Les actualités Malgaches du Samedi 03 Août 2019

Modifier la date
Midi Madagasikara33 partages

Fiscalité : Vers la mise en place d’une politique fiscale pour l’émergence de Madagascar

La politique fiscale ne se limite pas à la collecte des recettes fiscales.

« Quelle politique fiscale pour l’émergence de Madagascar ? » Tel est le thème de la journée de la politique fiscale organisée hier par le Ministère de l’Economie et des Finances à l’hôtel Le Louvre Antaninarenina.

 Organisée par l’Unité de Politique Fiscale (UPF) au sein du Secrétariat Général du ministère cette journée a notamment pour objectifs, d’une part, la mise en place d’une plateforme interministérielle pour les échanges donnés nécessaires à la conception et à l’évaluation des politiques fiscales et d’autre part, la présentation de l’Unité fiscale aux différentes parties prenantes.

Antidote. Une démarche primordiale pour l’économie dans la mesure où il est plus que jamais temps de faire en sorte que la fiscalité puisse financer le développement du pays. Sur ce point, d’ailleurs, les Nations Unies ont estimé, en 2015 que les pays en développement devront collecter des recettes fiscales représentant au moins 20% de leur produit intérieur brut pour réaliser les objectifs pour le développement durable (ODD). Et les autorités malgaches ont actuellement conscience de cette réalité. « La fiscalité devient un antidote contre la dépendance des pays en développement à l’égard des financements concessionnels extérieurs » a déclaré le Secrétaire Général du ministère de l’Economie et des Finances, Bien-aimé Raoelijaona. « La fiscalité concourt au bon fonctionnement de l’État et au renforcement de son contrat social avec ses citoyens » a-t-il ajouté.

Première étape. Une manière en tout cas de donner à la politique fiscale sa place dans le développement économique. « C’est pourquoi le renforcement de la mobilisation des ressources ne se résume pas à un simple accroissement des recettes. En effet, la fiscalité se répercutant inévitablement sur la plupart des aspects de l’activité économique, sa conception requiert un soin tout particulier, d’où l’importance primordiale de la politique fiscale » a ajouté le Secrétaire Général du ministère de l’Economie et des Finances. La journée de la fiscalité constitue donc une première étape vers la mise en place d’une politique fiscale capable de booster l’économie.

Synergie d’actions. Et le gouvernement, par le biais du ministère de l’Economie et des Finances mise sur l’Unité de Politique Fiscale pour y parvenir. Avec bien évidemment la collaboration d’autres entités publiques ou privées. « La conception d’une politique fiscale efficace est une affaire commune entre l’administration publique, le secteur privé, la société civile et les intellectuels de la nation » selon toujours le S.G du ministère de l’Economie et des Finances. Pour en revenir à la journée d’hier, la matinée a été consacrée à la présentation de l’UPF, ses attributions et rôle en matière de politique fiscale auprès des différentes parties prenantes de l’Unité. L’objectif étant de créer une synergie d’actions et de communication entre l’UPF et les différentes parties prenantes en vue de la mise en place de la Plateforme y afférente. Par ailleurs, la conférence-débat constitue la première prise de contact avec les parties prenantes dans l’élaboration de la politique fiscale. Dans l’après-midi était organisée une conférence-débat avec la participation des entités sectorielles, OSC et les secteurs privés portant toujours sur le thème

R.Edmond.

Midi Madagasikara10 partages

Nicolas Dupuis : Fin de contrat avec les Barea le 31 juillet

Depuis le 31 juillet dernier, Nicolas Dupuis n’est plus lié par un contrat auprès de la Fédération malgache de football en tant que sélectionneur des Barea. « Il a déjà eu son solde de tout compte. Peut-être, la nouvelle équipe dirigeante qui va renouveler son contrat et surtout par rapport aux promesses présidentielles » a fait savoir Atallah Béatrice.

T.H

Midi Madagasikara5 partages

Visite du pape à Madagascar ; Messe sous haute sécurité

Les véhicules qui transportent les fidèles à l’occasion de la visite du pape doivent passer un contrôle technique spécial.

800 000 fidèles, voire davantage, sont attendus à Antananarivo pour la grandemesse dirigée par le pape François le 08 septembre 2019.

Un énorme flux de personnes est à prévoir sur les routes nationales, dans la mesure où une grande partie des 800.000 personnes attendues au site de Soamandrakizay pour assister à la grand-messe sera constitué de fidèles issus des quatre coins de la Grande Ile qui feront le déplacement jusqu’à Antananarivo. Le volet transport est ainsi au cœur d’une série de mesures mises en place par le comité d’organisation, mais également par les autorités en charge de la sécurité routière et celles de l’Agence de transport terrestre.

Contrôle technique spécial. Outre les mesures d’organisation du transport au niveau des diocèses et localités d’origine de chaque groupe de fidèles, les transporteurs et les voyageurs qui comptent se rendre à Antananarivo à l’occasion de la visite du souverain pontife à Madagascar, doivent se conformer aux mesures habituelles en matière de transport de groupe. Mais comme il s’agit d’un événement spécial qui exige des mesures exceptionnelles, il est bon à savoir également que tout véhicule désirant transporter les fidèles dans le cadre de cette visite du pape doit obligatoirement passer un contrôle technique spécial auprès des centres de visite technique. Une disposition spécifiée par la direction générale de la sécurité routière en vue de veiller au respect des mesures de sécurité par les usagers de la route. Ce, afin d’éviter les accidents sur les routes empruntées par les milliers de véhicules prévus de se rendre à Antananarivo à cette occasion.

Accidents. Les accidents de la route sont, en effet, devenus de plus en plus courants, ces dernières années, lors des déplacements de foule pour des grands événements, notamment religieux. La vétusté des véhicules et le non- respect des normes techniques requises pour les véhicules sont les principales causes des accidents de la route, bien souvent mortels. Il est alors à prévoir que les contrôles techniques effectués sur les véhicules de transport des fidèles soient menés de manière particulièrement minutieuses afin d’assurer un état irréprochable des véhicules. Bien que le risque zéro n’existe pas en matière de sécurité routière, le meilleur objectif est d’enregistrer zéro accident, pour que des accidents mortels comme celui survenu en août 2017 sur la RN4, ne se reproduisent plus. Cet accident s’est produit lors d’un déplacement de pèlerins de l’église FJKM venus de Soavinandriana, en route pour Mahajanga, transportés par un car à étage visiblement surchargé. Lâché par ses freins, après que le chauffeur n’a  pas réussi un passage de vitesse, le car a fait plusieurs tonneaux avant de finir sa course dans un ravin et prendre feu. Le lourd bilan, qui fait froid dans le dos : 21 morts et plus de 100 blessés, est longtemps resté dans les esprits.

Vigilance. Outre les normes techniques qui s’appliquent aux véhicules, le comportement des voyageurs fait également l’objet de mesures de sécurité. Lors des pauses pour se soulager la vessie ou pour se dégourdir les jambes, notamment, les mesures de sécurité des personnes doivent être rappelées aux voyageurs, lesquels doivent redoubler de vigilance afin d’éviter les accidents. On se rappelle  celui survenu lors du dernier rendez-vous de la jeunesse catholique « JMJ Mada » en octobre 2018, terni par un accident mortel, toujours sur la RN4. Une jeune femme parmi les pèlerins a été percutée à Ankazobe, par un véhicule lors d’une pause, et a succombé à ses blessures. Pour la visite prochaine du pape, les mesures mises en place en matière de transport et de circulation, visent à éviter toute mauvaise surprise qui risque de mal finir sur les routes.

Hanitra R.

Midi Madagasikara3 partages

Toliara : La roue tourne, Patrick passe le collier à Jocelyne

Jocelyne Rasoanirina reçoit le 28 juillet, le collier du Rotary Club de Tuléar des mains de Patrick Couplan qui a laissé un bilan positif pour faciliter la vie du Club et «mieux servir ». Très peu de membre-dames dans ce Club de la Cité du Soleil. Heureusement, le Rotarien Paubert avait parrainé deux jeunes dames, intronisées par la même occasion.

L’année célébrant les soixante ans de Rotary Club de Tuléar s’est vite passée. Le Président Patrick Couplan avait fort à faire : programme à respecter, dons à prodiguer, jumelage avec RC Zurich-Oberland et celui de Cremona. Un partenariat avec ADES (développement de l’énergie solaire). Collaboration et parrainage avec le RC de Warconia West Carver pour l’équipement et réhabilitation de l’Hôpital d’Ejeda (au Sud de Tuléar), sans oublier la grande organisation pour l’accueil des médecins pour la Mission Médicale. Bref, le Président des 60 ans du Rotary de Tuléar et son équipe dynamique (Tefy, Georges, et Mourad) avaient fort à faire, qu’il faudrait plus de pages pour tout énumérer. Tout s’est terminé en apothéose par un grand bal et Tombola ce Samedi 27 août réunissant plus de 200 invités à l’Etoile de Mer.

Charles RAZA

Midi Madagasikara2 partages

Tahina Razafinjoelina : « Antananarivo ne doit pas être l’otage de la politique politicienne »

A l’approche des Municipales, la commune urbaine d’Antananarivo suscite la convoitise des politiciens. Des candidats déclarés aux municipales de la Capitale versent dans une pure campagne de dénigrement à l’encontre du maire actuel dans l’objectif de convaincre les tananariviens à voter pour eux. Au marché d’Anosibe, dans l’objectif de salir l’image des dirigeants de la commune, un groupe d’individus essaie à tout prix de torpiller l’initiative de la CUA visant à améliorer les infrastructures commerciales de la ville. Pour le président du parti « Tia Tanindrazana » Tahina Razafinjoelina, « Antananarivo ne doit pas être l’otage de la politique politicienne». « La commune urbaine d’Antananarivo et le pouvoir central doivent coopérer. Le pouvoir central se trompe s’il considère comme adversaires politiques les dirigeants de la commune. », affirme-t-il. Corrigeant indirectement la déclaration du président de la HCC selon laquelle Madagascar n’est pas uniquement Antananarivo, Tahina Razafinjoelina de préciser : « Antananarivo est Madagascar. »

Recueillis par R. Eugène

Midi Madagasikara1 partages

Mbola Rajaonah-Claudine Razaimamonjy : Trois autres dossiers au Pôle Anti-Corruption

La coordonnatrice nationale des Pôles Anti-Corruption Ratiaraisoa Harimahefa et le ministre de la Justice Jacques Randrianasolo ont été présents, lors du rapport d’activités des PAC.(Photo Nary Ravonjy)

Les deux anciens conseillers spéciaux de Hery Rajaonarimampianina vont de nouveau comparaître devant le PAC pour d’autres affaires les concernant.

L’opérateur économique proche du régime HVM est convoqué de nouveau par le PAC (Pôle Anti-Corruption). Mbola Rajaonah, car il s’agit de lui, devrait ainsi comparaître devant cette juridiction. Selon le procureur auprès du PAC, Rakotomalala Mamy Tantely, il devrait répondre sur deux chefs d’inculpation, à savoir, blanchiment de capitaux et infraction douanière. En attendant sa comparution devant le PAC, il croupit toujours dans la maison de force de Tsiafahy. Tout récemment, plus précisément le 29 juillet dernier, il a comparu devant ce Pôle Anti-Corruption, accusé de chèque sans provision, mais pour cette affaire la juridiction a ordonné l’arrêt de poursuite contre cet ancien conseiller spécial de Hery Rajaonarimampianina. A titre de rappel, il a été placé sous mandat de dépôt dans cette maison de force le 14 février dernier.

Affaire. Le procureur du PAC a parlé également de l’affaire Claudine Razaimamonjy. Cette dernière sera auditionnée pour un seul chef d’inculpation. Pour le secret de l’instruction, le procureur n’a pas indiqué quelle est cette affaire dans laquelle est impliquée cette milliardaire qui fait toujours parler d’elle, même si elle croupit encore en prison. Toujours d’après ce juge, elle sera auditionnée par la Cour criminelle au sein du PAC, qui devrait être opérationnelle avant la fin du mois. Notons que cette ancienne conseillère spéciale auprès de la Présidence est en détention préventive depuis juin 2017. Soit un peu plus de deux ans.

Décisions de condamnation. Toujours à propos du PAC, la direction de coordination nationale des pôles anti-corruption et pôle anti-corruption Antananarivo a présenté son rapport d’activités, de juin 2018 à juin 2019, hier, à l’hôtel Ibis Ankorondrano. Ainsi, depuis son lancement officiel le 15 juin de l’année dernière, le PAC Antananarivo a reçu 393 dossiers dont 141 de la Chaîne Pénale Anti-Corruption (CPEAC) et 252 nouvelles affaires. 78 dossiers ont été jugés par cette juridiction. De juin 2018 à juin 2019, 152 dossiers ont été enrôlés au niveau de la Chambre correctionnelle. Elle a jugé 78 dossiers au cours de cette période, 60% de jugements rendus ont été frappés d’appel. Cette Chambre a renvoyé 74 dossiers à la fin du mois de juin 2019. Le taux d’évacuation est de 51%. Concernant les décisions de condamnation, toujours dans la même période, le nombre de prévenus jugés a été de 221 personnes dont 137 ont été relaxées et 84 condamnées. Les peines ont été prononcées contre 55 personnes de simples citoyens malgaches, 6 personnes de nationalités étrangères et 23 agents publics.

Infractions. A propos des activités du Parquet 1er degré, durant ce laps de temps, 252 nouvelles affaires ont été consignées dans le registre des plaintes du parquet près le PAC Antananarivo. 250 dossiers ont été réglés dont 77% des dossiers ont fait l’objet de réquisitoire introductif devant les cabinets d’instruction préparatoire, 13% des dossiers en information sommaire et 4% selon la procédure de citation directe devant le tribunal correctionnel. Quant à la répartition des dossiers au niveau du Parquet, elle se présente comme suit, infractions économiques et financières : 40,1% traités au niveau du PAC, infractions de corruption et assimilés:25,7%, infractions douanières et minières:6,4%, blanchiment de capitaux:3%, infractions minières : 0,2%. Pour les autres infractions, elles sont de l’ordre de 24, 5%, entre autres, traites des êtres humains, association de malfaiteurs et commerce illégal des espèces de faunes et flores sauvages. Toujours est-il qu’au cours d’une année de fonctionnement du PAC d’Antananarivo, la plupart des prévenus sont de sexe masculin (73%).

Dominique R.

Madaplus.info0 partages

Madagascar: Une demande de hausse des taxes sur le tabac.

Le Représentant du Programme des Nations Unies pour le Développement a proposé des solutions durables pour diminuer le taux de tabagisme à Madagascar. Selon les statistiques, environ 8300 personnes meurent par an à cause du tabagisme. La plupart de ces morts sont dues à des maladies respiratoires ou des cancers. Le tabac est non seulement nocif pour la santé, mais il entraîne également des pertes financières.
Ainsi, l’Etat devrait augmenter les taxes imposées au tabacs importés pour réduire la consommation locale. Selon le représentant, il est important d’effectuer des sensibilisations contre le tabagisme dans les endroits publics pour informer le peuple des dangers causés par cette drogue.
Midi Madagasikara0 partages

Salon de l’ISPM : Exposition des travaux de recherche des étudiants

La 22e édition du salon de l’ISPM au Carlton Anosy les 6 et 7 août sera l’occasion de découvrir les résultats des recherches effectuées par les étudiants de l’Institut Supérieur Polytechnique de Madagascar.

« Nous avons sélectionné les meilleurs travaux afin de les présenter au public. En tout il y aura près de 120 stands au Carlton pendant ces deux jours » a expliqué le responsable « Communication » de l’ISPM, Tantely Raboanary lors de la conférence de presse qui s’est tenue à Besarety hier, dans l’après-midi. Il a ajouté que « ce salon est un événement éducatif qui a lieu tous les ans depuis 1998, son objectif est de faire connaître les talents des étudiants malgaches que ce soit dans le domaine de l’informatique, la télécommunication, la biotechnologie, l’agronomie ou encore celui des techniques des affaires ».

Possibilité de se faire embaucher. Comme chaque année, les partenaires sont là pour aider l’ISPM dans la mise en place de ce salon. Pour cette fois, Ingenosya et E-Tech Consulting, deux entreprises œuvrant dans les technologies informatiques prêtent main forte à l’institut sans oublier Valiha Event qui était là depuis le début d’après les déclarations de son représentant dans la salle de conférences. Pour le directeur de projet d’Ingenosya, Caroline Razafimamonjy, l’entreprise aura son stand pendant ce salon et toutes les personnes intéressées peuvent y venir soit pour déposer leurs CV, soit pour passer un entretien d’embauche. Les jeunes informaticiens qui envisagent de visiter le salon de l’ISPM sont donc prévenus, il y a du travail à la clé.

Deux entreprises concurrentes. Autre petite particularité de ce salon, c’est la présence côte à côte de deux entreprises concurrentes dans le milieu de l’informatique à savoir Ingenosya et E-Tech Consulting. Pourtant, cela n’est en aucun cas un souci selon Herizo Rakotondramanana, membre du comité de direction d’E-Tech « La collaboration entre les concurrents contribue au développement du secteur, c’est la preuve que les Malgaches ont du talent mais aussi que les entreprises malgaches peuvent rivaliser avec les sociétés étrangères ! » a-t-il dit.

Anja RANDRIAMAHEFA

Midi Madagasikara0 partages

Accès pour tous aux services de santé : La CSU et la plateforme humanitaire du secteur privé comme solu...

Face à l’accès fortement inégal de la population malgache aux services de santé, la Couverture de santé universelle (CSU) est un mécanisme fortement promu ces dernières années, afin d’assurer un accès pour tous aux soins de santé de qualité. Environ 30% de la population malgache fréquentent les structures de santé privées, incluant les hôpitaux, centres de santé, dispensaires, centres de diagnostic ou d’imagerie, cabinets spécialisés… Ces structures sont en majorité des entreprises qui, comme pour tout investissement, cherchent à dégager des bénéfices. Elles sont ainsi fréquentées par les patients en fonction de leur pouvoir d’achat. De ce fait, certaines structures privées sont totalement inaccessibles à une frange de la population en raison de la barrière financière. La mise en place de la plateforme humanitaire du secteur privé œuvrant dans le domaine de la santé est un moyen intéressant pour faciliter l’accès aux services de santé de qualité partout dans le pays, indépendamment du pouvoir d’achat de chacun, sans pour autant compromettre la viabilité des structures de santé privées. Des volets telles les assurances santé, les mutuelles, nécessitant le versement de cotisations, sont envisageables en partenariat avec des opérateurs du secteur privé.

Hanitra R.

Midi Madagasikara0 partages

Remboursement de carburant : Grogne dans les rangs des députés

Les députés attendent de pied ferme le passage du gouvernement à l’Assemblée nationale.

Les nouveaux députés manquent de moyens pour l’exercice de leur mandat.

La revendication relative aux 4×4 des députés semble être classée sans suite. Une revendication qui a été, rappelons-le, déclenchée par le discours prononcé par la nouvelle présidente de l’Assemblée nationale Christine Razanamahasoa après son élection au perchoir durant la récente session spéciale des nouveaux élus. La députée d’Ambatofinandrahana a déclaré haut et fort que les députés doivent être dotés de moyens leur permettant d’exercer leurs fonctions. Quelque part, l’Exécutif n’a pas cautionné la déclaration de Christine Razanamahasoa qui ambitionne de redorer le blason de cette Institution de l’Etat. Mais, tout ne s’est pas arrêté là. Actuellement, des voix s’élèvent à Tsimbazaza pour dénoncer les modalités de calcul adoptées pour le remboursement des frais de déplacement des députés dans le cadre de leur récente session spéciale. « Comment peut-on faire un aller-retour entre Ambatondrazaka et Antananarivo avec un carburant d’une valeur de 136.000 Ar, et avec l’état actuel de la RN 44 ? », s’interroge le député d’Ambatondrazaka Fidèle Razara Pierre.

Désagréments. Cet élu d’un district de la région d’Alaotra Mangoro d’enfoncer le clou : « En plus de cette sous-évaluation de nos frais de déplacement, certains députés utilisent leurs propres voitures et prennent en charge en conséquence les dégâts occasionnés par le mauvais état de route dans leurs circonscriptions respectives. » En fait, l’élu TIM d’Ambatondrazaka déplore les désagréments rencontrés dans l’exercice de leur mandat qui ne fait que commencer. Outre ces difficultés relatives à leurs déplacements, certains députés, notamment ceux qui viennent de très loin et des districts enclavés, connaissent des problèmes d’hébergement dans la Capitale durant leur session. La capacité d’hébergement du centre d’accueil de Tsimbazaza est limitée à 96 députés. Les autres sont obligés de se débrouiller ailleurs. Or, les députés sont non seulement des élus du peuple, mais également et surtout ils ont pour mission de contrôler l’action du gouvernement. Là où le bât blesse, c’est que l’autorité de contrôle se trouve en position d’infériorité par rapport à l’autorité contrôlée en termes de moyens.

Session budgétaire. En tout cas, à l’exception de Hasimpirenena Rasolomampionona (député de Fandriana) et de Ludovic Adrien Raveloson (député de Mahabo) qui croupissent encore en prison, les nouveaux députés regagneront Tsimbazaza le 12 août prochain pour une session extraordinaire. Au cours de cette session, les nouveaux élus seront amenés à réduire de 32 à 22 le nombre des commissions à l’Assemblée nationale. 10 des 32 présidents des commissions nouvellement élus seront donc remerciés. Après cette session extraordinaire, ils seront convoqués à une session budgétaire qui commencera, selon l’article 75 de la Constitution, le troisième mardi du mois d’octobre. Cette session ordinaire consacrée principalement à l’adoption de la loi de finances s’annonce mouvementée. Les députés trouveront une belle opportunité pour remettre sur le tapis leur revendication relative à leurs moyens de travail. Mais, force est d’admettre que leurs moyens de pression sont limités. La majorité absolue à l’Assemblée nationale est tenue de se soumettre aux consignes de la formation politique à laquelle elle appartient.

R.Eugène.

Midi Madagasikara0 partages

Déchets toxiques : une prise de conscience universelle

Les pays du tiers- monde sont depuis des décennies des terres d’accueil des déchets toxiques des nations riches. La Chine qui fait maintenant partie des grandes puissances économiques en a accueilli une grande quantité et s’en accommodait très bien. Aujourd’hui, elle ne veut plus recevoir ces centaines de milliers de tonnes devenus encombrants. Les autres pays du Sud-Est asiatique lui ont emboîté le pas. Le renvoi spectaculaire de conteneurs venant de France et de Hong Kong a           mis en lumière ce problème épineux. Il va certainement alerter les opinions publiques de tous ces pays d’Afrique et d’ailleurs qui sont devenus de véritables dépotoirs.

Déchets toxiques : une prise de conscience universelle

Le commerce des déchets toxiques est un « business » très lucratif et il enrichit des autorités parfois peu regardantes. Bien qu’il ait été réglementé, de façon stricte, il reste toujours très dangereux pour les pays d’accueil. Ce sont des produits qu’il faut traiter et recycler.qui arrivent dans des endroits de stockage. La Chine était jusqu’à présent très accommodante car elle en avait besoin pour son industrie, mais à présent, elle doit s’occuper de ses propres produits toxiques. Elle n’est plus une destination privilégiée. Les autres nations de la région qui recevaient sans rechigner de nombreux containers de déchets commencent à les refuser. Cette prise de conscience survient à un moment où la question de la pollution de la planète est posée avec une certaine acuité. Madagascar, jusqu’à présent, a toujours refusé de recevoir des déchets bien que des propositions aient été faites par des sociétés spécialisées dans ce commerce. Mais on sait que sur le continent africain, les déchargements ont lieu en toute discrétion. Les populations sont tenues dans l’ignorance et ne sont pas conscientes des risques encourues. La prise de conscience est maintenant réelle et les opinions publiques doivent rester en alerte.

Patrice RABE

Midi Madagasikara0 partages

Routes d’Antananarivo : De nouvelles infrastructures opérationnelles vers fin novembre

Les travaux de construction de routes peuvent désormais avancer à grand pas, selon le ministre Hajo Andrianainarivelo.

Les routes de la Capitale se transforment. Le premier échangeur est en cours de construction sur la rocade à Ambohitrimanjaka, dans le cadre du développement du réseau routier urbain, avec de nouvelles voies de connexion des routes nationales.

Une fin d’année pas comme les autres… C’est ce que peuvent espérer les automobilistes, avec les projets d’infrastructures routières, en cours de mise en œuvre. En effet, les nouvelles routes, actuellement en construction, pourront décongestionner l’agglomération d’Antananarivo, d’après les explications du DG de l’ARM (Agence routière de Madagascar), Jean Pascal Ramanamisata, lors d’une descente sur terrain du ministre de l’Aménagement, de l’Habitat et des Travaux Publics, Hajo Andrianainarivelo et de son équipe, hier. A ces nouvelles infrastructures s’ajoutent le désengorgement des voies de circulation, par la réhabilitation des principaux axes sur les routes nationales. « Nous avons visité, ce jour, tous les chantiers à Antananarivo, pour harmoniser l’avancement des nombreux projets d’infrastructures routières. Il y a le projet financé par la BEI (Banque européenne d’investissement), la rocade Nord-Est-Est, le projet dans le cadre du PIAA (Programme intégré d’assainissement d’Antananarivo), etc. Nous surveillons de près, l’avancement des travaux, pour voir quelles sont les infrastructures à prévoir, afin d’éviter l’inondation. En ce qui concerne le chantier à Ivandry, c’est l’association des riverains et le MAHTP (Ministère de l’Aménagement, de l’Habitat et des Travaux Publics) qui financent ensemble ce projet d’extension. Cette route deviendra une route à quatre voies, comme celle à Ankorondrano. Quelques problèmes ont retardé les travaux, notamment le déplacement des poteaux de la Jirama et du réseau de Telma, les travaux d’assainissement qui s’imposent, car jusqu’ici, les eaux usées sont déversées dans les canaux d’évacuation d’eaux de pluie. Ce qui doit changer car les travaux doivent être de qualité et doivent résoudre les problèmes vécus par les usagers », a affirmé le ministre Hajo Andrianainarivelo, lors de la visite du chantier.

Echéances. Certes, la route de quatre voies à Ivandry sera opérationnelle avant la visite du Pape. Mais les travaux de finition et d’embellissement pourraient prendre plus de temps, selon le MAHTP. Pour le chantier à Besarety, la société Colas chargée de réaliser les travaux a déjà enlevé le pavé pour le remplacer en béton. « Le curage des canaux d’évacuation est déjà en cours. Il faut cependant élargir l’ovoïde de rétention d’eau, au niveau de la Rotonde, pour qu’il n’y ait plus d’inondation dans ce quartier. Cet élargissement se fera dans le cadre de la deuxième phase du PIAA, qui commencera l’année prochaine. Néanmoins, les travaux actuels permettront déjà de résoudre grande une partie du problème de Besarety. Les travaux sur le segment La Rotonde – Garage David seront achevés au plus tard le 07 octobre. Cette route rouvrira ensuite et les travaux pourront se faire pour le segment La Rotonde – Rasalama », a indiqué le DG de l’ARM. Pour la Rocade Nord-Est-Est, les travaux avancent à grand pas et devraient être terminés en novembre, selon le ministre Hajo Andrianainarivelo. D’après ses explications, c’est le problème d’expropriation qui a freiné les travaux. « Au moment où nous avons pris notre fonction au ministère, seulement 4 propriétaires des terrains expropriés ont été dédommagés. Aujourd’hui, ce chiffre a largement dépassé les 200. Tous les documents sont régularisés, sauf pour trois ou quatre cas à Ankadindramamy. Pour tous ces projets, l’Etat compte dédommager toutes les personnes touchées aussi bien pour les terrains expropriés que pour les maisons ou autres infrastructures », a affirmé le ministre. Bref, les travaux prennent désormais une plus grande vitesse.

Antsa R.

Midi Madagasikara0 partages

SESAM – Deuxième édition : Avec la participation de 12 disciplines d’arts martiaux

L’équipe organisatrice de SESAM, deuxième édition.

Seho Event a lancé, hier la deuxième édition du SESAM ou Sports Extrêmes et Salon des Arts Martiaux. Comme son nom l’indique, c’est un événement sportif au grand bonheur des pratiquants des arts martiaux malgaches, qui se déroulera les 09, 10 et 11 août prochains, au Parvis de l’Hôtel de Ville Analakely. Douze arts martiaux différents seront exposés durant ces trois jours et auront chacun un stand. Le Kempo de Parfait Rakotonindriana sera parmi les nouvelles disciplines. Il y en a aussi le Kiuk soul, un art martial traditionnel de la Corée depuis 1961. Les autres associations comme le Taekwondo ITF, Aikido, Ju-Jitsu… ne rateront pas cette occasion.

« L’événement sera marqué des démonstrations faites par les adeptes de chaque discipline. Chaque  stand aura une initiation de self-défense pour les invités. Nous allons aussi voir Michel le Dragon, un expert d’art traditionnel, ainsi que des ventes d’équipements et de matériels sportifs », selon l’organisateur, Lalaina Razafindraibe, lors d’une conférence de presse à Andrefan’Ambohijanahary. Il a précisé que l’idée du SESAM se concentre sur la promotion des arts martiaux malgaches et l’éducation des jeunes.

Manjato Razafy

Midi Madagasikara0 partages

Trail – « Heritage Challenge Cup » : Cinq athlètes représenteront Madagascar à Maurice

L’accueil des athlètes malgaches, hier chez MCB Antsahavola.

L’UTOP ou « Ultra Trail des O Plateaux » est devenu aujourd’hui un des événements « Trail » incontournable de Madagascar. Les athlètes ayant brillé lors de la onzième édition, qui s’est déroulée en mai dernier, représenteront Madagascar à l’ « Heritage Challenge Cup ». Un « trail » international qui s’étalera à Bel-Ombre Maurice le 11 août prochain, avec une distance de 55 km et 3.400 m de dénivelé. Ils sont cinq coureurs qui ont les meilleurs temps sur le semi 70 km. Landinirina Ratinarisoa championne, Valérie Bernardette, vice-championne et Angela seront nos porte-fanions chez les femmes, ainsi que Hajaniaina Raolison et Victor Andrianiaina Rafanomezantsoa chez les hommes. Le partenaire de l’ITOP depuis trois ans, a donné leurs billets d’avion, hier à Antsahavola.

«L’année dernière, nous avons déjà envoyé quatre champions à l’étranger. Notre objectif est de faire connaître Madagascar à travers le trail, et ce, grâce à un efficace dispositif d’accompagnement et à tous nos sponsors, notamment MCB. Mais surtout aussi, grâce aux partenariats noués avec plusieurs courses à l’étranger comme celle de Maurice et l’Infernal des Vosges en France », a expliqué Harimisa Zafinavalona, le président de l’UTOP. Les défis continuent, la course reprendra avec sa douzième édition les 1er, 02, 03 mai 2020.

Manjato Razafy

Midi Madagasikara0 partages

Football – Cosafa 2019 : Madagascar assomme les Comores

Sarah Rasoanandrasana élue femme du match entre Madagascar et les Comores.

Un bol d’air frais. Voilà ce qu’on peut appeler de la victoire des filles malgaches d’hier face aux Comoriennes balayées sur le score de 5 buts à 1 et qui, manifestement, ne se sont pas encore remises de la correction de 17 buts à 0 infligée par les Sud-Africaines.

Une victoire. Une belle victoire de 5 buts à 1. C’est la performance des Malgaches au Cosafa Cup en Afrique du Sud au Stade Wolfson de Port Elizabeth.

Une victoire qui s’est dessinée dès la 1re minute quand Hanitra Nivonirina prenait à contre pied la gardienne des Comores. Et comme si cela ne suffisait pas la petite Christina Razanampiary trompa son adversaire direct pour aller battre l’infortunée gardienne.

Pas encore sorti de l’auberge. On jouait depuis seulement 3 mn. Mais bien lancée, la sélection malgache ne s’est pas arrêtée pour enfoncer un peu plus le clou grâce à un doublé de Sarah Rasoanandrasana (20e et 56e ) également élue femme du match.

Sylvia Razananivo marqua à son tour à la dernière seconde de la première mi-temps juste après que la Comorienne Mari avait réussi à tromper la gardienne malgache.

Malgré cette large victoire, la formation malgache n’est pas encore sortie de l’auberge après s’être compliquée la vie en étant battue par le Malawi.

Ce qui signifie que pour espérer terminer à la seconde place de ce groupe, les protégées de Johary Rakotomalala doivent battre l’Afrique du Sud. Une mission presque impossible car en plus du fait que les Sud-Africaines sont les championnes de l’épreuve à cinq reprises, elles vont également bénéficier du soutien du public on le sait très actif avec les fameux vouvouzela. Attendre et croire…

Clément RABARY

Midi Madagasikara0 partages

Ihosy : Mampiasa ody gasy sy fiara ireo mpamaky trano

Olona miisa  6 izay voalaza fa nampihorohoro ny mponina ao an-tanànan’Ihosy, renivohitry ny faritra Ihorombe, tamin’ny resaka vaky trano no voasambotry ny polisy ny 30 jolay 2019 lasa teo.  Tsapa tokoa tato ho ato fa nirongatratra ny halatra bisikileta, sy ny vaky trano ka ny mpivarotra enta-madinika no tena lasaibatra. Ao anatin’izany dia milaza fa tsy maheno ny fahatongavan’ireo mpanafika ao aminy mihitsy ireo lasibatra raha tsy efa lasa ireo jiolahy sy  efa fongana tanteraka ny entana. Voalaza ihany koa fa mampiasa ireny fiara karetsaka kodiaran-telo na ilay antsoin’ny any an-toerana hoe Kinga ireny ireo olon-dratsy mba hitanterana ny entana nangalariny. Ireo Kinga izay maro ny tsy ara-dalàna ao Ihosy ao ka amin’ny alina no miasa. Nametraka paik’ady noho izany ny Polisy miasa any an-toerana tamin’ny fiaraha-miasa amin’ireo andromasom-pokonolona mba hamongorana izany tranga ratsy izany. Vokany : taorian’ny angom-baovao mari-pototra, ny 30 jolay 2019 dia 06 mianadahy no sarona. Samy manana ny anjara asany izy ireo, ny sasany mpamaky trano ary ny sasany kosa dia mandray sy mivarotra izany entana halatra izany. Mbola tratra tao amin’ny trano fonenan’izy ireo ny bisikileta halatra sy ireo kojakoja fampiasa anadavan’andro miaraka amin’ireo ody gasy marobe toy ny mohara sy tapa-kazo maro. Nampidirina am-ponja vonjimaika avokoa izy 6 ireo rehefa nataolotra ny Fampanoavana.

T.M.

Midi Madagasikara0 partages

Constructions au-dessus du tunnel Ambanidia : Faut-il craindre un glissement de terrain ?

En cas d’éboulement ou de glissement du terrain au-dessus du tunnel d’Ambanidia, ce serait une réelle catastrophe. (photo d’archives)

Quatre ans auparavant, les bruits concernant un possible effondrement du tunnel d’Ambanidia ont suscité la panique auprès des Tananariviens. Mais après le passage des géotechniciens sur les lieux, ils ont affirmé que le tunnel n’avait rien à craindre, ce sont surtout les constructions au-dessus qui sont en danger car un glissement de terrain reste probable. A cette époque, les autorités ont prié les propriétaires des maisons sur la partie Est de quitter les lieux, ce qui a été fait.

Aujourd’hui, les inquiétudes de certains habitants refont surface lorsqu’ils ont remarqué que de nouvelles constructions sont en cours au-dessus du tunnel Cayla. « Les piliers qui retiennent le terrain sont déjà sur le point de lâcher ! » nous a raconté M.Daniel, un habitant des environs. Encore il y a quelques mois, les éboulements du côté d’Ampamarinana ont fait de nombreuses victimes. Pourquoi a-t-on encore laissé ces personnes construire au-dessus de ce tunnel ou est-ce des constructions illicites ? Voilà les questions que se posent à ceux qui craignent un éventuel glissement de terrain dévastateur.

Anja RANDRIAMAHEFA

Midi Madagasikara0 partages

Guide du week-end

Plaza Ampefiloha converti par Joseph d’Af. Le chanteur évangélique Joseph d’Af sera sur la scène du Plaza Ampefiloha cet après-midi à 15 h, de quoi éloigner cet énergumène de Lucifer et ses sbires pendant plus d’une heure trente de concert. A moins que ces derniers puissent se payer le ticket d’entrée de 20.000 ariary. Probablement, pour le public, cela ne leur ouvrira pas les portes du paradis. Néanmoins, il paiera pour appuyer une œuvre sociale. De quoi s’acheter une bonne conscience tout au plus et profiter de ce lieu incontournable des environs d’Andavamamba. Joseph d’Af c’est un peu le renouveau de la musique évangélique, version tropicalisée des Colton Dixon ou autre Grégory Turpin.

 

Le Week End Festival déroule. Un plateau alléchant pour les deux derniers jours du « Week-end festival » au Palais des Sports et de la Culture Mahamasina et son plateau musical faisait penser à un gâteau hyper crémeux. Pour aujourd’hui, ils seront, pas moins de 10 artistes et groupes à chauffer la scène à 14 h avec entre autres, Shyn, Denise, D’Alvis, Da Hopp, les pionniers du hip hop malgache… Le lendemain à la même heure, ce sera au tour de Nate Tex, l’exalté jeune chanteur qui peine à sortir de son statut d’idole des cours de récré. Tovo J’hay qui signe un grand retour, Johane, une autre star des cours de récré, ‘Zay et sa musique « magazine en papier glacé »… Durant ces deux jours, Colombes sera toujours présente, à se demander si elle se « tape l’incruste ».

 

Mafonja au Bop Village. Mafonja se trouve dans la capitale actuellement, cet ancien chanteur de « boys band » qui s’est reconverti dans une musique plus recherchée aligne les concerts. Hier, il a déjà été à l’affiche d’une scène antananarivienne. Ce soir, il sera au Bop Village à partir de 20 h. Comme à son habitude, il pratiquera sûrement un style à dominance acoustique. Selon certains observateurs, la musique de ce chanteur se bonifie d’année en année. Par ailleurs, il a déjà laissé quelques pépites dans le paysage musical malgache comme « Gasikara », une ode miauleuse à la terre ancestrale ou encore « Ame peace fanahy », un jeu de mots dont il a lui seul le secret.

 

Bon dimanche du Metal Sexy Show. Une initiative assez inédite avec le « Metal Sexy Show – Stip tease Heavy Club » au Next Club, connu anciennement par Le Caveau. Et ce qui rend encore plus jouissif, c’est qu’il se tiendra demain, un dimanche, jour d’église, à partir de 15 h. Anges et démons feront sans doute la paix, pour un laps de temps, en voyant les jolies minettes se trémousser lors de la session de strip-tease. Une messe des sens. D’autant que l’ambiance se fera sous les interprétations des Jimi Hendrix, Steve Vai, Malmsteen… Sur scène, le public retrouvera Limitless et Spirity, deux rock bands assez convaincants par rapport à leur jeunesse. Ce rendez-vous sera sûrement les plus marquants de ce week-end.

 

TDL dans  son jardin. Le théâtre de verdure d’Antsahamanitra reçoit True Direction Life ou TDL, demain à partir de 15 h. Il s’agit d’un concert « Alléluias », avec ce groupe qui a dominé de main de maître les « charts » évangéliques durant toute l’année 2018. D’un autre côté, rien qu’à revoir le joli minois de la chanteuse Fanja, ce concert mérite le déplacement. Même si elle ne bonifiera jamais le public de quelques déhanchés langoureux pour pimenter ses titres, au risque de choquer les cieux. Avec TDL, presque tous les styles musicaux sont revisités. Voilà sans doute la recette du succès de ce groupe, il y a du reggae, de la ballade…

Iss Herdiny/MaminirinaRado

Midi Madagasikara0 partages

Minisiteran’ny fiarovam-pirenena : Hamboly hazo amina velaran-tany 10.000 ha isan-taona

Ho fanatanterahana ny vivan’ny Filohampirenena ny amin’ny handrakofana ala an’i Madagasika dia manana tanjona ny hamboly hazo amina velaran-tany 10.000 ha isan-taona ny Ministeran’ny Fiarovam-pirenena. Noho izany, notontosaina ny zoma 02 aogositra 2019 teo ny fifanaovan-tsonina fifanaraha-mpihara-miasa teo amin’ny Tafika Malagasy sy ny orinasa tsy miankina misahana izany: ny “Graine de vie” izay eo anivon’ny “association Akamasoa” Ambohimangakely. Nanao sonia izany ny Jeneraly Rakotonirina Théophile, Lehiben’ny Etamazaoro Jeneralin’ny Tafika Malagasy sy Andriamatoa Fréderic Debouche, filoha mpanorina ny fikambana « Graine de vie » izay notronin’ny Amiraly Ranaivoseheno Antoine de Padoue, Seketera Jeneralin’ny Minisiteran’ny Fiarovam-pirenena. Mifototra amin’ny teboka telo lehibe ny fifanarahana teo amin’ny roa tonta. Voalohany, ny fisafidianana ireo faritra sy toerana hanatanterahana ny fambolen-kazo 10.000 ha isan-taona izay anjaran’ny Minisiteran’ny Fiarovam-pirenena. Manaraka izany ny famatsiana ny voa izay ho volena. Ary ny fahatelo farany dia ny fiarovana sy ny fanaraha-maso ireo hazo voavoly amin’ny doro-tanety sy ny fitrandrahana ala tsy ara-dalana. Eto amin’ity roa farany no hidiran’ity fikambanana ity, izay efa nijoro teto Madagasikara nanomboka ny taona 2009 ary havanana amin’ny famokarana zana-kazo. Noho izany, tanjon’ny fiaraha-miasan’ny roa tonta ny hanao fambolen-kazo miainga amin’ny voa fa tsy zana-kazo intsony toy izay mahazatra hatrizay. Hanomboka ny volana novambra 2019 ho avy izao izany ka hatramin’ny volana martsa 2020.

T.M.

Midi Madagasikara0 partages

Police de la circulation : La compagnie urbaine dotée de nouveaux véhicules de contrôle

Ne faisant pas aprtie des véhicules nouvellement dotés par le président de la République aux Forces de l’ordre exposés lors du défilé du 26 juin dernier à Mahamasina, durant lequel la Police nationale a exhibé des 4X4 Pick-up. Leur existence n’aurait pas été connu par le public que lorsque ces véhicules de marque Duster flambant neuf et à l’effigie de la Police sont vus se poster sur certains endroits stratégiques en matière de circulation routière de la Capitale. Selon les informations, ces véhicules ont été affectés à la Police nationale dans le cadre de la mise en œuvre du projet « carte grise et permis biométriques ». En effet, au nombre de quatre pour le moment, ils sont affectés à la Compagnie urbaine de la circulation pour améliorer le fonctionnement de ses éléments sur le terrain. D’autres véhicules de même type vont venir incessamment pour couvrir les autres régions. En ce qui concerne les véhicules 4×4, dotation du président de la République, la Police en a bénéficié 21 unités. Ils sont affectés aux 21 directions régionales de la Sécurité publique en dehors d’Analamanga. C’était donc une étape franchie pour l’équipement de ces nouvelles structures décentralisées du ministère de la Sécurité publique pour la concrétisation de la police de proximité.

T.M.

Midi Madagasikara0 partages

Ampasampito : Vehivavy mpamaky trano, nifanenjehan’ny pôlisy

Miandahy miambavy mihitsy ireo mpanao ratsy, mpanendaka sy mpamaky trano amin’izao. Vehivavy iray, tokony ho 32 taona no voasambotry ny pôlisy avy ao amin’ny kaomisarian’ny boriboritany fahatelo, teny amin’iny faritra Météo, Ampasampito iny rehefa avy nifanenjehana eran’ny tanana.

Ny talata lasa teo dia nisy andian’olona maromaro, niisa teo amin’ny dimy teo, raha ny angom-baovao azo no hitan’ny fokonolona nampiahiahy teny an-toerana. Rehefa nozohiana dia fantatra tamin’izany fa avy namaky trano iray teny amin’iny faritra Ampasampito iny izy ireo. Voatsikaritr’ireo mpifanila vodirindrina fa avy nivoaka tamina trano iray teny an-toerana ireto andian’olona ireto kanefa fantatra fa tsy olona ao amin’io trano io mihitsy. Nampilaza avy hatrany ny pôlisy ireo nahita. Tsy nisalasala mihitsy koa ireo mpitandro filaminana fa avy hatrany dia nidina teny an-toerana voalaza. Nandositra avy hatrany ireo olon-dratsy raha vao nahatazana ireo pôlisy. Raikitra teo ny fifanenjehana. Tafaporitsaka avokoa ny ankamaroan’ireo tontakely ankoatry ny vehivavy iray izay isan’ireo tompon’antoka tamin’ilay asa ratsy. Nentina avy hatrany natao famotorana moa ny tenany ary natolotra teny anivon’ny Fampanoavana rehefa vita izany. Fantatra fa nadoboka am-ponja vonjimaika ity vehivavy ity araka ny fanapaha-kevitr’ireo mpitsara mpanao famotorana.

m.L

Midi Madagasikara0 partages

JIRAMA : Vers la fin du délestage, plus que 5 centres critiques à traiter

Henri Randriamanana, nouveau DGAOP par intérim au sein de la Jirama.

Le délestage sera bientôt de l’histoire ancienne, selon la Jirama. « Ces deux dernières années, la Direction générale de la JIRAMA a fait un grand pas dans l’amélioration du service offert aux usagers. Le déploiement des groupes électrogènes dans les centres critiques (localités à fréquence multiple de délestage) en fait partie. Actuellement, il ne reste qu’Ikongo, Antsalova, Analalava, Bezaha et Fénérive-centre qui subissent le délestage technique, contre 65 localités l’année dernière », a communiqué la Jirama. Cette société déleste encore 100 KW dans ces cinq villes, si la puissance disponible est de 600 MW dans tout Madagascar. Selon les explications d’Henri Randriamanana, Chargé des Grands projets auprès de la JIRAMA, 60 localités sont dotées de nouveaux groupes électrogènes. Les cinq restantes recevront leur part, au plus tard en septembre, ce qui mettra fin au délestage. « L’un des avantages de ces nouveaux groupes électrogènes est l’économie de 5 à 10% de la consommation de carburant. L’heure de marche est illimitée (24h/24), contrairement aux précédents. Des efforts sont déployés, mais les coupures persistent parfois. Celles-ci sont dues soit aux retards d’approvisionnement en carburant, soit à la vétusté du réseau de distribution de l’électricité. La JIRAMA appelle ses usagers, de lui aviser en cas de coupure afin de rétablir la situation dans les plus brefs délais », a déclaré Henri Randriamanana.

Recettes croissantes. Pour l’année 2018, la Jirama a enregistré 35.000 nouveaux clients branchés, ce qui représente un grand progrès. Grâce à cela et aux actions de ratissage, l’encaissement de la JIRAMA est passé de 52 milliards Ariary à 76 milliards Ariary. Par ailleurs, l’administration de la Jirama vient de nommer un nouveau DGAOP (Directeur Général Adjoint chargé des Opérations), par intérim, en la personne du Dr Albert Ravelojaona. Il succède à Henri Randriamanana qui a laissé sa place pour prendre d’autres responsabilités au sein de la JIRAMA.

Antsa R.

Midi Madagasikara0 partages

Voarohirohy tamin’ny halatra fiara : Nadoboka am-ponja ireo mpivady, nahazo fahafahana ny ambiny

Raha fiara iray manontolo no very teny amin’iny faritra Talatamaty iny dia efa « pièces détachées » sy karaokam-by sisa no hita teny Masindray.

Tra-tehaka tamin’izany, ary tompon’antoka mihitsy tao ambadiky ny fangalarana ilay fiara, ny olona roa mpivady. Nisy ihany koa ireo olona nividy ireo kojakojan’ny fiara samihafa, izay voarohirohy tao anatin’izany. Niisa dimy izy ireo. Natolotra teny anivon’ny Fampanoavana ny herinandro teo ireto olona voasambotra noho ny resaka halatra fiara sy fividianana entana halatra teo ary nanaovana fanadihadiana lalina teny an-toerana. Fantatra tamin’izany ary fa ny roa, ireo mpivady, tena atidoha nikotrika ilay fangalarana no nadoboka am-ponja avy hatrany. Nahazo fahafahana vonjimaika kosa ireo olona dimy izay voalaza fa « mecanicien » nandrava ilay fiara sy ireo olona nividy ireo kojakoja tamin’izany.

Raha tsiahivina ny tranga dia very ny voalohandohan’ny volana jolay teo ny fiara 4×4 iray marika « Hyundai ». An’ny orinasa iray teny amin’iny faritra Talatamaty iny ity fiara ity ary ny mpamily tao amin’izy ireo ihany no niketrika ny fangalarana azy. Roatokom-bolana taty aoriana dia hita ihany ilay fiara, teny amin’iny faritra Masindray iny, rehefa nafenin’ireo mpangalatra tany ary nezahina namidy tamin’ny alalan’ny kojakojany sisa, rehefa noravaravana tsy nanan’izy ireo antra. Olona fito teo no voasambotry ny zandary.

Marihana fa nilaza ho tsy nankasitraka velively ny nahazoan’ireo olona dimy, fahafahana vonjimaika moa ireo mpitory, araka ny fanazavàna azo tamin’ireo mpitandro filaminana misahana ny raharaha, ka nikasa ny hametraka fanohanana amin’izany fanapahan-kevitra izany. Ilay fiara very ka hita indray kosa, dia efa naverina tamin’ny tompony, eny fa na dia banga teo amin’ny 30 isan-jato teo aza ny maha-fiara ara-dalàna azy.

m.L

Midi Madagasikara0 partages

Football – Elections : La campagne électorale débute le 8 août

La présidente du CDN, Atallah Béatrice reste intransigeante sur le respect des règles.

C’est l’élection la plus attendue dans le monde du sport malgache. Les 5 candidats au poste du président de la fédération malgache de football (FMF) seront fixés le samedi 24 août à Ifaty, Toliara.

24 heures après la proclamation de la liste définitive des candidats éligibles aux élections du président et des membres du comité exécutif de la fédération malgache de football (FMF), ces derniers connaissent désormais leur numéro dans le bulletin unique. Le tirage au sort sur l’ordre des candidats dans le bulletin unique pour l’élection du président de la FMF s’est déroulé, hier, au siège de cette instance, à Isoraka en présence des candidats ou de leurs représentants. Le candidat Arizaka Raoul portera le numéro un, Abdilah pour le numéro deux, Doda Andriamiasasoa pour le numéro trois, Hery Rasoamaromaka pour le numéro quatre et Neypatraiky Rakotomamonjy pour le numéro 5. Après ce tirage au sort, place maintenant aux propagandes du 8 au 22 août. « Nous promettons une élection libre et transparente. C’est la fédération malgache de football qui prendra en charge du transport et de l’hébergement de tous les présidents de ligues. Aucun candidat ne peut s’immiscer dans cette organisation. Des personnes vont assurer la surveillance des présidents des ligues dans leur hôtel à Toliara » a expliqué la présidente du comité de normalisation auprès de la fédération malgache de football, Béatrice Atallah. Et elle de continuer : « On n’a pas  droit à l’erreur lors de ces élections de président et des membres du comité exécutif sinon le football malgache sera sanctionné ». Pour les 30 candidats à l’élection des membres du comité exécutif, le CDN a opté pour une liste par ordre alphabétique des noms des candidats sur le bulletin unique. Ils seront 30 personnes à prétendre les 10 places.

Code d’éthique. Des émissaires de la FIFA viendront au pays pour assister à ces élections et  garantir le bon déroulement du processus. Par rapport à l’irrecevabilité du dossier de recours déposé par le candidat Arizaka Raoul, la présidente du CDN a apporté plus de précisions pour éviter toutes interprétations. « La commission d’éthique de la FIFA tranchera sur l’obligation de neutralité politique selon les principes et objectif de cette instance mondiale pour le fonction de président des fédérations par rapport à l’interprétation des articles 13 et 14. Le dossier de recours a été déjà envoyé à la FIFA. Nous avons retenu les candidatures en fonction des conditions d’éligibilité  par rapport aux dispositions spéciales acceptées par la FIFA et validées par l’assemblée générale du 12 juin dernier » a conclu, Béatrice Atallah.

T.H

Midi Madagasikara0 partages

Alana Cutland : Reconstitution des faits, son corps toujours introuvable

Les recherches lancées par les militaires de la base aéronavale demeurent pour l’instant infructueuses. Huit jours après la disparition de la jeune britannique, on commence à perdre espoir tellement la zone de recherche devient de plus en plus vaste au fur et à mesure qu’on avance dans le temps. Sa chance de survie est très mince vu l’altitude (1150mètres) très haute du saut. Il est aussi fort possible que son corps ne soit jamais découvert si celui-ci n’est pas tombé sur la terre ferme. On connaît la présence des animaux carnivores, essentiellement des « fosa », de la même famille que les chacals dans cette partie de l’île. Une reconstitution des faits a été faite puisque suicide ou non, il y a mort d’homme et les procédures d’enquête doivent être respectées. En Angleterre, ses parents et ses collègues de l’université de Cambridge – elle était en deuxième année dans la filière biodiversité naturelle – ont brisé l’omerta et portent des témoignages sur Alana Cutland Molly. « Très sociable et brillante, nous pleurons pour sa disparition », un extrait de message repris par des médias britanniques. La raison qui a poussé la chercheuse à cette fatalité reste non éclairée pour le moment. Peu avant son suicide en plein vol, elle aurait parlé de problèmes avec ses parents. Raison qui a poussé ces derniers à décider de la ramener le plus vite en Angleterre. C’est là que la dame de 51 ans du nom de Ruth Johnson, une simple touriste visitant la prestigieuse île d’Anjajavy, est intervenue. Elle a été priée par les parents de la jeune universitaire de la ramener chez eux. La touriste a accepté de rendre service à sa compatriote sans trop mesurer l’ampleur de son intervention. Elle a affrété un aéronef qui devait les transporter vers la capitale en transitant par Mahajanga. Et pourtant, l’impensable s’est arrivée : Alana Molly Cutland a décidé de forcer la porte de l’avion Cessna pour sauter. Les deux personnes qui s’y trouvaient à bord n’ont pas pu la maîtriser. La reconstitution des faits ont montré à quel point la jeune Britannique était sulfureuse et intenable. En amont du suicide, que s’est-il vraiment passé à Anjajavy ? De quels problèmes aurait-elle rencontré ? Les enquêteurs de la gendarmerie tentent de trouver une réponse, ils dirigent une investigation sur place.

D.R