Les actualités Malgaches du Dimanche 03 Décembre 2017

Modifier la date
Madaplus.info191 partages

Canada: « MADAGASCAR TV » 1 ère émission TV de la diaspora Malagasy, diffusée au Canada.

Nous apprenons avec grand plaisir la 1ère diffusion le 13 novembre 2017 dernier de Madagascar Tv de nos compatriotes du Canada. Une émission diffusée en direct tous les jours sur la chaîne publique ICI Télévision ( Canal international au Canada et sur internet au www.icitelevision.ca
Le fondateur de cette émission est Bary Randresy ( Randresiarisoa), juriste de formation, journaliste, collaborateur de presse et membre de l’Association des Journalistes indépendants du Québec. Président fondateur de l’Association Diaspora Malagasy du Canada. Président du FIVMPAMA Canada et membre de différentes associations
Selon son fondateur, Madagascar TV est une émission Malagasy; par la diaspora et pour la diaspora et Madagascar. Diffusée en langue Malagasy elle vise à promouvoir la culture Malagasy.
Nous souhaitons bon vent à cette nouvelle émission malagasy au Canada!
Contacts et communications :
Page Facebook : ‘’ Madagascar TV’’.
E-mail: baryrandresy@hotmail.com

Orange Madagascar56 partages

Passation de collier entre la Présidente locale 2017 et la Présidente locale 2018 de la JCI Antananarivo

La dernière assemblée générale de la JCI Antananarivo s’est tenue dans la matinée du samedi 02 décembre 2017 au le Pavé, Antaninarenina. Ce fût l’occasion pour la Présidente sortante, Valérie Andrianavalona, de rendre le rapport d’activités de son mandat en 2017 et aussi l’occasion de faire la passation de collier entre elle et la Présidente entrante, Anissa Ratovondrahona.

Anissa Ratovondrahonaa intégré la JCI Antananarivo en 2013. Elle a occupé plusieurs postes dont celui de la vice-présidente exécutive, dernièrement. Elle travaille dans le monde informatique. Elle est passionnée de lecture et de développement personnel. Son rêve est de voir «l’amélioration de la qualité de l’éducation et du niveau de civisme des adultes de demain, parce que ce sont les dirigeants de l’avenir ».

Anissa Ratovondrahonaambitionne, ambitionne de faire de la JCI Antananarivo l’organisation qui forme les bons et grands leaders et de faire contribuer les jeunes à l’atteinte des objectifs du développement durable. Les projets du mandat seront orientés sur les 4 axes ci-après : le développement decompétence des membres, l’éducation et l’autonomisation économique, l’environnement et durabilité et le développement durable.

La Présidente Locale 2018 de la JCI Antananarivo a choisi pour son mandat le leitmotiv « Lead by Example». Les gens accordent plus d’importance à ce qu’ils voient qu’à ce qu’ils entendent, et il serait mal aisé d’exiger et de demander des changements aux autres si nous même nous ne changeons pas de comportement face à ce que nous jugeons contraire à nos valeurs et ne nous permettent pas de créer des changements positifs. Une invitation aux membres à exploiter leur sens du BE BETTER et à cultiver l’excellence, afin de donner aux autres aussi l’envie de faire mieux et de devenir meilleur dans tous les aspects de leur vie.

Les plans d’actions pour la mise en œuvre des projets de développement présentés par la Présidente Locale 2018 sont basés sur l’amélioration et le renforcement de la capacité de leadership des membres, le développement de l’organisation, la collaboration avec les partenaires et l’impact durable qui répondent aux vrais besoins de la société.

Madagate5 partages

JCI Antananarivo. Anissa Ratovodrahona succède à Valérie Andrianavalona

La Jeune Chambre Internationale (JCI) est une fédération mondiale de jeunes citoyens actifs âgés de 18 à 40 ans. Elle est présente dans près de 117 pays dans le monde dont Madagascar. Sa mission est d’offrir des opportunités de développement aux jeunes en leur donnant la capacité de créer des changements positifs.

A savoir que :

* La vision de la JCI d’ici 2030, est d’être l’organisation qui unit tous les secteurs de la société pour créer un impact durable

* L’organisation œuvre dans la recherche de solutions pérennes face aux problèmes de la communauté en appliquant le cadre du JCI Citoyen actifqui consiste à analyser les vrais fonds de chaque problème et àformuler et mettre en place des stratégies en fonction de ceux-ci.

La JCI Madagascar

La Jeune Chambre Internationale de Madagascar (JCIM) a été créée en 1959 par Charles ANDRIANTSITOHAINA, un sénateur JCI. L'affiliation définitive a été votée lors du Congrès Mondial à Paris en 1961. Le mouvement apolitique est mis en veilleuse durant le régimesocialiste que le gouvernement de l’époque a choisi d’exercer, ce qui est contraire à l’idéologie et au CREDO de la Jeune Chambre.

En 1987, grâce à la solidarité de la Jeune Chambre Économique (JCE) de France et Suisse, et l'enthousiasme de jeunes malgaches en l’occurrence le sénateur Christian RAZAFIMBAHINY, la JCE Madagascar renaît. En 2006, les membres adoptent la nouvelle dénomination de l'organisation. La Jeune Chambre Économique de Madagascar devient alors la Jeune Chambre Internationale de Madagascar.

Dernière Assemblée générale de la JCI Antananarivo pour l’année 2017

La dernière assemblée générale de la JCI Antananarivo s’est tenue dans la matinée du samedi 02 décembre 2017 au le Pavé, Antaninarenina. Ce fut l’occasion pour la Présidente sortante, Valérie ANDRIANAVALONA, de rendre le rapport d’activités de son mandat en 2017 et aussi l’occasion de faire la passation de collier entre elle et la Présidente entrante, Anissa RATOVONDRAHONA.

Anissa Ratovondrahona a intégré la JCI Antananarivo en 2013. Il a occupé plusieurs postes dont celui de vice-présidente exécutive, dernièrement. Elle travaille dans le monde de l'informatique. Elle est passionnée de lecture et de développement personnel. Son rêve est de voir «l’amélioration de la qualité de l’éducation et du niveau de civisme des adultes de demain, parce que ce sont les dirigeants de l’avenir».

Anissa Ratovondrahona ambitionne, de faire de la JCI Antananarivo l’organisation qui forme les bons et grands leaders et de faire contribuer les jeunes à l’atteinte des objectifs du développement durable. Les projets du mandat seront orientés sur les 4 axes ci-après:

-le développement de compétence des membres,

-l’éducation et l’autonomisation économique,

-l’environnement et durabilité, et

-le développement durable.

La Présidente Locale 2018 de la JCI Antananarivo a choisi pour son mandat le leitmotiv «Lead by Example». Les gens accordent plus d’importance à ce qu’ils voient qu’à ce qu’ils entendent, et il serait mal aisé d’exiger et de demander des changements aux autres si nous même nous ne changeons pas de comportement face à ce que nous jugeons contraire à nos valeurs et ne nous permettent pas de créer des changements positifs. Une invitation aux membres à exploiter leur sens du «BE BETTER» et à cultiver l’excellence, afin de donner aux autres aussi l’envie de faire mieux et de devenir meilleur dans tous les aspects de leur vie.

Les plans d’actions pour la mise en œuvre des projets de développement présentés par la Présidente Locale 2018 sont basés sur l’amélioration et le renforcement de la capacité de leadership des membres, le développement de l’organisation, la collaboration avec les partenaires et l’impact durable qui répondent aux vrais besoins de la société.

Contact:

Anissa Oniniaina RATOVONDRAHONA

Présidente locale 2018

JCI Antananarivo (JCI Madagascar)

E-mail: Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.

Madagascar Tribune0 partages

Six débats télévisés prévus à la TVM et RNM, deux opposeront Ravalomanana et Rajoelina

Six débats télévisés dont deux opposeront directement les deux candidats qualifiés au second tour de l’élection présidentielle, c’est ce que la Commission électorale nationale indépendante (Ceni) organisera avec les chaînes de télévision et radio nationales malgaches (TVM, RNM) du 4 au 16 décembre prochain. Cette nouvelle disposition entre dans le cadre du renforcement de la communication des organisations de l’élection pour le second tour, a expliqué Thierry Rakotonarivo, vice-président de la CENI. 

Les deux débats qui réuniront sur un même plateau Andry Rajoelina et Marc Ravalomana auront lieux les dimanches 9 et 16 décembre prochain. Entre les deux débats, quatre autres seront programmés, à raison de deux débats par semaine. Ils opposeront notamment les partisans des deux finalistes de l’élection présidentielle malgache. 

Pour l’instant, la Ceni n’a pas encore communiqué plus de détails sur ces six débats. Les sujets à débattre devraient normalement revenir aux journalistes des deux chaines nationales. Les noms des journalistes qui animeront ce face-à-face ne sont pas encore connus, mais il se peut que cela revienne d’office aux journalistes chevronnés de la télévision et radio nationale malgache, en la personne de Johary Ravoajanahary et de Tsitohaina Ramarolahy. 

Outre l’explication sur les portées sociaux et économiques des programmes électoraux des deux protagonistes du 2nd tour, les amateurs de bonne guerre politique s’attendront notamment à ce qu’ils reviennent en arrière et fassent des révélations sur la crise de 2009. Une crise qui a alimenté leur rivalité jusqu’à ce jour.

La question qui taraude l’esprit des citoyens lambda et notamment de la classe politique reste l’issue de cette élection présidentielle : est-ce que les candidats habitués à mener des manifestations politiques dans les rues (2001 pour Marc Ravalomanana et 2009 pour Andry Rajoelina) accepteront-ils le verdict des urnes ? D’autant plus que tous les nécessaires sont faits pour qu’elle soit transparente ? Ou iront-ils jusqu’à déclencher une nouvelle crise qui confirmera que la tension reste encore vive entre eux ? 

Sur le plan social, beaucoup de téléspectateurs attendent à ce que les deux candidats se prononcent sur des projets comme le renforcement du niveau dans le milieu éducatif, la gratuité de la santé et la lutte contre la sécurité dans le pays, l’amélioration du pouvoir d’achat (prix des carburants, prix des produits de première nécessité trop élevés) d’autant plus que les deux candidats ont déjà dirigé le pays auparavant.

Les questions sont en effet nombreuses, mais est-ce que les journalistes fonctionnaires qui poseront les questions oseront-ils malmener les futurs présidents de la République pour l’honneur de la profession ou les brosseront dans le sens du poil pour faire les yeux doux à l’un de leur probable futur patron ? 

Madagascar Tribune0 partages

Pluie de déclarations de soutien en faveur de Marc Ravalomanana

Après l’annonce des candidats, Hery Rajaonarimampianina (8,82% des suffrages exprimés), du Pasteur Mailhol (1,27%), de Paul Rabary et de Roland Ratsiraka de ne se rallier à aucun des deux qualifiés au second tour de la présidentielle, les déclarations de soutien en faveur Marc Ravalomanana se multiplient. Ce week-end, Imbeh Jovial et James Ratsima ont emboité le pas à Fanirisoa Ernaivo en déclarant leur soutien à l’ancien président de la République déchu en 2009.

Samedi dernier, le candidat malheureux et ancien ministère de Budget de Marc Ravalomanana, Radavidson Andriamparany, s’est rendu au quartier général du KMMR à Bel’Air Ampandrana. Accompagné d’anciens militants du TIM, comme Yves Aimé, il a rencontré le candidat N° 25 pour certainement confirmer leur nouvelle alliance. Des députés ayant auparavant décidés de rejoindre le HVM du président sortant, ainsi que les notables Betsileo se sont également relayés pour rencontré le candidat N°25 à son QG.

L’artiste Ninie Donia qui faisait partie de 10 candidats recalés par la Haute cour constitutionnelle (HCC), le célèbre acteur Rajao (Malok’Ila) qui en 2013 a largement soutenu le candidat officiel du TGV, Edgard Razafindravahy, ont également annoncé leur soutien au candidat Marc Ravalomanana. Ce lundi après-midi, le candidat Ny Rado Rafalimanana devrait également effectuer une déclaration que beaucoup de ses partisans estiment en faveur du candidat N°25.

De son côté, Marc Ravalomanana continue son offensive de charme. Hier, il a rendu visite à Thérèse Zafy, veuve du feu président Albert Zafy, pour demander sa bénédiction

Madagascar Tribune0 partages

Six débats télévisés prévus à la TVM et RNM, deux opposeront Ravalomanana et Rajoelina

Six débats télévisés dont deux opposeront directement les deux candidats qualifiés au second tour de l’élection présidentielle, c’est ce que la Commission électorale nationale indépendante (Ceni) organisera avec les chaînes de télévision et radio nationales malgaches (TVM, RNM) du 4 au 16 décembre prochain. Cette nouvelle disposition entre dans le cadre du renforcement de la communication des organisations de l’élection pour le second tour, a expliqué Thierry Rakotonarivo, vice-président de la CENI. 

Les deux débats qui réuniront sur un même plateau Andry Rajoelina et Marc Ravalomana auront lieux les dimanches 9 et 16 décembre prochain. Entre les deux débats, quatre autres seront programmés, à raison de deux débats par semaine. Ils opposeront notamment les partisans des deux finalistes de l’élection présidentielle malgache. 

Pour l’instant, la Ceni n’a pas encore communiqué plus de détails sur ces six débats. Les sujets à débattre devraient normalement revenir aux journalistes des deux chaines nationales. Les noms des journalistes qui animeront ce face-à-face ne sont pas encore connus, mais il se peut que cela revienne d’office aux journalistes chevronnés de la télévision et radio nationale malgache, en la personne de Johary Ravoajanahary et de Tsitohaina Ramarolahy. 

Outre l’explication sur les portées sociaux et économiques des programmes électoraux des deux protagonistes du 2nd tour, les amateurs de bonne guerre politique s’attendront notamment à ce qu’ils reviennent en arrière et fassent des révélations sur la crise de 2009. Une crise qui a alimenté leur rivalité jusqu’à ce jour.

La question qui taraude l’esprit des citoyens lambda et notamment de la classe politique reste l’issue de cette élection présidentielle : est-ce que les candidats habitués à mener des manifestations politiques dans les rues (2001 pour Marc Ravalomanana et 2009 pour Andry Rajoelina) accepteront-ils le verdict des urnes ? D’autant plus que tous les nécessaires sont faits pour qu’elle soit transparente ? Ou iront-ils jusqu’à déclencher une nouvelle crise qui confirmera que la tension reste encore vive entre eux ? 

Sur le plan social, beaucoup de téléspectateurs attendent à ce que les deux candidats se prononcent sur des projets comme le renforcement du niveau dans le milieu éducatif, la gratuité de la santé et la lutte contre la sécurité dans le pays, l’amélioration du pouvoir d’achat (prix des carburants, prix des produits de première nécessité trop élevés) d’autant plus que les deux candidats ont déjà dirigé le pays auparavant.

Les questions sont en effet nombreuses, mais est-ce que les journalistes fonctionnaires qui poseront les questions oseront-ils malmener les futurs présidents de la République pour l’honneur de la profession ou les brosseront dans le sens du poil pour faire les yeux doux à l’un de leur probable futur patron ? 

Madagascar Tribune0 partages

Six débats télévisés prévus à la TVM et RNM, deux opposeront Ravalomanana et Rajoelina

Six débats télévisés dont deux opposeront directement les deux candidats qualifiés au second tour de l’élection présidentielle, c’est ce que la Commission électorale nationale indépendante (Ceni) organisera avec les chaînes de télévision et radio nationales malgaches (TVM, RNM) du 4 au 16 décembre prochain. Cette nouvelle disposition entre dans le cadre du renforcement de la communication des organisations de l’élection pour le second tour, a expliqué Thierry Rakotonarivo, vice-président de la CENI. 

Les deux débats qui réuniront sur un même plateau Andry Rajoelina et Marc Ravalomana auront lieux les dimanches 9 et 16 décembre prochain. Entre les deux débats, quatre autres seront programmés, à raison de deux débats par semaine. Ils opposeront notamment les partisans des deux finalistes de l’élection présidentielle malgache. 

Pour l’instant, la Ceni n’a pas encore communiqué plus de détails sur ces six débats. Les sujets à débattre devraient normalement revenir aux journalistes des deux chaines nationales. Les noms des journalistes qui animeront ce face-à-face ne sont pas encore connus, mais il se peut que cela revienne d’office aux journalistes chevronnés de la télévision et radio nationale malgache, en la personne de Johary Ravoajanahary et de Tsitohaina Ramarolahy. 

Outre l’explication sur les portées sociaux et économiques des programmes électoraux des deux protagonistes du 2nd tour, les amateurs de bonne guerre politique s’attendront notamment à ce qu’ils reviennent en arrière et fassent des révélations sur la crise de 2009. Une crise qui a alimenté leur rivalité jusqu’à ce jour.

La question qui taraude l’esprit des citoyens lambda et notamment de la classe politique reste l’issue de cette élection présidentielle : est-ce que les candidats habitués à mener des manifestations politiques dans les rues (2001 pour Marc Ravalomanana et 2009 pour Andry Rajoelina) accepteront-ils le verdict des urnes ? D’autant plus que tous les nécessaires sont faits pour qu’elle soit transparente ? Ou iront-ils jusqu’à déclencher une nouvelle crise qui confirmera que la tension reste encore vive entre eux ? 

Sur le plan social, beaucoup de téléspectateurs attendent à ce que les deux candidats se prononcent sur des projets comme le renforcement du niveau dans le milieu éducatif, la gratuité de la santé et la lutte contre la sécurité dans le pays, l’amélioration du pouvoir d’achat (prix des carburants, prix des produits de première nécessité trop élevés) d’autant plus que les deux candidats ont déjà dirigé le pays auparavant.

Les questions sont en effet nombreuses, mais est-ce que les journalistes fonctionnaires qui poseront les questions oseront-ils malmener les futurs présidents de la République pour l’honneur de la profession ou les brosseront dans le sens du poil pour faire les yeux doux à l’un de leur probable futur patron ? 

Madagascar Tribune0 partages

Pluie de déclarations de soutien en faveur de Marc Ravalomanana

Après l’annonce des candidats, Hery Rajaonarimampianina (8,82% des suffrages exprimés), du Pasteur Mailhol (1,27%), de Paul Rabary et de Roland Ratsiraka de ne se rallier à aucun des deux qualifiés au second tour de la présidentielle, les déclarations de soutien en faveur Marc Ravalomanana se multiplient. Ce week-end, Imbeh Jovial et James Ratsima ont emboité le pas à Fanirisoa Ernaivo en déclarant leur soutien à l’ancien président de la République déchu en 2009.

Samedi dernier, le candidat malheureux et ancien ministère de Budget de Marc Ravalomanana, Radavidson Andriamparany, s’est rendu au quartier général du KMMR à Bel’Air Ampandrana. Accompagné d’anciens militants du TIM, comme Yves Aimé, il a rencontré le candidat N° 25 pour certainement confirmer leur nouvelle alliance. Des députés ayant auparavant décidés de rejoindre le HVM du président sortant, ainsi que les notables Betsileo se sont également relayés pour rencontré le candidat N°25 à son QG.

L’artiste Ninie Donia qui faisait partie de 10 candidats recalés par la Haute cour constitutionnelle (HCC), le célèbre acteur Rajao (Malok’Ila) qui en 2013 a largement soutenu le candidat officiel du TGV, Edgard Razafindravahy, ont également annoncé leur soutien au candidat Marc Ravalomanana. Ce lundi après-midi, le candidat Ny Rado Rafalimanana devrait également effectuer une déclaration que beaucoup de ses partisans estiment en faveur du candidat N°25.

De son côté, Marc Ravalomanana continue son offensive de charme. Hier, il a rendu visite à Thérèse Zafy, veuve du feu président Albert Zafy, pour demander sa bénédiction

Madagascar Tribune0 partages

Six débats télévisés prévus à la TVM et RNM, deux opposeront Ravalomanana et Rajoelina

Six débats télévisés dont deux opposeront directement les deux candidats qualifiés au second tour de l’élection présidentielle, c’est ce que la Commission électorale nationale indépendante (Ceni) organisera avec les chaînes de télévision et radio nationales malgaches (TVM, RNM) du 4 au 16 décembre prochain. Cette nouvelle disposition entre dans le cadre du renforcement de la communication des organisations de l’élection pour le second tour, a expliqué Thierry Rakotonarivo, vice-président de la CENI. 

Les deux débats qui réuniront sur un même plateau Andry Rajoelina et Marc Ravalomana auront lieux les dimanches 9 et 16 décembre prochain. Entre les deux débats, quatre autres seront programmés, à raison de deux débats par semaine. Ils opposeront notamment les partisans des deux finalistes de l’élection présidentielle malgache. 

Pour l’instant, la Ceni n’a pas encore communiqué plus de détails sur ces six débats. Les sujets à débattre devraient normalement revenir aux journalistes des deux chaines nationales. Les noms des journalistes qui animeront ce face-à-face ne sont pas encore connus, mais il se peut que cela revienne d’office aux journalistes chevronnés de la télévision et radio nationale malgache, en la personne de Johary Ravoajanahary et de Tsitohaina Ramarolahy. 

Outre l’explication sur les portées sociaux et économiques des programmes électoraux des deux protagonistes du 2nd tour, les amateurs de bonne guerre politique s’attendront notamment à ce qu’ils reviennent en arrière et fassent des révélations sur la crise de 2009. Une crise qui a alimenté leur rivalité jusqu’à ce jour.

La question qui taraude l’esprit des citoyens lambda et notamment de la classe politique reste l’issue de cette élection présidentielle : est-ce que les candidats habitués à mener des manifestations politiques dans les rues (2001 pour Marc Ravalomanana et 2009 pour Andry Rajoelina) accepteront-ils le verdict des urnes ? D’autant plus que tous les nécessaires sont faits pour qu’elle soit transparente ? Ou iront-ils jusqu’à déclencher une nouvelle crise qui confirmera que la tension reste encore vive entre eux ? 

Sur le plan social, beaucoup de téléspectateurs attendent à ce que les deux candidats se prononcent sur des projets comme le renforcement du niveau dans le milieu éducatif, la gratuité de la santé et la lutte contre la sécurité dans le pays, l’amélioration du pouvoir d’achat (prix des carburants, prix des produits de première nécessité trop élevés) d’autant plus que les deux candidats ont déjà dirigé le pays auparavant.

Les questions sont en effet nombreuses, mais est-ce que les journalistes fonctionnaires qui poseront les questions oseront-ils malmener les futurs présidents de la République pour l’honneur de la profession ou les brosseront dans le sens du poil pour faire les yeux doux à l’un de leur probable futur patron ? 

Madagascar Tribune0 partages

Pluie de déclarations de soutien en faveur de Marc Ravalomanana

Après l’annonce des candidats, Hery Rajaonarimampianina (8,82% des suffrages exprimés), du Pasteur Mailhol (1,27%), de Paul Rabary et de Roland Ratsiraka de ne se rallier à aucun des deux qualifiés au second tour de la présidentielle, les déclarations de soutien en faveur Marc Ravalomanana se multiplient. Ce week-end, Imbeh Jovial et James Ratsima ont emboité le pas à Fanirisoa Ernaivo en déclarant leur soutien à l’ancien président de la République déchu en 2009.

Samedi dernier, le candidat malheureux et ancien ministère de Budget de Marc Ravalomanana, Radavidson Andriamparany, s’est rendu au quartier général du KMMR à Bel’Air Ampandrana. Accompagné d’anciens militants du TIM, comme Yves Aimé, il a rencontré le candidat N° 25 pour certainement confirmer leur nouvelle alliance. Des députés ayant auparavant décidés de rejoindre le HVM du président sortant, ainsi que les notables Betsileo se sont également relayés pour rencontré le candidat N°25 à son QG.

L’artiste Ninie Donia qui faisait partie de 10 candidats recalés par la Haute cour constitutionnelle (HCC), le célèbre acteur Rajao (Malok’Ila) qui en 2013 a largement soutenu le candidat officiel du TGV, Edgard Razafindravahy, ont également annoncé leur soutien au candidat Marc Ravalomanana. Ce lundi après-midi, le candidat Ny Rado Rafalimanana devrait également effectuer une déclaration que beaucoup de ses partisans estiment en faveur du candidat N°25.

De son côté, Marc Ravalomanana continue son offensive de charme. Hier, il a rendu visite à Thérèse Zafy, veuve du feu président Albert Zafy, pour demander sa bénédiction

Madagascar Tribune0 partages

Six débats télévisés prévus à la TVM et RNM, deux opposeront Ravalomanana et Rajoelina

Six débats télévisés dont deux opposeront directement les deux candidats qualifiés au second tour de l’élection présidentielle, c’est ce que la Commission électorale nationale indépendante (Ceni) organisera avec les chaînes de télévision et radio nationales malgaches (TVM, RNM) du 4 au 16 décembre prochain. Cette nouvelle disposition entre dans le cadre du renforcement de la communication des organisations de l’élection pour le second tour, a expliqué Thierry Rakotonarivo, vice-président de la CENI. 

Les deux débats qui réuniront sur un même plateau Andry Rajoelina et Marc Ravalomana auront lieux les dimanches 9 et 16 décembre prochain. Entre les deux débats, quatre autres seront programmés, à raison de deux débats par semaine. Ils opposeront notamment les partisans des deux finalistes de l’élection présidentielle malgache. 

Pour l’instant, la Ceni n’a pas encore communiqué plus de détails sur ces six débats. Les sujets à débattre devraient normalement revenir aux journalistes des deux chaines nationales. Les noms des journalistes qui animeront ce face-à-face ne sont pas encore connus, mais il se peut que cela revienne d’office aux journalistes chevronnés de la télévision et radio nationale malgache, en la personne de Johary Ravoajanahary et de Tsitohaina Ramarolahy. 

Outre l’explication sur les portées sociaux et économiques des programmes électoraux des deux protagonistes du 2nd tour, les amateurs de bonne guerre politique s’attendront notamment à ce qu’ils reviennent en arrière et fassent des révélations sur la crise de 2009. Une crise qui a alimenté leur rivalité jusqu’à ce jour.

La question qui taraude l’esprit des citoyens lambda et notamment de la classe politique reste l’issue de cette élection présidentielle : est-ce que les candidats habitués à mener des manifestations politiques dans les rues (2001 pour Marc Ravalomanana et 2009 pour Andry Rajoelina) accepteront-ils le verdict des urnes ? D’autant plus que tous les nécessaires sont faits pour qu’elle soit transparente ? Ou iront-ils jusqu’à déclencher une nouvelle crise qui confirmera que la tension reste encore vive entre eux ? 

Sur le plan social, beaucoup de téléspectateurs attendent à ce que les deux candidats se prononcent sur des projets comme le renforcement du niveau dans le milieu éducatif, la gratuité de la santé et la lutte contre la sécurité dans le pays, l’amélioration du pouvoir d’achat (prix des carburants, prix des produits de première nécessité trop élevés) d’autant plus que les deux candidats ont déjà dirigé le pays auparavant.

Les questions sont en effet nombreuses, mais est-ce que les journalistes fonctionnaires qui poseront les questions oseront-ils malmener les futurs présidents de la République pour l’honneur de la profession ou les brosseront dans le sens du poil pour faire les yeux doux à l’un de leur probable futur patron ? 

Madagascar Tribune0 partages

Pluie de déclarations de soutien en faveur de Marc Ravalomanana

Après l’annonce des candidats, Hery Rajaonarimampianina (8,82% des suffrages exprimés), du Pasteur Mailhol (1,27%), de Paul Rabary et de Roland Ratsiraka de ne se rallier à aucun des deux qualifiés au second tour de la présidentielle, les déclarations de soutien en faveur Marc Ravalomanana se multiplient. Ce week-end, Imbeh Jovial et James Ratsima ont emboité le pas à Fanirisoa Ernaivo en déclarant leur soutien à l’ancien président de la République déchu en 2009.

Samedi dernier, le candidat malheureux et ancien ministère de Budget de Marc Ravalomanana, Radavidson Andriamparany, s’est rendu au quartier général du KMMR à Bel’Air Ampandrana. Accompagné d’anciens militants du TIM, comme Yves Aimé, il a rencontré le candidat N° 25 pour certainement confirmer leur nouvelle alliance. Des députés ayant auparavant décidés de rejoindre le HVM du président sortant, ainsi que les notables Betsileo se sont également relayés pour rencontré le candidat N°25 à son QG.

L’artiste Ninie Donia qui faisait partie de 10 candidats recalés par la Haute cour constitutionnelle (HCC), le célèbre acteur Rajao (Malok’Ila) qui en 2013 a largement soutenu le candidat officiel du TGV, Edgard Razafindravahy, ont également annoncé leur soutien au candidat Marc Ravalomanana. Ce lundi après-midi, le candidat Ny Rado Rafalimanana devrait également effectuer une déclaration que beaucoup de ses partisans estiment en faveur du candidat N°25.

De son côté, Marc Ravalomanana continue son offensive de charme. Hier, il a rendu visite à Thérèse Zafy, veuve du feu président Albert Zafy, pour demander sa bénédiction

Madagascar Tribune0 partages

Pluie de déclarations de soutien en faveur de Marc Ravalomanana

Après l’annonce des candidats, Hery Rajaonarimampianina (8,82% des suffrages exprimés), du Pasteur Mailhol (1,27%), de Paul Rabary et de Roland Ratsiraka de ne se rallier à aucun des deux qualifiés au second tour de la présidentielle, les déclarations de soutien en faveur Marc Ravalomanana se multiplient. Ce week-end, Imbeh Jovial et James Ratsima ont emboité le pas à Fanirisoa Ernaivo en déclarant leur soutien à l’ancien président de la République déchu en 2009.

Samedi dernier, le candidat malheureux et ancien ministère de Budget de Marc Ravalomanana, Radavidson Andriamparany, s’est rendu au quartier général du KMMR à Bel’Air Ampandrana. Accompagné d’anciens militants du TIM, comme Yves Aimé, il a rencontré le candidat N° 25 pour certainement confirmer leur nouvelle alliance. Des députés ayant auparavant décidés de rejoindre le HVM du président sortant, ainsi que les notables Betsileo se sont également relayés pour rencontré le candidat N°25 à son QG.

L’artiste Ninie Donia qui faisait partie de 10 candidats recalés par la Haute cour constitutionnelle (HCC), le célèbre acteur Rajao (Malok’Ila) qui en 2013 a largement soutenu le candidat officiel du TGV, Edgard Razafindravahy, ont également annoncé leur soutien au candidat Marc Ravalomanana. Ce lundi après-midi, le candidat Ny Rado Rafalimanana devrait également effectuer une déclaration que beaucoup de ses partisans estiment en faveur du candidat N°25.

De son côté, Marc Ravalomanana continue son offensive de charme. Hier, il a rendu visite à Thérèse Zafy, veuve du feu président Albert Zafy, pour demander sa bénédiction

Madagascar Tribune0 partages

Pluie de déclarations de soutien en faveur de Marc Ravalomanana

Après l’annonce des candidats, Hery Rajaonarimampianina (8,82% des suffrages exprimés), du Pasteur Mailhol (1,27%), de Paul Rabary et de Roland Ratsiraka de ne se rallier à aucun des deux qualifiés au second tour de la présidentielle, les déclarations de soutien en faveur Marc Ravalomanana se multiplient. Ce week-end, Imbeh Jovial et James Ratsima ont emboité le pas à Fanirisoa Ernaivo en déclarant leur soutien à l’ancien président de la République déchu en 2009.

Samedi dernier, le candidat malheureux et ancien ministère de Budget de Marc Ravalomanana, Radavidson Andriamparany, s’est rendu au quartier général du KMMR à Bel’Air Ampandrana. Accompagné d’anciens militants du TIM, comme Yves Aimé, il a rencontré le candidat N° 25 pour certainement confirmer leur nouvelle alliance. Des députés ayant auparavant décidés de rejoindre le HVM du président sortant, ainsi que les notables Betsileo se sont également relayés pour rencontré le candidat N°25 à son QG.

L’artiste Ninie Donia qui faisait partie de 10 candidats recalés par la Haute cour constitutionnelle (HCC), le célèbre acteur Rajao (Malok’Ila) qui en 2013 a largement soutenu le candidat officiel du TGV, Edgard Razafindravahy, ont également annoncé leur soutien au candidat Marc Ravalomanana. Ce lundi après-midi, le candidat Ny Rado Rafalimanana devrait également effectuer une déclaration que beaucoup de ses partisans estiment en faveur du candidat N°25.

De son côté, Marc Ravalomanana continue son offensive de charme. Hier, il a rendu visite à Thérèse Zafy, veuve du feu président Albert Zafy, pour demander sa bénédiction

Madagascar Tribune0 partages

Six débats télévisés prévus à la TVM et RNM, deux opposeront Ravalomanana et Rajoelina

Six débats télévisés dont deux opposeront directement les deux candidats qualifiés au second tour de l’élection présidentielle, c’est ce que la Commission électorale nationale indépendante (Ceni) organisera avec les chaînes de télévision et radio nationales malgaches (TVM, RNM) du 4 au 16 décembre prochain. Cette nouvelle disposition entre dans le cadre du renforcement de la communication des organisations de l’élection pour le second tour, a expliqué Thierry Rakotonarivo, vice-président de la CENI. 

Les deux débats qui réuniront sur un même plateau Andry Rajoelina et Marc Ravalomana auront lieux les dimanches 9 et 16 décembre prochain. Entre les deux débats, quatre autres seront programmés, à raison de deux débats par semaine. Ils opposeront notamment les partisans des deux finalistes de l’élection présidentielle malgache. 

Pour l’instant, la Ceni n’a pas encore communiqué plus de détails sur ces six débats. Les sujets à débattre devraient normalement revenir aux journalistes des deux chaines nationales. Les noms des journalistes qui animeront ce face-à-face ne sont pas encore connus, mais il se peut que cela revienne d’office aux journalistes chevronnés de la télévision et radio nationale malgache, en la personne de Johary Ravoajanahary et de Tsitohaina Ramarolahy. 

Outre l’explication sur les portées sociaux et économiques des programmes électoraux des deux protagonistes du 2nd tour, les amateurs de bonne guerre politique s’attendront notamment à ce qu’ils reviennent en arrière et fassent des révélations sur la crise de 2009. Une crise qui a alimenté leur rivalité jusqu’à ce jour.

La question qui taraude l’esprit des citoyens lambda et notamment de la classe politique reste l’issue de cette élection présidentielle : est-ce que les candidats habitués à mener des manifestations politiques dans les rues (2001 pour Marc Ravalomanana et 2009 pour Andry Rajoelina) accepteront-ils le verdict des urnes ? D’autant plus que tous les nécessaires sont faits pour qu’elle soit transparente ? Ou iront-ils jusqu’à déclencher une nouvelle crise qui confirmera que la tension reste encore vive entre eux ? 

Sur le plan social, beaucoup de téléspectateurs attendent à ce que les deux candidats se prononcent sur des projets comme le renforcement du niveau dans le milieu éducatif, la gratuité de la santé et la lutte contre la sécurité dans le pays, l’amélioration du pouvoir d’achat (prix des carburants, prix des produits de première nécessité trop élevés) d’autant plus que les deux candidats ont déjà dirigé le pays auparavant.

Les questions sont en effet nombreuses, mais est-ce que les journalistes fonctionnaires qui poseront les questions oseront-ils malmener les futurs présidents de la République pour l’honneur de la profession ou les brosseront dans le sens du poil pour faire les yeux doux à l’un de leur probable futur patron ?