Les actualités à Madagascar du Mercredi 03 Juin 2020

Modifier la date
Midi Madagasikara58 partages

Football : « Il faut que chacun joue son rôle », dixit Fanja Andriamampandry

Fanja est contre les manipulations sur le choix du futur équimentier des Barea.

Elle est connue pour son franc-parler. Fanja alias Ketaka est une ancienne dirigeante de club de football à Ampefy. Elle était membre de la commission football féminin au sein de la fédération malgache de football, de 2010 à 2012, ce qui lui a permis de rencontrer les grands noms du ballon rond mondial, dont le président de la FIFA, Joseph Blatter, lors de son passage à Madagascar. Fanja milite pour le respect des règles et de la transparence dans la gestion du football, surtout dans le cadre de la situation à laquelle la FMF fait face actuellement. Interview.

MIDI Madagasikara : Nous avons remarqué que vous avez tiré sur la sonnette d’alarme face à la relance de l’appel d’offres concernant le futur équimentier des Barea ?

Fanja Andriamampandry (F.A) : « Oui. Je suis étonnée d’avoir vu que le comité exécutif (CE) de la fédération malgache de football (FMF) a tenu une réunion la semaine dernière. Même si le président de la FMF n’est pas au pays, il reste encore le patron du football malgache jusqu’à preuve du contraire, et demeure le seul à habilité à convoquer une réunion du CE. Une des décisions prises lors de la réunion du CE est de relancer l’appel d’offres pour le futur équipementier des Barea. Ces 8 membres du CE n’ont pas le droit de remettre en question ce processus déjà entamé et qui a déjà reçu l’aval de la FIFA. Cette dernière qui est le financeur de ce projet d’équipementier pour toutes les équipes nationales de football malgache. Relancer un nouvel appel d’offres ne tient pas la route et surtout ne respecte pas le cadre juridique. Je suis contre cette tentative qui a pour objectif de privilégier une marque en particulier ».

MIDI : En critiquant les membres du CE de la FMF sur cette décision de relancer l’appel d’offres pour le futur équipementier, vous avez peut-être un penchant pour les 5 soumissionnaires ? Vous êtes devenue aussi l’avocate du président de la FMF ?

F.A : « Je n’ai aucune marque à soutenir, mais je milite pour le bien du football malgache et le respect des règles. Et comme c’est la FIFA qui finance ce projet d’équipementier, un problème interne au sein de la FMF pourrait priver les équipes nationales de ce financement. Je ne suis pas l’avocate de Raoul Arizaka Rabekoto, le président de la FMF, mais je défends l’institution qu’est la fédération. Il y a un règlement intérieur et un statut qui régissent la fédération et il faut les respecter ».

MIDI : Actuellement, on constate que tout le monde est devenu un spécialiste du football, et surtout des Barea. Comment vous trouvez cet engouement ?

F.A : « Oui, depuis que les Barea se sont qualifiés pour la Coupe d’Afrique des Nations, les Malgaches commencent à s’intéresser au football. La question qui tourne autour des Barea est devenue un sujet sensible pour les férus de football. Pourtant, il faut que les fans restent des supporteurs sans se mêler des affaires de la fédération. Pareil pour le coach et les joueurs. Il faut que chacun joue son rôle ».

MIDI : Ancienne dirigeante de club à Madagascar, êtes-vous toujours active dans le monde du football ?

F.A : « Le football, c’est plus qu’une passion. Je reste active dans le domaine du football, même ici loin du pays. De 2008 à 2012, j’étais présidente du club Orimbaton’Ampefy (OBA), et de 2010 à 2012, j’étais membre de la commission football féminin au sein de la fédération malgache de football avec Patricia Rajeriarison. Je suis toujours présente aux rendez-vous footballistiques malgaches ici en France comme la Rencontre Nationale Sportive (RNS), le Tournoi de football DOM TOM Cup où Madagascar est invité. Et surtout, je ne rate pas les matchs amicaux des Barea comme ce fut le cas lors des rencontres face aux Comores et au Luxembourg ».

T.H

Midi Madagasikara9 partages

Ambovombe : Nifampitifitra ny mponina sy ny dahalo

Nifanjevo tanteraka ary naharitra adim-pamantaranandro iray ny fifanjevoana. Hiaka sy poa-basy izay nifamaly no niainan’ny olona, ny alin’ny talata teo. Vao nanomboka ny volana, dia efa ny dahalo no nanjaka tao amin’ny tanànan’Ambovombe-Androy. Manodidina ny 80 lahy izy ireo no nigadona tao raha ny tomban’ny olona, ary avy hatrany dia nanapoaka basy nandemy ny sain’ny olona. Noteteziny ny mpivarotra lehibe tao an-toerana ; izay miisa telo. Sahirana ireo jiolahy tamin’ny famakiana ny varavaram-by ary vao mainka koa nanapoaka basy noho ny hatezerana. Tao anatin’izany no nisy nampandre ny mpitandro ny filaminana. Tao koa anefa ny nanapa-kevitra ny nanavotra ny havany ary nanao vy very ny ainy. Toy ny rangahy iray izay ny rahalahiny no isan’ny taraiky tao an-trano izay notafihana. Nentin’itsy voalohany ny fiara ary nohitsiny ireo dahalo marobe izay voatery nikisaka no sady nitifitra. Nahomby izany, satria nitarika ny fialàn’ireo olon-dratsy teo amin’ilay toerana. Ankoatr’izay dia sady nitifitra koa ny mponina izay nanana basy, toy ireny anaty horonan-tsarimihetsika ireny mihitsy ny zava-nitranga tao anatin’ny haizim-be ny alin’ny talata. Niaro ny fananany ny olona no sady niaro ny ainy koa. Ny niafarany, dia niala ireo dahalo izay tsy nahazo na inona na inona. Raha ny filazan’ny mponina, dia efa vita mihitsy ny fanafihana sy savorovoro vao tonga ny mpitandro ny filaminana tao an-toerana. Manaitra arak’izany ny sain’ny manam-pahefana ireo olona, satria miady aman’aina tanteraka ary mitady hanjaka tokana ny dahalo.

D.R

Midi Madagasikara5 partages

Transparency international : « Les ressources naturelles gangrenées par la corruption »

Face à l’exploitation illicite de nos ressources naturelles, la coalition nationale de plaidoyer environnemental et l’association Transparency International ont décidé d’unir leurs efforts à travers une convention de partenariat. A elles de constater que les ressources naturelles sont gangrenées par la corruption à Madagascar. Elles ont ainsi décelé des trafics en tous genres, portant notamment sur les mines, forêts, ressources halieutiques et même les aires protégées exploitées par des individus peu scrupuleux qui bénéficient souvent d’une protection politique garantissant leur impunité. Une gabegie inadmissible qui génère non seulement des injustices et des inégalités sociales, mais aussi la destruction accélérée du patrimoine naturel du pays. Notons que l’objectif de cette convention est de travailler ensemble de façon stratégique pour lutter contre le trafic des ressources naturelles et la corruption à Madagascar, via notamment des échanges d’informations, des investigations communes et des actions de plaidoyer conjointes.

Recueillis par Dominique R.

Midi Madagasikara5 partages

19 nouveaux cas de Covid-19 hier : L’Atsinanana toujours en « pôle position »

Cinq nouveaux cas à Toamasina, cinq à Fenoarivo Atsinanana, deux à Antananarivo, deux à Moramanga, et un cas chacun à Amparafaravola et à Andilamena. Dix des 16 nouveaux cas identifiés par l’Institut Pasteur de Madagascar le 1er juin 2020 sont issus de l’Atsinanana et d’ Analanjirofo. Le reste se répartit entre Antananarivo et l’Alaotra Mangoro, notamment Moramanga, Amparafaravola et Andilamena. Le laboratoire de l’Hôpital Joseph Ravoahangy Andrianavalona (HJRA), de son côté, a identifié trois nouveaux cas sur les 61 prélèvements qui y ont été manipulés. Au total, les tests effectués le 1er juin 2020 ont permis d’identifier 19 nouveaux cas de Covid-19.

La partie Est de Madagascar reste le foyer principal du Coronavirus. Si l’Atsinanana continue d’accueillir de nouveaux malades dans ses structures de prise en charge, l’Alaotra Mangoro continue également à voir sa courbe des nouveaux cas emprunter une voie ascendante depuis plusieurs jours. En revanche, la Haute Matsiatra, en dépit de l’apparition d’un nouveau cas durant le week-end dernier, s’en sort bien, expliquant la décision de déconfinement quasi-total, exceptés les rassemblements de plus de 50 personnes, toujours interdits.

Au chapitre des guérisons, onze patients sont sortis de l’hôpital, dont dix au CHU de Morafeno à Toamasina et un à l’hôpital Andohatapenaka. Au total, le compteur indique 845 cas confirmés de Covid-19 à Madagascar dont 646 toujours en cours de traitement, incluant les neuf formes graves nécessitant des soins en réanimation actuellement.

Hanitra R.

Midi Madagasikara3 partages

FMF – Visioconférence : Alfred Randriamanampisoa et ses amis quittent la salle

Raoul Arizaka est entré par visioconférence pour diriger la réunion d’hier.

Incroyable mais hélas vrai, Alfred Randriamanampisoa et ses amis, membres du comité exécutif de la Fédération malgache de football, ont refusé de participer à la visioconférence initiée par le président Arizaka Rabekoto Raoul hier au siège à Isoraka. La méthode est pourtant légale surtout en cette période de confinement, que même la FIFA l’a utilisée dernièrement avec tous les présidents des fédérations du monde entier. Mais allez savoir pourquoi cette aile dissidente, car c’en est une, est allée jusqu’à dire qu’elle exige une présence physique de Arizaka Rabekoto Raoul, et de revenir un peu plus tard qu’elle ne veut être complice d’un homme recherché par la justice. Mais le président Arizaka Rabekoto Raoul, imperturbable, de répliquer ouvertement qu’il n’est pas encore condamné et que, jusqu’à preuve du contraire, il reste le président de la FMF. De toute évidence, l’objectif du second vice-président Alfred Randriamanampisoa, qui a voulu présider la réunion d’hier, est de destituer Arizaka Rabekoto Raoul et de prendre son poste. Liée à cette mutinerie ou pas, on notera la coupure de la connexion internet lors de l’intervention du président Raoul. Mais, heureusement, la FMF avait un autre opérateur mobile de rechange pour permettre à Arizaka Rabekoto Raoul de s’entretenir avec la frange qui lui est fidèle et qui est restée dans la salle de réunion. La seule ombre au tableau reste toutefois l’absence du premier vice-président Victorien qui se trouve être l’homme de confiance du président de la FMF. A-t-il subi une quelconque pression, notamment sur son poste de DRH d’un ministère ? C’est une hypothèse à ne pas écarter car c’est le successeur légal du président en cas de vacance de ce poste qui fait l’objet de toutes les convoitises.

Clément RABARY

Midi Madagasikara2 partages

Berija Ravelomanantsoa : Garde à vue à la Brigade des Recherches à Fiadanana

Une série de perquisitions auraient été effectuées au domicile de l’ancien meneur des grèves des étudiants à Ambohipo, et dans la maison de ses proches familles à Itaosy.

En catimini. D’après les informations, l’ancien leader du mouvement des étudiants de l’Université d’Ankatso, Berija Ravelomanantsoa, a été arrêté lundi dernier à Ambohipo. Depuis son arrestation, il est placé en garde à vue à la Brigade des Recherches criminelles à Fiadanana. L’enquête aurait débuté hier au niveau du Service des Affaires Criminelles et Spéciales de la Gendarmerie nationale à Andrefan’Ambohijanahary. L’arrestation a été effectuée dans la discrétion totale. Aucune communication officielle n’a été reçue de la part des responsables de l’enquête. Même le Secrétaire d’Etat à la Gendarmerie, le Général Richard Ravalomanana, n’a pas souhaité se prononcer sur le dossier, du moins pour le moment. « Pour le secret de l’enquête », avance-t-il. Une source proche auprès du Toby Ratsimandrava a fait savoir que des éléments de la Gendarmerie nationale auraient effectué une série de perquisitions, hier, notamment à son domicile à Ambohipo, mais aussi dans la maison de ses proches familles à Itaosy.

Complicité. Pour le moment, aucune information n’a filtré ni à propos du dossier, ni concernant les inculpations qui pèsent contre lui. Une source proche auprès de la Gendarmerie nationale a toutefois laissé entendre que Berija Ravelomanantsoa a déjà été recherché depuis un long moment. Des dossiers lui concernant auraient déjà été traités au niveau de la Police et la Gendarmerie nationale depuis belle lurette. Notre source se défend cependant de révéler les tenants et aboutissants de ces dossiers. A travers les réseaux sociaux, l’on véhicule que l’ancien meneur des grèves des étudiants serait poursuivi pour une affaire relative à la cybercriminalité. Une information que les responsables au sein de la Gendarmerie nationale n’ont ni confirmée ni infirmée. Berija Ravelomanantsoa aurait lancé des propos injurieux, et diffamé des dirigeants étatiques. D’autres sources expliquent, de leur côté, qu’il serait dans le collimateur de la Justice pour une affaire plus sérieuse, en lien avec le dossier d’un ancien baron du parti « Hery Vaovao ho an’i Madagasikara » qui est actuellement incarcéré à la maison de force de Tsiafahy. Il entretiendrait des contacts téléphoniques avec cette personnalité. Ici, le conditionnel est de rigueur. L’on aura certainement les détails de cette affaire dans les prochaines heures car l’on sait que Berija Ravelomanantsoa sera déféré au parquet du tribunal d’Anosy à la fin de son enquête auprès du Service des Affaires Criminelles et Spéciales. A entendre notre source, d’autres personnes soupçonnées de complicité dans cette affaire seraient actuellement recherchées par les gendarmes. Histoire à suivre.

Davis R

Midi Madagasikara1 partages

Programme national de planification familiale : Lancement officiel du DMPA-SC en auto-injection à Madagascar

(Photo : USAID)

Le jeudi 28 mai 2020, une réunion en ligne entre les directeurs régionaux de la Santé publique et le ministère de la Santé a eu lieu pour lancer officiellement le nouveau contraceptif injectable tout-en-un, DMPA-SC, à Madagascar. Une visioconférence qui a également permis de discuter des innovations en matière de planning familial au pays. Ceci est effectué afin d’atteindre l’objectif fixé en 2015 qui est d’obtenir une prévalence contraceptive de 50%, suivant l’engagement du pays au partenariat mondial Family Planning 2020. En effet, malgré toutes les dispositions mises en place qui ont amené à atteindre 41% de taux d’utilisation des méthodes modernes de contraception, les responsables estiment qu’il est encore nécessaire de redoubler d’efforts. Aussi, l’introduction du DMPA-SC en auto-injection et autres produits va permettre d’élargir la gamme de méthodes pour donner plus de choix en produits contraceptifs et pallier ainsi la faible capacité de production des fabricants, ayant entraîné une rupture de stock de certains produits. Puis, d’un autre côté, cela aidera également à mieux répondre aux besoins non satisfaits en termes de planning familial.

Selon les informations recueillies auprès de Wish2Action, en un mois, plus de 775 femmes issues de 17 districts ont déjà fait appel à cette nouvelle méthode contraceptive (DMPA-SC) à Madagascar. Un produit efficace qui peut grandement contribuer à améliorer les résultats en matière de planification familiale au pays. Lors de ce lancement officiel, l’objectif est clair : rendre ce nouveau contraceptif injectable accessible dans les 22 régions de la Grande île.

Anja RANDRIAMAHEFA

Madagate0 partages

Madagascar Covid-19. La Principauté de Monaco répond financièrement

Tia Tanindranaza0 partages

Coronavirus9 marary mafy any Toamasina

Miisa 19 ireo trangana coronavirus teto Madagasikara ho an’ny fitiliana natao ny 1 jona, araka ny tatitry ny Pr Vololontiana omaly. 192 ny fakana singa sy fitiliana nataon’ny IPM ka 20 ny tany Toamasina,

 

 izay nahitana olona 5 voa avy any Fenoarivo Antsinanana avokoa. Tamin’ny 172 fitiliana teto Antananarivo kosa dia 11 no voa (5 Toamasina, 2 Moramanga, 2 Antananarivo, 1 Amparafaravola, 1 Andilamena). 16 izany ny tranga hitan’ny IPM. Ho an’ny HJRA kosa dia fitiliana 61 no natao, ka nahitana tranga 3. Nisy marary 11 vaovao, ka 10 tany amin’ny CHU Morafeno Toamasina, ary 1 teny amin’ny Hopitaly manara-penitra eny Andohatapenaka. Niampy iray kosa ireo marary mafy na “forme grave” ka 9 ny fitambarany hatreto, izay any Toamasina avokoa.Feno ny toerana any amin’ireo hopitaly ny Foyer social Canada ary ny CRJS ka izay no antony nampitaovana ny CEFTAR handraisana ireo mararin’ny Covid 19 tsy mampiseho soritr’aretina. Miisa 11 954 ny fitiliana rehetra vita, ary 845 ny olona voamarina fa voa. 185 no sitrana, ary 646 no mbola tsaboina, ary 6 no efa namoy ny ainy.

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

AmbohimiraryVehivavy iray hita faty efa tsy nisy taova intsony

Nampalahelo ny zava-nitranga teny Ambohimirary ny alatsinainy teo. Ramatoa iray manodidina ny 44 taona no hita faty teny an-toerana izay efa tsy nisy taova intsony.

 

 

Tsy hita teo aminy intsony ihany koa ny ratsam-batany toy ny tongotra sy ny tanana raha karan-doha sy taolana kely sisa no tavela. Mponina eny Ambohimirary ihany izy io raha araka ny fantatra ary mpanasa lamba no asany. Vao tamin'ny alahadin’ny pentekosta teo tamin’ny 7 ora hariva no nahitan'ny fianakaviana io vehivavy io farany ary efa mamo izy tamin'ny fotoana niala tao an-tranony raha araka ny fantatra hatrany. Tombanan’ireo olona eny amin’ny manodidina ho nohanin’ny biby moa Itompokovavy raha ny mpitandro ny filaminana irery no afaka ny hamaritra izany. Efa misokatra ny fanadihadiana.

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Ady amin’ny coronavirus Nanafatra respirateurs 70 ny fanjakana

Misy ny ezaka mba hanaraka ny fenitra ny fitiliana. 70 ny “respirateurs” nafarana hiatrehana ny coronavirus.

 

 Io fitaovana io dia marihina fa hampiasaina amin’ireo marary mafy tratry ny fahaseporana. Nametrahana “scanner” any Mahajanga, hoy ny Priminisitra Ntsay Christian. Nambarany fa nisy ny ezaka nataon’ny fitondrana tamin’ny fanafody hiadiana amin’ny tazomoka, indrindra tamina distrika 9 tena ahitana izany. 9 600 000 “doses” amin’ny fanafody ananantsika, ary 6 tapitrisa mahery no efa voazara. Nisy ny nangalatra sy nanodinkodina ireny fanafody ireny. 400 hatramin'ny 500 isan-taona ny matin’ny tazomoka, hoy ny Praiminisitra Ntsay Christian.

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Olan’ny CoronavirusMalagasy 1000 no mihitsoka any ivelany

Taorian` ny fanakatonana ny sisin-tany noho ny aretina coronavirus, maro ireo teratany Malagasy mihitsoka any ivelany: mpiasa manao iraka any ivelany, mpianatra, mpizahan-tany…

 

Miisa 1256 izy ireo, hoy Djacoba Liva Tehindrazanarivelo, minisitry ny raharaham-bahiny, omaly, nandritra ny tatitry ny asa vitany manoloana ny Antenimieram-pirenena. Nomarihany fa ireo teratany ireo dia hiantohan` ireo masoivoho Malagasy any ivelany. Raha tsiahivina, ny 14 martsa no nanapa-kevitra hampiato ireo sidina mampifandray amin` ny any ivelany ny Filoha Rajoelina. Nanana dimy andro kosa ireo teratany Malagasy sy vahiny monina eto amintsika hamonjy fodiana teto amin`ny firenena. Hatramin` izao dia mbola taraiky any ivelany ireo tsy afaka nanaraka ny fandaminana noho ny antony samihafa. Tsy mbola misy kosa fikasana hampodiana azy ireo na dia efa maro aza ny fangatahana.

Marigny A.

Tia Tanindranaza0 partages

Vahoakan’ny distrikan’i Fandriana Mifarimbona miady amin’ny coronavirus

Mifarimbona tanteraka amin’ny ady atao amin’ny tsimokaretina covid-19 mba hahatontosa ny fanamby : “Distrikan’i Fandriana lavitry ny coronavirus” ireo tsara sitra-po any amin’ity toerana ity.

Tonga nanolotra mivantana entana enti- miady amin’io aretin-mandoza io tamin ny comité de vigilance izay mpikarakara,ny ady atao amin’ny tsimokaretina Covid-19 any amin’ity distrika ity ohatra, tamin’ny tamin’ny faran’ny herinandro lasa teo, ny solombavambahoaka voafidy tany an-toerana, ny depiote Dina Rakotomalala ka nanolotra arotava niisa 2.500 isa, tao koa ny CR Tsarazaza nanolotra arotava 35 isa sy lelavola 68.500 ar ary menaka 1 litatra sy savony 36 isa. Ny fianakaviana Gal Rakotosalama izay zanaka am-pielezana avy any an-toerana nanolotra lelavola 50.000 ar ary ny mpandraharaha CU Fandriana nanome lelavola 120.000 ar sy savony 50 baoritra ary arotava niisa 580 isa. Marihana fa nanomboka tamin’io faran’ny herinandro lasa io ihany koa ny fanasaziana an’ireo izay tsy mitondra arotava any Fandriana rehefa mivoaka ny trano ka mandeha eny an-dalambe.

Ntsoavina Evariste

Tia Tanindranaza0 partages

Tsena eny Analakely sy ny manodidina Hikatona avokoa ny 24 sy ny 25 jona izao

Ao anatin` ny fikarakarana ny fetin` ny fahaleovantena isika amin` izao fotoana izao.

 

 

Araka ny fampitam-baovao dia ho tanterahina eo amin' ny araben' ny Fahaleovantena ny matso lehibe fanao ao anatin'ny fankalazana ny tsingerintaona faha-60-n' ny Tafika Malagasy sy ny fetin` ny fahaleovantaona. Hisy, araka izany, fandaminana mahakasika ny tsena mba hahafahana manomana sy manatanteraka ny lanonana amin'ny an-tsakany sy ny an-davany. Nanambara ny lehiben'ny tsena eto Antananarivo Renivohitra fa tsy maintsy hatsahatra avokoa ireo tsena rehetra eny Analakely sy ny manodidina ny 24 sy ny 25 jona.

Marigny A.

Tia Tanindranaza0 partages

Ady amin’ny Covid 19 any MoramangaNatolotra ofisialy ny hopitaly ao Ambohitranjavidy

Tontosa tamin’ny alatsinainy 01 jona 2020 ny fanolorana amin'ny fomba ofisialy ny toeram- pitsaboana ao amin'ny Hopitaly annexe Ambohitranjavidy Moramanga izay toerana handraisana an’ireo olona mitondra ny tsimokaretina Covid-19 any amin’ity distrika ity,

 

 rehefa nasiana fanavaozana sy fanatsarana. Nifanotrona tamin’izany fanolorana ofisialy ny toerana izany ny Governoran’ny Faritra Alaotra Mangoro, Richard Ramandehamanana sy ny solombavambahoaka any amin’ity distrika ity, ny depiote Rakotonirina Augustin, sy ireo olo-manakaja maro any an-toerana (Ny mpiasan'ny fahasalamana sy ny sampandraharaham-panjakana rehetra, ny mpitandro filaminana, ny mpanao gazety,sy ireo mpiara- miombon'antoka ary malala tanana rehetra).. “Ny fiaraha- mientana sy firaisan- kina ihany no fomba mahomby handresintsika an'ity fahavalo tsy hita maso ity, hoy ny Governora Ramandehamanana Richard nandritra ny fandraisam-pitenenany tamin’izany lanonana izany. Mankahery mandrakariva antsika vahoaka amin'ny fihatrehana ny ady amin'ity valan'aretina ity, hoy izy, ary mbola manentana antsika ihany koa hanaja ireo toromarika sy fepetra ara- pahasalamana rehetra, mba hiarovana ny isam- batan'olona”.

 Ntsoavina Evariste

Tia Tanindranaza0 partages

Pr Ralandison StéphanNosamborina indray ?

Nosamborin’ny mpitandro indray ny Pr Ralandison ary nentina aty Antananarivo, raha ny vavao avy any Toamasina, hoy ny fampahalalam-baovao iray omaly hariva.

 Voarohirohy tamin’ny fahafatesan’ny Dr Andriamilavonjy Daniel, ilay mpitsabo voan’ny covid-19 maty tao amin’ny CHU Morafeno Toamasina ny 23 mey izy. Ny 28 mey no nohadihadiana ny Pr Ralandison Stéphan Ralandison izay Sojaben’ny Sampam-pianarana Fitsaboana ao Toamasina ary miasa amin’ny CHU Morafeno. Ny 29 mey dia voalaza fa hiakatra fampanoavana, saingy navotsotra. Naneho ny firaisan-kiana feno taminy rahateo ny mpiasan’ny fahasalamana manontolo. Isan’ny nahafantarana azy ihany koa ny fanehoan-kevitra somary niendrika tsy faharesen-dahatra tamin’ny CVO, ka asa na misy hifandraisany amin’izany ny safotofoton-draharaha hanenjehana azy. Hatreto, dia nanapa-kevitra ny fitsarana, fa tsy hanisy tohiny aloha, hoy ny Minisitry ny Fitsarana Andriamahefarivo Jhonny omaly teny amin’ny Antenimierandoholona. Tamin’ny 10 ora sasany teo rehefa avy nanatontosa ny asany no niditra tao amin’ny toeram-piasana ny Pr Ralandison, ary gaga izy raha nahita fa niantona sy efa maty. Tsy nijanona teo izy, fa avy hatrany dia niantso ny namany, ary niara-nampidina ary hita fa maty noho ny fahasemporana aloha hatreto no voalaza fa nahafaty ny dokotera Daniel, hoy ny fanazavan’ny minisitry ny fitsarana. Nisy fianankaviana anefa nihevitra fa matoa maty io havany io dia nisy namono. Tsy maintsy nosokafana ny fanadihadiana noho izany. Hatreto aloha tsy mbola misy antony handraisana fanenjehana na fampiakarana fitsarana, ary mitohy ny fanadihadiana, hoy io Minisitra io. Na ny minisitry ny fitsarana na ny sekreteram-panjakana miadidy ny zandarimaria dia samy tsy nisy nanamarina na nandiso io resaka mivoaka momba ny fisamborana io.

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Fanolanana tao Mahavatse ToliaraFianakaviany akaiky ihany no nanimba ilay tovovavikely

Nitrangana fanolanana tao amin'ny Fokontany Mahavatse II, distrikan’i Toliara I ny 28 mey lasa teo.

 

 Tovovavy kely iray vao 12 taona monja no lasibatra tamin’izany, ka tonga nitaraina tamin’ny polisy any an-toerana ny Centre vonjy. Niroso tamin'ny fanaovana fanadihadiana avy hatrany ny polisim-pirenena taorian’izany ka lehilahy iray 29 taona no voasambotra izay antsoina hoe "zandry". Fianakavian'ilay ankizivavikely voaolana akaiky ihany izy io raha araka ny fantatra. Anio alarobia 03 jona moa no hiakatra fitsarana ny lehilahy rehefa notanana vonjy maika.

 Pati

Tia Tanindranaza0 partages

Fanjifana solikaNihena hatramin’ny 40%

Vokatry ny fihibohana dia nihena be ny fanjifana ny solika ary mbola feno hatrany ireo toby fitahirizana araka ny fanambaran’ny teo anivon’ny Ofisy Malagasin’ny Akoranafo (OMH).

Tsirinasolo

Tia Tanindranaza0 partages

Tohana ara-tsosialy isan-karazany Lasa mampiady fiarahamonina

Hatramin’izao dia mbola hita ho mampisambadidaka eny anaty fiarahamonina eny hatrany ny tsy fahatomombanan’ireo tohana ara-tsosialy isan-karazany

 

 

nampanantenain’ny fitondrana hamatsiana ny isan-tokan-trano ao anatin’izao hahamehana ara-pahasalamana izao. Vinany, Itaosy, Betongolo, saika ireo fokontany sy elakelantrano eto Antananarivo dia ahenoana fa mbola maro ireo tsy nahazo. Ny fitondram-panjakana ve no tsy te hanome intsony ireo tosika fameno sy vatsy tsinjo ary paositra fameno sy ny hafa rehetra sa ny fahafahana ara-bola sy ara-kolona hitsinjara izany mihitsy no tsy ao intsony? Efa hatrany am-boalohany moa ny maro amin’ireo olona nilingilingy niditra tao anatin’ilay komity atao hoe Loharano no nitaraina fa miteraka ady ara-piarahamonina izy ity. Ireo komity no mahazo loza any amin’ireo mponina kanefa ny vatsy tonga no tsy ampy mizara. Voalaza ho efa rava nohon’ny afitsoky ny fitondrana amin’ireo vakoka sy rova ny tantara sy ny kolontsaina. Rava niaraka tamin’izany dia miantsona eo fotsiny koa ireo foto-drafitrasa, izay misy vakoka koa amin’izy ireny, toy ny kianjaben’I Mahamasina. Na izay heverin’ny fitondrana fa fanorenana aza hitan’ireo manam-pahaizana ho mampisara-bazana ary mampisaraka ny rohy eo amin’ny malagasy sy ny tantarany mbamin’ny kolontsainy ihany, raha tsy hilaza afa-tsy ny fanorenana ny Kianja masoandro ao anaty rovan’Antananarivo. Io koa fa lasa mampiady fiarahamonina ankehitriny ny tohana ara-tsosialy isan-karazany. Mampahatsiahy ny resaka mpanangana sy mpandrava tamin’ny fotoan’androny.

J. Mirija

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fibodoan’i Lafrantsa ireo Nosy Malagasy Porofon’ilay sarintsarina fahaleovantena

Efa manakaiky ity ny 26 jona 2020, andro hankalazan'ny malagasy ny faha 60 taona niverenan'ny fahaleovantena.

 

 

Tsapa anefa toa sarintsarin'ny fahaleovantena ihany izany, hoy ny antoko politika Otrikafo. Porofo mivaingana hita maso dia ny fibodoan'i Lafrantsy ireo Nosy Malagasy na îles éparses. Marihina fa ninian'ny mpitondra frantsay tsy naverina niaraka tamin'ity tanibe Madagasikara ity ireo nosy ireo noho izy ireo manana toerana stratéjika toy ny harena an-kibon'ny tany, hetra fandalovan'ny sambo, toram-pasika fotsy... Ny filoham-pirenena Andry Rajoelina dia efa nanome toky fa ho azontsika io alohan'ny 26 jona 2020. Tsy vitan'ny teny fotsiny anefa izany fa mila hetsika ary iraisana hina toy ny tamin'ny Barea nataon'ny malagasy manerana ny nosy. Ho fanohizana ny tolona moa dia nanasa ireo izay maniry hiray feo aminy ity antoko ity mba hanjifa ny arotava misy soratra hoe « Nosy manodidina, antsika 100% » izay azo afarana ao amin’ny tambazotran-tseraseran’ity antoko ity.

J. Mirija

 

Tia Tanindranaza0 partages

Loza sy halatra nandritra ny fetyOlona dimy no naratra, razana iray no hita

Nanao tatitra mikasika ny asa niantsorohany nandritra ny fankalazana ny fetin’ny pentekosta teo ny polisim-pirenena omaly ho an’ny teto Antananarivo renivohitra.

 

 

Fantatra tamin’izany fa nahatratra 06 ny halatra tsotra nitranga, iray kosa ny halatra moto, miisa telo ny trangana fanendahana. Nahatratra folo ireo tranga niseho ireo ny alahadin’ny pentekosta raha miisa folo ny olona natao fanadihadiana. Ho an’ny alatsinain’ny pentekosta kosa dia nahatratra telo 03 ny trangana fanendahana, 03 ny halatra tsotra raha 03 koa ny halatra moto. Dimy ny isan’ny olona natao famotorana vokatr’izany raha iray kosa ny fandikan-dalana tamin’ny hamamoana an-dalambe. Mikasika ny fandikana ireo fepetra amin’ny fisorohana ny aretina Covid -19 indray dia nahatratra 120 ny fitambaran’ireo olona natao fanadihadiana. Miisa 135 ny lozam-pifamoivoizana nitranga raha tsy nisy ny namoy ny ainy. Olona roa kosa no naratra vokatry ny loza tsotra miisa 02, iray ny mpamily mamo tratra nitondra fiara, iray ny loza niampy fandosirana raha nahatratra roa ny naratra. Iray kosa ny razana hita.

 Pati

Tia Tanindranaza0 partages

Ambovombe AndroyTafaverina ireo omby 285, dahalo miisa 3 no lavo

Ny marainan'ny 01 jona lasa teo dia nisy andian-dahalo an-jatony tonga nanafika sy nangalatr’omby tao Ambohimalaza sy Ambitiky ary Sarisambo, samy any amin’ny distrikan’Ambovombe Androy.

 

 

 Rehefa izany dia niainga avy hatrany ny zandary tao an-toerana nanao fanarahan-dia sy vonjy taitra. Noho ny hamaroan'ireo dahalo anefa dia niara-nisalahy ireo zandary sy tafika avy ao anatin'ny Faritra Anosy sy Androy. Nohamafisina ihany koa ireo fiambenana kizo mety handalovan'ireo dahalo. Omaly talata 02 jona 20 dia nifanehatra tamin'ireo dahalo ireo mpitandro filaminana, tao amin'ny alabe Ampotaka, Vokany. tafaverina manontolo ny omby mitontaly 285 ka efa natolotra ny tompon’omby. Misy dahalo miisa 3 ihany koa lavo nandritra ny fifandonana raha tsy misy naninona ny mpitandro ny filaminana.

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Ifotaka – Amboasary atsimoManjaka ny dahalo, miantso vonjy ny mponina

Mitaraina mafy sy miantso vonjy ireo mponina any Ifotaka ao anatin’ny Distrikan’Ámboasary atsimo fa tena manjaka ny dahalo .Halatr’ómby, Fanafihana mitam-piadiana ,

 

 

 fandrobana fananana.Izany no iainan’ny mponina an-toerana amin’izao fotoana.  Rava ny fananana ny Vahoaka , very fanahy mbola velona ka mangataka amin’ny Fanjakana mba hampiana ny isan’ny miaramila sy ny zandary any an-toerana. Lasa miverina indray ireo dahalo manao andiany maro be, 50 lahy, 70 lahy, 100 lahy any amin’iny faritra atsimon’ny nosy iny efa ho herinandro vitsivitsy izay.Misy ireo efa ten sahy miakatra an-tanan-dehibe ary tsy mifiidy ora hanafihana.Misy ny mpitandro filaminana izay miara-miasa amin’ny fokonolona saingy tena tsy ampy isa, raha ny fampitam-baovao voaray hany ka tsy maharesy tosika tsara ireo malaso.Ny atahoranay dia hitombo isa ny mpanafika ka asa fotsiny izay hanjo anay aty hoy ireo mponina nampita ny vaovao.Ka izay no hanao vana antso vonjy amin’ny fitondram-panjakana mba handefa miaramila sy zandary miaraka amin’ny fitaovam-piadiana ho any an-toerana..tsy fampandriana fahalemana intsony no atrehana any fa efa ady.

RTT

Tia Tanindranaza0 partages

Tranoben’ImerinaManainga ny foko 22 hiady amin’ny covid-19

Teny Ankasomalaza Ambohimanga Rova misy ny foibe toerany, tamin’ny sabotsy 30 mey 2020 lasa teo, no niresadresahan’ireo mpikambana ao amin’ny Tranoben’Imerina notarihan’ny filohany,

 

 ny Andriana Randrianatoandro Robert mpitahiry ny hasim-piandrianana Merina, tamin’ny mpanao gazety ka nanaovan’izy ireo antso avo amin’ireo Raiamandrenim-poko tsy an-kanavaka eo Madagasikara (Olobe,Tangalamena sns…), na ao anaty Vovonan’ny Foko 22 eto Madagasikara na tsia, noho izao zava-misy eto amin’ny firenena izao sy manerana an’izao tontolo izao eo amin’ny fihanaky ny tsimokaretina covid-19 mba samy handray andraikitra avy any amin’ny foko iadidian’izy ireo ka hampiasa ny fomba amam-panaon’izy ireo amin’nty ny hery hananany avy mba hisorahana ny loza aman’atambo mihatra ankehitriny ary hanamafy fa tsy ny areti-mandalo no hanamotika an’ity firenena ity. Ka manainga ny rehetra, noho izany, hanomboka amn’ity faha-21 jona ity ary ho tohizana iisaky ny faha-21 ny volana hitsahana hatramin’ny faha-21 desambra 2020 ho avy izao mba hiombom-bavaka isam-poko hiatrehana an’izany ady izany tahaka ny efa nanombohana azy hatramin’ny 21 martsa 2020 lasa teo. Manentana ihany koa ny zana-poko rehetra izahay, hoy ity Tranoben’Imerina ity : “araho tsar any tormarika navoakan’ny fanjakana repoblikana mitondra ankehitriny ma tsy handairan’ny fifindran’ity tsimokaretina ity tahaka ny eny anivon’ny renim-poko sasany ankehitriny any aminareo fa ianareo no hamatsy ny aty an-drenivohitra rehetra ara-tsakafo ao aoriana kely ao. Mikasika ny fikasana ny hanohizana ny firaisan-kina ara-drazana amin’ny alalan’ny fanatanterahana ny Taom-baovao iraisan’ny Malagasy tanterahina isaky ny volana septambra isan-taona. Rehefa dinihana ny ezaka ataon’ny fitondrana Repoblikana eto amin’ny firenena ankehitriny dia efa mihomana ny Vovonan’ny foko 22 eto Madagasikara amin’ny hanatanterahana any Mahajanga ny andiany faha-4 amin’io Taom-baovao iraisana io amin’ity taona ity.

Ntsoavina Evariste

 

Tia Tanindranaza0 partages

Zanaky ny faritra SofiaTsy ekena ny fanosoram-potaka ny Minisitry ny fanabeazana

Manoloana ilay resabe tao anatin’ny tambajotran-tserasera facebook mikasika ilay vatomamy mitentina 8 miliara Ar saika hovidian’ny Ministeran’ny

 

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Ministeran’ny toekarena sy ny fitantanam-bolaAra-dalàna ny fanesorana ireo tale roa

Nofoanana nandritra ny filankevitry ny minisitra ny 17 aprily teo ny didim-panjakana nanendry ny Tale Jeneralin` ny “Contrôle Financier” sy ny ny tale misahana ny “comptabilité publique” eo anivon’ny ministeran’ny toe-karena sy ny fitantanam-bola.

 

Fanontaniana maro no nipetraka manodidina izany tahaka ny hoe “iza no hanamarina ny volam-panjakana izay volam-bahoaka ihany koa? Sao dia hanjaka ny kolikoly?” Tao koa no filazana fa nisy ambadika politika izany satria sesilany ny vola niditra noho ny aretina coronavirus. “Tsy misy hidiran` ny politika ao ambadiky ny fanafoanana ny didy fanendrena ny tale jeneralin` ny “controle publique” sy ny tale misahana ny “comptabilité publique””, hoy ny minisitry ny toekarena sy ny vola. Tsy misy afenina, hoy Richard Randriamandranto hatrany. Nanamafisin’ny praiminisitra Ntsay Christian ihany koa fa ara-dalàna ny dingana sy fepetra noraisina. Raha tsiahivina fa ireo Tale Jeneraly ambony nesorina ireo no tompon’andraikitra voalohany amin’ny fampidirana sy ny famoaham-bolam-panjakana ary indrindra ny fanaraha-maso izany.

Marigny A.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Dr jean-Louis Robinson “Hanampy an’i Madagasikara hiala amin’ny fahantrana i Sina”

Tontosa tamin` ny herinandro lasa teo ny fivorian’ny Antenimieram-pirenena entim-bahoaka (ANP) any Sina.

Marigny A.

Tia Tanindranaza0 partages

Fizahan-tanyMikatso tanteraka

Mamerina ny antso efa nataony hatramin` izay ireo mpisehatra amin` ny fizahan-tany manoloana ny olana goavana sedrain` izy ireo vantany vao nanomboka ny krizy ara-pahasalamana.

 Tsy nandray karama intsony ny ankamaroan` ny mpiasa satria tsy afaka mandoa izany intsony ireo orinasa. Etsy ankilany, ireo “prestataires”dia efa telo volana lasa no tsy nandray izay mety ho karamany. Manamafy ireo voalaza ireo ny nambaran` ny solontenan` ny Ofisim-paritra momba ny fizahan-tany Antananarivo (Ortana) nandritra ny valandresaka niarahana taminn`ny filoha Rajoelina ny alahady alina lasa teo. “Zara raha mahavita mameno ny 10%n` ny zakany ireo hotely. 5% monja amin` ny vola mampiodina azy no miditra ho an` Antananarivo rahatoa ka 4% ho an`ny faritra. Ireo “guides touristiques” dia voatery miditra “chomage technique”.

Marigny A.

Tia Tanindranaza0 partages

Fitrandrahana harena an-kibon’ny tanyNy fanjakana indray no ananan’ny QMM 92 tapitrisa dolara

Manan-karena an-kibon’ny tany ny firenena ka nahoana isika no mahantra? Hitohy tahaka izany foana ve ny fitantanana ny firenena sa misy fotoana tsy maintsy handinika sy hametraka paiakady vaovao?

 

 

 hoy ny Praiminisitra Ntsay Christian omaly nandritra ny fihaonana tamin’ny loholona. Tao anatin’ny 30 taona ny orinasa QMM no milaza fa matiantoka, raha ny nambarany. 92 tapitrisa dolara ny trosan’ny QMM amin’ny fanjakana noho ny tsy fahafahan’ny fanjakana nandrotsaka ny anjara petra-bolany niainga tamin’ny 20% amin’ny maha mpiray ombon’antoka ny fanjakana. Tsy afaka hanaiky ny tahaka izany intsony amin’ny fitrandrahana harena eto, ka mila jerena ny tombotsoa azo avy amin’ny tetikasa, tombotsoa azon’ny vahoaka ao an-toerana, tombotsoan’ny fanjakana, hoy ny Praiminisitra. Eo no mila hijerena ny lalàna mifehy ny harena an-kibon’ny tany. Tokony ho fantatra mialoha ny tombotsoa azon’ny Faritra Atsimo Andrefana amin’ny tetikasan’ny Bases Toliara, saingy tsy manome izany io orinasa io hatramin’izao. 2% ny tamberina na ny “rédevanche” azon’ny fanjakana, kanefa tsy tokony ho latsaky ny 4 ka hatramin’ny 6% ho an’ny firenena rehetra. Tsy misy mitaky zavatra afatsy ny tombotsoam-pirenena amin’ny Bases Toliara, hoy ny Praiminisitra. Tsy any amin’ny petra-bola intsony fa hoe: ampahany amin’ny vokatra ho an’I Madagasikara ka ampahany firy io? hoy izy. Hihenjana amin’ny resaka fitrandrahana harena eto izany ny fanjakana, ary hametraka ny fitsipi-dalao mafimafy kokoa, ka asa izay hataon’ireo orinasa lehibe izay mampiasa Malagasy maro ihany koa anefa, ary tena iankinan’ny harin-karem-pirenena.

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Fitsaboana nentim-paharazanaEfa mahenika faritra maro ny FI.TRA.MA

Efa tena resy lahatra tanteraka amin’ny fitsaboan-tena amin’ny alalan’ny natoraly ny ankamaroan’ny Malagasy.

 

Tsy filalaovana ody gasy akory sanatria na fanompoan-tsampy izany fa fampiasana ireo karazan-java-maniry haodina ho lasa fanafody entina hanasitranana toy ny hiantsorohan’ny FI.TRA.MA ankehitriny na ny Fitsaboana Tradisionela Malagasy. Ankoatra ireo sahirana mantsy dia misy solombavambahoaka, loholona, pastera tonga mitsabo tena ihany koa ao amin’izy ireo raha araka ny fanazavan-dRafanomezantsoa Jean Nirina filohan’ny FI.TRA.MA nitafa tamin’ny mpanao gazety omaly. Ankoatra izay hoy izy dia manome asa ny tanora Malagasy eo anelanelan’ny 18 ka hatramin’ny 25 taona ihany koa ny fampiroboroboana ny fitsaboana nentim-paharazana ary tena mahaliana azy ireo tokoa. Mahay ny Malagasy hoy Rafanoezantsoa Jean Nirina ary tena mahavita zavatra, antony nisaorany manokana ny Filoham-pirenena izay nanosika sy nanome vahana ity sehatra iray ity. Tsy hihemotra izy ireo araka izany hoy hatrany Rafanomezantsoa Jean Nirina ary efa manomboka mipariaka manerana ny faritra hanampiana ny mpiara-belona. Anisan’ny efa tafatsangana ohatra ny FITRAMA any Manjakandriana, Farafangana, Vohipeno, Manakara, Fianarantsoa, Vohemar, Ankazobe, Arivonimamo, Imerintsiatosika…..

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fiarehana fanadinana Mitaintaina ireo ray aman-drenin’ny mpianatra

Miha sorona miha sorona hatrany ireo mpianatra Malagasy hanala fanadinana, raha ny fanehoan-kevitr’ireo ray aman-dreniny,

 izay miha mitaintaina hatrany manoloana ny fanapaha-kevitry ny fitondram-panjakana hitantanana izao hahamehana ara-pahasalamana izao. Arakaraka ny mampitombo ny tranga ao anatin’ity ady amin’ny COVID 19 ity no amahana ny fepetra anefa, raha ny hita eto Madagasikara. Ny fepetra napetraka mikasika ny fampianarana anefa tsy niova na dia efa maro aza ireo ray aman-dreny niangavy izay fampiatoana ny fampianarana izay na dia ho an’ireo zaza hanala fanadinana aza. Niandoha tany amin’ny fanerena ireo mpianatra handray ny tambavy CVO ny ahiahy ary mbola izao mitohy amin’ity toa tsy firaharahiana ireo mpianatra izao.

J. Mirija

Tia Tanindranaza0 partages

Fitaterana an-dranomasinaHovelomina indray ny seranan-tsambon’i Ehoala

Maro ireo ezaka tsy maintsy hirosoana hanatsarana ny sehatra fitaterana araka ny nambaran’ny minisitry ny Fitaterana,

 

 

 ny fizahan-tany ary ny famantarana ny toetrandro, Joel Randriamandranto nandritra ny fihaonana niaraka tamin’ny antenimierandoholona omaly. Anisan’izany ary ao anatin’ny programan’ny ministera ny famelomana indray ny seranan-tsambon’i Ehoala ao Taolagnaro hoy izy. Amin’izao fotoana izao dia efa mandeha ny asa ary tanjona ny hampiroboroboana ireo seha-pihariana misy any an-toerana mba ho ainga ho an’ny toekarena. Anisan’izany ohatra ny seha-pihariana langouste izay hita ho nihena hatrany ny vokatra noho ny tsy fisiana sy ny faharatsian’ny foto-drafitrasa. Hatao noho izany ity seranan-tsambo ity izao ahafahana mamaly ny tinady eo anivon’ny tsena iraisam-pirenena ary ihany koa hoentina hanatsarana ny farim-piainan’ireo mpikirakira ny seha-pihariana langouste sy ny hafa koa. Eo ihany koa ny fampivoarana ny fiainan’ny mponina manomboka amin’ny mpanjono ka hatrany amin’ireo mpandraharaha mpanondrana araka ny fanambarana’ny minisitra. Tsiahivina fa ny antokon-draharaha misahana ny fitaterana an-dranomasina sy ny ranomamy (APMF) no tompon’antoka voalohany amin’ny fanatanterahana ity fotodrafitr’asa ity.

Tsirinasolo

 

Tia Tanindranaza0 partages

Filankevitry ny fisolelahana ?

Sahirana tanteraka manoloana ny raharaham-pirenena ankehitriny ny ankamaroan’ny Malagasy.

Niainana teto efa ho 2 volana sy tapany izao mahery izao ny krizy ara-pahasalamana izay nivimbina krisy sosialy sy toekarena ihany. Io ampohombana izany io koa moa ny krizy ara-kolontsaina sy ara-tantara izay miseho amin’ity fikitihana vakoka mampiady hevitra etsy sy eroa ity. Io rahateo no tena hita ho nibahana ny fandaharana manokana niarahana tamin’ny filoham-pirenena ny alahady teo ary niarovany tena tamin’ny alalan’ny filazana fa fanotana fady mihoatra lavitra ity mitranga anaty rova ity ny famindrana taolambalo tao anaty rova. Efa nanazava ny anton’iny moa ny tompon’antoka sy ireo mpandalina sy mpandala fomba fa famerenana amin’ny toerany ireo taolambalo teny Ambohimanga izay nafindran’ny mpanjanaka teny anaty rovan’Antananarivo no natao tamin’izany. Fomban-drazana nifandovana teo amin’ny tantara mihitsy ny “fanafenana” ny razan’ireo mpanjaka satria izany no fomba voarakitry ny tantara. Fanazavan’ilay nanao azy sy manohana iny fihetsika tamin’ny 2005 iny io saingy raha mitsara izany ho tsy mendrika na fanotana fady ny fitondrana ankehitriny dia midika ve izany fa tokony hanota fady koa izy satria ny teo alohany aza mba nanao? Naverina hatrany fa vavolombelon’ny tantara ary mifono kolontsaina lalina ireny vakoka ireny. Noraisina, ohatra, matetika moa ny mikasika ny Pyramide du Louvre manoloana ny Palais du Louvre ao Frantsa. Efa talohan’ny taona 1764 no nanana rohy ara-tantara lalina sy feno haren-tsaina ny firenena frantsay sy egiptianina, raha ny filazan’ireo mpandinika azy ary tsy sarotra zahana izany ho an’ireo izay liana amin’izao andron’ny hairaha vaovao izao. Ny “Symbole de la renaissance Africaine” ao Senegal moa dia efa, araka izany anarany izany ny ampahany amin’ny kolontsaina tian’ny filoha, Abdoulay Wade, ho raketiny tamin’ny fotoan’androny fa ho mariky fiaingana vaovao ho an’i Afrika eo amin’ny sehatry ny fampandrosoana sy fandrosoana izany. Ny nanaitra indrindra dia ny nahita ny solontenan’ireo heverina fa solontenan’ny filankevitra hanelanelana ity raharaha ity izay toa tsy mba isan’ny nanao izay asa izay fa toa naka firehana ihany koa ary nanao fitsarana enti-milaza fa ny teo aloha no tena diso tokoa. Sa ve niofo ho filankevitry ny fisolehana ihany koa ?

 J. Mirija

Tia Tanindranaza0 partages

Ady amin` ny fiovaovan` ny toetry ny andro Manana anjara toerana lehibe ny Bambou

Hampidirana anisan` ireo hazo ho voalena amin` ny taom-pambolena nasionaly manaraka ny Bambou, araka ny fampitam-baovao navoakan` ny ministeran` ny tontolo iainana sy ny ala (MEDD).

 

 Ity zavamaniry ity tokoa dia mahaliana satria afaka mifangaro amin` ireo hazo samihafa. Ankoatra izay, vetivety dia mitombo ny Bambou satria ao anaitn` ny telo taona dia efa matotra raha toa ka miandry 10 taona kosa ny “acacias” sy ny “eucalyptus”. Ny Bambou rahateo dia tombony lehibe amin` ny ady amin` ny fiovaovan` ny toetry ny andro. Bambou iray hektara dia afaka mitahiry entona manempotra 62 taonina hatramin` ny 90 taonina isan-taona rahatoa ka 15 taonina monja isan-taona ireo zavaminiry hafa.

 Marigny A.

Tia Tanindranaza0 partages

Ambodivonkely AmbohimanarinaLehilahy mamo nandona polisy tamin’ny moto

Nitrangana lozam-pifamoivoizana narahana fitsoahana andraikitra teny Ambodivonkely Ambohimanarina ny alatsinain’ny Pentekosta lasa teo tokony tamin’ny 9 ora sy 20 minitra alina.

 Moto Scooter Jog iray no nandeha mafy ka nandona polisy am-perinasa teny amin’iny faritra iny. Rehefa voadona ilay polisy dia lasa nitsoaka ilay moto. Nampandrenesina ny polisy rehetra izay manao sakan-dalana teny an-toerana taorian’izany ka voasambotry ny polisy avy etsy amin’ny kaomisarian’ny boriborintany fahaenina teny Ambohimanarina ihany ilay lehilahy. 26 taona izy io. Rehefa nojerena izy dia efa mivilavila no sady namofona toaka. Notsapaina avy hatrany ny tahan’ny alikaola tao aminy ka fantatra fa mihoatra ny tokony noho izy nefa mbola nitondra moto ihany izy. Notanana avy hatrany tao aminy paositry ny polisy ity lehilahy ity hatao fanadihadiana. Ny vesatra hiampangana azy dia ny fitsoahana rehefa avy nandona polisy tamin’ny moto sy ny familiana nefa mamo. Mbola eo am-panaovana fanadihadiana ny polisy.

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Loholona-GovernemantaNafana ny adihevitra teny Anosikely

Nihaona tamin’ireo Loholon’i Madagasikara ny mpikambana ao amin’ny Governemanta izay notarihin’ ny praiministra omaly tetsy amin’ny Lapan’Anosikely.

 

 

Nosantarina ny Praiminisitra ny fotoana ka namoaboasany ireo zava-bita rehetra mifanaraka amin’ny politika ankapoben’ny fanjakana (PGE). Nambarany fa efa hita taratra ny fahatokisan’ny vahoaka ny fahefam-panjakana amin’izao fotoana izao. Maro dia maro ireo ezaka izay efa notanterahin’ny fanjakana toy ny fametrahana ny fandriampahalemana eto Madagasikara, ny fanorenana fotodrafitrasa marobe eo amin’ny sehatry ny fahasalamana sy eo amin’ny sehatry ny fanabeazana, ny fanamboaran-dalàna ary ny fanatsarana ny rafi-pampianarana. Mikasika ny tetibolam-panjakana nasiam-panitsiana dia ny tena laharam-pahamehana hoy izy no nojerena. Nomarihiny fa ny politikam-pitantanan’ny fanjakana dia mifantoka amin’ny fitantanana ao anatin’ny mangarahara tanteraka. Niditra tamin’ny fametraham-panontaniana avy amin’ireo Loholon’i Madagasikara moa ny fotoana taorian’izany ka anisan’ny fanontaniana napetrak’izy ireo ny resaka fanamboaran-dalana amin’ireo faritra izay sahanin’izy ireo avy mba hamoahana ny vokatra, manoloana ny fisian’ny Covid 19 dia nangatahin’izy ireo ny hampitomboana ny fitiliana, mba ny vahoaka Malagasy rehetra no tiliana hahafahana mamehy ny fiparitahan’ity valanaretina ity, teo ihany koa ny fampitaovana ireo hopitaly manerana ny nosy, ny fanomezana vatsy tsinjo ny faritra voa izay mbola tsy nahazo izany.

Marigny A.

Tia Tanindranaza0 partages

Haino aman-jery eto Madagasikara Tena hamaivanin’ny fanjakana…

Fanamarihana hatry ny ela tsy ny fahamatorana ara-potoana ho an’ny fanaovana fandaharana manokana mikasika ny hamehana ara-pahasalamana.

 Hatrany am-boalohany dia efa tsy nisy ny fanajana nataon’ny Tompon’andraikitra mahefa ho an’ireo haino aman-jery eto amin’ny tany sy ny fanjakana, fa ny fandrangarangana sazy sy ramatahora no natao. Marina fa zon’ny fanjakana sy ao anaty lalàna ny “requisition d’office” nataon’ny mpitondra, saingy tsy mba nisy na kely monja aza mari-panajana nataon’ny mpitondra. Mba manana ny lamin’asany fandaraham-potoanany na “grille de programme” ny haino aman-jery tsirairay, saingy tsy matotra ara-potoana ny fandaharana manokan’ny fanjakana, ary tsy maintsy andrasana ny sitrapony. Tsy mba misy fampahafantarana sy toa nivoana tamin’ny resaka ara-pahasalamana ny fandaharan’ny Filoham-pirenena ny alahady teo, saingy tsy mba nisy fampahafantarana mialoha sy fialan-tsiny satria ny lehibe tokoa angamba tsy mba diso ary azy ireo ny lalàna sy ny fahefana. Somary nanaitra ny filazan’ny Filoha ny alahady teo fa ny antso tolo-bidy momba ny Kianja Masoandro dia navoaka tao amin’ny gazety be mpamaky indrindra eto Madagasikara, hoy izy. Rehefa hanao “requisition” izany, dia ny haino aman-jery rehetra, fa rehefa mba misy tombotsoa dia izay metimety amin’ny mpitondra. Rariny sy hitsiny ve izany sa izay tokoa ilay hoe izay tianay io fa izahay aloha no eto ?

 Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Berija Ravelomanantsoa Tazonin’ny zandary eny Fiadanana

Ny alin’ny alatsinainy 01 jona teo tamin’ny 9 ora no nandrenesanay fa voasambotra ny filohan’ny fikambanana Soluma, Berija Ravelomanantsoa , hoy ny sekretera jeneralin’izy ireo, Riana Rakotonirina.

 

Tsy fantatray ny antony saingy manahy izahay fa misy resaka tsy fitovizana ara-politika io. Naheno izahay fa nodarohina izy ka raha tena izany tokoa no marina dia tsy azo ekena tanteraka. Miangavy aho, hoy ny renin’i Berija, Elia Razafindrazafy, mba tsy hanaovana izany satria tany tan-dalana eto. Raha nisy ny nanakiana mafy ny fitondrana teo alohany dia ity fitondrana ity. Tsy i Berija irery no manankiana ny fitondrana, hoy hatrany izy. Omaly nanomboka tamin’ny 7 ora maraina moa no niandry teny Fiadanana, toerana izay nitazomana an’i Berija, ny solontenan’ny Soluma sy ity reniny ity, saingy raha ny fampitam-baovao farany dia ny nanati-bary ihany no azon’izy ireo natao fa tsy afa-nifanatri-tava akory. Manahy ambadika politika, noho izany, ireto tonga teny Fiadanana ireto.

J. Mirija

 

Tia Tanindranaza0 partages

Antenimieram-pirenenaMinisitra 5 no nanao tatitra omaly

Minisitra dimy no nanao ny tatitra ny zava-bitany teo anivon’ny Antenimieram-pirenena omaly teny amin’ny CCI Ivato.

 

Ny Minisitry ny Raharaham-bahiny dia nanasongadina ny fitakiana ireo nosy malagasy sy ny fiatrehana ny ady atao amin’ny Covid-19 ary ny fampodiana ireo malagasy tavela any ivelany. Ny Minisitry ny Atitany dia namintina ny asa notanterahany ho teza miisa enina ka anisan` izany ny tantsoroka tamin’ny fifidianana tamin’ny taona 2019, ny fisinjaram-pahefana amin’ny alalan’ny fametrahana ny Governoram-paritra, « permis biométrique » hanaraka ny fenitra iraisam-pirenena... Ho an` ny minisitry ny Indostria indray dia Ho vaindohan-draharaha ny fandrindrana ny fitsinjovana ny sehatra tsy miankina, ny zon’ny mpanjifa ary ny famoronana asa mendrika. Momba ny famokarana ny artemisia manokana dia efa miara-miasa amin’ny Minisitry ny Fambolena sy ny Minisitry ny Tontolo Iainana ny ministera iandraiketany. Ny Minisitry ny Fambolena, Fiompiana ary Jono izay namerimberina ny tanjona dia ny fahavitan-tena ara-tsakafo, isan’ny lehibe amin’izany ny famokaram-bary. Ny Minisitry ny Toe-karena sy ny fitantanam-bola no namarana ny tatitra.

Marigny A.

Tia Tanindranaza0 partages

Praiminisitra Ntsay Christian « Tsy maintsy mampitombo ny trosa isika »

93 tapitrisa dolara mahery ny trosantsika amin’ity taona ity tokony haloha, ka 12 hatramin'ny 13 tapitrisa isam-bolana ny tokony ho fanefana izany, raha ny nambaran’ny Praiminisitra.

 

 

 

Raha tsy mampiakatra ny trosa isika dia ho sarotra ny hitantanana ny toekarena, hifehezana ny fiakaran’ny vidim-piainana. Tsy maintsy hanarina ny toekarena amin’ny alalan’ny fampiasam-bola isika. Miova ny lamina ara-bola mikasika ny PEM (Plan Emérgence Madagascar) noho ny zava-misy. Vola hatramin’ny 2000 miliara ariary no tombanana fa tsy miditra amin’ny kitapombolam-panjakana amin’ity taona 2020 ity noho ny krizy. Vola tokony holaniana amin’ity taona ity anefa izany. 0,8%, hatramin’ny 2,1% ny fidinan’ny harin-karentsika. Miantoka ny 36% amin’ny harin-karena faobe eto Madagasikara na ny PIB ny trosa ho an’i Madagasikara, raha ny fanazavan’ny minisitry ny toekarena sy ny Atoa Richard Randriamandranto. Mikasika ny toekarena kosa, dia hojerena ny fanampiana ireo orinasa madinika, ny sehatry ny fambolena,… ao anatin’ilay drafi-panarenana hamehana. Mbola tsy voaresaka mihitsy ny fampiasana ny 444 tapitrisa dolara avy amin’ny mpamatsy vola, ka miandry izay ny loholona. Nesorina amin'ny toerany Tale roa eo anivon'ny fanaraha-maso ny vola. Tsy misy zavatra hafenina fa fanintsiana izay tokony hahitsy. Anisan'ny tena mijery akaiky ny resaka tsenam-panjakana ireo, hoy ny fanazavana. Tsy misy olona esorina tsy amin'ny Antony. Tsy misy hidiran'ny politika, hoy ny Praiminisitra Ntsay Christian.

Toky R

La Vérité0 partages

Commune urbaine d’Antananarivo - Plus de 1 000 taxis clandestins

La distribution des « Vatsy Tsinjo » pour les chauffeurs de taxi-ville dans la Commune urbaine d’Antananarivo (CUA) a permis de recenser le nombre des véhicules exerçant dans ce domaine actuellement. A cette occasion, la CUA a enregistré 2 000 licences de taxi, c’est-à-dire ceux qui ont réalisé comme il se doit leur visite de conformité. Après la sensibilisation réalisée auprès des taximen, 2 000 autres sont venus régulariser leur situation auprès de la CUA, ce qui porte à 4 000 le nombre des taxis réguliers dans la Capitale.

Cependant, l’association « Fikambanan’ny Taxi Antananarivo Renivohitra » (FTAR), dirigée par Clémence Raharinirina, a recensé 5 700 taxis dans la ville d’Antananarivo. Ce qui laisse à croire que plus de 1 000 véhicules n’ont pas encore passé la visite de conformité et considérés ainsi comme des taxis clandestins.

La collecte des licences des taxis a permis à la CUA de disposer d’une base de données et de procéder à l’amélioration de ce secteur. Afin de donner une deuxième chance à ceux qui n’ont pas encore régularisé leur situation, ainsi que de lutter contre la corruption et l’invasion des taxis clandestins dans la ville, la Commune a procédé à la numérisation des licences. D’après un communiqué publié par cette dernière, ces licences seront gratuites pour les propriétaires de taxis. En plus, la contre-visite est dorénavant assurée par la Direction générale de la sécurité routière (DGSR), si auparavant elle a été confiée à l’Omnium de maintenance des véhicules de transport (OMAVET).

Recueillis par Anatra R.

La Vérité0 partages

Covid-19 - La phase ascendante se poursuivra en juillet

Si les nouvelles contaminations diminuent progressivement dans les premiers pays foyers du Covid-19, à Madagascar, la situation sanitaire tend vers une tendance haussière des porteurs du virus. Selon le Dr Solofoniaina Armand Rafalimanantsoa, directeur de veille sanitaire, de surveillance épidémiologique et de riposte (DVSSER) auprès du ministère de la Santé publique, nous connaîtrons toujours une phase ascendante de la pandémie, probablement même au mois prochain. « Compte tenu du nombre de contaminations qui monte en flèche, c'est-à-dire l'identification de plusieurs nouveaux cas confirmés, le pays restera en phase ascendante au mois de juillet. Les personnes qui contractent le coronavirus vont se multiplier considérablement », souligne-t-il.

 

Particulièrement dans la ville de Toamasina, actuellement épicentre du Covid-19, une vingtaine de contacts étroits sont identifiés par jour suite aux investigations autour d'un cas positif. Et le taux de positivité pourrait se révéler à 100 % si les cas suspects sont des contacts permanents, à savoir les membres d'une famille.  En moyenne, 70 personnes y passent un test PCR dont les prélèvements parviennent impérativement au niveau des laboratoires d'analyse après trois jours. Et normalement, les résultats ne s'obtiennent qu'après 48 heures.

63 nouveaux cas confirmés en une journée

Le chiffre annoncé hier par le Professeur Vololontiana détient le record pour 10 heures de temps d'analyses en laboratoire depuis que le coronavirus sévit à Madagascar. Sur 289 prélèvements effectués mardi dernier par l'Institut Pasteur de Madagascar et le Centre d'infectiologie Charles Mérieux, 63 sont positifs au coronavirus dont 33 nouveaux cas localisés à Toamasina et 14 autres ayant passé le test PCR au triage du Centre hospitalier universitaire de Befelatanana. Moramanga a également recensé 5 autres personnes infectées, hormis les 43 cas déjà recensés, tandis que 2 individus ont contracté le virus à  Manjakandriana. Les quartiers de  Vontovorona,  Anosiavaratra, Ampanefy et Alakamisy- Fenoarivo comptent respectivement un cas confirmé. Quant à la ville d'Antananarivo, 3 habitants ont été déclarés positifs.

Sur les 12 192 tests PCR réalisés par nos trois laboratoires d'analyse, Madagascar comptabilise 908 cas positifs depuis le 19 mars dernier. Au total, 192 personnes ont rempli les critères de guérison et sont sortis des hôpitaux, ce qui donne un taux de rémission à 21,47 %. 9 des 707 cas positifs, répartis dans des centres de prise en charge, présentent malencontreusement des formes symptomatiques graves.

Par ailleurs, selon une source sûre, 12 personnes testées positives ont été identifiées à Alakamisy-Fenoarivo et auraient été amenées d'urgence au Centre hospitalier  universitaire (CHU) d'Andohatepanaka, hier en début de soirée. L'une d'entre elles serait un bébé de 6 mois, ce qui en ferait le plus jeune infecté depuis le début de la pandémie à Madagascar. Il aurait été admis au CHU Mère-Enfant à Ambohimiandra, accompagné de ses parents.

K.R.

La Vérité0 partages

Consommation - Les factures de la JIRAMA allégées

Au bénéfice des consommateurs. Les abonnés auprès de la JIRAMA se sont plaints de la facture salée qu’ils ont reçue ces deux derniers mois. Pour remédier à cela et alléger ainsi les lourdes consommations des clients en confinement, notamment dans les Régions d’Analamanga, Atsinanana et désormais dans l’Alaotra Mangoro, la société nationale d’eau et d’électricité a décidé d’élever la limite de la première tranche de consommation à 50 KwH, au lieu de 25 KwH, pour les clients du tarif 14. « Pour nos clients, cela impliquera notamment qu’ils paieront moins. Effectivement, cette nouvelle disposition leur sera particulièrement avantageuse étant donné que les 25 KwH supplémentaires vont être payés au prix de 141 ariary par KwH, et non plus de 764 ariary par KwH, le prix appliqué pour la deuxième tranche de consommation », a expliqué Vonjy Andriamanga, directeur général de la JIRAMA, hier. Ainsi, les factures seront plus ou moins allégées.

 

Pour tous ses clients, la JIRAMA catégorise notamment la consommation par tranches. Le prix diffère ensuite selon la tranche. Par exemple, un client du tarif 14, a consommé en total 60 KwH en un mois. En temps normal, ce dernier devra payer au total 37 905 ariary, soit la première tranche de 25KwH, multipliée par 141 ariary, ce qui équivaut à 3 525 ariary, et la deuxième tranche de 45 KwH coûte 34 380 ariary. Mais avec cette nouvelle disposition, la facture est moins élevée. Avec l’augmentation de la limite de la première tranche à 50 KwH, ce client n’aura plus que 10 KwH à payer pour la deuxième tranche. De ce fait, la facture s’élevera à seulement 14 690 ariary. Le client pourra notamment faire les calculs par lui-même en se basant sur l’index affiché par son compteur.

Dans tous les cas, cette disposition s’inscrit notamment dans les mesures prises pour préserver les consommateurs, plus particulièrement en cette période difficile. Elle concernera ainsi tous les abonnés auprès de la Jirama dont la consommation dépasse les 25 KwH.

Prolongé en juin

Outre cela, avec la prolongation de l’Etat d’urgence sanitaire dans le pays et dans l’application du Plan d’urgence social, la JIRAMA a décidé de prolonger l’ajournement du paiement des factures pour ce mois de juin. Les clients dans les zones confinées, à savoir Analamanga, Atsinanana et Alaotra-Mangoro pourront ainsi reporter le paiement de leurs factures. Et à la reprise, le paiement des factures pourra se faire de manière échelonnée, en principe en cinq fois. En cas de difficulté, il sera toujours possible de négocier avec la JIRAMA pour un paiement jusqu’à dix mensualités. Toutefois, les abonnés pourront également continuer à payer leurs factures, que ce soit auprès des agences ou encore par « mobile banking » et « Paositra money ».

Rova Randria

La Vérité0 partages

Abus et trafic de stupéfiants dans la Capitale - 13 personnes placées sous mandat de dépôt

Un récent rapport établi par le Service Central de la lutte contre les abus de stupéfiants et de substances psychotropes, Direction de la Police économique Anosy, a évoqué le résultat de son action dans une période comprise entre les mois de mars et mai 2020. Au cours de ce laps de temps, 8 cas de trafic ont été enregistrés. 13 suspects dont une femme ont été arrêtés puis soumis à une enquête, et placés sous mandat de dépôt. Outre ces incarcérations, il y eut également la saisie de quelque 185, 25 kg de stupéfiants.

 

Au mois de mai dernier, l’on a vu une intensification sans précédent des activités illicites des trafiquants. Durant ce mois, au moins six cas ont été enregistrés. A commencer par celui survenu le 29 mai dernier où la Police a procédé à la confiscation de 41 paquets de came à la Petite vitesse. L’affaire s’est terminée par la mise en détention provisoire d’un suspect à Antanimora. Le 27 mai dernier, des dealers ont été arrêtés à Ambohibarikely Anosibe avec 18 paquets. L’un des suspects croupit actuellement à la prison d’Antanimora. Le 18 mai dernier, la Police a pris des dealers présumés et leurs acheteurs dans ses filets. 5 d’entre eux ont fini à Antanimora. Il s’agissait d’une assez importante prise avec 41,8 kg et 3680 paquets de cannabis saisis.

Le 14 mai dernier au Macolline à Ambohimahitsy, les Forces de l’ordre ont confisqué 58 paquets de came. Leur action s’est soldée par l’emprisonnement provisoire d’une personne. La veille, d’autres dealers supposés ont été interpellés avec 119 autres paquets. Deux suspects ont été placés sous mandat de dépôt à Antanimora. Le 12 mai dernier, une personne a été provisoirement incarcérée pour la détention et abus de chanvre à Ankadindratombo Ambohimangakely

Le 4 avril dernier, d’autres suspects ont été surpris pour usage et abus de chanvre à Anosibe Angarangarana et Namontana. A l’époque, la prise des Forces de sécurité totalisait 99,4 kg de ces substances narcotiques. Enfin, le 20 mars dernier, il y eut également des arrestations et des confiscations de 18,7 kg de cannabis à Manorikandro, sur le By-pass. Une personne fut placée sous mandat de dépôt pour détention et vente illicite de cannabis.

L’enquête se poursuit. Pas plus tard que le 2 juin dernier, trois autres suspects ont été interpellés à Andohatapenaka, toujours pour usage de stupéfiants. L’action de la police a été poussée par une plainte des riverains à propos des agissements de ces trafiquants de drogue. C Lesdits riverains ont indiqué à la Police ce qui était en train de se tramer dans une maison individuelle du quartier. Lors d’une intervention par surprise des Forces de l’ordre sur les lieux, elles y ont surpris trois suspects. Ces derniers étaient justement en train de préparer, sinon emballer du cannabis, soit 7 paquets. Lors d’une enquête, il a été révélé qu’un suspect serait le dealer, et que les deux autres des acheteurs. Ils seront bientôt déférés au Parquet. A part les arrestations et les sanctions, la Police a également mené une campagne de sensibilisation sur la nocivité et l’illégalité de l’usage de stupéfiants du côté de Macolline Andralanitra Ambohimahitsy. Environ, 100 habitants ont pu bénéficier de cette sensibilisation.

Franck R.

La Vérité0 partages

Facilité de crédit rapide - Demande d’un deuxième financement auprès du FMI

166 millions de dollars. C’est le montant débloqué par le Fonds monétaire international (FMI) pour Madagascar au début de la pandémie. Malgré les financements extérieurs déjà reçus dont le dernier montant s’élève à 440 millions de dollars, le ministère de l’Economie et des Finances Richard Randriamandrato a fait savoir que son département négocie en ce moment un autre financement auprès de cette institution de Bretton Woods. Et ce, dans le cadre du Facilité de crédit rapide (FCR). L’objectif étant de combler le déficit budgétaire.

En effet, la caisse de l’Etat accuse un gap de financement de 108 milliards d’ariary dans la loi de Finances rectificatives (LFR) 2020. « Les recettes de l’Etat accuse un manque à gagner de 2 000 milliards d’ariary. Cette somme représente le quart de la dépense publique durant un exercice budgétaire. Madagascar a déjà obtenu 166 millions de dollars dans le cadre de la FCR. Ce financement est surtout utilisé pour la balance des paiements. Malgré le recours à la dette, notre pays figure encore parmi ceux à faible risque car la moyenne est de 46 % au niveau de l’Afrique. Pour l’heure, les dettes publiques occupent 36 % du Produit intérieur brut (PIB) », explique Richard Randriamandrato, ministre de l’Economie et des Finances.

Lors de la rencontre des membres du Gouvernement avec les sénateurs, mardi dernier, les locataires d’Anosikely insistaient surtout sur la transparence en matière d’affectation des ressources. « Chaque ministère possède son contrôleur financier », rassure le ministre concernant la gestion de la finance publique.

Quoi qu’il en soit, le ministre de l’Economie et des Finances, avec l’appui de la Banque mondiale, poursuit les plaidoyers auprès des bailleurs de fonds pour l’effacement de nos dettes. Le Fonds monétaire international a déjà donné son feu vert, mais les négociations se poursuivent auprès des G20 - à savoir l’Afrique du Sud, l'Allemagne, l'Arabie Saoudite, l'Argentine, l'Australie, le Brésil, le Canada, la Chine, la Corée du Sud, les Etats-Unis, la France, l'Inde, l'Indonésie, l'Italie, le Japon, le Mexique, le Royaume-Uni, la Russie, la Turquie et l'Union européenne. Le montant de la dette de la Grande île auprès de ces pays arrive à 93 millions de dollars par an.

Solange Heriniaina

La Vérité0 partages

Re-voilà le loser !

Ravalomanana Marc réapparaît. Il se réveille d'un coma après un « traumatisme crânien », suite aux terribles chocs à répétition dus à une série d'échecs depuis 2007. L'ancien Chef de l'Etat ne s'en remet pas. Etant un « oiseau » de mauvais augure, sa réapparition ne présage rien de bon ni d'utile pour le pays. Comme l'ours qui revient tout juste d'un long sommeil ou d'une longue hibernation, Ravalo n'est pas encore en pleine possession de ses capacités physiques et  intellectuelles. Il dit n'importe quoi sinon des bêtises. Plutôt, il peste des délires jusqu'à proférer des menaces à peine voilées. Au moins trois sujets brûlants embrasent l'atmosphère nationale.

 

L'état de nécessité national axé sur l'urgence sanitaire dû au nouveau coronavirus, le Covid-19, qui infecte le pays depuis le 19 mars dernier. Madagasikara est l'un des pays victimes au monde. La  contamination  crée des vagues partout où il débarque. Le pays a su déjouer  le jeu machiavélique du virus jusqu'à mi-mars alors que SARS-COV-2 commença à apparaître en Chine vers le mois de novembre 2019, à Wuhan. En fait, à partir du 19 mars, Covid-19 entra sans frapper à la porte de la Grande île et contamine le territoire national. Et depuis, le mal fait des ravages notamment dans le Grand Port de l'Est, l'épicentre de la pandémie. Le récent bilan montre que le nombre des contaminés n'est plus loin de la barre des 1000 cas. Face au drame que le pays subit, Ravalomanana saisit une insensée « opportunité » de banaliser les efforts entrepris par les dirigeants. Il propose des solutions irréalistes échappant aux moyens dont le pays dispose entre autres procéder à des tests par centaines de milliers et de banaliser la pertinence du Covid-Organics.

La rétrocession systématique et sans condition des îles malagasy (Eparses), un sujet qui focalise au plus haut niveau l'attention des citoyens jaloux de la souveraineté et l'intégrité du territoire national, trahit Ravalo et dévoile le faux patriotisme qu'il entretient en lui. Les prises de positions obscures de l'ancien Président révèlent une attitude de traître, un « collabo », vis-à-vis de l'intérêt majeur de la Nation et confortent la position coloniale de la France. Ravalomanana Marc évite de déclarer ouvertement le « retour » sans autres formes de procès des îles malagasy dans le giron du territoire de la République Malagasy. D'ailleurs, à l'époque où il tenait la manette du pouvoir et lors de ses multiples interventions sur les tribunes internationales, Ravalo effleurait tout juste les cas des îles Eparses. Même  topo quand l'occasion lui fut offerte avec son homologue français.

La construction du Kianja Masoandro, un autre sujet incendiaire qui enflamme les esprits. Ravalomanana ne rate de jeter de l'huile. Peu importe ce que cet ancien locataire d'Iavoloha pense des travaux effectués dans l'enceinte du Rova. Il n'est pas du tout l'homme indiqué pour émettre un quelconque avis. A l'époque de son règne sans partage, Ravalo n'avait rien fait pour restaurer le Palais de la Reine. Incendié en 1995, il n'a pas jugé nécessairede faire quelque chose. Certes, des collectes de dons ont été organisées mais personne n'était pas en mesure d'avoir une idée de la suite.

Et voilà le loser réapparaît. Rien que pour déballer sur la place publique des sottises.

Ndrianaivo

La Vérité0 partages

Covid-19 - La tisane CVO débarque au Moyen-Orient

Les Emirats Arabes Unis sont les premiers pays hors de l’Afrique à se doter du Covid Organics (CVO). Un avion arborant la couleur de cet état fédéral s’est posé, hier à Ivato, pour récupérer ce remède traditionnel amélioré (RTA) découvert par les chercheurs nationaux de l’Institut Malgache de Recherches Appliquées (IMRA). A son départ d’Ivato, l’aéronef des Emirats Arabes Unis est chargé de 10.000 doses du CVO, préventif et curatif, remises quelques minutes auparavant par Lova Ranoromaro, directeur de cabinet de la Présidence de la République malagasy au chef de délégation émiratie.

D’après ce dernier, Les Emirats Arabes Unis, convaincus des vertus de ce remède à base d’artemisia, « souhaitent même obtenir plus de quantité ». Ce qui veut dire que dès que Madagascar est en mesure de satisfaire leur demande, les Emiratis reviendront pour prendre un autre lot de CVO. Les derniers chiffres émis sur la situation du Covid-19 aux Emirats Arabes Unis annoncent 34.000 cas contaminés et 264 décès.

Profitant de sa venue dans la Grande île, cet Etat fédéral composé par sept émirats avec Abou Dabi comme capitale, a offert aux autorités malagasy des matériels médicaux. Un lot de 7 tonnes composé entre autres de 10.000 blouses médicales, 300.000 gants, 50.000 masques de protection, 32.000 sur- chaussures et 25.000 TDR (Test de Diagnostic Rapide).

Chaque pays peut s’estimer ainsi gagnant de ce partenariat dans la lutte commune contre le Covid-19, la pandémie qui fait frémir plus d’une Nation.

La Rédaction

La Vérité0 partages

Tentative de déstabilisation du régime - Des politiciens profitent de la crise sanitaire

Dans une vidéo diffusée sur les réseaux sociaux, ces dernières heures, un groupement de personnes qui se présentent comme une association des raiamandreny de Tamatave s'est exprimée sur la situation actuelle, notamment la pandémie de coronavirus, dans le pays en général et à Tamatave en particulier. Dans leur déclaration, les conférenciers, parmi lesquels figurent des membres du Malagasy Tonga Saina et du Tiako i Madagasikara, se sont évertués à critiquer toutes les mesures annoncées par le Président de la République pour endiguer la propagation du Covid-19 dans la capitale du Betsimisaraka. Affirmant devoir ainsi prendre leurs responsabilités en tant que raiamandreny, ils sont ainsi allés demander au Président de la République Andry Rajoelina de déposer sa démission dans un délai de 72 heures, sans préciser outre mesure ce qu'ils allaient faire à l'échéance de l'ultimatum.

 

Un discours qui pourrait être interprété comme une tentative de déstabilisation du régime. Le discours porté par ces individus est en effet de nature à compromettre l'ordre et la sécurité publique, dans un contexte où Madagascar, à l'instar du reste du monde, fait face à l'un des plus grands défis sanitaires de son histoire. Des informations indiquent d'ailleurs que ces individus auraient démarché la plupart des médias de la Capitale, la semaine dernière, pour tenter de faire passer leur message, sans pour autant trouver porte ouverte. Raison pour laquelle sans doute, la déclaration a été diffusée sur les réseaux sociaux.

Des bruits de couloirs laissent, en outre, entendre que des politiciens connus et reconnus dans la capitale du Betsimisaraka seraient à la baguette derrière cette association. Le nom d'un candidat malheureux aux dernières élections législatives et celui d'un prétendant malheureux lors des dernières élections municipales dans le pays circulent abondamment dans la sphère politique, à ce sujet. Des personnes dont les noms sont déjà revenus avec insistance ces derniers temps pour être derrière les évènements qui ont émaillé le quotidien des habitants de Toamasina. Notons, en effet, que durement frappée par la pandémie de Covid-19, la ville est en proie depuis une semaine à diverses manifestations. La plus récente date d'hier.

Des locaux ont manifesté contre les mesures de confinement total dans la ville de Toamasina selon des sources policières locales. Dans

des circonstances encore floues, un jeune homme a été retrouvé blessé et inconscient au niveau d'un barrage érigé par les manifestants. Ces derniers ont accusé des membres des Forces de l'ordre d'être à l'origine des blessures du jeune homme. La tension est alors montée d'un cran. Des échanges de jets de pierre et de gaz lacrymogènes ont été rapportés. La situation est revenue à la normale en fin d'après-midi après une forte intervention des Forces de l'ordre. L'individu blessé aurait reçu des soins et serait conscient, selon les dernières informations depuis Toamasina. Une manifestation qui a été rapportée abondamment sur les réseaux sociaux par les détracteurs du pouvoir…

En parallèle à ces manifestations, des politiciens de la place tiennent des discours très critiques envers le pouvoir. Dernièrement, l'on a fait courir le bruit que les Forces de l'ordre se sont déployées à Toamasina en guise de représailles contre sa population. Des éléments qui ont pourtant été envoyés sur place pour aider à l'application des mesures édictées par le pouvoir central. Le développement de la situation de ces derniers jours dans la capitale du Betsimisaraka laisse en tout cas perplexe. Notons à ce propos que les évènements à Toamasina se sont produits alors que des correspondants de la presse internationale à Madagascar se trouvent depuis hier justement dans cette cité portuaire...  

La Rédaction

Madagate0 partages

Manjakamiadana. Aoka izay ry andriana manao lohan’andevo a !

Hisy hitsamboatra mihitsy izao mamaky io lohateny io. Ie. Mahalala ahy tsara mihitsy ilay misalotra ho « Lahimatoan’Imerina » ary fantany tsara ny toerana nanafenana ny raiko. Fa izao : tsy izany fombany izany no nitaizana anay. Ny azy (ny rainay izany), satria dokotera izy, dia ny marary aloha no andrianina. Manaraka : aminay izany hoe andriana izany dia eo amin’ny fisainana sy eo amin’ny fomba fiainana eo anivon’ny fiaraha-monina no maha andriana na tsia ny olona iray. Io no atao hoe « noblesse d’esprit » fa tsy ny fanambonian-tena sy ny fisehoana ho Malagasy manaja ny « soatoavina » kanefa na ny diploma aza tany ivelany daholo (Lafrantsa indrindra indrindra) no azo.

Raha mikasika ny andevo indray dia izao : tsy miala avy amina vondron’olona sosialy (« classe sociale ») izy ireo fa olona nogejaina hiasa bôjo (tsy nomena karama) mandrapahafatiny satria resy tamina ady na koa nosamborin’ireo mpivarotra olona mihitsy aza (« esclavagiste »). Any Brésil, ao Salvador de Bahia, ohatra, dia misy taranaka Malagasy nandevozina ka nalefa tany namboly fary navadika ho siramamy (« plantations de canne à sucre»). Ny mainty hoditra ao Etazonia izao dia taranaka andevo avy aty Afrika sy eto Madagasikara. Fantaro fotsiny fa i Michelle Obama, vadin’ny filoha teo aloha Barack Obama, dia taranak’ilay andevo nantsoina hoe Melvinia, nalaina ankeriny taty Afrika. Santionany fotsiny io. Ny atao hoe andevo izany dia olona miasa maina ho ana olona toa azy ihany (« condition sociale inhumaine »). Ka rehefa tsapany fa mety ho faty izy afaka segondra na minitra vitsy dia arapany daholo izay hitany. Izay ilay hoe manao lohan’andevo.

Tsy te-hahalala n’inona n’inona ary tsy misaina intsony izany ho avy izany fa vao mahita irika kely dia araraotina (« sauter sur la moindre occasion »). Izany no ataon-dry « Tsarava tompoko » sasany, amin’izao fotoana izao, amin’ny ezaka fampandrosoana ataon’i Andry Rajoelina vao lany Filohan’ny Repoblikan’i Madagasikara fa tsy Fanjakan’i Madagasikara intsony… Ny mahavariana dia atao tamba-be tokoa nefa raha dinihina anie izy samy izy aza tsy mifanaraka e ! Tena misy izany andriana miseho ho ambonina andriana hafa toa azy.Seho ivelany fotsiny no betsaka ary lova ratsy indrindra izany.

Raha hiverenana ny hoe « andevo » dia diso tanterak ihany koa izany ilay hoe rehefa mainty be sy ngita volo ary be orona dia andevo. Raha izany mantsy no eritreretina dia andevo daholo izany ireo Malagasy monina any amorontsiraka any ? Tsy ho marina velively izany ary maro ny namako sy sakaizako any amin’ny faritra any… Sady toa adinon’ireo miseho mahalala noho ny Malagasy tsotra fa maro ny mpanolo-tsainan’ny Mpanjaka Andrianampoinimerina anie no avy any anindrana e ! Izay nampianatra azy sorabe sy fanandroana, ohatra. Fantaro ihany koa fa ny andevo voalohany teto an-tany dia i Spartacus (teraka ny taona 100 talohan’i Jesosy Kristy, miaramila fotsy hoditra grika nandevozin’ny Romana. Nikomy izy ka maty teo ampiadiana (taona 71 talohan’i Jesosy Kristy). Nanomboka teo dia izy no fitaratra rehefa resaka fahafahana ho an’ny andevo rehetra.

Amin’izao taonjato faha-XXI izao dia mbola misy ny atao hoe andevo moderina dia ireo mpiasan’ny «zones franches» sasany. Marina fa be karama noho ny sekretera mpiasam-panjakana fa ny ora fiasany sy ny toerana ary ny fomba iasany dia mendrika fanandevozina tanteraka. Fa misy koa andevo izay mitoetra ary miaramaro dia maro ankehitriny, dia ireo andevon’ny toaka lany vola sy mivarilavo eo anivon’ny fiarahamonina. Ao koa ny andevon’ny vola. Ireo indray dia tsy mahalala afa-tsy vola ihany, vola hatrany. Nefa anie, hoy i Bakoma sy Monika : tsy ho entinao any amin’ny Mausolée io volabenao io e !...

Raha iverenako ny mikasika ireto Andriana manao lohan’andevo ireto dia avelao ny Filoha Andry Rajoelina ampianatra azy ireo ny Tantaran’ny Rovan’i Manjakamiadana. Ary fadio koa ny miaraka miombo-kevitra amin’ingahy Marc Ravalomanana fa tsy ho Andriana velively izy (io tsy azo vidiana) na eo amin’ny lafiny nahateraka azy (« naissance ») na eo amin’ny fomba amam-panaony. Inona koa moa ny dikany ny fiarovany izay Rova tranainy be io, izy izay nilaza tamin’ny Filoha Jacques Chirac fa mbola tsy teraka ny taona 1947 ?

Farany : mino aho fa raha mbola velona teo Ny Andriana Ralitera Etienne (1938-2017), tsy nanaotao foana toa ny ataonareo ianareo. Misy antony matoa izy anisan’ny nanangana ny Fiombonambe Taranaka Andriana Miray eto Madagasikara, ny taona 2002, fa tsy hanambanian-tena velively mihitsy akory. Izany Ny Andriana Ralitera Etienne izany dia tena RAIAMANDRENY Olon'ny Fihavanana, ary nandalina ny Tantara sy ny Soatoavina ary ny Fomba sy ny Kolotsaina malagasy. Fa ny an-dry zalahy ko ave fanahy mantsina fa tsy Fanahy Masina no nilatsaka teo aminy ka ankatoky ny Pentekosta 2020 no tena manondrana mamilivily ny tantara ! Ny an’i Emerson Andrianetrazafy, izay misalotra ho « mpahay tantara » (« historien… du tout »), dia « fanolanana » tsotra izao no mba nolazainy mikasika ny fanarenana sy fanavaozana manaraka ny toetr’andro ny Rovan’i Manjakamiadana. Misaotra e !

Mikasika an’Ingahindriana Ranjeva (Raymond) sy ny « akaôlitany » tao amin’ny Real Tv tamin’ny alin’ny Alatsinain’ny Pentekosta 2020 (Jeneraly Désiré Ramakavelo, Hery Rason sy Serge Zafimahova) dia tsotra : tsara ny miresaka « hasina » sy ny hoe fanitsakitsahana azy. Fa izao e ! Alohan’ny hitenena dia tokony mandini-tena ianao r’ingahy Profesora a ! Ny anaranareo anie efa maty hasina tanteraka dia izao ianao no mianakendry mampiseho fa « lalin-tsaina » imasom-bahoaka !? F’iza moa no anaran’ilay nangalatra vola be (60 lavitrisa iraimbilanja) tao amin’ny sampan’ny Banky foibe ao Manakara (ny taona 2007) ka nitsoaka nandositra any ampita ary tsy hita mandrak’ity ny androany ? Tsy Louis ihany fa Louis Raombana RANJEVA no anarany io Talen’ny banky io. Sao dia izany koa no atao hoe « afetsen’Andriana » ?...

Hiteny ianao fa tsy tomponandraikitry ny nataony ianao na koa tsy teto an-toerana. Fa Ranjeva foana no anarany toa anao sy i Marcel, Jean, Raymonde, Justine, Marthe ary Henry. Maty hasina tanteraka ilay anaranareo, nomen’i Joseph Ranjeva, razambenareo, Tompoko. Lasa anarana ana mpangala-bolam-bahoaka, « criminel ». Dia ianao indray no miseho manao resaka hasina sy masina ? Diovy aloha ny ao aminareo. Ka hatreto dia tena mbola ratsy toerana loatra ianao miana-kendry, sady ilay fanazavanao toa lasa jadon-kevitra fotsiny ihany. Farany : mba taiza daholo koa ianareo ireo manao tamba-be hitetika handrodana an’ny Filoha Rajoelina ankehitriny –aza miatsara ivelan’ny tsihy amiko mihitsy !-, tamin’ireo razan’ny Mpanjaka nalaina andro alina  tao anatin’ny Rovan’Antananarivo ka nafindra tsy fantatra marina hoe aiza ? Toa tsy re mihitsy ianareo tamin’izany, eny na dia feo kely fotsiny aza ? Ny soratra, Tompoko, mitoetra ka vakio amin’izay ary ireto manaraka ireto. Tantara tena tantara.

Jeannot Ramambazafy

 

Ary dia aleo amin’izay omena sehatra an-tsoratra ny Filoha Andry Rajoelina, lazaina hoe «boay kely tsy manampahaizana fa Dj mpampandihy fotsiny» :

« (..) Aleo aloha hiverenantsika kely ny Tantara, Tantaran’i Madagasikara. Tsy hiditra amin’ny tantaran’ny Ampanjaka na ny Mpanjaka rehetra rehetra nifandimby aloha, fa hiditra fotsiny amin’ny tantara ankapobeny. Dia raisiko teo amin’ny nanafian’ny mpanjanaka an’i Madagasikara. Izany hoe tamin’ny taona 1886 no tonga teto nidaroka, nanapoaka ny tafondro teo amin’ny Rovan’Antananarivo ny mpanjanaka. (Ttf : 1896 no tena izy fa tsy adinonyfa nanomboka ny taona 1882 ka hatramin’ny taona 1897 dia efa teo ambanin’ny elatri France i Madagasikara. « Protectorat français de Madagascar »). 64 taona taty aoriana, izany hoe tamin’ny taona 1960 no naverina tamin’i Madagasikara indray ny fahaleovantena.

Rehefa naverina ny fahaleovantena, tsy naverina tamintsika ny Nosy Malagasy. Tsara ihany no mampahatsiahy izany tantara izany. 60 taona aty aoriana, amin’izao taona 2020 izao, dia hanamarika ny faha-60 taona niverenanan’ny fahaleovantena isika. Ny ho banjinintsika izany izao, dia ny 60 taona manaraka. Vao migadona ny taona 2021dia mibanjina isika any amin’ny 60 taona manaraka. Madagasikara toy ny ahoana no tiantsika hita eto amin’ity firenena ity ? Madagasikara toy inona no tiantsika apetraka ho an’ny taranaka fara aman-dimby ? Izay ny zavatra fanontaniana tiako apetraka.

Ny ahy efa fantatro : Madagasikara ho reharehan’ny Malagasy, Madagasikara mijoro amin’ny maha-Malagasy azy. Ary ny tenako manokana dia anisan’ny tia ny Tantara, ny Tantaran’ity firenentsika ity. Miraikitra ao am-poko ny fitiavan-tanindrazana, ny fitiavana ny Malagasy sy ametraka ny Tantara ho an’ny taranaka fara aman-dimby. Any ny « débat-ntsika » no tokony atao. Rovan’Antananarivo ny resaka teo. Ao anatin’ny Rovan’Antananarivo dia misy ny Lapan’i Manjakamiadana. Ny zavatra tsara ho fanta-tsika, angamba, ao anatin’izay dia aleo ho tsiahivina kely ny Tantara mba tsy ho diso fahavalo isika, mba tsy ho diso hevitra isika ao anatin’ny zavatra tokony ho atao. Mizara telo ny zavatra tiako ho zaraina amin’ny Malagasy raha ohatra ka iresaka ny Rovan’Antananarivo isika : ny ara-kolontsaina, ny ara-pomba sy ny ara-tantara. Izay no tiako hifampizarana amin’ny vahoaka malagasy.

Niteny ianareo na reko ihany koa ny antson’ny olona hoe : fa maninona no « architecture romaine » (Ttf : Tao-trano romana) no apetraka ao anatin’ity kianja Masoandro ity, raha izay no tianareo ho lazaina. Eto aho izany dia te-hifampizara fa ny fanarenana io Lapan’i Manjakamiadana io, ny fanatsarana ny Rovan’Antananarivo io dia toa afo miredareda ato am-poko ary tiako apetraka sy zaraina amin’ny vahoaka malagasy. Raha iresaka isika momba ny « architecture », dia izao angamba : aleo ho fantatry ny maro ny Tantara.

Voalohany, dia tamin’ny taona 1610 ny Mpanjaka Andrianjaka no nanorina ny Lapa voalohany tao anatin’ny Rovan’Antananarivo, dia ny Lapan’i Besakana. Natao tamina hazo iray manontolo izany Lapa izany. Dia nodimbiasan’Andrianampoinimerina izay nametraka ihany koa ny Lapa izay nantsoina Mahitsielafanjaka. Rehefa nitondra i Ranavalona I, hitantsika fa teo no nipoitra ny Lapan’i Manjakamadiana. Malagasy ve no nanao ny Lapan’i Manjakamiadana ? Malagasy ve no nanao ny tao-trano na ny « architecture » an’i Manjakamiadana ? Tsia ny valiny. Jean Laborde, « architecte » (TTf : mpanao tao-trano) frantsay no nanao an’i Manjakamiadana voalohany. Natao hazo izy io, tamin’ny endriny ahitantsika azy io. Hazo tamin’izany fotoana izany satria i Ranavalona I dia nilaza fa ny tao-trano dia tsy maintsy atao amin’ny akora velona. Izany hoe amina hazo ary natao didy aman-dalàna mihitsy fa hazo ihany no azo anaovana ny tranon’ny vahoaka malagasy teto amin’ny firenena malagasy iray manontolo. Ary matetika moa isika, rehefa miteny, rehefa misy razana, dia hoe : « andeha ity ray aman-dreny ity hivoaka amin’ny varavaran-kazo ary hifitra amin’ny varavaram-bato ».

Ny vato izany dia natao ho an’ny fasana. Raha mahita angamba isika izao tsy mahita fasana hazo fa ny fasan-drazana rehetra dia vato na any amban’ny tany avokoa amin’ny ankapobeny. Nefa rehefa tonga i Ranavalona II, dia novainy tanteraka na namafisiny i Manjakamiadana na resahintsika hoe Manjakamiadana faharoa. Dia nofonosin’i Ranavalona II tamina vato i Manjakamiadana. Fanontaniana no apetraka hoe : nanitsakitsaka ny fomba malagasy ve izany ? Nandika tanteraka ny didy aman-dalàna napetrak’i Ranavalona I ny zavatra nataon’i Ranavalona II ? Ilaina fiadian-kevitra ve izany amin’izao fotoanantsika izao sa… ? Ny ahy fampahatsiahivana fotsiny no nataoko fa tsy ametraka adihevitra ny tenako amin’izy natao vato.

Fa niteny isika teo hoe iza moa ny « architecte » nanao an’izany Manjakamiadana faharoa izany ? Malagasy ve ? Tsia ny valinteny. Satria dia i James Cameron, « architecte » anglisy fa teraka tany Ecosse, no nanao io Lapan’i Manjakamiadana faharoa io, izay natao sy nofonosina vato. Ny lapa rehetra nifandimby natao tao dia « architectes » avy any ivelany daholo, vazaha daholo. Satria rehefa tonga koa i Rasoherina dia nanao ko aizy lapa, dia ny Lapan’i Manampisoa izay « architecte » anglisy koa no nanao azy ary « style » anglisy mihitsy ilay trano satria dia i William Pool, izay no anaran’ilay « architecte » nalain’ny Mpanjakavavy Rasoaherina.

Fa tonga koa i Radama I dia nanao ko aizy ny Lapa Tranovola. Malagasy ve no nanao ny Lapa Tranovola ? Nanao ny sary ? Nanao ny tao-trano ? Tsia koa ny valinteny. « Architecte » frantsay, Louis Gros, no nanao an’i Tranovola. Ny tiana lazaina izany dia izao : hanazava isika, hiresaka momba io kianja Masoandro io ankehitriny fa ny zavatra tiako ho zaraina amin’ny vahoaka malagasy fotsiny dia izao : tiantsika ve ny hamerina ny ambo-po maha-Malagasy antsika ? Tiantsika ve ny hampiaina amin’ny taranaka fara aman-dimby antsika ny Tantara niainan’ireo mpitondra, Mpanjaka nifandimby teto amin’ny firenena ? Tia fivoarana ve isika sa hijanona amin’izao ?

Ny antony mampanontany aho izany mantsy dia izao : raha may io Lapan’i Manjakamiadana io tamin’ny 1995, tamin’ny sabotsy 6 Novambra, dia ankehitriny isika amin’ny taona 2020 manana finiavana hoe tsy maintsy vitaina ao anatina fotoana fohy mba hanamariantsika ny fandresen-tsika vaovao indray, ny dingana vaovao rehefa naverina amintsika ny fahaleovantena, hiditra amin’ny 60 taona manaraka isika dia andao ametraka Tantara vaovao. Avalona ny tantara tany aoriana, hampiaina ny taranaka fara aman-dimby fa ho vitaintsika ny Lapan’i Manjakamiadana.

Zavatra roa no sarahiko ao anatin’izay. Ny Lapan’i Manjakamiadana dia averina toy ny endriny teo aloha. Inona moa ilay endriny teo aloha ? Ny endriny teo aloha ny gorodona, ny temitra, ny varavarana… Izany rehetra rehetra izany dia nalaina avokoa ohatry ny ahoana ny temitra tao ? Iza ny orinasa tany Frantsa nanao an’io ? Satria tany Frantsa no natao. Dia nolazaina hoe : afaka apetrakareo ve, mba averinay ho toy ny teo io Lapa io ? Izaho dia milaza aminareo fa na dia betsaka aza ny mpitsikera, satria ny fisikerana anie ataontsika hoe raha tia fandrosoana isika dia manaiky mifanome tànana, miray fo, miray saina amin’ny fanarenana an’ity firenentsika ity.

Ny tsikera atao tsy vao izao ihany satria hiditra indray isika amin’ny resaka lafiny faharoa : jereo daholo ny sary. Ohatry ny ahoana ny fitafin’ireo mpanjaka nifandimby ? Ny fiakanjon’i Ranavalona I, Ny fiakanjon’i Radama II, Ny fiakanjon’i Rasoaherina, Ny fiakanjon’i Ranavalona II sy III fa akanjo mirebareba tsy fitafy malagasy. Izaho tsy miteny hoe ario ny maha-Malagasy. Tazomintsika ao anatin’ny ra-ntsika tsirairay avy. Ny ra mikoriana ao anatintsika dia ra malagasy. Tazomintsika ny maha-Malagasy antsika. Fa izany akory tsy miteny mihitsy ny hoe tsy andeha ampiasa ny teknolojia vaovao ; tsy andeha ampiaina amin’ny taranaka fara aman-dimby ny Tantara izay niainan’ireo Mpanjaka nifandimby ireo. Ho faranako ny resaka mikasika ny « architecture ».

Ny sasany milaza hoe manaonao foana isika. Tsia Tompoko ô. Ialako tsiny, ialako fondro, ialako satroka ary avadiko im-pito ny lelako vao hiteny aho eto anatrehan’ny vahoaka malagasy iray manontolo fa tsy manaonao foana isika. Ny zavatra rehetra natao dia efa nodinihina, nakana hevitra, ary alohan’ny nanarenana io Lapan’i Manjakamiadana io, alohan’ny nokitihina io Rovan’Antananarivo io, efa nisy antso nataon’ny ministeran hoe : ianareo izay manan-kevitra dia afaka mifampitafa mifampidinika, inona ny sosokevitra avy any aminareo ?Ho faranako amin’ny resaka « architecture » ary tiako mba aseho eto amin’ny «écran» eto hoe ilay kianja Masoandro dia nalaina tamin’ny «style» izay nanaovana ny Lapan’i Manjakamiadana (Ttf : Ireo amin’ny sary ny «façades» sy ny «voûtes»). Ireo «voûtes» sy «façades» misy eo amin’ny Lapan’i Manjakamiadana ireo ihany no nalaina natao eo amin’ny kianja Masoandro.Inona moa ny maha samihafa an’izao ? Fanontaniana fotsiny no apetrako. Fa ny «architecte» nanao azy dia nolazaina mihitsy hoe : aza atao mifanalavitra amin’ity Lapan’i Manjakamiadana ity ny kianja Masoandro izay apetra-tsika eto akaiky.

Faharoa dia misy koa ireo haingokaingony na «frises» ambony izay hita eo amin’ny Lapan’i Manjakamiadana. Dia hita koa ireo «frises supérieures» eo amin’ny kianja Masoandro. «Architecture» daholo no resahintsika eto. Ny tiako ho lazaina dia tsy manaonao foana isika fa manaja ny kolontsaina, mitazona ny maha-Malagasy antsika, voalohany, manaja ny fomba izay napetrak’ireo olona mpahay tantara eto amin’ny firenena. Ary manandratra ny Tantara, ny maha-Malagasy antsika. Izay ny zavatra natao. Torak’izany ny «poteaux» na andry sy ny «arcs» (…).

Ny resaka, rehefa tiana asarotina dia na zavatra mora aza dia lasa sarotra, na zavatra tsy mety dia lazaina fa tsy mety. Izay ny zavatra tiako ho lazaina amintsika. Mety ilaza ny sasany hoe : an an an ka nataonareo béton io ; tsy mety amin’ny fomba ny anaovana béton azy. Dia gaga aho fa ny olona nanomboka niasa tamin’izany no manakiana ny zavatra atao ankehitriny. Ilay kianja Masoandro io mbola ho fonosina vato granit avy eto Madagasikara. Izany hoe hitovy tanteraka amin’ny Lapan’i Manjakamiadana izy io. Miteny indray ny sasany hoe : « ka ilay béton mihitsy », satria lasa nivadika any indray ilay resaka. « Fadin-drazana ny manisybéton ao ». « Tsy manaraka fomba ny fanaovana béton ao ». Nofakafakanay tsara alohan’ny nanaovanay io fa ny Lapan’i Manjakamiadana, marina izany : tsy misy béton mihitsy. Hazo no teo dia nofonosina vato ary isaky ny rihana dia hazo avokoa. Ka rehefa may dia nihotsaka daholo. Ankehitriny aho misarika ny olona fa ny marina dia marina ihany. Misy boky natao milaza hoe inon avy ny asa efa vita tao. Fisaorana ho an’izay nanao ny asa efa vita tao. Fa isika Malagasy raha ho lany andro amin’ny fiadiana hevitra eto, tsy androso mihitsy ny firenena. Mila fanazavana ianareo. Misy solontena ato. Aon y akademisianina. Mijoro eto anoloanareo aho hitondra ny valinteny.

Raha misy milaza fa fadin-drazana, manota fady ny mametraka béton eo dia mba te-hanontany aho hoe : iza izany no tena nanota fady satria izao isika mpitondra ankehitriny dia hamerina ny Lapan’i Manjakamiadana araky ny endriny teo aloha. Fanamby apetrako izay. Izany hoe, tsy mikitika, tsy mitondra zavatra mamoa fady amin’ny fomban-drazana ao anatin’ny Lapan’i Manjakamiadana. Izany hoe : manarina ny Lapan’i Manjakamiadana ary manorina zavatra vaovao dia ny kianja Masoandro. Niresaka béton isika teo dia ity asehoko antsika.

Izao no zavatra nisy natao ao anatin’io Lapa io : natao béton daholo ny ao anatin’io Lapa io. Ary ny fondations-n’io (TTf : ny fototra izany), hatramin’ny 20 metatra dia béton daholo avokoa ny zavatra ao anatiny. Tsy isika izao no nanao izany béton izany. Tsara ny mahafantatra an’izay. Rehefa nojerena ny zavatra misy sy ny tantara ao anatin’ilay izy, dia namaky ilay boky aho. Dia izao mihitsy ny voasotatra ao anatiny, afaka jeren-dry zareo (Ttf : izay manakiana nefa nanao ny béton. Io boky io dia navoakan’ny fikambanana « Fanarenana ny Rova », mitondra ny lohateny hoe « Manjakamiadana et le Rova d’Antananarivo : Un futur retrouvé ») : « Les piliers du rez-de-chaussée, en béton, un matériau accepté et même recommandé par la charte d’Athènes ». Dia manontany aho hoe : rehefa olona afa izany no manao ilay béton dia tsy mamoa fady fa rehefa olona afa no manao ilay béton dia mamoa fady, fadin-drazana ? Fanontaniana fotsiny no apetrako fa antsika rehetra no mamaly an’izay.

Miverina kely aho ao amin’ny kianja Masoandro. Ao anatin’ilay pejy 108 ihany, ho anareo izany manana ilay boky, boky nosoratan-dry zareo io fa tsy izaho akory ny namorona an’io, dia milaza -fintiniko ilay izy- : « …On l’apprendra que la Résidence Masoandro de Ranavalona III s’érigeait sur des fondations en béton à la romaine… ». Ny fototry ny kianja Masoandro dia efa fototra natao tamina béton ary tamin’ny fomba fanaon’ny Romana azy no nanaova an’io Lapa Masoandro izay nataontsika Kianja Masoandro ankehitriny (…) ».

Dia nasehon’ny filoha ny ahavon’ireo fanorenana misy ao anatin’ny Rovan’i Manjakamiadana ka ny Kianja Masoandro no iva indrindra satria 6 metatra ny ahavony raha 10,30 metatra ny Lapan’i Besakana, 12,20 metatra ny Lapan’i Manampisoa, 25 metatra ny Fiangonana Anatirova, 26 metatra ny Tranovola ary 38 metatra ny Lapan’ny Mpanjakavavy Ranavalona III. Ary toa izao no namaran’ny Filoha Andry Rajoelina ilay fandaharana tao amin’ny Tvm io Alahady 31 Mey 2020 io :

« Ny teny hamaranako azy dia Tantara vaovao no ho soratantsika eto anivon’ny firenena amin’izao 60 taona manaraka ny niverenan’ny Fahaleovantena izao. Ny Tantara vaovao dia irian-tsika mba handroso amin’izay ity Nosy malalantsika ity, iray isika malagasy, iray ny Nosy, iray i Madagasikara ka tokony iray feo isika amin’ny fiarovana ny fiandrianampirenena. Ny Tantara dia efa nanamarika fa matetika resy. Matoa tafiditra teto ny mpanjanaka dia nisy firaisana tsikombakomba tao. Ary izay zavatra izay no tokony tsy hiseho intsony aty aoriana. Ny faharoa manaraka izany dia rehefa niverina ny Fahaleovantena, mbola tsy vita, tsy niverina taty amintsika tanteraka. Izay no nampijoro ahy nitaky ireo Nosy Malagasy. Tsy vitako irery anefa izany. Raha tsy miray fo isika, raha tsy mifanome tànana isika, dia ho zava-poana satria ny Filoha no mitarika fa ny vahoaka tokony manaraka azy. Noho izany, dia ao anatin’izao fiverenan’ny Fahaleovantena izao, raha misy ny faniriana dia iray saina isika, iray fo. Ary indramiko ny teny vahiny milaza ny hoe : « Lorsque qu’il n’y a pas d’ennemis à l’intérieur, les ennemis de l’extérieur ne peuvent pas m’atteindre ». Raha ataoko amin’ny teny malagasy dia hoe : raha tsy misy ny fahavalo ato anatin’ny firenena, tsy afaka hahavoantsika sy handrendrika antsika mihitsy, tsy ho rendrika isika ary tsy ho tratry ny fahavalo. Ny dikan’izay dia : raha misy faniriana tiana apetraka androany, dia tsotra ny teniko : ho iray feo ny Malagasy ary ho tafita amin’izay Madagasikara. Misaotra antsika rehetra ».

Nandray feo tao amin’ny RNM : Jeannot Ramambazafy - Lahatsoratra nivoaka ihany koa ao amin'ny "La Gazette de la Grande île", tamin'ny Alarobia 3 Jona 2020

TSINDRIO ETO

Madagate0 partages

Manjakamiadana. Aoka izay ry andriana manao lohan’andevo a!

Hisy hitsamboatra mihitsy izao mamaky io lohateny io. Ie. Mahalala ahy tsara mihitsy ilay misalotra ho « Lahimatoan’Imerina » ary fantany tsara ny toerana nanafenana ny raiko. Fa izao : tsy izany fombany izany no nitaizana anay. Ny azy (ny rainay izany), satria dokotera izy, dia ny marary aloha no andrianina. Manaraka : aminay izany hoe andriana izany dia eo amin’ny fisainana sy eo amin’ny fomba fiainana eo anivon’ny fiaraha-monina no maha andriana na tsia ny olona iray. Io no atao hoe « noblesse d’esprit » fa tsy ny fanambonian-tena sy ny fisehoana ho Malagasy manaja ny « soatoavina » kanefa na ny diploma aza tany ivelany daholo (Lafrantsa indrindra indrindra) no azo.

Raha mikasika ny andevo indray dia izao : tsy miala avy amina vondron’olona sosialy (« classe sociale ») izy ireo fa olona nogejaina hiasa bôjo (tsy nomena karama) mandrapahafatiny satria resy tamina ady na koa nosamborin’ireo mpivarotra olona mihitsy aza (« esclavagiste »). Any Brésil, ao Salvador de Bahia, ohatra, dia misy taranaka Malagasy nandevozina ka nalefa tany namboly fary navadika ho siramamy (« plantations de canne à sucre»). Ny mainty hoditra ao Etazonia izao dia taranaka andevo avy aty Afrika sy eto Madagasikara. Fantaro fotsiny fa i Michelle Obama, vadin’ny filoha teo aloha Barack Obama, dia taranak’ilay andevo nantsoina hoe Melvinia, nalaina ankeriny taty Afrika. Santionany fotsiny io. Ny atao hoe andevo izany dia olona miasa maina ho ana olona toa azy ihany (« condition sociale inhumaine »). Ka rehefa tsapany fa mety ho faty izy afaka segondra na minitra vitsy dia arapany daholo izay hitany. Izay ilay hoe manao lohan’andevo.

Tsy te-hahalala n’inona n’inona ary tsy misaina intsony izany ho avy izany fa vao mahita irika kely dia araraotina (« sauter sur la moindre occasion »). Izany no ataon-dry « Tsarava tompoko » sasany, amin’izao fotoana izao, amin’ny ezaka fampandrosoana ataon’i Andry Rajoelina vao lany Filohan’ny Repoblikan’i Madagasikara fa tsy Fanjakan’i Madagasikara intsony… Ny mahavariana dia atao tamba-be tokoa nefa raha dinihina anie izy samy izy aza tsy mifanaraka e ! Tena misy izany andriana miseho ho ambonina andriana hafa toa azy.Seho ivelany fotsiny no betsaka ary lova ratsy indrindra izany.

Raha hiverenana ny hoe « andevo » dia diso tanterak ihany koa izany ilay hoe rehefa mainty be sy ngita volo ary be orona dia andevo. Raha izany mantsy no eritreretina dia andevo daholo izany ireo Malagasy monina any amorontsiraka any ? Tsy ho marina velively izany ary maro ny namako sy sakaizako any amin’ny faritra any… Sady toa adinon’ireo miseho mahalala noho ny Malagasy tsotra fa maro ny mpanolo-tsainan’ny Mpanjaka Andrianampoinimerina anie no avy any anindrana e ! Izay nampianatra azy sorabe sy fanandroana, ohatra. Fantaro ihany koa fa ny andevo voalohany teto an-tany dia i Spartacus (teraka ny taona 100 talohan’i Jesosy Kristy, miaramila fotsy hoditra grika nandevozin’ny Romana. Nikomy izy ka maty teo ampiadiana (taona 71 talohan’i Jesosy Kristy). Nanomboka teo dia izy no fitaratra rehefa resaka fahafahana ho an’ny andevo rehetra.

Amin’izao taonjato faha-XXI izao dia mbola misy ny atao hoe andevo moderina dia ireo mpiasan’ny «zones franches» sasany. Marina fa be karama noho ny sekretera mpiasam-panjakana fa ny ora fiasany sy ny toerana ary ny fomba iasany dia mendrika fanandevozina tanteraka. Fa misy koa andevo izay mitoetra ary miaramaro dia maro ankehitriny, dia ireo andevon’ny toaka lany vola sy mivarilavo eo anivon’ny fiarahamonina. Ao koa ny andevon’ny vola. Ireo indray dia tsy mahalala afa-tsy vola ihany, vola hatrany. Nefa anie, hoy i Bakoma sy Monika : tsy ho entinao any amin’ny Mausolée io volabenao io e !...

Raha iverenako ny mikasika ireto Andriana manao lohan’andevo ireto dia avelao ny Filoha Andry Rajoelina ampianatra azy ireo ny Tantaran’ny Rovan’i Manjakamiadana. Ary fadio koa ny miaraka miombo-kevitra amin’ingahy Marc Ravalomanana fa tsy ho Andriana velively izy (io tsy azo vidiana) na eo amin’ny lafiny nahateraka azy (« naissance ») na eo amin’ny fomba amam-panaony. Inona koa moa ny dikany ny fiarovany izay Rova tranainy be io, izy izay nilaza tamin’ny Filoha Jacques Chirac fa mbola tsy teraka ny taona 1947 ?

Farany : mino aho fa raha mbola velona teo Ny Andriana Ralitera Etienne (1938-2017), tsy nanaotao foana toa ny ataonareo ianareo. Misy antony matoa izy anisan’ny nanangana ny Fiombonambe Taranaka Andriana Miray eto Madagasikara, ny taona 2002, fa tsy hanambanian-tena velively mihitsy akory. Izany Ny Andriana Ralitera Etienne izany dia tena RAIAMANDRENY Olon'ny Fihavanana, ary nandalina ny Tantara sy ny Soatoavina ary ny Fomba sy ny Kolotsaina malagasy. Fa ny an-dry zalahy ko ave fanahy mantsina fa tsy Fanahy Masina no nilatsaka teo aminy ka ankatoky ny Pentekosta 2020 no tena manondrana mamilivily ny tantara ! Ny an’i Emerson Andrianetrazafy, izay misalotra ho « mpahay tantara » (« historien… du tout »), dia « fanolanana » tsotra izao no mba nolazainy mikasika ny fanarenana sy fanavaozana manaraka ny toetr’andro ny Rovan’i Manjakamiadana. Misaotra e !

Mikasika an’Ingahindriana Ranjeva (Raymond) sy ny « akaôlitany » tao amin’ny Real Tv tamin’ny alin’ny Alatsinain’ny Pentekosta 2020 (Jeneraly Désiré Ramakavelo, Hery Rason sy Serge Zafimahova) dia tsotra : tsara ny miresaka « hasina » sy ny hoe fanitsakitsahana azy. Fa izao e ! Alohan’ny hitenena dia tokony mandini-tena ianao r’ingahy Profesora a ! Ny anaranareo anie efa maty hasina tanteraka dia izao ianao no mianakendry mampiseho fa « lalin-tsaina » imasom-bahoaka !? F’iza moa no anaran’ilay nangalatra vola be (60 lavitrisa iraimbilanja) tao amin’ny sampan’ny Banky foibe ao Manakara (ny taona 2007) ka nitsoaka nandositra any ampita ary tsy hita mandrak’ity ny androany ? Tsy Louis ihany fa Louis Raombana RANJEVA no anarany io Talen’ny banky io. Sao dia izany koa no atao hoe « afetsen’Andriana » ?...

Hiteny ianao fa tsy tomponandraikitry ny nataony ianao na koa tsy teto an-toerana. Fa Ranjeva foana no anarany toa anao sy i Marcel, Jean, Raymonde, Justine, Marthe ary Henry. Maty hasina tanteraka ilay anaranareo, nomen’i Joseph Ranjeva, razambenareo, Tompoko. Lasa anarana ana mpangala-bolam-bahoaka, « criminel ». Dia ianao indray no miseho manao resaka hasina sy masina ? Diovy aloha ny ao aminareo. Ka hatreto dia tena mbola ratsy toerana loatra ianao miana-kendry, sady ilay fanazavanao toa lasa jadon-kevitra fotsiny ihany. Farany : mba taiza daholo koa ianareo ireo manao tamba-be hitetika handrodana an’ny Filoha Rajoelina ankehitriny –aza miatsara ivelan’ny tsihy amiko mihitsy !-, tamin’ireo razan’ny Mpanjaka nalaina andro alina  tao anatin’ny Rovan’Antananarivo ka nafindra tsy fantatra marina hoe aiza ? Toa tsy re mihitsy ianareo tamin’izany, eny na dia feo kely fotsiny aza ? Ny soratra, Tompoko, mitoetra ka vakio amin’izay ary ireto manaraka ireto. Tantara tena tantara.

Jeannot Ramambazafy

 

Ary dia aleo amin’izay omena sehatra an-tsoratra ny Filoha Andry Rajoelina, lazaina hoe «boay kely tsy manampahaizana fa Dj mpampandihy fotsiny» :

« (..) Aleo aloha hiverenantsika kely ny Tantara, Tantaran’i Madagasikara. Tsy hiditra amin’ny tantaran’ny Ampanjaka na ny Mpanjaka rehetra rehetra nifandimby aloha, fa hiditra fotsiny amin’ny tantara ankapobeny. Dia raisiko teo amin’ny nanafian’ny mpanjanaka an’i Madagasikara. Izany hoe tamin’ny taona 1886 no tonga teto nidaroka, nanapoaka ny tafondro teo amin’ny Rovan’Antananarivo ny mpanjanaka. (Ttf : 1896 no tena izy fa tsy adinonyfa nanomboka ny taona 1882 ka hatramin’ny taona 1897 dia efa teo ambanin’ny elatri France i Madagasikara. « Protectorat français de Madagascar »). 64 taona taty aoriana, izany hoe tamin’ny taona 1960 no naverina tamin’i Madagasikara indray ny fahaleovantena.

Rehefa naverina ny fahaleovantena, tsy naverina tamintsika ny Nosy Malagasy. Tsara ihany no mampahatsiahy izany tantara izany. 60 taona aty aoriana, amin’izao taona 2020 izao, dia hanamarika ny faha-60 taona niverenanan’ny fahaleovantena isika. Ny ho banjinintsika izany izao, dia ny 60 taona manaraka. Vao migadona ny taona 2021dia mibanjina isika any amin’ny 60 taona manaraka. Madagasikara toy ny ahoana no tiantsika hita eto amin’ity firenena ity ? Madagasikara toy inona no tiantsika apetraka ho an’ny taranaka fara aman-dimby ? Izay ny zavatra fanontaniana tiako apetraka.

Ny ahy efa fantatro : Madagasikara ho reharehan’ny Malagasy, Madagasikara mijoro amin’ny maha-Malagasy azy. Ary ny tenako manokana dia anisan’ny tia ny Tantara, ny Tantaran’ity firenentsika ity. Miraikitra ao am-poko ny fitiavan-tanindrazana, ny fitiavana ny Malagasy sy ametraka ny Tantara ho an’ny taranaka fara aman-dimby. Any ny « débat-ntsika » no tokony atao. Rovan’Antananarivo ny resaka teo. Ao anatin’ny Rovan’Antananarivo dia misy ny Lapan’i Manjakamiadana. Ny zavatra tsara ho fanta-tsika, angamba, ao anatin’izay dia aleo ho tsiahivina kely ny Tantara mba tsy ho diso fahavalo isika, mba tsy ho diso hevitra isika ao anatin’ny zavatra tokony ho atao. Mizara telo ny zavatra tiako ho zaraina amin’ny Malagasy raha ohatra ka iresaka ny Rovan’Antananarivo isika : ny ara-kolontsaina, ny ara-pomba sy ny ara-tantara. Izay no tiako hifampizarana amin’ny vahoaka malagasy.

Niteny ianareo na reko ihany koa ny antson’ny olona hoe : fa maninona no « architecture romaine » (Ttf : Tao-trano romana) no apetraka ao anatin’ity kianja Masoandro ity, raha izay no tianareo ho lazaina. Eto aho izany dia te-hifampizara fa ny fanarenana io Lapan’i Manjakamiadana io, ny fanatsarana ny Rovan’Antananarivo io dia toa afo miredareda ato am-poko ary tiako apetraka sy zaraina amin’ny vahoaka malagasy. Raha iresaka isika momba ny « architecture », dia izao angamba : aleo ho fantatry ny maro ny Tantara.

Voalohany, dia tamin’ny taona 1610 ny Mpanjaka Andrianjaka no nanorina ny Lapa voalohany tao anatin’ny Rovan’Antananarivo, dia ny Lapan’i Besakana. Natao tamina hazo iray manontolo izany Lapa izany. Dia nodimbiasan’Andrianampoinimerina izay nametraka ihany koa ny Lapa izay nantsoina Mahitsielafanjaka. Rehefa nitondra i Ranavalona I, hitantsika fa teo no nipoitra ny Lapan’i Manjakamadiana. Malagasy ve no nanao ny Lapan’i Manjakamiadana ? Malagasy ve no nanao ny tao-trano na ny « architecture » an’i Manjakamiadana ? Tsia ny valiny. Jean Laborde, « architecte » (TTf : mpanao tao-trano) frantsay no nanao an’i Manjakamiadana voalohany. Natao hazo izy io, tamin’ny endriny ahitantsika azy io. Hazo tamin’izany fotoana izany satria i Ranavalona I dia nilaza fa ny tao-trano dia tsy maintsy atao amin’ny akora velona. Izany hoe amina hazo ary natao didy aman-dalàna mihitsy fa hazo ihany no azo anaovana ny tranon’ny vahoaka malagasy teto amin’ny firenena malagasy iray manontolo. Ary matetika moa isika, rehefa miteny, rehefa misy razana, dia hoe : « andeha ity ray aman-dreny ity hivoaka amin’ny varavaran-kazo ary hifitra amin’ny varavaram-bato ».

Ny vato izany dia natao ho an’ny fasana. Raha mahita angamba isika izao tsy mahita fasana hazo fa ny fasan-drazana rehetra dia vato na any amban’ny tany avokoa amin’ny ankapobeny. Nefa rehefa tonga i Ranavalona II, dia novainy tanteraka na namafisiny i Manjakamiadana na resahintsika hoe Manjakamiadana faharoa. Dia nofonosin’i Ranavalona II tamina vato i Manjakamiadana. Fanontaniana no apetraka hoe : nanitsakitsaka ny fomba malagasy ve izany ? Nandika tanteraka ny didy aman-dalàna napetrak’i Ranavalona I ny zavatra nataon’i Ranavalona II ? Ilaina fiadian-kevitra ve izany amin’izao fotoanantsika izao sa… ? Ny ahy fampahatsiahivana fotsiny no nataoko fa tsy ametraka adihevitra ny tenako amin’izy natao vato.

Fa niteny isika teo hoe iza moa ny « architecte » nanao an’izany Manjakamiadana faharoa izany ? Malagasy ve ? Tsia ny valinteny. Satria dia i James Cameron, « architecte » anglisy fa teraka tany Ecosse, no nanao io Lapan’i Manjakamiadana faharoa io, izay natao sy nofonosina vato. Ny lapa rehetra nifandimby natao tao dia « architectes » avy any ivelany daholo, vazaha daholo. Satria rehefa tonga koa i Rasoherina dia nanao ko aizy lapa, dia ny Lapan’i Manampisoa izay « architecte » anglisy koa no nanao azy ary « style » anglisy mihitsy ilay trano satria dia i William Pool, izay no anaran’ilay « architecte » nalain’ny Mpanjakavavy Rasoaherina.

Fa tonga koa i Radama I dia nanao ko aizy ny Lapa Tranovola. Malagasy ve no nanao ny Lapa Tranovola ? Nanao ny sary ? Nanao ny tao-trano ? Tsia koa ny valinteny. « Architecte » frantsay, Louis Gros, no nanao an’i Tranovola. Ny tiana lazaina izany dia izao : hanazava isika, hiresaka momba io kianja Masoandro io ankehitriny fa ny zavatra tiako ho zaraina amin’ny vahoaka malagasy fotsiny dia izao : tiantsika ve ny hamerina ny ambo-po maha-Malagasy antsika ? Tiantsika ve ny hampiaina amin’ny taranaka fara aman-dimby antsika ny Tantara niainan’ireo mpitondra, Mpanjaka nifandimby teto amin’ny firenena ? Tia fivoarana ve isika sa hijanona amin’izao ?

Ny antony mampanontany aho izany mantsy dia izao : raha may io Lapan’i Manjakamiadana io tamin’ny 1995, tamin’ny sabotsy 6 Novambra, dia ankehitriny isika amin’ny taona 2020 manana finiavana hoe tsy maintsy vitaina ao anatina fotoana fohy mba hanamariantsika ny fandresen-tsika vaovao indray, ny dingana vaovao rehefa naverina amintsika ny fahaleovantena, hiditra amin’ny 60 taona manaraka isika dia andao ametraka Tantara vaovao. Avalona ny tantara tany aoriana, hampiaina ny taranaka fara aman-dimby fa ho vitaintsika ny Lapan’i Manjakamiadana.

Zavatra roa no sarahiko ao anatin’izay. Ny Lapan’i Manjakamiadana dia averina toy ny endriny teo aloha. Inona moa ilay endriny teo aloha ? Ny endriny teo aloha ny gorodona, ny temitra, ny varavarana… Izany rehetra rehetra izany dia nalaina avokoa ohatry ny ahoana ny temitra tao ? Iza ny orinasa tany Frantsa nanao an’io ? Satria tany Frantsa no natao. Dia nolazaina hoe : afaka apetrakareo ve, mba averinay ho toy ny teo io Lapa io ? Izaho dia milaza aminareo fa na dia betsaka aza ny mpitsikera, satria ny fisikerana anie ataontsika hoe raha tia fandrosoana isika dia manaiky mifanome tànana, miray fo, miray saina amin’ny fanarenana an’ity firenentsika ity.

Ny tsikera atao tsy vao izao ihany satria hiditra indray isika amin’ny resaka lafiny faharoa : jereo daholo ny sary. Ohatry ny ahoana ny fitafin’ireo mpanjaka nifandimby ? Ny fiakanjon’i Ranavalona I, Ny fiakanjon’i Radama II, Ny fiakanjon’i Rasoaherina, Ny fiakanjon’i Ranavalona II sy III fa akanjo mirebareba tsy fitafy malagasy. Izaho tsy miteny hoe ario ny maha-Malagasy. Tazomintsika ao anatin’ny ra-ntsika tsirairay avy. Ny ra mikoriana ao anatintsika dia ra malagasy. Tazomintsika ny maha-Malagasy antsika. Fa izany akory tsy miteny mihitsy ny hoe tsy andeha ampiasa ny teknolojia vaovao ; tsy andeha ampiaina amin’ny taranaka fara aman-dimby ny Tantara izay niainan’ireo Mpanjaka nifandimby ireo. Ho faranako ny resaka mikasika ny « architecture ».

Ny sasany milaza hoe manaonao foana isika. Tsia Tompoko ô. Ialako tsiny, ialako fondro, ialako satroka ary avadiko im-pito ny lelako vao hiteny aho eto anatrehan’ny vahoaka malagasy iray manontolo fa tsy manaonao foana isika. Ny zavatra rehetra natao dia efa nodinihina, nakana hevitra, ary alohan’ny nanarenana io Lapan’i Manjakamiadana io, alohan’ny nokitihina io Rovan’Antananarivo io, efa nisy antso nataon’ny ministeran hoe : ianareo izay manan-kevitra dia afaka mifampitafa mifampidinika, inona ny sosokevitra avy any aminareo ?Ho faranako amin’ny resaka « architecture » ary tiako mba aseho eto amin’ny «écran» eto hoe ilay kianja Masoandro dia nalaina tamin’ny «style» izay nanaovana ny Lapan’i Manjakamiadana (Ttf : Ireo amin’ny sary ny «façades» sy ny «voûtes»). Ireo «voûtes» sy «façades» misy eo amin’ny Lapan’i Manjakamiadana ireo ihany no nalaina natao eo amin’ny kianja Masoandro.Inona moa ny maha samihafa an’izao ? Fanontaniana fotsiny no apetrako. Fa ny «architecte» nanao azy dia nolazaina mihitsy hoe : aza atao mifanalavitra amin’ity Lapan’i Manjakamiadana ity ny kianja Masoandro izay apetra-tsika eto akaiky.

Faharoa dia misy koa ireo haingokaingony na «frises» ambony izay hita eo amin’ny Lapan’i Manjakamiadana. Dia hita koa ireo «frises supérieures» eo amin’ny kianja Masoandro. «Architecture» daholo no resahintsika eto. Ny tiako ho lazaina dia tsy manaonao foana isika fa manaja ny kolontsaina, mitazona ny maha-Malagasy antsika, voalohany, manaja ny fomba izay napetrak’ireo olona mpahay tantara eto amin’ny firenena. Ary manandratra ny Tantara, ny maha-Malagasy antsika. Izay ny zavatra natao. Torak’izany ny «poteaux» na andry sy ny «arcs» (…).

Ny resaka, rehefa tiana asarotina dia na zavatra mora aza dia lasa sarotra, na zavatra tsy mety dia lazaina fa tsy mety. Izay ny zavatra tiako ho lazaina amintsika. Mety ilaza ny sasany hoe : an an an ka nataonareo béton io ; tsy mety amin’ny fomba ny anaovana béton azy. Dia gaga aho fa ny olona nanomboka niasa tamin’izany no manakiana ny zavatra atao ankehitriny. Ilay kianja Masoandro io mbola ho fonosina vato granit avy eto Madagasikara. Izany hoe hitovy tanteraka amin’ny Lapan’i Manjakamiadana izy io. Miteny indray ny sasany hoe : « ka ilay béton mihitsy », satria lasa nivadika any indray ilay resaka. « Fadin-drazana ny manisybéton ao ». « Tsy manaraka fomba ny fanaovana béton ao ». Nofakafakanay tsara alohan’ny nanaovanay io fa ny Lapan’i Manjakamiadana, marina izany : tsy misy béton mihitsy. Hazo no teo dia nofonosina vato ary isaky ny rihana dia hazo avokoa. Ka rehefa may dia nihotsaka daholo. Ankehitriny aho misarika ny olona fa ny marina dia marina ihany. Misy boky natao milaza hoe inon avy ny asa efa vita tao. Fisaorana ho an’izay nanao ny asa efa vita tao. Fa isika Malagasy raha ho lany andro amin’ny fiadiana hevitra eto, tsy androso mihitsy ny firenena. Mila fanazavana ianareo. Misy solontena ato. Aon y akademisianina. Mijoro eto anoloanareo aho hitondra ny valinteny.

Raha misy milaza fa fadin-drazana, manota fady ny mametraka béton eo dia mba te-hanontany aho hoe : iza izany no tena nanota fady satria izao isika mpitondra ankehitriny dia hamerina ny Lapan’i Manjakamiadana araky ny endriny teo aloha. Fanamby apetrako izay. Izany hoe, tsy mikitika, tsy mitondra zavatra mamoa fady amin’ny fomban-drazana ao anatin’ny Lapan’i Manjakamiadana. Izany hoe : manarina ny Lapan’i Manjakamiadana ary manorina zavatra vaovao dia ny kianja Masoandro. Niresaka béton isika teo dia ity asehoko antsika.

Izao no zavatra nisy natao ao anatin’io Lapa io : natao béton daholo ny ao anatin’io Lapa io. Ary ny fondations-n’io (TTf : ny fototra izany), hatramin’ny 20 metatra dia béton daholo avokoa ny zavatra ao anatiny. Tsy isika izao no nanao izany béton izany. Tsara ny mahafantatra an’izay. Rehefa nojerena ny zavatra misy sy ny tantara ao anatin’ilay izy, dia namaky ilay boky aho. Dia izao mihitsy ny voasotatra ao anatiny, afaka jeren-dry zareo (Ttf : izay manakiana nefa nanao ny béton. Io boky io dia navoakan’ny fikambanana « Fanarenana ny Rova », mitondra ny lohateny hoe « Manjakamiadana et le Rova d’Antananarivo : Un futur retrouvé ») : « Les piliers du rez-de-chaussée, en béton, un matériau accepté et même recommandé par la charte d’Athènes ». Dia manontany aho hoe : rehefa olona afa izany no manao ilay béton dia tsy mamoa fady fa rehefa olona afa no manao ilay béton dia mamoa fady, fadin-drazana ? Fanontaniana fotsiny no apetrako fa antsika rehetra no mamaly an’izay.

Miverina kely aho ao amin’ny kianja Masoandro. Ao anatin’ilay pejy 108 ihany, ho anareo izany manana ilay boky, boky nosoratan-dry zareo io fa tsy izaho akory ny namorona an’io, dia milaza -fintiniko ilay izy- : « …On l’apprendra que la Résidence Masoandro de Ranavalona III s’érigeait sur des fondations en béton à la romaine… ». Ny fototry ny kianja Masoandro dia efa fototra natao tamina béton ary tamin’ny fomba fanaon’ny Romana azy no nanaova an’io Lapa Masoandro izay nataontsika Kianja Masoandro ankehitriny (…) ».

Dia nasehon’ny filoha ny ahavon’ireo fanorenana misy ao anatin’ny Rovan’i Manjakamiadana ka ny Kianja Masoandro no iva indrindra satria 6 metatra ny ahavony raha 10,30 metatra ny Lapan’i Besakana, 12,20 metatra ny Lapan’i Manampisoa, 25 metatra ny Fiangonana Anatirova, 26 metatra ny Tranovola ary 38 metatra ny Lapan’ny Mpanjakavavy Ranavalona III. Ary toa izao no namaran’ny Filoha Andry Rajoelina ilay fandaharana tao amin’ny Tvm io Alahady 31 Mey 2020 io :

« Ny teny hamaranako azy dia Tantara vaovao no ho soratantsika eto anivon’ny firenena amin’izao 60 taona manaraka ny niverenan’ny Fahaleovantena izao. Ny Tantara vaovao dia irian-tsika mba handroso amin’izay ity Nosy malalantsika ity, iray isika malagasy, iray ny Nosy, iray i Madagasikara ka tokony iray feo isika amin’ny fiarovana ny fiandrianampirenena. Ny Tantara dia efa nanamarika fa matetika resy. Matoa tafiditra teto ny mpanjanaka dia nisy firaisana tsikombakomba tao. Ary izay zavatra izay no tokony tsy hiseho intsony aty aoriana. Ny faharoa manaraka izany dia rehefa niverina ny Fahaleovantena, mbola tsy vita, tsy niverina taty amintsika tanteraka. Izay no nampijoro ahy nitaky ireo Nosy Malagasy. Tsy vitako irery anefa izany. Raha tsy miray fo isika, raha tsy mifanome tànana isika, dia ho zava-poana satria ny Filoha no mitarika fa ny vahoaka tokony manaraka azy. Noho izany, dia ao anatin’izao fiverenan’ny Fahaleovantena izao, raha misy ny faniriana dia iray saina isika, iray fo. Ary indramiko ny teny vahiny milaza ny hoe : « Lorsque qu’il n’y a pas d’ennemis à l’intérieur, les ennemis de l’extérieur ne peuvent pas m’atteindre ». Raha ataoko amin’ny teny malagasy dia hoe : raha tsy misy ny fahavalo ato anatin’ny firenena, tsy afaka hahavoantsika sy handrendrika antsika mihitsy, tsy ho rendrika isika ary tsy ho tratry ny fahavalo. Ny dikan’izay dia : raha misy faniriana tiana apetraka androany, dia tsotra ny teniko : ho iray feo ny Malagasy ary ho tafita amin’izay Madagasikara. Misaotra antsika rehetra ».

Nandray feo tao amin’ny RNM : Jeannot Ramambazafy - Lahatsoratra nivoaka ihany koa ao amin'ny "La Gazette de la Grande île", tamin'ny Alarobia 3 Jona 2020

TSINDRIO ETO

Midi Madagasikara0 partages

« Demain sera mien » : Carte blanche aux artistes malgaches

Soutenir les talents d’aujourd’hui car ils feront le monde de demain.

En dépit de la situation actuelle, le manque de scène, le secteur privé privilégie les initiatives pour la promotion de l’art et de la culture. Contraint de reporter nombre de ses actions programmées pour 2020, le Fonds de dotation HY rejoint les centres culturels et les plateformes artistiques en apportant son soutien aux artistes malgaches. Une initiative à l’adresse des plasticiens, musiciens, écrivains, vidéastes, graphistes, photographes, designers ou encore artisans d’art.

Carte blanche donc aux artistes malgaches sur le thème, « Demain sera mien » car « Par la sensible, sensibilisons! La beauté, l’humour, l’émotion, la transmission sont les meilleurs vecteurs de compréhension des enjeux de la société et des transformations», font savoir les organisateurs.

Les projets sélectionnés bénéficieront d’un soutien financier et seront diffusés en accord avec la création des artistes, car l’imaginaire est ancré dans le territoire et ses interactions culturelles et sociales.

La vision de cette organisation est d’assurer la prospérité du secteur de la création grâce à la professionnalisation des artistes et des acteurs culturels. « En ce temps de crise internationale sans précédent, soutenir l’art et la culture est important plus que jamais car la situation actuelle fragilise la création. Il s’agit d’explorer les interactions et de soutenir le talent d’aujourd’hui, qui feront le monde de demain », soutiennent toujours les organisateurs. Par ailleurs, c’est dans cette optique que l’appel aux artistes est lancé.

Zo Toniaina

Midi Madagasikara0 partages

Enseignement privé : Reprise progressive des classes pour les classes intermédiaires

Le déconfinement progressif se poursuit à Antananarivo, et certaines écoles privées ont profité pour reprendre progressivement les cours des enfants dans les classes intermédiaires.

Les réunions se multiplient entre les directeurs d’établissements et les enseignants pour la reprise des classes. La situation est, à ce qu’il paraît, très difficile pour les établissements scolaires qui ont du mal à régler le salaire de leur personnel sans reprendre les cours. Mais mis à part cette explication, il y a aussi l’inquiétude des parents qui ne souhaitent pas une année blanche pour leurs enfants. En effet, ce mois de juin devrait être la troisième et dernière période de l’année scolaire, mais en raison de la crise sanitaire, la situation n’est plus tout à fait la même. Le programme est resté suspendu à la deuxième période.

Maintien des examens officiels. Le maintien des examens officiels, sujet qui divise, est un autre point qui pourrait pousser les établissements à remettre les élèves dans les classes intermédiaires sur les bancs de l’école. Alors oui, ceux en « classes d’examen » pourront, dans une certaine mesure, et de manière officielle, terminer cette année scolaire, celle-ci étant sanctionnée d’un diplôme. Ce qui n’est pas forcément le cas pour les élèves dans les classes intermédiaires. Mais là encore, un doute peut subsister. Après les quelques tumultes qu’ont rencontrés les examens de l’année scolaire 2018-2019 (fuite de sujets, retards, deuxième session etc.), la « valeur » des diplômes délivrés a fait des sceptiques. Il est donc légitime de se demander comment seront reçus les nouveaux diplômés 2019-2020. Si même les élèves qui jouissent d’un semblant de stabilité durant ces mois d’urgence sanitaire ont un avenir relativement incertain, qu’en est-il pour ceux dans les classes intermédiaires ? Est-il possible pour eux de procéder au traditionnel examen de passage de classe ? Et même si cela est envisageable, quelles seront les dispositions à prendre pour que cela soit effectif ? Enfin, dans ce contexte, même si les autorités n’ont pas encore l’air d’envisager une possible reprise des cours, les futures initiatives du secteur de l’enseignement privé de rappeler les élèves est-elle condamnable ?

Anja RANDRIAMAHEFA

Midi Madagasikara0 partages

Groupe de la BAD : La pertinence des High 5 soutenue par l’institution

Une transformation structurelle est nécessaire pour garantir une émergence économique, et réaliser les Objectifs de développement durable, selon le Groupe de la Banque africaine de développement (BAD).

 Les priorités des gouvernements doivent aboutir à des résultats qui transforment leurs pays respectifs, selon les économistes de la BAD. « Bien que l’Afrique ait enregistré l’une des croissances économiques les plus robustes au monde, au cours de la dernière décennie, la plupart des économies africaines sont bien en deçà de leur plein potentiel. Une transformation structurelle est nécessaire pour créer plus d’emplois, réduire la pauvreté et réaliser les Objectifs de développement durable », ont-ils soutenu. Certes, depuis plusieurs années, la BAD a déjà démontré la pertinence de ses High 5 qui définissent les cinq domaines prioritaires fixés par le président de l’institution, Akinwumi Adesina. Des priorités qui, selon lui, coïncident parfaitement avec celles adoptées à Madagascar. En effet, les impacts des appuis du Groupe de la BAD à travers les financements de nombreux projets mis en œuvre à Madagascar sont considérables. Aujourd’hui encore, en pleine période de crise, cette institution financière soutient l’importance des High 5.

Nourrir l’Afrique. Telle est la première priorité indiquée par la BAD. Depuis 2015, plus de 74 millions d’Africains ont bénéficié de technologies agricoles améliorées grâce aux efforts de la BAD pour renforcer la sécurité alimentaire sur le continent. Dans le sud de Madagascar, plusieurs témoignages ont été recueillis par l’institution auprès des communautés, qui ont bénéficié des projets d’infrastructures agricoles, ayant transformé les activités d’agriculture et d’élevage dans ces zones.

Éclairer l’Afrique. L’accès à l’électricité reste un vrai casse-tête pour de nombreux pays du continent. Sans électricité, l’agriculture ne pourra répondre efficacement au défi grandissant de la sécurité alimentaire, selon la BAD. Celle-ci a ainsi fait de l’investissement dans l’énergie une priorité. Depuis 2016, elle a mobilisé 12 milliards de dollars pour sa priorité stratégique « Éclairer l’Afrique ». Grâce à cet investissement, 13,4 millions de personnes ont pu avoir accès à l’électricité. Rien que pour cette année, la BAD a débloqué un financement de 38,4 millions USD, pour financer la première phase du projet de renforcement et d’interconnexion des réseaux de transport d’énergie électrique à Madagascar (PRIRTEM), qui permettra à la Jirama d’opérer 30 000 nouveaux branchements pour ses usagers.

Industrialiser l’Afrique. Pour cette troisième priorité, la BAD a déjà permis à 9 millions de personnes d’accéder aux financements par le biais d’entreprises privées. Ce ne sont pas les opportunités qui manquent, selon l’institution, qui a cité comme exemple le cas du Nigeria. « Plus de 70% de la population de ce pays dépend de l’agriculture. Les fluctuations dans les récoltes ont des répercussions considérables sur les rendements, les revenus et la sécurité alimentaire. Produire des engrais localement devient alors une solution. Dans cette perspective, la BAD a soutenu la construction d’une usine d’engrais dernière génération à Port Harcourt, en apportant plus de 100 millions USD », ont indiqué les représentants du Groupe de la BAD.

Intégrer l’Afrique. Pour tirer davantage de bénéfices de l’industrialisation, l’Afrique doit mieux s’intégrer en termes de commerce et de marchés, selon la BAD. « Grâce à l’intégration, les pays africains peuvent accéder à des marchés plus vastes et ainsi accroître les revenus de millions d’habitants grâce à de nouvelles opportunités », a-t-elle soutenu. Depuis 2015, plus de 69 millions de personnes ont bénéficié du soutien de l’institution, pour de nouvelles infrastructures de transport qui ont fait progresser l’intégration.

Améliorer la qualité de vie des Africains. Pour cette cinquième priorité, la BAD vise à améliorer les conditions de vie des populations passant par un accès amélioré à des services essentiels tels que la santé, l’eau ou l’assainissement. « C’est également leur permettre d’accéder à l’éducation et d’acquérir les compétences nécessaires pour occuper des emplois et créer des entreprises viables. Depuis 2015, grâce aux projets de la Banque, 43 millions de personnes ont désormais accès à l’eau et à l’assainissement », a affirmé la BAD. Bref, les actions menées par le Groupe de la BAD dans le cadre de ces cinq priorités ont déjà permis d’avoir des résultats importants pour le développement des pays bénéficiaires. Certes, il s’agit de priorités auxquelles les dirigeants doivent accorder plus d’attention.

Antsa R.

Midi Madagasikara0 partages

Enseignement supérieur : 4 300 étudiants bénéficiaires de Vatsy à Toamasina

Distribution des Vatsy pour les étudiants de Barikadimy le week-end dernier.

La distribution des Vatsy pour les étudiants du pays continue.

La protection sociale continue dans les universités de la Grande île. 1 300 étudiants du campus de Barikadimy Toamasina ont bénéficié de Vatsy de la part du ministère de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique le week-end dernier. Une initiative qui a débuté auprès de l’université d’Ankatso vers le début de la semaine du 25 mai dernier, et qui s’est étendue dans toute la Grande île, celle-ci vise à alléger les difficultés endurées par les étudiants ainsi que leurs parents durant cette crise sanitaire et sociale que le pays traverse actuellement. Outre les étudiants de Barikadimy, 3 000 autres habitants en dehors du campus en question ont également eu droit à leur Vatsy. Il conviendrait de noter que les étudiants malgaches qui sont restés dans les campus universitaires du pays font partie des personnes vulnérables. Ce, dans la mesure où ils dépendent de leurs parents pour vivre. Un ravitaillement difficilement faisable compte tenu de la situation actuelle.

En attente. La distribution des Vatsy pour les étudiants a également coïncidé avec la descente d’Assoumacou Béatrice, ministre de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique à Toamasina, le week-end dernier. Le retour des activités pédagogiques dans les universités, plus précisément la rentrée universitaire pour l’année 2019-2020 dépendrait de l’évolution de la situation actuelle. Avec la hausse perpétuelle du nombre des nouveaux cas de Covid-19, il serait prudent pour le gouvernement, via le ministère concerné, de prendre toutes les précautions nécessaires afin de permettre un retour sécurisé des activités dans les universités du pays. Une initiative qui devrait être prise en prenant en compte tous les facteurs et les réalités de toutes les régions. Nombre d’étudiants sont, en effet, retournés dans leurs régions d’origine depuis le début de la crise liée au Covid-19. Une des réalités à ne pas mésestimer dans les efforts de reprise des activités pédagogiques auprès des universités.

José Belalahy

Midi Madagasikara0 partages

« Sound design » : Léo Doboka remporte son premier prix

Le prix d’excellence pour le sound design à été attribué à Léo Doboka, fils du musicien et ami de Berikely, Eric Doboka.

Pour la première fois, il est récompensé en mai 2020 par le Twilight Tokyo Film Festival, pour son travail sonore sur le court-métrage « Fracas » réalisé par Rémi Rappe, lui aussi récompensé par le premier prix. Twilight Tokyo Festival est un évènement international uniquement en ligne dont les compétitions se font tous les six mois. Basée à Tokyo, l’équipe de Léo Doboka a reçu le résultat par mail.

 Le projet pour lequel il a eu le prix a été tourné en 2018 en Guyane, sur les îles du salut près de Kourou. Le tournage a duré quatre jours. Léo Doboka a été sur place. Il a travaillé uniquement sur le montage et le mixage sonore du film pendant une semaine en studio. «J’ai créé l’ambiance sonore à l’aide de banque de son et de bruitage. Il fallait créer une ambiance mystérieuse et inquiétante ». Avec Rémi Rappe, le réalisateur, Léo Doboka a essayé de faire surgir l’âme de ces îles à travers le son. « Il fallait mêler le passé sombre des îles où gisaient les bagnes avec leur présent, où le décollage des fusées est orchestré ». En outre, le film met en avant la nature qui reprend ses droits sur les îles du salut où les singes, les paons, les insectes vadrouillent au milieu des bagnes abandonnés, repris par la végétation. Non loin, une présence humaine affole les animaux, le lieu de décollage des fusées à Kourou est à quelques kilomètres.

Né en 1994 d’une mère française, agent de voyages, et d’un père franco-malgache musicien, Léo Doboka-Sauvage a beaucoup voyagé dès son plus jeune âge. A deux ans, il part en famille à Madagascar pour célébrer le mariage de ses parents.

C’est au cours de ces excursions que Léo trouve une passion pour les animaux et la nature qui les abrite. Également bercé par la musique, il développe une oreille attentive aux détails sonores. C’est le mélange de ces deux attraits qui le mène à faire des études d’ingénieur du son. Il découvre ensuite l’IFFCAM, l’unique école de réalisation de documentaires animaliers en France. Il y réalise ses premiers films sur la nature : « La mesure de la Terre », qui sera diffusé par la suite sur France 3, et « Daisyworld ». Ce diplôme et les rencontres au sein de l’école influencent la suite de sa carrière ainsi que le choix de ses projets. Désormais ingénieur du son, compositeur et réalisateur, il travaille essentiellement sur des réalisations en lien avec la nature ou la musique. Il travaille dans un premier temps sur le film « Echilibru » qui traite des ours de Roumanie et de leur rapport avec les hommes. Le film rencontre un grand succès auprès des festivals de films où il y est maintes fois récompensé.

Il s’engage ensuite en tant que compositeur et ingénieur du son sur le film « Le Syndrome du Bernard L’Hermite ». L’aventure le mène à bord d’un voilier aux Bahamas pour déceler les trésors de la vie marine autour des épaves. Il rencontre, lors du tournage, Typhaine Szelangiewicz, la co-réalisatrice, également diplômée de l’IFFCAM. Aujourd’hui, sa compagne et lui travaillent ensemble sur plusieurs projets autour de la mer. Ils font la rencontre du célèbre navigateur Yvan Bourgnon, et réalisent un film sur le Passage du Nord-Ouest du marin. De son côté, Léo réalise les clips musicaux pour les groupes de son père musicien, Eric Doboka. D’abord « Tue-Loup », puis « Marshmallow », et aussi Berikely, chanteur malagasy. Avec ses multiples casquettes, Léo vogue au gré des projets qui le font vibrer.

Fils de l’ami de Berikely, le chanteur malagasy, Léo Doboka envisage de faire un documentaire sur la potentielle tournée de Berikely à Madagascar. Le film se centrera également sur son père, Eric Doboka, et le retour aux sources de ce dernier à travers la musique. Ce sera un film musical sur la redécouverte des racines enfouies d’un homme.

Iss Heridiny

Midi Madagasikara0 partages

Rugby Africa : Plus de compétition internationale pour cette année

Face à cette crise sanitaire mondiale, Rugby Africa se résout à annuler la saison 2020, notamment les compétitions internationales, y compris celle de la Coupe d’Afrique des Nations (CAN) qui devait initialement commencer le 30 mai. Cette décision est prise suite à un accord avec les fédérations consultées les 7 et 8 mai derniers. En effet, Rugby Africa a précisé dans son communiqué que quatre grandes raisons l’ont motivé à annuler les matches internationaux. D’abord, les interdictions actuelles de voyager, d’organiser des rassemblements publics et d’événements sportifs dans toute l’Afrique, qui rendent peu probable la reprise des compétitions sur le continent d’ici la fin de l’année. Ensuite, tous les pays d’Afrique ne lèveront les restrictions ni en même temps ni de la même manière, ce qui compromettrait la participation de certains pays. Les coûts liés aux déplacements devraient augmenter de manière significative. Enfin, les éventuelles exigences de quarantaine pourraient allonger considérablement le temps passé à l’étranger pour certains des athlètes. Pour Madagascar en particulier, les Makis auront encore plusieurs matches à jouer, si on ne cite que les matches contre la Namibie et la Zambie dans le cadre de la phase de groupe de la CAN et d’autres rencontres pour les Makis à VII. Pourtant, Malagasy Rugby ne restera pas les bras croisés et attendre la prochaine saison. Une réunion du comité exécutif s’est tenue hier à Ankorondrano. « On devrait anticiper les activités pour éviter la saison blanche. Malgré le fait qu’on soit en cours de déconfinement progressif, nous allons entraîner nos joueurs, surtout ceux de l’équipe nationale. On devrait se préparer en avance et terminer les compétitions nationales afin qu’on puisse détecter les meilleurs joueurs. S’il y a des changements par rapport à cette décision, Madagascar sera toujours prêt », a fait savoir le directeur technique national (DTN) Antsoniandro Randrianorosoa.

Manjato Razafy

Midi Madagasikara0 partages

« Centre de formation des techniques agricole » : Vaky bantsilana ny marina rehetra ao Analamalotra

Nitafa tamin’ny mpanao gazety ny “Ceftar” na « Centre de Formation des Techniques agricole ». Toerana faha-3 ny tao amin’ny ivon-toerana Ceftar hametrahana soso-kevitra ny toerana fahamehana. Mahazaka eo amin’ny toerana 200 ny toerana nofidina hametrahana ny ivon-toerana safidim-bahoaka. Izay marary tsy misy soritr’aretina eken’ny lisitra miabo no ekena hiditra ao anatin’ireo lisitra efa vonona ireo. Miisa 200 ireo lisitra efa vonona amin’izany, izay isika no manamboatra ny lalan-kizorana anatiny. Miisa 60 kosa ireo nentiny tamin’izao vaovao tsy misorona izao, satria efa tsy an-katoka izany intsony ny ranom-bary, fa efa an-dohalika ka tsy mitsaha-mitombo ny tsimokaretina Covid-19. Tsy mitsaha-mitombo ny fahamatoran’ny Covid-19 eto Toamasina. Ho an’i Roland Ratsiraka, dia 2.200 ny « masque » vonona ifampizarana, ny 1.000 kosa dia natokana ho an’ny fizahantany eto Toamasina. Ny 200 amin’izany dia natokana ho an’ireo mpanao gazety, ka ny 500 natokana ho an’ny hopitaly be araka ny fanapahana nataon’i Roland Ratsiraka. Ny “viseur” miisa 15 kosa dia natokana ho an’ireo tena voamafy amin’ny valanaretina eny amin’ny hopitaly, ka ireo mpitsabo tena mila izany no mampiasa azy amin’ny asany isan’andro.

Malala Didier

Midi Madagasikara0 partages

Face-à-face à Anosikely : Les sénateurs moins virulents face aux ministres

Christian Ntsay et son équipe ont su convaincre les sénateurs

Les membres du gouvernement, dirigés par le premier ministre, ont passé, hier, une journée non-stop avec les sénateurs, dont la majorité appartient à l’opposition, dans le cadre de l’habituelle séance de face-à-face requise par les dispositions constitutionnelles.

Le gouvernement a défendu son bilan devant le Sénat. L’exercice a été bien réussi par le team Ntsay, même si la séance tombe à pic dans une conjoncture difficile pour l’Exécutif qui affronte la crise du Coronavirus dont les conséquences économiques et sociales sont dévastatrices. Mais si on s’attendait à des sénateurs plus offensifs, les locataires d’Anosikely ont été moins virulents hier. Les échanges ont été cordiaux, voire moins percutants de la part des membres de la Chambre haute. En effet, face aux sénateurs, le chef du gouvernement, droit dans ses bottes hier, a étalé avec brio les « réussites » de l’Exécutif durant ces six derniers mois. La « maîtrise » de la crise sanitaire a été placée au centre du dispositif de Christian Ntsay pour argumenter sur les différents points marqués par son équipe, dont certains n’ont pas pu assister à la séance d’hier. Réussite des opérations de sécurisation rurale dans plusieurs localités classées rouges, travaux de réhabilitation de routes toujours en cours malgré la crise, réhabilitation et construction de nouvelles infrastructures éducatives dans un contexte difficile… tels sont, entre autres, les sujets qui ont été développés hier par l’Exécutif devant les sénateurs.

Ravage. Pour endiguer la propagation du Covid-19 au pays « les tests ont été multipliés, et les centres hospitaliers équipés », résume Christian Ntsay. Dans ce cadre, par exemple, les centres hospitaliers universitaires et les centres hospitaliers de référence de district dans les régions Atsinanana et Analamanga ont été équipés de 70 respirateurs, poursuit-il. Et les mesures sanitaires prises ont respecté les normes internationales en la matière, note-t-il au passage. Quant à l’épidémie de paludisme et de Dengue qui touchent actuellement quelques localités du pays, faisant des ravages et des morts, dorénavant l’Etat va miser, annonce le premier ministre, sur la prévention même si des médicaments et intrants médicaux ont été déjà acheminés vers les régions concernées.

Nouvelles orientations. Sur le plan économique, l’Exécutif préfère prendre du temps pour accoucher d’un plan « bien ficelé » pour remettre l’économie sur pied. Le chef du gouvernement a réitéré hier que le projet de « plan multisectoriel d’urgence » est en cours de préparation. C’est la raison pour laquelle le projet de loi de finances rectificative 2020 accuse un retard, selon Christian Ntsay, pour être transmis au niveau des deux chambres. Car dans ce document budgétaire, toujours selon ce dernier, l’urgence est tenue en compte pour définir les nouvelles orientations de l’Etat afin de redresser la situation. Et « compte tenu de la conjoncture qui prévaut, on a besoin de reconsidérer tous les paramétrages et les cadrages macroéconomiques initialement définis », a-t-il lâché devant les sénateurs. Ce fameux plan de relance économique, maintes fois réclamé par le sénat mais visiblement bien moins maîtrisé par les sénateurs, eu égard à leur détachement au sujet hier, devrait alors voir le jour d’ici peu. Le projet de loi de finances rectificative devrait arriver au parlement « au moins la fin de cette semaine », rassure Christian Ntsay. Et ce plan, qui doit naître un jour, fixera, à cet effet, le sort de l’économie du pays dévastée par la crise.

Dégression. La chambre haute a reconnu les efforts de l’Exécutif dans le cadre de la crise sanitaire actuelle. Le président de la République, Andry Rajoelina, a réitéré dimanche dernier, que « la pandémie est maîtrisée » au pays. Une appréciation qui n’a pas été contredite par les sénateurs. Les efforts déployés ont porté leurs fruits et le pays a brillé, estime le chef de l’Etat, à l’instar des résultats « encourageants » réalisés dans la Haute Matsiatra. Cette région a, en effet, reçu les félicitations du président de la République compte tenu des chiffres qui y sont relativement bas et en dégression, concernant toujours l’évolution de la pandémie de Covid-19. Le ministre de l’Intérieur et de la décentralisation, quant à lui, qui mène la lutte anti-covid-19 au niveau du centre de commandement opérationnel, a exprimé son satisfecit, lundi dernier, face à la prise de responsabilité exemplaire de tous les responsables étatiques à tous les niveaux pour faire respecter les normes sanitaires et la distanciation sociale. « Tous les responsables, qu’ils soient élus ou nommés, à l’échelle nationale, ont tous fait montre d’abnégation et de détermination pour lutter contre la propagation de la pandémie au pays », a affirmé Tianarivelo Razafimahefa, lundi, lors de l’émission quotidienne dédiée à la crise sur la chaîne nationale.

Rija R.

Midi Madagasikara0 partages

Filière lait : Les opérateurs réclament un financement à taux zéro

MDB a marqué la célébration de la Journée mondiale du lait hier.

La filière lait est fortement touchée par la crise sanitaire qui perdure encore dans le pays.

En effet, « une surproduction de lait a été constatée depuis le début du confinement en raison des mesures de restriction liées à la pandémie de Covid-19. Le prix du litre du lait a baissé de 500 Ar. Bon nombre d’éleveurs, surtout dans la région Vakinankaratra, ont ainsi été obligés de céder leurs vaches laitières. Nombreux sont également les entreprises opérant dans le secteur de transformation laitière qui ont déposé leurs bilans. Et les principaux clients comme les hôtels et les restaurants sont en cessation d’activité. Du coup, la vente de lait et de ses produits dérivés a chuté de l’ordre de 70% en raison toujours de cette crise sanitaire ». Le directeur exécutif de MDB (Malagasy Dairy Board), Mira Rakotondrandria, l’a évoqué lors de la célébration de la Journée mondiale du lait hier à son siège à Anosimasina Itaosy.

Mise à jour de la loi. Face à cet état de fait, le MDB, en tant que groupement d’intérêt économique se chargeant de la promotion et de la coordination des activités dans la filière lait, émet des propositions après consultation de tous les acteurs membres. A titre d’exemple, « les opérateurs qui commencent à reprendre leurs activités réclament un financement à taux zéro pour pouvoir réinvestir davantage dans le secteur. Ce financement servira, entre autres, à augmenter leur capacité de stockage pour la production de fromage. En effet, cette transformation permettra de conserver plus longtemps le lait. Et les produits des éleveurs trouveront ainsi preneur. En outre, une mise à jour de la loi régissant la filière lait et son application effective s’avèrent primordiales. En effet, l’Etat doit renforcer le contrôle de la production laitière et de ses produits dérivés mis en vente sur le marché afin de sécuriser la santé des consommateurs, tout en protégeant les acteurs formels qui investissent beaucoup en matière de respect des normes et qualité », a soutenu le responsable.

Fonds de développement de la filière. Par ailleurs, le MDB réclame à l’Etat la mise en place d’un système de protectionnisme douanier, afin de soutenir les industries nationales de transformation laitière. En outre, « un fonds de développement de la filière lait doit être constitué; et ce, par le biais du prélèvement d’une taxe parafiscale sur les produits laitiers importés. En effet, cette filière porteuse est considérée comme un des leviers du développement économique de Madagascar. Nous sommes également en étroite collaboration avec le ministère de tutelle afin de réaliser sa vision sur l’autosuffisance alimentaire. Les conditions climatiques et pédologiques ainsi que la disponibilité d’une zone de pâturage de 34 millions d’hectares nous permettent d’atteindre cet objectif », d’après toujours les explications de Mira Rakotondrandria, le directeur exécutif de ce groupement d’intérêt économique. Pour en revenir à la célébration de la Journée mondiale du lait, qui s’est tenue hier, le « don-kaopin-dronono » devient une coutume.

Navalona R.

Midi Madagasikara0 partages

Grossiste braqué à Fenoarivo : Six suspects arrêtés et placés sous les verrous

Enfin, l’affaire concernant l’attaque d’un grossiste à Fenoarivo-Atsimondrano, soit exactement dans la commune de Fenoarivo-Alakamisy, le 25 mai dernier, est sur le point d’être élucidée. Six individus impliqués dans cet acte de banditisme qui s’est soldé par la perte d’une somme de 13 millions d’ariary chez la victime, ont été jetés en prison après avoir été présentés au Parquet, hier. Il est à rappeler que trois des suspects ont été arrêtés à Ampanefy, juste après cette attaque. Ayant participé directement à cette razzia avant de prendre la fuite en direction d’Ampanefy, dans la commune voisine, ils ont été appréhendés par les forces de l’ordre (gendarmes et policiers confondus) appuyées par des membres du fokonolona après une course-poursuite suivie d’échanges de tirs spectaculaires. Pris au dépourvu, les fugitifs ont ouvert le feu. Ce qui a obligé les forces de l’ordre de riposter avec leurs armes. Puisque d’autres complices sont encore en cavale, la gendarmerie qui se charge de cette affaire a poursuivi son enquête. Ce qui a permis d’attraper trois autres suspects à Anosibe et à Mahitsy, la semaine dernière. Les limiers de la gendarmerie sont parvenus à ces résultats grâce à la collaboration avec les autorités locales ainsi qu’à des habitants qui ont accepté de coopérer. En dehors d’un pistolet automatique et quelques objets servant d’amulettes, 5 560 000 ariary, une partie de la somme dérobée, ont été récupérés chez les suspects. L’enquête a révélé également que ces individus n’avaient pas agi au hasard quand ils ont commis ce braquage. C’est pourquoi, un autre complice qui serait leur « indicateur » est encore à rechercher. En effet, ces malfaiteurs formaient une véritable association. La capture du fugitif susmentionné devrait mettre fin à ce réseau. Celui-ci serait un membre de l’escouade de malfaiteurs à l’origine de la recrudescence des actes de grand banditisme dans le district d’Antananarivo-Atsimondrano ces derniers temps.

T.M.

Midi Madagasikara0 partages

Cover “Gasikara Midera” : Deux semaines pour postuler

Joseph d’Af fait partie du jury

Ca y est! Plus de détails sur le concours de cover évangélique « Gasikara Midera ». Les participants ont deux semaines, soit jusqu’au 14 juin, pour envoyer leurs vidéos de cover au Sky Sound Team. Sur une vidéo en direct, Joseph d’Af, un des membres du jury, de préciser les critères. En groupe de cinq ou en solo, la présélection se fait sur la qualité de la production. Si le critère principal se focalise sur l’originalité de l’interprétation, le vocal, le côté technique, l’arrangement… sont également à voir.

Le jury, essentiellement constitué d’artistes et de techniciens, aura quatre jours pour choisir les vidéos en lice. La liste des 25 vidéos de cover sélectionnées sortira le 20 juin 2020 pour être soumise au voting du large public sur Facebook. A ce niveau, le sort de chaque participant sera entre les mains des facebookers car le gagnant sera désigné en fonction du nombre des réactions du public. Les followers auront jusqu’au 22 juin pour hisser leur candidat favori. Les trois gagnants qui récolteront le plus de réactions recevront leurs prix. L’idée étant de donner un second souffle à des morceaux évangéliques, les candidats sont invités à reprendre des chansons déjà connues par le large public.

Zo Toniaina

Midi Madagasikara0 partages

Ambohimanarina : Mpitondra « scooter » mamo nandona pôlisy, nitsoaka

Ny alatsinain’ny Pantekôty lasa teo, pôlisy iray niasa teo Ambodivonkely Ambohimanarina no voadonana môtô nandeha mafy. Tsy nijanona anefa io tovolahy nitondra scooter io, fa mbola nitsoaka ihany. Voasambotra ihany anefa rehefa nifanenjehana ary fantatra teo fa mamo.

Araka ny fantatra tamin’ny alalan’ny fampitam-baovao avy amin’ny pôlisy :  « môtô « Scooter Jog » iray no nandeha mafy ka nandona polisy am-perinasa teny Ambodivonkely Ambohimanarina. Rehefa voadona ilay polisy, dia lasa nitsoaka ilay moto ». Tranga niseho tokony ho tamin’ny sivy ora sy sasany alina latsaka kely teo ; izany hoe efa tao anatin’ny ora tsy azo ifamezivezena sy « couvre feu ». Nandeha faran’izay mafy ity môtô io tamin’io fotoana io, handeha hizotra hiakatra ho any Ambohimanarina any. Rehefa voadona ity mpitandro filaminana ity, dia tsy nijanona akory ilay tovolahy nitondra môtô fa vao mainka nitsoaka. Nalefa avy hatrany teo ny fampandrenesana ny amin’ny tokony hametrahana sakana, hisamborana ilay mpitondra môtô. Tsy ela dia tra-tehaka teny Anosisoa ilay « scooter ». « Lehilahy, 26 taona nitondra ilay moto teny Anosisoa. Rehefa nojerena izy, dia efa mivilavila no sady mamofona toaka » hoy ny vaovao. Rehefa notsapaina ny tahan’alikaola tao aminy dia fantatra, fa mihoatra ny tokony ho izy. Teo  no ho eo ihany dia notanana tao amin’ny kaomisarian’ny boriborintany fahenina  ity lehilahy ity, ary noftorana. « Fitsoahana andraikitra teo anatrehana lozam-pifamoivoizana, fandonana mpitandro filaminana am-perinasa, ary familiana anaty fahamamoana » ireo no vesatra hiampangana ity lehilahy ity araka ny vaovao azo hatrany. Mbola ao anatin’ny fanadihadiana tanteraka ireo pôlisy amin’izao ary heverina fa rehefa vita izay dia hatolotra tsy ho ela eny anivon’ny Fampanoavana ny raharaha.

m.L

Midi Madagasikara0 partages

« Sofia Miray » : Soutien au ministre Rijasoa Andriamanana

Le président et le vice-président de « « Sofia Miray », au premier plan sur la photo.

L’association « Sofia Miray », par le biais de son président Jean Crisse et son vice-président, tient à apporter son soutien au ministre de l’Éducation nationale, de l’enseignement technique et professionnel (MENETP) Andriamanana Iarintsambatra Rijasoa Josoa sur les critiques dont elle fait l’objet ces derniers temps. Elle est d’ailleurs originaire de ladite région. Faut-il rappeler que les raisons des attaques portées à son encontre concernent notamment les bonbons destinés à accompagner le Covid-organics à faire prendre aux élèves dans le cadre de la reprise des cours, dont le coût s’élève à 8 milliards d’Ariary. Toutefois, d’après la ministre, cette initiative a été abandonnée car il y a d’autres priorités. Malgré tout, l’association tient ainsi à soutenir les efforts fournis par la ministre en question. La propagation du Covid-19 n’a pas empêché la ministre de se rendre dans les régions Atsinanana, Haute-Matsiatra, Betsiboka et Sofia. Elle n’était pas venue les mains vides, à cette occasion, car elle a distribué des dictionnaires ainsi que des supports pédagogiques. Par ailleurs, la 6e vague des enseignants recrutés ont déjà reçu leurs contrats de travail, ont clamé les dirigeants de l’association “Sofia Miray”.

Recueillis par Dominique R.

Midi Madagasikara0 partages

Musique : Oladad renouvelle « Managnandro »

Oladad garde la forme et presse avec « Managnandro ».

Oladad garde toujours la ligne; celle de participer à la valorisation du patrimoine musical d’une aire culturelle pivot représentée par Fianarantsoa grâce à son single « Managnandro ». Une claque musicale, sortie le 27 mai, capable de contourner le marasme culturel et social de ces derniers temps. En temps de crise, il faut s’accorder que le « Dombe », inspiré des rythmes du terroir du groupe humain Betsileo, rappelant plus une boisson énergisante à la caféine et au rhum artisanal, est une trouvaille à hauteur humaine.

Cela va sans dire que « Managnandro » est une chanson populaire dont les origines et le cru datent d’un autre siècle. Une bénédiction en musique pour celui qui part des champs pour atteindre les lumières des grands restaurants et les strasses. De quoi penser à l’après-confinement. Tout le monde va devoir cravacher pour avoir son « Managnandro » ou sa part de jour, de soleil, dans les mois à venir. Heureusement qu’Oladad a repris ce morceau intemporel. Voilà aussi qui annonce un groupe qui tente d’apporter un réalisme participatif.

Sans doute, il est temps de relever la tête dans le monde de la musique. Et de plus en plus d’artistes commencent à le reconnaître quand rien ne donne aucune perspective de sortie abordable. Avec « Managnandro », on aura à danser pour les fêtes nationales et les festivités de fin d’année.

Maminirina Rado

Midi Madagasikara0 partages

Secteur industriel : Dix nouvelles PMI seront créées cette année

« One district, one factory ». Tel est le leitmotiv du ministère de l’Industrie, du commerce et de l’artisanat. Ainsi, dix nouvelles PMI (petites et moyennes industries) seront créées cette année, a-t-on annoncé. Pour ce faire, ce département ministériel mettra en place deux zones d’investissement industriel. La première, qui se situe déjà à Moramanga, est prévue pour le développement des industries textiles, tandis que la deuxième zone d’investissement industriel sera localisée dans la région Itasy. L’objectif consiste à promouvoir la transformation des produits locaux, notamment les fruits et légumes. En effet, de nombreux fruits et légumes sont jetés à chaque période de récolte en raison de la difficulté de leur écoulement sur le marché, entre autres.

Transformation agro-alimentaire. Pour ces dix nouvelles PMI à créer, elles se concentrent notamment dans le domaine de la transformation agro-alimentaire. On peut citer, entre autres, la transformation des fruits, le développement de la miellerie industrielle et la torréfaction de café. Ces unités industrielles seront implantées dans plusieurs régions dont, Vakinankaratra, Itasy, Boeny, Anosy, Atsimo-Andrefana, Diana, Analanjirofo et bien d’autres, a-t-on soulevé. A part cela, la promotion des industries d’extraction de la vanille n’est pas en reste. Ce qui permettra non seulement de créer de la valeur ajoutée mais aussi des emplois locaux. La population est, à ce sujet, sollicitée à consommer les produits manufacturés « Vita malagasy » afin de relancer l’économie nationale après cette crise sanitaire qui sévit encore dans le pays.

Autorisations industrielles. Par ailleurs, le ministère en charge de l’Industrie a délivré plusieurs autorisations industrielles en cette période de pandémie de Covid-19 à Madagascar. Il s’agit principalement des autorisations de production de gels et solutions hydro-alcooliques servant à se protéger contre le Coronavirus. A part les entreprises franches qui se convertissent dans la production de masques de protection en tissu afin de maintenir les emplois, des petites unités de confection se lancent également dans la fabrication de masques en tissu. Ce sont des opportunités qui s’offrent en cette période de crise sanitaire.

Navalona R.

Midi Madagasikara0 partages

Pentekosta : Olona 135 nataon’ny polisy fanadihadiana

Toy ny isan-taona, dia anaty andro fety aza dia nisy hatrany ny olona izay nania. Ny faran’ny herinandro teo, izay sady fankalazana ny pentekosta dia nahatratra 135 ny olona izay nataon’ny polisy fanadihadiana teto an-dRenivohitra. Tao ny nangalatra, tao ny nanendaka, tao koa ny mamo an-dalambe ary ny lozam-pifamoivoizana samihafa. Ireo fandikan-dalàna manoloana ny fepetra izay napetraka mba hiadiana amin’ny valanaretina coronavirus no tena betsaka tamin’ireo olona izay nanokafana fanadihadiana. Nahatratra 120 izany raha araka ny tatitry ny polisy. Manarak’izay kosa ny halatra madinidinika sy ny fanendahana ary ny lozam-pifamoivoizana sy ny hamamoana an-dalambe. Ankoatr’izay, dia tsy vitsy koa ny olona izay nandeha hariva na alina kanefa tsy nitondra kara-panondro. Voatery nohadihadiana izy ireo ary izany indray, dia entina miady amin’ny tsy fandriampahalemana. Tatitra izay teto amin’ny boriborintany valo eto Antananarivo Renivohitra izay misy ny fari-piadidian’ny kaomisaria foibe ireo voalaza ireo. Isan’ny voamarika ny fisian’ny razana iray; izay hita teny an-dalambe. Teo koa ny fisian’ireo izay nitsoaka rehefa nandona olona tamin’ny fiarakodia izay nentina. Olona roa no voalaza, fa naratra ary ny mpamily kosa dia tsy nijanona. Ny fitambaran’ireo rehetra ireo no nanome ny isa 135 izay nanokafana fanadihadiana ny faran’ny herinandro teo, ary niampy ny alatsinain’ny pentekosta.

D.R

 

Midi Madagasikara0 partages

Brickaville : Zaza maty voahitsaky ny lamasinina

Nisehoana lozam-pifamoivoizana an-dalamby tany amin’iny faritra Atsinanana iny, ny sabotsy lasa teo. Araka ny fantatra, dia zazavakely iray no namoy ny ainy, rehefa voahitsaky ny lamasinina teo Brickaville, raha ny vaovao azo amin’ny zandary misahana iny toerana iny. Loza izay nitranga tao amin’ny kaominina Lohariandava, distrika Brickaville, tamin’iny lalam-by zotra Antananarivo – Côte Est iny. Ny angom-baovao azo hatrany no nahafantarana, fa nandeha tongotra ary saika hiampita lalam-by ity ankizy 9 taona ity. Heverina araka izany, fa mety ho tsy ho tazany ilay lamasinina nipoitra avy any ary tsy tana intsony ny fisehoan’ny loza na dia niezaka niala ihany aza izy. Voarain’ny kodiaram-by ary voatety mihitsy. Nandriaka ny rà ary namoy ny ainy teo ho no eo ilay zaza. Marihana, raha ny angom-baovao hatrany, fa fiaran-dalam-by fiasana ity namoa-doza ity, fa tsy mpitondra entana akory. Efa tonga tany an-toerana nijery ny zava-nisy moa ireo tompon’andraikitra rehetra, na ny teo anivon’ny sampana misahana ny lalam-by na ireo mpitandro filaminana.

Nangonin’i m.L

Midi Madagasikara0 partages

Déconfinement partiel : Nécessité du respect des mesures-barrières

Avec les nouvelles mesures prises depuis dimanche dernier, une partie de la population d’Antananarivo semble avoir retrouvé un certain sentiment de liberté. La décision de prolonger la journée de travail et de fixer à 15h l’heure de la fin des activités, semble avoir fait sauter un verrou psychologique. Cette idée trompeuse d’un retour à une vie presque normale devrait être fugace car le virus est toujours présent. Le respect de la discipline et de toutes les recommandations faites par les autorités sanitaires est impératif. Le port du masque a été très vite abandonné par certains qui se sont sentis libérés de cette contrainte. Le rappel à l’ordre est nécessaire.

Déconfinement partiel : Nécessité du respect des mesures-barrières

Le déconfinement est toujours partiel, mais le léger desserrement du carcan des mesures à respecter a été perçu par certains comme un retour à une vie presque normale. C’est une légère bouffée d’oxygène pour les commerçants qui peuvent ouvrir leurs boutiques jusqu’à 15h. Les bus et les taxis ont l’autorisation de circuler jusqu’à 17h. Avec ce semblant de liberté retrouvé, la discipline qui a été bien respectée jusqu’ici s’est relâchée. Dans certains endroits de la ville, des piétons ont carrément enlevé leurs masques et ne semblent plus craindre la contamination. Il est nécessaire de faire un rappel à l’ordre. La situation sanitaire n’autorise pas de relâchement. Les tests effectués par l’IPM et les différents laboratoires de la place montrent que le pic de contamination n’est pas encore atteint. Les recommandations du professeur Vololotiana Hanta Marie Danielle sont toujours les mêmes et devraient remettre les pendules à l’heure. Pour le moment, il faut rester vigilant et respecter les mesures-barrières empêchant la propagation du virus. Nous ne sommes pas encore sortis d’affaire, et les efforts à fournir sont immenses.

Patrice RABE