Les actualités Malgaches du Samedi 03 Mars 2018

Modifier la date
Midi Madagasikara213 partages

Camille Vital : Pour un candidat unique de l’Opposition

La rencontre de la grande famille « Hiaraka Isika » se poursuit aujourd’hui au Fofikri Ilafy.

L’association « Hiaraka Isika » du Général Camille Vital prendra dans un futur proche l’allure d’un parti politique et ne sera plus une simple association. C’est ce qui a été annoncé, hier, au Fofikri Ilafy lors de la présentation de vœux qui a vu la participation de tous les bureaux régionaux répartis dans tout Madagascar. Le but étant de pouvoir participer à toutes les élections à l’instar d’un parti politique. Bien évidemment, nous n’ignorons pas que le « Hiaraka Isika », parmi les fondateurs de la plateforme Armada, est l’unique association sur les autres, à savoir le Mapar, le MMM, le parti Vert, le parti Avana et le parti Liaraike. Et puisqu’on vient de soulever l’Armada, il est porté à la connaissance du public que « Hiaraka Isika » réitère et partage la proposition selon laquelle « la plateforme présentera un candidat unique aux élections ». Pour Camille Vital, il y a parfaitement une raison qui a poussé les partis politiques de l’Armada à se regrouper. « Nous sommes conscients de la triste réalité que vivent les Malgaches ainsi que des imperfections du moment. Partant de ce fait, nous estimons que tous ensemble, nous sauverons Madagascar. C’est même le concept du « Hiaraka Isika », a-t-il précisé.

Aina Bovel

Midi Madagasikara191 partages

CSW62 à New York : « Fanilon’i Madagasikara », représentée

Hanitra Rarison agit avec détermination dans son combat en faveur des droits des filles et des femmes.

Dans moins de dix jours se tiendra au siège des Nations Unies à New York la 62e session de la Commission de la condition de la Femme (CSW62).

Durant douze jours, du 12 au 23 mars 2018, il sera question, durant la 62e session de la Commission de la condition de la Femme ou CSW62, d’explorer les possibilités à exploiter pour parvenir à l’égalité des genres et à l’autonomisation des femmes et des filles en milieu rural. Au milieu de ce rendez-vous mondial, la voix du scoutisme féminin sera entendue. En effet, afin de porter la voix des 10 millions de filles à travers 150 pays membres, l’Association mondiale des Guides et Eclaireuses (AMGE) a sélectionné cette année 12 déléguées âgées de 18 à 30 ans qui participeront activement à cet événement par leur présence au Siège de l’ONU. Etant le seul mouvement mondial réservé aux filles, l’AMGE sélectionne chaque année une délégation pour représenter ses membres pendant la discussion annuelle à la Commission. Ainsi, une opportunité s’ouvre aux filles pour apporter une voix collective plus forte tout en faisant entendre leurs points de vue et en les reflétant à tous les niveaux des prises de décision. C’est ainsi que le mouvement scout féminin catholique malgache « Fanilon’i Madagasikara » aura une représentante en la personne de Hanitra Rarison, cheftaine de la branche « Hanitriniala ». En sa qualité de déléguée à distance, elle intervient aux discussions depuis Madagascar. « Hanitra organise un plaidoyer pour que la voix des 10 millions de guides et éclaireuses dans le monde, sur les problématiques les concernant, soit entendue », a déclaré l’AMGE dans un communiqué.

Motivée. Face à une réalité mondiale où les filles et les femmes sont souvent sous-estimées dans la société, Hanitra Rarison, membre active de « Fanilon’i Madagasikara », est motivée pour mener la bataille en faveur des droits des filles. Son objectif ultime : permettre aux filles et aux jeunes femmes d’explorer leur talent pour devenir autonomes. Elle a été inspirée par son stage en milieu rural et par son expérience dans le guidisme, l’ayant conduite à cerner les difficultés auxquelles les filles sont majoritairement confrontées : mauvaise perception des attributions des rôles des filles ; priorisation de l’éducation des garçons, souvent au détriment des filles ; exposition des filles aux mariages et grossesses précoces, etc. A travers sa voix, Hanitra Rarison fera entendre celle de millions de filles afin de faire évoluer positivement la situation.

Hanitra Rarison a intégré le guidisme pour en explorer elle-même les valeurs, afin de forger sa personnalité et pour tisser des relations avec des personnes de diverses origines. Elle a vécu l’inégalité de genre à travers ses expériences personnelles et professionnelles. Ayant intégré l’association du scoutisme féminin catholique « Fanilon’i Madagasikara » à l’âge de cinq ans, elle a fait du chemin depuis. Active à la paroisse « Fanahy Masina » à Analamahitsy, elle mène la branche « Hanitriniala » regroupant les filles de six à neuf ans. Ingénieure agronome, Hanitra Rarison allie son leadership avec ses capacités agriculturales au profit du centre « Sahafanilo », un centre de développement agricole appartenant à l’association.

Rappelons que « Fanilon’i Madagasikara » à laquelle elle appartient, est l’association des guides malgaches, communément appelée « scoutisme féminin catholique », également membre de l’AMGE depuis 1942. L’association enregistre plus de 18.000 membres répartis dans les quatre coins de la Grande Ile.

Hanitra R.

Midi Madagasikara182 partages

Tempête Tropicale : Rien à craindre pour Madagascar

Les séquelles laissées par le passage d’Ava et d’Enawo sont encore présentes, pourtant, Madagascar est déjà menacé par un autre cyclone.

La future tempête tropicale ne devrait pas traverser la Grande Île selon le service de la météorologie de Madagascar.

Les dernières prévisions du service de la météorologie de Madagascar du 2 mars 2018 à 11h informent qu’une « perturbation tropicale s’est formée à environ 400 km au Nord-Est d’Antalaha ». Les mêmes prévisions de faire savoir que gagnant en puissance, la perturbation pourrait atteindre le stade de «tempête tropicale» toujours dans les prochaines 36h . Côté trajectoire, le bulletin cyclonique spécial émanant du service de la météo d’indiquer que la perturbation tropicale a un déplacement global vers le Sud (entre Madagascar et La Réunion). Aussi, Madagascar est « à l’abri des vents violents associés au futur DUMAZILE ». Le bulletin cyclonique spécial de noter toutefois que de fortes pluies seront observées au Nord et au Centre-Est du pays. Provoquées par les bandes périphériques actives, les précipitations en question commenceront à tomber à partir du 3 mars. Étant donné que le système se trouve dans l’Océan Indien, l’état de la mer deviendra progressivement dangereux à partir de l’après-midi du 3 mars 2018 entre Antalaha et Vatomandry. Des houles ainsi que des rafales de 60/70 km/h sont à craindre.

Urgences. Toujours question de prévisions météorologiques, le pays devrait être traversé par au moins deux cyclones et au plus quatre. Et l’un d’entre eux serait très puissant selon toujours les prévisions cycloniques. Face à cela, le Bureau national de Gestion des Risques et Catastrophes (BNGRC) entend capitaliser ses acquis lors du passage du cyclone Ava. « Nous avons eu des lacunes, entre autres, sur le plan de la sensibilisation des populations de nombreuses régions du pays » a fait savoir le Gal Charles Rambolarson, secrétaire exécutif adjoint auprès du BNGRC. Ce dernier d’ajouter que « des actions de renforcement de tout le système de gestion des risques ont été menées pour limiter les dégâts lors d’un passage éventuel de cyclone ». Si deux ou quatre cyclones devraient traverser le pays durant cette année, on pourrait s’attendre au pire étant donné « qu’Ava n’était pas qualifié de cyclone intense ». Le prochain pourrait donc faire des dégâts importants malgré les dispositifs mis en place par les organes de gestion des risques et catastrophes.

 José Belalahy

Midi Madagasikara167 partages

“American School of Antananarivo” : Lancement de bourses d’études

Les trois boursières de l’ASA au campus.

L’ « American School of Antananarivo » (ASA) lance pour la deuxième fois, à partir du 12 mars, un appel à bourses d’études à l’endroit des enfants malgaches désireux d’y poursuivre leurs études secondaires. 90% des frais de scolarité seront pris en charge par l’ASA et les 10% restants (à partir de 2000 dollars par an) incomberont aux parents.

Selon Danielle Andriantsiferana, Responsable communication de l’ASA, ces bourses sont octroyées à des enfants malgaches, dans le dessein « de faire bénéficier à un plus grand nombre de Malgaches, le système éducatif américain et du Baccalauréat international avec tous les avantages et les ouvertures qu’il implique. Les frais de scolarité étant rarement à la portée des parents, nous nous sommes fixés comme mission d’appuyer à la hauteur de nos moyens, les étudiants les plus méritants et les plus motivés. ». En effet, il s’agit avant tout d’une bourse d’excellence. Ainsi la motivation et l’excellence académique, un niveau d’anglais (lu et écrit) correct, ainsi qu’une personnalité sensible et ouverte à l’interculturalité sont les principaux critères d’admissibilité à cette bourse.

Modalités. Après la sélection de dossiers, les candidats présélectionnés passeront des tests de niveau des tests psychotechniques et bien sûr des entretiens. Cependant, il ne faut pas non plus se leurrer, le volet financier est important dans l’octroi de cette bourse, car il faut que les parents soient à même de contribuer à hauteur de 10% – c’est-à dire au moins 2.000 dollars par an allant crescendo selon le niveau- à la scolarité de leurs enfants, sans compter la cantine et le transport scolaires au besoin. Par ailleurs, un renforcement de capacités en anglais est offert aux boursiers pour faciliter leur appropriation de l’anglais américain comme outil de travail principal.

Témoignages. En 2017, trois étudiantes malgaches furent sélectionnées parmi 120 candidats : Marine, Jennifer et Fiona. Nous avons eu l’occasion de les rencontrer. Elles en ont profité, au passage, pour partager quelques bribes de leurs expériences et faire passer des messages à l’endroit des adolescents malgaches, qui comme elles, désirent poursuivre leur cursus à l’ASA. A Marine,15 ans et les yeux pétillants de se lancer : « Je me sens épanouie en étudiant ici, j’ai un peu la sensation d’apprendre en m’amusant, sans stresser et d’être un membre actif de ma communauté, notamment grâce au « Service learning group », qui nous permet de contribuer à rendre le monde un peu meilleur, par le biais d’activités caritatives dans le volet éducatif, sportif, ou d’animation de la jeunesse. » Fiona, rayonnante de joie, d’enchaîner : « Il ne faut pas hésiter à tenter sa chance, moi au début, je me suis inscrite comme ça, mais je suis restée optimiste et voilà j’ai été reçue ! Alors préparez-vous et n’hésitez pas à vous inscrire. »

Luz Razafimbelo

Midi Madagasikara148 partages

Affaire Houcine Arfa : Liberté provisoire pour le juge d’instruction poursuivi sur ordre du Procureur g...

Une délégation du Syndicat des Magistrats de Madagascar (SMM) s’est rendue à Ambatolampy hier par solidarité envers leur collègue qui a finalement bénéficié d’une liberté provisoire

Le torchon brûle entre la ministre de la Justice, Rasolo Elise Alexandrine et le SMM. Ce dernier a publié hier un communiqué annonçant la fermeture de tous les tribunaux, chambres et juridictions sur toute l’étendue du territoire à compter du vendredi 2 mars et ce, jusqu’à nouvel ordre. Une décision prise suite à l’arrestation d’un de leurs collègues, soupçonné d’être impliqué dans l’évasion d’Houcine Arfa. De source judiciaire, l’ordre de poursuite émane du nouveau Procureur Général près la Cour d’Appel (PGCA) d’Antananarivo Charles Andriamiseza. Une arrestation considérée comme une « injustice » dans les rangs des magistrats qui ont décidé, à travers le SMM, de procéder à la fermeture des tribunaux pour manifester leur solidarité envers leur collègue victime d’un « tsindrihazolena »(oppression).

Complicité. Durant une conférence de presse tenue hier à Faravohitra, le Directeur du Bureau de Coordination du Contrôle des Juridictions et des Etablissements Pénitentiaires, Razafindrakoto Solohery a confirmé l’arrestation du Juge d’instruction responsable du dossier Houcine Arfa. Ce magistrat a été arrêté dans la soirée de jeudi en son domicile à Manjakaray par des éléments de la Brigade criminelle. Le patron du BCCJEP a affirmé que la Direction de la Promotion de l’Intégrité et la Direction de l’Inspection Pénitentiaire au niveau du ministère de la Justice a décidé d’ouvrir une enquête suite aux remous causés par les révélations faites par Houcine Arfa. « Les résultats de l’enquête confirment qu’il y a bien eu complicité dans l’évasion du prisonnier », a-t-il mentionné. Et de laisser entendre au passage que les enquêteurs disposent de preuves contre les six personnes impliquées dans cette affaire, à savoir, le juge d’instruction, trois agents pénitentiaires, un médecin et un infirmier.

Appels téléphoniques. « Les recherches sur leurs téléphones suite à une réquisition effectuée auprès des opérateurs mobiles confirme qu’il y a eu de nombreuses conversations téléphoniques entre ce juge d’instruction et un agent pénitentiaire le 25, 26 et le 28 décembre, le jour de l’évasion d’Houcine Arfa ». Enfonçant le clou, Razafindrakoto Solohery d’ajouter que du 25 au 29 décembre, « il y a eu un contact téléphonique permanent entre l’un des agents pénitentiaires qui s’est porté volontaire pour accompagner Houcine Arfa lors de ses sorties médicales, le juge d’instruction, un éducateur spécialisé de l’Administration pénitentiaire en poste au ministère de la Justice, ainsi que les deux agents d’escorte qui étaient aux côtés du prisonnier au moment où il a pris la fuite ». Il s’agirait d’une dizaine d’appels téléphoniques avant, pendant et après l’évasion. Quant au prétendu braquage qui aurait favorisé la fuite d’Houcine Arfa, le Directeur du Bureau de Coordination du Contrôle des Juridictions et des Etablissements Pénitentiaires affirme qu’il n’y a jamais eu d’attaque. Selon ses dires, le chauffeur de taxi aurait avoué qu’il avait été payé pour conduire le prisonnier et les agents d’escorte depuis Ilafy jusqu’à Ampandrianomby et ensuite pour mentir aux enquêteurs qu’ils ont été victimes d’une attaque.

Grève générale. En tout cas, le bras de fer continue entre le ministère de la Justice et le Syndicat des Magistrats de Madagascar qui dénonce « une arrestation arbitraire, contraire à la procédure légale ». Hier, en début d’après-midi, une délégation de magistrats dirigée par Fanirisoa Ernaivo s’est rendue à à Ambatolampy où leur collègue a été auditionné. Le SMM menace même d’appeler à la grève générale à partir de lundi. Selon les explications du Directeur du BCCJEP, les investigations menées jusqu’ici n’ont révélé aucun élément de preuve permettant d’incriminer la ministre de la Justice, Rasolo Elise Alexandrine, son Directeur de Cabinet et la Procureure de la République Razafimelisoa Odette Balsama accusés par Houcine Arfa d’avoir touché des pots-de-vin. Accusation considérée par la Garde des Sceaux comme une manœuvre visant à semer la zizanie au sein du corps de la magistrature et à ternir l’image de la Justice malgache. Bon nombre d’observateurs estiment que la lutte contre la corruption menée par le SMM dans le milieu de la Justice ne devrait pas pour autant, prendre en otage les justiciables.

Davis R

Midi Madagasikara140 partages

Isotry : Voasambotra Rasanasana sy Herman, mpanendaka rain-dahiny

Efa iaraha-mahalala tanteraka ny firongatry ny asan-jiolahy sy ny fanendahana eny amin’iny faritra Isotry, eny fa na dia eo aza ny ezaka ataon’ireo pôlisin’ny boriborintany fahefatra. Na izany na tsy izany aza anefa dia tsy mikely soroka izy ireo amin’ny fametrahana ny fandriam-pahalemana eny an-toerana. Fantatra ary fa tovolahy roa, izay ikoizana tanteraka amin’ny resaka fanendahana sy asan-jiolahy eny an-toerana no voasambotra teny amin’iny faritra Ambodin’Isotry iny. Jiolahy fantatra amin’ny anaram-bositra hoe Rasanasana sy Herman. « Manoloana ny firongatry ny asa fanendahana sy ny sinto-mahery eny amin’iny faritra Isotry sy ny manodidina iny moa dia tsy mitsahatra ny mandefa polisy manao fanamiana sivily eny an-toerana ny Polisy ». Tamin’izany paik’ady izany no nahatratrarana an’ireto olon-dratsy ireto izay nampitondra faisana tanteraka iny faritra iny. « Vao nahatazana ny fahatongavan’ny pôlisy anefa izy ireo dia rifatra nandositra tany an’elakelantrano. Raikitra ny fanenjehana ». Voasambotra izy ireo saingy kosa nisy namany hafa tafaporitsaka izay mbola eo am-pikarohana azy ireo mpitandro filaminana. Raha ny tatitra dia efa mpamerin-keloka izy ireo ary samy efa nisazy avokoa. Mbola mitohy ary tsy an-kijanona moa ny paik’ady rehetra ataon’ireo mpitandro filaminana. Miantso ny rehetra ihany koa izy ireo mba hifanome tanana amin’izany ady atao amin’ny tsy fandriam-pahalemana izany. Marihana tokoa fa dia olona tsy lavitra fa eny amin’iny fiaraha-monina eny ihany ireo olon-dratsy ary fantatry ny rehetra, saingy noho ny tahotra dia vitsy ireo sahy milaza azy any amin’iny manam-pahefana.

m.L

Midi Madagasikara134 partages

Nosy-Be jazz festival : Une vingtaine d’artistes des quatre coins du monde à l’affiche!

Une partie des artistes malgaches qui va participer à la seconde édition du Nosy-Be jazz festival qui se tiendra du 31 mars au 2 avril.

Le festival a fait face à de nombreux obstacles, mais a pu, au final, asseoir sa notoriété. Les efforts continuent et les organisateurs mettent donc en place la seconde édition qui se tiendra du 31 mars au 2 avril.

Du jazz dans la ville du « salegy » ? Oui, c’est possible et faisable. « Za tours » en a déjà fait l’expérience en 2016. Un coup d’essai qui fut au final, un coup de maître. Un concept inédit et innovant qui a ravi, non seulement les organisateurs et ses partenaires, mais qui a également accroché les mélomanes et les touristes qui en redemandent. Un cadre magnifique avec des lieux exceptionnels faits de plages et de sable blanc, rien de tel effectivement pour apprécier le jazz dans toute sa splendeur. Du 31 mars au 2 avril, Nosy-Be jazz festival investit donc à nouveau l’Ile aux parfums avec, à l’affiche, plus d’une vingtaine d’artistes  venus des quatre coins du monde. Pour cette deuxième édition, les organisateurs ont pensé à améliorer la programmation et ont invité des artistes évoluant à Belgique, France, Italie, Palestine, USA et bien entendu de Madagascar. David Linx Pierre-Alain Goualch, Lionel Belmondo Laurent Fickelson, Solo Razafindrazaka, Lalatiana, les talentueux musiciens du jazz club du CGM et d’autres artistes en provenance d’Italie, de Palestine et des USA.

Partenariat.  Plus qu’un événement culturel, Nosy-Be jazz festival est aussi profondément citoyen ayant comme objectif de participer au développement économique de cette région nord-ouest de Madagascar et ce, en mettant en valeur tous ses atouts, des faunes flores exceptionnelles et une agriculture à forte valeur ajoutée et exportatrice. Dans ce rôle de catalyseur économique, Nosy- Be Jazz Festival déploie une stratégie de partenariat avec des grands festivals du monde entier et s’associe avec un de ces festivals majeurs en concevant conjointement des projets artistiques et des opérations de promotion des entreprises malgaches. Cette année, l’évènement sera jumelé avec Bari-In-Jazz, le festival de jazz de la région des Pouilles qui aura lieu du 15 juin au 29 juillet 2018. Pour concrétiser ce partenariat, le Bari-In-Jazz enverra deux artistes italiens qui joueront avec deux musiciens malgaches : Silo et Tsanta Randriamihajasoa et formeront un quartet le temps du festival. Le même quartet présentera le fruit de sa  création et de sa  collaboration en Italie au mois de juin. En attendant, place au jazz dans la ville du « salegy », du 31 mars au 2 avril.Mahetsaka

Midi Madagasikara78 partages

Houcine Arfa, une épine dans le pied du pouvoir

L’affaire Hourcine Arfa continue de provoquer un véritable tumulte médiatique. Les révélations faites par ce dernier semblent trouver un certain écho auprès d’une partie de l’opinion et obligent le pouyoir à réagir. Cependant, l’offensive menée contre lui par le régime, loin d’y mettre fin, suscite une certaine méfiance du public. La polémique, loin de s’éteindre, est en train de prendre de plus en plus d’ampleur.

Houcine Arfa, une épine dans le pied du pouvoir 

Les dénégations des personnalités accusées par Houcine Arfa d’avoir facilité son évasion n’ont pas réussi à décrédibiliser le témoignage de celui qui veut, dit-il, rétablir la vérité. Les conférences de presse organisées pour réfuter les accusations portées par ce dernier n’ont fait que le pousser à détailler les preuves qu’il dit détenir. Les articles sortis dans les journaux ont,peu à peu, semé un véritable doute sur la conduite de ceux qui ont été mis en cause. Les arrestations opérées jusqu’à ce jour n’ont pas levé la suspicion de l’opinion. Le mandat international émis à l’encontre d’Houcine Arfa n’a jusqu’à présent pas été exécuté. Les plaintes déposées au parquet de Paris n’ont pas pour l’instant eu beaucoup d’effet. Celles qui l’ont été à Madagascar devraient suivre leur cours, mais l’homme qui se trouve en France n’éprouve visiblement aucune crainte. Il se dit prêt à produire toutes les preuves en sa possession pour démonter les accusations dont il fait l’objet. Elles sont, affirme-t-il, irréfutables. Il s’agit de documents sonores qui peuvent être expertisés par des spécialistes. Le SMM a d’ailleurs décidé de mener ses propres investigations et a présenté, hier, ses résultats. Voilà où l’on en est pour le moment. Mais le feuilleton n’est pas près de prendre fin et de multiples rebondissements devraient avoir lieu. Les organes de presse devraient faire part de nouvelles révélations qui vont mettre de plus en plus dans l’embarras les personnes concernées par l’affaire et par ricochet le pouvoir en place. C’est une véritable épine dont ce dernier aura beaucoup de difficultés à se débarrasser.

Patrice RABE

Midi Madagasikara73 partages

Shinzo Abe – Coralie Gevers : En campagne avec le président candidat

L’Ambassadeur du Japon et la Représentante de la Banque mondiale s’étaient-ils faits avoir comme des « Bleus » ?

En voyant l’Ambassadeur du Japon et la Représentante de la Banque mondiale à Fort-Dauphin où le président candidat a présenté sa « Vision Emergence 2030 », plus d’un observateur en restaient… bleu. Quant à l’opposition, elle a vu… rouge.

Des femmes de l’Anosy en robe bleue et blanche ; mêmes couleurs deux tons pour les housses des chaises placées aux premières rangées dans la grande salle de la commune urbaine ; le logo bleu de l’UNICEF se distinguait aussi sur les cartons des 10 ordinateurs ; idem pour le coloris des boîtes de 1163 téléphones portables, don de l’USAID, du FIDA et du Fonds des Nations Unies pour l’Enfance. Jusqu’à la mer située en contrebas du lieu de la cérémonie qui ressemblait à un meeting électoral, tout était « bleu » le 28 février dernier à Tolagnaro. A part le ciel recouvert de nuages, car il pleuvait ce jour-là.

Première Dame.  « En dépit du mauvais temps, la population de Taolagnaro était au rendez-vous avec le Chef de l’Etat qui a relevé, à travers l’accueil, la détermination de l’Anosy d’avancer sur la voie du développement, avec persévérance et dans la confiance mutuelle », pouvait-on lire dans le communiqué de presse de la Présidence. Et qui rapporte également que « Coralie Gevers, la Représentante de la Banque mondiale, a souligné que la présence de la Première Dame, qui est la marraine de la santé maternelle et infantile, témoigne de l’importance que le couple présidentiel accorde à la mère et à l’enfant, à travers les différents services sociaux ».

Président Rajaonarimampianina. Le communiqué d’Iavoloha qui ne demandait pas mieux, de relater aussi que « pour sa part, l’Ambassadeur japonais Ichiro Ogasawara a mis en relief la volonté du Japon d’apporter son appui, à travers l’UNICEF, au projet « Amélioration de l’Environnement de la Santé et de l’Assainissement pour les enfants au Sud de Madagascar » avec un financement de plus de 4 millions USD. Il a notamment déclaré que ce projet répond directement aux priorités présentées par le Président Rajaonarimampianina au Premier ministre Shinzo Abe, lors de sa récente visite au Japon, en l’occurrence la situation du Sud et la santé de la mère et de l’enfant ».

Toile de fond. Au-delà du langage et usages diplomatiques qui n’occultent pas pour autant le devoir de réserve, force est de constater qu’en cette année électorale, l’Ambassadeur nippon, la Représentante de la Banque mondiale et celle de l’OMS, Charlotte Ndiaye – également présente à Taolagnaro – ont indirectement et involontairement participé à la campagne du poulain des « Cravates bleues » qui prend d’ailleurs une longueur d’avance pour la prochaine course à la magistrature suprême. Faisant fi de l’égalité de chances préconisée justement par la communauté internationale dont certaines composantes donnent l’impression de faire le jeu de l’actuel locataire d’Iavoloha qui brigue un second bail de 5 ans. Toutes les chancelleries le savent, à moins de n’y voir que du … bleu. Comme la couleur de l’immense drapeau qui servait de toile de fond à la tribune officielle aux différents orateurs. Y compris pour Coralie Gevers et Shinzo Abe lors de leurs interventions. Au propre comme au figuré.

R. O

Midi Madagasikara72 partages

Jubilé FMC : D’un même chœur pour le Seigneur

les chorégraphes en pleine représentation.

Dix bougies au compteur, pour une chorale, l’évènement est à marquer d’une pierre blanche ! C’est le cas pour « Faith Messenger Choir ». La formation a fait appel à trois autres chorales pour chanter d’un même chœur pour le Seigneur. « The Called, Ycc, Jim Praise, Stk Orima » partageront la scène du CcEsca Antanimena cet après-midi. Les deux « worship leaders Pepe Shine » et Joseph d’Af  donneront de l’envergure à la célébration. Amateurs de gospel, soyez au rendez-vous !

Danse urbaine. Point final sur « Ambony ambany”

Jour-J en approche pour le festival « Ambony Ambany battle for peace ». Après les ateliers et les rencontres, place aux choses sérieuses au Palais des Sports Mahamasina. Antananarivo vibrera sous les mouvements des danseurs de tous horizons. 410 danseurs sur une même plateforme promettent un grand régal pour les yeux. Entre les multiples « battles », les mini-shows et autres, l’exhibition verra deux équipes s’affronter. Madagascar versus La Réunion, soit le choc des titans entre les danseurs des deux îles. Sans perdre pour autant l’esprit même du festival prônant toujours la paix. Un des plus grands évènements en matière de culture urbaine, le festival fait vibrer bien des gens animés par la même passion et qui marchent ensemble pour une cause commune. Placée sous le signe de la paix, c’est une rencontre qui prône le partage.

Zo Toniaina

Midi Madagasikara66 partages

Banque mondiale : Un crédit de 45 millions USD pour l’inclusion financière des particuliers et des PME

Coralie Gevers, Responsable des Opérations de la Banque mondiale à Madagascar

L’Association internationale de Développement (IDA) est l’institution de la Banque mondiale qui aide les pays les plus pauvres de la planète. Elle accorde des dons et des prêts sans intérêts en faveur de projets et de programmes de nature à stimuler la croissance économique, à réduire la pauvreté et à améliorer la vie des plus démunis. L’IDA figure parmi les principaux bailleurs de fonds des 75 pays les plus pauvres de la planète, dont 39 se trouvent en Afrique.

Madagascar figure parmi les pays bénéficiaires des appuis financiers de l’IDA. A cet effet, la Grande Ile vient de bénéficier d’un crédit d’un montant de 45 millions de dollars, pour promouvoir l’inclusion financière des particuliers ainsi que des micro, petites et moyennes entreprises à Madagascar.

Dématérialisé. Ce projet ciblera tout particulièrement les femmes et les entreprises féminines afin de réduire les inégalités d’accès aux financements. Les enseignants, étudiants et même les simples contribuables sont les principaux bénéficiaires de ce projet. Grâce à un compte bancaire dématérialisé, ils pourront recevoir des versements de l’État et effectuer des paiements. Les clients des institutions de micro finance, notamment dans les zones rurales, seront également visés par le programme. Quant aux fournisseurs d’argent mobile, ils profiteront du développement de leurs services et de leurs réseaux d’agents. « Avec la généralisation des services de télécommunication, le pays dispose d’une occasion unique pour étendre les services financiers en privilégiant le recours à l’argent mobile parmi les populations jusque-là mal desservies, qu’il s’agisse d’une enseignante obligée d’abandonner son poste pour aller toucher son salaire ou d’un agriculteur ayant besoin d’un prêt pour acheter de l’engrais et des semences », souligne Coralie Gevers, responsable des opérations de la Banque mondiale pour Madagascar. « La Banque mondiale se réjouit de soutenir les efforts des autorités, de la Banque centrale de Madagascar et des prestataires de services financiers, mobilisés pour offrir un accès plus inclusif aux financements. » a-t-elle ajouté.

En retard. Ce crédit arrive à point nommé dans la mesure où Madagascar est encore en retard dans le domaine de l’inclusion financière. En effet, selon une enquête Finscope de 2016, 41 % des adultes malgaches sont exclus des services financiers (avec un pourcentage équivalent pour les femmes), qu’il s’agisse de services formels ou informels. Dans l’enquête 2017 du Forum économique mondial sur l’opinion des dirigeants, l’accès aux financements figure en deuxième position parmi les facteurs de contrainte dans la pratique des affaires sur la Grande Île (après l’instabilité politique). Dans le classement Doing Business 2018 de la Banque mondiale, Madagascar occupe la 133e place, sur 190 pays, pour l’obtention de prêts. Le nouveau projet favorisera également l’accès au crédit des micro, petites et moyennes entreprises grâce à un dispositif de garantie pour les banques et les institutions de micro finance et au déploiement d’innovations technologiques dans le domaine de la finance (Fintech). Enfin, le projet incitera les entreprises productives à solliciter des prêts par le biais de services d’aide aux entrepreneurs et le développement de succursales d’institutions de micro finance dans des régions mal desservies.

R.Edmond

Midi Madagasikara64 partages

Lozam-pifamoivoizana tao Betafo : Maty ilay teratany karana mpamily ilay Sprinter

Tsy mbola afaka ao an-tsain’ny maro ny loza niseho tao Betafo ny alakamisy lasa teo, izay namoizana ain’olona iray sy nandratrana olona maromaro.  Fantatra izao fa nitombo iray ny maty tamin’ireo naratra. Fotoana fohy taoarin’ny nahatongavan’ilay teratany karana tao  Andranomadio  dia tsy tana ny ainy fa nodimandry ny alin’ny nisehoan’ny loza ihany ilay raim-pianakaviana. Niezaka nanao   izay  ho afany ihany ny mpitsabo hanavotana ny ain’ilay teratany karana saingy noho ny ratra mafy nahazo azy teo amin’ny lohany dia tsy tana intsony ny ainy. Efa nahiana ihany ny fahafatesan’ity raim-pianakaviana ity, satria raha ny nambaran’ireo nanatri-maso dia efa nisy nipotsaka ny atidohany taorian’ny fifandon’ilay fiara. Izy mantsy no nitondra ilay Sprinter avy any Morondava niaraka tamin’ny ankohonany izay naratra avokoa. Tsy misy atahorana kosa ny ain’ireo fianakaviany na dia naratra mafy aza,  araka ny  vaovao voaray hatrany.

Andry N. 

Midi Madagasikara30 partages

SeFaFi : Contre l’instrumentalisation de la religion par les politiciens

Le SeFaFi a dressé le bilan de ses déclarations en 2017, lors d’une conférence de presse qui s’est tenue, hier, à l’hôtel Tamboho. Les actualités nationales ont été également abordées lors de cette rencontre avec la presse. Plus précisément les prochaines élections. Il a parlé, entre autres, du financement des campagnes électorales, de la laïcité de l’Etat. Sur ce dernier point, l’observatoire de la vie publique estime que la religion ne devrait pas être instrumentalisée par les politiciens.

Respect. D’ailleurs dans un extrait de ce 16e recueil, intitulé « espérer contre toute espérance », le SeFaFi fait état que « la saine laïcité signifie libérer la croyance du poids de la politique et enrichir la politique par les rapports de la croyance, en maintenant la nécessaire distance, la claire distinction et l’indispensable collaboration entre les deux. Aucune société ne peut se développer sainement sans affirmer le respect réciproque entre politique et religion en évitant la tentation constante du mélange ou de l’opposition. Une telle laïcité saine garantit à la politique d’opérer sans instrumentaliser la religion et à la religion de vivre librement sans s’alourdir du politique dicté par l’intérêt et quelque fois peu conforme, voire contraire à la croyance ». Sur le financement des campagnes électorales, le SeFaFi pense qu’il s’avère important d’indiquer le plafonnement ce qui n’est guère facile. Quant au « prix plancher », il trouve que ce serait indispensable dans la mesure qu’il y ait des candidats qui ne vont jouer que le rôle de figurants.

Dominique R.

Midi Madagasikara26 partages

Pratiques politiques : Le FFKM moralise ses « fils »

Les quatre églises membres du FFKM changent de stratégie. En effet, après avoir agi auprès du président de la République Hery Rajaonarimampianina et des trois anciens présidents (Didier Ratsiraka, Marc Ravalomanana et Andry Rajoelina) dans le cadre de la réconciliation nationale, le Conseil des Eglises chrétiennes de Madagascar va tenter de moraliser ses « fils », qu’ils soient au pouvoir, ou dans l’opposition. L’objectif est non seulement d’écouter, mais également d’apporter des solutions pour mettre fin aux pratiques politiques qui vont à l’encontre des préceptes bibliques. Des rendez-vous sont déjà au programme. L’église anglicane réunit les siens aujourd’hui à Ambohimamory. Les luthériens se donneront rendez-vous le samedi 10 mars aux 67ha. Et la FJKM rencontrera ses « fils » à Andrainarivo le 17 mars. Pour l’église catholique, des rencontres seront organisées au niveau de chaque diocèse.

R. Eugène

Midi Madagasikara25 partages

Football – Préparation : Emmanuel Adebayor convoqué contre les Barea

La sélection togolaise lors d’une séance d’entraînement (Photo TOGOFOOT.INFO)

Profitant de la trêve avant la reprise des éliminatoires de la CAN 2019 au mois de septembre, nombreuses sélections africaines disputent des matchs de préparation.

A moins de trois semaines de la rencontre amicale opposant les Barea de Madagascar aux Eperviers du Togo, les deux camps s’activent dans la préparation. La liste des Barea a été publiée par le coach national Nicolas Dupuis, la semaine dernière. Le sélectionneur de l’équipe nationale du Togo, Claude Leroy, a sorti la liste de ses protégés pour la double confrontation le 21 mars contre Madagascar au stade de St-Leu-la Forêt et le 24 mars face à la Côte d’Ivoire au stade Pierre Brison de Beauvais. Emmanuel Adebayor joueur de l’Istanbul Basaksehir, Turquie a été convoqué pour mener sa bande.

Liste

Gardiens:

Dida Alhassani (Liberty, Ghana).

Sabirou Bassa Djeri (Coton Sport, Cameroun).

Yorgan Agblemagnon (CD Nacional, Portugal).

Défenseur :

Djene Dakonam (Getafe, Espagne).

Bourahana Issifou (AS Togo Port).

Hakim Ouro-Sama (AS Togo).

Maklibe Kouloun (Dyto).

Steve Lawson (Neuchatel, Suisse).

Simon Gbegnon (Béziers, France).

 Milieux: Lalawele Atakora (Adana Demirspor, Turquie).

Franco Atchou (Enyimba, Nigeria).

Floyd Ayité (Fulham, Angleterre).

Ihlas Bebou (Hanovre, Allemagne).

Mathieu Dossevi (Metz,, France).

Guillaume Yenoussi (Dyto).

Razak Boukari (Chateauroux, France).

Komlan Agbegniadan (ASEC, Côte d’Ivoire).

Elom Nyavedji (Planète Foot).

 Attaquants:

Emmanuel Adebayor (Istanbul Basaksehir, Turquie),

Fo Doh Laba (Berkane, Maroc).

Euloge Placca (Beerschot, Belgique).

Thibault Klidje (Espoir FC).

T.H

L'express de Madagascar22 partages

Communiquer, c’est exister

Dans une société qui a un fort ancrage dans l’oralité, dans les traditions orales, la communication est généralement circoncise dans le langage parlé. Les autres formes de langage et d’expression sont plus ou moins mises au second plan. C’est peut-être pour cette raison que la relation des Malgaches avec l’art non oral est assez difficile . Pourtant, les Kabary, les vakodrazana ont une place particulière dans nos rituels sociaux. Ce qui n’est pas le cas pour la danse, et la peinture. Cela pourrait aussi expliquer pourquoi, la radio reste toujours et restera encore pour longtemps le moyen de communication par excellence à Madagascar.Le peuple malgache est aussi un peuple de l’imaginaire, des paraboles, de l’histoire orale. Par exemple, nos noms kilométriques qui font bien rire dans le monde entier cachent des histoires de vie, des histoires personnelles, des histoires familiales ; celles d’un clan, d’une dynastie, d’un lieu. De même, chaque prénom en malgache a un sens particulier et toute une biographie à raconter. Dans une communauté qui parle beaucoup, ne pas savoir, ne pas pouvoir parler deviennent donc un grand handicap. Puis, disons les choses franchement, juste ne pas savoir ni pouvoir parler sont source de stigmatisation et d’exclusion. Dans notre société : parler c’est exister.Et pourtant, communiquer n’est pas seulement parler. Il y a différentes manières de communiquer. Dans certains cas où la parole n’arrive pas ou est difficile, communiquer doit s’apprendre et l’accompagnement est nécessaire. Il y a des professionnels qui ont étudié pour appuyer les personnes et leurs familles. C’est ainsi que nous découvrons le fabuleux métier de l’orthophoniste. Par méconnaissance, au départ, on pensait que ce métier consistait seulement à aider les personnes à parler et plus largement, à communiquer. Mais on n’avait connu qu’une infime partie du grand domaine de spécialisation de l’orthophonie.Ce métier est encore très peu connu et très peu exercé à Madagascar. Jusque-là, il n’y a pas encore de Malgache exerçant au pays qui a suivi les cursus universitaires et diplomates. En France, on compte près de 24 500 orthophonistes dont 96% de femmes.  Le rôle de l’orthophoniste est de prévenir, évaluer et traiter aussi précocement que possible les difficultés ou troubles du langage (oral et écrit), de la communication. L’orthophonie s’intéresse également à toutes les altérations de la sphère oro-faciale sur les plans moteur, sensitif et physiologique, ce qui recouvre les altérations de phonèmes, les dysfonctions linguales, les troubles des modes respiratoires, la dysphagie, les troubles observés dans les paralysies faciales et les dysfonctionnements de l’appareil manducateur. Elle consiste également à maintenir les fonctions de communication et de l’oralité dans les pathologies dégénératives et neuro-dégénératives, et à dispenser l’apprentissage d’autres formes de communication non verbale permettant de compléter ou de suppléer les fonctions verbales.« être à Madagascar n’est pas une fatalité ! » Durant des jours, deux dames ont donné d’elles pour partager ce métier, appuyer des praticiens, des parents, des bénévoles. Bénévolement, elles ont partagé leurs savoirs, leurs connaissances, leurs expériences. Elles ont pris vraiment le temps d’écouter, de renseigner, de fortifier les participants. En pleurs, une mère a lâché « je sais que je ne suis pas seule dans mon combat ». Oui, malgré le fait que des associations, des parents, des praticiens n’ont pas encore les moyens financiers et techniques, des personnes bienveillantes viennent contribuer à la naissance de bonnes choses, notamment l’espoir. Avec beaucoup d’humilité, d’humanité, des personnes choisissent de changer les choses anonymement.  Misaotra tompoko !

Par Mbolatiana Raveloarimisa

Midi Madagasikara22 partages

Marais masay : Zazalahy hita faty natsingevan’ny rano

Nitangorona ny olona. Na ny mpandalo na ny mpandeha fiara fitaterana dia samy liana tamin’ny zava-nitranga. Tokony ho tamin’ny efatra ora hariva omaly no nisy lehilahy izay tombanana ho 15 taona eo izay natsingevan’ny rano ny fatiny. Feno fotaka ny tanany ary raha ny fijery izany dia niezaka nanavo-tena mafy izy ka namikitra tamin’izay azo notazomina. Nosintomina avy ao anaty rano ny razana dia nampakàna sisiny mandram-pahatongan’ny Bhm izay naka azy teo. Tsy nisy nahafantatra izay nijery tamin’ny fotoana nandalovana teo. Mbola manao akanjo ambony ambany izy saingy tsy nanao kiraro intsony. Tsy nahitàna ratra kosa tamin’ny vatany. Noho ny tsy fahafantarana azy sy ny tsy fisian’ny taratasy teny aminy dia nijanona teo amin’ny tombatombana fotsiny avokoa aloha ny antony mety ho nitarika ny fahafatesany. Saika haka zavatra teo amoron-drano ve kanjo nisolifatra tao amin’io ranobe io ? Efa maty ve no nisy nanipy tao ? Raha olona hilomano mantsy dia tokony niala avokoa ny akanjony iray manontolo. Mety azo eritreretina koa ny hoe nihetsika aretina tampoka teo amin’ny manodidina ny moron-drano ary nilatsaka tao. Na izany aza anefa, ny moron-dranon’ny Marais Masay dia tsy lalina velively ary tsy tokony mampilentika. Raha tsy ho sendran’ny onaona angaha. Tombana avokoa hatreto no mandeha.

D.R

Midi Madagasikara20 partages

IMGAM : Une convention de partenariat avec les grandes écoles rattachées à FIGS

Lors de la signature de la convention de partenariat entre les deux parties

Une grande opportunité pour les jeunes malgaches de se lancer dans le monde des affaires tout en faisant face au phénomène incontournable de la mondialisation et de la globalisation.

L’Institut de Management des Arts et des Métiers (IMGAM) représenté par son président, Rakotoson Martin Pierre et « France International Graduate School » (FIGS), représenté par son directeur du Développement international, Bénédicte Favre, viennent de signer une convention de partenariat. « Cette convention porte sur l’accompagnement administratif des étudiants de l’IMGAM à poursuivre leurs études au niveau des dix grandes écoles rattachées à FIGS. Il s’agit notamment du « Business School IDRAC » proposant les parcours en marketing et gestion de projet, de l’école 3A qui offre une discipline en entrepreneuriat social, de l’IFAG, de l’ESAM qui se spécialise en matière de finance d’entreprise, de l’IGS-RH, d’ILERI formant sur le tourisme, de SUPdeCOM, de l’IET prodiguant la formation en développement durable et de l’IHEDREA proposant un parcours en agrobusiness », a évoqué Rakotoson Martin Pierre, président de cet Institut lors d’une rencontre avec la presse hier.

Stage payant. « C’est une grande opportunité pour les jeunes étudiants. En effet, ceux-ci n’ont plus à refaire une année d’études en France tout en bénéficiant des frais de scolarité préférentiels dans le cadre de cette convention de partenariat. Ils seront ensuite diplômés des grandes écoles reconnues par les grandes entreprises françaises. Mais ce n’est pas tout ! Les étudiants poursuivant leurs études à FIGS bénéficieront également d’un stage payant d’une durée de six mois après avoir effectué cinq mois de formation académique », a-t-il poursuivi. Notons que l’IMGAM formant des professionnels depuis bientôt 25 ans, compte actuellement près de 5 000 étudiants. Cet Institut cible dès cette année ses anciens étudiants à tirer profit de cette opportunité.  Une mobilité des étudiants de FIGS à Madagascar est aussi prévue dans le cadre de cette convention. « Notre objectif vise à faire de Madagascar un pays incontournable dans le monde des affaires via un savoir-faire et un potentiel de ressources humaines fournis par l’IMGAM. « Malagasy Mahay Mahavita » ou textuellement « Malagasy compétent et efficace »  constitue d’ailleurs notre slogan », a conclu Rakotoson Martin Pierre.

Navalona R.

L'express de Madagascar19 partages

Saison cyclonique – De fortes pluies ce weekend

La menace d’inondation est d’actualité, avec la formation d’un cyclone non loin des côtes Nord-Est de l’île. Le futur Dumazile pourrait apporter de fortes pluies dans la partie Nord et au Centre Est de Madagascar, à partir de ce jour, selon le bulletin cyclonique spécial du 2 mars, établi par la direction générale de la Météorologie. Ce bulletin précise, par ailleurs, que Madagascar est à l’abri des vents violents. La sortie en mer est fortement déconseillée, entre Antalaha et Vatomandry. Le système génèrerait de fortes houles, avec des rafales de vent de 60 à 70 km/h qui l’accompagnent.Hier, le phénomène a évolué en une perturbation tropicale. Elle a été localisée à 400 km au Nord-Est d’Anta­laha, à 11 heures du matin. Elle s’intensifierait en une tempête tropicale, ce jour ou demain, et continuerait à s’intensifier, dans la mer. Elle n’atterrirait pas sur nos côtes, mais elle se déplacerait vers le Sud et évoluerait entre Madagascar et La Réunion, dans les trois jours à venir.

Miangaly Ralitera

Midi Madagasikara19 partages

Ministère de la Défense : Adhésion à la Charte relative à l’accès à l’information

Ce protocole d’accord, signe d’un progrès en matière d’accès à l’information.

Jeudi 1er mars lors d’une cérémonie tenue au siège du Comité pour la sauvegarde de l’intégrité (CSI), le ministre de la Défense nationale, le général Béni Xavier Rasolofonirina a signé la Charte relative à l’accès à l’information et partage de connaissances pour marquer l’engagement de son département à appliquer les dispositions de ce texte. Cette charte a pour objectif général la promotion de la transparence, de la responsabilité, de la bonne gouvernance et du développement effectifs en donnant à tous les moyens et la formation nécessaires pour la compréhension de leurs droits. Dans son discours, le ministre de la Défense a tenu à souligner que certaines dispositions de cette charte figurent déjà dans le code de déontologie et d’éthique des Forces armées. Ce département ministériel, à qui est rattaché le secrétariat d’Etat chargé de la Gendarmerie nationale, en tant que garant de la Sécurité nationale, il œuvre dans la promotion de l’Etat de droit, de la bonne gouvernance, et du respect des droits de l’Homme. En effet, le Gal Béni Xavier Rasolofonirina affirme être disposé à faciliter l’accès aux informations au public. Il a mis l’accent sur les dispositions du chapitre 6 de cette charte qui prévoit les exceptions au droit d’accès à l’information. C’est le cas de la défense nationale, la sûreté interne et externe de l’Etat, à la sécurité publique ou à la sécurité des personnes, à la vie privée des individus ou à des intérêts privés. Pour cette dernière, le ministre a cité les abus constatés dans l’utilisation des réseaux sociaux. A Madagascar, un projet de loi sur l’accès à l’information est attendu. Le CSI est le promoteur en la matière. Notons que l’accès à l’information est l’un des piliers de la bonne gouvernance.

T.M.

Midi Madagasikara16 partages

ASI : Une opportunité de financement pour Madagascar

L’Accord cadre de l’ASI (Alliance Solaire Internationale) a été créé en Inde. Madagascar l’a ratifié en novembre 2016 durant la 22e Conférence des Parties de la Convention Cadre des Nations  unies pour les Changements Climatiques (COP22) à Marrakech. Son objectif étant d’apporter une réponse collective aux principaux obstacles communs aux changements climatiques pour un déploiement massif d’énergie solaire et d’ouvrir la voie à des technologies futures adaptées aux besoins des pays. Pour Madagascar, l’ASI contribue à l’atteinte des objectifs et défis nationaux dans ses différents documents stratégiques de développement tout en mettant en œuvre les différentes Conventions et Accords internationaux qu’il a ratifiés. Cet Accord constitue également une opportunité de financement, de renforcement de capacités et de transfert de technologies solaires. Le projet de loi autorisant la ratification de cet accord cadre a été adopté à l’unanimité par le Sénat hier.

Navalona R.

L'express de Madagascar15 partages

Banque mondiale – Du financement pour l’inclusion financière

45 millions de dollars ont été accordés pour promouvoir l’inclusion financière des particuliers ainsi que des micros, petites et moyennes entreprises à Madagascar.

L’objectif principal de cet accord de financement est d’appuyer la lutte contre l’exclusion financière. 41 % des adultes malgaches sont, en effet, exclus des services financiers. « Un pourcentage équivalent pour les femmes, qu’il s’agisse de services formels ou informels selon une enquête Finscope de 2016 », indique un communiqué de la Banque mondiale. L’accès aux financements figure en deuxième position parmi les facteurs de contrainte dans la pratique des affaires sur la Grande île selon l’enquête 2017 du Forum économique mondial sur l’opinion des dirigeants. Ainsi, 17% des adultes seulement ont recours aux nouveaux types de services comme le mobile-banking et 30% choisissent les services financiers informels.Dans le classement Doing Business 2018 de la Banque mondiale, Madagascar occupe la 133e place, sur 190 pays, pour l’obtention de prêts. La Banque mondiale entend ainsi soutenir les efforts des autorités, de la Banque centrale de Madagascar et des prestataires de services financiers, mobilisés pour offrir un accès plus inclusif aux financements. D’ailleurs, la stratégie nationale sur l’inclusion financière a été adoptée le 22 février dernier et sera axée sur l’amélioration de l’épargne, des offres de crédits, de l’assurance et des systèmes de paiement.

Mal desserviesTrois catégories de bénéficiaires sont ciblées par ce projet d’inclusion financière. Afin de réduire les inégalités d’accès aux financements, les femmes et les entreprises féminines seront priorisées.  Les contribuables, enseignants et étudiants peuvent en jouir  grâce au système de compte bancaire dématérialisé. Les clients des institutions de micro-finance des zones rurales constituent la troisième catégorie de cible. Plus spécifiquement, cet accord de financement permettra l’accès au crédit des micros, petites et moyennes entreprises grâce à un dispositif de garantie pour les banques et les institutions de microfinance et au déploiement d’innovations technologiques dans le domaine de la finance (Fintech). En outre, le projet incitera les entreprises productives à solliciter des prêts par le biais de services d’aide aux entrepreneurs et le développement de succursales d’institutions de microfinance dans des régions mal desservies.Les fournisseurs d’argent mobile profiteront du développement de leurs services et de leurs réseaux d’agents. « Avec la généralisation des services de télécommunications, le pays dispose d’une occasion unique pour étendre les services financiers en privilégiant le recours à l’argent mobile parmi les populations jusque-là mal desservies, qu’il s’agisse d’une enseignante obligée d’abandonner son poste pour aller toucher son salaire ou d’un agriculteur ayant besoin d’un prêt pour acheter des engrais et des semences », souligne Coralie Gevers, responsable des opérations de la Banque mondiale pour Madagascar.

Mirana Ihariliva

Midi Madagasikara15 partages

Cour Suprême : Entrée en fonction du nouveau premier président

Si le nouveau Procureur Général de la Cour Suprême n’est pas encore nommé, le nouveau premier président de cette plus haute juridiction a été connu lors du Conseil des ministres de mardi dernier même. Il s’agit de Rajaona Andriamanankiandrianina. La passation de service avec son prédécesseur Randrianantenaina Modeste qui partira à la retraite n’a pas tardé. C’était hier à la Cour Suprême à Anosy. Mais, en attendant sa prestation de serment, le nouveau premier président ne peut qu’expédier les affaires courantes. Quoi qu’il en soit, le limogeage du Procureur Général de la Cour Suprême Ranary Rakotonavalona Robertson continue de susciter des polémiques. La présidente du SMM dénonce dans cette affaire une violation de procédure.

R.Eugène

Midi Madagasikara15 partages

Maevatanana : Olona iray maty voatifitry ny dahalo

Nisehoana fanafihan-dahalo tany Marobarihy, fokontany Ambinanakely, Kaominina Mangabe, disitrikan’i Maevatanàna, ny talata 27 febroary lasa teo tokony ho tamin’ny 09 ora alina. Nisy ny fifandonana tamin’izany ka maty voatifitra ny olon-tsotra iray. Dahalo maromaro tsy voafaritra isa nirongo fitaovam-piadiana mahery vaika no nirohotra nanafika tany amin’io tanàna voalaza etsy ambony io. Tsy nisy sahy nanohitra ny fokonolona nanoloana ireo fitaovam-piadiana nentin’ireo mpanafika ireo. Omby 10 tao am-bala no lasan’izy ireo tamin’izany. Nampandrenesina malaky ny miaramilan’ny DAS ao Ambinanikely vantany vao lasa ireo dahalo, ka nisy ny fanarahan-dia nataon’izy ireo niaraka tamin’ny fokonolona ary dahalo iray no azo sambo-belona. Tafaverina tany amin’ny tompony ny omby rehetra. Mitohy kosa ny fanarahan-dia.

Ratantely

Midi Madagasikara11 partages

BaoBad Badminton : En jumelage avec le Stade Laurentin Badminton

La vulgarisation de sa discipline reste un des mots clés de Baobad Badminton Madagascar. S’ils pratiquent, c’est parce qu’ils ont les matériels adéquats et les moyens pour le faire. Et avec le projet 1.000 raquettes pour Madagascar, c’est réussi. Mais Johary Rasolondraibe et Baobad ne s’arrêtent pas là. Voici trois ans qu’ils ont lancé le projet de parrainage des joueurs. « Pour respecter son engagement en tant que « Club Solidaire SOLIBAD » et pour permettre aux jeunes les moins nantis de pratiquer ce sport, le club a lancé plusieurs projets de solidarité ». Ainsi, le club a testé le parrainage des jeunes badistes issus de milieux défavorisés pour les aider à non seulement progresser dans la pratique de cette discipline sportive, mais également pour soutenir les familles dans le parcours scolaire des badistes qui risquent à tout moment la déscolarisation. Et les essais ont été concluants, car les prises en charge font partie des meilleurs badistes comme ils enregistrent de très bons résultats scolaires à l’instar d’Alpha, de Fabio, ou encore de Nandos.

Cette année, cela va prendre de l’ampleur que ce soit à Madagascar ou en France. Avec le Stade Laurentin Badminton, un club de badminton de Saint-Laurent du Var et deux de ses membres, un tournoi est organisé pour la levée de fonds. Anne et Sébastien, des membres du club sont déjà venus à Madagascar. Et le même club, le SLB va ainsi parrainer deux des meilleurs joueurs du club BaoBad durant toute la saison avec Fabio et Tahirivola, multi-champions dans leur catégorie et démontrant un parcours scolaire sans faute. Un projet qui mérite qu’on l’appuie.

Anny Andrianaivonirina

Midi Madagasikara11 partages

BNGRC : 30 volontaires formés pour affronter le front

Les volontaires lors d’une séance de pratique au Panorama hier.

«La saison des pluies est loin d’être terminée. Le pays pourrait faire face à des catastrophes naturelles de type cyclone dans les mois qui viennent. La prévention est donc de mise pour limiter les pertes aussi bien matérielles qu’humaines». Ce sont les propos du secrétaire exécutif adjoint auprès du Bureau national de Gestion des Risques et Catastrophes (BNGRC) lors d’une interview effectuée à l’hôtel Le Panorama hier. Le Gal Charles Rambolarson de faire savoir que l’organisme de gestion des catastrophes entend emprunter le même chemin que d’autres acteurs. C’est-à-dire en se penchant sur le volontariat. 30 volontaires ont – dans cette optique – été recrutés pour appuyer les actions d’intervention du bureau dans les différentes régions de l’île. Une initiative qui ne va pas porter ses fruits sans renforcement des capacités des personnes concernées. Une formation de deux jours a donc été organisée pour permettre aux 30 volontaires d’être opérationnels une fois relâchés sur le terrain. Différents modules ont été abordés pour une meilleure appréhension des rôles et responsabilités qui leur incombent une fois le moment de vérité venu.

José Belalahy

Midi Madagasikara9 partages

Dans l’attente du réveil de la classe politique

A un peu plus de neuf mois de l’élection présidentielle, on sent un véritable frémissement dans le monde politique malgache. L’entrée en scène d’Andry Rajoelina dans le débat a réveillé ce milieu dont les membres paraissaient résignés à subir l’ascendant des partisans du pouvoir. On peut penser à ce qu’on veut des propositions de l’ancien président de la Transition, mais il a forcé l’équipe de l’actuel chef de l’Etat à réagir. On imagine sans peine que l’état- major HVM est en train de revoir toute sa stratégie pour ne pas se laisser déborder par ce concurrent très sérieux. L’offensive a commencé à Toliara où le président de la République a commencé sa campagne d’explication de son « Fisandratana vina 2030 ». Les méthodes utilisées par le régime sont les mêmes que celles de ses prédécesseurs, puisque les membres de l’Administration ont été obligés d’assister à la manifestation pour donner l’impression d’un grand rassemblement populaire. Tout le monde attend la présentation des projets de loi électorale à l’Assemblée. Les fuites en provenance de Mahazoarivo ont permis de juger des artifices du pouvoir en place pour avoir un code électoral à sa convenance. La levée de boucliers qu’elles ont provoquée devrait faire réfléchir le pouvoir avant d’envisager un passage en force à l’Assemblée. Il n’est pas trop tard pour établir un véritable cadre de concertation pour empêcher une politique du fait accompli dont le régime est coutumier. Les voix se font donc entendre tant du côté de l’opposition que de la société civile. Cette semaine, on a pu se rendre compte que l’ancien président Marc Ravalomanana est totalement ostracisé. Cet acharnement systématique dont il est la victime peut cependant se retourner contre ceux qui l’ont provoqué. Aujourd’hui, il a une image de martyr auprès d’une partie de l’opinion. Mais, le coup de grâce pourrait lui être porté si sa candidature était définitivement écartée.

Sur le plan international, c’est toujours la Syrie qui focalise l’attention des médias du monde entier. La décision du conseil de sécurité proclamant une trêve dans le Nord du pays en Ghouta orientale pour permettre l’évacuation des civils n’a pas empêché les forces gouvernementales de continuer leur offensive. C’est un déluge de bombes qui s’abat sur la population. Bachar Al Assad soutenu par la Russie et l’Iran est plus que jamais décidé à chasser totalement les rebelles de leur fief quitte à faire des milliers de victimes innocentes. On affirme que son armée utilise des armes chimiques.

Vladimir Poutine a redonné à son pays la place de grande puissance qu’elle avait perdue ces dernières années. C’est du moins ce qu’il voulait signifier en parlant des avancées technologiques sans précédent enregistrées en matière d’armement. Prononcé devant les parlementaires de la Douma, ce discours avait un objectif électoraliste évident, puisqu’il est prononcé à quelques mois de l’élection présidentielle.

La France est la cible de l’attaque terroriste qui a eu lieu hier, au Burkina Faso. Son ambassade à Ouagadougou a été mitraillée par cinq hommes armés. Ces derniers n’ayant pas réussi à y pénétrer ont pris d’assaut l’état-major des forces françaises sur place. Les forces spéciales burkinaises ont, aux dernières nouvelles, réussi à neutraliser les assaillants.

La situation tant politique qu’économique du pays nécessite des solutions innovantes et audacieuses. La période électorale qui s’ouvre est propice à la présentation de programmes efficaces. Les Malgaches attendent non pas un homme providentiel ou un messie, mais un dirigeant honnête et capable d’agir dans l’intérêt du pays. Les mois à venir vont leur permettre de jauger les hommes et les femmes qui vont se porter candidats. A neuf mois de l’élection présidentielle, on attend le réveil de la classe politique.

Patrice RABE

Midi Madagasikara9 partages

Football- Coupe de la CAF : ASPL 2000, un sérieux client pour Fosa !

Le premier tour de la Coupe de la CAF opposera le 9 mars prochain à l’Ile Maurice, l’équipe de l’Association sportive Port-Louis 2000 au Fosa Juniors. Une échéance prise très au sérieux par le clan mauricien voire tout le peuple de l’île avec ce que cela suppose de mobilisation générale allant du citoyen lambda au ministère de tutelle qui, contrairement à son homologue malgache, n’hésite pas à mettre la main à la pâte pour offrir à son porte-fanion toutes les garanties d’une bonne préparation.

C’est dire que l’ASPL 200 attend de pied ferme Fosa Juniors après avoir fait voler en éclats la défense des Comoriens de Ngazi Sport au tour préliminaire de cette compétition africaine sur le score éloquent de 4 buts à 1.

Autant le dire, le club présidé par Mohamed Anwar Elahee est tout sauf un club amateur. La preuve, il s’est attaché le service d’un entraîneur professionnel en l’occurrence le Congolais Koffi Kawata.

Comme l’équipe six fois championne de Maurice compte aussi dans ses rangs trois membres de l’équipe nationale dont le célèbre Luther Rose, mais aussi Adrien Botlar et Emmanuel Vincent.

Du solide en fait, mais le danger viendrait surtout d’un certain Ludovic Lafoudre qui justifiait son nom en réalisant un triplé lors du match contre Ngazi Sport.

Si, à domicile, l’ASPL 2000 est redoutable, il reste tout de même prenable hors de ses bases comme l’atteste ce nul de 1 partout du match aller aux Comores.

En clair, il va falloir jouer serré pour le camp majungais bien obligé de limiter les dégâts avant le retour prévu le 16 mars, probablement à Mahajanga. Car sur ce chapitre, le staff du Fosa est loin d’être communicatif avec la presse. Mais que voulez-vous, c’est son choix…

Clément RABARY

Madagate8 partages

Madagascar présidentielle 2018. Grand Manitou du néant, Henry Rabary-Njaka annonce les dates sur TV5 Monde

L’EXTRAIT DE CETTE VIDÉO CONCERNANT L'ANNONCE DU MAE MALGACHE, SERA EN LIGNE INCESSAMMENT

Il est très fort, ce cher Henry! De passage à Paris, le ministre malgache des Affaires étrangères, Henry Rabary-Njaka, après avoir rencontré son homologue français, Jean-Yves Le Drian, a été l’invité du 64’ sur TV5 Monde. Il a annoncé les dates de la prochaine élection présidentielle de 2018. Livré à lui-même, dans son pays d’adoption (il est avocat inscrit au barreau de Paris), il a débordé du cadre de ses attributions et a encore commis une énième gaffe.

En effet, il a annoncé des dates que tous les Malgaches attendent avec impatience, à partir de la France déjà, mais plus encore, il n’a pas laissé au premier responsable légalement concerné, le soin d’effectuer cette annonce. Car si c’est l’État qui doit publier le calendrier électoral, il revient au seul chef du gouvernement d’en faire l’annonce publique. Par conséquent, seul le Premier ministre Olivier Mahafaly, est en droit de le faire. En attendant les impacts de cette énième impair de Mister Rabary-Njaka, ci-après la transcription de l’extrait de son passage, le 2 mars 2018, sur TV5 monde :

Xavier Lambrechts: En un mot, il y aura des élections présidentielles à Madagascar? On connait les dates?

Henry Rabary-Njaka: On connait les dates, oui. Le premier tour sera le 24 novembre et le deuxième tour le 24 décembre (Ndrl: il s’agit de cette année 2018), pour ce qui concerne l’élection présidentielle, et tout de suite après y’aura les élections législatives et en ce moment même, le parlement, l’assemblée nationale et le sénat sont en train, justement, de, de, de d’étudier pour sortir les lois électorales./.

Excès de zèle? Incompétence masqué par un m’as-tu vuïsme insensé? Usurpation de fonction? En tout cas, ces dates annoncées par Henry Rabary-Njaka à partir de Paris, donc, n’engagent que lui-même car elles n’ont aucun caractère officiel. Mais pris au dépourvu par la question -il fallait bien répondre quelque chose de «positif», n’est-ce pas ?-, il s’est sans doute rappelé (heureusement alors !) l’article 47 de la Constitution en vigueur à Madagascar qui stipule que «l'élection du président de la République a lieu trente jours au moins, et soixante jours au plus, avant l'expiration du mandat du président en exercice». Les fondations du parti Hvm sont pourries que je vous dis ! (Lire ICI).

Jeannot Ramambazafy – 3 mars 2018

 

Midi Madagasikara8 partages

Basket-ball – Coupe du président : Telma réitère son engagement

Les quatre dernières formations qualifiées pour le Play-Off de la Coupe du président seront connues demain après les finales disputées à Toamasina et à Fianarantsoa. La compétition aborde la phase des demi-finales pour la zone centre sud à Fianarantsoa ce jour et celle de la zone centre à Toamasina. Telma, en tant que partenaire N°1 du basket-ball à Madagascar et Sponsor officiel de la FMBB, a accompagné ces compétitions depuis le début du mois. Partenaire depuis la première édition, Telma a réitéré son engagement à soutenir cette grande compétition. En effet, chaque année, la Coupe du président contribue à mettre en avant les meilleures équipes dans les zones définies à travers le pays, l’occasion de découvrir les nouveaux espoirs du basket-ball malgache, mais aussi et surtout d’offrir à chaque club la chance d’évoluer, de se dépasser et de pousser les limites encore plus loin. Telma a doté en matériels les équipes gagnantes de chaque zone –  gourdes et sacs à dos – afin de mieux se préparer aux étapes à venir, notamment les « Play Off », à Tuléar, du 10 au 18 mars prochain.

T.H

Midi Madagasikara8 partages

Syndicalisme : Renforcement de la coopération entre Memur-Sen et le FISEMA

La Memur-Sen et la FISEMA ont décidé d’unir leurs forces pour un mouvement syndical plus efficace.

Le mouvement syndical malgache s’associe avec celui de la Turquie. Memur-Sen, la plus grande confédération des Syndicats des Fonctionnaires en Turquie a effectué une mission en terre malgache, du 27 au 28 février dernier. Conduite par son vice-Président Haci Babyram Tambul, accompagné de l’Expert en Relations Internationales, Nihat Aksen, cette délégation a eu une séance de travail avec les cadres de la FISEMA, dirigés par son Secrétaire Général José Randrianasolo. Une rencontre au cours de laquelle les deux confédérations ont décidé de renforcer leur collaboration. Et ce, par le biais de partages d’expériences et de mise en place d’un programme de formation touchant différents domaines du mouvement syndical. La FISEMA a aussi confirmé son engagement à soutenir l’effort de Memur-Sen dans la mise en place d’un Réseau Syndical Mondial fort. Un réseau qui regroupera des Confédérations Syndicales de 60 pays totalisant pas moins de 180 millions de travailleurs essentiellement issus des pays du Sud.

A noter que dans le cadre de cette coopération, Memur-Sen axe principalement ses efforts dans la Formation des différents Cadres Syndicaux de ses Partenaires. La Secrétaire Générale Adjointe de la Fédération des Syndicats des Travailleurs des Energies et des Mines(FSTEM) affiliée à la FISEMA vient de bénéficier d’une formation de haut niveau à Ankara du 9 octobre au 13 novembre 2017. En tout cas, la FISEMA bénéficiera dans le cadre de cette coopération des expériences et des ressources de Memur-Sen qui est la plus grande confédération des syndicats des fonctionnaires en Turquie. Elle compte un million de membres sur les 3,2 millions de fonctionnaires existants ; et 3,8 millions syndiqués à Memur-sen sur les 16 millions de la population active.

R.Edmond.

L'express de Madagascar7 partages

Énergie verte – Les avantages fiscaux peu attractifs

Le marché de l’électrification rurale ne convainc qu’un petit nombre d’opérateurs. Une étude est en cours pour rendre ce secteur plus attrayant pour les investisseurs.

Contrainte. Les mesures entreprises en matière d’allègement fiscal, concernant l’exploitation et la production d’énergie verte sont essentiellement dédiées à la motivation des opérateurs à investir dans ce secteur. Cependant, l’initiative est loin de faire l’unanimité parmi les premiers concernés. Cette situation a été évoquée hier à l’hôtel Carlton Anosy lors de la tenue de l’atelier sur l’analyse des avantages fiscaux pour les acteurs de l’énergie en matière d’électrification rurale. Collaboration entre l’office de régulation de l’électricité (ORE), l’agence de développement de l’électrification rurale (ADER) ainsi que le ministère de l’Énergie, l’atelier entre dans le cadre du programme Promotion de l’Électrification par les Énergies Renouvelables (PERER) appuyé techniquement par la coopération allemande.« L’étude est encore en cours afin de pouvoir capitaliser les acquis et identifier les meilleurs moyens de rendre encore plus attractif le secteur vis-à-vis des opérateurs privés. Notamment, sur la réduction de plus de 20%, des taxations sur les importations d’équipements destinés au développement de l’électrification rurale », explique Frédéric Ranjatoely, du cabinet Lexel Juridique et Fiscal, en charge de l’étude. Par ailleurs, pour bénéficier de ces allègements fiscaux, les entreprises doivent remplir certaines conditions d’éligibilité conformément au code général des impôts. Parmi ces critères d’éligibilité, l’envergure des activités de la société qui se mesure à partir de son chiffre d’affaires (CA).

DémotivantSi autrefois, les sociétés pouvaient prétendre à un allègement fiscal à hauteur d’un CA de 20 millions d’ariary, à présent, ce chiffre a été revu à la hausse dans le code général des impôts. À présent, seuls les opérateurs affichant un CA de plus de cent millions d’ariary peuvent bénéficier de cet avantage. Une modification que la majorité des opérateurs jugent démotivante. «Nous œuvrons en milieu rural. Dans un environnement où les activités informelles règnent. Nos clients cibles ont un pouvoir d’achat moindre. De ce fait, nous sommes dans l’obligation d’aligner nos prix sur leur pouvoir d’achat malgré les coûts de production élevés de l’énergie verte», déplore Casimir Ranaivo, gérant de la société Casielec, Président de l’association nationale des opérateurs en électrification rurale. Selon lui, «Leurs activités s’apparentent plus à des activités sociales qu’à une activité commerciale génératrice de revenu. Rien que pour cette raison, la législation devrait être telle que les avantages soient beaucoup plus attrayants afin de fédérer beaucoup plus d’opérateurs».

Harilalaina Rakotobe

L'express de Madagascar2 partages

Élection présidentielle – Le Sefafi pour un budget de campagne limité

L’Observatoire de la vie publique (Sefafi) a donné une conférence de presse, à l’hôtel Tamboho Ambodivona hier, pour la présentation d’un recueil qui englobe les analyses politiques de l’observatoire durant l’année 2017. Durant la conférence de presse, l’organisation de l’élection présidentielle de cette année a été au centre de la discussion, d’autant plus qu’une partie du recueil a été consacrée à l’élection.Parmi les sujets évoqués, le Sefafi pense que le calendrier électoral doit être établi et connu plus tôt. « Cela permettra aux citoyens et aux candidats de se préparer aux échéances », selon l’observatoire. Un autre point soulevé par le Sefafi, le budget de la campagne électorale. Selon Ketakandriana Rafitison, membre de l’Observatoire de la vie publique, il n’est pas nécessaire de dépenser trop d’argent pour cela. « Le budget de campagne des candidats doit être limité. Il ne faut pas faire beaucoup de dépenses car nous sommes un pays pauvre », a-t-elle déclaré.Concernant les lois organiques relatives à l’élection, le Sefafi avance l’idée d’un débat sérieux et approfondi à ce sujet avant de l’adopter au Parlement. Des partis politiques, notamment ceux qui ne sont pas normalement constitués, auront également certaines difficultés dans la participation à l’élection car il faut remplir certaines conditions pour qu’un parti puisse présenter son candidat. Selon Sahondra Rabenarivo, « certains partis auront des difficultés pour participer à l’élection, mais il faut aussi reconnaître que l’État donne un peu plus d’importance aux partis sérieux ».Le Sefafi édite chaque début d’année un ouvrage qui regroupe la vision des affaires politiques du pays de ses membres. Cette année,« Espérer contre toute espérance » est le titre de ce recueil. Le livre fait un résumé de son contenu, selon lequel le pays semble être à l’arrêt avant la fin du mandat du président de la République. « La pauvreté s’étend, l’inflation a fait plus de deux cents morts, les infrastructures se détériorent et la corruption se généralise. Coupés de la population, les dirigeants réagissent au mécontentement des citoyens en interdisant les manifestations et en intimidant les médias », déplore le Sefafi au dos du recueil. Toutefois, l’Observatoire de la vie publique se dit fidèle à son objectif et ne se lassera pas, pour autant, de proposer des alternatives aux pratiques qu’il dénonce.

Loïc Raveloson

L'express de Madagascar2 partages

Réclamations conservatoires

Le Malgache a une relation à psychanalyser avec le feu. Pourquoi la foule de la Place du 13 mai 1972 a-t-il brûlé l’Hôtel de Ville, avec les documents d’état-civil de toute la popu­lation ? Pourquoi quelqu’un (on ne saura jamais qui) a brûlé le Palais d’Andafiavaratra le 11 septembre 1976 ? Pourquoi quelqu’un (on ne saura jamais qui) a-t-il mis le feu au Rova d’Antananarivo le 6 novembre 1995 ? Pourquoi la foule de la Place du 13 mai 2009 a-t-elle incendié la Radio Nationale, avec les dernières archives audio de tout un pays ?Le feu purificateur devient surtout des flammes devastatrices dans notre culture récente. Il n’y a qu’à regarder la terre noircie par les feux de brousse à chaque approche sur l’aéroport d’Ivato. Et quand la foule excitée ne s’en prend pas aux symboles de l’État, de l’ordre, de l’autorité, elle se défoule sur les maisons particulières des dignitaires en place. Une furie révolutionnaire dont les ressorts envieux mériteraient également psychanalyse.La nuit où j’ai assisté à la destruction totale du palais Manampisoa à Anatirova, je pleurais moins la réduction en cendres de l’édifice d’époque que la disparition à jamais d’archives et d’objets historiques.« Dépêchez-vous de manger sur l’herbe, un jour ou l’autre, l’herbe mangera sur vous », enjoignait le toujours facétieux Jacques Prévert. De quoi faut-il que le Malgache se dépêche ? De numériser toutes les archives historiques, toutes les photos d’époque, de prendre de strictes mesures conservatoires à l’endroit des objets sauvés des flammes de 1995.Desseins d’un fada ? Je pense que, au-delà des affirmations découlant des seuls textes juridiques, il nous est possible de renoncer à véritablement posséder, immédiatement, des témoignages dont nous ne saurions que faire.OBJET 1. Ny Gazety Malagasy, 3 avril 1896, page 21 : le général Duchesne avait été reçu, le 23 février, par le Président de la République. Au cours de cette entrevue, le général a remis à M. Félix Faure la lettre autographe que S.M. La Reine de Madagascar lui avait confiée et qui était renfermée dans un sachet de soie rouge brodé d’or, portant les initiales royales.OBJET 2. Ny Gazety Malagasy, 1er mai 1896, page 54 : Le 23 avril, S.M. La Reine a fait chevalier de l’ordre de Radama, M.Ratsimihaba, 13 Hrs, O.D.P. M.Ratsimihaba part en France, comme envoyé extraordinaire, accompagné de M. Le lieutenant Collet-Meygret, pour porter à M. Le Président de la République, au nom de la Reine, l’écharpe rouge et la grande étoile, qui sont la plus haute décoration du royaume malgache.OBJET 3. Ny Gazety Malagasy, 22 mai 1896, page 84 : Le général Duchesne est en possession de la plume avec laquelle la reine de Madagascar et lui-même ont signé, à Tananarive, le traité du 1er octobre. Cette plume avait été conservée par le capitaine chef du service géographique de l’expédition, et présent à la signature. Mais, au cours de la traversée qui ramenait son état-major à bord du Yang-Tsé, le général Duchesne, ayant une pièce à signer, s’adressa au même officier, qui lui offrit la fameuse plume en faisant connaître son précédent usage. Le général lui exprima alors son désir de la garder, et le capitaine ne put que s’incliner.OBJET 4. Académie malgache, Séance du 16 mai 1974, p.XXXIX : «Mme Crosthwait, épouse de Son Excellence l’Ambassadeur de Grande-Bretagne, a présenté avec projections et commentaires les peintures du Musée du Palais de la Reine, en particulier les fresques de la Tranovola montrant l’armée du roi Radama 1er, les soldats habillés et équipés d’uniformes britanniques fournis par la Grande-Bretagne sous le Traité de 1817».

Par Nasolo-Valiavo Andriamihaja

L'express de Madagascar2 partages

Des écrits virulents contre les abus administratifs

Il est des noms rendus célèbres par les luttes pour l’égalité, la liberté ou l’indépendance qui y sont rattachées. Tel Jean Ralaimongo dont la vie, selon Régis Rajemisa-Raolison, est « un tissu de péripéties », faisant de lui « un homme énergique et instruit, mais aussi violent et brutal». Origi­naire d’un village d’Ikala­mavony où il nait en 1884, il garde les bœufs dans son enfance, avant d’être admis parmi les quarante premiers élèves de l’École normale de la Mission protestante française (MPF) en 1899. Ayant réussi son CAE en 1902, il est enseignant de la MPF dans son village natal (1902-1903), puis à l’école norvégienne, et enfin à l’école officielle de Fianarantsoa.En 1910, il prend un congé de disponibilité pour suivre, en qualité de valet de chambre, un ami français en France où il finit par décrocher son BE au bout de cinq mois. Il revient à Madagascar en 1912, travaille à l’école officielle de Mahabibo- Mahajanga, démissionne en 1913 pour se faire clerc d’avocat, puis employé aux Messageries maritimes.La Grande guerre de 1914 éclate, Jean Ralaimongo s’enrôle volontairement en 1916, s’embarque de nouveau pour la France où il est incorporé dans le 12e Bataillon malgache. Sergent à la fin de la guerre, il rentre au pays en 1920.C’est alors que commence sa carrière politique. En 1927, il fonde à Diego-Suarez, le journal « L’Opinion», dont le double but est de mener une campagne de presse violente en faveur des libertés démocratiques à octroyer aux Malgaches et de dénoncer les abus administratifsde toutes sortes. Ses activités politiques sont parallèles à celles de Paul Dussac qui le rejoint en 1928. Elles consistent en des articles vigoureux dans plusieurs journaux. Tels « L’Opinion», « Le Libéré », « La Nation malgache »… Ses actions sont aussi marquées de manifestations et surtout de condamnations en tous genres qui s’abattent sur lui coup sur coup : emprisonnements, amendes, interdiction de séjour…Pour certains, Paul Dussac, colon et journaliste réunionnais établi à Nosy Be, est pendant dix ans (1928-1937), le grand meneur du mouvement de Ralaimongo. Le 19 mai 1929, il s’apprête à donner une conférence à Antananarivo en vue de travailler l’opinion publique en faveur de la naturalisation en masse des Malgaches. Au dernier moment, la réunion est interdite aux Malgaches non citoyens français. et Dussac, renonçant à la causerie, organise alors, avec ses amis, une manifestation- la première du genre à Madagascar- devant la Résidence du gouverneur général à Ambohi­tsorohitra. Jeté en prison, il en sort après quelques mois, mais pour recommencer de plus belle « à fustiger certains abus de pouvoir monstrueux » que se permettent certains administrateurs. Pour sa part, Ralaimongo se voit infliger avec son ami médecin, Joseph Ravoahangy-Andrianavalona, cinq ans de résidence fixe à Port-Bergé.En mai 1930, Dussac trouve devant lui le gouverneur général Cayla, prêt à briser le mouvement. Et les condamnations pleuvent sur lui « à la cadence accélérée jusqu’en 1936 » où l’avènement du Front populaire en France lui permet d’organiser des manifestations ouvertes et même des grèves. Il fonde alors, personnellement, une section malgache du Parti communiste. Mais si le gouvernement  parait lui accorder un peu de répit, « Dussac n’en subit pas moins de la part, semble-t-il, des colonialistes, des attaques de toutes sortes, mêmesphysiques ». Le 31 octobre 1936, il est, avec son ami Ravoahangy, molesté aux portes de la capitale. L’année suivante, il rentre en France pour ne plus revenir.Tandis que Dussac s’affilie au Parti communiste, Ravoahangy à la SFIO, Ralaimongo, lui, reste sans parti. En 1937, il est attaqué à Mananjary par quinze individus auxquels il n’échappe que de justesse. À partir de cet instant et après avoir confié son affaire à un avocat français d’Antananarivo, Ralai­mongo disparait de la scène politique. Quant à Ravoahangy-Andria­navalona, il ne cesse de mener le combat, devenant un député qui siège à l’Assemblée nationale française .

Texte : Pela Ravalitera - Photo : Archives personnelles

Madagate2 partages

Madagascar. Le régime Hvm se croyant invincible méritera sa fin brutale

Paroisse internationale Fjkm Andohalo, le 28 février 2018 (VIDÉO ICI), lors du culte d’action de grâce pour le repos de l’âme de Tsilavina Ralaindimby, «un artiste, un patriote mais aussi un croyant à sa manière», dixitle pasteur Fanomezana Nirinarivelo. «Au lieu de parler de celui qui vient de nous quitter, parlons plutôt de nous qui sommes vivants, à travers un passage du livre de l’Apocalypse (14:13): «Heureux, dès maintenant, ceux qui sont morts dans le Seigneur, qu’ils se reposent de leur labeur car leurs œuvres les suivent», choisi par la famille. Cela signifie que Dieu juge un homme selon ses œuvres et les bonnes œuvres sont la source du bonheur. Ce passage fait partie de cette voix des anges, voix céleste que l’apôtre Jean a entendue à la fois comme le grondement fort d’un coup de tonnerre mais aussi comme le chant d’un joueur de harpe touchant son instrument».

«Ainsi donc, ce verset s’adresse aux vivants qui acceptent de mourir dans le Seigneur dès maintenant. La disparition de notre cher peut s’annoncer à la fois comme un coup de tonnerre mais aussi, et en même temps, une musique contenant un message à travers elle-même, venant de Dieu. Quel est ce message? D’abord il faut avouer que ce verset est paradoxal».

Ce livre a été écrit par l’apôtre Jean dans un contexte bien précis, c’est-à-dire au temps de l’Empire romain. L’empire qui vivait en ce temps-là dans ce qu’on appelle pax romana ou la paix romaine où le leitmotiv était «Rome éternelle» et où on bâtissait des édifices censés durer éternellement. Du coup, l’empire ne connaissait pas la notion de FIN. Mais il ne s’agit pas de la fin du monde mais plutôt de la fin de ceux qui vivaient à la manière de Rome: corruption, injustices de toutes sortes, artifices pour fuir la réalité, etc. Il s’agissait de la fin d’un monde et la naissance d’un autre».

Cela ne fait pas un pli: l’homélie du jour n’était pas fortuite. Elle rappelait, de manière très subtile, la chute de l’empire romain -celui d’Occident- et s’adressait aux tenants du pouvoir actuel à Madagascar. Ce qui est d’autant plus extraordinaire, à partir du moment où Tsilavina Ralaindimby était le Directeur de la communication de la présidence de Madagascar. Est-ce à dire qu’il n’était pas écouté du tout? Revenons plutôt sur la chute de l’empire romain, plus exactement ses causes directes.

Malgré un semblant de sérénité, de paix et de prospérité, l'Empire romain d'Occident (Gaule, Espagne, Afrique du Nord, Italie. Capitale Rome) chute en 476 après Jésus-Christ. Cet Empire était submergé, rongé par la corruption; les impôts étaient très mal perçus et l'économie donnait des signes de faiblesse extrême. En gros, c’est une crise à caractère économique et social qui a caractérisé la chute ou encore la décadence de Rome, malgré l'abdication de l'empereur Romulus Augustule, au profit d’Odoacre, chef des Germains Hérules. Car Augustule, qui avait dirigé avec autoritarisme, manquait complètement de charisme et n'avait aucune capacité à prendre des décisions importantes. Ce qui a vraiment précipité la chute, provient du fait que les autorités romaines souffraient aussi d'un sentiment de supériorité face aux armées barbares qui se trouvaient aux frontières de l'Empire. A cause de cette sous-estimation, Rome est tombé comme un fruit mûr aux mains des barbares. Il faut dire aussi que c’est le comportement méprisant et hautain des dirigeants de l’empire romain qui a empêché les dirigeants de l’Empire romain d’Orient ou Empire byzantin (Grèce, Anatolie, Palestine, Égypte. Capitale Constantinople) de lui venir en aide.

Hery Augustule et Rivo Odoastre

Revenons à Madagascar et ne nous voilons pas la face. Ce qui se passe, ce qui se trame et ce qui va advenir ressemble beaucoup à la chute de cet empire romain d’Occident. Tous les ingrédients sont réunis et la situation va atteindre son summum lorsque le régime Hvm va mettre en pratique des lois iniques,à propos des prochaines élections, votées par une poignée de députés corrompus jusqu’à la moelle. Lois qui risquent fort aussi d’être jugées «conformes à la constitution» par un constitutionnaliste qui a prouvé son penchant monnayé pour Hery Augustule qui,momentanément, va accepter de laisser sa place à Rivo Odoastre étant donné qu’une future loi lui permettra de revenir aux affaires s’il n’arrive pas au second tour de la future élections présidentielle dont la date n’est toujours pas connue. Si vous n’êtes pas furax, ou plus, rien que pour çà, c’est que vous n’êtes pas humain. Mais quels que soient les autres scenarii à venir de la part de ce régime Hvm en décomposition avancé, les jeux sont faits pour lui. Et les déclarations entendues dernièrement de la part de certains responsables brillent par leur manque de clairvoyance et constituent même une insulte extrême pour une population qui vient de subir coup sur coup la hausse de leur facture d’eau et d’électricité, et l’impact de la hausse du prix des carburants à la pompe sur celui des produits de première nécessité qui finiront par devenir des produits de luxe pour le grand nombre.

Contrairement à la chute de Rome due à l’invasion des barbares de l’extérieur, la chute du régime Hvm proviendra de l’intérieur, s’écroulant de lui-même car bâti sur des fondations pourries depuis janvier 2014,à force de mensonges et de promesses sans lendemain sinon des promesses d’ivrogne. Et dire que Hery Augustule promet encore la lune et en 2030. Il doit être écrit quelque part qu’on ne peut échapper à son destin. Ainsi, déjà lors des campagnes présidentielles de 2013, Hery Rajaonarimampianina n’a eu cesse de parler de son penchant pour le chiffre 3. Que diable signifie-t-il donc? En numérologie, 3 est le symbole de la vanité, de la superficialité, de l’arrogance, du découragement, de la dispersion. Cela ne s’invente pas et il faut voir et entendre Hery vaovao dans ses discours pour vérifier que c’est vrai de vrai. Celles et ceux qui l’ont côtoyé ou le côtoient encore pourront aussi vérifier ce qui suit: Le 3 est émotif et vulnérable. Lorsqu’il est blessé, il a tendance à se retirer dans une clause de silence; il peut aussi utiliser les plaisanteries et les rires pour masquer ses vrais sentiments. Il peut devenir morose et cynique lorsqu’il s’enfonce. Et rebelote: le 3 doit veiller particulièrement aux défauts suivants: vanité, arrogance, superficialité, découragement ou dispersion. (Source: 01numerologie.com)

Plus encore, avec son histoire de 2030 il a lui-même démontré l’autre face qu’il avait vainement tenté de cacher au monde entier. La Bible nous narre l’histoire d’un personnage qui, en ce temps présent, fait penser à l’actuel président de Madagascar. Selon les évangiles, Judas Iscariote était un disciple de Jésus. Il se rendit auprès des grands prêtres de Jérusalem et accepta de leur livrer Jésus en échange de 30 pièces d’argent: les fameux deniers de Judas. 30 est la valeur numérique de יהודה, Yéhudah, «Judas» en hébreu. Son acte de trahison a été accompli dans les jardins de Gethsémani de la manière suivante: il révéla l’identité de Jésus aux soldats en lui donnant un baiser. C’est le fameux baiser de Judas ou baiser de la trahison. Mais auparavant, il s’est passé ceci lors de la Cène. Jésus avait annoncé la trahison par un de ses 12 apôtres. Attristés, tous demandèrent: «Est-ce moi?». Jésus dit: «C’est celui à qui je donnerai le morceau trempé». Et iloffrit le pain à Judas dans une ultime invitation à se repentir. Hélas, il était trop tard. Et l’on peut lire dans Marc 14:21: «Le Fils de l'homme s'en va selon ce qui est écrit de lui. Mais malheur à l'homme par qui le Fils de l'homme est livré!  Mieux vaudrait pour cet homme qu'il ne soit pas né».  La fin de Judas est décrite dans Matthieu 2:3Alors Judas, qui l'avait livré, voyant qu'il était condamné, se repentit, et rapporta les trente pièces d'argent aux principaux sacrificateurs et aux anciens,4en disant: J'ai péché, en livrant le sang innocent. Ils répondirent: Que nous importe? Cela te regarde.5Judas jeta les pièces d'argent dans le temple, se retira, et alla se pendre.6Les principaux sacrificateurs les ramassèrent, et dirent: Il n'est pas permis de les mettre dans le trésor sacré, puisque c'est le prix du sang.

Pourquoi ce grand rappel aux chrétiens (catholiques romains et orthodoxes, protestants, luthériens, adventistes, anglicans et autres appellations monothéistes…)? Tout simplement parce que tous ces dirigeants Hvm se disent croyants et dans la crainte de Dieu. Or, depuis 4 ans maintenant, le pays s’enfonce sans cesse dans la pauvreté extrême et nul n’est besoin de faire un dessin ici pour le prouver. Judas était trésorier comme Hery vaovao est expert-comptable de formation. Il avait promis qu’en 3 mois il n’y aurait plus de problèmes de délestage. Demandez autour de vous en ce début du mois de mars 2018: coupures ou délestages les résultats sont les mêmes. Plus de jus et détérioration du matériel garantie. A quelques mois de la fin de son mandat, voilà qu’il brandit une histoire d’émergence en 2030 qui contient bien le nombre 30 comme deniers de Judas. D’ici là, Madagascar sera livré à des étrangers pour quelques autres 30 deniers de plus. Mais tout a une fin. En pleine décadence, le régime Hvm doit s’attendre au pire à force de persister dans la croyance en son invincibilité. Par ailleurs, la fin de Judas et de Hery sera-t-elle la même? Il ne faut jurer de rien, mais il est à croire qu’elle lui ressemblera. Même s’il est assez tard, il n’est pas encore trop tard pour lui pour suivre les traces de François Hollande, Robert Mugabe et Jacob Zuma. L'apostasie de Judas Iscariote a été sans retour et sa fin terrible! Hery Rajaonarimampianina a encore le choix car on a toujours le choix ici-bas.

Si vous voulez mon sentiment profond, cela donne ceci: si Hery vaovao persiste à vouloir nous donner des visions d’émergence en 2030, moi je vois plutôt un cauchemar rappelant la fin tragique du couple Elena et Nicolae Ceauscu de Roumanie, le 25 décembre 1989. Je ne suis pas un oiseau de mauvais augure ni un devin mais ne dit-on pas que l’Histoire est un éternel recommencement et que les regrets ne viennent toujours qu’après?

Jeannot Ramambazafy – Article paru également dans «La Gazette de la Grande île» du samedi 3 mars 2018

L'express de Madagascar1 partages

Service – Un Malgache à la tête de DHL Maurice

Renouveau, DHL Global Forwarding vient de nommer Ny Riana Rasolofon­jatovo en qualité de directeur national pour l’Île Maurice, en supplément de son poste actuel de directeur national à Madagascar. L’homme aura donc en charge la gestion et la croissance des activités de la firme dans les deux pays. Avec un parcours bien rempli dans la société, Vétéran de DHL avec un actif de quinze ans, il a intégré DHL Express en 2003 en qualité de chef de projet à Madagascar afin de développer le nouveau réseau et le marché national pour la compagnie. Entre 2005 et 2011, il a dirigé l’équipe opérations de DHL Global Forwarding Madagascar afin de fournir, de bout en bout, des opérations logistiques de qualité supérieure en conformité avec les procédures internationales de DHL. Durant toute cette période, il a occupé diverses fonctions au sein de DHL Express et de DHL Global Forwarding.

Harilalaina Rakotobe

L'express de Madagascar1 partages

Consommation – Les produits Tiko retirés du marché

Le ministère du Com­merce et de la consommation a fait savoir que les produits Tiko seront désormais retirés du marché.« Tous produits issus de l’usine de la Société AAA commercialisés sur le marché ne sont pas en position réglementaire et peuvent faire l’objet de saisie à tout moment », indique un communiqué. Des mesures de retrait ont, de ce fait, été déjà effectuées par le ministère du Commerce et de la consommation. « Ayant fait l’objet de suspension d’activités en octobre 2017, entre autres en raison de non détention de certificat de consommabilité, la société AAA logiquement n’est plus autorisée à produire. Alors que quatre mois plus tard nous constatons des produits Tiko encore frais sur le marché. Les conditions de production et surtout de stockage ainsi que les dates de péremption de ces produits constituent ainsi un risque majeur pour les consommateurs », a précisé Nourdine Chabani, ministre du Commerce et de la consommation au téléphone.

Mirana Ihariliva

Ino Vaovao0 partages

TOETR’ANDRO MIVADIBADIKA : An-dalam-pivadihana ho rivo-doza ilay tangoron-drahona

Raha ny angom-baovao voarainay teo am-panoratana, omaly maraina izao dia fantatra fa any amin’ny manodidina ny 400 km Avaratra  Atsinanan’Antalaha no misy azy ka novinavinaina hahazo hery izany ary omena anarana “Dumazile” ao anatin’ny 36 ora. Ao anatin’ny telo andro dia notombanana handeha hianatsimo izany ka hivoatra eo anelanelan’ny Nosy La Réunion sy Madagasikara. Hatreto aloha dia tsy ahiana loatra ny loza mety haterany saingy nanamafy izy ireo fa samy tokony hitandrina avokoa ny rehetra, indrindra fa ireo mpampiasa ranomasina any amorontsiraka. 

Ho antsika eto Madagasikara manokana aloha hatramin’ny omaly maraina dia efa hita fa nanomboka niova ny toetr’ andro ary narahana rotsak’orana ny tao amin’ny Faritra Diana. Hitohy izany anio ka novinavinaina ho ao afovoany Atsinanana no ho be rotsak’orana ary hihamafy ny fitsokan’ny rivotra. Raha ny zava-misy dia atahorana indrindra aloha hatreto ny fahamafisan’ny rivotra mitsoka sy ny onjan-dranomasina saingy mbola tsy misy fampandrenesana loza ho antsika eto Madagasikara. Na izany aza anefa dia mila mailo ny rehetra ka tokony samy hiomana avokoa.

Tatianà R.

Ino Vaovao0 partages

FANOLANANA ZAZALAHY TSY AMPY TAONA : Naiditra am-ponja vonjimaika ilay sefo fokontany

Nanamafy izany ihany koa ny fanamarihana avy tamin’ny dokotera izay nanambara fa niharan’ny filan-dratsy ilay zazalahy ary tamin’ny fotoana maro fa tsy sambany raha tsy hilaza fa an-taonany. Araka ny fantatra dia miisa telo ireo ankizilahy niharan’izany herisetra izany fa ny roa hafa dia efa nanao fifampiraharahana ka tsy nazoto nandefa ny zanany ireo ray aman-dreny.

Araka ny vaovao voaray hatrany dia tsy nanaiky ary niziriziry ny tsy hisian’ny fanelanelanana ny tompon’andraiki-panjakana iray, izay avy ao anatin’io fokontany io raha vao nahare ny zava-misy.

Tamin’ny fahasivy taonay ilay zaza no efa naolan’ingahy sefo fokontanyAraka izany dia natolotra ny fampanoavana ny folakandron’ ny alakamisy 1 marsa teo ny raharaha. Naiditra am-ponja vonjimaika ilay sefo fokontany, izay voalaza fa ampy ny vesatra niampangana azy. Ilay zazalahy nanamafy fa marina ny herisetra nahazo azy. Tsiahivina fa ny ramatoa vadin’ity sefo fokontany ity teo aloha no nanambara tamin’ireo ray aman-drenin’ireo zaza ary nanantona ny sampan-draharahan’ ny mponina rehefa avy eo.

Nahatonga resabe taty an-toerana ny tranga misy satria araka ny fantatra dia tamin’ilay zaza vao 9 taona monja no efa nanomboka notambazan’ilay rangahy, hatramin’izao izy 11 taona izao. Araka ny voalaza dia  efa nisaraka ity sefo fokontany ity sy ramatoa vadiny io. Nampanontany tena ny mpanara-baovao araka izany ny fihetsik’ity farany fa naninona fony mbola vadiny tao an-trano ilay ramatoa no tsy mba na moaka ny marina izy fa rehefa nisaraka vao nanoro ny fihetsika ratsy ataon’ny vadiny  ? Mahita ny mpitaza fa azo adika ho mpiray tsikombakomba ilay ramatoa fa rehefa nifanaratsy vao namoaka ny marina.

Fahambanian-tsaina ny fihetsik’ilay rangahy araka ny resaka eran’ny tanàna. Lehilahy mahazo viavy maro, manana antom-pivelomana tsara no nahavita nahavanona fanolanana zazalahy kely toy izao. Tsy vitsy ireo milaza fa aretina miafina na koa olona mitana ody mahery no mahavita fihetsika tahaka izao. Nanangan-tsampona araka izany ity sefo fokontany ity,ary fantatra fa miandany amin’ny antokom-panjakana ankehitriny ilay ranamana izao nahavanon-doza izao.

Mpanjono

Ino Vaovao0 partages

BESASAVY : Noteren’ny mana-manjo hiantoka ny fandevenana sy ny fombafomba ilay tompon-trano

Naharitra ora maro ny korontana tao an-toerana satria nidiran’ny Dinabe ny raharaha ka tsy nanaiky izany ny mponina teny an-toerana, araka ny loharanom-baovao. Voalaza fa hita teny an-toerana ihany ny mpitandro filaminana nandamina izany afak’omaly. Araka ny fanazavan’ny tompon-trano dia nipoirin’ireo fianakaviana ny hidin-tranony ka nampidirin’ireo tao ilay vata mangatsiakan’ ny zanak’izy ireo. 

Mitaky sady nanery ilay tompon-trano nofain’io sakaizany voatonotonona ho namono azy io ny fianakavian’ilay zazavavy hanao fombafomba rehetra sy hiantoka ny fandefasana sy fandevenana ny razana any Tsihombe. Raha ny fanazavan’ireo tompon-trano dia efa nividy omby sy lamba hamonosana ny faty izy ireo. Manao antso avo amin’ny fanjakana

Mangataka amin’ny fitondram-panjakana ity farany noho ny fanaporetana mahazo azy sy fampihorohorona ataon’ny fianakaviana izay mana-manjo satria tsy tokony ho izy no terena fa ny fikarohana ny sakaizan’ilay tovovavy nahavanon-doza no tokony hatao hoy izy. Ilay tovolahy sy ireo namany irery ihany no tompon’antoka tamin’ny famonoana ilay zazavavy tsy ampy taona, hoy ny fanazavan’ny tompon-trano. Ankoatra izany dia nidina an-dalambe ny vahoaka  tao Besasavy satria naheno izy ireo fa ho tonga ao an-toerana ny dinabe avy any Mahatsinjo ka vonona tamin’ny kobay sy fibara lava ireto farany niandry ny fahatongavan’ny fikambanan’i Dinabe  izany. 

Tsy mankasitraka ary tsy tokony hidiran’ny dinabe izany, hoy izy ireo fa tsy tonga tao amin’ny fokontany akory ireo dinabe fa ny mpitandro filaminana no nandamina ny vahoaka. Nanamafy kosa ny fianakavian’ny maty fa tsy fitadiavana ady no nanaovan’izy ireo ny fihetsika nataony fa filaminana. Hatreto mbola tsy fantatra raha niantoka ny fandefasana ny razana ilay tompon-trano na tsia. Mbola tsy hita ihany koa ny nahavanon-doza hatramin’izao ary mitohy ihany ny fikarohana ataon’ny mpitandro filaminana ao Toliara.

Raha tsiahivina ny zava-nitranga, tamin’ny talata maraina teo dia zazavavy tsy ampy taona iray no hita faty tamin’ny lalana mihazo ny oniversiten’i Toliara. Naratra mafy ity farany ary nanjavona ihany koa ny masony an-kavia. Olona sendra nandalo tamin’ny lalana vao maraina tokony ho tamin’ny 6 ora teo no nahita izany teny an-toerana ka nampandre ny Sefo Fokontany ka izy ireo indray no niantso ny fianakaviany. Tonga teny an-toerana ny Polisy ary dia niroso tamin’ny fanadihadiana lalina ka fantatra fa ny sakaizany no fantatra fa namono ilay zazavavy vao 15 taona namoy ny ainy io. Io sakaizany io no hitan’ny fianakaviana farany taminy niaraka, tamin’ny alatsinainy hariva. 

Araka ny nambaran’izy ireo ihany koa dia nahitana ra tao amin’ny tranony ary porofo mitohoko amin’ny tenda izao fanjavonany izao ka nahatonga ny fianakaviana sy ny mpitandro filaminana hanamafy fa izy io tokoa no nahavanon-doza. Fantatra ihany koa fa misy namana ilay tovolahy nahavanon-doza araka ny nandritra ny fanadihadiana nataon’ny Polisy ao an-toerana.

Pounie  

Tia Tanindranaza0 partages

Fanjifana “Whisky”Tena niroborobo fatratra

Tato ato dia manahirana ny mitady Whisky, indrindra ireny vita avy any ivelany ireny. Efa vitsy ny toeram-pivarotana mivarotra ary somary niakatra ny vidiny.

 

Ny volana desambra, janoary araka ny fanazavan’ny tompon’andraikitra iray ao amin’ny orinasa mpamongady no tena nandeha be ny Whisky. Raha mihoatra ny tamin’ny herintaona dia lasa nitombo be ny fanjifana ka tsy naharaka intsony ny tahiry. Tamin’ny volana janoary teo aza moa dia mbola nahalafo maro noho ny tamin’ny volana desambra. Maro tokoa ny fifampiarahabana nahatrarana ny taona natao teny rehetra teny. Nanao izany daholo na ireo minisitera isan-tsokajiny, ireo orinasa maro samihafa ary ireo fianakaviana sy mpinamana. Ireo whisky hafarana avy any ivelany toy ny Chivas Regal, Jack Daniel, Johnnie Walker no tena be mpanjifa be ka tsy maharaka amin’izao. Na ny famokarana teto Madagasikara koa aza dia nampitomboina satria niakatra be ihany koa ny tinady. Raha 60 000 Ar, ohatra, ny tavoahany iray tamin’ny novambra sy desambra 2017, dia efa tafakatra 95 000 Ar eny hatramin’ny 100 000 Ar ankehitriny. Misy moa ireo mihoatra lavitra izay araka ny kalitaony sy ny marika. Zary lasa fanaon’ny Malagasy ny misotro toaka rehefa misy fety na fihaonana. Manararaotra misotro betsaka satria efa iaraha-mahalala ny rotorotom-piainana, ny fahasahiranana mianjady ka any no mba ialany voly. Fa mampanontany tena tokoa hoe ny fiainana mihalafo isan’andro, ny karama tsy miakatra fa mitombo be ny fanjifana ireny toaka lafo vidy ireny. Fantatra ihany koa fa tena niakatra ambony be ny kaomandy tamin’ireo fety fifampiarahabana noho ny taom-baovao ny volana janoary sy febroary lasa iny ka anisan’ny nahalany ny “stock” koa izany.

Tsiry   

Tia Tanindranaza0 partages

Bala 10 900 hita teny AnalakelyNangina ny raharaha

Tsy dia heno na tsy nisy tohiny hatreto ny momba ny raharaha fahitana bala miisa 10 900 tamina vata vy miisa 8 hita tamina trano iray teny Analakely ny 16 febroary lasa teo.

 Voalaza fa efa nisy ny olona nofotorana sy nanaovana fanadihadiana, saingy tsy mbola nisy kosa aloha no notanana. Toa mitandrintandrina ny mpitandro ny filaminana eo anatrehan’ity raharaha ity, ka tsy hay na hisy marina hivoaka na hikatona hatrany toy ny raharaha goavana maro samihafa efa nisy teto. Raha ny fikaroham-baovao tsotsotra kosa dia voalaza fa mpandraharaha karana tompona orinasa anisan’ny nalaza ho nanohana ny fanjakana tetezamita no efa nampiasa ny trano nahitana ireo bala ireo, ka tsy hay na misy ifandraisany na tsia. Afera goavana sy mety hidiran’ny politika maloto ity raharaha ity. Bala fotsiny aloha ireny hita ireny. Azo heverina fa nisy ihany koa ny basy saingy iny aloha no tratra sy hita. Mifangaro amin’ny raharaham-pirenena toy ny krizy nifanesy ihany koa ity resaka fitaovam-piadiana miparitaka ity. Raha ny tamin’ny krizy 2001-2002 fotsiny, ohatra, dia voalaza fa hatrany amin’ny 250 000 ny bala nampidirina teto, saingy 65 000 sisa hita rehefa natao ny fanangonana sy fikarohana taorian’ny krizy. Tsy azo iadian-kevitra ihany koa ny fisian’ny olona mampiditra fitaovam-piadiana an-tsokosoko eto amintsika. Tsy ny olon-drehetra no afaka manao afera tahaka ireny, fa tsy maintsy olona ambony na manampahefana eo anivon’ny mpitandro filaminana. Anisan’ireny ny raharaha fahitana “chlorate de sodium” milanja 210 kilao, voalaza fa saika hanamboarana bala hampiasain’ny dahalo, ka olom-boafidy iray no voatonona ho tompo’antoka. Tsy misy tohiny anefa ireny fa dia mangina hatrany ny raharaha noho ny tsindry bokotra.

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

HOMI SOAVINANDRIANA1.000 isan-taona ny zaza teraka ao, 300 tsy ampy lanja

Manodidina ny 1.000 isan-taona amin’izao ireo zaza teraka eo anivon’ny hopitalin’ny Miaramila etsy Soavinandriana (HOMI). Ny 300 amin’ireo dia teraka tsy tonga volana avokoa noho ny rarintsaina mahazo ireo renim-pianakaviana mitondra vohoka, ny havizanana diso tafahoatra…

 

 

Mba hahafahana manampy sy manavotra ireny zaza menavava vao teraka tsy ampy lanja ireny ary dia napetraka ao amin’ity hopitaly iray ity ny “Centre Maman Kangourou”, iarahan’ny fikambanana La Compassion Madagascar sy ny Orange Solidarité. Ity no ivontoerana fahavalo natsangan’izy ireo teto an-drenivohitra sy ny manodidina. Fantatra fa hahafahana manangana ivontoerana iray tahaka izao mahazaka zaza enina ny vidina “couveuse” iray eto amintsika. Sady manavotra ain’ankizy maro anefa itsy voalohany no vetivety ihany koa dia mitombo ilay zaza.  Ny reniny na ny rainy ihany no mamindra hafanana aminy tsy miato izay marihina fa tsy maintsy salama tsara.  Nambaran’ireo tompon’andraikitra avy eo anivon’ny minisiteran’ny fahasalamam-bahoaka moa fa ny mba hahafahana mampihena ny taham-pahafatesan’ny reny sy ny zaza eo am-piterahana no tena tanjona amin’ny fametrahana ivontoerana tahaka izao.

 

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Distrikan’i BetrokaAnjakan’ny tsy fandriampahalemana sy fifamonoana

Mandry tsy lavo loha ny mponina any Betroka ankehitriny, raha ny fanazavan’ny filohan’ny fikambanana Andrimaso, Ajad Ridji Razafindrazanaka, izay misehatra amin’ny fampanjakana ny fandriampahalemana any an-toerana.

 

Tsy voafehin’ny fitondram-panjakana ny mponina any ifotony ary na ireo tetikasa fampandrosoana, toy ny fanamboaran-dalana aza, dia voabahan’io tsy fandriampahalemana io. Ny sabotsy teo izao dia olona miisa 15 no nalain’ny dahalo an-keriny ary rehefa nifanenjehana moa dia votsotra ihany ny 10 saingy ny 5 kosa tsy azo raha tsy nandoavana onitra. Tao Ianabinda koa, vao haingana, nisy mpivady matin’ny tsy mataho-tody saingy tsy nisy tohiny ny raharaha, hoy hatrany izy. Zavatra tsy misy dikany ankehitriny dia lasa miitatra ao anaty fokontany 1 ka miteraka fifamonoana eo amin’ny samy mponina mihitsy. Tsy resaka fitsaram-bahoaka io fa tena mivadika biby ny vahoaka. Velon-taraina noho izany ity filoha ity ary miantso ny fandraisan’andraikitry ny mpitondra fanjakana satria na ny mpitandro ny filaminana aza miraviravy tanana, hoy izy. Ny mahagaga amin’ity raharaha ity moa dia anisan’ny faritra natao laharam-pahamehana nampidinana ireo tafika manokana hiadiana amin’ny dahalo na ny Usad iny faritr’i Betroka iny ny taona 2016.

J. Mirija

Tia Tanindranaza0 partages

Fisondrotan’ny vidin-jiroMiantraika amin’ny fihariana rehetra

Tsy misy izay tsy mikaikaika na orinasa na olon-tsotra ny amin’ny fiakaran’ny faktioran’ny Jirama. Saika voakasika daholo ny sarambabem-bahoaka na ny mpandraharaha na ny mpiasa tena ka mahatonga fimenomenona.

 

 Manoloana ity fidangan’ny faktiora Jirama ity dia nanatona olona miasa tena sy olon-tsotra maromaro  ny Gazety Tia Tanindrazana nanontany ny mety ho fiantraikan’izany amin’ny asa atao.

Ramatoa Rakotonirina Tiavina :

Toerana fanaovam-bolo 3 no tantaniko ary tsy nisy olana fa tratra ihany ny karaman’ny ankizy, ny hofan-trano ary ny JIRAMA hatramin’izay. Mahavelona anay efa-mianaka ny vola miditra amiko na tsy hanampy aza ny vadiko. Olana be ity fidangan’ny faktioran’ny JIRAMA ity satria lasa nitombo avo roa heny mihitsy. Raha 300 000Ar izany dia lasa 570 000 Ariary teo. Tena tsy vitako, niresaka izahay mivady ny amin’ny hanajanonana ny toerana iray izay tsy dia mandeha. Mampalahelo fa tsy maintsy hanajanona ankizy aloha izany. Tombony ho anay fotsiny ny fananana mpanjifa raikitra.

Atoa Ratefinanahary Simon :

Mpitantana sady tompona cyber aho. Tena ankona tanteraka izahay nahita ny faktioran’ny Jirama. Mbola niala nenina nankany mihitsy nangataka fanazavana izahay saingy vali-boraingina no azo tany. “Tsy ny anareo ihany no niakatra fa ny an’ny rehetra”, hoy ny tompon’andraikitra nandray anay. Tsy tafavoaka izahay raha mbola ohatran’io ny faktiora satria 200 000 Ar lasa 400 000 Ar latsaka kely. Tokony hiresaka ny tompona cyber rehetra hanondrotra ny saran’ny connexion mba hanenjehana ny lavaka aterak’izany.

Tsiry

Tia Tanindranaza0 partages

Tsena Petite VitesseHiova endrika sady hanara-penitra

Mitohy ny fanatsarana ireo tsena eto Antananarivo Renivohitra ny fiadidiana ny tanàna, tarihin’ny Ben’ny tanàna Lalao Ravalomanana. Hita izany etsy amin’ny Esplanade Analakely, Anosibe, Soarano, Andravoahangy.

Nangonin’i Jean D.

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Andraso eo Paoly....

Volana martsa, volana vaovaoFiainana tsy miova, ny eo ihany no ao.Niakatra indray ary ity vidin-tsolika,Inona indray no ho vokany, sao re dia hamotika ?

 

Fingampingana Politika, propagandy lasa aloha !

Mifanjevo ny raharaha momba ny filatsahana ho filoha.

Samy te hitondra, te hitsinjo ireo vahoaka

Sa fitaka be vava, resaky ny mpisotro toaka ?

 

Telo volana no lasa tamin'ity taona ity

Zara raha nisy mamy, toa rakotra mangidy. 

Mbola manantena mafy fivoarana malaky

Aiza ianao rafandrosoana, tongava faingana hanampy.

 

Ny firariana tany am-boalohany, hoe mba ho taona zina.

Kinanjo inona fa hay kay taonan'ny vinavina;

Miandry zany fa gasy, miandry an'i paoly 

Ho avy eo izy amin’ny 2030 hametaka lakaoly. 

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

SeFaFiTsy afa-po amin’ny fanomanana ny fifidianana

Toy ny fanaony isan-taona dia nampahafantatra ny tombana mikasika ny fanarahany maso ny fiainam-pirenena tamin’ny taona 2017 tetsy amin’ny toerana iray etsy Ambodivona omaly ny avy eo anivon’ny sehatra fanaraha-maso ny fiainam-pirenena na ny Sefafi.

J. Mirija

Tia Tanindranaza0 partages

Mpitondra HVMMiantso ny Rosianina hitrandraka harena eto ?

Tonga tany Moscou Renivohitr’i Rosia omaly ny filoham-pirenena Hery Rajaonarimampianina sy ny delegasionina maromaro miara-dia aminy.

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Angovo azo havaozinaHamoraina ny haba aloa

Notanterahina omaly tetsy amin’ny hotely Carlton ny atrikasa ny amin’ny fanatsarana ny sehatra ara-ketra ho an’ny angovo azo havaozina. Efa manomboka miroborobo ny famokarana herinaratra amin’ny alalan’ny angovo azo havaozina eto Madagasikara.

 Ny ankamaroan’ny fitaovana anefa mbola hafarana avy any ivelany. Ny olana rehefa tonga eo amin’ny fadintseranana ny entana dia taraiky any satria lafo loatra ilay vola aloa na ilay haban-tseranana takiana. Ny mpiantsehatra ao anatin’ilay  famokarana herinaratra anefa tsy nametraka izay tetibola izay na nanao ihany fa tsy ampy tamin’ny famolavolana ny tetikasany tany am-boalohany. Ny hamahana izay olana izay indrindra no antony nanaovana ity atrikasa ity satria lasa tsy marisika ny olona. Raha momba ny “panneau solaire”, izay efa tsy andoavana haba, ohatra, dia tokony hoesorina ihany koa ireo hetra amin’ireo kojakoja miaraka aminy toy ny vatoaratra (batterie) izay tena lafo. Eo ihany koa manaraka izany ilay fitaovana manodinkodina (turbine) izay mbola hafarana nefa tena miasa amin’ny angovo avy amin’ny rano. Ampahany ihany ireo fa mbola maro ny entana tsy tokony handoavana haba izay ilaina amin’io resaka angovo azo havaozina io. Tokony hisy serasera matotra ifandraisan’ny minisiteran’ny angovo sy ny minisitera miandraikitra ny haban-tseranana handinihana ny olana. Ilaina ihany koa ny fiaraha-miombon’antoky ny fanjakana sy ny tsy miankina mba hanome vahaolana na amin’ny resaka haba na amin’ny tsy fahampiana ara-angovo amin’ny ankapobeny.

Tsiry

 

Tia Tanindranaza0 partages

Hery RajaonarimampianinaMitady hidongy seza

Matahotra sy mihorohoro fatratra ny tsy ho lany intsony ny filoha Hery Rajaonarimampianina, ary azo antoka ny tsy hahatafaverenany amin’ny sezany intsony raha madio sy mangarahara ny fifidianana.

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Iza no tsy hirotsaka ?

Sahiran-tsaina ny olom-pirenena teo aloha teo nametra-panontaniana hoe « iza re no hofidiana ee ? » Ireo mpikirakira vaovao moa tetsy an-daniny dia mba velom-panontaniana koa hoe « Iza avy ireo kandida ? ».

Raha ny zava-nisy tato ho ato anefa dia hita ho sady tsy hahataitra ny valalabemandry intsony na ilay fanontaniana voalohany na ilay fanontaniana faharoa. Toa efa ho isan-kerinandro dia milaza fa hirotsaka daholo babay sy lohavohitra. Mba efa nisy nandini-tena ve anefa izy ireo na nijery fitaratra hamantarany izay anjara toerany eto amin’ny firenena sy izay efa vitany teto amin’ity nosintsika ity. Na mpivadika palitao na ireo nalaza ho maloto tanana na ireo malaza ho mpikarama an’ady na ireo nanongam-panjakana izao dinozaoro politika sy olona nipoipoitra tampotampoka rehetra izao toa samy milaza ny hirotsaka hofidiana avokoa ary te ho filoham-pirenena. Iza ary izany re no tsy hirotsaka ee ? Efa mananika ny 30 isa ankehitriny ireo rehetra nanao fanambarana na farafaharatsiny nanao sion-dresaka fa ho isany na mety ho isan’ireo hifaninana amin’ny hazakazaka hahazoana ny seza ao Iavoloha. Raha ny fihetseham-pon’ireo mpanara-baovao na eny anivon’ny fiarahamonina io na any anaty tambajotran-tserasera dia hita ho sady tezitra no sorena kanefa tsikaiky ihany koa indraindray araka ilay filazana hoe firenena hafakely isika satria toa izay zavatra kisampontsampona rehetra tsy hita maneran-tany dia tsy misy izay tsy mitranga eto.

J. Mirija

Tia Tanindranaza0 partages

TOP GASYHanomboka anio ao amin’ny Top Radio 102.8

Hanomboka anio sabotsy 3 martsa amin’ny 2 ora tolakandro ny fandaharana vaovaon’ny Onjam-peo Top Radio 102.8 FM, nampisalorana ny anarana hoe “Top Gasy”.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fitondrana HVMManjaka ny tsy fifampitokisana

Hita ho kaodikaody be ihany ny filoham-pirenena Hery Rajaonarimampianina amin’izao ankatoky ny fifidianana izao raha ny fihetsiny tato ho ato no jerena.

 

 Maro ireo rafitra ara-panjakana niha nanakatom-baravarana mba tsy hahatafavoahan’ireo vaovao heverina fa mety hahatafaporitsaka ireo tsiambaratelo hanala baraka kokoa ny fitondrana toy ny tamin’ireo raharaha Houcine Arfa sy Claudine Razaimamonjy ireny. Tsiliam-baovao no nandrenesana maro amin’ireo mponina ao an-dapa no ahiana hamoaka ireo tsiambaratelo goavana na any amin’ny minisitera io na any amin’ny antenimiera. Tsy vao izao fa nahalasa saina ny mpanara-baovao, ohatra, ny zava-nitranga nahazo ny minisitra misahana ny tetikasan’ny filoham-pirenena teo aloha, Narson Rafidimanana, izay nanasonia fiaraha-miasa maro tamin’ireo kely maso saingy dia iny voatsoka iny ihany moa. Ny vaovao mafana rahateo matoa mivoaka dia vakiana fotsiny fa tsy avy any an-kafa akory no nipoirany fa tsy maintsy avy any an-doharano hatrany. Manomboka manjaka ny tsy fifampitokisana ao anaty fitondrana HVM, araka izany, ary raha ny heno dia nisy mihitsy ny minisitra iray izay nampanantsoina matetika tany an-dapa tany nanaovana fanadihadiana tsotsotra. Maro amin’ireo tandapa rahateo no efa miezaka manao fihetsiketsehana toa mitory sahady fa anisan’ny hifaninana ny ho tompon’Iavoloha atsy ho atsy.

J. Mirija

Tia Tanindranaza0 partages

Lapan’ny tanàna AnalakelyTsy namboarin’i Andry Rajoelina izany

Nivoaka ny vaovao marina momba ny lapan’ny tanànan’Antananarivo taorian’ny nanambaran’i Andry Rajoelina, filohan’ny tetezamita teo aloha fa vokatry ny ezaka nataony no angady nananana sy vy nahitana io fotodrafitrasa io.

 

 Vola avy tamin’ny alalan’ny “protocole d’accord” na fifanaraham-piaraha-miasa nifanaovana tamin’ny sinoa no fantatra fa nahafahana nanamboatra io lapan’ny tanànan’Antananarivo io. Tamin’ny taona 2006, izany hoe tamin’ny andron’ny filoha Ravalomanana Marc  no natao sonia tany Sina izany. Nanambara mihitsy ireo sinoa, hoy hatrany ity loharanom-baovao iray ity, fa azo omena avy hatrany ny vola hahafahana manao ny asa amin’ny fotoana ilantsika Malagasy azy. Misy ny sarin’ny lehiben’ny Faritra teo aloha Atoa Manganirina sy ireo delegasiona sinoa mihitsy teo am-panaovana sonia. Mbola manaporofo hatrany fa mpandainga sy mpamitaka ny vahoaka i Andry Rajoelina sady mahay mampiresaka mba hahazoany seza.  Raha araka ity loharanom-baovao ity hatrany dia mbola ny filoha Ravalomanana ihany koa no niketrika ilay “train aérien” nokasaina hapetraka eto Antananarivo sy ny manodidina. Fanampiana andiany faharoa saika homen’ireo delegasiona sinoa izy io saingy tsy tanteraka, noho ny fisian’ny krizy 2009.

 

Pati

Tia Tanindranaza0 partages

Arina fandrehitraMila hitovy amin’ny vidina “gaz” ny iray gony

Tsy mitsaha-miakatra ny vidin’ny saribao amin’ny gony amin’izao eny an-tsena. Efa misy mahatratra hatrany amin’ny 25.000 Ar mantsy ny iray gony lehibe amin’ireo saribao kininina raha 16.000 Ar kosa no mora indrindra amin’ireo karazany antsoina hoe : tsorany.

 

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Rajoelina sy ny IEMNy mpandrava tsy mahay manangana

Antso ho an'ny mpiray tanindrazana mba hampitsaharana ny krizy sy ny disadisa izay mandrotika ny toekarena sy fiarahamonina Malagasy i Andry Rajoelina nandritra ny famoahaboasany ny Initiative Emergence Madagascar.

 

Tsy mbola ampy foana ve ireny fanonganam-panjakana ireny ka nampitotongana an'i Madagasikara fa dia hafafy lainga be ny vahoaka izay tena mikorosofahana ? Tsy misy mpandrava mahay manangana izany na tiana na tsy tiana. Mila 50 tapitrisa dolara ny fanatanterhana io vinan’ny filohan`ny tetezamita teo aloha io. Iza avy no mpiara-miombon`antoka ? Inona izany no tambiny sy ny  takalony ? Sa fomba ratsin`ny tetezamita no hotohizana ka hivarotra tanindrazana indray ?  Maro dia maro ny voka-dratsy sy ny takaitra naterany tamin’ny lafiny maro. Ny lafiny ara-toekarena, ohatra, dia tena niantraika nivantana tamin’ny tokantrano Malagasy maro ireny fanapahana ny fifanarahana AGOA izay mamela malalaka ny zavatra vokarintsika ho any amin’ny tsena amerikanina. Fatiantoka iray lavaka ary vola be no lasa lavenona noho ny hetraketraky ny mpanongam-panjakana. Aiza ho aiza ny fitrandrahana tany Soalala izay nahazoana 100 tapitrisa dolara ? Aiza avy ny vokatra azo tamin`ny fanondranana Terre rare sy andramena ? Tsy hay adinoina ny famatsiana ``Ballast`` na ireny vato miaro sy mitazona ny lalamby ho an`i La Réunion izay niarahana tamin`i Mamy Ravatomanga ary ny fikasana hivarotra rano. Ka mbola firy taona indray vao hiarina ny Malagasy ? Tsy leran'ny fifanenjehana intsony anefa, hoy Atoa Andry Rajoelina fa vahaolana maharitra sy haingana ho an'ny tanindrazana no ilaina fa mijaly ny vahoaka malagasy. Raha zohina tsotra ity IEM ity dia toa hetsika fivarotana tanindrazana manara-penitra ary tompon'andraikitra ry Rajoelina mpanongam-panjakana amin`ny fanapotehana ka  hotsarain'ny tantara ny rehetra.

Marigny A.                                       

 

Tia Tanindranaza0 partages

Raharaha Houcine ArfaMampiady ny samy mpitsara

Miteraka savorovoro eo amin’ny tontolon’ny Fitsarana ny nisamborana ny mpitsara mpanao famotorana iray anisan’ny nandray an-tanana ny raharaha Houcine Arfa, tao an-tranony ny alakamisy hariva tokony ho tamin’ny 7 ora.

 

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

OuagadougouNisy nanafika ny masoivoho Frantsay

Nandriaka ny ra tao Ouagadougou renivohitr’i Burkina Faso omaly. Olona 7 no maty voatifitra, nahitana mpitandro ny filaminana ary 50 naratra.

Io no vokatry ny fanafihana nihatra tamin’ny biraon’ny Etamazaoro jeneralin’ny tafika sy ny masoivoho Frantsay. Nosokajiana ho asa fampihorohoroana izy ity ary efa voasambotra ireo olona 6 voalaza fa nahavanon-doza. Tsy nisy kosa ny teratany Frantsay namoy ny ainy. Nanokatra fanadihadiana avy hatrany ny fampanoavana ao Paris ary nanasokajy ity herisetra ity ho asa fampihorohoroana miampy famonoan’olona. Mazava be ny resaka fa fisomparana ny tombontsoa Frantsay no tanjona ary manaraka akaiky izany ny fanjakana Frantsay. Nisavoritaka ny tao Ouagadougou omaly ary maro be ny resaka nifamoivoy ary matahotra ny olona sao mbola hitohy ny herisetra tahaka izao.

Tsy azo ekena ny fandrahonana ataon’i Rosia momba ny resaka fitaovam-piadiana, hoy i Oana Lungescu mpitondra tenin’ny OTAN na vondrona ara-tafika miara-dia amin’ny tandrefana. Afaka miaro ireo mpikambana rehetra ao aminy amin’ny herisetra na fanafihana mety hitranga ny OTAN, hoy izy saingy tsy tanjonay mihitsy ny hiverenan’ny ady mangatsiaka sy ny hazakazaka amin’ny fanamboarana fitaovam-piadiana. Nanamafy, omaly ihany, ny mpitondra Rosianina fa tsy manana eritreritra hifaninana amin’ny fanamboarana fitaovam-piadiana mihitsy ry zareo raha toa ka nanao ilay famelabelaran-kevitra ny alakamisy teo manoloana ny parlemanta ny filoha Poutine. Mifanandrify amin’ny fandroahan’i Etazonia diplaomaty Rosianina maromaro moa izao fihetsiketsehana rehetra izao. 

Tia Tanindranaza0 partages

Basikety Amboaran'ny Filoha andiany faha-4Miatrika ny manasa-dalana avokoa anio ny Faritra 2 farany

Ireo lalao manasa-dalana hotontosaina ao amin'ny kianja mitafon'Ambatomena Fianarantsoa ho an'ny faritra Afovoany Atsinanana anio sabotsy 3 martsa 2018 :

 

Tia Tanindranaza0 partages

Baolina kitra Ligue 1 AnalamangaMiditra amin’ny andro faha-3 sy faha-4 ny fifaninanana

Miditra amin’ny andro faha-3 sy andro faha-4 ny fifaninanana fiadiana ny ho tompondaka 2018 ho an’ny Ligue 1 eto amin’ny ligin’Analamanga amin’ny baolina kitra.

Tia Tanindranaza0 partages

Fikambanana TAMBOHOBEHiatrika ady amin’ny herisetran’ny fananan-tany

Tao anatin’ny lanonana fifampiarahabana nahatratra ny taona 2018 notanterahin’ny fikambanana TAMBOHOBE (TAnora MBOla HO BEazina) tarihin’ny filohany, Rabenjamina Willy tetsy Ampahibe omaly,

Tia Tanindranaza0 partages

Kintan’ny Fanatanjahantena Malagasy José RakotoharisonNampiova ny fitondran-tenako ny Rugby

Ny mpilalao taranja rugby à XV malaza eto amin’ny tanàna sady reharehan’ity taranja ity hatrany ampitan-dranomasina any no vahinin’ny Kintan’ny Fanatanjahantena eto amin’ny Tia Tanindrazana anio sabotsy 3 martsa 2018.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Antenimieram-pirenenaVolavolan-dalàna telo no lany omaly

Depiote nanodidina ny 50 no tonga namonjy ny fivoriana nitambarambe omaly zoma 2 martsa 2018.

Tao ny Volavolan-dalàna n°049/2017 tamin’ny 08 desambra 2017 Mikasika ny fidiran’i Madagasikara ho mpikambana ao anatin’ny AIIB (Asian Infrastructure Investment Bank) izy io izay manana firenena mpikambana 80 ao aminy.

Ny faharoa dia ny volavolan-dalàna n° 052/2007 tamin’ny 21 desambra 2017 autorisant la ratification de l’Accord de Prêt relative au financement du projet de moderation des réseaux routiers de Madagascar, conclu entre le République de Madagascar et la Banque Européenne de l’Investissement (BEI). Ny tanjon’ity fifanarahana ity dia ny fanatsarana ny lalana any amin’ny faritra avaratra sy atsimon’ny nosy, indrindra ny lalana mihazo ny seranan-tsambon’ireo faritra ireo. Ny fahatelo farany dia ny volavolan-dalàna  n°053/2017 autorisant la ratification de l’Accord de Prêt relative au financement du projet “JIRAMA ANDEKALEKA HYDRO EXPANSION” entre la République de Madagascar et la Banque Européenne de l’Investissement (BEI). Ity volavolan-dalàna ity dia natao mba hanampiana 33,2 MégaWatt ny famatsiana herinaratra ao Andekaleka amin’ny alalan’ny fametrahana “Turbine” fahefatra.

 

Ny volavolan-dalàna n° 002/2018 du 24 janvier 2018 modifiant et complétant certaines dispositions de loi n°2014-020 du 27 septembre 2014 relative aux ressources des Collectivités Territoriales Décentralisées, aux modalities d’éléctions, ainsi qu’à l’organisation, au fonctionnement et aux attributions de leurs organes  kosa dia tapaky ny solombavambahoaka tonga nivory fa hahemotra amin’ny fotoana manaraka ny fandaniana azy.

 

Ntsoavina Evariste

 

 

L'express de Madagascar0 partages

Affaire Houcine Arfa – Un juge et un pénitentiaire épinglés

Un juge d’instruction et un chef de service auprès du ministère de la Justice ont été arrêtés suite à une enquête administrative pré-disciplinaire sur l’affaire d’évasion.

Le Syndicat des magistrats de Madagascar ont fermé tous les tribunaux à partir d’hier à midi. L’affaire Houcine Arfa connaît un nouveau rebondissement. Un juge d’instruction, un éducateur spécialisé de l’administration pénitentiaire en service au ministère de la Justice et un chauffeur de taxi ont été emmenés à Ambatolampy pour instruction. Ils sont suspectés d’avoir facilité l’évasion du Franco-algérien Houcine Arfa Yeres. Ces arrestations sont le résultat des enquêtes administratives pré-disciplinaires menées par le Bureau de coordination du contrôle des juridictions et des établissements pénitentiaires (BCCJEP). « Nous prenons nos responsabilités dès que des cas portent atteinte à la Justice et à l’administration pénitentiaire », souligne Solofo Razafin­drakoto, directeur de la Promotion de l’intégrité au sein du ministère de la Justice.Ainsi, le BCCJEP affirme avoir enquêté toutes les personnes citées par Houcine Arfa. « Nous avons entendu la ministre de la Justice et son directeur de Cabinet, la procureure de la République, le doyen des juges d’instruction, les chefs d’établissement pénitentiaires, le directeur général de l’Administration pénitentiaire, les agents d’escorte, les syndicalistes ainsi que plusieurs autres personnes », continue Solofo Razafindrakoto.Suite à la réquisition auprès d’opérateurs, les limiers de la Direction de la promotion de l’intégrité (DPI) ont relevé les échanges téléphoniques effectuées et reçues par l’un des agents d’escorte qui a accompagné Houcine Arfa lors des contrôles médicaux. Ils ont ainsi découvert que l’agent d’escorte a eu un contact téléphonique fréquent avec le juge d’instruction et l’éducateur spécia­lisé en service au ministère de la Justice du 25 au 29 décembre.

Le SMM en grève« Nous avons envoyé les résultats de l’enquête au Parquet. En tant que fonctionnaire, le juge d’instruction est poursuivi pour violation du code de déontologie. L’éducateur spécialisé quant à lui est coupable de violations du code de conduite », explique Miadantsoa Ramalanjaona, Coordinatrice générale du contrôle des juridictions et des établissements pénitentiaires.Suite à l’arrestation du juge d’instruction, le Syndicat des magistrats de Madagascar (SMM) a réagi. Dans sa page facebook, l’on a pu lire que « Tous les tribunaux à travers Madagascar ferment leurs portes ce vendredi 2 mars. Il s’agit, selon les explications, d’un acte de solidarité envers un juge d’instruction qui vient d’être arrêté, avec quatre autres personnes, dans le cadre de l’affaire Houcine Arfa ».Aux dernières nouvelles, le juge d’instruction a obtenu une liberté provisoire. L’éducateur spécialisé de l’administration pénitentiaire a été placé sous mandat de dépôt.

Andry Rialintsalama

L'express de Madagascar0 partages

Tsimialonjafy – Démolition à haut risque

Casser le bloc de rocher à Tsimialonjafy serait dangereux. Plusieurs maisons risquent d’être détruites par les débris. 

Zéro casse incertaine. Des bâtiments vont être probablement touchés par le bloc de rocher dangereux à Tsimialonjafy, lors de sa démolition. Le terrain est en pente alors que le rocher a une forme arrondie. Il s’écroulerait, sans nul doute, sur certains bâtiments figurant dans la zone à risque. « Environ cinq maisons se trouvent directement sur sa trajectoire de chute. Elles sont à50 mètres du danger », rapporte le Dr Lalah Andria­mirado, chef de service de l’Étude et veille au sein du Bureau national de la gestion des risques et catastrophes (BNGRC), hier.L’évacuation des quatre-vingt ménages qui occupent les soixante-deux logements dans la zone à risque, a commencé, avant-hier. Quelques-uns n’ont pas encore quitté les lieux, malgré la sensibilisation de la Préfecture de police d’Anta­nanarivo. D’autres sont partis, mais ont regagné leur foyer. « Ils vont sûrement partir demain. Ils sont juste revenus car la pluie n’est pas encore tombée », souligne André Rakotomalala, président du Fokontany de Tsimialonjafy.

Aucune indemnisationL’intervention a été prévue se faire au cours de cette semaine. Les responsables l’ont ajournée. « Il faut bien étudier comment nous allons mener les travaux, pour qu’il y ait le minimum de casse », affirme ce responsable du BNGRC.Avec le niveau de danger, il se peut que ce rocher s’écroule avant l’intervention des sapeurs-pompiers. Le rocher s’écarte déjà de la roche mère. Il ne suffirait que quelques pluies et des foudres pour accélérer son écroulement. Ce n’est pas gagné avec l’arrivée du cyclone qui apporterait des pluies sur les Hautes Terres centrales, en cette fin de semaine, selon les prévisions météorologiques.Le dégât pourrait être important, le bloc de rocher pèse 12 tonnes. Si les habitants concernés respectent les recommandations des autorités, la perte en vie humaine sera écartée. L’État ne prévoit pas, d’indemniser les propriétaires des constructions qui seront détruites lors de l’éboulement du rocher. « Selon les textes, cette zone est inconstructible. La préfecture de Police a le droit de les dégager de là, car ils sont en danger », confie une source. L’État envisagerait de recaser tous les ménages concernés par le danger d’éboulement et de glissement de terrain sur les collines d’Antananarivo, à Ambohidratrimo, via le projet Grand Tanà.

Miangaly Ralitera

L'express de Madagascar0 partages

La Réunion – Incarcérations autour d’un réseau de prostituées malgaches

Un policier à la retraite a été arrêté à la Réunion, hier, pour proxénétisme. Un réseau malgache est remis sur le tapis. 

Un réseau de prostituées malgaches remis sur le tapis à la Réunion. Soupçonné d’avoir trempé dans cette filière, un ancien policier de l’île sœur a été arrêté puis, d’emblée, placé en garde à vue, hier, au commissariat de police de Maltric, à Saint Denis. Le rôle qu’il aurait pu jouer dans ce proxénétisme, tournant sous la houlette d’un réseau opérant entre Madagascar et la Réunion, est encore flou.  Actuellement  à la retraite, le policier incriminé a servi au moment des faits à la Brigade Mobile de Recherche (BMR) de la police réunionnaise de l’air et de frontières. Les informations communiquées révèlent qu’il a mené une investigation sur  le réseau de proxénétisme malgache ainsi que l’immigration clandestine, mais cela n’a pas abouti. Les enquêteurs qui cherchent à établir son implication dans cette filière creusent, de ce fait,  les liens qu’il aurait pu entretenir  avec les prostituées ou autres personnes mouillées dans cette histoire. Ils pourraient, dans la foulée, remonter de fil en aiguille jusqu’à d’autres policiers susceptibles d’y avoir été pour quelque chose.L’étau s’est resserré autour du policier à la retraite de la PAF suite à une  minutieuse opération de surveillance,  menée par des policiers de la sûreté départementale de la Réunion.

Investigation étoufféeIl leur a fallu remonter quelques années en arrière  pour trouver le fil de leur investigation. Les faits remontent à 2014 lorsque le policier cloué au pilori, ainsi que quelques-uns de ses anciens collègues avaient pour mission de mettre fin à la filière d’immigration clandestine et au réseau de prostitution malgache en question. Le policier, actuellement à la retraite, était alors chargé de surveiller l’établissement où les filles de joie emmenaient leurs clients. Les personnes des environs ont fondé tout leur espoir de mettre fin à ce travail du sexe sur l’investigation policière, mais celle-ci s’est curieusement terminée en  queue de poisson. En catimini, l’affaire a été laissée dans les oubliettes. «Ils ont dit qu’ils ne pouvaient rien faire», à déclare un riverain dans le Journal de l’île. Ce réseau de proxénétisme, qui fait couler tant d’encre, a été mis à nu à Saint-Denis le 12 février. Soupçonné d’avoir tiré les ficelles dans cette affaire, un commerçant s’est fait cueillir placer en détention préventive pour proxénétisme  aggravé. Il est soupçonné d’être à la tête de ce réseau qui opère entre les deux îles. L’ex-policier jeté en prison est soupçonné d’être de mèche avec lui. Par ailleurs, cinq autres personnes, dont un policier de Saint-André ont été placées en garde à vue et traduites devant le Parquet du tribunal de Saint-Denis.

Recueilli par Andry Manase

L'express de Madagascar0 partages

Tsaralalàna – Une tentative de kidnapping avortée

La police a confirmé hier une tentative d’enlèvement d’un Indien déjouée à Tsaralalàna. Un présumé ravisseur tombe sous les balles, mercredi.

Tombé à l’eau, le plan de sept kidnappeurs a mal tourné, mercredi à 14h, à Tsaralalàna. Ils ont projeté d’enlever un Français d’origine indienne, dont l’identité n’a pas été dévoilée par les enquêteurs. Des renseignements privés, signalant cette tentative de rapt, ont été obtenus un mois à l’avance, selon les premiers éléments de l’investigation. «Au départ, le gang avait déjà élaboré une stratégie suivant laquelle l’opération serait réalisée. Il s’est donné rendez-vous lundi dernier pour partager les armes et les tâches», a raconté un détective de la police. C’est toujours à travers les renseignements obtenus que les forces de l’ordre ont pris connaissance de deux véhicules que les ravisseurs utiliseront. «Des kalachnikovs, des pistolets automatiques et d’autres armes de fabrication locale ont été prévus pour chaque membre», a souligné un informateur proche de la police.Au cœur d’un branle-bas de combat, les policiers se sont déjà apprêtés à démanteler ce réseau mafieux lorsque le complot a été annulé au dernier moment. Mardi aux environs de 14h, une information a été reçue, indiquant que les bandits ont quitté Ambodivona pour rejoindre le domicile de la cible à Tsaralalàna. En coup de vent, des policiers ont été déployés aux alentours. «Ce jour-là, la tentative d’attaque n’avait pas eu lieu. Il semblait que le gang aurait également pris des gants», a indiqué un élément de l’unité spéciale envoyée sur place.Après avoir joué au chat et à la souris, les ravisseurs ont finalement fini par passer à l’action mercredi. L’attaque a pourtant viréà une course-poursuitemeurtrière.

Fusil venduDevancés, les kidnappeurs ont été dissuadés, dès que deux malfrats sont tombés nez à nez avec la police. L’un a dégainé son arme à feu chargée et a tiré sur les traqueurs. Ces derniers ont fait des tirs de sommation avant de riposter. Du coup, le ravisseur a été criblé de balles et a succombé. Les voisins, témoins oculaires de la scène ont affirmé reconnaître ce bandit. «Il était employé au sein de cette famille indienne», ont-ils annoncé. Ce qui a été également confirmé par la police, «Il a été embauché comme garde du corps et chauffeur».Les coups de feu ont semé la panique. La dépouille de la victime a été immédiatement acheminée à la morgue, selon les témoignages recueillis. «Trois balles et l’arme qu’il comptait  utiliser pour défier les policiers étaient encore sur lui», a précisé le service de l’information, de la communication et des relations avec les institutions (SICRI) de la police. Notre source à l’institut médico-légal de l’HJRA a indiqué que le corps du kidnappeur s’y trouve toujours. Aucune famille ne s’est manifestée jusqu’à présent.

Hajatiana Léonard

L'express de Madagascar0 partages

La Réunion – 200 kilos de concombres de mer saisis

C’est une belle saisie qu’a réalisée le patrouilleur de la Marine nationale « Le Malin » dans la zone des Glorieuses. 200 kilos de concombres de mer ont, en effet, été découverts à bord d’un voilier.

Le patrouilleur de la Marine nationale « Le Malin » a constaté la présence d’un voilier de 12 mètres sur le banc du Geyser dans la zone économique française des Glorieuses, à l’intérieur du Parc naturel marin des Glorieuses.Après investigation à bord, l’équipe de contrôle a constaté que ce voilier, à bord duquel onze pêcheurs malgaches étaient présents, avait dissimulé 200 kilos de concombres de mer (holothuries) pêchées illégalement ainsi que 150 kilos de sel pour leur conservation.Ces produits et le matériel de pêche utilisé ont fait l’objet d’une saisie. À l’issue du contrôle, dont les autorités malgaches ontété dûment informées, le navire été sommé de rejoindre son port d’attache.C’est la première fois qu’un navire de plaisance est identifié comme support de pêche des holothuries dans une zone économique française du Sud-Ouest de l’océan Indien. L’objectif est de rendre plus discrète cette activité illicite.Ce type d’opérations, coordonnée par le Centre régional opérationnel de surveillance et de sauvetage (CROSS) de La Réunion, s’inscrit dans le cadre général de l’action de l’État en mer et plus particulièrement dans celui du plan régional de contrôle des pêches mis en œuvre par le préfet de La Réunion pour le bassin Sud océan Indien.

© JIR

L'express de Madagascar0 partages

Haute Matsiatra – Les jeunes Fianarois initiés à l’entrepreneuriat

Encore incompris par la plupart des jeunes, la notion d’entrepreneuriat a été développée par Erick Rajaonary le temps d’une journée d’échanges. 

Partage. Malgré la volonté d’apprendre, beaucoup de jeunes qui aspirent à intégrer le monde de l’entrepreneuriat, se retrouvent souvent face à diverses difficultés. Une journée de partage a été initiée afin d’aborder ces problèmes à l’intention des jeunes Fianarois. C’était hier, au  Centre de la culture et de la jeunesse d’Ambalapaiso. Pour l’occasion, la question de financement et d’investissement a été évoquée par Erick Rajaonary, président du groupement du patronat malgache ou Fivmpama. Selon lui, « opérer dans une démarche basée sur l’assistanat ne pourrait qu’aggraver la situation actuelle des jeunes diplômés ».Afin de surmonter les difficultés rencontrées par la plupart des entrepreneurs et, par la même occasion, pour se créer des opportunités de développement de sa propre entreprise, le président du Fivmpama préconise une réponse positive accompagnée d’analyse. « Il est ainsi nécessaire d’établir des actions durables afin de générer des revenus propres à son entreprise », explique-t-il. À travers ces propos, il souligne ainsi l’importance de la volonté d’agir sans toujours dépendre d’une aide externe.

PartenariatLes notions d’entraide et de partage ont été tout particulièrement mises en avant dans l’aventure entrepreneuriale. « En général, partager ses réussites a toujours été perçu comme une publicité sur soi-même. Pourtant, il s’agit, en fait, de l’art d’établir des relèves. Le partage d’expérience ne se limite pas à voir ce qui est superficiel, c’est-à-dire le vécu du narrateur, mais à voir en profondeur les démarches qui ont été poursuivies. Cela servira d’exemple à la jeunesse pour qu’elle puisse en prendre acte », ajoute-t-il.En concluant, il souligne que « c’est à travers l’application de cette notion d’entraide, que le concept de développement, de partenariat reste le fer de lance pour réussir dans ce domaine qu’est l’entrepreneuriat ». Une initiative de partage qui aura été l’occasion pour les jeunes de Fianarantsoa de s’inspirer d’un parcours réussi sur lequel ils peuvent prendre exemple.

Harilalaina Rakotobe

L'express de Madagascar0 partages

Motocross – X-Country Acerbis – Trois heures de course à Betsizaraina

Les pilotes du championnat de Madagascar de moto tout terrain s’affronteront à Betsizaraina, ce dimanche. À la fin, on aura un tirage au sort avec un bon d’achat de 1,5 millions ariary à gagner. 

Change­ment de formule. Samedi dernier, au Café d’Ampasimbe, pour le coup d’envoi de la saison, les pilotes du championnat de Madagascar de moto tout terrain étaient engagés dans une course de type «enduro», avec plusieurs épreuves spéciales à parcourir en contre-la-montre, comme dans un rallye automobile.Ce dimanche, ils s’affronteront à Betsizaraina, durant le X-Country Acerbis, une course d’endurance de trois heures (Ndlr : 3h + 1 tour), une formule totalement différente donc. «Le départ sera donné à 10h, les grands rouleront pendant trois heures. Pour les petits de la catégorie 85 cm3, ce sera deux manches de 45 minutes», explique-t-on auprès de Motostore, qui organise l’événement en compagnie de Bira Moto Club.Concernant le circuit, il mesure environ six kilomètres. Technique mais roulante, la piste sera accessible à tous les pilotes, quel que soit leur niveau. «Les motards passeront par une forêt de pins et par des plaines. On retrouve quelques franchissements, mais avec des échappatoires. Il n’y aura pas de grosse difficulté, pas de montée en pente ardue par exemple. Le circuit est plutôt technique mais roulant», ajoute-t-on auprès de Motostore.

Essai chronoCe samedi, les coureurs se déplaceront une première fois à Betsizaraina, pour la réunion d’informations, mais aussi pour la pose des transpondeurs de chronométrage tout d’abord. Par la suite, ils auront droit à un premier tour à titre de reconnaissance, puis à un deuxième tour à titre d’essai chrono. Les temps réalisés par chacun permettront d’établir les positions sur la grille de départ de dimanche.Le X-Country Acerbis se démarque également par le tirage au sort à la fin. Celui-ci est destiné aux finishers, à savoir les pilotes qui ont franchi la ligne d’arrivée au bout des trois heures. L’heureux gagnant décrochera un bon d’achat d’une valeur de 1 500 000 ariary.Comme cité précédemment, l’exercice 2018 a débuté samedi dernier, avec l’Enduro Sherco, au Café d’Ampasimbe. L’occasion pour Claudio Tida de remporter sa première victoire au guidon de sa nouvelle machine, une KTM SX-F250.Le quintuple champion de Madagascar débute la saison de la meilleure des manières et il se présente comme le premier prétendant à la victoire finale du X-Country Acerbis de ce dimanche.

Haja Lucas Rakotondrazaka

L'express de Madagascar0 partages

Nosy Be Jazz Festival – Le festival promeut le tourisme national

Apportant son lot de découvertes, de surprises et de mélodies enivrantes, le Nosy Be Jazz Festival retrouve les mélomanes pour une deuxième édition plus ouverte sur le monde.  

Le moment tant attendu arrive enfin, toujours aussi prometteur de convivialité tout en affichant la splendeur des mélodies du jazz dans un cadre paradisiaque. Le Nosy Be Jazz Festival qui a hâte d’égayer, une nouvelle fois, l’île aux parfums, rempile officiellement du 31 mars au 2 avril. Un événement qui confirme, cette année, son envergure internationale, fort d’une première édition qui a su populariser un genre musical d’exception mais populaire à la fois, dans un lieu aussi exotique que Nosy Be.Le festival initié par le tour opérateur Zà-Tours et la maison de production Sunny Live Music, porté par la passion des membres mélomanes de l’association, « Nosy Be Jazz Festival Organisation Comitee » (NBJFOC), revient avec cette formule gagnante qui fait sa renommée.

Couleurs internationalesRendez-vous manqué au mois d’octobre dernier. Le festival a pris son mal en patience pour étoffer la liste des artistes de jazz qu’il affiche aux couleurs internationales, pour cette deuxième édition. « Le festival se distingue de tous les festivals du monde entier par ses concerts dans des lieux magiques et exceptionnels qui subliment l’île de Nosy Be. Entre ses plages de sable blanc, ses amphithéâtres naturels de champs de manguiers, ou encore ses domaines de plantation d’ylang-ylang, son marché et ses places publiques, on fera voyager le public et les touristes, tout en étant bercé par les saveurs du jazz », souligne Niry Ravelojaona, président du NBJFOC.Américain, Italien, Français, Belge et Palestinien, ils se relayeront sur les scènes du Nosy Be Jazz Festival aux côtés des jazzmen nationaux pour enchanter des mélomanes de tous horizons. Un gage de qualité, de prestige et néanmoins populaire grâce à l’entreprise du NBJFOC, autant dans le milieu artistique que touristique. Le festival s’offre aux amateurs de belle musique avec au programme plus d’une dizaine de concerts et de master classes, des rencontres avec une population déjà éprise du jazz, ainsi que des excursions de découverte de l’archipel de Nosy Be et de la région Nord-Ouest de Madagascar.

Andry Patrick Rakotondrazaka

L'express de Madagascar0 partages

Météo – La perturbation à 940km de La Réunion

Le système suivi par Météo France est depuis ce matin une perturbation tropicale. Elle se situe à 16h à 12.6° Sud et 53.7° Est à940 km au Nord-Nord-Ouest de notre île. Elle se déplace vers le Nord-Est à 11 km/h.Elle se trouvait à 10h à 845 kilomètres au Nord-Nord-Ouest des côtes réunionnaises.Il faut s’attendre à du mauvais temps ce week-end avec cette tempête qui va se rapprocher au fil des jours de La Réunion.Selon les prévisions, elle devrait passer entre notre île et Madagascar lundi. Ce sera alors un cyclone tropical. Météo France prévoit une dégradation du temps à partir de samedi soir. Il faut s’attendre à de fortes averses, notamment sur une large moitié Nord et Est du département.

© JIR

L'express de Madagascar0 partages

Volleyball – XXIVe CCCOI – VBCD s’est envolé ce matin

Un ouf de soulagement. Après le ratage de l’équipe masculine de VBCD de la précédente édition, la formation féminine a pu bel et bien prendre l’avion de la compagnie Kenya Airways tôt ce matin.Au bout du suspense, la délégation réduite du Volleyball club Diamant composée de dix joueuses avec le head coach Tony Randriambao s’est finalement envolée pour les Seychelles, pays hôte de la XXIVe édition de la Coupe des clubs champions de la zone 7 de volleyball. Ce sera la troisième participation à ce sommet régional pour le club vice-champion de Madagascar.Après l’élimination lors de sa première participation en phase de poule en 2012 à Madagascar, la meilleure performance du club était d’arriver en demi-finale en 2013 toujours sur le sol malga­che. D’une part, ce club quadruple champion d’Anala­manga sera constituée en partie de joueuses expérimentées à la Coupe de l’océan Indien et aux Jeux des Iles de l’océan Indien en l’occurrence Clarel, Johanne et Ihoby, la capitaine et d’autre, les jeunes ayant déjà vêtu le maillot de l’équipe nationale jeunes il y a deux ans.Madagascar n’aura donc plus que deux clubs représentants aux Seychelles à savoir la Gendarmerie Nationale Volleyball, double championne en titre chez lez les hommes et VBCD chez les dames. Les deux autres, la CNaPS vice-championne de Madagascar seniors hommes et Stef’Auto 501, champion national dames ont désisté.La réunion technique a eu lieu hier soir. La compétition débutera ce samedi et prendra fin le 10 mars.

Serge Rasanda

L'express de Madagascar0 partages

Éducation – Inspection dans les lycées

Amélioration. Des inspections seront effectuées au niveau des lycées publics, incessamment. Le ministère de l’Éducation nationale, via l’opération « Tsidika », va contrôler leur mode d’administration, leur gestion financière, leur infrastructure, et surtout, le côté pédagogique. Pour ce dernier point, le ministère va insister sur l’enseignement.« Nous allons identifier les enseignants qui ne travaillent pas convenablement et vérifier si leurs heures de cours concordent avec les textes », souligne Prisca Randrianarison, directeur de l’Encadrement et de l’Inspection Pédagogique de l’Enseigne­ment Secondaire au sein du ministère de l’Enseignement (MEN), hier, lors de la réunion des proviseurs, au Lycée moderne Ampefiloha. Un enseignant au niveau des lycées devrait effectuer 20 heures de cours par semaine. Certains ne respecteraient pas cet horaire.L’objet de cette opération serait l’amélioration de la qualité d’enseignement au niveau des lycées. En ce début, aucune sanction ne serait appliquée.

Miangaly Ralitera

L'express de Madagascar0 partages

Tennis – Tournoi de sélection U12 – Tefy Ranja, Harena et Tody Avo attendus à Bulawayo

De belles rencontres en somme. Le tournoi de sélection pour les U12 en vue de la participation malgache aux championnats d’Afrique australe par équipes du 14 au 18 mars a Bulawayo (Zimbabwe) s’est achevé hier sur les courts d’Ambohidahy.Chez les filles, on aura Miotisoa Rasendra, Miarana Andrianafetra ainsi que Fikasana Rakotomalala.Chez les garçons, les deux premières places sont revenues à Harena Andrianaivo Raharinosy et à Tefy Ranja Rabarijaona.Le premier s’est imposé en demi-finale contre Matio Raoily en trois sets (5/7, 6/3, 10/6) tandis que le second a pu surclasser Tody Avo Rajaobelina également en trois sets (6/2, 4/6, 10/7).La troisième place qualificative en équipe nationale est revenue à Tody Avo Rajaobelina qui a gagné contre Matio Raoily (6/4, 6/2).Le championnat d’Afri­que australe par équipes à Bulawayo servira de qualification pour les championnats d’Afrique par équipes U12 qui se joueront en Afrique du Nord au mois de septembre.L’objectif de Madagascar est de briguer les deux premières places, synonyme de qualification aussi bien chez les filles que chez les garçons.

Dina Razafimahatratra

L'express de Madagascar0 partages

Rallye moi(s) théâtre – La compagnie Miangaly éblouit le jeune public

Les prémices de tout un festival enchanteur égayeront la capitale tout au long de ce mois-ci. La rencontre entre les talentueux acteurs de la compagnie Miangaly Théâtre et le jeune public, dans le cadre de l’ouverture du « Rallye moi(s) théâtre » fut joviale et fédératrice, hier. Quoi de mieux pour débuter un événement d’envergure qui vise à rallier la jeunesse, que de la débuter tambour battant avec le jeune public lui-même ? C’est dans cette optique que la compagnie Miangaly Théâtre a tenu à présenter non pas une, mais deux pièces exclusives au sein de l’Akany Fahasoavana d’Andrainarivo, pour le grand plaisir des élèves de l’école « Les joyeux lurons ».Prenant les allures d’un spectacle à part entière, afin d’immerger avec aisance le jeune public dans l’univers des acteurs, les « Enfants c(h)oeur » et « les Rats conteurs » se sont découverts. Vers 10 heures dans la matinée, Fela Razafiarison se présente alors à travers un solo musical et théâtral contemporain. En chant, en danse et en prose, elle interprète l’enfance et son innocence conquérante d’amour, d’amitié, de rêves et d’engagements pour l’avenir. « Fermer les yeux et imaginer les rêves ! » scande-t-elle. Alors, « Enfants c(h)oeur » prenait vie pour subjuguer son auditoire de jeunes marmots. Plus taquins et plus fantaisistes, « Les Rats conteurs » quant à eux, amusent et fascinent par l’imaginaire de leurs personnages. « Raconter, se la raconter, ils ont ça dans la bile et parce qu’ils ont plus d’un tour dans leur bide, ces types s’expriment avec leurs tripes et lorsqu’ils disent hip hip hip, le public s’exclame, aux rats ! Hip hip hip ! Aux rats » déclament Bini, Gad Bensalem et Haja Ravalison, les rats conteurs, en amusant les enfants. Le festival « Rallye moi(s) théâtre » continuera son épopée à travers la capitale en se mettant cette fois en scène dans les lycées.

Andry Patrick Rakotondrazaka

L'express de Madagascar0 partages

Anosy – Dix pénitenciers encourent une poursuite judiciaire

Frappés d’une poursuite judiciaire, dix pénitenciers ont été signalés, hier, comme étant impliqués dans l’évasion de trois détenus à la maison centrale d’Antani­mora, dans la nuit de samedi à dimanche 12 février. Un dernier fuyard court toujours. Henintsoa Raphalk, celui qui vient d’être piégé à Ampitatafika a été placé à Tsiafahy après sa comparution au parquet avec sa compagne, hier, laquelle a bénéficié d’une liberté provisoire. «Sa mère a été également auditionnée par le juge d’instruction, mais a été relâchée», a signalé une source judiciaire.Selon toujours le même interlocuteur, les geôliers  épinglés auraient facilité la fuite du trio qui faisait le mur. Le service de l’administration pénitentiaire n’a pu être entendu, hier par rapport à cette décision accablante du parquet. Des mesures disciplinaires comme celles appliquées à un maton, pour les mêmes causes, l’année dernière, seront certainement prises par le ministère concerné.Fin de cavale. Henintsoa Raphalk Rakotoarisoa, âgé de 26 ans, mesurant 1,47 mètre a été localisé à Ampitatafika. «Sa présence au fokontany a fait grand bruit alors qu’il n’a pas été recensé », a indiqué Vonjy Rakotoarimino, membre de la commission de sécurité locale. Ce criminel a été condamné à 15 ans de prison ferme pour meurtre et vol avant de faire la belle. Cette fois-ci, il a été mis à l’ombre, à la maison de force de Tsiafahy.

Hajatiana Léonard

L'express de Madagascar0 partages

Mahajanga – Six grandes villes étudient leur plan d’urbanisme

Le démarrage de la réunion du comité local de pilotage du Programme d’appui et de développement des villes d’équilibre (Padeve) initié par le ministère auprès de la Présidence chargé des Projets présidentiels, de l’aménagement du territoire et de l’équipement à travers l’Agetipa, et financé par l’Agence française de développement s’est tenu, hier, dans la salle de réunion de l’hôtel de ville de Mahajanga.Le Programme concerne six grandes villes dont Antsirabe mais sans Antananarivo. Le projet est important et le développement de la ville dépend de la planification. Le directeur des Villes, au niveau du ministère, Harimanana Rabe, a exposé la situation des deux volets du Padeve. Il s’agit de préparer, dès maintenant, les infrastructures d’accueil des prochains habitants des grandes villes face à la rapide avancée démographique.«L’explosion démographique impacte sur tous les aspects au niveau économique et de la mobilité urbaine, dont la circulation. Les sanitaires et tant d’autres infrastructures devront être renouvelés.» Le maire de Mahajanga, Mokhtar Andriantomanga, a anticipé les probables dégâts et perturbations que pourraient causer les nombreuses voitures en circulation d’ici quelques années.La réunion du Comité local de pilotage s’est ainsi penchée sur la mise à jour du plan d’urbanisme directeur (PUDI) des grandes villes concernées par le Programme. Une présentation de la méthodologie de mise à jour des  PUDI et de l’élaboration des contrats-programmes ainsi que l’élaboration des Plans d’urbanisme détaillés a aussi été faite.«Ce projet nécessite l’inclusivité et la participation de toutes les forces vives. La cohésion de tout le monde dans le développement est très importante car le programme n’exclut personne et c’est sans aucune distinction de couleur politique ni d’appartenance. Tous doivent s’approprier et prendre part à la réhabilitation », conclut Harimanana Rabe.

Vero Andrianarisoa

L'express de Madagascar0 partages

Un garçon meurt noyé

Un garçon de 13 ans a été retrouvé mort noyé, hier vers 17h, au Marais Masay. Son corps sans vie a déjà été remonté au bord du lac lorsque les policiers du huitième arrondisse­ment sont arrivés sur les lieux pour le constat. Aucune trace de violence n’a été relevée sur la dépouille. L’enquête a démarré.

 

L'express de Madagascar0 partages

Football – Ligue 1 – AS Adema enchaîne  avec Tana Formation

Après deux journées, l’AS Adema occupe la première place du championnat d’Analamanga de football, première division. Et ce, grâce à deux victoires consécutives sur COSPN, quatre buts à un à Mahamasina, lors de l’ouverture de la nouvelle saison, puis trois buts à un à Carion, lors de la deuxième journée.Le leader du classement général sera aux prises avec Tana Formation, ce dimanche, au stade de Mahamasina, pour le compte de la troisième journée. Un adversaire qui vient d’encaisser une lourde défaite durant sa précédente sortie. L’AS Adema tentera de décrocher une troisième victoire de rang, afin de conforter sa position de tête.Toujours à Mahamasina, on suivra également de près la confrontation entre la CNaPS Sport Analamanga et Fosa Juniors Analamanga. Les deux promus se retrouvent cette fois-ci au sein de l’élite. Leur dernière confrontation en finale du championnat de la Ligue 2, en juillet 2017, s’était conclue sur une victoire de un but à zéro des Caissiers.Près d’un an et demi après, Fosa Juniors a réussi le meilleur départ des deux en Ligue 1, aujourd’hui, puisqu’il compte également six points comme l’AS Adema, mais est seulement distancé à la différence de buts. Derrière l’AS Adema et Fosa, l’on retrouve Elgeco Plus. Le double tenant du titre reste sur une large victoire sur Tana Formation, six buts à rien.La nouvelle équipe du coach Hery Be tentera de confirmer ce dimanche face au Mama FC, révélation de l’exercice précédent mais qui peine à décoller cette saison, avec un bilan de deux défaites jusqu’à présent et un zéro pointé au classement général.

Haja Lucas Rakotondrazaka

L'express de Madagascar0 partages

Rugby – AROI U16/U18 – Madagascar vise les titres à domicile

Douze équipes représentant quatre îles de la région disputent, depuis hier, le tournoi de rugby à VII de l’AROI (Association de rugby de l’océan Indien), au stade d’Alarobia. La Grande île abrite ce tournoi destiné aux U16 et U18 garçons, depuis déjà cinq ans.Huit équipes sont en course chez les moins de 16 ans, dont quatre du pays hôte. Les équipes engagées sont réparties en deux groupes de quatre. Dans le groupe A se trouvent deux formations de la Grande île, à savoir Mada1 et Mada3 avec la Réunion 2 et Maurice. Le groupe B est, quant à lui, constitué de Mada1, Mada4, la Réunion1 et Mayotte.Du côté des U18, quatre équipes sont en lice dont deux formations hôtes, la Réunion et Maurice. Douze matches comptant pour la phase éliminatoire ont eu lieu hier pour les U16 et six pour les U18.

Serge Rasanda

L'express de Madagascar0 partages

Deux pickpockets cueillis

Deux jeunes de 17 et 22 ans ont été arrêtés l’un après l’autre par la police d’Isotry pour vol à la tire d’un téléphone et d’un sac à main, jeudi à midi. Les voleurs sont des multirécidivistes, selon les informations recueillies.

 

L'express de Madagascar0 partages

Un chauffeur succombe

Le chauffeur ayant été blessé dans un accident survenu à Betafo sur la RN n°34 a succombé hier sur son lit d’hôpital, selon les informations signalées par un médecin. Il a été extirpé de l’amas de ferrailles, au volant, après la collision qui a fait un mort et a causé des dégâts matériels importants

Midi Madagasikara0 partages

Morombe : Mpampianatra narendriky ny lakana, hita faty omaly

Hita faty omaly rehefa nokarohina nandritra ny roa andro ilay mpampianatra iray 35 taona narendriky ny lakana tao amin’ny reniranon’i Mangoky, tany Bevoay Distrikan’i Morombe, ny alarobia antoandro teo. Araka ny tati-baovao voaray, dia avy nandray karama ka hamonjy fodiana ity mpanabe ity no tra-doza teny am-povoan-drano rehefa niampita lakana niaraka tamin’ olona telo mianadahy mpiray tanàna aminy. Noho ny rivotra nifofo tamin’io fotoana io, dia nanonja be ny rano, ka latsaka tany anatin’ity renirano masia-boay ity ny bisikileta nentin’ity mpampianatra. Niezaka namonjy ny fitaovam-pitaterany nentin’ny rano ity mpanabe ity, ka nilentika ary tany dia tsy nipoitra intsony. Taorian’izay dia niara-nifarimbona nifanome tanana nikaroka an’ity mpampianatra dobo an-drano ity ny Fokonolona, ka ny andron’ny omaly io vao hita ny razana. Lakalaka tokoa ny fiainana eto ambonin’ny tany, satria naka vola no nivoahana ny trano, fahafatesana no nitsena.

Eric Manitrisa

Midi Madagasikara0 partages

Moramanga : Andian-jiolahy mpanafika sy mpandroba ravan’ny zandary

Efatra mirahalahy ireo mpanafika sy mpandroba mpivarotra no tratran’ny zandary eo anivon’ny borigady eto Moramanga nandritra ny  hetsika manokana nataon’izy ireo taorin’ny fitarainana maro nifanesy voaray, hoy ny komandin’ny borogadin’ny zandary eto Moramanga, GPHC Rabeantoandro Andriamifidy Jean. Efa betsaka ny asa fanafihana nataon’izy ireo, hoy hatrany ireto olona hatolotra ny fampanoavana ireto raha niaiky ny asa ratsy nataony izy ireo nandritra ny fanadihadiana natao azy. Ny 26 febroary 2018 no nanaovana ny fisamborana azy rehetra taorian’ny nahatrarana ny iray ny alin’ny 22 febroary 2018 teo am-panaovana ny asa ratsiny.Tanora manodidina ny 20 taona avokoa sady efa tafiditra ao anatin’ny fidorohana zava-mahadomelina.  Miroso amin’ny paik’ady vaovao ny eo anivon’ny borigadin’ny zandary eto Moramanga hiadiana amin’ny tsy fandriam-pahalemana

Cathy

Midi Madagasikara0 partages

Isoraka : Tentative de kidnapping, un homme abattu par la police

Jeudi 28 mars, un Indo-pakistanais a échappé de justesse à un kidnapping dans le quartier d’Isoraka. La police a pu neutraliser la bande qui a tenté de l’enlever grâce à la collaboration de personne de bonne volonté. Abattu par la police lors de l’opération, l’un des kidnappeurs n’était que l’ancien garde du corps et chauffeur du « Karana ».

Retraçant le déroulement de cette opération, la police affirme que ce projet d’enlèvement a été concocté par six individus, selon les renseignements reçus depuis un mois. La mise en œuvre de ce projet était fixée le 26 février. Ce jour-là, ils se sont donné rendez-vous pour fixer l’attribution de chacun et la distribution des armes. Il a filtré de cette rencontre que les bandits comptaient se servir de fusils d’assaut Kalachnikov, de pistolets automatiques, d’armes artisanales et de deux voitures. Pourtant, ils ont renoncé au dernier moment pour des raisons inconnues. Déclarant ne pas avoir minimisé ce fait, la police a déjà, de son côté, mis en place le dispositif nécessaire. Le 27 février vers 16 heures, un autre renseignement est parvenu à la police que ce projet va être concrétisé ce jour-là et les personnes chargées de l’exécuter sont déjà en route à partir d’Ambodivona. Mais rien ne s’est passé. Le 28 février, la police affirme avoir été informée de l’existence des deux individus suspectés d’être des membres de la bande qui rôdaient dans les environs de la résidence de l’Indo-pakistanais. L’information ajoute également que leurs complices sont déjà postés sur place. Ainsi, des éléments de la force spécialisée de la police ont été dépêchés sur les lieux.

Arrivés sur place, ces éléments affirment avoir vu les deux hommes en train de marcher sur la route menant vers Isoraka depuis Tsaralalàna. Ils ont pris la fuite dès qu’ils ont aperçu les hommes en treillis. Face à cette situation, la police a décidé d’intervenir en se lançant à leur poursuite. Les fugitifs n’ayant pas obtempéré tout en exhibant un pistolet, les policiers ont dû ouvrir le feu. Bilan : l’un des deux présumés kidnappeurs a été abattu tandis que l’autre a pu s’échapper.

T.M.