Les actualités Malgaches du Mercredi 03 Janvier 2018

Modifier la date
Midi Madagasikara408 partages

Session extraordinaire en vue : Motion de censure contre le gouvernement Mahafaly

La destitution du locataire de Mahazoarivo serait orchestrée par des grandes figures du parti au pouvoir et des parlementaires pro-HVM.

Sur la sellette. C’est la situation actuelle du Premier ministre Olivier Mahafaly Solonandrasana. Depuis quelques semaines, des rumeurs sur un éventuel projet de motion de censure contre son gouvernement circulent. Un quotidien pro-régime a même qualifié le petit déjeuner de presse qu’il a organisé le 28 décembre dernier comme « une rencontre d’adieu ». Son départ serait très proche si l’on se réfère à une source proche du « Hery Vaovao ho an’i Madagasikara ». En effet, la destitution du locataire de Mahazoarivo serait orchestrée par des grandes figures du parti au pouvoir et des parlementaires pro-HVM. Dans le cadre de ce projet, une session extraordinaire du Parlement sera organisée incessamment, probablement à partir du mardi 9 janvier prochain, selon une source proche du HVM. C’est-à-dire, la semaine prochaine, juste après la cérémonie de vœux qui aura lieu à Iavoloha le 5 janvier. Interviewé hier par nos collègues de la Radio Nationale Malgache, le président du Sénat et non moins président national du parti HVM, Rivo Rakotovao a annoncé qu’une session extraordinaire est nécessaire, ne serait-ce que pour l’adoption des textes relatives aux prochaines élections. D’après les informations, les députés issus des groupes parlementaires qui soutiennent le président Hery Rajaonarimampianina auraient déjà exprimé leur soutien à cette motion de censure contre le gouvernement Mahafaly Olivier Solonandrasana.

« Kravaty manga ». Une source proche du HVM a laissé entendre que suite à ce projet, la tension monte d’un cran actuellement entre Iavoloha et Mahazoarivo. Des proches collaborateurs du Chef de l’Etat soupçonneraient le Premier ministre de vouloir se présenter à la prochaine élection présidentielle et de rivaliser donc avec Hery Rajaonarimampianina qui prévoit de briguer un second mandat sous les couleurs du « kravaty manga ». L’actuel Chef du gouvernement et non moins ministre de l’Intérieur aurait déjà lancé les préparatifs en vue de cette échéance. Ici, le conditionnel est de rigueur, car tous les conseillers politiques et proches collaborateurs du locataire de Mahazoarivo que nous avions contactés se disent ne pas être au courant de ce projet. Quoiqu’il en soit, notre source auprès du parti HVM a fait savoir qu’à l’approche de l’élection présidentielle, le président de la République prévoit d’opérer un véritable assainissement au sein de son entourage. Ce serait également la volonté de la Communauté internationale qui exige des élections libres, transparentes, démocratiques et sans exclusion. 14 ministres seraient actuellement dans le collimateur du HVM. En première ligne se trouverait Olivier Mahafaly Solonandrasana et tous les membres du gouvernement connus comme étant proches de la femme d’affaire Claudine Razaimamonjy. A l’allure où vont les choses, la cérémonie de vœux du 5 janvier prochain risque d’être le dernier que Mahafaly Olivier Solonandrasana va passer en tant que Premier ministre. En tout cas, si cette information se confirme, les partisans du « Hery Vaovao ho an’i Madagasikara » risquent donc d’affronter les prochaines échéances électorales en ordre dispersé. Reste à savoir si un HVM fragilisé par la scission fera le poids contre le MAPAR, ou le TIM lors de la Présidentielle.

Davis R

Midi Madagasikara179 partages

TIM : Le KMMR 2018 prône l’ouverture

Marc Ravalomanana avec ses partisans avant-hier à Faravohitra.

Le « Komity Mpanohana an’i Marc Ravalomanana 2018 » est déjà en place et essaie actuellement de s’ouvrir aux autres forces politiques que le TIM. C’est ce qu’on a appris avant-hier lors d’une séance de présentation de vœux qui s’est déroulée à Faravohitra entre l’ancien président Marc Ravalomanana, le TIM, la CUA, la société Triple A et l’entreprise ASAMA. Une occasion pour l’ancien exilé d’Afrique du Sud de confirmer sa candidature à l’élection présidentielle de 2018 et de réitérer son appel à un dialogue malgacho-malgache pour éviter une éventuelle crise politique pré-électorale ou post-électorale. « On peut toujours éviter une crise avec le dialogue. Et si le régime en place, par le biais du Premier Ministre, a affiché sa détermination pour ce dialogue, tant mieux. Par contre toute tentative de répression ou d’intimidation ne favorise pas la paix et la stabilité. », a-t-il déclaré.

Ne pas fermer les portes. Devant ses partisans avant-hier à Faravohitra, Marc Ravalomanana leur a demandé de ne pas fermer les portes à ceux qui ne sont pas militants du TIM, mais qui sont prêts à le faire élire en 2018. « Il faut être solidaire. Et il faut surtout éviter l’exclusion. Il y a d’autres formations politiques qui veulent intégrer le KMMR 2018, car nous avons le même objectif qui est la victoire. », a-t-il souligné. Hier, Marc Ravalomanana et son épouse ont reçu à Faravohitra l’équipe de l’IRC (équipe de rugby de la CUA) qui a remporté le championnat d’Analamanga samedi dernier.

R. Eugène

L'express de Madagascar123 partages

Éviction de la présidentielle – Ravalomanana brandit la menace d’une crise

Épouvantail. Devant les journalistes, vendredi à Mahamasina, Marc Ravalo­manana, ancien chef d’État, a farouchement défendu son intention de prendre part à la prochaine élection présidentielle. En marge d’un évènement organisé par la Commune urbaine d’Antana­narivo, le conseiller spécial du maire a réveillé le spectre de la crise en cas d’éviction.« Pensez-vous que le pays sera en paix si on refuse ma candidature ? Pensez-vous que les partisans du parti “Tiako i Madagasikara” (Tim) accepteront pareille chose ? », a déclaré avec véhémence le résident de Faravohitra. Une réaction suite aux questions de la presse, quant à l’éventualité qu’il ne soit pas éligible à la course à la magistrature suprême.La Constitution dispose que « tout candidat aux fonctions de président de la République doit être de nationalité malgache, jouir de ses droits civils et politiques, avoir au moins trente cinq ans à la date de clôture du dépôt des candidatures, résider sur le territoire de la République de Madagascar depuis au moins six mois avant le jour de la date limite fixée pour le dépôt des candidatures ». C’est sur la pleine jouissance des droits civils que certains courants émettent des doutes sur l’éligibilité du fondateur de l’empire Tiko.

NotificationUne remise en question, qui coïncide avec la réapparition du dossier judiciaire sur le massacre du 7 février 2009 dans les débats. Une affaire où Marc Ravaloma­nana a été jugé par contumace à une peine de travaux forcés à perpétuité, et de payer des dommages et intérêts aux familles des victimes, en 2010. Ce qui a amené au gel de ses comptes bancaires, depuis. Récemment, les comptes de deux de ses coaccusés de l’époque ont fait l’objet d’un saisi arrêt.Une démarche judiciaire, dont l’objet serait en vue de l’exécution de la décision judiciaire de 2010, relative à l’indemnisation des victimes. En réaction, les deux personnes ont fait opposition devant le tribunal de première instance d’Anta­nanarivo (TPI). Le verdict tombé, jeudi, conforte pourtant la saisie. Devant la presse hier, l’ancien Président a affirmé qu’il n’avait pas encore été notifié des décisions judiciaires concernant le procès du 7 février.Une source judiciaire confirme qu’effectivement, l’ancien exilé d’Afrique du Sud n’a pas encore été notifié de la sentence du tribunal. Le camp Ravalomanana conteste, par ailleurs, la régularité du procès qu’il qualifie de « politique ». La source explique que ce serait la raison pour laquelle l’ancien chef d’État n’aurait pas fait opposition au gel de ses avoirs. « Contester serait reconnaître l’autorité du jugement », indique-t-elle.Le résident de Fara­vohitra martèle, par ailleurs, que le cas échéant, il usera de toutes les voies de recours pour contester sa condamnation par contumace. Des voies de recours qui ne seront toutefois ouvertes qu’une fois le jugement notifié officiellement « à la personne » concernée. Étant donné l’ambition présidentielle de Marc Ravalomanana, le timing de la notification à personne sera décisif.

Garry Fabrice Ranaivoson

Midi Madagasikara112 partages

Mauvais état des routes : La galère des automobilistes

Certaines parties des routes de la capitale sont devenues des marres d’eau qu’il faut à tout pris éviter… si l’on a le choix bien sûr.

Handicapant. C’est le mot qui résume le mieux l’état des routes malgaches. Devant servir d’outils de développement, d’épanouissement et d’échange, les routes de la Grande-Île se dégradent au fil des ans. Des pistes de cause peuvent toutefois expliquer la situation. D’un côté, il y a la quasi absence d’entretien des infrastructures en question. De l’autre, les catastrophes naturelles contribuent également à la destruction des infrastructures. L’insuffisance de budget alloué par l’Etat dans la réhabilitation de ces dernières vient également s’ajouter à cette liste. Par ailleurs, le problème d’infrastructure routière touche également la ville d’Antananarivo. En effet, il faudrait être un ou une habitué(e) d’un tronçon pour l’emprunter sans faire “ trop de casse “. Des questions se posent donc sur le principe de longévité de ces infrastructures. Etant donné qu’elles sont censées être un investissement à long terme.

José Belalahy

Midi Madagasikara97 partages

Les 10 pays les plus riches d’Afrique selon la BAD

En matière de PIB, le Nigeria est, de loin, le pays le plus riche d’Afrique en 2017 selon un article publié par l’Agence Ecofin qui cite les statistiques publiées par la Banque Africaine de Développement (BAD). Aidé par une forte production pétrolière et le redressement des cours mondiaux des matières premières, le PIB aux prix courants du Nigeria qui  représente plus de 72% de l’ensemble des économies de l’Afrique de l’ouest, devrait atteindre 581 milliards $ cette année contre 519 milliards $, en 2016. L’Afrique du Sud arrive en deuxième position. La richesse créée au cours de cette année civile par les résidents sud-africains, pourrait passer la barre des 276 milliards $. Reléguée au troisième rang par la nation arc-en-ciel, l’Egypte dont l’économie est encore convalescente, marque la présence du premier pays nord-africain dans ce classement, grâce à un volume d’activité qui pourrait avoisiner 264 milliards $.

S’en suit, l’Algérie qui  totalise 170 milliards $, complétant le quartet de tête, puis l’économie soudanaise (124 milliards $). Cette dernière surclasse ainsi le Maroc qui, malgré le dynamisme de son économie marquée par un début accentué de diversification, se retrouve à la sixième place. Porté par une croissance de 4% au moins, le Pib du Royaume chérifien devrait franchir la barre des 121 milliards $. Le Maroc doublerait ainsi la taille de son économie en 12 ans, selon les chiffres consultés par l’Agence Ecofin. Avec 104 milliards $, l’Angola restera le septième pays le plus riche en Afrique en 2017.  Un an plus tôt, la taille de l’économie du deuxième producteur africain de pétrole était de 96 milliards $.

L’Ethiopie, locomotive de la croissance africaine, devrait garder sa 8e place avec 93 milliards $ contre 84 milliards en 2016. Enfin, le Kenya (77 milliards $) et la Tanzanie (52 milliards), tous de la sous-région la plus dynamique d’Afrique (l’Est), en termes de Pib, complètent le top 10.

Recueillis par R.Edmond

Midi Madagasikara94 partages

Toliara II : Niady sipa, tovolahy iray maty voatsatok’antsy

Tovolahy iray manodidina ny 22 taona eo? no maty voatsindrona antsy, ny alin’ny fetin’ny taom-baovao teo, tany Analamitsampy Distrikan’i Toliara II. Araka ny tati-baovao voaray, dia andiana tanora maromaro no niara-nanala azy fa fety ny andro. Rehefa tokony ho tany amin’ny 9 ora sy sasany alina tany , dia nisaraka ny rehetra ka niara-nody tamin’ny sipany ny tovolahy iray. Rehefa dify sahabo  ho zato metatra teo ireto mpifankatia, dia nisy tovolahy iray voalaza fa olon-tian’ity tovovavy ity taloha tezitra niantsoantso. Nijanona ireto mpifankatia niakatr’afo raha vao naheno ny ompa sy teny ratsy tsy faseho masoandro niraradraraka. Raikitra ny fifamaliana am-bava niafara tamin’ny fifampitolomana teo amin’ireto roalahy avy eo. Tsy nahahovoka an’ilay rafilahiny ilay tovolahy nihantsy ady sipan-drazazavavy teo aloha, ka namoaka antsy ary nanindrona izany an’ity rafilahiny niady taminy. Rehefa hitany fa nitolefika nihosin-drà ity farany, dia nitsoaka ilay nahavanon-doza izay karohina fatratra amin’izao. Nentina novonjena namonjy toeram-pitsaboana haingana kosa ilay tovolahy naratra mafy, kanefa teny an-dàlana, dia tsy tana ny ainy.

Eric Manitrisa

Midi Madagasikara78 partages

Anjozorobe : Tokantrano voatafika, maty rotiky ny bala ny tompon-trano

Lehilahy iray no maty notifirin’ny jiolahy tany amin’iny distrikan’Anjozorobe iny, ny sabotsy alina lasa teo. Tokony ho tamin’ny sivy ora alina tany ho any no niditra an-keriny tamin’ity tokantrano iray tao amin’ny tanànan’Amparihivolabe, ao amin’ny fokontany Ambohitsinjorano, ao amin’ny kaominina Antanetibe ny olona iray, nitondra basy lava. Tsy nisy alaharo alaharo teo, fa vao tafiditra ny trano izy, avy hatrany dia namahana ny basiny ary nitifitra izay sendra azy tao. Ny tompon-trano mihitsy tamin’io fotoana io no lavo voan’ny bala. Araka ny tatitra azo avy tamin’ny zandary dia bala roa no nahafaty ity raim-pianakaviana ity. Vao vitan’ilay olon-dratsy moa izany dia nitsoaka nandositra ity farany. Hatreto dia mbola mampametra-panontaniana ireo mponina ny zava-nisy. Fanafihan-jiolahy tsotra niafara tamin’ny vono olona izy ity sa zavatra efa nokendrena natao, hamonoana an’ity tompon-trano ity mihitsy ? Ireo manodidina kosa no nampilaza ireo zandary tany an-toerana izay tonga haingana tany amin’iny toerana nisehoan’ity fanafihana ity, niaraka tamin’ny dokotera nanao ny fizahana. Rehefa vita kosa ny fitiliana, dia efa natolotra ny fianakaviana ny razana. Efa mandeha kosa ny fikarohana ilay nahavanon-doza ataon’ireo tompon’andraikitra.

m.L

Midi Madagasikara77 partages

Nosy-be : Un bateau de pêche pirate arraisonné

Lepillage de nos ressources naturelles continue et les malfaiteurs s’y adonnent comme si ce pays serait un endroit où il n’y a nilois ni autorités à craindre. Mais cette fois-ci, ils se sont trompés, car la vedette de surveillance de la Marine malgacheet son équipage était en patrouille dans la zone Nord-Ouest de Nosy-be avec à son bord le chef Circonscription des Ressources halieutiques et de la Pêche de Nosy be. Elle a rencontré le 27 décembre vers 09h15 du matin un navire en bois motorisé suspicieux aux alentours du banc de Leven. Alertée, une équipe de visite du Détachement Marine de Nosy-be est intervenue à bord afin de procéder à une investigation. C’est alors que l’équipe de visite a pu constater que ce navire dont le nom inscrit sur la coque est « Mahajanga » naviguait sans aucunpapier administratif. Il a été aussi remarqué suite aux investigations que le navire est également connu sous le nom de « Be Fitiavana » et est utilisé comme « bateau-mère » par des plongeurs œuvrant dans la pêche illégale d’holothuries et dont une quantité considérable a été découverte à bord. Une investigation plus poussée a permis de constater que le bateau opérait avec deux coques marines motorisées, trois compresseurs d’air, 53 bouteilles de plongée et une vingtaine de plongeurs et équipages. L’usage d’engins et de matériels prohibés pour la pêche aux holothuries est une infraction prévue par les articles 10d et 22b de l’ordonnance 93-022 du 04 mai 1993 portant règlementation de la pêche et de l’aquaculture et réprimée par cette même ordonnance. Les matériels ont été saisis et un procès-verbal a été dressé par le chef Circonscription des Ressources Halieutiques et de la Pêche de Nosy-be. L’enquête est en cours.

T.M.

Tia Tanindranaza65 partages

Andry RajoelinaAmin’ny 2023 vao mety hahita mangirana

Loharanom-baovao avy amin’olona tsara sitra-po niatrika fivorian’ny fikambanana sy vovonana miankina amin’ny fiangonan-dehibe iray eto Madagasikara, tany amin’iny faritra Fianarantsoa iny no nahalalana, fa raha nafenimpenina hatramin’izay dia vaky ihany ny resaka hoe hanohana an’i Andry Rajoelina izy ireo amin’ny fifidianana hatao amin’ity taona 2018 ity.

Nambaran’io mpikambana amina rafitra iray io, fa ny fiangonana manontolo manerana ny Nosy mihitsy no tadiavina hosoloina tena hoe manohana ny Filohan’ny tetezamita teo aloha, kanefa olom-bitsy ao anatin’ny fikambanana no miezaka mivoy sy mikasa hanasa loha ny mpino rehetra manerana an’i Madagasikara amin’izay foto-kevitra ara-politika izay, hoy hatrany io olona namoaka ny tsiambaratelon’ny ampahan-dresaka henony tao anaty fivoriana io. Mety efa nahazo vola avy amin’ny filohan’ny tetezamita teo aloha izy ireo, ka izay no hivoizany sy hihezahany hilalao io foto-kevitra io hipaka amin’ny rehetra, hoy hatrany ny loharanom-baovao. Azo adika ny zava-misy hoe manomboka mifoha amin’ny torimasony sy mametraka ny paikadiny i Andry Rajoelina na tsy dia andrenesam-peo firy aza. Mananontanina rahateo ny fifidianana satria efa taona 2018 isika izao. Efa naman’ny pi-maso ny firarian-tsoa nataony ny 01 janoary teo, ka hanomboka haneho hevitra sy hiteny amin’ny haino aman-jery amin’izay ve izany Andry Rajoelina ato ho ato? Raha mihevitra ny hirotsaka Filoham-pirenena ihany koa dia tsy maintsy hipetraka eto Madagasikara 6 volana mialohan’ny hanatanterahana ny fifidianana. Isan’ny fahavalo politikan’ny HVM anefa i Andry Rajoelina, ka tsy hay na havelany hahita mangirana amin’izay fifidianana izay na tsia, fa raha ny lojika aloha, dia isan’ireo hosakanana tsy hirotsaka ny tenany. Matahotra mafy ny mety ho valifaty politikany rahateo ny mpitondra ankehitriny amin’ny fotoana mety hahatafaveren-dRajoelina eo amin’ny fitondrana raha hisy izany. Toa miezaka ny misoko miadana ao anatin’ny fisalasalana ihany anefa ity farany na ho any na tsy ho any.

Saro-toerana ny MAPAR

Sarotsarotra ho azy kosa ny handresy ny HVM sy ny TIM satria io iaraha-mahita io ny fahavakisan’ny antokony sy ny mpanohana azy, raha tsy hilaza afatsy ny hoe: MAPAR 1, MAPAR 2, MAPAR 3,… Ny HVM no eo amin’ny fitondrana, ka io iaraha-mahita io ny fampiasana ny fahefam-panjakana sy ny kajy samihafa. Ny TIM kosa dia iaraha-mahalala tsara hoe nitambatra sy tsy nivaky hatramin’izay, ary tombony lehibe ho azy ny nisiany efa 15 taona izao. Tsy takona hafenina ny heriny sy ny tanjany, ka nahatonga ny fanjakana HVM nanao antsojay isan-karazany tamin’ireny fankalazana ny tsingerin-taona ireny. Mety hanana ny tanjany ihany ny MAPAR, saingy eo ho eo ihany, ka maro amin’ny mpandinika no milaza fa tsara kokoa ho an-dRajoelina ny miandry ny 2023 raha mbola te hanana ho avy politika tsaratsara. Tsy mbola voakosoky ny Malagasy rahateo ny ngidin’ny 2009, izay izy no tompon’antoka voalohany.

Toky R

 

Tia Tanindranaza56 partages

Raharaha 7 febroaryAtao fitaovana hanilihana kandida

Voizina mafy amin’izao fotoana izao ny raharaha 7 febroary 2009 nisian’ny fitifirana teny amin’ny Lapam-panjakana Ambohitsorohitra nandritra ny fananihan-dapa notarihan’ny mpanongam-panjakana tamin’izany vahoaka teny an-toerana. Mbola baraingo hatramin’izao kosa ny tena marina ao ambadik’iny raharaha iny hoe: iza marina no fositra? Ny zavatra mahatalanjona voalohany indrindra dia ny hoe nahoana no tsy nisy na iray tamin’ireo nitarika ny fihetsiketsehana aza maty na naratra, kanefa izy ireo no lohalaharana?

Ny resaka teknika momba ny fihavian’ny bala nitifirana sy ny fomba nahafaty ireo olona ihany koa tetsy andaniny, dia maro ny zavatra nampiahiahy. Nialoha ireny rahateo dia efa nandeha ny fikononkonana hoe tsy maintsy hasiana rà mandriaka handotoana an’i Marc Ravalomanana sy hampahomby ny fanonganam-panjakana tian-katao.  Mitohy mandrak’ankekitriny ny raharaha, ka vao ny faran’ny taona teo no nisian’ny raharaham-pitsarana indray, izay toa natao hamelezana sy hamotehana manokana an’i Marc Ravalomanana, izay isan’ny kandida filoha amin’ny taona 2018 fotsiny. Mba misy ve ny fanenjehana na fanadihadiana ara-pitsarana ireo nitarika ny fananihan-dapa sy fanonganam-panjakana? Maro ireo raharaha mifandraika tamin’ireny 2009 ireny ka nahoana ny 7 febroary irery no voizina sy atao fitaovana isak’izay mandeha? Mba nisy tohiny ve ny fandorana ny haino aman-jerim-panjakana TVM sy RNM? Afa-maina ve ny mpanongam-panjakana tamin’izany, izay nanome tso-drano ny vahoaka handeha handroba sy handoro fananam-panjakana sy fananan’olo-tsotra? Vitavita ho azy ve ny fandorana ny orinasa MBS, Tiko, Magro,… an’i Marc Ravalomanana potika sy rava tamin’ireny, ary izao izay mba hany efa misokatra ezahina potehina amin’ny resaka hafa indray hoe tsy nahaloa hetra? Efa voafaritry ny sori-dalana napetraka ho làlana teto amin’ny firenena ny fanonerana ireny fananana potika tamin’ny krizy ireny, saingy nisy nanaja ve? Ny orinasan’ireo mpandraharaha Malagasy isan-karazany hafa voaroba sy may moa dia toa niala maina toy ny takotra ny ankamaroany. Mby aiza ny tohin’ireny faty olona niampatrapatra may nandritra ny fandrobana sy fandorana tamin’ny 26 janoary 2009 ireny fa sanatria toa matimaty foana toy ny biby. Vitavita ho azy ireny rehetra ireny, fa ny raharaha 7 febroary ihany no atao mahoraka.Ao raha a !

Toky R

 

Tia Tanindranaza54 partages

Mpanara-dia an’i DadavaloEfa mivonona amin’ny zava-drehetra

Natomboka tamin’ny fanamarinana ny anarana ao anaty lisi-pifidiananana nanomboka ny volana desambra teo ny fiomanan’ireo zanak’i Dada na ny mpomba an’i Marc Ravalomanana amin’ny fiatrehana ny fifidianana filoham-pirenena. Izay no anton’ny fihaonana sy fizaram-baovao izay efa nosantarina teny amin’ny Magro Behoririka ary aparitaka manerana ny nosy.

Izao ajoro manerana an’i Madagasikara indray ny Komity manohana an’i Marc Ravalomanana (KMMR 2018). Mazava ny toromarika tsy maintsy atambatra ny hery ka miara-miasa ao ny TIM sy ireo olon-tsotra na fikambanana na antoko politika hafa fa kosa mitovy fomba fijery amin’i Marc Ravalomanana amin’ny fanarenana ny firenena.Antananarivo, Mahajanga, Toamasina no fantatra fa efa mihetsiketsika fatratra tato anatin’ny volana vitsivitsy izao amin’ny fametrahana rafitra sy fomba fiasa handrindrana ny zavatra atao.Efa hatramin’ny 1999 no niatrika fifidiananana i Marc Ravalomanana sy ny mpiara-dia aminy, fifidianana filoham-pirenena, depiote, mpanolotsaim-paritra saingy tsy miononona amin’ny zavatra hay fa mbola mampitombo fahalalana sy traikefa.Mandresy no filamatra …resy lahatra izahay  fa ny filoha Ravalomanana no « homme de la situation » na ny olona mahavita azy amin’izao zava-misy iainanan’ny firenena izao , hoy ireo mpomba azy ka izany no mampivondrona anay hitondra ny anjara birikinay hanohanana sy hampandaniana azy.Tena mafy ara-poto-kevitra ny mpiara-dia amin’ny filohan’ny Tiako i Madagasikara manerana ny nosy fa tsy olona taitaitra na voavidim-bola sanatria, olona efa niharan’ny fanenjehana sy ny fanagadrana ny sasany hany ka efa vonona amin’ny zava-drehetra mety hitranga. Mila fahasahiana ny fanavotana ny firenena, tena sahy izahay matoa miaraka amin’i Dada, hoy izy ireo.

Midi Madagasikara40 partages

André Rasolo : « La préparation de la présidentielle reste floue »

Le prof. de sociologie politique estime que « l’Etat est dans un équilibre instable permanent ».

A l’orée de la nouvelle année 2018, le sociologue souhaite pour le pays et pour le peuple malgache, le meilleur des cadeaux. Interview.                                     

Midi : Pensez-vous que le taxi-brousse de Rajaonarimampianina réussira à sortir le pays de la crise en 2018 ?

André Rasolo : « La sortie de crise de 2013 a produit des fruits pourris : corruption, insécurité, fractures sociales,  relâchement des services publics, déficit de l’autorité de l’État, pertes des repères, tensions politiques incessantes, arrivée d’investisseurs aventuriers, spoliation des terres des paysans, croissance des inégalités. Imputer à un seul homme les conséquences de cette crise mal résolue, même s’il tient le volant du taxi-brousse malgache, n’est pas entièrement juste. Si sa responsabilité est certaine, elle n’enlève rien à la responsabilité de son entourage et du système tout entier ».

 

Midi : A votre avis, quelle serait la bonne sortie de crise ?

A.R : « Renforcer le vouloir-vivre ensemble suppose que la prise de conscience collective soit améliorée, que des passerelles de dialogue soient créées, que les droits des sans défense soient pris en compte et qu’une capacité d’absorption critique soit assumée. Une bonne sortie de crise ne surgit pas du palais d’un nouveau régime, mais d’une démarche animée par le pouvoir où chacun se sent mobilisé, impliqué et responsable. Dans ces conditions seulement, pourra renaître une atmosphère de paix et de fraternité dans un véritable État de droit ».

Midi : Quel est le principal facteur de blocage ?

A.R : « Les pères de l’Indépendance, en Afrique et à Madagascar, se méfiaient de la multiplicité des partis politiques parce qu’elle risquait de diviser leurs jeunes nations qui venaient d’accéder à la souveraineté. Aujourd’hui, c’est un multipartisme ultra fragmenté et désordonné qui constitue l’un des facteurs de blocage pour la sortie de crise de Madagascar. , Ce contexte permet, au milieu de ces partis microscopiques et attrape-tout, l’émergence d’un parti dominant qui monopolise la parole à la radio et à la télévision nationales. Cela ne favorise en rien un climat de prise de responsabilité commune, tant la loi du plus fort et l’exclusion  prennent le dessus sur les valeurs de l’union. Cette atmosphère délétère peut donner au pouvoir l’impression de gouverner, mais elle maintient l’État dans un équilibre instable permanent ».

Midi : Quid des lois sur la présidentielle ?

A.R : « Nous pouvons vivre ensemble malgré nos différences. Depuis un certain temps, certains acteurs de la société politique et l’ensemble de la société civile mettent le pouvoir en garde contre toute élaboration unilatérale des lois sur l’élection présidentielle de 2018. Ils se méfient des manœuvres dilatoires du pouvoir puisqu’à un an de l’élection présidentielle, la trajectoire d’une préparation électorale ouverte et transparente reste encore totalement floue ».

Midi : Une nouvelle crise postélectorale est-elle à craindre en 2018 ?

A.R : « Personne n’a intérêt à ce que cette élection débouche sur une nouvelle crise fatale à l’économie, à la cohésion sociale et au fonctionnement d’institutions fortes dans un État stable. Il nous faut éviter d’agir de façon solitaire au détriment d’une démarche consensuelle. C’est le meilleur cadeau qu’avec la société politique et la société civile, le pouvoir puisse offrir au peuple malgache, en cette nouvelle année 2018, pour qu’elle soit celle d’une élection inclusive et juste, dans de bonnes conditions ».

Propos recueillis par R. O

Midi Madagasikara39 partages

Alin’ny 31 desambra : Olona 49 nosamborin’ny polisy teto Tana

Tsy nilaozan’ny tsy nisy nanararaotra ny fetin’ny faran’ny taona, toy ny isan-taona ihany. Ny alin’ny 31 desambra lasa teo, dia nahatratra 49 ny olona nosamborina ka nampidirina « violon », raha araka ny tatitry ny lehiben’ny kaomisarian’ny boriborin-tany valo eto an-drenivohitra. Maro tamin’ireo, nahatratra 18 ny olona izay mamo loatra ka nitarika korontana teny amin’ny arabe. Voatery notazonina izy ireo, indrindra koa, nisy ny nanangana ady tetsy sy teroa. Ankoatr’izay, dia nisy koa ny mpanendaka (enina), sy mpangarom-paosy (dimy) izay tratra ambodiomby nandritra ny fisafoan’ny pôlisy tamin’ny boriboborin-tany mafampana teto Antananarivo. Nisy ny olona izay sarona nifoka zava-mahadomelina ary nahatratra 12 tamin’izy ireo no voatery nosamborina sy nohidina tao amin’ny foiben’ny polisy. Olona iray kosa no namoy ny ainy, noho ny lozam-pifamoivoizana. Momba izany ihany dia fantatra, raha araka ny tatitry ny polisy hatrany, fa nisy telo hafa naratra rehefa niharan’ny lozam-pifamoivoizana. Tao anatin’ny fety kosa, dia mba tsy nisy ny fanafihana mitam-piadiana teto an-drenivohitra. Raha adika tsotsotra izany, dia ny mamo ka niady teny an-dalambe no tena betsaka. Tsy dia zava-baovao ihany izany, satria eto amintsika dia toa ny tsy mifety ny maro raha tsy safononoka anatin’ny alikaola. Teny amin’ny hopitaly Hjra koa dia betsaka tamin’ny olona notsaboina no toran’ny toaka. Tao anatin’izany aza, dia nisy ny mbola adolantsento. Malalaka loatra ny fivarotana toaka sy ny didy aman-dalàna mifandraika amin’izany. Ahazoan’ny fanjakana hetra ambony be ihany koa ny varotra azy ireny ary heverina fa misy hifandraisany izany. Ny tena olana, dia misy fiantraikany any amin’ny lafiny fandriampahalemana hatrany izany fahalalahana izany. Tsy tenenina intsony ny mety ho lafiny ratsy ara-pahasalamana. Tsiahivina, fa ny Malagasy dia manodidina ny 47 taona ankehitriny ny hahafatesan’ny maro aminy (espérance de vie)…

D.R

Midi Madagasikara37 partages

Toamasina : Fetin’ny faran’ny taona, olona 85 naiditra hôpitaly, roa toran’ny toaka, iray namono tena

Tao anatin’ny oram-be no namaranana ny taona sy nitsenana ny taona vaovao teto Toamasina. saika feno rano niandrona vokatr’izany ny areba sy ireo faritra iva rehetra, saingy tsy nanakana ny olona nanao fety nitsenana ny taona vaovao 2018 izany. “Tsy maintsy mifety izahay, fa tena mafy iny taona lasa iny ka aleo atao veloma any, ka tsenaina amin’ny fifaliana ny taona vaovao mba hitondra vokatra tsara indray”, izay no nambaran’ireo andiana tovolahy nifety tao anaty orana nilaza ny heviny. Raha ny fanazavan’ireo mpitsabo misahana ny vonjy taitran’ny hopitaly ben’i Toamasina, dia nisy fihenana ny isan’ny olona niditra teo anivon’izy ireo tamin’ity taona ity, izany dia vokatry ny fiavian’ny oram-be ka nahavitsy ny olona namonjy efitrano filanonana samihafa, izay saika nanodidina ny 100.000 ariary hatramin’ny 150.000 ariary avokoa ireo naka mpanan-kanto malaza. Ny alahady teo sy ny alatsinain’ny taona vaovao dia  85 ireo nandalo teo anivon’ireo mpitrsabo ny vonjy taitran’ny hopitaly be, ny 63 tamin’izay tsy maintsy nampidirina hopitaly noho ny fahamafisan’ny fahavoazana, ankoatra ireo lozam-pifamoivoizana 7 sy ny ady vokatry ny fiakaran’ny alikaola 9, dia teo koa ireo narary vokatry ny tosidrà sy ny tazomoka. Teo koa ireto tovolahy roa toran’ny toaka izay nivoaka ny hopitaly ihany taorian’ny fitsaboana natao azy ireo, na izany dia nisy tovovavy iray koa namono tena noho ny resa-pitiavana avotra taorian’ny fitsaboana azy izay nitranga, ny sabotsy 30 desambra 2017 lasa teo. Tao anatin’iny famaranana taona sy ny taona vaovao izao, dia nisy olona telo maty. Ny iray dia tovolahy 20 taona maty voatifitry ny polisy ny zoma 29 desambra lasa iny taorian’ny fanendahana nataony raha efa-dahy izy ireo no nifanenjehan’ny polisy tamin’izao, tao Ambolomadinika. Nisy koa zazalahy 12 taona maty noho ny aretina nahazo azy izay maty an-dàlana raha niezaka nitondra azy hotsaboina teo anivon’ny hopitaly be ny ray aman-dreniny sy ny fianakaviany. Ny alatsinainy alina hifoha talata teo, dia ramatoa iray tokony ho 40 taona eo no hita faty nivalampatra teo amoron-dranomasin’ny Lycee Jacques Rabemananjara, tsy lavitry ny tobin’ny miaramila. Tsy nisy ratra ny vatany, fa nisy ranon’ivy be nivoaka ny vavany izay noheverina fa mety ho toran’ny toaka tratry ny hatsiaka, noho ny orana tsy tapitra avy teto Toamasina no nahafaty azy raha ny fanazavana. Tamin’ny ankapobey anefa, dia nilamina ny fankalazana ny taona vaovao teto Toamasina.

Malala Didier

Midi Madagasikara25 partages

Le calme avant la tempête ?

C’est un début d’année 2018 très calme, même trop calme que la capitale a connu hier. Après les fêtes de fin d’année, les Malgaches en général et les Tananariviens en particulier semblent être dans l’expectative. Ils avaient accueilli le 1er janvier sans véritable euphorie, en témoigne l’absence de concert de klaxons dans la ville. Ils appréhendent l’avenir, celui à court et moyen terme qui semble assez sombre. Ils vont voir s’accroître les difficultés de leur vie quotidienne sous les yeux des ténors politiques qui vont intensifier leurs escarmouches avant l’ouverture officielle de la campagne présidentielle.

Le calme avant la tempête ?

C’est le calme avant la tempête au sens propre comme au sens figuré, puisqu’un cyclone est en train de se former au large de nos côtes. Les prévisions des services météorologiques ne sont pas encore alarmantes, mais la situation peut très vite se détériorer. L’atmosphère politique peut aussi très vite changer, avec ce projet de motion de censure qui vise le gouvernement du Premier ministre Mahafaly Olivier. La session extraordinaire de l’Assemblée qui va avoir lieu bientôt sera donc particulièrement agitée. On dit que ce sont les députés favorables au régime les plus actifs dans cette affaire. Ce sont des manœuvres qui entrent dans le cadre de la réorientation de l’action du pouvoir et la population va assister en spectatrice à ces calculs qui ne la concernent pas directement. Ce qui l’intéresse, c’est la hausse ou non du coût de la vie. La reprise après ce week-end de fête semble se faire plutôt calmement. Les automobilistes n’ont pour l’instant pas eu la désagréable surprise d’une hausse du prix de l’essence, mais il ne faut jurer de rien dans les jours à venir. Les prix des P.P.N., hier, étaient à peu près les mêmes, mais on ne sait pas aussi dans ce domaine, comment ils vont évoluer da  ns les jours, voire dans les semaines à venir. Les hommes politiques malgaches, dans leur ensemble, ont préféré rester prudents dans leurs propos. La retenue du président Rajaonarimampianina a été remarquée. Seul, Andry Rajoelina a délivré un message d’espoir. En tout cas, 2018 a commencé dans le calme. Est-ce celui de la résignation ou celui qui précède la tempête ?

Patrice RABE

Midi Madagasikara25 partages

Observatoire du Riz : Hausse de prix du riz dans certaines régions de l’île

Les prix du riz de variétés confondues même celui du paddy ont augmenté à Miarinarivo.

Dans la ville de Sambava, le prix du kilo du riz a atteint les 2 970 Ariary contre 2 805 Ariary et ce, en l’espace d’une semaine.

Le prix du riz de variété locale ou importée et même celui du paddy ont connu une hausse dans certains chefs-lieux de régions de l’île dans le courant du mois décembre dernier, selon les analyses de l’Observatoire du Riz de Madagascar. On est d’ailleurs en pleine phase de période de soudure. A titre d’illustration, le prix du « vary gasy » a augmenté de l’ordre de 5%, soit de 2 200 Ariary/kg à 2 300 Ariary/kg en l’espace d’une semaine dans la ville de Toamasina I. Il en est de même dans la ville d’Ambatondrazaka, de Miarinarivo, de Sambava et de Morondava. Les prix du kilo du riz de même variété s’y sont accrus respectivement de l’ordre de 2%, de 4%, de 6% et de 10%.

Hausse de 1 à 10%. Malgré cette hausse, les prix du kilo du riz dans ces zones productrices de cette principale denrée alimentaire de la population malagasy n’ont pas dépassé la barre de 2 000 Ariary sauf à Toamasina I et à Sambava. Dans la ville de Sambava, le prix du kilo du riz a atteint les 2 970 Ariary contre 2 805 Ariary il y a une semaine de cela, d’après toujours les statistiques publiées par l’Observatoire du Riz de Madagascar. Quant à l’autre variété de riz qu’est le « Makalioka », son prix a également connu une hausse de l’ordre de 1% à Antananarivo Renivohitra. Pour Antsirabe I, le kilo de cette denrée alimentaire s’acquiert à 2 400 Ariary au lieu de 2 200 Ariary, soit une augmentation de l’ordre de 9% en l’espace d’une semaine. S’agissant de la variété « Tsipala », nous avons observé respectivement un accroissement des prix de l’ordre de 4% et de 10% à Miarinarivo et à Antsirabe I.

Riz import. Par ailleurs, le prix du kilo du riz import a également connu une hausse dans quelques villes de Madagascar dans le courant du mois de décembre. A titre d’illustration, cela a augmenté de 4% à Miarinarivo et de 7% à Ambositra. A Antsiranana I, le prix du riz import s’est accru de l’ordre de 8%, soit passant de 2 100 Ariary/kg à 2 275 Ariary/kg. Et c’est à Sambava qu’on a constaté une hausse de prix du riz import le plus élevé, allant de 2 300 Ariary/kg à 2 550 Ariary/kg, soit de l’ordre de 11%, pour la même période de l’enquête menée par l’Observatoire du Riz de Madagascar. En dépit de tout cela, les prix moyens de ces variétés de riz local ont été stables dans toute l’île, voire en baisse dans d’autres régions. Le kilo du « vary gasy » a été vendu en moyenne à 2 140 Ariary tandis que le kilo du « Makalioka » est en moyenne à 2 246 Ariary, soit une hausse de 47Ariary en l’espace d’une semaine. Quant à la variété « Tsipala », le prix moyen est ferme, soit de 2 134 Ariary/kg.

Le paddy à 700 Ariary/kg. Et même dans les zones à difficulté alimentaire comme à Tsihombe, Sakaraha, Toliara I et à Farafangana, le prix du riz reste également ferme excepté à Amboasary Atsimo et à Betioky Atsimo qui ont connu une hausse respective de 3% et de 10%. Et s’agissant du prix du paddy, il s’est encore accru de l’ordre de 4% à Miarinarivo, passant de 1 300 Ariary à 1 350 Ariary le kilo auprès des décortiqueurs. A Betafo, le prix du kilo du paddy a diminué de 1 500 Ariary à 1 400 Ariary, soit une baisse de 7% en l’espace d’une semaine. Par contre, l’Observatoire du Riz de Madagascar a fait savoir que le paddy se vend à 700 Ariary le kilo à Mahabo.

Navalona R.

Midi Madagasikara24 partages

Perturbation cyclonique : Vers une tempête tropicale modérée le 4 ou 5 janvier

Le système en formation actuelle s’intensifiera et atteindra le stade de tempête tropicale modérée en s’approchant des côtes Est du Pays.

“ Une perturbation tropicale s’est formée dans l’Océan indien “. C’est ce qu’on peut lire dans un bulletin cyclonique spécial émanant du Ministère des Transports et de la Météorologie en date du 2 janvier 2018 à 8 h. En effet, la formation nuageuse s’approcherait de plus en plus des côtes malgaches et s’intensifiera en tempête tropicale modérée. Son centre a été détecté à “ 550 km à l’Est de Sainte Marie hier à 9 h “. Une nouvelle qui arrive mal en ce début d’année. Surtout pour les régions prévues où elle (la tempête tropicale modérée) touchera terre. Notamment, Antalaha, Analanjirofo, Atsinanana et Alaotra Mangoro. Le même bulletin du ministère de tutelle d’indiquer “ qu’une alerte verte est lancée pour les régions en question et que les usagers de la mer entre Antalaha et Toamasina sont priés d’être prudents face aux possibilités de rafales orageuses ”.

Mesures. Le Bulletin cyclonique spécial du ministère des Transports et de la Météorologie recommande la vigilance en annonçant un avis d’alerte vert pour les quelques régions de la Côte Est de l’île. Mais sait-on au moins à quoi correspond ledit avis ? Le site officiel de la Direction Générale de la Météorologie y apporte des explications. “ L’alerte verte annonce qu’il existe un cyclone dans les parages. La menace reste encore vague pour les localités concernées “, peut-t-on lire dans le site. Ce qui ne devrait pas empêcher les populations desdites localités d’être vigilantes, car la “ situation météorologique est en état d’alerte ”. Des actions comme l’écoute attentive et régulière des informations concernant la météo, le renforcement des portes et fenêtres, ou encore le stockage d’aliments, médicaments et de bougies sont recommandées.

José Belalahy

Midi Madagasikara23 partages

Affaires nationales : Une trêve de courte durée

Le président Hery Rajaonarimampianina lors de la présentation de vœux, en janvier 2017, il s’est dit satisfait des avancées enregistrées dans le redressement du pays. (Photo d’archives)

Avec les fêtes de la Nativité, de fin d’année et de Nouvel an, c’est la trêve des confiseurs. Mais ce ne fut pas vraiment le cas, on a plutôt assisté à une brève trêve. C’est tout juste après Noël et le début de l’année. Et même pour ces différentes fêtes, des hommes politiques ont essayé de se « faire voir », en faisant des gestes qui sont porteurs de message. Et 2018, comme tout le monde le sait est l’année des élections, plus particulièrement de la Présidentielle, ainsi plus le temps passe, plus les campagnes avant la lettre seront plus fréquentes.

Dresser un bilan. Faut-il rappeler que lors de la Nativité de 2016 et de Nouvel an de 2017, c’est le calme plat qui a régné sur le plan politique. En effet, l’opposition s’est murée dans un silence incompréhensible. Et ce n’est pas le cas actuellement comme nous l’avions cité auparavant. Toujours est-il qu’avec la présentation de vœux des corps constitués et du corps diplomatique le 5 janvier prochain, comme à l’accoutumée, le président de la République ne manquera pas de dresser un bilan de l’année écoulée. Il va parler des avancées enregistrées dans le redressement du pays, dû notamment aux financements issus de différents bailleurs de fonds sous forme de dons non remboursables ou de prêts. Il ne faudrait pas pourtant oublier que 2017 a été marquée par l’affaire Claudine Razaimamonjy, la grève du Syndicat des Magistrats de Madagascar (SMM), le kidnapping et la peste. La liste n’est pas exhaustive.

Dominique R.

Midi Madagasikara22 partages

Peinture : Une première exposition pour Stella Andria !

Stella Andria va tenir sa première exposition au Louvres Antaninarenina.

Une grande première pour Stella Andria ! Depuis hier 2 janvier, ses tableaux vont orner les cimaises de l’Hôtel du Louvres Antananinarenina. Quatre autres peintres vont partager la scène avec elle.

Entre le stylisme et l’art visuel, il n’y a qu’un pas ! En tout cas, pour Stella Andria. Plus connue dans le milieu de la mode par ses créations reflétant sa joie de vivre et son énergie débordante, la jeune femme a décidé, il y a quelques temps, de transposer son savoir en stylisme dans la peinture. « J’aime le monde de la mode, mais créer des robes ne me suffisait plus. Il me fallait exprimer ma créativité autrement ». Elle se lance donc dans la peinture. Son ami Maherisoa, un peintre connu dans le milieu, lui a inculqué les bases. Elle a ensuite fait son chemin, toute seule comme une grande. Mais si la plupart, à leur début se consacre à la peinture classique, elle, a tout de suite, eu une  idée de ce qu’elle voulait faire. Autrement dit, pas de portrait et encore moins de paysages typiques malgaches ! Ses œuvres sont plus contemporaines. « J’ai un penchant pour l’abstrait et je me base essentiellement sur l’acrylique sur toile. J’utilise en peinture, la même technique qu’en stylisme ». Elle recycle et associe donc toutes sortes de matières improbables : des grains, des tissus et même de la ferraille. « Je fais également beaucoup de collages avec ma petite touche de fantaisie ».  C’est d’ailleurs la raison pour laquelle a été choisi le thème « pétillant » pour cette première expo. Pour cette grande première cependant, Stella Andria ne va pas exposer seule. Razafimbelo Naivo Haja, Randré M’Ravaka, LeRamah et Mistery vont l’accompagner dans l’aventure. Chacun des participants va dévoiler une quinzaine de toiles aux mille et une couleurs qui orneront les cimaises du Louvres Antananinarenina jusqu’à la fin de ce mois.Mahetsaka

Midi Madagasikara21 partages

Insécurité alimentaire dans le sud et le sud-est : Analyse approfondie des marchés

Les denrées alimentaires manquent parfois sur les marchés. (Photo PAM)

Le sud et le sud-est de Madagascar sont deux régions à vulnérabilité socio-économique accrue et exposées aux catastrophes naturelles récurrentes.

Cinquante-six communes du sud et du sud-est de Madagascar ont fait l’objet d’une analyse approfondie des marchés. Ces communes ont été identifiées en insécurité alimentaire aigüe par le cadre intégré de classification de la sécurité alimentaire (IPC octobre 2017).

Cette analyse consiste à passer en revue le niveau de fonctionnalité des marchés locaux, spécifiquement la disponibilité et les prix des aliments sur les marchés locaux. Il s’agit, par ailleurs, d’analyser les points forts et les faiblesses, les occasions inexploitées, les risques.

L’analyse IPC a déjà permis de détecter la situation encore préoccupante de ces régions du sud et du sud-est, mais cette évaluation éclairera mieux sur les mesures à prendre en termes d’aide humanitaire et d’appui au relèvement.

Aide alimentaire. La collecte de données entrant dans le cadre de cette analyse a eu lieu au mois de décembre 2017, avec pour objectif à long terme, de contribuer à l’amélioration de la sécurité alimentaire des communautés les plus vulnérables dans ces régions fréquemment confrontées aux aléas climatiques. Les résultats de l’évaluation seront publiés incessamment et serviront aussi bien au gouvernement qu’aux partenaires humanitaires. Ces résultats permettront alors de prendre des décisions éclairées sur la meilleure manière de venir en aide aux populations en situation d’insécurité alimentaire dans les six mois à venir. Dans le cas où les marchés sont fonctionnels et que les denrées alimentaires y sont disponibles, les populations recevront une aide alimentaire par transferts monétaires ou coupons d’achat. Dans le cas contraire, cette aide se réalisera sous forme de distributions de vivres.

Cette étude a été réalisée à la demande du gouvernement à travers le VAC (Vulnerability Assessment Committee) représenté par le Bureau National de Gestion des Risques et Catastrophes (BNGRC) et financée par le Programme alimentaire mondial (PAM).

Hanitra R.

News Mada20 partages

Sava : développement à pas de géant à Antalaha

La mairie d’Antalaha, dans la région Sava, a présenté un bilan positif de son exercice 2017 malgré les problèmes générés par les aléas climatiques et les blocages politiques. Le maire Eddie Fernand a assuré d’intensifier le programme de développement  cette année en présentant ses vœux à la population.

La commune urbaine d’Antalaha est condamnée au développement. C’est ce qu’a déclaré le maire Eddie Fernand  lors de la cérémonie de présentation de vœux organisée par son équipe à l’Hôtel de ville local le 30 décembre dernier. Il a ainsi annoncé un renforcement de la stratégie de lutte contre les prédateurs politiques et les aléas climatiques ayant posé des embûches dans ses projets au cours de l’année 2017. Dans ce cadre, le maire  a révélé le gel des recettes fiscales de la commune par le Trésor public d’Antalaha, perturbant la réalisation de ses projets, en plus du passage du cyclone Enawo qui a occasionné d’énormes dégâts dans la circonscription.

Un développement irréversible

La plupart des projets de la commune d’Antalaha ont pu être mis en chantier malgré ces problèmes, a affirmé son maire, grâce à la collaboration des opérateurs économiques locaux et des partenaires nationaux et internationaux. La commune urbaine d’Antalaha a pu ainsi procéder à l’assainissement de son littoral et de la ville. Le maire Eddie Fernand a rapporté alors la mise en chantier du mur de soutènement bordant la mer et le remblayage du boulevard longeant le littoral de la ville dans le cadre d’une opération dénommée « Coup de tête », ainsi que la construction de différentes infrastructures publiques dans plusieurs quartiers.

Pour l’année en cours, le maire de cette commune urbaine de la région Sava met en priorité l’amélioration du réseau d’électrification de la ville d’Antalaha. La commune se dotera aussi d’une nouvelle ambulance et d’un service de sapeurs-pompiers, selon les projets présentés par le maire qui a annoncé que les tests ayant été positifs, le matériel informatique remis par le Pnud sera opérationnel dans les différents services de la mairie à partir de ce mois.

Antalaha figure parmi les 14 grandes villes de Madagascar et doit le mériter, d’après l’équipe dirigeante de la commune.

Manou

Midi Madagasikara19 partages

Natation : Saint-Michel : Des médailles, des records et des meilleures performances au retour de la Réunion

Murielle Rabarijaona du St Michel CN, en pleine forme est revenue avec une médaille de bronze.

La délégation malgache partie à la Réunion en fin d’année participer au meeting de la Réunion est rentrée avec des médailles, des records de Madagascar et des meilleures performances. De vrais cadeaux de Noël.

« Nous félicitons la délégation ayant participé au Meeting de l’Océan Indien à La Réunion. Nous félicitons particulièrement les nageurs ayant décroché des médailles lors de ce Meeting, ainsi que ceux qui ont battu des records nationaux  et ont fait de meilleures performances. Nous souhaitons toujours une bonne continuation aux nageurs et de bonnes préparations pour la suite » a déclaré Harivola Sarah Rakotondrainibe  à la délégation malgache rentrée de La Réunion. En effet, des félicitations qui ont tout leur poids, car ils sont rentrés bien bardés de médailles, de performances et de records. Au total, cinq médailles dont deux d’argent et trois de bronze ; trois records de Madagascar ainsi que deux meilleures performances. Les médailles d’argent sont à l’actif de Razafintsalama Tiavintsoa et Andrianaivo Ony. Les médailles de bronze sont aussi à leurs actifs, mais on y ajoutera Murielle Rabarijaona qui nous est revenue en pleine forme. Jaona Rabary chef de délégation et non moins président du club de natation de Saint-Michel est un homme heureux. « Les résultats s’améliorent chaque année. La motivation des jeunes fait plaisir. Peut-être le fait de côtoyer des grands nageurs ou de passer Noël à La Réunion ? Mais c’est surtout une volonté sans faille de tous ceux qui sont engagés dans la natation et je remercie personnellement mon club »

Les résultats

Les records de Madagascar

RABARIJAONA Murielle

– 1 500m Nage Libre : Record de Madagascar 20’06″27 du 28/12/2017contre 20’40″42 du 05/05/04 à Casablanca de RAMERISON RABENJA Liana– 400m Nage Libre : Record de Madagascar 04’55″96 du 29/12/2017contre elle même en 04’56″03 à Toamasina du 06/05/16RAKOTOMAVO John– 200m papillon : Record de Madagascar 02’18″66 du 29/12/2017contre lui-même en 02’20″16 du 19/02/2017 à VontovoronaLes meilleures performances

RAZAFINTSALAMA Tiavintsoa (Benjamin)

Meilleure performance: 200 Brasse en 02’56″61 du 28/12/1contre 02’57’79 du 10/08/98 à Réunion de RAZANAMASY Tahiry (3F ANS)ANDRIANAIVO Ony (poussine)Meilleure performance 400QN en 06’30″40 du 28/12/17contre 06’47″50 de RABEJAONA Antsa du 28/04/02 à ANS AmpefilohaMEDAILLES :

Argent :RAZAFINTSALAMA Tiavintsoa – St Michel CN – (2e Argent) en 200 Brasse (02’56″61)ANDRIANAIVO Ony : Médaille d’argent  en 200dosBronze :

ANDRIANAIVO Ony – COSRA (3e Bronze) en 50Dos.RABARIJAONA Murielle : St Michel CN – Médaille de bronze en 800NL OPENRAZAFINTSALAMA Tiavintsoa: – St Michel CN – Médaille de bronze en 100BrAnny Andrianaivonirina

Midi Madagasikara18 partages

Musiques du monde : Le trio 3MA enchaine à Paris

Le trio 3MA à son concert à Tanà en décembre.

S’ils ont fait déjà leurs preuves dans leurs pays respectifs, du Maroc au Mali, en passant par Madagascar, 3MA semble captiver les mélomanes un peu partout sur le chennal musical. Pour ouvrir l’année, c’est à Paris que Rajery, Driss El Maloumi et Ballaké Sissoko mettent le cap.

Suite à une année des plus fructueuses, le trio 3MA continue son chemin en enchainant à Paris. Pour commencer 2018, Ballaké Sissoko, Driss El Maloumi et Rajery  retrouveront les inconditionnels des musiques africaines au Théâtre de la ville. En deux séances, les interprètes d’Anarouz  s’armeront de leurs instruments de prédilection le 14 janvier.

Si dans leurs pays d’origines, le succès notoire est comme une évidence, ailleurs, ils séduisent les passionnés de musique. Mettant en accord la « valiha », l’« oud » et la « Kora », si les musiques semblent complexes, ils atteignent les contrées, tels des ambassadeurs de la musique africaine dans plus de 250 pays en une année. A rappeler que le groupe 3MA réunit le Marocain Driss El Maloumi, le Malien Ballaké Sissoko et le Malgache Rajery. Trois artistes et trois instruments à cordes pincées emblématiques et enracinés dans la tradition de trois pays. Des contrées où la musique se vit au quotidien.

Ils se sont rencontrés à Agadir, puis à Tananarive lors de concerts, avant d’enregistrer un premier album sur le label Contrejour et de tourner dans des festivals en Europe, aux États-Unis et au Canada. Après une période où chacun des musiciens a poursuivi sa carrière personnelle, ils se sont retrouvés à jouer ensemble, à nouveau, dans la « Route de l’esclavage », magnifique projet de Jordi Savall. Dès lors les trois complices ont décidé de développer et d’approfondir ce qui avait été laissé en jachère. Animés par l’envie partagée de créer ensemble un langage où s’entremêlent les notes et les harmonies venues de l’extrême sud à l’extrême nord de l’Afrique. 3MA, tel le phœnix, est reparti pour une nouvelle aventure.

Maharindra

Midi Madagasikara16 partages

Coopération décentralisée : Le développement rural et l’éducation priorisés dans la Région Atsinanana

Le progrès technique et la mise en place de dispositifs favorisant les activités de production agricole, ont fortement influé sur le niveau de vie de la population du littoral Est.

Tout comme ses précédents projets depuis 2006, le Programme triennal 2016-2019 de coopération décentralisée entre la Région Atsinanana de Madagascar et la Région Normandie de la France a donné ses fruits, d’après la mission d’évaluation menée par une délégation du Ministère de l’Intérieur et de la Décentralisation (MID), en décembre dernier. Cette mission a, en effet, été organisée dans le cadre de la préparation de la participation des Collectivités territoriales décentralisées (CTD) aux deuxièmes Assises de la coopération internationale des collectivités décentralisées malgaches et françaises (AICT). « Ce programme triennal de coopération a officiellement démarré le 1er septembre 2016 et les conventions financières entre les partenaires et la Région Normandie ont été signées quelques mois après. Un programme resserré autour de sept actions, qui s’articule autour du développement économique territorial, rural et agricole a été élaboré; et un autre axe lié à l’éducation, la citoyenneté et la culture. La Francophonie et l’égalité du genre sont également intégrées de manière transversale dans ce programme qui s’étend jusqu’en 2019 », ont expliqué les responsables auprès de la Région Atsinanana.

Niveau de vie. Pour sa part, le directeur de la Coopération décentralisée au sein du MID, également secrétaire exécutif de l’AICT, Roger Mahazoasy, a mis en avant l’efficacité de la coopération internationale décentralisée, sur la vie quotidienne de la population. Avec la région Normandie, un dispositif de formation a été mis en place par le mouvement MFR (Maisons familiales rurales). « Il s’agit d’un dispositif adapté aux réalités des zones rurales d’Atsinanana. Même si la progression de l’effectif des jeunes ruraux qui s’inscrivent aux MFR est bonne, la masse critique de jeunes formés n’est pas encore atteinte. Des efforts sont menés pour que le réseau couvre l’ensemble de ce territoire régional, afin de prendre en compte toutes les problématiques locales. D’ailleurs, le rayonnement régional de la fédération de MFR Atsinanana est attendu pour accompagner les trois nouveaux MFR en cours de structuration », a expliqué le représentant du réseau. Par ailleurs, les coopératives agricoles et les pisciculteurs bénéficient également d’appuis techniques, grâce à la coopération décentralisée avec la région Normandie. En ce qui concerne l’éducation, des formations de formateurs, des échanges entre lycéens Malgaches et Normands, des ateliers pédagogiques, des concours de plaidoiries et plusieurs autres activités ont été initiés grâce à la coopération.

Antsa R.

Midi Madagasikara15 partages

Solidarité Syndicale de Madagascar : Prochaine réunion ce vendredi

La Solidarité Syndicale de Madagascar (SSM) tiendra une nouvelle réunion ce vendredi 5 janvier. Elle s’inscrit toujours dans le cadre de la suspension erronée des soldes de quelques fonctionnaires. Après l’ultimatum de 48 heures qu’elle a lancé, nombreux d’entre ces fonctionnaires « victimes » n’ont pas encore reçu leur solde selon les informations fournies. C’est dans cette optique que cette réunion trouve tout son fondement. Barson Rakotomanga, secrétaire général de la SSM, a expliqué qu’ « il s’agira d’une réunion élargie » dans la mesure où « à l’issue, les mesures drastiques qu’on aura prises ainsi que les conditions de faisabilité y afférentes seront définies ».

Grande mobilisation. Lors de la conférence de presse tenue par la SSM à l’Hôtel Le Pavé le 27 décembre 2017, les membres de la solidarité syndicale ont brandi une menace de grève générale si les soldes des fonctionnaires assidus demeurent suspendus. Dans la même journée, la Direction Générale de la Gestion Financière du Personnel de l’Etat (DGGFPE) a affirmé que « la situation de 5 000 agents sur les 9 782 concernés a été régularisée ». Après la trêve relative aux fêtes de fin d’année donc, les syndicalistes changent de cap et tiennent à organiser une grande mobilisation qui sera, rappelons-le, d’envergure nationale. Notons que dimanche dernier, un téléthon a été organisé par la SSM à l’Ecole Normale Supérieure Mahamasina pour marquer la compassion des syndicalistes avec leurs pairs victimes, mais aussi « pour les motiver à fournir tous les éléments d’informations nécessaires sur cette affaire », selon Barson Rakotomanga. A suivre.

Aina Bovel

Midi Madagasikara14 partages

Gestion durable des ressources naturelles : Des cheptels pour les pêcheurs d’Ambodivahibe

Les produits de la pêche de la zone d’Ambodivahibe Diégo, région Diana, s’améliorent davantage, grâce à la mise en œuvre d’un programme de gestion durable des ressources naturelles, par Conservation International. En effet, ce programme concerne la régulation des saisons de pêche, ainsi que la protection stricte des aires protégées, permettant aux espèces menacées de survivre et de se multiplier. Pour offrir aux communautés locales des sources de revenus, en période de fermeture de la pêche, plusieurs activités de production rurale ont été lancées. 127 pêcheurs ont bénéficié de microprojets d’élevage, dans ce cadre. En novembre dernier, 122 moutons ont été attribués à 61 bénéficiaires à Ivovona, Ambodivahibe, Ampondrahazo et Ambavarano. Au mois de décembre, 165 chèvres ont également été remis à 66 bénéficiaires. D’après les responsables auprès de Conservation International, cette livraison de cheptels concerne la troisième phase du financement Helmsley Charitable Trust, mis en œuvre depuis le 1er septembre 2017. « Ces cheptels sont mis en quarantaine avant leur livraison pour éviter les risques d’épidémie. Le service d’élevage Antsiranana assure le suivi sanitaire et le traitement de ces nouveaux bétails », a affirmé l’organisation pour la protection de l’environnement.

Antsa R.

Midi Madagasikara14 partages

Volley-Ball : La CCZ7 fixée du 3 au 10 mars aux Seychelles

Reportée à cause de l’épidémie de peste qui sévissait à Madagascar, l’édition 2017 de la Coupe des Clubs de la zone 7 de volley-ball se disputera finalement du 3 au 10 mars 2018 aux Seychelles. Une compétition qualificative pour la Coupe d’Afrique des Clubs Champions. Elle verra la participation des équipes des Seychelles, de Madagascar, des Comores et de Mayotte. Douze équipes ont déjà confirmé leur participation parmi lesquelles quatre formations malgaches. Il s’agit de la CNaPS Sport, Gendarmerie Nationale Volley-ball (GNVB) chez les hommes et VBCD et Stef’Auto du côté des dames. Elles partageront leurs joutes aux côtés du Quatre Bornes VBC, Faucon Flacq Camp Ithier VBC et Azur SC de Maurice), Swim Blue Pal, Premium Spikers (H), Anse Royale et Praslin Girls des Seychelles. Les Comores et Mayotte n’ont pas encore confirmé leur participation.

T.H

Midi Madagasikara13 partages

Littérature : Franco Clerc sort « Joyeuses retrouvailles »

Doucement, mais sûrement, la littérature malgache s’étend. Dans un pays où la littérature orale est ancrée dans les traditions, le combat n’est pas toujours gagné d’avance pour inciter les lecteurs à consommer. Heureusement, grâce aux efforts des auteurs, des livres arrivent quand même à sortir dans les bacs. En décembre, « Joyeuses retrouvailles » de Franco Clerc est sorti dans les bacs.

Dans ce second volet de la saga « Mystères de Tanà », il donne une toute autre image à la Grande île. Bannis les stéréotypes de pays pauvre, l’ouvrage retrace l’aventure de Vaness, la fille d’un homme d’affaires. Cible de kidnappeurs, elle réussit à s’en tirer grâce à l’aide d’Ed, un jeune marginal qui sait où mettre les pieds. La fuite les conduit alors dans des endroits reculés loin de la ville, pour atterrir finalement à la campagne. Livrés à eux-mêmes, les fugitifs se débrouillent. Leur survie dépend de leur solidarité, mais au fur et à mesure, ils se découvrent tout au long de la mésaventure  avec le danger qui les guette.

A savoir que Franco Clerc est un artiste visuel. Autodidacte, il commence à étudier l’Histoire de l’Art et les techniques de la bande dessinée. Ayant plus d’une corde à son arc il verse également dans le cinéma, l’illustration, ou encore la décoration, mais c’est surtout dans le neuvième art qu’il se penche essentiellement. Actuellement, il compte sept petits ouvrages parus. C’est en 2008 qu’il fonde avec d’autres bédéistes l’association Tantsary pour la promotion de bande dessinée malgache et des arts visuels à Madagascar.Aina Maharindra

Midi Madagasikara12 partages

Biodiversité : La conservation des orchidées au Forum de la Recherche 2017

Le Forum de la Recherche, événement scientifique qui se tient tous les ans avec la participation des universités de Madagascar, des instituts de recherches scientifiques et des départements ministériels, a tenu sa 5e édition en 2017,  consacrée au thème « la Biodiversité et les objectifs du Développement durable ». A cette occasion, la compagnie minière Ambatovy a partagé avec la communauté scientifique ses actions dans la conservation des orchidées dans son site minier, à Moramanga. Ambatovy a présenté, pendant la première partie de la trilogie de conférence au mois de juin à Tsimbazaza, un poster sur les approches de mitigation adoptées, les méthodes de sauvetage, les résultats et les perspectives d’avenir du programme de gestion des orchidées d’Ambatovy et a décroché le deuxième prix sur les 49 panneaux exposés.

Recueillis par Hanitra R.

Midi Madagasikara11 partages

Football-Elections : Le vent du changement soufflera-t sur notre sol ?

La veillée d’armes commence pour les élections au sein de la Fédération Malgache du Football. Tout le monde est sur la brèche pour une issue encore incertaine puisque l’histoire nous a montré que cela n’a rien de mathématique. 

Qui va succéder à Ahmad à la tête de la puissante fédération malgache de football ? Puissante car les énormes avantages sur on tire de ce poste très renumerateur ne sont plus un secret pour personne.

Comme Doda Andriamiasasoa est candidat, tout porte cependant à croire qu’avec les 12 anciens présidents de ligue reconduits,  il fera figure d’épouvantail même si l’autre vice président,  Arizaka Rabekoto Raoul, a,  lui aussi, de la marge pour peu que ce dernier s’aligne au départ.

Changement radical. Le vrai problème pour ces deux hommes, c’est ce vent du changement qui souffle sur le football mondial depuis l’éviction de Sepp Blatter. Gianni Infantino prend les commandes et opte pour un changement presque radical en bousculant l’ordre établi et nommer dans la foulée une étrangère au football au poste de SG de la FIFA en l’occurrence la Sénégalaise Fatma Samoura qui n’est plus à présenter aux Malgaches pour avoir servi au sein des organismes onusiens.

Et le vent du changement a ensuite pris de l’altitude avec l’élection d’Ahmad à la tête de la Confédération Africaine de Football. Et croyez le ou non, Infatino comme Fatma Samoura ne sont pas étrangers à la défaite d’Issa Hayatou car s’inscrivant dans cette logique de redonner un nouvel élan au football mondial.

Madagascar ferait-il exception à la règle en voulant faire du neuf avec du vieux ? C’est à voir même si l’arrivée, aujourd’hui,  d’Ahmad au pays risque de changer la donne car c’est presque une certitude qu’il aura son mot à dire sur le sujet et notamment sur le profil du nouveau homme fort du football malgache à qui il doit avoir confiance pour la coopération future.

La vraie question est de savoir si ce futur président de la FMF est capable d’apporter un plus au football toujours à la recherche d’une qualification continentale.  En clair Madagascar à réellement besoin d’un président rassembleur pour espérer réussir cette fois ci son coup.

A charge pour les présidents des ligues régionales de trancher entre des personnalités aussi différentes que crédibles. On citera après Doda Andriamiasasoa et Arizaka Rabekoto Raoul, Alfred Randriamanampisoa,  Briand Andrianirina et Hery Rasoamaromaka.  De belles empoignades en perspective en fait. Mais c’est peut être mieux ainsi pour l’homme qu’il faut à la place qu’il faut.

Clément RABARY

Midi Madagasikara11 partages

Bilan chiffré de l’Education nationale : Des réalisations concrètes à pérenniser

« L’éducation est l’arme la plus puissante pour changer le monde » disait Nelson Mandela. (Photo MEN)

D’après le bilan chiffré qu’il a communiqué sur ses réalisations en 2017, le Ministère de l’Education nationale (MEN) peut se féliciter d’avoir réalisé des avancées, peut-être pas spectaculaires, mais notoires. Toutefois dire que tout a été rose est un leurre, des efforts sont à fournir et d’autres à pérenniser.

Charges parentales. Le MEN a cette année, entrepris des efforts pour soulager ces charges particulièrement pesantes dans les milieux socialement défavorisés. En effet combien de parents n’envoient pas leurs enfants à l’école- même publique- faute de moyens. Concrètement,  3 112 649 kits scolaires ont été distribués. Dérisoires ou risibles pour certains, ces kits scolaires valent pourtant ce qu’ils valent pour les écoliers qui les ont reçus. Dans la foulée, 12 892 écoles primaires publiques (EPP) ont bénéficié d’un dispositif intitulé «  Caisses écoles ». Par ailleurs, 10 000 enseignants ont été recrutés dans le public, même si la célébration de leur recrutement s’est achevée sur une note dramatique (la mort de quelques-uns d’entre eux dans un accident de voiture). Le privé n’a pas été non plus en reste. 49 502 enseignants non fonctionnaires et 3589 enseignants du privé ont bénéficié de subventions.

Amélioration des conditions. Les mauvaises conditions d’apprentissage concourent, entre autres, à la baisse de niveau des écoliers malgaches et au fait que seul une infime partie d’entre eux atteignent le niveau secondaire. Le ministère de tutelle a donc entrepris des actions visant à améliorer ces conditions d’apprentissages. Des actions, relativement à « petite échelle » comparées à l’étendue du territoire national, mais qui méritent néanmoins d’être encouragées et perçues de manière positive. 177 531 programmes scolaires et 76 235 kits enseignants ont été distribués. 325 bibliothèques ont été équipées et 643 160 manuels scolaires et pédagogiques ont été remis.

Infrastructures. Toujours dans cette optique, 1083 salles de classe, 146 points d’eau et 703 latrines ont été construites et 845 salles de classe réhabilitées. 19 625 tables-bancs et 473 autres mobiliers scolaires ont été distribués. L’électricité, essentielle au développement socio-économique, étant problématique en milieu rural ; 457 panneaux solaires ont été installées dans les zones les plus enclavées.

Alphabétisation et préscolaire. Pour les Malgaches de 15 à 29 ans, le taux d’analphabétisme est de 24%, plutôt préoccupant comme chiffre ! Pour atténuer ces dégâts, le MEN a largement contribué à l’alphabétisation de 3 252 Malgaches de 11 à 17 ans, ainsi que de 5844 adultes. 84 sites d’alphabétisation des adultes fonctionnels ont ainsi été créés. Par ailleurs, le préscolaire, quand il est considéré et réussi, représente une base fondamentale pour la réussite du primaire, voire au-delà. 2 666 centres d’activités préscolaires ont été créés et 189 703 petits enfants y ont été « préscolarisés ».

Nutrition et santé. 47% des petits malgaches de moins de 5 ans souffrent de malnutrition infantile. Pour ceux qui intègrent le primaire, le problème de malnutrition perdure toujours. Or des enfants bien nourris, se développent mieux et sont plus épanouis et productifs économiquement à l’âge adulte. A cet effet, 310 011 élèves répartis sur 6 644 établissements ont bénéficié d’une cantine scolaire. 556 691 ont été déparasités et 325 600 autres sensibilisés sur les rudiments de la santé en milieu scolaire.

Autres. Des efforts divers dans d’autres domaines ont été menés. Pour ne parler que de l’éducation environnementale et de la participation citoyenne des élèves, grâce auxquels 70 055 plantules ont été reboisées. Intéressantes également, les 1 137 journées pédagogiques organisées pour les enseignants ; ainsi que les formations pour 15 013 enseignants et 18 047 chefs d’établissements.

Luz R.R

Midi Madagasikara9 partages

Football – Ligues : Quatre élections à organiser ce vendredi

18 présidents de ligues ont été élus à l’issue des élections du 15 décembre 2017, les quatre autres seront connus ce vendredi. Sur décision de la Commission Electorale Nationale (CEN) du 30 décembre dernier, quatre élections seront organisées pour ce vendredi 5 janvier. Si les élections à Bongolava, Vatovavy Fitovignany et Haute-Matsiatra n’ont pas eu lieu en raison de la disqualification de candidats. Les présidents de sections ont décidé de boycotter les élections. Il est à signaler qu’en Haute-Matsiatra, la candidature de Mamany Gan a été rejetée tout comme celle de Giscard Andriano à Vatovavy Fitovignany. Pour le cas de la ligue de Boeny, l’élection sera à refaire ce vendredi, car la majorité absolue n’a pas été atteinte lors de la réélection de Nourdine. Pour ce faire, il faut que le futur président obtienne trois voix. L’élection se tiendra à 9 heures du matin à la Chambre de Commerce selon le délégué électoral sur place.

T.H

News Mada8 partages

Activite cyclonique : alerte verte sur la côte Est

La première perturbation tropicale de l’année s’approche de Madagascar, selon les prévisionnistes. Le ministère des Transports et de la météorologie (MTT) a lancé une alerte verte sur la côte Est de Madagascar.

Cette alerte se rapporte à la formation d’une perturbation tropicale dans l’océan Indien qui se trouvait à 500 km à l’Est de l’île Sainte-Marie hier, aux environs de midi, apportant un vent encore faible de 46 km/h. «Ce système s’intensifiera en tempête tropicale modérée en s’approchant de nos côtes. Son atterrissage est prévu le 4 ou 5 janvier», a souligné le communiqué.

De ce fait, un avis d’avertissement est ainsi lancé pour le district d’Antalaha et les régions Analanjirofo, Atsinanana et Alaotra Mangoro. Ce qui signifie qu’un cyclone rode dans les parages, mais la menace est encore vague et imprécise. Parmi les actions à entreprendre, il faut d’abord hisser le drapeau Cyclone. Renforcer ensuite les toits, les portes et les fenêtres. Puis mettre dans un endroit sec et sûr les papiers importants et les médicaments, ainsi que de réserver des bougies ou des piles électriques en quantité suffisante pour plusieurs jours. Et pour finir, écouter régulièrement et attentivement les informations concernant la météo à la radio et à la télévision.

Des précipitations abondantes

Dans son bulletin de prévision de précipitations intra-saisonnière, la météo annonce des pluies abondantes sur la Grande île cette semaine. Supérieures à 150 mm sur la moitié Nord, et de 200 à 400 mm sur les côtes Est, en particulier pour les districts de Maroantsetra, Mananara Avaratra, Soanierana Ivongo, Fenoarivo Atsinanana, Vavatenina, Toamasina I et II ainsi que l’île Sainte Marie. Il en est de même pour la région Analamanga, notamment sur la partie nord avec des précipitations pouvant atteindre 200 mm, et de 100 à 150 mm sur la partie sud.

Le BNGRC fin prêt

Le Bureau national de la gestion des risques et catastrophes (BNGRC) se dit fin prêt face à cette éventuelle catastrophe. A ce sujet, le Comité de réflexion des intervenants en catastrophes (Cric) a déjà tenu une réunion et est sur le sentier de la  guerre depuis hier, de source auprès de ce bureau. «La préparation, la planification stratégique ainsi que les besoins en réponse humanitaire ont été discutés lors de cette réunion, notamment sur les gaps. Leur mise en œuvre sera opérationnelle dans les 24 h (ce jour)», a indiqué le service de la communication du BNGRC.

Sera R.

 

Midi Madagasikara8 partages

Rugby – Analamanga : Ouverture du dépôt de candidature

La fédération maintient sa décision d’organiser l’élection au niveau de la ligue d’Analamanga.  « Le dépôt de candidature s’ouvrira ce jour et ce jusqu’au 13 janvier. Outre le droit de 600 000 Ariary, le candidat devrait avoir au minimum le diplôme de baccalauréat et n’a jamais été condamné » a indiqué Andry Rakotoniaina, président de la Commission électorale, lors d’une rencontre avec la presse. Comme il s’agit d’un poste de président, le candidat devrait au moins connaitre le monde du rugby en tant que joueur, dirigeant d’un club, ou sortant d’une école de sport. La liste des candidats sera publiée le 15 janvier. Le dossier de candidature sera à déposer au bureau du Malagasy Rugby à Ankorondrano. Seules quatre sections à savoir Avaradrano, Atsimondrano, Marovatana et Antananarivo Renivohitra peuvent participer au vote. Une histoire à suivre, car l’actuel président élu, Andry Ravelojaona ne va pas rester les bras croisés…

T.H

News Mada5 partages

Livre : « L’Oragé », traduit en malgache

« L’Oragé », le roman de Douna Loup sur la vie de Jean-Joseph Rabearivelo vient d’être traduit en langue malgache et publié sous le titre « Hotsaka » aux éditions Dodo vole.

Décidément, Jean-Joseph Rabearivelo n’en finit pas d’inspirer les auteurs. Sa renommée dépasse même nos frontières qu’il a été l’un des écrivains malgaches francophones le plus connu de sa génération. Douna Loup, une jeune romancière d’origine suisse a publié un ouvrage sur cet illustre personnage du 5e art, près d’un siècle après sa tragique disparition.

« Un roman singulier pour évoquer la figure de Jean-Joseph Rabearivelo, et celle moins connue d’Esther Razanadrasoa, dite Anja-Z, pour s’aventurer dans leur aventure, d’une langue à l’autre, en absolue liberté », souligne un communiqué émanant de la maison d’édition avant d’enchaîner  que « L’écriture poétique de Douna Loup, couronnée par le prix Virilio et par le Grand prix Métis, a motivé ce retour vers la langue du poète. C’est en malgache donc que Dodo vole publie Hotsaka, dans une traduction de Johary Ravaloson, et avec l’appui d’une équipe enthousiaste de créateurs. Jean-Joseph Rabearivelo peut bien se retourner dans sa tombe, car c’est de cela qu’il s’agit, réchauffer son âme, porter haut son flambeau ».

Littérature du XXe siècle

Si ses œuvres sont écrites et traduites pour la plupart dans la langue de Molière, « L’Oragé » fait donc un retour aux sources. Les œuvres de Rabearivelo fait partie des précieux trésors de la littérature du XXe siècle. Raison pour laquelle une plateforme en ligne regroupant se manuscrits numérisés a été mise sur pied tout récemment.

L’année qui vient de s’écouler a été riche en activités dédiées à cet illustre écrivain. Parmi celles-ci, sa nouvelle fraîchement intitulée « Ilay fitia tsy mipaka », adaptée en théâtre a été également présentée il y à un mois à l’Alliance française d’Antananarivo. Dans le même registre, la_Direction_régionale océan Indien de l’Agence universitaire de la Francophonie (AUF) s’attèle à la traduction de ses œuvres en plusieurs langues.

Joachin Michaël

 

Madagate5 partages

Madagascar. Bianco/Unesco: tous contre la corruption

«De précieux collaborateurs», a dit en un mot, Jean Louis Andriamifidy, le DG du Bureau Anti-corruption. Ce sont 22 journalistes professionnels de 25 à 75 ans (le plus vieux étant membre actif du Club des Journalistes Doyens et encore en activité dans la Région Sud-Ouest). Ils viennent d’obtenir leurs «cartons» en tant que journalistes d’investigations, au cours d’une sympathique cérémonie au Restaurant R.P à Talatamaty le 15 décembre dernier. «Toutefois », met en garde, Gérard Rakotonirina, président de l’Ordre des Journalistes, « Le journaliste investigateur doit être plus professionnel, respecter encore plus la déontologie et non dénoncer à tort et à travers une personne, sans preuves deux fois indéniables ». Ces journalistes formés en investigation ont été appuyés et financés par l’UNESCO.

Traquer la corruption. Les sujets d’investigation que les 22 récipiendaires ont choisis, pour illustrer et compléter leurs cours, soulèvent et tournent autour de la corruption, ce fléau qui truffe les vols de zébus avec blanchiment d’argent (classé parmi la meilleure investigation réalisée par l’équipe n° 7 dans Trandraka n° 2). Celle de la Région Sud-Ouest a traité, de fond en comble, tout ce qui concerne le trafic des tortues depuis leur origine du côté de l’Androy jusqu’à l’aéroport d’Ivato.

Un dénominateur commun, toutes les investigations dénoncent, chaque fois, un haut fonctionnaire de l’Etat se trouvant au cœur de l’imbroglio, impliquant en même temps, des membres de force de l’ordre. Un véritable réseau inextricable. Dès lors, si un enquêteur met son nez dans l’affaire, il faut toujours s’attendre à une «intervention», ce qui complique l’investigation et celle-ci se termine souvent en queue de poisson. Trafic? Il n’y a aucun doute. Mais personne ne veut dénoncer, de peur de tuer la poule aux œufs d’or. Quand le grossiste en tortues (Toliara) vous assure qu’il est en train de pourvoir une commande de 3.000 unités, il y a lieu de le croire. Et non croire tous les responsables de l’Etat qui empêchent «la marchandise» de sortir de nos frontières, qui font des pieds et des mains à vide, pour montrer qu’ils font leur travail comme il faut. Alors qu’il n’y a pas suffisamment de contrôle.

Que faire des gens du palais? Il n’y a rien à faire avec tous ces «conseillers spéciaux». A peine arrêtés qu’ils sortent déjà, comme si de rien n’était. «Voilà le mal dans votre pays», a constaté un étranger: «l’impunité». Les gens se rendent comptent qu’on a cessé d’appliquer les lois en vigueur, ce qui explique que les arrestations sont bien inférieures aux prévenus avec quelques mandats de dépôt insignifiants. A la longue, les gens ne font plus confiance à la justice et préfèrent «la vindicte populaire». A la place du tribunal, le «Dina Be» prend de l’importance, avec validation légale du tribunal. Que reste-t-il à faire ? Il manque tout juste «une volonté politique, un signal fort de la part des décideurs politiques, de combattre enfin la corruption, par tous les moyens, sans les discours vides de contenus, tout en appliquant la loi», selon le DG de Bianco dans son discours du 9 Décembre, marquant la Journée internationale dédiée à la lutte contre la corruption.

Charles RAZA, correspondant

La Vérité2 partages

Conjoncture politique - Le « danger » guette les maires non Hvm

L’année 2018 sera beaucoup plus embêtante que la précédente pour beaucoup de maires à Madagascar. Ceux qui sont dotés d’une aura électorale mais qui continuent à refuser de basculer dans le camp du parti au pouvoir Hvm seront les cibles privilégiées des « exactions ». Les dirigeants au mandat finissant ont montré de quoi ils sont capables. Au lieu de travailler à rendre effective la décentralisation pour le réel développement du pays, ils ont plutôt œuvré pour handicaper le processus.Déjà, il est de notoriété publique que le régime Rajaonarimampianina a privé les collectivités territoriales décentralisées de leur droit aux subventions. Les fonds correspondant, bien que stipulés par la loi en vigueur, n’ont été versés que dans les caisses d’un nombre réduit de Communes triées selon des critères fortement entachés de subjectivité.Poursuites judiciairesParallèlement aux affaires brûlantes comme le feuilleton AC, les équipes des membres de l’Association des maires des grandes villes de Madagascar, présidée par Paul Razanakolona d’Antsirabe, ont été parmi les plus pourchassés. C’était le cas, par exemple, des maires d’Antananarivo, d’Antsirabe, d’Antsiranana, de Toamasina et de Mahajanga, tous élus sous des différentes étiquettes en dehors du cercle Hvm.Les uns ont fait l’objet de poursuites judiciaires pour cause de malversation financière, alors que les autres ont subi des harcèlements administratifs matérialisés par la multiplication des vérifications commanditées à des fins bassement politiques. Les organes de contrôle financier ont eu du pain sur la planche à leur sujet. Par contre, les maires Hvm de Fianarantsoa et de Toliara, entre autres, ont bénéficié de traitement de faveur.Plus médiatisésLes maires non Hvm ont intérêt à bien se comporter, surtout en cette veille de période électorale. Un signe avertisseur était lancé à Moramanga. Dans la soirée du 16 décembre, le maire en exercice de la Capitale bezanozano a obtenu un relax au bénéfice de doute après des heures d’audience auprès du Tribunal de première instance de la ville-carrefour. Il en était de même de l’ancienne maire Tim de Morarano Gare, accusée elle aussi de détournement de deniers publics.Parmi les maires qui ne sont pas dans les bonnes grâces du régime, il y en a ceux dont les actes sont plus ou moins fondés. Les cas du maire de Toamasina et d’Antsirabe sont parmi les plus médiatisés à ce propos. Pour les autres, c’est la personne même de l’élu qui est très mal appréciée par ses détracteurs et les zélateurs. Pour la ville d’Antananarivo, les attaques acerbes ayant visé le maire pleuvaient à longueur d’année.Faible envergureQuoi qu’il en soit, le régime est à l’origine de certaines déviances. Les façons d’agir du régime ont poussé aux vices. La dispute autour de la construction de la bibliothèque dans l’enceinte de l’école publique primaire d’Antanimbarinandriana à Antananarivo en février-mars 2017 est un exemple parfait.L’Etat a passé outre les règles de l’art et les épisodes fâcheux ne manquent pas dans toute l’île à travers la réalisation des fameux projets présidentiels, visiblement l’arme électorale du futur candidat du Hvm. De par leur faible envergure, ceux-ci supplantent les attributions classiques des collectivités territoriales décentralisées. Ils englobent même la construction des infrastructures de base comme les écoles et les centres de santé.Fort de ses expériences, bien que déplaisantes pour beaucoup, le régime continuera à se maintenir dans ce sens cette année. Bien des maires Hvm sont découragés en ce moment. Mais ceux qui auront le courage de se mettre en travers du chemin de ce régime en mal de popularité risqueront des raclées bien dosées. Ils seront taxés de saboteurs ou d’éléments nuisibles à éliminer hors de vue.Manou Razafy

News Mada1 partages

Foot – classement jeune afrique : Madagascar au 18e rang

Comme chaque année, Jeune Afrique a dévoilé hier le classement des meilleures sélections africaines. Madagascar se retrouve à la 18e position tandis que le Cameroun est aux premières loges devant le Sénégal et le Maroc.

Au top du classement figurent les Lions Indomptables, champions d’Afrique 2017, qui succèdent à la RD Congo (2016) en tant que meilleure équipe de l’année. Ils terminent devant les cinq mondialistes, le Sénégal, le Maroc, l’Egypte, la Tunisie et le Nigeria. Le Burkina Faso, la RD Congo et le Ghana bouclent le top 10. Pour sa part, les Barea de Madagascar sont au 18e rang derrière la Libye.

Par ailleurs, l’Erythrée, le Tchad (aucun match joué) et Zanzibar (non affilé à la Caf et à la Fifa) ne sont pas classés si Sao Tomé  Principe est au pied du classement (52e). Selon Jeune Afrique, la Côte d’Ivoire, l’Algérie, le Mali ainsi que le Gabon se sont mal classés par rapport à l’année 2016. Ce classement mi-figue mi-raisin est un bon signe pour Madagascar qui met dans sa ligne de mire une participation à la Can 2019 au Cameroun.

Mais il faudra encore passer les prochains tours des éliminatoires. Le rendez-vous le plus proche étant l’affrontement contre le Sénégal le 7 septembre prochain. Les Barea doivent être sur leur garde car les Sénégalais ne feront pas de cadeau à leurs adversaires puisqu’ils visent un titre continental. Ce sera donc un passage obligé et la rencontre la plus difficile à aborder pour les protégés de Nicolas Dupuis qui ont, jusqu’ici, fait un parcours sans faute.

En effet, les Barea peuvent caresser le rêve de faire partie des 24 équipes qui feront le voyage au Cameroun. Reste à prendre le dessus sur le Sénégal et la Guinée Equatoriale (10 octobre prochain) qui se placent respectivement à la 2e et 43e position de ce classement Jeune Afrique 2017. En tout cas, les fers de lance de l’équipe nationale ont affiché leur optimisme à ce sujet en affirmant que la formation sénégalaise est une équipe prenable pendant le match à domicile même si l’opération reste compliquée. Ainsi, il ne faut rien laisser au hasard et concentrer les efforts dans les préparatifs tout en multipliant les rencontres amicales.

Rojo N.

Tia Tanindranaza1 partages

Fitotongan’ny AriaryTsy vahaolana ny fanafoanana ny MID, hoy i Patrick Randriamisata

Mitotongana tanteraka ny sandan’ny vola ariary eo anatrehan’ny vola vahiny satria efa manodidina ny 4000Ar mihoatra na latsaka kely izany amin’izao fotoana izao, ka ny tsenan’ny takalo ara-bola na ny MID (Marché Inter-bancaire des devises) no tena antony.

Ny FMI-Malagasy na ny Fahefa-Mividy no ilay Ilain’ny Malagasy tarihin’i Jean Jacques Ratsietison, dia mivoy hatrany ny hanafoanana io MID io sy ny famerenana amin’ny taha fanakalozam-bola tsy miovaova na “système de taux de change fixe” sy ny fampiakarana 100% raha kely indrindra ny sandam-bola Malagasy izy ireo, mba hahafana mamaha izao fidangan’ny fidim-piainana izao.  Mifanipaka amin’izay kosa ny hevitry ny mpahay toekarena Patrick Randriamisata, mpandrindra ny Faribolam-pandinihan’ny mpahay Toekarena na ny CREM. Amin’ny ankapobeny, dia fitaovana hahafahana mametraka ny sandam-bolantsika io MID io, hoy izy. Tokony hanomana toekarena mafimafy kokoa isika satria izay no mety hampitsimbadika azy io, hoy hatrany ity mpahay toekarena ity. Tsy tokony hofoanana io satria ny MID no hahafahana mivoatra amin’ny fananana toekarena matanjaka, raha ny fanehoan-keviny. Ny tokony hatao izao dia ny hoe ahoana no hahafahan’ny toekarena manana tanjaka, hahafahana manondrana entana, hahafahana manana fahefana hampiakatra ny ariary eo anatrehan’ny vola vahiny, hoy hatrany izy. Tolo-kevitra roa samy mikatsaka vahaolana izao ireo roa ireo, ary samy manana ny lafy tsarany sy ny lafy ratsiny. Ny zava-dehibe dia ny ady hevitra sy fifandresen-dahatra hiaraha-mitady vahaolana satria efa tena tsy zakan’ny Malagasy izao vidim-piainana izao. Raha ny tolo-kevitra momba ny famahana ny olana ara-toekarena eto amintsika angamba efa nahavitana boky be maromaro, saingy mba manam-piniavana mba hihaino sy hiantso na hifanakalo hevitra amin’ireny mpanolo-kevitra ireny ve ny mpitondra ?

Toky R

 

Tia Tanindranaza1 partages

Rivodoza AVAHiditra an-tanety rahampitso…

Namoaka naoty maneho ny tatitra mikasika ny toetr’andro ny Minisiteran’ny fitaterana sy ny famantarana ny toetr’andro omaly maraina. Nivoitra tamin’izany, fa misy rivodoza miforona ao amin'ny ranomasimbe Indianina, ka maly tamin'ny 09 ora teo dia tany amin'ny 550Km Atsinanan'i Sainte Marie no nisy azy. Araky ny vinavina dia hitombo hery izy ary ahiana hiditra an-tanety rahampitso alakamisy 04 na ny zoma 05 janoary 2018.

Mahatratra 300 km ny savaivon’ity andro ratsy ity ary 10 km isan’ora ny fikisahany mizotra mianatsimo andrefana, izany hoe miha manakaiky ny morontsirak’i Madagasikara. Araka izany, ireto distrika sy faritra manaraka ireto dia iangaviana hiomana sahady amin'ny filazana maintso na filazana fanairana: Antalaha, Analanjirofo, Atsinanana sy Alaotra Mangoro. Ny mpampiasa ranomasina eo anelanelan'ny Antalaha sy Toamasina dia aoka hitandrina amin'ny mety hisian'ny tafiotra anaty oram-baratra. Dieny izao izany dia mila miomana fatratra ny rehetra n’aiza n’aiza misy azy mba tsy ho tapohin’ny loza. Vao manomboka rahateo ny vanim-potoana fandalovan’ny rivo-doza, ary tombanana ho maromaro sy hahery vaika. Maro ny zavatra mila hiomanana, toy ny fanamboarana ireo mety simba amin’ny trano fonenana, ny fanapahana ireo hazo mety hitera-doza, fiomanana amin’ny toerana mety ho dibo-drano, ny fiarovana ny zavatra mety ho mora simba, toy ny antontan-taratasy, . Isan’ny zava-dehibe ihany koa ny resaka filana andavanandro, toy ny sakafo, ny fanagonana rano fisotro madio, ny harina fandrehitra,… izay mila homanina dieny izao. Ho salorana ny anarana AVA ity andro ratsy ity rehefa feno ny fepetra maha  rivo-doza azy ary mbola hisy iray hafa ihany koa ho avy eto araka ny tombatombana. Zava-dehibe ny fanaraham-baovao tsy tapaka.

Toky R

L'express de Madagascar1 partages

Des belles collines rattachées au Rova de Tsinjoarivo

La commune rurale de Tsinjoarivo  conserve de très jolis sites autour de son Palais royal. Mahatsinjo est autrement appelé la « Colline aux Soixante Hommes » depuis 1832. D’après les villageois, ce sont des prisonniers issus des quatre coins du Royaume merina, réduits à l’esclavage à perpétuité pour avoir exporté illicitement du riz à une époque où la Cour d’Antananarivo décide de chasser tout étranger qui refuse de se soumettre aux lois et aux corvées royales (sous Ranavalona Ire). Ils sont toutefois choisis parmi les détenus auxquels le gouvernement peut se fier. Ils sont à la fois des corvéables, des soldats et des colons.Leur mission est, en effet, triple, car la butte de Mahatsinjo traduit tous les sens du terme: guetter, apercevoir, prévoir la subsistance en cas de pénurie. En effet, situé à mi-distance entre Nandihizana et le Rova, Mahatsinjo permet de guetter l’arrivée d’éventuels ennemis. De plus, il est prévu qu’en cas d’attaque venant de l’extérieur, ils auront à prêter main forte à la garde royale en attendant l’arrivée des soldats de Vohitrarivo. C’est également sur ce sommet que le peuple acclame l’entrée de la Reine dans le Rova. Enfin, en tant que colons, ils ont défriché le terrain pour y cultiver des arachides. La production sert à la fabrication d’huile et à l’alimentation.Plus tard, avec l’arrivée des Français qui ont aboli l’esclavage, la plupart retournent dans leurs pays d’origine, emportant leurs morts. Aujourd’hui, il ne reste plus aucune trace de leur présence puisque le lieu est devenu un champ de tubercules des villageois.Mais on trouve aussi à Tsinjoarivo la Colline des Trente Hommes. Pour bâtir les pavillons du Rova de Tsinjoarivo, Jean Laborde fait appel, en 1834, à des artisans locaux, depuis rattachés au service de la Résidence royale. Ils sont au nombre de trente, tous spécialisés dans leur domainerespectif, la charpente, le fer, la construction. Pour faciliter et accélérer les travaux, on les installe sur cette colline avec femmes et enfants. La construction terminée en 1836, ils y restent pour assurer les réparations et les entretiens des pavillons. Et comme les 60 hommes de Mahatsinjo, ils renforcent également la garde royale en casd’attaque extérieure. Ce qui ne s’est jamais produit. Aujourd’hui encore, on peut remarquer  sur les lieux un foyer à trépied, une des trois réserves de riz et un tombeau. Un peu plus loin, deux autres caveaux se font remarquer. L’ail est le seul tabou à cet endroit.L’Onive qui coule au pied du Rova de Tsinjoarivo, l’encercle à l’ouest et au sud avant de poursuivre son cours vers l’est pour rejoindre le fleuve Mangoro, près de Moramanga. Dans la commune de Tsinjoarivo, plus précisément à partir d’Ambatomainty en amont, elle est constellée de sept îlots (quatre à l’ouest du Rova, trois à l’est) dont le « Nosin-dRamahatra » et le « Nosin-dRamonja ». Le septième est Anosimasina, au pied de Vohitrarivo.Beaucoup de mystères planent autour de ce dernier îlot et les dires des villageois diffèrent concernant le tombeau tout en pierres construit sur la butte qui le surplombe. En tout cas, du fait même de son nom, Anosimasina, il est certain qu’il s’agit de gens de caste noble. Il est également sûr qu’il s’agit de sœurs. Les personnes interrogées varient sur le nombre de corps qui y sont ensevelis. Les uns parlent de sept sœurs (sept comme les îlots), certains de trois, d’autres encore indiquent le chiffre huit. C’est ce dernier nombre qui est admis par la majorité des natifs de la zone. Ils ignorent cependant qui elles étaient et dans quelles circonstances elles étaient mortes.Pourtant, en 2009, un homme évoque un seigneur, celui qui résidait à Vohitrarivo avant d’emménager sur la colline voisine Manjaka, à l’arrivée de la reine Ranavalona Ire. En réalité, une autre tombe se trouve à l’est du premier tombeau où serait enseveli le père des huit jeunes princesses. Mais rien ne prouve qu’il s’agisse de celui de l’ancien seigneur de Vohitrarivo.Des trépieds en pierre de foyer sont encore visibles. Ils semblent indiquer que l’îlot est jadis habité car ils traduisent les soirées au clair de lune « Takariva amorom-patana » durant lesquelles différentes activités se tiennent. En particulier, les adultes éduquent les enfants à travers des contes ou discutent sur un sujet plus ou moins important touchant la vie communautaire. À moins qu’ils ne s’amusent en improvisant des discours, usant de proverbes et de « hain-teny » des plus expressifs. De leur côté, les jeunes gens rivalisent dans les « hain-teny » de leur crû par lesquels ils déclarent leur flamme aux jeunes filles. Celles-ci, pour leur part, chantent, dansent pour les charmer… Activités qui se font simultanément ou non. Un sentier aujourd’hui enfoui sous les broussailles mène au tombeau. Celui-ci est d’ailleurs sévèrement protégé par la végétation. Ce qui laisse sous-entendre que plus personne ne monte jusqu’au sommet de la colline pour apporter des offrandes. Les sacrifices de coq rouge se font désormais au pied de la butte.

Texte : Pela Ravalitera - Photo : Archives personnelles

Madaplus.info0 partages

Une menace cyclonique pour la grande île

À peine sorti des fêtes, voilà que Madagascar se voit déjà menacé par un cyclone qui s’est formé dans l’Océan Indien.
En effet, hier, à 9heures du matin, une perturbation tropicale s’est formée dans l’océan Indien. Son centre est sis à 550 Km de Sainte-Marie, elle est accompagnée, néanmoins, d’un vent faible de 46km/h. Mais en s’approchant des côtes Est de la grande ile, elle s’intensifiera en tempête tropicale modérée. Elle est prévue atterrir demain 04 ou après-demain 05 janvier 2018. Certaines régions des cotes Est de la grande ile font l’objet d’une alerte verte.
Madaplus.info0 partages

Report de l’échéance du basculement des permis de conduire et cartes grises en juin 2018

Le Ministère de l’Intérieur et de la Décentralisation a sorti une note reportant le délai de la régularisation de permis de conduire et de cartes grises en permis biométrique au mois de juin prochain.
Le Ministère de l’Intérieur et de la Décentralisation a l’intention de réaliser des descentes dans les 23 chefs-lieux de Préfectures afin de permettre aux usagers résidants dans les provinces l’octroi des permis et des cartes grises biométriques. L’échéance est prorogée jusqu’au 30 juin 2018. Ainsi, passé de ce délai, l’ancien permis de conduire ne sera plus valable sur toute l’étendue du territoire. Rappelons, que la mésaventure de nos compatriotes aux USA concernant ces permis biométriques malgaches rend la population réticente vers le basculement.
Madaplus.info0 partages

Un Français s'évade d'une prison malgache et rentre en France

Un ressortissant français condamné à Madagacar à trois ans de prison pour usurpation de fonction s'est évadé et est rentré en France, a-t-on appris mardi de sources concordantes.
Un avis de recherche a été lancé par les autorités malgaches à l'encontre d'Houcine Arfa et de son épouse Marie-Claude Arfa, et diffusé à la télévision malgache mardi. Houcine Arfa, 54 ans, était emprisonné depuis juin 2017 pour détention illégale d'armes à feu et de munitions, tentative de kidnapping, association de malfaiteurs et usurpation de fonction, selon l'avis de recherche publié par la police malgache. Son épouse est recherchée pour complicité d'évasion.
Contacté par l'AFP, Houcine Arfa a affirmé être rentré en France lundi et son avocat français, Philippe Gumery, a confirmé que son client était effectivement de retour en France. Houcine Arfa a expliqué avoir profité d'une visite à l'hôpital à Antananarivo pour s'évader le 28 décembre, avec la complicité de personnels. "Si je ne m'évadais pas, j'allais mourir", a-t-il déclaré, affirmant avoir perdu dix-neuf kilos en deux mois et demi.
Le ressortissant français avait été condamné en novembre 2017 à trois ans de prison pour usurpation de fonction et extorsion de fonds, selon l'extrait des minutes de greffe de la cour correctionnelle d'Antananarivo. Il a nié à l'AFP les faits qui lui sont reprochés et dénoncé une "mascarade" destinée à le faire taire. Depuis fin 2015, il travaillait comme "conseiller" chargé de la sécurité du président malgache Hery Rajaonarimampianina. Il a, selon lui, quitté en pirogue le territoire malgache et rejoint, après quinze heures de traversée, l'île française de Mayotte, dans l'océan Indien, avant de regagner Paris lundi.
Source le Figaro.fr
News Mada0 partages

Fiatrehana ny taona 2018 : hanamafy ny ady efa nataony ny Malagasy miara-miainga

Anisan’ireo niarahaba sy nirary soa ny vahoaka malagasy koa  ny eo  anivon’ny antoko Malagasy miara-miainga. Nivoitra tamin’ny lahatenin’ny filoha nasionaly, Andrianainarivelo Hajo ny hiatrehana ity taona ity.

Manamafy ny toky nomena fa tsy hihemotra ny tenako sy ny antoko Malagasy miara-miainga. Vao mainka hanamafy ireo ady efa natao, hanamafy ny asa rehetra hametrahana ny fampandrosoana tena maharitra mba handovan’ny taranatsika fiarahamonina vanona sy fiainana mendrika ary tanindrazana mahate ho tia”, hoy izy. Natsidiny fa mba ho taona zina hoan’ny firenentsika ny 2018 ka hahafahany miala ao anatin’izao lavaka lalina misy azy izao. Nialoha izany, nambarany fa havalona miaraka amin’ny taona 2017 ny ratsy rehetra. “Hitsiry ao anaty ny fanantenana sy ny fiandrandrana fiovana. Fihatsarana hoentin’ny taona vaovao”, hoy ihany ny antoko Malagasy miara-miainga.

Hitondra fanovana ny Malagasy miara-miainga

 Nanteriny  tamin’izany ny nametrahana fanamby fa hitondra fanovana, hametraka rafitra sy harofanina matanjaka  hisian’ny tena fandrosoana maharitra, hijoroan’ny tena fanjakana tan-dalàna ary hisitrahan’ny Malagasy tsivakivolo ny haren’i Madagasikara. “Nijoro ny antoko Malagasy miara-miainga mba ho mpitarika ny fanoherana ireo tsy mety ataon’ny mpitondra. Mba ho andry sy mpiahy azon’ny vahoaka rehetra tsy ankanavaka  ianteherana”, hoy ihany izy. Notsiahiviny fa maro ny dingana efa vita, maro ny hetsika natao, ny fanamafisana fiaraha-miasa sy fifandraisana amin’ny any ivelany. “Tsy ampy anefa ireny fa mila hamafisina hatrany”, hoy  ny Malagasy miara-miainga.

Synèse R.

News Mada0 partages

Kanto ankehitriny : hitondra zava-baovao i Temandrota

Mangingina avokoa ny ankamaroan’ireo foiben’ny kolontsaina sy sehatra fanehoana ny kanto, eto Antananarivo sy ny manodidina, mandritra ity herinandro voalohany amin’ny volana janoary ity. Tsy miverina ireo hetsika samihafa, fampirantiana, fampisehoana, sns, raha tsy amin’io herinandro ho avy io.

Anisan’ireo hisongadina amin’izany rehetra izany ny fampirantiana hotanterahin’i Temandrota, mpanakanto araka endrika amam-bika, etsy amin’ny Institut français de Madagascar (IFM) etsy Analakely, ny 12 janoary hatramin’ny 3 febroary izao.

Herintaona lasa izay, norombahin’i Temandrota ny loka « Paritana ». Hetsika iray enti-manosika ny mpanakanto sy ny kanto ankehitriny ho amin’ny sehatra ambony kokoa sy ho fanta-daza, hatrany ivelany any, izy ity. Noho ity loka ity, niatrika « résidence de création » na fotoana nitoerana sy namokarana aingam-panahy i Temandrota. Notanterahina tany Paris izany ary naharitra telo volana. Ankoatra io, nanao fampirantiana tany amin’ny Cité internationale des arts ihany koa ny mpanakanto.

Araka izany, mariky ny fiverenany eto an-tanindrazana ity fampirantiana, manomboka amin’io herinandro io, ity. Hasehony amin’izany ny vokatry ny asa notanterahiny. Hisy koa anefa ny fampahatsiahivana ireo sanganasany teo aloha, izay nanamarika ny lalana efa nodiaviny.

Landy R.

News Mada0 partages

FANAMARIHANA

 Nanao fanamarihana tamin’ny gazety ny tompon’andraikitry ny fonjan’i Tsiafahy fa tsy teny amin’izy ireo no nitsoaka i Arfa Houcine Yerres fa teny Antanimora, ny andron’ny 28 desambra lasa teo.  Efa namoahana didy fikarohana i Arfa Houcine Yerres. Marihina fa ity teratany vahiny ity izay voasokajy ho anisan’ny jiolahy tena atahorana. Tratra tamin’ny fitazonana basy mahery vaika, izay nolazaina fa saika hifofo ny ain’ny filoha izy io, ny volana jona. Tafiditra amin’ny resaka fakana an-keriny eto an-dRenivohitra ihany koa izy, raha ny fanazavana. Eo ihany koa ny fikambanan-jiolahy sy fisandohana andraikitra.

News Mada0 partages

Sendikàn’ny mpandraharaha fonja : « ho avy ny grevy raha manampim-tsofina ny fanjakana »

Miala any sahady, vao miandoha ny taona. “Ao anatin’ny fifampiraharahana amin’ny fitondrana izahay izao, saingy hiroso amin’ny fitokonana  fanairana raha manampin-tsofina ny  fanjakana. Ho tonga amin’ny fitokonana faobe izany raha miziriziry izy ireo”, hoy  ny nambaran’ny filohan’ny Sendikàn’ny mpandraharaha fonja (SPAPM), Razafindranamana Pierrot,  omaly raha nantsoina  an-telefaonina. Nambarany fa efa nisy fampanantenana nataon’ny eo anivon’ny  primatiora hamahana  ny fitakiana. Anisan’izany  ny teboka telo amin’ireo dimy notakin’ny SPAPM.

Notsiahiviny fa anisan’ny olana ary takin’izy ireo,  niainga tamin’ny fivoriambe ny volana novambra 2017, ny hanatsarana ny tontolon’ny asan’ny mpandraharaha fonja. Ny fotodrafitrasa sy ny fitaovana, tsy ampy. Eo  koa ny tambiny isan-karazany tokony ho azo.

Fiara efa niasa, nampiasaina telo andro…

Ny tokony hampifanarahana  izany amin’ny vanim-potoana sy ny hasarotry ny asa, araka  ny nambaran’ny SPAPM. “Anisan’ny nivaly ny fahazoana fiara  efa niasa, natokana ho an’ny voafonja. Maty anefa raha vao miasa telo  andro… Eo  koa ny tokony hanasokajiana ny mpiasa, sady zonay tanteraka izany mba  hifanakaiky kokoa amin’ny mpiasam-panjakana. Manampy izany ny fanatsarana sy fanitsiana  ny lalàna momba ny mpandraharaha fonja, havaozina hifanaraka amin’ny toetrandro”, hoy ihany izy. Tafiditra ao anatin’izany ny satan’izy ireo mba hitovy amin’ny sendikà rehetra. Ny diplaoma hampidirana mpiasa sy ny firafitry ny filankevi-pitsim-pifehezana (Codis)…

Tsiahivina fa anisan’ireo niray feo sy niara-nitaky amin’ny Sendikàn’ny  mpitsara (SMM) sy ny mpirakidraharaha fitsarana ny SPAPM ho amin’ny fanatsarana ny tontolon’ny asany. Nivaly amin’ny ampahany ny an’ny sasany amin’ireo. Mandeha aloha izany izao ny dinika sy fikaroham-bahaolana eo amin’ny roa  tonta.   Hatramin’ny rahoviana anefa izany ?

Synèse R.

 

News Mada0 partages

Tsiahin’ny 2017 : andrarezina efa-dahy an’ny kaiamba indray nodimandry

Tato anatin’ny taona maromaro izay, nandavo andrarezina hatrany ny taona nifandimby. Mbola tsikaritra izany tamin’iny 2017 iny. Ny tena nanamarika izany, lasibatry Rafafatesana kokoa ireo mpiangaly mozika kaiamba.

Vao nanomboka ny taona 2017, nisaona avy hatrany ny tontolon’ny mozika malagasy, indrindra ny mpiangaly sy ny mpankafy vazo kaiamba. Ny 10 janoary 2017, nindaosin’ny fahafatesana, teo amin’ny faha-57 taony, i Bruno Raisner Botou. Aretina no nitarika ny fahafatesany, teny amin’ny hopitaly eny Ambohibao. Tsy mpihira fotsiny i Bruno Raisner fa mpamorona sy mpandrindra ihany koa. Hira tsy afaka am-bavan’ny maro sy tena ahafantarana azy ny « Kotrobaratra » sy ny « Tambitamby lava ».

Iray volana monja taorian’izay, nodimandry koa i Levelo Dorlys. Fahatapahan’ny lalandra ny nitarika izany fahafatesany, teo amin’ny faha-63 taony, izany. Tampoka dia tampoka ny fahalasanan’ity mpanakanto avy any Mananjary ity, satria, araka ny fantatra tamin’izany fotoana izany, teo an-dalam-pikarakarana ny famoahana ny rakikirany vaovao izy.

Mbola nampivarahontsana koa ny nihatra tamin’ny mpihira kaiamba, ny faramparan’ny volana jona sy ny fiandohan’ny jolay. Nindaosin’ny fahafatesana, tany Toamasina, i Tombo Daniel, mpitendry ikoizana, fanta-daza tamin’ny fitendrena valihavata. Marobe ireo mpanakanto tonga nankahery ny fianakaviana sy nanotrona. Anisan’ireny i Dédé Fénérive, mbola andrarezin’ny mozika kaiamba ihany koa. Tampoka teo koa anefa, re fa nodimandry ihany koa ito farany, rehefa avy niandry ny vatamangatsiak’i Tombo Daniel, tao amin’ny « Gymnase Soavita ».

Tsy afa-bela koa ireo nitondra avo ny lazan’i Gasikara tany ivelany tany

Mbola eo amin’ny tontolon’ny mozika, mpanakanto roa, samy manana ny maha izy azy, no indray nodimandry, tamin’iny taona 2017 iny hatrany. Ny 5 avrily, nijanona tampoka ny fon’i Jean Emilien ary tsy niverina nitempo intsony. Iza moa ny tsy mahalala izany lehilahy izany ? Raha tsiahivina, nampalaza azy, hatrany ampitan-dranomasina tany, ny fahaizana mitsoka farara.

Telo volana monja taorian’izay, ny 16 jolay 2017, toy ny nilatsaham-baratra ny nahare fa nodimandry, tany Frantsa, i Régis Gizavo. Teo am-panaovana fampisehoana, tany Corse, izy no nitranga tampoka ny aretina, nitarika ny fahafatesany.

Mbola tampoka ihany koa ny zava-nitranga tamin’i Rudi Rehava, anisan’ireo Malagasy sangany teo amin’ny tontolon’ny hip-hop. Nindaosin’ny fahafatesana ihany koa izy, ny faramparan’ny volana oktobra 2017, tany Antsiranana. Teo amin’ny sehatry ny sarimihetsika malagasy, tamin’alahelo tanteraka no nandrenesana ny fahalasanan-dRaholialisoa Mamy Hortense, fantatry ny maro amin’ny hoe Rabodo, ao amin’ilay tantara mitohy « Safelika ».

Landy R.

 

News Mada0 partages

Faran’ny taona tany Toamasina : jiolahy iray maty voatifitra, iray matin’ny fitsaram-bahoaka

Anisan’ireo olona enina, namoy ny ainy tany Toamasina, nandritra ny fetin’ny faran’ny taona teo ireto roalahy ireto. Raha lavon’ny balan’ny polisin’ny UIR teo am-panaovana ny asa ratsiny ny voalohany, matin’ny fitsaram-bahoaka kosa ny ilay faharoa.

Nahatratra 118 ny olona naiditra hopitaly, ary olona enina maty, ka maty tao amin’ny hopitaly ny roa tamin’ireo, nandritra ny fety tany Toamasina. Voalaza fa nilamindamina ireo mpiasan’ny fahasalamana  niandry raharaha tany amin’ny Hopitalibe Toamasina, nanomboka ny zoma 29 desambra ka hatramin’ny alin’ny voalohan’ny volana  janoary 2018, andron’ny taom-baovao. Tao anatin’ io efatra andro io, 168 ireo nila fitsaboana na fizahana ara-pahasalamana tao amin’ny sampana vonjy taitra ny Hopitaly be, raha nahatratra hatramin’ny 204 izany ny efatra andro nialohan’ny fetin’ny Krismary. 118 tamin’ ireo 168 no naiditra hopitaly hanaraha-maso akaiky ny fahasalamany, raha nahatratra 140 kosa ireo naiditra hopitaly tamin’ireo 204 nandritra ny fetin’ny Krismasy 2017.

Olona roa maty tao amin’ny hopitaly, raha nisy efatra hafa kosa maty tany ivelany ka nisy nanatitra tao amin’ny tranom-patin’ny hopitaly, ny andron’ny zoma 29 desambra ka hatramin’ny andron’ny talata 2 janoary.

Anisan’izany ilay jiolahy maty voatifitry ny polisy, ilay tovolahy tsy fantatra matin’ny fitsaram-bahoaka. Faty fahatelo, renim-pianakavina hita faty ny marain’ny talata teo teny amoron-dranomasina, mifanila amin’ ny tobin’ny tafika sy ny Lisea Jacques Rabemananjara, teo amin’ny faritra betsaka vazaha manao tranon-dopy sy mivarotra zava-pisotro. Tsy

fantatra mazava ny antony nahafaty ity renim-pianakaviana tokony ho 32 taona ity. Fahafatesana fahefatra, raim-pianakaviana 35 taona iray avy ao Antanandava, tratra ny aretin-po ka maty tampoka teny an-dalana nialoha ny nahatongavany tao amin’ny sampana vonjy taitra, ny talata 2 janoary tokony ho tamin’ny 11 ora sy 30 minitra.

Lozam-pifamoivoizana niniana natao

Miisa sivy ny lozam-pifamoivoizana nitranga tany Toamasina. Anisan’izany ny loza iray niniana natao. Voalaza fa nentina andian-jatovo efa mamomamo ilay fiara ka noheverin’izy ireo fa mitovy amin’ny lakana ka afaka mandeha anaty rano izany. “Nialana ny godorao malalaka sy tetezana fandehanan’ny fiara fa nanaraka fasika an-dranomasina ary nihevitra ny

hiampita vavavinany. Vokany, nihitsoka tao anaty rano teo amin’ny vavavinany izay ifanapahan’ny ranomasina sy ranomamy ilay fiara”, hoy ny fanazavana.

Miisa 13 kosa ny trangana faharatrana vokatry ny ady sy tombok’ antsy, raha telo ireo ratra

vokatry fianjerana amin’ny godorao.  Olona iray namono tena; ity farany izay mbola

miady amin’ny fahafatesana amin’ny fitsaboana azy. Amin’ny ankapobeny, nilamina ny tao Toamasina nandritra ny fety, na teo aza ireto rehetra ireo.

Sajo

News Mada0 partages

Nandritra ny fety : olona 49 nosamborin’ny polisy teto an-dRenivohitra

Niasa mafy ny polisy mba hitandroana ny filaminana teto an-dRenivohitra, nandritra ny fety. Olona 49 nosamborina tamin’izany…

Nanao jery todika ny asan’ny polisy nandritra ny fety, ny 31 desambra 2018 sy taom-baovao, izy ireo, ka nilaza fa nahatratra 49 ny isan’ny olona nosamborina teto an-dRenivohitra. Nisy roa ny olona voasambotra tamin’ny halatra narahina herisetra. Enina ireo voasambotra noho ny fanendahana, dimy tamin’ny harom-paosy. Olona 18 nampiahiahy ka voatery nosamborina. Olona 12 kosa mamo teny an-dalana ka notanana. Efatra ny tratra nifoka rongony. Loza nahafatesana olona iray ary naharatrana miisa telo.

Voalazan’ny polisy fa tsy nisy ny fanafihana mitam-piadiana nandritra ireo roa andro fety ireo. Nilamina ny asan-jiolahy nahery vaika niseho lany teo aloha teo. Voafehy, araka izany, ny tsy fandriampahalemana teto an-dRenivohitra. Andrasan’ny vahoaka anefa ny hisian’izany isan’andro fa tsy amin’ny andro fety ihany. Miverina amin’ny laoniny ny fiainan’ny olona ka asa raha hanao toy izay koa ny asan-jiolahy.

Jiolahy dimy tratra tany Tanjombato

Jiolahy mpamaky trano miisa dimy no voasambotry ny polisy avy ao amin’ny “commissariat central” Tanjombato, ny asabotsy 30 desambra 2017 teo teny Ankadilalampotsy, rehefa avy namaky trano eny amin ‘ny manodidina teny ihany. “Nahazo fitarainana ny polisy fa maro ny trano vaky eny amin’iny faritra Tanjombato iny, indrindra fa ireo tsena. Nisy nampandre ny polisy fa misy lehilahy iray mampiahiahy teny Ankadilalampotsy, nidina avy hatrany teny an-toerana ka tra-tehaka teo ity lehilahy ity”, hoy ny fanazavana. Rehefa nozahana izy io, fantatra fa anisan’ireo jiolahy karohin’ny polisy amin’ny resaka vaky trano. Nanoro ny namany izy ka tra-tehaka ny alahady sy ny alatsinainy ny efatra ambiny.

“Mbola tratra tao an-tranon’izy ireo ny fahitalavitra miisa roa ary tamin’ny fanadihadiana no nahafantarana fa rehefa tovovavy no miandry ilay trano fivarotana, sady vakin’izy ireo ilay tsena no haolany ihany koa ity farany.  Alain’izy ireo daholo ny entana rehetra ao amin’ilay tsena ary hamidiny amin’ny mpandalo vao maraina”, hoy ny polisy.  Efa nigadra teny Antanimora daholo ny ankamaroan’izy ireo.

Yves S.

News Mada0 partages

Tamberina taona 2017 : nirongatra ny pesta, nampisavorovoro ny tsaho

Nanamarika ny fahasalamam-bahoaka nandritra ny taona 2017 ny firongatry ny aretina pesta mpahazo ny avokavoka tamin’ny tanàn-dehibe maromaro manerana ny Nosy. 2 417 ny tranga  voatily ka voamarina fa aretina pesta tokoa ny 686 nanomboka ny 1 aogositra hatramin’ny volana novambra lasa teo. 501 ny pesta mpahazo ny avokavoka niseho raha 124 ny pesta miseho amin’ny atodintarina. Ny 60 ambiny kosa, tsy voalaza ny sokajiny. 8,7% ny taham-pahafatesana tamin’ny tranga rehetra ary nananika ny 200 mahery ireo namoy ny ainy. Voalazan’ny mpitsabo fa noho ny fahataran’ny fanatonana hopitaly na tobim-pahasalamana no nitarika ny fahamaroan’ny olona maty. « 55 ny distrika voakasiky ny valanaretina pesta ka mbola misy distrika 13 izay ahitana pesta isan-taona arahi-maso ny fivoaran’ny aretina », hoy ny tomponandraikitry ny fanaraha-maso ny aretina ao amin’ny minisiteran’ny Fahasalamana.

Antananarivo sy Toamasina no nahitana tranga betsaka sy namoizana aina maro tao anatin’ny fiparitahan’ny valanaretina pesta izay mbola miseho hatrany amin’ny volana avrily isan-taona. Nikatona nandritra ny iray volana ny sekoly rehetra tamin’ny Cisco sy ny Dren maro nahitana trangana pesta niarovana ny fahasalaman’ny mpianatra sy ny mpampianatra ary ny mpandraharaha. Nitarika adihevitra sy tsy fifankahazoana teo amin’ny mpiandraikitra ny minisitera sy ny fitantanana ny fampianarana katolika eto Antananarivo ny fanemorana ny fidiran’ny taom-pianarana 2017-2018. Nisantatra ny taom-pianarana mialoha ny daty voatondron’ny minisitera ihany ny sekoly katolika fa nametraka fenitra ara-pahasalamana hitiliana ny mpianatra mety tsy salama na ahina ho mararin’ny pesta. Samy niezaka nametraka io fenitra io avokoa ny sekoly tamin’ny fitaovana teo am-pelatanany.

 Nampisavorovoro ny tsaho momba ny vaksiny miaro amin’ny pesta      

Tranga nampisahotaka ny mponina koa ny filazana fa misy mpiasan’ny fahasalamana miaraka amin’ny mpitandro filaminana manao vaksiny miaro amin’ny pesta mitety sekoly ary manery ny mpianatra hatao vaksiny. Nanjaka ny tsaho ka nifarombaka naka ny zanany tany an-dakilasy avokoa ny ray aman-dreny ka nisy mihitsy ny nahavita niakatra ny tambohon’ny sekoly. Nisy ny fotodrafitrasa simba sy ankizy mpianatra naratra vokatry ny savorovoro tamin’ny toeram-pampianarana tsy miankina sy miankina amin’ny fanjakana eto an-dRenivohitra. Niditra an-tsehatra ny minisitra sy ny teknisianina nanazava fa tsy misy izany fanaovam-baksiny miaro amin’ny pesta izany fa tokony ho mailo ny rehetra. Vokany, nahemotra ny Herinandron’ny fahasalaman’ny reny sy ny zaza ary ny fanaovam-baksiny miaro amin’ny lefakozatra teto Antananarivo sy Toamasina, tokony ho natao ny volana desambra lasa teo.

Tsy nampihatra fanavaozana (PSE) ny sekoly katolika

Ho an’ny fampianarana, nirosoana tamin’ity taom-pianarana 2017-2018 ity ny fampiharana ny tetipivoarana ho an’ny fanabeazana hatramin’ny taona 2021 (PSE). Nanambara mazava ny sekoly katolika fa tsy miova amin’ny fandaharam-pianarana mahazatra ny sekoly rehetra fa tsy mampihatra ny fanavaozana. Tsy ampy ny fepetra hirosoana amin’izany ka mbola ao anatin’ny fotoana fandinihana ny PSE izy ireo, amin’izao fotoana izao.

Efa nahazo ny fankatoavan’ny loholona sy ny depiote ny tetipivoarana fa miandry ny mpanohana ara-bola fotsiny ny volana desambra teo.

Vonjy

News Mada0 partages

Resaka merkiora : Fito lahy tratra ny zandary naka an-keriny vehivavy iray

Jiolahy miisa fito naka an-keriny vehivavy iray no saron’ny zandarimariam-pirenena tao Vondrozo, ny 31 desambra 2017 teo tamin’ny 9 ora sy sasany alina, rehefa notazonin’izy ireo nandritra ny efatra andro ity farany. Votsotra ary salama tsara ilay nalaina an-keriny. Sarona tamin’ireo jiolahy ireo ny basy poleta 7,65 mm iray.

Araka ny fanazavana, nalain’ireo andian-jiolahy ireo tao Ihosy ity vehivavy renim-pianakaviana ity ny 28 desambra. Nilaza ho mpividy vatosoa na merkiora ireto lehilahy ireo ka izay ny antony nihaonan’izy ireo. Ilay vehivavy no mpanelanelana azy ireo amin’ny tantsaha voalaza fa manana io harena an-kibon’ny tany io izay manana merkiora milanja 6 kg. Rehefa tonga tany an-drenivohitr’Ihorombe ireto milaza fa hividy izany entana izany, tsy raikitra ny varotra noho ny tahotr’ilay tantsaha azy ireo izay toa mampiahiahy ny fijery azy ka lasa nandositra ilay tantsaha voalaza fa tompon’entana.

“Tezitra, noho izany, ireto fito lahy ireto ka nentiny an-terisetra ilay renim-pianakaviana mpanelanelana ary nilazan’izy ireo ilay zanany lahy, ny 30 desambra 2017, rehefa tonga taty Antananarivo izy ireo ny hoe : «Omeo anay ilay entana izay vao averinay ny reninao ». Taorian’ny fifampiresahan’izy ireo, tapaka fa any Vondrozo ny toerana hanaovana ny fifanakalozana, ny 31 desambra.

Nametraka fitoriana tamin’ny zandary ao Ihosy ireo fianakaviana ka napetraka ny paik’ady rehetra hanatrarana ireo mpaka an-keriny ireo. Hita ny alin’io andro io tao amin’ny hotely iray tao Vondrozo ireo lehilahy fito ireo sy ilay vehivavy. Fiara 4×4 iray no nampiasain’ireto jiolahy ireto tamin’izany ka efa nogiazana ihany koa ankoatra ilay basy. Mandeha ny famotorana.

Yves S.

News Mada0 partages

Amparafaravola : vilany sisa navelan’ ny mpangalatra

 Seho hafahafa nanamarika ny Krismasy sy ny taom-baovao tany Ankaiafo,  avaratra andrefan’i Tanambe, distrikan’Amparafaravola, no voalazan’ny mponina  fa nakan’ireo malaso ny omby.  I Morarano, ilany  atsimon’io tanàna io, no nolalovan’ireo mpangalatra. Satria nisy fokonolona niandry faty tao. Nanahy ny harahin’ireo angamba ka nanapoaka basy tsy nisy farany ireo dahalo. Nitranga taloha kelin’ny taom-baovao izany. Nanao ny fanarahan-dia ny zandary raha vao nampandrenesina.

Ny alakamisy nialoha ny Krismasy, tsy lavitra ny nisehoan’io halatra omby io, nanafika trano efatra ao amin’ny vohitra kely antsoina hoe Marofinaritra, tsy lavitra ny lalam-pirenena RN 3 A ny andiana olon-dratsy. Mba tsy namono na nandratra ireto jiolahy fa nataony najifa hatramin’ny fitafiana,vary fotsy, fanaka azo nobataina…, araka ny filazan’ny mpiara-mivavaka amin’ireto tra-boina. Vilany iray ny navelan’ireo olon-dratsy. “Io… sao dia efa tsy hisy hahandroanareo sakafo “, hoy ry zareo.  Mitaraina ny mponina noho ity firongatry asan-jiolahy any Amparafaravola ity.

 Rarivo

 

News Mada0 partages

Tsy tanteraka ny fanamby… : manodidina ny 2.000 Ar ny kilaon’ny “stock”

 Tsy araka ny toky sy ny fampielezan-kevitra nataon’ny fitondrana ny zava-misy iainan’ny mpanjifa, mikasika ny vidim-bary. Hetsika goavana ny natao tany Toamasina, nananganana ny vaomiera manokana “Task force”. Ny hita anefa, tsy tafidina ho 1.500 Ar-1.600 Ar mihitsy ny kilaon’ny vary “stock” hafarana avy any ivelany, lazaina fa mitobaka ary hampidina ny vidim-bary ho takatry ny rehetra. Manamarina izany tatitry ny vidim-bary avoaka ny Masoivoho mpanara-maso ny vary (ODR) eo ambany fiahian’ny primatiora, fa manodidina ny 2.000 Ar ny kilaon’ny “stock”, izany hoe, 1.932 Ar/kg ny salambidiny, nanomboka ny 11 desambra 2017 raha 1.917 Ar/kg ny herinandron’ny 4 desambra.

Tsy araka ny tena misy eny an-tsena

Ankoatra izany, tsy tena mifanaraka amin’ny hita eny an-tsena ny tarehimarika avoaka ny ODR. Azo singanina amin’izany ny vidin’ny vary gasy sy ny makalioka, namoahany fa 2.140 Ar ny salambidin’ny vary gasy, ary 2.246 Ar/kg ny makalioka. Rehefa tena hamarinina eny an-tsena anefa ireo, tsy misy latsaky ny 2.400 Ar hatramin’ny 2.450 Ar ny kilaon’ny vary gasy sy ny makalioka eny amin’ny mpaninjara. Tsiahivina fa ny vidin’ny vary antsinjarany no fantatry ny mpanjifa fa tsy ny vidin’ny eny amin’ny mpamongady toy ny eny Anosibe tsy akory.

Randria

News Mada0 partages

Fadintseranana : mandrahona ny hitokona ny Sempidou

Mananontanona indray ny fitokonana eo anivon’ny fadintseranana amin’ity fiandohan’ny taona 2018 ity. Milaza hitokona mandritra ny 48 ora ny sendikà Sempidou amin’ny 8 janoary izao, ary efa nametraka taratasy fampilazana izany izy ireo ao amin’ny fitantanan-draharaha, ny faran’ny taona teo. Nanamafy ny fahamarinan’izay fametrahana taratasy fampilazana izay  ny Sempidou, saingy tsy nilaza kosa ny tena antony hitokonana.

Araka ny feo mandeha anefa, mety ho tohin’ny fitakiana, tamin’ny volana jona sy jolay 2017, momba ny tambin-karama (prime), misy hatramin’ny 42 miliara Ar, izany. Mbola tsy mampitovy hevitra ihany koa nefa nanaovana kajy ny namoahana io sora-bola io.Ny nanomezana izany tambin-karama izany mba ho fampirisihana ireo mpiasa hanao tsara ny asany hampidi-bola bebe kokoa amin’ny fanjakana. Tsy misy anavahana mihitsy ny mpiasan’ny ladoany rehetra ny amin’izay.

Mazava loatra fa tsy afa-po tamin’ny fitakiana efa nataony ny Sempidou. Efa nitokona izy ireo, ny volana jona 2017, izay nampikatso ny toekarena. Naneho ny fahavoazany vokatr’ izany ny vondron’ny mpandraharaha eto an-toerana. Nanapa-kevitra nampiato ny fitokonana ihany anefa izy ireo ka nandray ny asany. Natao ny fifanakalozan-kevitra, saingy hatramin’izao, mbola tsy voavaha ny olana. Fatiantoka lehibe ho an’ny fanjakana ny andro iray tsy hiasan’ny fadintseranana.

R.Mathieu

 

News Mada0 partages

Secteur halieutique : un avenir porteur pour l’algoculture

De plus en plus d’opérateurs s’intéressent à l’exploitation des algues, vu l’important potentiel existant à Madagascar. On recense actuellement sept opérateurs privés qui tentent de développer des productions commerciales sur les littoraux malgaches, sauf qu’ils doivent encore faire face à plusieurs contraintes d’ordre technique, biologique et économique. Le ministère des Ressources halieutiques et de la pêche a annoncé officiellement la relance de l’algoculture dans quelques zones côtières de l’île en mai dernier. Cela, après une mise en veille de cette activité pour des raisons techniques. Car depuis 2010, cette filière est confrontée à des problèmes phytosanitaires qui ont fortement affecté la production d’algues dans le pays.

Aujourd’hui, seule une société s’est lancée dans la culture et la transformation de l’algue dans le  pays. Installée dans la région Diana, elle exporte jusqu’à 2 000 tonnes d’algue par an. Toutefois, la filière bénéficie de l’appui de plusieurs programmes depuis quelques années. Parmi ces initiatives, on peut citer le Programme régional pour la gestion durable des zones côtières des pays de l’océan Indien (ReCoMaP). C’est également le cas de la Compagnie de pêche frigorifique de Toliara (Copefrito) qui collabore actuellement avec plus de 400 algoculteurs répartis sur 200 km de côte et commence à exporter ces produits sur l’Europe.

Outre les retombées économiques, l’algoculture constitue également une alternative à la surpêche et présente plusieurs avantages environnementaux. La production annuelle d’algues au niveau mondial se chiffre en ce moment à 160 000 tonnes. L’Indonésie, les Philippines, la Tanzanie, le Vietnam et la Malaisie sont les principaux producteurs à l’échelle commerciale.

R.R.

 

News Mada0 partages

Importations : volume en hausse pour la Chine

Les importations chinoises sont en hausse, selon les données publiées par la direction générale des douanes. Les importations des produits chinois ont atteint 2.256 milliards ariary (+590 millions euros) entre le mois de janvier et novembre 2017 contre 2.092 milliards ariary (550 millions euros) sur la même période en 2016. Ce qui classe l’Empire du milieu parmi les trois premiers fournisseurs de la Grande île.

Au cours des six dernières années, on peut noter une ascension fulgurante des produits «made in China» sur le marché malgache. Les importations des produits chinois ont rapidement augmenté, passant de 865 milliards ariary en 2011 à 2.092 milliards  en 2016. La présence de la Chine est de plus en plus importante, notamment dans le domaine des Tic, la construction, le textile, le tourisme et l’hôtellerie, les mines, l’agroalimentaire ou encore l’immobilier…

En effet, le marché chinois représente 21% des importations de la Grande île. Par contre, le marché chinois ne représente que 8% des exportations des produits malgaches, avec une valeur marchande de 640 milliards ariary (environ 170 millions euros) à la date de la fin novembre de l’année dernière. Pour l’année 2016, la Chine a importé des produits malgaches d’une valeur de 554 milliards d’ariary (140 millions euros), se positionnant à la 3e place, derrière l’Union européenne et les Etats-Unis.

L’Union européenne reste le premier client de Madagascar, selon toujours les chiffres de la direction générale des douanes. En 2016, le marché européen représente 45% des exportations malgaches avec une valeur marchande de 3.121 milliards d’ariary. Vient ensuite le marché des pays membres de l’accord de libre-échange nord-américain, c’est-à-dire les Etats-Unis, le Canada et le Mexique. Ce marché représentait 14,8% des exportations malgaches, soit 1 018,5 milliards d’ariary en 2016.

Arh.

News Mada0 partages

Perspectives 2018 : le « grand message » attendra

Le traditionnel message de fin d’année prononcé par le président de la République n’a pas eu lieu pour 2017. La population malgache s’est posé la question sur les raisons de ce silence du président Hery Rajaonarimampianina et de son équipe. Ce message a-t-il été troqué par l’émission « le rendez-vous du président » dont la dernière édition a fait office de bilan et perspectives.

Le message de vœux à la Nation du président de la République, Hery Rajaonarimampianina, était vainement attendu. Même les politiciens de l’opposition ont attendu cette occasion pour s’enquérir des nouvelles et donner leur opinion sur le sujet. C’est habituellement à partir de ce discours que le chef de l’Etat effectue un bilan de l’année et révèle ses perspectives pour l’année à venir.

Mais le 31 décembre dernier, aucun discours. Et aussi curieux que cela puisse paraître, la Présidence n’a donné aucune explication sur les raisons de ce rendez-vous manqué.

«Le traditionnel discours du président aurait-il été échangé par l’émission hebdomadaire «le rendez-vous du président» ? Le message à la Nation  serait-il réservé pour la cérémonie de présentation de vœux prévu le 5 janvier» ? Autant d’interrogations qui surviennent après ce que l’on peut décrire comme un faux bond de la part du chef de l’Etat.

Rompre avec la tradition ?

Dans un communiqué résumant le «rendez-vous du président» portant sur les perspectives de 2018, Hery Rajaonarimampianina aurait «voulu rompre la tradition, délaissant le traditionnel message de vœux à la Nation à une action directe auprès des plus démunis de la Capitale». Et c’est durant une messe à Andohalo qu’il  s’est adressé à la nation.

Rajaonarimampianina a souligné dans son «fotoam-bita» que l’année 2018 devrait être celle de la réussite, de la production et de la paix ». Il a par ailleurs encouragé les Malgaches à ne pas baisser les bras malgré les difficultés et surtout les critiques et les blâmes. «Le redressement du pays est un travail de longue haleine et incombe à tout un chacun», a-t-il reconnu.

Tout comme le Premier ministre, le président de la République n’a pas tari d’éloges sur ce que le régime a accompli. «L’Etat a fait en trois ans tout ce qu’aucun pouvoir n’a pu faire en 57 ans en termes de projets énergétiques, de développement technologique, de réformes foncières, de programme d’éducation, d’équipement des hôpitaux publics, de développement agricole, d’infrastructures routières…», pouvait-on lire dans le communiqué.

Des résultats pour le peuple

Et le régime actuel se frotte les mains des résultats macro-économiques obtenus durant l’année 2017, «Etant marquée par le déblocage exceptionnel d’importantes sommes d’argent par les bailleurs de fonds. Pour le moment, l’impact de ce soutien ne se ressent pas dans les conditions sociales de la population mais les indicateurs macroéconomiques sont formels quant au redressement entrepris. Selon la Banque mondiale, la croissance a été de 4,1 % en 2017. Elle devrait progresser cette année selon les prévisions», selon le communiqué.

Bien évidemment, le peuple attend les impacts réels et rapides de ce résultat positif économique sur leur quotidien. Ces financements devront impacter sur le coût de la vie tant au niveau des prix du riz, de l’électricité ou encore du carburant.

Les fonctionnaires attendent de pied ferme les décisions en leur faveur et espèrent une augmentation de salaire.

D’aucuns souhaitent que le développement annoncé pour 2018 ne soit pas le début d’une offensive de charme pour obtenir leur voix durant les élections prévues se tenir cette année.

Rakoto

 

News Mada0 partages

État de droit et bonne gouvernance : le MMM renforce sa position

Le président national du parti Malagasy miara-miainga (MMM), Hajo Andrianainarivelo a adressé ses vœux au peuple malgache en cette nouvelle année. Dans un communiqué publié sur les réseaux sociaux, il a fait part de sa volonté et de son parti de poursuivre et de renforcer la lutte pour l’instauration de l’Etat de droit et de la bonne gouvernance au pays. Ces actions se poursuivront à l’échelle nationale et internationale. Hajo Andrianainarivelo  s’est réjoui de la décision que son parti a pris en se positionnant comme opposition officielle en 2017. « Dans cette position,  nous avons pu s’ériger en tant que balise de la mauvaise gouvernance des dirigeants actuels et nous avons pu prendre la défense du peuple. Nous allons poursuivre cette voie et nous n’allons pas reculer dans la mise en œuvre du développement durable à Madagascar », a conclu Hajo Andrianainarivelo.

Rakoto

 

News Mada0 partages

Rugby – Fifidianana ny ho filohan’ny ligy : manomboka, anio, ny fametrahana ny antontan-taratasy

 Manana 10 andro ireo rehetra maniry hifaninana ho filohan’ny ligin’Analamanga, taranja rugby. Misokatra ho an’ny rehetra ny fifidianana, saingy izay rehetra mahafeno fepetra ihany no afaka hirotsaka hofidina.

Misokatra, manomboka anio alarobia 3 – asabotsy 13 janoary, ny fandraisana ny antontan-taratasy firotsahan-kofidiana ho filohan’ny ligin’Analamanga, taranja rugby, miaraka amin’ny sarany 600.000 Ar. Io ny nambaran-dRakotoniaina Andry, filohan’ny vaomiera misahana ny fifidianana,  tamin’ny mpanao gazety, teny Ankorondrano omaly.

Fotoana namariparitany ny fepetra rehetra hahazoana mirotsaka hofidina. Misokatra ho an’ny olona rehetra ity fifidianana ho filohan’ny ligin’Analamanga ity. Manan-jo amin’izany ireo olona tsy mbola voasazy teo amin’ny fiarahamonina sy tamin’ny resaka fanatanjahantena, izay tsy maintsy hohamarinin’ny vaomiera. Na izany aza, takina amin’ireo kandidà ny diplaoma “baccalaureat”. Ankoatra izay, olona efa nilalao rugby na efa nitantana fileovana na nianatra manokana momba ny fanatanjahantena izy ireo ary mihoatra ny 25 taona.

 Etsy amin’ny biraon’ny Malagasy Rugby

Aterina mivantana etsy amin’ny biraon’ny Malagasy Rugby ny taratasin’ireo kandidà. “Hisy olona mpikambana ao anatin’ny vaomiera handray izany isan’andro”, hoy hatrany ny filohan’ny vaomiera misahana ny fifidianana.

Hanadihady ireo antontan-taratasy rehetra ny vaomiera rehefa tapitra ny fe-potoana ka hamoaka ny lisitra ofisialin’ireo kandidà nahafeno ny fepetra ny vaomiera, ny alatsinainy 15 janoary ho avy izao. Tsiahivina fa ny alarobia 31 janoary ny fotoan’ny fandatsaham-bato. Averina ny saran’ny fisoratana anarana ho an’ireo kandidà tsy mahafeno ny fepetra ka tsy voatana hifaninana, amin’ity fifidianana ity.

Ireo seksiona efatra, Avaradrano, Atsimondrano, Marovatana ary Antananarivo Renivohitra no hifidy. Misolo tena an’Antananarivo Renivohitra ny sekretera jeneraliny noho ny filohany  izay mbola voasazin’ny Malagasy Rugby. Biletà tokana ny hanaovana fifidianana. Raha misy kandidà mitovy isa, miditra amin’ny fihodinana faharoa ny fifidianana. Ho lany ho filohan’ny ligy kosa izay zokiny, raha toa ka mbola mitovy hatrany ny isam-bato.

Tompondaka

 

News Mada0 partages

Acces au financement : bientôt un bureau d’information sur le crédit

L’accès au financement reste un sujet brûlant dans le domaine de l’entreprenariat à Madagascar. Pour faciliter l’accès au financement, un dispositif visant à évaluer les emprunteurs sera bientôt en place. Il s’agit du bureau d’information sur le crédit.

L’accès au financement est un des facteurs de blocage pour une grande partie des entrepreneurs, notamment les Petites et moyennes entreprises (PME) à Madagascar. Toutefois, les institutions financières dans le pays avancent que tout dépend de la solvabilité de chaque projet d’entreprenariat. C’est effectivement dans ce sens que l’Etat prévoit de mettre en place  le Bureau d’information sur le crédit (BIC). Le projet entre dans le cadre de l’amélioration du secteur financier à Madagascar. La loi régissant la mise en place de ce centre a été d’ailleurs  votée au niveau du parlement en octobre dernier.

Les emprunteurs notés

Concrètement, le BIC publiera une note relative à la crédibilité de chaque emprunteur. Ceux qui ont une meilleure note auront logiquement plus de facilité pour financer leur projet. Il s’agit d’un système déjà très répandu dans les pays développés et quelques pays du continent africain. D’après les explications apportées par Vonintsalama Andriambololona, ministre des Finances et du budget, «Tout est question de confiance entre le porteur de projet et le financeur. Le centre collectera toutes les informations sur la société, ou l’entrepreneur ou même un particulier. L’institution financière peut alors  consulter les données du BIC avant d’accorder un quelconque financement». La ministre a également précisé que «Le BIC ne renferme pas les détails sur les dettes de la société envers d’autres établissements… Mais une note sera attribuée à chaque entrepreneur. Cela, en rapport avec sa situation financière. Les banques, les institutions de micro finance ou même les établissements qui accordent une facilité de paiement peuvent consulter les données de ce bureau».

Mais, à  part la question de crédibilité du business plan de l’entrepreneur, le contexte qui prévaut à Madagascar est un autre facteur qui explique la frilosité des institutions financières pour octroyer des crédits aux professionnels. Car si l’accès aux crédits est difficile pour les entreprises, les offres de crédit aux particuliers sont de plus en plus nombreuses. En effet, la proportion des prêts à risque dans le pays reste toujours élevée.

Riana R.

 

News Mada0 partages

Basikety : noraisin’ny “préfet”-n’ i Toamasina ny Ascut

Tahaka ny mahazatra ny “préfet”-n’ i Toamasina, Benandrasana Cyril, amin’ny fitiavany ny fanatanjahantena, tsy nanadino ireo mpilalaon’ny Ascut lahy sy vavy, eo amin’ny taranja basikety, sokajy «véterans», izy, izay noraisiny tao amin’ny trano fisakafoana  L’ Univers Toamasina, ny faran’ny herinandro lasa teo. Tsiahivina fa avy nandray anjara tamin’ny fiadiana ny ho tompondakan’i Madagasikara, sokajy zokiny, ny klioban’ny Ascut.

Nankahery ny vehivavy ny tenany, na teo aza ny fahareseny nanoloana ny  JCBA,  teo amin’ny lalao famaranana, natao ny asabotsy 16 desambra lasa teo tetsy amin’ny kianja mitafon’ i Soavita.

Fandresena kosa ny an’ny lehilahy, nanoloana ny BBCM. Ho an’ny “préfet”-n’ i Toamasina, efa samy nitondra amboara avokoa ireo ekipa roa tonta ireo ka samy notolorany fisaorana sy vatsy nentina nanaovana fety  ireo mpilalao tsirairay.  Tanjona, hoy izy, ny hampirisihana hatrany ny tanora hanamafy ny traikefa efa ananan’ireo zokiny, eo amin’ny fanatanjahantena.

 Sajo

News Mada0 partages

Rugby – analamanga : le Ceni donne le ton

Le Comité électoral national indépendant (Ceni) en charge d’organiser les élections de la ligue d’Analamanga a donné le coup d’envoi hier au siège de Malagasy Rugby à Ankorondrano. «Toute personne ayant le profil requis peut se porter candidat. Le Ceni peut refuser tout dossier de candidature qui ne remplit pas les conditions nécessaires. Les intéressés peuvent d’ores et déjà déposer leur dossier à partir de ce jour. Ils ont jusqu’au 13 janvier pour se manifester. Les candidats doivent avoir un casier judiciaire vierge, âgé au moins 25 ans, avoir une expérience en rugby que ce soit en tant que joueur ou dirigeant de club et un diplôme de baccaluréat», a déclaré le porte-parole du Ceni, Andry Rakotoniaina.

En effet, la saison a pris fin samedi dernier au stade municipal de Mahamasina avec la finale du tournoi Top 9 pour Analamanga rugby. Jusqu’à maintenant, aucun candidat n’a encore annoncé s’il sera dans la course ou pas. On sait juste que cette élection joue un rôle majeur pour résoudre les différents problèmes de la balle ovale à Analamanga qui demeure la ligue la plus importante dans le développement de la discipline dans tout Madagascar vu que presque tous les membres des équipes nationales sont issus de cette ligue. La liste officielle des candidats sera publiée le 15 janvier. Seules les sections d’Avaradrano, Atsimondrano, Marovatana et Antananarivo Renivohitra peuvent se rendre aux urnes.

Rojo N.          

 

News Mada0 partages

Songadina an-tsary : faran’ny taona an-tsary

 Ity fiara 4×4 ity, izay nentin’ny andian-jatovo efa mamomamo niampita rano, tany Toamasina, kanjo tafajoboka vao tsy afaka intsony.

Nitombo tsy toy ny tamin’ny taona teo aloha ireo tsy manan-kialofana ao ambany tonelina Ambohidahy.

Nisy ireo nandihy teny amoron-dalana namarana ny taona

Notsenain’ny orana nikija ny taona vaovao ka zara raha nahalafo ireo mpivarotra amoron-dalana.

News Mada0 partages

Enlevement a ihosy : Sept kidnappeurs arrêtés

Une vente de mercure et de pierres précieuses a tourné à un kidnapping à Vondrozo. Les bandits ont relâché l’otage à la suite de l’intervention des gendarmes. Sept individus ont été arrêtés.

Les fêtes de fin d’année dans le district de Vondrozo, région Atsimo Atsinanana, ont été gâchées par l’insécurité. Jeudi dernier, une vente de mercure et de pierres précieuses s’est terminée en queue de poisson. Elle a tourné à un kidnapping après l’échec de la transaction.

Se prétendant être des acheteurs de pierres précieuses, les bandits ont contacté une dame pour leur servir d’intermédiaire avec un paysan qui possèderait 6 kg de mercure. Prévues se tenir à Ihosy, les négociations ne se sont pas déroulées comme prévu car le paysan a immédiatement pris la fuite en remarquant le comportement suspicieux des soi-disant clients. A la suite de cette déconvenue, les bandits ont kidnappé la dame qui assistait au rendez-vous.

Sans attendre, les proches de l’otage ont alerté la gendarmerie afin de les aider à retrouver la mère de famille. Les ravisseurs se sont manifestés deux jours plus tard. Depuis Antananarivo, ils sont entrés en contact avec le fils de l’otage par un appel téléphonique. L’on sait qu’ils ont menacé de tuer l’otage s’ils ne récupèrent pas les 6 kg de mercure du paysan. Durant les négociations, le fils de la dame a «rassuré» les ravisseurs qu’il fera tout pour récupérer le mercure afin de l’échanger contre sa mère. Un rendez-vous a alors été fixé le 31 décembre dans la nuit à Vondrozo, région Atsimo Atsinanana, pour la transaction.

Des gendarmes mobilisés en nombre

Notons au passage que durant les négociations, les kidnappeurs ont formellement interdit au fils de l’otage de prévenir les forces de l’ordre mais celui-ci à tout de même informé la gendarmerie. Plusieurs éléments des Groupements de gendarmerie de l’Atsimo Atsinanana, Ihorombe et Matsiatra-Ambony ont été mobilisés pour la surveillance des accès menant à Vondrozo.

Dans la soirée de dimanche dernier, les gendarmes ont reçu un renseignement comme quoi les individus qu’ils recherchaient ont regagné leur hôtel à bord d’un véhicule 4?4. L’intervention des gendarmes a porté ses fruits car les 7 kidnappeurs ont été interceptés dans la nuit de dimanche vers 21 heures 30. Un pistolet automatique a été retrouvé sur l’un d’eux. L’otage a été libérée saine et sauve.

Ando Tsiresy

News Mada0 partages

Infrastructure scolaire : l’ONG MDF poursuit son périple

L’ONG Madagascar development fund (MDF), avec l’appui permanent de ses partenaires, poursuit ses actions visant à  résoudre le problème de vétusté et de manque de capacité d’accueil de la majorité des établissements  publics, notamment dans les zones rurales. Une nouvelle école d’un petit village dans le district de Moramanga, plus précisément l’EPP de Maroharina, vient de bénéficier de telles interventions qui ont permis à l’école de disposer de trois nouvelles salles de classe.

Les nouvelles infrastructures,  inaugurées au début du mois de décembre dernier, ont été mises sur pied grâce à un don d’une somme de 610.518.750 ariary de la famille Satin d’Angleterre, un partenaire de longue date de MDF dans l’amélioration des conditions d’études des enfants malgaches, notamment dans les milieux ruraux. Ces salles sont dotées de tous les matériels usuels (bancs, bureaux, tableaux…). Une partie de ce fonds a également été allouée à la mise en place de toilettes à trois compartiments en vue de promouvoir le respect de l’hygiène à l’école. Avec ces structures, les quelque 125 enfants en âge d’aller à l’école, mais qui n’y ont pas accès faute de capacité d’accueil suffisant, pourront accéder à l’école à partir de la prochaine année scolaire. Actuellement, 187 élèves sont inscrits dans cet établissement.

Fahranarison

News Mada0 partages

Jours feries : le mois de mai détient le record

A part le 10 janvier, le jour du grand assainissement, il y aura 12 jours chômés et payés à Madagascar pour cette année. Ils seront obligatoirement chômés, sauf pour les types d’établissement et les catégories de travailleurs qui, en raison de la nature de leurs activités, ne peuvent interrompre le travail. Le mois de mai détient le record avec 4 jours : la fête du travail le 1 mai, la fête de l’Ascension le 10, ainsi que les fêtes de la Pentecôte les 20 et 21 mai.

Si on prend en compte le 8 mars, le 15 juin et le 21 août, respectivement journée internationale de la femme, «Aïd-El-Kebir» ou la Grande Fête et «Aïd-El-Fitr», la fin du ramdam, le nombre de jours fériés remonte à quinze. Cependant, le 8 mars est la fête des femmes, donc uniquement observé par elles. Quant au 15 juin et 21 août, ils ne concernent que les musulmans.

Pour cette année 2018, trois jours tombent un mardi. Le 1er mai, la fête du travail, le 26 juin, fête de l’Indépendance et 25 décembre, jour de Noël. Toutefois, il appartient au conseil de gouvernement, probablement ce mois de janvier, de fixer définitivement ces jours fériés, et également s’il y aura un pont ou non le lundi, la veille de ces fêtes.

Sera R.

 

News Mada0 partages

Immigration : le prix du passeport s’envole

Le droit d’acquisition du passeport malgache vient d’être révisé à la hausse. Cette nouvelle donne entre en vigueur à partir de ce mois de janvier avec une augmentation de l’ordre de plus de 70%, soit de 110.000 à 190.000 ariary.

Un responsable au sein du Service central du contrôle de l’immigration et l’émigration au sein du ministère de la Sécurité publique, joint hier au téléphone, a évité d’apporter une quelconque explication à cette mesure sous prétexte qu’il n’a pas eu l’aval de son supérieur qui était injoignable. Alors que les usagers attendent une justification de cette hausse exagérée de la vignette pour acquérir ou renouveler un passeport, alors que la qualité de service laisse à désirer. Mis à part les mésaventures des usagers durant les procédures de confection de passeport, d’autres problèmes techniques surviennent  fréquemment empêchant la délivrance des passeports à temps.

Fahranarison  

 

News Mada0 partages

Alaotra : réhabilitation provisoire de la RN44

La RN44 fait l’objet de travaux de réhabilitation. Pris en charge conjointement par la région et les usagers, faute de financement de l’Etat certainement, les travaux ne portent que sur une infime partie de l’infrastructure.

Les travaux de réfection de la RN44 débutent actuellement dans la région Alaotra Mangoro sans pour autant  résoudre le problème d’enclavement de la zone.  Il a été décidé à l’issue de la dernière réunion des transporteurs et de la région, en effet, que les chantiers devront seulement être focalisés sur cinq points noirs de cette route totalement délabrée. Les usagers doivent aussi participer aux travaux, selon le chef de la région qui reste flou sur d’éventuels financements de ce projet. Normalement, les particuliers ne sont aucunement concernés par les travaux devant être effectués sur les routes nationales, selon le statut particulier pour ce genre d’infrastructure publique. L’immixtion de ces opérateurs étrangers aux travaux publics dans la réhabilitation de la route nationale n’augure rien de bon d’ailleurs.

Les transporteurs de voyageurs exploitant cette ligne ont été désignés pour assurer les travaux de réfection dans la zone du « Pylône » tandis que les camionneurs s’occupent des quatre autres points noirs dans un délai de 15 jours.

Manou

 

News Mada0 partages

Chronique : femme ou homme de l’année

2017 est décidément une année aussi triste que stérile. Elle n’aura permis de distinguer une personne singularisée soit par une réussite remarquable, soit par une sagesse de comportement sans discontinuité spécialement méritoire, couronnée de résultats autant probants que prometteurs. On ne va pas pour autant inverser la question et désigner une personne qui s’est illustrée par des actes scandaleux, le choix serait du reste  difficile tant des individus du genre par d’innombrables coupables commissions classées dans les oubliettes, ont ponctué 2017. Dans cet ordre de pensée

il eut été pourtant tentant de porter le suffrage pour l’un ou l’une parmi les illustres présumés innocents, poursuivis par la justice en raison de lourdes suspicions, qui ont gagné de l’audience et en raison de leur visible proximité avec le pouvoir et suite à de spectacles rocambolesques qui ont émaillé les conditions de leur arrestation.

Faute de grive devrait-on se contenter d’un merle, et de se perdre dans des prospectives à établir une liste de nominés pour le choix de la Personne 2018 ? Même pas la chance de le faire. Une fois encore plus longue serait la liste des recalés, de plus le choix pourrait porter contradiction aux résultats de l’élection présidentielle. Le public lui-même risque un paradoxe, élire Président l’un des individus préalablement disqualifiés.

Tout, à l’évidence, dépend du niveau de sensibilisation des électeurs. Ce n’est pas gagné d’avance, raison qui pousse des candidats à battre campagne de si tôt. Alors il serait peu responsable et peu citoyen de rester spectateur et de se contenter de voter, puis par la suite de se plaindre du mauvais choix des autres. Il faut profiter de cette ouverture précoce des débats, et y plonger en répandant autour de soi ses avis et remarques. S’il n’est pas dans le style de tous de mener propagande en faveur d’un tel ou de tel autre, d’ailleurs le moment n’est pas venu, à partir du vécu il serait plus aisé pour certains d’initier et pour tous de s’immiscer dans un débat relatif au changement de méthode et de cap, afin d’établir le profil d’individu à disqualifier pour exercer la fonction. Sans nécessité de mettre un nom sur les recalés, on assistera à un resserrement naturel de la liste, l’ambition étant de convaincre les prétendants que l’autorité change de camp : il ne leur appartient plus de manipuler le public, c’est l’opinion qui dicte ce que le peuple attend d’eux.

Léo Raz

News Mada0 partages

Madagascar il y a 100 ans

Pour développer le cheptel malgache

Un de nos confrères de Madagascar préconisait la mise en valeur des pâturages de la Grande Île en attribuant des terrains aux particuliers ou aux sociétés qui pratiquent l’élevage.

Un autre confrère, les Petites Affiches de Majunga, s’élève contre cette opinion, du moins en ce qui concerne la côte occidentale.

Dans tout l’Ouest, assure-t-il, la transhumance est une règle et une nécessité pendant la saison sèche, les troupeaux paissent dans le fond des vallées et sur le haut des plateaux quand arrivent les pluies. Le rédacteur de la Revue agricole est convaincu qu’il faut un parcours de 10 000 hectares pour un troupeau de 5 000 têtes, mais le même parcours n’est-il pas aussi nécessaire pour un troupeau de 1 000 têtes et même de 100 têtes ?

Avant la conquête, le premier ministre envoyait ses troupeaux dans les riches herbages d’Andriamena, d’Ankoala et d’Ambalanjanakamby. Tous les vieux colons connaissent ce fait ; ils savent également qu’aujourd’hui les troupeaux des régions voisines font de même et convergent, dès le début de la saison sèche, vers cette magnifique prairie naturelle.

Dans ces conditions, qu’arriverait-il si l’Administration concédait des parties de cette région à un particulier ou à une société ?

« Les troupeaux du Kamoro, de la Betsiboka et de l’Ikopa, répond notre confrère, ne pourraient plus transhumer et disparaîtraient rapidement. »

Ce serait, en effet, un moyen bien singulier de conserver le cheptel de l’île. Au surplus, la région occidentale est appelée à devenir, un jour qui est peut-être prochain, un pays essentiellement agricole, et de céder des terrains dans cette partie de la colonie, même pour faciliter l’élevage en grand, serait enlever de vastes espaces à la culture.

Pour conserver le cheptel malgache, les pâturages doivent donc rester communs.

Le Courrier colonial

Accident

Dimanche dernier, sur la route de l’Ivoloina, une automobile qui portait quatre personnes heurta la charrette d’un Malgache, fit une embardée et chavira.

L’un des passagers eut seulement de légères contusions, les autres en sortirent indemnes. La voiture seule a été fortement endommagée.

Le Tamatave

www.bibliothequemalgache.com

 

News Mada0 partages

Hevitra mandalo,Resaky ny mpitsimpona akotry : fahendren’ny Filoha

Vitsy angamba no diso fanantenana. Tsy dia maro manao akory mantsy ireo niandry manokana ny lahatenin’

ny Filoham-pirenena toy izay nanazarana ny vahoaka isaky ny faran’ny taona. Nisy moa ny fanazavana avy amin’ireo tandapa mikasika ny anton’izany, fanazavana tsy dia maharesy lahatra. Ny mponina efa madisadisa be ihany miaina amin’ny zava-misy. Rehefa miresaka mivantana aminy anefa ny Filoha noho izao fiafaran’ny taona izao dia rariny raha manao jery todika izy, itarafana ny dingana vita vokatry ny ezaka natao. Tsy ny ezaka anefa no entin’ny vahoaka hitsarana ny asa, vokatra azo tsapain-tànana no andrasany. Tsy vonona hiady hevitra anefa ny olona, ka na inona na inona zavatra alahatry ny Filoha dia tsy hahita rariny eo amin’ny fetra sy fatra izay hany ampiasain’ny olona : ny vary mahafeno vilia na tsia ! Lasa ohatry ny hoe mitantara lainga sanatria ilay raiamandreny. Ny tsy fitenenany dia fanajana tena sady fanajana ny vahoaka noho ny tsy famahana azy zavatra mbola ilaina famarinana izay laviny noho ny fasahiranana any rery tsapany. Ny fanomezana toky koa etsy andaniny dia tsy mandaitra intsony amin’ny mponina efa leo fampanantenana. Fanajana ny vahoaka, araka ny hevitro, no nasehon’ny Filoha tamin’iny fahanginany iny. Rehefa nanaja tena toy izany anefa dia nifehy tena koa tsy afaka naneho firarian-tsoa ho an’ny vahoaka sy ny firenena. Tsy fidiny azy anefa izany ka tsy mety ny fanaovana alahelo, fa samy any am-po any mirary soa ho an’ny Filoha sy ny fianakaviany mba ho lava andro izy. Ny firariana ho fahalavany andro anefa tsy mitory velively faniriana ny faharetany eo amin’ny fitondrana. Mba hisorohana ny mety fitrangan’ny korontana eto amin’ny firenena dia tsofin-drano izy mba hatafita soa am-antsara ny fe-potoana nifanekena arakiny ny Lalam-panorenana, izany hoe mandra-piherin’ny taona. Araky ny fihetsiketsehana hita etsy sy eroa,  fantatra fa manam-pikasana hilatsaka amin’ny fifidianana manaraka ny Filoha amperin’asa. Arahaba soa, samy nohosoran-dreniny menaka ny mpifaninana amin’

izany. Sakamalaho sy havozo samy manana ny hanitra entiny.

Raha mangigina aza ny mponina, tsy mitsahatra manara-maso anefa. Ary raha misy fikitikitiana amin’ny fotoana farany toy izao ireo fitsipi-dalao dia famolapolahana fotsiny ny lalàna ho fitaovana arak’izay mahasoasoa ny tena izany, araky ny hevitry ny besinimaro. Any amin’ny trano fisainana mialoha ny fandatsaham-bato no maneho ny fanamelohana ireo mpifidy mazava saina.

Léo Raz

News Mada0 partages

Us et coutumes : loups et agneaux

Les astres annoncent 2018 dans une phase favorable du cycle « entre abondance et crise » qui cadence l’économie. Si les plus puissants se frottent les mains et aiguisent les ongles, cette perspective oblige les plus faibles parmi lesquels Madagascar, à redoubler de vigilance. Le système en apparence civilise les méthodes, il en va autrement dans la pratique. L’élevage engraisse le cheptel pour alimenter en qualité et quantité les abattoirs. Ce schéma vaut pour l’économie intérieure, sauf que les pasteurs locaux plus qu’à préserver le troupeau ne résistent pas à la tentation de tondre le max du peu de laine sur le dos des agneaux. Président à la tête d’un troupeau de tondus, rasés, pelés n’ayant que peau lisse sur les os, (et la police sur le dos), seul objet de leur conquête cette année.

 

News Mada0 partages

Bd : « lundi noir » disponible au pays

Au mois de novembre dernier, les deux amis bédéistes, Pov et Dwa, ont  sorti leur troisième ouvrage intitulé « Lundi noir sur l’île rouge ». Il a été présenté officiellement lors de la 10e édition du festival Cyclone BD à La Réunion.  Ainsi, les deux artistes ont annoncé officiellement que cette nouvelle bande dessinée est désormais disponible à Madagascar, à la librairie Des livres et nous chez Tanà Water Front à Ambodivona.

Après « Megacomplot à Tananarive » et « Cout d’état à Tamatave », Pov et Dwa ont réalisé leur troisième livre intitulé « Lundi noir sur l’île rouge ». Selon les deux artistes, ils ont été inspirés par la situation du 26 janvier 2009, lors de la crise politique qui s’est tenue dans la capitale. « Nous avons noté en détail chaque étape important de cette crise », a expliqué Dwa. Ensuite, depuis 2012, ils se sont penchés sur ce projet et ont commencé à trouver une histoire fictive pour orner le tout.

Au fait, « Lundi noir sur l’île rouge » raconte l’histoire de Looms, un jeune musicien qui rêve de vivre de son art. Le 26 janvier 2009, lors des émeutes qui se sont tenus dans la capitale, il a sauvé Nina, piégée dans un magasin en feu. Ayant eu tout de suite un coup de foudre pour la jeune femme, cette dernière est pourtant fraîchement fiancée à un homme d’affaires cupide et arrogant. Avec cette situation chaotique, le couple rencontre des obstacles…

Holy Danielle

Ino Vaovao0 partages

TSARAMANDROSO : Tsy matahotra mpiambina mihitsy ny mpamaky trano

Araka ny nambaran’ny tompon’ny tsena dia nanana fotoana mihitsy ireo mpangalatra nanao ny asa ratsiny ary tsy matahotra akory ireo mpiambina maro manodidina. Telo lahy izy ireo no tonga teo. Ny iray nandrahona ireo mpiambina manodidina amin’ny basy, ny faharoa namaky ny trano fivarotana ary ny fahatelo mijerijery. Tsy afa-nihetsika ireo mpiambina hafa fa dia nijery ny nataon’ireo mpangalatra sisa. Ny tena mpiambina ilay tsena moa tsy hita.

Mpiambina iray nahery fo no tafaporitsaka ka niezaka nampitahotra ireo mpangalatra tamin’ny tora-bato, saingy tsy nampihontsona ireo olon-dratsy izany fa vao mainka nandrahona ireo mpiambina manodidina izy ireo. Nanavatsava tany ambadiky ny pavillon ilay mpiambina, niantso ny zandary saingy nanambara ny nandray ny antso fa tsy misy fiara izy ireo. Hany heriny nanatona ireo mpiambina teo amin’ny station total sy Boa ka ireo no nanoro hevitra azy ho any amin’ny biraon’ny polisy.

Nandray bajajy izy nandeha tany ka ny polisy Santraly no nandefa ny Fip. Nanapoaka basy ny Fip rehefa tonga teo akaiky, araka ny fitantaran’ilay ramatoa hatrany ka io no nampandositra ireo jiolahy. Tamin’iny volana desambra iny dia miisa fito ireo famakiana trano mitam-basy toy izany ary tsy matahotra ny olona tafihiny sy ny fokonolona mihitsy ireo jiolahy. Mbola mihantsy ny mpitandro filaminana mihitsy aza izy ireo.

Vanessa

Ino Vaovao0 partages

FITSENANA NY TAONA VAOVAO TAO MAHABO : Sefo fokontany iray indray no maty voatifitra

Sefo fokontany iray tao amin’ny Fokontanin’Anjahatelo, Kaominin’Ampanihy indray no maty voatifitra sy novonoina tamin’ny fomba feno habibiana, ny 1 janoary  lasa teo iny. Araka ny tatitra voaray avy any an-toerana hatrany dia ny alin’ny fitsenana ny taona vaovao no tonga nihaodihaody tao amin’io tanàna io ireo olon-dratsy, ka tokony ho tamin’ny iray ora maraina tany ho any vao nanomboka ny fifandonana mahery vaika. 

Tsy voafaritra mazava ny isan’ireo dahalo nirongo fitaovam-piadiana sy zava-maranitra tonga nampihorohoro ny vahoaka ka ilay Sefo fokontany atao hoe Jean Christophe no nindaosin’ny fahafatesana tsy fidiny vokatr’izany. Miaina ao anatin’ny fahoriana tanteraka ireo mponina manoloana ny zava-misy satria tsy mahita vahaolana hanoherana ny zava-mitranga  izy ireo. 

Ankoatra ny fakana an-keriny, izay mateti-piavy manodidina ny tanàna dia manampy trotraka ihany koa ny fandatsahan’aina ataon’ireo mpandroba. Miezaka mifampandre sy mifamonjy ihany ireo mpiara-monina mandritra ny fisehoan’ny fanafihana saingy vao mihetsika mba te hampiseho hery hanoherana ireo malaso dia  fahafatesana no miandry azy ireo. Porofo mivaingana ny nahazo ity Sefo fokontany ity. Vao miandoha ny taona, hoy ireo mponina any an-toerana dia loza mahatsiravina avy hatrany no nitranga. Vaky vava izy ireo amin’izao fotoana izao satria toy ny tany tsy misy fanjakana ny tany misy azy ireo. Miezaka mampandre ireo tompon’andraiki-panjakana ambony, etsy andaniny ny fampandrenesana amin’ny fampahalalam-baovao isan’andro  saingy mbola tsy ahitam-bokany hatreto. Vao mainka aza mitombo isa ny tranga mahatsiravina miseho ao amin’ity Distrika ity.

Notifirina sy nokapaina famaky ilay sefo fokontany rehefa niezaka niaro ny fanananyAraka ny fanampim-panazavana voaray ihany dia voalaza fa noho ny fiantsoana vonjy nataon’ity rangahy ity no nahavoatifitra azy tamin’io fotoana io, rehefa teo am-pivoahana ny trano. Fantatra fa voatifitra  teo amin’ny lamosiny ny tenany ka nivoaka teo amin’ny tratrany ny bala, hany ka maty tsy tra-drano avy hatrany izy. Tsy vitan’izay ihany anefa fa mbola nokapakapain’ireo  olon-dratsy tamin’ny antsy ka potika tanteraka ny vatana mangatsiakany. Mafy sy mangidy tamin’ireo mponina ny zava-niseho saingy tsy afa-manohitra izy ireo noho ny hery tsy mitovy. Manampy trotraka ny fahabetsahan’ireo andian-dahalo tonga nanafika ka  vao mainka nanahirana ny manodidina ny fiezahana nanavotra ny ain’ ity sefo fokontany ity.

Taorian’ny tranga nahatsiravina rehetra, izay vao sahy nampandre ny zandary ny mponina sasantsasany ka teo vao nanomboka ny fanarahan-dia sy ny fikarohana ireo mpandrava. Nisy tamin’ireo fokonolona koa no tonga  nanampy ireo zandary ka raha ny tatitra voaray hatreto dia mbola tsy hita popoka ireo nahavanon-doza hatramin’izao. Izany hoe ity sefo fokontany ity indray  izany no nindaosin’ny fahafatesana ka mampihoron-koditra ny mponina any an-toerana , izay marihina fa tao anatin’ny fanombohan’ny taona mihitsy no nitrangan’ny loza.

Omby miisa roa ihany no lasan’ireo dahalo

Marihina fa omby miisa roa no fantatra fa lasan’ireo malaso nitsoaka tamin’io fotoana io  ka tsy tafaverina intsony. Raha ny fanazavan’ireo fokonolona aza dia nanantena ny handroaka omby betsaka ireto mpandrava saingy efa hita taratra ankehitriny ny fahalanian’ireo omby ao an-toerana. Izany ihany koa no mahatonga azy ireo tonga dia mamono avy hatrany rehefa tsy mahafa-po azy ireo ny fananana azony. Manoloana izay tranga izay dia manahy mafy ireo vahoaka monina ao an-toerana satria tsy misalasala intsony ireo mpandroba mamono sy mitifitra, tsy vitany hoe lany tamingana fotsiny  ny fananan’izy ireo fa manaraka hatramin’ny aina ihany koa. Hatreto aloha dia mbola azo lazaina fa tsy misy ny vahaolana avy amin’ny fanjakana amin’izao loza miseho izao  ary tapitra lany fanahy mbola velona avokoa ny ankamaroan’ny mponina. Nohamafisin’izy ireo hatrany aza fa « na ireo mpitandro filaminana » tokony hoantenaina amin’ny fitrangan’ny fanafihana aza ahiahiana ireo sasantsasany sao izy ireo koa no ambadik’izao raharaha maloto izao. Mbola misokatra ny fanadihadiana sy fikarohana hatreto.

Miandry ny rariny sisa ireo vahoaka madinika

Manoloana ny firongatr’izay tsy filaminana ao an-toerana izay hatrany dia nanamafy ireo mponina fa miandry ny rariny sy ny fandraisan’andraikitra avy amin’ireo mpitondra sisa izy ireo. Raha ny angom-baovao voaray nandritra ny volana maro izay dia tsapa fa potika sy ravan’ireo dahalo ny asa fiveloman’ny mponina, vono olona sy ny fakana an-keriny tsy misy fiafarana no mitranga isanandro. Tsy mitsahatra ny manantena ny fepetra horaisin’ny mpitondra izy ireo  hatreto na dia efa  hita aza fa mbola tsy misy fandraisan’andraikitra raisin’ny fanjakana. Andrasana hatrany izay mety ho fivoaran’ny toe-draharaha ao amin’ity Distrika ity amin’izao fotoana izao.

Tatianà R.

Ino Vaovao0 partages

AMBANJA : Terena hividy tapakila 20 000 Ariary ny mpiasan’ny kaominina

Nahazo ny atao hoe «  13ème mois  » ny mpiasan’ny kaominina ambonivohitra Ambanja tamin’ny volana desambra teo. Natao izany mba hampirisihana hatrany ny mpiasa tsirairay amin’ny andraikitra sahaniny amin’ny fampandrosoana ny tanànan’Ambanja. 

Araka ny lalàna velona dia anjaran’ny «  percepteur  » no mamoaka ny vola handoavana izany «  13ème mois  » izany. Nanaiky hamoaka izany vola izany ny tompon’andraikitra saingy araka ny loharanom-baovao, nanao alim-pandihizana ao amin’ny «  Bar- Disco  » iray ao an-toerana izay tantaniny Ramatoa «  percepteur  » ny alin’ny alahady teo ka notereny hividy tapakila 20 000 Ariary tsirairay ireo mpiasan’ny kaominina. Tezitra amin’ny fihetsik’ity tompon’andraikitra ity ireto farany ary nampiaka-peo.

Eny fa na ny olon-tsotra any an-toerana aza dia manameloka ny fanamparam-pahefana ataon’ity tompon’ andraikitra ity. «  Tsy tokony noterena hividy tapakila 20 000 Ariary izahay satria araka ny fantatray 4000 Ariary ny vidim-pidirana amin’izany alim-pandihizana izany. Ireo olona nahazo fanasana manokana no mandoa 20 000 Ariary. Na izany aza tsy tokony noterena hividy tapakila izahay. Iaraha-mahita ny fahasarotam-piainana misy ankehitriny  », hoy ny mpiasan’ny kaominina sasany tafaresaka tamin’ny mpanao gazetinay omaly. Manoloana izao fanamparam-pahefana ataon’ity tompon’andraikitra ity izao sy fitiavan-tena diso tafahoatra asehony dia miantso ny fanjakana mahefa fa indrindra ny minisitry ny vola  ny mpiasan’ny kaominina mba handray fepetra.

Pounie sy A.Lepêcheur

Ino Vaovao0 partages

FITSENANA NY TAONA VAOVAO : Hetsika maro no nisy tao an-tampon-tanànan’i Sambava

Raha ho an’ny distrikan’i Sambava manokana izao dia hetsika maro samihafa no hita tao an-tampon-tanàna. Dihy sy horakora-pifaliana mantsy tamin’ny ankapobeny no nandraisan’ny mponina ny taona vaovao, isan’izany ny tao amin’ny “hotel restaurant Le Capricorne”. Re nanakoako eran’ny tanàna ihany koa ny anjomaran’ireo fiangonana maro samihafa izay namparesaka ny tanàna, araka ny fanadihadiana. Tsy vitsy ihany koa ireo namonjy toeram-pilanonana niaraka tamin’ny fianakaviana. Ankoatra ireo dia toerana maro ihany koa no nahitana alim-pandihizana tao Sambava, isan’izany ny tao amin’ny Tranompokonolona.

Etsy andaniny dia nisy ireo teratany vahiny any an-toerana izay nivondrona tamin’ny toerana iray mba hiara-paly tamin’iny fetin’ny faran’ny taona, singanina manokana amin’izany ireo teratany sinoa. Etsy ankilany dia nanana ny lanonany manokana ihany koa ireo mpandraharaha mahakasika ny vokatra lavanila mba hitsenana ny taona 2018. Araka ny fantatra dia maro ihany koa ireo vondron’olona isaky ny fokontany izay niray hina ka nanao lanonana madinidinika tany anivon’ny faritra misy ny tsirairay ihany. 

Nandritra izany hetsika rehetra izany dia tsy nandry mandra-maraina ny polisim-pirenena nitandro ny filaminana. Amin’ny ankapobeny dia nilamina tanteraka ny fety tao amin’ny renivohitry ny faritra Sava.

Lucien R.

Ino Vaovao0 partages

FETY TAO MAHAJANGA : Nifanitsa-kitro ny olona teny amin’ ny “Bord de la mer”

Manoloana izany indrindra dia hatramin’ny harivan’ny alatsinainy teo dia tsapa ho nafana tanteraka ny tampon-tanànan’i Mahajanga. Maro ireo nikarakara lanonana maro samihafa ary isany nampiavaka ny andron’ny faran’ny taona sy ny taom-baovao ny fisian’ireo zavamaneno re isaky ny elakelan-trano. Isany tena  nampiavaka ny fety tao Mahajanga kosa tamin’ity fitsenana ny taona vaovao ity ny  hamaroan’ny olona tonga teny amin’ny moron-dranomasin’i Mahajanga na ny «  Bord de la Mer  ».

Araka ny fanazavana, ny tsy fisian’ny rotsak’orana no isany nandresy lahatra ny mponina hivoaka hamonjy io toerana io. Etsy ankilan’izay dia tsy vitsy ihany koa ireo mponina no nanokana fotoana nifamangiana rehefa fotoanan’ny taom-baovao ka nahamaro ireo olona hita nifamezivezy eran’ny tanàna. Tsy toy ny mahazatra kosa fa hita ho somary nangingina ny tao an-tsenan’i Mahajanga, araka ny fanadihadiana. Maro amin’ireo olona hita ao Mahajanga amin’izao fotoana izao no mpiavy.

Izany hoe nanao fanahiniana ny hanao fety ao amin’ny renivohitry ny faritra Boeny mihitsy. Tafiditra ao anatin’izany ireo olona avy aty Antananarivo, ireo avy any amin’ny nosy Mayotte, avy any La Réunion. Tsikaritra ihany koa fa nanao ny asany sy ny andraikiny ireo avy eo anivon’ny fitandroana ny filaminana nandritra ny fety.

Lucien R.

Ino Vaovao0 partages

EPP FANANTENANA : Dobo rano ny efitrano fianarana rehefa tonga ny orana

Tonga hatreny an-dohalika ny rano ka tsy afaka mianatra ny mpianatra. Rehefa lasa indray ny rano dia mametraka fotaka ka tsy maintsy miditra amin’ny fanadiovana lehibe. Io no nampitaraina ny talen’ny sekoly ny alakamisy teo, raha nitondra fanomezana ho an’ireo mpianatra ny fikambanana Sos Mon people.

Vatomamy, biscuits, borosy nify sy kaopy no natolotry ny fikambanana ho an’ireo mpianatra rehetra.  Ity sekoly ity no nosafidiana satria tao no nianatra ny filohan’ny fikambanana Ramananarivo Ginot fony izy mbola kely. Nitsidika ireo efitrano fianaran’ny taona fahadimy A sy B izy ireo ary nahita ireo fotaka nameno ny  efitrano. Nanaiky ny handray an-tanana ny fampiakarana ny fanambanin’ny efitrano ity fikambanana ity. Hisy ny fizahana sy fanombanana ny asa hatao ary rehefa vita izany dia hiditra amin’ny fanamboarana izy ireo.

Tsiahivina fa anisan’ireo Epp niorina voalohany teto Mahajanga ity Epp Fanantenana ity. Mpianatra an’arivony maro no efa novolavolaina tao nefa tsy mba misy fanatsarana io sekoly io. Ity fikambanana ity izany no nanaiky hamaha olana ireo zana-bahoaka maniry hianatra am-pahatoniana.

Vanessa

Ino Vaovao0 partages

FIKAMBANANA K3F : « Nisotro ny mangidy ny vahoaka tamin’ iny taona lasa iny »,

Raha hatao indray mijery dia azo lazaina ho mafy ary tena nitondran’ny ankamaroan’ny vahoaka Malagasy fahoriana iny taona lasa iny. Raha tsy hilaza fotsiny hoe, tokantrano maro no tsy afaka mihinana vary ara-dalàna intsony noho ny tsy fahatakarana ny vidin’ny eny an-tsena intsony. Vao nigadona ny taona 2018 dia nisy fanambaràna navoakan’ny teo anivon’ny fikambanana K3F na ny Kaomitin’ny fahamarinana, fandriam-pahalemana ary fiadanana avy ao Fianarantsoa. 

Niompanan’ny fanehoan- kevitr’ireo mpikambana tamin’izany ny tomban’ezaka manokana teo amin’ny fiainan’ny vahoaka Malagasy tamin’iny taona lasa iny. Nisotro mangidy ny vahoaka ary tena niaritra ny tsy rariny, hoy ny votoatin’ilay fanambaràna. «  Fahatsiarovana mangidy miraikitra ao an-tsain’ny Malagasy raha ny fiainam-pirenena tamin’ny taona 2017. Niseho lany tamin’ny lafiny maro ny tsy fandriam-pahalemana izay namoizana ain’olona maro sy naharava fananana tsy hita pesipesenina. 

Tao ny asan-dahalo sy ny areti-mifindra izay tsy nahafa-bela ny ankolafin’olona rehetra, mpitondra fivavahana, tantsaha, mpitsara, mpampianatra sy ny maro hafa  », hoy ny ampahany tamin’ny fanambaràn’ny K3F. Notsipihin’izy ireo mafy fa noho ny tandrevaka teo amin’ny fitantanana ny fiainam-pirenena nataon’ny mpitondra am-perin’asa no nahatonga ny fitotonganan’ny fiainam-bahoaka tahaka izao. Tsy nisy, hoy hatrany izy ireo, ny vahaolana maharitra avy amin’ny fanjakana fa toa fepetra vonjy tavanandro izay tsy misy fiantraikany mivantana amin’ny fahantran’ny vahoaka no mahamaika ny mpitondra.

«  Zary vonjy tavanandro fa mbola tsy mipaka amin’ny fiainan’ny maro an’isa ny fandraisan’andraikitra nataon’ny mpitondra amperin’asa. Noho izany takiana tsy misy fepetra amin’izy ireo ny handraisany vahaolana maika hiadiana amin’ny tsy fandriam-pahalemana, ny fahantrana ary ny tsy fananan’asa  », hoy hatrany ny fikambanana K3F. Marihina fa tsy vao sambany no nanao fanambaràna tahaka izao ity farany fa nisy hatrany ny fanehoan-kevitra nataon’izy ireo mahakasika indrindra ny tsy firaharahian’ny mpitondra ny lafiny ara-tsosialy izay tena maharary ny vahoaka ankehitriny.

Avotra Isaorana

Ino Vaovao0 partages

FETIN’NY TAONA VAOVAO : Nampifaly voafonja 1 500 sy olona sahirana 500 ny IMT

Ankoatra ny tsipaipaika teo amin’ireo mpikambana Imt mielim- patrana manerana an’i Madagasikara sy any ivelany dia nanohana ihany koa ireo mpiara-miombon’antoka. Anisany nanohana izao hetsika nokarakarain’ny Imt izao i ramatoa Lucra, izay mpandraharaha ara-pizahantany ao Toamasina.

Tafiditra tamin’io hetsika «  Mille sourires  » io ny  fanomezana sakafo ho an’ireo voafonja ao Ambalatavoahangy. Voafonja manodidina ny 1 500 no nahazo sakafo sy fiarahana miala hetaheta ary hetsika ara-kolontsaina. Nisy vakodrazana sy fampandihizana nataona mpikosoka kapila (Dj). Nandritra ny fanazavana tamin’ny mpanao gazety, dia nidera izao hetsika nataon’ny Imt izao ny talem-paritry ny fandraharahana ny fonja Toamasina, Mahatama. Ity farany izay nanipika fa tsy vao sambany izao fa efa maro ireo tolo-tanana nataon’ny Imt ny fonjan’Ambalatavoahangy.

Teo ny fanampiana ny toeram-pitsaboana ao anatiny. Nisy koa ny fanolorana boky sy ny maro hafa. Ho an’ny avy amin’ny Imt tamin’ny alalan’ny filohany, Yvan Fabius kosa dia nanipika fa manana zo hifety tahaka ny olona rehetra ireo voafonja. Izany no antony nisafidianana ny fonja mba hanomezana tsiky an’ireo voafonja. Ankoatra izay, dia nanolotra sakafo ho an’olona manodidina ny 500 avy amina fianakaviana sahirana ny Imt. Teo amin’ny lapan’ny tanàna no nanatanterahana izany. Anisany tonga nanotrona izao hetsika natao tao Toamasina izao ny filohan’ny Imt Diaspora, Haja Angélin. Ity farany izay miasa sy monina any Frantsa.  

Kamy

Tia Tanindranaza0 partages

Miakatra indray ny vidim-bary700 Ar ny iray kapoaka amin’ny makalioka

Na dia efa nisy aza ny ezaka nataon’ny Ministeran’ny Varotra tamin’ny fanafarana vary avy any ivelany mba hahafahana mampihena ny vidim-bary eto an-toerana, indrindra fa ny eto an-drenivohitra dia mbola tsy mitsaha-miakatra hatrany ny vidim-bary, indrindra fa ny vary zana-tany.

Lohalaharana amin’izany ary tena mampitaraina ny maro ny vary makalioka izay efa tafakatra 700 Ar ny iray kapoaka ankehitriny, 2.450 Ar ny iray kilao raha 122.500 Ar ny iray gony. Raha araka ny fanadihadiana natao dia vokatry ny tsy fahampian’ity karazam-bary iray ity miakatra eto an-drenivohitra no antony mampidangana ny vidiny noho ny haratsian’ny lalana ateraky ny rotsak’orana. Ho an’ireo karazam-bary hafa indray toy ny vary gasy dia 650 Ar ny iray kapoaka, , 630 Ar ny riz de luxe raha 600 Ar ny tsipala. Tsy misy intsony ny vary kapoakam-bary 500 Ar mihoatra ankoatra ny vary stock. Ho an’ireo karazana kojakoja ilaina amin’ny fiainana andavanandro moa dia ny siramamy no nahitana fiakarany kely ny vidiny nandritra ny faran’ny taona teo noho ny fanararaotan’ireo mpivarotra.

Pati

Tia Tanindranaza0 partages

Fahavaratra, rano miakatraFotoanan’ny aretin-kibo, tokony ho mailo ny rehetra

Ny vanim-potoanan’ny fahavaratra tahaka izao no fotoanan’ny aretin-kibo noho ny habetsahan’ny ranon’orana sy ny fiakaran’ny voankazo maro samihafa eny an-tsena. Mila mailo ny tsirairay manoloana izany, raha araka ny fanazavan’ny dokotera Fidy Bariniaina.

Tokony ho rano nampangotrahana hatrany no sotroina fa tsy izay rehetra hita, hisorohana ireo karazana mikraoka tsy hiditra any anaty kibo. Tokony manasa tanana matetika ihany koa ny rehetra hoy izy mialohan’ny hikarakarana sakafo, hisakafoanana ary aorian’ny fandehanana any amin’ny trano fivoahana. Tokony sakafo masaka tsara ihany koa no hanina raha madio tsara izany ho an’ireo  karazany hanina manta,  tsy simba, tsy lo, tsy masiso ka ho an’ireo karazany tehirizina anaty boaty dia tsara raha jerena tsara ny daty fara-fihinanana izany sy ny boatiny sao sanatria efa mibontsina. Ho an’ny voankazo indray izay nomarihin’ny dokotera Fidy Bariniaina fa tokony hitondra fahasalamana ho an’ny tsirairay  ny fihinanana azy dia tsara raha hanina amin’ny antonony  sy amin’ny karazany maro.

 

Pati

Tia Tanindranaza0 partages

Ny omaly tsy miova

Somary mangingina aloha hatramin’izao ny resaka politika noho isika vao avy niatrika ny fetin’ny faran’ny taona sy ny fitsenana ny taom-baovao. Mbola somary mipiripirina ny rehetra, saingy isan’ny zavatra lehibe hitodihan’ny sain’ny maro izao dia ilay fifampiharahabana noho ny asaramanitra eny amin’ny Lapam-panjakana Iavoloha ny 05 janoary ho avy izao.

Mazava ho azy, fa handeha ny hanim-pito loha ho an’ny mpitondra sy ireo nasaina, raha toa ka zara raha misy hatoraka ny sarambabem-bahoaka amin’izao fotoana izao, toy izay efa miseho isan-taona, fa dia ny omaly tsy miova hatrany. Mitana ny sain’ny maro kosa ny hoe iza amin’ireo filoha teo aloha no ho avy amin’io fotoana io? Hatramin’izay aloha dia toa namaly ny antso hatrany ny filoha teo Didier Ratsiraka sy Marc Ravalomanana, fa ny amin’ity kosa no tsy hay, ka dia andrasan’ny rehetra izay hiseho. Somary mafampana ny toe-draharaha politika, indrindra taorian’ny fanambarana nisesisy nataon’I Marc Ravalomanana, fa kandida filoham-pirenena izy amin’ny 2018. Ny avy amin’ny antoko Arema ihany koa efa nilaza fa I Deba no ho kandidany. I Andry Rajoelina aloha no hany filoham-panjakana teo aloha tsy mba hita tabilao mihitsy tao anatin’ny fifampiarahabana noho ny asaramanitra hatramin’ny nialany teo amin’ny fitondrana izay, ary tombanana ho toy izany ny amin’ity taona ity. Na inona na inona hataon’ireo filoha teo aloha, dia efa tongotra mby an-dakana kosa ny an’ny fanjakana HVM io, ka tonga amin’ilay fitenena hoe ampian-tafika tsy ampian-tafika, fa dia ny omaly tsy miova hatrany na iza ho faly na iza ho tezitra. Fotoana anefa io hitsaran’ny rehetra izay hambaran’ny filoha ankehitriny indray, izay inoana aloha fa tsy maintsy hanadio tena sy hilaza fa nahavita zavatra, ary mbola betsaka nyambara fa hatao, ka dia ny omaly tsy miova eo foana. Ny fakana ny fom-bahoaka dia inoana fa tsy hohadinoiny velively na dia efa fanesoana azy ao anaty fahantrana mangitsokitsoka aza ny filiban’ny mpitona eny Iavoloha, saingy ny omaly tsy miova hatrany e!

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Fety tany ToamasinaMpanendaka iray maty voatifitry ny polisy

Nihena be tsy tahaky ny isan-taona ny tranga noraisin’ny mpitsabo eo anivon’ny Vonjy Taitra ny Hopitaly be Toamasina tamin’ity taona ity. Raha ny tranga noraisin’izy ireo notsaboina dia niisa 85 izany ny alahady sy ny alatsinainy teo

ny 63 tamin’izany tsy maintsy nampidirina hopitaly noho ny hamafisin’ny fahavoazana, ka isany tena maro tamin’izany ny resaka tosi-dra sy ny tazomoka. Niisa 7 kosa ny lozam-pifamoivoizana notsaboin’izy ireo, niisa 09 kosa ireo ratra mafy vokatry ny ady nateraky ny fahamamoana izay nisy ny fampiasana antsy nandritra izany saingy tsy niteraka fahavoazana be loatra tamin’ilay tovolahy voany. Nisy tovolahy 2 kosa naiditra hopitaly ny alatsinainy teo noho ny fahatoranana nanjo azy ireo vokatry ny fahamamoana be loatra. Na izany dia nanomboka ny zoma teo hatramin’ny talata teo koa dia niisa 3 ireo maty tao Toamasina. Ny voalohany dia maty voatifitry ny polisy taorian’ny fanendahana nataony tao Ambolomadinika raha avy nifanenjehana izy efa-dahy mpanendaka; teo koa ny ankizilahy iray vao 12 taona monja maty vokatry ny aretina nanjo azy ka na niezaka nitondra azy hotsaboina aza ny ray aman-dreniny dia tsy tana intsony ny ainy.

 

Rakoutou

Tia Tanindranaza0 partages

Hery RajaonarimampianinaHifatraran’ny rihitra rehetra

Manodidina ny 2600Ar ny sandan’ny 1 Euro ny taona 2014 nandraisan’ny Filoham-pirenena Hery Rajaonarimampianina ny fitantanana ny firenena, ary tafakatra 4000 Ar izany aty amin’ny 4 taona aty aoriana. Mpahay toekarena sy manam-pahaizana ambony momba izany ny filoha ankehitriny, saingy toa maneso azy izany ankehitriny. Ny filoha ve izany no tsy mahay sa inona no antony tena mampitotongana ny toekarena?

Tsy vitan’olon-tokana ny fitantanana ny firenena, ary hery lehibe ho an’ny filoha ireo manodidina azy. Rehefa ireo no malemy na mohaka na tsy misaina afatsy ny aferany, dia eo no mitsotsorika ny firenena. Ny filoham-pirenena hatrany kosa amin’ny ankapobeny no iandronan’ny rihitra, saingy na izany na tsy izany dia hadisoan’ny filoha ny tsy fahafehezany na tsy fahaizany misafidy ireo mpiara-miasa aminy. Mety mba manana ny vina sy ny tanjona noheveriny ihany ny filoha, saingy tsy afa-manoatra. Tsiahivina rahateo, fa maro ireo namatsy vola azy tamin’ny fifidianana na vahiny na Malagasy, ka toa voafehy sy namaly babena angamba aloha, ary izao vao mody mikofokofoka satria akaiky ny fifidianana. Hatraiza no mety ho mbola fidangan’ny vidim-piainana eto Madagasikara eto Madagasikara raha mbola ny HVM no ho eo? Sa dia hoboriboriana fotsiny amin’ny hoe lanja miakatra ny fiainana? Tsy te hahalala izay fanazavan’ny mpitondra ny vahoaka hoe nandalo krizy isika, mbola manarina,… fa ny fahefa-mividiny sy ny any am-bilaniny no hitsarany azy hoe tany amin’ny 9 na 10 taona lasa dia nilamina sy niaina kokoa. Matoa tonga eo dia hitondra vahaolana, fa tsy vao mainka handetika ny firenena, ka ny afera maloto sy ny kolikoly no misongadina. Zary reharehan’ny mpitondra tamin’ny tetezamita ny hoe: tsy nisy fanampiana avy any ivelany, kanefa nampiodina ny raharaham-pirenena tao anatin’izany, kanefa ny fanjakana ara-dalàna aza ity tsy misy hafitsoka. Isan’ny nitondra tao i Hery Rajaonarimampianina tamin’izany fotoana izany. Tsara anefa ny mampahatsiahy, fa ny tahirim-bola tao amin’ny banky foiben’I Madagasikara, ohatra, dia manodidina ny 2 miliara dolara, ny volabe 100 tapitrisa ariary azo tamin’ny orinasa Wisco nitrandraka vy tany Soalala, ny vidin’ny fiaramanidina Force One manodidina ny 60 tapitrisa dolara,… Tsy ampy ny 10%n’ireo volabe ireo, dia hahavitana manontolo ireny hopitaly manara-penitra sy zavatra nireharehan’ny tetezamita ireny. Lany ihany ny paiso an-kady satria nanam-pahataperana ny volabe nilibana, ka na ny karaman’ny mpiasam-panjakana aza taty amin’ny fotoana faramparan’ny tetezamita, saika tsy voaloha intsony. Voatery nanipy baolina i Andry Rajoelina satria ny tsindry avy amin’ny fianakaviam-be iraisam-pirenena ihany koa mafy dia mafy. Nodokafana mafy ho nahay sy tena afaka ny hanavotra ny firenena ny Minisitry ny vola tamin’ny tetezamita, Hery Rajaonarimampianina rehefa nirotsaka ho filoha satria nambara fa na tao anatin’ny tsy fisian’ny famatsiam-bola aza, dia voafehiny ny resaka toekarem-pirenena. Izao anefa ny vokany!

Toky R

La Vérité0 partages

Air Madagascar - Vivement l'arrivée de « Tsara dia » !

La compagnie aérienne nationale, Air Madagascar, a du mal à assurer ses vols domestiques. Durant cette période des fêtes, en effet, de nombreux vols reliant les grandes villes de la Grande île ont été annulés. C'est le cas des vols partant de l'île de Nosy Be ainsi que de la ville de Toliara. En plus d'une annulation à la dernière minute, les clients se plaignent du fait que la compagnie aérienne n'a annoncé aucune précision concernant les dates de report de ces vols.

Air Madagascar a quand même apporté des explications quant à la raison de ces perturbations. D'après un communiqué paru dans un quotidien local, ces annulations sont dues à l'indisponibilité de l'appareil Boeing 737 qui dessert les vols nationaux. Toutefois, il faut rappeler que, dans sa dernière mise au point, le directeur général de la compagnie aérienne, Rolland Besoa Razafimaharo, a affirmé que : « Il est dans la priorité de la compagnie aérienne de reconquérir sa clientèle et particulièrement, ses clients malagasy, en revenant aux principes fondamentaux comme la ponctualité ou encore la qualité des services, que ce soit à bord des avions ou dans les agences ». Mais il est évident que ce retour aux principes fondamentaux donne encore du fil à retordre. Vivement donc l'arrivée de « Tsara dia ». Il s'agit de la nouvelle filiale domestique d'Air Madagascar. Elle devrait voir le jour au cours de ce mois-ci mais ne sera opérationnelle qu'au mois de juillet. A croire qu'avec la création de cette nouvelle filiale, la clientèle malagasy aura accès à de meilleurs services en ce qui concerne le transport aérien.  Recueillis par Rova R.

La Vérité0 partages

Quelle énormité !

L'année qui vient de s'achever continue de nous intéresser dans la mesure où elle a bien voulu montrer, au grand jour, les déboires du régime. La dernière en date qui nous fascine jusqu'au point de nous laisser tous pantois, ce fut cette initiative malencontreuse d'avoir coupé les salaires de certains agents de l'Etat en pleine période de fin d'année. Une énormité à ne jamais commettre surtout en ce « très » mauvais moment !

Le ministère des Finances et du Budget (Mfb) claironnait comme cheval de bataille, déjà du temps l'ancien grand argentier Rakotoarimanana Gervais, la chasse aux fonctionnaires fantômes qui, selon les techniciens, crevaient le budget de l'Etat. Dès le début de l'année 2017, les premiers responsables de la gestion de solde des agents de l'administration publique annoncèrent la couleur à qui voudraient l'entendre qu'ils allaient sévir. Chaque ministère était sommé, au niveau de chaque Direction des ressources humaines (Drh), de faire parvenir au ministère des Finances, dans les meilleurs délais, la liste des agents émargeant, normalement, au sein de leur département respectif.  Vers la fin du semestre de l'année, madame le directeur général de la gestion de solde des agents de l'Etat auprès du Mfb faisait état de quelque 10 000 agents fantômes. Après minutieuses vérifications, 4 000 parmi eux seraient, en fait, de vrais fonctionnaires. On avait brandi la menace de coupure de solde pour tous ceux qui sont en situation irrégulière. Une menace qui a été ainsi mise à exécution par ledit ministère, sans avoir pris la peine de vérifier au peigne fin et séparer le bon grain de l'ivraie. 10 000 agents de l'Etat ont vu leurs rémunérations coupées au titre du mois de décembre, tout juste avant Noël. Parmi eux figuraient des fonctionnaires (environ 4 000) en situation normale. Juste une mesure de suspension mais non de radiation, s'empressèrent de nuancer ou de clarifier les responsables auprès du Mfb. Le fait de priver de leurs salaires des fonctionnaires qui ont travaillé régulièrement, et cela, en pleine fête de fin d'année, est une salade de très mauvais goût, une farce amère. Pour une bévue, c'en est vraiment une ! Des maladresses dont ce régime excelle tout particulièrement. Des incompétences auxquelles les techniciens du Mfb n'arrivaient pas à surmonter. Selon des sources auprès du dossier, il serait question d'un problème de logiciel que les informaticiens dudit ministère n'ont pas pu maîtriser. Bien entendu, la levée des boucliers des syndicats de tous les Corps de l'Etat ne se faisait pas attendre. A noter que des fonctionnaires de toutes catégories et de tous les secteurs d'activité de l'administration se trouvaient parmi les victimes de la malheureuse et imprudente initiative.Sous d'autres cieux, de fautes lourdes de cette envergure ne resteraient jamais impunies. Des limogeages en série, sinon des démissions en vague couleraient de source. Tout au moins, des mesures de sanctions administratives. Mais étant dit et connu la prééminence de l'impunité au sein de ce régime, il ne faut pas espérer voir la moindre « punition » à tous ces fauteurs de gaffe. A preuve, le premier responsable du Mfb se permit de passer des « jours heureux », ailleurs, pendant que d'autres peinaient à s'en sortir. Tout compte fait, on se moque du malheur des autres. Mais quelle énormité madame le ministre !Ndrianaivo

La Vérité0 partages

Cabaret - Quand Nanie veut souhaiter une bonne année à ses fans

La nouvelle année à peine entamée,  la musique continue déjà pour les artistes notamment Nanie. Longtemps absente sur la scène nationale, étant donné qu’elle n’habite pas à Madagascar, l’artiste veut absolument profiter de sa présence dans la Grande île pour rencontrer et passer du temps avec les groupies en multipliant les apparitions à travers des cabarets et des concerts.

Nanie  a débarqué dans l’île en début de l’année 2017 mais elle n’est apparemment pas impatiente de rentrer. Elle aime partager des moments avec ses proches surtout dans un contexte plus convivial pendant lequel elle peut échanger et partager tout avec ses les inconditionnels. C’est la raison pour laquelle elle était en cabaret,  et donc  plus proche du public, que dans des grands concerts car pour elle, la musique se partage... En tout cas, connue pour son talent et sa voix rauque, l’artiste Nanie n’est plus à présenter. Celle qui a marqué la musique malgache avec sa voix d’or et les duos et trios avec des artistes malgaches de renom, pour rappel, a célébré l’année dernière ses 25 ans de scène. Une grande carrière musicale se résumant à succès car rares sont les artistes qui arrivent à tenir longtemps leur micro, comme elle le fait, surtout quand il s’agit d’un genre musical de variété. Sans aucune ride ni changement côté technique ou vocal, elle a toujours fait preuve de professionnalisme en donnant le meilleur d’elle-même pendant les concerts et cabarets organisés dans le cadre de la célébration de son jubilé d’argent. OpportunitéMais ce qu’il ne faut pas oublier c’est que Nanie est une artiste pas comme les autres. Dotée d’un talent inouï, elle s’adapte à tous les styles musicaux  et ses performances ont toujours convaincu et séduit tous les mélomanes et adeptes de la bonne musique. C’est ce qu’elle prouvera encore une fois pendant le premier cabaret qu’elle donnera à Tana ce vendredi au « Tany-A » sis à Bel’air. Ce sera un show unique et premier pour cette nouvelle année, une occasion pour elle de souhaiter une bonne et heureuse année aux inconditionnels qui viendront sûrement nombreux pour l’occasion. Car ce n’est pas tous les jours qu’on rencontre Nanie, assise au calme sur une chaise d’un cabaret, chantant en toute sobriété ses meilleures chansons. C’est une chance et même une opportunité pour les mélomanes de passer un merveilleux moment avec elle, même si la date de sa rentrée à l’étranger n’est pas  encore confirmée. Ce qui est sûr, c’est que ce sera un rendez-vous unique à ne pas rater sous aucun prétexte. Sur des titres comme « Tanàna Tiako » ou encore « Mpivahiny », la diva ravira et enchantera ses suiveurs. Elle laissera, peut être, le public à se joindre à elle pour entonner quelques morceaux. Comme à l’accoutumée, elle est accompagnée des grands musiciens. A la fin de sa prestation, le Disc jockey Andi Jé va mettre l’ambiance aux noctambules.Tahiana Andrianiaina

La Vérité0 partages

Houcine Arfa - L'évadé de Tsiafahy, à l'abri à Paris !

« Avec la complicité des membres du personnel ». C'est en ces termes que le Français Houcine Arfa rèvèle une partie infime de son évasion à Madagascar la semaine dernière. Evadé de Tsiafahy ou de la prison d'Antanimora, qu'importe l'endroit, ce présumé « conseiller chargé de la  sécurité » du Président Hery Rajaonarimampianina se la coule douce maintenant en France. L'information recueillie par la presse française est confirmée d'ailleurs par les avocats de l'intéressé. 

Après avoir « faussé » compagnie à ses gardes, Houcine Arfa aurait rejoint l'île Mayotte, via Mahajanga, Nosy-Be ou Morondava, en pirogue avant de d'atterrir dans son pays natal. Une évasion rocambolesque comme l'ont qualifié les journalistes de l'Hexagone mais monnaie courante pourtant d'après les observateurs locaux. Ce monsieur, qui a été incarcéré au mois de juin dernier pour une peine de trois ans, n'est pas le premier étranger à avoir passé la restriction de déplacement obligée par les autorités malagasy. Des locaux sont eux aussi parvenus à passer les mailles du filet de l'Etat souverain de Madagascar. C'est une fois à l'abri que Houcine Arfa délit sa langue en rejetant en bloc les accusations portées contre lui dont entre autres « détention illégale d'armes à feu, tentative de kidnapping, usurpation de fonction et extorsion de fonds ». Excusez du peu. Pour lui, c'est une « mascarade destinée à le faire taire ». Cet évadé a-t-il des mots et des maux à dire qui pourraient gêner le régime ou des proches du sommet de l'Etat ? Cette question taraude l'esprit des uns et des autres. En attendant l'explication officielle, les internautes émettent des doutes et parlent plutôt d'une exfiltration. « Comment se fait-il que l'évadé ait pu rejoindre sans encombre la côte malagasy et quitter l'île sans problème », s'interroge un internaute. Un autre quant à lui s'indigne de l'inertie des autorités. « Entre sa disparition à l'hôpital d'Ampefiloha et son embarquement quelque part dans une pirogue, il y avait certainement un laps de temps suffisant pour alerter les Forces de l'ordre », fait-il remarquer. Un troisième commentateur renchérit que dans une telle situation, il est plus que probable que l'évadé ne s'aventurera pas à prendre l'avion à Ivato ou dans d'autres aéroports. L'unique sortie sûre pour décamper à l'extérieur demeure la voie maritime et non aérienne. Des arguments valables pour les internautes et de tirer l'exfiltration comme conclusion.Houcine Arfa devient ainsi l'énième étranger à se soustraire des geôles de la Grande île grâce à la complicité d'un vaste réseau. Tout le monde se souvient certainement de la tuerie de Fenoarivo. Alors que les témoins parlent de Mamod Taky, emprisonné actuellement en France, un certain Babar Ali s'est désigné comme l'auteur du crime. Déclaré mort ensuite par un médecin d'un hôpital de la Capitale, celui-ci est pourtant retrouvé par la Police française en France quelques années plus tard…R. Michel

La Vérité0 partages

Rugby Gold Top8 - La hiérarchie se dessine

Les grandes équipes émergent du lot. La première journée du championnat national du  rugby Gold Top 8, organisé par le Malagasy Rugby et sponsorisé par la brasserie Star par le biais de la marque Gold, n'a révélé aucune surprise. Les grosses pointures de l'Ovale malgache ont bien défendu leur statut de favori. A l'instar du FTM Manjakaray, Mika et ses camarades n'ont pas fait de cadeau en battant  à plate couture l'outsider de la compétition, le 3F5 Amboditsiry, sur un score fleuve de 94-3.

La formation de Manjakaray, tenante du titre de la saison précédente,  annonce ainsi la couleur face à son voisin d'Amboditsiry. Dans une autre rencontre, les militaires du Cosfa n'ont fait qu'une bouchée de l'UIRC de la commune Urbaine d'Antananarivo sur le score sans appel de 67-10. Tandis que la Savonnerie Tropical a fait la différence face à la JSTA Ambondrona sur un score éloquent de 25-11 au coup de sifflet final, lors d'un match  non équilibré. L'USA Ankadifotsy s'est illustrée face à l'USI Ikopa. Contrairement à ce que tous les férus attendaient, l'équipe d'Andohatapenaka n'a pas fait le poids en s'inclinant 18-8 au score final.  Effectivement, la revanche tant attendue n'a pas eu lieu pour  Hasina Botso et ses camarades. La deuxième journée du championnat de Madagascar  se disputera ce dimanche 7 janvier au stade Makis Andohatapenaka. Comme la formule de compétition l'indique, les vainqueurs de cette première journée auront à leur merci  les malheureux vaincus. Ainsi, l'ogre FTM Manjakaray fera face à l'US Ikopa en match de clôture de cette journée tandis que les militaires de Cosfa croiseront la JSTA Ambondrona. Un match, que l'on pense, non équilibré. Le 3F5 Amboditsiry affrontera la montagne Ankadifotsy pour cette deuxieme journée, qui s'avère déjà être décisive, de la qualification pour le carré final. Elias Fanomezantsoa

La Vérité0 partages

Premier conseil à Mahazoarivo - Le Gouvernement change de combat

« Nouvelle année, nouvelle dimension ». Tel est le nouveau mot d'ordre adopté par le Premier Ministre, Mahafaly Olivier Solonandrasana à l'occasion du premier conseil du Gouvernement qui s'est tenu hier au palais de Mahazoarivo. A en croire le compte - rendu de ce conseil, le Gouvernement pourrait s'orienter vers d'autres priorités, vers un autre combat.

En effet, le communiqué dudit conseil souligne particulièrement le fait que 2018 soit une année électorale et sera également l'« année de la visibilité de toutes les actions gouvernementales». Des actions gouvernementales qui ambitionnent d'être cohérentes et vont générer des impacts directs au niveau de la population. Force est donc de constater un aveu du numéro deux de l'Exécutif quant à un manque de cohérence de toutes les actions gouvernementales antérieures.Faut - il rappeler les défis du locataire de Mahazoarivo pour un gouvernement de combat l'année dernière. Un combat contre l'insécurité, la pauvreté, la corruption, etc. qui a été loin d'être gagné. Aujourd'hui, l'équipe gouvernementale change donc de combat en voulant plus de « visibilité » dans l'optique des prochaines élections dont la présidentielle.Consignes tardivesSur cette lancée, le chef du Gouvernement a donné des consignes en vue de consultations à mener  au niveau de chaque Département ministériel. Des consultations portant sur « le cours de la vie nationale, avec toutes les entités politiques sans distinction et celles de la Société civile ». Les résolutions de ces consultations devraient  également être soumises aux prochains Conseils du Gouvernement.Ce n'est qu'en 2018, c'est-à-dire à la fin du mandat du régime Rajaonarimampianina, que le Premier Ministre a déclaré l'urgence d'entamer les travaux de réhabilitation des rues de la Capitale, de certaines Routes Nationales et de celles de la périphérie d'Antananarivo devant permettre au bon acheminement des produits agricoles vers les grands centres de consommation. Des ouvrages qui devaient pourtant faire partie des priorités depuis très longtemps. S. R.

La Vérité0 partages

Tempête tropicale - « Ava » menace la côte Nord-est

Le premier cyclone de la saison. La perturbation cyclonique observée dans l'océan Indien depuis le week-end dernier a été baptisée « Ava » depuis hier matin. Cette tempête tropicale modérée se trouvait à 365 km au Nord-est de l'île Sainte-Marie, hier à 16h locales, avec un vent moyen d'une vitesse de 75 km/h et des rafales pouvant atteindre les 105 km/h.

Selon les prévisionnistes météo, « Ava » va s'intensifier en forte tempête tropicale avant son atterrissage dans le District de Toamasina II, entre Soanierana Ivongo et Brickaville. Son entrée en terre est prévue pour ce vendredi matin, toujours selon les informations émanant de la Direction météo d'Ampandrianomby. Les Districts d'Antalaha et de Mandritsara ainsi que les Régions d'Analanjirofo, Atsinanana et Alaotra Mangoro sont en alerte jaune depuis l'après-midi d'hier. Autrement dit, les habitants concernés doivent appliquer les prescriptions d'avis de menace, entre autres le respect des consignes d'évacuation pour ceux qui habitent dans les zones à risque. D'ailleurs, des abris provisoires doivent déjà être prêts dans ces localités. Pour l'alerte verte (avertissement), les Régions de Diana et Vatovavy-Fitovinany ainsi que les Districts de Bealanana, Befandriana Nord, Sambava, Vohémar, Andapa, Tsaratanàna, Anjozorobe, Manjakandriana, Andramasina, Antsirabe I, Ambatolampy et Fandriana en sont concernés. Les habitants doivent ainsi se préparer dès maintenant, par exemple en faisant des provisions de produits de première nécessité ou encore en renforçant les activités d'assainissement. Dans tous les cas, s'aventurer en mer entre Antalaha et Toamasina reste fortement déconseillé. Une vigilance « vent fort » a été lancée depuis hier pour toute la côte Est.Recueillis par Patricia R.

La Vérité0 partages

Tentative de corruption à la Gendarmerie - Le père et le fils jetés en prison

Un père et son fils ont été placés sous mandat de dépôt pour avoir tenté de corrompre les gendarmes de la brigade d’Itaosy, le 31 décembre dernier. De plus, la somme de 190  000 ariary prévue à corrompre le commandant de brigade locale, a été saisie. 

A la genèse de l’affaire, l’interpellation d’un inconnu pour une affaire d’attaque à main armée, de détention et de trafic de drogue. Par la suite, son géniteur et son frère s’étaient rendus auprès du commandant de brigade d’Itaosy. Evidemment, l’objectif a été de faire pression sur ce dernier afin de relâcher le prévenu. Du coup, le commandant de brigade n’a pas hésité à appeler un témoin devant cette tentative pour le corrompre. Aussitôt, les deux suspects ont été arrêtés à leur tour. Quant aux liasses, leurs numéros ont été enregistrés pour servir de preuve devant le Parquet. Déférés le 2 janvier dernier, les deux proches ont été incarcérés à titre préventif et en attendant le procès.Franck R.

L'express de Madagascar0 partages

Météo – Une perturbation cyclonique menace la Côte Est 

L’amas nuageux situé à l’Est est devenu une perturbation cyclonique. Il se déplace  rapidement et risque d’atteindre les régions de la Côte Est, jeudi.

Encore non baptisé. La perturbation cyclonique, détectée avant la fête de fin d’année s’approche rapidement de la Côte Est de Madagascar. A 9 heures locales, elle se trouvait à 550 km à l’Est de Sainte-Marie, selon le communiqué du Bureau national de la gestion des risques et des catastrophes (BNGRC). Cette perturbation cyclonique ne remplit pas encore les critères de cyclone et n’ont aucun impact sur les régions de l’Est.« Elle n’est pas encore baptisée. Elle reste encore sur le stade de perturbation cyclonique. Quand elle devient une tempête tropicale modérée, elle est baptisée. En général, il n’y a aucun impact sur  les régions environnantes », affirme Zo Andrianina Patrick Rakotomavo, au service des recherches  hydrométéorologiques au sein de la direction générale de la météorologie. « D’après l’image satellite d’hier matin vers 8h, cette perturbation tropicale se rapproche dangereusement de l’Est du pays. Elle se trouvait à 600 km. Elle devrait rester en mer jeudi. Mais si ce n’est pas le cas, elle pourra atterrir dans cette région», expliquent les responsables au sein du service de la météorologie. L’information recueillie vers 16h marque encore qu’il n’est pas encore devenu un cyclone.

AtterrissageCette perturbation cyclonique risque de toucher terre jeudi et vendredi d’après le BNGRC.  « Elle s’intensifie et risque de s’approcher rapidement de la Côte Est. Elle se déplace actuellement avec une vitesse de 70 km/h ». Avant-hier, cette perturbation tropicale se trouvait encore à 1300 km du pays avec une vitesse de 15km/h. De ce fait, une alerte verte est lancée pour Antalaha, Analanjirofo, Atsinanana, et Alaotra Mangoro. Les pêcheurs sur la Côte Est sont appelés à ne plus s’aventurer en mer. Certains habitants de Toamasina se plaignent déjà de pluie incessante qui a commencé depuis 16h, hier.

Mamisoa Antonia

L'express de Madagascar0 partages

Trafic de mercure – Démantèlement d’une bande mafieuse

Sept individus se sont fait coincer après avoir enlevé une femme pour du mercure. Leur traque s’est faite entre Tana, Vondrozo, Ihosy et Fianarantsoa. 

Un gang mis hors d’état de nuire. Un véhicule tout-terrain ainsi qu’une arme automatique ont été saisis sur la bande après une infructueuse transaction sur  une vente de mercure, articulée d’enlèvement et de racket. Trois grandes formations, dont les groupements de la gendarmerie nationale de Ihorombe, Haute Matsiatra et Antsimo Antsinana ont réussi le démantèlement de cette association de malfaiteurs, en travaillant de concert avec la Section des Recherches Criminelles (SRC) de la gendarmerie de la province de Fianarantsoa.Très stratège et ayant à son actif de gros moyens dont des véhicules, des armes ainsi que de la liquidité, cette association de malfaiteurs était très mobile. En l’espace de quatre jours, ils ont été localisés entre Ihosy , Fianaran­tsoa, Antananarivo et Vondrozo, un district difficile d’accès de la région Atsimo Antsinanana, enfoui à plus d’une centaine de kilomètres de la ville de Fara­fangana. C’est dans cette lointaine localité que les sept membres de la bande sont tombés dans les mailles des filets tendus par la gendarmerie la veille du jour du nouvel an.

ReprésaillesEn quête de  mercure, les suspects arrêtés se sont déplacés à Ihosy, dans la région Ihorombe. Jeudi, ils sont entrés en contact avec une intermédiaire qui les a mis en liaison avec un vendeur. Méfiant dès les premiers contacts, celui-ci n’a pas donné suite à  la transaction. Lorsqu’il a disparu sans donner signe de vie avec son prétendu mercure supposé peser 6 kilogrammes, ses  clients s’en étaient pris à la démarcheuse.Prise en otage, cette dernière a été séquestrée puis embarquée de force jusqu’à  Tana, où les malfaiteurs ont joint son fils au téléphone samedi pour lui signifier qu’il devait leur remettre le mercure en question s’il voulait revoir sa mère vivante. Tout en le menaçant de représailles,  ils ont interdit au fils de la captive de saisir les forces de l’ordre. La bande lui a dans la foulée fixé un rendez-vous à Vondrozo pour échanger la mère de famille contre le mercure.Ne sachant plus à quel saint se vouer, le jeune homme s’en était remis à la gendarmerie. Tenus à l’oeil, les sept suspects sont tombés dans le piège des gendarmes à Vondrozo dimanche.

Andry Manase

L'express de Madagascar0 partages

Stratégie entreprise – Les marques font appel aux célébrités

Le marketing digital commence à séduire. Annonceurs et entreprises malgaches bataillent pour briller dans ce domaine.

Confiance. Une notion qui vaut son pesant d’or lorsqu’il s’agit pour une entreprise d’établir sa stratégie marketing à destination de son public cible. Une idée que bon nombre de grandes firmes malgaches aura comprise, voilà quelque temps, pour associer leur marque et produits au visage d’une célébrité locale sur des panneaux publicitaires visibles à chaque coin de rue. A une nouvelle année, nouvelle stratégie.Certaines grandes marques locales optent à présent pour le concept de marketing digital en faisant appel à un tout nouveau genre de célébrité. Travailler avec les personnes influentes de son domaine d’activité pour faire la promotion de sa marque, de ses produits ou de ses services, telle est la définition du marketing d’influence. Il s’agit d’une technique accessible tant aux gros annonceurs qu’aux petites entreprises. Elle s’insère dans de nombreuses stratégies de communication pour beaucoup d’entreprises. Avec l’engouement de masse pour les réseaux sociaux, ces nouvelles célébrités permettent à un annonceur de toucher un public beaucoup plus large, tout en réduisant leurs systèmes de diffusion au strict minimum. Pour y arriver, le personnage influent  va inspirer une certaine confiance au public étant donné qu’il va s’adresser à une audience fidèle à son actualité. Les internautes abonnés à ses réseaux seront susceptibles de devenir les consommateurs d’une marque qui aura été promue par celui-ci.

Partenariat« Depuis peu, nous nous sommes associés à quelques célébrités locales afin de mettre nos produits en avant, mais surtout pour renforcer l’engagement entre les internautes et notre marque. Les résultats sont plus que satisfaisants et nous avons un feed-back en temps réel. Un avantage non-négligeable pour notre stratégie de communication », souligne un chef du département marketing d’une grande enseigne de distribution. Cette stratégie exige de minutieuses études et préparation.Il s’agit d’un partenariat gagnant-gagnant dans la mesure où les personnalités, en plus de la promotion de la marque, mettent aussi leur image en jeu. En effet, « chaque partie doit préserver son image lors d’une collaboration Et de la publicité « bête et méchante » ne tirerait pas les deux parties vers le haut», explique un travailleur en ligne qui s’est spécialisé dans le domaine du référencement. Idéal tant pour les grandes que pour les petites sociétés, cela représente ainsi un potentiel intéressant pour développer la rentabilité de la communication en entreprises.

Harilalaina Rakotobe

L'express de Madagascar0 partages

Élection – La Ceni pressée par le temps

La Commission électorale nationale indépendante a décidé de poursuivre les préparatifs des élections. Les conditions ne sont pourtant pas encore toutes réunies.

Enclenchée. Le compte à rebours a sonné pour la Commission électorale nationale indépendante (Ceni). À maintes reprises, cette entité, en charge des élections, a réclamé une date précise pour le scrutin, « en vue d’assurer la réalisation technique des activités électorales ». Pour soutenir cette requête, maître Hery Rakotomanana a affirmé qu’il fallait à la Commission trois cent soixante trois jours avant le vote pour les préparatifs. Toutefois, le cadre juridique régissant ces élections est toujours en gestation. Prévu être adopté pendant la deuxième session du Parlement, un nouveau processus de consultation est mis en œuvre suite aux polémiques soulevées par des partis politiques et la société civile. Ainsi, le plan d’action de la Ceni risque d’être quelque peu chamboulé.Malgré cette situation, le président de la Ceni, joint au téléphone, hier, tient à rassurer. « Nous nous sommes basés sur le prescrit constitutionnel, qui prévoit la date des élections entre le 25 novembre et le 25 décembre 2018. Ainsi, nous avons déjà établi un chronogramme depuis le 1er décembre 2017, et nous poursuivons la mise en œuvre des activités prévues », soutient Hery Rakotomanana. Cette déclaration est confortée par les propos du Premier ministre Solonandrasana Olivier Mahafaly, lors du petit déjeuner de presse en fin 2017. Le chef de gouvernement a soutenu qu’il n’a pas l’intention de reporter la date des élections. « Elles auront lieu en 2018 », a-t-il affirmé.

UrgenceDans cette course contre la montre, Thierry Rakoto­narivo, vice président de la Ceni apporte des précisions sur les impératifs de la préparation des élections. Selon les normes internationales, les règles du jeu doivent être connues au moins six mois avant les élections. « Dans le contexte malgache, compte tenu de l’enclavement de certaines zones ainsi que l’accès limité aux informations, il nous faut huit mois. Toutes les conditions doivent être réunies avant fin mars, d’autant qu’un référendum est envisagé. Les accords politiques, l’adoption du cadre juridique par le Parlement, ainsi que les décrets d’applications y afférents », a-t-il soutenu.Sauf changement dans les nouveaux textes, l’article 2 de la loi organique relative aux élections en vigueur stipule que « le décret de convocation des électeurs pris en Conseil de Gouvernement est publié au Journal Officiel de la République quatre vingt dix jours au moins avant la date du premier tour de scrutin, et porté à la connaissance des électeurs par tous les moyens, notamment par voie radiodiffusée et télévisée ». Avec un décompte rapide, la convocation de l’élection présidentielle aura lieu au plus tard le 25 septembre 2018 s’il n’y a pas de référendum. Une course contre la montre attend donc la Ceni pour assurer l’impression de la liste électorale et des bulletins de vote, l’acheminement du matériel de vote ainsi que les différentes sensibilisations. En attendant le cadre juridique, la Ceni poursuit ses activités. La révision annuelle de la liste électorale (RALE) a commencé depuis le 1er décembre 2017. Il est attendu une liste provisoire à la fin de ce mois, et la liste définitive le 15 avril.

Andry Rialintsalama

L'express de Madagascar0 partages

Sans-abri et bas quartiers – La politique de logement fait défaut

Le nombre de sans-abri ne cesse de croître dans la capitale. Des solutions pérennes sont attendues.

Dysfonctionnements. La problématique des logements est liée à la migration, l’insécurité foncière, la pauvreté, l’insuffisance d’infrastructures d’accueil et d’assainissement. « Nous ne pouvons faire mieux, c’est notre vie quotidienne de côtoyer les inondations, la pauvreté, l’insalubrité, l’insécurité », se désole Rafaralalao, habitante du quartier d’Anda­vamamba Anjezika, appelé communément « Vietnam ». Elle dit avoir hérité d’une maisonnette en dur, laquelle a été démolie en raison des travaux d’élargissement de voies dans la capitale, il y a quelques années. Aussi, cette mère de famille de cinq enfants est obligée de louer parmi des maisons de fortune dans le quartier, insalubres, sans eau ni électricité, ni système d’évacuation convenable.Nombreux n’ont pas la chance de Rafaralalao. Démunis, ils n’ont pas d’autres endroits où aller, et vivent sous les tunnels ou dans les marchés. Aucune politique de relogement ni de prise en charge des sans-abri n’a encore réussi sur le longterme.  Œuvrant dans la réinsertion sociale, l’ONG Enda Madagascar, dans son projet « Habitat », intervient dansdix fokontany de deux arrondissements de la ville d’Antananarivo, pour améliorer les conditions de logement. « Notre objectif est d’assurer des logements dignes pour les habitants des bas quartiers. Des familles sont choisies en fonction de critères sociaux, techniques et fonciers », explique un animateur de l’ONG. Enda Madagascar prend ainsi en charge la construction ou l’amélioration des habitations. Les familles bénéficiaires, actuellement au nombre de huit-cents, ont, en effet, été capables de répondre aux différentes conditions telles que la possession de titres fonciers et la capacité à ouvrir un compte épargne dans les agences de microcrédits, pour ainsi rembourser une partie du coût des constructions.

PolitiqueMais nombreux encore n’ont pas la possibilité de remplir les conditions d’Enda Madagascar. En 2016, un projet de construction de cinq cents logements sociaux a été prévu pour 2017 par l’agence nationale d’Appui au logement et à l’habitat (ANALOGH), rattachée au ministère en charge des Projets présidentiels, de l’aménagement du territoire et de l’équipement (M2PATE). « Ce projet est en cours dans quelques régions du pays », rassure Gérard Andriamanohisoa, directeur général de l’Aménagement du territoire et de l’équipement (DGATE) auprès du M2PATE. « Des ateliers de consultation sur les tenants et aboutissants de la politique du Logement  se sont déjà tenus, et vont continuer durant ce mois de janvier », informe encore le DGATE. Ce dernier a également souligné que la mise en place de nouveaux logements implique la participation du secteur privé.Une politique de Loge­ment résoudra alors, en partie, le problème récurrent du logement, notamment dans les villes. D’ailleurs, les discours actuels sont orientés vers une nouvelle vision pour les villes d’ici 2030. « Il ne convient plus de s’attarder sur la problématique du jour, mais de voir loin en ayant en tête que les villes sont pourvoyeuses de ressources importantes. 42% du PIB sont assurés par les grandes villes, et près de 50% des Malgaches habiteront en ville dans une dizaine d’années », apprend-on encore du M2PATE. En attendant, que faire ?

Mirana Ihariliva

L'express de Madagascar0 partages

Document de voyage – Le passeport biométrique passe à 190 000 ariary

Hausse inattendue. Le droit d’acquisition de passeport biométrique est passé à 190 000 ariary. « Il est porté à la connaissance du public qu’à partir du mois de janvier,  le droit d’acquisition d’un passeport  malagasy sera révisé à 190 000 ariary », telle est l’annonce publiée sur la page de la Police nationale sur le réseau social « facebook », hier. Les usagers sont surpris par cette hausse. « C’est injuste. Pourquoi une telle hausse en ce moment », affirme Rachel Andrianiaina, mère de famille. Au lieu de payer 110 000 ariary, les gens payeront cette somme.La fluctuation de l’euro expliquerait cette hausse.« Cette hausse est due à la fluctuation de l’euro. Les passeports biométriques sont réalisés par une entreprise prestataire appelée « Semnex». La réalisation de chaque passeport  est payée en euro. La valeur de l’euro de 2013 n’est plus celle d’aujourd’hui. L’euro atteint presque les 4 000 ariary. L’Etat doit combler le manque par une subvention spéciale pour éviter l’augmentation. La police nationale a prévenu la population, il y a un mois en avance mais les gens n’ont pas considéré. Maintenant, nous sommes à l’heure de l’application», explique une source sûre auprès de la Police nationale qui a requis l’anonymat.

M. A.

L'express de Madagascar0 partages

Exposition – « Fang’Art’O » regroupe dix peintres 

Les tableaux constituent une œuvre d’art digne d’un cadeau pour les fêtes. Une centaine est exposée au Tahala Rarihasina depuis quelques jours déjà.

Mister, Naivo­haja, Le Ramah, Jina, R. Dolph, Tofy, Mahenina, Jocelyn, Petit Maître et Dzery exposent leurs œuvres au Tahala Rarihasina à Analakely depuis le mardi 26 décembre 2017 jusqu’au 22 janvier 2018, sous le thème « Fang’Art’O» qui signifie « mélange ».« Tout d’abord, un tableau de peinture s’obtient en mélangeant différentes couleurs. Certaines couleurs sont d’ailleurs l’association de deux ou plusieurs teintes différentes. Pour cette exposition, il y a un mélange de styles ; du réalisme, de l’impressionnisme et de l’abstrait. Chaque artiste a un style qui lui est propre.  Et comme nos dates s’étalent  sur les derniers jours de 2017 et les premiers jours de 2018, tous ces paramètres nous inspirent pour intituler cette exposition  Fang’Art’O » a expliqué Moïse Roland Razanadrakoto, plus connu sous son nom d’artiste Mistery.Une centaine de tableaux composent cette exposition avec quelques nouvelles réalisations de ces artistes peintres.  En cette période de l’année où les gens cherchent un joli cadeau pour leurs proches, un tableau de peinture porte en lui des valeurs symboliques qui traversent des années.

Desiderata« Je sollicite les gens à venir voir notre exposition. Ils peuvent trouver de jolies fresques qui pourraient faire office de cadeau. Des fois ils pensent que le prix de certains tableaux reste inaccessible. Il ne faut pas oublier que marchander reste une pratique d’achat des Malgaches. Et nous sommes prêts à leur accorder de belles remises pour leur faire plaisir. Tout est négociable, surtout en ce début d’année », poursuit Mistery.L’année 2017 a été un peu néfaste pour les artistes peintres. L’épidémie de peste, qui a frappé le pays, a beaucoup affecté la vente. « Les touristes et les étrangers composent la majorité de notre clientèle. Et leur nombre a nettement diminué les derniers mois de l’année 2017. J’espère que cette nouvelle année sera à l’abri de tous les gros soucis et qu’elle sera prospère à tout le monde», selon Mistery. Mais le plus grand souhait des artistes peintres réside sur l’idée d’avoir une salle d’exposition permanente dédiée pour eux.

Ricky Ramanan

L'express de Madagascar0 partages

Football – Afrique – Ahmad élu personnalité sportive de l’année

Le Président de la CAF, Ahmad, a été élu personnalité sportive de l’année en Afrique par le groupe All Africa Global Media, basé à Washington. 

Très certainement, l’événement le plus marquant de l’année 2017, sur la scène du football africain, aura été l’élection d’Ahmad. Son avènement au poste de Président de la Confédération Africaine de Football amenant un vent de fraîcheur au sein d’une entité dirigée par une seule et même personne depuis une trentaine d’années. En fin de semaine dernière, l’ancien Président de la Fédération Malgache de Football s’est vu décerner le prix de « personnalité sportive africaine de l’année ». Un prix initié par le groupe All Africa Global Media, basé à Washington aux Etats-Unis, qui dispose de sept bureaux en Afrique. L’attribution de cette distinction est soutenue par de nombreuses associations de journalistes sportifs du continent noir.Ahmad est récompensé pour les nombreuses initiatives menées depuis son arrivée à la tête de l’institution. Citons notamment la réforme des compétitions majeures, l’organisation du symposium de Rabat, au Maroc, et celui prévu à Marrakech sur le football féminin, l’association des légendes africaines du football dans sa gestion sur le continent, mais aussi et surtout l’importante aide financière accordée aux pays africains qualifiés pour la prochaine Coupe du monde 2018.

Fatma Samoura priméeElu à la mi-mars 2017 après avoir battu le Président sortant, Issa Hayatou, Ahmad a lancé diverses actions dans différents secteurs. Un dynamisme remarqué par tout un chacun et qui redore certainement l’image dégagée par la CAF. Et cela devrait continuer dans ce sens prochainement.Outre Ahmad, la Sénégalaise Fatma Samoura, secrétaire générale de la Fédération Internationale de Football Association (FIFA), est honorée du trophée « Pride of Africa ». Et ce, pour sa contribution au développement du football sur le continent noir et partout dans le monde. La Belge d’origine sénégalaise Nafissatou Thiam, championne olympique et du monde de l’heptathlon, est également récompensée pour son année, elle qui avait été élue athlète de l’année par l’IAAF, au mois de novembre.

Haja Lucas Rakotondrazaka

L'express de Madagascar0 partages

Mahabo – Meurtre odieux d’un chef fokontany

Vol et meurtre. Le jour du nouvel an vers 2 heures du matin, le chef du fokontany d’Anjahatelo Mahabo a été froidement tué par six bandits  armés. Le défunt a été  fusillé. Les assaillants lui ont asséné deux coups de couteau dans le corps.Cet acte de banditisme dépassant l’entendement a été perpétré après une patrouille nocturne. Pendant la nuit de la Saint-Sylvestre, le défunt chef-fokontany s’est joint aux membres du comité de vigilance pour sillonner les points sensibles. Alors que la patrouille s’est déroulée sans anicroche, le chef-fokontany s’est retrouvé  nez-à-nez avec les malfaiteurs en regagnant son foyer. Les assaillants ont dans la foulée fait main basse sur deux zébus lui appartenant. Les voleurs ont réussi à prendre la fuite avec leur butin sans laisser de traces.La brigade territoriale de la gendarmerie nationale à Mahabo est saisie de l’affaire. Des recherches ont été lancées mais elles s’avèrent jusqu’à maintenant infructueuses. Le mobile du meurtre pourrait reposer sur un vol mêlé de règlement de compte selon les informations communiquées.

A.M.

L'express de Madagascar0 partages

Service – Des taxi-moto bientôt effectifs

Solution. Face à l’omniprésence des embouteillages dans la capitale, la majorité des Tananariviens essaient tant bien que mal de s’arranger pour respecter leur timing. En parallèle, certains rivalisent de créativité afin de proposer une alternative efficace par rapport à ce fléau urbain. Ainsi, David Razanam-parany a eu l’idée de créer la société ZIP Madagascar. Cette toute jeune société propose un service utilisant essentiellement les véhicules à deux-roues. Simplicité et rapidité sont les maîtres-mots définissant les principes de Zip Madagascar.La société propose des services qui avantageront tant les clients que les conducteurs des deux-roues. « Nous recrutons les « riders » un peu partout dans la capitale pour ensuite les mettre en relation avec la clientèle. De cette manière, les deux parties se retrouvent gagnant-gagnant », explique le fondateur de ZIP. En effet, il suffit d’être propriétaire d’une motocyclette pour intégrer le réseau de prestataires de la société D’une part, pour les riders, plus ils roulent, plus ils gagnent. Ils rentabilisent ainsi leur machine. D’autre part, pour les clients, il est beaucoup plus intéressant d’opter pour ce moyen de transport afin d’éviter les heures d’attente dans les bouchons de la capitale. Cette société qui, grâce à une demande de la part d’un client, redirige les riders sur telle ou telle course.

H. R. 

L'express de Madagascar0 partages

Mahajanga – Un avion Antonov 2 dans la ville

Une idée et une initiative originales pour attirer les touristes. La ville de Mahajanga a fait trôner à Tsaramandroso ambony la carcasse d’un Antonov 2.

Du nouveau pour la nouvelle année 2018 dans la ville de Mahajanga. Les attractions pour booster le secteur tourisme dans la Cité des Fleurs ne cessent de s’étoffer. Le maire Mokhtar Andriantomanga a finalement réussi à récupérer l’épave d’un vieux Antonov 2, abandonné depuis belle lurette à l’aéroport d’Amborovy.Ce nouveau projet s’est finalement réalisé après plusieurs négociations avec le Tribunal administratif, l’Aviation civile de Madagascar (ACM), l’Aéroport de Madagascar (Adema), et surtout le partenaire SEMS (Sociétés d’entreprises multiservices). Ce dernier a mis à la disposition de l’équipe municipale des engins et des conteneurs pour transporter tous les attirails à partir du jeudi 28 décembre. Un véritable déménagement marathon qui a duré toute une journée. Puis l’installation s’était déroulée dans la nuit, pour des raisons de sécurité.

Pose des ailesDepuis samedi, touristes et visiteurs de Mahajanga ont profité de la mise en place de cet oiseau de fer pour se prendre en photo afin d’immortaliser l’événement et le « monument », ce malgré la pluie presque incessante. Mieux encore, des photographes amateurs ont commencé à trouver une autre activité lucrative. Ils étaient venus avec des imprimantes et du matériel adéquat, et des clients étaient alors venus pour poser devant la carcasse de l’avion.L’endroit est alors devenu très fréquenté et animé, depuis jeudi dernier, par des petits et des grands, hommes ou femmes. Ainsi, l’ancien avion russe « plane » au rond-point devant le lycée Notre-Dame de Tsaramandroso ambony, face à l’église adventiste.Le branle-bas de combat pour les travaux de pose des ailes, longues de 18 m chacune, ont également duré toute la journée d’hier. Des techniciens et des ingénieurs ont effectué le déplacement et participé à l’opération, sous les yeux du maire qui a suivi toutes les étapes.« Nous avons récupéré cette épave pour en faire une décoration et un ornement de la ville. Des enfants qui n’ont jamais eu l’occasion de voir ou la chance de prendre un avion pourront l’admirer et rêver », a mentionné le maire.Après le baobab géant au bord de la mer, cette place sera donc le deuxième site touristique célèbre et fréquenté de Mahajanga.

Vero Andrianarisoa

L'express de Madagascar0 partages

Le Glacier Analakely – Ange-Lah est de retour

À peine la saison terminée, cette dynamique et énergique chanteuse-danseuse, fondatrice et leader de son propre groupe, après avoir évolué avec Hazolahy de Thominot de la Région Anosy, s’attaque déjà à la nouvelle année. Pour Ange-Lah, il n’est pas du tout question de chômer. À tout moment, il faut travailler dur et obtenir de meilleurs résultats selon ses dires.En effet, pour réussir, il faut bosser à fond et parvenir à un niveau plus haut. Avec deux albums à son actif, Ange-Lah qui s’inspire largement du mangaliba est aussi intéressée par la world music. Cette vocation est mélangée avec une forte et une grande rage de se surpasser au fil des années. En matière d’animation, Ange-Lah n’est plus à présenter. Tous les ingrédients sont déjà en sa possession. La souplesse, la vivacité, l’énergie, la capacité… sont en elle. Pour cette artiste aux multiples talents, il suffit de les prouver au bon moment et au bon endroit.Une fois sur scène, Ange-Lah s’éclate au maximum à la grande surprise de son fidèle public. Le potentiel est bien là et à cela s’ajoute cette bonne volonté de réussir dans tout ce qu’elle entreprend.

Jean Paul Lucien      

L'express de Madagascar0 partages

Mazoni Rakotoarivony – « Courir à l’extérieur améliorerait notre niveau »

La saison  2017 touche  à sa fin. Comment l’analysez- vous surtout par rapport au comportement des coureurs malgaches au Tour cycliste international de Madagascar ?En termes de résultat par rapport au Tour cycliste international de Madagascar, on peut dire qu’on a observé une baisse de performance. Cette année, quatre coureurs malgaches seulement ont pu intégrer le Top 10 au classement général. On était bien plus en 2016. Je peux dire aussi que cette baisse de performance s’explique d’abord par la diversité des problèmes mécaniques qu’on a pu voir durant le Tour. Il faut que l’équipe technique qui suit les coureurs puisse s’améliorer afin de ne pas handicaper les bons coureurs malgaches. Il faudrait mieux gérer les crevaisons et les pannes mécaniques car le Tour se joue à des petits détails. Après, cette année, les adversaires étaient bien plus performants par rapport à 2016.

Vous avez terminé troisième au Tour cycliste international de Madagascar. Comme voyez-vous ce résultat ?Honnêtement, je peux dire que je suis vraiment satisfait de ce que j’ai pu faire durant le Tour cycliste international de Madagascar. Nos adversaires, à l’instar des Angolais et des Hollandais, sont issus de plusieurs centres de formation. Ils participent à un maximum de courses en Europe et en Afrique et même en Asie tout au long de l’année sans parler des matériels. Donc les Malgaches n’ont pas à rougir de cette troisième place au général. On a pu rivaliser car on a pu travailler et préparer ce Tour avec le président de la Fédération malgache de cyclisme, Jean Claude Relaha que je remercie particulièrement. On a perdu le Tour juste parce qu’on n’a pas su attaquer au bon moment et au bon endroit. Et oui, on tachera de mieux coordonner nos efforts la prochaine fois. Ce qui nous a manqué aussi , c’est la constance de forme des coureurs au niveau des équipes. Comme le cyclisme est tout d’abord un sport collectif, il faudrait avoir au minimum trois à quatre coureurs capables de fournir des efforts pour pouvoir gagner le Tour de Madagascar. Ce qui est positif par contre, c’est la mise en place plus prononcée des stratégies de course dans les équipes.

Comment s’annonce l’année 2018 ?Je pense que Madagascar possède de jeunes coureurs qui méritent d’être encadrés. L’effort à faire est de  s’entraîner continuellement pour maintenir une bonne forme. Faire des courses à l’extérieur (Tour en Afrique) par exemple va beaucoup motiver les coureurs et pourrait constituer une bonne expérience pour le développement du cyclisme.  C’est comme cela qu’on pourrait  améliorer notre niveau ce course. Je pense sincèrement qu’on obtiendra de meilleurs résultats en 2018. On est disposé à faire notre maximum.

Propos recueillis par Dina Razafimahatratra

L'express de Madagascar0 partages

Perspectives 2018 – Amélioration de cas social en tête de liste

La plupart des Malgaches espèrent une amélioration de leur cadre social pour cette année dont la baisse du prix du riz et du carburant, l’augmentation de salaire. « Les gens ont faim. On ne peut pas cacher cette réalité. L’Etat  est toujours en retard. Il faut voir de près la situation sociale de la population surtout la hausse du prix du riz. Il faut regarder auprès des détaillants et les grands opérateurs de riz », affirme Edmond Rakotomalala, un manutentionnaire. Le prix du riz stagne à 2 450 ariary pour le « makalioka » et le « vary gasy », actuellement.« A mon avis et en tant que commerçant, le prix du riz ne pourrait baisser qu’au mois d’Avril », explique Rasoamalala, un détaillant.  Certaines personnes misent sur l’augmentation de salaire pour cette nouvelle année.        «Nous attendons avec impatience le discours du Président de la République pour l’augmentation de salaire, cette année.  Une hausse de 10% serait ne serait pas mal », affirme Lanto Randrianari-vony, mère de famille et fonctionnaire. Les retraités attendent aussi une résolution sur leur pension surtout ceux qui ont travaillé dans les entreprises privées.  Comme c’est une année électorale, chacun a son idée. « Une élection dans la transparence, c’est ce que nous voulons tous. Et j’espère malgré tout la sagesse de nos dirigeants  sinon on souffrira toujours dans la pauvreté et rien ne changera», exprime Tojo Razanakoto, étudiant.

M. A.

L'express de Madagascar0 partages

Marovato – Deux salles de classe à réhabiliter

Les élèves de l’EPP Fanantenana à Marovato abattoir ne pataugeront plus dans l’eau pendant leur cours. De fait, le président de l’association SOS Mon peuple, Junnot Randrianarivo, membre de la 13è promotion du Centre d’études diplomatiques et stratégiques (CEDS), avait promis de réhabiliter deux salles de classe de cet établissement public.À chaque période pluie, ces deux salles sont inondées. Les eaux sales provenant des canaux arrivent jusqu’au niveau du genou des occupants, des élèves de la Septième.  Aucune solution n’a été trouvée car c’est un problème de caniveaux. Aussi, la directrice de cette école primaire et l’association se sont-elles entendues pour une solution intermédiaire. Les travaux débuteront ce mois de janvier.Par ailleurs, les 797 élèves de cette EPP ont aussi reçu des brosses à dent, de la pâte dentifrice ainsi que des gobelets lors de cette action sociale.« Ces élèves ont demandé particulièrement ces objets d’hygiène dentaire alors nous les en avons remis. En fait, j’ai passé mes études primaires dans cette école », a expliqué Junnot Randriamanarivo.Des friandises et des biscuits ont également été distribués aux élèves, à l’occasion des fêtes de Noël et de fin d’année. Par ailleurs, des jeunes du quartier de Marovato ont reçu des pelles, des bêches et des burins.L’action sociale a continué le samedi 30 décembre dans le quartier Tsararano, le plus démuni de Mahajanga, où la distribution de dix sacs de riz a été effectuée par les membres de l’association dont Johan Pless, la secrétaire Sendra Rajaonarison et le président.« SOS Mon peuple, une association de jeunes cadres malgaches, conscients de la réalité économique du pays, a décidé de venir en aide à la couche de la population la plus vulnérable », a souligné son premier responsable.

V. A.

L'express de Madagascar0 partages

Antsirabe – Trois morts pendant  les fêtes de fin d’année

Trois personnes sont décédées pendant les fêtes de fin d’année et de Nouvel an dans la ville d’Antsirabe. La première était tombée dans un coma éthylique et n’a pu être réanimée. La deuxième a succombé à une intoxication alimentaire.La troisième personne est morte des suites d’une blessure au couteau.  Ce  père de deux enfants, âgé de 29 ans et habitant à Ampanataovana, a passé le réveillon de la Saint-Sylvestre avec sa petite famille. Passés les douze coups de minuit et après les vœux de bonne année échangés, il est sorti avec ses amis pour acheter quelques bouteilles de boissons. Mais en cours de route, ils ont rencontré un groupe d’individus en état d’ébriété. L’échange verbal qui s’ensuivit s’est envenimé et s’est transformé en bagarre. Malheureusement, le père de famille a reçu un coup de couteau pendant la rixe. Évacué d’urgence à l’hôpital, il n’a pas pu être sauvé, et il est mort vers 2h du matin du 1er janvier.Outre ces trois décès, vingt personnes ont été plus ou moins gravement blessées au cours du 31 décembre et du premier jour de 2018, et ont été admises dans les services d’urgence hospitaliers. Les blessures sont dues à des querelles ou à des accidents ménagers.

Angola Ny Avo

L'express de Madagascar0 partages

Bonara Be 67 ha – Lôla toujours fidèle au grand rendez-vous

La pluie et ses caprices dans la soirée du 29 décembre ont beaucoup dérangé bon nombre de fêtards de lacapitale, à deux jours avant la fameuse Saint Sylvestre, mais n’ont pu empêcher  les habitués de se déplacer du côté du Restaurant Bonara Be chez Sa-Yah dans le quartier des 67ha Nord -Est.Ceux qui ont répondu présents n’ont pas eu tort car ils ont pu s’éclater à leur manière avec Lôla leur idole préférée. Ce dernier, ayant eu du mal a trouver un parking pour caser sa voiture, était  finalement monté sur scène peu avant 23 heures.Sans tarder, avec assurance et bien décidé à aller de l’avant, Lola, armé de sa guitare et de sa formidable voix, démarre sa prestation avec deux slows bien connus de l’assistance.En matière d’animation, cet artiste de haute qualité et également doté de multiples talents, représenteune valeur sûre.Et oui, avec la sortie de ses différents albums et comptant derrière lui 18 années de carrière solo cette année, Lôla est loin d’être égalé.

J. P. L.

L'express de Madagascar0 partages

Golf – Championnat de Madagascar – Faber et Marchand sacrés

L'express de Madagascar0 partages

Un corps près du port

Le corps sans vie d’une femme a été rejeté par la mer près du port à Toama­sina hier en début de matinée. La dépouille a été remontée sur la plage par un pêcheur. La défunte avait encore son sac à main ainsi que tous ses  vêtements.

L'express de Madagascar0 partages

Bonne et heureuse année à tous

Bonne et heureuse année à tous ceux qui n’ont riendans les bras que les battements tristes et gratuits,Dont les yeux brillent de toutes les larmes retenues,Dont le front raisonne de coups atroces et silencieux,Dont les paroles ne traduisent plus les pensées, parce que ces pensées sont douloureuses.

Bonne et heureuse année à tous ceux dont les actes ne sont plus que des symboles,Dont les attitudes sont pétries de courage,Qui redressent le dos pour cacher leur peineQui marchent seuls pour marcher droit…mais qui marchent.

Bonne et heureuse année à tous les humains brisésÀ tous ceux qui ne font pas ce qu’ils aimentEt à tous ceux qui aiment…ce qu’ils ne disent pas.À tous ceux que vous frôlez le sachent bienEt tous ceux qui vous frôlent ne le sachent même pas.

Bonne et heureuse année à tous ceux qui portent en eux les blessures vraies,Un immense néant fait de tous les arrachements.Bonne et heureuse année à ceux dont c’est la dernière et qui s’en doutentet ceux dont c’est la dernière et qui ne s’en doutent pas.À ceux qui n’ont pas la force d’y penseret à ceux qui n’ont pas la faiblesse de l’avouer.À ceux qui n’osent pas vous regarder parce que leur regard, peut-être, les trahiraitEt qui veulent garder pour eux seuls, leur terrible secret.

Bonne et heureuse année à ceux qui sourient pour voiler le chagrin de leurs âmes,Badinent, pour masquer la grimace de leurs cœurs,Crient, pour taire la panique de leurs yeuxJouent la comédie, pour ne pas assombrir des vies.

Bonne et heureuse année à certains heureux aussi que j’oubliais,À ceux qui portent leurs têtes, leurs cœurs et leurs âmes aussi légèrement qu’un poids d’Hélium.

Bonne et heureuse année à ceux que le plaisir égare et dont le sang charrie tout l’idéalCar pour eux suffit l’apparence charnelle de la vie.

Bonne et heureuse année enfin à ceux qui possèdent le détachement de l’espritEt à ceux qui soignent le corps ou les âmes.À ceux dont le cœur bat généreusementEt à ceux qui, luttant pour la justice, veulent établir le règne de la paix

À tous ceux qui sont purs dans leurs pensées et leur amour.Bonne et heureuse année à vous tous qui donnez un sens divin à l’Humanité !Auteur inconnu

Par Mbolatiana Raveloarimisa

L'express de Madagascar0 partages

Temps maussade

Les Majungais ont passé les derniers jours de l’année sous un temps exécrable. Après le 25 décembre, la pluie s’était abattue jusqu’au samedi 30 décembre. Les préparatifs du réveillon de la Saint-Sylvestre ont été quelque peu perturbés, notamment pour les achats des provisions et cadeaux. Dimanche 31 décembre, le temps a commencé à s’éclaircir à partir de l’après-midi alors qu’une pluie fine était encore tombée dans la matinée.Le premier jour de 2018, monsieur Soleil a daigné se montrer, malgré un ciel gris et nuageux vers l’après-midi. Le 1er janvier à Mahajanga a tout de même été ensoleillé et chaud. Dans l’après-midi, une brise a soufflé et rafraîchi les gens.

L'express de Madagascar0 partages

Exécuté par la foule

Appréhendé lors d’une attaque à main armée contre un épicier, un homme de quarante-cinq ans a été lynché à mort. Ses trois comparses ont réussi à prendre la fuite. Le commerçant pris pour cible est grièvement blessé. Celui-ci a alerté le fokonolona lorsque les assaillants se sont abattus chez lui.

L'express de Madagascar0 partages

Sept garçons et sept filles ?

L’adoption par le Parlement de la Loi sur la Santé de Reproduction et la Planification Familiale (SRPF) est une bonne nouvelle.  Une étape importante en matière de santé publique est franchie.  Cette loi va permettre aux organisations étatiques et non étatiques intervenant dans le domaine de la SRPF de renforcer l’éducation des familles, notamment des jeunes filles et jeunes garçons, pour éviter les grossesses non désirées.  Saluons donc cette avancée qu’on peut attribuer au Ministre de la Santé Publique, le Professeur Lalatiana Andria­manarivo, chirurgien pédiatrique de renommée mondiale, qui a eu le courage de défendre avec habilité dès juin 2017, le projet de loi y afférant.Il y a pourtant un bât qui blesse. L’article sorti dans l’Express (14/12/2017), intitulé, « L’avortement thérapeutique prohibé » rapporte les propos étonnants du sénateur Rakotovazaha qui semble mélanger les dissemblances éthiques entre avortement et Interruption Thérapeutique de Grossesse ou ITG.  Je ne sais pas si le sénateur a sept garçons et sept filles ou qu’il pense en avoir, mais en ce qui me concerne, avec deux enfants, je suis à la limite de mes moyens.  Et je suis estomaqué en voyant un de mon personnel avec quatorze gosses dont 9 encore à sa charge !En juin 2017, lorsque le projet de loi a été présenté par le Ministre de la santé publique, les députés ont pourtant été incisifs en ajoutant des dispositions « révolutionnaires » autorisant les ITG sous contrôle médical strict. Hélas, les sénateurs les ont rejetées en dépit des tables rondes sur le sujet et des séances d’information hors des hémicycles.La position de l’Église catholique a souvent été évoquée. La Lettre apostolique « Misericordia et Misera » du Pape François rappelle, à juste titre, l’inviolabilité de la vie humaine. Mais le Pape a aussi mis de l’eau dans son vin, comme il le fait sur beaucoup de sujets de société, en incitant les fidèles à « regarder de l’avant » et tenir compte du « temps limité ». Ainsi, entre les Pro-vie (religieux et conservateurs) et les Pro-choix (libéraux), le débat par exemple sur la qualité humaine d’un embryon à moins de 20 semaines est loin d’être clos. L’avenir de l’humanité et du monde dépend autant de l’inviolabilité de la vie humaine que du niveau de miseria évoqué dans La Lettre du Pape, laquelle appelle à faire évoluer les idées emmurées dans les doctrines confrontées au « temps limité ». Ainsi, l’avenir dépend de la capacité des hommes à privilégier une qualité de vie meilleure pour les générations futures et donc à avoir du bon sens.Une chose est sûre : l’état de l’économie de Madagascar d’ici 2030 ne peut suivre l’accrois­sement exponentiel de la population que nous voyons aujourd’hui. Avec l’accélération de la destruction de l’environnement, et donc de notre cadre de vie et le niveau de pauvreté à Madagascar, « inciter les jeunes mariés à donner naissance à sept garçons et sept filles » est tout simplement irresponsable. Ce n’est pas une question de culture, mais de bon sens. Nous devons voir l’avenir de Madagascar autrement.Faire des enfants ou s’en abstenir reste un choix intime laissé au couple, et surtout à chaque femme. C’est surtout un droit que protègent nos lois. Mais avec ce droit sont associées des responsabilités en matière d’éducation desenfants. Le Recensement Général de la Popu­lation et de l’Habitat de 2018 révèlera l’état de la population à Madagascar. Il y a fort à parier que la pyramide des âges est restée la même depuis des décennies. Et nous verrons bien si inciter les jeunes mariés à faire quatorze gosses est une initiative réfléchie.

Par Richard J. Randriamandrato

L'express de Madagascar0 partages

Quatre blessés

Embardée d’un véhicule à Maromaniry Brickaville mardi après-midi vers 16 heures. Quatre blessés sont dénombrés. La gendarmerie signale une imprudence du chauffeur.

L'express de Madagascar0 partages

Trente dahalo repoussés

Fusillade entre forces de gendarmerie et une  trentaine de dahalo à Isaka Ambohimahasoa dimanche vers 22 heures. Quatre blessés sont répertoriés dans les rangs des mal­faiteurs. Quatre zébus sur lesquelles ils ont fait main basse ont été récupérés.

Midi Madagasikara0 partages

Vondrozo : Kidnapping en plein réveillon, sept ravisseurs arrêtés

Une mère de famille a retrouvé la liberté saine et sauve le 31 décembre 2017 après avoir été enlevée et séquestrée pendant quatre jours par des bandits pour une affaire de mercure.  Ses sept ravisseurs ont été capturés avec un pistolet automatique de calibre 7,65 mm et une voiture 4×4 qu’ils ont utilisée pour commettre leur méfait.

Selon les informations, cette femme a été vue entre les mains de ces bandits le 28 décembre suite à une transaction ratée de vente de mercure pesant 6 kg. Les présumés kidnappeurs l’ont pris en otage afin de faire chanter son fils qui avait affaire avec eux et la victime y aurait joué le rôle d’intermédiaire entre le paysan propriétaire de la marchandise et les acheteurs qui n’étaient autres que les kidnappeurs. Le 28 décembre, ces derniers sont venus à Ihosy, chef-lieu de la région Ihorombe pour rencontrer ce paysan. Or, les choses ont mal tourné, car ce dernier n’a pas honoré le rendez-vous. Selon toujours nos sources, il s’est éclipsé après avoir constaté quelque chose de suspect chez ses prétendus clients. Ahuris, ces derniers ont décidé de s’en prendre à la femme déclarée comme étant intermédiaire. Le 30 décembre, ces sept individus ont contacté le fils de cette femme pour lui communiquer l’endroit où il devra remettre la marchandise en échange de sa mère tout en soulignant qu’ils sont à Antananarivo. Ainsi, il fut convenu que cela devra se faire à Vondrozo, dans la région Atsimo-Atsinanana. Pourtant, la famille de l’enlevée a tout de suite porté plainte auprès de la Gendarmerie d’Ihosy qui a, tout de suite, mis les dispositifs nécessaires pour traquer les malfaiteurs. Les investigations menées par la gendarmerie auxquelles ont contribué le groupement d’Ihorombe, de la Haute-Matsiatra et Atsimo-Atsinanana, ont débouché sur l’arrestation des sept ravisseurs dans un hôtel à Vondrozo la matinée du 31 décembre où ils ont incarcéré leur prisonnière. En effet la mère de famille a été libérée. On attend alors la suite de cette affaire dont l’enquête est confiée au Groupe d’appui à la Police judiciaire de la Gendarmerie de Farafangana.

T.M.

Midi Madagasikara0 partages

Barry’s : Toujours dans un état inquiétant

Son état ne s’améliore pas ! Hospitalisé il y a quelques semaines, le chanteur évangélique Barry’s a subi une chirurgie gastrique dans la dernière semaine du mois de décembre. Une opération sur laquelle comptait énormément sa famille afin de le voir recouvrir la santé. Le jeune, malheureusement fait une grosse hémorragie et sa famille a une fois de plus,  besoin des âmes généreuses. Effectivement, le jeune chanteur doit encore suivre de nombreux traitements ainsi que des poches de sang et la famille a du mal à subvenir au coût des traitements. Ceux qui aimeraient apporter leur contribution peuvent faire don de médicaments, notamment d’Exacyl 0,5g/5ml, de Tamin 1g, de Flagyl 500mg, de Ciprox 200mg, de DNS2, de Kabiven, de Gluconate de calcium, de magnésium injectable, de VitK1, de gants et de sparadraps ou envoyer des dons financiers au 034.16.019.52. Barry’s est au service réanimation !Mahetsaka

Midi Madagasikara0 partages

Toliara : Mpivaro-mandeha, maty notifirina telo lahy teo an-tokotaniny

Nifanesisesy ireo olona namoy ny ainy, ny faran’ny taona teo sy ny fiandohan’ity taona ity. Raim-pianakaviana iray sahabo ho 45 taona eo, no maty tsy tra-drano notifirina telo lahy, ny alin’ny fetin’ny taom-baovao teo, tao amin’ny Fokontany Antaravay Salimo Toliara. Araka ny fanazavana azo, dia nipetraka naka aina sy tsiotsio-drivotra teo an-tokotaniny ity lehilahy mpivaro-mandeha ity no nisy telo lahy nandalo niantso azy. Nanatona ity rangahy namoy ny ainy, ary niresaka tamin’ny iray tamin’ireo telolahy, ary niafara tamin’ny fifamaliana izany, araka ny fitantaran’ny vadiny izay nijanona tao an-trano. Taorian’izay, dia nipoaka ny basy, ka io no nanaitra ireo mponina manodidina sy ny vady aman-janak’ity namoy ny ainy. Nenjehina novonjena haingana nentina tany amin’ny hopitaly ity lehilahy naratra mafy nihosin-drà voatifitra, kanefa teo ihany dia tsy tana ny ainy noho ny fahaverezan-drà be loatra. Tsy naka na inona na inona kosa ireo olon-dratsy, fa nitsoaka avy hatrany raha vao vita ny “mission”-ny, ka mbola karohina fatratra hatramin’izao, hoy ny loharanom-baovao akaiky ny mpitandro filaminana mandray an-tànana ny raharaha.

 Eric Manitrisa