Les actualités Malgaches du Dimanche 03 Mars 2019

Modifier la date
Madaplus.info0 partages

Madagascar : une pluie d’accidents mortels dans la capitale

Depuis la semaine dernière, les accidents de la route ont défrayé la chronique. Le week-end dernier, ce sont les scooters qui ont fait plus parlé d’eux, comme nous l’avons rapporté sur Madaplus. Mais cette semaine jusqu'à aujourd’hui, plusieurs accidents ont été signalés dont des pertes de vie humaine déplorées. Est- ce du au retrait momentané des polices de la route ?
Hier sur la nouvelle route reliant Ivato et Tsarasaotra, une voiture 4X4 a fait un tonneau pour se terminer sur un scooter. Selon les informations reçues, le chauffeur de la voiture aurait été ivre, la raison qui l’a a fait rater un virage. Ce matin, à Andraharo une petite voiture est entrée en collision avec un camion. L’occupant de la première aurait été tué. Une (ré)éducation sur la code la route est elle nécessaire ? Non seulement pour les automobilistes ou les utilisateurs des deux roues mais également pour les piétons. En effet, un fait insolite a choqué les Tananariviens hier en entendant qu’une personne a été heurtée par un train. Comment peut-on se faire renverser par un train, avec son klaxon qui s’entend à des Kilomètres ? dans tous les cas, un besoin criant de sensibilisation autour de la circulation routière se fait entendre.
Madaplus.info0 partages

Madagascar : Facebook a encore fait une victime

Facebook reste le réseau social le plus utilisé dans la grande île. Cette plateforme sociale offre des avantages mais aussi plusieurs inconvénients pour ses utilisateurs surtout pour les jeunes. En outre, depuis que l’utilisation de Facebook a connu un essor à Madagascar, les Shooting Photos ont pris le dessus. Les jeunes se prennent en photo par des photographes soi-disant professionnels. Mais derrière ces shooting se cacheraient souvent une histoire de sexe.
Pas plus tard qu’aujourd’hui, une jeune fille a été victime de viol par un inconnu. Ils se sont rencontrés sur Facebook, et l’inconnu prétendait être un photographe et voulait prendre en photo la jeune fille en pleine nature. Mais le premier a forcé cette dernière à être prise dans la tenue d’Eve, après, il l’a violé. Il est important de signaler le besoin d’apporter une éducation aux réseaux Sociaux à Madagascar. Plusieurs plateformes qui s’engagent dans cette éducation devraient être soutenues à l’instar de Social Media Watchdog Madagascar qui dévoue ses actions pour l’éducation des internautes à Madagascar.
La Vérité0 partages

Etudiants des universités publiques - Une mentalité d’éternels assistés

Augmentation de 100% du montant des bourses d’études, refus catégorique de l’augmentation du loyer des cité U qui passe de 700 ariary à  1 400 ariary, eau et électricité comprises; bénéfice à 100% gratuit de connexion internet, etc. Telles sont, entre autres, les  revendications des étudiants de l’école polytechnique de Vontovorona à travers les violentes manifestations sur la voie publique de ces derniers jours, lesquelles se sont soldées par des heurts avec les Forces de l’ordre. Une situation qui, si l’on se réfère à ce qui prévalait dans les universités malagasy dans les années 70-80, est une aberration pure et simple.

Il faut savoir en effet que, en ce qui concerne les bourses d’études universitaires, elles n’étaient pas toujours ce qu’elles sont à l’heure actuelle. Elles étaient octroyées suivant des critères de sélection très rigoureux qui, eux-mêmes, dépendaient de divers paramètres. Outre la situation sociale du demandeur, il y avait aussi les critères pédagogiques. Concrètement, le postulant devait justifier non seulement sa situation de précarité mais aussi ses performances estudiantines (notes, assiduité). Et bien même que l’étudiant ait rempli les conditions requises, le montant accordé variait d’un boursier à l’autre : 1/3, 2/3 ou entier, selon la situation de chacun. Dans tous les cas, les bourses d’études universitaires  n’étaient pas octroyées d’une manière systématique au point de devenir, comme c’est le cas actuellement, pratiquement un droit pour les étudiants inscrits…

L’on ne sait plus depuis quand exactement cette question des bourses d’études est devenue l’un des principaux et sempiternels problèmes de l’enseignement supérieur. Outre le paiement qui, bizarrement, semble ne pas être inscrit dans la ligne de dépense des établissements concernés alors qu’il est parfaitement prévisible à partir du moment où la liste des bénéficiaires (c’est-à-dire pratiquement tous les étudiants inscrits) est connue, son montant figure systématiquement parmi les revendications des mouvements estudiantins chaque année. Les étudiants s’estiment en effet qu’ils sont en droit de réclamer que, ce qui leur est déjà accordé gracieusement par l’Etat,  soit constamment revu à la hausse en fonction de leurs besoins. Vu sous cet angle, les bourses d’études sont donc devenues de véritables salaires, (en contrepartie de quoi ? nul ne le sait), tandis que les bénéficiaires ne sont autres que des « étudiants professionnels ».

L’on ignore si les étudiants-grévistes d’aujourd’hui sont bien conscients de l’incongruité de la situation, surtout si l’on se réfère à celle qui prévalait au pays auparavant. Il faut savoir en effet que bon nombre de sortants des universités publiques qui sont actuellement dans la vie active n’ont pas bénéficié de bourses étatiques. Pour financer leurs études, beaucoup de ces non-boursiers, qui ne sont pas toujours issus d’une famille aisée ou dans une situation financière confortable, ont dû faire preuve de débrouillardise en dénichant des jobs d’étudiant ou de vacance. L’absurdité de la situation est qu’actuellement donc, les étudiants exigent d’être payés pour étudier, autrement, ils sèchent les cours, barrent les routes et caillassent les Forces de l’ordre.

Dans tous les cas, il ne faut guère s’étonner si, à diplômes censés être égaux, les recruteurs jettent leur dévolu sur les sortants des établissements privés au détriment de ceux issus de l’enseignement supérieur public. Autant les premiers sont réputés pour leur capacité à faire face aux difficultés, voire à l’adversité, autant les seconds se considèrent comme d’éternels assistés et se font passer pour de violents contestataires en puissance.

La Rédaction

La Vérité0 partages

Barea-Préparation à la CAN 2019 - Le ministre Tinoka reçu par le président de la CAF au Caire

Le ministère de la Jeunesse et des Sports (MJS) prend les choses en main! En vue de préparer la première participation de Madagascar à la Coupe d’Afrique des Nations en Egypte du 21 juin au 19 juillet. La rencontre entre le président de la CAF Monsieur Ahmad et le ministre de la Jeunesse et des Sports  Tinoka Roberto a eu lieu ce vendredi 1er mars, au siège de la Confédération africaine de football (CAF) au Caire, Egypte.

Le ministre,  accompagné de Hawel Mamod Ali, a tenu à faire le déplacement  pour une visite de courtoisie d'une part et discuter de l'avenir du football malagasy en général et de la CAN  en particulier. Ils ont été accueillis par le président  Ahmad et son équipe composée du coordonnateur général, Mouad Hajji, la directrice de la communication Nathalie Rabe, le conseiller juridique, Ludovic Lomotsy, le représentant de la CAF à Madagascar Stanislas Rakotomalala  qui a fait le voyage depuis Madagascar,  et  par   l’attaché du président Gerand Loïc. Aucun détail n’a filtré sur cette rencontre. Pourtant dans un communiqué, le ministre de la Jeunesse et des Sports a annoncé qu’à l’issue de cette rencontre « De bonnes nouvelles seront annoncées à son retour à travers un point de presse », selon le communiqué.

Le manque de visibilité sur la préparation à la première CAN de son histoire est palpable pour l’équipe nationale malagasy. Quelques joueurs cadres avaient déjà manifesté leur inquiétude face à ce flou. Si le Sénégal affrontera le Mali trois jours après son match contre les Barea de Madagascar le 23 mars à Thiès, il faudra patienter deux mois pour les Malagasy avant de les voir disputer deux matches amicaux. Deux rencontres prévues au début du mois de juin. La première face au Luxembourg, la seconde face au Kenya. Espérons que cette rencontre avec le président de la CAF sera donc un bon début pour la préparation de l’équipe qui va disputer, rappelons-le, sa première CAN de son histoire.

Elias Fanomezantsoa

La Vérité0 partages

Président Andry Rajoelina - Défi national pour planter 40 millions de jeunes arbres par an !

40 000 ha par an à couvrir d'arbres, tel est le défi lancé par le Président Andry Rajoelina lors du lancement de la campagne de reboisement, samedi, à Analameva-Antsirinala, Moramanga sur les terrains du Fanalamanga. Pour atteindre cet objectif, le Chef de l'Etat suggère la plantation annuelle d'un minimum de 40 millions de jeunes pousses. Il a également annoncé qu'une nouvelle technique sera utilisée pour les régions enclavées ou difficilement accessibles par le biais de drones qui disperseront les jeunes plants par voie aérienne.

Le Président de la République a ainsi sollicité la participation de tous les citoyens, chacun à leur niveau, dans ce défi national de reboisement du pays. « Plantons des arbres aujourd'hui pour assurer l'avenir des prochaines générations », a - t - il lancé tout en soulignant que le geste n'est pas de se limiter à la plantation de jeunes plants mais en contribuant à leurs préservations. « Nous pouvons relever le défi de faire de Madagascar le poumon de l'océan Indien si chaque citoyen plante au minimum 10 plants par an. Nous détiendrons alors le premier rang de la protection de l'environnement ainsi que le reboisement », a déclaré le numéro un de l'Exécutif. Pour relever ce défi, 2,5 milliards issus du budget de l'Etat ont été alloués au ministère de l'Environnement. Les jeunes plants seront ainsi fournis par l'Etat.

Des sanctions pour les auteurs de feux de brousse

« A l'international, Rio de Janeiro, qui est considéré comme le poumon du monde, projette de planter 73 millions de jeunes plants d'ici 2023. La fondation Yves Rocher, quant à elle, ambitionne de planter 100 millions d'arbres d'ici 2020. Nous pouvons les surpasser et nous pouvons être le numéro un si nous travaillons main dans la main pour atteindre nos objectifs », a déclaré le Président de la République.

Il n'a pas manqué d'aborder le fléau des feux de brousse qui a largement accéléré la déforestation à Madagascar. « Ceux qui brûlent nos forêts déshonorent notre patrie car ils brûlent la terre de nos ancêtres. Des sanctions exemplaires conformément à la loi leur seront appliquées », a fermement prévenu le numéro un du pays. Des sensibilisations massives seront menées contre les feux de brousse et des mesures d'accompagnement seront mises en place pour les planteurs pour éviter les cultures sur brûlis. Le Chef de l'Etat n'a pas manqué de faire la promotion de l'éthanol - un cheval de bataille de son épouse - pour réduire l'utilisation voire substituer le charbon de bois.

« Couvrir Madagascar de forêts » tel était le thème de cette campagne de reboisement pour l'année 2019-2020. Jeunes scouts, étudiants, militaires, représentants du Gouvernement et institutions se sont joints au Président Andry Rajoelina pour cette journée de reboisement.

La Rédaction

La Vérité0 partages

Conditions de travail - DHL Madagascar certifié meilleur employeur

Une fois encore ! Effectivement, cela fait maintenant cinq années consécutives que DHL Madagascar est certifié meilleur employeur de l’année. La certification « Top Employer » récompense notamment les efforts fournis par diverses entreprises pour avoir établi des conditions de travail répondant aux normes les plus implacables du milieu. DHL Madagascar a ainsi su les reconnaitre et les mettre en pratique afin de faciliter au mieux le travail de ses collaborateurs. « Recevoir la certification "Top Employer" pour la cinquième année consécutive est la reconnaissance incroyable de notre investissement dans notre personnel et la reconnaissance de l’excellence que nos collaborateurs nous offrent au quotidien », soutient Yves Andrianaharison, de DHL Madagascar. Pour précision, cette certification est attribuée par « Top Employers Institute », une institution de renommée internationale, plus particulièrement dans le domaine des ressources humaines (RH).

Pour l’obtenir, les entreprises doivent donc se soumettre à des enquêtes RH. Il s’agit d’une étape cruciale visant à fournir une analyse complète des ressources humaines d’une entreprise. Au terme de ces enquêtes, l’institution identifie si l’entreprise a atteint ou non les normes nécessaires. L’obtention du « Top Employer » démontre également le grand professionnalisme de l’entreprise.

Importance de la certification pour les salariés

L’obtention de cette certification figure parmi les principaux moyens d’encouragement des nouveaux talents à intégrer l’entreprise. En effet, aujourd’hui, beaucoup de jeunes démissionnent de leur poste parce qu’ils sont soumis à trop de pression de la part de leur employeur ou encore en raison de la précarité des conditions de travail. Des conditions qui ne favorisent pas du tout leur épanouissement. Il est vrai que la rémunération est importante, mais les conditions de travail le sont encore plus, comme l’atteste Gabriel, vendeur de vêtements. « Avant je travaillais en tant que commercial dans une entreprise. Mais au bout de quelques mois, j’ai fini par démissionner. Mon employeur m’a mis trop de pression. Chaque matin, il nous faisait la morale et nous traitait d’incompétent. Et un jour, il m’a même hurlé dessus avec des gros mots parce qu’il me manquait une vente alors que chaque jour, je respectais toujours le quota. Je n’ai pas supporté cela et je suis parti. Maintenant, avec mon nouveau travail, je me sens beaucoup mieux, surtout grâce aux encouragements de mon patron ».  

En plus, il ne faut pas oublier que si l’employé ne peut pas s’épanouir en tant que personne, il ne pourra pas assumer correctement son travail. Un détail assez souvent négligé. Ainsi, il ne faut pas s’étonner qu’actuellement, une grande partie des salariés préfèrent être bien traités mais moins rémunérés, plutôt que le contraire.   

Rova Randria

La Vérité0 partages

Météo - La tempête tropicale Haleh s'intensifie

La tempête tropicale suivie depuis quelques jours sur l'océan Indien s'est transformée en perturbation cyclonique. En effet, une intensification importante a été constatée durant la nuit dernière et l'a amenée à son baptême au nom de Haleh. Samedi dernier, à 9 heures locales, son centre a été localisé à 2 888 km à l'Est d'Antsiranana. Le vent moyen engendré est de 65 Km/h avec des rafales de 90 Km/h se manifestant autour de son centre. Elle se dirige suivant un cap vers le Sud à raison de 15 Km/h. Son évolution ne présente aucune influence sur le temps à Madagascar. Ainsi, il n'y a pas encore d'alerte « cyclone » pour la Grande île.

Cette tempête tropicale est ainsi le 10e système de cette saison cyclonique 2018/2019. Selon une source auprès du Cyclone océan Indien, la pression au centre du système est de 997 hPa alors que les rafales près de ce centre pouvaient atteindre les 95 km/h, toujours samedi (10h 30). La distribution des vents est dissymétrique, dans la mesure où elle est principalement localisée sur la partie Sud de la tempête. Au cours des dernières 6 heures, le phénomène s'est déplacé en direction du Sud-ouest à la vitesse de 15 km/h. Le système se creuse avec une pression centrale de 995 hPa alors que les vents se renforcent avec des vents moyens de 75 km/h et des rafales de l'ordre de 110 km/h.

Stade cyclonique envisagé

Le phénomène est prévu rencontrer des conditions de plus en plus favorables au cours de cette journée pour lui permettre de se renforcer rapidement. Le stade de cyclone tropical est envisagé malgré un taux d'intensification qui ralentissait au-delà de samedi, en raison d'une possible intrusion d'air sec. Le contenu énergétique favorable pourrait compenser cette situation. Concernant sa trajectoire, ce système a suivi un déplacement orienté vers le Sud Sud-ouest à Sud ces dernières 6 heures. L'effet combiné d'une dorsale subtropicale et d'un thalweg induit une trajectoire globalement orientée vers le Sud-ouest à Sud Sud-ouest. Ce cap devrait être maintenu tout au long de l'échéance. Cette prévision confirme donc le fait que l'archipel des Mascareignes devrait rester bien à l'écart de ce système. Depuis la matinée de mardi, une activité convective particulièrement intense a été observée dans le Nord du Canal de Mozambique. Une faible circulation de basse couche a été initialisée par le modèle euro IFS près des côtes mozambicaines. C'est probablement la même qui s'était développée à proximité des côtes Nord-est de Madagascar cette semaine. Cette activité suspecte qui a été numérotée 98S n'est pas prévue se creuser significativement, selon les principaux modèles de prévision numérique. Le centre des cyclones de La Réunion estime donc que le risque de formation d'une tempête tropicale modérée sur le Nord du Canal de Mozambique est faible (10 % à 30 %) jusqu'à mardi. Quoi qu'il en soit, le service de la météorologie annonce le retour des pluies orageuses dans la Région d'Analamanga d'ici lundi.

Recueillis par T.A.

La Vérité0 partages

Exploitation d’ilménite - Un premier dialogue avec l’Etat

Première réaction du ministère de tutelle. Suite à la manifestation populaire pour réclamer l’arrêt de l’exploitation d’ilménite effectuée par la société « Base Toliara Sands », le ministre des Mines et des Ressources stratégiques, Fidinarivo Ravokatra, a accueilli les représentants des habitants d’Ankilimalinike et de Benetsy, ainsi que ceux des pêcheurs dans son bureau à Ampandrianomby. La délégation des représentants a été conduite par le président de l’Association

« Miaro Aina - Zon’olombelona - Tontolo iainana » (MAZOTO). Cet échange s’est tenu samedi dernier. Après des années de revendication, c’est la première réaction de la part du Gouvernement. « La principale raison de cette entrevue entre les deux parties est de faire entendre aux dirigeants actuels les soucis concernant cette exploitation. Nous souhaitons l’arrêt de l’exploitation d’ilménite effectuée par la "Base Toliara Sands". Mais pour le moment, aucune décision n’a été prise », explique Nomenjanahary Rakotovao Théodore, président de l’association MAZOTO.

A titre de rappel, lors de la manifestation en 2018, les communautés locales ont soulevé plusieurs enjeux environnementaux tels que la destruction des forêts et des bois précieux, la pollution du sol, la diminution des eaux disponibles pour les rizières et la restriction des surfaces cultivables. Les conséquences de la radioactivité sur l’air, l’eau et la santé des habitants ont également été mises en exergue. Le risque de disparition de la culture et des coutumes locales, suite à la destruction des habitations et des tombeaux, est aussi mentionné.

De son côté, le ministre de tutelle a martelé que le cas de « Base Toliara Sands » figure parmi les priorités du pouvoir en place. A cet effet, une descente pour constater de visu les réalités sur terrain s’avère utile. Il a souligné que lors de la prochaine rencontre avec la population, leurs requêtes seront collectées et seront transmises au Gouvernement ainsi qu’au Président de la République afin que ces derniers puissent y trouver une solution.

Solange Heriniaina

La Vérité0 partages

Ampandrana Ankadivato - Un trentenaire émasculé, une passante violée

Une soudaine explosion d’insécurité meurtrière a endeuillé une petite famille résidant à Ampandrana Ouest le week-end dernier. Vers 8h du matin samedi 2 mars dernier, un père de famille de 32 ans devait  succomber à la suite d’une agression barbare. Son ou ses agresseurs l’avaient d’abord  chloroformé puis émasculé. Il avait été retrouvé en sang et la bouche encombrée d’un chiffon imbibé de ce produit dans les buissons (ala fatàka) d’un escalier mal famé situé  juste en amont de la résidence Orchidée (près de l’ex-Kyou) à Ampandrana-Ankadivato. “C’était une passante qui l’a retrouvé dans cet endroit-là. Il put lui encore dire son adresse et lui prier d’informer sa famille”, explique une source auprès des proches de la victime.

La somme de 1,2 million ariary qu’il avait sur lui avait été volée. Transporté à l’hôpital, le malheureux a finalement rendu l’âme quelques moments à peine après les ultimes tentatives des médecins pour le maintenir en vie. C’est  là que tout le mystère sur cette affaire réside. “Nous ne comprenons toujours pas  pourquoi il s’était rendu justement à cet endroit, qui n’était pas prévu dans son itinéraire”, s’alarme sa tante. En réalité, le trentenaire a envisagé de se rendre à Anosizato pour prendre le taxi-brousse, qui devait le transporter à Arivonimamo ce samedi matin-là. Il avait rendez-vous pour affaire, explique-t-on encore.

Toujours samedi, la Brigade criminelle Anosy était saisie de l’affaire. En attendant les tenants et les aboutissants de son enquête, ses proches ont un soupçon  sur les relations d’affaires de la victime. “Nous craignons que les assassins l’auraient attiré dans un piège pour l’éliminer afin de voler l’argent qu’il avait sur lui. Nous supposons que  la personne qui a fait ça aurait eu connaissance de son emploi du temps du samedi matin dernier et aurait lui demandé de venir dans ce secteur d’Ankadivato pour l’éliminer”, affirme notre interlocutrice. Le trentenaire qui faisait du business a laissé une veuve et deux fillettes.

Le lendemain au même endroit une autre agression semant le doute des riverains s’est produite. Une jeune femme, « modèle photo » de son état y était violée et poignardée. Au moment de son évacuation à l’hôpital, la victime respirait encore. Actuellement, on ne connait rien encore de son sort.

 Franck Roland

La Vérité0 partages

Coups de balai

Coup de théâtre ! Le Conseil des ministres du mercredi 27 février 2019  procéda à un « licenciement massif » touchant quelques ministères-clés. Tous les secrétaires généraux, directeurs généraux, directeurs centraux et régionaux ont été tous « balayés ». Mesures radicales qui firent l'effet d'une bombe chez les premiers concernés mais aussi auprès de l'opinion. Un coup de théâtre qui fit bondir ... l'assistance.

Quand un immeuble change de locataire, de fait, il va changer de look. Pour un nouveau locataire sérieux, la première chose qu'il va entreprendre avant de s'installer, pour de bon, consiste à passer quelque coups de balai et s'il le faut, un profond nettoyage. L'extérieur devrait aussi subir le même sort. « Nouveau roi, nouveau statut » (miova andriana, miova sata) dit-on.

Une décision courageuse, disent les uns, chasse aux sorcières pour d'autres. En tout cas, quoiqu'on dise, il s'agit d'une volonté délibérée, de la part du nouveau régime notamment de son chef, Rajoelina Andry Nirina, le Président de la République, de redonner un nouveau souffle à l'Etat et redorer le blason d'un pouvoir honni par le peuple. Un ancien adage dit qu'on ne peut pas faire du nouveau dans une vieille cruche sinon une ... carcasse ! Au rythme et à l'allure où vont les choses, tous y passeront au sein des 22 départements.

Les changements de tête sont une pratique courante quand on change au sommet. Certes, on pourrait le taxer de « règlements de compte » ou de « chasse aux sorcières » mais il faudrait faire honnêtement la part exacte des choses. Un changement radical de gouvernance entraine, de facto, un changement de méthode de travail et également une nouvelle équipe de responsables.

Le Chef de l'Etat a remodelé, de fond en comble, le tableau structurel du Gouvernement. Implicitement, cette initiative courageuse déclenchera un remue-ménage au sein des Hauts emplois de l'Etat. Entre autres, la nomination se fera, désormais, par appel à candidature. Que le meilleur gagne ! Le concept de la méritocratie entrera en vigueur.

Il ne suffit pas de changer de têtes mais aussi faut-il assainir sinon moraliser le système, et cela, pour atteindre le maximum d'efficacité et ... d'austérité. C'est fini le temps du gaspillage, de la gabegie ou de la dilapidation de la caisse de l'Etat !

L'Initiative pour l'émergence de Madagascar (l'IEM) exige une nouvelle « mentalité ». Les anciennes méthodes de conception et de direction dans la gestion des affaires de l'Etat ne cadrent plus avec. Le nouvel état d'esprit réclamé ne sera rendu possible que grâce à un nouveau management sous la diligence d'une nouvelle équipe et sous l'ordre éclairé d'un leader ne faisant aucun compromis.

Le Premier ministre, Chef du Gouvernement et patron de l'administration, a été clair et net sur la nécessité d'un

changement radical de l'état d'esprit dans la conduite des affaires de l'Etat voire nationales. Intervenant sur le problème de la société nationale JIRAMA, Ntsay Christian ne badine point sur la nécessité impérieuse d'adopter un nouveau mode opératoire de gérer la société qui, à elle seule, elle fait souffrir le peuple, du moins les 15% de la population, et crève la vulnérable caisse de l'Etat.

En somme, en l'état actuel de la situation, des coups de balai s'avèrent plus qu'indispensable.

Ndrianaivo

Ino Vaovao0 partages

EKIPAM-PIRENENA BAREA : « Tsy hisy ny fiantsoana mpilalao vavao », hoy ny mpanazatra

Nohamafisin’ny mpanazatra ny ekipam-pirenena tamin’io andro io ireo izay efa nolazain-dRamatoa Béatrice Attalah tahaka ny fanomanana ny lalao ara-pirahalahiana miisa roa izay hatrehin’ny Barea tsy ho ela. Nitsotra ny mpanazatra, Nicolas Dupuis fa tsy hisy fiantsoana na fakana mpilalao vaovao intsony fa ireo izay efa za-draharaha sy matihanina nandrafitra ny ekipa hatramin’izay ihany no hantsoina amin’ ity lalao manaraka ity. Nohamafisiny tamin’ny mpanazatra tamin’io sabotsy io ihany koa fa raikitra ihany ary azo atao tsara ny mandefa ny Barean’i Madagasikara hiatrika ny fanazaran-tena any Maroc.

Toy izao kosa ny toeran’ ny mpilalao ao amin’ny Barea raha ny fanazavana nomen’ity mpanazatra ity  : Telo mirahalahy ny mpiandry tsatokazo, izay ahitana an-dry Ibrahim Dabo (JSSP ; La Réunion) sy Randrianasolo Jean Dieu Donné (Cnaps sport itasy ; Madagascar) ary Adrien Melvin (Martigues ; France)Ny mpiandry vodilaharana dia ahitana an-dry Thomas Fontaine (Reims-France), Razak Pascal (JSSP-la réunion) Rambeloson Toavina (Arras- France) Jérémy Morel (Olympique lyonnais-France) Romain Métanire (Minnesota United-États-Unis)  ary Jérôme Mombris (Grenoble foot-France)

Ny ao afovoan’ny kianja dia ahitana an-dry Ibrahim Amada (Mouloudia d’alger-Algérie) Ilaimaharitra Marco (Charleroi Sporting-Belgique) Caloin Dimitry (Herbiers- France) Rakotoarisoa Baggio (Fosa juniors-Madagascar) Randriambololona Zotsara (Fleury 91-France) Andrianantenaina Anicet (PFC Ludogorets-Bulgarie).Ary ny ao amin’ny irakiraka kosa dia ahitana an-dry Rakotoharimalala Njiva (Samutsakhon fc-Thaïlande) Voavy Paulin (El-makassa-Égypte) Andriamahitsinoro Carolus (Al—adalah club-Arabie Saoudite) William Gros (As vitré -France) Andriatsima Ima (Clermont foo- France).

Ao anaty famondronana i Bôlida dia mbola mihantona aza aloha hatreto ny momba azy, hoy ny mpanazatra.  Ny momba an’i Dax kosa dia mbola miandry ny fanomezan-dalan’ny Cdn sy ny «  Fosa Junior  » miaraka, hoy i Nicolas Dupuis ka ho hita eo ihany ny mety ho fivoaran’ny toe-draharaha. Tsara ihany koa ny mampahatsiahy fa amin’ny 18 marsa 2019 ho avy izao no havondrona ny ekipam-pirenena rehetra ka ao Paris izy ireo no miainga ho any Dakar ary manana dimy andro eo ho eo amin’ny fanomanana sy ny fanazaran-tena.  

Ny Ami

Ino Vaovao0 partages

AMBATO BOENY : Saron’ny Polisy ilay dahalo raindahiny voatondro ho efa nahafaty olona maro

Manoloana izany indrindra dia efa imbetsaka no manao antso avo  amin’ny  fitondram-panjakana ny  mponina ao an-toerana mba hitondra vahaolana maharitra. Hita taratra amin’ny  fitondrana mijoro ankehitriny fa mandray ny asany izy ireo. Ohatra fotsiny ny fanaparitahana ireo mpitandro filaminana manerana ny faritra maro eto Madagasikara.

Voaporofo tokoa fa mitombo isa ireo olon-dratsy tratra mandritra ny fisafoana ny tanàna na ny eto Antananarivo izany  na ny any amin’ny Faritra. Mangataka fiaraha-miasa amin’ny fokonolona hatrany moa ireto farany mba hanamora ny fomba fiasa amin’ny  fikarohana ireo jiolahy. Toy ny tamin’ny faran’ny herinandro lasa teo izao, ny mpiray dina antsoina hoe  "Tsara miara dia" no nahatratra an’ity dahalo raindahiny ity tao Madirovalo, ary efa natolotra ny Polisy hatao famotorana ankehitriny. 

Raha ny fanampim-baovao voangona  dia efa maro ny olona maty novonoiny sy asa ratsy vitany tato anatin’ity Distrika ity ka tsy ho afa-bela ity farany. Mitohy hatrany  ny fikarohana ireo jiolahy ao an-toerana, indrindra fa ireo voarohirohy ho anisany tompon’antoka amin’ny resaka “ kidnapping” nirongatra tato ho ato izay.

Tatianà R.

Ino Vaovao0 partages

FIARAKELY NIFATRATRA TAMINA KAMIAO TENY ANDRAHARO : Mpandeha iray maty tsy tra-drano

Vokany, mpandeha iray nipetraka teo aloha, tao anaty fiarakely no nindaosin’ny fahafatesana teo no ho eo ihany. Voaketoka tao  ity farany, hany ka potika tanteraka ny faritry ny lohany, nandriaka ny ra. Lehilahy izy io ary nosokirina tao anatin’ny fotoana elaela mihitsy vao afaka tao. 

Ny mpamily kosa nentina any amin’ny hopitaly, izay  naratra ihany koa saingy  tsy natahorana loatra, hoy  ireo olona nahita maso ny tranga. Raha ny fanazavana azo dia ilay  kamiaobe nijanona teo amin’ny sisin’ny arabe ka ny fiara kely marika Hyundai i30 “ no nanitsy tany aminy. 

Efa eo am-pelatanan’ny mpitandro filaminana ny fanadihadiana ny tohin’ny zava-miseho ankehitriny. Mila mitandrina hatrany isika mpampiasa lalana satria kely foana  dia mahatonga ny loza tsy takatry ny saina hoeritreretina.  Marihina rahateo koa mantsy fa  efa betsaka loatra  sy  tsy mitsaha-mitombo ireo fiara, moto mifamezivezy eto an-drenivohitra  izay tena mila  fanaraha-maso sy  fahamalinana avy amin’ny tsirairay.

Tatianà R.

Ino Vaovao0 partages

ADY AMIN’NY FANAKANANA AN-DALANA : Roalahy tompon’antoka naiditra am-ponja vonjimaika

Raha tsiahivina ny zava-niseho, tamin’io fotoana io dia efa niandry tao anaty ala atao hoe Bevaha (3km miala ny tanàna) ireto jiolahy roa ireto, tamin’ny 3 ora sy sasany hariva ary niandry ny handroba izay moto tsaratsara hitany mandalo eo. Nokapohan’izy ireo taminà “bois rond” teo amin’ny lohany àry ity mpitondra môtô iray sendra nandalo. 

Naratra ity farany, nipitika ary nalain’ny jiolahy iray ny môtôny. Nahatsiaro tena nefa ilay naratra ka nandeha nanohitra io jiolahy io saingy nipoitra avy any anaty ala ny naman’ilay jiolahy iray hafa ka voatery nandositra ilay niharam-boina. Nisy zandary izay nanao fisafoana nifanena tamin’ ity farany ka avy hatrany dia raikitra ny fanenjehana ireo jiolahy nitondra ilay môtô nandositra. Tsy lavitra fa 5km miala an’ Ambohimiadana  mihazo an’ Alatsinainy-Bakaro dia efa voasambotra ireto mpanakan-dalana ireto. 

Tafaverina amin’ny tompony noho izany ilay moto. Ny fanadihadiana no nahitana fa efa nomanina hatramin’ny 15 febroary 19 izao halatra izao satria hita tao anaty finday avokoa ny sms izay nifanaovan’ny jiolahy iray tamin’ny vadiny mipetraka ao Tanjombato  Antananarivo ka nosamborina ihany koa io vehivavy io. Avy ao Antsahatenda Ambohimiadana ihany moa ny jiolahy iray raha avy any Betafo Antsirabe kosa ilay faharoa. Rehefa natolotra ny fampanoavana ao Ambatolampy izy telo ireo ny voalohan’ny  volana marsa teo dia tafiditra am-ponja vonji- maika izy roalahy .

Tatianà R.

Ino Vaovao0 partages

ANTENIMIERAMPIRENENA : Nahitana fiovana ny fomba fanoloana ny toeran’ireo depiote

Niova tsy tahaka ny teo aloha izany raha toa ka misy ireo depiote no  voatendry tampoka hisahana andraikitra hafa ivelan’ny Antenimierampirenena na ihany koa nindaosin’ny fahafatesana mbola ao anatin’ny fe-potoam-piasana. Fantatra fa tsy mitovy intsony ny fomba fanoloana toerana ho an’ny Distrika namoaka depiote iray sy manana depiote roa.

 “Ny fari-pifidianana izay namoaka solombavambahoaka iray dia ny mpisolo toerana no misolo an’ilay solombavambahoaka raha toa ka voatendry amina andraikitra hafa ivelany ao amin’ny Antenimieram-pirenena ilay depiote. Ho an’ilay fari-pifidianana namoaka solombavambahoaka miisa roa nanaovana ny fifidianana tamin’ny alalan’ny lisitra kosa (scrutin à la liste), izany hoe ireo fari-pifidianana namoaka solombavambahoaka roa dia voalazan’ilay lalàna vaovao fa ilay kandidà laharana faharoa tao anatin’ilay lisitra izay nifaninana tamin’ny fifidianana no misolo an’ilay depiote voatendry amina andraikitra hafa na sanatria an’izany misy fahafatesana”, hoy ny fanazavana noentin’ny mpampaka-teny eo anivon’ny Céni, Rakotondrazaka Fano. Ity sokajy faharoa ity izany no nahitana fiovana tsy nitovy tamin’ilay lalàna izay nampiharina teo aloha.

 Ankoatr’izay dia tsy maintsy mandoa hetra ihany koa ireo kandidà rehetra maniry ny hilatsa-kofidiana solombavambahoaka. Ny taratasy manamarina ny fandoavan-ketra tato anatin’ny telo taona farany dia isan’ireo takina amin’ny antontan-taratasy aterin’izy ireo eny anivon’ny Ovec. Na tsy an’asa, na mbola mpianatra na iza na iza maniry hilatsaka ho kandidà amin’ny fifidianana depiote dia tsy maintsy manana an’io taratasy fandoavan-ketra io avokoa, araka ny voalazan’ny lalàna.

Avotra Isaorana

Ino Vaovao0 partages

MINISITRY NY FITSARANA : Tsy anavahana ny fanenjehana ny olona manao kolikoly

Nanamafy ny minisitry ny Fitsarana, Jacque Randrianasolo ny faran’ny herinandro lasa teo iny fa tsy hanavahana ny fanenjehana ireo olona nanao na manao kolikoly. Tsy hanavahana an’iza na iza ihany koa ny fampiharana ny sazy fa mibaby izay nataony avokoa ireo tra-tehaka. “Isika dia miara-mahitra fa tena manenika ny sampan-draharaha maro eto Madagasikara ny kolikoly. 

Anisan’ireo firenena malaza amin’ny kolikoly i Madagasikara ary voatonona matetika amin’izany ny Fitsarana. Hataontsika vaindohan-draharaha ny ady aminy satria fanetriben’ny firenena izy io. Ny Fitsarana dia anisany handray ny andraikiny hiady amin’izany. Tsy hijerena tavan’olona fa na Mpitsara izy na mpisolovava izy na minisitra, izay tratra dia iharan’ny sazy tena henjana avokoa”, hoy ny minisitry ny Fitsarana. Tamin’ny taona 2017 no tena nanomboka nafana ny fanenjehana ireo olona voalaza ho nanao kolikoly. Anisan’izany ny raharahan-dramatoa Razaimamonjy Claudine, rehefa avy nanaovan’ny Bianco famotorana nandritra ny fotoana maharitra dia nalefa notsaraina teny amin’ny Pac ary niafara tamin’ny fampidirana azy am-ponja. 

Ny faramparan’ny taona teo iny ihany no nanaovana fanadihadiana tamin’ingahy Mbola Rajaonah izay nidoboka eny Tsiafahy ihany koa rehefa nandalo ny fanadihadiana isan’ambaratongany. Ny faran’ny herinandro lasa teo dia nohenoina nandritra ny fanadihadiana natao azy ihany koa i Mahafaly Solonandrasana Olivier. Ny an’ity farany dia mbola andrasana izay mety ho fivoaran’ny raharaha. Izy telo ireo dia fantatra fa samy nanana ny maha izy azy teto amin’ny firenena ary samy olona akaiky ny Filoha teo aloha, Hery Rajaonarimampianina avokoa. Ny fitondram-panjakana tarihin’ny Filoham-pirenena, Andry Rajoelina dia nilaza ombieny ombieny fa ho henjana ny sazy mihatra amin’izay tratra manao kolikoly araka ireo fehin-kevitra nivoaka tao anatin ’ny filan-kevitry ny minisitra.

Avotra Isaorana

Ino Vaovao0 partages

SOANIERANA IVONGO : « Aoka ho olona azo atonina no hatao Solombavambahoaka »

Kandidà izay tsy monina any Soanierana Ivongo akory fa monina any Toamasina. Rehefa misy raha manahirana anay, hoy izy ireo, tsy afaka handoa vola telo alina ariary, saran-dalana mandroso sy miverina ho any Toamasina handeha hitaraina amin’io olona io izahay ka tsy ekenay ny filatsahany ho solombavambahoaka eto aminay.

Ny tena fanirianay sy hetahetanay, hoy hatrany ireo mponina, dia mba olona monina marina ao Soanierana Ivongo ary olona mahay mihaino sy mahay mifanerasera amin’ny vahoaka any an-toerana na olon-tsotra izany na mpiasam-panjakana no tokony hilatsaka solombavambahoaka eto aminay fa tsy olona mpanambony tena sy sarotra ifampiraharahana ary tsy mahay mihaino ny vahoaka raha tsy amin’ny fotoam-pifidianana.

Hentitra sy mazava  araka izany ny hetahetan’ny mponina, ny antoko Tgv ihany no fantatray sy malaza aty aminay ka irarianay ny mba ho olona tena avy amin’io antoko io sy mahazo ny tsodranon’io antoko io no hirotsaka aty aminay, hoy izy ireo. Aoka, hoy izy ireo tsy ho olona indramina na mpijapy fiarandalamby am-pandehanana no halefa hisalotra izany anarana izany fa antoko matanjaka io ka sady tsy mindrana no tsy manofa olona fa maro olomanga mahavita azy.

Ny Ami

Ino Vaovao0 partages

PLACE BIEN AIME AMPASIMAZAVA : Orinasa sy fikambanana maro nanao fanadiovana

Toerana izay manan-tantara ary voasokajy ho harem-pirenena malagasy. Azo anaovana lalao «  tarzan  » noho ny fisian’ireo hazo be ao anatiny. Ho an’ny mpizahatany na vahiny na teratany malagasy, dia mazana tsy hadino ny mitsidika ny “Place Bien Aimé” rehefa mandalo ny renivohitry ny foko Betsimisaraka. Nisy noho izany ny fiaraha-mientana teo amin’ny fikambanana sy orinasa, mpianatra maro nahafahana nanatanteraka io asa fanadioavana io. Ho an’ny orinasa dia nahitana ny Smmc, ny Galois, Jena Moto, Ariane Tourisme, Orange Madagascar.

Teo amin’ny fikambanana sy antoko politika dia nahitana ny Gasikara Antsika Rehetra (GAR), IMT, Fivoy, Freedom, Dih Araiky, Vakodrazana  Sahy, Rantsagna, Ofisin’ny fizahantany Toamasina. Ho an’ny teo anivon’ny sampan-draharaham-panjakana, dia nahitana ny teo anivon’ny biraom-paritry ny kolontsaina. Ireo rehetra nandray anjara tamin’izao asa fanadiovana izao dia samy niantso ny mponin’i Toamasina mba hitandro mandrakariva ny fahadioavana ao amin’ity toerana manan-tantara ity. Nohararaotina tamin’io fotoana io koa ny fanadioavana ny ampahany amin’ny place de la Colonne.

Kamy

Ino Vaovao0 partages

ANABORANO IFASY-AMBILOBE : Tapaka ny lalana mandritra ny fotoanan’ ny orana

Tapaka ny lalana mandritra ny fotoam-pahavaratra satria potika tanteraka tsy azo ampiasaina.  Rehefa fotoanan’ny orana tahaka izao indrindra dia tsy vitsy ireo tanàna manodidina no lasibatry ny fiakaran’ny rano, torak’izay koa ny fahatapahan’ny lalana. Lalana mirefy 35Km miala avy ao Beramanja ny ao Anaborano Ifasy nefa andehanana mandritra ny ora dimy izany rehefa fotoanan’ny asara. 

Ny fiara tsy mataho-dalana, trakitera ary sarety no fitaovam-pitaterana any an-toerana. Ny lakana sy vedety kosa no ampiasaina rehefa fotoanan’ny orana, satria feno fotaka ny lalana, miakatra ny rano sady misy lavadavaka ka manahirana. Raha ao Anaborano Ifasy no resahina dia anisany kaominina ambanivohitra, izay ahitana vokatra maro isan-karazany ato anatin’ny Faritra Diana, toy ny vary, kafe, kakao, dipoavatra, lavanila, mahabibo, hatramin’ny harena an-kibon’ny tany dia hita ao Anaborano distrikan’Ambilobe. 

Araka izany dia manao antso avo amin’ny fanjakana mahefa mba hijery akaiky ny mahakasika ny lalana izay manahirana ny mponina ireo fa mahatsiaro ho tanàna lavitra andriana mandavan-taona izy ireo, satria mbola tsy nisy fitondrana nampanantena ny hanamboatra io lalana mirefy 35 km io.

Mpanjono

Ino Vaovao0 partages

SAMPAM-PIANARANA FITSABOANA : Niakatra ny saram-pisoratana anarana

Nanomboka tamin’ny herintaona, dia niakatra ho 250 000 Ariary ny saram-pisoratana anarana raha 150 000 Ariary izany teo aloha. Ny 4 marsa hatramin’ny 3 mey no fandoavana ny sara fisoratana anarana amin’ny fidirana vaovao. Misy noho izany ny antso avo ataon’ireo mpianatra mba hampidinana io saram-pisoratana anarana io. Ny angom-baovao no nahalalana fa misy ny fanamorana ny fomba fandoavana azy amin’ny alalan’ny fanefana indroa, saingy hatrami’ny taona lasa dia misy mpianatra voatery tsy afaka nanohy intsony noho ny tsy fisiam-bola.

An’ny fanjakana io sampam-pianarana io ka miantso ny Minisiteran’ny Fampianarana ambony sy ny Minisiteran’ny Fahasalamana ireo mpianatra ho mpitsabo mba hijery akaiky izao zava-misy izao. Mpianatra maro mantsy no misedra olana amin’io fandoavana saram-pisoratana anarana io.

Ho an’ny mpianatra ho mpitsabo ao amin’ny Oniversiten’i Toamasina, dia efa miditra amin’ny andiany faha-10 amin’izao fotoana izao ny mpianatra taona voalohany. Izany hoe efa 10 taona eo ho eo izay no nisian’io sampam-pianarana io eo anivon’ny Oniversiten’i Toamasina. Efa namoaka mpitsabo maromaro. Amin’izao fotoana izao, efa misy mpianatra tao aminy manohy fianarana any ivelany maka “spécialisation”.

Kamy