Les actualités à Madagascar du Vendredi 03 Juillet 2020

Modifier la date
Midi Madagasikara509 partages

Faravohitra : Désinfection du domicile de Ravalo

Un des fidèles compagnons de lutte de l’ancien président Marc Ravalomanana est décédé. Une femme membre du Conseil municipal de la Commune Urbaine d’Antananarivo qui a été élue pendant cinq mandats sous les couleurs du parti  » Tiako i Madagasikara « . D’après les informations, elle aurait succombé au Coronavirus. Suite à ce décès, des précautions auraient été prises au domicile de l’ancien président. Cette proche conseillère de  » Dada  » ayant toujours fréquenté la famille Ravalomanana, l’ex-homme fort du pays aurait demandé aux responsables de désinfecter son domicile à Faravohitra. Une équipe du Centre de Commandement Opérationnel Covid-19 et du Corps de Protection civile s’est rendue sur les lieux hier pour désinfecter totalement la résidence du fondateur de l’empire Tiko. Le clan Ravalomanana ayant été enregistré en son sein des personnes contaminées par le Covid-19, la question est désormais de savoir si la famille se rendra au centre médical Covid-19 à Andohatapenaka pour effectuer un dépistage.

Davis R

Midi Madagasikara201 partages

Covid-19 : 4 cas positifs à Ambositra

Alors que le district d’Ambositra a été, jusqu’à ce jour, épargné par le Covid- 19, la situation ne l’est plus. Des mesures ont, à cet effet, été prises par le Comité Régional du Centre Opérationnel d’Amoron’i Mania (CRCO) selon les informations publiées. Celles-ci font état qu’une personne sur trois testée a été déclarée positive dans la commune rurale d’Ihadilanana. D’autre part, dans la commune rurale d’Imerina Imady, toujours selon la même source, quatre personnes venant d’Antananarivo et résidant dans ladite commune ont été testées. Trois d’entre elles ont été déclarées positives au Covid-19. Face à cette situation, des dispositions ont été prises par les autorités locales. A noter que les jours de marché dans les communes environnantes telles Ambalasoaray, Andina Ihadilanana… sont suspendus jusqu’à nouvel ordre. Les écoles dans les communes d’Imerina Imady, Marosoa, Fehizay et Ihadilanana sont fermées. Des dispositions sanitaires ont été prises dans les localités concernées. Le préfet d’Ambositra, Rakotomalala Richard, d’exhorter la population à plus de vigilance et à une prise de responsabilité accrue.

Anastase

Midi Madagasikara129 partages

Football-EFAM : En quête de nouveaux talents

L’EFAM Toamasina veut rebondir l’année prochaine.

Un test de détection sera organisé par l’Ecole de Football Avenir de Madagascar après la levée du confinement. EFAM ambitionne de remporter son premier titre international en 2021.

Le moment de retour sur le terrain reste incertain pour le monde du football à Madagascar, surtout pour les ligues les plus impactées par le Covid-19. Pourtant, cela n’a pas empêché les dirigeants au sein de l’École de Football Avenir de Madagascar (EFAM) à Toamasina, de se préparer au maximum à la reprise de la saison. D’ailleurs, EFAM envisage de faire sa première sortie internationale en 2021. C’est dans ce cadre que le président fondateur, Patricio Rabezanahary, voudrait renforcer ses protégés en recrutant des jeunes passionnés du football. Il s’agit, notamment, de jeunes garçons âgés de 12 à 16 ans. Les inscriptions sont déjà ouvertes pour ces catégories. Mais selon sa précision, la détection ne se fera qu’après la levée du confinement pour la sécurité des élèves. Pour rappel, trois tournois internationaux en Europe, plus précisément à Bordeaux, en Belgique et à Nantes, sont dans son agenda pour les mois de mai et juin 2021. Ainsi, dans le but de relever le défi pour l’avenir de demain, l’EFAM voudrait aussi étoffer son équipe féminine. De ce fait, le coach encourage les footballeuses à s’y inscrire la rentrée prochaine. « Dès leurs jeunes âges, les enfants tracent déjà leur chemin de demain. C’est d’ailleurs le rôle de l’EFAM : former les footballeurs pour en faire des professionnels et des joueurs de qualité. Avec sa capacité d’améliorer considérablement ses compétences, tout élève pourrait faire plus d’efforts pour devenir un joueur technique au cours des prochaines années », a fait savoir Patricio Rabezanahary.

Pour le Président de l’EFAM, la vie ne se limite pas au football. Il est nécessaire de s’entraider et de partager de l’amour aux enfants en leur fournissant les connaissances nécessaires pour devenir des modèles au sein de la société.

Manjato Razafy

Midi Madagasikara26 partages

Air Madagascar : Prolongation de la suspension des vols jusqu’au 31 juillet

Les vols long courrier et régionaux d’Air Madagascar demeurent suspendus jusqu’au 31 juillet. Suite à la prolongation de l’état d’urgence sanitaire, la compagnie aérienne nationale maintient l’interdiction des vols réguliers entrants et sortants de l’île jusqu’à la fin de ce mois. Ces vols suspendus concernent les liaisons entre Antananarivo et les destinations suivantes : Paris, Marseille et Guangzhou, Dzaoudzi, Moroni. Toamasina-La Réunion, Sainte-Marie-La Réunion, Taolagnaro-La Réunion-Toliara.

R.Edmond

Midi Madagasikara12 partages

DIDEC Antananarivo : Les dates du CEPE, du BEPC et du BACC connues

Les écoles catholiques ont décidé des dates de leurs examens officiels.

Les écoles catholiques sortent un calendrier de leurs examens officiels. Les épreuves y afférentes se dérouleront auprès de leurs établissements scolaires respectifs.

Alors que le discours du chef du gouvernement a fait savoir que les examens officiels auront lieu cette année sans pour autant donner des informations précises sur comment vont se dérouler les épreuves et quand est-ce-que les examens vont se dérouler sur tout le territoire de la République, la Direction Diocésaine de l’Éducation Catholique Antananarivo vient de surprendre l’opinion en publiant un calendrier desdits examens. Dans un communiqué sorti en date du 30 juin 2020, la DIDEC Antananarivo note que le calendrier concerne uniquement « les examens officiels catholiques du diocèse ». Ainsi, le CEPE (Certificat d’Etudes Primaires Elémentaires) catholique se déroulera les 14 et 15 juillet prochains. Les examens du BEPC, quant à eux, sont prévus avoir lieu du lundi 20 au mardi 28 juillet. Tandis que les sessions du Baccalauréat catholique vont avoir lieu du 27 juillet au 4 août prochain. Le communiqué en question fait également savoir que les dispositions publiées le 30 juin dernier constituent la suite des actions de communication effectuées le 5 juin dernier. Avant de faire savoir que les examens se dérouleront dans chaque établissement scolaire de la direction diocésaine de l’éducation catholique Antananarivo.

Fin. De son côté, le ministère de l’Education nationale, de l’enseignement technique et professionnel fait savoir que « l’initiative de la direction diocésaine de l’éducation catholique n’a pas eu l’aval du gouvernement ». « C’est assez risquée et précipitée comme initiative. Risquée compte tenu des aléas qui se présentent actuellement », fait savoir le ministère de l’Education nationale, de l’enseignement technique et professionnel. La publication du calendrier des examens officiels spécialement pour les écoles catholiques se voudrait un moyen pour l’instance suprême de l’éducation catholique de « finir en beauté » l’année scolaire 2019-2020. Des directives concernant l’organisation de la clôture de ladite année scolaire auraient été données par la commission épiscopale pour l’éducation et l’enseignement catholique. Outre cette volonté de tourner la page de l’année scolaire 2019-2020, les responsables de l’éducation et de l’enseignement auprès de l’église catholique auraient également déjà décidé la date de la rentrée pour l’année scolaire 2020-2021. Une rentrée qui interviendra courant septembre 2021, soit un mois avant celle officialisée par le ministère de l’Education nationale, affirme-t-on.

José Belalahy

Midi Madagasikara10 partages

Anosy : Fermeture du service passeport ce jour

Face à la propagation du Covid-19, des dispositions ont été prises au niveau du service passeport à Anosy. Ce service sera ainsi fermé ce jour et demain. Selon les explications du commissaire de police Ranaivoson Alexandre, responsable du SICRI, il y aura tout de même un service minimum à partir de lundi prochain. Seuls ceux qui ont impérieusement besoin d’avoir un passeport y seront reçus. Notons que, ce jour, l’on va procéder à la désinfection de ce service. Faut-il rappeler que le passeport diplomatique est une pièce d’identité permettant à son titulaire de voyager à l’extérieur de Madagascar. Il est délivré à tout diplomate, ou aux fonctionnaires de l’Etat en mission officielle. Quant au passeport de service, ou passeport vert, c’est un document de voyage permettant à son titulaire de voyager à l’extérieur de Madagascar. Il est délivré à tout agent de l’Etat en mission officielle.

Recueillis par Dominique R.

Midi Madagasikara9 partages

Malagasy bloqués à l’étranger : Le gouvernement réfléchit à des dispositions de rapatriement

1 254. C’est le nombre des ressortissants malgaches bloqués à l’étranger suite à la suspension des liaisons aériennes et maritimes dans le cadre de la lutte contre le Coronavirus. Après le rapatriement de 176 travailleuses malgaches depuis le Koweït et de 130 autres venant de l’île Maurice, des centaines de nos ressortissants sont encore bloqués dans d’autres pays où ils vivent dans une situation de précarité. Parmi eux figurent des missionnaires, des étudiants, des éléments des Forces de l’ordre ayant suivi des formations, mais aussi des personnes ayant subi une évacuation ou un contrôle sanitaire. Du côté du ministère des Affaires étrangères, l’on s’active pour trouver des solutions en vue du rapatriement de ces ressortissants malgaches. La question a d’ailleurs été évoquée durant le Conseil des ministres de mercredi dernier.  » Le gouvernement malgache suit de près leur situation, et est en train de chercher des solutions « , affirme le communiqué du Conseil des ministres. Et d’annoncer au passage que des dispositions vont être prises en vue de leur rapatriement. Il convient de rappeler que pour le cas des travailleuses malgaches au Koweït, c’est le gouvernement koweïtien qui a affrété un avion spécial pour assurer leur rapatriement.

Davis R

Midi Madagasikara4 partages

Développement rural : 106 nouveaux techniciens agricoles pour appuyer les paysans

Ces 106 nouveaux techniciens agricoles sortant de l’EFTA sont issus de la première promotion.

L’Ecole de Formation de Techniciens Agricoles (EFTA) vient de former 106 étudiants dans cette filière.

Ces derniers ont suivi une formation d’une durée de deux ans auprès des centres de cette école, lesquels sont éparpillés dans les six ex-provinces de Madagascar, pour décrocher les diplômes de Technicien supérieur ou de Brevet de Technicien supérieur agricole (BTSA). Ces jeunes issus de la première promotion mettront en application leurs acquis afin d’augmenter la productivité agricole et, par la suite, atteindre les objectifs fixés par le ministère de l’Agriculture, de l’élevage et de la pêche qu’est l’autosuffisance alimentaire.

Améliorer les conditions de vie. Il est à noter que leur formation a été axée principalement sur le développement des trois secteurs économiques piliers du développement rural, à savoir l’agriculture, l’élevage et la pêche. La communication en situation professionnelle, le développement humain, le développement personnel, le système suivi-évaluation, sont, entre autres, les modules de formation. L’objectif de la formation au sein de l’Ecole de Formation de Techniciens Agricoles est d’aider et d’appuyer les producteurs à améliorer leurs conditions de vie et, notamment, à contribuer à la mise en œuvre de la politique de développement de l’Etat à travers le ministère de tutelle. Force est de reconnaître que les paysans ont tant besoin de ces techniciens pour les encadrer et les conseiller en cas de difficulté durant la campagne culturale ou en matière de conduite d’élevage ou bien au niveau de la conservation de leurs produits de pêche. Ce qui permettra d’assurer un développement rural.

Changement climatique. Par ailleurs, 47 conseillers agricoles issus de la 2ème promotion ont également reçu leurs certificats de fin de formation après avoir étudié au sein des quatre centres de l’EFTA. Parmi ceux-ci, douze jeunes ont suivi une formation à l’EFTA Analamanga. Cette dernière vise à forger des techniciens agricoles capables d’accompagner les exploitants familiaux agricoles pour que ces derniers puissent faire face au changement climatique et promouvoir une agriculture durable afin de contribuer à la sécurité alimentaire de Madagascar. Rappelons que dans le monde, la Grande île figure parmi les cinq premiers pays vulnérables au changement climatique. Et les effets néfastes de ce phénomène se font déjà sentir au niveau du secteur agricole. Pour le cas de l’EFTA Analamanga, la remise des diplômes pour les 22 techniciens supérieurs agricoles et des certificats pour les 12 conseillers agricoles s’est tenue dernièrement à Ambatobe. A noter que le référentiel national de diplôme au métier de Technicien Agricole appliqué au niveau des centres de formation de l’EFTA est validé en 2017, et est appliqué depuis 2018.

Navalona R.

Midi Madagasikara3 partages

Ambositra : Nifanandrina ny dahalo sy ny fokonolona : basy mahery vaika iray no azo

Tsy nanaiky lembenana teo anatrehan’ny fahavalo mpanani-bohitra ireo fokonolona tamina tanana iray tao amin’ny distrika Ambositra, ny alarobia lasa teo. Eny fa na dia hary fitaovana aza iretsy voalohany, satria ny sasany tamin’ireo dahalo dia nirongo fitaovam-piadiana mahery vaika, toy ny basy “kalach”, izay azo teny am-pelan-tanan’izy ireo ihany moa ny iray tamin’izany.

Nitrangana fifandonana mahery vaika tokoa tao amin’ny tanana iray antsoina hoe Sahanato, kaominina Ambohimitombo II, ny vao marainan’ny voalohan’ny volana jolay teo. Tokony ho tamin’ny iray ora maraina tany ho any dia fantatra fa misy andian-dahalo am-polony any ho any, nirongo fitaovam-piadiana nikasa ny hangalatra omby tao amin’io tanana io. Raha vao nahare ny vaovao ireo fokonolona, izay efa nahazo fiofanana sy fampianarana manokana ny amin’ny fiarovan-tenan’ny tanana avy amin’ireo mpitandro filaminana dia niray hina, nandeha nanakana ny kizo, toerana izay mety handalovan’ireto malaso ireto. Nifamadika teto ny rasa ! Tafiditra soa aman-tsara tao anatin’ny vela-pandrika napetrak’ireto fokonolona mantsy ireo mpanani-bohitra izay tsy nanampo velively ny zava-nisy. Raikitra teo ny fifanjevoana. Resy tosika ary tsy nahavita akory nanao ny asa ratsiny ireo andian-dahalo. Tsy nisy nanombinana kosa tetsy andanin’izay ireo fokonolona : tsy nisy ny naratra na ny namoy ny ainy. Vao mainka aza moa azo teny am-pelan-tanan’ireo malaso ny basy “kalach” bory vody iray, niaraka tamina bala miisa sivy. Ny zandary avy ao amin’ny tobim-paritra misahana izany moa raha vao nandre ny fisian’ireo andian’olona mitady hanafika dia efa niainga tany amin’ny toby nisy azy. Natolotra ireo zandary tonga tao an-toerana araka izany ireto fitaovam-piadiana ireto. “Misokatra avy hatrany ny fanadihadiana sy ny fikarohana angom-baovao mahakasika io basy io sy ireo olon-dratsy nikasa hanafika teo an-toerana” hoy ny fampitam-baovao azo. Marihana, fa hatramin’ny volana janoary lasa teo dia basy mahery vaika 13 tamin’ity azo farany ity izay no azo teny am-pelan-tanan’ireo olon-dratsy any amin’iny faritra Amoron’i Mania iny.

m.L

Midi Madagasikara1 partages

Réforme de la loi sur les PAC : Le gouvernement fustige la société civile

Siège du pôle anti-corruption pour Antananarivo, dans le quartier des 67ha

L’initiative de réformer la loi 2016-021 sur les pôles anti-corruption fait des vagues. Les organisations de la société civile oeuvrant dans la lutte contre la corruption sont indignées par ce projet qui part de l’Assemblée nationale. Le gouvernement, quant à lui, affirme qu’aucun projet de loi portant modification de cette loi n’a été décidé en son sein jusqu’à ce jour.

On veut apporter certaines modifications par rapport aux dispositions en vigueur de la loi 2016-021 sur les pôles anti-corruption (PAC). En effet, une proposition de loi n°01-2020 du 30 juin 2020 dans ce sens a fait irruption, hier, à l’Assemblée nationale. Celle-ci a été présentée par le député Idealson, élu à Ampanihy Ouest. Et tous semblent bien partis pour la proposition de cet élu. Le parcours de la proposition semble être bien dopé au grand dam du circuit habituel que devrait connaître une telle initiative. En effet, bien que l’examen et l’adoption de cette proposition de loi ne figurent pas dans l’ordre du jour initial de l’Assemblée nationale, une « annexe » de cet agenda a inscrit une réunion de la commission juridique de l’Assemblée nationale qui a déjà discuté cette proposition de loi, hier, dans la matinée.

Indignation. Dans le camp de la société civile, c’est l’indignation totale. Dès que l’information a fuité, les organisations de la société civile oeuvrant dans la lutte contre la corruption se sont vite manifestées. « C’est avec consternation que nous, Organisations de la société civile impliquées dans la lutte contre la corruption et la quête de la transparence, de la redevabilité et de l’intégrité, avons appris l’intention du gouvernement de modifier le texte fondateur des pôles anti-corruption », ont-elles déclaré. Il s’agit, entre autres, de la Transparency International, du collectif des citoyens et des organisations de la société civile, de l’ONG Ivorary ainsi que de l’ONG Hintsy. Ces dernières ne tolèrent pas le fait d’avoir été écartées dans une telle initiative. Elles dénoncent qu’ « aucune information ni consultation au préalable » n’a été entamée avant l’adoption de cette proposition de loi qui consiste à « réformer les textes fondateurs des PAC ».

Accusation. Les organisations de la société civile ont accusé le gouvernement d’avoir œuvré en catimini en faveur de cette initiative. Une accusation rejetée d’un revers de main par l’Exécutif. Dans un communiqué publié hier, le gouvernement affirme pourtant « qu’aucun projet de loi de modification de la loi relative aux pôles anti-corruption n’a été décidé en son sein jusqu’à ce jour ». « Si tel était le cas, les citoyens auraient déjà eu connaissance de l’existence de ce projet », soutient-on dans cette note signée par la porte-parole du gouvernement, Lalatiana Andriatongarivo. Toutefois, le gouvernement n’a pas nié « avoir été sollicité par l’Assemblée nationale pour formuler ses observations sur la proposition de loi » du député Idealson. D’ailleurs, « la mise en place des PAC est l’une des priorités du régime », soutient la ministre de la Communication et de la culture. Et « reculer dans ce processus n’est pas dans son optique », affirme-t-elle.

Compétences. La proposition de réforme, mise sur les rails la veille de la clôture de la session ordinaire du parlement, a été déjà discutée par l’Exécutif lors du conseil du gouvernement mercredi dernier, indique-t-on. Et, hier, l’adoption du texte a été annexée dans l’ordre du jour de la Chambre basse. L’initiative de réforme semble connaître une urgence. Sur le fond, selon le député Idealson, ce projet de réforme des PAC vise à modifier et à compléter certaines dispositions du texte 2016-021 relatives, entre autres, aux compétences des pôles anti-corruption, ainsi qu’à la coordination générale des PAC. Une initiative qui n’est pas forcément de nature inopportune, insinue l’Exécutif. « Il convient de rappeler que tout texte juridique, n’étant nullement intangible, peut faire l’objet de mise à jour quand l’évolution des circonstances pourrait la rendre nécessaire », soutient le gouvernement.

Rija R.

Madaplus.info0 partages

Madagascar : Inauguration du Village Voara Andohatapenaka

Le village Voara Andohatapenaka est le nouveau centre de traitement du Covid-19. Le premier ministre Ntsay Christian, lors de son discours dimanche 28 juin dernier, l'a annoncé officiellement. Il a précisé que tous ceux qui ont un doute sur leur état de santé peuvent aller se faire consulter directement au village Voara.
Le 1er juillet, le président de la République a inauguré officiellement le nouveau centre de traitement. Plus d'une centaine de personnes ont commencé à faire la queue de bonne heure, afin de pouvoir se faire consulter immédiatement après l'inauguration. Les responsables ont annoncé qu'ils ne testent que les individus à symptômes. Beaucoup ont, donc, du rentrer chez eux, n'ayant rien obtenu, après des heures de file.
Madaplus.info0 partages

Madagascar : Un grand nombre de décès, non lié au Coronavirus, à Befotaka

Le 30 juin dernier, le Ministre de la santé publique Ahmad Ahmad a annoncé une trentaine de décès dans le district de Befotaka. Trente deux décès, plus précisément, dont les raisons ont été encore inconnues ce jour là.
Le 01er juillet, les analyses ont montré que ces décès ne sont pas liés au Covid-19. Il s'agit plutôt d'une épidémie de paludisme et de diarrhée, se propageant dans le district. La diarrhée a particulièrement frappée les plus jeunes. Le district est en manque de médicament et le fait qu'il soit assez enclavé aggrave la situation. Le Ministre de la santé publique y a envoyé une équipe, afin de venir en aide à ceux qui sont déjà sur les lieux.
Tia Tanindranaza0 partages

Dr Fidy Bariniaina“Tsy hihiboka mandrakizay isika, aleo miaro tena tsara”

Vahaolana azo antoka indrindra amin’izao aretina COVID 19 izao, hoy ny Dr Fidy Bariniaina, ny tsy fivoahana ny trano.

 

 

Tsy ho vita anefa ny hoe tsy misy izay tsy mivoaka izay fa tsy maintsy misy miantsena, miatrika fahoriana, miteraka, mamonjy dokotera sy ny hafa rehetra ny olona manerana izao tontolo izao. Misy irika foana, noho izany, hahatafidiran’ilay aretina. Raha ny tokony ho izy dia mandra-pahatapitry ny tranga vaovao izany no tokony hihiboka, hoy hatrany izy. Antananarivo anefa izao be olona be ary sarotra ny manentana olona satria eny amin’ny arabe izy no hitanao manao arotava fa esoriny iny any anaty tanana any. Raha hihiboka eto foana isika noho izany mandra-pahatapitry ny tranga vaovao dia ahiana hihiboka anaty fotoana tsy voafetra. Tsy misy safidy noho izany fa tsy maintsy izorana ny fialana tsikelikely amin’ny fihibohana. Rehefa miparitaka io dia miha matahotra ny olona ary miha matotra ny fiarovan-tenany, hoy hatrany ny fanazavany. Ny tsy fifampikasohana be loatra amin’ny olona, ny fampiasana arotava, ny fanasana tanana amin’ny rano sy savony matetika na “Gel disinfectant”, ny tsy fizarana mikasika orona sy vava no tokony atao fahazarana, hoy izy, ary izay ihany no tena toromariko.

J. Mirija

Tia Tanindranaza0 partages

Mihaodihaody ny Covid19Hikatona ny sampan-draharaha fanaovana « passeport » anio

Hikatona ho an’ny besinimaro ny sampan-draharaha fanaovana « Passeport » ny zoma 03 jolay 2020 araka ny fampahafantarana nataon’ny Ministeran’ny Filaminam-bahoaka.

 

 

Hisy asa fanadiovana, fandrarahana ranom-panafody hatao ao an-toerana. Toerana ifamezivezen’ny olona maro ity sampan-draharaha ity ka tsy mantsy noraisina izao fepetra izao ho fisorohana ny mety ho fihanaky ny valanaretina COVID 19, hoy hatrany ny fanazavana. Manomboka ny alatsinainy 06 jolay 2020, ary mandritra ny fotoana tsy voafetra dia mpiandry raharaha na « service minimum » no hisy ao amin’ny sampan-draharaha fanaovana passeport ka ireo olona manana anton-draharaha manokana sy maika ihany no horaisina.

Jean D.

Tia Tanindranaza0 partages

Mirongatra ny valanaretina6 maty, 265 voa tao anatin’ny 4 andro

Olona roa indray no namoy ny ainy nampiakatra ny isan’ny lavo hatrizay teto Madagasikara ho 24 hatreto.

 

 

1,5 isan’andro ny salan’isan’ny olona namoy ny ainy nanomboka ny alatsinainy 29 jona teo ka hatramin’ny omaly alakamisy 2 jolay, izany hoe olona 6 no matin’ity valanaretina ity tao anatin’ny 4 andro rah any fampitam-baovao ofisialy. Olona 265 no voamarina fa voa tao anatin’ny 4 andro monja, ka ny omaly fotsiny no 100 be izao iray andro, nampiakatra ny isa manontolo ho 2403. Ny 52 tamin’ireo 100 ireo avy eto Antananarivo Antananarivo avokoa, 01 avy any Analanjirofo, 01 Ambatondrazaka, 01 Fianarantsoa, 01 Ambositra, ary tsy nomena ny toerana misy ireo 44 hafa. Niampy 34 ireo sitrana, ka tafakatra ho 1040 ny isan'izy ireo izay manome salan’isa 43,27%. Miisa 1339 ireo mbola manaraka fitsaboana izay manome 55,72%. Miisa 28 ny marary mafy na “forme grave” izany hoe nisy fihenany 6 mitaha amin’ny afak’omaly. Mitombo andro aman’alina ny voa, tsy mifidy saranga intsony fa lasibatra hatramin’ny olona ambony heverina ho tsara aro. Fihetsika kely tsy voatandrina dia mety hahavoa satria efa notaterina teto, fa mety haharitra hatramin’ny 3 na 4 andro ny tsimokaretina arakaraka ny toerana hipetrahany, ka tokony ho mailo mandrakariva sy manaja ireo fepetra.Tazana ihany mantsy eny an-dalambe sy any anaty tanàna fa tena mbola maro ny olona tsy manao arotava, mifampitakosona, mivorivory, mety tsy voahaja akory anefa ilay hoe manasa Tanana amin’ny savony matetika na mampiasa gel hydroalcoolique.Ny andro mangatsiaka ankehitriny izao dia efa nambaran’ny manampahaizana fa manamora ny fiparitahan’ny Covid 19, ka tena mila mailo ny tsirairay fa ny olona 1 voa  rehefa miitatra dia mety ho lasa olona 100.Dia io iaraha-mahita io ny tarehimarika.Efa mitombo rahateo moa ny isan’ny fitiliana atao isan’andro.

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

BAR tratra nisokatra Lehilahy iray sy vehivavy efatra no tratra

Tamin'ny 11ora sy 45 minitra alina ny polisy avy ao amin'ny Boriborintany fahafito no nanao fisafoana teny amin'iny faritra 67 ha iny ka nahita "bar" mitanilanila tsy mihidy.

 Tsy nisalasala ny polisy nanokatra ilay toeram-pisotroana ka vehivavy miisa 04 sy lehilahy 01 no tratra tao anatiny niaraka tamin'ny zava-pisotro mahamamo. Nakatona avy hatrany ilay toeram-pisotroana ary nosamborina izy 05 ireto niaraka tamin'ilay tompona bar . Manentana antsika olom-pirenena hatrany ny polisim-pirenena mba samy hiaro ny tenany manoloana ny fiparitahan'ilay valan'aretina COVID 19. Efa nahatratra 100 mantsy ireo olona lasibatra omaly ka tokony samy ho mailo ny rehetra.

Pati

Tia Tanindranaza0 partages

SE BTP Resy lahatra amin’ny asan’ny CNaPS

Tontosa ny alakamisy 02 jolay 2020 teny amin’ny Hotel IBIS Ankorondrano ny sonia fifanaraham-piaraha-miasa teo amin’ny CNaPS sy ny Syndicats des Entrepreneurs en Batiments et Travaux Publics.

 

 

 Nanotrona izany ny Minisitry ny fanajariana ny tany sy ny trano fonenana ary ny asa vaventy Hajo Andrianainarivelo. Tanjon’ireo orinasa mandraharaha amin’ny sehatry ny tao-trano ny hanaja ny zon’ny mpiasa ka izay no nanatonany ny Tahirim-pirenena. Hatramin’izay dia ny milina no heverina hatrany fa  manodina ny orinasa ary toa zary adino ny zo- maha-olona. Raha tsy eo anefa ny olombelona dia tsy hiroborobo mihitsy ny orinasa ary tsy hisy fampandrosoana. « Mahatsapa izahay fa be loatra ny asa koa dia raisinay andraikitra ny fanomezana fiahiana ara-tsosialy ireo mpiasa satria tsy handroso mihitsy ny firenena raha atao tsinotsinona ny zon’olombelona. Izahay dia efa mpikambana CNaPS ary miisa 80 eo ny orinasa mivondrona ato anatin’ny SE BTP » hoy ny filohan’ny SE BTP Hary Andriatefihasina.Tsy afa-misaraka amin’ny asa fampandrosoana ny fiahiana ara-tsosialy. Rehefa mifantoka tsara amin’ny asany mantsy ny mpiasa dia ho tsarany foto-drafitr’asa vitany ka dia handroso ny firenena.Izahay ao amin’ny Ministera dia hanentana ireo orinasa hafa mba hanaja ny zon’ny mpiasa satria rehefa voaaro ny zony dia hamokatra bebe kokoa ny mpiasa. » hoy kosa ny Minisitry ny Fanajariana ny tany, ny trano fonenana ary ny Asa vaventy Hajo Andrianainarivelo.

Nangonin’i RTT

Tia Tanindranaza0 partages

Befotaka AtsimoOlona 113 matin’ny tazomoka sy fivalanana

Olona miisa 113 no naomy ny ainy tany Befotaka Atsimo noho ny tazomoka sy ny fivalanana tao anatin’ny iray volana, raha ny tatitra nataon’ny solombavambahoaka avy any an-toerana.

 

 

Any amin’ny 56 no namoy ny ainy tao amin’ny kaominina Bekofafa, ary ny zoma 26 jona no nisy maty farany. 57 no namoy ny ainy tany amin’ny kaominina Ranotsara, ka ny 28 jona teo no nisy namoy ainy farany. Tazomoka sy fivalanana. Efa nanao izay azo natao ny mpiasan’ny fahasalamana, fa betsaka ihany koa ny tsy manantona ny toeram-pitsaboana. Nanao antso avo amin’ny Minisiteran’ny fahasalamana, minisiteran’ny rano,minisiteran’ny mponina ny solombavambahoaka voafidy tany Befotaka Atsimo manoloana ny zava-miseho. Tena mamono olona an-jatony ny tazomoka sy ny aretina hafa, saingy takon’ny coronavirus.

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

ToamasinaJiolahy 3 rotiky ny bala, 3 azo sambo-belona

Nahazo angom-baovao ny Polisy fa misy andian-jiolahy mikononkonona hanao fanafihana mitam-piadiana ao Barikadimy.

 

 Tsy niandry ela ny Polisy avy ao amin'ny hery vonjy taitra (FIP) fa nidina tany an-toerana avy hatrany rehefa voamarina ny angom-baovao voarain'izy ireo. Vao nahatazana ny Polisy ireto andian-jiolahy ireto dia tsy nisalasala nitifitra ny mpitandro ny filaminana, hoy ny tatitra nataon’ny mpitandro filaminana omaly maraina. Raikitra ny fifandonana mahery vaika ka jiolahy miisa 03 indray no lavon'ny balan'ny Polisy nandritra ny fifampitifirana ary jiolahy miisa 03 hafa ihany koa no azo sambo-belona. Basy lava calibre 12 sy basy poleta vita gasy miaraka amin'ny bala no mbola tratra teny amin'izy ireo. Taorian'ireo jiolahy mitam-basy lavo tetsy Masay dia ravan'ny Polisy ao Toamasina ihany koa ireo andian-jiolahy mpanao fanafihana mahery vaika any an-toerana, hoy ny fampitam-baovaon’ny Polisim-pirenena.

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

AnalamahitsyNosamborina avy hatrany ilay mpamily sy ny reseverany

Misy hatrany ireo mpitondra taxibe tsy manaja ny fepetra ara-pahasalamana no sady mandrisika ireo polisy hanao kolikoly.

 

 

Tsy misy hafa amin’izany ny nitranga tetsy Analamahitsy rehefa tratra tsy nanao arotava ny mpandeha iray teo akaikin'ny resevera. Mbola notambazan'ny mpamily sy resevera vola ihany koa ilay polisy nandritra izany mba hamela azy ireo handeha. Hentitra ny polisin'ny boriborintany fahavalo manoloana ny fampiharana ny fanajana ny lalàna hiarovana ny ain'ny olom-pirenena ka nentina avy hatrany teny amin'ny kaomisaria ilay mpamily sy ny mpanampy azy hatao fanadihadiana raha nampidirina ambalam-pamonjana kosa ilay taxibe. Ho an'ny polisin'ny boriborintany fahavalo manokana dia miisa 03 indray ireo taxibe tratra tsy nanara-dalàna ary 25 ireo olona nampanaovina asa iombonana teny an-dalambe omaly alakamisy hatrany.

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Kianja Masoandro« Tsy misy asa miato izany ! », hoy ny minisitra

« TSIA, tsy misy asan'ny Kianja Masoandro miato izany mihitsy e! », hoy ny minisitry ny serasera sy ny kolontsaina Lalatiana Rakotondrazafy tamin’ny tambazotra sosialy facebook.

 

 

 Fanazavana miendrika fanambarana mandiso ireo resaka sy fanehoan-kevitra miely, ka nametrahany fanontaniana hoe : « Fa inona ihany ity fitiavana manely tsaho ity? ». Raha ny fazavany dia « efa vita aza ny asa ho an'ny Colas, efa nanao manala ireo fitaovana nampiasany teny ny orinasa, na amin'ny Lapan'i Manjakamiadana na amin'ny Kianja Masoandro. Efa vita ny asany ». Nilaza mahitsy ny heviny mikasika ny fanorenana io Kianja Masoandro ny filoha teo aloha ny amiraly Didier Ratsiraka raha nivahiny tamina fahitalavitra tsy miankina iray teto an-drenivohitra ny 1 jolay 2020, ka nilazany fa « tsy maha laharampahamehana » io, manoloana ny fisian’izao valanaretina coronavirus eto amin’ny firenena izao. « Tsara rehefa nihantona ny asa », hoy izy. Nampiany fa « tokony nifampiresahana mialoha amin’ny tompony » ny fanamboarana toy ireny. Tao amin’ny fanazany ny minisitra Lalatiana Rakotondrazafy dia manohy fa « efa hiditra amin'ny loko anatiny sy ny famonosana vato ny ivelany sisa », ny asa eny Anatirova fa « miandry pitsopitsony ara-taratasy sisa noho ny maha-tsenan'asam-panjakana azy ireo vondron'asa miisa roa ireo ».

Jean D.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Lasibatra hatrany an-dapa...

Tsy alohalika intsony ny ranombary, fa efa tena hatrany an-tenda. Mora ny nanamaivana ny valanaretina coronavirus tany aloha fa tsy mahery noho ny pesta sy kôlera, saingy indrisy fa efa tena loza mihantra aman’aina no miseho eto.

 Tsy mifidy sarangan’olona ny valanaretina, hany ka lasibatra hatramin’ny any an-dapa izay heverina fa tsara aro sy fiarovana. Misy mpikamban’ny governemanta re siosio fa voa, misy solombavambahoaka, misy minisitra teo aloha,… Iny niaraha-nahita iny fa natao tamin’ny alalan’ny “Video conférence” ny filankevitry ny minisitra ny alarobia teo fa tsy tamin’ny alalan’ny fihaonana mivantana intsony, izay toa mampitombina ilay resaka re fa efa misy voa ao. Ny tiana hahatongavana dia izao hoe: ireny aza sokajiana ho efa tena manana fiainana hafa, avo lenta, olona ambony,… tsy tahaka ny sarambabem-bahoaka mbola lasibatra, mainka fa ny valalabemandry. Tokony hilana fiheverana ity toe-draharaha ity, mila fanamboarana paikady, mila fanajana fitsipika, fa raha izao no mitohy dia ho zava-doza tsy hifankahitana no hiseho eto. Efa rakotra valanaretina ny ankamaroan’ny toeram-pitsaboana, feno marary ny hopitaly, ary io nivoaka io ny hevitra fa afaka misafidy hotsaboina any an-trano ny marary. Miala tsiny, miala fondro, miala salohy fito fa sao mety hampidi-doza antsika io, hoy ilay Filoha iray teo aloha. Ny mpitondra fanjakana mety ho afaka hitsabo tena tsara ihany, mety ho tsara karakara ihany,… fa ny vahoaka madinika sady efa sahirana ara-pivelomana, sempotry ny fitadiavana, trotraky ny adim-piainana, reraky ny fahantrana,… hanao ahoana? Tsy vitan’ny tsetsetra intsony izy ity, tena tsy an-jaza ary tsy mora ny miatrika azy fa ny manan-katao, tena tsy voafehy ka aleo tandrovina ny ainy. Tena aleo misoroka toy izay mitsabo, koa samia mitandrina !

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

FitampohaHotanterahina ny 6 jolay 2020 izao

Raikitra fa tanterahina ao amin'ny Doany Miarinarivo efadahy Manankasina, ao amin’ny Fokontany Tsararano Ambony, Distrikan’i Mahajanga I, ny 6 jolay 2020 izao ny Fitampoha na fanompoam-be izay fomba amampanaon’ny foko Sakalava Boeny.

 

 

 Manaraka amin'ny antsakany sy andavany ireo fepetra ara-pahasalamana rehetra mifanaraka amin'ny ady amin'ny valan'aretina covid-19 ny fanatanterahana izany. Io no fanapahan-kevitry ny « Organisme Mixte de Conception » na OMC Mahajanga na ireo tompon’andraikitry ny filaminana, izay notarihin'ny Prefen'i Mahajanga, omaly, taorian'ny fifampidinihana isan-tsokajiny. Niova hevitra tamin'ny ora farany ny OMC manoloana ny ahiahy amin’ny mety hisian’ny savorovoro ka nanaiky ny hanatanterahana ny Fitampoha ihany.

Jean D.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fitsarana Anosy Hisokatra amin’ny alatsinainy ny fotoam-pitsarana

Hisokatra amin’ny alatsinainy ho avy izao ny fotoam-pitsarana voalohany eo anivon’ny Fitsarana ambaratonga voalohany etsy Anosy rehefa nisy fiatoana nandritra ny fotoana maharitra noho ny hamehana ara-pahasalamana.

 

Ny resaka ady madio, ady varotra, ny adin’asa no hisantarana izany raha mbola tsy hisy kosa aloha ny ady heloka misy fanasaziana am-ponja noho ny mbola tsy fahafahana mamoaka ireo voafonja ety ivelany hiatrika fitsarana. Na izany aza anefa dia hisy ny fandaminana maromaro raha araka ny fanazavan’ny tompon’andraikitra. Alefa amin’ny alalan’ny peta-drindrina ny anaran’ireo olona manan-draharaha isan’andro ka mila manaraka izany ireo voakasika. Tafiditra ao anatin’izany ny efitrano misy ilay raharaha…Ho an’ireo olona manan-draharaha indray dia tsy maintsy manaraka ny fandaminana ara-pahasalamana rehetra izy ireny toy ny fanasan-tanana amin’ny savony eo am-pidirana, ny fijerena hafanana ka ho an’ireo manana maripana mihoatra ny 38˚ C dia fantatra fa mijanona avy hatrany tsy mahazo miditra izy ireny. Toraka izany koa ilay elanelana 1 metatra….Ho an’ireo manana mpisolo vava moa dia fantatra fa afaka tsy manatrika ny raharaha izy ireo saingy tsy maintsy manana taratasy enti-manamarina izany kosa.

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

AntsirabeHo tapaka ny jiro amina toerana maro

Ao anatin’ny fanatsarana famatsiana angovo ao Antsirabe dia nojerena hatry ny omaly ny hahafahan’ny orinasa Jirama manatontosa izany.

 

Isany ny fampiakarana ny tanjaky ny herinaratra ao an-toerana izay ho tanterahina amin’ity anio ity. Raha ny fampitam-baovao, araka izany, dia toerana maromaro no hiharana fahatapahan-jiro ao an-toerana vokatr’izany ho amin’ity anio ity. Tafiditra anatin’izany ny ao amin’ny fokontanin’Ambodihazo, Ankarinarivo, Marodinta, Parc de l’Est, Maharo, Mandratromby, Mandaniresaka, Anosiarivo, Tsinjorano, Benivary, Soaniazy, Andranonahoatra, Verezambola, Vinaninkarena, Antanety.

J. Mirija

Tia Tanindranaza0 partages

Antenimieram-pirenenaMisy depiote voan’ny Coronavirus

Miaka-dapa eny amin’ny Antenimieram-pirenena ny valanaretina Covid-19 ary efa misy solombavambahoaka voa.

 

« Depiote iray aloha no efa tena voamarina, fa ny iray tsy tonga nanohana an'ilay tolo-dalàna avy aminy intsony », hoy ny loharanom-baovao iray raha nanontaniana momba io tranga io. Lohanoram-baovao hafa indray no milaza fa « efa tsaboina any amin’ny hopitaly » ireo parlemantera ireo ankehitriny. Manoloana ny fisian’ireo tranga ireo dia tapaka fa hisy ny fitiliana faobe hatao atao amin’ireo solombavam-bahoaka sy ny mpiasa ao amin’ny Antenimieram-pirenen¬a. Nirosoana avy hatrany omaly ny fakana singa hanaovana fitiliana PCR. « Nafarana nankety amin’ny CCI Ivato mihitsy ny mpanao azy. Mbola ety izahay izao (omaly) », hoy i Mamy Rabenirina, solombavam-bahoaka Tiako i Madagasikara, voafidy tao amin’ny Distrika Ambohidratrimo. « Ny depiote aloha no natao voalohany. Dia nisy mpiasa natao koa avy eo satria nisy ambiny ny fakana singa », hoy ity farany. Nanao fampahafantarana tao amin’ny tambajotra facebook moa ny solombavambahoaka voafidy tany Vohipeno Tsabotokay Honoré omaly, fa marary ny tenany. Efa nanao fitiliana fa mbola tsy nivaly, nefa moa raha ny fahatsapana ny vatako dia reradreraka, hoy izy. Efa mahazo fitsaboana ara-dalàna eny amin’ny toeram-pitsaboana ity solombavambahoaka ity ary mandroso fahasalamana tsara, hoy io solombavambahoaka io.

Jean D./Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Mirongatra ny valanaretina6 maty, 265 voa tao anatin’ny 4 andro

Olona roa indray no namoy ny ainy nampiakatra ny isan’ny lavo hatrizay teto Madagasikara ho 24 hatreto.

 

 1,5 isan’andro ny salan’isan’ny olona namoy ny ainy nanomboka ny alatsinainy 29 jona teo ka hatramin’ny omaly alakamisy 2 jolay, izany hoe olona 6 no matin’ity valanaretina ity tao anatin’ny 4 andro rah any fampitam-baovao ofisialy. Olona 265 no voamarina fa voa tao anatin’ny 4 andro monja, ka ny omaly fotsiny no 100 be izao iray andro, nampiakatra ny isa manontolo ho 2403. Ny 52 tamin’ireo 100 ireo avy eto Antananarivo Antananarivo avokoa, 01 avy any Analanjirofo, 01 Ambatondrazaka, 01 Fianarantsoa, 01 Ambositra, ary tsy nomena ny toerana misy ireo 44 hafa. Niampy 34 ireo sitrana, ka tafakatra ho 1040 ny isan'izy ireo izay manome salan’isa 43,27%. Miisa 1339 ireo mbola manaraka fitsaboana izay manome 55,72%. Miisa 28 ny marary mafy na “forme grave” izany hoe nisy fihenany 6 mitaha amin’ny afak’omaly. Mitombo andro aman’alina ny voa, tsy mifidy saranga intsony fa lasibatra hatramin’ny olona ambony heverina ho tsara aro. Fihetsika kely tsy voatandrina dia mety hahavoa satria efa notaterina teto, fa mety haharitra hatramin’ny 3 na 4 andro ny tsimokaretina arakaraka ny toerana hipetrahany, ka tokony ho mailo mandrakariva sy manaja ireo fepetra.Tazana ihany mantsy eny an-dalambe sy any anaty tanàna fa tena mbola maro ny olona tsy manao arotava, mifampitakosona, mivorivory, mety tsy voahaja akory anefa ilay hoe manasa Tanana amin’ny savony matetika na mampiasa gel hydroalcoolique.Ny andro mangatsiaka ankehitriny izao dia efa nambaran’ny manampahaizana fa manamora ny fiparitahan’ny Covid 19, ka tena mila mailo ny tsirairay fa ny olona 1 voa  rehefa miitatra dia mety ho lasa olona 100.Dia io iaraha-mahita io ny tarehimarika.Efa mitombo rahateo moa ny isan’ny fitiliana atao isan’andro.

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Fanohanana ireo vehivavy sembanaMifanome tanana ny Inner Wheel sy ny CUA

Hanohana ireo vehivavy sembana eto Antananarivo Hiara-hiasa akaiky manomboka izao fikambanam-behivavy Inner wheel sy ny kaominina Antananarivo renivohitra.

 

 

 Ny fiahiana ireo vehivavy manana fahasembanana eo anivon’ireo Fokontany 192 mandrafitra ny kaominina Antananarivo renivohitra no tena vontoatin’ny fiaraha-miasan’ny roa. Fantatra tamin’izany fa asa efa fanaon’ny Inner wheel hatramin’izay ny mampiofana vehivavy ho matihanina amin’ny sehatry ny zaitra mba hanatsarana ny fidiram-bola miditra ao an-tokantranony. Manomboka izao kosa anefa dia ireo vehivavy manana fahasembanana eto Antananarivo no hisitraka izany. Tao anatin’ny 3 taona izay nisian’ny tetikasa dia vehivavy miisa 15 isaky ny 3 volana no nahazo fiofanana. Ankoatra ny fanatsarana ny fidiram-bolan’ny vehivavy moa dia anisan’ny tanjon’ity fikambanam-behivavy iray ity ihany koa ny hampaleo tena ny vehivavy manana fahasembanana ka hahatonga azy ireny tsy ho vesatra eny anivon’ny fiaraha-monina intsony.

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fananan-tanyTsy andoavam-bola ny fikarakarana taratasy famindram-pananana

Tinapaka nandritra ny Filan-kevitry ny Minisitra natao ny 24 jona 2020 fa ny fikarakarana taratasy momba ny famindrana ny fananantany avy amin’ny fandovana dia tsy handoavam-bola hatramin’ny 31 desambra 2020,

 

 ary tsy hisy ny fampiharana sazy amin’ny fikarakarana fanoratana na famindrana fananantany hatramin’io daty io. Nanome baiko ireo sampan-draharahan’ny fananantany rehetra amin’ny faritra 22 eto Madagasikara ny Ministry ny Fanajariana ny Tany sy ny Asa Vaventy mba hampihatra io fanapahan-kevitra io. Ireo antontan-taratasy rehetra hikarakarana famindram-panànana noho ny fahafatesana, voaray nanomboka ny 24 jona 2020 ka voamarina taorian’ny fanadihadiana sy fijerena araka ny lalàna fa azo raisina sy azo kirakiraina dia ho maimaim-poana avokoa ny fikarakarana azy. Ny fikarakarana taratasy momba ny fanoratana fananantany dia fehezin’ny didy hitsivolana laharana 60-146 tamin’ny 3 oktobra 1960, ary araka ny hita ao amin’ny andininy faha 9 amin’ity lalàna ity dia « voafetra tsy maintsy atao ao anatin’ny enim-bolana aorian’ny fanambarana ho fanamarinana ny fahafatesan’ny voasoratra ao anaty boky titra. Ny sarany mihatra amin’izany fikarakarana izany dia kajiana ho 2% amin’ny tetibidin’ny tany. Ho an’ny sazy raha misy fahatarana dia nofehezina ho 10% isaky ny volana fahatarana ny tataon-tsazy hatramin’ny 100% ». Maimaim-poana ireo sarany ireo izany hatramin'ny 31 desambra 2020. Manaraka ireo fepetra apetraky ny lalàna mifehy azy ireo ny famindràna hafa ary mihatra ireo vola rehetra tokony aloha amin’izany fikarakarana izany.

 Nangonin’i Jean D.

Tia Tanindranaza0 partages

Herisetra mianjady amin’ny vehivavyFitarainana 1.437 no voaray tao anatin’ny roa volana

Nizara "kits de dignité" tao amin'ny Minisiteran'ny Mponina Rtoa Minisitra omaly alakamisy 02 jolay.

 

 

Vehivavy bevohoka sahirana, vehivavy nisara-bady sy nilaozam-bady, vehivavy niharan'ny fanolanana no nisitraka izany. Savony, lambahoany, serviette hygiénique lavable, serviette de bain, atin'akanjo, zinga, koveta, sceau, fihogo, sotro, lovia, borosy nify, dentifrice, kitapo, lamba firakotra, lamban-jaza ary kojakoja ho an’ny zazakely no natolotra tamin'izany. Nandritra izany no nanentanany ny olona mba hijoro sy ho sahy hiantso ny laharana maitso 813 manoloana ny herisetra mianjady amin'ny vehivavy na ao an-tokantrano na eny anivon'ny fiaraha-monina. Toraka izany koa ny fanatonana ny biraon'ny Minisiteran'ny Mponina sy ny ivon-toerana fandraisana fitarainana. Nanomboka ny 25 aprily 2020 ny fampiharana ny laharana maitso 813. Miisa 1437 ny fitarainana voaray mahakasika ny herisetra mianjady amin'ny vehivavy manerana ny faritra 22 nanomboka tamin’ny 25 aprily ka hatramin'ny 30 jona lasa teo. Miisa 58 kosa ny tranga voaray ny 25 aprily hatramin'ny 30 aprily lasa teo. Miisa 655 no voaray tamin'ny 01 hatramin'ny 31 mey. Ny 01 ka hatramin'ny 30 jona teo kosa dia nahitana tranga 724 isa.

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fanafihana mpivady tao mahajangaOlona 5 no tratra, tsy ampy taona ny 2

Jiolahy miisa dimy ary tsy ampy taona ny roa no voasambotry ny polisy miasa ao Mahajanga ny 02 Jolay lasa teo. Raha tsiahivina kely ny tantara dia ny marainan’ny 27 jona lasa teo tamin’ny 1ora no nisy mpivady nirava avy niasa tao Tsararano ambany.

 

 

Norobain’ny andian-jatovo miisa dimy mirongo fitaovam-piadiana toy ny antsy sy vato izy ireo. Lasan’ireto olon-dratsy ireto ny firavaka volafotsy maromaro toy ny gourmette, finday, vola 150.000Ar ary ny kojakoja momba azy mivady. Saika niharan’ny fanolanana ilay renim-pianakaviana. Tadidin’ireo niaram-boina anefa ny sasany tamin’ireo olon-dratsy ka tonga nametraka fitoriana teny amin’ny polisy izy ireo. Nandray ny andraikiny avy hatrany ny Polisim-pirenena ao amin’ny kaomisarian’i Mahabibo ka voasambotra ireo olon-dratsy. Rehefa natao ny fanadihadiana dia niaky ny heloka vitany izy ireo, marihana fa ny iray amin’izy ireo dia efa mpamerin-keloka. Efa eny am-pelatanan’ny fitsarana ny raharaha.

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Halatra lavanila sy vaky trano Lehilahy roa no voasambotra tany Maroantsetra

Lehilahy miisa 02 no voasambotry ny polisim-pirenena avy ao amin’ny CSPD Maroantsetra ny alahady 28 sy alatsinainy 29 jona lasa teo teo noho ny resaka halatra lavanily tao amina fokontany maromaro tany amin’ny Distrikan’i Maroantsetra.

 

Polisy mpanao fisafoana no nahasambotra lehilahy iray, 34 taona efa fanta-daza amin’ny resaka vaky trano sy halatra lavanila tamin’io alahady 28 jona io. Ity lehilahy ity izay efa nokarohin’ny polisy noho ny fandraisany anjara tamina halatra mitam-piadiana tao amin’ny fokontany Ambodirano, kaominina ambanivohitra Voloina ao Maroantsetra. Lavanila efa maina milanja 200 kilao no very nandritra izany fanafihana izany. Marihina fa mbola nisy raharaha miisa roa mahakasika azy ihany koa tao amin’ny CSPD Maroantsetra. Ny alin’ny alatsinainy 29 jona teo indray dia voasambotry ny fokonolona teo am-pangalarana lavanila maitso tao amin’ny fokontany Vodiriana ao Voloina, Maroantsetra ihany koa ny lehilahy iray hafa, 31 taona. Lavanila maitso milanja 6.4 kilao moa no tra-tehaka teny amin’ity lehilahy ity. Saika matin’ny fitsaram-bahoaka izy nandritra izany raha tsy tonga ara-potoana ny polisy. Noho ny ratra nahazo azy moa dia nentina namonjy toeram-pitsaboana ralehilahy. Efa naiditra am-ponja vonjimaika moa izy roalahy ireto taorian’ny fanadihadiana natao azy.

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Andravoahangy sy ny manodidinaMirongatra ny haro-paosy

Mila mailo ny rehetra, hoy ny lasibatra iray, manoloana ny firongatry ny haro-paosy eny amin’iny Andravoahangy sy ny manodidina iny.

 

 Efa narahan’ilay tontakely avy ao aoriana efa ela izy, raha ny fanazavany, satria somary mavesatra entana kanefa nitondra izany tamin’ny tanany ilany fotsiny. Nony nahatsiaro reraka dia namindra ny entana iray tamin’ny tanany ilany ka teo no nanararaotan’ilay olon-dratsy nisokirana ny poketra. Nony hividy zavatra aho, hoy izy, avy eo efa tsy tao intsony ilay poketra. Tranga iray hafa ihany koa no notantaraina raim-pianakaviana iray manodidina iny faritra iny hatrany. Tao anaty fiara fitateram-bahoaka iray aho, hoy izy, ary nisy nipetraka teo akaikiko. Nony niala ilay teo akaikiko dia nisy lehilahy namonjy avy eo ilay toerany. Efa hitako ho hafahafa fihetsika, hoy izy, ka mailo aho. Nikasika ny feko tampoka ka taitra aho ary nivandrahako. Toy ny tsy teo ny nanafenany ny endriny na efa anaty arotava aza ary tsy andriny ny nahatongavana teo amin’ny fiantsonana manaraka mba hivoahany malaky.

J. Mirija

Tia Tanindranaza0 partages

Misaona ny tontolon’ny zava-kantoNodimandry tampoka i Bakomanga

Nodimandry tampoka omaly alakamisy 2 jolay teo amin’ny faha-67 taonany Rasoarinala Mariette fantatry ny maro amin’ny anarana hoe Bakomanga eo amin’ny tontolon'ny zava-kanto.

 

 

Fahatapahan’ny lalan-dra no voalaza fa antony niteraka ny fahafatesany. Teraka ny taona 1953 i Bakomanga, ary i Manga no fiantsoan'ny Ray aman-dreniny azy fony fahakeliny. Teo amin'ny faha-13 taonany izy no nanomboka nihira, ka ny feo mangany no nahatonga ilay anarana hoe “Bakomanga”. Mpihira sady mpandihy tao amin'ny Tarika Ramafadrahona izy nanomboka ny taona 1964. Nandeha irery ary nanana tarika nitondra ny anarany hoe "Bakomanga" nanomboka ny taona 1996. Hira gasy sy vako-drazana malagasy no tena nahalalana azy, ary efa nitetezany faritra maro teto Madagasikara sy firenena maro nanaovan’ny tarika fampisehoana toa an’i Alzeria, Amerika, Frantsa, Japana, Maorisy,... Vao tsy ela izy no hita nanao ilay hira fanentanana hiadiana amin'ny valanaretina COVID-19 eto Madagasikara, izay isan’ny asa kanto farany nataony. Mirary fiononana feno ho an’ny fianankaviany sy mpankafy ny kantony manontolo.

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Fihibohana lavarenyNihena ireo mpanjifa labiera

Nihena ireo mpanjifa nanjifa ny zava-pisotro THB 65 Cl nandritra ny fihibohana. Mbola mitohy hatramin’izao izany raha araka ny fanazavan’ny tompon’andraikitra omaly noho ny tsy fahafahan’ireo bar misokatra.

 

Amin’ny harivariva mantsy vao tena betsaka ireo mpanjifa ny labiera amin’ny ankapobeny, indrindra fa ny faran’ny herinandro. Ankoatra izany dia fantatra ihany koa fa nasiam-panitsiana ny haba mikasika ny labiera nolaniana teny anivon’ny Antenimieram-pirenena.Vantany vao tapaka teo anivon’ity andrim-panjakana iray ity izany dia nanapa-kevitra ny orinasa Star hampidina ny vidin’ny zava-pisotro THB iray mirefy 65 cl ho 3.000 Ar . Hanana vidiny tokana daholo ihany koa ny vokatra vokarin’ny orinasa Star rehetra manerana ny Nosy manomboka izao. Afaka hanjifa ny vokatra Star tiany amin’ny vidiny tokana avokoa noho izany ny Malagasy rehetra any Antsiranana, Taolagnaro ary ny eto Antananarivo.

Pati

Tia Tanindranaza0 partages

VOIFIRAISANA/PFNOSCM “Taraiky loatra ny fiaraha-midinika amin’ireo mpandraharaha”

“Maro ireo orinasa any amin’ny faritra no tsy afaka miodina intsony, marary tanteraka ny sehatry ny fihariana : ny fitaterana, ny fizahan-tany, ny asa-tànana, ny varotra isan-tsokajiny, …

 

 

 sns noho ny fihibohana sy noho ny fihenan’ny fahefa-mividin’ny Malagasy amin’ny ankapobeny” hoy ny VOIFIRAISANA/PFNOSCM. Taraiky loatra ny fiaraha-midinika amin’ireo mpandraharaha isan-tsokajiny : efa fantatra mialoha fa tsy ho voavaha vetivety ny fiparitahan’ny aretina coronavirus, tokony tany amboalohany, araky ny antso efa nataon’ ny firaisamonim-pirenena tamin’ny fanambarany tamin’ny faha-3 aprily 2020 no efa nisy ny fiaraha-midinika nikarohana ireo fomba nanamaivanana ny fiantraikan’ny fihibohana ary koa namolavolana ny paikady hiatrehana ny fanarenana ara-toekarena sy ara-tsosialy aorian’ny Covid-19, hoy hatrany ny fanazavana.

Marigny A.

Tia Tanindranaza0 partages

Ady amin` ny coronavirusMila fitoniana sy firaisankina

Ny valanaretina Covid-19 izao no zava-dehibe, maika, tsy azo ihodivirana. Eran-tany ary tsy afa-miala amin` izany i Madagasikara. Manimba zavatra be lavitra sy sarotra noho ny aretina ny tsy fitandremana.

Mandray fepetra hentitra ny fitondram-panjakana mba hahafahana mametraka ao an-tsain` ny vahoaka Malagasy fa aretin-mandoza io saingy mbola mibahana hatrany ny hoe “aretin` ny mpanankarena”. Noho izany, tsara raha ampy ny fanazavana sao mivadika zavatra hafa. Etsy ankilany, tsy ilaozan` ny hafa ny fanararaotana politika na koa havadika zavatra hafa ny fanapahan-kevitra sy fepetra ampiharin` ny fitondrana. Etsy andaniny, misy ireo mpanararaotra ka lasa fanararaotana ny ady amin` ny Covid-19 ka misy no mameno ny paosiny fotsiny. Izay no ilàna ny fitoniana sy firaisankina. Na dia eo aza ny vesatra ateraky ny areti-mandoza izay mandripaka ain’olona maro maneran-tany, dia nahatsapa ny rehetra fa misy ny firaisan-kina iraisam-pirenena ary mihamafy ny fifankazahoana eo amin’ny samy mponina eo anatrehan’ity ady sarotra iraisana ity. Azo raisina ho tosika ny firaisankina. Ohatra ny hetsika maneran-tany ho fanoherana ny fanavakavaham-bolokoditra nanoloana ny famonoana tamin’ny fomba feno habibiana ny mainty hoditra George Floyd tany Minneapolis, Etazonia, tamin’ny 25 mey 2020 lasa teo. Nahatsapa ny rehetra fa nampivoitra sy nanampy tosika ny fanehoan-kevitra ary ny fanoherana eran-tany mikasika ireo zava-manjo tsy rariny sy ny tsindry hazo lena nokobonina hatramin’izay iny tranga iny. Betsaka ny lesona azo tsoahina ho antsika Malagasy mba hirosoana amin’ny fanjakana tsara tantana ary tena manaja ny Zon’olombelona ka mitsinjo ny vahoaka maro an’isa izay voahilika eo amin’ny tombontsoa sy ny zo izay tokony hositrahany. Mila fitoniana sy firaisankina na politika na eo amin` ny samy Malagasy ny fiatrehana izao fotoana sy toe-javatra sarotra izao, na toy heverina ho tsy fitovian-kevitra sy fijery.

Marigny A.

Tia Tanindranaza0 partages

FiarahamoninaBe loatra ny goragora ka miparitaka ny valanaretina

Mandalo fotoan-tsarotra ny firenena noho ny fiparitahan` ny aretina “coronavirus”. Tsy voafehy ny fiparitahan` ny aretina noho ny goragora ateraky ny kolikoly. Vokany,

 

 

 mitombo isa hatrany ireo marary avy aty Antananarivo sy Toamasina, hany ka tonga any amin` ireo disitrika sy kaominina ary faritra hafa noho ny tsy fisian`ny fanaraha-maso akaiky atao azy ireo. Re amin` ny fampitam-baovao avy amin` ny mpitandro filaminana fa misy foana ireo fiara natratrarana mpivahiny avy aty Antananarivo hiazo an` ireo faritra toy ny tetsy Ankazobe izay nosakanan` ny zandary fa mitondra mpandeha an-tsokosoko sy mampiasa fahazoan-dalana hosoka.

Marigny A.

Tia Tanindranaza0 partages

CHU AnosialaTsy mandray afa-tsy ireo tena marary mafy

Nanao fampahafantarana ny Hopitaly CHU Anosiala fa tsy afa-mandray afa-tsy ireo tranga voamarina fa tratry ny covid-19 sy ireo ahiana ho voa mampiseho soritraretina mafy na “forme sévère ou critique”.

 

 

 Noho ny ahiahy amin’ny kalitaon’ny fandraisana an-tànana eo anatrehan’ny fetra azon’ny hopitaly raisina an-tànana noho ny lafiny fampitaovana, dia nanome toromarika ireo mpiasan’ny fahasalamana mba hiantso mialoha ny handefasany ny marary any Anosiala ity Hopitaly isan’ny hitsaboana ireo voan’ny coronavirus ity.

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

FI.TRA.MAMisy misoloky sahady ny fanafody vokariny

Misy misoloky sahady ny fanafody vita avy amin’ny zava-maniry vokarin’ny Fitsaboana Tradisionela Malagasy na ny FI.TRA.MA raha araka ny tafa nataon-dRafanomezantsoa Jean Nirina filohany tamin’ny mpanao gazety.

 

 Milaza ireo olona misoloky ireo fa manana birao eny Soavimasoandro ary mandray olona nefa tsy mbola misy biraon’izy ireo eny an-toerana raha araka ny fanazavana azo hatrany. Efa miparitaka izany fanafody izany ary misy soratra mihitsy ilay tavoahangy misy azy hoe : FI.TRA.MA. Manoloana io tranga io dia fantatra fa hitory ny FI.TRA.MA. Nomarihin-dRafanomezantsoa Jean Nirina fa tsy mampaninona azy na iza na iza hisehatra amin’ny asa fitsaboana nentim-paharazana. Tsy ekeny kosa anefa ny fitondrana ny anaran’ny FI.TRA.MA entina hamitahana na hisolokiana olona, indrindra fa ireo mpiara-belona manana olana ara-pahasalamana. Miantso ny rehetra mba ho mailo sy hitandrina araka izany ity filohan’ny FI.TRA.MA ity.

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

RN 13Manararaotra ny haratsian` ny lalana ireo jiolahy

Noho ny fahasahiranam-bahoaka izay mihalalina ateraky ny fihibohana, dia mirongatra ny tsy fandriampahalemana na eny ambanivohitra na eny antanan-dehibe.

 

 Amin’iny faritra Anosy iny ohatra, dia miaina ao anaty horohoro ny mponina noho ny fiakaran’ny dahalo mirongo basy sy zava-maranitra. Ny lalam-pirenena RN13, nohon’ny faharatsiany, dia matetika isehoan’ny fanafihana mitam-piadiana ny mpandeha sy ny mpamily fiarakoadia. Manantena vokatra azo tsapain-tanana anatin’ny fotoana fohy, araka izany, ny mponina indrindra any Atsimo izay efa mandry andriran’antsy noho ny tsy fisian’ny fandriampahalemana tato ho ato.

Marigny A.

Tia Tanindranaza0 partages

Centre de Formation Stade MakisEfa vonona amin’ny fandraisana hetsika samihafa

Vita tanteraka ankehitriny ny « Centre de Formation Stade Makis Andohatapenaka ary efa vonona araka izany ny handray an’ireo hetsika samihafa izay ho karakarain’ny Malagasy Rugby.

 Azo antoka fa tsy maintsy hiova eny amin’ity toerana ity avokoa manomboka izao no hanatanterahana an’ireo fivoriana sy fampiofanana samihafa nokarakarain’ity Malagasy Rugby ity hatrizay.

Ntsoavina Evariste

 

Tia Tanindranaza0 partages

Ady amin` ny kolikolyHokitihana ny lalàna mifehy ny PAC?

Araka ny loharanom-baovao eo anivon` ireo fiarahamonim-pirenena sasantsany misahana ny ady amin` ny kolikoly sy mikatsaka ny mangarahara, ny tamberin’andraikitra ary ny fahitsiana, dia mikasa hikitika ny lalàna mifehy ny PAC (Poles Anti-Corruption) ny governemanta kanefa dia tsy misy akory fampilazana sy fakan-kevitra ataony.

 

 

 Mitaky fanazavana avy amin` ny Filohan` ny Repoblika, ny praiminisitra ary ireo tompon’andraikitra isan-tsokajiny ny fiarahamonim-pirenena ary manao antso avo amin` ny depiote sy ny loholona mba tsy hifidy izany fanitsiana izay vaomabara fa “fambara loza”. Raha ny fantatra hatrany dia mbola an-dalam-pandinihina tamin’ny ora nanoratana ny lalàna mikasika ny « pole anti-corruption » eo anivon` ny Antenimieram-pirenena.

Marigny A.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Voly anaty « serres » Toerana 5 no hanaovana izany eto Madagasikara

Araka ny fankatoavana nataon' ny Filankevitry ny governemanta ny 01 jolay lasa teo,

 

 

ny  orinasa Green 2000 Ltd avy any Israël no hanatanteraka ny tetikasa voly anaty “serres”. Toerana dimy no hanaovana izany eto Madagasikara : Mahitsy, Fifamanor, Fofifa Kianjasoa, Anjozorobe, ary toerana iray hafa hanaovana "centre communautaire de serres".

Marigny A.

Tia Tanindranaza0 partages

Raharaha Fidèle Razara PierreLasa mampifanolana ny samy olon’ny Filoha

Tsy atao fialokalofana ny maha olom-boafidy ary tsy natao hanafenana ny hadalana ny fitantanan-draharaham-panjakana, ka hitadiavana ny irika rehetra hamorehana ny fitondrana mahefa ao anatin’ny fahefana mpanatanteraka,

 

hoy Rtoa Rinah Rakotomanga Talen’ny Seraseran’ny Fiadidian’ny Repoblika teo anatrehan’ny famakafakana nataon’ny Depiote TIM Fidèle Razara Pierre fa nanao fanadihadiana amin’ny maha mpanao gazety azy. Nambarany, fa mijoro sy milaza vaovao tsy marina mba hanakorontanana ny saim-bahoaka hakany amin’ny fikomiana manoloana ny fahefana mpanatanteraka. Ilay resabe momba ny Filoha voalaza fa nandao an’i Madagasikara no anton’io. Adalana voafehin’ny andàlana faha 3 ao anatin’ny fehezan-dàlana famaizana ao amin’ny andininy faha-91 ary mety tokony hahazoana sazy herintaona ka hatramin’ny 05 Taona an-tranomaizina, fa tsy nijoro ny tompon’andraikitra isan-tokony hanenjika na hanasazy azy, hoy i Rinah Rakotomanga. Satria ve mpifati-drà hatrizay ka an-tsaha tsy mifanary an-tanety tsy mifandao? Ary raha toa ka olon-tsotra na mpanao gazety tsotra ilay olona, tsy efa voaantso tetsy amin’ny mpanao fanadihadiana sy mpanao famotorona ve tahaka izay ? Fa natao ho an’iza ny làlana sy ny fampiharana izany? Sa noho ilay fihavanana tsy tontan’ny ela ka entina hanenjehana? hoy izy. Miantefa amin’ny Minisitry serasera Lalatiana Rakotondrazafy ve ny hafatr’i Rinah Rakotomanga? Nanaitra rahateo ny fanehoan-kevitr’Atoa Andry Andriatongarivo Sekretera Jeneralin’ny Minisiteran’ny angovo sy ny akoran’afo izay vadin’ny Minisitry ny serasera. “Izao Rinah Rakotomanga a! Torio ohatry ny nitorianareo an’i Arphine ilay olona dia vita fa aza mimenomenona. Oay, dia avereno daholo ny volan’olona nindraminao sy ny seky rehetra nomenao olona “sans provision” soit disant bizina volamenanao fa be ny mimenomenona”, hoy izy. Toa lasa nivadika fifanenjehana sy fifanalana baraka eo amin’ny samy olom-panjakana ilay raharaha.

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Famerenana ireo nosy manodidinaTsy afa-manapaka irery ny filoha Macron

Sarotra ny fandidiana momba ny famerenana ireo nosy manodidina an’i Madagasikara amin’ny Malagasy rehefa alalinina ny lalampanorenana frantsay sy ny toeran’ny filoham-pirenena frantsay, Emmanuel Macron, ao anatin’ilay toe-draharaha.

 

 hahasahy hanapaka samirery ny mikasika azy ity ve ity filoham-pirenena ity? Araky ny andininy faha 53 ao anatin’ity lalana ity dia tsy maintsy hierana amin’ny vahoaka voakasika ny fanavaozan-dalana momba ny fifanarahana iraisam-pirenena ifanaovan’ny firenena frantsay amin’ireo firenen-kafa. Na resaka varotra io na fifanakalozana hafa. Tsy misy fifanakalozana na fanomezana toerana firenen-kafa raha tsy voatsodranon’ny vahoaka voakasik’izany, hoy hatrany ity lalana ity. Na ny mikasika fitsarana iraisam-pirenena na CPI aza moa dia voafaritra ao amin’ny andininy faha 53 andalana faha 2 fa eken’ny fanjakan’ny frantsay ny fanapahan-kevitr’ity farany raha toa ka mifanaraka amin’ny fifanarahana na “traité” nifanaovana ny 18 jolay 1998. Ho vitan’ny fanjakana Malagasy ve araka izany ny hametraka tsindry hanerena ny fanjakana frantsay mba hamerenany ambongadiny ireo nosy manodidina (Iles Eparses) tsy misy tambiny raha toa ka fehin’ireo andinin-dalana ireo fotsiny ny hoe tsy afa-manapaka irery izany ny filoha Macron?  

J. Mirija

Tia Tanindranaza0 partages

HCJ Feno ny fepetra hiasany…

Ny Solombavambahoaka Tsabotokay Honoré, voafidy tao Vohipeno, no lany ho filohan'ny Vaomiera manokana misahana ny fiampangana manoloana ny Fitsarana Avo (HCJ), omaly teny amin'ny CCI Ivato.

 

Izy irery no nilatsaka ho fidiana. 58 no isan’ny tonga nifidy, 49 vato ho nandany azy, 7 vato fotsy, 2 vato maty. Ireo Solombavambahoaka 17 handrafitra izany Vaomiera izany dia avy amin'ireo Vondrona parlemantera, ka 12 avy amin'ny IRD, 3 avy amin'ny GPR ary 2 avy amin'ny TIM. Tsiahivina hatrany fa ministra teo aloha miisa 13 no efa nametrahan` ny Fitsarana ambony antontan-taratasy eny anivon` ny Antenimieram-pirenena iandrasana ny fankatoavana raha hanaovama fanadihadiana na tsia. Tsy ny lalàna moa no mampandringa ity rafitra ity fa ny dingana fanenjehana takian` ny HCJ no manano-sarotra satria misy dosie tonga ao aminy kanefa tsy maintsy hankatoavin` ny 2/3n` ny depiote. Azo ambara fa feno ity rafitra ity ka afaka hiasa amin` izay mba hahafahan` ny rehetra ho ambanin` ny lalàna sy ny hanohizana famotorana.

Marigny A.

La Vérité0 partages

Accaparement illicite de parcelle de la SIRAMA - Le directeur de patrimoine placé sous MD

Après son déferrement au Parquet, le directeur du patrimoine au sein de la SIRAMA, cette société sucrière nationale, a été placé sous mandat de dépôt, jeudi dernier. Motif : avoir détourné une parcelle appartenant à ladite entreprise et sise près de Toamasina. Pour y arriver, le prévenu est soupçonné de faux et usage de faux. C’est du moins ce qu’on a appris de source proche de cette même société. En effet, l’arrivée du nouveau directeur général pour prendre les rênes au sein de la SIRAMA, il y a trois mois de cela, a apporté beaucoup de changements au sein de celle-ci, et juste à un moment où l’entreprise a failli sombrer pour cause de laxisme et de gabegie, comme le récent cas de ce détournement de terrain à Toamasina, et dont ce directeur de patrimoine a été mis en cause.Pendant ces trois derniers mois, une investigation menée sur l’initiative de la Direction sur la vie de cette société a permis de déceler les différents détournements de ses terres, mais aussi de surveiller de près le comportement du personnel. D’ailleurs, c’était dans ces circonstances que le pot aux roses a pu être étalé au grand jour concernant les agissements du directeur en question. Ce dernier aurait alors détourné le terrain pour en faire une propriété privée depuis l’année 2018, selon toujours l’information. Sur cette parcelle, il  aurait déjà bâti une maison, une situation qui pourra constituer la preuve formelle de cette mainmise de la part de l’accusé. Il devra répondre de tout ceci devant le juge pour le prochain procès sur cette affaire, et dont la date n’a pas été encore communiquée.Mais celle-ci risque de ne pas s’arrêter de sitôt. Toujours est-il que les récentes vérifications sur l’état de ses domaines, a révélé que d’autres employés, outre bien sûr son directeur de patrimoine, seraient également impliqués dans des détournements similaires. Pour le moment, notre source n’a pas encore dévoilé des noms, secret de l’enquête oblige. Ceci dit, le coup de balai interne actuellement au sein de la SIRAMA va-t-il encore provoquer d’autres chamboulements ? Nul ne le sait. Mais en témoignent le limogeage du président du Conseil d’administration, vers fin juin dernier, ou encore l’audit foncier de février dernier à Nosy Be.Franck R.

La Vérité0 partages

Association Andrarangy - Au service de la jeunesse de la région Sud-Est

Redevable envers sa région d’origine, un couple veut apporter sa contribution au développement du pays par le biais du sport. Natifs de Vangaindrano, Zafeta Rahalson vice-président (France) et son épouse, non moins présidente fondatrice, Annick Pierre, appuyés par quelques personnes de bonne volonté, originaires de la région Atsimo Atsinanana ont créé l’association Andrarangy. C’est un dialecte local qui signifie « Elite ». C’est le fruit du projet d’un couple de deux sportifs de haut niveau résidant en région parisienne à Sarcelles. Zafeta Rahalson, plus connu sous le nom de Maître Mémin, premier maître de karaté dans la ville de Vaingaindrano, ceinture noire en kick Boxing, depuis 1991, fait partie de l’équipe militaire championne de Madagascar en 1988, instructeur et moniteur de self-défense. Annick Pierre, quant à elle, est une championne d’athlétisme, ancienne relayeuse de 4x400 m et championne de cross-country à 17 ans, passionnée de football et de basket-ball. Capitaine et meneuse de jeu des Cheminots de Fianarantsoa et ceux d’Antananarivo pendant 18 ans.Créée en 2015 mais officialisée le 16 janvier 2016, l’association Andrarangy, dirigée par son président national, Lahinirina Gérard, apporte sa contribution dans le développement du pays à travers le sport. Vecteur de loisir et d’épanouissement. Effectivement, sans matériels, l’association ne peut pas avancer, un des obstacles au développement dans la région du Sud- Est. Les membres se sont démenés pour trouver des aides : Approche des collectivités et autres organismes sociaux, vente d’objets artisanaux typiquement de la région, cotisation des membres. De leur côté, les membres en France organisent des collectes et les envoient aux dirigeants locaux pour assurer l’acheminement des matériels à Vangaindrano. L’association a déjà reçu entre autres des tatamis venant de la Fédération malagasy de judo. Même le Président Rajoelina a déjà promis d’aider l’association lors d’une rencontre entre lui et la présidente fondatrice Annick Pierre à Paris, l’année dernière.L’association a commencé par un ballon à Vangaindrano et actuellement, plusieurs disciplines sont fusionnées au sein de l’association telles que judo, kick boxing enseignés dans différents lieux de la ville. Le sport renaît de ses cendres dans la région Sud-Est grâce à l’association, devenue même une fierté de la ville. De tels succès motivent l’association à créer une Ecole de sport. Cette dernière occupe pour le moment  la « maison des jeunes » tous les samedis après-midi.L’association veut désormais avoir sa propre infrastructure. Vu l’engouement des membres et des disciplines, l’Ecole de Sport a besoin d’espace permanent pour les cours, les entraînements, les stages organisés au niveau local et régional. L’association souhaite bâtir une grande salle de sport qui servirait de local, salle de cours, de centre d’entraînement et de lieu de stockage. Elle lutte aussi pour la mise en place de plusieurs autres infrastructures sportives dans la ville de Vangaindrano.Elias Fanomezantsoa

La Vérité0 partages

Crise liée au coronavirus - Les violences économiques et psychologiques dominent

Les signalements abondent. Désormais, les victimes ainsi que les proches et le voisinage osent dénoncer d’autres formes de violence, à part celle physique. Une avancée significative dans la lutte qui pourrait s’expliquer par le renforcement des activités de sensibilisation menées par divers acteurs. « Les violences économiques et celles psychologiques se trouvent en tête de liste de signalement dans la ligne d’urgence 813. Les violences physiques et sexuelles s’en- suivent », informe Rova Rabetaliana, Directeur général de la promotion de la femme (DGPF) au sein du ministère de tutelle. La perte d’emploi et le chômage technique engendrés par la pandémie constitue les principales causes de la recrudescence des cas de violences, notamment au niveau conjugal. « Mon mari et moi travaillons dans la même boîte. Mais avec la restriction du personnel, il a été licencié alors que je suis retenue. Depuis, c’est lui qui gère nos finances en confisquant mon salaire, et même mes indemnités. Je n’ai plus droit à aucun argent supplémentaire, à part 2000 ariary par jour pour mes frais de transport. A cela s’ajoutent les insultes, menaces et mots blessants que j’endure jour et nuit », nous confie M.R., une des victimes. Outre la confiscation de salaire de leurs épouses, d’autres hommes qui travaillent gardent leur paie et en privent leurs foyers. Cette forme de violence économique reste la plus courante.Un psychologue à la rescousseJusqu’ici, M.R. supporte son calvaire pour le bien de ses 2 enfants, selon ses dires. Toutefois, d’autres préfèrent en parler afin d’obtenir des conseils ou pour se soulager. D’ailleurs, le ministère de la Population, de la Protection sociale et de la promotion de la Femme (MPPSPF) et ses partenaires ont engagé un psychologue afin d’assurer le soutien des victimes qui en ont besoin. D’après notre source, les intervenants sociaux sélectionnent les victimes qui ont besoin d’accompagnement psychologique, en considérant leurs cas. « Le cas d’une femme qui a appelé a retenu l’attention de nos intervenants sociaux. En fait, son mari a perdu son emploi avec la crise actuelle liée au Covid-19. Depuis, son agressivité a atteint son summum non seulement envers sa femme mais aussi envers ses enfants. La femme arrive à tolérer cette situation, contrairement au fils. Ce dernier tient tête à son père, et les conflits y afférents entraînent une ambiance infernale à la maison. Par conséquent, la femme est devenue dépressive, ne sachant plus quoi faire », rapporte la DGPF. Après son appel de détresse au 813, cette femme bénéficie d’un accompagnement psychologique gratuit. « Le psychologue intervient à travers des appels téléphoniques, vu le contexte actuel. Les victimes  accompagnées ne déboursent aucun sou ni crédit puisque les prestations leur sont assurées gratuitement.Patricia Ramavonirina

La Vérité0 partages

Factures de la JIRAMA - Le retour à la normale annoncé

Les abonnés de la société d’eau et électricité (JIRAMA) ont haussé le ton concernant la hausse inexplicable de leur facture. Certains reçoivent même une double facturation en un mois. L’entreprise pensait avoir facilité la vie de ses clients durant cette crise en rééchelonnant les paiements ainsi qu’en estimant les consommations, mais le côté pratique a bouleversé la situation. Les grognes se sont renforcées suite à l’annonce d’erreurs d’index au niveau des factures. Une réunion d’urgence s’est alors tenue hier à Faravohitra entre les responsables de l’établissement. Lors de la conférence de presse, le directeur général, Vonjy Andriamanga a annoncé le retour à la normale des factures. « Nous avons pris les dispositions nécessaires pour améliorer notre rapprochement à nos abonnés. Dorénavant, un client ne recevra qu’une seule facture par mois, contrairement à ce qui s’est passé auparavant. Par ailleurs, la date limite de paiement des factures est allongée jusqu’à la fin du mois au lieu de dix jours. Parallèlement à cela, le rééchelonnement des factures se poursuit toujours. Etant donné que nous nous trouvons dans une situation d’urgence sanitaire, aucune coupure pour facture impayée ne surviendra pendant cette période », annonce le DG. Doléances Suite à ces hausses inexplicables des factures, la JIRAMA mettra en place des kiosques dédiés spécialement à recevoir les doléances. « Les victimes peuvent se rendre auprès de ces kiosques à partir de lundi prochain. Ce service s’ajoute à celui d’Antanimena et il est disponible dans six agences de la JIRAMA situées dans la Capitale. Les requêtes seront analysées cas par cas. Il suffit d’apporter les anciennes factures et les responsables vérifieront l’index et la consommation moyenne du client. Dans le cas d’erreur d’index, la JIRAMA procède sur place à la correction et ajuste le montant de la facture. Si nous constatons une anomalie, le client ne paiera que le montant normal et cherchera une solution avec notre entreprise »,  poursuit le directeur général. Rappelons que près de 5 000 abonnés ont subi des erreurs d’index à cause des malversions effectuées par quelques employés de ladite société. Solange Heriniaina

La Vérité0 partages

Covid-19 - 8 décès et 435 contaminés en 5 jours

Record. Le 8ème prolongement de l’état d’urgence sanitaire ayant débuté lundi dernier est catastrophique. Au cours de ces 5 derniers jours, Madagascar a connu des chiffres alarmants en termes de décès et de nouvelles contaminations liés au Covid-19. Rien qu’en 5 jours, le Centre de commandement opérationnel (CCO) - Covid-19 sis à Ivato a comptabilisé 8 patients décédés après avoir présenté des formes symptomatiques graves, voire critiques. A cela s’ajoutent 435 cas positifs déclarés contre 409 personnes infectées, identifiées durant la semaine du 22 au 28 juin dernier. 349 parmi ces individus ayant contracté le coronavirus sont localisés à Antananarivo qui, d’ailleurs, devient le foyer épidémique. Particulièrement, 2 décès, 109 nouveaux cas et 17 guérisons ont été annoncés hier par le Professeur Vololontiana Hanta Marie Danielle, porte-parole du CCO - Covid-19. Parmi ces nouveaux cas, 85 se trouvent à Antananarivo, un autre à Moramanga. La localisation des 23 cas restants n'a pas été communiquée. Selon la statistique, vers la fin du mois de mai, la Grande île était au stade de 790 cas positifs et 6 décès. Un mois après, ce chiffre a triplé avec 2 214 personnes contaminées et 20 décès. Selon le docteur Manitra Rakotoarivony, directeur de la promotion de la santé, les messages de sensibilisation s’adressent toujours à toute la population. « Partout dans le monde, l’application des gestes barrières sanitaires reste le seul et unique moyen de se protéger contre cette pandémie. C’est toujours pareil comme en France, aux Etats-Unis, au Brésil ou encore à Madagascar, le port obligatoire des masques, la distanciation sociale,  le lavage fréquent des mains sont les mesures à respecter pour éviter la contamination au coronavirus », souligne-t-il. Par ailleurs, la riposte Covid-19 établie par le Gouvernement malagasy avec les autorités sanitaires consiste à l’amélioration du traitement. Auparavant, les patients disposaient le choix entre deux protocoles de traitement, à commencer par l'association de l'Azithromycine avec la Chloroquine du Professeur Didier Raoult. Les personnes malades ne développant pas de maladies chroniques ont été, de leur côté, traitées avec le remède traditionnel amélioré, composé d’artemisia et d’autres plantes médicinales endémiques, appelé Covid-Organics (CVO). Actuellement, il existe un troisième protocole constitué d’un remède « made in Madagascar » en version injectable, rassemblant deux médicaments dont l’Artesunate, un dérivé de l’artemisinine.Comme l’a toujours précisé le Professeur Vololontiana Hanta Marie Danielle, le pays dispose actuellement assez de laboratoires d’analyse afin d’identifier en temps réel les cas positifs au sein de la communauté. Mis à part l’Institut Pasteur de Madagascar (IPM), le Centre d’infectiologie Charles Mérieux (CICM) et le Centre hospitalier universitaire Joseph Ravoahangy Andrianavalona (CHU-RJA), le Laboratoire d’analyse médicale malagasy (LA2M) dispose d’une forte capacité de production, pouvant dépasser une centaine d’analyses par jour,  selon le docteur Lamina Arthur, directeur de cabinet auprès du ministère de la Santé publique. A cela s’ajoute le laboratoire utilisant la machine GeneXpert, actuellement opérationnel dans 12 Régions et qui a déjà commencé à traiter des prélèvements dans la Région d’Alaotra-Mangoro cette semaine.

Des chercheurs affirment que le coronavirus qui circule actuellement dans de nombreux pays est plus contagieux entre êtres humains que celui qui est apparu en fin de l’année dernière en Chine. Effectivement, la variante du SARS-CoV-2 serait plus transmissible, selon une étude publiée jeudi dans la revue Cell. Elle mute en permanence comme tout virus et est devenu dominante. Et c'est cette version européenne qui s'est ensuite installée aux Etats-Unis. La variante, nommée D614G, concerne une seule lettre de l'ADN du virus, à un endroit contrôlant la pointe avec laquelle elle pénètre les cellules humaines. Les presses étrangères, notamment « Sud-Ouest »,  « LCI », « 20 minutes.fr » et tant d’autres encore en parlent toutes. K.R.

La Vérité0 partages

Nouvelle loi sur la communication - Silence assourdissant de l’OJM

Longue marche pour la liberté. Une série de mots rappelant le titre du plus célèbre livre de Nelson Mandela Madiba après sa libération à la suite de son emprisonnement durant moins de trois décennies. Le chemin parcouru par la nouvelle loi sur la communication médiatisée définitivement adoptée par le Parlement, mercredi dernier, présente à peu près une similarité. Sa genèse date de l’assemblée générale (AG) de l’Ordre des journalistes de Madagascar (OJM) le 20 février 2001.L’univers du journalisme malagasy doit se réjouir de cette bonne nouvelle. Mais le silence assourdissant de l’OJM, qui reste toujours prompt à réagir à tout fait touchant le secteur, étonne plus d’un. Plus de 48 heures après l’adoption du texte par l’Assemblée nationale, aucune réaction de l’équipe de Gérard Rakotonirina n’a été entendue. Il n’y a ni félicitations ni communiqué de sa part alors que l’organe a été pleinement associé au processus aboutissant à cette énième norme juridique. Elle le ferait peut-être dans les prochains jours.A ses débuts, le régime Ravalomanana (2002-2009) s’attelait à la révision du texte issu de l’AG de 2001. En dépit de la bonne intention, la démarche engagée échouait jusqu’à la chute de l’ancien Président. Le manque de sérénité durant la transition (2009-2014) était aussi un contexte défavorable. Avec l’avènement du régime Rajaonarimampianina (2014-2019), les défendeurs du projet reprenaient leur bâton de pèlerin.Mais le prédécesseur de l’actuel régime voulait retailler le texte à sa convenance. La loi de la communication médiatisée adoptée en 2016 créait des polémiques. Les retouches apportées par les gens aux cravates et costumes de couleurs bleue et blanche ne convenaient pas aux exigences du contexte. De tapageuses manifestations avaient même eu lieu. L’on observait alors la ferveur, entre autres, de l’OJM qui protestait énergiquement contre la loi adoptée.Après son arrivée à la tête du ministère de la Communication et de la Culture, la journaliste ministre Lalatiana Andriatongarivo a intégré dans la liste de ses priorités la révision du texte en vigueur. Son équipe et elle, en collaboration avec l’OJM en particulier, ont alors organisé des consultations régionales. Lors de la restitution finale, Gérard Rakotonirina en personne remettait en mains propres à sa collègue ministre-journaliste la nouvelle mouture.Celle-ci, après être soumise au rituel de la navette parlementaire, est maintenant considérée comme une nouvelle en attente de contrôle de constitutionnalité avant sa promulgation éventuelle. Seul le Sénat y a apporté quelques amendements. Si la nouvelle loi sur la communication médiatisée était donc un bébé, le ministère et l’OJM seraient les parents génétiques. Mais il semble que la naissance de l’enfant tant désiré déplaise au père.La Rédaction

La Vérité0 partages

Prise de conscience générale

« Il n’est jamais trop tard pour bien faire ! » Il semble qu’on assiste en ce moment à un certain éveil de conscience de la masse populaire sur la dangerosité de cet implacable virus. En cause, la recrudescence des tristes chiffres de la pandémie du Covid-19. Quelquefois, le malheur fait bien des choses. Au début, lors de la première intervention du Chef de l’Etat Rajoelina, ce vendredi 19 mars 2020, annonçant les premiers cas de contamination à Madagasikara, presque tout le monde n’avait pas pris au sérieux le danger réel qui guette le pays. Les détracteurs professionnels ainsi que les éternels sceptiques qui trouvent toujours l’occasion de douter de tout ce que Zandry  Kely dit, ne cessent de le discréditer. Les partisans de ces apprentis sorciers jouant le rôle d’opposition sous-estiment le péril qui pèse sur le pays et véhiculent le message selon lequel le nouveau coronavirus n’était qu’une pure manipulation politique de Rajoelina sinon la maladie des riches ! De toutes les manières, « cela n’arrive qu’aux autres ! » Un adage qui demeure toujours d’actualité.  Ce n’est que maintenant qu’on commence à se rendre compte des réalités. L’évolution catastrophique des bilans du Covid-19 ces derniers jours et la  récente intervention du PM de dimanche dernier furent le mobile provoquant le déclic. Le virus ne fait aucun détail. Même des personnalités  politiques de marque ou des sommités médicales  subissent le même sort à l’image du Pr Lalatiana Andriamanarivo, ancien ministre de la Santé de l’ère Rajaonarimampianina, testé positif. Certains indices apparents corroborent le phénomène.En ville, du moins à Antananarivo, on remarque visiblement que le port de masque se généralise ou se systématise. Une attitude générale qui dénote un certain niveau de conscientisation élargi. Les transports en commun ayant manifesté un relâchement depuis un certain temps se remettent au pas. Un bémol à relever, le respect du geste barrière a encore du long chemin à faire surtout sur les places publiques genre marchés. Les efforts de conscientisation globale et les campagnes de masse pour le respect de la discipline doivent être renforcés davantage. Tous les supports de communication publics ou privés devront être réquisitionnés pour le maximum de tapage médiatique axé essentiellement sur le péril que le pays risque d’encourir au cas où la majorité de la population continue à ignorer le danger mortel de ce virus. Des progrès existent mais il faudrait toujours sensibiliser à fond. Le nouveau Centre de dépistage du Covid-19 à Andohatapenaka est pris d’assaut. Depuis le jour d’ouverture, le mercredi 1er juillet, annoncé par le chef de Gouvernement dimanche dernier, le Centre connait une affluence monstre. Dans une certaine mesure, on peut le qualifier d’un succès du régime qui a changé de tactique dans la lutte sans merci contre la pandémie. Du coup, on sent brusquement d’un éveil de masse qui se décide à prendre en main son avenir immédiat et à moyen terme. Bien entendu, de ce rush imprévisible, les responsables de ce Centre de dépistage sont quelque peu débordés. Mais, il appartient à chacun et aux dirigeants de s’organiser pour le mieux.Quoiqu’on dise du côté des détracteurs mal barrés, la population commence à prendre conscience du véritable enjeu sinon du risque que représente la contamination du nouveau coronavirus.  

La Vérité0 partages

Hery Frédéric Ranjeva - Parmi les meilleurs avocats en France en 2021

Les noms des Malagasy continuent à briller sous d’autres cieux en ce temps de maussaderie. Un des Ranjeva a réussi à se faire un nom dans le monde juridique de l’Ouest. Hery Frédéric Ranjeva est élu par ses pairs parmi les meilleurs avocats en France en 2021 par le magazine The Best Lawyers in France, dans la spécialité “arbitrage international”. C’est le résultat d’un vote marquant la reconnaissance de ses pairs avocats dans sa spécialité.Le quatrième des enfants des Yvette et Raymond Ranjeva, l’actuel président de l’Akademia Malagasy, est « quelqu’un de sérieux qui ne se prend pas au sérieux », selon son ami de longue date Erick Rabemananoro, un ancien journaliste devenu cadre de la Banque mondiale qui à son siège à Washington. L’avocat de nationalité malagasy exerçant en France est aussi « quelqu’un qui est toujours resté simple et sympathique malgré son parcours professionnel d’exception. »Selon des informations disponibles en ligne, « Hery Frédéric Ranjeva est associé au cabinet Foley Hoag à Paris. Membre de la Cour internationale d’arbitrage de la Chambre de commerce internationale (CCI), Me Ranjeva se concentre sur le droit international, les litiges internationaux et les questions d’arbitrage, et représente fréquemment des Etats souverains, des entreprises et des individus devant des cours et tribunaux nationaux de France et de Madagascar.« Il jouit d’une expérience d’assistance quant aux multiples aspects des arbitrages institutionnels (CCI, CIRDI et Cour d’arbitrage international de Londres) et commerciaux ad hoc, depuis le commencement jusqu’à la mise en application. Il intervient en qualité d’avocat d’un Etat souverain devant la Cour internationale de justice (CIJ). Il défend également les investisseurs étrangers présents à Madagascar. Son portefeuille de clients comprend certaines des plus grandes entreprises de Madagascar. »Hery Frédéric Ranjeva est homologué arbitre sur la liste française des arbitres de la CCI, homologué arbitre sur la liste des arbitres du Centre de médiation et d’arbitrage de Madagascar, membre de la Cour internationale d’arbitrage de Londres (2009-2012), auteur de publications sur le droit d’arbitrage malgache et sur le droit international privé français et correspondant de la Revue camerounaise de l’arbitrage.De plus, il a présidé la conférence annuelle de la Société africaine de droit internationale, à Madagascar, en 2018. Enseignement au sein de Sciences-Po Paris, depuis 2017, il est également expert en droit international pour la Commission de l’Union africaine (depuis 2016) et pour la Facilité africaine de soutien juridique (depuis 2017).Dans un bref entretien en ligne accordé à La Vérité, le juriste dit : « Je suis associé dans le cabinet Foley Hoag, un cabinet d’origine américaine. Dans le monde, le cabinet compte 250 avocats, ce qui est petit pour les Etats-Unis. Je travaille dans ce cabinet, depuis 2011, et je fais partie de ceux qui ont ouvert le bureau de Paris. Au sein du cabinet, je suis rattaché au département de droit international qui compte une cinquantaine d’avocats. »Recueillis par M.R.Zone ComesaRegain d’intérêt pour les certificats d’origine électroniquesLa nouvelle devait retenir l’attention des exportateurs de la zone du Marché commun de l’Afrique de l’Est et de l’Afrique australe (Comesa) dont Madagascar est membre. L’avènement de la Covid-19 secoue le bloc pour qu’il rende opérationnel le système de certificats d’origine électroniques (eCo).Parmi les 15 pays membres, le Burundi, le Rwanda et le Kenya sont pour l’heure prêts à piloter le système. La République du Congo, l’Egypte, le Swaziland, l’Ethiopie, Madagascar, le Malawi, l’île Maurice, les Seychelles, le Soudan du Nord, la Tunisie, la Zambie and le Zimbabwe sont aussi dans le starting-block.Le dispositif est tombé dans les oubliettes durant des années. Mais, le 10 juin dernier, le secrétariat du Comesa entreprenait de collaborer avec ces pays pour développer des plans nationaux de pilotage en vue d’assurer que les certificats électroniques soient mis en œuvre pour impulser le commerce intra-Comesa qui a stagné depuis la mise en place des instruments de la zone de libre échange (ZLE) 20 ans auparavant.Les eCo sont délivrés à des exportateurs de la zone Comesa pour conférer un traitement préférentiel aux biens d’origine d’un des pays membres. Ils sont l’un des derniers instruments développés dans le cadre de l’initiative de la ZLE électronique destinés à faciliter le commerce intra-régional à travers la réduction des coûts et temps nécessaire pour l’enregistrement, la demande et la soumission des certificats requis pour connaître les origines des biens.Recueillis par M.R.

Midi Madagasikara0 partages

Maevatanana : Nisandoka ho ben’ny tanana mba hisolokiana kolonely

Fahasahiana mihoam-pampana ny an’ity olon-dratsy iray izay tra-tehaky ny zandary tany amin’iny faritra Betsiboka iny. Nilaza ny tenany ho Ben’ny tananan’i Maevatanana mantsy ingahirainy ary saika hisoloky manamboninahitra iray avy eo anivon’ny zandary. Ela nitoratorahana anefa …

Afakomaly alina tokony ho tamin’ny 11 ora tany ho any no natao sarika am-pandriana tao Ambondromamy ilaikely ity, taorian’ny fanadihadiana lalina nataon’ireo mpitandro filaminana. Tsy nisy afa-tsy antso an-tariby mantsy no nifampiresahan’ity tovolahy mpisoloky ity sy ireo olona lasibatra. Fantatra mantsy, araka ny fampitam-baovao avy amin’ny namana any an-toerana fa ankoatr’ilay manamboninahitry ny zandary dia tafaroboka tao anatin’ny haratony kosa ny tompon’andraikitry ny fampianarana iray any amin’ny kaominina Mahazoma distrika Maevatanana ihany. Ity farany no nataony jono hanelanelana ny fisolokiana nataony. Niainga tamin’ity farany mihitsy aza ny ahiahy rehetra nahafahan’ireo mpanao fanadihadiana nisambotra ilay tena atidoha tao ambadik’izany fisolokiana goavana izany.

Marihana, fa vola iray tapitrisa ariary no saika nalain’ity tovolahy ity am-pitaka tany amin’ilay manamboninahitra rehefa nilaza ny tenany ho ben’ny tananan’i Maevatanana izy ary nilaza fa hoe “ mila vonjy fa marary mafy any Mahajanga ny zanany”. Mazava ho azy, an-tariby ny resaka teo ka dia nanaiky ny hanome ilay vola ilay lasibatra. Olon-kafa indray anefa, vadin’ilay tompon’andraikitry ny fampianarana no tonga tany an-tranon’ilay kolonely haka ilay vola, ka nanomboka teo ny ahiahy rehetra. Vao mainka voamarina fa fisolokiana ilay tranga rehefa tena azo an-tariby ihany koa ilay tena Ben’ny tanana tao an-toerana. Nanomboka teo moa ny fanadihadiana rehetra ka nahafahana nisambotra an’ingahy ben’ny tanana sandoka tao Ambondromamy ny alarobia alina teo io. Nentina natao famotorana any amin’ny biraon’ny zandary ity olon-dratsy ity hahafantarana izay mpiray tsikombakomba taminy, izay nahafahany nahazo ilay laharan’ireo tompon’andraikitra isanisany ireo. Voalaza, fa efa  maro tokoa no voany tamin’izany fangataham-bola am-pitaka izany.

Ratantely / m.L

Midi Madagasikara0 partages

Ancien ministre de l’Intérieur : Charles Sylvain Rabotoarison s’est éteint, hier

Charles Sylvain Rabotoarison (né le 6 Avril 1944 à Vohipeno) est décédé hier, à l’âge de 76 ans. Il a été ministre de l’Intérieur sous le gouvernement de Guy Willy Razanamasy ainsi que celui du Premier ministre Norbert Lala Ratsirahonana. En 1997, ce général de division a été nommé Commandant de la Gendarmerie nationale. Par ailleurs, il a été également directeur des ressources humaines au sein des bérets noirs. Du temps de Marc Ravalomanana, il a occupé le poste de ministre de l’Environnement, des eaux et forêts avant de devenir, par la suite, sénateur. En outre, il a été président du « Filankevitry ny Fampihavanana Malagasy » (FFM) durant la présidence de Hery Rajaonarimampianina. Midi-Madagasikara présente ses condoléances à la famille du défunt.

Recueillis par Dominique R.

Midi Madagasikara0 partages

67ha : Efa-bavy nosamborina tao anaty bar

Tsy nangalatra, tsy nisoloky na koa nanao asa ratsy toy ny fandre mahazatra fa…nirevy. Izay no antony nisamborana ireo efa-bavy tao amin’ny toeram-pisotroan-toaka iray tetsy amin’ny cité des 67ha ny alin’ny alarobia teo. Ny fandikan-dalàna tao anatin’ity raharaha ity, dia ny tsy fanarahan’izy ireo ny fepetra ara-pahasalamana. Voalohany dia ny nandehanana any anaty bar, toerana izay efa nodradradradraina ny fandraràna ny fisokafany amin’izao vanim-potoana lalovan’ny firenena izao. Manarak’izany, dia ny fivoahana amin’ny alina amin’izao fotoanan’ny « couvre-feu » na koa ny tsy fahafahana mivezivezy manomboka amin’ny 10 ora alina ka hatramin’ny efatra ora maraina. Noraisina ho tsy fanajàna ny fepetra napetraka izany ary fandikàna ny lalàna mifandraika amin’izany. Nisy lehilahy iray koa nosamborina niaraka tamin’ireto taranak’i Eva ireto noho ny antony nitovy. Nentina tao amin’ny kaomisaria miandraikitra iny boriborintany izy ireo ary nanokafana fanadihadiana avy hatrany. Isan’ny notazonina koa ny tompon’ny bar. Tamin’ity tranga ity dia somary hitan’ny polisy nisokatra ny varavaran’ilay toeram-pisotroana ary rehefa nohamarinina dia hita tao ireo olona dimy nisotro toaka. Somary nizara ihany ny hevitry ny olona raha nandeha tamin’ny tambajotran-tserasera ny resaka. Tao no nahita, fa tena ilaina ny fanidiana tanteraka ny « bar » ary mbola tokony hamafisina lavitra aza ny sazin’ireo mandika lalàna. Nisy koa anefa no tsy dia mahazo loatra ilay fanapahan-kevitra, indrindra raha nahita izy ireo fa latsaky ny 50 ny isan’ny olona tao amin’ilay toerana. Raha zohina anefa ny tena fototr’ilay fepetra dia satria rehefa mamo ny olona dia tsy mahafehy tena ary tsy hahatandrina ny arovava sy ny elanelana ary dia mazava loatra fa mora miparitaka ny Covid-19. Ankoatra ny fepetra mahazatra toy ny fanasaziana ireo tsy manao aron-tava dia miompana manokana amin’ny fanaraha-maso ny bar indray izao ny ezaky ny mpitandro ny filaminana. Tonga hatramin’ny fangalana « licence » mihitsy ho an’ireo bar izay minia  misokatra. Izany dia ankoatra ny fanenjehana ara-pitsaràna ny tompon’ireny toerana ireny.

D.R

Midi Madagasikara0 partages

CNAPS : Un renouveau qui séduit

Depuis plusieurs années, les entrepreneurs ne se soucient guère du droit des employés car ils se concentrent principalement sur la construction. Ils ne mettaient pas au centre de leur préoccupation le capital humain alors que la sécurité sociale est un levier du développement. « Aujourd’hui, il est temps de valoriser le capital humain car ce sont les hommes qui font fonctionner le pays», note Hary Andriantefihasina, président du Syndicat des Entreprises en Bâtiments et Travaux Publics (SE BTP). « Nous prenons comme responsabilité la sécurité sociale des travailleurs malgaches. Toutes les 80 entreprises membres du syndicat sont professionnelles et formelles. Nos employés sont tous affiliés à la CNaPS ». C’est la raison d’être de cette convention signée entre le SE BTP et la CNaPS qui s’est déroulée  à l’hôtel Ibis Ankorondrano le jeudi 02 juillet 2020. Le ministre de l’Aménagement du territoire, de l’habitat et des travaux publics, Hajo Andrianainarivelo, a honoré de sa présence cette cérémonie de signature de convention. « Ce sont les hommes qui font la richesse de Madagascar. Le ministère va faire des efforts pour privilégier le capital humain, pour ramener tout le monde à la raison afin que tous fassent confiance aux cadres et aux génies Malagasy », a-t-il martelé.

 « L’humain reste un outil de développement de l’entreprise », a, à son tour,  renchéri le directeur général de la CNaPS, Mamy Rakotondraibe.  Il a affirmé que trois  volets, à savoir les conditions de travail, le développement des compétences et l’environnement dans lequel travaille l’être humain sont très importants. Mais les ressources humaines restent capitales pour une entreprise. Selon les statistiques, seuls 4% à 5% de la population active sont souscrits à la CNaPS. Soit, 350 000 employés sont affiliés à la Caisse Nationale de Prévoyance Sociale actuellement. De nombreuses réformes restent à faire : la CNaPS va mettre en place un système pour valoriser les efforts des employeurs afin que chaque travailleur malgache puisse bénéficier de ses droits, et afin que les entrepreneurs ne déboursent le moindre ariary en cas d’accidents de travail. Un numéro téléphonique va être mis en place avec les SMIE (Sociétés Médicales Interentreprises) ; les allocations familiales vont être améliorées pour que l’argent puisse payer les cantines des enfants.

 Outre l’amélioration des trois  prestations sociales, à savoir les prestations familiales, les rentes en cas d’accidents de travail et la pension de retraite, ces entreprises en BTP vont bénéficier d’une sensibilisation sur la prévention et aussi d’un accompagnement. En effet, selon le directeur de la communication de la CNaPS, Alain Ratsimbaharison, « la CNaPS offre à ses membres un conseil technique et moral via son Centre d’Ecoute et d’Orientation ou CEO » sis au 67Ha. 

José Belalahy

Midi Madagasikara0 partages

Vie de média : Partenariat entre TVPlus Madagascar et BR-FM Manakara

TVPlus et BR-FM, désormais sur la même longueur d’onde.

Un partenariat technique a été signé entre Nicolas Rabemananjara, PDG de TVPlus Madagascar, et Beboarimisa Ralava, fondateur de BR-FM à Manakara. Ce partenariat consiste à un partage de contenu à diffuser et partager entre ces deux médias de la région Vatovavy-Fitovinany. L’objectif commun de BR-FM et TVPlus est d’élargir la population cible de leurs productions respectives, mais surtout le partage d’informations de la manière la plus élargie possible dans la région Vatovavy-Fitovinany. Ces deux promoteurs, étant natifs de la région, voient dans ce partenariat une action collective pour le développement du Vatovavy-Fitovinany. Il faut noter que Beboarimisa Ralava, fondateur de BR-FM, qui était ex-ministre des Transports mais également de l’Environnement, est engagé personnellement dans des actions sociales, notamment dans cette région.

Recueillis par Zo Toniaina

Midi Madagasikara0 partages

Faire face avec calme à la progression de l’épidémie

Avec 100 cas positifs annoncés dans le bilan quotidien du professeur Vololontiana Hanta Marie Danielle, c’est un nouveau cap qui est maintenant franchi. Le chiffre n’étonne pas les spécialistes qui avaient prévu cette recrudescence des contaminations avec l’arrivée de l’hiver et après le laisser-aller de ces derniers temps. L’augmentation du nombre de tests, grâce à l’installation de laboratoires performants, montre que nous sommes maintenant confrontés à la réalité. Le pic n’est pourtant pas encore atteint. Mais il n’est pas question de céder à la panique et il faut redoubler de précautions. Plus que jamais, les consignes données par les autorités médicales doivent être respectées. L’on attend maintenant les nouvelles dispositions qui vont être prises.

Faire face avec calme à la progression de l’épidémie

Le rush des Tananariviens vers le village Voara montre qu’ils veulent se prémunir contre le virus ou plutôt ils veulent savoir s’ils sont contaminés ou non. C’est une crainte salutaire qui les étreint. L’accueil qui leur est fait sur place leur permet de se rassurer. On les renseigne sur leur état de santé et ils sont pris en charge par un personnel médical compétent. Les autorités sont conscientes de la situation et y font face avec lucidité. Il n’est plus question de parler de tous les manquements à la discipline qui ont été constatés avant. A présent, il faut aller de l’avant. Les personnes contaminées suivent des traitements efficaces. Mais cela ne dispense pas de continuer à prendre toutes les précautions qui ont été énoncées depuis. Cela est d’autant plus nécessaire que le virus se propage de façon exponentielle. L’ancien président Ratsiraka n’a pas manqué de fustiger le manque de discipline des Malagasy, mais il a renouvelé les recommandations qu’il avait émises auparavant à propos des mesures à prendre pour remédier à la situation. Il n’est plus question de reconfiner, mais ce qu’il préconise doit être pris en compte. Le pouvoir public a maintenant repris les choses en main. La lutte contre le Covid-19 va donc aller en s’intensifiant.

Patrice RABE

Midi Madagasikara0 partages

Visa pour la création : Lancement de la deuxième session

La deuxième session de Visa pour la Création 2020 est lancée. S’adressant aux artistes et aux commissaires issus du continent africain ou des Caraïbes, l’appel à candidatures est ouvert jusqu’au 31 juillet pour des résidences entre octobre et décembre 2020. Visa pour la création est un dispositif qui a pour objectif d’accompagner l’émergence artistique en Afrique et dans les Caraïbes grâce à des résidences en France métropolitaine et dans les départements et régions d’outre-mer français. Il permet aux lauréats de développer un projet de création ou de recherche dans le domaine de

l’architecture, des arts visuels, des arts du cirque, de la rue et de la marionnette, des arts numériques, de la danse, du design, des métiers d’art, de la mode, de la musique, de la photographie ou encore du  théâtre. Les lauréats bénéficieront d’une prise en charge du billet d’avion, d’une allocation de séjour de 1000€ par mois, et d’une assurance rapatriement.

 Iss Heridiny

Midi Madagasikara0 partages

Loi de Finances rectificative : Vers une adoption par les députés et les Sénateurs

Le ministre de l’Economie et des finances, Richard Randriamandranto, a défendu, hier, la loi de finances rectificatives en deuxième lecture à l’Assemblée nationale.

Les députés de Madagascar ont adopté, hier, lors d’une deuxième lecture, la loi de finances rectificative amendée par les Sénateurs. Ces derniers,  qui vont de  nouveau  plancher sur le dossier, devraient suivre le même chemin de la raison.

Cette  fois-ci, l’adoption de la loi de finances rectificative ne se fera probablement pas par voie d’ordonnance du Président de la République.

Double aval. En effet,  le budget rectificatif aura certainement le double aval de l’Assemblée Nationale et  du Sénat. Il sied de rappeler que lors de la première séance, les députés ont adopté sans amendement le projet de loi de finances rectificative. Ce qui n’était pas le cas pour le Sénat qui l’a voté avec un amendement sur les rubriques indemnités, biens et services  et PIP d’un montant de 7 milliards d’ariary. Plus précisément, les Sénateurs  ont demandé à ce que  cette somme soit inscrite dans leur budget au lieu de passer par le ministère de l’Economie et des finances. Hier, lors de  la deuxième lecture de la LFR, les députés ont retenu cet amendement puisque dorénavant, « la somme de  sept milliards d’ariary  incorporée dans les rubriques indemnités, biens et services et PIP du ministère de l’Economie et des finances est inscrite dans le budget du Sénat ». Bref, le Sénat pourra gérer  directement ce montant selon les procédures en vigueur. D’après les explications apportées par le ministre de l’Economie et des finances, Richard  Randriamandrato, l’application pratique de cet amendement  ne pose pas problème dans la mesure où cet amendement ne modifie pas l’équilibre général de la loi de finances.

Pratiquement acquise. Du coup, l’adoption de la LFR  par les Sénateurs  est pratiquement acquise, à moins d’une mauvaise foi. En effet, on voit les locataires d’Anosikely rejeter au cours de leur deuxième lecture prévue ce jour, cette dernière version de la LFR puisqu’ils ont obtenu ce qu’ils voulaient : à savoir les 7 milliards d’ariary réinscrits  dans leur budget.  Ce qui sera, bien évidemment, une bonne chose pour le pays car la mise en vigueur  de  la loi de finances rectificative, par voie parlementaire et  dans les délais impartis,  permettra au gouvernement de passer  rapidement aux  actions de riposte contre le Covid-19 et   à la relance économique, plus que jamais indispensables  dans le contexte actuel de crise sanitaire. En effet, en cas de deuxième rejet par le Sénat, une éventuelle adoption par voie d’ordonnance fera encore perdre du temps. Ce, d’autant plus  que l’on  n’a plus droit aux tergiversations, face aux urgences de la situation. Sur ce point d’ailleurs, le ministère de l’Economie et des finances veut faire preuve de célérité et d’efficience dans la gestion des finances de l’Etat. « On va s’atteler rapidement à la préparation du projet de loi de finances initiale 2021 »,  a annoncé, hier le ministre Richard Randriamandrato.  Et ce, avec les mêmes procédures de large consultation puisque dés le mois d’aout, ce département-clé de l’économie engagera les conférences budgétaires régionales. Car dorénavant, le mot d’ordre est aussi le développement des régions. Le secteur privé et la société civile seront également consultés.

R.Edmond.

Midi Madagasikara0 partages

Projet jeunes et sports : Dernier délai de réception des dossiers ce jour

Les lauréats de la première édition du Projet jeunes et sports en 2019.

L’Ambassade de France à Madagascar va offrir une contribution financière de 70 millions pour financer les 20 meilleurs projets.

Après une rallonge de trois jours, les retardataires n’auront plus le choix que d’envoyer leurs dossiers aujourd’hui. « Plusieurs jeunes et associations ont demandé un report de délai pour la réception des dossiers relatifs au concours de projet entreprenariat sport de l’Ambassade de France avec La Maison du sport de Madagascar. Le dossier de candidature comprendra une lettre de motivation, une fiche de candidature dûment remplie et une photocopie de la carte d’identité nationale ou de la carte d’identité scolaire ou du certificat de conformité de l’association dont le candidat est issu, sera envoyé à l’adresse e-mail lamaisondusport@gmail.com », nous a souligné Anny Andrianaivonirina de la Maison du Sport. Cette deuxième édition a suscité l’engouement des participants, surtout que les activités sportives ont été suspendues à cause de la pandémie de Coronavirus. L’Ambassade de France va offrir une contribution de 70 millions pour financer les 20 meilleurs projets. Les projets primés recevront un financement à hauteur de 2 millions à 4 millions d’ariary chacun. Pour encourager la culture entrepreneuriale chez les jeunes, le concours est ouvert à tous jeunes ou toutes associations, sportifs ou les personnes travaillant avec les sportifs âgés entre 15 et 25 ans. « Les projets seront sélectionnés selon leur originalité et leur audace ; l’engagement, les compétences et la motivation du candidat ou de l’équipe ; la faisabilité (technique, économique, commerciale) et les chances d’aboutir ; l’impact sur le territoire ou l’entourage direct du sportif. Les projets qui associent le sport à un autre domaine (environnement, santé, éducation, entraide sociale…) seront privilégiés. Comme nous avons dit auparavant, l’objectif de l’organisation de ce projet est d’encourager l’entrepreneuriat dans le cadre du milieu sportif, le développement d’activités économiques via le sport et le développement d’initiatives des jeunes sportifs », a martelé l’organisateur. Le jury sera composé de personnes que l’Ambassade de France et la Maison du sport auront choisies avec soin. Une fois que tous les projets seront scrutés et étudiés, les résultats seront proclamés le mercredi 12 août 2020. Les projets devront être réalisés de septembre 2020 à avril 2021, et dont la Maison du Sport assure le suivi.

T.H

Midi Madagasikara0 partages

Obligations fiscales : Report de paiement jusqu’au 15 août

Le gouvernement continue les initiatives pour alléger les effets néfastes de la crise sanitaire sur les entreprises. Au niveau de la Direction Générale des Impôts, plus précisément, un autre report du paiement des obligations fiscales a été décidé. En effet, le délai de paiement de l’impôt synthétique est reporté jusqu’au 15 août, a expliqué hier Germain, le Directeur Général des Impôts. Une disposition qui a le mérite d’arranger les affaires des petites entreprises soumises à cette catégorie d’impôt. Par ailleurs, la DGI suspend les contrôles et le recouvrement forcé des impôts. Une mesure particulière est prise pour les secteurs du tourisme, des transports aériens, des zones franches industrielles et de la restauration, puisqu’ils seront, cette année, exemptés du paiement de l’acompte de l’impôt sur les revenus. Enfin, la date limite de la déclaration fiscale est reportée au 15 septembre sur l’impôt sur les revenus, la TVA et l’impôt sur les revenus salariaux et assimilés. Une petite bouffée d’oxygène pour les entreprises.

R.Edmond.

Midi Madagasikara0 partages

Conseil du gouvernement : Création du « Fonds de riposte à la pandémie de Covid-19»

Le conseil du gouvernement a décidé la création du « Fonds de riposte à la pandémie de Covid-19».

Le pouvoir a pris de nouvelles mesures face à la propagation du Coronavirus au pays. Cette maladie contagieuse semble gagner du terrain ces derniers temps, notamment dans la région Analamanga.

Il a été décidé lors du conseil du gouvernement qui s’est tenu avant-hier à Mahazoarivo, au titre du ministère de l’Economie et des finances, le décret portant création du « Fonds de riposte à la pandémie de Covid-19». Pour ce qui est des communications, citons notamment l’accord pour l’adoption du plan multisectoriel d’urgence, accord pour les observations sur la proposition de loi n°01-2020/PL du 30 juin 2020 modifiant et complétant certaines dispositions de la loi n°2016-021 du 22 août 2016 sur les Pôles Anti-Corruption présentée par le député Idealson, élu à Ampanihy-Ouest.

Plan d’action nationale. Au titre du ministère de la Défense nationale, il y a l’accord pour la commémoration en hommage aux héros de la lutte de libération nationale de 1947-1948, exécutés suite au procès d’Andafiavaratra. Au titre du ministère de l’Economie et des finances, on note l’accord pour le financement des projets de redressement des secteurs électricité et transport dans le cadre du « program for results » (P4R) de la Banque mondiale. Au titre du ministère de la Santé publique, il a été décidé l’accord pour l’élaboration d’un plan d’action nationale de la sécurité sanitaire et désignation officielle des points focaux pour les ministères concernés. Au titre du ministère de la Population, de la protection sociale et de la promotion de la femme, l’accord pour la célébration de la Journée mondiale de la population, le 11 juillet 2020, a été approuvé.

Recueillis par Dominique R.

Midi Madagasikara0 partages

Administration foncière : Gratuité des opérations successorales jusqu’au 31 décembre

Gratuité et suppression des pénalités. Ce sont les avantages accordés par l’Administration foncière pour inciter les usagers à régulariser leurs opérations foncières successorales, malgré la crise due à la pandémie de Covid-19. Le MATP (Ministère de l’Aménagement et des Travaux Publics) l’a annoncé cette semaine, suite à la décision prise en conseil des ministres du mercredi 24 juin 2020. « Devant l’état d’urgence décrété sur tout le territoire de la République de Madagascar, conjugué avec la nécessité de permettre à la population de reprendre progressivement une vie sociale et économique sereine, et afin de permettre aux propriétés foncières de remplir pleinement leur fonction économique, il a été décidé que, d’une part, les opération foncières en matière successorale seront gratuites jusqu’au 31 décembre 2020 et, d’autre part, aucune pénalité ne sera décomptée à la charge des usagers pour toutes autres opérations d’inscription ou de mutation foncière jusqu’à cette date », a communiqué le MATP.

Application immédiate. Selon les informations, des instructions ont été données par le ministre de l’Aménagement du Territoire et des Travaux Publics, Hajo Andrianainarivelo, à l’attention de tous les bureaux des services fonciers dans les 22 régions, afin que ceux-ci se conforment à cette directive et fassent de leur mieux pour la satisfaction des usagers, dans l’intérêt des services. Ainsi, tous les dossiers de mutation par décès reçus depuis le 24 juin 2020 jusqu’à ce jour et jugés recevables après étude pourront bénéficier de cette gratuité. Par ailleurs, aucune pénalité ne sera exigible pour toutes autres opérations de mutation à compter de cette date. A noter que les opérations d’immatriculation foncière sont régies par l’ordonnance n°60-146 du 3 octobre 1960. Selon l’article 9 paragraphe 2 de cette Ordonnance, la formalité de publication doit être faite sous peine de pénalisation, dans un délai de 6 mois après l’établissement de l’acte constatant lesdits droits ou charges ou de celle du décès de l’auteur des héritiers ou des ayants droit lorsqu’il s’agit de droit de mutation ou charges après décès. Le montant des droits à payer est évalué à 2% de la valeur du terrain en matière successorale. Quant aux pénalités, elles sont réglementées à une majoration de 10% de cette valeur par mois de retard jusqu’à 100%. Bref, les avantages sont considérables pour les usagers bénéficiaires. Cependant, le MATP a souligné que les autres transactions nécessitant une publicité foncière restent soumises aux mêmes droits conformément aux dispositions législatives et réglementaires les régissant.

Antsa R.

Midi Madagasikara0 partages

Le monde de la musique en deuil : Bakomanga, l’icône du vakodrazana malagasy, n’est plus

Bakomanga laisse une richesse musicale derrière elle.

Le microcosme de la musique malgache est en deuil. La grande figure du vakodrazana malagasy, Bakomanga, s’en est allée. Mariette Rasoarinala de son vrai nom, a rendu l’âme hier après-midi à l’âge de 67 ans.

La nouvelle est tombée comme une foudre. Hier, Bakomanga, l’icône du vakodrazana malagasy, a rejoint les anges. Souvent, on la voit tournoyer dans ses robes aux mille couleurs, sourire aux lèvres et cette voix des plus charismatiques avec ce trémolo qui fait sa signature. Selon nos sources, elle a succombé suite à un accident vasculaire cérébral (AVC). Active depuis l’âge de 13 ans, Bakomanga a mené une vie remplie de danses et de chants. A la fois meneuse d’ambiance et matriarche, Bakomanga a su se hisser au sommet du monde de la musique folklorique, et s’imposer dans ce domaine dominé par les hommes.

Pour Bakomanga, le vakodrazana malagasy est un héritage culturel. Une musique traditionnelle qu’elle a tenu à promouvoir dans le cercle de l’art. Du haut de ses 13 ans, la jeune fille qu’elle était faisait ses premiers pas sur la scène en intégrant la troupe de Ramahafadrahona. Avec son groupe, elle s’est forgé une notoriété de fer, qui l’a emmenée un peu partout sur le globe. Compositrice pour sa troupe, Bakomanga maîtrise à la perfection tout ce qui est art oratoire, proverbes et adages populaires. En 2014, sa troupe a sorti son deuxième album mais, dernièrement, c’est son duo avec Honoré, une reprise de « Dia ilay fitia » qui marque les mémoires. Récemment, elle est apparue dans le clip du « Stopeo corona ».

Animatrice hors pair, elle était très sollicitée dans les mariages à thème « gasigasy ». Par ailleurs, bon nombre de mariés ont fait appel à son groupe pour parfaire l’ambiance. Sur les réseaux sociaux, les hommages fusent de la part d’artistes et de personnalités qui ont eu la chance de côtoyer cette magnifique personne.

Maminirina Rado

Midi Madagasikara0 partages

Analamahitsy : Taxibe efa tsy nanara-dalàna mbola saika hanao kolikoly

Zatra ny làlan-dririnina ! Mpamily taxi-be iray niaraka tamin’ny mpanampy azy no voatery nentina nohadihadiana teny anivon’ny biraon’ny kaomisarian’ny boriborintany fahavalo, etsy Analamahitsy, omaly. Ambonin’ny tsy fanarahan-dalàna mahakasika ny fepetra manokana entina hiadiana amin’ny fiparitahan’ny valanaretina Covid-19, dia mbola nikasa ny hanao kolikoly tamin’ireo polisy nisakana azy ireo koa mantsy izy roa lahy ireto, omaly. “Tratra tsy nanao Aron-tava ny mpandeha 01 teo akaikin’ny resevera ka notambazan’ny mpamily sy resevera vola ny polisy mba hamela azy ireo handeha” hoy ny fampitam-baovao azo avy tamin’ny polisim-pirenana. “Hentitra ny Polisin’ny boriborintany fahavalo manoloana ny fampiharana ny fanajana ny lalàna hiarovana ny ain’ny olom-pirenena ka nentina avy hatrany teny amin’ny Kaomisaria ilay mpamily sy ny mpanampy azy atao fanadihadiana raha toa ka nampidirina  « fourrière » kosa ilay taxibe”. Marihana, fa raha ny teny anivon’ity kaomisaria ity manokana dia taxi-be telo no voatery nampidirina am-balam-pamonjana noho izay tsy fanajana ny fepetra napetraka izay. Nahatratra 58 kosa ny isan’ireo olona nasaina nanao asa ho an’ny tombontsoan’ny daholobe, tratra tsy nitondra aron-tava, raha ny omaly manokana.

Nangonin’i m.L

Midi Madagasikara0 partages

Attaque avortée à Toamasina : Trois bandits abattus par la police, deux autres capturés vivants

Un coup de filet spectaculaire pour les forces de l’ordre. Ces dernières qui sont, jusqu’ici, supposées trop occupées à gérer le Covid-19, ont réussi à démanteler un réseau de malfaiteurs qui a fait parler de lui dans la ville de Toamasina et ses environs. Avant-hier, des éléments de la Force d’Intervention de la Police (FIP) de Toamasina ont abattu trois individus suspectés d’être des bandits notoires. Trois autres ont été pris en flagrant délit. La police est parvenue à ce résultat grâce à la collaboration des habitants qui n’ont pas hésité à dénoncer tout mouvement et comportement suspects au sein de la société. Une confiance qui a permis aux forces policières d’intervenir au bon moment. Tel est le cas de l’intervention de la FIP de Toamasina, mardi dernier. Alertés par de personnes de bonne foi sur la présence d’un groupe d’individus suspectés de fomenter une attaque auprès d’un ménage dans la quartier Barikadimy. Ayant reçu cette alerte, les policiers se sont tout de suite rendus sur place vers 19 heures. Une fois arrivés sur place, les éléments de cette unité spécialisée étaient déjà préparés pour accomplir leur mission, ont été accueillis par des coups de feu tirés par les suspects. C’est pourquoi, ils ont dû réagir et se servir de leurs armes. Ainsi, un échange de tirs entre les deux parties a retenti dans tout le secteur. Résultats, trois des malfaiteurs sont tombés dans cet accrochage. Pris au dépourvu, trois autres ont été obligés de se rendre aux forces de l’ordre. Selon les informations, un fusil de calibre 12 et un pistolet de fabrication artisanale ont été saisis sur ces bandits. Les informations recueillies auprès du service de l’information et de la communication de la Police nationale ont indiqué que cette bande est déjà recherchée pour le même méfait, à savoir des attaques à main armée. Ce qui est étonnant dans cette affaire, c’est de constater que cette tentative d’attaque a eu lieu alors qu’on est en période de redéploiement massif des éléments des forces de l’ordre partout dans toute l’île.

T.M.

Midi Madagasikara0 partages

Covid-19 : 2 nouveaux décès, hier La barre des 100 cas atteinte en 24h

A mesure que les tests augmentent en nombre, les cas confirmés continuent également de grimper, avec 100 nouveaux cas rapportés dans la journée d’hier. S’y ajoutent deux nouveaux décès et 34 guérisons.

Deux nouveaux décès liés au Coronavirus ont été rapportés, hier, par le Pr Vololontiana Hanta, porte-parole du Centre de Commandement Opérationnel (CCO) Covid-19. Ces nouveaux chiffres portent à 24 le nombre des décès à Madagascar actuellement. Aucune information sur la localisation, ni sur le profil de ces décès, n’a été communiquée. Par ailleurs, le rapport présenté par la porte-parole du CCO, hier, fait état de 100 nouveaux cas de Covid-19 identifiés parmi 167 tests effectués par trois laboratoires : le Centre d’Infectiologie Charles Mérieux (CICM) qui a relevé 10 cas ; l’Institut Pasteur de Madagascar à Antananarivo (88 cas identifiés) et son laboratoire mobile à Toamasina (1 cas identifié), et enfin le laboratoire GeneXpert à Ambatondrazaka qui a identifié 1 cas.

Ainsi, la barre symbolique des 100 cas en 24h a été atteinte, hier. Les localisations de seulement 56 sur ces 100 cas ont été rapportées : 52 à Antananarivo ; 1 dans la région Analanjirofo ; 1 à Ambatondrazaka (région Alaotra Mangoro) ; 1 à Ambositra, région Amoron’i Mania et 1 à Ivongo Fianarantsoa (région Haute Matsiatra). Les localisations des 44 cas restants n’étant pas encore disponibles, selon les explications de la porte-parole du CCO, n’ont pu être communiquées.

 Complications en baisse. Quant aux formes graves, leur nombre continue de baisser sur trois jours consécutifs. Les patients souffrant d’une forme grave du Covid-19 sont au nombre de 28. Pour rappel, ils étaient 32 mercredi dernier (1er juillet), 42 la veille (30 juin) et 48 le jour précédent (29 juin). Les 28 formes graves actuelles sont localisées au HJRB (20) ; Anosiala (4) ; Andohatapenaka (2) ; Fenoarivo (1) et Morafeno (1). Antsirabe qui comptait également des formes graves il y a quelques jours, n’en compte plus actuellement, les patients étant sortis de la phase de complication.

Par ailleurs, 34 guérisons ont été signalées, hier : 7 patients rétablis à l’hôpital d’Andohatapenaka ; 2 à l’hôpital de Fenoarivo ; 2 à l’hôpital Joseph Raseta Befelatanana (HJRB) ; 1 au CHU Anosiala ; 9 à Moramanga ; 8 dans la région Atsinanana ; 4 à Analanjirofo et 1 dans la région Bongolava.

Ainsi, le récapitulatif de l’évolution de l’épidémie à Madagascar fait état d’un cumul de 2 403 cas confirmés parmi un total de 22 788 tests PCR réalisés entre le 19 mars et le 1er juillet 2020. Le total des guérisons sur la même période est de 1 040, et celui des décès est de 24. Actuellement, 1 339 patients sont en cours de traitement.

Hanitra R.