Les actualités à Madagascar du Vendredi 03 Janvier 2020

Modifier la date
Midi Madagasikara11 partages

Stade Barea : Début des travaux la semaine prochaine

Le nouveau Stade Barea sera opérationnel avant le 26 juin 2020.

Les membres du comité tripartite composé des représentants de la Présidence de la République, de la Commune Urbaine d’Antananarivo et de l’entreprise en charge du projet tiendront une conférence de presse, ce jour, pour apporter des explications techniques sur la mise en œuvre des travaux. 

Chose promise chose due. Conformément à ce qui a été annoncé par le président Andry Rajoelina, les travaux de construction du Stade Barea vont bientôt commencer. D’après les informations, la démolition de l’actuelle tribune va débuter la semaine prochaine. Les responsables vont clôturer le périmètre qui va abriter les travaux dans les prochaines heures. La cérémonie de pose de premières pierres en vue de la construction du nouveau stade de Mahamasina aura lieu au plus tard dans la troisième semaine de ce mois de janvier. L’on aura plus de détails concernant le Stade Barea ce jour, car les responsables de la mise en œuvre de ce projet vont organiser un point de presse à Ambohitsorohitra pour apporter des explications techniques sur le projet. Ce sera aussi une occasion de présenter les membres du comité de pilotage tripartite mis en place pour superviser les travaux. En effet, un comité composé de représentants de la Présidence de la République, de la Commune Urbaine d’Antananarivo et de l’entreprise en charge de la réalisation des travaux, a été instauré depuis la semaine dernière. Apparemment, il n’y a plus de blocage contre la mise en œuvre des travaux de construction du stade de Mahamasina. L’existence des représentants de la Commune Urbaine d’Antananarivo au sein de ce comité signifie que l’Administration communale a donné son feu vert pour la réalisation du projet. D’après les informations, la durée des travaux n’excédera pas six mois et le nouveau Stade Barea sera opérationnel avant le 26 juin 2020.

Match international. La construction d’un stade aux normes internationales à la place de l’actuel stade de Mahamasina est d’une grande importance pour le président Andry Rajoelina. Il a lui-même dévoilé la maquette du nouveau stade lors de sa rencontre avec l’équipe des Barea de Madagascar, qui s’est tenue à Ambohitsorohitra. D’ailleurs, lors de sa visite sur la Grande île à la fin du mois de novembre dernier, le président de la FIFA Gianni Infantino a lancé un avertissement. « Il n’y aura plus de match international à Mahamasina avec l’état actuel du stade », a-t-il lancé. Une manière de rappeler que l’actuel stade ne respecte pas les normes internationales, mais aussi pour inciter les autorités malgaches à rénover Mahamasina. La question est aussi de savoir : qu’en est-il de la situation des 23 familles qui squattent l’intérieur dudit stade ? Est-ce qu’elles ont déjà été indemnisées et/ou relogées ? L’on aura probablement des éléments de réponse à ces questions durant la conférence de presse du comité de pilotage tripartite qui aura lieu ce jour. 

Davis R

Midi Madagasikara5 partages

Ambohidrapeto : Quatre morts dont deux enfants dans l’effondrement d’une maison

Dame nature a fait des ravages dans la Capitale. Alors que la plupart des habitants de la ville d’Antananarivo et ses environs accueillait le Nouvel An, le caprice de Dame nature a laissé de mauvais souvenirs à Ambohidrapeto. Le mauvais temps déjà annoncé par la direction de la Météorologie depuis le debut de cette semaine sur la possibilité de pluies orageuses durant les festivités de fin d’année et de la journée du Nouvel An a bel et bien eu lieu. La nuit du 1er janvier, la Capitale vivait une véritable catastrophe. Le pire est survenu dans la commune rurale d’Ambohidrapeto, dans le district d’Antananarivo-Atsimondrano la nuit du 1er janvier. Quatre personnes d’une même famille, un jeune homme de 19 ans, une femme de 21 ans, et deux enfants en bas âge (3 et un an), ont péri dans l’effondrement de leur maison. Le drame a eu lieu vers 23 heures. Selon les informations émanant de la gendarmerie qui se charge de l’enquête, un mur de soutènement est tombé sur cette maison alors que les occupants étaient tous dans les bras de Morphée. Ayant entendu l’écho provoqué par cet écroulement, des riverains se sont précipités sur place tout en alertant la caserne des sapeurs-pompiers de Tsaralalàna. Puisqu’il s’agit d’une urgence, des membres du fokonolona ont tenté d’évacuer tous ceux qui étaient à l’intérieur mais en vain. C’est pourquoi, les victimes qui étaient déjà décédées, ont été déjà extirpées des décombres quand les sauveteurs de Tsaralalàna sont arrivés sur place. Après le constat effectué par les autorités compétentes, les corps des victimes ont été évacués à l’hôpital Joseph Ravaohangy-Andrianavalona. Ce n’est pas tout. Vers 17heures 45, un autre appel de détresse annonçant l’existence de deux personnes tombées dans un puit à Ambohirinimanga, à Anosy-Avaratra, est parvenu à la caserne des sapeurs-pompiers de Tsaralalàna. L’une de ces personnes était déjà mort noyé quandles plongeurs de cette unité sont arrivés sur les lieux, vers 18 heures 15. La seconde victime a été sauvée, déclare le colonel Ramanoara, chef de corps des sapeurs-pompiers de Tsaralalàna. Ce qui porte à cinq le nombre de personnes mortes accidentellement durant la journée du 1er janvier.

T.M.

Midi Madagasikara1 partages

Les Malgaches et les jeux d’argent : Une addiction qu’on ne peut pas cacher

A Madagascar, les jeux d’argent et de hasard se sont beaucoup développés au cours de ces dernières années. De plus en plus de jeunes s’essaient au pari et les salons et les casinos se font de plus en plus nombreux. Toutefois, la notion d’addiction ou de dépendance au jeu est encore méconnue dans notre pays. Ainsi, le pays ne dispose actuellement d’aucune politique de protection des joueurs contre la dépendance.

Une grande partie des parieurs malgaches interrogés pensent qu’ils ne sont pas dépendants aux jeux d’argent malgré une certaine assiduité dans les salles de jeu. Certains d’entre eux n’ont même jamais entendu parler de la notion d’addiction au jeu. De plus, qui peut diagnostiquer une telle maladie à part un professionnel ? Or, le joueur lambda n’a pas forcément les moyens de consulter un spécialiste. Puis, on ne peut pas vraiment dire qu’il existe des actions de sensibilisation par rapport à ce phénomène à Madagascar, contrairement à ce qui se passe dans les pays occidentaux. Ainsi, la seule protection disponible auprès des opérateurs de jeu reste l’interdiction de jouer pour une personne mineure.

Jeu pathologique. La dépendance au jeu d’argent est aussi appelée communément jeu pathologique. Cette maladie se présente quand le joueur devient esclave du jeu et perd les notions de plaisir et de convivialité. Dans leur ouvrage « Jeu pathologique et joueurs problématiques, le jeu à Montréal » paru en mars 2001, Serge Chevalier et Denis Allard disent que « Pour certains joueurs, le jeu produira des effets indésirables – des plus bénins ou plus graves : plusieurs se sentiront vaguement mal à l’aise ou coupables de s’être laissés emporter à miser des sommes un peu supérieures à celles envisagées au départ ; une proportion infime se suicidera après avoir accumulé des dettes considérables, perdu leur emploi, s’être aliéné l’entourage et avoir détruit leur famille et leur vie. ». Toujours selon ces deux spécialistes, « les effets néfastes se mesurent autant au plan individuel qu’au plan sociétal, et sont souvent subdivisés en quatre catégories : problème de santé, problèmes familiaux et professionnels, criminalité et enfin suicide ».

Les jeux d’argent accessibles. A Madagascar, il existe plusieurs manières de jouer à un jeu d’argent. Déjà il y a les opérateurs qui proposent de parier sur les événements sportifs, les courses hippiques ou encore les jeux de casino. Ces endroits sont pour la plupart inaccessibles aux mineurs. Mis à part les opérateurs de jeu, il existe aussi les paris clandestins dans les quartiers comme les jeux de cartes (poker, belote, rami, etc.), le domino, la pétanque, et beaucoup d’autres encore où la mise de départ peut très vite atteindre le million d’Ariary. Parfois, ces jeux posent problème au sein de la société quand ils dégénèrent en bagarre. Actuellement, force est de constater que les mineurs commencent à avoir accès à ces différents jeux.

Anja RANDRIAMAHEFA

Midi Madagasikara1 partages

Général Richard Rakotonirina : « L’année 2020 une année de travail »

« L’année 2020 une année de travail », selon le général Richard Rakotonirina.

Le ministre de la Défense Nationale, le général Richard Rakotonirina a procédé, hier, à Ampahibe, à la présentation des vœux au sein de son ministère. Il a tenu ainsi à souligner que l’année 2020 soit une année de travail, et ce, suivant les dispositions prises en 2019. Ces différents projets devraient être réalisés avant juin 2020, étant donné l’armée malgache célèbrera ses 60 ans d’existence le 26 juin prochain. Le ministre de la Défense Nationale n’a pas manqué également de souhaiter une année de prospérité mais aussi de santé pour la grande famille de l’armée malgache sans oublier pour autant le personnel dudit ministère ainsi que pour chaque foyer. Notons que c’est le Secrétaire Général du ministère, en l’occurrence, le vice-amiral Ranaivoseheno Antoine de Padoue qui a pris la parole au nom de l’armée malgache et du personnel pour présenter les vœux de nouvel an au ministre de la Défense Nationale.

Recueillis par Dominique R.

Midi Madagasikara1 partages

Coupure d’électricité : Une heure de perturbation dans quelques quartiers

Dans un communiqué paru dans la nuit du 1er janvier, la Jirama (Jiro sy Rano Malagasy) a fait savoir qu’il y aura une perturbation de l’approvisionnement en électricité dans les quartiers suivants, Ambodivona, Manjakaray, Mausolée et Fort Duchesne, entre 13 et 14 heures le jeudi 02 janvier 2020. Toujours selon ce communiqué, la raison de cette coupure serait le remplacement des fils électriques reliant la centrale électrique Ambodivona et celle de Mandroseza. Ceci est fait afin de garantir un meilleur service pour les usagers. Toutefois, avec les orages du soir, quelques coupures ne sont pas à exclure.

Anja RANDRIAMAHEFA

Midi Madagasikara1 partages

Marché financier unifié : Démarrage appuyé par la BAD en Afrique Centrale

Les marchés financiers sont de plus en plus sophistiqués sur le continent africain. Hier, la BAD (Banque Africaine de Développement) a annoncé un appui financier de 783.328 Unités de compte, soit environ 976.000 euros pour appuyer le démarrage du marché financier unifié d’Afrique Centrale. D’après les informations, l’accord de financement a été déjà signé le 21 décembre dernier, en marge de la 10e session des travaux du Comité de pilotage du Programme des réformes économiques et financières de la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale (PREF-CEMAC). « L’objectif global du projet est d’appuyer les stratégies d’accès aux ressources domestiques pour combler les besoins de financement des Etats de la CEMAC dans leur processus de transformation structurelle et de diversification de leurs économies. Le Programme s’articulera autour de trois composantes, notamment, l’opérationnalisation du marché financier unifié, la mobilisation de l’épargne domestique et le renforcement du capital humain sur les instruments de la bourse », a indiqué le Groupe de la BAD.

Essor. Certes, l’Afrique est aujourd’hui considérée comme l’avenir économique du monde, grâce à ses avantages en termes de ressources naturelles et de main d’œuvre abondante à coût très compétitif. Alors que les investisseurs mondiaux se ruent sur le continent, le marché financier évolue dans le même sens. D’après les économistes locaux, cette évolution est beaucoup marquée par l’essor de certains secteurs comme ceux de l’immobilier et des finances. En effet, outre les produits financiers qui gagnent du terrain sur les économies africaines, le marché de capitaux est également en pleine croissance, soutenu par la naissance des bources de commerce et des bourses de valeurs, dans de nombreux pays du continent. Pour la BAD, l’appui au développement du marché financier est en ligne avec le Cadre stratégique pour l’intégration régionale, que cette institution a élaboré, pour la période 2018-2025, notamment en ce qui concerne son pilier III portant sur l’intégration financière. Celui-ci a pour objectif d’aider les Institutions financières à devenir des acteurs régionaux et à développer un système financier régional, visant à mobiliser davantage d’épargne intérieure pour répondre aux besoins du secteur productif.

Antsa R.

Midi Madagasikara1 partages

Prix du tabac : Une hausse de 50 Ar depuis fin décembre

Bonne ou mauvaise nouvelle ? C’est selon les orientations de chacun. En tout cas, depuis la fin du mois de décembre 2019, le prix des cigarettes a connu une hausse à hauteur de 50 Ariary par tige. Et selon les nouvelles affiches trouvées auprès des détaillants, ces nouveaux prix sont maintenus jusqu’à nouvel ordre. Ce qu’il faut savoir concernant le prix du tabac, c’est qu’il repose sur deux points d’une grande importance. D’un autre côté, le prix est influencé par la mesure de santé publique qui souhaite sensibiliser davantage les fumeurs à moins consommer ou à arrêter définitivement le tabac. Et de l’autre, les taxes sur le tabac représentent énormément d’argent pour l’Etat. Et ceci est presque valable dans tous les pays où le tabac est commercialisé. En tout cas, cette hausse des prix est effective un peu partout pour cette nouvelle année même si en France, la prochaine augmentation du prix du paquet de cigarettes n’est attendue qu’au mois d’avril.

Anja RANDRIAMAHEFA

Midi Madagasikara1 partages

Opposition : « Un congrès national cette année », selon Marc Ravalomanana

Marc Ravalomanana a annoncé la tenue d’un congrès national cette année. (photo d’archives)

Tout comme Andry Rajoelina et Hery Rajaonarimampianina, Marc Ravalomanana a prononcé un discours entrant dans le cadre de la présentation de vœux de nouvel an. C’était, hier, en son domicile à Faravohitra, lors de la présentation de vœux des membres du TIM. Au cours de son allocution, l’ancien président a dressé le bilan de l’année écoulée, selon sa vision, et surtout les perspectives pour cette nouvelle année 2020. L’année 2019 a été marquée par une série d’élections. Sur ce point d’ailleurs, il a tenu à souligner que, que ce soit au niveau des Fokontany ainsi que les autres responsables sans parler de la CENI, ceux-ci sont responsables des anomalies observées lors de ces différentes consultations populaires.  Ce fut également une occasion pour l’ancien président d’annoncer que la plateforme de l’opposition dénommée « Rodoben’ny Mpanohitra ho an’ny Demokrasia eto Madagasikara » (RMDM) tiendra son congrès national, cette année-ci.

Paix sociale. Par ailleurs, il a parlé de quatre points pour faire décoller le pays. Premièrement, l’instauration de la paix sociale avec la stabilité politique, la sécurité alimentaire et la sécurité tout court. Deuxièmement, la réconciliation nationale qui verra la participation des partis politiques, des différentes associations, ainsi que celle de tout un chacun. Troisièmement, la mise en place d’une véritable démocratie, et quatrièmement la bonne gouvernance.

Recueillis par Dominique R.

Madaplus.info0 partages

Madagascar : Hery Rajaonarimampianina refait surface

La dernière fois que les médias ont parlé de l’ancien président Hery Rajaonarimampianina, c’était lors de sa rencontre avec Marc Ravalomanana à Paris puis quand sa photo a été floutée sur une image ayant défrayé la chronique pendant un certain temps. Mais le numéro un du HVM refait surface en cette nouvelle année et a des perspectives politiques pour le pays.
En effet, il a adressé ses vœux à l’occasion de cette nouvelle année à la population malgache via une vidéo partagée sur les réseaux sociaux. Ce qui a surtout marqué son intervention c’est la tenue d’une consultation nationale afin de cogiter sur les solutions aux différents maux du pays.
Tia Tanindranaza0 partages

Taona 202015 andro no tsy hiasana

Miisa 15 ireo andro tsy hiasana amin’ity 2020 ity noho ireo fety sy daty manokana manamarika ny fiainam-pirenena, efa andro alahady anefa ny 6 amin’izy ireo , izany hoe efa

 

andro tsy fiasana ihany.Sabotsy ny iray; ary andavanandro fiasana eto Madagasikara ny 7 ambiny.Mitambatra ao anatin’ireo daty sy andro natao tsy hiasana kanefa handraisan-karama ireo ny fety Kristianina (Paska, alatsinain’ny Paska,Pentekosta,alatsinain’ny Pentekosta, Ascension, Assomption, fetin’ny Maty, Krismasy)  ny fetin’ny Silamo (Id al Fitr sy Id al Adha) ary ireo fety ara-panjakana (Fetin’ny asa, Fetin’ny fahaleovantena).Tahaka izao moa ireo 15 andro tsy iasana ireo:

Tia Tanindranaza0 partages

Vazivazy zaritenany !

Taona 2020. Taona 20/20. Izany no vazivazy fanirian’ireo mirary ny haha taon-jina tsy misy tomika ity taona vaovao 2020 ity.

 

Vazivazy manahirana etsy ankilan’izay anefa ny filazan’ny sasany amin’ny teny frantsay fa taonan’ny divay (deux mille vin), hono izao taona diavintsika izao. Vazivazy zaritenany hita ho misy fifanoherany ireo ary izay moa no lalàm-piainana. Rehefa tsy ny soa ny tsara no azo dia ny mifanohitra amin’izay hatrany. Ary isan’ny ao anatin’izay ratsy izay ihany koa ny tsy fahazoana na tsy fandraisana na inona na inona. Raha iverenana ireo vazivazy voambara mikasika ity taona ity dia mampametra-panontaniana maro? Azo heverina ho hita eto Madagasikara amin’ity taona ity tokoa ve izany atao hoe fiainana tsy hisy tomika na 20/20 izany, raha ny zava-nisy tamin’ny taon-dasa no itodihana? Enga anie mba ho tanteraka ny fanirian’ireo mpirary soa! Taonan’ny tsy fahombiazana, hono, mantsy, hoy ilay mpanao politika iray izay iny taona lasa iny ary misy mpanao politika hafa sy mpandinika maro koa aza efa manahy sahady fa ho feno fahasahiranana ity taona vaovao ity raha ny hita tamin’ireo fihetsiketsehana nitranga rehetra namaraparana iny taona 2019 iny. Dia ho sanatria ve izany vao mainka hivarilavo, araka ilay vazivazy faharoa, ny firenena amin’ity taona ity? Na hampivarilavo bebe kokoa ny Malagasy izay malaza ho lohalaharana amin’izay fandraisana zava-pisotro maha mamo izay? Ho sanatria tokoa anie izany! Milaza ny efa niasa ary mbola hiasa bebe kokoa moa ny fitondrana. Raha ny ankamaroan’ireo fanehoan-kevitra heno anefa dia ilay efa nambara teto hoe finaritra ny maso saingy ory ny kibo no mahafehy ny fiainana niainana tao anatin’izay fitondrana vaovao izay. Ivavahana mafy mba hisy ny fahagagana 2020.

J. Mirija

Tia Tanindranaza0 partages

Faritra Andrefan’ny NosyAhiana ho tondraka ny rano

Naharitra tokoa saingy madinika ny rotsak’orana teto Antananarivo nanomboka ny alin’ny 31 desambra ka hatramin’ny halina.Somary natevina kosa ny tany amin’ny faritra hafa.

 

Ny anton’izany araka ny fanazavana voaray avy any amin’ny sampan-draharaha mpamantatra ny toetry ny andro dia noho ny fisian'ny andian-drahona mivangongo ao amin'ny faritra avaratry ny lakandranon'i Mozambika ka  nahazo vahana ny rotsakorana betsaka amin'ny faritra avaratra andrefan'i Madagasikara.Mety hiteraka tondra-drano sy fiakaran’ny renirano mihitsy ny fitohizan’ny rotsakorana amina faritra maro, araka ny fanazavana ihany. Entanina araka izany ny mponina amin'ireto toerana manaraka ireto mba ho mailo sy hitandrina fa tafiditra amin'ny faritra mahazo ny fampitandremana miloko mena ny amin'ny fahabetsahan'ny rotsakorana izy ireo dia : Boeny, Betsiboka, Besalampy, Maintirano, Ambatomainty, Morafenobe, Andilamena, Amparafaravola ary Ambatondrazaka.Zava-dehibe ihany koa ny fanarahana tsy tapaka amin’ny onjam-peo ny fivoaran’ny toetry ny andro sy ny toromarika.Efa samy tokony hiomana ny rehetra fa tsy mianddry rano efa mandifotr’’olona vao miala fa vantany vao tsy tahaka ny mahazatra ny haavon’ny rano dia tsara kokoa ny mamonjy toeran-kafa; efa mahafantatra ny tokony atao amin’izany moa ireo tompon’andraikitra eny amin’ny fokontany sy ny kaominina ary ny distrika izay miara-miasa akaiky amin’ny BNGRC.Tsy mbola misy resaka rivodoza mananontanona aloha hatreto fa ny rotsak’orana ahiana hitarika tondra-drano no mila hitandremana, hoy hatrany ny fanazavana voaray.

 

RTT

Tia Tanindranaza0 partages

Vondron’ny mpanohitraHanatanteraka kongresy lehibe ny RMDM

Fantatra omaly nandritra ny kabarin’i Marc Ravalomanana teny Faravohitra fa hanao ny kongresy lehibe voalohany ny Rodoben’ny Mpanohitra ho an’ny Demokrasia ( RMDM) amin’ ity taona ity.

 

 Mbola ho lazaina amin’ ny manaraka ny fotoana hanantanterahina izany fa dia mila mifanentana mialoha isika, hoy ny fanambarana. Nanao antso avo amin’ireo antoko politika hafa na vondron’ olona mahatsapa fa mandeha any amin’ ny làlana tsy tokony hizorany ny firenena mba hampivondrona ny hery miaraka aminy, ity filoha teo aloha ity sy ny RMDM.Iray andro aty aorian’ny nnanambaran’i Hery Rajaonarimampianina ny fikarakarana fakan-kevitra nasionaly no mivoaka izao resaka kongresin’ny RMDM izao; tsy hoe voatery misy ifandraisany avy hatrany  saingy azo ilazana kosa fa mihetsika ny mpanohitra.Tsy resaka fidinana an-dalambe aloha izany no atao ho fanoherana ny fitondram-panjakana, na fitakiana ilay toeran’ny filoha lefitra ho an’ny mpanohitra eny amin’ny antenimieram-pirenena,  fa kosa famoahana fehin-kevitra.Araka ilay nambaran’i Marc Ravalomanana ihany hoe natao arofanina ho an’ny mpitondra ny mpanohitra ka milaza ny tsy mety ary mandroso ny vahaolana heveriny fa mety kokoa ho an’ny vahoaka sy ny firenena.Anisan’ny niantso firaisankina sy fihavanana ihany koa ny filoha Andry Rajoelina tamin’ny krismasy 2019 lasa teo , ka asa hoe ho raikitra amin’izay ve ilay fampihavanam-pirenena tena izy, na fifampiresahana eo amin’ny mpitondra sy ny mpanohitra sa mbola kabary an-tany efitra tsy misy mpihaino indray ny an’ny mpanohitra.Tsara ho tadidiana anefa fa io fanaovana be marenina io ihany no nahavoa ny fitondrana HVM, herintaona sy tapany lasa izay.

RTT

Tia Tanindranaza0 partages

Rivolala Kohen“Ho mafy ho an’ny Fitondrana Rajoelina ny taona 2020”

Tena taona mafy ho an’ny fitondrana Rajoelina sy ny ekipany ity taona 2020 vaovao ity hoy Kohen Rivolala, mpitarika ny finoana Jodaisma hebraika, mpitsabo amin’ny alalan’ny ctic ctac dou eny Ambonisoa Itaosy.

 

Noho ny asa ratsin’ny satana izay efa mahazo vatana eto amin’ny tany sy ny firenena no nambarany fa anton’izany ankoatra ny kapoka mety hahazo ity fitondrana ity. Tamin’ny ankapobeny mantsy raha ny fanazavany dia nisy ny tsy fahamarinana nahalany ho filoha ny filoham-pirenena ankehitriny izay tsy maintsy handraisany sazy avy any ambony. Sakana maro vokatr’izany no hitranga eo amin’ny lalan’ny filoha sy ny ekipany hoy hatrany Kohen Rivolala, ary mety hihazakazaka hitady azy mihitsy ny mpitondra mba hamahana izany olana any amin’ny tontolon’ny fanahy izany. Anisan’ny zavatra mampatahotra indrindra mety hitranga eto amin’ny firenena moa ary tsy azo sakanana hoy hatrany Kohen ny hasiahana sy ny haratsian’ny olona izay efa nambarany tamin’ny taona 2013 fa hitovy amin’ny vampira, ny loza voajanahary sy ny fatin’olona hovonoina amin’ny fomba feno habibiana tsy hampoizina….Vahaolana arosony ho an’ny mpitondra araka izany ny tokony hamerenana ny mpiray tanindrazana ao anatin’ny kolontsaina Malagasy fa tsy ho variana amin’ny kolontsaina vahiny foana no omena vahana.

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Senatera Riana Andriamandavy VIINanakiana mafy ny fitondrana Rajoelina

Hita tamin’ny pejy facebook’ny loholona Riana Andriamandavy VII omaly ny fanambarana nanao hoe : “rehefa natao ny fampitahana Andriamatoa filoha dia mbola ny zava-bitanao no misongadina sy azo tsapain-tanana ka mbola isitrahan’ny mpitondra ankehitriny”.

 

 

RTT

 

Tia Tanindranaza0 partages

Marc RavalomananaNanolotra vahaolana hivoahana amin’ny krizy

Nandritra ny lanonana fifampiarahabana noho ny taom-baovao 2020 teny amin’ny trano fonenany eny Faravohitra omaly no nanambaran’ny filoha teo aloha Marc Ravalomanana fa ny fahatsapana fa miha sahiranana ny vahoaka Malagasy.

 

 

Ny tena nanamarika iny taona 2019  iny teo amin’ny lafiny ara- politika, dia ny tsy fisian’ny tany tan-dalàna sy ny tsy fanajana ny demokrasia eto amin’ny firenena, hoy izy. Ny fahatsapana izany no antony nijoroan’ny Rodoben’ny Mpanohitra ho an’ny Demokrasia eto Madagasikara, na ny RMDM mba handrindrana ny asa fanoherana eto Madagasikara. Tsy hilavo lefona, ary tsy ho kivy isika fa tsy maintsy mijoro, hoy i Marc Ravalomanana. Mbola misy ny fanantenana amin’izao taona vaovao 2020 izao, hoy izy ka noho izany dia tsy maintsy tohizana ny ady amin’ny tsy rariny sy ny tsy fahamarinana satria dia mandeha any amin’ny làlana tsy tokony hizorany ny firenena. Isika mpanohitra no arofanina, ka adidy sy andraikitra tsy maintsy ho tanterahina izany. Koa sahia miteny rehefa mahita zavatra, ary mijoroa miaro ny fahamarinana sy ny tombontsoan’ny vahoaka Malagasy.

VAHAOLANA AMIN’NY KRIZY

Nanao antso avo amin’ny fiangonana tsy ankavanaka ihany i Marc Ravalomanana mba handraisan’izy ireo andraikitra amin’ny maha ray aman-dreny afaka mampianatra sy manitsy ny vahoaka rehetra satria tanindrazana iombonana ity.Tsy sanatria faly hitanisa ny tsy mety fotsiny fa nanolotra vahaolana efatra hahafahana miroso amin’ny tena asa fampandrosoana izy.Voalohany ny faletrahana ny fandriampahalemana ara-tsosialy izany hoe tsy fitanilàna amin’ny fampiharana ny lalàna sy famerahana ny fandriampahalemana ary ady amin’ny tsy fanjarian-tsakafo sy fiarohana ireo mpandraharaha. Faharoa dia ilaina ny firasam-pirenena amin’ny fanatanterahana ny fampihavanam-pirenena tena izy iarahan’ny herivelona rehetra eto amin’ny firenena.Fahatelo, tsy maintsy apetraka ny demokrasia tena izy, izany hoe ny fanekena sy fanajàna fa misy ny mpitondra, ary misy ihany koa ny mpanohitra.Ary ny hevi-dehibe faha efatra farany dia ny fanajana ny tany tan-dalàna.Nanaovany antso manokana ny mpitsara, mba hitsara amin’ny fahamarinana tokoa fa tsy hanaiky atao fitaovana politika; ireo mpitandro filaminana mba tsy hatao herim-pamoretana ny vahoaka.Niarahaba no sady nirary so any vahoaka Malagasy amin’ity taona vaovao 2020 ity moa Atoa Marc Ravalomanana , izay notronin’ny fianakaviany sy ireo mpiara-dia aminy eo anivon’ny antoko TIM ary ireo tapaka sy namana, teny Faravohitra omaly.

RTT

 

Tia Tanindranaza0 partages

Jiolahin’Antanimena sy VasakaosyRoa lahy mitondra antsy tratran’ny mponina nanendaka

Lehilahy 2 no voasambotry mponina ka natolotra ny polisy avy tao amin’ny PPA Antaniavo ny harivan’ny faran’ny taona 2019, tamin’ny 7 ora sasany teo teny Vasakaosy noho ny resaka fanendahana mitondra antsy.

Lehilahy iray hamonjy fodiana no niharan’ny fanendahana tetsy Vasakaosy, rehefa avy niala taksibe  teo Antanimena. Nahatsikaritra lehilahy roa nanaraka azy avy ao aoriana ity tovolahy ity ka rehefa tonga teo amin’ny fijanonan’ny fiara fitanteram-bahoaka Vasakaosy dia nisy olona hafa nanakana azy sady nanambana antsy, ireo tao aoriana nanaraka azy kosa nisintona ny kitapony nisy telephone sy anton-tantaratasy sarobidy maro mikasika azy. Nandositra ireo olon-dratsy rehefa azony ilay kitapo. Nanohy ny lalany nody ity lehilahy voaendaka ity, minitra vitsy taty aoriana dia nifanena tamin’ireo mpanendaka azy indray izy , tadidiny rahateo ny endrik’izy ireo ka avy hatrany dia niantso vonjy ilay tovolahy. Taitra ny mponina manodidina ary nanejika ireo olon-dratsy ka voasambotry ny fokonolona ny roa tamin’ireo. Noentiny avy hatrany tany amin’ny Paositry ny Polisy eo Antaniavo ireo roa lahy vosambotra. Taorian’ny fanadihadiana natao azy ireo dia fantatra fa efa mpamerin-keloka ny iray amin’ireto mpanendaka ireto.

Haja Nirina

 

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fanendahana anaty taksibeTra-tehaka ilay mpandrovitra poketra sy tarehy

Lehilahy 34 taona, mpanendaka no tra-tehaky ny fokonolona sy ny polisy avy ao amin’ny boriboritany faha-6 Ambohimanarina teny Andranomena ny talata 31 desambra teo tokony ho tamin’ny 1 ora tolak’andro . Zotram-pitaterana mankany Ivato nanala olona teo Andranomena no nidiran’ity lehilahy mpanendaka ity.

 

 

Niditra toy ireny mpandeha tsotra ireny izy ka nipetraka teo akaikin’ny vehivavy iray nitazona poketra. Raha variana ilay vehivavy dia nosavainy ny poketrany. Tsikaritry ny olona tao anaty taksibe izany fihetsika izany ka nisy niteny hoe  : “mpanendaka io !” Nikasa handositra ilay lehilahy, fa taitra tamin’izany kosa ny mpandeha rehetra tao anaty taksibe ka nirohatra nitazona azy. Iny izy andeha ivoaka ilay fiara iny no nisy lehilahy iray nibahana ny lalany ; notatahiny tamin’ny hareza ny tarehiny ka tafavoaka ihany izy. Nampandre ny Polisy niasa tsy lavitra teo ny fokonolona. Raikitra ny fifanenjehana ka tratra teo akaikin’ny “Gastro” Andranomena ity olon’dratsy ity. Noentina avy hatrany teny amin’ny paositry ny polisin’ny boriboritany faha 6 Ambohimanarina ho atao famotorana . Fantatra fa anisan’ireo mpanao io asa ratsy io eny amin’iny faritra Andranomena sy ny manodidina iny ity lehilahy ity.

Haja Nirina

 

Tia Tanindranaza0 partages

Reraky ny fety ny mponinaMirongatra ny asan-jiolahy eny Itaosy

Nanararaotra ny harerahan'ny mponina vokatry ny fety sady tao anaty orana ny jiolahy teny amin'ny tanana iray tao Ambavahaditokana Itaosy.

 

Lasan'ireo mpangalatra avokoa ireo entana rehetra teo an-tokontany, ny alin'ny taom-baovao teo no nitranga ny fanafihana. Voalazan'ny lasibatra fa heno ihany fa nisy nikorontana ny vy tao anaty tamboho saingy manoloana ny hery tsy mitovy dia tsy sahy nivoaka. Naharitra ora vitsy ny halatra raha ny zavatra very maro. Ny mahagaga anefa tsy dia zavatra sarobidy no very ka azo heverina fa mpangalatra mafy ady no tao. Hazo sy vy ary kojakoja fanaovan-trano no nanjavona. Voalazan'ny voatafika fa efa indroa nisy nianika ihany  ny tamboho tao anatin'ny roa volana lasa fa tsy nisy very tamin'izany, tsy nisy ny naratra. Misy andrimasim-pokonolona ihany eny an-toerana saingy ahiana fantatry ny jiolahy ny fotoana iasan'ireo mpiambina. Isaky ny ora roa mantsy  ny fandehanan'ny andrimasom-pokolona fa ny alin'ny taom-baovao azo heverina fa reraka ireo mpiambina.  Nirongatra indray ity halabotry ity teny an-toerana tato ato.

Haja Nirina

 

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

AlasoraVoasambotra ireo mpivarotra merkiora sandoka

Lehilahy roa no voasambotry ny Polisin’Alasora ny alatsinainy teo rehefa avy nisoloky olona saika hividy merikiora sandoka izay vatan’akondro sy tantely tamin’ny tavohangy ary ody gasy maro sy gazety nofonosana lambamena no tao anatiny .

 

Ny volana oktobra  no nisy lehilahy nilaza ho manana merikiora 3 kilao tao Ambositra. Fikambanana mpivarotra miisa 6 no liana  ka nanambatra vola mitentina 7.000.000 ariary nalefa tamin’ny finday hanaovana sorona. Voalaza fa alaina any Ambositra ny entana, ary nasainy nitondra vola 3.600.000 ariary. Nony nifampihaona ireo telo avy samy iraka, ka rehefa natolotra ny vola dia nanjavona ireo avy any Ambositra, tsy nandeha koa ny laharana findainy.  Ny alin’ny talata 24 desambra dia nandeha ilay finday, ka nilaza indray ireo mpisoloky fa efa vonona ilay merikiora. Nidina tany an-toerana indray ireo solontenan’ny mpividy ny alarobia 25 desambra, ka nahita lehilahy 2 nilanja kitapo lehibe iray, voalaza fa misy ilay merikiora,  fa mila vola indray hanaovana fomba alohan’ny hivarotana azy. Niaraka niakatra taty Antananarivo ireo roalahy sy ireo mpividy. Ny alatsinainy teo ary dia efa nahita mpividy ilay merikiora, efa vory ihany koa ilay volabe nangatahin’ireo roalahy tompon’entana hanaovana fomba. Fa mila tapakazo iray ka tany am-pitadiavana izany no nanjavona izy roalahy fa tratra ihany teo Mahamasina tamin’ny 02 ora tolakandro n’io alatsinainy io,

Haja Nirina

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fitsirihana tahan’ny alikaola amin’ny mpamilyNahoana moa no tsy atao mandava-taona ?

Matetika amin’ny vaninandro fety tahaka ny hoe krismasy, faran’ny taona, Paska, Pentekosta izay mampitombo ny fifamoivoizana no manao ilay fitsirihana

 

ny tahan’ny alikaola amin’ireo mpamily ny ministeran’ny fitaterana sy ny mpitandro filaminana amin’ny alalan’ny ATT sy ny CIR.Tsy dia hita kosa mba tsy ilazana hoe tsy misy mihitsy izany amin’ny andavanandro; io iaraha-mahita isan’andro io anefa ny lozam-pifamoivoizana etsy sy eroa ary tena mampitondra takaitra ny mahafaty mihitsy.Maro amin’ireo mpandeha no mihevitra hoe inona moa no antony tsy hanatanterahana ny “alcootest” amin’ny mpamily isan’andro, ireo fiara fitateram-bahoaka, ny fiara be mpitatitra entana, ireo fiara mivezivezy amin’ny alina.Azo antoka fa manana ny paikadiny sy ny fandaminany ny asany ny ao amin’ny ministeran’ny fitaterana sy ny mpitandro filaminana , ary izy ireo no mahafantatra ireo mpamily mmampiahiahy ka atao fitsirihana avy hatrany.Azo antoka fa efa hampihena sahady ny tahan’ny lozam-pifamoivoizana, na an-tanan-dehibe io, na amin’ny lalam-pirenena ny fahafantaran’ireo mpamily fa sy maintsy misy ny fitsirihana ny tahan’ny alikaola, ka izay mihoatra ny fetra ekena dia tsy maintsy voasazy.Mba tompon’andriakitra kokoa amin’izay ireo mpitondra fiara dia tafapetraka ho azy ny fanajana ny lalàna.

RTT

Tia Tanindranaza0 partages

Jery todika fety - HJRABetsaka ireo vehivavy mamoifo

Antsasaky ny lehilahy latsaka ny salanisan'ny vehivavy niditra tao amin'ny Hjra nandritran'ny fetin'ny faran'ny taona sy ny afak'omaly taom-baovao. 166 ny fitambaran'ny tovolahy sy raim-pianakaviana raha 69 ny andriambavilanitra.

Nitombo ho 86 ny lehilahy nampidirina vonjy aina tao amin'ny Hjra ny taom-baovao raha mitaha ny tamin'ny faran'ny taona  izay 80. Ny zazalahy kosa raha 9 ny alin'ny faran'ny taona dia 5 sisa no nahiditra vonjy aina. Ny Zazavavy kosa 2 ny alin'ny 31 desambra raha niakatra fito izany ny voalohan'ny volana janoary teo. 2 no maty raha 55 notazomina tao amin'ny hopitaly tamin'ireo 255 nanao fizaham-pahasalamana tamin'ireo andro fety ireo.  Nahatratra 57 ireo niharan'ny lozam-pifamoivoizna, raha 30 fiarakodia, ny ambiny kosa kodiran-droa ka tamin'ny fandehanana bisikileta ny 7 ary moto avokoa ny 20. Ny teo anivon'ny fameloman'ainan'ity hopitalin'Ampefiloha ity kosa, nandritra ny tatitra ho an'ny mpanao gazety omaly dia nanambara fa nahatratra 12 no toran'ny zava-pisotro misy alikaola ny alina ka lehilahy ny 8 ary 10 ny atoandro ka mbola lehilahy hatrany ny 8. Ny fikasana famonoan-tena kosa nahatratra 5 ka vehivavy ny 4. Ny taom-baovao kosa 4 vao nisy tratran'ny fanapoizinana ara-tsakafo ka vehivavy ny telo. Lehilahy iray kosa no tapaka lalan-dra ny 1 janoary.

Haja Nirina

 

Tia Tanindranaza0 partages

TanjombatoNitsoraka tao ambany tetezana ilay taksi

Nitohana izay tsy izy ny fifamoivoizana teny Tanjombato omaly maraina, tsy fanamboaran-dalana akory fa noho ny loza izay nitranga.Fiara Peugeot 205, izay taksi no tsy tafavily

 

 

intsony ary tonga dia nitsoraka tao ambanin’ilay Pont Bailey.Izany hoe avy any atsimo hianavaratra ity fiara ity.Soa ihany fa tsy nandeha mafy fa saika loza.Nihitsoka tao ambanin’ilay tetezana ilay Peugeot 205 , tafasisika teo anelanelan’ny Pont Bailey sy totohotra kely iray; ary notohanan’ireo fako mivangono tao ihany koa ka tsy lasa lavitra na nikodiadia.Tsy nisy naratra na sanatria aina nafoy, saingy nisy fahasimbana kosa aloha ny fiara.Nisy olana ny familiana (direction) raha ny angom-baovao natao ka izay no nahatonga ny loza.Ireo olona teny amin’ny manodidina ihany moa no nikaroka hevitra nisintonana ity fiara ity.Ny tranga tahaka izao no manaporofo fa ilaina foana ny fitsirihana ny fiara ampiasaina satria ny loza tsy mampandre rehefa ho avy.Tsikaritra fa maromaro ireo fiara miasa eto Antananarivo, na an’olon-tsotra io na misehatra amin’ny fitateram-bahoaka no efa tena valaka, araka ny fomba fiteny.Tsy tommbona intsony ny lafiny ara-teknika, mahagaga anefa fa dia mbola afaka mifamoivoy ihany izy ireny.Mitranga ny loza mandratra na hamoizana ain’olona avy eo vao mifanome tsiny.Tsy aleo ve misoroka toa izay mitsabo e.

 

RTT

Tia Tanindranaza0 partages

Famahana ny olan’ny JIRAMATetikasa maro no hotanterahina amin’ity taona ity

Maro ireo tetikasa hotanterahina ho fanatsarana ny famatsian-drano eto Andrenivohitra sy manerana ny Nosy tahaka ny hatao any Amoronakona sy Mandroseza.

 

Foto-drafitr’asa izay efa natomboka tamin’iny taona 2019 ho famahana ny olan’ny famatsiana rano no mbola hotohizana. Ho an‘ny famatsiana rano dia efa mananika ny 40% ireo tambazotra fitaterana rano eto an-drenivohitra no simba amin’izao fotoana. Antom-pisian’ny fifanaraham-piarahamiasa teo anivon’ny  JIRAMA sy ny orinasa iray avy any Afrika Atsimo amin’ny fanavaozana ireo fitaovana mirefy 90 km. Ny tapak’ity volana janoary ity no vinavina fa ho atomboka ny andrana ny amin’izany. Ho an’ny famatsiana herinaratra kosa indray dia tohizana ny ady amin’ireo karazana halatra jiro, izay isan’ny mampitombo ny fatiantoka goavana eo amin’ny orinasa. Ny volana mey 2020 izao no ho tonga eto Madagasikara ny orinasa egyptiana izay hiompana amin’ny fananganana orinasa mpamokatra « compteur intelligent ». Izany  tetikasa rehetra izany dia hinoana fa hitondra fiovana eo amin’ny tolotra hoan’ny mpanjifa sy ny fitantanana ny orinasa ary hahatanteraka ny fanambin’ny filoham-pirenena izay nilaza fa ao anatin’ny roa taona dia tsy maintsy hiarina ny orinasa JIRAMA. Efa maro ihany koa izay olona tompon’andraikitra nosoloina tao amin’ ity orinasam-panjakana ity  ka antenaina hahatanteraka ny fanamby mba ho tombony amin’ny vahoaka Malagasy ireo am-perinasa ankehitriny.

Tsirinasolo

 

Tia Tanindranaza0 partages

Rotsak’orana be loatraNandray fepetra ny BNGRC

Manoloana ny rotsak’orana betsaka sy mifanesy eto Antananarivo amin’izao fotoana izao dia misy amin’ireo tany sy vato indray no ahiana hihotsaka.

 

 Araka izany dia  tsy maintsy nandray fepetra mialoha ny teo anivon’ny Birao Nasionalin’ny Fitantanana ny Loza Ara-boajanahary (BNGRC). Voalohany amin’izany ny fanentanana ireo rehetra mipetraka eny amin’ny faritra avo mba hanaiky ny fandaminana hapetraka hisorohana ny loza mety hitranga. Voakasika amin’izany ny toerana manodidina an’Ampahamarinana. Na dia misy aza ny fampitandremana dia tahaka ny mahazatra tsy mieritreritra ny hiala na hifindra toerana ny ankamaroan’ny olona mipetraka eny. Vao omaly alina indray anefa no nisy vato iray lehibe no nihotsaka tetsy Ampahamarinana saingy tsy nisy ny aina nafoy fa trano hazo iray no simba ary olona 16 tanatina fianakaviana 4 tafo no tsy maintsy nafindra toerana raha ny tatitra teo anivon’ny BNGRC.

Tsirinasolo

 

Tia Tanindranaza0 partages

Antananarivo renivohitra sy ny manodidina“6 maty, 22 ny mpanendaka tratra nandritra ny fety”

Olona efatra maty nianjeran’ny rindrim-bato teny amin’ny faritra Ambohidrapeto, Itaosy nandritra ny fety, raha ny tatitry ny polisim-pirenena raha ny tatitry ny polisim-pirenena tamin’ny mpanao gazety omaly , teny amin’ny efitrano fiasan’ireo mpitandro filaminana Anosy.

 

Faty roa kosa no hitan’ny polisim-pirenena nandritra ny fetin’ny 31 desambra sy ny voalohan’ny taona. Ny iray tao Sabotsy Namehana izay hita faty tao andavadranon’Ambohitrinimanga. Ny iray hafa kosa  efa mananika ny 63 taona izay matin’ny fanintona tao an-tranony. Nanjaka koa ny sinto-mahery. 22 ireo jiolahy mpanendaka no tratra tamin’ireo endrika sinto-mahery 6 nitranga teto an-drenivohitra. Nahatratra 63 ireo voasambotra noho ireo karazana halatra 25 niseho teto Antananarivo renivohitra sy ny manodidina ka ny 25 tamin’ireo no navotsotra taorian’ny famotorana sy ny fandihadiana. Roa tamin’ireo no voarohirohy tamina halatra môtô, 2 koa ny vaky trano ary iray tratra teo am-piomanana hanaovany ny asa ratsiny.

Loza 8 nandratrana olona

Nahatratra 11 kosa ny lozam-pifamoivoizana nitranga ka ny 3 izay nentina mpamily mamo ihany no fahasimbana fiara fotsiny fa ny loza 8 kosa dia nandratrana olona avokoa.  Entana maro tamin’ny toeram-pivarotana telo kosa no kila forehitra teo amin’ny “pavillon” laharana faha 15 sy 16 ary 17 teo Anosibe Tsena. Voefehy nandritra ny 10 mn ny afo, raha ts’izany potika tanteraka ireo toeram-pivarotana maro eny an-toerana.

Haja Nirina sy J.Mirija

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

RINDRINA NIHOTSAKA NAMONO OLONA

Dimy no maty teto an-drenivohitra tamin’ny taom-baovao. Ny efatra tamin’ireo dia ankohonana iray tetsy Ambohidrapeto.

 

Nihotsaka ny rindrina mpiaro ny tamboho ary avy hatrany dia tao amin’ny efitrano izay nisy azy efa-mianaka. Maty tsy tsa-drano avokoa ireo. Ny loza faharoa indray dia olona latsaka tao anaty lava-drano. Efa maty izy tamin’ny fotoana nahatongavan’ny mpamonjy voina teny an-toerana. Ilay mpanavotra azy kosa, lehilahy 45 taona, mba avotra ihany ny ainy.

ZANA-KISOA NO NAFARANA, ALIKA NO TONGA

 

 Nisy nivarotra alika tamin’ny kaomandy amin’ny facebook. Zana-kisoa malemy taolana no nafarana kinanjo alika efa mendy tsara no tonga tao an-trano. Efa teo ambony latabatra vao nahatsikaritra ny mpividy ary nanao antso avo ny olona mba ho mailo. Ny laharan’ny finday efa tsy nandeha intsony nanomboka teo. Fetsy ratsy ny olona ary tena lasa famosaviana indraindray ny fitaka atao amin’ny tambajotra sosialy.

TANY INDE NO BE ZAZA TERAKA INDRINDRA

Nahatratra 2087 ny zaza izay teraka tamin’ny taom-baovao teto Madagasikara, raha araka ny fanazavan’ny Unicef. Raha oharina amin’ny fiterahana maneran-tany tamin’io andro io dia tafiakatra 0,53 % izany satria manodidina ny 392.000 ny fiterahana teto ambonin’ny tany. Tany Inde no voalohany indrindra, Chine ny faharoa ary Nigéria kosa ny firenena afrikana nitàna ny laharana voalohany tamin’ny fiterahana tamin’ny taom-baovao.FIARA NIKODIADIA TANY ANATY HANTSANA

 

Manerinerina, ny taom-baovao teo. Fiara tsy mataho-dàlana iray mitondra ny marika Kia no nivoaka ny làlana ary nivadika tany anaty hantsana. Dimy naratra tao anatin’ny fiara ary nisy ankizy telo tamin’izany. Fandehanana mafy no nitarika io lozam-pifamoivoizana io ary hiakatra aty an-drenivohitra ny dian’ity fianakaviana ity. Mba tsy nisy namoy ny aina na dia mafy aza ny fitrangan’ilay loza.FIARA ROA NIREHITRA TENY AMIN’NY BY PASS

 

Grand Starex roa, Matiz iray ary Kia iray no indray nirehitra tao amin’ny garazy iray tetsy By-pass omaly. Raha tsy tonga teny an-toerana ny mpamonjy voina dia tsy voafehy mihitsy ny afo. Miisa 11 ireo olona izay nifanampy tamin’ny famonoana ny afo ary nitondra kamiao mpitondra rano miisa roa izay ireo. Vao maraina no nitranga ity loza ity ary tsy mbola voafaritra hatreto ny nitarika ny firehetana.

 

 

 

 

 

 

 

 

BASY NOGIAZANA

 

Tao Toamasina no isan’ny betsaka indrindra ny basy izay nogiazana tamin’iny taon-dasa teo iny. Nahatratra 20 isa izany ka ny efatra tamin’ireo dia basy maherivaika Kalachnikov. Maro tamin’ireo azon’ny polisy koa no vita gasy ary nahatratra an-jatony maro ny bala niaraka tamin’ireo. Tao an-toerana rahateo no isan’ny nampitaraina ny maro ny fanafihana mitam-piadiana tamin’iny taona iny. Betsaka ireo izay namoy ny aina ary nisy hatramin’ny polisy aza, rehefa notifirin’ny jiolahy.FANAMBOARANA NY KIANJABEN’I MAHAMASINA

\

Amin'ny herinandro no manomboka ny asa fanamboarana ny kianjan 'ny Mahamasina. Ny fandrodanana ny « tribune centrale » no hanombohana izany. Asa anefa raha mahatratra ny lalaon'i Barea amin'ny marsa ny hahavitan’ity kianja ity satria izay no tena isan’ny lehibe indrindra amin’ny fanamboarana azy. Miandrandra ny rehetra, indrindra ny mpitia baolina kitra, mba tsy ho foto-drafitrasa izay mijanona fotsiny eo amin’ny 3D indray no mitranga, toa izay efa fahita matetika.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Ministeran’ny fanabeazam-pirenenaHijery ny fari-piainan'ny mpiasa

Tetikasa maro hanatsaràna ny kalitaon'ny fanabeazana no vinavinain'ny ministeran' ny fanabeazam-pirenena sy fampianarana teknika ary fanofanana arak'asa amin'izao taona 2020 izao hoy ny minisitra Volahaingo Marie Thérèse.

 

 

Nankahery ny mpanabe sy ny mpianatra rehetra hiezaka hatrany mba hanao ny asany manandrify azy ireo ny minisitra. Nohamafisiny fa hojerena manokana ny farim-piainan'ny mpiasan'ny ministera amin'ity taona 2020 ity.Ny karama aloha dia efa niakatra 13% araka ny kabarin’ny filoha, fa ny anisan’ny takian’ny mpampianatra hatrizay dia ny fampitomboana ireo karazana tambin-karama ary indrindra ny fanorenana trano fonenana ho azy ireo.

 

 Marigny A.

Tia Tanindranaza0 partages

Seha-pihariana eto Madagasikara Misy paikady maro tokony hampahafantarina

Mametraka ny fahamarinan-toeran'ny fitondrana eo amin'ny lafin'ny iraisampirenena sy ny eto an-toerana no nataon’ny filoham-pirenena tao anatin’ny kabariny firarian-tsoa ho an’ny taona vaovao, raha ny fahitan’ny mpanao politika, Dany Rakotoson, azy.

Nambaran’ny filoha ireo zava-nitranga sy vita ary natomboka tamin’ity taona 2019 iny. Betsaka, raha ny hevitr’ity mpanao politika ity, ny politika Mila ampahafatarin'ny fitondrana mikasika sehatra maro. Isan'izany ny resaka fiompiana sy fambolena izay mahakasika indrindra ny tantsaha 75%n’ny Malagasy. Eo koa ny fitaterana amin'ny lafin'ny rehetra izay miteraka fahalafosana eo amin'ny famoahana ny vokatra sy ny fivezivezen'ny olona. Raha aravina dia teboka miabo tamin’iny kabary iny, hoy hatrany izy, dia hita soritra ny fanarenana tian'ny fanjakana hanarenana ny firenena saingy teboka miiba kosa ny tsy fahampian'ny politika amin'ny famoronana asa sahaza ka ametraka ny hasin'ny Vahoaka Malagasy tsirairay eo amin'ny sehatra iraisampirenena.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Lamba landyMampiseho ny tena maha-Malagasy

Misy ny akanjo mariazy vita amin'ny lamba landy ary efa maro ireo tanora manorina tokantrano no liana amin’izany. "Mariazy mampanofinofy" no lohahevitra tamin'ny fampiratiana andiany

faharoa nasehon'i Mialy Ratrema sy Andrianantenaina Chistiansen na i Gaona teny amin'ny Villa Harambato Andoharanofotsy. Miavaka tokoa ny asa famoronan'izy mianadahy ireto satria lamba landy no akora fototra nampiasan'izy ireo namoahana ny akanjo mariazy. Naseho tamin'ny alalan'ny filatroana moa ireo akanjo mariazy ireo ka ny an'ny vehivavy nitondra ny marika "Mialy Ratrema" fa ny an'ny lehilahy kosa misy ny marika "Gaona". Raha ny fanazavana nentin'i Mialy Ratrema, mpanjaitra sady mpamorona lamaody dia naharitra herintaona ny faharetan'ny fanomanana sy fikarakarana ity fampiratiana andiany faharoa ity. Raha tsiahivina dia tany Parisy no nanaovana ny hetsika tamin'ny taon-dasa. Tanjona ny hampiroboroboana ny asa famoronana sy hitondrana avo ny voninahitr'i Madagasikara maneran-tany fa hoy i Gérard Ratrema, Tale misahana ny eo anivon'ny marika "Mialy création". Tahaka ny mpamorona sy ny mpanao asa tanana Malagasy rehetra dia mipetraka ho ho olana sedraina hatrany ny fitadiavana akora fototra hahatsara ny vokatra.

Tsirinasolo

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fizahan-tany348 660 ireo nitsidika an’i Madagasikara tamin’ny 2019

Mbola mila ezaka hatrany i Madagasikara eo amin’ny Sehatra fizahan-tany.

 Mbola ambany ny tarehimarika hatreto satria tamin’ny taona 2008 dia nampiditra mpizahatany 375 010 ny firenena. Anisan`ny firenena efa fantatry ny mpizahatany i Madagasikara saingy mbola vitsy no resy lahatra noho ireo olana maro tahaka ny faharatsian’ny fotodrafitrasa sy ny tsy fandriampahalemana. Na izany aza efa azo trandrahana tsara ny sehatra fizahantany eto Madagasikara ary tsy sarotra ny manatratra ny tanjona hampiditra mpizahatany miisa 500 000 amin’ny taona 2023 saingy mila asa sy ezaka be ny fanamboarana fotodrafitrasa tahaka ny hotely sy ny lalana ary mila manana antoka amin’ny fandriampahalemana ny mpizahatany. Singa tsy azo ihodivirana hahatsara ny sehatra fizahan-tany ihany koa ny fahatoniana ara-politika miampy ny fahaizana mampahafantatra ny hakanton’i Madagasikara izay iandreketan’ny Ministeran’ny Fitaterana, ny Fizahantany ary ny Famatarana ny Toetrandro.

Tsirinasolo

 

Tia Tanindranaza0 partages

Basket Tournoi Challenge Baobab 2019Samy nanao poa-droa ny Sepa sy Jsb

Nifarana tamin’ny alahady 29 desambra 2019 lasa teo tao amin’ny Complexe Sportif ao Mahajanga ny fifaninanana basikety “ Tournoi Challenge Baobab ”

andiany faha-5  nokarakarain’ny ligim-paritry ny basikety any Boeny ary namarana ihany koa ny fifaninana basikety tany amin’ity Faritra ity. Nisongadina tamin’izany ny fahazoan’ny ekipan’ny Sepa sy Jsb poa-droa avy teo amin’ity fifaninanana ity.

 

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Basikety ALL STAR 2019Lavon’ny faritra Avaratra ny faritra Atsimo

Nifarana tamin’ny alahady 29 desambra lasa teo ny fifaninanana basikety All Star Toliara 2019 ka nandavoan’ny faritra Avaratra

 

Tia Tanindranaza0 partages

Grand Defi de Kick BoxingAdy miisa 40 no hatrehana

Hikarakara hetsika lehibe antsoina hoe “Grand défi de Kick Boxing” etsy amin’ny kianja mitafon’i Mahamasina amin’ny alahady 05

Tia Tanindranaza0 partages

Barea 2020Ludovic Ajorque no mety ho laharana faha 9 vaovao

Hatramin’ny taona 2018 no efa nanomboka ny fifandresen-dahatra teo amin’ny mpanazatra ny ekipam-pirenena malagasin’ny baolina Kitra na ny Barean’i Madagasikara,

 Nicolas Dupuis, sy ilay irakiraka mpanafiky ny klioba divizionina voalohany frantsay, Racing club de Strasbourg, Ludovic Ajorque, mikasika ny fanatevenan’ity farany ny Barea. Tsy nety nanaiky hatrany no sady tsy nandà anefa ity farany fa nangataka ny hieritreritra satria sambany tafaverina ao amin’ny ligy voalohany frantsay rahateo ny ekipany tamin’iny taon-dasa iny. Nilaza ho nahatsapa ny toerana misy ity irakiraka mpanafika ity moa ny mpanazatra Dupuis ary nilaza ny heviny fa mpilalao mendrika na eo amin’ny filalao na ny fitondran-teny i Ludovic Ajorque na dia eo aza ny fiheveran’ny mpitia kitra Malagasy azy ho mampifila sy ireo tsikera maro samihafa. Raha ny fampahafantarana nataon’ny mpanazatra ihany koa dia tsy mbola nanome valinteny hatrany anefa hatreto ity mpilalao ity fa vinavina heno avy amin’ireo tekinisianina kosa no mety hanoloany ny toeran’i Faneva Ima eo anivon’ny Barea. Andrasana ato ho ato rahateo ny tena fanapahan-kevitra farany ho raisin’ity mpilalao ity.

J. Mirija

 

Tia Tanindranaza0 partages

Jeneraly Richard RavalomananaNamporisika ny zandary hazoto hiasa any ambanivohitra

Omaly 02 janoary 2020 tamin’ny 08 ora sy sasany maraina tao amin’ny Toby Jeneraly Philibert Ramarolahy Betongolo no nanatanterahana ny lanonana ara-miaramila fiarahaban’ny mpiara-miasa an’Andriamatoa Jeneraly

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fitsinjarana ranon’ny JIRAMAHo avy ny manampahaizana vahiny hanadio ireo fantsona

Nivaky ny filoha Rajoelina nandritra ny kabariny ny 31 desambra lasa teo fa tena mandohalika ny orinasa Jirama noho ny olana eo amin’ny fitantanana, fahanteran’ny fitaovana.Mihoatra ny 60 taona ny ankamaroan’ireo fitaovana toa ny fantsona mitondra rano,

 

maro no simba sy harafesina, misy ny fahavakisana hany ka very ny 30% n’ny rano vokarina.Etsy annkilan’izay  nitombo ny isan’ny mponina, nitombo ihany koa izany ny filana.Fotodrafitrasa famatsiana rano ho an’olona 300 000 no misy eto , ankehitriny anefa ahitana mponina 3 tapitrisa Antananarivo renivohitra sy ny manodidina azy. Tsy maintsy mitondra vahaolana maharitra , mba tsy hampijaly ny rano sy ny jiro, hoy ny filoha ka efa natomboka ny fanorenana fotodrafitrasana fampitomboana ny famokarana rano eny Mandroseza ary efa afaka mamokatra rano mihoatra ny 40 000 m³ ny eny an-toerana  .Hiditra amin’ny fanoloana sy fanadiovana ireo fantsona mitsinjara ny rano isan-tokantrano ihany koa ny Jirama ato ho ato ka amin’ny fomba moderna, amin’ny alalan’ny robot, hitsirika sy hanadio no hanatanterahana izany. Izay simba tanteraka dia hosoloina vaovao.Amin’ity volana  janoary sy ny febroaryno ho avy eto ireo vahiny manampahaizana manokana hanomboka izany.Efa tenamazava ny resaka izany eto fa rano maloto ireny miloko hafahafa tonga any an-tokantrano ireny satria fantsona harafesenina no nitondra azy, ka mandra-piandry ny fanadiovana na fanoloana ireo fantsona tsy manara-penitra intsony dia mila mandray fepetra ny isan-tokantrano sy ny jirama ary ny fitondram-panjakana satria ilaina isan’andro ny rano.Zava-dehibe ihany koa ny fitsitsiana rehefa mandao krizin-drano tahaka izao , ka tsara kokoa raha mamerina ireo fanentanana sy fanabeazana efa nataony ny Jirama sy ny ministera mpiahy fa manjary lasa resaky ny moana sy marenina ilay izy.Ny olona tsy te hahalala satria mandoa volan’ny faktiora isam-bolana izy; iaraha-mahafantatra anefa io olanna goavana sedrain’ny Jirama io.Mila serasera matotra e !

RTT

Tia Tanindranaza0 partages

FitsaranaMisy foana ny fampandehanan-draharaha

Mandeha miadana ireo ratsam-pitsarana amin'ny vanim-potoanan'ny fialan-tsasatry ny fitsarana toy izao.

 

Misy foana ny fiandrasan-draharaha saingy ireo raharaha goavana na koa maharitra ny fotoana hikirakirana azy no miandry fotoam-pitsarana vaovao hafa. Raha misy fitoriana olona dia misy ny fitondrana azy eny anivon'ny fitsarana rehefa avy nandalo fanadihadiana teny anivon'ny zandary sy polisy. Misy foana ny mpitsara na eo anivon'ny fampanaovana na koa mpanao famotorana na mpamoaka didy. Amin'ny ankapobeny, ireo heloka noho fahatrarana ambodiomby no mandeha fotoam-pitsarana haingana.

Marigny A.

Tia Tanindranaza0 partages

Zandary nitifitra olonaEfa nidoboka any am-ponja

Efa notanana am-ponja avy hatrany ilay zandary nitifitra raim-pianakaviana iray vokatry ny hasarotam-piaro teny Ivato ny alin’ny 31 desambra 2019 teo araka ny fampitam-baovao eo anivon'ny zandarimariam-pirenena.

 

Efa misokatra ihany koa ny fanadihadihana momba ity raharaha ity ary tsy ekena mihitsy no sady manameloka ny fihetsika sy ny fihoaram-pefy tahaka itony hoy ny sekreteram-panjakana miadidy ny zandarimaria araka ny nambara omaly. Tsy misy ambonin’ny lalàna izany eto ary tsy maintsy saziana izay mandika izany hoy izy tetsy amin’ny hopitaly HJRA. Efa notanana am-ponja rahateo moa ilay zandary nahavanin-doza. Araka ny lalàna dia tsy manana alalana mitazona basy ireo zandary tsy amperinasa fa tokony hanatitra izany andakazery araka ny fanambarana. Ankoatr’izay dia miantso ny zandary rehetra hanaja ny fitsipika noho izany ny sekreteram-panjakana miadidy ny zandarimaria indrindra ny mahakasika ny fihazonana basy. Nitsapa alahelo ary hanampy ireo fianakaviana mana-manjo noho ity raharaha ity tetsy amin’ny hopitaly HJRA moa ny fianakaviamben’ny zandarimariam-pirenena omaly maraina izay notarihan’ny sekreteram-panjakana miadidy ny zandarimaria.

Tsirinasolo

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fanakonana fahantrana« Kitolotolotra no ataon’ny fanjakana »

Tsy tokony ho variana amin’ireo fanomezana kely hitan’ny maso sy mahavita iray andro fotsiny ataon’ny fanjakana ny vahoaka Malagasy hoy ny Solombavam-bahoaka teo aloha, Marie Zenaïde Ramampy Lechat.

Tsy mitondra inona ho an’ny toekarena ireny hoy izy fa vahaolana goavana sy maharitra no tokony karohina. Tokony handini-tena ihany koa ny tsirairay manoloana izao fahantrana lalina mianjady amin’ny firenena hoy izy. Nilaza ny tenany fa tsy voatery ho ny mpitondra fanjakana no tompon’antoka amin’ny tsy fahombiazan’io Madagasikara fa ireo vahoaka mpifidy nanome ny fahefana ihany. Na izany aza dia tokony hikatsaka fatratra ny tombontsoam-bahoaka ny mpitondra fanjakana ary hiezaka hanatsara ny fiainan’ny Malagasy fa tsy ho varimbariana fotsiny. Ilaina ihany koa ny fiarahamonim-pirenena hitady vahaolana hamahana ny fahantrana hoy ny tenany. Nanamafy i Marie Zenaide Lechat fa manampetra ary mety ho tapitra ny kitolotolotra atao fa vahaolana maharitra no tokony hotadiavina.

Tsirinasolo

 

Tia Tanindranaza0 partages

Antoko Teza"Tsy mifanaraka ny nofinofin'ny mpitondra sy ny tetibola"

"Sehoseho ivelany no tena vontoatin'ny asa tanterahin'ny fitondrana hatramin'izao" hoy ny antoko Teza araka ny tombana ankapobeny ny dingana vitan'ny mpitondra.

 

Fanohizan'ny asan'ny fitondrana HVM no hita taratra amin'ny faritra maro raha resaka asa fampandrosoana. Fampandriana adrisa hanarotsaromana ny kilema no handaniana andro, hoy hatrany ny antoko. Ahoana ny momba ny vary mora 1 600 taonina ? Izany ve no tena laharampaha mehana? Fa  ahoana marina moa izany ny vidim-bary eo amin'ny tsena iraisam-pirenena raha amidy 1 000 ariary any amin'ny mpanjifa eto Madagasikara rehefa avy notaterina tamin’ny sambo ? Nohamafisin'ny antoko Teza fa tsy mifandanja ny nofinofin'ny mpitondra sy ny tetibola natokana hiasana. Ohatra ny "puce"n' ny omby: 50 isa fotsiny no nasiana azy tany Tsiromandidy kanefa lazaina fa manerana ny nosy. Zavatra tsy voadinika ary voaporofo fa izany no olana amin'ny ekipa tsy niomana, hoy hatrany ny fanazavana.

 

 

Marigny A.

 

La Vérité0 partages

Cherté des billets - « Tsaradia » apporte des explications

Face au grognement de la clientèle sur la cherté des billets en termes de vols domestiques, « Tsaradia », la filiale d’Air Madagascar, a tenu à apporter des précisions sur la répartition du prix d’un billet. A travers des publications dans divers journaux locaux, la compagnie aérienne a donc décortiqué le prix d’un billet d’avion. A cet effet, elle a pris comme exemple un aller simple Antananarivo-Nosy Be. Dans les détails, le prix du billet varie selon les revenus de « Tsaradia », définis selon le tarif choisi par le client. Pour le tarif « Légèreté » par exemple, le billet est vendu à 373 100 ariary dont 18 %, soit une somme de 68 560 ariary, représentent les revenus de la compagnie. Alors qu’avec le tarif « Découverte », le prix du billet est de 551 200 ariary dont 214 160 ariary représentent le bénéfice pour Tsaradia, soit 39 % de ce coût. A ces revenus viennent s’ajouter les charges fixes comme la surcharge en carburant YQ d’une valeur de 146 600 ariary, la taxe G9 d’un montant de 102 300 ariary liée à l’utilisation des aéroports d’Antananarivo et ceux en provinces, ainsi que les diverses taxes et redevances représentant en tout 38 500 ariary, sans oublier la taxe sur la valeur ajoutée (TVA) variant selon le tarif choisi. Ce dernier est par exemple de 5 % pour les billets « Légèreté » et de 10 % pour la gamme « Découverte ». « En tout cas, pour Tsaradia, le revenu représente autour de 40 %, et les diverses taxes tournent autour de 60 %. Les coûts présentent plusieurs strates, à savoir la surcharge en carburant, l’achat et l’entretien des avions, le coût du repas et des boissons servis à bord, mais aussi les charges liées au marketing et à la publicité, ainsi que la marge commerciale », a déclaré la filiale d’Air Madagascar dans sa publication. Il reste à savoir si les prix vont changer avec l’arrivée de la concurrence. Effectivement, le ministère des Transports, du Tourisme et de la Météorologie a annoncé l’année dernière qu’un nouvel opérateur desservira bientôt sur le réseau domestique. Rova Randria

La Vérité0 partages

Stade des « BAREA » - Concrétisation de la promesse présidentielle !

Le stade municipal de Mahamasina se muera bientôt en stade des « BAREA ». Un changement d’appellation que le Président de la République, Andry Rajoelina » a promis au mois de juillet dernier lors du  retour triomphal au pays de la sélection nationale « A »,  après sa performance historique à la phase finale de la Coupe d’Afrique des Nations (CAN) 2019 en Egypte. « Vous avez inscrit le nom de Madagascar dans l’histoire du football africain, c’est tout à fait normal que le pays soit reconnaissant envers vous », a-t-il annoncé à l’endroit des BAREA de Madagascar et le staff technique, face à la foule amassée devant le stade de Mahamasina ce jour-là.

Ce changement de nom est néanmoins précédé d’un sérieux lifting lequel l’initiateur du projet a donné une esquisse lors de ses précédentes sorties médiatiques. Le président de la FIFA, Gianni Infantino, et Ahmad, président de la CAF, ont été mis au courant par le Président Andry Rajoelina sur les grands travaux qu’il compte réaliser au stade de Mahamasina. A la sortie de l’audience accordée par le locataire du Palais d’Iavoloha, le patron du football mondial a salué la volonté du Président de la République d’aider le football malagasy et de lui doter un stade aux normes internationales. De son côté, le président Ahmad a enfoncé le clou en annonçant que l’Etat de la pelouse du stade de Mahamasina lui interdit désormais  d’accueillir des matchs internationaux.

La nouvelle tant attendue par les férus du ballon rond et la population avide d’innovation, mais tant redoutée par les détracteurs du régime, est tombée hier. Les travaux de réhabilitation du désormais stade des  BAREA débutera la semaine prochaine, plus précisément ce lundi. Le comité tripartite composé par la Présidence, la CUA et l’entreprise adjudicataire du marché a livré à la presse hier les détails et la chronologie des travaux ainsi que le visage du stade des BAREA.

Concernant la pelouse, elle sera en hybride aux normes de la FIFA. Ce type de pelouse, la nouvelle génération, équipe les grands stades en Europe et fut installé pour la première fois en 2013. Des nouveaux locaux techniques seront installés au stade des BAREA à l’instar des vestiaires, salles de repos, de musculation et de récupération ainsi qu’un local pour la Presse. Deux tableaux électroniques y seront installés et une sonorisation adéquate. Pour accéder dans l’enceinte du stade qui aura une capacité d’accueil de 40.000 places (tribunes et gradins), six grands portails seront installés avec un accès à travers les 28 escaliers d’entrée pour les tribunes et gradins. Pour la sécurisation de l’assistance, les tribunes et les gradins seront dotés de siège, ce qui veut dire, toutes les places seront assises. Des caméras de surveillance installées dans et en dehors de l’enceinte veilleront au grain. Bref, le stade des BAREA n’aura pas à envier des autres sites des pays développés.

Les travaux se dérouleront en deux phases et vont durer 18 mois. La première phase, qui consiste au remplacement des tribunes actuelles, s’achèvera au mois de juin prochain pour accueillir une partie des festivités du 60e anniversaire de l’indépendance. La seconde phase se terminera ainsi au mois de juin 2021 au plus tard.

L’Etat malagasy a confié les travaux à l’entreprise chinoise, China State Construction Overseas Development (CSCOD) qui a déjà fait ses preuves dans la construction des grandes infrastructures. Un délai qui aurait été réduit si l’équipe sortante de la Commune urbaine d’Antananarivo y  a mis un peu de sa volonté depuis le mois d’août pour la réalisation de ce nouveau joyau pour la Capitale de Madagascar. « La réhabilitation du stade de Mahamasina n’est pas la priorité de la CUA », a déclaré laconiquement une voix autorisée de  la CU d’Antananarivo en réponse à la sollicitation de la Présidence.Cette promesse présidentielle est la première rénovation opérée à l’ex-stade de Mahamasina en trois décennies….La Rédaction

La Vérité0 partages

Dynamique de développement

Pour une fois, les conditions nécessaires et suffisantes pour remettre sur les rails Madagasikara vers l’émergence sont réunies. Les éléments déclencheurs d’une dynamique n’attendent que le top. Le Chef de l’Etat Rajoelina Andry, le Commandant de bord assisté de son co-pilote le Premier ministre  Ntsay Christian, en pleine cogitation pour la finalisation de la composition de  l’ « équipage » pour le prochain vol décisif, donnera sans plus tarder le coup d’envoi effectif du décollage. Le temps pour le jeune « Commandant » de boucler la « liste » définitive des collaborateurs admis à continuer avec lui, l’aéronef  battant pavillon Madagasikara prendra l’envol. Nous nous sommes résolus à nous limiter sur quatre éléments basiques de nature à propulser la dynamique du développement.

La volonté politique. L’essor d’un pays restera dans le domaine de la chimère si tout le monde en particulier ceux qui sont appelés à diriger n’ont pas la ferme détermination sinon la volonté politique imperturbable de faire aboutir les engagements pris. La conviction et la foi en la réussite s’érigent forcément en principe directeur dans toutes les actions à entreprendre. Lors de son discours de fin d’année et d’accueil du Nouvel An 2020, le Président Rajoelina a pris le peuple malagasy pour témoin de sa volonté politique de mener à terme, dans la réussite, l’Initiative pour l’émergence de Madagasikara. Le Chef de l’Etat y croit fermement et résolument ! L’exemple vient d’en haut, à nous tous de le suivre sans fioritures.

Un programme bien établi et réalisable. Inutile d’avoir une volonté à bloc si on ne sait pas où est-ce qu’on va et quel itinéraire à suivre. La force du régime de Zandry Kely réside dans le fait qu’il dispose d’un Plan ou Programme bien ficelé et structuré, l’IEM, résultant des études et analyses correspondant aux besoins urgents et à long terme du pays. C’est un atout non négligeable !

Le moyen mis en fonction. Il ne faut point tromper le peuple du Bon Dieu ! Il ne faut pas rêver, sans le moyen à disposition, tout n’est que tromperie. La finance, le nerf de la guerre, se présente comme l’arme de premier choix ou l’outil principal. Partir en guerre sans arme est une folie douce ! La loi de finances 2020 fin prête n’attend après les procédures d’usage que son … déblocage. Seulement voilà, la gestion de l’argent public exige selon les consignes du Grand Chef une transparence et rigueur sans faille. Toute tentative de gaspillage et de malversations sont à bannir ! Les fastes causant des dépenses superflues n’ont plus droit de cité. Tout le monde doit se plier devant la loi implacable de l’austérité. En revanche, il est temps de se pencher sur les intérêts du peuple !

L’adhésion populaire. Sans le soutien de l’ensemble de la population, tous les efforts pour sauver le pays se contenteraient aux résultats limités. L’adhésion populaire est une condition indispensable pour que l’œuvre de développement atteigne la profondeur des besoins de chacun. La mobilisation nationale « tagnamaro », du genre « Umuganda » rwandais, s’avère incontournable. Tout le monde doit nécessairement se sentir utile et responsable dedans.

A cela s’ajoute la politique nationale basée sur la décentralisation émergente. Et tout est là, du moins l’essentiel, pour la dynamique de développement.

La Vérité0 partages

Maison centrale d’Antanimora - Près de 400 détenus graciés, libérés de suite

Application depuis hier. Quelques détenus de la maison centrale d’Antanimora ont pu sortir de la prison, quelques jours après l’annonce des mesures de grâce présidentielle et de remise de peine. Celles-ci s’appliquent aux prisonniers jugés et dont les peines sont déjà prononcées. « Plus de 1000 détenus bénéficient de ces mesures, dont près de 400 seront aussitôt libérés. L’on a juste attendu la sortie de la circulaire d’application émanant du ministère de la Justice pour lancer les procédures de libération. Puisque cette circulaire est disponible depuis cet après-midi, nous avons immédiatement passé à la mise en liberté des détenus dont le reste des peines sont couvertes par la grâce présidentielle », a informé hier Tahiana Rakotonanahary, chef d’établissement d’Antanimora. « Incarcéré depuis septembre 2019, un détenu sanctionné de 6 mois d’emprisonnement ferme sera immédiatement relaxé  puisque la grâce présidentielle lui accorde 3 mois de remise de peine. Chaque prisonnier connaît sa peine capitale et le nombre de jours qu’il a déjà passé en prison, ce qui facilite le calcul », a ajouté ce contrôleur d’administration pénitentiaire. Les détenus libérés se composent de mineurs, jeunes, hommes, femmes et personnes âgées.

Des familles impatientes…

Forte affluence depuis le premier Jour de l’an. Bon nombre de familles des détenus d’Antanimora y sont venues non seulement pour rendre visite à leurs proches mais surtout pour demander des informations aux responsables concernant la grâce présidentielle. « Nous avons dû leur expliquer les procédures à suivre avant toute mise en liberté, notamment l’attente de la circulaire d’application. Mais avant cela, nous avons fait le tour des quartiers pour informer les détenus de l’existence de la grâce présidentielle et d’expliquer les procédures d’application », fait part le chef d’établissement pénitentiaire d’Antanimora. Pour leur part, tous les personnels de cette prison se sont apprêtés à l’application des mesures depuis quelques jours. Aussi, la maison carcérale a déjà reçu des matériels pour ce faire, dont les fournitures de bureau et encres afin de faciliter la préparation des dossiers des détenus.

Pour information, la mise en œuvre des mesures de grâce présidentielle et de réduction de peine allège la surpopulation carcérale flagrante. Pour Antanimora, Plus de 4000 détenus y sont recensés actuellement, alors que sa capacité d’accueil étant d’environ 1000 prisonniers.Patricia Ramavonirina

La Vérité0 partages

Eclairage public - Des rues de la Capitale dans le noir !

Faute de lumière, la plupart des quartiers de la ville d’Antananarivo se trouvent dans le noir. Les points lumineux qui servent d’éclairage public disparaissent de jour en jour voire n’existent plus. Soit les poteaux  électriques ne sont pas équipés de lampes, soit les ampoules sont brûlées et attendent que le miracle arrive afin qu’elles se rallument. C’est à cela que se résume la situation à Andavamamba, 67 Ha, Ankorondrano, Analamahitsy, et tant d’autres quartiers fréquentés 24h sur 24 et 7 jours sur 7. Par conséquent, l’insécurité y règne, les rues et ruelles deviennent des zones  rouges, et il est impossible de circuler à pied une fois que le soleil se couche. « Mon travail m’oblige à rentrer tard tous les jours. L’heure tardive ne me pose pas de problème, mais ce qui me préoccupe est la sécurité dans mon quartier. Etant donné que ma maison se situe à des dizaines de mètres en partant de la route principale, je suis contrainte d’appeler des gens pour me chercher puisqu’aucune lampe n’illumine notre ruelle », relate une femme. « Cette triste réalité m’intrigue beaucoup avec les impôts et taxes que j’alloue régulièrement à la Collectivité locale », avoue une mère de famille habitant du côté d’Andavamamba. « J’ai exposé plusieurs fois ce problème à chaque passage au "Fokontany" et au cours des rencontres avec les responsables communaux, mais en vain ! », poursuit-elle.

Quid de la responsabilité de la Commune urbaine d’Antananarivo ? En effet, la mise en place des infrastructures d’éclairage à Antananarivo résulte d’une collaboration entre la  Commune urbaine d’Antananarivo (CUA) et la société Jiro sy Rano Malagasy. Pour sa part, la CUA  assure la détection des problèmes au niveau local à travers des services techniques  opérationnels dans les différents Arrondissements. Ces derniers se chargent d’envoyer les alertes présentés par les chefs de Fokontany. Effectivement, la gestion de l’éclairage public appartient en grande partie à la Municipalité. Notre journal a contacté cette dernière mais  malheureusement, cette approche n’a donné aucune explication concrète.

Quant à la compagnie d’eau et d’électricité, la JIRAMA, par le  biais d’un service spécifique, elle se place en tant que fournisseur d’énergie et de ressources humaines spécialistes dans l’installation des ampoules au niveau des poteaux électriques. D’après les informations communiquées par un responsable auprès de la JIRAMA, il suffit juste que la Commune l’interpelle pour que ses techniciens déploient tous les matériels nécessaires, à l’exception des ampoules. Pour résoudre ce problème, l’arrivée de la nouvelle équipe communale est très attendue.  K.R.

La Vérité0 partages

Chute de blocs de rocher - Cinq « Fokontany » en alerte rouge

Le cauchemar revient dans le Fokontany de Tsimialonjafy Mahamasina et ses environs. Après  la forte précipitation de jeudi dernier, un bloc de rocher a détruit une maison en bois. Bien qu’aucun décès ni de blessé n’ait été enregistré, les habitants sont terrorisés. Hier, l’équipe du Bureau national de gestion de risques et des catastrophes (BNGRC), accompagnée de la Préfecture de police d’Antananarivo, du Corps de la protection civile et des sapeurs-pompiers ont effectué une descente sur terrain. Afin de prévenir la population, ils ont placé une centaine de drapeaux rouges sur les lieux où le risque d’éboulement est très élevé. 5 « Fokontany », à savoir Tsimialonjafy, Ankadilalana, Ambaninamparinana, Tsarafaritra, Ambohidempona, Ambohipotsy sont donc en alerte rouge à cause d’une éventuelle chute de blocs de rocher, glissement de terrain ou les deux phénomènes en même temps.

D’après le directeur général du BNGRC, le Général de brigade Elack Olivier Andriankaja, outre la sensibilisation de la population à quitter les lieux, aucun mesure n’est plus possible, ni l’explosion avec de la dynamite ni la décomposition artisanale des blocs, puisque ces pratiques augmentent le risque d’éboulement. A tout moment, les 25 blocs de rocher, identifiés lors des études menées avec l’université de La Réunion, celle de la France ainsi que l’université d’Antananarivo, menacent de s’écrouler. Après la mise en place des drapeaux rouges, chaque ménage connait sa situation et demeure donc libre de quitter ou non sa maison. D’ailleurs, le DG du BNGRC a confirmé que le fait de convaincre les habitants à quitter ces endroits est très difficile, bien que le danger soit imminent. Cependant, leur évacuation est inévitable vu l’ampleur du danger, et il vaut mieux le faire dès aujourd’hui avant qu’il ne soit trop tard. Actuellement, 350 toits sont exposés directement au risque d’une chute de rochers et d’un glissement de terrain.

Selon la prévision météorologique, une pluie abondante sera attendue dans l’ensemble du pays, du moins pour ce mois de janvier. La Région de Boeny et Sofia sont actuellement en alerte rouge quant au risque d’inondation. Partout, la vigilance est de mise puisque des crues rapides, des glissements de terrain et des inondations menacent tout le territoire national.Anatra R.

Midi Madagasikara0 partages

VITOGAZ : Un bilan sociétal plutôt positif en 2019.

Vitogaz mise beaucoup sur les actions RSE.

La responsabilité sociétale d’entreprise (RSE) n’est pas un vain mot chez Vitogaz, pour qui l’année 2019 a été marquée par le renforcement des actions sociétales et citoyennes.

Cette entreprise spécialisée dans la fourniture de gaz butane tant en bouteilles qu’en citernes aux particuliers et aux industriels, multiplie les initiatives pour le bien-être de la population.

Engagement. Partenaire de l’EPP Faravohitra depuis 2017, Vitogaz a renouvelé son engagement aux côtés du Consulat de Monaco , en dotant la cantine scolaire de cette école de bouteilles de gaz. « Cette action renforce la mission de la société de développer l’utilisation du gaz pour tous, incluant l’éducation et la sensibilisation de la population sur le gaz, et les avantages liés à son utilisation », explique un responsable de Vitogaz. L’entreprise fait ainsi d’une pierre deux coups. « D’une part, elle apporte sa contribution à la bonne marche de l’école en fournissant le gaz pour la cantine scolaire, elle se joint ainsi aux actions sociales que mène le Consulat de Monaco depuis quelques années, allant de l’embellissement de l’école et à l’établissement d’un jardin potager. D’autre part, cette action permet de renforcer la mission éducative de la société, en visant les enseignants et les responsables de l’école, mais aussi et surtout, les élèves pour qu’ils puissent savoir dès leur enfance l’importance de préserver l’environnement et d’utiliser une énergie propre, mais aussi par extension, l’éducation et la sensibilisation des parents d’élèves ».

« Ndao hanavao ». L’autre grande initiative de Vitogaz, en 2019 a été le lancement du projet NDAO HANAVAO, une action citoyenne d’accompagnement et de réinsertion d’une équipe de jeunes défavorisés issus de différentes associations. Le projet consiste en un laboratoire d’innovation et de création pour le design social, où des designers français de Teh PolyflossFactory ont été invités régulièrement pour former et initier les jeunes au design, en utilisant la laine obtenue à partir de déchets plastiques recyclés. A travers la conception d’objets de design, l’objectif est de trouver des solutions viables et pérennes à certaines problématiques sociétales auxquelles est confrontée la population malagasy vivant en grande précarité (problématiques liées à l’eau, à la lumière, à l’énergie, à l’environnement, aux déchets… ). De la collecte des déchets plastiques triés par un réseau de collecteuses sur les déchetteries d’Antananarivo, à la phase de production dans l’atelier organisée par les designers invités et par les jeunes en formation, le plastique est recyclé et transformé sur place en produits finis : objets à valeurs d’usage et produits de première nécessité. Ce même plastique transformé peut être revendu sous forme de panneaux, de laine, de rouleaux de feutre… en tant que matériaux de construction ou comme matière première pour un artisanat local. De la phase d’implantation du projet à sa phase de développement, les jeunes participants sont invités à entreprendre et à se responsabiliser, notamment en développant des initiatives collaboratives avec l’artisanat local. Ils auront ainsi toutes les clés en main à l’issue de leur formation pour faire perdurer la production de laine Polyfloss à Madagascar, et développer leurs propres économies sociales et solidaires autour du Laboratoire d’incubation et d’expérimentation « Ndao Hanavao ».  Pour l’année 2019, les jeunes du laboratoire ont pu travailler avec l’artiste Joel Andrianomearisoa, ils ont aussi terminé la formation en entreprenariat auprès de Madagascar Entreprise Développement, et pour laquelle ils ont reçu un diplôme de fin d’étude.

Graines de Bitume. Vitogaz Madagascar a également continué à appuyer l’association Graines de Bitume, qui a pour objectif de concrétiser et pérenniser les projets de vie des enfants et jeunes en situation de rue de la capitale. L’association dispose de deux centres de jour et un bureau pour l’emploi qui accueillent quotidiennement 280 bénéficiaires, dont 49% de filles en respectant leurs choix et en leur donnant accès aux besoins fondamentaux que sont l’alimentation, la santé, l’hygiène, les loisirs, l’éducation et/ou la formation professionnelle. C’est une organisation à taille humaine pour un accompagnement global de qualité, individualisé et pérenne pour chaque enfant. En plus de l’appui par l’équipe locale de Vitogaz Madagascar, l’association bénéficie aussi du soutien de la maison mère de VITOGAZ, Rubis Mécenat. Des kits hygiène sont régulièrement livrés par Vitogaz dans les centres d’accueil ,et du matériel informatique a été offert par le groupe Rubis afin d’améliorer l’accès à la connaissance pour les enfants de Graines de Bitume. En 2019, l’association a apporté son soutien à d’autres actions : organisation d’un repas pour mille, consistant à préparer un repas de fête pour les enfants des rues de la capitale. La société a fourni le gaz ainsi que les kits fatapera pour la cuisson des repas. Pour l’édition 2019, le repas a réuni plus de 850 bénéficiaires le samedi 28 décembre 2019.

R.Edmond

Midi Madagasikara0 partages

Perspectives 2020 : Le culturel malgache et 60 années d’indépendance après

Ici un spectacle gratuit lors d’un festival célèbre, le public a été moindre que les années précédentes

Le 26 juin 2020 résonnera à Mahamasina l’hymne national durant le défilé militaire, signalant soixante années d’indépendance. Et la culture dans tout cela…

L’année 2020 s’annonce comme l’année fatidique pour Madagascar. À l’horizon, se profile la soixantième année de l’indépendance retrouvée. Selon le discours de fin d’année du chef de l’Etat, Andry Rajoelina, les célébrations seront « grandioses ».

Le mois de juin se trouve également en plein dans la saison culturelle malgache. Les spectacles en plein air reprennent, les différents us et coutumes également : circoncision, retournement des morts… Les contrées lointaines récoltent les produits de la terre, les malgaches de tous les horizons se rencontrent à Mahajanga pour les grandes vacances. Tout cela marque que le pays baigne dans l’abondance. Le malgache doit avoir les moyens de les réaliser.

Les grandes vacances à Mahajanga sont de plus en plus ancrées dans les habitudes des tananariviens. Les chiffres concernant le flux monétaire généré par ce déplacement massif de population vers cette ville côtière de l’ouest ne sont pas encore disponibles. Ils sont pourtant nécessaires afin de vérifier le poids économique des prémices d’un tourisme local.

Le fait est que, ces déplacements créent une dynamique sociale et culturelle énorme. Grâce à l’une des plus belle ville de Madagascar, des malgaches géographiquement éloignés se rencontrent, échangent, commercent, se connaissent, se souviennent mutuellement, œuvrent pour un objectif partagé… En conséquence, les barrières s’amenuisent. Confirmant que les routes sont presque « sacrées » même si elles ne sont pas mangeables.

Bon exemple. Il ne reste plus qu’à espérer que toutes les villes du pays suivent le même exemple. Antananarivo en premier, et la région Analamanga par ricochet, dont le prestige des douze collines sacrées a été supplanté par celui des montagnes d’ordures, visibles il y a encore quelques mois. Pour devenir une ville-monde, le chemin à faire se compterait encore en années lumières selon une partie de l’opinion publique aigrie et sans espoir.

Vers la fin du mois d’avril, jusqu’au mois d’octobre, la partie centrale du pays vie sous le coup des instruments à vent et des tambours. Les rues de certaines grandes villes deviennent des salles de spectacle à ciel ouvert. Des traditions qui se heurtent actuellement avec la modernité et l’urbanisation. Surtout le « famadihana », faisant grincer les dents de plusieurs usagers des voies citadines.

A se demander si cette année 2020 annonce également le début de la fin de plusieurs traditions séculaires. L’identité d’un peuple, puisque même des familles, pour des causes spirituelles parfois fumeuses, ne veulent plus réaliser cette tradition. Plus que jamais, le malgache est tiraillé, entre des religions, des visions politiques…

Il faut aussi se souvenir que la  « cause raciale » a été utilisée lors des propagandes 2018 tel un discours électoral du bon, pour diaboliser un parti et ses partisans… il suffit d’aller sur les réseaux sociaux pour voir les traces, ou les plaies rouvertes par ce type de langage jusqu’à maintenant. Il fallait s’y attendre, les valeurs du vivre ensemble malgache, le « fihavanana » constructif et dynamique, ont fini par disparaître. Pour laisser place à la peur, le désespoir, le doute, la cupidité… Un blues indéfinissable.

Madagascar s’attaque donc à une année de défi pour 2020. Et les réseaux sociaux vont jouer un rôle plus qu’important. Entretenir l’opinion par l’image est devenu un enjeu crucial. Les gestes de personnes, associations et autres obédiences faisant des dons ici et là deviennent maintenant monnaie courante. La diffusion sur facebook est ensuite primordiale.

Si certains y voient du « pavanisme », quelque part ces illustrations récurrentes et les textes qui les accompagnent semblent affirmer que ce sont les populations des grandes villes qui font Madagascar. Internet y est plus accessible.

Les réseaux sociaux font de plus en plus oublier les 80 % des malgaches, ceux du monde rural. Quand des « Che Guevara » de salon vocifèrent qu’il faut consommer malgache, ils semblent oublier que les légumes, la viande, les graines, les fruits… qu’ils mangent quotidiennement sont 100 % malgaches et cela depuis des siècles, voire des millénaires.

Le malgache a toujours consommé malgache. Pour 2020, le monde rural, le monde le plus productif du pays, devrait se retrouver plus dominant sur les réseaux sociaux.

En double allure. Pour ce qui est de l’art, quelques festivals malgaches devraient être plus créatifs. Pour la musique, la relève est plus que jamais attendue. L’année 2019 a démontré qu’un livre entier, pas seulement une page, est en train de se fermer avec les disparitions successives d’artistes.

La danse contemporaine ou autre se sont terrées depuis quelques années, le cinéma malgache se cherche de nouveau, la bande dessinée navigue sous un bon vent, la littérature devrait se dépareiller de son image « underground », le théâtre se réveille difficilement, la photographie s’est tassée dans son petit coin…

La peinture est en ordre dispersée, des approches connexes plus modernes sont devenues un langage d’OVNI…

Bref, 60 ans d’Indépendance…

Maminirina Rado

Midi Madagasikara0 partages

Pétanque – Tournoi BIC : Victoire de Nary Kely et Kiady

Les finalistes du tournoi de BIC à Ambohimahasoa.

On avait fait courir les bruits comme quoi Nary Kely a été sanctionné par la FSBM à la suite de sa participation à une compétition africaine non autorisée de l’aile marocaine, mais il a été bel et bien à Ambohimahasoa avec sa hargne et son talent.

Des qualités qui lui ont permis de gagner haut la main le tournoi organisé par le Bouliste Ialatsara Club. Avec l’aide de Kiady, Nary Kely a battu deux boulistes du BIC, notamment Mamy Ronaldinho et Dera sur le score de 13 à 7.

Une sacrée performance car cette année encore, le président fondateur du BIC Zozo Rakotovazaha, a réussi à réunir 50 doublettes après les éditions à Ankatso et les 98 triplettes, ainsi que les 35 doublettes vétérans contre 33 pour les doublettes dames. Autrement dit, il a réuni tout le petit monde de la pétanque à Madagascar.

Pour rester à Ambohimahasoa, le concours B a vu la victoire de Eric Dakar et de Pone contre un club fianarois sur le score de 13 à 7.

Clément RABARY

Midi Madagasikara0 partages

Basta Lion : Un virage à 180 degrés

Après le morceau de ragga-dancehall « Mwenta », Don Dada sort un salegy soft.

Le reggaeman a sorti une chanson « vary mena » il y a trois jours. En écoutant le nouveau morceau, ses fidèles ont été surpris. Basta Lion chante le « vakodrazana sakalava ». « À la première minute on croit entendre Baba de Marovay et juste après Jaojoby », a affirmé  Erwan un fan de Basta Lion. « Il s’est adapté facilement à la mélodie », affirme Joselita, une autre fan. 

En fait, dans « Vary Mena » l’artiste lance un message de fraternité entre malgaches. « Nous sommes malagasy. Nous avons un héritage à protéger. Nous avons du talent… », a-t-il chanté. Si les chansons de Basta Lion lancent un message plutôt festif, dans « Vary Mena », il incite les jeunes à aimer la musique traditionnelle malgache. 

Ses « followers » se posent des questions. Ira-t-il toujours dans ce sens ? Basta Lion va-t-il abandonner le style jamaïcain ? Cependant, ses inconditionnels de la première heure ont tous la même opinion concernant vary mena, « Basta Lion a du talent ». Pour l’instant, le chanteur n’a pas encore pensé à tourner le clip. Ce jeune homme n’arrête pas de surprendre le public ! 

Iss Heridiny  

Midi Madagasikara0 partages

Fortes pluies : Danger imminent pour Boeny et Betsiboka

En rouge, les régions concernées par la vigilance fortes pluies.

Pluies en abondance pour deux régions et sept districts du pays, selon les prévisions de la direction générale de la météorologie de Madagascar.

Comme annoncée par la direction générale de la météorologie de Madagascar, le pays est actuellement en pleine saison pluvieuse. Une période durant laquelle, forte chaleur se conjugue avec de la pluie. Cette dernière peut engendrer la montée des eaux, la stagnation de celles-ci ou encore la survenance de crues pouvant ravager des villages entiers. Face à de telles éventualités, la direction de la météo a décidé de placer « vigilance rouge » les régions Boeny et Betsiboka, ainsi que Besalampy, Maintirano, Ambatomainty, Morafenobe, Amparafaravola, Ambatondrazaka et Andilamena. Ce qui serait causé par « une forte activité du flux de la mousson sur le Nord-Ouest du pays », d’après toujours les explications de la direction générale de la météo du pays. Avant de faire savoir que « la situation génère des activités pluvieuses étendues ».

Sous l’eau. Le quartier de Besarety, Antananarivo n’attend pas les fortes pluies pour vivre les affres de la montée des eaux. Si vivre dans de l’eau sale et stagnante est une « mauvaise » habitude pour les habitants dudit quartier, ce qui s’est passé ces deux derniers jours a toutefois surpris plus d’un. « Les averses orageuses de ces derniers jours ont fait monter l’eau à une vitesse fulgurante. L’eau est vite rentrée dans nos maisons durant la nuit de mercredi dernier », avance Liva habitante d’Ampandrana Besarety. Par ailleurs, les habitants de ce quartier déplorent « la lenteur des travaux de réhabilitation de la route ». « Les travaux et les gènes que cela occasionnent sur la circulation auraient du être achevés le 14 décembre selon les communications effectuées, alors qu’il n’en est rien du tout », dénoncent les habitants d’Ampandrana Besarety.

José Belalahy

Midi Madagasikara0 partages

Développement communautaire : La réussite de la commune d’Andriambilany à dupliquer

L’Ambassadeur de la Confédération Suisse, SEM Chasper Sarott et l’équipe de l’ONG Tsanta constatant de visu la réussite de la commune d’Andriambilany.

Un projet d’appui à l’autonomisation de la population de la commune d’Andriambilany comptant plus de 8 600 habitants répartis dans neuf fokontany, a été mis en œuvre par l’ONG Tsanta depuis le début de l’année 2019.

Il s’agit d’un projet financé par la Confédération Suisse au profit de la population dans cette commune, afin d’asseoir un développement communautaire. Les activités du projet consistent ainsi à former les responsables des fokontany , ainsi que ceux des « kianja » ou lieux publics d’échange entre les paysans, en matière de leadership, de gestion communautaire et d’éducation citoyenne. La sensibilisation de la population locale et l’amélioration du système d’alerte en matière de risques et catastrophes, ne sont pas en reste. Toutes les parties prenantes, dont entre autres, l’Ambassadeur de la Confédération Suisse, SEM Chasper Sarott, le Chef de district d’Ambatolampy, le maire de la commune d’Andriambilany et le PCA de l’ONG Tsanta, ont reconnu, lors de la séance de clôture de ce projet, que la réussite de cette collectivité décentralisée mérite d’être dupliquée ailleurs.

Jeunes impliqués. En effet, les bénéficiaires ont pu tirer des retombées économiques positives de ce projet. A titre d’illustration, la fluidité de la transmission des informations a été palpable grâce à la construction des panneaux d’affichage au niveau des fokontany et des 47 « kianja ». Des infrastructures de base telle que l’adduction en eau potable ont été également mises en place dans la commune d’Andriambilany. Et ce n’est pas tout ! Les jeunes ont été impliqués dans toutes ces activités pour assurer leur pérennisation, sans oublier l’engagement de la population à l’entretien de ces infrastructures communes. Il faut savoir que cette commune a déjà bénéficié de plusieurs projets de développement économique et social dont la plupart était financée par la confédération Suisse.

Désendettement des paysans. L’ONG Tsanta, pour sa part, y a œuvré depuis 2005 en mettant en œuvre le projet « Tsinjo Aina ». L’objectif de ce projet vise au désendettement des paysans les plus démunis tout en leur soutenant à assurer l’autonomisation de leurs activités. Aux termes de ce projet, les paysans bénéficiaires ont pu s’intégrer dans un groupe d’épargne. Ce qui leur a permis de se libérer des usuriers qui consentent un prêt à taux abusif, selon les promoteurs. C’est un phénomène très répandu en milieu rural. En outre, ces bénéficiaires sont devenus un moteur de développement de la commune d’Andriambilany. Ce projet d’appui à l’autonomisation de la population d’Andriambilany est ainsi la suite logique de ce projet « Tsinjo Aina », selon les promoteurs. Ce qui a permis aux bénéficiaires de prendre en main leur développement communautaire.

Navalona R.

Midi Madagasikara0 partages

Cinéma : « Rahovina » a ému le public

La première projection du film « Rahovina » s’est tenue le vendredi 27 décembre 2019 dernier, au Ciné Plaza Ampefiloha. C’est une grande première pour les films évangéliques en terme de qualité d’image et de son. Produit par la société Matsilo et Joseph D’Af Ministries, le film dure plus d’une heure et demi. Rahoviana a bouleversé l’assistance. Inspiré de l’histoire de l’enfant prodigue de la Bible, Rahoviana est l’histoire d’une fille élevée au sein d’une famille chrétienne. Attirée par les convoitises des jeunes, elle a quitté la maison de ses parents.

D’après le réalisateur, « la production prévoit encore des diffusions en salle dans tout Madagascar et à l’étranger pour l’année prochaine ». Pour une première production, Rahovina a reçu une ovation des spectateurs. Une grande réussite qui a su élever encore au plus haut la production de cinéma malgache.

Iss Heridiny  

Midi Madagasikara0 partages

Janvier le mois le plus difficile de l’année

Les lampions de la fête sont maintenant éteints. C’est à la dure réalité de la vie quotidienne que les Malgaches vont être confrontés. Beaucoup d’entre eux ont grevé leur budget pour passer les derniers jours de 2019 dans la joie et la bonne humeur. Janvier est, on le sait, le mois le plus difficile pour de nombreux ménages. C’est le moment où on se serre la ceinture pour rembourser les dettes contractées. en décembre. Les perspectives sur le plan national sont, elles aussi, moroses car les problèmes qui existaient avant les fêtes sont toujours là et ont besoin d’être résolus.

Janvier le mois le plus difficile de l’année

Les moments de bonheur éprouvés durant ces fêtes appartiennent au passé. Les belles lumières qui ont égayé la ville commencent à disparaître. Les rues ont retrouvé leur aspect crasseux, la pluie n’arrangeant pas les choses. Néanmoins, les ordures ne s’amoncellent plus et sont ramassées régulièrement. Mais il reste cependant cette puanteur qui incommode les Tananariviens. Ces derniers se tournent vers l’avenir et attendent la réalisation des projets annoncés par le chef de l’Etat. Ils savant que cela mettra du temps à se faire. En attendant, la politique va retrouver ses droits avec la décision de l’opposition de faire entendre sa voix. Nul ne sait quelle sera son attitude lors de la proclamation des résultats officiels des communales dans quelques jours. Le régime dit être très serein surf l’issue des requêtes déposées dans les juridictions administratives. Force va rester à la loi, disent les juristes. Le maire, qui prendra ses fonctions bientôt, va devoir faire preuve de beaucoup de persuasion pour convaincre tous les récalcitrants de le suivre. Le redressement de la Capitale qui a subi beaucoup de dommages ces dernières années ne sera pas facile. Le nouvel édile va devoir imposer tout de suite son autorité. Janvier sera aussi difficile pour lui que pour l’ensemble de ses administrés.

Patrice RABE.

Midi Madagasikara0 partages

Sampana mpamonjy voina sy haintrano Toamasina : Niisa 47 ny haintrano novonjeny, ny taona nivalona iny

Mpiaro ny vahoaka sy ny fananany ny mpamonjy voina hoy ny komandany, izay no mahatonga azy ireo manana ny filamatra hoe “sahy sy mahafoy tena”. Sambany teo amin’ny tantaran’ny sampana mpamonjy voina sy haintrano eo anivon’ny kaominina eto Toamasina renivohitra, ny famoahany andiany mpiofana sy ho mpiasa hanampy ny isan’ireo mpamonjy voina sy haintrano eto Toamasina. Ny alatsinainy 30 desambra ny taona nivalona teo no navoaka tamin’ny fomba ofisialy ireo mpiofana sy mpiasa vaovao an’ity sampana ity nampitondraina ny anarana “Santatra”  44 mianadahy. Nandritra ny 03 volana ny fampiofanana natao azy ireo araky ny lalan’ny mpamonjy voina sy haintrano, izay nifandrombonan’ireo mpampiofana teo anivon’ny sampana mpamonjy voina sy haintrano Toamasina ihany. Ankoatra izany, dia fantatra izao araka ny taitra nataon’ny komandin’ity sampana mpamonjy voina sy haintrano eto Toamasina renivohitra ity, fa niisa 86 ny fivoahana nanaovan’izy ireo ny asany, ka ny 47 tamin’izany dia famonjena haintrano avokoa ka isan’ireny ny fahamaizan’ny bazary kely sy bazary be. Teo koa ny fisahanana ny afo nateraky ny doro tanety sy afom-pako niitatra nanodidina an’i Toamasina renivohitra; izay niisa 11 ka isan’izany ilay teny Tsarakofafa izay fakona lodsia niitatra ka nahamay ireo tara (goudron) niangona tao an-toerana. Nisy lozam-pifamoivoizana niisa 11 izay saika nahafatesana olona sy vokatry ny kodiaran-droa avokoa no nataon’izy ireo, ny taona nivalona iny sy ny fisahanana ireo maty an-dàlana na anaty rano niisa 06, ary ny fisahanana ireo olona marary tampoka an-dalana izay niisa 03 no nitranga ny taona 2019.

Malala Didier

Midi Madagasikara0 partages

Musique : Tilahy poursuit son périple « d’ange heureux »

Tilahy Ramanamahandry (au milieu) surprend avec « 39 tours d’ange heureux ».

Les séries de trois live intitulées « 39 tours d’ange heureux » de Tilahy Ramanamahandry se poursuivront le 11 janvier, à partir de 19h30 au no comment bar, à Isoraka. Le retour d’un des meilleurs « toasters » de la Grande Île en a surpris plus d’un l’année dernière. Avec à la clé un album très attendu qui comprendra des titres partagés, avec des pointures comme Doubl’enn, Lejim du groupe Krutambull, Mashmanjaka et les meilleurs. C’est qu’il faut rendre honneur à ce grand monsieur de la musique (voire de l’art) urbaine nationale. Ce rendez-vous marque donc la fin de la promotion de cet opus.

Les premiers morceaux du disque donnent déjà l’eau à la bouche, en attendant d’avoir tout l’ensemble. Et d’en avoir une idée concrète de la proposition de l’artiste. Des chansons comme « One Nation », que Tilahy chante avec Kheman et la jolie Kary Sampy envoient du lourd. Du reggae dub entendu dernièrement dans les années 90 sur les ondes du pays, mais arrangé à la sauce actuelle est résolument plus massive. Les vibrations « Tilahy » ne changent guère. Comme il s’entend également sur « Dia hilamina ny tany ». La paix et la fraternité restent toujours scotchées à ses textes. Le 11 janvier est à inscrire dans les agendas pour ce mois.

Maminirina Rado

Midi Madagasikara0 partages

La Gastronomie Pizza : Appel à la concurrence loyale et à la protection des entreprises locales

Inauguration du 30e point de vente de la Gastronomie Pizza.

Le Groupe IGP (International Gastronomy Pizza) fait partie des rares entreprises malgaches à avoir enregistré une croissance exponentielle de ses activités. Cependant, son fondateur a évoqué un environnement des affaires très difficile.

Cela fait des années que les industriels malgaches martèlent que le système fiscal et douanier à Madagascar favorise mieux les importations et les investisseurs étrangers. Le fondateur du Groupe IGP, Chef Mbinina Arson Randrianaivo, parle très rarement de ce sujet. La semaine dernière, lors de l’inauguration du 30e point de vente de la Gastronomie Pizza à Antanimora, celui-ci a soutenu l’importance de la facilitation des affaires et de la protection des industries naissantes, pour un développement économique soutenable du pays. « Lorsque nous discutons avec des entrepreneurs à l’étranger, ils s’étonnent toujours lorsqu’on leur parle d’autofinancement des entreprises à Madagascar. En effet, nous n’obtenons aucune subvention. Mais ce n’est pas grave. Beaucoup de jeunes se lancent dans l’entreprenariat, malgré cela. Par contre, il arrive qu’on ait l’impression que les opérateurs étrangers sont mieux favorisés que les opérateurs locaux. Cela devrait changer. Pour développer rapidement l’économie malgache, il faut promouvoir les activités entrepreneuriales qui contribuent à la création d’emplois et à la création de valeurs. Les entrepreneurs locaux demandent juste que l’Etat fasse un petit geste pour les soutenir et les encourager », a déclaré Chef Mbinina, en marge de la cérémonie d’inauguration

Concurrence. Certes, le Groupe IGP a cumulé au fil des années, malgré l’environnement difficile. Ce Groupe opère aujourd’hui dans l’agroalimentaire, l’hôtellerie, la restauration, l’agriculture, l’import-export, etc. Selon Chef Mbinina, le Groupe IGP est prêt à faire face à la concurrence et reste présente pour sa clientèle, nuits et jours. « C’est la raison pour laquelle nous investissons actuellement dans les infrastructures. Auparavant, ce point de vente faisait uniquement la vente de produits à emporter. Aujourd’hui, nous avons mis en place un espace pour que les clients puissent prendre du bon temps. Nous proposons ici des plats diversifiés, du vary sy laoka malagasy, des boissons, des glaces améliorées au niveau de la qualité, et bien évidement des pizzas qui ont fait la renommée du Groupe IGP », a-t-il indiqué. Par ailleurs, cet entrepreneur a affirmé que 60% des matières premières de la Gastronomie Pizza sont encore importées, à l’exemple de l’huile, de la farine, du sucre, des matériels de production de jus et de glace, etc. Pour lui, les entreprises locales optimisent les matières premières locales, qui restent insuffisantes et qui méritent également une attention particulière de l’Etat.

Antsa R.

Midi Madagasikara0 partages

Portrait : Tahina Razanamparany, un modèle masculin visionnaire

Danser et défiler sont deux mots importants pour Tahina Razanamparany

Autodidacte, Tahina Harilala Razanamparany n’a pas eu de mal à comprendre le monde de la mode. Visionnaire, il a trouvé dans la mode une opportunité de créer. « J’ai fais l’effort de m’investir à fond et de me trouver une place et j’ai réussi », a-t-il dit avec fierté. Parcours singulier, ce jeune homme de 26 ans est passé de danseur à dirigeant d’une agence de mannequinat. 

Passionné par la danse traditionnelle malgache depuis ses 11 ans, Tahina Harilala Razanamparany est devenu danseur à l’âge de 15 ans. Après avoir eu son bac, il intègre un club de danse. Quatre années passèrent. Talentueux, il s’est fait repéré par des chorégraphes. Ceux-ci lui ont appris quelques techniques. Ensuite, Tahina  devient animateur et coach de Zumba. Ainsi, en faisant ses shows, il rencontre  des personnes du monde de la mode alors qu’il avait 18 ans. Ces professionnels l’ont initié à ce domaine.

 

Son tout premier défilé remonte au café de la Gare, en 2010. «  Je ne me souviens  plus avec quels stylistes mais… C’est le jour où la « mode » est devenue une partie de moi. Étant mannequin novice qui ne connaissait presque rien, je voulais intégrer des agences de formation et de mannequinat pour voir un peu plus. Avec l’appui de ma défunte mère je me suis lancé. La plus célèbre et la seule dans ce temps là c’était l’Agence Lolita. Malheureusement, je n’ai pas été sélectionné. A l’époque je mesurais  174cm et 65 kg. Je ne faisais pas le poids face à mes concurrents », a t-il raconté avec un sourire aux lèvres.

Il enchaîne les castings en tant que mannequin Freelance mais sans succès. Démotivé, il  s’est focalisé  sur ses études et la danse, et abandonne pendant un certain temps le mannequinat. En 2013, il a obtenu avec succès son Diplôme de DTSS ou Licence à l’Institut Supérieur de Technologie d’Antananarivo en gestion de projet, et en parallèle, il empoche un autre diplôme en Finances et Comptabilité chez ISMATEC. Comme tous les jeunes, après avoir eu ses diplômes, il s’est  mis à chercher du travail. Il en trouva en 6 mois. Cependant, il n’avait pas abandonné l’animation et la danse. D’ailleurs ces activités arrondissent généreusement ses fins du mois. « Après quelques temps, je me suis rendu compte que de travailler cloîtré dans un bureau n’était pas fait pour moi et que j’étais plus un homme de terrain. J’ai donc démissionné et je me suis focalisé sur la création de Projet Evènementiel », a-t-il constaté.

Tahina Razanamparany et son équipe lors du défilé de mode, organisé par Bikagasy

Mise en valeur de la beauté malgache. Au début de l’année 2015, grâce à son petit frère, Ambinina Haritiana Razanamparany, qui est aujourd’hui dans l’armé, a pu intégrer par hasard une agence de mannequinat qui venait d’ouvrir. Mais après quelques temps, les circonstances ont fait que l’établissement où il travaillait ferme suite à une mauvaise gestion du dirigeant, l’équipe de l’agence s’est dissoute rapidement. Charismatique et dévoué, le jeune homme voulait sauver cet établissement en faillite. Alors, il crée BikaGasy. Fondée par sept jeunes passionnés de la mode, dont Tahina Harilala, l’agence « s’est fait respectée petit à petit et essaie toujours de renouveler et de chercher des projets pour développer la mode ».

Bikagasy compte actuellement une cinquantaine de mannequins. « Nous sollicitons la   collaboration  avec  d’autres agences, des stylistes, des entreprises et des passionnés pour donner de la valeur à la mode vestimentaire malgache. J’ai l’honnête conviction que  même si le mannequinat n’est pas encore considéré comme un travail, il a beaucoup d’avenir au vu du potentiel des jeunes créateurs malgaches, au vu des évènements de mode actuels. », a-t-il souligné.

Iss Heridiny 

Midi Madagasikara0 partages

Gouvernement Ntsay : Deux portefeuilles stratégiques encore sans titulaires

La célérité dans la concrétisation des « Velirano » appelle à la restructuration du gouvernement.

L’intérim se prolonge au ministère des Affaires Étrangères et à celui de l’Énergie, de l’Eau et des Hydrocarbures.

L’actuel gouvernement conduit par le premier ministre Ntsay Christian aura un an le 24 janvier prochain. Le 24 janvier 2019, quelques jours après l’investiture d’Andry Rajoelina à la magistrature suprême, l’actuel locataire de Mahazoarivo a formé une équipe de 22 joueurs dont 21 ministres et 1 secrétaire d’État. Le 20 octobre, deux femmes ont quitté l’équipe pour pouvoir se présenter aux Législatives du 27 mai. Il s’agit de la ministre de l’Education Nationale Volahaingo Marie Thérèse et de la ministre de la Population Irmah Lucien Naharimanana. Deux ministres intérimaires ont été nommés : Félicité Rejo-Fienena de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique à Anosy et Tianarivelo Razafimahefa de l’Intérieur et de la Décentralisation à Ambohijatovo. L’intérim a duré quatre mois. Élues députées, Volahaingo Marie Thérèse et Irmah Lucien Naharimanana ont choisi de ne pas rester à Tsimbazaza. Elles ont réintégré le gouvernement. L’Arrêt n°48-HCC/AR de la HCC du 13 août 2019 a constaté la vacance de deux postes à l’Assemblée nationale en désignant en même temps Justin Famindra et Jean Emanielson Ravenasy, respectivement députés de Toamasina I à la place de Irmah Lucien Naharimanana et de Bealanana en remplacement de Volahaingo Marie Thérèse.

Départ voulu et limogeage. Le gouvernement Ntsay a connu deux autres intérims après les Législatives du 27 mai. Le premier a été acté au ministère des Affaires Étrangères après la démission de Naina Andriantsitohaina qui s’est porté candidat aux Municipales d’Antananarivo. Le dernier Conseil des Ministres auquel le candidat de l’IRK a assisté s’est tenu au mois de septembre. Le deuxième intérim a été constaté le 30 octobre après le limogeage du ministre de l’Energie, de l’Eau et des Hydrocarbures Vonjy Andriamanga qui a été nommé directeur général de la JIRAMA moins de deux mois après, plus précisément le 18 décembre. Le premier ministre Ntsay Christian assure jusqu’à présent l’intérim au ministère des Affaires Étrangères. Tandis que le ministre des Postes et des Télécommunication, Christian Ramarolahy, est à cheval entre Antaninarenina et Ampandrianomby. Les deux intérims se prolongent alors que les deux départements concernés ont plus que jamais besoin des compétences approuvées sur leurs domaines de spécialisation et de disponibilité. Les négociations sur les îles éparses et la nomination d’ambassadeurs au niveau de nos représentations diplomatiques figurent parmi les défis à relever au ministère des Affaires Étrangères. Tandis qu’à Ampandrianomby, le délestage et la pénurie d’eau constituent deux problèmes à résoudre impérativement.

Restructuration. Le gouvernement joue à 20 jusqu’à présent. Le président de la République et le premier ministre ont intérêt à mettre fin à ces intérims au prochain remaniement qui devrait être le résultat de l’évaluation à mener sur les réalisations des ministres. Une partie de l’opinion n’exclut pas une éventuelle restructuration étant donné que certains départements semblent très lourds et très vastes, pour ne citer que le ministère de l’Aménagement du Territoire, de l’Habitat et des Travaux Publics, celui de l’Agriculture, de l’Elevage et de la Pêche ainsi que celui des Transports, du Tourisme et de la Météorologie. Par ailleurs, certains observateurs estiment que la prochaine équipe gouvernementale devrait refléter plus d’équilibre régional. En tout cas, chaque membre du gouvernement sera évalué après le 24 janvier sur ses réalisations par rapport au contrat-programme qu’il a signé avec le président de la République.

R. Eugène

Midi Madagasikara0 partages

Polisim-pirenena Toamasina : Basy 20 ka 04 ny kalaky tamin’izany sarona tamin’iny taona lasa iny

Nanao ny tatitra ny asany nandritra iny taona nivalona iny ny talen’ny filaminam-bahoaka teto Toamasina. Nandritra izany no nilazany, fa nisy basy 20 saron’izy ireo tamina jiolahy ka ny 04 tamin’izany dia kalaky saron’izy ireo tamin’ireo mpanao fakana an-keriny avokoa. Nisy koa basy PA vita gasy niisa 08 sy basy kalaky vita gasy niisa 04 sarona tamin’izany.

Tao anatin’izany, dia nisy tranom-bala niisa 15 sy bala 200 koa saron’ny polisy, ka niisa 152 tamin’izany dia bala kalaky avokoa. Araka io tatitra nataon’ny talen’ny filaminam-bahoaka Atsinanana io hatrany dia nisy rongony nilanja 56kg koa saron’izy ireo ny taona nivalona iny. Ny taona nivalona 2019 iny koa, dia fitarainana sy fitoriana ary fitorohana niisa 4.108 no voarain’ny polisim-pirenena tamin’ireo kaomiseriany miisa efatra eto Toamasina, ka ny 2.178 tamin’izany no vita fakana am-bavany sy fanadiadiana lalina. Raha niakatra fitsarana ireny raharaha ireny araka io tatitry ny polisy io ihany dia niisa 1.196 ireo naiditry ny fitsarana am-ponja vonjimaika, raha teo amin’ny 904 kosa ireo nafahana alohan’ny fitsarana ny raharaha noho ny resaka porofom-panenjehana. Raha ho an’ny polisy teto Toamasina dia niisa 200 teo izy ireo no niasa nandritra ny fetin’ny faran’ny taona izay mbola mitohy amin’ity volana janoary ity izay fotoana hivoahan’ny vokatra ofisialin’ny fifidianana ben’ny tanàna sy ny mpanolotsaina farany teo ; izay ataon’ny fitsarana ny ady atao amin’ny fanjakana.

Na izay aza ny isan ‘ireo polisy niasa nandritra ny fety dia tsy nahasakana ireo maty voatsindrona antsy tao Ankirihiry sy ilay miaramila vaky loha niady tao anaty trano fisotroana tao Mangarivotra ary ireo olona 11 naratra saika vaky loha vokatry ny ady avokoa izany teto Toamasina, nandritra ny fety niditra hopitaly be izany.

Malala Didier

Midi Madagasikara0 partages

By-pass : Fiara efatra kilan’ny afo

Tsy nisy noraisina intsony ireo fiara tsara tarehy miisa efatra. Mitondra ny marika Grand Starex ny roa, Kia ny iray ary Matiz ny farany. Vao maraina dia efa nirehitra ny afo tao amin’ny toeram-pametrahana fiara iray teo amin’ny By-pass. Tokony ho tamin’ny 6ora sy 45 minitra raha araka ny fanazavan’ny olona teo an-tanàna. Rehefa tsikaritra fa tsy vitan’ny olon-tsotra intsony ny famonoana ny afo noho izany ; izay nahazo vahana be, dia nantsoina avy hatrany ny mpamonjy voina. Fiara lehibe roa no tonga teny an-toerana niaraka tamin’ny mpamonjy voina. Teo amin’ny folo minitra dia voafehy ny afo noho ny fahampian’ny rano sy ny olona. Manodidina ny tamin’ny fito ora maraina, raha ny filazan’ny mpamonjy voina no vita ny fidirana an-tsehatr’izy ireo. Tsy dia misy elakelan-trano rahateo teny amin’ny toerana izay novonjena hany ka nanamora ny asa izany. Tsy mbola voafaritra kosa ny antony izay mety ho nitarika ny firehetana raha araka ny tatitry ny mpamonjy voina. Vola an-jatony tapitrisa izany no indray nirehitra tao anatin’ity firehetana ity raha tombanana ny vidin’ny fiara izay niharan-doza. Indrisy anefa, fa eto amintsika dia tsy mbola miantoka ny firehetana ny ankamaroan’ny trano fiantohana ary dia ny tompon’ny fitaovana ihany izany no miantoka ny lany raha mbola azo amboarina ny fiara. Raha tsia kosa, dia mipitrapitra mijery ny fahavoazana ary mivarotra ny sisam-by izay tsy may amin’ny kilao sisa no azo atao. Isan’ny ady lehibe izay tokony hataon’ny tompon’ny fiara ity resaka famerenam-bolan’ny mpiantoka ity. Ny amin’ny lozam-pifamoivoizana aza, rehefa mitranga, dia matetika mizotra any amin’ny fifanarahan’ny roa tonta, avy amin’ny raharaham-pihavanana, sisa no tena ataon’ny olona. Ny antony dia satria taratasy marobe no ilaina vao tonga amin’ny fiantohana ny tompon’andraikitry ny trano fiantohana. Mila fotoana sady koa ela vao tena mivoaka ny vola amin’izany, eny fa na dia nahaloa latsakemboka ara-dalàna aza ny tompon’ny fiara. Izay no mahatonga ny maro izay mahita fa lasa fisolokiana ara-dalàna ny fiantohana sasany eto amintsika. Any ivelany  tsy dia olana amin’ny olona loatra izany lozam-pifamoivoizana izany. Rehefa tsy ny olona no naratra na namoy ny aina dia raisina ho toa ny toe-javatra izay azo eritreretina ho tonga ny lozam-pifamoivoizana. Tsy miferin’aina loatra ny tompon’ny fiara, satria mandray an-tànana tanteraka ny trano fiantohana any amin’izy ireo. Manomboka eo amin’ny fisehoan’ny loza dia efa mety izy ireo aza no miantoka ny fisintomana ny fiara miala eo an-toerana. Ny eto amintsika dia mbola lavidavitra  amin’izany no misy ary lasa taratasy hialàna amin’ny sazy omen’ny mpitandro ny filaminana fotsiny no tena hanaovana fiantohana.

D.R

Midi Madagasikara0 partages

Basket Afroleague : Deux à trois renforts étrangers pour la GNBC

La GNBC est prête à en découdre aux onze autres équipes.

De nouveaux joueurs internationaux renforceront l’ossature de l’équipe de la GNBC à la saison régulière du Basket Afroleague (BAL).

 2020 s’annonce très chargée pour la Gendarmerie Nationale Basket Club (GNBC). Dans trois mois, les champions de Madagascar feront le tour d’Afrique pour la saison régulière du BAL 2020. En faisant partie des 12 équipes qualifiées au Basket Afroleague, la GNBC joue gros. Mais les protégés de Lova Raharidera ont déjà montré qu’ils ont beaucoup à revendre à domicile et à Kigali. Les équipes présentes à Kigali ont toutes reconnu le talent des Malgaches surtout sur la rapidité des joueurs sur le terrain. A quelques mois du lancement du BAL, la Fédération malgache de basket-ball et la GNBC vont présenter au grand public cette grande compétition du basket africain. Si les phases qualificatives ont été organisées par la FIBA Afrique, la saison régulière sera prise en charge et sera menée de main de maître par la NBA. Le BAL sera organisé avec la même formule que les compétitions de la NBA avec le play-off et le final four.

Allocation financière. Sept pays abriteront les compétitions à savoir l’Égypte, le Sénégal, le Nigeria, l’Angola, le Maroc  et la Tunisie. Le Caire, Lagos, Luanda, Rabat,,Monastir ou Tunis seront les villes hôtes de la saison régulière de la BAL et Kigali (Rwanda) abritera le Final Four et la finale. En ce qui concerne les modalités de participation, les dépenses des clubs surtout les frais de déplacement et d’hébergement seront fournis par la NBA. La GNBC peut être serein alors d’autant plus que la NBA va allouer un budget à toutes les équipes participantes. « La NBA va équiper les clubs au niveau des maillots et va aussi amener un support financier pour qu’il y ait un minimum d’équivalence entre les 12 équipes participantes », a expliqué Jean Michel Ramaroson, président de la FMBB. La GNBC devra également  recruter trois joueurs américains ou étrangers pour renforcer son ossature. Les dépenses seront prises en charge par la NBA. Comme il s’agit d’un évènement NBA sous la houlette de la FIBA, le show sera au rendez-vous. Après un break de deux semaines, les gendarmes reprendront les entraînements à partir de mardi sur le terrain du Toby Ratsimandrava à Andrefan’Ambohijanahary. « A Kigali, nous avons eu des lacunes sur les postes 4 et 5 et nous allons combler ce handicap pour la saison régulière. Nous sommes en attente du règlement de la NBA sur les renforts des joueurs », a conclu Lova Raharidera.

T.H

Les douze équipes qualifiées

GNBC de Madagascar

Patriots du Rwanda

CFM Ferroviaro de Mozambique

Petro de Luanda d’Angola

Zamalek de l’Egypte

AS Salé du Maroc

Rivers Hoopers du Nigéria

AS Douanes du Sénégal

Union Sportive Monastirienne de la Tunisie

AS Police du Mali

GSP du Mali

FAP du Cameroun