Les actualités Malgaches du Vendredi 03 Mai 2019

Modifier la date
Midi Madagasikara26 partages

Semaine culturelle africaine : Momo Jaomanonga invité d’honneur au Maroc

Momo Jaomanonga, le jeune écrivain panafricain.

« … La culture peut nous servir d’outils, on dit même qu’elle est un levier du développement… En effet, à force de la protéger, en revanche, elle nous protège aussi. Donc, protégeons-la, et unissons nos forces, car ceci dit que la culture est une garantie et à la fois un moyen pour notre réussite. Ce qui ignore la culture ne sera jamais une élite ». Telles sont les phrases de Momo Jaomanonga lors de la cérémonie d’ouverture à l’Université Mohammed Ier à Oujda Maroc.

La semaine culturelle africaine organisée par l’Université Mohammed Ier a débuté hier à Oujda à l’Est de Maroc. Chaque année, plus de 15 pays africains participent à cet évènement para-universitaire. Si les éditions précédentes ne favorisaient que la danse traditionnelle et les expositions des arts des pays participants, cette année, les organisateurs valorisent la littérature africaine. Alors, le jeune poète-écrivain Momo Jaomanonga a reçu l’invitation du directeur de l’Ecole Nationale Scientifique Appliqué d’Oujda, El Hebil Farid.

Un « speech » éloquent. Après les discours du Président de l’Université Mohammed Ier le Professeur Benkadour, le vice- Président de l’Université de Mohammed Ier le professeur Bouabdela, le Secrétaire Général de la Wilaya El Jorji, l’ambassadeur du Burkina-Faso au Maroc Zakalia Kote, et le consul honoraire du Burkina-Faso au Maroc Bachiri, l’invité d’honneur Momo Jaomanonga a pris la parole.« Il est impossible de connaître quelqu’un, de construire une atmosphère meilleure et une bonne cohabitation avec nos proches, nos collègues, nos compatriotes et nos frères des rives différentes si on ne connaît pas leur culture, évidemment leurs langages et leurs traditions. De plus, connaître les autres  c’est se connaître. On ne trouve notre identité, nos valeurs et nos différences qu’à partir de la fréquentation de nos voisins… La littérature et l’écriture trouvent aussi leurs places dans cette 6e édition de semaine culturelle africaine » a-t-il souligné. En remerciant les organisateurs de cet évènement, le jeune homme a précisé que l’Université Mohammed Ier est un bon exemple pour Maroc, pour l’Afrique, et pour le monde entier dans le cadre des formations scientifiques de qualité et celles culturelles qui produisent vraiment une élite et des Elites.

Des questions pertinentes ! Aujourd’hui à 13 heures (10 heures au Maroc), Momo Jaomanonga  animera une conférence intitulée « L’Afrique : une diversité culturelle et source d’élites ». L’intervenant développera  les questions suivantes. Notre diversité culturelle est- elle un atout pour nous ou un problème ? On dit que l’Afrique regorge a d’élites, A qui profitent vraiment nos élites ?Comment se développent ou comment se forment nos élites ? Avant l’avènement de la mondialisation et après la mondialisation ? On a plusieurs élites, mais pourquoi l’Afrique reste-t-elle pauvre ? La valorisation culturelle peut-elle être considérée comme une alternative ? Jaomanonga n’a pas seulement représenté la littérature malgache, mais aussi la culture africaine. Il n’est pas uniquement le porte-parole de la Grande Ile mais de l’Afrique toute entière. « Ne regardons plus la couleur de nos drapeaux, ni le niveau de nos diplômes mais la couleur de notre sang… car nous sommes dans le même bateau » a-t-il affirmé.

Iss Heridiny

Midi Madagasikara13 partages

Sauvegarde de la biodiversité de Madagascar : Nous n’aurions plus que cinq ans pour agir

La Grande Île ne disposerait plus que de cinq ans pour renverser la vapeur.

La biodiversité unique de Madagascar est en danger. Ce n’est certainement pas la première fois qu’on entend cette affirmation. Pourtant, l’urgence de la situation est palpable. Cinq années pour agir, c’est tout ce qui nous reste.

«La destruction de la biodiversité malgache  profite à peu de personnes qui tirent profit du trafic de bois de rose, de l’exploitation minière illégale dans les aires protégées ou du commerce interdit d’espèces telles que nos tortues en danger critique. Cependant, les coûts sont généralisés et touchent tous les Malgaches ». Ce sont les propos du docteur Herizo Andrianandrasana – écologiste et philosophe – qui résument la situation réelle quant à l’injustice et la cruauté autour de la dégradation des ressources naturelles dans la Grande Île. Cette dernière est pourtant un « hotspot » de la biodiversité mondiale. Raison pour laquelle des scientifiques de par le monde unissent leur force pour tirer la sonnette d’alarme. Pour une lecture plus simplifiée, si l’on en croit aux dires de ces scientifiques, « il nous faut intervenir sur cinq axes en cinq ans avant que la situation ne soit irréversible ». Une urgence confirmée par le Professeur Jonah Ratsimbazafy. « Le temps est venu d’agir, il n’est pas trop tard pour changer la donne à Madagascar. Mais ce le sera bientôt » a-t-il interpellé.

Corollaires. Madagascar devrait investir de manière efficace dans les aires protégés. Un objectif qui ne saurait être atteint s’il n’y a pas de « renforcement du droit des populations locales sur les ressources naturelles ». Ces deux points sont interdépendants dans la mesure où Madagascar est l’un des pays les plus pauvres de la planète. La conservation devrait donc contribuer aux efforts nationaux visant le développement économique, et non les nuire. Elle ne devrait pas aggraver la situation de la frange « pauvres » de la population – généralement situé dans le milieu rural et – qui est souvent marginalisée dans le processus de prise de décision. Les deux axes permettront plus facilement de garantir le développement de nouvelles infrastructures afin de limiter les impacts sur la biodiversité. Les autres points concernent particulièrement la Gouvernance. Entre autres, la lutte contre la criminalité environnementale et l’investissement dans des efforts de restauration majeurs qui s’attaqueront au problème de crise croissante du bois de feu dans le pays. L’urgence est là et les innombrables pertes en termes de biodiversité l’attestent (des milliers d’hectares de forêts sont consumées par les feux de brousse  chaque année). La situation est d’autant  plus critique dans la mesure où l’appréhension collective veut que  » la sauvegarde de l’environnement rime à des plans d’action qui ne verront jamais le jour « .

José Belalahy

Midi Madagasikara12 partages

7e Dialogue politique : 492 millions d’Euros pour financer les actions du gouvernement

La 7e édition du Dialogue politique s’est déroulée hier à Iavoloha.

L’Union européenne a réitéré sa disponibilité à soutenir les élections législatives qui se dérouleront le 27 mai prochain.

Au beau fixe. C’est la situation actuelle de la relation entre l’Union européenne et le régime Rajoelina. En effet, la 7è édition du Dialogue politique s’est déroulée hier au Palais d’Etat d’Iavoloha. La tenue chaque année d’un tel évènement est prévue par l’article 8 de l’Accord de Cotonou. Il s’agit là du premier Dialogue politique dirigé par le président Andry Rajoelina depuis son accession à la Magistrature suprême. « Miova Andriana, miova sata », littéralement lorsqu’on change de seigneur, on change de statut. Si auparavant, ce sont les partenaires techniques et financiers qui décident ou qui imposent (c’est selon) par rapport aux projets et à leurs domaines d’interventions, cette fois-ci, on remarque un changement « radical » dans le domaine de la coopération. Ce sont les projets inscrits dans le « Velirano » qui vont bénéficier de financements. Le communiqué conjoint sorti à l’issue de la rencontre affirme que « Les deux parties ont reconnu l’importance du présent dialogue comme étant une opportunité pour resserrer davantage les liens entre Madagascar et l’Union européenne, mais surtout pour adopter une nouvelle approche de travail conforme à la vision de l’Initiative pour l’Emergence de Madagascar et les actions prioritaires de l’Etat malgache . Le dialogue politique est un forum stratégique pour édifier un véritable partenariat stratégique plus fort, plus prospère et plus équitable avec l’Union européenne afin de faire de Madagascar un Etat émergent dans un proche avenir ».

11è FED. 492 millions d’Euros. C’est le budget alloué par l’Union européenne pour financer les actions du Gouvernement malgache. Cette somme est inscrite dans le Programme Indicatif Nationale du 11è Fonds Européen de Développement (FED). D’après les explications, « la totalité de ce budget est déjà engagée et débloquée ». Mise à part la mise en œuvre du PIN, la Délégation de l’Union européenne et le Gouvernement malgache ont également évoqué les questions des fonds régionaux et les lignes thématiques de l’UE. Aussi, 232 millions d’euros ont-ils été débloqués pour financer les travaux de réhabilitation des routes nationales RN6 et RN13.

PGE. Ce Dialogue politique était aussi une occasion pour l’Union européenne dirigée lors de cette occasion par son Ambassadeur Giovanni di Girolamo, de renouveler son soutien et son assistance à la mise en œuvre de la Politique Générale de l’Etat (PGE), à la démocratie et au développement socio-économique de Madagascar et du peuple malgache. Plusieurs domaines ont été discutés durant la rencontre, entre autres, l’état des lieux de la situation politique actuelle, la gouvernance, la sécurité, les Droits de l’Homme, la situation économique et les perspectives en vue, la situation de la JIRAMA et les énergies renouvelables. Tout en reconnaissant l’ancrage démocratique renforcé par le caractère inclusif, transparent et libre de la dernière élection présidentielle, l’Union européenne a réitéré sa disponibilité à soutenir les élections à venir, essentiellement les législatives qui se dérouleront le 27 mai prochain.

Stabilité. Pour sa part, le président Andry Rajoelina a rappelé l’entier engagement du gouvernement à mener une lutte ferme contre l’insécurité en vue de la consolidation de l’Etat de droit. « Des mesures fermes vont être prises pour garantir la stabilité sociale et politique », a-t-il soutenu. Mêmes dispositions pour la lutte contre la corruption, contre les trafics illicites des ressources naturelles et pour la promotion de la bonne gouvernance. Outre le Premier ministre Ntsay Christian, 13 ministres ont également assisté au Dialogue politique avec l’Union Européenne. A noter également la présence des Ambassadeurs de la France, d’Allemagne, du Royaume Uni, ainsi que des représentants de la Belgique, de l’Espagne et des Pays-Bas.

Davis R

Midi Madagasikara3 partages

Aria Travel : Lancement d’un voyage organisé en Egypte pour la CAN 2019

Aria Travel mise sur les voyages organisés pour promouvoir le tourisme. L’Egypte est la prochaine destination.

Nombreux sont ceux qui voudraient voyager en Egypte, à l’occasion de la première participation de Madagascar à la CAN (Coupe d’Afrique des Nations). Pour faciliter la réalisation de ce projet, Aria Travel lance un voyage organisé du 20 juin au 2 juillet prochain. « Le pack comprend un billet d’avion aller-retour, le visa, l’assurance, un hôtel 5 étoiles pour l’hébergement, les petits déjeuners les dîners en buffet, les transferts aéroport, les transferts aux stades et les billets pour les 3 matchs de Madagascar. A cela s’ajoutent des visites à Alexandrie et au Caire. Les participants verront, entre autres, Catacombes, Fort de Qaitbay, la Pyramide de Gyzeh et du Sphinx, la Pyramide de Sakkarah, le Caire Islamique, etc. Une croisière sur le Nil est également au programme. Tout cela, en compagnie d’un Egyptologue francophone », ont affirmé les représentants d’Aria Travel. Selon leurs dires, le prix de ce voyage est fixé à 4.999.000 Ar x 2. A noter que depuis deux ans, cette entreprise a déjà accompagné des centaines de personnes pour des voyages en Israël. L’Egypte est donc une nouvelle destination pour cette société organisatrice.

Antsa R.

Midi Madagasikara3 partages

Société civile : Une lettre ouverte au président de la République

Les organisations de la société civile (OSC) engagées dans la Lutte contre la Corruption à savoir ONG IVORARY, TI IM, ONG TOLOTSOA, MIEL, le Mouvement ROHY ont transmis une lettre ouverte au président de la République pour lui demander d’adopter dans les meilleurs délais, par ordonnance, la loi sur le recouvrement et l’affectation des avoirs illicites. « Les organisations de la société de citer notamment les enjeux de cette loi censée favoriser la réussite de la lutte contre la corruption car elle mettra en place le dernier dispositif indispensable si on veut un système anti-corruption efficace, les risques économiques élevés pour le pays sont dus au retard toujours croissant de son adoption, depuis la soumission du projet de loi lors de la 2e session de l’Assemblée nationale en 2017 (plus de 15 mois) .

Recueillis par Dominique R.

Midi Madagasikara2 partages

Exploitations minières : Des compromis sont à trouver sur les ristournes

Généralement, les régions loin de la Capitale sont laissées aux oubliettes (sauf durant les campagnes électorales), nonobstant le fait qu’elles soient soumises aux problèmes socio-économiques qui ne sont pas du tout anodins. C’est le cas de la Région Anôsy, confrontée à des difficultés relatives, entre autres, à l’adduction d’eau potable et d’accès à l’électricité, à l’emploi et aux problèmes générés par les exploitations minières. Justement, ces sujets ont été mis sur la table les 25 et 26 avril derniers à Taolagnaro, dans le cadre d’un atelier organisé par le Sénat et la fondation Friedrich Ebert. Ont été présents, bien évidemment, le président du Sénat Rivo Rakotovao, les sénateurs des régions Androy, Anôsy, Itasy qui sont mis à l’épreuve, quotidiennement, sur la question de gouvernance locale. Des maires, des membres de la société civile et des politiciens de la région ont également participé à ces échanges.

Ristournes. Outre les problèmes relatifs à l’accès à l’eau et à l’électricité, les impacts de l’exploitation minière – à l’instar de celle qu’effectue QMM – sur l’économie de la région ont été déballés. En effet, nous ne sommes pas sans savoir que les entreprises qui réalisent de l’exploitation minière sont sujettes à des ristournes, que doivent bénéficier les collectivités locales décentralisées concernées. Pour le cas de QMM à titre d’illustration, selon les informations reçues, l’on se pose des questions sur ces ristournes. Aussi, sont constatés des problèmes au niveau du foncier et du développement. Sur ce point, le président du Sénat, Rivo Rakotovao, estime qu’ « il faudrait mettre en place des compromis entre le contenu des cahiers des charges et les intérêts de la population locale ». Notons que sur les 22 régions, neuf ont déjà bénéficié de ce travail parlementaire, par la FES et le Sénat.

Recueillis par Aina Bovel

La Vérité1 partages

7ème dialogue politique Madagascar-UE - Les projets de l'IEM mis en avant

La septième édition du Dialogue politique entre Madagascar et l'Union européenne, le premier depuis l'accession à la magistrature suprême du Président de la République Andry Rajoelina, a eu lieu hier au Palais d'Etat d'Iavoloha conformément à l'article 8 de l'Accord de Cotonou. La partie européenne a été composée des ambassadeurs de l'UE, de France, d'Allemagne, du Royaume Uni ainsi que des représentants de la Belgique, de l'Espagne et des Pays Bas. Le Président de la République de Madagascar Andry Rajoelina a  conduit la partie malagasy composée notamment du Premier ministre, Chef du gouvernement, et de treize ministres ainsi que de hauts cadres de l'Etat. Cette rencontre régulière avec l'UE vise à encourager la compréhension mutuelle ainsi qu'à faciliter la définition des priorités et des principes communs.

Durant cette séance de travail et de discussion, les deux parties ont reconnu l'importance du présent dialogue comme étant une opportunité pour resserrer davantage les liens entre  Madagascar et l'Union européenne, mais surtout pour adopter une nouvelle approche de travail conforme avec la vision de l'Initiative pour l'Emergence de Madagascar et les actions prioritaires de l'Etat malagasy. Les projets contenus dans ce programme présidentiel ont été proposés à la partie européenne, contrairement comme d'habitude où la partie européenne met en avant les projets qu'elle souhaite appuyer. De nombreux projets ministériels cadrant avec l'IEM ont également été proposés à la partie européenne.  360 millions d'euros pour la RN6 et la RN13 La communication de la Présidence souligne que le dialogue politique est un forum stratégique pour édifier un véritable partenariat stratégique plus fort, plus prospère et plus équitable avec l'Union européenne afin de faire de Madagascar un Etat émergent dans un proche avenir. Les deux parties ont passé en revue la mise en œuvre du Programme indicatif national (PIN) ainsi que les fonds régionaux et les lignes thématiques de l'UE. Les deux parties ont évoqué le financement par l'UE de la réhabilitation de deux routes nationales, RN6 et RN13, d'un investissement total de 360 millions d'euros.  La partie malagasy et l'UE se sont réjouies de la bonne conjoncture de la coopération bilatérale. Presque la totalité de l'allocation de 492 millions d'euros du PIN du 11è FED étant déjà engagée et débloquée. Le septième dialogue politique entre la partie malagasy et l'UE reflète la solidité d'un partenariat mature, engagé et loyal. L'UE a renouvelé son soutien et assistance à la démocratie et au développement socio-économique du pays et de la population malagasy.La rédaction

Midi Madagasikara1 partages

Prix du carburant : Le GPM conteste l’étude la Banque mondiale

Le Groupement Pétrolier de Madagascar réagit enfin par rapport aux polémiques concernant les prix du carburant. Dans un communiqué publié par voie de presse, le GPM soutient notamment que l’étude initiée par la Banque mondiale concernant la structure des prix du carburant n’est pas totalement conforme à la réalité. D’après le GPM, « des efforts ont été entrepris pour arriver à un prix socialement acceptable, une rentabilité des opérateurs leur permettant la poursuite normale de leurs activités et aucune subvention de l’Etat ». Le même groupement de faire remarquer cependant que « malheureusement, cet effort s’est vite heurté à une étude initiée par la Banque mondiale dans laquelle ont été éludées des réalités et spécificités économiques essentielles auxquelles sont confrontées les acteurs du secteur : coûts de financement élevés, taille du marché réduite par rapport à certains pays comparés, logistique complexe de plus de 20 dépôts liés à l’enclavement du pays, dévaluation de la monnaie nationale et bien d’autres postes de coûts que les études de la Banque mondiale n’ont pas utile de prendre en compte malgré leur pertinence ». Apparemment, les débats sont loin d’être clos sur ce sujet complexe des prix du carburant.

R.Edmond.

Midi Madagasikara1 partages

Jeu Fun Quizz d’Airtel : La voiture neuve Chevrolet à Norohasina Nivomalala

Ratsimbanirina Norohasina Nivomalala, recevant la clé de sa nouvelle voiture des mains du D.G d’Airtel Eddy Kapuku.

Heureuse. Norohasina Nivomalala l’est. Gagnante du premier lot de la 29éme édition du jeu Fun Quizz, elle a reçu, hier des mains du D.G d’Airtel Madagascar, Eddy Kapuku, la clé de sa voiture neuve de marque Chevrolet. Et elle n’est pas la seule puisque d’autres lots ont été également remis hier. Ainsi, Rafanomezantsoa Hajatiana a gagné un téléviseur à écran plat 55 pouces, Adinah Eurole, un Home Cinéma et Rafanomezantsoa Catherine, un synthétiseur. Sans compter, bien évidemment les lots intermédiaires distribués régulièrement pendant le concours. Une aubaine, en somme pour les participants les plus engagés dans ce jeu dont le propre est de faire le maximum d’heureux gagnants. . «Le jeu Fun quizz a été conçu de manière à joindre l’utile à l’agréable, et de surcroit, pour se rapprocher davantage de nos abonnés. Fidèle à notre politique de proximité, nous voulons accompagner la grande famille Airtel à chaque instant de sa vie, qu’il s’agisse de se divertir ou d’aiguiser ses facultés cognitives. Et aujourd’hui, nous primons ceux qui ont trouvé un intérêt particulier à s’épanouir tout en s’amusant. Cela fait partie de nos objectifs et grâce à la participation assidue de nos abonnés, nous l’avons atteint… » a expliqué Eddy Kapuku, Directeur général d’Airtel Madagascar. Rappelons que depuis la première édition du jeu Fun quizz,des centaines de lots ont été distribués par Airtel Madagascar afin de récompenser la ténacité des abonnés et d’inciter les Malgaches à découvrir un jeu passionnant pour la culture de l’excellence.

R.Edmond.

Midi Madagasikara1 partages

Droits humains à Madagascar : Des avancées sensibles sur la planification familiale et une stagnation in...

La rencontre enrichissante avec Thomas Brouns vendredi dernier. (photo fournie)

La situation des droits de l’Homme à Madagascar a présenté des progrès dans certains domaines quand elle stagne dans d’autres. C’est la « tendance générale » que nous pouvons retenir lors de la rencontre avec le diplomate américain Thomas Brouns lorsqu’il a présenté le fruit de ses recherches sur l’état des droits de l’Homme à Madagascar vendredi dernier.

Le vendredi 26 avril, dans les locaux de l’Ambassade des Etats-Unis à Madagascar à travers l’évènement hebdomadaire « Meet U.S », le diplomate Thomas Brouns a livré son rapport et a échangé sur l’état des lieux des droits humains à Madagascar. Beaucoup de sujets brûlants ont été soulevés durant cette séance de partage. M. Brouns a notamment parlé du non- respect des droits de l’Homme relatif aux conditions de détentions inhumaines et la surpopulation carcérale ; ainsi que de la traite d’êtres humains, en particulier celle ciblant les enfants comme la prostitution infantile, le travail des enfants, le tourisme sexuel et le proxénétisme basé sur les enfants. Le rapport a pu arriver à son terme, grâce aux précieuses collaborations des médias, de la société civile, mais aussi du gouvernement malgache et du gouvernement américain. Ainsi des progrès ont été constatés en ce qui concerne la santé sexuelle et reproductive des jeunes filles, car la planification leur est désormais plus accessible, si auparavant une jeune fille mineure devait disposer soit d’une ordonnance, soit être accompagnée d’un tuteur pour acheter un préservatif, une boîte de pilules contraceptives. Plus de planification, c’est moins de grossesse non désirée et moins d’avortement. En revanche, la situation du travail et de l’exploitation des enfants, ainsi que de leur éducation demeure inquiétante à Madagascar : le mariage précoce, le travail des enfants dans les carrières et les mines, etc.

Contexte et mise en lumière. Pour information, le gouvernement américain et ses ramifications effectuent des recherches et des rapports sur les droits fondamentaux, la liberté et la dignité humaine chaque année. Ces recherches et rapports sont effectués dans (et sur) les pays où  les Etats-Unis sont représentés, toutefois les Etats-Unis eux-mêmes sont également objet de ces recherches et rapports. Bien que la méthodologie de ces recherches soit à la base collaborative, donc incluant également les gouvernements concernés, le recoupement y est aussi omniprésent. Pour plus de neutralité et d’objectivité, le contenu des rapports résultent en effet en partie d’échanges et d’enquêtes faites auprès des représentants du grand public et de la société civile. Pour ce rapport sur les droits humains par exemple, il a fallu que M. Brouns travaille avec de nombreux responsables de la Justice, qui selon lui, auraient été collaboratifs. Interrogé sur les plus grands challenges auxquels il a fait face durant le rapport, il a affirmé que c’était la recherche d’informations « vraies » : « La recherche et la collecte d’informations vraies et non biaisées sont reconnues effectivement comme difficiles, étant donné que les droits de l’Homme sont un sujet sensible, même à Madagascar. Mais dans notre cas, cela s’est néanmoins avéré possible. ». Le rapport est disponible en lecture libre sur le site de l’Ambassade des Etats-Unis à Madagascar ; et il représente un document de référence pertinent quand il est question de débattre et d’agir sur les droits de l’Homme à Madagascar.

Luz Razafimbelo

Midi Madagasikara1 partages

TIM à Ambohijatovo : Manifestation autorisée par la Préfecture

Retour à Ambohijatovo demain pour les partisans de l’ancien président Marc Ravalomanana.

Les 109 candidats députés du TIM seront officiellement présentés demain à la population d’Antananarivo.

La précampagne dans le cadre des Législatives du 27 mai sera terminée dimanche prochain. La campagne proprement dite commencera le lundi 06 avril. Demain, le parti TIM clôturera sa précampagne au jardin d’Ambohijatovo. L’événement prendra l’allure d’un culte durant lequel le président national du TIM Marc Ravalomanana présentera officiellement les 109 candidats de son parti à cette élection de proximité. L’événement prendra l’allure d’un culte au cours duquel l’ancien président donnera son « tso-drano » aux candidats de sa formation politique qui reste jusqu’ici incontournable dans l’échiquier politique national. D’après nos sources, le rendez-vous a obtenu l’autorisation de la préfecture de police d’Antananarivo qui a donné son feu vert après avoir constaté que la tenue de ce culte ne constitue pas une menace à l’ordre public. Il a eu également l’autorisation de la commune urbaine d’Antananarivo quant à l’utilisation du jardin d’Ambohijatovo.

Sans répit. La précampagne a été un marathon pré-électoral pour le président national du TIM. Marc Ravalomanana a sillonné l’île sans répit. Ses déplacements lui ont permis de présenter les candidats de son parti aux électeurs des quatre coins de Madagascar. Le TIM a adopté une politique d’ouverture dans la sélection de ses candidats. Une ouverture qui lui a permis de détecter les personnalités qu’il faut à la place qu’il faut. Là où il est passé durant la précampagne, l’ancien président a fait savoir que sa formation politique s’engage à apporter des changements dans la manière d’adopter les lois, de contrôler l’action du gouvernement et d’évaluer les politiques publiques à l’Assemblée nationale. A rappeler que le « Tiako I Madagasikara » est la deuxième formation politique qui a présenté le plus grand nombre des candidats aux prochaines Législatives. Pour bon nombre d’observateurs, les Législatives du 27 mai constituent un rendez-vous électoral crucial dans la mesure où les résultats de ce scrutin détermineront le nouveau rapport des forces politiques dans le pays.

R. Eugène

Madaplus.info0 partages

12ème édition Nuit Blanche Parisienne par Madaplus.info

L'Equipe Madaplus vous remercie encore pour votre présence nombreuse à la 12ème édition de la Nuit Blanche malagasy et vous dit à l'année prochaine.
Visionnez la video suivante et un grand merci à Patrick Razanatsimba.
La Vérité0 partages

Whitley awards 2019 - Vatosoa Rakotondrazafy remporte le prix pour la conservation marine

Honneur pour les Malagasy ! Vatosoa Rakotondrazafy, coordonnatrice du réseau Mihary a remporté le prix de la conservation marine mercredi dernier à Londres lors du « Whitley awards 2019 ». « Madagascar est reconnu mondialement pour ses mangroves, ses récifs coralliens, ses plages et ses algues marines. Plus de 200000 personnes dépendent des ressources côtières et marines pour leur subsistance. Cependant, ces communautés côtières sont la plupart confrontées à un isolement géographique.

L’approche de gestion descendante des ressources naturelles est aussi encore dérisoire. Dans ce cadre, l’autonomisation des communautés locales à prendre et à appliquer les décisions concernant l’utilisation de leurs ressources est désormais considérée comme l’approche de gestion des ressources naturelles la plus efficace », écrit Vatosoa Rakotondrazafy dans la contextualisation de son projet. Les aires marines gérées localementLa jeune femme a eu l’idée de mettre en place des  aires marines gérées localement comme levier de développement.  « Les Aires marines gérées localement (LMMA) sont des zones marines et côtières gérées par une ou plusieurs communautés dans le but de contribuer à la protection des ressources halieutiques et la biodiversité marine. Elles constituent également des outils importants pour préserver la sécurité alimentaire,  pour lutter contre la pauvreté dans les zones côtières et aider les communautés côtières à s’adapter au changement climatique », note-t-elle.  La première LMMA à Madagascar a été créée en 2005. Depuis, le réseau s’est développé. « Le concept a depuis pris de l’ampleur au sein des communautés, des autorités gouvernementales et des Organisations non gouvernementales (ONG), avec la mise en place d’environ 64 LMMA jusqu’ à ce jour. Ces LMMA sont réparties dans toute l’ile et contiennent une grande diversité de milieux marins et côtiers, des archipels de corail aux forêts de mangroves côtières et une importante communauté locale qui en dépendent pour leur subsistance ».Solange Heriniaina

La Vérité0 partages

La peur au ventre

Qui a peur de l'IEM ? Qui tremble face à la fulgurante percée de Zandry Kely ? La peur au ventre, les adversaires de l'émergence de Madagascar multiplient attaques et  frondes. Des tirs croisés qui visent personnellement le numéro un de l'Etat. Principale cible, Rajoelina Andry Nirina se trouve au centre de leur assaut, en plein dans la visière de leur arsenal.    Au Palais des sports à Mahamasina, ce cadre emblématique des décisions historiques, Rajoelina se désolait des comportements, pour le moins, bizarres des « ennemis jurés» de la Nation. Aussi  fallait-il rappeler au passage que ce fut dans ce mythique Palais, des grandes rencontres, que Rajoelina annonçait officiellement et solennellement sa décision de se porter candidat à l'élection présidentielle.  

Une annonce ayant fait l'effet d'une bombe ! Une annonce créant la psychose chez les éventuels adversaires à la course à Iavoloha. Déjà à ce moment précis, les Rajao et les Ravalo et bien d'autres grincèrent les dents et tremblotèrent jusqu'au point où les genoux flanchèrent. Porté gagnant aux élections, au grand dam des autres prétendants, Rajoelina Andry Nirina sans attendre ni tergiverser se préoccupe immédiatement aux réalisations des Velirano auxquels il s'était engagé devant le peuple au cours de la campagne électorale. En homme de paroles, il traduit en actes les promesses tenues  lors des déplacements durant la précampagne et la campagne proprement dite. En réalité, Zandry Kely entend souffler une nouvelle pratique politique à Madagascar. Un vrai homme d'Etat se distingue par le fait qu'il respecte les engagements tenus auprès de la population. De toutes les manières, si les électeurs ont bien voulu accorder leur choix en sa faveur c'est grâce à son programme (l'IEM) auquel il avait fermement promis  de concrétiser (Velirano) en cas de victoire.  Ainsi, de grands chantiers démarrent, entre autres, réfections des infrastructures de base telles que routes stratégiques, exemple celle reliant Ambilobe à Vohémar ou celle de Moramanga à Alaotra, réhabilitations des patrimoines historiques comme le cas du Rova Manjakamiadana. Citons aussi le cas de la distribution au prix modéré sinon au prix cassé des « vary mora ». Tout récemment, la revalorisation à 200.000 ariary du revenu minimum des salariés évoluant dans le secteur privé. Autant d'engagements pris que le nouvel homme fort du pays tient coûte que coûte à concrétiser. Le fait que le Président a réussi à convaincre le patronat, en présence des formations syndicales, témoigne à plus d'un titre, qu'il n'est celui que les adversaires, les faux opposants en mal de propositions concrètes, tentèrent de « salir » en semant à tout vent sur la place publique des diffamations indignes des hommes politiques intègres. En effet, aux prises à une peur bleue les détracteurs de l'IEM crient à tue-tête que Rajoelina Andry … tournerait en bourrique le peuple. Les « Déclarations du Palais » à Mahamasina ne relèveraient, selon eux, que d'une vulgaire supercherie, fruit de l'imaginaire d'un jeune … rêveur. Des faits irréalisables !Concrètement, ces faux politiciens, trop habitués à mentir à leur peuple, ne croient un seul instant que le jeune Chef d'Etat serait en mesure de réaliser ces importantes ou vitales déclarations. Et au moment où Rajoelina commença à tenir ses paroles, quels que soient les obstacles à franchir, la peur au ventre les assaillit.Ndrianaivo

La Vérité0 partages

Hausse du salaire minimum à 200 000 ariary - Application effective pour tous les employé

Un sujet de polémique, engendrant une réjouissance pour les uns et des craintes pour les autres. La révision à la hausse du salaire minimum d’embauche (SME) pour le secteur privé à 200 000 ariary vient d’être validée cette semaine. C’était à l’issue d’une rencontre tripartite au Palais d’Etat d’Ambohitsorohitra entre le Président de la République Andry Rajoelina, qui l’a promis dans son « velirano », les représentants du patronnat malagasy et les syndicats des travailleurs. Depuis, les suppositions et débats fusent de toutes parts, notamment faute de détails sur la hausse. A travers ce reportage, nous avons collecté les avis de quelques bénéficiaires, des représentants des syndicats et de l’Inspection du travail. Les employeurs et responsables d’entreprise n’étaient pas en reste, en sollicitant des mesures d’accompagnement face à cette décision.

Effective ce mois de mai, selon les prévisions. Après sa validation, la hausse du SME à 200 000 ariary attend actuellement la sortie d’un décret d’application, à en croire Hermann Tandra, directeur général du travail auprès du ministère de tutelle. Ledit décret, à passer au sein du Conseil national du travail, livrera tous les détails et les informations y afférentes à retenir. « Tous les employés régis par le Code du travail sont concernés par cette hausse du salaire minimum », souligne ce responsable. Normalement, les gens de maison tels que les domestiques, gardiens, chauffeurs particuliers, etc. devraient aussi en bénéficier. Toutefois, leur traitement s’avère différent des autres salariés vu qu’ils touchent d’autres avantages considérables, dont l’hébergement, la nourriture, la prise en charge médicale, etc. « Les calculs effectués par les experts du BIT (Bureau international du travail) estiment qu’une domestique pensionnaire devrait gagner au moins 95 000 ariary par mois, soit les 200 000 exemptés du loyer, des repas, des frais médicaux et autres », rapporte Rémi Henri Botodia, secrétaire général de la conférence des travailleurs ou SEKRIMA.Des bénéficiaires enthousiastesReconnaissants. La plupart des employés qui vont bénéficier de la hausse du salaire de base à 200 000 ariary ont exprimé leur joie. C’est le cas de Hery R., agent de sécurité auprès d’une grande société sise en centre ville. « Cela fait maintenant 15 mois que je travaille auprès de cette société. Je touche chaque mois 180 000 ariary net, sans primes ni indemnités. C’est largement insuffisant par rapport aux tâches que j’accomplis ou encore mes besoins, mais je dois faire avec. Heureusement que le Président de la République a validé la hausse à 200 000 ariary. Cela compte pour les « petits » employés comme nous », avance ce père de famille ayant une épouse et un enfant à la charge. Véronique A., femme de ménage, partage cet emballement. « Pendant des mois, nous luttons pour l’augmentation de nos salaires, actuellement à 150 000 ariary, mais en vain. Notre patron va finalement le faire, qu’il le veuille ou non. Nous avons jubilé en étant informé de la hausse, soit 50 000 ariary de plus dans nos poches dès cette fin du mois », se réjouit-elle.8h de travail journalierOutre la hausse du SME, la rencontre tripartite à Ambohitsorohitra a été une occasion de rappeler le volume des heures de travail à 173h par an. « En général, aucun changement n’a été adopté à ce sujet puisque le Code de travail impose déjà cette durée légale. Son calcul part du fait qu’un ouvrier travaille 8 heures par jour pendant 5 jours ouvrables, soit 40h par semaine. Les 40h sont multipliés par 52 semaines (dans l’année) pour ensuite être divisés en 12 mois, ce qui donne 173,33h de travail », explique un contrôleur de travail. Les employés qui travaillent plus de 8h par jour doivent toucher des indemnités d’heures supplémentaires, comme le dicte le Code de travail.Politique salariale par entrepriseLa révision à la hausse du SME implique une augmentation linéaire du salaire des employés de toutes les catégories. Cette augmentation linéaire du salaire est légitimement obligatoire, d’après le Sg du SEKRIMA. Toutefois, cette hausse ne peut être imposée par une politique extérieure. Elle doit être faite sur une initiative personnelle des employeurs. Autrement dit, chaque entreprise devrait avoir sa propre politique salariale, selon ses moyens. « Dans tous les cas, l’application effective de cette hausse de salaire nécessite l’inculcation de la culture de dialogue entre les employeurs et les travailleurs. Cela reste rare au sein des entreprises malagasy, notamment faute de syndicats », constate notre source. Celle-ci recommande également la révision de la classification, laquelle devient caduque face à la hausse du SME.Patricia Ramavonirina

La Vérité0 partages

Reconstruction de certaines routes de Tana et de ses périphéries - Projet de l'Etat et non de la CUA

Des publications notamment sur les réseaux sociaux semblent attribuer la paternité pour ne pas dire le mérite des projets de reconstruction de certaines routes de la Capitale à la Commune urbaine d'Antananarivo. Une version démentie par des sources qui précisent que la mairie d'Antananarivo n'est qu'un simple bénéficiaire dans ces projets. Il faudrait en effet savoir que la construction de ces routes de la Capitale entre dans le cadre du projet « post-disaster infrastructure reconstruction ».

Ce projet concerne la reconstruction des infrastructures de transports et de protection contre les inondations ayant été endommagées par le cyclone qui a touché Madagascar au début de l'année 201.  La Banque européenne d'investissement a mis à la disposition de la République de Madagascar un crédit de 40 millions d'euros pour le financement de ce projet. Le contrat de financement a été conclu le 23 juin 2016 entre la République de Madagascar, représentée par le ministre chargé des Finances et du Budget, la Banque européenne d'investissement et l'Autorité routière de Madagascar. L'Etat malagasy doit donc rembourser le crédit. Le contrat de financement précise que le projet est mis en œuvre par l'Autorité routière de Madagascar, un établissement public placé sous la tutelle administrative et technique du ministère chargé des Travaux publics et des Infrastructures et sous la tutelle financière du ministère des Finances.Les travaux financés dans ce cadre sont principalement localisés dans la Région d'Antananarivo et comprennent la reconstruction de routes, notamment l'axe Gare Soarano-Mahazo, Gare Soarano-Imerinafovoany, Gare Soarano-Mandriamena, Rond point Anosy - Sortie pont Ampitatafika, Andravoahangy ambony-Sabotsy Namehana, Pont Ampasika et le carrefour vers la cité des Assureurs Itaosy, carrefour de la route d'Itaosy et le carrefour de la RNS1. La réparation et l'extension de digues et la consolidation du viaduc ferroviaire de Sahasinaka figurent aussi dans le cadre des travaux financés par ce crédit. La Commune urbaine d'Antananarivo n'entre donc en ligne de compte que dans la mise en œuvre du projet. Tout comme les autres communes pouvant être concernées par les projets de reconstruction de route. La mairie de la Capitale a notamment pour obligation de prendre les mesures nécessaires pour que le projet soit exécuté avec diligence et l'efficacité voulues. Une obligation que ne semble même pas assumer la CUA, notamment lorsque l'on voit les marchands de rue sur les chantiers. En somme, la CUA n'est qu'un simple partenaire bénéficiaire parmi tant d'autres dans ce projet et non un promoteur comme certains communicateurs veulent bien le faire croire.La rédaction

La Vérité0 partages

« Kopi kolé » 6e édition - Le groupe Sodiat fidèle au poste

C'est parti pour la 6e édition de l'émission de téléréalité « Kopi kolé », réalisée par la chaîne Tv plus Madagascar. Le groupe Sodiat est le principal sponsor officiel de cette émission phare, et ce, depuis la 1ère  édition. Une fidélité qui a pour objectif de mettre en avant le partenariat entre les entreprises malagasy. En vue de réaliser la première étape du casting, l'équipe du « Kopi kolé » a quitté la Capitale hier, pour rejoindre la ville d'Antsohihy, puis Ambilobe, Antsiranana, Mahajanga, Toamasina, Fénérive Est et Moramanga.

Quant à la deuxième étape, elle se tiendra le 21 mai dans la partie Sud. Antananarivo clôturera le casting, le 13 août prochain. Se poursuivra ensuite la première escale en direct.  Chaque année, la téléréalité ne cesse de s'élargir, à la demande des fans. Cette année, elle concerne 13 villes de Madagascar, dont  la  première fois à Ambilobe  et Fénérive Est. Ce sont Antananarivo et Toliara qui en comptent le plus grand nombre de participants. La compétition se divise en deux catégories à savoir la  «  Découverte Madagascar »,  qui a pour objectif de détecter les nouveaux talents et le « Kopi kolé 6è édition » qui n'est autre que l'imitation d'un artiste autant dans sa voix, geste et personnalité.  L'année  dernière, l'émission a été suspendue à cause de la tenue de l'élection présidentielle dans le pays. Outre le groupe Sodiat, Startimes, Le Fruit, Manda Sa, Elgeco plus sont les partenaires de la 6e édition dju « Kopi kolé ». Anatra R.

La Vérité0 partages

Accident militaire à Manakara - Le bilan s’alourdit, 6 morts

Le terrible accident de camion du  Bureau national de gestion des risques et catastrophes (BNGRC) et ayant coûté la vie à des militaires durant la récente journée de la fête du travail à Manakara, retient encore les esprits. Récemment, le nombre des  victimes est revu à la hausse car l’on dénombre maintenant 6 morts, contre  5 initialement. Par ailleurs, sur les 29 soldats blessés, 9 ont été sévèrement touchés. Ils ont dû être évacués dans des hôpitaux situés  dans deux villes du centre du pays.

Deux avions ont été affrétés pour l’évacuation de 6 d’entre eux vers l’HOMI à Soavinandriana, dans la Capitale tandis que 3 autres le furent  dans un centre hospitalier à Fianarantsoa. La plupart souffre de multiples fractures ou encore d’un  polytraumatisme sévère. Quant au reste, il est toujours sous soins  à « l’hôpital be » de  Manakara. Leur état est loin d’être critique.  Actuellement, l’Armée malagasy continue d’assumer la prise en charge des soins des victimes. Parallèlement, l’enquête sur le drame se poursuit encore. L’accident est survenu  sur la RN12 au niveau du village de Mijilo où  le camion Hino du BNGRC a fini sa course  au fond d’un petit ravin, non sans qu’il n’ait d’abord percuté un arbre.  « C’est surtout le choc du Hino contre cet arbre qui a provoqué le plus grand nombre de victimes parmi mes collègues », raconte un rescapé. Le conducteur aurait perdu le contrôle en tentant d’éviter à la fois un cycliste imprudent et un minibus Mercedes Sprinter. Les blessés ont été transportés en urgence à l’hôpital de la ville où ils ont été pris en charge. Ces militaires revenaient d’une journée de reboisement à Analavory.Précisons que le ministère de la Défense nationale et le secrétariat d’Etat en charge de la Gendarmerie ont effectué un reboisement à travers le pays le jour de la fête du  travail dernier. Les deux ministres responsables de ces ministères ont donné officiellement le coup d’envoi de cette journée à la BATAC à Arivonimamo. De nombreux militaires et gendarmes ont ainsi participé à cet événement.F.R.

Ino Vaovao0 partages

ANDRANOMADIO TOAMASINA : Fanendahana finday nandatsahan-dra vehivavy sahabo ho 25 taona

Vehivavy sahabo ho 25 taona no maty nisy namono. Dian’antsy maro no hita tamin’ny vatany. Nentin’ny sefo fokontany tany amin’ny Hopitaly Be nanaovana fameloman’aina saingy tsy avotra intsony.

Efa tonga tany amin’ny tranom-paty Hopitaly Be ny fianakaviany naka ny razana. Araka ny angom-baovao natao, dia fanendahana finday no nahazo azy. Tsy nianona tamin’ny fakana ilay findainy ihany ireo mpanendaka fa sady namono tamin’ny alalan’ny tsidron’antsy. Ny findainy araka ny nambaran’ny havany izay finday tsotra na ilay antsoin’ny olona mahazatra hoe finday fôza orana.

Mikaikaika amin’ny tsy fandriampahalemana tanteraka ny mponina ao Toamasina. Very fanahy mbola velona ny rehetra. Raha fokontany vitsivitsy ihany no nolazaina fa faritra mena ao Toamaisna teo aloha, dia efa ny faritra rehetra ao an-toerana no lasa faritra mena amin’izao fotoana izao.

Anisany fokontany azo lazaina fa nilamina ny tao amin’i Cité Nouvelle Ville fa lasa faritra atahorana koa ankehitriny. Ny alin’ny alakamisy 18 avrily, raha tsiahivina, dia rangahy 42 taona no maty notifirina jiolahy miisa 10.

Kamy

Ino Vaovao0 partages

FAMPANDRIAN-TANY ANY ATSIMON’NY NOSY : Dahalo dimy lahy tra-tehaka niaraka tamin’ny basy

Mahomby ny paikady  ary azo lazaina fa  ahitana porofo mivaingana isan’andro  ny  famongorana ireo dahalo  any  an-toerana, ankehitriny. Dahalo  miisa dimy indray teto  no voasambotra teo am-panaovana ny asa ratsiny ary nahatratrarana basy  miisa valo  tsy ara-dalàna.  

Voalaza fa efa  vokatra faharoa tamin’ny hetsika fampandrian-tany izao ka  tany amin’ny  fokontany Mitray sy Marohotro  kaominina  Maromby distrikan’ Amboasary Atsimo  no tra-tehaka ireo olon-dratsy  ireo. Mitohy ny savahao ifotony sy fanentanana ary fanabezana ataon’ireo  miaramila am-perinasa any an-toerana  mikasika ny paikady Kalony hiadiana amin’ny asan-dahalo sy ny fiambenana isan-tanàna ary ny fanarahan-dia. Vokatra tsara hatrany no azo sy tsapa nandritra ity hetsika ity ary miverina tsikelikely ny fahalemana any Atsimo. 

Mangataka fiaraha-miasa akaiky   amin’ny fokonolona ny mpitandro filaminana, izay tsy mitsahatra   rahateo koa  manampy azy ireo amin’ny fanangonam-baovao  mba ho fanafainganana ny  asa .  Tsara ho fantatra mantsy fa isan’ny vina lehibe napetraky ny  Filoham-pirenena  ny fampandriana fahalemana ny tany. Faritra maro  manerana ny Nosy  noho izany no  nanaparitahana  miaramila sy fitaovana raitra entina miady  amin’izany amin’izao fotoana izao.

Tatianà R.

Ino Vaovao0 partages

LOZA TAO MANAKARA : Tafakatra enina ireo miaramila maty, valo ireo naratra nampiakarina eto an-drenivohitra

Misy  19 kosa ireo naratra mafy mbola mitsabo tena ao amin’ny hopitalibe Manakara hatreto, ny valo amin’izy ireo no tsy maintsy nalefa haingana eto an-drenivohitra noho ny fahasarotana sy ratra be  mihoatra ny nahazo ny  hafa.  Betsaka tamin’ireo naratra mantsy  no voalaza fa tapa-tongotra sy tanana. Ho fanatsarana sy fandraisana an-tanana akaiky ireto niharam-boina ireto  ihany dia dokotera miisa roa avy ao amin’ny  hopitaly miaramila Antananarivo no  nalefa nidina ifotony nanampy  ireo mpitsabo any an-toerana amin’izao fotoana izao. 

Raha tsiahivina kely  ny  zava-nitranga  tamin’io fotoana io dia niharan-doza ny fiaraben’ny BNGRC nitondra miaramila avy namboly hazo. Fambolen-kazo  nentina nanamarihana ny fankalazana ny Fetin’ny Asa ny 1 mey  no notontosaina tamin’izany saingy niafara tamin’ny  loza nahatsiravina izay tsy nampoizina tokoa.  Voalaza fa niala “ bisikileta” ilay fiarabe ka nivadika.  Vokany, naratra avokoa ireo  rehetra tao anaty fiara, ny efatra moa dia maty teo no ho eo ihany.  Eo anatrehan’ity loza  niseho ity dia solontenam-panjakana maro ao an-toerana no efa nanefa ny adidiny, nandray andraikitra sy  nankahery  ireo mana-manjo.

Tatianà R.

Ino Vaovao0 partages

FIKAMBANAN’NY SILAMO MALAGASY : Ny Filoha Nasionaly Hassim Mohamed no ankatoavin’ny rehetra

Isan’ny lohahevitra nodinihina nandritra ity fikaonan-doham-paritra ity ny «  Andraikitry ny tanora Mozilimana ho an’ny ampitson’i Afrika  » ary nandray anjara fitenenana tamin’ izany ny filohan’ny Fsm, Hassim Mohamed. Ny «  Loza ateraky ny fanilikilihana  » no nohazavainy nandritra ny fandraisam-pitenenany tamin’izany. Azo lazaina ho henin-kaja tanteraka ity lanonana ity satria tonga nanatrika ny fanokafana tamin’ny fomba ofisialy izany ny Praiminisitra ao Ouganda, Ruhana Rugunda sy ny «  Muft  » an’ny Repoblikan’i Ouganda, Sheikh Chaaban Moubadjy. Mazava araka izany fa ny Fsm izay tarihin’ny filoha nasionaly, Hassim Mohamed hatreto no mbola mijoro ara-dalàna sy ankatoavin’ny rehetra. 

Fanambarana miaraka

Nifanindra an-dalana tamin’ity fikaonan-doha natao tany Ouganda ity indrindra dia nanao fanambaràna miaraka vao tsy ela akory izay ny Sampana fikambanan’ny Silamo Malagasy (FSM) eto Madagasikara izay nahitana ny filan-kevitra nasionaly ao Antsiranana, ny mpikambana ao amin’ny birao nasionaly monina ao Antsiranana ary ny Sampana Fsm tahaka an’i Manakara Fianarantsoa, Mahajanga sy ireo faritra hafa. Nambaran’ireto Sampana ireto tamin’izany fa  : Ny birao nasionaly ara-dalàna dia ny birao izay nolaniana tamin’ny Kaongresy Nasionaly farany izay natao tany Mahajanga tamin’ny 05-06 Septambra 2015, birao izay tarihin’ny filoha Hassim Mohamed. 

Tsy ekenay, hoy ireto nanao fanambaràna ireto ny fisian’ny birao sadasada izay natsangan’i Abdoul Hady, birao natsangana tamin’ny fomba tsy manaraka ny sata mifehy ny fikambanana satria araka ny sata mifehy ny fikambanana dia amin’ny kaongresy nasionaly ihany no manangana ny birao nasionaly ary ny mpikambana ao amin’ny filan-kevitra nasionaly irery ihany no manan-jo mifidy ireo mpikambana ho ao amin’ny birao nasionaly. Mitaky amin’ny sampan-draharaham-panjakana mahefa araka izany izy ireo mba hijery akaiky ity raharaha ity sy hanafoanana ny «  Récépissé  » tsy marim-pototra azon’ingahy Abdoul Hady satria miteraka korontana ao amin’ny fikambanana ny namoahana io «  Récépissé  » navoakan’ny minisiteran’ny atitany nandritra ny fitondran’ny Filoha Hery Rajaonarimampianina io.

Ny Fanoratana

Ino Vaovao0 partages

KOPIKOLE 2019 ANDIANY FAHAENINA : Nosokafana tamin’ny fomba ofisialy, omaly, ny lalao

Niainga teny  Ivanja Ambohitsoa misy ny  Tv plus Madagasikara ny  fiarabe misy ny ekipan’ireo mpanatontosa ny fandaharana, io omaly io, izay notarihin’ny Tale Jeneralin’ny  fahitalavitra Tvplus Madagascar, Nicolas Rabemananjara. Tonga nanotrona  ity fanokafana  ity avokoa ny  mpanohana rehetra sy ny mpiara-miasa akaiky, ao anatin’izany ny Vondrona Sodiat izay tena isany  mpanohana mavitrika ny fandaharana hatramin’izay. Hita tao ihany  koa ny ekipan’ny “ Alliance Francaise ,  ny Startimes,  ny Elgeco plus , ny  Le fruit ary koa ny Manda Sa food.  Hiavaka ny lalao amin’ity andiany ity raha ny fanazavana voaray  avy tamin’ny “directeur station”  ramatoa Nelly Rajaonson  izay mampivohitra ny hoe “ hamolavola tanteraka  ny olona rehetra tsy  ankanavaka izay manan-talenta manerana ny Faritra maro eto amintsika no  tanjona. 

Manana fomban-drazana maroloko isika  Malagasy, izay ahafahana manandratra avo sy mampiavaka  ny kolontsaintsika. Voaporofo  tamin’ireo lalao efa nifanesy  tany aloha izany  ary maro ireo efa nahazo traikefa sy nivoatra tamin’ity lalao ity.  Tsara marihana fa ny taona 2018 dia niato kely ny fandaharana noho ny   toe-draharaha teto amin’ny  firenena dia ny fifidianana Filohan’ny Repoblika izany.  Hitohy toy ny mahazatra  kosa  ny fandaharana manomboka eto  ary vao mainka aza fa hihatsara mihoatra ny  teo aloha. Ho an’ny mpifaninana, tsara ny manantitrantitra fa  mizara roa  ny  fifaninanana, ny voalohany dia ny  sokajy “grande découverte” izay entina  hitrandrahana mpanakanto vaovao manana talenta amin’ny  famoronan-kira, dihy sy ny rehetra maharakotra momba ny mozika sy zavakanto. 

Ny faharoa manaraka azy dia ny “kopikole” na ny fakana tahaka ny fombafomba rehetra  fanaon’ ireo mpanakanto marobe eto amintsika. Ireo no andrasana  araka izany ka tsy  ho latsa-danja  raha mitaha amin’ny taon-dasa ny mivoaka mpandresy amin’ity taona ity.

Natomboka any amin’ny  tapany Avaratry ny Nosy ny  fifanintsanana Manoloana izany  dia  any amin’ny  tapany Avaratry ny Nosy  iny no hanombohana ny fifanintsanana amin’ity taona ity. Antsohihy, Ambilobe, Antsiranana ary Mahajanga, ireo no halehan’ny  ekipa mpamolavola ny fandaharana  voalohany. Aorian’izay  dia hihazo ny Faritra Atsinanana izy ireo izay ahitana an’i  Fenoarivo Atsinanana sy  Moramanga,  manaraka azy  eo ny tapany Atsimo ahitana an’i  Toliara  avy eo mihazo an’i Fianarantsoa, Mananjary, Manakara ary Antsirabe.  Ny eto an-drenivohitra kosa no   hiatrika fifanintsanana farany. Mpandray anjara mandresy  miisa roa isaky ny tanàna  no voalaza fa  hiakatra fifaninanana farany hiadiana ny fandresena izay ho tanterahina eto Antananarivo.

Tatianà R.

Ino Vaovao0 partages

FANKALAZANA FETIN’NY ASA TETO MAHAJANGA : Voatsindrom-paingotra ny CNaPS

Miampy ihany koa ny fandoavana ara-dalàna isam-bolana izany.  Nanao diabe niainga tany amin’ny Lapan’ny tanàna ary nifarana tao amin’ny zaridaina Ralaimongo izy ireo ny alarobia maraina teo. Marihina fa mpiasa tamin’ny orinasa tsy miankina lehibe maromaro nisy teto Mahajanga ireo mpanao fitakiana ny tamberin-jo ireo. Ny sasany dia niasa am-polon-taonany maro tao amin’ny Sotema, Fitim, Sanca, Somapêche , barday, Sirama. 

Mampahatsiahy ny fanjakana izy ireo fa mbola maro tsy manana fisotroan-dronono ireo mpikambana amin’ny Cnaps. Fitakiana efa an-taonany maro izay, hoy  Rasolonianja François, sekretera jeneralin’ ny "Ass-ppp E3" na ny Association des pansions proportionnelles privés eto Mahajanga no nataon’izy ireo tamin’ny ambaratongam-pahefana teto Madagasikara sy tao amin’ny Cnaps, saingy mbola ambatobevohoka izany hatramin’ity anio ity. Ny didim-panjakana azon’izy ireo mikasika ny famerenam-bola dia efa foana tamin’ny 2016, hoy izy. Misy ny lalàna teo aloha fa mba tokony hampitoviana amin’ny lalàna vaovao ihany ny fisotroan-drononon’ireo mpiasa teo aloha, hoy izy. 

Ireo mpiasa misotro ronono talohan’ny 2016 dia sahirana fa ny tato aoriana kosa dia nilamina noho ny lalàna vaovao ka mba tokony hampitoviana amin’izany koa ireo mpiasa teo aloha. Ireo mpandray fisotroan-dronono miisa 178 niasa tao amin’ny orinasa Sirama sy Namakia ihany no efa nahazo ny fanonerana sy ny fandoavana ara-dalàna isam-bolana io fisotroan-drononony io, ka nangataka ny fampitovian-jo amin’ny Cnaps, mba hahazoan’izy ireo izany koa ireto be antitra maro tsy mbola nisitraka ny azy. Misy ny efa nisotro ronono tamin’ny taona 2004 nefa tsy nahazo izany mihitsy, ka velon-taraina amin’ireo zokiolona. 

Anisan’ny takian’ireo mpiasa koa moa ny hampiakarana ny tahan’ny vola alain’ny Cnaps amin’ny mpiasa an-trano sy mpampiasa. Mila ampiharina ihany koa ny lalàna, hoy izy ireo satria misy dia misy ny lalàna mifehy ny asa eto Madagasikara ka tokony hampikambanina amin’ny Cnaps sy Osiem avokoa ireo mpiasa. Nilanja sora-baventy mitaky ny fisotroan-drononony sy niantsoantso nanoloana ny mpanao gazety tetsy aminy zaridaina Ralaimongo etsy Mahajanga be ireo be antitra am-polony vitsivitsy. Nambarany ihany koa fa ny tantsambo dia 55 taona no misotro ronono. 

Maro amin’ireo tantsambo koa anefa no lazaina fa tsy feno ny ‘relevée de navigation’ ka tsy mahazo fisotroan-dronono, ary mba tokony hojerena ihany. Toy izany koa ireo vehivavy miasa  any amin’ny orinasa tsy miankina dia 55 taona no misotro ronono fa tsy toy ny any amin’ny fanjakana 60 taona. Tokony hahazo fisotroan-dronono ara-dalàna hoy hatrany izy ireo. Tokony hamboarina ny sata mifehy ny asa ao amin’ny minisitera mpiahy, ny mba hijeren’ny Cnaps ny halavan’ny fotoam-piasan’ireo mpanjono teny ambony ranomasina ka handoavana ny tamberin-jo mifandraika amin’izay. Eo koa ny tokony hanitarana ny fotoam-piasan’ireo mpiasa vehivavy ho 60 taona, raha miato ho 55 taona araka ny lalàna. 

Ary ny fitakiana ny tokony hanajana  ireo lalàna mifehy ny asa ho an’ireo mpampiasa tsy miankina amin’ny fanjakana manoloana ireo mpiasa ao aminy. Fa miantso ny rehetra mbola amperinasa dieny izao arak’izany ireto mpisotro ronono ireto mba ho sarotiny amin’ny fitakina ahazoany ny fiantohana ataon’ny Cnaps, mba hanomanana ny hoavy rehefa mitsahatra amin’ny asa ny mpiasa tsy miankina amin’ny fanjakana iray.

Vanessa

Ino Vaovao0 partages

DRAFITRA HO AN’NY FIRENENA : Novelabelarina tamin’ny filohan’ ny Banky iraisam-pirenena

Teny amin’ny lapan’i Mahazoarivo no noraisin’ireo mpikambana sasantsasany eo anivon’ny governemanta ireo delegasionina mafonja avy amin’ny Banky iraisam-pirenena ireto. Novelabelarina tamin’ny Filohan’ny Banky iraisam-pirenena ny drafitra ankapoben’ny fanjakana hoentina hampandrosoana an’i Madagasikara na ny “plan pour l’émergence de Madagascar”. Nofaritana taminy ihany koa ireo laharam-pahameham-pampandrosoan’ny fitondram-panjakana ho an’ny vahoaka Malagasy, araka ny vinan’asa matipaika izay napetraky ny Filoham-pirenena, Andry Rajoelina. 

“Ho antsika eto Madagasikara dia ataontsika laharam-pahamehana izay hitantsika fa mifanaraka amin’ny vinan’ny Filohan’ny Repoblika. Izany rehetra izany no nifampidinihana niaraka tamin’ireo delegasionin’ny Banky iraisam-pirenena”, hoy ny fanazavana noentin’ny Praiminisitra Ntsay Christian. Nambarany ihany koa ny zava-dehibe dia ny fahavononan’izy ireo hifampiresaka sy mahafantatra ireo laharam-pahamehana apetrak’i Madagasikara amin’izao fotoana izao. Marihina fa ny banky iraisam-pirenena dia namatsy vola mitentina 392 tapitrisa dôlara an’i Madagasikara hanatanterahana ireo fampandrosoana eny ifotony. Nisy ihany koa ny vola mitentina 100 tapitrisa dôlara nomeny izay ampidirina ao anatin’ny kitapom-bolam-panjakana.

Avotra Isaorana

Ino Vaovao0 partages

KANDIDA SOLOMBAVAMBAHOAKA TIM : Manao tohatra fiakarana ny vahoaka ny sasany

Mialoha io fotoana io dia efa maro tamin’ireo kandidà no niezaka nampiseho ny tenany ho fanta-bahoaka. Niseho tamin’ny endriny maro ny fampielezan-kevitra mialoha ny fotoana nataon’izy ireo tamin’izany. Tao ireo nanao asa soa araka izay tratrany, tao ireo niezaka nikarakara ny tanànany. Ho an’ny kandidà Hanitra Razafimanantsoa avy amin’ny antoko Tiako i Madagasikara dia somary nahagaga ny mpitazana ihany ny fihetsiny. 

Fihetsika miharo fanabadoana vahoaka ary mitetika ny hanao tohatra fiakarana an’ireo olom-pirenena mba hifidy azy fotsiny ihany. Tamin’ity herinandro ity, nandalo teny 67ha Avaratra-Atsinanana ny tenany. Nanamboatra lalana tsy lavitra ny trano fandraisam-bahiny Sava, izay fantatra fa mampijaly ny mponina satria dibo-drano maloto. Amin’izao fotoana ankatoky ny fifidianana solombavambahoaka izao vao nihazakazaka nankeny an-toerana ny tenany ary nampanantena ireo vahoaka fa hamboarina ilay ampahan-dalana kely. 

Hatramin’izay dimy taona nahalany azy ho depiote izay anefa dia nambaran’ireo mponina fa tsy mbola nidina teny mihitsy izy. Ankilany, tsy mba nisy ny fanairana nataony ho an-dramatoa ben’ny tanànan’ Antananarivo izay isany tompon’andraikitra voalohany amin’ny fanatsarana ny tanàna ary olona ao anatin’ny antoko misy azy ihany koa. Ny trangan-javatra tahaka izao no tsy azo ekena indrindra amin’ireo mpanao politika.

Ny Fanoratana

Ino Vaovao0 partages

FAMPIANARANA TEKNIKA SY FANOFANANA ARAK’ASA : Tontosa ny fifamindram-pitantanana

Voatendry nandritra ny filan-kevitry ny minisitra hitantana ny fanabeazam-pirenena sy ny fampianarana teknika ary ny fanofanana arak’asa ao amin’ny Faritr’i Vakinankaratra. Ity fifampindram-pitantanana ity  dia notanterahina teo ambany fitarihan-dRamatoa Razaiarimanana Voahangy Rivesty Aimée,  izay tonga nisolo tena an-dRamatoa Minisitra. 

Tonga nanatrika izany ihany koa Ramatoa Prefen’Antsirabe miadidy ny Faritra Vakinankaratra ary Andriamatoa Lehiben’ny Faritra mpisolo toerana. Tamin’ny fandraisam-pitenenana voalohany nataon’ity talem-paritra vaovao ity dia nanamafy izy fa  hojerena manokana ny fanatsarana ny kalitaon’ny fampiofanana izay homen’ireo Sekoly fampiofanana teknika sy arak’asa rehetra misy eto amin’ny Faritra mba hahafahana mamokatra mpianatra tena vanona sy ilain’ny Firenena amin’ny Fampandrosoana, izay isany vina mifanaraka tsara amin’ny politikam-pampandrosoana entin’ny Governemanta ankehitriny.

N.A

Ino Vaovao0 partages

ASSOCIATION ACCUEIL MADAGASCAR : Hanatanteraka hetsika « Bazar des Mamans »

Ho fanampiana ny hoentin’ny fikambanana amin’izay ezaka ara-tsosialy hataony izay dia misy ny hetsika tsena ho an’ny reny na “bazar des mamans” karakarain’izy ireo.Ity volana mey ity no hankalazana ny fetin’ny reny. Mifanindran-dalana amin’izay indrindra no hikarakaran’ny fikambanana AAM ny hetsika “bazar des mamans”. Ny 24 mey tontolo andro no hanatanterahana izany tetsy amin’ny Espace Dera Tsiadana. Hetsika hataon’ny fikambanana ho fitadiavam-bolan’izy ireo hanampiana ny enti-manana amin’ireo karazana ezaka ara-tsosialy izay efa niantsorohan’ny fikambanana hatramin’izay. 

Araka ny fanazavana noentin’ny filohan’ny AAM, ramatoa Chandoutis Roera Hery dia miseho amin’ny endriny maro ireo fanampiana ny mpiara-belona hataon’izy ireo. Anisan’izany ny fanomezana vary sy ny kojakoj ilaina amin’ny fiainana andavanandro ho an’ireo olona manana fahasembanana ara-pahitana sy ara-pihainoana. Ny fanomezana tolo-tanana ho an’ireo zaza maditra beazina eny Anjanamasina, ny fizaràna kilalao sy famalifaliana an’ireo zaza mararin’ny homamiadana, ny fanomezana fanampianara an’ireo zokiolona. 

Nohamafisiny fa ny vahoaka Malagasy mihitsy no mila ampiana ao anatin’ny fandraisana an-tanana izay hataon’izy ireo. Nohazavainy ihany koa fa ny fikambanana dia mametraka ho laharam-pahamehana ny fampahalalana ny soatoavina maha Malagasy. Maro amin’ireo vehivavy vadina masoivoho vahiny no mifanerasera amin’ny fikambanana ka io soatoavina io no hampitaina amin’ireo vehivavy “diplomate”, araka ny fanazavany hatrany. Hetsika efa fanaon’ny AAM isan-taona ny “bazar des mamans”. 

Amin’ity indray mitoraka ity dia maro karazan ireo entana ao. Hiantsoan’izy ireo ny rehetra ho avy hitsidika ary hiantsoany ireo mpisehatra amin’ny varotra ihany koa mba handray anjara amin’ny fanofana trano heva mandritra ny hetsika. “Ny asa fanampiana dia tsy vita raha tsy hifanakonana”, hoy hatrany ny fanazavan’izy ireo.

Avotra Isaorana

Ino Vaovao0 partages

TSY FANANAN-TSATA : Mampahafantatra hatrany ny lalàna ny focus development

Nasain’izy ireo tamin’izany ny tompon’andraiki-panjakana maro isan-tokony. Nambaran’ireo tompon’andraikitra ao amin’ny “focus development “nikarakara ity atrikasa ity fa ny fananana zompirenena dia ahafahana misitraka ny zo hafa  : mianatra, miasa, mitsabo tena, mivezivezy malalaka. Raha tsy manana zompirenena dia voasakana ny zo hafa. Nanomboka ny taona 2014 ka hatramin’izao dia mitohy hatrany ny ezaka nataon’izy ireo ka anisan’ny Tanàna fitaratra i Mahajanga. Eran’i Madagasikara no anaovana ny fanentanana sy ny hetsika rehetra. Efa mandroso lavitra kokoa i Mahajanga ary betsaka ny zavatra efa natao. 

Misy ny fampahafantarana ny torolalana sy ny tsara ho fantatra raha hikarakara ny zompirenena, ny taratasy ilaina sy ny antanantohatra tsy maintsy aleha. Dingana lehibe ny nahafahana nanova lalana tamin’ny 2017 ka ahafahan’ny reny mampita ny zom-pireneny amin’ny zanany tsy misy fepetra, na manambady misoratra ara-dalàna na tsia. Mbola misy ny ezaka atao hanentanana ny tompon’andraikitra ara-panjakana satria mbola misy ny fanavakavahana tahaka ny fahafahan’ny lehilahy mampita ny zom-pireneny amin’ny vadiny tsy manan-tsata fa ny lehilahy tsy afaka manao izany. Mbola misy ihany koa fanavakavahana amin’ny sehatra hafa ka mitohy hatrany ny ezaka ataon’ny Focus development sy ny  Haut commissariat des nations unis pour les refugiés.

Vanessa

Tia Tanindranaza0 partages

Fanjakana MalagasyTsy afa-miala amin`ny mpamatsy vola mahazatra

Masoivoho 8 ao amin`ny Vondrona Eoropeanina no nihaona tamin`ny Filoham-pirenena teny amin’ny Lapam-panjakana Iavoloha amin’ny dinika ara-politika andiany fahafito teo amin`ny roa tonta.

 

Marigny A.

Tia Tanindranaza0 partages

Zatra ny làlan-dririnina!

Ezahina ahena ny vesatry ny fanjakana. Esorina ny mpiasa tsy raikitra any amin’ny minisitera samihafa (ECD) mba hampihenana ny vesatra ka tsy maintsy mifehy kibo.

 

Nanesorana 10 miliara ariary ny tetibolan’ny antenimierandoholona izay 33 miliara raha ny nambaran’izy ireo lasa 23 miliara, kanefa raha ny nambaran’ny filoha dia 42 miliara ariary. Matetika tapaka ny famatsiana solika ho an’ny famokarana herinaratra izay manaporofo ny tsy fisian’ny vola. Ny orinasa CNaPS izay mikirakira volabe tsy hametrahana Tale jeneraly kanefa mailaka ery nanala ny teo izay midika fa mety fandrobana vola an-kolaka ao,… Tamin’ny tetezamita, nisy tahirim-bola vahiny 2 miliara dolara latsaka kely tao amin’ny Banky foibe, tsy afaka nanatanteraka fifanarahana avo lenta momba ny fitrandrahana harem-pirenena nahazoana volabe tamin’ny orinasa Wisco nahazoana 200 tapitrisa dolara fa ny 100 no nanaovana fanambarana, ny Toliara Sands tany Toliara ny 2012,… Tsy maintsy mandalo fankatoavan’ny Parlemantera toy ny tetikasa Faritra ara-toekarena manokana (ZES) ireny. Tamin’ny tetezamita no tena nanjaka ny fanondranana harem-pirenena, toy ny boaderozy  izay mety loharanom-bola. Raha vantanina ny resaka, diso be vava loatra Atoa Andry Rajoelina, mihevitra an’ireo filoha teo alohany ho “vendrana” ka milaza fa izay tsy vita tao anatin’ny 58 taona ataony 5 taona. Nanamaivana ny teo alohany tamin’ny fiaraha-miasa amin’ny mpamatsy vola mahazatra ao anatin’ny “Bretton woods” kanefa io tena nitady hirika sy faly ery nahazo 392 tapitrisa dolara nohamafisina tamin’ny fandraisana ny filohan’ny Banky Iraisam-pirenena David Malpass teto, izay tsiahivina fa tamin’ny andron-dRajaonarimampianina no efa noresahina, ary mitohy ankehitriny. Famarotana tanindrazana sy fifanarahana avo lenta no mety ho vahaolany, toy ny fitadiavana lalana amin’ny Tiorka, Rosia,…

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Fifidianana solombavambahoakaEfa misy zavatra tsy mandeha sahady

Efa misy zavatra tsy mandeha sahady ny fiatrehana ny fifidianana solombavambahoaka hotanterahina amin’ny 27 mey ho avy io, hoy Rasamson Naina,

kandida solombavambahoaka ao anatin’ny distrikan’Antananarivo Avaradrano. Fiarahabana nahatratra ny taona no niantsoana ireo sefom-pokontany marobe teny Ambohimanambola, fotoana vitsy lasa izay. Fandrahonana avy hatrany no azon’izy ireo  tamin’ny alalan’ny antso an-tariby nataon’ny lehiben’ny distrika ny amin’ny tokony  hijerena akaiky ireo kandidam-panjakana any amin’ny faritra misy azy ireo avy, hoy izy. Nambarany fa ananan’izy ireo porofo ara-dalàna izany, fanamarihana nentiny teo anivon’ny filankevitry ny fampihavanana Malagasy. Marihina fa tsy nanao sonia ilay fitsipi-pihefezahana sy fitondran-tenan’ny kandida novolavolain’ny CFM ity kandida ity. Tsy kilalaon-jaza ny raharaham-pirenena ka tokony homena fotoana ihany ny kandida tsirairay avy handinihina izany fa tsy hatao tery vay manta, hoy izy.

Pati

 

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fahalalahan’ny asa fanaovan-gazetyMifaningotra tanteraka amin`ny politika

Homarihana anio 3 mey ny andro maneran-tany ho an’ny falalahan’ny asa fanaovan-gazety.

Marigny A.

Tia Tanindranaza0 partages

Fangoronan-karena mampiahiahyMihorohoro ny hohenjehina ny Filoha

Nodiana adala sy toa nezahina natao izay tsy hahatontosa ny fandinihana sy ny fandaniana ny volavolan-dalàna momba ny harena azo tamin’ny fomba maloto na ny “avoirs illicites”

 

 

sy ny  famatsiam-bola amin’ny resaka asa fampihorohoroana, izay nihantona tanteraka satria rava rahateo ny antenimieram-pirenena. Sokajiana ho nanana ny maro an’isa afaka nanao izay hirosoana tamin’ny fijerena ireo volavolan-dalàna roa ireo ny depiote avy amin’ny MAPAR izay izy ireo rahateo no azo sokajiana ho maro an’isa afaka nanendry ny praiminisitra. Mbola nanana ny fahefana feno hampanan-kery ireny lalàna ireny ny filoham-pirenena, rehefa lany teny anivon’ny antenimiera nialoha ny naharavany ny fanomezana izay fahefana feno izay noho ny fahabangan-toeran’io andrim-panjakana mpanao lalàna io. Nahoana no tsy sahy na tsy niraika tamin’io resaka lalàna mikasika ny fanenjehana ireo mety ho voarohirohy amina harena azo tamin’ny fomba maizina io na koa ny resaka famatsiam-bola momba ny asa fampihorohoroana ny Filoha sy ny ekipany ? Tany amin’ny fandravana ny Antenimierandoholona no tena novoizina fa mandany vola. Raha dinihina sy hampiharina ireo lalàna ireo, dia azo antoka ny volabe hiditra amin’ny kitapombolam-panjakana. Resahina ny resaka mangarahara sy finiavana hiady amin’ny kolikoly saingy toa mody nikipiana ireo volavolan-dalàna roa izay sokajiana ho dingana hahafaha-miady amin’io kolikoly io. Misy antony goavana tsy nampandaniana an’ireo lalàna ireo satria ahiana voasaringotra sy voapaingotra ny mpitondra ankehitriny, ka tsy hanome bala hitifirana azy. Tamin’ireny fampielezan-kevitry ny fifidianana filoha ireny rahateo, ohatra, no efa nalaza sy novoizin’ny haino aman-jery samihafa ny hoe : nampiasa volabe 182 tapitrisa Euros ny kandida Andry Rajoelina tamin’izany. Toa nanamafy io ihany koa ny tatitra savaranonandro nataon’ny mpanara-mason’ny Vondrona Eoropeanina tamin’izany fotoana fa nizara vola tamina toerana maro io filoha ankehitriny io tamin’ny Propagandy. Mety ho antony tsy hamoahana an-dry Pety Rakotoniaina any am-ponja, izay nitory ny Filoha ankehitriny noho ny harena azo tamin’ny fomba tsy ara-dalàna. Ny fitoriana teny anivon’ny Fitsarana ambony (HCJ) momba ny dosie boaderozy ihany koa tsy nisy tohiny intsony noho ny antony samihafa. Raha ny resaka ady amin’ny kolikoly, dia laharana faha-84 i Madagasikara tamin’ny taona 2008, ary nivarina 127 taty amin’ny fiafaran’ny tetezamita, raha toa ka faha-152 ankehitriny.

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Stephanie DelmotteTsy manana olana amin’ny Filoha aho

Tsy nametra-pialana ary tsy nieritreritra ny hiala tsy ho Tale kabinetra sivilin’ny fiadidian’ny Repoblika, ary mampandeha an-tsakany sy an-davany ny asa iandraiketany Rtoa Stephanie Delmotte.

 

Tsy manana olana ihany koa amin’ny filoham-pirenena na amin'ireo mpiasa-miasa aminy, araka ny fampahafantarana nataony omaly manoloana ny fanontaniana mipetraka hoe : Stephanie Delmotte Nametra-pialana fa nolavin’ny filoha ? Izahay ato amin’ny Fiadidian’ny Repoblika, dia miasa ary manohy ny asa sy ireo toromarika napetraky ny filoham-pirenena Andry Rajoelina ary tsy mikely soroka manao izay hampandeha an-tsakany sy an-davany ny asa rehetra, hanatrarana ny tanjona izay napetraka dia ny fantanterahana ny veliranom-pampandrosoana natao tamin'ny vahoaka Malagasy, hoy io Tale kabinetra sivilin’ny fiadidian’ny Repoblika io.  Ny risipo sy ny fahavitrihan’ny filoha Andry Rajoelina hanavotra ny firenena no anisan’ny nandrisika tanteraka ahy hiara-kiasa aminy ary hanao araka izay takatry ny fahaizako hitondra ny anjara birikiko ho fanavotana ny firenena. Maro ny asa efa vita ary mbola marobe ireo miandry antsika. Voafehy tsara avokoa ny lafiny rehetra na ara-toekarena na ara-tsosialy na ara-politika ary mizotra araka ny niheverana azy hatreto ny lalan’ny fanarenana ny firenena na dia eo aza ny sakantsakana isan-tsokajiny. Vao mainka ireny mampandroso hatrany, hoy hatrany io tompon’andraikitra ambony io.

 

Marigny A.

 

.

Tia Tanindranaza0 partages

Ravalomanana sy ny TIMHaneho ny heriny eny Ambohijatovo

Fanopoam-pivavahana lehibe no hotanterahina etsy amin’ny Kianjan’Ambohijatovo rahampitso 4 mey ho an’ny Antoko Tiako i Madagasikara io. Fotoana io hanolorana amin’ny fomba ofisialy ireo kandida atolotry ny TIMK25 amin’izao fifidianana solombavambahoaka izao.

 

 

 Ho avy eny an-toerana mazava ho azy i Marc Ravalomanana hitsodrano ireo kandida nametrahany ny safidy hitondra ny lokon’ny antoko, araka ny fampahafantarana efa mivoaka amin’izao fotoana izao. Voizina ao anatin’izao fihaonana sy fiatrehana ny fifidianana solombavambahoaka izao moa ny hoe : « Isika mpandresy, fa isika tsy resy ». Miezaka mampiseho hatrany i Marc Ravalomanana sy ny TIM amin’izao fa mbola ao anatin’ny heriny sy ny tanjany tanteraka ary tsy mbola azo ailika amin’ny tontolo politika eto Madagasikara. Fanambin’ny TIM ny haneho hatrany, fa tsy azo hozongongozonina eto Antananarivo ary tsy latsa-danja any amin’ny faritra. Mametraka fanamby amin’ny hibatana toerana maro an’isa amin’izao fifidianana solombavambahoaka izao, ka ho hita eo ny voka-pifidianana. Miezaka mampiseho ny filoha teo aloha Marc Ravalomanana fa mijery sy mahita ary tena mahalala ny olana sedrain’ny Malagasy manerana ny Nosy. Ny 29 aprily teo, ohatra, dia nidina ifotony tany amin’ny kaominina Andranovory, ka nahita ny EPP Andarimihomaka tena tsizarizary. Santionan'ny fahantrana mihatra amin'ny vahoaka izao. Ny atao hoe mpitondra vonona dia mila mamolavola olom-pirenena vanona amin'ny fametrahana ho laharam-pahamehana ny fanabeazana ireo ankizy. Heveriko fa itony no tena ilana famatsiam-bola haingana, hoy izy nahita ilay sekoly tena mahonena.

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Paolo Emilio RaholinarivoMila Diovina ihany koa ny fitsarana

“Aleo tsy hisy mihitsy ny akamakama ary aleo hihitatra ny fanagadrana” hoy ny Administratera sivily, Paolo Emilio Raholinarivo.

Tsirinasolo

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Mpidoroka zava-mahadomelina12 taona no zandriny indrindra

Karazan-javatra iray zary fialambolin’ny ankizy sy ny tanora eto amintsika mihitsy ankehitriny ny fandraisana sy fidorohana zava-mahadomelina.

12 taona no kely indrindra amin’ireny, hoy ny dokotera Andriamiarinarivo Miarintsoa, tompon’andraikitra voalohany eo anivon’ny “Centre du Cure Aro Aina” etsy Andravoahangy. Efatra isan’andro raha kely no entin-dray aman-dreniny na ny mpanabe azy manatona azy ireo mba hotsaboina sy ahafahana amin’izany. Amin’ny ankapobeny, manana  olana ara-pahasalamana na lasa manao herisetra be ilay ankizy vao mahafantatra ny manodidina.  Ankizy tsy dia tsara fifandraisana amin’ny ray aman-dreniny avokoa ireo ankizy ireo raha ny fanazavany hatrany, antony mampanaotao foana azy. Voatery  mitady fitiavana sy zavatra mahafinaritra any ivelany ny ankizy ka anisan’ireny ny fidorohana zava-mahadomelina. Sarotra anefa ny mitsabo ireo ankizy voafatotr’izy io raha araka ny fanadihadiana natao. Roa volana raha kely no hikarakarana azy ireny miampy tohana ara-tsaina, misy mahatratra 12 volana ny an’ny sasany. Miantso ny ray aman-dreny rehetra mba hanatsara ny fifandraisany amin’ny zanany, araka izany, ity dokotera iray ity. Rehefa voafehy ny fidorohana dia hitsahatra ho azy ny herisetra.

Pati

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

ONG AFFAMI Boriborintany faha-6Nanofana maimaimpoana ny mpiompy

Saika misehatra amin’ny fambolena sy fiompiana avokoa ny mponina eny amin’ny boriborintany faha-6. Mbola olana anefa ary tsy mahatsara sy tsy mampivoatra ny vokatra ny fampiasana ny fomba nentim-paharazana.

 

 

 Izany indrindra no antony nahatonga ny fikambanana ONG AFFAMI tarihin-dRamatoa Raherisoa Vololona nanatanteraka fiofanana maimaimpoana momba ny fiompiana omby vavy be ronono, kisoa, akoho gasy sy vorona omaly alakamisy 02 mey teny amin’ny efitrano malalaky ny fokontany Ambodivonkely. Ankoatr’izay dia nisy ihany koa ny fanaovana vaksiny ny biby ka antsasa-bidy ihany no naloan’ireo mpiompy. Izany no natao mba hijerena akaiky ny mpiompy sy ny mpamboly izay maro an’isa eny amin’ny boriborintany faha-6. Mbola hitohy hatrany moa ny asa sosialy hotanterahin’ny fikambanana AFFAMI ka hisy indray ny fanatanterahana famoran-jaza faobe maimaimpoana hanomboka ny sabotsy 11 mey ho avy izao ary  hifarana ny sabotsy 01 jona ho avy izao. Amin’ireo fotoana ireo moa dia homena malabary sy kilalao ary vatomamy sy biskoitra maimaimpoana ireo zaza.

Tsirinasolo

 

  

Tia Tanindranaza0 partages

« Salon du bien-être » eny MahamasinaIsarihana ireo te hahay hikolo vatana

Tanterahina nanomboka omaly etsy amin’ny lapan’ny kolontsaina sy ny fanatanjahantena etsy Mahamasina haharitra efatra andro ilay hetsika « Salon du bien-être et de developpement personnel » karakarain’ny AM Group.

 

 Hetsika ara-pahasalamana natao hampivoarana ny maha olona izy io raha tsiahivina ka saika hita ao anatin’ireo tranoheva 30 mandray anjara eny an-toerana avokoa ireo karazana fitsaboana mampiasa ireo akora natoraly mampiavaka antsika eto Madagasikara ankoatra ny torohevitra maro samihafa toy ny fampianarana ny olona handrafitra « lettre de motivation » sy CV hisarihana ny mpampiasa. Fa tsy latsa-danja amin’ireo ny resaka kolo vatana izay zary hataontsika Malagasy sasany ambanin-javatra ankehitriny nefa mampiseho ny maha izy azy ny tena ihany koa. Ireo tanora malagasy latsaky ny 40 taona, hatrany amin’ny 70 % no ezahina hahazo tombontsoa avy amin’izany arahin’ny fanabeazana maro samihafa, raha araka ny fanazavan-dRtoa Masy Anglade, tompon’andraikitry ny serasera eo anivon’ny AM  Group. Ankoatra izay moa dia hisy ihany koa ny fitiliana maimaimpoana ireo karazan’aretina mety mahazo ny reny sy ny zaza, ny diabeta… izay tena manahirana ny ankamaroan’ny olona ankehitriny tokoa. 3.000 Ar vidim-pidirana, tsy mandoa kosa ireo ankizy latsaky ny folo taona.

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Tovolahy efa in’efatra nigadraTratra nangalatra solosaina teny Antohomadinika

Efa jiolahy raindahiny niditra am-ponja in’efatra ny iray tamin’ireo saron’ny polisy omaly sy afak’omaly.

Lehilahy roa,  21 sy 20 taona no voasambotry ny polisy miasa eny Antaniavo ny alarobia 1 mey  lasa teo teny Antohomadinika noho ny resaka halatra solosaina. Ny 1 mey 2019 maraina teny Antaniavo dia tsikaritry ny tompon-trano ny fidiran’ilay tovolahy iray tao amin’ny tranony. Nihevitra izy fa mpiasa ao aminy ihany no mivezivezy ka tsy nahataitra azy. Rehefa nivoaka anefa ilay tovolahy vao tsikaritra fa nitondra “ordinateur portable marque Dell ”. Nasaina nijanona fa vao mainka nirifatra nitsoaka ihany ary nisitrika tao an-tranon’olona tsy fantany ary noraisim-potsiny tao. Izy io indray avy eo no nanoro ny namany iray izay voasambotra teny Ankasina omaly 2 mey 2019 maraina. Efa in’efatra  nigadra ny iray tamin’izy ireo : tany Antsohihy, Mahajanga, Mandritsara, Toamasina. Nivoaka ny fonjan’i Mandritsara ny volana febroary 2019 lasa teo, araka ny fampitam-baovaon’ny polisim-pirenena hatrany. Ilay solosaina nangalarina kosa dia  efa tafaverina any amin’ny tompony. Natolotra ny fampanoavana ny 2 mey izy ireo. Tsiahivina fa nahazo vahana tamin’iny faritra Antohomadinika iny ny hala-botry sy ny vaky trano tato ho ato.

Haja Nirina

 

Tia Tanindranaza0 partages

ANJAKAN’NY GADRA LAVA NY TANANAJiolahy roa mpamerin-keloka sarona tena Analamahitsy

Saika ireo mpamerin-keloka avokoa no tra-tehaky ny mpitandro filaminana tato ho ato. Roalahy samy efa nigadra teny Antanimora indray no azon’ny polisin’ny

 

 

kaomisarian’Analamahitsy teny Ivandry, omaly maraina sahabo tamin’ny 6 ora. Namaky trano teny izy ireo tamin’ny 1 ora sy sasany maraina saingy adiny dimy taty aoriana vao tratra. Tsy niandry ela ny mpitandro ny filaminana dia tonga teny an-toerana saingy noho ireto gadra lava mbola ao anatin’ny heriny dia naharitra adim-pamataranandro maro ny fifanjevoana. Raha iverenana ny zava-nitranga, naheno zavatra nikorontana ny tompon-trano. Nitsikilo teo am-baravarankely izy ka nahatsikaritra lehilahy iray teo an-tokotaniny nisokitra varavarankely. Vao nahatazana ilay olona nivoaka avy tao an-trano anefa ity farany dia nirifatra nitsoaka niaraka tamin’ilay namany ka nilaozany ny sakaosiny misy ireo fitaovana entiny manatanteraka ny asa ratsiny. Nampandre ny mpitandro ny filaminana avy hatrany ny lasibatra ary vetivety ny polisin’Analamahitsy dia tonga ka nanatanteraka ny fanarahan-dia. Tratra izy ireo tamin’ny 6 ora maraina. Niaiky ny fikasan-dratsiny izy ireo nandritra ny famotorana ary fantatra fa mpanendaka efa nigadra teny Antanimora.

Haja Nirina

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

TRAFIKANA FITAOVAM-PIADIANABasy miisa 3 sarona tao Ambanja

Basy 3 no tratran’ny “Barrage routier” an’ny Polisin’ny kaomisaria Ambanja tamin’ny lalam-pirenena faha-6 ny marainan’ny zoma heriny.

 Ahitam-bokatra hatrany ny fanatanterahan’ny polisy ny fisavana amin’ireny faritra fivoahana sy fidirana ny tanàna ireny. Fanaraha-maso mahazatra ny fiara no nataon’ny polisin’Ambanja ka nahatrarana ireto basy telo ireto : Basy lava «fusil à pompe» vita Sovietika 1 ary basy poleta vita gasy 2. Roalahy no nitondra azy ireo raha hihazo an’i Sambava izy ireo niala tao Ambanja. Nandritra ny fanadihadiana no nahafantarana fa hoentina hamidy any Sambava ireo basy. Avy any Toliara ny iray, ny 1 avy any Marovoay ary iray hafa avy tao Ambanja ihany. Manentana hatrany ny mpitandro ny filaminana amin’ny fampitam-baovao avy amin’ny vahoaka mahakasika ireny fihazonana sy fivezivezena basy tsy ara-dalàna ireny any anatin’ny fiarahamonina rehetra any. Nahazo vahana hatrany ny fiparitahan’ny basy, indrindra ireo tsy fampiasan’ny sivily sy vita gasy tato ho ato. Tsy mety tratra ireo rangory fototry ny afo, na ireo mpanefy azy na ireo mpampiditra ny entana avy any ivelany. Miandrandra ny vaovaon’ny fitsarana mba havoaka tambajotran-tserasera koa ny olom-pirenena.

Haja Nirina

 

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Sekoly advantista SoamanandrarinyTetikasa lehibe no mariky ny faha-80 taona

Hankalazaina ny alahady 5 mey izao ny faha-80 taonan’ny sekoly advantista Soamananandrariny. Hisy, araka izany, ny fampahafantarana ireo tetikasa fanamarihana ny fankalazana toy ny fanorenan-trano, fanatsarana sehatra samihafa, ary ny laboratoira ao amin’ny sekoly.

 

 

 Tarigetran’ny sekoly hatramin’izay, hoy hatrany ny fanazavana, ny hoe fanabeazana mira fanavotana. Nomena lanja hatrany ny ara-panahy satria io no hita fa tena mampahomby izany ankoatra ny fampianarana akademika. Ankoatra ireo maintimolaly efa nandalo tao amin’ny sekoly sy ny fianakaviamben’ity toeram-panabeazana ity moa dia asain’izy ireo hanotrona io fotoana eny Soamananandrariny manomboka amin’ny 2 ora tolakandro io ihany koa izay rehetra liana amin’izany.

J. Mirija

 

Tia Tanindranaza0 partages

Hazakazaka ho an’ny FanantenanaNanodidina ny 3000 ireo nandray anjara

Tontosa teto Antananarivo omaly alarobia 01 mey 2019 ny hazakazaka ho an’ny Fanantenana andiany voalohany nokarakarain’ny Fiangonana Advantista Malagasy niaraka tamin’ny

Tia Tanindranaza0 partages

Champion’s League any EoropaTsara toerana i Barcelone sy Ajax

Taorian’ny fandresena azon’izy ireo tamin’ny ankatoky ny famaranana mandroso dia efa any amin’ny lalao famaranana amin’ity fifaninanana ity,

  izay hotontosaina any amin’ny Estadio Metropolitano any Madrid ny 01  jona 2019, ny tongotra anilan’ny Ajax Amsterdam sy ny Fc Barcelone. Ny Ajax d’Amsterdam Néerlandey tamin’ny  talata 30 aprily 2019 teo dia nandresy tao an-taniny ny ekipa Anglisy, ny Tottenham Hotspur 1-0 tamin’ny alalan’ny baolina matin’i Doony Van de Beek. “Tsy mbola tena tafita izahay, hoy ny mpanazatra ny Ajax, Erik Ten Hag, fa eto antsasa-dalana na dia teo aza ny vokatra tsara azo tany an-tanin’olona”. Mbola mikendry ny fivadihan-drasa na “remontada” kosa ny Tottenham, hoy i Mauricio Pochettino mpanazatrany :”Tsy mbola rendrika izahay fa resy tamin’ny  baolina tokana monja ka handraikitro tanteraka ny fanarenana ny lesoka”. Ny Fc Barcelone kosa dia nandresy mazava ny ekipan’ny Liverpool Anglisy ihany koa 3-0 be izao tamin’ny alalan’ny baolina  1 matin’i Suarez sy baolina 2 matin’i Messi. Io no “doublé” faha-125 vitany hatramin’izay nilalaovany ary feno 600 tamin’io lalao io ny baolina matiny tao anaty klioba.

 

Tia Tanindranaza0 partages

« Telma Coupe de Madagascar » 1/4-dalanaHanao valin’ady amin’ny Fosa Juniors ny Jet Mada

Hangotraka ireo lalao 1/4-dalan’ny fifaninanana “Telma Coupe de Madagascar 2019” hotontosaina eto Antananarivo sy any Mahajanga amin’ny alahady 05 mey ho avy izao.

Tia Tanindranaza0 partages

Kamiao nivadika tany ManakaraTafiakatra 6 ireo miaramila maty

Tafakatra enina hatramin’ny omaly tokony ho tamin’ny 02 ora maraina ny isan’ireo miaramila namoy ny ainy vokatry ny fivadihan’ilay fiaraben’ny birao nasionaly misahana ny loza voajanahary na ny BNGRC

  nandehanan’ireo miaramila nanatanteraka fambolen-kazo tao Manakara ny alarobia hariva lasa teo. Raha tsiahivina, 52 km niala tao an-drenivohitr’i Manakara no nisehoan’ny loza vokatry ny fisian’ny bisikileta iray nanapaka ny lalana ka tsy maintsy nialan’ity fiarabe ity raha nandeha mafy ilay mpamily. Nivadika vokatr’izany ilay fiara ka miaramila telo no maty teo no ho eo raha iray hafa kosa maty teny an-dalana hihazo ny hopitaly. Omaly tokony ho tamin’ny 01 ora maraina sy tamin’ny 02 ora kosa no namoy ny ainy indray ny miaramila roa hafa ka voatery nandefasan’ny Fanjakana  fiaramanidina haingana ireo 6  mbola maratra mafy entina hotsaboina eto Antananarivo. Ny roa hafa dia nafindra hopitaly ao Fianarantsoa. Mbola ao anatin’ny fandaminana tanteraka moa ireo tompon’andraikitra any an-toerana hatramin’ny omaly, notronin’ireo fianakavian’ny maty.

 

Pati sy Haja Nirina

 

Tia Tanindranaza0 partages

Karama farany ambany miakatraTsy tokony harahina fisondrotan’ny vidim-piainana

Nihatra ny fampiakarana ny karama farany ambany ho 200 000 Ariary raha 155 523Ar talohan’izao fanapahan-kevitra izao.

 

Voakasik’io avokoa na ny mpiasam-panjakana na ny eo anivon’ny sehatra tsy miankina, araka ny nambaran’ny filohan’ny repoblika Andry Rajoelina taorian’ny fihaonany tamin’ny vondron’ny mpandraharaha sy ny sendikan’ny mpiasa eto Madagasikara tamin’ny talata 30 aprily lasa teo tetsy amin’ny lapan’Ambohitsorohitra. Ankoatra izay, tsy hisy intsony ny hetra alaina amin’ny karama (IRSA) ho an’ny latsaky ny 350.000 Ar. Tokony hisy arofanina apetraky ny fitondram-panjakana mba tsy hisy fisondrotam-bidim-piainana (inflation), hoy Atoa Faneva Raholdina. Matetika rehefa miakatra mantsy ny karama, hoy izy dia misy hatrany ny fisondrotan’ny entana ilaina andavanandro izay vao mainka manempotra ny Malagasy. Nanambara ihany koa ity mpamakafaka ara-toekarena sy politika ity fa ny fampiakarana ny sandam-bolan’ny Malagasy sy ny fisondrotan’ny harinkarena no vaindohan-draharaha mila ataon’ny fitondram-panjakana. Rehefa miakatra mantsy izany dia hanaraka ho azy  eny ny firoboroboan’ny fanondranana entana, ny fidiran’ny sandam-bola vahiny sy ireo singa maro hafa mahasalama ny toekarena. Izay ihany koa no mahatonga ny Banky Maneran-tany sy ny Tahirim-bola Iraisam-pirenena manakana ny vola mivoaka (subventions) avy amin’ny fanjakana hanampiana sehatra resy tahaka ny JIRAMA ary mampirisika sy mamatsy vola ho amin’ny fampiakarana ny harinkarena faobe. Tokony hitandrina ihany koa ny fanjakana ny amin’ny fanafoanana ny hetra alaina amin’ny karama latsaky ny 350 000 Ariary, hoy Atoa Faneva Raholdina mba tsy hisy akony ratsy amin’ny harinkarena satria tena ilaina ary tsy ampy ny fampidiran-ketra. Inoana fa efa misy politika mazava amin’ny sehatra hafa hanentsenana ny banga rehetra.

Tsirinasolo

 

 

  

 

Tia Tanindranaza0 partages

Feno 2 taona ny TOP Radio 102.8FmSahy hiteny ho an`i Gasikara hatrany

Feno 2 taona katroka omaly alakamisy 2 mey ny onjam-peo tsy miankina Top Radio eo amin’ny mari-drefy 102.8Fm, izay manana ny endriny hafa mihitsy ankehitriny na eo amin’ny fitantanana na ny fandaharana vokarina, izay miezaka mizara ny soa sy ny tsara ho fanasoavana ny fiarahamonina sy ny firenena izay miseho amin’ny endrika samihafa.

 Manana ny tarigetra lehibe voizina dia ny hoe : « Sahy miteny ho an’i Gasikara”. Zavatra roa nibahana tao anatin`izay roa taona izay ny safidy napetraka, niainga tamin’ny maha malagasy 100% sy ny lafiny ara-teknika, izay tsy maintsy nohatsaraina foana hatrany. Porofon’izany, voafehy ny fahatapahan’ny onjam-peo, voafehy ny fampitana feo anaty tokantrano ary voarain’ny olona ilay safidy maha malagasy. Efa mahafehy tsara ny maha matihanina azy ny fahatokisan’ireo vahiny tonga maneho hevitra sy fampitana mivantana tahaka ny filohan’ny Antenimierandoholona, ny masoivohon’ny Inde Atoa Abhay Kumar, izay vao tamin’ny alarobia 1 mey lasa teo, izay voalohany indrindra ho an’ny Top Radio. Nanambara ny Talen`ny onjam-peo, Rtoa Sylvia Rakotoson fa hizotra any amin`ny fanatsarana hatrany ny onjam-peo ka tsy hitsahatra ny hivoatra ho matihanina ary tsimialonjafy hatrany ho amin`ny telo taona manaraka. Endrika hafa mihitsy no nentin’ity onjam-peo sy ny mpihaino nanamarihana ny faha-2 taona nijoroany omaly. Nosokafana tanteraka ho an’ny mpihaino sy mpankafy ny onjam-peo ka sesilany ny hafatra sy ny firariantsoa mba hahatraran’ny Top Radio ny taona maro be mitsingeringerina, eny fa hatramin’ny avy any ampitan-dranomasina aza niditra nivantana satria efa azo arahina amin’ny rohy Top radio en ligne : https://www.radioking.com/radio/topradio-102-8?redirect ity onjam-peo ity. Nisy ihany koa ny fandraisana ireo vahiny samihafa nivantana sy niresadresaka tamin’ny onjam-peo nandritra ny tontolo andro, ka am-polony maro ireo tonga nitafa sy niresadresaka nitondra ny fahitany an’izany Top Radio izany sy nirary soa. Nivoitra tao ny fisokafana lehibe ataon’ny Top Radio amin’ny fanehoan-kevitra marolafy, ary vaky vava ny ankamaroan’ny olona fa tena taratry ny demokrasia ny onjam-peon’ny Top Radio. Mijoro ho arofanina ny onjam-peo eo anatrehan’ny zavatra tsy mety sy mila ahitsy.

 

 

 

Toky R sy Marigny A.

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Josè Andrianoelison« Manana trosa miavosa ny Malagasy »

Kandidà nisedra safidim-bahoaka, naneho hevitra tamin`ny famoahana voka-pifidianana voalohany ka nangingina taorian`izay, i Jose Andrianoelison na Josè Kely.

« Misy fotoana hitenenana sy hanginana ary manana filoha vaovao isika izao”, hoy izy. Manoloana ny resaka solika dia nilaza ny tenany fa tsy ady no ilaina amin`ireo mpandraharaha fa ny fitenenana amin`ny Malagasy ny  hoe: “ny politikantsika ve dia vidiny tokana eto Madagasikara ?” Nambara tokoa fa malalaka ny vidin-tsolika kanefa tokana. “Ity politikantsika ity ve hampiditra olona hifaninana amin`ireo sa hifampiraharaha amin`ireo sa hanangana SOLIMA vaovao araka ny ambaran`ny sasany sa kosa ilay fampiraharahana amin`ny banky iraisampirenena izay efa an-dalana amin`izao fotoana izao notohizana ?”, hoy izy Nilaza mazava tsara ny filohan`ny banky iraisam-pirenena fa miandry ny politikantsika izy ary vonona hiara-kiasa raha manana izany politika izany.Manana trosa miavosa ny JIRAMA sy ny fanjakana amin`ireo mpandraharaha ireo. Na dia nilaza ny filoha Rajoelina fa halatra no nahatonga ny trosa dia nomarihan`i Josè Andrianoelison fa rehefa manana trosa, tsy maintsy mamerina. Na oviana na oviana dia tsy maintsy hifampiraharaha amin`ireo mpandraharaha ireo amin`ny trosa ka mino aho fa vonona ny banky iraisampirenena. Io resaka solika io dia tsy vitan`ny ady fa mila olona hentitra eo amin’ny fitondram-panjakana, JIRAMA, mpanjifa, mpamatsy vola… Amin`ny volana jona no tokony hiakatra ny vidin-tsolika, hoy ny ofisim-pirenena momba ny akoran`afo kanefa tamin`ny volana martsa no tokony ho nisy “structure de prix”. Araka izany, tsy maintsy miafy ny vahoaka Malagasy satria misy trosa be miavosa, hany ka tsy alaina amin`ireo mpandraharaha ireo ny vola tokony haloany any amin`ny FER (Fonds d`entretien routier) ka ho simba indray ny lalana eto Madagasikara. Raha ny zava-misy ankehitriny, hoy ihany ity mpanao politika ity, fitohizan`ny asa nisy no ataon`ny fitondrana ankehitriny. Momba ny fiaraha-miasa amin`ny banky iraisampirenena, dia efa nisy ny dingana voalohany, toy ny CASEF (fizarana kara-tany), ny PAGOS, ilay fitsirihana (audit) nataon`ny filoham-pirenena, hoy hatrany ny fanazavana.

 

Marigny A.

La Vérité0 partages

Football féminin - Championnat national - Elite La compétition reprend ses droits

Le coup d’envoi de la troisième phase du championnat  national du football féminin Elite reprendra ce lundi 6 mai et ce, jusqu’au 18 mai sur le terrain synthétique du Centre technique national de  Carion. Cette joute servira de détection des joueuses susceptibles de former l’ossature de l’équipe nationale, en vue du Cosafa au mois de septembre. Pour rappel, la deuxième phase de ce grand rendez-vous du football féminin remonte au mois de juillet 2018.Le tirage au sort de cette troisième phase a eu lieu, hier, au siège de la Fédération malagasy de football. Le match d’ouverture mettra aux prises l’As Comato Atsimo Andrefana et l’Asot Analamanga, tandis que le match de clôture de ce lundi opposera le SOM Boeny et l’Ac SabNam. Selon la formule de compétition, l’équipe qui engrange le plus de points, durant les trois phases, sera sacrée champion de Madagascar en titre 2018. Et la saison 2019 va, en outre, débuter au mois de juillet.

Au classement provisoire, à l’issue de la dernière phase,  c’est l’ASKAM Itasy qui mène avec 35 points sur le compteur, suivi de près par l’AS SabNam avec 34 points et l’Asot Analamanga 16 points. Rien n’est encore joué pour le titre car durant cette troisième et dernière phase, toutes les équipes vont devoir s’affronter de nouveau. C’est l’occassion pour les autres équipes de rattraper le temps perdu car il reste encore 21 points à gagner.Déjà, le Comité de normalisation de la Fédération malagasy de football, d’aligner l’équipe féminine et les U17 garçons. « Les dates de compétition prévues en Afrique du Sud coïncident avec le championnat national, et c’est la raison de notre retrait afin ne pas être parmi les participants », relate Attalah Béatrice, président dudit comité hier.Elias Fanomezantsoa

La Vérité0 partages

Trophée des Jeunes Entrepreneurs Quand le premier lauréat gâte le 14e vainqueur

En 2003, Andry Rajoelina a remporté la première édition du Trophée des Jeunes Entrepreneurs (TJE) organisée par la BNI Madagascar avec son entreprise œuvrant dans la publicité, Injet. Un tremplin qui lui a permis de développer ses activités. Seize années plus tard, le premier lauréat du Trophée devient Président de la République. Et hier, le vainqueur de la 14e édition de ce concours initié par la BNI Madagascar, Liva Ferod Njiamizaka, a eu l’honneur de recevoir son prix de la main du premier gagnant du TJE, et ce, au Palais d’Etat d’Ambohitsirohitra. « Il est important de soutenir les jeunes dans leurs projets d’entreprise. Il y a plusieurs années de cela, je me suis trouvé exactement à la même place que vous. Ce fut un véritable parcours du combattant, mais j’ai quand même réussi. Je sais ce que c’est de ne pouvoir compter sur personne pour monter son entreprise. Heureusement, il y a eu la BNI Madagascar et le Trophée des Jeunes Entrepreneurs pour croire en moi et me tendre la main. Et je les en remercie », témoigne le locataire du Palais d’Etat à l’endroit de l’assistance, composée entre autres des deux hauts dirigeants de l’institution financière,  Henri Rabarijohn (PCA) et Alexandre Mey (DG), mais aussi de la ministre de l’Industrie et du Commerce, Lantosoa Rakotomalala, et certains des lauréats des précédentes éditions du Trophée des Jeunes Entrepreneurs. 

NFL Technology, la société lauréate de l’édition 2018, se focalise particulièrement sur la vulgarisation des énergies renouvelables dans les Communes rurales d’Ambilobe. Ingénieur en Nouvelles Technologies de l’Electrictité (NTE) de l’IST d’Antsiranana, Liva Ferod Njiamizaka compte produire d’ici peu des lampes et panneaux solaires. « J’espère que d’ici cinq ans, vos activités se développeront au point que vous pourriez exporter vos produits, sous le label "Vita Malagasy" », lui souhaite le Président de la République qui dans son programme IEM met en première position l’utilisation des énergies renouvelables.« Ce concours est une grande opportunité pour moi. Et je suis confiant pour l’avenir. Je suis sûr que maintenant, je serai plus apte à conquérir de nouveaux marchés », s’enthousiasme le 14e lauréat du TJE. Lui qui désormais pourrait emprunter à la BNI jusqu’à 100 millions d’ariary de crédit à taux zéro durant la première année. Outre cette opportunité financière accordée par l’établissement bancaire, initiateur du concours, il aura également la possibilité de recevoir 300 millions d’ariary grâce au projet « Fihariana » de la présidence de la République de Madagascar.Créer des emplois En appuyant les jeunes entrepreneurs dans leur projet, à travers son projet « Fihariana », le Président Andry Rajoelina souhaite surtout changer la donne dans le pays. « Depuis toujours, nous avons enseigné à nos jeunes à trouver des emplois. Mais à partir de maintenant, nous allons changer cette habitude en encourageant la création d’entreprises. De ce fait, ils ne chercheront plus un emploi mais en créeront », a expliqué le Président de la République. Ainsi, 200 milliards d’ariary de fonds seront attribués à cet effet à travers le projet « Fihariana ». Le Chef de l’Etat entamera une rencontre avec les lauréats de cette édition du TJE la semaine prochaine pour mettre en place ensemble des projets de développement.  Avec le TJE, la BNI Madagascar s’est fixé comme objectif d’aider les entreprises malagasy dans leur épanouissement. « En instaurant ce concours, nous avons surtout voulu donner un coup de pouce aux jeunes entrepreneurs en les favorisant un peu plus. Les membres du jury ont ainsi distingué les bons concepts à en devenir pour générer un tissu entrepreneurial plus large, plus formel et plus dynamique à la fois. Et c’est dans cette même idée que, pour cette édition, nous avons instauré une nouvelle catégorie dédiée aux startups », a soutenu le directeur général de BNI Madagascar. En quatorze ans, le TJE s’est alors placé en tant que levier de développement du secteur privé.Rova Randria

La Vérité0 partages

Quelle liberté ?

Quid de la liberté de presse ! Le monde consacra dans la journée d'hier 3 mai 2019 la célébration de la « Journée internationale de la liberté de la presse ». Mais, quelle liberté s'agit-elle exactement ? La Déclaration Universelle des Droits de l'homme adoptée en Assemblée Générale des Nations Unies en 1948, par 58 Etats à Paris au Palais Chaillot stipule en Préambule, paragraphe 2 : « …les êtres humains seront libres de parler… ». Dans l'Article 1 : « Tous les êtres humains naissent libres et égaux en dignité et en droits … », Art 2. 1 : « Chacun peut se prévaloir de tous les droits et de toutes les libertés proclamés dans cette Déclaration …, liberté d'opinion politique, … ». Quelques extraits jetant les bases fondamentales de la liberté d'expression et par extension la liberté de la presse qu'il fallait à juste titre mettre en exergue. Dans cette lutte par le biais de l'IEM contre tous les maux qui sévissent le pays, quelle liberté de la presse entendons-nous ?

Evidemment, il est difficile d'en délimiter le contour exact. La liberté « sauvage » ! Aucune restriction ni balise dans l'exercice du métier de journaliste où tout le monde peut faire prévaloir le titre ! On peut tout dire ou tout publier sans avoir eu la moindre preuve ou sans avoir pris la peine de faire un minimum de recoupement. Une liberté qui n'est régie d'aucun Code de conduite. Donc, c'est l'anarchie totale !  Sans ambages, il faut avouer qu'une telle liberté tue la liberté et assassine la démocratie. Une liberté « réglementée » ou « dirigée ». Dans les pays dits « socialistes » ou bien « pays progressistes », les dirigeants ont la mauvaise tendance de … réguler la liberté de la presse. Dans ces pays rétrogrades, la liberté de la presse est un danger public qu'il faudrait embrigader sinon endiguer. Chaque année, « reporters sans frontières » regrette de constater dans ces pays qu'il existe des cas de tortures ou intimidations voire d'emprisonnement dont sont victimes les journalistes. On y confectionne un Code communication médiatisée taillé sur mesures aux intérêts vitaux  du régime. Heureusement, Madagascar vient de se libérer du joug de ce genre de Code. La liberté de presse « responsable » ! Une liberté qui respecte les fondements de la Déclaration universelle des droits de l'homme, en particulier, celle relative à la liberté de parole et d'opinion politique tout en respectant la liberté des autres et également les lois en vigueur dans le pays. Lesquelles lois obéissant au principe des droits fondamentaux de l'homme et dont l'objectif consiste à épanouir la dignité de l'homme et l'éthique du métier. L'IEM garantit la liberté d'expression, et cela, en conformité avec la Constitution. En effet, dans le Préambule de la Constitution, paragraphe 8.2 il est question du « respect et la protection des libertés et droits fondamentaux » consolidé par l'Art. 6 alinéa  2 « Tous les individus sont égaux en droit et jouissent des mêmes libertés fondamentales… ».  Au final, quelle liberté de la presse avions-nous besoin ? Une liberté qui sert les intérêts basiques de la Nation conformément aux fondamentaux de la Déclaration universelle des droits de l'homme et la loi fondamentale du pays.Ndrianaivo

La Vérité0 partages

Agression d'un commissaire de police - Deux assaillants à Tsiafahy

La nuit du 15 avril 2019, des maisons appartenant à des particuliers étaient attaquées par des bandits armés dans le quartier d'Anoronala à Ambilobe. La Police était intervenue et le commissaire de cette ville fut blessé au cours d'une fusillade avec les assaillants. Récemment, la Brigade criminelle a vu le couronnement de son enquête. Deux assaillants ont été interpellés grâce à une embuscade. Actuellement, ils sont déjà envoyés en prison, précisément à la maison de force de Tsiafahy, dans la banlieue sud de la Capitale. La Police a donc pu remonter la piste des deux suspects après la nuit même de cette fusillade à Ambilobe, et ce malgré le fait qu'ils aient réussi à prendre la fuite. Cependant, les fuyards, dans leur empressement pour déguerpir, ont laissé tomber par inadvertance un sac par terre. Ce qui a facilité la tâche des enquêteurs, étant donné que l'objet a constitué un indice pour connaître l'identité de l'un des  fugitifs. Depuis, les Forces de l'ordre leur ont tendu une embuscade le long de la route nationale reliant le Nord. Et c'était dans ces circonstances que les deux suspects mentionnés s'étaient fait prendre à bord d'un taxi-brousse à Maevatanàna.

A ce moment, les fugitifs ont espéré gagner secrètement la Capitale. Aussitôt, la Police les a embarqués vers les locaux de la Brigade criminelle pour les interroger. Lorsque les victimes ont été invitées à les identifier à travers la vitre tapissée d'identification de suspects dans une salle d'interrogatoire, les premières ont rapidement reconnu les bandits. L'un d'eux est un récidiviste. Il est incarcéré depuis 2015 et devra encore continuer à purger sa peine jusqu'en 2020. Par ailleurs, l'acolyte des deux est encore en fuite. Pour retracer brièvement les faits, les assaillants qui étaient équipés de fusils de chasse et d'objets tranchants, étaient en train d'attaquer ce foyer du quartier d'Antafiakatsaka. Pourtant, l'assaut a coïncidé avec le passage à la hauteur de l'endroit des patrouilles de policiers et de gendarmes. Si l'une était à pied, l'autre était motorisée.  De plus, les locataires ont donné l'alerte. Leurs appels de détresse étaient parvenus jusqu'aux oreilles des policiers et des gendarmes. C'est le cas de ce commissaire et du chef du District, qui ont voyagé dans une voiture.  Le fonctionnaire de police a alors procédé  à  des tirs en l'air de dissuasion. Mais la réplique des assaillants ne s'étaient pas fait attendre. L'un d'eux a visé le commissaire dont le projectile lui  a pénétré la cuisse.  Déjà, la veille de cela, la maison d'un businessman d'Ambilobe était également visée. La brutalité des agresseurs fut telle que la maîtresse de maison ainsi que son enfant furent grièvement blessés. Enfin, les assaillants s'étaient enfuis avec une somme d'argent s'élevant  à quelques millions d'ariary.Franck Roland

La Vérité0 partages

Journée mondiale de la liberté de la presse - Les futurs journalistes manifestent également pour la cause

Au nom de la liberté d'expression ! Lors de la célébration de la Journée mondiale de la liberté de la presse, des journalistes issus des organes de presse se sont donné rendez-vous hier devant la stèle de la liberté à Analakely. Ils ont manifesté en faveur de ce qui leur tient à cœur avec des pancartes à la main.  Pour cette année, la participation des « futurs » journalistes a marqué la journée. « Je suis étudiante en communication. Le métier de journalisme m'intéresse beaucoup car les journalistes acquièrent chaque jour de nouvelles connaissances. Cependant, ils rencontrent souvent de difficulté dans l'accès aux sources d'information et dans leurs écrits.  J'envisage de travailler dans ce domaine. C'est pourquoi je revendique dès aujourd'hui mes droits pour ma future carrière », explique Rakotomalala Nyavo, étudiante en deuxième année à l'E-media.

Code de la communication médiatiséeRéformes. C'est ce qui résume les revendications attendues dans le Code de la communication médiatisée. « Tous les pays du monde entier célèbre cette journée. Elle est surtout orientée vers une réflexion pour ce qui est déjà acquis et les objectifs à atteindre afin d'améliorer cette liberté d'expression. Pour le cas de Madagascar, on se penche essentiellement sur une journée de rappel concernant les règlementations encadrant le métier, c'est-à dire le Code de la communication médiatisée. Cette loi a créé une polémique lors de son adoption en 2016. Cette année, le ministre de la Communication a déjà témoigné son engagement pour une amélioration de ces textes. Ladite loi sera présentée au sein du Parlement lors de la session du mois de juillet prochain. Donc, on croise les doigts à ce qu'elle soit votée. Parallèlement à cela, les conditions de travail des journalistes doivent également être regardées de près », relate Didi Ratsimbazafy, vice-président de l'Ordre des journalistes de Madagascar (OJM). A noter que Madagascar se trouve en ce moment au 54e rang sur 180 pays en matière de liberté d'expression. Avec l'effort mené par le Gouvernement actuel, le vice-président  de l'OJM espère que la Grande île fera un bond dans son classement au niveau mondial l'année prochaine. A part cette manifestation « silencieuse » devant la stèle sise à Soarano, organisée par l'OJM et le ministère de la Communication, des émissions communes entre les chaînes privées et publiques ont été diffusées hier sur la Radio et télévision nationale.Solange Heriniaina

La Vérité0 partages

Affaire Claudine Razaimamonjy - Des anciens ministres récemment impliqués

Alors qu'on croyait les dossiers dans l'affaire Claudine Razaimamonjy tous traités, de sources informées, l'on apprend que les enquêtes se sont poursuivies. Pas plus tard qu'hier, un autre nouveau dossier concernant cette proche de l'ancien couple présidentiel Rajaonarimampianina, a été transmis par le Bureau Indépendant anti-corruption ( BIANCO) au Pôle Anti-corruption (PAC). Cette fois-ci, la Dame est soupçonnée d'implication dans une affaire de détournement de fonds publics et de favoritisme dans le cadre des marchés de travaux de réhabilitation des infrastructures scolaires dans la Région Haute Matsiatra en 2015 et 2016. Suite à plusieurs doléances, l'organe anti-corruption d'Ambohibao a ouvert des enquêtes.   Selon les informations obtenues, des paiements occultes, extrabudgétaires et illégaux auraient été faits par le ministère des Finances de l'époque au profit des fournisseurs et entreprises prête-noms de l'opératrice économique propriétaire de l'AC Hotel d'Ivato qui croupie encore en prison en attendant les sorts réservés à ses multiples affaires en cours au niveau de la justice.

Prête-noms qui, par ailleurs, ont toutes été récemment débusqués par le BIANCO après plusieurs années de cavale. Les enquêtes effectuées par les investigateurs de la branche territoriale d'Antananarivo du BIANCO ont pu mettre en exergue et confirmer l'implication de 15 personnes dans ce dossier dont des hauts responsables auprès du ministère des Finances et du Budget, de celui de l'Education nationale, tous les membres de la commission d'appel d'offres, Claudine Razaimamonjy et ses deux prête-noms dans la réalisation de ces infractions de favoritisme et de détournement de deniers publics. Le dossier a été transmis au Pôle Anti-Corruption et à la Haute Cour de justice  ( HCJ), hier, par le BIANCO. La transmission du dossier au niveau de la HCJ laisse penser qu'un ou des ministres seraient donc concernés par le dossier. La Constitution dispose en effet que les membres du Gouvernement ne sont responsables des crimes ou délits liés à l'exercice de sa fonction au moment des faits, que devant la Haute Cour de justice. D'après les informations, le préjudice de l'Etat dans ce dossier a été estimé à plus de 18 milliards ariary. Les marchés publics visés par ces malversations concernent plusieurs dizaines de lycée, de collège d'enseignement général (CEG) et d'école publique primaire (EPP). La Rédaction

Madagate0 partages

Contre-Amiral Ratsimandresy Roland. Niamboho ny 30 Aprily 2019

Midi Madagasikara0 partages

Fisolokiana teto Toamasina : Voasambotry ny zandary Rtoa Colombe 

Tratran’ny zandary ny alatsinainy 29 avrily teo raha nanaovana vela-pandrika Rtoa Colombe mpisoloky teto Toamasina. Resaka asa no nisolokiany olona; izay asainy mandoa vola 20.000 ariary isany ireo tanora mitady asa aminy hanomanana ny antontan-taratasy rehetra. Tanora lahy sy vavy 180 no efa tratrany, ka nahazoany  3.600.000 ariary tamin’izany. Tao Ampitatafika Antananarivo izy no tratran’ny zandary Toamasina raha teto anivon’ny fampanoavana teto Toamasina kosa ny fitoriana rehetra no napetrak’ ireo voany. Ny volana avrily iny dia nisy filazana fitadiavana mpiasa nitranga tamina fahitalavitra sy onjam-peo samihafa teto Toamasina, nataon’ity vehivavy iray antsoina hoe Colombe 40 taona ity. Vao nahita izany ny ankamaroan’ireo tanora, izay nisy ihany koa ny famoriana vahoaka natao tetsy sy teroa mikasika izany, dia roboka. Asa hiambina ny fantsona lavabe miala any Moramanga hatreto Toamasina, izay handraisana vola iray tapitrisa ariary isam-bolana sy mbola mety miakatra izany raha vita ny andrana arakasa. Tapitra ihany anefa ny fe-potoana nifanomezana momba ilay asa, nefa tsy hita ny fandehany. Nisy koa ireo tanora nahaloa ny vola nanontany ilay orinasa voalaza fa hampiasa, saingy asa tsy misy ilay izy. Fomba iray entiny nandesen-dahatra ireo tanora tsy an’asa sy ireo haino aman-jery nandefa ilay filazana koa ny filazany, fa hiraka sy miara-miasa amin’ny fanjakana ao anatin’ny fandaharan’asa IEM amin’ny fanomezana asa ho an’ny tanora ny tenany. Nisy mihitsy ny filan-kevitra napetrany teto Toamasina voalaza fa misahana izany fandraisana mpiasa izany, izay efa saika tratry ny fitsaram-bahoaka raha tsy tonga niaro azy ny polisim-pirenena tamin’izay. Isan’ny voafitaka ihany koa ity filan-kevitra napetraky Rtoa Colombe ity ka isan’ny mpitory azy koa amin’izao raharaha fisolokiana nataony izao. Omaly tolakandro no niakatra teo anivon’ny fitsarana Toamasina ny raharaha , ka raha ny didy savaranonando navoakan’ny fitsarana noho ny heloka vitany izay misandoka ho iraky ny fanjakana sy mpiasa misahana ny IEM izay, dia miandry fitsarana am-ponja ao Ambalatavoahangy ny tenany.

Malala Didier

Midi Madagasikara0 partages

Nodonin’ny moto : Olona roa miady amin’ny fahafatesana

Lozam-pifamoivoizana roa samy hafa no nitranga, saingy mitovy tanteraka ny fisehony. Ny iray lehilahy avy namonjy karaoké teny Ivato ka hihazo ny Renivohitra no nandona rangahy 52 taona. Torana tsy nahatsiaro tena io ary hatramin’izao, dia mbola miady amin’ny fahafatesana. Omaly rahateo vao natao ny fitsirihana izay mety ho fahavoazany tany amin’ny loha ary mbola handrasana ny valin’izany alohan’ny handraisan’ny mpitsabo fanapahan-kevitra. Raha ny heno tamin’ny fianakaviany, dia mamo ilay olona nitondra kodiaran-droa. Ny faharoa indray dia teny Fenoarivo no nitranga. Noho ny fitohanana lavareny, dia nisongona avy an-kavanana ilay moto. Kinanjo nandona olona izay efa nahazo taona. Rangahy iray 74 taona indray teto no torana avy hatrany ary tsy nahatsiaro tena hatramin’izao. Nentina haingana tao amin’ny hopitalin’i Fenoarivo izy mba ho fanavotana ny ainy ary notaterina niakatra taty an-dRenivohitra nony avy teo. Isan’ny sakana izay mahataraiky ny fitsaboana ireo olona niharan’ny lozam-pifamoivoizana ny tsy fisian’ny  « scanner »  na fitaovana fitsirihana any amin’ny hopitalim-panjakana, indrindra raha hitsirika ny any amin’ny faritra saro-pady toa ny loha. Voatery tsy maintsy mandeha any amin’ny toeram-pitsaboana tsy miankina izay mbola azo isaina amin’ny rantsan-tànana koa ny manana ny fitaovana. Etsy andanin’izany, matetika dia olona mandeha moto hatrany no maratra rehefa misy ny lozam-pifamoivoizana an-dalam-be. Ity kosa dia tranga mitovy ary samy moto avokoa no nandratra.

D.R

Midi Madagasikara0 partages

Antohomadinika : Gadralava tra-tehaka teo am-pamakian- trano

Antsohihy, Mahajanga, Mandritsara ary Toamasina. Efa in’efatra nigadra tany amin’ireo toerana ireo ity olon-dratsy ity kanefa mbola tsy fay ihany. Tra-tehaka teo am-pamakiana trano indray ranamana tetsy Antohomadinika. Ary azo inoana, fa mety mba hanandrana ny fonja eto Antananarivo.

Ny voalohan’ny volana mey teo, dia lehilahy roa no voasambotry ny pôlisy avy ao amin’ny PPA Antaniavo, noho ny resaka vaky trano. Solosaina fentin-tanana iray no nangalarin’izy ireo tamin’izany, saingy tsy lasa lavitra dia izao tra-tehaka izao. Araka ny fampitam-baovao azo avy amin’ny pôlisim-pirenena, dia tsikaritry ny tompon-trano ny lehilahy iray somary hafahafa fihetsika niditra tao an-tokantranony. Nihevitra anefa ilay tompon-trano, fa isan’ny mpiasa ao aminy ity farany ka tsy taitra, raha tsy izy nivoaka nandeha nitsoaka sy nibata an’ilay solosaina. Nifanenjehana avy hatrany ranamana. Ity farany izay tsy nahita haleha intsony ka nitsofoka tsy satry tao amina tokantranon’olona ary dia noraisim-potsiny tao. Rehefa nentina natao fanadihadiana izy dia nanoro ny namany iray, izay nosamborina teny Ankasina teny, ny ampitson’io. Araka ny fantatra, dia vao ny volana febroary teo izy no nivoaka ny fonja avy any Mandritsara rehefa avy nandalo tamin’ireo fonja maro hafa ankoatran’io. Omaly ireto mpamaky trano ireto no natolotra teny anivon’ny Fampanoavana ary heverina fa nampidirina am-ponja vonjimaika.

nangonin’i m.L

Midi Madagasikara0 partages

Ivandry : Mpamaky trano roa lahy voasambotry ny Polisy

Lehilahy 2 no voasambotry ny Polisy miasa ao amin’ny kaomisaria Analamahitsy,  ny 01 Mey 2019 lasa teo tao Ivandry noho ny resaka vaky trano. Tokantranon’olona iray eny an-toerana no saika hotafihan’izy ireo, tamin’ny Alarobia 01 Mey tokony ho tamin’ny 1 ora maraina. Tsy nahomby anefa izany, satria naheno zavatra nikorontana ny tompon-trano ka nivoaka nitsirika izay miseho ao an-tokotany. Tamin’izany no nahatsikaritra lehilahy iray izy. Nanapa-kevitra hivoaka avy hatrany ny tompon-trano ka rifatra nandositra ilay io ary hadinony teo an-tokotany ny sakaosiny. Nidina teny an-toerana avy hatrany ny mpitandro ny filaminana raha vao nahazo fampandrenesana avy amin’ny tompon-trano. Natao ny fanarahan-dia ka tratra teny amin’ny manodidina teny ihany ireo roa lahy ireo ny Alakamisy 02 Mey tokony ho tamin’ny 6 ora maraina. Nandritra ny fanadihadiana azy ireo no nahalalana, fa efa nigadra teny Antanimora avokoa izy ireo noho ny resaka fanendahana. Omaly no natolotra ny fitsarana ireto jiolahy ireto, ary naiditra am-ponja eny Antanimora avy hatrany.

T.M.

Midi Madagasikara0 partages

Ankililoaka-Toliara : Une suspicion de corruption dans une affaire de destruction de culture

Un riziculteur du « fokontany » de Tanandava, dans la commune rurale d’Ankililoaka, district de Toliara II se plaint d’être victime d’une injustice. En effet, il lance un appel aux autorités concernées par son cas. L’affaire porte sur une violation de propriété privée. Propriétaire d’un terrain d’une superficie de 304 ha et dans le « fokontany » de Tanandava, le plaignant déplore l’existence de personnes ayant clandestinement moissonné le riz qu’il a cultivé sur ce terrain. Face à cette situation, il affirme avoir déposé des plaintes auprès des forces de l’ordre et du tribunal de la localité. Des suspects ont été alors arrêtés. Mais, le problème est de constater que ces derniers recouvrent toujours la liberté après avoir été entendus pour enquête. Le pire est de savoir que devant ce fait, même l’organisme mixte de conception du district de Toliara II (OMC-district) qui s’est déjà impliqué dans cette affaire semblerait impuissant. L’OMC-district a envoyé des éléments des forces de l’ordre pour effectuer l’arrestation des malfaiteurs qui étaient armés de fusils et de sagaies pour commettre leur forfait. En effet, le plaignant soupçonne la possibilité de corruption dans cette affaire. Dans ce sens, il affirme avoir effectué sa propre investigation. A travers laquelle, il a réalisé que, selon ses dires, un candidat aux législatives du 27 mai serait l’instigateur de cet acte de vandalisme contre sa propriété. S’agit-il d’un acte de sabotage dans la mesure où le fils de ce riziculteur, lui aussi est candidat à cette élection dans le district de Toliara II ?

T.M.

Midi Madagasikara0 partages

Portrait : Tsiakoraka, la fulgurance d’un météore

Setra, le leader charismatique de Tsiakoraka.

Histoire tragique, rappelant ces groupes fameux fauchés dans leur apogée. Tsiakoraka existe encore jusqu’à maintenant, entre le vestige oublié et la tentative de se retrouver. Voici le portrait musical d’une légende.

Trait d’union des années ’70 et des années ’90, le groupe Tsiakoraka s’apparente à un météore étincelant dans le paysage musical malgache. D’un autre côté, ce band fait également penser à l’œil du cyclone. Un point calme, ensoleillé mais fiévreux.

Le pays se réveillait tout juste du séisme des évènements de mai 1972 et de ses soubresauts. Sans penser qu’il allait se diriger vers une autre crise, 1990/1991. Entre temps, des petits lycéens ont réussi à créer une belle chose. Un groupe dénommé Tsiakoraka est « officiellement » né en 1983. En tête, Setra (1994) et Doda (2015), deux gaillards avec un charisme certain.

Laissant derrière lui une kyrielle de titres, Tsiakoraka a légué au patrimoine musical malgache un répertoire riche, digne de ces éternels qui resteront à jamais au firmament. Portrait en chanson où la nuit est un personnage inamovible. La solitude une amie de joie. Le blues un esprit.

Extrait de la vidéos de « Tamboho », chanson quelque peu prémonitoire.

« Tia hahita anao »

En moins de trois minutes, Tsiakoraka a livré avec ce titre un de ses meilleurs morceaux. Simple, vif et sans détour, faisant parfois pensé à du Jim Croce, c’est sûrement grâce à ces qualités que le groupe a imposé, en partie, sa signature. Sans être totalement country, un air de ballade, on perçoit rapidement l’éclectisme dans le style de la bande. Biberonnés, comme les jeunes de leur époque, aux Jimmy Hendrix, Crosby et compagnie, le folk n’était jamais loin. D’ailleurs, la tendance de l’époque faisait de ce style le prisme attitré de tout ce qui se proposait de neuf en matière de création musicale. Tsiakoraka a su aller au-delà de cet horizon pour offrir cette chanson courte avec une poésie homogène et bluesy.

« Mason’ny alina »

Le temps qui s’évade, les amertumes refoulées, voilà le voile recouvrant « Mason’ny alina ». Des années plus tard, c’était sans doute normal si « Randratelo », fabuleux trio féminin, reprenait ce titre. La nouvelle génération qui s’est mise à apprécier cette reprise ignorait en partie qu’elle venait du cru des Tsiakoraka. Révélant également le lyrisme dont était capable les Setra, Doda et toute la bande. « Ton reflet au regard azur /yeux de la nuit, un puissant ami »… Tout est résumé dans cette rime. Soutenu par un raffinement de ballade country rock, sans le savoir le groupe offrait ici, à sa manière, pour la postérité un morceau « arena rock ». Plutôt précoce pour leur statut de l’époque.

« Sendra »

Un petit diamant creusé dans le sillon de la solitude, « Sendra » est le nom d’une jeune femme subissant sans rien dire les crocs de la vie. Tellement, que « tous les jours, elle répond, seule comme elle est, aux chants des grillons/Partagée sa joie avec les oiseaux chantants pour passer son temps ». Cette chanson sort au même moment où le libéralisme, avec son individualisme sélectif s’agrippait au quotidien des malgaches. Les marginaux ne trouvaient ni le ralliement des biens pensants ni l’approbation des rebelles mono expressifs. D’où des personnages comme « Sendra » dont l’histoire se retrouve dans d’autres histoires racontées par d’autres bands.

« Tamboho »

Tsiakoraka a réussi à sortir de l’ombre des Mahaleo et Lôlô sy ny Tariny. Ces deux monstres sacrés du folk, et quelque part de la variété malgache, faisaient la pluie et le beau temps des couloirs et des apprentis musiciens de la capitale. Pourtant, Setra et sa bande chantait déjà ce titre prémonitoire. Puisqu’un jour où l’autre le « Tamboho », lieu de vie des jeunes du quartier, va se dégarnir. Aussi perturbant qu’un doom métal, Tsiakoraka donne l’impression d’avoir expérimenté des décennies et des vies. « Les années ne les laisseront jamais trainer  sur ces lieux», entonne la chanson. Tel un au revoir.

Maminirina Rado

Midi Madagasikara0 partages

Académie nationale des Sports : Sur une belle rampe de lancement !

Le TGV est passé par Ampefiloha et à la gare d’une Académie nationale des Sports qui a bénéficié d’un sérieux lifting tant sur les bâtiments que sur la nouvelle manière de gérer cet établissement appelé à jouer un rôle déterminant dans le développement du sport à Madagascar.

Autant dire que tous les feux sont au vert pour permettre à l’ANS de décoller et de retrouver sa vocation initiale qui est de former des élèves spécialisés dans l’Education Physique et Sportive mais aussi de servir de centre d’entraînement de l’élite sportive sur fond d’écoles de sport tout en servant de base arrière aux athlètes en préparation pour les rendez-vous internationaux.

Logique donc si à moins de 100 jours, le ministre Tinoka Roberto a réussi le tour de force de mettre en place une salle de musculation de dernier cri, un cyber sans oublier la réhabilitation des bâtiments et le centre de logement où les tuyauteries ont été refaites au grand bonheur des élèves. Une remise à neuf qui illustre cette volonté de mieux servir le sport.

Il reste toutefois un hic au moment où les 162 élèves-maîtres et maîtresses d’éducation physique et sportive s’apprêtent à prendre possession des logements car plusieurs chambres sont squattées par des personnes étrangères au service mais qui sont arrivées là grâce à la complicité des barons du HVM.

Une situation qui écorne au passage l’image qu’on se fait d’une académie des sports mais qui risque de durer car ces personnes semblent avoir les bras longs à tel point que la demande d’expulsion envoyée par le DG de l’ANS a pratiquement essuyé un refus de la Primature.

Et on en est à cette situation rocambolesque qui n’arrange guère cette réelle volonté du nouveau ministre des Sports, Tinoka Roberto, d’aller de l’avant dans la recherche des solutions idoines pour permettre à l’ANS de remplir convenablement sa mission. C’est ainsi qu’il est en pourparler avancé avec les dirigeants marocains pour un partenariat entre l’ANS et l’Institut Royal Marocain de Sport.

Bref, un avenir qui s’annonce prometteur, encore faut-il que tout le monde rame dans la bonne direction.

Le Directeur Administratif et Financier de l’ANS, Andrianjaka, milite pour la mise en place de ce nouveau plan de redressement de l’établissement.Andrianjaka – DAF de l’ANSLe plan de redressement de l’ANS est en marche !

L’Académie nationale des Sports vibrera à l’heure du renouveau à en croire le Directeur Administratif et Financier, Andrianjaka qui est en train de tout revoir en détails pour mieux remplir sa mission. Une option qui ne plaît pas à certains notamment un groupe d’ employés qui prennent la défense des squatters.

Mais c’était cela ou cette gabegie qui n’a que trop duré.

Parmi les nouvelles mesures figurent en bonne place l’usage du guichet unique permettant l’unicité des ressources par le truchement d’un régisseur du nom de Jacques Voara.

Bien avant la décision du président Andry Rajoelina d’augmenter le  salaire minimum d’embauche, l’ANS a déjà offert le tapis rouge aux employés CDD qui sont devenus sous contrat à Durée Indéterminée. Il va sans dire que le salaire a été réaménagé.

« Le retard de paiement des salaires est commun à tous les ministères, bien obligés d’attendre la sortie de la nouvelle loi de finances rectificative », explique encore Andrianjaka  saluant au passage l’arrivée du ministre Tinoka Roberto qui n’a pas mis longtemps pour réhabiliter les logements tout en leur dotant de nouveaux matelas.

Autre chose encore, Andrianjaka prévoit de résoudre le problème de l’encadrement en proposant d’affecter des fonctionnaires à l’Académie nationale des Sports pour qu’il n’ait plus à payer les heures de cours car mine de rien, cela grève le budget de l’établissement qui aurait pu servir à autre chose.

Outre sa vocation pour former les élèves-maîtres et maîtresses d’éducation physique et sportive et qui seront affectés dans les EPP et CEG, l’ANS possède aussi des écoles de sport notamment celles de la natation, football, volley-ball, karaté-do, danse, rugby et de judo.

Fierenaniana Lolita n’a pas sa langue dans sa poche et cela fait de lui la cible privilégiée des squatters.Fierenaniaina Lolita Fulgence :L’ANS est devenue un centre pour les proches des barons du HVM !

En colère, le responsable du suivi et contrôle à l’ANS, Fierenaniana Lolita Fulgence, dénonce haut et fort les agissements des proches du parti HVM qui squattent encore les logements réservés aux élèves-maîtres et maîtresses d’EPS.

« Nous avons des personnes de tout bord ici allant d’un maire au médecin ou un conseiller sans parler des familles proches des barons du HVM », déclare-t-il avec amertume.

La nouvelle salle de musculation est équipée de matériels derniers cris.

Comme tant d’autres, il n’arrive pas à comprendre pourquoi la Primature via son cabinet juridique à qui l’ANS a transmis l’arrêté d’expulsion du ministère de la Jeunesse et des Sports, a renvoyé l’affaire à d’autres comme si elle était aussi complice.

« Cela fait une année que la décision d’expulser les squatters a été prise  mais jusqu’à hier, il reste encore une poche de résistance dont des personnes qui se croient inamovibles. Les 30% qui restent constituent un frein en vue de la rentrée de 162 élèves-maîtres et maîtresses car on ne peut pas tolérer que par leur faute, les élèves s’entassent à 16 dans une chambre. C’est inhumain alors que ces élèves ont été admis par voie de concours et selon la capacité d’accueil de l’ANS », déplore Fierenaniaina Lolita.

Certes et après avoir lancé cinq avertissements, il se réjouit que certains ont accepté de partir mais cela reste des promesses alors qu’il y a urgence pour permettre aux élèves de prendre possession des lieux.

Selon Fierenaniana, le plus tôt serait le mieux car l’heure de la gabegie a pris fin surtout avec le nouveau ministre qui ne s’embarrasse pas de scrupules pour faire avancer les choses au plus vite. C’est le propre d’un Train à Grande Vitesse…

Dossier réalisé par Clément RABARY                           

Midi Madagasikara0 partages

UTOP – 11e édition : Coup d’envoi demain à 2 heures

La 11e édition verra la participation de 17 nationalités. Le coup d’envoi de la course de 126 km à l’Ultra Trail des ô Plateaux (UTOP) partant de Marozevo pour rejoindre Antananarivo, sera donné demain à 2 heures. Avec l’absence de Mahariniavo Rajoelison tenant du titre, on s’attend au duel entre le Français, Lucien Loyer, vainqueur de l’Ultra trail des 4 massifs (UT4M) 2018 et Nelson Rakotozafy, vice- champion en titre seront en course. Il y aura également le semi-trail distant de 70 km, support du championnat de Madagascar de trail. Cinq autres épreuves seront au programme de cette édition à savoir le relais par équipe, le X Trail sur une distance de 60 km, et les courses moyennes et à courte distance qui sont le T-Trail de 30 km, le Fun run de 12 km et le Zaza trail de 6 km.

T.H

Midi Madagasikara0 partages

Maevatanàna : Vehivavy bevohoka nalain’ny dahalo an-keriny, 12 tapitrisa Ariary no tambiny

Raha ny fantatra, dia isany manana omby betsaka eo an-tanàna ny fianakavian’ity vehivavy nalaina an-keriny ity. Taorian’ny fitakiana vola 12 tapitrisa Ariary, raha ny loharanom-baovao voaray, dia navosotry ny roa lahy nitazona an-keriny azy, afak’omaly alina tokony ho tamin’ny folo ora, tsy lavitra ny tanànan’i Tsimandaingo, any  amin’ny Fokontany Tanimbaritsara Sud, Kaominina ambanivohitry Mahazomà, Distrikan’i Maevatanàna ilay ramatoa manodidina ny 30 taona izay bevohoka be efa miandry andro ho teraka, nalain’ny dahalo an-keriny tao an-tranony, nandritra ny fanafihana nitranga tao  Tanimbaritsara Sud, ny alin’ny talata teo tokony ho tamin’ny valo ora. Rehefa nofotorana lalina ity ramatoa natao takalonaina votsotra ity, dia nitantara ny zava-nanjo sy nihatra taminy, ary nilaza ilay renim-pianakaviana fa olona mpiray an-tanàna aminy ihany izay fantany endrika ny sasany tamin’ireo naka an-keriny azy. Araka ny tati-baovao voaray farany tamin’ny fotoana nanoratana ny lahatsoratra, dia mbola eo am-pikarohana fatratra an’ireo olon-dratsy ny mpitandro filaminana.

Eric Manitrisa

Midi Madagasikara0 partages

Mikea : Une ethnie menacée de disparition

« C’est la première fois qu’un acte de banditisme survient dans la forêt de Mikea depuis notre existence», selon Tsivahora, un des notables traditionnels Mikea.

L’habitat naturel des communautés Mikea issues de la tribu Maromainty et non  de Masikoro est fortement menacé sans compter la recrudescence des actes de banditisme.

Les Mikea de « race pure » ne comptent plus actuellement que 300 à 400 individus. Ils pratiquent encore la chasse et la cueillette ainsi que le nomadisme dans la forêt des Mikea, une aire protégée gérée par Madagascar National Parks. Toutefois, leur habitat, qu’est cette forêt est détruit par des migrants qui s’y installent depuis plus de 20 ans. « Ces derniers pratiquent l’élevage et l’agriculture via le défrichement de la forêt pour la culture de maïs. L’an dernier, près de 4.700 ha de forêt de Mikea, ont été détruits. Certains effectuent des exploitations illicites de bois servant à la construction des maisons ou des pirogues tandis que d’autres produisent du charbon », a dénoncé Tsivahora, un des notables traditionnels de la communauté Mikea, lors d’une conférence de presse qui s’est tenue hier à Analakely.

Acte de banditisme. Mais ce n’est pas tout ! « Notre village Bedo créé par nos parents a été attaqué par des « Dahalo » armés, deux fois. Nous étions ainsi obligés de fuir aux fins fonds de la forêt, soit à 40km de ce village étant donné que nous avons peur de ces gens là. Nous sommes pacifiques. Un des notables traditionnels dénommé Kalania, a été retrouvé mort décapité dernièrement », a-t-il révélé. En outre, l’association Mikea Forest a mis en place une école pour apprendre aux enfants Mikea l’éducation de base et la préservation de la culture Mikea au profit des générations futures. Il s’agit entre autres, de la technique de cueillette de « Baboho », une racine gorgée d’eau avec un peu de féculent et du sucre pour assurer sa régénérescence ainsi que l’utilisation des plantes médicinales comme le « Katrafay ». « Mais nous avons demandé de transférer cette école dans d’autre endroit où nous nous refugions à cause de cet acte de banditisme qui a survenu pour la première fois depuis notre existence », d’après toujours les explications du patriarche Tsivahora en évoquant que si aucune mesure n’est prise par l’Etat, l’ethnie sera menacée de disparition.

Fausses informations. Il faut savoir que la particularité des Mikea est qu’ils ont toujours vécu sans eau. La seule source d’eau qu’ils ont en forêt pour vivre est cette racine appelée « Baboho ». Le miel et l’igname constituent également leur principale nourriture. Par ailleurs, ce notable traditionnel dément formellement que le Mikea ne provient pas du tout de la tribu Masikoro mais plutôt de la tribu Maromainty. « Nous ne disposons pas de carte d’identité puisque nous vivons depuis dans la forêt primaire et sacrée. Et aucune autorité étatique comme un maire ou un député ne dirige notre communauté. Nous déplorons ainsi les fausses informations véhiculées suite à un tournage de film documentaire réalisé par Théo Rakotovao avec une chaîne TV internationale, il y a dix ans. Celui-ci qui n’est pas du tout issu de notre tribu, nous a promis de réaliser des projets sociaux comme la construction d’école et d’hôpital au profit de notre communauté, à cette époque », a-t-il soulevé.

Une grande première. Et l’an dernier, « il est encore revenu pour réaliser un nouveau film documentaire mais nous avons refusé. Ce sont nos voisins migrants qui ont adhéré à sa proposition en se déclarant qu’ils sont des Mikea. C’est pourquoi, nous attirons l’attention de tous que ce ne sont pas des vrais Mikea. Ils ne représentent pas du tout notre communauté même s’ils savent notre culture. Nous lançons également un appel à l’Etat afin de protéger notre identité et notre ethnie qui est maintenant menacée », a-t-il poursuivi. Par ailleurs, les Mikea ont salué la visite du ministre de l’Environnement dans leur localité dernièrement. En effet, c’est une grande première dans leur histoire qu’une autorité étatique est venue leur rendre visite.

Navalona R.

Midi Madagasikara0 partages

Famonoana tovolahy tao Sakaraha : Zandary  4 naiditra am-ponja vonjimaika ao Toliara

Taorian’ ny famotorana sy fanadihadiana natao teo anivon’ny Zandarimaria sy ny Fitsarana tao Toliara, dia nampidirina am-ponja vonjimaika ireo Zandary  efatra ; izay voarohirohy ho nanao herisetra ka nitarika fahafatesana tovolahy iray tany Sakaraha, ny alatsinain’ ny Paska teo. Nanatitatitra ny avy eo anivon’ny Zandarimaria, araka ny fampitam-baovao, fa tsy misy ny tsimatimanota, tsy maintsy ampanjakaina ny lalàna velona hanatanterahana ny teny filamatra « Tanindrazana sy lalàna », ary na iza na iza dia tohizana hatrany ny fanadiovana anatin’ny Zandarimaria mba ho an’ny fahalemana sy ny tombontsoa iombonana. Natao ihany koa izao, hoy hatrany  ny avy ao amin’ny Zandarimaria mba ho anatra hoan’ ireo mpiara-miasa alaim-panahy mbola mandika lalàna. Raha ny tati-baovao voaray hatrany, dia efa tafakatra 34 ny isan’ireo Zandary nampidirina am-ponja nandritra ny telo volana farany.

Eric Manitrisa

Midi Madagasikara0 partages

Groupe de la BAD : Focus sur les changements climatiques les 15 et 16 mai à Abidjan 

Une conférence sur la coopération pour faire face au changement climatique se tiendra au siège de la BAD à Abidjan, Côte d’Ivoire.

Le financement des programmes d’adaptation et d’atténuation du changement climatique intéresse de plus en plus d’organisations internationales.

Une première Conférence pour l’échange et la coopération entre les autorités nationales et locales africaines sur l’atteinte des objectifs en matière d’adaptation et d’atténuation du changement climatique se tiendra à Abidjan, Côte d’Ivoire les 15 et 16 mai prochains. Organisée par la Banque africaine de développement (BAD) en partenariat avec Cités et Gouvernements Locaux Unis d’Afrique (CGLU Afrique), ce dialogue structuré sera axé autour de l’atteinte commune et concertée des objectifs fixés dans le cadre des Contributions déterminées au niveau national (CDNs). Selon la BAD, les CDNs sont encore loin d’être une réalité sur le continent, quatre ans après l’entrée en vigueur de l’Accord de Paris et le lancement du Partenariat Global de Marrakech pour L’Action Climatique. « Malgré des efforts notables, opérés par les pays africains dans l’intégration de la dimension du changement climatique et de la gestion de risques et de catastrophes au sein de leurs politiques nationales, il existe encore des défis avérés dans l’accès aux financements climatiques d’une part, et dans le développement inclusif et participatif d’autre part. Au vu des émissions de gaz à effet de serre de l’ordre de 60 %, émanant des zones urbaines, il est ainsi crucial d’impliquer les municipalités et collectivités territoriales dans la lutte contre le changement climatique »,a souligné l’institution.

Rencontres. Cette conférence, qui sera ouverte par le président de la BAD, Akinwumi Adesina, sèmera les germes d’un premier dialogue qui rapprochera une multitude de décideurs africains à plusieurs niveaux. Pour les organisateurs des rencontres, cette initiative devra être propice aux idées de coopération, de partenariats et de points de convergence pour une lutte conjointe contre le changement climatique. Les discussions couvriront notamment les aspects liés à la capacité institutionnelle et l’accès au financement au sein d’un cadre politique favorable à la levée de fonds et de partenariats avec les institutions internationales et le secteur privé. Les représentants des gouvernements nationaux et municipaux, ainsi que du secteur privé, des institutions financières, et des agences internationales seront au rendez-vous, pour identifier des synergies, concrétiser diverses opportunités de collaboration et mettre en place un cadre propice aux investissements en vue d’atteindre les objectifs fixés dans le cadre des CDNs, d’ici 2030.

Antsa R.

Midi Madagasikara0 partages

Secteur de l’agri-business : Des compétences de main d’œuvre insuffisantes

La compétitivité des entreprises constitue un enjeu commun ciblé par le programme PROCOM financé par l’Union européenne et la Politique Nationale de l’Emploi et de la Formation Professionnelle. C’est pourquoi, une étude diagnostique, un état des lieux, et une proposition de dispositif de labellisation de la formation professionnelle continue à Madagascar, ont été réalisés. Le Consortium FTHM Consulting / SFERE est mandaté par ce programme pour ce faire. L’objectif est de contribuer au renforcement des capacités techniques, managériales et commerciales des Micros et PME opérant dans cinq secteurs d’activités, dont l’agri-business en améliorant la qualité des offres de formations professionnelles continues des institutions.

Coûts des offres. Parlant de l’agri-business, un des problèmes majeurs qui impacte négativement le développement et la compétitivité du secteur est l’insuffisance en compétences et en degré de technicité de la main d’œuvre. Et ce, en raison de l’abandon scolaire au niveau secondaire. Près de 14,1% des jeunes n’ont même pas été scolarisés. Le Fonds Malgache de Formation Professionnelle (FMFP) est maintenant lancé pour financer des formations professionnelles continues (FPC). Les petites et moyennes entreprises sont d’ailleurs conscientes que la compétence des ressources humaines est un facteur important pour améliorer leur performance. Mais du coté des prestataires de services de formation rurale, on note une rareté des prestataires de qualité. En plus, ceux-ci se concentrent dans la capitale. Il y a également une grande disparité des coûts des offres de formation, allant de 50.000 Ar à 1.000 000Ar la journée, selon les bailleurs, les prestataires et les clients.

Base de données. Par ailleurs, l’existence des prestataires privés de formation informels et la faible capacité de financement des formations par des MPME constituent un des problèmes majeurs pour développer la formation professionnelle continue dans ce secteur porteur. Par contre, la mise en œuvre de la Stratégie nationale de Formation Agricole Rurale par différents acteurs comme le réseau de centres de formation FARMADA et l’existence de plusieurs organismes ou projets d’appui à cette FPC, prenant en charge la formation des paysans producteurs, constitue une grande opportunité. Notons qu’une base de données des prestataires de la FPC sera bientôt disponible.

Navalona R.

Midi Madagasikara0 partages

Association Accueil Madagascar : « Bazar des Mamans » le 24 mai

C’est l’Espace Dera à Tsiadana qui abritera, cette année encore, le traditionnel « Bazar des Mamans » organisé par l’Association Accueil Madagascar (AAM) à l’occasion de la fête des mères. Cette association, particulièrement active en matière d’œuvres sociales pour avoir déjà, entre autres, apporté son soutien aux personnes malentendantes prises en charge dans ces centres spécialisés, et soutenu financièrement les femmes atteintes de cancer du sein, prévoit de tenir ce marché de la fête des mères le 24 mai 2019. « Afin que nous puissions poursuivre nos activités, nous organisons tous les ans le Bazar des Mamans, et récolter ainsi des fonds permettant de financer nos projets », explique Hery Raoera Chandoutis, présidente de l’AAM. L’association ouvre ainsi ses portes aux futurs participants à ce Bazar des Mamans, et incite les marchands, particuliers, artisans de tous horizons et toute autre entité ayant des articles à proposer lors de ce « Bazar des Mamans » à réserver d’ores et déjà leurs stands en s’inscrivant auprès de l’association, joignable au numéro 0341966054. L’association rassure que le 24 mai, de 9h à 18h, le « Bazar des Mamans » de l’AAM sera un espace tout trouvé, où l’accès sera libre, pour choisir « le » cadeau pour la fête des mères, et joindre ainsi l’utile à l’agréable en soutenant les activités de l’association.

Hanitra R.

Midi Madagasikara0 partages

Manakara : Tafakatra 6 ireo miaramila namoy ny ainy

Araka ny vaovao voaray omaly, dia tafakatra enina ireo Miaramila namoy ny ainy ; izay tra-doza teny an-dàlana tamin’ny RN12 tao Mijilo, ny fiaraben’ny BNGRC nitondra miaramila avy namboly hazo tany Analavory, ny 1 mey teo. Niala bisikilety ity fiarabe nitondra miaramila ity, ka nivadika. Raha ny fantatra, valo tamin’ ireo miaramila niharam-boina naratra mafy no nakarina maika aty Antananarivo ka tsaboina ao amin’ny Hopitaly Miaramila Soavinandriana, raha mbola manaraka fitsaboana ao amin’ny hopitaliben’i Manakara kosa ireo maratra hafa.

Eric Manitrisa

Midi Madagasikara0 partages

CEG Ankadikely Ilafy : Nouvelles infrastructures

Lors de l’inauguration des nouvelles infrastructures, le 26 avril dernier.

Le collège d’enseignement général (CEG) d’Ankadikely vient de voir ses infrastructures agrandies et améliorées. Outre la construction d’une salle de classe, un bâtiment administratif a également été érigé, ainsi qu’un bloc sanitaire. De quoi améliorer l’environnement d’apprentissage des élèves et les conditions de travail des enseignants et responsables de ce collège. Ces nouvelles infrastructures, inaugurées la semaine dernière, sont un don de la Fondation VISEO (du groupe industriel du même nom, œuvrant principalement dans les domaines de l’éducation, de la santé et de la culture. La fondation a déjà mis en chantier, pour cette année, plusieurs projets dans ces trois domaines, en partenariat avec  d’autres groupes industriels donateurs.

Hanitra R.

Midi Madagasikara0 partages

« Lapihazo » : Les humoristes sur les planches

Sombiniaina, humoriste engagé.

Désormais plateforme de diffusion incontournable des talents en devenir, « Lapihazo » accueille cette fois-ci deux jeunes humoristes, César Legrand et Sombiniaina. Un spectacle haut en couleur qui s’annonce déjà à l’Ifm Analakely.

Ils sont deux, ils sont jeunes et ils ont leur mots à dire. Eux, ce sont César Legrand et Sombiniaina. Issus de la génération émergente d’humoristes, ces deux vivront l’expérience du « Lapihazo », et partageront leur art avec un plus large public. Pour mieux les connaître, une petite biographie résumant leurs premiers pas dans le monde de l’humour. Il y a deux ans,  Sombiniaina s’est fait connaître par les étudiants de la même promotion sur les bancs de l’université. Venant de Morondava, il révèle ses talents d’humoriste il y a trois ans lors d’un concours universitaire d’humour « Intello mémé 2016 » auquel il finit deuxième. Il se démarque par ses textes engagés contre le racisme interethnique, la culture rasta, la drogue. L’idée étant de rire de tout, tout en faisant ressortir une morale, son but est bien de faire passer des messages de paix à travers les sketchs. Depuis,  il a participé à plusieurs événements si l’on compte ses « One man show » au CGM/GZ Analakely et au « Fatapera » Antaninarenina. Entre autres, il participe également à des manifestations des collectifs d’artistes humoristes tels que « Bandy Milay », « Mande n’Mande », « Sokaf’hehy ».

César Legrand, initiateur du festival « Mande n’Mande ».

César Legrand, quant à lui, a débuté sa carrière d’humoriste vers fin 2017 alors qu’il participait à un concours de stand- up où il a raflé le premier prix. Plusieurs fois lauréat d’autres concours, il a découvert l’ »humoristique malgache », et multiplie les scènes au même registre que Sombiniaina et Za’Rery sur les planches du « Sokaf’hehy ». En 2018, il lance son festival du rire « Mande n’Mande » avec l’appui du « Samis-Esic » Amparibe et en collaboration avec des humoristes émergents talentueux. Ses sketchs racontent surtout  des histoires liées à l’école, à la télévision ou tout simplement à la vie quotidienne des Malgaches.

Pour rappel, « Lapihazo » est une plateforme artistique. Projet de l’Institut  français de Madagascar, le but premier est de faire vivre l’expérience de la scène aux nouveaux talents, ouvrant ainsi sa scène aux jeunes. « Lapihazo » un rendez-vous mensuel de découverte d’artistes en devenir dans toutes les disciplines des Arts de la scène confondues. Pour y participer, que vous soyez du monde de la musique, de la danse, du théâtre ou de la littérature, déposez les dossiers dès maintenant pour les prochains concerts.

Zo Toniaina

Midi Madagasikara0 partages

« Vendredi joli »

« Pk Zéro » avec Samoëla

« Mozika sy Masikita », c’est sous la bannière festive que Samoëla convie ses inconditionnels ce soir, au « Pk Zéro » Soarano à partir de 20h. Il va sans dire, le chanteur adore ces ambiances qui allient musique et convivialité. La musique sera bien sûr de la partie, avec ses titres phares comme « Soly », « Tiavina », « Tompon-daka », « Rava »… De quoi passer de  bons moments entre les collègues de bureaux ou entre nostalgiques. Le style de Samoëla, c’est le croisement entre le folk, le pop et un peu de rock. A ces débuts, sa variété a été qualifiée d’avant-gardiste. Sûrement, la nuit sera très longue au « Pk Zéro ».

« The Revery » investit « The Garden »

Avec son rock sympathique et équilibré, entériné par un single convaincant « World’s tear »,  « The Revery » possède une certaine classe que le « rock band » va confirmer ce soir au « The Garden » Ambatomaro à partir de 20 h 30. Actuellement, le groupe est en train de sillonner les cabarets et les lieux prisés de la capitale. « The Revery » fait de partie de ces formations qui ont élargi l’horizon du rock malgache. Avec les « Dizzy Brains », « Nomady », « Fishy », « No Joke et meilleurs », le « rock band » a rajeuni ce genre musical dans le pays. Ce concert sera aussi une occasion de découverte pour ceux ou celles qui n’ont jamais écouter le groupe sur scène.

Le Grand Maître dans la Capitale

Sûrement la meilleure soirée de ce vendredi, avec le grand Maître Tianjama en tête d’affiche qui sera épaulée par Ngiah Tax Olo Fotsy sur la scène du « Fast Food » Ankatso II à partir de 21 h. Les intemporels « Regarega », « Handeha Ambanja », « Soanada »… seront sans doute au menu. Un des grands noms du « salegy » malgache, Tianjama est attendu par ses inconditionnels comme une manne inespérée à chacune de ses apparitions. Ce style mélodieux, avec des rythmes suaves et un blues en filigrane, c’est toute une génération qui se reconnaît derrière ses morceaux. Ngiah Tax Olo Fotsy fera bien sur son « show » avec des morceaux tels « Madio », « Izy », « Fahasambaragna »…

Rija Ramanantoanina au « Trass » Tsiadana

Quoi de plus logique pour un chanteur comme Rija Ramanantoanina que de fêter son anniversaire avec ses fans. Il le fera ce soir à partir de 21 h au « Trass » Tsiadana. Crooner et musicien accompli, il fera probablement salle comble avec des « quinquas » se retrouvant comme dans les années ’80 et ’90. Pour les invités, ce sera sûrement des surprises. En effet, des chanteurs comme Luk et Mahery, membres du groupe Johary ne vont pas manquer de lui souhaiter en chansons son évènement. Des incontournables duos sont aussi attendus, Lily pourrait faire un petit passage. La soirée pour « quinqua » idéal à ces heures où le baromètre affiche des températures frileuses.

Kiady livrera un cabaret à l’hôtel l’Astauria

Tretrika, Izaho sy Ianao seront sûrement interprétés par Kiady ce soir à 20 heures 30 à l’hôtel-restaurant l’Astauria. L’artiste sera escorté par des chanteurs comme Tahiana Vibe,  Lova Ramahefason, Rapa, Bolo et Manou du groupe « The Women ». Le chanteur promet un grand show dans la grande salle de l’hôtel l’Astauria.

On ne l’a pas entendu depuis longtemps. Après 15 ans d’absence, Kiady revient avec un nouvel album composé de 15 titres très bientôt.

Maminirina Rado/Iss Herdiny

Midi Madagasikara0 partages

FFKM : 40 ans d’existence cette année

Le FFKM (Conseil œcuménique des églises chrétiennes de Madagascar) célèbre cette année ses 40 années d’existence. Cette célébration sera lancée mardi prochain à l’Ecar à Antanimena à partir de 9h. Ce rendez-vous de lancement verra la présence des dirigeants des quatre églises membres dont la FLM (église luthérienne), la FJKM (Fiangonan’i Jesosy Kristy eto Madagasikara), l’EEM (église anglicane) et l’Ecar (église catholique romaine). Le FFKM est actuellement présidé par le président de la FJKM, le pasteur Irako Ammi Andriamahazosoa. Après l’Ecar à Antanimena, le 40e anniversaire du Conseil œcuménique des églises chrétiennes sera célébré en provinces.

R. Eugène

Midi Madagasikara0 partages

Amboasary Sud : Cinq « dahalo » arrêtés et 08 fusils saisis par les forces de pacification

Le Groupe d’appui à la Police judiciaire de la gendarmerie dans la région Anosy se charge de l’enquête.

Les résultats de l’opération de pacification dans le Sud s’enchainent depuis son lancement il y a trois semaines déjà. Selon une information publiée par le service de la communication auprès du Secrétariat d’Etat chargé de la Gendarmerie, cinq « dahalo » ou bandits de grand chemin viennent d’être capturés lors de l’intervention des éléments des forces de l’ordre dans deux « fokontany » (Mitray et Marohoho), commune de Maromby, dans le district d’Amboasary Sud. Cette descente a permis également de saisir huit fusils illégaux dans la localité. Il est à noter que dans le cadre de cette opération, les forces de l’ordre ne se contentent pas seulement de réprimer les actes de banditisme. La sensibilisation et l’éducation des habitants à respecter la loi ainsi qu’à se défendre à travers la mise en place d’un système d’auto-défense villageoise ou « kalony » font partie des missions confiées à ces militaires.

T.M.

Midi Madagasikara0 partages

Attention au revers de la médaille

Après les annonces faites ces derniers jours par le chef de l’Etat, certaines voix se font entendre pour dépeindre un tableau moins idyllique de la situation à venir. La détermination du président Andry Rajoelina à respecter ses promesses risque de se heurter à une réalité moins souriante. Une hausse des salaires a toujours entraîné une spirale inflationniste. C’est ce côté un peu moins reluisant des annonces faites auquel il va falloir faire face.

Attention au revers de la médaille

Comme nous l’avons souligné hier, la détermination du chef de l’Etat est sans faille. Ce dernier veut tourner le dos à la politique qui a eu cours depuis. Il ne craint pas de bousculer les habitudes, fort de la légitimité qu’il a obtenue de ses électeurs. Il fait des annonces qu’il estime justes sans penser aux obstacles. Cela a fait son effet, mais maintenant, il faut voir comment arriver à appliquer les mesures sans que cela prête à conséquence. Cette augmentation du SMIG à 200.000 ariary est tout à fait réjouissante, mais comme l’affirment des économistes, elle entraînera en retour une spirale inflationniste difficile à maîtriser. L’équipe gouvernementale doit donc s’atteler dès maintenant à trouver un plan pour en corriger les effets néfastes. Certains mauvais augures parlent de difficultés dans certaines entreprises et d’une possible augmentation du chômage, mais pour le moment, on n’est qu’au début d’un processus. Il faut le laisser se développer. Il y a peut être des atouts inconnus dans la manche du président Andry Rajoelina. Les bailleurs de fonds institutionnels semblent le soutenir comme le montrent les sommes décaissées, ces derniers temps. Des esprits retors font remarquer que c’est le résultat de négociations menées par le régime précédent. A partir de maintenant, le gouvernement va devoir gérer au mieux ce pactole qui doit être affecté à financer des objectifs précis. Attention au revers de la médaille !

Patrice RABE

 

 

 

Midi Madagasikara0 partages

Législatives : La campagne électorale dans trois jours

Les électeurs ont été déjà mis au parfum avec la précampagne menée par certains candidats. (Photo d’archives)

La campagne électorale ne débutera que le 6 mai prochain, pourtant la précampagne a commencé depuis belle lurette. La campagne proprement dite aura ainsi lieu dans trois jours. Une précampagne qui ressemble plutôt à une propagande. La raison en est qu’aucune loi ne régit la précampagne dans la Grande Ile. Résultat, c’est l’anarchie qui règne. Certains candidats se lancent ainsi dans une campagne avant la lettre. Ce vide juridique ne va pas probablement favoriser des élections libres et équitables. Dans tous les cas, cela a avantagé ceux qui en ont les moyens. Ils sont un peu plus de 800 candidats dans la course aux législatives pour les 151 sièges à conquérir à l’Assemblée nationale. Faut-il rappeler que la Mission d’Observation Electorale de l’Union européenne a suggéré « l’application des sanctions proportionnelles et dissuasives en cas de non-respect de la loi », notamment « les activités de campagne électorale en dehors du délai légal défini par la loi ».

Dominique R.