Les actualités à Madagascar du Samedi 03 Juin 2017

Modifier la date
Midi Madagasikara234 partages

ENAM : Sortie de la 1re Promotion d’Auditeurs

La promotion « Mamiratra » en compagnie du ministre de la Fonction Publique Jean De Dieu Maharante.

Une grande première dans son histoire ! L’ENAM ou l’Ecole Nationale d’Administration de Madagascar a sorti officiellement hier sa 1re Promotion d’Auditeurs « en hautes études en Administration ». Dénommée « Mamiratra », la promotion compte 174 auditeurs ayant suivi une formation continue d’un an, de 2015 à 2016.

Ils sont tous des hauts fonctionnaires de l’Etat, d’autres encore en activité, certains déjà à la retraite. Ces 174 Auditeurs ont suivi des formations dans quatre secteurs différents selon leur choix : 44 en Diplomatie et Relations Internationales, 49 en Administration Publique, 55 en Administration Financière et 27 en NTIC (Nouvelle Technologie d’Information et de la Communication) dans l’Administration publique. Rappelons que la promotion « Mamiratra » est parrainée par SEM Monsieur Hery Rajaonarimampianina, Président de la République de Madagascar.

Réforme de l’Administration. Présent lors de la cérémonie officielle d’hier à l’ENAM Androhibe, le ministre de la Fonction Publique, de la Réforme administrative, du Travail et des Lois Sociales Maharante Jean De Dieu a affirmé dans son discours qu’il « souhaite que les nouveaux Auditeurs apportent leurs connaissances et expériences, non seulement  dans les efforts pour la réforme de l’Administration à Madagascar, mais qu’ils concentrent également leurs efforts sur le développement socio-économique du pays. Je profite également de l’occasion pour souligner que les hauts fonctionnaires de l’Etat se doivent de demeurer fidèles à certaines règles de conduite et à certains principes exigés par la réussite de l’Administration dont entre autres la ponctualité et la rigueur dans l’organisation, l’intégrité et la transparence pour une bonne gouvernance ». Par ailleurs la promotion « Mamiratra » marquera sa sortie officielle par le don d’un tableau d’affichage et d’une stèle commémorative dans l’enceinte de l’ENAM à Androhibe.

Luz R.R

Midi Madagasikara141 partages

La Justice en crise : Grève générale des greffiers, mutinerie des agents pénitentiaires

La machine judiciaire serait paralysée par la grève des greffiers à partir du 8 juin.

La Justice malgache souffre plus que jamais d’une crise de confiance et de crédibilité.

Grève générale et illimitée. L’annonce y afférente a été faite d’une manière solennelle et avec applaudissement par les greffiers qui se sont réunis hier en assemblée générale extraordinaire à Anosy. « Nous allons observer une grève générale et illimitée à partir du jeudi 08 juin. Il n’y aura pas de service minimum. La grève sera observée dans tout Madagascar. », a déclaré Randriambololona Haja, président du syndicat des greffiers. D’après ce dernier, les fonctions des greffiers sont plus que jamais menacées et le ministère de la Justice serait en train de tout faire pour le supplanter par des personnes qui n’ont pas les compétences requises. Cette annonce de grève des greffiers inflige un nouveau coup à la Justice malgache. Une Justice dont la crédibilité a été plus que jamais mise à l’épreuve dans l’affaire Claudine Razaimamonjy. Dans cette affaire qui continue de faire couler beaucoup d’encre, les magistrats, en particulier ceux du Parquet du tribunal de Première Instance d’Antananarivo, ne sont pas libres de faire leur travail. C’est le cas de Fanirisoa Ernaivo qui, en sa qualité de substitut du Procureur de la République, n’a pas été toujours autorisée à effectuer un contrôle judiciaire sur la détenue Claudine Razaimamonjy, jusqu’à présent hospitalisée à l’hôpital HJRA.

Justice indépendante. A Manakara, des pénitentiaires, condamnés pour avoir maltraité des détenus, ont perturbé une audience en menaçant les juges qui ont rendu les verdicts. Leurs collègues leur ont témoigné leur solidarité en fermant la prison. D’après le ministre de la Justice Charles Andriamiseza, le ministère a déjà envoyé sur place des missionnaires pour tenter de maitriser la mutinerie à la maison d’arrêt de Manakara. Visiblement, la Justice malgache est plus que jamais en crise. Pour certains, le syndicat des Magistrats de Madagascar a raison de dénoncer haut et fort les obstacles à une Justice indépendante et crédible. Quoi qu’il en soit, tant que le président de la République est le président du Conseil Supérieur de la Magistrature et si le ministre de la Justice en est le vice-président, il serait difficile de mettre en place une Justice indépendante. Le rapport de subordination hiérarchique entre les magistrats du Parquet et ces responsables politiques ne permet pas vraiment aux magistrats debouts de faire leur travail selon le droit et leur intime conviction.

R.Eugène

Midi Madagasikara113 partages

Syndicat des douaniers : Ultimatum de 25 jours pour une prime de motivation

Les douaniers réclament une amélioration de leur prime de motivation.

Les employés de la Douane ont accordé quelques semaines de trêve, mais ne sont pas prêts de lâcher prise pour réclamer l’augmentation de leur « prime de motivation ».

Au lendemain de leur assemblée générale, les employés de la Douane, regroupés au sein du syndicat SEMPIDOU, ont organisé une conférence de presse hier, à Tsaralalàna. En effet, ces employés ont arrêté leur grève, suite à une rencontre avec le ministre des Finances et du Budget, Gervais Rakotoarimanana, mais lancent un nouvel ultimatum. « Nous avions prévu une grève qui devait se tenir du 1er au 6 juin, mais elle a été suspendue. Suite à la rencontre avec le ministre, nous avons décidé, lors de l’assemblée générale du jeudi 1er juin, de donner plus de temps à l’Etat pour trouver une solution à ce problème. Nous attendrons jusqu’au 26 juin. Si notre requête n’est toujours pas satisfaite à cette date, nous reprendrons la grève à partir du 27 juin. Cette grève se fera sur une durée beaucoup plus longue que la précédente », a déclaré le président du SEMPIDOU, Herizo Ramanambola Andrianavalona.

Impacts. La revendication des employés de la Douane concerne une indemnité qui leur a été attribuée depuis 1960, mais dont le mode de calcul ne leur convient plus depuis 2013, d’après les explications des grévistes. « Il s’agit d’une prime de motivation, pour l’amélioration des recettes douanières », a indiqué le président du SEMPIDOU. Celui-ci n’a pas manqué de mentionner les impacts d’une grève de la douane, sur l’économie et sur les recettes de l’Etat. « Nous avons reçu plusieurs plaintes émanant des groupements d’opérateurs, à l’exemple du GEFP (Groupement des entreprises franches et partenaires), des opérateurs qui avaient des marchandises à dédouaner au Port de Toamasina, etc. Certaines régions ont également été victimes de délestage, à cause d’un problème d’acheminement de carburants. Nous sommes conscients de ces impacts, et c’est la raison pour laquelle, nous acceptons de donner plus de temps à l’Etat », a avancé le SEMPIDOU. En bref, la prime de motivation est devenue déterminante pour les douaniers. Si son attribution visait au départ l’amélioration des recettes douanières, elle est aujourd’hui source de blocage de l’Administration douanière, qui, selon les grévistes, perd jusqu’à 5 milliards d’Ariary par jour de grève.

Antsa R.

Midi Madagasikara103 partages

Iles éparses : Une forte mobilisation nationale en gestation !

Le Cercle de Réflexion sur l’Avenir de Madagascar (CRAM) a rencontré le secrétaire d’Etat auprès du ministre des Ressources Halieutiques et de la Pêche chargé de la Mer hier dans la matinée. L’objet de la rencontre : rappeler aux autorités étatiques que l’affaire des îles éparses ou plutôt des îles malgaches est l’affaire de tous, sans avoir à considérer les convictions politiques. D’après les explications que nous avons reçues, la rencontre a duré une heure et demi mais n’a pas été vaine. En effet, il a été convenu, d’après Joël  Harison, président du CRAM que « la commission îles éparses au sein de ce ministère prendra en charge de la stratégie à adopter pour les revendiquer  après le retour de la secrétaire d’Etat étant actuellement en voyage à New York ».

Soutien populaire. Le CRAM, dans un communiqué en date du 1er juin, a rappelé que « le chef de l’Etat français, Emmanuel Macron, avait soutenu que la colonisation est un crime contre l’humanité ». Par voie de conséquence, Joël Harsion estime que « ces affirmations de Macron sont en faveur de Madagascar surtout que nonobstant la résolution 1514 (XV) de l’AG des Nations-Unies du 14 décembre 1960, la France ne les a pas encore rendues ». Il faut seulement que le gouvernement malgache affiche sa détermination à ce que ces îles nous reviennent. « Pour ce faire, il faut saisir la 4e commission des Nations-Unies qui discute en particulier des politiques spéciales et décolonisation. D’ailleurs, en étant vice-président de l’Assemblée Générale des nations-Unies, ce sera une occasion en or pour Madagascar ». Par voie de conséquence, et ce, après la rencontre d’aujourd’hui, une grande manifestation pacifique sera organisée au stade de Mahamasina pour « montrer au monde entier et surtout à l’Etat français que les Malgaches sont solidaires et unanimes sur la question des îles éparses. Mais nous précisons qu’il ne s’agira pas d’une francophobie », poursuit le président du CRAM. Pour cela, ce dernier appelle le gouvernement « à rejoindre et à soutenir cette démarche car s’il arrive à les réobtenir, le soutien populaire ne manquera pas d’arriver ». A suivre.

Aina Bovel

Midi Madagasikara78 partages

Toamasina : De nouvelles têtes au Tribunal Administratif

Photo de famille des nouvelles promues avec les hauts responsables de la juridiction administrative. (Photo fournie)

Le tribunal administratif de Toamasina reçoit de nouvelles têtes et l’audience solennelle d’installation des nouveaux Président, Commissaire Administratif et Conseiller s’est déroulée hier en présence des autorités locales, en l’occurrence, le maire de la commune urbaine de Toamasina, Elysée Ratsiraka et le personnel du tribunal. Ainsi, Rakoto Hantamalala Marie Patricia occupe les fonctions de Président succédant à Randriamaroson Mamy Ericsson. Randrianasolo Johanna Hariniony a été remplacée par Razafimaharo Myrrha Arvel dans les fonctions de Commissaire Administratif. La fonction de Conseiller revient à Ralevason Harenasoa Manamihanta. Notons que les anciens Président et Commissaire Administratif sont mutés au Conseil d’Etat.

Recueillis par Aina Bovel

Midi Madagasikara75 partages

Donakafo Betsizaraina : Concert, feu de camp et « nofo-kena mitam-pihavanana »

Donakafo Betsizaraina attend autant de monde que l’année dernière.

Pourquoi changer une formule qui gagne? « Donak’afo », cet évènement qui a fait la renommée de Betsizaraina, devenu, au fil des années, une tradition pour tous les natifs et ceux qui viennent de ce petit village sur la RN2, revient avec le même esprit, le même concept. Cette année, l’Anob (Amicale des Natifs Originaires de Betsizaraina), l’association en charge de l’organisation, présidée par Tahina Razafindramalolo ne fera donc pas exception à la règle. Pour que l’ambiance soit aussi festive et conviviale que les éditions précédentes, des artistes venus de divers horizons et de toutes les générations, notamment Samoela, Nini Mahery, Jiolambups, Ry kala vazo, Agrad Skaiz et The hay, groupe local de l’association  et bien d’autres seront donc au rendez-vous ces 4 et 5 juin. La manifestation, n’ayant pas seulement pour vocation d’amuser et de divertir mais également et surtout de renforcer les liens d’amitié entre la population villageoise et les riverains de Betsizaraina, Un zébu sera abattu au nom de la solidarité, à travers le « Nofon-kena mitam-pihavanana », autour d’un feu de camp ou d’un déjeuner champêtre très convivial. « Donak’afo », a certes été organisé pour les natifs mais ouvre cependant ses portes à tous ceux qui partagent les mêmes valeurs que le village chérit : l’amour de sa patrie, le partage, l’entraide et la solidarité.Mahetsaka

Midi Madagasikara68 partages

MFM : Manandafy refait surface

Manandafy reprend du service après une longue convalescence.

On n’a plus entendu parler Manandafy Rakotonirina après sa rupture avec l’ancien président Marc Ravalomanana. Entre-temps, son numéro deux au sein du MFM, Olivier Rakotovazaha, a été désigné sénateur par le président de la République. Cette désignation n’a pas poussé Manandafy Rakotonirina qui avait à un moment un grave problème de santé de sortir de son mutisme. Hier, il a fait sa réapparition devant la presse au Carlton Anosy pour annoncer que le parti « Mpitolona ho amin’ny Fandrosoan’i Madagasikara) demande la révision de la Constitution pour adopter les Fokontany comme Collectivités Territoriales Décentralisées (CTD). « Les chefs de fokontany doivent être élus pour qu’ils aient plus de pouvoir au niveau de leurs circonscriptions. Nous demandons au président de la République, au Sénat et à l’Assemblée Nationale à agir dans ce sens. », ont déclaré hier les « Mafana ».

Pro-régime. Bien que le MFM n’ait pas officiellement clarifié qu’il soutient le régime en place, force est de constater que ce parti marche avec l’actuel président de la République. Hier, Manandafy Rakotonirina a fait savoir qu’il s’oppose à toute forme d’action visant à destituer le régime HVM. Il demande à ce que Hery Rajaonarimampianina termine son mandat et qu’il y ait élection présidentielle en 2018. A rappeler que le secrétaire général du MFM Olivier Rakotovazaha figure parmi les farouches défenseurs du régime en place, à l’instar de Riana Andriamandavy VII, Nicolas Randrianasolo, Milavonjy Philobert, Abel Razafimahatratra, Jaona Andriarimalala…

R.Eugène

Tia Tanindranaza66 partages

Raharaha Claudine RazaimamonjyNakatona tsy hisy tohiny intsony ?

Mandeha ny resaka amin’izao fotoana izao fa hakatona hatreo ny dosie mikasika ny raharaha Claudine Razaimamonjy. Tsikaritra ho tsy mahomby ny fanohizana ny fanenjehana azy na dia miezaka manamafy aza ny Sendikan’ny Mpitsara (SMM) fa tsy maintsy hampiharina ny tany tan-dalàna. Toa tsy afa-manoatra anefa ny fitsarana manoloana izany, fa toa lany andro amin’ny fanambarana isan-karazany.

 Na ny Bianco aza dia efa tsy toy ny taloha intsony ny fanambarana sesilany maneho fahavononana hijoro sy tsy hanaiky lembenanana amin’ny tsindry isan-karazany. Tena tsy azo hivalozana ve ny tsindry avy amin’ny mpitondra na ny sehatra hafa miaro an’i Claudine Razaimamonjy sa kosa efa nisy tsy nahatanty ny mena miraviravy, ka nandray volabe ho setrin’ny fanatsaharana ny fanenjehana an’ity ramatoa ity. Raha ny siosion-dresaka mivoaka amin’izao fotoana izao dia volabe tsy toko tsy forohana no hatobaka amin’ fanatsaharana ny fanenjehana an’i Claudine Razaimamonjy, ka havalona hatreo ity dosie ity. Tsiahivina fa ny 7 mey no nivoaka ny didy fampidirana azy am-ponja vonjimaika noho ny raharaha kolikoly hatrany amin’ny 500 000 000 ariary ankoatra ireo dosie nambaran’ny Bianco fa mbola hanaovana fanadihadiana. Tsy mbola nanitsaka ny tokonan’ny fonja anefa izy na dia tapitra ny 21 mey lasa teo aza ny 45 andro voafaritry ny lalàna hahafahan’ny olona iray voatazona am-ponja hahafahany mitsabo tena ety ivelany, araka ny didim-pitondrana laharana 4673/60 tamin'ny 10 septambra 1960. Efa feno 58 andro androany izay fotoana nitsaboany tena izay saingy tsy mbola fantatra akory ny tohiny hoe fananganana komity handinika ny fahafahany mijanona any am-ponja na tsia, izay efa nokihanin’ny Sendikan’ny Mpitsara (SMM) satria na io komity io aza dia nambara fa nanangan-tena ary miandany aminy. Nilaza ny ho vonona hananganana komity manokana hanamarina ny momba ny fahasalamany na ny « Contre-expertise » ny minisiteran’ny fitsarana mba tsy hihainoana ny feon-dakolosy tokana avy amin’ny mpitsabon’ny HJRA, saingy tsy nisy izany hatreto. Raha tena misy marina izay fihenjanana amin’ny fampiharana ny tany tan-dàlana, ary tena mihenjana amin’izany ny Bianco, ny Fitsarana, ny mpitandro filaminana, ny fanjakana,… izay samy milaza fa vonona hanafoana ny tsy maty manota, dia efa ela no nampiharina ny lalàna fa tsy voahitsakitsaka tahaka izao. Tsy manana fananetanana intsony mpanara-baovao hoe hizaka ny saziny ity ramatoa ity, ka ny andrasan’ny rehetra dia ny hanambarana amin’ny fomba ofisialy fa tapitra hatreo ny fanenjehana, izay porofon’ny fampanjakana ny tsy maty manota.

Toky R

 

L'express de Madagascar65 partages

Fête nationale – La psychose des attentats hante

Le coup d’envoi des réjouissances de la fête nationale a été lancé, hier. Des festivités placées sous haute sécurité, pour éviter de nouveaux risques d’attentats.

Stricte, sévère, drastique . Tels sont quel­ques qualificatifs utilisés durant la conférence de presse d’hier, pour indiquer que les réjouissances des fêtes nationales, durant ce mois de juin, seront sous sécurité maximum. Afin d’éviter de nouvelles effusions de sang, les organisateurs des festivités parlent de déploiement d’éléments qui se compteront en milliers.« La sécurisation durant les célébrations de la fête nationale sera drastique. Des dispositifs stricts et rigoureux seront mis en place. Les éléments et le matériel sont prêts. Les forces déployées se compteront par milliers », a affirmé le général Guerson James Randria­natoandro, président du comité technique de l’organisation de la célébration du 57e anniversaire du retour à l’indépendance de Mada­gascar et des Forces armées, en marge de la conférence de presse d’hier, au CEMES Betongolo.Devant les journalistes, l’officier général a lancé : « Aussi, je préviens tous ceux qui auraient l’intention de créer des troubles ou de fomenter des actes terroristes pour perturber les fêtes ». Le coup d’envoi de la célébration de la fête nationale a été donné officiellement hier, par le biais d’une conférence de presse. Le programme des réjouissances démarrera dès lundi.La psychose de la conclusion sanglante des réjouissances de l’anniversaire du retour à l’indépendance, l’année passée, hante cependant encore les esprits, même de ceux des organisateurs. Une déflagration survenue en début de soirée, le 26 juin au stade municipal de Maha­masina, a fait deux morts et plusieurs dizaines de blessés. Ceci, alors qu’un nombre impressionnant d’élé­ments des forces de l’ordre avait été déployé.

RassurerL’existence annoncée de personnes malintentionnées voulant mettre les fêtes à feux et à sang avait motivé des mesures de sécurité sans précédent. Les fouilles systématiques, imposées à l’entrée du stade de Mahamasina notamment, n’a pas empêché l’attentat meurtrier. Bien que les tenants du pouvoir aient avancé publiquement la piste d’acte terroriste « commandité par leurs adversaires politiques », l’enquête n’a rien donné de probant jusqu’ici.En marge de la conférence de presse d’hier, il a été indiqué que le dossier n’était pas encore frappé de prescription. Ainsi, l’enquête suivrait toujours son cours. Face à la presse hier, il s’agissait donc également de rassurer la population. Le colonel Zafisambatra Ravoavy, commandant du groupement de la gendarmerie nationale de la région Analamanga, a soutenu que « des dispositifs exceptionnels et rigoureux seront mis en place ».Pour affirmer qu’il n’y aura aucune brèche dans la sécurité, l’officier supérieur a soutenu que deux niveaux de fouilles systématiques seront mis en place à l’entrée d’évènements, comme celui qui se tiendra au Coliséum lundi. Même les voitures et motos seront fouillées, a indiqué le colonel Ravoavy. « Personne ne pourra entrer sans avoir été fouillé », a-t-il déclaré. La vente de boissons alcoolisées au sein et aux alentours des lieux de festivités sera également interdite.Pareille mesure sera de mise lors des feux d’artifice le 25 juin, et les évènements à Mahamasina, le 26 juin. La présence dissuasive des éléments en tenue sera, par ailleurs, appuyée par des agents en civil au milieu de la foule. Pour maximiser la sécurisation des différents évènements, l’accent sera mis, selon le commandant de groupement, sur les renseignements et « la surveillance de personnes susceptibles d’avoir un intérêt à fomenter des actes terroristes ».Du côté du pouvoir Exécutif, en vertu de l’apaisement, le conseil du gouvernement a donné « l’ordre » que toutes les manifestations à connotation politique sur la voie publique soient interdites durant tout le mois de juin. Une mesure dénoncée par certains comme « une entrave » aux droits et libertés des citoyens, garantis par la Constitution. Une restriction de liberté, sans pourtant que l’on soit dans une situation d’exception.

Garry Fabrice Ranaivoson

Midi Madagasikara61 partages

Ankaraobato : Meurtre d’un Belge, six suspects incarcérés

Hier, la Brigade criminelle de la Police nationale Anosy a clôturé l’enquête sur l’attaque à main armée a domicile d’un ressortissant Belge commis à Ankaraobato, la nuit du 28 mai vers 9 heures. Cet acte s’est soldé par la mort de ce dernier. En effet, 6 personnes impliquées dans cette affaire ont été déférées au Parquet du Tribunal de première instance d’Antananarivo. 

Cette nuit du 28 mai, la police a reçu un appel envoyé par une personne de bonne volonté alertant de l’existence de cette attaque. Sitôt débarqués sur le lieu soit exactement dans le fokontany d’Ambohibahiny, des policiers de la section 4 de la Brigade criminelle Anosy ont vu deux individus déjà arrêtés par le Fokonolona en furie et prêt à procéder au Fitsarambahoaka.

 L’enquête sur place a révélé que l’acte a été commis par six bandits armés de sabres et d’un pistolet automatique. Selon  les témoignages de la femme du propriétaire, les bandits ont tabassé son époux avant de mettre les mains sur un sac contenant de l’argent dont la somme n’est pas mentionnée, des dossiers importants une carte bancaire au nom du ressortissant étranger décédé,  et  04 téléphones portables. 

Interrogés par les limiers de la police, les deux bandits arrêtés par le Fokonolona ont fini par dénoncer leurs quatre complices dont trois ont été cueillis à Antohomadinika et l’un  à Ambatolampy où il était sur le point de partir à Fianarantsoa.

Déférés au Parquet hier, les six individus sont tous placés sous mandat de dépôt.

T.M.

Midi Madagasikara58 partages

Commune Urbaine d’Antananarivo : Le MAPAR réclame un audit

La réponse du berger à la bergère. Le MAPAR a riposté à la déclaration du deuxième adjoint au Maire de la Commune Urbaine d’Antananarivo, Julien Andriamorasata qui accuse les dirigeants de la municipalité durant la période transitoire d’avoir laissé des dettes de 40 milliards d’Ariary à la CUA. « Une accusation gratuite et infondée », selon Docteur Nirhy-Lanto Andriamahazo qui était Directeur de l’Inspection générale et Médiateur de la CUA en 2007, puis 1er Adjoint au Maire à partir de 2008. Ce leader du MAPAR accuse à son tour les dirigeants du « Tiako i Madagasikara » d’avoir ruiné la Mairie de Tana. D’après ses explications, « un an seulement après l’accession d’Andry Rajoelina à la tête de la Commune Urbaine d’Antananarivo, en 2007-2008, un Gap de 40 milliards d’Ariary a justement été découvert dans les comptes de la CUA ». Ironie du sort, le deuxième Adjoint de Lalao Ravalomanana évoque le même chiffre 10 ans après, ou enfin presque. Seulement, il tente de mettre la responsabilité sur le dos de la Transition et du « Tanora malaGasy Vonona ».

Blocage. Pourtant, à entendre les explications de Nirhy-Lanto Andriamahazo, les dirigeants qui se sont succédés au niveau de la Magistrature de la Ville des Mille entre 2009 et 2013 ont laissé une forte somme d’argent en héritage dans le budget de la commune. « Ou sont passés les fonds que nous avons laissés ? », se demande-t-il. Et de rappeler au passage les acharnements, les intimidations et le blocage que le régime Ravalomanana a fait subir à l’Administration communale dirigée par Andry Rajoelina lorsque celui-ci était élu Maire de la Commune Urbaine d’Antananarivo en 2007. Pour faire la lumière sur cette affaire, Nirhy-Lanto Andriamahazo réclame un audit sur la gestion du budget de la Mairie de Tana en 2007, 2009, 2013 et actuellement. « Une transparence est de mise ne serait-ce que pour éclaircir l’opinion, mais aussi et surtout pour que la population tananarivienne puisse connaître qui a détourné son argent », a-t-il soutenu. Et de rappeler au passage les nombreuses réalisations du « Tanora malaGasy Vonona » au niveau de la Ville des Mille, en l’occurrence l’Hôtel de ville d’Analakely où l’équipe du Maire Lalao Ravalomanana s’est empressée d’installer son bureau alors que la passation de service avec son prédécesseur n’a pas encore eu lieu.     

Davis R

L'express de Madagascar54 partages

Football - Ligue des champions – La Juve et le Real inséparables

La finale de la ligue des champions se jouera au tie-break entre le Real et la Juve. Ils comptent le même nombre de victoires dans leur confrontation.

Huit victoires de chaque côté, dont une en finale de la C1 pour le Real, pour deux petits matches nuls: les chiffres ne distinguent pas la Juventus Turin et le Real Madrid avant qu’ils ne s’expliquent en finale de la Ligue des champions, samedi à Cardiff.. 1961-62: une première à rejouerLa première des 18 con­frontations en match organisé par l’UEFA entre Real et Juve fut à l’image des suivantes: étriquée. A tel point qu’il a fallu un troisième match pour départager les deux équipes, en quart de finale de la Coupe d’Europe des clubs champions, en février 1962. Le Real d’Alfredo Di Stefano et de Ferenc Puskas avait fini par triompher, 3-1 après deux manches à 1-0.. 1995-96: la Juve en missionLa dernière fois que la Juve a remporté la Ligue des champions, en 1996, elle avait déjà dû défier le Real Madrid. C’était en quart de finale et, après avoir perdu la manche aller sur un but de l’icône Raul (1-0), le club italien avait retourné la situation grâce à Alessandro Del Piero et Michele Padovano.. 1997-98: la finale pour le RealLes deux grands noms d’Europe se sont déjà rencontrés en finale de Ligue des champions. C’était en 1998, l’actuel entraîneur du Real Zinedine Zidane portait le maillot turinois, mais c’était le Real qui l’avait emporté, sur un but du Yougoslave Predrag Mija­tovic. A l’époque, le club Merengue n’avait encore dans son armoire à trophées que 7 Ligue des champions, contre 11 avant de défier la Juve à Cardiff.. 2002-03: pauvre NedvedPavel Nedved, aujourd’hui vice-président de la Juve, garde un souvenir mitigé de la demi-finale de C1 qui a opposé son équipe au Real, en 2003. Les Bianco­neri, après avoir, une nouvelle fois, perdu le match aller à l’extérieur, retournent la situation grâce notamment à un but du meneur de jeu tchèque. La Juve se qualifie pour la finale malgré un but de Zizou, passé chez l’ennemi en 2001, mais pas Nedved: averti, il manquera la confrontation contre le Milan AC, perdue aux tirs au but par la Juve.. 2014-15: sacré MorataIl a fallu attendre plus de dix ans pour que les Turinois retrouvent les demi-finales de la Ligue des cham­pions. Ils y défient à nouveau le Real Madrid et, à nouveau s’imposent. C’est notamment le fait de deux buts d’Alvaro Morata, qui avait quitté le Real à l’intersaison précédent. Il y est retourné depuis, mais ne s’y est pas encore imposé. En finale, la Juve s’inclinera face à plus fort qu’elle, le FC Barcelone de Lionel Messi, Luis Suarez et Neymar (3-1).

AFP

Midi Madagasikara50 partages

Investissements étrangers : Une conférence des investisseurs organisée en Afrique du Sud

La Conférence des Investisseurs pour Madagascar a été présentée aux médias hier.

Une délégation malgache de 60 personnes issues du secteur privé et du secteur public, sera en Afrique du Sud les 14 et 15 juin 2017, pour la Conférence des investisseurs pour Madagascar ou « Investors Conference for Madagascar ». Cet événement qui se déroulera au siège de la DBSA (Development Bank of Southern Africa) est organisé conjointement par les Gouvernement Malagasy et sud-africain, sous le haut patronage du président Hery Rajaonarimampianina. D’après Bary Emmanuel Rafatrolaza, secrétaire d’Etat auprès du Ministère des Affaires Etrangères, chargé de la coopération et du développement, 80 à 100 compagnies sud-africaines seront représentées à cette Conférence où seront présentées les opportunités d’investissement à Madagascar, notamment dans le secteur des mines, du tourisme, de l’agro-industrie, etc. « Les ministres qui y participeront auront l’occasion de présenter les opportunités d’affaires dans leurs secteurs d’activité respectifs. Des représentants de groupements d’opérateurs économiques y seront également pour la recherche de partenariats économiques et commerciaux », a-t-il expliqué. D’après les organisateurs, l’Afrique du Sud a été choisi pour l’organisation de cette Conférence, en tant que première puissance économique en Afrique. Cependant, d’autres roadshows seront organisés notamment en Asie, pour la promotion des investissements étrangers à Madagascar.

Antsa R.

Tia Tanindranaza42 partages

Fitantanana ny firenenaTsy zakan’ny Filoha intsony

Nanomboka nafana indray ny toe-draharaha politika eto amin’ny firenena tamin’ny volana mey ka mandrak’ankehitriny, mitombo ny fitakiana sendikaly, ny fitokonana, ny fifandirana raha tsy ilaza fotsiny ny an’ny mpitsara sy ny mpandraharahan’ny fonja noho ny raharaha Manakara isika, eo hany koa ny olana amin’ny zandarimariam-pirenena sy ny fitsarana any Toamasina.

Ankoatr’izay na an-tanan-dehibe na eny ambanivohitra dia mirongatra ny herisetra sy tsy filaminana : eo ohatra ny fakana an-keriny, ny fanolanana miampy famonoan’olona feno habibiana, ny halatra sy vaky trano miaraka amin’ny daroka..avy eo ny jiolahy nahavanon-doza toa hita miriaria eny anaty fiarahamonina eny ihany ary dia mamerin-keloka.Ny fitsaram-bahoaka dia mbola misy ihany eny an-tsefatsefany eny ary indrisy fa efa lasa tsy mahataitra ny maro intsony.Na ny fampianarana, ny fandraharahana, ny tontolon’ny finoana, ny filaminana dia ahitana olana tsy mety voavaha avokoa amin’izao fotoana.Misy ihany ny vahaolana fa tefimaika dia miverina indray ny olana satria tsy voavaha ifotony.Hita ho tena fanina manoloana izany zava-drehetra izany ny fitondram-panjakana tarihan’i Hery Rajaonarimampianina milaza fa miezaka isan’andro kanefa tsy hita ny vokatra mivaingana; mihisitra be ny fahazoana famatsiam-bola, na ny taratasy ampiasaina aza olana be any anaty ministera.Misy tokoa fandaharanasa hampandrosoana ny firenena fa ny hanatanterahana azy tsy hita hoe atao ahoana; manao izay tiany ny governemanta satria manaiky lembenana koa ny depiote tokony hanaramaso ny asany.Telo taona izay no dila, tsy iadian-kevitra intsony kosa angamba fa tena tsy mahazaka mitantana an’i Madagasikara i Hery Rajaonarimampianina sy ny ekipany, fihetsiketsehana ivelany sy fanova-maso no betsaka fa raha ny tena marina dia efa tena tsy zakan’ny atidohan’ny filohampirenena sy ny HVM intsony ny famahana ny olana eto sy ny fampierenan-doha an’i Madagasikara.

RTT

L'express de Madagascar42 partages

Coopération Japon-Madagascar – Les grandes infrastructures en question

Une importante rencontre public-privé malgache et japonais aura lieu en juillet. Il y sera question de développement de grandes infrastructures.

L’ambassadeur du Japon à Madagascar, Ichiro Ogasawara, a annoncé, hier, lors d’une réception conviviale offerte à la délégation de la 13ème promotion du CEDS (centre d’Etudes diplomatiques et stratégiques) à Ivandry, l’arrivée prochaine d’une mission préliminaire du gouvernement du Japon pour préparer l’organisation d’une conférence d’envergure. Suite aux rencontres effectuées par cette promotion  au Japon, il y a deux semaines, avec les représentants japonais du ministère du Territoire, des infrastructures, des transports et du tourisme, dont la tenue d’une conférence sur les infrastructures de haute qualité dans la Grande île a été mise en exergue, l’action est plutôt prompte.Une trentaine d’opérateurs et d’investisseurs japonais et quatre représentants dudit ministère seront dans nos murs du 10 au 13 juin. Ils rencontreront la partie malgache à travers un atelier axé sur les investissements d’infrastructures de haute qualité et visiteront, par la suite, le port de Toamasina. La conférence en soit se tiendra le 24 juillet à Antananarivo où une centaine de représentants du secteur privé japonais viendront intensifier les échanges dans le secteur de l’aménagement du territoire, de l’énergie, des hydrocarbures et autres projets d’infrastructure.« Nous souhaitons partager notre savoir-faire et notre technologie en matière d’infrastructures, aéroportuaires, portuaires et en aménagement du territoire.  Les investisseurs japonais cherchent des coopérations et partenariats d’importance particulière avec le secteur du public et celui du privé malgaches car les infrastructures constituent un socle incontournable des activités économiques », a précisé l’ambassadeur.

ChoixPour en revenir à la 13ème promotion du CEDS qui a effectué un voyage diplomatique au Japon, Solofo Rasoarahona, délégué général du CEDS indique que le choix du Japon n’est pas fortuit. « C’est la troisième puissance mondiale en termes de PIB », fait-il remarquer d’emblée. « Et c’est l’un des modèles de croissance économique exemplaire au monde. La réussite repose sur le pragmatisme des dirigeants. Bien que le Japon garde ses valeurs traditionnelles, il a toujours misé sur la discipline et la rigueur pour avancer », ajoute-t-il. « Ce voyage au Japon m’a permis de remodeler mon point de vue sur la situation du pays, mais cadré dans une envergure internationale », raconte Lucette Botralahy, une des trente trois membres de la 13e promotion. « Nous avons appris la diplomatie, l’économie, le leadership et la stratégie, et la réorientation de mes réflexions personnelles a forgé ma personnalité », avoue-t-elle.La visite au pays du Konichiwa a permis en outre aux auditeurs de mieux comprendre la philosophie zen des japonais. Diverses découvertes de châteaux, de temples, de parcs, de musées, d’universités  et de participation à « la cérémonie du thé » les ont incités à mieuxfaire pour la Grande île.« Madagascar peut et doit s’inspirer de la réussite économique du Japon », reconnaissent-ils.

Mirana Ihariliva

Midi Madagasikara41 partages

Air Mauritius : Des tarifs promotionnels offerts lors de la FIM.

Une partie des gagnants entourés du personnel de la compagnie. Air Mauritius à Ambodivona Tana Water Front.

Pour marquer sa première participation à la Foire Internationale de Madagascar (FIM), Air Mauritius a proposé deux offres exceptionnelles à ceux qui ont visité son stand. Il s’agit d’un tarif famille pour l’île Maurice : avec une réduction sur le tarif adulte, un billet offert pour le 1er enfant et 50% de réduction pour le second enfant. Il y a également un autre tarif promotionnel pour tous les passagers à 200 USDHT. De plus, la compagnie accorde aussi des réductions spéciales pour les étudiants qui voudront poursuivre leurs études à Maurice, Malaisie, Singapour, Paris et la Chine. Ensuite, les passagers qui ont acheté leurs billets durant la FIM ont eu la chance de participer à une tombola avec de très beaux lots : deux billets Tana/Guangzhou/Tana ainsi que des smartphones et des montres connectées. Le tirage au sort a eu lieu  à la fin du salon en présence d’un commissaire au jeu et les gagnants ont reçu leurs lots hier matin au siège d’Air Mauritius à Ambodivona.

Nary Ravonjy 

Midi Madagasikara38 partages

Anosy : Komandà miaramila sandoka tazomin’ny BC

Manamboninahitra miaramila no hahafantaran’ny olona azy. Ny antony dia satria isan’andro izy no manao fanamiana mifandraika amin’izany ary milaza etsy sy eroa fa komandà eo anivon’ny tafika an-tanety. Manana basy, milanja galona, manana fanamiana mitovy amin’ny an’ny miaramila. Kinanjo ao ambadik’izany, entina manindry olona etsy sy eroa izany mba hisolokiana sy hangalàna vola. Isan’ny fomba fiadiny ihany koa, raha araka ny fanadihadiana anataon’ny pôlisy misahana ny heloka bevava, ny filazany fa fantany avokoa ny misy ny jiolahy eto an-drenovohitra. Nifandraika tamin’izay ary no nanomboka nahataitra ny mpanao famotorona izay naheno ny momba ity manamboninahitra ity ka nanokatra fanadihadiana. Rehefa tena nohalalinina tokoa ny momba azy dia tsy tao anaty lisitry ny miaramila mihitsy. Natao ny fisavana ny tranony ary tratra tao avokoa ireo fitaovana fisolokiany amin’ny fiainana andavan’andro. Niaiky ny helony ilay rangahy izay nanamarina fa tena tsy miaramila mihitsy. Marobe ny fiampangana azy momba ity raharaha ity saingy ny nalefa voalohany aloha dia ny fisandohana andraikitra, ny fampiasana hosoka ary koa ny fitazomana basy tsy ara-dalàna. Mbola hiampy izany raha toa ka manatona ny olona efa nisolokiany sy nangalany vola tetsy sy teroa. Voaporofon’ny BC ihany koa mantsy fa ahiana ho miray tendro amin’ny fikambanan-jiolahy sasany eto an-drenivohitra ity “komandà” ity. Be loatra ny endrika hisehoan’ny asan-jiolahy eto Antananarivo ary raha tena hanohitra an’izany dia mila manaraka akaiky ny fivoaran’izany ny mpanao fikarohana eo anivon’ny mpanao fanadihadian’ny mpitandro ny filaminana. Toa efa samy mifankahay ny paika rehetra mantsy na ny andaniny na ny ankilay ka izay malaina mikaroka fomba vaovao no ho taraiky voalohany.

D.R

Midi Madagasikara38 partages

Tsiroanomandidy : Nosamborina ny filohan’ny foko 18

Fitarihana olona hanakorontana. Izay ny antony nampisamboran’ny fitsarana an’i Dada Willy, izay filohan’ny foko 18,raha araka ny fanazavan’ny zandary. Io loharanom-baovao io ihany no nanazava fa nitarika olona efapolo izy tao amin’ny tsenan’omby ary tsy namela ny varotra omby izy ireo, ankoatra ny omby avy any Melaky. Nosakanana ihany koa ny fampiakarana omby ho ao anaty kamiao hoentina any an-toeran-kafa, aty an-drenivohitra indrindra indrindra. Nitatitra ny zava-misy tany amin’ny fitsarana ny zandary ary ny andron’iny ihany dia nisy ny didy fampisamborana izay notontosaina tao anatin’ny fotoana fohy.

D.R

Midi Madagasikara36 partages

Surveillance Environnementale : Les informations, des outils d’aide à la décision

Une partie des participants lors de la formation sur la surveillance environnementale du 29 mai au 2 juin.

Permettre aux décideurs de réagir de façon efficace et dans les temps lorsqu’il y a des catastrophes naturelles, c’est l’objectif de la formation des formateurs.

L’importance de la surveillance environnementale n’est plus à démontrer lorsque l’on parle de catastrophes naturelles. En effet, ce principe de surveillance a longtemps été appliqué dans les pays développés et émergents. L’exemple du Japon qui se surveille toutes les minutes à cause de sa situation géographique et naturelle constitue une parfaite illustration. Volcanique par nature, cette île, est constamment soumise à  des tremblements de terre et doit donc se parer à toutes les éventualités. Un model à prendre pour les pays africains tel que Madagascar. La formation des formateurs à l’utilisation des services géo-spatiales qui s’est déroulée à Madagascar du 29 mai au 2 juin entre dans cette optique d’optimisation de l’utilisation des données. Initiée dans le cadre du programme de suivi de l’environnement pour la sécurité en Afrique (Monitoring for Environment for Security in Africa-Mesa), ladite formation se conjugue à la sixième stratégie Conjointe Afrique-EU (JAES) sur les changements climatiques et l’environnement.

Focus. L’initiative a donc consisté à doter les participants (issus de cinq régions africaines et de cinquante pays) du savoir-faire nécessaire sur l’utilisation des données et des produits de l’observation de la terre (par le satellite) pour l’environnement et le développement durable. Notamment, par « l’amélioration de l’accès aux données d’observation de la terre, le développement (la consolidation) du service de géo-information, la fertilisation croisée parmi les régions, le renforcement des cadres de développement politique et la capacité technique permanente adéquate au niveau continental, régional et national » d’après les dires du Prof Solofoarisoa Rakotoniaina de l’Institut et Observatoire de Géophysique d’Antananarivo (IOGA). Les catastrophes naturelles faisant parties de la nature de la Grande-Île, avoir des informations en temps réel mais également précises ne pourrait qu’aider les décideurs et la population à adopter les bons gestes pour limiter les dégâts.

José Belalahy

News Mada31 partages

Festival Donia : le phénomène Dadi Love fait un tabac

Sans conteste, Dadi Love est un  véritable phénomène à Nosy Be à l’occasion du festival Donia.

Avec son allure mince, Dadi Love affiche une vivacité sans faille et une présence scénique hors du commun sur les planches du stade Ambodivoanio, plein comme un œuf, jeudi. Armé de son humour décalé et de sa bonne humeur communicative, il a réussi facilement à mettre le public dans l’ambiance avec ses titres en vogue comme «Tsy atakaloko», «Ataoko sonia», «Ameza facture» ou encore «Niriako». Chaque morceau a été repris à tue-tête par  l’assistance.

«Cette année, nous avons donné le meilleur de nous- mêmes, non seulement pour satisfaire les inconditionnels admirateurs, mais également et surtout, parce que cette date est l’unique spectacle que nous avons prévu pour Nosy Be avant 2018. Après cette prestation, nous allons nous envoler vers d’autres cieux, pour la suite de notre tournée», confie-t-il dans les coulisses. Et même si  le temps s’est gâté vers minuit avec la pluie,  l’engouement et la passion du public semblaient sans limite.

Petit bémol

Attendue de pied ferme par les noctambules, la grande artiste botswanaise Nnunu Ramogotsi n’est finalement pas venue au Donia 2017, au grand dam du public.

«Il faut reconnaître que programmer des artistes étrangers, qui viennent de loin et qui n’ont pas de vol direct vers Antananarivo ou Nosy Be, n’est pas une sinécure. Du fait d’un problème de vols et de correspondance, Nnunu Ramogotsi, qui était pourtant prête, n’a pas pu prendre le vol prévu dimanche, avant le Donia, venant directement de Johannesburg. Depuis dimanche, nous avons remué ciel et terre pour trouver une solution de remplacement mais malheureusement…», a déploré Daniel Boisson, vice-président du Cofestin.

Joachin Michaël

 

Midi Madagasikara30 partages

SAMBAVA : Sortie de 31 apprenants d’une formation professionnalisante

Le Directeur Régionale de l’Emploi et de la Formation Professionnelle de la SAVA a organisé une formation professionnalisante de TROIS MOIS pour les jeunes sans activités et sans emploi de la région, lesquels grossissent le rang des chômeurs dans la région. Cette session a commencé en Décembre 2016 et a pris fin au mois de Mars 2017. Selon le directeur régional de l’emploi et de la formation professionnelle, « la sortie officielle, la remise d’attestation et de matériels de service pour chaque apprenant n’ont pu avoir lieu qu’aujourd’hui à cause de certains empêchements du BIT ne l’ayant pas permis de fournir une assistance ». Cette organisation internationale étant un des premiers partenaires officiels du Ministère de tutelle. Cela, a-t-il continué, après l’organisation du Salon de l’Emploi en 2016 dernier et suivant le désir de la région. Selon cette dernière, plus de 400 jeunes de la région devraient bénéficier de cette formation. Malgré tout, 31 apprenants seulement ont pu participer à cette session. La formation s’est déroulée dans l’enceinte du Lycée Technique Professionnel de Soavinandriana et elle fut assurée par quatre professeurs qualifiés de cet établissement et sous la supervision du Proviseur. Quinze d’entre eux ont été formés en Electricité du bâtiment. Les seize autres quant à eux ont reçu une solide formation en mécanique , voire en maintenance automobile .Les officiels présents , dont le SG de la Région, l’Adjoint au Maire de la Commune Urbaine de SAMBAVA et le Directeur Régional de l’Emploi et de la Formation  professionnelle, ont mis l’accent sur le respect de l’emploi obtenu après la formation, la continuation de la recherche de connaissance, le partage de compétence et de la connaissance aux autres jeunes de quartiers dans leurs discours. Cela, a-t-on fait remarquer, participe au redressement du développement économique régional. Cette sortie d’apprenants s’est déroulée en présence du responsable du Suivi et de l’Evaluation du Projet SAVA BE du BIT.

 REMI Rakotonirina

Midi Madagasikara28 partages

Cinéma : « BenjaKely : Zioga » en salle

“Benja Kely: Zioga” à l’affiche au Rex, Roxy et Ritz le 5 juin.

Plus de 1 200 figurants pour faire vivre une histoire de plus de 2 heures. La suite du film « Bena Kely », intitulé « Benja Kely : Zioga » sera projetée ce lundi de Pentecôte dans les salles de ciné : Roxy, Rex et Ritz.  De quoi ravir les cinéphiles qui renouent avec l’ambiance projection en salle, l’attente et tout le folklore qu’il y a avec. Mais c’est surtout de quoi redynamiser le secteur grâce aux maisons de production qui travaillent contre vents et marée pour que l’industrie cinématographique existe réellement à Madagascar. Et pour cause, Maki Prod a mis le paquet dans ce film. Un budget avoisinant les 80 millions Ar, puisque « tous les figurants ont été payés » expliquent les producteurs. Et des artistes déjà très connus dans le casting, comme Elodie, Tsarafara, Benja Kely du premier épisode, Ratrema, Fyiah, la chanteuse. D’ailleurs la bande originale est signée Big Mj, Mijah, Mr Saida, Martiora Freedom, THT… tous des artistes du moment. Pour l’histoire, les galères de Benja Kely continuent. Après avoir plongé dans le fleuve à La Réunion kely, l’acteur principal va jouer dans d’autres scènes glaçantes. Cette fois-ci, le tournage, qui a duré 6 mois, a fait une escale dans la prison d’Antanimora, la vraie. Avec bien sûr une autorisation de la part des institutions concernées. Le film comporte donc des images de prisonniers, des vrais. De quoi attiser la curiosité de tout le monde. En tout cas, avant la sortie des DVD qui n’est pas encore programmée, place au ciné en salle pour ce lundi de Pentecôte.

Anjara Rasoanaivo

L'express de Madagascar26 partages

Opéra – «Les enfants du levant», pièce à voir

« Les enfants du levant » se découvre dans la Grande île via une pièce d’opéra en fédérant une belle brochette d’artistes de divers horizons.

Un vibrant témoignage de fraternité, de courage, d’abnégation et d’entraide. C’est une pièce d’opéra exclusive dans la Grande île qui se concocte actuellement en coulisses. Elle promet d’émerveiller un public de tous âges. Pour ce faire, l’œuvre d’Isabelle Aboulker et Christian Eymery sera adaptée. « Les enfants du levant » se découvrira les 7 et 8 juillet sur la scène de l’Institut français de Madagascar (IFM) Analakely.Cet événement est initié par l’association Hetsika « accueil, arts et culture de Madagascar » de Vonjy Andrianatoandro. « Les enfants du levant » relate un fait réel, longtemps caché, que les auteurs ont retranscrit en une œuvre d’un réalisme poignant. L’opéra verra ainsi principalement la participation de jeunes acteurs talentueux sur sa scène : les enfants du Centre musical Laka, les enfants de la compagnie Aléa des Possibles et les comédiens de la compagnie Miangaly.

Poignant et poétiqueD’envergure internationale, cet opéra reflète une collaboration artistique franco-malgache. Il est mis en scène par François Bagur d’Angers Nantes Opéra, lequel sera assisté par Christiane Ramanantsoa de la compagnie Miangaly. Hervé Mazelin sera à la scénographie. Nathalie Giraud conçoit les costumes, assistée par la styliste Nivo Ny Soa Randriaminahy dit Sosoa. Le musicien Herrick Hubert Rajaonah se charge de la direction musicale, tandis que Holy Razafindrazaka du Centre musical Laka se charge de la préparation musicale. Des inédits sont laissés aux soins des artisans du Lycée Technique Professionnel du Génie Civil Mahamasina.« En tout, on sera une bonne soixantaine d’acteurs à se partager la scène. Les répétitions battent leur plein actuellement et je suis extrêmement ravie de partager cette aventure avec eux. Ces jeunes ont un capital sympathie unique qui reflète parfaitement le courage de leurs personnages » souligne Christiane Ramanantsoa. « Les enfants du levant » prend place dans la France du XIXe siècle, en pleine révolution industrielle. De nombreux enfants, attirés par la ville, souvent non scolarisés, furent abandonnés ou orphelins pour la plupart. Ils deviennent des larcins pour se nourrir. Ils furent arrêtés et emprisonnés dès leur plus jeune âgespour ne pas gêner la bourgeoisie.

Andry Patrick Rakotondrazaka

Midi Madagasikara25 partages

Donald Trump franchit le Rubicon

On l’aime ou on ne l’aime pas, mais il ne laisse personne indifférent. Donald Trump a réussi une fois de plus à se mettre à dos tout le monde. Il n’a certes pas surpris ses homologues, mais il a mis à mal le consensus des dirigeants de la planète qui avaient approuvé l’accord de la COP 21. Alors que l’on s’était accordé sur des règles permettant de stopper le dérèglement climatique, le président des Etats-Unis a décidé de se retirer de cet accord que son pays avait pourtant signé.       .

Donald Trump franchit le Rubicon

Donald Trump n’a pas pris les dirigeants du monde entier en traître car il l’avait plus ou moins annoncé. Mais, il a aujourd’hui franchi le Rubicon et a provoqué la colère de tous. La décision prise est à l’image du personnage, Elle est abrupte et ne souffre pour le moment d’aucune discussion. Le président a tenu une de ses promesses faites lors de la campagne présidentielle. Et elle satisfait certainement son électorat. Son slogan, « America first », est vérifié. Pour lui, les règles de l’accord de la COP 21 vont l’empêcher d’utiliser les immenses ressources de son pays. Même si leur emploi va générer énormément de pollution, il ne voit que les dizaines de milliers d’emplois qui vont être créés. Comme ses électeurs et une partie des industriels qui l’entourent, il ne croit pas à la dégradation de l’environnement et estime que son pays ne fait pas partie des plus gros pollueurs de la planète. Il estime que cet accord va léser les intérêts des Etats-Unis et que ce sont la Chine et l’Inde qui vont en profiter. L’information est passée en boucle sur toutes les chaînes, hier et la réprobation a été unanime. Le président français qui avait été assez modéré dans son appréciation après son entrevue avec son homologue américain lors du sommet du G7 s’est raidi et a tenu des propos d’une extrême fermeté. Le tandem qu’il forme avec Angela Merkel va maintenant entraîner dans son sillage les dirigeants des autres pays. Cette décision de Donald Trump risque de coûter cher aux Etats-Unis qui ne vont pas pouvoir exploiter les opportunités ouvertes par cet accord. Nicols Hulot, le ministre français, se réjouit même de ce qu’il appelle une chance pour le monde.

Patrice RABE

Midi Madagasikara25 partages

Christianisme : Le « Sampana Fifohazana FJKM » au Palais des Sports le 9 juin

Une photo prise lors de la conférence de presse de la FJKM à son siège Antaninarenina.

Le « Sampana Fifohazana FJKM » convie les fidèles à un évènement qu’il va organiser au Palais des Sports Mahamasina le 9 juin prochain. Ce moment de recueillement et de communion débutera dès 7h30 du matin. Selon les dires des organisateurs, l’évènement sera placé sous le thème « Hamonto filazan-tsara ny nosy Madagasikara ». Le président Rakotondramanana Harijaona de rappeler : « Le but sera de poursuivre la mission d’évangélisation et de renforcer ou « réveiller » la foi et la conscience chrétienne des fidèles, pour que ceux-ci vivent en réelle communion avec Dieu, ne pas oublier également une séance de prière pour la nation, qui se trouve actuellement dans une situation pour le moins difficile ».

9 juin. Robson Radolalaina, un des responsables au sein du comité organisateur a par ailleurs souligné que la date du 9 juin n’a pas été choisie au hasard. Il s’agit d’une date significative pour cette section de l’église protestante, car ce fut un 9 juin qu’une apparition divine eut lieu au « toby » Soatanana, indiquant aux apprenants de « poursuivre leur mission d’évangélisation ». Rappelons qu’à ce jour, l’église FJKM compte  56 « toby » et 22 000 « mpiandry » recensés et en forme 1 750 par an, la diaspora incluse (France et Canada). Par ailleurs, une infrastructure d’accueil des « mpiandry » en formation est en cours d’extension à Ivato ; car le manque d’infrastructures figure parmi les obstacles auxquels ces « disciples de Dieu » sont confrontés tout au long de leur noble mission.

Luz R.R

Madagascar Tribune24 partages

Au tour des greffiers maintenant

Haja Randriambololona président du syndicat des greffiers annonce ce jeudi 2 juin à la presse que les greffiers de tout le pays ont décidé de faire grève. Ils vont cesser leurs activités quotidiennes telle l’assistance auprès du juge d’instruction. C’est la résolution prise par les membres du syndicat en assemblée générale. Quelque part, les greffiers se sentent frustrés par rapport aux autres corps de fonctionnaires dont les mouvements de revendications ou menaces de grève sont considérés par le gouvernement. Les enseignants chercheurs du SECES ont eu gain de cause et ont du moins obtenu des solutions à leurs problèmes. Les douaniers ont également obtenu une reconnaissance sinon trouvé un œil et une oreille attentive à leurs revendications. Ces douaniers ont montré leur force en privant le Trésor public de quelque 10 milliards d’ariary en deux jours. Les greffiers ne font certes pas rentrer de l’argent au pays mais ils sont les premiers auxiliaires du juge dans les procédures appliquées à toutes les étapes de la justice.

Les greffiers déclenchent la grève illimitée sans service minimum à partir de jeudi 8 juin 2017. « Trop c’est trop » déclare le président d’honneur du syndicat des greffiers, Nicolas Rabenandrasana, qui estime que le ministère de la Justice et le gouvernement ont dépassé les bornes. Ils font la sourde oreille sur les requêtes des greffiers qui réclament leur « versement » - promotion en grade qui n’a plus eu lieu depuis 2006. Selon Nicolas Rabenandrasana, le métier de greffier est dévalorisé par les responsables du tribunal. Il a souligné que les greffiers sont un corps de professionnels assermentés ; il déplore que ces derniers temps, des individus étrangers à leur corps exercent ce métier sans que le ministère ne lève le petit doigt. Bref, le gouvernement n’est pas sorti des bras de fer avec les syndicats. A quand la grève des gouvernants ?

Midi Madagasikara24 partages

Enjoy Madagascar : Lancement de l’Action Caméra

L’Action Caméra, made in China à petit prix

7 salons pour un événement. Enjoy Madagascar qui aura lieu du 7 au 11 juin au Parc Expo Forello Tanjombato permettra au public de découvrir une multitude de produits innovants.

Parmi les vedettes de Enjoy Madagascar figure l’Action Caméra que la société chinoise Sourc’Inn que le public connaît déjà avec le lancement, lors de la FIM, du Smartwatch DZ 09, lancera à cette occasion, l’Action Caméra. « Ce n’est pas une caméra Gopro et même pas une copie » précise d’emblée un responsable de Sourc’In. Il a cependant tenu à souligner que l’Action Caméra proposée par Sourc’In  est un gadget made in China capable de réaliser des fonctions plus ou moins similaires  à celles d’un Gopro. Elle fait notamment office d’appareil photo et de caméra embarqués, disposant d’un boitier  waterproof, pouvant réaliser des photos et vidéos sous l’eau jusqu’à 30 mètres de profondeur. L’Action Caméra ou caméra sportive est également munie d’équipements permettant de la fixer sur un casque ou encore sur la chemise où le blouson.  Un outil de prise de vue idéal pour les cyclistes, les motards et les voitures de course. Et bien évidemment pour le grand public qui pourra utiliser cet appareil photo et vidéo  à multiple fonctions, avec vue grand angle.  Cette caméra de poche à écran 2 pouces, peut s’utiliser avec une micro SD de 32 Go. Et ce, à un prix qui défie toute concurrence puisque l’Action Caméra sera vendue à moins de 100.000 Ar durant Enjoy Madagascar. « Des accessoires et des micro SD y seront également disponibles à des prix promotionnels »  selon toujours le responsable de Sourc’In qui va donc rééditer le succès de Smarwatches DZ 09. Ce produit sera d’ailleurs encore disponible durant Enjoy. Mieux  son prix baissera encore puisque le pack formé de Smartwatch avec l’écouteur bluetooth sera vendu à seulement 65.000 ariary. Alors que vendus séparément la Smarwatch est à 49.000 ariary et l’écouteur à 25.000 ariary. A noter que des invitations gratuites seront distribuées, chez Iray, en face de l’ECAR Antanimena pour entrer à Enjoy.

R.Edmond.

L'express de Madagascar23 partages

Nosy Be – La fête au Donia malgré le Ramadan

Les spectacles se suivent et ne se ressemblent pas. Cette année, le festival Donia, 24e édition, coïncide avec la période du Ramadan pendant laquelle les musulmans prennent tous les soirs le « kofotoro » ou « l’Iftar » après la « Swoalat » ou prière du coucher de soleil. Cette tradition religieuse a connu une répercussion sur l’affluence du premier spectacle nocturne du Donia. Les festivaliers sont arrivés à compte-gouttes au stade d’Ambodivoanio, malgré le programme alléchant présenté dès le début. Pour ne parler que de la finale du concours meilleur carnavalier devenu « idole » des Nosybéens. Selon l’estimation des organisateurs, la fréquentation n’a atteint que 6 000 spectateurs, y compris les enfants.Le départ a été donné, hier, vers 21h, par les groupes d’artistes locaux, suivis de la prestation de « Boendy», signifiant littéralement « un guerrier invincible », un groupe saint-marien qui véhicule de la musique acoustique. Malgré sa première apparition sur la scène de Donia, le public présent a entonné, avec le chef du groupe Jhuanito Julot Aubert, des morceaux comme « Laingilo ». L’on a remarqué que les festivaliers, fidèles au rythme salegy, sont déjà ouverts à d’autres musiques.L’entrée en scène de Daddy Love, un artiste originaire d’Antsohihy, n’a pas démenti sa réputation. Dès son premier morceau, les spectateurs se sont réveillés et l’ont accueilli par un slave d’applaudissements et des cris de joie.Daddy Love a su séduire le public par son humour, ses innovations, ses danses, son dynamisme effréné, et sa chorégraphie en laissant sortir un trop-plein de sentiments et de ressentis. Nul ne peut rester insensible à la prestation scénique de ce jeune homme à l’énergie communicative.Demain, Rycia, Vallen et Eko Rod, Joudas et Ambondrona prendront le relève, tandis que Janga Rata, l’accordéoniste, danseur inspiré de danse « madjanga » clôturera le spectacle.

Raheriniaina

Midi Madagasikara20 partages

Message de Pentecôte : Désaccord au sein du FFKM ?

Les quatre dirigeants religieux tardent à sortir un message qui répond aux attentes des fidèles de leurs églises.

Une proposition de texte aurait été déjà bouclée lundi dernier au niveau du SeFiPe, une sorte d’organe exécutif au niveau du FFKM, mais la version finale ne peut jusqu’à présent obtenir l’accord des quatre chefs d’église. La publication du traditionnel message de Pentecôte du Conseil Œcuménique des Eglises Chrétiennes de Madagascar risque de connaître cette fois-ci un retard inhabituel. D’après nos sources, les Irako Ammi Andriamahazosoa (FJKM), Odon Arsène Razanakolona (Ecar), Samoela Jaona Ranarivelo (EEM) et Davida Rakotonirina (FLM) n’arrivent pas à s’entendre sur certaines parties du texte proposé par le SeFipe. Par ailleurs, on a appris hier que l’absence sur le territoire national du président de la FJKM, le Pasteur Irako Ammi Andriamahazosoa, se trouve également à l’origine de ce retard. Quant au président de la FLM, le Pasteur Davida Rakotonirina, il ne pourrait sortir de son hôpital que d’ici quelques jours. En fait, le contexte délicat dans lequel vit notre pays, notamment sur le pays politique, embarrasse les dirigeants religieux du FFKM.

Très critique. Logiquement, le ton du message de Pentecôte des « Raiamandreny am-panahy » pour cette année 2017 doit tenir compte de la gravité de la situation. La récente déclaration des évêques catholiques en est un exemple. En effet, la Conférence des évêques n’a pas mâché ses mots pour dénoncer les dysfonctionnements actuels de la société malgache. La déclaration a été très critique. Les évêques sont même allés jusqu’à réclamer une révolution ou un changement radical pour mettre fin aux défaillances, aux illégalités, à la corruption, aux comportements arbitraires et aux abus rencontrés dans plusieurs services publics. La Conférence des Evêques de Madagascar (CEM) a même cité six ministères où les dysfonctionnements sont flagrants. Les prélats catholiques n’ont pas également épargné les dirigeants politiques et les politiciens qui ne respectent pas leurs engagements. Bref, dans la logique des choses, le message de pentecôte des quatre chefs d’église du FFKM doit refléter la situation dans laquelle vivent actuellement les Malgaches.

R.Eugène

Midi Madagasikara18 partages

Ampahiny Andrefana : Lehiben-dahalo roalahy naiditra am-ponja

Roalahy lehiben-dahalo sady mpibizina no mpanamboatra ary mpanaparitaka basy vita gasy no naiditra am-ponja vonjimaika, tany Ampanihy Andrefana, afak’omaly, rehefa nandalo fitsarana tany an-toerana. Raha ny fantatra, dia ny faramparan’ny herinandro teo ireto malaso roa ikoizana ireto no tra-tehaka niaraka tamin’ny basy poleta vita tanana iray sy basy lava vita gasy iray rehefa avy nanafika ka nangalatra omby dimy tao Ejeda. Afak’omaly io hatrany, lehilahy iray mpamboly sady mpivarotra rongony fanta-daza no naiditra am-ponja ihany koa. Ity farany moa, raha ny fanazavana azo, dia saron’ny mpitandro filaminana tsy afa-nitsoaka intsony teo am-pivarotana rongony tapa-gony, ny fiandohan’ity herinandro ity. Nambaran’ny Tonia mpampanoa lalàna ao amin’ny fitsarana ambaratonga voalohany ao Ampanihy Andrefana, Randrianasolo Arijaona Andriandazaina, fa “ hatramin’ny nahatratrarana sokatra an-tanety miisa 310 ny fiandohan’ny taona iny, dia tsy nisy sahy intsony ireo mpibizina sy mpanondrana sokatra an-tsokotsoko noho ny sazy mafy hihatra an’izy ireo “. Noho ny fiaraha-miasa matotra eo amin’ny fitsarana sy ny mpitandro filaminana ary ny vahoaka amin’ny fampiharana ny Dinabe, dia nihena ny asan-dahalo sy halatra omby arahina vono olona any an-toerana. “ Tonga hampandry tany no nahatongavako taty nanomboka ny volana aogositra 2015, ary hiady amin’ny fahalovana rehetra hampanjakana hatrany ny tany tan-dalàna, mba hisian’ny filaminana maharitra ahafahan’ny vahoaka mihary sy mamokatra am-pitoniana ”, hoy ny Lehiben’ny fampanaovana hentitra namarana ny fanazavany. 

Eric Manitrisa

L'express de Madagascar17 partages

Blanchiment d’argent – Saisie d’un pactole sur un vol pour Tana

Un Mauricien en partance pour Madagascar a été arrêté avec près de quinze millions de roupies. Ce pactole pourrait provenir d’un trafic de drogue. 

De l’argent sale selon la piste des autorités mauriciennes. La thèse d’un blanchiment d’argent est avancée. Avant-hier après-midi, près de quinze millions de roupies, soit l’équivalent de plus de 1,3 milliards d’ariary, ont été interceptés in extremis. Un dessinateur de nationalité mauricienne s’apprêtait à s’envoler pour Madagascar, avec la plus grosse part du pactole, dont la valeur convertie en monnaie locale s’élève à 1,12 milliard d’ariary, lorsqu’il est tombé dans les mailles des filets tendus par l’unité de lutte contre la drogue et la contrebande (ADSU), à l’aéroport de Plaisance à Maurice.Mis au parfum que ce chef de famille de cinquante-huit ans s’apprêtait à quitter l’île sœur, avec une  importante somme d’argent, les hommes de l’ADSU l’avaient attendu de pied-ferme dans le hall de l’aéroport. Vers 13h20, en effectuant des fouilles, les policiers ont mis la main sur 262 800 dollars américains, cachés dans le double fond de sa valise, outre 82 350 autres dollars, dissimulés cette fois-ci, dans une des poches de ses Jeans. Ayant pourtant déclaré qu’il n’avait sur lui que 500 dollars, outre 100 000 ariary, le passager a été démasqué.Des perquisitions s’ensuivaient après cette prise. Une heure après, une équipe de la division métropolitaine de l’ADSU a rendu visite au lieu de résidence du suspect, à Bonne-Veine, Quartier-Militaire.

ContradictionsLors d’une fouille effectuée en présence de son épouse, les éléments envoyés sur place ont déniché dans une boîte en carton et un sac plastique, 1,16 millions de roupies, en coupures de200, 100 et 50, équivalent à 104 millions d’ariary. D’autres indices ont orienté l’investigation vers  la sœur du présumé trafiquant de devises. En inspectant le foyer de cette pensionnaire de soixante-dix ans à Marizot toujours au Quartier-Militaire, la police a retrouvé un peu plus d’un million de roupies ainsi que 5 000 dollars, dont le total est estimé à 107 millions d’ariary.La thèse selon laquelle tout cet argent pourrait provenir d’un trafic de drogue dure est privilégiée selon les autorités. Du coup, ce voyage à Madagascar qui a tourné court est passé au crible. Les enquêteurs scrutent, de surcroît, les formes de relations que le dessinateur entretient avec les personnes auxquelles il se frotte. Hier matin, il a été traduit devant le Parquet de Mahébourg. Son épouse et sa sœur seront, pour leur part, présentées devant celui de Moka.Dans leurs entourages, des riverains n’en reviennent tout simplement pas.Des enquêtes de voisinage effectuées par l’Express Maurice ont révélé que le quidam est fervent chrétien, connu commet étant un citoyen paisible. Sa femme est, en revanche, couturière. Ayant un revenu modeste, ils ne voyageaient pas souvent.

Andry Manase

Midi Madagasikara16 partages

Bonheur et bien-être : Le Salon Médecine et Bonheur en gestation !

Le KIS propose un évènement en faveur de la santé et du bien-être.

Le bonheur passe d’abord par le bien-être physique, mental et spirituel, un état d’harmonie, dénommé généralement, la santé. Or de nos jours, une bonne santé n’est pas donnée à tout le monde, à cause de la contingence de multiples facteurs… Raison pour laquelle KIS, a décidé d’organiser pour le mois prochain,

le SMB (Salon Médecine et Bonheur) au parvis de l’Hôtel de Ville d’Antananarivo. Les organisateurs ont choisi ces deux maximes pour illustrer au mieux leurs objectifs : « Santé, Bonheur, Prospérité ! » et  « Vis longtemps et sois heureux ! »

Pour y parvenir, plusieurs activités sont programmées, dont des consultations et des dépistages gratuits, un approvisionnement en stock de la banque de sang et d’autres missions sociales. La manifestation verra aussi la participation d’entités étatiques, telles que le Ministère de la Santé publique et l’ordre national des Médecins et celui des pharmaciens. Le privé sera également représenté, notamment ceux qui œuvrent dans la médecine homéopathique et l’approche holistique du bien-être, ainsi que le bio, en cosmétique comme en alimentation. Ce salon promet. Nous en reparlerons !

Luz R.R

News Mada15 partages

Nosy Be : hamafisina ny fiarovana an-dranomasina mandritra ny “Donia”

Toy ny isan-taona, manantombo ireo mpitsidika an’i Nosy Be, mandritra ny “Festival Donia”. Ankoatra ireo vahiny tonga amin’ny fiaramanidina, maro koa ireo avy amin’ny faritra hafa eto Madagasikara, mandeha an-dranomasina.Noho izany indrindra, nanamafy ny fiarovana ireo mpandeha an-dranomasina ireo ny Agence portuaire, maritime et fluvial (APMF). Tanjona mandritra ny “Donia”, izay mandeha amin’izao fotoana izao ny tsy hisian’ny loza an-dranomasina mihitsy. Mihamafy, araka izany, ny fanaraha-maso ny fivezivezena, ary hampiharina tanteraka ny lalàna amin’ireo karazana sambo mifamezivezy, indrindra ireo miala eny amin’ny seranan’Ankify mihazo ny seranan’i Hell-Ville sy Ambarovato.Sambany nisedra fanaraha-maso hentitra toy izao ireo sambo mampitohy an’i Nosy Be sy ireo nosikely manodidina, izay miainga eny Ambarovato. Mahatratra eo amin’ny 80 isan’andro eo mantsy ireo sambo miainga amin’ireo seranana telo ireo. Tsy mandritra ny “Donia” fotsiny ihany, fa hapetraka ho fomba fiasa ny fanajana ny fenitra takina amin’ireo mpitatitra amin’ny sambo.

Zo ny Aina

Midi Madagasikara15 partages

Métier hors du commun : Géomètre Expert

Près de 50% des dossiers à juger auprès des Tribunaux malgaches sont tous des litiges fonciers. Ce fait explique que l’administration foncière figure parmi les services les plus délicats dans la vie publique. Ainsi, les Géomètres Experts en tant que premiers responsables dans la délimitation d’un terrain à attribuer à une personne physique ou morale, y tiennent un rôle important. C’est pourquoi, l’exercice de ce métier requiert des formations particulières. Pour devenir Géomètre Expert, il faut avoir un diplôme d’Ingéniorat en topographie délivré par l’Ecole Polytechnique puis effectuer un stage pratique du métier dans un cabinet de Géomètre Expert et enfin prêter serment devant la Cour d’Appel. Il doit être assermenté car son métier a besoin de l’honnêteté et de l’éthique à préserver, explique un responsable auprès du bureau de l’Ordre national des Géomètres Experts de Madagascar (OGEM). D’après lui, le moindre laissez-aller dans l’exercice de ce métier peut générer des dégâts irréparables. Parmi le laissez-aller, il prend l’exemple du non-respect de la « Tolérance millimètre et près (13 cm sur le terrain) » quand on fait une levée topographique. Pourtant, il tient à souligner que ce problème ne doit pas se produire si les conditions sont remplies. Telles sont la convocation de tous les propriétaires des terrains jouxtant le domaine à délimiter d’une part, et la tenue d’un cadastre de base relevant du service des domaines, d’autre part. Le non-observation de ces conditions expose les géomètres au risque de poursuite judiciaire dont les sanctions sont le paiement d’amendes et la radiation de la personne incriminée de la liste des professionnels. Mais, le Tribunal n’est pas forcement inévitable grâce à la priorisation de l’esprit du Fihavanana Malagasy dans l’exercice de ce métier. En cas de litige, l’OGEM intervient toujours et en premier lieu à travers la convocation des deux ou trois Géomètres en conflit pour revérifier ensemble la relevée topographique objet de controverse afin de trouver un consensus pour publier un nouveau cadastre.  

T.M.

Midi Madagasikara15 partages

Agenda culturel : Kiaka & Tselatra à Antsahamanitra

L’envie, ce n’est pas ce qui leur manquait ! Aujourd’hui, le rêve devient réalité, pour eux, mais surtout pour ceux qui ont toujours espérer les retrouver un jour sur une même scène. Ce lundi, Nini et Erick vont être à l’affiche d’un même concert à Antsahamanitra. « Rock mandrakizay », c’est ainsi que s’intitule l’évènement. Autrement dit, le rock : aujourd’hui et à jamais. Pour les deux lead-vocal de Kiaka et de Tselatra, le rock n’est effectivement pas qu’un genre musical, mais un mode de vie. Organisé par Live Prod, ce concert sera une occasion pour les profanes de découvrir que le rock est fédérateur. « Nous voulons montrer que l’un et l’autre ne sont pas rivaux, mais unis dans la musique », explique les organisateurs. Le spectacle durera six longues heures.  Le public aura également droit à deux back line. « Chacun aura sa bande de musiciens. Ils vont par contre partager le même batteur : Zozo qui va jouer pour l’un et pour l’autre et sera donc placé au milieu de la scène. Si Nini va interpréter des titres d’Eric ? Oui et vice-versa ». Des surprises ? Ce n’est pas ce qui va manquer ce lundi à Antsahamanitra.Mahetsaka

Midi Madagasikara15 partages

Donald Trump contre le reste du monde

Sa prise de position n’est finalement pas une surprise, mais en annonçant, le retrait des Etats-Unis de l’accord de la COP 21, Donald Trump s’est mis à dos les dirigeants du monde entier. Angela Merkel avait eu des mots très durs à son égard après la réunion du G7, Emmanuel Macron préférant tempérer son jugement et espérant le voir revenir à la raison. La réaction du président français avant-hier soir a été d’une grande sévérité, tranchant avec les usages diplomatiques habituels. Il a uni sa voix à celle de la chancelière allemande pour condamner la déclaration du locataire de la maison blanche. La décision prise par ce dernier est contestée par une partie importante de l’opinion américaine et par de nombreux chefs d’entreprises qui dénoncent sa vision erronée de l’avenir. A l’extérieur des Etats-Unis, on se félicite même de ce retrait de l’accord de la COP 21 car il donne aux autres nations l’occasion de faire des avancées dans  le domaine économique. C’est une opportunité historique pour l’Europe de renforcer son union. Néanmoins, l’annonce de Donald Trump, même si elle semble spectaculaire, n’aura pas de conséquences irrémédiables car le désengagement de la COP 21 doit suivre de multiples procédures et ne prendra donc effet que dans quatre ans. D’ici là, beaucoup d’événements peuvent se produire. De plus, de nombreux Etats américains se sont déjà engagés à appliquer cet accord et ne vont pas suivre le gouvernement fédéral dans la voie qu’il a choisie. On ne sait pas s’il s’agit d’un tournant dans la présidence de Donald Trump car il est imprévisible et  a habitué les américains et le reste du monde à des revirements spectaculaires. Son intervention, avant-hier, a marqué les esprits car il est en train d’hypothéquer l’avenir de l’humanité.

Ce sujet était si important que nous avons décidé d’en parler avant d’aborder notre actualité purement nationale. C’est un contexte toujours aussi morose auquel nos compatriotes sont confrontés. Les problèmes ne font que s’amplifier. Les journaux continuent à les énumérer : cherté de la vie et  insécurité persistante ne font qu’accroître le mal vivre des malgaches. Les  membres du gouvernement qui défilent depuis avant-hier devant les députés font profil bas et n’abordent pas les questions de fond. Les parlementaires, quant à eux, fulminent en coulisse, mais ne cherchent pas véritablement la confrontation avec les ministres. Le président de la République, en visite officielle en Allemagne, a pu présenter aux membres d’une commission du Bundestag les immenses besoins du pays en matière de développement. Ce déplacement entre dans le cadre de la recherche de partenaires susceptibles de nous aider à répondre aux défis auxquels nous sommes confrontés. Le chef de l’Etat, à son retour, retrouvera un pays toujours en quête de stabilité. La population vit au rythme des nombreuses frustrations qu’elle endure. Elle n’est pas insensible aux appels qui lui sont adressés par certains politiciens en ce moment. C’est donc pour parer à de possibles débordements que le pouvoir a décidé d’interdire toute manifestation publique durant ce mois de juin. La célébration du 57e anniversaire de l’indépendance se déroulera une fois de plus dans une ambiance morne.

C’est une semaine charnière que le monde vient de vivre. Le président Donald Trump a changé totalement le visage de la politique internationale en décidant unilatéralement de retirer son pays de l’accord de la COP 21. Aujourd’hui, il s’est mis à dos tous les dirigeants de la planète. Il est maintenant seul contre le reste du monde.

Patrice RABE

Midi Madagasikara14 partages

Sécurité maritime : Contrôle renforcé par l’APMF durant le Donia

Les agents de l’APMF contrôlent tous les navires au quai.

Le port d’Ankify ainsi que les quais du grand port de Nosy-Be et d’Ambarovato. L’Agence Portuaire, Maritime et Fluviale (APMF) y renforce le contrôle des navires durant l’événement Donia qui se tient actuellement à l’île aux Parfums. En effet, comme chaque année, une grande affluence des gens en provenance de divers pays et des régions qui vont rejoindre Nosy-Be rien que pour ce festival, est observée. Et l’accès vers l’île se fait dans la majorité des cas par voie maritime. En moyenne, 80 départs de navires ont été enregistrés journalièrement par l’APMF au niveau de ces trois quais. L’objectif de cette entité étant la maximisation de la sécurité du transport maritime tout en garantissant la sécurité des usagers afin d’éviter les accidents. Cette entité se charge notamment du contrôle et de la surveillance des marins, des navires ainsi qu’à l’accès et à l’utilisation des ports, et ce, conformément aux réglementations régissant le secteur maritime. Notons que les départs au niveau du quai d’Ambarovato qui est destiné aux vedettes et bateaux effectuant des transports maritimes pour desservir les îles périphériques de Nosy-Be, sont soumis pour la première fois à ce genre de contrôle et surveillance.

Navalona R.

Midi Madagasikara13 partages

Athlétisme – Sommets nationaux : 12 ligues et 5 sections attendues à Alarobia

Les championnats de Madagascar d’athlétisme 2017 se disputeront  sur la piste en tartan du Stade d’Alarobia du 09 au 11 juin pour les jeunes et du 16 au 18 juin pour toutes les catégories. Les gros calibres de la discipline seront tous au départ à l’exception d’Elodie Embony, tenante du titre en 100 et 200 m dames. 12 ligues régionales et 5 sections ont confirmé leur engagement à ces joutes nationales. La liste définitive des engagés ne sera connue que la semaine prochaine. Ce qui va marquer cette édition 2017 est le relais medley pour les vétérans où les anciennes gloires et les coureurs toujours se mesureront. Fidèle partenaire de la fédération malgache d’athlétisme, Eau Vive sera de nouveau aux cotés de la FMA en tant que boisson officielle. Les athlètes qualifiés pour les Jeux de la Francophonie d’Abidjan au mois de juillet auront l’occasion de tester leur performance à ces sommets nationaux.

Anny Andrianaivonirina

Midi Madagasikara11 partages

Compétitions régionales : Rugbymen et nageurs en action à La Réunion

Les athlètes reçus par le ministre à Ambohijatovo. ( Photo Kelly).

Avant de s’envoler pour la Réunion pour disputer la finale de la Coupe des Clubs Champions de l’Océan Indien (CCCOI) de rugby et le tournoi de natation de la CJSOI, la délégation malgache a été reçue, mercredi, par le ministre de la Jeunesse et des Sports, Dr Jean Anicet Andriamosarisoa à Ambohijatovo.

Derby. Après un report de presque 15 jours, la finale de la Coupe des Clubs Champions de l’Océan Indien de rugby a finalement eu lieu hier au Stade la Redoute de Saint-Denis, La Réunion. C’est suite à la médiation effectuée par le ministère et  le Malagasy Rugby pour la facilitation du voyage de l’équipe de Manjakaray. Les champions de Madagascar du FTM avaient comme adversaire la formation  du RC Saint-pauloise de la Réunion. C’est le derby final de la compétition. En 2016, FTM s’est imposé devant RC Saint-Paul au Stade Makis à Andohatapenaka. Cette année évoluant à domicile, l’équipe réunionnaise veut saisir sa chance de prendre sa revanche. « Nous sommes déterminés à garder le titre » ont indiqué les joueurs. Ils sont 26 dont 24 joueurs et 2 entraîneurs à faire le déplacement.

Relève. En parallèle avec la tenue de la CCCOI de rugby, le tournoi de natation de la Commission de la Jeunesse et des Sports de l’Océan Indien (CJSOI) réservé aux moins de 14 ans se disputera ce week-end à la Piscine de Sainte-Clotilde à la Réunion. 10 jeunes dont 5 respectivement chez les garçons et les filles vont concourir aux côtés des Réunionnais, Mauriciens, Mahorais et Seychellois. Ils sont issus des ligues de Boeny (deux), Vakinankaratra (trois), un de Mandraka et quatre d’Analamanga.  Ces jeunes qui ont été sélectionnés à l’issue des tests de classement seront la relève pour les prochains Jeux des Iles l’Océan Indien (JIOI). « Madagascar, en tant que président en exercice de cette commission, les nageurs doivent se démarquer. La fédération a besoin de coup de main et c’est la raison pour laquelle elle fait partie des disciplines qui bénéficieront du stage de formation en Chine en 2018 », a expliqué le ministre.

Tso-drano. Lors de leur passage à la Place Goulette à Ambohijatovo, le numéro Un des sports malgaches a rappelé que les athlètes sont les ambassadeurs de la nation. « On compte sur vous pour porter haut l’honneur de notre pays à ces compétitions » a fait savoir, le ministre Dr Jean Anicet Andriamosarisoa dans son discours. A cette occasion, il a offert une enveloppe financière en guise d’argent de poche à l’ensemble des athlètes. « Nous allons défendre dignement les couleurs nationales » ont indiqué les représentants des athlètes. Les nageurs et les rugbymen se sont envolés hier en fin d’après-midi pour la Réunion.

T.H

Midi Madagasikara9 partages

Grand Tournoi de Tana : Les expatriés à la rescousse

La levée de fonds pour les Barea initiée par Faneva Ima en France a fait des émules à Tana où on change toutefois de méthode sans doute pour ratisser large.

C’est ainsi qu’il y aura un Grand Tournoi de Tana en deux temps puisque les demi-finales auront lieu ce dimanche à Mahamasina avec au menu, à partir de 12h30, un duel ouvert entre l’Adema et Fosa Juniors qui ont cette particularité d’avoir été sous le cape du même entraîneur Titi Rasoanaivo.

L’autre demi-finale prévue à 14h30 opposera Elgeco Plus aux expatriés rameutés par l’entraîneur Jocelin Alberto Razafimamonjy, l’ancien coach de Galactic à forte coloration réunionnaise.

La finale aura lieu le 11 juin toujours à Mahamasina.

Clément RABARY

Tia Tanindranaza8 partages

Antoko MFMMila ovaina ny lalàmpanorenana

Manainga ny filohampirenena sy ny antenimierandoholona ary ny antenimierampirenena ny antoko Mpitolona ho an’ny fandrosoan’I Madagasikara (MFM) mba hanao fanitsiana ny lalàmpanorenana misy ka hanaovana fitsapan-kevi-bahoaka amin’ity taona ity,

Ny olom-boafidy no omen’ny olona hasina

Tokony olona fidian’ny fokonolona ao amin’ny fokontany, hoy ny filohan’ny MFM, no mitantana ny raharaha fa izany no fototra hanorenana ny filaminana eto hialana amin’ny fangalaran’omby sy ireny lavanilina ireny. Voalamina eny amin’ny fokontany izany, hoy izy, saingy ny zava-misy ankehitriny dia olom-boatendry daholo no mitondra ka tsy dia omen’ny olona hasina loatra. Tokony haverina, hoy ny antoko, ny filoham-paritra sy filoham-pokontany sy izay hery miainga avy eny ifotony rehetra fa hajanona amin’izay ity sefo fokontany sy sefom-paritra ity. Omena andraikitra mafonja koa ny sefo fokontany araka ny fepetra ao amin’ny andininy faha 53 ny fehezan-dalàn’ny paikady famaizana amin’ny fanatsarana ny soram-piankohonana, indrindra ny momban’ny fahaterahana, ny fanaovana isan’andro ny antotan’isa fa endriky ny fitsinjaram-pahefana amin’ny fampanajana ny zon’olombelona izany. Nanamarika moa ny antoko MFM fa tsy miteny raha tsy efa manam-bahaolana toy izao.

Mirija

Midi Madagasikara7 partages

Hippisme : Le G.P. de Pentecôte à Mahazina

L’hippodrome de Mahazina connaîtra ce dimanche, son affluence des grands jours avec cinq courses au programme dont le très attendu Grand Prix de Pentecôte qui fait déjà saliver les connaisseurs.

Après le galop d’essai des premiers jours en effet, il va falloir trancher dans les vifs du sujet entre les ténors de l’AHCEL qui bénéficient de surcroît des meilleures montes. Un duel à trois en fait avec L’Oiseau Bleu conduit par Nicot Ramiliarimanga avec 58 kg, Nabab de Patrick Rakotoarivelo avec 57 kg et Kathy Pleasure sous la selle d’Eric Ravelonjanahary avec 55 kg.

Une belle bagarre en perspective rendue encore plus attrayante par cette idée de l’AHCEL de mettre un bonus pour les paris.

Vivement donc dimanche pour les amateurs des courses de chevaux.

Clément RABARY

News Mada5 partages

Lalao CJSOI – Lomano : 10 mianadahy hiaro an’i Madagasikara

Hanomboka anio, atsy amin’ny Nosy La Réunion, ny fifaninanana ho an’ny taranja lomano, natokana ho an’ireo tanora latsaky ny 16 taona, na ny lalaon’ny kaomision’ny tanora sy ny fanatanjahantena aty amin’ny faritry ny ranomasimbe Indianina (CJOI). Anisan’ny mandray anjara amin’izany i Madagasikara.

Mpilomano 10 mianadahy, ka 5 lahy ary 5 vavy no hiaro an’i Madagasikara any amin’izany fihaonana izany. Ireo manana ny zava-bita tsara indrindra, izay notsongaina nandritra ny fifaninanana, nampanaovin’ny federasiona, izy ireo. Tandrianaina Harifaly, Falimanana Mandresy,  miampy an-dRakotoniaina Elie, laharana voalohany eo amin’ny sokajy “Benjamin” ary Rakotobe Toavina sy Andriampenomanana Mamihaja, eo amin’ny lehilahy. Tendrinavalona Idealy, voalohany eo amin’ny filaharana nasionaly, ho an’ny sokajy “benjamine”, Razafimaharo Johane, Randriamanantenasoa Aina Bijou, Rakotomahefa Amiel, Andrianaivo Ony, kosa ny eo amin’ny vehivavy.

Ankoatra an’i Madagasikara, anisan’ireo firenena hifaninana amin’ity lalao CJSOI ity koa i Seychelles, Maorisy ary La Réunion, mpampiantrano. Nahazo vatsin-dalana, 1 tapitrisa Ar, avy amin’ny fitondrana, tamin’ny alalan’ny minisitry ny Fanatanjahantena ny delegasiona, nialoha ny niaingany, ny alakamisy lasa teo.

Tompondaka

L'express de Madagascar4 partages

Mangatokana – Des vivants au cimetière

Le cimetière de Mangatokana héberge des locataires particuliers. Des personnes s’y installent sans vergogne.

Incroyable mais vrai, le cauchemar de 2008 revient de nouveau ! Les vivants cohabitent avec les morts au cimetière de Mangatokana. Des squatters ont élu domicile et résidence sur les tombeaux où des corps sont ensevelis depuis des décennies.Les nouveaux locataires ont déterré les ossements et les cadavres et les ont jetés quelque part. Pire encore, ils ont enlevé les fondations de ces caveaux et en ont  fait des murs et des clôtures. D’autres ont planté des bananiers.Certains d’entre ces squatters ont déjà élevé et bâti des maisons d’habitation, ou presque. Hier, les familles des morts enterrés et le Réseau de défense des consommateurs (RPDC), Gabin, ainsi que le chef fokontany d’Antanimalandy, ont effectué une descente sur place pour constater de visu les dégâts occasionnés par cet envahissement.« C’est une véritable profanation et une insulte à la mémoire des morts. La culture malgache est bafouée et perd de sa valeur. Nous appelons les autorités à prendre rapidement des mesures », ont clamé les familles victimes.

Problème foncierCette situation risque de générer une tension entre les protagonistes. De leur côté, les squatters ont déclaré qu’ils ne sont pas au courant de la situation domaniale de ce terrain.« Le vendeur nous avait promis des documents malheureusement, il reste introuvable, car il a été emprisonné à cause d’une autre affaire », a expliqué un occupant.Le litige foncier est devenu un problème crucial à Mahajanga. Les gens s’incrustent sur des domaines inoccupés mais ils ignorent si ces terrains sont disponibles ou non. Ils ne pensent même plus à se demander où ils mettent leurs pieds, l’essentiel étant de posséder un petit lopin de terre.Rappelons qu’en 2008, la même situation s’était produite au cimetière des musulmans à Antanimasaja. Les forces de l’ordre sont intervenues à cause d’un affrontement entre les deux camps.

Vero Andraianarisoa

News Mada3 partages

Jazz Tohatohabato : une vingtaine d’artistes invités

Avis à tous les passionnés de jazz ! Organisée par le Jazz club du Cercle germano-malgache (CGM) et la Commune urbaine d’Antananarivo (CUA), la 7e édition de  Jazz @ Tohatohabato se déroulera du 7 au 11 juin prochain. Certains concerts se tiendront sur l’escalier d’Antaninarenina, d’autres sur l’avenue de l’Indépendance et  l’esplanade Analakely.  Une vingtaine d’artistes locaux et internationaux animeront la scène.

«Notre objectif est de démontrer au grand public que le jazz n’est pas seulement réservé aux élites», a annoncé le responsable du Jazz @ Tohatohabato. C’est pour cette raison que l’évènement se tient à ciel ouvert, en plein air, pour qu’il devienne une activité populaire. Sur ce, les organisateurs ont invité des artistes locaux et internationaux, pour effectuer des échanges, entre artistes, mais surtout des partages avec le public.

A part une séance de jam session ouverte au public désirant s’exprimer à travers la musique, des jazzmen sillonneront aussi certains quartiers de la ville, à savoir Mahamasina, Ambodin’Isotry et Ambohipo, pour présenter à la masse le jazz. Et enfin, cette année, l’invité d’honneur sera l’Allemand Rüdiger Opperman, un musicien et festivalier qui dévoilera ce qu’est la harpe celtique.

Holy Danielle

Le programme

–           Mercredi 7 juin: Jazz kids à la Tranompokonolona Analakely

–           Vendredi 9 juin: Jazz quartier à Mahamasina, Ambodi’Isotry et Ambohipo

–           Samedi10 juin: Jazz Street sur les paliers de l’escalier Antaninarenina

–           Dimanche 11 juin: Jazz@tohatoha-bato sur les paliers de l’escalier Antaninarenina

Les artistes invités :

Rakoto Frah Junior, Sa’Roy, Quintet Project, Jazz Club CGM, Af Jazz, Jazz Kids, Bro, Maela, Minah, Full vao band, Rajery, Jazz Quart, LMM Fanfare, Rudiger Oppermann, Faniah, Malajazz, ALTF4, Duo Andry Mika Njaka, Duo Stef Rambi Faniah, Titan-Ranto-Tsanta, Smooth night women, NRJ Trio, Philippe Blin, Joëlle Claude.

 

L'express de Madagascar2 partages

Réseau criminel – Un mineur risque la perpétuité

Prochainement renvoyés aux assises, quatre jeunes gens dont un mineur de 16 ans, piégés lors d’une double arrestation qui a eu lieu dimanche à Andava­mamba, seront fixés sur leur sort. La peine qu’ils pourraient encourir est la réclusion criminelle à perpétuité, du fait de lourds chefs d’accusation, tels que meurtre, braquage, viol et récidivisme, d’après les informations judiciaires recueillies.Une source au sein de la brigade criminelle a signalé que d’autres présumés complices dans leur réseau criminel sont toujours recherchés, tandis que tous les quatre sont déjà placés sous mandat de dépôt. La police judiciaire préfère être discrète en matière d’enquête sur cette affaire impliquant des mineurs. Le commissaire de police Ostrom Whens, chef de la Brigade criminelle (BC) a mis au clair le placement sous mandat de dépôt prolongé tant que d’autres complices sont encore recherchés. « S’il y a encore d’autres suspects à épingler, l’audience de ceux qui ont été placés en détention préventive ne pourrait avoir lieu après le coup de filet de leur complice, même si cela prendrait deux ans », a-t-il indiqué.

ComparutionDe leur côté, deux familles de victimes de braquages doublés d’assassinats commis par cette association de malfrats ont requis leur envoi aux assises. « Nous avons été attaqués dans la nuit. Les bandits armés étaient cagoulés et ont violé notre fille. Ils nous ont ligotés avant de se servir dans notre coffre-fort », a raconté une mère victime du hold-up.L’adolescent de 16 ans faisant partie du réseau a reconnu, lors de l’enquête, qu’il a pris part à tous les actes criminels réalisés dans neuf quartiers de la ville, dont Andranobevava, Andava­mamba, Andohaniato, Ambo­hipo, Tsiadana, Namontana, Anosibe, Androndrakely et Isotry. Tous les quatre ont comparu devant le parquet lundi dernier et ont été mis sous les verrous dans la maison centrale d’Antanimora en attendant leur verdict.

Hajatiana Léonard

News Mada1 partages

Maison centrale de Manakara : c’est toujours le statu quo

Troisième journée de grève à la maison centrale de Manakara. Malgré les démarches engagées, la situation reste inchangée.

Ni la consigne du directeur général de l’administration pénitentiaire ni la rencontre entre les responsables des deux syndicats (Syndicat des magistrats de Madagascar : SMM, et Syndicat du personnel de l’administration pénitentiaire de Madagascar : Spapm) n’ont permis de dénouer le nœud gordien.

Comme il est indiqué plus haut, le personnel de la maison centrale de Manakara a décidé de poursuivre la grève. L’on sait  qu’en temps normal, la prison reçoit entre trois et dix nouveaux détenus par jour, mais depuis que les agents pénitentiaires ont suspendu leurs activités, aucune incarcération n’a eu lieu. Il n’y avait non plus d’escorte au tribunal.

Déplacement à Manakara 

Afin de désamorcer la tension et en vue de trouver un terrain d’entente, les deux leaders ainsi que des membres du bureau des deux syndicats ont fait le déplacement à Manakara. Notons au passage que dans un communiqué officiel, le SMM a fermement condamné ce qu’il qualifie de comportements empreints de violence des agents pénitentiaires. De son côté, le Spapm a indiqué qu’il soutient le mouvement initié par leurs collègues.

Quant aux grévistes, ils se défendent bec et ongles en déclarant qu’ils sont bien conscients de la valeur d’une décision de justice. «Etant donné que les quatre agents pénitentiaires n’ont fait que leur travail et que derrière cette décision de justice se cache une vengeance, nous sommes bien obligés de résister», ont-ils conclu. Le ministre de la Justice a quant à lui précisé qu’une enquête a été ouverte afin de faire toute la lumière sur cette affaire.

Mparany

L'express de Madagascar1 partages

Marché d’Analakely – Un centre commercial sur l’esplanade

La commune urbaine d’Antananarivo essaie de changer la face du marché               d ‘Analakely. Elle prévoit un centre commercial sur l’esplanade.

Depuis ces dernières semaines, la course au chat et à la souris de la police municipale et des marchands des rues a finalement diminué et fait place au projet de la commune. Les marchands d’Analakely, entre les pavillons et l’esplanade, ont été chassés de leur place. La rue devient inaccessible aux voitures.Actuellement, la commune compte mettre en place un centre commercial pour rassembler les marchands et donner une meilleure image du marché d’Analakely.D’apres Edison Razafin-tsihoarana, directeur de l’urbanisme et de développement, les toilettes se trouvant en dessous de l’esplanade deviendront un parking de voitures géré par l’Easy Park. Des marchés à l’étal couvriront le dessus du parking.

EmbouteillagesL’engouement des marchands entre les pavillons et l’esplanade provoque, de temps en temps des embouteillages que même les piétons ne savent plus où mettre les pieds.Ce projet a déjà été accepté au niveau du conseil municipal en décembre 2016 avec toutes les conventions y afférentes. Pour ce faire, les marchands sont disposés sur une ligne, entourant l’esplanade juste en face des pavillons, établie par la commune.La rue derrière l’esplanade qui a été bloquée sera réouverte. Tous ces marchands seront déplacés prochainement sur l’esplanade. Néanmoins, les voitures garées au dessus y resteront encore jusqu’à ce que les travaux commencent.«Les travaux sont prévus commencer à partir du deuxième semestre de cette année, c’est à dire en début juillet, après la Fête de l’indépendance», explique Edison Razafin-tsihoarana. Seuls les marchands d ‘ Analakely sont concernés par ce changement, ceux de Behoririka occuperont toujours leur place.

Mamisoa Antonia

 

L'express de Madagascar1 partages

Secteur industriel – Une loi pour progresser

Le jeudi du CREM a encore une fois soulevé l’impor­tance de la réussite de la politique industrielle.

Les grandes lignes incon­tournables pour la réussite d’une politique industrielle. Un thème qui a intéressé une salle comble au Café de la gare, jeudi. Le Jeudi du CREM (centre de Réflexion des économistes de Madagascar), un rendez-vous de conférence périodique traitant l’économie, avec la fondation Friedrich Ebert,  s’est quelque peu démarqué des autres conférences-débats sur le secteur industriel. Trois intervenants ont étalé la situation du secteur dans le pays.Le professeur Mamy Ravelo­manana, enseignant, voit noir. « Un tissu industriel fragile et une part minime à la contribution au PIB », commente-t-il. Fredy Rajaonera, président du Syndicat des industries de Madagascar (SIM) a confirmé que l’un des fleurons de l’Industrie à Madagascar, à savoir la Chocolaterie Robert a pu tenir la barre malgré le contexte national. Eric Randrasana, conseiller au sein de la présidence de Madagascar, quant à lui, pense que la situation s’améliore. « Nous avançons vers l’industrialisation » dit-il. « Les chiffres sont quelque peu décevants dans le Doing business indicators de la Banque mondiale, et nous faisons face à un manque de synergie entre le secteur public et celui du privé. Toutefois, on peut changer les choses, et soyons les acteurs du changement », positive le conseiller. Des réflexions, qui ont chacune, provoqué également des idées divergentes dans la salle.

PolitiqueIl faut 100 ans aux pays en voie de développement pour rattraper le niveau d’industrialisation de la Chine ou du Japon. « Quelle politique pour la jeunesse devant les potentialités industrielles du pays   » s’est demandée une enseignante   Un Demi million de jeunes sont en quête d’emploi chaque année dans la Grande île. « Existe-t-il une politique sur l’agri-business   » se demande un autre.Les lois fiscales malgaches sont parmi les meil­leures en Afrique, Contri­- buent-elles réellement au développement du tissu industriel    En réponse, le panel d’intervenants a tablé sur la proposition de loi sur le développement de la politique industrielle. « Le secteur industriel n’a jamais été en possession d’une loi.  C’est déjà un grand pas d’avoir conçu  cette proposition », explique Fredy Rajaonera.Les consultations de tous leurs industriels ont pris presque deux années. « Une période nécessaire pour un résultat optimal », dixit le conseiller Eric Randrasana. L’objectif étant de transformer la structure de l’économie et d’augmenter significativement le poids de l’industrie  dans le PIB national à plus de 25% s’il est actuellement de 15%.La proposition de loi sur le développement industriel inclut notamment la mise en œuvre effective du dialogue public privé, le modèle de développement  basé sur les industries de substitution à l’importation, et celui basé sur les industries tournées vers l’exportation. La proposition doit incessamment passer au parlement pour être votée.

Mirana Ihariliva

L'express de Madagascar1 partages

Conférence des investisseurs – Le road show commence en Afrique

Continuité, c’est dans la même ligne de conduite de la dernière conférence des bailleurs et investisseurs pour Madagascar qui s’est déroulée en décembre de l’année dernière à l’UNESCO à Paris, que l’évènement « Investisor conference for Madagascar » s’effectuera le 14 et 15 juin prochain en Afrique du Sud. Organisée conjointement par les gouvernements malgache et sud-africain, cette conférence reprendra les mêmes principes que ceux de Paris.L’objectif est de mobiliser les ressources extérieures afin de combler le gap de financement dont le pays a besoin pour financer son programme. « Le choix du pays hôte pour cette fois s’explique surtout par le fait que l’Afrique du Sud est le premier pays africain en termes de flux entrant en matière d’investissements étrangers directs, tout en concentrant le plus grand taux de multinational présent sur son territoire. Par ailleurs, ce pays est aussi notre premier partenaire commercial en Afrique », explique Barry Emmanuel Rafatrolaza, secrétaire d’État chargé de la coopération et du développement auprès du ministère des affaires étrangères.Loin de prétendre aux promesses d’investissement de 10 milliards obtenu à Paris pour une durée de 4 ans, « Inves­tisor conference for Madagas­car » ne négligera aucun secteur d’activité, du tourisme, au secteur minier, en passant par l’agriculture jusqu’aux infrastructures entre autres. « L’évènement s’affiche comme étant le point de départ d’un road show qui aura pour objectif d’attirer les investisseurs provenant d’un peu partout dans le monde à venir à Madagascar » conclut le secrétaire d’État.

Harilalaina Rakotobe

L'express de Madagascar1 partages

Grand marché de Fiadanana

Démarrage hier du Tsenabe de la commune de Fiadanana, dans le district d’Ambohidratrimo, région Analamanga. L’hôtel de ville, ayant subi quelques extensions, a été également inauguré par la même occasion. Cette commune est réputée comme étant une grande productrice d’oranges. La cérémonie d’hier a alors été marquée par la descente des autorités et des invités sur les  terrains d’orangers.

Madaplus.info0 partages

YALI RLC SA entre dans la mobilisation sociale

A l’occasion du Global Cleaning Day, YALI RLC SA Alumni - Madagascar (Young African Leadership Initiative, Regional Learn Center Saouthern Africa) organise un marathon de nettoyage, en partant de l’Hôtel de Ville (Parvis) d’Antananarivo jusqu’au Jardin Ambohijatovo
YALI RLC SA Alumini : les récipiendaires de la bourse du programme de l’ancien président américain Obama, Young African Leadership Initiative, ont fait une conférence de presse hier pour une mobilisation citoyenne à l’occasion de la journée mondiale sur le nettoyage. Cette action de sensibilisation citoyenne se déroulera le 10 juin 2016 à 8 heures du matin en partant du parvis de l’Hôtel de Ville d’Antananarivo jusqu’au jardin d’Ambohijatovo. Tout le monde (étudiants, commerçants, fonctionnaires, …) est invité à cet événement. Le but d’YALI RLC SA Alumni-Madagascar est d’initier une action citoyenne pour une sensibilisation de la population, afin de passer à une population à des citoyens qui prennent ses responsabilités, en commençant par la propreté. Une séance théorique d’apprentissage de recyclage suivi dudit marathon de nettoyage comme pratique sera au programme.
Outre le caractère de devoir citoyen, cette activé est l’héraut pour la célébration du « Mandela Day » ou journée de commémoration de Nelson Mandela. Le thème de l’événement sera donc : « 90 minutes d’action citoyenne ». À travers cette célébration, YALI RLC Alumini-Madagascar veut inspirer le changement en mobilisant la population pour le réussir. Ainsi, l’implication de toutes les couches sociales dans un engagement citoyen et l’innovation dans la célébration du Global Cleaning Day seront les apports d’ YALI RLC Alumini-Madagascar.
News Mada0 partages

L’État face aux grèves syndicales : menace des freffiers , ultimatum des douaniers

L’Assemblée générale a tranché. Le syndicat des greffiers tiendra une grève à partir du 8 juin prochain pour une durée illimitée. Les greffiers se trouvent en effet lésés par rapport à d’autres institutions, notamment la Chambre basse.

Enième cri d’alarme des greffiers. Les revendications restent les mêmes que celles de l’année dernière, ajoutées à de nouvelles requêtes, suite à la décision du ministère de la Justice. En effet, il semblerait que les greffiers ne pourront plus assister à certains procès et que leur signature ne soit plus nécessaire dans certains documents administratifs. Une situation que les greffiers ne peuvent tolérer, soulignant que les magistrats ne peuvent travailler sans eux.

Néanmoins, les revendications habituelles restent toujours d’actualité. Il s’agit entre autres de la promotion des greffiers, notamment leur montée en grade et leurs avancements, mais aussi les modalités du concours pour accéder au poste de greffier en chef. «Normalement, ce sont les greffiers qui doivent accéder à ce poste», a indiqué le président du syndicat, Nicolas Rabenandrasana, hier à Anosy.

Sourde oreille

Néanmoins, les greffiers estiment également qu’ils sont lésés par rapport aux députés qui obtiennent facilement satisfaction. D’après le président du syndicat, 104 véhicules 4×4 d’une valeur de 100 millions d’ariary auraient été obtenus par les députés. «Cela signifie que l’Etat a finalement de l’argent mais qu’il ne veuille tout simplement pas satisfaire nos revendications», a-t-il expliqué. Ce n’est pas la première fois que les greffiers lancent un cri d’alarme mais leur ministère de tutelle  continue à faire la sourde oreille. Au niveau de l’Exécutif, les greffiers sont apparemment sous estimés, contrairement aux autres entités qui disposent, semble-t-il, de force de persuasion.

A cela s’ajoutent d’autres foyers de tension qui se multiplient en ce moment. Les huissiers, en attendant le règlement de leur cas de la part du ministère de tutelle, pourraient aussi prendre des décisions importantes lors de leur Assemblée générale qui se tiendra le 22 juin prochain.

Rakoto

News Mada0 partages

Famahana olana eto amin’ny firenena : mitaky hanomezana fahefana ny fokontany ny MFM

 Nivoaka amin’ny fanginany ny MFM ary nitondra vahaolana manoloana ny raharaham-pirenena. Notakin’izy ireo amin’izany ny hanitsiana ny lalàmpanorenana mba hialana amin’izao olana samihafa eto amin’ny firenena izao.

 

Fidina ny lehiben’ny fokontany ary homena fahefana malalaka amin’ny fitantanana izany. Efa tao anatin’ny lalàmpanorenan’ny Repoblika fahatelo io, niarahanay sy Ravony Francisque. Hahitsy izany ny lalàmpanorenana amin’izao fotoana izao ary takinay mba hatao mialoha ny faran’ny taona izany”, hoy ny filoha nasionaly Rakotonirina Manandafy, tetsy Anosy, omaly. Nambarany fa afaka manao izany araka ny fahefana omen’ny lalàmpanorenana azy ny filoham-pirenena sy ireo parlemantera. “Tafiditra amin’ny fametrahana ny tany tan-dalàna izany”, hoy ihany izy. Notsiahiviny fa anisan’ny nibahan-toerana tamin’ny fifanatrehan’ny depiote sy ny governemanta tamin’ity herinandro ity io resaka tsy fandriampahalemana sy tsy filaminana io ka nahatonga azy ireo nitondra sosokevitra.

Dokotra niteraka fitsaram-bahoaka

 Ankoatra izany, vahaolana fanampiny nentin’ny MFM koa ny tsy tokony hanjakan’ny zandary sy polisy any anaty bozaka samirery any, hahazoana vola tsy ara-dalàna. Tokony harindra ny hisian’ny vavolombelona miara-miasa amin’izy ireo ary angatahina mba hijery akaiky izany ny fitsarana sy ny holafitry ny mpisolovava.

Niaiky kosa ny sekretera jeneralin’ny MFM, Rakotovazaha Olivier, fa tena efa halohalika ny ranombary. Misy anefa ny vahaolana.  “Nahatonga fitsaram-bahoaka ny resaka dokotra tany Antsakabary. Tokony ho voavaha teo anivon’ny fokontany anefa izany”, hoy izy. Ho tonga hatraiza indray izao tolokevitry ny Mafana izao ?

Synèse R.

 

News Mada0 partages

Ao anatin’ny dimy andro : andiany faha-7 ny « Jazz@Tohatohabato »

Seho ankalamanjana anisan’ny mahasarika olona maro ny « Jazz@Tohatohabato ». Saika tazana mijery ity hetsika ity avokoa ny sokajin-taona rehetra. Raikitra ny andiany faha-7 na mafimafy ihany aza ny fanomanana, araka ny nambaran’ny mpikarakara.

Hotanterahina ny 7 jona ka hatramin’ny 11 jona izao ny andiany faha-7 ho an’ny « Jazz@Tohatohabato ». Amin’ny ankapobeny, voatazona avokoa ireo fandaharam-potoana napetraka tamin’ireo andiany teo aloha. Anisan’ireny ny « Jazz kids », « Jaz quartier », « Jazz street », « Jazz@tohatohabato ». Mahatratra 20 mahery ireo mpanakanto sy tarika handray anjara. Ao ireo efa fantatra anarana toa an-dry Full Vao Band, Jazz Club CGM, Quintet Project, Rajery, Andry MikaNjaka, Joelle Claude, AF jazz, sns. Tsy vitsy ihany koa ireo anarana tsy faheno loatra kanefa tena manana ny maha izy azy tokoa, toa an-dry Smooth Night Women, Bro, AltF4, NRJ Trio,… Ho vahinin’ity andiany faha-7 ity i Rüdiger Opperman, teratany alemà mpitendry harpa. Ny Jazz Club CGM no hiaraka aminy eny an-tsehatra.

Hosokafana ny 7 jona amin’ny 2 ora sy sasany tolakandro ao amin’ny Tranompokonolona Analakely amin’ny alalan’ny « Jazz kids » ny « Jazz@Tohatohabato » 2017. Tanterahina eny Mahamasina, Ambodin’Isotry (kianja Rafalimanana) ary Ambohipo, ny 9 jona, ny « Jazz quartier ». Asabotsy 10 jona, hisy sehatra efatra hisokatra ho an’ny rehetra etsy amin’ny tohatohabaton’Antaninarenina. Ahafahana milalao ny « standard », « fusion », « vocale » ary ny « expression libre ». Alahady 11 jona, sehatra lehibe manoloana ny tohatohabaton’Antaninarenina. Hifandimby hanafana izany ireo tarika sy mpanakanto maro. Anisan’ny manohana ny « Jazz@Tohatohabato » 2017 ny kaominina Antananarivo Renivohitra.

HaRy Razafindrakoto

 

News Mada0 partages

Notsotsorin’ny zandary ny resaka : ahina ho maty momoka ny faty olona ny 26 jona 2016

 Herintaona aty aoriana, mbola anatin’ny famotorana manodidina ny asa fampihorohoroana hatrany ka  nahafatesana olona teny amin’ny fetin’ny 26 jona teny Mahamasina ny mpitandro filaminana. Ahina ho very anjavony ny raharaha nefa nisehoana ra mandriaka sy faty olona izany.

Tsy fantatra mazava, hatreto,  ny vokatry ny fanadihadian’ny mpanao famotorana nefa roa ny maty ary 89 ireo naratra ka ny enina voa mafy tamin’izany. “Mbola mitohy ny fanadihadiana ary tsy mbola tapitra ny fe-potoana voalazan’ny lalàna momba ity raharaha ity”, hoy ny kaomandin’ny vondron-tobim-pileovana Analamanga, ny Kly Ravoavy Zafisambatra, nanatsotsotra resaka, omaly tetsy Ampahibe. Efa nitondra fanazavana momba io ny kaomandin’ny zandarimariam-pirenena, ny Jly Ramiandrisoa Jean de Dieu Daniel ny volana septambra 2016, ary nilaza fa efa fantatra ilay olona tompon’antoka tamin’ny fanapoahana baomba teny Mahamasina. Manomboka fantatra ilay olona, saingy lasa nitsoaka any ivelany. Tsy maintsy ho lava indray anefa ny fanarahana izany satria hisy ny fanenjehana iraisaim-pirenena momba ity raharaha ity. Voalazan’ireo mpanao fanadihadiana fa misy ifandraisany amin’ilay fipoahana teny Anosy, ny 14 janoary 2014 izy ity”, hoy izy tamin’izany. Nailiky ny mpitondra any amin’ny mpanohitra ny raharaha.  Tsy nisy fandraisana andraikitra izany matoa tafaporitsaka any izany olona ahina izany. Midika koa ireo fa tsy misy antenaina ary ahiana ho faty momoka io raharaha niteraka faty olona sy ra nandriaka io. Efa fomban’izao fitondrana izao rahateo ny tahaka izany. Milalao fotoana sy manodinkodinan-dresaka mba hanadinoana raharaha iray.

« Raharaha Antsakabary » sy ny « Raharaha Claudine »

 Efa anisan’izany izao ny « Raharaha Antsakabary », ny volana febroary teo. Nodoran’ny polisy ny tanàna. Nambara fa mandeha ny famotorana nefa efa aty amin’ny volana jona isika. Nitohy amin’ny « Raharaha Claudine », ny volana avrily teo… Efa volana mey isika fa mbola mitsotsotra, ambara fa tsaboina ao amin’ny HJRA io mpandraharaha io. Ampahany ihany ireo. Ho vitavita ho azy avokoa ?

Etsy andaniny, mbola namerimberina ny handraisana fepetra ny lehiben’ny mpitandro filaminana amin’ity indray mandeha ity. Tsy efa tahaka izany ny nambara tamin’ny taon-dasa ? Narangaranga avokoa ny teny hentitra sy filazana fa tsy handefitra. Natao avokoa ny fisavana sy ny fihetsiketsehana rehetra fa niseho ny antambo sy ny loza. Tsy mahagaga raha tsy matoky sy tsy manantena izao fitondrana izao intsony ny vahoaka. Betsaka loatra ny resabe sy fampanantenana fa tsy misy ny vokatra… Tadiavina ho vitavita ho azy avokoa ny zava-drehetra eto.

Randria

News Mada0 partages

Ankaraobato : tratra ireo jiolahy namono Belza

Saron’ny polisin’ny BC, sakelika faharoa teny Ankaraobato sy Antohomadinika ary Ambatolampy, ny herinandro teo ireo jiolahy tompon’antoka tamin’ny fanafihana niharo vonoan’olona ka nahafaty teratany Belza iray monina eny Ankaraobato, ny 28 mey 2017. Voalazan’ny fampitam-baovao avy amin’ny polisin’ny BC fa nisy nampandre izy ireo momba ny fisian’ny andian-jiolahy manafika eny Ankaraobato. Nandeha teny an-toerana avy hatrany ny polisy ka jiolahy roa no efa voatazon’ny fokonolona teny an-toerana ary efa nanomboka niharan’ny fitsaram-bahoaka raha tsy tonga haingana ny polisy niaro ny ainy. Nandritra ny fanadihadiana ireo jiolahy roa tratra ireo no nahalalana fa enin-dahy nitondra basy PA iray sy sabatra lavalela no nanafika tao amina tranona teratany Belza iray monina eny Ankaraobato. Lasan’ireo mpanafika ny vola tanaty sakaosy, antontan-taratasy maromaro sy finday efatra ary carte bancaire iray amin’ny anaran’ilay vazaha maty. Taorian’ny fanadihadiana ireo roa lahy tratra no nahafahana nisambotra ny namany efatra. Ny telo teny Antohomadinika raha tany Ambatolampy kosa ny iray rehefa nikasa hitsoaka any Fianarantsoa.

Nilaza ireo jiolahy fa noho ny fanambanan’izy ireo antsy ilay vazaha teo amin’ny lohany no nahafaty azy.

Jean Claude

News Mada0 partages

Analamahitsy : voasambotra niaraka tamin’ny basy ilay kaomanda sandoka

Voasambotry ny polisy misahana ny heloka bevava (BC) sakelika fahefatra teny Analamahitsy, ny alarobia teo ny lehilahy iray nisandoka ho kaomandan’ny Tafika Malagasy. Tratra tao an-tranony ny fanamiana miaramila sy basy PA iray  marika Mab 767…

 

Noraisim-potsiny ny lehilahy iray antsoina hoe Raymond Danny, 39 taona monina eny Analamahitsy izay nisandoka ho kaomanda ao amin’ny Tafika Malagasy. Araka ny fanazavan’ny polisin’ny BC, nahazo loharanom-baovao izy ireo fa misy miaramila mahafantatra fikambanan-jiolahy maro eny Analamahitsy. Nidina teny an-toerana ka nanamarina ny vaovao rehetra momba izany ny polisy ka fantatra fa tsy miaramila ity lehilahy ity fa mpisandoka. Voafitaka avokoa anefa ny olona rehetra eny amin’ny manodidina ny trano fonenany eny Analamahitsy fa hoe kaomanda tokoa izy. Nosamborin’ny polisy avy hatrany, araka izany, ity kaomanda sandoka ity. Nahitana fanamiana miaramila miaraka amin’ny galonana kaomanda sy basy PA iray marika Mab 767 miaraka amin’ny bala enina tao an-tranony nandritra ny fisavana nataon’ny polisy. Nilaza izy nandritra ny famotorana nataon’ny polisy fa entiny hanindriana olona sy hisolokiana fotsiny ireo fanamiana sy basy ireo. Niaiky izy fa nisandoka ho kaomandan’ny Tafika Malagasy. .

Jean Claude

News Mada0 partages

Tetikasa Miaro II : mila 7 tapitrisa dolara ho an’ny fanjarian-tsakafo

Manomboka izao, hiara-hiasa ny Ofisim-pirenena momba ny fanjarian-tsakafo (ONN), ny Fandaharanasan’ny Firenena mikambana momba ny sakafo, UNFPA, ny OMS ary ny FAO hametraka tetikasa momba ny fanjarian-tsakafo sy ny fahasalamana. Natokana ho an’ny vehivavy mitondra vohoka sy mampinono ary ny zaza enim-bolana hatramin’ny 24 volana 50 000 any amin’ny faritra atsimon’ny Nosy ny tetikasa Miaro. Tanjona ny hisoroka sy hitily ara-potoana ny fahataran’ny fitomboana sy hampihenana ny voka-dratsin’ny tsy fanjarian-tsakafo eo amin’ny vehivavy. Hoentanina manokana izy ireo hanatona tobim-pahasalamana rehefa hisafo sy hiteraka. Hizarana fanampin-tsakafo koa izy ireo rehefa misafo satria vao mitsaika ka hatramin’ny faharoa taony no mivelatra sy mitombo ara-batana sy ara-tsaina ny zaza.

« Mbola olana ny taha ambony ( 47,3%) amin’ny tsy fanjarian-tsakafo mitarazoka ka nanokanana ny asa amin’ny fanohanana ny reny sy ny zaza izany », hoy ny mpandrindra nasionaly ny ONN, Raveloharison Ambinintsoa.

Iarahan’ny sehatra maro ny tetikasa Miaro ahitana ny mpisehatra samihafa toy ny mpanentana eny ifotony. Hanara-maso ny fitombon’ny zaza isam-bolana toy ny mahazatra izy ireo. Hampirisihina koa ny renim-pianakaviana hanatona ny tobim-pahasalamana.

Tamin’ny andiany voalohany natao ny taona 2014-2016, napetraka ho an’ny distrikan’Ampanihy ny tetikasa Miaro. Nahazo tombontsoa  ny reny sy zaza 34 000. Nanohana ny asa ny fanjakana kanadianina sy ny consulat de Monaco sy Andorre. Ho an’ny andiany faharoa (2017-2019), mahatratrta 7 tapitrisa dolara ny sorabola ilaina.

Paikady iray ampiasaina manomboka izao (2017-2021) iadiana amin’ny tsy fanjarian-tsakafo ny fisorohana ny tsy fanjarian-tsakafo mitarazoka.

Vonjy A.

News Mada0 partages

Nampiasana vola 2 tapitrisa euros : vita ny tetikasa nifehezana an’Andralanitra

Nakatona tamin’ny fomba ofisialy, omaly, ny tetikasam-pifehezana ny toerana famarinana ny fako eny Andralanitra, izay novatsin’ny Agence française de développement (AFD) vola mitentina 2 tapitrisa euros. Naharitra 10 taona ity tetikasa ity ka tompon’ny asa ny kaominina Antananarivo Renivohitra niampy ny Samva izay nanana andraikitra lehibe tamin’ny fanatanterahana.

Maro ny  fotodrafitrasa vita toy ny lalana ao anatiny, tetezana, ny hangar sy ny tamboho manodidina ny toerana misy ny fakon’Andralanitra izay mirefy 1 km 600. Nisy koa ny fahazoana ireo fitaovana lehibe samihafa.

Mbola nampiofanina ireo olona marobe nivelona amin’ny  fakon’Andralanitra tany aloha. Niompana tamin’ny varotra, fambolena, fiompiana ary ny asa tanana ny fampianarana azy ireo. Nizarana vola 200 000 Ar nomena ireo olona nahavita fiofanana mba ahafahany manomboka manao zavatra aorian’ny fiofanana azony.

Efa misy raha teo ny zezika avy amin’ny fakon’Andralanitra sy ny fifehezana ny plastika. Anisan’ny nahavita tetikasa maro ho an’ireo olona nivelona tamin’ny fako koa i mopera Pedro, toy ny fanomezana  trano  tahaka ny Village Antaninarenina Andralanitra. Tafiditra tao anatin’ny tetikasa koa ny lafiny fitaizana mba hanana toetra mendrika hoentina miatrika ny fiainana.

Tsy hijanona hatreo anefa  ny tetikasa momba an’Andralanitra fa hisy indray ny mpiara-miombon’antoka vaovao. Hojerena manokana koa ny fifehezana ny setroka eny an-toerana izay mampitaraina ny manodidina.

Vonjy A

News Mada0 partages

CSB : mamely ny gripa H3N2, nampiana ny tahirim-panafody

Samy nahatsikaritra ny rehetra indrindra ny mpiasan’ny fahasalamana sy ny farmasianina fa maro ny mararin’ny gripa, amin’izao fotoana izao. Ho an’ireo mbola tsy voany, ilaina ny manao vaksiny miaro amin’ny gripa indrindra ireo tena marefo ara-pahasalamana toy ny kilonga madinika sy ny zokiolona.     

Fotoana mampirongatra ny aretina gripa isan-taona ny vanim-potoana ririnina. Manampy trotraka izany ny fiovaovan’ny maripana miseho ao anatin’ny tontolo andro. Ho an’ny toerana telo : Antsirabe, Antananarivo ary Toamasina nanaovana fanaraha-maso ny volana avrily lasa teo, 35 tao anatin’ny fizahana 1000 tratran’ny gripa avokoa teny amin’ny CSB. Niakatra ho 54 indray ny isa ny volana mey raha tranga 58 amin’ny fizahana 1 000 ny fetra ilazana fa mirongatra ny gripa, hoy ny fanazavan’ny tomponandraikitry ny minisiteran’ny Fahasalamana, omaly. Ny gripa type A/H3N2 no miseho eto Madagasikara amin’izao fotoana izao, izay azo adika ho gripa tsotra efa mpiseho mahazatra rehefa ririnina. Efa mailo avokoa ny mpiasan’ny fahasalamana eny amin’ny CSB rehetra amin’izao fotoana izao na mbola tsy misy aza ny mampanahy. Nampiana ny tahirim-panafody mety ilaina amin’ny fitsaboana ny gripa. Manana rafitra fanaraha-maso ny valanaretina isika ka efa fantatra mialoha ny gripa hiseho.

 

Naverina ny « thermomètre laser » eny Ivato 

Ho fiarovana ny mponina, haverina hasiana ny « thermomètre laser » eny amin’ny seranam-piaramanidina iraisam-pirenena ho an’ny olona miditra eto amintsika avy any ivelany. Efa nanana io fitaovana io isika ary ampiasaina isaky ny misy valanaretina ahina hiditra eto.

« Amin’ny ankapobeny, mila ampitomboana fotsiny ny hery fiarovan’ny vatana hanohitra ny virus mitondra ny gripa. Nefa matetika tsy ampy izany ka tsara ny manatona mpitsabo raha vao voan’ny sery fotsiny tsy hiitaran’ny aretina », hoy ny mpitsabo iray. Amporisihina koa ny olona marefo toy ny zaza enim-bolana hatramin’ny 5 taona, ny vehivavy mitondra vohoka, ny zokiolona 65 taona no ho mihoatra ary ny olona manana aretina mitaiza hanao ny vaksiny miaro amin’ny gripa raha mbola tsy voany amin’izao fotoana izao. Mety hitarika hatramin’ny fahafatesana ny gripa raha tsy voatsabo tsara ho an’ny vondron’olona marefo.

 

Mampidi-doza ny manao dokotera tenany

Ny tena olana miseho koa manao dokotera tenany mihinana fanafody efa fampiasany mahazatra ny marary fa tsy manatona mpitsabo ka lasa mitera-doza hafa indray, araka ny nambaran’ny mpitsabo. Fiarovana mahomby koa ny fampanarahana ny fitafy amin’ny maripana izay miovaova matetika. Mitombaka rahateo ny voankazo manampy ny hery fiarovana toy ny voasary, goavy ka entanina ny rehetra hihinana betsaka azy ireny.

Efa nanamarika rahateo ny sampana mpamantatra ny toetry ny andro eny Ampandrianomby fa ao anatin’ny vanim-potoana ririnina tanteraka isika manomboka ny volana jona hatramin’ny septambra. Nambaran’ny teknisianina fa mety hiakatra koa ny maripana indraindray.

 Vonjy A.

News Mada0 partages

Raha tsy voavaha ny olana … : hiverina hitokona ny ladoany ny 27 jona

Tapaka tamin’ny fivoriambe tsy ara-potoana nataon’ny Sendikàn’ny mpiasan’ny fadintseranana ny 1 jona teo fa omena fotoana hatramin’ny 26 jona 2017 ny fitondram-panjakana, hamahana ny olana. Hiverina hitokona maharitra izy rehetra manomboka ny 27 jona raha tsy mahazo valiny mahafapo avy amin’ny fitondram-panjakana.

Tsiahivina ny fitokonana fanairana efa nataon’ireo mpiasan’ny fadintseranana miombona ao anaty sendika ireo, ny 29 sy 30 mey lasa teo. Takin’izy ireo amin’izany ny tambin-karama voalaza fa tsy voaefan’ny fanjakana nanomboka ny taona 2013 ka hatramin’ny 2016. Anisan’ny takin’izy ireo koa ny fanovana fomba fikajiana izany tambin-karama izany manomboka izao.

Nisy ny fifanatonana teo amin’ny biraon’izany sendika izany sy ny minisitry ny Fitantanam-bola sy ny tetibola, Rakotoarimanana Gervais. Nangataka fotoana ny minisitra, taorian’izany fihaonana izany, hamaliana ny fangatahan’izy ireo. Hatramin’ny 26 jona io izany ny fotoana omen’ny sendika noho ny fitandroana fatratra ny tombontsoa ambonin’ny firenena. Nanaiky tsy nanohy ny fitokonana izay tokony natao ny 1 hatramin’ny 6 jona izy ireo. Naneho fisaorana ny mpikambana rehetra tsy ankanavaka manerana ny Nosy ny mpitantana ny sendika tamin’ny fiaraha-mientana nasehon’izy ireo amin’izany fitakiana ny zon’izy ireo izany.

R.Mathieu

News Mada0 partages

14 sy 15 jona ao Afrika Atsimo : hisy ny fihaonamben’ireo mpamatsy vola eto Madagasikara

 Taorian’ny fihaonamben’ny mpamatsy vola sy ny mpampiasa vola ho an’i Madagasikara tany Paris, ny volana desambra 2016, hisy ihany koa ny fihaonan’izy ireo ny 14 sy 15 jona ho avy izao any Johannesburg, Afrika Atsimo momba an’i Madagasikara ihany na « Investors conference for Madagascar ». Hatao ao Afrika Atsimo izany fihaonana izany, satria io ny firenena matanjaka indrindra ara-toekarena aty Afrika, ka saika any avokoa ny ametrahan’ireo orinasa vahiny matanjaka ny masoivohony aty Afrika. Hamafisina amin’izany fihaonana izany koa ny fiaraha-miasa amin’ny samy Afrikanina mpikambana ao amin’ny Sadc sy ny fifandraisana ara-toekarena manokana amin’i Afrika Atsimo.

Homena vahana mandritra io fihaonana io ny fampiroboroboana ny fiaraha-miasa eo amin’ny fanjakana sy ny sehatra tsy miankina, ny fiaraha-miasa eo amin’ny samy tsy miankina. Departemanta sy orinasa malagasy maromaro no handray anjara amin’io fotoana io hijery izay tetikasa hiaraha-miasa mahakasika sehatra maro. Laharam-pahemana tokony ho zahan’ireo mpampiasa vola amin’izany ny fambolena sy fiompiana, fanamboarana fotodrafitrasa toy ny lalana sy famokarana herinaratra. Avy amin’ireo sehatra ireo ny hahitan’ny Malagasy maro tombontsoa, indrindra ny any ambanivohitra, hampihena ny fahantrana.

Manomana izany fihaonambe izany ny OCSIF* ao amin’ny fiadidiana ny Repoblika tarihin-dRajaobelina Léon, ny minisiteran’ny Raharaham-bahiny, ny EDBM ary ny masoivohon’i Afrika Atsimo eto Madagasikara. Io OCSIF io no mpandrindra ny fanaraha-maso ireo fandaharanasa sy tetikasa hampiasam-bola, izay heverina laharam-pahamehana ataon’ny fanjakana sy ny sehatra tsy miankina.

R.Mathieu

OCSIF* : Organisme de coordination et de suivi des investissements et de leurs financements

 

News Mada0 partages

Revendications : le Sempidou lance un ultimatum au gouvernement

Les douaniers donnent un délai d’un mois à l’administration pour répondre à leurs revendications qui ont fait l’objet d’une grève d’avertissement de 48 heures les 29 et 30 mai derniers. Ils prévoient de reprendre la grève à partir du 27 juin prochain  au cas où leurs demandes ne seront pas satisfaites.

Les revendications des douaniers portant sur l’allocation des primes de motivation pour la période 2013-2016 et la révision du mode de calcul de ces primes n’ont pas été accordées. D’après sa déclaration d’hier, le Sempidou donne un délai d’un mois au ministère des Finances et du budget pour les régulariser, à l’issue d’une Assemblée générale extraordinaire (AGE) qui s’est tenue le 1er juin. Le syndicat compte reprendre la grève, et cette fois-ci, d’une manière illimitée à partir du 27 juin si aucune décision n’est prise.

«Le ministre des Finances et du budget a demandé du temps pour examiner les revendications des douaniers. Notamment si celles-ci correspondent aux textes en vigueur. Nous avons ainsi décidé de suspendre la grève», a avancé le président du Sempidou, Herizo Andrianavalona, lors d’une rencontre avec la presse au bureau du MFB à Tsaralalàna, hier.

Blocage des activités

En tout cas, la grève de 48 heures des douanes a causé un manque à gagner considérable pour les activités économiques au niveau national. Certaines régions ont été victimes de délestage en raison du retard d’approvisionnement de carburant dû à la grève des douaniers. Les opérateurs au niveau des entreprises franches ont également éprouvé des embarras pour les opérations d’import-export, ont avancé les syndicalistes, hier.

«Les discussions sur la régularisation de ces primes ont duré cinq mois maintenant. Nous donnons un délai supplémentaire d’un mois aux responsables pour satisfaire notre demande», a conclu le président du Sempidou.

Riana R.

 

News Mada0 partages

Conférence des investisseurs : nouvelle offensive en Afrique du Sud

Après la Conférence des bailleurs et investisseurs (CBI) en décembre dernier à laquelle une promesse de 6,4 milliards de dollars a été annoncée  par les Partenaires techniques et financiers (PTF) de Madagascar, une autre conférence se tiendra en Afrique du Sud les 14 et 15 juin prochains. Cette rencontre, organisée conjointement par le gouvernement malgache et sud-africain, sera axée principalement sur les investissements privés.

La délégation malgache menée par le président Hery Rajaonarimampianina sera composée de 60 personnalités, dont la grande majorité est constituée de représentants des groupements patronaux et les responsables des Petites et moyennes entreprises (PME). Par ailleurs, quelques ministres présenteront le contexte qui prévaut à Madagascar ainsi que les opportunités d’investissement. Du côté de l’Afrique du Sud, près de 80 grandes compagnies prendront part à cette conférence. Cette rencontre se tiendra  au siège du Development bank of southern africa (DBSA).

Opportunités

«L’Afrique du Sud est un véritable poumon économique de la région Afrique, de même que  l’Allemagne en Europe. Toutes les grandes compagnies réparties dans le monde sont représentées en Afrique du Sud. Il s’agit d’une opportunité à saisir pour Madagascar. D’autant que la Grande île a l’avantage de proximité car l’Afrique du Sud est à quatre heures de vol. Les investisseurs sud-africains peuvent donc suivre de près les projets lancés à Madagascar», a avancé le secrétaire d’Etat auprès du ministère des Affaires étrangères (MAE) chargé de la coopération et du développement, Bary Emanuel Rafatrolaza.

En effet, la nation arc-en-ciel est le premier pays ayant attiré le plus de projets IDE en 2016 d’après l’édition 2017 de l’étude «Attractiveness Program Africa», publiée par  le cabinet d’audit Ernst Young. Cette dynamique est surtout marquée par une forte augmentation des investissements étrangers dans le secteur des produits de consommation qui a enregistré 41 projets sur 19 en 2015.

Riana R.

 

News Mada0 partages

BOA : des conditions préférentielles aux PME

La Bank of Africa (BOA) compte se rapprocher un peu plus des Petites et moyennes entreprises (PME) à travers quelques projets lancés cette année.  «Une certaine réticence des PME à collaborer avec les banques est constatée à Madagascar. Alors que plus de 80% des entreprises formelles implantées dans le pays sont constitués de PME. La BOA compte dans ce cas apporter ses expertises pour apporter son appui à ces entreprises», a fait savoir la Directrice générale adjointe de la banque, Vololomanitra Rakotondralambo lors d’une rencontre organisée hier au centre commercial Akoor Digue. La BOA propose ainsi des conditions particulières préférentielles  aux PME malgaches depuis le début de l’année.

Par ailleurs, la banque poursuit sa politique de proximité auprès de sa clientèle. Avec les 88 agences réparties dans le pays, la BOA est actuellement présente dans les 22 régions du pays. Détenant 26% de parts de marché à Madagascar, une croissance des activités de la banque a été constatée ces trois dernières années. Dans la foulée, la banque a remis des lots aux gagnants lors d’un concours organisé en  mai dernier.

Riana R.

 

News Mada0 partages

Nation : le MFM exige une révision de la Constitution

Conscient de la dégradation de la situation actuelle, le parti MFM, dirigé par son président national Manandafy Rakotonirina, est sorti de son silence. «Nous exigeons une révision de la Constitution avant la fin de l’année. Cette responsabilité incombe au président de la République, aux députés et aux sénateurs. Il n’est nullement besoin de créer une assemblée constituante car ce sont les politiciens sans portefeuille qui voudront la composer ». Une déclaration de Manandafy Rakotonirina, lors d’une rencontre avec la presse hier à Anosy.

Le MFM reconnaît que rien ne va au pays et qu’il est temps de responsabiliser les structures de base. «Donnez le pouvoir aux présidents de fokontany car eux aussi sont des élus», selon le MFM.

Nadia

 

News Mada0 partages

Kitra – «Champion’s league d’Europe» : famaranan’ny andrarezina ny an’ny Real sy ny Juventus

 Hifantoka any Pays des Galles avokoa ny sain’ny mpitia fanatanjahantena, indrindra fa ireo mpiondana ny baolina kitra, amin’izao faran’ny herinandro izao. Hiady ny amboaran’ny “Champion’s league” ao Eoropa ny Juventus sy ny Real.

Ho fantatra, anio alina ao amin’ny kianja Cardiff, izay hibata ny amboaran’i Eoropa na ny « Champion’s league», taranja baolina kitra. Hifanandrina amin’izany ny Real de Madrid avy any Espaina sy ny Juventus de Turin Italia. Hangotraka tokoa ny fihaonana satria adin’ny ekipa samy andrarezina ity.

Samy manana ny mampiavaka azy ny andaniny sy ny ankilany. Ny Juventus, malaza amin’ny hamafin’ny fiarovantena. Porofon’izany, tsy nampidirana afa-tsy baolina 3 monja, tao amin’ny masonaraton’izy ireo.

Nahavita lalao 12 ny Juventus, nandritra ny “Champion’s league” ka in-9 nandresy ary ady sahala intelo. Tsy mbola resy mihitsy kosa tamin’ireo lalao rehetra nataony.  Ny Real kosa, tompon’ny fanafihana. Matanjaka ary malaza amin’ny famonoam-baolina. Saika nitondra ny isa mavesatra hatrany izay nifanehatra taminy.

Hiverina indray, amin’ity, ny famaranana tamin’ny taona 1998, nikatrohan’ny roa tonta. Raha tsiahivina, nandresy tamin’ny isa tokana 1 no ho 0, tamin’io, ny Real. Nilalao tao amin’ny Juventus, tamin’izany, i Zidane, mpanazatra ny Real amin’izao fotoana izao.

Hatreto, manantombo amin’ny isan’ny fandresena ny Madrilenes raha teo amin’ny fifandonan’ny roa tonta mivantana. Efa in-11 nandrombaka ny “Champion’s league” ny Real raha indroa monja nahazo izany ry zareo Juve dia ny tamin’ny taona 1985 sy ny tamin’ny 1996. Hitsara ny fihaonana anio, ilay Alemà, Felix Brych.

Tompondaka

 

News Mada0 partages

Jeux de la francophonie : les sprinteurs malgaches dans les «starting blocks»

Pas de doute ! L’athlétisme malgache misera sur les courses de vitesse lors des prochains Jeux de la Francophonie qui auront lieu, du 21 au 30 juillet 2017, à Abidjan, Côte d’Ivoire.

D’après les informations reçues, la majorité des 14 athlètes engagés à ce grand rendez-vous sont des sprinteurs qui ont réalisé les minima requis aux 100 m, 200 m et 400 m, à l’exception d’Ali Kame (Decathlon), Hery Tiana Rakotoarimanana et Nicolas Rakotoniaina (3000 m steeple).

Parmi ces sprinteurs, seuls quatre d’entre eux participeront à deux courses, en l’occurrence Tommy Harold Tadahy (100 m et 4×100 m), Sylvain Benandro (200 m et 4×400 m), Todisoa Franck Rabearison (400 m et 4×400 m) et Florent Ravelomanana (200 m et 4×100 m). La preuve que la Fédération malgache d’athlétisme (FMA) met également en avant les courses de relais à Abidjan en alignant deux équipes aux 4×100 m et 4×400 m.

Et force est de constater que la gent masculine compose la quasi-totalité de la délégation malgache en lice. En effet, seule la sprinteuse Françoise Dedy Tsaravola a obtenu le minima pour ces Jeux dans la catégorie féminine sur 100 m, pour la classe d’âge autorisée. La présence des anciennes gloires du sprint malgache à la tête de la délégation s’avère un choix judicieux. D’après les informations émanant de la fédération, Toussaint Rabenala et Hanitra Rakotondrabe feront office respectivement de dirigeant et de coach.

Naisa

Tadahy Tommy Harold (100m, 4x100m)

Benandro Sylvain (200m, 4×400)

Rabearison Todisoa Franck (400m, 4x400m)

Randrianarivo Joany Faniry Tiavina (4x100m)

Randriatiana Stenny Haris (4x100m)

Raherindrainy Lucka Mackastro (4x400m)

Kame Ali (Decathlon)

Rakotoarivelo Tahina Olivier (4x400m)

Rakotoarimanana HeryTiana (3000m Steeple Chase)

Rakotoniaina Nicolas (3000m Steeple Chase)

Bezara Jean Robert (4x400m)

Ravelomanana Florent (200m, 4x100m)

Dedy Tsaravola Francoise (100m)

Andriatsilavina Jeremy Eric (4x100m)

 

News Mada0 partages

Hippisme : les courses repartent de plus belle

Un repos bien mérité et c’est reparti ! Cinq épreuves sulfureuses sont à l’affiche de la prochaine réunion organisée par l’Autorité hippique pour les courses et l’élevage des chevaux à Madagascar (Ahcel), à l’occasion de la journée de la Pentecôte à l’hippodrome de Mahazina. Toutes les bêtes de course et les meilleurs jockeys ne failliront pas au rendez-vous. La première course (le prix Saint-Pierre) sera disputée sur une distance de 1.300 m, suivie du prix Saint-Marc (1.400 m), du prix Saint-Luc (1.500 m) et du prix Saint-Jean (1.600 m). La cinquième et dernière course sera disputée sur un parcours long de 1.700 m et est réservée aux chevaux de 4 ans et plus dans la catégorie I et II.

D’après les responsables de l’Ahcel, «On assistera à une bataille acharnée entre Nabab, l’Oiseau Bleu, Kamar’all Star, en lice pour décrocher le Grand prix de la Pentecôte. Les grands jockeys, à l’image de Patrick Rakotoarivelo, Eric Ravelonjanahary ou encore Nicot Ramiliarimanga, seront également sur la ligne de départ». Pour la première épreuve, Hejerenasoa sera sous la selle de Jean-Baptiste Rakotohanja et dans l’arène avec Littissia de Sedera Ranaivoarisoa, Oiseau d’or de Patrick Rakotoarivelo et Erinamitasoa Faniry chevauché par Rabearivelo.

Patrick, Sedera et Jean-Baptiste seront de nouveau au départ de la seconde course pour étoffer les rangs de Nicot Ramiliarimanga, Norbert Manantsoa et Fenohasina Ralaiarijaona. La 3e course s’annonce également intéressante dans la mesure où une tirelire de 115.000 ariary est à la clé au Quinté spécial. Les primes seront âprement disputées entre Noblesse de Carmen de Gil Chézard Ralaivonitsara, Nayade associé à Rabearivelo, Jean-Baptiste sur Koldikova, Madona de Nicot, Osarus chevauché par Patrick, Negus de Norbert ainsi que Noris Fairy de Rivoson Andrimaparany.

Rojo N.

 

News Mada0 partages

FIBA 3X3 : un championnat national à toutes les sauces

La deuxième édition de la joute nationale du basket à trois s’annonce piquante ! La Fédération malgache de basket-ball (FMBB) propose un menu très éclectique et pour tous les goûts. Si la compétition chez les seniors hommes reste dominante, la joute chez les U18 garçons et dames n’est pas en reste.

En effet, chez les U18 garçons et dames, 16 équipes de chaque seront attendues. Les 16 premières inscrites pour ainsi dire. Comme la Fiba 33 est une compétition de masse, le jeu est ouvert à tous les joueurs qu’ils soient licenciés ou non. Du 22 au 24 juin prochain, le public sera donc bien servi avec quatre catégories qui se succèderont sur les terrains intérieurs et extérieurs du gymnase d’Ankorondrano dans une ambiance festive où sport et animation musicale seront en symbiose totale.

Analamanga en force

Dans la catégorie seniors hommes, les tournois de qualification au niveau de chaque ligue battent leur plein actuellement, à l’exception de celle d’Analamanga qui a déjà rendu son verdict. Avec quatre formations dans la course, elle aligne le plus grand nombre d’équipes, entre autres Cosfa, Mpirahalahy ou encore Cospn. Boeny suit de près avec dans la peau du favori de la compétition, le champion en titre qu’est l’ASCB. L’autre équipe de cette ligue sera connue incessamment vu que le tournoi de qualification se déroule actuellement dans la ville des Fleurs.

Naisa

 

News Mada0 partages

Film : « Benja kely 2 » sortira en salles, lundi

Après cinq mois de travail acharné, la maison de production est enfin prête à présenter le deuxième volet de «Benja kely». Ce film sortira dans les salles de cinéma de la capitale, plus précisément au Roxy, Rex et Ritz, lundi prochain. «Pour le moment,  la tournée nationale prime et la version DVD du film attendra», a annoncé Elysée Rafaralahy de Maki Prod. Ainsi, après la sortie officielle à Antananarivo, le film sera projeté à Toamasina, le 18 juin, puis à Mahajanga le 16 juillet.

«Benja kely 2 : Zioga» est au fait la suite de l’histoire d’un homme dénommé Benja qui a tué son fils et a été incarcéré.  Sorti de prison, il rencontre un autre problème, sa maison et tout son quartier ont été dévastés par le cyclone. Devenu sinistré, Benja kely essaie de survivre dans cette nouvelle vie. «L’action se passe dans la prison d’Antanimora et nous avons mobilisé de vrais agents pénitentiaires et plus de 1 500 figurants. Au final, nous avons dépensé 80 millions d’ariary pour réaliser ce film», a-t-il conclu.

Holy Danielle

 

News Mada0 partages

Pérégrinations hebdomadaires : menace de forte houle

On pourrait penser qu’il ne s’agit que de vaguelettes inoffensives, mais l’accélération du rythme des apparitions de manifestations de mécontentement dans diverses activités et la détermination exprimée par les

« révoltés sociaux » ne sont pas faites pour apaiser le climat à l’entame de ce mois de Juin. Des prophètes éclairés de leurs sciences annoncent des lendemains sombres, du style Madagascar promis à se démarquer du groupe des pays à la traine et prendre le 1er rang du classement établi à partir des critères de pauvreté. Triste perspective, sans toutefois constituer une surprise, ça ne devrait toutefois aggraver davantage la coupe de désespoir déjà pleine. Les classements et comparaisons ne parlent plus à l’opinion, tout juste si la myopie qui atteint un grand nombre à force de faire face à une accumulation de difficultés qui leur pendent au nez, permet à la population de voir flou des exemples de ce qu’il faut éviter de faire ou des modèles propres à inspirer des rêves.

Solution projetée pour la sauvegarde du 26 Juin

Pas de miracle d’un changement, on reprend les vieilles recettes. En considérant une multiplication des mouvements sociaux et les manifestations de colère de certaines catégories de la population, le gouvernement recourt aux mesures classiques faites de menace et de restriction de liberté. La fête sera ! Quel qu’en soit le prix les officiels célébreront la fête nationale, quitte à la fêter tristounet mais loin des dangers dans leur palais, privant des flonflons habituels la populace.

La disposition prise d’interdire toute manifestation publique le long du mois de juin présente l’avantage de faire un peu plus dans l’hypocrisie, comme si le reste du temps régnait une pleine liberté de manifester. Dans la réalité tout au long de l’année pas une manifestation pour exprimer revendication ou colère ne parvient à obtenir les autorisations requises indispensables à une tenue en toute légalité. Contradictoirement, aussi étonnant que cela puisse paraitre, aussi démunis que soient les gens dans leur majorité pour pouvoir célébrer dignement selon leur entendement  cette date, la population incline à vouloir faire sienne la Fête de l’Indépendance, et les frustrations en cette circonstance ne font que gonfler d’intensité une colère sourde qui repose sur un trop plein de restrictions et de sacrifices imposés par une crise sans fin sous différentes formes.

Un train qui fait rêver

La fin des travaux de construction d’une nouvelle ligne reliant Mombassa à Nairobi a retenu une attention particulière dans l’actualité internationale hebdomadaire en signant le début d’une modernisation du réseau ferré kenyan. Aucun chantier d’égale envergure n’a été entrepris dans ce pays depuis son indépendance. Venant d’ici cette remarque ne veut valoir que de constat sans idée d’apporter une appréciation quelconque, prétention qui renverrait illico à devoir tourner le regard chez soi.

En ce domaine il y a beaucoup à dire. On note certes des efforts efficaces entrepris  par Madarail pour assainir le complexe des infrastructures que la RCFM avait laissé péricliter des décennies durant. Mais le seul dynamisme de cette entreprise  ne saurait mener loin si le pouvoir ne manifeste une réelle volonté politique d’investir dans le domaine des rails. Une fois encore le pays risque de prendre du retard. Bien avant la fin du siècle précédent, la voie ferrée a eu le vent en poupe et recouvré ainsi une nouvelle jeunesse. Dans nombreux pays à travers le monde les décideurs ont favorisé et persévèrent à privilégier l’entreprise de grands chantiers  pour densifier par de nouvelles lignes le réseau ferré. Ce renouveau du rail concerne autant le transport urbain, les liaisons inter-métropoles que le désenclavement des régions reculées. Et si par-dessus ces considérations, les travaux que requiert l’entreprise de ces chantiers, en même temps qu’ils œuvrent pour l’ouverture de nouvelles lignes, à la fois ouvrent sur d’immenses perspectives de créations d’emploi. Peut-être que ça ne constitue que des prospectives au regard des politiques, les acteurs en ce domaine dans une grande majorité n’accordent grand intérêt que pour les actions qui paient dans l’immédiat rubis sur l’ongle, de préférence sous table.

Léo Raz

 

News Mada0 partages

Madagascar il y a 100 ans : nouvelles sensationnelles

Les câblos du 15, transmis par Havas, n’ont pas été sans cause de vives émotions en ville, et nous pouvons ajouter, sans crainte de nous tromper, dans la colonie entière.

Après nous avoir fait connaître la veille le décès de M. Picquié, elle nous annonce la nomination d’un nouveau Gouverneur Général. Grâce à l’étourderie, – pour ne pas dire autre chose, – des faux cols préposés au télégraphe, qui fait dire par Havas que ce Gouverneur est un nommé Pétain.

Enfin, après quelques heures d’anxiété, une dépêche rectificative fait connaître que le Gouverneur désigné pour venir à Madagascar est

Merlin, gouverneur de l’Afrique équatoriale où M. Angoulvant est appelé à le remplacer.

Le général Pétain, chef d’État-Major la veille, est nommé Généralissime, à la place du général Nivelle appelé au commandement de corps d’armée. En même temps, le général Foch est désigné pour remplir les fonctions de chef d’État-Major général.

Les motifs de toutes ces nominations ?…

La Tribune arrivée sur ces entrefaites nous donne quelques explications, du moins en ce qui concerne le changement de Gouverneur à Madagascar.

Garbit ayant demandé, avec insistance, son rappel en France, pour qu’à son tour il lui fût permis de remplir son devoir sur le front, tous les corps constitués de la Colonie, assistés de notabilités malgaches, – aussitôt connue cette démarche, – s’étaient empressés de se réunir, et après un vote unanime, ils avaient adressé au Président de la République et au Ministère des Colonies un télégramme les suppliant, au nom des intérêts supérieurs de la Colonie, de ne pas accéder à la demande de M. Garbit, et au contraire de le titulariser comme Gouverneur Général de Madagascar, en raison des services rendus par lui, et surtout ce ceux qu’il est appelé à rendre, en raison de sa longue expérience et de sa connaissance des choses malgaches.

Ce télégramme ne sera-t-il pas arrivé à temps, ou bien M. Maginot et le Président de la République ont-ils estimé que les desiderata de M. Garbit devaient passer avant les intérêts de la Colonie ? Nous le saurons prochainement sans doute. Dans tous les cas, il sera fort difficile de revenir sur les mesures prises ainsi officiellement, et la colonie risque fort de voir M. Garbit la quitter.

Le Tamatave

www.bibliothequemalgache.com

 

News Mada0 partages

YALI Madagascar : place au marathon de nettoyage

Dans le cadre de la célébration de la Journée mondiale de l’environnement, les jeunes engagés dans le programme «Youth African leaders initiative, regional leadership center Southern Africa Madagascar (Yali RLC SA Alumni)» organiseront ce 10 juin un événement intitulé «Global cleaning day Madagascar» dans la capitale.

«C’est un marathon de nettoyage, partant du parvis de l’Hôtel de ville d’Antananarivo jusqu’au jardin d’Ambohijatovo», selon les explications du coordinateur du programme Yali RLC SA à Madagascar, Toavina Ravel. Une initiative à une action citoyenne où tout le monde est invité à participer. Dans la foulée, une séance d’apprentissage de recyclage des ordures ménagères suivra ce marathon de nettoyage.

Yali Madagascar travaille en collaboration avec le ministère de la Jeunesse et du sport ainsi que GreenNKool, une entreprise sociale œuvrant dans l’environnement, pour la réalisation du «Global cleaning day Madagascar».

Sera R

 

News Mada0 partages

La grippe H1N1 à la porte de la grande île : un système de veille sanitaire mis en place

La Grande île adopte les mesures de prévention nécessaires pour empêcher une éventuelle propagation du virus de la grippe H1N1 dans le pays, laquelle a fait trois autres victimes de plus hier à l’île Maurice. Ainsi, un système de veille sanitaire est mis en place au niveau des frontières pour prévenir toute contamination.

Les responsables rassurent le public. Le ministère de la Santé, via le directeur de veille sanitaire et de surveillance épidémiologique (DVSSE) du ministère de la Santé publique, le Dr. Mahery Ratsitorahana, a démenti les rumeurs qui circulent, comme quoi la grippe H1N1 est déjà dans nos murs. « Les cas de forte grippe enregistrés ces derniers temps dans le pays ne sont pas dus au virus H1N1 mais plutôt du H3N2 », a-t-il précisé, hier, lors d’un entretien téléphonique.

Ces rumeurs ne sont toutefois pas sans fondement dans la mesure où le ministre de la Santé mauricien Anwar Husnoo lui-même l’a soulevé dans son discours lors d’une cérémonie qui s’est déroulée sur place que « …Le virus n’est pas présent uniquement à Maurice où onze cas, dont deux décès, ont été détectés jusqu’ici, mais aussi à la Réunion et à Madagascar, entre autres… ». En tout cas, le DVSSE a fait savoir que, « Le ministère de tutelle adopte déjà les mesures nécessaires pour empêcher une éventuelle introduction de ce virus dans le pays, en mettant en place un système de veille sanitaire au niveau des frontières, notamment à l’aéroport international d’Ivato ».

Mise en quarantaine

A ce propos, l’usage des thermomètres Laser  au niveau de l’aéroport est de retour pour détecter les éventuels porteurs du virus. « Tous les passagers en provenance des îles sœurs, notamment Maurice et la Réunion, devront  passer ce test et ceux qui présentent le premier symptôme de la maladie, notamment une forte fièvre, seront toute de suite mis en quarantaine pour une prise en charge adéquate et pour éviter la contamination avec d’autres sujets », a évoqué notre source.

Outre ces dispositions, ce responsable n’a pas manqué de sensibiliser tout un chacun à adopter les mesures de précautions à son niveau pour faire face à la grippe saisonnière de type H3N2 qui sévit actuellement dans le pays avec une nette recrudescence, en mangeant bien et en se faisant vacciner, surtout les enfants et les personnes âgées.

Contre toute attente, le pays s’approche du seuil de l’épidémie. Après un suivi mené au sein des Centres de santé de base (CSB), notamment à Antananarivo, Toamasina et Antsirabe, au mois d’avril, 35 consultations sur 1.000 étaient des cas de grippe. Ce chiffre a augmenté de 54 sur 1.000 consultations au mois de mai si le seuil pour déclarer un cas d’épidémie se situe à 58 pour 1.000.

Fahranarison

 

News Mada0 partages

Développement participatif : les natifs du Manendy à l’œuvre

La population décide de s’élancer dans le développement dans la commune rurale de Mahitsy. Le fokonolona réalise actuellement les projets décidés lors d’une Assemblée générale organisée récemment sous  l’égide de l’association des natifs du Manendy à Ankazo.

Les travaux de réhabilitation de la route communale reliant les communes d’Ivato-Aéroport, Ambohimanjaka et Mahitsy ont débuté cette semaine dans le fokontany d’Ankazo-Mahitsy. Sensibilisés sur la notion de développement participatif et de responsabilité partagée par l’association Zanak’i terak’i Manendy-Anosivola-Moriandro-Mahitsy (Ztem-Amor), les fokontany desservis par cet axe ont décidé de prendre en charge la réalisation du projet en attendant d’hypothétiques aides de l’Etat.

Contributions

Pour motiver ses membres dans ces travaux à Haute intensité de main-d’œuvre bénévole, le président de l’association, Maminiaina Johnny Rakotondranaly, a décidé de financer la restauration des volontaires à titre de contribution supplémentaire au développement de la circonscription. Ce leader des natifs du Manendy a, en outre, promis de prendre en charge la réhabilitation du barrage d’Andohanosy, indispensable à l’irrigation de plus de 200 hectares de rizières dans la zone d’Anosivola pour améliorer la production rizicole des familles. Le projet va démarrer bientôt, selon ses explications, après une descente des techniciens sur les lieux pour établir le devis des travaux.

Enfin, dans un souci d’efficacité, le président de l’association a décidé de doter tous les villages de la zone d’Anosivola de système d’alerte pour lutter contre la recrudescence de l’insécurité. Dans ce cadre, il dotera donc chaque fokontany d’une centaine de lampes de poche et de sifflets, et le fokontany d’Ankazo a été le premier servi au cours de l’inauguration officielle de son magasin de stockage, mercredi dernier.

Manou

Tia Tanindranaza0 partages

SOSIALY

Lehilahy roa nikasa hanamboatra ny tambazotra-tserasera ana orinasam-pifandraisana iray teny Ankorondrano teny afaka omaly hariva no nidirana lehilahy bokonozatra mivantana tao anaty fiara.

Rehefa tsy nahafa-po ireo mpivarotra fiakarakodia efa nampiasaina ny famindran'ny kaominina Antananarivo renivohitra azy ireo toerana etsy Antanimbarinandriana dia fantatra fa manitatra any amin'ny toeran-kafa indray izy ireo ankehitriny. Saika feno azy indray amin'izao fotoana izao ny etsy amin'ny 67 ha manoloana ireo mpivarotra hani-masaka marobe ka  mila tsy ho azo aleha intsony ny sisin-dalana.

Manomboka feno indray ny lakan-dranon'Andriantany mandalo etsy Andohatapenaka amin'izao fotoana izao.  Mila diovina anefa ity lakan-drano ity noho ny hamaroan'ny fako sy ny loto mameno azy. Vokany, tafiditra hatrany an-tokantranon'ny mponina ireo rano maloto ka lasibatry ny aretin'ny taovam-pisefoana avokoa ny ankamaroan'ny ankizy madinika. Mahatsiaro ho sahirana ihany koa ny vahiny noho ny rano efa tafakatra hatreny an-kitrokely.

Manomboka miverina mian-dalana indray ireo mpivarotra amoron-dalana etsy ambonin'ny tetezan'Ampasika. Ireo mpivaro-kena no tena betsaka amin'izany raha efa nanomboka nandao ny toerany ihany koa ireo mpivarotra legioma. Raha araka ny fanadihadiana natao dia noho ny tsy fahatomombanan'ny toerana namindran'ny kaominina azy ireo no anton'izao fiverenan-dalana izao.

Hasiam-panamboarana ny am-pahan-dalana miazo ny fiangonana FJKM Ambanilalana, kaominina Itaosy. Atao rarivato tanteraka izany entina hanampiana ireo mpampiasa lalana amin'ny fivezivezezna indrindra mandritra ny fotoam-pahavaratra. Haharitra amam-bolana ny asa.

Efa nahazo vahana sahady nanomboka omaly ny fitohanana eto an-drenivohitra. Tsy vitsy mantsy ireo efa nandeha nivoaka niantsena noho ny fahatongavan'ny fetin'ny Pentekosta ankoatra ireo mikarakara mofomamy sy mividy fitafiana. Mifanohitra amin'izay kosa ireo mivoaka ny renivohitra izay fantatra fa vitsy dia vitsy tokoa raha oharina tamin'ny fetin'ny Paska lasa teo.

 

Mihorohoro avokoa ireo mponina eny Ambaniala Itaosy amin'izao fotoana izao. Poa-basy tsy nifandrenesana mantsy no nitranga tany an-toerana ny Alakamisy alina lasa teo noho ny firongatry ny mpamaky ny trano. Ankoatra izay dia fantatra ihany koa fa tsy azo handehanana intsony ao amin'ity Fokontany iray ity raha vao manomboka ny amin'ny 08 ora alina.

 

Efa teny ambony fiara fitaterana, hitsoaka ho any Fianarantsoa no voasambotra tetsy Ambatolampy ny iray tamin’ireo namono teratanay Belge tetsy Ankaraobato. Enin-dahy izy ireo no tompon’antoka tamin’ity vonoan’olona ity. Vaky trano mba hahazoana ny entana sy vola tao anatiny no tanjon’ireo jiolahy kinanjo niafara tamin’ny heloka bevava izany. Efa voasambotra izy enin-dahy, nanampy betsaka tamin’izany ny fokonolona satria ny roa tamin’ireo dia ny olona no nahasambotra azy. 

POLITIKA

Nivoaka tamin’ny fahanginany i Manandafy Rakotonirina ary mitaky avy hatrany ny fanintsiana ny lalam-panorenana alohan’ny fiafaran’ity taona ity. Izany dia tokony hatao alohan’ny fifidianana filoham-pirenena ary mikendry ny tsy hisian’ny korontana intsony eto amin’ny firenena, raha araka n heviny. Nanome soso-kevitra ihany koa izy ny amin’ny hirosoana amin’ny fifidianana sefom-pokontany alohan’ny fiafaran’ny taona. 

 

Nisy solotenan’ny fitsarana sy mpandraharan’ny fonja koa nalefa maika any Manakara mba hamono  afo, mahakasika ilay ady mivantana eo anivon’ireo sehatra roa ireo. Raha araka ny nambaran’ny minisitry ny fitsarana dia Inspektera roa avy eo amin’ny minisitera tompon’andraikitra no nalefa any. Raha tsiahivina dia fikomiana sy fanakorontanana nataon’ny mpiandry fonja no niseho rehefa nisy ny didim-pitsaran famonjana ny naman’izy ireo. 

 

Manam-boninahitra sandoka nosamborina. Manana basy izy, manana fanamiana miaramila ary ananany hatramin’ny satroka sy grady. Milaza ho komandà eo anivon’ny tafika Malagasy izy ary dia izay avokoa no hahafantaran’ny olona azy. Misoloky sy mandrahona olona etsy sy eroa izy mba hahazoana vola. Milaza ihany ka fa mahafantatra ny misy ny jiolahy maro. Nohamarinin’ny BC ny momba azy ary teo no fantatra fa mpisandoka ilay rangahy. Fisandohana andraikitra, fisolokiana, fitazomana basy tsy ara-dalàna. Ireo ny vesatra voalohany mianjady aminy.

 

FITSARANA

 

Hosamborina ary hofonjaina vonjimaika avy hatrany (MD systématique) izay voakasiky ny halatra na trafika lavanilina maintso na koa voarohirohy amin’izany. Ny minisitry ny fitsarana no nanamafy an’izany omaly tany Toamasina. Hatreto dia efa nisy mpitandro ny filaminana, mpisolovava ary olon-tsotra naiditra am-ponja noho izany antony izany. Nilaza koa anefa ny zandary avy ao Toamasina fa hisambotra tompon’andraiki-panjakana maromaro sy mpitandro ny filaminana hafa ao amin’ny faritra iadidiany ato ho ato. 

 

 

Hitokona koa ny mpiraki-draharahan’ny fitsarana manerana ny nosy manomboka ny alakamisy 8 jiona hoavy izao. Fitokonana tsy voafetra izany noho ny antony filazan’izy ireo fa tsy mba misy tontosa ny dingana avy amin’ny fanjakana dia ny fanondrotana andraikitra izany. Tsiahivina fa ny didim-pitsarana rehetra sy ny taratasy mandeha amin’ny tribonaly dia tsy misy manan-kery raha tsy mandalo mpiraki-draharaha. 

 

 

Nisy nitarika korontana tao amin’ny tsenan’omby Tsiroanomandidy. Olona manodidina ny efapolo isa izay notarihan’I Randimbitelison William no nanakana ny fivarotana omby ankoatry ny omby avy any Melaky. Nosakanan’izy ireo ny fampiakarana ny omby anaty kamiao mba entina aty an-drenivohitra. Faran’izay haingana dia namoaka didy fampisamborana ny fitsarana tao an-toerana ary nosamborin’ny zandary ny tenany. Filohan’ny fikambanana foko 18 I Randrimbitelison William.

 

 

TRANGAM-PIARAHAMONINA

Nivadika ny fiara tsy mataho-dàlana izay an’ny mpampianatra eo anivon’ny oniversite ao Toliara. Vokatr’izany dia nisy olona iray maty tao anatiny ary nisy telo hafa naratra ihany koa. Tany Miandrivazo no niseho ity lozam-pifamoivoizana ity. 

 

FANATANJAHANTENA

Anio no hanomboka ny fifaninanana iraisam-pirenena amin’ny taranja Judo izay hotontosaina etsy Ankorondrano. Timad no hiantsoana azy ary any amin’ny sokajy minime dia efa misy ny fifaninana. Isan’ny mampiavaka azy ny hahafahan’ny rehetra izay sahy mandray manjara fa tsy voatery ho ao anatin’ny ekipam-pirenena ihany akory.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fanomezana vatsim-pianaranaHiara-kiasa amin'ny orinasa Mex ny ESCAME

Hiara-kiasa akaiky manomboka izao ny sekoly ambony ESCAME ( Ecole Superieure de Comptabilités d'administration et de Management d'Entreprise) eny Ambaranjana sy ny orinasa

MEX avy any Népale izay misehatra manokana amin'ny fanomezana vatsim-pianarana ho an'ny mpianatra. Hisandrahaka amina asa maro loha ny fiaraha-miasan'izy ireo toy ny fanatsarana ny kalitaon'ny fampianarana ka hisy mihitsy ny fifanakalozana mpampianatra sy fandaharam-pianarana mandritra izany. Hisy ihany koa ny fanatsarana ny fitaovana hampiasain'ny sekoly arahin'ny fanatsarana ny foto-drafitrasa mba hanaraka ny fenitra iraisam-pirenena. Ho avy tsy ho ela ihany koa raha araka ny fanazavan'ny filoha mpanorina ny sekoly ambony ESCAME Marc Ramiarinjatovo ny fiaraha-miasan'ity sekoly ambony iray ity miaraka amindry zareo any Dubai. Tsiahivina moa fa ny orinasa Mex izay efa misy sampana eto Madagasikara dia miasa rano fotsiny amin'ny fanaraha-maso ny fiakarana sy ny fidinan'ny vidin'entana eo anivon'ny tsena iraisam-pirenena mba hahazoana tombontsoa ara-bola. Ireo mpianatra mandalina manokana ny momba ny banky no tena tsinjoviny amin'izany ka anisan'ireny ireo mpianatry ny ESCAME. Tontosa omaly teny Ambaranjana ny sonia fifanekem-piaraha-miasa teo amin'ny roa tonta, an-daniny ny filoha mpanorina ny sekoly ambony ESCAME Marc Ramiarinjatovo, an-kilany ny tale jeneralin'ny orinasa Mex eto Madagasikara  Andriamatoa Tsiory Malalajaona.

 

Pati

Tia Tanindranaza0 partages

Fitadiavana famatsiam-bolaHitalaho any Afrika atsimo indray

Taorian’ny tamin’ny desambra 2016 tany Paris dia hisy indray ny fikaonandohan’ny mpitondra Malagasy amin’ny mpampiasa vola sy ny mpandraharaha antsoina hoe « Investors Conference for Madagascar », hatao any Johannesbourg Afrika Atsimo ny 14-15 jona, ka ny vovonana ara-toekerana EDBM (Economic Development Board of Madagascar) no hiara-hisalahy amin’ny fanjakana amin’ny fanatanterahana azy io.

 

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fitaterana an-dranomasinaNanamafy ny fahaiza-manaon’ireo ekipa any Nosy-Be ny APMF

Hetsika ara-kolontsaina iray tena malaza eto amintsika ny Donia isan-taona. An’alin-kisa mantsy ireo olona avy any amin’ny faritra sy firenena maro samihafa tonga any Nosy-Be mba hijery fotsiny ity Festival ity.

 

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Izay vao nisy tonony !

Izay indray izany vao mba nahenoana tononkira vaovao ny tontolo politika eto Madagasikara raha fiverimberenan-javatra efa hila hankaleo na nankaleo ny sofin’ny valalabemandry mihitsy aza no saika re lalandava ny taona 2016 no nankaty raha nanomboka nipoipoitra daholo ireo karazam-bovonana sy antoko izay nijoro ho nanohitra ny zava-misy sy ny fitondrana.

 

 Marina fa samy nilaza ho resy lahatra ny amin’ny maha tsy azo hihodivirana ny famerenana ny fahefana amin’ny eny ifotony avokoa izay rehetra nitabataba hatreto ary isan’ny niverimberina koa ny hoe mila atsahatra faran’izay haingana izao fitondrana mijoro izao. Atomotra ihany anefa ity ny 2018 izay taom-pifidianana, hoy ny avy eo anivon’ny fitondram-panjakana saingy mbola tsy hita ihany hoe nirodana nankaiza ilay fitondrana ary nitondra inona ireo hetsi-panoherana miseho hatreto. Omaly iny izany vao mba nisy tononkira indray ilay fiverenana efa saika ho dridrangilo tao ho ao saingy ny hany antenaina aloha dia ny mba hitondran’izany vahaolana tokoa amin’izao raharaham-pirenena nanary soatoavina nihoatra ny loha izao.

Mirija   

 

Tia Tanindranaza0 partages

YALI Madagascar sy ny Green KoolHanatanteraka asa fanadiovana faobe eto an-drenivohitra

Ho fanamarihana ny andro iraisam-pirenena ho an'ny tontolo iainana dia hanatanteraka asa fanadiovana faobe eto an-drenivohitra ny fikambanana YALI Madagascar sy ny Green Kool ny Sabotsy 10 Jona ho avy izao.

 

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Didim-pitsaranaTsy maintsy tanterahana, hoy ny lehiben’ny zandary

Manoloana ny vaovao niely izay nanambara fa manomboko mihoa-pefy ka tsy manaraka ny voalazan’ny didim-pitsarana intsony ny tomponandraikitra sasantsasany eo anivon’ny zandarimaria dia nanambara izy ireo omaly,

Mirija  

Tia Tanindranaza0 partages

Tsapatsapa vody akoho !

Miarahaba ry Jean a ! Fa inona marina moa izany ry Jean no tianareo hahatongavana amin’ity fahatapahan’ny hazavana isak’izay mandeha ity a ! Toa isak’izay miteny mantsy ianareo dia milaza fa ny ambim-bava aza tsy lany kanefa dia ny mifanohitra amin’izay no miseho.

Marco

Tia Tanindranaza0 partages

Fiainam-pirenenaAhiana ny hisian’ny korontana

Nanapa-kevitra ny hijoro handray andraikitra hanavotra ny firenena manoloana ny toe-javatra misy ankehitriny eto Madagasikara ny OHT (Olona Hasin’ny Tany).

 Manahy ny hisian’ny korontana hampitombo ny vesatra sy fahasahiranan’ny vahoaka Malagasy mantsy ny fikambanana, araka ny fanambarana nataony teny amin’ny Le Pavé Antaninarenina omaly. Antony lehibe nahatonga ireo mpikambana nanao antso avo amin’ireo tompon’andraikitra rehetra sy ireo mpiantsehatra ny raharaham-pirenena. Tsy lany olomanga rahateo i Madagasikara hiaro ny mpiray tanindrazana sy ny voninahitry ny firenena, araka ny fanehoan-kevitry ny fikambanana. Antom-pijoroan’ny Olona Hasin’ny Tany hatramin’ny taona 2014 nitsanganany moa ny fitandroana ny tombontsoa ambonin’ny firenena sy ny vahoaka Malagasy. Olana fototra eto amintsika hatramin’izay ny fandikàna ny soa toavina sy ny moraly politika eo amin’ny fitantanana ny raharaham-panjakana. Vahaolana haroson’ny OHT kosa ny fametrahana ny fanaovana politika matihanina eto amin’ny firenena mifototra amin’ny tsangan-kevitra fa tsy tsangan’olona. Tazana teny Antaninarenina omaly tao anatin’ity OHT ity ireo mpanao politika toa an-dry Raharisaina Hery (minisitra nandritra ny tetezamita), Emile Ratefinanahary (mpikambana CST nandritra ny tetezamita) sy Zakahely Boniface (depiote teo aloha)

Ramano F.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Lalàmpanorenana ankehitrinyTsy hahavaha ny fitsaram-bahoaka, hoy Rakotovazaha

Isan’ny tazana tetsy amin’ny tafa voalohany nataon’ny antoko MFM tamin’ity taona ity tetsy amin’ny Carlton Anosy omaly ny sekretera jeneralin’ny antoko no sady loholon’i Madagasikara, Olivier Rakotovazaha.

Mirija

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Madagasikara-AlemainaHamafisiana ny fiaraha-miasa

Miezaka manafy orina sy mampitombo ny fiaraha-miasa amin’ny fanjakana Alemana ny fanjakana Malagasy tarihin’ny filoham-pirenena Hery Rajaonarimampianina. Fanamby hapetraka amin’izany ny hampiroboroboana ny toekarena, mba hampiakarana ny fari-piainanan’ny vahoaka.

Toky R

 

Madagascar Tribune0 partages

La diaspora malgache pourra voter dans 5 ans

La diaspora malgache pourra voter à la prochaine élection présidentielle et on peut également imaginer qu’elle puisse avoir son représentant au sein de l’Assemblée nationale. Cette déclaration est du président Malgache, Andry Rajoelina, lors de sa rencontre à Paris avec les Malgaches résidant en Europe. Une rencontre qui entre dans le cadre de sa visite officielle en France depuis une semaine.

Cette question a déjà été évoquée avant les deux tours de l’élection présidentielle de l’année dernière. Pour certainement satisfaire une demande insistante de la diaspora, le chef de l’Etat s’est prononcé favorablement à cette requête. Malgré tout, les Malgaches à l’étranger ne pourront participer aux votes qui se dérouleront à Madagascar que dans cinq ans.

Madagascar Tribune0 partages

« Les Malgaches en ont ras le bol », selon Ravalomanana

L’ancien président Marc Ravalomanana ne manque pas de réagir par rapport aux résultats des élections législatives et également à la situation politique dans le pays actuel. Dans un communiqué diffusé hier, le président national de Tiako i Madagasikara, qui, pour l’instant a glané une quinzaine de sièges à l’Assemblée nationale explique que la faiblesse du taux de participation aux dernières législatives est dû, entre autres au manque de confiance de la population envers l’organe chargé de l’organisation des élections dans le pays, la Commission électorale nationale indépendante (Ceni) et aussi à la Haute cour constitutionnelle (HCC).

D’une part, les résultats controversés de l’élection présidentielle en 2018 auraient causé le désespoir total de la plupart des électeurs. Beaucoup de citoyens estiment alors qu’il ne vaut plus la peine de voter, parce que les fraudes électorales seront encore nombreuses et qu’aucune plainte déposée auprès de la juridiction compétente ne sera acceptée et jugée avec impartialité. « Une sorte de ras le bol en matière politique règne dans le pays », reconnaît l’ancien président. Mais à cela s’ajoute également le dégoût causé par les pratiques politiques des anciens parlementaires qui se résument à la corruption, ayant déshonorés l’Assemblée nationale ces cinq dernières années.

Pour confirmer ses dires, l’ancien président de la République évoque de nombreux cas d’irrégularités constatés et signalés dans les bureaux de vote lors du scrutin. Mais le Tim et d’autres partis et candidats indépendants ont également déjà dénoncé le manque de neutralité de l’administration et l’absence d’impartialité des services publics lors de la campagne électorale. Cela a commencé par le président de la République qui est accusé d’avoir participé indirectement à la campagne électorale des candidats-députés de la plateforme avec Rajoelina.

Une fois de plus, le malheureux candidat du deuxième tour de la présidentielle en décembre déclare que « le Tim n’a pas perdu aux élections. Mais, on nous a fait perdre ». Marc Ravalomanana ne baisse pas pour autant les bras. Il se nourrit d’ailleurs d’espoirs. « Nous devrons faire face à la situation et rester débout et intransigeant face aux dérives du régime et dénoncer ce qui ne va pas et faire connaître à la population la réalité ». Une chose est alors claire, l’ancien président se positionne en véritable opposant du régime Rajoelina. Le camp de ce dernier l’avait déjà considéré ainsi depuis des lustres.

Pour cet homme politique, les Malgaches en ont eu marre de l’égoïsme, du désir de pouvoirs et de la corruption qui seraient à l’origine de la dévalorisation des institutions et de l’administration dans le pays. A chaque niveau, à chaque instance, notamment au niveau de l’administration publique, personne ne respecte son travail et ignore délibérément la loi qui le régit. Cela ne fait qu’attiser l’ardeur du dégoût et rendre encore plus dense la méfiance de la population envers les dirigeants. C’est la raison pour laquelle, ils ne veulent plus rien savoir des élections, explique Ravalomanana.

Pour ce dernier, la dissolution du Sénat ou encore du parlement, des institutions considérées comme étant budgétivore est loin d’être une solution aux problèmes traversés par le pays actuellement. « Le parlement constitue les fondamentales de la démocratie, garant de l’instauration d’une réelle démocratie dans un pays, et mérite donc d’être protégé ». « Si jamais un président se dévie des principaux objectifs et du bon chemin qu’il devrait suivre, c’est au parlement et à la Haute cour constitutionnelle de le remettre sur les bons chemins », philosophe-t-il.

Dans son moral politique lancé certainement à l’endroit du jeune président malgache et de ses partisans, Marc Ravalomanana estime qu’il importe d’ « apprendre aux élus ce qu’ils devront faire pour éviter qu’ils se livrent dans la corruption par incompétence et pour qu’ils accordent davantage d’attention sur l’intérêt de la population ». « Cela est également valable pour la population et les responsables au niveau de l’administration pour que tout le monde soit sur le même pied d’égalité et sur le même niveau d’information », ajoute-t-il.

Madagascar Tribune0 partages

« Les Malgaches en ont ras le bol », selon Ravalomanana

L’ancien président Marc Ravalomanana ne manque pas de réagir par rapport aux résultats des élections législatives et également à la situation politique dans le pays actuel. Dans un communiqué diffusé hier, le président national de Tiako i Madagasikara, qui, pour l’instant a glané une quinzaine de sièges à l’Assemblée nationale explique que la faiblesse du taux de participation aux dernières législatives est dû, entre autres au manque de confiance de la population envers l’organe chargé de l’organisation des élections dans le pays, la Commission électorale nationale indépendante (Ceni) et aussi à la Haute cour constitutionnelle (HCC).

D’une part, les résultats controversés de l’élection présidentielle en 2018 auraient causé le désespoir total de la plupart des électeurs. Beaucoup de citoyens estiment alors qu’il ne vaut plus la peine de voter, parce que les fraudes électorales seront encore nombreuses et qu’aucune plainte déposée auprès de la juridiction compétente ne sera acceptée et jugée avec impartialité. « Une sorte de ras le bol en matière politique règne dans le pays », reconnaît l’ancien président. Mais à cela s’ajoute également le dégoût causé par les pratiques politiques des anciens parlementaires qui se résument à la corruption, ayant déshonorés l’Assemblée nationale ces cinq dernières années.

Pour confirmer ses dires, l’ancien président de la République évoque de nombreux cas d’irrégularités constatés et signalés dans les bureaux de vote lors du scrutin. Mais le Tim et d’autres partis et candidats indépendants ont également déjà dénoncé le manque de neutralité de l’administration et l’absence d’impartialité des services publics lors de la campagne électorale. Cela a commencé par le président de la République qui est accusé d’avoir participé indirectement à la campagne électorale des candidats-députés de la plateforme avec Rajoelina.

Une fois de plus, le malheureux candidat du deuxième tour de la présidentielle en décembre déclare que « le Tim n’a pas perdu aux élections. Mais, on nous a fait perdre ». Marc Ravalomanana ne baisse pas pour autant les bras. Il se nourrit d’ailleurs d’espoirs. « Nous devrons faire face à la situation et rester débout et intransigeant face aux dérives du régime et dénoncer ce qui ne va pas et faire connaître à la population la réalité ». Une chose est alors claire, l’ancien président se positionne en véritable opposant du régime Rajoelina. Le camp de ce dernier l’avait déjà considéré ainsi depuis des lustres.

Pour cet homme politique, les Malgaches en ont eu marre de l’égoïsme, du désir de pouvoirs et de la corruption qui seraient à l’origine de la dévalorisation des institutions et de l’administration dans le pays. A chaque niveau, à chaque instance, notamment au niveau de l’administration publique, personne ne respecte son travail et ignore délibérément la loi qui le régit. Cela ne fait qu’attiser l’ardeur du dégoût et rendre encore plus dense la méfiance de la population envers les dirigeants. C’est la raison pour laquelle, ils ne veulent plus rien savoir des élections, explique Ravalomanana.

Pour ce dernier, la dissolution du Sénat ou encore du parlement, des institutions considérées comme étant budgétivore est loin d’être une solution aux problèmes traversés par le pays actuellement. « Le parlement constitue les fondamentales de la démocratie, garant de l’instauration d’une réelle démocratie dans un pays, et mérite donc d’être protégé ». « Si jamais un président se dévie des principaux objectifs et du bon chemin qu’il devrait suivre, c’est au parlement et à la Haute cour constitutionnelle de le remettre sur les bons chemins », philosophe-t-il.

Dans son moral politique lancé certainement à l’endroit du jeune président malgache et de ses partisans, Marc Ravalomanana estime qu’il importe d’ « apprendre aux élus ce qu’ils devront faire pour éviter qu’ils se livrent dans la corruption par incompétence et pour qu’ils accordent davantage d’attention sur l’intérêt de la population ». « Cela est également valable pour la population et les responsables au niveau de l’administration pour que tout le monde soit sur le même pied d’égalité et sur le même niveau d’information », ajoute-t-il.

Madagascar Tribune0 partages

La diaspora malgache pourra voter dans 5 ans

La diaspora malgache pourra voter à la prochaine élection présidentielle et on peut également imaginer qu’elle puisse avoir son représentant au sein de l’Assemblée nationale. Cette déclaration est du président Malgache, Andry Rajoelina, lors de sa rencontre à Paris avec les Malgaches résidant en Europe. Une rencontre qui entre dans le cadre de sa visite officielle en France depuis une semaine.

Cette question a déjà été évoquée avant les deux tours de l’élection présidentielle de l’année dernière. Pour certainement satisfaire une demande insistante de la diaspora, le chef de l’Etat s’est prononcé favorablement à cette requête. Malgré tout, les Malgaches à l’étranger ne pourront participer aux votes qui se dérouleront à Madagascar que dans cinq ans.

Madagascar Tribune0 partages

« Les Malgaches en ont ras le bol », selon Ravalomanana

L’ancien président Marc Ravalomanana ne manque pas de réagir par rapport aux résultats des élections législatives et également à la situation politique dans le pays actuel. Dans un communiqué diffusé hier, le président national de Tiako i Madagasikara, qui, pour l’instant a glané une quinzaine de sièges à l’Assemblée nationale explique que la faiblesse du taux de participation aux dernières législatives est dû, entre autres au manque de confiance de la population envers l’organe chargé de l’organisation des élections dans le pays, la Commission électorale nationale indépendante (Ceni) et aussi à la Haute cour constitutionnelle (HCC).

D’une part, les résultats controversés de l’élection présidentielle en 2018 auraient causé le désespoir total de la plupart des électeurs. Beaucoup de citoyens estiment alors qu’il ne vaut plus la peine de voter, parce que les fraudes électorales seront encore nombreuses et qu’aucune plainte déposée auprès de la juridiction compétente ne sera acceptée et jugée avec impartialité. « Une sorte de ras le bol en matière politique règne dans le pays », reconnaît l’ancien président. Mais à cela s’ajoute également le dégoût causé par les pratiques politiques des anciens parlementaires qui se résument à la corruption, ayant déshonorés l’Assemblée nationale ces cinq dernières années.

Pour confirmer ses dires, l’ancien président de la République évoque de nombreux cas d’irrégularités constatés et signalés dans les bureaux de vote lors du scrutin. Mais le Tim et d’autres partis et candidats indépendants ont également déjà dénoncé le manque de neutralité de l’administration et l’absence d’impartialité des services publics lors de la campagne électorale. Cela a commencé par le président de la République qui est accusé d’avoir participé indirectement à la campagne électorale des candidats-députés de la plateforme avec Rajoelina.

Une fois de plus, le malheureux candidat du deuxième tour de la présidentielle en décembre déclare que « le Tim n’a pas perdu aux élections. Mais, on nous a fait perdre ». Marc Ravalomanana ne baisse pas pour autant les bras. Il se nourrit d’ailleurs d’espoirs. « Nous devrons faire face à la situation et rester débout et intransigeant face aux dérives du régime et dénoncer ce qui ne va pas et faire connaître à la population la réalité ». Une chose est alors claire, l’ancien président se positionne en véritable opposant du régime Rajoelina. Le camp de ce dernier l’avait déjà considéré ainsi depuis des lustres.

Pour cet homme politique, les Malgaches en ont eu marre de l’égoïsme, du désir de pouvoirs et de la corruption qui seraient à l’origine de la dévalorisation des institutions et de l’administration dans le pays. A chaque niveau, à chaque instance, notamment au niveau de l’administration publique, personne ne respecte son travail et ignore délibérément la loi qui le régit. Cela ne fait qu’attiser l’ardeur du dégoût et rendre encore plus dense la méfiance de la population envers les dirigeants. C’est la raison pour laquelle, ils ne veulent plus rien savoir des élections, explique Ravalomanana.

Pour ce dernier, la dissolution du Sénat ou encore du parlement, des institutions considérées comme étant budgétivore est loin d’être une solution aux problèmes traversés par le pays actuellement. « Le parlement constitue les fondamentales de la démocratie, garant de l’instauration d’une réelle démocratie dans un pays, et mérite donc d’être protégé ». « Si jamais un président se dévie des principaux objectifs et du bon chemin qu’il devrait suivre, c’est au parlement et à la Haute cour constitutionnelle de le remettre sur les bons chemins », philosophe-t-il.

Dans son moral politique lancé certainement à l’endroit du jeune président malgache et de ses partisans, Marc Ravalomanana estime qu’il importe d’ « apprendre aux élus ce qu’ils devront faire pour éviter qu’ils se livrent dans la corruption par incompétence et pour qu’ils accordent davantage d’attention sur l’intérêt de la population ». « Cela est également valable pour la population et les responsables au niveau de l’administration pour que tout le monde soit sur le même pied d’égalité et sur le même niveau d’information », ajoute-t-il.

Madagascar Tribune0 partages

La diaspora malgache pourra voter dans 5 ans

La diaspora malgache pourra voter à la prochaine élection présidentielle et on peut également imaginer qu’elle puisse avoir son représentant au sein de l’Assemblée nationale. Cette déclaration est du président Malgache, Andry Rajoelina, lors de sa rencontre à Paris avec les Malgaches résidant en Europe. Une rencontre qui entre dans le cadre de sa visite officielle en France depuis une semaine.

Cette question a déjà été évoquée avant les deux tours de l’élection présidentielle de l’année dernière. Pour certainement satisfaire une demande insistante de la diaspora, le chef de l’Etat s’est prononcé favorablement à cette requête. Malgré tout, les Malgaches à l’étranger ne pourront participer aux votes qui se dérouleront à Madagascar que dans cinq ans.

Madagascar Tribune0 partages

La grande parade militaire s’effectuera à huis-clos à Analakely

C’est officiel. Le grand défilé militaire du 26 juin, entrant dans le cadre de la célébration du 60e anniversaire de l’Indépendance et également celui de l’Armée malgache, s’effectuera à huis clos. C’est une grande première dans l’histoire de Madagascar. La déclaration a été faite mardi, par le ministre de la Défense nationale, le général Léon Rakotonirina, qui a confirmé que la traditionnelle parade militaire va se dérouler sur l’avenue de l’Indépendance à Analakely.

Crise sanitaire oblige, avec les mesures de restriction dans la lutte contre le coronavirus imposées par les autorités, les invités qui assisteront à la grande parade militaire seront triés sur le volet. A part cela, personne ne sera autorisée à assister à la parade. Elle sera toutefois diffusée en direct sur les chaînes de télévision et de radio nationale.

A l’accoutumée, la parade militaire du 26 juin a lieu dans le stade de Mahamasina. En cours de réhabilitation, les travaux dans ce stade accusent un retard de plusieurs semaines dû à l’arrêt des trafics maritimes empêchant l’arrivée des matériaux nécessaires à la construction. Les travaux ont dû ainsi être suspendus, d’autant plus que les techniciens chinois devant travailler sur le chantier ont été mis en quarantaine durant un certain temps. Les autres travailleurs chantier non plus en mesure d’accomplir leurs tâches à cause des mesures de confinement qui s’imposaient.

La célébration des 60 ans de l’indépendance du pays ne devrait pas se dérouler en grande pompe comme les autorités malgaches l’avaient prévu. Malgré tout, « la vie continue, voilà pourquoi, nous tenons à célébrer cet événement historique du pays » indique le ministre de la défense. Le comité en charge de l’organisation de cet événement est actuellement à pied d’œuvre, rassure-t-il.

C’est avec fierté que les tous les Malgaches doivent célébrer l’anniversaire de son indépendance, ajoute ce membre du gouvernement, malgré la crise sanitaire. D’autres événements comme la polémique sur la construction du Colisée dans l’enceinte du palais de la Reine qui touche de plein fouet aux valeurs et à l’identité de la ville d’Antananarivo pourraient pourtant ternir la fête. L’on a appris en effet, que l’inauguration de cette infrastructure de la polémique à Anatirova pourrait également avoir lieu le 26 juin prochain.

Retour en photos des parades militaires des dernières années.

26 juin 2009 : https://www.madagascar-tribune.com/26-juin-en-photos,12193.html

26 juin 2010 : https://www.madagascar-tribune.com/Celebrations-de-l-independance-a,14280.html

26 juin 2018 : https://www.madagascar-tribune.com/Fete-de-l-independance-Defile-militaire-a-Mahamasina.html

Madagascar Tribune0 partages

Le ministre de l’Économie confirme une forte baisse du taux de croissance

Le taux de croissance économique pour cette année est largement revu à la baisse, a confirmé mardi le ministre de l’Économie et des Finances, Richard Randriamandranto lors de la présentation du rapport d’activité de son département ministériel devant les députés au Centre de conférences international (CCI) d’Ivato. Initialement prévu à 5,5% (Loi de finances initiale pour cette année 2020), il sera porté à 0,8% (projet de loi de finances rectificatives). Cet important changement qui ne sera pas sans conséquence sur l’économie nationale en général est attribué à la crise sanitaire qui sévit dans le pays.

La fermeture de l’espace aérien malgache au reste du monde, la fermeture des ports et la cessation de certaines activités commerciales pendant plus de deux mois maintenant, pour tenter de limiter la propagation du virus, ont en effet eu d’importants impacts sur l’économie nationale. Malgré tout, l’épidémie semble avoir gagné du terrain dans le pays et ses impacts pourront davantage s’alourdir.

Quoi qu’il en soit, ce sera alors le taux de croissance économique le plus bas que le pays n’a jamais connu depuis 2010 (0,62%, selon la Banque Mondiale), une année après le début de la crise politique ayant causé un changement brutal au niveau de l’administration dans le pays où ce taux était de l’ordre de – 3,98%. Il faut toutefois noter que sur le papier, l’économie malgache n’a cessé de s’améliorer depuis la fin de la plus longue transition que le pays n’a jamais connue (2009-2014), pour atteindre 5,2% en 2019.

Le Grand Argentier malgache a également révélé qu’une forte baisse est constatée au niveau de la caisse de l’État. Cela à cause de la baisse des recettes fiscales. C’est le cas notamment des recettes douanières qui vont chuter à 178 milliards d’ariary (projet de Loi de finances rectificatives) contre une prévision de 7 036 milliards d’ariary (Loi de finances initiales 2020). Initialement, les recettes fiscales intérieures pour cette année devaient connaître une hausse de 27,3% et la performance des recettes douanières était prévue à 13.9%.

Le ministre Richard Randriamandranto a par ailleurs déclaré que conformément aux consignes du Chef du gouvernement, à partir de maintenant, le financement du Programme des investissements publics (PIP) sera effectué au niveau de chaque district. Ceci semble tout à fait logique et naturel dans la mesure où le régime actuel mise sur la décentralisation, avec notamment la mise en place des gouverneurs à la tête des régions.

Dans le cadre du plan d’Émergence de Madagascar, ce membre du gouvernement a également indiqué que des négociations sont en cours avec les investisseurs internationaux pour permettre d’effacer totalement les dettes de Madagascar. Ces dettes s’élèvent à 36% du Produit intérieur brut (PIB) que le ministre estime à un niveau « bas » par rapport à celles du continent africain (46% du PIB) ou encore la France (100% du PIB) et le Japon (200%). Il a rappelé que l’État malgache a déjà bénéficié d’un allègement partiel de ses dettes auprès du Fonds monétaire international (FMI) quelques mois plus tôt.

Madagascar Tribune0 partages

Des écoles privées ouvrent leurs portes

Certaines écoles privées dans les régions ont ouvert leurs portes aux élèves en classes intermédiaires qui ne préparent pas les examens officiels, selon le directeur de l’Office national des écoles privées ou ONEP, Marcellin Tsarasidy.

« Ces derniers temps, nous constatons que quelques établissements scolaires privés, surtout dans les régions qui ne sont pas touchées par le Covid-19, ont rouvert leur établissement aux élèves en classe intermédiaire. La semaine dernière, à Befandrina Nord, il y a quatre (04) établissements qui ont déjà reçu les élèves qui ne préparent pas des examens officiels pour pouvoir payer le salaire des enseignants. A Mananara Avaratra aussi, il y a certaines écoles privées qui sont ouvertes à tous les niveaux. Des plaintes nous sont parvenues des parents d’élèves à Ambanja, à Mandritsara et dans d’autres localités suite à ce non-respect de la mesure décrétée par le gouvernement qui n’autorise la reprise des cours que pour les élèves en classe d’examen, pour prévenir la propagation du coronavirus », a rapporté le directeur de l’ONEP.

Ce dernier a précisé que l’ONEP et les responsables auprès de circonscription scolaire (CISCO) et les directions régionales de l’éducation nationale et de l’enseignement technique et professionnel (DRENETP) ont entrepris des négociations avec ces établissements pour les convaincre de suspendre les cours des classes intermédiaires.

Sanctions

« Le centre de commandement opérationnel de lutte contre le Covid-19 d’Ivato nous a avertis, après réception de plaintes de parents d’élèves, sur la reprise des cours des élèves des classes intermédiaires dans deux écoles privées de la région Analamanga. Ces deux écoles ont envoyé des messages et des mails aux parents d’élèves concernant la reprise des cours pour toutes les classes à partir de lundi. Mais demain (ndlr : ce jour), nous ferons une descente inopinée dans ces deux établissements pour les inviter à refermer les classes encore interdites de cours », selon toujours Marcellin Tsarasidy.

Ce responsable a ajouté que « seule une décision gouvernementale peut ordonner la reprise des cours pour toutes les classes. Nous constatons les problèmes vécus par les enseignants du secteur privé qui ne touchent pas pleinement leurs salaires durant le confinement, mais il faut respecter toutes les mesures imposées par le gouvernement. Nous utilisons toujours en premier lieu la négociation pour convaincre les directeurs d’écoles de fermer les classes intermédiaires. Mais quand ces responsables d’écoles font la sourde oreille, nous pouvons recourir à des sanctions en retirant l’autorisation d’ouverture de l’école et les autorisations d’enseigner des maîtres ou professeurs, ou encore en les privant de la subvention de l’Etat », a-t-il souligné.

Par ailleurs, une source auprès du ministère de l’Education nationale affirme qu’il est encore délicat de rouvrir toutes les classes avec la multiplication des contagions. Le respect des mesures barrières comme la distanciation physique dans les salles de classes, de même que l’interdiction du rassemblement de plus de cinquante (50) personnes ne permettront pas une reprise à la normale. La décision de la reprise des cours pour les classes intermédiaires appartient uniquement au président de la République, lance-t-il.

L'express de Madagascar0 partages

Événement – Un salon de la médecine pour tous

Pour la première fois, un salon de la médecine et du bien-être se tiendra du 6 au 8 juillet au parvis de l’Hôtel de ville. Il est initié par Kis Madagascar. Cette première édition vise à offrir à la population des dépistages, des consultations et des conseils gratuits et donne une opportunité aux parties prenantes de contribuer aux missions sociales.«Les plus vulnérables retrou-veront le sourire et l’espoir d’être guéris. Pour l’instant, le salon aura lieu dans la capitale mais il se produira incessamment dans les régions», a soutenu Herisata Zoniaina Rajaonisaona, directeur général de Kis Madagascar,  hier à Mahamasina.Les participants, issus de diverses disciplines, proposeront plusieurs prestations dont des consultations spécialisées en ophtalmologie, en ORL, des dépistages du diabète, des maladies et infections sexuellement transmissibles, de la malnutrition, du cancer de l’utérus, du don de sang, des séances de circoncision collective… En exploitant les nouvelles technologies, des exposants démontreront aussi les progrès dans la médecine à distance.

Farah Raharijaona

L'express de Madagascar0 partages

Administration publique – L’alignement de la grille indiciaire aux oubliettes

Contradictoire. Annoncée en grandes pompes en 2016, l’alignement de la grille indiciaire des fonctionnaires à Madagascar tarde à voir le jour. Frustration de longue date et motif valable pour tous les meneurs de grève, ce projet tombe aux oubliettes. Face à la disparité des salaires et autres avantages des fonctionnaires, certains syndicalistes réclament l’augmentation du niveau des salaires les plus faibles, sans réduire les acquis des plus élevés.De son côté, l’administration avance l’argument de l’insuffisance de ressources. « L’État est d’accord sur le principe du traitement égalitaire des fonctionnaires d’une même catégorie, et la loi en vigueur va dans ce sens. Toutefois, cette réforme nécessite pas moins de 300 milliards d’ariary », a expliqué Jean de Dieu Maharante, ministre de la Fonction publique, du travail et des lois sociales, hier, lors de la cérémonie de sortie officielle de la première promotion des Hautes études en administration à l’ENAM.Baptisé « Mamiratra », cette promotion est composée de hauts fonctionnaires déjà en service depuis au moins cinq ans. Les cent soixante quatorze auditeurs ont suivi une formation continue pendant deux ans. Les spécialisations concernent la diplomatie et relations internationales, l’administration publique, les technologies de l’information et de la communication (TIC) dans l’administration publique et l’administration financière.  Cette promotion est parrainée par Hery Rajaonarimampianina, président de la République.

Andry Rialintsalama

L'express de Madagascar0 partages

Assainissement – Un marathon de nettoyage par de jeunes volontaires

De jeunes volontaires montreront un exemple concret à l’assainissement de la ville d’Antananarivo. »Nous voudrions responsabiliser les gens à l’assainissement de la ville », affirme Notoavina Ravel, coordinateur de Yali RLC S.A Alumni Madagascar. Les jeunes de Yali RLC proposent un événement qui incite les gens à penser à la ville à l’occasion de la journée mondiale de l’environnement, le 10 juin. C’était d’après la conférence de presse, hier au Youth Center à Analakely.Les citoyens d’Antanana-rivo-Renivohitra seront invités à un marathon de nettoyage intitulé «Global cleaning day», en partant du parvis de l’hôtel de ville vers le jardin d’Ambohijatovo. «Nous avons spécialement choisi cet axe car  c’est le centre. D’ailleurs, la plupart des gens fréquentent ce lieu», ajoute-t-il.Ceci n’est que le lancement. Ils pensent également pérenniser leurs activités à travers une activité similaire chaque année, surtout les recyclages des ordures qu’ils ont déjà effectués.«Nous voudrions conscientiser les gens qu’on peut produire différentes choses avec les ordures, non seulement avec les plastiques», affirme un des membres de Yali RLC. L’association possède une société qui œuvre dans ce sens et crée différents articles à partir des ordures.

M. A.

L'express de Madagascar0 partages

Rugby – Rakotomanga Santoni soutient le Nord

Comme il a promis avant l’élection du Malagasy Rugby en février, Ismael Rakoto­manga Santoni poursuit son œuvre sur la promotion du sport en général et du rugby, en particulier à Madagascar. Ce dernier est connu comme capitaine de l’équipe nationale de l’ovale puis entraîneur national.Il est aussi connu en tant que dirigeant fondateur de l’association Pachamama. Depuis fort longtemps, son équipe a effectué de nombreuses dotations de matériels sportifs dans différentes régions. Diverses associations des quatre coins de l’ile en ont bénéficié.Pendant les campagnes électorales pour la présidentielle de la fédération Malagasy de rugby, la bande à Santoni a offert des matériels de sport, tant à la direction régionale des sports qu’aux divers clubs de disciplines différentes par l’intermédiaire des ligues régionales. Après la descente dans le Sud à la veille de l’élec­tion fédérale, Santoni et compagnie se tournent actuellement vers la région du nord, à Antsiranana.« Le choix est que c’est la région où j’ai fait la découverte du rugby, jusqu’au plus haut niveau. Ces matériels sportifs ont été remis au député de Madagascar, Jocelyne, élue à Antsiranana I », a précisé Ismael Rakotomanga Santoni. La donation est composée de cinquante ballons de rugby, trente ballons de football, trente ballons de mini-foot et mini-handball, vingt ballons de volleyball et de basketball et des maillots de rugby, football, volleyball et basketball ainsi que quatre-vingt T-shirts.« Ces équipements seront destinés à la promotion de différentes disciplines et surtout soutenir la politique de relève … les manques de matériels constituent un facteur de blocage pour atteindre l’objectif » a-t-il conclu.

Serge Rasanda

L'express de Madagascar0 partages

Bemiray – « Pour que la mer ne soit plus la limite de notre rizière »

La livraison du Bemiray de ce jour aborde les « fausses nouvelles » qui envahissent la Toile et dont sont friands les amateurs de sensations. Par ailleurs, Tom Andriamanoro fait un clin d’œil au couple Cérézo qui a ouvert un musée de Madagascar dans le Drôme.

Désinformaton – Fake news et vaovao fika

Les élections américaines n’ont peut-être rien inventé en matière de diffusion de fausses nouvelles puisque, au XVIIIe siècle déjà, les écrivaillons parisiens s’y adonnaient déjà gaillardement à coups d’écrits satiriques et diffamatoires appelés « libelles ». Selon l’historien Robert Darnton, « ils y calomniaient tout ce qui était élevé et respectable, y compris la monarchie, avec une vulgarité que l’on peine à imaginer de nos jours ». Les lecteurs ne se souciaient guère de leur véracité, les trouvant « d’autant plus vraies qu’elles avaient été inventées ». Madame du Barry, maîtresse de Louis XV, en fit singulièrement les frais, ainsi que, plus tard, Marie-Antoinette sous laquelle « Versailles était devenu un antre du péché et de la transgression ». Et de là à penser que les feuilles à scandale ont joué un rôle majeur dans la prise de la Bastille, il n’y avait bien sûr qu’un pas.La principale différence avec notre temps, c’est cet outil à multiples tranchants qui s’appelle…Internet. Comme l’affirme l’Américain Evgeny Morozov, « le problème, ce ne sont pas les fausses infos, mais la vitesse et la facilité avec lesquelles elles sont disséminées. Le capitalisme numérique moderne rend extrêmement profitable la production et la circulation d’histoires fausses mais qui attirent les clics ». À preuve, quelques jeunes désœuvrés de la petite ville perdue de Veles dans l’ex-Yougoslavie ont réussi à jouer un rôle dans les élections américaines : « Il suffisait d’avoir quelques bases en web et en programmation pour y aller. C’est le boulot le plus facile du monde. Tu reprends un papier d’un portail américain et tu changes le titre. Souvent, ça n’a rien à voir avec le texte, il faut mettre quelque chose qui accroche pour provoquer un maximum de clics ». Google envoyait les ordres de virement qu’ils encaissaient à la banque, et certains ont pu gagner entre 50 000 et 60 000 euros. Pour éviter les complications, ils mettaient comme motif du virement « don d’une tante à l’étranger ». Et d’avouer qu’ils se fichent bien de Trump, mais qu’avec lui dix dollars leur en rapportait trente…

Le fondateur de Facebook, Mark Zuckerberg, recommande la vérification des faits lancés sur le réseau social.

Faux bulletinsLe grand maître du business du mensonge durant ces élections s’appelle Cameron Harris, simple étudiant fraichement diplômé qui officiait sur sa table de cuisine. Un de ses premiers papiers fut un véritable chef-d’œuvre avec pour titre : « Dernière minute : des dizaines de milliers de faux bulletins Clinton découverts dans un entrepôt de l’Ohio ». Objectif, faire croire qu’Hillary Clinton ne pourrait gagner qu’en trichant. Le héros fictif de cette découverte fictive était un plombier à qui il donna le nom de Randall Prince. C’est son travail qui l’amena dans cette pièce inutilisée où il « tomba » sur des boîtes entières de bulletins validés. Difficile de faire plus génial ! Et pour faire encore plus vrai, Cameron Harris parvint à dégoter la photo d’un paisible citoyen britannique au crâne dégarni, posant devant des boîtes en plastique portant par le plus grand des hasards l’étiquette « urne ». C’était lors d’élections organisées à 6 000 kilomètres de là, mais peu importe ! La photo de ce monsieur, tout le monde fut affublée du commentaire suivant : « M. Prince posant avec sa trouvaille pendant que les autorités électorales enquêtent ». En quelques jours seulement, l’article inventé en dix minutes sur une table de cuisine lui avait déjà rapporté 5 000 dollars. L’histoire des faux bulletins, relayée par une demi-douzaine de pages Facebook spécialement créées pas Harris, se répandit comme une traînée de poudre dans le cyberespace, alimenté par les commentaires indignés des pro-Trump. L’article fut partagé par six millions d’internautes.Il ne faut, néanmoins, pas croire qu’Hillary était le seul agneau du sacrifice, puisque Donald Trump lui-même a également fait les frais des rumeurs-bidons. Avec son image quasi-caricaturale, il faut même croire qu’il s’y prêtait encore plus aisément que sa rivale. C’est ainsi qu’un dossier des plus scabreux a été monté sur lui par un ancien agent du renseignement britannique. Alors que les bruits faisant état de ses liens étroits avec les Russes allaient crescendo, l’ancien agent imagina et diffusa un scénario dans lequel aucun réalisateur n’aurait jamais osé s’aventurer : Donald Trump détestait tellement les Obama que, lors d’un séjour dans un grand hôtel de Moscou, il aurait payé des prostituées pour uriner dans le lit où ils avaient dormi, et cela sous l’œil supposé des caméras préinstallées par les services de renseignement russes…Conscient de l’utilisation abusive de Facebook en matière de propagation d’informations fausses et diffamatoires durant cette campagne, la société de Mark Zuckerberg a lancé des pistes de réflexion pour y faire face, lesquelles passeraient par une plus grande collaboration avec les rédactions partenaires et des organisations tierces de « fact checking » ou vérification des faits, ainsi que par la sensibilisation des utilisateurs à l’analyse de l’information. Leur efficacité est à prouver, et la cybermédisance a encore de beaux jours  devant elle, y compris sous les tristes tropiques. Ce n’est pas demain que « fake » et « fika » rejoindront les « fako » dans leurs bennes…

Le « cowboy » Marc Ravalomanana joue à la pétanque.

Relations internationales – Américanophile et exclusif

La célébration des 150 ans de relations américano-malgaches s’est faite en demi-teinte, en l’absence non seulement des autorités, mais aussi du plus Américain des Malgaches qui aurait tellement aimé en être le personnage central. Cette date a été calculée à partir de l’ouverture en 1866 d’un petit consulat américain à Toamasina, mais 1883 aurait été plus appropriée. Cette année-là en effet, un traité d’État à État a été ratifié lors de la visite effectuée à Washington par le ministre malgache des Affaires étrangères, lequel fut reçu par le Président Chester Arthur en personne.Les péripéties de la crise de 2002 sont encore dans les mémoires, quand bien même elle ait été occultée par celle, plus proche, de 2009. Les Américains avaient alors unilatéralement décidé de ne plus s’aligner sur les propositions de sortie de crise de la communauté internationale, ce qui a fait dire à Michel Dupuch, ancien  Monsieur Afrique  de l’Elysée :« Tout cela ressemble bien à un complot américain, avec Abdoulaye Wade comme relais, pour installer leur protégé au pouvoir et porter préjudice à l’influence française dans l’océan Indien ». Toujours est-il que le plus Américain des Malgaches prit ses quartiers présidentiels après deux investitures (du jamais vu), et une amorce de véritable guerre civile.Il instilla progressivement un habillage d’outre-Atlantique aux affaires de l’État, lui qui aimait être pris en photo en chapeau Stetson et bottes de cuir, et avait donné le nom de« Malagasy Broadcasting System » à sa station TV. Le chef de cabinet portait désormais le titre de « Chief of staff », pendant que la salle de réunion était baptisée « Conference building », et l’avion présidentiel « Air Force One ». La tant redoutée DGIDIE devenait le « Central Intelligence Service », et chaque ministre se devait d’avoir désormais son « Business plan ». Les « workshops » centrés sur le « leadership » et le « management » devenaient choses courantes, et dans le domaine sportif chaque fédération était coiffée d’un ministre devant s’improviser « coach ». Tant bien que mal. On raconte que le « self made man » est plus à son aise dans la langue de William Faulkner, mais du (très) peu qu’on a pu entendre, le niveau de son anglais, truffé pour la bonne cause de « OK, OK », ne paraît pas être bien loin de celui de son français.Il n’y a que le « Madagascar Action Plan » qui n’a pu faire long feu car entre-temps, il multiplia les provocations et les maladresses dans ses relations avec un jeune homme qui, disait-on, bénéficiait de l’oreille de la France, précipitant du même coup le cours de l’Histoire. Aujourd’hui conseiller spécial de son épouse mairesse, il s’empressa de démanteler l’inscription « Antananarivo», sur les falaises d’Ampamarinana. L’équivalent aux States, sur le Mont Lee à Los Angeles est pourtant classée monument historique ! L’inscription géante à l’américaine, qui faisait la joie des touristes de passage présentait l’inconvénient d’avoir été l’œuvre de son pire ennemi, dans la capitale qu’il croit toujours être « sa » chose, de surcroit. Tout simplement inacceptable. OK

Le musée de Madagascar à Montélier ouvert par les époux Cérézo.

Initiatives – Un coin de Madagascar dans la Drôme

Si vous passez par Montélier, une petite ville du Sud de la France, on vous parlera peut-être des pérégrinations du Musée de Madagascar, une initiative prise en 1967 par un couple mixte, Jean-Pierre Cérézo et Suzy Chandoutis Razafindramady. Non point pour s’enrichir, mais par simple amour pour un pays lointain où, des décennies plus tard, les musées se sont mis à brûler les uns après les autres, pour ne citer que l’incendie de Manjakamiadana où même les caveaux royaux ont fini par éclater sous l’effet de la chaleur. L’avant-veille de la Fête Nationale de juin 1999, une énorme poutre destinée à la reconstruction de Mahitsielafanjaka et de Besakana pénétrait dans l’enceinte du Rova, portée par un groupe de jeunes gens enthousiastes. Le maire Guy Willy Razanamasy, aîné de l’Imerina, eut alors ce simple mot : « On ne connaît toujours rien des incendiaires, d’ailleurs le saura-t-on jamais   Mais ce qui se passe aujourd’hui est un symbole de la solidarité nationale ».Retour sur l’histoire plus paisible du musée malgache de la Drôme qui a d’abord élu domicile pendant vingt ans dans une vieille ferme que les Cérézo avaient acquise dans le petit village de Saint-Donat. « Transformer des écuries en musée n’a pas été facile, mais l’importante surface dont on disposait méritait toutes les peines du monde ». Les nouvelles normes de sécurité en matière d’Établissements Recevant du Public (ERP) dont font partie les musées les obligèrent malheureusement, soit à tout démolir et reconstruire, soit carrément à déménager. Ce sont ces normes, qui n’admettent aucune entorse, surtout quand le bâtiment en question est d’une dimension imposante, que beaucoup de Malgaches n’ont pas compris : ils voulaient avoir de nouveau un Palais de la Reine totalement identique à celui de Jean Laborde dont les piliers en bois étaient plantés, sans liaison entre eux, tels des tiges d’allumettes dans un sol dont une partie manquait de stabilité…Après Saint-Donat, le couple dut se rabattre  sur un autre local à trente kilomètres de là : 500 m2 disponibles, de nouveaux investissements pour l’aménagement, et… une nouvelle fermeture après seulement trois ans. Mais leur entêtement finit par payer, avec un accord de location d’un local neuf trouvé avec la municipalité de Montélier. S’ensuivirent leurs énièmes travaux d’aménagement intérieurs, et une ouverture bien méritée en 2003 en présence d’une pléiade de personnalités. Étant un établissement privé, le musée ne percevait aucune subvention, fonctionnant uniquement grâce à ses ressources propres.

Un petit voyage à travers la Grande île en visitant le musée.

PhilanthropieEn 1979, Suzy Cérézo créait déjà une association à but non lucratif dénommée les Amis du Musée de Madagascar. Affiliée aux clubs Unesco de la région Rhône-Alpes, celle-ci incluait dans ses activités des aides ponctuelles à des entités bien ciblées au pays. C’est ainsi, par exemple, que jusqu’en 1999, et en collaboration avec le Centre de planning familial Teza, elle envoyait des médicaments et du matériel médical à des établissements comme les hôpitaux de Miarinarivo, de Soavinandriana-Itasy, d’Ihosy, de Betioky, ou de Taolagnaro. Un appareil de radiologie était remis au ministère de la Santé, à charge pour lui de l’affecter à bon escient. En 2004, un fourgon entier de matériels hospitaliers, scolaires, et agricoles, était acheminé à destination de la commune de Mananasy dans l’Itasy, suivi, en 2005, d’une ambulance équipée pour Betioky Sud, et en 2006, d’un conteneur de 30 m3, toujours de matériels hospitaliers et scolaires, dont deux collèges d’Antananarivo figuraient parmi les bénéficiaires.Le village d’Ekonka Ambovombe se souvient certainement aussi que l’association  l’a parrainé à partir de 1989, un engagement marqué, entre autres, par la construction dès l’année suivante d’une école d’une capacité de 85 élèves. Le salaire de l’instituteur, le financement de la cantine scolaire, ainsi que la confection de tabliers pour les élèves étaient assurés par les Amis du Musée. Dix ans après, en 2000, une deuxième école pour 150 enfants voyait le jour, toujours à Ekonka. Pour leur fonctionnement, les deux établissements étaient confiés aux pères lazaristes de la mission catholique.On peut juger le long chemin parcouru par le petit musée de Montélier et ses initiateurs, aussi bien en France qu’a travers des actions sociales menées dans différentes régions défavorisées de Madagascar. Les petits Français qui le parcouraient au début des années 2000, un cahier à la main, ont bien grandi et se souviennent peut-être encore de Mme Cérézo qui guidait elle-même les visiteurs, essayant de satisfaire toutes les curiosités. « Parfois les questions m’embarrassent. On a beau être Malgache, on ne peut pas tout connaître de son pays ! » C’est justement pour mieux y faire face qu’elle a programmé, à partir de 1974, des voyages annuels à Madagascar, qu’elle sillonnait alors en taxi-brousse pour être plus près des réalités et, pourquoi pas, trouver de nouvelles pièces authentiques aux fins fonds des campagnes.Moralité, quand on est de la diaspora, il est toujours possible de servir son pays autrement mieux que par un militantisme politique qui se prétend malgache et patriote, mais relève plus du fanatisme aveugle que d’autre chose.

Rétro pêle-mêle

Le Tanàna Ambony de Fianarantsoa est un lieu unique à Madagascar, et c’est en grande partie grâce à la Fondation Heritsialonina qui a lancé, dès 1997, une campagne pour la sauvegarde de ce patrimoine. L’année suivante en 1998, cette Vieille ville était classée « Zone protégée d’intérêt historique et architectural », puis inscrite en 2008 sur la liste des 100 sites mondiaux à sauvegarder du World Monument Watch.Un volet autonome de la Fondation, le Programme de sauvegarde de la Vieille ville (PSVV), mène, avec elle, un programme à caractère social et culturel : réhabilitation d’un Centre de santé, implantation de jardins et places publiques, assainissement et adduction d’eau, aide à l’entretien des maisons, réhabilitation du marché et des rues piétonnes, mise en place de terrains de sport…Depuis 2002, le fonctionnement de la Fondation  Heritsialonina est essentiellement financé par l’Hôtel Tsara Guest House, mais il reçoit également des dons de divers partenaires pour des projets bien définis : L’Église réformée du Canton de Zurich, diverses ambassades très motivées par les initiatives de conservation, des entreprises et ONG… Aujourd’hui Tanàna Ambony, un lieu interdit à la circulation automobile, est propre, attrayant, d’autant plus que quelques maisons d’hôte s’y sont implantées. C’est aussi, et surtout, un ensemble où on se sent en sécurité, ce qui n’est pas la moindre des préoccupations de la société malgache actuelle.Le Tsara Guest House, dont le propriétaire n’est autre que l’initiateur de la Fondation Heritsialonina, est un des hôtels de charme qui a le plus impressionné le réalisateur-navigateur Antoine lors d’un de ses passages dans son île natale. Aménagé à partir d’une vieille église Jesosy Mamonjy désaffectée, il y règne une atmosphère que seules peuvent engendrer les bâtisses qui ont une âme et une histoire…

Lettres sans frontières – Paul VerlaineDe la Bonne Chanson aux Romances sans paroles

Écoutez la chanson bien douce

Écoutez la chanson bien douceQui ne pleure que pour vous plaireElle est discrète elle est légèreUn frisson d’eau sur de la mousseLa voix vous fut connue et chèreMais à présent elle est voiléeComme une veuve désoléePourtant comme elle encore fière

Et dans les longs plis de son voileQui palpite aux brises d’automneCache et montre aux cœurs qui s’étonnentLa vérité comme une étoileElle dit la voix reconnueQue la bonté c’est notre vieQue de la haine et de l’envieRien ne reste la mort venueElle parle aussi de la gloireD’être simple sans plus attendreEt de noces d’or et du tendreBonheur d’une paix sans victoireÉcoutez la voix qui persisteDans son naïf épithalameAllez rien n’est meilleur à l’âmeQue de faire une âme moins tristeElle est en peine et de passageL’âme qui souffre sans colèreEt comme sa morale éclaireÉcoutez la chanson bien sage…

Textes : Tom AndriamanoroPhotos : L’Express de Madagascar – AFP – Internet

 

 

L'express de Madagascar0 partages

Basketball – Dix-huit entraîneurs en stage de perfectionnement

Dix-huit entraîneurs de niveau 1, l’équivalent de l’ancien young coach 2, suivent un stage d’une durée d’un mois et demi. Ces techniciens seront qualifiés pour encadrer et entraîner des clubs ainsi que les équipes nationales catégories U18, U20 et seniors dames.Le stage est dirigé par l’instructeur international de la Fiba Afrique, Angelot Solofohery Razafiarivony, qui vient d’être reconduit au poste de directeur technique national de la fédération malgache de basketball. Le stage a débuté le 1er mai et ne prendra fin qu’en mi-juin. Les stagiaires sont tous issus des sections de la ligue d’Analamanga.Ce sera une sorte de formation de perfectionnement après la première partie axée sur l’initiation de base, effectuée l’année passée. La formation théorique se déroule tous les week-ends, au siège de la fédération malgache de basketball aux 67ha, et les séances pratiques au lycée technique commerciale à Ampefiloha.Des examens de fin de stage seront programmés en mi-juin et en trois étapes, les 10, 11 et 17 juin.

S.R.

L'express de Madagascar0 partages

Judo – TIMAD – Deux-cent-huit combattants venant de trois pays en lice

Coup d’envoi de la première édition du tournoi international de Madagascar ce jour, au gymnase couvert d’Ankorondrano. Deux-cent-huit judokas de quatre catégories différentes monteront sur les tatamis, ce samedi et demain. Cette première version se contentera des participants de la région océan Indien. La Grande Ile sera représentée par cent-soixante-onze combattants issus d’une vingtaine de clubs et dix ligues régionales.Arrivée hier, la délégation réunionnaise est venue en masse avec trente-cinq  judokas, et deux pour Mayotte. La réunion technique s’est tenue hier en fin d’après-midi, à la salle de réunion du Palais des sports à Mahamasina. Deux catégories entreront en lice ce samedi, celles minimes et juniors. Et les deux autres, les cadets et seniors, entreront pour leur part en scène, dimanche.« Le TIMAD existait depuis longtemps mais était en stand-by pendant plusieurs années… Cette version se distingue par les catégories concernées, quatre en tout. Or, les précédentes éditions étaient réservées uniquement aux seniors », a souligné le secrétaire générale de la fédération malgache de judo, Eric Saïd.La première partie des pesées s’est tenue hier soir, à l’Hôtel Nosy-be Tanà pour les Réunionnais qui y sont hébergés et à l’Académie nationale des sports à Ampefiloha pour les autres.Les pesées de ce samedi, pour les cadets et seniors, auront lieu, au gymnase couvert d’Ankorondrano de 18h30 à 19 heures. Les compétitions se dérouleront non-stop pendant ces deux jours et décidé hier, lors de la réunion technique, le bloc final sera avancé cet après-midi et demain à 14h 30, au lieu de 16h30.La délégation réunion­naise a déjà avancé hier son invitation au tournoi Masca­reignes dans quelques mois.

S.R.

L'express de Madagascar0 partages

Une dérogation à l’inscription de l’examen de baccalauréat

Les trente-et-un lycéens d’une école privée à Ambohimanarina, qui n’ont pas été inscrits au baccalauréat par leur établissement, vont pouvoir participer à cet examen. Le ministèrede l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique (MESUPRES) a fait une intervention au sein de l’office du baccalauréat, pour que ces jeunes puissent participer à cet examen. Ils peuvent s’inscrire, en tant que candidat libre.

L'express de Madagascar0 partages

Ankatso II – Les étudiants réclament des sanitaires

«Nous voudrions des douches et des toilettes », tel est la banderole brandie par les étudiants d’Ankatso, hier vers 17 heures. Cette fois ci, il ne s’agit plus d’équipement et de bourse mais d’équipements sanitaires. Les étudiants ont bloqué la route allant vers Ambolokandrina pour manifester leur mécontentement. De plus, la coupure d’électricité se produit assez souvent dans le bloc universitaire Ankatso II.Ces étudiants se plaignent du nombre de douches et de toilettes qui n’est  plus proportionnel au nombre de chambres et d’étudiants. À chaque étage équipé de douze chambres, le bloc en dispose un.Ils ont allumé le feu mais  aucun jet de pierres n’a été constaté. Toutefois, les hurlements ont envahi le passage entre Ankatso I et II.Aucun membre des forces de l’ordre n’a été aperçu sur place. Finalement, le Croua est intervenu et a arrêté la manifestation vers 19 heures.

M. A.

L'express de Madagascar0 partages

Concert – « Jazz Totohobato » affiche fraternité et convivialité

Cela fait maintenant sept éditions successives que ce rendez-vous désormais incontournable pour les férus du jazz de la capitale transcende le public. Le « Jazz Totohobato », initié par le Jazz Club du CGM et la Commune urbaine d’Antananarivo, revient ainsi pour une énième édition qui promet d’enchanter grands et petits. Ayant rassemblé plus de trois mille personnes à chaque édition au devant de ses scène, « Jazz Totohobato » convie cette fois-ci vingt-quatre groupes et artistes.Telle une plateforme de découvertes, d’échanges et de partages entre néophytes et professionnels du milieu, ainsi que le grand public de la ville des Mille. « Jazz Totohobato » convie le public à redécouvrir un jazz populaire, chaleureux et convivial. Les festivités débuteront le 7 juin au Tranompokon’ olona Analakely pour le concert Jazz Kids à partir de 14h30. S’ensuit le périple musical du « Jazz Quartier » avec une scène ambulante allant d’ Ambodin’Isotry, Mahamasina et Ambohipo, le 9 juin.« Aujourd’hui, le jazz gagne, désormais, du terrain dans les quartiers populaires. Nous continuons dans cette voie en apportant à chaque édition une nouvelle touche et de nouvelles couleurs. Ainsi, cette septième édition se redécouvrira avec plusieurs thèmes et sous-concepts à différents endroits» confie Ecker Olszowsky, directeur du Cercle Germano-Malgache principal organisateur de l’événement.

A. P. R.

L'express de Madagascar0 partages

Rallye virtuel – Contest durant le New Tech Event

La troisième manche du championnat de Madagascar de rallye virtuel est fixée pour ce samedi 3 juin. Le Contest organisé par la Fédération du sport automobile de Madagascar se tiendra en marge du New Tech Event, salon dédié aux nouvelles technologies, au Palais des sports et de la culture Mahamasina. Le parcours comptera vingt-cinq épreuves spéciales.« Les visiteurs du salon pourront également assister au Contest. Ils découvriront ainsi ce qu’est une compétition officielle de rallye virtuel. L’objectif est de se rapprocher du public et de vulgariser la discipline », souligne un membre de la FSAM.Jusqu’à présent, un pilote domine le championnat. Il s’agit de Serge Rakotobe sur Mitsubishi Lancer Evolution X, qui a remporté les deux premiers rendez-vous de la saison, à savoir le Contest ERT à l’Alliance Française d’Antsirabe et le Contest RPRT au gymnase couvert d’Ankorondrano. Il tentera de réaliser la passe de trois durant ce Contest de la FSAM.

H.L.R.

L'express de Madagascar0 partages

Un conseil national décisif pour le SECES

Le Syndicat des enseignants-chercheurs et chercheurs-enseignants de l’enseignement chercheur (SECES) national se dit être reconnaissant envers l’État, pour avoir décidé de payer à partir de janvier 2018, leurs indemnités de logement et de résidence. Ses membres sollicitent, toutefois, le versement d’une partie de ces indemnités, avant la fin de l’année.

L'express de Madagascar0 partages

Événement – La jeunesse à la  »Foire aux vins et aux fromages »

L’existence de nouveaux participants, importateurs et producteurs locaux dans le secteur viticole et dans la fromagerie est significative de l’essor de la foire aux vins et du fromage qui se tient les 3 et 4 juin au parvis de l’Hôtel de ville d’Antananarivo.La particularité de la troisième édition de cette foire est la présence de la jeunesse malgache. Elle est prête à conquérir  leur part de marché face aux géants locaux et les grandes enseignes étrangères. Vingt-huit entreprises occupent les quarante-sept  stands qui offrent les meilleurs produits pour séduire les consommateurs.Comme ce n’est pas vraiment dans la culture malgache de boire du vin et de connaître toutes les variétés de fromage, les exposants fournissent le maximum d’explications concernant leurs produits et la bonne manière de les consommer. Ils restent disponibles pour répondre aux questions liées à cette culture plutôt française. Inutile de préciser que le vin et le fromage apportent une bonne vitalité à notre organisme. Ce premier est à consommer avec modération, bien sûr.La foire aux vins et aux fromages est partie de l’initiative de trois jeunes étudiants de l’université d’Antananarivo sous l’association dénommée MKT2 Events. Ils ont étudié le marketing événementiel touristique. Cette organisation est la mise en pratique de leur compétence. Depuis la première édition, la foire aux vins et aux fromages gagnait en envergure. La dernière en date a reçu deux mille cinq cents visiteurs. Cette fois-ci, ils estiment en avoir quatre mille. L’objectif principal de cette organisation réside dans la promotion de ces deux produits qui restent, malgré tout, un luxe pour la plupart des foyers malgaches.

Ricky Ramanan

L'express de Madagascar0 partages

Un faux commandant arrêté

Un escroc se prétendant être commandant dans les forces armées malgaches a été interpellé mercredi dernier, dans le quartier d’Analamahitsy. Une tenue militaire, un galon de commandant et un pistolet automatique, ont été saisis chez lui, lors d’une fouille. Il les a utilisés pour arna­quer des gens et pour perpétrer des cambriolages. Le faux chef d’escadre sera traduit devant le parquet ce jour.

L'express de Madagascar0 partages

Plaidoyer : La force radiophonique

Madagascar est un pays de la culture de l’oralité. C’est peut-être pour cela que les « radiotrottoirs », c’est-à-dire le bouche à oreille ou plus vraisembla­ble­ment les ragots, sont toujours les moyens les plus efficaces pour véhiculer n’importe quel message. Des exemples qui sont des aberrations pour l’infime partie de censés mais qui secouent pourtant des villes et des villages : les histoires de monstres. L’on serait tenté de croire que ce sont des légendes qui se racontent dans les brousses pour faire peur aux ignares. Mais c’est complètement faux. À de multiples reprises, la capitale elle-même a été secouée par de tels « contes et légendes » qui ont fait la une de multiples journaux, des reportages télévisés. Il y aurait même eu des témoignages et des présumés victimes. Détrompons-nous, cela se passe bel et bien de notre temps et non pas au Moyen Âge.Que dire des mythes des possessions qui ravagent les écoles dans les brousses. À plusieurs reprises, les responsables locaux ont dû fermer des établissements scolaires pour préserver les enfants de cette épidémie d’Ambalavelona. Depuis, sauf erreur de communication, l’on ne sait vraiment rien de qui est aux origines et plus encore des mesures à prendre et prises, par rapport à ce phénomène. Pas plus tard qu’hier, des organisations de la société de la partie Sud de Madagascar rapportent un autre « fait divers ». Un monstre couperait la partie génitale de tous les petits garçons qui ne sont pas circoncis. Et que, tous ceux qui sont circoncis par cette bête invisible finissent à la morgue, peu importe l’âge.Du coup, par ce phénomène digne des épilogues bibliques, tous les parents se ruent vers les praticiens qui font la circoncision. Rien de grave jusque-là car on peut tout à fait faire cette chirurgie dès la naissance du bébé. Ce qui est grave, c’est que les parents, qui n‘ont pas les moyens de se payer le toubib, le font à la manière traditionnelle. Ce qui signifie sans anesthésie ni le minimum de sécurité sanitaire pour l’enfant. Le pouvoir de l’oralité est encore très fort à Madagascar au point de favoriser de tels ragots au profit de businessmen qui n’ont aucun scrupule à marchander la vie de petits hommes pour quelques billets.Voici donc ce qui explique le pouvoir que devraient avoir les radios dans le développe­ment de ce pays. En effet, la radio a ses avantages qui font que, parmi les médias existants, elle reste la première au cœur des foyers à Madagascar. La radio est facile d’accès. Car comparé à la presse écrite et visuelle, elle a ses avantages. Primo, une grande majorité de Malagasy ne savent ni lire ni écrire. D’où la presse écrire est tout de suite mise sur le banc de touche. Les 92% de la population, qui vivent dans la grande pauvreté, n’ont pas accès à l’électricité, donc bottent en touche la télévision et par la même voie la presse qui coûte cher par rapport au niveau de vie de la population.La force de la radio, des radios est une pépite à mettre en valeur. Il faudrait recentrer la communication étatique et institutionnelle vers la réalité culturelle du pays. Le flyer devient vite un papier pour allumer le charbon de bois, le clip à la télé est vite oublié par l’infime partie de la population qui peut s’offrir une télé et une source d’électricité. Mais le théâtre radiophonique se vit, se discute même loin de nos technologies éphémères.

Par Mbolatiana Raveloarimisa

L'express de Madagascar0 partages

Le Jardin des Plantes, musée de la flore exotique

Ayant entrepris de réunir des notes sur les naturalistes venus à Madagascar, trouvées au Muséum d’histoire naturelle de Paris, le Dr Henri Poisson indique, en 1943, avoir trouvé 425 dossiers plus ou moins complets. « Et ce n’est que le début. »Le XIXe siècle est surtout marqué par les nombreuses et importantes découvertes des voyageurs-naturalistes, dont la majeure partie est préparée et formée au « Jardin du Roi », c’est-à-dire le Muséum. Beaucoup y sont jardiniers, profession qui leur permet de connaitre les végétaux exotiques et leur culture, et par là, de rendre d’excellents services dans les pays d’Outre-mer.Au début de ce siècle, le Muséum est sous l’habile direction d’André Thouin (1747-1823) qui est alors jardinier en chef avant de devenir premier titulaire de la chaire de la Culture. C’est surtout à cette époque que les voyageurs peuvent profiter de cet enseignement. Le Muséum d’histoire naturelle de Paris occupe une place primordiale dans la recherche en pays d’Outre-mer.Sous la restauration, Boitard, un historiographe du Jardin des Plantes, écrit : « Pas un marin de quelque importance, pas un lieutenant de frégate n’aurait cru son voyage complet, s’il n’eut pas pu en consigner quelques souvenirs au Jardin des Plantes. » C’est par eux que le patrimoine scientifique, notamment français mais aussi mondial, s’enrichit et prend une extension qui permet le développement de la France d’Outre-mer.Selon le Dr Poisson, en effet, les résultats scientifiques obtenus par les chercheurs appointés ou bénévoles, les missionnaires, les militaires, les marins, les administrateurs et fonctionnaires  de différents services, les colons, les lettrés malgaches, les agents de compagnies commerciales ou industrielles, peuvent donner une foule énorme de travaux utiles et de trouvailles d’espèces nouvelles animales, végétales, fossiles, etc.Toujours au début du XIXe siècle, Aubert du Petit-Thouars (1758-1831), issu d’une famille de marins célèbres, se fait aussi remarquer car il est à la fois voyageur et botaniste. Plusieurs de ses travaux sont publiés dans le Bulletin de la Société philomathique, de 1801 à 1808. On a encore de lui deux ouvrages sur les orchidées des Iles de France, Bourbon et Madagascar. Les œuvres de ce naturaliste sont devenues fort rares pour la plupart.Jean Nicolas Bréon (1785-1864), entré à 24 ans au Muséum comme jardinier, est l’ami d’Adrien de Jussieu. Botaniste de la Marine en 1815, il se rend à Bourbon en 1816, fait plusieurs voyages à Madagascar, à l’ile Sainte-Marie et sur la côte orientale en 1824, au pays d’Anosy. Il introduit à La Réunion plus de huit cents espèces de plantes rares, parmi lesquelles la canne à sucre de Batavia, le tek, et près de soixante espèces d’arbres fruitiers. Un très bel arbre de la forêt de l’Est malgache  porte le nom de « Breonia », le « Molopan-gady ».L’infortuné Louis Armand Chapelier- venu dans la Grande ile à 16 ans et y mourant à 28 ans à cause de l’insalubrité- laisse aussi un herbier au Muséum et des manuscrits étudiés et publiés par l’Académie malgache.Il existe aussi une autre figure très originale. Il s’agit de Goudot. Il est tour à tour naturaliste et commerçant, et a une existence assez mouvementée. Les autochtones de Toamasina le surnomment Bibikely, allusion à sa manie de récolter des insectes. Il a des difficultés avec le gouvernement hova et se retire dans le Nord. C’est un excellent collecteur et ses notes et lettres sont des plus instructives et curieuses. En 1834, il récolte des œufs d’Aepyornis.Mais la grande et sublime figure d’explorateurs et de savant qui domine ce siècle, est celle d’Alfred Grandidier, qui ramène en France de très nombreuses collections de haute valeur d’animaux, de roches, de plantes. Avec son ami Alphonse Milne Edwards et les savants du Muséum, il entreprend cette œuvre gigantesque que sera l’ « Histoire physique, naturelle et politique de Madagascar ».« Ce magnifique monument, jusqu’au début du XXe siècle, comprend vingt six beaux volumes de textes et d’atlas divers dont les planches sont d’une facture irréprochable. »Par ailleurs, les Anglais, qui occupent si longtemps l’Imerina, travaillent activement à l’histoire naturelle. Les écrits du révérend Baron, de Cousins, de Sibree et les voyages d’Ellis, en témoignent par la publication de documents très importants sur de nombreux sujets parus dans des périodiques.On ne saurait non plus oublier l’activité des voyageurs et des missionnaires Camboué, Callet, Collin, Maroger, Mondain, Venceslas Bojer et son ami Hilsenberg, Ida Pfeiffer…

Texte : Pela Ravalitera – Photo :  Internet

L'express de Madagascar0 partages

Deux cadavres décou­verts à Nosy Be

Découverte macabre à Nosy Be Hell-ville, dans la nuit de jeudi. Les corps des deux étrangers dont l’un déjà en état de putréfaction ont été retrouvés dans la mer. Les victimes n’ont pas encore été identifiées, selon la gendarmerie qui a fait le déplacement sur les lieux. La découverte de corps fait craindre un naufrage, d’après la population locale.

L'express de Madagascar0 partages

Six tueurs écroués à Tsiafahy

Six hommes impliqués dans le meurtre d’un vieux ressortissant belge à Ankaraobato, dimanche dernier, ont été envoyés derrière les barreaux à Tsiafahy, après avoir été traduits devant le parquet, hier.

Midi Madagasikara0 partages

Antsirabe : Fiara mpaka fakon’ny kaominina nivarina an-kady

Niharan-doza ny fiara mpaka fakon’ny kaominina Antsirabe ambonivohitra omaly maraina teo Ambohimena amin’ilay fidinam-be mihazo ny fokontany Mahaziana iny. Soa aloha fa tsy nisy ny aina nafoy na ny naratra fa ny fahavoazana no be. Niteraka fitohanana be ny loza ka voatery navily amin’ny lalana hafa mihitsy ireo fiara mpampiasa ny lalana omaly hariva ka niteraka fimenomenona ho an’ny maro. Raha ny fantatra dia nijanona teo amoron’ilay fidinana ity fiara lehibe ity haka fako,  nampiasa ny “frein à main” ny mpamily saingy tsy nahatana azy izany ka io niromorimo nidina tsy nisy mpampily io ny fiara. Tsy nijanona ilay fiara be raha tsy nivarina tany amin’ny hantsana. Soa fa tsy nisy fiara, na olona nanamorona ny lalana, na koa trano niantefan’ilay fiara. Voalaza fa niezaka niditra hamonjy ny familiana ihany ilay mpamily saingy tsy tratra intsony noho ity fiara ity nidim-pidinana. Fanontaniana mipetraka amin’itony tranga itony ny hoe mba voamarina tsara ary misy fanaraha-maso ve ireny fiara lehibe ireny alohan’ny hiasany  mba hisorohana ny loza mety hitranga toy izao.

Andry N. 

Midi Madagasikara0 partages

Natation – CJSOI : 10 nageurs en quête des titres

Les courses sont ouvertes. La piscine de Sainte Clotilde sera le théâtre de joute intense entre les meilleurs nageurs des moins de 14 ans de l’Océan Indien ce jour et demain. C’est dans le cadre du tournoi de natation de la Commission de la Jeunesse et des Sports de l’Océan Indien ( CJSOI )  qui verra la participation de Madagascar, Maurice, les Seychelles et La Réunion hôte. 10 nageurs malgaches dont 5 respectivement chez les filles que chez les garçons vont défier ceux des îles voisines.  » On reconnaît que ce n’est pas facile face aux Reunionnais et Mauriciens, mais, les nageurs sont conscients  de l’enjeu de la compétition. Ils sont prêts à relever le défi » a indiqué Vony Randriamanantena, entraîneur de la sélection malgache.

Liste Garçons U14Randrianaina Harifaly, Falimanana Mandresy, Rakotoniaina Elie, Andriampenomanana Mamihaja, Rakotobe Aro Toavina. Filles U13Razafimaharo Johanne, Randriamanantenasoa Bijoux Aina, Andrianaivo Ony, Rakotomahefa Amiel. CoachRandriamanantena Voniarimanitra. Chef de délégation Rasoamanana Hando.T.H

Midi Madagasikara0 partages

Imerintsiatosika : Rangahy nanamboatra môtô, nipoahan’ny lasantsy

May ilay môtô, may ny trano. Naratra mafy ihany koa ity lehilahy iray izay nipoahan’ny lasantsy teo am-panamboarana môtô ity. Tany Imerintsiatosika no nisehoan’ity tranga mampalahelo ity raha ny fampitam-baovao azo. Araka ny fantatra dia tia mikitikika sy manamboamboatra ny môtô-ny ity lehilahy iray ity. Teo am-panamboarana izany mihitsy anefa izy, izay tsy maintsy nisy kojakoja sasàna amin’ny lasantsy, no nisy namany nifoka sigara teo akaikiny. Tsy tandritandrin’ity namany ity, nony efa vitany, ilay sigara mbola nirehitra fa natsipiny tamin’izay toerana tandrifin’ny tanany. Nahazo ilay lasantsy nanasàna ireo kojakojana môtô izany ary dia nidedaka ny afo. Vetivety dia nahazo ny fitoeran-dasantsin’ity kodiaran-droa ary nipoaka. Nipitika lavitra mihisy noho ny hamafin’ny fipoahana ilay lehilahy izay naratra mafy tokoa. May tanteraka ny tarehiny sy ny vatany ary niempaka mihitsy ny hodi-tsandriny. Nahita izany ireo fokonolona teo akaiky dia samy niezaka avokoa namonjy. Saika tsy tafavoaka tao anaty afo ilay ranamana raha ny loharanom-baovao azo. Ny afo, izay nahazo ny trano ihany koa ary nampirehitra izany tanteraka. Nentina novonjena haingana teny amin’ny hôpitaly moa ity lehilahy ity. Ary efa an-dalam-pitsaboana ireo mpitsabo izay manao izay tratry ny heriny hamonjena ity rangahy iray ity. Na izany na tsy izany anefa dia somary atahorana ihany ny ainy noho ny halebiazan’ny fahamaizana, hoy ireo mpitsabo.

m.L