Les actualités Malgaches du Jeudi 03 Octobre 2019

Modifier la date
Midi Madagasikara52 partages

Airtel Madagascar : Une révolution des offres fibre optique en vue

le Directeur Général d’Airtel Madagascar, Eddy Kapuku.

Suite à l’engagement de l’Etat malgache à déverrouiller le marché de la fibre optique à Madagascar en mai de cette année, Airtel Madagascar a annoncé son souhait de relever le défi et de révolutionner les offres fibre optique dans la Grande Île. La concrétisation de cet engagement de l’Etat va permettre au troisième opérateur mobile mondial de développer des solutions pouvant lui permettre de faciliter l’accès à Internet avec des offres abordables et illimitées.

« En tant que troisième opérateur mobile mondial et fort de sa politique de proximité avec ses usagers, Airtel Madagascar en appelle ainsi à une plus grande flexibilité du marché afin que la population puisse profiter librement de la diversité des offres plus abordables et d’un meilleur accès à Internet qui doit cesser d’être un produit de luxe comme c’est le cas actuellement. En effet,à cause de la bande passante limitée, l’utilisation des faisceaux hertziens constitue un frein majeur pour le développement numérique et notamment pour l’exploitation extensive de la technologie 4G qui requiert une grande capacité de transmission des données. La solution reste la libéralisation du marché de la fibre optique comme annoncé par l’Etat Malagasy», a affirmé Eddy Kapuku, Directeur Général d’Airtel Madagascar.

Rappelons que l’Etat a renforcé son engagement à libérer le marché de la fibre optique lors du Conseil du Gouvernement du 28 juin 2019 par la modification de l’article 4 du décret n°2014-1652 interdisant  aux opérateurs titulaires de licence de « construire, installer ou de déployer de nouvelles capacités de transmission de fibre optique dupliquant les liaisons nationales existantes » et qui ne laisse aux autres opérateurs qu’une unique alternative : l’exploitation de faisceaux hertziens.

Recueillis par Anja RANDRIAMAHEFA

Midi Madagasikara20 partages

Nomination de gouverneurs : Marc Ravalomanana interpelle la HCC

Marc Ravalomanana à la fête nationale de la Corée du Sud au Carlton hier.

L’intervention de la HCC est plus que jamais sollicitée pour mettre fin aux polémiques.

Deux nouveaux gouverneurs de région ont jusqu’ici effectué la passation de service avec leurs prédécesseurs une semaine après leur nomination. Il s’agit du gouverneur de la région de Haute Matsiatra Razafindrafito Lova Narivelo et celui d’Analamanga Rasoamaromaka Hery. Parallèlement à cette procédure administrative, le débat sur la constitutionnalité de la nomination continue de défrayer la chronique. Le président national du TIM Marc Ravalomanana a réagi sur la question hier lorsqu’il a été interrogé par les journalistes en marge de la célébration de la fête nationale de la Corée du Sud au Carlton à Anosy. « L’article 154 de la Constitution est claire. La fonction exécutive au niveau d’une région est exercée par un chef de région élu au suffrage universel. La nomination des gouverneurs à la place des chefs de région constitue une violation flagrante de la Constitution. Par ailleurs, on ne peut pas faire un essai avec la Constitution en disant que la nomination des gouverneurs n’est qu’une mesure transitoire. Pour moi, soit on applique la Constitution, soit on la suspend. Je me demande si l’on va dans la bonne direction ou dans la mauvaise direction.», a expliqué l’ancien président. Avant de rajouter : « Le silence de la HCC m’inquiète comme les autres observateurs de la vie politique. Gardienne de la Constitution, la Haute Cour Constitutionnelle ne doit pas rester bras croisés pour ne pas être accusée de complice. »

« Titre ». En marge de la passation de service entre le gouverneur d’Analamanga Rasoamaromaka Hery et son prédécesseur, le ministre de l’Intérieur et de la Décentralisation Tianarivelo Razafimahefa a affirmé que la nomination des gouverneurs n’a rien d’inconstitutionnel et d’illégal. « La Constitution est scrupuleusement respectée. Le décret n°2019-1866 a été pris en application de la loi n°2014-020 relative aux ressources des Collectivités Territoriales Décentralisées, aux modalités d’élections, ainsi qu’à l’organisation, au fonctionnement et aux attributions de leurs organes. L’article premier de ce décret dispose que la fonction exécutive au niveau d’une région est exercée par un chef de région portant le titre de gouverneur. », a précisé ce membre du gouvernement. A noter que l’avis de la Haute Cour Constitutionnelle n’est jusqu’ici demandé sur la nomination des gouverneurs à la place des anciens chefs de région. Le Sénat qui représente les Collectivités Territoriales Décentralisées dont les régions, hésite à faire jouer l’article 81 de la loi fondamentale qui prévoit que « la Haute Cour Constitutionnelle peut être consultée par tout Chef d’institution et tout organe des collectivités territoriales décentralisées pour donner son avis sur la constitutionnalité de tout projet d’acte ou sur l’interprétation d’une disposition de la présente Constitution ». On se demande quelle disposition le président du Sénat Rivo Rakotovao qui vient de rentrer au pays après une mission à l’extérieur, va prendre face à l’interpellation persistante d’une partie de l’opinion.

R. Eugène

Midi Madagasikara15 partages

Graine de star : Le gagnant à connaitre ce soir

les participants présentés à la presse hier.

Bientôt, la graine poussera ! Mais qui d’entre ces quatre sera « la graine de star » ? La réponse, nous l’aurons ce soir. Eh oui, ils ne sont plus que quatre talents à se disputer ce titre pour cette seconde édition.  Chacun d’entre eux défendra les couleurs de leur ville respective à savoir Antsiranana, Nosy-Be , Toamasina et Antananarivo. Les pépites retrouveront les noctambules de la capitale ce soir au le Taxi-Be Antanimena. Ils seront mis à l’épreuve de la scène, face à un parterre de jury, composé de grosses pointures dans le milieu. Cette année l’honneur revient à  Black Nadia, Big Mj, Stéphanie et Taa Tence.

Comme la première édition, Graine de star est un concours de chant qui mettra sous les feux des projecteurs, une future étoile de « la musique des tropiques ». Si le concours a débuté depuis plusieurs mois dans les différentes villes de Madagascar, les quatre finalistes constituent les meilleurs de la saison. Mettant ainsi Zazou, Fabrunah, Hector, Dahlia en phase finale. Les règles restent les mêmes.  Chaque candidat interprètera  trois chansons imposées en malgache, français, anglais, et un morceau en duo. Les notes se basent sur la voix, l’expression scénique, la maitrise de l’art mais surtout l’aptitude à assurer le show et donner du spectacle, du bon et du vrai.  Que le meilleur gagne!

Zo Toniaina

Midi Madagasikara9 partages

Routes de Tanà : Grandes défaillances au niveau de l’assainissement

Les infrastructures sont insuffisantes et les canaux d’évacuation d’eau existants sont bouchés par les ordures !

Ce sont les principales causes de l’inondation des routes de la Capitale, évoqués par les techniciens du  MAHTP (Ministère de l’Aménagement, de l’Habitat et des Travaux Publics). En effet, la montée des eaux est inquiétante, dès la tombée de la première forte pluie de la saison. « L’Etat mène déjà de nombreux projets pour la réhabilitation des routes dans la ville d’Antananarivo. Il y a également des projets d’extension de routes. Ces projets prévoient l’amélioration des infrastructures d’évacuation d’eau et même la construction de nouveaux canaux. Cela est nécessaire, afin d’améliorer la durée de vie des nouvelles infrastructures routières », ont indiqué les responsables auprès du Ministère. Ces derniers ont souligné que le comportement de chaque citoyen est déterminant sur le bon fonctionnement de ces infrastructures d’évacuation d’eau, notamment en évitant de jeter les ordures hors des bacs dédiés. D’après les explications, si les eaux montent sur les routes, c’est parce que les canaux d’évacuation sont bouchés. A noter que plusieurs campagnes de sensibilisation ont déjà été menées pour le respect des infrastructures d’assainissement, mais des efforts restent à faire.

Circuit. Selon les techniciens, les eaux usées et les eaux de pluie partent depuis chaque ménage des différents Fokontany, vers les canaux d’évacuation bordant les routes et les trottoirs. Elles sont par la suite déversées vers les canaux principaux, qui mènent vers les stations de pompage de l’APIPA (Autorité pour la Protection contre les Inondations de la Plaine d’Antananarivo). C’est par la suite que cette dernière qui déverse  l’eau vers le canal d’Andriantany ou vers les autres bassins tampon. Cependant, avec la défaillance au niveau de l’assainissement, ces eaux sont bloquées au niveau des Fokontany et au niveau des canaux qui mènent vers les stations de Pompage de l’Apipa, et ne sont donc pas versées à temps vers le canal Andriantany. Pour le MAHTP, ce problème d’évacuation est fortement nuisible aux infrastructures routières, qui ont pourtant fait l’objet d’importants investissements pour les travaux de réhabilitation et d’extension. « Nous avons besoin de changements et de changer nos comportements, si l’on veut avoir de bonnes infrastructures. Ce sont des biens communs qui méritent le respect de tous », ont soutenu les techniciens du MAHTP.

 Antsa R.

Midi Madagasikara9 partages

Nécessité de repenser l’organisation du système éducatif

Le scandale est immense et il est en train  d’éclabousser tout notre système d’éducation. Les fuites de sujets   ont toujours existé, mais elles ont été tues. Et aujourd’hui, à l’ère de la transparence, elles traumatisent tous les candidats au baccalauréat qui vont devoir vaille que vaille, surmonter cette épreuve morale et se replonger dans l’atmosphère de cet examen qui est si important pour eux. Les tricheries ont été découvertes et dénoncées, et des arrestations ont eu lieu. Les sanctions vont être exemplaires.

Nécessité de repenser l’organisation du système éducatif

De nombreux centres d’examen ont été touchés et le scandale est immense. L’examen du baccalauréat peut être dévalorisé après ces découvertes de fuites de sujets. La nouvelle s’est répandue comme une trainée de poudre. Des corrigés proposés sur internet, des chefs d’établissement pris en flagrant délit en compagnie d’élèves ou  des candidats maltraités et menacés, c’est du jamais vu ou  du moins à la différence du passé, plus rien n’est caché. Le système est gangréné et il est nécessaire de redresser la barre. Les mesures ont été aussitôt prises et  de nouveaux sujets d’examen vont être proposés. On imagine l’état d’esprit des candidats qui vont repasser les épreuves.  Ce problème vient s’ajouter à tous ceux que le ministère  de l’Education  a connus ces derniers temps. La valse d’hésitations à propos du PSE et du calendrier scolaire, et la baisse du taux de réussite au CEPE et au  BEPC  ont provoqué un certain malaise dans le milieu scolaire.  A  présent, ce scandale donne une image peu reluisante de notre système éducatif. Les responsables ont réagi très vite  et c’est tout à  leur honneur. Mais, il va y avoir des séquelles dont  on  ne mesure pas encore les conséquences. Quoiqu’il arrive, la réputation de ce baccalauréat sera entachée. Il est nécessaire de repenser  toute l’organisation de ce système éducatif dont nous  venons de  parler. C’est à ce prix que la confiance reviendra.

Patrice  RABE

Madagate5 partages

Madagascar. Emission exceptionnelle d'un timbre pour le Mahatma Gandhi

Le 2 Octobre est une date des plus propices pour la Nation Indien. Elle est est connue sous le nom de Gandhi Jayanti, ce qui signifie le jour de la naissance du Mahatma Gandhi. Mahatma signifie « Grande âme » pour les Indiens.

Le 2 octobre est l’une des trois fêtes nationales en Inde, les deux autres étant le jour de la République et le Jour de l’Indépendance. Chaque année, l’Inde célèbre cette journée avec grand enthousiasme afin de rendre hommage à ce Père de la Nation, dont le Leadership courageux dans sa lutte pour la liberté, a libéré l’Inde de la domination britannique.

Le nom complet du Mahatma Gandhi est Mohandas Karamchand Gandhi, également connu sous le nom de Bapu ou Père de la nation. Le 2 octobre a également été proclamé comme la Journée Internationale de la Non-violence par l’Assemblé Générale des Nations Unis en 2007, car Mahatma Gandhi a été un prédicateur de la non-violence tout au long de sa vie.

Cette année 2019, Gandhi Jayanti est très spécial, car il marque le 150eme anniversaire de la naissance de Gandhi. En effet, il est né le 2 octobre 1869 à Portbandar. L’an dernier, l’Ambassade de l’Inde à Madagascar a commencé à célébrer le 150ème anniversaire de cette naissance et a mis en place de nombreux programmes. L’Ambassade a reçu le soutien total de la Communauté Indienne, celui des anciens élèves de l’ITEC, du Gouvernement et du peuple Malagasy pour organiser ces événements.

SEM Abhay KUMAR

« Nous allons poursuivre la célébration dans les mois à venir », a déclaré l’Ambassadeur de l’Inde, SEM Abhay KUMAR. Dans le cadre des manifestations prévues, figurera l’émission exceptionnelle, par la Paositra Malagasy, d'un timbre commémoratif sur Mahatma Gandhi et la sensibilisation des jeunes à utiliser l’énergie solaire à l’aide de kits de lampes achetés en Inde.

Parmi les nouveaux programmes associés à la célébration, le projet de faire de l’Inde un pays qui n’utilise pas de plastique à usage unique et le programme Fit India, qui consiste à sensibiliser d’avantage l’opinion sur la santé et la forme physique.

Andry Rakotonirainy

Madagate3 partages

Antsiranana. Des navires indiens en escale

Des navires du Premier escadron d'entraînement INS Tir, Sujata, Shardul et le navire des garde-côtes Indiens ICGS Sarathi sont entrés au port d'Antsiranana le 1er octobre 2019. Ces navires ont été accueillis par le deuxième Secrétaire de l'Ambassade de l'Inde à Madagascar, Mr K. J. Tete, en compagnie du Chargé de liaison de la Marine Malagasy. Alors que l'orchestre de la marine malagasy jouait des airs de marche en toile de fond, la garde d’honneur ainsi que la fanfare indiennes ont défilés à bord de l’INS Tir pour la cérémonie de bienvenue.

L’officier supérieur 1TS et ses commandants ont effectué une visite de courtoisie au Contre-Amiral Vaohavy ANDRIAMBELONARIVO ANDASY, Commandant des Forces Navales Malgaches, qui était accompagné du Capitaine SAM KALOBE, Commandant de la Base Navale d’Antsiranana, du Général de Brigade RASOLOFOMANANA Hiary Lala, Chef d'état-major général des forces armées malgaches, du Chef de la région Diana, RAMANAMAHAFAHY MAPAZA, du Préfet d'Antsiranana, RABEMAMORY Adel Bienheureux,  du Maire d'ANtsiranana par intérim ANDRIANAHAZAKA Germain.

Une réunion d'information groupée a été organisé à bord de l'INS Tir pour un exercice bilatéral entre les deux forces. L'équipe de commandement des Navires 1TS et l'officier de Coordination de la Base Navale d'Antsiranana ont assisté à la réunion.

Les navires du Premier escadron d'entraînement INS Tir, Sujata, Shardul et le Navire de la garde côte Indienne ICGS Sarathi, effectuent une visite d’entraînement à Antsiranana, Madagascar. Pour commémorer le 150e anniversaire de la naissance de Mahatma Gandhi, le Père de la Nation, les navires du premier escadron d'entraînement ont organisé une séance de yoga. 85 membres du personnel, y compris des officiers, des marins et des stagiaires de l’escadron d’entraînement, ont assisté à la session au port Antsiranana.

Madagate3 partages

Madagascar. 30 ans d'actions déjà pour SOS Villages d'Enfants

Le lancement de la célébration du 30ème anniversaire de SOS Villages d’Enfants Madagascar a eu lieu le lundi 30 septembre 2019 à Votovorona, sous le Haut patronage de la Première Dame de la République de Madagascar, Madame Mialy RAJOELINA, et sous le patronage de la Ministre de la Population, de la Promotion Sociale et de la Promotion de la Femme, Madame Irmah Lucien NAHARIMAMY.

Ce, en présence du Président de SOS Villages d’Enfants International, Monsieur Kaul SIDDHARTHA, du Président de SOS Villages d’Enfants France, Monsieur Daniel BARROY et de la Présidente de SOS Villages d’Enfants Madagascar, Maître Maria RAHARINARIVONIRINA. Il est à noter que l’année 2019 est aussi une année marquante pour la Fédération internationale qui verra également la célébration du 70ème anniversaire de SOS Villages d’Enfants International.

Kaul SIDDHARTHA assume la présidence de la Fédération Internationale des SOS Villages d’Enfants. Basée en Autriche, elle est reconnue comme la plus grande Organisation Non Gouvernementale à vocation sociale œuvrant en faveur des enfants, fédératrice des associations nationales SOS Villages d’Enfants,dont les activités s’étendent dans 135 pays. La Fédération est membre de l’UNESCO et a le statut consultatif au Conseil économique et social de l’ONU. Elle a reçu de nombreuses récompenses mondiales (Conrad Hilton Humanitarian Prize, Médaille d’Honneur de Barcelone, etc) pour ses actions humanitaires. Kaul SIDDHARTHA est le porte-parole de la cause des enfants auprès des différentes institutions au niveau mondial.

Depuis 1989, SOS Villages d’Enfants Madagascar, une association de droit malgache reconnue d’utilité publique, œuvre pour la protection de l’Enfance à Madagascar. Ainsi, elle fournit un environnement familial sécurisé et affectueux aux enfants sans appuis parentaux. Elle travaille également avec les familles vulnérables pour prévenir la séparation des familles. Elle contribue, plus largement, dans les domaines de l’Education, de la Santé, de l’Insertion sociale et professionnelle des jeunes et du renforcement des mécanismes de protection de l’enfant au sein des communautés. Elle travaille dans le respect de la politique générale de protection de l’enfance mise en œuvre par le gouvernement. A cet effet, elle a reçu l’appui de l’État auquel, au nom de l'association, sa Présidente adresse sa haute reconnaissance. Etat malagasy qui continue son appui dans la croissance, la réalisation et le développement des activités de SOS Villages d’Enfants Madagascar.

Les principes fondamentaux des programmes de la Fédération internationale sont, en premier lieu, la protection des droits des enfants privés de prise en charge parentale ou risquant d’en être privés. Pour la Fédération, la famille constitue l’environnement idéal pour qu’un enfant se développe au maximum de son potentiel, auprès d’un parent aimant (ou auprès d’une personne responsable chargée d’assurer une protection de remplacement), qui le guide et le soutient.

La vision de la Fédération internationale est la suivante : Chaque enfant fait partie d’une famille et doit grandir dans l’amour, le respect et la sécurité. Aucun enfant ne doit grandir seul.

Créée en 1989 à Madagascar grâce à l’appui de SOS Villages d’Enfants France, et à l’accompagnement de SOS Children’s Villages International -c'est-à-dire au cours de la même année d’adoption de la Convention Internationale des droits de l’enfant-, SOS Villages d’Enfants Madagascar célèbre ses 30 ans d‘actions en prise en charge de qualité, en protection de l’Enfance et en promotion de la Jeunesse (Alimentation, Education, Protection Maternelle et Infantile, Santé, Insertion sociale et professionnelle) pour contribuer aux Objectifs de Développement Durable (ODD).

Participeront activement à cette célébration qui s'achèvera le samedi 5 octobre 2019, l’ensemble des structures de SOS Villages d’Enfants Madagascar présentes dans les 4 provinces et les différents districts, à savoir : Analamanga, Vakinankaratra, Atsinanana, Mahajanga, Atsimo Andrefana, Anosy, Betioky, Bekily, Ambovombe, Tsihombe, Ampanihy et Beloha.

Selon le Rapport 2018 du PNUD, la population malagasy est caractérisée par sa Jeunesse, avec 53,8% ayant moins de 20 ans. Les enfants âgés de moins de 15 ans représentent un peu moins de la moitié de la population (44,7%).

Dans toutes les actions et les décisions que l’association prend, l’intérêt supérieur de l’enfant prime sur toute autre considération. Elle soutient les familles, les communautés, et accompagne le gouvernement pour renforcer leurs capacités à venir en aide aux enfants et aux familles. Elle s’efforce d’améliorer le cadre de vie général des enfants et des familles des groupes cibles, grâce à des actions de plaidoyer visant à faire évoluer les politiques et pratiques qui menacent leur développement et leurs droits.

Pour toutes ces actions humanitaires et sociales, l’association SOS Villages d’Enfants Madagascar est reconnue d’Utilité Publique depuis l’année 2012 par décret pris en Conseil des Ministres.

L’association malagasy est constituée de plusieurs structures situées sur plusieurs sites. Elle est dirigée par un Conseil d’Administration composé de membres adhérents bénévoles et d’une direction exécutive de 526 effectifs dirigés par un directeur national. Les quatre villages d’enfants SOS construits constituent les socles principaux des actions pour l’accueil et la prise en charge de remplacement au long terme des enfants sans appui parental :

- En 1989 : construction du Village d’enfants SOS de Vontovorona, à Antananarivo.

- En 1998 : construction du Village d’Enfants SOS de Mangarano, à Toamasina.

- En 2003 : construction du Village d’Enfants SOS d’Ivohitra, à Antsirabe.

- Enfin en 2015 : construction à Fort-Dauphin du 4ème Village d’Enfants SOS d’Ankôkô.

Chacun des Villages d’Enfants SOS, à l’exception de Fort Dauphin, est doté de dispensaire et de PMI, d’école maternelle et préscolaire, d’établissements scolaires primaires et secondaires, tous ouverts aux enfants des communautés de base d’implantation et environnantes.

 

Parallèlement aux villages, SOS Villages d’Enfants Madagascar a mis en place des Centres de jour (CAJ) pour mener des activités de prévention d’abandon, appelées programmes de renforcement des familles (PRF). Les familles en situation de grande précarité sont leurs cibles, pour suppléer à l’absence et à l’insuffisance d’accès à la nutrition des enfants à travers les cantines, à la scolarisation et à l’accès aux soins des enfants, et accompagner à l’autonomisation des familles par la formation et l’insertion professionnelle (relèvement socio-économique de la famille).

Dans six districts, SOS Villages d’Enfants Madagascar a mis en place des centres d’appui communautaires (CAC) pour accompagner des villages et hameaux en situation de grande précarité et régulièrement exposés à la famine et aux catastrophes naturelles (classes Asama, dispensaires, maisons de femmes, etc).

Au total, 12 dispensaires de SOS Villages d’enfants Madagascar permet l’accès aux soins pour les enfants des Villages d’Enfants SOS et pour les familles qui n’ont pas accès à la santé dans les quartiers où l’association est implantée.

L’insertion et l’autonomie professionnelles des jeunes issus des Villages d’Enfants SOS Madagascar et des centres fait partie des objectifs prioritaires de la Fédération et de l’association malgache pour la décennie 2030. À cette fin, des centres de formation en biologie aquatique/aquaculture (CEBAFA), fabrication numérique (FABLAB), menuiserie, hôtellerie et restauration sont en place. Par l’entremise du projet YouthCan!, des partenariats sont menés avec des entreprises privées pour la découverte, la formation et l’accès au marché du travail.

En 2018, SOS Villages d’Enfants Madagascar a enregistré :

Ponctuellement,

- 913 enfants accueillis dans le cadre de la Protection de Remplacement ;

- 5.149 pris en charge par nos Programmes de Renforcement Familial ;

- 1.992enfants en appui scolaire et nutritionnel auprès de nos établissements scolaires ;

- 19.308 consultations auprès de nos PMI, dispensaires et CSB ;

- 22.194 enfants bénéficiaires des services dispensés par les projets financés par des institutions et mis en œuvre par SOS Villages d’enfants Madagascar dans différents domaines sociaux, dont l’accompagnement pour l’obtention des copies d’acte de naissance et renforcement des droits de la femme.

En collaboration avec le gouvernement et ses nombreux partenaires, SOS Villages d’Enfants se fixe les objectifs suivants pour les années à venir:

- Améliorer l’autonomie financière de l’association par des ressources locales (privées et publiques) ;

- Assurer la qualité de nos services en matière de prise en charge et de gestion.

- Assurer l’Insertion socio-économique des jeunes pris en charge par SOS Villages d'Enfants ;

- Plaidoyer pour un meilleur respect des droits de l'enfant et un meilleur accès de chaque enfant accompagné aux services sociaux de base: éducation, santé, nutrition, accueil et protection, régularisation officielle de naissance ;

- Impliquer les familles et les communautés bénéficiaires de nos programmes de renforcement familial dans la mise en place de systèmes de protection et de prévention de la séparation de l'enfant-parents.

CONTACT

SOS Villages d’Enfants MadagascarBureau National de Coordination et de ReprésentationBP. 6062. Andrainarivo (près Hôtel Panorama)101 Antananarivo, Madagascar

Tél : +261 (0) 20 22 418 27

Email : Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.

Reportage à Votovorona : Andry RAKOTONIRAINY

Midi Madagasikara2 partages

Football : Une dette de deux milliards ariary pour la FMF

Incroyable mais hélas vrai, les dettes laissées par le Comité de Normalisation avoisinent aujourd’hui les deux milliards d’ariary. Continuité de l’Etat oblige, c’est la nouvelle fédération qui va devoir se charger du remboursement et avec les moyens du bord.

La Fédération Malgache de Football qui affirme vouloir payer les primes de performance des joueurs mais qui ne serait plus en mesure d’honorer ses autres engagements dont le plus important est ce dernier match de qualification des Barea CHAN contre la Namibie du 18 octobre prochain.

Un très grand pas. Un match capital surtout que l’unique but marqué à Mahamasina est déjà un très grand pas pour la qualification à la phase finale de la CHAN au Cameroun. Une participation tout aussi importante dans la mesure où elle servira aussi à préparer la relève susceptible de faire partie des Barea A dont le premier match des éliminatoires de la CAN 2021 aura lieu aussi au mois de novembre contre l’Ethiopie.

A cela s’ajoute aussi les frais de regroupement de deux équipes, ainsi que le coût d’un éventuel match de préparation des Barea A contre l’île Maurice.

Bref, la FMF se doit de trouver les moyens pour honorer tous ces rendez-vous. Mais bien avant, elle doit éponger les dettes contractées par le Comité de Normalisation.

Pour l’image de Madagascar. « Pour l’instant, nous n’avons pas cette somme incluant les frais de séjour de certains membres du CDN en marge de la CAN 2019, mais également de leur passage à Paris », confie un proche de cette nouvelle équipe qui veut toutefois garder l’anonymat pour des raisons évidentes que l’on sait.

En clair et pour appeler un chat un chat, la FMF n’est même pas certaine de pouvoir rallier la Namibie avec l’équipe de la CHAN ? Ce qui est aux yeux des férus du football, un très beau gâchis pour cette discipline qui est pourtant en train de remonter la pente, et qui a aujourd’hui, l’estime du monde du football mondial. Une nouvelle étiquette qu’on se doit d’honorer. Les yeux se tournent donc vers le ministère de tutelle pour un soutien effectif pour l’image de Madagascar.

Certes les Barea de la CHAN sont entrés en regroupement depuis mardi mais autant le dire que cette incertitude sur leur participation, reste un grand coup au moral de cette troupe pourtant fin prête pour ce match retour à Windhoek.

Comme Tsito de JET Mada et Safidy d’Elgeco Plus se sont remis de leur blessure, on aura une ligne offensive de choc. La rentrée de Tsilavina d’Elgeco sur le flanc gauche de la défense, reste aussi une très bonne nouvelle pour les protégés de Franklin Andriamanarivo.

Clément RABARY

Midi Madagasikara2 partages

Baccalauréat : Scandale autour des fuites de sujets

Les cas de fuites de sujets au baccalauréat, hier, ont perturbé les candidats dans de nombreuses localités du pays. Photo d’archives

Les épreuves de Physique-Chimie sont reportées pour cet après-midi pour les candidats du centre d’examen Lycée Technique Alarobia.

Signalées par des citoyens via les plateformes web et les réseaux sociaux, les fuites de sujets ont été confirmées par les autorités compétentes, notamment le ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique. « Des sujets d’histoire-géographie ont circulé à Toamasina et à Imerintsiatosika », a-t-on fait savoir. Pour le cas de Toamasina en particulier, trois personnes auraient été blessées suite à quelques échauffourées survenues lorsqu’il a été appris que des sujets d’examen ont été distribués à l’avance. Les sujets en question auraient été retirés et remplacés par les sujets de réserve, pour les deux localités. Les mêmes scénarii ont été également observés dans le district d’Avaradrano. « Trente minutes après le début des épreuves, l’on a remarqué que les sujets de Physique-chimie ont été distribués avant l’heure. Nous avons appelé les responsables et l’ordre a été donné de saisir tous les sujets, puis de faire sortir les candidats. Environ vingt minutes plus tard, les candidats étaient invités à réintégrer les salles d’examens. Les sujets de Physique-chimie ont été redistribués tandis que ceux d’histo-géo ont été remplacés », a alerté une source. Le scandale a également fait des remous à Ambatondrazaka où des échos de fuites de sujets ont également causé l’indignation des candidats et des parents.

Si les candidats ont eu leur lot de stress et de déconcentration, les parents de leur côté, n’ont pas caché leur mécontentement. « Tout cela est inadmissible. Imaginez ce que cela peut avoir comme conséquences sur les candidats qui ont sué durant des mois afin de bien préparer leurs examens », s’est indignée Vololona, mère de famille à Antananarivo. D’autres sources d’informations de révéler que « des jeunes ont photocopié des sujets dans un cybercafé d’Antsirabe avant le début de la journée d’examen » (ndlr, hier matin).

Réplique. Face à la situation, le ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique a réagi. En reconnaissant les faits, la ministre Blanche Nirina Richard a fait savoir que « des mesures ont été prises suite à des fuites de sujets observés. Les sujets d’histoire-géographie  des candidats inscrits en série A ont été remplacés par les sujets de réserve », a-t-elle déclaré, tout en appelant les candidats au calme. Le ministère de préciser également que « le remplacement des sujets est d’usage en présence d’une pareille situation ». Avant de noter que « les personnes soupçonnées d’être à l’origine des fuites ont déjà été appréhendées » et que « les enquêtes sont en cours ». Affirmation confirmée par les responsables auprès de la Gendarmerie nationale.  En attendant les résultats des enquêtes, ce scandale autour des fuites de sujets n’est pas sans conséquences sur les candidats au baccalauréat 2019. Et compte tenu de la portée de cette affaire, l’opinion estime que des peines exemplaires pour les personnes reconnues coupables d’un tel affront, ne seraient pas de trop.

José Belalahy – Hanitra R.

Midi Madagasikara1 partages

INDE-MADAGASCAR : DEUX NAVIRES DE GUERRE INDIEN A ANTSIRANANA

Deux  navires de la marine indienne  INS Tir , Shardul du premier escadron d’entraînement et le garde-côte ICGS Sarthi ont mouillé au port d’Antsiranana depuis Mardi dernier pour une visite d’entraînement . Une réunion d’information a été organisée dans le but de mise en œuvre de l’accord de coopération  signé entre les gouvernements des deux pays par le Président indien SEM   Ram Nath Kovind , qui a effectué une visite officielle dans notre pays l’année dernière et les autorités malgaches . Cette visite a pour but de faire de l’Océan Indien, une zone de paix, de lutter contre la piraterie , de  promouvoir le renforcement de capacité entre les deux forces navales , de parer à la pêche illégale….Cette visite entre aussi dans le cadre de la 150e anniversaire de Mahatma Gandhi

( Bapu)  le père de la nation indienne.   Au programme : confection de timbres à l’effigie de cet illustre personnage indien , distribution de  kits solaires pour les  élèves et les étudiants  , une exposition photographique retraçant sa vie est aussi à l’honneur,  et le dernier qui n’est pas le moindre  , apprentissage  de l’art culinaire végétarien .  L’ambassadeur indien SEM Abhay Kumar   et le ministre de la Défense nationale le Général Rakotonirina  Léon Richard se vont se rendre à Antsiranana  aujourd’hui  pour  visiter les deux navires.

NARY RAVONJY

Midi Madagasikara1 partages

Association des femmes journalistes : Le leadership au service d’une société plus responsable

Le panel d’intervenantes lors de la conférence de mardi dernier, à la Bibliothèque Narionale à Anosy.

L’association des femmes journalistes de Madagascar initie et organise une série de conférences à l’endroit des écoles et instituts supérieurs de la capitale, afin d’inspirer les jeunes sur ce métier fortement passionnant. Le coup d’envoi a eu lieu hier à la Bibliothèque Nationale Anosy, avec l’école ESD.

Elles étaient plus d’une cinquantaine à avoir répondu présentes à cet événement qui prône le leadership…au féminin. Elles, ce sont les journalistes et communicatrices membres de l’association des femmes journalistes de Madagascar. Naître femme, être et devenir une Femme dans un milieu qui reste masculin, mais s’imposer à travers le travail, et être un modèle pour la société, tels sont leurs objectifs. Eduquer les citoyens à travers des articles qui touchent le quotidien de la population, et contribuer à épanouir les femmes, et toute la communauté, voilà bien les raisons d’être de ces femmes. C’est donc fortes de cette vision qu’elles ont initié et organisé une série de conférences à travers une dizaine d’écoles supérieures et d’instituts supérieurs dans la capitale, afin d’influencer et d’inspirer les jeunes qui étudient dans le domaine de la communication et du journalisme.

ESD. Le coup d’envoi de ce projet, “Femme journaliste, leadership et éducation citoyenne”, s’est tenu avant-hier à la Bibliothèque Nationale à Anosy, dans la salle Dox. Soutenue par l’Ambassade de France, l’association des Femmes journalistes de Madagascar s’est associée à l’Ecole Supérieure de Droit (ESD) Andrainarivo pour cette première conférence. Plusieurs étudiants ont ainsi assisté à cette conférence-débat animée par des journalistes et des communicatrices. L’événement a été marqué par la présence d’autorités, ainsi que du président de l’Ordre des Journalistes de Madagascar, Gérard Rakotonirina. Un événement salué par l’assistance. Par ailleurs, l’assistance a pu visiter les portraits des femmes journalistes exposés dans la salle, avec leurs messages forts. D’autres instituts supérieurs suivront le pas, dans les semaines qui suivent.

Anjara Rasoanaivo

Madaplus.info0 partages

Madagascar : La prime de performance des Barea de Madagascar en suspens.

Lalaina Nomenjanahary, dit Bolida, a lancé une demande au paiement de leurs primes de performances pour la CAN 2019. Selon ses dires, vu que la Fédération Malagasy du Football vient d’avoir un nouveau Président à sa tête, il est temps de régler le financement des joueurs de Barea étant donné que la CAF a déjà versé l’argent dans le compte de la Fédération Malgache de FootBall.
Il a également martelé que ce prime doit être en fonction de la phase pendant laquelle Madagascar s’est arrêtée durant le championnat. Rappelons que Madagascar s’est retiré de la compétition en quart de finale. Les Barea ont placé la grande île au sixième rang des pays compétiteurs. Tous les joueurs attendent à une résolution rapide du problème d’après encore Bolida. De son coté, le sélectionneur des Bareas et nouveau DTN du foot Malgache n’a pas encore signé son contrat pour montrer sa solidarité avec ses joueurs.
Madaplus.info0 partages

Madagascar : Fuite de sujets de bac dans quelques régions.

Le 02 Octobre 2019, des centres d’examen ont subi un grand retard du début des épreuves. Cet incident s’est passé à Antananarivo, Toamasina et Toliary. En effet, selon les informations, certains candidats ont pu consulter les sujets au préalable. Ceci a été le cas pour les sujets de Physiques et de Malagasy. Pour le centre d’examen Lycée technique d’Alarobia, l’épreuve de Physique a été reportée pour un autre jour.
En ce qui concerne les autres centres, les sujets de Physique pour la série A a été remplacé par les sujets de réserve. Face à cette situation, Blanche Nirina Richard, Ministre de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique admettait à travers son discours la véracité de ces faits et qu’une enquête est en cours.
Tia Tanindranaza0 partages

Alarobia AntanamalazaNiara-nalevina noho ny fahatapahana lalandra ireo mpivady

Fadiranovana ireo zanaky ny mpivady izay niara-maty. Tsy zakan’ilay renim-pianakaviana ny fahafatesan’ny vadiny izay tapaka lalandra.

Nitambotsotra izy, niakatra tampoka ny tosidrany ka maty teo koa izy. Tamin’ny alarobia heriny no nitranga ny loza roa sosona, tany Antanamalaza, anelanelan’ny kaominina Alatsinainy Bakaro sy Antsampandrano. Teo am-pisakafoana tamin’ny fahoriana ireo mpiray monina no nahare fa maty koa ramatoa.

Nilaza ny mpikabary taorian’ny nametrahan’ireo mpiray tanana sotro tao an-tsehatra fa ahemotra indray ny fandevenana. Tsy atao io alarobia io satria vao maty teo indray ny andefimandrin-dratompokolahy. Fahatairana ho an’ireo fokonolona tanteraka izany”, hoy ny renim-pianakaviana iray izay avy niatsena teny Alarobia Antanamalaza. Zary nampitera-kovitra tao an-tsena io. Voalazan’ny mpitsabo tany an-toerana fa samy fiakarana tosidra tampoka no nahafaty azy mivady.

Ilay raim-pianakaviana efa tapaka lalandra herinandro mahery mialoha, mba efa nialana nenina fa tsy tana ny ainy. Ity vadiny kosa nisento tokana, tratran’ny fahafatesana tampoka. Raha ny antontanisan’ny Institut Pasteur Avaradoha, anisan’ny mitana lohalaharan’ny taham-pahafatesan’ny Malagasy ity fahatapahana lalandra ity. Ankoatra ny olana ara-tsakafo, heverina ianjadian’ny adin-tsaina noho ny fahasahiranana lalina ny vahoaka Malagasy ka miafara amin’io fiakarana tosidra mahery vaika io.

Haja Nirina

Tia Tanindranaza0 partages

Vely “bois rond”Tratra teny Paraky Soanierana ireo olon-dratsy

Mihorohoro indray ireo mody hariva, indrindra ny alina fa miala any indray ny vely bolabolan-kazo.

Tia Tanindranaza0 partages

Lucien Rakotomaharavo“Laharam-pahamena ny fanabeazana olona”

“Amiko, nahatonga ahy nandeha niaraka amin`ny antoko Tia Tanindrazana, maro ny zavatra hita sy tsapa amin`ny fitantanana ara-politika teto amin`ny firenena. Resy lahatra fa handeha amin ny

fahamarinana sady tsy hisian’ ny hoe mpitantana no entina fa mitovy” hoy i Lucien Rakotomaharavo, kandidà ben`ny tanàna ao Fandriana. Amin`ny zavatra tena ilain`ny Malagasy amin`izao ny fahantrana misy.Manana ny vinam-pampandrosoana mazava ny TIA TANINDRAZANA, izay mifototra amin’ny fanabeazana. Matoa aho hody any amin`ny tanindrazako any Fandriana kanefa monina eto an-drenivohitra dia hita fa misy elanelany ny vahoaka Malagasy, hoy izy. Aty an-drenivohitra mahatakatra lavitra kokoa noho ny any ambanivohitra ka izany no naniraka ahy hiverina any. Hataony ho laharam-pahamehana,  araka izany, ny fanabeazana ho an`ny rehetra na “education pour tous ». Hanabe olona fotsiny satria raha tsy mahay ny olona tsy afaka handroso ny firenena. Rehefa mitovy ny tadindokanga amin`izay lalana aleha dia hisy ny fandrosoana. Tarigetra tsy maintsy atao io fanabeazana io, hoy i Lucien Rakotomaharavo. Notsipihany hatrany fa rehefa tsy misy ny elanelany amin`ny lafiny rehetra, ohatra eo amin`ny fitantanana olona toy ny hoe fampitahorana ny olona entina dia izany no mahamafy ny antoko sady manaraka rindran-damina politika.

 

Marigny A.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Faritra avo eto an-drenivohitraVato lehibe 3 ahiana hianjera

Vato telo lehibe 3 no ahiana mbola hihotsaka eny amin’ireo faritra avo eto an-drenivohitra ka anisan’ireny ny ao amin’ny Fokontany ambanin’Ampamarinana.

 

 

Taorian’ny niavian’ny ranon’orana afakomaly hariva iny mantsy dia marobe ireo fako sy riaka avy any ambony nirotsaka tao amin’ity fokontany ity, antony iray mety hampihotsaka izany tampoka.   Miezaka ny manentana ny mponina sy mijery ny zava-misy ny sefom-pokontany ao an-toerana. Tsy voatery ho amin’ny andro alina ihany mantsy raha araka ny fanazavany no hianjeran’ireo vatobe ireo fa mety ho amin’ny andro atoandro mahabe olona mivezivezy ihany koa. Ankoatra ity fokontany iray ity dia tandindomin-doza ihany koa ireo mponina ao amin’ny fokontany Tsimialonjafy…. Mikasika ilay vatobe  nianjera tamin’ny 03 febroary lasa teo ka nahafatesana olona maromaro dia fantatra fa mbola misy amin’izy ireny no tavela ao an-tokantranon’ireo olona lasibatra ka tsy hitan’ny fokontany izay hatao.

Pati

Legende : Tandindomin-doza indray ny faritra avo ( Sary nindramina )

Tia Tanindranaza0 partages

MadagasikaraMbola tena manankarena vorona

Firenena manan-karena vorona isika eto Madagasikara. Raha araka ny fanazavan’ny profesora Hajanirina Rakotomanana omaly mantsy dia

Pati

Legende : Nandritra ny fampahafantarana ilay boky  Ny vorontsika tetsy amin’ny DLC Anosy, omaly

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Lemaka havanan’Antananarivo“Lany raha tsy hamoronana tanàna vaovao !”

Manoloana ny hetsika ataon’ireo mponin’Ambohitrimanjaka sy ny manodidina mikasika ny fanatontosana ny tetikasa Tana

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Taksibrosy nandona taksibeOlona roa naratra mafy

Nisehoana loza mahatsiravina teny Andranomena omaly maraina. Taksibrosy iray mampitohy an’Antananarivo amin’ny faritra na irony antsoina hoe nasionaly irony no naka sisiny loatra ka nandona taksibe

 

 iray teny an-toerana  avy any aoriana, mitatitra mpandeha hankaty an-drenivohitra, nandray olona teo amin’ny tobim-piantsonan’ny taksibe teo Andranomena.  Vehivavy iray manodidina ny 25 taona no nofaohany ka niankapoka raha iny niakatra ilay taksibe handray azy iny, niampy  tovolahy iray izay nipitika ary voalaza fa mbola herotrerony ihany koa. Torana tsy nahatsiaro tena izy noho ny dona mafy nahazo azy sady nihosin-dra ihany koa. Rovitra ihany koa ilay zipo nanaovany. Raha ny fanazavan’ireo mponina eny Andranomena nanatri-maso moa dia nandeha mafy ilay taksibrosy ao amin’ny zotra nasionaly, antony nahatonga ny loza sady efa reraky ny torimaso ihany koa ilay mpamily. Nitsoaka moa ity farany nandritra ny fotoana nitrangan’ny loza noho ny tahony ny fitsaram-bahoaka mety nihatra taminy. Nentina avy hatrany teny amin’ny hôpitaly manara-penitra ireo naratra. Hatramin’ny fotoana nanoratanay moa dia mbola mampanahy ny fahasalaman’ilay vehivavy naratra.

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fifanintsanana CAN 2021Ireo lalao 6 hatrehan’ny BAREA mandritra ny 1 taona

Mandritra ny 1 taona maninjitra no hanatanterahana an’ireo lalao 6

Tia Tanindranaza0 partages

Fikambanana malaza 504Hanafoana ny fanapahana hazo

Nampahafantarin’ny Fikambanana Malaza 504 ny atao hoe C-Solution.

Izy io, araka ny fanazavan’ny filohan’ny fikambanana, Désiré Rakotomalaza, dia akora fanamasahana sakafo hisorohana ny fanapahana hazo noho ny fahatsapana fa miha ringana ny ala eto Madagasikara. Nitetezana faritra miisa 8 izay vao hita ny akora fototra miisa 5 mandrafitra azy ity. Toerana miisa 2 dia ny distrikan’Amparafaravola sy ny kaominina Asabotsy Anjiro moa no tena ivon’izay akora fototra izay, raha ny fikarohana nataon’izy ireo. Isan’ny tombontsoa azo avy amin’ity solon-tsaribao ity ilay izy tsy manempotra sy mora mirehitra ary mora vidy noho ny saribao manimba tontolo iainana. Maharitra ora 4 ny 1,5 kilao aminy, hoy hatrany ny fanazavana. Ny volana janoary 2020 kosa no hieritreretana hanaparitahana azy eny amin’ireo tsena fa aleo, hoy ny fikambanana, hanangona akora misimisy aloha.

J. Mirija

 

Tia Tanindranaza0 partages

TalatamatyMaty teo no ho eo ilay lehilahy nitsoraka tambany kamiao

Lehilahy iray manodidina ny 35 taona omaly no nitsoraka tao ambany kamiao sendra nandalo teny Talatamaty PK 10+200, RN 52 ka namoy ny ainy avy hatrany.

 

Araka ny fanazavan’ny kaomandan’ny borigadin’i Talatamaty dia kamiao avy any Mahajanga ho any Toamasina ity tra-doza ity. Tao amin’ny kodiarana aoriana an-kavanana no nitsoraka ilay lehilahy izay  tsy mbola fantatra hatramin’ny fotoana nanoratana ny antony nanosika azy hanao izany.  Naterin’ny zandary eny amin’ny hopitaly manara-penitra teny Anosiala ny razana taorian’izay. Nanohy ny fitadiavana ireo havany sy nanatanteraka ny famotorana kosa ireo mpitandro ny filaminana. Marihina fa tsy hitan’ilay mpamily mihitsy ilay lehilahy.

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Ranary Lala Berthin ErckmanHitondra rivo-baovao ho an’Andoharanofotsy

Ny zava-misy ao amin’ny tanànan’Andoharanofotsy no nandrisika ahy hilatsaka ho ben’ny tanàna noho ny fijalian’ny mponina sy ny fikorontanana be ihany tao anatin’ny fandrosoan’ny tanàna,

 

izay tsy dia hita loatra tao anatin’ny 4 taona, hoy ny kandida  Ranary Lala Berthin Erckman na Gasy, kandida atolotry ny Antoko Tia Tanindrazana ao amin’ny kaominina Andoharanofotsy. Fitiavana ny tanindrazana sy fijoroana handray andraikitra hametraka fanamby ho amin’ny fampandrosoana no nanosika, hoy izy. Lojika raha mpikambana ao anatin’ny antoko Tia Tanindrazana sy mirotsaka amin’ny anarany satria tena zava-dehibe ny vina sy tanjona ho amin’ny fanabeazana ny olom-pirenena hiara-handray andraikitra sy handray an-tànana ny ho avin’ny firenena voizin’ny antoko, raha ny nambarany. Zava-dehibe ny fanabeazana, ny fitsinjaram-pahefana izay tena antoky ny fandrosoana ny firenena, ary indrindra ny teknolojia izay manamarika ny vaninandro sy tsy afa-misaraka amin’ny fiainan’ny zanak’olombelona amin’izao fotoana izao. Fanamby hapetrak’ity kandida ben’ny tanàna ao amin’ny Kaominina Andoharanofotsy ity dia ny fandrosoan’ny fiainan’ny olona eny ifotony mihitsy, toy ny mpivarotra izay manana olana, maro ny sahirana sy mijaly izay ezahina hikarohana vahaolana ny lafiny asa sy fihariana,… Ny tanora dia mila famoronan’asa ka hiezaka ny hitondra vahaolana toy ny fampianarana azy ireo izy amin’ny alalan’ny fiofanana momba toy ny taozavatra, zaitra, informatika,… mba hahafahan’ny olona handroso sy hiady amin’ny tsy fahalalana ary hahita asa, hoy hatrany Ranary Lala Berthin Erckman.

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Tahina Razafinjoelina“Tsy manana disadisa amin’ny TIM ny Tia Tanindrazana”

Tsy misy disadisa mihitsy ! Samihafa ny fivadihana sy ny fahaleovantena.

 

 Raha raisina ao an-tokantrano fotsiny, dia ny zaza rehefa mahaleotena dia fifaliana sy fahasoavana izany. Tahaka izay ihany koa amin’ny politika, hoy i Tahina Razafinjoelina. Raha mivadika ny zaza dia mampalahelo, fa eto dia mahaleotena. Fahaleovantena tsy midika fivadihana. Tsy misy hidiran’ny Tia Tanindrazana ny mety fialana olona tao amin’ny TIM, ary izay no tsy nikitihanaazy tao anatin’ny 9 taona fa dia nanohana foto-kevitra iray izay niarahana tamin’ny TIM. Raha ohatra hanaraka ny Antoko Tiako I Madagasikara mandrakizay, dia inona izany no antony nananganana ny antoko, hoy i Tahina Razafinjoelina. Mba tonga ny fotoana, ary 9 taona izany efa ampy handrosoana amin’izay, ka teo no nahatonga ny fahaleovantena. Ny nialany ny maha amin’ny Antoko TIM azy, izay tsy fantatro na nalana na niala fa andeha hoe nialany satria tsy mahalala izany isika, fa misy tokoa kandida vitsivitsy izay namana, mpiara-miasa tao anatin’ny fotoana niarahana tamin’ny TIM. Tonga izy, fantatra ny fijoroany dia mendrika hampiana sy hiaraha-miasa. Ireny fitsinjaram-pahefana, fanabezana, teknolojia matoa navoaka ho fantatry ny rehetra dia atolotra ho an’ny rehetra, dia soso-kevitra am-pahendrena ho an’i Madagasikara. Tsimialonjafy ny Tia Tanindrazana, ka homena ny kandida rehetra ho lany izay mazoto satria maimaimpoana. Tsimialonjafy rahateo ny Tia Tanindrazana. Tsy misy vina manokana na hoentina amin’ny hambom-po fa firenena no jerena, hoy i Tahina Razafinjoelina.

Toky R

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Antoko Tia TanindrazanaFanalahidin’ny fampandrosoana ny kaominina

Miroso amin’ny fiaingana vaovao, ka hiditra an-tsehatra bebe kokoa amin’ny raharaham-pirenena ny Antoko Tia Tanindrazana,

 

 ka nampahafantarina tamin’ny fomba ofisialy omaly 2 oktobra 2019 tetsy amin’ny Restaurant Le Pavé Antaninarenina ny tanjony sy ny tarigetrany, ary indrindra ny fandrotsahany sy fanohanany kandida ho ben’ny tanàna sy mpanolontsaina. 4 ny kandida amin’ny anaran’ny antoko miampy 30 hafa tsy miankina izay tohanan’ny Tia Tanindrazana.  Raha ny tantarany dia nijoro ny 07 desambra 2010 ny Antoko Tia Tanindrazana, araka ny taratasy fanamarinana laharana faha-4645/MININTER/SG/DGAT/DAP/SLP/PP. Nijoro tamina foto-kevitra foana ny antoko, ary tsy mbola naniry naka toerana mihitsy satria te mba hiteny sy hampiseho, fa izany politika izany dia fanoloran-tena ho an’ny vahoaka fa tsy fitadiavam-bola sy voninahitra, hoy i Tahina Razafinjoelina Filoha Nasionalin’ny Antoko Tia Tanindrazana. Manana ny vinam-pampandrosoana mazava ny Tia Tanindrazana, izay mifototra amin’ny FANABEAZANA, ny FITSINJARAM-PAHEFANA ary ny TEKNOLOJIA.

Mifanaraka amin’ny zavamisy

 85% amin’ny Malagasy no tsy an’asa raha ny tatitry ny Instat. Manana anjara lehibe ny fanabeazana satria na inona na inona resahina rehefa tsy an’asa ny tanora, dia misy tsy mety ny fanabeazana, hoy hatrany i Tahina Razafinjoelina. Tsy mifanaraka amin'ny vaninandro ankehitriny ny fanabeazana. Tsy hoe manaratsy faobe, fa tokony hampifanarahana ihany amin’ny zava-misy. Tena manahirana amin’izao fotoana izao dia tsy mahalala ny harena misy eto Madagasikara akory ny ankamaroan’ny tanora Malagasy. Manana adidy ny kandida sy ny ben’ny tanàna hampahafantatra fa manan-karena isika: hazo sarobidy, vato sarobidy, solika,… Mampalahelo izany, hoy izy, ka izay no hametrahana ny fanabeazana ho loharanon’ny fampandrosoana. Vitsy ny vita ny Malagasy no mivelatra maneran-tany, ka manana anjara adidy goavana amin’izany isika hanabe ny tanora, hanabe ny zanantsika, hanabe ny mpandraharaha hivelatra.

Fampandrosoana eny ifotony

Ny ben’ny tanàna no endrika tsara indrindra amin’ny fitsinjaram-pahefana, ho an’ny antoko Tia Tanindrazana ka izay no nisafidianana hoe natomboka tany amin’ny kaominaly ny fidirana an-tsehatra. Sarintsariny fitsinjaram-pahefana, raha ny fahefana no homena fa ny vola mody tazonina aty ambony ihany, ka tsy mety izany. Ohatra mivaingana iray ny hoe: 400 miliara ariary isan-taona ny tetibolan’ny Minisiteran’ny fahasalamana kanefa miditra amin’ny trano fivoahana aza handoavam-bola.Tokony handalo amin’ny ben’ny tanàna ny fandaniana ny tetibolam-panjakana, hoy ity antoko ity satria tsy misy mahalala ny olan’ny tanàna anankiray mihoatra ny ben’ny tanàna. Tsy hisy fampandrosoana vanona raha tsy mifampatoky ny fitondrana faobe sy ny ben’ny tanàna, ary hiadian’ny Tia Tanindrazana ny fiaraha-miasa akaiky eo amin’ny ben’ny tanàna sy ny mpiasam-panjakana fa tsy hoe tsy mitovy ny firehana, dia lasa mifanenjika, hoy hatrany i Tahina Razafinjoelina. Ny fampiasana ny teknolojia moa no hanafainganana ny asa rehetra ao anatin’ny vinan’ny Tia Tanindrazana ary efa famoronan’asa ho an’ny Malagasy ihany koa.

Toky R

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Elias Ralaiarimanana« Tsy mersenera izahay ! »

Anosibe, Anosipatrana hatrany Ankasina hatreto no nampahafantaranay ny laharanay ao anaty bileta tokana sy ny vinan’asanay, hoy ny kandida ho ben’ny tanànan’Antananarivo Renivohitra,

J. Mirija

 

Tia Tanindranaza0 partages

Filaminana amin` ny fifidiananaManana anjara lehibe ny haino aman-jery

Nanatanteraka fifanakalozan-dresaka momba ny fanavaozana ny haino aman-jery ny tetikasa manohana ny fisorohana sy ny fitantanana ny resa-pifidianana sy ny herisetra eto Madagasikara (PEV Madagascar),

 

Legende : Nandritra ny fifanakalozan-dresaka tetsy Ibis Hotel Ankorondrano omaly

Marigny A.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Bakalorea nikorontanaPorofon’ny tsy fahamatoran’ny fanjakana

Tranga iray azo hanambarana fa tena tsy voafehin’ny fanjakana ny fitantànana ny firenena ny fivoahan’ny laza adina mialoha ny fotoana nandritra ny fanadinana

bakalorea. Tsy kisendrasendra mihitsy ny hoe any amin’ny faritra maro no indray nahazo ny laza adina izay tena izy fa tsy hosoka akory ary afaka niomana tamin’ny fanaovana ny valiny. Eo ihany ny kolikoly fa kosa tena fahotàna eo amin’ny sehatry ny fanabeazana izany hoe « fuite de sujet » izany ary tsy azo eken’ny saina satria manimba tanteraka ny tanora. Ireo farany izay tsy mifantoka intsony amin’ny fanadinany vao nisy iny olana iny. Fitaintainana sy fikorontanan-tsaina no naterak’io. 11 volana anefa ny fianarana sy ny fanomanana. Potika ny ho avin’ny tanora, izay toa lasibatra hatrany amin’ny resaka fampianarana. Ho afaka ve amin’ity taona ity sa tsy ho afaka? Bakalorea aza tsy voafehy mainka fa fanjakana ! Saika nanerana ny Nosy ny olana.

 

Manerana ny nosy

 Nikorontana ny foibem-panadinana sasany teto Antananarivo, Andoharanofotsy, Imeritsiatosika, Manjakandriana, Toamasina, Fenoarivo Atsinanana, Sonierana Ivongo, Ambatondrazaka, Sambava,… Misy ny nihemotra ny fotoana, ary tao ny natsahatra tanteraka aloha ny fanatanterahana ny fanadinana, toy ny tao Moramanga. Ny teto Antananarivo, dia niato ny laza adina omaly maraina teny Andoharanofotsy. Nifamadika ny laza adina “génie civile” sy ny Frantsay tetsy amin’ny LTP Alarobia. Gidragidra nisiana faharatrana mpiadina 1 ary 2 safotra ka voatery nanaraka fitsaboana tany amin’ny hopitaly tany Toamasina. Voatery natao tamin’ny 11ora nirava tamin’ny 13ora15 ny laza adina fizika. Ny Tantara-Jeografia kosa ahemotra amin’ny fotoana manaraka. Tany Fenoarivo Atsinanana dia nisy fiatoana navokoa ny sokajy A,C,D, ny maraina noho ny olana niseho. Namoaka fanambarana moa ny Minisiteran’ny Fampianarana ambony tarihin’ny Minisitra Blanche Nirina Richard taorian’ny toe-draharaha. Vahaolana noraisina ny fampiasana ny laza adina fiandry na “sujet de garde”. Nambara fa efa am-pelantanan’ny mpitandro filaminana ireo voarohirohy, ary mitohy ny famotorana. Efa nandraisana fepetra eo anivon’ny “cybercriminalité” ho an’ireo tompon’antoka tamin’ny fivoahana laza adina tamin’ny facebook. Raha ny tantara dia tany amin’ny taona 1990-1991 no nisy ny fivoahana laza adina mialohan’ny fotoana tahaka izao, izay toa narahina gidragidra teto amin’ny firenena. Tahaka izany ihany koa ny taona 2008, ary teraka ny raharaha 2009 avy eo. Tsy hay na fifandrifian-javatra ihany fa misy ny mpandinika milaza fa fanombohana toe-javatra hafana eto Madagasikara io. Ny olana amin’io raha tsy afaka ireo mpiadina ireo dia hamatratra ny rihatra any amin’ny mpitondra ary mety hisy ny grevy. Hafahafa ny toe-draharaha!

 

 

La Vérité0 partages

Football - Attalah Béatrice et son gendre - Acte répréhensible II !

La gestion calamiteuse des 10 derniers mois, 1 200 000 $ dépensés, du football malagasy par le comité de normalisation a été révélée dans notre édition d’hier. Les langues commencent à se délier et font des révélations sur le mode de fonctionnement du duo de tête du comité de normalisation en l’occurrence, la présidente Attalah Béatrice et son SG qui n’est autre que son gendre, Eddy Rasolofomanana.  Concernant la dépense excessive et l’existence d’une dette de 600.000$ laissée à la nouvelle équipe de la  fédération nationale, des  explications sont attendues. En effet, pour ne citer que quelques exemples, le stage de préparation des Barea au Maroc avant la CAN2019 était pris en charge par les Marocains ou la CAF. Il en est de même pour les primes de qualification qui, sauf erreur, étaient payées par le Président de la République et le club des partenaires.  Plus d’un s’interroge ainsi sur les raisons de cette dette colossale dont le montant  correspond, par coïncidence, au prize money obtenu par les Barea à la CAN 2019. A propos de prize money justement, il devrait être partagé en principe par les joueurs qui ont mouillé leur maillot durant la CAN et le staff. Toutefois, selon une source bien informée, deux noms figureraient également dans le tableau des primes à payer et transmis par le comité de normalisation au nouveau bureau de la FMF. Il semblerait que le nom d’Attalah Béatrice et celui de son gendre, Eddy Rasolofomanana  s’y trouveraient pour bénéficier chacun les 25.000 $.Une information à prendre sur la pincette. Si elle est avérée, on aimerait bien voir, même une photo, de ces deux personnes en short  avec des chaussures à crampons, témoignant leur participation à la CAN. Sinon, quid des autres membres du comité de normalisation ? L’indécence n’a décidément pas de limite !

Espérons que l’audit lancé par le nouveau président de la FMF, qui a du mal à payer les primes des joueurs et les frais des prochains regroupements cruciaux, éliminatoires de la CHAN, CAN et Coupe du monde, lèvera le voile sur ce scandale et permettra des sanctions exemplaires.  Une autre affaire pourtant risque d’aggraver la situation de ces deux personnages. Il s’agit de la gestion des maillots des supporters et des joueurs sans oublier les équipements techniques de l’équipe nationale. Parmi les dettes laissées par ces deux « gestionnaires », il y a une dette envers l’équipementier GARMAN…Or, tout le monde connait que les maillots officiels vendus sur le territoire pour les supporters malagasy ont été achetés et payés directement par TELMA et revendus dans le réseau Leader Price à prix coûtant. Il semblerait pourtant que le duo de tête du comité de normalisation ait acheté  2 500 maillots pour les revendre en Europe lors des matchs de préparation des Barea. Où sont les recettes de ces ventes et pourquoi l’équipementier n’a-t-il pas encore été payé ?Par ailleurs, des timides voix se font entendre sur  les ballons offerts par l’ambassadeur de Corée du Sud au Barea devant le Président de la République au centre  Akamasoa  ainsi  que les maillots officiels des sélections nationales.  Aucune trace sur la destination de ces matériels sportifs, la seule certitude actuellement c’est le stock zéro au service logistique de la FMF. La  disparition de ces matériels aurait-elle un lien avec la campagne électorale aux  législatives du Sg Eddy Rasolofomanana, candidat malheureux tout comme la sœur d’Attalah Béatrice d’ailleurs.   Conséquences de ce pillage en règle,  la sélection nationale U-17 malagasy  partie dernièrement à l’île Maurice pour le tournoi COSAFA n’avait pas de maillot officiel. C’est le sponsor historique, TELMA, qui a été sollicité à la dernière minute pour les habiller. Le pire reste encore à venir pour la sélection A qui ne dispose d’aucun maillot officiel pour ses prochaines sorties, match amical international et  rencontre officielle contre l’Ethiopie. Une solution rapide à trouver impérativement car  l’équipementier GARMAN est en litige avec la fédération.  Ce détournement des matériels sportifs à des fins politiques et électorales ou autres s’apparente ni plus ni moins à un abus de bien social. N’est-ce pas Madame le magistrat ?Rata

La Vérité0 partages

Désorganisation du baccalauréat 2019 - Des têtes devront tomber !

Des fuites de sujets d’histoire –géographie et de physique-chimie,  des retards considérables du début des épreuves, suspensions dans certains centres d’examen. C’est à cela que se résument les quatre jours d’examen du baccalauréat pour cette session 2019. L’organisation de cet examen est remise en question. L’incompétence des responsables ayant élaboré et établi depuis des mois cet examen de fin d’études secondaires est pointée du doigt. Leurs démissions sont même souhaitées par les personnes à l’affût de l’actualité.

Le manque de préparation voire l’absence de professionnalisme est mise à l’index par l’opinion publique. « La lenteur de la prise de décision a désordonné tout l’emploi du temps. C’est comme si les responsables n’ont jamais prévu l’éventualité de tels  incidents », avance un enseignant retraité.

4h de retard

Dans la majorité des centres d’examen dans tout Madagascar, l’épreuve de français n’a pu commencer que plusieurs heures après l’appel. Par exemple, à Ambohidratrimo, les candidats n’ont pu commencer à traiter le sujet que vers 10h, soit 3 heures après leur arrivée dans la salle d’examen. Autre cas, des parents d’élèves à Itaosy se sont aussi plaints hier du retard considérable de l’arrivée du sujet d’examen au niveau du centre à Andranonahoatra. L’intervalle de temps entre deux épreuves a juste duré 30 minutes, juste le temps de respirer et de remettre la pendule à l’heure pour la concentration. Du côté de Vakinankaratra dont Antsirabe et Betafo, l’attente a aussi été interminable. 4 heures se sont passées avant que  le sujet relatif à la matière « français » ne soit entre les mains des candidats. A Antsiranana, la situation  a également été déplorable qu’à Antananarivo. « Les candidats sont sortis de la salle d’examen vers 14 heures et ont repris vers 14h30 minutes. Ils ont lutté contre la chaleur intense, la fatigue et les angoisses, des paramètres qui ont mis à mal leur concentration », affirme un parent de candidat.

Assurance

La crédibilité de cet examen ne doit pas, par contre, être remise en cause. Rappelons que faisant suite à cette fuite, le ministère de tutelle a sorti les sujets de garde, c’est-à-dire proposer le deuxième sujet préparé. Selon la Professeure Raharimalala Laurence, directeur de l’enseignement supérieur  du MESUPRES, en de pareille situation, l’utilisation des sujets de garde constitue une prévention.

Kanto Rajaonarivony

La Vérité0 partages

Peaux de banane

A l'approche du 300eme jour de l'avènement de Rajoelina Andry Nirina au pouvoir, des faits troublants surgissent de tous les côtés. Des phénomènes dont leur apparition est loin d'être le fait du hasard intriguent. Il semblerait, au conditionnel svp, que des têtes pensantes manigancent « quelque chose » quelque part, à l'échelle nationale. Une conspiration qui ne dit pas son nom. Le régime IEM de Rajoelina gêne trop !

 

Des observateurs futés et avertis distillent la présence de certains éléments douteux dans l'entourage immédiat du Chef de l'Etat. Leur geste donne fortement l'impression de jeter des peaux de banane sur le chemin du jeune Président. Tellement ils sont très proches du locataire d'Iavoloha que leurs actes risqueraient sérieusement d'en pâtir à la réussite de l'Initiative pour l'émergence de Madagascar. Evidemment, les « bonnes paroles » qui ne leur manquent pas à l'endroit de Zandry Kely cachent mal les intentions diaboliques qu'ils couveraient.

En fait, on a pu déceler certains faits et gestes durant le choix final des candidats portant le dossard de l'IRD ou bien l'IRK aux prochaines communales. Des personnalités dont le parcours personnel et politique suscite des doutes ou des questionnements ont pu bizarrement passer les mailles apparemment pointilleuses et serrées du triage. Tandis que d'autres dignes de confiance et intègres ont été purement et simplement écartées. Sans entrer dans les détails du double jeu de certaines formations politiques membres de l'IRD qui au vu et au su de tous présentèrent des candidats à leur propre couleur. Il y a trop de peaux de banane jetées par-ci et par-là.

A terme, leur sinistre dessein finira par aboutir !

Les usagers de la JIRAMA s'interrogent impuissamment du « jeu » dangereux qui s'exécute au sein de la Société nationale. Réseaux sociaux, discussions dans les salons, dans les taxis-be condamnent unanimement le calvaire que fait subir la JIRAMA. Des cris de détresse s'élèvent. Sempiternels délestages (coupures d'eau et d'électricité), un lot quotidien amer et insupportable tandis qu'à la fin du mois, on vous présente une facture horriblement salée. Et quand on décrypte les avantages accordés au personnel pléthorique de la JIRAMA, on ne peut pas s'empêcher de s'indigner. Au final, c'est le « vahoaka » qui paye fort tout en étant non satisfait des services rendus. De qui se moque-t-on ! La coupe est pleine. Faudrait-on rappeler que les médiocrités répétées de la prestation de la JIRAMA furent l'une des principales origines de la débâcle du régime HVM.

Et que dire de ce scandale de fuite, à grande échelle, de sujets du Bac ! D'aucuns savent que l'examen du Bac, la porte d'entrée aux études supérieures,  porte en lui-même un caractère ultra-sensible. Tous les régimes précédents ont chacun pris des mesures particulières et strictes pour que tout se passe sans anicroches. De deux choses. Les premiers responsables des examens au niveau du ministère de l'Enseignement supérieur seraient des amateurs de premier degré. Ou bien, on a laissé faire justement pour fomenter des troubles. En tout cas, les sessions ont été perturbées. Qu'on le veuille ou non, c'est un échec flagrant des responsables directs dans l'organisation du premier examen du Bacc du régime IEM. Une « belle » peau de banane sciemment jetée sur le chemin du sauveur de la Nation.

Ndrianaivo

La Vérité0 partages

Réhabilitation du « Rovan' Antananarivo » - L'Etat réquisitionne 350m3 de bois d'ébène saisis

Suite aux recommandations du ministère de l'Environnement et du Développement durable ainsi que du ministère de la Communication, le Conseil des ministres d'avant - hier a approuvé un décret relatif à la demande d'utilisation de 350m3 de bois d'ébène saisis et stockés au port de Mahajanga depuis 2011. Ces bois précieux seront utilisés dans la réhabilitation du « Rovan'Antananarivo », en particulier le Palais de Manjakamiadana et le Palais de Besakana. Cette décision du Conseil des ministres fait suite à l'approbation du Gouvernement.

 

Rappelons que ces bois destinés à une exportation illicite, ont été interceptés en 2011 étant donné la loi interdisant la coupe, le transport et la vente de ces bois précieux depuis 2010. Les auteurs de ce trafic ont déjà été interpellés et jetés en prison.

Le ministère de l'Environnement a déjà entrepris une démarche à travers une requête auprès du Tribunal de Mahajanga en vue de la restitution de ces bois d'ébène. Le ministère a déjà obtenu gain de cause à travers une décision judiciaire en date du 23 septembre dernier ordonnant la remise des bois à la direction de la lutte contre les menaces environnementales et des contentieux forestiers du Boeny. La décision a fait l'objet d'une opposition par une personne autre que les trafiquants et son application a donc été suspendue. Par ailleurs, une diminution progressive en quantité des bois a été constatée.

Grand chantier

Face à l'urgence des travaux du Rova et en vue de sécuriser ces bois précieux, l'Etat a donc appliqué le contenu de la loi lf 69-015 du 16 décembre 1969 relative à la réquisition des personnes et des biens. Le premier article de ladite loi autorise la réquisition de propriété pour sauvegarder les intérêts de la Nation.  L'article 20 de la même loi stipule que la réquisition doit découler d'une décision prise en Conseil des ministres.

Rappelons que les travaux de réhabilitation du « Rovan'Antananarivo ont été officiellement lancés le 11 avril dernier par le Président de la République, Andry Rajoelina et son épouse. Un grand ouvrage qui permettra de « renforcer la souveraineté nationale et de raviver la fierté et le patriotisme des Malagasy, qui sont à la base de la renaissance et de l'Emergence de Madagascar », selon la déclaration du Chef de l'Etat à cette occasion. Pour cette réalisation, l'Etat a donné un délai jusqu'à l'année prochaine pour achever les travaux et remettre ce vestige royal complètement à neuf.

S.R.

La Vérité0 partages

Communication médiatisée - Le Conseil des ministres adopte sans amendement l’avant-projet de loi

Après le Conseil de Gouvernement, le Conseil des ministres a adopté mercredi l’avant-projet de loi modifiant certaines dispositions de la loi n°2016-029 du 14 juillet 2016 portant code de la communication médiatisée. Aucun amendement n’a été apporté, relate le communiqué rapportant les décisions prises lors de cette traditionnelle rencontre hebdomadaire entre le  Président de la République et les ministres. Le Conseil de Gouvernement avait adopté l’avant-projet de loi tel qu’il a été initialement présenté aux parties prenantes au début du mois d’août 2019 sans amendement majeur. En ne procédant à aucun amendement en tout cas, l’Exécutif a respecté les aspirations des journalistes et des professionnels de la Communication médiatisée. 

Ces derniers ont manifesté leur vif souhait à préserver les acquis lors des différentes consultations régionales et ont exprimé leurs préoccupations quant à d’éventuelles modifications qui pourraient être unilatéralement opérées par l’Exécutif et pouvant dénaturer encore le texte élaboré consensuellement par toutes les parties prenantes, comme ce fut le cas lors de l’élaboration du code de la Communication médiatisée. Sous le régime HVM, le texte initial avait subi de lourdes modifications. En tout cas, la balle est désormais du côté des parlementaires. L’avant-projet de loi devrait figurer à  l’ordre du jour des députés et des sénateurs lors de la prochaine session ordinaire du Parlement qui s’ouvrira le 15 octobre prochain. Pour rappel, l’initiative de réforme de ce projet de loi vient du ministère de la Communication et de la Culture. Le ministère s'est engagé à plaider, pour le prochain passage devant le Parlement, en faveur d'une presse libre responsable et surtout professionnelle.  L.A.

La Vérité0 partages

Fourniture d’énergie - L’Etat résilie le contrat avec la Jovena

Les négociations n’ont pas porté ses fruits. L’Etat a ainsi envoyé une lettre de résilience de contrat à la Jovena, un des fournisseurs en énergie de la compagnie nationale d’eau et d’électricité, hier. Effectivement, vendredi dernier, lors d’une descente à Mandroseza, Vonjy Andriamanga, le ministre de l’Energie, de l’Eau et des Hydrocarbures, a déjà évoqué les difficultés rencontrées dans les négociations avec certains fournisseurs. « Sur les quatre gros contrats avec les fournisseurs, deux sont en cours de finalisation. Nous avons notamment atteint notre objectif de réduction des coûts de production et trouvé un point d’entente avec les deux fournisseurs. Quant aux deux autres, l’un des opérateurs est encore en cours de réflexion, tandis qu’avec l’autre, les discussions sont encore rudes », a-t-il précisé. De ce fait, les rudes discussions engagées avec cet « autre » fournisseur n’ont débouché sur aucun point d’entente, c’est pour cette raison donc que l’Etat a décidé de résilier le contrat avec l’opérateur.

Deux sites

Pour rappeler les faits, cela fait plus de sept mois que le ministère a engagé les négociations avec les opérateurs fournisseurs d’énergie de la JIRAMA. Le ministre a trouvé inapproprié que la compagnie paie la puissance installée par le fournisseur et non la puissance consommée. Ainsi, il a décidé de réviser tous les contrats de la JIRAMA avec ses fournisseurs pour trouver une solution adéquate et bénéfique pour les deux parties. Par conséquent, cette résiliation de contrat concerne surtout les sites Noor 1 et Noor 2, les centrales thermiques de la Jovena , situés à Ambohimanambola. Opérationnelles depuis le début de l’année dernier, elles contribuent notamment à hauteur de 76 Mégawatts d’énergie dans le réseau interconnecté d’Antananarivo. Toutefois, selon les explications des responsables au niveau de la JIRAMA, « Dans tous les cas, cette mesure ne devrait pas impacter le réseau de distribution au sein de la Capitale ».

Il ne faut pas oublier que la JIRAMA est actuellement à la recherche des tarifs plus compétitifs pour pouvoir entrer dans son plan de redressement. Et ceux de la Jovena sont trop élevés. Et d’après une source proche de l’affaire, « L’impossibilité de la JIRAMA à honorer le paiement des factures auprès du fournisseur serait aussi une des raisons de la résiliation de ce contrat ». En tout cas, un appel d’offres devra donc être de nouveau lancé pour pouvoir compenser cela. Mais les négociations avec les fournisseurs continueront.

Rova Randria

Midi Madagasikara0 partages

Danse : « Ny ainga ho vaika » dans et hors des murs du Craam

Depuis mardi, le Craam à Ankatso abrite l’évènement, « Ny ainga ho vaika » du 1er au 4 octobre, centré autour de la danse. Cette organisation mérite d’être mentionnée, étant donné que cette discipline s’est quelque peu enfermée depuis ces derniers temps. A part un festival annuel, sans de réelles ambitions, la danse contemporaine a oublié ses périodes de réminiscence au milieu des années 2010.

Du coup, la première journée du 1er octobre a été inaugurée par une exposition autour de la danse. La deuxième journée a laissé place à l’histoire de la danse contemporaine de jadis et d’aujourd’hui avec une intervention d’Ariry Andriamoratsiresy à 10 h. En passant par le krump, un style assez libre mais très codifié, l’intervenant a été un membre de Krump Mada. Ensuite, les compagnies Stwaywed et Hip.H213 Crew, ont fini la journée avec une chorégraphie moderne et appliquée.

Pour aujourd’hui, « Ny ainga ho vaika » proposera à partir de 9 h un spectacle de danse à « l’extérieur du Craam ». Le programme se poursuivra sur deux ateliers avec Saroy Rakotosolofo intitulé « Dihy miaina », et un autre avec Adrien Rakotozafy sur la « Danse debout et contemporaine ». L’après-midi sera réservé à des séances de projection ouvertes au grand public.

Maminirina Rado

Midi Madagasikara0 partages

Concours de « pâtisserie gourmande » : Le talent de Dylan Toulcanon reconnu

Dylan Toulcanon le jeune pâtissier.

A 21 ans, après 11 mois dans le monde de la pâtisserie professionnelle, Dylan Toulcanon conquit les cœurs  des jurys lors du concours de « pâtisserie  gourmande »,  organisé par Peps Event qui s’est tenu hier, à l’Havila School Ivato.

Ils étaient  26 candidats au début. Ensuite, il n’en restait que trois, Manne, Cherry Pastry, et Dylan Toulcanon. Finalement, ce dernier remporte le premier prix grâce à son savoir-faire exceptionnel. Choux craquelin, entremet de chocolat,  Gelé de fraise, génoise au coco et croquant au pistache  sont les œuvres  qu’il a   proposées. « La créativité et le goût étaient au rendez-vous ! Alors,  il  a facilement  devancé ses  challengers »,a souligné Aina Rajaonah, coorganisateur et l’un des jurys de la compétition. Autodidacte  au début, le jeune Dylan  entre dans le monde professionnel de la  pâtisserie en novembre 2018. Après deux mois, il  passe aux choses sérieuses et décide de dévoiler son talent en vendant ses produits. Désormais, il bénéficiera d’une formation pour cultiver son talent. D’ailleurs, il a toute la jeunesse devant lui pour progresser.

Grace à cette découverte de nouveau talent, les organisateurs sont satisfaits. « Nous allons mettre la barre plus haute à la prochaine édition », a affirmé  Thonny Rakotomalala.

Une première édition couronnée de succès.  Si au début il s’agissait d’un salon,  les organisateurs  de la « pâtisserie gourmande  » ont finalement  organisé   un concours de gourmandise. De ce fait, ils ont  lancé la publication pour participer au concours  en pensant que ce sera une rencontre simple  et amicale. Mais au fil du temps, ils se sont  aperçus  que les candidats sont  des  professionnels. « Le public attendait du sérieux. Alors, on avait l’idée de pousser plus loin notre évènement », a révélé Aina Rajaonah le coorganisateur de l’évènement.  Des passionnés de la gastronomie ont pu se régaler rien qu’en regardant  la présentation des pâtissiers. En effet,  Le public a félicité  les organisateurs car la première édition était un coup demaître.

Iss Heridiny

Midi Madagasikara0 partages

Andranomena -Talatamaty : Lozam-pifamovoizana, olona iray maty, sivy naratra mafy

Lozam-pifamoivoizana roa mahatsiravina no nitranga tetsy Avaratra Andrefan’Antananarivo, tamin’iny lalam-pirenena fahefatra iny omaly. Ny iray, fiara mpitatitra manao zotra nasionaly no nifaoka mpandeha an-tongotra tetsy Andranomena. Vokany ! olona sivy no naratra ka ny roa tamin’izay no voa mafy. Ny iray hafa, tetsy Talatamaty, lehilahy 35 taona no maty nitsoraka tao ambany fiarabe.

Tsy mampilaza marina ny loza rehefa ho avy. Tampoka tamin’ireo mpiandry taxibe tetsy Andranomena tokoa ny zava-nitranga. Fiara iray manao zotra nasionaly, handeha hianavaratra mantsy no nirafarafa, nandeha mafy tamin’iny lalana Digue, eny fa na dia teo aza ny fitohanana efa mahazatra efa sakafon’ny mponina andavanandro. Tao anatin’ny fandehanany mafy ity fiara ity no nivily tampoka. Nandona fiara iray avy eo nifaoka tsirairay ireo olona marobe nitangorona niandry fiara taxibe omaly maraina. Olona sivy no voafaokan’ilay fiara tamin’io fotoana io izay samy naratra avokoa. Roa tamin’ireo no tena voa mafy, araka ny tatitry ny mpitandro filaminana. Samy nentina novonjena tao amin’ny hôpitaly manarapenitra avokoa moa ireo naratra. Tao anatin’izany kosa dia tsy hita izay nalehan’ny mpamilin’ilay fiara nahavanon-doza. Mbola karohina moa ilehio hatreto, araka ny fampahafantarana nomen’ireo mpitandro filaminana, tonga teny an-toerana, nanao ny fanadihadiana.

Fa mbola omaly maraina hatrany, tetsy Talatamaty indray, lehilahy iray sahabo ho 35 taona no maty voahitsaky ny fiarabe. Raha ny voalazan’ny mpitandro filaminana sy ireo olona teny an-toerana nanatri-maso ny zava-nisy dia efa nivonona ny ho faty sy hanapitra ny androny mihitsy ranamana ity. Efa ela mantsy no nijery izay fiara mandalo, ary nisafidy manokana ilay fiarabe. Raha vao nandalo ity farany dia avy hatrany dia nitsoraka tao alohany izy. Mazava ho azy, tampoka ho an’ny mpamily ny zava-nitranga, ka na dia niezaka nijanona aza izy dia mbola voatetin’ny kodiarana ilay rangahy. Maty tsy tra-drano. Marihana fa mbola tsy fantatra ny mombamomba ity lehilahy namono tena ity. Hatreto mantsy, araka ny fanazavàna nomen’ny kaomandin’ny tobim-paritry ny zandary eny an-toerana, izay misahana ny raharaha, dia tsy mbola nisy havany tonga. Ny mpamilin’ilay fiarabe kosa dia voatery notazomina any an-toerana, noho ny fiarovana azy sy ilaina amin’ny famotorana atao.

m.L

Midi Madagasikara0 partages

« Coca-cola Yellow Game » : Des lots distribués aux 20 gagnants dans tout Madagascar

Parmi les heureux gagnants recevant leurs lots.

Cela fait maintenant un mois que Coca-Cola a lancé son grand jeu « Coca-Cola Yellow Game » dans toute l’Ile, en partenariat avec Telma, Opérateur N°1 en télécommunications. Depuis, des dizaines de milliers de gains immédiats ont été distribués à tous ceux qui ont activé, avec leurs numéros Telma, les codes sous les bouchons jaunes de Coca-Cola 100 cl. Parmi eux, 20 grands gagnants dans tout Madagascar ont reçu leurs gros lots suite aux quatre premiers tirages au sort du mois de septembre dernier au siège de la STAR à Andranomahery.

Voyage à Maurice. A titre d’illustration, RAMAROSON Rado, RAZAFIMBOLA Joeliaritsiry, ANJAMAMINIAINA Mahefa Valisoa et RAZAFINDRASOA Marie Daniella ont gagné chacun un Smartphone.. RASOAMIAFARA Richard, SETILAHY Ulrich Marie Michael, RAJAONARIVELO Mbolasafidy Fitiavaniaina, RAMANANTSOA Solondrainambinina Gilles, RANDRIAMIARAMANANA Ernest, ANDRIANARIVONY Nambinintsoa Mahefaharison, RAMANAMBITANA Hasiniaina Justin et RABESON Alfred ont reçu leur tablette. En revanche, la fibre optique avec connexion Wifi pour toute une année a été remportée par RAFANOMEZANTSOA Arice. RASOANARIVELO Eliane, RATOMPOMALALA Hoby, MANOHISOA Iantsaniaina Liliane, SAHONDRA RALANDIARISOA Clémence et MAEVALANDY Mamitiana Florencia ont quant à eux, raflé les télévisions écran plat 32’’. Par ailleurs, les voyages pour deux personnes à Maurice ont été remportés par RAMANANKOHANINA Fulgence et RAMINOHERITIANA Nomena.

D’autres tirages. Le jeu Coca-Cola Game fera encore de nombreux heureux gagnants jusqu’au 4 novembre prochain, selon les organisateurs. Ainsi, pour gagner immédiatement des packs de Coca-Cola, des appels, des SMS ou des Data et en plus, participer aux grands tirages au sort pour remporter les gros lots, il suffit de composer le #481# avec son numéro Telma, et entrer le code sous le bouchon jaune de Coca-Cola 1L. Cinq tirages sont encore prévus pour remporter les gros lots. On peut citer entre autres, deux voyages pour deux personnes tout frais payés à Maurice, cinq télévisions écran plat 32’’, douze tablettes, six smartphones et une connexion wifi pendant un an. Les prochains tirages se feront tous les lundis du mois d’octobre (les 07, 14, 21, 28 octobre) et le 04 novembre prochain.

Recueillis par Navalona R.

Midi Madagasikara0 partages

Soirée après bacc : « Smile party » se fait peau neuve

Quatorze promotions successives ont fait de « Smile party », un rendez-vous incontournable de l’après bacc. Cette année encore ne dérogera pas à la règle. Demain, cet évènement d’envergure se fait peau neuve au Palais des sports Mahamasina.

Plus conviviale que jamais, la soirée s’annonce festive et pour tous les goûts. Cette année, un beau petit monde fera vibrer les différentes scènes pour donner le plus de diversité et plus de dimension au « Smile party ». Pour la première fois, « Smile party » implique le large public. Certes, les futurs bacheliers restent le principal cible tout comme le grand monde. «  Nous sommes un peu plus dans un format d’événement jeune et grand public pour rappeler aux gens que nous n’avons qu’une vie, il n’y a pas de temps à perdre, c’est le moment de tout donner et de s’évader un peu de notre quotidien », précisent les organisateurs durant la conférence de presse.

DJ Miss Gul.  La grande attraction mettra en avant la grande bande des Rdj’s team bien connue pour les ambiances survoltées avec la DJette internationale Miss Gul, l’invitée de marque qui vient tout droit de la France pour booster au maximum le public. Valeur sûre du Djing depuis 2008, la belle ne laisse pas indifférente. Son talent, son charisme et son plastique de rêve associent parfaitement  glamour et musique électronique. Sillonnant plus d’une vingtaine de pays à travers le monde, son éclectisme musical lui a permis de s’affirmer dans le milieu.  Avec une notoriété grandissante, elle fait d’ores et déjà partie des meilleures Djettes de sa catégorie, son passage à Madagascar sera certainement à graver dans son parcours.  Les amateurs de DJing peuvent se délecter à souhait d’une ambiance au top dans la zone « indoor ».

Samoela en live. La zone « Outdoor » sera transformée en un espace convivial et chaleureux pour accueillir les amateurs de Karaoké, suivi d’un live intégral de Samoëla. Oui monsieur « Bandy akama », ce top ambianceur sera de la partie une atmosphère de détente. Le tout précède l’ambiance nocturne  dans laquelle, les DJ font un clin d’œil à ces trois lustres qui se traduiront par un remake des meilleurs tubes de ces 15 dernières années jusqu’au petit matin. Bref, cette soirée s’annonce prometteuse et si vous êtes des bons vivants, ramenez-vous avec votre bonne humeur et vos envies de vous défouler !

Zo Toniaina

Midi Madagasikara0 partages

Ambassadeur coréen, Lim Sang-woo : «Similitude entre les peuples malgache et coréen»

Toast pour le 4352e anniversaire de la fondation de la Nation coréenne. (Photo Nary Ravonjy)

La célébration du 4352 e anniversaire de la fondation de la Nation coréenne s’est tenue hier, à l‘hôtel Carlton. Selon l’ambassadeur de la Corée, Lim Sang-woo, « œuvrer pour le bien de l’humanité», tel a été toujours la devise de ce pays. Depuis son arrivée dans la Grande île, ce diplomate a sillonné la Grande île pour constater de visu le vécu quotidien des malgaches. A un certain moment, il a prononcé son discours en malgache pour parler notamment de la similitude entre les peuples malgache et coréen.

Dévouement. Pour sa part, le ministre de la Défense Nationale, le Général de Division Richard Rakotonirina qui a représenté le chef de l’Etat, n’a pas manqué de souligner la volonté, le dévouement et la persévérance du peuple coréen. Le ministre a également parlé des œuvres accomplies par la Corée du Sud  à Madagascar, entre autres, les centres de gestion de risque et de catastrophe dans les 22 régions du pays.

Dominique R.

Midi Madagasikara0 partages

Ampangabe : Mpianaka maty nilatsaham-baratra

Nitera-doza koa ilay oram-baratra nitranga ny harivan’ny talata teo tao Ampangabe. Mpianaka no maty nilatsahan’ny varatra tao an-trano fonenan’izy ireo. Raha araka ny fanamarihan’ny zandary izay miandraikitra an’Ambohidatrimo sy ny manodidina dia manodidina ny tamin’ny dimy ora sy sasany hariva no niditra tampoka tao an-tranon’izy ireo ny varatra ary nirefotra tao. Mpianaka, renim-pianakaviana 36 taona sy ny zanany 13 taona no indray niara-namoy aina vokatr’izany. Vao tsy tena manomboka akory izany ny fahavaratra dia efa nitera-doza tanteraka izany teto Analamanga. Ranobe tetsy sy teroa, fahafatesana vokatry ny filatsaham-baratra ary fahapotehan’ny tanàna (jereo lahatsoratra etsy ambany).

D.R

Andramasina

Oram-be sy avandra namotika ny tanàna

Raha ranobe no niakatra teto an-drenivohitra tao anatin’ilay oram-baratra nandritry ny talata lasa teo, rivo-doza kosa no niseho tany Andramasina tamin’ny fotoana mitovy. Potika ny 40% an’ny tanàna raha araka ny tatitry ny zandarimaria. Maro ny tranom-panjakana izay lasa ny tafo, nisy koa ny efitranom-panadinana bakalorea izay potika. Tsy latsa-danja ny fahavoazan’ny fambolena satria nisy avandra nilatsaka ary goavam-be izany. Raha ny fanazavan’ny olona dia toa ny rivo-doza mihitsy no niseho tao Andramasina. Porofon’izany rahateo ny fisian’ny hazo nidaraboka tetsy sy teroa. Tsy niomana tamin’ny zava-niseho ny olona satria ny maraina dia mbola nibaliaka  tanteraka ny masoandro kinanjo nivadika izany ny tapak’andro hariva. Toa ny teto an-drenivohitra sy ny faritra Analamanga ihany.

D.R

Midi Madagasikara0 partages

Législatives : Des chiffres et des nombres

« Législatives 2019 en chiffres ». C’est la publication faite sur son site par la HCC par souci de transparence, fut-elle à posteriori.

D’après ces chiffres, il y a eu 10.302.194 électeurs répartis  dans 25.388 bureaux de vote. Avec un taux de participation de 31% pour l’ensemble du territoire. Le record de participation revenant à Ambositra avec 56%. Contre 10% à Ankazobe et Ambovombe qui s’adjugent la palme du taux d’abstention.

Résultats. En matière de contentieux électoral, la HCC a reçu 667 requêtes qui portaient en grande partie sur des actions en annulation de résultats et/ou de voix, ainsi que sur des demandes de disqualification. En revanche, il n’y a eu que deux contestations de résultat parmi ces requêtes dont 151 ont été déclarés irrecevables. Contre 404 recevables mais non fondées.  Seules 64 requêtes (soit 10%) ont été jugées recevables et fondées quoique cela ait peu ou prou impacté sur les résultats définitifs des législatives du 27 mai 2019 à l’issue desquelles l’IRD s’est taillé la part du lion avec 84 sièges. Contre 16 pour le TIM, 46 pour les Indépendants et 5 pour les autres pour ne citer que le MTS et le RPSD qui ont obtenu chacun 1 « seza » à l’Assemblée nationale, selon le tableau ci-dessous.

Recueillis par R.O

Midi Madagasikara0 partages

Hip hop : Ko Dobla et ses 28 ans de rassembleur

Ko Dobla le rappeur qui se veut rassembleur

Le rap connait de plus en plus un regain de vitalité, le grand rassemblement au Kianja Maitso Analamahitsy du 5 octobre à partir de 13 h  en est la preuve. En effet, « Round 2 » va rassembler plusieurs « clans » et groupes de la capitale. En parallèle, cet évènement servira de célébration des 28 années de Ko Dobla. Ce rappeur tient ainsi à commémorer ce moment en tant que rassembleur. Le public y retrouvera des pointures comme Tangala, pratiquant un rap philosophique et introspectif, Bogota, les anciens de la vieille école mais toujours en forme, Takodah Ngah B, des références parmi les références, BMS, 8MM et tant d’autres. Ce grand concert rassemblera plus de 35 groupes, dont des rappeurs venus de Toamasina.

Ko Dobla a débuté le rap en 1991, décidément les moments chauds du pays sont souvent des propulseurs d’artistes. Le jeune garçon s’entraine comme tous les rappeurs de son âge à la maison, sur des rythmes et des instrumentaux comme le jazz, rap… A partir de là, il crée son groupe en 1995, North Center. Décrié par la « critique » appartenant plus au domaine de la variété que du rap pur et dur, les tubes s’alignent tout de même. Son groupe réussit à s’installer confortablement dans le paysage du hip- hop malgache. Au fil des années, Ko Dobla devient producteur, animateur radio… Après un moment de silence, il a fait une réapparition il y a quelques années. Il est sans doute temps de se poser et de jouer les rassembleurs, loin de l’époque où il fallait défendre la pureté du rap, une culture empruntée.

Maminirina Rado

Midi Madagasikara0 partages

Ambavahaditokana et Talata-volonondry : Trois blessés et 2 000 000 ariary dérobés dans des vols à main ...

Par rapport aux efforts déployés par les Forces de l’ordre pour lutter contre l’insécurité dans la ville d’Antananarivo, les actes de banditismes sont loin d’être maîtrisés dans les zones périphériques. Les malfaiteurs sévissent en groupe et détiennent des armes puissantes pour commettre leur forfait. Ceux  qui se sont passés dans la commune d’Ampanotokana dans le district d’Antananarivo Atsimondrano et à Talata-volonondry dans le district d’Avaradrano la nuit du samedi dernier, le confirment. Des attaques à main armée ont eu lieu  dans ces localités. Au total, près de 2 000 000 ariary et quelques objets de valeurs ont été dérobés. Trois personnes ont été blessées dans  ces deux vols.. A Ampanotokana vers 22 heures 30, une bande de neuf individus dont l’un muni d’une cagoule, s’est  introduite de force dans le domicile d’un épicier dans le fokontany d’Ambohimanarina. Avant d’agir, les malfaiteurs qui étaient armés d’un pistolet factice et des couteaux, auraient été déjà renseignés qu’il n’y avait que des enfants dans cette maison. Vu le rapport de force, les malfaiteurs ont réussi sans avoir recouru aux armes, à s’emparer d’une somme de 900 000 ariary et quelques quantités de marchandises avant de prendre la fuite. Débarqués sur place après avoir été alertés quelques minutes plus tard, des gendarmes du poste avancé d’Ambavahaditokana ont tenté de les attraper mais en vain. L’enquête est en cours. Le même samedi vers 22 heures, trois ménages du village d’Ambohibary, fokontany Morarano Idilana, étaient la cible d’un gang composé d’une vingtaine d’individus. Selon les témoignages des victimes, les malfaiteurs qui étaient munis d’un fusil d’assaut Kalachnikov et d’armes blanches, ont fait irruption dans leur maison et ont  fouillé en agressant tous ceux qui ont tenté de s’opposer à eux. Le bilan était lourd. Ayant perdu 690 000 ariary en espèce et deux téléphones portables, le propriétaire du premier ménage a été blessé. Ayant blessé également les propriétaires des deux autres ménages, les malfaiteurs y ont dérobé 1 000 000 ariary et trois téléphones portables chez le premier ; 30 000 ariary et deux téléphones portables chez le deuxième. Après l’acte, la gang s’est enfuit en direction d’Ambohimanga Rova. La gendarmerie de Talata-Volonondry se charge de l’enquête.

T.M.

Midi Madagasikara0 partages

Ambohimanarina : Une femme retrouvée morte dans une maison de passe

Il était huit heures et demie lorsque le propriétaire du lieu a alerté la police d’un fait tel qu’une femme sans vie a été trouvée morte dans l’une des pièces de la maison de passe. Sur place, il a été constaté que la femme d’environ 35 ans portait encore ses vêtements. Accompagné d’un homme qui reste inconnu pour l’instant faute de caméra de surveillance, les deux personnes entraient de bon matin dans cet endroit. Quelques minutes plus tard, l’homme est sorti tout seul. Une situation qui a éveillé le soupçon du réceptionniste qui à son tour, a ordonné le gardien d’inspecter la chambre. La surprise fut de taille en voyant le corps sans vie d’une femme. Il n’y avait aucun objet pouvant servir de pièces à conviction sur place, selon la police. Le corps ne comportait aucune trace de blessure et pas de aucune boisson ni aliment à côté . Par ailleurs, il n’y avait aucun papier ni d’autres documents pouvant mener à l’identification de la concernée. Outre le bilan de la police, les agents du bureau municipal d’hygiène ont été par la suite sur place. Après les constats d’usage, le corps sans vie et inconnu a été transporté à la morgue de l’HJRA. Puisqu’il y a mort d’homme, la brigade criminelle a été saisie de cette affaire.

D.R

Midi Madagasikara0 partages

POESAM 2019 : Trois projets Malagasy qualifiés pour la phase finale en Afrique du Sud

La cérémonie de remise de prix s’est tenue hier soir au Canal Olympia Andohatapenaka. Sartbontech, le projet de fabrication de charbon biocombustible a remporté le premier prix du POESAM 2019 (Prix Orange de l’Entrepreneur Social en Afrique et Moyen-Orient). « Les déchets de Khat, une plante très consommée dans la ville de Diégo, représentent leur source de matière première. Le produit sera mis sous sac et livré à l’adresse du client selon sa commande. Les modalités de commande seront effectuées par message à partir du téléphone portable du client. Grâce à une collaboration avec la commune, une base de données va contenir tous les numéros matricules de chaque ménage de la ville de Diégo. Toutes personnes souhaitant commander leur produit devront avoir un compte Orange Money », ont affirmé les promoteurs du projet.

Diversifiés. Le deuxième prix a été attribué au projet d’un tout autre secteur. Il s’agit du projet Safe, qui consiste en l’amélioration de l’accès aux médicaments par tous les Malagasy, principalement au niveau des zones reculées et isolées, à coûts réduits. Le projet propose des livraisons de produits pharmaceutiques notamment des médicaments; des vaccins et des poches de sang par drone pour pallier au problème de manque de ressources sanitaires dans les zones isolées et reculées de Madagascar. Enfin, le troisième prix a été décerné au projet Flit Ride, une application mobile proposant un service de covoiturage. « Contrairement aux applications de covoiturage existantes comme Uber, Flit Ride fonctionne sur la plate-forme Flit qui est un marché basé sur la blockchain dans lequel, les trajets sont traités comme une marchandise. Les conducteurs peuvent demander des promenades en appuyant sur un bouton de leur smartphone. D’un autre côté, les conducteurs peuvent également proposer des prix sur un marché ouvert et voir les offres des autres conducteurs. Une fois un usager accepte une offre, la plateforme procèdera au paiement via mobile banking, Jetons Flit ou carte de crédit. Grâce à son système entièrement intégré, le paiement sera libellé instantanément au portefeuille du conducteur une fois le trajet terminé », ont présenté les initiateurs du projet.

International. Outre les trophées et les récompenses remis par Anouk Bertucat, directeur Marketing d’Orange Madagascar, ces trois lauréats internationaux ont reçu, en plus des lots nationaux, respectivement 25.000Euros, 15.000Euros et 10.000 Euros. D’après les organisateurs du concours, ces gagnants bénéficieront également d’un accompagnement par des professionnels de la création et du financement des jeunes entreprises. A noter que ces projets ont été sélectionnés par un jury local, parmi une cinquantaine de candidatures, et se sont démarqués grâce à leur sens de l’innovation et leur créativité au service de la société.  Par ailleurs, dans le cadre du partenariat de confiance d’Orange Madagascar avec l’incubateur ELAmad, les cinq meilleurs projets Malagasy du POESAM vont bénéficier d’un an d’incubation auprès d’ELAmad. Hier, EL Amad a lancé « Make The Choice Madagascar », qui est également la première édition de Make The Choice Africa. D’après son promoteur, il s’agit d’un dispositif à l’échelle nationale à Madagascar, visant à favoriser l’entrepreneuriat chez les jeunes Malagasy à partir de 18 ans et plus, avec ou sans formation,  ayant une idée ou un projet de création d’entreprise ou une entreprise de moins de trois ans.

Antsa R.

Midi Madagasikara0 partages

Traitement des informations : Réduire les risques de tensions électorales

Continuer « Le projet d’appui à la prévention et la gestion de conflits et violences potentiels à Madagascar». (PHOTO KELLY)

La gestion de conflits qui inspire confiance grâce à des actions de dialogue et de collaboration avec les acteurs électoraux.

« Le projet d’appui à la prévention et la gestion de conflits et violences potentiels à Madagascar» ou « Prevent Electoral Violence » (PEV) a organisé un panel, hier, à l’hôtel Ibis Ankorondrano. Portant sur le thème « pratiques des médias, comment pérenniser les acquis des élections législatives ».  Avant le débat proprement dit, Mirana Razafindrazaka responsable de l’unité de monitoring des médias au sein du PEV Madagascar a présenté les résultats des analyses comparatives de la couverture médiatique des dernières élections présidentielle et législative.

Rôle de médiateur. Ces résultats ont montré que les médias ont dans une certaine mesure, joué leur rôle de médiateur dans le traitement des informations relatives à la campagne des élections législatives. Les dérapages en termes de déontologie journalistique et les manquements aux principes d’un journalisme sensible aux conflits ont été moins visibles durant cette période. Les journalistes ont également participé à l’éducation et à la sensibilisation électorale. Cependant ces défis restent à relever concernant notamment le pluralisme politique dont le respect permet aux différents courants politiques présents au pays d’obtenir une visibilité auprès des médias et ainsi de réduire les risques de tensions électorales.

Apaisement. Lors de son intervention, Eva Palmans, la représentante de l’ECES à Madagascar a rappelé que le lancement officiel du projet a eu lieu en mars 2018 qu’il va bientôt se terminer, plus précisément ce mois-ci. Notons que les panélistes qui ont participé à ce débat ont été composés de Ravaoharinirina Hanitriniaina Liliane, Secrétaire exécutive adjointe de la CENI, de Gérard Rakotonirina, président de l’OJM, de Soava Andriamarotafika, journaliste et responsable de média et de Ghislain Arsène Velo, membre du collectif des journalistes sensibles aux conflits. Ils ont été amenés à discuter du rôle positif que doivent jouer les médias en faveur de l’apaisement en période électorale. L’objectif global du débat consiste en effet, à mobiliser les acteurs électoraux, particulièrement les acteurs oeuvrant dans le monde médiatique, à accompagner les médias malgaches dans une perspective d’un journalisme promoteur de la paix en temps électoral. Force est cependant de constater que la période électorale reste un moment fort ou sensible, c’est selon, dans le monde des médias.

Dominique R.

Midi Madagasikara0 partages

Rugby « Women’s Sevens » : Dernière préparation pour les Makis dames

L’équipe féminine du rugby à XV est actuellement dans la  dernière ligne droite de la préparation pour le tournoi « Women’s Sevens ». Une rencontre continentale qui aura lieu à Jemmel en Tunis du 12 au 13 octobre prochain avec la participation de douze pays en Afrique. Les Makis dames visent le ticket pour Tokyo, puisque la championne représentera le continent aux Jeux Olympiques 2020. Les médaillées d’argent et de bronze conserveront encore de l’espoir puisqu’elles participeront à un tournoi de repêchage mondial par la suite. La liste des joueuses devrait être proclamée d’ici quelques jours.

Manjato Razafy

Midi Madagasikara0 partages

Football féminin – UFFOI : Pour une revanche de l’équipe malgache

Après la Cosafa Cup qui s’est tenue en juillet, l’équipe féminine malgache de football participera à la Coupe de l’Union fédéral football de l’Océan Indien (UFFOI). Cette rencontre indianocéanique s’étalera du 13 au 15 décembre à Maurice. Il y en aura deux catégories à savoir les U20 et U17. Pour la commission malgache de football féminin, la détection des joueuses qui constitueront l’équipe commencera la semaine prochaine et se fera dans toutes les ligues. Les sélectionnées entameront par la suite un regroupement à compter du 1er novembre, selon les explications recueillies auprès de cette commission de la FMF hier. Une revanche est encore à exploiter pour le coach Hortensia Mamihasina, suite à la défaite de Madagascar en phase de poule durant le match qui s’est tenu en Afrique du Sud. Cette fois-ci, elle aura beaucoup de temps pour former son équipe.

Manjato Razafy

Midi Madagasikara0 partages

Phase nationale du POESAM : Les trois projets malagasy méritants dévoilés

Les gagnants de la phase nationale du POESAM. (crédit photo : Kelly)

Les gagnants de la phase nationale du Prix Orange de l’Entrepreneur Social en Afrique et Moyen-Orient (POESAM) ont été récompensés hier soir lors d’une cérémonie qui s’est tenue au Canal Olympia Iarivo à Andohatapenaka. Les trois porteurs des meilleurs projets Malagasy se sont démarqués grâce à leur sens de l’innovation et leur créativité au service de la société.

Pour le premier prix qui a été décerné à Sartbontech, un projet qui consiste en la fabrication de charbon biocombustible fait à partir de déchets de Khat. Pour le second prix, c’est le projet Safe qui l’a reçu ; un service de livraison de produits pharmaceutiques, de médicaments, de vaccins et de poches de sang par drone pour pallier au problème de manque de ressources sanitaires dans les zones isolées et reculées de Madagascar. Et enfin, c’est Flit Ride, l’application mobile de covoiturage qui a obtenu le troisième prix de la phase nationale du POESAM. Flit Ride est également l’heureux gagnant du vote du public pour la phase internationale du POESAM.

Pour un petit rappel, le Prix Orange de l’Entrepreneur Social en Afrique et au Moyen-Orient est une compétition qui met en valeur les entrepreneurs qui proposent des produits ou services innovants, associés à l’utilisation croissante du mobile, et qui répondent aux besoins sanitaires, agricoles, éducatifs, énergétiques, commerciaux ou industriels des populations locales ayant des opportunités prometteuses en matière d’impact sociétal.

Recueillis par Anja RANDRIAMAHEFA

Midi Madagasikara0 partages

Fanamboarana « plaque châssis » : « Ny Foibe fitsaràna fiarakodia irery ihany no afaka manao izany »

Iaraha-malala fa efa fiarakodia nahazo taona avokoa no be mpampiasa eto amintsika. Mila fanamboarana ihany koa ny ankabeazany, indrindra fa ny « carrosserie » izay mihalo. Ny mahagaga anefa dia isan’ny zavatra tsinontsinoavin’ny rehetra, na ny tompon’ny fiara, na ny mpanamboatra, ilay vy kely famantarana ilay fiara iny, na ny « plaque châssis », rehefa manamboatra izy ireo. « Tsy maninona iny fa mankeny amin-dry zalahy mpanao « alu » dia vita » raha ny eritreritry ny rehetra. Diso tanteraka anefa izany. Tsy ny antontan-taratasin’ny fiara ihany no tena manan-danja fa iny takela-by misy famantarana iny. Miainga amin’iny avokoa mantsy ny soratra voarakitra anaty antontan-taratasy ka raha iny no very na miova dia tsy misy dikany intsony ny antontan-taratasy rehetra.

Izany no antony nahatonga ny lalàna nilaza fa Sampandraharaham-panjakana iray, irery ihany no afaka manamboatra azy iny, dia ny Foibe Fitsaràna fiarakodia (Dgsr) fa tsy etsy « amin-dry zalahy mpanao alu » akory na dia manana fitomboka famantarana azy aza ry zareo. Amin’izay lafiny izay indrindra, dia naseho tamin’ny fomba ofisialy tetsy amin’ny ivontoerana fitsaràna fiara tetsy Alasora By-Pass ny milina « duplicateur plaque châssis ».  « Raitra dia raitra tokoa ity milina ity ary manaraka ny teknolojia maoderina, ka hitondrana zava-baovao amintsika tompona fiara », hoy ny fanazavàn’ny tompon’andraikitra. Araka izany, raha misy fahaverezana na fanavaozana na fahasimban’io takela-by io dia efa vonona amin’ny fanoloana azy ireo ny Foibe fitsaràna fiara.  « Misy ny vola aloa mandritra izany izay mitentina Ariary 46800 miampy ny vidin’ilay « Plaque châssis » vaovao ». Marihana, raha ny fanazavàna azo hatrany  fa hovatsiana an’ity milina ity avokoa ireo ivon-toerana fitsaràna fiara rehetra misy eto amintsika.

m.L

Midi Madagasikara0 partages

Fuite de sujets du Bacc : Le proviseur du Lycée d’Imerintsiatosika arrêté

L’implication des enseignants dans la fuite de sujet du baccalauréat de cette année n’est plus à démontrer. Mardi en début de soirée vers 18 heures, le proviseur du Lycée public d’Imerintsiatosika qui est à la fois adjoint du chef de centre d’examen dans la localité, a été arrêté pour avoir tenté de distribuer des épreuves à une soixantaine d’élèves. La gendarmerie est parvenue à ce résultat grâce à aux renseignements. Cette dernière a été informée de l’existence d’un groupe d’élèves en compagnie de ce proviseur dans une forêt d’eucalyptus située à 3km au nord du chef-lieu de cette commune. Débarqués sur place, des éléments des forces de l’ordre l’auraient surpris en train de discuter avec ces élèves. En effet, les gendarmes ont décidé de fouiller ses affaires. Ils ont alors découvert le pot au rose dans son ordinateur. Des sujets d’examen y ont été consignés. Ainsi, les gendarmes  ont arrêté le suspect et les élèves et les ont conduits à la brigade pour enquête. Actuellement, il est gardé à la brigade de la gendarmerie d’Imerintsiatosika. Par contre, les élèves ont été relâchés pour qu’ils puissent continuer leur examen. Quoi qu’il en soit, leurs parents ont été avertis sur la possibilité d’une convocation de leurs enfants pour être auditionnés, prochainement.

T.M.

Midi Madagasikara0 partages

Natation : Saint-Michel partage ses performances

John Rakotomavo, médaillé de bronze aux JIOI de Maurice

Il reste le grand club de natation de pays. Aux Jeux des Iles à l’île Maurice, l’unique médaille malgache était l’œuvre de John Rakotomavo qui n’est autre qu’un nageur de Saint-Michel.

Une saison riche et fructueuse. C’est de cette façon qu’on peut résumer le bilan du club de natation de Saint-Michel pour cette saison 2018-2019. A domicile qu’à l’extérieur, les nageurs d’Amparibe ont fait parler d’eux dans les bassins. Devenu un rendez-vous incontournable du club chaque année, les nageurs de Saint-Michel n’ont pas manqué le meeting de l’Océan Indien en décembre 2018 à La Réunion en remportant une médaille d’or du 200 m quatre nage dames par l’entremise de Michelle Randriatsima. Et cette année, le club prépare déjà cette échéance régionale. Le club de Saint-Michel s’est fait un nom à travers l’organisation de la compétition Vive l’avenir qui célèbre en 2020 ses dix ans d’existence. Cette compétition est devenue au fil des années un véritable vivier de jeunes talents où plus de 200 nageurs issus de tous les clubs du pays se partagent leurs joutes pendant deux jours. Comme le slogan du club, l’objectif de l’organisation de Vive l’avenir est de rehausser le niveau de la natation malgache. Un des plus anciens clubs de natation du pays, Saint-Michel est pourvoyeur de nageurs et nageuses au sein de la sélection nationale. Aux Jeux des Iles de l’Océan Indien à l’île Maurice, l’unique médaille malgache était l’œuvre de John Rakotomavo qui n’est autre qu’un nageur du club. Ils étaient trois nageurs de Saint-Michel à avoir été sélectionnés au sein de l’équipe nationale dont Stephan Rakotomavo et Franck Ramiakatrarivo. Deux des quatre représentants aux Championnats du monde de Corée étaient pensionnaires du club Saint-Michel, à savoir Murielle Rabarijaona et Michael Rasolonjatovo. Six nouveaux records de Madagascar ont été pulvérisés par les nageurs de Saint-Michel cette saison dont trois en Corée. Ces résultats qui sont le fruit d’un travail d’équipe de longue haleine. ” Nous pouvons dire que ces résultats ont été obtenus grâce aux consignes et directives et manière de travail de l’ancienne équipe dirigeante du club. Nous remercions et encourageons la candidature de John Rabary à la présidence de la Fédération malgache de natation. Il a la capacité et l’expérience de mener à bon port cette fédération vu ce qu’il a déjà entrepris au sein du club”, a souligné Mick Raveloson, président de Saint-Michel natation. L’assemblée générale ordinaire suivie élective de la FMN se tiendra ce samedi à l’académie Nationale des Sports à Ampefiloha.

T.H

Midi Madagasikara0 partages

« Tia Tanindrazana » : Le parti de Tahina Razafinjoelina pour une décentralisation effective

Tahina Razafinjoelina devant la presse hier à Antaninarenina.

La formation politique présidée par Tahina Razafinjoelina a présenté hier son projet de société. Créé le 07 décembre 2010, le parti « Tia Tanindrazana » focalise ce projet de société sur trois principaux axes dont la décentralisation effective, l’éducation et les nouvelles technologies.  « Le parti milite aussi pour la réconciliation. Il est contre toute forme de culte de personnalité et prône le consensus et le dialogue dans le processus de toute prise de décision à tous les niveaux. Le parti  se pose en force de proposition et reste ouvert aux autres forces politiques qui défendent les mêmes positions politiques que lui.», a expliqué Tahina Razafinjoelina.

Logiciel.  Le président du parti « Tia Tanindrazana » Tahina Razafinjoelina a présenté hier un logiciel qui peut être utilisé au niveau des communes pour l’accélération du traitement des actes d’état-civil. « Ce logiciel sera gratuitement offert aux communes qui en ont besoin. L’objectif consiste à améliorer la qualité des services au niveau des collectivités territoriales décentralisées. Ce logiciel constitue un outil important permettant d’y parvenir. », a-t-il fait savoir. A noter que le parti « Tia Tanindrazana » a présenté des candidats aux prochaines Communales.

R. Eugène