Les actualités Malgaches du Vendredi 03 Novembre 2017

Modifier la date
Midi Madagasikara2001 partages

Comité de réforme de la Magistrature : Suspension des travaux !

Les travaux du comité de réforme au niveau du Syndicat des Magistrats de Madagascar (SMM) et du ministère de la Justice sont suspendus jusqu’au 7 novembre. La cause n’en est autre que la campagne électorale qui bat son plein, effectuée par les aspirants qui veulent être membres du Conseil Supérieur de la Magistrature (CSM). Il est loisible de rappeler que les travaux du comité de réforme en question sont axés sur la loi relative au statut des magistrats, sur la loi portant organisation du CSM et sur le code de déontologie des magistrats. Les travaux reprendront le 8 novembre.

Aina Bovel

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara400 partages

Fanahimanana Tiaray : Prioriser l’égalité et la défense des droits des magistrats

Tiaray Fanahimanana, la voix des magistrats en détachement.

La propagande se poursuit pour les magistrats candidats au Conseil Supérieur de la Magistrature.

La voix des magistrats en détachement, Fanahimanana Tiaray, en fait partie et promet « de redorer l’image de la magistrature en faisant du CSM une institution forte et respectée ; de défendre les droits des magistrats détachés et de mettre en place un système de gestion efficace de la carrière des magistrats ». Un engagement herculéen pour un grand corps quoique cet ancien vice-président du SMM (Syndicat des Magistrats de Madagascar) veuille astiquer toutes ces mauvaises étiquettes attribuées aux magistrats. « Pour cela, le CSM doit s’ériger, continuellement, en une vraie institution de l’Etat, comme le prévoit la Constitution. Et comme telle, ses membres ne devraient se soumettre qu’aux lois en vigueur mais non pas au pouvoir exécutif », explique Fanahimanana Tiaray. Mais avec peut-être un cadre légal qui écartera la présidence de cet organe par le président de la République, une avancée dans cette lutte pourrait être idéalement notée pour commencer.

Egalité des magistrats. Par ailleurs, dans cette mission ardue, Fanahimanana Tiaray concentre ses efforts sur la promotion de l’égalité des magistrats. « Pendant longtemps, les membres du CSM se préoccupaient plus des magistrats en juridictions et semblaient laisser aux oubliettes les cas de ceux en détachement, à l’ENMG et à la Chancellerie », dénonce-t-il. C’est d’ailleurs dans cette optique qu’il s’est prononcé en leur voix, en leur défenseur. « Il est temps de reconsidérer tous les droits des magistrats d’être traités de façon égalitaire. Ceux qui sont en formation actuellement courent le grand risque de voir le fruit de leurs efforts rejeté par des membres qui ne se soucient pas de ces cas particuliers », lance-t-il. De grands défis pour cet autre engagement auquel il témoigne une forte abnégation.

Informatisation. Suivant cette idée d’égalité en général et par rapport à la gestion de carrière des magistrats en particulier, Fanahimanana Tiaray propose un basculement vers l’informatisation de cette gestion. Dans un premier temps, « tout ce qui concerne le magistrat sera connu en temps réel grâce à cette informatisation. Une mise en place d’un logiciel conçu spécialement pour ce faire est nécessaire » et dans un second temps, « elle permettra aussi d’éviter toute tentative d’abus ou un traitement inégalitaire de tous les magistrats dans les affectations, puisque le logiciel indiquera qui était dans une localité pendant trop longtemps et qui ne l’est pas pour asseoir l’équité dans les décisions du CSM », indique-t-il. Rappelons que l’élection des membres du CSM aura lieu le 7 novembre prochain.

Aina Bovel

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Tia Tanindranaza92 partages

PM SolonandrasanaHoesorina koa amin’ny desambra ?

Loharanom-baovao iray akaiky ny fitondrana no nahenoana fa akaiky ihany koa ny fanaisorana ny praiminisitra Mahafaly Solonandrasana Olivier eo amin’ny toerany, taorian’ny efa nandakan’ny HVM ny filohan’ny antenimierandoholona teo aloha Honoré Rakotomanana.

 

 Ny volana desambra izao no mety hahatanterahan’izany. Kajy politika hampandresena ny HVM amin’ny fifidianana avokoa no ao ambadika. Hiezaka haka fom-bahoaka ny mpitondra ankehitriny, ka mody hanao fihetsika miendrika fanadiovana ny ao anatiny no paikady manaraka. Anisan’ny olona tratry ny kiana mafy teto amin’ny firenena ny praiminisitra ankehitriny, fa ny goavana dia ny nandrenesana ny anarany tamin’ny raharaha kolikoly nahasaringotra an’i Claudine Razaimamonjy, izay efa naman’ny tapitra raha ny fahitana azy, fa fandrirarirana saim-bahoaka sisa no mety hiseho. Mody hampiseho fa mampanjaka ny tany tan-dalàna sy milefitra tsy milafitra velively amin’ny resaka kolikoly ny mpitondra.

Tsy nanan-tsafidy

Raha ny resaka nivoaka ihany koa anefa dia  misy tambiny goavana napetraka, izay tsy nananan’i Mahafaly Solonandrasana Olivier safidy sy mbola antony nitazonana azy eo amin’ny toerany dia ny hoe hisompatra sy hisakana hatramin’ny farany ny firotsahan’ireo kandida atahoran’ny HVM amin’ny fifidianana. Re fa nanaiky an-tsitrapo io  fepetra io ny tenany satria mafy ny handao ny seza. Nandritra ireny antsojay politika isan-karazany, toy ny fanamarihana ny faha-15 taonan’ny antoko Tiako i Madagasikara ireny (TIM) ireny, dia voalaza fa avy eny Mahazoarivo ny ankamaroan’ny baiko. Mbola ady saritaka tao an-dapa rahateo ny olona mety hasolo ny toerany na efa nandeha aza ny resaka tamin’ireny fotoana ireny, fa i Atallah Béatrice no natosiky ny sehatry iraisam-pirenena, saingy nesorina tamin’ny toerana maha minisitry ny raharaham-bahiny azy. Nisy fotoana voalaza fa tsara toerana ihany koa i Tazafy Armand izay minisitry ny Indostria amin’izao, ary toa mahavita ny iraky ny HVM tsara amin’ny fisomparana ireo olona atahorana amin’ny fifidianana toy io fanakatonana ny AAA Tiko io ankehitriny. Mety mbola misy anarana hafa ihany koa anefa satria mivoatra ny toe-draharaha ary tena saropady ny toeran’ny praiminisitra satria izy no lehiben’ny fampandehanan-draharaham-panjakana, ka noho izany olona tena atokisany ho apetraky ny HVM eo.

Toky R

 

L'express de Madagascar78 partages

Rédaction des lois électorales – Ultimatum des partis politiques

Les partis politiques donnent une semaine pour avoir un droit de regard sur les avant-projets de lois électorales. Ils pourraient soumettre leurs propres textes.

Méfiance. Des chefs de file de partis politiques ont affirmé leur crainte quant au contenu des avant-projets de lois électorales qui sont en cours de rédaction. Durant une réunion, à l’hôtel Colbert Antaninarenina, ces responsables d’entités politiques ont « exigé », d’avoir un droit de regard sur les textes qui devront composer le nouveau cadre juridique des élections.Ceux qui se sont réunis, hier, requièrent d’avoir un exemplaire des avant-projets de texte « avant qu’ils soient soumis en conseil du gouvernement et celui des ministres ». Selon les explications, ce serait « pour comparer si la version qu’adoptera l’Exécutif tient réellement compte des recommandations issues des consultations faites par la CENI [Commission électorale nationale indépendante] ».Le rendez-vous d’hier fait suite au rapport fait par le comité interministériel chargé de la rédaction des nouveaux textes électoraux, le 26 octobre, au Carlton Anosy. L’intention première de l’événement, qui était de rassurer l’opinion politique et civile sur la forme qu’auront les nouvelles lois et actes règlementaires, semble avoir eu l’effet inverse. L’assistance a jugé « laconique », la présentation du comité. Ce qui a, visiblement, installé un sentiment de méfiance.

Bataille parlementaireÀ Antaninarenina, hier, Ihanta Randriamandrato, ancienne ministre et membre de la commission de suivi de l’application des recommandations des ateliers de consultation portant la voix des participants à la réunion a déclaré : « Nous ne sommes pas satisfait du rapport présenté par le comité interministériel et craignons que nos recommandations ne soient pas prises en compte ».Les propositions des ateliers de consultation ont été compilées et synthétisées par une commission consultative dont les recommandations finales ont été remises au comité interministériel. Du point de vue de la CENI et des participants aux ateliers, le document élaboré par cette commission devrait être la principale base de travail de l’Exécutif pour l’élaboration des projets de nouveaux textes électoraux.Durant la réunion d’hier, la crainte que l’Exécutif reprenne le scénario du processus d’élaboration du code de la communication a été affirmée. Le projet de code pondu par le pouvoir et adopté par le Parlement, tranche sur plusieurs points avec les recommandations issues des ateliers de consultation préalables. La mise en place d’« un comité de veille », chargé de suivre le processus de rédaction des nouveaux textes électoraux a, ainsi, été décidé, hier.Pour faciliter le travail du comité de veille, vraisemblablement, les chefs de file de partis politiques réunis, hier, ont agrémenté leur exigence d’un délai d’une semaine pour que l’État s’y soumette. Sans quoi, ces entités de tous bords procèderaient « à l’élaboration de propositions de lois électorales à soumettre directement au Parlement ».La configuration des participants à la réunion d’hier, confirme le fait que le jeu politique est dicté par les courants d’intérêts. Des personnalités dont l’antipathie mutuelle est profonde aux yeux du public se sont alignées sur une même position. Les alliances ponctuelles d’hier, pourraient, toutefois, ne pas suffire pour gagner la bataille au Parlement.Bien que des partis com­me le « Tiako i Mada­gasikara » (TIM), dispose d’un nombre respectable de parlementaires, la partie est loin d’être gagnée à l’Assemblée nationale. Et avec une majorité écrasante acquise au pouvoir, le combat au Sénat risque d’être perdu d’avance. Selon toute vraisemblance, tout comme le code de la communication, malgré les dénonciations de l’opinion publique, l’Exécutif pourrait faire valoir ses atouts parlementaires pour remporter la bataille.

Garry Fabrice Ranaivoson

Tia Tanindranaza75 partages

Fiatrehana ny fifidiananaMifandamina ny mpanao politika

Samy mametraka ahiahy sy tsy mahatoky ny lalàna mifehy ny fifidianana ireo vondrona politika maro, izay nampitovy tadin-dokanga sy nanao fanambarana niraisana ny herinandro teo, ary nitohy teny amin’ny Hotel Colbert Antaninarenina omaly.

  Ny zavatra tadiavina eto Madagasikara dia ny hisian’ny firaisankina sy fifidianana mangarahara sy hahafahan’ny rehetra mandray anjara. Efa manomboka mivondrona sy mifanakalo hevitra ny mpanao politika sy ny firaisamonim-pirenena. Efa naka hevitra tamin’ny mpiara-miombon’antoka iraisam-pirenena, toy ny PNUD sy ny Vondrona Eoropeanina. Manaiky ny hanohana ny Masoivoho Frantsay sy ny Vondrona Eoropenina, hoy i Marc Ravalomanana. Nankasitraka ny hetsika ny Vondrona Eoropeanina, ary nandrisika ny haha azo antoka ny zavatra hatao satria rehefa mivory sy mifanakalo hevitra eto Madagasikara dia rava ho azy, hoy ny tatitra nataon’i Marc Ravalomanana. Eo ihany koa ny mba hisian’ny fandraisan’anjaran’ny rehetra, ary atao an-tsoratra ny zavatra hifanarahana. Tsara raha mangataka ny mpanao politika sy ny firaisamonim-pirenena hoe: aleo ny PNUD hitarika ny fifidianana eo amin’ny toeran’ny CENI sy ny Vondrona Iraisam-pirenena satria misy olona mitady hitarika izy io. Eo ny PNUD ary hiresaka amin’ny vondrona ACP any Allemagne ihany koa aho, hoy hatrany izy. Matanjaka io vovonana iraisan’ny mpanao politika sy ny firaisamonim-pirenena io ary mandrisika mafy ny hiantsoana ny avy amin’ny fitondrana sy ny HVM ihany koa ny mpiara-miombon’antoka satria izy ireo mila resahina mba hisian’ny fifanarahana eo amin’ny samy kandida. Tanjona ny tsy hisian’ny korontana toy ny any Kenya. Somary nihafahafa tamin’ny fikaonan-doha tao amin’ny Hotely Carlton ny Vondrona Eoropeanina, ary sahy nilaza mihitsy hoe tsy mahavoa ilay manampahaizana momba ny fifidianana. Ny tadiavintsika dia matotra ny manao azy io satria tsy ho an’ny kandida iray fa ho an’ny rehetra no antony hanaovana izany mba hankatoavin’ny rehetra ny lalàna sy zavatra hifanarahana, hoy hatrany i Marc Ravalomanana. Mila hatao haingana ihany koa satria efa mitady havadika ho lalàna ilay resaka mbola tsy niaraharan’ny rehetra nanapaka.  

Toky R

L'express de Madagascar73 partages

Tennis – ITF – CAR U14 étape 1 Maurice – Miotisoa et Maholy en quarts

Ce fut une longue journée. Les joueurs engagés au tournoi ITF-CAT U14 de Maurice ont joué deux matches hier sur les courts du Tennis Club de Petit Camp. Sur les treize Malgaches en lice, sept ont pu passer le cap des 1/16es de finales et en fin d’après-midi, deux seulement ont pu se qualifier pour les quarts de finale. Il s’agit de Miotisoa Rasendra et de Maholy Razakaniaina.Pour Miotisoa d’abord, les victoires furent faciles, respectivement contre Chiara Li Yaw Hay (Maurice) 6/1, 6/0 et Nicole Agufana (Kenya) 6/0, 6/0. La cham­pionne de Madagascar U12, qui évolue pour la première fois en U14 dans le circuit africain, a donc pu faire ses preuves en atteignant le top 8 du tournoi de Maurice à seulement onze ans.« J’ambitionne d’aller le plus loin possible dans le tournoi. Jusqu’ici j’ai pu aligner deux victoires sur des adversaires à ma portée. Le tournoi commence vraiment aujourd’hui où une place demi-finale est en jeu. Je vais me donner les moyens qu’il faut pour atteindre cette phase des demi-finales. On verra la suite mais tout se jouera sur le terrain. Je reste positive », estime Miotisoa Rasendra.Ce jour, Miotisoa aura à jouer contre Tanyah Midzi, gagnante de l’autre Malgache Randy Rakotoarilala en trois sets 6/3, 4/6, 7/10.Pour Maholy Razaka­niaina, c’était un peu plus difficile dans le sens où ses deux matches ont duré trois tours d’horloge. Ses victoires ont été acquises contre Kagiso Ledwaba (Afrique du Sud) 6/4, 7/6 et Carla Tanguy (Réunion) 7/6, 6/2. Aujourd’hui, Maholy bataillera aussi comme Miotisoa pour une place en demi-finale. Pour cela, il faudra qu’elle passe l’obstacle kenyane dénommé Alicia Owegi, facile gagnante de Kaliana Andrianafetra sur 6/1, 6/3.Chez les garçons, Sam­pras Rakotondrainibe, tête de série numéro un du tournoi, n’a pu se qualifier en quarts de finale. Il s’est incliné 4/6, 5/7 contre le Sud Africain Devin Badenhorst, son coéqui­pier durant les cham­pionnats d’Afrique par équipes U12 en 2016. À l’époque, ces deux joueurs étaient, avec le Namibien Connor Van Schalkwyk, bien placés pour ravir le titre africain en équipe. Outre les quarts de finale simple, au programme du jour figurent les premiers matches de doubles.

Résultats des 1/16es de finales

GarçonsJohny Rovanantenaina perd contre Benjamin Scott (Afrique du Sud) 0/6, 2/6Sampras Rakotondrainibe bat Simbaya (Zambie) 6/0, 6/0Finoana Rakotomalala  perd contre Acou Auxence (Maurice) 3/6, 6/2, 6/10Mathis Ratahina perd contre Daniel Crowie (Afrique du Sud) 3/6, 3/6Mahefa Rakotomalala bat Chishiba (Zambie) 6/0, 6/0

FillesFitia Rakotondramboa perd contre Kelly Leung Siong Fat 4/6, 4/6Miarana Andrianafetra perd contre Tyrah Cook (Afrique du Sud) 4/6, 3/6Safidisoa Nomenjanahary perd contre Marie Roger (Reunion) 5/7, 2/6Kaliana Andrianafetra bat Natasha Chewe (Kenya) 6/1, 6/0Randy Rakotoarilala bat Else Stears (Namibie) 6/1, 6/4Miotisoa Rasendra bat Chiara Li Yaw Hay (Maurice) 6/1, 6/0Mialy Rabearisoa bat Esther Miheso (Kenya) 6/0, 6/0Maholy Razakaniaina bat Kagiso Ledwaba (Afrique du Sud) 6/4, 7/6

Résultats des 1/8es de finales

GarçonsSampras Rakotondrainibe perd contre Devin Badenhorst (Afrique du Sud) 4/6, 5/7Mahefa Rakotomalala perd contre Lucas Lai Fat Fur (Maurice) 2/6, 4/6

FillesKaliana Andrianafetra perd contre Alicia Owegi (Kenya) 1/6, 3/6Randy Rakotoarilala perd contre Tanya Midzi (Zimbabwe) 6/3, 4/6, 7/10Mialy Rabearisoa perd contre Malika Ramasawmy (Maurice) 6/7, 4/6Miotisoa Rasendra bat Nicole Agufana (Kenya) 6/0, 6/0Maholy Razakaniaina bat Carla Tanguy (Réunion) 7/6, 6/2

Dina Razafimahatratra (Maurice)

Tia Tanindranaza66 partages

Rivo RakotovaoHatao amin’ny 2018 ny fifidianana filoham-pirenena

Ity ve izany ilay planina faharoa rehefa hita ho tsy tena tafavoaka ilay voalohany dia ny fikasana hikitika ny andininy faha-46 sy 47 ary 48 mikasika ny fetr’andro fametraham-pialan’ny filoham-pirenena mialoha ny hanambarany ny filatsahan-kofidiany ?

Raha ny fandraisam-pitenenan’ny filoha vaovaon’ny antenimierandoholona, Rivo Rakotovao, nandritry ny fifamindram-pahefany sy ny filoha teo aloha, Honoré Rakotomanana, tetsy amin’ny lapa maitson’Anosikely omaly dia toy ny efa fampielezankevitra ho an’ny antokon’ny fitondrana sahady no noventesiny. Misaotra ny filoham-pirenena, hoy izy, fa izy no nantenaina ary mbola hantenain’ny vahoaka Malagasy hamaha ny fahantrana. Fanilo mitarika izy. Maro ny rafitra napetraka ary matoa napetraka dia ho fanamarinan-toerana ny andrim-panjakana sy hisian’ny fitoniana politika. Kihon-dalana lehibe ny fifidianana ary mitady izay hanamarinan-toerana azy isika mba tsy hahalasa ahiahy satria fandresen’ny demokrasia. Betsaka ny zava-bita, hoy hatrany ny tenany fa ny jamba ihany no tsy mahita ary ny marenina no tsy mandre. Tsy maintsy vita ao anatin’ny fotoana voafaritry ny lalàmpanorenana ny fifidianana ary efa nanaiky ny filoham-pirenena, Hery Rajaonarimampianina. Izay mitsipaka izany, hoy ny fanamafisan’ity filohan’ny antenimieran-doholona vaovao ity dia izy no mitsipaka ny lalàmpanorenana voalohany.

J. Mirija

L'express de Madagascar62 partages

Vakinankaratra – Les sept districts se mobilisent contre la peste

Aux dernières nouvelles, plus d’une cinquantaine de cas suspects ont été traités dans la région Vakinankaratra depuis le début de la saison pesteuse. Mainte-nant, ils sont rentrés dans leurs familles et grâce aux  traitements qu’ils ont suivis, ils ne représentent plus aucun danger pour la société. « Après les quatre décès suspects qui ont déclenché l’alerte dans la région, suivis de la formation d’une cellule de crise début octobre, aucun décès n’a plus été enregistré,  pourtant des cas suspects ont été identifiés  dans six districts de la région », indique Voahangy  Andriantomponera, préfet d’Antsirabe.C’est pourquoi, dans le cadre de la lutte contre la peste et en réponse à l’animation et à la sensibilisation de la cellule de crise, les sept districts qui constituent la région Vakinankaratra, y compris celui d’Ambato-lampy qui n’a jamais présenté aucun cas, se mobilisent depuis quelques semaines pour mener, entre autres, des actions de désinsectisation et désinfection sur les lieux publics.Le district de Betafo, chapeauté par la région et sous l’égide du maire de la commune urbaine de Betafo et du maire de la commune rurale  d’Andranomafana, est le premier à donner l’exemple aux habitants. Et ce, avec la participation massive des services territoriaux déconcentrés et l’appui des responsables du service de santé du district. Dans une forte mobilisation, ils ont effectué un grand nettoyage du marché et des endroits publics, qui s’est achevé par l’aspersion d’insecticides et de désinfectants. « Les responsables donnent l’exemple et à l’avenir, ce sera aux habitants de poursuivre la campagne, non seulement dans le cadre de la lutte contre la peste, mais aussi pour préserver la santé et l’hygiène  de tout un chacun », conclut Andrianjafy Ramarijaona, directeur de cabinet de la région Vakinankaratra.

Angola Ny Avo

News Mada52 partages

Bodybuilding : Jean Andrianomentsoa annonce son retour

Les bodybuilders malgaches commencent à se faire un nom sur le plan international. Et  le meilleur reste à venir si l’on en croit les dires de Jean-Claude Andrianomentsoa, alias Jean Andriano, le bodybuilder malgache vivant en France.

En fait, après avoir consacré l’année 2017 à sa vie professionnelle qui l’a privé des compétitions d’envergure dans l’Hexagone, le jeune bodybuilder veut renouer avec le succès l’année prochaine.

Certes, Jean Andriano mettra dans sa ligne de mire les tournois organisés par la Fédération internationale de body building et fitness (IBBF), toutefois il envisage de marquer sa présence aux joutes nationales à Madagascar. «Normalement, je participerai aux événements organisés par l’IBBF en France, qui est la seule à posséder le niveau requis. Mais, j’hésite encore après les mauvaises expériences que j’ai vécues lors de mes précédentes participations», a-t-il déclaré.

En effet, il a eu du mal à digérer la décision du jury qui l’a pénalisé lors du championnat de France IBBF à cause de la présence de boutons sur ses bras sans tenir compte de la qualité de sa musculature. A titre de rappel, lors de sa première sortie internationale en 2016, Jean Andriano a déjà fait bonne impression

Priorité à Madagascar

La scène nationale sera riche en compétition, l’année prochaine, s’il revient en terre malgache. «Mon objectif  est de renouer avec les compétitions au niveau national en 2018 et de glaner des titres avant d’aller à l’assaut des tournois mondiaux, à l’instar du championnat du monde», a-t-il souligné.

Naisa

 

Tia Tanindranaza52 partages

Fampianarana sy fampandrosoana maharitraManampy betsaka ny UNESCO, hoy ny praiminisitra

Nitsidika ny masoivoho Malagasy, ny tranom-panjakana ao L’hay les roses, ary ny tranon’ny mpianatra Malagasy ao Cachan ao Paris ny praiminisitra lehiben’ny governemanta, Mahafaly Solonandrasana Olivier ny 1 novambra 2017.

 

Tia Tanindranaza52 partages

Mba sokiro ny tain-tsofina e !

Aiza ianareo ry Jean fa mba efa miantso sy miala nenina aminareo anie ny besinimaro e ! Tsy mbola hisikotra ny tain-tsofinareo ihany ve ianareo ka hanao be marenina hatrany ?

 Efa mba miantso sy mandondom-baravarana ny maro an’isa ka mba henoy ihany fa ny hery anie tsy mahaleo ny fanahy e ! Ny mpifanasa vangy aza izao efa manomboka mifampihaino sy miresaka milamina, ka adidy ny anay ny mba mandrisika sy hiantso anareo hanatona sy hifandinika, fa tsy baikoin’ny hambom-po sy ny herim-boangory lava eo. Mba miteny ihany izahay sao mba ho tsiny any aoriana hoe nahoana no dia tsy niteny. Adidy izy ity ary atao am-pitiavana fa rehefa minia tsy misikotra ny tain-tsofina ianareo, dia hihomehy sy hivanitika fotsiny izahay any aoriana a ! Tsy izahay mihitsy no hilanja ny taolam-be tsy mitapaka. Tadidio izay teniko izay ry Jean fa mitombina hatrany io ary mba mahaiza maka lesona fa tsy ampahafirin’ireo nilaza ho mafy ianareo e !

Marco

News Mada51 partages

Baovola Augustin : «Mila fitiavana sy filaminan-tsaina ny baolina kitra »

Nitondra ny fomba fijeriny ny tontolon’ny baolina kitra eto amintsika tao amin’ny fandaharana “Ambarao”, onjampeo Alliance 92, ny talata lasa teo, Andriamiharinosy Augustin Baovola, kintan’ny baolina kitra.

Raha tsiahivina, mpilalao tao amin’ny AS St Michel izy, ary mpilalao malagasy voalohany nilalao tany ivelany : Frantsa sy i La Réunion. Mbola tompon’ny zava-bita tsara indrindra eto amintsika, eo amin’ny famonoam-baolina ary tsy mbola misy mahasongona azy. “Tsy tsaroako intsony fa any amin’ny manodidina ny 400 any ny baolina efa matiko, na tao amin’ny ekipam-pirenena na tao amin’ny St Michel”, hoy izy.

Tsy nanafina ny tenany fa efa mihatsara ny vokatra eto Madagasikara, saingy mbola misy tsy ampy. Anisan’ireny, hoy i Baovola ny tsy fisian’ny fitiavana tena mavaivay eo amin’ny mpilalao fa toa lasa manaotao baolina fotsiny ry zalahy.

 

Fitiavana aloha vao vola

“Ny anay fahiny, tena mifantoka mihitsy ny saina sy ny vatana, herinandro mialoha ny lalao. Hany ka misy ilay fifamatorana eo amin’ny mpilalao sy ny mpijery ka mampisy ilay fitiavana milalao baolina. Tonga ho azy ny mpijery rehefa manome fahafinaretana ho azy ny mpilalao”, araka ny fanamarihan’i Baovola. Na izany aza, misy ifandraisany amin’ny lafiny toekarena sy ny fanabeazana koa ny fisian’ny vokatra. “Ankehitriny mantsy, mitaky vola ny mpilalao vao hanao baolina. Taloha izahay vao mifoha, ao an-doha  ny fianarana sy ny baolina. Ankehitriny, mbola eritreretin’ny boaikely ny hahitany ny sakafo hohaniny sy ny sisa. Tsy ao izany ilay fifantohan-tsaina amin’ny baolina sy ny fianarana. Lasa tsy mitovy ny lanjan’izy roa, nefa tokony hiaraka sy hifandanja tsara. Tsy misy azo anomezan-tsiny an-dry zalahy izany satria ny fiainana koa, efa mihasarotra”, hoy ihany i Baovola.

Noresahiny manokana koa ny kianja. Tsy ampy ny isany nefa mihamaro ny mpilalao. Tokony hiditra an-tsehatra ny fanjakana sy ny federasiona, hanitatra izany. “Ilaina ny fiaraha-miasa amin’ireo mpiara-miombon’antoka sy ny malala-tanana, amin’izany”, hoy  izy.

Torcelin

 

L'express de Madagascar33 partages

Rallye International de Madagascar – Trois boucles autour de Mahamasina

Une fois de plus, le Ral­lye Interna­tional de Madagas­car gâtera le public de la capitale. Pour la première journée du vendredi 10 novembre, le parcours de l’étape 1A propose deux super-spéciales au stade de Mahamasina.Il s’agira d’effectuer trois boucles autour du terrain de foot. Deux voitures s’affronteront ainsi en formule poursuite, respectivement en partance de deux points de départ A et B. Par la suite, l’éta­pe 1B du samedi 11 novembre sera conclue par un retour à Mahamasina, en guise d’ES9, en début de soirée.Il en sera de même pour l’étape 2 du dimanche 12 novembre, qui se terminera aussi au stade municipal avec l’ES17, en début d’après-midi. Au total donc, on aura quatre épreuves à Mahamasina. « Après le rallye, nous procéderons bien évidemment à une remise en état de la piste », a tenu à rassurer un représentant de la Fédération du Sport Auto­mobile de Madagascar.Vu le contexte actuel avec l’épidémie de peste pulmonaire, la FSAM prendra également des dispositions spéciales. « Des cliniques mobiles seront installées au niveau des trois entrées de l’enceinte de Mahamasina. On prendra les températures de chaque spectateur, puis ils se laveront les mains avec du désin­fectant avant d’entrer dans le stade. En cas d’une éventuelle contamination, on procèdera immédiatement à une évacuation rapide », rajoute-t-on auprès de la Fédération.

Route privéeLes treize autres spéciales de cette 38e édition du RIM se disputeront sur trois tronçons, sur l’axe de la RN4. Citons Andobokely-Antsaha­tan­teraka d’une longueur de 11,37 km, à proximité de Mahitsy, Ambohibe-Ambodi­manga d’une longueur de 22,11 kilomètres, à proximité d’Andakana, et Ambohi­nome-Ambodifasina d’une longueur de 7,77 km, à proximité d’Ivato. Pour le samedi, les coureurs passeront à deux reprises sur ces trois tronçons, soit de l’ES3 jusqu’à l’ES8.Le lendemain, ils reprendront les mêmes pistes, en sens inverse, soit de l’ES10 jusqu’à l’ES15, avant de repasser une troisième fois sur Ambohinome-Ambodifasina, en sens normal, pour l’ES16.Précisons que le parcours de ce RIM reprendra certains passages déjà utilisés lors du rallye TMF du mois d’août. A ceux-là s’ajoutent de nouveaux tracés, dont une portion de route privée aux alentours d’Ambato­lampy-Tsimahafotsy.

Haja Lucas Rakotondrazaka

Tia Tanindranaza28 partages

Riribe – Fedep“Hisy ady an-trano eto raha tsy vita ny fampihavanana”

Efa tokony hatomboka amin’izay ny tena asa atao amin’ny fampihavanam-pirenena, hoy i Riribe filohan’ny Fedep fa ho korontana sy ady an-trano mahatsiravina no hiseho eto Madagasikara raha tsy hatao alohan’ny fifidianana izay ho filoham-pirenena manaraka.

Midi Madagasikara25 partages

PPN : Hausse très importante des prix du riz

Depuis le mois d’octobre, les prix du riz ont monté en flèche. Entre cette inflation et l’épidémie de la peste, la conjoncture socio-économique est on ne peut plus difficile. Les ménages malgaches ont du mal à joindre les deux bouts.

Selon Miora, une épicière d’Andravoahangy, le prix du riz a observé une hausse progressive depuis le mois d’octobre. « Les prix du riz et du sucre ont été revus à la hausse toutes les semaines. Chez nous, le kilo du « makalioka » (nom vernaculaire d’une variété de riz local) s’écoule à 2 400 Ariary. Le prix du kilo du stock tampon, de moindre qualité se chiffre actuellement à 1900 Ariary ; le riz rouge à 2 000 Ariary le kilo et 2 200 Ariary, pour la meilleure qualité, le « mangamila ». Quant au sucre, nous le vendons à 2 600 Ariary le kilo pour le roux et 2 800 Ariary pour le blanc. » rajoute-t-elle. Notons que les prix varient d’un point de vente, voire d’un quartier à l’autre. Le riz rouge vendu à 2 000 Ariary à Andravoahangy, aux 67 ha et à Ambondrona est par exemple vendu à 2 200 Ariary à Antaninandro. De plus, cette inflation ne s’observe pas que dans la capitale. A Diégo I, le kilo de la meilleure variété de riz, appelée localement « Madame Rose » s’écoule à 3 500 Ariary, à raison de 1 000 Ariary le « kapoaka » !

Causes et alternative. Selon les détaillants, les grossistes fixent les prix et ils sont obligés de revoir les leur en conséquence. C’est ce qui explique en partie cette inflation. Toutefois, un manque d’effectivité des activités de régulation et de contrôle est aussi à noter ; comme ce fut le cas lors de la précédente inflation des PPN au premier trimestre. Cependant, la nature y est aussi pour quelque chose, nous sommes actuellement dans une période de soudure, dite « maintso ahitra ». Quelles que soient les causes de cette inflation, les foyers malgaches sont contraints d’acheter le riz, mais certains, faute de moyens ont opté pour des ajustements. Faly, père de famille d’expliquer : « Nous avons décidé de revoir à la baisse notre ration quotidienne, car nous ne pouvons nous passer du riz, même si son prix est hors de notre portée. »

Luz R.R

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Madagascar Tribune20 partages

Lalatiana Ravololomanana demande une inspection des comptes

La conseillère municipale de la Commune urbaine d’Antananarivo (CUA) demande à l’Inspection générale de l’Etat (IGE) de se pencher sur le compte de l’Exécutif dirigé par Lalao Ravalomanana. La conseillère municipale, dénonce une mauvaise gouvernance et de la corruption au sein de la CUA. Elle donne ainsi l’exemple des ressources financières en provenance du gestionnaire du parking Easy Park. Le responsable financier de la CUA lui affirme que le gestionnaire du parking va verser dans le compte de la CUA ce qu’il lui doit pour l’année 2016 et une partie de 2017. Un coup de fil passé au premier responsable de la société gestionnaire du parking lui apprit que cette dernière a déjà versé dans le compte de la CUA toute la recette de 2016 et la majeure partie de 2017. Où est partie la recette ? demande Lalatiana Ravololomanana. Cette dernière pointe aussi du doigt la gestion des recettes des droits des « permis de construire » entre autres.

En tout cas l’opposante au sein de la CUA insiste auprès de l’Inspection générale de l’Etat d’examiner les comptes de l’équipe de Lalao Ravalomanana. Malheureusement, jusqu’ici l’IGE reçoit des pressions des politiques et les fois où elle faisait son travail correctement, elle était sanctionnée.

Madagascar Tribune19 partages

Le régime lié par ses promesses

Il semble maintenant évident que le projet de révision constitutionnelle souhaité par le régime Rajaonarimampianina ne se fera pas. Sauf changement de dernière minute ou simplement pour sauver l’apparence, ce projet coûteux a été abandonné. Coûteux du point de vue de l’organisation mais aussi du point de vue des finances de l’Etat, de la popularité de l’Exécutif et du parti présidentiel Hery Vaovao ho an’i Madagasikara (HVM) – parti présidentiel qui aurait dû dans le cas d’un référendum faire élire le « Oui ». Rivo Rakotovao fraîchement installé au perchoir de la Chambre haute a même affirmé hier lors de la passation de pouvoir entre lui et Honoré Rakotomanana qu’il n’y aura pas de report de la présidentielle.

L’arrivée de Rivo Rakotovao à la tête du Sénat en quelques semaines seulement a servi de plan B face à une révision constitutionnelle perdue d’avance. Les barons du parti présidentiel n’ayant même pas pu défendre le projet lors des débats sur la question. Vu que le plan initial a été abandonné au profit d’une machination politique, la dotation en véhicules tout-terrain ou 4x4 des députés a également disparu des discussions, du moins pour le moment. Alors qu’à l’ouverture de cette deuxième session ordinaire du Parlement, certains députés expliquaient déjà que les 4x4 seraient prêts à leur être livré sous quelques conditions, dont le vote du projet de révision constitutionnelle par l’Assemblée nationale et la déduction des prix des véhicules de leurs salaires jusqu’à fin mandat.

Un calcul improbable du fait que le mandat des députés actuels se termine au début de l’année 2019 et que d’ici là, même si on leur retirait leur salaire en totalité, cela ne suffirait pas à payer un véhicule 4x4. Cette condition n’avait toutefois pas été acceptée par les membres de la Chambre basse qui ont déclaré à maintes reprises qu’il s’agissait d’un de leur droit d’être doté de voiture 4x4. Ce projet de dotation de 4x4 a lui aussi été mis en sourdine par le régime Rajaonarimampianina. Le pays devant aussi faire face à différents problèmes comme l’épidémie de peste, la question n’était plus d’actualité.

Actuellement, certains membres de la Chambre basse du parlement ont laissé entendre qu’une motion de censure contre le gouvernement était en préparation et n’attend plus que quelques signatures. La raison de cette motion de censure contre le gouvernement Mahafaly Solonandrasana est pour l’heure inconnue. L’on suppose qu’il s’agit de la réponse à l’abandon de la dotation en 4x4. D’autant que cette motion de censure émanerait des députés pro-régime. Malgré tout, l’opinion reste sceptique quant à l’aboutissement de cette manœuvre. Tout simplement parce qu’on est à moins d’une année de l’élection présidentielle et que changer de gouvernement, encore une fois, rajouterait une charge inutile aux problèmes du régime. Avec la question de l’article 54 sur la nomination du Premier ministre qui va resurgir. Mis à part le fait qu’à chaque session depuis deux ans, l’Assemblée Nationale fait planer une motion de censure sur la tête des gouvernements qui se sont succédés sans que cela n’aboutisse réellement.

Midi Madagasikara12 partages

Antsirabe : Omby 6 lasan’ny dahalo

Manani-bohitra mihitsy ny dahalo eto Antsirabe sy ny manodidina, omby 6 no lasan’ny dahalo tao Andrangy Antsirabe, ny alin’ny Talata lasa teo. Nisehoana fanafihan-dahalo indray tao Andrangy, nirongo fitaovam-piadiana mahery vaika ny dahalo nanafika ny tanàna. Avy hatrany, dia poa-basy no nasetriny vao niditra ny tanàna nampitahorana ny mponina. Tsy nisy sahy nivoaka ny fokonolona noho ny tahotra, atody miady amim-bato rahateo. Rehefa nilamindamin-dratsy vao nivoaka tsikelikely ny fokonolona ary niantso ny mpitandro filaminana. Niandry ny fahatongavan’ireto farany  ny fokonolona ka nanao  ny fanarahan-dia avy hatrany. Nizotra nankany amin’ny kaominina  Belazao ny dian’omby, saingy tsy nisy tazana ireo dahalo fa omby iray no navelany teny an-dàlana. Na dia niezaka nanaraka ny dian’omby aza ny fokonolona sy ny mpitandro filaminana, dia tsy nahitam-bokany izany ankoatra ilay omby iray. Matetika no làlana izoran’ny omby very iny  ilany andrefana sy atsimo atsinanan’Antsirabe mihazo mankany Belazao   iny ka izay omby mandalo ao dia tsy hita popoka avokoa ka ahian’ny olona ho misy dahalo mihitsy ao amin’io kaominina io.

Andry N.

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara12 partages

Portrait – Rakotonirina Rega : Rockeur, juge administratif et candidat au Conseil suprême à la Magistra...

Rega, rockeur, juge administratif et candidat au Conseil suprême à la Magistrature.

Entre la scène et le barreau, il n’y a qu’un pas. En tout cas, pour Rega Rakotonirina ! La plupart ne l’imaginent pas en costume et cravate. Quand il n’est pas sur scène à jouer les rockeurs qui se déchaînent et mettent une ambiance survoltée, Rega revêt pourtant son costume de juge administratif. Entre le droit et le rock, il ne pouvait choisir.

L’homme de droit. En 1999, Rega obtient son diplôme en droit public, option science politique à l’Université d’Antananarivo. Cinq ans plus tard, il concourt à l’Ecole Nationale de la Magistrature et des Greffes et y est admis. Rega fera partie de la deuxième promotion. En 2007, il devient juge administratif, mais ne s’arrête pas là. Le père fondateur de Rheg continue alors sa formation. Il opte cette fois pour la gestion publique à l’Ecole Nationale d’Administration. D’ailleurs, en 2015, il réintègrera ce centre de formation. Cette fois en tant que formateur non permanent. « J’aime partager mes expériences et le peu que j’ai acquis avec les jeunes. C’est la raison pour laquelle j’ai choisi de m’investir dans l’enseignement et l’encadrement, aussi bien de manière officielle qu’officieuse, dans des salles improvisées ». Ambitionnant d’aller encore plus loin, il postule en 2013, à l’ENA Strasbourg et y est admis par voie de concours. Il fera partie de la promotion Jules Verne et obtient à la suite de son cursus le diplôme de cycle international de perfectionnement. Pour l’auteur de « Emmorega », ce n’est toujours pas suffisant. Rega fait effectivement partie de ses hommes qui pensent que la vie est un perpétuel apprentissage. L’année suivante, l’actuel membre du conseil d’administration du conseil national de la concurrence rejoint donc l’université Paris I Panthéon-Sorbonne et intègre par la suite celle de Cergy Pontoise où il décroche son Master en relations internationales et actions à l’étranger. Aujourd’hui, il se prépare à une autre étape de sa vie.

CSM. Ambitionnant d’aller le plus loin possible dans sa carrière de magistrat, l’actuel conseiller au Conseil d’Etat de la Cour suprême de Madagascar est en course pour un poste plus important. Rega Rakotonirina se porte effectivement candidat aux élections pour devenir membre du Conseil Supérieur de la Magistrature. « Je compte mettre à profit les expériences que j’ai acquises au cours de ma carrière. Je vais apporter mes idées par rapport au besoin de mettre en phase la magistrature avec ce monde en pleine mutation. Mais comme il s’agit d’un mandat de représentation, je vais surtout me focaliser sur les attentes de mes collègues pour mieux les véhiculer et les valider au sein  des instances et organisations, sinon au conseil où je siègerai si je suis élu. En attendant, ma devise reste simple ‘servir sans être asservi ».Mahetsaka

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
News Mada11 partages

Mois de la photo : l’identité culturelle malgache à immortaliser

Le comité d’organisation de Sar’nao lance à partir de ce jour jusqu’ au 30 novembre le festival Mois de la photo. Plusieurs expositions et activités seront au programme, dont le concours de photographie. L’inscription est ouverte à partir de ce jour.

La photographie est un secteur qui intéresse de plus en plus d’amateurs, actuellement, et surtout, depuis la vulgarisation des appareils numériques. Prendre une photo devient une habitude chez certains photographes amateurs qui possèdent même des clichés hors pairs.

Le thème choisi sera axé sur des portraits traditionnels malgaches. Selon l’organisateur, Madagascar possède 18 ethnies, une richesse culturelle qui devrait être exploitée. L’objectif est de revaloriser et surtout, de préserver l’identité culturelle malgache. «Tout sera pris en compte, les coiffures, les accessoires…», a annoncé l’un des membres du comité.

Par ailleurs, Sar’nao propose une exposition intitulée «Taovolo malagasy», en collaboration avec l’agence nationale de l’information Taratra (Anta), qui se tient à l’Ivon-toeran’ny kolontsaina malagasy (IKM) Antsahavola, jusqu’au 30 novembre. Le public pourra y admirer les coiffures traditionnelles malgaches qui se trouvent dans les photos d’archives de l’Anta.

Holy Danielle

Madaplus.info10 partages

Hausse du litre du prix de carburant à la pompe

A Madagascar, le prix du carburant change tous les débuts du mois. Ce changement pourrait s’agir d’une augmentation ou de diminution de prix. En effet, depuis avant hier, le prix à la pompe des carburants a connu une hausse de 80 Ariary par litre.
Le Responsable du Ministère de l’Énergie et des Hydrocarbures d’évoquer que la variation du cours des carburants est dû à l’instabilité de l’Ariary au niveau international. Mais les clients utilisant ses carburants revendiquent que la hausse ou la baisse du prix de carburant devrait être annoncée quelques jours en avance et l’État doit adopter le système qui définit le prix des carburants à un tarif fixe sur une assez longue période, plutôt que celui du système actuel où le tarif change tous les débuts du mois. Cette hausse pourrait avoir un impact sur les frais de transport en commun et provoquera une denrée alimentaire.
News Mada10 partages

Violence conjugale : 18 plaintes par mois reçues à Anosizato Est II

Le Chef du fokontany d’Anosizato Est II, Rakotomanga, reçoit environ 18 plaintes par mois sur la violence conjugale dans son quartier. «Cela concerne particulièrement les jeunes ménages, et dans la majorité des cas, ce sont les hommes qui battent leur femme ou leur concubine», a-t-il souligné. Un fait qui s’explique par l’immaturité du couple ainsi que l’insuffisance d’une préparation à la vie à deux.

De source auprès de la coordinatrice du projet «Sahala», Nantenaina Sariaka, luttant contre la violence basée sur le genre, ces plaintes atteignent la bagatelle de 960 plaintes, sur les dix quartiers de la capitale.

Masculinité positive

Face à de telles situations, «Sahala» vient d’instaurer des cellules d’écoute au service des hommes, en sus des femmes, au niveau des Fokontany où il a été mis en œuvre, dont Anosizato Est II. Dénommé «Masculinité positive», ce nouveau service sert à la fois à orienter la victime et l’auteur pour les accompagner à  changer de comportement. Les hommes sont particulièrement ciblés dans cette approche. «135 d’entre eux ont déjà bénéficié de ce service depuis quelques mois», a indiqué Nantenaina Sariaka.

A partir du 25 novembre et pour une durée de 16 jours, ce sont ces nouvelles masculinités positives qui organiseront des campagnes de sensibilisation auprès de leur semblable, au niveau de leur quartier respectif.

A titre de mesures d’accompagnement, les Fokontany concernés vont bénéficier des dons de matériels et des visuels sur la non-violence tout au début de la campagne, menée par l’ONG C for C et l’association Jeudi. Cela, grâce au soutien financier de l’Union Européenne.

Sera R

 

Midi Madagasikara10 partages

Télécommunications : Les indicateurs de qualité de service à uniformiser

Le directeur de régulation des marchés auprès de l’ARTEC à gauche, avec le représentant de l’UIT à droite.03

Malgré son évolution constante, les qualités des services en téléphonie et Internet ne sont pas encore satisfaisantes pour les consommateurs à Madagascar. Un séminaire pour la recherche de solutions à ce problème se tient actuellement à l’ARTEC Ivandry.

Aligner les normes aux standards internationaux et uniformiser les indicateurs. Ce sont les objectifs principaux du séminaire sur la qualité de service qui se tient du 30 octobre au 3 novembre. Organisé par l’ARTEC (Autorité de régulation des technologies de communication) et l’UIT (Union internationale des Télécommunications), cette rencontre de travail rassemble les opérateurs et les représentants du secteur public œuvrant dans les télécommunications. Des experts de l’UIT interviennent également dans ce séminaire et offrent des formations sur les normes. D’après le directeur de régulation des marchés auprès de l’ARTEC, Brillant Rakotoratsimanjefy, les utilisateurs ont également besoin de formation sur les normes et les offres sur le marché. « Lorsque nous payons pour des services, il y a également la qualité qui va avec. Les utilisateurs se plaignent parfois sur cette qualité, mais il arrive que l’insatisfaction émane d’un manque de compréhension de l’offre proposée. Néanmoins, nous invitons toujours les utilisateurs à fournir des informations à l’ARTEC sur la qualité de services ou pour d’éventuelles plaintes afin que nous puissions prendre des mesures avec les opérateurs concernés », a affirmé le représentant de l’ARTEC.

Normes. En effet, cette autorité de régulation a pour rôle de faire respecter les normes en se basant sur les seuils de tolérance prévus par la loi en vigueur. D’après Jean-Jacques Massima, représentant régional de l’UIT pour l’Afrique centrale et Madagascar, ces seuils doivent être uniformisés pour tous les opérateurs, en se référant aux normes internationales. « Si je prends l’exemple des opérateurs en téléphonie mobile, il existe un cahier des charges pour l’opérateur fournisseur de service où sont précisés les indicateurs. Cela concerne par exemple le nombre de panne ou de coupure tolérable sur le réseau ; le nombre d’échecs pour les appels émis par les utilisateurs, etc. Le nombre de désagréments subis par les utilisateurs ne devrait donc pas dépasser ces limites. En outre, les opérateurs doivent offrir les mêmes services, les mêmes qualités et les mêmes prix sur tout le territoire malgache. C’est cette uniformisation que nous voulons mettre en place à l’issue de ce séminaire », a affirmé le représentant de l’UIT. Par ailleurs, cette organisation internationale classifie les pays du monde selon les indicateurs de qualité. Le prochain rapport sera publié le 14 novembre et permettra de connaître le rang de Madagascar parmi les autres pays du monde.

Antsa R.

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara10 partages

Candidature confirmée de Rajaonarimampianina : Plus de « Ni…, ni… » en 2018

Le HVM est-il vraiment prêt à affronter une élection présidentielle inclusive en 2018 ?

Visiblement, le HVM est prêt à affronter une élection présidentielle inclusive tant prônée par la communauté internationale.

La passation de pouvoir entre le président sortant du Sénat Honoré Rakotomanana et le président entrant Rivo Rakotovao s’est déroulée hier matin au Palais de Verre d’Anosikely. Une occasion pour ce dernier de déclarer devant les sénateurs, le président de l’Assemblée nationale Jean Max Rakotomamonjy et plusieurs membres du gouvernement que la prochaine élection présidentielle aura lieu en 2018. Mais avant cette échéance électorale, le président national du HVM, qui devrait se conformer à l’article 49 de la Constitution (cet article dispose que les fonctions du président de la République sont incompatibles avec toute activité au sein d’un parti ou d’un groupement politique) durant sa présence à la tête de l’Etat après la démission du président candidat, estime que la Loi fondamentale devra être retouchée. En fait, la logique est encore une fois confirmée hier. En effet, avec l’accession de Rivo Rakotovao à la présidence du Sénat, l’actuel président de la République Hery Rajaonarimampianina sera le candidat du parti au pouvoir à l’élection présidentielle de 2018.

Candidat de substitution. Hery Rajaonarimampianina ne sera plus donc un candidat de substitution comme en 2013. Hier, le président national du HVM voulait prévenir qu’il n’y aura plus de « Ni…, ni… » en 2018, tout en sachant très bien que le nom de l’actuel chef de l’Etat figure dans la liste des 109 personnalités sanctionnées par l’Union africaine suite au coup d’Etat de 2009. Hery Rajaonarimampianina était à l’époque, rappelons-le, ministre des Finances et du Budget. En préparant l’actuel locataire d’Iavoloha, le parti au pouvoir se conforme en même temps à la « recommandation » de la communauté internationale qui ne rate aucune occasion pour réitérer que la future élection présidentielle doit être inclusive et ouverte. Jusqu’ici, deux autres personnalités brigueront la magistrature suprême : Marc Ravalomanana qui a déjà officialisé sa candidature et Andry Rajoelina dont les lieutenants préparent le terrain depuis un certain temps.

Lois électorales. Malgré la détermination du HVM à affronter Marc Ravalomanana et Andry Rajoelina, de nombreux partis politiques sont inquiets quant à la transparence et à la crédibilité des futures élections. Ces formations politiques, en majorité de l’opposition, se sont réunies hier pour la seconde fois à l’Hôtel Colbert à Antaninarenina. Elles ont dénoncé les projets des lois électorales élaborés par le comité interministériel chargé de la révision de l’encadrement juridique du processus électoral et qui ont été soumis à la consultation des forces vives de la Nation le 26 octobre dernier à l’hôtel Carlton à Anosy. Reste à savoir jusqu’où ces formations politiques de l’opposition réunissent leurs forces pour torpiller les manœuvres politiques du HVM qui veut à tout prix garder la magistrature suprême après l’élection de 2018.

R. EugènePartager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara8 partages

ONG SAHA : Une dynamique de la société civile à Madagascar

Les unions des communautés de base (VOI), gestionnaires de ressources naturelles ont été récompensées. (Photo Anastase)03

Créée en 2011 au terme du programme SAHA financé par la coopération suisse et qui a duré 12 ans (2000-2012), l’ONG SAHA a célébré cette année ses six années d’existence. L’objectif  de cette ONG est avant tout de poursuivre les actions héritées du programme SAHA.

Depuis 2012, la genèse et l’émergence de l’ONG SAHA ont été toujours soutenues par la coopération suisse, notamment à travers des appuis institutionnels de courte durée et du programme Matoy qui a duré quatre ans (2013-2016) dont l’ONG Saha, au sein d’un consortium, figure parmi les régisseurs. C’est à partir de ce programme Matoy que l’ONG Saha a décidé de se positionner davantage du côté des acteurs en tant que programme. Autrement dit, c’est à partir de là que l’ONG Saha fait partie intégrante de la dynamique de la société civile à Madagascar. Ce, pour mieux mobiliser la société civile dans les actions de développement et pour une société civile apte de jouer les rôles de force de proposition et de contre-pouvoir.

Projet  SATA. Depuis lors, l’ONG Saha n’a de cesse de chercher des projets au sein de ses partenaires plutôt que de dépendre d’un seul programme. Le projet SATA, un projet de renforcement des organisations de la société civile (OSC) gestionnaires de la forêt de « tapia » et des lacs, à exercer leurs fonctions de force de proposition, d’interprétation, de contre pouvoir et de plaidoyer dans les districts d’Arivonimamo et de Miarinarivo, région Itasy. Ce projet financé par l’Union européenne et mis en œuvre par l’ONG Saha a débuté en 2014 pour prendre fin en juillet 2017. Il a permis d’impliquer d’une manière plus significative les communautés de base dans la gouvernance des ressources naturelles dont la forêt de « tapia », endémique et les lacs. Il s’agissait de contribuer au terme de ce projet à une société civile plus forte et indépendante, capable de défendre ses intérêts à différentes échelles et d’accroître les capacités d’influence et d’action des OSC pour qu’elles s’affirment en véritable acteur dans le paysage institutionnel local, régional, voire national. 72 418 personnes dont 30 408 hommes et 35 028 femmes de plus de 18 ans, sont désormais les bénéficiaires .

CHAN-MOUIE  Jean Anastase

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara7 partages

Faniah : Un album entre soul et fusion

Faniah présentera officiellement son premier album « Lavitra ahy » le 25 novembre à l’Hôtel de Ville Analakely.

Fin du suspens ! Après plus d’un an de va-et-vient en studio et des heures et des heures de travail et d’acharnement, Faniah annonce la sortie de « Lavitra ahy ». Ce premier album sera officiellement dans les bacs le 25 novembre prochain.

Un slow enivrant, fleurant bon le soul ! C’est le titre avec lequel Faniah a décidé de titiller la curiosité des mélomanes. Un aperçu qui donne l’eau à la bouche et l’envie d’en savoir davantage sur cet album tant attendu. Avec ce premier morceau dévoilé au grand jour, qu’elle a décidé d’intituler « Lavitra ahy », la chanteuse rafraîchit la mémoire et rappelle quelle excellente chanteuse et interprète elle est. On la découvre également auteure et compositrice. Car oui, Faniah n’est pas seulement « la chanteuse », elle a été à la tête de toutes les opérations. « J’ai écrit, composé et arrangé bon nombre des titres. J’ai également suivi et chaperonné toutes les étapes : de l’arrangement, passant par les prises de son aux réalisations finales de l’album ». Elle a même campé le rôle de scénariste et de réalisatrice (pour le clip de « Lavitra ahy »). Comme on ne change pas une formule qui gagne, Faniah, cette fois encore, a collaboré avec d’autres artistes. « Rado Manantsoa, Fanja Andriamanantena, Andry Mika, sans oublier son père Mamy Ramalanjaona m’ont ainsi fait don de leurs œuvres. On a également repris ‘Mandrakizay’, un titre écrit et composé par Rolf que je chantais déjà en 2003 ». Pour l’accompagner dans cette aventure, Faniah s’est entourée des meilleurs : Andry Mika au clavier, trombone et melodica, Ranto Rakotomalala à la basse, Benkheli à la guitare, Josia à la batterie, Anjaniony au saxophone et Tsanta à la trompette. Le chœur a été assuré par Jessica Mia et Toubih Rands.

Le déclic. Du rêve à la réalité ! Comme bon nombre de petites filles, Faniah, dans son enfance, se voyait devenir une grande chanteuse. Elle tente sa chance dans  « Pazzapa ». Une belle aventure qui lui a permis de vivre une expérience inédite et enrichissante. La jeune demoiselle qu’elle était à l’époque flirte alors avec la scène et la célébrité. Cette belle parenthèse se ferme malheureusement vite. La jeune femme n’en démord pas pour autant. Les années passent. Elle se concentre sur ses études et sa vie personnelle et continue de chanter. Mais cette fois, loin des projecteurs. En 2016, Faniah renoue avec la scène. Pas de compositions personnelles pour l’instant. Juste des « covers » ! Elle fait mouche. Sa reprise d’Alicia Keys marquera tous ceux qui assistent à ses représentations au Café de la Gare. Elle voulait retenter l’expérience, cette fois avec du Beyoncé, mais se ravise. « On m’a conseillée de me concentrer sur mes chansons. Je me suis dit pourquoi pas ? ». En 2016 vint donc le déclic. Déterminée à poursuivre son objectif, celui de sortir son propre album, Faniah se met à pied d’œuvre. « Nous avons débuté l’aventure en juillet, enchaîné avec les prises le mois suivant, vu et revu tout ce qu’il y avait à corriger ». Aujourd’hui, Faniah et son équipe s’apprêtent à dévoiler aux mélomanes le fruit d’un long travail acharné. Ils retrouveront les mélomanes à l’Hôtel de Ville le 25 novembre pour la présentation officielle de « Lavitra ahy ».Mahetsaka

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara7 partages

Vendredi Joli

Les pionniers du gospel au même diapason

Grande nouvelle pour les amateurs de gospel ! Gmmc, « The singers of Jesus » et Tgc se retrouveront sur la même scène. Incontestablement, trois des meilleurs du genre ne peuvent que mettre une ambiance des plus festives. Dans la soirée, c’est au Temple de la Fjkm Atsimon’i Mahamasina que les formations rencontreront le grand public en concoctant toujours de belles surprises. Au programme, célébration, louange et adoration, tout en sillonnant le répertoire du gospel malgache de ces dix dernières années.

 

 

 

 

Jeneraly joue la carte de la nostalgie

En attendant un spectacle d’envergure, Jeneraly multiplie les petites scènes. Gardant toujours cette ambiance nostalgique qui a fait le renom du groupe, la bande à Andy donne rendez-vous aux inconditionnels au Piment Café Behoririka. Sans déroger à la règle, ces grands gaillards des années 80 redonneront vie aux morceaux comme « Toaka » et « Izany vehivavy izany», histoire d’entretenir  la proximité avec son public dans un lieu plus intimiste.

 

 

 

 

Lija au Karibotel Analakely

Il disparaît, pour toujours mieux revenir ! Après une assez longue absence de la scène tananarivienne, Lija est de retour sur le devant de la scène avec une excellente nouvelle. Actuellement, le chanteur concocte un second album et un single. Il dévoilera ces nouvelles compositions pendant cette soirée de retrouvailles avec le public au Karibotel Analakely et montrera un aperçu de son second opus à travers « Tsy anao ny tsiny ». Un single qui, en résumé, est la synthèse de tous les messages contenus dans le premier. « Il ouvre sur une nouvelle fenêtre l’innocence, celle que l’on recouvre derrière les illusions spirituelles, la nuisance des pensées, elle parle de la réjuvénation de l’être après s’être libéré du désespoir. Car le premier album met l’accent sur l’origine plus ou moins subtil du désespoir ». Outre les nouvelles compositions, Lija va surtout mettre l’accent sur les compositions avec lesquelles le public l’a connu. Une soirée à ne rater sous aucun prétexte !

Le trio Inah/Rija/Mahery

La complicité entre les trois chanteurs semble bien réussir et pourquoi changer une formule qui gagne. Voilà pourquoi Inah, Rija Ramanantoanina et Mahery reprennent à nouveau le chemin du cabaret. Cette fois, c’est au Cercle mess Fiadanana que le trio retrouvera les noctambules. De la bonne musique aux rythmes des variétés malgaches et des prouesses vocales à prévoir.

Aina Maharindra

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
News Mada6 partages

Mitazam-potsiny ny fanjakana : tafakatra 2.400 Ar ny kilaom-bary

Toa tsy afa-manoatra intsony amin’ny fahalafosan’ny vidim-bary izao ny mpanjifa, lasa mitazam-potsiny manoloana ny fanararaotan’ny sasany, manomboka any amin’ny mpamongady hatrany amin’ny mpaninjara. Isan-kerinandro, raha ela indrindra, ahitana fisondrotana hatrany ny vidim-bary.

Raha nambara fa anisan’ny olana fototra iray ny fahalafosan’ny fitaterana, etsy andaniny, manao izay tandrify azy koa ireo mpamongady sy mpaninjara sasany. Efa nisy ihany ny fanaraha-maso ny vidim-bary ataon’ny minisiteran’ny Varotra sy ny fanafarana vary avy any ivelany, saingy tsy mampiova zavatra. Na any amin’ny faritra lazaina fa sompitra aza, any Alaotra, efa mihoatra ny 2.000 Ar izao ny kilaon’ny vary fotsy.

Raha ny vokatra eto an-toerana, efa maherin’ny 2.000 Ar daholo izao ny kilao : vary gasy, tafakatra 2.400 Ar ; vary makalioka, 2.300 Ar. Na ny « stock » aza, efa misy 1.900 Ar, izay lazain’ny mpanjifa fa kalitao faran’izay ratsy ihany koa. Tokantrano na fianakaviana maro izao, tsy mahazaka mividy ho an’ny tahiry maharitra ao an-trano intsony. « Saika vidina amin’ny kapoaka isan’andro sisa izao ny vary hohanina anio, toy izany koa ny ho an’ny rahampitso…”, hoy ny renim-pianakaviana iray.

Saika lasa fitiavan-tena ny an’ny sasany

Tsy fantatra, avy aiza marina ny fototry ny fanararaotana fa matoa aloha mivarotra dia mila tombony izay. Raha jerena andavanandro anefa, saika lasa fitiavan-tena ny an’ny mpivarotra sasany. Na manana tahiry herinandro ao aminy aza izy ireny, isaky ny roa na telo andro, ahitana fisondrotana hatrany ny vary amidin’izy ireny. Misy ny tompon’andraikitra ambony nanamafy izay fanararaotan’ny mpaninjara izay. Mitaky fanazavana ny anton’izao fiakaran’ny vidim-bary izao amin’ny minisiteran’ny Varotra ny fikambanan’ny mpanjifa, saingy tsy hita anefa izay tohiny.

Soa ihany fa misy ny katsaka atao solon’ny vary ny any amin’ny kaominina ambanivohitra maro any amin’ny faritra Sofia. Tsy zakan’ny fahefa-mividin’ny Malagasy maro any ambanivohitra any raha ity sakafo fototra iray ity. Na mpamboly aza izy ireo, tsy mahavokatra firy intsony, tsy mahavita taona.

Randria

Midi Madagasikara5 partages

Salon Cosmetic 360 à Paris : Participation malgache fructueuse selon le cluster CHESE

Un partenariat est signé entre le Cluster malgache CHESE et le Cluster français Cosmetic Valley.

Le cluster CHESE a signé un accord de partenariat avec le cluster CosmeticValley et a adhéré au CCIN, lors du salon Cosmetic 360 qui a eu lieu à Paris, les 18 et 19 octobre 2017.

Le CHESE (Cluster Huiles Essentielles du Sud-Est) a participé à la troisième édition du salon international Cosmetic 360, organisé par le cluster français Cosmetic Valley sous le thème « Innovation ». Cette participation figure parmi les appuis de PROCOM ou Programme de l’Union européenne en appui au secteur privé malgache. En effet, la délégation malgache était composée de la présidente de CHESE, Lysiane Tang, accompagnée par  l’ingénieur agronome et animateur du cluster, Aina Rakotoarivelo, ainsi que du président de coopérative d’épices, Jules Rasolonarivo. D’après cette délégation, la participation malgache s’inscrit dans le cadre d’une recherche de nouveaux débouchés. « Le Cluster CHESE a approché le Cluster Cosmetic Valley, premier réseau mondial de la parfumerie cosmétique pour développer un partenariat. Afin de matérialiser celui-ci, une convention a été signée le 19 octobre entre la présidente de CHESE, Lysiane Tang et le DG de Cosmetic Valley, Jean Luc Ansel », indique les membres du cluster malgache.

Réseau. Par ailleurs, le cluster CHESE a également rejoint le CCIN (Cosmetics Clusters International Network). Réseau mondial de clusters dédié à la coopération internationale en cosmétique, le CCIN a été créé à la demande de 18 pôles de cosmétique du monde entier souhaitant partager les bonnes pratiques en cosmétique et travailler sur des projets communs. Ce réseau mondial a été lancé lors de l’édition 2016 du Salon Cosmetic 360 à Paris. Il met à la disposition de ses membres, dont le cluster CHESE, un réseau de partenaires internationaux, l’expérience et le partage des connaissances, des outils de visibilité à l’échelle mondiale et enfin, simplifie les étapes de la mondialisation pour les PME membres. Rappelons que Madagascar a sa place dans le secteur de la cosmétique. Le pays figure parmi les cinq premiers pays en matière de biodiversité et de richesses en plantes endémiques avec plus de 11 000 espèces recensées dont les applications en matière de cosmétique doivent être découvertes et appliquées. Cette intervention du Cluster malgache sur la scène internationale devrait permettre de mieux exploiter ces avantages comparatifs dont la Grande Ile dispose.

Antsa R.

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
News Mada3 partages

Don de 20.000 dollars de Sumitomo Corporation

La société japonaise Sumitomo Corporation a apporté sa contribution dans la riposte à l’épidémie de peste. Hier, au siège du Secrétariat d’Etat auprès du ministère des Affaires étrangères chargé de la Coopération et du développement à Antanimena, cette société actionnaire majoritaire au sein du Projet Ambatovy a octroyé une enveloppe financière de 20.000 dollars au Bureau national de gestion des Risques et des catastrophes (BNGRC).

«Ce geste de solidarité est la concrétisation d’une Responsabilité sociétale entreprise (RSE). Celle-ci n’est qu’une illustration de la contribution de cette société sur le développement socio-économique de Madagascar», a souligné le ministre de tutelle,  Bary Rafatrolaza.Le DG de Sumitomo Corporation, Naoji Ichisugi, a également manifesté l’engagement de cette société dans la mise en œuvre du Plan national triennal pour l’éradication de la peste, en cours d’élaboration actuellement.

«Dans le cadre de la réalisation de ce Plan, Sumitomo Corporation compte introduire quelques produits et équipements tels que les pesticides, pulvérisateurs  et thermographes… ainsi que partager son expérience et savoir-faire japonais», a-t-il déclaré.  Ladite société voudrait également contribuer autant que possible à l’assainissement de l’environnement pour que les touristes étrangers puissent découvrir le pays en toute sécurité.

Fahranarison

Midi Madagasikara3 partages

Assemblée nationale : Des bancs clairsemés

Une cinquantaine de députés seulement étaient présents à l’Assemblée nationale hier. Pourtant, la séance plénière était axée sur l’adoption de cinq projets de loi, à savoir, le projet de loi n°026/2017 relatif au Code de l’électricité à Madagascar ; le projet de loi n°027/2017 portant réforme du Fonds national de l’Electricité (FNE) ; le projet de loi n°020/2017 relatif au système intégré d’information de la Banque centrale de Madagascar ; le projet de loi n°022/2017 autorisant la ratification de l’accord de prêt relatif au financement du projet « Usines d’engrais » conclu entre la République de Madagascar et l’Exim bank de l’Inde. Ces projets de loi ont été adoptés avec amendements. En tout cas, l’on remarque que les bancs de l’hémicycle sont clairsemés en ce début de session budgétaire. Les chaises vides sont plus nombreuses que les députés présents. Reste à savoir si les parlementaires seront au grand complet lors du face-à-face avec le gouvernement prévu se dérouler les 23-24 novembre prochain.

Davis R

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara3 partages

Grande distribution : Bientôt un 9e supermarché Score à Talatamaty

Jean-Pierre Badano, le directeur général de la Société Malgache de Magasins. (Photo : Yvon Ram)

La Société Malgache des Magasins (S2M) est le leader à Madagascar dans le domaine de la grande distribution.

Elle appartient à la société VINDEMIA basée à La Réunion, qui est aussi un leader en la matière au niveau de l’Océan Indien. Elle est également le distributeur exclusif des marques de produits du groupe CASINO installé en France, qui figure parmi les 10 premières sociétés grandes distribution dans le monde. A Madagascar, « la S2M dispose de trois hypermarchés Jumbo Score dans la Capitale, de huit supermarchés Score dont six magasins installés en provinces, à savoir Antsiranana, Mahajanga, Antsirabe, Toliara et deux à Toamasina. Les deux autres supermarchés Score se trouvent à Antananarivo. Et bientôt, un 9e supermarché Score sera ouvert à Talatamaty », a annoncé Jean-Pierre Badano, le directeur général de cette société de grande distribution, en marge de la cérémonie de remise de médailles à ses 253 fidèles collaborateurs.

Promotion interne. Notons que la S2M qui a été créée en 1992, compte actuellement 1243 employés dont cinq expatriés. « Nous faisons notamment une promotion interne en recrutant des gens capables, même sans diplômes, pour commencer au plus bas de l’échelle. Ils bénéficieront ensuite des formations périodiques pour un meilleur renforcement de capacité afin de décrocher au fil du temps le poste de directeur », a-t-il rajouté. Cette société de grande distribution sait bien motiver son personnel en lui remettant des distinctions honorifiques, entre autres. D’une chose on est sûr, elle fait partie des grands pourvoyeurs d’emplois à Madagascar et ce, grâce à l’extension de ses activités en l’espace de 23 ans. Et ce n’est pas tout ! Elle fait vivre des milliers de personnes à titre d’emplois indirects par le biais de son partenariat avec des fournisseurs locaux.

Nouveau concept. Par ailleurs, la Société Malgache des Magasins a lancé un nouveau concept depuis deux ans. Il s’agit notamment de la création des magasins SUPERMAKI dans le dessein de se rapprocher de sa clientèle au niveau des quartiers. Ces magasins de proximité offrent toute une large gamme de produits et articles presque identiques à ceux qu’on trouve dans les grandes surfaces, mais à prix abordables. La qualité du libre-service qui y est offerte permet à toutes les catégories de clientèle de faire ses emplettes comme dans les supermarchés. La S2M dispose maintenant de 27 magasins SUPERMAKI dont 20 magasins ont été ouverts à Antananarivo. « On continue à ouvrir des magasins SUPERMAKI tous les mois pour avoir 23 magasins d’ici à la fin de l’année dans la Capitale », a conclu Jean-Pierre Badano.

Navalona R. 

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara3 partages

Code électoral : Inquiétude des partis politiques

L’élaboration du Code électoral continue de susciter des polémiques. L’opposition ne cesse d’exprimer son inquiétude face au processus. Hier, des partis politiques et des membres de la Société civile se sont réunis à l’hôtel Colbert à Antaninarenina pour tenter de former un bloc uni pour protester contre les travaux du comité interministériel en charge de rédiger un avant-projet de Code électoral. Il s’agit de la deuxième rencontre de ce genre après celle organisée dans le même hôtel le 27 octobre dernier. En effet, des acteurs politiques craignent un Code de la Communication médiatisée bis. Le projet de loi qui sera débattu au parlement durant la session parlementaire en cours risque d’être contraire à l’esprit du projet de Code électoral élaboré par le Comité consultatif et qui a été présenté au siège de la CENI à Alarobia. A l’issue de la réunion d’hier, les partis politiques de l’opposition ont décidé de donner une semaine au régime HVM pour publier un avant projet de Code électoral. Un ultimatum en quelque sorte. A la fin de ce délai, l’opposition se réunira de nouveau pour prendre une décision.

Davis R

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Orange Madagascar2 partages

La 4G d’Orange Madagascar va contribuer au développement de la ville d'Antsirabe

Michel Degland, le Directeur Général d’Orange Madagascar, a procédé le 3 novembre 2017 au lancement officiel de la 4G d’Orange à Antsirabe, à l’occasion d’une cérémonie honorée par la présence de André Neypatraiky Rakotomamonjy, Ministre des postes, des télécommunications et du développement numérique.

Madame le Préfet d’Antsirabe, Nalisoa Voahangiarimino Andriantomponera, le Chef de Région Vakinankaratra, Général William Rakotonarivo, le Directeur de cabinet de la mairie d’Antsirabe, Bruno Mahefa Rasitefanoelina, le Sénateur Jean Ravelomanantsoa, ainsi que le Directeur Général de l’Autorité de Régulation des Technologies de Communication (ARTEC), Longin Rakotoarivelo, étaient également présents à cette cérémonie, tout comme l’ensemble des opérateurs économiques d’Antsirabe. 

Troisième plus grande agglomération de Madagascar, après Antananarivo et Toamasina, la ville d'Antsirabe est un centre économique parmi les plus importants en terme de valeur ajoutée à Madagascar. Cela s'explique par la présence d’importantes entreprises de transformation, par sa position stratégique de carrefour permettant de faire le lien entre les productions agricoles et la demande urbaine de la capitale, ainsi que par l’importance et la diversité de son tissu micro-entrepreneurial.

Ville industrielle, Antsirabe est également l’un des principaux fournisseurs du pays en produits frais et est réputée pour son eau minérale gazeuse. C’est aussi une ville touristique d’importance, notamment avec ses eaux thermales.

Une véritable opportunité

La 4G d’Orange est une véritable opportunité pour une ville telle qu’Antsirabe, qui possède un grand potentiel agricole. Le développement des technologies va en effet contribuer à dynamiser l’innovation socioéconomique et le secteur agricole local à travers, entre autres, le m@gri.

Orange possède une solide expérience dans le domaine du m@gri, dont les services sont répartis sur trois axes de développement : l’amélioration des revenus des agriculteurs, l’accroissement de la productivité agricole, et le renforcement de la chaine de valeur.  

Ces opportunités, l’ensemble des opérateurs économique présents à la soirée de lancement de la 4G à Antsirabe y ont été sensibles. L’occasion de la soirée a également été saisie par la délégation d’Orange Madagascar pour recueillir directement les besoins des clients et futurs clients en vue d’apporter les meilleures solutions pour le développement de leurs activités et ainsi offrir la meilleure qualité de service.

Usages innovants

L’arrivée de la 4G est une excellente nouvelle pour les opérateurs économique locaux, afin de favoriser des usages innovants. C’est également une opportunité unique pour les entreprises malgaches, qu’elles soient petites, moyennes ou grandes, d’être présentes à l’international. Le numérique leur permettra de se positionner sur la carte des entreprises de ce monde, et ainsi d’avoir une vraie vie internationale.

Le Ministre des postes, des télécommunications et du développement numérique, André Neypatraiky Rakotomamonjy, a indiqué : « dans le contexte de développement, le secteur des Télécommunications doit jouer un rôle majeur, un rôle de catalyseur afin de soutenir les efforts entrepris par le secteur privé, mais aussi par l’Etat ».

Michel Degland a rappelé pour sa part que «en tant que partenaire de la transformation digitale à Madagascar, Orange apporte son savoir-faire en matière de développement des télécommunications. Un développement qui apporte des bénéficies essentielles sur l’écosystème économique et social du pays ». 

Orange Madagascar continue le déploiement de son réseau 4G dans tout Madagascar.

Midi Madagasikara2 partages

Orange Solidarité Madagascar : Des matériels et accessoires pour un centre de formation.

L’association Orange Solidarité Madagascar s’associe à nouveau avec l’ONG Terre des Enfants Madagascar pour soutenir les sections de formation du Centre « Femmes A Venir » de Toamasina. Josie Randriambeloma, présidente d’Orange Solidarité Madagascar, a ainsi remis divers matériels et accessoires au centre de formation ce 31 octobre 2017, à Toamasina. Inauguré en 2012 par Terre des Enfants et Orange Solidarité Madagascar, le centre de formation « Femme A Venir » forme en enseignement général et en formation professionnelle (couture, broderie, cuisine, pâtisserie, activités sanitaires et sociales) des jeunes filles de 14 à 16 ans. Il prépare des jeunes filles à entrer dans le monde du travail et leur donne la possibilité de s’initier à l’informatique.

Soutien. La majeure partie des apprenants du centre de formation sont des jeunes filles défavorisées de Toamasina, des jeunes filles qui ont quitté précocement l’école, ou encore des  mères célibataires.

« Le centre « Femme A Venir » de à Toamasina est l’un des projets auquel Orange matérialise son soutien à l’éducation des femmes. Chez Orange, nous croyons fermement à la citation : « éduquer un garçon c’est en faire un homme, éduquer une fille c’est en faire une nation » » explique Josie Randriambeloma. En 2009, Orange s’est déjà associée à Terre des Enfants. Un élan de solidarité des salariés de la Direction Vente et Distribution d’Orange de plusieurs régions en France a permis à travers l’opération « Trousses de l’espoir » de soutenir les écoliers malgaches. L’opération consistait à offrir aux enfants défavorisés des trousses d’écolier (avec des crayons, stylos, règles…) et de toilettes (contenant du savon, du dentifrice…) pour améliorer leur quotidien d’élèves et d’enfants.

Orange Solidarité Madagascar au service de la Communauté malgache

10 milliards Ar. Depuis 2011, plus de 500 infrastructures sociales de  base ont été réalisées dans les 22 régions de Madagascar grâce à Orange Solidarité Madagascar. Plus de 10 milliards d’ariary ont été investis dans les domaines d’intervention des actions de mécénat, plus de 50 000 enfants scolarisés.

L’association apporte  son appui à des projets leviers de développement principalement dans le domaine de l’éducation, de la culture et de la santé, à travers des appuis financiers, des actions de bénévolat ou de dons. En œuvrant pour la lutte contre la fracture numérique, Orange Solidarité Madagascar ambitionne de mettre les technologies au service de la population afin de contribuer au désenclavement éducatif et culturel.

Recueillis par Navalona R.

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara2 partages

Programme d’investissement public : 40 responsables formés en deux semaines

Les agents formés ont reçu des certificats.

La politique de renforcement de capacité et de professionnalisation des agents de la Direction générale du Budget (DGB) poursuit son cours avec la mise en œuvre de formations et de modernisation de l’administration. Du 16 au 23 octobre, 40 responsables sectoriels et responsables des réformes au sein de ce département ont bénéficié d’une formation sur le renforcement de capacité sur les Programmes d’investissements publics (PIP). D’après ses initiateurs, cette formation intitulée «PIP et Suivi-Evaluation des Projets et Programmes », s’inscrit dans le cadre de la réforme du Programme d’Investissement Public cohérent avec la mise en œuvre de la Stratégie Nationale de Réforme de la Gestion des Finances Publiques (SNRGFP). Plusieurs thématiques ont été abordées durant les séances de formation, notamment, la préparation en amont de la programmation des investissements publics ; l’élaboration, planification et budgétisation des PIP ; l’exécution technique et financière des projets publics ;  et le suivi et évaluation des programmes et projets.

Antsa R.

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara2 partages

Football – Telma Coupe : Un duel à couteaux tirés Fosa Juniors – RTS Jet Mada !

L’équipe du Fosa Juniors croit en la victoire dimanche.

La demi-finale de la Telma Coupe de Madagascar sera l’occasion d’assister aux explications entre Fosa Juniors et RTS Jet Mada à Mahajanga et COSFA et As Adema à Fianarantsoa.

C’est l’avant dernière ligne droite de la Telma Coupe de Madagascar ce dimanche à Mahajanga et Fianarantsoa. Les deux équipes finalistes seront connues à l’occasion de ces demi-finales qui s’annoncent intenses et serrées.

Nouveaux. Une affiche alléchante.  RTS Jet Mada sera aux prises de Fosa Juniors, championne de la ligue régionale de Boeny au Stade Alexandre Rabemananjara. Deux équipes avec deux parcours différents qui se sont permis le luxe d’éliminer les cadors. Jet Mada a pris le dessus sur la formation d’OTIV par 3 buts à 0 en quarts de finale. Fosa Juniors a battu Tam Port-Bergé en 4 buts à 0. L’une comme l’autre peut compter sur « leurs jeunes joueurs ». Boostés par leur victoire lors du match de préparation face à FC Top Dom et évoluant à domicile, les Elefoni, Santatra et consorts Fosa Juniors sont plus que déterminés à remporter cette rencontre. En face, RTS Jet Mada ne sera pas à Mahajanga pour de la figuration et compte jouer ses plus belles cartes. En plus, la rencontre prévue à 15 heures est ouverte au public surtout après le problème des quarts de finale. Une annonce faite par le président de la ligue de Boeny en personne.

100% Analamanga. L’autre demi-finale opposera deux équipes d’Analamanga au Stade moderne d’Ampasambazaha. La formation de l’As Adema défiera les militaires du Cosfa. Une rencontre très ouverte entre ces deux formations qui reviennent de loin et surtout après l’élimination de la tenante du titre de la CNaPS Sports. Habituée à disputer la finale de la Coupe de Madagascar, l’équipe aéroportuaire veut tenter cette année de se qualifier de nouveau pour le derby final de ce tournoi après un parcours chaotique en 2016.  Mais la mission des joueurs d’Ivato ne s’annonce pas facile devant l’équipe du Cosfa. C’est l’unique équipe encore en course à la Champion’s Ligue. En attendant, les acharnements s’annoncent intenses entre le quatuor en quête des deux tickets pour la finale du 26 novembre à Mahajanga.

T.H

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara2 partages

Cinéma : Focus sur les documentaires malgaches

Ils ont marqué les esprits des cinéastes à la dernière édition des Rencontres du film court. Demain, trois de ces films malgaches seront projetés dans le cadre de la célébration du mois du documentaire.

Tandis que les grandes scènes sont encore pétrifiées par la peste, le cinéma bouge d’un ton dans la capitale. En ce mois du documentaire, trois œuvres malgaches feront l’objet d’une projection à l’Institut français à Analakely demain. A l’affiche, « Rongony » de Judicaël Fabrice Andrianavalinarimanga, « Jeu Garde espoir » de Dina Valisoa Ratsisetraina et « Longue vie aux morts » de Maminihaina Rakotonirina. Ces films ont été dévoilés au grand public lors du festival Rencontres du film court en avril dernier. En dehors des festivals de cinéma, ces œuvres sont rarement projetées.

Ce samedi est donc un rendez-vous immanquable pour les passionnés du septième art. Une occasion qui permettra au public de découvrir une autre facette du cinéma malgache, mais aussi d’aller à la rencontre des réalisateurs.  Pour Nantenaina Lova de l’Association Asa Sary, organisateur de l’évènement, « Il est important de mettre en avant chaque travail fait, car l’industrie du cinéma existe bel et bien à Madagascar. Ce métier demande un travail d’équipe pour accomplir un projet de film. Il faut  aussi s’entourer de professionnels si l’on veut avoir  un gage de réussite » avance-t-il.

L’émergence de jeunes cinéastes commence à transparaître doucement dans la Grande Ile tandis que,  les plus expérimentés comme Hamy Ratovo et Marie-Clémence Andriamonta Paes brillent à l’international.

Dans le cinéma, chaque poste est un métier. Savoir écrire l’image et le son pour faire  du documentaire est impératif. L’une des raisons pour l’association Asa Sary fait des ateliers et des « workshops » pour pallier à l’inexistence d’école de cinéma et d’audiovisuel au pays. Par ailleurs, une partie de la célébration sera consacrée au« work-in-progress » émanant de l’atelier « Kino-doc ».

Aina Maharindra

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Madaplus.info1 partages

Aucun report de la présidentielle dixit Rivo Rakotovao

Rivo Rakotovao, le leader national du parti HVM et à la fois le nouveau président du SENAT a précisé que le régime actuel n’avait et n’a aucune intention de reporter l’élection présidentielle, comme prétendent plusieurs politiciens, mais que la présidentielle devrait se tenir conformément avec la date définie par la Loi constitutionnelle.
D’après son intervention d’hier, Rivo Rakotovao a précisé que les débats organisés par les autorités visent essentiellement à définir la date du scrutin et le délai respectif de la propagande. Le Chef d’État respecte le contenu de la Constitution, a-t-il ajouté. Les récoltes des propositions de la part de différentes entités ont eu lieu durant la rencontre d’hier au SENAT. Le Président national du parti HVM confirme que le régime actuel n’a jamais songé à reporter la présidentielle, vu que les préparatifs sont déjà entamés. L’élection présidentielle aura lieu au moment défini par la Constitution selon toujours Rivo Rakotovao.
News Mada1 partages

Referendum ou présidentielle ? : le régime joue sur les deux tableaux

Le pouvoir a-t-il abandonné son projet de révision de la Constitution ou joue-t-il sur plusieurs tableaux ? En effet, le projet de LFI 2018 évoque la présidentielle, pour autant, les débat sur certains articles polémiques de la Constitution continue.

A moins d’un éventuel changement et/ou retournement de situation, ce qui n’est pas à écarter, 2018 sera une année électorale. Le projet de Loi de finances initiale (LFI) pour l’année prochaine, parvenu entre nos mains, confirme cette disposition, déjà annoncée auparavant par la ministre Vonintsalama Andriambololona.

En effet Il est écrit dans l’axe 1 que «Gouvernance, Etat de droit, sécurité, décentralisation, démocratie, solidarité nationale» se verra octroyer une part de 21,5% des financements internes pour assurer le bon déroulement des élections en 2018. Et que plus tard, «il convient de rappeler que l’année 2018 sera marquée par la préparation et l’organisation de l’élection présidentielle. Ainsi, un montant de 40 milliards d’ariary sera alloué». A rappeler que cette somme a été réclamée par la Commission électorale nationale indépendante (Ceni) pour organiser le premier tour de l’élection présidentielle de 2018.

Ces derniers temps, le débat sur les élections à boucler pour l’année prochaine, continue de faire couler beaucoup d’encre au pays. Et pour cause, le Chef de l’Etat et le chef du gouvernement avaient fait remarquer que plusieurs dispositions de la Constitution, notamment l’article 46, pourraient handicaper l’organisation de la présidentielle.

Discussion

Lors d’un petit déjeuner de presse à Iavoloha, le Chef de l’Etat avait aussi évoqué les articles 46 et 47. Mais en marge d’un déplacement à Londres, il avait botté en touche en signalant que «Le changement de la Constitution ne dépend pas uniquement du président de la République. C’est le peuple qui a voté la constitution. Je pense que les discussions sont en cours. Donc on attendra l’évolution de ces discussions», avait-il alors soutenu.

Toujours est-il que l’opinion publique avait conclu que le régime entend mettre la révision constitutionnelle avant la présidentielle. Jusqu’ici, en tout cas, les autorités étatiques n’ont pas encore écarté cette hypothèse même si la présidentielle sera aussi au rendez-vous.

Lors de la passation des pouvoirs qui s’est tenue hier entre le président sortant du Sénat Honoré Rakotomanana et son successeur Rivo Rakotovao à Anosy, ce dernier a souligné que la présidentielle se tiendra effectivement l’année prochaine. Pour autant, il n’a pas fait allusion à l’éventualité d’un référendum constitutionnel. Il se pourrait alors que l’Etat ait abandonné cette idée, vu le débat provoqué par cette démarche, d’autant que les partenaires techniques et financiers se sont cantonnés à appuyer seulement la présidentielle.

A la lecture du projet de LFI, il apparaît que l’année prochaine sera électorale, que ce soit référendum ou présidentielle. A titre d’illustration, le projet LFI 2018 mentionne que les secteurs infrastructures et sociaux occuperont presque la moitié des financements externes pour l’année 2018. Ce qui est loin d’être une coïncidence.

Rakoto

 

News Mada1 partages

Antoko RDS : « Ampy izay tsy ny nanomezana hasina ny vahoaka »

« Ampy izay taona maro nifandimby tsy nanomezana hasina ny vahoaka malagasy izay, ka hanajana ny safidiny sy hanomezana azy ny zavatra heveriny fa hanatsarana ny fiainany, ary hiarovana azy amin’ny ainy sy amin’izay mety ho fahavalo mandroba ireo fananana nilofosany. »

Izay ny fanambaran’ny antoko RDS, tarihin-dRakoto Andrianirina Fetison, afakomaly, eo anoloan’ny zava-misy iainan’ny vahoaka hatramin’izao. Ndeha horesena ny hakanosana ka hijoro am-pahasahiana na inona na inona tsy fahombiazana miteraka famoizam-po, araka ny nambarany.

Mendrika ho an’ny vahoaka ny hanana hoavy sahaza azy. Koa andeha hifanindran-dalana amin’izany. Eo ny fanamarinana ny anaran’ny tena ao amin’ny lisi-pifidianana, eny anivon’ny fokontany. Eo koa ny fandraisana anjara amin’ny fifidianana, fa tsy ny hafa no avela hamaritra ny hoavin’ny tena.

Takina ny fampiharana ny fampihavanam-pirenena

 Takina ny fampiharana ny fampihavanam-pirenena mialoha ny fifidianana, hisian’ny fitoniana sy handehanan’ny fifidianana araka izay tokony ho izy: madio, handraisan’ny rehetra anjara, mangarahara, marina ary tsy mitanila.

« Aza manaiky atao fitaovana hanovana ny lalàna fototra ho amin’ny tombontsoa manokana. Fa hanao izany amin’ny fotoana mahamety azy, hahatonga antsika Malagasy hitsangan-ko tena firenena marina », hoy ny fanambarana.

Ilaina ny fahaiza-mandà ny fanalavana tsy amin’ny antony ny fe-potoam-piasan’izao fitondrana izao, ka hitaky ny hisian’ny fifidianana filoham-pirenena amin’ny taona 2018. Ho fanajana ny lalàna fototra izany. Toy izany koa ny fahaizana misafidy izay homena fahefana hitondra ny firenena sy miaro izany safidy izany.

Mila manome hasina ny vahoaka ny mpitondra

« Mba nomenao hasina ve ny vahoaka nifidy anao? » hoy ny RDS amin’ny  mpitondra. Fotoana amaritana ny dingana vitan’ny fitondrana izao, andrefesana ny mbola tsy vita tamin’ireo fampanantenana natao tany am-piandohana.

Iaraha-mahita fa misy amin’ireo mpitondra ny malahelo hava-manana, tia kely, saribakolin’ny fitiavan-tena sy ny fiarovana ny tombontsoan’ny tena samirery, fianakaviana, fikambanana ary firenena aza.

« Moa hiraviravy tanana na sanatria hihemotra ny amin’izany ve isika? Tsia« , hoy ny antoko.

R. Nd.

News Mada1 partages

La peste à Madagascar (1930) : une idée sur la peste (1)

Les vaccinations anti-pesteuses et les passeports sanitaires exigés des sujets français dits indigènes, seulement, dénotent vraiment un régime esclavagiste. Le Malagasy – Sûreté Générale qui nous qualifie de plus dangereux que la peste dont seuls les indigènes supportent toutes les mesures vexatoires avoue implicitement par là que cette peste n’existe pas, ou du moins n’existe pas telle qu’on veut bien nous le faire croire.

La vraie peste, d’après nous, pourrait bien exister, et dans ce cas, les mesures de protection ne doivent pas frapper uniquement les sujets français autrement cela ne devient plus qu’une mauvaise plaisanterie, et une arme de persécution entre les mains d’une administration sans scrupules. Comme la véritable peste ne fait aucune distinction de personnes, et frappe tout le monde, indigènes français, Indiens, Chinois, créoles de toutes les colonies, etc., les mesures d’hygiène doivent être générales et égales pour tous, vaccinations, passeports sanitaires, etc. Une commission, qui réunirait des représentants de chaque catégorie de la population, fonctionnerait en permanence pendant toute la durée de l’épidémie, et désignerait les personnes que le manque de propreté rendrait susceptibles des mesures d’hygiène d’exception.

Ainsi, il y aura plus d’ordre, plus de discipline et surtout plus de justice pour tout le monde.

Les mesures prises actuellement ne visent que les sujets français, dits indigènes, sans distinction, en faisant supporter par cette seule catégorie de la population le poids de la peste, sans que les corps constitués aient élevé, jusqu’ici, la moindre protestation, alors que ces représentants des intérêts généraux (pour rire) savent très bien que parmi les sujets français dits indigènes, il y en a qui sont certainement plus propres que certains vazahas, principalement les Asiatiques, lesquels sont exempts, de droit, de toutes les vexations engendrées par cette fameuse peste.

Naturellement, les sujets français, dits indigènes, en présence de l’odieux indigénat, n’ont qu’un seul droit, celui de se taire… ou d’aller en prison.

(À suivre.)

Jules Ranaivo.

L’Aurore malgache

Vendredi 28 novembre 1930.

www.bibliothequemalgache.com

 

News Mada1 partages

Attaque à Itaosy : quatre employés écroués à Tsiafahy

A l’issue de plusieurs mois d’enquête, les pistes s’orientent vers l’implication de 4 employés d’une entreprise dans l’attaque.

Quatre employés de l’entreprise attaquée à Itaosy le 3 juillet ont été écroués dans la maison de force de Tsiafahy à la suite de leur défèrement mardi dernier. Ils sont suspectés d’être de connivence avec des bandits. Ce n’est que samedi dernier qu’ils ont été interpelés par les policiers du Commissariat d’Itaosy.

Pour rappel, 7 bandits armés ont pris d’assaut une entreprise située à Itaosy la nuit du 3 au 4 juillet dernier. Pendant que d’autres bandits ligotaient et menaçait les 3 gardiens, d’autres se sont introduits à l’intérieur pour cambrioler l’entreprise. Une somme de 10 millions d’ariary, des bijoux en or valant jusqu’à 60 millions d’ariary, un fusil et un pistolet, des téléphones, une télévision et d’autres objets ont été emportés par les bandits.

Selon les explications, d’après les premièrs éléments de l’enquête, une complicité avec des employés a été relevée mais ces derniers l’ont toujours nié. En effet, aucune trace des bandits aux entrées de l’enceinte n’a été retrouvée. Ils n’ont pas sauté les murs ni forcé le portail.

Suite à l’approfondissement des enquêtes, il s’avère que les attitudes des employés durant la nuit de l’attaque n’étaient qu’une mise en scène. Ils ont fait entrer les bandits de leur plein gré. Les 3 gardiens de nuit et un chauffeur de confiance de l’entreprise ont été arrêtés par les policiers. L’un d’entre eux a tout avoué tandis que les autres ont nié farouchement toute implication dans l’affaire. Actuellement, aucune trace des objets volés n’a été retrouvée. Les 7 auteurs de l’attaque sont activement recherchés.

Ando Tsiresy

News Mada1 partages

Analamanga : l’invasion d’Anosivola contestée

Les revendications des Manendy, héritiers de la colline d’Anosivola, refont surface. En fait, les descendants des fondateurs de cette dynastie, ayant occupé la circonscription de Mahitsy, exigent actuellement  la restitution de ce terrain appartenant à leurs ancêtres et cedé de façon douteuse à une ONG allemande.

Une résolution a été prise à l’issue d’ue assemblée générale de l’association «Zanaky terak’i Manendy Anosivola Mahitsy-Moriandro» (Ztem Amor), en début de semaine à Mahitsy.

L’association «Zanaky terak’i Manendy Anosivola Mahitsy-Moriandro» (Ztem Amor) a réitéré son appel au dialogue à l’endroit de l’ONG Deutsch Madegassische Gesellschaft (DMG) pour résoudre la situation à l’amiable, selon les déclarations de son président national, Johnny Maminiaina Rakotondranaly. Les membres de cette association du clan Manendy ont toutefois affirmé leur détermination à entrer en possession de leurs biens ancestraux, par tous les moyens, au cas où le camp d’en face persisterait à occuper cette colline d’Anosivola, ancien domaine royal composé de palais et tombeaux vénérés du clan.

La procédure du bail emphytéotique rejetée

Se déclarant héritiers naturels de ce patrimoine par leur affiliation à ses fondateurs, les Manendy dénoncent actuellement la procédure de cession de ces terres par les autorités locales. Ils ont révélé en effet que le contrat de bail emphytéotique autorisant l’occupation de leur colline sacrée par l’ONG Deutsch Madegassische Gesellschaft (DMG) a été seulement validé par le maire de Mahitsy après avoir été accordé par quatre des chefs de fokontany environnants, sans passer par la hiérarchie administrative habilitée en matière de propriété foncière.

Les agissements du maire qui, en connaissance de cause, ne s’est point référé aux propriétaires traditionnels des lieux avant de prendre une décision lourde de conséquences, sont aussi dénoncés par la tribu qui soupçonne des traces de corruption dans son initiative unilatérale. Outre la demande d’annulation du contrat de bail emphytéotique, courant sur 25 ans depuis le mois de février 2000, et dont les clauses n’ont point été respectées, l’association envisage de saisir le Bianco pour éclaircir la situation.

Manou

 

Ino Vaovao1 partages

TV VIVA, KOLO TV, YOUTUBE : Miverina ny fandaharana “Tsy mahaleo ny sampona”

Rehefa tsy hita tao anatin’ ny herinandro vitsivitsy ilay fandaharana isan’ny be mpanaraka “Tsy mahaleo ny sampona”,  izay vokarin’ny mpanao gazety mivondrona ao anatin’ ny “Mle” (Mouvement pour la liberté d’ éxpression) dia miverina mandeha sy azo arahina indray izany, nanomboka afak’omaly. 

Ny “Fotoam-bita” tokoa “Tsy mahaleo ny sampona”. Noforonina manokana ity fandaharana ity natao hamaliana ilay fandaharan’ ny Filoham-pirenena Rajaonarimampianina antsoina hoe : “Le Rendez-vous” na “Fotoam-bita”. Nisendra olana hatrany ity fandaharana ity satria mandeha ny tsindry sy ny fandrahonana ary ramatahora amin’ ny alalàn’ny fomba rehetra ataon’ ireo tsy mahazaka ny fanehoan-kevitra. Isan’ny niharan’izany i Fet’Maningotra ankoatra an’i Fetra Rakotondrasoa mpitondra tenin’ ny “Mle” sy Benson. 

Nampiasaina natao herim-pamoretana mihitsy ny mpitandro filaminana teo anatrehan’izany.Raha ny fantatra dia ramatoa iray antsoina hoe  : G. izany no nandrahona azy tamin’ny antso tamin’ny finday tsy hanatontosa io fandaharana “Tsy mahaleo ny sampona” io intsony. Voalaza fa vola mitentina 15 tapitrisa Ariary no nomena an’ io vehivavy io hanao izay iraka izay. Nilaza moa i Fet’Maningotra fa tsy nandray izany vola izany.

Noho ilay fandrahonana tamin’ny antso an-telefaonina fa hoe  : “hisy hamono” no nahatonga azy nisintaka kely tsy nanao ny fandaharana tao anatin’ny andro maromaro. Izany hoe nakepok’ilay ramatoa antsoina hoe G. izany ilay vola 15 tapitrisa Ariary nokasaina hampiasana hanesorana an’ i Fet’Maningotra. 

Tina Rakoto

Tia Tanindranaza1 partages

Ady amin’ny pestaNitondra ny anjara birikiny ny BNI

Manoloana ny firongatry ny aretina pesta eto amintsika dia tsy nitazam-potsiny ny banky BNI amin’ny maha mpiara-miombon’antoka azy ireo amin’ny fanatsarana ny asa sosialy eny anivon’ny fiaraha-miasa.

 

Pati

 

Tia Tanindranaza1 partages

Fampihavanam-pirenena Tokony hialoha ny fifidianana, hoy ny RDS

Tsy mety ny hangina manoloana ny toe-draharaham-pirenena ankehitriny, hoy ny avy eo anivon’ny antoko politika Roso ho an’ny Demokrasia Sosialy (RDS), tarihin’ny filohany, Andrianirina Fetison Rakoto.

L'express de Madagascar1 partages

Santé – Dix nébuliseurs pour le CHU mère-enfant

Le problème du pavillon Ismael du service pédiatrique du CHU mère-enfant de Tsaralalana est résolu. Il a reçu dix nouveaux nébuliseurs, hier.

Salvateur. Le Rotary club Anosy a remis hier, dix nébuliseurs au service pédiatrique du Centre hospitalier universitaire (CHU) mère-enfant de Tsaralalàna. « Ce club de service intervenant dans les axes stratégiques de la santé, de l’éducation, de la paix, de la sécurité et de la lutte contre les maladies, se consacre à des actions sociales. Cette dotation de nébuliseurs permettra ainsi aux enfants en bas âge de recouvrer au plus vite la santé », fait remarquer Andry Voniha­rinjaka, président du club.Le nébuliseur, appareil médical utilisé pour traiter la bronchiolite, a fait défaut dans cet établissement hospitalier. « Il n’y a qu’un seul, et il couvre tous les bébés souffrant de bronchiolite de tout un pavillon. Les mères viennent ici par tour pour que leurs bébés puissent bénéficier du médicament à inhaler », rapporte un médecin du service pédiatrique. L’arrivée des dix nouveaux nébuliseurs évite ainsi la longue attente des mères qui devraient fournir à leurs bébés une bouffée d’air transmettant l’agent qui tue le virus.

Pic de fréquenceD’après le Dr Lova Rako­to­malala, directeur adjoint technique du CHU mère-enfant, le virus respiratoire syncitial est responsable de la bronchiolite, principal motif d’hospitalisation. « Comme toute infection respiratoire aiguë, elle commence par un rhume, se poursuit par une toux et se termine parfois par un étouffement. Normale­ment, le pic de cette maladie se situe entre novembre-décembre et mars-avril-mai. En ce moment, la variation climatique la provoque à n’importe quelle saison », détaille-t-elle. Par ailleurs, le nébuliseur s’emploie dans le traitement de l’asthme. La pédiatre précise que, pour les enfants de moins de deux ans, on parle de bronchiolite. Au cas où cette infection se répèterait trois fois avant le troisième anniversaire de l’enfant, la maladie se convertit en asthme du nourrisson.Le directeur adjoint technique ajoute que l’hôpital accueille les enfants âgés de moins de 15 ans et traite les pathologies médicales, ne nécessitant aucune intervention chirurgicale. La plupart du temps, les services prennent en main les infections respiratoires aiguës. Puisque la pollution trouble l’atmosphère et l’environnement, l’hôpital enregistre aussi plusieurs admissions dues aux maladies diarrhéiques. Si un enfant présente des complications, les responsables les transfèrent dans d’autres établissements.

Farah Raharijaona

L'express de Madagascar1 partages

Entrepreneuriat – La communication virtuelle outil incontournable

Les réseaux sociaux vont au-delà de leurs vocations divertissantes. Ils constituent un marché commercial gigantesque.

L’interaction avec le client reste toujours le fer de lance de tout bon commercial qui se respecte. C’est à travers ce leitmotiv qu’a été conduite la conférence-débat qui s’est déroulée, hier, au Youth Civic Center Ambodifilao (YCC). Intitulé tout simplement« le business sur Facebook »,  l’évènement était le fruit de la collaboration entre l’unité d’incubation entrepreneuriale et emploi (UIEE) et le ministère de l’Emploi, de l’enseignement technique et de la formation professionnelle (MEETFP). L’objec­tif de cette séance de partage étant de définir les axes de concentration sur lesquels les entrepreneurs devraient aborder leurs stratégies de consommation à travers les réseaux sociaux et en particulier sur « Facebook ». La communication digitale est, désormais, incontournable pour la fructification des investissements en entreprises. Cependant, avec les stratégies standards de communication, il n’est pas aussi simple pour une entreprise de poser ses marques et son enseigne dans le monde du digital. « Même dans un domaine virtuel, les études de marché sont de rigueur comme dans tout bon business plan qui se respecte », annonce Stéphane Mamy Haja, web entrepreneur, dans son discours d’introduction.

SubtilitéC’est à travers ces premières expériences en tant qu’entrepreneur que le jeune homme a su développer son activité pour arborer cette casquette de web entrepreneur aujourd’hui. Des expériences qu’il partage quotidien­nement sur les réseaux sociaux à présent.« La subtilité est de mise dans la communication digitale », lance-t-il en expliquant que les techniques de communication standard à l’image des matraquages médiatiques ou encore les messages hors contexte sont désormais obsolètes. Que ce soit pour une société physique ou encore pour une société existant virtuellement, Facebook représente un potentiel non-négligeable pour communiquer et interagir avec la clientèle. « Interaction étant le mot-clé, il ne suffit pas de mettre votre logo en grand avec une couleur tape à l’œil, ou encore de diffuser votre spot à longueur de journée », explique-t-il. Par contre, il suggère plutôt de glisser le message commercial subtilement dans un « podcast » (ndlr : message commercial court) entrant parfaitement dans un contexte qui attirera l’attention de la cible de la campagne commerciale. « C’est uniquement à travers cet art de communiquer avec finesse que les plus grandes enseignes arrivent à être présentes sur tous les fronts publicitaires », constatera une assistance composée presque essentiellement de jeunes entrepreneurs.

Harilalaina Rakotobe

L'express de Madagascar1 partages

Ambohimangakely – Un pestiféré déterré de son caveau familial

Derniers recours. Un homme dans la cinquantaine a été exhumé de son caveau familial à Ambohimangakely, mercredi, vers la fin de l’après-midi. Il doit être inhumé dans une fosse commune pour éviter la propagation de la maladie, lors de la réouverture du tombeau. « La bactérie de peste vit dans un cadavre pendant plusieurs années et se transmet en cas de contact », explique le Dr Marcel Rabe­tokontany, médecin inspecteur d’Avaradrano, hier.Décédé suite à une suspicion de peste pulmonaire dans la ville d’Antananarivo, au début de la semaine, la famille du défunt l’aurait emmené en catimini, mercredi matin, pour l’inhumer. « Nous avons vu le résultat du test de diagnostic rapide (TDR) de la peste effectué sur lui. C’était négatif. En outre, aucun médecin n’a déclaré qu’il avait été atteint de peste, lors de son décès. En plus, le bureau municipal de l’hygiène n’est pas arrivé à l’heure que ses agents avaient indiquée, donc nous sommes partis », avance la famille. Les médecins confirment, pourtant, que le TDR a été positif à la peste pulmonaire. « Un bilan a été fait pour confirmer la cause du décès. Nous n’allons pas les embrouiller en leur retirant la dépouille, si c’était négatif », indiquent-ils.Il s’agit d’une des trois personnes décédées rapportées dans notre article, hier. Il aurait logé à Ambavaha­dimitafo et non à Andoha­mandry, comme nous l’avons indiqué dans notre article.La récupération du corps a été une rude épreuve pour les agents de santé et les éléments des forces de l’ordre. « Les proches du défunt refusaient de coopérer. Ils étaient persuadés que les pestiférés peuvent être enterrés dans leur caveau familial. Jusqu’ici, le ministère de la Santé publique l’interdit pour éviter la propagation de la maladie », lance le Dr Marcel Rabetokontany. Hier, le ministère de la Santé publique a fait appel à des autorités provenant des vingt-deux régions, pour une consultation sur le rite d’enterrement. « C’est à partir des propositions sorties que nous allons étudier et décider de la possibilité d’un enterrement digne et sécurisé dans le caveau familial. Rien n’est décidé pour le moment », explique le Dr Manitra Rakotoarivony, directeur de la Promotion de la santé du ministère de la Santé publique.Ce n’est que vers 17 heures, le jour de la fête de la Toussaint, que la famille a accepté d’ouvrir le tombeau pour donner la dépouille du pestiféré. « Nous lus avonsexpliqué que ce caveau devait être scellé pendant une dizaine d’année, si elle refusait de sortir le corps. C’est ce qui l’a convaincue de coopérer à la fin », conclut le médecin inspecteur. Le corps a été mis en terre dans la fosse commune d’Anjanahary, mercredi soir.

Le nombre de guéris augmentent

Les statistiques sur la situation de la peste continuent à baisser. Mille cinquante personnes ont été guéries de la peste depuis le début de l’épidémie, selon le rapport du ministère de la Santé publique dans un tableau dressé par le Bureau national de la gestion des risques et catastrophes (BNGRC), envoyé hier. En outre, il n’y avait que soixante-dix malades traités dans les hôpitaux et sept nouveaux cas, le 1er novembre.

Miangaly Ralitera

L'express de Madagascar1 partages

Développement – Un centre de formation à Ambohimangakely

Prioriser la proximité. C’est à travers ce principe qu’un accord tripartite a été signé, mardi, à la commune rurale d’Ambohimangakely. Une cérémonie de protocole d’accord s’est tenue avant-hier, entre les autorités de cette commune, le ministère de l’Enseignement technique et de la formation professionnelle ainsi que l’association « Tosika sy asa ho Fampandro­soana an’Avara­drano » (TAFA).Dans l’objectif de contribuer concrètement au développement du district d’Avaradrano, l’association a lancé cette initiative. « Ce futur centre de formation technique et professionnelle sera le premier du genre dans cette région. Il sera en même temps un centre pilote permettant d’évaluer l’effectivité du projet dans d’autres centres, dans les autres communes du district d’Avaradrano, prochainement », explique Benjamin Andria­mitantsoa Ramasindraibe, député d’Avaradrano et membre de l’association TAFA.

ObligationLes axes de développement, dont le district a besoin, s’étalent sur plusieurs secteurs : santé, agriculture ou encore technologie… Cependant, aucune infrastructure adéquate n’est encore recensée dans ce district d’Avaradrano. Ainsi, les principaux concernés, dont les étudiants et autres professionnels, se trouvent encore dans l’obligation de se tourner vers les centres de formations professionnelles et techniques d’Antananarivo.C’est l’association Tafa, présidée par Ntsoa Randria­mifidimanana, qui financera le projet. Le ministère apportera le soutien technique qui sera à définir ultérieurement. « Notre commune rurale, quant à elle, se chargera de l’installation du centre ainsi que du suivi des travaux, dont elle jouira des retombées », conclut le docteur Naina Andria­narisoa, maire de la commune d’Ambohimangakely.

Harilalaina Rakotobe

L'express de Madagascar1 partages

Peste – L’organisation mondiale du Tourisme soutient

Un signal fort. Le passage de Taleb Rifai, secrétaire général de l’organisation mondiale du Tourisme (OMT) dans la Grande île, veut rehausser l’image du Tourisme malgache, terni par l’épidémie de la peste. « Ma présence à Madagascar ce jour (ndlr : hier) démontre mon soutien au domaine du Tourisme dans ce pays », a-t-il précisé à son arrivée à l’aéroport d’Ivato, hier. « Pour beaucoup, et pour l’OMT, Madagascar est une île paradisiaque qui a sa place sur l’échiquier international et que cette épidémie ne devrait pas entraver la destination », a ajouté Taleb Rifai. Il compte ainsi faire miroiter la destination Madagascar à l’international.La confédération du Tourisme de Madagascar (CTM) souligne avoir communiqué en permanence aux touristes, le contexte de la Grande île depuis le début de l’épidémie au mois d’août.  « Nous informons les touristes que la peste ne s’est pas répandue dans toute l’ile, nous les informons également sur les efforts entrepris pour endiguer l’épidémie », renchérit Hely Rakoto­manan­tsoa, membre de la CTM. Les derniers chiffres démontrent que 10% des réservations pour le tourisme d’affaires ont été annulées et 15% pour le tourisme classique.

Mirana Ihariliva

L'express de Madagascar1 partages

Responsabilité sociétale – Le Groupe Star soutient l’orphe­linat de la Police Nationale

En ce début d’année scolaire, le Groupe STAR a offert  aux enfants de l’orphelinat de la Police Nationale d’Ambatolampy des kitsscolaires ainsi que des couvertures. Ces dons ont été remis par le Secrétaire Général du Groupe STAR, Anna RABARY aux responsables et aux pensionnaires de l’orphelinat, vendredi dernier. L’orphelinat d’Ambatolampy a été créé d’après la demande du groupement des veuves de la Police Nationale depuis la Ière République. Suite au décès de leurs conjoints, ces femmes des agents de la Police Nationale se retrouvent désormais  seules à subvenir aux besoins de leur famille donc de leurs enfants. Depuis 2015, le Groupe Star  a tissé un lien avec les enfants de cet orphelinat.Les années précédentes, des jouets, des fournitures scolaires et des boissons ont été remis à des périodes différentes. Cette année, le Groupe STAR a fait don de cent couvertures et autant de kits scolaires. Actuel­lement, soixante treize pensionnaires sont pris encharge par l’orphelinat d’Ambatolampy. Ce matériel a été offert, en gardant la vision selon laquelle l’orphelinat contribue largement à l’éducation et à la scolarisation de ces enfants, et que les valeurs de cohésion, de foi et de discipline sont  les principales préoccupations des responsables. Cette action citoyenne entre dans le cadre des actions sociales et éducatives  que fait régulièrement le Groupe STAR.

Harilalaina Rakotobe

L'express de Madagascar1 partages

Télécom – La qualité de service discutée

Un sujet très attendu par les usagers. Pendant quelques jours, des représentants des opérateurs mobiles, des experts de l’Union internationale des télécommunications (UIT), ainsi que l’équipe de l’autorité de régulation de la technologie de communication (Artec) discutent de la qualité de service sur les réseaux mobiles à Mada­gascar. La disponibilité de service, le débit fourni, les délais de transmission, les taux de perte sont autant de facteurs qui seront discutés pendant ce séminaire.« À Madagascar, chaque opérateur dispose de ses pro­pres indicateurs pour évaluer sa qualité de service. Ce séminaire nous permet d’uniformiser ces différents points et de mettre en place de nouveaux indicateurs selon les standards internationaux. Des évaluations seront faites après et il y aura des sanctions si un opérateur n’arrive pas à respecter ces règles », a expliqué hier, Brillant Rakotoratsimanjefy, directeur de la régulation des marchés auprès de l’Autorité de régulation des technologies de communication (Artec).Ailleurs, l’organe de régulation mène des enquêtes sur terrain et effectue même des tests.

Lova Rafidiarisoa

L'express de Madagascar1 partages

Cosmétique – CHESE rejoint le réseau international

Fructifiant. La participation du Cluster Huiles Essentielles du Sud -Est (CHESE), regroupant les acteurs de la chaîne de valeur des huiles essentielles, huiles végétales et épices de la région Vatovavy Fitovinany, au salon Cosmetic 360 à Paris a tourné à son avantage.  Cette participation à la troisième édition du salon international de la Cosmétique a permis à toute l’équipe de CHESE, conduite par sa présidente, Lysiane Tang, de rejoindre le réseau mondial des clusters.« À l’issue du salon, le cluster CHESE a rejoint le CCIN (Cosmetics Clusters Interna­tional Network). C’est le réseau mondial des clusters, dédié à la coopération internationale en cosmétique », indique la responsable de l’équipe de CHESE. « Le CCIN a été créé à la demande de quelques dix-huit pôles de cosmétique du monde entier souhaitant partager les bonnes pratiques en cosmétique et travailler surdes projets communs », ajoute-t-elle.Le CCIN a été lancé lors de l’édition 2016 du Salon Cosmetic 360. Il met à la disposition de ses membres un réseau de partenariat international, l’expérience et le partage des connaissances, des outils de visibilité à l’échelle mondiale. Il simplifie également les étapes de la mondialisation pour les PME membres. L’adhésion de CHESE au CCIN lui permettra d’accéder aux outils d’animation, de partage et, surtout, de développement de nouveaux marchés.

Mirana Ihariliva

L'express de Madagascar1 partages

Ambatolampy – Tentative de viol  de la fille d’un chef de fokontany 

La filature des huit bandits armés ayant tenté de violer la fille du chef du fokontany d’Andriambe, commune rurale d’Antana­malaza, se poursuit à l’heure actuelle. Les faits remontent à la nuit de samedi 28 à dimanche 29 octobre. Le groupe de malfaiteurs venait de cambrioler une épicerie dans la commune d’Anta­kasina lorsqu’elle a décidé de prendre à partie une autre appartenant au chef du fokontany d’Andriambe.Le gang, muni de fusils de chasse et de hache, a fait main basse sur trois millions d’ariary. Andriambe est situé à 5 kilomètres du lieu de lapremière casse. « D’après nos renseignements, les bandits se sont dirigés vers cette localité. Nous avons alors alerté le président du fokontany et ses hommes pour le bouclage en attendant l’arrivée de la gendarmerie », indique une source au sein du poste avancé d’Antana­malaza, saisi de l’enquête.Parvenus au village à Andriambe, les malfaiteurs ont fait irruption dans l’épicerie du chef du fokontany, vers 22h 30. « Seuls ses trois enfants étaient à l’intérieur de la maison  bordant la route. Les malfrats les ont forcés à indiquer l’emplacement de l’argent », raconte un proche.

Hajatiana Léonard

L'express de Madagascar1 partages

La distribution des Kits scolaires commence

Le ministère de l’Éducation nationale a souligné, hier, que les élèves des écoles primaires publiques à Ambohibary et à Ampasimpotsy, dans la circonscription scolaire d’Anosibe Anala, ont reçu leurs kits scolaires. Tous les élèves des écoles publiques de Madagascar vont en bénéficier.

Midi Madagasikara1 partages

Namorona Mananjary : Mirongatra ny halatra jirofo ataon’ny jiolahy mitam-piadiana

Mifanitsa-kitro ny olona avy amin’ny lafivalon’ ny Nosy, mandraharaha jirofo any amin’ny Distrikan’i Mananjary ankehitriny. Tsara ny vokatra tamin’ity taom-piotazana ity, torak’izany koa ny vidin’ny jirofo 15.000 ariary ny kilao, ary mety mbola hiakatra izany. Manoloana ny fiakaram-bidin’ny jirofo, dia mirongatra izay tsy izy amin’izao ny halatra jirofo am-potony ataon’ny olon-dratsy any amin’ny Kaominina ambanivohitry Namorona. Misy amin’ireo jiolahy mihitsy sahy manafika miaraka amin’ny fitaovam-piadiana maka an-keriny tanin-jirofon’ olona. Lehilahy iray tompon-jirofo no maty tsy tra-drano teny an-dàlana raha niaro ny fananany. Araka ny tati-baovao voaray, dia an-dàlam-piverenana avy tao Mananjary hihazo an’i Namorona ity rangahy ity no nisy nanafika. Manoloana ny fitarain’ny mponina amin’ny firongatry ny herisetra, dia nilaza kosa ny Ben’ny tanàna any an-toerana, fa tsy miala amin’ny taom-piotazana jirofo tahaka izao ny disadisam-pianakaviana sy ny valifaty.

Eric Manitrisa

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara1 partages

Coopération régionale : Coup de pouce de la Chine à la COI

La signature de l’accord de don au siège de la COI à Maurice.

Observateur auprès de la Commission de l’Océan Indien (COI) depuis 2012, la Chine appuie régulièrement la COI et vient de réitérer son soutien à la coopération régionale à travers un nouveau don de 100 000 dollars. L’accord de don a été signé le 31 octobre dernier entre l’ambassadeur de la République populaire de Chine à Maurice, Sun Gongyi et le Secrétaire général de la COI, Madi Hamada. « La COI est devenue aujourd’hui une organisation régionale de plus en plus importante qui jouera à l’avenir un rôle de plus en plus grand dans les affaires régionales et internationales », devait déclarer à cette occasion l’ambassadeur Gongyi. Pour sa part, le SG de la COI a affirmé que ce soutien renouvelé de la Chine témoigne de l’intérêt de ce pays aux enjeux du développement dans la région de Océan Indien et de l’appréciation positive que porte la Chine sur l’action de la COI. Et à lui de faire part de son souhait de voir en cet accord un prélude à une coopération renforcée de la Chine avec l’organisation afin de faire face ensemble aux grands défis du développement qui se posent aux Etats insulaires de l’Océan Indien et qui influent sur la stabilité à long terme de la région. L’ambassadeur Gongyi est allé dans le même sens en déclarant la Chine prête à continuer à travailler avec la COI pour mettre en œuvre des projets concrets et contribuer au développement des pays membres de la COI.

Recueillis par Hanitra R.

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara1 partages

Centre Hospitalier Mère-Enfant : 2/3 des enfants admis souffrent de maladies respiratoires

Un enfant parmi la vingtaine qui utilise, à tour de rôle, le seul et l’unique nébuliseur du pavillon Ismaël du centre hospitalier universitaire mère-enfant Analakely.

Les maladies respiratoires minent la santé des enfants malgaches.

« Environ les deux-tiers des enfants admis au sein dudit centre sont atteints de maladie respiratoire » selon les dires de Lova Rakotomalala, directeur adjoint technique auprès du centre hospitalier universitaire mère-enfant Analakely. Des propos qui témoignent de l’ampleur de la situation de santé de nombreux enfants malgaches actuellement. Lova Rakotomalala d’ajouter que « la bronchiolite occupe la première place des maladies respiratoires diagnostiquées chez les enfants du centre hospitalier universitaire ». D’origine virale, cette maladie atteint spécifiquement les enfants de moins de deux ans. Le directeur adjoint technique du centre hospitalier universitaire mère-enfant de continuer son explication en affirmant que « les symptômes de la bronchiolite se rapprochent de ceux de la toux et de la rhume, mais que sa gravité est plus importante pour l’enfant ». Une prise en main rapide et efficace devrait alors être effectuée pour limiter les dégâts sanitaires causés par la maladie. Notamment, par l’utilisation d’appareil comme le nébuliseur pour le traitement des enfants.

Rotary Club Antananarivo Anosy. Pallier le manque – cruel – de matériel dont souffre le centre hospitalier universitaire mère-enfant, tel est l’objectif d’une action citoyenne entreprise par le rotary Club Antananarivo Anosy. Dix nébuliseurs ont été offerts à ce centre durant une cérémonie qui s’est déroulée à Analakely hier. Une façon pour les membres dudit club de participer à la prise en main et en charge aux nombreux enfants admis dans cet hôpital. Mais également d’alléger les pressions endurés par les agents de santé qui doivent lutter pour faire bénéficier un seul et unique nébuliseur à tous les enfants admis au pavillon « Ismaël ». « Il arrive que deux enfants aient en même temps besoin du nébuliseur. Nous alternons les prises en main pour les faire bénéficier des traitements et ce n’est pas évident quand les cas sont graves» a confié un médecin qui a préféré taire son nom. Une situation qui rend difficile leur tâche. Mais cela est désormais une histoire ancienne avec la venue des dix nébuliseurs. Etant donné que la saison des pluies constitue un facteur provoquant l’apparition des maladies respiratoires chez les enfants, l’action de charité du Rotary Club Antananarivo Anosy arrive donc à point nommé.

José Belalahy

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara1 partages

Sambava : Zazavavy 13 taona nalaina an-keriny sy naolana

Mafampana ny toe-draharaha ao Sambava ankehitriny. Afak’omaly, ankizivavy iray 13 taona, mpianatra kilasy 7ème no nalaina tovolahy roalahy voalaza fa zanaka mpanambola avy ao Ambatojoby an-keriny, ary nentin’izy ireo nitsoaka tamin’ny fiara, avy eo nanaovan’izy ireo filan-dratsy tamin’ny fomba mamohetra tany amina trano fandraisam-bahiny iray ao Tanambao Daoud Sambava. Mba hisorohana ny mety hisian’ny fitsaram-bahoaka noho ny hatezeran’ireo havan-drazazavavy, dia voatery noesorina tao amin’ny “Poste avancé Gendarmerie” Anjagnoveratra ny fanadihadiana ny raharaha, ka nafindra haingana ao Sambava renivohitra ny famotoran’ny mpitandro filaminana azy roalahy. Ny andron’ny afak’omaly io hatrany saingy tao Bevontro Sambava kosa, dia zazavavy kely iray telo taona no may kila forehitry ny afo lasa lavenona, izay tsy tafavoaka tao anatin’ ny hain-trano ny alarobia naraina teo.

Eric Manitrisa

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara1 partages

CEG Ankatafana Mananjary : Milandina manoratra amin’ny tany ny ankamaroan’ireo mpianatra

Mitaraina ireo mpianatra an-jatony ao amin’ny CEG Annexe Ankatafana ZAP Tsaravary any amin’ny Cisco Mananjary fa maro amin’ireo mpianatra no milandina manoratra amin’ny tany noho ny tsy fisian’ny tabilio. Araka ny fanazavana voaray dia nisy olon-dratsy nanapotika sy nangalatra ny tabilio kely sisa fananan’ny sekoly tsy potika na simba tamin’ny fandalovan’ny rivodoza Enawo. Nandritra ny Fialantsasatra lehibe farany teo iny no nisehoan’ity hetraketraka ity. Mangataka fanampiana amin’izay tsara sitra-po sy malala-tànana ary amin’ny fanjakana foibe araka izany ireo mpianatra 170 mahery milandina an-tany, sy ny Ray aman-dreny ary ireo mpampianatra ao amin’ity sekolim-panjakana ity mba hanome dabilio, fa mafy amin’ireo mpianatra ny zava-misy iainany ankehitriny, kanefa te-ho tafita ireto ankizy dia tsy maintsy miaritra sy mihafy. Teo aloha kely teo dia nindrana tao amin’ny EPP ity CEG Annexe ity, kanefa noho ny hamaroan’ireo mpianatry ny EPP maherin’ny 800 isa izay zato monja ny dabiliony, dia tsy afaka mampindrana ny CEG intsony araka izany ny EPP. Araka ny tati-baovao voaray, noho ny ankiviana misy dia tsy vitsy amin’ireo mpianatra no tsy miverina an-tsekoly intsony fa manampy isa an’ ireo ankizy mivangabao.

Eric Manitrisa

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara1 partages

Tsararano-Maevatanàna : Dahalo roa maty voatifitra, azo ny basy sy balan’ny dahalo

Tsy mitsitsy ny mpitandro ny filaminana ato amin’ny disitrikan’i Maevatanàna, amin’ny fampandriana fahalemana ny tany sy ny ady amin’ny asan-dahalo. Nahazoam-bokatra ny hetsika nataon’ny Zandary tany amin’ny Kaominina Tsararano, raha ny fanazavana avy tany an-toerana. Nisehoan’ny asan-dahalo tany amin’ny faritr’ Ambatoboeny. Nentina nandalo namakivaky ny tananàn’i Tsaramandroso ireo omby  roa, naka toerana nahafahana nifandray an-telefaonina sy nampandre ny mpitandro ny filaminana kosa  ireo mpiarakandro nahita an’ireo malaso. Niainga avy hatrany ny fanarahan-dian’ny mpitandro ny filaminana telolahy, niampy ireo fokonolona. Tsy lasa lavitra ireo dahalo ireo, fa vao niala kilaometatra vitsy monja ny tanàna, tafiditra ny baibohon’Antsohery, dia efa tratran’ireo mpanara-dia. Raikitra ny fifandonana ary naharitra izany satria nanana fitaovam-piadiana koa ireo dahalo. Raha ny vaovao azo avy amin’ny lehiben’ny tobim-paritry ny Zandary eto Maevatanàna, dia lavon’ny balan’ny Zandary ireo malaso roa efa rain-dahiny any amin’iny faritra iny. Tratra niaraka tamin’izany koa ny bala roa sy ny basy poleta iray vita gasy fampiasan’ireo jiolahy lavo ireo. Tafaverina tamin’ny tompony avokoa ny omby. Tato ho ato, raha ny fanampim-baovao hatrany, dia nilamindamina ny halatr’omby tato amin’ny disitrikan’i Maevatanàna, miasa andro aman’alina mantsy ireo Zandary amin’ny fisafoana sy ny fijerena ireny toerana ahitana kizo ireny. Manao antso amin’ny fiaraha-miasa amin’ny vahoaka koa izy ireo, satria ahitam-bokatra hatrany io fifanampian’ny roa tonta io.

Ratantely

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara1 partages

Manakara : Lehilahy iray hita faty nihosin-drà tao anaty tatatra

Nitrangana vono olona nahatsiravina indray niseho tao an-tampon-tanànan’i Manakara, ny talata hariva teo, tokony ho tamin’ny enina ora hariva teo, ka lehilahy iray novonoina tamin’ny fomba feno habibiana no hita faty tao anaty tatatra nofonosana lamba sy selofanina. Araka ny loharanom-baovao voaray avy any an-toerana, dia olona iray sendra nanary rano harivariva mena masoandro tamin’ny tatatra tsy lavitra ny toerana nisy ny razana no nahatsikaritra zavatra hafahafa toa nihosin-drà, ka tonga dia nampandre haingana ireo mponina manodidina. Ireto farany kosa avy eo no nampiantso avy hatrany ny mpitandro filaminana sy ny mpitsabo mba hijery ny zava-misy. Rehefa nozahana ity zavatra nifono dia fatin-dehilahy tapa-tanana sy feno dian’antsy nhosin-drà efa maina. Tsy nisy nahafantatra moa ity lehilahy hita faty ity, ary tsy misy taratasy na karapanondro koa teny aminy ka vao mainka sarotra ny nahalalana ity niharan-doza. Nilaza ny ankabetsahan’ny olona fa mety novonoina tany amin’ny toeran-kafa ity rangahy ity vao nariana teo amin’io tatatra io ny fatiny. Manoloana ity vono olona ity dia misokatra ny fanadihadian’ny mpitandro filaminana, ka andrasana ny fivoaran’ ny raharaha.

Eric Manitrisa

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara1 partages

Hippisme – « Journée des étalons » : Cinq courses au programme

La reprise. Après deux semaines de pause, les courses vont reprendre ce dimanche à l’hippodrome de Bevalala. Cinq courses seront au programme de cette journée baptisée « Journée des étalons ».  La première course distante de 1 300 m mettra aux prises les chevaux Falivolasoa Faniry, Hasta La Best et consorts. Les Kalvernium, King of Star, Nénuphar du Val se mesureront à la deuxième course. La 3e course distante de 1 400 m mettra aux prises les Oscar, Madona, Noris Faniry, Prince Nomad et compagnie. La lutte sera acharnée entre les Jovialite, Osarus, Lolita Star à la 4e course. Mais la plus attendue des parieurs sera la 5e course distante de 2 100 m. Les meilleurs chevaux seront engagés à ce derby entre autres l’Oiseau Bleu, Kathy Pleasure et Kamar’All Star.

T.H

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara1 partages

Rugby – Afrasia 2017 : L’équipe du FTM « renforcée » partie pour Maurice

L’équipe du FT Manjakaray avec les responsables au sein M.R, hier, avant le départ pour Ivato.

La délégation malgache participante à la 2e édition de la compétition de rugby à VII  Afrasia s’est envolée hier à destination de Maurice. Six équipes se partageront leurs joutes ce samedi et dimanche à savoir deux équipes mauriciennes, sud-africaines, réunionnaises et une équipe malgache et rodriguaise. Ce tournoi international est organisé par la fédération mauricienne et les Malgaches ont été toujours invités. L’équipe du FTM Manjakaray représentera la Grande Ile à cette compétition. « La participation aux rencontres internationales contribue au développement d’une discipline. Avec ce déplacement en terre mauricienne, l’équipe de Manjakaray a été renforcée par six joueuses de la sélection nationale. Une occasion pour les filles de tâter l’international » a fait savoir le président du « Malagasy Rugby », Marcel Rakotomalala. Et lui de continuer «  Si toutes les entreprises se lancent dans le soutien d’une équipe comme Japan Actuel’s, cela ne peut être que bénéfique pour la discipline. Et cette invitation à une compétition internationale n’est que le début. Des rencontres sont déjà prévues en Afrique du Sud, Belgique et Espagne ». Après les hommes à la Coupe des Clubs de l’Océan Indien (CCCOI) à La Réunion au mois de juin, voici que les dames seront à l’honneur. « Nous essayerons d’apporter notre part dans le développement du rugby malgache c’est la raison pour laquelle des joueuses de l’équipe nationale feront le déplacement » a déclaré.

Ashok Nunkomar, président du  FTM Manjakaray.

La liste

Coach : Mamikely.

Ginah Raharimalala (FTM).

Josia Razanakoto (FTM).

Sarindra Raharimalala.

Conan Sarika Nomenjanahary.

Patricia Ravololoniaina.

Claudia  Rasoarimalala.

Tantely Razafimahefa.

Mampionina Razanavao (FTM).

Christine Bodonandrianina.

Raholiarivololona Rakay.

Ravaonirina Annick (FTM).

Jenny Rakotoarison FTM (cap).

T.H

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara1 partages

Le déroulement d’un plan précis

Le pli est pris comme on le dit familièrement. L’installation de  Rivo Rakotovao à la présidence du Sénat n’a plus à être discutée et les protestations respectueuses de tous les commentateurs n’y changeront rien. Il faut maintenant passer à une étape suivante : la préparation de la campagne du président Hery Rajaonarimampianina à l’élection de 2018.

Le déroulement d’un plan précis

Aujourd’hui, le sénateur Rivo Rakotovao est véritablement l’un des hommes-clés du dispositif qui va se mettre en place pour assurer la réélection du président sortant. Le régime a agi habilement pour ne pas encourir les reproches de la communauté internationale. Il n’a pas plus besoin d’artifices juridiques  pour gêner les rivaux potentiels de son champion. Marc Ravalomanana et Andry Rajoelina, cependant, ne vont cependant pas prendre le départ de cette course électorale dans les mêmes conditions que Hery Rajaonarimampianina. Ce dernier disposera de toutes les prérogatives de la puissance publique. C’est une étape importante qui a été franchie, mais les stratèges du régime doivent encore peaufiner leur plan. Il reste un an avant le premier tour de l’élection présidentielle et d’autres moyens devraient être déployés pour gêner les autres candidats. Certains partis politiques ne cachent pas leur appréhension sur la manière dont va être élaboré le nouveau code électoral. Ils craignent qu’il suive le même chemin que celui du code de la communication. La loi votée fut totalement différente du projet présenté par les membres de la presse. Actuellement, c’est tout un stratagème qui est mis en place et qui va se dévoiler petit à petit dans les mois à venir. Il faudra que le reste de la classe politique et les membres de la société civile soient vigilants et opposent ses arguments de manière rationnelle pour empêcher certaines dérives. Il est nécessaire de rester lucide et de ne pas céder à l’arbitraire qui risque de s’installer.

Patrice RABE

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara1 partages

Kaominina Antsirabe : Polisy monisipaly 26 nahavita fiofanana

Niampy 26 ny polisy monosipaly eto amin’ny kaominina Antsirabe ambonivohitra. Tontosa ny faraparan’ny herinandro lasa teo ny famoahana ny andiany misalotra ny anarana TEFI. Marihina fa 34 no isan’ireo nanaraka fiofanana tany am-boalohany, ny 29 tamin’izy ireo dia mbola zazavao ny 5 kosa no efa tranainy. Ny 7 no voatery niala an-daharana fa tsy nahazaka ny fiofanana teny anelanelam-ptoana, nisy kosa no neserona fa tsy nahazo ny salan’isa mihoatra na mitovy tamin’ny isa 10 nandritra ny fanadinana farany. Marihina fa tao amin’ny ENIAP na sekoly fanofanana ho inspecteur sy agent de police eto Antsirabe  ireo polisy monisipaly ireo no nanaraka fiofanana nandritra ny 43 andro, ka ny 20 andro fiofanana fototra ny ambiny kosa fampiharana anaty efitrano.  Isan’ny taranja niofanana’ireo polisy kaominaly ireto ny ady amin’ny kolikoly, ny fiarovan-tena, ny fifamoivoizana ary ny fitsinjarana ara miaramila. Ny mari-pahaizana bakalorea no notakina tamin’ireo polisy monisapaly ireo, fantatra anefa fa ny roa amin’izy ireo manana bacc +2, raha toa ka manana licence kosa ny roa hafa.

Andry N. 

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara1 partages

Lalatiana Ravololomanana dénonce un dysfonctionnement au sein de la CUA

La conseillère municipale Lalatiana Ravololomanana connue por son franc-parler.

La conseillère municipale d’Antananarivo est allée droit au but pour ce qu’elle qualifie de dysfonctionnement au sein de l’administration de la Commune Urbaine d’Antananarivo. Lalatiana Ravololomanana, car il s’agit d’elle, a ainsi, lors d’une conférence de presse, qu’elle a tenue en son domicile hier, à Ivandry, a parlé de la gestion de la CUA. Elle a donné un compte-rendu de la visite qu’elle a effectuée auprès de différentes directions au sein de la CUA. Selon Lalatiana Ravololomanana, elle et une autre conseillère, n’ont eu accès qu’à sept directions sur les 12 existantes et que cinq seulement d’entre elles ont voulu donner plus de détails sur leurs activités.

Manque de transparence. La Dame de fer a parlé notamment du manque de transparence dans la gestion de la capitale. Elle a cité, entre autres, la régularisation des permis de construire, des marchés municipaux, de l’Easy Parket de l’Omavet. En ce qui concerne ce dernier point, elle se demande par ailleurs, que « s’il appartient à la CUA, pourquoi ne pas muter l’OMAVET en une direction opérant dans la municipalité d’Antananarivo ». Elle s’interroge, en outre, « pourquoi l’IGE n’effectue pas un contrôle à la CUA ?».

Dominique R.

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara1 partages

CFM : Rencontre avec Hery Rajaonarimampianina

Les membres du bureau permanent du Conseil du « fampihavanana Malagasy» (CFM) ont rencontré, le 31 octobre dernier, le président de la République, Hery Rajaonarimampianina. Selon le président du CFM, Maka Alphonse, cette visite entre notamment dans le cadre de la présentation des membres du bureau permanent du CFM au chef de l’Etat. Par ailleurs, ce conseil a l’intention de se rendre dans les différentes régions du pays pour faire connaître les missions et les attributions du CFM.      

Evènements politiques. Faut-il rappeler que son rôle consiste à l’établissement de la vérité sur les violences et les allégations de violation des  droits de l’Homme en relation avec des faits liés aux évènements politiques de 2002 jusqu’à la fin de la Transition, en permettant aux personnes victimes des violations des droits de l’Homme ainsi que celles qui en sont les responsables de s’exprimer. Il en va également de l’investigation et l’établissement de la réalité des faits liés aux évènements politiques de 2002 jusqu’à la fin de la Transition aux fins de bénéfice des mesures de l’amnistie, en échange d’un processus de collaboration à la manifestation de la vérité.

Recueillis par Dominique R.

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara1 partages

Chambre des Mines de Madagascar : 1re conférence annuelle les 16 et 17 novembre prochain

Le « Mining Business Center » va accueillir la première conférence annuelle sur secteur minier.

Faire comprendre la situation actuelle du secteur minier à Madagascar. Tel serait l’objectif ultime de la conférence annuelle – la première en son genre dans la Grande Ile – organisée par la Chambre des Mines de Madagascar pour ce mois de novembre. Un évènement fort prometteur durant lequel les différents acteurs du secteur auront l’occasion de faire part de leur appréhension sur l’activité minière industrielle dans le pays. Devant se tenir au « Mining Business Center » à Mamory Ivato les 16 et 17 novembre prochain, cette conférence entend mettre au premier plan la compréhension des enjeux que représente le secteur minier pour le pays. Des débats sur les faits tangibles, la réglementation applicable, le respect des droits des parties, la recherche de solutions durables ainsi que le respect de la diversité et de l’industrie seront, à cet effet, organisés. Ce, pour permettre une meilleure participation possible des acteurs. Terrains favorables pour un apprentissage général dans un respect mutuel, les débats devraient déboucher sur des pistes de réflexion. Devant également se tenir chaque année, la conférence entend devenir un lieu de réseautage pours les acteurs du secteur minier. L’idée de création de label pour permettre des dialogues efficaces fait également partie des perspectives de la Chambre des Mines dans son initiative.

José Belalahy

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara1 partages

Football : Etre jeune, cela fait vendre !

Marquer des buts et surtout les marquer en équipe nationale sont aussi des critères de vente.

Quand taper dans un ballon devient payant ! Les petits garçons qui rêvent de devenir star de football ont bien raison de rêver quand on sait que cela rend millionnaire et ce n’est pas du tout en « ariary » ! Toutefois, la réalité est toute autre. Il y a les valeurs marchandes des joueurs, leur durée de vie sur le plan football ainsi que le marché même du football.

Les valeurs marchandes des joueurs dépendent de plusieurs critères. En premier lieu, l’âge du joueur est primordial. Plus il est jeune, plus le potentiel de progression est important. De même, la durée restante du contrat du joueur augmente sa valeur. Plus la durée du contrat s’amenuise, plus le pouvoir de négociation du club propriétaire est faible. En revanche s’il reste trois ans et plus, les dirigeants sont en position de force pour négocier. Le poste du joueur possède aussi sa valeur. Les attaquants et les joueurs réputés décisifs sont plus prisés que les défenseurs et les gardiens de but. Les médias, les spectateurs et donc les clubs voient surtout ceux qui marquent les buts.Le statut en club et en sélection nationale sont pris en compte de même que le club et le championnat où joue le footballeur. S’il est remplaçant, cela vaut moins que s’il est titulaire. Les acheteurs vont même éplucher les performances, le nombre de matches joués, le nombre de buts inscrits… Cette valeur peut augmenter en incorporant le poids « marketing » du joueur. Les retombées médiatiques et publicitaires en dépendent ainsi que les produits dérivés.Sur deux millions de footballeurs en France, seul 1% devient professionnel en France. Ce qui fait qu’un transfert ou une mutation, ou encore un achat vaut son pesant d’or.

Il est normal que les clubs de football de tous les pays veulent mettre leurs joueurs en sélection nationale pour taper dans l’œil des sélectionneurs et recruteurs.

Anny Andrianaivonirina

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
News Mada0 partages

Innovation Africa 2017 : nitafa tamin’ny orinasa 20 ny delegasiona malagasy

 Nandray anjara tamin’ny hetsika Innovation Africa 2017, tany Maputo, Mozambika ny delegasiona malagasy, ny faran’ny volana oktobra lasa teo. Fihaonana an-tampon’ny minisitra afrikanina misahana ny fanabeazana izany ka tafiditra ao avokoa ny fampianarana fototra, teknika ary ny fampianarana ambony. “Nisy ny fotoana nampisehoan’ny firenena rehetra tonga nanatrika ny fivoriana ny zavatra efa ataony amin’ny firenena misy azy avy momba ny teknolojian’ny ita sy ny serasera (Tic) amin’ny lafiny fanabeazana”, araka ny nambaran’ny tomponandraikitra ao amin’ny minisiteran’ny Fampianarana ambony, Rakotozafy Rivo, izay nanatrika ny fivoriana tany an-toerana.

Nampiavaka ny fivoriana koa ny fampirantiana nataon’ny orinasa avy amin’ny firenena maro mampiseho ireo fitaovana mikirakira ny Tic fa natokana ho an’ny fanabeazana avokoa. Betsaka ny dingana vitan’ny orinasa entina hanatsarana ny fampianarana amin’ny ankapobeny, raha ny zavatra hita tany. Afaka nihaona sy nitafa mivantana tamin’ny solontenan’ireo orinasa ireo ny firenena tsirairay arakaraka ny zavatra nahaliana azy.

20 ny orinasa nihaona tamin’ny delegasiona malagasy nandritra ny roa andro. Nahaliana tokoa ny tetikasa iray voizin’ny ONG ao Rwanda momba ny fomba hanomezana ordinatera isaky ny mpianatra. Teo koa ny fitaovana ahazoana mijery ny antontanisa ho an’ny fampianarana amin’ny ankapobeny:  isan’ny mpampianatra, mpianatra… “Nahaliana koa ny fisian‘ny solaitra fotsy lehibe ampifandraisina amin’ny ordinatera, ka lasa “écran tactil” azo kitihina amin’ny tanana”, hoy ny fanazavan’ny mpiandraikitra ao amin’ny minisiteran’ny Fampianarana ambony,  Randriahavanaina Francois Augustin.

Tsara ny mandray anjara amin’ny hetsika tahaka ireny hijery ny fivoarana misy any ivelany sy ny fiaraha-miasa azo atao, entina hanatsara ny fampianarana ambony.

Vonjy A.

News Mada0 partages

Fifidianana 2018 : manahy ny politika maloton’ny fitondrana ny MMM

 Maneho ny ahiahiny ny mpanao politika manoloana izao  tsy mbola ivoahan’ny lalàm-pifidianana, herintaona mialoha, izao. “Tsy mampiraika ny mpitondra ny hanaovana izany raha miainga amin’ny asan’ilay komity iraisan’ny minisitera.  Mahatonga anay hametram-panontaniana izany hoe hanao fifidianana ihany  isika sa tsia…”, hoy ny birao politikan’ny antoko Malagasy miara-miainga, Randriantsarafara Dera. Nohitsiny fa manahy mafy ny mpanao politika sy ny fianakaviambe iraisam-pirenena na ny mpiara-miombona antoka ary koa ny fiarahamonim-pirenena fa misy eritreritra hanalava fe-potoam-piasan’ny mpitondra am-perinasa any ho  any.  “Tsy  te-hiditra amin’ny fanatsarana ilay lalàm-pifidianana hiatrehana ny  fifidianana amin’ny 2018 ny fitondrana. Tsikaritra amin’ny fihetsiky ny mpitondra tato  ho ato izany. Efa voapetraka any amin’ny  primatiora ny 29 jona, ny asanay eo anivon’ny vaomieran’ny fakan-kevitra momba ny lalàm-pifidianana. Efa  aty amin’ny volana oktobra anefa  vao mitsangana ilay  vaomiera iraisan’ny minisitera ary mbola eo am-panaovana ny asany  izy ireo amin’izao  fotoana  izao”, hoy  ihany izy.

Miketrika fanalavam-potoana ny fitondrana…

 Notsiahiviny fa dingana tsy mbola  vita iny nampahafantarina teny Anosy iny ary tsy mbola volavolan-dalàm-pifidianana  akory. “Nanehoana fotsiny iny fa noraisina ny tolokevitray sasany ary  nilazan’izy ireo ny fomba fijeriny… Lalàna tsy mbola vita iny naseho farany teo iny”, hoy ny eo anivon’ny Malagasy miara-miainga.

Etsy andaniny, nohitrikitrihiny fa fandikana lalàmpanorenana tsotra izao ny  fanalavana ny  fe-potoam-piasan’ny filoha amin’izao fotoana izao.  “Fandikana lalàmpanorenana ary tsy ara-dalàna raha mbola  miasa izy aorian’ny 25 janoary 2019. Azo atao kosa anefa ary eken’ny lalàna ny  fanaovana fifidianana mialoha ny fotoana”, hoy ihany izy. Nambarany fa tokony efa ho vita ny fifidianana aorian’io daty voalaza  io.

Manoloana izany, miantso  ny  rehetra toy ny olom-pirenena  sy ny mpanao politika  ary fiarahamonim-pirenena ny tenany mba tsy hatoritory manoloana izao kajikajy politika sy paikady maloto mialoha ny fifidianana izao.

Synèse R.

 

News Mada0 partages

Maromaro ireo ho voasaringotra amin’ny “Villa Elisabeth”

Tena handeha  araka ny tokony ho izy  ? Tsy mbola voafaritra ny hanombohan’ny fanadihadiana momba ny nivarotana ny “Villa Elisabeth”. Na izany aza, tokony hohafainganina  izany hahalalana ny marina rehetra sy ny mangarahara ao ambadik’ity  raharaha ity. Ahina ho maromaro  ireo mety ho voasaringotra sy ny tompon’andraikitra ao anatin’izany. Tsy maintsy hitady sorona ao anatin’ity raharaha  ity,  tahaka ny efa fanaony  ny fanjakana  ? Anisan’ny voatonontonona ohatra,  ny tale jeneralin’ny fananan-tany. Nisahana  izany andraikitra izany tamin’ny fotoana nifampivarotana  io ny tenany.

Ireo atidoha  nikotrika…

 Manana fahefana sy ny fahazoan-dalana hivarotra trano  na tanim-panjakana ve anefa izy ? Tena nandray anjara mivantana na ankolaka tao anatin’izany ny tenany ? Tsy maintsy misy ny tompon’andraikitra eo amboniny na ny lehibeny, nampaniraka na nampanao azy izany, raha tena izany tokoa. Tsy kely lalana koa anefa ireo mety ho tompon’andraikitra  ambony samihafa ka nanana paikady manokana sy nanana ny stratejiany nandinganana izany  rehetra  izany ? Iza avy anefa izy  ireo ?

Midika izany fa tokony hojerena  ny  tena tompon’andraikitra voalohany sy ny tena atidoha nikotrika  izany ary  tsy tokony ho afa-bela.

Randria

News Mada0 partages

AFD – CUA : mitohy ny “Tetikasa lalan-kely”

Miditra amin’ny andiany fahatelo ny fanamboaran-dalana any anaty tanàna. Niatrika fivoriana tsy ara-potoana ny mpanolontsain’ny Tanànan’Antananarivo Renivohitra, nanomboka  ny fiandohan’ny herinandro teo ary naharitra roa andro izany. Anisan’ny nivoitra tamin’izany ny fiaraha-miasan’ny CUA sy ny Sampanasa frantsay misahana ny fampandrosoana (AFD) amin’ny alalan’ny “Tetikasa lalan-kely”. “Hisy ny fanadihadiana ahafahana misafidy ireo fokontany hanaovana izany ary tsy maintsy jerena manokana ireo faritra tena be olona”, hoy ny solontenan’ity sampanasa frantsay ity, nanoloana irepo mpanolotsaina. Tsy  mijanona eo izany fa eo  koa ny fotodrafitrasa lehibe hovatsian’ny izy ireo vola amin’ny fanamboarana ny lalana mampitohy  ny Marais Masay sy ny By Pass,  mirefy 8 km ary hotanterahina amin’ny faran’ity taona ity. “Hisy ny fandraisana an-tanana ireo tokantrano miisa 1000, tsy maintsy hoesorina eo amin’ny faritra  lalovan’izany lalana amboarina izany”, hoy  ihany ny AFD.

Hamboarina ny tsenan’i Petite Vitesse

Hitondra fanampiana   koa ny AFD eo amin’ny tontolon’ny fanadiovana, ka tafiditra ao anatin’izany ny lakandrano sy ny fivarinan’ny rano maloto. Manampy ireo ny fanohanana  ny CUA amin’ny lafiny fahaiza-manao mba hiteraka vokatsoa sy  hiakaran’ny tahan’ny fidiran-ketra.

Ankoatra izany neken’ireo mpanolotsaina ny fanomezana alalana ny fanamboarana sy fanavaozana ny tsenan’i Petite Vitesse ary ao anatin’ny mangarahara ny asa hatao. Hatsangana ny vaomiera  hanara-maso ny momba izany.

Synèse R.

 

News Mada0 partages

Fanitsiana ny lalàmpanorenana : mivoaka miditra ny mpitondra

Hanao fitsapan-kevi-bahoaka hanitsiana ny lalàmpanorenana ihany ve ny fitondrana? Mivoaka miditra amin’ny kitsapatsapa, kajikajy sy paipaika politika…

Hanao fitsapan-kevi-bahoaka hanitsiana ny lalàmpanorenana ihany sa tsia ny fitondrana? Tsy hita be ihany… Mivoaka miditra. Efa samy nilaza, ohatra, ny minisitry ny Raharaham-bahiny sy ny filohan’ny Antenimierandoholona fa tsy nilaza hoe tsy maintsy hanao fitsapan-kevi-bahoaka ny filoha’ny Repoblika. Adihevitra izany no hatao?

« Ny adihevitra amin’izao fotoana dia hoe: hatao sa tsia ny fitsapan-kevi-bahoaka? Tsy izay ny adihevitra izao, fa ny hoe: inona ny mety hanahirana amin’ny fanatanterahana ny fifidianana? Ny adihevitra ihany no hahazoana manana fitoniana », hoy ny filohan’ny Antenimierandoholona, Rakotovao Rivo, taorian’ny fandraisam-pitantanana teny amin’ny lapan’Anosikely, omaly.

Vao manomboka ny adihevitra momba ny lalàmpanorenana, ary atosika bebe kokoa izany eo anivon’ny Antenimierandoholona. Hoezahina ny fifanazavana sy fifandresen-dahatra: inona ny mahatsara sy izay hanatanterahana izany? Tsy maintsy alefa ny adihevitra ary hanasa olona maro: vondron’olona ifotony, manampahefana hafa…

Adihevitra tsy havadika ho asa

Hatao inona àry adihevitra rehefa tsy hisy fanapahan-kevitra mazava sy iraisana, ka havadika ho asa? Na hanaovana fitsapan-kevi-bahoaka… Fialana amin’ny kajikajy sy paipaika politika ny amin’ny tokony hanitsiana ny lalàmpanorenana ny adihevitra? Efa nanda ny hanaovana izany amin’izao aloha ny mpanao politika, ny firaisamonina sivily; eny, na ny fiombonambe iraisam-pirenena aza.

Ny fifidianana no mahamaika ny mpitondra, fa fanarian-dia na fandrebirebena ihany ny adihevitra momba ny lalàmpanorenana, raha tsy hanao fitsipan-kevi-bahoaka. Eny, na hanao fanovana izany tanteraka amin’ny fanorenana ifotony. Resaka ihany koa ny hoe fampandrosoana lazaina ho laharam-pahamehana sy tsy mijanona na eo aza ny fiatrehana fifidianana.

Hitondra inona eo amin’ny fiainam-bahoaka, ohatra, ny fanovana ny filohan’ny Antenimierandoholona nahamaika teo? Eo ny tsy fandriampahalemana, ny fidangan’ny vidim-piainana, ny famongorana ny pesta, ny fandrobana sy ady tany…  Mitohy sy mibahan-toerana hatrany tsinona ny kajikajy sy paipaika politika… mampivoaka miditra.

Efa tsy hita mazava be ihany koa izay tena fanajana sy fampanajana ny lalàmpanorenana amin’izao?

R. Nd.

News Mada0 partages

FJKM Atsimon’i Mahamasina : hanamarika ny 150 taony amin’ny « Holy time gospel »

Seho an-tsehatra ara-pilazantsara lehibe mitondra ny lohanteny hoe : « Holy time gospel», no hotanterahina ao amin’ny FJKM Atsimon’i Mahamasina, anio manomboka amin’ny 5 ora sy sasany hariva. Hifandimby haneho ny talentany amin’ny hira fiderana ny tarika efatra samy manana ny maha izy azy eo amin’ny hira  evanjelika : ny GMMC, The Singers of Jesus, Pray’f ary TGC.

Tsara ny manamarika fa anisan’ny hetsika tafiditra ao anatin’ny fankalazana ny faha-150 taona niorenan’ny ny fiangonana FJKM Atsimon’Imahamasina io.  Omen-danja, amin’ io seho an-tsehatra io araka izany, ny gadona « gospel » satria izay rahateo no tena manavanana sy ahafantarana ireo tarika efatra ireo, raha ny fanazavan’Andrinjavony Sambatra, mpikambana ao amin’ny biraon’ny kaomitin’ny faha-150 taona. Nohamafisiny  fa  sambany indray amin’ ity no tafaraka izy efatra ireo ka hahafinaritra noho ny hita hatramin’ izay ny fiarahana. Teny fanevan’izao fanamarihana tsingerintaona izao ny tenin’ny Soratra Masina voalaza ao amin’ny Apokalipsy 22, 11 : «Aoka izay masina, mbola hihamasina ihany izy».

Landy R.

News Mada0 partages

Hira ara-pilazantsara : hamoaka vokatra voalohany i Lanto Natrehinirina

Mpanakanto mitory ny Filazantsara an-kira i Lanto Natrehinirina. Efa maromaro ny sanganasany mandeha amin’ny onjam-peo sy fahitalavitra, toy ny « Mino sy manantena»,

 « Izy», « Tokim-pitia». Mahakasika izay indrindra, fantatra fa eo am-panomanana ny fivoahan’ny rakitsary DVD voalohany ny tenany, ankehitriny.

Nambarany fa raha ny vinavina sy raha sitrapon’Andriamanitra, hivoaka amin’ny fomba ofisialy amin’io volana desambra io izany. Hitondra ny lohateny hoe «Jesosy ihany» izany vokatra vaovaon’i Lanto Natrehinirina izany. Araka ny fanazavany, hisy hira 10 ao anatin’ ilay DVD, ny valo rindran-tsary ary ny ambiny kosa, hira fanomezana sy « karaoke », izay hiran’i Lanto ihany.

Tsy mifidy karazana gadona i Lanto Natrehinirina amin’ny fampitana ny hafatra, ao anatin’ny tononkirany. Tanjona ho azy sy ireo ekipa miaraka aminy ny hahatafita izany hafatra izany amin’ny olon-drehetra sy hanome voninahitra an’Andriamanitra. « Mbola hisy ny hetsika ho fampahafantarana ny fivoahan’io rakikira io », hoy i Lanto Natrehanirina.

Landy R.

News Mada0 partages

Poezia an-tsehatra : haneho ny « Lopotra » i Iriana Mpisorona sy i Rikibe

Anisan’ny seho miavaka hotontosaina eto an-dRenivohitra, amin’ny faran’ity herinandro ity ny « Lopotra ». Tsy fahita firy satria hifanaretsaka ao anatiny ny teny sy ny haintsohaintso (rap). Manome lanja ny kolontsaina malagasy avokoa ireo rehetra ireo, raha ny fanazavan’ny mpandray anjara…

Tontosaina etsy amin’ny Cemdlac Analakely, rahampitso tolakandro, ny hetsika iray nampitondraina ny lohateny « Lopotra ». Poezia an-tsehatra, iarahan’i Iriana Mpisorona sy Rikibe, tanora samy mpiangaly ny haintohaintso. « … Eto ny lopotra anananay dia ny poezia ka harantinay eny an-tsehatra », hoy i Rikibe. Nohamafisin’ity mpanakanto ity fa « tsy zavatra mampatory na mahamenatra no hoentinay eny an-tsehatra amin’io fotoana io fa ny kanto mahavariana sy manaitaitra. Mampitaintaina sy mampieritreritra ihany koa ». Nantitranteriny fa anisany hasaina manokana hijery ny « Lopotra » ny ankizy sy ny tanora  ary ny zoky raiamandreny satria manaraka ny vanim-potoana sy ny fivoarana ankehitriny ny aseho eny an-tsehatra. Manamafy izany rahateo ny niantsoana manokana an’i Spacy Design amin’ny fanatontosana ny endri-tsehatra. Nomarihin’i Rikibe fa mampita hafatra ny « Lopotra », noho izany, nisy ny solombavambahoaka niara-nikaon-doha tamin-dry zareo ny amin’ny hanatontosana azy ity. « Mpitatitra ny hafatry ny tanora ny solombavambahoaka, noho izany, tokony mifandray hatrany ny roa tonta », hoy izy. Nasaina manokana kosa i Ibemaso sy i Farah. Hanentana Ramihary.

« … Fitiavana ny kolontsaina malagasy »

Anisan’ny tanjona tratrarina amin’izao seho tsy misy vidim-pidirana izao ny hamerenan-kasina indray ny kolontsaina malagasy, raha ny fanazavan’i Rikibe hatrany. Tafiditra ao anatin’izany ny teny sy ny haintsohaintso. « Tsy ny fitiavam-bola na ny fitiavan-daza no nanosika anay fa ny fitiavana ny kanto malagasy », hoy izy.

Ankoatra izay, « misy ireo efa mpankafy an’izany fa ao koa ireo tsy mbola. Tanjonay ihany koa ny hanome fahafinaretana ny sain’izy ireny fa indrindra hampahafantatra fa tsy maty tsy akory ny kanto malagasy », hoy hatrany i Rikibe.

Marihina fa anisan’ny mampiavaka ny sanganasan’i Iriana Mpisorona sy ny an’i Rikibe ilay fampitana hafatra ao anatiny. Samy mahazo izany hafatra izany avokoa ny fiaraha-monina amin’ny ankapobeny.

 

Ny lopotra araka ny fanazavan’i Rikibe azy

Anisan’ny lamba sarobidy tokoa ny lopotra (vakiana hoa: lopòtra) satria volon’ondry ambony karazana no anaovana azy. Misy karazany ny lopotra, arakaraka ny akora anaovana azy, anisan’ireny ny lopòtra tenany : lamba vita amin’ny volon’ondry voafoly tsy misy fangarony na ny tenany na ny fahany. “Galona sy lopòtra, tafaray samy soa”;

Nanangona : HaRy Razafindrakoto

News Mada0 partages

“Tenim-pitia” : hamoaka ny rakikira voalohany i Teddy Prezeau

“Rn’b fusion na Rn’b hafakely no hiantsoako azy…”, hoy i Teddy Prézeau rehefa anontaniana ny karazana mozika lalaoviny. Rehefa avy niketrika sy namolavola nandritra ny volana maromaro, tontosa ankehitriny ny rakikira voalohan’ity mpanakanto ity. “Tenim-pitia” ny lohateniny, izay mirakitra hira 12.“Hira noforoniko avokoa ireo, izay miresaka fitiavana ny ankamaroany”, hoy ity tanora novolavolaina tao anatin’ny mozika hatramin’ny fahakeliny ity. Tonga ny fotoana hizaran’i Teddy Prézeau ny sanganasany ho an’ireo mankafy izany.Ho tohin’ny lalana efa voasoritra, hisy ny seho izay hotontosain’ity mpanakanto ity, ny asaboty 4 novambra izao etsy amin’ny CGM Analakely. Seho izay tokony notontosaina tamin’iny volana oktobra iny io, saingy noho ny toe-draharaha nisy dia voatery naverina foana.Tsy maninona anefa, satria vao mainka nampitombo ny fotoana nanomanana ny seho izany. Tsy miova ny fandaharana fa mbola ho vahinin’i Teddy Prezeau hatrany i Balita Marvin, anisan’ny mpanakanto namolavola azy teo amin’ny mozika. Hanaraka azy eo amin’ny zavamaneno kosa ireo mpitendry efa matihanina toa an’i Ralph (saxophone), Nix (amponga maroanaka), Jz Rabibisoa (gitara) ary Rybota (gitara beso).

Zo ny Aina

News Mada0 partages

Fanodinkodinana antso an-telefaonina iraisaim-pirenena : Sinoa iray voaheloka 18 volana an-tranomaizina

Ankoatra ny fandoavana onitra 500 tapitrisa Ar, nohelohin’ny fitsarana higadra 18 volana an-tranomaizina, sazy mihatra ny teratany sinoa iray. Gadra herintaona, sazy mihatra koa ny an’ny malagasy iray. Voaheloka ho nanao fanodinkodinana antso an-telefaonina iraisam-pirenena mankaty Madagasikara izy ireo…

 

Heloka nanenjehana azy ireo ny fanodinkodinana tambajotram-pifandraisana tsy nahazoana alalana, fametrahana radio tsy nahazoana alalana, fampiasana onjam-pifandraisana tsy ara-dalàna, fanelingelenana tambajotram-pifandraisana hafa ary halatra momba ny seraseram-pifandraisana avy any ivelany miditra eto Madagasikara. Ireo fandikan-dalàna ireo dia voafehin’ny andininy faha-41 amin’ny lalàna 2005 – 023, ny 17 oktobra 2005, lalàna 2014 – 005, ny 5 desambra 2014 ary ny lalàna 2014 – 006, ny 19 jona 2014 momba ny cybercriminalité. Niakatra fitsarana ny talata teo teny amin’ny lapan’ny Fitsarana Anosy ity raharaha ity.

Raha tsiahivina ny zava-nitranga momba ity raharaha ity, tonga nametraka fitoriana teny amin’ny polisy misahana ny heloka bevava (BC) Anosy, ny  3 oktobra 2017 lasa teo ny mpandraharaha iray amina orinasam-pifandraisana momba ny fisian’ity fanodinkodinana antso an-telefaonina iraisam-pirenena ity. Nambarany fa rehefa misy antso miainga avy any ivelany, tsy maintsy mandalo ao amin’ny ”centre de transit international” izany ka andraikitr’ity farany indray ny mampita izany amin’ny mpandraharaha misahana ny tambajotram-pifandraisana eto Madagasikara. Misy ny sarany ifanarahan’ny orinasa mpandray ny antso iraisam-pirenena amin’ny ”centre de transit international” izay raisiny ary antsoina hoe ”droit d’interconnexion”.

Nahatsikaritra anefa ilay orinasa nametraka fitoriana fa nihena ny antso voarain’izy ireo avy any ivelany ka nanomboka teo ny fanadihadiana rehetra niarahana tamin’ny polisin’ny BC.

Fantatra taorian’ny fanadihadiana fa misy manodina amin’ny alalan’ny fampiasana SIM BOX izany.

Teny Analamahitsy sy Tsaralalana ny fanodinana ny antso…

Nohazavain’ny polisy fa fitaovana iray azo ampidirana carte SIM be dia be io SIM BOX io ka manodina ny antso avy any ivelany ary mampita izany indray ho any amin’ny mpandray ny antso, aorian’ny famadihana ny laharana tahaka ny fampiasa eto Madagasikara ihany. Noho ireo antso ireo tahaka ny avy eto an-toerana ihany, tsy mandray ny ”droit d’interconnexion” ny orinasa misehatra ao anatin’ity asa ity ary mitarika ny fihenan’ny hetra miditra amin’ny fanjakana Malagasy izany, raha ny fanazavan’ny polisy hatrany.

Nanao fanadihadiana sy fikarohana avy hatrany ny polisy ka hita taorian’izay fa eny Analamahitsy sy Tsaralalana no miainga ny fanodinan’ireo mpanao ity trafikana antso avy any ivelany ity. Tratra tao ireo olona voampanga niaraka tamin’ireo fitaovana marobe sy avolenta fampiasa amin’ny fanodinana antso iraisam-pirenena. Nisy ny fiaraha-miasa teo amin’ny polisy siantifika sy ireo injeniera avy ao amin’ny Artec tamin’ny fanadihadiana ity raharaha ity. Efa nogiazana avokoa, araka izany, ireo fitaovana nampiasain’ireo voampanga ireo.

Jean Claude

News Mada0 partages

Ankadivato : jiolahy tratra teo am-panosehana moto halatra

 Saron’ny polisy avy ao amin’ny boriborintany fahatelo Antaninandro teny amin’ny Academi Ankadivato, afakomaly hariva teo am-pangalarana moto iray ny jiolahy iray, 23 taona. Araka ny fanazavan’ny polisin’ny boriborintany fahatelo, niala voly tao amin’ity trano fandihizana ity ny tompon’ilay moto ka najanony teo ivelan’ilay trano fandihizana ny motony. Efa nihaodihaody teo amin’ny manodidina anefa ilay mpangalatra ka natosiny moramora ilay moto. Tsikaritry ny mpiambina ilay toeram-pandihizana anefa ny fihetsik’ilay jiolahy ka notazonina avy hatrany sady niantso polisy koa ireo mpiambina. Fotoana fohy taorian’izay, tonga naka ilay jiolahy teny an-toerana ny polisy. Niaiky ny heloka vitany izy nandritra ny famotoran’ny polisy.

Tratran’ny polisy,  ny talata teo koa ireo jiolahy dimy raindahiny amin’ny fanendahana sy sinto-mahery eny Besarety sy Avaradoha. Renim-pianakaviana iray no niharan’ny herisetran’ireto jiolahy ireo ka nampandre haingana teny amin’ny polisy. Tratra nijorojoro teo amin’ny manodidina an’i Besarety teo ihany ry zalahy. Nilaza izy ireo nandritra ny famotoran’ny polisy fa efa nigadra noho ny fanaovana sinto-mahery, tamin’ny taon-dasa ny iray amin’ireo jiolahy.

J.C

News Mada0 partages

Fitsaram-bahoaka : olona dimy naiditra am-ponja vonjimaika, kartie mobila karohina

Niafara tamin’ny fitsaram-bahoaka ny resaka tondro molotra ka nandratrana mpianatra sy mpampianatra tany Ambodisaina. Olona dimy voasambotra ary naiditra am-ponja ireo noho ny daroka sy vonoan’olona…

Niakatra tany amin’ny mpitsara mpanao famotorana eo anivon’ny fitsarana ambaratonga voalohany, ny zoma 27 oktobra teo, ny raharaha famonoan’ olona tamin’ny alalan’ny fitsaram-bahoaka noho ny tondro molotra. Olona dimy naiditra am-ponja vonjimaika ary lehilahy iray kartie mobila karohina.

Lasibatra tamin’ity resaka tondro molotra ity ireo andiana mpianatra sy mpampianatra hanao fanadihadiana momba ny fizahantany sy tontolo iainana, ny alahady 22 oktobra lasa  teo, tao Vohitra, tanàna kely iray any Vohitrambato, fokontany Ambodisaina Toamasina faharoa.  Mpampianatra roa ka ny iray tena voa mafy. Nahazo fanamarihan’ny mpitsabo fa tsy afaka miasa 60 andro noho ny vono sy daroka ity farany. Saika novonoin’ny fokonolona mihitsy tamin’ny alalan’ny fitsaram-bahoaka ilay rangahy mpampianatra.

Hatreto, dimy lahy tamin’ ireo nahavanon-doza voarohirohy no natolotra ny mpitsara mpanao fanadihadiana lalina, ny zoma teo, ary naiditra ao Ambalatavoahangy avokoa miandry  ny fotoam-pitsarana.

Kartie mobila nanondro molotra

Nandritra ny famotorana hatrany no nahalalana fa ny kartie mobila amin’ io tanana io ihany no tena fototry ny tondro molotra sy niantso ny fokonolona teny am-panaovana tsaboraha fa misy andian’ olona mpanao vaksinina pesta ka andao darohina. Rehefa raikitra anefa ny daroka, nandositra ity mpaniraka ka izao karohina fatratra izao.

Ny loharanom-baovao hatrany no nahalalana fa mbola ity polisim-bohitra ity ihany koa ny tompon’ antoka tamin’ny fandravana sy fikomiana tamin’ny sakana ny fizaham-pahasalamana tao Sarimasina lalam-pirenena faharoa, ny asabotsy 28 oktobra teo. Efa eo am-pelatanan’ny mpitandro filaminana ny momba azy ary mandeha ny fikarohana, hahafantarana ny tena marina.

Sajo sy Yves S.

News Mada0 partages

Fanjarian-tsakafo any Alaotra-Mangoro : miara-miasa ny ORN sy ny haino aman-jery

Niray hevitra ny mpandrindram-paritry ny Ofisim-paritra ho amin’ny fanjarian-tsakafo (ORN) sy ny talem-paritry ny serasera sy ny fifandraisana amin’ny andrimpanjakana any Alaotra-Mangoro fa nasiana fiaraha-miasa akaiky, nanomboka ny volana oktobra lasa teo iny. Nisy atrikasa nanamafisana fahalalana nomena ireo mpanao gazety sy mpanentana fandaharana amin’ny radio avy any Andilamena, Amparafaravola,  Moramanga, Ambatondrazaka. 13 ireo onjampeo mampiely ny feony amin’io renivohi-paritra io. Tsy mora ny mandresy lahatra vahoaka hirotsaka ao amin’izay fanjarian-tsakafo izay. Iaraha-miaiky fa mbola samy hafa mihitsy ny famaritana sy ny mampitombina izany araka ny sokajin’olona sy toerana misy azy. “Tsy tsapa eo no ho eo ny tombon’ny nanajariana ho mahaelavelona sy mahasalama ny fanjarian-tsakafo “, hoy ny tomponandraikitra iray ao amin’ny Ofisim-paritry ny fanjarian-tsakafo any Alaotra-Mangoro, Dr  Raheriniainaarivony Lalaonantenaina. Izay tokoa no mahasarotra ny fandresen-dahatra. Rehefa tratran’ny aretina ny olona ka ianjadian’ny fanaintainana sy  lany vola be ividianam-panafody  vao resy lahatra.

Mila averimberina amin’ny fomba mora andraisana azy ny  hafatra fandresen-dahatra  vao mandaitra, noho izany. Eo ireo mpanentana mitety trano, miara-miasa amin’ny Ofisim-paritra fa tsy azo idovirana mihitsy koa ny herin’ny haino aman-jery.

Rarivo

News Mada0 partages

Nahazo “nebulizer” 10 ny CHU Tsaralalàna : voan’ny areti-tratra ny 2/3-n’ny zaza tsaboina ao

Roa ihany ny “nebulizer” mbola afaka miasa ao amin’ny hopitaly mikarakara ny reny sy ny zaza eo Tsaralalàna, amin’izao fotoana izao. Fitaovana tena ampiasaina amin’ny zaza voan’ny aretin’ny taovam-pisefoana (IRA), indrindra ny “bronchiolite”, izy ity, asiana fanafody ary ataon’ilay zaza evoka”, hoy ny tale teknika lefitra ao amin’ny hopitaly, ny dokotera Rakotomalala Lova, omaly teny Tsaralalàna. Nanolotra “nebulizer” 10 vaovao ny mpikambana ao amin’ny Rotary Anosy hanampy ny roa efa miasa. Nanontany ny tomponandraikitry ny hopitaly ny filohan’ny fikambanana, Voniharinjaka Andry, ka ity nebulizer ity no tena ilaina maika hikarakarana ny zaza marary. Santionany amin’ny fiaraha-miasa eo amin’ny roa tonta ny fanampiana. Zava-dehibe ho an’ny Rotary ny fahasalaman’ny reny sy ny zaza, araka ny fanazavany.

Ny roa ampahatelon’ny zaza miditra ao amin’ny hopitaly Tsaralalàna, vokatry ny aretin’ny taovam-pisefoana avokoa, maro anisa amin’ireo ny tratry ny “bronchiolite” izay miseho amin’ny zaza latsaky ny 2 taona. Noho ny fiovan’ny toetr’andro, ny loto entin’ny rivotra, ny orana no mampirongatra ny “bronchiolite”, avy amin’ny “virus syncytial” ny aretina. Raha manomboka ny novambra sy desambra hatramin’ny marsa ary miafara ny volana mey ny fisehoan’ity aretina ity matetika. Amin’izao fotoana izao, lasa mandavantaona ny fitrangany eo amin’ny ankizy. Miseho amin’ny kohaka sy sery ny aretina eny am-piandohana ary mitarika amin’ny fahasemporana rehefa tsy voatsabo, hoy ny dokotera.

Vonjy A.

News Mada0 partages

Ady amin’ny herisetra : hifanentana ny samy lehilahy

Mandray anjara amin’ny 16 andro iadiana amin’ny herisetra mifototra amin’ny miralenta ny tetikasa Sahala sahanin’ny fikambanana CFor C, manomboka ny 25 novambra ka hatramin’ny 10 desambra ho avy izao. Hiavaka ny asa amin’ity taona ity, satria handray anjara ny lehilahy hampiseho fa azo ihoarana ny herisetra ao an-tokantrano ary raim-pianakaviana mandray andraikitra eo anivon’ny fiarahamonina izy ireo. Efa misy ny toeram-pandraisana ireo lehilahy mpanao herisetra itondrana vahaolana ho azy ireo eny amin’ny fokontany. « 10 ny fokontany iasan’ny tetikasa ary 20 ny fianakaviana efa voaentana momba ny fomba hananana fiainam-pianakaviana milamina tsy misy herisetra. 200 ny lehilahy hanao hetsika handresy lahatra ny lehilahy mitovy aminy ao anatin’ny fifanakalozan-kevitra fa tsy voatery hampiseho herisetra vao lehilahy », hoy ny fanazavan’ny mpandrindra ny tetikasa Sahala, Nantenaina Sariaka, omaly teny Anosizato Atsinanana II.

Miara-miasa amin’ny fokontany ny tetikasa hitiliana ny lehilahy mpanao herisetra, entanina izy ireny hanatona ny toeram-pandraisana efa misy isam-pokontany. Ireo resy lahatra, afaka miditra amin’ny tambajotra Menengage. Nanolotra fitaovana ahafahan’ny lehilahy eny amin’ny fokontany miasa ny tetikasa mandritra ny 16 andro iadiana amin’ny herisetra mifototra amin’ny miralenta.

Vonjy A.

Ino Vaovao0 partages

FARITRA VATOVAVY FITOVINANY : Tovolahy iray maty vokatry ny fanafihana, lasan’ireo jiolahy ny jirofo 4 gony

Toy ny zava-nitranga tao amin’ny Distrikan’i Farafangana, ny talata alina lasa teo, iny dia tovolahy 23 taona nipetra-drery no voaroban’ireo andian-jiolahy nirongo fitaovam-piadiana ka tsy namelan’izy ireo raha tsy namoy ny ainy ny tompon-trano.

Tao amin’ny fokontanin’i Maroamby Vohitrarivo Kaominina Ambalatany no nitranga ny fandrobana ary fantatra fa jirofo teo amin’ny efatra gony,miaraka amin’ny fitafiana sy lamba maromaro no lasan’ireo olon-dratsy rehefa nandeha nitsidika sy nanao fanadihadiana ny Zandary sy ny Fianakavian’ny maty.

Hatreto aloha ireo mponina dia mbola samy tsy misy mahalala izay mety ho nahavanon-doza, ka eo am-panaovana fikarohana lalina ny mpitandro filaminana hatreto. Andrasana ny fivoaran’ny toe-draharaha. Noho izay firongatry ny tsy fandriam-pahalemana izay ihany koa dia nangataka amin’ny mpitondra fanjakana ireo mponina mba hidina ifotony satria misy ireo manararaotra manakorontana sy mapihorohoro mandritra ny tsenaben’ny jirofo izay mampalaza ny Faritra .

Vokatry ny fanafihanana lava miseho dia lasa matahotra ireo mpandraharaha mandeha manangom-bokatra, hany ka mihena ny isan’ireo tonga mitsidika.

Tatianà R.

Ino Vaovao0 partages

ANDOHAFARIHY - TSIROANOMANDIDY : Tovolahy iray ma...

Ny andron’ny alarobia 18 oktobra lasa teo, tokony ho tamin’ny 12 ora sy sasany antoandro no nitrangan’ny habibiana nataona zandary iray izay mbola amperinasa. Tovolahy iray 31 taona antsoina hoe Tahirisoa Delphin no niharan’ny hetraketrak’ilay zandary.

Avy any Ankavandra ho any Begoavy, nandalo tao amin’ny tanànan’Andohafarihy ilay tovolahy izao niharam-boina izao. Rehefa nandalo ny lalana mantsy izy dia nantsoin’ilay zandary mamo ho eo amin’ny toerana isotroany toaka. Tsy nandà ny antson’ilay zandary i Tahirisoa fa nanatona azy moramora. Avy hatrany, fanontaniana feno filam-baniny no nataon’ity zandary tototry ny toaka sy ny hamamoana. Niezaka namaly azy tamin’ny valin-teny feno fanajana ity tovolahy ity. Nitohy hatrany ny fihetsika feno filam-baniny ka nasainy namoaka karapanondro indray ilay tovolahy.

Navoakan’ilay tovolahy ny karapanondrony. Mbola nitady hirika hatrany ilay zandary hanampatra ny toakany sy ny fahefany. Nasainy namoaka taratasy fifindra-monina. Ity farany anefa izay tsy nisy tamin’ilay tovolahy satria olona hamita iraka andro vitsy ao Begoavy ihany izy ka hiverina amin’ny toerana misy azy indray. Nosavain’ilay zandary indray ny entany ka tsy nahitana fitaovam-piadiana tao anatiny : fotsim-bary kely atao vatsin-dalana sy lamba fitafy vitsivitsy no tao anatin’ilay sakaosy kely nentiny.

Teo indrindra no niteraka famonoana ho faty an’ilay tovolahy. Nolazain’ilay zandary fa olon-dratsy izy rehefa tsy manana io taratasy fifindra-monina io. Nandritra izany rehetra izany, manao tohy vakana ny daroka nataony. Nolazainy fa jiolahy i Tahirisoa ka notereny hoentina any Tsiroanomandidy fa jiolahy tratra. Noho ny tahotra nisy tamin’ilay tovolahy dia nanaiky izay sitrapon’ilay zandary ny tenany.

Tifitra variraraka

Nentin’ilay zandary tokoa ilay tovolahy ary nolazainy fa hoentina any Tsiroanomandidy. Tsy nisy sahy nanakana koa Kilometatra vitsy niala kely ny tanànan’Andohafarihy anefa dia namoaka basy teny aminy ilay zandary mamo ka nitifitra intelo tamin’ilay tovolahy. Vokatr’izay, maty tsy tra-drano ity farany. Rehefa vita ny sitrapony dia nopotehin’ity zandary ity indray avy eo ny karapanondron’ilay tovolahy maty ary niverina tamin’ny toerana nisotroany toaka indray izy ka nampilaza no sady nandrahona ny fokonolona izy hoe : “misy jiolahy maty notifiriko any ka mandehana anareo, raiso ny faty dia aleveno”.

Nanaiky ny sitrapony tokoa ny fokonolona fa saingy maro tamin’ireto farany no nijoro vavolombelona fa olon-tsotra nandalo ny lalana ity namoy ny ainy ity fa tsy marina velively ny filazan’ity zandary mamo ity hoe olon-dratsy.

Nafenina ny zava-misy, nafindra toerana maika any Toliara ilay zandary

Niezaka nanaron-tsarona ity habibiana vitan’ity zandary ity ny lehibeny tao Tsiroanomandidy. Araka izany, mivantana ny fanehoan-kevitry ny fianakavian’ilay tovolahy maty nitafa tamin’ny mpanao gazety. Nambaran’izy ireo fa “tsy misy ny fandraisana andraikitra nasehon’ny “ kaomandan’ny kaompania any an-toerana amin’izao raharaha izao”.

Manamafy araka izany ny fianakaviana mana-manjo fa : “tsy marina ny filazana fa jiolahy ny havanay ary miantso ny fitondram-panjakana malagasy amin’ny alalan’ny Sekreteram-panjakana misahana ny zandarimariam-pirenena mba hijery akaiky izao famonoana olona tsy manan-tsiny izao”.

Nangonin’i Kamy

Ino Vaovao0 partages

TONTOLO AMBANIVOHITRA : Mijaly rano ireo mpamboly, miandry vahaolana maharitra

Miovaova ny toetr’andro, hoy hatrany ireo mpamboly, hany ka tsy mahatondraka ny tanimbary intsony ny tohodrano mpanondraka ireo velaran-tany maro eto Madagasikara. Ho an’ny Faritra any Alaotra Mangoro izay anisany mpamatsy vary eto amintsika, ohatra, dia mibaboka tanteraka fa latsaka an-katerena izy ireo noho ny hain-tany.

Mitovy amin’izany ihany koa ny any Marovoay sy ny any Morondava ka manahy mafy ireo vondron’ny tantsaha ny amin’ny taona ho avy izao raha toa ka tsy misy ny vahaolana omen’ny fanjakana. Hatreto aloha dia mbola tsy misy ny fandraisan’andraikitra voaray ka manao antso avo amin’ny mpitondra fanjakana ny vondron’ireo mpamboly mba hitady vahaolana maharitra ho azy ireo. Raha izao no mitohy, hoy ireto farany dia tsy antenaina intsony ny asam-pambolena ka ny fanirian’izy ireo amin’izao fotoana izao dia ny fitadiavana vadin’asa ho azy ireo mandra-pahatonga, ny volana jona amin’ny taona ho avy izao.

Mahatsiaro ho voatohintohina ny asa fiveloman’izy ireo ka miandry ny fandraisan’andraikitra matotra ireo tantsaha hatreto.

Tatianà R.

Ino Vaovao0 partages

AMPEFY : Maty voatifitra teo am-pikasana hanafika ilay jiolahy nahafaty ny ben’ny tanàna

Araka ny loharanom-baovao voaray avy amin’ny mpitandro filaminana dia saika hanafika mpanan-karena iray monina any amin’ny toerana misy ny Chute de la Lilly Ampefy izy ireo tamin’io fotoana io saingy tsy nahatanteraka fa rava ny teti-dratsy. Tratra teny amin’ireo jiolahy ihany koa ny basy iray sy bala 2 nandritra ny fifandonana nisy teo amin’ny zandary sy ireto mpandroba.

Tsy nitsahatra, andro aman’alina ny fikaroham-baovao ataon’ny zandarimariam-pirenena ka fantatra tamin’izany fa mivondrona ao amina trano kely iray an’ny mpiambina saha ao Ambatondramijay (4km miala an’Analavory, sampanana mankany amin’ny Geyser), Fokontany Amparaky, Kaominina Ampefy izy ireo. Tao amin’io toerana io no nanomanana ny fanafihana saika hatao. Tsy niandriandry fa avy hatrany dia namonjy teny an-toerana ireo zandary rehetra azo nohetsehina tany an-tanàna ka indro tokoa fa nivoaka ny trano izy ireo.

Nomena baiko mba tsy hihetsika kanjo tifitra no navaliny izany tao anaty haizina. Raikitra noho izany ny fifandonana ka nisy 2 tamin’izy ireo no voan’ny balan’ny Zandary tsy natahorana ho isan’ny olon-dratsy intsony. Raikitra ny fifanenjehana ka nisy telo no voasambotra. Tafaporitsaka kosa ny 7 izay efa fantatra avokoa ka efa karohina. Rehefa nozahana ireo roa lavo ireo dia i Letsivery ny iray. Izy no isan’ny ati-doha tamin’ny famonoana ny ben’ny tanànan’Ampefy volana vitsivitsy lasa izay ary izao tapitra izao ihany ny hazakaza-dratsiny.

Ny iray tamin’ireo azo sambo-belona koa dia kartie mobila izay isan’ny andrimasom-pokonolona ary nampiantrano ireo jiolahy ireo tao amin’io trano kely fiambenana saha. Nankasitraka tanteraka ny asa fisorohana ny ratsy nataon’ny mpitandro filaminana tany an-toerana ny mponina tamin’izao tranga izao.

Tatianà R.

Ino Vaovao0 partages

AMBALAVAO : Tokantrano 4 000 no hitsinjarana ny vary avy amin’ny Bngrc

Teo ny famokarana izay lasa tsizarizary vokatry ny tsy fahampian’ny rotsak’orana, eo ihany koa ny fiakaran’ny vidiny eny anivon’ireo tsena maro samihafa. Manoloana izany dia tohana ara-bary no tena anisany ilain’ny mponina ankehitriny, indrindra ho an’ireo izay sokajiana ho tena sahirana. 

Ny faran’ny herinandro lasa teo àry, tao Ambalavao tampon-tanàna no nisantarana ny fizarana ny vary milanja folo taonina anjaran’ny distrikan’Ambalavao avy tamin’ny tompon’andraiki-panjakana samihafa ho fanampiana ny vahoaka manoloana ny fahasahiranana. Hisitraka izany avokoa ny fokontany 161 mandrafitra ny kaominina 19, araka ny fandaminana mialoha nataon’ny komity misahana izany manokana. Ity farany izay tarihin’ny avy ao anivon’ny distrikan’Ambalavao.

 Tokantrano maherin’ny 4 000 no hitsinjarana izany ary heverina ho samy manana dimampolo kilao avy ny kaominina tsirairay. Ankoatr’ izay dia voajery manokana ihany koa ireo ivon-toerana misahana ireo marary isankarazany ka novatsiana tamin’ny alalan’ity vary tonga any an-toerana ity. Tsara marihina etoana fa ny Bngrc no tompon’antoka tamin’ny fanaterana sy fanolorana ny vary tany an-toerana. 

Araka ny fantatra dia efa manana tompon’andraikitra isam-pokontany ny kaominina ary eo ambany fanaraha-mason’ny delegem-panjakana any an-toerana ny fizarana izany. Fizarana izay nokendrena mba ho ao anaty mangarahara tanteraka. Velom-pisaorana ireo tompon’andraikitra niavian’ny fanampiana ny tompon’andraikitra any ifotony, niaraka tamin’ny mponina.

Lucien R.

Ino Vaovao0 partages

« FOARA PANGALANA » AO MANAKARA : Maro ireo hetsika ho hita ny 03 hatramin’ny 05 novambra izao

Hotanterahina ny zoma 03, ny sabotsy 04 ary ny alahady 05 novambra ho avy izao, ao amin’ny tokotany malalaky ny kaominina ambonivohitr’i Manakara, ny «  Foara Pangalana  ». 

Ity farany izay hetsika manana tanjona ny hamerenana ny lazan’ny Faritra Vatovavy Fitovinany eo amin’ny lafiny ekonomika sy ny fizahantany. Fantatra àry fa trano heva miisa 117 no haranty mandritra io telo andro io.

 Ireo vokatra misy ao amin’ny faritra Vatovavy Fitovinany sy ireo avy any ivelan’ny faritra kosa no ho hita mandritra izany. Raha ny fandaharam-potoana dia hisy ny diabe handraisan’ny daholobe anjara, miainga eo amin’ny lapan’ny tanàna ny zoma amin’ny 8ora maraina. Fotoana izay harahin’ny kabary fanokafana amin’ny fomba ofisialy sy ireo fampisehoana ny vako-drazana sy ireo mpanakanto zanaky ny faritra izay malaza amin’ny gadona Batrelaky. Hisy fiaraha-misakafo kosa ny antoandro ao amin’ireo hotely lehibe any an-toerana. Ny tolakandron’ny zoma kosa dia hisy ny fifaninanana “Bras de Fer” ho an’ny lehilahy sy ho an’ny vehivavy. Aorian’izay dia hiroso amin’ny famelabelaran-kevitra harahina adihevitra mikasika ny toekaren’ny faritra ny tompon’andraikitra voakasik’izany. 

Fotoana ihany koa izay fampahafantarana amin’ny fomba ofisialy ny “Bazar Mada”. Ity farany izay miompana amin’ny sehatry ny fambolena sy ny fiompiana, hihaonan’ny tolotra sy ny tinady. Faranana amin’ny alim-pandihizana hiarahana amin’ny mpanankato malaza toa an’i Lôla sy ny mpandihiny ny andro voalohany.

Fampisehoana ny fomba amam-panao “Mpanjaka mpanjaka”

Ny andro faharoa kosa, izany hoe ny sabotsy 04 novambra, dia hisy ny “course cyclo-pousse” sy ireo fifaninanana maro samihafa efa voaomana. Hisy ihany koa ny hetsika “Zumba” sy ny fampisehoan’ireo mpanakanto zanaky ny faritra. Ny tolakandron’ny sabotsy kosa dia mbola hisy hatrany ny famelabelaran-kevitra harahina adihevitra miompana kosa indray amin’ny olana sy vahaolana ho an’ny voly fanondrana ao any amin’ny tapany Atsimo Atsinanana. 

Hisy ihany koa ny fampisehoana ny fomba amam-panao “mpanjaka mpanjaka”. Ny alahady kosa no hanehoana ny fomba amam-panao hafa mampiavaka ny faritra. Ny fampisehoana lehibe, maimaim-poana izay tanterahin’ny mpanankanto Pierrot Matatana no hamaranana ny andro fahatelo. Araka izany dia olona an’aliny no handrasana amin’ity hetsika “Foara Pangalana” ity. Tsara marihina fa hiarahana amin’ny Antenimieran’ny varotra sy ny indostria ao amin’ny faritra Vatovavy Fitovinany sy ny Mananjary ny fanatanterahana izao hetsika izao. Ireo distrika enina mandrafitra ny faritra dia handray anjara amin’ny hetsika avokoa.  

Lucien R.

Ino Vaovao0 partages

DISTRIKAN’I TSARATANANA : Manomboka amin’ny 5 ora maraina ny f...

Tojo fahasahiranana tanteraka mahakasika izay rano izay anefa ny mponina ao amin’ny distrikan’i Tsaratanàna ankehitriny. Tato anatin’ny herinandro vitsivitsy mantsy izay dia mikaikaika ny mponina amin’ny tsy fahampian’ny rano fisotro madio ampiasaina amin’ny fiainana andavanandro.

Raha ny zava-misy eny anivon’ireo “borne fontaine” any an-toerana no asian-teny, izany hoe any amin’ireo toerana natokana hakana rano, dia hita ho mitandavana lava dia lava ny filaharan’ireo “bidon jaune”. Fantatra fa manomboka amin’ny 5 ora maraina mandra-paharivan’ny andro izany filaharana izany, sady miandry ny fisokafan’ny paompy. Araka ny fanavazana dia misy fotoana tsy mahazo rano mihitsy raha tsy afaka roa andro noho izay filaharam-be izay. 

Raha ny fanampim-panazavana azo avy amin’ny tompon’andraikitra mpikirakira ny rano any an-toerana dia noho ny tsy fahampian’ny tosika avy any an-doharano makany amin’ny fitahirizan-drano no mahatonga ny olana. Etsy ankilany dia eo ihany koa ny fahateren’ny fantsona izay mitsinjara ny rano isan-tokantrano izay mahatonga ny tsy fahampiana. Tsara marihana etoana fa mbola tantanan’ny fikambanana tsy miankina hatramin’izao fotoana izao ny fikirakirana ny rano any an-toerana, efa ho 26 taona izao.  Manoloana izany dia voatery mampiasa ireo rano tsy azo antoka amin’ny fahadiovana ireo mponina any an-toerana.   

Manoloana izany olana lehibe mianjady amin’ny vahoakan’i Tsaratanàna izany dia nisy ny fidinan’ny tompon’andraikitry ny rano avy eo anivon’ny Jirama avy aty Antananarivo nijery ifotony ny zava-misy any amin’ny Distrikan’i Tsaratanàna. Hatreto dia mbola tsy nahitana vahaolana mazava ny tranga misy any an-toerana, saingy, miandrandra vahaolana farak’izay haingana kosa ny vahoaka satria zavatra maro no miankin-doha amin’ny rano fisotro madio, raha tsy hiteny afa-tsy ny ara-pahasalaman’ny tsirairay fotsiny aza.

Lucien R.

Ino Vaovao0 partages

TOETRY NY ANDRO : Ny sabotsy faha-4 novambra izao no hiverina hiakatra ny maripana

Nanomboka ny sabotsy lasa teo mantsy dia nanao volon’andro ririnina indray ny toetry ny andro teto afovoan-tany. Niaina izany fiovan’ny toetr’andro izany ihany koa ny tapany atsinanan’ny Nosy iray manontolo iny, raha ny fanazavan’ny avy eo anivon’ny sampana mpamantatra ny toetry ny andro. 

Amin’ny ankapobeny dia mandrivotra, milatsaka amin’ny tokony ho izy amin’ny vanim-potoana manasara-taona toy izao ny maripana. Raha ny tarehimarika dia miovaova eo anelanelan’ny 12°C hatramin’ny 23°C ny hafanana. Indraindray aza dia arahin’ny erika mihitsy izany any amin’ny faritra sasany. Araka ny fanazavana hatrany dia mitohy hatramin’ny androany izany toetr’andro mangatsiaka izany. Rahampitso sabotsy kosa no hanomboka hiakatra tsikelikely indray ny maripana araka ny voalaza. 

Ny fisian’ny tsio-drivotra mahery niainga avy tany amin’ny tapany atsinanan’ny Nosy iny no nahatonga ny toetr’andro ho tahaka izao. Izany tranga izany, izay nitondra ny rahona matevina hatraty an-drenivohitra ka nampidina ny maripana. Araka ny fanazavana nomen’ny avy eo anivon’ny sampana mpamantatra ny toetry ny andro hatrany dia nanomboka ny 01 novambra lasa teo ka hatramin’ny 30 aprily 2018 no vanim-potoanan’ny rivodoza ho an’i Madagasikara. 

Na izany aza dia mbola tsy misy ny rivodoza miforona aty amin’ny fari-dranomasin’i Madagasikara hatreto, saingy, ilaina hatrany ny miomana sy mivonona amin’ny fiatrehana izany.     

Lucien R.   

News Mada0 partages

Dépenses de l’Etat : une hausse de 10,9% prévue dans le PLF 2018

Les dépenses allouées au personnel de l’Etat connaîtront une hausse l’an prochain. Et c’est prévu dans le projet de loi de Finances (PLF) 2018. Le volume des transferts et subventions reste significatif en dépit d’une revue à la baisse par rapport à 2017. Les dépenses publiques prévues dans le projet de loi de Finances 2018 s’établiront à 7 308,2 milliards d’ariary hors remboursement TVA, soit une hausse de 10,9% par rapport à la réalisation de 2017.

Mis à part les dépenses affectées aux investissements publics, l’augmentation des dépenses allouées au personnel de l’Etat est mise en vigueur dans le projet de loi de Finances 2018. Et, le volume des transferts et subventions reste significatif.

En effet, les dépenses du personnel de l’Etat connaîtront une hausse de 15% en 2018. Cela inclura des augmentations de 9,2% des indemnités et de 15,6% de la solde. Selon les explications apportées dans le texte, ces augmentations sont  justifiées en partie par le recrutement limité des maîtres Fram et agents en cours de formation. Pour rappel, près de 40 000 enseignants Fram ont été recrutés en 2016 et 2017. Pour 2018, le montant des dépenses du personnel occupera les 31,4% du budget général de l’Etat.

200 milliards d’ariary à la Jirama

Par ailleurs, les dépenses allouées aux transferts et subventions s’élèveront à 921 milliards d’ariary l’an prochain. Celles-ci seront réparties sur les subventions allouées à la Jirama, le renflouement des caisses retraites et le paiement des arriérés.

A ce sujet, la Jirama continue de bénéficier d’une subvention venant de l’Etat. Le transfert alloué à la société d’Etat s’élèvera à 209 milliards d’ariary pour 2018. Selon les prévisions, les transferts à la Jirama diminueront progressivement jusqu’en 2020, l’année où la compagnie atteindra l’équilibre financière selon les objectifs fixés en ce moment.

Dans la foulée, 228 milliards d’ariary serviront à renflouer la caisse de retraites civile et militaire. Le paiement d’arriérés de 224,6 milliards d’ariary sera également prévu. A noter qu’aucun transfert n’est envisagé pour la compagnie aérienne Air Madagascar.

Riana R.

 

News Mada0 partages

Téléphonie mobile : la qualité de service à uniformiser

L’uniformisation de la qualité de service de téléphonie mobile est en discussion. Le projet de mettre en place des indicateurs suivant les normes internationales est abordé durant un séminaire réunissant les opérateurs de réseau mobile, les membres de l’Union internationale des télécommunications (UIT) et l’Autorité de régulation des technologies de communication (Artec), depuis hier, au siège de l’Artec à Ivandry.

Pour l’UIT, l’uniformisation de la qualité de service permet de niveler vers le haut la compétition des opérateurs téléphoniques. Pour ce faire, l’Artec prévoit de mettre en place un niveau de standard d’exécution des normes internationales.

Niveler vers le haut

 Les indicateurs de service sont inclus dans le rapport de performances trimestrielles transmis par les opérateurs à l’Artec. D’après l’état des lieux, la disparité persiste dans les publications au niveau de chaque opérateur. Pourtant, l’uniformisation des données permet de niveler vers le haut la compétition des opérateurs téléphoniques.

A ce propos, le représentant régional de l’UIT pour l’Afrique centrale et Madagascar, Jean Jaques Massima, a avancé que «pour pouvoir comparer les performances des opérateurs, il faut qu’ils publient les mêmes indicateurs. Une fois l’uniformisation de la qualité des services effective, la compétition entre les opérateurs va se faire en tirant vers le haut».

Par ailleurs, l’amélioration de la qualité de service rendu aux consommateurs est également à l’avantage de l’opérateur. Le représentant de l’UIT d’expliquer à ce sujet qu’ «à chaque fois que la qualité de service n’est pas bonne, l’opérateur perd de l’argent. La communication n’est facturée que lorsqu’elle est aboutie. Pourtant, l’objectif de l’opérateur est de vendre le mieux le trafic. Il s’agit donc d’un cercle vertueux».

Riana R.

News Mada0 partages

Reflet – Les clichés de la semaine

Retour des bouchons dans les rues de la capitale.

Les membres de la CRN ont haussé le ton pour dénoncer la cession de la Villa Elisabeth…

…mais les autorités ont tenté de désamorcer la tension en annulant l’acte de vente.

Visite d’une délégation de la Banque mondiale au ministère de l’Industrie lundi.

Les prix des carburants ont de nouveau connu une hausse.

La passation entre l’ancien président du sénat et son successeur s’est tenue hier.

Les prix du riz ont également grimpé. Photos : Mamiherison, Tiana R et Fanou

News Mada0 partages

Code électoral : un comité de veille surveille de près le régime

La restitution des travaux du Comité interministériel au Carlton, récemment, continue à faire du bruit. Ces temps-ci, un comité de veille, composé de partis politiques et des membres de la société civile, a été mis en place afin de suivre de près le texte sur le Code électoral qui sera soumis au gouvernement et devant le Parlement.

«C’est la suite logique relative à la présentation de l’esquisse de l’avant projet du code électoral par le comité interministériel au Carlton. Nous avons déjà tenu une réunion vendredi dernier au Colbert et nous continuons sur cette lancée (…)», a expliqué hier Ihanta Randriamandranto du parti Teza qui faisait partie du comité consultatif.

Code de la communication bis

Selon l’ancienne ministre, l’objectif est d’éviter tout malentendu comme il a été le cas pour Code de la communication médiatisée bis. Pour rappel, la version du Code de la communication a été modifiée par rapport à celui présenté devant la Chambre basse et cela a provoqué des  remous dans le cercle des médias.

En tout cas, hier, plusieurs partis politiques, comme le TIM de l’ancien Chef de l’Etat Marc Ravalomanana, le parti présidentiel ou encore le parti Freedom de Lalatiana Rakotondrazafy ont été aperçus sur les lieux. «C’est une initiative inclusive», a plaidé Ihanta Randriamandranto. Le groupe entend par ailleurs soumettre un autre projet de Code électoral auprès de la Chambre basse au cas où le régime ne dévoile pas le projet qui se trouve entre leurs mains.

Il faut souligner que, mis à part la société civile et les politiciens, la Commission électorale nationale indépendante (Ceni) se méfie également des propositions du comité interministériel. «La Ceni s’en tient aux recommandations que la commission consultative a remis le 29 juin dernier au Premier ministre. Ce sont des recommandations complètes car elles résultent de plusieurs concertations au niveau des six régions. C’est donc le fruit d’un long travail acharné avec les forces vives de la nation, en l’occurrence les sociétés civiles, les partis politiques, les médias. La Ceni a également fait appel à des experts internationaux et nationaux pour son élaboration», avait plaidé le vice-président de la Ceni, Thierry Rakotonarivo, lors d’une conversation téléphonique sur ce sujet.

J.P

News Mada0 partages

“Afrasia women 2017” : mpilalao rugby 12 mirahavavy hanafika atsy Maorisy

 Nampahafantarina, omaly teny amin’ny foibe toeran’ny FTM Manjakaray, ireo mpilalao 12 mirahavavy handray anjara amin’ity rugby lalaovina olona fito : “Afrasia women 2017” . Lalao tafiditra amin’ny andiany faharoa, tanterahina atsy Maorisy, ny 4 sy ny 5 novambra ho avy izao. Enina  mirahavavy avy amin’ny ekipan’ny FTM Manjakaray  ireo hiatrika izany  ary nohatevenin’ireo mpilalao hafa efa manana ny fahaizany sy traikefany tao amin’ny Makis de Madagascar.

Mikarakara izany ny federasiona maorisianina, ary anisan’ny nahazo fanasana ny Malagasy Rugby. Nangataka ny mba handray anjara ny FTM Manjakaray ary  tsy nolavin’ny Malagasy Rugby izany satria anisan’ny fampiroboroboana ny rugby ny fidirana an-tsehatra amin’ny lalao iraisam-pirenena tahaka izao, raha ny fanazavan’ny filohany, Rakotomalala Marcel. Tsiahivina fa anisan’ny fileovana manana ny maha izy azy ny FTM Manjakaray ary tohanan’ny orinasa Japan Actuel’s.

Nomarihin-dRakotomalala Marcel fa efa betsaka ny fanasana tonga ao amin’ny Malagasy Rugby, amin’izao fotoana izao. Anisan’ireny ny avy amin’ny “école de  rugby” atsy Afrika Atsimo sy ny an’i Espaina ary i Belzika, ho an’ny taona 2018, eo amin’ity taranja rugby, lalaovin’ny olona fito ity. Nilaza kosa ny  filohan’ny FTM Manjakaray, Ashok Nuankoomar, fa ho fanampiana ny Malagasy Rugby  ny antony nandraisany anjara amin’izao fifaninanana izao, indrindra fa ho an’ireo mpilalao anatin’ny ekipam-pirenena.

Nanainga omaly, ny delegasiona malagasy, tarihin’i Victor Lié. Marihina fa efatra aloha ireo firenena efa namaly ny antso ary handray anjara. Anisan’izany ny Nosy Maorisy, i La Réunion, Rodrigues ary i Madagasikara. Mbola miandry ny valin-tenin’i Afrika Atsimo kosa ny mpikarakara.

Torcelin

Ireo mpilalao 12 mirahavavy :

Ginah ; Sarindra ; Conan ; Kayrah ; Patricia ; Hanitra ; Vola ; Nandrianina ; Claudia ; Tantely ; Leaticia ; Jenny (kapitenin’ny ekipa).

Mpanazatra : Mamy kely

 

News Mada0 partages

Kitra any Eoropa : resin’ny Tottenham ny Real

 Tsy nisy nanampo mihitsy ny vokatra, teo amin’ny fifanintsanana isam-bondrona ho an’ny fiadiana ny ho tompondakan’i Eoropa “Ligue des champions”, taranja baolina kitra. Resin’ny Tottenham, tamin’ny isa 3 no ho 1, ny Real de Madrid, ny alarobia lasa teo, ho an’ny sokajy “H”. Vokatra izay, nanome tapakila ho an’ny Tottenham hiatrika ny ampahavalon-dalana. Manana isa 10 mantsy ry zareo, hatreto. Mbola hiankina amin’ny fihaonana manaraka kosa ny hoavin’ny Real de Madrid, manana isa fito. Mbola afaka miandrandra izany fiakarana amin’ny dingana manaraka izany koa ny Dortmund sy ny Apoel Nicosie, nisaraka ady sahala 1 sy 1 ary samy manana isa roa avy.

Tafita ihany koa ny Manchester City, ho an’ny vondrona “F”, rehefa nandresy ny Naples, tamin’ny isa, 4 no ho 2. Tetsy ankilany, resin’ny Shakhtar, tamin’ny isa 3 no ho 1 ny Feyenoord. Manana isa, sivy hatreto, ny Shakhtar, izay tsara toerana hiakatra amin’ny dingana manaraka. Ho an’ny sokajy “G”, mila mandresy hatrany amin’ireo lalao roa ataony ny Monaco, raha te ho tafita. Hatreto mantsy, tsy manana afa-tsy isa 2 ny frantsay, izay nisaraka ady sahala, 1 sy 1, tamin’ny Besiktas ary i Porto kosa nanilika ny Leipzig, tamin’ny isa mazava, 3 no ho 1. Ho an’ny sokajy “E”, lavon’ny Séville, tamin’ny isa 2 no ho 1, ny Spartak Moscou. Ny Liverpool indray, nandresy ny Maribor, tamin’ny isa, 3 no ho 0.

Tompondaka

 

News Mada0 partages

Calendrier sportif : des fédérations sautent le pas

L’interdiction d’organiser des rassemblements n’est pas encore levée. Par conséquent, toutes les compétitions sportives, sauf celles se jouant à huis clos, ne sont pas encore autorisées. Pourtant, plusieurs fédérations ont décidé de maintenir les activités prévues se dérouler pour ce mois de novembre.

Des fédérations croisent les doigts pour que la situation revienne à la normale à compter de ce mois de novembre. Certaines d’entre elles, à l’image du rallye et du taekwondo, planifient déjà la reprise de leurs activités, sans qu’aucune garantie n’ait été donnée par le ministère de la Jeunesse et des sports à ce sujet.

Apparemment, des fédérations se réfèrent uniquement au calendrier scolaire, qui débute ce 6 novembre et comme quoi, ce retour sur le banc de l’école annonce la levée de l’interdiction sur le terrain. A ce sujet, la Fédération du sport automobile de Madagascar (FSAM) «espère» une amélioration de la situation pour maintenir la date du Rallye international de Madagascar (Rim), qui se disputera du 10 au 12 novembre,

Quand au foot, la Fédération malgache a préféré organiser la phase retour de la poule des As de la ligue des champions à Fianarantsoa du 8 au 12 novembre, alors que celle-ci est prévue se tenir à Antananarivo. En somme, l’absence de directives claires émanant du ministère de la Jeunesse et des sports amène les fédérations à adopter des positions divergentes.

Naisa

 

News Mada0 partages

Boxe olympique : le danger guette la fédération

Appuyé par la majorité des fédérations sportives, le président du Comité olympique malgache (Com), Siteny Randrianasoloniaiko, a repris les armes pour donner du fil à retordre à ses «adversaires». Et après la Fédération malgache d’athlétisme (FMA), les yeux se tournent maintenant vers la Fédération malgache de boxe olympique (FMBO).

En fait, depuis le retour aux affaires de Bernard Andriamanampisoa, alias Gégé Bosco, suite à son élection à la vice-présidence de la FMBO, l’année dernière, la relation entre celui-ci et le Com semblait être rétablie. Mais quand Gégé Bosco a été cité dans un dossier de détournement présumé de fonds lors du déplacement de la délégation malgache au championnat d’Afrique au Congo Brazaville en juin dernier, cela a changé la donne. Pour dire que Gégé Bosco est mal vu auprès du Com qui n’a même pas hésité à contester son élection en tant que vice-président de la FMBO. D’après les indiscrétions,  le Com aurait demandé implicitement au président actuel de l’évincer.

Une attitude qui agace Hery Mamy Rabarisoa. Pour ce dernier, après plusieurs années de galère, la discipline a repris du poil de la bête. Il est temps selon lui de faire avancer les choses et non de semer la zizanie, d’autant plus, le vice-président a apporté les apports nécessaires pour la bonne marche de la discipline.

Rakoto

News Mada0 partages

Hippisme –Bevalala : la « Journée des étalons » promet

Le retour au galop de la course hippique à Bevalala, sous la houlette de l’Autorité hippique pour les courses et l’élevage des chevaux à Madagascar,  ce dimanche, après deux semaines de repos, s’annonce sulfureux. D’autant que les étalons seront sur le devant de la scène. Au total, 5 épreuves attendent les parieurs qui piaffent déjà d’impatience pour miser sur les chevaux gagnants.

D’entrée, lors du prix Tabornok sur une distance de 1300 m, 8 poulains de renom seront en lice pour le sacre, entre autres, Falivosoa Faniry, Hasta la Best, Erinamitasoa Fanity, Nick Power…Mais, plus les courses se suivent, plus l’enjeu est de taille. Kalvernium, King of Star, Littisia, Imbininah, lutteur d’Or, des chevaux à ne plus présenter aussi bien à l’hippodrome d’Ambatolampy qu’à Bevalala, seront au coude à coude durant le prix West Best.

Et la meilleure pour la fin. En fait, la crème de la crème, des chevaux habitués au titre, capables de faire la différence dans la dernière ligne droite, clôturera en beauté la journée avec le prix Pinaco. Ils seront 6 étalons à prétendre à la palme et à voir la liste des engagés, comme l’Oiseau Bleu, Kathy Pleasure, Kamar’All Star, les parieurs auront vraiment l’embarras du choix.

Rakoto

Les autres courses

-Prix Setubal : 1-Oscar, 2-Madona, 3-Ministar, 4-Oiseau d’Or, 5-Orchidée, 6-Lutteur d’Or, 7-Noris Faniry, 8-Prince Nomad

-Prix Le Rouge : 1-Jovialité, 2-Osarus, 3-Lolita Star, 4-Navigateur, 5-Negus, 6-Koldikova, 7-Nayad

 

News Mada0 partages

Madagaslam : les activités reprennent leur cours

Depuis la propagation de l’épidémie de peste à Madagascar, toutes les réunions publiques ont été suspendues. Soucieuse de la sécurité sanitaire des usagers et du personnel de la médiathèque et pour prévenir la propagation de l’épidémie, l’IFM a été dans l’obligation de se soumettre également aux mesures prises par l’Etat.

Heureusement, pour ce mois de novembre, les activités de l’institut reprendront leur cours normal. Et c’est une bonne nouvelle, surtout pour Madagaslam, une association à but non lucratif et fédératrice des slameurs de Madagascar et fondée en 2007.

Le rendez- vous littéraire de chaque premier samedi du mois se profile. Demain après-midi, un atelier d’écriture mené par des slameurs de l’association aura lieu, suivi d’une scène ouverte. Il est à noter que la sélection des candidats qui représenteront Antananarivo pour le huitième festival du Slam National se tiendra également à cette occasion. Les sélections dans les autres villes, à savoir Antsirabe, Antsiranana, Fianarantsoa, Mahajanga, Toamasina, Taolagnaro et Toliara, débutent également. Le festival en question aura lieu du 2 au 9 décembre, durant lequel les amateurs et les férus de cet art oratoire sont invités à y participer.

Dans le même registre, un concours de «SlamMédia» est également lancé. Il consiste à se prendre en vidéo, lors d’une performance, dont la durée ne dépasse pas 3 minutes. L’appel à participation est lancé tout au long de ce mois-ci sur la plateforme en ligne de l’association.

Mahenina Randria

 

News Mada0 partages

Chronique : en réponse à un coup de pied, un sourire grimaçant

Honoré Rakotomanana, en quittant la fonction de Président du Sénat, n’a eu de souci qu’à le faire sans se déshonorer. A cause de sa détermination à nier l’évidence, et quoiqu’il ne s’agissait pas d’une cabale fomentée directement contre sa personne, il s’est encore plus isolé en se fermant les yeux sur une manœuvre cousue de fil blanc. Au poste où il se trouvait, il constituait un maillon non fiable pour assurer un max de chances de ne pas encaisser une défaite. Pour se ménager des chances d’une victoire, la sagesse invite d’éliminer tout élément qui risque d’entrainer, pire de provoquer une défaite. La majorité au pouvoir a évalué la situation et dans les circonstances qui ne lui garantissent pas faveur, a adopté cette opération. Poussé dehors un coup de pied aux fesses et vouloir sortir la tête haute relèvent d’une grande souplesse du col exercé à ce genre de gymnastique. De cet épisode Monsieur Honoré en a peut-être fait les frais, mais l’usage de la catapulte n’étant pas gratuit s’en retourne contre l’armurier. Demeure en effet le questionnement : y-a-t-il eu une erreur de casting ou bien la donne aurait-elle tellement changé que le pion utile auparavant devienne aujourd’hui un maillon si peu fiable ? Tout tient aux qualités de l’élément à l’épreuve des circonstances. Au début on a pris en compte l’âge et les dimensions du personnage : toutes les qualités pour garantir contre les risques de voir surgir en lui un potentiel rival. Actuellement la question se pose autrement : on évalue la fidélité, le parcours en dents de scie aurait peut-être suscité des réserves, et dans le doute on aurait préféré s’en abstenir.

Il n’y aurait donc eu ni erreur de casting à l’origine ni variation d’appréciation actuellement. Mieux, l’objectif reste le même au début comme actuellement : assurer au Président de se succéder à lui-même fait l’objet de toutes les préoccupations. Peu importe l’évolution de la situation, (progrès ou régression), l’essentiel consiste à pouvoir en surveiller le sens afin d’adapter la stratégie en conséquence. Rakotomanana devenait une gêne, aussi, ainsi qu’il l’a déclaré avec forts effets de manche, en raison de son esprit aiguisé et du sens de l’Etat qu’il cultive, il se sacrifie sur l’autel des hauts intérêts politiques (!?).

Léo Raz

 

News Mada0 partages

Resaky ny mpitsimpona akotry : Manevateva no mametaveta ny onjam-piainana

Mangetaheta ambony lakana ny mponina. Mitobaka eo ambany masony izao karazana vokatry ny tany izao, nefa toy ny zava-pady tsy hainy andramana akory noho ny hasarotam-bidiny. Dia azo ho lazaina hoe zavatra sarobidy ve ny vokatra eto an-toerana toy ireo karazana voankazo miakatra an-tsehatra eny an-tsena ? Tsia! Ny vidiny anefa dia misidina ambony tsy takatry ny fahefam-bidin’ny mponina. Asa izay lany hery. Ny vola ve no tsy misy vidiny sa ny asa sy ny famokarana no tsy mahazo intsony ny sanda mendrika azy ? Lany manja izany arivo ariary izany ankehitriny. Ny fanononana azy sisa maneno any an-tsofina fa ny sandam-bidiny zara raha ahazoana manga iray amin’ireny manga manjamanja eny an-databatry ny mpivarotra ireny. Toy izany koa raha hazan-drano toy ny patsabe an-dranomasina no resahana. Ireny moa tsy tafakatra akory an-tsena eto an-toerana, fa izay vokatra tonga dia any an-tsambo aondrana any ampita rehetra any. Takalon’izany, azo lazaina ve fa mba misitraka izay zavatra avy any ivelany ny mponina ? Tsy hita ho lavina ny fisian’izany, nefa tsy afaka atao safobe mantsina. Marina fa eo ireo fitaovana ilaina izay afarana avy any amin’ny firenena maro samy hafa izay vidiana lafo, toy ireny fiara ireny, fa eo koa ny fanaovan’ireo firenena efa miadakandana ho tsenan’ny sisan’ny ny tany mahantra. Sisa tsy laniny moa no voalaza amin’izany fa eo koa ny sisa filazana ny tonta efa nampiasainy tsy ilainy intsony, na ny fripy na ireo “bonne occasion” maro karazana dia naman’izany avokoa. Nahitany làlam-barotra arak’izany moa ireo zavatra efa fanary fahiny, sanatria sady manamaivana ny zoridira no mbola ahitana tombony indray. Mivadika ny rasa, ny mahantra indray no manamaivana ny vesatra zakain’ny manana. Dia mivadika mankaiza moa izany ? Matetika ny fiankinan’ny be fahasahiranana no tazana fa tsy jerena ny fampiasana ny efa marefo amin’ny fanaovana azy fitaovana na tehina fiampitana mihitsy aza. Asa na fitia mifamaly, na firaisan-kina noho ny fifampilana. Rehefa mitongilana tafahoatra anefa dia lasa fanararaotana ary mety hisarisary fanandevozana mihitsy.

Lasa lalina loatra ny lavaka manelanelana ny sokajin’ olom-bitsy atao hoe mpanana sy ny sarambabem-bahoaka izay voaporiporitry ny fahasahiranana ka mihasarotra hatrany ny fandravonana ny fiarahamonina. Ny fomba hampiravona ny fizorana eo amin’ny fiarahamonina nefa no hany antoka iarahana mizotra any amin’ny fandrosoana. Angamba izay fiarahamonina izay no atao hoe fihavanana.

Léo Raz

 

News Mada0 partages

Us et coutumes : inattentions nées de mauvaises habitudes

Au royaume du laisser-aller, qu’importe que demain révèle les saletés, l’attention se concentre à tondre au jour le jour tout ce qui parait laine sur quelque dos que ce soit. Le décès d’Albert Zafy est survenu trop tôt peut-être pour ceux qui opèrent la razzia des veines aurifères autour de Besiaka, village où l’on a enterré le disparu. Les procédés sauvages aux moyens d’engins modernes utilisés par les exploitants n’ont sûrement pas manqué à la vue perspicace des hautes personnalités venues accompagner A.Z. à sa dernière demeure. Motus ! Rien à dire ou à redire. Tout est en règle au regard de l’administration. Permis nickel ! Destruction et désolation derrière eux, par devant déjà payées. Au secours la lutte contre la corruption souterraine : saccages et pillages à ciel ouvert.

News Mada0 partages

Alaotra : elles tentent de soudoyer les gendarmes

Les centaines de zébus récupérés des mains des dahalo, suite à un vaste ratissage mené dans le district d’Amparafaravola, suscitent des convoitises. Les gendarmes ont arrêté actuellement deux sœurs qui, pour s’approprier des bœufs parqués à la fourrière, ont tenté de corrompre un officier de la gendarmerie.

La restitution des zébus récupérés sur les dahalo au cours d’une opération conjointe menée par des éléments de la gendarmerie, du Détachement autonome de sécurité et des membres du fokonolona du district d’Andilamena à Amparafaravola, attire en effet les convoitises.

Deux sœurs venant d’Antsakoamadinika, prises en flagrant délit de tentative de corruption, ont été arrêtées par la gendarmerie locale en conséquence, en tentant de soudoyer le commandant de la Compagnie de gendarmerie d’Amparafaravola. Elles lui ont proposé une somme de 3 millions d’ariary contre la restitution d’un certain nombre de zébus gardés à la fourrière avec des faux papiers.

Manou

 

News Mada0 partages

Enterrement des pestifères : des consultations techniques sur les rails

D’aucuns attendent la concrétisation de l’éventuelle possibilité d’enterrer les cadavres pestiférés dans le caveau familial, à laquelle le ministère de la Santé montre sa réticence.

Encore à l’étude. «L’enterrement digne et sécurisé» des défunts de la peste dans leur caveau familial, une proposition de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS et la Croix-Rouge malagasy (CRM), reste jusqu’ici en suspens. Dans le cadre de l’étude de la faisabilité de cette option, ayant pour objectif de respecter les us et coutumes funéraires de la communauté malgache, le ministère de la Santé a convié hier les différentes parties prenantes et acteurs concernés par le sujet à une Consultation technique qui s’est tenue à huis clos au Carlton à Anosy.

Selon les informations, plus de 80 participants issus des quatre coins de l’île, réunissant des représentants des préfectures et communes, des associations, des partenaires techniques et financiers (PTF) ou encore des historiens, anthropologues et «Tangalamena» … ont répondu présents à cette réunion technique. «Une initiative visant à consulter leurs avis sur ce sujet plus que délicat, qui ne devrait pas être réalisé à la hâte et mérite une analyse approfondie», a indiqué le Directeur général de la Santé au sein du ministère de tutelle.

Risques accrus sur la propagation de l’épidémie

«Le concept de «l’enterrement digne et sécurisé» qui consiste à faire entrer les cadavres pestiférés déjà traités suivant les normes médicales dans des sacs mortuaires, avant d’être enveloppés par les linceuls traditionnels, pourrait créer de la réticence à l’endroit des familles, a évoqué quelques-uns des participants selon des sources concordantes.

«Dans certaines cultures, le fait de recouvrir le cadavre de «Lamba landy» avant de l’envelopper avec d’autres tissus ordinaires en dit long sur cette possibilité de méfiance de la population», a fait remarquer le directeur de la Promotion de la Santé, le Dr. Manitra Rakotoarivony. «Alors qu’une fois ces sacs mortuaires sont ouverts, une éventualité qui peut survenir lors de l’enterrement ou l’exhumation, on assistera à une propagation accrue de l’épidémie», a ajouté le DGS.

Fahranarison

Le ministère de la Santé ainsi que les PTF ont organisé une rencontre avec les patrons de presse au Carlton Anosy hier en vue de solliciter la collaboration des médias dans l’information et la sensibilisation du public sur l’épidémie de peste. Une initiative qui a également pour objectif de pallier` à la demande importante du public en termes d’informations relatives à la peste, notamment en termes de prévention, transmission, soins, symptômes…

 

News Mada0 partages

Musique : Faniah annonce la sortie de son nouvel opus

Fidèle à son registre soul fusion,  Faniah présentera aux musicophiles, ce 26 novembre, son nouvel opus fraîchement intitulé « Lavitra ahy », qui sera accompagné d’un concert promotionnel.

Un 1er album audio autoproduit, «Lavitra ahy»  renferme dix titres  qui mettent  en valeur le mélange des styles, chers à Faniah, autour d’une voix atypique. «Faisant suite à la soirée dénommée «Faniah chante Alicia Keys», en 2016, nous avons autant eu des retours positifs que des recommandations qui nous ont orientés vers la création. Nous avons pensé à mettre sur pied un nouveau projet et notamment, la sortie d’un nouveau clip. On s’est dit, pourquoi pas un album», confie la chanteuse en parlant de la genèse de cet opus.

Après sa participation à l’émission de téléréalité Pazzapa en 2004 et poussée par la chaîne privée, initiatrice du concept, elle entre en studio pour travailler les chansons d’un album qui ne verra jamais le jour. Faniah n’est pas du genre à baisser les bras. «C’est le projet de ma vie», comme elle se plait à le répéter.

Show case

Pour son premier- né, elle n’a rien laissé au hasard en s’entourant de musiciens complices et de grands noms de la scène malgache, pour ne citer que Rolf Razafindrakoto, Rado Manantsoa, ou encore Fanja Andriamanantena. «J’ai fait part de mes projets à Fanja Andriamanantena il y a belle lurette, elle m’a dit de venir la voir quand je serai prête», se remémore-t-elle. Ceci étant, Faniah signe également la plupart des morceaux, dont l’intitulé de l’album.

Elle compte bien insuffler un vent nouveau dans la sphère musicale en présentant une œuvre qui donne autant envie à entendre qu’à regarder. «Nous étions au studio entre les mois de juillet et août et prendrons le temps de peaufiner les détails de l’opus afin d’offrir un produit à l’image du groupe», a-t-elle promis. La sortie officielle de  « Lavitra ahy» sera ponctuée d’un show case à l’Hôtel de ville Analakely.

Joachin Michaël

 

Tia Tanindranaza0 partages

AntsirabeEfa miakatra an-tanàn-dehibe ny dahalo

Tsy an-tsaha tsy an-tanàn-dehibe intsony ny asan-dahalo fa efa manafika ny renivohitra mihitsy.

 

Vao tsy ela akory no nisian’ny fanafihana dahalo tao amin’ny fokontany Fiadanana dia lasibatra indray ny tao Andrangy, Antsirabe voalohany ihany koa. Ny alin’ny talata hifoha alarobia no nitrangan’ny fanafihana. Omby niisa 6 no fantatra fa lasan’ireo dahalo. Tokony ho tamin’ny 11 ora alina no tonga ireo dahalo, izay tsy fantatra mazava ny tena isany raha ny nambaran’ny mponina. Vao niditra ny tanàna ireo dahalo dia nanapoapoaka basy ka tsy nisy sahy nivoaka ny mponina ka nalain’ireo dahalo mora foana ireo omby niisa 6. Rehefa lasa ireo dahalo dia nifamory ny mponina ka nanao ny fanarahan-dia. Rehefa niditra tao amin’ny kaominina Belazao, tsy lavitra ny fokontany Andrangy dia navelan’ireo dahalo ny omby iray. Hatramin’ny alarobia sy alakamisy dia mbola any am-panarahan-dia ny fokonolona. Mampametra-panotaniana ny maro moa ity kaominina Belazao ity satria ny dian’ny omby very manodidina an’Antsirabe dia saika miditra ao amin’io kaominina io avokoa kanefa tsy hita izay hivoahany. Anisan’ny toerana lasibatry ny fanafihan-jiolahy matetika ny fokontany Andrangy.

Caius R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fanambazana 3 tapitrisa ariary ny zandaryKolikoly no saika hatao, fisamborana no niandry

Toerana efa tena anjakan’ny asan-dahalo ny any amin’ny faritra Alaotra Mangoro ankehitriny.

Tsy mitazam-potsiny ny zandary sy ny miaramila fa miezaka hatrany amin’ny famongorana ity asa ratsy ity. Izay omby tsy ara-dalàna dia giazana avy hatrany amin’ny alalan’ny fampidirana “fourière”, ka efa maro ireo natao izany. Etsy an-kilany, misy ireo olona manjono ny mpitandro ny filaminana, ka mihazakazaka ireo milaza ho tompon’omby manamboatra taratasy tsy mazava, indrindra manambitamby ireo zandary hahafahana mamerina ireo omby nogiazana. Anisan’ny nanao izany ny vehivavy roa avy any Antsaokamadinika ka tonga tao amin’ny kaomandin’ny kaompania Ambatondrazaka nikasa hanome vola 3 tapitrisa ariary an’io lehiben’ny zandary io ho tambin’ny famoahana ny omby. Tsy nanaiky anefa io tompon’andraikitra io, ka toy ny nitono tena toy ny lolo fotsy izy ireo, ka nosamborina avy hatrany. Malaza amin’ny resaka kolikoly ny ankamaroan’ny mpitandro ny filaminana, saingy tsy azo atao safobemantsina satria misy ihany koa ireo manao ny asany am-pahamarinana sy am-pahamendrehana, izay tokony halain-tahaka.

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fifanolanan-tany any Morarano FaharetanaMitady hivadika ho Soamahamanina faha-3

Tsy mety mifarana ny fifanolanan-tany misy eo amin’ny fokonolona any Faharetana-Imerintsiatosika-Arivonimamo sy ny tambatra orinasa vahiny Bionex izay nanomboka tany amin’ny taona 2010 nahatongavan’ity farany tany an-toerana.

Tia Tanindranaza0 partages

Famonoana ny ben’ny tanànan’AmpefyMaty voatifitra ilay atidoha nikotrika

Nitombo roa indray ny jiolahy tsy afa-mamerina asa ratsy intsony raha telo hafa no azon’ny zandarimariam-pirenena sambo-belona.

 

 Nandritra ny fanakanana ireo andian-jiolahy miisa 12 nirongo basy sy zava-maranitra saika hanafika mpanankarena iray monina any amin’ny toerana chute de la lilly Ampefy  ny alin’ny 29 oktobra no nahatrarana azy dimy lahy ireto. Rehefa nozahana ireo roa lavon’ny bala ireo dia i Letsivery ny iray izay atidoha tamin’ny famonoana ny Ben’ny tanànan’Ampefy volana vitsisitsy lasa izay ary efa nokarohana fatratra. Ny iray tamin’ireo azo sambo-belona koa dia kartie mobila izay anisan’ny andrimasom-pokonolona ary nampiantrano ireo jiolahy ireo tao amin’ilay saha fanatanterahan’izy ireo fivoriana mialoha ny hanaovany ny asa ratsiny. Nankasitraka tanteraka izao asa vitan’ny zandarimariam-pirenena  tany an-toerana  izao ireo mponina any an-toerana. 

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Hopitalin’ny reny sy ny zaza TsaralalanaNahazo fitaovana hikarakarana ireo zaza sempotra

Nahazo “nébulisateur” folo avy amin’ny fikambanana Rotary Club Antananarivo Anosy tarihin’ny filohany Voninahinjaka Andry, ny hopitalin’ny reny sy ny zaza etsy Tsaralalana, omaly.

 Ireo ankizy madinika lasibatry ny aretin’ny taovam-pisefoana toy ny “bronchiolite” no tena ilana ireto fitaovana vaovao ireto hikarakara ireo karazana evoka hatao aminy, hisorohana ny fahasemporana. Saika lasibatry ny aretin’ny taovam-pisefoana rahateo ny 2/3-n’ireo zaza miditra eo anivon’ity tobim-pitsaboana iray ity, raha araka ny fanazavan’ny tale teknika lefitra eo anivon’ny  hopitaly  ny dokotera Lova Rakotomalala. Tsiahivina fa hetsika efa fanaon’ny fikambanana Rotary Club Anosy ny asa fanasoavana ny mpiara-belona tahaka izao izay ezahin’izy ireo hotohizana hatrany, indrindra fa ho an’ireo voasokajy ho marefo.

Pati

Tia Tanindranaza0 partages

Pesta, fomban-drazana, fandevenanaNanaovana atrikasa manokana

Fandevenana mendrika ary azo antoka no nifantohan’ny famelabelaran-kevitra sy fifanakalozana tetsy amin’ny hotely Carlton Anosy omaly niarahan’ny minisiteran’ny fahasalamana, ny OMS ary ireo olobe,

RTT

Tia Tanindranaza0 partages

« Saint Jean Baptiste de la Salle » ImerinafovoanyNahazo famatsiam-bola avy any ivelany hanavaozana ny se...

Sekoly iray nitsangana tamin’ny taona 1951 ny sekoly “Saint Jean Baptiste de la salle” etsy Imerinafovoany Talatamaty. Hatramin’izay 66 taona niforonany izay dia efitra tsy mbola nohavaozina mihitsy ny ilany avaratra atsinanan’ny sekoly.

 

 Raha ny hitanay teny an-toerana dia efa nanomboka lo sy boboka ny korodona sady mitete ihany koa ny valintafo, rehefa fahavaratra. Nahazo famatsiam-bola avy any ivelany anefa ity sekoly ity, tamin’ny volana aogositra teo, hanamboarana tanteraka  an’io ilany avaratra atsinanan’ny sekoly io. Somary nananosarotra ny fiatrehana ny fidiran’ny mpianatra teo noho ny fanamboarana, hoy ireo tompon’andraikitra. Vokatry ny fanamboarana mantsy dia voatery narindra ny fotoana hianaran’ireo kilasy tsirairay, ao anatin’ny herinandro. « Hampiana efitra 8 hafa io faritra io ary tombananay amin’ity faran’ny volana ity, no ahavitana ny fanamboarana rehetra. », hoy ny talen-tsekoly, Pierre Rakotoarisoa. Nankasitraka ny tompon’andraikitra nahitana an’ity famatsiam-bola ity moa ny sekoly dia ny pretra miahy sy tompom-paritanin’ny distrika sy ny fiangonana NDA Imerinafovoany, Hajaniaina Olivier. Manao antso avo, ho an’ireo mpianatra nivoaka tamin’ity sekoly ity ihany koa izy ireo, mba hanome tanana amin’ny fanamboarana rehetra hatramin’ny tabilio. Marihina fa mpianatra 1200 isa no mandranto fianarana ao amin’ity taona ity. Tamin’ny taona 90 no nisy ny kilasy 3ème, raha tamin’ny taona 91 kosa no nisokatra ny “niveau III”.

Aina

 

Tia Tanindranaza0 partages

EditoVola, vola, vola

Mba fantatr’ireo mpitondra tokoa ve ny hasin’ny zava-dazainy raha miventy mandrakariva hoe ho an’ny tombontsoam-bahoaka izy ireo ?

  Toa hay ery ny mifandoka sy mifanatsara rehefa imasom-bahoaka ka milaza hoe “fantatray ny fanaovanao ny ainao tsy ho zavatra amin’ny fikatsahana izay hahasoa ny firenena” na dia efa hiaraha-mahita izao aza fa mitotongana hatrany ny fahefa-mividin’ny sarambabem-bahoaka sy ny fari-piainan’izy ireo. Dia mbola sahin’ny sasany ihany koa ny milaza fa ny jamba ihany no tsy mahita. Vita ny mamahan-dalitra vahoaka amin’ny filazana fa tsy misy ny kajikajy politika fa ny tombontsoa ambonin’ny firenena no tadiavina kanefa dia firy volana nialoha izao moa no efa hitan’ny mpandinika raharaham-pirenena rehetra fa tsy atokisan’ny filoham-pirenena intsony ny filohan’ny antenimierandoholona teo aloha amin’ny fandaniana azy amin’ny taona 2018 ? Firy andro mialoha ny nanoloana ity filoha ity no tsy nahenoana hoe ho apetraka ho loholona ny minisitra iray teo aloha dia avy eo hasolo ity mpitantana ny lapa maitso nandritry ny 8 volana sy 22 andro ity ? Toa tsy miafina intsony ankehitriny fa ilay tombontsoam-pirenena marina dia lasa voatakalo vola daholo. Tsy misy izay tsy ahenoana ho fihodinana vola be na tamin’ny raharaha Razaimamonjy na ny sata mifehy ny fifandraisana hatramin’izao fandaniana filohana andrim-panjakana vaovao izao dia vola, vola, vola hatrany no heno.

J. Mirija

Tia Tanindranaza0 partages

Kintan’ny Fanatanjahantena Malagasy Razanadrakoto Soloniaina Jean de Dieu« Porte-Fanion » an’i Madaga...

Mbola maro ireo kintan’ny fanatanjahantena Malagasy nisalotra ny anaram-boninahitra tompondaka eran-tany tamin’ny taranja samihafa izay mbola hoentintsika eto amin’ity pejy ity amin’ny fotoana hahazoana azy ireo fa anio aloha dia ny Malagasy

 

« Olympien » iray amin’ireo 80 mahery misalotra izany anarana izany eto amintsika no horesadresahana fohy dia Razanadrakoto Soloniaina Jean de Dieu kalaza tamin’ny fiangaliana ny taranja ady totohondry.

Tia fanatanjahantena hatramin’ny fahakeliny ity zanaka faha-4 amin’ny 12 naterak’i Jean kely Levahiny mpamono sy mpisavika omby sy ramatoa Julienne mpivarotra vadiny ity fa vao 9 taona monja izy dia efa niangaly ny taranja Karaté, 11 taona dia nivadika nanao Tolona, 12 taona dia nanao Aikiko ary 15 taona dia nifindra tanteraka nanao Ady totohondry (Boxe Anglaise) niatrika ny « championnat de Tanà » ary tamin’ny taona 1992 no niakatra ringa voalohany tamin’ny naha débutant azy. Manambady ny lehilahy ary manana zanaka 2 lahy sy vavy iray (efa manambady ny mianadahy) ary miisa 2 koa ny zafikeliny. Nianatra nanao ady totohondry kely ihany koa ireo zanak’i Soloniaina ireo saingy tsy nampirisihany hifototra tamin’izany loatra satria noheveriny fa tsy mitondra afa-tsy ny fahazoana laza fotsiny ny fanaovana fanatanjahantena eto amintsika ka  naleony nampirisika azy ireo tamin’ny fianarana. Nambaran’i Soloniaina fa nahafahany nitety an’izao tontolo izao afa-tsy tany Aostralia sy nampalaza azy teto Madagasikara hatrany ampitan-dranomasina ny nazahoany anararam-boninahitra tompondakan’i Afrika sy tompondakan’ny Ranomasimbe Indiana sy ny nahazoany medaly volamena maro tamin’ireo fifaninanana ireo sy ny lalaon’ny nosy ary ny lalaon’ny Frankofonia fa tsy nanampy azy kosa teo amin’ny fiatrehana ny adim-piainana satria tsy mba volabe no azony tamin’izany fotoanandro izany fa fanampiana kely fotsiny ihany zara raha afaka nanampiana ny vady aman-janaka na dia ny vatsim-pianarana azo tamin’ireo fiofanana narahina tany ivelany. Nahafahany nividy tany 6 hetsy tamin’ny 1 tapitrisa azony tamin’ny lalaon’ny Frankofonina 1998. Marihana fa vao 23 taona i Soloniaina tamin’ny 1996 dia efa voahosotra ho tompondakan’i Madagasikara tamin’ny ady totohondry sokajy 60 kg ary niatrika ny ho tompondakan’ny Ranomasimbe Indiana koa tamin’izany. Nanaraka fiofanana tao amin’ny Insep tany Paris tamin’ny 1997 ary nahazo ny medaly volamenan’ny lalao Frankofonia tamin’io taona io. Efa nahazo medaly volamena tamin’ny lalao iraisam-pirenena tany Cambodge sy tany Gabon tamin’ny 1998. Nahazo medaly alimo tamin’ny “champion d’Afrique” tany Algerie ary lany ho “reserve Africain” tamin’ny “Mondial Boxe” tany Chine tamin’io taona io. Nahazo medaly volafotsy tamin’ny lalaon’ny nosy 1998 tatsy La Réunion. Champion Interafrique ka nahazo medaly volamena tamin’ny 1999 ary nahazo medaly alimo tamin’ny lalao iraisam-pirenena tatsy Maorisy sady mbola nahazo medaly volafotsy tamin’ny fiadiana ny “Coupe du president” tatsy Seychelles mbola tamin’io taona io ihany ary farany nanarana fiofananan Espoir 2000 tany Tunisie ary nahazo medaly volamena tamin’ny lalao Inter-Africain tany Egypte. 2001 niatrika ny lalaon’ny Frankofonia tany Canada.  2004 nahazo medaly alimo tany amin’ny “Qualification  Jeux Olympiques - Grèce” natao tany Botswana. 2005 niverina ho tompondakan’i Madagasikara sokajy 64 kg. 2005 nahazo medaly volamena tamin’ny “Coupe d’Afrique” tetsy amin’ny Lapan’ny Fanatanjahantena. 2007 nahazo medaly volamena tamin’ny lalaon’ny nosy natao teto Madagasikara. 2008 nahazo medaly volamena tany Namibie tamin’ny “Qualification Jeux Olympiques de Beijing” sady nahazo medaly volamena tamin’ny fiadiana ny “Coupe d’Afrique” tany Maurice ka nahazo ny antsoina hoe N°1 Afrique ary niatrika ny fiofanana olimpika tany Tunisie. 2011 nitondra boay kely tany amin’ny CCCOI tany Seychelles ary lasa mpanazatra ao amin’ny klioban’ny CBBI Boxe tarihan’i Me Razafimahatratra Felix ankehitriny. Manampy an’ireo tany rehetra notanisaiko ireo dia efa tany Taipeh sy Philippine koa aho ary efa nanandratra avo ny firenena Malagasy tamin’ny naha “porte fanion” ahy tamin’ny lalao olimpika natao tany Beijing.

Tia Tanindranaza0 partages

CNaPS Sport Hiara-kiasa amin’ny Nino Design International

Tontoso tamin’ity herinandro ity ny fanaovan-tsonia ny fifanaraham-piaraha-miasa teo amin’ny Nino Design International sy ny ekipan’ny CNaPS Sport, raha efa am-bolana maro no efa nisalotra ny akanjo Nino Design izy ireo.

 

Raha tsiahivina, orinasa natsangan’ny mpandraharaha tanora Malagasy, miompana amin’ny famokarana akanjo sy kojakoja fampiasa amin’ny fanaovana fanatanjahantena, ny Nino Design. Any ivelany no tena nahafantarana azy ireo ary efa nampiakanjo ekipa vahiny ity marika ity. Noho izao fifanaram-piaraha-miasa zao dia ny akanjo Nino Design no hosaloran’ny ekipan’ny CNaPS Sport mandritra ny roa taona. Fanamiana fanaovana fanazaran-tena karazany 3, “chasubles” karazany 3, fanamiana ho an’ny fahatongavana amin’ny toerana hilalaovana karazany roa, fanamiana ho an’ny ekipa mpitantana, ny mpitsabo ary ny “staff” teknika, fanamiana fanaovana amin’ny “échauffements”, fanamiana fanaovana eny an-kianja karazany 4 ary fanamiana ho an’ny mpiandry tsato-by, no natolotr’izy ireo maimaimpoana ho an’ity ekipa mpilalao baolina kitra ity. Nanomana akanjo ho an’ireo mpijery sy mpanohana koa izy ireo, ankoatra izay. Nampahatsiahy ny tanjon’ny ekipan’ny CNaPS kosa ireo mpitantana azy, dia ny hamerina sy hametraka ny baolina kitra malagasy amin’ny toerany, na eto an-toerana na any ivelany. Tafiditra ao anatin’izany ny fisalorana fanamiana vita Malagasy, kanefa manaraka ny fenitra iraisam-pirenena.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fitaka bevava tany IfanadianaManome herinandro ny depiote ny zanak’Antanala

Fitaka avo lenta nataona depiote voafidy tany an-toerana no nahazo ny zanak’Antanala any amin’ny kaominina Ifanadiana. Nanao tolotr’asa hiantsoana olona hametraka “pylône”

Tia Tanindranaza0 partages

Gidragidran’ny oniversiten’i MahajangaMpianatra 50 mahery hiakatra « CODIS »

Hiakatra filankevitry ny fitsipi-pifehezana na CODIS ny 8,9,10 novambra ho avy izao ireo mpianatra maherin’ny 50 voasaringotra noho ny resaka korontana sy famotehan-javatra tao amin’ny oniversiten’i Mahajanga, araka ny valandresaka nataon’ny mpitantana ny oniversite tamin’ny mpanao gazety omaly.

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fanotofana tany ataon’ny KaranaAhiana ho dibo-drano i Mahajanga

Velaran-tany an’hekitarany maro misy ala honko ao Manapatanana Mahajanga no efa voafefy satria voalaza fa lasan’ny karana, ary efa miroso amin’ny fanotofana ireo mitonona ho tompony. Mampiasa fitaovana raitra mihitsy ireo karana mpanam-bola.

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fasan-drazan’ny mpanolotsain’ny praiminisitraMisy mivarotra sy mampanofa

Hatairana sy hagagana ny an’ny fianakaviana raha naheno antso ny alarobia teo fa nisy nandoro ny fasan’izy ireo.

 Omaly ihany dia nanapa-kevitra izy ireo hitsidika ilay fasana eny Ambohibe Ilafy. Nilaza azy ho tompon’ny fasana ny mpanolotsaina manokan’ny praiminisitra, Paolo Raholinarivo ary nilaza fa na iza na iza no ao ambadiky ny famarotana ny tany manomboka any amin’ny fokontany na fianakaviana na tompon’andraikitry ny fananantany dia tsy ho afa-bela satria fanimbazimbana ny maha Malagasy ny mivarotra sy mividy fasan’olona. Andranonampela no anaran’ny fasana noho ny fisian’ny dobo fandroan’ireo ampela ao ambany ao rehefa hangata-pitahiana eto. Ritra ny rano ankehitriny, noho ny ota fady nitranga. Gaga izahay raha tonga teto fa nisy nivarotra sy nampanofa, hono, ny fasan-drazanay. Tamin’ny oktobra 2016 izahay no nandevina havana taty fa tsy mbola nisy “Borne” nipetraka teto. Efa maherin’ny 500 taona anefa ity fasana ity. Ny voarakitra ao amin’ny karinem-pasana dia olona 3 hatreto no tokony hilevina ato kanefa amin’izao efa feno ny fasana, hoy ny fanazavany. Hanao fanadihadiana izahay, hoy ity mpanolotsain’ny praiminisitra ity ka hahita izay nahavita izao.

J. Mirija

Tia Tanindranaza0 partages

Filohampirenena sy PraiminisitraSamy tsy teto Madagasikara

Nandao an’i Madagasikara ny alatsinainy 30 oktobra mba hiatrika ny fivoriana faha 39 n’ny Unesco any Paris ny praiminisitra Solonandrasana Mahafaly Olivier ; tanterahana ny 31 oktobra ka hatramin’ny omaly 02 novambra io fivoriana io ary volazan’ny fampitam-baovaon’ny Primatiora eny Mahazoarivo fa misolotena ny filoham-pirenena ny praiminisitra

 

.Ny talata 31 oktobra anefa dia re fa lasa any ivelany ihany koa ny filoha Hery Rajaonarimampianina, tsy nisy ny fampitam-baovao ofisialy, re fotsiny fa nandalo kely tany Paris – Frantsa izy avy eo nihazo an’i Afrika Atsimo ka nihaona tamin’ny filoha Jacob Zuma ny alarobia 1 novambra.Midika izany fa samy tsy teto Madagasikara farafahakeliny tao anatin’ny 2 andro ireo lehiben’ny fahefana mpanatanteraka roa dia nyfiloham-pirenena sy ny praiminisitra lehiben’ny governemanta izany fa samy lasa tany ivelany ; tsy nisy filankevitry ny minisitra nanambara hoe iza no misolo toerana an’iza mandritra io fa dia samy lasa fotsiny izany.Iza izany no nitantana ny firenena tao anatin’io fotoana io ? Asa ka efa kajikajy vita mialoha na ahoana fa ny talata 31 oktobra no nilaza fa nitsahatra tamin’ny asany i Honoré Rakotomanana, raikitra ny fifidianana maimaika teny Anosikely ary dia lasa filohan’ny antenimierandoholona i Rivo Rakotovao.Ny zavatra tahaka izao no mahatonga ny olona mailo na tena tsy mahatoky mihitsy ny fitondrana HVM, be loatra ny kiafinafina, ny manjavozavo, tsy milaza ny tena marina ny mpitondra .Efa zatra manjaka tokana ka manamaivana ny hevitry ny hafa, hany ka io mipoitra etsy sy eroa io ny fanambarana amin’ny ahiahy momba ny lalàna hifehy ny fifidianana sy ilay paikady hanova lalampanorenana.Ny fampihavanam-pirenena moa toa lasa resabe malaza tsy hihinanana toa vilian-tsahona fotsiny , ny rafitra sy ny olona misy tsara fa ny asa atao no tsy fantatra hoe inona ary atomboka aiza.Izany no zava-misy herintaona mialoha ny fifidianana, tsy dia mitory fitoniana loatra a !

RTT

Agence de Presse de l'Ocean Indien0 partages

Croisières : pas d’escale en novembre

L’épidémie de peste pulmonaire aura-t-elle raison de la saison des croisières à Madagascar ? Le ministre malgache du Tourisme Roland Ratsiraka a fait savoir que l’annonce de « certaines » îles voisines de mettre en quarantaine les bateaux en provenance de Madagascar a entrainé l’annulation des touchées des croisiéristes prévues sur la Grande île en ce mois de novembre. Devant l’urgence de la situation, le ministre en a appelé au Secrétaire général de l’Organisation mondiale du Tourisme (OMT) Taleb Rifai qui a effectué une visite éclair à Madagascar au cours de laquelle il a invité les autres pays à s’en tenir aux conclusions de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS). Dans un rapport sur la situation émis par l’OMS, il a été évoqué que le risque de propagation de la maladie à l’international est faible. « Il n’y a pas lieu de mettre en place des restrictions de voyage à l’encontre de Madagascar », déclare Taleb Rifai qui estime qu’il serait inhumain de doublement pénaliser la Grande île en l’isolant.

Une conférence s’est tenue le 1er novembre à l’Hôtel Carlton qui a permis à la Présidente de l’association des tours opérateurs (Top Madagascar), Hely Rakotomanantsoa, d’ajouter que la situation est d’autant préjudiciable que les opérateurs préparent actuellement la prochaine saison avec le bouclage entre autres des brochures.

La Vérité0 partages

Année scolaire 2017-2018 Rentrée confirmée pour le 6 novembre

Finies les vacances de peste. Le début de l’année scolaire 2017-2018 a été fixé pour ce lundi 6 novembre et ce malgré le décès suspect d’un élève au sein d’un établissement catholique de la ville d’Antananarivo. « Toutes les conditions requises pour passer à une rentrée scolaire sécurisée sont actuellement respectées. La formation des responsables de santé scolaire et le dispatching des matériels, pour équiper les salles d’isolement et le comité de vigilance auprès des établissements arrivera à terme avant cette date du 6 novembre. Ainsi, les élèves pourront prendre cours en toute sécurité », informe Serge Thierry Tsitoara, Directeur des Technologies de l’Information et de la Communication (Dtic) auprès du ministère de l’Education nationale (Men). C’était hier, lors d’une rencontre avec la presse à Anosy. Actuellement, chaque établissement public et privé a mis en place un comité de vigilance d’un côté et une salle d’isolement équipée, de l’autre. Ceci en suivant le protocole de prévention et de lutte contre la peste, établi par le Men et les partenaires, notamment l’Unicef. « Désormais, les risques de contamination de la peste en milieu scolaire sont plus réduites, si l’on tient compte de toutes les mesures prises », souligne le Dtic.

 Un planning pour la distribution des kits Bon nombre de responsables d’établissements se sont plaints de l’insuffisance, voire de l’absence des kits de protection promis par le Men et ses partenaires, dont les thermomètres à infrarouge, les gants et masques, etc. Ceux qui ont débuté l’année scolaire cette semaine n’en ont pas encore. Certains établissements ont même alloué un budget pour s’en procurer, alors que des parents ont refusé de payer les frais de scolarité du mois d’octobre. Questionné à ce sujet, le responsable du Men a assuré que chaque établissement aura sa part d’équipements, au plus tard dans la semaine du 6 novembre. « La distribution des kits suit un planning, selon leur livraison par l’Unicef. Les Zones d’appui pédagogique (Zap) qui ont enregistré des cas de peste seront priorisées dans le dispatching des équipements. En tout cas, chaque établissement aura entres autres un thermomètre à infrarouge ainsi que des gants et masques, outre les autres kits indispensables dans la prévention et la prise en charge du patient », avance le Dtic. Ce responsable de préciser que « la prise de température à chaque entrée n’est pas obligatoire. Par contre, les membres du Comité de vigilance doivent se mobiliser pour distinguer les élèves en bonne santé et ceux malades, dès leur entrée au portail de l’établissement ».Rappelons que les dates des examens officiels seront les mêmes malgré l’ajournement de la rentrée scolaire. Le Cepe est prévu se tenir le 31 juillet 2018 et le Bepc du 20 au 23 août 2018 tandis que le Baccalauréat se fera au mois de septembre. Par contre, les pauses scolaires sont plus réduites, à l’exemple des vacances de Noël qui seront limitées à une semaine au lieu de 2 ou encore la pause « Fête de l’Indépendance » qui sera de 2 jours, au lieu d’une semaine voire plus. Les rattrapages dépendront de l’organisation interne de chaque établissement.Patricia Ramavonirina

La Vérité0 partages

Solidarité des intervenants fonciers - La crédibilité des autorités remise en cause

Les conflits liés à la terre ne cessent de prendre de l’ampleur dans le pays. Hier, un atelier sur le projet de loi fixant le régime juridique et l’immatriculation ainsi que la propriété foncière titrée s’est tenu à Antaninarenina. Les sociétés civiles, maires des régions Analamanga et Itasy, le Birao Ifotony ny Fananan-tany (Bif) ainsi que la Solidarité des intervenants fonciers (Sif) se sont donné rendez-vous à cet atelier. D’après ces intervenants, ce projet de loi met en avant le jugement des agents du Domaine. « Si ce projet de lois est voté à l’Assemblée nationale, les maires et les chefs fokontany n’ont plus leurs mots à dire dans la décentralisation de la gestion des propriétés foncières.

La décision appartient aux agents du Domaine », avance le maire de la Commune rurale d’Isoavina Antsimondrano. Dans les milieux ruraux, les maires occupent une place importante dans la vie des paysans. 90% de la population consultent les maires en cas de problèmes fonciers. Sur ce, ils sont les mieux placés quant à l’attribution des titres fonciers, ainsi que la difficulté que les paysans font face dans ces milieux ruraux. Pourtant, dans ce projet de loi, ce sont les agents du Domaine qui président le comité foncier local au niveau du Bif. Outre le pouvoir de l’autorité locale, le Sif réclame la modification ou la suppression de quelques articles dans ce projet. Il s’agit des articles concernant les parcelles inclues dans les anciens cadastres, la mise en place d’un tribunal spécial terrier, duplicata du titre foncier, certificat de situation  juridique, la terre des colons, ainsi que le conservateur de la propriété foncière….Anatra R.

La Vérité0 partages

Villa Elisabeth - Annulation de la vente, coup de bluff !

Face à la polémique engendrée par la vente du terrain « Saint Antoine IV » sur lequel se trouve la villa Elisabeth mise à la disposition de feu Zafy Albert, en sa qualité d’ancien président de la République, l’Etat malagasy avait décidé de réagir au début de cette semaine. Au cours d’une conférence de presse conjointe le ministre auprès de la Présidence en charge des Projets présidentiels, de l’Aménagement du territoire et de l’Equipement, Benjamina Ramanantsoa  et le ministre des Finances et du Budget Vonintsalama Andriambololona, il a ainsi été annoncé officiellement l’annulation de la vente du terrain.  A l’heure actuelle, personne ne connaît la suite de cette annonce fortement médiatisée.   Rappelons que le terrain où est sis la Villa Elisabeth a été vendue pour une bouchée de pain le 24 du mois de janvier 2014.

Le contrat de vente a été conclu ce jour -là entre Gerald Ramangasoavina propriétaire de la société privée « Mada terrain » et le vice-premier ministre en charge du Développement et de l’Aménagement du territoire Reboza Julien.  Il faut noter que l’enregistrement de l’acte de vente n’a été réalisé qu’en novembre de l’année dernière… Et dans la foulée, « Mada terrain » avait cédé la propriété à la société « Prim immobilier » par acte notarié daté du 30  novembre 2016.  Comble du ridicule dans cette affaire, l’Etat, ancien propriétaire a récemment demandé au nouveau propriétaire de lui octroyer 700m2 de terrain pour y construire un immeuble de deux étages pour le compte du ministère des Finances et du Budget.  Une demande à laquelle a accédé le nouveau propriétaire… Face au tollé, l’Etat aurait ainsi publié un arrêté ministériel pour annuler l’acte de vente et du titre foncier.  Un arrêté que peu de personnes ont vu jusqu’ici.  De nombreux juristes comme les profanes estiment toutefois qu’un simple arrêté ministériel n’est pas suffisant pour annuler la vente d’un terrain.  Pour aboutir à ce résultat, il serait nécessaire que l’Etat par l’intermédiaire du conservateur foncier fasse un recours auprès des tribunaux pour demander l’annulation de l’acte de vente, de l’inscription et tous les actes subséquents. Si le régime Rajaonarimampianina n’a pas effectué cette démarche auprès de la justice,  l’annonce faite en début de semaine ne serait autre qu’un simple effet d’annonce voire un coup de bluff pour tenter d’apaiser les esprits échaudés, estiment ainsi certains analystes.  En fait, beaucoup  mettent actuellement en avant le fait que le dernier acte de vente a été établi entre privé et privé. Et que donc l’Etat n’a plus son mot à dire.  Un éminent juriste contacté argue que si le régime arrive à prouver l’existence d’une fraude dans la première vente du terrain, elle pourrait toutefois annuler la deuxième vente. Le non respect des procédures publiques notamment ou encore le prix ridiculement bas du terrain, lors de la première vente, seraient autant d’éventuels moyens pouvant attester l’existence de corruption donc de fraudes pouvant annuler la vente.  Est-il encore utile de rappeler que le domaine a été cédé au prix ridiculement dérisoire de …  1000 ariary le mètre carré ?  Une expertise du Bureau indépendant anti-corruption pourrait aider l’Etat à prouver l’existence de corruption donc de fraude. La société Prim propriétaire actuel du terrain pourrait cependant faire valoir son statut d’acquéreur de bonne foi étant donné qu’elle a conclu la vente avec celui qui avait le titre foncier…  Recueillis par A.R.

La Vérité0 partages

Sport Auto : 1er Rallye Tia RC Tour 2017 - La troisième manche le 12 novembre

Une nouvelle discipline. Le 1er Rallye Tia RC Tour 2017, comptant pour la troisième manche du championnat de Madagascar, aura lieu dans l’enceinte de la Zone Zital Ankorondrano, le dimanche 12 novembre 2017, et est organisé par le team Tia RC-Madagascar. Le Rallye RC se pratique avec des voitures 1/10 électrique, thermique au format piste. Autrement dit, ce sont les petites  voitures télécommandées thermiques. La discipline attire de plus en plus de jeunes. La discipline vient des pays de l’Est à savoir les Tchèques, les Polonais et d’autres encore en ont fait des rencontres. Et les courses sont organisées grâce à un calendrier préétabli.

Des passionnés de rallye RC ont créé le Groupe Gasy RC sur facebook, à l'adresse, afin de partager leur passion commune. De là est née l'idée d'organiser un rallye RC comme étant une compétition sportive à part entière. En effet, au début de cette année, au mois de février plus précisément, a été organisée la toute première manche du Rallye RC à Madagascar par les administrateurs de la page. Et les deux manches qui ont suivi, organisées à Ambohimangakely et à Alasora le 30 juillet dernier, avaient remporté un succès. C'est donc au tour de la Team Tia RC, un groupe de jeunes passionnés de RC qui s'est formé à la suite des différentes manifestations, de prendre le relais en organisant la troisième manche du championnat RC. Toutes les informations sur les championnats, entre autres, règlements, photos, vidéos sont visibles au groupe Gasy RC. Recueillis par E.F.

La Vérité0 partages

Croissance économique - Un redressement encore moyen pour l’Afrique subsaharienne

L’Afrique subsaharienne avance encore au ralenti actuellement, comme le Fonds monétaire international (Fmi) l’a présenté dans son dernier rapport du mois d’octobre 2017 concernant les perspectives de l’économie régionale. Pour établir ce rapport, cette institution internationale a exécuté des missions dans toutes les grandes villes des pays de la région. Pour le cas de la Grande île, cette visite s’est déroulée du 7 au 21 septembre dernier à Antananarivo. Durant cette mission, les représentants du Fmi ont pu constater que Madagascar a évolué positivement avec une croissance économique de 4,1 % pour cette année. Un taux assez élevé contrairement à celui de l’Afrique subsaharienne qui environne seulement les 2,7 %. Le redressement de cette région de l’Afrique demeure encore au niveau moyen à l’heure actuelle. Toutefois, le Fmi prévoit que ce taux de croissance s’améliorera pour les années à venir, estimé atteindre les 3,4 % d’ici 2018. Mais cela dépendra toujours de la politique économique adoptée par chaque pays.

Des propositions de restructurationLe redressement de cette partie de l’Afrique s’est surtout basé sur l’atténuation du ralentissement des activités économiques. Malgré cela, elle n’est pas encore sortie de l’auberge. Effectivement, cette croissance est particulièrement freinée par une mauvaise gestion des dépenses publiques, ce qui alourdit les dettes et allège les services offerts à la population. En tout cas, les principaux partenaires commerciaux ont quand même une influence positive sur les activités économiques de l’Afrique subsaharienne, et particulièrement la Chine avec son initiative d’investir en Afrique et le renouvellement de l’ancienne route de la soie. Afin d’apporter plus d’améliorations, le Fmi conseille à chaque pays de cette région d’opter pour des réformes structurelles en diversifiant les exportations, tout en améliorant l’accès au crédit, le cadre règlementaire ainsi que les infrastructures, sans oublier la mise en valeur d’une main d’œuvre plus qualifiée. Pour Madagascar, par exemple, en matière d’exportation, la plupart des produits sont agricoles et textiles. Evidemment, les produits miniers s’exportent mais à l’état brut. De plus, ils ne rapportent pas beaucoup d’argent dans la caisse de l’Etat.  De ce fait, pour diversifier les produits exportés, les entrepreneurs malgaches devraient investir davantage dans les transformations industrielles pour que les produits puissent avoir plus de valeur. Propos recueillis par  Rova R.

La Vérité0 partages

81 ans de Didier Ratsiraka - Un anniversaire sous silence

Un an de plus. Né le 4 novembre 1936 à Vatomandry, l’Amiral Didier Ratsiraka fête aujourd’hui ses 81 ans. Un anniversaire qui sera marqué sous le signe de la discrétion, pour cette année.Joint par téléphone, le Professeur Ange Andrianarisoa, bras droit de l’Amiral rouge affirme « qu’aucune manifestation relative à cet anniversaire n’est prévue, à ma connaissance ». Et d’ajouter que «  le Président n’a pas l’habitude de fêter souvent son anniversaire ». Ses amis proches et ses collaborateurs politiques se contenteront donc de lui souhaiter un joyeux anniversaire par téléphone ou tout au plus, lui rendre visite pour lui adresser des vœux.

Rappelons que l’année dernière, l’ancien président a fêté ses 80 printemps en grande pompe. Une célébration qui a été tenue en parallèle avec le 40ème anniversaire du parti Arema. D’ailleurs, une série de manifestations a été organisée dans plusieurs grandes villes de Madagascar à cette occasion. Durant la journée du 04 novembre 2016, Deba a fait le déplacement à Fianarantsoa aux côtés de ses proches et ses compagnons de lutte. Au cours d’un meeting, il a tenu un discours qui a fait parler de lui pendant plusieurs jours dans les médias.En grande formeMalgré les rumeurs et autres intox annonçant son présumé décès à plusieurs reprises, l’ancien président semble toujours bien portant et ne rate pas l’occasion pour le faire savoir. Sa dernière apparition fut d’ailleurs, très récente, car remonte à la veillée funéraire pour un dernier hommage au défunt Professeur Zafy Albert au Palais des sports et de la Culture à Mahamasina, au mois d’octobre dernier.Depuis son retour d’exil en 2011, le fondateur du parti Arema (Avant – garde pour la rénovation de Madagascar) a, en effet, fait l’objet de ces rumeurs malsaines lancées par des personnes malintentionnées. Le cas le plus récent a fait un grand « buzz » sur les réseaux sociaux au mois de septembre dernier et à la suite duquel les membres de la famille de l’ex – président ont annoncé sa décision de porter plainte contre les auteurs de ces rumeurs.Sandra R.

La Vérité0 partages

Capitulation

 Comme il fallait s’y attendre, Honoré Rakotomanana capitule. Le rouleau compresseur du tout puissant HVM ne lui a laissé aucune chance de tenir. Il n’avait qu’un choix : la porte de sortie ! Durant son dernier discours, en tant que Président du Sénat, l’ultime baroud d’honneur, l’octogénaire Honoré Rakotomanana s’était défendu d’utiliser le terme « démission » pour exprimer son départ. Il insista sur le fait qu’il avait renoncé, de son gré, mais pas démissionné. Emérite juriste de son état, le désormais ancien Président du Sénat maîtrise bien les arcanes des lois en vigueur, en général, et de la Constitution, en particulier. Il a dû puiser son mine de savoir pour trouver le terme qui convient. Un exercice, voire, une acrobatie d’équilibriste de haut vol et donc trop difficile, vu son âge, à exécuter.

Il a dû faire appel à son…Dieu ! De toutes les manières, capitulation ou démission, renoncement ou abdication, quel que soit le mot utilisé, on aboutit au même résultat : céder ou quitter ! Et d’un. Quelles que soient les explications avancées, on ne quitte ou cède jamais un fauteuil doré ou un trône de sa propre volonté, il existe toujours une forte pression que ce soit d’origine interne ou externe à la personne concernée. Soit pour cause de maladie grave, d’âge ou d’incompétence, sinon fautes lourdes. Soit d’ordre politique voulu et dicté par une stratégie partisane pour la mainmise, davantage, du pouvoir, etc. Bref, il y a toujours une implacable pression quelque part. Et de deux. Ainsi, Rivo Rakotovao, président du HVM, devient président du Sénat, le deuxième du genre de cette première législature de la Chambre Haute de la Quatrième République. De par sa fonction, il est le personnage-clé pour la continuité du régime, étant le numéro deux de l’Etat. Et selon la Constitution, en cas d’empêchement ou autre motif justifiant la vacance de poste à la Magistrature suprême de l’Etat, il assume la haute charge de Chef de l’Etat. C’est tout l’enjeu de ce poste combien stratégique du Perchoir d’Anosikely. En tout cas, s’il y aurait « fautes graves » dans cette saga du Palais Vert d’Anosikely, l’origine ne pouvait pas venir autre que du régime en place. Et si l’on veut pousser plus loin, la source de la « gaffe » ne saurait pas être que du côté d’Iavoloha, le « Poste de Commande » central du pouvoir HVM.  Justement, quelle insanité et obscénité d’avoir l’idée de parachuter quelqu’un de notable, aux « cheveux blancs » de la Cité (fotsy volo amin’ny Tanàna), à un poste quelque part «là-haut » et le tirer vers le bas, sans autre forme de procès ? Quelle effronterie d’oser malmener l’honneur d’un homme qui, dans son riche parcours, a rendu fidèlement de bons et loyaux services envers la Nation ? Rakotomanana Honoré s’était livré au combat qu’il croyait légitime. Mais, se rendant à l’évidence que les forces engagées au front sont inégales et en dépit de sa pugnacité de résister, le « Zokibe » Rakotomanana capitule. Cette épopée d’Anosikely nous démontre une fois de plus que le poste, fût-ce important, dans un régime politique ne tient qu’à un fil. Et les mesquineries partisanes auront encore devant elles de beaux jours pour tordre le cou et conduire les victimes à la capitulation. Ndrianaivo

La Vérité0 partages

Magouilles électorales du Hvm - Vers la plus grave crise jamais connue par le pays

Révision de la Constitution, installation de son président national à la tête du Sénat, velléité de tripatouiller le code électoral. Telles sont, pour l’instant, les stratégies adoptées par le Hvm en vue de faire face à la prochaine élection présidentielle. Comme il fallait s’y attendre, le régime en place commence à se livrer à des micmacs plus machiavéliques les uns que les autres en vue de faire élire contre vents et marées le futur candidat d’Etat à la prochaine élection présidentielle. Contre vents et marées, car seuls les sourds et aveugles ne reconnaîtront pas que, si le scrutin se déroule normalement, le poulain du Hvm -  dont on connaît déjà l’identité  - n’aura aucune chance de remporter cette élection vu l’extrême impopularité dont il jouit auprès de la population, et partant de l’électorat. Et l’on doit s’attendre à ce que les manœuvres peu catholiques iront en s’intensifiant à l’approche de l’échéance 2018 et ce, au fur et à mesure que les barons de ce parti aux cravates bleues mesureront l’ampleur du gap à combler face aux adversaires de leur candidat.

Il n’est cependant pas sûr que ce énième forcing du pouvoir en place soit davantage toléré par une population qui a déjà trop enduré durant les 5 longues années de gouvernance chaotique du Hvm. Car, outre les répressions musclées des forces de l’ordre,  la raison pour laquelle le commun des citoyens a, ces derniers temps, rechigné à tout appel à manifester dans les rues n’est autre que l’approche de la fin du premier mandat présidentiel de la troisième République, c’est-à-dire du moment où il pourra enfin s’exprimer de nouveau par les urnes. Cette population qui a déjà très difficilement pris son mal en patience n’acceptera jamais que son choix soit, d’une manière ou d’une autre, confisqué et la seule perspective de devoir endurer cinq nouvelles années de règne usurpée du Hvm lui sera tout simplement insupportable, pour ne pas dire inimaginable.Scénario catastropheL’on doit donc s’attendre à une surchauffe progressive de l’atmosphère politique dans les mois voire semaines à venir, vu la détermination des caciques du pouvoir à mettre tout en œuvre, y compris les pratiques les moins orthodoxes,  dans leur soif de pouvoir. Cela s’est vu lors des élections communales durant lesquelles le parti présidentiel , à coups de trafic d’influence, d’achat de voix ou de manipulation des résultats,  a raflé la mise dans les circonscriptions éloignées pour ne perdre que dans quelques grandes agglomérations, dont Antananarivo, Mahajanga et Toamasina, là où il est difficile d’altérer la sincérité du vote. Comme les maires sont les grands électeurs des sénateurs, les résultats des communales ont déteint sur la configuration de la Chambre haute. C’est ce qui explique le caractère quasi unicolore de cette dernière. L’enjeu et le contexte sont cependant totalement différents et  il est clair que la résistance sera des plus farouches en 2018. Face au sévère verrouillage qui commence visiblement à prendre forme, il n’est pas exclu que les adversaires du régime s’unissent pour faire front commun et la contestation risque de ne pas se limiter dans les prétoires. Ce qui est sûr, c’est que  la crise qui s’ensuivra sera la plus grave que le pays ait jamais connue.  La seule question est de savoir si ce scénario catastrophe aura lieu avant, pendant ou après les élections.Hery Mampionona

L'express de Madagascar0 partages

Rivo Rakotovao – « Il n’y aura pas de report de la présidentielle »

Le nouveau président du Sénat affirme que l’élection présidentielle se tiendra, en 2018. Cela n’empêcherait pas, toutefois, que la révision de la Constitution reste dans les plans.

Direct. Rivo Rako­tovao, nouveau pré­si- ­dent du Sénat, a été cash concernant le moment où se tiendra l’élec­tion présidentielle.Selon le néo-numéro deux de l’État, le scrutin qui devra élire celui qui présidera le prochain quinquennat se tiendra, en 2018.« Il n’y aucune intention de reporter les élections qui devront se tenir, en 2018. Le prescrit constitutionnel sera respecté », a déclaré Rivo Rakotovao, en marge de la cérémonie de passation de pouvoir entre lui et Honoré Rakotomanana, son prédécesseur au perchoir de la Chambre haute, à Anosy, hier. Dans son argument, l’ancien membre du gouvernement a affirmé que le 25 janvier 2019, celui qui sera élu à l’issue de ces élections devra prêter un serment d’investiture.Comme à son habitude, le nouveau numéro un de l’institution d’Anosy, a été direct. Dans une interview accordée à l’Hebdo de l’Express de Madagascar, vendredi, Rivo Rakotovao, a indiqué qu’étant le reflet des acquis politiques du pouvoir, le Sénat devrait être en première ligne, la défense de sa politique. Que sa nomination à la Chambre haute, a pour objectif d’amener les éléments du pouvoir au sein de cette institution, et d’affirmer un peu plus sur terrain leur engagement politique.

RéférendumLes déclarations de celui qui est, également, le président national du parti Hery vaovao ho an’i Madagasikara (HVM), d’hier, pourraient alors, être un exemple de cette nouvelle démarche qu’adopteront les éléments des Bleus au sein de la Chambre haute. Dans ce sens, Rivo Rakotovao, a remis sur table l’invitation du président de la République à débattre sur l’opportunité de réviser la Consti­tution. Une retouche que le chef de l’État, a restreint aux articles concernant les élections et les Fokontany.Bien que les tenants du pouvoir aient changé la formulation suite à la résistance affirmée par une partie de l’opinion publique, l’existence d’une initiative de retoucher la loi fondamentale est un fait. Devant la presse, hier, celui qui devra assurer l’intérim à la présidence de la République, en cas de candidature de Hery Rajaonarimampianina, président de la République, à la présidentielle, a indiqué que le Sénat serait en tête des initiateurs du débat sur la révision de la Constitution.Le président de la Cham­bre haute, a également, rassuré que la retouche de la Constitution n’impliquerait aucunement un report de la présidentielle. Les tenants du pouvoir martèlent que leur rôle est d’initier un débat national sur les points discutables des dispositions constitutionnelles des élections, afin d’avoir des scrutins apaisés et pour s’assurer d’une stabilité postélectorale. Dans l’interview de vendredi, Rivo Rakotovao a soutenu que les débats devraient rester dans le cadre constitutionnel.Selon ses dires, pour éviter de sortir du cadre constitutionnel, les débats concernant la révision de la Constitution devraient avoir comme corollaire le référendum. « Les politiciens ne devraient plus prendre en otage la vie de la nation. (…) Nous pensons qu’il faudrait laisser à la population le soin de trancher sur ce qu’il estime être bien pour la stabilité du pays », a-t-il déclaré. À Anosy, hier, Rivo Rakotovao, a suggéré que les débats ne devraient pas se porter sur le fait d’être pour ou contre l’organisation d’un référendum mais, sur les améliorations à apporter à la Constitution.

Garry Fabrice Ranaivoson

L'express de Madagascar0 partages

Affaire Antsakabary – Les prévenus libérés pour lourdeur de procédure

Une lenteur de procédure a profité aux cinq détenus pour le meurtre de deux policiers. Le délai légal de détention préventive était épuisé, ils ont été libérés, samedi. 

Une lourdeur de procédure en faveur de la remise en liberté de criminels présumés. Placés sous mandat de dépôt le 28 février pour le lynchage à mort du sous-brigadier de police Dieu Donné Razafison ainsi que de l’agent de police de 1er échelon Samson Razafindra- mevajery à Antsakabary Befandriana-Nord, cinq prévenus ont recouvré la liberté. La durée légale de mise en détention préventive ayant expiré samedi, les cinq habitants d’Antsaka­bary, incriminés dans ce double crime, sont sortis de la maison centrale d’Antsohihy samedi après-midi, au bout de huit mois de réclusion. Cette remise en liberté intervient à l’issue de deux enquêtes au fond, dont la première s’ensuivait après quatre mois de détention.Ils ne sont pas pour autant à l’abri d’un possible revirement de situation bien que le temps ainsi que l’écran des droits humains  semblent avoir intercédé en leur faveur, abrégeant ainsi  leur périple carcéral pour ne pas plonger dans la détention illégale.Les prévenus en question sont, en tout cas, attendus au banc des accusés pour  leur procès à la cour criminelle, bien qu’aucune date ne soit encore fixée. Les risques d’évasion inquiètent,  néanmoins, en attendant l’audience.Le 18 février, les défunts agents de police du commissariat du district de Befan­driana-Nord ont  marché jusqu’aux brousses profondes d’Ambalakosy Antsaka­bary, sur réquisition du chef district, pour arrêter un prétendu voleur de caneton. Sur le chemin du retour, ils se sont retrouvés nez-à-nez avec une foule en état d’énervement total. Ils ont été accusés  d’avoir commis des rackets contre des villageois, dont l’un les a ouvertement accusés de lui avoir dépouillé d’une somme s’élevant à 100 000 ariary, avec laquelle il devait se procurer du miel. Pris en tenailles par une foule vindicative et sanguinaire, à la hauteur d’Ambalamanga  lorsque la colère des badauds a atteint son summum en début de soirée, les deux policiers ont été lapidés, battus et tailladés à mort au coupe-coupe. La mort les attendait après de stériles pourparlers conduits par le maire, dans le village de Tavenina.Parmi ces détenus relâchés figurent l’individu ayant  mis le feu aux poudres, en l’accusant de lui avoir dérobé de l’argent. Le chef fokontany de Tavenina, où la foule a réclamé la tête des deux policiers après l’échec des négociations a été mis dans le même sac que lui. Se targuant d’être un ex-militaire, un frère du chef de la circonscription scolaire de Befan­driana-Nord ainsi qu’un membre du comité de vigilance ont jeté de l’huile sur le feu. Ils ont tenté un forcing dans le bâtiment où ont été entamés les pourparlers pendant cette vive tension.  Ils ont eux aussi payé leurs agissements au prix d’un séjour sous les verrous.

ImpunitéQuatre jours après le meurtre du sous-brigadier de police Dieu Donné Razafi­son ainsi que de l’agent de police de 1er échelon Samson Razafindramevajery, un peloton policier constitué d’une quarantaine d’hommes s’est abattu sur cinq villages d’Antsakabary. La population a été maltraitée, quatre cent quatre-vingt-sept maisons brûlées et près de trois cent cinquante villageois raflés puis rassemblés dans une grande salle. Seuls trente-et-un d’entre eux ont été traduits devant le parquet d’Antsohihy. À l’issue de leur passage devant le juge d’instruction, seuls les cinq villageois relâchés samedi ont été jetés en prison. Recherchés pour le double meurtre de deux policiers, huit fugitifs sont en revanche toujours en cavale.À la mi-juillet, les policiers accusés d’incendie criminel ainsi que de traitements inhumains, cruels et dégradants, ont été entendus par la commission mixte d’enquête. Leur traduction devant la justice semble, toutefois, relever d’une chimère, d’autant plus qu’un ordre de poursuite signé par le ministre de la Sécurité publique s’impose pour les conduire devant la justice. Après dessaisissement du tribunal de Mandri­tsara, c’est le tribunal de première instance de Tana qui prend les rênes.

Seth Andriamarohasina 

L'express de Madagascar0 partages

Musique – Faniah présente son premier album, « Lavitra ahy… »

« Le projet de ma vie ». Ce sont là les premiers mots qui viennent à l’esprit de Faniah quand elle évoque « Lavitra ahy…». Un album qui s’annonce unique en son genre puisqu’il conjugue, à travers la bonne dizaine de morceaux qui le compose, les diverses facettes de la personnalité même de l’artiste. Il est auréolé d’une humilité et d’un esprit romantique, mais aussi d’un aspect plutôt prestigieux à l’image de Faniah elle-même. Ainsi, l’album propose aux oreilles aguerries des mélomanes de tous âges, douceur et volupté en musique, de la part de cette chanteuse douée de charme, à la voix tout aussi envoûtante.« Lavitra ahy… » s’est découvert auprès des inconditionnels de la chanteuse, il y a un mois, à travers un clip vidéo illustrant, avec éloquence, l’amour dans toute sa splendeur. Faniah annonce ainsi d’entrée la couleur de son premier album qui retranscrit un voyage mélodieux à ses côtés, le tout sublimé par un rythme de « Soul-fusion », mais également de blues et d’un zeste de jazz. Faniah sortira officiellement l’album le 25 novembre, lors d’un showcase qu’elle prévoit à l’Hôtel de Ville à Analakely.En outre, « Lavitra ahy…» voit la contribution de compositeurs de renom comme Rolf Razafindrakoto à qui elle doit la chanson« Mandrakizay » qui date déjà de l’époque Pazzapa, mais qu’elle a réarrangée d’une manière plus contemporaine pour l’album. On retrouve aussi Rado Manantsoa qui a écrit pour elle la chanson « Iza no tianao ? », ainsi qu’Andry Michael Randria-ntseva qui a écrit et composé « Ny foko no mibaiko». Son père, Mamy Ramalanjaona, participe aussi fièrement à ce projet aux côtés de sa fille en composant les morceaux « Topimaso », « Tsaroako tsara» et « Patrak’ala » qui ont bercé l’enfance de Faniah.L’une de ses illustres marraines sur la scène musicale depuis ses débuts, Fanja Andriamanantena contribue aussi à l’album à travers la chanson « Malahelo ». « Avec cet album, je tiens à affirmer mon identité musicale tout en apportant un vent de fraicheur auprès des mélomanes. D’ailleurs, quand je le chanterai pour le public, je ferai toujours en sorte de renouveler cette expérience musicale qu’il propose à chaque fois », confie Faniah. L’album compte deux compositions inédites de la part de la chanteuse, à savoir « Lavitra ahy» qui est un véritable coup de cœur pour elle, et « Soa ihany».De nature très généreuse, Faniah ravit ses fans et le public en général avec de belles surprises, depuis l’annonce de la sortie de son album. Après le morceau « Lavitra ahy… » et son clip vidéo, elle a aussi sorti, hier, le second single « Ny foko no mibaiko », toujours accompagné d’un clip vidéo.

Andry Patrick Rakotondrazaka

L'express de Madagascar0 partages

Mahajanga – Soixante étudiants traduits en CODIS

Pour avoir commis des actes de vandalisme au campus d’Ambondrona, et sur plainte de leurs victimes, des étudiants devront se présenter devant le conseil de discipline. 

Pillage et terrorisme. Les étudiants victimes de ces deux actes, le 12 octobre, ont porté plainte devant les autorités de l’université de Mahajanga. Une soixantaine d’universitaires passeront en Conseil de discipline, du 8 au 10 novembre, au siège de l’Université à Mahajanga-be. Telle a été la déclaration du président de l’Université, le Pr Emmanuel Rakotoarivony Andrianony, lors d’un point de presse organisé hier. «Les récalcitrants seront sanctionnés selon le degré des infractions », explique-t-il.Cette décision est le résultat de la proposition du Conseil consultatif pour la recherche de solutions pérennes à l’Université de Mahajanga, désormais en place depuis quelques jours. Pour rappel, trois cent soixante et un étudiants victimes de ces violences, ont déposé une déclaration évaluée à plus de 346 millions ariary de préjudices. Ils ont déjà obtenu une partie de l’aide d’urgence accordée par les deux entités responsables, il y a dix jours.Le Conseil consultatif récemment mis en place est déjà opérationnel. Il réclame l’application du règlement intérieur de l’Université. Les autorités civiles et militaires de Mahajanga en font partie, ainsi que le représentant du ministère de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique et ceux des parents des étudiants. Les chefs d’établissement et les directeurs de département de l’université, le Syndicat des enseignants chercheurs et chercheurs enseignants, le personnel administratif et technique (PAT) et les étudiants y sont également représentés.«Le Conseil n’est pas inclus dans l’organigramme de l’Université ; il est indépendant. Il ne prend aucune décision, mais propose des solutions», souligne le Pr Emmanuel Rakotoarivony.

Pas d’année blancheL’administration de l’Université et le ministère de tutelle se chargeront de la répartition des logements universitaires, après laréhabilitation des cités endommagées. Les chefs d’établissements et les directeurs des départements se réuniront pour la reprise des activités pédagogiques. Le président a, toutefois, spécifié que l’année universitaire ne sera pas une année blanche. Mais l’accès aux cités « U » ne sera pas pour bientôt, étant donné les travaux de réhabilitation des chambres qu’il faut encore réaliser.L’assainissement des lieux continue, après le nettoyage des logements universitaires, devant un huissier. Des armes blanches et du matériel appartenant à l’Université, volés il y a quelque temps, ont été retrou-vés dans des logements, dont un ordinateur, a encore confirmé le président de l’Université.

Vero Andrianarisoa

L'express de Madagascar0 partages

Festival Art’Press Yourself – Trois griffes malgaches présentes à Paris

L’Afrique est à l’honneur pendant deux jours successifs dans la capitale française à travers le festival Art’Press Yourself. Trois marques de vêtement « Vita Malagasy » y  participent. 

Le collectif KORÕSOL, avec les créations « Urban chic » made in Madagascar de Vice Local, Zazawax et 3 Ladies Pirates, est présent au festival « Art’Press Yourself » qui se tient aujourd’hui 3 et demain 4 novembre, au Pan Piper à Paris. Le onzième arrondissement de la capitale française accueille une bonne quarantaine de participants vénus de plusieurs parties du globe, dont les œuvres sont inspirées de la culture « Afro  et urbaine ». Le continent noir constitue une source d’inspiration pour nos créateurs. Le thème choisi pour cette édition 2017 s’intitule « Back to the Afro Future », et a comme objectif d’explorer l’héritage culturel africain et de mettre en lumière les innovations de demain proposées par les créateurs et artistes actuels.La mode, la musique, la danse, l’art en général et l’art culinaire en particulier, sont les disciplines qui vont être conjuguées avec talent sur une vision futuriste, avec, comme inspiration de base, le berceau de l’humanité qu’est l’Afrique. Les trois représentants de la Grande Ile répondent à ces critères à travers leurs styles de création respectifs. Une façon de démontrer que nos créateurs vibrent au rythme du continent noir. Ce jour est dédié à la célébration, par le biais des défilés de mode et de découverte des « Pépites», en matière de créativité de cette année. Demain sera exclusivement « Connexion », selon l’organisation, autrement dit, pour favoriser les rencontres avec les artistes.

 Little Africa Ce festival s’inscrit dans la réalisation de « Little Africa», un projet initié par  Tiyina Travel, une agence de voyages. « En attendant de pouvoir vous emmener en voyage vers des destinations lointaines, nous vous invitons à découvrir Little Africa, un espace culturel et un guide touristique qui mettent en avant l’histoire de la présence africaine en France, et plus particulièrement, à Paris. Une présence vieille de plus de trois siècles qui mériterait un autre regard que celui de la stigmatisation. Une invitation au partage, aux rencontres, et la découverte d’un ailleurs qui ne se trouve pas à des milliers de kilomètres mais qui débute ici tout près de vous. Alors, il est important pour moi, qu’aujourd’hui, les trente-cinq millions de touristes qui visitent la ville de Paris, chaque année, se rendent compte de cette richesse, de ses apports et de sa beauté. J’ai créé Little Africa afin que Paris puisse également jouir et s’éblouir de sa diversité au même titre que New-York ou Londres », décrit Jacqueline Ngo Mpii, une femme africaine fondatrice de ce projet qui tient un rythme annuel.L’histoire de la présence des peuples africains dans le monde, résultant du phénomène de la traite transatlantique, le métissage culturel, et les nouvelles formes d’expression nées de la rencontre entre les divers peuples d’Europe, d’Afrique, d’Amérique, d’Asie, et des Caraïbes, sont des thématiques poursuivies dans ce grand projet, selon son explication.

Ricky Ramanan

L'express de Madagascar0 partages

Natation – Nomena en formation en Thaïlande

Nomena Andrianirina sera le deuxième Malgache bénéficiaire d’une bourse de la FINA. À partir de ce mois de novembre, il suivra une formation en Thaïlande. 

La sélection est faite. Le nageur de Cosfa, Lalanomena Anthony Andrianirina, numéro 2 au classement national ; est l’heureux sélectionné qui bénéficiera de la bourse de la Fédération internationale de natation (FINA). Il sera le deuxième Malgache bénéficiaire de cette bourse après Mickael Rasolonjatovo, qui a suivi six mois de stage avant les championnats du monde 2016.Nomena est le mieux classé et il succèdera à Mickaël après étude de dossier effectuée par la direction technique nationale. Son dossier a été envoyé à la FINA et a été peu après validée. Le stage sera plus long que celui de Mickaël et durera une année entière. La formation prévue débuter ce 1er novembre 2017 ; s’étalera jusqu’au 31 octobre 2018, au centre de la fédération internationale à Thanyapura Phuket Thaïlande.« Son départ sera repoussé car on attend encore quelques documents comme le certificat d’hébergement du centre nécessaire pour l’obtention du visa », a souligné la secrétaire générale de la fédération malgache de natation, Ramy Randria­na­solomanana. « Il suffit de régler ces papiers et il partira le 20 novembre », a-t-elle ajouté.De son côté, Nomena attend, pour le moment, les résultats de ses examens. Il est en deuxième année de médecine filière kiné. « J’y suivrai un stage de haut niveau en natation. Et concernant mes études, j’ai remarqué dans le dossier qu’un programme scolaire est discutable, et on verra sur place », a confié Nomena.

Formation de haut niveauAu terme du stage, le numéro 2 malgache disputera avec la sélection nationale la 14e édition des cham- pionnats du monde sur bassin de 50m à HangZhou, Chine du 3 au 8 décembre 2018. Nomena est actuellement l’un des meilleurs nageurs du pays avec un palmarès bien garni. Il compte de nombreux ti­tres de champion national et a enregistré plusieurs records nationaux entre autres celui du 200m dos sur bassin de 50m (2.18.55) et sur 25m (2.14.54), et aussi celui du 200m papillon sur petit bassin (2.18.03).Sa spécialité a été d’abord les quatre nages, mais depuis l’organisation des tests de classement, il est aussi très à l’aise en dos et papillon. C’est un habitué des compétitions internationales, car il a déjà participé à trois championnats du monde, en l’occurrence, les Mondiaux d’Espagne en 2013, ceux à Kazan Russie en 2015 et à Budapest en 2016.Il a déjà disputé les Jeux des îles de l’océan Indien, la dernière édition en 2015 à la Réunion, les jeux africains de la jeunesse à Botswana en 2014 et les jeux olympiques de la jeunesse en 2014 à Nanjing, Chine.

Serge Rasanda

L'express de Madagascar0 partages

Zone mangrove – Remblayage et construction arrêtés à Manapatanana

Le ministère auprès de la Présidence chargé des Projets présidentiels, de l’aménagement du territoire et de l’équipement, représenté par le directeur général, Gérard Andriamanohisoa, a confirmé la situation irrégulière du chantier sur la zone de mangroves à Manapatanana, hier au cours d’une conférence de presse.«Le propriétaire du chantier n’est aucunement en possession d’un permis de construire et d’un permis de remblayage. Il n’a qu’une dérogation délivrée en novembre 2015. Cela n’écarte pas qu’il doit respecter la procédure pour pouvoir réaliser des travaux sur ce terrain. Le maire de la commune urbaine de Mahajanga a constaté la situation et nous sommes du même avis. Il faut suivre la procédure avant d’entamer un quelconque chantier sur place. Les lieux doivent, de ce fait, revenir à son état naturel et pour ce faire, tous les travaux doivent s’arrêter, tout doit être démoli», déclare le directeur général.«La commune continue de défendre et de protéger la zone de mangroves pour l’intérêt commun. Nous avons hérité de ces chantiers et de nombreuses constructions illicites qui datent de nos prédécesseurs successifs. Nous attendons les avis des techniciens car il faut limiter les dégâts»,  explique le maire de la ville, Mokhtar Andriantomanga,« Nous avons obtenu une autorisation du ministère dont fait partie le DG de l’aménagement », s’est défendu le chef du chantier, lundi, lors de la descente effectuée par une délégation de la commune de Mahajanga pour suspendre des travaux de remblai illégal.C’est ce jour-là que le maire a ordonné l’arrêt des travaux de remblayage à Manapatanana. Aucune demande de permis de remblayage n’a été déposée à la commune, ni de permis de construction depuis le début de ce bras de fer. Pourtant, le propriétaire du terrain a continué d’ériger un grand mur sur la zone interdite.«Il faut appliquer le texte. La commune de Mahajanga devra verbaliser par voie de huissier le responsable du chantier et accorder un délai de trente jours pour tout démolir et restaurer les lieux en l’état initial. Après ce délai, il peut alors envoyer un bulldozer et passer à l’action», ajoute Gérard Andriamanohisoa. D’après lui, le plan d’urbanisme de Mahajanga sera renouvelé en 2018 comme dans sept autres grandes villes de Madagascar.

V. A.

L'express de Madagascar0 partages

Photographie – « Femmes » s’exposent  à l’hôtel Le Louvre

« Une exposition sans détour, faite de moments imprévus, de rencontres, d’éphémères, de parenthèses,  d’histoires», un extrait de l’explication du photographe Fabrice Delannoy au sujet de son exposition de photos en noir et blanc, sous le thème « Femmes » qui se tient dans le hall de l’hôtel Le Louvre à Antaninarenina, du 1er au 15 novembre. Des femmes de tout âge, dans des situations différentes, prises sous l’objectif du photographe, révèlent leur univers respectif voire leur moment intime. La femme en général dans sa diversité. Inutile de dire que les femmes étaient, depuis belle lurette, une source d’inspiration pour beaucoup d’artistes de ce monde. Elles sont à la fois fragiles et glorieuses. « Les femmes ont un rôle extrêmement important dans la société. Parce que, d’une part, elles sont femmes mais elles sont également mères. Et être une femme et une mère représentent un sacré boulot au quotidien. C’est une responsabilité. C’est de l’énergie. Cette exposition est une manière à moi de leur rendre hommage », poursuit ce fan d’Henri Cartier Bresson.Une cinquantaine de clichés attendent l’interprétation du public, selon le point de vue de chacun. Et à Fabrice Delannoy de continuerLe vernissage s’est tenu hier à 18 heures.

R. R.

L'express de Madagascar0 partages

Rectificatif

Dans notre article d’hier relatant la décision de l’Etat d’annuler l’acte de vente de la villa Elisabeth, une erreur s’est glissée dans le nom du ministre des Finances et du budget. Il fallait lire Vonin­tsalama Andriambololona au lieu de Vonintsalama Randriambololona. Toutes nos excuses au ministre pour cette erreur.

L'express de Madagascar0 partages

Changement de température

Les températures devront augmenter à partir de ce jour, notamment sur les Hautes Terres centrales, selon le service des Prévisions météorologiques, hier. La température maximale était de 23°C, hier. Ce jour, la minimale sera de 16°C et la maximale de 25°C à Antananarivo. Toamasina, Sava et Analanjiforo continueront à bénéficier des pluies faibles, l’après-midi.

L'express de Madagascar0 partages

Brader’ile

Explosif. Le dossier sur la vente de la villa Elisabeth, résidence secondaire de l’ancien Président Albert Zafy devrait être le révélateur d’autres dossiers sales qui ont émaillé ces dernières années. Du moins si l’État veut vraiment aller jusqu’au bout de ses intentions à travers cette annulation de l’acte de vente. L’opinion attend maintenant que les coupables paient après l’annonce de la saisine du Bianco. Cette affaire confirme, d’ailleurs, le classement du hit-parade de la corruption publié par le Bianco. Le tiercé gagnant est composé de la gendarmerie, de la Justice et du service des domaines.La villa Elisabeth n’est que la partie émergée de l’iceberg. Si on a osé procéder à cette vente, c’est que la pratique dure depuis plusieurs années et que les auteurs n’ont aucun souci à se faire. Effectivement, il fut un temps où les hôtels ministériels de l’État ont été bradés à certains fonctionnaires privilégiés sans que personne ne trouve à redire. Personne n’a été inquiétée, ni les démarcheurs ni les acquéreurs. Il est vrai que l’opération n’est pas de la même nature mais il s’agit dans les deux cas d’une cession d’une propriété de l’État. On espère donc que l’affaire ne finisse pas en queue de poisson. L’État a là une occasion en or à montrer aux bailleurs de fonds et bénéficier quelques dollars de plus, qu’il fait de la lutte contre la corruption sa principale préoccupation. Qu’il n’aurait pas agi dans le seul souci de faire taire les polémiques et de calmer les esprits surtout du côté des partisans du Professeur. Il faut sévir pour l’exemple et pour mettre un frein, une bonne fois pour toutes, à tous ces litiges fonciers qui écument le tribunal et les médias.Il y a pire que la villa Elisabeth. En lisant certains bouquins de tourisme, on tombe des nues en apprenant qu’il existe des îles privées autour de Madagascar. Tant mieux s’il s’agit des îles éparses mais pour le moment, ce n’est pas le cas. Des hôtels luxueux y sont bâtis et ils appartiennent à des opérateurs, pour la plupart, étrangers. On se demande comment on peut entrer en possession de ces îles minuscules mais paradisiaques. À qui faut-il payer pour régler le prix de l’une de ces îles qui appartiennent à priori à Madagascar ?À combien ont elles été cédées?À ce rythme, Madagascar finira par devenir une coquille vide. À force de vendre les villas et les terres, il ne restera plus à l’intérieur que les pestiférés et les anti-bailleurs de fonds. Une île épave en quelque sorte dépouillée de tout ce qu’elle avait de précieux.On entendra bientôt que Manjakamiadana a été racheté par un milliardaire mongol, que le parc national d’Andasibe a été cédé à un magnat russe, que le fasan-dRainiharo disparaîtra au profit d’un centre commercial et on en passe et des meilleurs. Il faut s’attendre à tout. À chaque semaine sa surprise. Après la peste, le Sénat puis la villa Elisabeth. L’actualité n’a jamais été aussi riche. Paradoxe de la pauvreté.

Par Sylvain Ranjalahy

L'express de Madagascar0 partages

Pétanque – Mondial – Les sélections jeunes  et dames en Chine

Un mois et demi après leurs sacres nationaux, les duos Tendry-Newton et Mirana-Hasina vont s’attaquer au Mondial de pétanque, la semaine prochaine.Le championnat du monde, dans les catégories jeunes et dames, s’étalera du 6 au 12 novembre. La Chine en sera l’hôte, plus précisément une localité située dans la région Sud-Est du pays, dénommée Kaihua. Comme prévu, deux éléments sont venus compléter chacune des deux paires.Madagascar sera ainsi représenté par les quatuors Tendry-Newton-Zigla-Mian­dritiana et Mirana-Hasina-Cicine-Tita dans les deux catégories. Ces dernières semaines, ils se sont regroupés à Antsirabe, avec comme coach Dolys Randriama­rohaja, vainqueur du Mondial et du championnat d’Afrique dernièrement.Ils ont bouclé leur préparation en fin de semaine dernière. Les jeunes se sont envolés pour le continent asiatique, hier. Tandis que les dames partiront dimanche.

H.L.R.

L'express de Madagascar0 partages

Accident – Carambolage à Mahajanga-be

Consternation pour un couple en vacances à Mahajanga. Son véhicule tout terrain de couleur blanche, stationné sur le parking situé entre l’avenue et le bazary-be, a été percuté de plein fouet par une voiture de marque Hyundai Starex grise, mer-credi soir vers 21 heures.«Notre voiture était garée sur ce parking, car nous résidons dans un hôtel tout proche. Le véhicule roulant à vive allure, a fauché la nôtre par derrière. Elle s’est écrasée contre le poteau, alors qu’elle était garée à plus d’un mètre de distance. C’est dire que le choc était brutal. C’est ça notre cadeau de vacances», se plaint le couple.D’après les témoins, le chauffeur de la voiture utilitaire a été distrait par sa compagne alors qu’il roulait très vite. « Il a voulu dépasser un tricycle qui roulait lentement, mais n’a pas pu maîtriser la voiture», témoigne un passant.La Jirama est venue sur place hier matin pour dégager la voiture coincée  et changer le poteau endommagé. Fort heureusement, aucune panne de courant n’a été constatée durant la nuit de l’accident.

V.A

L'express de Madagascar0 partages

« Fandrosoam-baovao » un journal exceptionnel

Lucile Rabearimanana est connue pour ses travaux axés , sur la presse malgache depuis ses débuts. Cette fois-ci, elle étudie un «grand» journal d’opinion, Ny Fandrosoam-baovao (1931-1959) de Gabriel Razafintsalama et, à travers celui-ci, elle rappelle les grands évènements qui marquent cette époque de la vie nationale (Revue d’études historiques Omaly sy Anio N°9 et N°11, 1979 et 1980).Ny Fandrosoam-baovao, présente l’historienne, est un journal exceptionnel dans l’histoire de la presse malgache. « Il se distingue des autres organes de presse par ses conditions d’existence (longévité, qualité de son information et de ses articles, conditions de diffusion, milieux sociaux des lecteurs), mais aussi par les opinions politiques qu’il diffuse et défend. »Les dirigeants du journal font d’abord partie du Comité de salut public fondé en 1943, dont la tâche avouée est de chercher une solution au problème de ravitaillement. Puis l’organe se fait remarquer, dès le Front populaire, dans sa lutte pour l’égalité des droits entre Français et Malgaches et pour l’accession de Madagascar au statut de département français. Mais après la seconde Guerre mondiale, il opte pour l’indépendance comme les autres journaux nationaux.« Les conséquences de cette guerre sur les conditions d’existence des Malgaches, comme le contexte politique local et la conjoncture internationale, expliquent cette nouvelle orientation politique. »Ainsi, jusqu’en 1956, Ny Fandrosoam-baovao luttera pour l’indépendance. Colonie française, Madagascar participe à la seconde Guerre mondiale aux côtés des Alliés et, de ce fait, doit fournir à la Métropole une aide économique substantielle. Et selon Lucile Rabearimanana, cet « effort de guerre » est l’occasion de privations multiples pour les Malgaches. D’autant que la Colonie n’est plus ravitaillée  par la France et doit vivre repliée sur elle-même.En outre, une sujétion et une exploitation plus dures qu’auparavant s’exercent sur eux, « l’intensification de l’oppression étant le seul moyen pour l’administration de forcer les sujets à fournir cet effort de guerre ». Et se référant à l’ouvrage de Guérin du Marteray (Une colonie pendant la guerre ou les origines d’une révolte : Madagascar 1938-1947, 1977), l’historienne parle d’un « échec psychologique qui a réussi à faire déclencher une insurrection de grande envergure ».Pour Ny Fandrosoam-baovao, la situation des Malgaches après cinquante ans de colonisation, justifie la revendication de l’indépendance pour Madagascar. Gabriel Razafin­tsalama fait remarquer, après analyses, que les réalisations économiques et sociales effectuées par les Français ne sont pas exceptionnelles. Au contraire.Dans son édition du 26 janvier 1946, on peut lire : « Voilà : les cinquante ans qui viennent de s’écouler n’ont pas apporté grand-chose, aussi faudrait-il que l’on revienne aux cinquante ans d’avant pour que nous reprenions notre ancienne place. Non seulement, c’est accepté par tous les pays, mais encore ce n’est que justice. »Lucile Rabearimanana note alors les circonstances et la période dans lesquelles ces critiques sont formulées à l’encontre des apports insignifiants, sinon moins, de la colonisation. Les années qui suivent la fin de la guerre sont une période où, dans la Grande ile, les nouvelles institutions permettent aux autochtones de s’exprimer librement et de participer à la vie politique. « C’est à qui se montrera le plus virulent contre la colonisation, l’on assiste même à une surenchère de violence verbale contre la colonisation… Mais cette position est purement de circonstance. »Car au lendemain de l’insurrection, le journal pense autrement. Bien avant l’évènement de 1947, les militants du Mouvement démocratique de la rénovation malgache, MDRM, sont de plus en plus nombreux et actifs dans tout le pays. Et parallèlement, ils commencent à être pourchassés et leurs organes de presse ne peuvent plus se publier normalement.

 

L'express de Madagascar0 partages

Univers vidéoludique – L’e-Sport, une discipline en pleine expansion

Un genre de divertissement inédit, en pleine croissance outre-mer, commence à gagner en envergure dans la Grande ile. Le sport électronique ou « e-Sport » en rapport avec le monde du jeu vidéo est à découvrir.

Depuis un an, on a vu l’émergence d’un événement qui enchante toutes les générations férues de divertissement vidéo ludique, ainsi que de l’univers geek en général. Il s’agit du Tana Games Week (TGW), initié principalement par l’agence événementielle Project Alpha qui prend à cœur de promouvoir le monde du jeu vidéo, ainsi que l’e-Sport à Madagascar.Si le jeu vidéo dans sa généralité n’est plus à présenter, pour avoir su se faire une place de choix dans la liste des divertissements auprès du public malgache, l’e-Sport ou sport électronique, pour sa part, commence à s’épanouir, porté par une génération de gamers passionnés et assidus. Une discipline de sport virtuel donc, dont les premiers balbutiements se sont, d’ores et déjà, fait entendre au début des années 2000. Notamment vers 2006, lorsqu’un concours sur la simulation de match de football « Pro Evolution Soccer » a pris une envergure nationale, fédérant les joueurs les plus talentueux qui ont représenté chaque grande ville de l’île.Si c’était là les bases et les origines de ce qu’est l’e-Sport à Madagascar, d’autres initiatives, dont celle du Project Alpha, ont tenu à perfectionner la discipline en suivant les normes internationales quelques années plus tard. Le Tana Games Week, prévu du 10 au 12 novembre, au Palais des Sports et de la Culture à Mahamasina, étant reporté à une date ultérieure du fait de la restriction de toutes manifestations publiques à cause de l’épidémie de peste, le moment s’avère opportun pour redécouvrir l’e-Sport et son historique dans sa généralité.

À l’étranger, notamment en Amérique du Nord, en Europe et en Asie, l’e-Sport a déjà acquis des proportions pharaoniques, notamment en terme de financement. De plus, l’e-Sport a aussi contribué à l’émergence d’une toute nouvelle culture et d’un mode de vie, au-delà de son aspect sportif, virtuellement parlant.

 

Un sport d’équipe

Ainsi, une équipe professionnelle d’e-Sport peut contenir quatre ou cinq différents équipes en fonction des jeux sur lesquels ils sont engagés. La multiplicité des équipes et la diversité des jeux permettront aux marques de multiplier une visibilité limitée dans les sports traditionnels. Les compétitions sont organisées par des associations organisatrices d’évènements électroniques depuis le début des années 2000. Ces organisations, nationales ou internationales, collaborent avec les éditeurs, les clubs et les joueurs, pour l’organisation des compétitions et ,en particulier, pour la gestion de l’économie du sport électronique.

Madagascar n’est pas en reste face au développement à grande vitesse de l’e-Sport outre-mer. Nombreux sont d’ailleurs les joueurs à avoir répondu présent, lors du e-Sport Contest organisé par Project Alpha en août.

À l’échelle internationale

L’e-Sport est, aujourd’hui, officiellement reconnu par les instances sportives comme un sport au même titre que le football. Son ampleur grandissant de jour en jour, les marques, les développeurs de jeux vidéo et même le gouvernement s’intéressent à cette discipline et, par là même, aux différentes communautés de joueurs. La professionnalisation de la discipline et des joueurs apportent même des enjeux d’investissements dans les équipes professionnelles et les structures e-Sport, à l’instar d’une équipe de sport traditionnelle. En effet, le développement d’une pratique passe par l’augmentation de l’attachement de ses fans à cet univers ainsi que la croissance des pratiquants. Contrairement aux sports traditionnels, l’e-Sport se distingue par l’organisation des structures sportives, une structure e-Sport rassemblant plusieurs disciplines à travers différents jeux.

 

À l’échelle nationale

Pour Madagascar, l’e-Sport, même s’il fédère d’ores et déjà une belle flopée d’aficionados, prend encore ses marques. Cependant, grâce à l’initiative du Project Alpha, entre autres, mais aussi d’autres événements plus modestes à une échelle plus communautaire, l’e-Sport contribue un peu plus à l’épanouissement du jeu vidéo à Madagascar, au-delà de son aspect ludique et divertissant. De plus en plus de tournois voient ainsi le jour, de même qu’une grande communauté de joueurs de tous âges, dont les niveaux varient selon les aptitudes de chacun, mais surtout les jeux sur lesquels ils se disputent d’une manière souvent fraternelle, le tout régi par des règles strictes et bien précises. Depuis les jeux Counter Strike, Dota 2 et League of Legends au Pro Evolution Soccer ou Fifa, en passant par des simulations de combats comme Street Fighter V par exemple, les jeux vidéos ne cessent de susciter l’engouement d’un large public en quête de défis.

Andry Patrick RakotondrazakaPhotos Project Alpha - Fournies

L'express de Madagascar0 partages

Reprise des cours à l’université d’Antananarivo

Rien n’est encore décidé sur la reprise des cours à l’université d’Antananarivo, hier. L’université attendrait la décision du ministère de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique, ce jour. Après cela, les responsables de l’université tiendront une réunion, la semaine prochaine pour réorganiser son calendrier.

Midi Madagasikara0 partages

Faratsiho : Jiolahy rain-dahiny enina voasambotra

Nahitàm-bokany ny hetsika nataon’ireo mpitandro filaminana, izay niarahan’ny pôlisy sy ny zandary ary miaramila tany amin’iny faritra Faratsiho iny, hiadiana amin’ny asan-jiolahy izay niha-nahazo vahana tato ho ato izay. Vokatr’izay, jiolahy rain-dahiny miisa enina no voasambotra, tao amin’ny kaominina ambanivohitra Ramanaindro, ny herinandro lasa teo. Tamin’ny famotorana nataon’ny pôlisy dia fantatra fa isan’ireo jiolahy nandray anjara tamin’ireo fanafihana niseho lany tany amin’ity kaominina ity izy ireto. Tao anatin’izany ny fanafihana tokantrano maromaro tany an-toerana, volana vitsivitsy lasa izay. Fa tao anatin’izany ihany koa ny fandrobana ny birao’ny kaominina tany an-toerana sy ny biraon’ny delegem-panjakana tany an-toerana ka nahamontsamontsana ny “coffre-fort” tao amin’izany biraom-panjakana izany. Izy ireo ihany koa no fantatra fa tompon’antoka tamin’ny fanafihana mpandraharaha iray tany an-toerana, herinandro monja taorian’iretsy voalohany iretsy, ka nahaverezana vola mitentina efatra tapitrisa ariary sy entana sarobidy maromaro. Araka ny fanazavana azo hatrany, dia tamin’ny alalan’ny angom-baovao sy velam-pandrika no nahafahana nisambotra ireto farany. Izy ireo, izay efa fantatry ny mponina any amin’iny faritra iny mantsy, saingy noho ny tahotra dia tsy misy sahy milaza amin’ny mpitandro filaminana ny olona. Marihana fa manao andiany eo amin’ny 20 lahy eo ireto jiolahy mitam-basy ireto rehefa manafika tanana.  Amin’izao fotoana izao dia eo am-pikarohana ny naman’ireto olon-dratsy ireto ireo mpanao fanadihadiana.

m.L

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara0 partages

Orinasa Tiko AAA : Miantso ny tompon’adraikitra hitady marimaritra iraisana

Nanomboka ny Alatsinany maraina, dia efa feno « tract » ny tanànan’Antsirabe, mitaky ny hanokafana tsy misy hatakandro ny oriasa Tiko AAA ao Andranomanelatra ; izay nakaton’ny fanjakana rehefa mba  niverina nihodina nandritra ny herin-taona sy tapany. Ankoatra izay, rakotra sora-baventy ihany koa ny fefin’ny orinasa manamorona ny lalam-pirenena fahafito, mitaky ny hanokafana ny orinasa.  Aman’arivony mantsy  ireo mpiasa no lasa tsy an’asa tampoka vokatr’io fanakatonana ny orinasa io. Nanomboka nitaky ny hanokafana indray ny orinasa ny  mpiasa, ny Talata 31 Oktobra lasa teo rehefa niato kely taorian’ireny hetsika nafampana ireny. Nifampitaona teny anoloan’ny orinasa ny andiana mpiasa maromaro naneho ny alahelony sy mitaky ny hanokafana ny orinasa. Orinasa Malagasy izy ity hoy ny solon-tenan’ny mpiasa ka nahoana no akatona tahaka izao. Nanamafy  Razarivo Orlando solon-tenan’ny  mpiasa fa tsy misy hidiran’ny raharaha politika mihitsy ny fitakian’ny mpiasa fa mitaky ny zony izy ireo. Mitodika amin’ny fitondrana izahay, indrindra fa ny faritra mba hijery akaiky ny hanokafana ity orinasa Malagasy ity, fa mijaly ireo tsy an’asa. Nanamafy ny hetsika nataon’ny mpiasa ihany koa ny delegasiona maromaro avy ao Antananarivo, tonga teny Andranomanelatra nanatevin-daharana ny fitakiana. Nohamafisin’ny solon-tenan’izy ireo, fa tsy misy hidiran’ny resaka politika mihitsy ny fitakiana. Isan’ny nanaitra ny filazana fa tokony hitady marimaritra iraisana amin’ny fanjakana ireo tompon’andraikitra  isan- tsokajiny ao amin’ny orinasa Tiko ka hitady vahaolana haingana. Tokony tsy hisy tombo sy hala ny fanakatonana orinasa rehefa  misy ny tsy  ara-dalana, hoy ihany ny fanazavana fa tokony hakatona avokoa rehefa orinasa tsy manara – dalàna, fa nahoana ny Tiko AAA ihany no nakatona? Nilaza ny handom-baravarana any amin’ny praiminisitra lehiben’ny governemanta moa ireo solon-tenan’ny mpiasa raha toa ka  mbola tsy misy vahaolana ny fitakiana.

Andry N.

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara0 partages

Cybercriminalité et vol de communication : Les pirates condamnés à 18 mois ferme et 500 millions d’ariary

Ces appareils interceptent des appels internationaux pour les soumettres aux prix locaux (photo fournie)

Le tribunal a tranché sur l’affaire SIM Box, cet appareil qui peut être doté de plusieurs cartes SIM et permet d’intercepter des appels internationaux pour les passer pour de simples appels locaux, aux couts des appels locaux. Le principal auteur de cette utilisation illégale, un ressortissant chinois et sa complice (une malagache) ont écopé de 12 mois ferme et d’une amende s’élevant à 500 millions d’ariary. Les deux ont été poursuivis pour exploitation d’un réseau de télécommunication non autorisée ; installation de station radio électrique sans autorisation ; utilisation de fréquences non assignées ; établissement de réseau perturbant ceux existants et finalement vol de communications téléphoniques à destination de Madagascar. Une enquête a été ouverte le 3 octobre dernier à la suite d’une déposition faite par un opérateur de téléphonie mobile auprès de la brigade criminelle. L’opérateur en question a constaté une nette diminution des appels internationaux via son centre de transit international. Une investigation lancée par la police scientifique, de facto avec les ingénieurs de l’Autorité de Régulation des Technologies de Communication (Artec). Les appels, truqués dans ce cas, ont été localisés du côté d’Analamahitsy et de Tsaralalàna. Une perquisition d’usage a permis de découvrir les appareils SIM Box. Les occupants du lieu ont été arrêtés dans la foulée. Le chinois, selon une explication supplémentaire, a eu un antécédent judiciaire. Il a déjà été arrêté pour vol de connexion en septembre dernier, toujours à Itaosy. Face à un trucage du genre, les pertes sont considérables et pour l’opérateur téléphonique et pour l’Etat. Si le premier ne jouit pas du droit d’interconnexion, l’Etat quant à lui voit une énorme fuite fiscale. Durant le procès, plusieurs infractions liées à la cybercriminalité et les crimes transnationales ont été citées. Ces infractions sont régies par l’article 41 de la loi 2005-023 du 17 octobre 2005, de la loi 2014-005 du 5 décembre 2014 sur la criminalité transnationale organisée et de la loi 2014-006 en date du 19 juin 2014 sur la lutte contre la cybercriminalité. Outre l’emprisonnement ferme des auteurs, les matériels ont également été saisis.

D.R

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara0 partages

Ambatolampy : Des chefs de « fokontany » attaqués par des bandits

Un fait surprenant. On vient d’entendre que des chefs de « fokontany » dans le district d’Ambatolampy ont été victimes des attaques des bandits armés. Selon les informations, les malfaiteurs ne seraient que des membres d’une même bande. La dernière attaque qui s’est produite dans le « fokontany » d’Andriambe aurait confirmé cette hypothèse. Les bandits qui étaient fortement armés dont les uns  à visage découvert et les autres  cagoulés ont déjà dérobé le domicile d’un autre chef de « fokontany » où ils se sont emparés de trois millions d’ariary avant de sévira Andriambe. Informés quelque temps avant l’attaque, des jeunes du « fokontany » d’Andriambe ont monté la garde, mais ils étaient obligés de se plier devant les assaillants faute de moyens. En effet, les bandits ont réussi à s’introduire dans le domicile du chef de « fokontany » qui n’était pas sur les lieux. Une fois sur place, les bandits ont obligé les trois filles du chef « fokontany » qu’ils ont rencontrées dans la maison à livrer l’argent dont dispose leur père. Pour ce faire, ils ont menacé de violer l’une d’elles. Apeurées, les filles ont dû indiquer où se trouvait l’argent de leur père. Ainsi, deux millions d’ariary ont été emportés par les « dahalo ».

T.M.

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara0 partages

RN7 : Nifampitifitra ny zandary sy ny mpanakan-dàlana

Taxi-brousse vitsivitsy sendra tsy naharaka ny namany, no noheverin’ireo mpanakan-dalana fa ho lasibatra mora foana amin’ny asa ratsiny. Nandamoka avy hatrany anefa izany, noho ny fisian’ireo zandary, izay tsy mikely aina miaro ireo vahoaka sy ny fananany, nanaraka an’ireto tandahatra taxi-brousse ireto. Velona teo  ny fifampitifirana, ary vaky nandositra nony farany ireto olon-dratsy, tsy nahavita izay nokasainy hatao. Tamin’iny lalam-pirenena fahafito iny no nitrangan’izany, ny alin’ny talata hifoha alarobia lasa teo, teo amin’ny PK347, toerana antsoina hoe Analatsara ao amin’ny kaominina Ambohimahasoa. “Niainga teo  Ivato Ambositra ireo tanjozotrana fiara Taxi-brousse ireo talohan’io seho io mba hianatsimo. Nisy ny fiara somary taraiky tsy naharaka ny namany ka nijanona taorian’io hatrany ny fiara nisy ireo zandary sasantsasany avy amin’ny FIGN; izay miaraka tamin’izy ireo (escorte). Raha efa lasa aloha noho izany ny fiara maromaro ka tazan’ireo olon-dratsy fa mbola misy fiara telo taraiky lavidavitra, dia nihevitra izy ireo ny hanafika mora foana. Nametraka sakana haingana teo amin’ny làlana ireto jiolahy ireto  tamin’ny alàlan’ny” bois ronds” ary avy hatrany dia nitora-bato ny fiara iray izay nahakiaka ny fitaratra.  Nitifitra avy hatrany ireo zandary izay natao hiaro ireto fiara sy ny mpandeha aminy ireto no sady niantso ny zandary teo an-toerana. Tao anatin’ny haizina moa dia vaky nandositra tany anaty ala ireo jiolahy ireo ka ny zandary teo an-toerana no tonga nanao ny fikarohana azy ireo ary ireo fiara kosa nanohy ny diany tsy nisy naratra na rava fananana niaraka tamin’ireo zandarin’ny FIGN nianatsimo” hoy ny fampitam-baovao. Arak’ izany, tsy nisy voaroba, tsy nisy ny naratra sy ny namoy ny ainy t amin’ireto mpandeha. Marihana fa “efa nihena lavitra be koa ny trangam-panafihana, satria   raha in-droa na in-telo isan-kerin’andro izany taloha, dia efa in-dray mandeha isaky ny roa volana raha misy izany ankehitriny sady mbola tsy naharoba koa fa resy tosika mandositra”. Antenaina araka izany ny hitohizan’izany ezaka izany.

m.L

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara0 partages

Fetin’ny maty eto Toamasina : Nalalaka ny fankalazana, voarara ny fanokafana fasana noho ny pesta

Samy nankalaza an-kalalahana ny fetin’ny maty izay isan’ny fety goavana ho an’i Toamasina ny fianakaviana manana ireo maty notsarovana tamin’ireo toeram-pandevenana  telo, dia ny fasam-bahiny, ny toeram-pandevenana Manangareza ary ny toeram-pandevenana Marokarazana. “Azon’ny vahoaka tsara ny mankalaza ny fetin’ny maty amin’ny fanaterana voninkazo sy fanadiovana ireo fasana, saingy voarara kosa ny fanofana azy ireny ho fiarovana ny daholo be amin’ny pesta, indrindra tao Manangareza izay toerana nandevenana ireo matin’ny pesta nandritra ny valan’aretina teto Toamasina”, hoy ny prefen’i Toamasina no lehiben’ny komitin’ny pesta, Atoa Benandrasana Cyrille. Vokatra izay, dia tsy nanova ny fomba amam-panaon’ny vahoaka eto Toamasina mankalaza ny fetin’ny maty ny valan’aretina pesta, fa nahazo ny fahatsiarovana sahaza azy avokoa ireo maty na tsy omaly avokoa aza no nankalaza ny fetin’ny maty noho ny fifandaminana ny mpianakavy. Ny volana novambra raha teo ho an’i Toamasina dia fankalazana ny fetin’ny maty avokoa. Ankilan’izany, dia mitaraina ireo mpivarotra voninkazo sy fahatsiarovana samy hafa mandritra ny fetin’ny maty eto Toamasina, nahitana fihenana hatrany amin’ny 40% be izao mantsy ny fanjifan’ny olona izany. Antony araka ny nambaran’izy ireo, dia ny resaka pesta ka maro ireo olona matahotra hamonjy fasana indrindra ny ao Manangareza nandevenana ireo matin’ny pesta. Ankoatra izay dia nameno ireo toeram-pandevenana telo teto Toamasina ireo mpitandro ny filaminana, nanao fanaraha-maso ny fampanajana ny fepetra napetraka, sy nametraka ny filaminam-bahoaka noho ny fetin’ny maty tsy misaraka amin’ny zava-pisotro mahamamo.

Malala Didier

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara0 partages

Pesta eto Toamasina : Nanolotra fanampiana ho an’ny komitin’ny pesta ny Mictsl

Ny talata teo no nanolotra ny fanampiany faharoa , ny komitin’ny pesta ho fandringanana ny valan’aretina pesta eto Toamasina ny orinasa MICTSL, na “Madagascar International Container Terminal Services Ltd”, tamin’ny alàlan’ny talen’ny fitantanana ny mpiasa, Atoa Rabenivo Jean Moïse, sy ny talen’ny  fampitam-baovao sy ny fifandraisana amin’ny fanjakana Rtoa Rakotovao Prisca, izay nisolo tena ny tale jeneralin’ny orinasa izay  nandray ny asany vao haingana. Ny komity notarihan’ny prefen’i Toamasina Benandrasana Cyrille kosa no nandray ny fanampiana. Fitaovana mikasika ny fanadiovana ny tanàna sy ny tsena goavana misy eto Toamasina ireto natolotry ny MICTSL ireto, izay nahitana borety, fitaovana fandraofana ny fako sy fanadiovana, ary ranom-panafody famonoana bibikely sy otrik’aretina. Isany ampiasana azy ireo ny fanadiovana ny lakan-drano ao Tanambao III mihazo an’Antanamborizano mivoaka ao Androranga, ny fanadiovana ny tsenan’i Bazary kely sy Ambolomadinika izay tsena be mpivezivezy indrindra eto Toamasina, noho ny fananan’izy ireo ny tsenan’ny tantsaha. Tsy vitan’ny fanolorana ireto fitaovana ireto ihany no natolotry ny orinasa MICTSL, fa teo koa ny fiantohana ny solika ireo fiara vaventy hitaona ireo loto ho lany amin’ny fanadiovana atao, sy ny fiantohana ny sakafon’ireo mpiasan’ny fahasalamana manao ny fanaraha-maso ara-pahasalamana amin’ny lalam-pirenena faha-02 sy faha-05 ary ny ao amin’ny lakan-dranon’i Pangalana. “Orinasa miaina ao anatin’ny fiarahamonina misy azy ny orinasa MICTSL, ka izay manjo ny fiarahamonina, dia manjo anay koa. Manana adidy noho izany izahay miara-miasa amin’ny fiarahamonina indrindra valan’aretina ratsy ny misy eto amintsika izao, ka ilaina ny fiarahan’ny daholo be amin’ny fandringanana azy”, hoy Atoa Rabenivo Jean Moïse. Nambaran’Atoa Benandrasana Cyrille kosa, fa “raha miara-mientana toy izao ny rehetra dia inoana fa tsy ho ela intsony dia horesahintsika miaraka ny pesta”.

Malala Didier

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara0 partages

Pasitera Benjamina : Nadoboka eny Antanimora

Hatairana ny an’ny rehetra indrindra fa ireo mpanara-dia sy mpino ao amin’ny fiangonana Fmfoi, raha nandre fa nalefa eny Antanimora, omaly hariva ilay mpitondra fivavahana, namorona ity vondrom-pivavahana ity, ny Apôstoly Benjamina. Raha ny angom-baovao azo dia resaka tany novidiana no nahavoarohirohy azy. Efa tamin’ny herinandro teo no tonga tao aminay ny fitarainana. Nanomboka teo ny famotorana rehetra ka nisamborana olona iray izay fantatra fa tao ambadiky ny fivarotana io tany io. Tany, izay namidiny tamin’ity pasitera ity nony avy eo. Ny talata lasa teo no nampiantsoana tany amin’ny biraon’ny zandary teny Fenoarivo, mba halaina am-bavany izy tamin’izay. Omaly kosa no vita izany ka dia natolotra ny Fampanoavana teny Anosy ity mpitondra fivavahana ity, miaraka amin’ilay olona tompon’antoka tamin’izany. Ary dia izao niafara tamin’ny fandefasana azy any am-ponja izao, miandry ny fotoam-pitsaràna azy.

m.L

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara0 partages

Avaradoha : Un réseau de voleurs de moto démantelé

Hier, un homme de 23 ans a été placé sous mandat de dépôt après son audition après du Parquet du Tribunal de première Instance à Anosy. Poursuivi pour vol de moto scooter qu’il a commis à Ankadivato le 1er novembre vers 16 heures, cet homme ferait partie d’un réseau de voleurs de scooters qui fait parler de lui dans la capitale ces derniers temps. Les limiers du Commissariat de la Sécurité publique d’Antaninandro, qui sont à l’origine de son arrestation auraient déjà été tenus au courant de cette affaire. Alertés de la présence du suspect à Ankadivato alors que celui-ci était sur le point de spolier la moto d’un individu qui est entré dans une discothèque du quartier, des policiers sont immédiatement intervenus et ont surpris le malfaiteur qui était déjà immobilisé par les agents de sécurité du lieu. Le voleur a été appréhendé juste quand il a poussé la moto pour la faire disparaître. L’arrestation de cet individu rappelle la mauvaise réputation de ce quartier et ses environs, voire jusqu’à Avaradoha qui est réputé comme étant le fief des voleurs de moto depuis des années. Avaradoha et Besarety qui sont également tristement célèbres en matière de vol à la tire et d’attaque à main armée. La preuve, le 31 octobre vers 16 heures, cinq individus ont été arrêtés par des policiers du Commissariat de la Sécurité publique du IIIe arrondissement d’Antaninandro pour avoir dérobé une femme en pleine rue à Avaradoha. L’enquête a révélé que les brigands sont encore des jeunes âgés de 17 à 20 ans. Le pire est d’entendre que le cadet qui n’a que 17 ans est un récidiviste. Il a séjourné à Antanimora en 2016 pour le même délit. Livrés au Tribunal d’Anosy, hier, ces cinq individus sont tous placés sous mandat de dépôt.

T.M.

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara0 partages

Toamasina : Nisy namaky ny fiangonana FLM Tsarakofafa

Novakian’ andian-jiolahy ny fiangonana tantanan’ny Loterana  tao Tsarakofafa, ny alin’ny alarobia nifoha ny alakamisy teo tokony tamin’ny 02ora maraina. Nangalarin’ireo andian-jiolahy tamin’izany ny fanamafisam-peo sy ny “synthétiseur” ary moto scooter iray. Vao nahazo antso anefa ny polisin’ny boriborin-tany faha-2 Toamasina, dia tonga ara-potoana nijery ny zava-nisy, saingy vao nahita ireto polisy ireto andian-jiolahy dia nitsoaka ka navelan’izy ireo teny an-dàlana ireto fitaovam-piangonana nangalarin’izy ireo. Tafaporitsaka tao anatin’ny haizin-kitroky ny tanànan’i Tsarakofafa kosa ireto andian-jiolahy ka tsy nisy tratran’ny polisy nanenjika azy ireo. Isany tena mahazo vahana amin’izao fotoana izao ihany koa eto Toamasina, ny resaka vaky trano, saika ny antso voarain’ny polisy raha tsy fanendahana dia ity vaky trano ity avokoa ankehitriny. Ho an’ny polisin’ny kaomisarian’i Toamasina, dia mpamaky trano efa-dahy izay  mpanedaka ihany koa, no saron’izy ireo tao Ankirihiry bazary may mbola niaraka tamin’ireo fitaovana fampiasany sy solosaina iray fentin-tànana avy nangalarin’izy ireo. Ny roa tamin’izy efa-dahy ireto  Ra-Jim sy Heritiana dia isany efa nifampitadiavan’ny polisy noho ireo fitoriana sy fitarainana maro mikasika azy ireo voarain’ny polisy eto Toamasina, mbola misy naman’izy ireo roa hafa koa karohina. Ankoatr’ izay noho ny fitarainan’ny vahoaka ao Tanambao Verrerie mampiasa ny tetezan-kazo mampitohy ny fokontany roa noho ny ranon’i Pangalana izay tena be mpanendaka sy mpandrava vao maizina fotsiny ny andro, dia nasiana polisy hanara-maso izany manomboka izao.

Malala Didier

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Madagate0 partages

Antananarivo Villa Elisabeth. Firenena tsy misy tantara tsy firenena

TSINDRIO ETO RAHA HAMAKY IO AMBONY IO

Novambra. Volana vaovao, fanajàna ny tenin-drazana avy aty amiko. Be tokoa ireo resaka mikasika sy manodidina ny namarotana ny tany misy ilay hoe «Villa Elisabeth» nipetrahan’ny filoha teo aloha, Pr Zafy Albert, ary tokony mbola hipetrahan’ny vadiny.

N'inona n'inona filaza, n'iza n'iza no be lazao nefa, dia tsy mendrika ho ana firenena iray «mahaleotena» («indépendant»), manana fiandrianam-pirenena («Souveraineté nationale»), ny mivaro-barotra ny fananany izay vakoka («patrimoine») eo amin'ny lafin'ny Tantara sy Kolotsaina. Mpamadika tanindrazana ingahy Reboza Julien, tompon’andraiki-panjakana nanao sonia, sy Herilanja Gerald Ramangasoavina, filoha mpanorina izany orinasa «Madaterrain 0321» (fa tsy Madame Perrin) nahasahy «nividy» ilay tany ary neken’ilay voalohany. Taty aoriana indray dia namidiny amina olo-kafa ka tsy hita ao anaty tatarasy intsony fa fananam-panjakana («Domaine de l’État») ilay tany namidy. Tena tokony hiditra an-tsehatra ny Bianco satria resaka masiso sy mantsina be no ao ambadik’izany raharaha izany.

Ka samy handre izay ho tohiny isika mianakavy aoriana ao, fa androany aloha dia resaka kolotsaina sy harena no ho resahiko eto. Inona moa ny nahatonga io trano io hoe «Villa Elisabeth» ary inona ny antony tokony tsy hitikitihina azy mihitsy fa arovana aza no tena tokony atao? Mahavariana aloha fa dia volana Oktobra 2017 no nipoiran’io raharaha sady manahirana no mahamenatra io, ho an’ny vahoaka malagasy iray manontolo. Araho anie ny tantara e!

23 Oktobra 1817. Io andro io no nanaovan’i Robert Townsend Farquhar, Governora anglisy ao amin’ny Nosy Maurice, sy Radama I, zanaky ny Mpanjaka Andrianampoinimerina, sonia fifanarahana voalohany anglisy-malagasy na «Premier traité britannico-malgache». Nanomboka teo dia nomena ny anarana hoe Mpanjakan’i Madagasikara i Radama I. Tsy hidiran-tsika lalina eto ireo fifanarahana, fa tsara ho tadidy ny hoe: efa tamin’izany fotoana izany dia nisy Anglisy monina teto Madagasikara. Tsy adino koa f’efa tamin’ny volana Aogositra 1818 no nigadona teto ny L.M.S. (London Missionary Society) notarihin-dry David Jones sy Thomas Bevan. Tera-tany anglisy ireo, mazava ho azy. Ary ny taona 1820 dia nisy Malagasy nalefa tany Londres, natao hoe masoivoho mandehandeha («ambassadeurs itinérants»).

Rehefa voazanaka ny firenena malagasy, nanomboka ny volana Aogositra 1896, dia teto foana ireo Anglisy ireo, tsy niditra mihitsy tamin’ny fomba fitantanan’ireo Frantsay ny tany sy fanjakana izay lasa fananan’i Lafrantsa tanteraka. Fa vitsy aminareo mpamaky no mahalala fa nisy anie izany hoe «Opération Ironclad» izany teto Madagasikara e! Tsy sarimihetsika mihitsy izy fa anarana miafina ara-miaramila nilazana ny fahatongavana ireo miaramila anglisy nanafika ity «colonie française» ity tao Toamasina sy Antsiranana, teo anelanelan’ny volana May sy Novambra 1942. Tamin’izany fotoana izany mantsy dia teo ambanin’ny fahefan’i Vichy tarihin’ny Maresaly Philippe Pétain, izay niaraka tamin’ireo Alemà sy Japoney, ny governemanta frantsay (Ny Japon dia nandefa ny sambo misitrika (« sous-marins ») I-10, I-16 sy I-20, tao Antsiranana, ny 29 May 1942). Tamin’izany fotoana izany nisy ihany koa ny hoe «France Libre» (Lafrantsa afaka) notarihin’ny Jeneraly Charles de Gaulle avy ao Londres.

Nisy ny maty tao ny naratra. Frantsay: 150 maty, 500 naratra. Anglisy: 107 maty, 280 naratra. Ny tsara tadidy dia niady ho an’ny «fahafahan’» i Madagasikara eo anatrehin’ny Alemà sy ny Japoney ny Anglisy. Ny 8 Novambra 1942 dia nilavo lefona ny governora frantsay, Armand Annet, tao Ambalavao (Faritanin’i Fianarantsoa amin’izao fotoana izao). Nitsahatra ny ady ka 1200 ny miaramila Frantsay voasambotra. Vita teo ilay hoe «Opération Ironclad» fantatra koa, eo amin’ny lafin’ny Tantara, amin’ny anarana hoe «Bataille de Madagascar» na koa «Bataille de Diego-Suarez». Ary ao Antsiranana (Diego Suarez taloha) no misy ilay fasana anglisy na «Cimetière militaire anglais». Ao no milevina ireo miaramila rehetra maty teto Madagasikara, ka tafiditra ao amin’ny Commonwealth (fikambanan’ny tany miteny anglisy eo amban’ny fahefan’ny Mpanjakan’ny Angletera): Anglisy 166, Aostralianina 1, Afrikana atsimo 10, Afrikana atsinanana 132, Nosy Maurice 5, avy any Belgique 1. Tsara kolokolo io fasana io ary manana ny boky volamenany mihitsy. Maro ny mpizahan-tany mitsidika azy.

Izany, Tompoko, ny an’ny olona: tsy fafany mihitsy ny Tantarany, eny na dia lavitry ny Tanindrazany aza no niseho ny tranga nahakasika azy nivantana. Ny vazaha moa mahay mifanaraka foana, ka dia nijanona zanatany frantsay i Madagasikara sy ny mponina rehetra ao aminy hatreo. Ny 6 Febroary 1952 dia nodimandry ny Mpanjakan’i Angletera, George VI. Tsy nanan-janaka lahy izy fa vavy roa: Elisabeth sy Margaret. Satria moa Elisabeth no zokiny dia izy no nandimby ny rainy nanomboka io 6 Febroary 1952. Ny any moa tsy lany andro mitoritoreo fa mivatana: Maty ny Mpanjaka, ho ela velona ny Mpanjaka vavy («Le Roi est mort, vive la Reine»). Ny Talata 2 Jona 1953, tao amin’ny Abbaye ao Westminster, no andro natokana ho andro hametrahana ny satrom-boninahiny («Sacre» na «Couronnement») ka ho lasa Elisabeth II, Mpanjakavin’ny Angletera feno izy. Izany hoe 15 volana taorian’ny nahalasan’ny rainy.

Io anarana io no nanomezan’ireo Anglisy monina tao Alarobia-Ivandry ny anaran’ny trano nipetrahany. Ary nanomboka teo dia lasa «Villa Elisabeth» io trano io. Elizabeth ny fanoratana azy amin’ny teny anglisy. Rehefa niverina ny fahaleovantenan’i Madagasikara (26 Jona 1960) dia niala tao ireo Anglisy fa ny anarana nijanona. Ary dia natao ipetrahan’ireo minisitry ny raharaham-bahiny malagasy. Tsarovy fa ho fanajàna ny fifanarahana tamin’ny andron’ny Mpanjaka Radama I -izay notohizan’ny Mpanjakavavy Ranavalona I- dia nisy Malagasy nalefa tany Londres, ka anisan’izany ry Andriantsitohaina, Andriantseheno sy Ramanakoraisina, ny taona 1836. Ary dia noraisin’ny Mpanjaka Guillaume IV sy ny vadiny, Adélaïde,tao amin’ny lapan’i Saint-James ary koa Windsor izy ireo, ny volana Febroary 1837. Izany hoe, nanana ny fiandrianany tanteraka i Madagasikara satria neken’ny firenena lehibe any ivelany, tamin’izany fotoana izany: Amérique du Nord, Allemagne, France, Italie ary Angleterre izany. Io no toa mbola tadiavin’ny filoha Hery Rajaonarimampianina hatramin’izao. Toa tsy mahalala ny tantaran’ny fireneny mihitsy ingahy io an!

Raha hiverenako kely io resaka masoivoho mandehandeha («ambassadeurs itinérants») io, dia mino aho fa vitsy ianareo amin’izao vaninandro izao ny mahalala fa in-dimy no nisy Malagasy nalefa ivelan’i Madagasikara, talohan’ny fanjanahantany. Tamin’ny andron’i Mpanjaka Radama I (1820); tamin’ny andron’ny Mpanjakavavy Ranavalona I (1836); tamin’ny andron’ny Mpanjaka Radama II (1862); tamin’ny andron’ny Mpanjakavavy Rasoherina (1863) ary tamin’ny andron’ny Mpanjakavavy, Ranavalona II (1882). Tena nanana ny naha-izy azy tokoa izany hoe Madagasikara izany.

Izany rehetra izany indrindra no nahatonga ny Prinsesy Anne, zanaka vavy tokan’ny Mpanjakavavy Elisabeth II tonga teto Antananarivo, ho fahatsiarovana izany fifanarahana efa 200 taona lasa izay. Ary nigadona teto tokoa izy sy ny vadiny, tamin’ny datin’ny 23 Oktobra 2017. Ary dia nisy ny fotoam-pivavahana fangatahana fitahiana ny ampitsony, teny Ambohimanoro. Averiko, tsy maninona satria mamerina in-droa manana ny antitra: izany hoe 200 taona katroka taorian’ny nanaovana sonia ny fifanarahana voalohany tamin’ny andron’ny Mpanjaka Radama I. Fa dia naninona loatra re ireto Malagasy tsy valahara ireto no namoa fady, namoa-doza re e? Amin’izay taorian’ny nalahasalan’ny Profesora Zafy Albert mihitsy.

Dia tonga hatramin’ny hoe: ny tany no namidy fa tsy ny trano. Fa aiza moa io trano io no miorona? Tsy eo ambon’io tany io? Izany hoe ho ravana io vakoka io no ny tombontsoan’olo-tokana nanome vola tsy mifanaraka akory amin’ny tena lanjan’io toerana io, ara-tantara, ara-kolotsaina? Tsy nipetrapetraka ho azy tao koa anie ny fianakaviana Zafy fa nisy ny décret n°097-575 tamin’ny 30 Aprily 1997, mikasika ireo filoha nitondra teo aloha sy ny vadiny, izay manome alalàna hananan’izy ireo tranom-panjakana ipetrahany. Taty aoriana aza nohitarina bebe kokoa ny zon’ireo filoha nitondra teo aloha, eny hatrany amin’ny lehibena andrim-panjakana aza. Raha fintinina dia trano hifandimbiasana manan-kasina izy io, ka tsy nisy nanana eritreritra mihitsy, na iray segondra aza, hoe hisy Malagasy tsy manjary hahavita hivarotra azy amina fomba mamoehatra tanteraka. Dia ingahy Julien Reboza izany, mpiampy an’ingahy Hasimpirenena (ovay io anarana io!) Rasolomampionona.

Ny firenena tsy manana Tantara, tompoko, tsy firenena. Olona tsy misy fotony izany ny olona mipetraka ao aminy ka tsy handroso mihitsy fa viravirain’ny vahiny mandrizay. Raha dinihina izany dia tsy ny vahoaka malagasy ny voahozona fa mpiray tanindrazana toa ny tena no manozona ny taranaka sy zanaka amam-para. Ny any ivelany mampiditra vola ny trano nipetrahana na mbola ipetrahana olona malaza. Ny eto Madagasikara dia fananam-panjakana izao mbola misy mahita mampiasa ny fahaizany eo amin’ny lafin’ny fitiavan-tena, fitiavan-kely. 59 tapitrisa iraimbilanja na 12 tapitrisa ariary! Tsy efa lany izay? Tsy mahazo fiara 4X4 vaovao akory anie izany. Ankasomparana kosa angamba e. Fa ny vokany dia io. Naverina any amin’ny fanjakana ho fananany aloha io tany io. Inona tokoa moa ny «tombontsoa» azon’ny vahoaka malagasy amin’izany mivarotra fananana iombonana izany aloha e? Asa…

Ny andrasan’ny rehetra dia ny Filoha Hery Rajaonarimampianina mihitsy no hilaza fa manomboka izao dia tsy misy ary tsy hisy intsony eto amin’ny tanin’i Madagasikara, fananam-panjakana, indrindra fa tany sy trano azo amidy intsony. Ary dia ho raiketina ho lalàna izany ho fiarovana ny vakoka ara-tantara maha firenena ny firenena iray. Fa kosa tsy atao ho fampanantenana ao anaty propagandy 2018 an! Izao dia izao no tanterahina izany fiarovana ny fananan’ny Malagasy izany. Satria ny vahoaka anie no tena fanjakana e! Ny vaohaka anie no tena mibaiko fa ianareo mpanatanteraka mandalo fotsiny ihany e! Misaotra mialoha, tompoko.

Farany mba tsy ho very tadidy tanteraka. Nisy fotoana dia tao amin’io villa Elisabeth io no namolavolana mpanao gazety («formation journalistique»). Mandehana manontany an’i Vahömbey sy Christiane Ramanantsoa raha mihevitra ianareo fa mandainga aho. Fa tsy angano velively ireo voarakitra an-tsoratra ireo fa Tantara marina. Ary ny soratra mitoetra (raha mandalo ny teny).

Jeannot Ramambazafy - Lahatsoratra nivoaka tao amin'ny gazety "La Gazette de la Grande île" ny Alakamisy 02 Novambra 2017