Les actualités à Madagascar du Mardi 03 Mars 2020

Modifier la date
Midi Madagasikara118 partages

Plus d’un million de doublons de CIN :  « C’est pratiquement impossible » selon le ministre de l...

L’informatisation du processus de traitement de la carte nationale d’identité est en bonne voie, selon le ministre de l’Intérieur et de la Décentralisation.

Les chiffres avancés par le vice-président de la commission électorale nationale indépendante relatifs aux doublons des numéros de carte nationale d’identité sont-ils réellement crédibles ? Selon Tianarivelo Razafimahefa, ministre de l’Intérieur et de la Décentralisation, il est pratiquement impossible que les problèmes liés aux numéros de ce document administratif concernent plus d’un million de personnes.

Le ministère de l’Intérieur et de la Décentralisation fait part de son grand étonnement. Après les vagues créées par la déclaration de Thierry Rakotonarivo sur les doublons des numéros de carte nationale d’identité, le ministère en charge de la gestion de ce document administratif livre sa version des faits et désavoue les propos du vice-président de la commission électorale, lequel a affirmé devant la presse, vendredi dernier, que plus d’un million d’électeurs sont concernés par ces doublons. Selon Tianarivelo Razafimahefa, ministre de l’Intérieur et de la Décentralisation, « il est  pratiquement impossible que les numéros de carte nationale d’identité reviennent plusieurs fois et, de ce fait, il est difficile de croire que les chiffres qui ont été avancés par Thierry Rakotonarivo tiennent la route ». Le traitement de la délivrance du document au niveau des circonscriptions administratives suit une procédure bien huilée et en toute transparence, selon le ministre, « l’arrêtage quotidien des registres au niveau des circonscriptions permet aux agents du ministère de l’Intérieur et de la Décentralisation de vérifier régulièrement l’inscription afin d’éviter toutes formes d’erreur ». De ce fait, le ministère laisse entendre qu’il y a moins de chance qu’une erreur aussi colossale et grotesque se fasse dans le traitement de la carte d’identité nationale .

Partenaires techniques. Il est donc question de savoir les origines de ces chiffres énormes publiés par la commission électorale relatifs aux doublons dans les numéros de CNI. Du côté d’Anosy, le langage est ferme. Les chiffres ne viennent pas du ministère de l’Intérieur et de la Décentralisation. Aussi,  faut-il savoir sous quel régime a été confectionnée la liste électorale utilisée lors de la présidentielle et des législatives. « Et s’il y avait eu de doublons de numéros de CIN, il faudrait poser la question plutôt aux responsables de ce régime », a déclaré le ministre de l’Intérieur et de la Décentralisation. « En tout cas, en ce qui nous concerne, nous n’avons passé aucune commande de carte nationale d’identité  en 2018 », affirme ce dernier, qui a été placé à la tête de ce ministère en juin 2018 avec le consensus des différents acteurs dans la résolution de la crise que le pays a traversée la même année. Par ailleurs, selon toujours ce dernier, un atelier-bilan relatif au cycle électoral vient d’avoir lieu tout récemment, avec la participation de tous les acteurs, notamment les partis politiques, la commission électorale, les organisations de la société civile, la Haute cour constitutionnelle, tous les partenaires techniques et financiers… mais « personne n’a parlé de l’existence de ces chiffres énormes sur les numéros des cartes nationales d’identité  ».

Informatisation. Les chiffres de la commission électorale sont-ils aussi crédibles ? Le ministre en charge de la gestion de la carte d’identité nationale n’y croit pas. Surtout si le vice-président de la commission électorale a subitement affirmé, vendredi dernier, que les cas de doublons de numéros de carte d’identité nationale ont été identifiés à Antananarivo et Toamasina. Une affirmation que le ministre de l’Intérieur et de la Décentralisation balaie d’un revers de main. « Depuis 2016, la gestion de la carte d’identité nationale a été informatisée pour Antananarivo et qu’il est donc pratiquement impossible d’avoir des numéros identiques », assène-t-il.

Rija R.

Midi Madagasikara47 partages

Littérature : Hanitr’Ony Salomon, « la langue malgache à sa place sur la scène mondiale »

Hanitr’Ony Salomon est l’une des ambassadrices de la littérature malgache à l’extérieur.

Elle est la petite fille d’un grand écrivain malgache du XXème siècle. Militante culturelle et défenseure de la tradition malgache, Hanitr’Ony ou Hanitra Salomon est une poétesse et écrivaine depuis plus de trente ans maintenant. Spécialiste des langues malgache, française et anglaise, elle écrit principalement en malgache et œuvre pour la promotion de la langue de Rabearivelo à travers la littérature, la musique et d’autres formes d’art. Interviewée, l’auteure de Mitempo-tempo parle de son engagement. 

Vous résidez en France, avez-vous des relations avec les écrivains malgaches de Madagascar ? Avez-vous déjà présenté votre œuvre à Madagascar ?

« J’ai collaboré avec plusieurs écrivains dans des associations comme Faribolana Sandratra et Havatsa-Upem (Union des Poètes et Écrivains Malagasy) en tant que membre. Il y a 15 ans, j’ai fondé à Paris la Section France de Havatsa-Upem avec 9 autres poètes qui habitaient dans l’Hexagone. Depuis, je travaille avec plusieurs associations et institutions pour poursuivre cette mise en valeur continue, en réalisant diverses manifestations en Europe ».

« Deux fois une » a déjà été présenté à Madagascar à sa parution en 2016, en même temps que les « Chants Capricorniens » de mon grand-père Dox, sortis la même année à Paris. C’est un recueil de poésies illustré par des dessins de Tracy M. Mes textes et les dessins interagissent dans la première partie, et des sélections d’œuvres de poètes malgaches (comme DI…, F-X Mahah, Ener Lalandy, Dox, Hajaina, Tahirintsoa, Ny Avana Ramanantoanina…) et d’autres pays (tels que Léopold Sédar Senghor, William Shakespeare, Louis Aragon, Victor Hugo, Arthur Rimbaud, Guillaume Colletet…) sont traduites en français pour les premiers et en malagasy pour le reste. Le tout parle de cette Muse secrète de tous les poètes qui est présentée sous toutes ses facettes : La Femme. Ce livre est en vente chez L’Harmattan et est consultable à la bibliothèque de L’Institut français de Madagascar (IFM), au siège de l’Havatsa-Upem ou à la Bibliothèque nationale à Antananarivo.

Vous œuvrez pour la reconnaissance de la littérature malgache. Combien de livre avez-vous déjà publié ? 

J’ai publié plusieurs ouvrages collectifs et deux ouvrages en malgache (« Bitsik’Ony » et « Tsirin-kalokalo ») avant de publier « Deux Fois Une » aux Éditions Sépia à Paris en 2016. Ma dernière parution, « Mitempo-Tempo », fin 2019, est de chez RanjaSoa Publishing qui œuvre pour la promotion de la littérature malgache depuis Washington. Avec les fondateurs de cette Maison d’édition, je fais partie des bénévoles réalisateurs de Takelaka Tsara Soratra, une revue littéraire malgachophone qui a maintenant quatre numéros édités depuis 2017.

Quel est le message dominant dans votre œuvre Mitempo-tempo ? 

« Mitempo-Tempo », présenté fin 2019 à Paris par P’Art Île Madagascar qui est une association de promotion de l’art et de la culture de la Grande Île, contient des œuvres de Hanitr’Ony traduites. Ce recueil bilingue « dépeint comme une fresque cosmopolite les pensées qui rythment le cœur de l’homme, cœur qui bat, cœur qui peut chanter sur un tempo toujours nouveau ». Tous les thèmes de la vie et de la belle aventure humaine liée à l’Autre et à la Terre y sont traités. Le choix du titre joue sur la proximité entre « Mitempo » qui est un mot malgache exprimant le battement du cœur et « Tempo » qui veut dire rythme en français, pour montrer que dans l’une comme dans l’autre langue, il s’agit aussi de vie et de musique. Ce livre est en vente à la Librairie Prediff, des Editions Jeunes malgaches à Ambatovinaky, 51 rue Tsiombikibo Antananarivo.

Selon vous, la langue malgache a-t-elle sa place sur la scène mondiale ?

je tiens à remarquer que malgré le manque de moyens et de politique du livre à Madagascar, les écrivains, les éditeurs, les lecteurs, les particuliers, les associations et les institutions collaborent ensemble pour faire fleurir au mieux ce domaine porteur de développement qui est un pilier de la connaissance, de la culture et de l’éducation pour un pays. Madagascar a bien sa place de par sa langue et sa littérature sur la scène du monde, et nous autres les auteurs, œuvrons pour ce partage.

Propos recueillis par Iss Heridiny 

Midi Madagasikara8 partages

Préparatifs de la JMF a Toliara : Tout pour l’émancipation de la Femme

La ville de Toliara est choisie pour la célébration de  la Journée mondiale de lafemme (JMF) du 08 Mars. Le choix n’est pas anodin. C’est dans cette province du sud profond que les droits fondamentaux de la femme sont les plus bafoués. Selon Nomenjanahary Sareine, secrétaire générale de la région Atsimo-Andrefana (RAA) «   la gent féminine, qui représente les 49,1% de la population de la région a besoin de soutien pour une meilleure émancipation dans le but de booster le développement». Pour ce faire, tout est mis en œuvre dès le 5 mars à travers des formations professionnelles à l’intention des femmes travaillant dans le secteur de l’artisanat. C’est un secret de Polichinelle que tout visiteur de la capitale du Soleil emporte toujours un article de souvenir. C’est aussi l’activité la plus génératrice de revenus à Toliara, après la pêche (plutôt réservée aux hommes). Les participantes à la JMF et des associations de femmes de la Plateforme de la société civile de la RAA, domiciliées à la Direction régionale de la population, vont bénéficier d’une formation entrepreneuriale dispensée par la Présidente directrice générale de plusieurs entreprises à Toliara, Lalaina Razafitombo, Coordinatrice de la plateforme Entreprendre au féminin de l’Océan indien (EFOI).

Stade couvert. 150 stands vont occuper l’espace autour du stade couvert de Tsenengea pour exposer les meilleurs article-souvenirs de Toliara, d’origine Mahafaly, Antandroy, Vezo, Tanalana, artistiquement fabriqués par des doigts féminins, dans le cadre du « Salon du savoir-faire féminin spécial 08 Mars ». A l’intérieur du stade, d’autres femmes vont écouter des conférences traitant des violences que les descendantes d’Eve dans cette localité endurent dans leur quotidien. Certes, un grand effort a été déjà fait. Malheureusement,des récalcitrants ternissent, quand même, l’image de la femme moderne qui commence à réguler les naissances de ses enfants.

Charles RAZA

Midi Madagasikara7 partages

Ils ont fait le buzz…

Le Ku Klux Klan a été la bête noire du rap américain, symbole du racisme et des lynchages d’une extrême violence de milliers de noirs.« Le rap est mort » bouleverse le milieu tananarivien

La vidéo d’un gars, tout à fait bien dans sa tête, gloire éteinte du rap local mais qui a su rebondir dans un genre plus coloré aux rythmes africains déclarant la « mort du rap malgache », a suffi pour créer une vague de réactions dans le milieu de la culture urbaine tananarivienne. Pour résumer, son discours accuse le rap d’être délaissé par les organisateurs évènementiels, sans évolution, pratiqué par des gens fermés sur eux-mêmes.

A cause de ce déclin d’un genre musical, le gars et son acolyte se sont orientés vers des genres plus africains, plus proches de l’ouïe malgache. Surtout celles des bas-quartiers et des ruraux fêtards. A leur décharge, si la culture rap venait d’un milieu afro-américain, le gars permissif et son acolyte ont choisi le chemin le plus court, le soukouss, le coupé-décalé… venant d’une culture africaine, plus proche du pays. Comparer les deux, soit dit en passant, c’est permettre à Hitler d’avoir raison concernant une culture ou une civilisation supérieure à une autre.

Autant donc se permettre de faire un petit bilan du rap malgache. Sans équivoque, il a bien raison de soulever cette « mort », sans doute un bien gros mot, mais surtout cette inertie. Un essoufflement idéologique, des discours parfois peu affûtés, une science poussive de l’image au lieu d’une science de la conscience… Il faut tout de même admettre que certains groupes tentent de passer des messages « éveillés ». Seulement écoutés des fanbases, des familles, des proches et retraduits en mental des rues par les demi-sels des cours de récré.

Grandmaster Flash, d’origine jamaïcaine, le père fondateur du mouvement rap.

Depuis l’époque Shao Boana et Da Hopp, loin de toute nostalgie, le rap n’a plus attiré les ados jusqu’à un public de trentenaire, voire plus. A cette époque, le rap était tout simplement une promesse. Celle qui allait bousculer les certitudes du vaste paysage musical. Il allait se transformer en objet politique. Il respirait le vent de cette jeunesse dont le parcours allait devenir la force productive et dirigeante du pays dans les années 2010. Tout le monde se souviendra de la performance de Shao Boana à Antsahamanitra en guest des sénégalais de Positive Black Soul en 2003.

Pour passer en quelques lignes l’histoire du rap, avant de devenir une musique mondialisée, ce style a vu le jour dans le Bronx à New York. Dans un quartier où la pauvreté remplaçait l’oxygène. La misère accompagnée d’un concentré musical latino-américain a été le meilleur mix pour créer un mouvement que le gourou « Grandmaster Flash » a réussi à transcender. Ensuite sont apparus les labels comme « Sugarhill », « Tommy Boy », « Profile » etc… 1985 a révolutionné cette musique avec le titre « The message » de Grandmaster Flash.

Le rap se socialise, se politise et gagne ses lettres de noblesse dans le paysage musical afro-américain au même titre que le blues, le negro spirituals, le jazz, le funk, la soul… Une forme accomplie d’art noir. Il lui a donc fallu trouver le message libérateur. L’Amérique des « blacks » sortit enfin de l’aspiration profonde anti-ségrégationniste des Martin Luther King et Malcolm X, tous les deux assassinés. Il est sans doute temps de se demander si le rap malgache ne ferait pas mieux de retourner sur les pas originels.

La force première du rap a été de fustiger les inégalités par rapport aux noirs américains. Les rappeurs emprisonnés ou censurés pour cette cause sont les héros immuables de toutes les générations afro-américaines. Et dans un pays comme Madagascar, où les inégalités sont plus criardes que jamais, ne pas arriver à renouveler le discours hip- hop, ce serait presque un déni de la réalité.

Maminirina Rado

Midi Madagasikara4 partages

Coronavirus : La piste du vaccin israélien

Le dernier bilan du Covid-19, hier soir, fait état d’un bilan de 89 253 contaminations et de 3 048 morts dans le monde. La Chine continentale compte 80 026 cas, dont 2 912 décès. Ailleurs dans le monde, plus de 60 pays et territoires sont touchés. Les autorités chinoises ont annoncé hier 42 nouveaux décès et 202 nouveaux cas. Mais si l’épidémie semble faiblir en Chine, elle continue de s’aggraver dans plusieurs pays. En Italie, 500 nouveaux cas ont été recensés dimanche, portant à près de 1 700 le nombre de contaminations dans ce pays. 5 nouveaux décès y ont également été rapportés, portant le bilan à 34 morts. En Corée du Sud, le deuxième pays le plus touché après la Chine, près de 500 cas supplémentaires et 4 nouveaux décès ont été enregistrés lundi, portant le bilan à plus de 4 000 contaminations et 22 décès.

Une équipe de scientifiques israéliens serait en train de mettre au point un vaccin, selon une chaîne de télévision israélienne. Ce vaccin serait prêt d’ici quelques semaines et disponible en moins de 90 jours. « Les scientifiques ont séquencé l’ADN du Covid-19. Ils ont constaté que le coronavirus de la volaille a une forte similitude génétique avec le coronavirus humain et qu’il utilise le même mécanisme d’infection. Ce qui permettra de parvenir à un vaccin en peu de temps », a-t-il été rapporté.

Recueillis par Hanitra R.

Midi Madagasikara2 partages

Législatives et présidentielle 2018 : Le TIM réclame leur annulation

Comme il fallait s’y attendre. Le parti Tiako i Madagasikara réclame l’annulation de toutes les élections organisées depuis 2018, notamment la présidentielle, les législatives ainsi que les élections communales et municipales de l’année dernière. La déclaration a été faite par le président national du parti, Marc Ravalomanana, hier en fin d’après-midi, dans sa résidence à Faravohitra. « Nous réclamons l’annulation pure et simple de toutes les élections organisées depuis 2018 », a-t-il déclaré hier à la presse. Depuis l’annonce faite, vendredi dernier, par le vice-président de la commission électorale nationale indépendante sur les anomalies identifiées dans les listes électorales, essentiellement concernant les doublons de numéros de cartes nationales d’identité, le parti de Marc Ravalomanana, sorti deuxième lors de l’élection présidentielle de 2018, ne croit plus à la crédibilité de ces consultations populaires. Le parti juge flagrantes les irrégularités déballées au grand jour par l’institution d’Alarobia. Dans le camp de l’ancien président, on parle même de « scandale électoral ». « Ce que la commission électorale dévoile actuellement confirme ce que nous avons affirmé urbi et orbi à l’issue des différentes échéances électorales », assène Hanitra Razafimanantsoa, députée élue sous les couleurs du parti TIM. Au lendemain de l’élection présidentielle de 2018, les partisans de Marc Ravalomanana ont dénoncé « plusieurs anomalies qui ont été constatées pendant le processus », mais leur requête déposée dans ce sens auprès de la Haute cour constitutionnelle a été rejetée en bloc.

Rija R.

Ino Vaovao0 partages

VAVATENINA : Gaboraraka ny fivarotana solika fa tsy tsy ahitana toby fitsinjarana

Tanàna mamokatra lavanila, jirofo, kanelina ary ahitana harena an-kibon’ny tany ihany koa ny ao an-toerana.  Raha eo amin’ny lafiny mpandraharaha dia ahitana ireo sokajin’ olona manana ny atao sy tokony afaka hampiasa vola amina fandraharahana samihafa ny ao amin’ny disitrikan’ i Vavatenina. Mampametra-panontaniana ihany hoe atao inona ary mankaiza ireo vola be mikararahana kirakirain’ny mpandraharaha ao an-toerana ? Anisan’ izany ny vola be ampidirin’ny festival Jerijery, tamberim-bidin’ ireo vokatra fanondrana aman-taonina maro, ny vato sy volamena. 

Hatramin’izao dia tsy ahitana tobina fitsinjarana solika ny ao Vavatenina renivohitra  ary saika feno mpivarotra solika tahaka ny fivarotana entana madinika isan-karazany ny ao an-tanàna ary mifanakaiky avokoa ka mahatonga ny tanànan’i Vavatenina tandondonin-doza lalandava. Raha iverenana dia vao tamin’ny 15 febroary 2016 nisehoan’ny fahamaizana lehibe tao an-toerana ary raha ny loharanom-baovao tamin’ izay fotoana izany dia vokatry ny fitahirizana solika an-tokantrano no antony nahatonga ny fahasarotan’ny famonoana ny afo. 

Volana mey taorian ’io dia mbola nisehoana hain-trano tao amin’ny fokontany hafa teo an-tampon-tanànan’ i Vavatenina. Tokony hahay haka lesona ireo mpibizina lasantsy ao amin’ity tanàna ity.

TH

Ino Vaovao0 partages

TANAMBAO SAHORANA FENOARIVO-ATSINANANA : Olona 16 narary nihinana trondro voapoizina

Nahitana trangana fanapoizinana azo avy tamin’ny trondro ny tao amin’ny fokontany Tanambao Sahorana, Fenoarivo-Atsinanana, ny faran’ny herinandro lasa teo. Raha ny fanazavana voaray, dia atsantsa milanja 80 kg teo ho eo izay efa maty natopatopan’ny ranomasina no nisy nivarotra, ny sabotsy 29 febroary. Namidy 4 000 Ariary ny iray kilao. Olona maro noho izany no roboka nividy ny henan’ io hazan-dranomasina io. Ny alin’ny sabotsy io ihany dia efa nisy tamin’ireo olona nihinana ilay trondro no nahatsapa tsy fetezana ara-pahasalamana.

Ny andron’ny alahady, nihombo ny aretina. Nisy tamin’ireo saka sy alika nihinana tamin’ilay trondro no maty avy hatrany, araka ny fanazavana voaray hatrany. Ny andron’ny alatsinainy 2 marsa dia voatery nalefa tany amin’ny Hopitaly Be Fenoarivo-Atsinanana ireo olona miisa 16 narary vokatr’izao fihinanana trondro voapoizina izao. Nandray an-tanana nitatitra ireo marary ny talem-paritry ny fambolena sy fiompiana ary ny jono Analanjirofo, Solondaza Ludget. 

Efa tsy misy ahiana kosa ny fahasalaman’izy ireo tamin’ny fotoana nanoratanay ny lahatsoratra (alatsinainy tolakandro).

TH

Ino Vaovao0 partages

AMBOSITRA : Lehilahy efatra nahatrarana fanamian’ny zandary niampy fitaovana maro voasambotra

Ny  resaka  vaky trano io no tranga tena mampitaraina ny mponina  matetika.  Raha ny  angom-baovao  voaray   omaly, dia lehilahy miisa 04 no vasambotry ny Polisy ao amin’ny kaomisaria an’ Ambositra ny 29 febroary sy ny 01 Marsa lasa teo iny.  Tatitra  marim-pototra voarain’ny  Polisim-pirenena izay  manambara  fa  misy  andian-jiolahy mihaodihaody ao an-tanàna mikasa hanao ratsy. Avy  hatrany  dia  nidina ifotony  ireto  mpitandro  filaminana  ka 03 lahy no tra-tehaky ny Polisy, ny sabotsy 29 febroary tao amina  tokantrano iray tokony ho tamin’ny 06 ora maraina tany  ho  any. 

Rehefa natao ny fisavana ny trano dia nahitana akanjona mpitandro filaminana ( toy ny fanamiana zandary ) miampy karazana fitaovana entina hamakiana trano ary fitaovana elektronika maro samihafa tao. Nitohy ny famotorana   lalina azy  ireo  ka fantatra  tamin’ izany  fa misy naman’ireto jiolahy ireto mbola mihaodihaody tao an-tampon-tanàna tao. Tsy  maintsy  nametraka vela-pandrika araka izany ireo  Polisy  mba hanafainganana ny  fisamborana ireto  farany, tsy  ela dia tra-tehaka  tao an-tsena ny naman’izy  ireo anankiray, tokony ho tamin’ ny  folo ora  maraina teo ho eo.  Mbola  manohy  ny fanadihadiana  momba ireto  olon-dratsy  ireto  moa hatreto  ny  Polisy alohan’ny  hiakaran’ny  raharaha eny  anivon’ny fampanoavana.

Tatianà R.

Ino Vaovao0 partages

FITSIDIHANA TANY MAHAJANGA : Vonona hanampy amin’ireo tetikasa mikajy ny tontolo iainana ny minisitra

Maro ireo hevitra sy fifampizaràna izay niarahan’ny roa tonta nifandinika teto ka tafiditra tao ny fitantanana sy fandraharahana manodidina ny fako, ny fiatrehana ny fiovan’ny toetrandro, Tanàna vaovao, torolalana, fanabeazana, serasera, ady amin’ny fahalotoan’ny rivotra, ny fambolen-kazo. Nampahafantarin’ny Minisitry ’ny Tontolo Iainana sy ny fandrosoana Lovain-jafy ny fisian’ ny fiaraha-miasa amin’ny sehatra iraisam-pirenena mikasika ny fikajiana ny tontolo iainana ary ny famatsiam-bola azo amin’izany. 

Vonona ny Minisiteran’ny Tontolo Iainana sy ny Fandrosoana Lovain-jafy hanampy sy hifampitantana amin’ireo Ben’ny tanàna manerana an’i Madagasikara amin’ny fikarakarana ny tetikasa mikajy ny tontolo iainana hitadiavana famatsiam-bola ka anisany hatao fitaratra ny tanànan’i Mahajanga. Nifanaiky ny roa tonta fa hifanome tanana ary hiara-hitaiza ny ankolafin’olona rehetra, indrindra ny ankizy ny amin’ny fitandroana ny tontolo manodidina azy. 

Fomba azo hanatrarana izany tanjona izany ny fiaraha-miasa amin’ny haino aman-jery. Tsy hatao ambanin-javatra ny fiaraha-miasa amin’ny sehatra tsy miankina amin’ny fametrahana ny RSE (Responsabilité Sociétale des Entreprises) ho fampandraisana anjara azy ireo amin’ny fikarakarana ny tanàna amin’ny alalan’ny fikajiana ny tontolo iainana. 

Marihina moa fa mikasika indrindra ny fitantanana sy fitrandrahana ny fako dia efa misy ny fiaraha-miasan’ny Gevalor sy ny kaominina Mahajanga. Ny fikambanana tanàna madio no rantsana malagasin’ny Gevalor teo aloha nikarakara ny fanodinana ny fako, taty aoriana dia ny orinasa Madacompost no nandray an-tanana ny  fikarakarana ny fako. 

Teo aloha moa dia nisy ny fahazoana famatsiam-bola tamin’ny alalan’ny ‘compensation de carbone’ tamin’ny fanodinana io fanariam-pako lehiben’i Mangatokana io. Voalaza fa tapaka izany taty aoriana saingy inoana kosa fa hahita lalana vaovao amin’izany ny minisitra tompon’andraikitry ny tontolo iainana izay mahafehy tanteraka ny resaka tontolo iainana.

Vanessa

Ino Vaovao0 partages

FIHAONANA TENY MAHAZOARIVO : Hovitaina amin’ity taona ity ny famatsiana rano any Atsimo

Fihaonana izay niompana indrindra amin’ny fikaroham-bahaolana maharitra hoentina hamatsy rano ny mponina any amin’ny tapany atsimon’ny Nosy iny. Vao tsy ela akory izay no nitondra vonjy aina tany an-toerana ny Filoham-pirenena, Andry Rajoelina. Noho ny hain-tany sy tsy fahampian-tsakafo dia tsy maintsy nandroso vahaolana ho an’ny hamehana ny fanjakana. Vonona hatrany ny hifanome tanana amin’izay ezaka mankadiry ataon’ny mpitondra izay ireo mpiara-miombon’antoka vahiny, anisan’izany ny eo anivon’ny Vondrona Eoropeanina. 

Ity farany izay nanamafy tamin’ny alalan’ny Masoivohony, Giovanni Di Girolamo miasa sy monina eto Madagasikara ny fitondra famatsiana ho amin’ny fanatanterahana izay vahaolana maharitra ho an’ny mponina any Atsimo ireo. Nambarany nandritra ny fihaonany tamin’ ny Praiminisitra fa hanome telo tapitrisa Euros ny Vondrona Eoropeanina hanamboarana ny fantsona lehibe izay hanamora ny fitarihan-drano sy ny famatsian-drano ho an’ny mponina any Androy, Anôsy. 

Ezahina ny hamitana an’izany fotodrafitrasa izany amin’ity taona ity ihany. Marihina fa tsy vao sambany tamin’ny tetikasa lehibe niarahan’ny Vondrona Eoropeanina tamin’i Madagasikara ity tetikasa ity. Efa nirosoana ilay ezaka lehibe hanatsarana ny famatsian-drano eto Antananarivo. Tahaka izany ihany koa ny amin’ireo tetikasa ara-tsosialy maro isan-karazany.

Avotra Isaorana

Ino Vaovao0 partages

MINISITERAN’NY FIAROVAM-PIRENENA : Nanolotra fitaovana enti-miasa ho an’ny “Brigade anti-kidnapping”

Ny minisitry ny fiarovam-pirenena (MDN) ny Jeneraly Richard Rakotonirina, niaraka tamin’ny Minisitry ny filaminam-bahoaka sy ny Minisitry ny Fitsarana ary ny Sekreteram-panjakana miadidy ny Zandarimaria no nanolotra ireo fitaovana avy amin’ny minisiteran’ny Fiarovam-pirenena ireo. Notronin’ireo tompon’andraikitra ambony samihafa sivily sy miaramila ny lanonana fanolorana ireo fitaovana samihafa hiadiana amin’ny fakàna an-keriny ireo. Nisy ny fifandimbiasam-pitenenana ka nanokatra izany ny Jeneraly Rakotonirina nanolotra  ireo fitaovana moto miisa  02 ho an’ny Zandarimaria (BAK). Nomena ihany koa ny polisim-pirenena ary ho an’ny Tafika ireo "zodiac" sy vedety haingam-pandeha. 

Be dia be ny voina nahazo ny vahoaka malagasy teo, toy ny tondra-drano tamin’ny toerana maro samihafa izay ilàna ireo fitaovana samihafa ireo ankoatra ny fanenjehana sy fitsirihana samihafa. Ankoara izay dia adidin’ny Minisiteran’ny Fiarovam-pirenena, hoy izy, ny fampitaovana ny Zandarimaria noho izy eo anivon’io minisitera io, hitandro ny filaminana ary hanafoana tanteraka ny fakàna an-keriny na kidnapping araka ny vinan’ny Filoham-pirenena hajaina ary voasoratra mazava ao amin’ny politika ankapoben’ ny fanjakana.

Ireo mpikambana ao amin’ny Governemanta dia mampiseho ny fiaraha-miasa, fifanampiana, fifanomezan-tanana hampisy ny filaminana. Mifanampy ny fitaovana amin’ny fitandrona ny filaminana. Ny Sekreteram-panjakana miadidy ny zandarimaria Ravalomanana Richard kosa dia nisaotra sy nankasitraka ny MDN tamin’ny fanolorana ireo fitaovana ireo. Ny fanomezana fitaovana ohatr’ izao dia mampitombo ny risi-po ananan’ireo Zandary manatanteraka ny asa any ifotony ka mampihorohoro ireo jiolahy. 

Ny tanjona iraisana dia ny hampandry fahalemana ny firenena hiadanan’ny vahoaka malagasy ary ny fahavalo iraisana dia ny jiolahy. 

Hafatra ho an’ny BAK dia ny mba hahazo vokatra tsaratsara kokoa amin’izao nahazoana fitaovana izao sy hiezaka tsy handraraka ilo mby an-doha amin’ny ezaka fanohanana ataon’ny Minisitry ny fiarovam-pirenena izao.

Ny fanoratana

Tia Tanindranaza0 partages

HALATRA FINDAYLehilahy iray no tratra teny 67 ha

Lehilahy iray 44 taona no voasambotry ny polisy miasa ao amin’ny CSP7 eny 67HA ny alakamisy teo noho ny resaka halatra finday.

 

 

 

 

 Ny talata 25 febroary teo  dia nametraka fitoriana tao amin’ny CSP7 67HA ny rangahy iray nilaza ny fahaverezan’ny findainy teny  Coum 67 ha. Niantsena teny an-toerana mantsy ity farany   ka nametraka ny fiarany teny amin’ny sisin-dalana. Rehefa niverina niditra ao anaty fiara ny mpamily vao gaga raha nahatsikaritra fa tsy ao intsony ny sakaosy misy ny finday vaovao tsy nampiasaina miisa telo ary tsy mbola misy puce ao anatiny. Ireo finday ireo izay mitentina 3.200.000Ar. Nihetsika avy hatrany ny mpitandro ny filaminana  ka taorian’ny fikarohana nataony dia tra-tehaka teny amin’ny paositra  67ha ny iray tamin’ireo mpangalatra finday ireo ny 27 febroary teo tokony ho tamin’ny 9 ora maraina ary fantatra fa miisa 3 ireo olon-dratsy no nanao izany. Efa mpamerin-keloka ity lehilahy voasambotra ity ary efa in-droa nigadra teny Antanimora noho ny resaka halatra hatrany. Efa naiditra am-ponja vonjimaika moa ny tenany.

 

 

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

AMBOSITRALehilahy 4 tratra niaraka tamin’ny kojakoja famakian-trano

Lehilahy efatra no voasambotry ny polisy ao amin'ny kaomisarian'Ambositra ny sabotsy 29 febroary sy ny alahady 1 martsa teo noho ny resaka asan-jiolahy.

 

 

 

 Angom-baovao marim-pototra no azon'ny polisim-pirenena fa misy andian-jiolahy mihaodihaody ao an-tampon-tanànan'Ambositra. Nidina ifotony avy hatrany ny polisy ka 3 lahy no vosambotra teo no ho eo  ny sabotsy 29 febroary tao amina amina tokantrano iray tokony ho tamin'ny 6 ora maraina. Rehefa natao ny fisavana ny trano dia nahitana akanjona zandary  miampy karazana fitaovana entina hamakiana trano ary fitaovana "electronique" maro samihafa tao. Nitohy ny famotorana ka fantatra ihany koa fa misy naman'ireto jiolahy ireto mbola mihaodihaody tao an-tampon-tanàna. Nanao ny vela-pandrika ny polisy ka tra-tehaka teny an-tsena ihany koa ny lehilahy iray naman'izy ireo tokony ho tamin'ny 10 ora maraina. Mitohy ny fanadihadiana hataon'ny polisy mahakasika azy ireo.

 

Pati

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

AMPAHIBENahazo fitaovana ny borigady miady amin’ny fakana an-keriny

Tontosa omaly alatsinainy 3 martsa maraina teny Ampahibe ny fanolorana fitaovana (môtô 10, zodiac 01 sy vedette rapide 02)

Tia Tanindranaza0 partages

AMPARIBETrano iray kila hotohoton’ny afo

Nihanahazo vahana tato ho ato ny hain-trano. Trano tafo fanitso iray indray omaly no nirehitra teny Amparibe Antananarivo, tokony ho tamin’ny 3 ora folakandro.

 

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fahafatesana hafahafa an-kalamanjanaTovolahy iray nitsirara teny Andravoahangy

Nisehoana fahafatesana hafahafa indray tetsy Andravoahangy omaly tolakandro, taorian’ilay roa lahy teny Anosibe tamin’ny herinandro lasa teo.

 

Tsy fantatra mazava izay antony nahafaty azy na aretina mitaiza na fahapoizinana ara-tsakafo na noho ny hanoanana … Nivoaka zavatra miloko fotsy ny vavany, izay mety hitarika ny sain’ny olona hieritreritra fa mety nahatelina poizina, saingy ny fitsirihana ataon’ny mpitsabo no afaka manamarina izany. Raha kely indrindra, dia tranga faninefany ity fahafatesana an-kalamanjana ity teto Antananarivo. Tsy fantatra mazava izay antony. Asa na misy ny fitsirihana sy fitiliana ataon’ny mpitsabo amin’izy ireny. Mifanandrify indrindra amin’ny fisiana valanaretina mahery vaika Coronavirus izay efa mamely firenena maro aty Afrika ihany koa izao ka mahalasa saina ihany. Sa mety ho pesta ? Tena mampihoron-koditra sy mahalasa saina ny toe-javatra miseho sy misesisesy tahaka izao ka asa na efa misy ny fandraisana andraikitry ny fanjakana. Ny rehetra ihany koa dia tompon’andraikitra feno amin’ny fitandremana, ny fitandroana ny fahadiovana,…

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Ankizy ratsy naoty tsy avela hanao fanadinanaHosazian’ny minisitera ireo sekoly tratra

Niteraka resabe teto amintsika mihitsy ka nanosika ny minisiteran’ny fanabeazam-pirenena handray andraikitra, indrindra fa ho an’ireo sekoly

 

tsy miankina sasany ny fanivanana ireo ankizy mpianatra tokony  hiatrika ny fanadinam-panjakana CEPE na BEPC ao amin’ny taona fahadimy sy fahatelo ka nampitaraina ireo ray aman-dreny sasany. Misy amin’ireo mpianatra mantsy no tsy avelan’ilay sekoly hiatrika fanadinam-panjakana  fa manimba ny vokatra tokony ho azony sy ny lazany, hono, indrindra fa ho an’ireo ratsy naoty sy tsy mahaloa saram-pianarana ara-dalàna. Namoaka “note de service” ity minisitera iray ity fa zon’ny ankizy mpianatra ny miatrika ny fanadinam-panjakana ary tokony hosoratana anarana avokoa izy ireny ho an’ireo kandida handray anjara eto amin’ny tany sy ny firenena. Nanambara ny minisitera fa hosazian’izy ireo ny sekoly tratra manao izany. Miantso ireo tompon’andraikitry ny sekoly rehetra ny minisitera mba samy hanaraka ity naoty navoakan’izy ireo ity. Miantso ny ray aman-drenin’ny mpianatra ihany koa izy ireo mba hanatona ny sekoly raha sanatria ka manana olana ny zanany hahafahana mitady vahaolana haingana.

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Famahana ny olan’ny fanabeazanaHiadian-kevitra ao anatin’ny filankevitry ny minisitra

Nitohy omaly alatsinainy 2 martsa ny dinika nifanaovan’ny fiadidian’ny primatiora tarihin’ny praiminisitra lehiben’ny

governemanta Ntsay Christian sy ny delegasionina avy amin’ny minisiteran’ny fanabeazam-pirenena sy ny fampianarana teknika ary fanofanana arak’asa (MENETP) notarihin’ny minisitra Andriamanana Josoa Rijasoa. Nankatoavin’ny praiminisitra nandritra io ny volavolam-panitsiana ny didim-panjakana vitsivitsy hanatanterahana ny fifanarahana teo amin’ny fanjakana Malagasy sy ireo sendikalista ny 24 jolay 2018. Ampidirina amin’ny fampitam-baovao am-bava amin’ny filankevitry ny governemanta rahampitso alarobia, ka hisian’ny fandaniana sy fanaovan-tsonia izany eo anivon’ny filankevitry ny minisitra. Nambara fa voajery ao anatin’ireo didim-panjakana ireo avokoa ireo sokajin’olona ao anatin’ny MENETP: Mpampianatra, mpiasa birao, mpiandraiki-draharaha samihafa eo anivon’ny toeram-pianarana sy ny fanofanana manerana ny Nosy. Miantso ny rehetra ho tony sy hanohy ny asa fampianarana am-pilaminana ny minisitera.

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Làlana vao vita eto AntananarivoRatsy kalitao, feno lavaka sahady

Tsy ampy herintaona akory dia manomboka simba sahady ireo làlana eto an-drenivohitra. Manomboka misy lavaka, ary miitatra haingana dia haingana ny habeny noho ny rano sy ny antony hafa.

 

 Miharihary ny fahasimbana kanefa tsy mbola vita fandraisana ara-teknika sy notokanana akory. Ahitana an’izany ny mihazo an’i Soanierana sy Ankadimbahoaka, raha  avy any Anosy iny. Tena ireny ve ny kalitao nifanarahana sa nisy ny tsirambina nataon’ny orinasa nahazo ny tsenam-baro-panjakana ? Raha izay dia matimatin’ny mora izany isika, ka asa mifandraika amin’ny vola naloa no sitrahana, hany ka volana vitsy monja taorian’ny fahavitany, dia efa feno lavaka ny arabe. Raha ny mifanohitra amin’izay kosa dia zon’ny fanjakana tsara ny manasazy ilay orinasa noho ny kalitao satria nisy rahateo ny fanamby natao fa maharitra 30 taona io làlana io, saingy tsy izay ny zava-misy. Volam-panjakana, hetra avy amin’ny Malagasy no nanamboarana an’ireny. Maro ireo lalana am-polony taona maro no nahavitany, saingy mbola tsara sy tsy misy fahasimbana firy kanefa ireo vao natao tsy ampy herintaona akory, dia efa manomboka ahitana fahapotehana sahady.

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Tobim-piantsonana MAKIArahi-maso akaiky ny fahasalaman’ireo mpandeha

Mihamafy hatrany ny fanaraha-maso ireo olona mivoaka sy miditra mampiasa ny lalam-pirenena fahenina sy fahefatra ary faharoa amin’izao fotoana izao.

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Zanak’i FandrianaHifankahita etsy Soanierana

Aleo tara toy izay tsy misy ! Izay no azo hanambarana ny hetsika fifampiarahabana nahatratra ny taona fanao isan-taona ho an’ny Zanaky ny distrikan’i Fandriana.

 

Hetsika karakarain’ny Association Ny Aina, izay tarihan-dRakotomalala Dina Taratriniaina. Fotoana ihany koa hankalazana ny faha-10 taona niorenan`ny fikambanana ny zoma 6 martsa izao etsy amin`ny CEMES Soanierana. Fifankahitana aty an-tany fitadiavana no anton’ny lanonana miaraka amin’ireo andrarezin’ny fanafanana fety toa an`i Francis Turbo sy Generation Mars. Razanamahasoa Christine, filohan`ny Antenimieram-pirenena, no reny mpiahy ny hetsika ary hosinganina manokana ireo olona manan-kaja sy miara-miasa amin`ny zanak`i Fandriana, hoy i Mamonjy Randriamamonjisoa, mpitondra tenin`ny Association Ny Aina, raha nitafa tamin`ny mpanao gazety omaly tetsy Tsimbazaza . Entanina hatrany ny vahoakan`i Fandriana araka ny teny filamatra hoe « Ny Agnarandray tsa afify ». Ny fanamby ho amin`ny dimy taona manaraka dia ny hampitombo ny ambaindain`ny fikambanana sy ny asa mba hahavita misimisy kokoa hatrany, hoy hatrany ny fanazavana. Ny Association Ny Aina dia fantatra amin`ny asa sosialy toy ny fanampiana ireo kaominina 15 ao amin`ny distrika, ny fanampiana ireo CEG eo amin`ny lafiny fotodrafitrasa na fampitaovana, didim-poitra faobe…

 

Marigny A.

 

Tia Tanindranaza0 partages

MPIANATRY NY PETIT NID TSY HITA POPOKA

Tovolahy kely iray mitondra ny anarana hoe Rakotonindrina Sitraky ny Avo Toavina Cedrick no nambaran’ny fianakaviany fa tsy hita popoka.

 

Nirava tamin’ny 4 ora tolakandro izy io omaly, izay mianatra ao amin’ny sekoly Le Petit Nid Anjanahary, kanefa dia tsy nody tany an-tranony eny Nanisana.Tsy mbola fantatra mazava hoe inona marina no nitranga hatry ny halina nanoratana ny vaovao.Miantso fiaraha-miasa ny fianakaviana amin’ny fikarohana an’i Cedrick ka nametraka ny laharana an-telefaonina 033 73 221 58 sy 039 17 044 31  mba antsoin’ireo izay manam-baovao

FANAFIHAN-JIOLAHY ALASORA

Nitifitra avy hatrany ny jiolahy tetsy Alasora. Izany dia mba entina hampitahorana ny tompon-trano izay hotafihana. Nahavita niantso vonjy anefa ireo ary koa niantso ny zandary izay soa ihany fa mba sendra nanao fisafoana teny amin’ny manodidina. Raikitra ny fifanenjehana tao anatin’ny haizina fa saingy tsy tratra intsony ireo jiolahy. Dikan’izany dia ilaina miparitaka mandehandeha ny mpitandro ny filaminana rehefa alina ny andro fa tsy miandry fotsiny baiko ao amin’ny birao.

MIHANTONA NY FAMPANDROSOANA

Kepoka tanteraka ny fitondràna ary azo hitarafana izany ny fahanginany tao anatin’ny tambajotra sosialy manoloana ny vavan’ny olona izay nahatsikaritra fa tsy mandeha amin’izay tokony hoizy ny IEM. Ny antoko mpanohitra rehetra anefa dia efa naneho ny fahavononany ny hanampy an’i Rajoelina raha toa izy ka manisaka tsikelikely ireo olona izay tsy mahomby eo amin’ny manodidina azy. Hatreto anefa toa tsy vitany mihitsy izany ary matahotra tanteraka sao hifototra any aminy ny fanisahana ireo tsy mahomby. Dia lasa mihantona eo ny fampandrosoana izay kasainy.

FANAPOIZINANA ARA-TSAKAFO

Olona roapolo mahery no indray narary vokatry ny fanapoizina ara-tsakafo. Tany Fenoarivo-Atsinanana no nitrangan’izany, tao amin’ny fokontany Tanambao. Notaterina ireo narary izay nisy koa ny tonga tsikelikely. Atsantsa izay azon’ny mpandriaka no namidy tao an-toerana ary nifandrombana mihitsy azy ny asabotsy teo. Hatramin’ny omaly dia mbola marobe ny olona izay tonga tao amin’ny hopitaly ary avy hatrany dia noraisina an-tànana. Tsy misy ahiana ny ain’ireo, raha araka ny fanamarihana azo avy any an-toerana.

ANDRO RATSY

 Misy indray ny andro ratsy izay miforona ao amin’ny ranomasim-be indiana. Ahiana indray ny rotsak’orana be manomboka amin’ny alakamisy izao araka ny vinavina avy amin’ny sary navoakan’ny zanabolana eoropeanina. Ny fijerin’ny manam-pahaizana dia ahiana hitondra oram-be io tangoron-drahona izay hitarika andro ratsy io. Efa miomana ireo nosy rahavavy dia i Maurice sy La Réunion izany.

 

TE HAMETRAKA NY OLONY NY FITONDRANA

Hozongozonona tanteraka ny Holafitry ny mpanao gazety mba hanamoràna ny fametrahana olon’ny fitondràna azy. Amin’izao fotoana dia karohin’ny minisitera mpiahy ny hanovàna ny rafitra mpitantana dia ny hanasiana filoha lefitra isaky ny faritra izany. Ireo indray avy eo no hatao mifidy izay ho filoha. Terena ireo mpiasan’ny haino aman-jerim-panjakana any amin’ny faritra mba hangataka ny fanasiana ireo filoha lefitra ireo any aminy. Mihenjan-droa tanteraka ny tady eo amin’ny OJM sy ny MCC.

LANY BALA IREO MPANOHANA NY FITONDRANA ?

Fivoriam-be ny an’ny antoko mpomba ny fitondràna nanomboka ny alin’ny alahady. Izany dia taorian’ny fihenan-danja noho ny tsy fahaizan’ny olona izay nisolo tena ny fitondràna tao anaty adihevitra tamin’ny fahitalavitra rahavavy ny alin’ny alahady teo. Kepoka avokoa ary misy ny olo-be izay efa manomboka resy lahatra fa tsy misy intsony bala (hevitra) izay entina miaro izao fitondràna izao ankehitriny.

VOATIFITRA

Voatifitra any Anjozorobe ny lehilahy iray izay tànana an-kavanan’i Botomena. Io farany ilay voatery nentina nitsoaka avy any Ambilobe rehefa namono sy nanolàna vehivavy behovohoka ary avy hatrany dia naiditra eny Tsiafahy. Mainka koa ity tranga ity manamafy fa tena dahalo tanteraka i Botomena ary miparitaka manerana ny nosy ny tambajotrany. Mbola misy namany hafa izay karohina koa eto an-drenivohitra sy ny manodidina amin’izao fotoana izao.

Tia Tanindranaza0 partages

Tranga hafahafa Tovovavy niboridana tratra tao anaty valan’omby

Tranga hafahafa indray no niseho tao Vinaninkarena, distrikan’Antsirabe faharoa ny alin’ny alahady lasa teo.

 

Tovovavy iray no tratra tao anaty valan’ombin’olona, tao amin’ny fokontany ankarinomby-Vinaninkarena. Amin’izao fanjakan’ny tsy fandriampahalemana izao dia fanaon’ny tantsaha ny misafo ny omby amin’ny alina ka hatairana ny an’ny tompon’omby nahita zavatra mihetsiketsika tao anaty valan’omby. Nohatoniny moramora ilay valan’omby ka akory ny hatairany fa tena nisy olona mitolontolona ilay omby. Notratrariny tampoka ilay olona ka akory ny hagagany satria dia tovovavy vao 20 taona monja ity tratra nisavika omby. Niboridana tanteraka tsy nisy na dia silipo ilay zazavavy raha ny tatitra azo ary dia ara-bakiteny tokoa fa tratra ambodiomby. Nampandre ny tompon’andraikitra isan-tokony avy hatrany ny tompon’omby. Ny nahagaga, hoy ny lehiben’ny fokontany dia hita ho tena verivery saina sy tsy tompon’ny tenany ilay tovovavy fa toa entin-javatra. Rehefa nalaina am-bavany izy dia nilaza ho avy eny Andranonahoatra-AntsirabeI, izay tsy dia mifanalavitra amin’i Vinaninkarena. Notafiana lamba izy ary natolotra ny mpitandro filaminana. Hotadiavina ny fianakaviany marina.

Caius R

Tia Tanindranaza0 partages

CLD anjaran’Avaradrano Fitaovana no hozaraina fa tsy vola

Fitaovana no hozaraina fa tsy vola ho an’ny CLD anjaran’ny distrikan’Antananarivo Avaradrano, raha araka ny fanazavan’ny solombavambahoaka Gerry Randriambolaina.

 Raha ohatra ka misy mila simenitra, hoy izy dia simenitra no hatolotra, miankina amin’ny filan’ny kaominina tsirairay avy. Tafiditra avokoa ireo karazana sehatra rehetra ka hahafahana mamaly ny filàn’ny mponina toy ny sehatry ny fanabeazana, ny fahasalamam-bahoaka, ny fotodrafitrasa. Ho an’ireo ben’ny tanàna manerana ireo kaominina 16 isa ao Avaradrano dia nomarihiny manokana fa mpiara-miasa sy mety aminy avokoa rehefa mijery ny fampandrosoana ny tanàna tsy an-kijery loko pôlitika. Tsiahivina fa nividianana engin ho an’ity distrika iray ity ny vola azo tamin’ny CLD tamin’ny taona 2018. Ao amin’ny distrika no mipetraka izy io. Ho an’ireo kaominina manana olana amin’ny resaka lalana eny Avaradrano dia afaka mampiasa azy avokoa saingy miantoka solika kosa. Izany no natao dia ho tombontsoan’ny besinimaro, hoy izy.

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Mpandraharaha vahiny eto MadagasikaraManjakazaka mampitaraina ny Malagasy

Mitombo be ankehitriny ny tsena malalaka sy mahakasika ny asa sy ny tetikasa fanamboarana trano eto Madagasikara.

Araka izany dia maro ireo mpandraharaha vahiny no liana sy voasarika te hampiasa vola eto amin’ny firenena Malagasy. Nampahafantarina tetsy amin’ny Hotely Ibis Ankorondrano omaly ny simenitra vaovao manaraka ny kalitao izay ahitana karazana sy tanjaka tahaka ny 22.5 sy 32.5 ary 42.5. Amin’izao fotoana izao dia io vokatra vaovao io no tena ampiasan’ny Malagasy andavanandro araka ny fanampim-panazavana. Ny simenitra marika FOSA dia hitondra fanaingana ara-toekarena araka ny tatitry ny tompon’andraikitra sady voasedra manaraka ny fenitra iraisam-pirenena. Tsiahivina ihany koa fa amin’izao fotoana izao dia tsy maharaka ny filàna ny tolotry ny famokarana simenitra eto Madagasikara. Tsy ampy ary tsy maharaka ny tinady misy ka tsara ny mbola hanaovana ezaka mafy hatrany handrakofana ny tsena anatiny ho farafaharatsiny. Na izany aza dia tsara hatrany ny vokatra ary tsy mena-mitaha amin’ireo simenitra hafarana avy any ivelany izany. Ankoatra izay dia nilaza sy nanambara ny tompon’andraikitra fa mbola maro ny akora fototra hafarana any ivelany amin’ny fanamboarana ny simenitra ka an-dalam-pitadiavana vahaolana ny mahakasika izany. Ny orinasa Raysut Cement moa ankehitriny dia miantso ny fitondram-panjakana mahakasika ny tena zon’ny mpamorona sy ny mpanjifa.

Tsirinasolo

 

Tia Tanindranaza0 partages

Jono sy harena an-dranomasinaHiara-kiasa i Madagasikara sy ny vondrona Eoropeanina

Nihaona sy nidinika tamin’ny praiminisitra lehiben’ny governemanta Ntsay Christian sy ny Ambasadaoron’ny Vondrona Eoropeanina eto amintsika,

Andriamatoa Giovanni Di Girolamo, omaly maraina. Nifototra tamin’ny fanaovana tombana sy fanatsarana ny fiaraha-miasa misy eo amin’i Madagasikara sy ny Vondrona Eoropeanina io, ary famantarana ny endriky ny ho fiaraha-miasa vaovao manomboka amin’ny taona 2021, raha ny tatitra. Hatomboka amin’ity taona 2020 ity, araka ny nambaran’ny Ambasadaoro, ny fijerena sy ny famantarana bebe kokoa an’ireo sehatra mety ho azo hanaovana fiaraha-miasa, mba hampiharana tetikasa amin’ireo sehatr’asa sasantsasany efa misy sy hanitarana ny fiaraha-miasa amina sehatra vaovao. Noresahin’ny roa tonta koa ny sehatry ny jono izay manana anjara toerana lehibe eo amin’ny fampandrosoana ny toekarena : ao anatin’izany moa ny tontolon’ny fandraharahana an-dranomasina, sy ny ady atao amin’ny fanondranana harem-pirenena an-tsokosoko. Natao bango tokana ny mikasika izay fepetram-pitantanana hapetraka, ary izany dia hoezahina ao anatin’ny volana vitsivitsy. Ankoatra izay, dia notsiahivin’Andriamatoa Giovanni Di Girolamo ny fidinana tany Atsimon’ny Nosy, niarahany tamin’ny filohan’ny Repoblika, ka nahatsapana ny zava-misy iainan’ireo faritra any Atsimo vokatry ny hain-tany, ary nahatonga ny Vondrona Eoropeanina hamatsy vola mitentina 3 tapitrisa euros ny iray amin’ireo fandaharan’asa lehibe ho amin’ny fampandrosoana, dia ny « fandaharan’asa fampandrosoana ny faritra atsimo » izany, ka hetsika maro ho fampivoarana ny eny ambanivohitra no hatao, toy ny fanaovana lava-drano miisa 100, mba hampihena amin’ny ampahany ny olan’ny tsy fahampian-drano. Noresahina ihany koa, hoy izy, ny dingana manaraka hirosoana amin’ilay tetikasa famatsian-drano eto Antananarivo Renivohitra iarahana amin’ny Vondrona Eoropeanina, izay efa niantomboka herinandro vitsivitsy lasa izay.

Toky  R

Tia Tanindranaza0 partages

Fandraharahana sy toekarenaTena ilaina ny fampiofanana arak’asa tsara kalitao

Fototra ijoroan’ny fampandrosoana ny fampiofanana arak’asa hoy ny Tale Jeneralin’ny Fampiofanana arak’Asa, Jean Luc Ramamonjiarisoa nandritra ny famelabelarana mahakasika ny Tahiry Famatsiam-bola ho Fampiofanana ny mpiasa (FMFP).

 

Tsirinasolo

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Coronavirus

Miha hita amin`ny fiainan'izao tontolo izao ny voka-dratsinyManodidina ny 3 000 ireo namoy ny ainy vokatry ny aretina “coronavirus” ka 42 tamin`ireo dia maty omaly.

 

Mihemotra ireo lalao iraisam-pirenena

Voakasiky ny coronavirus koa ny fanatanjahantena. Mikorontana tanteraka ireo tetiandron`ny fifaninanana iraisam-pirenena maro toy ny fiadiana` ny tompondakan`ny “moto” any Qatar ny 8 martsa izao. Naato ihany koa ny “Grand Prix moto de Thaïlande » amin`ny 22 martsa ho avy izao. Andrasan`ny besinimaro ihany koa ny fiadiana` ny amboara eo amin`ny baolina kitra ao Eoropa (EURO 2020), izay hotontosaina ny 12 jona hatramin`ny 12 jolay ho avy izao any Italia. Ity farany anefa voasokajy ho faritra mena noho ny COVID 19. Andrasana ihany koa ny fanapahan-kevitra horaisin`ny kaomity olympika mahakasika ny lalao olympika izay hatao any Tokyo Japana ny 24 jolay ho avy izao.

Marigny A.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Olan’ny fisotroan-dronono any FrantsaMiantso fitokonana faobe ny sendikalista anio

Ny sabotsy 28 martsa izao dia nampandre ny praiminisitra Edouard Phillipe fa hampihatra ny and. faha-49 andl faha-3 ao anatin`ny lalàmpanorenana mba hahafahana mandany ilay lalàna momba ny fanavaozana ny fisotroan-dronono any Frantsa.

Ity andinin-dalàna ity dia manome vahana ny mpitondra mandany lalàna iray tsy mandala tsangan-tanana eny anivon`ny Antenimiera. Namoaka fanambarana iombonana ireo sendikalista avy amin`ny CGT, FO, CFE-CGC, la FSU et Solidaires, ny vondron`ny mpianatry ny lisea (Fidl), MNL, UNL ary ny mpianatry ny  Unef. Raha ny votoatin`ny fanambarana dia milaza fa tsy mahafehy ny tetikasa ny fitondram-panjakana taorian`ny fandalovana teo anivon`ny Antenimiera matoa hiroso amin`ny fampiharana io andinin-dalàna io 49.3 io. Tsapa fa banga sy mandeha ila io volavolan-dalàna io ary voaporofo fa mikasa hanao tery vay manta ny governemanta frantsay, hoy hatrany ny fanambarana. Miantso fitokonana faobe indray ireo sendikalista anio entina hanoherana io volavolan-dalàna mikasika ny  fisotroan-dronono.

 

Marigny A.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fiangonana FM FOISady manabe no miaro ny tontolo iainana

Ankoatra ny maha mpitory ny filazantsara sy maha mpivavaka ny fiangonana FM FOI tarihin’ny Apostoly Benjamina dia manolo-tanana ny fanjakana ihany

 koa izy ireo amin’ireo karazana asa marolafy tokony hotanterahina eto amin’ny firenena. Ho an’ny asa fanabeazana ny zaza Malagasy, ohatra, dia nandray an-tanana ny fanavaozana  sy ny fanatsarana ilay EPP ao Ambohimamory Itaosy, eo akaikin’ny lapa foiben’ny fiangonana FM FOI izy ireo izay kasainy hotokanana ato ho ato. Tanjon’izy ireo ny hampirisihina ireo mpianatra hazoto hianatra hatrany, hahafahana mampihena ny tahan’ny fitsoahana an-daharana an-tsekoly. Tsy latsa-danja amin’izany ny fikajiana ny tontolo iainana hahafahana miady amin’ny fiovaovan’ny toetr’andro sy hamerenana an’i Madagasikara ho Nosy maitso indray. Zanakazo kininina sy akasia marobe no novolen’izy ireo teny Andranomena, Arivonimamo ny faran’ny herinandro teo, notarihin’ny Apostoly Benjamina mivady. Olona miisa 5.000 no niara-nisalahy nanatanteraka izany niaraka tamin’ny fanamiana mitovy ka anisan’ireny ny fikambanan’ireo mpihaino ny Radio FM FOI. Vinavinaina hitohy hatrany izao hetsika fambolen-kazo   izao ary kasaina hiparitaka manerana ny Nosy manomboka amin’ny taona 2021 any amin’ireo toerana izay misy ny fiangonana FM FOI rehetra. Nanampy  maro tamin’ny fanomezana ireo  zanakazo  moa ny minisiteran’ny rano sy ny ala. Tsiahivina moa fa manan-danja amin’ny Baiboly ny hazo raha ny tenin’Andriamanitra no jerena satria dia heverina ho toy ny olona mihitsy izy ireny ka tsy tokony hotsinontsinoavina.

 

 

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Mponin’Anosimahavelona“Tsy homenay ny Sinoa ny tanindrazanay”

Tamin’ny faha Mpanjaka ity no tanànanay, efa an-jatony taona ny raiamandreninay no teto,…

 

Noho izany ireo sinoa mihevitra ny haka ny taninay dia tsy homenay satria sinoa tsy manana taratasy. Ny sinoa dia misoloky fotsiny hoe manana taratasy kanefa tsy manana. Ny “juridique” hampiasain’ny sinoa dia hosoka, hoy ny mponina etsy Ankazotoho Anosimahavelona. Ny nahatonga anay nifidy anao, dia nanome toky anay ianao fa tsy handrodana ny tanànanay. Izao ny sinoa tonga mandrodana trano ary efa misy rava notrongisina tamin’ny “tracks”. Ilay tetikasa anefa tsy misy taratasy. Anisan’ny nanome vato ny antoko TGV izahay eto Ankaditoho Anosimahavelona na fifidianana filoha na depiote na ben’ny tanàna,… Ny mampalahelo anefa dia izao ny mahazo anay, hoy ireo mponina. Miandry fepetra fanatsaharana ny asa na "arrêt de travaux" ataon'ny prefe ireo vahoaka amin’ity herinandro ity, ary manamafy fa tsy manana antom-pisiana ilay orinasa sinoa nahazo ilay tany 2500 m² eny an-toerana efa mandrava trano io. Andrasana izay ho setriny avy amin’ny fanjakana eo anatrehan’ity toe-draharaha ity.

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Antoko PSDMiantso ny HCC hanafoana ny fifidianana

Tsy azo odian-tsy hita ny fahadisoana goavana tamin’ny fiverimberenan’ny laharana kara-panondro, araka ny tatitra nataon’ny

 

CENI farany teo, hoy ny antoko Parti Social Democrate (PSD) izay nivory tany Mahajanga omaly alatsinainy 2 martsa, satria tena manohitra ny zo fototra iorenan’ny demokrasia. Tsy azo antoka noho io tsy fahatomombanana io ny vokatry ny safidim-bahoaka marina tamin’ireo fifidianana nisesisesy teto amin’ny firenena, dia ny fifidianana filoham-pirenena, solombavambahoaka ary ben’ny tanàna hoy ity antoko ity. Tsy mahagaga raha nihoapampana ny fitarainana tamin’ireny fifidianana ireny. Mihevitra ny antoko PSD fa mety hiteraka tsy fahamarinan-toeran’ny fitondrana ny fanamarinana fa tsy nanara-dalàna ny fifidianana natao teto ary ahiana hipaka hatrany amin’ny lolom-po arahana tsy fifankahazoana eo amin’ny samy Malagasy izany izay sanatriavina mety ho lasa ady. Mandroso soso-kevitra ny PSD mba hisorohana ny zava-doza mety hitranga eto amin’ny firenena. Voalohany, miantso ireo rehetra voakasiky ny fifidianana mba hihaona sy hifandinika, tafiditra ao anatin’izany ny antoko politika, ireo kandida nilatsaka hofidiana, ny olobe sy raiamandreny isan-tsokajiny, ny CFM, ireo raiamandreny ara-drazana sy ara-pinoana, ireo fiarahamonim-pirenena satria ny hevitry ny maro mahataka-davitra. Faharoa, manainga ny fitsarana avo momba ny lalampanorenana (HCC) mba handray ny andraikiny manoloana izao zava-baovao (fait nouveau) mitranga izao ny PSD amin’ny fanafoanana ireo fifidianana isan-tsokajiny eto amin’ny tany sy ny fanjakana satria tsy manan-kery ireo fifidianana natao nanomboka tamin’ny 2018 ka hatramin’izao. Fahatelo, manainga ny antenimierandoholona sy ny antenimieram-pirenena mba hanadihady izay tompon’andraikitra nahavanona izao tsy fetezana izao ary hitory azy ireo eny amin’ny fitsarana ambony (Haute Cour de Justice).

 

RTT

Tia Tanindranaza0 partages

Rina Randriamasinoro“Tena nohitsakitsahina ny zon’ny vahoaka”

Naneho ny heviny momba ny raharaham-pifidianana taorian’ny raharaha kara-panondro sy lisi-pifidianana miverin-droa an-tapitrisany

ny Sekretera jeneralin’ny antoko TIM sady kandida ben’ny tanàna teto Antananarivo Renivohitra Atoa Rina Randriamasinoro. Nambarany fa tsy zava-baovao amin’ny TIM ireny satria ny ekipa mpahay lalàna avy amin’ny TIM tany amin’ny fihodinana faharoan’ny fifidianana filoha, nitohy tamin’ny fifidianana depiote sy ny ben’ny tanàna dia efa naneho tsy fahatomombanana. Efa tsikaritra ireny rehetra ireny, ary ny TIM efa nitaky foana, tsy diso ny tolona natao, saingy tsy nisy nihaino. Nahatsapa tamin’ny fotoan’androny fa nisy tsy fahamarinana ny fifidianana rehetra nandeha teto, ka izay no anton’ireny fitakiana ireny. Nivoaka izao ny fahamarinana, ary tsy izaho na ny TIM na ny vahoaka no namoaka an’ireny fa ny tompon’andraikitra tamin’ny fifidianana. Rehefa natao ny fitakiana tamin’ny fotoana maro tsy nisy niteny, izao nivoaka. Ary maninona no vita ny fifidianana rehetra vao nivoaka iny ? Iza no nahazo tombony ary iza no lasibatra ? Izaho dia miteny hoe isika vahoaka no lasibatra satria ny zontsika mihitsy no voahitsakitsaka, hoy i Rina Randriamasinoro. Nambarany fa tsy hisy firenena handroso ao anaty tsy fahamarinana izany satria ny fahamarinana no manandratra firenena. Efa nivoaka iny ny marina izay inoana fa miantefa any amin’ny tokony hiantefany tsirairay, hoy ity Sekretera jeneralin’ny TIM ity. Anisan’ny nametraka fitoriana any amin’ny filankevi-panjakana moa ny TIM tamin’ny fifidianana ben’ny tanàna farany teo, ka asa na hisy fiantraikany amin’izay ho valiny izao karazana fibabohana nataon’ny CENI izao !

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Afera kara-panondro sy lisi-pifidiananaNiezaka niaro tena mafy ny CENI

Somary tsy ampy angamba ny fanazavana. Ny tanjona dia hanentana ny olona hanamarina sao tafiditra ao anatin’izay.

 Mivadika zavatra hafa, havadika hoentina manakorontana saim-bahoaka, hoy Atoa Thierry Rakotonarivo filoha lefitry ny CENI tamina onjam-peo iray omaly. Tsy hoe akory olona iray manana kara-panondrom-pirenena roa na telo, izay afaka ny hanao “vote multiple” izay tsy ara-dalàna. Olona roa na telo manana kara-panondrom-pirenena samihafa, fa ny laharana no mitovy, ary kara-panondro ara-dalàna ireo fa tsy hoe fosika, hoy izy. Tsy mitarika fitomboana na fihenan’ny isan’ny mpifidy. Ny nantsoina hoe “doublons” dia raha nitovy anarana sy kara-panondrom-pirenena, ka izay ilay 5 hetsy. Io 5 hetsy io ilay laharana mitovy, izay mety ho misy roa na telo no mitovy. Tsy midika io, fa mihena na mitombo ny isan’ny mpifidy. Tsy midika ihany koa hoe tsy afaka nifidy na nifidy olona mitovy ny mitovy laharan-kara-panondro. Mety niainga avy tany amin’ny tompon’andraikitra mpanome ny laharan’ny kara-panondro. Zavatra efa nitambatra nandritra ny 60 taona nisian’ny fitantanan-draharaham-panjakana. Tamin’ny zavatra tsotra fa tsy nomerika ny fitahirizana ny laharana, ka mety avy tamin’izany no nisian’ny fitoviana. Mety avy tao amin’ny fokontany tamin’ny fanavaozana ny lisi-pifidianana. Olombelona ihany koa ny tompon’andraikitra manoratra azy. Raha 003 ohatra ny farany mety ho lasa 008 satria variana ny tompon’andraikitra, hoy ny fanazavana. Ny miverin-droa, dia tsy afaka mifidy in-droa na in-telo. Efa nisy ny “audit” nataonay nilazanay fa nisy ny “doublons”, misy ny zaza tsy ampy taona … Tsy afaka nifidy ireny, raha ny nambaran’Atoa Thierry Rakotonarivo. Niaiky izy fa halatra ny zaza tsy ampy taona nasaina nifidy toy ny tany Tsihombe, fa kosa anjaran’ny fitsarana, anjaran’ny voakasika ny nametraka fitoriana na tany amin’ny CENI na tany amin’ny fitsarana. Azo raisina fa tsy nitombina moa no valin’ny raharaha mikasika ireny, ary tsy nisy fiantraikany tany amin’ny valim-pifidianana. Azon’ny CENI tsy natao ny niteny an’izany, fa mba hisian’ny fiaraha-mientana sy fanitsiana no nilazana azy. Mampalahelo ny fandikan’ny olona sasany ny zavatra izay atao. Ao anatin’ny fanavaozana ny lisitra ny CENI, izay mametraka ho zava-dehibe ny fanitsiana sy fanadiovana mba tsy ho any amin’ny 2023 vao hikoropaka. Ny zavatra nambaran’ny CENI hatramin’izay dia tsy misy fifidianana lavorary sy lisi-pifidianana tena tonga lafatra. Matetika misy ny indro kely, ary io tsy vita indray andro, hoy i Thierry Rakotonarivo. Efa tamin’ny tetezamita no nisy ny CENI-T, lasa CENI, ka efa ho am-polony taona no teo saingy miharatsy fa tsy mihatsara ny fifidianana eto. Inona no tsy naneken’ny CENI fampitahana lisi-pifidianana voasonia ? Mbola tena ilaina ve ny CENI ? Mbola ilaina ve ny kara-pifidianana ? Mbola lavitr’ezaka ve ny fifidianana miainga amin’ny elektronika eto ? Tsy maintsy ilana volaben’ny mpamatsy vola ve ?

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Tiako I MadagasikaraMitaky ny fanafoanana ny fifidianana rehetra

Manaraka akaiky ny fivoaran’ny raharaham-pirenena ny antoko Tiako I Madagasikara ka nanatanteraka fivoriana maika omaly.

Mitaky ny hanafoanana ny fifidianana rehetra natao ny TIM, taorian’ny fanambarana sy fiaikena nataon’ny CENI momba ny tsy fahatomombanan’ny lisi-pifidianana. Tena misy zavatra tsy nanjary ny fifidianana izay nataontsika tamin’ny 2018 sy 2019, hoy ny filoha nasionalin’ny TIM Marc Ravalomanana. Zavatra efa nambaranay teto an-toerana sy tany ivelany tato anatin’ny roa taona io, hoy izy. Efa nampahafantarina izany ny vahoaka teto Madagasikara, ireo fikambanana iraisam-pirenena toy ny SADC, vondrona Afrikanina, Vondrona Eoropeanina ary ny Firenena Mikambana, fa tena misy zavatra tsy mety ny fifidianana eto Madagasikara. Tsy manaraka ny fenitry ny fifidianana ny zava-mitranga eto Madagasikara ary iny niaiky iny ny CENI momba ireo “doublon” ana kara-panondro efa ho 1 tapitrisa mahery. Na ireo olona nilaza azy fa voafidy na lany aza dia ho sahirana satria tsy lany ara-drariny. Misy fiantraikany lehibe dia lehibe eto amin’ny tany sy ny fanjakana izany satria tsy olona lanin’ny safidim-bahoaka no mitondra. Raha tiantsika ny hisian’ny fandrosoana dia tsy maintsy olona lany am-pahamarinana no mitantana ny firenena, hoy ny filoha nasionalin’ny TIM. Nitondra zava-baovao iny fanambarana nataon’ny CENI iny,  hoy hatrany ny fanazavany izay manetsika hatramin’ny voalohany hoe ny fifidianana natao teto tato anatin’ny roa taona dia tsy tomombana mihitsy. Tsy maintsy mijoro sy manana fahasahiana isika, hoy izy.

 

RTT

Tia Tanindranaza0 partages

Jean RavelonarivoSaika hivadika ho mpanohitra ?

Anisan’ireo tompon’andraiki-panjakana teo aloha nampanantsoina teny amin’ny birao misahana ny ady amin’ny kolikoly na PAC ny praiminisitra teo aloha,

filoha nasionalin’ny antoko politika Aba, Jean Ravelonarivo, ny faran’ny herinandro teo. Antony moa, raha ny vaovao voaray, dia mifandray amin’ny resaka fanodinkodinam-bola manodidina ny 16 miliara ariary teo anivon’ny orinasa Cnaps izay nahasaringotra ny tale jeneraliny teo aloha, Arizaka Rabekoto Raoul. Inona no antony mampimpongatra ilay dosie ankehitriny fa tsy teo aloha ? Ny tale jeneralin’ny Cnaps teo aloha moa izay vao lany filohan’ny federasionin’ny baolina kitra malagasy farany teo. Satria ve tsy kandidam-panjakana tao anatin’izay fifaninanana ho filohan’ny FMF izay dia henjehina ? Ny filoha nasionalin’ny antoko Aba moa izay nanao fanambarana tamin’ny fihodinana faharoan’ny fifidianana ho filoham-pirenena fa hanohana ny filoha ankehitriny, Andry Rajoelina, saingy tsy nahazo toerana ary heno indray tamin’iny herinandro fa mikasa ny hijoro ho mpanohitra izao fitondrana izao ihany koa. Efa ela ihany koa no nikasany hakana ny fitondram-panjakana ary heverina ho antony nilatsahany hofidiana filoham-pirenena farany teo ka namaranany antenantenany ny taom-piasan’ny filoha nasionalin’ny antoko Aba, nodimbiasany toerana. Misy ve ankehitriny ny tsy fifanarahana eo amin’ny fitondrana sy ity praiminisitra teo aloha ity ka anton’izao fanenjehana azy izao ?

J. Mirija

 

Tia Tanindranaza0 partages

Rinah Rakotomanga“Misy te hahazo fahefana angamba dia manakorontana”

Namerina indray Rtoa Rinah Rakotomanga talen’ny seraseran’ny fiadidiana ny Repoblika omaly raha nivahiny tao amin’ny Real TV fa

ny fitondrana HVM no nametraka ny CENI tamin’izany fotoana sy nanatanteraka ny fandrafetana ny lisi-pifidianana niatrehana ny fifidianana filoham-pirenena ny taona 2018. Efa nangataka “Audit” ny kandida Rajoelina ny 20 novambra 2018, hoy izy saingy tsy nohenoina. Taty aoriana dia nisy ny fitsirihana nataon’ny fikambanamben’ny Frankofonia (OIF) ka nilaza fa 4366 ihany ny tsy fahatomombanana hita tao anaty lisi-pifidianana. Nilaza izy fa tsy mitombina noho ny filazana fa tsy araka ny tokony ho izy ny fifidianana. Misy angamba ireo manimanina ny tongolon’i Egypta sy te hahazo fahefana bebe kokoa ka manao resabe sy mitabataba etsy sy eroa. Notononony mazava tamin’izany moa ny filohan’ny Antenimierandoholona Rivo Rakotovao, ny loholona Riana Andriamandavy VII sy ny antoko Tiako i Madagasikara. Tsy misy an’izany fitsarana avo momba ny lalàmpanorenana hiverina amin’ny didy navoakany izany herintaona aty aoriana, hoy izy. Ny mpomba ny filoha Rajoelina ve dia hanaiky lembenana tsotra izao ankehitriny ? Gaga sady talanjona aho, hoy izy tamin’ny nambaran’ny filoha lefitry ny CENI hoe fahadisoana avy aty aminay CENI ilay izy, tao amin’ny fanaovana “saisie”, olona karamaina araka ny asa vitany tokoa mantsy ireny. Ny fikorapahana sy tsy fahamatorana amin’ny asa no mety nahatonga ny fahadisoana ka aoka mba ho matotra tsara kosa rehefa miasa.

Fanenjehana sy Volabe

Tsy misy fandrarana an’Atoa Hery Rajaonarimampianina tsy hiditra eto Madagasikara mihitsy fa mahazo mody eto izy. Tsotra be kosa ny momba an’ireo mpandraharaha akaikin’ny filoha teo aloha Hery Rajaonarimampianina, izay any am-ponja , raha ny fanazavany. Ho an’Átoa Mbola Rajaonah dia hananan’ny fanjakana 1100 miliara ariary  izy (hetra tsy naloa, fanambarana diso, hosoka, …).Rtoa Claudine Razaimamonjy kosa dia aoka hazava fa ny fitondrana HVM no voalohany nanenjika azy fa tsy ny fitondrana Rajaoelina satria be loatra ny fandikan-dalàna nataony. Fanohizana ny zavatra efa natomboka no atao izao fa tsy zava-baovao. Ho an’ny raharaha Arizaka Rabekoto Raoul kosa dia nambaran’ny talen’ny seraseran’ny Prezidansa fa vola mitentina 250 miliara ariary tao amin’ny CNaPS no tsy hita ny nanjavonanany. Nambarany ihany koa fa mampiahiahy ny volabe lany tamin’ny fananganana ny kianjan’ny CNaPS eny Vontovorona izay mitentina 120 miliara ariary. Ankehitriny dia mangataka fifonana amin’ny filoha Rajoelina ny ambasadaoro “fosika” Ny Rado Rafalimanana , raha ny tenin’i Rinah Rakotomanga hatrany.

RTT

Tia Tanindranaza0 partages

Hery sy VoahangyTsy nisaraka izany !

Nanaovana resabe hatramin’izay ny fiainana manokan’ny filoham-pirenena teo aloha Hery Rajaonarimampianina sy ny ankohonany.

 Fony teo amin’ny fitondrana, dia efa saika isan’andro ny firesahana ny momba azy ireo. Tafiditra tao anatin’ny resa-politika sy voatonona hatrany Rtoa Voahangy Rajaonarimampianina. Mety azo ekena ihany ny firesahana ny momba azy ireo fony teo amin’ny fitondrana amin’ny maha olom-panjakana ambony sy olo-malaza azy ireo. Vao niala teo amin’ny fitondrana kosa izy dia efa manana ny fiainany manokana tahaka ny olom-pirenena tsotra rehetra. Nisafidy ny nangina tanteraka sy tsy re feo mihitsy taorian’ny nialan’izy ireo teo amin’ny fitondrana. Nandeha ny resaka ary novoizina fatratra fa nisaraka izy mivady taorian’ny fialan’izy ireo teo amin’ny fitondrana. Voaporofo anefa amin’izao fa tsy misy an’izany velively. Navoakan’i Rija Tram mpandraharaha Malagasy iray eo amin’ny tontolon’ny sakafo malaza ao Frantsa fa niara-nisakafo saosisy Malagasy tao an-toerana Atoa Hery Rajaonarimampianina mivady, vao andro vitsy izay. Midika izany fa milamina ny fiainan’ity fianakaviana ity fa tsy arakaraka ny resaka niely hatramin’izay. Ny mpandinika sy mpanara-baovao politika ihany koa dia mahita fa tsy nisehoseho ho azy iny sary iny fa ao raha ary nahazo alalana avy tamin’izy mivady matoa afaka naseho ny daholobe. Azo heverina ve izany fa efa manomana ny fiverenany an-tanindrazana ny filoha teo aloha sy Ramatoa vadiny hiatrika ny fiainam-pirenena sy ny tontolo politika ?

MANANA NY MAHA IZY AZY

Toeram-pisakafoanana malaza sy misongadina ao Lafrantsa ny an’i Rija Tram ary tena mahasarika olona maro, Malagasy sy vahiny. Mpandraharaha liana sy nilofo tamin’ny tontolon’ny nahandro, ka nitondra ny fanevan’i Madagasikara any ampitan-dranomasina amin’ny fanomezan-danja ny nahandro Malagasy toy ny koba, mofo baolina, mofo gasy, saosisy gasy,…  Ankoatra ny maha mpahay lakozia sy nahandro tsy manam-paharoa na “traiteur hors-pair” azy, dia miavaka amin’ny resaka fanampiana amin’ny maha olona i Rija Tramm amin’ny alalan’ny tombony azony amin’ny asa sy fandraharahana. Ny taona 2008, dia nilatsaka an-tsitrapo tamin’ny fiantohana ireo delegasionina Malagasy nandray anjara tamin’ny Lalao olimpika tany Beijing Chine izy. Ny septambra 2018, dia tsaroana ny fanehoany hanampy ilay tovolahy kely antsoina hoe Mickael, izay maty novonoina tamin’ny fomba feno habibiana ny ray aman-dreniny sy ny anabavikeliny.

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Taom-pambolen-kazo Faritra Atsinanana sy Alaotra MangoroNandray anjara mavitrika ny orinasa Ambatovy

Nandray anjara mavitrika tamin’ny fanombohana tamin’ny fombam-panjakana ny taom-pambolen-kazo ho an’ny Faritra Atsinanana sy Alaotra Mangoro ny orinasa Ambatovy tamin’ny 19

 

 

janoary 2020 lasa teo. Nandraisan’ity orinasa ity anjara avokoa ny hetsika roa notanterahina tamin’io andro io dia ny tao Antetezana kaominina ambanivohitra Foulpointe ho an’ny Faritra Atsinanana sy ny tao Analameva, kaominina ambanivohitra Ambohibary, Faritra Alaotra Mangoro, Ankoatra ny fandraisana anjara mavitrika nataon’ireo mpiasan’Ambatovy tamin’ny fambolen-kazo dia nanampy an’ireo Sampandraharaham-paritry ny Tontolo Iainana sy ny Fandrosoana Lovainjafy tamin’ny alalan’ny fanomezana fiara hitaterana ny mpandray anjara ihany koa ny orinasa Ambatovy.

 

Ntsoavina Evariste

 

 

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Ligin’ny atletisma 6 any Atsimon’i MadagasikaraHikarakara ny « Meeting d’athletisme Grand Sud à Tol...

Hikarakara hetsika « « Meeting d’athletisme Grand Sud à Toliara » hatao ao Toliara renivohitry ny Faritra Atsimo Andrefana amin’ny 14 sy 15 martsa 2020 ho avy izao ny ligim-paritra 6 ny atletisma any amin’ny Faritra Atsimon’ny nosy.

 

 

Ntsoavina Evariste

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Lomano Fiadiana ny tompondakan’i MadagasikaraEtsy amin’ny dobon’ny ANS Ampefiloha indray no fotoana m...

Nifarana tamin’ny alahady 01 martsa 2020 tao amin’ny dobo filomanosan’ny Collège Monfort Saint Gabriel Mahajanga mirefy 25 m « Petit bassin »

 ny fifaninanana fiadiana ny ho tompondakan’i Madagasikara 2020 eo amin’ny taranja lomano Malagasy rehefa naharitra hateloana ny fanatanterahana azy. Zava-bita tsara indrindra 4 be izao no montsan’ireo mpilomano tany Mahajanga tamin’izany dia izay vitan’i John Rakotomavo mpilalaon’ny St Michel teo amin’ny 200m « papillon » ka raha 2.15.33 teo aloha dia  lasa 2.10.21 sy teo amin’ny 800 m « nage libre » vitany tamin’ny 9.16.33 raha 9.18.75 tany aloha. Ravan’ilay mpilomano vavin’ny Cosra Vakinankaratra, Tendrinavalona Idealy koa ny zava-bita tsara indrindra teto Madagasikara teo amin’ny 200m « dos » izay 2.27.80 teo aloha lasa 2.25.70. Ny zava-bita fahinymontsana tamin’ity fifaninanam-pirenena tany Mahajanga ity dia izay nahavitan’i Francky sy Daniel ary John sy Jonathan avy amin’ny St Michel ny relais 4x100m ho 4.06.92 ny zava-bita tsara indrindra teo aloha 4.12.59.

Tia Tanindranaza0 partages

Atletisma MalagasyTohin’ny fandaharam-potoana manaraka

Araka ny tatitra navoakan’ny FMA « Federation Malagasy d’Athletisme »

Tia Tanindranaza0 partages

Ligue des Champions de l’UefaHo mafimafy ireo lalao miverina

Vita tamin'iny faran'ny herinandron’ny volana febroary lasa teo iny ireo lalao mandroso amin’ny dingan'ny ampahavalon-dalan’ny fiadiana izay ho tompodakan’i Eoropa eo amin'ny taranja baolina kitra na ny “Ligue des Champions de l’Uefa”.

 

Azo inoana fa mbola ho baolina be no hiandry ny Olympique Lyonnais amin'ny lalao miverina hifanandrinany amin'ny Juventus, toy izany koa ny fihaonana eo amin'i Dortumund izay  hivahiny any Paris . i Liverpool tompondaka farany koa dia tsy hanaiky mora foana manoloana ny Atletico ny Madrid fa dia tsy maintsy hanao izay faraheriny handinganany an’ity  dingana ity hirosoany amin’ny dingana manaraka.

 

Vokatry ny lalao mandroso ampahavalon-dalan’ny ligue des Champions  de l’Uefa :

 

-Lyon 1 – 1 Juventus

-Real de Madrid 1 -  2 Manchester City

-Naples 1 – 1 Barcelone

-Atlanta 1 – 1 Valence

- Tottenham 0 - 1 RP Leipzig

-Atletico Madrid 1 – 0  Liverpool

-Dortumund 1 - 0 PSG

 

 

Ntsoavina Evariste

 

 

 

La Vérité0 partages

Réhabilitation de Mahamasina - Tout perd de la vitesse

L’épidémie de coronavirus met en doute les observateurs sur la date de livraison des travaux de réhabilitation de Mahamasina prévue avant le 26 juin prochain. En effet, la tribune centrale devrait être finie avant cette date. Effectivement, selon nos dernières informations, les techniciens chinois n’ont pu rejoindre le pays et tous les matériaux de construction indispensables ne sont pas  non plus arrivés. Aucun pays  ne se rallie avec la Chine, totalement mise en quarantaine à cause de ce virus.

L’entreprise chinoise China State Construction Overseas Development a opté pour une autre solution pour le respect du délai de livraison. Elle a  décidé de faire recours au sous-traitant local pour assurer la continuité et assuré que les travaux seront finis avant le 26 juin. Notons qu’actuellement, les travaux en cours concernent la fondation qui supportera l’infrastructure.

Rappelons que ce problème ne concerne non seulement la tribune centrale de Mahamasina mais aussi plusieurs infrastructures dans le pays comme le cas du gymnase couvert de Mahajanga. 

Par contre, pour le cas du stade Maître Kira Andaboly Toliara, tout se déroule à merveille car les travaux sont assurés par des entreprises malagasy. Il en est de même pour  le stade à Antsiranana dont la construction a été relancée après 4 ans de suspension.Elias Fanomezantsoa

La Vérité0 partages

Prévision météorologique - Une cyclogenèse menace la Grande île

Même si l’information n’a pas été confirmée par Météo Madagascar, la Grande île serait actuellement menacée par une cyclogenèse qui se présente encore actuellement sous forme d’activité orageuse dans les îles voisines. Le système évolue peu avec potentiellement une lente dérive vers l’île Maurice. Selon la Direction générale de la Météorologie (DGM), la zone suspecte n’a pas encore d’impact sur notre pays. Tout dépendra de l’évolution du système qui sera à déterminer dans les prochaines heures. Mais il serait évident que plus il se rapprochera des côtes, plus le risque de forte pluie sera élevé. Le service météorologique à Ampandrianomby suit actuellement de près son déplacement pour déterminer l’ampleur des pluies pouvant éventuellement concerner Madagascar. « Demain, notre service disposera toutes les informations mentionnant si le système se transformera en cyclone et dans quelle direction il se dirige », affirme le service communication de la DGM.

« Le renforcement des hautes pressions subtropicales aura pour effet de repousser le système vers l’ouest nord-ouest ou le nord-ouest. Avec cette trajectoire, il se rapproche des côtes Nord-est de Madagascar, sans que ce soit possible de dire s’il atterrira ou non sur la Grande île. (…) Par contre, le signal pluviométrique semble un peu plus marqué pour le Nord-est de Madagascar », rapporte par contre Cycloneoi, un blog spécialisé sur les cyclones tropicaux.

En attendant, c’est la zone du mauvais temps qui détermine la météo sur quasiment toute l’île. Et cela se renforce par le flux d’alizé.  A partir de demain, la prévision prévoit un ciel couvert avec une possibilité de crachins sur les hautes terres. Plus précisément, les côtes Est recevront des pluies. Des activités orageuses seront également attendues sur les régions près du littoral nord-ouest, de même que sur Betsiboka et Bongolava. Ailleurs, on observera un temps sec. Une baisse des températures est même à prévoir.Pour vendredi prochain, la prévision météorologique indique un temps nuageux avec une possibilité de crachins sur toute la partie Est des hautes terres. Les pluies orageuses se déclencheront sur la moitié ouest et nord-ouest, s’étendant jusqu’à l’extrême nord de l’île. En revanche, des pluies faibles à modérées toucheront Analanjirofo, Atsinanana, Alaotra- Mangoro, Vatovavy-Fitovinany et Atsimo-Antsinanana. Ailleurs, le temps sera sec. En ce qui concerne la température, elle va continuer à baisser sur les côtes Est ainsi que sur les hautes terres. Néanmoins, la chaleur se fera toujours ressentir sur la partie ouest.Recueillis par K.R.

La Vérité0 partages

Noyade à Mahavoky-Besarety - Le corps d’un quadragénaire trouvé dans une canalisation

A la fois émouvant et horrifiant. C’est ce qu’on peut dire du sort réservé à ce piéton de 43 ans, ce dernier ayant été domicilié dans le secteur. Son corps avait été retrouvé puis finalement  repêché des eaux d’une canalisation drainant le cœur du quartier de Mahavoky-Besarety. Sur place, une poignée de curieux se tenait près de sa dépouille enveloppée d’un linge blanc. D’après une information, ce sont des riverains, des volontaires qui ont ramené le cadavre de la victime sur la terre ferme. Tous attendaient l’arrivée du BMH pour transporter le corps jusqu’à son foyer après que la Police eut procédé à un constat. « Le malheureux avait une blessure à l’abdomen et au visage », explique un jeune garçon. « La victime semble être complètement exsangue », précise une employée du Fokontany. La victime dont l’identité n’a pas été déclinée, a commencé à disparaître totalement du circuit depuis dimanche dernier où un orage a éclaté au-dessus de la Capitale. L’eau a monté dans le quartier. Ce qui laisse donc supposer que le quadragénaire avait été accidentellement emporté par les puissants flots jusqu’à ce qu’il s’est noyé totalement sans que personne n’ait pu le sauver.

Mine de rien, le réseau de canalisations d’eau usée non protégé car à ciel ouvert, semble être innocent en temps ordinaire dans un quartier comme Mahavoky. Mais c’est  tout simplement l’enfer  lors d’un orage. Car les chenaux s’y transforment en de  torrents furieux qui peuvent tout emporter en quelques secondes. D’autant plus que l’eau déchaînée inonde tout, rendant difficile tout repérage. Ce qui représente une grave menace pour les piétons, notamment ceux qui n’ont pas l’habitude.

A preuve, cela fait au moins la troisième fois qu’un piéton s’est tué tragiquement à Besarety et ses environs. C’est ce qui était arrivé il y a quelques années à ce médecin, qui avait été emporté par les flots dangereux lors d’un orage, ou bien ce jeune qui avait été entraîné par les torrents depuis la ville haute pour choir dans un canal, toujours dans le même secteur.Franck R

La Vérité0 partages

Education nationale - Des enseignants contre la grève

A cause du retard du versement des indemnités de 50 000 ariary dans leur bon de caisse, les enseignants issus des établissements publics, membres de la Plateforme des associations et syndicats de l’éducation à Madagascar (PACEM), ont observé une grève depuis hier devant le ministère de l’Education nationale et de l’Enseignement technique et professionnel (MENETP) à Anosy. D’après leur explication, ils réclament une date exacte quant au versement de leurs indemnités ainsi que le recrutement des maîtres FRAM, âgés de plus de 45 ans. Ces derniers devront obtenir leur contrat de travail en tant que fonctionnaires au plus tard en 2022. Certains établissements ont laissé le champ libre aux enseignants de participer ou non à la grève, et d’autres ont totalement fermé leur portail, comme c’était le cas au Lycée technique d’Alarobia.

Face à cette grève qui est devenue une habitude pour certains syndicalistes, les élèves et parents sont les premières victimes. Leurs soucis se portent sur la reprise des cours et la réalisation du programme scolaire, d’autant plus que les dates des examens approchent à grand pas. « A chaque fois que les enseignants sont en grève, nous sommes toujours menacés. Qu’en est-il du programme scolaire et de la révision qui ont de gros impacts sur les sujets d’examen, les résultats ainsi que le niveau des élèves ? D’ailleurs, les grèves ne se produisent que durant le deuxième trimestre », a déclaré Finaritra A., étudiant en classe de terminale au Lycée J.-J. Rabearivelo.

Afin de ne pas mettre en jeu l’avenir des élèves, la majorité des enseignants ont décidé de continuer les cours, malgré que leurs problèmes ne soient pas encore résolus. « La ministre nous a promis de payer prochainement nos indemnités. Sur ce, la grève n’est pas une obligation afin de régler nos problèmes puisque la période des examens approche. D’ailleurs, elle a déjà avancé que les procédures sont en cours de finalisation », avance Clarisse R., enseignante. « A chaque fois que les enseignants font face à des problèmes ou sont en conflit avec leur chef hiérarchique, les élèves en sont victimes. Le programme scolaire est perturbé et les étudiants, notamment ceux en classes d’examen, perdent leur concentration. Il est ainsi évident que leur niveau ne cesse de se dégrader d’année en année », continue-t-elle.

Pour rappel, le 27 février dernier, la ministre de l’Education nationale, Andriamanana Josoa Rijasoa, a déjà avancé que son département utilise tous les moyens mis à sa disposition afin de pouvoir payer les indemnités des enseignants et du personnel au sein de ce ministère. Pourtant, des changements devront être faits afin qu’il y ait une égalité de droit entre tout le personnel. Un décret d’application est déjà certifié par le Premier ministre. Ceci devra être présenté en Conseil des ministres, ce jour même. Anatra R.

La Vérité0 partages

Ravinala Airports - Faire d’Ivato la référence de l’océan Indien

Miser sur le capital humain. Ravinala Airports, gestionnaire des aéroports d’Ivato-Antananarivo et de Fascène-Nosy Be a toujours mis ses ressources humaines au cœur de son développement. Il en fera donc de même pour atteindre son objectif de faire de l’aéroport d’Ivato, une référence dans tout l’océan Indien. « Notre objectif est de faire d’Ivato un aéroport de référence dans l’océan Indien, non seulement pour la qualité de ses infrastructures et des services qu’il propose, mais aussi pour la qualité de l’accueil et le professionnalisme dont feront preuve ses employés », a déclaré Bruno Ranivo, directeur des ressources humaines de Ravinala Airports. « Pour y arriver, nous avons toujours misé et continuerons à investir sur la culture de l’excellence et la formation de nos collaborateurs, que ce soit à Madagascar ou à l’étranger », ajoute-t-il. Depuis 2017, Ravinala Airports a ainsi investi près d’un milliard d’ariary dans la formation de 90 % de ses collaborateurs. Ces formations se sont notamment axées sur les compétences professionnelles, opérationnelles, techniques mais aussi règlementaires, le comportement orienté vers le client, l’informatique, la maîtrise des langues étrangères - principalement l’anglais, le français et l’italien, ainsi que sur les réflexes « sécurité » et « sûreté ».Une formation a également été dispensée à tout le personnel de l’aéroport international d’Ivato pour faciliter leur transition dans le nouveau terminal. « Toujours dans la perspective d’offrir aux passagers la qualité de service requise par les normes internationales et de redonner une nouvelle image à l’aéroport, première porte d’entrée à Madagascar, l’équipe de la Direction ORAT, en charge du transfert du terminal international existant vers le nouveau terminal, a dispensé plus de 3 400 heures de formation pour le personnel de Ravinala Airports et les entités aéroportuaires dont les compagnies aériennes et le handling, le service des douanes et la sûreté aéroportuaire », a précisé le responsable. En tout cas, tout le monde se prépare pour l’ouverture du nouveau terminal qui se fera prochainement. La Direction générale n’a pas encore donné de dates précises. Mais cela devra se faire bien avant le déroulement de la prochaine édition de l’AviaDev, un forum consacré à la connectivité vers, depuis et à l’intérieur du continent africain. Et après le nouveau terminal, Ravinala Airports va s’attaquer à la rénovation de l’ancien pour en faire celui des vols nationaux. Rova Randria    

La Vérité0 partages

Prix des PPN - Retour en force de l’inflation !

La sonnette d’alarme retentit de nouveau du côté des consommateurs. Les produits de première nécessité connaissent une nouvelle flambée et ce depuis quelques semaines. Une situation qui fait monter la grogne dans les ménages. Apporter un billet de 10 000 ariary est devenu presque insignifiant pour les ménagères car ne suffit plus à acheter tous les besoins en une journée.

Le coût de l’huile, par exemple, a augmenté de 1000 ariary. Le prix de ce produit en cacheté est passé de 5000 à 6000 ariary. Pire, certaines marques d’huile peuvent même atteindre jusqu’à 8 000 ariary. Il en est de même pour le sucre qui connait une hausse d’au moins 300 ariary. Il va sans dire du riz, aliment de base des Malagasy, qui revient également toujours aussi cher et n’a connu aucune baisse pour le moment. Les prix du riz dans les épiceries de quartier varient de 1900 à 2100 ariary. Une différence de prix fixée selon le type de riz : Makalioka, Vary Gasy, Mavokely, etc. Les autres produits comme la farine ou la viande ne sont pas épargnés par cette hausse de prix.

Cri de détresse

Ce retour en force de l’inflation fait monter des cris de détresse.  Des cris qui devraient être sérieusement considérés par les responsables concernés. Faut – il rappeler que l’année dernière, vers les deux derniers mois de l’année, la même inflation a été observée dans le pays. A preuve,  en se référant aux chiffres de l’Institut national des statistiques (INSTAT), l’on peut noter une hausse de l’indice des prix à la consommation. « Des fois, je n’ose même plus aller au marché quand je n’ai pas assez d’argent car je sais que je ne pourrai acheter grand-chose », confie une femme au foyer.

Les causes de cette reprise de l’inflation sont assez floues. En effet, la monnaie malagasy est aujourd’hui dans une phase de stabilité. De leur côté, les commerçants eux – mêmes n’arrivent pas à expliquer les vraies raisons d’une telle inflation. C’est le cas, par exemple, pour le prix de l’huile. « Je ne sais pas pourquoi les prix ont augmenté. D’ailleurs, je crains que le coût de ce produit pourrait encore connaître une nouvelle hausse », déplore une commerçante du côté d’Analakely. A cette hausse des prix s’ajoute la très fâcheuse habitude des marchands de la Capitale à tricher sur la quantité des marchandises vendues par kilo en trafiquant les balances. Les consommateurs s'en sortent encore plus perdants!Sandra R.

La Vérité0 partages

CIN aux numéros identiques - « Une tentative de déstabilisation », selon le gouverneur de la Région ...

Au cours d’une conférence de presse dans ses bureaux à Ambohidahy hier dans le milieu de journée, Hery Rasoamaromaka, gouverneur de la Région Analamanga, a donné son avis sur les sujets d’actualité du pays et de son gouvernorat. Réagissant à la polémique qui est née de la déclaration du vice-président de la Commission électorale nationale indépendante Thierry Rakotonarivo, sur la supposée existence de plus d’un million d’électeurs ayant des numéros identiques sur leurs cartes d’identité nationale, le numéro Un de la Région Analamanga, a vogué dans le même courant d’idée que les proches du régime. Remettant en doute l’existence de ces cartes d’identité nationale avec des numéros identiques, il pointe du doigt une tentative de déstabilisation derrière cette annonce inattendue d’Alarobia.

En effet, l’information lâchée par le vice-président de la CENI avait été suivie presque dans la foulée par des demandes d’annulation de l’élection présidentielle par les candidats perdants. Et ce, même si le vice-président de la CENI s’est dédit avant-hier, affirmant notamment que ces CIN aux numéros identiques pouvaient simplement être issues d’une mauvaise retranscription dans les listes électorales. Afin d’éviter de nouvelles erreurs de retranscription, Hery Rasoamaromaka appelle ainsi les citoyens à vérifier les informations dans les listes électorales.

Durant sa rencontre avec les gens des médias, le gouverneur de la Région Analamanga a par ailleurs touché mot sur d’autres domaines, notamment les infrastructures routières dans la Capitale, fortement endommagées par les eaux de pluie. De nombreuses rues d’Antananarivo sont en effet aujourd’hui dégradées, pour ne citer que celles aux 67ha. Face à cette situation, Hery Rasoamaromaka rassure et indique que le ministère de l’Aménagement du territoire et des Travaux publics, la Commune urbaine d’Antananarivo et la Région Analamanga, travaillent de concert pour trouver des solutions pour réhabiliter toutes les routes dégradées dans la Capitale. Avançant des garanties de la part des entreprises de construction de route, il annonce que la réhabilitation des routes débutera probablement la semaine prochaine. La Région Analamanga apportera son concours financier à la réparation de ces routes étant donné l’insuffisance du budget de la Commune urbaine d’Antananarivo, dit-il.

Parlant en outre des actions de la Région Analamanga, Hery Rasoamaromaka souligne que la Région Analamanga ambitionne de finir le terrassement de l’intégralité des chemins de terre de la Région. Il indique que des projets pour l’amélioration du paysage urbain d’Antananarivo sont actuellement étudiés. Faisant le bilan des six derniers mois, le gouverneur rapporte la construction de deux marchés, à Ankazobe et à Alatsinain’ Ambazaha, l’érection d’un pont à Besarety, la réfection du chemin vers Croc Farm, la rénovation du Parc Analamanga et de la route d’Ambohijanaka, la réhabilitation du commissariat central de la Police et du siège de la Région à Ambohidahy. L’arrivée des engins promis par le Chef de l’Etat et la concrétisation des partenariats publics privés permettront le début des autres projets, indique-t-il.La Rédaction

Midi Madagasikara0 partages

Doublons de CIN : Thierry Rakotonarivo se dédit

Cette déclaration pourrait remettre en cause la crédibilité de la CENI qui n’a encore pas fait l’unanimité au niveau des différentes forces politiques.

Objectif atteint pour le Vice-président de la Commission Électorale Nationale Indépendante (CENI), Thierry Rakotonarivo. Sa déclaration relatant l’existence de doublons de 526 275 cartes d’identité nationale (CIN) qui auraient touché 1 162 512 électeurs, a provoqué la zizanie au niveau de l’opinion publique et de la classe politique. Une déclaration que l’opposition a tout de suite mise à profit pour remettre en cause les résultats de la dernière élection présidentielle. Hier, le Vice-président de la CENI s’est de nouveau exprimé, mais cette fois-ci, pour se dédire. Mais le mal est déjà fait. Selon Thierry Rakotonarivo, « ces doublons de CIN n’ont aucune répercussion sur le choix des électeurs, ni sur les résultats des scrutins, et encore moins sur la liberté des électeurs à se rendre aux urnes ». Une manière à lui de répondre aux partisans du candidat malheureux du second tour, Marc Ravalomanana, qui ont déjà entamé une action pour réclamer l’annulation de l’élection. Avec cette rétraction de Thierry Rakotonarivo, les « zanak’i Dada » risquent d’être déçus.

Mea-culpa. Hier, le numéro deux de la CENI a soutenu que « l’élection de 2018 était crédible. Cependant, comme à chaque scrutin, il existe toujours quelques imperfections ». En faisant son mea-culpa, Thierry Rakotonarivo a attribué la faute à la Commission Électorale Nationale Indépendante. « Ces doublons pouvaient être dus à des erreurs de saisie au niveau de la CENI, ou lors du recensement effectué au niveau des Fokontany », a-t-il déclaré. Et lui d’expliquer aussi au passage que sa déclaration a été mal perçue par les observateurs. Selon ses dires, « l’objectif était d’encourager les personnes en âge de voter à se rendre auprès des Fokontany pour vérifier leurs noms sur les listes électorales ». « Nous n’avons pas du tout dénoncé l’existence d’un individu en possession de plusieurs cartes d’identité nationale mais d’un numéro de CIN qui a été attribué à plusieurs personnes », a-t-il soutenu, avant d’expliquer que « ces erreurs n’ont eu aucune répercussion sur les résultats des scrutins. Aucune influence non plus sur le taux de participation ». La question est donc de savoir pourquoi l’avoir évoqué plus d’un an après les scrutins ? En effet, bien malgré cette rétraction, les observateurs se posent des questions sur la motivation qui a incité Thierry Rakotonarivo à faire cette déclaration. Plus d’un estime que cet aveu pourrait remettre en cause la crédibilité de la CENI qui n’a déjà pas fait l’unanimité au niveau des différentes forces politiques.

Davis R

Midi Madagasikara0 partages

Session parlementaire extraordinaire : Les deux chambres s’y préparent

Le calme reste de rigueur à l’Assemblée Nationale Tsimbazaza devant l’imminence de la session extraordinaire de demain. Une réunion du bureau permanent devait se tenir hier vers 15h mais celle-ci a été finalement annulée vers 17h. Les membres du Bureau permanent devaient en effet préparer la session qui durera une douzaine de jours. La réunion sera ainsi reportée ce jour. Dans tous les cas, aucune grande préparation n’est constatée à Tsimbazaza, outre la convocation des députés. « Les textes à étudier ne nous sont pas encore parvenus », a indiqué une source au sein de la Chambre basse. Ce qui est toutefois habituel au sein du Parlement.

Objet de contestation. A l’ordre du jour, uniquement la ratification des ordonnances prises par le chef de l’Etat l’année dernière. La session sera ainsi ouverte à partir de 11h à Tsimbazaza et dans l’après-midi pour le Sénat à Anosy. Les ordonnances en question ont été approuvées par la HCC mais a fait l’objet de contestation par le président du Sénat, Rivo Rakotovao. Neuf ordonnances seront alors présentées au sein de l’Assemblée nationale et auprès du Sénat lors de cette session extraordinaire pour ratification. Cela, afin de répondre à la demande de régularisation de la HCC.

Andri.R

Midi Madagasikara0 partages

CENI : un malaise qui n’est pas totalement dissipé

Pour certains, c’est un véritable scandale, pour d’autres, une manipulation politique. Le vice-président de la CENI a dû apporter des explications à la déclaration faite par la commission vendredi dernier. Les observateurs ne s’expliquaient pas sur le sens de cette sortie. Les réactions ont fusé de toutes parts. Elles ont divergé selon le bord politique d’où elles venaient. Mais conscient de l’ambiguïté de l’intervention en question, Thierry Rakotonarivo a fourni des explications plutôt embrouillées mais susceptibles de clore une polémique risquant de mettre le monde politique en ébullition.

CENI : un malaise qui n’est pas totalement dissipé

Le camp présidentiel a été tout de suite offusqué par cette « révélation » de la CENI. Et effectivement, cela ressemblait à une véritable critique du processus électoral. Si on allait plus loin dans cette logique, les élections s’étant déroulées étaient entachées d’irrégularités. L’opposition a d’ailleurs tout de suite sauté sur l’occasion pour demander l’annulation de la présidentielle et des législatives. Mais le camp présidentiel a hurlé à la manipulation politique, et a renvoyé la CENI à ses insuffisances. Cette façon de mettre les pieds dans le plat peut effectivement se retourner contre elle puisqu’elle a toujours affirmé que tout allait bien et que les élections avaient été transparentes et crédibles. Les partisans du régime ont aussitôt rappelé qu’ils avaient demandé à ce que les règles soient appliquées de manière rigoureuse, et que le président actuel avait interpellé la commission pour qu’elle assure une parfaite régularité du processus électoral. Cette conférence de presse semble pour eux totalement anachronique, à moins qu’il y ait une volonté de troubler l’ordre établi. La réaction du ministre de l’Intérieur, disant l’impossibilité de ces doublons, n’a fait que renforcer le malaise créé par la CENI. Le Vice-président de la commission a donc décidé de le dissiper en apportant ses explications. Ont-elles définitivement convaincu ? En tout cas, le doute existe et persiste à présent.

Patrice RABE

Midi Madagasikara0 partages

22 ans du Sempama : Le syndicat ne participera pas à la grève initiée par la Pasem

Aujourd’hui est la date convenue par la plateforme des associations et syndicats de l’éducation à Madagascar (Pasem), formée en 2019 pour faire la grève en raison du non-paiement de l’indemnité spéciale de 50 000 Ariary. De son côté, le plus ancien syndicat et non moins le plus puissant au sein du ministère de l’Education nationale, la confédération des syndicats des enseignants de Madagascar (Sempama) a déclaré lors de la célébration de son 22ème anniversaire, la semaine dernière, ne pas vouloir participer à ce mouvement de revendication.

Lors d’une entrevue avec la secrétaire générale du Sempama, Bodo Ranaka, cette dernière a fait savoir que le syndicat refuse de faire du ministère un outil politique. Ce, tout en précisant que cette revendication revêt des dessous politiques pour certains responsables à la tête de la manifestation. « L’argent qu’il réclame est déjà prévu sortir bientôt, donc je ne vois pas l’intérêt d’une telle manifestation. De plus, on fait toujours face au même cas de figure au sein de ce ministère. En effet, les manifestants sont utilisés à des fins politiques par certains directeurs qui cherchent à affirmer leurs positions en lançant des grèves », nous a-t-elle confié. Et pourtant, le Sempama, depuis sa création en février 1998, était à l’origine de nombreuses manifestations au sein du ministère de l’Education nationale pour ne citer que la grève générale de 2012 qui a eu pour conséquence le report des dates des examens du CEPE, du BEPC et du baccalauréat cette année-là. « Depuis, nous avons reçu diverses formations qui nous ont fait comprendre qu’il existe des manières de manifester notre mécontentement dans le calme et de manière diplomatique », a-t-elle expliqué.

Plus de 200 000 membres. En ce moment, cette confédération des syndicats des enseignants regroupe 230 203 membres dont 155 605 enseignants dans le secteur public et 74 598 dans le secteur privé. Représenté dans toutes les régions et les provinces, il s’agit du plus ancien et du plus représenté des syndicats du ministère de l’Education nationale. « Nous sommes le syndicat authentique des enseignants malgaches. Malheureusement, les politiques ont essayé à maintes reprises de nous diviser pour nous déstabiliser sans réellement y parvenir. C’est d’ailleurs pourquoi il existe en ce moment plusieurs syndicats au sein du MENETP, juste pour semer le trouble »,  s’est désolée la SG du Sempama. Face à la situation actuelle, cette confédération se désole donc de voir que le ministère de l’Education nationale demeure un terrain de jeu politique. En tout cas, le Sempama est certain de ne pas rejoindre le rang des grévistes. « Un responsable ne devrait pas devenir un meneur de grève », a conclu Bodo Ranaka à la fin de sa déclaration.

Anja RANDRIAMAHEFA

Midi Madagasikara0 partages

Infrastructures et ressources humaines : Plusieurs projets en cours pour l’éducation 

Les enseignants de Mahajanga, à la rencontre avec la délégation conduite par la ministre Rijasoa Josoa Andriamanana.

Des cantines scolaires, des jardins, des plantations d’arbres fruitiers sont en cours de mise en place dans diverses régions de la Grande île. En parallèle avec cette initiative, l’Etat compte recruter, pour cette année, 8 000 enseignants. Ceux-ci jouiront alors du statut de fonctionnaire. 

Aucune émergence économique ne peut se faire sans l’amélioration de la qualité de la main-d’œuvre. Pour développer le capital humain, il faut miser sur l’éducation nationale, selon le ministère de tutelle qui compte recruter 8 000 enseignants pour cette année 2020. « Ces enseignants sont déjà des maîtres Fram. Du temps de l’ancien régime, on comptait 70 000 maîtres Fram et les dirigeants de l’époque ont recruté 40 000 d’entre eux. Aujourd’hui, on en dénombre environ plus de 80 000; et l’Etat compte leur donner, à tous, des contrats de travail, en tant que fonctionnaires. Cela dit, il faut maintenant arrêter d’accroître le nombre de maîtres Fram. Seuls ceux qui sont déjà en service deviendront des fonctionnaires », a fait savoir la ministre de l’Education nationale et de l’enseignement technique et professionnel, Rijasoa Josoa Andriamanana. Par ailleurs, celle-ci a tenu une rencontre avec les enseignants de Mahajanga pour une séance d’échanges et d’identification des problèmes à résoudre. « Ce régime est à l’écoute. De ce fait, le ministre, les DG et tous les directeurs doivent prêter une oreille attentive afin de prendre et appliquer ensemble des solutions pour le développement du pays », a-t-elle ajouté.

Environnement. Des textes réglementaires sont en cours de révision pour pouvoir accorder certains avantages des employés du département de l’Education nationale et de l’enseignement technique et professionnel, selon la ministre Rijasoa Josoa Andriamanana au sujet des 50 000 ariary de prime exigés par les fonctionnaires au sein du MENETP. Elle l’a évoqué la semaine dernière, lors de la mise en place de la cantine scolaire dans la nouvelle EPP à Tsaramandroso, district Ambatoboeny, région Boeny. Selon les responsables locaux, un jardin scolaire et une plantation d’arbres fruitiers y seront également mis en place pour approvisionner la cantine. Selon la ministre, toutes ces actions s’inscrivent dans le cadre de l’objectif de reverdir le pays et d’améliorer les conditions de scolarisation des enfants malgaches. D’après toujours les informations, plusieurs infrastructures sont en construction dans les diverses régions. Par ailleurs, dans le cadre de sa mission à Mahajanga, cette délégation ministérielle a profité de l’occasion pour participer au reboisement à Marosakoa, district de Marovoay, région Boeny, où ont été plantés 5 000 arbres. Pour la région Boeny et les organisations qui ont participé à ce reboisement, il faut planter des arbres, mais il faut surtout intensifier la lutte contre la déforestation.

Antsa R.

Midi Madagasikara0 partages

Indemnité de 50 000 Ariary : La demande des syndicalistes approuvée

Hier vers 17h30, la ministre de l’Education nationale, de l’enseignement technique et professionnel, Josoa Iaritsambatra Rijasoa Andriamanana, a fait une déclaration concernant la requête de la plateforme des associations et syndicats de l’éducation à Madagascar (Pasem) au sujet du retard par rapport au paiement de l’indemnité spéciale de 50 000 Ariary pour les enseignants et le personnel administratif du MENETP. Elle a ainsi affirmé que le Premier ministre a accepté les modifications apportées au projet de décret qui permet de régler l’indemnité convenue avec les syndicats du MENETP à la date du 24 juillet 2018. Les nouveaux décrets seront discutés lors du conseil du gouvernement de ce mercredi pour ensuite être approuvés et signés durant le conseil des ministres.  La ministre a aussi profité de son intervention pour remercier l’Etat et le gouvernement malgache, ainsi que tous les techniciens qui ont travaillé pour l’aboutissement de ce projet. Elle appelle donc tous les employés du ministère de poursuivre leur travail dans le calme tout en précisant que ces décrets prennent en compte les besoins de l’ensemble du personnel du ministère, c’est-à-dire le personnel enseignant et celui administratif.

Anja RANDRIAMAHEFA

Midi Madagasikara0 partages

Reboisement : 2 000 jeunes plants mis en terre par Ostie et Green Art Soa

Les membres du personnel de l’Ostie durant le reboisement à Ikianja-Ambohimangakely.

Particulier. C’est le mot qui qualifie le mieux le reboisement effectué par l’Organisation sanitaire tananarivienne inter-entreprise (Ostie) et l’association Green Art Soa le 29 février dernier à Ikianja Antanetibe-Ambohimangakely. Une action qui consiste à « développer un environnement favorable à la santé et qui entend « conscientiser les Malgaches sur l’impératif de protéger l’environnement de façon plus intelligente ». La particularité de l’action de reboisement initiée samedi dernier réside dans une approche novatrice, alliant restauration de l’écosystème et création d’emploi dans un avenir futur. Ainsi, Ostie et Green Art Soa ont décidé de diversifier les plants à mettre en terre. Ce, dans l’objectif d’avoir une forêt bien nourricière et l’opportunité d’y développer des activités génératrices de revenus via la sériciculture, l’apiculture et la transformation des fruits. Environ 2 000 jeunes arbres  ont été plantés sur une superficie de 1 hectare; soit 4 plants par personne pour les 525 membres du personnel de l’OSTIE. Il conviendrait de noter que les 2/3 des plants en question sont des arbres à croissance rapide comme les albiza, les baies roses ou encore les acacias, mais aussi des plantes autochtones telles que les amontana, les andrarezina, les aviavy ou les mandravasarotra, ainsi que des espèces spéciales de Madagascar. Tandis que le 1/3 est composé d’arbres fruitiers comme des sakoa manga, des orangers ou des corossoliers.

Recueillis par José Belalahy

Midi Madagasikara0 partages

Groupe Anjary Hôtel : 600 arbres plantés à Tsiafahy Bongatsara

Reboisement du groupe Anjary hôtel à Tsiafahy, le 28 février.

Le secteur privé se lance également dans la campagne de reboisement pour réussir le défi de Madagascar de planter 60 millions d’arbres, pour cette année 2020. En effet, dans le cadre de leurs actions RSE (Responsabilité Sociétale des Entreprises), de nombreuses sociétés veulent contribuer à ce projet qui vise à refaire de Madagascar une île verte. Parmi celles-ci figure le groupe Anjary hôtel qui a observé une journée de reboisement à Tsiafahy, commune de Bongatsara, le vendredi 28 février dernier. 600 jeunes plants d’acacia et de baie rose ont été mis en terre par la cinquantaine de membres de la grande famille du groupe Anjary. En effet, les trois générations de la famille fondatrice de ce groupe étaient au rendez-vous. L’ensemble des collaborateurs du groupe était également présent pour cette journée d’action citoyenne. A noter que le groupe Anjary opère depuis plusieurs décennies à Madagascar. Présent dans plusieurs régions du pays, il est surtout connu dans le secteur de l’hôtellerie.

Antsa R.

Midi Madagasikara0 partages

Antsirabe II : Vao avy nahalafo kisoa dia notafihan’ny jiolahy

Nihevitra ireo olon-dratsy fa misy vola be tao amin’ity tokontrano iray notafihan’izy ireo. Tsy nisy afa-tsy 3 hetsy anefa tao amin’ity tokantrano ity ka io no lasan’ireo jiolahy. Tao Vinaninkarena no  nitranga ny fanafihana, nirongo fitaovam-piadiana ireo jiolahy ary avy hatrany dia nanapoaka basy vao tafiditra ny tanana. Voalaza fa in’efatra nipoaka ny basy nandritra ny fanafihana. Tsy nisy sahy nivoaka ny fokonolana noho ny fahatahorana ny aina, nilamina ireo jiolahy nandroba tao amin’ilay tokantrano. Nambaran’ny lasibatra fa misy olona mahalala tsara azy ireo sy ny fianinany  nanambara tamin’ ireo jiolahy ny fisian’ny vola tao an-trano. Diso kajy ihany anefa ireto farany satria nanantena vola be. Tonga teny an-toerana ny mpitandro filaminana nanao fisafoana sy fizahana taorian’ilay poa basy saingy efa tafaporitsaka ireo olon-dratsy. Fantatra kosa fa bala plastika no napoakan’ireo jiolahy.

Andry N.

 

Midi Madagasikara0 partages

73 députés pour le changement : D’autres « mpitolona » oubliés

Traversée du désert pour d’autres fers de lance du mouvement sur la Place du 13 mai.

Christine Razanamahasoa, présidente de l’Assemblée nationale ; Lanto Rakotomanga, Questeur II ; Aina Razafimanantsoa dit Anyah, Rapporteur général adjoint… Sans compter les Hanitra Razafimanantsoa, députée de Tana I ; Rahasimanana Paul Bert alias Rossy, député de Tana IV ; Naivo Raholdina, député de Tana V ; Volahaingo Marie Thérèse, députée de Bealanana ; Jocelyne Rahelihanta, député d’Antsiranana I ; Nina Rahantalalao, députée de Mahajanga I ; Brunelle Razafitsiandraofa, député d’Ikongo… Il y a aussi les Irma Naharimamy et Tinoka Roberto qui ont été également réélus députés avant d’être nommés ministres.

Recasés. En somme, bon nombre des « 73 députés pour le changement » ont été casés ou recasés au lendemain de l’accession d’Andry Rajoelina à la magistrature suprême. Les autres, surtout ceux qui n’ont pas été réélus, pour une raison ou une autre, semblent avoir été oubliés. Ils n’ont pas eu la chance de l’ex-député d’Ifanadiana, Lova Narivelo Razafindrafito dit « Popil » nommé gouverneur de la Région Haute Matsiatra même s’il n’a pas réussi à se faire réélire dans sa circonscription.

« Mpamadika palitao ». Ils, ce sont les Tody Arnaud, Ali Bin Soufou, Houssen Abdallah et Félix Randriamandimbisoa , pour ne citer que ceux-là, qui sont en pleine traversée du désert, alors qu’ils avaient milité activement sur la Place du 13 mai à la chute du régime Rajaonarimampianina et à la mise en place du pouvoir actuel. Deux ans après, ils n’ont pas été placés ni à l’intérieur du pays ni dans nos représentations extérieures, quand bien même la plupart d’entre eux auraient le profil et le background idoines pour devenir également gouverneur, ambassadeur, voire ministre. La mise à l’écart de ces anciens fers de lance du mouvement des « 73 députés » est d’autant plus incompréhensible en voyant des « mpamadika palitao » ou des « mpijapy train » obtenir des places.

R. O

Midi Madagasikara0 partages

Basket Afroleague – GNBC : Donald Rashaad Singleton débarque au pays ce jour

Les préparatifs avancent à grands pas pour la Gendarmerie nationale basket club (GNBC) à quelques semaines du coup d’envoi de la saison régulière du Basket Afroleague. Le représentant de la Grande Île au BAL évoluant dans la conférence Sahara avec le GSP d’Algérie, l’AS Salé du Maroc, le Petro Atletico d’Angola, l’AS Police du Mali et l’AS Douanes du Sénégal s’entraînera à partir de ce jour au palais des Sports Mahamasina. Les entraînements se feront biquotidiennement à Mahamasina de 9 h à 11 h dans la matinée et de 14 h à 16 h dans l’après-midi. « A l’approche des rencontres, nous ne faisons plus de travail physique. C’est le système de jeu et les tirs que nous renforçons », a souligné Lova Raharidera, coach de la GNBC. Le renfort de la GNBC pour la saison régulière, Donald Rashaad Singleton, le joueur américain âgé de 32 ans, de 2m13, évoluant au poste de pivot va débarquer au pays ce jour à 23 heures. Demain, il va passer les tests et examens médicaux avant de rejoindre la troupe ce jeudi pour les entraînements. « Si tout va bien, il va tâter le palais des Sports, ce jeudi avec le reste de l’équipe », a continué le coach de la GNBC. La liste des 16 joueurs où les éléments qui ont assuré la qualification à Kigali sont présents en force, plus d’autres nouveaux joueurs et le renfort américain, a été déjà envoyée auprès de la fédération. La liste des 12 joueurs ne sera connue qu’à quelques jours du début des hostilités. A Dakar, les Malgaches affronteront en premier les Marocains de l’AS Salé le 14 mars et les Maliens de l’AS Police le 15 mars.

T.H

 

 

Midi Madagasikara0 partages

Vanille : De nombreux acteurs contre les prix de référence à 350 USD/kg 

« Les acheteurs vont se détourner vers d’autres pays producteurs concurrents si l’on insiste à vendre à 350 USD le kilo de la vanille», selon les exportateurs. (photo d’archives)

De nombreux acteurs, y compris la majorité des exportateurs de vanille, sont unanimes pour s’opposer à cet avis au public émis par le ministère en charge du Commerce le 25 février 2020 concernant les prix de référence de ce produit faisant l’identité économique de Madagascar. 

En fait, cet avis stipule que « après consultation des acteurs de la filière vanille de Madagascar, il a été concerté qu’à dater du mercredi 26 février 2020, les prix de référence pour la vanille de Madagascar se déclinent comme suit : le prix FOB de référence minimum pour la vanille à l’exportation est de 350 USD/kg tandis que le prix de référence sur le marché local pour la vanille préparée stabilisée est de 900 000 Ariary/kg ». De nombreux acteurs, y compris la majorité des exportateurs agréés, se disent être très étonnés  car ils n’ont jamais été consultés sur la détermination de ces prix de référence. « Sur quelle base a-t-on obtenu ces chiffres ? En effet, commercialement et techniquement parlant, il est tout à fait impossible de vendre de la vanille à ces prix là. Le cours mondial de la vanille s’élève actuellement aux alentours de 200 USD/kg. Aucun opérateur économique formel et rationnel n’ose ainsi effectuer une vente à perte, car cela ne reflète pas du tout les prix réels sur le marché, tant sur le plan local qu’international. A qui profite cette situation ? », se demandent-ils.

Surstock de 800 tonnes. Il faut savoir que les exportateurs de vanille ont du mal à trouver un contrat d’achat avec un prix de 250 USD/kg, selon leurs dires. Et ils ont ajouté que si l’on achète de la vanille verte à 900 000 Ar/kg auprès des planteurs, comment allons-nous alors l’écouler sur le marché international puisque les acheteurs n’acceptent que les prix avoisinant actuellement les 200 USD/kg ? Des importateurs de vanille sont du même avis qu’eux. « Imposer ces prix de référence à 350 USD/kg constitue une mauvaise décision car cela ne fait que pousser davantage les clients internationaux vers les autres pays producteurs concurrents comme la Guinée Papouasie, le Vietnam et l’Ouganda. Ce sera ainsi un grand danger imminent pour Madagascar », ont-ils prévenu. Notons que le ministère de tutelle a accepté de prolonger la date de clôture de la campagne d’exportation de 2019 -2020 jusqu’au 31 mai 2020 au lieu d’être le 31 mars 2020, suite à la demande des acteurs de la filière, et ce, par voie d’arrêté ministériel du 25 février 2020. Une décision louée par les exportateurs. Mais face à ce grand danger imminent qui plane sur Madagascar, et compte tenu de la baisse de la demande sur le marché international, ceux-ci réclament que cette campagne doit encore continuer. Ce qui permettra de liquider un surstock estimé à 800 tonnes en ce moment, sans compter la prochaine récolte qui s’annonce précoce pour cette année, et ce, moyennant les prix dictés par la loi de l’offre et de la demande.

Mesures drastiques. En outre, ces exportateurs soutiennent que la mauvaise qualité de la vanille exportée ces derniers temps a contribué à la dégringolade de son prix. D’aucuns reconnaissent que la forte fluctuation des prix de l’or noir ne convient à personne. Comme solution urgente, ces exportateurs formels ne cessent d’interpeller l’Etat à prendre des mesures drastiques pour éliminer, tout d’abord, les opportunistes nationaux et étrangers. « Des opérateurs de bois de rose se sont engagés à collecter de la vanille auprès des producteurs à des prix exorbitants sans se souciant des prix sur le marché international. En effet, ils font du blanchiment d’argent mais en toute impunité. D’ailleurs, ils n’ont aucune contrainte vis-à-vis de l’administration et des banques. A part cela, des étrangers qui viennent puis repartent après avoir pu exporter de la vanille, sans avoir accompli leur devoir fiscal, doivent être également surveillés. Il faut imposer à ces derniers une caution fiscale, entre autres, après l’obtention de leur visa long séjour », ont-ils évoqué. Rappelons que le Samifin (Service de Renseignement Financier de Madagascar a déjà dénoncé des déclarations d’opérations suspectes de blanchiment dans la filière vanille mais aucune suite n’a eu lieu.

De commun accord. En tout cas, « cet avis au public n’a pas du tout une force de loi, étant donné que ce n’est même pas un Décret. Mais si jamais l’Etat persiste à intervenir sur le marché en fixant ces prix de la vanille, cette décision unilatérale va à l’encontre du respect de la loi des marchés, basée sur l’évolution de l’offre et de la demande. Même les bailleurs de fonds ne vont pas cautionner cette forme d’interventionnisme déguisée de l’Etat. En outre, le rapatriement de devises sera compromis si le pays n’arrive pas à exporter avec ces prix de référence », d’après les explications d’un économiste. Par ailleurs, on a appris de sources informées que lors de la réunion entre certains opérateurs et le ministre du Commerce qui s’est tenue dernièrement dans la SAVA, il y aurait eu des propos assez violents dans les échanges entre ces opérateurs. Mais pour bien stabiliser le marché de la vanille, les acteurs de la filière suggèrent de fixer un prix de commun accord avec toutes les parties prenantes dont, entre autres, l’Administration, les opérateurs locaux et les acheteurs. Et ce, sur une période de trois ans, quels que soient le volume de la récolte et le cataclysme naturel enduré. Comme c’était le cas durant la 2e République où il y avait toujours des réunions permanentes entre ces parties prenantes. Ou bien, il faut respecter la loi du marché. C’est d’ailleurs la raison d’être du Comité national de la vanille que le ministère de tutelle entend mettre en place bientôt.

Navalona R.

Midi Madagasikara0 partages

Mbola Rajaonah : Plus de 1 250 milliards d’ariary de créances de l’Etat à recouvrer

Dans le cadre des actions de recouvrement menées actuellement par la Direction Générale des Douanes et la Direction Générale des Impôts, le milliardaire Mbola Rajaonah risque gros. Les dossiers traités par ces deux entités font état de plus de 1 250 milliards d’ariary de droits et taxes impayés pour plusieurs sociétés à qui il est directement ou indirectement lié…

Rendez à César ce qui est à César. L’Etat est plus que jamais déterminé à recouvrer les recettes publiques non perçues ces dernières années. Et la facture est manifestement salée, notamment pour les proches des dirigeants du régime précédent.

35 PV de saisie

C’est le cas de Mbola Rajaonah, l’ancien Conseiller spécial de Hery Rajaonarimampianina  qui doit encore payer plus de 1 251 milliards ariary de créances à l’Etat. Plus exactement à l’administration douanière qui est actuellement en train de boucler exactement 35 procès-verbaux de saisie totalisant plus de 1 251 milliards ariary de droits et taxes compromis sur les activités du célèbre jeune milliardaire qui continue actuellement de croupir en prison. L’affaire remonte à 2018, quand le Pôle anticorruption s’est saisi de l’affaire Mbola Rajaonah. Une affaire de gros sous qui implique, rappelons-le, plusieurs sociétés directement ou indirectement liées à ce dernier. Et ce, sur des opérations qui ont eu lieu entre 2014 et 2018. L’audit qui a été initié sur ces affaires révèle notamment des opérations douanières frauduleuses sur des importations réalisées par des sociétés comme Hélice Import, Arian Import, Stef Import, Zetsasama, Eninenme, Tranombarotra Mahasoa Sarlu, Dago SA Sarlu, Madagascar Impex, SYL Import et plusieurs autres… Mais les impayés ne se limitent pas à la douane puisque d’autres entreprises liées à Mbola Rajaonah doivent également de l’argent à la Direction Générale des Impôts. La DGI procède, elle aussi, aux dispositifs légaux de recouvrement.

Code des douanes

Des actes frauduleux passibles de sanctions en tout cas. Sur ce point justement, la douane suit actuellement les procédures prévues par le code des douanes. Plus précisément, l’article 333 dudit code précise que « lorsque les infractions douanières ont été régulièrement constatées, et en cas d’urgence, le Président du Tribunal peut, sur requête de l’administration des Douanes, ordonner la saisie à titre conservatoire des biens du prévenu, ainsi que les sommes d’argent détenues par les tiers ». L’on apprend en tout cas que depuis vendredi, les services de la douane ont procédé à l’inventaire des biens et des avoirs de l’ancien patron de Tafaray, afin justement de garantir le recouvrement des créances de l’Etat, à travers des mesures conservatoires. Par ailleurs, des procès-verbaux de saisie ont été déjà dressés sur les 35 dossiers impliquant les entreprises de Mbola Rajaonah. En somme, l’on assistera dans les jours qui viennent à des saisies et autres ventes aux enchères publiques des biens du jeune milliardaire. Des opérations qui sont réalisées selon les procédures en vigueur ,et qui sont destinées, bien évidemment, à recouvrer les recettes publiques. Dans tous les cas, le principe de l’égalité des contribuables devant l’impôt veut que tout le monde réponde convenablement à ses devoirs fiscaux.

Mesure générale

On apprend d’ailleurs que cette procédure de recouvrement est conjointement menée par la Direction Générale des Douanes et la Direction Générale des Impôts. La DGI a en effet obtenu des informations passibles d’entraîner un redressement fiscal de 12 milliards ariary pour le compte des entreprises de Mbola Rajaonah. La DGI qui, rappelons-le, a également fait opérer une procédure de saisie des biens de l’hôtel AC appartenant à Claudine Razaimamonjy. Cette saisie fait suite à des redressements effectués sur ses déclarations fiscales de cet établissement hôtelier et tient compte des renseignements obtenus du Bianco et du Samifin ainsi que des informations que l’administration fiscale a en sa possession. Cette dernière annonce d’ailleurs que les redressements fiscaux ne se limiteront à ces deux personnalités. Il s’agit, en somme, d’une mesure générale de recouvrement des recettes publiques.

R.Edmond.

Midi Madagasikara0 partages

Alasora : Des coups de feu pour terroriser une famille

On dirait que l’insécurité ne cesse de faire rage dans les périphéries de la capitale. Des bandits sèment la pagaille dans les communes environnantes même si l’on admet que les forces de l’ordre multiplient leurs efforts pour rétablir l’ordre et la sécurité, en application de la recommandation du « vina » du Président de la République pour rétablir la paix et la sécurité à travers le pays dans les plus brefs délais. Le pire est de constater que les malfaiteurs veulent défier les forces de l’ordre dont l’intervention accuse le plus souvent un peu de retard pour attraper ces ennemis de la société. Ce qu’a enduré une famille résidant à Ambohitanety, dans la commune Alasora, district d’Antananarivo-Atsimondrano le week-end dernier, a tout simplement été une terreur. Vers 1 heure du matin, une bande de six individus armés de fusils de fabrication artisanale a pris pour cible le domicile de cette famille. Pour investir les lieux, ils ont terrorisé le quartier par des coups de feu. Puis, ils sont entrés de force dans la propriété. Heureusement que les personnes qui se trouvaient à l’intérieur ont pu alerter la gendarmerie de la localité. Cette dernière est venue presque à temps. Surpris, les assaillants ont été obligés de prendre la fuite sans avoir réussi leur coup. Le même week-end, soit la nuit du 29 février, une vingtaine de malfrats  armés de fusils et d’armes blanches ont également  attaqué deux villages des deux communes du district de Manjakandriana : Ampanataovana à Miadanandriana et Lohomby à Mantasoa. Leur mode opératoire était le même que celui du gang d’Alasora. Mais, lors de leur passage dans ces villages, ils ont pu dérober 2 806 000 Ariary et plusieurs objets de valeur. Arrivés tardivement, les éléments des forces de l’ordre n’avaient  plus qu’à faire les constats d’usage pour ouvrir leur enquête.

T.M.

Midi Madagasikara0 partages

Ampanihy Andrefana : Delegem-panjakana vao notendrena, namaky birao

Tranga tsy faseho masoandro nahamenatra izay nahavalalanina ny maro no niseho tany amin’ny Kaominina ambanivohitra Fotadrevo, distrikan’ Ampanihy Andrefana, ny sabotsy teo. Delegem-panjakana iray vao notendrena no namaky birao amin’ny andro tsy fiasana, ary nandray ny asany avy hatrany, na dia tsy nisy famindram-pahefana tamin’ilay delegem-panjakana amperinasa nosoloina aza. Ity farany, raha ny fantatra, dia mbola tsy nahazo ny « décision » mamindra azy hatramin’izao. Raha ny vaovao voaray, voalaza fa tsy « Adjoint administratif » nahavita fianarana akory ity delegem-panjakana vao notendrena ity, fa nanohana mafy ny ben’ny tanànan’i Fotadrevo amperinasa amin’izao tamin’ny fifidianana farany teo iny, dia napetraka amin’io toerana io noho ny herin’ny vola. «  Tsy ekena ny fanararaotam-pahefana ataon’ny olom-boatendry « misengy bodogero avao », ka mangataka ny fandraisana andraikitry ny ministera mpiahy izahay, fa tsy manaiky ny fampianaran-dratsy ny vahoaka toy izao, satria ny tomponandraiki-panjakana tokony ho modely eo amin’ny fiarahamonina indray ity no manao mpitari-bato vilam-bava. Ary hoentinay any amin’ny ministera mpiahy avokoa ny porofo rehetra sy ny ao ambadik’izao raharaha tsy fanao amin’ny tany tan-dalàna toa an’i Madagasikara izao », hoy ny depiote Keron Idealison, Solombavambahoakan’i  Madagasikara voafidy tany an-toerana. Nampiaka-peo ity Solombavambahoaka ity, raha namarana ny fanazavany, fa « Aleo mba olona nianatra momba ny fitantanan-draharaham-panjakana no omena andraikitra. Ary aoka ny fanjakana mpampiasa no Sefo, fa tsy izay mpanambola mpanefoefo mahitahita milaza fa mahavidy izao rehetra izao ».

Eric Manitrisa

Midi Madagasikara0 partages

Mahazoarivo : L’ambassadeur de l’UE chez le Premier ministre, hier

Poignée de mains entre le Premier ministre, Christian Ntsay, et l’ambassadeur de l’Union européenne, Giovanni Di Girolamo.

L’ambassadeur de l’Union européenne (UE) à Madagascar, Giovanni Di Girolamo, s’est entretenu avec le Premier ministre, Christian Ntsay, hier à Mahazoarivo. Cette rencontre a porté notamment sur la coopération entre l’UE et Madagascar à partir de 2021. C’est dès cette année 2020 que les différents projets à réaliser pour l’année prochaine seront peaufinés. Les deux parties ont également abordé le domaine de la pêche, qui constitue un atout non négligeable pour l’essor économique du pays, en mettant l’accent sur l’exportation illicite des richesses nationales. L’ambassadeur n’a pas non plus manqué de parler de sa descente dans le sud du pays avec le président de la République. Ce diplomate a pu ainsi constater de visu la réalité dans le « Deep South », notamment avec la sécheresse qui sévit dans cette région. L’Union européenne n’est pas venue les mains vides car elle a remis une enveloppe de trois millions d’euros, et ce en vue du développement de cette région du pays.

Recueillis par Dominique R.

    

   

Midi Madagasikara0 partages

Tanà : Be loatra ny lozam-pifamoivoizana moto

Ny faran’ny herinandro ka hatramin’ny omaly maraina dia efa nahatratra efatra ny mpandeha moto izay nitondra faisana. Tao ny namoy aina ary koa ny miady amin’ny fahafatesana. Tetsy Ambohimanga-Rova, teo amin’ny RN3 PK14+900 dia maty ny lehilahy iray 30 taona rehefa nifandona tamin’ny kamiao ny moto nentiny. Tao anaty fiolanana no nitranga ny loza. Avy any Sabotsy Namehana ny kodiaran-droa ary saika hizotra ho any Talata-Volonondry no io nidiran-doza teo Ambohimanga io. Notazomina ny mpamily ilay kamiao ary nanokafana fanadihadiana. Raha ny tsilian-tsofina re tamin’ny mpanao fanadihadiana dia mety ho nisy olana ara-teknika ihany nitranga tamin’ilay moto. Ny fianakavian’ny maty rahateo, raha ny filazan’ireo dia nanapa-kevitry ny tsy nitory. Na izany aza anefa, satria nisy fahafatesan’olona, dia tsy maintsy notohizana hatramin’ny farany ny fanadihadiana. Tetsy amin’ny By-pass indray omaly maraina dia tafiditra tao ambanin’ny fiara ny mpandeha moto. Nentina nankany amin’ny hopitaly avy hatrany ireo ary tsy afa-nihetsika ny fitaovam-pitaterana satria loza niteraka faharatràna no nitranga. Somary tapaka ny làlana vokatr’izany. Feno rà hita koa teo an-toerana. Ny farany dia tetsy Amparibe, mitovy tanteraka avokoa ny fitrangan’ny loza : tafiditra tao ambany fiara ny moto. Dia azo sary an-tsaina amin’izany ny mety ho fahavoazan’ny mpitaingina azy. Tsy misy andro iray intsony ka tsy itrangan’ny loza toa izany eto an-drenivohitra sy ny manodidina. Rehefa mandeha ny adihevitra dia samy mifanipy baolina eo ny roa tonta, ny mpamily fiara sy ny mpitaingina moto. Mila fandinihina lalina mba hivoahan’ny fepetra matotra satria miteraka olana ara-piarahamonina ny tsy firindràn’ireo fitaovam-pitaterana roa ireo.

D.R

Midi Madagasikara0 partages

PAPRiz III : Prévu démarrer en juillet 2020

Le ministère de l’Agriculture, de l’élevage et de la pêche et la Jica sont à pied d’œuvre pour concrétiser la réalisation d’un nouveau projet intitulé « Projet d’Appui pour l’Amélioration de la Productivité et de l’Industrialisation du Secteur Riz » à Madagascar. « Ce projet  que l’on peut qualifier de PAPRiz dans sa phase III, est prévu démarrer au plus tôt en juillet 2020 et durera 4 ans. Cela fait suite aux résultats obtenus des deux phases précédentes du PAPRiz. Nous allons étendre nos interventions dans toutes les 22 régions de l’île contre 11 régions auparavant. Le renforcement de la capacité des organisations paysannes à former des coopératives, la facilitation de l’accès aux intrants agricoles, y compris les semences de qualité, la mécanisation agricole et l’amélioration post-récolte sont les particularités de ce nouveau projet. Notre objectif est de soutenir le gouvernement malgache dans l’atteinte de l’autosuffisance alimentaire tout en pouvant exporter du riz vers les pays voisins », a déclaré Umemoto Shinji, représentant résident de la Jica, lors de la signature de la convention relative au projet hier à Anosy. Pour sa part, le ministre de tutelle, Lucien Ranarivelo, a soulevé que ce nouveau projet contribuera à l’atteinte de l’objectif de production additionnelle de 500 000 tonnes de paddy, soit 325 000 tonnes de riz blanc, avant 2024. Quant à l’objectif d’atteindre l’autosuffisance en riz en juin 2020, il a évoqué que les intempéries survenues dans les régions productrices n’ont pas eu assez d’impact sur cette campagne de 2020. En effet, « Les paysans ont pu se rattraper en recommençant à cultiver, d’autant plus que l’Etat leur a fourni des intrants. Dans d’autres régions, les fortes pluies étaient une aubaine pour les producteurs », a-t-il conclu.

Navalona R.

Midi Madagasikara0 partages

Natation – Gaston Finoana Christina : Une étoile est née 

Christina Finoana Gaston, un nom à retenir…

La natation malgache a maintenant sur qui compter en la personne de Gaston Finoana Christina, une petite fille dont le talent est inversement proportionnel à sa taille. Et quel talent ! La pensionnaire du club de la Sainte-Jeanne d’Arc de Mahajanga a tout pour plaire.

Incroyable car à 12 ans, Christina Finoana Gaston affole les chronos. Elle est aussi à l’aise sur un bassin de 50m que sur un petit bassin de 25m, plus précisément à la piscine du Collège Saint-Gabriel où elle s’entraîne entre 12h et 14h. Comme elle est en sixième de ce prestigieux collège majungais, elle en profite au maximum pour s’adonner à sa passion.

Plus qu’une passion. Car pour Christina, la natation est plus une passion qu’autre chose. Mais une passion qu’elle vit à 100km/h à tel point qu’on ne connaît pas encore ses limites. À preuve, et durant ces championnats de Madagascar sur petit bassin au cours du week-end, elle a gagné 7 médailles d’or et une autre en argent.

Insatiable, Christina aurait aimé en faire plus mais elle sait que ses moyens sont trop modestes pour espérer faire mieux. « Nous avons besoin d’un soutien pour aller encore de l’avant », précise son père, Gaston Manampy, qui rappelait, au passage, qu’à 11 ans, sa fille avait effacé des tablettes des records des poussines, le 50m pap, 100 pap, 200 pap et le 100m dos.

Gaston au téléphone. A 8 ans, elle avait épaté tout le monde en ravissant sa première médaille d’or du 50m papillon à la seule piscine couverte de 50m de tout Madagascar que la CNaPS de Arizaka Rabekoto Raoul avait construite à Vontovorona.

C’est dire que Christina, comme ses camarades de classe l’appelle, a un énorme potentiel.

Notre objectif, poursuit Gaston Manampy, est de l’envoyer pour l’année prochaine au meeting de la Réunion, ne serait-ce que pour montrer de quoi elle est capable et pour montrer au monde entier qu’elle est une petite battante bien décidée à aller le plus loin possible dans cette discipline, sur qui elle compte bâtir sa vie. Un défi mais qui reste pour l’instant un rêve car la famille Gaston a peut-être le téléphone comme dans la chanson bien connue mais pas l’argent pour mettre Christina sur orbite.

Clément RABARY

 

Midi Madagasikara0 partages

Dons pour les sinistrés : Les gestes de solidarité citoyenne continuent au BNGRC

Depuis quelques semaines, le Bureau national de gestion des risques et catastrophes (BNGRC) reçoit de nombreux dons destinés aux sinistrés, venant de différentes entités (particuliers, sociétés, ONG, organisations gouvernementales ou encore organisations internationales). Jeudi dernier, la société Mediterranean Shipping Company Madagascar (MSC) est, par exemple, venue remettre 100 sacs de riz de luxe, 200 tôles (pointes torsadées), 10 sacs de sucre de 50 kg, 10 cartons de savons, 120 bouteilles d’huile alimentaire et des vêtements au bureau du BNGRC à Antanimora. Et en plus de ces dons aux sinistrés, une annulation en totalité des surestaries d’un conteneur import à Majunga d’un montant de 16 000 000 d’Ariary a été accordée au BNGRC de la part de la société conduite par son directeur général, Ruffin Kaimane.

La Caisse nationale de prévoyance sociale est, elle aussi, venue au BNGRC en fin de semaine pour apporter son aide aux sinistrés. Par le biais de son directeur de la communication, Alain Ratsimbaharison, la CNaPS a remis 66 sacs de riz de luxe et 660 couvertures à destination des victimes des dernières intempéries. Mais ce ne sont pas là les seuls donateurs venus en aide aux sinistrés. Depuis les derniers cyclones et fortes pluies qui ont fait des sans-abri dans certaines régions de la Grande île, le BNGRC reçoit presque quotidiennement des dons dans son bureau à Antanimora. Cette affluence est le témoin de la solidarité citoyenne qui commence à prendre place dans les cœurs des Malgaches. En effet, il se trouve que des particuliers figurent également parmi les donateurs. Et même si le volume des dons n’est pas comparable, c’est le cœur qui offre qui compte, comme on aime bien le dire à Madagascar.

Anja RANDRIAMAHEFA

Midi Madagasikara0 partages

Cimenterie : Un opérateur omanais investira 35 millions USD

35 millions USD. C’est le montant d’investissement alloué par la société omanaise Raysut Cement pour construire une usine de production de ciment d’une capacité de production de 750 000 tonnes/an à Toamasina. « Pouvant créer 150 emplois directs et des milliers d’emplois indirects, cette usine sera opérationnelle d’ici  24 mois. Le ciment produit répondra aux besoins de la population malgache et ce, à un prix abordable. Nous nous intéressons sur Madagascar afin de développer notre stratégie de croissance. En fait, Raysut Cement dispose d’une usine intégrée à Salalah, en Oman, ayant une capacité de production de trois millions de tonnes de ciment/an », a expliqué Pascal Naud, le directeur régional au niveau de l’Océan indien de l’entreprise, lors d’une conférence de presse hier à l’hôtel Ibis à Ankorondrano.

Notons que cet opérateur omanais va importer des matières premières de base comme le Clinker et exploiter d’autres matières locales tel que le Gypse pour fabriquer des ciments pour la construction courante, les grands ouvrages en milieu maritime et pour l’industrie pétrolière. En attendant la construction de l’usine, cette entreprise prévoit d’écouler son ciment portant la marque « Fosa simenitra » à compter de ce mois-ci. En effet, « un bateau transportant 13 500 tonnes de ciment venant de Salalah, en Oman, va débarquer à Madagascar ce 10 mars 2020. Et la 3e cargaison est prévue arriver le 10 avril prochain », a-t-il conclu.

Navalona R.

Midi Madagasikara0 partages

Ravinala airports : 272 employés dont 97% des nationaux

Le nouveau terminal d’Ivato sera inauguré probablement au mois d’avril.

Il n’est de richesse que d’hommes. Pour Ravinala airports, le gestionnaire des aéroports d’Ivato et de Nosy-Be, les ressources humaines occupent une place de prédilection pour la bonne marche de l’entreprise.

Du coup, la politique de l’emploi, s’appuyant sur les compétences locales, adoptée par cette entreprise, enregistre un réel succès.

Postes à responsabilités

Ravinala airports compte actuellement 272 employés. Les 97% de ces derniers sont des nationaux qui occupent des postes à responsabilités, dont cinq directeurs.  « Il est important d’accorder aux collaborateurs malagasy une place de premier plan dans le développement des aéroports concédés à Ravinala airports », déclare Patrick Collard, Directeur général de Ravinala airports.  C’est d’ailleurs en raison de cette priorisation des compétences locales que Ravinala airports a intégré, dès le démarrage du contrat de concession, des employés d’Aéroports de Madagascar (Adema S.A). Et cette bonne politique qui fait le bonheur des employés se poursuit puisque dans la perspective de l’ouverture du nouveau terminal international, 20 nouveaux emplois ont été créés, dont 80% en interne. En tout cas, les employés de Ravinala airports sont satisfaits des conditions dans lesquelles ils travaillent. Les résultats d’une étude de satisfaction menée par le cabinet ATW en 2019, portant notamment sur les conditions de travail, les relations et le climat internes, les équipements et le cadre de travail, l’information et la communication interne ainsi que la formation et le développement du personnel… ont révélé un haut niveau d’appréciation générale. Les employés se sont déclarés, pour la plupart, fiers d’appartenir à Ravinala airports qu’ils considèrent comme l’un des meilleurs employeurs de Madagascar. Pour eux, c’est une entreprise importante et à la mesure des investissements qu’elle a faits pour les travaux de construction et de rénovation des aéroports de Fascene, Nosy-Be, et d’Ivato, Antananarivo, une société respectueuse des droits, de la santé et de la sécurité des travailleurs.

Avancée 

Bref, avec ce nouveau terminal doté d’un personnel compétent, Madagascar enregistre une avancée en matière d’infrastructures aéroportuaires. « Notre objectif est de faire d’Ivato un aéroport de référence dans l’Océan indien, non seulement pour la qualité de ses infrastructures et des services qu’il propose, mais aussi pour la qualité de l’accueil et le professionnalisme dont feront preuve ses employés », déclare Bruno Ranivo, Directeur des ressources humaines de Ravinala airports. « Pour y arriver, nous avons toujours misé et continuerons à investir sur la culture de l’excellence et la formation de nos collaborateurs, que ce soit à Madagascar ou à l’étranger », a-t-il ajouté. A noter que depuis 2017, Ravinala airports a investi 1 186 000 000 d’ariary pour un plan de formation ambitieux. Plus de 90% du personnel ont bénéficié de formations axées sur les compétences métiers, opérationnelles, techniques et réglementaires, le comportement orienté clients, l’informatique, la maîtrise des langues étrangères (principalement l’anglais, le français et l’italien), et les réflexes sécurité et sûreté. Dans la perspective de l’ouverture du nouveau terminal, cinq collaborateurs, dont une femme,  ont été envoyés en janvier dernier à Abidjan pour une formation de haut niveau, dans le cadre d’un partenariat avec Camas, un organisme de formation spécialisé dans les activités aéronautiques et les métiers de l’aviation. Ils sont maintenant certifiés conducteurs de passerelles, l’un des nouveaux postes spécifiques au nouveau terminal international de l’aéroport d’Antananarivo, et l’un des nouveaux métiers créés à Madagascar par Ravinala airports.

Normes internationales

Par ailleurs, dans la perspective d’offrir aux passagers la qualité de service requise par les normes internationales et de redonner une nouvelle image à l’aéroport, première porte d’entrée à Madagascar, l’équipe de la Direction Orat (en charge du transfert du terminal international existant vers le nouveau terminal) a dispensé plus de 3 400 heures de formation au personnel de Ravinala airports et aux entités aéroportuaires, dont les compagnies aériennes et le handling, le service des douanes et la sûreté aéroportuaire… Des formations de familiarisation ont été également réalisées au bénéfice de toutes les entités aéroportuaires incluant, entre autres, la gendarmerie du transport aérien, la police de l’air et des frontières, les sociétés d’avitaillement ou encore les services de la santé et des mines.

R.Edmond.

Midi Madagasikara0 partages

Vinaninkarena : Tovovavy niboridana, tratra ambodiomby nivoaka alina

Tratra ambodiomby araka ny fitenena ny tovovavy iray vao herotrerony. Tao ambalan’omby no nahatratrana azy nanakorotana sy nisavika ny omby amin’ny andro misasaka alina.

Ny alin’ny alahady hifofa alatsinainy teo no nisehoan’ity tranga ity tao amin’ny fokontany Ankarinomby, kaominina vinaninkarena. Fanaon’ilay tompon’omby ny misafo ny ombiny ao ambala isak’alina noho ny tsy fandriam-pahalemana. Somary taitra ilay rangahy io alina io satria tsy mandry ny omby fa mikorontana sy mikorapadrapaka. Nitsaitsaika ilay rangahy satria nahatazana  aloka toa olona. Nony akaiky, akory ny hatarainy fa tovovavy tokony ho 20 taona no hitany misavika ny omby. Niboridana tanteraka io tovovavy io tsy nisy na dia silipo aza. Tsy nahetsika ity farany satria tratra ambodiomby tokoa, ka  noraisim-potsiny. Nampandre ny manodidina sy  ny sefo fokontany ny tompon’omby sao misy mahalala ity tovovavy mpamosavy ity, saingy tsy nisy nahalala azy. Soa aloha fa tony ny olona nahita azy ary tsy nisy nikasi-tanana fa dia variana nahita ity tovovavy mivoaka alina no sady miboridana.

Toy ireny very saina ireny kosa ilay tovovavy rehefa nohadiadiana ary nilaza fa  any Andranonahoatra no misy ny fonenany.

Nomena fitafiana ilay tovovavy ary nentin’ny mpitandro filaminana hikarohana izay mety ho fianakaviany sy ny fonenany.

Andry N.

Midi Madagasikara0 partages

Sambava : Fiara niisa 157 naiditra « fourrière » tao anatin’ny telo andro

Noho ny gaboraraka misy eo amin’ny lafiny fifamoivoizana, indrindra ny eo amin’ny fitateram-bahoaka amin’ny fanaovana « racolage » mahazo laka any amin’ny Distrikan’i Sambava sy any amin’ny Faritra Sava, dia nanao fisavana niaraka ny tompon’andraikitra mpisehatra amin’ny fitaterana tany an-toerana, ka fiara niisa 157 no naiditra « fourrière » tao anatin’ny telo andro, nandritra ny « contrôle mixte » natao ny 26, 27, ary 28 Febroary lasa teo. Raha ny vaovao voaray, tsy faly tamin’izao fandaminana izao ny ankamaroan’ ireo mpitatitra manao zotra rezionaly mampitohy any Sambava sy Antalaha, ka nanao fitokonam-be tsy niasa ny farany herinandro teo. Tsiahivina, fiara roa nanao « racolage » no nosakanan’ny polisy, ka naiditra « violon » 48 ora ny mpamily. Nihenjan-droa ny tady nanomboka teo, ka raikitra avy hatrany ny fananganana ny « Commission Mixte de Contrôle de Sécurité Routière », izay ahitana ireo mpisehatra amin’ny fitaterana toy ny Zandary, ny Polisy, ny Foiben-ketra, ny Kaominina, ny ATT, ny Kaoperativa, . . . Ny tanjona tamin’ity hetsika ity, raha ny fanazavana azo, mba hanadiovana tanteraka ny gaboraraka misy amin’ny fitaterana any amin’ny Faritra Sava, ka izao nahatratrarana 157 izao ireo fiara miasa tsy nanara-dalàna, tsy maintsy nosaziana.

Eric Manitrisa

Midi Madagasikara0 partages

Fenerivo atsinanana : Olona 16 narary voapoizin’ny fihinanana antsantsa

Ny sabotsy teo dia nahazo antsantsa ny mpanarato iray monina ao amin’ny fokontany Tanambao Sahorana, Fenerivo atsinanana. Nilanja 80kg teo ity antsantsa ity ka namidy 4.000 ariary ny kilao. Faran’ny herinandro rahateo ny andro ka roboka ny olona nividy mba hihinana laoka matsiro. Ny sabotsy io ihany anefa dia efa nanomboka niseho ny aretina tamin’ireo nihinana ity antsantsa be nisy poizina ity, tamin’ny alalan’ny fanina sy narary kibo, saingy samy mbola tsy nisy taitra ny rehetra fa natao toy ny aretina mahazatra hatrany izany. Ny alahady teo dia nihombo ny aretina nahazo ireo nihinana ity antsantsa ity, saingy ny alatsinainy vao nahare ny zava-misy ny talem-paritry ny fambolena sy ny fiompiana ary ny jono ao Analanjirofo ka nijery azy ireo. Teo vao notaterina teo anivon’ny hopitaliben’i Fenerivo ireo narary niisa 16, ka noraisina avy hatrany ny fitsaboana azy ireo ary tsy misy atahorana ny ain’izy ireo raha ny vaovao farany voaray talohan’ny nanoratana ny vaovao. Nambaran’ny talem-paritry ny fiompiana sy ny fambolena ary ny jono ao Analanjirofo, fa isan-taoana amin’ny vanim-potoana tahaka izao dia misy hatrany ny fanentanana atao momba ireo hazandranomasina sy hazandrano tsy azo hanina, nefa mbola misy mandika hatrany izany ka saika mampidi-doza tahaka izao hatrany ny zava-misy. Nomarihan’ity talem-paritra ity fa ny antsantsa dia tena tsy azo hanina amin’ny vanim-potoana mafana tahaka izao noho ireo lomotra haniny izay miteraka poizina ho an’ny olona mihinana azy, saingy tsy mankarary ilay antsantsa kosa. Mila mitandrina izany ny rehetra amin’ireo hazandranomasina tsy azo hanina amin’ny vanim-potoana tahaka izao misy antsika izao, hoy ihany ity talem-paritra ity.

Malala Didier

Midi Madagasikara0 partages

MATP : Reboisement à Masindray Avaradrano

Reboisement du MATP à Masindray, le 29 février dernier.

L’objectif de planter 60 millions d’arbres en 2020 doit être atteint. Pour cela chaque citoyen est tenu d’y participer, selon le ministre de l’Aménagement et des travaux publics, Hajo Andrianainarivelo. Dans cette optique, la grande famille de son département ministériel a participé, samedi dernier, à une journée de reboisement, sur un terrain de 5ha à Masindray, district d’Antananarivo Avaradrano de la région Analamanga. « La vision du président Andry Rajoelina est de reverdir Madagascar. Les agents du ministère de l’Aménagement et des travaux publics (MATP) participent à la campagne de reboisement 2020 en tant que citoyens. Pour cette année, nous avons choisi de mettre en terre des plants d’olivier et de jacaranda. Des suivis sont déjà prévus pour que ces arbres poussent », a fait savoir le ministre Hajo Andrianainarivelo. Par ailleurs, il a souligné que le volet environnemental occupe une place importante dans les projets menés par le MATP. De ce fait, ce ministère poursuivra sa campagne de reboisement, tout au long de cette année, sur les bords des routes nationales en construction mais également dans les localités où ce département entreprend des travaux par l’intermédiaire de ses différents démembrements.

Antsa R.

Midi Madagasikara0 partages

Pancrace – « Challenge fight de l’Océan Indien » : Jackie et Jocelyn remportent l’or 

Jocelyn Rasolomampionona et son adversaire chez les -65kg.

Un petit exploit. Les cinq combattants de la Grande Île n’ont pas démérité lors de la 5e  édition du Challenge Fight Pancrace de l’Océan indien, qui s’est déroulée samedi dernier à La Réunion. Ils ne sont pas rentrés les mains vides, même si la délégation malgache n’a pas pu se rendre sur les lieux que le jour J de la compétition. En effet, ces deux médailles d’or ont été remportées en pancrace par Tolojanahary Jackie, qui a prouvé à nouveau son talent. Le champion de Madagascar s’est imposé face à un combattant local, Fabrice Moinach par point chez les moins de 70kg. Le deuxième métal précieux était l’œuvre de Jocelyn Rasolomampionona. Personne ne se doutait de sa victoire par soumission face au Réunionnais Antoine Delpech, pour les moins de 65kg. Toky Andriamampionona, pour sa part, s’est incliné devant Antonny Ferrées chez les lourds moins de 93kg. Pour les deux autres combattants en K1, pour une longue absence sur les compétitions internationales, Birinod a été battu par point. Miora Tiana, quant à elle, a été éliminée par forfait chez les dames moins de 48kg.

Les conditions des combattants étaient mauvaises, et ce, depuis leur départ de Madagascar jusqu’à la soirée du combat. Ils n’ont eu leur billet d’avion que vendredi, la veille de la compétition. Et l’on ignore encore la raison de ce retard, selon les explications de la responsable de la communication, Sahoby Mihaja Rafanomezantsoa. « Leur départ n’a eu lieu qu’à 6h du matin, le jour du combat, c’est vraiment inadmissible. Ainsi, lors de l’arrivée de la délégation, il leur a fallu encore patienter 4h à l’aéroport pour attendre leur transporteur. Quoi qu’il en soit, nous tenons à remercier infiniment  Bogasy Madagascar,  qui avait habillé la délégation, ainsi que l’association  Fitatra à la Réunion pour son appui en faveur des combattants malgaches. Les résultats ont été satisfaisants. On se prépare, pour la suite, à l’Open de Madagascar de submission », a-t-elle ajouté.

Manjato Razafy

Midi Madagasikara0 partages

Thailande – Enam : Une cooperation  sur  de bons rails

La coopération entre le consulat général du royaume de la Thaïlande et l’Ecole nationale de l’administration de Madagascar (Enam) est au beau fixe. En effet, l’année dernière,  le consulat de Thaïlande a fait un don de livres et plusieurs matériels didactiques à la bibliothèque de cette école; et cette fois-ci il va offrir une bourse de formation sur la théorie de l’économie de suffisance au directeur de l’école et une somme de 3.000.000 Ar pour soutenir les séminaires académiques au sein de l’Enam.

Theorie de l’economie de suffisance. La Thaïlande est maintenant un pays qui a atteint l’autosuffisance  alimentaire. Elle a atteint ce but grâce à la  direction du feu roi Bhumibol Adulayadej RamaIX  qui a créé la théorie de l’économie de suffisance basée sur trois principes fondamentaux à savoir la modération, le caractère raisonnable et la gestion des risques. Il a mis en pratique cette théorie au sein de son palais royal, et a développé  personnellement de nouvelles technologies en créant des projets royaux, des systèmes de production et des régimes de gestion des terres pour permettre aux petits agriculteurs de produire davantage. Quatre mille quatre cent-quarante projets ont été élaborés et tous ont donné un rendement remarquable. La théorie de l’économie de suffisance est inspirée de la pratique bouddhiste qui est également compatible avec les valeurs adoptées par d’autres religions du monde : être bon, être pacifique, aider les autres et  surtout partager. Cette théorie qui a mis en valeur l’humanité se concentre sur le bien-être plutôt que sur le concept de matérialisme. Elle est basée sur la nécessité de la sécurité humaine et alimentaire. Enfin, elle est axée sur le renforcement des capacités des personnes à développer leur potentiel.

Une bonne  experience. Lors de sa prise de parole à cette occasion, le directeur de  l’Enam, Rabetahina Pascal Pierrot, a rappelé que cette école a besoin d’appui car elle est la pépinière des administrateurs du pays A ce sujet, ce geste du consulat de la Thaïlande est tellement apprécié. Le gérant intérimaire de ce consulat, Mr Kriwat Phamorabutra, a quant à lui félicité le directeur de l’école d’avoir la chance de vivre cette réalité thaï, et aura-t-il certainement l’occasion d’échanger des expériences avec les représentants de l’Afrique, l’Asie, l’Amérique du Sud et du  Moyen-Orient. Cette formation est organisée par l’agence thaïlandaise de coopération internationale (Tica) qui fait partie du ministère des Affaires de ce  royaume . Il existe plusieurs formes de coopération  avec cette agence, tels que le  projet de développement durable, les programmes de volontariat et d’experts, des bourses d’études supérieures, des programmes d’études de formation de toutes sortes. Une telle coopération est un bon exemple pour les autres pays en voie de développement qui ont la même vision du progrès.

NARY Ravonjy

Midi Madagasikara0 partages

Cinquantenaire de l’Organisation internationale de la Francophonie : Des  hauts responsables de la Fond...

A l’occasion du cinquantenaire de l’Organisation internationale de la Francophonie, on recevra la visite de  hauts responsables de la Fondation Alliance Française. Ils sont dans nos murs depuis hier. Cette visite se tiendra jusqu’au 6 mars en présence de Marc Cerdan et Jean-François Hans, respectivement Secrétaire général et Délégué géographique Afrique, Asie et Océanie de la Fondation Alliance Française. Hier, ces hôtes de marque ont commencé par une visite de reconnaissance des locaux de l’AFT à Andavamamba. Ce fut une occasion pour eux d’échanger avec les collaborateurs et de découvrir les différentes facettes des métiers de chacun. Intervient ensuite une rencontre avec le Secrétaire général auprès de la Présidence de la République à Iavoloha. La journée s’est terminée par une visite de la Haute ville, concernant le projet de classement de celle-ci patrimoine mondial de l’UNESCO, projet soutenu par la région Île-de-France. Ce jour, les responsables de la Fondation rencontreront le Maire d’Antananarivo à l’Hôtel de Ville avant la cérémonie de remise de distinctions honorifiques aux membres du conseil d’administration et au personnel à Andavamamba, pour les remercier. Dans l’après-midi,  une visite du Rova et du Musée de la photographie est programmée pour leur faire découvrir la richesse culturelle du pays. Ces diverses personnalités se rendront ensuite à Moramanga, notamment pour la signature de la lettre d’entente entre la Fondation Alliance Française et le Gouvernement de la Principauté de Monaco, le 5 mars prochain. De retour à la capitale dans l’après-midi, les responsables de la Fondation organiseront une séance de dictée pour une cinquantaine d’élèves issus des écoles partenaires de l’AFT. Enfin, la visite se terminera le vendredi 6 mars par des séances de travail avec les équipes de l’AFT.

Zo Toniaina

Midi Madagasikara0 partages

Jenny Raharivola / The Family : « Road to salvation» voit le jour

Avec Ranto Rakotomalala, Jenny Raharivola/ The family rassemble un parterre de musiciens talentueux.

La musique ?  Dans le monde de Jenny Raharivola / the Family, c’est le quotidien. Un monde qu’ils ont voulu partager à travers un tout premier EP (Extended Play) qui sortira sur les plateformes musicales vendredi. « Road to salvation », tel est le titre évocateur regroupant cinq titres. Des mélodies sans mot mais qui parlent avec le coeur d’après la compositrice.  Ce projet a pour vocation de percer dans les milieux artistiques et culturels à travers le monde.  De la musique très technique certes, mais aussi facilement assimilable, et qui peut toucher chaque âme, que celle-ci soit en peine ou dans la joie, en extase ou tout simplement en quête de paix.

Le groupe rassemble de jeunes musiciens incontournables du milieu du jazz à Madagascar et de la musique traditionnelle malgache. Evidemment, Jenny Raharivola est la principale compositrice  avec la complicité de Njaka Rakotonirainy au clavier, Ranto Rakotomalala à la basse, Tsanta Randriamihajasoa au marovany et à la flute, ainsi que Josia Rakotondravohitra à la batterie et aux percussions. Un parfum de convivialité dans l’air, des embrassades et des rires joyeux. Des rencontres professionnelles qui se terminent en amitié profonde. La musique, selon Jenny Raharivola, cette jeune femme à la personnalité atypique qui incarne l’esprit de famille de ce groupe de musiciens malgaches à la joie de vivre contagieuse.

La genèse ? Fruit d’une année de travail intense, EP retrace des scènes de vie peu étrangères à l’homme. Jenny Raharivola se lance dans la narration musicale d’une histoire, celle du voyage d’un homme vers le Salut. Et tout comme le chemin des hommes peut être parsemé d’épreuves, de joies, de luttes, de doutes… c’est de la même manière que les morceaux de ce premier EP fera ressortir des émotions différentes, mais qui convergent tous vers un même but « Road to Salvation ».

Zo Toniaina

Midi Madagasikara0 partages

Football- Ligue des champions : Les grandes équipes frappent fort d’entrée

Classement provisoire après les matches de ce week-end.

C’est partie pour la première phase des éliminatoires de la ligue des Champions 2020. La première et deuxième journée de ce championnat national de la deuxième division ont eu lieu le week-end dernier auprès de quatre sites. Pour rappel, 24 clubs champions de chaque ligue disputeront le titre. Ils se répartissent en quatre groupes. Pour le groupe A, les matches se jouent au stade Rabemananjara à Mahajanga. Après les deux journées, Tsaramasoandro Formation est en tête avec 6 points, suivi de l’As Justice et Mama FC.

Pour le groupe B, Five FC caracole en tête du classement provisoire. Le vice-champion d’Analamanga a défait Hzam Amparafaravola par 2 à 0 au stade Barikadimy Toamasina, avant de s’imposer face à l’As Fortior par 3 buts à 1. Par ailleurs, l’autre club d’Analamanga, l’Uscafoot, a réalisé une entrée fracassante à Carion, notamment dans le groupe D. Le grand club de la capitale dicte sa loi en écrasant FFAM Amoron’i Mania sur le score sans appel de 8 à 0, et Zam Ascut Bongolava par 6 buts à 0. Enfin, pour le groupe C à Fianarantsoa, JFC Atsimo-Andrefana commence à se détacher après deux victoires successives. La compétition s’enchaîne avec la troisième journée ce jour.

Manjato Razafy

Midi Madagasikara0 partages

Maire d’Alasora : Les 10 priorités pour le redressement de la commune

Le maire Jimmy Randriantsoa exposant ses dix priorités.

Le nouveau maire d’Alasora, Jimmy Randriantsoa, a rencontré la population de ladite localité, samedi dernier. Pour son mandat de quatre ans, il a parlé de dix priorités pour le redressement de sa commune. Il s’agit, entre autres, de revaloriser l’agriculture et l’élevage, l’adduction d’eau potable, les problèmes de transport, ainsi que les rues, restaurer la sécurité et donner aux jeunes la place qui leur revient . Ce fut également une occasion pour le maire de procéder à la présentation de ses collaborateurs ainsi que des conseillers communaux.  Il a aussi lancé un appel aux forces vives de la commune d’Alasora pour lui prêter main forte. Et ce, pour le bien de cette localité.

Recueillis par Dominique R.

Midi Madagasikara0 partages

Offres de soins et services de santé : Le CHRD de Tsihombe compte sur les partenaires techniques et finan...

Le bloc opératoire du CHRD de Tsihombe.

Le manque de matériels est considérable auprès du centre hospitalier de référence du district de Tsihombe. Plusieurs opérations chirurgicales ne peuvent y être menées, et les patients sont obligés de parcourir des kilomètres pour rallier Ambovombe, le centre hospitalier  de référence au niveau régional. 

« Le centre hospitalier de référence de district (CHRD) de Tsihombe souffre actuellement d’un manque considérable de matériels. Les difficultés se présentent surtout lorsque des patients nécessitent des opérations chirurgicales d’urgence, mais lesquelles ne peuvent être effectuées chez nous. Ces patients doivent ainsi parcourir des kilomètres pour se rendre à Ambovombe, le centre hospitalier de référence dans la région Androy. Ce qui n’est pas évident pour les patients et leurs familles », a déploré le Dr Rossman Rasolondrainy, médecin chef du CHRD de Tsihombe pour faire état des difficultés quotidiennes auxquelles   son équipe et lui font face. Ledit centre hospitalier peut toutefois compter sur « des kits de pinces pour les opérations césariennes (OC) et sur des kits spécifiques pour les grossesses extra-utérines (GEU), obtenus grâce au projet Tolisabo financé par le gouvernement Japonais et mis en œuvre via un partenariat entre le ministère de la Santé publique et l’UNFPA ». Comme l’a noté le médecin chef « notre bloc opératoire fonctionne depuis que les kits en question ont été offerts en 2019. Les effets positifs des efforts fournis par ce centre hospitalier sur la santé de la population locale sont considérables. L’accès à certains services et certains soins a été amélioré ». Par ailleurs, permettre un total accès aux soins et services de santé dans cette partie du pays serait encore une lutte de longue haleine. Et le cas du CHRD de Tsihombe serait la manifestation de la difficulté pour l’Etat de satisfaire les besoins les plus basiques dans les plus lointaines contrées, faute de matériels.

Galère. Si les opérations chirurgicales d’urgence peuvent être effectuées auprès du CHRD de Tsihombe, le centre ne dispose pas d’une salle spécialement prévue pour la maternité. « Avec une capacité d’accueil de quinze personnes au maximum,  nous ne disposons que d’une salle pour la prise en charge des patients après leur opération chirurgicale. Une salle que les femmes et les hommes doivent partager car nous n’avons pas de salle dédiée spécifiquement à la maternité », regrette le chef du CHRD de Tsihombe. Outre ces problèmes, le CHRD de Tsihombe souffrirait également d’insuffisance de personnel. « Actuellement, nous sommes seulement dix à être à la charge de l’Etat. Environ dix bénévoles travaillent avec nous pour nous épauler parce que nos effectifs sont insuffisants », explique le Dr Rossman Rasolondrainy. Enfin, le premier souci propre à l’Androy qu’est l’approvisionnement en eau constituerait une autre difficulté à laquelle le CHRD fait face actuellement. « Pour des raisons que l’on ignore, le CHRD de Tsihombe n’est pas alimenté en eau et électricité 24h/24. L’eau est souvent coupée et c’est très dur lorsqu’il faut effectuer des opérations chirurgicales », dénonce le médecin-chef du CHRD de Tsihombe. Et lui de révéler que pour pouvoir réaliser une intervention chirurgicale, il faut que les membres de la famille du patient partent à des kilomètres du CHRD pour aller chercher de l’eau dans la rivière Manambovo.

José Belalahy

Midi Madagasikara0 partages

Examens officiels : Au nom de l’égalité des chances 

Le gel des convocations était un moyen de pression utilisé par les établissements scolaires privés pour contraindre les parents d’élèves ayant des arriérés de frais de scolarité à les régler sous peine de voir leurs enfants privés des examens. Mais la possibilité de se faire délivrer un duplicata a rendu ce moyen de pression inefficace. Le refus d’inscription aux examens officiels est rapidement devenu l’autre moyen de contraindre les parents à payer leurs arriérés. Toutefois, les frais de scolarité non payés ne sont plus l’unique raison poussant les écoles à refuser d’inscrire les élèves aux examens officiels. Le niveau jugé trop faible de l’élève en fait également partie. Car avec un tel niveau, l’élève risquerait d’échouer aux examens, plombant par conséquent les statistiques de l’établissement en matière de taux de réussite, principal « argument de vente » mis en avant dans le privé. Face à ces cas de refus d’inscription aux examens officiels, et suite aux plaintes des parents d’élèves, le ministère de l’Education nationale et de l’enseignement technique et professionnel (MENETP) vient d’émettre une note de service destinée aux différents responsables, notamment les directeurs régionaux, les chefs de circonscriptions scolaires (chefs Cisco), les chefs de zones d’administration pédagogique (chefs ZAP), et les chefs d’établissements publics et privés. Une note rappelant que ces pratiques qui consistent à refuser d’inscrire aux examens officiels les élèves n’ayant pas obtenu la moyenne en classe, ou encore n’ayant pas atteint le niveau fixé par les établissements où ils sont scolarisés, ou qui ont encore des arriérés de frais de scolarité, « constituent un abus et  bafouent les droits fondamentaux de l’enfant à accéder à l’éducation et à l’égalité des chances pour chacun face aux examens ». La même note de service de souligner que les responsables de chaque établissement « sont tenus de recevoir et de faciliter les inscriptions des candidats remplissant les conditions fixées par les textes officiels pour participer aux examens du CEPE, du BEPC et des concours d’entrée en 6è et en 2nde ».

Solution. Le volet des arriérés de frais de scolarité n’a pas manqué de faire réagir certains responsables d’établissements privés. « Les établissements n’ont aucun moyen de pression sur les parents, si ce n’est les examens. Alors si l’élève passe les examens sans avoir payé ses frais de scolarité, l’école risque de ne plus jamais être payée après. C’est inadmissible car ces frais de scolarité leurs sont dus. Les écoles privées ont de lourdes charges à payer, avec au sommet de la liste les salaires des enseignants. Avec d’importants arriérés que les établissements privés ne pourront pas récupérer, ceux-ci risquent de mettre les clés sous la porte et pénaliser tous les autres élèves qui, eux, ont payé leurs frais de scolarité en temps et en heure », se plaint une directrice d’école qui a tenu à garder l’anonymat. Face à ces possibles tensions entre parents d’élèves et responsables d’établissement, le MENETP propose l’établissement d’un dialogue entre les deux parties, « avant le remplissage de la fiche d’inscription pour aboutir à un accord, voire une solution ». En cette période des inscriptions aux examens officiels, de telles démarches sont alors à entreprendre dans les plus brefs délais.

Hanitra R.

Midi Madagasikara0 partages

Musique : Fara Gasy band se dévoile

Fara Gasy band au complet.

Quand on est fille de luthier, jouer d’un instrument coule de source. Quand les uns ont choisi la guitare et les autres le clavier, elle a jeté son dévolu sur le steel drum. Elle, c’est Mila Faratiana, l’une des filles de Ragasy. Le talent, elle l’a hérité de son paternel; et aujourd’hui, Mila Faratiana vole de ses propres ailes. Avec ses complices de scène, la jeune musicienne est désormais à la tête de sa propre formation sobrement baptisée Fara Gasy Band. C’est au Comptoir des artistes à Tsiadana qu’ils se dévoileront au public vendredi.

Ayant fait ses armes auprès du meilleur, Mila Faratiana a des années de pratique en matière de musique, surtout le style musical du terroir. Avec ses mailloches, Mila Faratiana fascine toujours autant et fait l’objet d’un intérêt principal des spectateurs derrière son pan, spécialement conçu par son luthier de père. Avec la qualité des instruments de la maison Ragasy, il est évident que Mila Faratiana ait envie de les explorer autant que sa passion le lui permet.  Sa musique? Un patchwork musical mêlant percussions et instruments modernes. Le tout saupoudré d’une sonorité particulière qui montre à la fois énergie et grâce. Elle fera voyager les mélomanes dans des mélodies tantôt rythmées tantôt mélancoliques, sans éclipser la douceur qui traduit sa touche féminine et qui fait indéniablement la particularité du groupe. Une formation intéressante  à découvrir !

Zo Toniaina