Les actualités à Madagascar du Mardi 03 Décembre 2019

Modifier la date
Midi Madagasikara8 partages

Affaire Hasimpirenena – Ludovic Adrien : Les députés font pression sur la Justice

L’Assemblée nationale réclame la libération de Hasimpirenena et de Ludovic Adrien.

La balle est désormais dans le camp de la Justice qui devrait choisir entre se soumettre à la résolution prise vendredi dernier à Tsimbazaza, ou continuer à travailler en toute indépendance.

« Un acharnement politique ». C’est ainsi que les députés considèrent l’incarcération de Ludovic Adrien Raveloson, député élu à Mahabo et Hasimpirenena Rasolomampionona, député de Fandriana. Les deux parlementaires ont été placés sous mandat de dépôt bien avant les élections législatives. Vendredi dernier, l’Assemblée nationale a pris la décision relative à leur libération. En effet, la commission spéciale mise en place au sein de la Chambre basse pour trancher sur les questions de la levée de l’immunité parlementaire des députés a décidé de la suspension du mandat de dépôt des deux parlementaires. Cette résolution a été adoptée en séance plénière par 45 députés. Cette initiative confirme la démarche des députés qui œuvrent et manœuvrent en vue de la libération de Hasimpirenena Rasolomampionona, accusé d’être impliqué dans la vente de la Villa Elisabeth, et de Ludovic Adrien Raveloson. Ce dernier a déjà été condamné à 5 ans d’emprisonnement ferme pour la destruction de la forêt de l’aire protégée Antimena Menabe. Il est également poursuivi pour une affaire de double assassinat et détention illégale d’armes. Pour l’heure, aucune réaction n’a été faite ni de la part du ministre de la Justice, ni de la part du CSM et du SMM par rapport à cette résolution prise à Tsimbazaza. Un silence que l’on pourrait être interprété de « complice ».

 Entrave à la Justice. En effet, bon nombre d’observateurs dénoncent dans cette démarche, le corporatisme des députés qui « tentent de mettre la pression sur les responsables de la Justice pour libérer leurs collègues ». Et ce, bien malgré la condamnation ferme que la Justice a prononcée contre l’élu de Mahabo. D’ailleurs, d’après les informations, actuellement, Ludovic Adrien Raveloson ne se trouve plus en prison. Il aurait bénéficié d’un régime de main-d’œuvre pénale pour le compte de la Chambre de commerce de Morondava. Tsimbazaza aurait déjà avisé la Primature et le Ministère de la Justice par rapport à la résolution prise vendredi. La question est de savoir si ces autorités vont accepter de se soumettre à l’exécution de cette résolution. Quoiqu’il en soit, la mise en place de cette Commission spéciale à l’Assemblée nationale qui se chargera des questions liées à l’immunité parlementaire, risque fort de provoquer une friction. Certains observateurs voient à travers cette résolution visant à réclamer la libération de Hasimpirenena Rasolomampionona et Ludovic Adrien Raveloson comme une entrave à l’indépendance de la Justice et/ou un empiètement du pouvoir législatif sur le pouvoir judiciaire. D’autant plus que cette affaire survient pile au moment où la Justice se trouve sur le devant de la scène avec l’assainissement et le renforcement de la lutte contre la corruption exigés par le président Andry Rajoelina. Au lieu de bafouer les principes de la séparation des pouvoirs, les députés, en tant que « Raiamandreny » et des élus du peuple, devraient plutôt montrer l’exemple et faire confiance à la Justice malgache.

Davis R

Midi Madagasikara5 partages

RNS : Une 45e édition spéciale et innovante

Plusieurs sportifs sociétaires de l’équipe ont été détectés lors de la RNS pour ne citer que des joueurs des Barea, des basketteurs et des volleyeurs.

1974-2019. La Rencontre Nationale Sportive (RNS) fêtera ses 45 ans l’année prochaine. La ville hôte de ce grand rassemblement de la planète des enfants et amis de Madagascar installés à l’étranger, autour de sa devise fondatrice « firahalahiana vao fifaninanana » sera connue d’ici quinze jours. «Ce sera une fierté de fêter ces 45 ans en grande pompe. Ce sera l’occasion d’afficher et d’imprimer cette vitalité sans cesse renouvelée. Celle de l’esprit solidaire, entrepreneurial et coopératif des pôles pilotés par le CNO avec tous les contributeurs traditionnels et potentiels, en résonance avec les partenaires institutionnels publics ou privés, associatifs et organisations multilatérales ou non-gouvernementales. Cet esprit se perpétuera et se renforcera – au-delà des initiatives déjà existantes de solidarité, jusqu’alors véhiculé principalement par la promotion du sport, l’art et la culture – par la réalisation et le développement de nouvelles actions de plus grandes envergures en direction de la jeunesse, des entreprises régionales et des innovations locales à Madagascar. Une chose est sûre, vous allez aimer cette ville » a annoncé, Marie-Jo Focard, vice-présidente du CEN, lors d’une conférence de presse, hier, à Ankorondrano. A Vichy en 2019, plus de 7.500 participants ont été recensés avec la mobilisation de 120 bénévoles qui ont assuré le bon déroulement de l’évènement.

Comme l’une des attractivités de la RNS c’est surtout le sport. Plusieurs sportifs sociétaires de l’équipe ont été détectés lors de la RNS pour ne citer que des joueurs des Barea, des basketteurs et des volleyeurs. Plusieurs disciplines sportives sont au programme de la RNS chaque année comme le football, le basket-ball, le volley-ball, le futsal, le tennis de table, le tennis, la natation, la pétanque, l’e-sport. En 2018 et 2019, les Barea étaient à l’honneur lors de la RNS.

La transparence. Comme les membres du CEN et du conseil d’administration sont tous des bénévoles, la transparence est de mise. « On fait cela surtout pour la diaspora. Il y a le respect de l’évolution des lois en France et nous sommes tenus à l’obligation de transparence » a fait savoir, Vero Raliterason, responsable pôle communication du CEN de la RNS. Beaucoup de participants ont critiqué la hausse des prix d’entrées dans les sites et le village Madagascar pendant la RNS qui est considérée comme une recherche de profit des organisateurs. « Nous sommes dans l’obligation de fixer ces prix car il y a des dépenses liées à l’organisation comme les arbitres, la location des sites et la sécurité. La RNS fait partie des grandes manifestations en France, il y a le plan vigipirate et on est obligé d’en tenir compte » continue, les émissaires de la RNS. Mais à l’issue des nombreuses tables rondes, pour cette 45e édition, le comité d’organisation a décidé de revoir à la baisse les prix d’entrée. Si pour le moment, la RNS c’est encore une affaire de « Malgaches d’Europe », la participation de la diaspora d’Afrique, d’Asie et d’Amérique est vivement attendue par les organisateurs.

T.H

Midi Madagasikara4 partages

Circulations à Antananarivo : Des mesures draconiennes pour éradiquer les embouteillages

Face à la recrudescence des embouteillages qui paralysent la circulation dans la ville d’Antananarivo et ses environs ces derniers temps, la police nationale va adopter une nouvelle stratégie. Cela entre dans le cadre du projet « Quick win » du ministère de la Sécurité Publique dont l’objectif consiste à obtenir des résultats dans la plus courte durée. Hier, le Ministre de la Sécurité Publique, le Contrôleur Général de Police Roger Rafanomezantsoa et les hauts responsables de ce département ainsi que les chefs de tous les commissariats existant dans les districts formant le Grand Tana ont rencontré la presse pour expliquer ce projet qui porte sur trois axes à savoir : la mobilité urbaine, la prévention des infractions, ainsi que la lutte contre les actes de banditisme. A l’approche des fêtes de fin d’année, la police nationale a défini comme priorité des priorités la mobilité urbaine c’est-à-dire l’amélioration de la circulation dans la Capitale et ses environs. Pour ce faire, la police nationale va déployer tous les moyens dont elle dispose. En dehors du redéploiement au maximum des policiers qui vont assurer la circulation, des caméras de surveillance seront installées dans les axes sensibles aux embouteillages. Les policiers de la circulation seront équipés de radios pour faciliter la communication entre eux afin de coordonner leurs interventions. Des mesures strictes seront appliquées pour contrôler les circulations des pousses, des charrettes, et des deux roues. Pour appliquer ces mesures, les huit ronds-points les plus affectés par les embouteillages dans la ville d’Antananarivo seront considérés comme zones pilotes. L’enlèvement des automobiles stationnées sur les bords de la rue et sur les trottoirs est envisagé. Cela devra se faire avec la commune urbaine d’Antananarivo. En manifestant sa détermination à mener à bien ces dispositions, le Ministre souhaite l’adhésion de la population dans ce projet. « Cela est à commencer par le changement de comportement de tout un chacun», souligne-t-il.

T.M.

Midi Madagasikara4 partages

Projet de production d’électricité : Démenti de Shysomada sur le blocage des Autorités malagasy

Suite à l’article paru à la page 4 de notre édition du 28 novembre 2019, la Direction de la société Shysomada a tenu à préciser que les propos, relayés dans cet article, sont « hors du contexte actuel ». Ci-après un démenti que la société nous a fait parvenir : « La direction de la société SHySoMADA rejette catégoriquement les allégations de blocage portées contre les Autorités Malagasy dans l’article publié jeudi 28 novembre 2019 par Midi Madagasikara, et souligne au contraire les bonnes relations existantes avec le MEEH. Elle confirme aussi qu’il n’y a pas de guerre d’intérêt ni de problèmes de coopération avec une firme étrangère. Les propos rapportés dans cet article ne reflètent en aucun cas la position de la société ; la direction de SHySoMADA confirme par la présente sa volonté de continuer à travailler en bonne harmonie avec le MEEH et la JIRAMA, avec pour objectif commun de mettre en œuvre le plus rapidement possible des solutions efficaces à des prix abordables pour améliorer la situation dans le domaine de l’énergie à Madagascar ».

Recueillis par Antsa R.

Midi Madagasikara3 partages

Lu pour vous… « Les fraudes électorales : comment on recolonise la RDC » de Fweley Diangitukwa

Le professeur Fweley Diangitukwa, considéré comme l’un des meilleurs auteurs post modernes africains.En guise de préambule, le professeur Fweley Diangitukwa, auteur post-moderne congolais et référence dans la lutte identitaire africaine autant politique que culturel, lâche dans son livre « Les fraudes électorales : comment on recolonise la RDC », aux éditions L’Harmattan – 2008. « Ce qui gêne réellement les puissances, c’est notre décision de compter sur nos propres forces et de refuser de recevoir des ordres de ceux qui se considèrent depuis toujours comme nos maîtres. Notre diamant, notre or, cuivre, cobalt… nous appartiennent […] Nous voulons coopérer avec tous les Etats du monde, respecter leur souveraineté, leur indépendance. Mais nous exigeons aussi qu’on nous respecte, qu’on ne nous donne pas de leçon ».Visionnaire dans une Afrique en pleine mutation, où les émergents peinent encore à tirer vers la région. Pour ne citer que le Rwanda qui peut servir de locomotive avec ses pays limitrophes. Ou encore le Ghana, l’Afrique du Sud, etc. Tantôt, leurs voisins se trouvent encore empêtrés dans des guerres d’intérêts internes aussi vieux que la sagesse à travers leur tradition orale. Tantôt, l’on ressent encore la mainmise d’une ancienne puissance coloniale dont la force économique dépend beaucoup des ressources naturelles africaines. Pour revenir au sujet du livre, Fweley Diangitukwa pose les bases en introduction. « Les fraudes électorales sont-elles devenues ces nouvelles méthodes de reconquête, en plaçant à la tête des nations qualifiées de non viables ou failed states (Etats défaillant) des chefs d’Etats de paille appelés à couvrir les nouvelles stratégies coloniales ? ».Dans ce livre, où les mots et surtout les idées sont développés sans aucune concession. Raison pour laquelle sans doute, l’auteur a tout de suite été calqué de renégat par le pouvoir assez rude du général Mobutu. L’écrivain n’hésite pas à faire des analyses comparatives sur ce qui se fait en Europe et ce qui se fait dans son pays en matière de système électorale en dénichant les représentations les plus pertinentes. En évoquant son Congo natal, Fweley Diangitukwa n’est pas élogieux. « La République “démocratique” du Congo traverse maintenant une période qui doit être qualifiée d’ “années perdues” dans la mesure où une classe politique vorace bloque l’éclosion des idées nationalistes qui, dans des conditions normales, contribueraient au développement du pays. La recolonisation du Congo est un projet très astucieux, exclusivement économique, mené avec la complicité des acteurs locaux qui n’ont pas toujours conscience du rôle qu’on leur fait jouer ».Dans le genre radical, on ne peut trouver mieux chez les auteurs africains parlant de l’intérieur de leur pays. En 228 pages, il décortique les multiples aspects de la relation « recolonisation/fraudes électorales » avec des chapitres comme « Le programme de recolonisation des Etats d’Afrique ». Où il apporte des chiffres ahurissants de l’apport de l’Afrique en matières premières à l’Europe Occidentale dont « l’accès et le contrôle » sont à la base des soi-disant coopérations. A partir d’un regard systémique, tout à l’honneur du modèle de pensée africaine, dynamique et circulaire, Fweley Diangitukwa maîtrise tout autant les enjeux et ramifications économiques, politiques, sociaux et culturels dans son discours. Cet éminent chercheur est professeur « en sciences économiques et sociales, mention science politique. Il a enseigné au département de science politique de l’Université de Genève et à Schiller International University, à Leysin (Suisse) ».  Maminirina Rado
Midi Madagasikara3 partages

Fanafihana teny Andoharanofotsy : Lasan’ny jiolahy hatramin’ny basin’ny tompon-trano

Nitrangana fanafihan-jiolahy indray teny Andoharanofotsy ny alin’ny sabotsy 30 novambra lasa teo. Tokantrano iray no niharan’izany tokony ho tamin’ny 10 ora alina. Araka ny loharanom-baovao, telolahy ka ny iray misarotava no nanatanteraka izany. Nihanika tamboho izy ireo mba hidirana tao amin’ilay tanàna izay mifefy. Taorian’izay dia nongotan’ireo jiolahy ny « grilles de protection » teo amin’ny varavaran-kely mba hidirana tao an-trano. Tampoka tamin’ny tompon-trano ny fidiran’ny jiolahy. Iry voalohany izay nahita fa nitondra basy poleta vita gasy iray sy zava-maranitra ireo jiolahy. Tsy afaka nanohitra arak’izany ireo tao an-trano fa nanaraka fotsiny izay nataon’ireo mpandroba. Ireto farany izay nitaky ny vola tao an-trano sy naka izay rehetra nilainy. Voaroba noho izany ny vola 30 000 000 Ariary. Noraofin’izy ireo avokoa ny telefaonina. Lasa ihany koa ny basy poletan’ny tompontrano sy taratasy momba izany. Rehefa vita izay dia lasa nitsoaka ireo jiolahy. Taorian’izzay vao afaka niantso ny zandary ny niharam-boina. Araka ny vaovao dia teo amin’ny telo ora latsaka teo no nahazo antso ny zandary izay nidina teny an-toerana avy hatrany nanao ny fitsirihana sy nanao fanarahan-dia ireo jiolahy. Saingy tsy nisy vokany izany hatreto. Ny borigadin’Andoharanofotsy no manao ny fanadihadiana.

T.M.

Midi Madagasikara3 partages

Problèmes sociaux : Le FFKM interpelle le pouvoir

Les quatre chefs d’église du FFKM étaient présents pendant trois jours à Mananjary.

Les chefs d’église ne cessent de tirer la sonnette d’alarme sur la réalité socio-économique dans le pays.

Le Conseil Œcuménique des Eglises Chrétiennes de Madagascar (FFKM) a tenu pendant trois jours à Mananjary, du 29 novembre au 1er décembre, la 42e réunion de son comité central. La rencontre a vu la participation des quatre chefs d’église dont Dr Rakotonirina Davida (FLM), Dr Irako Ammi Andriamahazosoa (FJKM), Mgr Samoela  Jaona Ranarivelo (EEM) et Mgr Odon Arsène Razanakolona (ECAR). Dans sa déclaration finale, le FFKM interpelle le pouvoir en place sur les problèmes socio-économiques auxquels sont quotidiennement confrontés les Malgaches. Les quatre chefs d’église demandent ainsi aux dirigeants d’établir un chronogramme pour la résolution de ces problèmes. « Le vœu exprimé par le FFKM lors de la 41e réunion de son comité central tenu à Tsiroanomandidy n’est pas encore exaucé. L’église semble prêcher dans le désert. », déplore la déclaration du Conseil des églises chrétiennes. Par ailleurs, le FFKM réitère sa détermination à lutter contre toute forme d’impunité et d’instrumentalisation du peuple à des fins uniquement électoralistes. Les quatre chefs d’église dénoncent également dans leur déclaration le fait que la corruption continue de sévir dans la société malgache.

Présidence tournante. Le FFKM a été présidé pendant l’année 2019 par le Dr Irako Ammi Andriamahazosoa de la FJKM. Dans quelques jours et suivant le système de la présidence tournante, ce dernier passera le flambeau au Dr Rakotonirina Davida de l’église luthérienne. Visiblement, les Chefs d’église du FFKM essaient toujours de se poser en « raiamandreny » dans la société. Quant au Conseil œcuménique des églises chrétiennes, il a toujours joué son rôle dans la résolution des crises politiques à Madagascar. Son intervention avait conduit en 1991 à la signature de la fameuse Convention du 31 octobre. Mais, ces dernières années, il semble que ces « raiamandreny am-panahy » ne sont plus écoutés. D’autres structures ont été mises en place, pour ne citer que le CFM (Conseil du Fampihavanana Malagasy). La mise en place de ce dernier est prévue par la Constitution, mais son utilité et son efficacité divisent l’opinion. A noter que le CFM tient depuis hier, à Ampefiloha, sa quatrième session ordinaire de cette année 2019. Son vice-président Jean a profité de la cérémonie d’ouverture de cette session pour lancer un appel au calme et à l’apaisement en attendant la proclamation des résultats officiels des Communales du 27 novembre dernier.

Eugène
Midi Madagasikara2 partages

EITI Madagascar : Démission du directeur exécutif, Daniella Randriafeno

Rajo Daniella Randriafeno, le directeur exécutif de l’EITI Madagascar, a démissionné. (Photo d’archives)

Les progrès réalisés par Madagascar dans la mise en place des mesures correctives seront évalués lors d’une deuxième validation du Conseil d’Administration de l’EITI qui va débuter le 29 décembre 2019.

Trop d’incertitudes ! La pérennité du fonctionnement de l’EITI Madagascar du point de vue technique et financier n’est pas garantie. Raisons pour laquelle,  le directeur exécutif de cette entité, en la personne de Rajo Daniella Randriafeno, préfère démissionné de son poste. Le financement destiné à son fonctionnement n’a pu être débloqué qu’au mois de novembre dernier alors que le pays a dû préparer le rapport annuel d’avancement EITI Madagascar 2017 et 2019 depuis le début de l’année. En outre, dans le cadre de la Loi de Finances 2020, le budget de fonctionnement de l’EITI Madagascar qui est prévu à environ 100 000 USD chaque année, n’y était même pas inscrit.

Deuxième validation. Rappelons que Madagascar a été jugé comme ayant réalisé des  « progrès significatifs » dans la mise en œuvre de la Norme EITI (International ou l’Initiative pour la Transparence dans les Industries Extractives) à l’issue de sa première validation par le conseil d’administration de l’EITI le 29 juin 2018 à Berlin. Entre temps, ce dernier a convenu que la Grande  Ile devait prendre quinze mesures correctives. Et la Grande  Ile a été ensuite suspendue de l’EITI. Cette suspension a été levée en mars dernier. Les progrès réalisés dans la mise en place de ces mesures correctives seront évalués lors d’une deuxième validation qui va débuter le 29 décembre 2019. Entre autres, le rapport annuel d’avancement EITI Madagascar 2017 et 2019 a été réalisés par EITI Madagascar y sera présenté.

Priorités. Notons que l’objectif de l’EITI Madagascar est de traduire les principes et les exigences de l’EITI en matière de transparence dans les secteurs pétrolier, gazier et minier, en une norme reconnue et appliquée au niveau national. Cette entité soutient en effet qu’une transparence renforcée dans la gestion des revenus issus des ressources naturelles peut contribuer à réduire la corruption. Et cela fait partie des grandes priorités de l’Etat.

Navalona R.

Midi Madagasikara1 partages

Député Lucien Rakotomalala : « Acharnement politique envers les deux députés »

Ils croupissent en prison depuis un certain temps. Toutefois, ils ont été élus députés lors des dernières législatives dans leurs circonscriptions respectives. De son côté, le président de la Commission permanente chargée de l’examen des demandes de suspension de la détention, des mesures privatives et restrictives de liberté ou de la poursuite d’un député, Lucien Rakotomalala déplore l’acharnement politique envers les deux députés.

Commission. Les députés se sont penchés sur le cas de leurs pairs vendredi dernier qui sont notamment en détention préventive. Il s’agit du député de Fandriana Hasimpirenena Rasolomampionona et du député de Mahabo, Ludovic Raveloson. Les députés ont ainsi décidé lors d’une séance plénière qu’ils devraient sortir de leurs lieux de détention. Ils revendiquent ainsi leur libération. Selon les explications du président de la Commission permanente chargée de l’examen des demandes de suspension de la détention, des mesures privatives et restrictives de liberté ou de la poursuite d’un député, il incombe au bureau permanent de transmettre cette décision au Premier ministre et au ministre de la Justice. Il a tenu d’ailleurs à souligner que les décisions prises par les députés sont conformes à la loi.

Liberté provisoire. Concernant le cas de Hasimpirenena Rasolomampionona, le président de la Commission estime que son incarcération a une coloration politique. Ce candidat qui a porté les couleurs de l’IRK dans le district de  Fandriana a été arrêté à quelques jours avant l’ouverture de la campagne électorale. Il est soupçonné d’avoir vendu la villa Elizabeth. Cet inspecteur des domaines et de la propriété foncière a demandé une liberté provisoire mais celle-ci est restée lettre morte. Bref, il est toujours incarcéré.

Charges retenues. Pour ce qui est du député de Mahabo, faut-il rappeler que Ludovic Adrien Raveloson a été condamné à 5 ans d’emprisonnement ferme. Il a été notamment inculpé comme étant coupable de la destruction de la forêt de l’aire protégée Antimena Menabe. Sans parler d’autres charges qui ont été retenues contre lui, entre autres, la détention illégale d’armes. Quoi qu’il en soit, il a été réélu député dans la circonscription électorale de Mahabo. Reste à savoir si les revendications des députés auront gain de cause auprès des autorités compétentes.

Recueillis par Dominique R.

Midi Madagasikara1 partages

Anosiala Ambohidratrimo : Lehilahy natory tao ambany kamiao, maty voahitsaka

Nipotsaka ny tsinainy ary lasa fisaka mihitsy ny lohan’ity lehilahy iray 34 taona, voatetin’ny kodiarana kamiao be iray mpitatitra biriky, tetsy Anosiala Ambohidratrimo, ny harivan’ny sabotsy lasa teo. Araka ny fanazavàna azo avy amin’ny zandary misahana iny faritra iny dia tafatory tao ambanin’io fiarabe io ity lehilahy ity, raha nijanona niandry ny ora ahafahana miditra aty an-drenivohitra izy ireo. Nony nipaika izany ora izany, tsy nahalala akory ny fisian’io lehilahy natory io ny mpamily fa avy hatrany dia namelona ary nandeha. Ny feon-javatra voahitsaky ny kodiarana no nanaitra azy, izay angamba mbola ninoany fa kaly. Akory anefa no hatairana raha nahita ny rà nandriaka sy ilay lehilahy efa tsy nisy aina intsony, torotoro tao ambany kodiarana.

Marihana hoy ny hatrany ny fanazavàna azo fa mpanampin’ny mpamily sy mpitaona ireo biriky ihany ity lehilahy maty ity. Niara-niainga tany an-tanana izy ireo ary voatery niandry ny ora ahafahana miainga mamonjy ny renivohitra io. Nandritra izany anefa dia somary nandray zava-pisotro kely ranamana. Resin’ny torimaso tamin’izany ary namonjy mangatsiatsiaka tao ambany fiara, kanjo dia izao zava-doza izao no nitranga. Tokony ho tamin’ny fito ora mahery tany ho any moa no nisehoan’io loza mahatsiravina io. Tonga avy hatrany teny an-toerana nijery ifotony ny zava-nisy moa zandary. Nentina natao andrimaso sy nanaovana famotorana tany amin’ny biraon’ny zandary kosa ilay mpamily taorian’izay. Ny razana kosa dia efa nalefa eny amin’ny tranom-paty ary natolotra ny havany taorian’ny fitsirahana natao azy.

m.L

Midi Madagasikara1 partages

Piscine universitaire d’Antananarivo : C’est parti pour la saison 2019-2020 !

Les personnels de la Direction de l’Office des Sports et de la culture avec les étudiants de l’ENS à Ankatso.

Lundi 02 décembre 2019, l’équipe de la Direction de l’Office des Sports et de la culture (DOSC), dirigée par Souleman Ibrahim Andriamandimby a annoncé l’ouverture officielle de la piscine universitaire d’Antananarivo pour la saison 2019-2020. L’événement était assisté par certains étudiants de l’Ecole Normale Supérieure, ainsi que des passionnés de la natation. Pour un avant-goût, le DOSC organisera une compétition interuniversitaire qui se déroulera le 14 décembre prochain. Il s’agit d’un open. La participation est donc ouverte à tous les étudiants pour les 25m 4 nages, 50m 4 nages et relais 1x25m. « Cette saison sera remarquable puisque nous avons déjà planifié tous les programmes. Nous allons former tout notre personnel sur les surveillances de baignade, pour devenir maîtres-nageurs et techniciens » a fait savoir le directeur. Et de continuer ; « l’accès à la piscine est ouvert au public tous les après-midi, sauf le lundi, journée réservée au  nettoyage général. Tandis que tous les matins sont réservés aux étudiants de l’ENS. Notre objectif est de créer le club Asut de natation en deux ans au plus tard ». La piscine d’Ankatso possède actuellement deux maîtres-nageurs. Ils auront à transmettront leur savoir-faire à tous ceux qui veulent savoir nager et ce en six séances. Désormais, la piscine est bien saine, propre et sécurisée. Elle vient d’être réhabilitée et sa salubrité est surveillé périodiquement par l’Institut Pasteur, selon les explications.

Manjato Razafy

Midi Madagasikara1 partages

Vatobe 67ha : Voasambotra ireo mpisoloky amin’ny vovo-bolamena sandoka

Efa maromaro ihany ireo olona lasibatr’ireto mpisoloky eny an-dalambe, amin’ny vovo-bolamena sandoka ireto. Voasambotra ihany izy ireo nony farany teny amin’iny faritra 67ha iny, manakaiky ilay fiantsonan’ny fiara fantatry ny maro amin’ny hoe « Vatobe ». Roalahy izy ireo aloha no izao tra-tehaka izao fa inoana fa hanaraka tsy ho ela ireo namany hafa. Ny fomba fiadian’izy ireo : mody milaza fa mahita zavatra latsaka amin’ny tany ny iray amin’izy ireo, ataony manakaiky mihitsy ny olona hosolokiany. Mody sokafany eo izany ary mazàna dia misy vovo-bolamena sy vola ao anatin’izany. Iny amin’izay avy eo no handrebirebeny ny sain’ilay olona lasibatra. Tamin’io fotoana io dia : « Vehivavy sahabo 32 taona, nandeha tongotra, no narahina lehilahy miisa telo. Teny am-pandehanana dia nisongona azy ny iray tamin’izy ireo. Nony lasa lavidavitra dia mody nahita fonosana kely nisy vola 5000 ariary sy valopy ilay lehilahy nisongona. Hitan’ity vehivavy avy ao aoriany izany ka nahasarika azy ny hahafantatra ny zavatra hitan’ity lehilahy teo alohany. Nosokafan’ity mpisoloky avy hatrany ilay valopy ka taratasy iray sy tavohangy kely nisy vovo-bolamena no tao. Misy taratasy kely nisy soratra moa ao anatin’ilay valopy milaza fa « iny ny volamena 40 grama alefa ho anao anaka ka amidio 100.000 ariary ny grama iray ». Nilaza anefa ity lehilahy nahita ny fonosana fa tsy afaka hitazona io volamena io izy fa hamidiny io. Tamin’izany no nanatona ireo roalahy mpiray tsikombakomba taminy izay efa nanaraka avy tao aoriana ary nilaza ho vonona hividy ny ampahany amin’io volamena io. Manoloana izany dia voafandrika ilay vehivavy ka nilaza fa hividy ampahany ihany koa. Tapaka ary fa homena ilay vehivavy ny 20 grama, ary homena ireto 02 lahy ny 20 grama amin’ny vidiny 300.000 ariary avy. Nomen’ity vehivavy ity 250.000 ariary ilay mpisoloky ary dia lasany ilay vovo-bolamena 20 grama. Fotoana fohy taty aoriana vao nahalala ity vehivavy ity fa voasoloky tamina vovoka volamena hosoka ». Nampandre ny pôlisy avy hatrany moa ity ramatoa ity ary nanomboka teo ny fikarohana ireo olon-dratsy. Ny roalahy tamin’izy ireo ihany no fantatra fa mbola nihaodihaody teny amin’ny manodidina, nitady izay olona afaka jonoana hafa indray. Noraisim-potsiny tamin’io moa ry zalahy, izay mbola nahatratrarana ilay tavoahangy kely misy vovo-bolamena hosoka. Efa mandeha kosa ny fikarohana ireo namany hafa.

m.L

Madaplus.info0 partages

Madagascar : Fanirisoa Erinaivo dénonce une fraude massive lors des élections communales et municipales

A Antananarivo, le candidat de l’IRK d’Andry Rajoelina est le gagnant pour être à la tête de la ville des milles. De son coté, le TIM affirme que des fraudes ont été observées lors de ces élections. A travers une vidéo, le leader du parti TIM marc Ravalomanana invite ceux qui ont observé des fraudes à apporter pour en faire des preuves. Une manipulation de cette élection aurait eu lieu selon Fanirisoa Erinaivo.
Cette dernière de dire que les deux dernières élections a fait l’objet d’une manipulation et cela s’est encore produit lors des municipales et communales. Elle de continuer que la liste électorale a été manipulée. Non seulement, elle contient d’innombrable doublons, mais cette manipulation a fait en sorte que plusieurs personnes ne puissent exprimer son choix. Le cas du pasteur Lala Rasendrahasina n’est pas un cas isolé.
Madaplus.info0 partages

Madagascar : La gestion de la circulation dans la capitale à la pointe de la technologie

Il est devenu de plus en plus difficile de circuler dans la ville des milles avec le nombre croissant des véhicules. Des bouchons monstres un peu partout, les Tananariviens peuvent passer plus de 3 heures par jour dans les embouteillages. Plusieurs facteurs sont à l’origine de ce problème de la circulation, on peut citer entre autres, le manque d’infrastructure routière, le mauvais état des routes qui oblige les automobilistes à ralentir à chaque fois, mais aussi, comme cité en haut, le nombre de véhicule qui ne cesse d’augmenter.
Face à cette situation, l’Etat, à l’époque de Rajaonarimampianina, a déjà commencé la réhabilitation et l’élargissement des routes, mais il en a créé des nouvelles aussi pour désengorger totalement la capitale. Actuellement, les caméras de surveillance sont placées un peu partout dans la capitale pour mieux gérer la circulation. En outre, les usagers de la route peuvent voir en direct sur un site les foyers des embouteillages. Ce site est très utile pour éviter les embouteillages.
Madagate0 partages

Mialy Rajoelina. Avant Noël 2019 au Centre spécialisé VGB

Association Fitia. Une fête de la Nativité dédiée aux enfants victimes de violence

Cette année 2019, la traditionnelle fête de la Nativité organisée par l’association Fitia a rassemblé une vingtaine d’enfants victimes de violences. Une initiative forte de la Première dame, qui s’inscrit dans le cadre de son mandat d’ambassadeur de la lutte contre les violences basées sur le genre (VBG).

C’est une tradition annuelle à laquelle la Première Dame a donné une résonance toute particulière, ce 3 décembre 2019. Si, chaque année, l’association Fitia organise un Noël de partage début décembre en faveur d’enfants issus de diverses couches sociales, 22 enfants âgés de 5 mois à 17 ans aux profils bien particuliers, ont cette fois profité d’un moment festif avec Mialy R. Rajoelina.

Leur point commun ? Être ou avoir été victimes de violences. Certains d’entre eux sont issus d’un viol, d'autres ont développé des troubles cardiaques suite aux violences répétées subies par leur maman. "Noël est avant tout une fête des enfants. J'estime que chaque enfant a le droit de jouer, et de faire la fête", a souligné la Première dame.

Lieu symbolique

Loin d’avoir été choisi au hasard, le lieu des festivités a aussi été hautement symbolique. En effet, le Centre spécialisé VBG de Mahamasina, inauguré le 25 novembre 2019, est dédié au signalement et/ou la dénonciation des cas de violence.

« En ce jour de fête, on l'a transformé en un endroit où les enfants ont passé de bons moments, même le temps d'un instant », a-t-elle expliqué.

De fait, ils ont pu s’essayer à la danse, au dessin, à la peinture, découvrir des tours de magie, jouer avec des briques Lego, se faire maquiller etc.

Tous ont passé un moment magique et sont repartis avec un jouet. Particulièrement émue, Larissa, la porte-parole des enfants victimes de violences, n'a pas réussi à aller au bout de ses remerciements…

Association Fitia/madagate.org

Tia Tanindranaza0 partages

Toetr’androMananontanona ny rivodoza

Nivadika ho rivodoza ilay tangoron-drahona niforona tany amin’ny faritra avaratry ny Nosy raha ny vaovao azo omaly atoandro.

 

Tany amin’ny 900 km avaratra atsinanan’Antsiranana no nisy ny foibeny, omaly. Anio kosa vao tena ho fantatra mazava  ny lalan-kizorany. Na izany aza dia efa nisy fiantraikany tany Antsiranana sy Besalampy sahady ny fisian’izany izay niteraka ranon’orana, antony nampitandremana ireo mpiandrika sy mponina any an-toerana mba samy hitandrina. Anisan’izany ireo ankizy madinika mpianatra. Marihina moa fa anisan’ny antony mampahazo vahana ny rivotra mangatsiaka teto an-drenivohitra ny fiforonan’io rivodoza io omaly maraina na dia nisy ihany aza ny hafanana.

Pati

 

 

 

 

 

Nivadika ho rivodoza ilay tangoron-drahona niforona tany amin’ny faritra avaratry ny Nosy raha ny vaovao azo omaly atoandro. Tany amin’ny 900 km avaratra atsinanan’Antsiranana no nisy ny foibeny, omaly. Anio kosa vao tena ho fantatra mazava  ny lalan-kizorany. Na izany aza dia efa nisy fiantraikany tany Antsiranana sy Besalampy sahady ny fisian’izany izay niteraka ranon’orana, antony nampitandremana ireo mpiandrika sy mponina any an-toerana mba samy hitandrina. Anisan’izany ireo ankizy madinika mpianatra. Marihina moa fa anisan’ny antony mampahazo vahana ny rivotra mangatsiaka teto an-drenivohitra ny fiforonan’io rivodoza io omaly maraina na dia nisy ihany aza ny hafanana.

Pati

 

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

AntanimenaTeraka teny an-tsisin’arabe ilay Ramatoa

Samy manana ny anjarany ny olombelona tsirairay. Misy vao teraka dia efa any amin’ireny toeram-pitsaboana tsy miankina handoavana volabe ireny, misy koa ireo teraka ao anatin’ny fahasahiranana tanteraka toy ity nitranga teny Antanimena omaly tolakandro ity.

 

 

 

Ramatoa iray voalaza fa tsy manam-piahy, mpangataka no teraka tokony ho tamin’ny 03 ora sy sasany.  Olona sendra nandalo no nahita azy efa nanena ilay menaky ny ainy tao ambadiky ny fiarakaretsaka iray. Nisahotaka niantso ny mpamonjy voina etsy Tsaralalana ny rehetra noho izany  saingy efa tara ireto farany vao tonga.  Nalefa tany amin’ny espace medical izay tsy lavitra teo moa  izy mianaka taorian’izay. Tsiahivina fa lahikely ilay zaza tsy manan-tsiny ary izay  lamba nahafahana nandrakotra azy aloha no nitondrana azy tany amin’ilay tobim-pitsaboana. Fantatra, araka ny vaovao farany omaly hariva, fa eny amin’ny CSB II Maternité «CARMMA» Antohomadinika lalamby no ahitana azy mianaka, efa nahazo ny fitsaboana sy fikarakarana rehetra ary samy salama tsara.

 

 

Nangonin’i Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

AnalakelyTsy hita popoka ilay tovovavy nandeha nivalan-drano

Tovovavy efa 18 taona i Ando Maya, efa manana fofombady. Nanjavona tsy niverina intsony tao amin’ny efitrano fandraisany olona

 

mpanao volo tetsy amin’ny esplanade Analakely anefa ny tovovavy ny zoma maraina teo tokony ho tamin’ny 10 ora sasany raha nikasa hivalan-drano ary tsy mbola niverina hatramin’ny fotoana nanoratanay omaly hariva. Efa nitety hôpitaly, pôlisy ary tranom-paty ireo fianakaviany saingy tsy mbola hita mihitsy ny tovovavy. Tsy nisy anefa ny olana na ny ady nifanaovan’ity tovovavy ity tamin-dreniny na koa tamin’ilay fofombadiny. Manao antso avo amintsika rehetra araka izany  ny fianakaviany mba hiantso azy ireo avy hatrany raha vantany vao mahita an’i Maya. Ny laharam-pinday  0342922844 na ny 0349524416 no hahafahana mifandray mivantana amin’izy ireo. Tsiahivina moa fa ambonin’akanjo rayaure mainty sy fotsiny no nanaovan’ity tovovavy ity tamin’ny fotoana tsy nahitana azy, niaraka tamin’ny pataloha mainty sy tennis adidas miloko fotsy.

 

Pati

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Ranom-boankazo, labiera, sigaraHisondro-bidy avokoa

Nakarina ny hetra tsy mivantana alaina amin’ny fandaniana (droit d’accise na DA) amin’ireo entana fanjifa tahaka ny ranom-boankazo, ny labiera ary ny sigara.

 

 Ireo vokatra ireo izay tsy nahitana fiakarana « droit d’accise »  tanaty fotoana elaela. Ho an’ny haba alaina amin’ny ranom-boankazo dia 25 Ar isaky ny litatra ny DA ny taona 2005 ka nampiakarina ho 100 Ar isaky ny litatra izany amin’ny lalàna mifehy ny fitantanam-bola (LFI 2020). Mahakasika ny labiera, raha 200 Ar izany tamin’ny taona 2005 dia nasondrotra ho 600 Ar isaky ny litatra ao anatin’ny LFI 2020. Eo amin’ny sigara kosa indray, 1180 Ar ny iray « cartouche » tamin’ny taona 2005 ka nakarina ho 1390 ariary ny DA ho an’ny sigara avy eto an-toerana raha 325% kosa ny avy any ivelany. Mahakasika ny haban-tseranana amin’ny fanafarana bolabolan-tsavony dia naverina ho 10% izany raha toa ka noheverina ho 20% tamin’ny volavolan-dalàna mifehy ny tetibola teo aloha. Tsiahivina fa ny lafiny sosialy no hisitraka ny ampahany betsaka indrindra amin’ny fandaniana ny volam-panjakana izay mahatratra 39,57%, aorian’izay ny fitantanan-draharaham-panjakana 37,27%, ny toekarena 21,07% ary ny tontolo iainana 2,10%  izay miova isan-taona arakaraky ny fanapahan-kevitry ny Governemanta. Andrasana ny fandaniana sy izay mety ho fanitsiana entin’ireo mpikambana amin’ny antenimierandoholona amin’ity LFI 2020 ity. Na tiana na tsy tiana kosa anefa dia tsy maintsy hisy ny fisondrotam-bidim-piainana indrindra ho an’ireo entana voakasiky ny fampiakarana DA ireo.

Tsirinasolo

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Ady amin`ny hanoananaLaharana 116 i Madagasikara

Lah. 116 amin`ireo firenena 119 i Madagasikara manoloana ny ady amin`ny hanoanana, araka ny tatitra nataon`ny Global Hunger Index (GHI).

 

Tia Tanindranaza0 partages

Depiote any am-ponjaMandeha ny tsindry hamoahana azy ireo

Raharaha vono olona no nanenjehana ny depiote Raveloson Ludovic Adrien dit Leva Sydney sy olona 3 hafa ka nampidirana azy am-ponja ny 24 aprily 2019.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Masoivoho Afrikanina Tatsimo“Tokony haka lesona ny mpitondra…”

Tonga nitsidika ara-pomba fifanajana ny filohan’ny Antenimierandoholona Rivo Rakotovao,

 

 teny amin’ny Lapan’Anosikely, ny Ambasadaoron’i Afrika Atsimo Rtoa Vuyelwa Maud Dolmo omaly alatsinainy 02 desambra 2019. Fitsidihana sady fanaovam-beloma satria tapitra ny fe-potoam-piasan’ity diplaomaty ity rehefa niasa sy nonina teto Madagasikara 4 taona mahery. Nisaotra ny filohan’ny sena izy tamin’ny fiaraha-miasa izay nisy teo amin’ny roa tonta nandritra ny fotoana nijanonany teto Madagasikara. Nambarany fa lehibe tokoa ny ezaka izay nataon’ny fitondram-panjakana Malagasy matoa tafita tamin’ny fifandimbiasam-pahefana ara-demokratika sy ara-dalàna toy izao, manamarina izany ireny fifidianana nifanesy ireny. Hohamafisiny amin’ny tatitra izay hataony rehefa tonga any Afrika Atsimo fa efa dingana lehibe ho an’ny firenena malagasy ireo ezaka maro vita hatreto. Manana ny safidiny ny vahoaka na handeha hifidy na tsia kanefa tokony haka lesona ihany ny mpitondra sy ny mpitarika tamin’izay zava-nitranga rehetra mba ahafahana manarina ny lesoka satria tsy misy ny firenena tanteraka, hoy ity Ambasadaoro ity. Nankasitraka ny fiaraha-miasa tamin’ny Afrikanina Tatsimo tamin’ireo dingana sy fiaraha-miasa vita ny filohan’ny Antenimierandoholona. Teo, ohatra, ny finiavana manokana izay nananan’ity masoivoho ity tamin’ny fifandraisana tamin’ny rehetra, nampiseho izany ny fifaneraseran’ity Masoivoho ity matetika  tamin’ireo Andrimpanjakana sy ny mpitondra fanjakana fa tsy mijanona eo amin’ny sehatra tokana ihany.

Toky R

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Tsy fanjarian-tsakafoAmbony ny taha any ambanivohitra

Nanamafy ny Ofisim-pirenena misahana ny fanjarian-tsakafo ONN fa ady maro lafy no atao aminy iarahana amin’ireo sampana samihafa toy

 

ny fambolena sy fiompiana, ny mahakasika ny rano fisotro madio sy ny fahadiovana, ny fahasalamana ary ny serasera. Ho fanamarihana ny Androm-pirenena momba ny fanjarian-tsakafo amin’ity taona ity dia hapetraka ao amin’ny kaominina Tsinjoarivo Imanga, Faritra Bongolava ny tanànan’ny fanjarian-tsakafo araka ny nampahafantarina tao amin’ny ONN omaly. 60 km miala an’i Tsiroanomandidy no misy io tanàna io izay mbola ahitana taha ambony amin’ny resaka tsy fanjarian-tsakafo tahaka ny amin’ny faritra ambanivohitra maro. Tanjon’ny ONN ny hametraka fomba mahomby ahafahana manatsara ny fanjarian-tsakafo any ifotony. Efa naneho ny fahavononany rahateo ihany koa moa ireo mponina sy manam-pahefana ao amin’ny ity kaominina Tsinjoarivo Imanga ity.

Tsirinasolo

 

Tia Tanindranaza0 partages

Mikatso ny famoahana “Permis biométrique”Vola tsy voaloa sa milina simba no olana ?

Miato efa ho herinandro mahery izao ny fanaovana ny “ Permis biométrique” sy taratasin’ny fiarakodia eny Ambohidahy, izay lazaina fa olana teknika amin’ny milina no antony.

  Miveri-maina hatramin’ireo avy any amin’ny faritra, toa an’Antsirabe. Efa nisy moa ny peta-drindrina niandry azy ireo tao sy nanondro ny daty tokony hiverenany arakaraky ny “rendez-vous”, efa nomena azy ireo taloha. Ohatra tamin’izany dia ireo nomena fotoana ny 18 novambra dia nasaina niverina ny 25 novambra saingy tsy voaray ihany fa mbola nahemotra indray, dia toy izany avokoa ny daty rehetra. Nambaran’ireo sekoly mpampianatra mamily fiara, fa tsy nampandrenesina nialoha izy ireo ka nidirana fatiantoka goavana ny fitondrana ireo mpianatra saika entina haka sary tany Antananarivo, izay niverim-potsiny avokoa. Raha tsiahivina, nandritra ny 3 taona sy tapany no niarahan’ny faritany sy ny fanjakana niasa tamin’ny Orinasa CETIS, izay notapahina izay rehefa tonga izao fitondrana izao. Nanomboka ny 24 mey dia orinasa hafa no niantsoroka azy, ary nambara fa izao vao tena manara-penitra. Mitranga sahady ny olana, izay nambaran’ny loharanom-baovao tsy nitonona anarana fa ny orinasa nahazo ny tolo-bidy mihitsy no nampiato aloha ny fiaraha-miasa noho ny olana ara-bola. Misy feo mandeha fa toa tsy mbola nandoa ny vola nifanandrify tamin’ny asany ny fitondram-panjakana. Tena olana noho ny fahasimban’ny milina sa vola tsy voaloa no olana ?

Toky R sy Caius R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fanomezana vahana ny asa fikarohanaMisy fiantraikany amin’ny toekarena

Niditra amin’ny andiany faha-5 ny hetsika fampirantiana ny asa fikarohana na ny Salon de la Recherche au service de l’Economie et de l’Emploi (SREE) izay haharitra 2 andro.

 

 Notanterahina tetsy amin’ny Hotely Carlton Anosy izany omaly ary nosokafan’ny praiminisitra, Ntsay Christian tamin’ny fomba ofisialy. Tanjona ny hanomezana vahana ireo voka-pikarohana sy ny fahaiza-manaon’ireo mpikaroka eto Madagasikara mba hipaka amin’ny fananana asa sy ny sehatra ara-toekarena. Nanambara ny praiminisitra fa zava-dehibe ny asa fikarohana ary afaka hitondra fampandrosoana sy vokatra tsara amin’ny toekarem-pirenena. Azo aroborobo ny sehatra fandraharahana koa izany indrindra amin’ny fikirakirana ireo teknolojia vaovao. Tetsy an-daniny dia nilaza ny filohan’ny oniversiten’Antananarivo, Profesora Mamy Ravelomanana fa amin’ny alalan’ny hetsika sahala amin’itony no hanamafisana ny fiaraha-miasan’ny anjerimanontolo sy ireo orinasa. Mbola ambony hatrany ny tahan’ny tsy fananana asa sy ny asa atao tsy mifanaraka amin’ny fari-pahaizana hananana. Ny tanora no tena lasibatra amin’izany ary ny sehatra sahala amin’izao no hampifandraisana ireo tanora ireo amin’ny tontolon’ny orinasa. Ankoatra ny oniversite dia mifarimbona mikarakara ity SREE ity ny Vondron’orinasa eto Madagasikara (GEM), ny FIVondronan’ny MPAndraharaha Malagasy (FIVMPAMA), ny Sendikan’ny Indostria eto Madagasikara (SIM) ary ny Birao Iraisam-pirenena ho an’ny Asa (BIT). Ny SIM moa izay tena hiantsehatra tanteraka amin’ny fiaraha-miasa amin’ny oniversite araka ny fanambaran’ny filohany, Hassim Amiraly omaly.

Tsirinasolo

 

  

 

Tia Tanindranaza0 partages

Tsisy mafy be izany eto!

Mafampana hatrany ny toe-draharaha politika. Manao randra-tarihina ny kazarana lonilony nateraky ny fifidianana, izay maro no mahatsapa fa lasibatry ny kilalao maloto ara-politika.

Indraindray toa tsikaritra ihany ny fahatokisan-tena lehibe ananan’ny ekipan’ny mpitondra, toa tsy te hahalala fa manao don-tandroka hibatana ny fandresena. Tsy eto Antananarivo ihany no handrenesana lonilony, fa efa mitroatra ny any amin’ny faritra, toa ny tany Vohémar izay nidina an-dalambe, ny any Toamasina mampiaka-peo, ny any Betafo tsy manaiky lembenana,… Miha feno ny kapoaka saingy mihevitra angamba ny mpitondra fanjakana, fa atody miady amam-bato ny rehetra ivelan’ny fitondrana ka hanaovana don-tandroka lava, dia mipirina sy manaiky lembenana,…  Tsy misy mafy be izany intsony eto, ary tsy fandresena azo tamin’ny taham-pandraisana anjara 23% miampy ahiahina hosoka no afaka hiaro ny mpitondra, ka sao tokony handinika ihany? Tsy mba mahay maka lesona ve fa ny fanjakana teo alohany anie, ka nanana ben’ny tanàna 900 tany ho any saingy ireny no niafarany tany amin’ny fifidianana filoha? Raha ny fiaingana anefa sy ny asa anefa, toa mba nanao ihany, nahavita zavatra ihany,… ary mbola io hidedahan’ny fanjakana ankehitriny ny asa sasany natao. Tsy hoe tsy manao ny ankehitriny, fa indraindray toa lasan-ko vavany toa haron-tabebaka fotsiny, variana mihantsy ady sy diso mahatoky tena,… Misoko miadana anefa ny olana ara-tsosialy mety hiteraka fipoahana eto: olan’ny mpampianatra tsy mivaha, ny olan’ny jiro sy rano mbola tsy tena nahitam-bahaolana, ny vidim-piainana miha midangana, ny fifandrafiana amin’ny samy andrim-panjakana miha mafana,… Mila mandefa saina lavitra!!!

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Demokrasia eto Madagasikara“Mbola lavitra ny lalan-kaleha”

Nampalahelo ny havitsian’ny olona tonga nifidy, hoy ny sekretera jeneralin’ny antoko politika ABA, Dany Rakotoson.

 

Matetika tsy maha marin-toerana ny olom-boafidy io ary tompon’andraikitra isika vahoaka. Tsy tokony ho gaga isika raha olona mpametsifetsy no lany. Mbola lavitra ny lalan-kaleha ary mbola ao anatin’ny fianarana ny atao hoe demokrasia ny Malagasy. Isika anefa tompon’andraikitra amin’izay olona mitondra antsika ka mila atao ao an-tsain’ny tsirairay izay zavatra izay, hoy izy. Ny valin’ny tsy fahatsapan’ny vahoaka ny andraikiny dia mila tsaroana hatrany fa izao fahantrantsika izao. Antony mahatonga ny antokom-bahoaka io manentana hatrany. Mampalahelo ny tena ny mahita ireo biraom-pandatsaham-bato rehetra izay mahantra. Matetika anefa izy ireny sekoly manofana ny zanaka Malagasy rehetra. Tokony hataon’ny fitondram-panjakana laharam-pahamehana mihitsy hoe satria miisa 17.000 ny biraom-pifidianana dia tokony hisy sekolim-panjakana miisa 17.000 manara-penitra koa izany hatsangana farafaharatsiny ao anatin’ny 5 taona. Efa ao anatin’ny velirano rahateo izay, hoy hatrany izy.

J. Mirija

 

Tia Tanindranaza0 partages

Governoram-paritraLasa niofana any Sina

Nanomboka omaly alatsinainy 02 desambra hatramin’ny alahady 15 desambra izao dia any Sina ny ankamaroan’ny governoram-paritra manatrika fiofanana mikasika ny fitantanana sy fanamafisana ny vondrom-bahoakam-paritra.

 

Ny firenena sinoa moa no miantoka fa tsy volam-panjakana. Tena hafa mihitsy ny zava-misy eto amintsika. Ny fanendrena ireo governora efa nanjavozavo dia izao indray mandray an-tanana azy ireo ny firenena sinoa. Ny fanendrena ireo governoram-paritra 11 ambiny moa dia mbola mitarazoka. Ny sinoa ve izany no hahazo ireo tolotr’asa eo anivon’ny faritra ? Hisy tambiny manokana ve izao fiofanana izao ? Ny firenena sinoa moa tato ho ato dia matetika hita amn’ny haino aman-jery amin’ny karazana fifanarahana eo amin’ny sehatra maro toy ny tontolo iainana, fizahantany… Antenaina mba holovain-jafy daholo ny fotodrafitrasa ho avy eo ary mba tena mifanaraka amin’ny soatoavina sy ny kolontsaintsika fa tsy ho peta-toko na koa ny vahiny no hahazo tombontsoa manokana.

 

Marigny A.

Tia Tanindranaza0 partages

Olga RamalasonMiantso ny mpitsara hihaino ny feon`ny fieritreretany

Ny antoko Tiako I Madagasikara (TIM) dia eo am-panangonana ireo porofo maro isan-karazany izay mitory tsy fanarahan-dalàna nataon`ireo mpikirakira fifidianana sy mpitantana fifidianana.

 

 Maro ireo fitarainana sy alahelon`ny mpifidy izay noverezin-jo ary tsy afaka mifidy noho ny antony maro. Noho izany, hametraka fitoriana amin`ireo porofo marobe eo am-pelatanany ny antoko TIM, hoy i Olga Ramalason, sekretera jeneralin`ny antoko. Raha tsy mahafa-po ny havoakan`ny fitsarana dia hijoro foana ny antoko fa tsy hitondra ny olona eny an-dalambe na hanao zavatra mihoa-pefy.  Tsy afaka kosa hanakana ny alahelon`ny vahoaka sy izay tiany atao anefa ny TIM. Tsy eto an-drenivohitra ihany no nitranga ny fanodinkodinam-bato sy tsy fetezana, hoy izy. Tany Ifanadiana, ohatra, dia lany 100% ny ben`ny tanàna teo aloha. Mahavariana tokoa izany kanefa ambany ny taham-pavitrihana manerana ny nosy. Any an-toeran-kafa dia tena nahitana “bulletin pré-coché” marobe izay misy sonian`ny mpikarakara fifidianana ihany. Hentitra izy niteny fa hasehon`ny antoko TIM ireo tsy fanarahan-dalàna nandritra ny fifidianana kaominaly sy monisipaly. Mametraka eo anatrehan`ny mpitsara ny feon`ny fieritreretana satria hanimba sy hanakorontana firenena raha tsy mijoro amin`ny fahamarinana ny tompon’andraikitra rehetra.

 

Marigny A. sy Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Hosoka tao Anosizato AndrefanaNy sefo fokontany no fositra hoy ireo delege

Nivondrona nanao fanambarana ireo Delegen’ny Birao fandatsaham-bato teny Anosizato Andrefana ny Sabotsy lasa teo. Maro loatra hoy izy ireo ny hosoka sy ny teritery nataon’ny Sefo fokontany teny nandritra iny fifidianana ben’ny tanàna lasa teo iny.

 

 Nampiseho kara-panondron’olona maro izay tokony hifidy izy ireo saingy tsy afaka nanatanteraka ny safidiny satria tsy hita tampoka tao anaty lisitra . Tanaty lisitra ary nifidy soamantsara anefa ireo olona ireo tamin’ny fifidianana filoham-pirenena sy solom-bavam-bahoaka farany teo. Nitaraina ihany koa ireto Delege ireto satria ny olona avy amin’ny sefo fokontany avokoa ny ankamaroany niandraikitra ny tao anaty Birao fandatsaham-bato. Raharaham-pianakaviana satria ny vady aman-janaka, ny vinanto ny havana aman-tsakaizan’ny Sefo fokontany no niasa tanaty Birao. Izy ireo rahateo moa dia nilaza fa notendren’ny CENI ary manao teny mahery rehefa angataham-panazavana. Marihina hoy ireto Delege ireto fa tsy nandalo fivoriam-pokonolona mihitsy izany fanendrena rehetra izany fa konokonona nataon’ny Sefo fokontany sy ny ekipany manokana. 2 volana mialoha dia efa nanolotra olona ho mpikambana anatin’ny Birao fandatsaham-bato ny kandida rehetra saingy nilaza ny fokontany fa efa feno ny toerana. Ankoatr’izay dia tsikaritra ihany koa fa maro ny adiresy tsy misy eny Anosizato kanefa hita anaty lisitra ary nifidy ireo olona ireo. Misy mihitsy koa aza moa ireo olona tsy tokony hifidy eny an-toerana fa avy any Soavina sy Ankadivoribe no tonga nandatsa-bato teny an-toerana. Miantso ireo tompon’andraikitra mahefa izy ireo mba hijery akaiky ity raharaha ity ary mangataka mihitsy ny hanesorana io filoham-pokontany io mialohan’ny zavatra rehetra.

Tsirinasolo

Tia Tanindranaza0 partages

Marc Ravalomanana“Tsy hanaiky hatramin’ny farany izahay”

Rehefa jerena ny lisitra tamin’ny fifidianana solombavambahoaka sy ny lisitra tonga tamin’ny 27 novambra, dia misy elanelany be.

 

Maro no nanontany tena satria niova ny laharany. 272, ohatra, ny laharan’ny lehilahy iray tao amin’ny Birao fandatsaham-bato N°2 tetsy Antaninarenina. Dia tsy nokitihina ve izany ity lisi-pifidianana ity ? Ny voalazan’ny lalàna dia ny lisi-pifidianana tamin’ny 15 mey ihany no manan-kery fa ny ankoatr’izay tsy izy. Rehefa nokitihina ny lisitra, dia tsy ara-dalàna iny fifidianana, hoy i Marc Ravalomanana omaly. Misy miteny ny fomba nanaovana azy mihitsy ny mpikirakira hoe misy olona 3 nesorina dia nampiana olona 8, raha ny tatitra nataony. Sao dia mihevitra anay ho tsy mahalala na inona na inona ary tsy manaraka ny toe-draharaham-pirenena ianareo ? Efa nilaza aho fa tsy hamela irery ny vahoaka malagasy ary tsy hamelantsika raha tsy hitantsika ny marina, hoy izy. Na inona na inona holazainareo amin’ny voka-pifidianana dia hamarino aloha, lazao aloha fa tsy nisy nikitika io lisitra io raha sahy ianareo, hoy ny hafatra niantefa tamin’ny CENI. Nambarany fa efa nilaza tamin’ny Vondrona iraisam-pirenena izy fa tsy mahaleotena io satria tsy ao ilay I (Independent) fa CEN fotsiny. Notsindriany fa tsy teto Antananarivo ihany fa nanerana ny Nosy ny hosoka. Tena hijoro aho ary hijoro hatramin’ny farany. Ampanjakao ny marina ary aza fitapitahina sy verezin-jo ny olona ary hajao ny safidiny. Mahalala tsara ny olona tokony hitondra azy ny vahoaka, ary eto Antananarivo ianareo no hilaza hoe izao ny vokatra eto, ka tena diso be izany. Nihaona tamin’ireo mpikirakira aho, ary nanitrikitrika izy ireo fa nokitihina io, ka dia milaza izahay, fa misy ny Malagasy sahy mijoro sy milaza ny marina fa feno hosoka, tsy lavorary, tsy nandeha tamin’ny fahamarinana iny fifidianana iny, hoy i Marc Ravalomanana niantso ny vahoaka hoe nampieritreritra hoe: hijoro sa mbola hanaiky lembenana ihany.

Toky R

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Rajoelina sy RakotovaoAdy tsy mety vita

Nahena 5 miliara ariary eo ny tetibolan’ny Antenimierandoholona, raha niainga tany amin’ny 50 na 40 miliara ariary no najotson’ny fanjakana Rajoelina.

Tsy miady varotra izy ireo fa ny fanarahan-dalàna fotsiny no tokony hohajaina. Lalàna ve ny hoe tsy hasiana vola handoavana ny karaman’ny mpiasa ? Atao ahoana izany ireo olona ireo ? Ny lalàna ve dia mamela anao tsy hanome ny vola izay hiasan’ireo loholona?  Raha tonga ny fotoana hoe rava hono, tsy olana fa ataovy anatin’ny fanarahan-dalàna fotsiny. Lasa asarotin’ny mpitondra ilay izy ary lasa velirano ilay fandravana anay ka ilay velirano ve izany ambonin’ny lalàna? Programa izany, fomba fijery ihany izany fa raha ny lalàmpanorenana angamba inoako fa tsy niova, hoy izy. Tamin’ny amboletra saika hatao hanaovana fifidianana lalàmpanorenana handravana ny antenimierandoholona, dia efa nolavin’ny HCC satria “mandat impératif” io izany hoe tsy azo hafohezina na halavaina raha tsy manavao lalàm-panorenana,… Anisan’ny propagandin’ny filoha Rajoelina moa ny hanafoanana io andrim-panjakana io, izay nivadika ho fanenana ho 18 raha 63 no niafarany. Nolazaina izao izahay tamin’ity taona ity hoe hesorina aminareo ilay vola hoentinareo miasa fa hananganana an’izao. Aiza izao izay nitsangana eo ? Hita ao anatin’io tetibola io ve izany ilay fampanantenana izay napetraka sy ny laharam-pahamehana manoloana ny zava-misy ? Tazana ao ve ny fampandehanana ny jiro sy ny rano sa fanamboarana zavatra fantatra fa mbola azo hampandeferina ? Ahoana io loto be tsy araky ny fanjakana io izay tsy eto Antananarivo ihany ? Na izany aza, tsy hoentina amin’ny fo mafana hoe: nakeleziny ny volanay dia tsy hoekenay io, fa hojerena amin’ny saina tony na dia alaim-panahy aza hoe inona no tian’ilay fanjakana hahatongavana hanapotehana ilay andrim-panjakana ? Olombelona ihany koa anefa ny ato, ka ataonao izay mahatezitra amin’ny fanambaniana sy ny fanantsinontsinoavana ilay andrim-panjakan’ny Repoblika. Olombelona no ato fa tsy vato aman-kazo akory ka dia tsy hanana toe-po mihitsy. Fa maninona no atao an’izany ilay andrim-panjakana ? Fa naninona anao io andrim-panjakana io ? Hoy hatrany i Rivo Rakotovao.

Toky R sy Mariginy A.

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Ambovombe Androy sy Amboasary AtsimoNampitomboina ny isan’ny mpitandro filaminana

Noraisin’ny Fiadidian’ny Zandary ny fepetra ifehezana ny sisin-tany ifandraisan'ny distrikan'Ambovombe amin'ny distrikan'Amboasary Atsimo, izay kizo ivezivezen’ny omby halatra hifanakalozan’ireo distrika ireo.

 

 Tsy ampy ny mpitandro filaminana tamin’ny toby iadiana amin’ny asan-dahalo tamin’ny fitondrana teo aloha. Mitohy ny ezaka ataon'ny Zandarimaria amin'ny fametrahana fandriampahalemana sahaza ny vahoaka. Mifantoka amin'ny asa fisorohana ny trangana asan-dahalo mba ahafahan'ny vahoaka miaina sy miasa am-pitoniana, fa tsy voatery hisy halatr'omby vao hanara-dia. Nampiana ny isan'ireo Zandary izay miantsehatra amin'iny faritra avaratra atsinanan'i Ambovombe manoloana ny tebitebin'ny mponina.

Ankoatra ny Zandary avy ao amin'ny USAD izay efa ao Antevamena, kaominina Imanombo dia nasiana « Postes fixes » ihany koa ny ao amin'ny kaominina Ambinagny sy ao amin'ny fokontany Vohitsova, kaominina Antanimora Sud. Nametrahana Zandary avokoa ny kizo ao amin'ny fokontany Saresanga, Andamilamy samy kaominina Ambovombe ary nametrahana «Poste fixe» ihany koa ny ao amin'ny kaominina Anjeky Ankilikira. Tsapa fa faly tokoa ny mponina any an-toerana mahatsiaro voaaro, izay miara-misalahy miaro ny tanàna sy ny kijàna.

Haja Nirina

 

Tia Tanindranaza0 partages

Tetikasa «QUICK WIN» AntananarivoHampikorisa ny fitaterana ankatoky ny fety ny polisy

Tonga nihaona tamin’ny mpanao gazety izay notanterahina teo Analakely,

 

 omaly alatsinainy ny avy eo anivon’ny minisiteran’ny filaminam-bahoaka notarihin’ny minisitry ny filaminam-bahoaka, ny Contrôleur General de Police Roger Rafanomezantsoa sy ny mpiara-miasa aminy. Natsidika teo ny fanatanterahana ny tetikasa «Quick win» na ny fahombiazana haingana eo anivon’ny polisim-pirenena. Tetikasa  mamaritra ny asa maika anaty fe-potoana fohy sy hita maso ary azo tsapain-tanana. Vaindohan-draharaha ny ezaka ny fanamorana ny fivezivezena eny an-dalambe. Eo koa ny fisorohana ny fandikan-dalàna ary ny fanenjehana ireo heloka rehetra amin’ny fandikan-dalàna. Nojerena manokana tamin’ity fotoana ity moa ny fanamorana ny fivezivezena eny an-dalambe. Amin’izao fiomanana amin’ny fetin’ny krismasy sy taom-baovao izao izay mampikolay amin’ny fitohanana, handray ny andraikiny ny polisim-pirenena amin’ny fampisosana ny fifamoivoizana. Ny fihaonan-dalana miteraka tohamboivoy  izay fidirana avy any ivelan’ny renivohitra dia ametrahana polisy mandray andraikitra avokoa. Misy amin’ireo lalana tahaka ny avy any Tanjombato koa no hatao laharan-droa.

Haja Nirina

 

Tia Tanindranaza0 partages

Voahitsaky ny « sémi-remorque »Potipotika ilay lehilahy, niparitaka ny taovany

Nampivarahontsana ny loza nitranga tany Toamasina. Lehilahy iray no maty tsy tra-drano voahitsaky ny “sémi-remorque” omaly tamin’ny lala-mahitsy “Tropical Fruit”

 

 mihazo an’Ambatovy. Vaky ny lohany, nipotsaka ny atidoha, niparitaka ny taova toy ny fony, raha ny fanazavana azo. Omaly tolakandro tokony ho tamin’ny 4ora teo no nisehoan’ny loza. Niparitaka nanerana ny lalana ny atidohany sy ny taovany ary mbola tao ambany kamiô ny vatana mangatsiakany tamin’ny fotoana nahatongavan’ny mpitandro filaminana. Araka ny fampitam-baovao tany an-toerana, nandeha an-tongotra nikasa hiampita izy io no voadonan’ilay fiara vaventy. Ny loharanom-baovao any an-toerana hatrany no nilaza fa efa any amin’ny mpitandro filaminana ilay mpamily hanatanterahana ny fanadihadiana sy ny famotorana. Tonga nizaha ifotony ny loza ny mpitsabo niaraka tamin’ireo mpitandro filaminana sy ny manampahefana any an-toerana. Ny mponina teo amin’ny manodidina kosa no nanampy ireo mpitsabo nanangona ny potiky ny atidoha sy ny taona ary ny rantsambatan’ilay voadona niparitaka nameno ny lalana.

Nangonin’i Hajanirina sy Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

AntsirabeTelo mianaka niharan-doza, maty ny roa

Nitrangana lozam-pifamoivoizana nahery vaika indray tao Andranonahoatra-Antsirabe ny alahady 01 desambra 2019 lasa teo, tokony ho tamin’ny 12 ora atoandro nahery kely.

 

Raha ny tatitra nentin’ireo nanatri-maso ny loza dia itony moto scooter itony no nifandona tamin’ny fiara mini-bus Mazda, izay voalaza fa samy nandeha mafy. Fantatra moa fa hianatsimo ilay fiara raha toa ka hianavaratra ilay moto izay nanao taingin-telo, izay mpianaka avokoa izy 3 lahy nitaingina azy. Nifanatrika ny fifandonana ka goavana ny fahavoazana satria vokatry ny dona mafy nahazo ireo olon-dehibe roa dia tsy tana ny ain’izy roa rehefa tonga teny amin’ny hopitaly. Ilay zazalahy kely iray kosa dia fahatapahana teo amin’ny tongony no nahazo azy. Tsy nisy naninona kosa ireo tao anatin’ilay fiara mazda fa ny fiara no nisy fahavoazana goavana vokatry ny dona nahazo azy. Nentim-pahatairana ny vadin’ilay rangahy mpamily fiara ka torana tsy nahatsiaro tena ka mbola arahi-maso eny amin’ny Hopitaly atsimo tamin’ny fotoana nanoratana ity vaovao ity. Anisan’ny fitaovana iray hitrangana lozam-pifamoivoizana matetika tao ato ny moto scooter ka ilàna fitandremana tanteraka ny fifanenana amin’izy ireo.

Caius R

Tia Tanindranaza0 partages

Ady amin’ny herisetra mahazo ny vehivavyZandary 40 no nanaovana fanentanana

Ny 30 %-n’ ireo vehivavy 13 ka hatramin’ny 49 taona no efa niaina herisetra eto amintsika.

 

 

 

 Ankoatra ny herisetra ara-tsaina mahazo ny vehivavy  izay mitana ny laharana voalohany dia manaraka izany ny herisetra ara-batana toy ny  vono sy ny daroka. Anisan’ny tena mateti-pitranga koa ny siotsiokan’ireo lehilahy rehefa mahita vehivavy manao zipo fohy, ny teny maharary hataony eny an-dalambe….Manoloana izany dia miezaka hatrany ny tetikasa Sahala sy ny Ong C for C  manentana ireo lehilahy eny anivon’ny fiaraha-monina hahafahana mampihena izany taha izany. Ireo zandary miisa 40 tetsy amin’ny toby Ratsimandrava  indray omaly no nanaovan’izy ireo fanentanana manokana  mba hahafahany mampita izany any amin’ny namany sy  ny fianakaviany. Tsiahivina moa fa tafiditra ao anatin’ilay hetsika 16 andro maneran-tany iadiana amin’ny herisetra mpahazo ny vehivavy ity fanentanana ity. Mbola sakana tsy hahafahana miady amin’ny herisetra moa ny tsy fahasahian’ireo vehivavy sasany milaza ny zava-misy iainany marina  noho ny tahony ny vadiny sao dia hampidirina am-ponja.

 

             

Pati

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Volley-ball – Open de Madagascar U 23 sy vétéransTeny Cité Itaosy no natao ny andro voalohany

Nanomboka tamin’ny alahady 01 desambra 2019 teo ka tsy hifarana raha tsy amin’ny alahady 08 desambra izao ny fifaninanana volley-ball “Open de Madagascar U 23 sy Vétérans. Ekipa 6 avy amin’ny ligy 4 no mandray anjara ao amin’ny sokajy U 23 vehivavy :

Tia Tanindranaza0 partages

Ballon d’or 2019Nobatain’i Lionel Messi ny amboara

Nivoaka omaly ny lisitry ny fifaninanana Ballon d’or 2019 nokarakarain’ny gazety boky France Foot-ball nanasokajiana ireo mpilalao 30 mendrika indrindra manerantany.

 

Norombahan’ ilay kalaza Argentin, Lionel Messi, fanineniny ny Ballon d’or,  nahazo isa 446 no voahosotra indray ho “Ballon d’or 2019” omaly. Narahin’ilay Néerlandais, Virigil Van Djik.isa 382 sy. Tany amin’ny laharana faha-3 i Cristiano Ronaldo (Portugal), faha-4 kosa i Sadio Mané (Sénégal), faha- 5 i Mohamed Salah (Egypte), faha-6 i Kylian Mbappé (France), faha-7 i Alisson (Liverpool/Bresil), faha-8 i Robert Lewandowski (Bayer Munich, Pologne), faha-9 i Bernardo Silva( Manchester City,Portugal) ary faha-10 I Riyad Mahrez (Manchester City, Algerie)

Ntsoavina Evariste

 

Ino Vaovao0 partages

TSIMOKARETINA VIH-SIDA : Niampy 187 indray ny tranga vaovao eto Mahajanga

Izany hoe, tsy tena mbola voafaritra ny isa ankapobean’ireo olona voan’ny Sida eto an-toerana, satria dia tsy mavitrika ny rehetra hanao io fitiliana maimaim-poana io, hoy ny tompon’andraikitra. Raha izany ihany no hany ahafantarana ny toe-pahasalaman’ny tsirairay na mitondra na tsy mitondra ity tsimokaretina iray ity. Azo atao tsara anefa ny mitelina fanafody maimaim-poana zaraina ho an’ireo olona fantatra fa mitondra io tsimokaretina io, mba hahafahany manalava ny androm-piainany sy hiarovana mba tsy hamindra amin’ny hafa. Raha tahiany ka tsy misy io tsimokaretina io ny olona iray dia vao mainka hanamafy ny fomba fiarovana ny fitondran-tenany tsy ho voaloto, hoy ny mpitsabo, ka tsy tokony hampatahotra ny fitiliana.

Nankalaza ny 01 desambra, izay andro iraisam-pirenena hiadiana amin’ny tsimokaretina Vih-Sida ny teto Mahajanga nanomboka ny alahady lasa teo, ka ny fitiliana sy fanentanana no natao tamin’io andro voalohany io. Fa ny tena nampiavaka ny fankalazana tamin’ity indray mitoraka ity dia ny nananaovana ny tolotra maimaimpoana mandritra ny iray volana be izao, fa tsy natao ho andro iray tsy toy ny teo aloha. Izany hoe hatramin’ny faran’ity volana desambra ity dia hisy hatrany ny fitiliana maimaim-poana sy fanafody maimaim-poana hozaraina ho an’ireo mitondra ny tsimokaretina. 

Ny fiaraha- mientana eo amin’ny Minisiteran’ny fahasalamam-bahoaka sampana Mahajanga sy ny mpiara-miombon’antoka dia ny Ajpp no midina ifotony eny aminy Csb II any anivon’ireo fokontany isany avy manao io fanentanana sy fitiliana ny Sida io. Koa niantso ny olona rehetra, ankoatra ireo vehivavy bevohoka izay efa anaovana ny fitiliana mandritra ny andro fisafoany, ny lehiben’ny inspekteran’ny fahasalamana ato anaty ny distrikan’i Mahajanga voalohany, mba ho tonga hizaha ny toem-pahasalamany mandritra ity iray volana ity, izay antoka hiadiana aminy Vih-Sida eto Mahajanga. Natao tsiambara-telo avokoa ny valin’ny fitiliana ary misy ny lalàna velona hanenjehana ireo mpitsabo izay minia manaparitaka io valin’ny fitiliana io any anivon’ny fiarahamonina.

Marcos.

Ino Vaovao0 partages

OMDA : Voafidy ho filohan’ny filan-kevi-pitantanana Razafiarison Françis

Hiantoka ity andraikitra ity mandritra ny telo taona indray izy, araka izany, satria telo taona no faharetan’ny fe-potoana iasan’ny filohan’ny Filan-kevi-pitantanana.Marihina fa tamin’ny alalan’ny fifidianana no nahazoany ity andraikitra vaovao sahaniny ity. Lany teo amin’ny fihodinana faharoa ny tenany rehefa nifaninana tamin’i Jaojaoby sy Samoela. 

Nahazo isam-bato mitovy izy sy Samoela nandritra ny fihodinana voalohany. Vato 5 no azony ary vato 5 ihany koa no azon’i Samoela. Noho izany indrindra dia tsy maintsy niditra tamin’ny fihodinana faharoa indray ny mpifidy. Nahazo isa 7 ity mpanao hatsikana fanta-daza  teo amin’ny fihodinana faharoa ary isa 6 kosa no azon’i Samoela.

Ny.

Ino Vaovao0 partages

ASAN-JIOLAHY VANGAINDRANO : Tsy misy idiran’ny fonja ny tsy fandriampahalemana

Ireo tranga ireo no tena mampitondra faisana ny ankamaroan’ny mponina. Araka ny fanamafisam-panazavana noentin’ny tompon’andraikitra eo anivon’ny fonjaben’i Vangaindrano dia tsy misy idiran’ny fonja sy ireo voafonja ao an-toerana mihitsy ny trangana tsy fandriam-pahalemana misy eny anivon’ny fiarahamonina. Manao ny asany araka ny tokony ho izy ireo mpandraharahan’ny fonja ary manefa ny sazy nomena araka lalàna ihany koa ireo voafonja.

Tsy misy atahorana ny amin’ireo gadra manefa ny saziny ao am-ponja satria efa feno ny traikefa ananan’ireo tompon’andraikitry ny fonja amin’ny fiambenana sy ny fanitsiana atao azy ireo tsirairay avy. Izany hoe, tsy afaka ny hanatanteraka na handray anjara amin’ny raharaha vaky trano na halatra misy ao an-tanàna ny olona mbola mamita ny saziny ao am-ponja. 

Araka izany dia manome toky ny vahoakan’i Vangaindrano ny tompon’andraikitry ny fonja ao an-toerana fa tsy misy ahiana ny amin’ireo voafonja ary milamina tsara ny fitantanana ny fonja. Nanambara ihany koa ny tenany fa mivoha midanadana ho an’ny vahoakan’i Vangaindrano ny biraon’ireo mpandraharahan’ny fonja raha misy fanazavana ilaina na fifampiresahana tiana hatao.

Avotra Isaorana

Ino Vaovao0 partages

TOVOLAHY MATY VOATSATOKA ANTSY : Olona maromaro no atao famotorana eny amin’ny polisy

Raha iny ity zavotolahy ity handeha hanatitra ny namany iray any aminy fokontany Mahavoky, izay avy nitsangantsangana tany amin’izy ireo ny tolakandron’ny androtr’io ihany io namany io. Dia indreo nisy telo lahy araka ny voalazan’ ny nahita ny tranga no nandroba avy hatrany ny findain’ilay niharam-boina, saingy namaly moa ity farany nanenjika ireto mpangalatra. Avy hatrany dia notsenain’ireto tsy mataho-tody tamin’ny antsy ny nanandrify ny fon’ilay zatovolahy, ka dia nitsirara izy, ary dia tafatsoaka ireto olon-dratsy. Ilay finday kosa dia navelan’ireto lazaina fa nandroba ireto teo saingy efa simba noho ny fifandroritahana. Avy hatrany dia noentin’ireo nanatri-maso teny aminy hopitaly ilay voatsatok’antsy, saingy minitra vitsy taorian’izay dia tsy tana intsony ny ainy ka maty ilay zavotolahy vao roapolo taona monja monina etsy aminy fokontany Manga. 

Taorian’ny fandevenana dia sesilany ireo olona voantso hakana am-bavany nanoloana iny tranga iny etsy aminy polisy Mangarivotra misahana ny fanadihadiana. Isan’izany ilay zatovovavy sakaizan’ilay zatovolahy nindaosin’ny fahafatesana sy ireo namany mpifanerasera ary ny mpiray vodirindrina tamin’ity raharaha ity. Betsaka ny resaka nifamahofaho teto Mahajanga tamin’ity tranga mahatsiravina nandatsahan-drà ary niafara tamin’ny fahafatesana ity, saingy ny valin’ny famotorana ataon’ny polisy ihany no hamaly izany.

Marcos.

Ino Vaovao0 partages

FITIAVAM-PAHEFANA TAFAHOATRA : Tsy hiova intsony mandra-pahafatiny Ravalomanana

Raha tadidintsika ny zava-niseho tamin’ny taona 2002 raha nifanandrina tamin-dRatsiraka Didier, i Marc Ravalomanana tamin’ny fifidianana Filoham-pirenena, tamin’izany no nampalaza ny tanànan’i Dakara izay nanaovana karazana fifanarahana satria nafana be ny toe-draharaha teto amin’ny firenena.  Tamin’izany dia nazava ny fifanarahana fa hisy ny fihodinana faharoa saingy nataony izay hahatongavana mialoha teto Madagasikara ka avy hatrany dia narangaranga fa lany tamin’ny fihodinana voalohany ny tenany, nalaza tamin’izany ny “Premier tour dia vita” ka nibatany ny fandresena, tsy nijanona tamin’izay ihany anefa fa mbola nanandran-tena sy nisora-teno ho Filoha mamim-bahoaka ka nanao ny “auto proclamation” tamin’ny fanaovana fianianana tsy nanaraka ny Lalàm-panorenana. 

Mihevitra ny olona ho tsy mahatadidy ny tantara angamba, ka izao miketrika fanakorontanana izao indray rehefa tsy nahomby tamin’ny fifidianana ben’ny tànana. Heveriny fa azy sy misoratra ara-panjakana aminy angamba ity renivohitra ity, ka izay tiany hanaovana azy dia ho mety daholo. Rehefa resy aloha dia resy fa tsy mamorona izao antsanga tsy aman’orana rehetra izao. Tamin’i Lalao lany ho ben’ny tànana angaha nisy nitabataba fangalaram-bato fa tsy samy nanaiky izay voka-pifidianana navoakan’ny Céni ny rehetra koa rehefa tsy lany izay kandida hatolony dia mihogahoga fa misy ny hala-bato, dia milaza fa tsy mila Céni aty Afrika. Tanana zatra mitsotra tokoa ka tsy mety mivonkina intsony, aiza ve ka mbola tsy mandeha akory ny fifidianana dia efa mandrangaranga hala-bato sahady zareo. Fomban’ny kanosa anefa ny manely tsaho mialoha ny fifaninanana. Sao dia tratran’ny fiverenan-tsaina  àry iny rangahy iny !!! 

Tsy izay tianao no atao fa izay tian’ny mpifidy ka rehefa tsy nahomby dia mangina no mety ary mipetraha ho raiamandreny amin’izay fa manalabaraka firenena. Vadinao aza no nitondra ny tanàna ireny niaraha-nahita ireny ny fahavoazany, tsy hita mazava ny tena fandrosoana fa ny gaboraraka no hita sy nahazo vahana ary ny fivarotana ireo toerana mety ho azo hanaovana tsena amoron-dalana no nimasoana ka mainka hoe olona hafa izay mpiray antoko, dia ho azo hinoana ve ny mety hisian’ny fivoarana sy fandrosoana amin’izany ?!!!! Sarotra ihany ny hino fa satria haverina ihany fa ny vadiny aza no nitondra tsy vitany ny nampisy fampandrosoana koa mainka fa olon-kafa mpiray antoko aminy fotsiny. Sarota ny hino izany.  

Lezo

Ino Vaovao0 partages

ANTENIMIERAM-PIRENENA : Miroso ny dingana hamoahana an’ireo Depiote any am-ponja

Tapaka tamin’io fotoana io fa hisy ny taratasy misokatra halefa ho an’ny Praiminisitra lehiben’ny Governemanta, Ntsay Christian sy ho an’ny Fitsarana amin’ny fampitsaharana ny fanenjehana sy ny fihazonana am-ponja an’ireo solombavambahoaka mirahalahy any am-ponja, ankehitriny. 

Anisan’izany ny Depiote Raveloson Ludovic, voafidy tao anatin’ny Distrikan’i Menabe sy ny Depiote Rasolomampionona Hasimpirenena, voafidy tao anatin’ny Distrikan’i Fandriana. Ity farany raha tsiahivina fohy dia anisany voarohirohy tamin’ny raharaha famarotana ny Villa Elisabeth izay nipetrahan’ny Filoha teo aloha, ny Profesora Zafy Albert. Herinandro maromaro nialoha ny nanatanterahana ny fifidianana solombavambahoaka izay tanteraka tamin’ny volana mey lasa teo ny tenany no naiditra am-ponja taorian’ny famotorana savaranonando nataon’ny mpitandro filaminana.

Hatreto mbola tsy nisy ny fanapahan-kevitra mahakasika azy nivoaka teo anivon’ny Fitsarana misahana ny ady amin’ny kolikoly. Ity farany mantsy no voalaza fa mandray an-tanana ny raharaha nahavoasaringotra azy. Manoloana izany indrindra no isian’ny dingana hataon’ireo Depiote namany eny Tsimbazaza, mba hahafahan’izy ireo manatanteraka ny asa maha solombavambahoaka azy sy mamonjy ny lapan’ny Antenimieram-pirenena. Ho an’ny Depiote Raveloson Ludovic kosa indray dia fantatra fa nivoaka ny fonja ary manatanteraka asa ivelan’ny fonja na “main-d’oeuvre pénale” (Mop) ny tenany ankehitriny rehefa nahazo fankatoavana tamin’ny  tompon’andraikitra isan’ambaratongany. 

Ny tranga nahazo ity olom-boafidy voafonja teo anivon’ny fonjaben’i Morondava ity dia fantatra fa tsy mbola misy ifandraisany amin’ilay fanapahan-kevitra noraisin’ny solombavambahoaka teny Tsimbazaza, ny zoma lasa teo. Araka izany, dia andrasana izay valin-teny avy amin’ny Praiminisitra lehiben’ny Governemanta sy ny Fitsarana mahakasika io taratasy fangatahana nalefan’ny solombavambahoaka io. Ankoatra ny didim-pitsarana dia heverina fa anisany iankinan’ny ho avy politikan’izy ireo ny fanapahan-kevitra avy amin’ny fanjakana.

Avotra Isaorana

Ino Vaovao0 partages

FIANDRASANA NY VOKA-PIFIDIANANA OFISIALY : Miantso fitoniana ny FFM

Nambaran’ny FFM tamin’izay fa miankina amin’ny kandida tsirairay avy sy ny mpanohana azy ireo no ahatanterahan’ny fifidianana ao anatin’ny fandriam-pahalemana. Amin’izao ankatoky ny fiandrasana ny vokatra ofisialy izao indray dia manamafy hatrany ny antso avo efa nataony ny FFM mba hampitsaharana ny fifandranitana sy ny fifampihantsiana. Nilaza ny FFM fa tsy tokony mbola hisy hilaza ny tenany ho efa lany ny kandida satria ny Fitsarana misahana ny ady amin’ny fanjakana irery ihany no manambara ofisialy izany. 

“Aoka tsy hiteraka fisaraham-bazana amintsika ny fifidianana”, hoy ny FFM. Nandritra ny fisokafan’ny fivoriana ara-potoana faha4 natrehin’ny mpikambana eo anivon’ny Filan-kevitry ny fampihavanana Malagasy tetsy amin’ny foibe tetsy Ampefiloha no nanaovan’izy ireo an’io fanambaràna io, omaly. Iompanan’ity fivoriana ity ny fandinihana ny antontan-taratasin’ireo mpiasam-panjakana sy ny sehatra tsy miankina izay lasibatry ny raharaha politika teo anelanelan’ny taona 2002 – 2009.

Avotra Isaorana

Ino Vaovao0 partages

FITSARANA AMBONY ATY ANTSIRANANA : Nankalaza ny faha10 taona nijoroany

Araka izany dia natao teo anoloan’ny lapan’ny Fitsarana ambony taty an-toerana  ny varavarana misokatra ho an’ny Fitsarana ambony sy ireo sampan-draharaha miara -miasa akaiky amin’ny Fitsarana  toy ny polisim-pirenena, zandary, Bianco, ireo mpisolovava, vadintany sy ny hafa. Nahitana ireo mpiasan’ ny Fitsarana ambaratonga voalohany avy eto Antsiranana sy ny avy any Antalaha, Nosy Be ary Ambanja nandritra izany. Misokatra ho an’ny rehetra izany ary afaka mametraka fanontaniana amin’izay liana amin’izany. 

Tonga taty an-toerana ny minisitry ny Fitsarana Randrianasolo Jacques, notronin’ireo olo-manan-kaja sivily sy miaramila avy aty an-toerana ary ny fianakaviamben’ny Fitsarana avy aty Diana sy Sava.

Nandritra ny folo taona nisian’ny Fitsarana ambony taty Antsiranana, ny 2 desambra 2009 ka hatramin’ny 30 novambra 2019, dia voalaza fa nahatratra 97,55% ny raharaha heloko bevava voatsara  notsarain’ny Fitsarana ambony, ary nahatratra  6096 ireo antotan-taratasy voaray.  Notoloran’ny minisitry ny Fitsarana mari-pankasitrahana ireo mpiasan’ny Fitsarana ambony niasa tao nandritra izay folo taona izay.

Mpanjono

Ino Vaovao0 partages

FIAINAM-BAHOAKA : Hanangana vovonana hiadiana amin’ny kolikoly ny FFKM

Anisany nodinihina nandritra izany ny momba ny fiainana anatin’ny FFKM, ny fiaraha-mitory ny Vaovao Mahafaly ary ny raharaham-pirenena amin’ny ankapobeny. Mahakasika ity farany manokana dia nanamafy ny ady amin’ny kolikoly eto amin’ny firenena ny FFKM. Toherin’izy ireo ny endrika kolikoly amin’ny lafiny rehetra, ny fanaovana tsindry hazo lena ny vahoaka madinika sy fisian’ireo tsy matimanota. Manana adidy ny FFKM ny hanampy izay rehetra iharan’ny tsindry hazo lena, iharan’ny fitaka sy ny tsy rariny kanefa tsy afa-manoatra.

Tapaka, araka izany nandritra an’ity fivoriam-be ity fa hisy ny vovonana hatsangan’ny FFKM hiady amin’ny kolikoly. Miampy ireo dia miantso ny fitondram-panjakana mba hijery akaiky sy hitondra vahaolana faran’izay haingana manoloana ny olana madinidinika mihatra amin’ny fiainam-bahoaka ny FFKM. Takin’izy ireo  amin’ny fanjakana ny hametrahana tetiandro matotra ho amin’ny famahana an’ireo olana ireo. Ireo Raiamandreny teo anivon’ny FFKM hatramin’izay dia nijoro ho mpanara-maso akaiky ny raharaham-pirenena ary niezaka nitondra tsikera hatrany raha toa ka nisy ny tsy fietezana teo amin’ny fitantanana. Ny FFKM ihany koa, araka ny fanambaràna nataon’izy ireo hatrany tao anatin’ity fehin-kevitra dia niezaka nandray ny andraikiny tamin’ny fanomanana ny olona hiatrika fifidianana mba hanefa ny adidiny sy hitandro ny fahamarinana hatrany. 

Ankoatra izay dia anisany tapaka nandritra ity fivoriam-be faha42 nataon’ny birao foiben’ny FFKM ity fa ilaina ny fisokafana amin’ny fiangonana kristianina samihafa. Hankalazana ny faha40 taona ny FFKM, hisy araka izany ny hetsika hataon’izy ireo toy ny fambolen-kazo iombonana hatao isam-paritany. Hatsangana ny radio iraisan’ny fiangonana mivondrona ao anatin’ny FFKM ho tsangam-baton’izay faha40 taona izay.

Avotra Isaorana

Ino Vaovao0 partages

FITSARANA AMBONY ATY ANTSIRANANA : Nankalaza ny faha10 taona nijoroany

Araka izany dia natao teo anoloan’ny lapan’ny Fitsarana ambony taty an-toerana  ny varavarana misokatra ho an’ny Fitsarana ambony sy ireo sampan-draharaha miara -miasa akaiky amin’ny Fitsarana  toy ny polisim-pirenena, zandary, Bianco, ireo mpisolovava, vadintany sy ny hafa. Nahitana ireo mpiasan’ ny Fitsarana ambaratonga voalohany avy eto Antsiranana sy ny avy any Antalaha, Nosy Be ary Ambanja nandritra izany. Misokatra ho an’ny rehetra izany ary afaka mametraka fanontaniana amin’izay liana amin’izany. 

Tonga taty an-toerana ny minisitry ny Fitsarana Randrianasolo Jacques, notronin’ireo olo-manan-kaja sivily sy miaramila avy aty an-toerana ary ny fianakaviamben’ny Fitsarana avy aty Diana sy Sava.

Nandritra ny folo taona nisian’ny Fitsarana ambony taty Antsiranana, ny 2 desambra 2009 ka hatramin’ny 30 novambra 2019, dia voalaza fa nahatratra 97,55% ny raharaha heloko bevava voatsara  notsarain’ny Fitsarana ambony, ary nahatratra  6096 ireo antotan-taratasy voaray.  Notoloran’ny minisitry ny Fitsarana mari-pankasitrahana ireo mpiasan’ny Fitsarana ambony niasa tao nandritra izay folo taona izay.

Mpanjono

La Vérité0 partages

Désengorgement de la prison d’Antanimora - Procès d’une centaine de prévenus par jour

Exécution de l’Ordre du Président de la République, Andry Rajoelina. Lors de sa récente visite au mois d’octobre à la maison centrale d’Antanimora, le Chef de l’Etat a ordonné l’accélération des audiences pour les prévenus incarcérés. Ces derniers constituent plus de la moitié des détenus dans cet établissement, ce qui aggrave la surpopulation carcérale. Depuis, les choses ont changé avec le désengorgement en cours de cette prison, à en croire le chef de l’établissement. « De nombreuses actions ont été réalisées depuis cette visite présidentielle. Actuellement, une centaine de prévenus se présentent devant la barre chaque jour, soit auprès du Tribunal de première instance à Anosy, soit au sein du Pôle anti-corruption aux 67Ha. Ce chiffre a presque doublé puisqu’il tournait autour de 70 à 80 auparavant », informe Tahiana Rakotonanahary, chef de l’établissement. « Désormais, les deux véhicules à notre disposition sont dépêchés quotidiennement pour le transport de ces prévenus, et ce avec deux ou trois voyages par jour. Or, ce n’était pas le cas il y a quelques mois », ajoute ce responsable. 

Quant à la session d’audience des prévenus entre le 15 novembre et le 15 novembre, le chef d’établissement ne s’est pas encore prononcé. « L’objectif d’assurer le jugement de 60 % des prévenus en un mois, pour les affaires correctionnelles, pourrait être atteint avec les efforts déployés en ce moment. Je tiens toutefois à noter que cela nécessite diverses mesures, dont la mise en état de leurs dossiers, les appels à témoin, la recherche de témoins ou prévenus, etc. », évoque-t-il.

 

L’ACAT à la rescousse des oubliés de la Justice

Outre la décision du ministère de la Justice et l’ordre du Président de la République, la lutte contre la détention préventive abusive constitue la principale activité de l’ACAT Madagascar (Association des chrétiens pour l’abolition de la torture)auprès de la maison centrale d’Antanimora. Ces derniers temps, une cinquantaine de dossiers de prévenus ont pu être traités et suivis. « En général, la situation de ces prévenus est désormais régularisée. Certains ont été libérés et d’autres purgent encore leur peine en prison, après leurs jugements. D’autres ont fait des recours, cassations ou appels pour une liberté provisoire. Bref, les défis sont levés », constate le chef d’établissement d’Antanimora. La considération des oubliés de la Justice reste un combat permanent, à en croire la secrétaire nationale de l’ACAT Madagascar, Laure Rabetokotany. « Il s’agit des prévenus incarcérés au- delà de 3 ans, sans être jugés, faute de soutien. Leurs dossiers sont mis aux oubliettes, d’autant plus que bon nombre d’entre eux ne connaissent pas leurs droits », précise cette responsable. Le projet au profit de ces oubliés de la justice, mis en œuvre depuis juillet 2017, a été évalué lors d’un atelier dans le cadre de la Journée mondiale des droits de l’Homme, hier à Anosy. 

Pour la 2ème phase du projet qui se tiendra à partir de 2020, les activités à entreprendre vont s’accentuer. « Les visites effectuées par les 8 membres de l’ACAT, des bénévoles au sein de la prison, se feront plus fréquemment. De plus, ils bénéficieront de renforcement de capacités pour mieux connaître les lois et les procédures d’incarcération, entre autres. Le partenariat avec les avocats référents sera aussi consolidé afin de mieux suivre les dossiers des prévenus », avance la secrétaire nationale. Notons que Madagascar a obtenu des bons résultats en matière de respect des droits de l’Homme. Aussi, le pays s’est engagé à mieux respecter et appliquer ces droits, y compris ceux des détenus, lors de la récente présentation de l’Examen périodique universel à Genève (Suisse).

Patricia Ramavonirina

 

La Vérité0 partages

Fête de la Nativité en avance - Mialy Rajoelina gâte les enfants victimes de violences

Une initiative forte de la Première dame. Cette année, la traditionnelle fête de Noël organisée par l’association Fitia se démarque des éditions précédentes. Depuis des années, celles-ci ont été réalisées au profit des enfants issus de diverses couches sociales. Mais hier, 22 enfants victimes de violences, âgés de 5 mois à 17 ans, ont été rassemblés à Mahamasina pour fêter en avance un Noël de partage. Certains d’entre ces enfants victimes ont subi des viols. D’autres ont développé des troubles cardiaques suite aux violences répétées subies par leurs mères. « Noël est avant tout une fête des enfants. J’estime que chaque enfant a le droit de jouer et de faire la fête », a souligné Mialy Rajoelina, lors de cet après-midi spécial.

 

La fête de la Nativité spéciale dédiée aux enfants victimes de violences s’est déroulée dans un lieu symbolique. Il s’agit d’un centre spécialisé dans la lutte contre les violences basées sur le genre (VBG) et la prise en charge des victimes. Cette infrastructure, basée à Mahamasina, a été inaugurée le 25 novembre dernier. Ce centre fournit des services intégrés, depuis l’écoute, le signalement et la dénonciation des cas de violences, jusqu’à l’orientation et la prise en charge des survivants. « En ce jour de fête, on a transformé ce centre spécialisé en un endroit où les enfants peuvent passer de bons moments, même le temps d’un instant », évoque la Première dame et non moins ambassadrice de lutte contre les VBG, choisie par le Fonds des Nations unies pour la population. Les enfants invités aux festivités ont pu s’essayer à la danse, au dessin, à la peinture, découvrir des tours de magie, jouer aux Lego, se faire maquiller, etc. Particulièrement émue, Larissa, la porte-parole des enfants victimes de violences, n’a pas réussi à aller au bout de ses remerciements. Tous ont passé un moment magique et sont répartis avec un jouet.

P.R.

La Vérité0 partages

Antananarivo - Des montagnes d’ordures s’entassent dans la rue

D’un quartier à un autre, desordures s’éparpillent et  souvent accompagnées d’odeurs nauséabondes.  Antananarivo, la capitale de Madagascar  ne cesse de se dégrader en matière d’hygiène et assainissement. La grande ville est envahiepar des déchets à savoir les ordures ménagères  notamment  les épluchures de légumes et fruits  ainsi  que les plastiques.Les bacs à orduresmise à disposition  par le Service Autonome de l'Assainissement de la Ville d'Antananarivo (SAMVA)  débordent et les résidus finissent par s’entasser dans  la rue. Du côté de Soavimasoandro-Amboditanimena, les sachets plastiques, les restes d’aliments occupent  presque la moitié de la route  principale. « Nous sommes contraintes de passer par cette voie tous les jours. Pourtant,  les odeurs sont dégoûtantes. Le  fait de sentir et d’avoir  une vue microscopique des ordures,  si tel est  le mot, nous  procurent une sensation de malaise et d'inconfort au niveau de l'estomac. Mes enfants   ne  cessent d’éternuer en y passant tous  les jours. Nousdemeuronsà quelques kilomètres de cet endroit mais je n’imagine pas comment ces gens qui  habitent tout près font pour survire avec cette insalubrité » raconte un usager de  la route. A Anosibe, Anosipatrana, la  situation demeure pareille. « Je ne sais plus  qui  reproché,  les Tananariviens qui produisent beaucoup de déchets ou  la commune qui n’honore pas ces responsabilités  ou encore moins le Samva   à qui cette responsabilité d’amasser les  ordures a été attribué. D’autant plus que cet établissement vient de recevoir des camions pour faciliter  le ramassage et l'enlèvement des ordures en cette période » martèle un  habitant d’Anosizato. 

 

Quant à la structure de proximité  en charge de collecte des ordures  ménagères au niveau des  Fokontany qui est le RF2, leur fonction ne le permet pas de s’en assurer.  Selon   Rasoa, un des responsables auprès du Fokontany 67ha, son rôle consiste au ramassage d’ordures et leur transport dans les bacs à ordures du Samva. Mais le projet s’étend aussi le balayage des ruelles ainsi que le nettoyage des petits canaux d’écoulement d’eaux entre les quartiers  poursuit-elle.

Pour  quelques citoyens ayant accepté  de nous livrer  leur impression, cette réalité  résulte du mauvais comportement et pratique habituelle qu’il faut à tout prix changer.  « Il s’agit d’un combat difficile mais faisable avec des  moyens  matériels entre autres » souligne une mère  de famille résidant  à Andavamamba. A l’heure où nous mettons sous presse, aucune explication de ce retard de  ramassage  et cet amas d’ordure n’a été reçue de la part du  Samva après l’avoir contacté. 

KR.

La Vérité0 partages

Détournement de deniers publics - L’ex- maire d’Andoharanofotsy condamné à 5 ans de prison

Ça y est ! Les dés sont jetés pour Hasina Ranirison, l’ex- maire d’Andoharanofotsy,  et non moins candidat maire malheureux du parti « Tiako i Madagasikara » lors des récentes municipalités, ayant profité de sa mise en liberté provisoire. Incriminé pour détournement de deniers publics et de faux entre novembre 2015 et avril 2017. Lundi dernier, il a dû de nouveau comparaître devant la Cour criminelle ordinaire du Pôle anti-corruption (PAC) aux 67ha pour un second procès. Le verdict était tombé : l’ex - maire d’Andoharanofotsy a été condamné à 5 ans de prison ferme. Il doit également s’acquitter d’une amende de 2 millions d’ariary ainsi que 99 millions d’ariary de dommages à la Direction de la législation des contentieux (DLC) qui s’est constituée en partie civile. C’est l’équivalent de la somme détournée.  Car ces débats au PAC ont révélé que l’ex - maire a touché de façon obscure 1 million d’ariary par semaine à l’époque. Il s’agit de l’un des plus longs débats à l’audience n’ayant jamais été enregistrée. Les débats qui ont fait suer l’ex - maire à grosses gouttes, selon des témoins, n’ont pris fin que très tard dans la nuit. Il était presque minuit lorsque la présidente de la Cour et les assesseurs, ont finalement rejoint la salle d’audience. Son co-accusé, un ex-comptable de cette même Commune de l’Atsimondrano, a également écopé de 5 ans d’emprisonnement ferme. 

 

Bien qu’on n’est pas en mesure de nous étendre pour la deuxième fois sur les détails du compte-rendu d’audience de la nuit du lundi dernier, gageons que les charges dont on incrimine l’ex - maire et ses co-accusés, étaient à peu près les mêmes qui avaient été débattues à la CCO du PAC le 3 octobre dernier. Mais à la seule différence que le récent procès était décisif pour le sort du principal accusé. D’après notre source au niveau du Pôle, le témoignage de l’un de ses ex- anciens bras droits contre l’ex -maire, l’ex-régisseur de recette, a finalement permis de l’enfoncer jusqu’au bout. Devant la présidente de la Cour, le témoin n’était pas allé sur quatre chemins pour dire la vérité. « Pour être plus clair, cette fois, je dirai tout ! », a déclaré le témoin devant un auditoire, déclaration qui n’en finissait pas d’enfoncer le clou au grand dam de l’accusé. 

Notons qu’après le procès d’il y a deux mois,  l’ex- maire d’Andoharanofotsy a obtenu la liberté provisoire. Il a profité de cette situation pour faire de la propagande de la récente élection municipale.  Le détournement et faux à propos d’émission de faux tickets de marché dont on l’avait incriminé, lui et ses anciens collaborateurs, se déroulaient entre novembre 2015 et avril 2017 dans la Commune rurale d’Andoharanofotsy. 

Globalement, l’ex- maire d’Andoharanofotsy est incriminé d’avoir fait fabriquer des tickets de marché parallèles à la suite d’une rupture de stock à l’imprimerie nationale. A l’époque, cette rupture momentanée aurait été expliquée par l’incendie ayant touché l’imprimerie nationale. L’ex- maire a nié jusqu’au bout être au courant de l’existence de ces tickets (blancs) malgré les questions savamment reformulées par le juge, le procureur général et les avocats à propos de sa responsabilité en tant que superviseur des affaires de sa Commune. A la question de savoir si au moins ses collaborateurs  lui ont informé sur la circulation de ces faux tickets lors des réunions du staff de la Mairie, sa réponse était systématiquement négative.

Après sa récente condamnation par le PAC, un autre dossier sale attend encore l’ex- maire et son équipe au Tribunal d’Anosy. Il s’agit de cette affaire de « fausses quittances », affaire qui risquera d’éclabousser également certains responsables d’une autre localité du District d’Antananarivo Atsimondrano.

Franck Roland

 

 

La Vérité0 partages

Air Madagascar - Les vols directs vers l’Afrique du Sud de nouveau supprimés

Un pas en avant, deux pas en arrière. Les vols directs Antananarivo-Johannesburg de la compagnie aérienne nationale, Air Madagascar, seront de nouveau supprimés en début de l’année prochaine, seulement six mois après leur reprise. Effectivement, ces vols ont cessé depuis décembre 2015, avant de reprendre officiellement le 17 juin dernier, pour être de nouveau suspendus à partir du 8 janvier prochain, à l’issue d’un vol retour sur Antananarivo. Selon les explications des responsables de la compagnie, contactés hier au téléphone, « cette suppression de la ligne résulte notamment d’une mauvaise performance. Les vols n’étaient pas du tout remplis. De ce fait, les résultats étaient bien plus mauvais que nous l’avions prévu. C’est pourquoi, il est impératif d’arrêter de desservir sur cette destination »

Pourtant, la compagnie aérienne a déjà bien préparé le terrain en promouvant avec l’Office national du tourisme de Madagascar la destination durant le salon INDABA qui s’est tenu à Durban en Afrique du Sud, le plus grand salon professionnel du tourisme en Afrique. Cependant, il n’est plus nécessaire d’avoir un visa pour se rendre en Afrique du Sud. Quoi qu’il en soit, notre stratégie n’a pas eu l’effet escompté. Pour rappel, durant ce dernier semestre, Air Madagascar a effectué deux vols par semaine vers l’Afrique du Sud, pour un prix environnant les 500 euros. D’un autre côté,  sa seule concurrente sur la ligne était Airlink, opérant pour le compte de « South African Airways ».

En tout cas, une autre reprise pourrait encore se faire prochainement. « Nous supprimons la ligne directe actuellement, mais une reprise sera possible dès que le climat des affaires sera plus propice », soutient un responsable au sein de la compagnie aérienne. Les conditions acutelles ne conviennent donc pas à Air Madagascar. Néanmoins, il ne s’agit pas d’un abandon définitif de la ligne Antananarivo-Johannesburg. Tout dépendra des capacités de la compagnie aérienne ainsi que les intérêts des Sud-africains pour Madagascar en tant que destination touristique. 

Rova Randria

 

La Vérité0 partages

Football-Pro league - L’Ajesaia attend le Fosa Juniors de pied ferme

Un choc des titans en perspective. Forte de leur victoire décrochée à Toamasina (6-1), dimanche, durant la clôture de la 5e journée de la Pro league, l’Ajesaia se projetait déjà vers le choc face au Fosa Juniors ce mercredi 4 décembre, qui était en campagne africaine. Avec la ferme intention de jouer un mauvais tour à l’ogre majungais.

 L’Ajesaia compte faire un retour en force pour cette saison avec l’escouade d’Yvan « the Best », le redoutable attaquant de l’équipe. Avec l’espoir d’être la première équipe de la Pro League à ne pas mordre la poussière face au Fosa Juniors, l’Ajesaia ne compte pas aussi encaisser sa première défaite dans le championnat ce mercredi. 

 

 « On est lucide, on sait très bien que ça va être compliqué, et que Fosa Juniors domine complètement ce championnat », a reconnu Jasmina, le président de l’Ajesaia.  Mais le souvenir du match nul (2-0) concédé à la dernière saison est déjà loin. « Sur un match, tout est possible. L’année dernière, on est passés près d’un exploit. Ça va être compliqué, il faudra être à 200%, ne pas commettre d’erreurs et jouer à fond », a ainsi assuré  Setrarivo, le coach de l’Ajesaia.

Elias Fanomezantsoa

La Vérité0 partages

Aux portes du parvis

Naina Andriantsitohaina, au seuil de l’Hôtel de ville d’Analakely, s’approche inéluctablement vers la consécration. Bien qu’il ne le clame point sur le toit, pour question de principe ou par modestie,  le candidat n° 4 aux couleurs Orange de l’IRK  n’est plus loin des portails du parvis. Sur les 1.202 bureaux de vote que comporte, en tout, la Commune urbaine d’Antananarivo (CUA) soit les 100%, le candidat n° 4 obtint 73.322 voix soit 48,90 % contre 68.209 voix soit 45,49 % de Ny Rina Tahiry Randriamasinoro du TIM. Le reste, les autres postulants, Eliace Ralaiarimanana 0,42 %, Faniry Alban Rakotoarisoa 4,44 % et Feno Harison 0,74 %, a dû se contenter des … miettes. Le taux de participation, étant de 23,13 %, bat tous les records. Certes, il ne s’agit là que des résultats  provisoires, seulement ils nous permettent d’avoir une idée sur la tendance exacte du scrutin. Les résultats officiels provisoires seront communiqués vers mi- décembre par la CENI et les résultats officiels par le Conseil d’Etat vers mi- janvier 2020.

Certainement, la CUA va changer de main. D’importants et complexes défis attendent le nouveau maire. L’état méconnaissable de la ville légué par le maire sortant laisse présager un dur sinon difficile labeur pour le premier magistrat nouvellement élu. Au-delà de toutes les attentes urgentes qui interpellent légitimement tout nouveau maire, il doit faire face d’abord, à un sujet troublant à savoir l’indifférence presque totale de la population tananarivienne vis-à-vis de la chose politique…électorale. Le nouveau premier magistrat doit se préparer à affronter les aléas politiques dus à ce taux d’abstention particulièrement élevé. Avec un pourcentage d’abstention de l’ordre 76,79 %, un record historique, autrement dit, moins de 25 % de taux de participation, le nouveau maire doit s’attendre à un climat hostile. D’autant que la différence de points entre lui et le second qui le talonne n’est que 5831 voix. Tout compte fait, Naina car il s’agira de lui évidemment sauf grosse surprise, doit tout d’abord gérer cette situation préoccupante.

 

Effectivement, il n’aura d’autre choix pour faire balancer l’adhésion populaire à son profit que de traduire en actes dans les plus brefs délais les promesses électorales. Les concitoyens habitants la Capitale ont hâte de se débarrasser de ces immondices qui « inondent » la ville. La période de pluies arrive à grands pas et menace sérieusement surtout les bas-quartiers, il faut le plus rapidement  possible faire le nécessaire. Le désordre qui règne où l’on ne sait plus faire la différence entre « trottoirs », « rues » et « marchés » exige des organisations efficaces et pérennes. Les éternels embouteillages qui crèvent la patience des usagers attendent des solutions biens ficelées de la part du nouveau maire. On ne croit plus aux belles déclarations des Forces de l’ordre. On veut des actes concrets. Et enfin, il appartient à la nouvelle équipe de la Mairie de trouver des issues dans les meilleurs délais en coordination avec la JIRAMA pour mettre un terme à ces coupures d’eau et d’électricité sauvages. Les points lumineux des ruelles et les escaliers des quartiers doivent briller toujours.

Naina Andriantsitohaina n’est plus qu’à deux doigts du parvis. Qu’il se prépare à affronter le pire. De son stature d’homme d’expériences, il y parviendra.  

Ndrianaivo

La Vérité0 partages

Ambovombe Androy - Un candidat attaque la CENI

Mécontent, un candidat à Ambovombe Androy a décidé d’attaquer le centre électoral de district (CED), le démembrement local de la Commission électorale nationale indépendante (CENI). Le candidat en question a ainsi adressé une requête au tribunal administratif de Toliara dont  la copie au ministre de l’Intérieur et au président de la CENI.

L’objet de la requête porte sur la contestation des résultats des élections dans la capitale d’Androy pour cause d’irrégularités. Le plaignant confirme avoir été témoin de la distribution d’importante somme d’argent la nuit du 26 novembre et le jour de l’élection du 27 novembre. Le taux de participation a été très faible dans la circonscription.

 

Nombreuses anomalies ont aussi été citées. Parmi elles, le remplacement des membres des bureaux de vote (BV) deux jours avant le scrutin. Pourtant, il n’y a aucune formation pour eux. C’est aussi le cas de la plupart des BV dans toute l’étendue du territoire. De plus, des membres du BV n’ont pas porté de badge tel qu’il est stipulé par la loi en vigueur.

Transfert forcé

 

Quant à la liste électorale, elle n’a été pas été publiée 2 ou 3 jours avant le scrutin. Elle a subi des modifications contrairement aux annonces officielles. Des rajouts ont eu lieu en faveur d’un autre candidat. L’achat des voix a existé réellement. Des cartes nationales d’identité ont été ramassées le jour du scrutin en échange de somme d’argent payée a posteriori.

 

Par la même occasion, le candidat insatisfait d’Ambovombe a déploré le transfert forcé de BV à d’autres endroits différents des lieux habituels le jour du vote. Andova et Beanike II ont été pris comme exemples à ce sujet. Un autre a été replacé dans sur un site privé. En outre, le candidat dénonce l’agression verbale voire physique initiée par un candidat à l’encontre de certains de ses délégués. En effet, ceux-ci n’ont pas pu signer les procès-verbaux comme le veut l’usage.

Conscience

Les faits contestés rendent également compte de la circulation des bulletins uniques pré-signés et pré-cochés. Par-dessus tout, les matériels de vote ont présenté des défaillances et de non-conformité. Des urnes sont fissurées si d’autres n’ont jamais été fermées lors du scrutin.

Selon toujours le candidat, les procès-verbaux ont été pré-signés sans même que les délégués de vote aient eu le temps d’appréhender la situation. La mention fait état de conformité. Pourtant, la réalité est différente. Des carnets des bulletins uniques ont été arrachés ou ont été classés ailleurs avant leur utilisation.

En conclusion, le candidat mécontent a affirmé que les électeurs dans sa circonscription ont été intimidés, harcelés par la distribution d’argent dans la nuit du 26 au 27 novembre. « La liberté de voter en toute conscience est totalement bafouée », déplore-t-il. Le candidat a mis la responsabilité des anomalies et irrégularités dénoncées sur le dos du démembrement local de la CENI.

M.R.

La Vérité0 partages

Haute Cour de Justice - Dix dossiers transmis à l’Assemblée nationale

L’élection des quatre membres représentant l’Assemblée nationale, deux titulaires et deux suppléants, au sein de la Haute Cour de Justice aura lieu ce jour à Tsimbazaza. Après cette élection, les hauts juges seront complets et pourront siéger en bonne et due forme. Jusqu’à présent, une vingtaine de dossiers déposés auprès du Parquet de cette Cour ont été transmis à l’hémicycle de Tsimbazaza.

La mise en place de la Haute Cour de Justice est prévue par le chapitre IV de la Constitution de l’IVème République, des articles 131 à 136. L’article  136 de la Constitution stipule que « La Haute Cour de Justice est composée de onze membres dont : le premier président de la Cour Suprême, président, suppléé de plein droit, en cas d'empêchement, par le président de la Cour de Cassation;  deux présidents de Chambre de la Cour de Cassation, et deux suppléants, désignés par l'Assemblée générale de ladite Cour ; deux premiers présidents de Cour d'Appel, et deux suppléants, désignés par le premier président de la Cour Suprême ; deux députés titulaires et deux députés suppléants élus en début de législature par l'Assemblée nationale ; deux sénateurs titulaires et deux sénateurs suppléants, élus en début de législature par le Sénat ; deux membres titulaires et deux membres suppléants issus du Haut conseil pour la défense de la démocratie et de l’Etat de droit ».

Cette Haute Cour manque en effectif jusqu’à aujourd’hui, faute d’élection des membres de l’Assemblée nationale, suite aux dernières élections législatives. L’ordre du jour de la Chambre basse est clair sur ce point : ce jour à 15 heures aura lieu l’élection des représentants de l’Assemblée nationale au sein de la Haute Cour de Justice. Les tractations vont bon train pour siéger au sein de cette haute juridiction, la seule juridiction ayant la plénitude de pouvoir pour juger les chefs d’institution et les membres du Gouvernement pour les actes commis durant l’exercice de leur mandat. Le Président de la République est justiciable devant cette Cour pour « les actes accomplis liés à l'exercice de ses fonctions qu'en cas de haute trahison, de violation grave, ou de violations répétées de la Constitution, de manquement à ses devoirs manifestement incompatibles avec l'exercice de son mandat » (Article 131). L’article 133 de la Constitution dispose que « Les présidents des Assemblées parlementaires, le Premier ministre, les autres membres du Gouvernement et le président de la Haute Cour Constitutionnelle sont pénalement responsables, devant la Haute Cour de Justice, des actes accomplis liés à l’exercice de leurs fonctions, des actes qualifiés de crimes ou délits au moment où ils ont été commis ».

 

D’après une source sûre, dix dossiers, dont cinq récemment, auraient été transmis par la Haute Cour auprès de l’hémicycle de Tsimbazaza. L’adoption de la mise en accusation par les députés est une condition sine qua non pour la poursuite des dossiers. Tous les dossiers déposés à la Haute Cour de justice ne sont pas transmis automatiquement à l’Assemblée nationale. Un tri des affaires jugées recevables se fait au sein de la Haute Cour et c’est seulement après qu’elle les envoie à Tsimbazaza pour adoption afin d’enclencher la poursuite. 

La population attend impatiemment la suite à donner par les parlementaires des dossiers entre leurs mains car ils concernent des hauts responsables étatiques qui jusqu’à maintenant bénéficient cette privilège de « l’immunité ». Des affaires concernant un Premier ministre et des ministres sont en suspens et attendent le feu vert des parlementaires. 

Midi Madagasikara0 partages

Site de référencement : Acteur-Fête lancé à Madagascar

Iantsa Nirina Ramanambola, représentante d’Acteur-Fête à Madagascar.

La visibilité sur Internet devient indispensable pour les entreprises d’aujourd’hui. C’est ce que soutient Iantsa Nirina Ramanambola, représentante de la plateforme de référencement international, Acteur-Fête à Madagascar. « C’est dans cette optique que nous lançons Acteur-Fête à Madagascar. Celle-ci regroupe aujourd’hui plus de 17.000 artistes et prestataires de France et de 27 autres pays. En effet, il s’agit du site de référencement international qui se spécialise surtout dans les activités liées à la culture, au tourisme et à l’événementiel. A Madagascar, plus de 400 acteurs sont déjà présents sur cette plateforme utilisée chaque jour par plus de 7.000 professionnels et particuliers souhaitant organiser un énement, un voyage d’affaire ou une rencontre de travail. Notre site n’est pas seulemnet un annuaire international, mais aussi une plateforme de mise en relation instantannée, sécurisé avec des outils numériques pour améliorer le référencement et la visibilité », a-t-elle soutenu, lors d’une conférence, organisée vendredi dernier, au Pietra Analakely.

Solutions. Selon les explications, le site Acteur-Fête présente de 5 annuaires, notamment l’annuaire des transports, l’annuaire des espaces événementiels, l’annuaire des hébergements, l’annuaire des prestataires de services et l’annuaire des artistes. « Sur ce site, les données sont sécurisées, la page est constamment actualisée, il est possible de recevoir des paiements par carte bancaire sur le compte de l’entreprise référencée, et celle-ci est géolocalisée pour permettre aux clients potentiels de la retrouver facilement », a indiqué la représentante d’Acteur-Fête à Madagascar.

Antsa R.

Midi Madagasikara0 partages

COP 25 – Sommet pour le climat : Mettre fin à la « guerre contre la nature »

Madagascar est le quatrième pays d’Afrique ayant les conditions agricoles les plus dégradées en raison du changement climatique.

Le sommet de l’ONU pour le climat (COP25) a débuté, hier, à Madrid sur fond de course contre la montre pour faire réviser par les Etats signataires de l’accord de Paris – conformément aux résolutions de cet accord de 2015 – leurs engagements de réduction des émissions de gaz à effet de serre, et ce, avant fin 2020, soit dans un an alors que les négociations s’annoncent, encore une fois, compliquées. 

L’accord de Paris avait comme objectif principal de limiter le réchauffement à 1,5°C par rapport à l’ère préindustrielle. Ce qui exige une réduction de 7,6% des émissions de CO2 tous les ans, de 2020 jusqu’en 2030, selon le rapport de l’ONU. On ne  prend pas le chemin car les réalités sont tout autres. Les données disponibles ne montrent aucune amorce de la baisse des émissions de gaz à effet de serre (GES). Bien au contraire. Avec un réchauffement déjà à +1°C, les impacts sont bien réels en matière de changement climatique. Madagascar, qui figure parmi les pays exposés à ces impacts du réchauffement, en ressent déjà les effets, lesquels se répercutent sur les conditions agricoles, la biodiversité, la disponibilité et la qualité de l’eau, etc.  Si la situation actuelle perdure et qu’aucun changement ne s’opère, le réchauffement pourrait dépasser 3°C au cours de ce siècle. Autrement dit, la planète s’approche du point de non-retour. Dans le cadre de ce sommet pour le climat, le secrétaire de l’ONU, Antonio Guterres – qui estime les engagements en faveur de la lutte contre le réchauffement climatique « totalement insuffisants » – parle alors de mettre fin à la « guerre contre la nature ».

Financements. Cette échéance est au cœur des préoccupations à l’ouverture, hier, du sommet de l’ONU sur le climat (COP25) qui se tient du 2 au 13 décembre 2019 à Madrid, en Espagne avec comme slogan « Time for action » : c’est le moment d’agir. En effet, jusqu’ici, ce sont davantage les « petits pollueurs » qui se sont engagés à réviser leurs engagements d’ici à fin 2020. Les 68 pays ayant déjà officialisé les leurs, représentent moins de 10% des émissions mondiales de GES. Les négociations sur le manuel d’utilisation de l’accord de Paris s’annoncent ainsi très tendues. La COP24 qui s’est tenue l’an dernier à Katowice, en Pologne, a permis d’avancer sur le dossier sauf sur quelques points qui fâchent, dont les marchés carbone. Ce « marché » d’échanges d’émissions de CO2 permet aux pays « petits pollueurs » de revendre des quotas aux pays les plus pollueurs. Madagascar a des avantages à tirer de ce marché. Avec les autres pays du Sud, la Grande Île présente à la COP25, a quelque chose à défendre dans ce dossier. Il en est de même pour l’aide des pays industrialisés aux pays en développement en matière d’adaptation aux incidences au changement climatique (on a parlé de 100 milliards de dollars de financement par an d’ici à 2020) et pour le financement des dommages subis par les pays du Sud suite aux impacts du réchauffement. Le financement nécessaire est estimé à 300 milliards par an. D’âpres négociations devront avoir lieu sur ce chapitre.

Désistement. La COP25 est alors loin de se dérouler dans une atmosphère détendue. Faut-il rappeler que les Etats-Unis ont déjà annoncé leur retrait de l’accord de Paris (effectif à partir du 4 novembre 2020). Signalons que les Etats-Unis, avec l’Inde et la Chine, totalisent 85% de la hausse des émissions de GES dans le secteur de l’énergie, tandis que d’autres pays riches, dont quelques-uns ont même augmenté leurs émissions de CO2 ces dernières années, « marchandent » fortement sur cette question clé. Ce volet sera examiné de près lors de ce sommet pour le climat.

Rappelons que la COP25 qui aurait dû se tenir initialement au Chili, a dû être délocalisée « à la dernière minute » en raison de la crise sociale qui secoue ce pays. Après le désistement du Chili annoncé le 30 octobre dernier, l’Espagne, qui s’est proposée d’accueillir ce sommet mondial, a dû l’organiser en urgence, a déboursé pour ce faire, 60 millions de dollars. Le sommet reste, cependant sous présidence chilienne.

Hanitra R.

Midi Madagasikara0 partages

dium — Planifié

Concert évangélique :YPG au chevet des jeunes démunies

 

Midi Madagasikara0 partages

Reboisement : « C’est une pratique analogue à la culture de riz »

selon Porter P. Lowry, le directeur du programme Afrique et Madagascar de MBG

Porter P. Lowry, le directeur du programme Afrique et Madagascar de Missouri Botanical Garden (MBG), a soulevé qu’il faut bien choisir les espèces de plantes à reboiser et qui sont adaptées à chaque région de l’île.

La volonté de Madagascar de réaliser un reboisement à grande échelle est une excellente chose. En effet, le pays en a tellement besoin afin de mieux protéger sa biodiversité exceptionnelle.

 Le directeur du programme Afrique et Madagascar de Missouri Botanical Garden (MBG), en la personne de Porter P. Lowry, l’a évoqué lors de son entrevue avec la presse. En fait, il veut partager son point de vue sur l’aspect technique du reboisement. « C’est une pratique analogue à la culture de riz. La seule différence est que la récolte de riz se fera dans plusieurs mois tandis que le reboisement nécessite 7 à 15 ans, voire plus, pour pouvoir exploiter les arbres, et ce, selon l’endroit et la variété des espèces à planter, », a-t-il fait savoir. A l’instar des autres activités agricoles y compris la riziculture, les activités de reboisement constituent un investissement. « Il faut ainsi s’engager à protéger cet investissement, notamment contre les feux de brousse pendant leur phase de croissance afin d’obtenir les fruits escomptés à la fin », a précisé Porter P. Lowry.

Engagée et disponible. En outre, il a rajouté que le reboisement nécessite des étapes à respecter tout comme la culture rizicole sans oublier le suivi systématique si l’on veut obtenir de bons résultats. A titre d’illustration, « le bon choix de la variété des jeunes plants d’arbres susceptible de pousser et de survivre dans chaque zone à reboiser s’avère primordial. Dans le cadre des sites de conservation de MBG, il y a des espèces de plantes qui s’adaptent bien mais qui ne peuvent pas réussir dans d’autres endroits. Mener des expériences s’impose ainsi pour savoir quelle espèce peut pousser dans quelle zone. Et cela peut prendre un certain temps. Ensuite, il faut adopter une technique plus appropriée tout en assurant un entretien périodique surtout la protection contre les feux qui est étroitement liée aux activités de reboisement. A part cela, il faut s’assurer que la personne qui doit gérer et entretenir la ressource en l’occurrence les arbres, soit engagée et disponible. Elle va travailler d’une façon fiable et continue comme dans les rizières », a expliqué le directeur du programme Afrique et Madagascar de MBG.

Vision claire. Par ailleurs, il a soulevé qu’il faut avoir une vision claire sur les objectifs de ce reboisement. « Quel est l’utilité des arbres plantés ? Est-ce que ce sera destiné à la production de bois –énergie, ou à la fixation de carbone tout en contribuant à la réduction de l’émission de gaz à effet de serre, ou à la stabilisation des sols ? », se demande-t-il. En revenant sur les espèces de plantes à reboiser, il a rajouté que les espèces autochtones sont très intéressantes mais il s’agit d’une espèce à croissance très lente. En revanche, les espèces indigènes sont très utilisées pour la restauration écologique. « C’est une façon de reboiser mais le but est de rétablir l’écosystème. La restauration forestière ne sera pas ainsi efficace si l’on pratique un reboisement des jeunes plants d’arbres aux fins utilitaires », a-t-il enchaîné.

Espèce de cancer. Actuellement, on utilise des espèces introduites à croissance rapide comme l’eucalyptus, les pins et l’acacia pour effectuer des reboisements. « Cette dernière pousse bien vite dans une zone à Fort-Dauphin. Mais il faut faire attention ! Il y a des risques associés étant donné que ces espèces introduites peuvent être des espèces envahissantes et non envahissantes. Cela peut complètement déplacer ou étoffer la faune et la flore. Le choix des espèces à planter doit être ainsi fait avec intelligence et prudence sinon cela pourrait réduire voire détruire la production de plantes utiles et empêcher les gens de valoriser leurs terrains de culture. Il n’y a plus la possibilité de rendre productif les zones envahies par ces espèces introduites. Pis encore, on ne peut plus les enlever ou s’en débarrasser. C’est comme une espèce de cancer », a réitéré Porter P. Lowry.

Acte humain. Et lui de rajouter qu’il n’y a pas de variété de plante miracle où l’on sème des graines et l’on peut attendre des arbres dans 20 ans. « Il y a des investissements en temps et en argent, en commençant par la préparation des sols, le choix des espèces adaptées et l’apport en éléments nutritifs des sols surtout dans les zones qui ont été incendiées afin d’obtenir un  meilleur rendement. C’est utopique si l’on engage tout simplement les communautés de base à le faire tout en espérant avoir des arbres dans 15 ans. Le reboisement est un acte environnemental et un acte social et humain. Il faut adopter une approche adaptée à chaque éco-région tout en informant à toutes les parties prenantes, quelle est la finalité de cette activité si l’on veut bien réussir », a-t-il conclu.

Navalona R.

Midi Madagasikara0 partages

Organisation mondiale de la propriété intellectuelle : Une soixantaine de demandes de brevet déposée pa...

Un robot, produit de recherche d’étudiants malgaches, exposé lors du salon de la recherche à Anosy hier.

Une fois octroyé, le brevet profère à un produit de recherche un droit territorial d’une validité de vingt ans.

« Les chercheurs malgaches sont plus occupés à rédiger des articles scientifiques et à faire de la politique. Beaucoup d’entre eux ne maîtrisent pas le système de brevetage et ignorent donc tous les avantages qu’ils peuvent en tirer », propos d’Irène Rabarison, responsable auprès du CATI ou Centre d’Appui à la Technologie et à l’Innovation lors de l’ouverture officielle du salon de l’innovation à Anosy hier. Un moment durant lequel il a été avancé que les scientifiques malgaches ne maîtrisent pas le système en question. « Le brevet constitue l’étape ultime de la valorisation technologique des recherches. Peu de chercheurs de notre pays s’orientent toutefois dans cette étape alors que cela pourrait être bénéfique aussi bien pour le chercheur en question que pour le pays » explique Irène Rabarison. Avant de faire savoir « qu’il y a « actuellement une soixantaine de chercheurs-inventeurs malgaches qui ont déposé une demande de brevet auprès de l’organisation mondiale de la propriété intellectuelle ».

Avantages. La situation pourrait s’expliquer par « la difficulté pour les chercheurs malgaches de remplir les critères de brevetabilité ». « Il faut payer une certaine somme, mais je pense que ce n’est pas réellement le problème. Le vrai souci réside dans les critères comme la loi, la rédaction du brevet ou encore les différentes normes à respecter scrupuleusement» note la responsable auprès du CATI. Ce dernier regroupe une base des données mondiales en matière de technologie et d’innovation. « Bon nombre de ces technologies ne sont pas brevetées à Madagascar. Ce qui pourrait nous être bénéfique si nous savons en profiter ». Territorial, un brevet non protégé à Madagascar peut être exploité par les chercheurs et les entreprises du pays. Par méconnaissance, ces derniers achètent toutefois lesdits brevets alors qu’ils sont libres à être exploités. Un autre avantage du système de brevetage serait la protection des ressources naturelles malgaches telles que les plantes à vertu médicinale. A l’heure actuelle, toutes les technologies ne sont pas brevetées à Madagascar. Le pays n’arrive toutefois pas à en tirer profit au maximum pour lancer son développement. La recherche et l’innovation peinent encore à trouver leur place dans le processus.

José Belalahy

Midi Madagasikara0 partages

« Tous en cuisine »2019 : Larissa Rajaonarivelo sur la première marche du podium

Larissa Rajaonarivelo raffole des plats malgaches

Une fois de plus le talent malgache brille sous d’autres cieux. Vendredi, Larissa Rajaonarivelo s’est hissée sur la première marche du podium du concours d’art culinaire « Tous en cuisine »sur une télévision réunionnaise. Ils étaient huit à s’affronter en finale, après six semaines de compétition, la jeune femme a réussi à séduire le jury de cette première édition. Devançant les autres concurrents, elle a su garder le cap parmi ces grands amateurs de cuisine. Pour la finale, tout le monde a mis la main à la pate et ont frappé fort pour convaincre le public dans un décor hors du commun. Si bien que tout le monde a donné le meilleur, son plat à base de tartare a signé le sacre de Larissa Rajaonarivelo sous les yeux méticuleux de Thierry Kasprowicz, Jean-Alexandre Ouaratta et Béatrice Fabignon qui ont constitué le jury de cette grande première. Chaque candidat a travaillé avec des produits du terroir en relevant les saveurs réunionnaises doublé d’épreuves techniques et d’originalité.

Originaire du Sud de Madagascar, Larissa Rajaonarivelo est une vraie passionnée de cuisine. Du haut de ses 28 ans, son influence culinaire s’est faite à travers les marmites malgaches, françaises et créoles dans ses multiples voyages à travers le globe. Issue d’une famille métissée, elle a eu la chance de goûter à presque toutes les cuisines du monde. Sa participation au « Tous en cuisine » a été pour trouver où est-ce qu’elle en est au niveau de sa carrière, histoire de jauger son talent et son évolution en tant que chef à domicile. Férue de  « ravitoto », « vary sosoa » et de salade composée des gargotes malgaches, elle n’oublie pas ses racines. Actuellement, elle travaille à son compte à l’île de La Réunion. Selon elle, « si on décide d’entrer dans le monde de l’art culinaire, il faut le faire par choix mais non par obligation parce que c’est une passion et si l’on n’est pas passionné par ce métier, on ressent très vite qu’il y a énormément de contraintes qui vont prendre le dessus ».

Zo Toniaina

Midi Madagasikara0 partages

Musique : Onja Tinondia signe son retour sur scène

Onja Tinondia, fidèle à son image, radieuse comme jamais.

Si elle a décroché ? Non, pour Onja Tinondia, la musique est une grande passion qui lui tient à cœur. Après trois ans de pause pour se consacrer à sa petite famille, elle compte revenir en grande pompe l’année prochaine. Pour commencer, elle donne déjà rendez-vous à ses inconditionnels au AC Ivato la nuit de la Saint-Sylvestre. Avec deux titres déjà sortis durant ce mois, la chanteuse vient de confirmer qu’elle sera à Tana pour les fêtes de fin d’année. Ce rendez-vous tant escompté par les fans aura finalement lieu. Effectivement, comme toute étoile de la musique tropicale, elle est très demandée sur la scène, son retour présage une fin d’année plus que festive. Pour ce faire, elle sort quelques-uns  des titres qui figureront certainement dans son prochain opus à l’instar de « Sambatra », une fusion de zouk love, saupoudré de folk, une belle variété qui ne laisse pas les plus romantiques indifférents. Il y a un mois, elle a dévoilé « Dansez dansez », une composition rythmée de « salegy », « wadra » et de « hira gasy ». Un beau mélange de culture qui incite les fans à entrer dans l’ambiance. De quoi faire danser la foule au réveillon. Ceci marquera son grand retour sur le devant de la scène avant d’enchaîner au Le Glacier Analakely pour la soirée de la Saint-Valentin sous le signe de la musique tropicale et romantique à souhait. Inconditionnels, soyez aux aguets !

Zo Toniaina

Midi Madagasikara0 partages

Problèmes sociaux : Le FFKM interpelle le pouvoir

Les quatre chefs d’église du FFKM étaient présents pendant trois jours à Mananjary.

Les chefs d’église ne cessent de tirer la sonnette d’alarme sur la réalité socio-économique dans le pays.

Le Conseil Œcuménique des Eglises Chrétiennes de Madagascar (FFKM) a tenu pendant trois jours à Mananjary, du 29 novembre au 1er décembre, la 42e réunion de son comité central. La rencontre a vu la participation des quatre chefs d’église dont Dr Rakotonirina Davida (FLM), Dr Irako Ammi Andriamahazosoa (FJKM), Mgr Samoela  Jaona Ranarivelo (EEM) et Mgr Odon Arsène Razanakolona (ECAR). Dans sa déclaration finale, le FFKM interpelle le pouvoir en place sur les problèmes socio-économiques auxquels sont quotidiennement confrontés les Malgaches. Les quatre chefs d’église demandent ainsi aux dirigeants d’établir un chronogramme pour la résolution de ces problèmes. « Le vœu exprimé par le FFKM lors de la 41e réunion de son comité central tenu à Tsiroanomandidy n’est pas encore exaucé. L’église semble prêcher dans le désert. », déplore la déclaration du Conseil des églises chrétiennes. Par ailleurs, le FFKM réitère sa détermination à lutter contre toute forme d’impunité et d’instrumentalisation du peuple à des fins uniquement électoralistes. Les quatre chefs d’église dénoncent également dans leur déclaration le fait que la corruption continue de sévir dans la société malgache.

Présidence tournante. Le FFKM a été présidé pendant l’année 2019 par le Dr Irako Ammi Andriamahazosoa de la FJKM. Dans quelques jours et suivant le système de la présidence tournante, ce dernier passera le flambeau au Dr Rakotonirina Davida de l’église luthérienne. Visiblement, les Chefs d’église du FFKM essaient toujours de se poser en « raiamandreny » dans la société. Quant au Conseil œcuménique des églises chrétiennes, il a toujours joué son rôle dans la résolution des crises politiques à Madagascar. Son intervention avait conduit en 1991 à la signature de la fameuse Convention du 31 octobre. Mais, ces dernières années, il semble que ces « raiamandreny am-panahy » ne sont plus écoutés. D’autres structures ont été mises en place, pour ne citer que le CFM (Conseil du Fampihavanana Malagasy). La mise en place de ce dernier est prévue par la Constitution, mais son utilité et son efficacité divisent l’opinion. A noter que le CFM tient depuis hier, à Ampefiloha, sa quatrième session ordinaire de cette année 2019. Son vice-président Jean a profité de la cérémonie d’ouverture de cette session pour lancer un appel au calme et à l’apaisement en attendant la proclamation des résultats officiels des Communales du 27 novembre dernier.

Eugène
Midi Madagasikara0 partages

Handisport – CCCHOI : Les athlètes malgaches fin prêts à arracher les médailles d’or

Les membres du Madagascar Paralympic Commitee.

La 18e édition de la Coupe des Clubs Champions Handisports de l’Océan Indien (CCCHOI) commencera ce jour et cela jusqu’au dimanche sur trois sites de la Capitale, à savoir au Palais des Sports, au CBT Mahamasina et à l’ANS Ampefiloha. Une conférence technique s’est tenue hier pour la mise au point finale du Madagascar Paralympic Commitee (MCP).En effet, 140 athlètes disputeront les titres pour les quatre disciplines sportives. Madagascar a toujours recueilli la médaille d’or en basketball. Après l’ouverture officielle, les basketteurs malgaches entreront tout de suite en scène à 11h. D’emblée, l’équipe de Fanantenana Atsimo Andrefana et Coshap Analamanga sont prêts à relever encore une fois le défi, avec l’équipe Ascupsh Analamanga. La pétanque sera au menu ce vendredi au CBT. La Grande Ile sera représentée par le duo François de l’Ascupsh Analamanga et Manamby-Maholy de Vakinankaratra pour les déficients physiques. Tandis que Nambinina et Farantsa de l’Assa Analamanga avec Zaka et Ezekiela d’Atsinanana pour les déficients auditives. L’équipe de PH Pro Betsiboka et Coshap Analamanga seront nos porte-fanions en tennis sur fauteuil hommes et dames, pour un match qui se déroulera à l’ANS Ampefiloha. Madagascar n’alignera aucun athlète pour le boccia faute de pratiquants à cette discipline.

« Les personnes en situation d’handicap ont aussi participé au développement du sport malgache. A travers ce tournoi, la perception de chacun envers eux devrait changer » a souligné le président d’honneur Raoul Patrice. Pour l’occasion, le MCP a lancé un appel à tous les partenaires de soutenir les athlètes malgaches durant ce rendez-vous indianocéanique. La Journée internationale des personnes handicapées, ce jour, sera marquée tout au long de la compétition.

Manjato Razafy

Midi Madagasikara0 partages

Circulations à Antananarivo : Des mesures draconiennes pour éradiquer les embouteillages

Face à la recrudescence des embouteillages qui paralysent la circulation dans la ville d’Antananarivo et ses environs ces derniers temps, la police nationale va adopter une nouvelle stratégie. Cela entre dans le cadre du projet « Quick win » du ministère de la Sécurité Publique dont l’objectif consiste à obtenir des résultats dans la plus courte durée. Hier, le Ministre de la Sécurité Publique, le Contrôleur Général de Police Roger Rafanomezantsoa et les hauts responsables de ce département ainsi que les chefs de tous les commissariats existant dans les districts formant le Grand Tana ont rencontré la presse pour expliquer ce projet qui porte sur trois axes à savoir : la mobilité urbaine, la prévention des infractions, ainsi que la lutte contre les actes de banditisme. A l’approche des fêtes de fin d’année, la police nationale a défini comme priorité des priorités la mobilité urbaine c’est-à-dire l’amélioration de la circulation dans la Capitale et ses environs. Pour ce faire, la police nationale va déployer tous les moyens dont elle dispose. En dehors du redéploiement au maximum des policiers qui vont assurer la circulation, des caméras de surveillance seront installées dans les axes sensibles aux embouteillages. Les policiers de la circulation seront équipés de radios pour faciliter la communication entre eux afin de coordonner leurs interventions. Des mesures strictes seront appliquées pour contrôler les circulations des pousses, des charrettes, et des deux roues. Pour appliquer ces mesures, les huit ronds-points les plus affectés par les embouteillages dans la ville d’Antananarivo seront considérés comme zones pilotes. L’enlèvement des automobiles stationnées sur les bords de la rue et sur les trottoirs est envisagé. Cela devra se faire avec la commune urbaine d’Antananarivo. En manifestant sa détermination à mener à bien ces dispositions, le Ministre souhaite l’adhésion de la population dans ce projet. « Cela est à commencer par le changement de comportement de tout un chacun», souligne-t-il.

T.M.

Midi Madagasikara0 partages

Farafangana : « Sera’BE ny Asa » se décentralise

: La ministre Gisèle Ranampy lors de l’ouverture du « Sera’BE ny Asa » à Farafangana.

Après Antananarivo et Toamasina, c’est le district de Farafangana, dans la région d’Atsimo Antsinanana, qui a accueilli pendent le week- end dernier la troisième édition du « Sera’Be ny Asa ». La ministre du Travail, de l’Emploi, de la Fonction Publique et des Lois Sociales Gisèle Ranampy a fait le déplacement sur place pour l’ouverture de cet événement spécialement dédié aux jeunes en quête de travail et d’emploi. De nombreux stands ont été installés au stade de Farafangana pour l’accueil de l’événement.

Appui aux jeunes. Dans son discours d’ouverture de samedi dernier, la ministre du Travail, de l’Emploi, de la Fonction Publique et des Lois Sociales Gisèle Ranampy a souligné que le « Sera ‘BE ny Asa » a pour objectif d’appuyer les jeunes dans leur recherche d’emploi. « C’est aussi un espace pour des échanges, des partages d’expériences et d’informations. L’événement permet également de dispenser des formations et de donner des conseils aux jeunes. », a-t-elle déclaré. Des responsables au sein du ministère ont fait savoir que des efforts particuliers seront déployés pour la création d ‘emplois et le « Sera’BE ny Asa » sera organisé dans d’autres régions de Madagascar.

Recueillis par R. Eugène

Midi Madagasikara0 partages

OMDA : Francis Turbo Elu Président du Conseil d’Administration

Nommé Directeur Général  de la culture le mois de février dernier, l’humoriste Francis Turbo est élu Président du Conseil d’Administration du bureau des droits d’auteur de l’OMDA Faravohitra. Il exercera ses fonctions en tant que PCA pendant 3 ans.

Issouf Heridiny

Midi Madagasikara0 partages

Services externalisés : Opportunités à saisir pour les jeunes, selon Cosourcing et le Groupe Agir

L’équipe de Cosourcing et celle du Groupe Agir, lors de la journée de reboisement.

Les compétences existent à Madagascar pour satisfaire la demande sur le marché international de l’Outsourcing. Les jeunes doivent entreprendre, selon Fabrice Thiroux vice-président et directeur en Métiers et Développement Groupe AGIR France.

 L’outsourcing n’est pas réservé uniquement aux entrepreneurs étrangers ! C’est ce qu’ont soutenu Charles Andrianambinintsoa, directeur général de Cosourcing et Fabrice Thiroux du Groupe Agir basé en France. En effet, Cosourcing est une entreprise malgache spécialisée dans les services externalisés qui avait le Groupe Agir comme premier client et qui a connu de grands succès. « Au départ, cette entreprise malgache a commencé avec 4 employés. Aujourd’hui, elle dispose de 70 collaborateurs, ce qui représente une belle évolution, en opérant dans le global business, la comptabilité, la gestion de paie, les ressources humaines, les services liés aux sites web, l’accueil, la CPF, etc. C’est un bon exemple à suivre. Il y a deux jours, il y avait un appel d’offre émis de la France, pour la soutraitance de la gestion de paie. Il y a une semaine, ce genre de service n’existait même pas. C’est pour dire que le monde change vite. On vit une révolution vers une société où le travail est partagé. Nous sommes dans l’ère digitale et au temps des smartphones. Il n’y a plus de différence entre ici et ailleurs, car les formations et les informations sont accessibles partout. C’est pour cela que je dis souvent aux jeunes : Si vous voulez un travail, créez-le », a indiqué Fabrice Thiroux.

Accès au marché. Pour sa part, Charles Andrianambinintsoa a mis en avant les compétences des jeunes malgaches. « Il faut enlever de l’esprit cette idée qui dit que les étrangers sont meilleurs que nous. Les Malgaches sont compétents. Il faut discuter d’égal à égal d’autant plus qu’on est aujourd’hui sur le même niveau d’information et de formation. Nos jeunes ont de très bonnes idées. Mais il y a une barrière psychologique qui bloque ces jeunes, alors qu’en réalité, cette barrière ne devrait même pas exister. Par ailleurs, à Madagascar, nous avons tendance à être trop individualiste, alors qu’il faut créer des réseaux. C’est ce que font ceux qui réussissent à l’étranger. Lorsqu’on est petit, on a du mal à obtenir des contrats et on est plus vulnérable. Les jeunes doivent savoir que l’avenir appartient aux coopératives d’indépendants, car les compétences ne s’additionnent pas, elles se factorisent », a-t-il soutenu. Bref, ces deux entrepreneurs qui encouragent les jeunes malgaches à se lancer dans l’entrepreneuriat affirment que le marché de l’outsourcing peut être accessible pour les jeunes malgaches, surtout aujourd’hui où les dirigeants projettent de mettre en place des structures pour favoriser les projets d’entreprises. Outre ces activités productives, les dirigeants de Cosourcing et du Groupe Agir ont également soutenu l’importance de la responsabilité sociétale des entreprises. D’ailleurs, les deux entités ont organisé, samedi dernier, une journée de reboisement. Outre la protection de l’environnement, elles soutiennent également les orphelinats.

Antsa R.

Midi Madagasikara0 partages

Communales : la messe est presque dite

La messe semble être dite. Même si on ne peut préjuger des résultats que la CENI va bientôt publier, on peut dire que l’on connaît le nom du maire de la Capitale. Les chiffres parvenus à Alarobia permettent de dire que Naina Andriantsitohaina va diriger la CUA durant les quatre années à venir. C’est une tâche particulièrement difficile qui l’attend. Les défis qu’il doit relever sont immenses. L’embellissement de la ville, son assainissement et la réorganisation des services de voirie sont ses premières priorités. Ses bonnes relations avec le régime sont un atout important et il ne devrait pas redouter de manifestations d’hostilité de la part des Tananariviens qui attendent de le voir agir.

Communales : la messe est presque dite

Les résultats de tous les bureaux de vote de la Capitale sont arrivés au siège de la CENI. Ils sont encore officieux, mais ils ne devraient pas être différents de ceux qui seront publiés officiellement après l’examen des requêtes déposées auprès du juge administratif. On peut dire que la messe est dite. Le nouveau maire a d’immenses responsabilités à assumer. Il doit tout de suite agir. Les habitants de la Ville des Mille veulent très vite du concret. La majorité d’entre eux n’a pas voté du tout, mais elle compte le voir à l’œuvre. Les propos qu’il a tenus durant la campagne électorale montrent qu’il a un véritable programme de redressement de la ville d’Antananarivo. D’ores et déjà, il devra mettre en place un service d’enlèvement des ordures efficace. La réglementation d’un trafic qui asphyxie la ville et qui génère ces embouteillages monstres est aussi une priorité. La réorganisation des marchés et la fin de l’anarchie dans ce secteur sont tout aussi importantes. Tout cela ne se fera pas en un jour. II lui faudra de la patience et de la persuasion, mais aussi une volonté sans faille.

Patrice RABE

Midi Madagasikara0 partages

Football – Pro Ligue : CNaPS Sport et COSFA au coude à coude

Si la sixième journée de Pro League a été prolifique en buts, 21 au total, elle n’a pas pour autant réussi à bouleverser la hiérarchie avec deux clubs à 16 sur 18 points possibles. La CNaPS Sport et le COSFA prennent de la marge en attendant le retour de Fosa Juniors qui a encore trois matches en retard

Qui va pouvoir arrêter la CNaPS Sport dans cette course au titre de Pro League. La question reste d’actualité surtout que l’équipe vient de battre un autre prétendant en l’occurrence l’AS Adema dont le compteur reste bloqué à 8 points.

Prétendants. Dimanche en tout cas, la victoire de 2 buts à 0 de la CNaPS Sport devant l’AS Adema ne souffre d’aucune discussion. C’était dimanche au complexe sportif de Vontovorona. Une sévère défaite pour l’AS Adema qu’on plaçait bien avant parmi les prétendants de la course au titre.

Aujourd’hui il va falloir aux gars d’Ivato réviser leurs ambitions à la baisse car les autres clubs ne baissent pas les bras.

A commencer par Fosa Juniors qui retrouvent le sourire après cette précieuse victoire contre JET Mada à Mahajanga. Autant dire que Tsalo et ses camarades sont arrivés à un mauvais moment en rencontrant Fosa qui venait d’être battu par le COSFA.

Maintien. Fosa avait alors plus besoin d’une victoire que JET qui cale à la 5ème place. Le but marqué très tôt par Besna à la demi-heure de jeu vint précipiter les choses. Et quand Jean Yves doubla la mise à la 57ème mn, on savait que les carottes étaient cuites.

L’Ajesaia qui, avec un match en moins, occupe la troisième place avec 13 points incluant cette victoire de 1 à 0 contre Zanakala qui est toujours à la recherche de son tout premier point au même titre que le Club lanterne rouge grâce notamment à un goal average plus accablant de – 25 contre -9 pour les Fianarois.

Elgeco Plus bien que 4ème au classement, a encore du mal à convaincre et expliquer ce nul de 3 à 3 concédé à Ampasambazaha face au FCA Ilakaka.

Le 3FB sort de la zone rouge en se hissant à la 8ème place après sa nouvelle victoire de 2 à 1 devant Tia Kitra qui, on le sait, piaffe d’impatience pour retrouver le Stadium de Barikadimy et reprendre des couleurs même si sa 9ème place actuelle cadre mieux avec ses ambitions de maintien.

Clément RABARY

Midi Madagasikara0 partages

Loi de finances : Un objectif de 4 029 milliards de recettes fiscales pour 2020

Performance et efficacité de l’administration dans l’objectif de réaliser des recettes optimales. Tel est le leitmotiv du gouvernement pour réaliser les objectifs du futur Plan Emergence Madagascar.

Pour les recettes fiscales par exemple, l’objectif est pour cette année est de faire rentrer dans les caisses de l’Etat 4.029 milliards d’ariary contre 3.173 milliards d’ariary en 2019. « En matière de recettes, l’administration consent à optimiser les politiques fiscales » lit-on notamment dans l’exposé des motifs de la loi de finances 2020 qui, rappelons-le, a été présentée samedi dernier, en séance plénière, à l’Assemblée nationale par une équipe dirigée par le ministre de l’Economie et des Finances Richard Randriamandrato et adoptée par les députés.

Ambitieux

L’atteinte de ces objectifs ambitieux se fera notamment par « l’amélioration de la gestion de la TVA, l’optimisation du contrôle fiscal ainsi que l’application des mesures d’orientations fiscales et douanières. En outre, l’élargissement de l’assiette fiscale fera l’objet d’une attention particulière, dont l’identification des personnes imposables ainsi que le renforcement de la lutte contre les infractions et délits fiscaux. De nouvelles initiatives, telles que l’ouverture de nouveaux centres fiscaux afin d’assurer la proximité des services vis-à-vis des contribuables et la mise en œuvre de la stratégie de contrôle des zones franches seront également entreprises. Pour l’année 2020, les variations des recettes fiscales nettes connaîtront une augmentation de l’ordre de 21.0% par rapport à l’année 2019 ». Cette performance s’appuiera sur la hausse des recettes fiscales intérieures de 27.3% et celle des recettes douanières de 13.9%. Cela correspondra à une augmentation de 0.8 du taux de pression fiscale qui était de 10.7% en 2019 et passera à 11.5% du PIB en 2020. Les recettes non fiscales feront l’objet d’une forte croissance de 95.9%, elles passeront en effet de 102.2 milliards d’ariary à 200.3 milliards d’ariary en 2020. Cette augmentation est expliquée par l’intégration de la gestion des comptes de commerce au sein du budget général.

Outil de développement

Parmi les mesures fiscales prises,  on peut notamment citer le rehaussement du droit d’accise sur certains produits. Comme le jus de fruit qui passe de 25 ariary par litre depuis 2005, à 100 ariary par litre à partir de 2020. La bière sera taxée de 600 ariary par litre de droit d’accise contre 200 ariary depuis 2005. Les fumeurs, quant à eux, brûleront à partir de cette année, beaucoup plus d’argent parce que les cigarettes seront frappées d’un droit d’accise de 1.390 ariary par paquet de 20. Par ailleurs, le droit d’accise sur les pierres précieuses et semi précieuses sera restitué. Pour les télécommunications, le droit d’accise passera de 8% à 10%. Outre les mesures relatives aux taux des impôts les efforts se feront également à travers l’instauration et vulgarisation du paiement en ligne par « e-Hetra » et par téléphonie mobile. Comme la politique fiscale est également un outil pour le développement, l’exécutif vise à assurer la relance économique, notamment à travers l’exonération de l’importation et la vente des matériels et équipements pour l’industrie agroalimentaire. Il s’agira également d’atteindre les objectifs dans les différents projets permettant la réalisation de la politique générale de l’Etat (PGE) dans le domaine de la santé, du foncier l’environnement et de l’éducation. Ces objectifs seront atteints à travers la suspension de la perception du droit de succession et du droit d’enregistrement sur les actes de partages issus de la succession, l’exonération à la TVA du gaz domestique l’exonération des produits contraceptifs.

Partenaires économiques et financiers

En tout cas, la loi de finances 2020 met en exergue la volonté du régime actuel de réaliser des efforts particuliers pour financer le programme économique pour l’Emergence. Une volonté qui est susceptible de gagner la faveur des partenaires économiques et financiers qui ont multiplié ces derniers temps l’octroi d’aides financières qui se sont manifestées par les nombreuses signatures de convention de financements. Sur ce point d’ailleurs, le ministère de l’Economie et des Finances et l’Agence Française de Développement (AFD) signeront, cette semaine une subvention relative à la mise à disposition d’un fonds destiné au financement d’études ou expertises, d’identification ou de faisabilité de projets sectoriels ou institutionnels,  en amont de l’octroi de nouveaux concours de l’Agence pour les années 2019 et 2020 dans des différents secteurs. On apprend par ailleurs que grâce à ce raffermissement de la confiance des PTF, les aides budgétaires pour l’année 2020 devront évoluer positivement selon les différentes négociations en cours et à venir. Ainsi, pour 2020, les dons prévus seraient à hauteur de 1.474.0 milliards d’ariary.

R.Edmond.

Midi Madagasikara0 partages

Journée nationale de la Nutrition : Tsinjoarivo Imanga, premier village de nutrition

Légende : Le médecin Solofonirina Lucie était la principale intervenante lors de la conférence à l’ONN, elle était accompagnée des partenaires traditionnels : MAEP et Unicef. (crédit photo : Anja)

C’est lors d’une conférence de presse qui s’est tenue au siège de l’ONN (Office National de la Nutrition) à Anosy le 02 décembre 2019 qu’il a été annoncé que le premier village de nutrition sera lancé officiellement le jeudi 06 décembre dans la région Bongolava, dans la commune de Tsinjoarivo Imanga. Il s’agit d’une initiative fruit de la collaboration multisectorielle entre tous les acteurs de la lutte contre la malnutrition à Madagascar, issus du secteur privé, de la société civile mais également des partenaires traditionnels techniques et financiers.

Coup de pouce. « Le point le plus important dans la mise en place de ce projet est l’appropriation des bénéficiaires » a expliqué le Dr Solofonirina Lucie, coordonnateur national de l’ONN lors de la conférence. Il ne s’agit donc que d’un léger coup de pouce de la part des partenaires car le reste se fera avec la volonté d’instaurer un village de nutrition dont font preuve les bénéficiaires mais aussi de leur capacité de leadership. D’ailleurs, c’est ce qui explique le choix de la commune de Tsinjoarivo Imanga où la population a montré un réel engagement pour sortir de la malnutrition. Toujours selon les explications du Dr Solofonirina Lucie, « On peut déjà trouver beaucoup d’infrastructures dans cette commune, cantine scolaire, l’eau potable au sein de chaque ménage, des centres de soins et beaucoup d’autres encore » ; tout cela pour dire que les dirigeants et les habitants sont prêts à mener la lutte contre la malnutrition et ce même s’ils ne disposent que du minimum. Mais ce n’est pas le seul facteur qui a favorisé le choix de cette commune de Bongolava car il faut aussi savoir que la région figure parmi les cinq les plus touchées par la malnutrition à Madagascar.

Se liguer pour éradiquer la malnutrition. Le défi est de confirmer qu’un ensemble d’actions ciblées par tous les intervenants au niveau d’une zone bien déterminée assure l’atteinte des objectifs de la Politique nationale de Nutrition et des objectifs du Développement Durable (ODD). Ensuite, les initiateurs de ce programme comptent faire de ce premier village de nutrition une vitrine qui permettra, par la suite, de mener les mêmes actions dans les autres régions de la Grande Île.

Anja RANDRIAMAHEFA

Midi Madagasikara0 partages

Ministère de l’Education nationale : Rentrée solennelle 2019-2020 à Manakara

La culture locale était à l’honneur lors de la cérémonie de la rentrée solennelle 2019-2020 à Manakara.

La rentrée solennelle a eu lieu cette année dans la région Vatovavy Fitovinany. La cérémonie a débuté le vendredi 29 novembre 2019 avec une exposition portant sur tous les projets gouvernementaux concernant l’éducation à Madagascar. C’est là qu’on a pu apprendre que des « Sekoly manara-penitra » sont en cours de création dans quatre districts de la région Vatovavy Fitovinany, à savoir Manakara, Mananjary, Vohipeno et Farafangana. On a également entendu dire, lors de cette rentrée solennelle, que plusieurs établissements publics, lycées et CEG, vont être équipés d’ordinateurs et de tablettes. En tout, ce seront 44 lycées et 56 CEG sur l’ensemble du territoire qui vont bénéficier de ces matériels, dans le but de favoriser l’accès à l’informatique pour tous les enfants malgaches. A noter toutefois que ces équipements se destinent en premier lieu aux écoles bénéficiaires du projet AQUEM (Projet amélioration de la qualité de l’éducation) et PIFTIC (Point d’Information et Formation utilisant les TIC).

Une fête de deux jours. La cérémonie a duré deux jours parce que l’exposition s’est poursuivie le samedi 30 novembre 2019 à Manakara. Et tout au long de cette cérémonie de la rentrée solennelle, de nombreuses nouvelles sont tombées : les parents qui ont suivi la formation des parents ont reçu leurs certificats, les partenaires qui œuvrent dans le milieu de l’éducation à Madagascar ont pu exposer leurs activités et offres au public, les différents projets en cours du MENETP ont été présentés, et les enfants se sont amusés (danse, carnaval, etc.).

Anja RANDRIAMAHEFA

Madagate0 partages

Antananarivo. Communales 2019. Résultats provisoires finaux