Les actualités à Madagascar du Lundi 03 Juillet 2017

Modifier la date
Tia Tanindranaza3263 partages

Fahefana mpanatanteraka Tsy tokony ho mpikambana ao amin’ny CSM

Nohamafisin’ny filohan’ny SMM (Sendikan’ny Mpitsara eto Madagasikara) Fanirisoa Ernaivo nandritra ny fivahinianany tao amin’ny onjampeo vahiny «Africa 24»

Nangonin-dRamano F. 

 

Midi Madagasikara773 partages

Claudine Razaimamonjy : Elle a défié et insulté le Bianco au téléphone

Cet élément sonore a certainement été enregistré à l’époque où la patronne de l’hôtel « AC » a ignoré deux convocations du Bianco.

C’est confirmé. Claudine Razaimamonjy bénéficie ou a bénéficié (c’est selon) du soutien du président de la République. En effet, dans un enregistrement audio qui a fait le tour des réseaux sociaux durant le week-end, cette femme milliardaire connue comme étant proche du couple présidentiel a démontré son statut d’« intouchable ». Il s’agit d’une conversation téléphonique entre la patronne de l’hôtel « AC » et un agent du Bureau Indépendant Anti-Corruption (Bianco) qui l’a gentiment appelée pour être auditionnée à propos des dossiers de Justice lui concernant. Pour l’heure, l’on ignore pourquoi cet enregistrement qui devait être classé « confidentiel » a pu faire l’objet d’une fuite pour provoquer le buzz sur internet ? On sait toutefois que cet élément a été enregistré à l’époque où Claudine Razaimamonjy a ignoré deux convocations du Bureau Indépendant Anti-Corruption, suite à l’affaire Ambohimahamasina.

« Hystérique ». En tout cas, à travers ce document, l’on sait pourquoi Ambohibao a décidé d’aller jusqu’au bout de ses investigations malgré les pressions et les interventions. Dans cet enregistrement, l’on entend la voix d’une femme plutôt « hystérique » qui, pendant un peu plus de cinq minutes a crié, insulté et menacé un enquêteur du Bianco. Elle a pris plaisir à narguer l’enquêteur du Bianco. A maintes reprises, elle se vante d’être sous la protection du président Hery Rajaonarimampianina. D’ailleurs, dans ce fichier audio, le nom du numéro Un d’Iavoloha est cité à huit reprises. En quelque sorte, la baronne du parti « Hery Vaovao ho an’i Madagasikara » accable le Chef de l’Etat d’être son protecteur ou plutôt son complice. « Vous devriez attendre que Hery Rajaonarimampianina quitte le pouvoir avant de me convoquer », soutient-elle tout en accusant le Bureau Indépendant Anti-Corruption d’être instrumentalisé par l’opposition. D’ailleurs, elle n’a pas hésité à cité le nom d’un opérateur économique de renom connu comme étant proche de l’ancien président de la Transition Andry Rajoelina. Elle accuse Ambohibao d’avoir été manipulé par cet opérateur.

Se considérant intouchable et au-dessus de la loi en tant que proche du couple présidentiel, Claudine Razaimamonjy ne s’est pas empêchée de défier l’agent du Bianco en proposant à celui-ci de venir l’arrêter au Palais d’Iavoloha. Elle a également refusé catégoriquement de répondre à la convocation du Bianco et de venir à Ambohibao. « Je n’ai pas besoin d’aller à votre bureau. Je n’ai pas besoin de vous non plus. Je n’ai pas peur de vous. Je suis au Palais d’Iavoloha. Venez me prendre ici si vous osez », a-t-elle lancé. Pour enfoncer le clou, Claudine Razaimamonjy a proposé à l’enquêteur du Bianco de demander une audience auprès du président Hery Rajaonarimampianina si celui-ci souhaite l’arrêter. Une manière à elle de faire savoir qu’elle bénéficie du soutien indéfectible du Chef de l’Etat. Ce qui ne semble pourtant pas le cas, car la semaine dernière, lors d’une interview sur « TV5 Monde », le numéro Un d’Iavoloha a lâché la patronne de l’hôtel « AC ». « Je laisse la Justice faire son travail… Tout le monde peut dire être proche d’un président de la République. Mais cela ne dédouane personne, le fait d’être proche ou loin du Président », a-t-il déclaré. Ceci explique peut-être cela.

Mandat de dépôt. Dans cet enregistrement audio, Claudine Razaimamonjy qui est actuellement sous mandat de dépôt à la prison de Manjakandriana s’en prend également aux agents du Bianco d’avoir arrêté et placé en garde à vue le Maire d’Ambohimahamasina pour l’affaire du détournement de 396 milliards d’Ariary de subventions exceptionnelles destinées à cette commune rurale. « Pourquoi avez-vous arrêté notre Maire ? », a-t-elle insisté. Comme si convoquer un élu pour enquête était un tabou. A la fin de la discussion, la femme milliardaire s’est même permis de proférer des menaces contre l’agent du Bianco en promettant de détruire sa carrière. « Nous allons nous revoir… N’oubliez pas que c’est nous qui sommes au pouvoir maintenant ». Quoi qu’il en soit, ce genre de comportement est une honte pour le président Hery Rajaonarimampianina et le régime « Hery Vaovao ho an’i Madagasikara ». On attend désormais la réaction des tenants du pouvoir par rapport à cet enregistrement.

Davis R

L'express de Madagascar282 partages

Fuite d’une conservation téléphonique – Une enquête interne au sein du Bianco

Avéré. Une conversation téléphonique entre une personne s’affirmant être Claudine Razaimamonjy, femme d’affaires, et un agent du Bureau indépendant anti-corruption (Bianco), circule, depuis la fin de la semaine dernière, sur les réseaux sociaux. Contacté sur l’authenticité ou non du fichier audio, hier, Jean-Louis Andriamifidy, directeur général du Bianco a indiqué qu’une enquête interne sur la source de cette fuite était ouverte au sein de l’entité d’Ambohibao.« Nous avons écouté l’élément sonore qui circule sur Facebook. Il ne s’agit pas d’un faux. Maintenant, la question qui se pose est de savoir, qui est la source de cette fuite », a déclaré le directeur général du Bianco. Selon les explications du magistrat Andriamifidy, cette conversation téléphonique entre les deux personnes précitées a bel et bien eu lieu. Il souligne, néanmoins, que la teneur de l’échange « n’a rien de confidentiel car, il ne s’agit que d’une convocation de la dame pour être entendue. Il n’y est même pas question de chef d’inculpation ».Le numéro un du Bureau d’Ambohibao ajoute, par ailleurs, que « lorsque la personne affiche une mauvaise foi face aux convocations, les convocations par téléphone sont, systématiquement, enregistrées. Il s’agit d’une précaution s’il s’avère nécessaire de prouver que tous les moyens ont été utilisés afin de convoquer la personne ». Bien qu’il ne revêt pas de caractère confidentiel, étant donné que le secret de l’instruction n’est pas entamé, le fichier aurait été publié clandestinement, a entendre les explications de Jean-Louis Andria­mifidy. D’une durée d’un peu plus de cinq minutes, la conversation entre l’agent du Bianco et Claudine Razaimamonjy, met cette dernière dans une posture délicate.

G.F.R.

Midi Madagasikara170 partages

Un « Karana » tué par balle à Besarety : L’arme du crime appartient à une bande des kidnappeurs

Après avoir été entendus par la police à Mahajanga, le présumé kidnappeur Tovoleka Le Jean, dit Mainty ou Lemainty et les deux femmes suspectées d’être complices arrêtés le 21 juin 2017 dans la localité sont actuellement à la Brigade criminelle (BC) pour la continuité de leur interrogatoire.  Durant son arrestation, Lemainty a été surpris avec un fusil d’assaut de marque Kalachnikov, un fusil Mass36, un pistolet de fabrication artisanale, 86 munitions et quelques vêtements de sport portant l’effigie d’un corps de l’Armée malgache.

Selon les informations émanant de la police, Lemainty et trois de ses comparses qui sont déjà incarcérés à Tsiafahy sont poursuivis pour 11 dossiers dont le meurtre d’un ressortissant indien tué par balle à Mangasoavina-Besarety  le 9 août 2016. L’enquête a révélé que l’arme du crime était parmi celles qui ont été découvertes chez Lemainty à Mahajanga. En effet, les limiers de la police s’attellent actuellement à l’enquête sur l’origine de ces armes.

Selon toujours les informations, ce bandit notoire a été recherché depuis l’année 2012. Beaucoup de ses amis se trouvent déjà en prison. D’autres sont encore en cavale dont Princy, Bary, Georges, Ramaître et Sola. Ainsi, la police souhaite la collaboration de tout un chacun afin de faciliter la traque de ces individus.  Elle invite également les vendeurs de voitures d’occasion à régulariser immédiatement la mutation de la voiture vendue une fois qu’ils concluent une vente. Un appel est lancé également aux propriétaires de maison à louer. Qu’ils enquêtent sur les clients qui se présentent devant eux.

T.M.

Midi Madagasikara158 partages

Carburants : Une baisse de 70 Ar/litre

Les prix à la pompe des carburants ont connu une baisse de l’ordre de 70 Ariary par litre. Les nouveaux prix affichés depuis le premier juillet dernier sont ainsi de 3 800 Ariary pour le litre de l’essence. Quant au gas oil, le litre de ce produit pétrolier s’acquiert maintenant à 3 230 Ariary. Le prix du pétrole lampant a également connu ce même rythme descendant, il s’affiche maintenant à 2 300 Ariary le litre. En dépit de cette baisse des prix des carburants, aucune répercussion sur la hausse incessante du coût de la vie n’a été constatée.  D’aucuns se plaignent de la flambée des prix des produits de première nécessité. Le coût du transport de ces marchandises reste également inchangé, sans parler du transport en commun des voyageurs.

Navalona R.

Madagate147 partages

Madagascar FSAM. 4 comptes bancaires ni plus ni moins pour Jimmy Rakotofiringa

Non, les gars, Jimmy Rakotofiringa, je ne l’oublie pas. Mes investigations se poursuivent et les découvertes sont ahurissantes au fil du temps. Ainsi, depuis une décennie qu’il a été élu et réélu président de la Fédération du sport automobile de Madagascar (FSAM), Jimmy Rakotofiringa jongle avec les sous des pilotes et licenciés mais aussi de la Fédération internationale de l’automobile (FIA) dans quatre comptes bancaires différents mais tous au nom de la FSAM.

Photos à titre illustratif

Non, je ne dévoilerais pas ici le nom de cette banque ni les numéros respectifs de ces comptes. Mais il lui sera extrêmement difficile de les faire disparaître à moins de complicité(s) au plus au haut niveau… Mais cela n’aurait pas été découvert si Sandy, Teddy, Yachine et Solo n’avaient pas tiré la sonnette d’alarme et demandé un audit. Contre toute attente, Jimmy a politisé cette démarche et a même réussi à suspendre les quatre cités, à travers un conseil de discipline (Codis) tout ce qu’il y a de plus juge et partie. On attend une suite…

Mais voilà donc pourquoi l’audit demandé est volontairement repoussé à la Saint-Glinglin, car auditer un compte n’est pas une mince affaire. Alors en auditer quatre, vous pensez bien, hein!? Le pire, ce que j’ai trouvé ahurissant est ceci: sur ces quatre comptes, seuls deux ont été annoncés aux licenciés et membres de la FSAM. En regard de cette découverte, que vont alors penser les signataires? Il faut savoir que ce genre de compte bancaire associatif exige une double signature

Et pour noyer le poisson, il parait que ce n’est pas (plus) l’argent qui manque -Jimmy BB se targue d’être plein aux as-, qu’a été créé un vrai système mafieux dans lequel les innocents deviennent coupables moyennant le « financement » de certaines personnes à des « postes-clés » de la chaine socio-judiciaire et même politique…

Jimmy et ses réelles démêlées avec la justice malagasy

Il faut croire qu’à Madagascar, de nos jours, plus vous êtes droit, juste et honnête, plus vous devenez la bête noire de tous les affairistes et opportunistes parvenus à un poste de grande responsabilité. Sandy étant ma faille aînée, je vous avais déjà prévenu que j’en ferai une affaire personnelle (ICI) car ce Jimmy avili le nom que je porte, transmis par mon père et que nous portons.

Auparavant, Jimmy avait réussi à ôter à Sandy, toutes responsabilités sein du collège des officiels (ce sont les personnes qui s’occupent de l’aspect organisationnel d’une compétition) de la FSAM. Plus personne ne sait si c’était pour incompétence ou volonté personnelle de lui nuire. Cependant, c’est l’image de la FIA elle-même qu’il continue de ternir. FIA qui subvient largement au fonctionnement de la FSAM, il faut le dire et souligner ici.

En effet, grâce au savoir-faire et au professionnalisme de Sandy, la FIA l’a nommé pour être le commissaire de la compétition « 19th Pearl of Africa Rally 2017 » en Ouganda. Il faut savoir que Sandy est la seule femme du continent africain, à être commissaire de rallye agréé par la FIA.

S'il avait pu, je suis persuadé que Jimmy aurait demandé une IST (Interdiction de sortie du territoire) pour Sandy. Mais cela aurait été trop politique et il faut dire que tout le monde n'est pas corruptible dans la Grande île de l'océan Indien. Et heureusement pour la Vérité.

Oui, évidemment, la FIA est plus qu’au courant de ce qui se trame au sein de la FSAM. A ce jeu du chat et de la souris, tôt ou tard, nous saurons qui est la souris et qui est le chat… Le temps joue avec nous et contre la sournoiserie de Jimmy qui sait parfaitement à quoi je fais allusion.

RÉSULTATS DE CE RALLYE "PEARL OF AFRICA UGANDA 2017" ICI

Enfin, sans entrer dans ce domaine qu’est la vie privée -excuse à tiroirs pour emprisonner le premier naïf venu-, nous saurons, tôt ou tard, quelle est l’activité principale de Jimmy BB. A moins que les sous envoyés par la FIA lui permettent de vivre. De bien vivre sans souci aucun… Au jeu de la vérité qui est unique, les mensonges ne durent jamais longtemps à la longue.

Jeannot Ramambazafy – 3 juillet 2017

Tia Tanindranaza128 partages

Claudine RazaimamonjyNompainy ny BIANCO

Na ireo heverina fa maditra sy mafy loha aza taitra rehefa nahare ilay horonam-peo mirakitra ny antso an-telefaonina nifanaovan’ny Bianco sy Ramatoa Claudine Razaimamonjy izay nanomboka niparitaka tany anaty tambajotran-tserasera ny sabotsy teo.

 Sady nanao vava be no nandrahona ary mbola be teny ratsy sy nanompa ihany koa ity mpandraharaha sady mpanolotsain’ny filoha ity. Fiantsoana azy am-panajana mba hihaona sy hiresaka momba ny raharaha mahakasika azy no natao kanefa dia vava be feno faniratsirana no nasetriny. « Tsy hihaona aminareo aho a a ! Ianareo fantatray fa ampiasain'ny mpanohitra ! Aleo hiala ny Prezidà Hery vao miantso ahy ianareo ! », hoy izy sy ny hoe : « Fanadihadiana amin'ny inona ? Tsy misy saina maty daholo ! Mangala « audience » any amin'i Hery Rajaonarimampianina ary ! Andraso hiala Rajaonarimampianina vao miantso ahy ianareo... Ianareo ataon'ny « opposition » fitaovana ry Bianco a... Alaivo aty amin'ny Palais aty Iavoloha aho raha sahy ianareo ! Tongava aty Iavoloha fa aty aho izao ! ». Santionany ihany ireo, tsy nasiana ireo teny maloto saingy kosa efa  mahalaza zavatra betsaka ny amin’ny toetra sy ny fizahozahoan’ity ramatoa tena mihevitra azy fa tsy azon’aloka sy tsy matahotra na iza na iza ity.

Manana mpiaro matanjaka ?

“Olona tahaka izany ve no mpanolotsaina sy olona atokisan’ny filoham-pirenena”, hoy ny resaka tetsy sy teroa …manimbazimba tsotra izao ny rafitra misy eto amin’ny tany sy ny fanjakana ary tena mampiasa araka izay tiany ny anaran’ny filoham-pirenena. Mazava amin’ny fomba firesaka sy ny famaliny fa misy olona tena matanjaka atokisany fa hiaro azy. Izay ihany koa no azo hanazavana ny sangodim-panina momba azy amin’izao fotoana. Moa ve tena narary marina izy ? Tsy maintsy nandeha tany Maorisy ve sa saika hitsoaka fa tsy tafavoaka satria tratry ny tsindry iraisam-pirenena ? Ary moa ve tena migadra any amin’ny fonjan’i Manjakandriana marina i Claudine Razaimamonjy sa tohin’ny sinema io mandra-pahita ny tena hatao ? Ankoatra ity horonam-peo ity dia re fa mbola misy porofo sy tsiambaratelo hafa any manodidina ny raharaha Claudine Razaimamonjy fa dia ho hita eo ny tohiny satria misy olona tena ambony eto amin’ny firenena voatonontonona anarana amin’ity afera ity.

Toky R

 

L'express de Madagascar123 partages

Mananara-Nord – Saisie de bois de rose marqués dans un cargo

Un boutre nourrice a été intercepté avec vingt-deux rondins. Déjà marqués, ceux-ci peuvent avoir déjà fait l’objet de saisie antérieure avant d’être détournés.

Du bois de rose marqué dans un  boutre. Vendredi après-midi aux alentours de 15 heures, la gendarmerie a intercepté un cargo côtier transportant vingt-deux rondins. Ce coup de filet a été réalisé sur le littoral de Mananara-Nord, non loin du port. Ayant aperçu les gendarmes au loin, ses occupants ont pris la fuite, abandonnant l’embarcation nourrice avec toute la cargaison. La thèse selon laquelle le bois de rose retrouvé allait être chargé sur un bateau qui a jeté l’ancre au large, estprivilégiée.Cependant, le boutre, pris dans les filets, semble bien être le seul indice susceptible de permettre de remonter jusqu’au bateau, ancré en pleine mer. La gendarmerie avance, en tout cas, que le bois de rose découvert allait être expédié hors des frontières malgaches de manière frauduleuse. Propulsée par un moteur hors-bord, l’embarcation utilisée par les trafiquants a une coque en bois. Le nom de baptême a été masqué pour essayer de dérouter tout contrôle. Néanmoins, le propriétaire est déjà identifié d’après la gendarmerie.

Saisie antérieureSi l’on se fie à leur état, ces rondins saisis font partie d’anciennes coupes. Les marques de peinture relevées sur chacun d’eux, laissent penser qu’ils ont apparemment fait l’objet de saisie antérieure, mais que cela ne semble pas pour autant avoir suffi pour empêcher les malfaiteurs d’y remettre la main.Les rondins abandonnés dans le boutre sont noircis. L’intérieur creux de quelques-uns conduit, de surcroît, à la conclusion qu’ils ont été pendant longtemps exposés à la pluie et au soleil. Après ce coup d’éclat, les rondins ont été déplacés à la caserne de la brigade territoriale de la gendarmerie nationale de Mananara-Nord. Le boutre a été en revanche immobilisé et son moteur démonté.De son côté, des enquêteurs auprès du groupe d’appui judiciaire de la gendarmerie à Analanjirofo, se sont dépêchés pour intensifier les recherches. De plus, en travaillant de concert avec l’Agence portuaire maritime et fluviale, la gendarmerie a agi sur la base de renseignements. Par contre, l’intervention s’inscrit dans le cadre d’une opération conjointe impliquant les autorités.

Andry Manase

Tia Tanindranaza106 partages

Fatina karàna teny MangasoavinaNosamborina i Mainty

Voarohirohy ho anisan’ireo nikononkonona ny fakana an-keriny teratany karàna iray izay hita faty teny Mangasoavina Besarety, andro vitsivitsy lasa izay, i Tovoleka Be Jean na i Mainty.

 Tany Mahajanga no nahatrarana azy ny faran’ny herinandro teo rehefa nokarohina nandritry ny 6 taona. Basy vita gasy 1 sy bala miisa 56 no  fitaovana hita tao amin’ny toerana niereny ary rehefa natao ny fanadihadiana dia fantatra fa tao ihany koa ireo fitaovam-piadiana niasa tamin’ny famonoana ilay teratany karàna. Dosie miisa 11 no mahavoasaringotra an’i Mainty ary mbola karohina fatratra ihany koa moa ny namany 3 lahy izay voalaza ho nanampy azy tamin’iny vono olona tetsy Mangasoavina iny, raha ny fanazavana avy eo anivon’ny borigady misahana ny heloka bevava etsy Anosy.

Mirija

Midi Madagasikara99 partages

Monja Roindefo : Polyvalent né, l’ancien PM de la Transition est aussi doué en mécanique

Monja Roindefo Zafitsimivalo, né le 30 décembre 1965, est connu comme le Premier ministre du mouvement populaire de 2009. Plébiscité par les partisans de la Révolution orange sur la place du 13 mai, il a quitté Mahazoarivo après une passation de pouvoir républicaine lors d’une cérémonie assistée par les chancelleries étrangères. Président du Monima, parti créé en juillet 1958 par son père Monja Jaona, il a toujours été omniprésent sur la scène politique. Monja Roindefo connut la prison en avril 1971, lors de la révolte du sud où 3 000 personnes périrent sous les balles de la Première République, à l’âge de 6 ans avec sa mère et ses trois autres sœurs. Ils auraient même failli être criblés de balles par un contingent de la gendarmerie de l’époque néo-coloniale à Antanimora Sud sans l’intervention d’une section militaire commandée par un capitaine de l’armée de la 2e promotion de l’Académie militaire. Il a fait ses études primaires et secondaires auprès du Collège Sacré-Coeur de Toliara et a fait sa Terminale « C » au Lycée Galliéni d’Andohalo, avant l’obtention de son baccalauréat, Section « Mathématiques, Physique et Chimie » en 1984.

Interprète. Malgré les caractères nettement scientifiques de ses penchants académiques et de son amour pour la Physique Quantique, il parlait déjà couramment le Français, l’Anglais et l’Espagnol à l’âge de 17 ans. Après, il a élargi ses connaissances de l’Allemand, le Russe, et maintenant, il s’initie au Chinois. Pendant que son père, feu Monja Jaona était successivement Doyen du « Conseil Suprême de la Révolution » (CSR) et Député d’Antananarivo dans les années 80, il était son secrétaire personnel. Il l’assistait pour le traitement et synthèse des dossiers d’Etat pour les Conseils Conjoints « CSR-Gouvernement » et les séances de l’Assemblée nationale, et il fit office de son interprète lors de tous les entretiens diplomatiques qui se déroulaient en français, anglais, voire en espagnol.

Volkswagen Coccinelle. Polyvalent né, il voguait aisément entre la mécanique, mathématiques, physique, philosophie et littérature. Monja Roindefo a même changé le moteur de la Volkswagen Coccinelle appartenant à son père par un moteur neuf, et après, continuer avec finesse la récitation de Lamartine, Voltaire, de Kafka, ou de Mallarmé. C’était à l’époque où il finissait la lecture des trois tomes du Capital de Karl Marx et les trente-trois tomes de Lénine, mais aussi: Karl Menninger, Emmanuel Todd, Eric Fromm, Jacques Lacan, Claude Lévi-Strauss, David Ricardo, Adam Smith, Keynes, Paul Samuelson, Milton Friedmann, Joseph Schumpeter, James Buchanan, Karl Von Clausewitz. Grand fan de lecture, il possède une bibliothèque bien garnie et mise à jour régulièrement par des nouvelles publications. Ayant été « militant de la branche jeune du parti Monima, il a aussi participé à l’implantation à Madagascar d’un « Collège International Interconfessionnel ». Il fut sympathisant très assidu de la section française du « Club de Rome », « Le Forum Humanum » fondé par Aurelio Peccei, qui initiait la notion du « développement responsable et durable ».

Diplômes. En effet, il a obtenu différents diplômes et certificats d’études et de formations supérieures des différentes universités et instituts entre autres, en Mécanique Générale, Technologie de lubrifiants, Economie, Sciences de l’Administration Publique, Gestion et Stratégies d’Entreprise, Marketing, Pilotage de Politiques Publiques, Justice Criminelle, Finances Appliquées, Mathématiques Supérieures et Spéciales. Il a fait ses études notamment au PWU-Los Angeles-California, Swepco-Fort Worth- Texas, LSE-U.K, CNED-France, Michigan University-USA, IFS-Bonn, UPMF-Grenoble, ENA, FEDE, Kaplan, Capella. Il travaille aussi sur différents Ph.D. Il est consultant certifié de l’IATA en développement touristique, « Senior Consultant » auprès de Siam University et « Visiting Professor » auprès de Baoshan University, Chine.

Consultant. Le passage de Monja Roindefo à la Primature fut marqué par l’inexistence de financement extérieur. Parmi les grandes lignes de son programme figuraient entre autres, la stabilisation de l’économie et la mobilisation des investissements internes. Il organisait également le rétablissement du Secrétariat d’Etat à la Gendarmerie, les Assises militaires, les Assises nationales des fonctionnaires, l’amélioration des conditions des enseignants-chercheurs, la Politique du secteur Energie, car il pense que l’indépendance économique passe avant tout par la mise en exergue du « droit d’entreprendre » inscrit dans la constitution et à la démolition des monopoles. En tant que Consultant international, Il s’est investi dans diverses activités économiques depuis 1994, mais a toujours reçu des bâtons dans les roues de la part des gouvernants successifs et des lobbyistes monopolistes.

Partis politiques. Monja Roindefo est membre du Conseil Economique des Partis Politiques Africains, affilié à l’Union Africaine et collabore avec le Conseil des Partis Politiques Asiatiques et de l’Amérique Latine. Durant la période transitoire, il a décliné l’offre de poste de Président du CST. Il ne cache pas sa fierté d’avoir permis à des Anciens Présidents de la République en exil de retourner au pays et à des milliers de prisonniers politiques de recouvrer la liberté après le mouvement populaire de 2009, qu’il aurait payé avec son sang le 7 février 2009, s’il n’avait pas le « Baraka ». En ce qui concerne les disciplines sportives, l’ancien PM pratique divers sports collectifs et du karaté. Il est d’ailleurs affilié au club de karaté de Levallois Perret et connaît personnellement le « King » Dominique Valera. Natif du Sud, il aime la musique et maîtrise les rudiments des notes musicales. Il pratique aussi la guitare, le saxophone, un peu de piano et s’initie à la batterie. Monja Roindefo Zafitsimivalo est marié et père de deux filles et un garçon. Il est titulaire du « Grand-Croix de Première Classe » sur proposition de la Grande Chancellerie Malgache.

Recueillis par Davis R

Midi Madagasikara84 partages

Le milieu musical en deuil ! : Dédé Fénérive tire sa révérence à 63 ans

Dédé Fénérive tire sa révérence à 63 ans.

Dédé Fénérive, une grande figure de la musique tamatavienne, un des piliers du « kaiamba tena izy », s’en est soudainement allé, samedi dernier, à l’âge de 63 ans.« Je n’en reviens pas ! Hier encore, il chantait aux veillées funèbres de Tombo Daniel. Quelques heures après, j’entends cette terrible nouvelle. Veloma Dede ». Nantenaina, comme beaucoup d’autres de  ses amis à Tamatave, était sous le choc de la disparition de Dédé Fénérive. La journée du vendredi, cette grande figure du « kaiamba » était encore avec sa famille. « C’était l’anniversaire de mon fils. Il célébrait encore cet évènement avec nous. Il s’était même encore rendu à la veillée de Tombo Daniel au Gymnase Soavita », raconte, encore tout émue, sa fille Rabemanantsoa Sandra. Et puis soudain, à 3 :30 du matin (samedi), tombe cette terrible nouvelle. « Je ne sais quoi dire. C’est terrible. Je suis affligée, mais je remercie cependant tous ceux qui nous ont déjà témoigné de leur sympathie », continue-t-elle. Né le 15 mai 1954, Rabemanantsoa Bertrand Régis de son vrai nom a surtout été connu grâce à son titre « Dimy mianaka ». Dédé Fénérive a laissé derrière lui une veuve et six orphelins. Midi Madagasikara présente ses condoléances à toute sa famille !Mahetsaka

L'express de Madagascar82 partages

Fanirisoa Ernaivo sur Africa 24 – Le SMM ouvert au dialogue

Invitée sur Africa 24, jeudi, la présidente du SMM a indiqué que le Syndicat était ouvert au dialogue. Les magistrats exigent d’être écoutés par l’Exécutif.

Qu’il nous écoute. Invitée sur le plateau d’Africa 24, jeudi, Fanirisoa Ernaivo, présidente du Syndicat des magistrats de Madagascar (SMM), a soutenu que les magistrats « exigent », d’être entendus par le pouvoir Exécutif.« C’est l’objet de notre revendication. Qu’il nous écoute », a déclaré la magistrate, en réponse à Richard Togbe, journaliste. Fanirisoa Ernaivo a ajouté que le Syndicat était ouvert au dialogue avec l’Exécutif. À entendre les propos de la présidente du SMM, la magistrature veut, notamment, rencontrer le ministre de la Justice. Un rencontre « pour qu’ils puissent nous écouter. Pour que nous puissions leur dire ce que nous voulons exactement, parce qu’il semble qu’ils croient autre chose. (…) Ils sont en train de faire la sourde oreille. Ce qui fait que la Justice est paralysée et cela entraine une dégradation de l’État de droit ».En marge du vote d’une loi qu’il a défendue, à l’Assemblée nationale, il y a quelques jours, Charles Andriamiseza, ministre de la Justice, a affirmé sa volonté de dialoguer avec le SMM. « Ce dialogue, nous voulons bien l’entamer. Qu’il ne l’annonce pas juste dans les journaux », a réagi la présidente du Syndicat. « Étant un représentant de l’Exécutif, nous attendons du ministre qu’il nous laisse tranquilles, suivant les textes. Que l’Exécutif ne s’immisce plus dans le pouvoir judiciaire. Qu’il fasse son travail qui est de développer le pays et laisse les juges faire le leur », a-t-elle ajouté.

ConcretÀ l’issue d’une assemblée générale extraordinaire, mercredi, le SMM a déploré le fait que les tenants du pouvoir restent de marbre à leurs revendications. Aussi, les magistrats ont-ils décidé de remettre une lettre aux responsables étatiques, dont le garde des sceaux. L’arrêt de l’instrumentalisation de la Justice, ou encore, la concrétisation du respect de son indépendance figurent, notamment, dans cette missive. La lettre a été remise, jeudi, aux autorités a indiqué le juge Clément Jaona, vice-président du SMM, joint au téléphone, hier. Concer­nant le dialogue soutenu par la magistrate Ernaivo, sur Africa 24, il affirme : « Nous constatons que le ministre de la Justice cherche à éviter de nous rencontrer ».Le vice-président du SMM indique que le garde des sceaux, sauf change­-ment devrait être absent de Madagascar, à partir de demain, et ce jusqu’au 13 juil­let. À l’issue de son assemblée générale extraordinaire, pourtant, le Syndicat a lancé un ultimatum de dix jours, pour la concrétisation de ses revendications. Brandissant dans le cas contraire, la menace d’une grève. « Si le ministre ne peut pas nous recevoir, nous pouvons, aussi, rencontrer le Premier ministre », ajoute Clément Jaona. Le vice-président du SMM affirme, cependant, qu’une rencontre avec les autorités étatiques « n’est pas impérative. Nous voulons seulement, des actions concrètes ».Selon les explications du juge Clément Jaona, « nous attendons juste, du pouvoir qu’il respecte concrètement l’indépendance de la Justice, de son autorité. Qu’il y ait une action concrète contre l’impunité. Ceci, par exemple, en appliquant les décisions de justice, comme le veut la Constitution ». Le magistrat rappelle que, d’après l’article 65 de la Constitution, « le Premier ministre veille à l’exécution des décisions de justice ». Si dialogue il y a, le vice-président du SMM soutient qu’« il ne faudra pas faire semblant. Il faudra que ce soit suivi d’actions concrètes. Nous voulons du concret ».

Garry Fabrice Ranaivoson

Midi Madagasikara82 partages

SEMPIDOU, SMM ET SECES : Les syndicats dénoncent les intimidations de l’Etat

Les groupements syndicaux ont haussé le ton ! (Photo : Nary Ravonjy)

Le régime menace de suspendre les salaires des agents des Douanes issus des Cadres A et B s’ils ne reprennent pas leurs fonctions, via une note circulaire.

Les autres groupements syndicaux comme le SMM (Syndicat des Magistrats de Madagascar) et le SECES (Syndicat des Enseignants-Chercheurs et Chercheurs-Enseignants de l’Enseignement Supérieur) sont venus rempiler les rangs du SEMPIDOU (Syndicat des Employés de la Douane). Il y a également le syndicat des employés d’Air Madagascar. En effet, ces syndicalistes dénoncent les intimidations de l’Etat à l’encontre des grévistes. « Nous avons reçu une note circulaire de l’Etat menaçant les agents des Douanes issus des Cadres A et B de reprendre leurs fonctions sinon ils ne seront plus rémunérés », a soulevé Herizo Andrianavalona, le président du SEMPIDOU lors d’une conférence de presse qui s’est tenue samedi dernier à l’hôtel Le Pavé à Antaninarenina.

partenaires. « Nous avons bien le droit d’entamer une grève pour faire des revendications syndicales. Mais nous constatons que les employés et les dirigeants des syndicats ne sont plus protégés par la loi. Raison pour laquelle, nous interpellons l’Etat à arrêter toutes les manœuvres d’intimidations. Rendez à César ce qui est à César et appliquez la loi en vigueur ! », a-t-il haussé le ton. En outre, ces groupements syndicaux ont fait savoir que les fonctionnaires et les employés des entreprises privées sont les premiers partenaires de l’Etat et non pas des ennemis en matière de développement des affaires administratives ainsi que du secteur productif et économique. Les droits des syndicats sont également garantis par la Constitution, les différentes lois et conventions internationales que Madagascar a ratifiées ainsi que le statut des fonctionnaires, d’après toujours leurs explications. « Nous faisons ainsi appel à l’Etat à revenir sur sa décision irréfléchie empêchant tout mouvement des syndicats pour revendiquer leurs droits », a insisté Ravelonirina Grégoire, le président du SECES.

Dialogue. En revenant sur le cas du SEMPIDOU, rappelons que les syndicalistes ont suspendu leur grève depuis vendredi dernier. Une rencontre avec le ministère des Finances et du Budget est prévue ce jour. « Nous réclamons pour le moment  le quart des primes impayées en 2013. Et si aucune résolution n’est prise, nous allons reprendre notre grève à partir du mercredi », a évoqué le président du Syndicat des Employés des Douanes. En tout, ces groupements syndicaux sont unanimes que le dialogue entre les parties prenantes est le seul moyen de trouver ensemble un compromis. Par ailleurs, des partages d’expériences en matière de revendication syndicale suivant les normes et conformément à la loi en vigueur ainsi que la mobilisation de tous les employés concernés, ont eu lieu dans le cadre de cette réunion entre des groupements syndicaux samedi dernier.

Navalona R.

L'express de Madagascar78 partages

Tennis – Championnat d’Analamanga – Vahia bat Miary Zo en finale des U18

La rencontre entre Vahia et Miary Zo, l’une des plus attendues du weekend, a tourné en faveur du premier. Le duel entre Johnny et Mahefa, chez les U12 garçons, a également été très disputé.

Vahia Rabarijaona a bien grandi. Pour la deuxième fois de sa jeune carrière, il a battu Miary Zo Rakotondramboa (6/2 5/7 6/4), hier sur la terre battue du Marlix à Andakana, en finale de la catégorie U18 du championnat d’Analamanga. La rencontre entre les deux joueurs était l’une des plus attendues du weekend. Et elle n’a pas déçu, même si Miary Zo a complètement raté son entame de match. Double-breaké et coupable de nombreuses fautes directes, il a rapidement été mené 5/0 par Vahia, qui a enlevé le premier set (6/2). Vahia, qui s’est renforcé physiquement et qui a bénéficié d’un bon jeu de pieds pour bien couvrir le court, a continué sur cette lancée et s’est procuré trois balles de matches à 5/3 dans la deuxième manche.Cependant, il n’en a convertie aucune. Pire encore, le set est finalement revenu à Miary Zo (5/7), qui s’est enfin réveillé. C’est à ce moment que la pluie a fait son apparition, obligeant l’arbitre à interrompre le match, à 1/1 dans le troisième set. Un arrêt qui a fait du bien à Vahia, car il en a profité pour reprendre ses esprits et s’imposer (6/4).« J’ai été agressif en début de match. Mon adversaire a douté et a fait beaucoup de fautes. L’interruption dans le troisième set est tombée à point nommé, puisqu’elle a stoppé mon passage à vide. À la reprise, je me sentais mieux », réagit le nouveau champion U18 à l’issue du match.

Harivony au topComme la finale des U18, celle des U12 garçons a également été très disputée. D’un côté, Johnny Rovanantenaina, le prodige du Country Club qui a encore une fois étalé sa largepanoplie, alternant longues balles liftées et amortis bien caressés. De l’autre, Mahefa Anthony Rakotomalala, qui a bien usé son vis-à-vis avec ses court-croisés toujours bien placés. Ce duel entre membres de l’équipe nationale championne d’Afrique australe, a tourné en faveur de Johnny, après un premier set conclu au jeu décisif, une deuxième manche à sens unique et une troisième joute une nouvelle fois très serrée (6/7 6/1 7/5).Maholy Razakaniaina et Miotisoa Rasendra, toutes deux membres de l’équipe nationale également, se sont aussi affrontées en finale dans le tableau féminin. À deux reprises même. Et par deux fois, Maholy l’a emporté (6/4 6/3 en U12 et 6/2 7/6 en U14). Toujours chez les filles, notons également la victoire de Fitia Ravoniandro en U16, après une âpre bataille contre Miora Andrianan­toandro (7/5 6/3). Fitia a notamment pris le dessus grâce à la puissance de son service et de son coup droit.Du côté des vétérans, Harivony Andrianafetra demeure au top. Vainqueur de l’open de tennis de la CNaPS Sport au début du mois de mai, il a décroché un nouveau titre, hier. Il a disposé de Tsialiva Rajaobelina, ancien président de la Fédération malgache de tennis, en finale des vétérans première série (6/0 6/3).

Erratum

Une erreur a été remarquée dans notre édition du samedi  1er juillet. L’illustration de l’article concernant le championnat d’Analamanga de tennis, catégorie jeunes et vétérans, n’était pas une photo de Fitia Ravoniandro, mais de Fitia Randriamifidimanana. Toutes nos excuses pour cette confusion.

Haja Lucas Rakotondrazaka

News Mada71 partages

Vokatry ny grevin’ny ladoany : 7 miliara Ar isan’ andro very

Araka ny efa notaterina teto, niverina niasa nanomboka ny zoma 30 jona teo, ny mpikambana ao anatin’ny Sendikàn’ny mpiasan’ny ladoany (Sempidou). Taorian’ny fifampidinihany tamin’ny fanjakana no nanapahany izany hevitra izany. Saingy, nametraka fepetra kosa izy ireo, fa hiverina hitokona indray amin’ny alarobia izao, raha tsy misy ny valin-teny mahafapo avy amin’ny fitondrana.

Etsy ankilany, nanamafy ny fitantanana foibe ny fadin-tseranana, fa miteraka fatiantoka mihoapampana ho an’ny firenena ny fitokonan’ny mpiasan’ny ladoany. Manodidina ny 7 miliara Ar isan’andro ny volam-panjakana tokony hiditra no very vokatr’izany. Mijaly koa ny mpanjifa amin’ny famoahana entana.

Nahatsapa ny fahasahiranana sy ny voka-dratsin’ny fitokonana ny Sempidou. Niara-nampiaka-peo nanaitra ny fanjakana handray ny andraikiny rahateo ny vondron’ny mpandraharaha maro, toy ny Gem, ny Gefp, ny Sim, ny Fivmpama, sns.

Hatreto, tsy nahafa-po ny Sempidou ny soso-kevitry ny fanjakana, na nisy foana aza ny fifampidinihana teo amin’ny roa tonta.

Sajo sy Njaka A.

Midi Madagasikara66 partages

Ampanihy Andrefana : Fatin-trozona efa simba nifandrobahan’ny mponina nakana hena

Ny sabotsy maraina lasa teo, trozona iray lehibe efa maty tsy nisy lohany intsony, natompin’ny onjam-dranomasina teny amin’ny tora-pasika, tao amin’ny tanànan’ Ambohibola any amin’ny Kaominina Ambanivohitry Androka ao anatin’ny Distrikan’ Ampanihy Andrefana no hitan’ny olona, ka nifandrobahana naka ny henany, fa « mana » avy anaty rano hono, ka taolana sisa tamin’ilay trozona vao navelan’ny mponina. Sahirana ara-pivelomana moa ny ankamaroan’ny olona (zara raha mahita hena), ka tsy niandry fitiliana akory fa tonga dia naka, ary tsy miraharaha izay fiantraikany ara-pahasalamana eo amin’ny fihinanana an’ity trozona hita faty efa nihasimba (tsy hay na matin’ny poizina) tody teny amoron-dranomasina ity, ny asabotsy teo.

Raha ny fanamarinam-baovao azo avy amin’ny komandin’ny Borigadin’ny Zandarimariam-pirenena ao Androka, omaly  antoandro, tamin’ny alalan’ny antso an-telefaonina, dia tsy mbola misy aloha hatreto ny olona voatondro fa marary tamin’ny fihinanana an’ity henan-trozona ity, raha araka ny tatitra azony avy amin’ireo sefo fokontany, izay mbola nohamafisin’ Atoa Clovis, filohan’ny Fokontany ao Ambohibola. Loharanom-baovao hafa voaray avy any an-toerana anefa milaza, fa vokatry ny fihinanana an’io henan-trozona io, dia efa misy ireo marary mandoa sy mivalana, izay mbola tsy voafaritra mazava aloha hatreto ny tena isa marin’ izy ireo. Marihina fa ny Kaominina ambanivohitry Androka, dia kaominina amoron-dranomasina 100 km miala ny renivohitry ny Distrikan’ Ampanihy. Ny ao amin’ny Fokontany Ambohibola nahitana an’ity fatin-trozona ity kosa, dia tsy misy tobim-pahasalamana, ka tsy maintsy mandeha 12 km ny marary vao tonga ao Androka, hoy ny tati-baovao azo hatrany.

Eric Manitrisa

Midi Madagasikara62 partages

BEPC : Coup d’envoi pour 342 000 candidats

Le diplôme du BEPC marque la fin du collège. (Photo d’archives)

Le début, ce jour, des épreuves du BEPC (Brevet d’Etudes du Premier cycle) met en lice plus de 342 000 candidats, en majorité des adolescents, sur l’étendue du territoire.

Un peu moins de 9 000 salles d’examen accueilleront, à partir de ce matin, les candidats au BEPC de 2016-2017. Les derniers préparatifs étant déjà achevés pour l’ensemble des centres d’examen, les jeunes candidats affronteront, ce jour et pendant trois ou quatre jours, selon l’option choisie, les salles d’examen. Le temps pour eux de déployer le maximum d’efforts pour obtenir les meilleures notes possibles. L’heure de vérité, en somme, en rapport avec les efforts fournis et les performances durant l’année scolaire.

Ces derniers jours, notamment, le week-end dernier, les centres d’examen ont été particulièrement fréquentés par les candidats, souvent accompagnés de leurs proches, venus repérer leur salle d’examen et vérifier leur nom sur la liste des candidats affichée devant celle-ci. Le reste du week-end était consacré aux derniers préparatifs, mais il ne s’agissait plus de réviser. Parents et enseignants les incitent à profiter du dernier jour avant les examens, bien au calme.

Résultats. Cette année, comme les années précédentes, les candidats au BEPC dans les régions des Hautes Terres centrales, passeront leurs examens dans le froid, si leurs cadets au CEPE ont eu droit à une météo plus clémente, le 20 juin dernier. Les périodes d’examen ayant lieu tous les ans, les candidats prennent évidemment les mesures nécessaires.  Au terme de plusieurs jours d’examens, les travaux de correction débuteront sans tarder, afin de pouvoir publier les résultats dans un délai relativement court. Habituellement, les résultats du BEPC sont publiés environ deux semaines après les épreuves.

Hanitra R.

Midi Madagasikara54 partages

Education : Formation de 6 500 enseignants fonctionnaires

 

L’INFP, ses collaborateurs et ses partenaires, formeront les enseignants pour une évolution du niveau d’éducation à Madagascar.

« Je me dois de me former pour améliorer ma pratique au profit des enfants malgaches ». Tel serait ou devrait être la devise de tous les enseignants pour prodiguer une éducation de qualité aux enfants et jeunes malgaches. Dans ce cadre, le Ministère de l’Education nationale (MEN) offre des formations permettant aux enseignants de renforcer leurs capacités, pour une mise en œuvre effective du plan intérmiare de l’Education. Couvrant l’étendue du territoire, la formation débutera le 10 de ce mois pour s’achever le 15 septembre et cible 6 500 enseignants fonctionnaires nouvellement recrutés. Pour bénéficier de cette formation, les intéressés auront à consulter les Dren et Cisco de leurs régions respectives. Lors des enquêtes menées sur la qualité de l’Education et de l’Enseignement à Madagascar, le MEN a en effet relevé comme failles, entre autres, le manque de formation initiale chez les enseignants, qui se ressent évidemment sur la qualité de l’éducation prodiguée aux élèves. Face à ce constat, deux besoins ont ainsi été mis en évidence. D’une part, le renforcement académique dans les disciplines de base de l’enseignement primaire et d’autre part, le renforcement de capacités en didactique et pédagogie. Des besoins que le MEN, avec le concours de l’INFP entend satisfaire, à travers cette formation dédiée aux enseignants à l’issue de laquelle ils pourront renouveler leurs contrats.

Luz R.R

Midi Madagasikara53 partages

Naivo Raholdina : Appelle à la candidature d’Andry Rajoelina en 2018

Andry Rajoelina, l’ancien président de la Transition ne perd pas un de ses plus fidèles piliers. Il s’agit de Naivo Raholdina, député de Madagascar élu au cinquième arrondissement de la capitale, qui a de nouveau réitéré – au numéro Un de la Révolution Orange de 2009 – son plus grand soutien. C’est ce qu’il a affirmé lors de la célébration du 10e anniversaire de l’association caritative Fafi V ou « Fampandrosoana ny Firaisana Isam-pokontany ao amin’ny Boriborintany faha-V » samedi dernier à la Résidence Ankerana. Mais, il ne s’est pas contenté de le rappeler. Suivant son discours, la course à la magistrature suprême de 2018 sera largement prometteuse dans la mesure où il « appelle à ce qu’Andry Rajoelina soit candidat à cette présidentielle ». L’ancien président de la HAT a plus de latitude jusqu’à l’arrivée du scrutin s’il veut ou non se présenter à cette élection nonobstant le fait que ses partisans n’attendent que l’annonce de sa candidature.

Législatives de 2018. Par ailleurs, Naivo Raholdina a également fait savoir qu’il continuera à être au chevet de la population et restera fidèle à la vision du Mapar. Pour ce faire, « je vais de nouveau me présenter aux législatives de 2018 pour pouvoir continuer nos réalisations en ne cherchant que l’intérêt de mes compatriotes », a-t-il informé en poursuivant que « nous espérons que le gouvernement fera mieux que ce que nous avons effectué ». En ce qui concerne le différend qui le lie avec un organe de presse, il n’a pas voulu s’étaler sur le sujet. « Viendra le jour où je répondrai à toutes ces accusations et ces affirmations dont j’ai été victime. Mais ce qui a été prouvé, c’est qu’en aucun cas,  je n’ai humilié l’univers du « kabary malagasy », a-t-il lancé. En effet, lors de la célébration de ce 10e anniversaire du Fafi V, Naivo Raholdina a été fait Commandeur de l’Ordre des Lettres, des Arts et de la Culture et Chevalier de l’Ordre National par le ministre de la Culture, de la Promotion de l’Artisanat et de la Sauvegarde du Patrimoine, Jean Jacques Rabenirina.

Aina Bovel

Midi Madagasikara52 partages

Les crimes de génocide ayant marqué l’Histoire

La Cour Pénale Internationale (CPI) est la Cour internationale compétente pour juger des crimes de génocide, des crimes de guerre, des crimes contre l’Humanité et des crimes d’agression conformément au Statut de Rome du 17 juillet 1988. Ce dernier définit le crime de génocide comme étant « l’un des actes ci-après, commis dans l’intention de détruire, en tout ou en partie, un groupe national, ethnique, racial, ou religieux ». Parmi ces actes figurent entre autres le meurtre des membres du groupe, l’atteinte grave à l’intégrité physique ou mentale de membres du groupe, la soumission intentionnelle du groupe à des conditions d’existence devant entraîner sa destruction physique totale ou partielle, ou encore le transfert forcé d’enfants du groupe à un autre groupe. Si tels sont les critères de qualification d’un crime de génocide par le Statut de Rome, l’Histoire en a démontré plus d’un exemple.

Quelques cadavres d’Arméniens tués lors du génocideLe génocide arménien (1915 – 1918)

Tout a commencé en avril 1915 quand des Arméniens occupant le territoire turc meurent dans les déportations, les famines et les massacres d’une ampleur considérable dont l’auteur n’est autre que le triumvirat d’officiers Talaat Pacha, Enver Pacha et Djemal Pacha, des membres du parti au pouvoir : le Comité Union et Progrès. Ce dernier, suite aux divers mouvements d’émancipation, a pu accéder au pouvoir grâce à l’appui des groupements nationalistes, mais leur a tourné le dos, une fois avoir conquis le pouvoir. Coïncidant avec la Première Guerre mondiale, qui était une occasion pour l’Empire Ottoman, dès lors engagé dans cette guerre, de montrer ses muscles en réprimant les Arméniens au moyen des déportations et des massacres préparés et organisés depuis Constantinople, capitale de l’Empire. Le génocide arménien a tué 1 200 000 Arméniens d’Anatolie et d’Arménie Occidentale. Néanmoins, la Turquie continue jusqu’à maintenant de prôner la négation de ce génocide en qualifiant ce qui s’est passé en Arménie de « prétendu génocide arménien ».

 

 

 

 

 

Le génocide assyrien (1915 – 1920)Les tortionnaires ne faisaient aucun traitement de faveur quant aux Assyriens à abattre. Les hommes, les femmes et les enfants ont été tués sans état d’âme.

Le génocide assyrien coïncidait également avec le génocide arménien, car perpétré par l’Empire Ottoman durant la Première Guerre mondiale et s’est étendu même jusqu’en 1920. Les Assyriens qui étaient sur le territoire turc ont été eux aussi déportés et massacrés comme les Arméniens. Au début, l’Empire Ottoman déclare la guerre aux Alliés le 29 octobre 1914. Pour des raisons géographiques, les Britanniques ont promis la « propre patrie » aux Assyriens persécutés en échange de leur soutien. Mais l’Empire a répliqué. Les estimations sur le nombre total de morts varient. Certains rapports citent le nombre de 270 000 morts, bien que les estimations récentes aient révisé ce chiffre au nombre plus réaliste de 500 000 à 750 000 morts représentant environ 70 % de la population assyrienne de l’époque.

Le cimetière des victimes des massacres de SrebrenicaLe génocide bosniaque (1992 – 1995)

Le génocide bosniaque dont fait partie le massacre de Srebrenica se déroulait de 1992 à 1995 lors de la guerre de Bosnie-Herzégovine. Le génocide bosniaque a été perpétré par l’Armée de la République Serbe de Bosnie dans le dessein d’effectuer un « nettoyage ethnique », qui s’est effectué dans des zones contrôlées par des Serbes de Bosnie majoritairement orthodoxes envers des Bosniaques majoritairement musulmans et des Croates de Bosnie majoritairement catholiques. La campagne de nettoyage ethnique a été caractérisée par des emprisonnements arbitraires, des meurtres, des viols, de la torture, des vols, des ciblages de leaders de toutes sortes, des déportations, des destructions d’habitation, de commerces et des lieux de travail. A côté, il y a eu le également le massacre de Srebrenica qui a fait 8 373 morts (hommes et adolescents bosniaques) dans la Région de Srebrenica et 116 pour ceux de Zepa en juillet 1995. Pour le génocide bosniaque, l’on estime à 33 000 le nombre de morts hormis le massacre de Srebrenica.

Quelques ossements de Cambodgiens tués par le régime des Khmers RougesLe génocide cambodgien (1975 – 1979)

Entre 1975 et 1979, le régime Khmer rouge était à la tête du Cambodge et y faisait régner l’une des pires des dictatures du siècle. Pour garder le pouvoir, le régime des Khmers ou « Kampuchéa démocratique », dirigé par Pol Pot, a participé à l’ensemble des meurtres, des massacres, des exécutions et des persécutions ethniques, religieuses, ou politiques commis par ce mouvement communiste radical. Oppression, famine, persécutions religieuses et raciales, prisons et tortures ont été les moyens pour le régime des Khmers Rouges cambodgien d’exterminer la population afin de faire régner la dictature à la Pol Pot. Le génocide cambodgien – avant son éviction par l’évasion vietnamienne du Cambodge – a fait à peu près entre 1,7 et 3 millions de morts, soit 21% de la population cambodgienne.

 

 

 

Les Juifs tués lors de l’Holocauste

La Shoah ou le génocide juif (1939 – 1945)

Le génocide juif est le massacre par l’Allemagne nazie des Juifs qui ont été taxés d’être de race inférieure durant la Seconde Guerre mondiale. La « Shoah », en hébreu, qui signifie catastrophe (mais appelée également « Holocauste ») aussi était considérée comme l’un des pires anéantissements humains. Fusillades massives, travaux forcés et sous-alimentation dans les camps de concentration, gazage dans les camions à gaz ont été les principaux châtiments auxquels sont livrés les Juifs. Les estimations du nombre de Juifs tués lors de l’Holocauste varient. Pour les spécialistes à l’instar de l’historien Raul Hilberg, il y a eu 5,1 millions de morts. L’économiste et statisticien Jacob Lestchninsky estime, quant à lui, que l’on dénombre à peu près dans les 6 millions.

 

 

 

Les victimes du génocide Kurde

 

 

 

07Le génocide kurde (Février – Septembre 1988)

Le Kurdistan est une région d’Asie habitée par les Kurdes et partagée entre l’Irak, l’Iran, la Syrie et la Turquie. Le génocide kurde ou « Anfal » a été ordonné par le régime irakien de Saddam Hussein de février à septembre 1988. 180 000 civiles kurdes périssent dans ce génocide par le bombardement aux gaz chimiques de la ville kurde d’Halabja. D’après le Tribunal spécial irakien, 182 000 civils ont été tués et plus de 2 000 villages détruits. Pour Human Rights Watch, 90 % des villages de la région cible ont été rayés de la carte et 1 754 écoles et 270 hôpitaux détruits.

 

 

Une photo qui montre les Tsiganes à fusiller lors du Porajmos

Le génocide tsigane ou Porajmos (1939 – 1945)

Le génocide tsigane coïncidait avec l’Holocauste juif qui lui a valu la dénomination de « Holocauste rom ». Le terme « Porajmos » signifie tout simplement « dévorer » pour faire allusion aux persécutions faites à l’endroit des Tsiganes par l’Allemagne nazie. Les historiens estiment qu’entre 25 et 50 % de la population tsigane d’Europe a été exterminée au cours du Porajmos, c’est-à-dire entre 200 000 et 500 000 personnes.

 

 

 

 

 

 

Les enfants qui ont succombé à leur grande faim lors de l’Holodomor en Ukraine.

 

 

Le génocide ukrainienou Holodomor (1932 – 1933)

Le terme Holodomor qui signifie littéralement « extermination par la faim » désigne la grande famine qui eut lieu en Ukraine et dans le Kouban en 1932 et 1933 et qui a fait, selon les estimations des historiens, entre 2,6 et 5 millions de victimes. En Ukraine, l’État collecte 30 % de la production dès 1930, 41,5 % en 1931. Ces plans drastiques, combinés à une mauvaise récolte en 1931, conduisent l’Ukraine à un début de famine de mai à juillet 1932, pendant la période de « soudure » entre deux récoltes. Face à l’aggravation de la crise, le pouvoir est amené à reculer provisoirement afin de garder le contrôle d’une situation qui menace la viabilité même de la prochaine récolte. Bien que la grande famine ait fait plusieurs victimes – 668 000 personnes pour 1932 et 2,1 millions pour 1933 – l’ONU ne reconnaît pas le caractère génocidaire de l’Holodomor.

 

 

 

 

Les victimes de la pendaison lors du génocide des Grecs PontiquesLe génocide des Grecs pontiques (1914 – 1924)

Tragédie pontique, extermination pontique, atrocités commises par les Turcs dans le Pont et l’Asie mineure. Telles sont les autres appellations des persécutions, des massacres, des expulsions et des migrations forcées infligées par le gouvernement turc aux Grecs pontiques au début du XXe siècle. Mais le débat n’est pas clos entre les deux pays concernés. Comme dans les autres cas de génocide dans lesquels la Turquie est engluée, elle nie le caractère génocidaire des faits et avance un « prétendu génocide ». La Grèce, quant à elle, soutient qu’il y a eu un génocide. Quoi qu’il en soit, la Ligue Internationale pour les Droits et la Libération des Peuples avance que près de 350 000 Grecs originaires du Pont ont été massacrés entre 1916 et 1923.

 

 

 

 

 

 

 

Quelques corps de Rwandais tués lors du « Cent Jour d’Extermination ».v  Le génocide rwandais (Avril – Juillet 1994)

Le génocide rwandais est plutôt le massacre du peuple Tutsis. Entre avril et juillet 1994, environ 1 million de Rwandais périt dans les massacres perpétrés par le FPR (xxx) selon un rapport de Robert Gersony, consultant pour le Haut Commissariat de l’ONU pour les Réfugiés. Le 1er octobre 1990, les rebelles du FPR de Paul Kagame franchissent les frontières de l’Ouganda et déclenchent ainsi la guerre civile rwandaise, parvenant à 80 km de Kigali. Les Forces armées rwandaises (FAR) tentent de s’opposer à cette avancée. Le 6 avril 1994, les présidents rwandais et burundais, Juvénal Habyarimana et Cyprien Ntaryamira, meurent, lorsque leur avion, qui s’apprêtait à atterrir à Kigali, est abattu par un missile. Le 7 avril 1994, plusieurs personnalités politiques modérées sont assassinées, empêchant tout règlement pacifique de la crise, ainsi que dix casques bleus belges de la MINUAR. Le 8 avril 1994, la France et la Belgique évacuent leurs ressortissants. Dans les jours qui suivent, des centres où se réfugient les Tutsis (écoles, églises…) sont attaqués et leurs occupants massacrés par des Hutus extrémistes, appuyés dans certains endroits par des éléments de la garde présidentielle. Les massacres des opposants hutus dans les premières heures, puis de milliers de Tutsis commencent aussitôt et simultanément dans une grande partie du Rwanda, à l’exception notoire des régions de Gitarama et de Butare dans le sud. Les exécutions se déroulent pendant trois mois. Les ordres sont également transmis par la Radio Télévision Libre des Mille Collines qui encourage et guide jour après jour, heure par heure le génocide, dénonçant les Tutsis encore vivants à tel ou tel endroit. L’ONU estime qu’environ 800 000 Rwandais, en majorité Tutsis, ont perdu la vie durant ces trois mois.

Dossier réalisé par Aina Bovel

Midi Madagasikara40 partages

Football – Cosafa Cup : Les Barea plient, mais ne rompent pas !

Dax (N°10) de Fosa Juniors a été très déterminant face au Mozambique.

La belle série d’invincibilité se poursuit pour les Barea qui échouent de très peu à la qualification aux quarts de finale de la Cosafa Cup sans avoir perdu un seul match. La faute aux Seychellois qui ont ouvert un boulevard aux Zimbabwéens.

Sept matches dont six victoires et un seul match nul. C’est le bilan toutes compétitions confondues des Barea qui viennent cependant de rater la qualification pour les quarts de finale du Cosafa Cup.

Jouer avec les nerfs. Pour une faute qu’ils n’ont pas commise car Rinjala, sacré meilleur joueur à deux reprises, et ses camarades ont bel et bien rempli leur mission en infligeant aux Mozambicains un score sévère de 4 buts à 1. Les mêmes Mozambicains que Madagascar va retrouver sur le chemin de la CHAN 2018 et qui fera certainement faire profil bas car entre les deux formations, il subsiste une classe d’écart et que pour peu que Raux Auguste ne s’amuse pas à jouer avec les nerfs en donnant un temps de jeu aux inexpérimentés, les Barea ont toutes les chances de se qualifier pour la phase finale de la CHAN au Kenya.

Car si le tournoi en Afrique du Sud sert de test pour la plupart des sociétaires de l’équipe nationale, il serait aujourd’hui temps pour Raux Auguste de séparer le bon grain de l’ivraie. Il y a des joueurs qui n’ont jamais été alignés lors de ce séjour sud-africain et que le mieux serait de leur trouver des remplaçants valables.

Humain. Mais au-delà de la qualification pour la CHAN, cette sortie en Afrique du Sud va aussi permettre de se fixer sur le sort de ceux qui sont susceptibles de figurer dans l’équipe première qui sera alignée contre le Sénégal et dans le cadre de la Coupe d’Afrique des Nations 2019 au Cameroun.

Mais pour savourer l’instant présent et ce record que n’a jamais connu le football malgache, il serait peut-être temps de parler de la motivation qui fait la force des autres nations financièrement plus puissantes. Et si le Zimbabwe est parvenu à marquer six buts contre les Seychellois, c’est que les moyens n’étaient pas les mêmes. Si on y ajoute le fait que le président du Cosafa est un Zimbabwéen, alors on comprend mieux la sévérité du score. On comprend dans la foulée la sanction infligée au referee botswanais qui a fermé les yeux sur deux penaltys lors du match entre le Zimbabwe et Madagascar et qui a été invité illico presto à quitter la compétition.

Mais sur ce chapitre, on comprend aussi l’attitude des arbitres qui évitent de sanctionner les compatriotes du président de la CAF. C’est presque…humain. Sacré Ahmad !

Clément RABARY

Midi Madagasikara39 partages

Conduite à vue !

Chez nous, les dirigeants sont appelés « mpitondra ». Littéralement  ceux qui conduisent. En principe vers le développement du pays et le bien-être de son peuple. Avec pour permis de conduire « biopolitique » si l’on peut dire, le mandat accordé par le peuple, « source de tout pouvoir » mais qui a rarement ses « maux » à dire sur la feuille de route.

Conduite à vue !

Les « mpitondra » justifient rarement leur nom, car ils ne choisissent pas toujours la bonne voie. Trop souvent, ils conduisent le pays – et le peuple avec – sur une route cahoteuse. A l’image même de nos infrastructures routières. Sans parler des « coupeurs de route » qui sont, en matière de sécurité ou d’insécurité (c’est selon) ce que les opposants sont pour le régime sur le plan politique quand bien même ces derniers seraient plutôt en pleine traversée du désert. Scrutant l’horizon 2018 qui représente l’oasis pour ceux et celles qui comptent redevenir des « mpitondra » après l’avoir été déjà été, quoiqu’ils n’aient pas forcément à bien conduire et à mieux se conduire du temps où ils étaient aux affaires. Au propre comme au figuré. A l’instar de leurs successeurs, ils conduisaient à vue, tel un chauffeur de « taxi-be » qui ne s’arrête dans une station-service que lorsque la jauge est au rouge si tant est qu’elle marche encore. Une conduite au jour le jour pour des « mpitondra » dont la plupart n’étaient et ne s’étaient point préparés à conduire. Parce qu’ils n’ont pas fait d’auto-école, ils ignorent certains codes de conduite.  Au risque d’entraîner le pays dans une voie sans issue et/ou dans un tunnel interminable comme le fameux « taxi-brousse » d’un certain Amiral qui naviguait également à vue. Et ce, avant de virer à tribord avec le vent de libéralisation qui avait emporté le « Livre rouge », à l’origine de la dérive du bateau Madagascar qui continue éperdument de chercher le cap après plusieurs changements d’équipage. Des « mpitondra » qui ne savent pas trop où aller quand ils ne font pas tout simplement aller. D’une chose, on est sûr, ils rêvent tous de faire un aller-retour au pouvoir.

O
L'express de Madagascar37 partages

Karaté – Stage – Pour une compétition sans contestation

Trente-sept arbitres, confirmés et débutants, ainsi que des coaches ont suivi un stage national de kumite et de kata animé par l’arbitre international, Miora Razafindrakoto ce samedi à l’École normale supérieure à Ampefiloha.« Notre objectif est d’organiser ultérieurement des compétitions sans contestation, ni perturbation, ni blessure », indique Miora Razafin­drakoto. Ce stage a regroupé des techniciens de la capitale et des régions limitrophes, telles le Bongolava, l’Alaotra-Mangoro et le Vakinankaratra.« Vu l’intégration du karaté parmi les disciplines olympiques à partir des Jeux de Tokyo en 2020, nous essayons de mettre à jour nos pratiquants à travers ces stages», mentionne le président de la Fédération malgache de karaté, Solofo Barijaona Andrianavo­manana. « Bien avant les pratiquants, les coaches et les arbitres devraient bien maitriser les règlements de compétition, surtout les nouveaux. C’est une sorte d’actualisation et de renforcement de capacité de ces techniciens », explique Miora Razafindrakoto. Un autre stage est prévu prochainement à Mahajanga et sera ouvert aux ligues environnantes. Cette année, le championnat de Madagascar se déroulera à Toliara.

S.R.

Midi Madagasikara37 partages

Karaté : A l’heure de l’olympisme

Le karaté fera son entrée aux Jeux Olympiques de Tokyo en 2020. Une aubaine qu’entend profiter pleinement la Fédération Malgache de karaté qui va orienter toutes ses actions en vue de cette grande première de cette discipline.

Un premier jet pour mettre le karaté malgache sur orbite dans la perspective de participer aux Jeux Olympiques de 2020 au Japon. C’est l’initiative de la Fédération Malgache de Karaté de samedi dernier à l’Ecole Normale de Mahamasina où le président Solofo Andrianavomanana à changé son habit habituel pour devenir un formateur des 36 stagiaires présents à ce premier rendez-vous.  Un plateau formé par tous les techniciens issus des quatre coins de l’île allant des arbitres aux maîtres de salle sans oublier les coaches et les membres de la direction technique et même les responsables des tables officielles.

« Tout doit être coordonné à un détail près pour que le karaté malgache ne soit pas à la traîne au moment d’appliquer les règles conformes à l’olympisme« , confie Solofo Andrianavomanana qui a carrément déroulé le tapis rouge pour ses stagiaires allant même jusqu’à offrir une pause café comme cela a cours lors des stages internationaux.

Il s’agit d’un début mais cela va se poursuivre dans le futur avec l’application des nouvelles règles olympiques dans les championnats au niveau de chaque section et plus tard, vers mi-août,  pour le sommet national qui servira également à faire un tri pour la constitution des équipes nationales, explique encore le président Solofo Andrianavomanana qui se fixe bien avant cet objectif de rassembler tout le monde pour un meilleur, résultat.  Ce qui est tout à son honneur.

Clément RABARY

Midi Madagasikara34 partages

Moramanga : Sefo Fokontany iray sy ny vadiny, maty novelesin’ny jiolahy tamin’ny « bois rond »

Nitrangana vono olona niseho tamin’ny fomba feno habibiana tao Mangarivotra Beparasy Distrikan’i Moramanga, ny naraina zoma teo, tokony ho tamin’ny folo ora. Raha ny fantatra, dia niara-maty novelesin’ny olona tsy fantatra tamin’ny “bois rond” tapaka kininina miisa dimy ny lehiben’ny Fokontany Ankazondandy sy ny vadiny. Teny an-dàlana hody nandeha moto, 4km tsy ho tonga ao Beparasy izy mivady ireto no niharan’ny fanafihana, izao tra-doza izao. Ankevitry ny tetika efa voaomana mialoha ity vono olona nahatsiravina ity, satria mbola tavela teo ny tavoahangy toaka nosotroin’ireo mpamono. Lasan’ireo jiolahy kosa ny moto nentin’ilay Sefo Fokontany, hoy ny tati-baovao voaray.

Eric Manitrisa

News Mada32 partages

Energie solaire : le premier «Barefoot collège» bientôt en chantier

Le projet relatif au développement de l’énergie solaire via l’approche «Barefoot College» à Madagascar est sur la bonne voie. La construction du local qui va abriter ce centre démarrera ce mois-ci.

C’est officiel. La région Vakinankaratra accueillera le premier Centre de formation en énergie solaire, dénommé «Barefoot College», similaire à celui de Tilonia en Inde. L’infrastructure sera érigée dans le fokontany d’ Ambatomainty, dans la commune de Tsiafajavona (district d’Ambatolampy), mais les formations sont accessibles à l’ensemble de la population. Le chantier est prévu débuter ce mois pour se terminer vers la fin de l’année pour que le centre puisse être opérationnel en janvier 2018. «Ce programme national, initié par le ministère de l’Energie et piloté par WWF, a comme principal objectif l’accès à l’électricité pour 630.000 ménages ruraux isolés d’ici 2030», a fait savoir l’assistant technique énergie de WWF, Thierry Randriamanalina, lors d’une conversation téléphonique, hier.

Le budget nécessaire à la concrétisation  de ce projet, qui bénéficie du soutien des autres partenaires, entre autres, la Fondation Coca Cola et le gouvernement Indien, requiert un investissement de 544.000 dollars.  «La construction du centre nécessite 320.000 dollars si 224.000 dollars ont été déjà acquis grâce aux partenaires», a informé le directeur du Développement des énergies renouvelables du ministère de l’Energie, Herivelo Ramialiarisoa.

Autonomisation  des femmes

Ce projet, qui consiste à former des femmes illettrées issues des campagnes pour qu’elles deviennent des ingénieures en énergie solaire, aura un double impact sur le développement socio-économique. «Non seulement ce projet va permettre l’autonomisation en électricité des communautés rurales mais aussi et surtout l’autonomisation économique des femmes rurales, qui seront les futures gestionnaires de l’énergie dans leur localité», a soulevé Thierry Randriamanalina. Se sera également une opportunité pour les quelque quinzaine de femmes ingénieures solaires, sortantes de «Barefoot College» en Inde, de partager leurs expériences en tant que formateurs.

Des femmes âgées entre 35 et 50 ans, issues des zones où il n’y a pas de projet d’électrification, seront ciblées par ce projet, dont la sélection des bénéficiaires se fera au cours d’une réunion communautaire villageoise. Chaque année, le «Barefoot College» d’Ambatomainty prévoit de produire 24 femmes ingénieures solaires, à raison d’une douzaine par semestre. Leur formation sera axée notamment sur la fabrication, le montage, l’installation, la maintenance etla  réparation de systèmes solaires…

Fahranarison

Tia Tanindranaza32 partages

Fanondranana olona mankany “Moyen orient”Vehivavy no atidohany

Rava ny tambajotra mpandefa na mpanondrana vehivavy ho any Moyen Orient na any amin’ireo firenena arabo.

Mirija

Midi Madagasikara32 partages

Trafikana cocaïne : Terantany afrikana sy malagasy iray voasambotra

Efa miha-mahazo vahana eto amintsika ny fidorohana zava-mahadomelina mahery vaika toy ny heroïne sy ny cocaïne, izay miha-miparitaka tokoa hatreto. Ary izay indrindra no nahatonga ireo pôlisy misahana ny ady amin’ny zava-mahadomelina nidina teny amina trano fandihizana iray teny amin’iny faritra Antaninarenina iny, izay efa malaza ratsy loatra amin’ny fahamaroan’ireo mpidoroka. Lehilahy iray no voasambotra ny zoma lasa teo. Mbola nahitàna cocaïne iray grama rahateo teny aminy tamin’io fotoana io. Tamin’ny fanadihadiana azy dia nilaza mazava ity lehilahy ity fa ao amin’io trano fandihizana io no tena misy ireo mpanjifany, izay sahy mividy ny grama amin’ity zava-mahadomelina ity hatrany amin’ny telo hetsy ariary any ho any. Nambarany ihany koa fa tany amina terantany afrikana iray no nahazoany ilay zava-mahadomelina izay novidiany roa hetsy ariary. Nandeha ny fikarohana ilay terantany afrikana ka teny amin’iny faritra 67ha iny no tra-tehaka. Cocaïne milanja eo amin’ny 18 grama, izay miteti-bidy any amin’ny efatra tapitrisa ariary latsaka any ho any ho tratra teny aminy. Efa ela izy farany no nanao ity fivarotana rongony mahery vaika ity, satria dia efa ho roa taona mahery izao. Mbola terantany afrikana iray ihany koa no tena mpamatsy azy, ary vidiany amin’ny vidiny roa hetsy sy iray tapitrisa ariary io cocaïne 18gr io. Araka izany mbola mitohy ny fikarohana ny naman’ireto mpanao trafikana zava-mahadomelina mahery vaika ireto ataon’ny pôlisy. Ny sabotsy lasa teo kosa no natolotra teny anivon’ny Fampanavoana ireto roalahy voasambotra ireto.

m.L

Midi Madagasikara31 partages

Droit au but : Le ridicule ne tue pas

On aimerait bien parler en bien du rugby malgache, mais la pilule a du mal à passer. Et ce pour plusieurs raisons notamment au niveau de la performance des Makis devenus un simple spectateur de la fameuse Gold Cap réunissant la crème africaine, moins évidemment les Springboks sud-africains qui sont sur une autre planète.

Et sans vouloir être un oiseau de mauvais augure, on ne donne pas cher à la peau des Makis disputant la Silver Cup et regroupant les équipes du bas de tableau dans la hiérarchie africaine. Tout simplement parce que Malagasy Rugby s’est montré incapable de gérer la crise interne qui le minait et qui a conduit cinq de ses joueurs cadres à claquer la porte de l’équipe nationale.

Sans Rabe et Julio, ou encore Toussaint, on ne voit pas comment le sélectionneur Razily pourrait s’ y prendre pour faire face aux assauts des Marocains poussés au combat par leur public. Ce sera dur et Marcel Rakotomalala qui n’a pratiqué le rugby que pendant une période très limitée, le sait.

Reste à espérer qu’il va changer de fusil d’épaule en cas de nouvelle défaite et consentir enfin à collaborer avec Alain Lapi, le président de la Ligue d’Analamanga démocratiquement élu et qui fournit la totalité des membres des équipes nationales.

Autant le dire que s’ il persiste à mettre en place le comité ad hoc qui n’est autre qu’une forme de délégation spéciale donc interdite par les textes en vigueur, cela risque de se retourner contre lui comme un effet boomerang.

On se demande d’ailleurs pourquoi le ministre des Sports ne réagit pas alors que la chambre administrative a prononcé dans un premier temps un arrêt suspensif de la décision de Malagasy Rugby concernant l’éviction pour trois années du président de la Ligue d’Analamanga.

A moins d’être un complice, puisque les textes sont clairs comme quoi la mise en place d’une délégation spéciale relève du seul ministère, on se devait de mettre un terme aux agissements de ce comité ad hoc qui n’a aucun fondement légal.

Clément RABARY

Midi Madagasikara30 partages

Rugby – Silver Cup : 8 millions d’Ariary pour les Makis

Les Makis reçus par le ministre Dr Jean Anicet Andriamosarisoa, samedi, à Ambohijatovo.

La délégation malgache en partance pour Maroc pour le Silver Cup s’est envolée, hier, après-midi.L’objectif de la troupe est d’accéder au groupe A à l’issue de la compétition.

Un nouveau défi. Après plusieurs jours d’attente, les Makis de Madagascar ont été fixés sur leur sort quant à leur participation pour le Championnat d’Afrique groupe B ou Silver Cup les 5 et 8 juillet à Casablanca, Maroc. La délégation conduite par le vice-président du Malagasy Rugby, Bien Aimé Solofosons’est envolée, hier, à destination du Maroc. Avant leur départ, l’ensemble de la délégation a été reçue par le ministre de la Jeunesse et des Sports, Dr Jean Anicet Andriamosarisoa, samedi en fin d’après-midi à son bureau à Ambohijatovo. « Madagascar est très connu sur la scène continentale dans le monde de l’ovale. Le ministère essaie de faire le nécessaire pour que toutes les disciplines puissent honorer leur participation aux compétitions internationales. Vous connaissez l’enjeu de cette compétition la qualification pour le groupe A. Tout le peuple malgache est derrière vous pour porter haut l’honneur de notre pays » a fait savoir le numéro un du sport malgache. Outre le traditionnel « Tso-drano du raiamandreny », l’Etat a offert la somme de 8 millions d’Ariary à travers le ministère des Sports.

Revanche. Pour la demi-finale prévue pour ce mercredi 5 juillet, les XV Makis affronteront les Lions de l’Atlas du Maroc. L’autre affiche mettra aux prises les sélections ivoirienne et botswanaise. « La préparation a duré plusieurs mois. L’équipe est déjà prête que ce soit tactiquement, physiquement et techniquement. Les Marocains sont plus imposants physiquement et vont sûrement miser sur leur pack avant. Pour cette rencontre, on va marquer le plus d’essais possibles et de ne pas faire beaucoup de fautes. La rencontre ne s’annonce pas facile surtout qu’ils évoluent à domicile, mais, nous sommes prêts à prendre notre revanche après la défaite encaissée face à eux à Mahamasina » a indiqué José Rakoto Harison, capitaine de l’équipe. Ces Makis 2017 sont composés de jeunes joueurs et des anciens expérimentés.

La liste

Chef de délégation : Bien Aimé Solofoson.

Médecin : Bruno Razafimanantsoa.

Coach : NoeMboazafy dit Razily.

Joueurs

Haja Randrianambinina.

Tahiana Ratsimandresy.

Iandry Randrianomanana.

Rantoniaina Randrianomanana.

TolotraRamaromiantso.

Soloniaina Razafindratsimba.

NohavitianaRandrianjatovo.

TinellaRabemananjara.

Jean Fabrice Ramangalahy.

François Mbolaharison

Tahina Randrianarisoa

Tanjona Randriamanantena

Hery Rakotomanalina

José Rakoto Harison

Hery Ralaimidona

SoloniainaRasoanaivao

TsilavoniainaRamangalahy.

Tongasoa Rakotobe.

Andoniaina Rafararano.

LantoRakotoarisoa.

Saidy Solonirina.

Zhino Hery.

Mohamed Rakotoarimanana.

Sylvain Rakotonirina.

YorhannRamonjiarivony (expatrié).

T.H

News Mada29 partages

Hôtel de ville : quand l’amour triomphe… à l’opéra

Le duo Rindra Rajeriarison et Hajatiana Rakotozafy a fait résonner les augustes murs de l’Hôtel de ville d’Analakely samedi dernier, interprétant avec succès la pièce fraîchement intitulée «Quand l’amour triomphe».

S’affirmant depuis toujours comme un vivier de talents, l’Anglican music institute (Ami) a présenté cette soirée opéra comme étant l’aboutissement d’une année de travail effectué par ses élèves.

Une pièce propre, soignée et précise, avec un décor épuré sur scène, «Quand l’amour triomphe» a été monté à partir d’ extraits d’opéra d’illustres compositeurs internationaux a l’instar de Boildieu, Donizetti, Saint-Saëns et Offenbach. L’ intrigue s’articule autour d’un «jeune soldat qui rentre d’une bataille vaillamment remportée. Tandis qu’il raconte son exploit, il se fait remarquer par une noble dame, la belle duchesse de Blascovie. Elle n’est pas indifférente aux charmes du joli soldat. Mais noblesse oblige, elle doit user de stratégies et de pouvoir pour le conquérir».

Rayonnante dans sa longue robe bleue, la main sur le cœur, Rindra Rajeriarison a interprété des grands classiques comme «Ah ! Que j’aime les militaires» d’Offenbach, «Printemps qui commence» de Saint-Saëns ou encore «Je te veux» de Satie. Au ténor,  Hajatiana Rakotozafy réplique avec  «Ah ! Quel plaisir d’être soldat» de Boildieu, «Ange si pur» et «Oui, ta voix m’inspire» de Donizetti. A chacune de ces compositions, le pianiste virtuose Vitou Razafitrimo s’est démarqué devant un public enthousiaste.

Rassembler tous les acquis

«Cet ambitieux projet a été mis sur pied par la classe performer, ou plus précisément la 4e année. Outre l’instrument dominant, la formation comprend également des domaines aussi variés tels que l’étude des époques et des compositeurs, l’oratorio class, le théâtre et le projet de concert. Ce dernier point rassemble tous les acquis des élèves tout au long de l’année scolaire pour leur permet d’évoluer dans les conditions réelles de la scène», selon un responsable auprès de l’Ami.

Joachin Michaël

 

Madagascar Tribune28 partages

Enregistrement sonore accablant

Un enregistrement sonore portant conversation téléphonique entre un agent de Bianco (Bureau indépendant anti-corruption) et Claudine Razaimamonjy a circulé sur les réseaux sociaux ce week-end. Si certains ont eu un peu de sympathie pour la milliardaire compte tenu de ce qui semble un acharnement contre elle ces derniers mois, l’écoute de l’enregistrement sonore a enlevé toute forme de sympathie envers elle. Dans cet enregistrement, la milliardaire a insulté à plusieurs reprises son interlocuteur tout en le menaçant, le tout dans des termes les plus vulgaires. Plus d’une fois, la milliardaire a insisté sur le fait qu’il faut attendre que « Hery » [1] ne serait plus à la tête de l’Etat avant de pouvoir la convoquer ou l’interroger. « Je suis à Iavoloha, venez ici si vous osez  » défie-t-elle « demandez audience à Hery si vous voulez me rencontrer. C’est nous qui sommes au pouvoir maintenant » lance-t-elle. « Vous êtes à la solde des opposants » accuse-t-elle « vous allez connaître Razaimamonjy » ! Le tout entrecoupé d’insultes et de menaces en tout genre. En tout cas elle a promis aux agents de Bianco de détruire leurs carrières entre autres.

Et dire que le Président du HVM, Rivo Rakotovao, comme le ministre de la justice Charles Andriamiseza et autres ténors du parti ont clamé haut et fort leur soutien indéfectible au milliardaire. Dis-moi qui tu fréquentes, je te dirais qui tu es !

Ce matin du lundi 3 juillet, des enquêtes seraient en cours pour identifier l’auteur de la diffusion de ce document sonore et s’il y a eu vol ou perte de document chez l’un des deux interlocuteurs. Ce qui est avéré c’est l’authenticité de la conversation téléphonique. En effet, les convocations par téléphone sont systématiquement enregistrées. Il s’agit d’une précaution pour le Bianco pour prouver que tous les moyes ont été utilisés afin de convoquer une personne. Dans ce cas Claudine Razaimamonjy n’a pas daigné répondre aux deux convocations de cet entité.Il faut remarquer que cette publication intervient au moment où le groupement politique MAPAR insiste pour que les autres acteurs dans cette affaire -car c’est tout un réseau dont Claudine Razaimamonjy ne serait que le maillon faible, soient aussi poursuivis et que Christine Razanamahasoa, qui préside ce groupement à l’Assemblée nationale réclame une enquête parlementaire.

Midi Madagasikara26 partages

Polybrèves

*Les partisans du Tiako i Madagasikara et de l’ancien chef de l’Etat, Marc Ravalomanana vont se retrouver ce samedi 8 juillet au Stade Municipal de Mahamasina. Cette grande mobilisation s’inscrit dans le cadre de la célébration du 15e anniversaire du parti. Tous les ténors du Tim y seront présents et les responsables garantissent d’ores et déjà la sécurité du public. Notons que la Préfecture de Police d’Antananarivo a donné son autorisation pour la tenue de cette mobilisation.

*Ce vendredi 7 juillet, les journalistes et les professionnels des médias regroupés au sein du Mouvement pour la Liberté d’Expression (MLE) organiseront une grande mobilisation pour marquer le premier anniversaire de l’adoption du Code de la Communication Médiatisée qu’ils jugent « liberticide ». Pour cette mobilisation, le MLE fait appel au soutien et à l’appui des forces vives de la Nation. Par ailleurs, le lancement officiel de l’émission hebdomadaire « Tsy mahaleo ny sampona » se fera également à cette date, en réplique à celle du chef de l’Etat « Fotoam-bita ».

*Vendredi dernier, il y a eu – au sein de la Commission Electorale Nationale Indépendante ou Ceni Alarobia – une rencontre entre cette dernière et les membres de la société civile. C’était une occasion pour les deux parties d’établir la stratégie à adopter afin de sensibiliser les citoyens à participer au processus électoral. Les listes des votants, les lieux et les bureaux de vote ont été les outils indispensables utilisés lors de cette rencontre.

Recueillis par Aina Bovel

Midi Madagasikara22 partages

Protection de l’environnement : Ambatovy recourt à la technologie de télédétection

L’atelier de validation des analyses des images satellitaires.

Déterminer le taux de déforestation à partir des images satellitaires et mesurer ainsi l’efficacité de ses activités de conservation. Pour y arriver, la compagnie minière Ambatovy a recours à la technologie de la télédétection. Un atelier de validation de l’analyse des images satellitaires des trois zones de compensation d’Ambatovy, incluses dans la région Alaotra Mangoro (zones de conservation autour de la mine, Torotorofotsy et le Corridor Forestier Analamay Mantadia ou CFAM) prises en 2014 comparées à celles de 2011, s’est tenu à Ankorondrano, le 16 juin dernier. Notons, au passage que les images sont prises tous les trois ans et celles de 2017 seront étudiées en comparaison avec celles de 2014. Cette action entre dans le cadre de la protection de l’environnement à Ambatovy, autour de son site minier à Moramanga.

Mesures correctives. Les résultats des analyses validés par la compagnie et ses partenaires, ont démontré que le taux de déforestation annuel est de 0,20% pour les zones de conservation qui est deux fois plus bas que celui des aires protégées aux alentours. Tandis que ceux du CFAM et de Torotorofotsy sont respectivement de 0,49% et de 0,63%. Ces résultats permettront à Ambatovy de calculer les gains obtenus dans les sites de compensation et prendre des mesures correctives à mener ultérieurement dans la lutte contre la déforestation causée par des pressions anthropiques. Ambatovy réalise ces analyses en partenariat avec la direction de Conservation de la Biodiversité-Système des Aires Protégées, DREF Aloatra Mangoro, Asity Madagascar, Conservation International, Institut et Observatoire de Géophysique d’Antananarivo, ONE (Office national de l’environnement), REDD+. Ces activités de télédétection seront aussi réalisées en 2018 pour le quatrième site de compensation d’Ankerana dans la région Atsinanana.

Recueillis par Hanitra R.

Midi Madagasikara21 partages

Développement local : Appui du PNUD aux Collectivités Territoriales Décentralisées

Ce sont des matériels roulants remis par le PNUD.

Les régions et les communes bénéficiaires doivent être en mesure de mobiliser des ressources locales censées renforcer leur autonomie.

Dans le cadre de la mise en œuvre du Programme d’Appui à la Décentralisation et à la Résilience Communautaire (PADRC), le PNUD (Programme des Nations Unies pour le Développement) a effectué  des appuis  matériels au sein de trois régions et quatre communes de Madagascar, et ce, depuis 2015. L’objectif de ces appuis consiste à dynamiser le rôle des Collectivités Territoriales Décentralisées (CTD) dans la fourniture de services de proximité de qualité aux contribuables et usagers, mais aussi à créer des conditions locales nécessaires au développement local.

Autonomie. Et la semaine dernière, des matériels roulants et des équipements informatiques ont été remis à la Région Atsimo-Atsinanana et à la Commune urbaine de Farafangana. «  La remise de ces matériels que nous avons réalisés ne doit pas être appréciée comme étant un geste isolé. Elle illustre l’appui du PNUD aux Collectivités Territoriales Décentralisées, notamment les communes et les régions dans l’exercice de leurs compétences respectives en matière de développement local, et complète le soutien au processus de décentralisation effectué au niveau national avec le Ministère de l’Intérieur et de la Décentralisation. » Le Représentant Résident du PNUD, Mme Violette KAKYOMYA, l’a évoqué lors de sa visite à Farafangana dans le cadre de cet événement.  En outre, une séance de travail a été organisée après cette cérémonie avec la Région et la Commune bénéficiaires. L’objet porte sur la mobilisation des ressources locales censées renforcer leur autonomie, la gouvernance régionale, et accroître les opportunités de développement.

Activités du PNUD. Par ailleurs, des équipements ont été remis au Groupement de la Gendarmerie, en appui au renforcement de ses capacités d’intervention ainsi qu’à la Maison des Jeunes de Farafangana afin d’y rehausser la fréquentation des jeunes filles. Le Représentant Résident, a également saisi l’occasion de sa visite à Farafangana pour se rendre sur les différents sites d’interventions du PNUD incluant la Clinique Juridique. Il y a eu des échanges avec les communautés vulnérables ayant bénéficié des activités de lutte contre la pauvreté du PNUD, mises en place depuis 2011 dans la Région Atsimo-Atsinanana avec le Ministère de l’Economie et du Plan. Il s’agit principalement de la mise en œuvre du système « argent contre travail », du développement des filières de cultures maraîchères et apicoles ainsi que de la création des Groupes Villageois d’Entraide Communautaires (GVEC).

Recueillis par Navalona R.

Midi Madagasikara21 partages

Environnement : Le Programme « Beam Paulownia Development » pour la lutte contre la déforestation

A droite, Lalaina Razanatefy, general manager de « Beam Paulownia Development », lors de la célébration de la JME à Itasy. (Photo Anastase)

A l’allure où évoluent les destructions des forêts à Madagascar, les conséquences seront incommensurables, non seulement sur l’aspect environnemental, mais également socio-économique du pays. Bref, la filière bois se trouve menacée. Face à ces menaces, il est grand temps de réagir, s’indigne Lalaina Razanatefy, general manager au sein du programme « Beam Paulownia Development ». C’était lors de la célébration de la journée mondiale de l’Environnement qui s’était tenue tout récemment dans la région de l’Itasy. Comme l’a expliqué Lalaina Razanatefy « Beam Paulownia Development » est un programme conçu pour faire face à la lutte contre la déforestation à travers la vulgarisation de variété d’arbre « paulownia » à croissance rapide à l’échelon national. Toujours selon Lalaina Razanatefy, au bout de cinq ans le paulownia est déjà exploitable et peut même très bien servir de bois d’œuvre.

Mise en oeuvre

Pour sa mise en œuvre « Beam Paulownia Development » entend tout d’abord jouer le rôle de régulateur dans la promotion de la filière et de collaborer avec l’Etat qui se doit de jouer un rôle de facilitateur. Le programme travaille avec un laboratoire pour la production et l’approvisionnement des jeunes plants de « paulownia » aux producteurs. Des appuis du programme seront aussi octroyés aux producteurs pour l’accès aux fonciers et aux microfinances en partenariat avec ces entités. Il est bien évident que, pour permettre une couverture nationale, « Beam Paulownia Development » s’engage à acheter la production auprès des producteurs.

D’autre part, le programme est aussi disposé à collaborer au sein de toutes les institutions de l’Etat, des collectivités territoriales décentralisées dans la réalisation parfaite du programme de reboisement, pour des résultats concrets. Les résultats attendus de ce programme sont bien évidemment, la restauration des forêts, la préservation de l’environnement et l’augmentation des activités génératrices de revenus des paysans, voire l’exportation des bois.

Anastase

Midi Madagasikara18 partages

Chronique de Mickey : Allons enfants de la patrie /Marchons, marchons ! A reculons !

« Demain, vous serez de nouveau un État, comme vous l’étiez quand le Palais de vos Rois était habité, mais vous serez des hommes qui, en toute indépendance, se seront unis à d’autres hommes pour le meilleur et pour le pire. » C’est en ces termes que de sa voix chevrotante et en pointant le Palais de la Reine que le Général de Gaulle, le 22 août 1958 s’adressa à la foule massée à Mahamasina. Et le 14 octobre de la même année est née la Première République Malgache.

Au début de son discours il n’a pas manqué de louanges pour ce pays : « Je salue Madagascar, terre en plein essor, remplie de ressources qu’à juste titre les hommes d’ici veulent faire jaillir et développer ». C’est ainsi que ce grand homme dont l’aura et la grandeur de sa vision sont parvenus jusqu’au petit peuple, a galvanisé tout un pays. 59 ans après, ces propos nous donnent matière à réflexion. Qu’avons-nous fait de cette terre bénie des Dieux ? Qui est responsable de notre descente aux enfers au point d’être parmi le pays classé parmi les plus pauvres du monde ?

Dans sa vision le même De Gaulle s’est préoccupé, non sans intérêt pour la France : « Madagascar, terre avancée dans cet Océan Indien qui est le chemin de l’Asie vers l’Afrique, ce qui fait que votre île est, en permanence et aujourd’hui surtout, exposée, et peut, d’un jour à l’autre, se trouver gravement menacée. » A la croisée des enjeux commerciaux et politiques des continents (Afrique, dernier rempart de l’Occident ?), quel chef d’Etat malgache n’a pas eu conscience de cette position stratégique qui est à la fois une menace, mais aussi une opportunité mais, hélas, que nous n’avons pas su saisir. Hier, base militaire française puis tour de garde américaine (NASA), puis relais soviétique. De quoi sera-t-il fait demain ? Un poste avancé de la Chine ? Qui sait ?

59 ans après ce discours historique, le bilan de la situation économique et sociale est bien critique. Toujours est- il que l’actuel Président malgache a été convoqué le lendemain de la célébration de l’indépendance par son jeune homologue français pour être tancé sur sa politique sécuritaire. Interpellé sur le cas des sujets français, anciens auxiliaires de l’économie de traite de l’ère coloniale (lire L’Economie malgache de René Gendarme), il est prié d’accepter l’assistance d’un juge français dans la résolution de ces cas de kidnappings à répétition. Signe que l’on doute même dans l’exercice de nos fonctions régaliennes de justice et de sécurité pourtant bases de notre souveraineté.

« Pleure ô mon pays bien aimé » a écrit l’écrivain Sud-africain Alan Paton en constatant les vices de l’Apartheid. Et nous et nous ? Marchons à reculons, il y a plus qu’à pleurer.

M.Ranarivao

Midi Madagasikara17 partages

Filière avicole : 15 200 volailles distribuées par Ambatovy à Atsinanana

Des paysans bénéficiaires de l’appui d’Ambatovy.

Le projet Ambatovy soutient le développement de la filière avicole dans la région Atsinanana étant donné qu’il s’agit d’une filière porteuse générant des sources de revenus et des emplois directs et indirects aux ménages bénéficiaires tout en contribuant au développement de l’économie locale. Depuis 2014 jusqu’à maintenant, 15 200 volailles ont été distribuées par la compagnie minière au profit des 350 ménages localisés dans sa zone d’intervention à Atsinanana. Il s’agit notamment des poussins de chair et de race locale, des coquelets, des poules pondeuses et des canards. L’objectif consiste à améliorer les conditions de vie de ces ménages bénéficiaires. Et tout récemment, 4 000 poussins viennent d’être remis à une quarantaine de ménages résidant aux alentours du parc à résidu du projet Ambatovy à Toamasina II. Toutes ces actions entrent dans le cadre de la mise en œuvre du projet pilote d’appui aux activités génératrices de revenu d’élevage de poulet de chair.

Nouveau marché. En outre, pour appuyer la phase de démarrage, cette compagnie minière leur a donné des intrants nécessaires, y compris les encadrements techniques offerts par des techniciens spécialisés en matière de filière avicole. Chaque bénéficiaire a également été doté des matériaux locaux comme des bois et des bambous servant à construire leur poulailler ainsi que des provendes pour le démarrage de ses activités tout au long d’un cycle d’élevage. Notons que ce projet  vient s’ajouter aux autres projets de développement de la filière avicole mis en œuvre par le projet Ambatovy dans la région Atsinanana. On peut citer entre autres, le projet Harenasoa financé par le Fonds d’Investissement  Social d’Ambatovy et les deux projets AGR axés sur l’élevage de poulets de chair, de poules pondeuses, de poulets de race locale et de canards, pour les populations du village de relocalisation à Vohitrambato.  Par ailleurs, un nouveau marché d’une superficie de 4 000m² dont 2 000m² ont été couverts de structures métalliques pouvant accueillir environ 360 marchands, a été construit à Brickaville grâce au Fonds d’Investissement Social de la compagnie minière.  Ce qui permettra de faciliter l’écoulement des produits agricoles et des produits d’élevage des ménages bénéficiaires.

Navalona R.

Tia Tanindranaza16 partages

Fanovana governemantaMisy minisitra efa mihorohoro

Efa tena mafampana ny resaka any an-dapa any amin’izao fotoana izao noho ny fivoahan’ny resaka amin’ny hanoloana ny mpikamban’ny goverenemanta.

Toky R

 

L'express de Madagascar14 partages

Ampitatafika – Carambolage de trois voitures

Un accident s’est produit,  samedi vers 20h30à Ampitatafika. Une 2CV, en provenance de Fenoarivo et rejoignant la capitale, a été percutée par une autre venant à sa rencontre. D’après les explications des victimes, deux véhicules se sont apparemment lancés dans une course folle depuis Ampitatafika.« L’un d’eux a doublé l’autre au moment où j’ai voulu également dépasser la voiture qui se trouvait devant nous», explique le conducteur, une fois arrivé  au HJRA. Les trois voitures sont alors entrées en collision. La 2CV a subi de plein fouet le choc du véhicule qui a dépassé avant d’être heurtée par l’autre. Après la collision, , les deux voitures tamponneuses ont disparu .

Mirana Ihariliva

Midi Madagasikara14 partages

Ankazoabo Atsimo : Kamiô voatafika, olona iray maty voatifitra, 44 tapitrisa ariary lasa

Fiarabe roa, nitondra entana sy olona, handeha hizotra ho any Toliara no lasibatry ny asan-jiolahy teo amin’ny sampanan’i Berenty, distrika Ankazoabo Atsimo ny faran’ny herinandro lasa teo. Vokany olona iray maty voatifitr’ireo malaso ary vola mitentina eo amin’ny 40 tapitrisa ariary eo ho eo no lasan’ireo olon-dratsy. Tokony ho tamin’ny folo ora sy sasany alina tany ho any no nitrangan’ity fanafihana ity. Nirongo basim-borona ireo andian-jiolahy tamin’io fotoana io ary efa nitampify sy niandry izay fandalovan’ireto kamiô ireto fotsiny. Vantany vao nipoitra ny iray, avy hatrany dia norarafan’izy ireo ny bala. Na teo aza anefa izany dia niezaka ny niala ity fandrika ity ilay mpamily ary dia tafatsoaka ihany. Saingy nisy olona iray tao anatiny no niantefan’ny bala ary maty tsy tra-drano. Sendra ny sampoka ara-teknika kosa ny mpamilin’ilay fiarabe faharoa satria dia « calé » teo am-pitsoahana izy ary dia noraisin’ireo jiolahy mora foana. Tapitra voaroba avokoa ireo mpandeha rehetra tao anatiny, izay nampidinin’izy ireo tsirairay. Ary saika lasa avokoa ireo entana sarobidy rehetra, niampy vola 44 tapitrisa ariary. Ny somary nahavariana tamin’ny fihetsik’ireo malaso dia vehivavy iray nitaiza sy nilaza fa tsy nanam-bola no mbola manana zanaka marary no nomen’izy ireo vola 20.000 ariary. Taorian’ity fanafihana ity dia zandary maro avy Ankazoabo Atsimo, niaraka tamina zandary avy any Toliara sy Sakaraha no nalefa any an-toerana hanao ny fanadihadiana sy hikaroka ireto olon-dratsy ireto.

m.L

Madagascar Tribune13 partages

Les USA sont toujours prêts à aider Madagascar

La cérémonie de célébration des 241 ans d’indépendance des Etats-Unis d’Amérique s’est déroulée à la Résidence de l’ambassadeur américain à Ambaranjana en présence de nombreuses personnalités (voir le diaporama) et du ministre de la Défense nationale qui a représenté le gouvernement malgache. Dans son discours l’ambassadeur Robert Yamate a noté la disponibilité comme toujours des Etats-Unis à aider Madagascar à instaurer la démocratie qui est en cours. Mais il a surtout fait comprendre certaines recommandations par rapport aux élections : des élections libres, transparentes et sans exclusion. Quelques soient les divergences de vue et d’opinion, la transparence du processus est impérative et aux électeurs de s’exprimer et de choisir, a-t-il insisté. Et il a cité en exemple les dernières élections américaines qui ont porté le candidat Donald Trump à la magistrature suprême des Etats-Unis.

Midi Madagasikara13 partages

Fantsy line session : Place à la 9e édition

Plus que quelques jours à patienter et les amateurs de Hip Hop pourront assister à cet évènement inédit mettant un rappeur face à un autre. Le 9 juillet, Gasy Ploit met en scène la 9e édition du « fantsy » line session. L’évènement se tiendra au Gasy’ploit studio, à Androhibe. Les règles de l’évènement ? Ils n’ont pas changé. Pas d’injures, de gros mots et encore moins de gestuels agressifs, entre autres le doigt d’honneur. Pour le reste, les candidats peuvent sortir ce qui leur passe par la tête. Tant qu’ils sont convaincus que ce qu’ils disent pourraient mettre le public et le jury de leur côté. Les amateurs de rap pourront donc apprécier le talent de ces artistes en herbe. Tous ceux qui se rendront à Androhibe Studio verront se succéder les prochaines stars de Gasy ploit. Le public pourra pencher pour le candidat qui l’aura convaincu. Pour plus de fun, les organisateurs ont consacré une partie « live ».Mahetsaka

News Mada11 partages

Mgr Tsarahazana Desiré : «Manjaka ny kolikoly sy tsy fandriampahalemana »

 Nitondra ny heviny manoloana ny raharaham-pirenena ny filohan’ny Fivondronamben’ny eveka (Fem), ny Mgr Tsarahazana Desiré, ny herinandro teo, tao Toamasina. Nambarany fa maro ny olona very hevitra amin’ izao fotoana izao.

 

Tsy mahafantatra intsony ny lalana tokony halehany ny vahoaka, araka ny fanamafisany. Noraisiny ho ohatra ny any Masomeloka satria efa tsy matory an-trano intsony ny raim-pianakaviana nanomboka tamin’ny volana janoary ka hatramin’ izao. Miambina ny vokatra lavanila. “Vokany, na ny mpiambina no maty na ny mpangalatra. Mifamono ny samy malagasy. Manjaka tanteraka ny tsy fandriampahalemana any an-toerana, tsy matoky ny zandary ny mponina fa hanjakan’ny kolikoly ihany koa ny fitandroana filaminana ka mahatonga tsy fifankahazoana eo amin’ny ben’ny Tanàna solontenan’ny vahoaka sy ny mpitandro filaminana, zary toa lasa hery an-damosin’ny fahavalon’ny fiaraha-monina”, hoy izy tao amin’ny St Joseph, Ampasimazava, ny herinandro teo. Nandray sy nihaona manokana amin’ireo mpanao gazety katolika (Ekar) any an-toerana ity filohan’ny Fivondronamben’ny eveka ity tamin’io fotoana io.

Manana adidy ny mpanao gazety

Notanisainy sy novelabelariny tamin’izany ny  tsy fandriampahalemana sy tsy filaminana mahazo ny vahoaka. Eo koa ny kolikoly, anisan’ny mahatonga ny fahantran’ny vahoaka amin’izao fotoana izao. Nohamafisin’ny fanambarana fa ny mpanao gazety sisa azon’ny fiangonana hametrahana andraikitra ho mpamolavola  ny toetsain’ny tsirairay eo anivon’ny fiaraha-monina. “ Mba hamakafaka ara-drariny ny zava-misy eo aminy sy hitiavany ny mpiara-belona aminy, hanarenana ny  firenena sy ny isam-batan’olona hitia an’Andriamanitra, araka ny lalàn’ny fiangonana”, hoy ihany izy. Nitohy tamin’ny fanomezana toromarika ireo mpanao gazety eo anivon’ny Ekar ny fihaonana ary nifanakalozana hevitra manoloana izany anjara biriky ho an’ny mpanao gazety katolika ho fanarenana ny firenena efa latsaka an-kady izany. Tsiahivina fa mbola hitarina amin’ny mpanao gazety avy amin’ny finoana hafa ny fihaonana sy dinidinika tahaka izao.

Sajo

L'express de Madagascar9 partages

Bande dessinée – Ra-Lery raccroche son crayon

Une personnalité de la scène artistique également, apprécié par ses pairs pour son humilité et sa simplicité. Jean Marcel Randriamaherisoamanitrarivo dit Ra-Lery nous a aussi quittés subitement dans la soirée d’hier. Dessinateur, bédéiste et caricaturistes de presse à l’humour taquin et cocasse à la fois, Ra-Lery amusait aussi bien qu’il divertissait les fidèles lecteurs du quotidien Ao Raha dans sa page 5, depuis plusieurs années.

Toujours un sourire au coin, arborant une casquette qui cache à peine sa queue de cheval, Ra-Lery respirait la bonne humeur. À 48 ans, ce dessinateur chaleureux laisse orphelin toute une génération de passionnés du 9e art derrière lui. Ra-Lery égayera pour une dernière fois les pages de Ao Raha tout au long de cette semaine, à travers ses derniers sketchs en bande dessinée qui sont ainsi à découvrir. Le temps d’un long week-end de tristesse et de deuil, la scène artistique et culturelle lui rend hommage.

Andry Patrick Rakotondrazaka

Midi Madagasikara9 partages

Rock : Rheg fait un tabac au Dôme !

Rheg a fait un tabac au Dôme rta.

Ambiance, rythme endiablé, communion avec le public… et beaucoup de surprises ! Rheg, samedi dernier, a signé un grand succès avec son dernier album« Emmorheg ». Avec le groupe, on ne pouvait s’attendre à moins.« Nous sommes prêts depuis des mois. On attend avec impatience de retrouver les amateurs de métal et de son lourd pour enfin nous lâcher et leur montrer de quel bois on se chauffe », affirmait Rega il y a quelques semaines. Samedi, le moment était donc venu pour le chanteur de retrouver son public. Il a tout donné. Le groupe s’est tout simplement surpassé. Rega et sa troupe en ont encore sous la pédale. Le « frontman » n’a absolument rien perdu de sa puissance vocale et de sa fougue avec les années. Bien qu’ils soient « nouveaux », les musiciens se montrent quant à eux hyper à l’aise et affutés. Rega et ses amis se retireront en mettant tout le monde d’accord avec le fiévreux « Emmorheg » dans une ambiance assez survoltée. Les fans des débuts n’auront pas été dépaysés avec cette excellente performance délivrée au Dôme rta Ankorondrano.Réalités brûlantes. Dans un registre thrash métal, « Emmorheg », l’album a mis en avant des réalités brûlantes comme la justice populaire et les sectes. Certains titres s’adressent effectivement aux charlatans sectaires qui sèment le trouble avec leur prophétie gratuite. Ceux qui ont connu et suivi Rheg depuis ses débuts ont cependant pu retrouver des titres plutôt romantiques, à l’instar de ‘Rivotra’, ‘Ho anao’ et ‘Beby’, des chansons d’amour enveloppées dans des riffs et contre temps propre au thrash métal. « Fitsaram-bahoaka », « Skype », « Mandoro », « Réconciliation nationale », « Mozika », « En avant », « Secte », « Kamikaze », « Piqueteurs »… Tous les titres, sans oublier « Emmorheg » ont tenu toutes ses promesses. Pour ceux qui n’ont pu être de ces retrouvailles au Dôme rta, Rheg prévoit de tenir très prochainement un live avec Martz et Egraygor. Il se penchera ensuite sur le traditionnel « november rock » qui touche cette année à sa sixième édition.Mahetsaka

Midi Madagasikara9 partages

Basket-ball : Sortie de 19 entraîneurs Niveau 1

Du 01 mai au 17 juin, après une formation de 104 heures dont 50h de pratique, 40h de théorie, 8h d’évaluation et 6h de T.D, avec l’instructeur FIBA Afrique, Solofohery Angelot Raeafiarivony, 19 stagiaires ont reçu samedi, à la maison du basketball 67ha leurs diplômes d’entraîneurs Niveau 1. Une initiative louable pour pouvoir développer au mieux cette discipline à Madagascar. Car plus le cercle des techniciens s’agrandit, plus il y aura plus d’opportunités offertes à toute la jeunesse malgache férue de la balle orange. En attendant de voir ces entraîneurs à l’œuvre, nous vous livrons leurs noms et leur classement à l’issue de ce stage rondement mené par un technicien de haut niveau malgache : 1er ANDRIANIRINAMANGA Ando Tsiresy2e TAHINDRAZA Romarick3e FENOARISOA Judith3ex RAZAFIMAMPIANDRISOA Fitsangana Jean Horthen3ex NANDRIANINJATOVO Hasintsoa Mario3ex RAVELONIRINA Angelo3ex RAKOTOMALALA Andriniaina Franck3ex RANDRIAMAVO Jacques René9e NJATONIRAINY Jean Diano10e BRUNO Ratsitokana11e RAZAFINDRADRIAMIALISOA Faniry Niaina William12ex FAMELSON Jean Chanson12ex RATSITOKANA Richardin12ex RATSIMANDRAVA Joma Robert12ex RANDRIANILANDY Annick Dieu Donné16e RANDRIAMASIMANANA Herisoa Andry17e ANDRIANANTENAINA Jean Félix18e RANDRIANANTOANINA Tahiriarivony FanomezantsoaEst admis en coach mini basketRAKOTONOELY.

Clément RABARY

L'express de Madagascar8 partages

Impôts – Les prévisions de recettes dépassées

Les efforts entrepris par la direction générale des impôts a porté leurs fruits. Restaurer la confiance des usagers reste pourtant un grand défi.

Une belle performance. Selon les données actuellement disponibles, les réalisations de janvier à fin mai 2017 dépassent les prévisions, avec un taux de 102,7%. Selon les chiffres annoncés par la direction générale des impôts (DGI), celles-ci ont atteint les 871 milliards ariary. « Nous avons entrepris des mesures pour assurer un meilleur recouvrement. Celles-ci passent par une meilleure communication et la transparence dans les contrôles fiscaux », a déclaré Iouri Garisse Razafindrakoto, directeur général des impôts, vendredi, à Ivato.Depuis cette année, la DGI s’est penchée sur l’amélioration du contrôle fiscal. Des séries d’ateliers ont été organisées dans ce sens pour les agents du fisc et, récemment, entre le fisc et  les représentants des groupements économiques, des bailleurs de fonds, des professions libérales, des consommateurs, de la société civile. « Certaines déclarations sont mal établies. D’autres comportent de fausses informations avec une intention de fraude. C’est pour cela que les contrôles sont impératifs. Le contrôle fiscal doit être professionnel, transparent et respectant les règles de la déontologie », a expliqué le patron du fisc.

ContrôlesComme l’année dernière donc, les recettes fiscales de cette année dépassent les prévisions. Plusieurs mesures et efforts ont été entrepris pour atteindre cet objectif, d’après le directeur de la Recherche et du Contrôle fiscal, Marc Randria­mamorisoa.  Madagascar compte environ deux mille contrôleurs fiscaux. Selon la DGI, l’objectif est de faire baisser progressivement les taux d’imposition, et d’accroître le nombre de contribuables qui s’acquittent convenablement de leurs obligations fiscales.L’atelier de vendredi au CCI Ivato a été assisté par les représentants des groupements économiques, des bailleurs de fonds, des professions libérales, des consommateurs, de la société civile, ainsi que des autres parties prenantes dans le système fiscal malgache. Un système qui est aujourd’hui simplifié autant que possible, pour faciliter la contribution des acteurs de l’économie, selon le directeur général des Impôts, Iouri Garisse Razafindrakoto. Cinq commissions ont été constituées lors de l’atelier avec cinq thèmes discutés dont les contrôles fiscaux et la concurrence déloyale, les contrôles fiscaux et les réglementations, le civisme fiscal, et l’amélioration des relations avec les contribuables. Pour la DGI, ces contrôles devraient améliorer le taux de pression fiscale de Madagascar, avec des recettes qui ne représentent encore que près de 11% du Produit intérieur brut (PIB), contre un taux allant au-delà des 25%, pour les autres pays d’Afrique. La confiance entre le fisc et les contribuables devrait également améliorer cette situation. C’est la raison des ateliers organisés par l’administration fiscale, et financés par la Banque Mondiale à travers le Projet d’Appui à la Performance du Secteur Privé ou PAPSP

Lova Rafidiarisoa

L'express de Madagascar6 partages

Run – Première victoire pour Andry Casp

Quand on parle de la catégorie Run, les Volkswagen font la loi. Ce fut le cas une nouvelle fois, hier, sur la piste de la Batac à Arivonimamo, lors de la cinquième manche du championnat de Madagascar de run voitures sur 400 mètres. En finale, l’on a retrouvé deux Golf MK1. D’un côté, Andry Casp Razafimbelo avec la VR6 Mad Rabbit, et de l’autre, Andriniaina Randria­manantsoa, sur une VR6 pick-up. La victoire est revenue à Andry Casp, qui a ainsi signé son premier succès. Il a notamment réalisé un meilleur envol, prenant ainsi immédiatement un avantage conséquent dès les premiers mètres, pour garder cet écart jusqu’à la ligne d’arrivée.Auparavant, on a déjà assisté à un duel entre VR6, soit la MK1 d’Andriniaina et la MK3 de Jimmy Andrianomena. Comme quoi, les machines allemandes dominent largement cette catégorie, puisqu’elles étaient donc trois dans le dernier carré, avec l’autre demi-finale entre Andry Casp sur MK1 et Tiann Rahary sur Renault Clio. Et encore, Fred Andriamaharo et sa surpuissante Gold Cox n’était pas de la partie, hier.Du côté de la catégorie Prorun, le suspense n’a pas duré longtemps, une fois de plus. Comme lors de la dernière course en date, Jaona « Elite » Randriarimalala a jeté l’éponge prématurément. Sa Smart Dragster a de nouveau été victime d’un pépin, après le premier passage des essais chronos. Ce qui a laissé le champ libre à Jean de Dieu Rafanomezantsoa alias Vazaha avec sa Mitsubishi Lancer Evolution IX.Après avoir éliminé Herizo Boarlaza dit Bobo Jr sur Ford Mustang en demi-finale, Vazaha a roulé tout seul en finale. Il devait affronter Richad Fidahoussen, mais la Ford Sierra Cosworth de celui-ci a subi une panne et il n’est plus remonté en piste. Il s’agit de la troisième victoire consécutive de Vazaha. À ce rythme, le triple-champion de Madagascar en titre se dirige tout droit vers une quatrième consécration consécutive, sachant qu’il ne reste plus que deux échéances pour cet exercice 2017, fixées pour le mois d’octobre et le mois de décembre.

H.L.R.

Orange Madagascar5 partages

Mission commerciale et économique au Canada

La Chambre de Commerce et de Coopération Canada-Madagascar (CanCham), organisera une mission économique et commerciale du 21 au 28 octobre 2017.

Après avoir accueilli tout le Canada diplomatique à Madagascar lors du XVIème Sommet de la Francophonie (Gouvernements Fédéral, Ontario, Québec et Nouveau-Brunswick), ce sera le monde économique canadien qui s’ouvre aux entreprises de Madagascar. Cette première mission économique et commerciale sera organisée en partenariat avec l’Economic Development Board of Madagascar (EDBM) et l’Ambassade de Madagascar au Canada.

Au même titre que l’AGOA, Madagascar bénéficie de la politique « Initiative d’accès au Marché » pour le Canada. Cette politique vise les pays les moins avancés (PMA) afin de stimuler et promouvoir la croissance économique. Cette politique assure donc une entrée en franchise et hors quota sur le marché canadien pour les produits exportés des pays les moins avancés (à l’exception des produits avicoles, laitiers et d’œufs).

Afin d’ouvrir les portes d’opportunités aux secteurs privés malgaches, la CanCham propose 8 jours de missions pour rencontrer et nouer des relations d’affaires avec des acteurs économiques dans 2 provinces : le Québec et l’Ontario. Plus spécifiquement : Montréal, Ville de Québec, Trois-Rivières et Ottawa.

Le rôle de la CanCham sera de proposer aux participants une mission commerciale clé en main afin de les soutenir à développer de nouveaux marchés sur le Canada

Les mises en relation débuteront avant la mission afin de maximiser les résultats des rencontres fructueuses au Canada.

Les cibles pour cette mission sont les entreprises avec des produits prêts à l’exportation, les entreprises exportatrices qui cherchent à développer les marchés nord-américains et les entreprises de services, d’externalisation ou manufacturières à la recherche de nouveaux partenaires et de débouchés.

En 2016, le marché canadien représentait à lui seul presque 580 milliards de dollars canadiens. Les Canadiens consomment 172% plus de produits importés que leurs voisins Américains des États-Unis.

Ainsi, sur le marché canadien, Madagascar peut se positionner comme fournisseur de choix sur certaines tendances de consommation, tels que les produits ethniques, produits alimentaires de spécialités et la santé/bien-être.

A noter que les exportations de Madagascar vers le Canada ont représenté 79 millions de dollars canadiens et les importations depuis le Canada ont représenté environ 12 millions de dollars canadiens, soit 3% des importations canadiennes venant du continent africain.

D’autre part, le Canada est composé de près de 10 millions de francophiles. Ceci représente donc un marché considérable pour les services d’externalisation et d’impartition francophone de Madagascar, tant au niveau des centres d’appel, que les centres de traitement de données et de développement informatique que dans le textile. Ceci ne sont que quelques exemples des partenariats à fort potentiel.

L'express de Madagascar5 partages

Normalisation – Double certification ISO pour le groupe Viseo

La société Continental-Auto et la société HavaMad, deux entreprises appartenant au groupe Viseo, viennent de recevoir respectivement les certifications ISO 9001 et ISO 22000, vendredi soir. C’est aux termes de près d’un an de mise en place ainsi que de deux jours d’audit que les deux sociétés ont pu prétendre à ces certifications.Continental-Auto a ainsi, durant cette période, consolidé ses acquis en management qualité pour le service après-vente pour prétendre être aux normes de l’ISO 9001. « La préparation de l’entreprise, en vue d’atteindre ces normes, aura été un défi majeur pour toute l’équipe. Il a fallu imposer la qualité comme étant un état d’esprit et perpétuer cette vision au-delà de cette certification », souligne Sata Rama­natsoa directeur qualité.Il en a été de même de la société HavaMad qui a reçu une certification ISO 22000  en système de management de la sécurité des denrées alimentaires, dont l’activité principale se concentre sur la transformation de fruits en valorisant la qualité des produits malgaches à l’international. « Les deux sociétés ont fourni l’effort nécessaire afin de se conformer à ces normes internationales, mais il est à préciser que ces certifications constituent le franchissement d’une étape et non une finalité en soi », conclut Daniel Julie, Regional Business Manager de la Société Générale de Surveillance (SGS) qui a attribué ces ISO 9001 et 22000. Dans cette même étape de normalisation, les sociétés Ocean Trade et Izyrent, toutes deux appartenant au groupe VIseo, effectuent les démarches nécessaires afin d’obtenir cette reconnaissance internationale.

Harilalaina Rakotobe

News Mada4 partages

Rugby : RCTS/Pachamama se sent en danger

Le monde de l’ovale ne tourne pas rond à Soavimasoandro après un litige entre des responsables étatiques et les têtes pensantes au sein du club RCTS et l’association Pachamama.

Une manifestation a eu lieu samedi dernier sur le terrain de Soavimasoandro. L’objet du litige entre les deux camps, selon les dires de la population locale, est que des esprits malveillants se seraient accaparés le terrain de deux hectares appartenant à l’association où les enfants de ce quartier suivent un entraînement. Un huissier aurait débarqué sur le terrain le 15 juin dernier et a tout de suite procédé  à la clôture du terrain sans crier gare. «Nous avons remblayé un champ de marécage pour en faire un terrain de rugby après avoir eu l’autorisation de la CUA, au nom de l’association en 2013. Et ce, du  temps de l’ancien PDS Hery Rafalimanana», a déclaré Tokiniaina Avotra Andriamanarivo, président du club RCTS et partenaire de l’association Pachamama.

L’on sait que le terrain sert également de campement pour les sinistrés en cas de catastrophe naturelle. Une demande a déjà été envoyée auprès de la direction générale des services fonciers mais les responsables de l’association n’ont pas eu de réponse favorable de la part de cette dernière. «C’est un vrai gâchis. Nous ne voulons pas nous opposer à l’Etat, mais il ne faut pas toucher aux infrastructures que nous avons fondées. C’est un centre d’éducation pour les jeunes. Prochainement,  nous avons envisagé de fonder une dispensaire pour toute la population de Imamba sur ce terrain», a déploré Tokiniaina Avotra Andriamanarivo.

Rojo N.

 

La Vérité4 partages

Soamahamanina - Les habitants contredisent Rajaonarimampianina

« Les mouvements que nous avons menés sont apolitiques et ne sont pas dirigés par des politiciens. L’affirmation selon laquelle la majorité de la population locale demande le retour de ce projet est erronée. Seule une poignée de personnes, 1% tout au plus de la population locale revendique ce retour.  Nous invitons par ailleurs le chef de l’Etat à effectuer une descente sur place, à réunir la population qui est pour le projet et celle qui est contre, et ne pas écouter un seul son de cloche. Nous tenons également à faire remarquer que dès l’arrêt de l’exploitation aurifère, les travaux entrepris dans le cadre du Sommet de la Francophonie ont également cessé. Cela veut tout dire », a déclaré hier le porte-parole des habitants de Soamahamanina, au cours d’une conférence de presse à Ampefiloha.

Des propos qui sonnent comme une réponse directe au chef d’Etat malgache, Hery Rajaonarimampianina qui, dans son « Rendez-vous – Fotoambita » numéro 6 consacré aux relations de bilatérales entre la Grande île et la République populaire de la Chine, avait critiqué le mouvement des résidents de Soamahamanina. Ce faisant l’avocat du diable, le chef de l’Etat avait indiqué que « des politiques étaient derrière le mouvement ». Pour le locataire d’Iavoloha, la population locale n’aspirerait en effet qu’à l’implantation de projets de cette envergure qui sont générateurs d’emplois pour les jeunes et ceux de revenus pour la localité. Reprise … des hostilitésEn outre, Hery Rajaonarimampianina d’indiquer également qu’il n’y avait aucune contrepartie à l’implantation des Chinois « mises à part les retombées pour la Commune et la Région ainsi que les caisses de l’Etat ». Et lui de démentir également à  cette occasion toute déclaration selon laquelle l’or de Soamahamanina est une contrepartie de la construction de route durant la Francophonie. « Tous les partenariats et relations internationales sont faits dans la plus grande transparence », avait-il tenté de défendre, ne fermant pas la porte à un retour de la firme chinoise qui voulait s’implanter dans cette localité. En tout cas, les habitants de Soamahamanina ont été clairs hier pour refuser et condamner « toute idée d’un retour de l’exploitation à Soamahamanina et partout ailleurs dans la Région Itasy, et cela peu importe la nationalité du porteur du projet, qu’il soit Malgache ou Chinois ». Les résidents locaux continuent d’ailleurs de réclamer l’annulation des permis octroyés dans la région ainsi que la désinstallation des campements et autres affaires restant à Soamahamanina. Une manière d’anticiper un retour du projet. En effet, des bruits courent actuellement selon lesquels le projet pourrait faire son retour incessamment. De multiples rencontres auraient eu lieu dernièrement, entre de hauts responsables étatiques et des élus locaux en vue « d’imposer » à ces derniers le retour de l’exploitation aurifère... En somme, de la même manière que le Mouvement pour la liberté d’expression et le régime Rajaonarimampianina, les hostilités entre les habitants de Soamahamanina et l’Exécutif semblent également avoir repris de plus belle. Lalaina A.

L'express de Madagascar4 partages

Moramanga – Un chef de fokontany et son épouse assassinés

Les corps ensanglantés du chef du fokontany d’Ankazon-dandy Moramanga et de son épouse ont été retrouvés gisant au fond d’un ravin, vendredi après-midi. Le constat du médecin et celui de la brigade de gendarmerie révèlent qu’ils ont succombé suite à de violents coups à la tête. Le couple roulait à moto avant qu’il ne soit attaqué. Son deux-roues a été dérobé lors du crime.La découverte macabre a eu lieu vendredi, aux alentours de 13 heures. Des traces de sang relevées sur la chaussée ont conduit des piétons jusqu’au ravin où les dépouilles ont été balancées.Le mystère est entier sur les circonstances du meurtre et le mobile est, de surcroît, des plus flous. La gendarmerie estime, néanmoins, qu’elle pourrait avoir affaire à un meurtre prémédité  du fait que le tronçon routier, théâtre de ce double homicide, est très fréquenté par des motards et que ce serait bien la première fois qu’un pareil acte s’y produit.Aucun suspect n’a encore fait l’objet d’arrestation jusqu’à hier soir.  Le chef du fokontany d’Ankazondandy avait 60 ans et sa femme 58, avant qu’ils ne tombent dans un guet-apens meurtrier entre Moramanga et Beparasy.

A.M.

L'express de Madagascar3 partages

Un immense réseau ferroviaire pour une ile-continent

Dès 1898,  la question de la création des chemins de fer occupent les conversations des Français en toute circonstance. C’est le cas lors du second dîner mensuel de l’Union coloniale et du Comité de Madagascar, le 28 janvier à l’hôtel Terminus, animé par M. Grosclaude.À cette époque, deux des nombreux projets proposés retiennent l’attention des convives. Le premier relie Toamasina à Antananarivo. Le travail accompli par les auteurs (Duportal, Vieutemps, le colonel Marmier et les commandants Goudard et Roques) est des plus complets et ne devrait plus nécessiter d’études nouvelles pour être exécuté.Le second porte sur la voie qui partira de Fianarantsoa pour rejoindre la côte Est. Et de la capitale du Betsileo, elle pourrait se prolonger au Nord jusqu’à Antananarivo. « Ce tracé d’une voie traversant le riche pays du Betsileo est très séduisant, surtout si l’on conçoit qu’il puisse être complété jusqu’à la capitale, d’où se détachera un embranchement allant vers la côte Ouest. »Complétant cette conception, M. Grosclaude parle d’une voie qui relierait ce réseau à Antsiranana, « la tête de ce grand organisme qu’est Madagascar ».Si le réseau de l’Est est jugé prioritaire, la possibilité d’atteindre la côte Ouest mérite néanmoins d’être étudiée, le littoral n’étant séparé de l’Afrique du Sud que par le canal de Mozambique. Ceci est d’autant plus intéressant que l’Afrique du Sud est « un immense territoire de consommation » et des rapports commerciaux s’établiront inévitablement tôt ou tard entre le continent et la Grande ile. Relations qui existent déjà à travers « les boutres qui, au hasard des razzias des chefs sakalava, venaient s’approvisionner à la côte malgache ».Grosclaude entre ensuite dans le domaine pratique en abordant les deux propositions de réalisation du projet. La première est la méthode américaine: elle comporte une option aux termes de laquelle si, après études, on passe à l’exécution, le capital recevra comme rémunération des concessions territoriales de très grande étendue. Mais l’orateur n’en cache pas les inconvénients: aucune certitude d’exécution et, dans le cas où le contrat aurait une suite, immobilisation entre les mains de la compagnie concessionnaire d’imenses territoires de son choix. Ce qui ne laissera presque plus rien aux colons.La seconde proposition est basée sur une garantie d’intérêts accordée par la Métropole au capital engagé. Cependant, le terme « garantie d’intérêt » soulève des objections, car « on a pu craindre que le Parlement répugnât à assumer la responsabilité d’une garantie supportée par le budget métropolitain ». Mais les auteurs de la proposition accepteraient une« simple garantie de trafic».Quant au commandant Roques, il intervient pour soumettre des observations sur les conditions  techniques d’établissement des chemins de fer.Quatre éléments principaux sont à prendre en compte dans la construction de toute voie ferrée. À commencer par la constitution minéralogique des terrains que traverse le tracé. Selon que ces terrains opposeront à l’outil une plus ou moins grande résistance, selon que les remblais qu’ils fourniront ou que les tranchées qui y seront creusées seront plus ou moins faciles à consolider ou à entretenir, les travaux de terrassement seront plus ou moins coûteux.Vient ensuite la configuration topographique des régions dans lesquelles se développera la ligne projetée. C’est de cet élément que dépendront le cube des terrassements et le nombre ainsi que l’importance des ouvrages d’art.Enfin, il y a la différence de niveau à franchir et la distance à parcourir.Ainsi, étant donné la configuration générale et la constitution géologique de Madagascar,« quel que soit le point de la côte d’où l’on partira pour atteindre le plateau central, quelle que soit l’ingéniosité que l’on dépensera à choisir son itinéraire, il faudra toujours, sauf dans les environs immédiats de la côte, circuler dans cette argile dont la couleur a valu à notre colonie son surnom de Terre rouge. » Enfin, quel que soit le tracé adopté, « les flancs des collines sur lesquels il cheminera, auront toujours la même raideur qui est celle des anciennes pentes rocheuses et seront coupés de ravins aussi nombreux et profonds ».

Texte : Pela Ravalitera – Photo : Archives personnelles

Madaplus.info2 partages

Remerciement de l'Association Mandresy.

Dans le cadre de leur événement du 30 juin dernier à Paris, l'Equipe de l'association Mandresy tient à remercier ses partenaires:
"L'association Mandresy remercie Maltem Consulting Group, Marie-Laure Jaomatana et toute son équipe, la Chocolaterie Robert, l'équipe Madaplus.info ainsi que tous ceux qui ont soutenu son action lors de la soirée caritative du 30 Juin 2017. L'Equipe vous dit à une prochaine fois !"




Orange Madagascar2 partages

Le Professeur Victor Harison élu a la Commission de l’Union africaine

Sur la photo : La ministre des Affaires étrangères Béatrice Atallah et le Président de la Commission de l’Union Africaine, Moussa Faki.

A l’issue d’un scrutin de trois tours, le candidat de Madagascar, Professeur Victor HARISON, avec la bénédiction du Président Hery Rajaonarimampianina, a été élu au poste de Commissaire aux Affaires économiques de l’Union Africaine (UA). Un résultat salué avec ferveur par la délégation malgache présente sur place. « Il s’agit du premier ressortissant malagasy à occuper un poste électif au sein de cet organe exécutif de cette institution depuis la création de l’Organisation de l’Unité africaine (OUA) en 1963, à laquelle a succédé l’Union Africaine (UA) en 2002 », a réagi la ministre des Affaires étrangères Béatrice Atallah. Cette dernière se trouvait en effet, depuis jeudi dernier, à la tête de la délégation qui a multiplié les lobbyings auprès de ses pairs africains sur place pour trancher en faveur de la candidature de la Grande île malgache. Ce vote constitue un événement historique qui couronne le rôle de la diplomatie politique malgache pour le rayonnement de Madagascar et au service du développement du continent.

Pour en revenir au nouveau Commissaire aux Affaires économiques de l’Union Africaine, le Professeur Victor HARISON, qui n’est autre que l’actuel Directeur Général de l’INSCAE, il aura à mettre en œuvre sa vision d’un « panafricanisme économique pour l’émergence de l’Afrique » en s’attelant à promouvoir l’intégration économique du continent, les affaires monétaires  et le développement du secteur privé, l’investissement et la mobilisation des ressources.

La Commission de l’Union Africaine est présidée actuellement par Moussa Faki, ancien ministre des Affaires étrangères du Tchad. Elle est composé de dix membres parmi lesquels un président et un vice-président. Les huit autres membres sont des Commissaires ayant chacun un portefeuille déterminé, à savoir : Paix et sécurité, affaires politiques, infrastructure et énergie, affaires sociales, développement humain, science et technologie, commerce et industrie, économie rurale et agriculture ou encore affaires économiques. Il faut signaler aussi que les membres de la Commission de l’Union africaine sont élus pour quatre ans renouvelables une seule fois.

Le 29e sommet des Chefs d’Etat de l’Union Africaine, dont le thème est « Tirer pleinement profit du dividende démographique en investissant dans la jeunesse », tablera sur plusieurs points, notamment la réforme de cette organisation. Cette reforme s’articule notamment autour de l’efficacité de l’Union Africaine, dont les points importants concerne l’autofinancement ou encore le renforcement des pouvoirs de la Commission.

News Mada1 partages

Trafic de bois de rose : 22 rondins saisis à Mananara Avaratra

Après une légère accalmie, le trafic de bois de rose tend à reprendre. A Mananara Avaratra, la gendarmerie vient de mettre la main sur un bateau à bord duquel ont été chargés 22 rondins.

Belle prise de la gendarmerie et de l’Agence portuaire maritime et fluviale (APMF). Pas plus tard que le 30 juin dernier, grâce à un renseignement fourni par l’APMF annonçant la présence d’un bateau suspect au port de Mananara Avaratra, une tentative de déplacement de 22 rondins de bois de rose a été mise au grand jour.

Sur la base de ce précieux renseignement, les gendarmes se sont dépêchés sur les lieux et aux environs de 15 h, ils ont aperçu l’embarcation qui mouillait au port. Il s’agit d’un chaland et, pour éviter les regards indiscrets, les occupants ont enlevé le nom du bateau. A la vue des gendarmes, les membres de l’équipage ont pris la fuite.

La fouille opérée par les gendarmes ont permis de découvrir les 22 rondins à bord.

Après avoir établi leur procès-verbal de constat, les gendarmes ont procédé à la saisie de l’embarcation, d’un moteur hors-bord, des rondins ainsi que des objets se trouvant à bord.

Mparany

 

La Vérité1 partages

Interdiction de manifestation - Guerre ouverte entre le Tim et le régime Hvm

Rien ne va plus. De nouvelles tensions s’installent entre le Hvm et le Tim. Alors que le parti de Marc Ravalomanana prévoyait de tenir un grand rassemblement, à l’allure de démonstration de force, au stade de Mahamasina, samedi prochain, le régime Hvm en a décidé autrement.  Au cours d’une conférence de presse au siège de la préfecture de police d’Antananarivo à Tsimbazaza hier, le général Ravelanarivo Angelo, préfet d’Antanarivo a annoncé l’annulation de l’autorisation qu’il a lui-même accordée au parti Tiako i Madagasikara.

Le lieu où devra se tenir la manifestation organisée dans le cadre du 15ème anniversaire du Tim pourra devra donc être modifié. Pourtant, les préparatifs battaient déjà leur plein du côté de l’équipe de Faravohitra. « Nous avons obtenu des renseignements fiables concernant des personnes qui préparent des actes de déstabilisation », d’après ses explications. A entendre le numéro un de la préfecture, des individus auraient prévu de s’infiltrer dans les rangs des partisans du Tim et créer des troubles par la suite. Il assure que  la décision d’interdire finalement cette manifestation à Mahamasina aurait donc été prise dans un souci de sécurité et de manière collégiale par les membres de l’Organe Mixte de Conception incluant les forces de l’ordre. Tension ravivéeUne annonce qui n’a pas tardé à susciter de vives réactions chez les fervents partisans de l’ancien président Marc Ravalomanana. Aussitôt que l’information relative à cette annulation d’autorisation a été rendue publique, les commentaires et publications des « zanak’i dada » sur le sujet ont abondé sur les réseaux sociaux. Certains reprochent au régime Hvm d’avoir peur du Tim, ce qui motiverait ce revirement de la préfecture.  D’autres vont jusqu’à soulever le fait que le « Hery Vaovao ho an’i Madagasikara » a tenu des congrès malgré l’interdiction de manifestation décrétée par le gouvernement durant le mois de juin dernier. Pour des simples observateurs, cette décision du régime ne fera qu’attiser le feu à partir d’étincelles qui couvent depuis quelque temps.Ce nouveau rebondissement ne manquera pas de raviver les tensions déjà latentes entre parti au pouvoir et celui de Marc Ravalomanana. A quelques mois de l’échéance présidentielle de 2018, les deux formations font concurrence, dans une campagne avant l’heure, à travers des tournées dans les quatre coins de l’île. D’après les informations relayées par les proches de cette formation politique, le président du groupe parlementaire du Tim, le député Félix Randriamandimbisoa persiste et signe. Il soutient que le parti ne fera pas machine arrière car l’autorisation est déjà acquise depuis le 29 juin dernier alors que de son côté, le Préfet de Tanà martèle qu’ « il n’y a pas de droit acquis en matière de gestion de maintien de l’ordre public ». Une nouvelle déclaration  cinglante de Marc Ravalomanana, en personne, ne sera d’ailleurs pas à exclure dans les prochains jours.S.R.

L'express de Madagascar1 partages

Saniz – La conservation des de vaccins compromise

La conservation des vaccins dans les zones enclavées se complique avec la pénurie de pétrole.Des réfrigérateurs solaires seront installés pour résoudre ce problème.

Les Centres de santé de base (CSB), dotés de réfrigérateurs à pétrole, sont en difficulté. Des responsables de ces CSB se plaignent du problème d’approvisionnement en pétrole, qui, selon eux, complique la conservation des vaccins. « Nous ne pouvons pas conserver des vaccins dans notre établissement. Nous devons les placer dans un CSB voisin qui a un réfrigérateur solaire. Nous les récupérons la veille du jour de vaccination. Nous sommes obligés de faire au moins une demi-journée de route pour cela», avance un infirmier d’une zone enclavée.Le député du district de Sakaraha, Roberto Tinoka, n’a pas manqué de soulever ce problème à l’Assemblée nationale de Tsimbazaza, le 19 juin, au cour de laquelle a été présenté et adopté le projet de loi sur le planning familial. « Les vaccins sont conservés dans ces réfrigérateurs à pétrole, bien qu’ils ne marchent pas. Comme les agents de santé sont obligés de faire vacciner tous les enfants du village,  ils sont contraints de les utiliser même si la condition de conservation n’a pas été respectée, faute de pétrole », lance-t-il. Dans ce cas, l’immunisation des bénéficiaires n’est plus assurée, selon un médecin.

SolaireToutefois, le Dr Dauphin Radesy, médecin chef du Centre hospitalier de référence du district (CHRD), à Ranohira confirme que ce problème ne devrait pas se poser. « Nous avons des points d’éclatement, pour les CSB des zones très enclavées. Les doses de vaccins y sont conservées et des accumulateurs de froid sont distribués, pour assurer la chaîne de froid, donc la conservation », explique-t-il.Le directeur de cabinet du ministère de la Santé publique, le professeur Willy Randriamarotia, explique cette panne par un problème de procédure. Des mesures ont déjà été prises au niveau du ministère et de ses partenaires, pour résoudre ce problème. Il s’agit du projet d’installation de réfrigérateurs solaires dans les CSB des villages sans électrification qui est effectif depuis quelques années. Depuis le lancement de ce projet, « sept cent quatre vingt réfrigérateurs solaires sont déjà installés. Ce qui représente 35% des objectifs. Nous envisageons d’équiper de ce matériel tous les CSB de Madagascar, d’ici 2019», rassure-t-il.

Miangaly Ralitera

L'express de Madagascar1 partages

Coopération – Le Canada ouvre ses portes à Madagascar

Le secteur privé est sollicité par la Chambre de commerce canadienne à investir leur marché économique. Une opportunité à saisir pour les entreprises malgaches.

Des opportunités d’affaires outre atlantique s’affichent à l’horizon pour Madagascar. La Chambre de commerce canadienne (CanCham) a présenté, vendredi, au Kudeta Anosy son projet d’organisation d’une mission économique et commerciale prévu au mois d’octobre de cette année.  Cette mission aux allures de road show aura pour principal objectif d’ouvrir les portes d’opportunités au secteur privé. De cette manière, les acteurs économiques des deux pays auront l’occasion de se rencontrer et de nouer des relations d’affaires avec le Québec et l’Ontario, provinces du Canada. Cette première mission économique et commerciale sera organisée  en partenariat avec l’Economic Development Board of Madagascar (EDBM) ainsi que les ambassades respectives des deux pays.Ainsi, c’est à l’occasion de la célébration de la journée du Canada, samedi, que la CanCham a lancé officiellement  son appel à manifestation d’intérêt à tous les opérateurs économique, malga­ches désireux de développer leurs affaires outremer. Plus précisément entre le 21 et le 28 octobre dans la ville de Montréal, le Québec, Trois-Rivières et Ottawa.

OpportunitésReprésentant  presque 580 milliards de dollars, le marché canadien peut être qualifié de considérable dans la mesure où sa population consomme 172 % de plus que leurs voisins américains en terme de produits importés. C’est dans ce contexte que Madagascar pourra s’offrir des opportunités d’ouverture en se positionnant comme fournisseur de choix sur le marché canadien.Notamment sur certaines tendances de consommation à l’image des produits ethniques, alimentaires ou encore dans le domaine de la santé et du bien-être.« Afin de motiver les opérateurs malgaches, il serait intéressant d’évoquer le fait qu’au même titre que l’AGOA pour le cas des États-Unis, le Canada offre aussi aux pays en voiede développement comme Madagascar  des initiatives d’accès au marché », souligne Haja Rasam­bainarivo, membre de la CanCham. Ce dernier conclut en expliquant que « le choix de la période du mois d’octobre est crucial dans la mesure où c’est durant ce mois que se déroulent le plus d’évènements économiques dans les provinces du Canada ». Cette mission est ouverte à tous les secteurs d’activités tel que l’agro-alimentaire, l’artisanat ou encore le tourisme.

Harilalaina Rakotobe

L'express de Madagascar1 partages

Boxe olympique – Championnat d’Afrique – Rabarisoa met le poing sur les «i»

Le président de la Fédération a rectifié quelques informations publiées dans les médias. Ce, après le retour de la délégation malgache au championnat d’Afrique du Congo Brazzaville.

Des précisions ap­por­tées. Primo, « seul le boxeur Marco Jérôme Randria­narivelo, médaillé de bronze dans la catégorie -52kg est qualifié au championnat du monde de Hambourg en Allemagne, contrairement à ce qu’a indiqué un membre de la fédération à propos des deux médaillés de bronze tous qualifiés », précise le président de la Fédération malgache de boxe olympique (FMBO), Herimamy Rabarisoa.« Je tiens à ajouter que le sommet mondial du mois d’août en Allemagne est réservé aux seuls seniors hommes. Mais nous essaierons de trouver une autre compétition internationale ou mondiale pour l’autre médaillée de bronze dans la catégorie -48kg dames, Miora Tiana Andriamiarisoa. »Secundo, le président de la FMBO a également rectifié les informations publiées concernant les trois bénéficiaires d’une bourse olympique. Ces informations ont été données par un responsable du ministère la Jeunesse et des sports, puis confirmées par le vice-président de la Fédération et chef de la délégation, à leur arrivée à l’aéroport jeudi.« Aucun athlète ne peut bénéficier d’une bourse olympique tant qu’il ou elle n’est pas encore qualifié(e). Le championnat d’Afrique de Brazzaville est qualificatif pour le championnat du monde et non aux Jeux olympiques », poursuit le numéro un de la discipline. Ces médaillés pourront plutôt bénéficier d’un stage de quelques semaines avant le mondial.

SanctionsOutre ces désinformations, le président de la FMBO considère l’accusation à l’encontre du ministère de la Jeunesse et des sports d’avoir mal assumé sa responsabilité et de n’avoir pas assuré la prise en charge de la délégation malgache, de déstabilisation de la fédération qui est en train de relancer la participation malgache à l’international. « Je vais prendre des mesures quitte à chasser du monde de la boxe ceux qui ont concocté ces déstabilisations. Et ces sanctions sont valables pour les boxeurs et les dirigeants », mentionne-t-il.Pour en revenir au tournoi de qualification aux Jeux Olympiques de Tokyo 2020, le président Herimamy Rabarisoa a déjà proposé l’organisation d’un cham­pionnat qualificatif sur le sol malgache l’année prochaine. « Le président de l’African Boxing Confederation a répondu qu’il veut bien appuyer cette proposition », confie-t-il. Dans ce cas, Madagascar pourra compléter les dix catégories à domicile.

Serge Rasanda

L'express de Madagascar1 partages

Smartphone – Le Huawei P10 débarque

Le Huawei P10 aura tout pour plaire. Le constructeur chinois est en train de rééditer le succès du P9 avec son successeur, le P10. La présentation de cette nouvelle gamme de smartphone, vendredi au café de la Gare, a mis toute la salle en émoi. Les différentes fonctionnalités embarquées et son design le placent déjà comme concurrent sérieux devant les iPhone 7 ou les Samsung Galaxy S8.  « Huawei se trouve actuellement en troisième position dans le marché des smartphones. Nous avons comme ambition d’être le numéro un mondial d’ici 2020», a déclaré Vinesh Eranah de Huawei.Le Huawei P10 est édité en plusieurs coloris, allant des couleurs classiques au doré, rose, vert, bleu. Il embarque un écran de 5,2 pouces, la taille idéale pour un smartphone selon les technophiles. Son vrai point fort reste sans doute son double objectif conçu avec Leica de deuxième génération. «Ceci évolue et utilise la reconnaissance faciale, l’étalonnage des lumières, et un embellissement naturel du portrait pour un rendu artistique éblouissant », explique-t-on. La caméra frontale capture deux fois plus de luminosité, pour des selfies exceptionnels, de jour comme de nuit.Ce nouveau smartphone sera mis en vente dans les prochains jours sur le circuit officiel de Huawei à Madagascar. D’après les responsables, le prix reste toutefois abordable en ne dépassant pas les 2 millions d’ariary.

Lova Rafidiarisoa

L'express de Madagascar1 partages

Rugby – CAB groupe B – Les Makis de Madagascar au Maroc

La délégation malgache pour la Coupe d’Afrique groupe B ou « African Silver Cup » a quitté le pays, hier. Cette joute continentale se tiendra à Casablanca, au Maroc. Quatre équipes nationales y entreront en lice pour un seul ticket, la qualification pour accéder en grou­pe A, là où l’on peut disputer la CAN ou « African Gold Cup ». Cette dernière sera qualificative pour la Coupe du monde 2019 au Japon.Dirigée par le vice-président de la Fédération malga­che, la délégation est com­posée de vingt-huit membres, dont vingt-cinq joueurs, accompagnés d’un entraîneur et un médecin. L’équipe nationale pour Casablanca est composée, en majorité, de jeunes et, pour un tiers, constitué par des expérimentés comme les frères José Rakoto Harison et Sidonie Rakotoa­risoa, ainsi que Tolotra, alias « Gana », et Zo, tous des joueurs de 3FB.Le coach national, Imboa­zafy Noé Rakotoarivelo, dit Razily, a confié le brassard de capitaine à José Rakoto Harison.« Soixante-dix-sept présélectionnés, les meilleurs des clubs du pays, ont été sollicités au début pour suivre le regroupement et passer le test, mais la plupart n’ont pas été assidus et ont abandonné en cours de route », confie Razily. « Outre le travail de vitesse pour les trois-quarts, nous avons renforcé la musculation et la condition physique pour pouvoir subir le choc des Marocains qui sont de grand gabarit », poursuit-il.Les demi-finales directes se joueront le mercredi 5 juillet au stade de Casa­blanca, avec le Botswana contre la Côte d’Ivoire en ouverture, suivie du choc entre le pays hôte et Mada­gascar. Les vainqueurs joueront le samedi 8 juillet, la finale, et les équipes vaincues, le match de classification pour la troisième place.« Personnellement, j’ai déjà rencontré trois fois les Marocains, deux en finale et une en demi-finale. Ce sera donc ma quatrième fois», signale José Rakoto Harison qui en est à sa dix-huitième année de sélection nationale.

S.R.

News Mada0 partages

Ambatovy : manohana ny fiompiana akoho amam-borona any Atsinanana

Ankoatra ny asa fitrandrahana ataony, mitsinjo ny fanatsarana ny fari-piainan’ny mponina amin’ny asa fihariany koa ny Tetikasa Ambatovy. Anisan’izany ny tetikasa fiompiana akoho amam-borona, hanohanana ny tokantrano.

Manana drafitrasa manokana, hanohanana ny fampidiram-bolan’ny mponina any amin’ny faritra iasany, toa an’Atsinanana, ny Tetikasa Ambatovy. Ny 31 mey teo, nizarana zanak’akoho 4.000 ny tokantrano miisa 40, monina manodidina ny fanatobiana ny ambin’akoran’ity orinasa ity any Vohitrambato, Toamasina.

Nanomboka ny taona 2014, nahatratra 15.200 ny zanak’akoho fakana nofo, akoho gasy, vatotr’akoho, akoho manatody lava ary gana, efa nozarain’ny Tetikasa Ambatovy, ho an’ny tokantrano maherin’ny 350 ao amin’ny faritra Atsinanana. Tanjona ny hanatsarana ny fari-piainana, indrindra ny fidiram-bolan’ny mponina. Manan-danja amin’ity orinasa ity ny seha-pihariana fiompiana akoho amam-borona, satria mamorona asa mivantana sady manampy ny fidiram-bolan’ny tsirairay.

Vatsina fitaovana sy hofanina

Hanatsara kokoa ny vokatra, manohana amin’ny lafiny teknika sy fitaovana ny Tetikasa Ambatovy ary ny akora ilain’ny mpiompy. Manofana azy ireo ny manampahaizana manokana, tohanan’ny orinasa, mba ho matihanina kokoa ny mpahazo tombontsoa. Anisan’ny fitaovana novatsina ny hazo, volobe, sns, hanamboarana trano manara-penitra. Eo koa ny sakafo vatsina mandritra ny fotoam-piompiana iray, mba ho tantsoroka iaingan’ny mpiompy.

Tafiditra ao anatin’ny tetikasa telo tohanan’Ambatovy any amin’ny faritra Atsinanana ity lalam-pihariana akoho amam-borona ity. Misy koa ny tetikasa Harenasoa, miompana amin’ny lafiny sosialy sy fotodrafitrasa.

Njaka Andriantefiarinesy

News Mada0 partages

Avy niandry ny fatin’i Tombo Daniel : nodimandry tampoka koa i Dédé Fenerive

 Maloka ny lanitry ny mpanakanto malagasy. Taorian’i Tombo Daniel, nodimandry, ny asabotsy teo koa i Dédé Fenerive, tsy zovina intsony ary anisan’ireo sangany amin’ny mpiangaly mozika kaiamba.

Nandrasana tetsy amin’ny kianjamitafon’ny Soavita ny nofo mangatsiakan’ i Tombo Daniel, ny alin’ny alakamisy sy zoma. Samy nandray anjara tamin’izany ireo mpanankato rehetra, eto Toamasina ary anisan’ireny i Dédé Fenerive. Tamin’io zoma io, nangataka tamin’ireo mpanakanto namany izy mba hanefa ny adidiny mialoha, satria mbola misy raharaham-pianakaviana hovonjeny.

Indrisy anefa! Rehefa vitan’i Dédé Fenerivo tokoa ny anjarany ka tonga tany an-tranony izy, nitsipatsipaka sy nihinjitrinjitra ary nentina tany amin’ny hopitaly be, kanefa tsy tana intsony ny ainy. Maty teo amin’ny faha 63 taony Rabemanantsoa Bertrand Régis fantatry ny maro amin’ny anarana hoe Dédé Fenerive. Fahatapahan’ny lalan-drà no voalaza fa nahafaty tampoka azy, araka ny fanadihadina natao tamin’ny zanany vavy.

« Mbola niaraka taminay ny raiko, omaly zoma. Tsingerin-taona nahaterahan’ny zanako izay zafiny io zoma io. Mbola niaraka nihinana mofomamy taminay izy. Mbola nandeha niary tory sy nihira ho an’i Tombo Daniel ihany koa izy. Tamin’ny 5 ora sy sasany maraina ny voalohan’ny volana jolay izy no nandao anay« , hoy ny zanany, Rabemanantsoa Volasoa Sandra.

Namela mananotena sy kamboty enina mianadahy i Dede Fenerive. Nanomboka nihira izy teo amin’ny faha-17 taony ary izy no artista lehiben’ny Kaiamba. Maro ireo tarika efa naoriny sy nisy azy : Volambita, Riambato, Miarema, DF Groupe, Kaiamba, Tsarajoro… Teraka tao Toamasina i Dede Fenerive, saingy lehibe tao Fenoarivo-Atsinanana. Izany no nahatonga azy nametaka anarana  Dede Fenerive. Antananarivo kosa no tena fiaviany.

Marihina fa tokony nanao “cabaret” tao Foulpointe ity mpanakanto ity, ny asabotsy teo, saingy izao nindaosin’ny fahafatesana tampoka izao.

Sajo.

 

News Mada0 partages

Tononkalo : nivoaka ny « Afo », asa soratr’i Ny Riana

Ramarolahy Marka Nirina. Tsy vaovao amin’ny sofin’ny maro izany anarana izany, raha toa ka vitsy mpahalala ihany ny Ny Riana, anarany amin’ny maha mpanakanto azy, araka ny nambaran’ny zanany vavy, Razafindrafidy Maholy Nirilala. Manoloana izany, nisy ny hetsika lehibe notanterahin’ireo taranany, tetsy amin’ny Tranombokim-pirenena etsy Anosy ny asabotsy teo, ho fampahafantarana azy.

Mpanoratra, mpamporon-kira ary poeta i Ny Riana, teraka tamin’ny taona 1947 ary nodimandry roa taona lasa izay. Nibahan-toerana tamin’ireo asa sorany ny ady ho amin’ny fitovian-jo sy ny fampanjakana ny fitiavana. Maro ny tantara nosoratany ary roa amin’izany no efa nivoaka : « Fanambadiana tonga lafatra (taona 1977) sy « Ny tsiambaratelon’ny fanambadiana » (taona 2013).

Tsy vitsy, toy izany, koa ny hira sy ny tononkalo nosoratany. « Faniriany, tamin’ny mbola fahavelony, ny hamoaka boky ahitana ireo tononkalony ireo. Tsy tontosa anefa izany… Ny hanatanteraka izany faniriany izany indrindra no tanjonay », hoy hatrany Razafindrafidy Maholy Nirilala.

Nivoaka, ny asabotsy teo, àry ny « Afo », ahitana tononkalo 64 ka nadikan’ireo zanany amin’ny teny frantsay sy anglisy ny 15 amin’ireo. Misy koa ny rakipeo ahenoana ny fiantsana ireo tononkalo ireo. Marihina fa tononkalo efa voafidin’i Ny Riana izy ireo. Mbola hitohy amin’ny famoahana boky angon-tononkalo faharoa izany.

Marihina fa noravahan’ny Feon’ny Frenjy ny fihirana ireo hira nosoratan’i Ny Riana ny fotoana, ny asabotsy teo. Teo koa ny fiantsan’ny Faribolana Sandratra ireo tononkalony.

Landy R.

 

News Mada0 partages

Voafidy ho vaomieran’ny toekarena i Harison Victor

Sambany eo amin’ny tantara ny teratany malagasy no voafidy hisahana andraikitra eo anivon’ny Fikambanamben’i Afrika (OUA), hatramin’ny niforonany ny taona 1963 sy hatramin’ny nijoroan’ny Vondrona afrikanina (UA), ny taona 2002 », hoy ny minisitry ny Raharaham-bahiny Atallah Béatrice, ny herinandro teo tany Addis Abeba. Nihodina intelo ny fifidianana ka nahalany ny talen’ny Inscae, ny Pr Harison Victor eo anivon’ny vaomieran’ny raharaha ara-toekarena eo anivon’ny UE. Nambaran’ny minisitra fa fandresen’ny diplaomasiantsika sady dingana iray lehibe eo amin’ny fifandraisana iraisam-pirenena izany noho ny faharesen-dahatr’ireo firenena any ivelany.

Nohamafisiny fa hametraka vina ho amin’ny fampandrosoana ho an’ity kaontinantan’i Afrika ity eo amin’ny toekarena izany solontenantsika eo anivon’ny UE izany. « Tafiditra ao anatin’izany ny fampiroboroboana ny toekarena ankapobeny, ny momba ny vola… Eo koa ny fanomezana vahana ny sehatra tsy miankina ary ny fampiasam-bola, miainga amin’ny haren’i Afrika », hoy ihany izy.

Synèse R.

 

News Mada0 partages

Pr Rakotoarison Jean-Jacques : “Maizin-kitroka ny hoavin’ny firenena”

Nitondra ny heviny, manoloana ny raharaham-pirenena ny mpampianatra mpikaroka eo anivon’ny onivesiten’i Toamasina, ny Pr Rakotoarison Jean Jacques. « Tena maizin-kitroka sy manjavozavo ny hoavin’ny firenena », hoy izy. Anisan’ny anton’izany ny tsy fisian’ny fitiavan-tanindrazana, ny tsy fahitan’ny olom-pirenena intsony ny lalan-kombana. Fa eo koa ny tsy fahitana taratra ny ohatra tsara avy amin’ny mpitondra ka anisan’ny mahatonga ny tsy fitokisan’ny olom-pirenena ny mpitantana isan-tokony izany.

Nohitsiny fa mampahazo vahana ny kolikoly ireo mpitondra. Na izany aza, nitondra vahaolana ny tenany ka anisan’izany ny tokony handraisan’ny mpitantana ny tsikera sy ny tolo-kevitra na vahaolana hampandrosoana ny firenena.

Manampy izany ny tokony hametrahana ny fitsinjaram-pahefana tena izy, miainga amin’ny finiavana politika mba tsy hivangongo aty amin’ny fanjakana foibe Antananarivo, ny vola. “Ilaina koa ny fanorenana ifotony ny firenena… Hapetraka ny fahaiza-mitantana eo amin’ny politika sy toekarena ary ny sosialy… », hoy ihany Rakotoarison Jean-Jacques.

Tsy misy fitiavan-tanindrazana

 Nohitrikitrihiny fa tsy manana kolontsain’ny fitiavan-tanindrazana isika tao anatin’ny 57 taona. Eo koa ny fiankinan-doha amin’ireo mpamatsy vola. “Anisan’ny fanalahidy hahatafavoaka antsika anefa ny fananana ny harena samihafa, voajanahary sy ny olona… Tokony hajaina sy tanterahina ny fanamby  amin’ny fifidianana. Hapetraka ny fahefam-panjakana… Ialana ny fanaovana kiantranoanatrano…”, hoy ihany izy.

Synèse R.

 

News Mada0 partages

Manifestations syndicales : semaine sous haute tension

Cette semaine sera de tous les dangers pour le régime en place. Les syndicats se sont regroupés dans une plateforme intersyndicale pour unir leur voix. Les menaces de grève de nombreux syndicats planent.

La plateforme intersyndicale regroupant les syndicats des employés d’Air Madagascar, de la Jirama, du syndicat des enseignants (Sempama), et celui  des  enseignants chercheurs (Seces), le SMM, le syndicat des greffiers, celui des douanes (Sempidou), ont uni leur voix samedi dernier à Antaninarenina pour dénoncer la situation catastrophique actuelle. Ce nouveau syndicat, qui se proclame syndicat de combat exige, dans une déclaration commune, le respect de la loi en vigueur au pays pour tous sans aucune distinction.

Pour assaisonner cette union, mercredi, les membres du syndicat des douaniers ouvriront le bal par une grève illimitée si aucun compromis avec le gouvernement n’est trouvé. Ils donneront deux jours d’ultimatum aux hauts responsables pour trouver rapidement une solution à leurs revendications.

L’union fait la force

Ce n’est en effet qu’une démonstration de ce qui attend le régime Rajaonarimampianina cette semaine. Car la menace de grève illimitée du syndicat des magistrats de Madagascar (SMM) talonne de près cette manifestation des douaniers après un ultimatum de 10 jours. Selon les explications, le SMM réclame un dialogue inclusif pour que cesse une bonne fois pour toute l’immixtion de l’Exécutif dans le pouvoir judiciaire.

Et cette tension ne risque pas de baisser avec l’annonce du mouvement pour la liberté d’expression (MLE) d’une manifestation à laquelle il invite toutes les forces vives

de la Nation à se dresser contre le code de la communication, jugé de «liberticide». Le MLE donne rendez-vous le 7 juillet prochain pour cette lutte qui, selon les journalistes initiateurs du mouvement, touche aussi bien les membres de la presse que le simple citoyen.

Rakoto

 

News Mada0 partages

Nahatrarana Kalachnikov sy bala… : voasambotra i Mainty, mpanao kidnapping

 Voatonontonona matetika ny anarany, rehefa misy raharahara fakana an-keriny. Voasambotra tany Mahajanga i Mainty (sisiny havanana amin’ny sary), sarona niaraka tamina basy sy bala maro.Tratra niaraka taminy koa ireo namany.

Voasambotry ny polisin’ny Mahajanga tany an-toerana, ny 21 jona lasa teo, niaraka tamin’ny basy kalachnikov iray, Mas 36 iray, fanamiana fitondra mihazakazaka ana mpitandro filaminana miisa valo, bala miisa 86 ary basy P.A vita gasy iray, i  Tovoleka Le Jean na i Mainty. Tsy nampoizin’ity jiolahy raindahiny ity ny fahatraran’ny polisy azy. Fantatra fa nanofa trano tany izy io. Efa fanaony ny mifindrafindra toerana satria karohin’ny polisy izy.

Rehefa vita ny fanadihadiana nataon’ny polisin’i Mahajanga, natolotra ny teny amin’ny BC Anosy indray izy ireo mba hanohizana ny famotorana. Fantatra ary fa antotan-taratasy miisa 11 no anenjehana azy sy ny namany telo izay efa any Tsiafahy. Nalaina mba hanohizana ny famotorana ireo namany ireo.

 Efa nanomboka ny taona 2012 no nikarohana an’i Mainty, fa izao izy vao tratra. Maro ireo namany efa nigadra fa mbola misy koa ireo mbola karohina toa an’i Princy, Bary, Georgis sy Ramaitre ary i Sola.

“ Marihina fa efa mandeha koa ny fanadihadiana mahakasika ireo fitaovana ireo amin’izao fotoana izao, ka ho hita tsy ho ela izay tompony”, hoy ny polisy. Fantatra ihany koa nandritra ny fanadihadiana fa ireto basy tratra ireto, dia anisan’ny nampiasaina tamin’ny fitifirana ilay teratany vahiny maty teny Mangasoavina Besarety. Voaporofo tamin’ny bala nampiasaina. Anisan’ny nanafika teny an-toerana noho izany i Mainty sy ny tariny. Mety tafiditra amin’ireo fakana an-keriny Karana maromaro farany teo izy ireo.

Manaitra ny olona ho mailo

Manoloana ny fanenjehana sy ny fikarohana ataon’ny polisy ireo jiolahy raindahiny ireo,

manentana hatrany ireo olona izay mety mahafantatra sy mahita ireto lehilahy karohana ireto izy ireo mba hampandre ny mpitandro filaminana avy hatrany mba hahafahana misambotra azy ireo. “Loza mitatao ho an’ny fiaraha- monina tokoa ny hiriariavany any”, hoy ny polisy.

“Toy izany koa ireo mpivarotra na mpividy fiara mba hanao ny “mutation” avy hatrany rehefa vita ny fifampivarotana mba hialana amin’ny fampiasan’ ny olon-dratsy ireo fiara ireo”, hoy ihany ny fanamafisana. Nanentana ireo mpampanofa trano ihany koa ny polisy mba ho mailo amin’ny olona manofa ny tranony. “ Iangaviana izy ireo mba hanao fanadihadiana tsara izay olona mikasa ny hanofa ny tranony sao mba olon-dratsy ireo”, hoy ny polisy. Araka izany, miandry izay tohin’ity resaka kidnapping ity ny rehetra izay nahavoakiana mafy ny fitondrana tato ho ato.

Yves S.  

News Mada0 partages

Antaninarenina : lehilahy iray tratra nivarotra cocaine tamina “night club”

Nisy nanitsoka tamin’ny polisy misahana ny ady amin’ny zava- mahadomelina Anosy ny  fisiana mpamatsy cocaine ao amin’ny “night club” iray eny Antaninarenina ny zoma 30 jona  atoandro. Nanao ny vela-pandrika ny polisy ka lehilahy iray no tratra niaraka tamin’ny cocaine 1 grama. Tamin’ny fanadihadiana natao azy no nilazany fa novidiny tamina teratany Afrikanina iray ity cocaine ity ka 2 hetsy Ar ny 1 grama ary amidy 3 hetsy Ar avy eo. Nilaza ihany koa izy fa ao amin’ity “night club” ity no tena mpanjifany.

Nitohy ny fikarohana nataon’ny polisy ka tratra teny 67Ha i Danilo, izay teratany ganianina niaraka tamin’ny cocaine milanja 18 grama. “Nilaza izy nandritra ny famotorana natao azy fa lehilahy iray teratany tanzanianina no mpanatitra ireto cocaine ireto ao aminy. 1.200.000 Ar no nividianany ireo 18 grama ireo”, hoy ny polisy. Efa ho roa taona no nanaovany ity asa ratsy ity. Izany hoe efa maro ny mpanjifa ity zava-mahadomelina ity ary tsy vitsy ny teratany malagasy. Natolotra ny fampanoavana ny asabotsy izy roa lahy ireo.

Yves S.

News Mada0 partages

Halatra moto : miandahy miambavy manao ny asa ratsy, fito mianadahy voasambotra

Nahazo vaovao ny polisy avy ao amin’ny « Brigade criminelle » Anosy, ny alatsinainy 26 jona teo fa misy andian’olona mivelona amin’ny fangalarana eny Ampefiloha Ambodirano. Miandahy miambavy ireo mpangalatra ka fito mianadahy no sarona.

Nandeha nanamarina sy nanao fanadihadiana lalina ilay vaovao avy hatrany ny polisy taorian’izay. Rehefa hita ilay toerana, nanao fangatahana alalana hisava tany amin’ny fitsarana Anosy ny polisy, mba hahafahana misava ilay trano. Nandritra ny fisavana natao no nahitana kojakojana moto maro, toy ny taratasina moto marobe isan-karazany, fitomboka hosoka, fanamboarana taratasina moto. Fitoeran-doko fandokoana moto efa foana maromaro niaraka tamin’ny lehilahy iray antsoina hoe Lava Volo.

Nilaza ity lehilahy voasambotra ity fa ny zandriny antsoina hoe Makol, izay mipetraka eny Ambohijafy Fenoarivo no mpiara- miasa aminy amin’ny fangalarana moto. “Nitohy teny Ambohijafy, araka izany, ny fikarohana nataon’ny polisy ka voasambotra teny i Makol, niaraka tamin’ny moto marika BWS miloko fotsy iray”, hoy ny fanazavan’ny polisy. Nifanandrify tamin’io, nisy olona tonga tao amin’ny BC Anosy  nitaraina ho very moto BWS miloko manga sy gris teny Ambohibao ny 12 jona teo. Voalaza fa lehilahy miisa roa no naka io moto io tamin’izany. “Rehefa nampitahaina ny voalazan’ilay rangahy nilaza fa very moto sy ny taratasy tany aminy sy ny hita tany amin’ilay moto BWS tany amin’i Makol,  hita fa tena azy tokoa io moto io”, hoy ny fanazavana avy amin’ny polisy.

 Tamin’ny famotorana natao azy roa lahy ireto no nahafantarana fa maro be izy ireo no mpiray tsikombakomba amin’ity asa ratsy ity, ka izy roa lahy no mividy sy mivarotra ny moto halatra. Nanondro olona maromaro koa izy ireo, izay nolazainy fa mpiara-miasa aminy. Nitohy ny fikarohana nataon’ny polisy ka voasambotra teny Antohomadinika i Ra- balance izay manova ny laharan’ny motera sy i Tolotra izay mpandoko ny moto halatra, niaraka tamin’ny lehilahy iray mpividy amin’ireo moto halatra ireo.

“Marihina fa tratra niaraka tamin’i Ra- balance ihany koa ny fitaovana fanovany ny laharana maotera. Voasambotra teny amin’ny Cenam 67ha ihany koa ny vehivavy miisa roa izay mpanome “renseignement” azy ireo”, raha ny fanamafisana. “Tamin’ny fanadihadiana azy ireo ihany koa no nahalalana fa mody ampiresahan’izy ireo amin’ny resaka vato sarobidy izay efa entiny manaraka azy eny izay olona mitondra moto tiany halaina, ka rehefa variana eo alainy tampoka ilay moto ary iny izy ireo no mitsoaka”, hoy ny polisy. Voalaza fa efa nigadra noho ny halatra moto i Makol sy i Lava Volo. Mbola misy namany hafa karohina. Natolotra ny fampanoavana ny asabotsy teo ireo ary naiditra am-ponja vonjimaika.

Yves S.

News Mada0 partages

Lycée André Resampa : nohavaozina ny toeram-pamakiam-boky

Vita ny fanavaozana  tanteraka ny toeram-pamakiam-boky sy ny foibe fanovozan-kevitra ao amin’ny lycée André Resampa Antsirabe. Niantohan’ny orinasa Vivo Energy ny asa rehetra natao tamin’izany ary notokanana ny faran’ny herinandro teo tany an-toerana.

Ankoatra ny fanatsarana ny toeram-pamakiam-boky, nahazo ordinatera telo koa ny toeram-panovozan-kevitra ao anatin’ny lycée. 2 800 ny mpianatra hahazo tombontsoa amin’ny fotodraftirasa sy fitaovana vaovao azo.

Laharam-pahamehana ho an’ny orinasa ny fanabeazana ny ankizy sy ny tanora ka manohana tsy tapaka io sehatra io izy ireo. Efa nanatsara ny toeram-pamakiam-boky ho an’ny lycée Ampefiloha koa ny orinasa tamin’ny taon-dasa. Misy hatrany ny fiaraha-miasa eo amin’ny orinasa sy ny minisiteran’ny Fanabeazam-pirenena miafara amin’ny vokatra mivaingana.

Vonjy A.

News Mada0 partages

Haharitra hefarana : 31 ireo manana fahasembanana hiatrika BEPC

Hanomboka anio, amin’ny 8 ora amin’ny taranja malagasy ho an’ny mpiadina teratany malagasy ny fanadinana BEPC. Ho an’ireo mpiadina vahiny kosa, hiatrika ny taranja tenim-pirenena vahiny, allemand, espagnol, anglais izy ireo ho solon’ny taranja Malagasy. Hitohy amin’ny taranja sciences de la vie et de la terre ny fanadinana ny tapak’andro hariva. Haharitra ora roa sy sasany izany. Ho an’Antananarivo, 105 749 ny mpiadina voasoratra anarana, 26 791 ny eto Antananarivo Renivohitra.

342 064 ny mpiadina rehetra manerana ny Nosy. 171 112 nisafidy ny sokajy A, 170 952 nandray ny sokajy B. Nitombo 7% ny isan’ny mpiadina tamin’ity taona ity raha mitaha ny tamin’ny taon-dasa.  983 ny foibem-panadinana mandray ny olon-drehetra hiatrika ny BEPC mandritra ny hefarana.  31 ireo mpiadina manana fahasembanana. 11 tsy mahita, 13 moana marenina ary fito sembana ara-batana.

Ato anatin’ny Cisco Antananarivo Renivohitra ny mpiadina zokiny indrindra 64 taona, lehilahy efa niatrika ny CEPE farany teo ihany. Telo ny zandriny indrindra samy 8 taona avokoa, Randrianandrasana Esther Nekenjanahary anatin’ny Dren Analamanga, ao amin’ny Dren Itasy Rafaralahiniaina Mamisoa Heritiana ary Rambeloson Erick Gaëtan any amin’ny Dren Atsinanana.

Nijery ny efitrano hiatrehana ny fanadinana ny mpiadina, omaly. Mahatratra 8733 ny  efitrano manerana ny faritany enina handray ny BEPC 2017. Efa voatsinjara eny anivon’ny foibe avokoa ny laza adina izay tsara ambin’ny mpitandro filaminana, hoy ny tomponandraikitra.

Vonjy A.

News Mada0 partages

Akany Lovasoa : nahazo kilalao ny ankizy

Nofaranana tamin’ny fitsidihana ny toeram-pandraisana ankizy Lovasoa, eny 67ha, ny fanamarihana ny iray volan’ny ankizy niarahana amin’ny minisiteran’ny Mponina. Nizara akanjo mafana sy kilalao ho an’ny ankizy sahirana an-jatony hoentina amin’ny fialan-tsasatra ny minisitra tomponandraikitra, ny faran’ny herinandro teo, teny an-toerana. Efa nandray zaza 2 240 hatramin’ny nisokafany ny taona 1989 ny akany.

Nomena sakafo koa ny fianakaviana marefo dimampolo. Mandray ny zaza sahirana eny amin’ny manodidina ny foibe ary mampianatra azy ireo toy ny zana-bahoaka. Nitsidika ny fobe koa i Mireille, mpanakanto malagasy mandalo eto an-toerana.

Maro ny hetsika nanamarihan’ny minisitera ny iray volana.

Vonjy A.

News Mada0 partages

« Tafa Skoto » : transmettre les quatre messages clés d’EAH

Un nouveau guide de sensibilisation pour véhiculer les quatre messages clés en Eau, assainissement et hygiène (EAH) est disponible. Intitulé «Taridalana asa fanao andavanandro ho an’ny skoto», en abrégé «Tafa Skoto», ce manuel traduit l’engagement de la Fédération du scoutisme à Madagascar à apporter sa contribution dans l’intensification des activités de sensibilisation dans ce secteur. Cet outil est produit par les cinq associations réunies au sein du mouvement scout dans le pays, en partenariat avec WaterAid Madagascar.

Publié officiellement vendredi dernier au siège de cet organisme à Antanimora, le «Tafa Skoto» contient des connaissances et illustrations sur les pratiques saines en matière de conservation de la potabilité de l’eau, l’élimination de la défécation à l’air libre par l’utilisation systématique des latrines. Cette publication offre des détails sur les quatre volets de l’hygiène, contrairement à l’outil de ce genre conçu en 2009 concernant le triptyque EAH. Il s’agit notamment de l’hygiène des mains, du corps, des aliments et de l’environnement ainsi que la gestion de l’hygiène menstruelle. En outre, la dimension sur les droits d’accès à l’EAH y est plus développée.

Renforcement des capacités

«Ce manuel arrive à point nommé en ce moment où le pays marche vers l’accès universel à l’EAH d’ici 2030», a souligné le Coordonnateur de Diorano Wash, Herivelo Rakotondrainibe. «Ayant collaboré avec WaterAid depuis 2008, les cinq tendances scouts sont des alliées incomparables dans le secteur Wash, de par leur approche innovante  et leur aptitude légendaires à convaincre la population et à démontrer avec simplicité les avantages tirés de l’adoption des comportements sains», a fait savoir pour sa part le Directeur pays de WaterAid Madagascar, Lovy Rasolofomanana.

Les leaders de scouts à travers les 22 régions ont bénéficié des séances de renforcement des capacités en vue de rafraîchir leurs acquis dans les techniques d’animation en matière de Wash avec les nouveaux volets cités plus hauts, sans oublier les autres secteurs sociaux comme l’éducation, la santé, l’alimentation ou encore l’environnement. Ceux de Menabe, Atsimo Andrefana, Anosy, Sofia et Analamanga viennent d’achever leur formation de quatre jours chez WaterAid, vendredi dernier.

Fahranarison

 

News Mada0 partages

LARA : un centre de documention aux normes

Améliorer les conditions d’apprentissage pour favoriser des bons résultats scolaires. Le Centre de documentation et d’information qui vient d’être mis en place au sein du lycée André Resampa à Antsirabe (Lara) permet d’atteindre cet objectif. Inaugurée vendredi dernier, cette nouvelle infrastructure aux normes, qui a remplacé l’ancien bibliothèque de l’établissement est le fruit d’une collaboration entre le ministère de l’Education nationale (Men) et Vivo Energy Madagascar.

Cette action, qui consiste en l’amélioration de l’environnement éducatif adapté aux besoins de l’épanouissement des élèves, a été accompagnée d’une dotation de matériel, dont trois ordinateurs. Via cette intervention, Vivo Energy démontre encore une fois que l’éducation fait partie des priorités de sa politique de responsabilité sociale. Ce n’est ni la première ni la dernière action que  cette société de distribution et de commerialisation de carburants et lubrifiants de marque Shell à Madagascar a menée.  A titre d’exemple, la bibliothèque du lycée moderne d’Ampefiloha a également bénéficié d’une réhabilitation l’année dernière.

Fahranarison

 

News Mada0 partages

Gréve des douaniers : une rencontre décisive prévue ce jour

Le bras de fer continue entre l’Etat et les douaniers, en dépit de la reprise des activités des employés des douanes, vendredi dernier. Une rencontre entre le Sempidou et le ministère des Finances et du budget devrait avoir lieu ce jour, a avancé hier le président du Syndicat.

«Nous avons interrompu temporairement la grève pour répondre aux interpellations des opérateurs privés. Une rencontre avec les responsables auprès du MFB devrait avoir lieu demain (Ndlr : ce jour), sauf changement», a expliqué Herizo Andrianavalona, président du Syndicat des employés des douanes (Sempidou), joint au téléphone hier.

La grève des douaniers a défrayé la chronique ces derniers jours. Et aucune entente n’est  trouvée jusqu’à présent. D’après des sources convergentes, le montant revendiqué par les douaniers s’élève à 42 milliards d’ariary. Il sagit notamment de la prime impayée ces quatre dernières années, cela avec le nouveau mode de calcul de la prime. A ce sujet, le président du Sempidou d’expliquer qu’«Il est vrai que la totalité de la prime impayée depuis 2013 s’élève à 42 milliards d’ariary. Mais nous avons réclamé le quart de cette somme pour cette année, après avoir rencontré les responsables auprès du ministère de tutelle. C’est-à-dire la prime impayée en 2013».

Austérité

Mais les discussions ne trouvent toujours aucune issue pour le moment. Car, d’après ce leader syndical, «L’Etat applique actuellement la politique d’austérité, selon le MFB. Mais faut-il noter que la douane n’est pas à l’origine du problème budgétaire de l’Etat. D’autant que nous avons largement dépassé les objectifs en termes de recettes douanières. Un excédent de  67 milliards d’ariary a été enregistré dans les recettes douanières au titre du mois de mai».

Par ailleurs, Gervais Rakotoarimanana, ministre des Finances et du budget a abordé le sujet lors d’une rencontre avec la presse le 29 juin dernier. «Les revendications des douaniers ont été prises en considération depuis le mois de mars. Mais il s’avère que la somme réclamée est exorbitante. Cela, d’après la révision du mode de calcul de cette prime, suivant la demande des douaniers», a-t-il précisé.

Pour rappel, le syndicat des douaniers prévoit de se remettre en grève à partir de mercredi tant qu’une entente n’est pas trouvée.

Riana R.

 

News Mada0 partages

Fiscalité : le problème du contrôle fiscal abordé

Les problèmes liés à la vérification fiscale, source de discorde entre l’administration et les contribuables ont été abordés durant un atelier organisé par la Direction générale des impôts (DGI), le 30 juin dernier. La rencontre a réuni les groupements économiques, les représentants des Partenaires techniques et financiers (PTF), les professions libérales et d’autres représentants de quelques départements ministériels.

Cinq thèmes ont été abordés durant l’atelier, à savoir  le contrôle fiscal et la concurrence déloyale, la législation fiscale, le civisme fiscal, l’amélioration du climat de confiance entre l’administration fiscale et les contribuables ainsi que le contrôle fiscal. La rencontre fait suite au renforcement des capacités des  vérificateurs de la direction des impôts durant un atelier national organisé les 8 et 9 juin derniers. Le principal objectif est d’améliorer les activités de l’administration fiscale pour assurer la bonne gouvernance.

Ce projet est financé par la Banque mondiale, par le biais du Projet d’appui à la performance du secteur public (PAPSP), en réponses au défi de la bonne gouvernance.

Riana R.

 

News Mada0 partages

«Tournoi E-Sport Contest Mada 2017» : ny «PES 2017» no be mpandray anjara

Fahombiazana ny “Tournoi E-Sport Contest Mada”,  notanterahina tetsy amin’ny lapan’ny fanatanjahantena Mahamasina, ny asabotsy sy omaly alahady 8 jolay lasa teo. Fifaninanana, ara-mpanatanjahantena, amin’ny solosaina. Nahatratra  800 mianadahy mianaka, nanomboka teo amin’ny 5 – 60 taona, ireo nandray anjara tamin’izany. Anisan’ny be mpifaninana indrindra ny baolina kitra “PES 2017”, satria 400 mahery ireo nisoratra tamin’izany. Nisy koa ny “rallye Forza 6” sy ny “Dirt 4”. Teo koa ny fifaninanana miady dia ny “Street fighter 5” sy ny “Mortal kombat XL ary ny “Naruto suns”.

 “Efa mpilalao ihany aho any an-trano, saingy tsy ampy fifaninanana, ka izay ny antony nandraisako anjara, tamin’ny “PES 2017” nefa resy aho”, hoy i Joel, anisan’ireo nandray anjara.  Marihina fa loka hatrany amin’ny 20 tapitrisa Ar no ho zaraina amin’ity. Nisy ihany koa ny finday sy loka samy hafa, natolotry ny Orange Madagascar, ho an’ireo mpandresy.

 Torcelin

 Toy izao ireo mpandresy :

 

Battlefield : 1- Fap Biltz ; 2- Fap Anarchy

Mortal Kombat XL : 1-Mamisoa ; 2-Kevin Andrew

Forza 6 : 1-Heritiana ; 2-Gary

Dirt 4 : 1-Heriniaina; 2- Aina

Naruto : 1- Maherizo ; 2- Raynal

PES 2017 : 1- Tahiry ; 2- Yannick

 

News Mada0 partages

Kitra – «Amboaran’ny kaonfederasiona» : azon’i Portugal ny laharana fahatelo

Nitana ny laharana fahatelo, ary nandrombaka ny medaly alimo, teo amin’ny fiadiana ny «Amboaran’ny kaonfederasiona», taranja baolina kitra, i Portugal. Resin’izy ireo, teo amin’ny fiadian-toerana, i Meksika. Tamin’ny isa tery 2 no ho 1 no nivoahan-dry zalahy ho mpandresy tamin’ity.

Nivoaka sempotra tanteraka anefa ry zareo Portiogey, vao tafavoaka tamin’ity, satria nitarika an’isa hatrany ry zareo Meksikanina, hatreo amin’ny minitra farany nilalaovana. Namonotena mantsy ry zareo Portiogey, teo amin’ny minitra faha-54, rehefa nahadona ny baolina tsy nahy i Luis Neto ka tafiditra tany anaty harato.

Efa tany amin’ny 90 mn nilalaovana kosa vao nahasahala ny isa ho 1 sy 1, i Pepe. Tsy nijanona teo ny fahombiazan’i Portugal, fa mbola nitohy hatrany amin’ny fanalavam-potoana. Nahafaty ny baolina faharoa, nitondra ny fandresena ho azy i Adrien Silva, teo amin’ny minitra faha-104, tamin’ny alalan’ny «pénalty», rehefa nandray baolina tao anatin’ny faritra tsy azo ivalozana, i Layun.

Niezaka nanindry sy nitady hirika hanasahalana ny baolina avy eo ry zareo, Meksikana saingy tsy nety nahafaty baolina intsony, hatramin’ny fiafaran’ny fotoana. Marihina fa tsy nilalao tamin’ity i Cristiano Ronaldo.

Torcelin

 

News Mada0 partages

Atletisma – «Afrique U20» : nihintsana teo amin’ny fihodinana voalohany i Nantenaina

Tsy namokatra i Nantenaina teo amin’ny fiadiana ny ho tompondakan’i Afrika, amin’ny taranja atletisma, ho an’ny sokajy U20, zazalahy. Fihaonana, notanterahina tany amin’ny kianja Tlemcen, Alzeria. Nihintsana teo amin’ny fihodinana voalohany mantsy ity, hany solontena malagasy ity.

Taorian’ny “disqualification”, nahazo azy, teo amin’ny halaviran-dalana 100 m, ny zoma lasa teo, nihintsana teo amin’izany dingana voalohany izay ihany koa ny tovolahy, ho an’ny 200 m, ny asabotsy lasa teo. Laharana fahenina i Nantenaina, teo amin’ny fifanintsanana ary 22 s 01 % ny fe-potoany. Ny roa voalohany ihany anefa no miatrika ny manasa-dalana. Marihina fa nitana ny laharana voalohany, tamin’ity sokajy nisy azy ity, ilay Botsoaney, Malau Aobakwe ary faharoa, ilay teratany kenyanina, Ngari Moffat.

Marihina fa na ratsy aza ny vokatra azon’i Nantenaina, azo lazaina fa nahazoany naka traikefa ity fifaninanana ity. Tsiahivina, fa tompondakan’i Madagasikara, eo amin’ny halavirana 100 m, ho an’ity sokajy zandriny ity, i Nantenaina ary nanatsara ny zava-bita tsara indrindra tamin’izany, rehefa tsy montsana nandritra ny 14 taona.

Tompondaka

News Mada0 partages

Kitra : tokony hanamafy famonoam-baolina ny Barea

Tapitra ny lalan’ny Barea de Madagascar, eo amin’ny fiadiana ny “Cosafa Cup 2017”. Na izany aza, tsy nampitsanga-menatra ny vokatra azon’ny ekipa malagasy. Hatreto mantsy, tsy mbola tojo faharesena izany mihitsy ny Barea.

 

Na tsy manohy ny lalao amin’ny “Cosafa cup” intsony aza, ny Barea de Madagascar, mbola mitohy hatrany ny fifaninanana ho azy ireo. Afaka tapa-bolana mantsy dia handray an’i Mozambika, eo amin’ny fiatrehana ny lalao mandroso, amin’ny fiadiana ny ho tompondakan’i Afrika, ho an’ireo mpilalao tsy matihanina na ny “Chan 2018”, indray izy ireo. Fihaonana, hatao etsy amin’ny kianjaben’i Mahamasina, ny 15 na 16 jolay ho avy izao.

Mialoha izany, azo nakana lesona tsara ireny fihaonana vita, tatsy Afrika Atsimo, ireny. Hatreto aloha dia mbola mitoetra ho lesoka ho an’ny lohalarahana malagasy, tsy ao anatin’ny ekipam-pirenena Barea ihany fa hatrany amin’ny klioba mihitsy, ny tsy fahaizana mamono baolina.

Izay fahalemena izay no anisan’ny antony tsy nahatafita ny Barea de Madagascar, amin’ny ampahefa-dalana amin’ny “Cosafa cup”, tatsy Afrika Atsimo. Porofon’izany ny tsy nandresena an’i Zimbaboe. Betsaka mantsy ireo baolina tokony ho maty saingy mivoaka hatrany ny daka rehefa manoloana ny tsatoby, eny fa na efa tsy misy mpiandry tsatoby intsony aza. Torak’izany koa ny tsy nahafahana namono baolina betsaka teo anoloan’i Mozambika, ka nahavery ny Barea, tamin’ny “goal average”.

Tsy tokony hanana olana ny Barea, amin’ny fihaonana amin’i Mozambika, amin’io “Chan” io, satria ireny mpilalao ireny ihany no hifanandrina aminy etsy Mahamasina. Inoana fa manana fotoana tsara ny mpanazatra, hanintsiana ny tsy fahaizan’ny lohalaharana mamono baolina.

Manantena ny mpijery fa ho betsaka toy ny tamin’ny “Cosafa cup”, ny baolina ho tafiditry ny Barea, amin’io fihaonana io. Mino ihany koa ny rehetra fa afaka handingana mora foana an’i Mozambika ny Malagasy, na dia any Maputo aza ny lalao miverina, amin’ity fifaninanana ity.

 Torcelin

News Mada0 partages

Tenisy «U14 Afrique par équipe» : lasan’ny Malagasy ny medaly alimo

Niakatra lampihazo ny katitakely malagasy, teo amin’ny fiadiana ny ho tompondakan’i Afrika, isan-tarika, ho an’ny taranja tenisy, sokajy U14. Fifaninanana, tanterahina any Tunis, Tonizia, izay nifarana omaly alahady. Resin’ny Malagasy, teo amin’ny lalao farany, niadiana ny laharana fahatelo, i Tonizia. Tamin’ny isa 2 no ho 1 ny nibatan’i Madagasikara ny fandresena. Teo amin’ny lalao ho an’olon-tokana, resin’i Toky tamin’ny seta 2 no ho 0 (6/1 ; 6/1), i Youssef  Labene. Lavon’i Wissam Abderahman, tamin’ny seta 2 no ho 0 (1/6 ; 3/6) kosa avy eo i Fenosoa. Tsy afaka tamin’ny Malagasy kosa nefa ry zareo Tonizianina, teo amin’ny lalao ho an’olon-droa satria lavon’i Toky sy i Lanja, tamin’ny seta 2 no ho 0 (6/4 ; 6/2), i Wissam Abderahman sy Majdi Abdelwahed.

Ankoatra izay, nandresy nisesy an’i Kenya, sy Côte d’Ivoire kosa i Madagasikara, ny asabotsy lasa teo, nandritra ny andro fahatelo sy fahefatra. Raha tsiahivina, resin’i Madagasikara, tamin’ny isa 2 no ho 1, i Kenya ary nomontsanin’ny Malagasy, tamin’ny isa 3 no ho 0 kosa i Cote d’Ivoire.

Tsy niveri-maina fa nitondra vokatra tsara, ireo ankizy tamin’ity. Raha tsy misy ny fiovana, ho tonga anio eto an-tanindrazana ny delegasiona.

 Torcelin

News Mada0 partages

Athlétisme-Afrique U18 : campagne frustrante de Nantenaina

La campagne africaine des jeunes athlètes malgaches s’annonce laborieuse.

Chez les U20, Nantenaina Fréderic Rakotoarinirina n’a pas fait le poids. C’est au tour de Patrice Remandro de fouler la piste lors des Mondiaux des U18.

Lancé dans la cour des grands pour sa première année chez les juniors,  Nantenaina Frédéric Rakotoarinirina a fait forte impression au niveau national en s’offrant les 100 m et 200 garçons en 10’’80 et 21’’90.

Des temps qui lui ont permis d’obtenir les minima pour le championnat d’Afrique U20 qui s’est tenu le week-end dernier dans la ville algérienne de Tlemcen. Malheureusement pour notre porte-fanion, son séjour a démarré de la plus mauvaise manière vendredi dernier lorsqu’il a commis un faux départ qui lui a valu une disqualification.

Samedi, l’heure a été au rattrapage sur 200 m, son autre distance de prédilection. Certes, il a bien négocié cette fois-ci son départ mais sa performance laisse un goût amer. En compagnie des meilleurs du continent, il a fait moins bien que lors de la joute nationale en bouclant le 200 m en 22’’81, presque une seconde de moins que son dernier chrono à Alarobia.

Son aventure s’est arrêtée dès la série. Au classement général, son temps lui permet de terminer au 17e rang sur les vingt coureurs notés.

Plateau très relevé

Une expérience enrichissante pour le sprinteur malgache malgré sa maigre performance d’autant plus qu’il a encore une marge d’évolution. Et tout comme Nantenaina Fréderic Rakotoarinirina, Patrice Remandro goûtera pour la première fois à un grand rendez-vous de l’athlétisme et bien meilleur que la joute africaine puisqu’il s’agit du championnat du monde des U18.

En atteignant les minima des 400 m, la Fédération malgache d’athlétisme va assuree son déplacement au Kenya pour disputer les Mondiaux d’athlétisme du 13 au 16 juillet.

Naisa

 

News Mada0 partages

Run-Championnat de Madagascar : Vazaha de nouveau sur la plus haute marche

Délivrance pour Jean de Dieu Rafanomezantsoa lors de la 4e manche du championnat national dans la catégorie Pro Run organisé par Antananarivo moto auto (Ama) au Batac d’Arivonimamo, hier. Il vient de remporter le titre national pour la quatrième fois d’affilée après avoir enregistré son quatrième succès de la saison sur les cinq manches effectuées.

Alors qu’on s’attendait à un mano a mano entre le champion en titre et John Randriarimalala lors du Run Total Quartz, l’abandon de ce dernier sur son  Smart Dragster dès le premier passage a ouvert la voie du succès à Vazaha et son Mitsubishi Evo IX.

En effet, en l’absence de Jaytaxx sur la ligne de départ, combinée à cet abandon de John Elite, personne n’est en mesure de lui titiller sa suprématie.

Dans la catégorie Run, la journée d’hier a souri à Casper Andry Razafimbelo qui termine premier devant Andriniaina Randriamanantsoa. Tiann Rahary ferme la marche.

Les deux dernières manches après les grandes vacances s’annoncent mémorables dans cette catégorie. Malheur aux absents comme c’est le cas de Fred Andriamaharo qui a fait l’impasse sur cette 4e manche, compliquant sa tâche dans la course au titre.

Naisa

 

News Mada0 partages

Tennis U14 : Madagascar classé troisième

Faute de grives, on mange des merles. Madagascar a vu son rêve brisé durant la version 2017 du championnat d’Afrique par équipe chez les U14, à Tunis (Tunisie). Néanmoins, Lanja Rakotozandriny, Toky Ranaivo et Fenosoa Rasendra ont sauvé l’honneur hier en battant le pays hôte et décrochent  ainsi la médaille de bronze. En simple, Fenosoa a été battu à plate couture par Wissam Abderahman en deux sets : 1/6 -3/6. Ayant finalement retrouvé ses repères, il a disposé de Youssef Labene (6/1, 6/1.

Associés en double, Toky Ranaivo et Lanja Rakotozandriny gagnent contre Wissam Abderahman et Majdi Abdelwahed (6/4 ; 6/2), score final : 2-1. Pour rappel, la délégation malgache a eu une réaction tardive après les deux défaites d’entrée. Lors de la 3e journée, les jeunes tennismen de la Grande île ont eu raison du Kenya (2-1) et de la Côte d’Ivoire (3-0). Quoi qu’il en soit, les trois jenues prodiges de la petite balle jaune malgache ont gagné en expérience et ont encore toutes les chances d’amasser des points sur le classement africain.

Rojo N.

 

News Mada0 partages

9e art : Razokimalala casse sa plume

Le monde du 9e art est en deuil. Jean-Marcel Randriamaherisoamanitrarivo plus connu sous son nom de plume Razokimalala a rejoint le panthéon des artistes hier soir à l’âge de 47 ans.

Dessinateur de presse et bédéiste accomplis, Ralery ou encore Razokimalala s’est fait remarqué par son coup de plume unique et original et d’un humour déroutant. Il a intégré le groupe de presse Ultima Media depuis l’année 2016, notamment le collectif de dessinateurs Kirajy band au quotidien Taratra et Bôjy et la page hebdomadaire «Samedi satirique» dans les colonnes de Les Nouvelles.

Il a également partagé sa passion immuable pour le 9e art dans des journaux satiriques comme Ngah, Saringotra et a contribué dans plusieurs BD Collectif. La rédaction s’associe à la douleur des proches du défunt.

La rédaction

 

News Mada0 partages

Madagascar il y a 100 ans : le vin d’honneur du 21 (1)

Splendidement réussi a été le vin d’honneur offert jeudi dernier, 21 juin, par la population européenne de Tamatave, à M. le Gouverneur Général Garbit, à l’occasion de son départ de la Colonie.

Le Tout-Tamatave était présent, ainsi que les autorités civiles et militaires de même que les représentants des puissances étrangères, le tout au grand complet.

La salle de l’Hôtel de France, où a été donné le vin d’honneur, était artistiquement ornée à profusion de lumières, de draperies, de fleurs et de drapeaux des Alliés. La musique du 2e tirailleurs agrémentait la soirée.

C’est M. Caucé qui, au nom de la population, a prononcé l’allocution d’usage. La tâche était difficile à remplir pour ne pas tomber dans des redites, en raison des nombreux discours prononcés ces temps derniers sur le même sujet. M. Caucé a triomphé pleinement de cette difficulté, comme on peut s’en rendre compte par la teneur de son allocution que nous donnons ci-après.

Monsieur le Gouverneur Général,

Délégué une nouvelle fois par la Population de Tamatave pour vous présenter ses respectueux hommages, je suis vraiment désolé d’avoir à prononcer aujourd’hui, au lieu des mots habituels de bienvenue, des paroles d’adieu !

Lorsque, lors de mon dernier voyage à Tananarive, vous m’annonçâtes votre prochain départ, je ne pus m’empêcher de vous dire combien vous seriez regretté dans l’île entière, et surtout dans notre ville de Tamatave. Les marques de sympathie que vous recevez tous les jours de tous les côtés, l’affluence que vous voyez ici se presser autour de vous, vous disent mieux que je ne pourrais le faire, que je ne m’étais pas trompé sur les sentiments de mes concitoyens à votre égard.

Est-il nécessaire ou simplement utile de détailler ici les causes multiples de cette profonde sympathie qui unissait toute la Colonie à son Gouverneur ; de rappeler tous vos efforts pour conserver à Madagascar, malgré la crise effroyable qui sévit sur le monde entier, toute son activité industrielle, agricole et commerciale, cela tout en donnant à la Métropole une aide considérable en hommes, en matériel et en matières premières ; d’énumérer les travaux faits et ceux que vous désiriez faire ? Je ne le pense pas ! tous vos actes sont présents à notre mémoire, et tous, nous connaissons quels étaient vos projets d’avenir !

(À suivre.)

Le Tamatave

www.bibliothequemalgache.com

News Mada0 partages

Chronique : défendre la langue nationale ou l’illustrer ?

Le mois de juin est celui de la fête nationale, anniversaire de l’Indépendance de Madagascar. C’est aussi celui de la langue malgache. On pourrait aussi bien préciser que c’est le mois de la défense de la langue malgache, langue nationale invariablement présentée comme une langue assiégée par des envahisseurs lourdement armés.

En première ligne, et depuis longtemps, vient le français, aujourd’hui timidement suivi par l’anglais.

Il est vrai que la force de persuasion de ces deux langues est remarquable : radios, chaînes de télévision, magazines, notices  de médicaments, modes d’emploi des appareils électroménagers…

Le français a bien entendu quelques longueurs d’avance et s’illustre partout : résultats d’analyses et diagnostics médicaux, contrats de bail ou d’assurance, tickets de caisse, bordereaux de remise de chèque…

S’il y a eu tentative de malgachisation dans ces domaines, elle est passée inaperçue. C’est à l’école et essentiellement à l’école que la rupture a été radicale. Mais il nous manquait l’artillerie lourde pour équiper les élèves et les étudiants. Aujourd’hui encore, ils sont condamnés à lire le français pour découvrir les travaux des historiens qui s’intéressent à l’histoire de Madagascar.

Face au français qui déploie tout son charme pour rester une langue incontournable et qui le reste, la stratégie du malgache est trop frileuse. La langue nationale n’est pas celle de l’ouverture aux autres et sur le monde. C’est la langue du repli identitaire et de l’entre soi dont seule une poignée de missionnaires et d’humanitaires a pu percer la bulle.

L’heure n’est pas aux lamentations. Prophètes de mauvais augure qui voyez dans la langue du quotidien tous les signes de la disparition de la langue nationale, rassurez-vous, iI n’y a jamais eu autant de locuteurs du malgache : cinq millions en 1960, bientôt vingt-cinq millions. En quelle langue libelleront-ils leurs chèques ?

Kemba Ranavela

 

News Mada0 partages

Us et coutumes : quand l’expérience parle

Qui a osé dire que les Malgaches ne savent pas anticiper ? Dans certaines situations, on sait prendre de l’avance, et quelle avance ! Les élections qui se profilent à l’horizon 2018 sont le prétexte à toutes les précautions (un homme averti en vaut deux)  et à l’expectative (pas de risque inutile). Pour les grands projets, on verra après. On vit donc au jour le jour parce que demain, on ne sait pas…. Il ne faut y voir ni pessimisme, ni fatalisme. C’est simplement l’expérience qui parle, dit-on.

 

News Mada0 partages

Resaky ny mpitsimpona akotry : tsy hibitabitaka na faly aza

Iaraha-mahita izao ve ny fianjadian’ny fahantrana dia mbola atao antony hifendroana indray ny fanapaha-kevitry ny FMI momba ny fanokafana ny vatsy dingana faharoa araky ny Fifanekena herintaona lasa izay, volana jolay 2016. Mazava ho azy fa ny  filàna izany dia mitory ny tsy fahampiana eo amin’ny tena ka tsy handeha hiavon-tsy feno hanao toy ny rano an’ony ka tonga namana vao ho mavomavo. Tsy tongatonga amin’izao ny fanapahan-kevitry ny FMI fa miankina amin’ny vokatra notiliany mikasika ny fanatanterahana an’ireo fepetra nifanarahana tany am-piandohana. Midika izany fa mahafa-po ny fanatanterahan’ny fitondrana an’ireo fitsipika napetraka. Tazana amin’izany fa samy hafa ny fomba entin’ny FMI sy ny vahoaka hitsarana ny vokatra. Azo lazaina hoe mifanipaka mihitsy aza. Na avy any atsimo na avy any avaratra. Toy izany koa ny avy any andrefana sy atsinanana dia ahenoana ako maneho ny fimenomenon’ny maro ao anivon’ny mponina noho ny tsy fahombiazan’ny fomba fitantanana tsy mahavita ny fiarovana azy eo anoloan’ny hetraketraky ny fiainana, ny fahasahiranana mandifotra, ny herisetran’ ny tsy fandriampahalemana tsy hita ho tohaina.

Raha nitafa ny momba ity fahatongavan’ny vatsy tsy hay tononina amin’ny ariary ireo tompon’andraikitra eo amin’ny fitantanam-bola dia nilaza fa tsy mandeha tokana io « fahasoavana » io. Manambara koa hono izany ho an’ny mpamatsy sasany fa malalaka ny fiaraha-miasa. Izay no mampifendro. Fantatra mantsy fa ao anatin’izany fiaraha-miasa izany dia famatsiam-bola no resaka. Eo ny fanampiana voalaza fa maimaimpoana (na fantatra aza fa any ambadik’izany misy sandany manjavozavo tsy tononina) fa ny maro dia trosa avokoa. Na ity 88 tapitrisa dôlara ifaliana ity aza dia trosa. Ifaliana izany androany, hahatezitra an’ireo faramandimby rahampitso sy rahatrizay ary rariny ny azy amin’izany fanefana trosa no lova apetraka aminy. Ny firenena anefa tsizarizary ary ny harena voajanahary, tsy notrandrahana teo aloha, vetivety teo dia nivadika mitady ho ritra noho ny fitsikombakombana tsy manara-penitra mikasika ny fitrandrahana azy ara toe-tsaina jiolahimboto amin’ny fanaovana asan-jiolahy. Ity sanatria tsy toy ilay voalaza hoe hano fa vola adala tompo fa raha tsy mitandrina ny tena dia voafatotr’izany. Ikotofetsy no maro amin’ireo lazain’ny tena hoe mpamatsy. Tsy misy ny tsy mitetika hitery ronono sandan’ny fisehoany ho beronono tany aloha.

Léo Raz

 

News Mada0 partages

Kaiamba : Dédé Fénérive n’est plus

2017 a été une année noire pour la musique Kaiamba. Après le décès de Bruno Raisner et Dorlys, Dédé Fénérive a déposé définitivement le micro samedi dernier, à l’âge de 63 ans.

Vendredi dernier, il a effectué son devoir d’artiste à la veillée funèbre de l’illustre valihiste Daniel Tombo à Toamasina durant laquelle il a chanté sur scène. Selon ses proches, «une fois rentré chez lui,  il a même pu suivre le programme TV habituel avant qu’il perde  conscience pour rendre  l’âme le lendemain».

Bertrand Régis Rabemanan-tsoa, Dédé Fénérive pour ses fans, est né le 15 mai 1954 dans la capitale de Betsimisaraka. Véritable monument de la musique malgache, il est l’auteur des  célèbres tubes «Hasambarana», «Mbola ho avy» ou encore «Amito fafako», et bien d’autres encore. Animateur à la radio Madagascar Toamasina et la radio Voanio, il marque les auditeurs par sa voix séduisante, légèrement désinvolte, son humour et sa liberté de ton.

Joachin Michaël

News Mada0 partages

Rock : Rheg sort l’artillerie lourde

Rheg signe son retour sous les feux de la rampe avec «Emmorheg»,  le troisième opus du groupe qu’il a présenté samedi dernier au Dôme Ankorondrano.

Rheg, adoubé comme celui qui a popularisé le «Rock heavy gasy», un concept dont les initiales forment d’ailleurs le nom du groupe.  Son dernier-né «Emmorheg» vient de sortir dans les bacs. Présenté pour la première fois en tant que projet au Club 43 le 1 avril dernier, l’ album a pu voir la lumière au bout du tunnel, en grande partie grâce à son réalisateur  Reg  Rakotonirina, le leader du groupe épaulé par Sedera à la batterie, Tax à la guitare basse, Vito, Lalah et Vonona à la guitare solo. Un titre qui parle déjà de lui-même,  «Emmorheg» se veut surtout être un cri d’alarme face au contexte sociopolitique actuel au pays.

Sasamaso a inauguré samedi dernier la scène du Dôme avec une bonne dose de thrash et de death metal. A la grande satisfaction du public, composé en majorité d’adolescents attirés par la musique rock, Rheg a pris le relais vers 16 heures et a enchaîné les titres pendant quelques tours d’horloge. Le moment fort de concert a sans doute été l’entrée suprise en scène de Vahombey.

Joachin Michaël

 

Ino Vaovao0 partages

AMBOHITRATOANDRO : Mifampitory ny havan’ilay ramatoa nisy namono tamin’ny fomba feno habibiana

Nifampitory indray mantsy ny zanaky ny maty sy ny raim-pianakaviana iray izay nandray an-tanana ny fikarakarana ny fananan’ny maty.

Misavoritaka tanteraka ny fifandraisan’ny fianakaviana iray ao amin’ny Fokontany Ambohitratoandro, Kaominina Analavory, Miarinarivo, amin’izao fotoana izao. Mifampitory eny amin’ny Fitsarana izy ireo noho ny lonilony taorian’ny nahafatesan’i Mama Jeanne, izay nisy namono tamin’ny fomba feno habibiana, volana maromaro lasa izay. Rehefa natao ny fikarohana sy ny fanadihadiana dia fantatra fa Rakotonirina, zanany lahitokana ihany izay mipetraka any Tsiroanomandidy sy lehilahy iray hafa no voarohirohy tamin’io vono olona feno habibiana io.

Efa niaiky rahateo ny heloka vitany izy ary izao miandry ny fitsarana azy izao. Tsy mbola voafaritra anefa ny daty hanatanterahana io fitsarana io saingy nivadika indray ny rasa taty aoriana satria io zanak’i Mama Jeanne io indray no nitory an-dRamarovahoaka anadahin-dreniny. Ity farany anefa no notendren’i Mama Jeanne hikarakara ny fananany tamin’ny fahavelony, ka noho izay fifandraisana nisy teo amin’ny Mama Jeanne sy ny anadahiny izay no tsy zakan’ilay voarohirohy ho tompon’antoka tamin’ny fandratrana nitarika tamin’ny fahafatesan’i Mama Jeanne, ka izao nitadiavany hevitra izao mba hampigadrana azy.

Voalaza fa ny 13 jolay izao no hiakatra Fitsarana ao Miarinarivo ity raharaha ity. Tsy hanaiky mora izany anefa ity anadahin-dreny ity sy ny fianakaviana miaraka aminy fa nametraka fitoriana ihany koa. Tamin’ny fotoana nandalovan-dRakotonirina tao Analavory mantsy dia nisy nandoro ny tranon-dRamarovahoaka anadahin’i Mama Jeanne, ka ny zanak’ity farany no voatondro ho nanao izany. Mikasika izay doro trano izay indrindra no itorian’ny Fianakavian- dRamarovahoaka ny zanak’i Mama Jeanne.

Nanambara izy ireo fa fampihorohoroana ny fianakaviana rehetra izay mifandray amin-dRamarovahoaka no ataon’ity zanak’i Mama Jeanne ity.Miantso ny Fitsarana handinika sy hamerina ny fanadihadiana mikasika iny raharaha iny, araka izany, ny fianakavian-dRamarovahoaka. Ity farany indray mantsy no tadiavin-dRakotonirina hisolo ny heloka nataony tamin’ny famonoana an-dreniny.

INV

Ino Vaovao0 partages

ANTSIRANANA FAHAROA : Lehilahy nandatsaka aina vehivavy iray matin’ny fitsaram-bahoaka

Nodoran’ilay nahavanon-doza ihany koa ny zanak’ilay ramatoa vao fito taona taorian’izay. Nahatezitra ny fokonolona koa anefa ny loza nitranga ka  maty niharan’ny fitsaram-bahoaka koa ilay rangahy nahavanon-doza.

Araka ny fampitam-baovao hatrany dia taorian’ny namonoany an’ ilay viavy dia nodorany tao an-tragnon’ity maty koa ny zanany vao fito taogno monja.Tsy mbola fantatra mazava ny antony namonoan’ilay rangahy ilay ramatoa tamin’ny fomba feno habibiagna izao.

Raha nahafantatra izegny ny fokonolo tao an-tanàna dia nanao rodobe nanampatra ny hatezeran’izy ireo tamin’ilay rangahy. Maty vokatr’izegny fitsaram-bahoaka ilay nahavanon-doza. Efa nidina agny an-toeragna ireo Zandary avy aty Antsiranana, ny sabotsy 1 jolay igny ihany, raha vao naharay ny vaovao mahakasika ity vono ologno ity, hijery akaiky ny zava-misy. Andrasagna, araka izegny, ny fanadihadiagna ataon’ny mpitandro ny filaminana, mba hahafantaragna bebe kokoa ny tranga misy.

Heverigny fa misy antony manokagna ny nampirisika ilay nahavanon- doza ka nahavita nandatsaka ain’olo tahaka izegny. Araka ny fantatra ihany dia tsy vadin’ilay rangahy nahavanon-doza ilay ramatoa. Andrasana ny ho tohiny.

Mpanjono

Ino Vaovao0 partages

SOAFENO : Tsy afa-po amin’ny fanadihadiana ny havan’ilay polisy efa voaroaka tamin’ny asany

Raha tiahivina ny zava-nitranga dia nisy polisy izay efa afaka tamin’ny asany no voalaza  fa nifamaly tamin’ny vadiny tao anatin’ny fokontany nisy azy tao Soafeno tamin’ny fahavelomany. Nisy araka izany ny fiantsoana ilay polisy nataon’ny vadiny ary avy hatrany dia nidina an-tsehatra ka nanambotra azy. 

Nandritra ny fanidiana  azy tao anaty violon, dia ny vata-mangatsiakany no niantsoana ireo fianakaviany ny maraina 25 aprily lasa iny. Teo anatrehan’izany, Tsy natoky sady nanahy ny antony nahafaty ny havany ireo fianakaviany ka nametraka fitoriana mba hisian’ny fanadihadiana lalina mahakasika izany. 

Araka ny voalaza fa nalefa teny ampelan-tanàn’ny fitsarana ny raharaha ny faha-12 mey lasa teo, ka ireto farany no nandefa izany teny anivon’ny polisy mpanao famotorana. Araka ny fantatra dia efa nandeha ny fanadihadiana mahakasika izany. Anisany nalainy am-bava tamin’izany ihany koa ireo olona voatazona tao anatin’ny violon nandritra ny tranga nisy. 

Araka ny fitoriana nataon’ny fianakavian’ny maty dia tsy matoky fa namono tena ny havan’izy ireo fa niniana novonoina izay voasoratra ao anaty fitoriana.Voalaza fa tsy nahitana ratra na daroka ilay maty fa faritra ny tady teo amin’ny tendany. Raha nanontaniana ny porofo mahakasika ireo fahamarinan’ireo anefa ny anabaviny dia nanambara fa tsy manana izany, nefa milaza fa matoky fa hafahafa no nahafaty ilay zalahy. Mbola notsindriany ho mpiray tsikombakomba ny fianakavian’ny vadiny  izay tsy tonga nanatrika ny fitsarana.  Mifamahofaho araka izany ny raharaha nahafaty an’Itompokolahy Heritsifanesy Ferdinand ity.Mitana ireo fianakaviany ary nanindry fatratra sady matoky fa misy ifandraisany tamin’ny tatitra nataon’ilay maty ny 20 oktobra 2015 izay nahavotonona tompon’andraikitra teo anivon’ny polisy izay efa nisy nisotro ronono, ny nahafaty azy ny 25 avrily 2017. 

Mpanjono

Ino Vaovao0 partages

FANOMANANA FOARA HATAO ANY DIEGO : Tsy nandray anjara tamin’ny fivoriana ireo mpandraharaha goavana

Efa am-pagnomagnana ny foara hatao any Antsiranana ny avy amin’ny sampandraharahan’ny Fizahantany aty Antsiranana. Tontosa, ny zoma 30 jona teo, indrindra ny fivoriagna nokarakarain’ireo avy amin’ny Ofisin’ny Fizahantany aty an-toeragna, mahakasika ny fagnatanterahagna ny foara aty Antsiranana amin’ny 27, 28, 29 oktobra ho avy izao. Tao amin’ny efitrano malalaka an’ny Kaominina ambonivohitra Antsiranana I, no nagnatanterahigny ny fivoriana fanomanana ilay foara sy ny fankalazana ny andro iraisam-pirenena ho an’ny fizahantany.

Araka ny fantatra nandritra ny fivoriagna izay nanasagna ireo mpandraharaha, solontegnan’ny fikambanana sy ny maro hafa ary nahitagna ireo olo-manan-kaja sivily sy miaramila avy aty an-toeragna dia ho avy hanatrika izegny foara lehibe izegny ireo avy amin’ny nosy rahavavy toa an’i La Réunion.

Marihina anefa fa tsy nandray anjara tamin’ity fivoriana nanomanana ny foara hatao any Antsiranana ity ireo mpandraharaha vaventy any an-toerana noho ny fampiatoana ny sidina mampitohy an’Antsiranana amin’i La Réunion. Miankina tanteraka amin’ny fisian’io sidina io ny fampidiram-bolan’ireo mpandraharana ka somary mifanipaka ihany ny tanjona amin’ilay fanaovana foara sy ny tsy fiatoan’io sidina io.

Araka ny fantatra dia hisy sambo lehibe alemana ihany koa ho tonga aty an-toeragna amin’io fotoagna io. Voaresaka tamin’izegny kosa ny momba ny trano heva na « stand » hampirantiana karazana vokatra samihafa, izay natao ho 600.000Ariary ny hofany. Maro anefa ireo nitaraina fa lafo loatra izany ka voalaza fa mbola hahegny ny fondron’izegny.Tonga taty an-toeragna nampahafantatra ny hisian’ity foara ity tamin’ny vahoakan’Antsiranana ny minisitry ny Fizahantany, izay notronin’ireo mpitondra Fanjakana taty an-toeragna. Araka ny fantatra hatrany fa hisy ny fampisehoagna talenta, fampirantiagna ireo vokatra avy aty amin’ny Faritra Diana sy ny maro hafa mandritra izany foara izany.

Ankoatra izegny dia voaresaka koa ny tokony hampiroboroboagna ny tragno fisakafoanagna amin’ny fikarakaragna ny sakafo malagasy, izay tokony hasongadina satria io no maha malagasy ny malagasy araka ny nambaran’ny minisitra ihany. Nitohy tagny amin’ny Hôtel de la Poste izegny tamin’ny fiarahagna niala hetaheta.

Mpanjono

Ino Vaovao0 partages

MANANARA AVARATRA : Bolabolana andramena 22 isa saika haondrana an-tsokosoko

Ny zoma lasa teo no nokasaina hotaterina amin’ny sambokely hiala ao Mananara Avaratra ireo andramena ireo. Araka ny vaovao voaray avy amin’ny mpitandro filaminana any an-toerana dia misy amin’izao fotoana izao ny hetsika ataon’ izy ireo hiadiana amin’ny trafikana andramena ao anatin’ny Faritra Analanjirofo.

Tafiditra ao anatin’izany indrindra dia nisy ny fiaraha-miasa teo anivon’ny APMF sy ny Zandary, ka teo no nisian’ny fifanakalozam-baovao. Sambokely iray niantsona tao amin’ny seranana no voalaza fa mampiahiahy. Rehefa nahazo ny vaovao ireo tompon’andraikitra avy hatrany dia nanao ny fidinana ifotony, ka teo no nahatratrarana ireo bolabolana andramena marobe.

Ny mpanamory ny sambo kosa nanao tongotra an-katoka nitsoaka vao nahita ny fahatongavan’ireo Zandary. Nogiazana hanaovana fanadihadiana ao amin’ny biraon’ny Zandary ao Mananara avokoa ireo andramena ireo.

Mitohy ny fikarohana izay mety ho tompon’andraikitra amin’ity raharaha ity.

Avotra Isaorana

Ino Vaovao0 partages

FANJIFANA : Tsy mampiova ny fiainan’ny olona ny fidinan’ny vidin-tsolika 70 ariary isaka ny litatra

Raha 3870 ariary ny vidin’ny Gazoala iray litatra teo aloha dia lasa 3800 ariary izany amin’izao fotoana izao. Lasa 3230 ariary ny lasantsy iray litatra raha 3300 ariary teo aloha ary nihena ho 2300 ariary kosa ny iray litatra amin’ny solika fandrehitra raha 2270 ariary izany teo aloha. Fahamarinan’ny vidin-tsolika eo amin’ny sehatra iraisam-pirenena tao anatin’ny volana vitsy no anton’izany raha ny fanazavana. 

Nahitana fihenàny ihany koa ny entona fandrehitra raha eo amin’ny tsena iraisam-pirenena.

Ny mifanohitra amin’izany mantsy no iainan’ny Malagasy satria rehefa miakatra ny vidin-tsolika dia haingana dia haingana ny fiakaran’ny vidin’entana eny an-tsena. Tamin’ity taona ity raha araka ny atontan’isa dia niakatra 50% ny vidim-piainana ka ireo zavatra ilain’ny mponina andavanandro toy ny vary , kafe, sira, siramamay, menaka, labozia, lafarina no tsy nitsahatra niaka-bidy izay tsy mifanaraka amin’ny fahefa-mividin’ny mponina intsony raha vao niakatra ny vidin-tsolika. Amin’izao fotoana izao dia ny vidin-tsolika ihany no nihena fa ny ankoatra izay dia mbola midangana avokoa. 

Ny akondro aza izao dia efa hananika ny 2000 ariary ny kilao raha 800 ariary izany roa volana lasa izay. Etsy ankilany, toa vao mainka nampiakatra ny vidim-bary ihany koa ny fahatongavan’ireo vary avy any ivelany. Raha ny marina dia tsy mahafehy ny fitantanana anatiny sy ny fanaraha-maso ny vidin’entana eto amin’ny tany sy ny fanjakana ny mpitondra saingy tsy afaka manohitra azy ireo amin’izany ny olona noho ny hery tsy mitovy. 

INV

Ino Vaovao0 partages

ANTSIRANANA VOALOHANY : Miteraka disadisa ny famindrana fitantanana ny paompy miisa 108

Nisy araka izegny ny fametrahagna fitoriagna teo agnivon’ ny Fitsarana misahagna ny ady amin’ny Fanjakana nataon’izy ireo taorian’ny  fanapahan-kevitra noraisin’ireo avy eo anivon’ny Kaominina Antsiranana I. Voalaza fa hosoloina fikambanana no hitantana ireo paompy ireo miisa 108 ao agnatin’ireo Fokontany nahazo izegny. 

Nagnambara ireo mpitantana ny rano hoesorina fa «  tsy mbola nisy olagna teo agnivon’ny Jirama tamin’ny fandoavagna ny faktioran’ ny rano  ». Araka ny fantatra dia ny tsy  fisian’ny fampandrosoagna ao agnatin’ny Fokontany no antony hagnadosoagna ny fitantagnana izegny. Marihina fa ireo avy amin’ny Kaominina no tompon-kevitra amin’ny fanoloana ireo mpitantana rano ary efa nisy fivoriagna mahakasika izegny ny 7 jona lasa igny.

Noho ny fitoriagna mipetraka any amin’ny Fitsarana ny ady ifanaovana amin’ny Fanjakana dia naato aloha hatreto ny fanapahan-kevitry ny Kaominina, araka ny tapaky ny Fitsarana, ny zoma 30 jona lasa teo. Ny fikambanana atao hoe «  pousse-pousse  » izay miara-miasa amin’ny Kaominina ambonivohitra Antsiranana I no namatsy vola nahafahagna nahazo ireo paompy jiaby ireo teo agnivon’ny Fokontany ary ny vahoaka ao agnatiny no misafidy izay natokisany nitantagna izegny.

Tavela resabe taty an-toeragna ny hanesoragna tampoka ireo mpitantagna izay voalaza fa tsy mitondra fampandrosoagna, ka ny fanomezagna izegny ny fikambanana no heverigny hisian’ny fampandrosoagna raha hitantagna izegny. Henjan-droa hatreto ny raharaha mikasika ny fitantanana paompy ity aty Antsiranana ka ho fantatra miandalagna eo ny ho tohiny.

Mpanjono

Ino Vaovao0 partages

DISTRIKAN’AMBILOBE : Mitombo isa ny olona mitondra tsimokaretina VIH/Sida ao an-toerana

Araka ny nambaran’ny « médecin inspecteur » Soavinarivo Romeline Elysée tamin’ireo olona 3325 voatily teo anelanelan’ny volana janoary sy ny volana mey tamin’ity taona ity dia 34 no voamarina fa mitondra azy io.

Nohamafisin’ity mpitsabo ity fa tamin’ny taon-dasa, tamin’ireo olona 5475 nanao fitiliana dia 10 monja no nahitana io tsimokaretina VIH/Sida io. Marihina fa teo anelanelan’ny taona 2005 sy taona 2017, miisa 84 ny olona fantatra fa mitondra izany tsimokaretina izany any an-toerana. Ny tsy fahampian’ny fanentanana amin’ny fampahafantarana ity tsimokaretina ity hoy dokotera Soavinarivo Romeline Elysée no tena fototra mampirongatra ny fiparitahan’ity aretina ity.

Noho izany manentana ny mponina any an-toerana sy any amin’ireo Distrika hafa ao amin’ny faritra Diana ny tenany hanao fitiliana mba hahafahana miady amin’ny fiparitahan’ny tsimokaretina VIH/Sida any amin’ny tapany avaratry ny Nosy. « Efa an-dohalika ny ranom-bary », hoy izy.

A.Lepêcheur

Agence de Presse de l'Ocean Indien0 partages

Huawei renforce sa position avec le P10

En 3ème place dans l’industrie de la téléphonie mobile mondiale, Huawei renforce sa position en proposant des produits haut de gamme. C’est ainsi qu’elle a lancé au Congrès Mondial de la Technologie au mois de février, ses derniers bijoux technologiques Huawei P10 et Huawei P10 Plus. Ces gammes arriveront bientôt sur le marché malgache. Le 30 juin dernier, elles ont été présentées officiellement au Café de la Gare, à Antananarivo. « Ces gammes d’Huawei ont été conçues pour offrir une expérience photographique exceptionnelle sur smartphone. Elles disposent de 2 caméras Leica et d’un stabilisateur autofocus évitant les flous » précise Vinesh Eranah, Retail Training Manager d’Huawei.

Par ailleurs, les deux modèles disposent de la protection Corning Gori et de bordures étroites. Ce sont les premiers smartphones au monde à être équipés d’une connectivité 4,5G.

Présente à Madagascar depuis 10 ans, Huawei a investi depuis 2015 dans la téléphonie mobile. « Nous avons un bon positionnement sur le marché malgache et nous continuons à prendre de l’ampleur. » Dans la Grande Ile, les smartphones Huawei sont distribués exclusivement par Utelco. La semaine prochaine, les gammes Huawei P10 et Huawei P10 Plus seront présentés aux consommateurs réunionnais.

Tia Tanindranaza0 partages

FANDRIAMPAHALEMANA

Mirongatra ny asan-jiolahy mahery vaika any amin’ny distrikan’i Miandrivazo.

 Nitrangana zava-doza, 15 km tsy hidirana ny tampon-tanànan’i Moramanga ny faran’ny herinandro teo. Hita tao anaty kirihitr’ala efa tsy nisy fofon’aina intsony mantsy ny vatana mangatsiakan’ny lehiben’ny fokontany ao Ankazondady Mangarivotra, distrikan’i Moramanga niaraka tamin’ny vady andefimandriny. Raha araka ny vaovao azo dia vokatry ny vely hazo natao tamin’ny lohan’izy mivady ireto no nanafaka ny ainy raha mbola tratra nanodidina ny vatana mangatsiakan’izy ireo ny tavoahangina toaka sy tapaka sigarabe nofohan’ireo mpanao ratsy sy nohaniny. Tsy hita intsony kosa ny môtô notaingenan’izy mivady ireto fa lasan’ireo mpanao ratsy.

SOSIALY

 Ankizy miisa 19 tsy manan-tsiny hatramin’ny fiandohan’ny taona no ho mankaty no noraisin’ny Centre Ilaiko eo anivon’ny BMH Isotry an-tanana. Ny 14 tamin’izy ireo ankizy nirenireny raha ankizy niharan’ny fampijaliana kosa ny dimy ambiny. Tsiahivina moa fa ny kaominina Antananarivo Renivohitra no miahy mivantana ity akany ity.

Feno 100 andro tamin’ny herinandro teo ny nandalovan’ny rivodoza Enawo teto amintsika ka nandripahany faritra maro toy ny tany Atsinanana. Anisan’ny tena nitondra faisina tamin’izany ny distrikan’i Maroantsetra. Olona mihoatra ny 60.000 isa no noraisina an-tanana  notronin’ny birao mahaleotena iadiana amin’ny kolikoly.

 Nitrangana hain-trano goavana tao an-drenivohitr’i Sainte Marie ny zoma alina teo. Trano fisakafoanana sy fandraisam-bahiny iray lehibe no levon’ny afo vokatry ny fipitihan’ny afo tamin’ny tafony izay marihina fa ravin-kazo efa maina. Tsy tana ny afo na dia efa nirotsaka an-tsehatra aza ny mpamonjy voina. Raha araka ny vaovao azo farany moa dia tsy nisy nokitihina kosa ireo bungalow nanodidina ity trano fisakafoanana iray lehibe ity.

 Nihaona mivantana tamin’ireo Ben’ny tanàna avy amin’ny kaominina 29 isa mandrafitra ny distrikan’i Tolagnaro ny solombavambahoaka voafidy any an-toerana. Anton’ny fihaonana ny fandinihina manokana mikasika ilay vola 300 tapitrisa Ar omena ny kaominina mba hanamboarany fotodrafitrasa. Anisan’ny nisongadina tao ny asa fanamboaran-dalana izay tena mampitaraina ny ankamaroan’ireo kaominina ireo.

KOLOTSAINA

 Tafatsangana any amin’ny distrikan’i Miandrivazo ny ivontoerana ara-kolontsaina napetraky ny CMDELAC sy ny OIF. Clac no anaran’izy ireo ahitana boky miisa 3.000 isa sy fitaovana maro samihafa. Ny faran’ny herinandro teo no notokanana tamim-pomba ofisialy ny fotodrafitrasa natrehin’ny solontena avy eo anivon’ny minisiteran’ny kolontsaina sy ny fiahiana ny vakoka.

FIFAMOIVOIZANA

 Ahiana ho tapaka ny lalam-pirenena faha-12 any amin’ny distrikan’i Manakara. Misy mangalatra avokoa mantsy ny bizo any ambanin’ny tany ka eo amin’ny PK 62 no tena ahitana. Amin’ny alina ireo olon-dratsy no tena manao ny asa ratsiny ka tsy mety tratra. Efa nisy moa ny fidinana ifotony notanterahin’ireo tompon’andraiki-panjakana isan-tsokajiny any an-toerana ny faran’ny herinandro teo.

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fanafihan-dahalo tany Tritriva-BetafoOlona 2 no maty

Efa isan’andro ny asan-dahalo ao Vakinankaratra sy ny manodidina raha tsy hilaza afa tsy ny ilany avaratry ny faritra Amoron’i Mainia, manasaraka ny faritra roa tonta iny.

 

 Ny alin’ny sabotsy hifoha alahady 3 jolay 2017 lasa teo dia nitrangana fanafihan-dahalo indray ny tao amin’ny kaominina Tritriva, distrika Betafo. Tanàna kely 10 tafo teo atsimon’ny farihin’i Tritriva ity nisy nanafika ity. Raha ny fijoroana vavolombelona nataon’Atoa Rasolomanana Edmond, monina ao dia tokony ho tamin’ny 10 sy sasany alina no tonga ireo dahalo izay tsy voafaritra mazava ny isany. Toy ny mahazatra dia tsoka kiririoka sy poa-basy arahina ompa variraraka no nataon’ireo dahalo. Tratry ny tapim-baravarana avokoa ireo trano rehetra raha ny fanazavany ihany ka tsy nisy sahy nivoaka ny mponina. Lehilahy iray 35 taona kosa no sahy nifanandrina tamin’ireo dahalo, izay nitsambikina avy teny an-davarangana. Raikitra ny fifanjevoana teo amin’ny roa tonta ka 3 ka hatramin’ny 5 minitra teo ny fifanjevoana dia nangina ny tanàna ary poa-basy in-telo no nifampitanan’izy ireo. Vaky bao nandositra ireo dahalo. Rehefa nangina ny tanàna dia notadiavina Raflôra, ilay sahy nivoaka, ka ny vatana mangatsiakany sisa no hitan’ny fokonolona voarasan’ny famaky ny handriny. Rehefa nizaha ny nanodidina ihany izy ireo dia nahita ra raraka nitaritarika nianatsimo ny nahitana ny fatin’ilay raim-pianakaviana ka teo no nahitana fatin-dahalo iray izay azo antoka fa voatifitra satria nisy lavaka be teo amin’ny tratrany nidiran’ny bala.

Caius R

 

Tia Tanindranaza0 partages

TVM SY SCOOP DIGITALMitady mpilalao sary mihetsika vaovao

Mitady mpilalao sary mihetsika vaovao hanome aina ilay tantara mitohy “Tsy misy mipika” ny televizona Malagasy sy ny tranom-pamokarana Scoop digital.

Tia Tanindranaza0 partages

Amoron'i ManiaBen'ny tanàna 61 nofanin’ny CNaPS

Naharitra roa andro ny fiofanan’ireo ben’ny tanàna avy amina kaominina miisa 61 ao anatin’ny faritra Amoron’i Mania, izay natao mba hanatsarana ny fitantanana eny anivon'ny kaominina.

Tia Tanindranaza0 partages

KIS Madagascar sy ny minisiteran’ny fahasalamanaHanatanteraka fizaham-pahasalamana maimaimpoana

Tsy manana fahafahana ny hitsabo tena intsony ny ankamaroan’ny olona ankehitriny, noho ny hasarotan’ny fiainana.

Pati

Tia Tanindranaza0 partages

Loham-boto mianakavy

Mafotaka indray ny resaka horonam-peo momba ilay mpanolotsain’ny filoham-pirenena, izay nilaza azy ho henjana sy tsy azo kitikitihina.

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Ady totohondry Malagasy avy any CongoNitondra medaly alimo 2 nody

Tafaverina an-tanindrazana ny alakamisy 30 jona teo ny delegasiona Malagasin’ny taranja ady totohondry avy niatrika ny fiadiana ny ho tompondakan’i Afrika eo amin’ny “boxe amateur” andiany faha-18 notontosaina tany Congo-Brazaville ny 18 - 25 jona lasa teo.

 Medaly alimo 2 azon’ny mpikatroka mianadahy dia Randria­narivelo Marco Jérôme, mpilalao avy any Atsinanana  sokajin-danja  -52kg izay resin’ny teratany  Algeriana teo amin’ny ankatoky ny famaranana, sy Andriamiarisoa Miora Tiana vehivavy avy eto Analamanga sokajin-danja -48kg izay resin’ny teratany Cameroney teo amin’ny manasa-dalana ihany koa no voan-dalana nentin’izy ireo. Noho ireo medaly azony ireo dia tafita hiatrika ny fiadiana ny ho tompondaka eran-tany eo amin’ity taranja ity izay hotontosaina any Hambourg any Allemagne amin’ny volana aogositra izao ireto mpikatroka Malagasy 2 ireto. Zava-dehibe eo amin’ity taranja ady totohondry Malagasy ity ireo vokatra azo ireo taorian’izay 7 taona tsy nandraisantsika anjara tamin’ny fifaninanana iraisam-pirenena izay, hoy Andriamanampisoa Gégé Bosco nitarika ny delegasiona tany Congo. Nomarihany kosa anefa fa niharana fitsarana tsy dia nazava loatra ny mpilalao Malagasy Marco Jerôme teo amin’ny lalao manasa-dalana natrehany ka nanaovana fitarainana mazava nefa tsy niova intsony ny vokatra azo. Raha ny mikasika an’i Miora Tiana kosa dia hita fa efa zatra ady iraisam-pirenena izy tamin’ny ankapobeny ka tsy nahagaga ny vokatra azony. Marihana moa fa efa tompondakan’i Afrika teo amin’ny taranja kick boxing “full contact” izy tamin’ny taona 2014 ary tompondaka erantany lefitra tamin’io taranja io ihany tany Italia ny taona 2014 sy tany Serbia ny taona 2015. Fantatra tamin’ny fotoana fahatongavan’izy ireo teny Ivato fa hanatanteraka fiofanana any Alemaina herinandro vitsivitsy mialohan’ny  « Mondial boxe 2017 » izy mianadahy ireto. Fantatra ihany koa fa anisan’ireo hisitraka ny vatsim-piofanana olimpika hanomanana ny “Jeux olympiques” hotontosaina any Tokyo any Japon amin’ny taona 2020 miaraka amin’ny mpilalao Nomenjanahary Tony Heriniaina avy any Matsiatra Ambony eo amin’ny sokajin-danja -49kg izy ireo. Mbola nomarihan’ity lehiben’ny delegasiona Malagasy ity fa tsy misy fahamarinany velively ny amin’ny hoe fandraisana tsizarizay nihatra tamin’izy ireo tany Congo ary efa voaloa daholo ny latsakemboka iraisam-pirenena tokony honefaina hatramin’izay ka nahafahan’ireo mpilalao Malagasy niakatra ringa ara-dalàna. Mikasika an’ilay “passeports” voatazona tany amin’ny seranam-piaramanidin’i Congo dia nambarany fa nihatra tamin’ireo delegasiona rehetra tonga tany an-toerana io ka naverin’ireo tompon’andraikitra rehefa avy nandoa ny saran’ny “visa” 50 dolara isan’olona.

Ntsoavina Evariste

 

 

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

SHELL extra ChallengeHahazo solika maimaimpoana ireo tsara vintana

Mba ho fanomezana fahafaham-po ny mpanjifa, indrindra fa ireo mahay misafidy ny hampiasa solika tsy mandany hampiasaina amin’ny fiarany dia mikarakara fifaninanana goavana ho azy ireo antsoina hoe :

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Sendika manerana ny nosyHitady vahaolana mety amin’ny rehetra

Nanatanteraka fivoriambe tetsy Antaninarenina ny sabotsy teo ireo sendika marobe manerana ny nosy izay mitokona matetika noho ny fahatsiarovan’izy

ireo fa marary ny tontolon’ny asam-panjakana eto amintsika. Anisan’ireo tazana teny an-toerana ny sendikan’ny mpitsara (SMM), ny sendikan’ny mpiasam-panjakana (SSM), ny sendikan’ny mpampianatra mpikaroka (SECES) sy ny avy eo anivon’ny Air Madagascar ary ny fadin-tseranana (Sympidou). Ny hitady vahaolana mety amin’ny rehetra moa no tanjona, raha ny fanazavana, ary hampahafantatra ny fitondram-panjakana fa misy andraikitra tokony ho fantatry ny mpitondra eo anivon’ny sendika amin’ny maha solontenam-bahoaka izany sendika izany. Mety hisy ny fitokonana faobe hotanterahan’ireto sendika ireto ary ny avy eo anivon’ny Sympidou moa dia nilaza fa hiverina hitokona ny alarobia izao rehefa tsy misy vahaolana. Ny SMM kosa dia mety hanitatra ilay fe-potoana 10 nomeny ny fanjakana satria tsy eto an-toerana ny minisitra tompon’andraikitra, hoy ny fanazavana. Hatreto aloha dia hita ho tsy mampihetsi-bolomaso ny fitondram-panjakana ny fitakiana sendikaly etsy sy eroa. Raha hiverenana ny zava-nisy 2 taona lasa, ohatra, dia anisan’ny henjana ny fitakiana nataon’ny sendikan’ny mpiasan’ny Air Madagascar sy ny Jirama saingy toa nangingina taty aoriana. Tsy voavaly daholo anefa ny zavatra notakiana ary mbola misy ny olana hatramin’izao. Resaka tombontsoa ho an’ny mpiasa moa no tena takian’ny sendika amin’ny ankapobeny. Misy ihany koa anefa indraindray ny fitsabahan’ny resaka politika sy ny resa-bola ka mety ho noho izay no tsy maha rototra ny mpitondra fanjakana satria efa hain’izy ireo ny mandamina izay mila alamina rehefa tena mafana ny fitakiana.

Mirija

 

Tia Tanindranaza0 partages

Taratasin’i JeanDia aiza ny anjaranareo ry Jean ?

Miarahaba anao aho ry Jean ! Tena nahafinaritra ahy rangahy ny fanazavana nomenao mikasika an’ity kandranay ity ilay tamin’ny indray mandeha iny a !

 Tena marina ny voalazanao fa tsizarizary ny fivelomanay e ! Tsy mankany ambany atsinanana intsony koa izahay, hoy ianao. Kanefa anie ilay lamandy takianareo raha sanatria manao folaitra araka ny fiheveranareo azy iny ka tsy maintsy hitondra anay any ihany rehefa tsy voaloa e ! Izahay tsy niteny hoe ataovy kely ilay lamandy fa mba ataovy ara-drariny kosa e ! Dia raha hohatsaraina marina ary ity fivelomanay ity dia ahoana no ahafahan’ireo debanay mampiakatra tampoka ny revy eo ? Mba aiza ny anjara birikinareo amin’izany fanampiana izany ? Tsy vitan’ny vava fotsiny anie io fa raha tsy izany efa natao e ! Sao mba mila fanampiana aminao milaza ho Raiamandreniny io izy ity Jean a !

Marco

Tia Tanindranaza0 partages

Hery RajaonarimampianinaHidi-bingo indray !

Sahiran-tsaina i Hery Rajaonarimampianina amin’ny fitantanana ny firenena amin’izao fotoana.

Toky R

 

News Mada0 partages

Fifandraisana an-telefaonina : Bianco – Claudine Razaimamonjy #Audio

https://youtu.be/n-UbwsXwHCU

Bianco: Allo izaho ihany, Tompoko, ilay niantso teo. Avy aty amin’ny BIANCO

Ramatoa Claudine: Allo ! dia inona? dia maninona ?

Bianco: Aaa miresaka moramora madama a

Ramatoa Claudine: Ianareo ao amin’ny Bianco zany dia zao fotsiny ny zavatra teneniko anareo, tsy aleo miandry an’i président Hery hiala ianareo vao miantso ana ? Ianareo efa fantatray fa hampiasain’ny mpanohitra … efa misy mpanao gazety miandry anà eo … aleo miandry an’i président hery miala ianareo vao miantso anà, zay fotsiny no teneniko anareo…Ianareo hampiasain’ny mpanohitra, zay fotsiny no teneniko anareo

Bianco: Nenay manao asa izahay dia tsara ngamba isika raha mihaona

Ramatoa Claudine: Ka tsy rarahiko izany e, tsy mila anareo zany aho. Alaivo aty Iavoloha aho raha sahy ianao

Bianco : Tsy haka anao izany izahay madama fa ianao olona manankaja

Ramatoa Claudine : Alaivo aty amin’ny palais za, raha mahasahy ianareo

Bianco: Izahay anie Madama hikaroka ny marina, manao fanadihadiana e?

Ramatoa Claudine: Fanadihadiana amin’ny inona? Tsisy saina maty daholo! Mangala « audience » any amin’i Hery Rajaonarimapianina ary! Andraso hiala i Rajaonarimampianina vao miantso ahy ianareo… Ianareo ataon’ny « opposition » fitaovana ry Bianco a… Alaivo aty amin’ny Palais aty Iavoloha aho raha sahy ianareo! Tongava aty Iavoloha fa aty aho izao!…Fa tsy misy hafa tsy mpanohitra, kobonay daholo ny histoire anareo … zay au pouvoir rangà tsy hampiorohoronareo zany a, hifankahita eto isika

Bianco: Ny angatahinay madama ny hihaona aminao raha afaka ianao

Ramatoa Claudine: Tsy mila anareo aho, ambarako anareo tsara mintsy.

Bianco : Na ohatra oe aty amin’ny birao na any amin’ny izay birao tinao anie dia manantona izahay e

Ramatoa Claudine : Tsy mila ny biraonareo aho, mpanohitra ianareo amina

Bianco : Ilay izy tsy resaka fanoherana fa resaka fanadihadiana dia mba mila ny fanazavanao izahay

Ramatoa Claudine : Fanadihadiana amin’ny inona ? … Za tsy mila …

Bianco : Aiza no maka audience ?

Ramatoa Claudine : Any amin’i Hery Rajaonarimampianina maka audience raha te hiresaka aminà

Bianco : Ka efa mahazo anao ve izahay dia mbola ho any kosa

Ramatoa Claudine : Ka za tsy mila, ianareo hampiasain’ny mpanohitra tsy misy olona vendranan eto … Aleo hiala Hery Rajaonarimampianina vao mikitika anà

Bianco : Fitiavan-tanindrazana mihintsy no mampiasa anay ka sao dia mba afaka mihaona na androany na rahampitso ?

Ramatoa Claudine : Tsy mila, tsy manampotoana aminareo aho, antsoy Mamy Ravatomanga ireny no mampiasa anareo

Bianco : Tsy mifandray amin’izany ilay asa madama

Ramatoa Claudine: Tsy mila, aty Iavoloha aho izao dia tongava aty.

Bianco : Ka raha tonga any ve dia raisinao izany ?

Ramatoa Claudine : Avia aty, aty amin’ny palais aho izao

Bianco : Dia afaka mandray anay ve ianao raha makany izahay ?

Ramatoa Claudine : Tsy mila mandray anareo aho

Bianco : Ka ianao niteny hoe any no misy anao dia hanantona zany izahay fa tsy olana

Ramatoa claudine : Tsy rarahinareo izay misy ana na aiza na aiza, hifapinan*** eto isika

Bianco : Aza miteny ratsy moa madama azafady

Ramatoa Claudine : Ka masos*** ny zavatra ataonareo … Ataovy ao anatin’ny lohanareo fa izahay no eto amin’ny « pouvoir » izao! Tsy mila mandray anareo iaho! Tsy mila!

Bianco: ataonao inona hoe ny « carrière » nay?

Ramatoa Claudine: Asa. Ho potipotehinay ny « carrière »-nareo. Ho hitan-tsika eo! Hifankahita isika! *** !…

La Vérité0 partages

Football - Cosafa Castle Cup 2017 - « Nous sommes déçus »

Madagascar sort par la grande porte. « C’est la déception totale bien sûr. Nous méritons d’aller plus loin dans cette campagne de la Cosafa 2017 en Afrique du Sud, mais je dois être très fier de la prestation et de l’état d’esprit de mes joueurs. Ils se sont battus jusqu’à la fin parce qu’ils ont cru jusqu’au coup de sifflet final à une éventuelle qualification. Malheureusement dans l’autre match, les Seychelles n’ont pas fait de résistance face au Zimbabwe, d’où notre élimination. Mais je suis satisfait de ce que j’ai vu et cela me permet de mieux préparer la double confrontation face au Mozambique au second tour des qualifications au CHAN 2018.

Nous nous sommes convenus que le tournoi Cosafa servirait aux joueurs de préparation pour le CHAN et je sors du tournoi plutôt optimiste », annonce Raux Auguste, le coach des Barea de Madagascar. Rappelons que Madagascar a quitté la compétition dans la phase de groupe. Ils ont mérité d’aller un peu plus loin dans le tournoi. Deux victoires (et un nul) pour six buts marqués (contre un but encaissé) n’ont pas suffi à la sélection malagasy d’accéder en quarts de finale. La faute à une différence de buts moins avantageuse (+5) par rapport au Zimbabwe (+10). A l’issue de la troisième journée de match de groupe, Madagascar  et le Zimbabwe avaient en effet le même nombre de points (7 chacun).Mais il a fallu les départager au goal average car seul le premier du groupe peut se qualifier pour les quarts de finale. Les Warriors zimbabwéens ont été supérieurs grâce à deux succès retentissants 4-0 face au Mozambique lors de la première journée ; puis 6-0 face aux Seychelles lors de la troisième journée.

Le Zimbabwe en demi-finales

Le Zimbabwe a battu le Swaziland, également exempt du premier tour, sur le score de 2 buts à 1 grâce à ses « sud-africains » Ovidy Karuru et Knox Mutizwa. Demain mercredi 5 juillet à 19h30 (heure locale), le Zimbabwe défiera le Lesotho, vainqueur de la Namibie aux tirs au but (5-4, 0-0) en quart. L’Afrique du Sud, tenante du titre, s’est heurtée sur une ambitieuse équipe de la Tanzanie (0-1) au Stade Royal Bafokeng. La Tanzanie (2-1) va se mesurer tout d’abord à la Zambie qui a sorti le Botswana en quart à 17h locale pour la première demi-finale.

E.F.

La Vérité0 partages

Agences de recrutement - Des postulants exploités et arnaqués…

Outre les agences de placement clandestines, celles de recrutement rejoignent de plus en plus le réseau et gagnent du terrain. Actuellement, nombreuses sont les agences de recrutement qui s’ouvrent dans la Capitale mais aussi dans les régions. Elles se concentrent et se focalisent notamment dans le recrutement de personnes rencontrant des difficultés dans la recherche d’un travail. Ces agences œuvrent également à l’endroit des gens habitant dans les zones rurales et enclavées. 

Ne connaissant pas les conditions d’une vie en ville, ces derniers s’impatientent de rejoindre la Capitale. Ils deviennent ainsi esclaves de leur envie en acceptant tout travail payant sans se soucier des clauses. Il s’agit de personnes à la recherche d’emploi comme chauffeur, gardien, nourrice, femme de chambre et tant d’autres encore. « Un ami de la famille m’a fait venir en ville le mois de novembre dernier pour travailler en tant que domestique. Il a été convenu que je recoive une somme de 50 000 ariary mensuellement et que cet argent sera versé à moitié à ma famille », a fait savoir Noro (nom d’emprunt), une jeune fille de 18 ans. Selon ses explications, en trois mois de dur labeur, elle n’a rien reçu de la part de ses patrons. Elle a décidé de démissionner et c’est ainsi qu’elle a fini par solliciter l’aide d’une agence de recrutement. En deux semaines d’attente, une famille l’a accueillie. Depuis, elle reçoit dans le temps ses paies avec des conditions de travail favorables. Rares sont les personnes notamment des jeunes rencontrant des agences comme telles qui sont prêtes à leur servir. 

Droit ou récompenses

Bon nombre de ces agences se remplissent la poche par des tromperies. « Une somme de 10 000 ariary m’a été demandée avant que je puisse intégrer un lieu de travail. Cette pratique m’a paru irrégulière que je n’ai pas alloué cette somme d’argent », avoue une autre jeune fille à la recherche d’un travail de nourrice. « Par contre, les intéressés ont été plusieurs et ils ont été tous prêts à payer cette somme », a-t-elle continué. Or, dans leur annonce, la raison de leur existence se fonde sur l’entraide de ceux qui sont dans le besoin, sans leur appauvrir pour autant. La plupart de ces demandeurs d’emploi sont confrontés à des contraintes familiales les empêchant de poursuivre leurs études. Issus généralement d’une famille défavorisée, les intéressés ne posent aucune condition que les arnaqueurs se multiplient. Bon nombre de ces derniers demandent des sommes assez importantes avant d’offrir un travail à ces personnes. Il existe même des travailleurs qui doivent leur donner de l’argent en guise de récompense. Toutefois, certaines agences essaient de comprendre la situation des nouveaux venus en leur offrant des toits jusqu’à ce que des opportunités s’offrent à eux. Or, quelques années auparavant, le bouche-à-oreille suffisait pour trouver de l’emploi.

Kanto R.

La Vérité0 partages

Andohatapenaka - Arrestation d’un faux agent des domaines

Un homme prénommé Charlie (27 ans) a été arrêté par la Police, le 29 juin à Andohatapenaka, pour des affaires d’arnaque. Selon le Service central de la lutte contre la corruption (Sclc) de la Police ayant procédé à l’arrestation, le concerné prétend être un agent des domaines pour escroquer ses victimes. D’ailleurs, c’était grâce à cette usurpation qu’il a réussi à avoir entre ses mains les dossiers fonciers de ses proies pour ensuite les manipuler à sa guise. Il leur a alors promis de se charger de leurs « cas ». Une fois qu’il a tous les dossiers nécessaires, Charlie a alors les mains libres pour agir. Son objectif : trouver à son tour un repreneur pour revendre la parcelle appartenant à chaque victime. De plus, certains propriétaires de terrain lui accordent une procuration. Charlie exploite cette situation. Il fait lui-même la saisie en reproduisant une copie du dossier original.

Puisqu’il dispose de nombreux dossiers, il arrive à tromper le propriétaire imprudent et moins vigilant. Charlie réussit toujours à duper la victime en lui faisant lire son dossier, qui est sur le point d’être constitué. Parallèlement,  l’escroc ne lui montre guère le vrai contenu de l’autre bonne partie du dossier, qui n’a d’autre but que la transaction de sa parcelle. Dans cette manœuvre habile du trompe-l’œil, Charlie obtient alors la signature en bonne et due forme de sa victime, une signature qui sera ensuite vérifiée et approuvée par la Commune.

Récidiviste 

C’était après cette manœuvre malsaine qu’une victime ayant l’intention d’acheter une parcelle sous les yeux d’un notaire, a porté plainte le 6 septembre  2016 après avoir appris toute la vérité sur le dénommé Charlie. Ce n’est qu’à la suite du versement d’un acompte de 9,3 millions ariary que l’acheteur victime s’est finalement rendu compte qu’il a été dupé. En effet, il a finalement découvert que la parcelle qu’il a voulu acheter et évoquée initialement par Charlie,  était loin de correspondre à celle qui avait été mentionnée dans le contrat foncier signé le 10 août 2016. Pire, il a pu rencontrer le propriétaire du terrain, dévoilant ainsi l’intention malhonnête de Charlie. Depuis, ce dernier était recherché par la Police mais n’a été repéré et arrêté que récemment.  Lors de son audition par la Police, Charlie a avoué qu’il a fait de ce genre d’arnaque son gagne-pain. Il n’a pas caché le fait d’avoir scanné les signatures ou autres cachets nécessaires à ses agissements. Il a pourtant été incarcéré pour 18 mois pour le même motif en 2014. Pendant qu’il était censé purger sa peine, il s’est évadé de prison le 13 janvier 2015 dans une escorte aux 67 ha. Malgré les avis de recherche à son encontre, il a alors pu continuer à sévir encore durant les deux années et demie après son évasion.  

Franck Roland

La Vérité0 partages

Machine arrière

Et le pays recule ! Tel un engin qui ne peut plus avancer ou remonter la pente et se voit condamné à faire machine arrière. C’est la caricature d’un taxi-brousse plein à craquer, sur une pente dangereuse, dont le moteur fait faux bond tandis que le frein lâche et le conducteur, avec tous les passagers à bord, ne sait plus comment faire. Le véhicule fait marche arrière et va finir sa course folle au fond du ravin. Un « atterrissage » dramatique qui coûtera la vie à plusieurs personnes.

L’image que la Grande île offre, en ce moment, correspond malheureusement à cette caricature présentée ci-haut. En cette période très critique de la vie nationale, le régime fait preuve  d’incapacité à maîtriser la situation. Les dirigeants étalent, par une volonté affichée, leur détermination à violer les bases de la Loi fondamentale relatives aux droits les plus élémentaires de l’Homme. Dans l’Art.7 du sous-titre premier, la Constitution garantit, en substance, « les droits individuels et les libertés fondamentales ». En plus, dans l’Art. 10 : « Les libertés d’opinion, d’expression, de communication, de presse,… sont garanties à tous… ». Certes, il existe des limites que chacun doit respecter, mais, la base est là.

Les barons du régime tentent, par des moyens détournés, de museler ces libertés fondamentales. A travers le litige qui oppose le journal « Free News » avec le président du Sénat, Honoré Rakotomanana, on voit apparaitre, en filigrane, l’obsession du Cabinet et l’entourage du perchoir du Sénat de vouloir harceler les journalistes. Les « faucons » autour de Honoré Rakotomanana, en dépit d’une issue à l’amiable que l’Ordre des Journalistes avait pu dénicher, veulent toujours acculer « Free News » et dramatiser l’affaire. Un retour en arrière qui exprime une volonté de sévir. Et les responsables des enquêtes allaient encore plus loin en convoquant, pour l’occasion, la propriétaire du journal. Un geste qui va en l’encontre du Code de la communication médiatisée qui stipule, dans son Art. 32, entre autres, que la responsabilité en termes de délit de presse, pour le compte d’un journal, revient au directeur de publication ou au rédacteur en chef ou à l’auteur de l’article incriminé. Le propriétaire est solidaire aux règlements en numéraires des éventuelles condamnations et est civilement responsable de l’acte. Ainsi, il n’est jamais question d’interpeller toutes personnes autres que les auteurs cités dans le Code. Un Code qui est, en lui-même, en contradiction avec l’esprit de la liberté d’opinion et d’expression. Ce genre d’excès de zèle que nos éléments des Forces de l’ordre font état doit être banni.

A cause de leurs propres bêtises, les tenants du régime, acculés au mur, agissent en porte-à-faux ravivant les tensions dans plusieurs secteurs-clés de l’Administration. Des tentatives de forcing pour mater les mouvements de grève des syndicats ne se cachent plus. Comportements, en totale contradiction avec la philosophie de la Constitution et que les leaders des syndicats contestent avec la plus grande fermeté. On dirait que les dirigeants chercheraient la confrontation. Et là, ils se trompent lourdement et énormément. L’Histoire a bien démontré qu’on ne peut pas aller à l’encontre des intérêts du grand nombre. Un risque pour tout régime !  Il faut toujours aller de l’avant vers la concertation. Et attention à la machine arrière !

Ndrianaivo

La Vérité0 partages

Randonnées - Valorisation de la Région d’Analamanga

Alors que la période des vacances débute à peine dans la Grande île, les activités divertissantes commencent déjà à prendre forme. Pour valoriser la Région d’Analamanga, l’Office régionale du tourisme d’Anala-manga (Ortana) organise des randonnées dans les périphériques de la Capitale pour ce mois de juillet. En effet, la plupart des touristes ne restent pas longtemps à Antananarivo. A leur arrivée, ils s’empressent de rejoindre les régions côtières ou les sites les plus réputés du pays. De ce fait, la Capitale est laissée pour compte, d’où la nécessité de sa remise en valeur.

Les randonnées auront lieu toutes les fins de semaine de ce mois pour permettre plus de disponibilités aux intéréssés. Les destinations prévues sont Ambohibehasina-Isoavina, Iharanandriana et Tsiazompaniry. Le tarif des randonnées s’élèvent à 45 000 ariary pour la première destination et 50 000 ariary pour la seconde. Ce tarif inclut les frais de transport, de même que la prestation de guidage, l’assurance, la bouteille d’eau et le déjeuner. Pour la destination Tsiazompaniry, le coût de la randonnée revient à 165 000 ariary, incluant toutes les dépenses citées ci-dessus mais également les repas durant le séjour, l’hébergement et le droit de visite.Le calendrier de ce moisPour le 8 juillet, la destination prévue est le village d’Isoavina qui se localise à plus de 27 km à l’est du centre-ville d’Antananarivo, mais des arrêts se feront aux environs du village d’Ambohibehasina et d’Ambanitsena. Cette randonée se singularise par la découverte d’un village typiquement merina, orné par des vestiges comme le portail en disque de pierre, la beauté des paysages environnant le trajet, ainsi que la possibilité de découvrir la première école d’artisanat de Madagascar créée par des missionnaires. Le 22 juillet prochain aura lieu la visite de la colline d’Iharinandriana, connue aussi sous le nom de casque de Behenjy. Elle se situe à 35 km au sud de la Capitale, à la limite de la Région d’Analamanga. Elle est surtout réputée pour son foie gras. Ce lieu promet une montée de 1 690 m, une forêt de tapia ainsi que des plantes xénophiles et endémiques des Hautes- terres centrales. La clôture du mois de la randonnée se fera à Tsiazompaniry.Contrairement à la précédente, l’excursion durera 2 jours, notamment les 29 et 30 juillet. Rova R.

Madagascar Tribune0 partages

Retour de la plaque d’immatriculation rouge pour les véhicules administratifs appartenant à l’Etat

Petite surprise lundi au palais de Mahazoarivo : la plaque d’immatriculation des véhicules de représentation et des voitures d’escorte du Premier ministre devient rouge. Un air de changement, voire du respect de la loi en vigueur semble souffler au sein de cette institution. Un responsable auprès de la primature nous confie que « Le Premier ministre a donné instruction aux services de la Primature de donner l’exemple pour changer la plaque d’immatriculation des véhicules administratifs en plaque rouge ».

Un délai d’un mois aurait été donné à tous les ministères de se conformer à cette instruction. Ainsi, tous les matériels roulants du patrimoine de l’Etat devraient porter une plaque rouge. Un acte symbolique certes, mais qui semble être important dans l’exercice du pouvoir. Cette disposition permettrait également de faire face à tout abus et utilisation à des fins personnels des véhicules de l’Etat, une pratique très courante au sein des ministères qui a gagné du terrain durant la transition.

Madagascar Tribune0 partages

Le GAP de 16 milliards d’Ariary pour les préparatifs électoraux en train de se résoudre ?

Seize milliards d’Ariary, c’est la somme qui manque à la Commission électorale nationale indépendante (CENI) pour les préparatifs électoraux. Si la date des élections présidentielles a été dévoilée la semaine dernière, la tâche est encore ardue pour cette commission. Pour rappel, ce gap de 16 milliards d’Ariary résulte de l’application de la nouvelle loi électorale, dont la création de 4 000 nouveaux bureaux de vote.

Selon les explications du vice président de la Commission, Thierry Rakotonarivo, ce gap ne constitue point un obstacle du fait que la ministre des finances a elle-même assuré que la CENI disposerait des fonds nécessaire pour mener à bien sa mission.

« Il existe un mécanisme d’aménagement de crédit qui servira à financer les élections dans le cas où ce gap de 16 milliards n’est pas comblé. Par ailleurs, les bailleurs et partenaires de Madagascar se sont déjà réunis concernant la question », rajoute Thierry Rakotonarivo

L’Union Européenne procèdera ce mercredi à la signature d’une convention relative à sa contribution au Basket Fund du projet de soutien au cycle électoral à Madagascar (SACEM). « L’Union européenne avait déjà promis une certaine somme, l’on attendra ce mercredi pour savoir si cette somme a augmenté, diminué ou pas », confie le vice-président de la CENI.

Madagascar Tribune0 partages

Les USA sont toujours prêts à aider Madagascar

La cérémonie de célébration des 241 ans d’indépendance des Etats-Unis d’Amérique s’est déroulée à la Résidence de l’ambassadeur américain à Ambaranjana en présence de nombreuses personnalités (voir le diaporama) et du ministre de la Défense nationale qui a représenté le gouvernement malgache. Dans son discours l’ambassadeur Robert Yamate a noté la disponibilité comme toujours des Etats-Unis à aider Madagascar à instaurer la démocratie qui est en cours. Mais il a surtout fait comprendre certaines recommandations par rapport aux élections : des élections libres, transparentes et sans exclusion. Quelques soient les divergences de vue et d’opinion, la transparence du processus est impérative et aux électeurs de s’exprimer et de choisir, a-t-il insisté. Et il a cité en exemple les dernières élections américaines qui ont porté le candidat Donald Trump à la magistrature suprême des Etats-Unis.

Madagascar Tribune0 partages

Les USA sont toujours prêts à aider Madagascar

La cérémonie de célébration des 241 ans d’indépendance des Etats-Unis d’Amérique s’est déroulée à la Résidence de l’ambassadeur américain à Ambaranjana en présence de nombreuses personnalités (voir le diaporama) et du ministre de la Défense nationale qui a représenté le gouvernement malgache. Dans son discours l’ambassadeur Robert Yamate a noté la disponibilité comme toujours des Etats-Unis à aider Madagascar à instaurer la démocratie qui est en cours. Mais il a surtout fait comprendre certaines recommandations par rapport aux élections : des élections libres, transparentes et sans exclusion. Quelques soient les divergences de vue et d’opinion, la transparence du processus est impérative et aux électeurs de s’exprimer et de choisir, a-t-il insisté. Et il a cité en exemple les dernières élections américaines qui ont porté le candidat Donald Trump à la magistrature suprême des Etats-Unis.

Madagascar Tribune0 partages

Les USA sont toujours prêts à aider Madagascar

La cérémonie de célébration des 241 ans d’indépendance des Etats-Unis d’Amérique s’est déroulée à la Résidence de l’ambassadeur américain à Ambaranjana en présence de nombreuses personnalités (voir le diaporama) et du ministre de la Défense nationale qui a représenté le gouvernement malgache. Dans son discours l’ambassadeur Robert Yamate a noté la disponibilité comme toujours des Etats-Unis à aider Madagascar à instaurer la démocratie qui est en cours. Mais il a surtout fait comprendre certaines recommandations par rapport aux élections : des élections libres, transparentes et sans exclusion. Quelques soient les divergences de vue et d’opinion, la transparence du processus est impérative et aux électeurs de s’exprimer et de choisir, a-t-il insisté. Et il a cité en exemple les dernières élections américaines qui ont porté le candidat Donald Trump à la magistrature suprême des Etats-Unis.

Madagascar Tribune0 partages

Le TIM se déclare officiellement parti de l’opposition

Conformément aux dispositions de la loi N°2011-013, notamment en son article 2 alinéa 2, je soussigné, Marc Ravalomanana, président fondateur du parti Tiako i Madagasikara, déclare par la présente l’appartenance du parti que je représente à l’opposition définie par les dispositions générales de la même loi ». Cette déclaration a été faite et enregistrée auprès du ministère de l’Intérieur et de la décentralisation hier. Le parti Tiako i Madagasikara (TIM) prend ainsi position officiellement et se déclare comme un parti de contre-pouvoir.

Marc Ravalomanana viserait-il le poste de Chef de l’opposition ? En tout cas, selon la loi, après chaque élection législative, les groupes politiques remplissant les conditions exigées par la la loi et qui se déclarent officiellement d’opposition désignent d’un commun accord un Chef de l’opposition officiel. A défaut d’accord, le chef du groupe politique d’opposition ayant obtenu le plus grand nombre de suffrages exprimés lors du vote est considéré comme Chef de l’opposition officiel. Si le Chef de l’opposition officiel n’est pas un parlementaire, il bénéficie d’office du statut de député et siège de droit au sein de l’Assemblée nationale »

Olga Ramalason, secrétaire général du TIM, qui a accompli les procédures de cette déclaration hier au Ministère de l’intérieur a assuré que le TIM ne se déversera pas dans une opposition bête, mais dans une opposition objective. Le parti entendrait ainsi jouer son rôle de « contre-pouvoir et d’équilibre de pouvoir ».

Madagascar Tribune0 partages

La HCC confirme la majorité écrasante de l’IRD

Les requêtes en contentieux des élections législatives du 27 mai ont presque été déboutées par la Haute Cour Constitutionnelle (HCC) qui a rendu public hier les résultats officiels de ces élections. C’était effectivement à prévoir. Il n’y a donc pratiquement pas de changement par rapport aux résultats provisoires annoncés par la Ceni le 15 juin dernier.

Ainsi, la HCC a confirmé la victoire écrasante de la plateforme Isika rehetra miaraka amin’i Andry Rajoelina (IRD) avec 84 députés. Le TIM, le parti de Marc Ravalomanana, a décroché 16 sièges, les Indépendants 46 sièges et les 5 restants reviennent à d’autres. Ils sont au total 151 à siéger à Tsimbazaza à partir de leur première réunion, le mardi 16 juillet prochain.

Les quelques centaines de requêtes envoyés à la HCC ont été jugées irrecevable ou rejetées soit pour défaut de carte électorale du requérant, soit par insuffisance ou absence de preuve, soit parce que les plaintes concernent des infractions pénales ne ressortent pas de la compétence de la HCC. Elle a néanmoins invalidé les résultats dans 6 bureaux de vote (2 à Ambilobe, 1 à Ifanadiana, 1 à Maintirano, 1 à Mampikony et 1 à Ambovombe Androy) pour cause de procès-verbaux de carence. Elle a également annulé les 148 voix obtenues de manière irrégulière par un candidat dans deux bureaux de vote d’Analalava. Les résultats dans une soixantaine de bureaux de vote de Toliara II suite à la destruction des documents authentiques lors de l’incendie dans le bureau de la Section de recensements des matériels de votes (SRMV) de ce district ont également été annulés ainsi que les résultats de deux autres bureaux de vote d’Ambositra et de Tsihombe.

Les décisions de la HCC n’ont pas pourtant pas satisfaits les candidats plaignants. C’est le cas notamment du malheureux candidat de Belo sur Tsiribihina, Christian Soary qui regrette que les preuves fournies et les infractions électorales flagrantes du candidat du régime soient ignorées par les Hauts conseillers constitutionnels. Même réaction pour le candidat TIM au 6e arrondissement d’Antananarivo Renivohitra, Todisoa Andriamampandry, qui est certes élu, mais qui avec son parti a déposé de nombreuses autres requêtes classées sans suite par les juges d’Ambohidahy.

 Députés IRD : 84

CIRCONSCRIPTIONNOM ET PRENOMSANTANANARIVO IANDRIAMANALINARIVO Raymond Michel JoANTANANARIVO IIRAKOTOMANGA Lantoarivola SederaANTANANARIVO IIIRAFENOMANANTSOA Tsirimaharo Ny AinaANTANANARIVO IVRAHASIMANANA Paul BertANTANANARIVO VRAHOLDINA NAIVO HERINANTSOINAANTANANARIVO VIRAKOTOARIMANANA Tiana MaximeANTANANARIVO ATSIMONDRANORATSIVAHINISOLO AndrinionyANTANANARIVO AVARADRANOANDRIAMBELOSOA HeriniainaAMBOHIDRATRIMORAKOTOARISOA Nirina Fenohery JohnnyANJOZOROBEMBELO NDRIAMANAMPY Jean Germain OdoANKAZOBERALALASON Dera HarinjafiminoMANJAKANDRIANAANDRIAMIASASOA Doda NirimboavonjyFENOARIVOBERANDRIANARISOA Bien Aimé ArsèneTSIROANOMANDIDYRAMAHERIJAONA Hajanirina LantoARIVONIMAMORAKOTONDRAVOAVY AndrianjafinjanakolonMIARINARIVORAKOTONDRASOA FetraSOAVINANDRIANARAZAIHARIMALALA Harizaka FiainantsoaANTANIFOTSYDONOVAN Sidonie Jimmy Gertrude JohnnyANTSIRABE IIRANDRIAMANAMPISOA AlfredBETAFOFIAROVANA Lovanirina CelestinFARATSIHORASOLONJATOVO HonoréAMBILOBEIASSIMO BrunoANTSIRANANA IRAHELIHANTA JocelyneiANTSIRANANA IRAMENASON Rio MerciNOSY BERAZAFINDRAVONY Marifidy ChristineAMBATOFINANDRAHANARAZANAMAHASOA Christine HarijaonaFANDRIANARASOLOMAMPIONONA HasimpirenenaBEFOTAKA SUDRAZAFINDRIATSARA Jonhson AnatolFARAFANGANARAHERIARIJAONA Régina ClarisseVANGAINDRANORAMAHANDRISOA Edu EdmondAMBALAVAORAZAFIMAHATRATRA Daniel Jean ChristianAMBOHIMAHASOARASOAMALALA HonorineFIANARANTSOA IRAJOELINA Andriami-harimanana SethFIANARANTSOA IRAVELOSON Guillaume NarindrasanaISANDRAVOAHANGINIRINAZAFIMANDIMBY Marie LaLALANGINARIVOTIANA Richard Jean BoscoIVOHIBERANDRIANARISON Temis TocleIFANADIANAANDRIAMIATRIKARIVO Tiana James PierrotIKONGORAZAFINTSIANDRAOFA Jean BrunelleMANAKARAANDRIANO GiscardMANANJARYANDRIANANDRASANA Norbert Marie IgnaceVOHIPENOTSABOTOKAY HonoréKANDREHOTSIKIVY AdrienTSARATANANARATSIMANOSIKA Alexandre AndriamanantenaAMBATO BOENIFERNAD JeannotMAHAJANGA IRAHANTANIRINA LalaoMAHAJANGA IIRASALAMA LéonMAROVOAYRAKOTONDRAVAO GeorgesAMBATOMAINTYMANOLOSOA FelixANTSALOVAVELOMAHAZO PatriceMAINTIRANOAFAKANDRO AlphonseANALALAVADJAOSERA IrénéeANTSOHIHYREMIBEALANANAVOLAHAINGO Marie ThérèseMANDRITSARARASOLOMANANA Beby OlivierPORT-BERGEVELONTSARA Paul BertAMBATONDRAZAKARAKOTONDRAZAFY José AlainAMPARAFARAVOLARAMAROSOA EmilineMORAMANGARAJAOBELINA Lova HerizoFENERIVE ESTMICHELLE Bavy AngelicaFENERIVE ESTMOHAMAD AhmadMAROANTSETRADINAH RomualSAINTE MARIERAVONTY Tam Teon Luc UrbainSOANIERANA IVONGORAMAMONJISOA RAKOTONIRINA Jhon WhaVAVATENINARAZANADRABEARIMANANA Jacques AurelieANTANAMBAO MANAMPOTSYRANDRIANARIVELO Justin AbelMAHANORORAKOTOSON HubertTOAMASINA INAHARIMAMY Lucien IrmahTOAMASINA IIROILAHYAMBOVOMBE ANDROYHENRI Jean MichelBEKILYJEAN Daniel Dit ManjosoaTAOLANAROZAFINANDRO Perle Bien AiméeTAOLANARORATSIMANDRIONA Aida HardyANKAZOABO SUDPEPIN MICHOUBEROROHANAKANY Charly ZafimagnelyBETIOKY SUDRABENIRINA Jean JacquesMOROMBERAKOTOMALALA LucienSAKARAHARAZAKANDRAINY Henri DominiqueTOLIARY IRANDRIANASOLONIAIKO Siteny ThierryTOLIARY IIROCHELIN HoussenyBELO SUR TSIRIBIHINARABEMANANTSOA Herilala JeannotMANJAFIENENA Richard DésiréMIANDRIVAZORICHARD Tsimahalefy AlexandrineMORONDAVACHRISTOPHE Tsiliva Diddiot

 Députés TIM : 16

CIRCONSCRIPTIONNOM ET PRENOMSANTANANARIVO IRAZAFIMANANTSOA Lobo HanitriniainaANTANANARIVO IIRANDRIANARISOA StanislasANTANANARIVO IIIRALAMBOMANANA FenoherintsoaANTANANARIVO IVRAMBOASALAMA EmilienANTANANARIVO VRALAMBOZAFIMBOLOLONA RAZAFITSIMIAANTANANARIVO VIANDRIAMAMPANDRY Todisoa ManampyANTANANARIVO ATSIMONDRANORATSIMBAZAFY Alain JeanANTANANARIVO AVARADRANORANDRIAMBOLAINA GerryAMBOHIDRATRIMORABENIRINA Maminiaina SolondraibeANDRAMASINAANDRIAMANJATO Liantsoa BinaARIVONIMAMORAKOTOMANJATO Edmond Rodin GeorgesANTSIRABE IJEAN FRANCOIS MichelANTSIRABE IIRANDRIANANTENAINA Olivier Antonny JoséMANDOTORAKOTORAHALAHY ModesteAMBATONDRAZAKARAZARA Pierre Ravolaza FidèleAMPARAFARAVOLARABEKIJANA Solofo Hery

 Députés indépendants : 46

CIRCONSCRIPTIONNOM ET PRENOMSTSIROANOMANDIDYRAHOLIJAONA HarsonAMBATOLAMPYRAKOTOMALALA Miarintsoa AndriantsitontaANTANIFOTSYRAFIDIMANANTSOA NarsonAMBANJADARKHOUI SiritisANTSIRANANA IIRAYMONDANDAPARABENARY JeanANTALAHANASIRA JulienSAMBAVAMAMANGY NorbertSAMBAVARAMILSON Ange RichardVOHEMAREDIZARDAMBOSITRAANDRIATAHINANOMENJANAHARY FelicienAMBOSITRARASOAZANANERA Marie Monique ErnestineMANANDRIANAANDRIANJANAHARY FanomezantsoaFARAFANGANAFELICIEN RandrianantenainaMIDONGY SUDTOVONDRAY Retsanga Brillant De L’OrVANGAINDRANOJOHASY RAHARISOA EléonoreVONDROZOANDRIANAMBININA Djohary LeeIKALAMAVONYRAHARIMAMPIONONAVOHIBATORANDRIANATOAVINA Jean MartinIAKORARAKOTONIRINA Jimmy JoeIHOSYRAKOTOMAMONJY Neypatraiky AndréMANAKARARASIDIMANANAMANANJARYMAMIHAJA CharlotNOSY VARIKABAOFENO MichelineMAEVATANANAMBADE Jeannine GabrielMAHAJANGA INICOLAS Stephan AlphonseMITSINJORANDRIAMISA NAINA Marie Nicolas DavidSOALALASAID ZAKANIAINA Mahafaly JosephBESALAMPYMAMIZARA Yasmirah LoeticiaMAMPIKONYRAPHAELIEN Solofoniaina Emilien NarsonANDILAMENARAKOTOARIMANANA PatriceMORAMANGARAKOTONIRINA AugustinMANANARA NORDRASOLONIAINA RobertBRICKAVILLESATRA AugustinMAROLAMBORANDRIANASOLO AugustinVATOMANDRYRAZAFINANDRASANA RaulanAMBOVOMBE ANDROYMILAVONJY Andriasy PhilobertBELOHA ANDROYRANDRIA JosephTSIHOMBEMASY Goulamaly Marie Jeanne D’arcAMBOASARY SUDANGELE SolangeAMPANIHY OUESTIDEALSONAMPANIHY OUESTTSARADIA MarcoBENENITRARANDRIANANDRAINA Théophile ChristianTOLIARY IRABEHAJA JeanTOLIARY IITSITARA Rogers OsmanMAHABORAVELOSON Ludovic Adrien

 Députés autres partis politiques : 05

CIRCONSCRIPTIONNOM ET PRENOMSENTITEMORAFENOBEVONINAHITSY Jean EugèneRPSD VAOVAOBEFANDRIANA NORDJONAH Parfait PrezaralyMATITAANOSIBE AN’ALABERNANDO Germain Berton NdrianasyMDMTOAMASINA IRATSIRAKA Iarovana RolandMTSBETROKARANDRIANASOLO Jean NicolasGJMP
Madagascar Tribune0 partages

Les modifications de loi sur le Pôle anti-corruption adoptées

L’Assemblée nationale a adopté en toute discrétion hier au Centre de conférences internationale à Ivato, la proposition de loi N°01-2020/PL qui modifie et complète certaines dispositions de la loi n°2016-021 du 22 août 2016 sur les Pôles Anti-Corruption. Une proposition de loi présentée par le député indépendant d’Ampanihy Ouest, Idealson. L’inquiétude des organisations de la société civile sur la menace qui pèse sur la lutte contre la corruption dans le pays vient ainsi de se confirmer.

Les infractions économiques, financières, minières ou encore douanières, transmises par le Bianco (Bureau indépendant de lutte anti-corruption), le Samifin (Service de renseignements financiers), la police ou encore la gendarmerie, sont normalement instruites par les magistrats des Pôles Anti-corruption mais le Pôle Anti-corruption (PAC) va ainsi voir ses prérogatives amoindries et son champ d’intervention réduit.

La proposition de loi a été « travaillée en catimini », comme les organisations de la société civile l’ont qualifiée et sa présentation ne figurait pas dans l’ordre du jour communiqué habituellement public par l’Assemblée nationale via son site internet. Son contenu reste un mystère pour les citoyens lambda et pourtant, elle a été passée en observation en conseil de gouvernement le mercredi 1er juillet. Le gouvernement a bel et bien apporté ses observations, selon le rapport du conseil du conseil. Mais le gouvernement joue avec les mots. Suite au communiqué de la société civile, lancé à l’endroit du gouvernement comme quoi, il travaille en catimini, le porte-parole du gouvernement, Lalatiana Andriantongarivo, tente de se défendre.

« Le gouvernement tient à préciser qu’aucun projet de loi de modification de loi relative aux Pôles anti-corruption n’a été décidé en son sein jusqu’à ce jour. Si tel était le cas, les citoyens auraient déjà eu connaissance de l’existence de ce projet par le biais des communiqués des conseils du gouvernement ou des conseils des ministres consécutifs », soutient la ministre. Elle affirme que le gouvernement a seulement été sollicité par l’Assemblée nationale pour formuler ses observations sur une proposition de loi émanant d’un membre de cette Assemblée relative à une modification de la loi n°2016-021 sur les pôles anti-corruption.

« Au nom de la transparence, le gouvernement a informé l’opinion publique par le biais du communiqué relatif au conseil du gouvernement de mercredi 1er juillet », prétend Lalatiana Andriantongarivo. Mais la transparence réclamée par la société civile porte essentiellement sur le contenu de ces modifications. Certes, une proposition de loi émane d’un député mais la manœuvre est bien expliquée par les organisations de la société civile dans leur communiqué de presse : « le gouvernement veut modifier la loi sur les PAC… Le moyen qu’il utilise est de faire passer les modifications par une proposition de loi porté par un député ». Et le député en question n’est pas n’importe qui, parce qu’il s’agit d’un élu indépendant faisant partie de la plateforme avec le président Rajoelina, et président de la commission juridique de l’Assemblée nationale.

Madagascar Tribune0 partages

Air Madagascar prolonge la suspension de ses vols jusqu’au 31 juillet

Les espaces aériennes malgaches restent encore fermées. Ainsi, la compagnie aérienne nationale, Air Madagascar, a décidé de prolonger la « suspension de tous les vols internationaux (long-courrier et régional) jusqu’au 31 juillet 2020.

De nouvelles dispositions qui font suite à la prolongation, par les autorités, de l’état d’urgence sanitaire à Madagascar, avec maintien de l’interdiction d’opérer des vols réguliers entrants et sortant de l’île, et compte-tenu des restrictions de voyage en vigueur dans les pays desservis par la compagnie.

Suite également à la fermeture des frontières mauriciennes jusqu’au 31 août, les vols vers l’île Maurice sont également suspendus jusqu’à la même date. La compagnie aérienne malgache indique en effet avoir « adapté ses dispositions commerciales pour les passagers dont les projets de voyage sont perturbés par la crise sanitaire. »

Malgré tout, Air Madagascar précise qu’elle organise des vols Cargo depuis Madagascar vers les destinations de l’océan Indien et de l’Afrique. Opéré au moyen d’un Boeing 737-800 ou d’un ATR, chaque vol offre une capacité en fret allant de 5,5T à 11T. Elle propose également des services d’affrètement de ces appareils à la demande.

Madagascar Tribune0 partages

Les modifications de loi sur le Pôle anti-corruption adoptées

L’Assemblée nationale a adopté en toute discrétion hier au Centre de conférences internationale à Ivato, la proposition de loi N°01-2020/PL qui modifie et complète certaines dispositions de la loi n°2016-021 du 22 août 2016 sur les Pôles Anti-Corruption. Une proposition de loi présentée par le député indépendant d’Ampanihy Ouest, Idealson. L’inquiétude des organisations de la société civile sur la menace qui pèse sur la lutte contre la corruption dans le pays vient ainsi de se confirmer.

Les infractions économiques, financières, minières ou encore douanières, transmises par le Bianco (Bureau indépendant de lutte anti-corruption), le Samifin (Service de renseignements financiers), la police ou encore la gendarmerie, sont normalement instruites par les magistrats des Pôles Anti-corruption mais le Pôle Anti-corruption (PAC) va ainsi voir ses prérogatives amoindries et son champ d’intervention réduit.

La proposition de loi a été « travaillée en catimini », comme les organisations de la société civile l’ont qualifiée et sa présentation ne figurait pas dans l’ordre du jour communiqué habituellement public par l’Assemblée nationale via son site internet. Son contenu reste un mystère pour les citoyens lambda et pourtant, elle a été passée en observation en conseil de gouvernement le mercredi 1er juillet. Le gouvernement a bel et bien apporté ses observations, selon le rapport du conseil du conseil. Mais le gouvernement joue avec les mots. Suite au communiqué de la société civile, lancé à l’endroit du gouvernement comme quoi, il travaille en catimini, le porte-parole du gouvernement, Lalatiana Andriantongarivo, tente de se défendre.

« Le gouvernement tient à préciser qu’aucun projet de loi de modification de loi relative aux Pôles anti-corruption n’a été décidé en son sein jusqu’à ce jour. Si tel était le cas, les citoyens auraient déjà eu connaissance de l’existence de ce projet par le biais des communiqués des conseils du gouvernement ou des conseils des ministres consécutifs », soutient la ministre. Elle affirme que le gouvernement a seulement été sollicité par l’Assemblée nationale pour formuler ses observations sur une proposition de loi émanant d’un membre de cette Assemblée relative à une modification de la loi n°2016-021 sur les pôles anti-corruption.

« Au nom de la transparence, le gouvernement a informé l’opinion publique par le biais du communiqué relatif au conseil du gouvernement de mercredi 1er juillet », prétend Lalatiana Andriantongarivo. Mais la transparence réclamée par la société civile porte essentiellement sur le contenu de ces modifications. Certes, une proposition de loi émane d’un député mais la manœuvre est bien expliquée par les organisations de la société civile dans leur communiqué de presse : « le gouvernement veut modifier la loi sur les PAC… Le moyen qu’il utilise est de faire passer les modifications par une proposition de loi porté par un député ». Et le député en question n’est pas n’importe qui, parce qu’il s’agit d’un élu indépendant faisant partie de la plateforme avec le président Rajoelina, et président de la commission juridique de l’Assemblée nationale.

L'express de Madagascar0 partages

Pauvreté – Le père Pedro tire dans le tas

Dans un ouvrage publié aux éditions Du Rocher, le père Pedro s’insurge contre la pauvreté à Madagascar. Politiciens, institutions religieuses et bailleurs de fonds sont secoués dans le livre.

Insurgez-vous. C’est avec cette expression incisive et d’un ton révolutionnaire que le père Pedro Opeka, a choisi d’intituler son ouvrage. Publié aux éditions Du Rocher, le religieux de 69 ans, raconte, dans ce livre, son combat contre la pauvreté, à Madagascar, depuis 47 ans.Plus qu’un cri d’alerte, le père Pedro hurle dans cet ouvrage l’urgence d’une révolution dans la lutte contre l’extrême pauvreté dans la Grande île. Sans ambages, le prêtre fustige « le désintérêt et l’hypocrisie », envers les plus vulnérables. Si les politiciens sont, particulièrement, ciblés, les institutions religieuses et même les bailleurs sont, aussi, vivement pointés du doigt. Pour faire la promotion de son ouvrage, le père Pedro, a, depuis le début du mois, fait un road show médiatique, en France.Dernièrement, le fondateur d’Ankamasoa, a été l’invité de France 24. « Je crie insurgez-vous. Insurgez-vous d’abord avec le cœur, pas avec les armes, parce qu’il faut changer les mentalités. Celle des gouvernants, mais aussi, du peuple car, on s’habitue à la pauvreté vous savez », a-t-il déclaré sur France 24. Affir­mant qu’il soutient tous ceux qui sont au pouvoir car, « il faut appuyer toutes les bonnes volontés », le père Pedro n’en est pas moins, particulièrement, sévère vis-à-vis des politiciens malgaches.« Cette misère s’est installée à cause de la corruption, mais aussi, d’un manque de vision de ceux qui ont dirigé le pays depuis l’indépendance », affirme-t-il, prenant l’exemple de la création d’emplois pour les jeunes.

Indifférence et égoïsme« Ce pays possède tout pour rendre l’homme heureux. Mais il le rend malheureux, en particulier parce que les politiciens se fichent du malheur ou du bonheur de leurs semblables », déplore le fondateur d’Aka­masoa, dans son ouvrage.Sur France 24, le père Pedro explique qu’« il y a toujours des politiciens qui ne cherchent pas l’intérêt général, le bien commun. Alors que quelqu’un qui arrive au pouvoir, (…) doit servir son peuple, les jeunes, les enfants ». Fustigeant toujours les politiciens, les élus, le père Pedro affirme dans son livre: « Ils parlent mais, n’agissent pas ». Sur cette phrase, il a soutenu sur TV5 monde, le 6 juin qu’« il faut démasquer tous les menteurs parce que c’est un grand manque de respect envers ses frères. Pourquoi parler si après, vous faites le contraire. Si vous dites des choses, vous devez passer à l’acte ».Sur la version en ligne de Le Monde Afrique, le prêtre soutient que « l’hypocrisie est la maladie de tous les politiciens, pas seulement à Madagascar mais, partout ». L’ouvrage du père Pedro appelle ainsi, à « entrer en guerre contre l’indifférence, l’égoïs­me (…) pour donner la vie, de l’espérance, de la chance aux enfants ». Une indifférence qui, à entendre le père d’Akamasoa, ferait, également, preuve la communauté internationale. Le livre Insurgez-vous dit ainsi, « non à l’abime Nord-Sud », et appelle à son abolition.« Il y a un manque de volonté, l’envie qui manque, pas seulement pour Madagascar (…) », indique-t-il, en ajoutant que « l’Afrique et Madagascar sont oubliés par les G7 (…) ». Il dénonce ainsi, le fait que les projets d’aides prennent du temps à être concrétisés. « Quand ils aident, ils trainent trop. Les aides prennent trois ans à venir. Combien meurent en trois ans  Il faut aider tout de suite », soutient-il car, « la misère est la honte de notre époque, de notre génération, où nous avons toutes les armes, toutes les techniques, beaucoup d’argent ».Bien que religieux, le prêtre n’épargne pas non plus les institutions religieuses. « La dimension institutionnelle l’a emporté sur le message de l’évangile », regrette-il dans son livre, rappelant les mots du pape François selon lesquels : « Un pasteur doit ressentir l’odeur de ses brebis ». Ne se dérobant pas au fait qu’il met le pied sur un terrain politique, le père Pedro se défend en lançant que « la politique, c’est travailler pour le bien commun, ce n’est pas mentir, ni faire semblant. Être un vrai politicien, c’est donner sa vie pour son peuple, servir son peuple et seulement servir ».

Garry Fabrice Ranaivoson

L'express de Madagascar0 partages

Examen national – Le climat sera rude durant le BEPC

Le climat ne sera pas clément pour les candidats de l’examen du BEPC à Antananarivo. Ils feront face au froid et au crachin, selon la prévision du service de la Prévision météorologique à Ampandrianomby. « Le temps s’améliorera demain (ndlr : ce jour) et mardi matin. Le crachin s’interrompra. Mardi après-midi, il reprendra à cause du régime d’alizé », explique Solohary Tody, prévisionniste, joint au téléphone hier. « La minimale prévue est de 13°C, tandis que la maximale est de 20°C », ajout-t-il.Les candidats devront ainsi faire attention à leur alimentation et leur habillement, avec ce froid. « Il faudra éviter les aliments difficiles à digérer. C’est mieux de ne consommer que des aliments et boissons chauds. Il est nécessaire de porter des vêtements chauds », recommande le Dr Hervé Rabeson, chef de service médical de la CUA. Il déconseille, également, aux candidats de veiller tard, durant l’examen.L’examen du BEPC débute ce matin. Il s’achèvera mercredi après-midi, pour les candidats de l’option B, et jeudi matin, pour ceux de l’option A, qui auront le choix entre l’épreuve d’Anglais, d’Espagnol ou d’Allemand.

M. R.

L'express de Madagascar0 partages

Spectacle – La Chine pleine de grâce au CCI Ivato

La culture chinoise riche et luxuriante a fait rêver le public samedi soir. L’empire du Milieu séduit avec allégresse par les différentes disciplines.

C’est toute une identité culturelle qui s’est dévoilée avec splendeur sur la scène de la Centre de Conférence Internationale d’Ivato, le samedi 1er juillet à partir de 19 heures 30, celle de la Chine puissante, développée durant des millénaires de civilisation. Chaque numéro procure un immense plaisir pour la vue et pour l’ouïe et crée une émotion unique. Une forme d’expression singulière qui marque l’empreinte prestigieuse de la tradition et du savoir-faire des Chinois.Danses folkloriques, opéras traditionnels, acrobaties, démonstrations d’instruments musicaux traditionnels s’exécutent, tour à tour, avec brio et transportent l’assistance dans un univers féerique à part entière. Les ravissants costumes donnent une autre dimension à chaque prestation. Chaque accessoire rappelle l’histoire de tout un peuple, fier de sa tradition.  Masques, éventails et les coiffures contribuent pour souligner l’élégance et la grâce des danseurs et des chanteurs, et créent l’émerveillement total. Les mouvements sont d’une synchronisation et d’une précision irréprochable.

45è anniversaire

Un spectacle de qualité intitulé « La nuit des arts Sino-Malagasy » a été assuré par la délégation artistique de Yun Nan, une province au Sud de la Chine, avec la participation des étudiants de l’Institut Confucius de l’Université d’Antananarivo.Ceci rentre dans le cadre de la célébration du quarante-cinquième anniversaire de la relation diplomatique entre la Chine et Madagascar, selon Kane Ramanantsoa, responsable à China Exhibition Madagascar, organisateur de l’événement. Deux soirées ont marqué cette célébration dont la première s’est tenue, le mercredi 21 juin au CCI Ivato, avec la participation du groupe Rakoto Frah junior. Cette organisation parrainée par le ministère de la Culture et de l’ambassade de la république populaire de Chine, fut la première édition de la plateforme de coopération et d’échanges China Exhibition qui est une foire internationale multisectorielle.

Ricky Ramanan

L'express de Madagascar0 partages

Danse – « Zik an-dihy » resplendit de créativité

Riche en couleurs, « Zik an-dihy », emmené par la compagnie Zarasoa illumine la scène de l’American Center Tanjombato, et charme à travers les prestations de ses jeunes danseuses.

Un plaisir aussi bien pour les yeux que pour les oreilles. Spectacle de danse enjouée, « Zik an-dihy » considéré comme de la musique en danse, s’est découvert au public de l’American Center Tanjombato, hier après-midi. Il retranscrit avec brio l’innocence et le talent des jeunes talents qu’il met en scène. Le spectacle initié par la compagnie Zarasoa emmenée par la chorégraphe Saroy Rakotosolofo, a réjoui ses spectateurs. La danse, une discipline artistique qui transcende toutes les générations, s’affirme une fois de plus dans toute sa splendeur, et en toute simplicité.

Une demi-heure avant la levée du rideau, c’est la course folle en coulisses, les derniers détails sur les costumes de chacun, sur les accessoires, mais surtout sur les instruments atypiques qui sublimeront chaque prestation sont passés au peigne fin tandis qu’à l’extérieur, parents, frères, sœurs et amis s’attroupent devant l’entrée. Près d’une trentaine de jeunes danseuses en tout, sont fins prêtes pour éblouir la scène de leur grâce.

Prometteur

Considéré comme un travail de restitution pour les passionnées de danse qui ont intégré la compagnie Zarasoa cette année, « Zik an-dihy » est révélateur de nouveaux talents et contribue en premier lieu à l’éveil artistique chez les plus jeunes. Le spectacle met en avant les jeux, les comptines et les contes traditionnels, ainsi que les valeurs de la culture malgache à travers ses chorégraphies.

Vers 15 heures, Saroy Rakotosolofo, maîtresse de cérémonie, introduit le premier groupe de danseuses au public. Cinq petites filles, toutes âgées de 5 ans, font leur entrée en scène, en dansant le « Tana malefaka ». Elles enchainent ensuite sur une chorégraphe dynamique qui ne tarde pas à émouvoir l’auditoire. S’ensuit la prestation du second groupe avec les jeunes âgés de 6 à 8 ans qui dansent sur trois chansons, « Ô Ralila » accompagnée de l’instrument « Hazo orana », « Isa namontana » à travers l’instrument « Hazo apinga », et « Don-tany » avec les « Kapa pneu » et les cloches. De même, quelques pas samba et de salsa sont enchainés pour surprendre le public. En parallèle, depuis les coulisses et micro à la main, Saroy Rakotosolofo recadre et guide les pas ses jeunes danseuses. « Ce spectacle est un instant privilégié pour nous car il permet de communier avec vous à travers la danse. Ces jeunes bambins et ces jeunes danseuses au fort potentiel se découvrent pour vous ici », affirme-t-elle.

La compagnie Zarasoa ne s’est pas privée d’égayer la scène avec ses couleurs. Une ode à la danse, « Zik an-dihy » promeut aussi le renouveau et le recyclage à travers sa scénographie, ainsi que les instruments atypiques qu’elle utilise. Le tout est accompagné par les rythmiques des jumeaux Aina et Mionja aux percussions. Depuis 2009, la compagnie Zarasoa valorise le partage à travers la danse auprès des plus jeunes. D’ailleurs, Elle tient des cours de danse au Cercle Germano-Malgache (CGM) à Analakely.

Andry Patrick Rakotondrazaka

L'express de Madagascar0 partages

Cabaret – Soulanga reprend la scène

Vendredi, dans le bon vieux carré Piment Café de Behoririka, « Soulanga » le trio formé par Kiady, Jovin et Nini Kolibera a retrouvé ses fans dans une ambiance très chaleureuse et sous le signe de la convivialité. Le trio a entamé son show par une heure de musique douce, à savoir par l’interprétation des tubes de James Brown « I got you », « Please please please »,  ou encore « You are not alone » de Michaël Jackson. Il a également  revisité quelques-unes  de ses compositions à l’instar de « Izaho sy ianao », « Tretrika ». Des tubes qui ont littéralement fait exploser le cœur et entraîné dans son sillage tout le public présent qui ne s’attendait pas, à une telle soirée. On se serait cru revenir presque dix ans en arrière, tellement le son était excellent et tellement la justesse de rythme et d’interprétation étaient au rendez-vous. Une vraie claque d’entrée pour chauffer la salle.

Après une pause d’une demi-heure, le trio est revenu sur la scène pour enfoncer le clou de plus belle. Car ils ont ensuite joué des titres de leur album avec une envie et un enthousiasme jamais assouvis, assénant leurs riffs, leurs mélodies et leur efficacité à faire le soul sans une once d’ennui, le tout avec leur merveilleuse sobriété et une justesse musicale digne des plus grands.

Sitraka Rakotobe

 

L'express de Madagascar0 partages

Célébration – Le reggae éveille la conscience collective

Un instant de communion fraternelle pour la communauté rastafari ainsi que les férus de musique reggae de la ville des Mille, la célébration de la journée internationale du reggae, plus communément reconnue comme « International reggae day », a fédéré du monde à l’Is’Art Galerie à Ampasanimalo, samedi. Ce fut des retrouvailles exclusives entre les adeptes de la culture rasta, toutes générations confondues.

L’événement a eu des allures particulières cette année. Au-delà de l’esprit festif qui anime cette journée comme à l’accoutumée, la célébration du « International reggae day » qui en était à sa 49e édition, a laissé la part belle aux échanges de savoir, durant tout un après-midi, à l’Is’Art Galerie. Une musique fédératrice, mais également dotée de sagesse, le reggae a depuis longtemps affirmé sa personnalité dans la Grande île.

Vers 14 heures, une conférence débat s’est ouverte au public en amont des festivités. Porté par son leitmotiv « Protéger l’environnement tout en promouvant la musique reggae à Madagascar », le débat a été axé sur le thème « Les impacts des activités de l’homme sur le changement climatique ». Ils étaient nombreux à avoir répondu présents à l’invitation de l’association Youth’Nity Madagascar, ainsi que l’association Sarondra, organisateurs de l’événement qui ont arboré l’étendard vert, jaune et rouge, sous toutes ses formes.

Le public ainsi que les artistes et autres personnalités qui ont rejoint Ampasanimalo à l’occasion, ont tous affiché cette passion commune pour le reggae. Éminent invité de la journée, le professeur Alain Tehindrazanarivelo a activement participé au débat. « Bien au-delà de son aspect artistique, le reggae reste une musique d’exception qui contribue à éveiller la conscience collective. C’est une musique de lutte, de passion et de solidarité qui nous rapproche de la nature, que l’on doit perpétuer de génération en génération pour ses valeurs », a-t-il affirmé en prenant la parole.

Un art en constante évolution dans la Grande île, le reggae continue à rallier la majorité à sa cause, notamment la jeunesse. Après la conférence-débat, la scène s’est ouverte pour tous les groupes, artistes et fans de reggae qui se sont trouvés sur les lieux. Armés de leurs instruments, de jeunes groupes comme Maintso Nation, Rootskillah, Holly Zion et Doug’l and the Wave ont enivré l’auditoire.

Andry Patrick Rakotondrazaka

L'express de Madagascar0 partages

Auguste Raux – Fier de la prestation de ses joueurs

La victoire de vendredi face au Mozambique aura été vaine pour Madagascar. En effet, la Grande ile n’a pas réussi à se qualifier pour les quarts de finale de la Cosafa Castle Cup. Elle a été devancée par le Zimbabwe à la différence de but, dans le groupe B. Cependant, le sélectionneur Auguste Raux a affirmé qu’il était fier de ses hommes. « Bien sûr, nous sommes déçus de ne pas pouvoir poursuivre notre campagne dans cette Cosafa Cup 2017, ici en Afrique du Sud. Mais je dois avouer que je suis fier de la prestation et de l’état d’esprit de mes joueurs. Ils se sont battus jusqu’à la fin, parce qu’ils ont cru jusqu’au coup de sifflet final à une éventuelle qualification. »Oui, les Barea ont tout donné. Ils ont mis quatre buts aux Mozambicains, pour une victoire quatre à un. Sauf que dans l’autre rencontre de la troisième et dernière journée de la phase de poule, les Zimbabwéens ont écrasé les Seychellois sur le score de 6 à 0, leur assurant définitivement une meilleure « goal difference», synonyme de première place du groupe B. « Malheureusement, dans l’autre match, les Seychelles n’ont pas fait de la résistance face au Zimbabwe. Je suis néanmoins satisfait de ce que j’ai vu, cela me permet de mieux préparer la double confrontation à venir avec le Mozambique, au second tour des qualifications pour le Championnat d’Afrique des Nations 2018. Nous nous sommes convenus que le tournoi de la Cosafa servirait également de préparation pour ces éliminatoires du CHAN et j’en sors plutôt optimiste », conclut Auguste Raux.

H.L.R.

L'express de Madagascar0 partages

Tennis – Championnat d’Afrique – La sélection malgache décroche le bronze

Malgré une entame de tournoi laborieuse, marquée par deux défaites devant le Maroc et l’Égypte, la sélection malgache a bouclé en apothéose sa campagne en championnat d’Afrique catégorie U14 garçons, hier. Elle a décroché la médaille de bronze. Et ce, après avoir aligné trois victoires consécutives face au Kenya (2-1), à la Côte d’Ivoire (3-0) et la Tunisie (2-1). Vendredi, Lanja Rakotozandriny avait apporté un premier point au camp malgache, face à Kael Shah (6/1 6/3). Par la suite, il a offert un premier succès aux siens en gagnant le double en compagnie de Toky Ranaivo, face à la paire Ominde-Suhail (6/1 6/3). Entretemps, Fenosoa Rasendra a été battu par Derick Ominde (4/6 5/7). Samedi, Lanja et Toky ont déroulé dans les deux rencontres en simple, ne laissant que des miettes aux Ivoiriens Hamid (6/1 6/1) et Ouatara (6/1 6/1). En double, Lanja et Fenosoa ont donné le coup de grâce, balayant en deux sets blancs le duo Hamid-Ibrahim (6/0 6/0).Cette victoire face à la Côte d’Ivoire en poche, la formation malgache dirigée par Solofo Tiana Randrianaivo alias Rapool était en course pour décrocher la troisième place de la compétition. Et c’était chose faite après avoir disposé de la sélection tunisienne, hier. En simple, Toky a dominé Youssef Labene en deux sets (6/1 6/1), tandis que Fenosoa s’est incliné devant Wissam Abderahman (1/6 3/6). Le double a donc été décisif pour départager Madagascar et le pays hôte. Et il a été remporté par Toky et Lanja, vainqueurs en deux joutes de Wissam Abderahman et Majdi Abdelwahed (6/4 6/2).

H.L.R.

L'express de Madagascar0 partages

CGM Analakely – Minah Bolimakoa dégage de l’énergie.

La panthère noire du funk malgache, Minah Bolimakoa, multiplie ses rendez-vous avec son public. Elle a offert une prestation débordante d’énergie lors de son concert « Raharaha sarotro », au Centre Germano-Malagasy à Analakely, dans l’après-midi du samedi. Avec son look particulier, Minah affiche sa personnalité. Son style de musique laisse entendre une inspiration originale de la musique typiquement malgache, fusionnée avec du funk.

L’ancienne choriste de Tence Mena a interprété une bonne dizaine de titres avec lesquels le grand public l’a connue. « Meva rano », « Ray aman-dreny », et bien évidemment « Raharaha sarotro » ont fait la grande satisfaction de l’assistance. Son sourire et son charme ponctuent chaque morceau. Sa puissante voix transperce la salle avec une mélodie bien à elle. Joro à la guitare, Tony à la basse, Kevin au saxo et Zaza à la batterie l’ont accompagnée pour deux heures de show composé de deux parties.

A la demande du public, elle a accepté de reprendre quatre titres de son choix pour symboliser son amour envers ceux qui admirent son talent.

R.R

L'express de Madagascar0 partages

Hausse du prix du kilo des bananes.

Le prix du kilo des bananes a connu une hausse , depuis le début de l’hiver. Les bonnes qualités s’achètent jusqu’à 2 000 ariary, ce week-end, contre 1 400 ariary avant. Le froid de l’hiver ne serait pas propice pour faire murir ces fruits. D’où la baisse des produits qui arrivent sur le marché.

L'express de Madagascar0 partages

Commerce de cocaïne

Arrêté avec un gramme de cette drogue à Antani-narenina, vendredi soir, un Malgache a conduit la police des stupéfiants jusqu’à son fournisseur guinéen aux 67 ha. Celui-ci avait sur lui dix-huit autres grammes. Un Tanzanien lui aurait vendu toute la drogue à 1,2 million ariary pour qu’elle soit écoulée à 300 000 ariary le gramme.

L'express de Madagascar0 partages

Collapsus

Ici donc, se pose le problème de la nuisance sonore (karaoke sauvages, sectes évangéliques et apocalyptiques hystériques, pétarades de scooter, vacarme des marchands de «musique», racolages geignards des aide-chauffeurs de taxibe, caravane publicitaire de tout et n’importe quoi). Manque de base légale fixant les normes décibels. Absence de savoir-vivre. Malentendu sur le «vivre ensemble».Ailleurs, une certaine population continue de vivre sur le mode de la sorcellerie : émasculation doublée de décapitation à Ambatondrazaka pour satisfaire aux mânes d’un dieu mercure eunuque avide d’un kit pénis avec ses testicules… Un foetus énucléé après éventration de sa mère enceinte sur la recommandation de quelque «dadarabe» débile, mais surtout criminel, pour s’assurer de la fécondité d’un filon de pierres précieuses… Et la peine de mort toujours pas rétablie. Peine de mort assortie d’une interdiction d’ensevelissement dans la tombe familiale. Vraiment afflictive. Et à jamais infamante. Pour les commanditaires, pour les exécutants, pour les sorciers.Ici, comme ailleurs : quel droit de vote conscient et critique peut-on attendre de gens qui croient encore à ces stupidités moyenâgeuses ?  Sacrifier un nouveau-né, offrir un pénis, voler un foetus : au-delà de l’atteinte à la personne, c’est le ressort psychologique qui me pose le plus problème. Peut-on réellement envisager un «vivre ensemble» avec des gens ayant ce type de comportement ?  Appartient-on à la même Humanité ?  Et on irait voter pour le même Président, pour le même Parlement, pour les mêmes lois ?  Une personne, un vote : vraiment !L’État malgache est en train de perdre sa raison d’être, «la maîtrise d’une population et de son territoire» : kidnappings, rackets mafieux, braquages en plein jour, trafics aux ports et aéroports, lynchages populaires, «dahalisation» des populations rurales, immigration incontrôlée. Le «Fanjakana» a échoué à assurer l’équité de bon sens, la solidarité par prudence, la redistribution du bonus et la péréquation du malus. Notre société achèverait de se suicider s’il lui fallait s’accommoder d’obscurantismes, que certains revendiqueraient encore «fomba», alors qu’on se situe déjà dangereusement à la frontière, «on the edge», entre «leur» barbarie et «notre» volonté de civilisation.

Par Nasolo-Valiavo Andriamihaja

L'express de Madagascar0 partages

Cabaret – Samoëla réussit un coup de maître au CFM

Monsieur Bandy akama a fait vibrer comme jamais le public du Centre franco-malgache vendredi soir. C’était un moment nerveux, électrique et envoûtant. Pour sa première fois sur les lieux,  Samoëla a tout donné. Un coup de maître pour un coup d’essai.

Dès les premiers riffs du guitariste virtuose Roger, le public s’est enflammé comme si c’était la dernière fois qu’il jouait sur scène. Le grand monsieur du « Vazo miteny » aura beau enchaîner les tubes les uns après les autres, les fans semblaient insatiables. Samoëla et ses musiciens ont offert plus de deux heures et demie de prestation qui ont semblé filer comme dans un claquement de doigts. Il s’est montré plus en forme que jamais. C’était le rendez-vous incontournable des amateurs de chansons à texte.

Tous les grands tubes y étaient, à l’instar de « Sexy girl », « Mialangalana », « Taraiky ». Tout le monde a pu chanter, danser. Les fans, qui attendaient ce concert avec impatience, sont comblés. «  C’était un très bon moment musical qui, hélas, a été trop court. On en aurait aimé encore plus, tellement c’était envoûtant », confiait avec excitation Sarobidy, 35 ans, un fan de Samoëla depuis ses débuts. Bref, c’était un cabaret intimiste attendu, espéré et souhaité vivement par une ribambelle de fans en délire. Samoëla ne peut être qualifié de showman, c’est un chanteur magnétique qui à plus de vingt-ans de carrière et qui séduit encore par ses chansons indémodables. Un vrai plaisir partagé entre lui et son public.

Sitraka Rakotobe

L'express de Madagascar0 partages

Nouveau stationnement de taxis-brousse à Ambohimanambola.

Le nouveau stationnement de taxis-brousse, axe Est et Sud, prend forme à Ambohimanambola. Des boxes en dur sont déjà érigés, actuellement. Les travaux devront s’achever d’ici la fin de l’année. Les transporteurs soulignent, par ailleurs, qu’ils n’ont pas encore été avisés de leur déplacement sur ce nouveau stationnement.

L'express de Madagascar0 partages

Et reconstruire ensemble

Janvier 2007, au Panthéon, Paris. Simone Veil tenait un discours d’hommage et de reconnaissance aux justes de France, lors d’une cérémonie d’hommage national. Un passage émouvant et empli de dignité, de la part de celle qui fut l’une des rescapées d’Auschwitz et qui, dans son parcours politique et engagé, continuera à marquer, d’une manière indélébile, l’histoire de son pays. Voici un extrait de cet émouvant discours : « Certains Français se plaisent à flétrir le passé de notre pays. Je n’ai jamais été de ceux-là. J’ai toujours dit, et je le répète, ce soir solennellement, qu’il y a eu la France de Vichy, responsable de la déportation de soixante-seize mille juifs, dont onze mille enfants, mais qu’il y a eu aussi tous les hommes, toutes les femmes, grâce auxquels les trois quarts des Juifs de notre pays ont échappé à la traque. » Quelle leçon de lucidité, de dignité et de justesse envers une histoire qui n’est jamais facile à assumer. Et que de leçons puisées dans le passé, transmises aux générations actuelles et futures.Simone Veil, bien que Française, était une personnalité de l’Histoire et sans doute, cet appel à tirer des enseignements du passé s’adresse aussi au Madagascar qui est aujourd’hui le nôtre. Nous avons aussi notre lot de politiques néfastes, responsables de la défaillance économique et sociale, notre lot de décisions nuisibles tant à la population d’aujourd’hui qu’à celle de demain. Malheureusement, les mêmes scénarios se répètent, toujours plus durs, toujours plus dangereux, laissant toujours les villages et les villes entre le marteau de l’insécurité et l’enclume de la pauvreté. Quels que soient les arguments que nous avançons, la réalité, la triste et criarde réalité malgache, est que nous n’utilisons pas les leçons de nos expériences passées.La fatigue et sans doute, l’usure de la précarité et de l’instabilité, laissent souvent le Malgache lambda croire que l’on ne s’en sortira plus, tant notre situation est difficile. Mais le parcours de Simone Veil n’est-il pas la preuve que l’on peut traverser de terribles et inhumaines épreuves, survivre et de ce passé, reconstruire sur une vision encore plus noble, encore plus égalitaire, encore plus respectueuse des différences et des convergences  Je puise cette leçon de son expérience de vie : il n’est jamais trop tard pour renaître de ses cendres, chers enfants de Madagascar, chers justes parmi les plus démunis.

Par Mialisoa Randriamampianina

L'express de Madagascar0 partages

Extension de ligne urbaine.

Des bus de la ligne 015 reliant Mandroseza aux 67 Ha traversent depuis quelques semaines, le boulevard de Tokyo, pour rejoindre  Ankadimbahoaka et Tsimbazaza. Ce changement aurait été apporté pour satisfaire les usagers de transport en commun sur cet axe qui  deviennent de plus en plus nombreux

Midi Madagasikara0 partages

Football – Décès de Louis Nicollin : La CNaPS Sport perd un partenaire, Arizaka Rabekoto Raoul un ami p...

Le président de Montpellier, Louis Nicollin avec le DG de la CNaPS, Arizaka Rabekoto Raoul (à gauche) et le président de la CNaPS Sport, le Dr Samuel Ratovo.

La mort du président du club de football de Montpellier, Louis Nicollin, a été durement ressentie par le camp de la CNaPS Sport qui avait fait du Montpellier Hérault Sport Club, son principal partenaire.

Les liens d’amitié entre Louis Nicollin et le DG de la CNaPS , Arizaka Rabekoto Raoul ne datent pas d’hier, puisque les deux amis s’entendaient à merveille autour de la même passion du football.

La CNaPS Sport avait alors fait du MHSC son principal partenaire en collaborant dans différents secteurs. Récemment, une forte délégation de la CNaPS Sport incluant le président du club, le Dr Samuel Ratovo, mais aussi des membres de l’encadrement du club et même le médecin de service, a effectué un séjour au club montpelliérain pour s’imprégner du quotidien d’un club de haut niveau.

Ils sont revenus avec l’intime conviction d’avoir été à bonne école, mais aussi heureux d’avoir découvert que les « Vazaha » utilisaient comme huile de massage notre Ravintsara national.

Mais la coopération ne s’est pas arrêtée là, car bien décidés d’aller de l’avant, Louis Nicollin et Arizaka Rabekoto Raoul ont convenu de coopérer plus étroitement en cherchant à multiplier les échanges.

Reste à espérer que le fils de Loulou Nicollin qui reprend les rênes du club ne va pas briser la chaîne et mettre un terme à cette coopération entre le MHSC et la CNaPS, car ce ne sera pas dans l’esprit de ce grand homme pour qui amitié veut tout dire.

Clément RABARY

Midi Madagasikara0 partages

Ampefiloha – Ambodirano : Rava ny tambajotra mpangalatra « scooter »

Arifomba tanteraka. Izay no azo hilazàna ireto andian-jiolahy mpangalatra môtô eto Andrenivohitra, izay ravan’ny pôlisy ny herinandro lasa teo teny amin’iny faritra Ampefiloha Ambodirano iny. Na izany eo amin’ny lafiny ara-pitaovana na amin’ny lafiny arak’olona. Araka ny fampitam-baovao azo mantsy dia karazana fitaovana maromaro, toy ny kojakojana môtô, antontantaratasina môtô marobe, niaraka tamina fitombmoka hosoka ho fanamboarana izany taratasina kodiaran-droa izany no hita tao amin’ireto olona ireto. Tsy vitan’izay, voarindra tanteraka ny fangalarana ireo « scooter » satria dia ampy olona tsara ireo olon-dratsy ary samy manana ny manavanana azy avokoa. Ao ireo mpitily sy mpanome vaovao, ireo mpangalatra fotsiny ary ireo mpanamboatra izany : mpamadibadika ireo kojakoja isan-karazany sy mpandoko, ary vitan’izy ireo hatramin’iny fanovàna ny laharan’ny môtera mihitsy aza izany, araka ny loharanom-baovao hatrany. Ao ihany koa ireo mpividy ireo môtô halatra efa voaova sy mivarotra izany indray. Tamin’ny alalan’ny loharanom-baovao no nahafahana nidina teny an-toerana rehefa avy nahazo fahazoan-dàlana avy amin’ny fitsaràna. Lehilahy iray no tratra tao amin’io toerana io, niaraka tamin’ireo fitaovana maro samihafa voalaza etsy ambony ireo. Ity voasambotra ity indray no nanoro ny namany izay teny Ambohijafy Fenoarivo. Olona iray no voasambotra teny niaraka tamina môtô halatra iray. Nitohy hatrany ny fanadihadiana ka tafiakatra enina ireo olona mpikambana ao anatin’ity tambajotra mpangalatra « môtô » ity, izay nahitàna vehivavy roa. Raha ny fantatra hatrany dia rebirebin’izy ireo amina resaka « vato sarobidy » ireo tompona scooter tiana hojonoana ka  rehefa roboka dia ataon’izy ireo amin’ny fanaovana azy amin’izay. Marihana, hoy hatrany ny vaovao fa ny roa tamin’ireo olona voasambotra ireto dia efa nigadra noho ity resaka halatra môtô ity. Mbola misy kosa ireo naman’izy ireo karohina fatratra amin’izao fotoana izao raha ny fanazavàna azo hatrany.

m.L