’ny governemanta

Fifampiarahabana.  Nitsidika ny Praiminisitra Mahafaly Solonandrasana Olivier mivady teny amin’ny lapan’i Mahazoarivo ireo mpikambana ao anatin’ny governemanta, narahim-bady avy  noho ny fahatrarana ny taom-baovao 2018, omaly.  Nivoitra tamin’izany ny fiarahabana narahina firarian-tsoa nentin’ireto mpiara-miasa ao anaty fitondram-panjakana nandritra ny fifanatrehan-tava, amin’ny maha  raiamandreny ny praiminisitra. Nanaovana jery todika tao anaty fotoana fohy ny ezaka vita sy ny olana nosedrain’ny governemanta tamin’ny taona 2017 iny, indrindra fa ny tanjona mbola hotratrarina amin’ity taona manaraka ity. Nanentana  manokana ireo minisitra eo ambany fitarihany ny lehiben’ny governemanta, hanatsara hatrany ny fomba fiasa sy ny vokatra tsara efa azo. “Hiray saina ao anaty fikatsahana ny soa ho an’ny firenena, mba hahatongavantsika amin’ny fahatomombanan’ny fifidianana”, hoy izy. Nisy fanolorana ny solom-bodiakoho ho an’ny Praiminisitra Mahafaly tamin’ny fihaonana.

Synèse R.

News Mada0 partages

Fait inédit : le PM annonce la candidature de Rajaonarimampianina

La présentation de vœux des membres du gouvernement s’est tenue hier à Mahazoarivo. Une rencontre assez particulière durant laquelle le Premier ministre Olivier Mahafaly Solonandrasana a annoncé la candidature de Hery Rajaonarimampianina.

Certes, la candidature de Hery Rajaonarimampianina dans le dessein de briguer un deuxième mandat est un secret de polichinelle. Ses partisans pensent que le moment venu, il fera une déclaration officielle voire solennelle sur le sujet. Beaucoup s’attendent même à ce que le chef de l’Etat va proclamer sa candidature ce vendredi à Iavoloha, à l’occasion de la présentation de vœux au couple présidentiel.

Mais ce qui vient de se passer hier à Mahazoarivo est du jamais vu. D’habitude et selon même la tradition politique, il revient à la personne concernée, c’est-à-dire au candidat lui-même ou au président sortant d’afficher son intention et ambition de signer un deuxième mandat, histoire de donner plus d’importance et de sens à cette nouvelle quête politique. Sauf qu’au sein du régime et du HVM, les quelques mots du Premier ministre suffisent en guise d’information officielle. C’est un fait rare dans les annales politiques malgaches.

«Sans l’ombre d’un doute, le président sera candidat à sa propre succession», a laissé entendre Olivier Mahafaly. Sous cet angle, il ne reste plus qu’à attendre la confirmation de Hery Rajaonarimampianina car visiblement, le Pm a fait plus d’un «effet d’annonce» en appelant les membres du HVM, à commencer par le gouvernement, de se préparer ardemment.

Les deux interventions de Marc Ravalomanana et Andry Rajoelina récemment y seraient pour quelque chose. Si le premier a déjà manifesté sa volonté de revenir au pouvoir, le second commence juste à faire son apparition sur la scène publique et d’après les observateurs, sa candidature à la présidentielle de 2018 tombe sous le sens.  Pour dire que petit à petit, après avoir misé sur le référendum réfuté pour l’heure par l’ensemble des politiques et de la société civile, le régime commence à se faire  une raison, l’élection présidentielle est désormais inéluctable.

Combat acharné

Et à entendre les messages du PM adressés à ses subordonnés, cette élection n’est pas gagnée d’avance. Olivier Mahafaly a mis le gouvernement devant le grand défi à relever car pour lui, la réussite de l’Exécutif constitue avant tout la victoire de Hery Rajaonarimampianina. «Nous devons être solidaires pour parvenir à la victoire finale. Pour cela, gardons nos acquis», a-t-il scandé.

Défendre le pré carré pour ne pas être battu sur son propre terrain est devenu le mot d’ordre. «Nous avons deux adversaires, la pauvreté et le camp d’en face. Trouvez-vous convenable qu’on cède la place aux autres alors que nous avons pu réaliser de si bons résultats ? Non», a précisé le chef de gouvernement.

Année de campagne !

«2018 est une année électorale et sera également l’année de visibilité de toutes les actions gouvernementales», a souligné le Premier ministre. De ce fait, une année de campagne à profiter pour le régime comme il l’a déjà entrepris en 2017, au grand dam des autres partis en lice. En d’autres termes, tout ce que le gouvernement va entreprendre cette année et ce bien avant les dates officielles de la présidentielle, serviront à redorer le blason du régime sous forme de campagne avant l’heure.

Dans la même foulée, ce gouvernement de combat s’est donné pour mission pour cette année de tenir tête à ses adversaires en ne ménageant pas les efforts et ne lésinant par sur les moyens.

Rakoto

 

News Mada0 partages

Basikety : lasan’i Angelot ny loka “Stesa.M”

 Fanta-daza maneran-tany indray ny basikety malagasy. Norombahin-dRazafiarivony Angelot, tale teknika nasionaly mantsy ny loka voalohany “Stesa.M”,  natolotry ny Paisac. Mendrika ny zava-bitany, teo amin’ny fampiroboroboana ny taranja.

Anisan’ny taranja nitondra avo ny lazan’i Madagasikara ny basikety. Tsy teo amin’ny vokatra teny ambony kianja ihany fa teo amin’ny fitantanana sy ny fampiroboroboana ny basikety eto an-toerana ihany koa. Nomen’ny Paisac (Programme d’appui internationale au sport africain et des Caraibes) an-dRazafiarivony Angelot,  tale teknika nasionaly, mantsy ny loka «Stesa.M».

Notolorana izany ireo olona mendrika tamin’ny fiofanana nomen’ny Paisac, natao tany Kanadà  nanomboka ny taona 2002 ka hatramin’ny 2017. Marihina fa firenena 25 maneran-tany no nanana solontena niatrika izany fiofanana izany, izay nahatratra tany amin’ny 300 tany ho any. Nisahana tamin’ny lafiny maro izany toy ny fampiofanana ireo mpiofana, ny fanatanterahana tetikasa ary ny fanazarantena eo amin’ny fampivoarana ny taranja hahazoana vokatra maharitra.

 Izy irery eto Afrika

I Angelot izany no Malagasy voalohany ary hany Afrikanina tokana nahazo ity loka ity, natolotra azy, nandritra ny andiany faha-30 tamin’ny fiofanana Paisac. Tsiahivina fa intelo nanatrika ity fiofanana ity i Angelot. Ny taona 2006 ny voalohany ka nahazoany ny mari-pahaizana “Niveau 3” tamin’ny PNCE (Programme national de certification d’entraîneur) avy amin’ny Institut national de formation d’entraîneur any Montreal Kanadà. Ny taona 2008, nahazo ny mari-pahaizana «Niveau 4 » indray izy ary ny taona 2013, nahazo ny «Formateur accompagnateur accrédité par Paisac». Tamin’io fotoana io ihany koa ny nahalasa azy ho «instructeur» eo anivon’ny Fiba Afrique.

Tsiahivina fa nisahana ny andraikitra maha tale teknika nasionaly azy i Angelot, nanomboka ny taona 2006 ka hatramin’ny 2007. Nijanona kely izy taorian’io ary nitondra ekipa tany Matsiatra Ambony. Noho ny zava-bitany sy ny traikefany, nantsoina ho tale teknika nasionaly indray izy, ny volana jona 2017.

Torcelin

News Mada0 partages

Rendez-vous du président : aucune mention sur les élections

«Il reste beaucoup à faire pour remettre le pays sur orbite. Mais cela ne se fera pas à coup de déstabilisations, de critiques néfastes, de dénigrement gratuit, encore moins de simples voeux non assortis de travail. Il va falloir se  retrousser davantage les manches…». Une déclaration du président de la République dans son habituel «rendez-vous du président» réservé spécialement aux perspectives pour 2018.

Et l’on se demande si c’est voulu ou si cela ne s’avère pas important, mais la tenue des élections cette année ne semble pas fait partie des perspectives du président. Ce dernier n’a touche aucun mot sur le sujet ni même fait allusion à ce rendez-vous des urnes au moment où tout le monde en parle. Comme si la stabilité souhaitée fait référence aux actions du gouvernement, loin de cette aspiration  générale, l’une des conditions exigées pour tenir une élection présidentielle crédible.

Rakoto

 

News Mada0 partages

Soradihy : nikaroka, nanomana mpandimby, … ny Rary

Fotoana fanaovana tombana ny zava-bita sy faminavinana ny tetikasa hotanterahina ny fiandohan’ny taona, toy izao. Tsara ny vokatra ho an’ireo mpanao soradihy efa matihanina, toy an-dry Géraldine Leong Sang.

Azo lazaina ho taom-pahombiazana ny 2017 raha ny tontolon’ny dihy no jerena. Nanamafy izany i Géraldine Leong Sang, ao amin’ny kaompania Rary sady mpitarika ny kaompania Jiny. Nahomby, satria tsy nijanona fotsiny tamin’ny fanamafisana ny talenta sy ny traikefa fa nifantoka kokoa tamin’ny fikarohana zava-baovao, araka ny voalazan’i Géraldine.

Ho an-dry Ariry sy Géraldine ary ireo ekipany ao amin’ny Rary, ohatra, niompana tamin’izany fikarohana izany avokoa ireo hetsika nokarakaraina, nandritra iny taon-dasa iny. Anisan’izany ny « Labdihy », laboratoara mikasika ny dihy, ny « Danse en couple party », dihy iarahan’olon-droa, sns.

Tetsy ankilan’izay, nirona tamin’ny fampiarahana ny dihy amin’ny karazan-javakanto hafa ny voka-pamoronana, tsy an’ny kaompania tokana na vitsivitsy na saika ho an’ny ankamaroan’izy ireo, araka ny nambaran’i Géraldine hatrany. Azo singanina amin’izany ny fampiarahana ny dihy amin’ny « slam » na koa ny kanto araka endrika amam-bika.

Fa tsy izay ihany. Mahasarika tanora ny dihy, amin’ny karazany rehetra io ka ao anatin’izany ny dihy ankehitriny. Mila sehatra hanatevenana ny fahaizana sy hivelarana izy ireo. Nihabetsaka kokoa izany, tamin’iny taona 2017 iny, raha ny voalazan’i Géraldine. Porofon’izany ireo « festivals » sy hetsika isan-karazany nanomezana sehatra ireo tanora vao misondrotra eo amin’ny tontolon’ny dihy. Ao anatin’izany, ohatra, ny « Festival Voambolana ». Manampy izany, nivelatra kokoa ireny hetsika ireny ka raha tamina faritra kely, teo aloha, lasa nahenika faritra maromaro na manerana an’i Madagasikara mihitsy, taty aoriana. Tsy vitsy koa ireo « festivals » lasa iraisam-pirenena, nandraisan’ny vahiny anjara.

Ho an’ny amin’ity taona 2018 ity, hanohy izany lalam-pahombiazana izany no tanjona, araka ny nohamafisin’i Géraldine.

Landy R.

News Mada0 partages

IGPN : hofotorina izay polisy mandika lalàna

“Raha toa ka misy ny tsy manaraka ny fanitsiana ataon’izy ireo, miditra an-tsehatra manao ny famotorana ny IGPN ary manasazy. Tsy fampitahorana akory izany fa natao hipetrahan’ny fifampifehezana eo anivon’ny polisim-pirenena”, hoy ny fanazavana. Ny IGPN izay sampan-draharaha iray eo anivon’ny polisy manao ny fanaraha-maso anatiny azy ireo. Nivoitra izany nandritra ny sahan’asa jery todika ny zava-bita tamin’iny taona 2017 iny, sy ny tetik’asa vina fanatsarana ny asa atao amin’ity taona vaovao 2018 ho an’ny avy eo anivon’ny DISEC (Direction du suivi-evaluation et de la coordination). Ny tale jeneralin’ny IGPN (Inspection Générale de la Police nationale) ny contrôleur général de police Rasamiharivony Martin, no nanokatra ny fotoana, notronin’Andriamatoa Talen’ny DISEC ny commissaire divisionnaire de Police Razafimanantena Herivelo Ralaimongo sy ny lehiben’ny sampandraharaha misahana ny fitsipim-pifehezana sy fandikan-dalana « CODIS » ny Commissaire Divisionnaire de police Tsiebo Sylva Karl.

 Tamin’ny lahatenin’ny tale jeneralin’ny IGPN no nilazany fa manana ny toerana ambony amin’ny arak’asa ny DISEC noho izy ireo taratry ny polisim-pirenena satria andraikitr’izy ireo ny mananatra sy manitsy ny olombelona ao amin’ny minisiteran’ny Filaminam-bahoaka. “Manana adidy goavana ny DISEC satria raha misy ny laza ratsy ho an’ny polisim-pirenena, misy andraikitra tsy tontosa izany fa raha ny tsara kosa ny taratry ny vahoaka sy ny tompon’andraikitra amin’ny asan’ny polisim-pirenena, vokatry ny asan’ny DISEC avokoa izany”, ho ny fanamafisana. Natao izao sahan’asa izao, hoy ny talen’ny DISEC, hampihena na hamongotra mihitsy ny fandikan-dalana sy ny tsy fetezana eo amin’ny mety hiseho indraindray eo amin’ny polisy am-perinasa sasany.

Yves S.

News Mada0 partages

Tsy fandriampahalemana : mpanendaka efa gadra lava dimy lahy voasambotry ny polisy

Mpanendaka sy mpanao sinto-mahery miisa dimy no tratra ny polisin’ny boriborintany fahafito nandritra ny herinandro. Mpamerin-keloka ry zalahy ireo ary manao ity asa ratsy ity hatrany. Ny iray voalohany, tratra ny polisy teny amin’ny Vatobe 67 ha rehefa nanaovana vela-pandrika. Ny faharoa, voasambotry ny mpanao fisafoana teo teny amin’ny Coco Plastique ary teo am-panaovana ny asa ratsiny. Ny fahatelo kosa, tratra teo akaikin’ny Bonabare 67 ha rehefa nisy olona niantso vonjeo ka henon’ny polisy manao fisafoana izay nandray andraikitra avy hatrany ary nahasambotra ity mpanao ratsy teo am-panendahana, tokony ho tamin’ny 10 ora alina. Ny olon-dratsy fahefatra kosa, tratra teny amin’ny Jovenna 67 ha rehefa nahazo iraka avy any amin’ny fitsarana ny polisy hisambotra azy amin’ny resaka halatra. Ny fahadimy farany, teny amin’ny Parking 67 ha no voasambotra rehefa nisy fiantsoana vonjy nataon’ilay voaendaka ka nahafahan’ny mpanao fisafoana nisambotra ilay olon-dratsy.

Ankoatra ireo, teny Antanimena, omaly hariva, mpanendaka iray tratra ny polisy teo am-panaovana ny asa ratsiny. Mihaohao ary manararaotra izao vita fety izao ireo olon-dratsy ireo. Natolotra ny fampanoavana ireo dimy lahy.

Yves S.

News Mada0 partages

Hanangana radio sy televiziona ny CUA

Anisan’ny asa heverin’ny fiadidiana  ny Tanànan’Antananarivo hatao amin’ity taona ity ary ifampierana amin’ny  mpanolotsaina ny tetikasa hampandrosoana ny Renivohitra. Anisan’izany ny ezaka hamoahan’ny CUA gazety sy ny hiketrehana ny hananan’ny kaominina radio  sy televiziona. “Natao mba hitaizana sy hanabeazana  ny  vahoaka izany na  teo aza ny sakantsakana tamin’ny taon-dasa momba izany”, hoy  ny  ben’ny Tanàna, Ravalomanana Lalao, omaly tamin’ny fanokafana ny fivorian’ny filankevitra monisipaly tetsy  Analakely. Manampy izany ny fandaminana sy fandrindranasa.  Ny fampandrosoana sy ny fotodrafitrasa, hanaovana ezaka manokana satria handaniana vola 10 miliara Ar  amin’izao fandinihana ny tetibola taona 2018 izao.  Eo koa  ny fitsinjarana ny fahefana eny anivon’ny boriborintany enina. Tsiahivina  fa manodidina ny 50 miliara  Ar latsaka kely ny vinavinan’ny tetibolan’ny CUA amin’ity taona ity. Nambaran’ny lefitra faharoan’ny ben’ny  Tanàna, Andriamorasata Julien, ny mampiavaka ity tetibola 2018 ity raha  mitaha amin’ny teo aloha. “Narafitra aloha ny tetikasa vao hojerena ny hoenti-manana. Izany hoe, tetibola vaovao, tetikasa vaovao”, hoy izy.

Anisan’ny  lahadinika ny momba ny tanin’ny CUA, ny fifanarahana momba ny tsipy kanetibe, ny fakana hetra amin’ny alalan’ny « Mobile money  », ny momba ny fasam-bahiny eny Anjanahary, ny drafi-pandaminana ny tanàn-dehibe amin’ny antsipiriany.

Synèse R.

News Mada0 partages

Tsatoka antsy teny Andraisoro : ny zokiny ihany no nandatsaka aina ilay zandriny

voasambotry ny polisy misahana ny ady heloka bevava sakelika voalohany BC1 Anosy ny lehilahy iray 48 taona ny 1 janoary lasa teo, teny Andraisoro, noho ny resaka vono olona. Ny 1 janoary 2018 tokony ho tamin’ny 11 ora atoandro, naharay antso ny polisy ao amin’ny BC1 fa nisy fatin’olona ao amin’ny tranom-paty HJRA. Tonga teny an-toerana ny polisy noho izany. Natao avy hatrany ny fitsirihana ilay razana ka hita fa nisy namono izy io. Nahitana dian’antsy telo tao amin’ny lamosiny ary iray kosa teo amin’ny tratrany.

Taorian’ny fikarohana, fantatra fa ny zokiny lahy ihany no namono azy ka voasambotra ny 1 janoary ihany, tokony ho tamin’ny 1 ora tolakandro teny amin’ny faritra Ambany Atsimo Andraisoro. “Fantatra tamin’ny fanadihadiana fa nanao “reveillon” tao amin’ity lehilahy voasambotra ity ilay maty. Taorian’ny fifampiarahabana naha tratra ny taona, nijery rakitsary ilay maty ary nahita ny sarin’ny rahalahan’izy ireo izay efa maty efa ela. Nirotsaka ny alahelo sy vetsovetsom-po teo am-pijerena ny rakitsary”, hoy ny fanazavana. Nahita izany ny zokiny ka tezitra ary nilaza fa mpihatsaraivelatsihy ity zandriny satria tsy tia azy fa ilay efa maty efa ela no tiany. Raikitra ny disadisa ary niafara tamin’ny fifanenjehana nivoaka ny trano ka tany ny namonoany azy. Niaiky ny heloka vitany ity lehilahy ity. Natolotra ny fampanoavana omaly 3 janoary izy io.

Yves S.

News Mada0 partages

Houcine Arfa sy ny vadiny : tafavoaka any Frantsa rehefa nampitsoahana

Voalaza fa nampitsoahana ilay teratany frantsay namoahana didy fampisamborana sy fikarohana, ary efa any ampitan-dranomasina izy mivady ireto. Raha ny vaovao voaray, tamin’ ny alatsinainy teo izy mivady ireto no tonga any Frantsa. Tamin’ ny alalan’ ny sambokely ny nihazoan’izy ireo ny Nosy Mayotte ary niainga tany nakany Frantsa.Raha tsiahivina, tafatsoaka ny 28 desambra farany teo izy ity, raha hoe hafindra any Antanimora hotsabiana. Voaheloka telo taona higadra an-tranomaizina, ny volana novambra 2017 teo, ny tenany noho ny fisandohana andraikitra, raharaha fakana an-keriny, fitazomana fitaovam-piadiana tsy nahazoana alalana, tafiditra ao anaty tambajotran-jiolahy ihany koa. Afaka anefa izy, ary mora foana izany noho ny fisian’ny firaisana tsikombakomba amin’ny fampitsoahana azy. Mipetraka ny fanontaniana: Tapitra eto Madagasikara izany ny fampikarohana azy ireo, ary tsy mandaitra intsony, matoa tafody soa aman-tsara ry zareo. Raha ny tena izy mantsy, afaka mametraka fitoriana any amin’ny fampanoavana frantsay ny fanjakana malagasy raha hanenjika ireo olona ireo. Miandry ny fandihadiana momba ity raharaha ity ny rehetra.

Yves S.

News Mada0 partages

Chronique : révolution pour révolution…

«Quel métier voudrais-tu exercer plus tard ? L’adolescent répond : « J’aimerais travailler dans un bureau ». Devant la moue dubitative de l’adulte qui pose la question, il précise : «Je voudrais travailler dans un bureau pour signer des documents importants».

Avec un peu d’imagination et beaucoup d’indulgence, on peut supposer que pour ce jeune lycéen, signer des documents importants, c’est avoir la satisfaction intellectuelle de se sentir utile.  Notre lycéen n’est pas un cas isolé. Des jeunes, et des moins jeunes aussi, prévoient dans leur plan de carrière une période plus ou moins longue dans un bureau. Pas n’importe lequel : un bureau de la fonction publique.

Ce n’est pas pour le prestige. Ce n’est pas pour mettre ses compétences au service de la nation. C’est pour s’assurer un revenu minimum et du temps, beaucoup de temps libre pour vaquer à des occupations autrement plus lucratives. On développera ses affaires de préférence pendant les heures rémunérées par les régulières ponctions fiscales auxquelles les aimables contribuables se plient de bonne grâce. Difficile d’avoir de la considération pour ces travailleurs de force que nous salarions avec le fruit de notre travail.

Quelques-uns de ces travailleurs de force se souviennent peut-être des années de service dit national auquel les frais bacheliers étaient assujettis pendant notre peu brillante tentative de rébellion contre l’ordre libéral. Quand quelques privilégiés étaient affectés dans des bureaux, les moins chanceux se retrouvaient au fin fond de la brousse où ils devaient contribuer à l’effort révolutionnaire. On n’a pas beaucoup pleuré le service national.

Ce mois-ci, vous éviterez les bureaux vidés de leurs occupants par les innombrables présentations de vœux. Vous aurez tout le loisir d’imaginer un service national pour le service public. A la campagne bien sûr. En réapprenant à travailler, les bureaucrates contribueraient à l’effort révolutionnaire. Ce serait notre révolution culturelle.

Kemba Ranavela

 

News Mada0 partages

Us et coutumes : tu prends le bus ?

Des grands du monde faisant la queue pour prendre un car, un car pas comme les autres mais un car, comme ceux des touristes qui regardent par la vitre appareil photo en main : ça n’existe pas, ça n’existe pas ! Mais pourquoi pas ?, dirait Prévert.

Ici nous avons des taxi-be, moins confortables et leurs vitres ne sont pas blindées. Mais il devrait être possible d’en trouver un pas trop fatigué, avec des banquettes bien arrimées et une porte qui ferme. Il pourrait prendre cinq amis devant le palais d’Ambohitsorohitra et les conduire sans encombre dans un lieu où on laisse les clivages au vestiaire : ça n’existe pas, ça n’existe pas ! Et pourquoi pas ?

 

News Mada0 partages

Hevitra mandalo ; Resaky ny mpitsimpona akotry : hafetsifetsena sa tena izy ?

Arakara-javatra ny fanadinoana. Efa tsy tsaroan’ny maro intsony fa roapolo taona lasa tsy nisy firy ny fiara atokana ho fitondrana marary atao hoe “ambulance”. Na tsy nisy aza fitsipika voasoratra dia noho ny fahaiza-miaina teo amin’ny fiarahamonina dia nipetraka tsy an-kiteniteny ny lamina. Rehefa misy fiara mampaneno anjomara fanairana fa tsy misy fitsaharana dia samy maka sisiny daholo ny fiara sasany mba hanome làlana ilay fiara mitondra marary. Misy angamba ankehitriny mitady hanadino izany fomba fifanajana izany. Ao ireo mihevitra fa efa eo ireo ambulance. Ny sasany kosa tsy te hahalala intsony fa leon’ny fitomboan’isan’ireo mpanararaotra misisika tsy andrariny eo amin’ny fifamoivoizana efa manahirana. Miharitra hatrany ny fifampatokisana. Samy mandeha, samy manao hafetsifetsena noho ny fitombon’ny tranga mampiseho fanjakazakan’ny manam-pahefana. Misy hono ireo olon-tsotra mampiasa klaxon sady mampirehitra ny jiro mipipika manambara fahamaizana nefa tsy mitondra marary fa manao fitapitaka fotsiny. Toy izany koa ny fahamaroan’ny fiara matanjaka mamirapiratra matetika tsy mataho-dalana manara-damaody. Tsy fantatra izay ao anatiny na minisitra na sandoka. Na tena izy aza, tsy misy lalàna manome azy ireny fahefana hanilikilika ny mpampiasa arabe sasany ka hampitampifipify ny olona mba hahafahany mandingana ny rehetra. Araky ny tazana, miitatra isan’andro ny fanaovana tsinontsinona ny mponina amin’ny fanambonibonian-tena toy izany ary maro amin’izy ireo no  mamoromporona ny fomba entiny hisavasavany ny làlany. Tsy mitovy daholo fa samy manao izay tiany. Na avy amin’izany fotsiny aza dia afaka alaina taratra ny toe-tsaina manjaka ao amin’ny fitantanana sy ny toe-tsain’ny mpikambana tsirairay. Na ny fifehezana ny rehetra ao aminy tsy handikan’izy ireo lalàna aza moa no tsy efan’ny mpitarika, aiza no anantenana ny fahaizany handamina ny fitantanana ? Raha ireo tompom-pahefana ambony aza samy manao ny lalàny tsy ara-dalàna, ahoana moa no iheverana ny fisin’ny lalàna vanona na hijejojejoana amin’ny filazana fa fanjakana tan-dalàna no mifehy eto Madagasikara. Izay fahafahana samy anao ny lalàny noho ny fiandraiketana fahefana izay no mitondra any amin’ ny fanjakan’ny fampiasana jadona.

Léo Raz

News Mada0 partages

Hetsiky Fip Toamasina : jiolahy 12 maty voatifitra, 444 voasambo-belona

Niasa mafy ny Fip Toamasina, ny taona 2017 teo. Olona anjatony voasambotra ary 12 indray maty voatifitra nandritra ny fanenjehana jiolahy…

Nanome tatitra momba ny asa nataony, ny taona 2017, ny Fip Toamasina. Nilaza tamin’ny mpanao gazety ny kaomisera, Rafaliarivo Jules ny faran’ny taona teo fa nahatratra hatramin’ny 235 ny fisamborana olona tontosa nandritra ny taon-dasa izay nahasamborana olona hatramin’ny 444 raha niisa teo amin’ny 12 kosa ny lavon’ny bala. Anisan’izany i Black, ilay nanolana ankizy tsy ampy taona teo imason’ny rainy sy reniny tao Andranomadio ary i Arnaud,  ilay namono polisy  tao Mangarano sy vazaha tao Mangarivotra.

Ahitana karazan-keloka rehetra, toy ny hala-boty, vaky trano, fanendahana, fifohana zava-mahadomelina, vaky fasana, vonoan’ olona, halatra moto sy ny hafa ary ny  fifampikasihan-tanana, eo ihany koa ny fahatrarana ankizy tsy ampy taona any anaty trano fandihizana tamin’ireo 235. “Amin’ny maha hery manokana ny Fip izay, tsy manao famotorana lalina ho an’ ireo olona voasambotra fa ny eny anivon’ny polisy « centrale » no misahana izay famotorana lalina izay ary manolotra azy any amin’ny fitsarana”, hoy ny fanazavana. Nahatratra basy poleta iray vita gasy sy antsy lava ampolony ary taolam-paty milanja 65 kilao sy zavamahadomelina milanja 2 kilao ihany koa ny Fip.

Mbola mila ezaka

Amin’ny ankapobeany aloha, na eo aza ezaka ataon’ny polisin’ny Fip, azo lazaina ho mbola tsy ampy ihany izany ezaka izany, raha manoloana ny fitarainan’ny fiarahamonina sy fisian’ny vaky trano sy fanendahana izay tsy latsaky ny 50 isan’ andro sy isan’ alina eto an-drenivohitr’ i Toamasina. Na izany aza, nilaza kosa kaomisera Rafaliarivo Jules fa tsy hilefitra manoloana ny asan-jiolahy ka mampitandrina hatrany.

Sajo sy Yves S.

News Mada0 partages

Fetin’ny faran’ny taona : nomena sakafo ny voafonja sy ny fianakaviana sahirana

 

 Na tsy manome sakafo sy fanampiana  ho an’ ireo mahantra intsony aza ny kaominina, mbola  ahitana ireny vata fandatsahana vola isaky ny misy fisoratam-panambadiana ireny eny amin’ny birao samihafa. Tsy fantatra anefa ny lalan’izany fanampiana izany. Vokany, tsy nitaraina tana-miempaka ny vondron’ny tambajotran-tsosialy, Ino Maresaka Toamasina (IMT), izay notarihin’ny filohany, Yvan Fabius. Nikarakara sakafo ara-pahasalamana sy maroloko ho an’ny voafonja miisa 1 500 ao amin’ny fonjaben’ Ambalatavoahangy sy ny fianakaviana sahirana 500 teo amin’ny tany malalaka anoloan’ny lapan’ny tanana ny mpikambana. Fampisakafoana faobe izay nomena ny lohahevitra hoe « Mille sourire ».

Nankasitrahan’ny tale iraisam-paritry ny fandraharahana ny fonja Atsinanana sy Analanjirofo,  Mahatama, ny ezaka nataon’ny IMT. « Efa maro ny asa niarahana tamin’ny IMT tamin’ny fanatsarana sy fanavaozana ny fotodrafitrasa sy fikarakarana ny voafonja sy ny fonja. Mbola niampy fikarakarana sakafo ara-pahasalamana ho an’ny voafonja izany. Efa nisy fanolorana boky sy fanamboarana tranoheva ho an’ny mpanatitra sakafon’ny voafonja », hoy izy. Nanambara kosa   ny filohan’ny vondron’ny tambanjotra sosialy fa manana zo hifety sy hisakafo tsara sy ara-pahasalamana ireo voafonja sy ny fianakavina sahirana ka anisan’ny antony nisafidianana ireo sokajin’ olona roa samy hafa ireo izany. Niaraha-niombona antoka amin’ny Spat ny fikarakarana ny hetsika.

Sajo

News Mada0 partages

FJKM Katedraly Analakely : nampifaly ireo olona sahirana ireo sampana

Toy ny efa fanaony hatramin’izay, nanomboka ny taona 2014 no ho mankaty, nanatanteraka ny asa sosialy ny sampana velona eo anivon’ny FJKM Katedraly Analakely. Nampifaly ireo olona sahirana (4’Mi), eo amin’ny faritra manodidina an’Analakely, izy ireo. Notanterahina, teo amin’ny tokotanin’ny fiangonana izany, ny asabotsy 30 desambra lasa teo, notarihin’ny mpitandrina Razafimamonjy Dina, tamin’ny fiaraha-mivavaka, nitohy tamin’ny tsianjery.

Ankizy mpangataka sy mpivarotra ary mpatory ambany tonelina miisa 500 mianadahy  no nizarana sakafo, toy ny vary, henan-kisoa sy tsaramaso ary vatomamy sy biskoy niaraka tamin’ny voankazo, tamin’izany. Nitohy tamin’ny fampihomehezana sy fahakingana, nataon’i Dadavy, ny fotoana.

Niavaka ny tamin’ity indray mitoraka ity satria natao tamin’ny endrika fety. Nifanitsy indrindra tamin’ny fetin’ny faran’ny taona sy ny fitsenana ny taom-baovao, ny hetsika. Marihina fa  asa fanasoavana, napetraky ny mpitandrina ao an-toerana, tao anatin’izay dimy taona efa nitandremany izay, izao natao izao, araka ny teny nalaina tao amin’ny Asan’ny Apostoly toko faha-20 andininy faha-35 tapany b, manao hoe : “Mahasambatra kokoa ny manome no ho ny mandray”.

Vonjy

News Mada0 partages

Année scolaire : une seconde phase très chargée

Les quelques jours de pause de fin d’année ont pris fin pour la majorité des écoliers, notamment ceux qui n’ont entamé leur rentrée qu’au début du mois de novembre à cause des « vacances de peste ». Cette deuxième période s’annonce plus rude et très chargée.

Retour à l’école dès le lendemain des fêtes. Gérer ce changement n’est pas chose facile pour les élèves, habitués à avoir une semaine de pause de plus après les fêtes de fin d’année avant d’entamer la seconde phase de l’année scolaire. Cette période s’étale sur trois mois, soit du 4 janvier au 28 mars, conformément à la réorganisation apportée par le ministère de l’Education nationale (Men) à la suite d’un mois de perdu à cause de l’épidémie de peste pulmonaire qui a sévi dans le pays en octobre dernier.

Des écoliers de certains établissements privés dans la capitale ont même déjà entamé leur rentrée hier. «Ces derniers devront s’attendre à un emploi du temps très chargé dans la mesure où les programmes scolaires sont à peine entamés durant la première période de l’année scolaire, du 6 au 22 décembre dernier, soit en un mois et demi», a confié une directrice d’école privée sise à Ankadifotsy. Une autre, responsable d’un établissement d’expression française à Avaradoha, à soulevé que, «A en juger le volume des activités prévues pour cette période, il faut rattraper le temps perdu». Un rythme que les élèves doivent suivre pour pouvoir entamer le programme scolaire. Par ailleurs, ces derniers n’auront pas droit à beaucoup de repos puisque la troisième phase de l’année scolaire démarrera après les vacances de Pâques (29 mars au 2 avril), soit du 3 avril au 22 juin.

Un mois difficile pour les parents

Les difficultés engendrées par ce nouvel calendrier scolaire n’affectent pas que les écoliers. Les parents devront également honorer les factures dans le cadre de la rentrée après les dépenses des fêtes, conjuguées avec la hausse des prix à la consommation, notamment le riz et d’autres denrées alimentaires.

A cela s’ajoutent les frais de scolarité, de transport ou encore de cantine dans les écoles pour ce mois…, notamment pour ceux qui habitent loin, sans parler des autres besoins de leurs progénitures en termes de fournitures scolaires ou d’effets vestimentaires…Des nécessités qui sont synonymes de dépenses supplémentaires.

Fahranarison

 

News Mada0 partages

AVA : 5 régions et 14 districts en alerte

La perturbation tropicale se trouvant à l’Est d’Antalaha s’est intensifiée hier en devenant tempête tropicale modérée. Elle vient de porter le nom de «Ava» à 9 heures locales en étant le premier système baptisé de la saison cyclonique 2017-2018 et également la première menace cyclonique pour Madagascar. Un avis d’alerte jaune, c’est-à-dire que la tempête menace la localité mais le danger n’est pas immédiat, est ainsi lancé pour les districts d’Antalaha, Mandritsara, ainsi que pour les régions Analanjirofo, Atsinanana et Alaotra Mangoro, d’après le bulletin d’alerte cyclonique de la météo, sorti à 16 h. L’alerte verte a été décrétée dans les régions Diana et Vatovavy Fitovinany, ainsi que dans les districts de Bealanana, Befandriana Nord, Sambava, Vohémar, Andapa, Tsaratanana, Anjozorobe, Manjakandriana, Andramasina, Ambatolampy, Antsirabe I et Fandriana.

A 15 heures locales, le centre de cette tempête a été localisé à 365 km au nord-est de l’île Sainte-Marie. Elle est accompagnée d’un vent d’une vitesse moyenne de 75 km/h, alterné par des rafales pouvant aller jusqu’à 105 km/h. D’après la prévision de la météo, «Ava» continuera de s’intensifier avant d’atterrir, demain dans la matinée, au nord de Toamasina.

Vigilance vent fort

A l’approche de la tempête, le vent se renforcera à compter de ce jour le long des côtes orientales. Des rafales pourraient atteindre la vitesse de 80 km/h, et elles se renforceront davantage avec l’approche d’«Ava». «Une vigilance vent fort est lancée le long de la côte Est, et les usagers en mer entre Antalaha et Toamasina sont priés de ne plus s’aventurer en mer à partir de ce jour», a souligné la météo dans son bulletin.

Par conséquent, des houles cycloniques sont également prévues gagner en hauteur dans cette partie de la Grande île à partir de ce jour, où les vagues atteindront 3 à 5 mètres de hauteur. Une vigilance forte houle est lancée également pour la côte Est.

Sera R.

 

News Mada0 partages

Intempéries : les sapeurs-pompiers s’attèlent aux préventions

Les intempéries s’annoncent plus rude en ce début de l’année, selon les prévisions de la Météorologie. Le Service des sapeurs-pompiers de la capitale travaille d’arrache-pied pour prévenir toutes les éventuelles risques qui puissent générer des accidents ou d’autres risques sur la sécurité des habitants. Les actions menées dans ce cadre concerne notamment l’abattage des arbres menaçants ou la démolition des infrastructures délabrés.

«Le Service a reçu récemment sept plaintes relatives aux habitations endommagées qui nécessitent une démolition», a informé le Commandant de compagnie, le Capitaine Randrianarisoa. Trois opérations sont actuellement en cours, dont à Manarintsoa, Ambohimanarina et Anjanahary. Ce dernier cas de démolition, mené depuis le 29 décembre dernier, avance lentement. Puisqu’il ne s’agit pas d’une structure déjà endommagé, la démolition doit pendre du temps vu sa solidité. En outre, les travaux doivent se faire petit à petit et avec minutie, de manière à éviter d’endommager les habitations attenantes.

Vigilance

Quant à l’abattage d’arbres, les actions ont été déjà bouclées pour quelques quartiers dans la capitale, notamment du côté d’Anosy, Antsahabe, Fort-Duchesne. Les sapeurs-pompiers poursuivent les interventions dans d’autres sites à risques, dont à Mahazoarivo ou encore à Ambohimiandra. Notre source ne manque pas de faire appel aux tananariviens de faire preuve de vigilance non seulement pendant les fortes pluies mais également avant et après, puisque les risques peuvent survenir à tout moment.

En guise de prévention, chacun peut adopter les gestes qui peuvent sauver des vies en cette période des pluies, en l’occurrence en renforçant les couvertures des habitations en état de fragilité ou en quittant les maisons qui risquent de s’effondrer et d’en aviser les responsables des Fokontany… Dans certains endroits, les glissements de terrain constituent également des risques à ne pas négliger, comme c’est le cas dans la haute ville, plus précisément dans les quartiers d’Antsahondra, Ampamarinana ou encore Manjakamiadana…

Fahranarison

 

News Mada0 partages

Kidnapping : toujours pas de nouvelles de John Raza

Quinze jours se sont écoulés après l’enlèvement de John Raza. Kidnappé le 20 décembre à Ankorondrano, cité Firaisana, ce jeune employé de la société Ucodis reste sans nouvelle jusqu’à présent. D’après des sources concordantes, il est toujours entre les mains de ses ravisseurs.

Quoi qu’il en soit, les limiers de la Cellule mixte anti-kidnapping travaillent actuellement d’arrache-pied afin d’élucider cette affaire, ainsi que les autres cas d’enlèvement, dans les meilleurs délais. Sur ce point, l’on sait que les enquêteurs disposent des pistes fiables et des indices concordants qui pourraient les aider à y parvenir.

En attendant les résultats des investigations, le Collectif des Français d’origine indienne de Madagascar (CFOIM) a fait savoir qu’un expert français spécialiste de la police judiciaire travaille de concert avec les enquêteurs malgaches.

Notons au passage que le CFOIM, créé en 2016, est une association apolitique de droit malgache à but non lucratif. Il s’implique dans l’accompagnement de la famille des victimes dans la bonne réaction à avoir en cas d’enlèvement. Tout en dénonçant la série d’enlèvements qui se sont produits au pays, un membre de l’association a fait savoir que la communauté indienne est présente à Madagascar depuis 3 à 4, voire 5 générations.

«Comme dans d’autres communautés, il y a toujours des brebis galeuses mais il faut savoir que Madagascar est dans notre cœur. La communauté est très active mais malheureusement, ces derniers temps, certains opérateurs économiques indiens ont décidé de déplacer les membres de leur famille chez des amis. D’autres ont préféré investir ailleurs. C’est dommageable pour l’économie du pays. L’Etat doit prendre urgemment des mesures afin d’y mettre fin», a-t-il signifié.

Mparany

News Mada0 partages

Evade d’antanimora : le fugitif français se trouve déjà en France

Au cours de son évacuation sanitaire vers un hôpital de la capitale, un détenu français, Houcine Arfa en a profité pour s’évader. Et aux dernières nouvelles, il se trouve déjà en France.

Condamné à trois ans d’emprisonnement à la maison de force de Tsiafahy depuis le 27 juin 2017 pour usurpation de fonction et détention illégale d’armes à feu et de munitions, avec tout un arsenal d’objets militaires et accusé d’association de malfaiteurs et d’extorsion de fonds puis tentative de kidnapping, Houcine Arfa, un ressortissant français âgé de 54 ans, a été transféré à Antanimora afin qu’il puisse suivre un contrôle médical régulier à l’HJRA à Ampefiloha. Apparemment le prisonnier est dans un état de santé fragile.

Mais le 28 décembre dernier, il a demandé à suivre son traitement médical dans un autre centre de santé. Et en profitant de son évacuation, le Français a pris la fuite avec l’aide de ses complices.

En France

Un avis de recherche est ainsi lancé à l’encontre du quinquagénaire. Pour accélérer même sa traque, la police a diffusé l’avis à la télé en mentionnant également sa femme Marie Claude Arfa, comme étant son complice.

Mais aux dernières nouvelles, le fugitif est déjà de retour en France depuis lundi dernier en compagnie de sa femme. Son avocat a d’ailleurs confirmé cette information en déclarant qu’effectivement son client a regagné Paris.

Interviewé par l’AFP mardi dernier, Houcine Arfa a relaté en détails son évasion. Pour sa défense, il a fait savoir qu’il est victime d’un complot pour le faire taire. Il a déclaré que s’il ne s’évadait pas, il y va de sa vie.

Des agents complices

Selon les informations recueillies, les agents pénitentiaires chargés de sa garde n’avaient pas eu l’autorisation en bonne et due forme de leurs supérieurs pour conduire le Français vers le deuxième hôpital. D’ailleurs, Houcine Arfa a affirmé qu’il a été aidé par les responsables locaux pour rejoindre l’île Mayotte en pirogue avant de regagner l’Hexagone. Pour conclure, il a fait savoir qu’il occupait le poste de Conseiller chargé de la sécurité du président du régime actuel depuis fin 2015.

Ando Tsiresy

 

News Mada0 partages

Tany ivelany : nampihetsi-po izao tontolo izao ny fahafatesan’i Johnny Hallyday

Nametraka tantara tsy hay hadinoina iny taona 2017 iny, raha ny tontolon’ny zavakanto any ivelany any no asian-teny. Maromaro ihany ireo andrarezina lavo, saingy nanaitra sy nampalahelo izao tontolo izao mihitsy ny nahafatesan’i Jean-Philippe Smet, fantatry ny maro amin’ny hoe Johnny Hallyday, ny 5 desambra lasa teo.

Raha tsiahivina, sangany amin’ny mozika rock tany Frantsa ity mpanakanto ity. Izy no nampiroborobo sy nampalaza izany. Efa 57 taona ny nilomanosany teo amin’izany tontolon’ny rock izany. Tsy nijanona tao ny lazany fa nahasarika izao tontolo izao mihitsy noho ny feony miavaka, ny fahaizany miseho sehatra, ny tononkirany.

Mitotaly 79 ny rakikirany ary miisa dimy ny kapila diamondra azony raha 40 ny kapila volamena. Tao anatin’izany fotoana nihirany izany, efa in-3.250 niaka-tsehatra izy. Tsiahivina hatrany fa nitarika ny fahafatesany ny homamiadan’ny havokavoka, efa nikiky azy nandritra ny volana maromaro.

Na izany aza ny lazan’ny fahalasanan’i Johnny Hallyday, heverina fa mbola hotsaroan’ny maro koa ny hoe maty tamin’iny taon-dasa iny koa i Roger George Moore na i Roger Moore, anisan’ireo nilalao an’i James Bond 007. Ny 23 mey izy no nodimandry. Eo amin’ny tontolon’ny sarimihetsika hatrany, nindaosin’ny fahafatesana, tamin’iny taona iny, koa i Peter Baldwin, teratany amerikanina, mpilalao « film », mpanatontosa ary mpandrindra an-tsehatra.

Raha hiverenana ny tany Frantsa, lasa ihany koa ry Mireille Darc, mpilalao sarimihetsika nalaza sady mpanatontosa. Toy izany koa i Jeanne Moreau, mpilalao « film », mpanatontosa ary mpihira ihany koa.

Landy R.

News Mada0 partages

Kitra – “Chan 2018” : anisan’ireo hitsara lalao i Nampiandraza

Na tsy mandray anjara amin’ny fiadiana ny ho tompondakan’i Afrika ho an’ireo mpilalao tsy matihanina (Chan 2018), taranja baolina kitra, aza ny Barea de Madagascar, hisy Malagasy kosa hitsara izany fihaonana izany. Lalao hotontosaina any Maraoka, manomboka ny asabotsy 13 janoary ka hatramin’ny 4 febroary ho avy izao.

Notendren’ny kaonfederasiona afrikanina (Caf) ho anisan’ireo mpitsara izany fihaonana izany  i Nampiandraza Hamada. 32 mirahalahy izy ireo no nahazo izao fanendrena izao ka 16 mpitsara afovoany ary anisan’izany ity Malagasy mpitsara ity. 16 ny mpitsara an-jorony. Marihina fa avy amin’ny firenena 27 eto Afrika  ireo mpitsara ireo. Tsy vao izao akory i Nampiandraza, no voatendry hitsara lalao nokarakarain’ny kaonfederasiona afrikanina, fa asika isan-taona, mihitsy. Araka izany, tsy vaovao amin’ny fiatrehana fihaonana irasam-pirenena toa izao, izy fa efa ampy traikefa tanteraka.

Ankoatra izay, nanendry olona fito hisahana ny andraikitry ny fanaraha-maso ny lalao amin’ny alalan’ny fampiasana “video” na ilay antsoina hoe «ARV»  ny CAF, izay sambany hisy sy hampiasana izany voalohany, hatramin’izay nisian’ny fifaninanana  toy izao. Raha tsiahivina, miisa efatra ireo kianja hanatontosana ny lalao, amin’ity “Chan 2018” ity :  ny kianja ao Casablanca, ny ao Marrakech, ny ao Tanger ary ny ao Agadir.

Tompondaka

News Mada0 partages

Huiles essentielles : un marché en croissance

Madagascar exporte près de 1200 tonnes d’huiles essentielles par an, selon les chiffres officiels. L’huile  essentielle de girofle constitue 70% de la valeur des exportations en la matière pour Madagascar. En outre, clou de girofle, vetyver, menthe, citron vert (menthe), orange, géranium sont les plus demandés au niveau international.

Le marché mondial de l’huile essentielle connaît une importante croissance ces dernières années depuis l’intérêt des consommateurs dans les pays industrialisés pour le naturel qui est devenu une tendance durable. Il s’agit donc d’une opportunité à saisir pour Madagascar à travers sa large diversité de gammes de produits qu’il dispose.

Toutefois, le marché reste exigent et le respect des normes requises au niveau international reste un facteur de blocage pour les opérateurs malgaches actuellement. «La qualité, l’hygiène et la traçabilité des produits sont indispensables pour pouvoir conquérir le marché extérieur», a avancé une femme entrepreneure dans cette filière. Celle-ci de poursuivre qu’«Il y a un taux de principes actifs à respecter dans chaque produit».

Madagascar exporte ses produits essentiellement en Europe et aux Etats-Unis. Ces pays s’intéressent surtout aux huiles essentielles dites traditionnelles, entre autres l’ylang ylang et le girofle. Les nouveaux produits tels que le géranium ou le ravintsara commencent toutefois à faire l’objet d’une demande croissante.

Riana R.

News Mada0 partages

Fonds d’entretien routier : un budget de 110 milliards d’ariary cette année

Après que les compagnies pétrolières aient commencé à régulariser les Redevances pour l’entretien routier (RER), le budget à la disposition du Fonds d’entretient routier (Fer) de cette année retrouve son niveau  de 2008 qui s’élève à 110 milliards d’ariary.

Le Fonds d’entretien routier (Fer) dispose d’un budget de 110 milliards d’ariary cette année, d’après le Secrétaire général de l’institution, Benintany Randimby. En effet, les compagnies pétrolières ont commencé à régulariser les Redevances pour l’entretien routier (RER), suite à l’application de la vérité des prix à la pompe et l’arrêt des subventions attribuées par l’Etat.

Le retard de recouvrement des RER a posé d’importants problèmes pour l’entretien des routes nationales  depuis 2009. En 2016, le budget mis à la disposition du Fer n’était que de 47 millions d’ariary pour la remise en état des 50 000 km de route au niveau national.

En 2017, un retour à la normale a été constaté au niveau du fonds  avec un budget de 130  milliards d’ariary. Il est toutefois à préciser que les arriérés du Fer auprès des compagnies pétrolières ne sont pas totalement réglés. «Cela peut s’expliquer par le fait que l’Etat n’a pas encore régularisé les anciennes subventions envers les compagnies. Pour cela, un mécanisme de paiement a été adopté, notamment à travers un bon du Trésor spécial au niveau du Trésor public, que l’Etat règlera jusqu’en 2024. Les arriérés du Fer auprès des compagnies pétrolières sont l’équivalent de trois années de budget du Fer actuellement», a poursuivi Benintany Randimby.

Le taux de prélèvement fixé à  7%

La RER est la principale ressource du Fer,  à part ses fonds propres. Son taux de prélèvement est fixé à 7% sur les prix à la pompe  pour les carburants et 1% pour les lubrifiants depuis l’année 2008, selon l’arrêté interministériel n° 3654/2008 du 12 février 2008. La valeur de la RER sur l’essence s’élève actuellement à 288 ariary par litre, et 129 ariary par litre sur le gazole depuis l’année 2008. Ce taux forfaitaire est donc resté le même depuis 2008 en dépit des révisions des prix à la pompe.

Néanmoins, une forte dégradation des routes nationales est constatée ces dernières années. A ce propos, le SG du Fer de préciser que «Le Fer est chargé de gérer le fonds pour l’entretien des routes.  Tout ce qui est passation de marchés, réalisation des travaux, évaluation des travaux, proposition d’alternative technique…. relèvent de la responsabilité du ministère des Travaux publics».

En outre, l’argent du Fer est destiné à l’entretien des routes et au financement de quelques travaux d’urgence. Le budget dont il dispose ne le permet pas de réaliser les grands travaux de réhabilitation ou encore les projets de construction de nouvelles routes. Les grands travaux sont réalisés à travers les accords bilatéraux avec les bailleurs de fonds.

Riana R.

 

News Mada0 partages

Musique : Shyn débute l’année en musique

Shyn  a fait pas mal de chemin l’année dernière. Au mois de novembre dernier, le prince du RNB a remporté haut la main le prix «Révélation de l’année» du concours international «All Africa Music Awards» avec son single «Resim-pitia». Et il annonce déjà un agenda plus ou moins chargé pour cette année.

 «Makua tour», c’est à travers cette formule issue de son label que le chanteur annonce la couleur lors de sa première prestation de l’année qui aura lieu au gymnase Soavita Toamasina ce dimanche. La grande famille de Makua sera au rendez-vous, à savoir Denise, Shadow, Lion Hill, Boyblack et DJ Angelo derrière les platines. Cette date ne constitue qu’un prélude, d’autres spectacles sont à venir.

Joachin Michaël

News Mada0 partages

Foot – CHAN 2018 : Hamada Nampiandraza parmi les arbitres

S’il y a un homme en noir malgache parmi les plus sollicités sur la scène continentale et internationale, c’est Hamada Nampiandraza. Effectivement, il a été encore une fois appelé à officier la version 2018 du championnat d’Afrique des nations (Chan) qui aura lieu au Maroc du 13 janvier au 4 février. Il fait donc partie des arbitres issus des 27 pays d’Afrique. Pour une grande première, la Confédération africaine de football (Caf) va expérimenter l’arbitrage vidéo. S’ajoutent ainsi dans la liste sept arbitres dont deux assistants pour assurer cette tâche. Quatre villes vont abriter cette compétition : Casablanca, Marrakech, Tanger et Agadir.

Pour rappel, il a officié sa 4e Coupe d’Afrique des nations (Can) l’année dernière après celle de 2012, 2013 et 2015, en intégrant la liste des 17 arbitres centraux durant la Can du 14 janvier au 5 février au Gabon. Hamada a déjà été désigné pour officier les quatre matchs du Chan chez les moins de 23 ans en 2011, dont la finale. Pour la petite histoire, l’arbitre international malgache a officié depuis 2010 deux finales de la Can U23, une finale de la Cosafa Castle Cup et la Super Coupe de la Caf. La fédération malgache a également confié l’arbitrage de la finale des matchs importants au pays comme ce fut le cas lors de la finale de la Telma coupe de Madagascar qui a mis aux prises Cnaps Sport et Elgeco Plus en 2016.

Rojo N.

 

Ino Vaovao0 partages

DISTRIKAN’I TAOLAGNARO : Amin’ny 01 avrily vao hiverina hisokatra ny jono orantsimba

Ity farany izay malaza amin’ny famokarana sy fanondranana orantsimba araka ny efa nahafantaran’ny maro azy hatry ny ela. Noho ny fanapahana niarahana tamin’ny minisiteran’ny Jono sy ny harena anaty rano dia ny 31 Desambra lasa teo no nifarana ny fotoam-panjonoana ny orantsimba ho an’ny taona 2017.

Fantatra izao fa haharitra telo volana izany fiatoana izany. Any amin’ny voalohan’ny volana avrily amin’ity taona ity indray noho izany no hiverina hisokatra ny fanjonoana. Raha ny voalazan’ny talem-paritry ny Jono sy ny harena anaty rano any amin’iny Faritra Anosy iny dia teo amin’ny 240 taonina ny vokatra “langouste” avy any an-toerana voaondrana hatramin’ny volana Novambra tamin’ny taon-dasa iny. Tsara ny manamarika fa izao fanapahan-kevitra fikatonana izao dia tsoa-kevitra nivoaka nandritra ny atrikasa nisy izay niarahan’ny mpandraharaha, mpanjono, ary ny solontena avy ao amin’ny minisitera tompon’andraikitra. 

Nambaran’ny talem-paritra avy any amin’ny Faritra Anosy hatrany fa manana folo andro, aorian’ny fanombohan’ny fikatonana ireo mpandraharaha sy ireo mpisehatra eo amin’ity seha-pihariana orantsimba ity hanaovana fanambaràna tahiry na “declaration des stocks”. Izany hoe ny voalohan’ny volana janoary teo, hatramin’ny 10 Janoary ho avy izao.

Amin’ny ankapobeny dia natokan’ny ny mpanjono sy ny mponina ao amin’ny Distrikan’i Tolagnaro ho fitadiavam-bola na ho fanondrana ny vokatra orantsimba. Araka ny fantatra mantsy dia vitsy amin’ny mponina no mihinana azy satria dia mahatratra 40 000 Ariary ny iray kilao amin’ny “Langouste” any an-toerana ka maro no tsy manana fahefa-mividy amin’izany. 

Lucien R.

Ino Vaovao0 partages

KAOMINA BELOBAKA : Misy olona mamoaka kara-tany sandoka ho an’ny mponina

Olona tsara sitrapo no nahatsikaratra fa tsy mitovy ny fitomboka sy ny sonian’ny filohan’ny delegasiona manokana ka nitondra izany hohamarinina tany aminy. Rehefa natao ny fanamarinana teny anivon’ny polisy siantifika dia voaporofo fa tsy Razafindrakoto Maminirina Yves Obrie, PDS no nanao io kara-tany io.

Manao antso avo amin’ny rehetra izay nahazo karatany mitondra ny soniany ny PDS mba hitondra izany eny amin’ny Kaominina hanaovana fanamarinana. “Tombontsoa ho anareo izany hoy hatrany izy hahafahana manamarina fa tena voasoratra ao amin’ny bokin’ny Kaominina ny fanananareo ny tany”. 

Hatramin’ny faran’ny volana janoary izao no hanaovana io fanamarinana io. Efa nametraka fitoriana eny anivon’ny Polisy ihany koa ity tompon’andraikitra voalohany ao amin’ny Kaominina ity hanaovana fikarohana mikasika ny mpanao hosoka ao amin’ny Kaominina iandraiketany ao.

Vanessa

Ino Vaovao0 partages

SAMPANDRAHARAHA NY JONO : Hitohy ny fanatsarana ny tontolon’ny jono nentim-paharazana

Anatin’izany ny fanomezana karatry ny mpanjono ho an’ireo mpanjono nentin-drazana. Mpanjono miisa 5000 izay efa nametraka ny anaran’ny lakany dia efa nahazo takelaby famantarana manokana avokoa. Araka ny fanisana anefa dia miisa 7000 ireo mpanjono ireo. Midika izany fa misy 2000 mbola homena takelaby amin’ity taona ity. Misy ihany koa vina hametrahana toeram-pikarohana momba ny dingadingana sy ny makamba eto Mahajanga. Efa natomboka kosa ny fanaterana zana-trondro amin’ireo dobo sy matsabory eto amin’ny Faritra Boeny. Maro rahateo ireo mitaiza filao taorian’ny tetikasa PATIMA. 

Tamin’iny taon-dasa iny dia nisy koa ny fanokanana toerana fitaizana renina makamba manatody. Araka ny tatitra nataon’ny Talem-paritry ny jono sy harena anaty rano koa dia miezaka hatrany manatsara ny tontolon’ny jono sy ny manodidina izy ireo, ka ny tanjona dia ny hampiditra ny mpanjono amin’ny sehatra matihanina. Ankoatra izay moa dia misy ihany koa ny fambolena honko, hanatevina ny ala honko efa misy, hiarovana ny sisin-dranomasina sy hanatsarana ny tontolo natoraly fanatodizan’ny makamba sy drakaka.

Vanessa

Ino Vaovao0 partages

FARITRA ANALANJIROFO : Miomana sahady amin’ny mety ho fandalo...

Ny any an-toerana izay ao anatin’ny rotsak’orana, nanomboka ny alahady 31 desambra ary mbola nitohy tamin’ny fotoana nanoratanay ny lahatsoratra. 

Orambe mikija no misy amin’ireo Distrika enina mandrafitra ny Faritra Analanjirofo dia Maroantsetra, Mananara- Avaratra, Sainte-Marie, Soanierana-Ivongo, Fenoarivo-Atsinanana ary Vavatenina. Vokatr’io rotsak’orana tsy an-kiato ateraky ny andro ratsy io dia manomboka miakatra ny rano amin’ireo faritra iva. Ahiana ihany koa ny fihotsahan’ny tanety tahaka ilay niseho tao amin’ny Kaominina Ambinanitelo Maroantsetra, ny volana marsa 2017 izay namoizana ain’olona valo. Ho fisorohana ny loza, dia nandray fepetra avy hatrany ny fiadidiana ny Faritra Analanjirofo. 

Misy avy hatrany ny fanentanana amin’ny haino aman-jery misy any an-toerana. Misy koa ny fifandraisana tsy tapaka amin’ireo tompon’andraiki-panjakana isaky ny Distrika ka hatreny amin’ny Fokontany manentana ny vahoaka monina amin’ny faritra iva sy amoron-tanety mba hanatona toerana avo. Nosokafina ireo fiangonana sy tranom-pokonolona na trano sekoly handraisana ireo mponina avy amin’ny faritra iva. Fehiny, vonona tanteraka ny any Analanjirofo amin’ny ho fiatrehana ny rivo-doza raha sanatria mivadika ho rivo-doza ilay faritra andro ratsy.

Efa nanomboka maloka sy nanorana ny tao Antalaha omaly

Andalovan’ny rivo-doza hatrany isan-taona eto Madagasikara. Namela takaitra sy voka-dratsy maro hatrany ireny, raha tsy hilaza afa-tsy ny rivo-doza Enawo farany teo. Araka ny fantatra dia efa misy indray ny andian-drahona mananontanona any amin’ny fari-dranomasina any amin’izao fotoana izao. Manoloana izany dia efa samy mihorohoro indray ny rehetra, indrindra ireo mipetraka amin’ny faritra akaiky ranomasina amin’ny mety aterak’izay tranga izay. Na dia izany aza anefa, raha ho an’ny Distrikan’Antalaha manokana dia hita ho mbola tsy nahitana fiovana loatra ny toetr’andro tany an-toerana. Hatramin’ny fetin’ny taom-baovao teo mantsy dia mbola hita ho tsara ny andro. 

Nanaporofo izany ny mbola tsy nisian’ny rotsak’orana mihitsy raha tsy ny harivan’ny taom-baovao vao nisy orana kely. Hatramin’ny tontolo andron’ny talata dia mbola nibaliaka ny masoandro, raha toa ka efa nanomboka maloka ny andro omaly. Ankoatra izay dia efa nahitana orana tsikelikely ihany koa tao an-tampon-tanàna. Efa manongilan-tsofina sy liana avokoa manoloana izany ireo mponina ao Antalaha amin’izao fotoana izao. 

Vokany dia efa mitebiteby fatratra ireo mponina satria dia faritra isany handalovan’ny rivo-doza matetika i Antalaha. Etsy an-kilany ihany koa dia efa mihasahirana ara-bola vokatry ny fahasimban’ireo voly maro tamin’ny rivo-doza Enawo farany teo iny ny vahoaka any an-toerana. Isany mahakivy ny besinimaro ihany koa ny vanim-potoana izay mbola ankatoky ny taom-baovao nefa ho sembanin’ny rivodoza sahady. Hatramin’ny omaly dia mbola eo am-piandrasana ny mety fivoaran’ity andro ratsy ity ny ao Antalaha ary efa samy manao ny fiomanana rehetra mifandraika amin’izany. 

Kamy sy Lucien R. 

Ino Vaovao0 partages

SSM : Mitohy ny tolona sy ny fitakiana, hisy indray ny fivoriam-be rahampitso

Miompana hatrany mahakasika ny olan’ireo mpiasam-panjakana tapaka karama nandritra ny volana desambra lasa teo iny ny anton’ny hetsika hataon’izy ireo amin’izany. 

Fantatra fa efa nisy ny fe-potoana 48 ora nomen’ireo mpikambana ho an’ny fitondram-panjakana amin’ny alalan’ny minisitera tompon’andraikitra mba hijerena sy hamahana io olana io. Tapitra anefa io fe-potoana io saingy toy ny niantso an’efitra ireo mpikambana satria tsy nisy mihitsy ny fandraisan’andraikitra avy amin’ny fanjakana mandrak’ankehitriny. 

Manoloana izany indrindra dia milaza ny tsy hanaiky lembenana ny SSM, rahampitso zoma dia hisy ny fivoriam-be hataon’izy ireo izay mifandraika hatrany amin’ny fikaroham-bahaolana mahakasika ity raharaha. Ho an’ny firaisankinan’ny sendikan’ny mpiasa eto Madagasikara dia antsojay sady fanaovana tsinontsinona ny zon’ny mpiasa izao ataon’ny fanjakana izao. Raha tsiahivina dia efa nisy ny hetsika nataon’izy ireo teo aloha, narahin’ny diabe niazo ny biraon’ny minisiteran’ny vola sy teti-bola etsy Antaninarenina.

Avotra Isaorana

Ino Vaovao0 partages

CYRILLE BENANDRASANA : Fahombiazana ho an’ny Prefektioran’i Toamasina iny taona 2017 iny

Jery todika sy fanentanana nataony nandritra ny lahateniny tamin’ny fizaràna gisa sy menaka ho an’ireo mpiasa eo anivon’ny Prefektioran’i Toamasina notontosaina ny antoandron’ny zoma 29 desambra lasa teo, tao amin’ny lapan’ny prefektiora ao Mangarano izany. 

Ho an’ ny asa fampandrosoana dia nisongadina ny fahamatoran’ny fiaraha-miombon’ antoka eo amin’ny sehatra tsy miankina sy ny Prefektioran’i Toamasina. Manga ny fiaraha-miasa miaraka amin’ Ambatovy, eo koa ny fiaraha-miasa matotra amin’ny orinasa  Mictsl ary ny fiaraha-miasa tamin’ny Spat. 

Ireo fiaraha-miasa rehetra ireo izay nifototra tamin’ny fanorenana fotodrafitrasa ilain’ny mponina andavanandro. Tantara mipetraka ho an’i Toamasina tamin’ny taona 2017 iny ny fanamboarana ny lalana mamakivaky an’ Andranomadio hatreny amin’ny Mangarano izay fiaraha-miasa tamin’Ambatovy. 

Teo amin’ny sehatry fahasalamam-bahoaka nandritra iny taona 2017 nivalona iny indray, dia nambaran’ny préfet an’ i Toamasina fa na teo aza ny fisian’ny maty tamin’ny fandalovan’ny valanaretina pesta dia azo ambara fa fahombiazana ihany no azo satria resy nialoha ny fotoana novinavinaina ny pesta tao Toamasina. 

Nomarihin’ingahy préfet kosa fa «  tsy fandresena ho an’ny sampan draharahan’ ny fahasalamam-bahoaka sy ny prefektiora samirery izany fa fandresena an’ny mpiara-miasa sy mpiara-miombon’antoka rehetra izay niara-nifanome tanana niady tamin’ny valanaretina pesta  ». Fahatelo, dia nasian’ny préfet teny ihany koa ny fandriampahalemana. 

Tsy misy tanàna tsy ahitana jiolahy sy asa ratsy fa azo lazaina ho fahombiazana kosa ny asan’ny mpitandro ny filaminana satria saika voasambotra avokoa ny ankamaroan’ireo jiolahy tompon’antoka tamin’ny fanafihana niseho tao Toamasina, hoy hatrany ny préfet Cyrille Benandrasana.

Kamy

Tia Tanindranaza0 partages

Kaominina Antananarivo RenivohitraHamoaka gazety sy hanokatra fahilavitra

Nosokafana tamin’ny fomba ofisialy omaly alarobia 03 Janoary 2018 tetsy amin’ny Lapan’ny Tanàna Analakely ny Fivoriana aram-potoana voalohan’ny Filankevitra Monisipalin’ny Tananan’Antananarivo Renivohitra, izay natrehan’ny Ben’ny Tanana Lalao Ravalomanana. Fantatra tamin’izany fa manodidina ny 50 miliara Ariary latsaka kely ny vinavinan’ny Tetibola ampiasain’ny Kaominina Antananarivo Renivohitra amin’ity taona 2018 ity.

Nisy fitomboana 30% izany raha mitaha ny tamin’ny taon-dasa. Hohamafisina sy hampitoboina noho izany ny fitadiavana lalam-bola sy ny fiaraha-miombon’antoka. Mizara 4 lehibe ny asa heverina hotanterahana araka ny nambaran’ny Ben’ny Tanana Lalao Ravalomanana dia ny fandaminana sy fandrindran’asa; fampandrosoana sy fotodrafitrasa, izay hanaovana ezaka manokana satria handaniana vola 10 miliara ariary; ny sosialy sy kolontsaina ka tafiditra amin’izany ny ezaka hamoahan’ny Kaominin’ Antananarivo Renivohitra Gazety amin’ity taona 2018 ity sy ny hiadiana mba hananana Radio sy Televizionina hitaizana sy hanabeazana ny vahoaka araka ny nambaran’ny Ben’ny Tanana Lalao Ravalomanana ihany na teo aza ny sakantsakana niainana tamin’ny taon-dasa; ny Fitsinjarana ny fahefana ho an’ny Delegen’ny Boriboritany 6. Nambaran’ny Lefitra faharoan’ny Ben’ny Tanana Andriamorasata Julien, fa ny mampiavaka ity Tetibola 2018 ity raha noharina tamin’ny teo aloha dia : Narafitra aloha ny tetik’asa izay vao hojerena ny hoenti-manana, izany hoe Tetibola vaovao, tetik’asa vaovao. Rehefa lany ny Tetibola, hoy izy dia hisy ny antsoina hoe : « Plan de Travail Annuel » na PTA. Ny Filohan’ny Filankevitry ny Tananan’Antananarivo Faustin Andriambahoaka kosa no nilaza fa mandritra ny 10 andro ny faharetan’ity Fivoriana ity, ka anisan’ny lahadinika ny momba ny tanin’ny Kaominina, fifanarahana momba ny Tsipy Kanetibe, ny fangalana hetra amin’ny alalan’ny « Mobile Money », ny resaka Fasam-bahiny eny Anjanahary, ny Drafim-pandaminana ny Tanan-dehibe amin’ny antsipirihany « Plan d’Urbanisme de détail ». Nohamafisin’ny Ben’ny Tanana Lalao Ravalomanana nandritra ny hafatra izay nomeny fa tsy afaka misaraka ny ara-nofo sy ny aram-panahy. Zavadehibe ihany koa, hoy izy, ny Malagasy miray hina, manana fitiavana sy finoana, miova toetsaina, miova fo, mahay mifanaja sy mifampiresaka satria izany no miteraka Fanantenana sy Fampandrosoana. Nandritra io ftoana io no niarahaba ny Ben’ny Tanana noho ny fahatratrarana ny taona vaovao ny mpivory nandritra ity fotoana ity, izay nanolorana solom-bodiakoho ho azy niaraka tamin’ny teny firariantsoa.

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fiakaran’ny vidin-jiroOrinasa maro no ho sempotra

Raha fidinan’ny vidim-piainana sy fihenan’ny fahasahiranana no andrandrain’ny rehetra fa atolotry ny fanjakana amin’ity taona vaovao 2018 ity, dia ny mifanohitra amin’izany tanteraka no hiseho. Vao miandoha ny taona , dia efa velon-taraina sahady ny mpandraharaha sy ny tokatrano mivelona amin’ny fampiasana herinaratra.

Voalaza fa hihatra ao anaty faktiora manomboka amin’ity faran’ny volana janoary ity mantsy ny fikaran’ny vidin-jiro 10 hatramin’ny 15% ho an’ireo tokantrano na orinasa mandany jiro mihoatra ny 25Kwh. Mazava ho azy fa hitombo ny famoaham-bolan’ny orinasa sy ny tonkantrano mahalany mihoatra io fetram-pandaniana voafaritra io. Ny asa fandraharahana miha mitotongana, indrindra amin’izao vanim-potoana izao, saingy izay no hany vahaolana hitan’ny fanjakana fa mety. Ny tolotra omen’ny JIRAMA etsy andaniny, dia mbola maro no mimenomenona noho ny fahatapahana matetika indrindra ho an’ny eto Antananarivo. Tsy manan-tsafidy anefa ny mpiasa, ary karazan’ny tafiditry ny politika hafahafa mihitsy ny fitantanana ity orinasam-panjakana ity, ka maro amin’ireo mpiasa no tsy faly amin’izany. Marihina fa voasokajy ho lafo indrindra aty Afrika ny saran’ny herinaratra eto Madagasikara, izay tena vesatra lehibe ho an’ny Indostria sy mampihemotra ny mpandraharaha misehatra. Sehatra isan’ny tena tsy marin-toerana rahateo io indostria io eto amintsika amin’izao fotoana izao, ka ankoatra ny hetra midangana takiana amin’ny mpandraharaha Malagasy misehatra amin’izany, dia io ihany koa ny resaka vidin-jiro miakatra, izay mety hipaka amin’ny isan-tokantrano mihitsy atsy ho atsy. Azo antoka, fa hisy fiantraikany amin’ny rehetra io satria rehefa mitombo ny fandanian’izy ireo, dia hampiakatra ny saran’ny vokatra izy mazava ho azy. Ny fitobahan’ny entana avy any ivelany, izay mamono sy manakona tanteraka ny indostria Malagasy etsy andaniny mandeha hatrany. Ahiana ho maro indray ny indostria hikatona noho ireo antony samihafa ireo. Mba rahoviana ihany vao mba handraharaha am-pilaminana sy tsy hovolosana lava ny mpandraharaha, kanefa tsy mba misy tamberim-bidy ho azy e?

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Frantsay voatsatok’antsyHita tao an-jaridaina ny fatiny

Vazaha Frantsay antsoina hoe G.V no nisy namono tamin’ny fomba feno habibiana tao an-tranony avy eo nalevin’ny mpamono azy teo an-jaridainany tany Morafeno Antsiranana. Nisy tsatok’antsy mantsy teo amin’ny tendany ary nahitana ratra ny tongony sy tao amin’ny lamosiny taorian’ny namongarana ny razana teo amin’ny toerana nandevenan’ireo tsy mataho-tody azy.

Tsy iza no iantefan’ny ahiahy fa ny mpiasany satria nisy fotoana ny lehilahy iray mpiambina tanàna no tsikaritry ny olona eo akaikiny nanao lavaka teo an-tokontany,izay nambarany fa hambolena voninkazo, kinanjo nandevenana ity olona novonoina. Tsy hita hatramin’izao izy ny mpamilin’ilay vazaha miaraka amin’ny fiara tsy mataho-dàlana iray sy basy fitondra mihaza iray. Nialohan’ny nanatanterahana ny asa ratsy dia nantsoiny ny mpiasa vehivavy tsy ho avy hiasa tamin’ny faramparan’ny volana desambra fa hoe lasa nandeha ny mpampiasa azy ireo, kanefa nofofoina ny ainy. Ny mpiasan’ny kaominina sy ny polisy ary ny solontenan’ny “consulat” frantsay no namongatra ny razana tao amin’ny toerana nandevenana azy tao an-jaridaina, ary nandevina azy tany amin’ny fasam-bazaha tao Antsiranana. Mbola karohina kosa ireo roalahy nahavanon-doza amin’izao fotoana izao.

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Raha tsy te hahita korontanaApetraho ny fifanarahana politika, hoy ny CRAM

Amin’izao fiandohan’ny taona 2018 dia faly miarahaba ny mpiray tanindrazana rehetra izahay, hoy ny mpikambana ao amin’ny Birao nasionalin’ny CRAM (Cercle de Réflexion pour l’Avenir de Madagascar ). Mikasika ny raharaha politika, dia iaraha-mahalala fa hatao amin’ity taona 2018 ity ny fifidianana Filoham-pirenena vaovao, ka mbola manantena izahay fa hisy ny fifanarahana ara-politika satria firenena iaraha-manana i Madagasikara, mba ho tombontsoa ambonin’ny firenena sy hialana amin’ny korontana mety hitranga, hoy ny CRAM.

Mety hatao amin’ny volana mey 2018 ny fitsapa-kevi-bahoaka izay hiteraka fandaniam-bola betsaka azo hitsinjovana ny sosialim-bahoaka manoloana ny fidangan’ny vidim-piainana sy ny tsy fandriampahalemana ary amin’ny volana novambra 2018 ny fifidianana Filoham-pirenena vaovao. Raha mandresy ny TSIA dia mametra-pialana avy hatrany ve ny Filoham-pirenena ? Ravana ihany koa ve ny Antenimiera roa tonta nandany izany fanintsiana ny volavolan-dalampanorenan’ny Repoblika faha efatra izany rehefa notsipahin’ny olom-pirenena maro an’isa ilay izy ? Hiditra amin’ny tetezamita indray ve i Madagasikara ? Ireo no fanontaniana napetraky ny CRAM.  Raha mifanaraka ny mpanao politika Malagasy fa haroso roa volana mialohan’ny fotoana voafaritra ao anatin’ny Lalàmpanorenana ny datin’ny fifidianana Filoham-pirenena dia hatao amin’ny volana septambra 2018 izany. Azo dinihina ao anatin’izany fifanarahana politika izany koa : ireo lalàna hifehy ny fifidianana; ny faneken’ny Antoko politika rehetra fa hatao miaraka ny fifidianana ny Filoham-pirenena sy ny fifidianana ny Lalàmpanorenana hatolotr’ilay kandida,.... Manao antso avo ny CRAM fa tsy vahaolana ho an’ny firenena intsony ny korontana, ary tsy tokony manao ampihimamba ny haino aman-jerim-panjakana ny mpitondra sy ny ekipany fa avela haneho hevitra ao koa ny hafa. Fifanarahana mitondra vahaolana no ilaina izao fa tsy fifandirana hampisy krizy indray, raha ny hevitry ny CRAM.

Toky R

La Vérité0 partages

Produits pétroliers - Le calme avant la tempête ?

Des prévisions qui tardent à se concrétiser. Etonnement, pour ce début d’année, les produits pétroliers n’ont connu aucune hausse. De ce fait, la majorité des consommateurs se posent des questions si c’est le calme avant la tempête ou bien si ce sont déjà les autorités qui prennent les choses en main afin de stabiliser les prix des produits pétroliers.

Toutefois, cette absence du hausse des prix ne vient pas du tout de l’extérieur vu qu’actuellement, ces produits connaissent une hausse autant dans la région de l’océan Indien que ce soit à l’île Maurice ou encore celle de La Réunion, ainsi que dans le continent africain et même en Amérique, comme le cite le magazine  Le Figaro dans son numéro du mercredi dernier : « Le pétrole new-yorkais a clôturé mercredi à son plus haut niveau depuis décembre 2014 ». Il faut préciser que cette hausse repose particulièrement sur la situation en Iran,  un pays qui est l’un des principaux producteurs d’or noir. Cette constance des prix étonne particulièrement, étant donné les évènements qui se sont déroulés dernièrement.  Au mois de décembre dernier, les opérateurs du secteur ont eu une mésentente avec le ministère des Finances et du Budget et celui de l’Energie et des Hydrocarbures, et cela, concernant la hausse des taxes imposées aux exploitants des produits pétroliers dans la Grande île, ainsi que sur la mise en place d’un barème de calcul et d’une nouvelle structure qui détermineront les prix à afficher. Effectivement, le mois dernier, Vonintsalama Andriambololona, ministre des Finances et du Budget, a affirmé : « Après une étude qu’elle a effectuée, la Banque mondiale a constaté des irrégularités au niveau de ce secteur, d’où la nécessité d’une toute nouvelle structure qui permettra d’observer scrupuleusement le circuit emprunté par ces produits dérivés du pétrole, allant de la production à la distribution pour l’intérêt de tous ». « Quant à la hausse des taxes sur ces produits, nous avons déjà entamé des discussions avec les opérateurs afin de trouver une solution à la question », a-t-elle ajouté. A croire que ces discussions ont porté leurs fruits, mais jusqu’à quand ?Recueillis par Rova R.

La Vérité0 partages

Big Mj & Arnaah - Une relation vouée…à l'échec !

Au tout début, leur relation a déjà provoqué tellement de buzz sur les réseaux sociaux. Le fameux Big Mj est en couple puis marié avec la bombe atomique Arnaah. Comme diront les jeunes d'aujourd'hui, il a réussi à « pécho » une belle demoiselle. Et qui l'avait cru ? Ils étaient tout d'abord jugé par le public par leur taille puis par leur beauté physique, comme l'un était plus beau que l'autre.

Plusieurs montages photos et vidéos ainsi que des publications quelquefois insultantes sont même apparus sur facebook. Mais leur amour était tellement grand qu'ils n'avaient rien à cirer des avis des autres. Ils ont fini par se marier. Un grand mariage avec plusieurs invités dont des stars, des belles décorations, une voiture et un espace luxueux sans parler de leurs vêtements qui coûtaient vraiment la peau des fesses. Ils étaient heureux, tout se passait très bien, des tournées, des nouveaux sons perçants, de nouveaux clips « hot » comme d'habitude, on peut dire que ça a marché à merveille. Facebook, une plateforme préférée du couple pour publier leur « vie »,  ils partageaient entièrement ce qu'ils faisaient au quotidien. Beaucoup leur prenaient même pour le Jay Z et Beyoncé gasy non seulement dans les clips mais aussi dans la vie réelle. Voilà ainsi plus d'un an que le couple est ensemble.Tout se passait très bien jusqu'à mercredi vers minuit. Big Mj, sur sa page a publié un statut vraiment intrigant. « Très chers amis et fans. Durant ces six dernières années, notre amour, à Arnaah et moi, a été No-Limit mais Magneva ne signifie pas éternel. La flamme nous unissant s'est éteinte, alors, d'un commun accord, nous vous annonçons officiellement notre séparation en bon terme. Mais notre passion commune pour la musique permettra à notre collaboration de se poursuivre. On vous aime », a-t-il confié. Un vrai choc pour certains, beaucoup n'ont pas cru au début et pensaient que le compte facebook de l'artiste a été piraté. Mais c'était bel et bien vrai. Quelques heures plus tard, Arnaah de son côté, a elle aussi confirmé leur séparation officielle. Un millier de commentaires et une centaine de partages, la nouvelle a créé un buzz vraiment grandiose. Beaucoup se demandent ainsi une question : mais qu'est-ce qui s'est vraiment passé ? En tout cas, certains attaquent « bêtement » Arnaah comme quoi elle n'aurait pas vu la lumière du succès sans Big Mj. Certains supposent même qu'elle a vu mieux que lui et qu'elle n'a plus besoin de Big Mj dans sa carrière musicale. Mais jusqu'à maintenant, là ou les raisons de leur séparation n'ont pas été divulguées et ne le seront peut-être jamais car cela ne concerne que le couple. Après ce buzz, leur cote de popularité diminuera ou augmentera. Cela provoquera un impact négatif ou positif ?... l'avenir nous le dira. Les chansons d'Arnaah qui étaient tous dédiées pour son ex ne seront  plus ainsi que des souvenirs. Plus de Poupou, plus de chouchou ni de Magneva ou Tena fitia, c'est donc la fin d'une belle histoire d'amour. T.A.

La Vérité0 partages

Football-Election fédérale - Le ministre Jean Anicet rassure tout le monde

L'interview donnée par le ministre de la Jeunesse et des Sports, Dr Jean Anicet Andriamosarisoa, rassure tout le monde. L'oral du locataire d'Ambohijatovo au média  a affirmé que la prochaine élection présidentielle de la fédération malagasy de football se déroulera dans le bon ordre et d'une manière pacifique.

«  Une réunion tenue en catimini, entre Ahmad, le président de la Confédération africaine de football (Caf), Siteny Thierry Randrianasoloniaiko  président du Comité olympique malagasy (Com) et son secrétaire général, Harinelina Jean Alex Randriamanarivo laisse entendre  que la prochaine élection de la Fmf n'aura pas de problème. Contrairement à ce que tout le monde s'attende à l'issue de l'élection des ligues qui a connu une effervescence. Tout le monde est dans la brèche et  la prochaine élection ne connaitra aucun problème »,  lance notre interlocuteur à l'issue de la remise des primes des sportifs médaillés au niveau mondial et continental à Iavoloha.En parlant de l'élection de la Fmf, de belles empoignades sont en perspective. Quelques noms circulent également depuis plusieurs mois, parmi les candidats pressentis à être le nouveau locataire de la Maison du football. Bien évidemment, on cite le nom du premier vice-président Doda Andriamiasasoa, qui occupe aujourd'hui le poste du président par intérim après le départ d'Ahmad à la tête de la Caf.  Et les médias parlent également du Dg de la Cnaps, Arizaka Rabekoto Raoul et de  Briand Andrianirina, l'ancien président de la fédération malagasy de kick boxing. Il a démissionné de son poste à la tête de la discipline après deux mandats en tant que responsable du développement Afrique du judo. Le nom d'Alfred Randriamanampisoa, le Dg du Cogelec et président du club Elgeco Plus circule également mais sa candidature est encore remise en cause car, une sanction plane sur lui et son équipe après son comportement indigne face au chef de région de l'Itasy à Fianarantsoa lors de la dernière journée du Thb  ligue des champions.   Et on entend également le nom de Hery Rasoamaromaka, président du Club Tana Formation. C'est qui est sûr ce que chacun de ces noms est dans la brèche pour travailler sa candidature. Elias Fanomezantsoa

La Vérité0 partages

Présentation de vœux à Iavoloha - La dernière de Hery Rajaonarimampianina…

Il n'avait pas fait de discours pour la fin d'année mais Hery Rajaonarimampianina devrait en revanche respecter la tradition ce jour. Au cours de la cérémonie de présentation de vœux du corps constitué et du corps diplomatique au couple présidentiel qui se tiendra ce vendredi, au Palais d'Etat d'Iavoloha, le Chef de l'Etat devrait prendre la parole.  Cette présentation de vœux sera sa dernière pour ce quinquennat, s'il se présente à sa succession lors de l'élection présidentielle.

En effet, la Constitution dans son article 46 dispose que « le Président de la République en exercice qui se porte candidat à l'élection présidentielle démissionne de son poste soixante jours avant la date du scrutin présidentiel. Dans ce cas, le président du Sénat exerce les attributions présidentielles courantes jusqu'à l'investiture du nouveau Président ». Ainsi, sauf si la Constitution n'est retouchée en cours de route, Hery Rajaonarimampianina ne sera plus à la tête du pays lors de la cérémonie de janvier 2019. Le président du Sénat prendra alors la place de l'actuel locataire d'Iavoloha au pupitre. En tout cas, cette année, le Chef de l'Etat s'exprimera devant un millier et quelques invités et les téléspectateurs qui pourront suivre la cérémonie sur les médias publics nationaux. Quelle forme prendront ses vœux? Quels messages délivrera-t-il? Le secret est, pour le moment, bien gardé. Pour l'heure personne ne sait rien ni sur la forme ni sur le fond.  Le Président aura fini de fignoler un discours qui sera, comme chaque année attendu par les observateurs nationaux et internationaux. Pour un certain nombre de personnes, il ne devrait pas bousculer l'exercice. Des plats servis durant les précédentes allocutions présidentielles ces deux dernières années seront encore au menu du jour. 2018 étant une année électorale, il est peu probable que le Président de la République élude ce sujet durant son intervention. Certains indices laissent d'ailleurs entendre une probable intention du Chef de l'Etat de briguer un nouveau mandat à la tête du pays. Comme à chacune des ses dernières interventions, ou presque, Hery Rajaonarimampianina devrait faire un clin d'œil à ses potentiels électeurs. Les projets structurants et les énergies renouvelables seront assurément mis en avant. Lors d'un petit déjeuner de presse en fin d'année dernière, le Premier ministre Mahafaly Solonandrasana Olivier s'était réjoui du regain de confiance entre le pays et les partenaires techniques et financiers matérialisés par des aides des prêts et des dons de plusieurs milliards de dollars.  Le Chef de l'Etat pourrait également emboîter le pas à son Pm… En tout cas, la question est donc surtout de savoir quelles nouveautés et quels engagements d'actions concrètes seront incrustés dans le discours pour résoudre les problèmes au quotidien de la population…Le numéro Un du pays est attendu sur les sujets brûlants de la hausse des prix qui allège considérablement le portefeuille des ménagères.  Il n'est plus temps de rejeter la faute sur ce qui s'était passé dans le passé. Rappelons que l'an dernier, aucune perspective et aucune vision n'avaient été dites dans le discours du Chef de l'Etat. Rare engagement pris par Hery Rajaonarimampianina lors de son discours de l'année dernière au Palais d'Etat d'Iavoloha, l'existence de « mpamosavy malemy » qu'il fallait écarter. Il allait prendre les mesures qui conviennent. Cependant, l'année 2017 s'est achevée sans que les mesures annoncées n'aient vu le jour. A.R.

La Vérité0 partages

Grain d'étoiles

Un grain, un vent fort et subit, en provenance du sud de la rivière (Atsimondrano) frappa Ampahibe peu avant le jour de la célébration  de la Nativité. Bizarrement cet étrange vent, censé être violent comme tous les grains en plein océan, fut plutôt doux. Il berça le front et en même temps caressa l'épaule de la bienheureuse « victime » qui n'est autre que la Grande Muette. Ce vent de grâce se particularise, surtout, au fait qu'il est porteur d'étoiles. Traditionnellement, en pareille circonstance,  Noël, l' « étoile » vient de l'Est mais cette fois-ci on déroge à la règle car les étoiles viennent du Sud, du Palais d'Atsimondrano.

En tout et pour tout, cinquante-huit « étoiles » atterrirent sur les épaules des « meilleurs » éléments de l'Armée, toutes unités d'armes confondues y comprise la Gendarmerie. Trente-huit colonels (pleins) promus aux grades de Général de Brigade et vingt Généraux de Brigade aux grades de Général de Division. Une pluie d'étoiles ! De quoi faire rêver les « recalés ».Madagascar est l'un des rares pays sinon le seul au monde qui n'a jamais connu la guerre ni de conflits frontaliers armés ou autres mais végète dans un état de pauvreté effarante. Parmi les cinq pays les plus pauvres de la planète, la Grande île s'englue dans la vase de la misère.Et pour cause, le régime en place, dans sa politique globale de la direction du pays, conduit la Nation vers l'impasse. Aucune initiative donnant la faveur à l'austérité ne semble apparaitre à l'horizon. L'Armée, la plus budgétivore et la  mieux lotie de toutes les institutions de la République, bénéficie de tous les égards. Une Armée qui n'a jamais fait ou montré les preuves d'efficacité ou de pertinence étant donné que le pays n'a jamais connu aucune guerre ni passé par les épreuves du feu ne cesse, au final, d'être chouchoutée par un régime aux…abois. L'expérience du Zimbabwe, tout récemment, hante toujours les esprits des tenants du pouvoir. Le locataire d'Iavoloha évite, autant que se peut, de subir la mésaventure de son grand frère « Bob ».Une Armée qui pour la plupart du temps se tourne les doigts et s'engraisse dans la caserne plus précisément en l'intérieur des  quatre murs du mess ne parvient plus à se faire une  crédibilité. Les vrais ennemis étant l'oisiveté et l'alcool, on se régale. Certes, le combat contre les dahalo occupait certains officiers mais là encore les résultats peinent à convaincre les citoyens contribuables. Les bandits de grand chemin semant l'horreur partout dans l'île font la loi.Une Armée dont le nombre des officiers risque de rivaliser l'effectif de la troupe pèse lourd sur les épaules des contribuables. Officiers supérieurs et officiers généraux dont les avancements ne cadrent plus dans la rigueur et la discipline militaire n'inspirent non  plus le respect ni l'estime. La dignité d'un Général s'effrite au fil du temps. On distribue les « étoiles » comme de petits bonbons. Destinées  non plus aux vrais méritants mais aux potes dont les faits d'armes se limiteraient aux actes d'allégeance vis-à-vis du chef suprême, ces étoiles ne brillent plus. Des éléments bien que méritants mais ayant eu des liens directs ou indirects avec les anciens de ceci ou de cela sont automatiquement mis hors-jeu.Ndrianaivo

La Vérité0 partages

Palais d’Etat d’Iavoloha - Absence possible de Marc Ravalomanana

Qui viendra et qui ne viendra pas à la dernière présentation des vœux de Nouvel an sous le mandat électif du Président Hery Rajaonarimampianina ? Beaucoup se posent cette question. La réponse sera connue à l’issue des retrouvailles au Palais d’Etat d’Iavoloha où plus d’un millier de convives seront attendus.

Plus d’un se demande si le président national du Tiako i Madagasikara, et non moins un adversaire de taille pour le candidat du parti au pouvoir à la prochaine course à la magistrature suprême, sera présent ou absent. « S’il s’y rendra, nous y irons également », a fait savoir une source auprès de la Commune urbaine d’Antananarivo.Coup durLe résident de Faravohitra, s’il est rancunier, a tous les arguments pour bouder le rendez-vous d’Iavoloha de ce jour. En effet, il était le souffre-douleur du régime durant 2017 à considérer les nombreuses peines que les dirigeants lui ont causées. L’interdiction formelle de la célébration du 15e anniversaire de son parti au stade de Mahamasina en juillet était un coup dur pour lui et ses partisans.La mesure était suivie d’une batterie de restrictions là où est allée celle qui s’insurge énergiquement contre le « ni… ni ». Mais l’ancien Président a trouvé toujours des créneaux en or, sans citer ses fréquents voyages à l’étranger, pour contourner les barrières dressées devant lui durant les tournées régionales. Parmi lesquelles les déplacements et les rassemblements occasionnés par le jubilé du 50e anniversaire de l’église de Jésus-Christ à Madagascar à Antsiranana en août.Tous les mauxLa présence à de grandes messes était la seule occasion pour lui de paraître en public en toute quiétude. Il en était ainsi de l’Isan-kerintaona de l’église luthérienne au Toby Lehibe d’Ankaramalaza, de la seconde édition des rencontres nationales des enfants catholiques, et tout récemment, du culte célébré par l’église luthérienne à Betafo, Antsirabe. Toutes ces occasions étaient d’ailleurs marquées par sa présence aux côtés du locataire d’Iavoloha.Mais les prières prononcées durant ces moments hautement spirituels s’avéreraient inefficaces pour protéger le fondateur du Tiko Group Sa contre les acharnements de ses détracteurs. Dans les médias comme sur les réseaux sociaux, il était traité de tous les mots et de tous les maux. On octobre, le régime punissait durement son entreprise pour cause d’irrégularités.Leader politiqueLes mauvaises nouvelles ne s’arrêtaient pas là. En décembre, l’affaire de la tuerie du 7 février 2009 devant le Palais d’Etat d’Ambohitsorohitra était remise sur le tapis. La suite en était le gel des avoirs en banque du Président Marc Ravalomanana. Selon des rumeurs persistantes, il pourrait même faire l’objet d’une arrestation secrète voire plus en ce moment. Tellement il est nuisible aux yeux des tenants du pouvoir.Effectivement, il pourrait être l’homme de l’année en Afrique en matière de leadership politique. La nouvelle ne plaît pas du tout aux jaloux. Une telle qualification est en revanche un argument de poids pour le concerné d’être vu au Palais d’Iavoloha ce jour pour qu’on soit convaincu de sa réelle qualité de leader politique. Mais tout éventuel déplacement à l’étranger pour la remise du prix pourrait en même temps justifier son absence à la cérémonie.Manou Razafy

La Vérité0 partages

Evasion d’Houcine Arfa - Les autorités se murent dans le silence

Plusieurs personnes dont surtout des pénitenciers  travaillant au niveau des deux centres de détention de Tsiafahy et d’Antanimora, sont actuellement soumises à un interrogatoire sur l’affaire de l’évasion d’Houcine Arfa, à la Brigade criminelle Anosy. Le déferrement relatif à cette affaire n’est donc pas encore pour demain.  Les deux gardes pénitenciers ayant escorté le concerné au moment des faits, ne seraient pas les seuls à être entendus par la Police. 

« L’enquête a démarré dès le 28 décembre. N’oubliez pas que même le fugitif a insisté sur des complicités », a-t-on appris du côté de la Police nationale.  Cependant, il est surtout  anormal que les autorités du pays,  la Justice mais surtout aussi l’administration pénitentiaire, se murent toujours dans ce  silence inexpliqué. L’opinion, comme dans pareille situation, s’étonne surtout de cette longue hésitation du Gouvernement malagasy pour apporter des éclaircissements. Des bribes d’information ont même susurré que l’enquête est temporairement suspendue avant que   le Gouvernement français ne va se prononcer également sur cette affaire. En attendant, rien n’est donc officiel, notamment à propos des circonstances de l’évasion. Certaines d’entre elles avancent qu’un mini-kidnapping se serait produit à Ampandrianomby pour faciliter la fuite d’Houcine alors qu’il a voyagé en taxi à côté des deux pénitenciers, selon une source. Ces faits se seraient déroulés pendant le trajet allant de l’Hjra Ampefiloha à Ilafy où Houcine était prévu faire une radiographie de son genou malade. « Des individus armés ont menacé les deux gardes désarmés pour qu’ils laissent partir le détenu avec eux », a avancé la même source.Aucun démenti La Brigade criminelle n’a confirmé, ni rejeté cet argument. « Les suspects ont le droit de dire ce qu’ils veulent pendant l’enquête. Mais cela ne veut pas dire que c’est la vérité », a-t-on affirmé du côté de la Brigade criminelle pour faire allusion aux deux membres de l’escorte d’Houcine Arfa au moment de son évasion. Quant au rôle supposé ou réel des membres du personnel de l’hôpital dans la fuite du prisonnier, la Police s’abstient de toute déclaration. Et preuve que les autorités malagasy semblent n’être pas en mesure d’apporter une quelconque valable sur cette fuite, nos confrères de l’Hexagone ont avancé que le mystère plane autour d’un Français d’une prison (à Madagascar), pour titrer leurs récentes informations. On a pu lire parfaitement les confessions de cet homme qui nie les accusations le concernant dans les quotidiens français : « Je ne suis pas un voyou, je ne suis pas un tueur, je suis un formateur », explique-t-il. « J'avais la confiance totale du Président de la République. On se voyait presque tous les jours pour élaborer des schémas tactiques », poursuit-il. Une proximité que nie la Présidence. Pour Houcine Arfa, les accusations dont il fait l'objet à Madagascar sont forgées de toute pièce. Pour lui, s'il a été arrêté et emprisonné à Madagascar c'est parce qu'il dispose d'informations compromettantes concernant plusieurs conseillers du Président malagasy, a-t-il encore dévoilé à la presse française.  Recueillis par F.R.

La Vérité0 partages

Forte tempête tropicale - Un mort et des milliers d’habitants isolés à Mampikony

Alerte rouge (danger imminent) à Analanjirofo, Atsinanana et Alaotra Mangoro. « Ava » ne cesse de gagner de l’intensité au point de se transformer en forte tempête tropicale (Ftt), depuis hier. Selon les prévisionnistes météo, cette Ftt pourrait atteindre le stade cyclonique avant son atterrissage autour de Toamasina, prévu cette matinée.

Ava occasionne déjà des dégâts dans certaines localités concernées, à l’exemple de Mampikony où les inondations gagnent de l’ampleur. Selon les informations recueillies, un jeune homme âgé de 27 ans aurait été emporté par les eaux dans le Fokontany d’Andianavo. La victime était sur le point de rentrer chez elle après avoir travaillé dans les champs, mais cela a fini par un drame. Son cadavre n’a pas encore été retrouvé jusqu’à hier. D’un autre côté, des milliers d’habitants issus de 10 Fokontany de la Commune d’Ampasimadera, dans la Région Sofia, seraient actuellement isolés suite à la crue du fleuve de Bemarivo. Ceux d’Andianavo en sont les plus affectés puisque le Fokontany ne dispose d’aucune pirogue ni autre moyen pour traverser les eaux. Ces dernières ne cessent pourtant de monter, avec les pluies diluviennes de ces derniers jours. La population locale lance ainsi un appel de détresse aux autorités compétentes afin d’y remédier. Pour rejoindre Mampikony, les habitants d’Ampasimadera sollicitent  des services aux motards, lesquels leur demandent en retour un frais de 10 000 ariary par personne. Les piroguiers réclament également un frais de 1000 ariary par personne.Fortes pluies au rendez-vousLa forte tempête tropicale « Ava » se trouvait à 220km au Nord-est de Toamasina, hier à 15h locales. Le système s’accompagne d’un vent moyen de 105km/h alterné par des rafales de 140km/h. La montée des eaux et les crues de rivières sont à craindre durant l’épisode « Ava », avec les fortes pluies qu’elle engendre notamment dans la partie Nord et les côtes Est de l’île. Diverses localités des hautes terres n’en seront pas épargnées. D’ailleurs, l’alerte jaune ou avis de menace concerne quelques Districts des hauts plateaux à savoir Anjozorobe, Antananarivo Avaradrano, Arivonimamo, Ambatolampy, Antanifotsy, Antsirabe I-II, outre les Districts d’Antalaha, Mandritsara, Andilamena, Tsaratanana ou encore la Région Vatovavy Fitovinany. Quant à l’avis d’avertissement ou alerte verte, les Districts de Fandriana, Ambositra, Manandriana, Ambohimahasoa, Isandra, Vohibato, Lalangina, Fianarantsoa Ville, Ambalavao , Anosy, Ivohibe et Iakora ainsi que la Région Atsimo Atsinanana en sont touchés. Aussi, les usagers en mer entre Antalaha et Mahanoro sont priés de ne plus s'aventurer en mer à partir de ce jour. Dans tous les cas, la vigilance est de mise face aux inondations et leurs effets, entre autres le glissement de terrain, l’effondrement de maisons ou encore la coupure de routes, etc.Recueillis par Patricia Ramavonirina

L'express de Madagascar0 partages

Roxicomania emballe une jeunesse rock’n’roll

Fédérateur, tout en promouvant un sentiment de fraternité et d’appartenance à une jeune génération du rock plus que prometteuse, la musique rock affiche un beau dépaysement pour le public du rock, en l’invitant dans un lieu plus cossu et inhabituel. Roxicomania s’est affiché comme étant l’un des rendez-vous phares de la fin d’année, dans la capitale.L’événement a rassemblé les métalleux et autres jeunes punks, le 30 décembre au Kudéta Carlton Anosy, pour un concert unique qui a mis en transe son public, durant tout un après-midi, jusqu’à tard dans la soirée. Avec à l’affiche une bonne dizaine de groupes, Roxicomania s’est découvert comme un carrefour artistique inédit pour les jeunes rockeurs qui ne se sont pas privés d’en faire un exutoire de leur talent et de leur créativité.Ainsi, des groupes comme Death Child, The Discord Lines, The Bloody Park, Fishy, The Shiny Happy People ou encore Break The Silence, se sont, entre autres, relayés sur la scène du Kudéta Carlton Anosy. D’entrée, ils se sont tous plu à mettre en valeur leur personnalité, chacun à sa manière. Ceci étant, certains se sont bien démarqués du lot par leur charisme, comme le charmant trio The Sixties, un trio de jeunes rockeuses que l’on se plaît à apprécier pour son élégance et sa douceur. Le groupe délecte le public d’une reprise de « Seven nation army » de The White Stripes, mais aussi de ses propres compositions comme « Adinoy aho ». Tout aussi transcendant, No Mady brille tout autant sur scène par son audace et la fougue dont il fait preuve, notamment, avec des titres comme « Ravin-dena » et « Sex ». Ce groupe fait désormais le pont entre la génération des aînés du rock et cette jeune génération, Angaroa, a lui aussi, affiché un dynamisme propre à lui-même.

Porte étendard de cette belle génération fougueuse et passionnée, Dizzy Brains clôt Roxicomania, tard dans la soirée. Fidèle à lui-même, le groupe électrise non seulement les lieux, mais galvanise également son auditoire par l’unique présence de son chanteur à la voix rauque.Avec des morceaux comme « Noana be » ou « Anao inona», Dizzy Brains conquiert la scène internationale, mais n’a pas, pour autant, oublié les liens uniques qui le raccrochent à la Grande île.

Andry Patrick Rakotondrazaka

Midi Madagasikara0 partages

Diplomatie : Recoupement et informations vraies dites-vous ?

« Félicitations et bonne chance dans ces nouvelles fonctions Mireille Rakotomalala ». C’est ce qu’a posté la Présidence sur sa page Facebook le 29 décembre 2017. Soit au lendemain du Conseil des ministres du jeudi 28 décembre 2017 à 16 heures qui s’est tenu au palais d’Iavoloha et au cours duquel a été pris, au titre du Ministère des Affaires Etrangères (MAE), le « décret portant nomination de l’Ambassadeur de la République de Madagascar auprès du Japon en la personne de Mme Mireille Mialy Rakotomalala ».

Le jour d’avant. La Présidence d’ajouter dans sa publication : « Midi Madagasikara. Un meilleur recoupement des informations serait nécessaire. Merci ». Faisant allusion visiblement à notre article qui faisait remarquer que « bon nombre d’observateurs ne sont pas jusqu’à présent nommés ». C’était dans notre édition du mercredi 27 décembre 2017, c’est-à-dire le jour d’avant la tenue du Conseil des ministres en question. Force est alors de se demander comment aurait-il été possible de faire un recoupement sur une information qui ne devrait sortir que le lendemain.

Chargés d’affaires a.i. Par ailleurs, Ulrich Andriantiana d’apporter à son tour, un droit de réponse qui ne dit pas son nom, par rapport à l’article paru en page 2 de notre édition du mardi 02 janvier 2018 : « Diplomatie malgache. Aucun Ambassadeur diplomate de carrière ». Le directeur de cabinet du ministre Henry Rabary-Njaka de faire la publication suivante sur Facebook : « #Dovo Maxime, Ambassadeur Extraordinaire et Plénipotentiaire auprès de la Fédération de Russie est un diplomate de carrière de grade de Ministre Plénipotentiaire (ADC). Tous nos Chefs de Mission Diplomatiques (CMD) faisant office de Chargés d’affaires a.i en poste actuellement dans nos différentes représentations à l’extérieur sont tous issus du corps des Agents Diplomatiques et Consulaires (de Bruxelles à Prétoria, de Washington à Maurice, d’Alger à New Delhi, de Paris à Genève) ». Et de s’adresser en ces termes à l’endroit de notre journal : « En cette année 2018, venez nous voir avant de publier des articles ; consultez-nous ! Nous ferons un plaisir de vous livrer les informations vraies. #MAE.

Nomination. Nous prenons acte de la publication du directeur de cabinet du MAE qui connaît très bien les arcanes de la diplomatie pour avoir remplacé son ex-mentor du MDM Pierrot Rajaonarivelo au poste de ministre des Affaires Etrangères vers la fin de la Transition. Qui plus est, il appartient au corps des ADC qui font office, comme il le souligne, de Chargés d’affaires a.i dans nos différentes représentations. Reconnaissant implicitement que ce ne sont pas des Ambassadeurs Extraordinaires et Plénipotentiaires, quand bien même ils seraient des Chefs de Mission Diplomatique. On se demande alors en quoi nous n’avons pas sorti « les informations vraies ». Nonobstant évidemment le cas de Dovo Maxime qui est effectivement le seul Ambassadeur diplomate de carrière en poste, mais dont la nomination n’a pas été prise par le régime HVM qui compte parmi ses cadres l’actuel chef de la diplomatie malgache et son DirCab.

R. O

Midi Madagasikara0 partages

Présidentielle : Les ministres coachs en précampagne !

A quelques mois de la présidentielle, les ministres coachs sont d’ores et déjà en précampagne au détriment des fonctions et des responsabilités dont ils ont la charge.

C’est une autre règle non écrite au même titre que le notoire concept de « l’équilibre régional ». Il s’agit de ces ministres coachs des régions qui, actuellement, sont en précampagne pour le chef de l’Etat Hery Rajaonarimampianina. Néanmoins, il faut noter que cette pratique ne date pas de cette république. Lors du second mandat avorté de l’ancien président de la République, Marc Ravalomanana, la mission desdits ministres coachs était axée à des fins électorales. Pour Hery Rajaonarimampianina, abandonner cette pratique est loin d’être une option.

Propagande. Avec ses ministres coachs, le chef de l’Etat actuel espère faire un clin d’œil aux électeurs qui, loin de se tromper, connaissent et vivent les grandes difficultés que les dirigeants font semblant de ressentir. La liste est loin d’être courte pour des ministres coachs des 22 régions et ce qu’ils accomplissent pour le numéro Un d’Iavoloha. Mais ces derniers temps, trois d’entre eux ont brillé par leur participation. Neypatraiky Rakotomamonjy, ministre des Postes, des Télécommunications et du Développement Numérique – coach de la Région Ihorombe – a récemment offert un poste téléviseur  et un accès au Canalsat à l’EPP et au CEG de la Commune Mahaboboka Tuléar. Pour lui, ce don s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre de la promesse du chef de l’Etat, Hery Rajaonarimampianina lors des différentes inaugurations dans cette ville.

Ampanjaka. Mais ce n’est pas tout. Tazafy Armand, ministre de l’Industrie et du Développement du Secteur Privé – coach de la Région Atsimo Atsinanana et Nourdine Chabani, ministre du Commerce et de la Concurrence et coach de la Région Anôsy, sont à la conquête des « Ampanjaka » et des « Olobe ». En effet, lors d’un événement devant s’inscrire dans le cadre de la célébration de la nouvelle année, les deux ministres ont profité – dans chacune de leur région – de donner quelques enveloppes à ces « Ampanjaka ». Une manière pour le régime, comme ses prédécesseurs, de chercher des voix et d’asseoir son autorité à travers ces « Ampanjaka » à qui les populations locales accordent une grande considération.

Approche tribaliste. Il est loisible de bien noter que du temps de Ravalomanana, les coachs n’étaient pas forcément des originaires des régions dont ils occupaient. Par conséquent, il se pourrait qu’ils connaissent moins les réalités de ces régions. Pour Hery Rajaonarimampianina, chaque ministre « occupe » chaque région dont il/elle est originaire. Cette pratique tend à accentuer une approche tribaliste du développement dans la mesure où ces ministres coachs ont tendance à favoriser leur région. Et pourtant, au niveau national, les résultats restent non seulement moins fulgurants mais aussi et surtout loin d’être palpables. Là encore, la liste est loin d’être exhaustive.

Code électoral. Les articles 46 à 49 de l’actuel code électoral qui reste toujours en vigueur prévoient les règles relatives à la campagne électorale. Pourtant, pour l’énième fois, nonobstant le fait, que le parti au pouvoir n’ait pas encore présenté un candidat à la présidentielle et bien que les campagnes électorales n’aient pas encore commencé, l’égalité de chances de tous les candidats – prévue par ledit code – paraît déjà transgressée. Les médias publics demeurent les voix de leurs maîtres, et les dépenses inhérentes aux multiples gesticulations des ministres coachs sont soldées aux frais de l’Etat. Un autre moyen de renforcer l’Etat de non-droit qui ne fait que sombrer le pays dans la pauvreté culturelle et économique.

Aina Bovel

Midi Madagasikara0 partages

Membres du gouvernement : Présentation de vœux au PM, hier

La séance de présentation de vœux des membres du gouvernement au Premier ministre Mahafaly Olivier Solonandrasana s’est déroulée, hier, à Mahazoarivo. Mais il se pourrait aussi que ce soit la dernière. Ce fut une occasion pour le Premier ministre de procéder à une retrospective de l’année écoulée et des perspectives pour l’année 2018. Il n’a pas manqué également d’inciter les membres du gouvernement d’améliorer davantage leur méthode de travail et de garder la cohésion pour le bien de la Nation.

Recueillis par Dominique R.

L'express de Madagascar0 partages

Météo Malagasy forme des scouts

Le ministère du Transport et de la météorologie étale ses interventions pour faire face à la saison cyclonique.A travers la Météo Malagasy, il a formé trente « Lead-volontaires » du Domaine d’activité de développement de l’Église FJKM (SAF FJKM) et neuf cent cinquante éclaireuses, au mois de décembre. « L’objectif est d’informer les habitants en temps réel afin qu’ils puissent protéger leur vie et leurs biens », précise un communiqué envoyé dans le cadre de cet événement, hier.La formation s’est focalisée sur la préparation et la notification des activités à entreprendre à chaque niveau d’alerte (alerte verte, jaune, rouge, bleue). Ces éclaireuses et lead-volontaires devront, à leur tour, partager leur acquis aux autres membres.Environ quatre-vingt-dix mille scouts se répartissent sur toute l’île.Croix rouge Malagasy travaille également, avec la Météo Malagasy. Elle utilisera son système d’information pour mettre au courant leurs volontaires sur les activités de sensibilisation à entreprendre sur toutes les régions.Le ministère du Transport et de la météorologie travaille, par ailleurs, avec le secteur privé. Il invite tout un chacun à prendre des précautions et à être responsable.