Participer à la campagne crowfunding de FoodWise Madagascar

Les actualités à Madagascar du Jeudi 03 Décembre 2020

Modifier la date
Midi Madagasikara164 partages

Université d’Antsiranana : 90 étudiants sur 100 testés positifs à la COVID-19

Une menace grandissante de propagation de la COVID-19 plane sur la ville de Diégo. D’après les informations, plusieurs étudiants à l’université d’Antsiranana sont contaminés par le coronavirus. Le dépistage massif organisé au sein dudit campus aurait révélé une statistique alarmante. D’après les informations, 90 étudiants sur 100, soit 90% des étudiants de l’université d’Antsiranana, auraient été testés positifs. Le risque d’une deuxième vague de la pandémie n’est donc pas à écarter au niveau de la partie Nord de la Grande île. D’autant plus que Diégo se trouve à proximité de la ville de Nosy Be où le transport aérien est ouvert aux pays étrangers. La question a été évoquée durant le Conseil des ministres d’hier. Les ministres concernés par cette situation de la pandémie de la COVID-19 à l’université de Diégo, à savoir la ministre de l’Enseignement supérieur et le ministre de la Santé Publique ont reçu les instructions fermes du président Andry Rajoelina afin de mettre en place des dispositions et organisations stricts pour éviter la propagation du virus.

Inflation. Le Chef de l’Etat aurait aussi interpellé la ministre de l’Industrie et du Commerce par rapport à l’inflation grandissante actuellement, notamment la hausse du prix du riz sur le marché. Se montrant soucieux des conditions de vie socio-économique de la population en cette période de fin d’année, le Chef de l’Etat les encourage à prendre des mesures efficaces. Les mêmes instructions ont été adressées au ministre de l’Eau en ce qui concerne les problèmes d’approvisionnement en eau potable dans la ville d’Antananarivo. Depuis la découverte du Covid-Organics par l’Institut Malgache des Recherches Appliquées (IMRA), les commandes d’Artemisia se multiplient sur le marché international. Le Conseil des ministres d’hier a ainsi pris un décret relatif à l’interdiction de l’exportation de l’artemisia. L’exportation de produits finis reste cependant autorisée. En ce qui concerne la distribution de paniers garnis au sein des Ministères pendant la période de fin d’année, l’organisation est laissée à l’appréciation de chaque ministre.

Davis R

Midi Madagasikara12 partages

Tourisme : Les opérateurs hôteliers de l’Isalo en grande difficulté

En bradant leurs prix, les établissements touristiques de l’Isalo entendent miser sur les touristes locaux.

Situation catastrophique à Madagascar en raison de la crise sanitaire qui continue de persister dans le monde.

Les opérateurs touristiques rencontrent en ce moment de grandes difficultés et ne peuvent visiblement pas s’appuyer sur les aides de l’Etat

Désastre                                                                                                              

Un directeur d’exploitation qui continue d’y croire malgré la montagne de problèmes auxquels il faut faire face. Des employés qui, eux aussi, affichent leur solidarité envers leur dirigeant pour maintenir l’établissement debout. Le tout avec une fréquentation pratiquement inexistante  pour l’Isalo Rock Lodge, l’un des plus prestigieux hôtels que compte Ranohira, un haut lieu du tourisme à Madagascar en raison  notamment  de la présence du parc national de l’Isalo qui enregistre chaque année des milliers de  touristes étrangers.  Le quotidien vécu par Séverin Besabotsy, le directeur d’exploitation de l’Isalo Rock Lodge et son équipe, résume le désastre provoqué par les restrictions de la crise sanitaire. Ravi d’avoir la visite éclair d’un groupe de journalistes rentrant d’une mission de Toliara, l’opérateur touristique ne cache pas son désespoir face à la situation d’un tourisme qui est pratiquement mort dans cette destination pourtant très prisée par les visiteurs internationaux. Depuis le début du  confinement, son établissement n’a pratiquement pas accueilli de touristes qui sont à 90% des étrangers, notamment des Italiens. Après le déconfinement, la situation n’a pas changé, il n’y a toujours aucun touriste pour cette destination.

Braderie

Et pourtant, pour tenter de survivre, la quinzaine d’établissements hôteliers de Ranohira a opté pour une véritable braderie en réduisant de plus de moitié, leurs tarifs. C’est le cas notamment de l’Isalo Rock Lodge qui est passé de 400 000 ariary à 180 000 ariary la nuitée pour ses chambres de luxe. Mais rien n’y fait puisque les  visiteurs locaux ne se bousculent pas, alors que la fermeture des frontières qui continue ne permet pas aux touristes étrangers de venir. Le calme plat, en somme pour la destination Isalo. Et la situation n’est visiblement pas encore prête de changer. « On parle d’une reprise de la filière tourisme en juin 2021, mais le véritable retour à la normale de nos activités ne se fera probablement qu’en 2022 »,  explique Séverin Besabotsy. En attendant, lui et les autres opérateurs touristiques de la région essaient de survivre avec les moyens du bord et à grand coup de promotion. « C’est le seul moyen pour nous de survivre, et d’aider également nos employés qui, heureusement se montrent compréhensifs  face à la situation », explique le dirigeant de l’Isalo Rock Lodge qui n’a pas manqué de dénoncer l’absence d’appui efficace de la part des autorités. « Nous sommes pratiquement livrés à nous-mêmes et sommes obligés de trouver les moyens pour que nos employés puissent également survivre ». Une manière de dire que malgré l’inefficacité des  mesures prises par l’Etat,  il n’abandonnera pas. Pour le bien de  l’établissement qu’il dirige, de ses employés, du tourisme et du pays. Son pays.

R.Edmond.

Midi Madagasikara7 partages

Plan Emergence de Madagascar : Rajoelina donne un délai impératif de 5 semaines à chaque ministre

Le président de la République impose l’allure d’un TGV aux ministres.

Après l’interpellation de la semaine dernière, les ministres ont été secoués hier par le président de la République qui leur a imposé un dead line.

10 janvier 2021. C’est la date butoir fixée par Andry Rajoelina pour la présentation du Plan Emergence de Madagascar (PEM) qui est en quelque sorte, le plan de redressement et de développement national. Le président aurait fait savoir que les travaux qui n’auront pas commencé d’ici le mois prochain, pourraient ne plus l’être durant ce quinquennat où de nombreux autres projets sont déjà en chantier dans le cadre des « Velirano » présidentiels et de la Politique Générale de l’Etat (PGE).

Remaniement. Chaque ministre est tenu de Travailler à Grande Vitesse sous peine d’être débarqué au prochain arrêt, c’est-à-dire lors du remaniement prévu au lendemain des élections sénatoriales. Il n’est pas exclu que les ministres qui n’arrivent pas à suivre l’allure du TGV soient recasés en partie à Anosikely pour se mettre à un train de …sénateur. Le PEM vise « un développement palpable et mesurable à court, moyen et long terme ». Chaque projet de développement doit être quantifié et réalisé dans un délai déterminé. Les projets doivent être également chiffrés pour qu’on puisse les soumettre et les défendre devant les partenaires techniques et financiers ainsi qu’à tous les bailleurs de fonds et investisseurs potentiels. Devenu presque un serpent de mer, le Plan Emergence de Madagascar sera présenté officiellement dans les plus brefs délais, après que le « moramora » malagasy ait été bousculé par le TGV.

R. O

Midi Madagasikara2 partages

China Railway 18th Bureau : Don de 2400 fournitures scolaires à l’EPP d’Ankiliabo

Un élève de l’EPP d’Ankiliabo recevant ses fournitures scolaires des mains d’un responsable de China Railway 18th Bureau Group.

La société chinoise de travaux publics China Railway 18th Bureau Group met en pratique sa politique de responsabilité sociétale d’entreprise (RSE).

Titulaire du marché de réhabilitation de la RN9, elle vient de lancer, le 1er décembre dernier,  une activité d’aide à l’éducation sur le bien-être dans la commune rurale d’Ankiliabo, district de Manja, dans la région Menabe.

Familles pauvres

Et ce, à travers un  don de cartables, de ballons de football, de cahiers, de stylos à bille, de crayons et de gomme pour les élèves de l’EPP Ankiliabo. Plus de 2 400 fournitures scolaires et articles de sport ont été chaleureusement accueillis par les enseignants et les élèves de cette école lors de la cérémonie de remise de don à une cinquantaine de représentants des élèves. Selon le directeur de l’EPP Ankiliabo,  la plupart des élèves de l’école viennent de familles pauvres et les conditions d’apprentissage étaient relativement difficiles. « L’aide généreuse de l’entreprise chinoise a grandement amélioré les conditions d’enseignement de cette école », a-t-il déclaré en remerciant China Railway 18th Bureau Group pour son soutien à l’éducation.

Géants chinois

Le responsable des activités sociales de la société China Railway 18th Bureau Group a déclaré pour sa part: «Nous avons récemment  visité cette école et avons constaté  qu’elle a vraiment besoin d’être appuyée. Et c’est pour cela que nous avons décidé d’apporter cet appui qui fait partie de notre responsabilité sociétale d’entreprise.  Cette aide est aussi la manifestation des excellentes relations entre les  peuples chinois et malgache »,  a-t-il ajouté. Notons que China Railway 18th Bureau Group  figure parmi les  géants chinois du secteur des travaux publics opérant non seulement en Chine, mais également dans de nombreux pays du monde dont Madagascar où l’entreprise est aussi connue pour ses actions sociales. On peut citer, entre autres, l’enlèvement des ordures dans les zones urbaines, ou encore la construction de marchés. Durant la pandémie de Covid-19, China Railway a fait des dons en PPN dans plusieurs villages.

R.Edmond.

Midi Madagasikara2 partages

Assemblée nationale : Régime de retraite parlementaire en travaux de commission

Le régime de retraite parlementaire figure à l’ordre du jour de l’Assemblée nationale. (Photo d’archives)

Journée chargée, hier, pour les députés, plus précisément ceux qui sont en charge des travaux des commissions. Ces travaux ont débuté notamment avec la commission des finances et du budget (saisie au fond), commission de l’Economie et de la Planification (saisie pour avis) et commission de l’évaluation des politiques publiques (saisie pour avis). Les travaux des commissions se sont également penchés sur la proposition de loi N°008-2020/PL portant régime de retraite parlementaire présentée par le député Rémi dit Jao Jean, élu à Antsohihy. L’examen de cette loi figure ainsi bel et bien à l’ordre du jour de la Chambre basse. Mais reste à savoir quelle est vraiment son contenu ?

Autonomie. Il en est également de proposition de loi N°006-2020/ PL complétant et modifiant certaines dispositions de la loi N°2003-008 du 5 septembre et N°095-023 du 6 septembre 1995 portant statuts des enseignants-chercheurs et chercheurs-enseignants de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique, proposition de loi N°007-2020/PL fixant le régime d’autonomie des universités, par la députée Rasoazananera Monique, élue à Ambositra.

Recueillis par Dominique R.

Midi Madagasikara1 partages

Toamasina : Des escrocs et fabricants de faux billets de banque mis aux arrêts

Vers la fin de soirée du samedi dernier, une série d’arrestations de quatre malfaiteurs a eu lieu à Tanamakoa, district Toamasina I. Les faits, la gendarmerie a reçu une plainte lui informant sur un cas d’escroquerie. Un individu s’est rendu chez un habitant dans le fokontany Savalaina district de Brickaville. Il a persuadé la victime qu’il avait le moyen de dédoubler les billets. L’explication de l’escroc semblait assez convaincante pour que le pigeon se laisse tenter pour aller plus loin. L’arnaqueur a convaincu la victime de lui donner une somme de 16.000.000ar. La victime crédule est tombée dans le panneau. Lors de la transaction, il est convenu que l’escroc lui verse la somme de 48.000.000ar. Le remboursement de la somme se fait en trois tranches. Au bout de 4 mois aucun remboursement n’a été effectué par ce dernier. Inquiet, la proie a porté plainte. Les limiers de la gendarmerie ont procédé à des collectes de renseignements. L’auteur a été rapidement identifié et interpellé par les forces de l’ordre. Ils ont arrêté l’escroc après l’enquête sur les lieux. L’arrestation de ce dernier a permis de localiser et capturer avec des matériels de fabrication des faux billets de banque, avec ses deux complices. Ces trois malfaiteurs ont balancé le commanditaire de l’acte, et ce dernier a été tout suite appréhendé par les forces de l’ordre. Ces quatre personnes ont tous des dossiers en matière d’escroquerie et de faux billets de banque au sein de l’unité de la gendarmerie à Brickaville et Toamasina. Tous placés en garde à vue. Malgré les actions effectuées par les forces de l’ordre, cette floraison de faux billets reste un danger pour l’économie nationale.La gendarmerie incite la population à faire preuve de vigilance et de toujours vérifier l’authenticité des billets lors d’une transaction.

 Yv Sam

Midi Madagasikara1 partages

Miandrivazo : Fanafihan-dahalo, dimy ny maty

Nivaivay tanteraka ny fanafihan-dahalo any amin’iny distrikan’i Miandrivazo iny. Tanana iray antsoina hoe Tanambao Antsanoka no notafihan’ny andian-dahalo am-polony maro teo, izay samy nirongo fitaovam-piadiana sy zava-maranitra. Tsy vitan’ny nandroba ny fananan’ireo mponina tao an-tanana anefa ireto farany fa mbola nandoro ny trano vitsivitsy izay sendra azy ireo

Raha ny voalaza sy ny fampitam-baovao azo dia somary lavitra andriana ihany ity tanana kely ao amin’ny distrikan’i Miandrivazo ity. Efa nisy ihany anefa ny fanentanana sy fampianarana nataon’ireo mpitandro filaminana ny amin’ny tokony ahaizan’ireo mponina miaro ny tananany na ilay antsoina hoe « auto-défense villageoise », ary dia nandaitra tokoa izany.  Tsy nanaiky nolembenana tokoa mantsy ireo fokonolona fa nanohitra hatramin’ny farany, amin’ny heriny sy izay azon’izy ireo natao. Vokany, nisy efatra tamin’ireo olon-dratsy nanafika no matin’ireo mponina, raha ny fampitam-baovao azo hatrany. Na izany aza anefa, nandritry ny fifandonana dia nisy iray tamin’ireo fokonolona no voan’ny balan’ireo malaso ka namoy ny ainy. Rehefa hitan’ireo mpanafika fa tena sahy nanohitra azy ireo ny fokonolona, dia nisy sasany tamin’ireo olon-dratsy no nanan-kevitra ny handoro trano ary nanararaotra nitsoaka taorian’izay. Hany ka voatery nanajanona ny fanarahan-dia ireo mponina fa samy namonjy namono ny afo avokoa. Taorian’izay, izay hoe, efa tapitra nitsoaka avokoa ireo olon-dratsy vao tonga tany an-toerana ireo mpitandro filaminana, raha ny vaovao hatrany. Efa mandeha moa any an-toerana ny fikarohana ireto dahalo tafatsoaka ireto.

m.L

Midi Madagasikara1 partages

Accès à l’électricité : Un groupe électrogène pour la ville de Tsaratanàna  

Nouveau groupe électrogène pour renforcer la capacité de production d’électricité de la Jirama à Tsaratanàna.

L’amélioration de l’accès à l’électricité figure parmi les défis à relever de la Jirama, dans le cadre de ses nombreux projets en cours. Lundi dernier, cette  société d’Etat a annoncé l’arrivée d’un nouveau groupe électrogène, pour approvisionner la ville de Tsaratanàna en électricité. Désormais, la capacité de production de la Jirama, pour cette ville peut satisfaire les besoins, même durant les pics de consommation. « Le redressement de la Jirama se poursuit. La résolution des problèmes de coupures, à travers le déploiement des groupes électrogènes, est une des actions entreprises dans ce sens. Suivant Antsalova, la ville de Tsaratanàna vient d’être dotée d’un groupe électrogène d’une puissance de 200kW. Actuellement, cette ville ne produit que 123kW pour une pointe maximale de 166kW. Les coupures fréquentes de l’électricité à Tsaratanàna seront ainsi, bientôt résolues », a communiqué la Jirama. Bref, cette société d’Etat avance dans ses actions pour la lutte contre les coupures en augmentant sa capacité de production et en améliorant son réseau de production. Cependant, la saison actuelle n’est pas favorable à sa performance. Ces derniers jours, les usagers de la Capitale se plaignent de coupures répétitives.

Antsa R.

Midi Madagasikara1 partages

Programme Fihariana : Un financement de 300 millions Ar pour développer la filière lait

Lors du lancement officiel du projet « Fanoro » visant à augmenter la production laitière des régions Analamanga et Vakinankaratra.

Une convention de partenariat vient d’être signée entre le programme national de l’entrepreneuriat Fihariana, le FIFAMANOR et la société Socolait à Andranomanelatra à Antsirabe.

L’objectif consiste à développer la filière lait en augmentant la production laitière à 6 millions de litres d’ici trois ans. Pour ce faire, un projet intitulé « Fanoro » sera mis en œuvre par ces trois parties prenantes durant cette période.  Cela consiste, entre autres, à procéder à l’insémination artificielle des vaches en vue de leur amélioration génétique.  « Le programme Fihariana va allouer un financement de l’ordre de 300 millions d’ariary pour  développer cette filière or blanc à travers la mise en œuvre de ce projet qui contribue à la réalisation de la vision présidentielle via les Velirano 9  et 7, soit l’autosuffisance alimentaire et la promotion des industries au niveau des régions », a annoncé Timothée Andriamamonjiarison, le représentant de ce programme lors de la signature de la convention de partenariat entre les trois parties.

Sélection de 3 000 vaches. Parlant de la société Socolait qui assure la transformation laitière, elle se charge de l’encadrement technique des éleveurs touchés par ce projet.  Ils sont au nombre de 3 000 éleveurs localisés dans les régions d’Analamanga et de Vakinankaratra. Il est à noter que ces deux régions produisent actuellement environ 3 millions de litres de lait. Cette société s’engage également à collecter leur production laitière.  En revanche, le centre FIFAMANOR  assure la formation sur la technique d’insémination artificielle des vaches laitières  au profit des vingt agents inséminateurs, et ce, en étroite collaboration avec les techniciens du ministère de l’Agriculture, de l’Elevage et de la Pêche. Il faut savoir que ces techniciens de l’élevage et ces agents inséminateurs procéderont à la sélection des 3 000 vaches laitières à inséminer sur les 8 000 têtes recensées dans les régions d’Analamanga et de Vakinankaratra, à partir de janvier 2021. Ces derniers ont également bénéficié des kits d’insémination après avoir reçu des formations, toujours dans le cadre de la mise en œuvre du projet « Fanoro ». Le centre FIFAMANOR  va, de son côté, fournir des semences de race pure de pie rouge norvégienne.

Combler le gap. Force est de reconnaître que l’amélioration génétique des races existantes contribue à l’augmentation de la production laitière.  « Cela s’avère nécessaire afin de combler le gap de production de lait atteignant environ 80 millions de litres, et qui va servir à satisfaire la demande des industries de transformation et des ménages à Madagascar », a évoqué le directeur général de FIFAMANOR. Pour sa part, le ministre de l’Agriculture, de l’Elevage et de la Pêche, Lucien Ranarivelo, a soulevé que le programme Fihariana contribue au développement du milieu rural étant donné qu’une grande partie de son financement est allouée aux trois secteurs stratégiques pour le pays. Il s’agit notamment de l’agriculture, de l’élevage et de la pêche.  « Mis à part cet appui du programme Fihariana à la filière or blanc, l’Etat importera entre-temps plus d’un millier de vaches laitières », a-t-il rappelé.  Par ailleurs, la population malgache est sollicitée à consommer davantage du lait et de ses produits dérivés afin de renforcer son système immunitaire face à une telle crise sanitaire qui continue encore de sévir dans plusieurs pays dans le monde. En effet, elle consomme environ 2,5 kg de produits laitiers par personne par an contre 28 kg à 30 kg de produits laitiers par personne par an pour la population mauricienne, entre autres.

Navalona R.

Midi Madagasikara1 partages

Business Forum Régional : Trois jours de concertation pour l’émergence à Toliara

Le premier Business Forum Régional s’est tenu à Toliara du 1er au 3 décembre. Cet évènement a rassemblé les décideurs du secteur public, les opérateurs du secteur privé local, les investisseurs étrangers et les représentants des partenaires techniques et financiers. Selon les organisateurs, l’objectif était d’identifier les projets et les opportunités d’investissement.  Placé sous le thème « Emergence Régionale : Promouvoir les chaînes de valeur prioritaires et l’industrialisation », le Business Forum Régional a été organisé conjointement par le MAEP (Ministère de l’Agriculture, de l’Elevage et de la Pêche), le MICA (Ministère de l’Industrie, du Commerce et de l’Artisanat), ainsi que par l’EDBM (Economic Development Board of Madagascar). « Le Velirano 7 englobe trois axes stratégiques du développement de l’industrialisation à Madagascar. Le premier est la promotion des industries de production de produits de première nécessité. Le deuxième est l’émergence de nouvelles générations d’industriels dans tous les districts, à travers la vision One district, One factory ; et le développement et la promotion des zones d’émergence industrielles », a soutenu Lantosoa Rakotomalala, ministre de l’Industrie, du Commerce et de l’Artisanat.

Solutions. Par cette rencontre de trois jours, les organisateurs ont cherché de nouvelles pistes de partenariats, identifié les solutions aux problématiques locales pouvant freiner les investissements, tout en canalisant les financements pour les régions sur des projets de développement, avec une meilleure vue d’ensemble des programmes et projets de développement des ministères sectoriels ainsi que des partenaires de développement dans les régions. Durant cette première édition, plusieurs thématiques ont été abordées. « Il est primordial de mettre en exergue les chaînes de valeurs de l’industrialisation. Dans ce sens, le business forum régional veut démontrer que le grand Sud recèle de grands potentiels économiques », a indiqué Andry Ravalomanda, DG de l’EDBM. Selon lui, le choix de la région Atsimo-Andrefana souligne l’importance accordée à l’émergence régionale.

Antsa R.

Midi Madagasikara1 partages

Pole anti-corruption : Le Sénat examine le projet de réforme

La coordinatrice du Pac devant les sénateurs, hier.

La proposition de loi relative à la réforme du pôle anti-corruption est passée, hier, au Sénat. Une séance d’imprégnation a été tenue entre les sénateurs et les membres du système anti-corruption, dont le bureau indépendant anti-corruption, le service de renseignements financiers, le pôle anti-corruption ainsi que le comité de sauvegarde de l’intégrité. Une occasion pour les deux parties d’échanger sur le projet de réforme qui plane sur la mouture actuelle du pôle anti-corruption après l’adoption à la Chambre basse, en juillet dernier, de la proposition de loi relative à cette juridiction spécialisée dans la lutte contre la corruption. Ce projet est impulsé par le député Idealson, élu à Ampanihy Ouest et sa teneur a provoqué l’indignation du système anti-corruption.

Compétence. Au sénat, la coordinatrice nationale du Pac, Harimahefa Ratiaraisoa, a soutenu que « certes, une amélioration n’est mauvaise en soi mais la réforme mijotée devrait poursuivre les efforts déjà entrepris pour lutter contre la corruption » selon une dépêche du sénat.  Elle et ses collègues au niveau du système anti-corruption n’adhèrent pas aux lignes que le député d’Ampanihy Ouest compte modifier dans la version initiale de la loi 2016-021 relative au pôle anti-corruption. En fait, les changements apportés par la proposition de loi portent sur le retrait des infractions économiques et financières de la compétence du PAC, la suppression de la confiscation des avoirs illicites avant condamnation ainsi que la réduction du mandat du coordonnateur national et des magistrats.

Amélioration. Les sénateurs, quant à eux, profitent de cette ouverture pour essayer également d’apposer leurs empreintes sur ce projet de réforme en cours.  Des « projets d’amélioration des dispositions déjà adoptées » par l’Assemblée nationale en juillet dernier à propos de la proposition de loi sur le Pac, ont été évoqués par les sénateurs durant la séance d’hier à Anosikely, a rapporté un communiqué du Sénat. « Une institution pareille comme le Pac ne devra pas servir à la répression mais plutôt faire régner la justice », poursuit le communiqué. La séance d’hier a donc lancé le débat sur l’opportunité de la réforme du pôle anti-corruption au niveau de la Chambre haute. Son adoption est prévue se tenir le 15 décembre prochain.

Rija R.

La Vérité0 partages

Golf-Championnats de Madagascar - Le green du Golf du Rova à l’honneur

Sous l’égide de la Fédération malagasy de golf, le green du Golf du Rova  d’Andakana accueillera les championnats de Madagascar de golf du 10 au 13 décembre 2020. Pas moins de 140 golfeurs évoluant dans 6 clubs du pays à savoir le Golf Club Foulpointe, le Golf Club Antsirabe, Malaza Golf, Pearls International Golf Course Nosy Be et bien sûr le club Golf du Rova, le Galaxy Golf Andraharo seront attendus sur le lieu et répartis en 6 catégories durant la compétition.

Toutes catégories seront primées par les généreux partenaires et sponsors à l’issue des championnats à savoir la catégorie série Pro, série Junior, homme et dame. Les caddies seront aussi de la partie. La compétition se disputera par formule Play stroke et Stableford brut. « Le strict respect des précautions sanitaires contre la propagation de la Covid-19 est une condition sine qua non de la tenue de ces championnats de golf. Pour notre santé et celle des autres mais aussi et surtout pour préserver notre sport tout au long de cet évènement golfique », relate Ranaivo Andrianasolo, président de la Fédération malagasy de golf. Haut en couleurConcernant le déroulement de la compétition, les Pro entreront en lice les jeudi 10 et vendredi 11 décembre, la meilleure performance sera sacrée championne tandis que les restes du classement seront primées. Les samedi 12 et dimanche 13 décembre, c’est au tour des amateurs, mais il n’y aura pas de prime comme chez les professionnels. La catégorie hommes sera partagée en série selon leur handicap, tandis que pour les dames, il y aura la catégorie seniors, super seniors et juniors. Une voiture surprise attend au fond du trou en un « Le champion de Madagascar de cette année sera celui qui sera le meilleur au classement en brut, ce qui différencie cette compétition des précédentes, le handicap ne sera pas pris en compte. Une voiture surprise sera offerte à celui qui réalisera le premier trou en un au trou numéro 9 durant l’évènement », explique le directeur technique national Johary Raveloarison. Les championnats de Madagascar de cette année seront annoncés haut en couleur, car chez les Pro, Maveric Faber, qui évolue en Afrique du Sud, Jean Baptiste Ramarozatovo et le Dtn, Johary Raveloarison, lui-même, honoreront de leur présence le rendez-vous. Rappelons que c’est le champion en titre qui représentera Madagascar aux échéances internationales.Après l’accueil de la dernière étape du circuit international Staysure tour, à Madagascar, en décembre 2019, notre pays est désormais mondialement connu dans l’arène golfique. Des aménagements ont été apportés sur le green d’Andakana qui deviendra bientôt une Resort. D’ores et déjà, Madagascar pourra recevoir des compétitions internationales.« Des tunnels ont été créés en dessous de la route nationale 4 afin d’éviter la perturbation de la circulation, et un hôtel sera bientôt construit sur le green d’Andakana après sa réhabilitation. Notons que les travaux ont déjà commencé mais cela n’entravera pas le déroulement des championnats. Nous tenons à remercier ici le groupe SODIAT», se réjouit Sylvain Rabetsaroana, président de l’international Golf club du Rova.Elias Fanomezantsoa

La Vérité0 partages

Les réserves d’eau d’Andekaleka à sec - Plusieurs quartiers dans le noir

Deux heures de coupure de courant dans plusieurs quartiers de la Capitale. Après l’eau, c’est au tour de l’approvisionnement en électricité de subir les impacts de cette période de sécheresse intense.  En effet, les réserves d’eau de la centrale hydroélectrique d’Andekaleka sont presque à sec. La production d’électricité a donc considérablement diminué. « Actuellement, la centrale de production d’Andekaleka peine à atteindre les 22 MW. Pourtant, en temps normal, cette production atteint les 93MW. Le réseau interconnecté d’Antananarivo enregistre ainsi un gap important de 71MW», a expliqué la direction générale de la société d’eau et d’électricité hier, dans un communiqué. «Et même si tous les groupes à disposition de la JIRAMA fonctionnent, la production ne suffit toujours pas pour répondre aux besoins des usagers de la société branchés sur le RIA», rajoutent les responsables. Face à cette situation, la JIRAMA est obligée de procéder à une coupure de courant dans plusieurs quartiers pour une durée déterminée pour pouvoir assurer l’approvisionnement en électricité de la Capitale. « Nous sommes obligés d’effacer 25MW, soit près de 10% des besoins en électricité durant la nuit, dans plusieurs quartiers de la Capitale», a annoncé la JIRAMA.  Les quartiers concernés par cette coupure d’environ deux heures, à partir de maintenant, sont alors Andoharanofotsy, Ambohimangakely, Analamahitsy, Itaosy mais aussi Analakely, et toutes les zones environnantes de ces quartiers. Les abonnés de la JIRAMA doivent alors se préparer en conséquence. Pour faire face aux problèmes, la seule solution incontournable est la pluie provoquée dans la Région d’Andekaleka. « Nous nous préparons déjà à l’exécution de cette solution pour éviter que nos abonnés ne subissent trop de coupures de courant. Nous collaborons de près donc avec la direction générale de la météorologie. Cette action sera réalisée dès que toutes les conditions seront respectées», rassurent les responsables. Avec cette sécheresse dans tout l’océan Indien, il fallait s’attendre à ce genre de situation, sachant que la production des centrales hydroélectriques repose entièrement sur la quantité d’eau. Les solutions sur le long terme doivent alors être étudiées sérieusement, surtout que le pays envisage un basculement vers l’hydraulique dans les prochaines années. Rova Randria

La Vérité0 partages

Stade Barea - Une avancée impressionnante des travaux

La transformation est bluffante ! En près de 11 mois de travaux acharnés, le stade Barea commence à prendre forme. Depuis quelques jours, nombreuses personnes qui sont passées du côté de Mahamasina n’ont pu cacher leur surprise à la vue de l’évolution des travaux de construction de ce stade qui sera désormais emblématique pour notre équipe nationale de football et pour Madagascar. L’ancien stade a désormais laissé place à une fondation imposante qui fait penser aux grands stades internationaux. L’accomplissement de ce projet est d’ailleurs tant attendu, non seulement par les férus de ballon rond, mais également par l’ensemble de la population malagasy. D’après les informations publiées par les responsables du chantier, les travaux qui consistaient au bétonnage pour mettre sur pied la nouvelle tribune du stade ont déjà été validés par les responsables du projet comme étant conforme aux normes internationales requises. Les techniciens de la société CSCOD ont déjà commencé la pose d’énormes tiges en fer qui feront office d’ornements pour donner la forme d’un Ravinala derrière la tribune centrale et les gradins. Les feuilles du Ravinala pointeront vers le haut. La pointe la plus élevée atteindra jusqu’à 36 mètres de hauteur tandis que chaque feuille aura une épaisseur d’un centimètre. Les poids de chaque feuille varieront entre 16 à 21 tonnes. Les travaux d’ornement de la tribune centrale seront achevés à la fin de cette année.La modernité au rendez – vous Etant donné le caractère moderne du stade, la tribune et les gradins seront équipés de chaises fixes numérotées pour les spectateurs. Le chantier pour la construction des nouveaux gradins est déjà en cours. Quant à la pelouse, les techniciens y installeront comme prévu un gazon naturel hybride qui pourra être entretenu à l’aide d’un système d’arrosage automatique. De multiples pièces destinées à accueillir des centres commerciaux sont également déjà installées au-dessous de la tribune, tout comme les escaliers intérieurs qui mesurent jusqu’à 3,5 mètres de large. A cela s’ajoutent deux grands escaliers principaux destinés à l’entrée du public.Débuté au mois de janvier dernier, le chantier du stade Barea avance donc à grands pas. Malgré quelques défauts de calendrier pour des raisons liées à la pandémie de Covid-19, les techniciens restent optimistes. D’après les précisions d’une responsable de ce projet, plus de 500 ouvriers malagasy s’attèlent aux travaux de construction du stade Barea. « Nous maintenons le deadline et faisons tout pour respecter l’achèvement des travaux d’ici la date du 26 juin 2021 », précise la même responsable. Soutien des joueurs du BareaLa réhabilitation du stade de Mahamasina, désormais rebaptisé en stade « Barea », est un grand défi annoncé par le Président de la République, Andry Rajoelina depuis l’accueil triomphal des Barea à l’issue des quarts de finale de la Coupe d’Afrique des Nations (CAN) 2019, le 14 juillet de la même année.  Le projet reçoit d’ailleurs le soutien du sélectionneur de l’équipe nationale Nicolas Dupuis et de tous les joueurs du Barea. A preuve, le gardien de but Melvin Adrien a fait de détour sur le chantier à Mahamasina le 22 novembre dernier pour constater de visu l’avancée des travaux. Ce célèbre « goal » des Barea, n’a pas manqué d’adresser sa reconnaissance et d’encourager l’équipe ouvrière composée de ressortissants nationaux dans leurs tâches pour la réalisation de ces travaux titanesques.Une fois terminé, la capacité d’accueil du stade devrait alors doubler, allant de 30 000 à environ 60 000 personnes. Il n’est plus à rappeler que ce projet s’inscrit parmi les « Velirano » du Chef de l’Etat pour soutenir le sport malagasy, y compris le football. Le Président Andry Rajoelina avait alors fait le pari de transformer le sport en une source de fierté nationale. Un pari qui est visiblement sur le point d’être gagné !Sandra R.

La Vérité0 partages

Dette extérieure - 528 milliards d’ariary à rembourser en 2021

Un accroissement de l’ordre de 11,6%. L’Etat doit rembourser 528,5 milliards d’ariary dont 355,4 milliards d’ariary en principal et 173,1 milliards d’ariary en intérêts l’année prochaine. C’est ce que révèle le projet de loi de Finances initiale 2021 (PLFI). Une légère hausse a été constatée à cause du déblocage de prêts projets et de prêts programme pendant le premier trimestre de cette année. On peut citer entre autres , le financement de 13,3 millions de dollars de la Banque mondiale, 12,9 millions de dollars de la Banque européenne d’investissement, 8,4 millions de dollars de l’Agence française de développement , 4,3 millions de dollars du Fonds de l’OPEP pour le développement (OFID), 3,3 millions de dollars de l’Agence japonaise de coopération internationale (JICA), 1,4 million de dollars du Fonds international de développement agricole FIDA ainsi que 1,1 million de dollars de la Banque africaine de développement (BAD). Le montant total des emprunts passe ainsi de 11 750 milliards d’ariary en décembre 2019 à 12 193 milliards d’ariary à fin mars 2020.  Par ailleurs, le Gouvernement malagasy a signé sept accords de prêt d’une valeur totale de 136,1 millions de dollars entre janvier à juin. Ces accords sont essentiellement constitués de prêts concessionnels c’est–à-dire à un taux d’intérêt plus avantageux que celui du marché. 60,0% des fonds sont utilisés pour l’appui budgétaire, 24,2% pour des projets d’infrastructures, 12,5% pour l’énergie et 3,3% pour la santé. Dans le PLFI, les partenaires techniques et financiers apportent également leur appui au budget de l’Etat. Une aide de la Banque mondiale pour soutenir le développement du capital humain, un prêt de politique publique de l’AFD et la contribution de la BAD dans le cadre du Projet d’appui à la compétitivité économique (PACE IV) sont attendus. Le ministre de l’Economie et des Finances Richard Randriamandrato a, pour sa part, annoncé le soutien financier du FMI. En outre, l’Union européenne prévoit aussi l’octroi d’une aide budgétaire sous forme de dons de 10 millions d’euros.Malgré l’augmentation de la dette extérieure, le ministre de tutelle a souligné que la Grande île ne court aucun risque de surendettement. La part de la dette dans le Produit intérieur brut (PIB) de Madagascar n’atteint pas 50% alors que cette proportion représente 100% à 200% du PIB dans les autres pays du monde comme le Japon ou la France. Solange Heriniaina

La Vérité0 partages

BNI Madagascar - La 96ème agence ouvre ses portes

L’extension du réseau bancaire de la BNI Madagascar continue. Le mois dernier , la 96ème agence de la banque est désormais opérationnelle à Sambava, plus précisément dans le centre commercial Wello. Elle sera ainsi la seconde agence BNI Madagascar présente dans la ville de Sambava. « En tant que premier réseau bancaire à Madagascar, nous ne cessons de multiplier nos agences pour nous rapprocher encore un peu plus de nos clients. Cette nouvelle agence va ainsi nous permettre de mieux nous connecter à la population locale, aux circuits financiers et garantir ainsi leur accès durable à des services financiers adéquats», soutiennent les responsables au niveau de cette institution financière. En plus des particuliers, cette agence accompagnera également les entreprises ainsi que les opérateurs de la Région œuvrant notamment dans l’exploitation de la vanille dans le développement de leurs projets. La Région de SAVA fait en effet partie des principales zones de production de cette épice. Cette Région déborde alors de potentialité à exploiter. « C’est pourquoi nous avons implanté une seconde agence. Madagascar est aujourd’hui en pleine métamorphose. Le tissu entrepreneurial en pleine extension. Il faut donc soutenir les futurs entrepreneurs pour qu’ils puissent par la suite contribuer au développement socio-économique du pays à travers la création d’emplois et de valeur ajoutée», rajoutent-ils. Ouverte six jours sur sept, cette nouvelle agence proposera alors toutes les solutions financières disponibles pour faciliter le quotidien de tous.   Rova Randria

La Vérité0 partages

Société « China Railway » - Soutien aux élèves d’Ankiliabo Menabe

Issues en majorité des familles en situation de précarité. Les élèves inscrits au sein de l’Ecole primaire publique (EPP) Ankiliabo, dans le District de Manja de la région Menabe, ont eu des difficultés avec les conditions d’apprentissage. Une des raisons pour laquelle la société « China Railway 18th Bureau Group » a apporté son soutien pour y remédier. Le 1er décembre dernier, ladite société chinoise a ainsi remis plus de 2400 fournitures scolaires, dont des cartables, cahiers, stylos à bille, crayons et gomme, ainsi que des ballons de foot au profit des élèves et des enseignants au sein dudit établissement public. La donation allègera à la fois la charge parentale et celle des enseignants. Tsihala Tsikanda, Directeur de l’EPP, n’a pas manqué d’exprimer sa reconnaissance envers les donateurs. «Nous avons visité cette école à un stade précoce et avons appris que cette école avait des besoins à cet égard. J'espère que les élèves utiliseront pleinement ces fournitures scolaires, étudieront avec diligence et grandiront pour devenir les piliers de la construction d'une belle maison », s’exprime le responsable auprès de l’entreprise.Ce don de la société « China Railway », œuvrant dans la construction, entre dans la politique de responsabilité sociale et sociétale d'entreprise, au profit de la communauté locale. Elle constitue également une manifestation de l'amitié entre le peuple chinois et la population malagasy. Pour information, ladite société chinoise participe depuis des années à des entreprises de bien-être public à Madagascar avec des actions pratiques. L’enlèvement des ordures pour les zones urbaines et la construction d’une place pour les marchés de légumes en font partie. Durant l’épidémie de Covid-19, elle a octroyé du riz et de l'huile aux villageois, outre les diverses mesures saluées par les populations locales. Le lieu de la donation est situé sur le long du projet de construction de la Route nationale n ° 9, mis en œuvre par cette entreprise. Une fois achevée, cette route apportera une grande commodité au développement économique de la région, voire du pays, sans oublier les déplacements facilités de la population.Recueillis par Patricia R.

La Vérité0 partages

Office de la radio et de la télévision de Madagascar - L’audiovisuel public renaît et se modernise !

Les premières chaîne et station de Madagascar. La Télévision malagasy (TVM) et la Radio nationale malagasy (RNM) existent depuis des années, mais leurs infrastructures, équipements et programme laissent à désirer, si l’on tient compte des feedbacks du public. Raison pour laquelle leur réhabilitation a fait partie des priorités du ministère de la Communication et de la Culture (MCC). Les travaux y afférents sont actuellement achevés, favorisant la renaissance et la modernisation de l’audiovisuel public, auprès de l’Office de la radio et de la télévision de Madagascar (ORTM).

Défi relevé. « Lors de ma prise de fonction en fin janvier 2019, j’ai fait face à un bâtiment et des équipements vétustes, un lieu de travail déplaisant ainsi qu’une grille de programme obsolète. Mener des travaux de réhabilitation, renforcer les équipements et réviser la grille de programme étaient ainsi des priorités », se souvient Lalatiana Andriatongarivo, ministre de la Communication et de la Culture. « En moins de 2 ans, les travaux y afférents ont pu se faire, même s’il n’y avait pas de budget ni financement spécial. Nous sommes partis de rien mais grâce à la bonne gouvernance au sein de l’ORTM, nous avons pu relever le défi », ajoute le numéro Un du MCC. La révision de la gestion des ressources humaines fait d’ailleurs partie des actions entreprises dans le cadre de la bonne gouvernance, en tenant compte des consignes du Président de la République et du Premier ministre, pour assurer la qualité des collaborateurs.Infrastructures et équipements aux normes« L’ORTM se tourne vers l’avenir ». Tel est le thème adopté lors de la réception technique des travaux de réhabilitation au sein de cet office, hier à Anosy. En fait, le grand bâtiment de l’ORTM, abritant entre autres la TVM et la RNM, est totalement réhabilité, y compris l’ascenseur qui est de nouveau en marche. Des jardins intérieurs ont également été mis en place pour embellir les lieux de travail. Désormais, la TVM dispose de 3 grands studios aux normes, dont un pour les émissions débat, un pour le journal télévisé, un dernier pour l’émission matinale. Quatre plateaux, et le 5è pour bientôt, sont également opérationnels auprès de la chaîne nationale. Pour la RNM, les studios sont également modernes, après 40 ans d’absence de travaux de rénovation. Devenue stéréo depuis 2019, la station nationale a aussi adopté l’informatisation de son desk. D’un autre côté, tous les équipements ont été modernisés, tant au niveau du siège que dans les Régions et Districts. « 75 Districts ont bénéficié des nouveaux équipements en 2 ans, dont les plateaux techniques et les émetteurs. Des blocs techniques seront pour bientôt. Désormais, la TVM et la RNM sont accessibles même dans les zones reculées, lesquelles en étaient privées pendant des années », avance Christian Ntsay, Premier ministre. Le Chef du Gouvernement n’a pas manqué de souligner le devoir des gouvernants et des citoyens dans l’entretien de ces biens publics.Grille de programme revisitéeDes changements positifs. La majorité des auditeurs et téléspectateurs l’ont constaté ces derniers temps. « Les clips et films diffusés sur la TVM sont désormais plus d’actualité. De plus, ses émissions deviennent intéressantes, à l’exemple du « Gasy mafoaka » qui met au devant la scène des personnalités spéciales, ayant fait des accomplissements, au sein de la société. J’en suis abonnée, tous les lundis en début de soirée », nous confie Alison R., fonctionnaire retraité résidant à Anosiala Ambohidratrimo. Comme lui, les abonnés de l’audiovisuel public se réjouissent de la modernisation du programme. « La grille du programme a été revisitée selon les besoins et les attentes du public. Des nouvelles émissions sont déjà publiées, dont « Ahitsio ny diso », laquelle sert à corriger l’écriture ou la prononciation en malagasy. « Tsy mavôzo birao » consiste à encourager les citoyens à mieux faire confiance à l’administration publique. En tout, la TVM dispose actuellement de 40 émissions produites par son équipe », rapporte le ministre de tutelle. La révision de la grille de programme est également effective au sein de la RNM.…A l’ère du numérique et de la concurrenceLes nouvelles technologies à la rescousse. Auparavant absent sur le web, l’ORTM dispose désormais d’un site web « www.ortm.mg » mettant en avant ses activités. Cela fait partie des révolutions constatées, en suivant l’ère du numérique. Aussi, toutes les émissions de la TVM peuvent être suivies en direct ou en « replay » sur les réseaux sociaux, à travers l’application mobile ou sur ordinateur « TVM 2.0 », pour plus d’interaction avec les téléspectateurs. Par ailleurs, l’ORTM ambitionne de se mettre à la concurrence, avec la mise en place d’un dôme dans son enceinte. Cette place accueillera entre autres des évènements culturels. Elle abritera également le « musée de l’audiovisuel public ». Ce dernier exposera des collections d’équipements et des archives photos, vidéos ou sonores qui ont marqué l’histoire. Le MCC prie les citoyens qui en disposent de les rapporter pour l’opérationnalisation du musée. Sous-estimées depuis des années, la TVM et la RNM pourront dorénavant se concurrencer avec les autres chaînes de télévision et stations radio existantes à Madagascar, si l’on tient compte des réhabilitations, révisions et perspectives…Patricia Ramavonirina

Midi Madagasikara0 partages

TSA : 150.000 USD pour la survie de 24.000 tortues saisies

Les tortues bénéficient de soins dans les centres de réadaptation de TSA.

Turtle Survival Alliance, leader mondial dans la conservation des tortues, compte actuellement plus de 24.000 tortues dans ses centres de réadaptation à Madagascar.

150.000 dollars de subvention. Un soutien qui arrive à point nommé pour la Turtle Survival Alliance (TSA) face à une situation critique. En effet, face à une baisse prévue de 80% du financement de ses sympathisants – les zoos et les aquariums étant actuellement fermés en raison de la pandémie de Covid-19 – la TSA craignait devoir relâcher prématurément des milliers de tortues en voie de disparition sous sa garde à Madagascar. Il s’agit essentiellement de tortues saisies, confiées aux bons soins de cette organisation. En réponse à la crise, cette subvention a été remise par le gouvernement américain à travers l’USAID et le DOI-ITAP (Programme d’assistance technique internationale du « US Department of Interior »). Cet appui financier qui permettra à la TSA de continuer à s’occuper des tortues récupérées, jusqu’à leur retour en toute sécurité dans leur milieu naturel.

« Avec cette subvention, nous appuyons TSA pour récupérer les tortues auprès des trafiquants d’animaux sauvages, les amener dans des centres de réadaptation, les soigner, les préparer à la réintroduction en milieu naturel, et enfin les relâcher dans des lieux soigneusement sélectionnés et sécurisés », déclare le directeur général de l’USAID, John Dunlop. Rappelons que les Etats-Unis sont également très actifs dans la lutte contre le trafic d’espèces sauvages à travers deux projets de l’USAID : USAID Hay Tao et USAID Mikajy, qui totalisent un investissement de 45 millions USD dans des activités environnementales. USAID Hay Tao s’investit dans le renforcement des politiques contre les crimes environnementaux ; plaide pour une justice environnementale et lutte contre la corruption et le trafic d’espèces sauvages, tandis que USAID Mikajy est un projet de conservation permettant aux communautés locales, aux organisations régionales de la société civile et aux agents forestiers de lutter contre l’exploitation forestière illégale et le trafic d’espèces sauvages dans les zones du Menabe et de MaMaBay (Masoala-Makira-Baie d’Antongil).

Hanitra R.

Midi Madagasikara0 partages

Andranomadio P/elle 11/41 Toamasina : Zatovovavy 16 taona bevohoka efa-bolana voadaroka

Naharay antso ny polisin’ny FIP Toamasina fa misy zatovovavy mitaraina ho voadaroka tao amin’ny fokontany Andranomadio P/elle 11/41. Tonga nijery ny tena zava-nisy izy ireo, notarihin’ny komandany, ny kaomisera Rafaliaro Jules. Voamarina tamin’izany fa tena voadaroka tokoa ity zatovovavy ity ary mpiasa an-trano no asany. Tao amin’ny tokantranon’ny mpampianatra amin’ny sekoly tsy miankina iray eto Toamasina no nitranga ny raharaha. Voatery nentina teny amin’ny CSBII tao Ambohijafy izy, notsaboina noho ny ratra nahazo azy, saingy nalefan’ireto farany teny amin’ny hopitaly be nony farany. Raha natao ny fizahana ny zava-misy dia fantatra fa bevohoka efa-bolana ity zatovovavy ity. Raha ny angom-baovao dia ny olana teo amin’ny mpampiasa azy noho ny fisian’ity zaza tao an-kibony no naharaikitra ny disadisa teo amin’ilay mpampiasa sy ny mpiasa; satria noterin’ilay mpampiasa halana ilay zaza tao am-bohoka. Tombanana ho fanolanana zaza tsy ampy taona no naha-bevohoka ity zatovovavy ity, saingy miandry ny fanadihadiana mikasika izany ny rehetra, satria mety ho ny tao an-trano ihany no nahavanon-doza tamin’izany. Ankoatra izay dia nisaotra ny fahatongavan’ny polisy ny mponina, satria efa fanaon’ilay ramatoa mpampianatra ny midaroka mpiasa tahaka izao, hoy ny manodidina, ka raha tsy tonga haingana ny polisy tsy hay izay nitranga. Bevohoka mantsy ilay zazavavy tamin’ny fotoan’ny daroka.

Malala Didier

Midi Madagasikara0 partages

La Plantation Ankorondrano : Défoulement en petit comité avec Big Mj

Big Mj prêt à chauffer l’ambiance.

Plus que quelques semaines avant les fêtes. Et pour donner plus d’égayement après ces périodes difficiles, les artistes ne lésinent pas. Demain, c’est au tour de Big Mj d’animer la scène plus restreinte de la Plantation Ankorondrano. Une occasion pour ses inconditionnels de se défouler à fond avec leur idole en petit comité. Pour ce faire, Big Mj reprendra ses meilleurs tubes pour un répertoire parfait. Entre « Lehilahy manam-bola » et « Ataoko akory » en passant par les « Aminao fo ty niany » l’ambiance promet d’être euphorique. Comme à son habitude, le chanteur réserve des invités surprises pour la soirée sans en dévoiler plus. Initiative du fej’Event, cette soirée fera également office de coup d’envoi des rendez-vous hebdomadaires à la Plantation.

Bien connu pour son « Tsinjaka triatria », Big Mj n’est plus à présenter. Sur tous les fronts, le chanteur multiplie les interactions avec ses fans. Autant sur les réseaux sociaux que sur scène. En plein air ou en milieu restreint, il endosse à merveille son rôle d’animateur. De l’afrobeat et une multitude de variété en combinaison, il privilégie également les balades comme « Doudounaka », « Tsy atakaloko vadiko », gagnant ainsi les cœurs des amoureux transis, sans oublier des morceaux plus rythmés très à la demande durant les fêtes.

Zo Toniaina

Midi Madagasikara0 partages

Sillon du passé : La ville des mille entre les deux guerres

Iarivo, entre les deux guerres était une ville florissante.

Les premières décennies de la colonisation française à Madagascar sont marquées par un urbanisme d’État avec des grands travaux d’aménagement urbain. Afin d’exercer le réel contrôle sur les constructions, le pouvoir colonial a fait appel aux experts de l’aménagement urbain de l’époque pour une mission d’évaluation de l’état des lieux de la capitale, où se concentrent des édifices participants d’un « art urbain colonial ».

Entre 1920 et 1950, l’aspect de la ville d’Antananarivo change nettement, grâce à la réalisation du plan-programme d’aménagement et d’extension de la capitale. L’administration coloniale projette pour la plaine de la capitale différents projets urbains. L’aménagement de ces zones non accidentées permet de déployer les nouvelles conceptions urbanistiques qu’exige la modernisation d’une ville. Aucune réalisation n’est effectuée dans la partie ouest de la capitale, même celle-ci est beaucoup plus accessible et abritée des vents. Cependant, pour y édifier des établissements qui lui sont nécessaires comme le Palais de justice, le lycée de garçons, lycée de filles, l’école industrielle, le parc des expo, la cité d’habitation à bon marché et le commissariat de police du Ve arrondissement, la colonie a besoin de disposer de surfaces importantes de terrains plats. La mise en œuvre de ce programme d’urbanisme nécessite différentes mesures liées au remblaiement des rizières et marécages, l’aménagement de l’agglomération existante en vue de la systématisation des quartiers, de l’amélioration d’un «réseau circulatoire» et le travail d’assainissement qui doit s’associer à la réglementation des constructions privées.

Le renouvellement urbain nécessite la mobilisation des compétences métropolitaines. Un ingénieur spécialiste en urbanisme est ainsi envoyé afin d’étudier sur place, dans la capitale, un projet d’assainissement. Par la suite, le percement d’un tunnel à Ambohijatovo et le réseau d’égouts figurent dans la préoccupation de la municipalité pour les travaux d’urbanisme de la capitale. Mais d’autres chantiers déclarés d’utilité publique sont aussi mis en œuvre par l’administration locale. Ils couvrent aussi la construction d’ un marché couvert, d’ un hôtel de ville, l’aménagement des avenues d’accès du tunnel et le curage du lac Anosy, le remblaiement et le drainage de la plaine de Mahamasina et l’assainissement des marais bordant la ville d’Antananarivo à l’Est.

Il faut signaler aussi que le confort constitue surtout l’un des prérogatives de l’installation des agents coloniaux dans la Grande Ile, surtout dans la capitale. En effet, en mai 1930, l’administration coloniale met en œuvre la construction de la “Cité Jardin” et l’acquisition de deux immeubles pour logement de fonctionnaires de 1re catégorie et la construction d’un bâtiment pour la garde indigène.

Les projets d’urbanisme nécessitent effectivement différents dispositifs administratifs et financiers. Afin de faciliter la conduite des opérations d’aménagement urbain, le bureau des affaires municipales est créé par arrêté du 31 mai 1930. Cette structure est justement mandatée pour la mission de supervision et contrôle des vastes programmes d’urbanisme de la capitale. Pour la réalisation des projets coloniaux pour la ville d’Antananarivo, deux canaux de financement peuvent être envisagés : la subvention et le prêt.

Après la Seconde Guerre mondiale, la mise en place d’une structure destinée à mettre en œuvre le programme d’urbanisme du pouvoir colonial s’avère nécessaire. En 1946, intervient la création d’une direction de l’architecture, de l’urbanisme et de l’habitat, où l’architecte-Urbaniste Razafy-Andriamihaingo occupe le poste de directeur pendant dix ans. Grâce au dynamisme de sa modeste équipe et malgré des moyens financiers limités, il parvient à promouvoir une véritable politique de l’urbanisme facilitant la mise en œuvre du plan directeur d’urbanisme, grâce à la collaboration de l’ancien Inspecteur Général de l’Urbanisme Paul Maître et de l’urbaniste en chef Jean Dorian.

Grâce à cette structure, la plaine de l’ouest de la capitale continue d’accueillir les projets d’aménagement de l’administration coloniale ; un montant de 20 millions de francs est inscrit pour l’aménagement des rizières de l’ouest d’après la délibération du Conseil municipal du 25 février 1948. La superficie à aménager est de 90 ha environ.

La ville d’Antananarivo connaît de nombreuses constructions dans la partie ouest de la ville qui sont majoritairement illicites, mais le pouvoir public n’arrive pas à mettre en œuvre les projets d’urbanisme suivant le rythme des besoins.

Iss Heridiny

Midi Madagasikara0 partages

Patrimoine : Icom Madagascar se positionne sur la restitution des biens culturels volés

Le crâne du roi Sakalava exposé dans un célèbre musée en France

Le 14 novembre sera célébrée pour la première fois la journée internationale contre le trafic illicite des biens culturels à Madagascar. Cette déclaration émane du comité malgache du Conseil International des Musées (Icom). Dans un communiqué, celui-ci rappelle ses attentes par rapport aux restitutions complètes des biens culturels volés par la France « avant et durant la colonisation ». On compte des milliers de musées que des collectionneurs français gardent jalousement.

« L’Icom Madagascar est confiant de l’engagement de l’Etat français pour cette noble cause car il est acté par le récent projet de loi adopté par la sortie des collections publiques françaises des objets d’art du Sénégal et du Bénin permettant leurs restitutions à leur pays d’origine », ajoute le document. Pour l’instant, pour le cas de Madagascar, les soi-disant propriétaires de ces objets dérobés à la Grande Île feraient tout pour retarder les échéances.

Il faut avouer que ces musées se disant férus d’humanisme n’ont pas de scrupule à garder des ouvrages issus de profanation des tombes, comme les poteaux funéraires ou « aloalo ». Sans oublier les crânes du roi Toera, un patriote décapité par les colons en 1897, dont la tête a été emmenée en France pour démontrer la mentalité civilisatrice des Français, ou celui de Ratsimamanga. Citer des exemples remplirait toute une bibliothèque.

Enfin, L’Icom Malagasy « rappelle à l’Etat Malagasy qu’il est de notre intérêt de procéder à l’adhésion à la convention d’Unidroit de 1995 sur les biens culturels volés et/ou illicitement exportés ». Dans cette optique, la création d’une plateforme « dédiée au retour des biens culturels qui englobera toutes les compétences requises aussi bien en France qu’à Madagascar ». Une bonne idée si la transparence envers la population est effective. Il faut savoir que ces biens volés appartiennent à l’histoire et au patrimoine, ainsi, leurs valeurs marchandes sont très élevées.

Maminirina Rado

Midi Madagasikara0 partages

Tsimbazaza : Un pickpocket lynché par la foule

Hier matin vers 10 heures, un homme a été pris à partie par une foule en colère à Tsimbazaza, alors qu’il venait de prendre brusquement le sac d’une femme. Le voleur a été lynché. Très vite, une alerte générale a été déclenchée, des hommes et des femmes sont passés à l’action en déversant leur colère sur ce voleur. Pris en flagrant délit, le voleur n’a plus le choix et est livré à la vindicte populaire. Un témoin s’exprime et relate la scène. « J’étais à la maison le matin en train de cuisiner, quand j’ai entendu des gens crier au voleur, c’est comme ça que je suis sorti et je suis venu sur les lieux, j’ai trouvé cet homme tabassé par la foule, j’ai demandé ce qui s’est passé, un homme m’a expliqué que ce voleur a été appréhendé par la foule alors qu’il venait de prendre le sac d’une femme, la victime a crié au secours et les jeunes du quartier l’ont attrapé et ont commencé à le frapper… ». Certains voulaient le tuer et d’autres demandaient de le remettre aux autorités, mais avec la tension de la foule, ils ont commencé à le piétiner, frapper. Le vol à la tire prend beaucoup de l’ampleur dernièrement dans ce quartier. Ce pickpocket fait naître un sentiment de peur chez les habitants. Les forces de l’ordre dépêchées sur place ont pu sauver la vie de ce voleur. Un fait similaire à Analakely. Un voleur a essayé d’arracher un collier en or d’un passant. La victime a su se protéger et le pickpocket n’arrivait pas au bout de son action. Tout de suite, une course-poursuite a alors été engagée. Le voleur a pu se sauver. Face à l’insécurité grandissante, le lynchage populaire devient un fait-divers quasiment banal dans la capitale.

Yv Sam

Midi Madagasikara0 partages

Opération de pacification : 140 armes saisies par l’Armée malgache détruites hier

Cette pratique a été recommandée dans la convention internationale visant à l’instauration de la paix et de la sécurité en Afrique dont le slogan est de faire taire les armes au profit du développement. En effet, cette convention oblige les pays signataires à lutter contre la circulation et la prolifération des armes dans leur territoire. Faisant partie de cette convention en tant que victime de l’insécurité due à la propagation des armes à travers son territoire national, Madagascar, en tant que signataire, s’attelle à cette action à travers toutes les structures de sécurité mises en place à travers son territoire. Partie prenante à cette opération, l’Armée malgache a mis en place ce qu’on appelle les Zones rurales prioritaires de Sécurité (ZRPS) » dans toutes les régions réputées sensibles en matière d’insécurité. Réparties en quatre grandes unités (ZRPS Alpha, ZRPS Beta, ZRPS Charlie C et ZRPS Delta), les éléments de ces structures participent aux opérations de pacification et dans la lutte contre les actes de banditisme rural en tant que forces de défense de sécurité. Des missions difficiles dans la mesure où ces militaires sont souvent tombés en conflit avec des bandits armés. C’est pourquoi, ils s’en sont sortis en saisissant chez leurs adversaires des armes des catégories différentes. Tel est le cas des ZRPS Alpha et Beta. « Récupérées chez les dahalo, ces armes devront être stockées dans le magasin d’armes de chaque zone concernée, puis elles devront être présentées à l’Etat-Major des Armées à Andohalo qui vont établir tous les papiers y afférents avant de les transférer auprès de la Direction Inter-armée de Logistique et de Soutien (DILS) qui va à son tour les recevoir et les entreposer à la régie d’armement à Soanierana, explique le chef d’Etat-major des Armées, le Général de Division Jean Claude Rabenaivoarivelo. Et de continuer qu’après cette procédure, il doit demander l’autorisation du Ministre de la Défense nationale pour procéder à la destruction de ces armes. Et cela devra être assisté par des autorités représentatives de toutes les institutions concernées.  Ayant passé par ces étapes, l’Etat-Major des armées à son siège à Andohalo, a procédé à la destruction des armes saisies par la ZRPS Alpha et ZRPS Bravo durant les trois derniers mois. Au total, 140 armes dont 19 armes de guerre et 102 de fabrication artisanale. Des munitions ont été également neutralisées.

Effectué officiellement, l’événement d’hier a été assisté par le commandant de ces deux ZRPS concernées. Le CEMA annonce que le temps va venir aux autres ZRPS pour faire la même chose.

T.M.

Midi Madagasikara0 partages

Soanierana : Mpitsindrona rongony mahery vaika, fitolahy voasambotry ny pôlisy

Ny fonosan-drongony sy ireo fitaovana tratra teny amin’izy fitolahy.

Vaingana rongony mahery vaika « héroine » sy fonosana rongony, miaraka amin’ireo fitaovana fampiasa hitsindromana izany zava-mahadomelina izany no tra-tehaka teny amin’ireto fitolahy, voasambotra tetsy Soanierana ny talata lasa teo.

Voalazan’ny avy ao anivon’ny sampan-draharan’ny pôlisim-pirenena miady amin’ny zava-mahadomelina fa misy amin’ireto tovolahy nosamborin’izy ireo ireto no mbola tsy ampy taona velively kanefa dia efa niroso sahady tamin’izany fanandramana fitsindromana rongony mahery vaika izany. Fitarainan’ny mponina avy eny amin’iny faritra iny moa no nahafahan’ireto mpitandro filaminana nidina teny an-toerana nijery akaiky ity toe-javatra ity. Nambaran’ireo farany hatrany mantsy fa hoe nirongatra izay tsy izy ny fandraisana zava-mahadomelina eny an-toerana ary maro amin’ireo ankizy, tovolahy, izay heverina fa mbola mpianatra avokoa no mandray rongony mahery vaika, toy ny « heroine ». Nandray ny andraikiny tandrify azy ny sampan-draharahan’ny pôlisy ary izao nahazoana vokatra izao. Teo am-pandraisana izany rongony izany mantsy ny sasantsany amin’izy ireo no tra-tehaka. Mbola tratra teny amin’izy ireo aza ny fitaovana maromaro fampiasan’izy ireo amin’izany, toy ny « seringue » miisa efatra, izay raha ny fampitam-baovao azo dia ny telo no efa nampiasaina fa ny iray mbola nisy tsiranoka heroine. Teo ihany koa ny mizàna eletrônika miisa roa, ankoatr’ireo vaingana rongony mahery vaika sy rongony tsotra moa izany. Taorian’ny famotorana natao azy ireto dia natolotra ny Fampanoavana omaly izy fito miralahy ireto, izay heverina fa samy nadoboka am-ponja ny ampy taona ary nalefa any amin’ny toby fitaizana zaza maditra ireo mbola tsy ampy taona, mandram-piandry ny fotoam-pitsaràna azy.

m.L

Midi Madagasikara0 partages

Mananara Avaratra : Mpianatra valo indray nihetsika ambalavelona

Nisy trangan’aretina Ambalavelona tao amin’ny sekoly tsy miankina iray ao Antanambaobe, fokontany sy kaominina ambanivohitra io ihany, distrikan’ Mananara Avaratra, ka ny alatsinainy teo no nivory ny mpitandro filaminana, niarahana tamin’ny lehiben’ny faripiadidiam-pampianarana Mananara Avaratra. Teo am-pivoriana anefa dia nahazo antso tamin’ny alalan’ny finday avy tamin-dramatoa Oclave Marionnette, talen’ny sekoly tsy miankina MAMAFISOA ao Antanambaobe ny OMC fa nandritra ny fivorivoriana nampiakatra ny sainam-pirenena Malagasy ny ny alatsinainy teo tokony tamin’ny 7 ora maraina dia nihetsehan’ny aretina indray ny mpianatra miisa valo tamin’ireo efa voany taloha. Nandray fanapahan-kevitra ny OMC fa hidina any Antanambaobe ny mpikambana, sy ny lehiben’ny faripiadidiam-pampianarana Mananara Avaratra. Mety hiroso amin’ny fanakatonana vonjimaika ny sekoly aorian’ny fahavitan’ny fanadinana amin’ny zoma izao, sy aorian’ny fifampidinihana eo amin’ny Ray aman-drenin’ny mpianatra any an-toerana. Ity trangana ambalavelona amin’ny mpianatra ity izay efa nahazo vahana tany amin’ny taona 2014 tany. Anisan’ny nahitana izany betsaka tany Manakara sy tamin’ny faritra hafa toa ny tany Miandrivazo, ka nisamborana mpitarika antokom-pivavahana iray. Trangan’aretina hafahafa mety mifandray amin’ny raharaham-pirenena mafampana?

Yv Sam

Midi Madagasikara0 partages

Natation : Les Championnats d’Afrique à Durban annulés

Annulés. Prévus se tenir du 3 au 6 décembre à Durban (Afrique du Sud), les championnats d’Afrique seniors ont été finalement annulés par la Confédération Africaine de Natation (CANA). C’est la confirmation du président de la Fédération malgache de natation (FMN), Gabriel Ramanantsoa. La Grande Ile a prévu d’aligner deux représentants à ces sommets continentaux à savoir Murielle Rabarijaona et Michael Rasolonjatovo. A la place de ces championnats d’Afrique seniors, la CANA tiendra son assemblée générale élective en ligne le 12 décembre prochain. Madagascar prendra part à cette AGE à travers le président de la FMN. A une semaine de la tenue des Championnats du monde sur bassin de 25 m à Abu Dhabi du 13 au 18 décembre aucune décision n’a été communiquée par la fédération internationale. « Nous n’avons pas encore reçu de confirmation ou d’annulation de ces  Championnats du monde. Cela s’annonce compliquée, si la compétition a lieu et que nous risquons d’être cloués au pays », a souligné le numéro Un de la natation malgache.  Sur le plan national, la fédération a maintenu la Coupe de Noël le 20 décembre prochain à la piscine de l’Académie nationale des Sports (ANS) Ampefiloha. Une occasion pour les nageurs après plusieurs mois privés de compétition de partager leurs joutes et de pulvériser les performances. Parallèlement avec la tenue de cette Coupe de Noel où des représentants des ligues seront présents dans la capitale, la FMN tiendra son assemblée générale. L’équipe dirigeante de la FMN dressera le bilan de cette première année du mandat marquée par la pandémie de Covid-19.

T.H

Midi Madagasikara0 partages

Sports Universitaires : 80 étudiants se recyclent en rugby à VII et en basket 3×3

La formation en rugby à VII et en basket 3×3 durera trois jours à Ankatso.

Le rugby à VII et le basket 3X3 débarquent officiellement à l’Université d’Antananarivo. Et ce dans le cadre de la redynamisation du sport universitaire. Pour le démarrage du projet, la direction de l’office des sports et de la culture de l’université d’Antananarivo (DOSC) a organisé des formations en ces deux disciplines, qui ont commencé hier au gymnase Ankatso, et ce ne prendra fin que demain. Deux représentants de chaque mention suivent ces formations soit aux environ de quatre-vingt étudiants. C’est de leur responsabilité ensuite de sensibiliser la discipline dans leur mention respective. D’ailleurs, le basket à trois et le rugby à VII feront partie des disciplines sportives universitaires à partir de l’an prochain. Ils se sont répartis en deux groupes selon leur choix. Les formations sont animées par des techniciens qualifiés, issus des deux Fédérations.

En basket, les participants ont commencé, hier, sur la présentation générale de la discipline, les objectifs de cette collaboration entre la Fédération malgache de basket-ball (FMBB) et l’université. Un manuel leur a été distribué ensuite, afin qu’ils se fassent plus de connaissances avec le basket. Plusieurs sujets seront encore au programme, si on ne cite que le règlement du jeu, l’arbitrage, la valeur du basket 3×3, la gestion d’événements 3×3, ainsi que l’initiation sur l’utilisation du logiciel Event maker. Quant au rugby à VII, les étudiants étaient à l’écoute de Veloarison Daniel Andriamparanjatovo, expert au sein du Malagasy Rugby, et Lahatra Ramamonjisoa, capitaine des Makis, lors de la première journée d’hier. Leurs cours étaient basés sur l’introduction au ballon ovale. Des cours sur le Get into rugby, le rugby ready et le soin seront encore abordés. Après ces cours théoriques, les participants passeront demain à la formation pratique et aux jeux ludiques. Ils recevront aussi des certificats à la fin de la formation. A noter que ce projet est une initiative des candidats gagnants du concours de projets « entrepreneuriat et sport », financé par l’ambassade de France à Madagascar et la Maison des Sports.

Manjato Razafy

Midi Madagasikara0 partages

Rallye Ronde : Appel aux concurrents !

Mathieu Andrianjafy sera l’homme à suivre de ce Rallye Ronde.

Inédit ! La tenue du Rallye Ronde pour meubler la saison dépendrait du nombre de participants. C’est la nouvelle de la Fédération de Sport Automobile de Madagascar qui affirme par là sa volonté de sauver ce qui peut encore l’être.

Le Rallye Ronde aurait lieu le 18 et 19 décembre prochain sur les anciens tracés ayant servi au dernier Rallye International de Madagascar. Le conditionnel est de rigueur car faute d’un sponsor, la FSAM est obligée de se rabattre sur les droits de participation.

Solides arguments. Un autofinancement en quelque sorte mais pour que l’initiative soit viable, il faut un plateau d’au moins 30 équipages.

Un chiffre certes bien en deçà des participants au RIM où on a vu 43 voitures. Mais autant dire qu’il y a de fortes chances pour que le nombre dépasse largement les 30 équipages nécessaires.

Tout compte fait, ce Rallye Ronde a de solides arguments pour faire venir les pilotes et notamment les tracés passant par des coins connus tels Ambodifasina, Fiakarana, Ambohinome sans oublier le circuit du TMF au Bout de Piste Ivato.

Une raison suffisante pour s’attendre à voir débarquer sur les lieux, les Rasoamaromaka père et fils. Déjà que les deux gosses, Mika et Faniry, ont réussi à titiller les ténors dont les Randrianarivony, Rivo et Ando, lors du RIM.

Inutile de préciser que ces hommes vont remettre ça pour le grand bonheur du public.

Pistes savonneuses. Mais attention car d’autres pilotes vont aussi se mêler à l’emballage final. On citera Mathieu Andrianjafy qui va venir avec une Mitsubishi Evo 9. Un retour aux affaires de l’enfant terrible pour qui gagner est devenu une véritable obsession.

Il y a aussi un autre jeune capable de bousculer la hiérarchie en l’occurrence Fred Rabekoto qui débarque avec une Subaru Impreza. Très à l’aise, le fils de Jeannot Rabekoto, le président de l’ASCAM, est capable de mettre tout le monde d’accord.

En clair, il est fort possible de faire de ce Rallye Ronde avec 10 épreuves spéciales de 76,94 km, une des plus belles éditions de ces dernières années. La pluie naissante rendrait le spectacle plus attrayant avec des pistes savonneuses à souhait.

La balle est donc dans les rangs des concurrents appelés à se faire connaître dans le meilleur délai. Qui sait si au bout la FSAM réussira à avoir un gros sponsor de dernières minutes. C’est tout le mal qu’on lui souhaite…

Clément RABARY

Midi Madagasikara0 partages

Tennis de table : La section Tana Ville annonce son championnat

En attendant les Championnats de Madagascar qui se dérouleront en fin de ce mois dont la ligue hôte n’est pas encore déterminée, les compétitions au niveau des ligues et sections s’enchaînent. Cette fois-ci, ce sera le tour de la section tennis de table de la commune urbaine d’Antananarivo. Après une longue attente, les pongistes de Tana ville vont enfin se retrouver, puisque leur championnat individuel toutes catégories se déroulera les 12 et 13 décembre au gymnase couvert Mahamasina, d’après une affiche postée par le président de la section Charles Edouard sur la page facebook de la Fédération. La compétition sera sous le haut patronage du maire de la CUA, Naina Andriantsitohaina. En effet, ce championnat est un peu en retard par rapport au championnat d’Analamanga qui s’est tenu les 21 et 22 novembre derniers.

Manjato Razafy

Midi Madagasikara0 partages

Sécurité et santé au travail : Des travailleurs formés et informés

L’atelier de formation/information s’est déroulé à Antaninarenina.

Une trentaine de travailleurs issus du secteur formel et informel des chaînes d’approvisionnement du textile et de la construction renforcent actuellement leur capacité en matière de sécurité et santé au travail.

L’initiative est signée Conférence des Travailleurs de Madagascar (CTM) et appuyée par l’Organisation Internationale du Travail (OIT). Menée dans le cadre du projet VZF (Fonds Vision Zéro), l’initiative consiste à informer et former une trentaine de travailleurs issus des chaînes d’approvisionnement du textile et de la construction sur la sécurité et la santé au travail. Ce, afin de renforcer leurs connaissances en matière de prévention, de réduction des risques sanitaires liés au travail dans le cadre de la Covid-19. A cet effet, la démarche entend garantir la santé des travailleurs de tous les secteurs touchés et mettre en place des mesures pérennes afin de faire face aux futures crises sanitaires. Différentes thématiques seront abordées durant les trois jours de formation/information. Techniciens de l’inspection du travail via la Task-Force SST, médecins des services médicaux du travail et spécialistes de l’OIT se relaient afin de donner aux participants les outils nécessaires devant leur permettre de mieux appréhender le principe de sécurité et santé au travail. Il conviendrait également de noter que les thématiques en question concernent les généralités du concept sécurité et santé au travail ou encore l’élaboration du plan de travail de la CTM.

Vigilance. Etant de mise, l’initiative sera dupliquée dans d’autres régions du pays. A savoir : Atsinanana, Vakinankaratra et Analamanga. Dans cette optique, la formation/information se veut être une opportunité face à une épidémie de Covid-19 qui persiste dans la Grande Île. Il conviendrait, en effet, de noter que la maladie continue de sévir dans le pays avec un mode de transmission communautaire. D’autant plus que l’on constate actuellement un relâchement plutôt général sur le respect des gestes barrières, dont le port systématique du masque. Ainsi, l’initiative menée par la CTM, en partenariat avec l’OIT, se veut être une interpellation sur la nécessité de redoubler de vigilance en milieu du travail. Ainsi, l’idée est de « contenir l’extension de la pandémie tout en faisant face à ses contrecoups économiques et sociaux ».

José Belalahy

Midi Madagasikara0 partages

Projet  de Loi de Finances Initiale au Sénat : La société civile a apporté ses observations

La société civile a également son mot à dire concernant le Projet  de Loi de Finances Initiale (PLFI). Ainsi, avant-hier, le Sénat a consulté la société civile sous la houlette du CCOC (Collectif des citoyens et des organisations citoyennes) et qui a vu aussi la présence du Kmf-Cnoe, MASIS TATAo, mouvement Rohy et  ONG Hitsy. Entrant notamment dans le cadre   d’une séance d’imprégnation, la société civile a pu partager  son analyse et point de vue sur le PLFI2021 de la manière la plus rigoureuse et impartiale possible, considérant les enjeux et besoins nationaux actuels, au regard de la situation mondiale, pandémie du coronavirus oblige.

Propositions. Les échanges ont duré 2h30 de temps. La société espère ainsi que le Sénat l’a entendue et tiendra compte de ses apports et observations. La société civile rappelle qu’elle vise la défense des intérêts de la population, et dans cet objectif, a pour rôle proactif et constructif d’analyser, plaider, interpeler et émettre des propositions. Le Projet de Loi de Finances est l’outil principal incontournable pour connaître le programme du gouvernement dans l’utilisation de l’argent public. Elle estime, en outre, qu’en ce 21e siècle, le citoyen a le droit de savoir, d’être informé et de participer dans la confection de ce document car dans un pays où la gouvernance démocratique est de mise, son avis et ses attentes comptent et doivent être pris en compte.

Concertations. Par ailleurs la société civile de déplorer que «  nous avions demandé en vain à l’Assemblée Nationale de nous recevoir pour présenter notre analyse et aider à améliorer le PLFI censé utiliser l’argent des citoyens, avant son adoption le 27 Novembre dernier ». Toutefois, elle lance un appel à l’Assemblée nationale pour laisser la porte ouverte aux concertations en cas de deuxième lecture du PLF 2021 et pour les prochains processus budgétaires et au Sénat pour que la plateforme de concertation qui a été initiée ces deux dernières années soit poursuivie et renforcée lors de la prochaine législature.

Recueillis par Dominique R.

Midi Madagasikara0 partages

Sénatoriales : une élection sans surprise

C’est dans une certaine indifférence que se passe la campagne électorale de l’élection sénatoriale. La population ne semble guère intéressée par  ce scrutin où les grands électeurs ont un rôle à jouer. Pour les observateurs, la messe est déjà dite puisque la grande majorité des candidats se présentent sous la bannière des partis présidentiels.  Le général Désiré Ramakavelo affirme même que le résultat est connu d’avance  à cause de la proximité de ces hommes et de ces femmes avec le pouvoir. Si il en est ainsi, il s’agira d’un sénat sans opposition où le régime ne sera jamais mis en difficulté. Les membres de la Chambre  haute  actuelle tirent en quelque sorte leurs dernières cartouches en mettant en place des commissions parlementaires  qui  vont enquêter  sur des affaires ayant défrayé la chronique durant leur  mandature.

Sénatoriales : une élection sans surprise

Jamais peut-être une élection n’aura connu un tel manque d’intérêt de la part de l’opinion.  Le boycott  affirmé de l’opposition dès le début a enlevé une grande partie de son intérêt.  La campagne électorale menée par des candidats favorables au pouvoir se déroule sans grande surprise. Aucun véritable débat n’a lieu et c’est un discours sans grand relief qui est tenu pour convaincre des grands électeurs déjà acquis à la cause de ceux qui se présentent.  Aucune des préoccupations de la population malgache n’est évoquée et les interventions à la télévision s’apparentent à des assurances faites uniquement aux élus. C’est plutôt le travail que vont faire les commissions d’enquête parlementaire mises en place par les sénateurs sortants qui pourrait  intéresser le public. Les questions qui vont être abordées sont d’une certaine importance , notamment l’utilisation  des fonds destinés à la lutte contre la Covid-19.  On se demande si les enquêtes pourront être menées jusqu’au bout et si  elles ne surviennent pas trop tardivement.  C’est une élection sénatoriale  qui devrait se dérouler sans grande surprise le 13 décembre prochain .   Le sénat va être composé de membres favorables au régime.

 Patrice RABE

Madagate0 partages

Antananarivo. Monaco appuie l’apprentissage de la langue française dans les écoles publiques

COMMUNIQUE DE PRESSE

Antananarivo, le 26 novembre 2020

Appui de la Principauté de Monaco à l’apprentissage de la langue française

Dans le cadre de la célébration de la Journée Internationale des Professeurs de Français (JIPF) et du Cinquantenaire de l’Organisation Internationale de la Francophonie (OIF), afin de promouvoir la Francophonie, le ConsulatGénéral Honoraire de Monaco à Madagascar, sur les fonds octroyés par le Département des Relations Extérieures de la Principauté de Monaco, en partenariat avec l’OIF via son bureau régional pour l’Océan Indien a remis 383 ouvrages pédagogiques neufs à sept écoles publiques de la capitale.

Cette année 2020, les heureux bénéficiaires de cette initiative sont les CEG Antanetibe, Antanimena, Ambohijanaka, Antanimbarinandriana et les lycées Jean-Joseph Rabearivelo Analakely, Ampitatafika et Nanisana.

Ces livres pédagogiques leur ont été offerts afin de garnir leur bibliothèque et pour que les élèves puissent apprendre et se perfectionner en Français.

Une cérémonie de remise officielle des livres s’est tenue au Lycée Nanisana pour marquer cet événement, honorée de la présence des officiels au niveau du Ministère de l’Éducation Nationale et des représentants de chaque établissement.

Consulat Général de Monaco à Madagascar :

Secrétariat : +261 20 22 356 83/ +261 20 22 311 09