Les actualités Malgaches du Mardi 03 Octobre 2017

Modifier la date
Midi Madagasikara647 partages

Vice-présidence du SMM : Démission de Tiaray Fanahimanana

C’est confirmé. Tiaray Fanahimanana a démissionné de son poste de Vice-président du Syndicat des Magistrats de Madagascar. Cela fait environ deux semaines qu’il a déposé sa lettre de démission auprès du bureau du SMM dirigé par Fanirisoa Ernaivo. Le désormais ex-Vice-président du SMM a toutefois expliqué que « cette décision n’a rien à voir avec la grève actuelle du syndicat des magistrats ». En effet, Tiaray Fanahimanana prévoit de se porter candidat à la prochaine élection des membres du Conseil Supérieur de la Magistrature (CSM) qui devrait avoir lieu le 7 novembre prochain. « J’ai pris cette décision pour ne pas influencer le vote de mes collègues magistrats », a-t-il expliqué. Et d’ajouter au passage : « je ne veux pas être taxé d’avoir usé et abusé de mon statut de Vice-président ». Avec cette initiative, Tiaray Fanahimanana souhaite donner une leçon de démocratie aux politiciens. Reste à savoir si ces derniers vont prendre en considération le message qu’il souhaite envoyer. L’ancien Vice-président du Syndicat des Magistrats de Madagascar a également tenu à préciser qu’il reste toujours membre du SMM et qu’il soutient les actions menées par l’actuel bureau dirigé par Fanirisoa Ernaivo.

Davis R

L'express de Madagascar512 partages

Tourisme – Roland Ratsiraka relativise l’épidémie

La déclaration du ministre du Tourisme est à l’antipode de la panique générale sur l’épidémie de peste. Roland Ratsiraka évoque « un petit problème ».

Ce n’est qu’un petit problème qui reste à son échelle. La déclaration est du ministre du Tourisme Roland Ratsiraka, pour parler de la situation de l’épidémie de peste qui sévit actuellement. Certes, cette épidémie n’affecte pas encore la saison pour le moment, mais cette déclaration a de quoi surprendre. L’ancien maire de Toamasina, l’une des villes touchées par l’épidémie, semble minimiser la situation. Depuis samedi, le gouvernement de « combat » s’est lancé dans une guerre contre cette épidémie et annonce la mise en place de mesures d’urgence pour enrayer sa propagation. Toutes manifestations publiques sont suspendues jusqu’à nouvel ordre. La rentrée scolaire est reportée.Pour soutenir sa déclaration, le membre du gouvernement annonce que « nous confirmons que tout se développe bien et tout se passe bien. La peste ne concerne que deux localités ». Ce qui est loin d’être le cas. La peste est déjà responsable dudécès de vingt cinq personnes en l’espace d’un mois. « Contrairement aux épidémies passées, celle-ci affecte les grandes zones urbaines, ce qui augmente le risque de transmission», s’inquiète l’Organisation mondiale de la santé dans un communiqué. Bien que les zones touristiques semblent encore épargnées, plusieurs localités sont déjà concernées par ce cauchemar, comme l’annonce le gouvernement dans un communiqué publié sur sa page Facebook.

Aucune annulationLe secteur touristique est l’un des secteurs les plus sensibles. La moindre image négative de Madagascar sur la scène internationale pourrait affecter une saison toute entière, voire plusieurs années d’efforts. Pour le moment, les impacts de l’épidémie ne se font pas encore sentir au niveau des réservations pour les opérateurs touristiques. Jusqu’ici, les chambres consulaires ne déconseillent pas encore à leurs ressortissants d’éviter de se rendre à Madagascar. « Aucune annulation n’a été enregistrée jusqu’ici », temporise le ministre.De retour du salon Top Résa, il invite les propriétaires d’établissements hôteliers et/ou restauration à  procéder « à la dératisation et du respect d’hygiène ».Des mesures clémentes qui pourraient impacter négativement la destination Madagascar. Ailleurs, des inspections et contrôles très stricts se font périodiquement dans ces établissements. On ne plaisante pas avec la question d’hygiène et le confort des clients.

Lova Rafidiarisoa

Midi Madagasikara497 partages

Destination Madagascar : Les touristes peuvent venir sans crainte selon le ministre de tutelle

Le ministre Roland Ratsiraka incite les opérateurs du tourisme à intensifier leurs actions d’assainissement et de dératisation.

La recrudescence de la peste ne devrait pas impacter sur le nombre de touristes étrangers attendus cette année, selon le ministre du Tourisme, Roland Ratsiraka. Des mesures sont prises, d’après ses propos.

Certaines annulations de réservations sont inévitables, suite aux informations diffusées concernant la peste, d’après les opérateurs touristiques que nous avons questionnés. De son côté, le ministre Roland Ratsiraka, qui a tenu une conférence de presse hier, a annoncé que cette épidémie est une crise passagère qui se produit tous les ans et qui peut très bien être contenue et maîtrisée. « Seulement deux villes sont touchées par la peste. Il ne faut pas paniquer. Des actions sont déjà menées par le Gouvernement pour éradiquer cette maladie. Pour le Ministère du Tourisme, nous faisons appel aux hôteliers, aux restaurateurs et à tous les autres opérateurs du secteur du tourisme à renforcer les actions d’assainissement et de dératisation. Il faudrait également que les ordures soient brûlées lorsque cela est possible, afin de prévenir les risques de propagation de la maladie », a indiqué le ministre. En effet, ce dernier a demandé au personnel de son département d’envoyer une lettre à tous les opérateurs touristiques du pays, pour procéder à ces actions préventives.

Aucun changement. Pour le secteur du tourisme, les événements prévus seront réalisés, d’après le ministre Roland Ratsiraka. Au programme de ce dernier trimestre figurent, entre autres, la célébration de la Journée Mondiale du Tourisme, qui sera organisée à Diégo du 26 au 28 octobre, en partenariat avec la Région Réunion. Ensuite le 1er novembre, un tournoi de Golf, organisé dans le cadre de la promotion du tourisme durable, fera venir des golfeurs étrangers qui ont déjà participé au Golf de Paris. En bref, le Ministère du Tourisme et ses partenaires présents à la rencontre avec la presse d’hier, soutiennent que le secteur du tourisme ne devrait pas être impacté de manière significative par l’épidémie de la peste. Le ministre Roland Ratsiraka a d’ailleurs parlé d’exagération de la part des médias internationaux. Certes, les informations sur l’aggravation de la peste ne peuvent être qu’une mauvaise publicité pour la destination Madagascar.

Antsa R.

Madagascar Tribune376 partages

L’importation en masse comme seule solution

Alors que les prix du riz ont encore augmenté le week-end dernier, le makalioka passant de 1 950 Ariary à 2 100 Ariary le kilo et le vary gasy presque absent des étales, le ministre du commerce a avancé comme seule solution l’importation massive. Selon Chabani Nourdine, Madagascar ne peut plus se contenter d’importer 200 ou 300 tonnes de riz. Il est donc prévu que la Grande ile importe pas moins de 30 000 tonnes selon toujours ce dernier. Et là seulement, les prix pourront être stabilisés et qu’on pourra entrevoir une baisse des prix. Pourtant, il y a quelques semaines encore, le ministre en question avait effectué une descente au niveau du marché d’Anosibe pour constater les prix du riz en se félicitant de leur baisse. Une baisse qui n’a été que de très courte durée. L’importation de 30 000 tonnes à 100 000 tonnes de riz pourrait représenter une solution sur le long terme selon Chabani Nourdine. Pour ce faire, des discussions ont déjà été entamées avec les structures et institutions concernées telles que la douane malgache afin de faciliter la tache aux opérateurs qui souhaiteraient intervenir dans ce sens et importer du riz en masse.

Midi Madagasikara329 partages

Andapa : Zanaka Sefo Fokontany vao afaka CEPE, bevohokana patiraon’omby

Nahazo laka tato ho ato ny fanolanana zaza tsy ampy taona mitarika vohoka tsy hirina sy aretina azo avy amin’ny firaisana ara-nofo tsy voaaro any amin’ny Faritra Sava malaza amin’ny vokatra lavanila. Tovovavikely iray vao afaka CEPE farany teo, monina ao Andapa, izay voalaza fa zanaka Sefo Fokontany no fantatra fa bevohokana zanaka patiraon’ omby. Taorian’ny fizahana nataon’ny mpitsabo dia fantatra fa hiditra enim-bolana ny kibon-drazazavavy ankehitriny, ary any amin’ny tapatapaky ny volana Janoary any no hiteraka ho lasa renim-pianakaviana tsy fidiny ity voatavo efa mifandraka manodidina ny 12 taona ity. Nanomboka ny faramparany volana septembra lasa teo, dia mitomany matetika ary nitaraina lava ho misy zavatra mibotsina marary azy ao an-kibony ity zazavavy. Nehevitra ny rainy fa voany pesta ity zanany ka noentina namonjy toeram-pitsaboana. Akory anefa ny hagagan’ ingahy Sefo Fokontany raha nilaza nahitsy ny mpitsabo sy mpampivelona nizaha an’ilay tovovavikely, fa bevohoka ny zanakao fa tsy voa na mararin’ny pesta izany. Akona tsy nahateny ity olom-boatendry no sady menatr’olona. Rehefa nofotorana lalina ilay zazavavy tsy ampy taona mitondra vohoka dia nilaza sy nanondro ny rain-janany, izay lehilahy monina ao Andrakata Andapa. Araka ny loharanom-baovao mari-pototra voaray farany, dia ifandroritana ny raharaha ankehitriny, ary efa mandeha sahady ny fanambazana volabe iray kitapo ny ray aman-drenin-drajazavavy mba tsy hitory. Ho hita eo ary hotaterina eto hatrany ny fivoaran’ity raharaha be mpanaraka ity.

Eric Manitrisa

Midi Madagasikara289 partages

Epidémie de peste à Tana : Le régime HVM tente d’esquiver sa responsabilité

Certaines personnalités pro-régime dont le ministre de l’Education nationale Paul Rabary tentent de mettre sur le dos de la commune urbaine d’Antananarivo la responsabilité sur le ravage de l’épidémie de peste dans la Capitale. On veut accuser la CUA d’avoir failli à sa mission qui consiste à ramasser les ordures dans les limites de sa circonscription.  Des responsables au niveau de la CUA ont réagi en précisant : « Le ramassage des ordures dans la Capitale incombe à la SAMVA sur laquelle la CUA n’a plus aucune autorité. Cet établissement public est placé sous l’autorité du ministère  en charge de l’Eau. » Quoi qu’il en soit, dans son communiqué d’hier, la commune urbaine d’Antananarivo lance une campagne de sensibilisation sur le civisme afin d’éduquer les gens à ne pas jeter leurs ordures là où il ne faut pas. « Après cette campagne, la commune prendra des mesures de sanction à l’encontre des récalcitrants. Mais déjà, la commune, à travers le BMH (Bureau Municipal d’Hygiène), travaille en étroite collaboration avec ses partenaires pour endiguer le fléau. », souligne le communiqué.

Salubrité publique. Le Premier ministre, en tant que titulaire du pouvoir de police administrative générale, est le premier responsable de la protection de l’ordre public. Cette police administrative a pour objet de protéger et de restaurer l’ordre public dont la salubrité publique constitue l’une des trois composantes. Pour le cas de la peste, le PM peut déléguer son pouvoir au ministre de la Santé Publique. Lorsque cette composante de l’ordre public est en danger, les autorités gouvernementales sont obligées non seulement de prendre les mesures qui s’imposent, mais aussi d’agir de manière efficace pour que sa responsabilité ne soit pas engagée. Quant à Lalao Ravalomanana qui est la maire d’une commune où l’épidémie de peste fait ravage, elle exerce la police administrative générale au niveau de sa circonscription. Ce pouvoir de « Police municipale » fait d’elle la gardienne de l’ordre public local. Ce qui explique les actions de sensibilisation sur la propreté urbaine que la CUA mène depuis hier.

Eugène
Midi Madagasikara254 partages

Peste pulmonaire : Fermeture momentanée des écoles

Par crainte d’être contaminés, nombre d’élèves ont porté des masques, dans la rue et à l’école.

La rentrée scolaire devait avoir lieu, ce jour, pour certaines écoles privées. Mais l’accueil des élèves n’a pas pu se faire dans certains établissements de la capitale car par crainte de la peste pulmonaire, les responsables de ces écoles ont pris la décision d’ajourner la rentrée. C’est le cas, par exemple pour les écoles confessionnelles des sœurs de la congrégation St Joseph de Cluny. D’autres écoles privées, dont la rentrée a déjà eu lieu il y a quelques semaines, ont décidé de fermer momentanément leurs portes jusqu’à nouvel ordre. Certains parents d’élèves n’ont pas attendu une telle décision avant d’agir, en décidant de ne pas envoyer leurs enfants à l’école, hier, après avoir entendu durant le week-end l’évolution de l’épidémie de peste pulmonaire.

Ajournée. Hier, jour de la rentrée des classes dans l’enseignement public, les élèves n’ont pas investi longtemps les locaux des écoles. Le ministère de l’Education nationale a pris la décision d’ajourner de quelques jours le début des cours, le temps de désinfecter les salles de classe et de laisser agir les produits désinfectants. « Il n’y a pas de raison de fermer les écoles, ou pour nous tous, de rester confinés chez nous. Les mesures ont été prises afin d’écarter tout risque de contamination dans les écoles, raison pour laquelle la rentrée des classes a été ajournée de quelques jours pour permettre d’effectuer les opérations de désinfection des locaux », a affirmé, hier, le ministre de l’Education nationale, Paul Rabary. Mais face à l’alerte générale sur la peste pulmonaire, des parents d’élèves restent encore assez peu rassurés, du moins, jusqu’à hier, et décident de garder leurs enfants encore quelques jours, le temps d’être certains que tout risque est définitivement écarté.

Hanitra R.

Midi Madagasikara220 partages

Antsirabe : Maty notsatohin’ilay reniny tamin’ny hety ny zanany

Trangan-javatra mampahonena no nitranga tao Mandaniresaka Antsirabe, ny faran’ny herinandro teo. Tovolahy iray, 25 taona, izay voalaza fa notsatohin’ny reniny tamin’ny hety no namoy ny ainy tao amin’ny hôpitaly ny sabotsy lasa teo. Fon-dreny tahaky ny ahoana loatra no dia mahavita izany zavatra izany ? Saika izay no teny am-bavan’ny olona rehetra. Araka ny fantatra tokoa, raha ny fampitam-baovao avy any an-toerana dia toa hoe efa mpiady lava izy mianaka ireto. Mazàna dia miakatra foana ny feo ary ren’ireo mpiray tanana mihitsy izany, izay saika isan’andro. Voalaza ihany koa tetsy andanin’izay fa toa hoe somary maditra io tovolahy io, ka izay foana matetika no anton’ny fifamaliana. Saingy tamin’io fotoana io, andro alakamisy, toa nihoatra ny fefy ny fifamaliana ary tonga hatrany amin’ny fikasian-tanana. Nentin’ny fony tezitra loatra mantsy ilay renim-pianakaviana ka tsy nahatàna intsony ny tanany ka nandray zava-maranitra izay sendra azy. Niletra teo amin’ny tratran’ilay tovolahy ny hety, ary nitolefika moramora ity farany, tao anaty rà mandriaka. Voatery niditra an-tsehatra moa teo ireo mpiray vodirindrina sy ny fokonolona, niezaka nitondra ity naratra tany amin’ny hôpitaly. Ny sasany kosa avy hatrany dia nitondra ilay ramatoa tany amin’ny biraon’ny mpitandro filaminana. Ny sabotsy maraina lasa teo anefa dia fantatra fa tsy tana intsony ny ain’ilay tovolahy, noho ny rà betsaka efa very ary manginy fotsiny ny halalin’ny fery. Toa nahatezitra ireo fokonolona ny fandrenesana izany ary saika nitarika tamina resaka sakoroka teny an-toerana mihitsy. Soa ihany fa nisy ny fandraisana andraikitra  teo amin’ireo mpitandro filaminana, niezaka nandamina ny raharaha tany an-toerana. Nilamina ihany izany nony farany. Mbola mitohy kosa ny fanadihadiana ataon’izy ireo mahakasika ity resaka vono olona ity.

m.L / Andry N.

L'express de Madagascar182 partages

Dian Andriamaholy – « Il faut concilier droit de grève et services publics »

Magistrat au Conseil d’État, le juge Dina Andriamaholy donne son avis sur la grève du Syndicat des magistrats de Madagascar (SMM). En tant que militant au sein du Syndicat, il estime qu’il faut apporter des ajustements à la forme du mouvement. Entretien.

• Quel regard portez-vous sur la grève menée par le Syndicat des magistrats ?- Dina Andriamaholy. Je suis moi-même membre du Syndicat, et travaille étroitement avec le présent bureau. Le mouvement du SMM est plus que légitime. La revendication pour l’effectivité de l’indépendance est arrivée au bon moment. Surtout après les événements qui ont secoué le système judiciaire, depuis la fameuse affaire impliquant une femme d’affaire célèbre. Mais dans la lutte syndicale, il faut aussi savoir faire la part des choses. Après les étapes franchies suite aux négociations qui ont été déjà engagées auparavant, nous aurions dû donner plus de chance au dialogue. Il fallait poursuivre les discussions, surtout sur les points de convergences déjà trouvés, et ce n’est qu’ensuite, lorsqu’un échec était vraiment constaté, que nous aurions dû prendre les mesures qui s’imposaient.

• Vous êtes donc contre l’initiative de grève illimitée ?Il ne s’agit pas d’être pour ou contre. Étant donné que nous luttons pour l’État de droit, il faut aussi s’inscrire dans la loi. Le droit de grève est reconnu par la Consti­tution, mais il comporte des limites. Il faut assurer la continuité des services publics. Il ne faut pas porter atteinte aux intérêts fondamentaux de la Nation. C’est d’ailleurs une position que j’ai constamment prôné lors des assemblées générales du SMM. Que ce soit durant le mandat de l’actuel bureau, ou de ses prédécesseurs avec qui j’ai également collaboré. Il faut toujours concilier le droit de grève avec le principe de continuité des services publics. Je sais que c’est difficile, car cela pourrait affaiblir le mouvement. Cependant, comme nous sommes des hommes et femmes de loi, nous avons l’obligation de concilier ces deux principes.

• Le SMM déplore pourtant que tous les dialogues engagés, jusqu’ici, n’aient rien donné. Que les promesses faites ne sont pas concrétisées. Dans ce cas, comment poursuivre les discussions ?– (…) Moi, je dirais simplement, qu’il faut que les deux parties ne ferment pas la porte. Il faut continuer de discuter. Il faudrait mettre en place une stratégie de négociation. Élaborer des ordres du jour clairs, accompagnés d’un calendrier de mise en œuvre. Il faut également s’accorder sur ce qui est réalisable immédiatement, sur ce qui est faisable à court terme et les revendications qui s’inscrivent sur le long terme. Au regard du communiqué que le ministère a publié, je pense qu’il y a des choses qu’il ne faudrait pas lâcher. C’est le cas du circulaire sur l’encadrement de la subordination hiérarchique, ou celui concernant la transmission des dossiers. Ce ne sont que des rappels, car le principe de l’indépendance de la Justice devrait être acquis pour les magistrats.

• Si l’on en croit ce que dénonce le SMM, cela n’empêche pas les immixtions de certaines autorités.- Vis-à-vis des autres entités, je pense qu’il faudrait mettre en place une pédagogie pour que chacun respecte l’autre dans l’exercice de ses fonctions respectives. Il y a aussi un rapport avec l’éthique du pouvoir. L’indépendance est un état d’esprit qui s’acquiert au moment où l’on entre à l’école nationale de la magistrature. (…) Nous sommes censés savoir dans quel métier nous allons exercer. Quelles sont les obligations qui seront inhérentes à nos fonctions. L’indépendance est un combat de tous les jours. Je vous le dis, dans 50 ans nous en parlerons encore. Je pense que le débat actuel porte sur l’amélioration des textes, ou l’application de ceux qui existent déjà. Des lois qui, à mon avis, sont déjà très avancées si l’on parle de la protection de l’indépendance de la Justice. C’est sur les outils de travail, comme les circulaires.

• Comment le magistrat peut-il faire-valoir cette indépendance ?– Le statut de la magistrature, notre code de déontologie dispose clairement que, chaque fois que le magistrat estime qu’il y a une immixtion, un non-respect de l’indépendance, il a l’obligation de le dénoncer à ses supérieurs hiérarchiques, mais aussi directement au Conseil supérieur de la magistrature (CSM). Selon toujours notre statut, le CSM est tenu de donner une réponse aux réclamations faites par un magistrat concernant les atteintes à son indépendance. Selon le cas, le CSM peut décider de publier ou non ses avis, interpellations ou recommandations.

• Cette démarche suffit-elle à assurer la protection du magistrat, d’autant plus que les directives se font, le plus souvent, d’une manière verbale et ne sont pas traçables ?– Il s’agit de la responsabilité personnelle de chaque magistrat. Nous avons été formés pour faire la part des choses. Chacun sait quels sont ses droits et obligations s’il est magistrat du Parquet, et quels sont-ils lorsque l’on est juge de siège. Je crois que face à toute circonstance, quel que soit le dossier, le magistrat doit seulement se référer au code de déontologie, au statut de la magistrature et à la loi. Face aux éventuelles atteintes à l’indépendance, tout dépend donc du magistrat. S’il va dénoncer ou non. C’est pour cela que je considère la question d’atteinte à l’indépendance comme une perception qui pourrait être vraie, comme elle pourrait être fausse. C’est là l’importance et l’intérêt de mettre en place les outils précités. (…) On devrait aussi organiser des sessions d’échange avec tous les acteurs, car toute forme de pression, d’où qu’elle vienne, porte déjà atteinte à l’indépendance de la Justice.

• Une ligne rouge a visiblement été franchie durant les évènements de ces derniers jours, avec notamment les forces de l’ordre qui ont investi le palais de Justice, comme pour imposer son ouverture et intimer la reprise du travail. – Bien évidemment, en tant qu’être humain, ces images ont troublé. En tant qu’homme de loi, il faut comprendre aussi qu’ils étaient là pour exécuter une décision de justice. Et vu que le Syndicat lutte pour l’exécution des décisions de justice, je pense alors qu’il faut être logique avec soi-même. Une décision de justice, quelle que soit votre perception, il faut la respecter. Un huissier a, de plus, été mandaté pour exécuter cette décision. Maintenant que la tension est retombée, il faut que chacun fasse un effort pour dépasser les antagonismes.

« Une grève illimitée sans service minimum est contraire à la loi. On ne peut pas prétendre défendre l’État de droit en ne respectant pas la loi. »

• Après tout ce qui s’est passé, que reste-t-il alors de l’autorité judiciaire ?– Je ne suis pas de ceux qui sont pessimistes. Comme Madagascar est un pays en développement, la mise en place d’une Justice indépendante et forte est aussi un processus qui demande du temps. Il faut néanmoins mettre l’accent sur le fait que la lutte syndicale actuelle a permis de porter sur la place publique l’importance de cette indépendance. Il ne faut toutefois pas seulement s’arrêter à la communication, à la pression. Dans un rapport de force, chacun, à un moment donné, va essayer d’utiliser son atout. Dans le cadre d’un rapport de pouvoir, l’Exécutif a toujours le dessus. C’est une logique implacable, étant donné qu’il est détenteur de la force publique et des moyens financiers. C’est pour cela que je dis que les magistrats ne devraient pas réclamer leur indépendance, car c’est le système qui fait que nous sommes obligés de collaborer. Dans le cadre d’un rapport de pouvoir, il suffit que chacun exerce sa mission selon la Constitution et les lois. Ce sont cependant les ambigüités du système qui font, je crois, qu’il y a les revendications. Accélérer le processus de publication des circulaires est ainsi une nécessité impérieuse. Pareillement pour l’éducation et l’imprégnation des acteurs concernés.

• Les récents évènements n’auraient-ils pas, justement, un peu plus affaibli la Justice par rapport à l’Exécutif et les forces publiques ?– C’est une perception que plusieurs pourraient avoir. Étant des hommes de loi, je crois que les magistrats devront prendre leur courage à deux mains, car l’on nous a octroyé le droit d’exercer une fonction de l’État, qui est de juger. Au-delà des revendications qui sont nécessaires et utiles, il faudrait également que les magistrats essaient de dépasser leurs faiblesses, de se rappeler que dans le cadre de nos fonctions, nous avons des droits et des obligations. (…) C’est dans leur travail au quotidien que les magistrats pourront affirmer leur autorité. C’est là l’objet de la lutte syndicale qui est en cours, et c’est sur lequel le débat devrait être recentré.

• Vos propos détonnent avec celui des membres du bureau du syndicat. Des rumeurs courent sur l’existence de magistrats approchés par le pouvoir pour court-circuiter le mouvement du SMM. Seriez-vous l’un d’eux ? – Je pense faire partie de ceux qui ont prouvé une certaine conviction au sein de la magistrature, une certaine constance au sein du SMM. Je suis un magistrat à la Cour Suprême, en termes de carrière je ne peux prétendre qu’à un poste de chef de Cour ou président de Chambre. Vu mon grade, je ne pourrai postuler à ces postes, que dans 5 ans au plus tôt ou 10 ans pour les chefs de cour. Je ne postule pas à un poste ou nomination en Conseil des minis­tres. Et je dis qu’on m’a souvent sollicité mais j’ai refusé. Je me sens le devoir de dire tout haut ce que certains pensent tout bas sans remettre en cause la légitimité du combat mené par l’actuel bureau du Smm. Mais dans la forme, on doit apporter des ajustements. Lors des assemblées générales, j’ai toujours fait partie de ceux qui ont refusé une grève illimitée sans service minimum. C’est simple, j’ai déjà eu à traiter un dossier concernant le droit de grève. Lors de ma conclusion, j’ai dit que le droit de grève est reconnu. Mais il est limité, et ne peut pas s’exercer sans service minimum.

• À Antananarivo, plusieurs magistrats n’ont visiblement pas suivi l’appel à une grève illimité. Pourquoi selon-vous ?– Le fond du problème est là, à partir du moment où la grève illimitée sans service minimum a été décrétée (…). Il ne faut pas oublier que nous avons à faire à des hommes de loi. Une grève illimitée sans service minimum est contraire à la loi. On ne peut pas prétendre défendre l’État de droit en ne respectant pas la loi. Nos revendications sont néanmoins justes et constantes. Il est alors temps que l’on se ressaisisse, que le bureau adopte une nouvelle approche, que les négociations soient privilégiées. Et que le rapport qui, actuellement, est favorable à l’Exécutif ne soit pas utilisé pour mater le mouvement et arrêter les négociations, car il y a beaucoup de choses à améliorer. Comme l’augmentation du budget de la Justice qui devrait être à 2% du budget de l’État, tel que le veut la norme. L’amélioration de nos conditions de travail, car un magistrat qui se soucie encore de son loyer, de l’éducation convenable de ses enfants, est un magistrat qui n’est pas à l’abri des tentations.

• Le magistrat n’a-t-il pas une obligation d’intégrité ?C’est le cas. Mais il est aussi temps de s’attaquer aux causes structurelles de la corruption. Au moment où nous sommes en train de mettre en place les Pôles anti-corruption, l’on se rend compte qu’il faut des indemnités spécifiques pour les juges. Tout le monde sait pertinemment que la lutte contre la corruption ne pourra pas être gagnée, tant que le magistrat ne sera pas à l’abri des tentations. Il s’agit alors de faire une réforme globable de la Justice, qui nécessite du temps. J’espère que l’Exécutif ne pense pas avoir eu un certain ascendant dans la gestion de la crise. Il est nécessaire de revenir autour d’une table, de mettre en place un cadre de discussion qui pourrait aboutir à des résolutions concrètes.

Garry Fabrice Ranaivoson

Midi Madagasikara156 partages

Ivato aéroport : Nidoboka am-ponja ilay sinoa tratra nitondra rongony

Nodakany ny zandary hisava ny entany.

Ny alahady teo izy, raha hiverenana kely, no saron’ny zandary misahana ny fiarovana ny seranam-piaramanidina, nitondra rongony tao anaty entany. «Chanvre Indien » no nentiny ary tamin’ny zotra mankany Gunagzhou no sarona mialoha izany. Nisy nanome vaovao ny zandary ny amin’ny fisian’ity teratany vahiny ity, izay saika hiondrana miaraka amin’ny rongony. Nandrasana teo amin’ny parking izy ary iny tokoa fa tonga nandeha fiarakaretsaka. Niangavy ny mba hisavàna azy avy hatrany ny zandary kanefa nandà izany ilay sinoa ary izy indray aza no mbola nampiasa hery tamin’ireo mpitandro ny filaminana. « Nandositra tao amin’ny biraon’ny pôlisy ilay sinoa ary tsy nety nivoaka tao raha tsy notambatambazin’ireo tompon’ny birao », raha araka ny fanampim-baovaon’ny zandary. Tao anaty entany no nahitàna boaty iray izay voatsentsina rongony. Tsy betsaka ny nentiny saingy efa heloka hatrany izany ary azo raisina ho fanondrànana  zava-mahadomelina aza. Indraindray dia mampanontany tena ny fiheveran’ny vahiny ny seranana izay antsika malagasy. Vitan’ny vola hatrany ve ka izay entina dia tafavoaka, sa kosa tsy firaharahiana sy fanambaniana tsotr’izao ? Any aminy anefa dia faran’izay fady ny manao zavatra toy izao.

D.R

Midi Madagasikara134 partages

Cache-bouche : Le prix d’une boîte atteignant jusqu’à 35 000 Ariary

La vente des masques de protection respiratoire ou cache-bouche devient un marché noir. Et ce sont certaines pharmacies elles-mêmes qui en ont profité face à la demande qui a monté en flèche en l’espace de quelques jours dans la Capitale dans le but de se protéger contre l’épidémie de la peste pulmonaire. Une ruée vers l’achat de ces masques de protection respiratoire a été ainsi observée dans toutes les pharmacies. Mais la plupart d’entre elles ont eu un épuisement de stock durant la journée d’hier. « Nous avons commandé. Et la livraison était prévue vers 15 heures mais notre fournisseur a désisté au dernier moment en refusant d’honorer notre commande, et ce, faute de stock disponible, selon ses dires », a expliqué un pharmacien à tous ses clients qui sont rentrés bredouilles hier. Par contre, une autre pharmacie dirigée par un ressortissant étranger a encore pu vendre des masques à bouche hier vers 16 heures.  Mais le prix d’une boîte de 50 pièces a atteint les  35 000 Ariary, soit 700 Ariary l’unité contre 6 900 Ariary la boîte de 40 pièces, soit à peu près 172 Ariary l’unité dans une simple boutique.

Spéculation. D’autres pharmacies, qui ont encore un stock limité, n’ont plus voulu vendre ces masques de protection respiratoire en boîte ou en grande quantité pour éviter la spéculation. Et la pièce s’aquiert ainsi à 500 Ariary. Il faut savoir que ce masque à bouche était vendu à 200 Ariary au début. Suite à une longue queue des acheteurs auprès de ces officines, le prix de l’unité s’est tout d’un coup envolé, en passant à 400 Ariary et atteignant ensuite les 700 Ariary, et ce, en l’espace d’une seule journée. En dépit de tout cela, certains acheteurs n’ont pas pu en acquérir après une longue file d’attente étant donné que le stock est soi-disant épuisé. Par ailleurs, l’utilisation d’un masque ne doit pas dépasser les 8 heures. C’est fortement préconisé en cas de réunion dans un endroit clos ou dans l’autobus. Mais il faut faire attention, le port d’un masque de protection respiratoire est inefficace si c’est mal ajusté, a-t-on appris.

Navalona R.

Madaplus.info109 partages

Hausse de 150 Ariary le kilo du riz Makalioka

Ce n’est pas les prix à la pompe seulement qui ont connu une hausse, mais la production rizicole aussi n’arrive plus à couvrir les demandes des peuples.
C’est principalement cette lacune qui engendre la hausse régulière du prix du riz local ces derniers temps. Le prix du kilo du riz Makalioka a connu une hausse de 150 Ariary actuellement d’après les commerçants de détails. Contre 1950 le kilo auparavant, il atteint actuellement 2100 Ariary. À part cette variété de riz, le VaryGasy se fait rare et ne figure presque plus dans les produits des distributeurs. Par contre, le prix du riz importé reste variable. Cette augmentation du cours du riz ne concerne uniquement que les variétés de riz produites localement. Face à cette hausse de prix, le Ministre du Commerce a expliqué ce jour que le riz importé va être quantifié et que les opérateurs opérant dans la filière ont aisément la possibilité d’importer. Lui de déclarer officiellement qu’environ 30 000 tonnes de riz importés arriveront dans le pays vers la fin de ce mois.
L'express de Madagascar94 partages

Importation de riz – De gros navires transporteurs arrivent

Des négociations sont entamées pour la venue des navires pouvant transporter jusqu’à  20 000 tonnes de riz. Une déclaration faite par le ministre du Commerce et de la consommation, Nourdine Chabani, hier, au Carlton, en marge de l’ouverture de la réunion du comité APE. « Afin de satisfaire les besoins en riz pour les fêtes de fin d’année. D’ailleurs, pour les mois qui suivront, il est judicieux d’importer la quantité maximum », indique-t-il. « Cette mesure permet de réduire également le trop grand profit recherché par certains opérateurs qui imposent des prix de vente exorbitants au départ du port de Toamasina », précise-t-il.Des négociations avec l’Inde commenceront notamment, ce jour. La dernière descente effectuée par le ministère du Commerce et de la consommation la semaine dernière, pour vérifier le stock disponible à Toamasina, a fait état de l’existence de ces profiteurs. « Si vous voulez encore opérer à Madagascar, revoyez vos prix qui s’élèvent plus de 4 000 ariary par sac plus qu’il n’en faut », a fustigé Nourdine Chabani à l’endroit d’un opérateur. Le gobelet pour le makalioka vendu à six cent ariary est déjà un prix inadmissible pour beaucoup de consommateurs.

M.I.

Midi Madagasikara92 partages

Marc Ravalomanana : Non à la révision de la Constitution

L’ancien président serrant hier à la Villa Berlin à Ambatoroka la main du ministre allemand chargé de la Coopération économique et du Développement.

Le projet de révision constitutionnelle est jugé inopportun par l’ancien président.

Le président national du TIM sort de son silence pour dénoncer le projet de révision constitutionnelle concocté par le régime HVM. Marc Ravalomanana a fait savoir sa position hier en marge de la célébration de la fête nationale allemande à la Villa Berlin à Ambatoroka. « La révision de la Loi fondamentale n’est pas opportune. Mais, s’il faut y procéder étant donné que cette Constitution de la Quatrième République présente des failles, laissez au futur président de la République le faire. », a déclaré l’ancien président. Avant de se poser la question pour interpeller les dirigeants actuels : « La révision de la Constitution est- elle plus prioritaire que la lutte contre la peste ? » L’ancien président est la énième personnalité politique à avoir dit non au projet de révision de la Constitution. De nombreux politiciens, en majorité de l’opposition, l’ont déjà condamnée. Les entités de la société civile sont également unanimes contre la retouche de certaines dispositions de la Loi fondamentale. Quant à la communauté internationale, elle est réticente.

Seul contre tous. Visiblement, l’épidémie de peste qui continue de tuer dans la Capitale et dans certaines grandes villes de Madagascar est loin d’aider le pouvoir HVM à avancer dans son processus de révision constitutionnelle. Car la recrudescence de cette maladie contagieuse remet sur le tapis les moyens dont dispose l’Etat pour la combattre. En fait, si le gouvernement, dans le cadre de la lutte contre la peste, a lancé samedi dernier depuis le palais de Mahazoarivo, un urgent appel aux partenaires techniques et financiers de la Grande île dont l’OMS, c’est parce que les moyens financiers et matériels qui sont à sa disposition ne lui permet pas d’agir seul. Or, pour la tenue d’un référendum sur lequel persiste le président de la République, le gouvernement et les parlementaires pro-régime, il faut au moins une quarantaine de milliards d’ariary. Et d’après les dires des responsables, l’Etat malagasy a déjà le budget y afférent. En tout cas, le HVM est seul contre tous dans son projet de révision constitutionnelle.

R. Eugène

Midi Madagasikara80 partages

Epidémie de peste : Quand raison et psychose se mêlent dans la capitale

C’était donc dans la psychose que les tanariviens ont commencé la semaine hier.

Début de semaine particulière pour les populations de la capitale malgache. Après les épisodes de ruée  pour l’achat des Cotrim, il a été question de faire la queue pour se procurer des masques communément appelés « caches-bouches ».

Longue file d’attente dans les pharmacies de la capitale. En effet, la semaine a débuté par une psychose avec à la déclaration officielle sur la situation de la peste samedi dernier. Lesdites déclarations ont été relayées aussi bien par les médias locaux que par les internautes via les réseaux sociaux comme facebook. De chaque côté de la capitale malgache, les gens ont fait la queue pour acheter les masques chirurgicaux communément appelés « caches-bouches ». Ces dernières ont été déclarées comme étant l’un des moyens de prévention de la peste pulmonaire qui sévit actuellement dans le pays. Conséquences des files d’attentes, les produits (caches-bouches) ont été rationnés à raison de cinq par personne dans la majorité des pharmacies. Ce, justement pour éviter le déstockage plutôt que prévu. Certaines pharmacies ont toutefois vu leur stock liquidé dans la matinée d’hier même. C’était le cas de la pharmacie d’Antsakaviro.

Sélective. La présence de la psychose est effective. Par ailleurs, la panique parait être sélective car elle a plus touché les personnes ayant accès aux réseaux sociaux et à d’autres sources d’information. En effet, les publications concernant la peste, la situation actuelle de Madagascar et surtout de l’incapacité du gouvernement à contenir la maladie ont circulé. Publications reçues par les internautes qui ont vite, d’après leurs points de vues, « pris leurs responsabilités pour prévenir autant que possible la prolifération de la maladie ». Comme le cas de Hantaniaina, une  mère de famille qui a fait la queue vers midi à Ambanidia. « Je prends mes précautions pour ma famille, surtout mes enfants. C’est pour cela que je reste ici et que je veux acheter des masques de protection » a-t-elle fait savoir. Avant d’ajouter que « la situation qui vire à l’hystérie est causée par le manque de prise de responsabilité du gouvernement ». D’autres entreprises ont également adopté des gestes de prévention en  équipant leurs employés de masque de protection. Par ailleurs, certaines populations de la capitale continuent de nier l’existence de la maladie. Attribuant la situation actuelle comme étant « une façon de plus pour les politiques de trouver des financements ». « Je ne crois pas à l’existence de la peste. Et dans mon quartier, il n’y en a pas » a fait comprendre Rajean, un docker d’Ambodivona.

Situation. Les statistiques officielles au niveau national depuis le début de l’épidémie au 2 octobre 2017 à 11 heures font état de 141 cas enregistrés dont 25 décès dont un nouveau né à l’hôpital d’Ambohimiandra ,116 vivants, 13 confirmés, 58 probables, 70 suspects.Types :– 59 pestes buboniques– 80 pestes pulmonaires– 1 septicémique– 1 non encore préciséLes districts touchés: Ambatondrazaka, Ambohidratrimo, Andramasina, Ankazobe, Anosibean’ala, Tana sud, Tana nord, Arivonimamo, Faratsiho, Maevatanana, Majunga 1, Miarinarivo, Moramanga, Toamasina 1 sy 2, Tsiroanomandidy, Vohémar, Ambalavao.

José Belalahy

Tia Tanindranaza75 partages

Fanovana lalàmpanorenanaTsy mety io, hoy Ravalomanana

Nanatrika ny fanamarihana ny fahaleovantenan’ny Repoblikan’i Alemaina teny amin’ny Villa Berlin Ambatoroka i Marc Ravalomanana omaly 2 oktobra. Ara-tantatra, ny 30 septambra 1991 nirodonan’ny rindrin’i Bérlin,

  ka nampitambatra ho iray indray ny firenena Alemana. Nilaza ny heviny momba ny fikasan’ny fanjakana hanova lalàmpanorenana izy nandritra ity fotoana ity. Tsy miombon-kevitra amin’izay aho, hoy izy. Alohan’ny hidiran’ilay filoha vaovao izay lany no mampifanaraka ny politika amin’ny fampandrosoana ny firenena izay hitondrany azy ny fanovana lalàmpanorenana, raha ny fanehoan-keviny. Marina fa manana zo amin’izany izy fa tsy ao amin’ilay famaranana azy, ary faharoa manaraka izany, dia hitanareo tsara fa ny olona rehetra na ny firaisamonim-pirenena, mpanao politika, vondrona iraisam-pirenena, isam-batan’olona samy manda. Heverina ve fa mety izany hoe tsy hijanonana 30 na 60 andro ve no hanovana an’io, hoy Marc Ravalomanana. Tsy aleo ve aloha mijanona amin’io dia ho hita eo avy eo? Tsy fanao izany ary tsy mety raha izao no hanaovana izany, ary izao ihany koa mino fa tsy hisy io, hoy hatrany izy. Nametra-panontaniana ny tenany hoe ianareo ve mieritreritra fa amin’izao fahasahiranana amin’ny fisian’ny pesta izao no hisian’izany? Ny tompon’andraikitry ny pesta dia ny fahantrana sy ny loto. Amin’ny maha mpanolontsaina manokanan’ny kaominina, dia moa ve mba tena nomena ireny kaominina ireny, tsy ny eto Antananarivo ihany, fa ny kaominina Toamasina ohatra, ny fanampiana tokony ho azy izy hahafahany manadio ny lakandrano. Moa ve eto Antananarivo dia ny kaominina tanteraka no misahana ny fanadiovana, amin’ny alalan’ny SAMVA sa ny Minisiteran’ny rano sy ny jirama? Tena mazava mihitsy izay, tsisy ahilikilika mihitsy io fa raha ohatra ny SAMVA eo ambany fifehezan’ny kaominina Antananarivo, dia madio io ao anatin’ny herinandro, hoy I Marc Ravalomanana, saingy eo ambany fifehezan’ny Minisiteran’ny rano, ny governemanta manontolo sy ny Jirama ny SAMVA. Marina fa misy ny pesta fa azo iadivana tsara raha madio ny tanàna. Raha tonga ny fanampiana homena ireo kaominina, ary tsy milaza mihitsy aho hoe Antananarivo ihany, fa io mihanaka vetivety. Izao izao vao avy any Toamasina sy Fenoarivo Atsinanana hoe mahazo fanampiana ve sa tsia, far aha izao no hanontaniana dia tsia ny valiny, hoy I Marc Ravalomanana.

Toky R

 

Midi Madagasikara69 partages

Ministre allemand Günter Nooke : « La lutte contre la corruption ne devrait pas être seulement sur papie...

Le ministre de la Coopération économique et du Développement allemand Günter Nooke (au milieu sur la photo). (Photo Kelly)

Le jour de l’Unité Allemande, ou Tag Der Deutschen Einhef, est la fête nationale allemande célébrant la réunification du pays le 3 octobre 1990, c’est-à-dire ce jour.

Le ministre de la Coopération économique et du Développement allemand Günter Nooke est dans nos murs. Il a tenu une conférence de presse, hier, à la Villa Berlin, à Ambatoroka, et ce, en marge de la fête nationale allemande. Ce ministre n’est pas allé par quatre chemins pour parler de la coopération bilatérale. D’entrée de jeu, il a souligné que « la corruption rend les choses difficiles aux entreprises allemandes et européennes ». Concernant notamment la coopération bilatérale, « si les conditions sur place s’améliorent ». Et d’enfoncer le clou, « la lutte contre la corruption ne devrait pas être seulement sur papier mais vraiment dans la réalité. On ne peut pas aider un gouvernement qui ne lutte pas efficacement contre la corruption ». Et d’enchaîner « qui profite de l’exploitation des ressources et des matières premières? Les structures sont loin d’être transparentes ».

Evaluer. Le ministre allemand a reconnu toutefois qu’il est difficile d’évaluer un pays au bout de trois jours. Malgré tout, il a constaté que le pays regorge de ressources naturelles et qu’il a également un potentiel humain. Dans la même foulée, cet homme d’Etat de faire remarquer que les négociations intergouvernementales auront lieu dans le courant de cette année», tout en soulignant au passage l’engagement du gouvernement malgache, et ce, en fonction du programme qui depuis deux ou trois ans, est sur la bonne voie. Il a d’ailleurs dit que l’Allemagne a repris sa coopération avec plus de 60 millions d’euros. Concernant l’énergie l’explication du gouvernement n’est pas plausible.

Investissement privé. Sur un tout autre sujet, il a souligné l’importance de la protection de la faune, la flore et des forêts. Il pense en outre que la Grande île a besoin d’un investissement privé mais qui devrait être géré de façon plus efficace. Faut-il rappeler qu’une délégation allemande conduite par le Directeur Régional pour l’Afrique Subsaharienne et le Sahel en la personne de Georg Schmidt au mois d’août dans la Grande île. Ce directeur régional de faire remarquer que sur le plan économique, les tâches qui attendent le pays sont énormes, vu le taux élevé de la pauvreté. Cette délégation a été composée de représentants d’entreprises allemandes spécialisées dans les énergies renouvelables. Ils étaient venus pour mieux comprendre la situation qui prévaut à Madagascar. Pour en revenir, aux déclarations du ministre allemand la partie n’est pas encore gagnée pour le gouvernement malgache. Notons que l’ambassadeur d’Allemagne à Madagascar, Harald Gehrig, a assisté à cette rencontre avec la presse.

Dominique R.

Tia Tanindranaza68 partages

Mpitsara Basket CCCOI teny IvatoNafenina fa nararin’ny Pesta

Manizingizina ny fitondram-panjakana fa voafehy ny pesta satria efa fantatra avokoa ny faritra misy azy,

 araka ny fanambaran’ny praiminisitra teny Ambatoroka omaly. Nihazakazaka nankany Toamasina ihany koa ary nanamafy izany ny minisitry ny fahasalamana ny Pr Lalatiana Randriamanarivo. Aoka izay ny tsaho, hoy ireo manampahefana rehetra miteny, maro koa anefa ny olona milaza fa mitombo isa isan’andro ireo marary sy maty mihitsy vokatr’ity valan’aretina ity. Omaly izao dia nisy ny tranga hafa kely teny amin’ny seranam-piaramanidina iraisam-pirenena Ivato. Rehefa nozahana ny teratany vahiny iray dia hita ho hafahafa ary nahiana ho voan’ny pesta. Tsy navela nandray fiaramanidina avy hatrany io vahiny io ary nentina tamin’ny fiara mpitondra marary saingy tsy fantatra ny hopitaly sy ny toeram-pitsaboana nitondrana azy. Araka ny resaka nifamoivoy omaly hariva dia mpitsara nandritra ny lalao Basketin’ny CCCOI farany teo izy ary teratany Afrikanina tatsimo. Re fa nahazo toromarika hentitra ireo mpiasa teny Ivato mba tsy hiresadresaka momba io zava-nitranga io saingy nivoaka ihany moa ny vaovao. Marina fa tena miezaka ny fitondram-panjakana miaraka amin’ireo mpiara-miombon’antoka aminy, saingy tsy mampisinda ny ahiahin’ny vahoaka aloha izany hatreto, indrindra rehefa mahafantatra fa misy ny vahiny manomboka mangoron’entana ka mandao an’i Madagasikara. Omaly koa izao dia tsy niasa ny mpiasan’ny masoivoho Frantsay noho io resaka pesta io, ary ny alahady 1 oktobra dia efa nampandre ireo frantsay mikasa ny ho avy aty Madagasikara ny amin’ny fisian’ny valan’aretina pesta ny minisiteran’ny raharaham-bahiny Frantsay ary nampitandrina azy ireo. Ankoatra izay, raha ny filazana tompon’andraikitra ao amina fikambanana iraisam-pirenena iray, dia efa manana taha mampatahotra ny fihanaky ny pesta eto Madagasikara. Mangina tsy andrenesam-peo tanteraka moa ny filoha Hery Rajaonarimampianina manoloana izao tranga izao fa ny praiminisitra sy ireo minisitra vitsivitsy no manezaka mafy mampiseho fa hoe voafehy, hono ny pesta.

RTT

Midi Madagasikara66 partages

Escroquerie et abus de confiance : Un ressortissant indien incarcéré à Antanimora

Recherché depuis l’année 2016 pour escroquerie, abus de confiance, et violences envers des voisins, un ressortissant indien résident à Ambohimanambola se trouve actuellement à la prison d’Antanimora. Agé de 47 ans et appelé Mohamed Kassim Kamal, il a été arrêté par la police économique mardi dernier. Selon les informations, son arrestation a fait suite à une escroquerie dans la vente de vanille. L’enquête a révélé  que le suspect a déjà réussi à extorquer 24 000 dollars américains, 250 000 roupies indiennes, et 55 millions d’ariary à ses victimes. Pour tromper ses cibles qui sont tous des opérateurs économiques, il se prétend être un grand opérateur économique opérant à l’étranger. C’est pourquoi, il affirme ne parler que l’Anglais. Une fois qu’il a conclu un accord et la transaction a été faite, il disparait pour ne plus donner signe de vie. Depuis 2016, trois plaintes ont été portées contre lui sans parler les autres affaires où il a été impliqué et l’ont amené deux fois à la prison d’Antanimora. Livré au Parquet Samedi 30 Septembre, il est placé sous mandat de dépôt.

T.M.

Midi Madagasikara60 partages

Peste : une situation qui va de mal en pis

Petit à petit, la population prend la mesure de cette terrible maladie qu’est la peste. Bien que ses réactions ne soient pas inconsidérées, on commence à sentir la panique la gagner.  La crainte d’être contaminée est réelle. Les autorités conscientes d’avoir sous-estimé l’ampleur de l’épidémie tentent tant bien que mal de se rattraper. Néanmoins, les hésitations de la semaine dernière se paient chères.

Peste : une situation qui va de mal en pis

Les informations circulent très vite et les citoyens ne cachent pas leur appréhension, en apprenant les chiffres des victimes de la peste à Madagascar.  Les décisions prises en urgence par le gouvernement  ont été accueillies avec un certain scepticisme. L’annulation des manifestations en plein air n’a pas empêché les férus de rugby d’aller au stade voir leurs équipes préférées. Hier, on a vu de nombreux tananariviens se prémunir en portant des caches  sur le visage et en évitant les rassemblements. Les pharmacies ont été prises d’assaut, entraînant une rupture de stock.  Les  parents responsables, n’ont pas attendu l’annonce de la fermeture des écoles publiques durant trois jours pour garder leurs enfants à la maison. Le ministère de l’Education nationale a bien pris la  décision qu’il fallait dans la journée. A présent, tout le monde attend la suite des événements. Le tourisme est en train de pâtir de cette réputation de pays de pestiférés qui a pris corps depuis le week-end dernier. Les annulations de réservations se sont multipliées. Toamasina est maintenant considéré comme une ville où on ne peut plus circuler normalement car elle est un foyer de contamination. Le ministre de la Santé publique arrivé sur place hier n’a pas caché son désarroi. On parle maintenant de prendre des mesures de confinement pour stopper la progression de la maladie. On va certainement établir des barrages sanitaires. Nul ne sait comment va évoluer la situation. Cependant, les citoyens commencent à avoir un mauvais pressentiment. Le pays est véritablement dans une mauvaise passe.

Patrice RABE

Madagascar Tribune53 partages

Psychose dans la ville

Le lendemain de la déclaration d’urgence d’épidémie urbaine a été complètement chaotique dans la ville d’Antananarivo et ses environs. Psychose, panique, confusion, ruée vers les pharmacies pour acheter des masques cache-bouches, info, intox, démenti… tout y passe, les réseaux sociaux notamment Facebook font le reste.

Bon nombre de parents préfèrent garder leurs enfants à la maison plutôt que de les envoyer à l’école. D’autant que le Premier ministre a déjà déclaré que toute sorte de rassemblement est désormais interdite. Le ministère de la santé, représentant de l’Etat accusé par la population d’avoir failli dans la communication voire de cacher la vérité, communique maintenant à tout va, sans vraiment de coordination. Tous ceux qui portent le titre de directeur au ministère de la santé communiquent à qui mieux mais ne disent pas forcément la même chose. Le docteur Rakotoarivony Manitra, directeur de la promotion de la santé donne les chiffres de 116 malades, 25 morts, 70 cas suspects, 58 cas probables, 13 cas confirmés. Dans la capitale, le même médecin avance le nombre de 5 morts, 28 malades, 9 cas probables, 1 cas confirmé.

Certaines autorités sanitaires s’énervent contre les trop nombreuses informations et désinformations qui circulent surtout sur les réseaux sociaux. La peste est maîtrisée selon les médecins mais c’est la psychose totale qui règne dans la ville qui rend tout difficile. Sur les réseaux sociaux en effet, chacun donne des conseils pour lutter contre la peste et des infos contradictoires sur le cas de peste, de victimes ou de quartiers touchés par l’épidémie. Ce qui amplifie la peur de la population. Le Chef de l’Etat ne se prononce plus, préfère laisser le Premier ministre et le ministre de la santé s’occuper de cette maladie anachronique mais très à la mode maintenant. Le Premier ministre obligé de se mettre au devant de la scène a encore osé annoncer que la peste est maîtrisée et il a donné sa propre définition du terme « maîtriser » qui veut dire selon lui que les malades sont localisés et traités. Dans la foulée, le Premier ministre accablé par les critiques, fustige les communes qui selon lui a sa part de responsabilités dans la gestion de cette épidémie de peste.

Midi Madagasikara44 partages

« Itondray tsikitsiky » au Carlton : Ambiance fraternelle et festive en hommage à Rakoto Frah

Rakoto Frah aurait certainement aimé se trouver dans cette belle ambiance de fête réunissant ces artistes qu’il a côtoyés et avec lesquels il a collaboré. Dimanche soir, Rakoto Frah junior, Lilie, Jaojoby, Telofangady, Jaojoby, Samoela, Dama, Erick Manana, Benny Bebey Sefo Sammy et le groupe Feo Gasy se sont relayés sur la scène du Carlton pour rendre hommage à ce maître de la sodina qui rejoignit les étoiles le 29 septembre 2001. Ce soir là, les artistes se sont surpassés. Lilie, dans sa robe rouge, accompagnée par les Rakoto Frah junior a ravivé les souvenirs des spectateurs avec ses magnifiques interprétations de « any indray andro », « Mianatsimo miantsinana » ou encore « Fanja ». Les gars de Telofangady, armés de leurs instruments dont la guitare et la sodina, Jaojoby, avec toute sa tribu, Samoëla avec ses talentueux musiciens ont donné le meilleur d’eux-mêmes. L’évènement le plus marquant de la soirée sera celle où le Feo Gasy réuni, a fait voyager le public dans le temps. « Itondray tsikitsiky » au Carlton dimanche soir, une soirée de plus de réussie à ajouter aux réalisations de Gasy events.Mahetsaka

Tia Tanindranaza35 partages

Takaitran’ny rivodoza EnawoNahazo Vatsin’Ankohonana i SAVA

Nomarihina tany amin’ny Faritra SAVA ny 29 septambra ka hatramin’ny 01 oktobra teo ny andro iraisam-pirenena ho an’ny zokiolona, teo ambany fiahian’ny minisiteran’ny mponina sy ny fampiroboroboana ny vehivavy (MPPSPF).

 

 

L'express de Madagascar28 partages

Justice – Portes béantes au tribunal d’Anosy

Le tribunal d’Anosy passe en mode «portes ouvertes». Des soudures empêchent toute fermeture des portes.

Ce weekend, l’accès Nord du tribunal d’Anosy a été masqué. La raison en est que les portes qui s’y trouvent ne peuvent plus se fermer. Des tiges de fer soudées aux portes bloquent leurs mouvements. Le plus troublant est qu’aucun garde n’a été aperçu sur les lieux durant cette fin de semaine.Hier, la bâche qui a servi ainsi de « porte » a été enlevée pour permettre la libre circulation de la population et des employés du tribunal. Sur place, les usagers des lieux n’ont pas tellement semblé tenir compte de ces portes qui ne peuvent pas être fermées. Interrogées,les vigies postées à cette entrée ont déclaré ignorer le moment où les soudures ont été faites, ou qui en sont les responsables.Sur son compte Facebook dimanche, la présidente du syndicat des magistrats de Madagascar (SMM) Fanirisoa Ernaivo a publié des photos du tribunal « bâché » et sans sécurité. Elle parle de « mise en pâture du palais de Justice ». « La seule préoccupation est donc d’empêcher le SMM de faire la grève, sans se soucier des éventuels dangers que comporte la mise en pâture de ce palais de Justice », a-t-elle pesté sur Facebook.

Aucune sûretéNi gardes ni agents de sécurité n’ont été aperçus sur place. Elle a également rappelé que le tribunal abrite des dossiers importants et que les responsables en tout grade n’ont pas pris de mesures pour sécuriser les lieux contre d’éventuels actes de vandalisme. « Nos valeureux dirigeants et responsables ont donc complètement oublié que ces locaux renferment des dossiers importants, voire brûlants qui sont, désormais, laissés sans aucune sûreté, et nullement à l’abri de vandalisme, de cambriolage ou même d’incendie ? », a-t-elle soulevé, toujours sur Facebook. Le public est libre de circuler au sein du tribunal. Malgré la grève des syndicats, des procès suivent leurs cours.

Loïc Raveloson

Midi Madagasikara26 partages

Lalatiana au Palais des sports : La date du 8 octobre, maintenue !

Lalatiana a rejoint son équipe pour répéter. La date du 8 octobre est effectivement maintenue.

Pas d’annulation prévue au programme ! Ceux qui ont déjà réservé leurs places et acheté leurs tickets peuvent se rassurer, du moins jusqu’à nouvel ordre. Les organisateurs du concert de Lalatiana au Palais des sports maintiennent effectivement la date du 8 octobre. « Les responsables du Palais de sports ont pris leur disposition. Ils ont effectué un grand nettoyage et fait le nécessaire afin que les lieux puissent recevoir ce grand évènement qu’est le concert de Lalatiana », confie le chargé de communication de mi-ritsoka production. Arrivée au pays il y a quelques jours déjà, l’interprète de « Nofy » a retrouvé son équipe pour répéter et faire en sorte que les retrouvailles avec son public se déroulent à la perfection. Pour cette occasion inédite, la chanteuse sera accompagnée par des musiciens qui ne sont plus à présenter dans le milieu. Nous retrouverons entre autres Anjaniony, Tsanta et Miantsa Randriamihajasoa, Andry Mika, Njaka Rakotonirainy… sans oublier les sœurs d’Anaa quatuor aux chœurs. Un rendez-vous qui s’annonce très prometteur, à moins bien sûr qu’un changement vienne tout gâcher.Mahetsaka

Midi Madagasikara25 partages

Protection sociale : La région SAVA bénéficie du Vatsin’Ankohonana post-Enawo

La célébration de la Journée internationale des Personnes âgées (JIPA) s’est déroulée dans la région SAVA (Sambava, Andapa, Vohémar et Antalaha). Des personnes âgées ont bénéficié du dispositif « Vatsin’Ankohonana post-Enawo» à hauteur de 60.000 Ariary.

Le marathon de la ministre de la Population, de la Protection sociale et de la Promotion de la Femme (MPPSPF), Onitiana Realy se poursuit. Après le Sud, la voilà à l’Est, le projet « Vatsin’Ankohonana » met le cap dans la partie Nord-est de l’Ile.  L’Etat n’a pas oublié cette partie de l’île touchée par le cyclone Enawo, c’est la raison pour laquelle plus de 500 personnes âgées ont bénéficié du « Vatsin’Ankohonana post-Enawo ». C’était en marge de la célébration de la journée internationale des personnes âgées dans la région SAVA. Les festivités ont débuté à Andapa le 29 septembre puis à Antalaha et Vohémar le jour suivant. Outre les travaux de rénovation effectués, les centres de rencontre et de loisirs des personnes âgées (CRLPA) ont également été dotés d’équipements ludiques entre autres des jeux de société et des téléviseurs. Sambava a clos la marche avec la pose de la première pierre du CRLPA par la ministre Onitiana Realy. Par ailleurs, la prise en charge sanitaire de ces « zokiolona » s’est améliorée grâce au Club des Amis des Personnes âgées (CAPA) qui propose des consultations médicales gratuites 2 fois par semaine. A cette occasion, la ministre de la Population a saisi l’occasion de rencontrer 4 « zokiolona » dont un homme et une femme tous deux âgés de 120 ans et deux autres âgés respectivement de 100 et 104 ans. Onitiana Realy exprimait ainsi son ressenti : « Nous devons nous inspirer de cet homme et de ces femmes d’exception qui ont réussi à traverser le siècle et à vaincre toutes les épreuves et les aléas de la vie, auxquels nous sommes tous confrontés. Ils sont à nos yeux des patrimoines vivants, des repères éclairés, des modèles de longévité, de sagesse et de courage. Ils méritent toute notre attention, notre bienveillance et notre affection. »

Lois. Profitant de cette JIPA 2017, Onitiana Realy a annoncé l’élaboration d’un projet de loi en faveur des personnes âgées : « Le projet de loi sur les Personnes âgées nouvellement mis à jour, passera en Conseil de Gouvernement très prochainement- dans la 2e semaine d’octobre- et sera présenté devant l’Assemblée nationale et le Sénat lors de la 2e session parlementaire. Actuellement, 10% seulement de la population malgache disposent d’un système de sécurité sociale. Les 90% restants ne bénéficient d’aucune mesure et doivent continuer à travailler jusqu’à la mort pour survivre. La protection et la sécurité sociale de ces séniors sans ressources constituent le fondement et les raisons d’être de cette nouvelle loi sur les personnes âgées ».

HIMO et rentrée. Un chantier de Haute intensité de main d’œuvre (HIMO) a été organisé à Antalaha pour l’assainissement des canaux d’évacuation d’eaux pluviales. 2000 personnes ont réalisé les travaux pendant 5 jours à raison de 5000 Ariary la journée de travail. En outre, 400 kits scolaires ont également été distribués aux petits écoliers à la veille de la rentrée scolaire. En tant que ministre de la Protection de la Femme, le MPPSPF a promu les activités génératrices de revenu des associations de femmes par la remise de machine à coudre et de matériels agricoles à Sambava et Andapa.

Rencontre. Luz R.R

Midi Madagasikara24 partages

Andrianasolo Léon Dola : « La révision constitutionnelle n’est pas urgente ! »

Andrianasolo Léon Dola, magistrat retraité et expert en Relations Internationales.

Face à la tentative du régime de réviser la Constitution contre vents et marrées, Andrianasolo Léon Dola, magistrat retraité et expert en Relations Internationales, trouve que « ce n’est pas du tout urgent ». En effet, et ce, à titre de rappel, d’après les allégations du chef de l’État, lors de la rencontre avec la presse à Iavoloha, le 16 septembre dernier, il faudrait valoriser les Fokontany parce qu’ils sont des leviers de développement. Pour ce faire, pense-t-il réviser la Constitution pour que ceux-ci fassent partie des collectivités territoriales décentralisées. « Beaucoup de zones d’ombres planent autour de cette question. L’on ignore ce que l’État veut faire de ces fokontany. Mais je réitère que c’est loin d’être urgent », soutient-il. Et ce n’est pas tout. Andrianasolo Léon Dola a également son mot à dire par rapport à l’article 46 de la Constitution qui prévoit que le président de la République candidat à sa propre succession doit démissionner 60 jours avant la date du scrutin présidentiel. « Le régime avance le vide institutionnel comme argument. Or, la Constitution elle-même dispose que c’est le président du Sénat qui s’occupe des attributions présidentielles courantes durant la vacance de poste du chef de l’État », soutient cet expert en Relations Internationales. Point n’est donc besoin de réviser la Constitution pour cette raison.

Calculs politiques. Quoiqu’il en soit, il faut préalablement considérer l’article 161 de la Constitution qui met en exergue que la révision constitutionnelle est possible seulement « en cas de nécessité jugée impérieuse ». Interrogé sur l’institution qui appréciera l’impériosité d’une situation, Andrianasolo Léon Dola de répondre : « il y a un vide juridique par rapport à ce point. Mais il est fort possible que ce soit la HCC ». Mais là encore, il émet des réserves. « Si la Haute Cour est destinée à effectuer une mission particulière, elle va décider que telle situation est impérieuse. Donc l’on peut procéder au référendum. Si, dans le cas contraire, elle pourrait faire preuve d’indépendance, peut-être que cette révision de la Constitution n’aura pas lieu d’être ». Pour ce juriste, des calculs politiques se cachent derrière cet empressement du régime. « Si on organise d’abord le référendum, quid du budget alloué aux élections ? Peut-être que les présidentielles et les législatives seront reportées en 2019 », affirme-t-il. A côté, la Ceni a d’ores et déjà indiqué qu’il lui faut 363 jours à partir de l’ouverture des révisions annuelles des listes électorales (RALE), soit le 1er décembre, pour conduire en bon père de famille le processus électoral. « Le régime devrait prendre le temps d’écouter ceux qui sont contre cette révision et ne pas s’obstiner à y procéder coûte que coûte », conclut Andrianasolo Léon Dola.

Aina Bovel

Midi Madagasikara23 partages

Toamasina : Des occupants illicites sur un terrain du groupe Filatex

Un grand projet d’installation d’un parc photovoltaïque risque d’être compromis à Toamasina. En effet, un terrain appartenant au groupe Filatex  a fait l’objet d’une occupation illicite. Pour rappel, il s’agit d’une zone déclarée non habitable par la Jirama depuis 2009. Et en raison de l’existence de  dangers électriques pour les éventuels occupants.  Ce qui n’a pour autant pas empêcher les squatters d’occuper illicitement les lieux. En moins de 15 jours, et profitant d’une opération de dotation de terrain pour reloger des squatters qui sont, pour leur part, là depuis 5 ans, un groupe de personnes mal intentionnées ont voulu s’imposer. Et ce, en faisant recours à une sorte de subterfuge. En effet, ils ont fait organiser une pseudo-cérémonie de pose de première pierre d’un prétendu lycée. Et ce, sur le terrain d’autrui puisque les parcelles en question appartiennent au groupe Filatex. Une cérémonie organisée à la hâte et à l’insu du ministère de l’Education Nationale. L’on apprend, en effet que la cérémonie a été dirigée par un simple directeur régional de l’Education Nationale qui n’aurait même  pas informé le ministre Paul Rabary de cette initiative  qui risque, en tout cas de capoter dans la mesure où la construction  en question va se faire sur une propriété privée titrée et bornée.

Qui plus est, il s’agit d’un terrain prévu pour un grand projet d’énergie renouvelable qu’est une centrale photovoltaïque. L’on attend, en tout cas, la réaction des responsables nationaux et régionaux sur cette initiative déplacée de ce directeur régional de la Santé. En attendant, une opération de délogement des occupants illicites a été faite.

R.Edmond..

Midi Madagasikara21 partages

11es Jeux de la CJSOI : La compétition aura lieu à Djibouti en avril 2018

Le président de la CJSOI confiant de l’avancement de la préparation de Djibouti.

La réunion ministérielle qui s’est tenue aux Seychelles a vu la confirmation de l’organisation des 11es Jeux du 20 au 28 avril 2018.

Djibouti, abritera dans six mois, la onzième édition des Jeux de la Commission de la Jeunesse et des Sports de l’Océan Indien (CJSOI). Les dirigeants djiboutiens ont effectué un exposé de l’avancement des travaux pour rassurer les ministres et délégations présentes à la réunion à l’Hôtel Savoy à Beau Vallon, aux Seychelles. Une réunion dirigée par Jean Anicet Andriamosarisoa, ministre de la Jeunesse et des Sports, président en exercice de la CJSOI.Les ministres présents à cette réunion ont pu prendre connaissance des garanties offertes par Djibouti, qui organisera les 11es Jeux de la CJSOI du 20 au 28 avril 2018. Cinq disciplines sportives sont retenues pour les jeux à savoir l’athlétisme, le football, le handball, le tennis de table et la pétanque. Pour le volet jeunesse, le théâtre, les danses traditionnelles et l’assemblée des jeunes seront au programme. « Les Jeux figurent parmi les programmes phares de la CJSOI. Tous les deux ans, la jeunesse de la région océan indien se retrouve et partage ensemble les valeurs de cette organisation comme la solidarité, le fair-play, l’amitié et la fraternité.  C’est une opportunité qui nous permet de réaliser l’évaluation et le bilan de nos activités, d’en dégager les bonnes pratiques à perpétuer et de résoudre les problèmes qui entravent l’atteinte de nos objectifs. C’est rassurant aussi l’engagement de l’Etat djiboutien quant à l’organisation des 11es Jeux en 2018 », a fait savoir le président de la CJSOI.

Nouveau S.G. Cette réunion a vu la présence de tous les Etats membres et du Président du Conseil International des Jeux des îles, le Seychellois Antonio Gopal, le Secrétaire général de la Conférence des ministres de la Jeunesse et des Sports de la Francophonie (CONFEJES), Ali Harouna Bouramah, et l’Organisation Régionale Anti-dopage représentée par son responsable aux Seychelles, Jean Larue. Selon les dires de Nagalingum Pillay Samoo, ancien SG de cette organisation, tous les Etats membres  sont à jour avec leurs contributions. Autre résolution de cette réunion était la nomination du Mauricien, Rajen Descann au poste de Secrétaire Général de la CJSOI.

T.H

Midi Madagasikara19 partages

BOA Madagascar : Sponsor Gold du Forum de la diaspora

La BOA Madagascar est toujours partie prenante aux grands événements.

La BOA Madagascar est toujours partie prenante dans toutes les bonnes initiatives. Raison pour laquelle, elle a répondu favorablement à l’appel du ministère des Affaires Etrangères d’être le sponsor Gold de la première édition du Forum de  la diaspora qui se déroulera  au Village Voara Andohatapenaka  du 26 au 28 octobre prochain.

Une manière pour la BOA Madagascar d’affirmer son soutien indéfectible au développement durable du pays ainsi que son soutien financier aux acteurs qui œuvrent dans ce sens.

Tout public

En effet, la Diaspora est toujours un acteur d’une importance capitale de l’économie nationale, car elle intervient dans plusieurs domaines, pour ne citer que les transferts de fonds, de savoir-faire et de connaissances, les investissements, le tourisme. Elle contribue ainsi grandement au renforcement de la solidarité nationale.  Banque « tout public » BOA-MADAGASCAR, accompagne tous les acteurs économiques, particuliers et entreprises, quelle que soit leur taille. Elle peut offrir toutes les palettes et dispositifs de financement auxquels une entreprise désirant investir à Madagascar puisse prétendre : des crédits d’investissement à court, moyen et long termes aux différentes lignes de fonctionnement : Escompte de Papier Commercial, Découvert, Escompte de Papier financier, Aval de traite, OCD DA, etc.

Comptes diasporas

Le Groupe BANK OF AFRICA est aujourd’hui implanté dans 18 pays, dont 8 en Afrique de l’Ouest (Bénin, Burkina Faso, Côte d’Ivoire, Ghana, Mali, Niger, Togo et Sénégal), 8 en Afrique de l’Est et dans l’Océan Indien (Burundi, Djibouti, Ethiopie, Kenya, Madagascar, Ouganda, Rwanda et Tanzanie), en République Démocratique du Congo, ainsi qu’en France.

BOA France dont le Siège social se trouve à Paris dispose de 03 antennes dont 02 à Paris et une 3e agence à Marseille. Depuis le début de ses activités, elle a déjà ouvert près de 1.500 comptes diasporas pour le compte de BOA-MADAGASCAR.

R.Edmond

Midi Madagasikara16 partages

Gestion du personnel : Une formation de MHC dédiée aux professionnels

Une entreprise doit apprendre à conserver ses employés pour se développer, selon Philippe-Jean Arnou de MHC.

« On ne quitte jamais une entreprise, mais on quitte son manager … ». C’est par cet adage que Madagascar Hôtel Consultant (MHC) évoque la nécessité d’améliorer la gestion du personnel. « L’efficacité du personnel est souvent le reflet du manager qui l’encadre », a affirmé Philippe-Jean Arnou, fondateur de MHC. D’après ses explications, le capital humain est une ressource délicate qu’il ne faut pas négliger pour une bonne rentabilité de l’entreprise. Les principaux facteurs de réussite du management des équipes sont la communication et leur implication dans un projet. Pour MHC, cela devrait passer par l’instauration d’une culture d’entreprise propice au plaisir et à la solidification des liens entre employés et cadres. « Pour conserver ses employés, il faut également créer une ambiance générale qui leur fera ressentir qu’il existe quelque chose de spécial dans l’entreprise pour les motiver à rester et intégrer quelques programmes de reconnaissance sont des moyens sûrs afin d’assurer le développement des talents », indique l’expert du MHC. Cette stratégie est d’ailleurs le principal contenu de la formation qui se tiendra le 19 octobre prochain, à Antsahavola.

Antsa R.

Midi Madagasikara16 partages

THB Ligue des champions : Deux petites finales pour mercredi !

La THB Ligue des champions de football va vivre une somptueuse journée tant à Mahajanga qu’à Fianarantsoa avec la confrontation directe entre quatre prétendants aux postes dans le dernier carré.

C’est parti pour une guerre de tranchée avec cette obligation de ravir impérativement la victoire pour espérer se qualifier dans les deux premières places qualificatives pour la Poule des As.

D’abord à Mahajanga où la CNaPS Sport va être opposée à l’Ajesaia dans un match très certainement tendu par l’enjeu avec d’un côté les caissiers bien obligés de gagner et une Ajesaia qui continue de monter en puissance.

Rentrée de Njiva. Que s’est-t-il passé pour la CNaPS qui a concédé le nul devant Ambanja ? Le duo Boura- Niasexe en pointe n’a pas fonctionné comme prévu car on ne pensait pas que la défense de l’USSK qui a pris au devant le HZAM, puisse soutenir la comparaison. Mais c’est ce qu’elle a fait. Au grand dam des supporters d’Itasy venus soutenir leur équipe.

La rentrée de Njiva mettra certainement de l’ordre dans les rangs de la CNaPS même si l’Ajesaia a montré qu’elle sait aussi défendre.

A Fianarantsoa, on verra également un duel aux couteaux entre Elgeco Plus et JET Mada. Mais la pression se trouve du côté de JET qui a besoin d’une victoire pour se relancer après sa défaite face au COSFA. La rencontre promet en tous cas des étincelles car on sait très bien que le représentant d’Itasy a l’habitude de ne rien lâcher.

Pour revenir au calendrier, on aura droit à Fianarantsoa et dès 11h au match entre le COSFA et FC Angèle suivi de ce JET-Elgeco à 13h tandis que Zanakala et Top Dom seront à l’œuvre à 15h.

Le classement. A Mahajanga, USSK et FC Maeva ouvre le bal à 11h tandis que HZAM tentera de confirmer sa grande forme devant le Varatraza à 13. Le choc CNaPS- Ajesaia aura lieu à 15h. Un choc qui arrivera peut-être à faire le plein du stade Alexandre Rabemananjara.

En attendant, voici le classement après les deux premières journées :

Mahajanga

1er) CNaPS Sport…4 points (+6)

2) HZAM…4 points (+4)

3) Ajesaia…4 points (+2)

4) Varatraza…1 point (-2)

5) USSK Ambanja…1 point (-4)

6) FC Maeva…1 point (-6)

Fianarantsoa

1er) Elgeco Plus…6 points (+4)

2) COSFA…6 points (+2)

3) JET Mada…3 points (0)

4) FC Angèle…1 point (-1)

5) Top Dom…1 point (-2)

6) Zanakala…0 point (-3)

Clément RABARY

Midi Madagasikara15 partages

Brigade régionale de la sécurité publique Ambositra : Sous le signe de la cohésion et de la solidarité

Comme chaque année, la grande famille de la brigade régionale de la sécurité publique d’Ambositra dirigée par son chef, le commissaire divisionnaire Razafindravonona Joseph, a tenu à célébrer dans la dignité et la simplicité, la journée du 30 septembre 2017 marquant le 56e anniversaire de la police nationale. Une célébration dans la dignité et la simplicité qui a eu lieu le 30 septembre dernier, dans l’enceinte même de la brigade régionale de la sécurité publique à Ambohimilamina-Ambositra. Une manifestation qui ,comme l’a soulignée le commissaire divisionnaire Razafindravonona, a été  placée sous le signe de la cohésion et de la solidarité de la grande famille de la police à Ambositra. Une occasion de regrouper autour d’un repas convivial les policiers, leurs époux et leurs enfants après un cross matinal et une prière commune. Le temps également pour le commissaire divisionnaire Razafindravonona Joseph de récompenser une de ses collaboratrices, en l’occurrence l’agent de police Albertine pour avoir porté haut l’emblème de la police nationale aux derniers jeux de l’ASOIMI en athlétisme à Toliara.

Anastase

News Mada14 partages

Tourisme face à la peste : Roland Ratsiraka tente de rassurer

Le ministère du Tourisme tente de rassurer les acteurs du secteur et les touristes face à l’épidémie de peste constatée dans la région Analamanga, la ville de Toamasina et la région Sava actuellement.

D’après la déclaration de Roland Ratsiraka, hier, «Il s’agit d’un petit problème de peste envenimé  par des informations et des fausses informations qui sont actuellement véhiculées ». Quoi qu’il en soit, la situation actuelle n’est pas à l’avantage de la destination Madagascar, d’autant que plusieurs opérateurs dans le secteur sont en déplacement à l’étranger pour assister à une rencontre internationale dédiée au tourisme.

Par ailleurs, ce département a sensibilisé les opérateurs hôteliers et les restaurants sur l’assainissement des lieux de travail. Rappelons que le ministère du Tourisme organise deux événements prochainement, notamment  la Foire internationale d’Antsiranana à partir du 27 octobre, qui rentre dans le cadre de la célébration de la Journée mondiale du Tourisme ainsi que le tournoi du Golf du Rova, le 1er novembre.

R.R.

 

News Mada13 partages

Tsipy kanetibe – «Grand Prix de l’Etang-Salé» : norombahin-dRadoko sy i Jeannie ny amboara

Nisongadina indray ny fahaiza-manaon’ny Malagasy, nandritra ny «Grand Prix international de l’Etang-Salé», taranja tsipy kanetibe. Norombahin’i Madagasikara indray mantsy ny fifaninanana.

 

Lasan’i Madagasikara, tamin’ny alalan-dRazafinirina Jeannie sy Ralison Guillaume (Radoko), ny andiany faha-16 amin’ny «Grand Prix international de l’Etang-Salé», taranja tsipy kanetibe, ho an’olon-droa miaraka. Fihaonana, notanterahina tao amin’ny kianja Champ de Foire des Bains, ny asabotsy 30 septambra sy ny alahady 1 oktobra lasa teo.

Resin-dry zalahy, teo amin’ny famaranana, ireo Reonioney, Mickael Nayagom sy i Fabrice Técher. Tamin’ny isa mazava, 13 no ho 7, ny nibatan’i Jeannie sy Radoko ny “Trophée Hydrotech”.

Nisongadina tanteraka ny fahaiza-manaon’izy mirahalahy ary nampiaiky ny mpifanandrina sy ireo mpijery tonga maro tany an-toerana. Anisan’izany ny nanilihany an’i Jessy Feltain sy i Jeremy Darodes, tompondakan’i Frantsa, teo amin’ny ampahefa-dalana. Niondrika teo anatrehany, tamin’ny isa mavesatra, 13 no ho 4, ry zareo Frantsay. Mbola nataon’i Jeannie sy Radoko nahita faisana ihany koa ny tompondakan’i La Réunion, nahitana an’i Stéphane Mussard sy i Charles Chéreau, teo amin’ny ampaha-32-ndalana.

Nahatratra 500 ireo mpifaninana, tamin’ity andiany faha-16 ity, avy amin’ny firenena enina dia i La Réunion, mpampiantrano i Maorisy, i Mayotte, i Rodrigues, i Frantsa ary i Madagasikara.

Fiara indray izao

Ho an’ny fifaninanana  «Grand open doublette boss», hotanterahina ny 14 sy 15 oktobra ho avy izao etsy amin’ny kianja CBT Mahamasina. Fifaninanana, karakarain’ny federasiona miaraka amin’ny orinasa Orange ka hiadiana fiara Matiz.

Nambaran’ny mpikarakara fa amin’ny alalan’ny fanasana manokana ny fandraisana anjara, izay mitentina 500.000 Ar. Hentitra ny sivana eo amin’ny fandraisana ny antsoina hoe : “boss”, izay hisy komisiona manokana. Ankoatra ny fiara, mbola hahazo amboara sy finday “Smartphone”, avy amin’ny Orange, ny voalohany. Fahitalavitra “écran plat” kosa ny an’ny faharoa, miampy amboara sy loka maro avy amin’ny mpanohana ary bisikileta VTT sy medaly ny an’ny fahatelo sy fahefatra.

Torcelin

Midi Madagasikara13 partages

Karate : Cinq semaines pour affiner le kata

Le karaté se mobilise et relance le kata, cette épreuve où l’on excellait vraiment auparavant. Ainsi, sur 5 samedis depuis le 30 septembre dernier, des entraînements de kata physique se tiendront à l’ENS à Mahamasina de 11h à 14h. Ce sont les athlètes titrés des sections, ligues et fédérations qui sont les premiers concernés. Il en est de même pour les compétiteurs spécialistes de kata.

Quant au kumité, les jeunes de 16 à 18 ans sont appelés pour 4 samedis à partir de ce 7 octobre pour des entraînements. Ces séries de préparation finiront sur un stage de kata.

Anny Andrianaivonirina

Madaplus.info12 partages

Recrudescence de la peste : 24 morts depuis le mois d’août

Le Ministre de la Santé publique tient une conférence de presse presque tous les jours depuis le début de la saison pesteuse, afin de communiquer au public l’évolution de l’épidémie de la peste, notamment la peste pulmonaire
Le ministre a rassuré l’opinion publique que la peste est mortelle et non-incurable. Depuis le mois d’août, 125 cas de peste pulmonaire ont été enregistrés dans tout Madagascar, dont 24 patients ont trouvé la mort. D’après l’intervention du Pr Frank Randriamarotia, le Directeur du Cabinet du MSP, lui de révéler la statistique de l’accroissement de l’épidémie de la peste pour Antananarivo dont 12 cas suspects de peste pulmonaire, 7 cas probables, 1 cas confirmé définitivement ayant la peste et 4 décès. Les patients catégorisés dans le cas suspect sont généralement ceux qui présentent les symptômes de la maladie. Les cas probables sont médicalement les patients qui ont fait un diagnostic rapide et qui peuvent être effectivement sujet à la peste. Quant aux cas confirmés, ce sont les patients qui ont les symptômes de la peste. Le premier ministre de son côté de réitérer que l’épidémie est maitrisée, ce qui implique que tous les sites suspects sont détectés et les mesures préventives sont prises pour protéger la santé des habitants dans ces lieux. La circulation par voie aérienne et par voie terrestre sont actuellement sous contrôles.
Le Ministère du Tourisme quant à lui d’informer que l’épidémie de la peste ne devrait en aucun cas affectée la fréquentation des touristes à Madagascar, vue que le pays est encore en pleine saison touristique. La propagation de l’épidémie n’est pas à l’échelle nationale puisque c’est uniquement deux Régions qui en sont les plus concernées. Rolland Ratsiraka convie donc à tous les hôteliers de renforcer les mesures de la propreté et de procéder si nécessaire à la dératisation et à l’assainissement des environnants. Lui de confirmer qu’il n’y a rien à craindre sur la peste pour les touristes désirant se rendre à Madagascar.
Midi Madagasikara12 partages

Les Goyaviers : Des toiles et de l’artisanat malgache de qualité au Louvre

La Galerie « Les Goyaviers » présente, du 1er au 31 octobre, la deuxième édition de l’exposition « L’art de la Terre Rouge et ses objets s’ouvrent au monde ». Plusieurs œuvres y seront exposées pour promouvoir l’art et l’artisanat malagasy.

« Commandeur de l’Ordre National des Arts ». C’est la distinction honorifique que Nirina Seurin a obtenue le 9 juin dernier, pour ses exploits et services rendus au pays. Une grande reconnaissance pour cette passionnée d’art et de Madagascar qui a longtemps travaillé dans le secteur artistique, non pas en créant, mais en soutenant plusieurs artistes malgaches. Nirina Seurin a commencé dans cet univers dans le service des expositions à la Bibliothèque Nationale de Paris. Elle a également créé sa propre entreprise de décoration d’ameublement, le Caprice d’Ecosse, à Glasgow. A ce titre, elle a participé au salon I Am Textile à Francfort en Allemagne. De retour à Mada, elle a continué ses activités de décoration intérieure pour des particuliers. Ce qui lui a permis d’étendre son portefeuille client vers des familles notables de la capitale. De fil en aiguille, elle a ouvert sa propre galerie d’art Les Goyaviers à Ambatonakanga, où elle expose plusieurs artistes malgaches de renommée internationale. Parmi eux, Chan, Raparivo, Léon Fulgence, Marcel Razanakotoarison, mais aussi de jeunes talents.

Trentaine d’œuvres. Du 1er au 31 octobre prochain, Nirina Seurin présente la 2e édition de l’exposition « L’art de la Terre Rouge et ses objets s’ouvrent au monde ». Toujours en partenariat avec la galerie « Le Grand Bay » à Maurice, cet échange culturel permet aux œuvres des artistes malgaches d’être exposées dans les deux pays. Pour cette deuxième édition, on retrouve une trentaine d’œuvres des artistes tels que Chan, Léon Fulgence, Georges Rakotoarimanana, mais aussi Dzery, un aquarelliste qui propose aussi ses toiles. On retrouvera également Tsu Tsu, Terre, Le Village et Clair Obscur. Le vernissage de l’expo se tiendra au Louvre le jeudi 5 octobre prochain, parrainé par Tsilavina Ralaindimby. Les œuvres y seront exposées jusqu’au 31 octobre.

Anjara Rasoanaivo

Midi Madagasikara12 partages

Tennis – Vintage Cup : Fitia et Benaivo signent leur second sacre

Ils ont annoncé la couleur bien avant le début du tournoi et ils l’ont réalisé. Après 2016, Nantenaina Rakotobe (Ministère de l’Éducation Nationale) et Fitia Randriamifidimanana (ComCo/Pok Pok) ont remporté la Vintage Cup dimanche sur les courts du Country Club à Ilafy. C’est vrai que le duo Benaivo-Fitia s’est imposé, mais, il a souffert en finale face à Andry Tiana Ravalomalala (MCC) et Angolatiana Razafindrakoto (Lambert Fialamboly). Pourtant, Andry et Angola ont remporté facilement le premier set par 4 à 0. Dominé, Benaivo et Fitia se sont ressaisis au deuxième set mais Andry et Angola arrivent à les talonner par 4 à 4. Il a fallu les départager à la mort subite. Et Fitia Randriamifidimanana conclut la rencontre sur une ultime volée gagnante. Avant cette finale à couteaux tirés, celle du tableau parent/enfant a vu la domination de Gilles et Kristina Rakotobe (Langâno). Ils ont pris le dessus sur Caroline et Morgan Meurisse (Groupe Axian) sur le score éloquent de  6/1 4/1. Depuis son lancement, le Country Club choisira le joueur qui véhicule le plus  l’esprit rétro de l’évènement à travers le Trophée de l’Elégance. Après le couple Burban Air France en 2016, le Trophée de l’Elégance  a été attribué à Narson Rafidimanana (Fruidiles) et Camille Fleury (Vitogaz).  La nouveauté cette année était le  « The best newcomer » pour  les nouveaux participants.  Nathalie Schwarte (Topgasy Event) s’est vu remettre le Trophée.

T.H

Madagate11 partages

Madagascar Enseignement. Pourquoi Monique Rasoazananera s’occupe-t-elle soudain des EPP?

La ministre Monique Rasoazananera. Oui: 10X10= 100 mille ariary...

Chaque fois qu'un membre du gouvernement malgache entreprend une action soi-disant pour le bien d’une frange de Malgaches, cela cache toujours une question d’argent carrément extorqué sous forme de note circulaire écrite interne, et au nom du parti Hvm.

Cette fois-ci, je ne vais pas me fatiguer à vous expliquer l’ignominie. Mes confrères de Free News l’ont déjà fait. Ouvrez bien vos yeux sur le fac-similé ci-dessus. Seulement, je tiens, ici, à souligner que dans ce parti Hvm, on ne se soucie guère de la cohésion dans les actions. Pourquoi ne pas avoir laissé la tache au ministre de l’Éducation nationale, le sociologue Paul Rabary? Tout simplement pour pouvoir «jouir» d'une bonne partie des 100.000 ariary demandés avec politesse («iangaviana») dans la note circulaire à tous les directeurs généraux et simples directeurs de l'immense département qu'elle dirige.

Ci-après, une copie agrandie de cette note circulaire émanant de Christian Ralijaona, Secrétaire général de ce ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique que dirige donc Monique Rasoazananera qui est, rappelons-le, vice-président du parti Hvm. Mais jusqu’où iront les membres de ce parti maudit, ma parole!?

Jeannot Ramambazafy – 03 octobre 2017

Madagate10 partages

PESTA ETO MADAGASIKARA: NY TOKONY ATAO MAHOMBY INDRINDRA

Raha teny amin’ambanivohitra rehetra teny no nisehoan’io aretina pesta io hatramin’izay dia tonga eto amin’ny renivohitr’i Madagasikara io aretina io amin’izao taona 2017 izao.

Vanim-potoanan’ny fiparitahan’ny valan’aretina pesta (aretim-boalavo) isika amin’izao fotoana izao eto Madagasikara. Tsy afaka miandry izay fitondrana Hvm mbola variana manao fanambarana feno fandrahonana (indrindra fa ingahy minisitry ny Fahasalamam-bahoaka tany Toamasina, sakaizan'ny Filoham-pirenena ao amin'ny Rotary Club. Efa nataon'ny minisitra Rivo Rakotovao izany, Tompoko ô! Ka sambory daholo fa izay no hahafaka io aretina io tanteraka. SSSsss.). Any ka adino ny hetsika tokony efa natao tamin’ny volana Aogositra isan-taona, hisoroana io pesta mandoza io.

Satria tokoa eo anelanelan’ny volana septambra sy aprily io pesta io no mirongatra eto Madagasikara, firenena fahatelo misy azy sisa maneran-tany aorian’ny RD Congo sy ny Tanzania (Manampahaizana avy ao amin'ny OMS no nanambara ireo firenena ireo).

Koa araho tsara ireto toro-hevitra manaraka ireto.

Azo sitranina tsara io aretina io. Ahoana ny fisehoany?

Raha « peste pulmonaire »:

-Fanaviana mahery vaika

-Kohaka arahina rehoka misy rà

-Fanaintainan’ny tratra

-Faharerahana be.

Raha « peste bubonique »:

-Fanaviana mahery vaika

-Fisian’ny atoditarimo manaintaina ao ambany helika na eo am-potom-pe na eo amin’ny tenda.

Aretina mora mifindra amin'ny alalan'ny piti-drora, ny kaikitry ny parasy avy nanaikitra voalavo mitondra ny tsimok’aretina. Telo andro aorian’ny hahazoan’ny olona iray ny tsimok’aretina no tena miseho ny fambara fa voan’ny pesta ny olona iray.

Raha voatily haingana dia tsaboina amin’ny alalan’ny fihinanana antibiotika ny pesta. Tadidio fa MAIMPAIMPOANA ny fitsaboana ny aretina pesta ary izay nifanerasera tamin’ny marary rehetra dia tokony tsaboina sy atokana toerana («mise en quarantaine») mba tsy hamindra amin’ny hafa.

Aretina azo sorohina sy tsaboina tsara araka izany ity valan’aretina ity. Mila manatona toeram-pitsaboana haingana raha vao misy fisehoan-javatra hafahafa.

Fisorohana:

- Diovy foana ny trano, ny tanàna sy ny manodidina: ny fako, indrindra ny poti-kanina, dia tsy aparitaka fa dorana na ariana amina toerana sahaza azy mba tsy hampahazo aina ny voalavo.

- Sasàna matetika amin’ny rano sy savony ny tànana

- Fongorina ny voalavo amin'ny alàlan'ny famandrihana azy

- Asiana ody parasy ny ao an-trano.

AZA MANAO DOKOTERA TENA KA TONGA DIA HIHINANA COTRIMOXAZOLE FA ALEO MANATONA MPITSABO.

Raha olona salama no mihinana antibiotika avy hatrany dia ho sahirana amin’ny fitsaboana ny aretina raha sanatria tratra, satria lasa tsy mandaitra haingana aminy intsony ilay fanafody.

Ary ho sahirana koa izay marary mitady ny fanafody ilainy.

Ny olona nifanerasera tamin’ny olona voan’ny pesta ihany no tokony ho tsaboina sy hihinana fanafody fa tsy ny olon-drehetra.

Ireto ny LAHARANA MAITSO (antso maimaimpoana) raha mahita tranga mahakasika ny pesta:

Telma : 034 30 810 30 ; Airtel : 033 65 800 00 ; Orange : 032 32 038 00

Koa samia mandray ny fepetra tandrify azy ny olom-pirenena tsirairay.

www.madagate.org

Midi Madagasikara10 partages

LU POUR VOUS : « La femme du Vème » de Douglas Kennedy

Harry Ricks est un type paumé, un professeur d’université d’une petite ville des Etats-Unis qui a commis une erreur avec une étudiante et s’est fait limoger. Broyé par la machine administrative autant que par la machine humaine, confronté à la vision manichéenne de la morale américaine : transgression égale punition, sa femme l’a quitté, sa fille ne veut plus lui parler… C’est l’histoire d’un homme qui a tout perdu.

Accablé et sans trop d’argent, Harry Ricks décide de fuir les Etats-Unis, destination Paris, où il a l’intention de commencer une nouvelle vie. Il trouve une chambre de bonne et un petit boulot de veilleur de nuit dans un quartier peuplé d’escrocs, de clandestins et de malfrats. Seule éclaircie dans sa vie plus que médiocre, sa rencontre avec Margit, une hongroise aussi belle que mystérieuse qui l’entraîne dans une relation amoureuse passionnée mais non moins énigmatique…Car d’étranges  coïncidences se manifestent à son contact : morts violents, accidents troublants…des évènements de plus en plus terrifiants et incompréhensibles qui vont projeter Harry dans un cauchemar bien proche du délire…

Histoire d’un lieu. Si cette fiction noire n’est pas tout à fait au niveau des précédentes productions de l’auteur – notamment par la qualité d’écriture, en deçà de ce à quoi nous a habitué Douglas Kennedy – elle a néanmoins le mérite de nous faire passer un vrai moment d’évasion en possédant des perspectives attrayantes et distractives menées sur un rythme toujours soutenu. Et n’est-ce pas cela que l’on demande à un roman ? Nous sortir parfois du cadre de la réalité, nous happer dans une lecture décomplexée, simple et désinvolte ? « La femme du Vème » réunit ces qualités d’échappée facile du réel après certaines lectures trop bouleversantes et mérite à ce titre que l’on s’y attarde. Car au-delà de l’histoire de Harry, « La femme du Vème », c’est aussi l’histoire d’un lieu, d’une ville, Paris, créée comme un personnage à part entière du roman.

Paris autrement. Douglas Kennedy, qui adore les grandes villes, s’est promené dans la capitale. De ses déambulations et flâneries parisiennes, il ramène des instantanées en noir et gris, nous invitant ainsi à découvrir une cité bien loin des circuits touristiques et des quartiers chics. Au détour des ruelles malfamées et des recoins sombres, l’auteur saisit un Paris crépusculaire et menaçant, un Paris à la Simenon, à l’atmosphère lourde et oppressante. C’est le Paris des immigrés, des clandestins, des contrôles policiers, des voleurs et des sans-abris. L’écrivain s’est fait observateur de la ville pendant des mois, il en dessine les contours, s’attardant sur le changement brutal qui existe d’un quartier à l’autre dans une métropole labyrinthique et fluctuante, qui contient des dizaines de villes en elle, offrant le tableau en clair-obscur d’un monstre de briques aux entrailles grouillantes de vies furtives et secrètes.Par ailleurs, par le biais de son héros vivant aux abois, l’auteur s’est essayé à raconter ce que chacun peut devenir s’il se trouvait dans la situation d’un type obligé de recommencer sa vie en clandestin. Et puis à côté de cela, il y a le personnage de Margit, si belle et sensuelle, aussi sûre d’elle qu’Harry est faible, une femme entourée de mystère, énigmatique, insaisissable…

Délire et divagation. Avec Margit, on délaisse l’ambiance à la Simenon pour pénétrer dans l’univers d’Edgar Allan Poe… C’est là une nouveauté pour les lecteurs de Douglas Kennedy !  Cette incursion dans le fantastique et le paranormal pourra en déstabiliser plus d’un, une toquade de l’auteur qui suggère néanmoins que chacun de nous est hanté par quelque chose, que ce soit des regrets, des déceptions ou de la culpabilité, et que finalement, toute chose a un prix à payer. On en revient à la sentence du début : transgression égale punition… « La femme du Vème » est donc un vrai roman noir, un presque polar qui flirte avec le paranormal en confrontant encore une fois son héros aux tourments de la chute sur un rythme trépidant.Alors, c’est gros, c’est très gros, rocambolesque et peu crédible parfois mais, pour peu que l’on accepte toutes les fantaisies de l’auteur, on est pris dans les mailles d’une intrigue assez vertigineuse dont on sort avec l’impression d’avoir passé un sympathique moment de délire et de divagation. Et si le héros n’aspire qu’à descendre de ce manège endiablé, le lecteur, lui, en referait bien un petit tour !Mahetsaka

Midi Madagasikara10 partages

Finances locales : Un colloque international cette semaine au Carlton Anosy

De nombreuses initiatives ont été entreprises par l’Etat Malagasy avec l’aide de ses partenaires techniques et financiers, visant l’amélioration voire l’assainissement des finances locales à Madagascar. L’on peut citer entre autres, et parmi les plus récentes, le lancement officiel de la réforme du mécanisme de transfert financier aux communes, la signature de convention de partenariat entre les collectivités territoriales décentralisées (CTD) et les centres fiscaux pour renforcer la lutte contre les activités informelles, l’amélioration des taux de recouvrement fiscal au niveau des communes à travers les activités de recensement et de sensibilisation des contribuables, etc. Mais de nombreux efforts sont encore à entreprendre pour que les capacités de financement des CTD puissent être suffisantes. C’est la principale raison pour laquelle, un colloque international sur « les finances locales dans les pays d’Afrique francophone subsaharienne » est organisé conjointement par le ministère de l’Intérieur et de la Décentralisation (MID), le ministère des Finances et du Budget (MFB), et le Projet de Développement Communal Inclusif et de Décentralisation (ProDéCID), de la Coopération allemande. Cet évènement d’envergure internationale se tiendra les 5-6 octobre 2017, à l’Hôtel Carlton Madagascar, Anosy, en présence de nombreux experts internationaux en matière de décentralisation et développement local. Ce qui donnera l’opportunité d’échanger sur les bonnes pratiques novatrices et de partager des expériences réussies sur les finances locales, afin d’améliorer l’architecture fiscale et le recouvrement des recettes propres des Collectivités. Alors, rendez-vous ce jeudi.

Recueillis par Antsa R.

Ino Vaovao9 partages

FIHANAKY NY ARETINA PESTA ETO MADAGASIKARA : Tsy fantatra intsony ny marina

Misahotaka ny olona ankehitriny satria olona tsaboina eny amin’ny hopitaly no voalaza fa maty, nefa milaza ny tompon’andraikitra fa azo tsaboina tsara ity aretina ity. Efa nandrinandry saina ihany koa ny ankamaroan’ny olona taorian’ny fanambaràna fa voafehy ity aretina ity. Tsy misy ihany koa fepetra raisin’ny fanjakana amin’ny fiarovana ny aim-bahoaka sy fiarovana ny aretina tsy hihanaka.

Noho izany dia ny tsirairay no tsy maintsy maka fepetra fa tsy miandry fanjakana. Ny atao voalohany dia ny manadio ny trano sy ny manodidina, manala ny lobolobo sy katsakatsa fiafenan’ny voalavo. Asiana fanafody mamono parasy ihany koa ny biby fiompy sy ny trano ary ny tokotany. Ankoatra izay dia misy fepetra azo raisina ihany koa dia ny fanaovana saron’orona sy vava na ‘masque’ rehefa mivoaka ny trano. Tsy mifandray tanana aman’olona, tsy mifanoroka aman’olona. Ezahina tsy tazomina ireo fitaovana tazomin’ny olona rehetra, rehefa tsy maintsy hitazona dia aleo tazomina amin’ny mosoara taratasy ary sasana ny tanana avy eo na diovina amin’ireny ranon-tsavony fanadiovana ireny. Ezahina ny tsy mandeha amin’ireny toerana be olona na mihiboka ireny araka ny azo atao.

Fantatra fa hanampy ny fitondrana malagasy ny Oms (Organisation Mondiale de la Santé) ka hanome fanafody hitsaboana ny pesta. Homena fitaovana hiarovana ny mpiasan’ny fahasalamana ihany koa, satria dia fantatra fa misy ireo mpitsabo no ifindran’ny aretina pesta, noho izany dia maro ny matahotra ny ainy. Aretin’ny voalavo mifindra amin’ny olombelona amin’ny alalan’ny kaikitry ny parasy mitondra ny otrik’aretina ny pesta. Izay no antony hamonoana ny parasy sy androahana ny voalavo. Rehefa vonoina ny voalavo dia dorana ny fatiny fa tsy ariana fotsiny satria vao mainka mampihanaka ny parasy.

Tsara koa anefa ny mampahafantatra ny rehetra ny fomba fisehon’ny aretina pesta. Fiakaran’ny hafanana tampoka, mangitakitaka, maharary an-doha, maharary ny taolana rehetra, reraka be, mandoa sy te-handoa. Misy karazany telo ny pesta dia ny pesta bubonique, azo avy amin’ny kaikitry ny parasy : io ilay manome atoditarimo. Raha mihombo ny aretina dia lasa pesta septicémique, izany hoe miparitaka amin’ny vatana rehetra hatrany amin’ny havokavoka ny mikraoba. Ny pesta ‘pulmonaire’ io indray dia azo avy amin’ny rivotra avoakan’ny olona voan’ny pesta septicémique. Raha tsy voatsabo dia mahafaty anatin’ny telo andro ny pesta pulmonaire. Tokony tsaboina avy hatrany ihany koa ireo olona nifampikasoka tamin’ny olona voan’ny pesta.

Ilaharana ny fividianana tampim-bava na “masque” eto an-drenivohitra

Mihorohoro fatratra ankehitriny ny mponina eto amin’ny renivohitra Antananarivo noho ny fihanaky ny pesta. Aretin-tratra ka samy niezaka nandray fepetra hentitra momba ny toe-pahasalamany avokoa ny rehetra. Marihana fa nanomboka tamin’ny volana aogositra 2017 lasa teo iny dia efa mahatratra 126 ireo traboina.

Ny 25 tamin’ireo no voalaza fa namoy ny ainy raha ny tatitra voaray avy any amin’ny minisiteran’ny Fahasalamam-bahoaka . Ho an’ny eto an-drenivohitra manokana izao dia anisany nampiraiki-tahotra ny besinimaro ny nahafaty ilay vazaha mpanazatra ny taranja baskety avy any Seychelle ny faran’ny herinandro teo sy ny fahenoana fahafatesana zazakey miisa roa tao amin’ny Hopitalin-jazakely Ambohimiandra.

Manoloana izay dia hita teny rehetra teny fa saika ilaharana avokoa ireo fivarotam-panafody sy ny fividianana tampim-bava na “masque” omaly tontolo. Nitondra tampim-bava daholo ireo olona nifamezivezy teny amin’ny toerana be olona toa an’ Analakely sy 67ha ary Isotry ka rehefa nanontaniana ireo olona ireo dia matahotra mafy ity aretina ity. Mora mifindra amin’ny alalan’ny rivotra sy rora, amin’ny alalan’ny marary mikohaka ny pesta, hany ka raiki-tahotra tanteraka ny vahoaka ka miezaka ny manao ny fiarovan-tena. Vao maraina dia efa nilaharana avokoa ireo fivarotam-panafody sy fivarotana rehetra mivarotra ny tampim-bava izay voalaza fa azo iarovana ny fitrangan’ny aretina. Na ireo toeram-pivarotana fanafody tsy manara-dalàna aza. Ankilan’izay dia mahita ny maro fa ny “tandrametaka” sy fanaovana ny asa “tsy matihanina” tamin’ireo mpitsabo ihany no niteraka izao valan’aretina izao .

Midika izany fa tsy mahavaha olana ny fanjakana. Hatreto anefa dia nilaza indray ny teo anivon’ny minisiteran’ny Fahasalamana fa hamoaka isa marim-pototra izy ireo manomboka amin’ity herinandro vaovao ity raha ho an’ny eto an-drenivohitra ihany satria dia misy ireo milaza tsaho fotsiny ka mampihorohoro vahoaka.

Naato ny fidiran’ny mpianatra ao Toamasina I

Ny alatsinainy 2 oktobra no voatondro ho fidiran’ny mpianatra amin’ny fomba ofisialy taom-pianarana 2017-2018 araka ny didim-pitondrana laharana 12869/2017/MEN. Efa saika niditra nianatra talohan’io daty voatondro io ireo mpianatra amin’ny sekoly tsy miankina sasantsasany. Raha ny zava-nisy tao Toamasina, dia efa nitanjozotra namonjy sekoly ny ankamaroan’ireo mpianatra amin’ny sekolim-panjakana maro ny marainan’ny alatsinainy 2 oktobra .

Tamin’ny 11 ora antoandro ny andron’ny alatsinainy 2 oktobra, naharay vaovao ireo sekoly efa nanokatra efitrano fianarana fa nisy naoty navoakan’ny Cisco Toamasina I. Naoty milaza fa ahatona aloha ny fidiran’ny mpianatra manoloana ny valan’aretina pesta. Voakasik’io naoty io avokoa ny sekoly rehetra ao anatin’ny fari-piadidiam-pampianarana Toamasina I na miankina na tsy miankina amin’ny fanjakana. Tsy voatondro ao anatin’ny naoty kosa ny fidirana manaraka.

Nivaly izany ny ahiahin’ny ray aman-dreny maro. Maro tamin’izy ireo mantsy no naniry ny hampiatoana ny fidiran’ny mpianatra aloha manoloana indrindra ny fihanaky ny aretina pesta.

Tafakatra enina ireo mpitsabo arahi-maso

Mivoatra hatrany ny vaovao mahakasika ny aretina pesta ao Toamasina. Ny alahady 1 oktobra, dia nahatratra dimy ireo dokotera mpitsabo voatery napetraka tamin’ny toerana fitsaboana an’ireo olona marary tratra sy avokavoka ( Pph) Hopitaly Be. Ny antony dia ahiana ho voan’ny pesta ireo mpitsabo ireo. Ny marainan’ny alatsinainy 2 oktobra, araka ny loharanom-vaovao, dia niampy iray indray ny mpitsabo voatery naiditra ao amin’ny Pph Hopitaly Be Toamasina, arahi-maso akaiky. Tafakatra enina izany ireo mpitsabo arahi-maso.

Miezaka misoroka ny aretina ny mponina ao Toamasina. Ankoatra ny fanadiovana ny manodidina, dia tsy mifandray tanana raha mihaona eny an-dalana. Eo koa ny fisasana tanana sy tarehy amin’ny savony rehefa avy mivoaka any anaty tanàna.

Nangonin’i Vanessa sy Tatianà ary Kamy

Midi Madagasikara9 partages

Tennis / Master Prince International : Du 24 au 28 octobre 2017

Les U12 et U14 auront une compétition de choix du 24 au 28 octobre. Le Master Prince International 2017 réunira les 8 meilleurs Juniors de Madagascar et des Joueurs venus de Maurice et de La Réunion chez les U12 et U14. Les Malgaches ont été classés suivant les résultats de 5 tournois à savoir Petits Champions CAR, CNAPS, Section, ligue et championnat de Madagascar. Les qualifiés devront obligatoirement confirmer avant le 14 octobre et les absents seront remplacés par la liste d’attente. Il faut faire attention car les  qualifiés à la fois en U12 et en U14 doivent choisir pour une seule catégorie. Pour les U8 et U10, ils vont jouer en Open.

Anny Andrianaivonirina

Ino Vaovao3 partages

AVOTRA SOA AMAN-TSARA I RAH-CKIKY : Mihatsara ny toe-pahasalamany, hoy ny vadiny

Araka ny antso an-tariby nifanaovana tamin’ny andefimandriny, Diane Françoise, dia efa mihatsara ny toe-pahasalamany. Ny alahady hariva tamin’ny 5 ora dia efa nanomboka nahatsiaro tena ity mpanakanto ity na dia somary mbola hita reradreraka aza.

Raha tsiahivina dia nisy niditra an-keriny tao amin’ny trano fonenany tao Tsarahonena Betainomby-Toamasina i Rah-Ckiky, ny maraimben’ny alahady 1 oktobra. Nokapain’ireo olon-dratsy tamin’ny antsy ny lohany sy ny sorony. Nitsoaka nandositra ireo olona nahavanon-doza taorian’izay.

Ara-potoana ny fahatongavana teny amin’ny Hopitaly Be ka avotra soa aman-tsara ny ainy na dia teo aza ny fahaverezan-dra.

Izahay eto amin’ny gazety Ino Vaovao Faritra dia mirary fahasalamana feno ho an’i Rah-Ckiky.

Kamy

News Mada2 partages

Manampy trotraka ny tahotra ny tsaho niely… : dimy, hatreto, ny matin’ny pesta eto Antananarivo

Nisahotaka ny teto an-dRenivohitra. Nisy nandefa vaovao tamin’ny “Facebook” ny faran’ny herinandro teo fa tafakatra 20ny matin’ny pesta indrindra ny kilonga raisina an-tanana eny amin’ny hopitaly Ambohimiandra. Raha ny vaovao voamarina, 5 hatreto no namoy ny ainy teto Antananarivo.

Ho an’ny marary mbola manaraka fitsaboana eny amin’ny hopitaly, voahaja tsara ny fitokanan’izy ireo toerana, araka ny fanazavan’ny tomponandraikitry ny minisiteran’ny Fahasalamana. Iray ny marary eny amin’ny Cenhosoa voan’ny pesta aretin-tratra, roa ao amin’ny hopitaly Befeletanana samy voan’ny pesta areti-tratra avokoa, iray ao amin’ny HJRA, enina kosa eny amin’ny hopitaly Ambohimiandra ka ny efatra ahina ho pesta aretin-tratra avokoa ny iray, pesta atodintarina raha mbola tsy voasokajy ho pesta ny iray farany. Omaly tamin’ny 11 ora antoandro, dimy ny olona matin’ny pesta teto Antananarivo, 28 ny tranga nampiahiahy ka mbola tokana ihany no voamarina fa tena pesta tokoa. 23 ny marary velona. Amin’ny tranga 28, mahatratra 21 ny pesta amin’ny tratra raha enina ny miseho amin’ny atodintarina. Voakasika avokoa ny boriborintany enina eto an-dRenivohitra : Antohomadinika, Soavimasoandro, Andraisoro, Manjakaray , Ambodihady Ambohimanarina, Ankaraobato, 67 ha Avaratra sy  Atsimo, Anjanahary, Ambolonkandrina…

Nilaza ny sekretera jeneralin’ny minisiteran’ny Fahasalamana fa misokatra sy afaka mandray ny fitsaboana ny pesta avokoa ny CSB sy ny hopitalim-panjakana rehetra manerana ny Nosy. Efa nambara ho ren’izao tontolo izao niaraka tamin’ny Sampandraharahan’ny Firenena mikambana momba ny fahasalamana (OMS) fa misy ny aretina pesta eto Madagasikara.

Nijery ny marary teny amin’ny hopitaly Ambohimiandra ny tomponandraikitra niaraka tamin’ny mpanao gazety hisorohana ny honohono mahazo vahana.

Vonjy A.

Ino Vaovao2 partages

FAMOKARANA RONONO : Mbola tsy mamaly ny filàn’ny tsena anatiny eto Madagasikara

Ny ronona dia anisany manana ny lanjany eo amin’ny toekaren’ny firenena. Nandritra ny fanamarihana ny faha-45 taonan’ny Fifamanor izay notanterahina tao Vakinankaratra ny herinandra lasa teo àry dia tsapa fa tena mbola ambany ny taham-pamokarana ronono eto Madagasikara. Amin’ny ankapobeny dia any amin’ireo firenena manana toe-tany mangatsiaka, tsy ahitana hafanana ambony no ahitana ny vokatra ronono. 

Ny anton’izany, araka ny fantatra, dia maha mety ny fiompiana ireo biby fiompy ny tany mangatsiaka ka ahafahana mahazo ny taha ilaina amin’ny vokatra ronono, indrindra ny omby izay mitana ny laharana voalohany amin’ny fahazoana ronono. Tsindriana etoana fa raha io vokatra io no resahana dia ireo izay azo avy amin’ny biby fiompy fihinana no voakasika amin’izany avy hatrany. Tsara ho fantatra fa anisany vokatra sarobidy ny ronono ary misy mihitsy ireo milaza fa volamena fotsy izany vokatra izany noho ny fihazonany ny lanja ara-toekarena lehibe eo amin’ireo mpandraharaha misehatra aminy. Ankoatra ny maha vokatra azo ahodina ny ronono dia ny fanjifana azy mivantana ho sakafo ilaina amin’ny fiainana andavanandro no tena ilàna azy. Raha ny tarehimarika nivoaka tamin’ny taona 2011 teo dia manodidina ny 15 ka hatramin’ny 20 litatra isan-taona ny fandaniana ronono ankapobeny ho an’ny olona tsirairay maneran-tany. Misy anefa ireo firenena sasany izay mihoatra lavitra io tarehimarika io no jifainy ka mampiakatra ny tinady eo amin’ny tsena iraisam-pirenena.Efa misy ireo omby nohatsaraina

Hatreto dia ny vokatra ronono avy amin’ny omby no mbola mitana ny laharana voalohany ny fanjifana azy maneran-tany, na eo aza ny ronono azo avy amin’ny biby fiompy hafa, toy ny ondry sy ny osy. Efa misy ireo karazana omby aparitaky ny mpikaroka mba hampitomboina ny vokatra maneran-tany. Tsy mihoatra ny 2 na 3 litatra isan’andro mantsy ny vokatra azo avy amin’ny omby mpanome ronono tsotra, raha ny zava-misy eto Madagasikara no resahana. 

Izany hoe ampahafolon’ny filan’ny olona no vokatra azo raha mijanona amin’io fomba famokarana voajanahary io. Noho izany dia miakatra ny saran’ireo karazan’omby vaventy izay novokarin’ny mpikaroka io mba hahazoana mampitombo ny vokatra. Raha ho an’i Madagasikara manokana dia vidiana amina an-tapitrisany ny zanak’omby nohatsaraina iray tonga eto amintsika. Ity farany izay hahazoana 7 hatramin’ny 10 litatra isanandro raha be indrindra. 

Manoloana izany dia tsy maintsy vondrona tantsaha no manafatra izany fa tsy olona iray, noho ny vidiny lafo dia lafo. Vokany, mbola tena ambany ny tahan’ny fisotroana ronono eto Madagasikara noho izay famokarana tsy ampy izay.

Mbola manafatra 20 litatra isan-taona

Tsara ho fantatra fa mbola manafatra ronono manodidina ny 20 tapitrisa litatra isan-taona i Madagasikara hanampiana ny vokatra avy eto an-toerana. Marihana mantsy fa tsy mbola maharakotra ny tsena anatiny ny vokatra vokarin’ireo tantsaha ny avy any amin’ireo faritra telo mpamokatra eto amintsika, dia ny faritra Analamanga, Itasy, Vakinankaratra. Tsara ihany koa ny manamarika fa vovon-dronono no afarana tonga eto amintsika fa tsy ronono tahaka ny mahazatra. 

Afaka mameno ny filàna anatiny kosa anefa ireo tantsaha, araka ny fanazavana nandritra ny fanamarihana ny andro ho an’ny ronono, saingy maro ireo sakana tsy ahatanterahana izany. Anisan’izany ny fahalafosan’ny kojakoja amin’ny fikarakarana ireo omby toy ny sakafo, ny ara-pahasalamana, ny fampitomboan-taranaka, ary ireo fitaovana iotazana ny vokatra izay fepetra takian’ny tsena.

Lucien R.  

News Mada2 partages

Exposition au Louvre : des grands artistes et des chefs-d’œuvre

Pour la deuxième fois, la galerie Le Goyavier organise une exposition avec « Le grand Bay », une autre galerie mauricienne. Baptisée « L’art de la terre rouge et ses objets s’ouvrent au monde », elle se déroule à l’hôtel Le Louvre à Antaninarenina jusqu’au 31 octobre.

Dirigeant la galerie Le Goyavier, Nirina Seurin  ne cesse de promouvoir les artistes malgaches et leurs œuvres, depuis plusieurs années, en organisant des expositions. A cet effet, elle a reçu le titre de Commandeur de l’ordre national des arts décorée au mois de juin dernier, au Centre de conférences international (CCI) Ivato. «Je voudrais marquer cet honneur en commençant par cette exposition qui est parrainée par Tsilavina Ralaindimby. Le vernissage aura lieu, le 5 octobre, à l’hôtel Le Louvre Antaninarenina», a-t-elle expliqué.

Des tableaux des grands maîtres

Une trentaine de chef-d’œuvre de grands maîtres sont ainsi exposés, dont celui  de Léon Fulgence, de Georges Rakotomanana ou encore de Chan. «Cette fois-ci, Dzery rejoint le cercle, un peintre talentueux qui n’adopte que des magnifiques tableaux en aquarelle», a-t-elle annoncé.

A part la peinture, l’exposition présente aussi des produits d’arts malgaches. «Toutes ces pièces sont  uniques et ont été réalisées à la main», a-t-elle souligné. Des bijoux de Clairobscure, des sacs et chapeaux en raphia du label Tsu-Tsu, des tapis, sets et nappes de table en sisal de Terre La SARL, des maquettes de bateaux du Le Village… Bref, la galeriste a surtout opté pour la diversité.

Pour la promotion des produits malgaches

Au fait, l’objectif est de démontrer au grand public et surtout aux étrangers, que les produits et l’art malgaches peuvent être de bonne qualité. «En tant que galeriste experte, je suis assez exigeante au niveau de la finition pour ne pas nuire à l’image de l’art malgache. Ainsi, je sélectionne minutieusement les artistes et les œuvres à exposer», a-t-elle conclu.

Holy Danielle

L'express de Madagascar2 partages

APE – Des négociations pour plus de profits

Les exportations vers le marché européen ont augmenté de 74% en six ans. D’autres obstacles restent à relever.

Excédentaire.  Madagascar vend plus de produits en Europe plus qu’il en importe. « Les exportations de Mada­gascar sont passées de 499, 5 mil­lions d’euros, en 2012, à plus de 875 millions, en 2016. Les importations en provenance de l’Union européenne représentent moins de 20% des importations totales malgaches », indiquent les chiffres conjoints du ministère du Commerce et de la consommation et de la délégation de l’Union européenne à Madagascar. Les exportations de textile et d’habillement ont augmenté de 31%, les bois de charpente de 86%. Les exportations de chocolats et de préparations alimentaires à base de cacao ont progressé de 84%.« Ces quelques chiffres démontrent que Madagascar a su tirer profit de l’accord de Partenariat économique (APE), entré en vigueur depuis 2012. En 2016, près de 870 millions d’euros ont été exportées vers l’Union européenne. Ce qui représente 45% des exportations malgaches », confirme Antonio Sanchez Bénedito, ambassadeur de l’Union européenne à Madagascar, hier. C’était dans le cadre de l’ouverture de la sixième réunion du comité APE au Carlton.

Rudes négociationsCe comité permet un dialogue entre l’Union européenne et les cinq pays signataires de la région Afrique orientale, australe et océan Indien, à savoir Madagascar, Maurice, Seychelles, Zimbabwe et Comores. Des discussions devraient conduire à la stabilité et à la permanence de cet accord.La réunion du comité s’est déroulée à huis clos. Serait-ce pour marquer le caractère important de la recherche de privilèges de chaque pays ? L’APE, en effet, garantit un accès libre de quotas et de droits de douane au marché unique européen, le plus grand marché du monde, avec 500 millions de consommateurs. « La Grande île doit encore diversifier ses produits, et s’industrialiser davantage », précise Nourdine Chabani, ministre du Commerce et de la consommation. « Le marché des produits de la pêche, fruits et légumes transformés, est encore très vaste », continue-t-il. Les barrières non tarifaires posent encore problème, pour ne citer que le respect des normes techniques ou sanitaires, les textes législatifs régissant les sociétés et entreprises nationales.2% des entreprises, de taille moyenne ou de petite taille, commencent une expansion à l’international grâce à des investissements directs étrangers. Le rapport sur les obstacles non tarifaires au Commerce du Parle­ment européen précise même l’existence de mesures règlementaires disproportionnées ou discriminatoires. Ces dernières engendrent des charges ou coûts pour les entreprises, ne s’appliquant pas aux entreprises déjà présentes sur le marché européen. Les PME et les micro- entreprises se retrouvent lésées de manière disproportionnée à plusieurs titres, juridique, financier ou autre. L’application des règles est rendue encore plus difficile lorsque le sens des termes fréquemment utilisés, varie d’un texte législatif à un autre.

Mirana Ihariliva

News Mada1 partages

Any Toamasina, mpitsabo fito marary : 25 ireo matin’ny pesta amin’ny tranga 141 nahina

 Niaiky ny minisitra Andriamanarivo Lalatiana tany Toamasina fa tsy voafehy intsony ny pesta. Nanamarina koa ny tenany ny amin’ ireo mpitsabo sy mpiasan’ny fahasalamana voan’ny pesta ka anisany ny talem-paritry ny fahasalamana sy ny « médecin inspecteur« . Manampy ireo ny dokotera maro ka misy mihitsy miaraka amin’ny zanany samy naiditra etsy amin’ny sampana misahana manokana ny aretin-tratra  sy ny areti-mifindra ao amin’ny Hopitalibe Analankinina. Nidina ifotony ny minisitra, omaly, nihaona tamin’ny tomponandraikitra sy ireo mpiasan’ny fahasalamana ary ny talen’ny sampandraharaham-panjakana rehetra misy eto Toamasina sy ny manodidina.

Nambaran’ny minisitra fa noho ny asa mafy sy ny fiseraseran’ ireo mpitsabo amin’ny marary ny antony nahatonga ny fifindran’ny aretina amin’ ireo dokotera ireo. Efa misy ireo sitrana, ny sasany, mbola manohy fitsaboana. Hatramin’izao, 25 ireo maty raha 141 kosa ny nahitana fisehoan’ny aretina. “Amin’ny 141, nahatratra 70 ireo nahina ho voa ka ny 13 amin’ ireo kosa no azo antoka fa voan’ny pesta« , hoy ny fanazavan’ny minisitra hatrany.

Nambarany fa azo sitranina tsara ny pesta raha tsy misy fahatarana ny fahatongavana eny amin’ny hopitaly. “Ampy rahateo ny fanafody”, hoy izy.

 

20 ireo marary ao amin’ny Hopitalibe Toamasina

Nandritra ny fandalovana tao amin’ny faritra manokana fitsaboana pesta, fantatra fa 20 izao ireo tazomina ao amin’ny hopitaly ka mpiasan’ny fahasalamana ny fito amin’ izany. Nahatsikaritra ny mpanao gazety any an-toerana fa efa mametraka kidoro amin’ny tany ny mpikarakara ny marary hafa noho ny tsy fahampian’ny fandriana.

Nisy ny fanakianana ny mpanao gazety fa manome vaovao tsy marina. Resy lahatra tamin’ny fanazavana nentin’ny mpanao gazety ny minisitra noho ny tsy fisian’ny vaovao ofisialy avy

amin’ ireo sampandraharahan’ny fahasalamana. Vokany, natsangana avy hatrany ny vaomiera manokana misahana ny fandraisam-baovao ilain’ny mpanao gazety ka ny prefet-n’ i Toamasina, i Benandrasana Cyril, no mitarika azy. Hapetraka ihany koa ny

borigady manokana hisahana ny fanaraha-maso ny fivezivezena amin’ny fiarakodia sy ny taksiborosy ary ny fiaramanidina, sambo sy lakana, indrindra ny fitondrana razana.

Tsy mazava ny fomba fiarovana

Nanambara ny ministra fa tsy azo atao aloha ny mandoro tanety sy ny toerana feno voalavo.  Mifanohitra amin’ izany anefa ny nataon’ny teo anivon’ny kaominina, ny zoma teo, izay nandoro ny tranon’ ireo 4’mis teny amoron-dranomasina. Lasa niakatra an-tanàna avokoa ireo voalovo be. Amin ‘izao fotoana izao, tondrahina ranom-panafody avokoa ireo sekoly sy toeram-piasana.

Sajo

News Mada1 partages

« Mada mix dance » : raikitra ny « trophée de Madagascar » voalohany

Hotanterahina, ny alahady izao etsy amin’ny kianja mitafo etsy Mahamasina, ny fifaninanana fiadiana ny « trophée de Madagascar » eo amin’ny « danse de salon » sy ny dihy fanatanjahantena. Sambany izy ity ary tafiditra ao anatin’ny fifaninanana manana ny « label » antsoina hoe « Mada mix dance » (MMD). Mikarakara ny hetsika kosa ny Tango club de Madagascar.

Mivelatra amina sokajy telo ny fifaninanana : ny eo amin’ny « cinq danses », ny « trois danses » ary ny « afro-latino ». Eo amin’ny taona kosa, hizara roa ny « trois danses » ka misy ny ho an’ny latsaky ny 14 taona sy ny mihoatra izany. Tokony ho avy amin’ny klioba ny mpifaninana rehetra, araka ny fanazavan’ny mpikarakara.

Ankoatra ny fifaninanana, miara-dalana amin’ny hetsika ny fiofanana, hatao rahampitso hatramin’ny zoma izao, raha ny marina kokoa. Natao ho an’ny mpifaninana rehetra izy ity mba hampitoviana lenta azy ireo. Na izany aza, tsy manakatom-baravarana ry zareo amin’ireo rehetra liana amin’izany.

« Miavaka ity fifaninanana ity ary tombony ho an’ny mpandihy ny mandray anjara amin’izany, satria natao ho fiomanana amin’ny fiatrehana ny « Championnat national » … ho toy ny fanazarantena », hoy ny mpanorina ny MMD, Andriamaharavo Mickaël.

Landy R.

Tia Tanindranaza1 partages

EditoMisy raha tokoa…

Misy raha tokoa, arak’ilay fandaharana tamina fahitalavitra fahiny izay, « la terre ».

 Mbola miverimberina sy mihalohalo ao an-dohan’ireo izay nahatsiahy ihany angamba izao ilay fanontaniana napetraky ny filohana fikambanana mpitahiry fomban-drazana iray izay hoe mbola hanana ny toerany eto ve ny Malagasy raha mitady haka toerana ankehitriny ny vahiny ? Lasa saina ny mpanara-baovao ary dia mandeha any anaty tambajotra isan-karazany any ny fanontaniana hoe ndrao ary ity aretina malaza miparitaka etsy sy eroa ankehitriny ity dia nisy ninia nanaparitaka mihitsy handripahana ny malagasy ? Aretina efa tamin’ny taonjato faha 18 no mbola tonga teto tamin’ny taonjato faha 20 ary vao maika mirongatra amin’ny taonjato faha 21 aty. Isan’ny fanontaniana efa nipetraka ihany koa hoe naninona no tany amin’ny volana aogositra no fantatra fa nisy ity aretina malaza ity teto kanefa dia efa lasalasa ny volana septambra vao nisy ny fanambarana ofisialy ? Tsy hafahafa ve izany ? Dia sanatriavina tokoa anie ka ho diso ilay eritreritra hoe atsy ho atsy dia tamingana malagasy sisa tafajanona eto ary haondrana any anaty valanjavaboarin’ireo tany manan-karena any am-pitandranomasina any mba hataon’ireo firenen-kafa vakoka mampiroboroboany ny fizahantaniny. Sanatria anie izany fa ny irariana dia mba ho tonga saina ara-potoana isika.

J. Mirija

L'express de Madagascar1 partages

Coopération – L’Allemagne insiste sur la bonne gouvernance

Du concret. C’est visiblement ce qu’attend le gouvernement allemand de son homologue malgache, en matière de bonne gouvernance. Une condition de ses coopérations bilatérales sur laquelle la République fédérale ne semble pas prête à déroger.En visite à Madagascar, Günter Nooke, délégué personnel de la chancelière fédérale allemande pour l’Afrique, n’a pas manqué de rappeler ce qui s’apparente à des impératifs que sont la bonne gouvernance et la transparence dans les affaires publiques de leurs partenaires. Durant une conférence de presse, à l’issue de la cérémonie de célébration du 27e anniversaire de l’Allemagne réunifié, à Ambatoroka hier, il a notamment déclaré : « Nous sommes toujours prêts à soutenir Madagascar, nous avons juste besoin de l’engagement du gouvernement malgache ».Durant l’entretien avec les journalistes, le délégué personnel d’Angela Merkel a indiqué que son gouvernement dépenserait le budget d’aide prévu selon le programme de son homologue malgache. Laissant entendre un financement à hauteur de 200 millions d’euro, qui attendrait la signature d’un accord devant cadrer la coopération bilatérale entre les deux pays. Günter Nooke a ajouté qu’il ne serait pas surtout question de montant, mais « des conditions cadres ».Il y aurait « des contreparties » que la Grande île devrait remplir de son côté. Des conditionnalités qui concerneraient la concrétisation des efforts annoncés en matière de bonne gouvernance, de transparence et de lutte contre la corruption, en particulier. Avec la nouvelle configuration du Parlement allemand, notamment, avec la percée de l’extrême droite, « il est difficile de justifier de dépenser de l’argent dans un État comme Madagascar, que si les conditions sur place s’améliorent (…) Il n’est pas possible de simplement virer de l’argent sur les comptes d’un gouvernement », affirme le délégué Nook.

Défis« D’une manière générale, je pense que depuis 2 ou 3 ans, nous sommes sur la bonne voie », a-t-il soutenu. Dans ses réponses, il a, cependant, mis l’accent sur de gros bémols. Le représentant de la chancelière allemande a soulevé l’exemple du « retard » pris dans la mise en œuvre de la transition vers l’énergie renouvelable. « (…) nous pensons que ce n’est encore que de la théorie, que c’est encore sur le papier, et qu’en ce qui concerne sa mise en œuvre dans la réalité, ce n’est pas suffisamment rapide ».En matière de développement, Günter Nooke, a souligné l’importance des investissements privés. « Ces investissements privés doivent être gérés de manière responsable par le gouvernement malgache. La corruption rend pourtant les choses difficiles pour les entreprises allemandes et européennes, entre au­tres, désireuses de s’installer à Madagascar », a-t-il ajouté. Il a ainsi insisté sur le fait que le gouvernement « ne doit pas seulement lutter contre la corruption sur le papier, c’est-à-dire en théorie, mais dans la réalité ».Lors d’une rencontre hier avec Hery Rajaonarimam­pianina, président de la République, le délégué de la chancelière allemande, comme le rapporte le communiqué de presse du rendez-vous, a réitéré « les importants défis du gouvernement malgache ». Des défis qui sont « le financement des communes, le secteur minier, l’énergie, la bonne gouvernance et une bonne administration, la protection des ressources naturelles, ou encore la lutte contre la corruption ».La missive rapporte que Günter Nooke a déclaré « nous comptons sur Mada­gascar pour être sûr que l’argent du contribuable allemand soit dépensé à des fins raisonnables ».

Garry Fabrice Ranaivoson

Midi Madagasikara1 partages

Exportations vers l’Europe : Hausse de 74% depuis la signature de l’APE

Des résultats positifs ont été tirés suite à la signature de l’accord de partenariat économique (APE) entre Madagascar et l’Europe. Ledit accord qui a permis à Madagascar de « préserver un accès privilégié au marché européens pour ses produits qui n’ont pas à s’acquitter d’aucun droit de douane ». Conséquences, « les exportations de la Grande-île sont passées de 499,5 millions d’euros (en 2012) à plus de 870,5 millions en 2016 » depuis l’entrée en vigueur dudit accord en mai 2012. Lesdites exportations équivalent à une hausse de 74% et concernant surtout le secteur textile et habillement. Ce dernier présentant le tiers des exportations malgaches vers l’union européenne et qui ont « eu une hausse de 31% depuis l’année 2012 ». La sixième réunion du comité APE  à Madagascar qui se déroule à l’hôtel Carlton actuellement s’inscrit comme la suite logique de ces avancées. En charge de la gestion  des accords, ledit comité se réunit pour permettre un dialogue permanent entre l’UE et les cinq pays signataires de l’accord. L’évènement est également l’occasion d’identifier les partenaires stratégiques et de maximiser les impacts positifs obtenus par la signature de l’accord.

Défis. Outre la contribution à l’accroissement des investissements productifs et à la création d’emplois à Madagascar, l’APE entend relever d’autres opportunités. Entre autres, les formations ou les projets d’électrification rurale dans le domaine de l’énergie renouvelable qui pourraient bénéficier d’équipements européens de qualité.  La satisfaction des exigences des marchés européens restent également des défis à relever pour Madagascar. Ce que Sanchez Benedito, ambassadeur de l’Union Européenne à Madagascar a rappelé.

José Belalahy

Midi Madagasikara1 partages

Fermeture du réseau FCE : Dix communes enclavées

La locomotive est en panne. (Photo d’archives)

Il faut un investissement de l’ordre de 700 millions USD pour réhabiliter cette infrastructure férroviaire et assurer la réouverture du port de Manakara.

Le réseau de chemin de fer Fianarantsoa-Côte Est est encore fermé jusqu’à maintenant en raison de la panne technique de la locomotive. « Il y a eu des retombées économiques négatives pour la région de Vatovavy Fitovinany étant donné que dix communes sont en ce moment enclavées », a dénoncé Andrianjanaka Rémy Vincent, le Chef de région, lors de sa rencontre avec la presse dernièrement. En outre, « la plupart de ces collectivités territoriales décentralisées sont des zones à forte potentialité agricole surtout de production de fruits. Cette fermeture du réseau, et ce, pour une période de longue durée ne leur permet pas d’évacuer leurs produits sur le marché de Manakara. Dans la même foulée, la population locale ne pourra pas non plus se procurer des produits de première nécessité. Ce qui va entraîner la hausse du coût de la vie », a-t-il poursuivi.

700 millions USD. Face à cette situation, les autorités locales réclament à l’Etat la réhabilitation de cette infrastructure ferroviaire, qui constitue en plus un des patrimoines du pays attirant de nombreux touristes étrangers à choisir la destination Madagascar. Parlant d’ailleurs du volet tourisme, la fermeture de ce réseau FCE a également des impacts considérables auprès des Tours Opérateurs et des établissements hôteliers localisés notamment à Manakara. « Des réservations de touristes ont été annulées. Et si cela continue, un opérateur touristique craint que ceux-ci ne reviennent plus », a fait savoir Ramanankavana Christian, le président de la Chambre de Commerce et d’Industrie de Manakara.  Notons que le prix des pièces de rechange servant à mettre en marche la locomotive s’avère exorbitant. « Il faut un investissement de l’ordre de 700 millions USD pour réhabiliter le réseau FCE et assurer la réouverture du port de Manakara par la construction d’un quai d’approche », a conclu le chef de région de Vatovavy Fitovinany.

Navalona R.

Midi Madagasikara1 partages

Médecin de l’Océan Indien : 10.000 patients à soigner à Nosy Be

Yanish Ismaël fera partie de cette délégation humanitaire.

La 61e mission, en terre malgache de l’association Médecin de l’Océan Indien (MOI) aura lieu du 9 au 17 octobre prochain à Nosy Be.   Cette association humanitaire présidée par le Dr Koytcha se fixe cette fois-ci comme objectif de soigner un peu moins de 10.000 patients toutes disciplines confondues.  Dénommée Mission Santé « département de La Réunion et Moïse Fidaly, cette mission qui comporte une cinquantaine de missionnaires, malgaches et réunionnais  travaillera en 2 délégations. Une délégation hospitalière comportant la chirurgie, l’ophtalmologie, l’optique, l’ORL, la cardiologie, la gastro-entérologie, et l’échographie. Cette délégation travaillera au centre hospitalier de Nosy Be. La deuxième délégation qui sera itinérante est composée de médecins généralistes, d’une pédiatre et de 5 chirurgiens dentistes avec leurs équipes de prothésistes.

Outre le volet thérapeutique qui prendra donc en charge gratuitement environ 1 000 patients, cette mission comporte également un volet d’enseignement postuniversitaire destiné aux équipes soignantes locales et internes du CHU de Mahajanga. Un volet de médecine préventive se fera sous forme  de campagne d’hygiène bucco-dentaire pour les enfants des écoles primaires de la région. A noter que le choix  de Nosy Be réside dans le fait que c’est dans cette localité qu’est enterrée la grand-mère du Dr Koytcha. Yanish Ismaël, le jeune karana kidnappé récemment fera partie de  cette délégation humanitaire. « J’ai vécu des moments difficiles, mais  beaucoup de gens traversent également énormément de difficultés, et je tiens à  les aider » a-t-il dit. A noter que son père, Danil Ismaël, le PDG du groupe SMTP fait partie des sponsors de cette mission

R.Edmond.

Madagate1 partages

Madagascar Enseignement. Pourquoi Monique Razananera s’occupe-t-elle soudain des EPP?

La ministre Monique Razananera. Oui: 10X10= 100 mille ariary...

Chaque fois qu'un membre du gouvernement malgache entreprend une action soi-disant pour le bien d’une frange de Malgaches, cela cache toujours une question d’argent carrément extorqué sous forme de note circulaire écrite interne, et au nom du parti Hvm.

Cette fois-ci, je ne vais pas me fatiguer à vous expliquer l’ignominie. Mes confrères de Free News l’ont déjà fait. Ouvrez bien vos yeux sur le fac-similé ci-dessus. Seulement, je tiens, ici, à souligner que dans ce parti Hvm, on ne se soucie guère de la cohésion dans les actions. Pourquoi ne pas avoir laissé la tache au ministre de l’Éducation nationale, le sociologue Paul Rabary? Tout simplement pour pouvoir «jouir» d'une bonne partie des 100.000 ariary demandés avec politesse («iangaviana») dans la note circulaire à tous les directeurs généraux et simples directeurs de l'immense département qu'elle dirige.

Ci-après, une copie agrandie de cette note circulaire émanant de Christian Ralijaona, Secrétaire général de ce ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique que dirige donc Monique Razananera qui est, rappelons-le, vice-président du parti Hvm. Mais jusqu’où iront les membres de parti maudit, ma parole!?

Jeannot Ramambazafy – 03 octobre 2017

Madaplus.info0 partages

Sedan : un concert caritatif pour Madagascar

Une Pirogue pour Ambanja a besoin de moyens pour mener à bien sa prochaine mission à Madagascar. Deux artistes de renommée internationale lui prêtent main-forte.
Pour le président de l’association Éric Sauvage, organiser un tel événement est « un pari audacieux ». Deux artistes de renommée internationale: Patrick Zygmanowski et la chanteuse Delphine Volange se produiront à Sedan pour un concert caritatif samedi 14 octobre.
Source L'Union.fr
News Mada0 partages

Loka Bernard Ramanantsoa : orinasa 11 no mendrika

Nozaraina, ny asabotsy 30 oktobra teo teny amin’ny lapan’Ambohitsorohitra, ny loka ho an’ireo orinasa mendrika nandritra ny fifaninanana “Amboara HEC Paris Bernard Ramanantsoa”. Mahatratra 11 ireo nomena loka, arakaraka ny sokajy nifaninanan’ny orinasa tsirairay avy. Hahazo fiofanana avy amin’ny masoivohon’i Frantsa ireo mendrika, atao ao amin’ny Inscam Antananarivo sy any amin’ny HEC Paris. Misy sasany amin’izy ireo koa mahazo lelavola 2,5 tapitrisa Ar.

Voalohany amin’ny mpampiasa (manana mpiasa 11-100) ny orinasa Delta Audit; mendrika ho an’ny manana mpiasa mihoatra ny 100 ny Smartelia. Tsara fikarakarana ny mpanjifa indrindra (manana mpiasa latsaky ny 10) ny CFRH-Institut, mihoatra ny 11-100, ny Solidis S.A; mihoatra ny 100 ny G4S.

Mahavita manao tolotra ho an’ny orinasa hafa (sous-traitant) ny Coreau, manana ny toerany eo amin’ny tsena, ny Ymagoo, torak’izany koa ny RDJ (mampiasa olona 11-100) ary mihoatra ny 100 ny Socolait. Mpitantana orinasa mendrika 2017 ny Acem ary orinasa 2017 ny Socolait.

Njaka A.

News Mada0 partages

Ambatovy : drafi-piarovana manokana ho an’ny gidro

Manana drafi-piarovana manokana ho an’ny gidro ny terikasa Ambatovy. Antony, anisan’ny zavamananaina miavaka sy amantarana an’i Madagasikara ny gidro. Nampahafantarin’Ambatovy bebe kokoa ny asa ataony nandritra ny hetsika manokana “Festival Indri Indri” (babakoto), natao tany Andasibe ny 16 sy 17 septambra teo. Ataon’Ambatovy ho laharam-pahamehana ny fiarovana azy satria nosokajin’ny vondrona iraisam-pirenena miaro ny zavaboahary (UICN) ho tena atahorana ho lany tamingana ny babakoto.

Manodidina ny 45 ny isan’ny babakoto voaisan’Ambatovy, mitsinjara anaty vondrona (fianakaviana) 14. Tena ahitana azy any anatin’ny alan’Analamay any Ambatovy. Hametrahana fitaovana fehin-tenda manokana izy ireo ahafahana manaraka azy.

Njaka A.

News Mada0 partages

Tohodranon’i Dabara : anarivony hekitara maro mbola tsy voatondraka

Sompitra iray lehibe eto amin’ny Nosy ny faritra Menabe any Morondava, noho ny fisian’ny tohodranon’i Dabara. Ny olana anefa, tsy ampy fikojakojana an-taona maro io tohodrano lehibe io ka velon-taraina ny tantsaha any an-toerana. Lasa tsy mifanaraka ny mponina, miady rano.

 

Tohodranbo lehibe i Dabara any amin’ny faritra Menabe, izay tokony mahatondraka velaran-tany anarivony hekitara maro. Rano avy amin’io tohodrano no tsinjaraina : misy avy any amin’ny faritra ambony, Mahabo, ary misy amin’ny faritra ambany, Marofototra. Ny amin’ny faritra ambany izao, noho izay fomba fitsinjarana ny rano tsy mety izay, tsy voatondraka ny tanimbary 1.000 ha. Efa fatiantoka goavana izany ho an’ny tantsaha, indrindra raha tsy ampy ny rotsak’orana.

Nambaran’ireo mponina any an-toerana koa fa misy ny tetikasa ataon’ny Sodemo (Société de développement de la plaine de Morondava), tokony hahatondraka tanimbary 20.000 ha. “Hatramin’izao, 14.000 ha no tojon’ny rano, kely ihany anefa izany”, hoy ireo mpamboly. Milaza anefa ny mponina voakasika momba io asan’ny Sodemo io fa tokony mbola hahatratra 7.000 ha ny tanimbary hahazo rano, ary tokony hahavita fotoam-pambolena indroa any amin’izany faritra izany. Raha voatondraka daholo ireo velaran-tany ireo, azo antoka fa hiampy 20.000 t ny vokatra, ho an’ny fotoam-pambolena iray.

Misy lafiny teknika roa amin’io Sodemo io : manangon-drano ary mitsinjara izany. Ireo lafiny teknika ireo anefa tsy voafehy noho ny tsy fisian’ny fikojakojana nandritra ny taona maro. Tsy mandeha araka ny tokony ho izy ny fitsinjarana ny rano avy ao ka lasa tsy mahazo rano ny faritra sasany. Eo no mampisy olana, mampiady ny mpamboly any an-toerana. Voalazan’ny mpamboly mahalala tsara ny fizotran’io asa io hatramin’izay fa tsy misy koa ny teknisianina manara-maso izany. Ny Sodemo moa, natao hanadio ny lakandrano sy hanavao ny fotodrafitrasa rehetra.

R.Mathieu

News Mada0 partages

Zouzar Bouka : anisan’ny 100 voalohany ao amin’ny Forbes

Hita soritra ao anatin’ny gazety boky Forbes mpanadihady ny toekarena eran-tany ny orinasa malagasy Vision Madagascar. Feno 100 taona izao io gazety boky io, ka anisan’ny voafidin’i Warren Buffet ao anatiny i Madagasikara, noho i Zouzar Bouka, ao amin’ny Vima, anisan’ny mpandraharaha mpitarika 100 voalohany maneran-tany, araka ny fanadihadiana navoakan’ny Forbes. Izy izany ny voasingana miaraka amin’i Gates, Bezos, Zuckerberg, sy ny maro hafa. Mampiavaka an’i Zouzar Bouka, noho ny toerany aty Afrika, iray amin’ireo mpampiasa vola goavana, hita any amin’ny tsenan’ny Sadc, Comesa.

Fantatra ihany koa ny anarany ao amin’ny tsenan’ny Agoa, sy ny fiaraha-miasa amin’ny Vondrona eoropeanina. Betsaka ny zava-bitan’ny Vima amin’ireo tsena iraisam-pirenena ireo, manome endrika ny toekarena malagasy, indrindra ny sehatra tsy miankina. Nahafantarana io vondrona orinasa io koa eo amin’ny famokarana angovo, Symbion, fa eo ihany koa ny asa ataony amin’ny fambolen-kazo an’arivony hekitara maro, fanamboarana ny lapan’ny Tanànan’Antananarivo. Orinasa malagasy misongadina ao anatin’ny Forbes ny Vima.

R.Mathieu

News Mada0 partages

Mihorohoro ny vahiny : matahotra pesta avokoa ny mpizahatany

 Manoatra no ho ny tany misy hotakotaka. Raiki-tahotra avokoa ny vahiny any ivelany mikasika ny valanaretina aty Madagasikara. Miparitaka any anaty tambajotran-tseratsera ny vaovao, indrindra taorian’ny nahafatesan’ilay mpanazatra basikety seiseloà, vokatry ny pesta, ny herinandro lasa teo.

Mihazakazaka ny raharaha. Miantraika any amin’ny tontolon’ny fizahantany sahady ny valanaretina pesta miparitaka eto Madagasikara. Manafaingana ny fielezan’ny vaovao rahateo ny teknolojian’ny fifandraisana, indrindra ny tambajotra sosialy sy ny “internet”. Nambaran’ny mpandraharaha amin’ny fizahantany iray taminay, manana mpanjifa avy any Alemaina sy Soisa, fa marobe tokoa ireo mpanjifany nangataka vaovao tamin’izy ireo. Hany azonay natao, nanome hery sy nanome antoka azy ireo fa tsy tokony hisy fiantraikany any amin’ny vahiny mpizahatany aloha, hatreto, ity pesta ity.

Tsy mijanona ela eto Antananarivo sy Toamasina

Manampy izany, efa nandray fepetra amin’ny fiarovana tsy ho voan’ny aretina, ny fitandroana ny fahadiovana, ny fanaraha-maso ny fotodrafitrasa handraisana ny vahiny, ity orinasa mpikarakara mpizahatany ity. Manampy izany, novaina ny dia sasany andehanan’ny vahiny. “Tsy tazonina ela eto Antananarivo sy any Toamasina an-tanàn-dehibe, fa nafindra any amin’ny toeran-kafa sy be natiora kokoa”, hoy ihany izy.

Hiantraika mafy any amin’ny tontolon’ny fizahantany sy ny endrik’i Madagasikara ity trangana pesta hita aty amin’ny taonarivo fahatelo ity, sady henatra ho antsika sy ny mpitondra.

Randria

News Mada0 partages

Tsy ho amin’ny fanovana lalàmpanorenana : tonga eto hiresaka fifidianana filoham-pirenena ny ONU

Tohin’ny fihaonana tany New York. Nigadona, omaly eto amintsika , ny solontena manokan’ny sekretera jeneralin’ny ONU sady lehiben’ny biraon’ny Firenena mikambana eo anivon’ny Vondrona afrikanina (UNOAU), Haile Menkerios.

 

Anisan’ny anton-dian’ity vahiny ity ny hijery sy hanara-maso ny fanomanana sy ny fikarakarana fifidianana filoham-pirenena, hatao eto amintsika amin’ny taona ho avy. Tsy hisy resaka fanitsiana na fanovana lalàmpanorenana izany. Efa nihaona mivantana rahateo ny filoha Rajaonarimampianina sy ny sekretera jeneralin’ny ONU,  Antonio Guteurres, tamin’ny fihaonana ny 24 septambra teo, tany New York. Tsy misy resaka fikitihana lalàmpanorenana mihitsy ny dinika. “Nodinihina ny fomba hirosoana amin’ny fampihavanam-pirenena. Ilaina izany mba hahafahana miatrika fifidianana ao anatin’ny fitoniana ary handraisan’ny rehetra anjara”, hoy i Antonio Guterres tamin’izany.

Etsy andaniny, mirona any amin’ny fifidianana fa tsy fitsapan-kevi-bahoaka avokoa ny sehatra iraisam-pirenena. “Mifantoka amin’ny resaka fifidianana filoham-pirenena ny fanampiana ataonay fa tsy any amin’ny fifidianana zavatra hafa, hametrahana fanontaniana. Efa nanokananay famatsiam-bola ny fifidianana efa nambaran’ny Ceni”, hoy ny solontena lefitry Pnud, i Marie Dimond.

Hanao ny amboletrany ny fitondrana

Ny an’ny masoivoho amerikanina indray, nilaza fa izy tsy azo atao ambanin-javatra ny fifidianana filoham-pirenena amin’ny taona ho avy. Mbola maromaro rahateo ireo tokony hatao sy hotanterahina eto amin’ny firenena. “Efa mijoro ny Filankevitry ny fampihavanana (CFM) ary hanomboka hiasa. Eo koa ny fanisam-bahoaka amin’izao fotoana izao ary koa ny hanaovana fifidianana filoham-pirenena », hoy i Robert Yamate. Araka izany, mbola hanao amboletra sy di-doha hanitsy lalàmpanorenana ihany ny mpitondra manoloana izany rehetra izany ?

Randria

News Mada0 partages

Sesilany ny fanehoan-kevitra : tsipahin-dRavalomanana ny hanitsiana lalàmpanorenana

Mitsipaka marindrano ary mitovy hevitra amin’ny rehetra. « Tsy mankasitraka ny hanitsiana ny lalàmpanorenana izahay. Anjaran’ny filoha ho voafidy ny manao izany hifanaraka amin’ny politikany sy ny fampandrosoana ny firenena fa tsy amin’izao hamaranana ny fe-potoam-piasana izao akory”, hoy izy teny Ambatoroka, omaly. Anisan’ireo voaasa nanatrika ny fetim-pirenen’i Alemaina ny tenany.  Nanteriny fa tsy mankasitraka izany fanovana lalàmpanorenana izany avokoa ny fiarahamonim-pirenena, ny mpanao politika, hatrany amin’ny sehatra iraisam-pirenena aza. “Aleo handeha amin’izao aloha. Mino aza aho fa tsy ho tanteraka izany satria mbola olana ny hoenti-manana sy ny fotoana”, hoy ihany izy.

Momba ny fihanaky ny pesta kosa, nambarany fa anisan’ny mahatonga izany ny fahantrana sy ny loto. Nohitsiny anefa fa tokony hahazo ny anjara volany ny kaominina Antananarivo sy i Toamasina. Eo koa ny fizarana andraikitra nefa tsy tokony hifanilihana izany.

Synèse R.

 

News Mada0 partages

Ady totohondry – «Mada 2017» : voalohany Analamanga, nahazo volamena valo

Tontosa, ny alahady lasa teo tetsy amin’ny kianja mitafon’i Mahamasina ny fifaninanam-pirenena eo amin’ny ady totohondry. Nanjakan’ny ligin’Analamanga ny fihaonana satria nandrombaka medaly volamena miisa valo, tamin’ireo 21 niadiana izy ireo. Anisan’ny nahazoany izany ny teo amin’ny tovovavy – 48 kg, lasan-dRavelonjanahary Vatosoa, sy ny – 51 kg azon-dRatovoarisoa Miora. Mbola nisongadina koa ry zareo teo amin’ny «Elite» vehivavy ihany, izay nahazoany fandresena roa : ny teo amin’ny -57 kg lasan’i Milantolantosoa Studie sy ny teo amin’ny -64 kg, azon-dRavoniharisoa Voahangy. Tsy teo amin’ireo ihany fa nisy koa ny anaram-boninahitra lasany, teo amin’ny «Elite» lehilahy. Nitana ny laharana faharoa, nahazo medaly volamena fito ary fahatelo, namarana ny lampihazo ny ligin’Itasy, nahazo fandresena miisa telo.

Tsiahivina fa nahatratra 210 mianadahy ireo mpanao ady totohondry niatrika iny fiadiana ny ho tompondakan’i Madagasikara iny, izay avy amin’ny ligim-paritra miisa 10. Tsy afaka niatrika ity fihaonana ity kosa i Melaky sy Alaotra Mangoro.

Torcelin

 

News Mada0 partages

Une nouvelle victime de la peste à Ambihimiandra : panique générale, la rentrée scolaire perturbée

L’épidémie de peste pulmonaire continue de défrayer la chronique. Le  nombre de malades suspects augmente de jour en jour,  notamment dans la capitale où un nouveau décès a été notifié. En dépit des mesures prises, la situation ne manque pas de créer la psychose chez les Tananariviens, tout en perturbant le déroulement de la rentrée scolaire.

Le bilan s’alourdit. 141 cas de pestes, dont 80 pulmonaires, 59 buboniques, un septicémique et un autre non encore précisé, ont été enregistrés à travers le pays selon les données parvenues à la Cellule de crise du ministère de la Santé depuis le début de l’épidémie, au mois d’août jusqu’à hier à 11 heures, contre 125 cas samedi, soit seize nouveaux cas en l’espace de deux jours. Pour dire que l’épidémie ne cesse de gagner de l’ampleur de jour en jour alors que le gouvernement annonce le contraire. Pour rassurer le public, le Premier ministre, Solonandrasana Olivier Mahafaly, a souligné hier lors d’une interview que la propagation de l’épidémie a été maîtrisée, que les foyers pesteux ont tous été identifiés actuellement et que des mesures prophylactiques y ont déjà été menées, en l’occurrence, la désinfection dans les stationnements des taxis-brousse…

Pas plus tard que dans la nuit de dimanche, un nouveau décès suspect est survenu au Centre hospitalier anti-pesteux à Ambohimiandra (Chapa). «Il s’agit d’un nourrisson de dix mois, qui y a été transféré après avoir été soigné au Centre hospitalier universitaire mères et enfants à Tsaralalàna», a informé le chef d’établissement, le Dr. Faraniaina Andriantsiferantsoa, lors d’une visite sur les lieux.

25 décès au total

Ce décès survenu au Chapa ramène l’effectif des décès à travers le pays à 25. Toujours d’après cette source, «Six malades, tous bien portants, suivent actuellement les soins au sein de cet hôpital». Une information qui démentit les rumeurs qui ont circulé le week-end dernier, comme quoi plusieurs décès ont été enregistrés à Ambohimiandra. D’autres patients suivent également des soins au sein des autres structures sanitaires dans la capitale dont un au Centre hospitalier de Soavinandriana (Cenhosoa), deux au Centre hospitalier universitaire Joseph Raseta Befelatanana (CHU-JRB) et un autre au Centre hospitalier universitaire Joseph Ravoahangy Andrianavalona (CHU-JRA). «Les dispositifs nécessaires ont été mis en place progressivement au niveau des Centres de santé de base (CSB) afin que ces établissements hospitaliers puissent également prendre en charge les malades», a informé le SG du ministère de la Santé, le Dr Joséa Ratsirarson.

La situation ne s’arrange pas non plus à Toamasina, où trois nouveaux décès ont été enregistrés le week-end dernier, selon des sources locales. Hier, 19 malades sont sous traitement au Centre hospitalier universitaire d’Analakininina, dont cinq parmi le personnel médical qui a été en contact permanent avec les malades. Selon des informations recueillies sur les lieux, l’un de ces patients a fui l’hôpital pour des raisons inconnues. Ce qui constitue une vraie menace pour son entourage.

Fahranarison

 

News Mada0 partages

Fanadiovana omby halatra : olona sivy voasambotry ny zandary, Fib anjatony hosoka sarona

Olona miisa sivy, ka nisy veterinera, nisy koa olona mpiasa ao amin’ny orinasa Madaomby no voasambotry ny zandarimariam-pirenena tany amin’ny faritr’Itasy. Nahatrarana fitaovana fanaovana hosoka sy Fib hosoka marobe tany amin’izy ireo.

Sarona ny 26 sy 27 septambra teo ny olona sivy mianadahy mpanadio omby halatra sy nanao hosoka taratasin’omby (fiche individuelle de bovin) na Fib hanadiovana ireo omby halatra.  Fib miisa 455 hosoka ihany koa sy fitaovana hafa fanaovana izany no sarona tamin’io tambajotra ravan’ny zandary io.

“Rehefa nanao fikaroham-baovao ny zandary miasa ao Ambatomirahavavy, nandre tamin’ireo olona tsara sitrapo fa misy andian’olona mpanao Fib sandoka ao amin’ny trano iray ao amin’ny fokontany Ambohinirina Ambatomirahavavy, distrika Arivonimamo. Tsy niandry ela izy ireo fa rehefa nahazo ny fahazoan-dalana hisava ny trano, niroso tamin’izany”, hoy ny fanazavana. Tratra tao noho izany ny Fib efa nampiasaina saingy efa voafafa ny eo amin’ny faritra fanoratana ny volon’omby miisa 155. Olona iray no voasambotra tamin’izany. Nanoro  ireo olona mpandray an’ireo Fib hosoka ireo izy ka ny 27 septambra, voasambotra tany amin’ny tsenan’ombin’ny kaominina Soavinandriana Itasy ny olona miisa enina izay mbola nahatrarana Fib miisa 300. Voasambotra ihany koa ny olona 2 hafa teny Ampasika, Itaosy, teny amin’ny abatoara ka isan’izany ilay veterinera izay tokony hitahiry ireny Fib ireny rehefa maty ny omby ary tsy maintsy manipika izany alohan’ny handorana azy ireny mba tsy ho afaka ampiasaina intsony.

Tamin’ny famotorana, samy niaiky ny helony amin’ny famotsiana omby halatra, fanaovana hosoka sy fampiasana hosoka amin’ny antontan-taratasim-panjakana avokoa izy rehetra ireo ary efa ela nanaovana izany. Tratra tamin’izy ireo ihany koa ny “produits chimiques” sy ranom-panafody vitsivitsy ary “mouchoirs à jeter” fampiasan’izy ireo amin’ny famafana ny soratra amin’ireo Fib efa niasa ireo.

Natolotra ny fampanoavana tao amin’ny tribonalin’Arivonimamo, ny 28 septambra teo, ireto dahalo ambony latabatra, ka ny efatra tamin’izy ireo no tafiditra am-ponja vonjy maika fa ny dimy hafa kosa nahazo fahafahana vonjimaika.

Yves S.

News Mada0 partages

Efa mihasalama Rah-Ckiky : manahy vonoan’olona niniana natao ny fianakaviany

Efa mihatsara ny fahasalaman-dRah-Ckiky, araka ny filazan’ny fianakaviany fa tsy araka ny tsaho mandeha omaly hoe maty izy io. Manahy kosa anefa ny fianakaviany fa mety ho vonoan’olona niniana natao ity fomba namonoana azy ity. Efa misy ny fitoriana mipetraka eny aminy mpitandro filaminana. Ity mpanakanto ity izay fantatra fa nitarika olona hatrany tamin’ny ady atao amin’ny resaka tany any Toamasina any. Nisy ny fandrahonana talohan’ity  tranga ity, ary izao niafara tamin’ny fikasana hamono izao.

Raha tsiahivina, niharan’ny herisetran-jiolahy nitondra antsy tao an-tranony ao Tsarahonenana Betainomby Toamasina, ny alahady teo, Rah-Ckiky. Mbola tao anatin’ny torimaso izy sy ny vady aman-janany no tonga ireo olon-dratsy. Norasarasain’ireo jiolahy ny antsy izy ka naratra mafy tsy nahatsiaro tena. Nentina tany amin’ny hopitaly nanaraka fitsaboana ary izao miroso amin’ny fahasalamana izao.

Yves S.

 

News Mada0 partages

MOI : fitsaboana faobe ny any Nosy Be

Ho tonga any Nosy Be, ny 9 ka hatramin’ny 18 oktobra izao, ireo dokotera 48 mianadahy avy amin’ny Médecin de l’océan Indien (MOI). Hitsabo karazan’aretina maro izy ireo mandritra ny herinandro hijanoany any. Hitety toerana any ambanivohitra ihany koa hanala ny  fahasahiranan’ireo olona any ambany ravinahitra.

Hizara roa ny ekipa. Ao ireo hisahana ny fandidiana ka hitoetra eo an-tampon-tanàna mihitsy. Ny sasany kosa, hitety tanàna. Ahitana dokotera manampahaizana marolafy amin’ireo ekipan’ny MOI. Misy ny teratany vahiny ary misy ny dokotera malagasy.

Ankoatra ny fandidiana tsotsotra, hisy koa ny fitsaboana ny nify sy ny ativava. Ankoatra izany ireo mpitsabo ny maso sy ny faritry ny loha. Ny mpitsabo ny aretin’ny fo sy ny lalandra ary ny mpitsabo ny lalankanina sy ny vavony.

Hizara telo kosa ny dian’ireo andiana dokotera ho any Nosy Be. Ankoatra ny fitsaboana, hisy ny fampiofanana ny dokotera any an-toerana. Eo koa ny fanentanana hatao amin’ny ankizy eny amin’ny EPP mikasika ny fahasalaman’ny nify sy ny ativava.

Andiany faha-61 ity hetsika ataon’ny MOI eto Madagasikara ity. Efa andiany faha-74 kosa ny fitsaboana mitety tanàna ataon’ny MOI aty amin’ny faritry ny ranomasimbe Indianina.

Miara-miasa akaiky amin’ny Ekar Transit ny MOI amin’ny fanamorana ny fahatongavan’ireo fitaovana ampiasaina entina handidiana sy hitsaboana. Eo koa ireo mpiara-miombon’antoka hafa.

Tatiana A

News Mada0 partages

Sava : nojerena manokana ireo zokiolona

Nomarihina tany amin’ny faritra Sava ny Andro iraisam-pirenena ho an’ny zokiolona ny faran’ny herinandro teo. Nitsimbinana manokana ireo ray aman-dreny sy ireo fianakaviana lasibatry ny rivodoza Enawoo farany teo ny hetsika.

Nisy ny fizarana vatsin’ankohonana 60.000 Ar isan-tonkantrano ho an’ireo zokiolona 500 avy amin’ny distrika efatra tao Andapa.

Nitohy tany Antalaha sy Vohémar ny asa sosialy ary nofaranana tany Sambava avy eo. Natsangana ny foibe hahafahan’ireo zokiolona miala voly. Novatsina fitaovana toy ny fahitalavitra sy kilalao iraisana ihany koa ireo foibe telo tamin’ny tanàna hafa manodidina.

Niaraha-niasa tamin’ny Capa na ny vondrona naman’ireo zokiolona izany famatsiana fitaovana izany. Ahitana dokotera sy mpiasan’ny fahasalamana ao anatin’ity Capa ity.

Nilaza ny minisitry ny Mponina fa handalo eo amin’ny filankevitry ny governemanta amin’ny herinandro faharoan’ity volana oktobra ity ny lalàna nasiam-panavaozana momba ny fiahiana ny zokiolona.

Hampahafantarina ny solombavambahoaka  sy ny loholona  izany amin’ny fivorian’izy ireo.

Amin’izao fotoana izao, 10%-n’ny Malagasy ihany no manana fiahiana ara-tsosialy. Voatery miasa mandra-pahafatiny hamelomana ny tenany ny 90%. Mifototra indrindra amin’ny fiahiana ireo zokiolona ny fanavaozana ny lalàna amin’izao fotoana izao.

Tatiana A

News Mada0 partages

Nisahotaka… : nilaharana ny fividianana takom-bava

Nilaharana ny fividianana fitaovana fanakonam-bava teny amin’ny farmasia, omaly tontolo andro. Vitsy ny toeram-pivarotana fanafody eto an-dRenivohitra mbola nanana tahiry namidy ka noferana ho dimy isaky ny olona iray no azo omena. 500 Ar ka hatramin’ny 700 Ar ny vidin’ny takona iray arakaraka ny farmasia ividianana azy. Ny olona sasany, mividy hatramin’ny boaty telo na efatra ahitana takona 100 isanisany ho fitsinjovana ny any aoriana.

Nanazava ny tomponandraikitra ao amin’ny minisiteran’ny Fahasalamana fa rehefa mifampikasoka amin’ny olona ahina ho voan’ny aretina pesta vao tokony hampiasaina ny takom-bava. Mila dorana ny fitaovana alohan’ny hiditra ao an-trano tsy hitondrana ny tsimokaretina amin’ny fianakaviana.

Manentana ny sekretera jeneralin’ny minisiteran’ny Fahasalamana fa tsy ilaina ny fitondrana takom-bava ary tsy tokony hisavoritaka hilahatra hividy izany ny vahoakan’Antananarivo.

Voizin’ny “facebook” rahateo fa betsaka ny maty sy marary fa afenin’ny minisitera ny isa marina ka nampisavoritaka ny mponina nividy fiarovana. Saika misarom-bava avokoa ny olona mifamezivezy tazana eny an-dalambe, mitondra fiara na mandeha an-tongotra. Hanana fahefa-mividy hanolo ny sarom-bava isan’andro ve ny isan-tokantrano? An’ny tsirairay ny safidy.

Vonjy  

News Mada0 partages

Cisco Antananarivo Renivohitra sy Toamasina I : handrarahana fanafody avokoa ny sekolim-panjakana

 Tsy nisy ny fanamarihana ofisialy ny fisantarana ny taom-pianarana vaovao 2017-2018 noho ny zava-misy eto amintsika ho fisorohana ny fiparitahan’ny valanaretina pesta, araka ny toromarika avy any amin’ny tomponandraikitra. Nentanina hanadio ny atiny sy ny ivelan’ny sekolim-panjakana avokoa ny mpianatra sy ny mpanabe ary ny ray aman-dreny hialana amin’ny voalavo sy ny parasy. Tsy maintsy andrarahana fanafody ihany koa ny efitrano fianarana ato anatin’ny Cisco Antananarivo Renivohitra ka nanombohana ny asa ny EPP Andraisoro, omaly hariva. « Miato mandritra ny hateloana ny fianarana satria tsy azo sokafana ny efitrano hampahomby ny fanafody mpamono bibikely, hoy ny minisitry ny Fanabeazam-pirenena, Rabary Paul », omaly teny Ambohimiandra. Enim-bolana ny faharetan’ny herin’ny fanafody araraka amin’ny efitrano fianarana.

Nidina teny amin’ny EPP sy CEG Ambohimiandra ny minisitry ny Fanabeazam-pirenena niaraka tamin’ny sekretera jeneralin’ny minisiteran’ny Fahasalamana, Ratsirarson Joséa, omaly maraina. Tanjona ny hiresaka amin’ny mpanabe sy ny mpianatra momba ny aretina pesta sy ny fisorohana tokony hatao tsy hahatonga ny aretina isan-tokantrano. Nohazavaina fa aretin’ny loto ny pesta ka tokony hitandro fahadiovana ny rehetra, manomboka any an-trano hatrany an-dakilasy.

 

Nikatona ny efitrano fianarana tany Toamasina

Handrarahana fanafody avokoa ny efitrano fianarana amin’ny Cisco Antananarivo Renivohitra sy any Toamasina I ary misy ny fandaminana efa voaomana mialoha hanaovana an’izay. “Ny sekoly tsy miankina kosa, tokony handray andraikitra amin’ny fandrarahana fanafody ny toeram-pianarany ny mpitantana rehetra”, hoy ny minisitry ny Fanabeazana.

Raha vao misy tranga mampiahiahy toy ny fanaviana, entina any amin’ny mpitsabo ny mpianatra fa tsy alefa any an-dakilasy intsony. Maimaimpoana avokoa ny fanafody enti-mitsabo ny pesta manerana ny tobim-pahasalamana miankina amin’ny fanjakana.

Nanambara koa ny minisitra fa hahemotra amin’ny fotoana hafa ny fivorian’ny “proviseur” ho an’ny lycée manerana Nosy saika hotontosaina eto Antananarivo, amin’ity herinandro ity

Vonjy A.

News Mada0 partages

Lutte contre la cysticercose : le TMM sur le ténia se poursuit à Antanifotsy

La 3e édition de la campagne de Traitement médicamenteux de masse (TMM) sur le ténia, une des préventions de la cysticercose, s’est déroulée, vendredi dernier, dans la commune rurale d’Ambatolahy, district d’Antanifotsy, région Vakinankaratra. Le thème choisi pour cette année est « La lutte contre le ténia pour prévenir la cysticercose ».

Cette activité s’inscrit dans le cadre de l’approche intégrée sur la lutte contre les maladies tropicales négligées ainsi que la mise en œuvre du projet pilote réalisé dans les communes d’Antsahalava, d’Ambohitompoina et d’Ambatolahy, pour l’année 2015-2017, sur la lutte contre la cysticercose.

Outre la sensibilisation des populations sur l’importance de l’hygiène et de la propreté, la campagne consiste à distribuer gratuitement un médicament dont la dose sera prescrite suivant la taille de la personne cible.

Au début, le taux de prévalence variait entre 2 et 19%. A l’issue de l’évaluation à mi-parcours, en 2016, effectuée sur les 93 000 personnes cibles réparties dans les trois communes citées, il a diminué de 2,8%.

Sera R

 

News Mada0 partages

SAVA : la population gâte le troisième âge

Sava est l’une des régions les plus dévastées après le passage du cyclone Enawo cette année. Et dans le dessein de poursuivre les actions menées par rapport au relèvement de la population, notamment les familles victimes, le ministère de la Population, de la protection sociale et de la promotion de la femme a choisi cette localité pour accueillir, du 29 septembre au 1er octobre dernier, la Journée mondiale des personnes âgées.

Dorénavant, les 500 « Zokiolona », personnes âgées vulnérables, des 4 districts (Andapa, Antalaha, Vohémar et Sambava) bénéficieront du dispositif « Vatsin’ankohonana » ou bourse familiale d’un montant de 60 000 ariary chacun. Côté divertissement, la cérémonie de pose de la première pierre du Centre de rencontres et de loisirs des personnes (CRLPA) à Sambava s’est déroulée samedi dernier. Quant aux centres déjà existants dans trois villes de Sava, ils seront rénovés et équipés de postes de télévision et d’un espace pour les jeux de société.

En matière de santé, deux fois par semaine auprès des centres de santé, le Club des amis des personnes âgés (Capa), composé de médecins et de professionnels de la santé, propose des consultations gratuites pour le troisième âge.

Projet de loi

D’après la ministre Onitiana Realy : « Le projet de loi sur les personnes âgées nouvellement mis à jour, passera en Conseil du Gouvernement très prochainement et sera présenté devant l’Assemblée nationale et le Sénat lors de la 2e session parlementaire ».

En fait, à l’heure actuelle, 10% seulement de la population malgache dispose d’un système de sécurité sociale. « Les 90% ne bénéficient d’aucune mesure et doivent continuer à travailler jusqu’à la mort pour survivre. La protection et la sécurité sociale de ces seniors sans ressource constituent le fondement et les raisons d’être de cette nouvelle loi sur les personnes âgées », a souligné la ministre. Cette dernière a profité de l’occasion pour honorer  4 centenaires de la région dont un homme avoisinant les 120 ans à Sambava, une femme du même âge à Antalaha et 2 autres « Zokiolona » âgés respectivement de 100 et de 104 ans à Vohémar.

Dans la foulée, 2000 personnes d’Antalaha ont bénéficié du dispositif « Asa tanamaro » qui consiste à nettoyer les canaux d’évacuation d’eaux pluviales sur près de 10 km. Durant 5 jours de travaux, chaque personne est rémunérée à hauteur de 5 000 ariary au quotidien. Plus de 400 enfants ont également été dotés de kits scolaires.

Sera R

 

News Mada0 partages

Amoron’i Onilahy : six éco-guides certifiés

Après avoir obtenu leur attestation de premiers secours, délivrée par la Croix -rouge malgache, six guides de l’aire protégée communautaire d’Amoron’i Onilahy ont suivi récemment une formation en écotourisme, dispensée par le ministère de tutelle. Ils sont maintenant titulaires d’un certificat en la matière.

« C’est une étape importante pour notre communauté afin qu’elle puisse prendre en main le développement d’Amoron’i Onilahy, au-delà de la gestion de notre forêt », a indiqué l’un des guides locaux nouvellement certifiés, Sitrany Nantoany, non moins secrétaire général de la communauté de base « Tsifa ». Cette organisation possède également son gîte écolo fonctionnant à l’énergie solaire, ainsi qu’un centre de documentation complète de la région.

Amoron’i Onilahy est une aire protégée gérée par les communautés locales dont les initiatives sont soutenues par WWF Madagascar depuis plusieurs années.

Sera R

 

News Mada0 partages

Les masques cache-bouche : en rupture de stock

Ne sachant plus à quel saint se vouer, tout un chacun essaie de se protéger contre la propagation de  l’épidémie de peste pulmonaire, en prenant des médicaments de chimioprophylaxie, même sans prescription médicale, ou encore en portant des cache-bouche, que ce soit dans les véhicules de transport en commun ou dans la rue. Face à l’accroissement des demandes, les pharmacies dans la capitale et ses périphéries, qui n’ont  pas manqué d’observer une hausse des tarifs, ont connu très tôt une rupture de stock. Vendu d’habitude à 400 ariary, un cache-bouche est proposé entre 550 et 700 ariary hier.

Cette journée (ndlr, hier) a été une aubaine pour la plupart des officines, à l’instar de la pharmacie d’Ambanidia qui a pu liquider 200 cartons de 50 pièces chacun hier a midi, soit en seulement une demi-journée, a souligné son gérant. A la même heure, une longue file d’attente de clients qui attendait leur tour pour s’acquérir de ce matériel de protection a été aperçue sur les lieux, comme ce fut également le cas dans d’autres pharmacies, notamment à Analakely, Antanimena, Ankadifotsy ou encore à Besarety.

Mise en garde de l’OMS

En vue d’assurer l’accessibilité de tous à cette protection tant convoitée, certaines officines ont procédé à la vente à quantité limité pour chaque client, qui n’a eu droit que 10 cache-bouche par personne. Quoi qu’il en soit, cette disposition a été déconseillée par l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) qui, via  l’expert Robert Mampassi, a déclaré que, «L’usage de cache-bouche devrait être réservé dans les endroits où il y a des malades confirmés. Le porter n’est pas bon car une fois non maîtrisé, son port peut aggraver davantage les risques de propagation  de l’épidémie. D’ailleurs, le porter dans la rue ou encore dans les véhicules de transport en commun devient grave et stigmatisant, sauf en présence de quelqu’un qui a de la fièvre et qui tousse».

Fahranarison

 

News Mada0 partages

La rentrée scolaire perturbée

L’épidémie de peste pulmonaire a porté atteinte au bon déroulement de l’année scolaire dans la capitale, qui a débuté officiellement hier sur l’ensemble du territoire nationale. La psychose a atteint la masse populaire, ce qui a amené certains parents à éviter d’envoyer leurs enfants le jour de la rentrée scolaire, comme a témoigné de nombreux parents sur les réseaux sociaux. Face à une telle frayeur, le ministre de l’Education nationale (Men), Paul Rabary, a réitéré que «la date de la rentrée scolaire, fixée le 2 octobre, tient toujours. Mais les mesures de prévention seront renforcées pour mettre les écoliers à l’abri de cette épidémie, lesquels en cas de symptômes douteux, devraient être amenés d’urgence à l’hôpital ». C’était hier,  lors d’une visite de sensibilisation menée avec le ministère de la Santé et les organismes onusiens, dont l’ OMS et l’Unicef, dans deux écoles publiques à Ambohimiandra.

A ce propos, une campagne de désinfection et désinsectisation dans toutes les écoles publiques et privées dans la capitale a été menée depuis hier. Celle-ci a débuté à l’EPP Andraisoro, Tsarahonenana ainsi que l’EPP et le CEG Ambohimiandra et va se poursuivre dans d’autres établissements. Une action similaire est également menée dans la ville de Toamasina où l’opération a commencé au CEG Ratsimilaho et à l’EPP Todivelona Raphaël. Le numéro un du Men a indiqué que «Les cours dans les écoles concernées sont suspendues durant trois jours à compter du moment de l’aspersion d’insecticide en vue d’éviter les éventuels impacts sur la santé des élèves». Une décision, qui a été modifiée dans la soirée, comme quoi toutes les écoles sont vaquées jusqu’au 6 octobre.  Pour rassurer le public, le SG du ministère de la Santé de faire savoir que «Ces produits désinfectants agissent près de six mois».

Certaines écoles fermées

Bon nombre d’établissements privées et écoles françaises ont pris des mesures préventives pour éviter l’éventuelle propagation de l’épidémie en milieu scolaire, en décidant de suspendre les cours durant quelques jours, voir tout au long de cette semaine. C’est notamment le cas de l’Alliance Française de Tananarive (AFT) qui a décidé de fermer ses portes depuis hier, jusqu’à nouvel ordre. Toutes les branches de l’école St Joseph de Cluny Antananarivo ont également pris une mesure similaire, en reportant leur rentrée pour la semaine prochaine, soit le 10 octobre prochain.

Fahranarison

 

News Mada0 partages

Voka-pikarohana : hanolotra ny “latino bagasy” i Desp

 Chiapetto Angelo Antonio, io ny tena anaran’ny tovolahy. Mandray roa eo amin’ny fiaviana. Ny ray niteraka, teratany vahiny ary ny reniny kosa malagasy. Toa maka izay endrika izay ihany koa ny kanto ataony.

Desp, solon’anarana entin’i Chiapette Angelo Antonio. Azo avy amin’ny “Desperado”. Anarana midika fa misakaiza akaiky tokoa amin’ny gitara ity mpanakanto ity. Nilofo an-taona maro ho amin’ny fanambarana ny latino amin’ny bagasy i Desp mba hahazoana manajary mozika vaovao tokana aman-tany sahaza ny rehetra nantsoiny hoe: “Latino bagasy”.

Ankehitriny, masaka ny nahandro ka hatolotra ny mpankafy, etsy amin’ny Telozoro Andrefanambohijanahary, ny alin’ny zoma 6 oktobra izao. Voka-pikarohana lalina no nahazoana ny “latino bagasy” satria mifanao atsimo sy avaratra raha ireto gadona ireto nefa natambatr’i Desp hanome mozika vaovao. Ny fomba fitendry ny gitara sy ny fomba nentina nandrindrana ny rindram-peon’ireo jihy (cordes) amin’ny gitara ihany koa, tsy mitovy amin’izay efa fahita anatin’ny sehatry ny fitendrena ny gitara. “Santatra am-bava rano ho amin’ny fampahafantarana ny “latino bagasy” ity hatao ity”, hoy izy.

Hanotrona an’i Desp eny an-toerana ireo mpitendry matihanina ahitana an’i Mamitiana (korintsana, amponga…), Daddy Rast (gitara marani-peo), Pharalah (gitara lafika sady mpamorona). Hanokatra ny sehatra i Farah Gloum. Ankoatra ny fanoloran’I Desp ireo sanganasany hisy ihany koa ny filalaovana ireo sanganasana mpanakanto hafa (malagasy sy vahiny).

Nangonin’i HaRy Razafindrakoto

News Mada0 partages

Sandrah Koko : trandrahina ny mozika nentim-paharazana

I Sandrah Koko, anarana sy endrika tsy vaovao intsony eo amin’ny mpankafy mozika mafana. Mpanakanto mirona amin’ny fanandratana avo ny mozika nentim-paharazana malagasy avy amin’ny lafivalon’ny Nosy izy. Ny mampiavaka azy, ezahiny hanaraka ny toetrandro izany, satria tanjony ny hitondra ny mozikany eo anivon’ny tsena iraisam-pirenena.

Miisa 20 mianadahy izy ireo no ao anatin’ny tarika Sandrah Koko. Misy amin’ireo ny mpandihy. Tsy ny feon-javamaneno ihany no mampientanentana ny mpijery fa eo koa ny dihy sy ny fanentanana entina eny an-tsehatra. Ankoatra ny maha mpanakanto azy eo amin’ny mozika, manana fahaizana amin’ny famoronana lamaody ihany koa i Sandrah Koko.

Izy ihany, araka izany, no mamorona ireo didin’akanjo tazana anatin’ireo rakitsary efa vitany, toy ny “Eo ianao taraiky” sy ny “”Ambila Zaho”. Amin’ny ankapobeny, tsy misaraka amin’ny zava-misy eny anivon’ny fiarahamonina ny hafatra ambarany anaty tononkira. Tsy hadinony ihany koa anefa ny mampahafantatra ireo soatoavina malagasy.

Singanina amin’izany ny fampahafantarana  ny lanjan’ny atao hoe  “Vodiondry” eo amin’ny Malagasy sy ny fanehoana mivantana eny an-tsehatra ny fomba fitafy nentim-paharazana. Anisan’ireo namolavola an’i Sandrah Koko i Seva, mpanakanto avy any atsimon’ny Nosy, izay manana ny maha izy azy eo amin’ny fitendrena ny « mandoline » sy ny fananana feomanga.

Landy R.

 

Ino Vaovao0 partages

VERY OLOMANGA NY FARITRA MELAKY : Maty nisy nitifitra ny Talen’ny kabinetra teo aloha

Araka ny fampitam-baovao voaray avy any an-toerana dia andian-jiolahy efatra nirongo basy roa no nitifitra azy io avy hatrany teo imason’ireo mpiasa niaraka taminy teo amin’ilay tany, ka maty tsy tra-drano i Franco Danni. Tsy nokitihin’ireo jiolahy ilay mpiasa fa io tompon-toerana io ihany no tena tadiavin’izy ireo, araka ny fitantaran’ireo nanatri-maso. Nifanenjehan’izy efatra nirongo basy ity mpiasam-panjakana teo aloha ity ka tsy navelan’izy ireo raha tsy lavon’ny balan’izy ireo ny lehilahy ary maty tsy tra-drano. Nitsoka kiririoka ireo mpiasany vao nahita ny tranga ka vory avy hatrany ireo olona manodidina.

Tafaporitsaka anefa izy efatra nahavanon-doza ireo. Voalaza fa bala miisa enina teo ho eo no hita teny amin’ny vatan’ity mpiasam-panjakana teo aloha ity. Efa eo am-panaovana fanadihadiana lalina ity tranga ity ankehitriny ireo mpitandro filaminana ao Maintirano. Misaona tanteraka ny mponina any an-toerana ankehitriny.

Araka ny loharanom-baovao dia ahiana ho resaka ady tany no antony namonoana an’i Franco Danni. Voalaza ihany koa fa mpanao sira ny lehilahy ary io toerana iasany io dia tany itambarana amin’ny fianakaviana. Efa namonjy ny biraon’ny Polisy tany an-toerana ny lehilahy nilaza fa misy olana izy amin’ny tany iasany io. Tokony niverina tao amin’ny kaomisarian’ ny Polisy ity farany, ny alatsinainy faha-25 septambra lasa teo. Tsy tonga tao anefa ny lehilahy tamin’izany, araka ny tatitra vaoray avy any an-toerana ihany.

Tamin’izao ora nanoratanay izao dia mbola tsy nahazoana vaovao mikasika ireo nahavanon-doza ny mpitandro filaminana any an-toerana. Nalevina omaly maraina tao an-tampon-tanànan’i Maintirano ihany ny vata mangatsiakany, izay toerana fiaviany ary natrehan’ireo mpiasam-panjakana rehetra any an-toerana ny fandevenana azy.

Olona iray nosamborin’ny mpitandro filaminana

Lehilahy iray mifanakaiky amin’i Franco Danni no nosamborin’ny mpitandro filaminana rehefa avy nandevina. Araka ny fampitam-baovao avy any an-toerana dia vao nandre ny famonoana an’io Talen’ny kabinetra Faritra Melaky teo aloha ity ny lehilahy avy hatrany nanevateva ireo mpitandro filaminana tao an-toerana. “Tsy manao ny asany nareo mpitandro filaminana ireo, tsy misy ilaivana anareo.

Ahoana ny tsy hafehezana ny tranga toy izao miseho eto an-tampon-tanàna”, hoy ity lehilahy iray ity. Tsy nifidy ny lehilahy fa ny Polisy sy ny Zandary dia notevatevainy avokoa noho ny hafenon’ny fony be lotra. Nahita iny fisamboarana iny ny vahoaka sasany avy nandevina dia nirodona niaraka nihazo ny biraon’ny Polisy nitaky amin’ny hamoahana azy. Navoakan’ny mpitandro filaminana avy hatrany ity farany saingy tsy maintsy miverina ny alakamisy ho avy izao eny amin’ny biraon’ny Polisy ao Maintirano ihany ny tenany, raha ny vaovao voaray ihany.

Pounie

Ino Vaovao0 partages

AKIRONDRO-BELO TSIRIBIHINA : Dahalo iray mpangalatra omby lavon’ny balan’ny miaramila

Tao amin’ny Fokontany Akirondro Bemarivo, Distrika Belo Tsiribihina no nitrangan’ny fanafihana. Voalaza fa omby teny amin’ny tanimbary no notafihan’ireto andian-dahalo nirongo fitaovam-piadiana ka tsy nahahetsika ny mpiandry omby nandritra izany. Omby miisa 12 no lasan’ireo jiolahy, araka ny loharanom-baovao.

Nampandre ireo miaramila mampandry tany tao an-toerana ny mponina, ka raikitra avy hatrany ny fanarahan-dia. Tsy lasa lavitra akory ireo malaso dia tratran’ireo fokonolona sy ny mpitandro filaminana. Raikitra ny fifampitifirana ary dia dahalo iray no lavon’ny balan’ny mpanara-dia ka maty tsy tra-drano.

Taorian’izany dia vaky nandositra nitondra ny omby ireo malaso sasany rehefa tsy nahatohitra ny mpanara-dia. Tavela teo kosa ny fatin’ilay naman’izy ireo.

Pounie

Ino Vaovao0 partages

KAOMININA BELOBAKA : Novatsiana masomboly ireo fikambanam-behivavy tao an-toerana

Efatra karazana dia ny kokombra, ny kaorizety, ny voatabia ary ny voan’ny petsay no nozaraina tamin’izany araka ny tetiandro mifanaraka amin’izao fotoana izao. Tanjon’ny minisitera rahateo, hoy ny talem-paritry ny fambolena dia ny hampakatra ny harinkarena ny tantsaha mba hahafahany mivelona amin’io seha-pihariana efa nahazatra azy io.

Fikambanam-behivavy miisa valo no nisitraka io voan’anana io, noho izy ireo efa nahazo fiofanana manokana tamin’ny cragri, sy ny csa, ary hampiarahana amin’ny fanaraha-maso ireo zavatra novatsiana ireo. Fa ankoatr’izay, dia ny nahazendana ny nahitana fa afaka mamokatra karaoty ihany koa ny ao Belobaka satria dia efa namatsy ny ampahan’ny tsena teto Mahajanga izy ireo, hoy ireo mpamboly felika ao an-toerana ihany. 

Fa tsy ireo efatra karazana ireo no masomboly nozaraina fa mbola hoavy ny karazana hafa arakaraka ny tetiandrom-pambolena, hoy ny talem-paritry ny fambolena sy ny fiompiana raha nampanantena ireo tantsaha. Mbola hitohy ao min’ny kaominina Ambalakida sy Betsako izao fanomezana masomboly atao ambezo izao afaka andro vitsy , hanampiana ireo tantsaha mba hahafahany mihoatra eo amin’izay seha-pihariana ivelomany izay. 

Hanampy amin’ny fitadiavana ny lalam-barotra ihany koa ny tompon’andraikitra ny amin’izany ary hanome amin’ny firaovana, toy ny fanondrahana sy zezika izay nangatahan’ireo tantsaha ireo ihany koa. " Famokarana mitodika amin’ny tsena" rahateo no filamatry ny minisitera mpiahy ity fambolena ity eto Mada- gasikara, ka manantanteraka izany ny eny ifotony.

INVMGA.

Ino Vaovao0 partages

FOKONTANY ANTANIMALANDY : Manahy mafy ny amin’ny fiantsonan’ireo kamiao eny amin’ny Star Rn 4 ny mponina

Dradradradraina foana ny fisorohana ny lozam-pifamoivoizana eto amintsika, anefa tsy misy ny fandraisana andraikitra eny amin’iny faritra misy ny orinasa Star eny Antanimalandy Rn4 eny. Misy fiantsonana roa sosona, izany hoe ny andaniny sy ny ankilany dia feno kamiao lava be mpitatitra vokatry ny orinasa Star ireny avokoa manamorona ny Rn4, ka lasa manembantsembana ny fifamoivoizana.

Ahiana mafy ny hisian’ny loza satria lasa tery ny lalana no tsy misy lalan’ny mpandeha an-tongotra intsony. Noho io tranga mampimenomenona ny vahoaka io sy ireo seha-pitaterana an-tanety rehetra no ian-tsoan’i Fiarena, na i Tonga, sefo fokontany ao an-toerana ny tompon’andraikitra voakasik’izany ny amin’ny vahaolana, hisorohana amin’ny lozam-pifamoivoizana.

Ankoatr’izay dia angatahin’ity farany ihany koa ny ao amin’ny sampan-draharaha misahana ny asa vaventy ny hijerena manokana ny lakandrano manamorona ny mosikey eo aminy garan-tsarety etsy bazary kely Sotema, satria miteraka fahadoboan’ny tanàna manodidina ny fahatsetseman’izany isan-taona, izay efa madiva ny ahatongavan’ny vanim-potoan’ny fahavaratra. Ary farany dia ny mba hanovàna ity fokontany ity ho kaominina mahaleotena, satria tokoa efa feno ireo mason-tsivana ilaina ny amin’izany, hoy hatrany i Tonga, sefo fokontany ao an-toerana. Marihina fa misy mponina 24 000 tsinjarain’ny vakim-paritra 7 ary manana velarana midadasika hatrany aminy 474 ha ity fokontanin’Antanimalandy ity.

INVMGA

Ino Vaovao0 partages

FIHANAKY NY ARETINA PESTA : Mitafy henatra tanteraka i Madagasikara eo imason’izao tontolo izao

Tsy takona afenina intsony fa miharihary eo imason’izao tontolo izao ny fisian’ny pesta eto amintsika. Ankoatra ny gazety mpiseho isan’andro, ny radio sy ny fahitalavitra eto an-toerana tsy mitsahatra mamoaka izany isan’andro dia maro amin’ireo fahitalavitra any ivelany ihany koa mivoy ity vaovao ity foana.

Mitafy henatra tanteraka i Madagasikara manoloana izany, hatramin’izao mbola lamasirin’ny aretin’ny fahantrana ihany. Taorian’ny fahafatesan’ilay teratany vahiny vokatry ny pesta dia azo antoka zato isan-jato fa hisy fiantraikany amin’ny lafiny fizahantany ity trangan-javatra ity. Ny tena zava-doza anefa dia ahiana ho voailikilika ihany koa ireo teratany malagasy mikasa ho any ivelany sao ahian’ny olona mitondra “pesta”. 

Azo lazaina ho nampangain’ny kobaka am-bava nataony ihany ny minisitry ny fitsarana. Nilaza ity farany tamin’ireny fotoana nandripahan’ny pesta olona maro tany Toamasina ireny fa efa voafehy ny aretina. Izao anefa mibaribary tanteraka fa mbola tsy mitsaha-mitombo isan’andro ny isan’ireo voany sy ny maty ary tsy any amin’ny faritany akory fa eto an-drenivohitra mihitsy. Miandry izay fialana balan’ny fanjakana indray ny vahoaka taorian’iny fahafatesana vahiny iny. Dradradradraina isan’andro fa “efa misy ny fepetra horaisina, tsy maintsy voafehy ny aretina” kanefa aiza akory izay vokany hatreto. 

Tsy mahagaga ihany anefa izany satria efa fanaon’ny olon’ny fitondrana ankehitriny  ny fanaovana kabary ambony latabatra fa tsy hita izay tena zavatra hita mivainga. Mibaribary tanteraka ny tsy firaharahian’ny mpitondra ny sosialim-bahoaka izay lazain’izy ireo ho fitsikerana tsy misy farany. Tsy misy afatsy ny fifikirana eo amin’ny toerany no mahamaika azy ireo kanefa ny pesta aza tsy voafehiny. Tompon’andraikitra voalohany amin’izany ny minisitry ny fahasalamam-bahoaka, profesora Andriamanarivo Mamy Lalatiana. 

Ity farany tokony hametra-pialana rehefa tsy mahita vahaolana manoloana izao fihanaky ny aretina izao.  Fanampin’ny aretina mbola eo am-pianahany no lazainy fa efa voafehy izay nandiso fanantenana ny ankamaroan’ny Malagasy.

Avotra Isaorana

News Mada0 partages

Union Européenne – Madagascar : point sur l’Accord de partenariat économique

Madagascar accueille en ce moment au Carlton la sixième réunion du comité Accord de partenariat économique (APE), réunissant tous les cinq pays signataires de l’accord dans les régions Afrique orientale, australe et océan Indien (AFOA-OI).

Les impacts positifs de l’Accord de partenariat économique avec l’ Union européenne  et les obstacles qui font barrière au développement des échanges sont discutés pendant les deux jours de réunion, dans le cadre de la sixième réunion du comité APE. La mise en vigueur de l’APE depuis 2012  a permis une importante hausse des échanges entre Madagascar et les pays de l’Union européenne.

D’après Nourdine Chabani, ministre du Commerce et de la consommation : «Une hausse de 70% est constatée sur la valeur des exportations de  Madagascar vers l’Union européenne entre 2012 et 2016. En 2012, la valeur des exportations malgaches vers les pays de l’Union européenne s’est élevée à 499 millions d’euros, pour se chiffrer à 870 millions d’euros l’an dernier». Celui-ci de poursuivre que «Les produits textiles et habillement, représentant un tiers des exportations malgaches vers l’Union européenne, ont augmenté de 31% depuis 2012».

Un marché exigeant

Toutefois, les opérateurs malgaches font encore face à quelques difficultés pour conquérir le marché européen, qui reste l’un des plus exigeants. A ce propos, le chef de  la délégation européenne à Madagascar, Antonio Sanchez Benedito, d’avancer qu’ «il y a toujours un travail à faire. Il existe encore des barrières techniques, entre autres les problèmes de certification de produits.  Voilà pourquoi  un programme de mise en œuvre du partenariat économique du point de vue de la qualité, des laboratoires  et de renforcement de capacité a été élaboré ».

Renforcement de capacités

En effet, l’accès au marché européen reste difficile pour Madagascar malgré ces résultats positifs. Le problème du respect des normes et des standards internationaux ou encore le grand nombre de barrières non tarifaires dans les pays et la région  sont les principaux facteurs de blocage au développement des échanges dans le cadre de cet accord.

Pour appuyer la mise en œuvre de l’APE, un nouveau programme en phase d’approbation, le Programme d’appui au développement des exportations et à l’intégration régionale (Padeir) a bénéficié d’un financement de 10 millions d’euros pour cinq ans. Ce projet prévoit le renforcement des capacités institutionnelles du ministère du Commerce et de la consommation, la facilitation de l’accès au marché UE et aux autres marchés régionaux et le développement des capacités nationales en matière de norme et de qualité.

Riana R.

 

News Mada0 partages

Coopération : l’Allemagne attend plus de concret

L’Allemagne n’entend pas donner une carte blanche aux dirigeants malgaches. C’est en somme le principal message lancé par le Représentant personnel de la Chancelière allemande Angela Merkel pour l’ Afrique, Gunter Nooke qui est en mission au pays, lors d’une rencontre avec la presse hier à Ankorahotra. 

«Le Parlement allemand est très regardant sur la manière dont-est dépensé l’argent du contribuable», a-t-il déclaré. Auparavent, le diplomate a évoqué aussi la lutte conre la corruption. «Il n’est possible de justifier de dépenser de l’argent pour un Etat comme Madagascar, que si les conditions sur place s’améliorent et si le gouvernement ne lutte pas seulement contre la corruption sur le papier, c’est-à-dire la théorie, mais s’il le fait dans la réalité, ça c’est très important», a-t-il insisté, en ajoutant que «nous pouvons coopérer avec les communes, mais il est difficile de justifier une coopération avec un gouvernement qui ne lutte pas fermement contre la corruption».

En marge d’une rencontre avec le Chef de l’Etat, en fin d’après-midi, il a reitéré cette position.  «Nous comptons sur Madagascar pour être sûr que l’argent du contribuable allemand soit dépensé pour des fins raisonnables», a-t-il, entre autres déclaré. Le Représentant personnel de la Chancelière allemande, Angela Merkel pour l’Afrique, est au pays depuis quelques jours, et il a rencontré plusieurs personnalités malgaches, dont le ministre des Affaires étrangères ou encore le Président de la République.

Décentralisation

Ces temps-ci, l’Allemagne affiche sa présence en matière de la préservation de l’environnment, l’appui aux collectivités territoriales décentralisées  ou encore dans le secteur énergetique. D’après Gunter Nooke, au niveau des communes, «nous pensons qu’en agissant de la sorte nous appuyons la gouvernance nous réalisons des actes et services concret 200 millions à la coopération et je pense que par ce montant nous réaliseront quelque chose de concret». A travers cette déplacement, en tout cas, la partie affiché sa volonté d’appyer la Grande ile.

A ce titre, hier, la célébration du 27è anniversaire de l’unité Allemande à la villa Berlin, Ambatoroka, a vu la présence de plusieurs personnalités étatiques. Dans son allocution, le Premier Ministre a par exemple rappelé que la coopération bilatérale prometteuse entre Madagascar et l’Allemagne. «L’année dernière, cette coopération a été concrétisée par la signature de deux Accords entre nous deux gouvernements d’un montant de 63 millions d’euros. De plus, Madagascar se réjouit des contributions financières du Gouvernement allemand à hauteur de 36 600 000 euros, au titre de l’année 2016. La négociation des Accords y afférents est en cours de finalisation», a-t-il déclaré, tout en notant que la lutte contre la corruption est l’une des priorités du gouvernement actuel.

Rakoto

 

News Mada0 partages

Nations Unies-Election : Haile Menkerios de retour au pays

Haile Menkerios, Représentant spécial du Secrétaire général auprès de l’Union Africaine et Chef du bureau des Nations unies auprès de l’Union africaine est actuellement dans nos murs. Selon les informations recueillies, son séjour au pays concerne les préparatifs des élections de 2018. C’est ce qui a été d’ailleurs confirmé par le ministre des Affaires étrangères par intérim hier, le  ministre auprès de la Présidence en charge de l’Agriculture et de l’élevage, Rivo Rakotovao.

«Le Chef de l’Etat a évoqué les préparatifs des élections en marge de l’Assemblée générale des Nations unies et c’est dans cette optique qu’il est au pays actuellement», a-t-il déclaré.

En effet, l’envoyé spécial des Nations unies n’est pas inconnu pour les acteurs politiques malgaches. Il était présent au début de la crise de 2009 pour tenter de dénouer l’affrontement entre les deux principaux antagonistes à ce moment. Pour dire que les Nations unies suivent de près l’évolution de la situation politique dans le pays à la veille des élections.

Il faut souligner que les Nations unies, par le biais du Soutien au cycle électoral de Madagascar (SACEM), demeurent le premier partenaire de la Grande île dans l’accomplissement des consultations populaires à venir. Cette personnalité prévoit de rencontrer plusieurs personnalités et acteurs politiques.

Rakoto

 

News Mada0 partages

Littérature : les auteurs en quête d’éditeurs

Dans un contexte où l’édition reste un défi, les auteurs ont recours au financement participatif afin de concrétiser leur projet.

Un des poètes les plus talentueux et actifs de leur génération, Riva Ando Andriamalala lance un appel à contribution, via mobile banking  jusqu’au 15 octobre, dans le souci de promouvoir la lecture publique.

«L’objectif est de doter les 27 Centres de lecture et d’animation culturelle (Clac), les Bibliothèques nationale et municipale de deux livres chacun. Si le nombre de livres édités est élevé,  les centres culturels et les bibliothèques scolaires seront également pris en compte», a-t-il détaillé.  Les fonds récoltés, à l’issue de cet événement, serviront à l’édition de son nouveau recueil de nouvelles fraîchement intitulé «Antaranoana 2», qui se traduit librement «A tout jamais» dans la langue de Molière.

Joachin Michaël

Les Clac ciblés : Ankadinandriana, Ankazobe, Anjozorobe, Arivonimamo, Miarinarivo, Maevatanàna, Amboasary Gara, Ambohimahasoa, Ambovombe Centre, Ambalavao, Soavinandriana, Vatomandry, Betioky, Marovoay, Fenoarivo Atsinanana, Vavatenina, Ankadinondry Sakay, Maroantsetra, Farafangana, Betafo, Manjakandriana, Antsohihy, Miadanandriana, Ambohitseheno, Nosy Be, Miandrivazo et le Cemdlac à Analakely.

 

News Mada0 partages

Peste : annulation des événements en cascade

La plupart des événements culturels qui auraient dû se tenir le week-end et en début de semaine ont été ajournés, pour cause d’épidémie de peste et faisant suite à la déclaration d’urgence de la Présidence et la Primature de la République de Madagascar, sur les ondes. Pour éviter tout risque de contamination à grande échelle, l’Etat proscrit la tenue de toutes réunions ou manifestations publiques.

En conséquence, le concert d’ouverture de la 28e édition du Festival international Madajazzcar prévu se dérouler hier soir sur le parvis de la Gare de Soarano a été annulé.  «Par ailleurs, en attendant plus de précisions de la part des autorités sur la conduite à tenir, les événements programmés du 2 au 14 octobre 2017 par le Comité d’organisation sont suspendus jusqu’à nouvel ordre», a fait savoir Désiré Razafindrazaka, président du festival Madajazzcar.

Dans la foulée,  l’Alliance française d’Antananarivo a également décidé de fermer ses portes.

Joachin Michaël

News Mada0 partages

Rugby à 7 – Afrique : Madagascar sur deux fronts

Un match test des Makis à 7 masculin a tenu en haleine les férus du ballon ovale malgache au stade municipal d’Alarobia en vue de la sélection finale de l’équipe qui fera partie du voyage pour le tournoi Africa cup men’s sevens à Kampala (Ouganda) les 6 et 7 octobre. Malagasy rugby n’a pas encore levé le voile sur la liste des sélectionnés pour cette joute continentale. Il en est de même pour ceux qui seront dans la mêlée à l’occasion de l’Afrasia version 2017 qui se déroulera à Maurice durant la même période.

Une dernière mise au point a eu lieu hier au stade des Makis à Andohatapenaka avant que la délégation malgache ne mette le cap sur Kampala demain. Au bercail, le championnat d’Analamanga reprendra ses droits ce samedi, toujours sur le même terrain. Au classement provisoire des clubs élites fédérales, FTM (Manjakaray) maintient les brides avec 34 points à son compteur suivi de STM (25 points) et Cosfa (24 points) qui complètent le trio gagnant.

Rojo N.

 

News Mada0 partages

Taekwondo – Reconnaissance : le sujet remis sur le tapis

On a beau annoncer la fin d’un conflit sur la reconnaissance internationale des fédérations malgaches de taekwondo. Mais le sujet vient de nourrir de grands débats hier après l’annonce de Madagascar international taekwondo federation (MITF) comme quoi elle serait la seule instance habilitée à mettre en œuvre les activités de l’instance internationale.

La quête de reconnaissance internationale refait surface ! Le Sabumnim Rasamimanana Andriamisaina, représentant Madagascar au 26e congrès de l’ITF à Pyongyang (Corée), a reçu le prix «ITF Order» de la part du président de l’ITF Ri Yopng Son, et a profité de son retour pour annoncer hier sur la toile que MITF est la seule structure reconnue par l’instance internationale.

Il a ainsi déclaré que «L’ITF ne reconnaît aucune autre organisation à Madagascar à part MITF, présidé par le Sabumnim Rasamimanana. Le président de l’ITF a dit que tout club ou association se disant affilié à l’ITF Vienne devrait respecter le règlement imposé par la MITF. Les grades et ceintures remis sans l’aval de cette structure nationale, et surtout, sans la présence de l’instructeur international Henintsoa Andriamananjara ne seront jamais validés par l’ITF», ont déclaré les têtes pensantes de MITF sur les réseaux sociaux.

MITF a également tenu à expliquer que Henintsoa Andriamananjara est le seul instructeur international apte à diriger un passage de grade dans la Grande île.  Une annonce qui a fait grand bruit  auprès des autres passionnés de la discipline dont les partisans de l’autre camp, soit les adeptes de taekwondo WTF. Une situation plus ou moins paradoxale dans la mesure où MITF a annoncé la fin du litige opposant les deux parties sur la question de reconnaissance internationale.

Rojo N.

 

News Mada0 partages

Aéroport d’Ivato : un Chinois arrêté pour détention de drogue

Les éléments de la Brigade de gendarmerie de l’aéroport d’Ivato ont arrêté avant-hier un Chinois pris en détention de drogue. Ce jour-là, les gendarmes ont appris par le biais de leur informateur qu’un Chinois qui allait prendre le vol de Guangzhou à 7 h 45 mn portait de la drogue dans ses bagages. Les gendarmes se sont mobilisés sur le parking de l’aéroport pour intercepter le suspect.

En  sortant du véhicule qui le transportait, l’homme était surpris par la présence des gendarmes qui l’attendaient de pied ferme. Au moment où les militaires ont demandé à inspecter ses affaires, l’individu a riposté par des coups de pied avant de se réfugier au bureau de la Police aux frontières. Après une longue discussion, les policiers ont réussi à le convaincre de suivre les gendarmes.

Lors de la fouille de ses bagages, les éléments de la gendarmerie ont mis la main sur une boîte contenant du chanvre indien. Le Chinois a été placé en garde à vue à la brigade de l’aéroport pour enquête avant son défèrement.

Ando Tsiresy

News Mada0 partages

MOI : 61e mission humanitaire à Nosy Be

C’est parti pour une nouvelle édition de mission humanitaire. L’équipe de l’association des Médecins de l’océan Indien (MOI) mettra le cap sur Nosy Be, du 9 au 18 octobre,  pour y mener une mission humanitaire médico-chirurgicale et dentaire.

«Une cinquantaine de missionnaires, constitués de spécialistes malgaches et franco-réunionnais conjugueront leurs compétences pour offrir des soins et traitements gratuits dans différentes disciplines à la population locale», a informé le président de MOI,  Dr. Firose Koytcha, hier, lors d’une conférence de presse à  Ambohibao.

Comme à l’accoutumée, cette mission, qui sera la 61e sur le sol malgache et la 74e de l’association, financée essentiellement par le département de la Réunion, le groupe SMTP et d’autres habituels partenaires réunionnais et malgaches, sera scindée en deux parties. La délégation hospitalière, œuvrant exclusivement au Centre hospitalier de Nosy Be, dispensera des soins dans des disciplines confondues, à savoir l’ophtalmologie, optique, ORL, cardiologie, gastro-entérologie ou encore la chirurgie…

«En vue de donner une chance à ceux qui ne peuvent pas y accéder, une délégation itinérante sillonnera Nosy-Be et ses bourgades périphériques pour y mener des soins généralistes, pédiatriques ainsi que des petites chirurgies sous anesthésie locale», a ajouté notre source.  Comme chaque mission, le volet d’enseignement post universitaire se complète avec le volet thérapeutique, qui cible plus de 10.000 patients, en vue de renforcer les capacités des équipes soignantes locales et les internes de CHU de Mahajanga. Via le volet médecine préventive, une campagne d’hygiène bucco-dentaire  sera destinée aux enfants des écoles primaires de la région.

Fahranarison

 

News Mada0 partages

Vatovavy : le CHRD d’Ifanadiana équipé

Le district d’Ifanadiana s’assure de son développement par des partenariats publics-privés. Le CHRD local s’est doté d’équipements à cet effet depuis le début de ce mois.

Le centre hospitalier de référence du district d’Ifanadiana a reçu de nouveaux équipements médicaux. Une délégation du Lions club de Fianarantsoa, du Léo club Taratsa, de l’association Siafm et des autres partenaires a fait une descente pour remettre des fauteuils roulants, des défibrillateurs, des monitoring, des balances électroniques, des lots de médicaments, des brancards et des blouses, en plus de divers accessoires, le 1er octobre dernier, en contribution au développement de cette zone.

Parmi les principaux initiateurs du partenariat, le député Lova Narivelo Razafindrafito a sensibilisé la population sur les différentes mesures préventives pour lutter contre la prolifération de l’épidémie de peste dans le district à l’occasion.

Manou

 

News Mada0 partages

Chronique : la vertu du silence

Le désir de plaire et l’obligation que les courtisans manifestent par une entière disposition jusqu’à accepter parfois de servir de serpillère dans des élans d’obséquiosité, exercent une si forte pression, que certains ratent l’occasion de se taire. Les arguments  plaidant la cause de l’article 47 et celle des fokontany nécessitant une précipitation prioritaire dans le but d’y apporter une correction ne sont pas légion. Les ténors du palais ont vite fait de les user et de n’avoir plus à glisser qu’impertinences dans leurs propos faute de raisons pertinentes à mouliner, (sans idées à moudre les moulins à paroles tournent à vide). Plus rien à ânonner pour les courtisans, ce qui n’interdit pas aux plus ardents d’entre les flagorneurs de chercher à se répandre dans les médias afin de se distinguer avec espoir d’être remarqués. Ils en oublient les risques. Pour peu qu’il reste de gens lucides dans le camp, ils en retiendront que par la légèreté du sens ces interventions desservent plus qu’elles ne favorisent l’idée de procéder à une révision de la constitution. C’est à se demander si dès fois dans les palais on n’a pas adopté la stratégie de privilégier la quantité à la qualité, en témoigne le nombre des intervenants et volume de bruit occupant l’espace médiatique. A défaut de grives, les substituts que l’on pense merles pour pouvoir s’en contenter n’en ont pas la qualité. Afin de mener à bien le processus d’une révision de la constitution telle qu’on la veut, reste alors à tabler sur une naïveté juvénile du peuple. L’hypothèse reste à vérifier. On ne peut en effet exclure l’inverse : blanchie aux épreuves des déconvenues et des sacrifices la population en aurait pris de la graine et s’en trouve mature pour ne plus s’en laisser conter.

Hors les partisans en soutien du pouvoir, une majorité des gens y comprises les personnes convaincues de la nécessité impérieuse du maintien de la stabilité, rejettent l’idée de procéder à une révision avant les élections. Personne n’est dupe ! S’entêter menace de provoquer davantage de troubles que ne le menace le statu quo, statu quo agité en épouvantail. « L’erreur est humaine, persévérer serait diabolique », surtout quand ce sont la nation, l’état et le peuple qui auraient encore à en payer la casse.

Léo Raz

 

News Mada0 partages

Madagascar il y a 100 ans : les pois du Cap (2)

(Suite et fin.)

Ah ! si un colon à court d’ouvriers avait l’audace de demander pour le tirer d’embarras le concours de cette main-d’œuvre militaire ou pénitentiaire !… comme il serait bien reçu !!!

Des jardins publics avec des bancs, cela se comprend pour permettre aux gentes ramatoas et aux botos non moins élégants de s’y ébaudir le soir, car au grand jamais, un vazaha n’y mettra les pieds.

Le Tamatave

Le soudeur de la reine

Aujourd’hui l’ouvrier – spécialiste surtout – est le roi du pavé et peut poser ses conditions. Pas de salaires trop élevés pour lui ; ses désirs sont des ordres. Pourtant, il existe encore une hiérarchie dans cette nouvelle noblesse des «gueules noires» et le spécialiste «maître par-dessus tout», comme on disait au bon vieux temps, c’est le spécialiste soudeur.

Nous ne relèverions pas ce point d’histoire si le métier de soudeur (comme autrefois le métier de verrier) ne conférait la noblesse à qui l’exerce… dans la Grande Île.

Un officier supérieur, grand technicien et attaché à la direction du matériel de guerre, rapporte le fait suivant :

Alors qu’il séjournait à Madagascar, il eut besoin d’un soudeur et fit demander le plus proche. Celui-ci, un Hova, arriva coiffé d’un gibus et drapé dans un châle éclatant, suivi d’un personnage de moindre importance. Le premier était le maître-soudeur, mais comme il ne soudait pas lui-même, il amenait son ouvrier.

L’origine de la grandeur du soudeur est assez curieuse.

Jadis, il y a longtemps, un blanc avait démontré au roi des Hovas les principes et les avantages de la soudure ; estimant cette nouvelle connaissance aussi précieuse que celle de la pierre philosophale, le roi décida de ne pas multiplier les apprentis dans ce métier et d’en faire un sacerdoce… dont devait bénéficier le Trésor royal. En effet, quand nos troupes entrèrent dans Tananarive, on apprit que nul ne pouvait être soudeur sans l’agrément de la Reine qui recevait du postulant de royales… épingles.

Aujourd’hui même, après vingt-deux ans d’occupation française, le métier de soudeur se transmet de père en fils, et un respect très grand entoure – comme autrefois – cette profession de «magnian».

Le Courrier colonial

www.bibliothequemalgache.com

 

News Mada0 partages

Resaky ny mpitsimpona akotry : Ôktôbra, volana manan-danja

Fisokafan’ny taom-pianarana, ho an’ny fianakaviana maro midika fahasahiranana miaro fitaintainan’ny ankizy. Ao ny falifaly tsidrin-daona ho any an-tsekoly. Ao ihany koa ireo malailay, mihisatra noho ny fanavaozana na noho ny tsy fahampian’ny fitaovana.

Rehefa mandingana an’ity volana ity dia efa roboka ao anatin’ny fotoanan’ny maitso ahitra, tsy fahampian’ny vokatry ny tany mitarika fidanganam-bidy. Efa nahatonga vary avy any ivelany hitsinjovana ny filan’ny mponina. Eo amin’ ity sehatra ity tsy fantatra ny tena antony manakana ny firenena hahaleo tena mikasika ny famokaram-bary ahafahana mahenika ny filàna manerana ny Nosy.

Izay iray miakatra eo amin’ny fitondrana dia tsy mandingana ny fanomezana toky, milaza fahaizana hitondra fiovana eo amin’izany tsy fahaleovantena izany. Vahiny indray ve no afarana homena tany hambolena ? Eto an-toerana anefa no itoeran’ny vahaolana ! Tsy ny tany afaka anaovana fambolena no tsy misy, tsy ny olona tsy manan-katao no tsy ampy. Fandaminana pôlitika no ilaina. Vitsy angamba no havanana amin’izay. Fanaovana adilahy pôlitika no ifaninanana ampisehoana fahaizana.

Ity volana ity ihany koa no ahitana ny voka-dratsy ateraky ny doro tanety sy ny doro ala. Rakotry ny setroka ny habakabaka. Takona ambamin’ny masoandro matetika raha vao tolatolaka ny andro, manempotra hatramin’ny rivotra iainana. Tsy atao resaka intsony ny fahasimban’ny tontolo, toy ny eo amin’ny fifehezana ny sehatra ahafahan’ny mponina maneho ny heviny, toy ny vokatry ny tsy fahaizana mifehy ny fandriampahalemane. Eo amin’ny lafiny rehetra, mitombo isan-taona ny “faritra mena”.

Malaza manan-karena ity Nosy ity. Fantatra koa anefa fa tafiditra anisan’ny lohalaharana eran-tany ny mponina raha ny fianjadian’ny fahantrana no resahina. Tsy afa-bela amin’ io seho sy tranga  mifanipaka io (tany mifono harena, mponina totofan’ny fahantrana) ny rehetra nikasika fitondrana sy izay niray dia na tetika tamin’ny mpitondra.

Volana ôktôbra toy izao raha miherina ny taona, miomankomana hifidy filoha ny vahoaka. Raha toa moa mangataka ny fanohizany ny asa eo amin’ny toerana misy azy ny Filoha ankehitriny dia manakaiky ny famaranany ny fe-potoana voalohany. Araky ny lalàna velona dia miataka mametra-pialàna mba tsy hiavahany zo amin’ny mpifaninana aminy. Asa anefa, mety hisy fanovana izany noho ilay tetika naroso. Rava eo ny fitovizan-jon’ny mpifaninana : tsy mikatroka dia efa mipetraka ho voanjo-manga ny iray, ny sisa mbola tsy miady dia efa voailika ho tanalahy.

Léo Raz

 

News Mada0 partages

Us et coutumes : recyclage permanent

Progrès de la pensée, avancées technologiques : plus permis de se satisfaire des seuls fondamentaux. Ils restent indispensables, mais les professionnels se trouvent obligés de mettre périodiquement à jour connaissances et technicité : formation continue et recyclage permanent. Le monde des médias n’y échappe pas. Groupements patronaux et gens du métier trouvent intérêt partagé dans l’organisation d’atelier périodique… Pour la durée, encore faut-il que des nationaux se préparent à en acquérir l’expertise avant de pouvoir en faire bénéficier les collègues. Elémentaire à la fois indispensable la formation de formateurs ! Cultiver le réflexe de s’informer et la discipline de se mettre à jour, afin de saisir les avantages des nouvelles pratiques. A cet effet 4 jeunes dames ont suivi un enseignement dispensé par des missionnaires d’Africamédias, étalé sur plusieurs sessions organisées par le Gepimm (Groupement des éditeurs de presse…).

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fiatrehana ny fidiran’ny mpianatraEfitranon-tsekoly vaovao 606 no naorina

minisiteran’ny fanabeazam-pirenena manamboatra efitranon-tsekoly vaovao raha araka ny fanadihadiana natao. Manodidina ny 1.000 eo ho eo izany raha araka ny fanazavan-dRamatoa Bakolinirina Fanja Hortensia,

 

Miezaka hatrany isan-taona  ny  tale miandraikitra ny fotodrafitrasa eo anivon’ity minisitera iray ity ka ho an’ny taona 2017, ohatra, dia efitranon-tsekoly miisa 606 no efa vita hatramin’ny volana jona lasa teo. Ny faritra Avaradrano no tena nahazo betsaka. Ankoatra izay, efitranon-tsekoly miisa 452 ankehitriny no efa hasiam-panarenana toy ireo nanana varavarankely nirodana. Tao koa ireo efitranon-tsekoly miisa 481 nianjera vokatry ny fandalovan’ny rivodoza Enawo farany teo, asa vao manomboka mandeha ka ny faritra SAVA sy Analanjirofo no tena voakasika. Nomarihin-dRamatoa Bakolinirina Fanja Hortensia moa fa miankina amin’ilay “carte scolaire” hatrany no hahafahan’izy ireo mampitombo ny efitranon-tsekoly any amin’ny faritra tsirairay avy. Io ihany no hahafahana mamantatra fa maro ankizy mpianatra ao amin’ny fokontany iray nefa zara raha misy ny efitranon-tsekoly handraisana azy ireo. Omaly no niditra tamim-pomba ofisialy ny mpianatra rehetra manerana ny Nosy. Na izany aza anefa dia nofoanana ny fidiran’ny mpianatra amim-pomba ofisialy noho ny fisian’ilay aretina pesta izay voalaza fa efa namono olona 24 hatreto manerana ny Nosy.

Pati

Tia Tanindranaza0 partages

Taham-panondranana entana avy eto MadagasikaraNiakatra 31% tao anatin’ny 4 taona

Notontosaina omaly tetsy amin’ny Carlton Anosy ny fivoriana an-tampony faha-6 eo

 

 amin’ireo firenena mpikambana eo anivon’ny APE na ny fifampiraharahana eo amin’ny fifandraisana ara-barotra eo amin’i Madagasikara sy ny vondrona eoropeanina. Araka ny nambaran’ny minisitry ny varotra sy ny fanjifana, Chabanni Nourdine, dia nahitana tombony ny fidirana tao anatin’ity fifanarahana ity satria raha nampiditra 499 tapitrisa Euro teo izany ny taona 2012 dia tafakatra 870 tapitrisa euro kosa ny taona 2016. Izany hoe nisy fiakarany 31%. Ilana fanatsarana hatrany anefa, raha ny nambara, na dia eo aza izay tombony izay ny resaka kalitao sy fenitra ara-pahasalaman’ny entana aondrana, hoy kosa ny masoivoho eoropeanina, Antonio Benedito Sanchez, fa antoky ny fitohizan’ny fisokafan’ny lalam-barotra eo amin’ny 2 tonta izany. Nanampian’ny minisitra izany ny filazana fa rehefa misokatra amintsika ny tsena eoropeanina dia misokatra ho azy izao tontolo izao. 45% amin’ireo entana amidy eny an-tsena amin’izao fotoana izao no fanondrantsika raha toa ka 20% kosa no avy any ivelany, raha ny nambaran’ny minisitra hatrany. Niara-nivory tetsy amin’ny Carlton koa moa ireo firenena mpikambana eo anivon’ny AFOA na ilay fifanarahana ara-barotra eo amin’i Madagasikara, Maorisy, Seisela sy Zimbaboe ary Kaomoro.

J. Mirija

Tia Tanindranaza0 partages

Seces AntananarivoMiantso fampiatoana fampianarana sy fikarohana

Manoloana ny firongatry ny aretina pesta eto amin’ny firenena ankehitriny dia manao antso avo amin’ireo tompon’andraiki-panjakana

 

J. Mirija

Tia Tanindranaza0 partages

Antananarivo sy ToamasinaMiato ny fampianarana…

Araka ny fanambaran'ny minisiteran’ny fanabeazam-pirenena omaly, dia miato ny fampianarana amin'ireto toerana voalaza ireto amin'ity herinandro ity ho fanohizana ny fanadiovana ny sekoly (miankina sy tsy miankina):

Fahadiovana

Mazava ny resaka eto fa efa tena loza mihatra ny fihanaky ny pesta an-tanàn-dehibe ka tsy maintsy naato ny fampianarana mba isorohana ny mety ho fiparitahany izay hitera-doza avy eo. Nitsidika sy nanao fanentanana ho an’ny ady amin’ity valanaretina ity teny amin’ny sekolim-panjakana Ambohimiandra moa ny minisitry ny fanabeazam-pirenena Paul Rabary sy ny solontenan’ny minisiteran’ny fahasalamana omaly. Natomboka teny amin’ny EPP sy ny CEG teny an-toerana ny fandrarahana ranom-panafody ho an’ireo sekoly miankina amin’ny fanjakana eto Antananarivo mba hiadiana amin’ny fihanaky ny pesta. Izay sekoly rehetra vita fanondrahana fanafody, dia hatsahatra mandritra ny 3 andro ny fampianarana mba hiasan’ny fanafody, ary mety tsy hahazaka ny herin’ny fanafody rahateo ny mpianatra, ka izay no nandraisana io fepetra io. Maharitra 6 volana kosa ny herin’ny fanafody. Ny CISCO Antananarivo Renivohitra sy Toamasina no tena hanamafisana io asa fanondrahana fanafody io. Ho an’ny sekoly tsy miankina rehetra, dia manatona ny DREN sy ny CISCO amin’ny toromarika ho azy ireo. Ny mpianatra ahitana trangana atody tarimo na mikohaka misy ra dia hoentina avy hatrany eny amin’ny tobim-pahasalamana. Tsy vahaolana ny fampiasana tapim-bava na ireny antsoina hoe: “cache bouche” ireny fa ny fahadiovana no vahaolana, raha ny fanehoan-keviny. Tsy ianao no voa fa iny fitaovana iny, dia mety hipetahan’ny otrikaretina ary mety hamindra amin’ny olona manodidina anao, ka tsy tokony hoentina miditra any an-trano na toeran-kafa be olona, fa dorana avy hatrany. Tsy ilaina ny fividianana sy fihinanana fanafody raha tsy voamarina fa voan’ny pesta satria mety tsy handaitra intsony ny fanafody amin’ny fotoana mety tena hahavoa, hoy hatrany ity minisitra ity. Manafatra amin’ny tokony hitandremana amin’ny vaovao samihafa ny minisitra Paul Rabary mba hisorohana ny fampisavorovoroana. Mifampiaro hatrany kosa ny ao anaty fitondrana momba ity zava-doza ity, ka nilaza i Paul Rabary, fa manao ny asany ara-dalàna ny minisitry ny fahasalamam-bahoaka. Nahazo fanakianana maro ny minisitry ny fahasalamana, ary tsy vitsy ny fanehoan-kevitra maneho ny tokony hametrahany fialana satria tsy arakaraka ny fampandriana adrisa nataony ny zava-niseho satria nambarany fa voafehy ny pesta.

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

La Réunion kely AmpefilohaOlona 3.000 miaina amin’ny trano tsizarizary

Miaina amin’ny trano tsy zarizary ireo olona mihoatra ny 3.000 isa monina etsy amin’ny tanànan’i La Réunion kely Ampefiloha, Fokontany Manarintsoa.

Pati

Tia Tanindranaza0 partages

Vidim-bary eny an-tsenaAmin’ny novambra vao hilamina

Manodidina ny 2000 ariary amin’izao fotoana izao ny kilaon’ny vary eny an-tsena.

  Raha ny fanazavan’ny avy eo anivon’ny minisiteran’ny varotra sy ny fanjifana dia tsy mifanaraka ny tolotra sy ny tinady eo amin’izay resaka fandraharahana ara-bary eto amintsika izay ka mahatonga ny fiakarana. Efa tsy ampy antsika intsony ilay vary hafarana amin’ny kaontenera izay tsy mahatonga afa-tsy 200 hatramin’ny 1000 taonina satria efa mitombo isa ny Malagasy. Mila eo amin’ny 100.000 taonina isan-taona eo mihitsy isika, raha ny fanazavana, ary izay no hanaovana antsoavo amin’ireo mpandraharaha hoe mila mitahiry maro satria rehefa betsaka ny miditra avy any dia mihena ny vidiny. Sambo mihitsy hoy ny minisitry ny varotra sy fanjifana, vao ampy satria manodidina ny 30.000 taonina ka hatramin’ny 120.000 taonina any no tanjona. Dia aiza ho aiza moa izany ny mikasika ny famokarana anatiny manoloana izany fanambaran’ny minisitera izany ? Marihina fa amin’ny faran’ny volana novambra izao, raha tafapetraka io paikady io, no miverina amin’ny laoniny ny vidim-bary, raha ny fanazavana hatrany.

J. Mirija

Tia Tanindranaza0 partages

Ady amin’ny famotsiam-bolaZandary 24 hofanin’ny SAMIFIN sy ny BFV

omaly alatsinainy 2 oktobra 2017, tao amin’ny Toby Ratsimandrava ny lanonam-panokafana ny fiofanana amin’ny ady atao amin’ny famotsiam-bola,

 

Notanterahana tamin’ny fomba ofisialy  izay iarahan’ny zandarimariam-pirenena amin’ireo sehatra samihafa, dia ny SAMIFIN sy ny « BFV- Société générale ». Miisa 24 mirahalahy ireo zandary notsongaina manerana ny Nosy ka hahazo tombony amin’izao fiofanana izao, izay mitsinjara ho toy izao : 09 manamboninahitra, 15 manamboninahitra lefitra. Hizara roa miavaka tsara ny fiofanana, ka ny 2 oktobra hatramin’ny 6 oktobra 2017, dia ny avy ao amin’ny SAMIFIN no hizara ny traikefa amin’ireo mpiofana ao amin’ny Toby Ratsimandrava. Hotontosaina ny 9 oktobra ka hatramin’ny faha 11 oktobra 2017 ao Analakely kosa ny tapany faharoa, ka ny  « BFV-société générale » indray kosa no hitondra ny fahaiza-manaony amin’ireto mpiofana ireto. Tonga nanome voninahitra ny lanonana ny tale jeneralin’ny SAMIFIN, tale jeneralin’ny «BFV-Société générale » ary ny jeneraly komandin’ny zandarimariam-pirenena notronin’ireo manamboninahitra jeneraly sy manamboninahitra ambony maro. Nitovy ny fomba fijery tamin’izao hetsika izao, araka ny nambaran’izy ireo tamin’ny lahateny nifandimbiasana, dia ny hananana vokatra tsara amin’ny fanatanterahana ny ady atao amin’ny famotsiam-bola sy ny hananana mpanao fanadihadiana mahafehy an’ity sehatra ity (Enquêteurs financiers) ny eo anivon’ny zandarimariam-pirenena. Izao no tanteraka dia noho ny fiaraha-miombon’antoka eo amin’ireo sehatra ara-panjakana sy ny tsy miankina « 3P », izay irariana hatrany ny firoboroboany mba hanamafisana ny ady amin’ny tsy fandriampahalemana.

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Miady amin’ny inona ?

Mbola mipetraka ihany ry Jean ny fanontanianay amin’izao fotoana izao hoe governemanta miady amin’ny inona tokoa moa izany ilay nireharehan’i Solobe tany am-piandohana ?

 Toa izay mba ady tokony ho nataonareo mantsy tsy misy vita fa resy amin’ny elanelan’isa lavitra be hatrany ianareo. Tsy mahavoka amin’ny ady amin’ny tsy fandriampahalemana, valan’aretina,… Dia inona izany izao no hilana anareo eo ? Ny miaro seza aloha dia tompony ianareo, saingy leom-boanana tamin’ny nafitsoky ry Jean kely ny Gasy ry Jean ka izay aloha no mampangina azy a! Tsaronao ery ry Jean ny fihebohebonareo tamin’ilay fivorian’ny Frankofonia hoe miasa ho anao rafanja, saingy nahoana no tsy haseho amin’izay izany izao e ? Voaporofo hatrany ny petatokonareo, ka aza diso fandray ka hihevitra fa efa malemy araka ny hevitrareo ny vahoaka tsy mandady harona. Ny biby hanaikitra tsy mba mampiomana sy mierongerona tahaka ny adin’ny kanosa ataonareo, ka aza diso fihevitra e !

Marco

Tia Tanindranaza0 partages

Antoko TEZATsy mbola tokony hokitihina ny lalàmpanorenana

Rahampitso izany no hamelabelarana kokoa etsy amin’ny foiben’ny vaomiera mahaleotena misahana ny fifidianana na ny CENI etsy Alarobia mikasika ny tontolon’ny lalàna mifehy izay fifidianana izay sy ny fanaovana politika eto amintsika

taorian’ireo fakan-kevitra natao manerana ny faritra hampifandrindrana ny lafiny lalàna sy fifidianana. Araka ny fanazavan’ny sekretera jeneralin’ny antoko Teza, Ihanta Randriamandranto, sady mpikambana namolavola, dia tsy nisy resaka fikitihana lalàmpanorenana tao anatin’izy io. Tsy olana eo amin’ny endrika ivelany fa tena ny vontoatiny mihitsy ka tsy azo atao maimaika. Efa nanambara foana izahay, hoy ity sekretera jeneraly ity, fa ilana fanorenana ifotony mialoha ny hidirana amin’ny fanovana ary ny vahoaka rehetra no tokony hifidy ny andininy mila fanamboarana fa tsy parlemanta vitsivitsy voatamby fiara tsy mataho-dalana. Tsy ny fikitihana lalàmpanorenana no olana fa ny fikitihana andininy mahakasika olon-tokana.  

J. Mirija

Tia Tanindranaza0 partages

Fiparitahan’ny loto eto an-drenivohitraHandray fepetra hentitra ny CUA

Ho fitandroana ny fahadiovana eto amin’ny tanànan’Antananarivo Renivohitra (CUA) dia handray fepetra hentitra ny fiadidian’ny Kaominina manoloana ireo loto miparitaka sy fako rehetra manerana ny Renivohitra.

 

 Tafiditra ao anatin’izany  avokoa ny  mpivarotra entana eny amoron-dalana, ny mpivarotra hani-masaka eny hatramin’ireo olon-tsotra eny anivon’ny Fokontany minia manary fako sy  , manao maloto  eny rehetra eny. Toraka izany koa ireo  manentsina lakan-drano sy ny tatatra  ary ireo manaparitaka feno eny an’ elakelan-trano.Ireo sarety  sy kalesy tsy manara-dalàna na ireo olona na fiara tsy manaraka ny lalànan’ny fifamoivoizana toy ny fiampitana amin’ny faritra voatokana na “Passage Zébré” dia ho voakasika ihany koa.Aorian’ny fanentanana dia hisy avy hatrany  ny sazy ampiharina  mifandraika amin’ izany, araka ny lalàna manan-kery efa misy.Hisy ihany koa ny fanaraha-maso hataon’ny  “Inspecteur d’Hygiène”  eny ifotony.Marihana  moa fa efa misy ny toerana voatokana amin’ireny fanariam-pako sy ny fanaovana maloto ireny, koa entanina isika  rehetra mba hanaraka ny fitsipika efa napetraka .Manantena ny fahatsiarovan-tenan’ny tsirairay  ihany koa ny Kaominina Antananarivo Renivohitra satria soa iombonantsika izany.

Pati

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Thb Champion’s League dinganafaharoa

Mbola mitarika ny CNaPS Sport syElgeco PlusTontosa ny alahady 01 oktobra 2017 ny andro faharoan’ny dingana faharoa

 amin’ny fiadiana ny ho tompondakan’I Madagasikara amin’ny baolina kitra na ny « Thb Champion’s League Malagasy ».

Vokatra azo tamin’izany :

 

SITE  :MAHAJANGA

FC Maeva2- 2 Varatraza

Hzam0 - 0 Ajesaia

CNaPS Sport 1 – 1Ussk

 

SITE  : FIANARANTSOA

Fc Angèle1 – 1 Top Dom

Cosfa  1 – 0  Rts Jet Mada

Zanak’AlaFc  0 - 2  Elgeco Plus

 

NtsoavinaEvariste

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Orange Kitra FiangonanaHanomboka amin’ny faran’ny herinandro ny fifanintsanana

Filaharambe, niainga tetsy amin’ny tranombokim-pirenena Anosy nihazo ny kianjan’i Mahamasina,

Tia Tanindranaza0 partages

Rugby AnalamangaLavon’ny TAM Anosibe tamin’ny moka fohy ny TFA Anatihazo

Nitohy araka ny mahazatra tetsy amin’ny kianjan’i Malacam Antanimena ireo lalao tafiditra amin’ny fiadiana ny ho tompondakan’Analamanga eo amin’ny taranja rugby à XV taona 2017.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Zazavakely vao afaka CEPE

Bevohokana zanaka Patrôn’aomby.Zanaka sefom-pokontany iray tsy ampy taona,

Toky R

 

Agence de Presse de l'Ocean Indien0 partages

La 6ème réunion du Comité APE à Madagascar

« Madagascar a su tirer parti de l’APE (Accord de Partenariat Economique) », a annoncé Chabani Nourdine, ministre malgache du Commerce et de la Consommation, lors de l’ouverture de la 6ème Réunion du Comité APE à Madagascar, le matin du lundi 2 octobre. Cette réunion, qui durera deux jours, est une occasion pour tous les cinq pays signataires (Madagascar, Maurice, Seychelles, Zimbabwe et Comores) et l’Union-Européenne, de faire le point, approfondir et améliorer les avantages que chaque partie prenante pourrait tirer de ce partenariat économique.

En effet, grâce à ce partenariat entre la Grande-île et l’Union-Européenne, Madagascar a observé une hausse de 74% de ses exportations vers l’Europe entre 2012 et 2016. « Les exportations de Madagascar sont passées de 499,5 à plus de 870,5 millions d’euro en cinq ans », lit-on dans le communiqué. Entre autres exemples, le textile et l’habillement, tenant le tiers des exportations ont connu ainsi une hausse de 31%.

Grâce à cet accord de partenariat, Madagascar bénéficie d’une exonération de droits douaniers pour les produits exportés vers l’Europe. « Les importations en provenance de l’Union-Européenne ne seront pas libéralisées pour protéger les produits malgaches », signale le communiqué en publiant la liste très étoffé de ces produits. A noter que ces importations en provenance de l’Union Européenne représentent moins de 20% de la totalité des importations malgaches.

Madagascar Tribune0 partages

La production d’huile lourde de Tsimiroro en stand-by en attendant le terminal pétrolier

Les travaux de construction du terminal pétrolier de Madagascar Oil à Tsimiroro ont débuté depuis quelques jours. La société a obtenu son permis d’exploitation auprès de l’Office national de l’environnement (ONE) et les licences pour la régularisation de la vente d’huile lourde selon l’administrateur général de la société, Russel Kelly. En attendant l’achèvement des ces travaux, la production d’huile lourde à Tsimiroro sera donc en stand-by. Le lancement de ces travaux indique toutefois qu’après quelques années difficiles, la société reprend ses activités.

Ce terminal pétrolier est particulièrement nécessaire au stockage de la production d’huile lourde de Tsimiroro. Les travaux dureront deux ans. Ce qui signifie qu’il faudra encore attendre un long moment pour que la société soit proprement opérationnelle et capable d’exporter et vendre ses produits au niveau international. D’autant plus qu’elle doit encore procéder à la construction d’une route reliant Tsiroanomandidy à Maintirano et un port à Maintirano même.

Pour l’instant, le seul client des produits de Madagascar Oil reste la JIRAMA. Un contrat définitif a été signé entre les deux compagnies pour la fourniture d’huile lourde de Tsimiroro pour la centrale thermique de Mandroseza à Antananarivo.

Madagascar Tribune0 partages

Huit candidats sur trente six n’ont pas encore de trésorier et de compte de campagne

A quelques jours du lancement de la campagne électorale de la présidentielle de 2018, 28 candidats sur les 36 postulants à la présidentielle disposent de trésorier et de compte unique de campagne. La loi organique en vigueur relative au régime général des élections et des référendums exige pourtant que chaque candidat procède ainsi afin d’éviter toute irrégularité ou infraction financière en matière électorale.

L’article 64 de cette loi indique que « Les candidats et les listes de candidats en compétition dans une élection, ou les entités en faveur des options dans une consultation référendaire, tiennent un compte de campagne ». Ainsi, ils « s’engagent à respecter les dispositions en vigueur relatives au financement des campagnes électorales, notamment celles qui se rapportent à la transparence, à la lutte contre le blanchiment de capitaux et à la corruption ». Ils doivent également déclarer « les recettes perçues et les dépenses engagées en vue d’une élection ou d’une consultation référendaire auprès de la Commission de contrôle du financement de la vie politique ».

L’article 65 de cette même loi précise que « Tout candidat ou liste de candidats à un mandat électif, toute entité en faveur d’une option dans une consultation référendaire désigne un trésorier de compte de campagne après l’enregistrement de la candidature pour une élection, et à la date de constitution de l’entité en faveur d’une option pour les consultations référendaires ». « La désignation de celui-ci se fait par une déclaration écrite, signée par le candidat ou le candidat tête d’une liste de candidats ou le représentant de chaque entité en faveur d’une option, et déposée auprès de la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI) ».

Rado Milijaona, président du Comité de contrôle du financement de la vie politique (CCVP), a expliqué hier lors d’une séance d’information et de partage relative au financement des campagnes électorales à l’hôtel Carlton que le rôle de son équipe consiste à vérifier comment le compte de campagne d’un candidat est géré. Pour assurer la transparence en matière de compte de campagne électorale, les cinq membres de ce comité contrôleront entre autres la provenance des recettes (illicite ou pas), l’existence ou non de blanchiment des capitaux, les éventuelles infractions financières ainsi que la formalité des dépenses de campagne des candidats.

En cas de constat d’irrégularité ou d’infraction, la commission peut instruire le dossier au niveau des juridictions compétentes qui pourrait bien être la Haute cour constitutionnelle (HCC) comme le Pôle anti-corruption, en fonction de la nature du délit. Malheureusement, aucune des dispositions de cette loi n’indique pas clairement les sanctions que peuvent subir le candidat en cas du non-respect des textes en vigueur. En tout cas, les candidats sont tenus à la fin de la campagne électorale de présenter un rapport financier.

Le Premier ministre, Christian Ntsay qui a assisté à la cérémonie d’ouverture de cette séance d’information, a félicité les membres de cette commission de financement de la vie politique, en ce sens qu’il relève de leur responsabilité d’assurer la transparence de la gestion de compte de campagne que la loi impose à tous les candidats. « Il s’agit de rénover la pratique politicienne à Madagascar, en rehaussant le standard en matière d’organisation des élections, et de financement de la vie publique et politique », a-t-il lancé.

Madagascar Tribune0 partages

Huit candidats sans trésorier ni compte de campagne

A quelques jours du lancement de la campagne électorale de la présidentielle de 2018, 28 candidats sur les 36 postulants à la présidentielle disposent de trésorier et de compte unique de campagne. La loi organique en vigueur relative au régime général des élections et des référendums exige pourtant que chaque candidat procède ainsi afin d’éviter toute irrégularité ou infraction financière en matière électorale.

L’article 64 de cette loi indique que « Les candidats et les listes de candidats en compétition dans une élection, ou les entités en faveur des options dans une consultation référendaire, tiennent un compte de campagne ». Ainsi, ils « s’engagent à respecter les dispositions en vigueur relatives au financement des campagnes électorales, notamment celles qui se rapportent à la transparence, à la lutte contre le blanchiment de capitaux et à la corruption ». Ils doivent également déclarer « les recettes perçues et les dépenses engagées en vue d’une élection ou d’une consultation référendaire auprès de la Commission de contrôle du financement de la vie politique ».

L’article 65 de cette même loi précise que « Tout candidat ou liste de candidats à un mandat électif, toute entité en faveur d’une option dans une consultation référendaire désigne un trésorier de compte de campagne après l’enregistrement de la candidature pour une élection, et à la date de constitution de l’entité en faveur d’une option pour les consultations référendaires ». « La désignation de celui-ci se fait par une déclaration écrite, signée par le candidat ou le candidat tête d’une liste de candidats ou le représentant de chaque entité en faveur d’une option, et déposée auprès de la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI) ».

Rado Milijaona, président du Comité de contrôle du financement de la vie politique (CCVP), a expliqué hier lors d’une séance d’information et de partage relative au financement des campagnes électorales à l’hôtel Carlton que le rôle de son équipe consiste à vérifier comment le compte de campagne d’un candidat est géré. Pour assurer la transparence en matière de compte de campagne électorale, les cinq membres de ce comité contrôleront entre autres la provenance des recettes (illicite ou pas), l’existence ou non de blanchiment des capitaux, les éventuelles infractions financières ainsi que la formalité des dépenses de campagne des candidats.

En cas de constat d’irrégularité ou d’infraction, la commission peut instruire le dossier au niveau des juridictions compétentes qui pourrait bien être la Haute cour constitutionnelle (HCC) comme le Pôle anti-corruption, en fonction de la nature du délit. Malheureusement, aucune des dispositions de cette loi n’indique pas clairement les sanctions que peuvent subir le candidat en cas du non-respect des textes en vigueur. En tout cas, les candidats sont tenus à la fin de la campagne électorale de présenter un rapport financier.

Le Premier ministre, Christian Ntsay qui a assisté à la cérémonie d’ouverture de cette séance d’information, a félicité les membres de cette commission de financement de la vie politique, en ce sens qu’il relève de leur responsabilité d’assurer la transparence de la gestion de compte de campagne que la loi impose à tous les candidats. « Il s’agit de rénover la pratique politicienne à Madagascar, en rehaussant le standard en matière d’organisation des élections, et de financement de la vie publique et politique », a-t-il lancé.

L'express de Madagascar0 partages

Épidémie – Le Premier ministre accable les communes

Les autorités sont fortement critiquées sur la gestion de l’épidémie de peste. Le Premier ministre, lui, enfonce les communes.

Prenez vos responsabilités. Une phrase lancée hier par Solonandrasana Olivier Mahafaly, Premier ministre, à l’endroit des communes. Fortement critiqué dans sa gestion du début de la saison pesteuse, le gouvernement, par le biais de son chef, oriente les canons de l’opinion publique vers les autorités communales.Une manière de se délester d’une partie des responsabilités, probablement. Questionné sur l’état des lieux de l’épidémie de peste, le locataire de Mahazoarivo a rappelé que les communes avaient également leur rôle à jouer dans les préventions et la lutte. « Prenez vos responsabilités, nettoyez vos villes. C’est pour cela que la population vous a élus à votre poste. Ne vous cachez pas derrièrel’État central. Que chacun, à son niveau, prenne ses responsabilités », a-t-il fulminé hier, en marge de la célébration de la fête nationale allemande, à Ambatoroka.Répliquant au Premier ministre, Marc Ravalo­manana, conseiller spécial du maire de la Commune urbaine d’Antananarivo (CUA), a demandé à ce que l’État central mette à disposition des autorités communales les subventions qui leurs sont dûes. « Je l’ignore pour les autres communes, mais je peux affirmer que celle d’Antananarivo n’a reçu aucune subvention jusqu’ici. Nous voulons travailler, mais donnez-nous les moyens et la latitude nécessaire », a déclaré l’ancien Président.Anticipant la question concernant la gestion des ordures qui s’amassent dans les quartiers de la capitale, le conseiller spéciale de son épouse, Lalao Ravalomanana, a souligné que le Service autonome de la ville d’Anta­na­narivo (Samva) est sous la tutelle du ministère de l’Eau. Un dossier que l’ancien chef d’État maîtrise, étant donné que c’est sous son mandat que cette entité chargée de la collecte des déchets d’Antananarivo a été mise sous la houlette du département ministériel.

AmorphesLe gouvernement est, depuis plusieurs jours, fortement critiqué pour sa timide réaction face au début de l’épi­démie. Le déploiement massif des éléments du Samva pour la collecte des ordures d’Antananarivo, annoncé par le Premier ministre samedi, ne semble toujours pas suivi d’acte.Il ne joue, du reste, la transparence sur le sujet que depuis peu. Les autorités communales, pourtant, n’en sont pas moins amorphes. La première magistrate de la capitale, par exemple, a disparu des radars.Comme le prévoit la loi sur le statut particulier de la capitale, la CUA est chargée de l’assainissement et de l’hygiène. Deux domaines dans lesquels les autorités de la Ville des Mille semblent avoir des difficultés depuis plusieurs mois. La majorité des quartiers d’Anta­nanarivo se noient dans l’insalubrité. Le conseiller spécial du maire de la capitale met en avant l’insuffisance de moyens.Un calvaire du dirigeant local qui a déjà été de mise durant la Transition, par exemple. Malgré l’anarchie de cette période, les autorités communales ont su maîtriser la saison pesteuse. Avec un large réseau dans les Fokontany, la CUA a les moyens humains de mener des sensibilisations de prévention.Tout comme le gouvernement, la CUA, elle aussi, a tardé à réagir d’une manière franche contre les risques de propagation de la peste. La mobilisation des habitants à un grand nettoyage dans les quartiers n’a démarré qu’à la fin de la semaine dernière.Ce n’est qu’hier, par ailleurs, que les autorités de la capitale ont publié un communiqué de presse indiquant qu’elles comptent prendre des mesures drastiques, pour l’assainissement de la ville et contre tous ceux qui ne respectent pas l’hygiène de la ville. La situation actuelle pourrait, cependant, révéler l’absence de synergie entre l’État central et les autorités communales, particulièrement, à Antananarivo.Lorsque le ministère parle de saison pesteuse, cela implique que les dangers sont prévisibles. Une collaboration sur des mesures préventives aurait alors été possible, voire nécessaire lorsque les administrés sont majoritairement inconscients, inciviques et malpropres.

Garry Fabrice Ranaivoson

L'express de Madagascar0 partages

Prison d’Ambatondrazaka – Libération de détenu contre payement

Un détenu a été arrêté pour banditisme. Celui-ci a indiqué qu’un agent pénitentiaire l’ autorise à sortir contre le versement  hebdomadaire de 200 000 ariary.

Un acte impensable. Reheri­manana, un détenu de la maison centrale d’Ambaton­drazaka, né en 1987, a été appréhendé avec l’un de ses comparses par  les forces de gendarmerie. Un agent pénitentiaire est accusé de perception périodique de fonds  contre sa remise en liberté.Le duo criminel a été suivi à la trace lorsqu’un acte de banditisme a été perpétré le mardi 19 septembre vers 4 heures du matin, à Antanandava , dans la zone limitrophe Nord-Ouest  du district. Neuf têtes de bovidés ont été dérobées. En arrivant à Vohitsara  au terme d’une poursuite engagée depuis près  d’une dizaine d’heures, les fuyards avec  leur butin sont tombés  dans les mailles des filets des gendarmes. Le troupeau a été récupéré en totalité et les deux individus pris vivants. Ces derniers étaient  en possession d’armes blanches et de grigris lorsqu’ils se sont fait cueillir.

CitationLors d’un examen de situation effectué par la gendarmerie, il se serait avéré que l’un des individus appréhendé, âgé de trente  ans, était un détenu de la prison  d’Ambatondrazaka. Le quidam aurait  encore une peine à purger sans avoir bénéficié d’une remise en liberté officielle. Il a incriminé un agent pénitentiaire de la maison centrale d’Ambatondra­zaka. Il dénonce celui-ci comme étant son complice. D’après ses accusations, le fonctionnaire de l’administration pénitentiaire  l’aurait autorisé à sortir de la prison sur simple accord verbal, contre le versement hebdomadaire d’une somme de 200 000 ariary.Le parquet d’Ambaton­drazaka a été informé de ce subterfuge. La semaine passée, le tribunal a prévu la citation de l’agent incriminé. Joint au téléphone, le directeur régional de l’administration de l’Alaotra Mangoro a indiqué que la gendarmerie lui aurait effectivement fait part de cette affaire.«Raherimanana a déjà purgé sa peine. Les accusations qu’il porte n’ont  rien d’étonnant. D’ailleurs, 90% des anciens détenus arrêtés pour récidive ne se gênent pas pour salir l’image de l’administration pénitentiaire lorsqu’ils se font arrêter», tonne le directeur régional de l’administration pénitentiaire.Pour ce qui est de la situation carcérale du détenu, le résultat d’un recoupement auprès du tribunal est attendu.   À Ambatondrazaka, le troupeau volé a été restitué au propriétaire.

Seth Andriamarohasina

L'express de Madagascar0 partages

Antananarivo – Des nouveaux décès suspects de peste 

L’épidémie de peste pulmonaire a encore fait de nouvelles victimes mortelles, à Antananarivo-ville. Un enfant et deux adultes en ont fait les frais.

Les agents du bureau municipal de l’hygiène (BMH) auprès de la commune urbaine d’Antananarivo (CUA) se sont empressés d’inhumer dans la fosse commune d’Anjanahary, le corps sans vie d’une sexagénaire, provenant de Tsarahonenana, hier soir. Elle aurait été décédée dans un grand hôpital du centre ville, suite à une suspicion de peste pulmonaire, hier après-midi. La désinfection de l’hôpital et la chimio prophylaxie de contact ont été opérées pour éviter la propagation de la maladie.À quelques kilomètres de là, plus précisément, à Ambodihady Ambohimana-rina, des agents de santé ont tenté de négocier avec les proches d’une autre victime, décédée hier, pour le traitement du corps. Ces derniers ont refusé d’admettre que leur famille a perdu la vie suite à la peste et ont réclamé qu’il soit veillé et enterré dans leur caveau familial. Pourtant, le test de diagnostic rapide effectué sur la victime se serait révélé positif. Des éléments des forces de l’ordre ont attendu dans les coins, tard dans la soirée, au cas où il y aurait des dérives.Dimanche soir, c’est un bébé de dix mois, habitant à Andraisoro, qui a succombé dans le centre hospitalier anti-peste à Ambohimiandra (CHAPA), selon l’affirmation du médecin chef de l’établissement. « Elle a succombé vers 22 heures. Elle a fait une convulsion», rapporte-t-elle. Dans cet hôpital, six malades suivent des traitements, trois d’entre eux sont des enfants. « Leur état s’est amélioré depuis les traitements », enchaîne-t-elle. Environ douze personnes ont subit des tests dans cet hôpital, hier matin, aucune n’a été admise à l’hôpital.

Vingt cinq décèsÀ l’aéroport international d’Ivato, un Sud-africain a été refoulé dans la salle d’enregistrement. Il a présenté des symptômes de peste. Son TDR était négatif à la peste, mais par précaution, il a été admis dans un hôpital, en attendant les résultats d’analyse du prélèvement de l’Institut Pasteur de Madagascar.La dernière situation officielle de peste, rapportée par le ministère de la Santé publique,  à 11 heures, hier, faisait état de cent quarante et un cas suspects dont vingt cinq décès, incluant l’enfant sus-cité. Les deux cas de décès cités en haut ne sont pas encore inscrits dans cette statistique.Paniqués par cette épidémie de peste pulmonaire qui continue à empirer de jour en jour, les Tananariviens ont fait la queue dans les pharmacies pour se prémunir de cache-bouche et d’antibiotiques, sans ordonnance. Des pratiques non recommandées par les médecins. « On ne devrait utiliser les cache-bouche que dans les endroits où il y a des malades confirmés. Circuler avec cela partout n’est pas bon. Cela devient grave et stigmatisant, sauf si on sent qu’il y a quelqu’un qui présente de la fièvre et qui tousse, dans les véhicules de transport en commun», souligne Robert Mampassi, consultant à l’Organisation mondiale de la Santé. Face à cela, les gens ne savent plus comment se protéger de cette maladie.Toutes les formations sanitaires, même les centres de santé de base (CSB), ont été dotés d’intrants pour la prise en charge.

Suspension des cours

Le ministre de l’Éducation nationale, Paul Rabary, a publié sur sa page Facebook, hier, la suspension des cours pour tous les établissements scolaires publics et privés dans les circonscriptions scolaires où des cas de peste ont été enregistrés. Les districts d’Antananarivo-ville, d’Antananarivo Avaradrano, d’Antananarivo Atsimondrano, d’Ambohidratrimo, de Toamasina I et II en sont concernés. La reprise des cours est prévue pour le 9 octobre. Les activités d’assainissement et de désinfection, lancées à l’école primaire publique (EPP) d’Andraisoro, hier, se poursuivront dans d’autres établissements scolaires de la ville.

Miangaly Ralitera

L'express de Madagascar0 partages

Carlton Anosy – Rakoto Frah revit le temps d’une soirée

Dans un cadre conçu en l’honneur du talent et du génie de la légende de la musique malgache qu’est Rakoto Frah, « Itondray tsikitsiky » a émerveillé le public au Carlton Anosy.

Un vibrant hommage, aussi spectaculaire que mélodieux a réveillé un vent de nostalgie à la mémoire de l’illustre Rakoto Frah. C’est ainsi que se décrit le mieux, la soirée du 1er octobre au Carlton Anosy, dans le cadre du concert sobrement intitulé « Itondray tsikitsiky ».Gasy Events, initiateur de cet événement inédit n’a pas lésiné sur les moyens pour faire vivre une soirée exceptionnelle garnie d’émotions, pour le public, à l’occasion. Un événement en ode à la personnalité, à la musicalité particulière et à l’identité culturelle que l’illustre Rakoto Frah s’est longtemps plu à faire valoir aussi bien pour ses compatriotes qu’à l’international.Sublimé par les décors soigneusement réalisés par l’équipe du « Alinéa Group » menée par Jessy Rakotomalala, le Carlton Anosy a plongé d’entrée le public, de la soirée dans l’univers même de la légende et ce bien avant le début du grand concert avec à l’affiche des artistes de renom : Dama, Samoela, Jaojoby, Kolibera, Lilie, ainsi que les groupes Lolo sy ny tariny, Telofangady, Fafah, Feo Gasy, Erick Manana, et bien entendu, ses héritiers les Rakoto Frah Juniors. Jusqu’à la fameuse salle Ravinala où s’est tenu le concert, le public de la soirée longe une allée ornée de « Tafo falafa », ainsi que des apparats représentatifs de l’identité même de Rakoto Frah où le « gasigasy » constitue le mot d’ordre.

Fierté et fraternitéPoursuivant son entrée sur un tapis rouge soyeux, le public a eu le privilège de découvrir et redécouvrir également le parcours de ce flûtiste hors pair qu’est Rakoto Frah, grâce à une exposition où photos inédites, certificats de reconnaissance de sa riche carrière nationale et internationale, ainsi que des objets lui appartenant s’exposent. Notamment, sa belle collection de flûtes, mais aussi une imposante statue de bronze à son effigie qui a émerveillé le public.Vers 20h, les festivités ont débuté sur une scène teintée de rouge, chaleureuse et illustrant ce folklore cher à Rakoto Frah. « Itondray tsikitsiky » s’affirme comme des plus enjoués, porté par l’esprit fraternel qui a animé les artistes à l’affiche. Le tout embelli par la sonorisation de Mi’Ritsoka Production, de quoi rendre chaque artiste fier d’être présent sur scène et de ravir son auditoire.Le concert s’est ouvert avec un « medley » des meilleures compositions de Rakoto Frah de leur part à tous. S’ensuit une prestation de Rakoto Frah Junior, accompagnée du groupe Zandry Gasy et Lilie, interprétant « Any indray andro » et « Fanja ». S’affirmant tous comme de dignes héritiers de Rakoto Frah, les groupes se sont succedé. Au-delà de cette soirée enchanteresse, Gasy Events prévoit prochainement de réitérer le concert sur une plus grande scène pour le grand public.

Andry Patrick Rakotondrazaka

L'express de Madagascar0 partages

Tennis – Circuit Mondial ITF U18 – Un tournoi international juniors en vue

Les joueurs malgaches disputeront à domicile un tournoi international juniors à partir de 2018. Une situation qui fait beaucoup de bien à la caisse de la FMT.

Une nouvelle à mettre dans les annales du tennis malga­che. La fédération internationale de tennis vient d’offrir à Madagascar l’opportunité d’accueillir le premier tournoi international du Circuit mondial U18 de son histoire.Madagascar a donc réussi a convaincre l’instance internationale qu’il mérite d’avoir son propre Open Interna­tional juniors parmi la centaine de tournois qui figurent au programme des joueurs U18 du monde entier.Le tournoi proprement dit portera le nom de Mada­gascar Juniors Open - Grade 5 qui va se jouer à Antana­narivo du 25 au 29 juin 2018.Cette initiative de la fédération malgache de tennis (FMT) permettra aux joueurs locaux d’avoir des points pour le classement mondial juniors.Jusqu’ici, les joueurs qui ont déjà un classement mondial juniors sont Narindra Ranaivo (9540e), Tsanta­nionyIariniaina (1345e), MialyRanaivo (1514e) Finaritra Andriamadison (1650e).« Le fait de pouvoir accueillir le premier tournoi international U18 à Madagascar est une preuve que nous voulons vraiment faire le développement du tennis malgache. Ce sera une très bonne expérience pour nos joueurs et pour le monde du tennis malgache de voir le niveau réel des juniors au monde. Ici je lance un appel à tous ceux qui aimeraient soutenir la FMT dans ses projets et actions de développement du tennis à Madagascar. Notre porte est grande ouverte car la FMT seule ne pourrait pas tout faire. C’est ensemble qu’on pourrait relever les défis », rappelle Stéphane Rakotondrainibe, président de la FMT, qui a aussi déposé la candidature malgache pour l’organisation des championnats d’Afrique U16, pour un tournoi du circuit ITF/CAT U14 et pour la Coupe Davis du groupe 3.La décision de la Confédération africaine de tennis pour l’accueil de ces autres tournois internationaux pour 2018 sera connue prochainement.

Dina Razafimahatratra

L'express de Madagascar0 partages

Region Melaky – Un illustre opérateur économique assassiné

Crime odieux à Antsira­sira Maintirano. Dans l’après-midi d’avant-hier aux alentours de 16 heures, l’opérateur économique Tiandraza Franco Danys, ancien directeur de cabinet auprès de la région Melaky, a été froidement assassiné. Ce jeune chef de famille de  trente-cinq ans a succombé à des coups de hache dont les plus mortels ont été assénés sur sa tête. Agonisant lors de son évacuation vers l’hôpital, il a rendu l’âme en chemin.Propriétaire de salines et d’une entreprise de production de sel  de mer qui approvisionne Maintirano et Mahajanga, le défunt a vu son investissement  fructifier après qu’il ait  suivi des études en économie et en théologie musulmane en Egypte, Arabie Saoudite et France. Ses proches et amis privilégient la thèse d’un règlement de compte. Le crime a été perpétré à Antsirasira.Accompagné de quelques amis, le trentenaire allait se rendre à ses salines lorsqu’il a été la proie de l’escouade de tueurs. Ses compagnons n’ont par réussi à tenir tête aux assaillants.Les funérailles de Tiandraza Franco Danys se sont déroulées à Maintirano dans la matinée d’hier.

Andry Manase

L'express de Madagascar0 partages

Sava – Protection sociale pour les personnes âgées

Week-end chargé pour la ministre de la Population et son équipe dans la région Sava. En particulier, les seniors ont bénéficié de beaucoup d’attention. 

La Sava a été choisie par le ministère de la Population, de la protection sociale et de la promotion de la femme (MPPSPF) pour célébrer la Journée internationale des personnes âgées (JIPA).Dans son discours, lors de la célébration  de la JIPA à Sambava, dimanche dernier, Onitiana Realy a annoncé la mise à jour de la loi sur les personnes âgées.« La protection et la sécurité sociale de ces seniors sans ressources constituent le fondement et les raisons d’être de cette nouvelle loi sur les personnes âgées. Actuellement, 10% seulement de la population malgache disposent d’un système de sécurité sociale », a précisé la ministre.Par ailleurs, la mise en place du dispositif « Vatsin’ ankohonana » a permis d’attribuer la somme de 60 000 ariary à chacun des 500 seniors des quatre districts de la Sava.En fait, la ministre Onitiana Realy a clôturé en apothéose la célébration, à Sambava, où un nouveau Centre de rencontres et de loisirs des personnes âgées (CRLPA) sera construit. La cérémonie de pose de la première pierre de cette structure s’est tenue dans une ambiance festive et empreinte de ferveur populaire.

La ministre Onitiana Realy, tout sourire, à côté du « jeune homme » de 120 ans.

Post-EnawoIl en était de même dans les CRLPA d’Andapa, vendredi dernier, d’Antalaha et de Vohémar, le lendemain. Ces trois centres ont, d’ailleurs, été rénovés et équipés de téléviseur et de jeux de société. Des consultations médicales gratuites y sont organisées deux fois par semaine grâce à la redynamisation ou la mise en place du Club des amis des personnes âgées (CAPA), composé de médecins et de professionnels de la santé.Dans le cadre du relèvement post-Enawo, deux mille personnes ont bénéficié du dispositif Haute intensité de main-d’œuvre mis en place à Antalaha. Il consiste à nettoyer 10km  de canaux d’évacuation d’eaux pluviales pendant cinq jours, à raison de 5 000 ariary par personne par journée de travail.En outre, quatre cents enfants, qui reprennent le chemin de l’école, ont été dotés de kits scolaires. Enfin, la ministre a procédé à la désormais traditionnelle dotation de matériel de production (machines à coudre, équipements agricoles) aux associations de femmes à Andapa et à Sambava.

Quatre centenaires, bon pied bon œil

La ministre Onitiana Realy et ses collaborateurs ont rencontré quatre centenaires de la Sava, dont un homme à Sambava et une femme à Antalaha, tous les deux portant allégrement leurs 120 ans, et deux femmes respectivement âgées de 100 ans et 104 ans, habitant à Vohémar. En fait, ce sont des modèles de longévité et des patrimoines vivants.

Recueillis par Prosper Rako

L'express de Madagascar0 partages

Boxe – Fédération – Deux dirigeants sanctionnés

La fédération met les points sur les « i ». La sanction tombe sur deux dirigeants du monde de la boxe olympique malgache.Telle est la décision prise à l’issue d’une réunion des membres du comité exécutif de la fédération malgache de boxe olympique ce samedi. La réunion était dirigée par le président de la FMBO, Hery Mamy Raba­risoa et son vice-président, Gégé Bosco Andriama­nampisoa, en présence des représentants des ligues.Deux dirigeants, en la personne d’Aurélien Raza­finjatovo, entraîneur évoluant à Toamasina, titulaire du diplôme star 1 et Hadji Manuel qui cumule trois fonctions entre autres le poste de deuxième vice-président de la fédération, conseiller technique régional et président par intérim de la ligue de Boeny, sont considérés par la fédération comme des perturbateurs au sein du monde du noble art.Ces deux dirigeants sont suspendus de leur fonction respective jusqu’à nouvel ordre, pour usurpation de fonction. Dénoncés par quelques membres des ligues, les deux personnes citées ci-dessus ont tenté de collecter des signatures auprès des ligues pour convoquer ensuite une assemblée générale extraordinaire, ce qui n’est pas de leur compétence. « Le conseil de discipline sera mis en place bientôt pour trancher cette affaire », a annoncé Hery Mamy Rabarisoa, président de la fédération.La ligue de Boeny, seule absente non excusée du championnat national de ce week-end doit aussi une explication à la fédération selon toujours le numéro un de la FMBO. Cette ligue a boudé et n’a pas envoyé ses représentants au sommet national suite à la décision de la fédération de lui retirer l’organisation du cham­pionnat et de le déplacer dans la capitale.«C’est vrai que nous avons prévu d’organiser le cham­pionnat de Madagascar à Mahajanga mais vu les nombreux événements sportifs qui se sont tenus dans la Cité des fleurs durant le mois d’août et septembre, nous avons préféré Tana », a précisé le président de la fédération. « Les dates prévues coïncidaient également avec celles des championnats nationaux scolaires fin août. En plus de nombreuses ligues ont demandé d’organiser le sommet national dans la capitale pour éviter des dépenses excessives» a-t-il conclu.

Serge Rasanda

L'express de Madagascar0 partages

Antsiranana – Le festival Sômatsika en demi-teinte

La Commune Urbaine d’Antsiranana a quelque peu raté le lancement de son festival. Il n’a pas drainé beaucoup de monde, pendant la semaine où il a été programmé. 

Pourtant, tout s’est bien passé, comme si de rien n’était. La première édition du festival « Sômatsika » n’a pas obtenu le succès escompté par les organisateurs. Elle s’est achevée dimanche, après les combats traditionnels de « morengy » et les brillantes prestations d’artistes de renom, comme Tence Mena, Babaïque, Aly Mourad et  les jeunes locaux qui se sont  succédé sur la jolie scène de Scoop Digital installée tout le long du stade municipal d’Antsiranana.Certes, ce n’était qu’un début, néanmoins, l’on a constaté que le festival n’a pas remporté le succès espéré par la commune urbaine et  l’Association de employés, initiatrice de cet évènement. Pratiquement, malgré des têtes d’affiche très attendues  et le programme alléchant réparti sur neuf jours, la population antsiranaise n’a pas encore bien accueilli le « Sômatsika ». De fait, les spectacles organisés au stade n’ont pas obtenu la grande affluence du Donia ou du Sômaroho. Par contre, les spectateurs, en majorité jeunes, ont progressivement afflué devant la scène mobile dressée devant la mairie, où plusieurs concerts gratuits étaient programmés.Quoi qu’il en soit, c’était  une semaine de fête très attendue  par les amoureux de musique.

Imperfections« Les festivaliers étaient moins nombreux mais très motivés pour accueillir sur scène leurs artistes préférés en tête d’affiche de la journée », a indiqué le maire Jean Luc Désiré Djaovojozara.Il a pris comme exemple le roi du salegy, Jaojoby qui a fait son grand retour dans la capitale du Nord ainsi que la découverte des jeunes talents locaux, pour ne citer que Larss, Wesh, ou Romeo.Pour la municipalité d’Antsiranana, il s’agissait  de poser la fondation d’un festival et de l’inscrire dans la durée. Elle a reconnu qu’il y avait des imperfections liées à l’organisation mais elle a aussi tiré des leçons pour parfaire la prochaine édition. Sur ce, des supputations ont circulé dans les coulisses. Des gens ont  avancé que la date avait été mal choisie car elle avait coïncidé avec la rentrée scolaire. D’autres ont argumenté sur la cherté du prix d’entrée.« Payer 5 000 ariary par  personne à chaque spectacle n’est pas à la portée de toutes les bourses », a soutenu un père de cinq enfants.Les promoteurs de Sômatsika n’auraient pas encore maîtrisé la communication externe et interne, car il est primordial de faire connaître ledit festival. Ils n’ont même pas été capables de partager ou de gérer  les tâches des responsables. Ce qui a provoqué les débuts tardifs des spectacles.

Raheriniaina

L'express de Madagascar0 partages

Boeny – Près de sept cents séropositifs recensés

La situation du VIH Sida dans le district de Mahajanga I est alarmante. Le nombre de personnes séropositives ne cesse d’augmenter, d’après la Direction régionale de la santé du Boeny.Sur les 694 personnes séropositives dans la région, 664 sont recensées dans ce district. Le nombre de personnes décédées de cette maladie est de 73, 185 sont perdues de vue tandis que 23 autres ont été transférées ailleurs. Le reste, soit 413 séropositifs, fait l’objet de suivi et sous traitement par ARV.Dans les six districts de la région Boeny, on dénombre 247 hommes et 447 femmes séropositifs, sur les 10 846 personnes dépistées depuis 2006 jusqu’au mois de juin dernier. En 2016, 188 personnes portent le VIH Sida, contre 111 pour cette année. Et pourtant, en 2015, le nombre de personnes séropositives n’était que 77, et seulement 12 en 2006. Tel a été le point saillant de la présentation sur la prévalence du VIH/Sida dans la région Boeny effectuée par le Dr Solange Hoasy, vendredi dernier à la grande salle du Centre pastoral diocésain Don Bosco à Mangarivotra.« Chez les populations-clés dont les hommes ayant des rapports sexuels avec les hommes (HSH ou MSM), le taux de prévalence est de 14.8% contre 1.3% pour les professionnels de sexe, tandis que ce taux chez les consommateurs de drogue injectable (CDI) est de 7.1%, en 2012 », a précisé cette représentante de la direction régionale  de la santé.D’autres populations vulnérables telles que les personnes détenues et les jeunes de 15 à 24 ans avec des comportements à risque de transmission sont aussi connues dans le pays.Selon les résultats du mode de transmission, 99, 3% des nouvelles infections découleraient des rapports sexuels non protégés.D’ici 2030, suite au consensus mondial, il faut mettre fin à l’épidémie du Sida, de la tuberculose, de la malaria ainsi que d’autres maladies tropicales négligées.

Vero Andrianarisoa

L'express de Madagascar0 partages

VTT – MBike Adventure – Cinq étapes entre Ambato­fotsy et Ambohimanambola

C’est reparti pour un nouveau tour d’Antananarivo en vélo tout terrain. La troisième édition de la MBike Adventure, course internationale de VTT, s’étalera du mercredi 18 au dimanche 22 octobre. Le parcours comptera cinq étapes, pour une longueur totale de 216,8 kilomètres.Les première et deuxième étapes consisteront à effectuer deux boucles autour d’Ambatofotsy. Elles mesureront respectivement 37 km et 28 km, avec un dénivelé positif de 1217 et de 1251 mètres. Ces deux premières sorties s’apparenteront plutôt à des mises en bouche. Les choses sérieuses débuteront avec la troisième étape.Le départ sera fixé à Ambatofotsy pour une arrivée à Ambohimanambola, d’une longueur littéralement effrayante de 56,9 km. La plus longue étape de cette édition 2017, avec également le dénivelé positif le plus important, soit 1880 mètres. Si une équipe veut faire la différence (Ndlr : la MBike Adventure se dispute par équipe de deux coureurs), c’est là qu’elle doit attaquer, avec les nombreuses ascensions au menu.La quatrième étape mènera les vététistes d’Ambohi­manambola vers Mantasoa, soit 41,2 km et un dénivelé positif de 1266 m. Et enfin, l’ultime étape consistera à faire le chemin inverse, de Mantasoa à Ambohima­nambola, soit 48,3 km et un dénivelé positif de 1516 m. Ce passage par Mantasoa sera la principale nouveauté du parcours cette année.A propos des invités de l’étranger, « la MBike Adventure fait son petit bonhomme de chemin et commence à se faire connaître à l’extérieur », confie Stéphane Lacas, organisateur de l’événement. « On aura moins de Réunionnais, mais plusieurs coureurs de France et Belgique vont faire le déplacement », poursuit-il. L’an dernier, la victoire finale était revenue à Emile Randria­nantenaina et Hasina Rako­tonirina. Ils avaient signé trois victoires d’étapes sur les cinq au programme.

Haja Lucas Rakotondrazaka

L'express de Madagascar0 partages

Des faibles averses  sur les Hautes Terres centrales. 

Le régime d’alizée s’intensifiera en fin de semaine, selon les techniciens du service de la Prévision météorologique. Cela apportera de faibles averses sur les hautes terres centrales et dans la région Est, à partir de jeudi. Les températures diminueront, par ailleurs, après trois jours.

L'express de Madagascar0 partages

Régate de Nosy Be – Le Coco Jet établit un nouveau record

Quatre heures quatorze minutes tel a été le temps record jamais enregistré depuis l’organisation de La Grande Régate de Nosy-Be pour faire l’aller-retour entre le port de Cratère de Nosy-Be et la baie des Russes. Un temps réalisé par Coco Jet appartenant à Claude Dumand, un Français participant à la 14e édition de cet événement annuel.L’ambiance était au rendez-vous, aussi bien sur la terre ferme que sur la mer, lors des deux jours qui ont réuni les amoureux de la voile. Le signal de départ a été donné à 13 h précises, samedi, au port de Cratère de Nosy-Be pour rejoindre la baie des Russes, un lieu chargé d’histoires. Goélettes, monocoques, catamarans, hobbie cat, boutres, et pirogues ont hissé leurs voiles pour disputer la première place de cette course fraternelle.À bord des embarcations, des gens de toutes les nationalités : Belges Sud-Africains, Italiens, Anglais, Américains, Français et Malgaches ont partagé joyeusement cettemerveilleuse aventure. La majorité des skippers sont des Malgaches. À la fin de la première manche à la baie des Russes, tous les participants ont communié autour d’un repas, dans une ambiance feu de camp animé par un concert live d’un groupe local. Le lendemain matin, les équipes se sont affrontées aux jeux de plage avant de reprendre le chemin de retour. Le dimanche 1er octobre vers 18 h, les résultats ont été proclamés à la marina du port de Cratère de Nosy-Be. Les vainqueurs de chaque catégorie ont reçu divers lots des prestigieux partenaires de cette édition. Le groupe Antonio Guitar de Nosy-Be a chauffé merveilleusement bien l’ambiance de cette soirée qui s’est prolongée jusqu’au petit matin.L’organisation de cette 14e édition a été réalisée pour la première fois par le Yacht Club Nosy-Be.

Les résultats

Hors-catégorie : Coco Jet en 4 h 14 mn

Catégorie monocoque 1e : Stacy en 4 h 26 mn2e : Aramis en 5 h 02 mn3e : Sokeni en 5 h 22mn

Catégorie multicoques1e : Lady Corsica en 4 h 53 mn2e : Mahogany en 5 h 12 mn3e : Baliste en 5 h 14 mn

Ricky Ramanan

L'express de Madagascar0 partages

CCESCA Antanimena – Henri Ratsimbazafy et Voahirana éblouissent leur auditoire

Lumineux et auréolés d’une grâce qui leur est propre, les concerts de Henri Ratsimbazafy et Voahirana ce week-end ont conquis les mélomanes venus nombreux les retrouver au CCESCA Antanimena, dans la soirée du vendredi et hier après-midi. Tel un véritable couple sur scène, ils enchantent toujours autant, par leur chanson et leur taquinerie avec cette série de concerts qui s’intitule « Prends-moi la main! ».Des concerts qui furent surprenants et qui se sont joués à guichets fermés. De nature sobre et modeste, Henri Ratsimbazafy et Voahirana ont opté pour le thème noir et blanc à l’occasion pour sublimer la scène. Chaque concert s’est divisé en trois parties bien distinctes. Avec plus de huit décennies au compteur, Henri Ratsimbazafy reste toujours aussi débordant d’énergie et de dynamisme, il a entamé, comme à l’accoutumée, la première partie d’une main de maître. Enchaînant ses plus grands tubes comme « Vola », « Ny lehilahy » et « Lamba blanc », qu’il a égayés de quelques pas de danse timides.Toujours aussi charmeur et proche du public, Dear Henri invita une jeune femme sur scène pour jouer avec lui la saynette de son fameux« Fiara an-dalamby » qui emballe le tout CCESCA Antanimena.Voahirana n’est pas non plus en reste et conquiert aussi à sa manière le public dans la seconde partie avec ses chansons comme « Veloma doria » ou encore « Tsy hanelingelina ». Ceci dit, le public avait surtout hâte de revivre le duo et se laissait envoûter par les morceaux tels que « Taiza » ,retranscrivant cette fameuse scène de ménage qui ravit toujours autant le public.

A. P. R.

L'express de Madagascar0 partages

Rugby – Analamanga – TAM conserve la tête

Le Top 3 inchangé. Le club de TAM Anosibe, nouveau leader du championnat d’Analamanga ou Top 9, après la septième journée des éliminatoires, conserve la tête du classement, avec 23 points. Les Gars d’Anosibe ont défait de justesse, ce week-end, au stade de Malacam à Antanimena, le TFA Anati­hazo sur un score serré de 23 à 21.De son côté, après sa nette victoire face à Matadore Anosipatrana, par 38 à 24, 3FB garde sa position de dauphin à un petit point d’écart du leader. À la troisième marche se trouve TFMA Ankasina qui compte également 22 points mais battu par l’équipe du ministère de la Santé Publique en match direct entre les deux formations. La plupart des clubs engagés au Top 9 sont actuellement à leur septième et avant dernier-match des éliminatoires. La prochaine journée sera donc décisive pour quelques-uns des clubs en course dans ce cham­pionnat organisé par Anala­manga Rugby.Le premier au classement final sera qualifié d’office en demi-finales, alors que les trois autres tickets seront encore à disputer en matches de barrage après la phase éliminatoire.

S.R.

L'express de Madagascar0 partages

Retrouvé pendu

Un homme âgé de cinquante-six ans a été retrouvé pendu chez lui à Katsepy Mitsinjo samedi après-midi vers 17heures. La thèse d’un suicide est privilégié bien que le mystère reste entier sur la raison.

L'express de Madagascar0 partages

Arabia Awards 2017

La banque BMCE Bank of Africa remporte, pour la quatrième année consé­cutive, le prix « Arabia Corporate Social Respon­sability Awards 2017 ». Ce prix se spécifie dans la catégorie Services financiers, récompensant les meilleures pratiques de Responsabilité sociétale des Entreprises de la région. Il est rapporté que cette consécration de la BMCE Bank of Africa confirme son positionne­ment  dans la promotion d’une finance durable à impacts positifs.  La cérémonie de remise de prix s’est déroulée la semaine dernière, à Dubai.

L'express de Madagascar0 partages

Raison et non psychose garder

La peste est endémique depuis qu’elle a été importée à Madagascar, sous la colonisation, en juillet 1921 (cf. Chronique VANF, 15.09.2017 : «où sont les Girard et les Robic de 2017 ?»). Pourquoi donc, en cette année 2017, nous semble-t-il qu’elle fait davantage parler d’elle ?Précisons tout de suite que la seule manière de ne jamais évoquer la peste ni entendre parler d’elle, ce serait simplement, mais ni plus ni moins que, son éradication. Si jamais, et il suffirait que dans quelque famille inconsciente et irresponsable parce que désireuse de maintenir la coutume de funérailles normales à un parent mort de cette maladie hautement contagieuse, on faisait le choix d’en taire l’existence, ce serait dramatique.La peste est donc une réalité. Une cellule de veille mise en place par le Gouvernement. Les matches de la coupe des clubs champions de basket-ball de l’océan Indien qui se jouent à huis clos. La rentrée solennelle de ce 2 octobre annulée. Des mesures de détection mises en place dans les aéroports et les gares routières. Cette fois, c’est officiel.Faut-il s’émouvoir de cette officialisation ou déplorer le retard mis à prendre des mesures exceptionnelles ? Les réseaux sociaux, qui racontent tout et son contraire et sur lesquels les pires mensonges savent prendre toute l’apparence d’une vérité crédible, ont choisi : s’affoler pour affoler.Une cellule de crise interministérielle devrait s’atteler à ce que nous savons le moins faire : contrôler. La cécité légendaire des Fokontany, incapables de dénoncer une construction illicite à leur porte, permet de douter de leurs capacités à contrôler l’annonce des cas dans chaque famille. Pour contrôler le flux des taxis-brousse, qui pourraient faire voyager rapidement la maladie à travers le pays, des barrières sanitaires pourraient-elles être moins «passoires» que les piquets de gendarmes qui n’ont pas vu passer un car de 90 places avec 140 personnes à bord ni une semi-remorque trop lourde pour le pont qu’elle allait plier ?Si les aptitudes de l’administration malgache à contrôler (les niqab à nos frontières, le bois de rose à nos ports, les espèces endémiques en sous-douanes) peuvent prêter à sourire, prendra-t-on sa communication avec sérieux ?Parce qu’il va bien falloir communiquer. Et d’abord rétablir la confiance par des actes concrets. Et un comportement exemplaire. Que font policiers et gendarmes à assurer la protection personnelle de tel ou tel particulier sans fonction officielle, alors que l’insécurité hante nos villes et nos villages ? Où foncent donc ces cortèges interminables de voitures officielles qui miaulent à qui mieux-mieux tandis que les embouteillages sont la normalité d’une population excédée ? Ce ne sont là que des broutilles, mais qui peuvent servir à envoyer un premier signal.Il ne faut pas se mentir. Si des mensonges grossiers (un utlimatum malgache contre la Corée du Nord, l’effondrement du tunnel d’Ambanidia) obligent des gens, a priori peu crédules, à prendre sur eux la charge de la preuve contraire, c’est que la confiance aux dires du régime est bien faible. Quand, où, comment, cette confiance a-t-elle été trahie ? Aussi peu évident que cela puisse sembler, trouver la réponse à cette introspection «de politique générale» permettrait de conjurer la psychose particulière de la peste.

Par Nasolo-Valiavo Andriamihaja

L'express de Madagascar0 partages

À chaque siècle, une maison-type

1952. Le premier aspect d’Antanana-rivo répond au goût français de l’unité dans la mesure où l’œil discerne des maisons uniformes, « uniformément rouges », régulièrement alignées et superposées. Une couronne de palais et de clochers découpe l’horizon et confère à l’ensemble un cachet particulier assez esthétique.L’histoire de la construction d’Antananarivo explique l’apparence presque uniforme des maisons et des édifices de la vieille cité d’un prototype lointain, la case merina transformée et aménagée par la technique moderne amenée par les initiateurs européens, Gros, Laborde, Cameron, Sibree et autres. Les auteurs qui traitent de la question sont d’accord sur ce point, tels A. Jully (« Habitation à Madagascar », 1898) ou G. Chapus (« Quatre-vingts années d’influence européenne en Imerina »).« L’ancêtre, le prototype des maisons de la ville, se trouverait représenté par Mahitsielafanjaka, l’habitation d’Andrianampoinimertina, case primitive s’il en fût et qui subsiste aujourd’hui. » C’est la maison-type, tout en bois en pièces de charpente robustes soigneusement assemblées, rectangulaire, oblongue, avec des dimensions verticales très élevées. Trois poteaux ou « andry » de même longueur, placés sur le grand axe sont destinés à recevoir le faîtage. Les deux extrémités sont reliées à la sablière par des rives en bois qui se prolongent au-dessus du faîtage, formant un triangle dirigé vers la pointe en bois et ouvert à la partie supérieure. Elles offrent l’aspect de deux cornes monumentales. Leur longueur est proportionnelle à la situation et à la fortune de leur propriétaire.« Les ethnographes croient reconnaître dans ce type de case une origine indienne. »Sa construction obéit à des règles traditionnelles et minutieuses dues à des pratiques astrologiques et magiques: invariablement le grand axe de la case doit être monté Nord-Sud. Chaque angle et chaque emplacement à l’intérieur portent le nom d’un mois, de même qu’ils ont une signification et une application bien déterminées. L’angle nord-est est le coin faste par excellence:« Quand nos ancêtres priaient, ils se tournaient vers le nord-est; ils demandaient à Andriamanitra Andrianana-hary et aux ancêtres d’exaucer leurs vœux. » Cette orientation reporte l’origine de ces rites et de ceux qui les ont enseignés au Proche-Orient.Le Palais de Manjaka-miadana répond à ces exigences traditionnelles. « En se servant des procédés indigènes et en les améliorant, Jean Laborde a fixé l’usage du bois. Ce chef-d’œuvre devait parachever la série des constructions faites avec ce matériau. »Dès le retour des Européens en 1861, la brique et la pierre vont se substituer au bois dans les maisons et les édifices, notamment à partir de 1869 quand seront abrogées les défenses faites par Ranavalona Ire de construire en matériaux plus durables que le bois. « La brique seule, d’une fabrication facile et d’une mise en œuvre peu coûteuse a donné lieu à des combinaisons de toutes sortes. »De 1863 à 1899, la fièvre de bâtir s’empare de la ville. La maison-type la plus commune et la plus simple n’est que la réalisation en briques de la case en bois traditionnelle. Orientation, disposition, plan et élévation, inclinaison du toit à double pente sont les mêmes. À la place des bardeaux sur la toiture, on utilise la tuile gothique en écaille, « la plus facile à couler et à cuire et la mieux connue des initiateurs européens ». Le toit, parfois incurvé à sa partie inférieure, est avancé sur des piliers de briques pour former un étage. Enfin, on complique le bâtiment d’un ou deux corps annexes et quelquefois de combles en mansarde.La maison à six pièces, réalisée par Cameron pour le missionnaire Pearce au pied de Faravohitra, se copie et se reproduit en de multiples exemplaires, tandis qu’un modèle réduit à quatre pièces se répand encore davantage. « L’esprit et le talent d’imitation des Malgaches donneront un caractère uniforme aux bâtisses de Tananarive. »

L'express de Madagascar0 partages

Rallye virtuel – Hoby remporte  le Contest XXL Orange

Première victoire pour Hobimalala Andriantsaina de la Team So6 Motorsport. Roulant sous le pseudo de Hoby, il a remporté le Contest XXL Energy Orange de samedi dernier, au Village Voara Andohatapenaka.Au volant d’une Mitsu­bishi Lancer Evolution X, il a bouclé les vingt-cinq épreuves spéciales de cette quatrième manche de la saison en 1h 41min 01,70sec. Aupa­ravant, Serge Rakotobe de l’East Racing Team s’était imposé lors des deux premières courses de l’année.Par la suite, Rino Andria­mialison de la Rond Point Racing Team a ouvert son compteur lors du troisième rendez-vous de cet exercice 2017. Avec Serge Rktb et Noriza, deux pilotes chevronnés, voici donc Hoby, une nouvelle force à considérer dans le milieu du rallye virtuel.Vladimir Andrianarison alias Vlad du RPRT a pris la deuxième place du contest de samedi. Il a terminé à 1min 09,15sec du vainqueur du jour. Tandis que Ravo Rafeno­manantsoa, alias Kartman, de l’ERT a complété le podium, à 2min 18,86sec du premier. Tous deux couraient également aux commandes d’une Evo X.

H.L.R.

L'express de Madagascar0 partages

Manifestation des étudiants à  Toamasina.

Des éléments des forces de l’ordre sont intervenus pour arrêter la manifestation des étudiants de l’université de Toamasina dans le campus de Barikadimy, hier. Ces derniers ont décidé de poursuivre leur manifestation car deux mille cinq cents d’entre eux ne bénéficieront pas de leurs bourses d’études, pour cette année universitaire.

L'express de Madagascar0 partages

Accident de taxi-brousse

Collision frontale entre véhicule et taxi-brousse à Amborompotsy Talatamaty samedi soir vers 19 heures. Deux occupants taxi-brousse,  ont été blessés

L'express de Madagascar0 partages

Exploitation illicite  de saphir

Le parc national de Zombitse Vohibasia, situé dans la commune d’Andra­nolava, district de Saka­raha, région Sud Ouest,a été investi par des exploitants illicites de saphir, vers la fin de la semaine dernière. D’après une source locale, une importante quantité en est sortie et était vendue à près de trente millions d’ariary chez les preneurs locaux. La gendarmerie de Sakaraha affirme qu’elle n’a pas encore reçu de dolé­ances de la part du direc­teur du parc jusqu’à hier.

L'express de Madagascar0 partages

Numéro vert  à  la saison pesteuse. 

Le ministère de la Santé publique a lancé des numéros verts pour renforcer la prise en charge et la prévention de la propagation de la peste, en cette saison de peste. Des agents de santé sont joignables aux numéros 032 32 038 00, 033 65 800 00 et 034 30 810 30 pour toute personne voulant demander des informations ou ayant des informations à donner.

L'express de Madagascar0 partages

Détenus en cavale

Les recherches des détenus évadés  de la maison centrale d’Ambatondrazaka dans la nuit du 23 au 24 septembre se poursuivent. Du renfort a été dépêché sur place pour travailler de concert avec le groupe volant d’intervention rapide. Neuf évadés sont encore en cavale.

L'express de Madagascar0 partages

Bandits arrêtés

Cinq bandits armés ont attaqué le foyer d’un opérateur de la filière or dans la soirée de samedi vers 19 heures à Ambi­nanindrano Anosibe Anala. Les personnes prises pour cible ont opposé de la  résistance. L’un des assaillants a été grièvement blessé et ses quatre compères  pris vivants.