Les actualités Malgaches du Jeudi 02 Novembre 2017

Modifier la date
Midi Madagasikara313 partages

Démission forcée d’Honoré Rakotomanana : Rivo Rakotovao président par intérim en 2018

Le sort des autres membres du Bureau permanent sera fixé ce jour.

« Vakiana fotsiny » (ndlr : qui saute littéralement aux yeux ou que l’on peut lire facilement). C’est cette expression tant utilisée par les jeunes d’aujourd’hui qui reflète le « calcul politique » du « Hery Vaovao ho an’i Madagasikara », notamment avec l’élection de Rivo Rakotovao à la Présidence du Sénat. Dans notre édition du 18 octobre, le jour où le Secrétaire général de la Présidence de la République a officialisé la nomination du président national du parti HVM au poste de sénateur de Madagascar, nous avions déjà corroboré que les jours du président Honoré Rakotomanana à la tête de la Chambre haute étaient comptés et que le numéro Un du parti au pouvoir va le remplacer pour assurer l’intérim en 2018 et pour exercer les attributions présidentielles courantes après la démission du président Hery Rajaonarimampianina. C’est donc désormais chose faite. Et ce, même si pour tenter de cacher ce micmac politique, les tenants du pouvoir ont traité les journalistes de « Mahita volana alohan’ny biby ». Au cours d’un vote organisé au Palais de Verre d’Anosikely lundi dernier, Rivo Rakotovao a été élu Président du Sénat avec 52 voix, contre 3 voix blancs et nuls parmi les 55 sénateurs qui ont assisté au vote. A noter que le président national du parti au pouvoir a été le candidat unique présenté par le HVM.

Base légale. De son côté, le président sortant Honoré Rakotomanana a été forcé à démissionner. Une décision qui, apparemment a été prise contre son gré. D’ailleurs, le désormais ex-président du Sénat a clairement affiché qu’il était sous pression. « J’ai pris cette décision au nom du Fihavanana, au nom de l’apaisement et pour l’intérêt du peuple malgache, et ce, après avoir mûrement réfléchi 4 jours tout en consultant scrupuleusement la bible et la Constitution », a-t-il déclaré. Une manière de laisser entendre que s’il faisait de la résistance, cette démarche machiavélique aurait coûté cher au parti « Hery Vaovao ho an’i Madagasikara » car cela représenterait une crise institutionnelle grave. D’ailleurs, à entendre les explications d’Honoré Rakotomanana, son départ pourrait être considéré comme anticonstitutionnel. L’ancien Procureur adjoint du tribunal pénal international a rappelé que la démission du président du Sénat n’affiche nulle part dans la Constitution, faisant référence aux articles 74 de la Loi fondamentale qui stipule que seule une faute grave commise peut entraîner la démission du président. C’est pourquoi selon lui, il a choisi le mot « Fitsaharana ». Pourtant, le mot « Fitsaharana » qui signifie « se retirer » ou « s’arrêter » ne figure pas non plus dans la Constitution. Quid alors de la base légale de ce départ forcé de l’ex-numéro Un de la Chambre haute ?

Clash. En tout cas, la question est donc de savoir si cette élection au Sénat ne fera pas l’objet d’une requête auprès de la Haute Cour Constitutionnelle. Les textes stipulent que seuls les Chefs d’Institution sont habilités à saisir la HCC. D’ailleurs, la nomination de Rivo Rakotovao au Sénat a déjà provoqué des polémiques car elle n’a été faite que sept mois après la démission de l’ancien Sénateur Ahmad élu président de la Confédération Africaine de Football. Pourtant, la Haute Cour Constitutionnelle, dans son arrêt rendu le 30 mars 2017 a ordonné au président Hery Rajaonarimampianina de nommer un sénateur remplaçant avant le début de la première session ordinaire qui s’est déroulée au mois de mai. Quoiqu’il en soit, cette démission forcée a provoqué le clash entre le HVM et Honoré Rakotomanana qui est un poulain de l’ancien président Didier Ratsiraka. Une source proche de l’expert en Droit a d’ailleurs fait savoir qu’Honoré Rakotomanana souhaitait aussi démissionner de son poste de Sénateur mais on lui a contraint de  demeurer comme  simple sénateur jusqu’à sa nomination à un autre poste.

Avertissement. Quoiqu’il en soit, cette démission ou retrait (c’est selon) du président du Sénat reflète bien la stratégie du parti « Hery Vaovao ho an’i Madagasikara » en vue de l’élection présidentielle de 2018. Le parti au pouvoir entend tout faire, quitte à offenser ses alliés politiques, pour obtenir un second mandat. Ce énième forcing constitue un véritable avertissement contre le MAPAR, le TIM et les autres forces politiques qui envisagent de rivaliser avec le parti au pouvoir à la Présidentielle. A l’allure où vont les choses, le HVM va forcer l’adoption du projet de Code électoral qui engendre déjà de vives contestations, notamment de la part de l’opposition et des membres de la Société civile à un an de la Présidentielle.

Davis R

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Tia Tanindranaza223 partages

Andry RajoelinaEo am-pelatanan-dRajaonarimampianina ny ainy

Mitombo sy miseho hatrany ny lamba maloton’ny fanjakana tetezamita notarihin’i Andry Rajoelina, indrindra fa taorian’ny raharaha famarotana ny tany misy ny Villa Elizabeth, nonenan’ny filoha teo aloha Pr Zafy Albert. Miezaka manadio tena kosa ireo olon’ny HAT,

 

 ka tamin’ny voalohany dia nilaza fa ny fanjakana HVM no tompon’antoka, tato aoriana kely indray dia sahy nanitrikitrika sy nanasoketa ny Ben’ny tanànan’Antananarivo Lalao Ravalomanana ho tafiditra ao anatin’io raharaha io. Efa maloto sy ratsy eo anatrehan’ny vahoaka Malagasy nanomboka tany amin’ny fanonganam-panjakana tamin’ny 2008, ary mbola mivoaka ihany ny afera maloto mandrak’androany. Efa zary fomba fiteny mipetraka indray ny hoe “mpandroba sy mpivarotra ny tsy azy” satria namidy ny “Force One”, ny Villa Elizabeth, ny boaderozy … Ny mahagaga sy mahatalanjona dia mbola minia midingin-drambo sy mihantsy ady ary manaso-potaka ny hafa rehefa vaky bantsilana sy tratra ny afera maharikoriko, kanefa fakana ny fom-bahoaka sy fifonana na fanarenana ny tsy nety no tokony himasoana. Tsy hay na baiko avy amin-dRajoelina na tena an-tsitrapo ireny fanasoketana sy fanosoram-potaka ataon’ny olony ireny. Miezaka ny hanafotsy ny efa mainty ireo olony, fa Rajoelina tenany kosa efa tena misitri-belona sy tsy hahenoana teny satria eo am-pelatanan-dRajaonarimampianina ny ainy.

Mahalala afera sy tsiambaratelo

Mahalala amin’ny antsipirihany ny aferan-dRajoelina sy ny ekipany ny filoha ankehitriny. Na ireo milaza azy ho maherifo ao anatin’ny MAPAR aza mety betsaka no niesona. Voalaza fa nanaovana ramatahora sy tsy afa-nanoatra firy tamin’ny fanjakazakan’ny HAT anefa ny filoha ankehitriny. Niaraha-nahalala tsara ny naha minisitry ny vola azy ary izy rahateo “expert comptable” sy manana kabinetra afaka manao fitsirihana lalina amina resa-bola, ka afaka manadihady sy mbola mamoaka ireo afera hafa. Tombanana ho vao fanombohany ihany iny raharaha Villa Elisabeth iny. Tratry ny tambabe i Hery Rajaonarimampianina tamin’izany fotoana satria zary fandroban’ny HAT vola ny departemanta notantaniny, ary sarotra ny resaka fametraham-pialana tamin’izany noho ny mety fisian’ny fandrahonana ho faty raha vao mivadika. Fantatr’i Andry Rajoelina tsara fa mahalala zavatra maro i Hery Rajaonarimampianina, ka naleony nanampy sy nanosika azy tamin’ny fifidianana filoham-pirenena na dia i Edgard Razafindravahy aza no narotsaky ny TGV sy ny MAPAR tamin’ny 2013. Mbola nihevitra ny filoha ankehitriny ho bonaika sy azo entina amin’ny sangany hatrany,  saingy nanana ny hambom-pony ity farany ary toa namaly faty tamin’ny tsindrihazolena natao taminy. Vao nivadika i Hery Rajaonariamampianina, dia nifitsaka sy nangina no nataon-dRajoelina satria fantany tsara fa tsy miafina tamin’ny filoha ankehitriny ny dosie maloton-dRajoelina sy ny HAT. Raha mbola ny HVM no eo amin’ny fitondrana, dia tsy hisy mangirana mihitsy ho an-dRajoelina sy ny mpanara-dia azy. Ankoatra ny fanjakana ankehitrinyihany koa anefa, dia mbola maro ny manana dosie sy porofo mivaingana momba ny afera maloton’ny tetezamita, saingy misy fotoanany ny zava-drehetra.

Toky R

 

Midi Madagasikara218 partages

Ambohimanga : 18 cadavres volés dans un tombeau familial

Des voleurs d’ossements humains démantelés par la gendarmerie à Mahanoro

Un phénomène prend de l’ampleur ces derniers temps. Il s’agit de la recrudescence des vols d’ossements humains qui se sont répandus presque dans tout le territoire national. Le problème est que jusqu’ici, aucune explication ne justifie ce crime qui nuit à l’image de la société malgache. Cette dernière qui se dit être très respectueuse des anciens et notamment des morts. Le 31 octobre vers 18 heures, un passant a vu un tombeau familial ouvert à Ambohimasina, « fokontany » Ambohimanga, dans la commune d’Ambohimanga Rova. Il a tout de suite alerté le chef du « fokontany » qui à son tour a informé les propriétaires du tombeau et saisi la gendarmerie d’Ambohimanga Rova.   Ainsi, la gendarmerie est descendue sur place. Le constat sur les lieux a permis de savoir que 18 sur les 20 corps inhumés dans la tombe ont disparu. La conclusion est que ce tombeau a été cambriolé et l’enquête est ouverte.

T.M

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Tia Tanindranaza121 partages

Famarotana ny villa ElisabethTsy ho afa-bela i Reboza Julien

Amin’ny maha filohan’ny vaomiera mpanadihady mikasika ny olana momba ny fananantany eny anivon’ny antenimieram-pirenena azy dia nanazava ny depiote Naivo Raholdina fa fahefan’ny minisitry ny fanajariana ny tany tamin’ny fotoan’andro, izany hoe,

  Julien Reboza, no namarotana ny tany misy ny Villa Elisabeth, izay nonenan’ny filoham-pirenena teo aloha, Zafy Albert, eny Ivandry. Tsy nahafantatra ny mikasika izany ny filohan’ny tetezamita, Andry Rajoelina, ary tokony havahana ny atao hoe fitondrana HAT sy ny filohan’ny HAT. Tsy nandalo filankevitry ny governemanta sy ny minisitra rahateo io raharaha io ka tsy mahagaga raha tsy fantany, hoy hatrany ity depiote ity. Ny 4 janoary 2014 no voasonia ny taratasim-pamarotana ary tsy nisy sonian’ny filohan’ny tetezamita fa mpiara-miasa amin’ny filohan’ny CRN amin’izao fotoana, Tabera Randriamanantsoa, aza no nanao sonia tao. Ny androtr’io talata io ihany moa ny minisitry ny vola sy ny tetibola, Vonintsalama Andriambololona, niaraka tamin’ny minisitra misahana ny tetikasan’ny filoham-pirenena sy ny fanajariana ny tany, Benjamina Ramarcel  Ramanantsoa ary niara-nilaza ihany koa fa vao izao vao nahafantatra ny fisian’ilay raharaha. Nanambara ity farany fa efa navoaka ny didim-pitondrana nanafoanana io famarotana io ary mangataka ny eo anivon’ny birao mahaleotena misahana ny kolikoly (Bianco) mba hanao fanadihadiana lalina mikasika ny raharaha.

J. Mirija

 

 

Midi Madagasikara116 partages

Tourisme : Soutien de l’OMT à Madagascar

Le ministre Roland Ratsiraka avec le SG de l’OMT, Taleb Rifai.

Le Secrétaire Général de l’OMT (Organisation mondiale du tourisme), Taleb Rifai, est en mission à Madagascar. Arrivé hier, celui-ci compte démontrer au monde que « l’île aux trésors » peut très bien être visitée, contrairement aux informations décourageantes véhiculées par les médias internationaux. En effet, la visite de sites touristiques figure au programme de sa mission actuelle. Lors d’un spring-meeting organisé hier au Carlton Anosy avec le ministre Roland Ratsiraka, en présence de hautes autorités, des représentants des partenaires techniques et financiers, des opérateurs touristiques ainsi que des médias, Taleb Rifai a reconfirmé son soutien à la destination Madagascar. De son côté, le ministre Roland Ratsiraka a mis en avant les atouts de la Grande-île, en termes d’écotourisme, de tourisme durable et de biodiversité qui sont également défendus par l’OMT. « Madagascar dispose de 80% d’espèces endémiques en biodiversité. 80% des nourritures trouvées dans le pays sont issues de l’agriculture naturelle, sans utilisation de produit chimique. Avec ces atouts, l’écotourisme et le tourisme villageois connaissent une bonne évolution avec une croissance de 20% en 2016 et certainement un taux record en 2017. Le tourisme de croisière affiche également de bonnes perspectives. La prochaine saison commence le 4 novembre et on s’attend à recevoir 60.000 touristes. Bref, beaucoup indiquent déjà que Madagascar peut être visité. L’épidémie de peste commence d’ailleurs à toucher à sa fin », a déclaré le ministre Roland Ratsiraka. Bref, ces informations positives devraient pouvoir rassurer les touristes étrangers, surtout avec la venue du SG de l’OMT dans le pays.

Antsa R.

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara114 partages

Haute-Matsiatra : Namono olona enina ny havan’ireo zaza mitazona kalach nosamborina

Nodoran’izy ireo ny trano miisa 11 ka olona 59 no lasa tsy manan-kialofana vokatr’izany. Tsy izay ihany fa nisy olona enina hafa izay novonoin’ireo rehefa nolazainy fa nanondro ireo zaza teny amin’ny zandary. Ny alin’ny alatsinainy hifoha talata teo no nisehoan’izany habibiana noho ny valifaty izany tany amin’ny fokontany manodidina an’Andoharanomaintso. Nisy nahavita nampandre ny zandary ary raikitra ny fanarahan-dia. Nisy lehilahy iray izay voasambotra niaraka tamin’ny basy sy bala taorian’izay. Rehefa nandeha ny fanadihadiana dia olona havan’ireo zaza mitazoka kalachnikovs roa izay voasambotra tany an-toerana tamin’ny 21 oktobra teo no tompon’antoka tamin’ny heloka bevava. Mitohy ny fikarohana ireo ambiny izay mbola nitsoaka any anaty ala any. Isan’ny vaovao nanaitra ny maro ny fahazoana ireo zaza mitazona basy, ary tsy mba basy vita gasy na basim-borona fa kosa ny kalachnikovs. Vetivety dia niparitaka naneran-tany ilay sary noho ny fisian’ny tambajotra sosialy ary nahatonga saina maro hoe efa mivadika Syria ve i Madagasikara? Any amin’io firenena io mantsy ankehitriny no tena betsaka zaza tsy ampy taona izay lasa miady miaraka amin’ny mpikomy ary mitam-basy maherivaika. Momba izay mitranga any Haute-Matsiatra indray, mety ho tonga any amin’izay niavian’ny basy ve ny fanadihadiana mandeha?

D.R

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara111 partages

Environnement des affaires : Madagascar progresse dans le Doing Business 2018

L’environnement des affaires s’améliore

L’environnement des affaires s’améliore à Madagascar. Selon le nouveau classement du rapport annuel du Groupe de la Banque mondiale sur la facilité de faire des affaires (Doing Business 2018), Madagascar est placé au 162e rang sur 190 pays.

Madagascar gagne ainsi cinq points en une année puisque lors de l’édition 2017, on était au 167e rang. Lors de la présentation de ce rapport qui s’est déroulée mardi dernier au siège de la Banque Mondiale à Anosy, il a été notamment précisé que deux réformes, concernant la création d’entreprises et l’obtention de crédits ont permis de gagner ces cinq points.

Changements positifs. La publication en ligne et gratuite de l’avis de constitution d’entreprises et le paiement des frais d’inscription directement au guichet unique, ont notamment permis une réduction du délai des procédures de création d’entreprises qui se font actuellement en moins de cinq jours. L’accès au crédit est également amélioré grâce à l’augmentation de la couverture de crédit. Grâce à cette mesure, la couverture du registre du crédit enregistre, depuis janvier 2017, 696 210 individus et 9 608 entreprises. Le score de la distance de frontière de Madagascar s’est en outre amélioré : de 44.62 dans le rapport 2017 à 47.67 dans le Doing Business 2018. Madagascar figure parmi les huit pays de l’Afrique subsaharienne à améliorer leur distance de frontière de plus de trois points aux côtés du Malawi, Djibouti, Zambie, Nigeria, Sénégal, Rwanda et Liberia. Cette amélioration de 3.05 points veut dire que le pays a opéré au cours de l’année des changements positifs au niveau des règlementations des affaires. « Ce résultat montre que nos efforts pour améliorer le climat des affaires à Madagascar ces dernières années portent leurs fruits et cela nous incite à continuer dans ce sens. Nous n’allons pas en rester là et nous sommes très reconnaissants de l’appui de nos partenaires et invitons tous les concernés à joindre les efforts car ceci est l’affaire de tous », déclare Eric Robson Andriamihaja, Directeur Général de l’Economic Development Board of Madagascar (EDBM). « Depuis trois années consécutives, Madagascar enregistre une progression dans le classement du Doing Business. Le travail est bien amorcé mais nécessite plus d’efforts pour mener efficacement des réformes importantes. La course à la compétitivité dans le monde est rude. Madagascar pourrait viser d’avoir des réformes qui touchent au foncier, à l’accès à l’électricité et à la justice commerciale afin d’améliorer substantiellement le positionnement de Madagascar », affirme pour sa part, Satyam Ramnauth, représentant de l’IFC à Madagascar.

Léger mieux. En somme, on peut qualifier cette progression de « léger mieux » qui nécessite encore d’énormes efforts dans l’avenir. En parlant par exemple, de la nécessité d’une justice commerciale, la Banque Mondiale fait probablement référence aux abus judiciaires dont sont victimes des entreprises opérant à Madagascar qui fait partie des pays d’Afrique Subsaharienne, ayant engagé des efforts. « Les efforts de réforme de l’Afrique subsaharienne méritent largement d’être soulignés quand on sait que la région est le théâtre de multiples crises et que de nombreux pays sont en proie aux conflits et aux violences. Nous espérons que cette dynamique vertueuse en faveur de l’esprit d’entreprise se poursuivra car elle est essentielle pour relever le défi de la création d’emplois, notamment pour les millions de jeunes hommes et femmes que compte la région », souligne Rita Ramalho, directrice par intérim du Groupe des indicateurs mondiaux de la Banque mondiale, qui prépare ce rapport. A noter que dans le classement mondial relatif à la facilité de faire des affaires, Maurice ressort au 25e rang, devant le Rwanda (41) et le Kenya (80), les trois économies les plus performantes de la région. Le raccordement à l’électricité reste l’un des grands points faibles de l’Afrique subsaharienne : en moyenne, il faut 115 jours pour accéder à l’électricité, contre une moyenne mondiale de 92 jours.

R.Edmond.

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara108 partages

Villa Elisabeth : L’acte de vente annulé par l’Etat

La décision de l’Etat est loin d’apaiser les polémiques soulevées par le scandale.

L’affaire Villa Elisabeth continue de susciter des polémiques, notamment sur la responsabilité des signataires de l’acte de vente. Officiellement, ledit acte de vente a été signé au nom de l’Etat par le Vice-premier ministre en charge du Développement et de l’Aménagement du Territoire de l’époque Reboza Julien. D’après cet acte de vente, la société Mada Terrain est l’acquéreur de ce domaine privé de l’Etat (Propriété Saint Antoine IV) sur lequel se trouve la Villa Elisabeth. Avant-hier, le ministère auprès de la Présidence en charge des Projets Présidentiels, de l’Aménagement du Territoire et de l’Equipement (M2PATE) et le ministère des Finances et du Budget ont pris un arrêté conjoint annulant l’acte de vente signé en 2014. Et l’Etat va saisir le Bianco.

Préjudice. Quoi qu’on dise, l’annulation de cet acte de vente porte préjudice à l’acquéreur du terrain. Par détermination de la loi, la vente d’un immeuble de l’Etat est un contrat administratif. Puisqu’il s’agit d’un contrat administratif, le résilier unilatéralement fait partie des prérogatives de l’Etat. Mais, il faut respecter l’équilibre financier du contrat qui pourrait se présenter sur cette affaire par le remboursement de l’acquéreur. Reste à savoir si c’est uniquement le prix dérisoire inscrit dans l’acte de vente que l’Etat va rembourser à l’acquéreur. En tout cas, l’ancien Vice-premier ministre Reboza Julien doit sortir de son mutisme. Son silence semble loin de favoriser la recherche de la vérité sur cette affaire qui risque d’être portée devant la justice.

R. Eugène

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara101 partages

Taximen de Tana : La CUA en campagne de séduction

Le couple Ravalomanana à bord d’une 2CV à l’OMAVET

Une forte délégation de la commune urbaine d’Antananarivo, conduite par la maire Lalao Ravalomanana et son conseiller spécial Marc Ravalomanana,  s’est rendue avant-hier à l’OMAVET à Ampasampito. Une occasion pour l’équipe de la CUA de rassurer encore une fois les taximen de Tana que la visite de conformité assurée à partir de janvier 2018 par l’OMAVET n’est pas un moyen pour exclure les 2CV et les 4L. Marc Ravalomanana a encore une fois réitéré que la CUA est là pour accompagner les taximen, pour que ces derniers puissent offrir un service de qualité aux usagers. Il a été également décidé avant-hier que les taxis de Tana bénéficient d’une visite de conformité gratuite à l’OMAVET jusqu’à la fin du mois de décembre 2017.

R. Eugène

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Tia Tanindranaza95 partages

Fitaterana an-tanàn-dehibeHatsaraintsika io , hoy i Dada

Mandeha araka ny tokony ho izy ny fanatsarana ny tontolon’ny fiarakaretsaka eto Antananarivo.

Toky R

 

 

L'express de Madagascar94 partages

Chute de la Lily – Fusillade meurtrière en pleine nuit

En train de tenir une réunion secrète, une organisation criminelle a eu affaire aux gendarmes. Deux suspects ont été abattus, des armes ont été saisies. 

Chasse à l’homme meurtrière aux abords de la chute de la Lily, à Ampefy. Deux suspects ont trouvé la mort. Trois de leurs comparses ont été, en revanche, pris vivants. Tout un arsenal de banditisme a été saisi, dont un pistolet fonctionnant avec des munitions de Kalachni­kov, un sabre, deux nunchakus, deux poignards, une sagaie et une barre à mine. Sept autres membres de la bande ont, pour leur part, réussi à s’évanouir dans la nature. Des traques sont lancées jusqu’à Tsiroanomandidy.Ce coup d’éclat est survenu dans la nuit de dimanche à lundi. L’opération est l’œuvre des gendarmes de la brigade territoriale d’Anala­vory, sous la houlette de la compagnie de  Miarinarivo.Informés sur le planning des bandits de sévir dans les environs de la chute de la Lily, les forces de gendarmerie ont verrouillé la zone, vers 21 heures.Le gang en entier était en train de tenir une réunion secrète, pour mettre au point leur plan, lorsque les gendarmes les ont cernés dans la pénombre totale. Prêts à en découdre, les malfaiteurs ont fait parler la poudre.Face à la virulente puissance de feu des gendarmes engagés dans la fusillade, les bandits ont fait machine arrière, battant en retraite sous un déluge de feu. Un membre de la bande, âgé de vingt-deux ans, est toutefois tombé sous les balles de l’escouade des gendarmes venus frapper d’une main de fer.

Comité de vigilance Profitant de l’obscurité, les fuyards ont pris des directions différentes pour brouiller les pistes. Ils n’ont toutefois pas réussi à se débarrasser des gendarmes qui ne les lâchaient pas d’une semelle. La ténacité des poursuivants s’est avérée payante. Se retrouvant nez-à-nez avec eux à Ambatondramijay Ampefy, les trois membres du gang pris vivants n’ont trouvé aucune issue.L’un des suspects serait membre du comité de vigilance dans son quartier, selon les informations communiquées.En poursuivant les recherches, les gendarmes ont retrouvé la trace d’un autre suspect, à Andolofotsy. Brandissant un sabre, ce jeune homme de dix-neuf ans aurait opposé une résistance lorsqu’il a eu affaire aux gendarmes, amenant ces derniers à faire feu.Le défunt aurait été depuis longtemps recherché pour des actes de banditisme commis dans les environs.Avant leur passation au Parquet, les trois individus arrêtés ont été soumis au feu roulant des questions afin de remonter de fil en aiguille jusqu’aux bandits en cavale.

Andry Manase

Midi Madagasikara94 partages

Carburant : Hausse de 80 ariary par litre pour l’essence et le gas-oil

C’est reparti pour la hausse des prix à la pompe des carburants

Les fêtes de fin d’année risquent d’être dures pour les automobilistes. Une tendance à la hausse des prix des carburants survient actuellement et risque de perdurer.

Le retour à la hausse des prix est en tout cas déjà là puisque depuis avant-hier à minuit, les prix à la pompe ont augmenté. En effet, le gas-oil vient de passer de 3020 ariary à 3100 ariary le litre, soit une hausse de 80 ariary par litre. Même topo pour le super carburant qui est passé de 3670 ariary à 3750 ariary, soit également une hausse de 80 ariary par litre.

Cette hausse est la suite logique de l’évolution des deux paramètres qui influent dans la fixation mensuelle des prix du carburant. Il s’agit tout d’abord de la nouvelle flambée des cours du brut sur le marché mondial depuis les deux derniers mois. Il y a ensuite, le retour à la dépréciation de l’ariary par rapport au dollar qui est la monnaie de référence dans les transactions pétrolières. En effet, le dollar a terminé le mois d’octobre avec une parité de 3152 ariary alors qu’au début du mois le même billet vert a commencé à s’échanger à 3018 ariary sur le marché interbancaire des devises. Et si cette tendance se maintient, on risque encore une autre hausse en début décembre.

R.Edmond.

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Madagascar Tribune86 partages

Un arrêté ministériel annule l’acte de vente

Le ministre des finances et du budget (MFB), Vonintsalama Andriambololona, ainsi que le ministre en charge des projets présidentiels, de l’aménagement du territoire et de l’équipement (M2PATE), Benjamina Ramanantsoa, ont procédé à l’annulation de la vente du terrain où se situe la résidence de l’ancien président feu Zafy Albert. Une vente qui a été mise sur le compte du régime de Transition qui aurait donc avalisé la vente du terrain « Saint Antoine IV » où se trouve la Villa Elisabeth.

L’acte de vente et le titre foncier ont été annulés par un arrêté interministériel du fait qu’il s’agirait d’une propriété de l’Etat dans la catégorie des hôtels ministériels. Les deux ministres du M2PATE et du MFB ont également demandé au Bianco d’ouvrir une enquête sur ce dossier afin de savoir qui est réellement responsable de la vente du terrain où est bâtie la Villa Elisabeth. Le fait est qu’aucun des responsables étatiques actuels ne peut échapper à ce dossier et se trouve concerné de près ou de loin dans cette affaire, à commencer par le président de la République, lui même.

Pour rappel, l’acte de vente aurait été signé le 24 janvier 2014, en pleine période de passation entre le régime de Transition et celui actuel de la quatrième république. Bien que la signature qui se trouve sur l’acte de vente soit celui de Reboza Julien, vice-premier ministre de l’aménagement du territoire de l’époque, rappelons que Hery Rajaonarimampianina était ministre des finances et aurait dû connaitre logiquement ce dossier de vente. Mais tous nient comme Reboza Julien avoir eu connaissance de ce dossier. L’actuelle ministre des finances à savoir Vonintsalama Andriambololona, était elle Secrétaire général du ministère des finances. En ce sens que si Hery Rajaonarimampianina était occupé pour la passation de pouvoir, elle devrait être parmi ceux qui assuraient l’intérim au sein du MFB. En tout cas, l’enquête du Bianco pourra permettre d’identifier le vrai responsable de cette vente, si bien évidemment l’appel lancé au Bianco ne sert qu’à calmer la polémique. Cependant, selon certains juristes, un arrêté interministériel ne devrait normalement pas avoir d’effet sur un acte de vente en bonne et due forme, qui de plus est déjà enregistré auprès des Services des domaines.

Midi Madagasikara81 partages

Action citoyenne de la diaspora : Une somme de 7 400 000 d’Ariary pour le BNGRC

Le secrétaire exécutif du BNGRC, Venty Thierry, n’a pas caché sa satisfaction en recevant la somme de 7 400 000 d’Ariary qui les aidera, lui et son équipe du BNGRC à lutter contre la propagation de l’épidémie de la peste

Après la première édition du forum de la diaspora qui s’est tenue les 26, 27 et 28 octobre derniers au village Voara Andohatapenaka, il est mis à la connaissance du public la collecte de fonds qu’a organisée la diaspora a réuni 7 400 000 d’Ariary. Une somme qui a été remise au BNGRC (Bureau National de Gestion des Risques et des Catastrophes) afin de l’aider dans la lutte contre la propagation de l’épidémie de peste. En effet, il est étroitement loisible de rappeler qu’en marge du forum de la diaspora, d’autres activités ont été prévues. Il s’agit, entre autres, du don de sang, du reboisement et de la soirée de gala ayant permis aux expatriés malgaches présents lors du forum de contribuer à l’appui budgétaire indispensable à l’éradication de la peste. « Il s’agissait d’unir la voix de tous les Malgaches, de réveiller toutes les formes de patriotisme chez les natifs Malgaches de l’extérieur et d’agir ensuite dans le sens du développement de la patrie », a indiqué Lanto Rahajarizafy, directrice de la Diaspora au sein du ministère des Affaires Étrangères qui, d’ailleurs, a représenté le ministre Henry Rabary-Njaka lors de la remise des 7 400 000 d’Ariary au BNGRC. Notons qu’après la résolution adoptée par la diaspora samedi dernier à l’issue du forum, une commission de suivi y afférente sera, dans les prochains jours, mise sur pied. Le but étant de mettre en œuvre les recommandations tirées de la même résolution.

Aina Bovel

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara58 partages

Epidémie de peste : 128 décès et 1000 malades guéris d’août à octobre

Sept nouveaux cas de peste le jour du 31 octobre 2017.

La tendance est maintenant à la baisse si l’on en juge par le nombre de personnes admises dans les centres de traitement de la peste ces derniers jours. D’après les données issues du ministère de la Santé publique et publiées par le Bureau national de gestion des risques et catastrophes (BNGRC) le 31 octobre 2017, 83 malades de la peste sont encore sous traitement ce jour du 31 octobre dans les hôpitaux et centres de traitement de la peste sur l’ensemble du territoire national. La région Analamanga en compte le plus grand nombre avec 36 patients dont 13 au CHAPA (centre hospitalier anti-pesteux d’Ambohimiandra), suivie de la région Haute Matsiatra avec 16 patients encore sous traitement.

Depuis le début du mois d’août, l’épidémie de peste a causé la mort de 128 personnes dont 62 sont décédées hors des structures hospitalières. Aucun décès n’a, en revanche, été rapporté ce jour du 31 octobre. Actuellement, les dispositifs déjà mis en place pour réduire les risques de propagation de l’épidémie sont toujours maintenus, voire renforcés dans certaines localités où des nouveaux cas ont été enregistrés au cours de la semaine. C’est le cas pour les régions Analamanga, Vakinankaratra, Atsinanana et Haute Matsiatra.

En milieu scolaire, les séries de mesures appliquées dans les établissements scolaires privés ayant déjà repris les cours, demeurent maintenues. Il s’agit notamment de la mise en place d’une salle d’isolement en cas de présence d’un cas suspect, et d’un comité de vigilance chargé d’appliquer les autres mesures préconisées par le ministère de la Santé, incluant la prise de température et le lavage des mains au gel désinfectant à l’entrée des établissements pour tous les élèves, corps enseignants et toute autre personne pénétrant dans l’enceinte de l’établissement. Ces mesures seront maintenues jusqu’à la déclaration de fin d’épidémie.

Hanitra R.

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara56 partages

Région Atsimo Andrefana : Création d’une voirie de 55 km reliant cinq communes

Lors de la signature du protocole d’accord entre les deux parties.

Un partenariat concret entre le secteur public et le secteur privé. Et les retombées économiques positives pour la population affectée par le projet seront palpables.

Le Ministère auprès de la présidence en charge des Projets Présidentiels, de l’Aménagement du Territoire et de l’Equipement (M2PATE), la Région Atsimo Andrefana et la compagnie minière Toliara Sands ont signé dernièrement un protocole d’accord. Cet accord vise à formaliser la création d’une voirie d’une longueur totale de 55 km répondant aux besoins de la population et du projet Ranobe de la compagnie. En effet, « la construction de cette infrastructure routière permettra d’assurer la liaison entre cinq communes dans cette région. Il s’agit notamment des communes deTsianisiha, d’Ankilimanilike, de Maromiandra, de Belalanda et de Toliara I. Ce qui permettra également de faciliter l’écoulement des produits agricoles sur le marché. La réalisation de cet accord entre dans le cadre de la mise en œuvre d’une politique d’égalité des régions et d’une politique de désenclavement », a expliqué le ministre Benjamina Ramarcel Ramanantsoa, lors de la signature de ce protocole d’accord.

Nouvel essor. En outre, la compagnie minière Toliara Sands prévoit de réaliser d’autres infrastructures comme la construction d’un port minéralier sous forme de jetée à Ambohitsabo, dans la Commune Urbaine de Toliara I, de trois tronçons de route, d’une bretelle de liaison entre ce site et la Route Nationale 9 au niveau PK32. Et une autre bretelle reliant la jonction sud de la rivière Fiherena avec la route de transport vers le port à la RN9, est aussi en vue. « Ces infrastructures répondent à la vision du Président de la République qui veut mettre en place une nation moderne et prospère », a rajouté le ministre de tutelle. Les différentes parties prenantes ont souligné que ce projet apportera des revenus considérables pour Madagascar, et donnera un nouvel essor socio-économique dans sa région d’implantation, la Région Atsimo Andrefana, et ce, en commençant par le développement de ses zones d’implantation.

Partenariat. Par ailleurs, le ministère auprès de la Présidence en charge des Projets Présidentiels, de l’Aménagement du Territoire et de l’Equipement est ouvert à tout partenariat avec le secteur privé visant à construire des infrastructures dans le pays. A titre d’illustration, « nous travaillons en partenariat avec une société privée Capricorne pour réhabiliter un tronçon de route d’une longueur de 23 km et pour réaliser une nouvelle infrastructure routière long de 17,7 km dans la région Atsinanana », a enchaîné le ministre Benjamina Ramarcel Ramanantsoa. D’aucuns reconnaissent que la création des infrastructures routières est indispensable pour le développement économique d’une région, et partant de la nation. Les retombées économiques positives pour la population affectée en premier lieu par le projet seront palpables pour ne citer que la facilitation de l’écoulement de leurs produits agricoles, tant sur le marché national qu’international.

Navalona R.

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Madagascar Tribune53 partages

Calcul réussi du HVM avec la démission de Honoré Rakotomanana

Rivo Rakotovao a été élu président du Sénat le 31 octobre dernier et la nouvelle n’a pas manqué de faire échos dans le pays. On s’attendait plus ou moins à cette ascension fulgurante de celui qui dirige le parti présidentiel et à ce fidèle du Président de la république. Rivo Rakotovao, homme de confiance de Hery Rajaonarimampianina, a été démis de sa fonction de ministre de l’agriculture il y a à peine deux semaines et a tout de suite été affecté au Sénat.

Le souci du régime de garder le pouvoir durant les élections a précipité cette décision face à la réticence des acteurs politiques et de la société civile sur le projet de révision constitutionnelle dans le but est d’éviter la démission de Hery Rajaonarimampianina avant les élections. Aussi était-il évident que le président du Sénat, celui qui devrait assurer l’intérim durant la période électorale, devrait être un proche du régime. En tout cas plus que ne l’était Honoré Rakotomanana. Ainsi, dans la matinée de mardi dernier, Honoré Rakotomanana annonçait sa démission devant les membres de la Chambre Haute du Parlement. Évoquant non seulement son état de santé et son âge avancé comme motif mais également une profonde réflexion sur les écrits dans la Bible a-t-il souligné. Se justifiant de rendre le pouvoir aux membres de son assemblée selon ce que veut les principes d’une démocratie.

Quelques minutes après, une élection est organisée et seul Rivo Rakotovao se présentera pour la succession, cela malgré l’interpellation de deux sénateurs issus du parti Tiako i Madagasikara (TIM) et du MAPAR sur le non-respect de la procédure. En effet, pour l’élection de la présidence du Sénat, il aurait fallu consulter les sénateurs et la conférence des présidents, suivi du dépôt de candidatures avant l’élection proprement dite. Malgré tout, Rivo Rakotovao a été élu à 52 voix sur 55.

Du point de vue juridique, l’accession de Rivo Rakotovao à la tête du Sénat reste un questionnement. En effet, la Constitution ne prévoit pas de motifs pour un départ d’un membre du bureau permanent du Sénat. Par contre dans les textes, selon l’article 74 de la Loi Fondamentale, « le Président de l’Assemblée Nationale et les membres du Bureau sont élus au début de la première session pour la durée de la législature. Toutefois, ils peuvent être démis de leurs fonctions respectives de membres de Bureau pour motif grave par un vote secret des deux tiers des députés ». Il s’agit d’une disposition qui s’applique « par analogie » au Sénat selon l’article 85 de la Constitution.

Mis à part cela, aucun article ne prévoit le cas de la démission du président du Sénat. Aussi devrait-on se référer au règlement intérieur de la Chambre Haute et malgré des vices de procédure possible dans cette élection de Rivo Rakotovao, il semble qu’il n’existerait même pas de voie de recours. Pourtant, ce n’est pas la première fois que ce cas se produit. En effet, c’est pour la deuxième fois en deux exercices qu’Honoré Rakotomanana a dû abandonner la présidence du Sénat avant le terme de la législature. Elu à la tête de l’institution en 2001, l’ancien président de la Haute cour constitutionnelle (HCC) avait déjà quitté ce poste à la suite de la recomposition de la chambre par le régime Ravalomanana à la suite de la crise post-électorale de 2002.

La question est donc maintenant de savoir si après ces nombreux calculs politiques visant à garder coûte que coûte le pouvoir entre ses mains, le régime et le parti présidentiel sont sereins en vue des prochaines élections. L’objectif de cette affectation de Rivo Rakotovao au Sénat, et bien avant l’idée d’une révision constitutionnelle, était de faire que toutes les chances soient du côté de Hery Rajaonarimampianina et de son équipe lors de la prochaine élection présidentielle. Face à cette sérénité et dans l’aboutissement de ses plans, l’on espère des élections qui profiteront à tous. Espérant que tous ces calculs et magouilles politiques ne visent bien que la tenue d’élection transparente et non pour assurer un deuxième mandat aux tenants du pouvoir actuel.

Quoi qu’il en soit, et jusqu’à preuve du contraire, le régime Rajaonarimampianina ne semble reculer devant rien pour s’assurer une suprématie à la tête de l’Etat. En se couvrant de honte devant les citoyens et défiant tous les principes de bonne gouvernance et d’Etat de droit. La passation de service entre Rivo Rakotovao et Honoré Rakotomanana se déroulera ce jour au Palais de verre à Anosy.

Midi Madagasikara52 partages

Ankadivato : Jiolahy avy nanafika, maty voatifitry ny UIR

Tokantrano iray teny amin’iny faritra Ankadivato iny indray no lasibatry ny andian-jiolahy mahery vaika, ny marainan’ny talata lasa teo. Soa ihany anefa fa nisy avy hatrany ny fandraisana andraikitra nataon’ireo pôlisy avy ao amin’ny boriborintany fahatelo sy ny polisin’ny UIR, omaly vao maraina. Vokany, roa tamin’ireto andian-jiolahy ireto no voatifitra: ny iray tsy afa-manohy ny asa ratsiny intsony ary ny iray azo sambom-belona. Omaly tokony ho tamin’ny roa ora maraina tany ho any, nisy avy hatrany ny fampandrenesana nataon’ireto tompon’andraikitry ny filaminana ireto fa misy andian-jiolahy mirongo basy, mikasa hanafika tokantrano eny amin’iny faritra Ankadivato iny. Namantana avy hatrany teny an-toerana ireto pôlisy hery vonjy taitran’ny kaomisaria ireto ary nifanehatra tamina andian-jiolahy tsy latsaky ny sivy teo ho eo. Tsy nisalasala fa avy hatrany dia nanokatra ny tifitra ireto farany, sady nanafina ny fitsoahany. Efa voaofana manokana amin’izany anefa ireto pôlisin’ny UIR ireto ka tsy nitsoaka ady velively. Voatery ihany koa namaly tifitra. Roa tamin’ireto olon-dratsy no lavo, voan’ny bala. Nahita izany iretsy namany dia nanao tsoa-pe, nirifatra nandositra, namela ireto lavo ireto ho eo an-tanan’ny pôlisy. Ny iray tamin’izy ireo moa tsy tana intsony ny ainy. Raha somary nangingina ny resaka pesta, dia toa lasa nirongatra indray ny asan-jiolahy teto an-drenivohitra. Ankoatra ilay teny Anosibe dia fantatra ihany koa mantsy fa nisian’izay fanafihana mitam-basy izay teny amin’iny faritra Anjanahary sy Ampandrana iny, izay raha ny fanazavàna azo dia mety ho ireto andian-jiolahy ireto ihany. Ilay teny Anjanahary dia nahaverezana finday maromaro sy solosaina ary niaraka tamin’ny vola. Ilay teo Besarety kosa dia lasa ireo entana sarobidy rehetra, izay mitentina eo amin’ny telo tapitrisa ariary teo ho eo. Ary ity farany teo Ankadivato izay nahatratrarana ireto roalahy ireto moa dia entana mitotaly eo amin’ny efatra tapitrisa latsaka eo no lasan’ireo olon-dratsy. Mbola mitohy araka izany ny fikarohana ireo namany.

m.L

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
L'express de Madagascar50 partages

Sénat – Rakotovao monte au perchoir

Honoré Rakotomanana se retire de la présidence du Sénat. Candidat unique, Rivo Rakotovao a été élu pour prendre sa place.

Dénouement. La saga de ce début de deuxième session ordinaire du Sénat a pris fin mardi. Devant les sénateurs siégeant en séance plénière et tout le personnel de l’Institution, des membres du gouvernement et conseillers du chef de l’État, Honoré Rakotomanana, président de la Chambre haute, s’est « retiré » de son poste.L’intitulé de l’ordre du jour, « aménagement du bureau permanent » a annoncé la couleur. Dans la tête de la plupart des membres del’assistance, en rendez-vous est donné à 11 heures car Honoré Rakotomanana allait faire une déclaration. « Après avoir mûrement réfléchi et prié durant trois ou quatre jours, sur le terme à utiliser afin de ne pas déroger à la Constitution et les textes, je me retire de mon poste. Je le laisse vacant et vous rends ce pouvoir », a-t-il soutenu, à l’endroit des sénateurs surtout.Le désormais ancien numéro un de la Chambre haute explique sa décision par « une organisation politique due à une rapide évolution de la conjoncture ». Un « retrait », qui serait aussi motivé par le souci de « préserver la quiétude, la cohésion des membres de l’Institution et mettre fin aux rumeurs ». À entendre les propos du juriste Rakotomanana, le scénario d’hier aurait déjà été échafaudé depuis quelques jours.Seulement, comme il l’a indiqué, aucun texte ne prévoit « la démission » d’un membre du bureau permanent des deux Chambres parlementaires. L’article 74 de la Loi fondamentale prévoit que « le président de l’Assemblée nationale et les membres du bureau (…) peuvent être démis de leurs fonctions respectives (…) pour faute grave, par un vote secret des deux tiers des députés ». Une disposition valable pour le Sénat, selon son article 85.

PlébisciteInvoquer la faute grave « est difficile », explique lui-même l’enseignant en droit Rakotomanana. « Le retrait » serait alorsle moindre mal pour concrétiser la nouvelle organisation voulue par le pouvoir, pour faire face aux nouveaux enjeux politiques que sont les élections. Dès l’annonce de la nomination de Rivo Rakotovao au Sénat, au titre du quota du chef de l’État le 17 octobre, plusieurs observateurs se sont accordés à affirmer que les jours d’Honoré Rakotomanana au perchoir étaient comptés.Les deux groupes parlementaires pro-pouvoir de la Chambre haute auraient multiplié les réunions depuis la semaine dernière, pour trouver le moyen de porter sans heurt le président national du parti « Hery vaovao ho an’i Madagasikara » (HVM) à la présidence du Sénat. À Rome le 17 octobre, Hery Rajaonari­mam­pianina, président de la République, a déclaré que le transfert de l’ancien ministre auprès de la Présidence chargé de l’Agriculture et de l’élevage à la Chambre haute était pour « renforcer la stabilité institutionnelle ».Dans une interview publiée dans l’Hebdo de l’Express de Madagascar de vendredi, l’ancien membre du gouvernement a expliqué que sa présence à la Chambre haute devrait dynamiser l’engagement politique des sénateurs en vue des élections. Tel qu’il l’a repris devant la séance plénière mardi, le Sénat « est l’institution où sont matérialisés les acquis politiques de la quatrième République, notamment la stabilité pour le développement ». Des acquis que ses membres devraient affirmer sur terrain.Rivo Rakotovao, comme président du Sénat, serait alors du point de vue du pouvoir la personne idoine pour mener cette nouvelle orientation de l’institution. Immédiatement après « le retrait » d’Honoré Rakoto­manana, le plébiscite de cinquante-deux sénateurs sur les cinquante-cinq présents a porté le candidat unique Rakotovao au perchoir. L’éviction d’Honoré Rakotomanana de la présidence du Sénat n’a cependant pas laissé l’opinion publique indifférente.

Garry Fabrice Ranaivoson

Midi Madagasikara44 partages

Vente de la Villa Élisabeth : « Andry Rajoelina n’est pas du tout impliqué », explique Naivo Raholdina

Avec des arguments techniques et des preuves à l’appui. C’est de cette manière que le député de Madagascar élu dans le cinquième arrondissement de la Capitale, Naivo Raholdina a expliqué les zones d’ombre qui continuent de planer autour de l’affaire relative à la vente de la Villa Élisabeth. En effet, selon les explications qu’il a fournies, mardi dernier, lors d’un point de presse à Ambondrona, tout porte à croire que la signature de l’acte de vente polémique a été effectuée à l’insu de l’ancien président de la Transition. « Cela n’a jamais été présenté ni en Conseil des ministres ni en Conseil de gouvernement durant la Transition. Elle relève de la compétence du ministre de l’Aménagement du Territoire de l’époque », affirme-t-il. Et lui de poursuivre que « par conséquent, Andry Rajoelina n’est pas du tout impliqué dans cette affaire et que les différentes accusations à son endroit devront cesser ».

Terminologies. Pour appuyer ses propos, Naivo Raholdina a effectué un bref rappel du passé. « En 2008, le ministère des Finances et du Budget a projeté d’aménager un bureau sur ce terrain. Des métrages ont eu lieu mais le professeur Zafy s’est tu jusqu’à sa mort», indique-t-il. L’affaire a été mise en stand by pendant près de sept ans jusqu’à ce qu’en 2014, un acte de vente ait été signé par le ministre de l’Aménagement du Territoire de la période transitoire pour éclater ces derniers temps. Mais le député ne s’arrête pas là. « Selon les textes en vigueur, la vente d’un terrain qui tombe sous le régime de la domanialité privée de l’État incombe au ministère de l’Aménagement du Territoire. Pour ce qui est du patrimoine de l’État, c’est le ministère des Finances qui s’en occupe ». Premières terminologies à distinguer. Ce n’est pas tout. « Entre patrimoine de l’État et patrimoine national figure une nuance. A la différence du patrimoine de l’État, le patrimoine national relève de la compétence du ministère de la Culture », explique Naivo Raholdina. Deuxièmes terminologies à différencier. La Villa Élisabeth n’appartient pas au patrimoine national.

Aina Bovel

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
News Mada42 partages

Tourisme : les acteurs restent optimistes

Taleb Rifai, secrétaire général de l’Organisation mondiale du tourisme (OMT), est actuellement en visite au pays. Ce haut responsable international partage le constat selon lequel le secteur tourisme à Madagascar se porte bien.

Le secteur tourisme se porte bien pour la Grande île. C’est le constat que partagent les acteurs du développement du secteur lors d’une rencontre avec Taleb Rifai, secrétaire général de l’OMT actuellement en visite dans la Grande île.

Roland Ratsiraka, ministre du Tourisme, a assuré hier à l’occasion de l’arrivée du Secrétaire général de l’OMT à Antananarivo que, «D’une manière générale, le nombre d’arrivées de touristes a baissé par rapport à l’année précédente mais le bilan reste satisfaisant». En ensemble, le taux d’annulations de réservation s’élève à 25%, notamment pour le mois de novembre dont 10% pour le tourisme business.

Quelques touchers de croisière ont été annulés pour le mois de novembre. Ce qui ne manquera pas d’impacter sur l’ensemble du secteur. Cependant,  certaine destinations comme les parcs nationaux connaissent des améliorations. Le ministre a cité comme exemple l’Isalo qui a enregistré une augmentation de 20% du taux de fréquentations du parc national par rapport à la saison précédente. Pour le ministre, «Les problème relatifs au domaine du tourisme à Madagascar ne sont pas typiques mais la relance du secteur dépend des initiatives que prendra chaque acteur».

En tous cas, le ministre a affirmé que la présence d’une telle personnalité dans le pays est très positive pour la Grande île. «C’est la preuve de sa solidarité avec Madagascar dans les actions pour développer l’image du pays», a-t-il essimé.

La situation est-elle aussi grave à Madagascar ?

Questionné sur le sujet, Taleb Rifai a déclaré que  «La situation n’est pas si grave pour Madagascar. Le fait que vous êtes à l’intérieur fait ressortir cette impression de gravité de la situation. Nous n’entendons pas vraiment parler de la peste à Madagascar au niveau international», a-t-il affirmé.

Ce responsable de l’OMT se veut rassurant en annonçant que la détérioration de l’image de Madagascar à l’extérieur est moindre malgré l’épidémie de peste qui sévit dans le pays, mais c’est une chose qui peut être améliorée. La plupart des réactions plus ou moins négatives proviennent des pays les plus proches de Madagascar et non des pays du monde entier.  «Vous devez avancer et avoir confiance dans les actions que vous entreprenez. Néanmoins, toutes les mesures nécessaires devront être prises», a-t-il déclaré.

En prenant en compte le concept des Iles Vanilles, Taleb Rifai a toutefois laissé entendre que le développement du tourisme est l’affaire de tous.

Arh.

Tia Tanindranaza42 partages

Honoré RakotomananaNotrongisin’ny HVM

Niseho ny efa nampoizina amin’ny kajikajin’ny fanjakana HVM nanalana an’i Honoré Rakotomanana sy ny nametrahana an’i Rivo Rakotovao ho filohan’ny antenimierandoholona.

 

 Efa resabe teto amin’ny firenena tao anatin’ny herinandro vitsivitsy izy ity, ary efa fantatra hatry ny ela fa ny fisehony fotsiny sisa no nandrasana, satria raha ny teto amin’ny gazety Tia Tanindrazana dia efa ny 4 oktobra 2017 teo no efa namoahana ny vaovao fa hapetraka ho filohan’io andrim-panjakana io i Rivo Rakotovao. Tanjona ny hifikiran’ny fanjakana HVM amin’ny fitondrana, ka kajiana mafy ny mikasika ilay fametraham-pialan’ny filoha 30 na 60 andro mialoha ny fifidianana raha mbola hirotsaka, araka ny voafaritry ny andalana faha-46 ao anatin’ny lalàmpanorenana. Eo ihany koa ny hanomezana tombony ny kandidan’ny HVM amin’ny fifidianana, ka olona tena atokisana no hapetraka hisolo ny filoha.

Nanaja tena sa noterena hiala i Honoré Rakotomanana ?

Na tsy nambara mivantana aza dia fantatra fa noterena an-kolaka hiala na tonga dia nanaja tena i Honoré Rakotomanana satria fantany ny hahazo azy, saingy niezaka ny ho tony sy tsy nitady romoromo ny tenany. Karazan’ny olona tsy nanaiky hatao saribakoly ihany koa. Mazava ihany koa ny tahotr’i Hery Rajaonarimampianina ny ho voaongana tampoka mandritra ny firotsahany hofidiana, ka tsy maintsy mampiasa fahefam-panjakana. “Tao anatin’ny 2 andro aho izao dia sakodiavatra, sanganehana. Raha ohatra ka mijery ny lalàmpanorenana, lalàna fehizoro, dia tsy misy mihitsy ao anatin’ireo rijan-teny ireo  hoe “demission” na fialana, dia hoy aho hoe inona izany no hataoko ? ”, hoy izy. Raha ohatra jerena ny andinin-dalàna dia misy ny “vote secret” na “vote de confiance”, fifidianana ao anatin’ny tsiambaratelo hahafahana mamantatra mbola fitokisana na tsia azy, izay efa mazava ny valiny raha ny zava-nisy no nojerena. Toa ny azy no nataony tonga aloha manoloana ny fanonganana mivantana amin’ny alalan’io fifidianana io. “Hitsahatra ny amin’ny asa amin’ny maha filohan’ny Antenimierandoholona ahy am-pahendrena sy am-panetren-tena aho”, hoy izy. Antony ny fitandroana ny fihavanana sy ny firaisankina, ho fanomezan-kasina ny vahoaka Malagasy iray manontolo, ho fitandroana ny tombontsoa ambonin’ny firenena …  Tamin’ny  saina tony, am-pananetren-tena feno fahendrena, rehefa avy nivavaka aho ary namadika baiboly nandritra ny 3  na 4 andro  amin’ny voambolana hampiasaina momba ity fialana ity satria isika fanjakana tan-dalàna ka raha mampiasa voambolana tsy mifanaraka amin’ny lalàmpanorenana dia holazain’ny olona hoe fanjakana tsy tan-dalàna izany ireo, kanefa ny ahy dia tandroviko ny fihavanana sy ny lalàmpanorenana ary indrindra ny fitokisana ahy, hoy izy. Izay izany no nisafidianana ilay hoe : “hitsahatra” fa tsy “niala” na “naongana”. Tsara ny manamarika fa efa filohan’ny Antenimieram-pirenena i Honoré Rakotomanana ny 1982-1991, “procureur adjoint” tany amin’ny tribonaly Iraisam-pirenena tany Rwanda ny taona 1995, saingy noterena nametra-pialana, filohan’ny antenimierandoholona avy amin’ny atoko AREMA ny taona 2001, ary tafaverina teo amin’io toerana io nanomboka ny 9 febroary 2017, ary izao niala izao.

Toky R

 

Midi Madagasikara42 partages

Ambatondrazaka : Noratrainy tamin’ny vakin-tavoahangy sy nokendainy ho faty ny vadiny

Habibiana indray no nitranga tao Ambohimasina, Ambatondrazaka, ny alin’ny alatsinainy hifoha talata lasa teo. Vehivavy iray 25 taona no hita faty nihantona teo am-bavaravarany. Nahagaga ny maro anefa ny nahità ratra teo amin’ny tanany, nahafahana naminavina avy hatrany fa tsy famonoan-tena no nahazo ity vehivavy ity. Ny vadiny avy hatrany moa no noahiahian’ny rehetra ho tao ambadik’izany vono olona, noezahina naseho ho famonoan-tena, izany. Raha ny angom-baovao azo tokoa mantsy dia miambina tranon’olona teny Ambohimasina teny ireto mpivady ireto. Teny an-dalana anefa dia hitan’ny olona nifamaly izy ireo, ary nitohy hatramin’ny alina. Ny maraina dia io hitan’ny olona nihantona tao an-trano io ilay vehivavy. Tamin’ny famotorana natao, hoy ny fanazavàna azo avy amin’ny mpitandro filaminana izay nisambotra ilay rangahy, no niaikeny fa izy no nahavita ny heloka. Nentin-katezerana loatra ingahirainy ka notsindrominy tamina vakina tavoahangina labiera ny tanan’ilay vehivavy teny an-dalana. Nony tonga tany an-trano dia mbola nokendainy ihany ary namoy ny ainy nony avy eo ilay ramatoa vadiny. Teo vao raiki-tahotra ny anao lahy ka izao noraisim-potsiny izao. Androany, raha tsy misy ny fiovàna, no atolotra ny fampanoavana ity rangahy nahavita namono ny vadiny ity.

Janus

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Madagascar Tribune37 partages

Le gouvernement Mahafaly en mauvaise posture

Le premier ministre Mahafaly Olivier et son équipe seraient-ils en train de livrer leur dernier combat ? Le gouvernement de combat de Mahafaly Olivier a l’air de perdre. Et l’épidémie de peste qui sévit n’a pas arrangé son image. En tout cas, les députés qui concoctent une motion de censure sont en train de réunir les signatures pour destituer son équipe. En fin de semaine, il ne reste plus qu’une dizaine de députés à convaincre. Convaincre, comment ? On ne le sait pas mais les députés seraient en passe de gagner la partie. Il s’agit aussi ici d’un secret de polichinelle comme le cas sénat et Rivo Rakotovao.

Lâché par les députés de son propre parti, le Premier ministre, administrateur civil de son état ne disposerait plus de l’appui de ses pairs administrateurs civils non plus. Ces derniers ont élu à la tête de leur syndicat une personnalité qui n’est pas fortement favorable au chef de l’administration. Or, l’appui total et entier de l’administration est indispensable si le HVM veut réussir son coup en 2018. D’où le risque pour le gouvernement de tomber d’ici quelques semaines voire quelques jours.

Midi Madagasikara29 partages

Journée mondiale de l’épargne : L’épargne pour garantir l’avenir

Le grand carnaval a traversé les différents quartiers d’Antananarivo.

Pas encore connue des Malgaches, la journée mondiale de l’épargne se célèbre chaque année le 31 octobre. Et celle de cette année a été toute particulière. Célébrée à grande pompe par l’OTIV Tana, la journée s’est déroulée sous le thème « Tahiry antoky ny ho avy » ou littéralement traduit par « l’épargne, un garanti pour l’avenir ». Voulant honorer sa vocation qui est d’améliorer la condition de vie de la population malgache au moyen de produits et services, le réseau a organisé un carnaval intitulé « Grand tour » dans la capitale malgache. Une occasion pour les agents de rencontrer le public mais aussi et surtout de les sensibiliser à l’épargne. Des séances d’animation sur les lieux publics ont donc accompagné la traversée de la ville des mille pour inciter la population tananarivienne à disposer d’épargne de sécurité afin d’affronter les dépenses imprévues ou de pertes soudaines de revenus. Les animateurs ont également attiré l’attention des populations rencontrées sur la nécessité de réaliser des projets également par l’intermédiaire des épargnes. Par ailleurs, le carnaval « Grand tour Tana » a également été l’occasion pour les agents de l’OTIV Tana d’informer les personnes cibles sur les différents types d’épargne offerts par le réseau. Il convient de noter que la journée mondiale de l’épargne a également été célébrée dans les autres régions du pays par des séances d’éducation financière. Il est clair que l’épargne est importante pour affronter les coups durs de la vie… ce qui n’est pas évident pour le Malgache lambda qui doit lutter pour vivre le jour le jour.

José Belalahy

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara24 partages

Ampefy : Kartie mobile manao fanafihana mitam-basy

Tompon’andraikitra voalohan’ny andrimasom-pokonolona, na koa kartie mobile. Izay no voasambotra niaraka tamin’ny jiolahy tany Ampefy rehefa saika hanafika mpanankarena tao amin’ny Chute de la Lily. Azon’ny zandary mialoha anefa ny vaovao. Raikitra ny fisamborana. Tao anatin’izany dia mbola namaly tifitra koa ny jiolahy. Nifampitifitra ny roa tonta ka roa tamin’ireo olon-dratsy no lavo. Ny iray tamin’ireo dia voaporofon’ny mpitandro ny filaminana fa tompon’antoka tamin’ny famonoana ny Ben’ny Tanàna tamin’ny alalan’ny tifitra variraraka, raha tsiahivina kely tamin’ny taon-dasa. Ny iray izay azo sambo-belona kosa dia ilay kartie mobile. Izy indray dia nampianatrano sy nanampy ireo jiolahy tamin’ny fanaovana paik’ady amin’ny fanafihana rehetra izay hatao. Mampivarahotsana ny zava-mitranga satria andraikitra lehibe ary fitokisana ihany koa avy amin’ny olona no omena izany kartie mobile izany, mba hiadiana amin’ny tsy fandriam-pahalemana. Kinanjo izy ihany no mpamosavy malemy ao anatin’ny fiaraha-monina ka manao lasibatra izay olona tokony hotafihana. Mbola misy fito tafaporitsaka amin’ity raharaha ity ary mitohy araka izany ny fihazàna azy ireo any amin’izay mety ho toerana nitsoahany rehetra any.

D.R

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
News Mada20 partages

Depiote Mapar – Villa Elizabeth : « Tsy misy sonian-dRajoelina sy Lalao Ravalomanana »

Mahatsiaro ho voatohintohina ka nivoaka amin’ny fanginany. “Tsy misy idiran-dRajoelina sy Ravalomanana Lalao ny fangatahana na fifampivarotana ny tany sy ny tanàna, “Villa Elizabeth”. Manana porofo izahay fa  tsy hoe miaro azy ireo befahatany fotsiny amin’izao”, hoy ny depiote Mapar, Raholdina Naivo, afakomaly tetsy Ambondrona. Nohitsiny tanteraka fa tsy nandalo filankevitry ny governemanta na filankevitry ny minisitra ny momba io fivarotana tanim-panjakana eny Ivandry io. “Tokony ho nahalala  izany Tabera Randriamantsoa raha nisy resaka momba izany satria minisitra ny tenany tamin’izany fotoana izany ary mpiara-dia  amin’ny Pr Zafy”, hoy ihany izy. Notsiahiviny fa tanim-panjakana madiodio ary  tranon’ny Pr Zafy amin’ny maha filoha  teo aloha azy ny ao amin’ny “Villa Elizabeth”. “Manana zo tahaka izany avokoa ireo filoha teo aloha rehetra”, hoy ity depioten’ny boriborintany fahadimy ity.

Midika izany fa tsy mitombina ny fanelezana vaovao amin’ny maha voasaringotra amin’io resaka tany io  ny filohan’ny Tetezamita, Rajoelina sy ny Praiminisitra lefitra Andrianainarivelo Hajo, efa niala mialoha  ny septambra 2013.  Tahaka izany koa ny  ben’ny Tanàna, Ravalomanana Lalao, tsy anisan’ny nanasonia izany fifampivarotana izany.

Synèse R.

Midi Madagasikara16 partages

Décès : Le chorégraphe Rudi et le virtuose Jean Félicien Ratefy rejoignent les firmaments

Rudi, pionnier du hip-hop, a tiré sa révérence à 40 ans

Pour la énième fois cette année, la mort a doublement frappé le monde artistique malgache. D’un côté le Coach Rudi, de l’autre, le pianiste Jean Félicien Ratefy. L’un comme l’autre, ces deux hommes ont une grande notoriété dans leur domaine.

Un choc ! Sans crier gare, le coach Rudi s’en est allé dans la fleur de l’âge. La mort a fauché le chorégraphe de 40 ans. Victime d’accident vasculaire cérébral et de fatigue générale, il a succombé mardi. Poids lourd de la danse urbaine, Rudi Angelson Rehava, de son vrai nom, a été une grande figure de la discipline depuis les années 1990 autant sur scène que sur le petit écran. Membre du groupe « Up the rap », il a fait partie des pionniers de la danse hip-hop dans la Grande Ile et non moins co-fondateur de la formation « Family Adams ». Dans la même foulée, il a introduit la capoeira, cet art martial afro-brésilien qui s’apparente plus à la danse, à Madagascar.

Hommages. Sur la toile, les hommages fusent de toute part. Pour Navin Isaak, chorégraphe, Rudi a été celui qui l’a poussé à exploiter son talent et à tenter sa chance dans la capitale. « Il a beaucoup contribué à ma progression. Généreux, il n’hésitait pas à donner de son temps pour les conseils et les partages d’expérience entre chorégraphes », avance le danseur.Aussi discret soit-il, beaucoup de monde se remémore d’un homme modeste mais surtout d’un acteur culturel très actif dans le domaine. « Rudi Rehava, a révolutionné la danse à Madagascar et brillamment porté haut le flambeau du pays à l’international avec ses compagnons de route de Up The Rap. Et non moindre, de par le partage, il a toujours voulu transmettre son savoir et son attitude humble, aux différentes générations de danseurs malagasy… » Enchaîne Eva Lovaniaina, ancienne danseuse.La semaine dernière, il a encore assuré les formations des festivaliers dans le cadre du festival d’art urbain Striarty à Antsiranana. Sa dépouille est arrivée hier soir dans la Capitale. La veillée funèbre se tiendra par contre à la « Tranompokonolona Analakely » demain avant d’entamer son dernier voyage à Toliara.

Jean Félicien Ratefy, victime d’infarctus a rejoint Jeanot Rabeson

Jean Félicien, le maestro. Dans les années 80/90, le nom de Jean Félicien Ratefy était associé à l’émission « Chante ma valiha » à la radio nationale. Dorénavant, c’est dans l’au-delà que l’organiste fera chanter les anges au rythme de son piano. Victime d’infarctus, il a été hospitalisé pendant une semaine avant de rendre l’âme à l’âge de 73 ans.

Ayant plusieurs casquettes, il a été à la fois, journaliste et musicien. Cependant, c’est surtout sa carrière de pianiste qui a fait briller le musicien en l’emmenant aux quatre coins du monde. Effectivement, accompagné de ses enfants Julie et Tony, il a animé les soirées dans un grand hôtel en Egypte. Mise à part son activité au sein de l’église en tant qu’organiste, il a forgé sa notoriété à la radio en donnant le micro aux artistes. Parallèlement à sa carrière de pianiste, Jean Félicien Ratefy est à l’origine de l’école de musique Ratefy sis à Ankadifotsy. Par ailleurs, bon nombre de musiciens ont été formés par ce pianiste de renom. Les obsèques sont prévus se tenir à l’Ecar Ankadifotsy demain à 12h30.Aina Maharindra

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara16 partages

Les travailleurs de l’ombre : Jocelyn Alberto Razafimamonjy : Du football à la ligne de vêtement sportif !

Jocelyn Alberto Razafimamonjy est resté humble malgré ce succès qui frappe à sa port

De l’ombre à la lumière, Jocelyn Alberto Razafimamonjy se trouve aujourd’hui sur le devant de la scène grâce à une volonté doublée de cette passion pour le football. Ce jeune PDG de Nino Design International et de la société Multipub Graphix a gravi les échelons pratiquement en partant de rien mais en restant dans le petit monde du football.

Bien avant d’avoir sa propre ligne de vêtement connue sous le label Nino qui n’est autre que le prénom de son fils, Jocelyn Razafimamonjy a fait du football sa vie.

Après ses débuts à Toliara sous les couleurs de Tanora Miray Sans Fil puis au 3FB de la même ville, ce latéral droit a été appelé en présélection chez les Scorpions. Et même si le test n’a pas été concluant, cela a aiguisé encore plus son amour pour le football.

Il a logiquement signé pour les Tamataviens de Redipharm avant de monter sur Tana pour le compte de Zamia FC.

Mais ce fonceur-né ne s’est pas arrêté là en s’offrant le brevet fédéral d’entraîneur doublé plus tard par le diplôme d’entraîneur de licence C qu’il est allé chercher à Ambanja. C’est dire sa foi pour cette discipline à qui il a tout donné car de retour à Tana, il a créé son propre club, le Galactic, auteur d’une sacrée performance car l’équipe est parvenue à monter par deux fois en Ligue 1 du très relevé championnat d’Analamanga.

Il s’est en tous cas, suffisamment imprégné de la situation dans le football malgache qu’il est devenu logiquement agent de joueur. Un métier qui l’a conduit à La Réunion où sa carrière a véritablement décollé car dans un département français où toutes les équipes de renom affichaient les grandes marques de vêtements telles Nike ou Adidas, Jocelyn Razafimamonjy a réussi le pari fou d’imposer sa marque. C’est ainsi que les clubs connus du championnat réunionnais arboraient non sans fierté des marques de vêtements et essentiellement des maillots frappés du logo de Nino Design International.

Après la JS St Pierroise, les commandes s’enchaînent pour Nino avec les autres clubs de football dont Ste Marie, Olympique St Paul, Ligne Paradis, AS Petite Ile et Capricorne.

Des contrats à la pelle en fait mais qui ont permis à Nino Design International de se frayer une place au soleil avec une petite percée chez la diaspora malgache en France lors des matches de la RNS.

L’essentiel en fait pour permettre à son équipe de revenir sur Madagascar où tout se fabrique avec l’implication de Multipub Graphix.

Mais avec des prix très compétitifs car animé d’un certain patriotisme, Jocelyn Razafimamonjy n’hésite pas à baisser ses prix quand il s’agit des Barea ou de l’équipe nationale féminine mais il est aussi lié au JET Mada et à la CNaPS Sport. Des essais, dit-il, qu’il espère étendre à d’autres clubs dans d’autres disciplines tant la qualité de ses maillots fait l’unanimité des sportifs malgaches voire du monde du sport en général.

Clément RABARY

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
L'express de Madagascar12 partages

Raleva ou le parfait exemple d’un système pourri

Pas plus tard que le 07 octobre 2017, nous avons rapporté dans un texto le cas du défenseur des droits environ­nentaux à Madagascar. Le billet était malheureu­sement prémonitoire parce qu’à cette date, Raleva était encore en attente de son procès. Un procès qui s’est tenu il y a quelques jours. « À Mada­gascar, on emprisonne les défenseurs des droits de l’Homme » annonçait le texto. Le mal est fait, Raleva est bel et bien emprisonné. Fureur, colère, indignation, honte, dégoût. La liste de nos sentiments est tellement longue que même tout le journal ne peut les contenir mot par mot. Mais il faut se ressaisir et écrire car la lutte doit continuer et chacun à son niveau peut et doit crier que justice soit rendue à cet homme.Chacun a sa part de responsabilité dans cette affaire qui cristallise trop (im)parfaitement ce qui ronge notre pays de l’intérieur. C’est devenu trop facile de toujours pointer du doigt la France, les Etats Unis, la Chine et tous les autres pays et peuples comme sources de nos malheurs. Nous sommes ou plutôt nous devons être responsables de nos destins, de nos échecs et de nos réussites.Quand le Syndicat des Magistrats de Mada­gascar, par sa charismatique Présidente réclame la totale indépendance de la Justice et que cessent les ingérences, les pressions ; c’est fort louable. Mais quand Raleva est présenté comme fautif pour de pareilles âneries, jugé coupable par des juges qui se veulent être tout à fait indépen­dants, on se fait une idée bien précise de ce qu’est le système judiciaire. Par ce cas concret, sans sentimentalisme à la malgache, comment la population pourrait-elle faire confiance aux réelles convictions qui animent le SMM ? « Les deux ans d’emprisonnement avec sursis prononcés contre Raleva sont conformes à la tendance que l’on observe d’un système judiciaire utilisé par les autorités pour réduire au silence les défenseurs des droits humains et les empêcher de faire leur travail » dénonce un groupe d’organisations de défense des droits humains et de la société civile comprenant Amnesty International, CCFD – Terre Solidaire, CIVICUS, CRAAD-OI, le Collectif TANY et Front Line Defenders.Raleva écope donc de deux ans d’emprison­nement avec sursis. Il est jugé coupable par le tribunal de Mananjary le 26 octobre 2017 pour« usurpation de titre ». Ce « titre » du chef de district qui était bel et bien présent, aux côtés des représentants de la compagnie minière chinoise à laquelle la population locale et Raleva faisaient face.Le cas de Clovis, de Raleva et de beaucoup d’autres personnes qui n’ont pas eu écho sur les médias et les réseaux sociaux mettent à jour des vérités. Madagascar est loin d’être un pays où les défenseurs des droits humains sont libres. Notre pays, une fois de plus, démontre une démocratie de façade. On permet à Wake Up Madagascar de faire l’affront au Président de la République en manifestant devant Ban Ki Moon parce que cela enjoliverait l’image de la démocratie mais aussi parce que quelque part, ses militants ont un réseau à ne surtout pas déranger. Mais une fois loin des caméras, des réseaux, l’État de non-droit frappe fort et sans retenue.Louons le travail acharné du Collectif TANY, de CRAAD-OI, le soutien international de Amnesty International, CCFD – Terre Solidaire, CIVICUS, Front Line Defenders. Nous espérons que désormais, la question de la protection des donneurs d’alerte soit enfin prise au sérieux dans ce pays. Devant les expériences parfois tragiques et douloureuses des grands frères des mouve­ments citoyens Africains comme « Y-en-a-marre », « Balais citoyen », « LUCHA », « FILIMBI » et les autres, ce que nous vivons n’est rien. Mais à l’allure de l’envolée de la permissivité dans l’entrave aux droits des défenseurs des droits, d’ici peu de temps les Malgaches ne seront plus que des pantins sans voix.

Par Mbolatiana Raveloarimisa

Midi Madagasikara12 partages

Toussaint 2017 : Célébrée dans une ambiance disparate

Des familles venues se recueillir au cimetière d’Ambohijanahary hier.

La fête de la Toussaint de cette année s’est déroulée entre monotonie, voire morosité, et ambiance festive.

Jour férié, la fête de la Toussaint concerne plus les chrétiens catholiques. Et comme c’est une fête religieuse, aller à l’église était un passage obligé pour les milliers de chrétiens de confession catholique. Une occasion pour ces derniers de se recueillir et se poser des questions sur comment vivre plus proche de la sainteté. Ainsi, si la première partie de la journée d’hier a été consacrée aux cultes, la seconde quant à elle faisait office des droits et obligations envers ceux qui sont partis trop tôt. De nombreux Malgaches se sont, en effet, donnés rendez-vous aux cimetières pour rendre hommage aux défunts. C’était également une occasion pour se retrouver en famille. « Nous sommes ici pour faire un geste envers nos aïeux. Nous nettoyons les alentours de leur tombeau et leur apportons des fleurs en signe de reconnaissance », a lancé Noro A. une mère de famille venue se recueillir au cimetière d’Ambohijanahary avec les membres de sa famille.

Détente. Autre fait marquant de la journée d’hier, surtout durant l’après midi, un changement d’humeur et d’ambiance chez les Malgaches. L’on a assisté à des séances de retrouvailles entre les familles qui ont profité de la journée pour s’amuser et se parler. Une opportunité en or pour ces dernières qui sont tiraillées entre les rengaines quotidiennes se manifestant par les difficultés, les stress, la pauvreté et la peur (toujours présente) de la peste. La journée d’hier tombait donc à pic pour se libérer un peu de cette situation que l’on sait lourde et fatigante. Pour ce faire, certains ont préféré se retrouver en famille. D’autres par contre, ont opté pour un après-midi de détente autour de quelques bouteilles d’alcool dans les bars. Pour la Capitale en particulier, les bars des quartiers ont été bondés de monde… à la grande joie des barmen et barmaids qui ont vu leurs recettes gonflées. Ce qui n’était pas le cas pour les marchands de fleurs qui se sont plaints de la baisse des ventes. « Les gens ne se sont pas rués pour acheter des fleurs cette année par rapport à l’année dernière. Nous n’avons pas eu beaucoup d’acheteurs et c’est inquiétant pour notre business » a lancé avec regret Hanta R, marchande de fleurs d’Anosy. Une situation imprévue pour cette dernière qui espérait faire grimper les recettes hier. « La journée n’a pas été à la hauteur de mes attentes », s’est-elle plainte. Quoi qu’il en soit, la journée d’hier a été plus une occasion de se relâcher pour les vivants qui luttent tant bien que mal pour survivre.

José Belalahy

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara9 partages

Chargé d’affaires de Corée : Mission accomplie

La mission du chargé d’affaires de l’ambassade de la République de Corée à Madagascar, Kim Pil-woo arrive à son terme. Il a quitté la Grande Ile hier. Ce diplomate a ainsi tenu à exprimer ses remerciements les plus chaleureux au gouvernement malgache, aux ambassadeurs, à toutes les représentations diplomatiques et les organisations internationales. Par ailleurs, l’ambassade accueillera un prochain chef de mission au mois de décembre prochain.

Recueillis par Dominique R.

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara9 partages

Football : Elgeco Plus, COSFA et HZAM interpellent la FMF

Alfred Randriamanampisoa (au centre) hausse le ton sur ce qu’il appelle une injustice

Coup de théâtre, mardi, quand les trois clubs en lice dans la ligue des champions décident de monter au créneau pour fustiger certaines incohérences dans l’organisation de cette compétition. Une interpellation dans les règles de l’art assortie d’un ultimatum de 48 h pour montrer l’urgence de cette sombre affaire.

Rien ne va plus dans l’organisation de la Ligue des champions. Tel est l’avis de trois autres clubs engagés dans cette compétition et qui ont choisi d’étaler l’affaire au grand public par le biais d’une conférence de presse qui s’est tenue au Live Hotel, à Andavamamba.

Temps de repos. Elgeco Plus, de la bouche de son président, Alfred Randriamanampisoa, ne demande ni plus ni moins que le respect de la parole donnée car il estime qu’une fois que la Fédération Malgache de Football a sorti la date du 12 au 19 novembre pour les matches retour de la Poule des As à Tana, elle ne devait plus se défiler.

Une date qui permet de respecter le temps de repos de 48h entre les rencontres car cela n’avait pas été le cas aux matches aller de Fianarantsoa.

Intarissable, Alfred Randriamanampisoa explique que l’existence d’une épidémie de peste à Tana ne tiendrait plus la route car même les écoles feront leur rentrée le 6 novembre.

Enchaînant sur le sujet, et dossier à l’appui, il soutient également que les matches aller ont pu se tenir à Fianarantsoa alors que la peste sévissait aussi dans cette ville avec un bilan de 17 cas avérés pour trois morts.

En clair, le président d’Elgeco Plus demandait à ce qu’on organise les matches retour de la Poule des As à Tana mais non plus à Fianarantsoa avec un strict respect du temps de repos entre les deux matches. Comme la clôture de l’inscription à la CAF est prévue le 30 novembre, alors nous sommes encore dans les temps, explique-t-il.

Tirage au sort. Le PCA d’Elgeco, Yves Julmond Rakotondranivo se chargeait ensuite d’enfoncer le clou en dénonçant le calendrier des rencontres en aller comme au retour et qui donnait un grand avantage à la CNaPS Sport qui ne joue à chaque fois qu’à 15h. « On devait donner la même chance à tous les clubs, quitte à organiser un tirage au sort et en présence des quatre clubs », proposait ce grand passionné de football qui écorne au passage l’absence d’une véritable politique de développement du football.

Le représentant du COSFA, Jocelyn Ralambo, est revenu sur le changement de lieu et de calendrier des matches retour de la Ligue des champions. « Nous avons eu plus de 4 millions d’ariary de dépenses pour ces matches aller à Fianarantsoa et c’était dur pour pouvoir trouver ce budget. Alors nous demandons à la FMF de revenir à sa décision initiale de tenir les matches retour à Mahamasina du 12 au 19 novembre et de modifier le calendrier pour que chaque équipe se trouve sur un même pied d’égalité. »

A noter que le HZAM qui n’était pas au Live Hotel partageait le même avis et l’a fait savoir par une lettre transmise à Elgeco Plus où il était également souligné que du temps du président Ahmad, un tel changement de dernière minute ne s’est jamais passé. Affaire à suivre…

Clément RABARY

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara9 partages

Synode d’Ambositra : Formation en protection sociale

Les participants attentifs lors de la formation

L’église protestante de Madagascar, connue sous l’acronyme FJKM (Fiangonan’i Jesoa Kristy eto Madagasikara) poursuit la mise en œuvre de la convention qu’elle a établie avec la Caisse nationale de Prévoyance sociale. Rappelons que cette convention a été signée par le pasteur Irako Ammi Andriamahazosoa, président de la FJKM et le Directeur Général de la CNaPS, Arizaka Rabekoto Raoul. Le 30 octobre dernier, la FJKM et la CNaPS ont clôturé un atelier de formation sur la protection sociale.

But. L’objectif global était d’affilier le maximum de travailleurs des églises à la CNaPS. En effet bon nombre de ceux-ci n’étaient pas encore affiliés à la caisse nationale. Le pasteur Tantely Andrianaivosoa, membre du bureau synodal d’Amoron’I Mania de rajouter : « Les pasteurs sont déjà affiliés à la CNaPS, par contre ce n’est pas le cas pour les enseignants au sein des écoles FJKM, d’où la nécessité de cette formation ».

Information. Pour jouir de tous leurs droits relatifs à la protection sociale, il faut d’abord que les travailleurs les connaissent et les comprennent ; et ce, qu’ils s’agissent des travailleurs des églises ou d’autres travailleurs du secteur privé. La formation a donc débuté par une séance d’information et de sensibilisation sur la protection sociale dans sa globalité et son historique à Madagascar ; s’en suivirent des exposés sur le Code du Travail et le Code de la Prévoyance sociale, etc. Communiquer, informer et sensibiliser ne suffisent pas pour avoir des impacts, des travaux de suivi sont nécessaires ; c’est ce qu’a laissé entendre Madame Voahangy Randrianja, du bureau permanent de la FJKM.

Luz R.R

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
News Mada7 partages

Fanaovan-gazety sy mozika : nodimandry i Jean Félicien Ratefy

Feo miavaka. Fomba fitendry zavamaneno, mahasarika. Tsy ho re intsony ireo… Nodimandry i Jean Félicien Ratefy.

Vokatry ny fahatapahan’ny lalandra any amin’ny fo, nodimandry ny 31 oktobra teo, teo amin’ny faha-73 taony i Jean Félicien Ratefy. Mpanao gazety mpikambana ao amin’ny fikambanan’ny mpanao gazety zokiolona. Anisan’ny tena nahafantarana an’i Jean Félicien Ratefy ny maha andrarezin’ny kolontsaina azy. Izy no nanangana ny Cours de musique Ratefy na ny CMR etsy Ankadifotsy, izay efa namoaka mpianatra marobe sy manana ny maha izy azy. Mpampianatra « clavier » izy. Mpitendry orga any am-piangonana. Nisahana fandaharana fampianarana mozika sy tontolon’ny zavakanto tao amin’ny Radiom-pirenena malagasy (RNM). « Anisan’ireny ny « Sehatra », « Chante ma valiha » ary ny « Telomiova » », hoy i Seta Ramaroson.

Anisan’ny asa nikelezany aina ny fampitoviana lenta ny fampianarana mozika eto Madagasikara sy ny any ivelany. « Vitsy amin’ny Malagasy ny hahavita hianatra mozika any ivelany noho ny sarany lafo dia lafo », hoy Ratefy. Nikaroka vahaolana izy ka nahita ny « Associated board of the Royal schools of music » na ny ABRSM, izay ankatoavina maneran-tany ny mari-pahaizana omeny. Nahatonga mpitsara teto ny ABRSM hany ka afaka notontosaina teto Antananarivo ny fanadinana. Taty aoriana, afaka nalefa tany amin’ny foiben’ny ABRSM ihany koa ny taratasim-panadinana mba hotsaraina. Raha ny filazan’i Seta Ramaroson : « teo am-pikarakarana ity fanadinana iraisam-pirenena ity izy izao nindaosin’ny fahafatesana izao ».

Rahampitso, amin’ny 12 ora sy sasany no hoentina ao amin’ny Ekar Ankadifotsy ny nofomangatsiakan’i Jean Félicien Ratefy. Eny Imerimandroso Ivato kosa no hanatanterahana ny fandevenana. Mirary fiononana feno ho an’ny fianakaviana manontolo sy ny tontolon’ny zavakanto malagasy ny Gazety Taratra.

HaRy Razafindrakoto

News Mada7 partages

« Femmes à venir »-Toamasina : appui matériel d’Orange solidarité Madagascar

Orange solidarité Madagascar accorde une place importante à l’éducation des femmes.

Pour concrétiser son engagement, cette association, qui a fait sienne la citation « Eduquer un garçon, c’est en faire un homme, éduquer une fille, c’est en faire une nation », s’est de nouveau associée avec l’ONG Terre des Enfants, pour soutenir les sections de formation du Centre « Femmes A Venir » de Toamasina.

A ce propos, la présidente d’Orange Solidarité Madagascar, Josie Randriambeloma, a remis divers accessoires et matériel au centre avant-hier. Il s’agit, entre autres, d’une machine à coudre, d’un four électrique, du matériel et des accessoires de couture, de nettoyage, de vannerie et de pâtisserie , ou encore d’un ordinateur, de livres et de chaises…

Opérationnel depuis 2012, grâce à l’initiative de Terre des Enfants et d’Orange Solidarité Madagascar, ce Centre se charge de former des jeunes filles de 14 à 16 ans en enseignement général et en formation professionnelle (couture, broderie, cuisine, pâtisserie, activités sanitaires et sociales…). Ce, dans le dessein de les préparer à entrer dans le monde du travail en leur donnant la possibilité de s’initier à l’informatique, une option incontournable pour améliorer leur  parcours professionnel. Une bonne partie des bénéficiaires est constituée de jeunes filles défavorisées, qui ont quitté  précocement l’école, ou encore des  mères célibataires.

Recueillis par Fahranarison

 

L'express de Madagascar7 partages

Lèse majesté

Quel culot. Çà aurait pu faire l’objet d’un grave incident diplomatique. Juste après la visite de la Princesse Anne, la presse relate la braderie de la villa Elisabeth à Ivandry, la résidence secondaire du défunt Président Albert Zafy. D’aucuns osent affirmer que la mise en demeure envoyée par l’État à l’ancien Président aurait causé sa mort. Si le fait de vendre un bien de l’État aurait dû scandaliser le champion de la droiture, on voit mal le Professeur s’émouvoir pour un domaine qu’il n’a utilisé que sporadiquement et qui servait plus de basse cour que de résidence.L’affaire aurait été conclue la veille de l’investiture du nouveau Président. Ce qui laisse dubitatif, étant donné qu’il est peu probable que le Président et son ministre des Finances de l’époque, qui gère les logements administratifs, ne soient pas au courant d’un tel montage pour le moins scandaleux. C’est d’autant plus probable que le gouvernement en place ne faisait qu’expédier les affaires courantes et on imagine mal un vice-premier ministre chargé de l’Aménagement du territoire , un brillant polytechnicien,commettre une telle bévue la veille de son départ, sans penser un seul instant se faire prendre tôt ou tard. Et surtout de vendre une propriété située dans un quartier ultra résidentiel pour une bouchée de pain. À moins d’avoir touché en contrepartie un pactole équivalent à mille fois le prix de vente. C’est le seul et unique mobile du « crime » valable. Mais dans ces conditions l’affaire n’aurait plus intéressé l’acquéreur.En tout cas une telle décision aurait dû passer par une commission technique et le prix de vente aurait dû interpeller les techniciens. Elle n’aurait pas dû relever de la seule autorité du vice-premier ministre.Le coupable présumé ne tardera certainement pas à réagir pour sa défense. Il faut vraiment être bête pour conclure une telle affaire dont le déclenchement n’est pas fortuit dans une période pré-électorale où tous les coups sont bons pour éliminer les obstacles qui se dressent devant le chemin vers l’objectif fixé. La saga ne fait que commencer. Il se chuchote qu’il aurait été déjà victime d’un vol de signature durant son passage au gouvernement.L’État, dans un réflexe de self défense et pour apaiser une opinion prompte à lui tomber dessus à chaque occasion, s’est empressé d’annuler l’acte de vente par arrêté. C’est d’autant plus gênant pour lui que l’acte de vente n’a été légalement enregistré qu’en novembre 2016 et que l’acquéreur a accepté d’accorder une parcelle du terrain suite à une demande du ministère des Finances et du budget en septembre 2016. Autant le processus de cession a été scandaleux, autant la réaction de l’État est pour le moins maladroite et déplacée. Elle montre la confusion entre l’Exécutif, le législatif et le judiciaire. On n’annule pas un acte de vente par un arrêté ministériel, même si l’État est concerné. Cela ne fait que rajouter au ridicule. Un titre foncier est naturellementinattaquable. L’État aurait dû, tout au plus, porter plainte et demander à la justice d’annuler l’acte de vente au lieu de montrer la voie à ne pas suivre et faire tout ce qu’il veut. C’est la valeur juridique d’un titre foncier qui est ici remise en cause par cette jurisprudence.C’est dans une telle situation qu’il doit montrer la réalité d’un État de droit auquel il est également, et surtout, soumis. Même s’il s’agit d’un crime de lèse majesté.

Par Sylvain Ranjalahy

Midi Madagasikara7 partages

Madagem Market : Le 1er week-end du mois dédié à l’amour des pierres

Bien que sa régulation demeure encore problématique, le secteur des mines fait partie des secteurs les plus porteurs et les plus dynamiques de l’économie malgache. Avec l’ouverture récente du « Mining Business Center » sis à Ivato, cette situation est appelée à se pérenniser. A un niveau plus « micro économique », les petites et moyennes entreprises s’efforcent de tirer leur épingle du jeu en dynamisant le marché et en stimulant la demande- qui tend à baisser par ces temps de crise- par le biais d’expositions régulières. Comme ce sera le cas ce week-end, à partir de demain et jusqu’à samedi au « Tahala Rarihasina » Analakely, et ce depuis maintenant plus de dix ans.

Luz R.R

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
News Mada6 partages

Comatsa : les médias contre la déforestation

De nouvelles aires de déforestation et de coupes illicites ont été constatées dans les forêts de Bevonotra à Sambava et d’Andrafainkona à Vohemara, dans le corridor forestier Comatsa des Hautes Terres du Nord de Madagascar. Des patrouilles forestières appuyées par WWF ainsi que des observations sur terrain l’ont prouvé. Certaines zones ont perdu jusqu’à 20 ha de forêts, et d’autres jusqu’à 150 ha de forêts.

C’est effectivement une perte énorme pour la biodiversité, mais aussi pour les communautés  qui dépendent de l’utilisation durable des ressources forestières. Pour faire face à cette situation, les communautés de base gestionnaires des forêts dans ces  zones, avec l’appui de l’administration forestière, se sont engagées dans la diffusion de spots radio de sensibilisation contre le défrichement des forêts naturelles, partagés par les ondes des radios locales en fin septembre.

D’autres sensibilisations radiophoniques suivront dans les prochaines semaines. La radio s’avère ici l’un des meilleurs médias pour la sensibilisation dans ces zones partiellement reculées des hautes terres du Nord, où le challenge contre la déforestation est énorme pour les trois mois à venir, et où les communautés gèrent et contrôlent le bon état de leurs forêts. Il est important que tout le monde soit conscient de la situation du corridor forestier Comatsa et s’engage à sa préservation. Des sensibilisations visuelles seront ainsi mises en place.

Actuellement, 65 organisations communautaires ou VOI sont structurées autour du corridor forestier Comatsa pour assurer la gestion durable de cette aire protégée.

Arh.

L'express de Madagascar6 partages

Football – Nino, nouvel équipementier de la CNaPS Sports

La CNaPS Sports sera désormais habillée par Nino Design International. Les dirigeants du club quadruple champion de Madagascar et de l’équipementier ont signé une convention, mardi après-midi, au siège de la CNaPS à Ampefiloha.Nino Design International a été lancée il y a quatre ans. La marque a surtout percé à La Réunion jusqu’à aujourd’hui, en collaborant avec l’US Sainte-Marienne, la JS Saint-Pierroise et autres… À Madagascar, plusieurs sélections provinciales ont déjà porté des maillots Nino, dont  le club Jet Mada.Aujourd’hui donc, c’est au tour de la CNaPS Sport de s’engager avec elle. « Contrairement aux précédents partenariats avec d’autres clubs, celui qui nous lie à la CNaPS Sports est plus un arrangement patriotique que du vrai business. Nino habillera les joueurs, le staff et les supporters pour les deux années à venir », a précisé Jocelyn Razafima­monjy, directeur de Nino Design International. « Les maillots suivent les normes internationales. Ces produits sont entièrement fabriqués à Madagascar », a-t-il poursuivi.Du côté de la CNaPS Sports, on est évidemment ravi. « C’est vraiment bien d’avoir un équipementier malgache. Et surtout, avec des maillots de très bonne qualité », a notamment lancé un des joueurs.Nino Design International proposera des maillots et des chasubles d’entriaînement, des t-shirts et des sacs personnalisés, ainsi que des maillots pour le staff technique, médical et dirigeants. En ce qui concerne les maillots de match, personnalisés également, les Caissiers disposeront de quatre jeux de couleurs différents, soit jaune-bleu, bleu-jaune, gris-noir et rouge-jaune.Le club des supporters n’est pas en reste , avec également de nouvelles tenues. L’ensemble a été présenté après la signature de la convention, durant un défilé improvisé. « Tous ces maillots seront disponibles pour le grand public auprès de la boutique de la CNaPS Sports », a tenu à préciser un dirigeant du club.

Haja Lucas Rakotondrazaka

Midi Madagasikara6 partages

« Havay » : Joey Aresoa met en avant son talent d’artiste plasticien

Joey Aresoa se dévoilera sous d’autres facettes à travers « Havay »

Joey Aresoa ? On ne la présente plus. Dans le milieu du slam, c’est une célébrité. Elle fait effectivement partie des premières femmes à s’être lancée dans ce monde plutôt dédié aux hommes. Et elle a réussi à s’imposer. Joey, ce n’est pourtant pas qu’une slameuse.

« Havay », c’est la nouvelle aventure artistique dans laquelle s’est lancée Joey Aresoa. Tombée en amour pour le slam il y a un peu plus de dix ans, elle s’y est faite un nom mais ne s’est pas arrêtée dans ce seul domaine. Joey, c’est une amoureuse de la vie, de l’art. Dans son art, elle marie la peinture, le collage et utilise comme accessoire la poésie. « Havay », est, autrement dit, un mélange de toutes les facettes artistiques de la jeune femme. « Des proses en couleurs », pour reprendre ses termes. Prochainement, elle investira donc les cimaises du Citizen Guest House Isoraka pour y dévoiler ses œuvres. Une occasion à ne rater sous aucun prétexte pour tous ceux qui n’ont encore jamais eu l’occasion de découvrir Joey, l’artiste plasticienne. Les professionnels sont également les bienvenus car comme l’a souligné la slameuse, « c’est pratiquement un appel à éditeur ! ».

« La femme ». Nous sommes en 2006, Joey est invitée à découvrir pour la première fois le slam au rendez-vous mensuel du CCAC dénomé « scène ouverte ». D’emblée, elle est conquise et elle comprend que c’est ce qu’elle veut faire. Elle a toujours aimé les mots, mais avec le slam, c’était le déclic. « J’ai découvert le slam en venant voir un ami performer. C’était une évidence, une belle évidence. J’ai improvisé du Verlaine, j’ai adoré ! Je me suis découverte slameuse et j’ai grandi avec. Le public était enthousiaste. Il faut dire qu’à l’époque, il y avait plus de slameurs que de slameuses. Du coup tout le monde est toujours un peu curieux de voir ce qu’une femme a à dire… A la question d’où vient l’inspiration, je pense que la plupart des slameurs diront, du quotidien, de ce qu’on tait normalement, et je n’échappe pas à la règle. Donc il n’y a pas de sujet de prédilection. La ligne générale est peut-être les travers de la société, de l’existant national ». Pour « Havay » cependant, elle a décidé de se pencher sur la femme.Mahetsaka

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara5 partages

Une élection qui suscite la controverse

Ce fut la réalisation d’un scénario bien préparé. Et même si l’élection de Rivo Rakotovao à la présidence du Sénat  n’a surpris personne, elle génère un sentiment de malaise qui indispose l’opinion. Annoncée bien longtemps à l’avance par certains analystes, elle conforte la position de Hery Rajaonarimampianina  qui devra démissionner de son poste six mois avant l’élection présidentielle et aura un homme de confiance à la tête de l’Etat pour le remplacer.

Une élection qui suscite la controverse

C’est donc sans surprise que l’ancien président du Sénat a présenté sa démission. Il s’est effacé sans émettre aucune contestation, paraissant résigné devant l’inéluctable. Son successeur a été élu de manière triomphale, montrant que le parti HVM  était à la baguette. Avec un fidèle compagnon à la tête de la chambre basse, une épine a été retirée du pied du président de la République qui n’a plus besoin de proposer son projet de révision de la constitution. Cet article 46 qui le gênait peut donc rester en l’état. L’équipe  qui entoure le chef de l’Etat a changé sa stratégie après la levée de bouclier provoquée par les annonces qu’elle avait faites auparavant. Ce scénario qui a été élaboré provoque un sentiment de frustration dans l’opinion. Il donne l’impression  de l’omnipotence d’un régime qui est sûr de ne rencontrer aucune contestation. Les commentaires qui ont suivi cette élection montrent parfois un certain  écœurement.  Les réseaux sociaux se sont faits l’écho de ce sentiment d’impuissance ressenti devant cette attitude du pouvoir. Les journalistes qui font preuve d’objectivité n’ont pas cessé de parler de la méthode employée pour imposer ce plan. C’est tout un contexte qui est en train de s’installer. D’autres affaires sont en entrain de pourrir l’atmosphère politique actuelle. Celle de la vente en catimini de la villa Elisabeth qui était en train d’embarrasser sérieusement le régime a été désamorcée avant-hier lors d’une conférence de presse. Mais le moins qu’on puisse dire est que les dirigeants sont maintenant en train d’avancer en terrain miné.

Patrice RABE

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
L'express de Madagascar4 partages

Antananarivo – Trois morts suspects de peste dans la communauté

Le calme de l’épidémie de peste vient d’être brisé par le décès suspect de trois personnes à Antananarivo, mardi et mercredi. A la différence des cas  rapportés récemment, ils ont tous succombé au niveau de la communauté avec un test de diagnostic rapide (TDR) positif à la peste, selon le rapport du Bureau municipal de l’hygiène (BMH) de la Commune urbaine d’Antananarivo (CUA), qui prend en charge les personnes décédées hors formations sanitaires et de l’inhumation des pestiférés dans la ville d’Antananarivo. Ces décès ont été répertoriés à Andohamandry Manjakamiadana, à Andrainarivo et à Ampahibe. Les deux premiers ont eu lieu, mardi, et le dernier, mercredi. Le ministère de la Santé publique n’a pas encore confirmé les cas à Andrai­narivo et à Amparibe.Celui d’Andrainarivo serait un sans abri. « Il a tiré sa révérence dans la rue », rapporte une source auprès du BMH. Ce serait, ainsi, le premier sans abri à être victime de la peste dans la capitale. « Si la riposte n’est pas renforcée, la maladie se propagera vite à ses proches et à toutes les personnes qui sont entrées en contact avec lui », indique un médecin. Le BMH a emmené son corps pour l’inhumer dans la fosse commune d’Anjanahary, hier soir.

BlocageUne heure avant cela, la dépouille de la personne décédée à Andohamandry Manjakamiadana a été mise en terre à Anjanahary. L’inhumation de cette dépouille a bloqué les agents du BMH dans ses activités. Les proches de la victime n’auraient accepté ni laconstatation des médecins ni le résultat du TDR, et auraient refusé de donner le corps. « Nous comprenons que c’est dur. Mais ne serait-il pas mieux d’accepter pour éviter que la maladie fasse d’autres victimes ? », lance un médecin.Ces décès au niveau de la communauté devraient être des indicateurs alarmants pour le ministère de la Santé publique. Des personnes pensent sûrement que le danger est passé, avec la baisse du nombre des victimes. Du coup, elles ne rejoindront pas les formations sanitaires, malgré la présence des symptômes, à savoir la forte fièvre, frissons, la fatigue, douleur thoracique, la toux accompagnée de crachats striés de sang. La recherche active des cas, la sensibilisation et toutes les activités de riposte devront être renforcées.

Perdu dans la natureHier, le secrétaire général de la Santé publique, le Dr Joséa Ratsirarson a souligné que le pestiféré qui s’est évadé du centre hospitalier anti-peste à Ambohimiandra (CHAPA), jeudi dernier, n’a pas encore été retrouvé. « On ne sait pas ce qu’il est devenu. La dernière fois que nous l’avons joint au téléphone, il a accepté de revenir à l’hopital pour le traitement, jusqu’ici, il n’a pas pointé son nez », lance-t-il. On ne sait pas, jusqu’à hier, s’il fait partie de ces personnes décédées à Antananarivo. Le 31 octobre, quatre vingt-trois personnes ont été sous traitement au niveau des formations sanitaires, mille personnes ont été guéries depuis le début de l’épidémie et sept nouveaux cas ont été enregistrés dans tout Madagascar. Avec ces trois derniers cas, le nombre des décès s’élèverait à cent vingt neuf.

Miangaly Ralitera

News Mada3 partages

Loholona Velontsara Paul Bert : « Fanonganam-panjakana no natao »

« Fanonganam-panjakana no natao. Satria nanazava ny filoha Rakotomanana Honoré fa hoe tsy nametra-pialana izy ary tsy nisy nanongana », hoy ny loholona Mapar, Velontsara Paul Bert, teny Anosy, afakomaly, momba ny fitsaharan’ny filohan’ny Antenimierandoholona, Rakotomanana Honoré, amin’ny asany.

Izay fametraham-pialana na fanonganana amin’ny toerany ny loholona na mpikamban’ny birao maharitra izay ihany no voafaritry ny lalàna sy ny fitsipika anatin’ny Antenimierandoholona. Tsy izany ny zava-niseho afakomaly. Izay no mahatonga anay milaza hoe fanonganam-panjakana tsotra izao iny.

Tonga dia notanterahina ny fifidianana filoha vaovaon’ny Antenimierandoholona. Araka ny tenin’ny filoha Rakotomanana Honoré hoe banga ny toeran’ny filoha. Nefa tsy nisy ny fivoriana itambarambe, izay tokony ho nandaniana ny fandaharam-potoana amin’izay hanaovana ny fifidianana izay.

Raha ny tokony ho izy, apetraka ora iray faharafahakeliny mialoha ny fifidianana ny firotsahan-kofidina. Tsy nisy izany, fa natao amboletra ny fifidianana. « Tsy araka ny lalàmpanorenana sy ny fitsipika anatin’ny Antenimierandoholona ny fifidianana », hoy ny loholona Velontsara Paul Bert.

 

Tsy nisy ny fifanajana tamin’ny raharaha  

 « Na nahimpon’ny filoha teo aloha aza ny nitsahatra tamin’ny asany, anisan’ny mba nifidy azy izahay », hoy kosa ny loholona Tim, Ramalason Olga. Tokony ho nisy fifanajana, mba nampahafantarina izy ireo ny amin’ny fikasan’ny filoha. Tampoka tamin’izy ireo izany, nahavariana…

« Ny niantsoana anay, misy fanambarana hataon’ny filohan’ny Antenimierandoholona », hoy izy. Nefa nony tonga izy ireo, hanao fifidianana… Raha ny tokony ho izy, ny ao anatin’ny fitsipika anatiny: lanin’ny birao maharitra aloha ny fandaharam-potoana. Avy eo, lanin’ny fivorian’ny filoha izany. Ary lanin’ny loholona izany vao tanterahina ny fifidianana, araka ny fanazavany.

Izany ny fanjakana tan-dalàna? Vao mainka amin’ny fifidianana… Efa hita ny vita tamin’ny fifidianana kaominaly sy ny fifidianana loholona.

R. Nd.

News Mada2 partages

Fiakaran’ny vidim-bary any atsimo : olana fototra ny fahasarotan’ny fitaterana

Distrika sy kaominina maromaro any amin’iny faritra atsimo iny, nahitana sondro-bidy betsaka eo amin’ny vary fotsy, nanomboka ny faran’ny volana septambra, nitohy nandritra ny volana oktobra lasa teo.  Nanamarina izany rahateo ny fanadihadiana nataon’ny PADR (1) sy ny ODR (2). Amin’ny ankapobeny, tsy latsaky ny 2.100 Ar ny kilao. Nahitana izany, ohatra,  ny any Beloha, Ampanihy, ary Tsihombe, anisan’ny tanàna efa sahirana eo amin’ny tsy fahampian-tsakafo, hatry ny ela.

Ho an’i Tsihombe manokana, tsy ampy ny tolotra tonga eny an-tsena noho ny fahasarotan’ny fitaterana, satria tsy maintsy miainga avy any amin’ny seranan-tsambon’i Taolagnaro ny vokatra. Somary tratra aoriana kely kosa ny fahatongavan’ny tolotra any Ampanihy, noho ny olana momba ny fitaterana ihany. Nomarihin’ireo mpivarotra anefa fa mandalo fotoana kely fotsiny izay olana izay. Noho izay olana eo amin’ny fitaterana izay ihany, efa nisy fotoana tafakatra 3.000 Ar ny kilao tany Vangaindrano, ny volana septambra, ary amin’izao, niverina manodidina ny 2.200 Ar izany taorian’ny fahavitan’ny tetezan’i Vohiposa.

Olana fototra ny fitaterana. Tsy ny vary ihany no voakasika izany fa ireo entana fampiasan’ny olona andavanandro. Lafo ny fitaterana, ankoatra ny vidin-tsaolika, ratsy ny lalana, izay mbola miampy ny tsy fandriampahalemana any amin’ny faritra maro. Manahirana ny mpandraharaha rehetra izany, izay vao mainka mampitombo ny masonkarena ka any mpanjifa hatrany no mibaby azy. Mizaka izany ny any Bekily, Vondrozo, Vohipeno, Ambovombe androy, Amboasary atsimo, Betioky …

R.Mathieu

PADR (1) : Plan d’action pour le développement rural

ODR (2) : Observatoire du riz, Madagascar

 

L'express de Madagascar2 partages

Carburant – Hausse du prix à la pompe

Les prix à la pompe renouent avec la hausse. Depuis hier, de nouveaux prix du carburant s’affichent dans toutes les stations-service du pays. Une hausse généralisée de 80 ariary est enregistrée, pour tous les produits pétroliers. Le litre du super carburant, par exemple, passe de 3670 ariary à 3750 ariary. Pour le gasoil, le litre s’achète à 3100 ariary, contre 3020 ariary lors de la dernière révision du mois dernier.Le pétrole lampant n’échappe pas à la règle. Une hausse de 80 ariary est également enregistrée, depuis hier. Le litre s’affiche désormais à 2280 ariary.Le taux de change ainsi que le cours du baril auraient impacté cette fluctuation des prix du carburant sur le marché local. Entre les deux dernières révisions, le dollar ne cesse de connaître une forte appréciation face à l’ariary. Sur le marché des devises, le billet vert passe de 2985.6 ari­ary, en septembre, à 3076.89 ari­ary, au mois d’octobre, d’après les données publiées par la Banky foiben’i Mada­gasikara. Sur le marché international, le prix du baril a une tendance haussière ces derniers temps. Le cours du baril, en début septembre, est de 46 dollars pour arriver jusqu’à 54 dollars, hier.

Lova Rafidiarisoa

News Mada1 partages

Roa volana mifanesy … : miakatra hatrany ny vidin-tsolika

 Nanomboka ny volana oktobra,  samy niakatra 20 Ar avokoa ny vidin-tsolika : 3.670 Ar ny lasantsy, 3.020 Ar ny gazoala, ary 2.200 Ar ny solika fandrehitra. Amin’izao fiandohan’ny novambra izao, mbola nanantombo 80 Ar avy izany, lasa 3.750 Ar ny lasantsy, 3.100 Ar ny gazoala, ary 2.280 AR ny solika fandrehitra. Mety mbola hitombo ihany izany amin’ny volana manaraka.

Iankinan-javatra maro ny vidin-tsolika ary antony maro ny mahatonga izany eto amintsika. Na efatra samihafa aza ireo kaompania mpivarotra, Total, Jovenna, Galana, Shell, tsy misy fahasamihafana ny vidiny ho an’ny mpanjifa. Roa volana mifanesy izao, miakatra indray io akora fototra iray io. Fanazavana nentin’ny OMH (Office malgache des hydrocarbures),  ny hoe misokajy karazany maro ny hikajiana ny vidin’izany solika izany mialoha ny fitsinjarana azy mankany amin’ny mpanjifa. Ny vidiny avy any ivelany tonga eto an-toerana, manodidina ny 45 % ny salanisa ; saran’ny tahiry sy ny fitaterana, 11 % eo ho eo ; fitsinjarana azy ireny, 16 %  ;  hetra sy ireo karazana haba alain’ny fanjakana, 28 %.

Iombonana amin’ny rehetra maneran-tany kosa ny vidiny eo amin’ny tsena iraisam-pirenena. Raha ny vaovao navoakan’ny fikambanan’ny mpanondrana solika (Opep), nahomby ny fifampiraharahana nataon’izy ireo amin’ny fanjakana rosianina sy amerikanina, firenena roa lehibe tsy ao anatin’ny Opep, fa manana ny samy mpamokatra solika, manana tahiry azy manokana avy.

Nifampiresaka i Arabia Saodita sy i Rosia

Efa nanomboka ny faramparan’ny taona 2016, nifampiresaka amin’i Rosia i Arabia Saodita, lohany ao amin’ny Opep. Nifampidinihan’ny roa tonta tamin’izany ny hameran’ny firenena rosianina ny tahirin-tsolika avy ao aminy, ahafahana manjifa ny vokatra tavela avy amin’ny Opep. Mba hahazoana mampitombo ny vidin’ny baril izay fifanarahana eo amin’ny roa tonta izay hatrany amin’ny faran’ny taona 2018.

Tafakatra manodidina ny 60 dolara izao ny baril, nanomboka ny 27 oktobra teo, raha teo amin’ny 55 dolara nialoha izany. Marihina fa mbola tsy tonga eto amintsika, ankehitriny, ny fiantraikan’io 60 dolara io. Ny volana septambra 2017 eto an-toerana, nahitana vidin-tsolika farany ambany, 3.650 Ar ny lasantsy, 3.000 Ar ny gazoala, ary 2.180 Ar ny solika fandrehitra.

 R.Mathieu

News Mada1 partages

1 novambra : nisokatra avokoa ny tsena, tsy nandeha ny varotra voninkazo

Betsaka ny toeram-piasana nanohy ny asa fanaony andavanandro indrindra ny toeram-pivarotana sy fisakafoana, omaly tontolo andro. Andro tsy fiasana rahateo ny omaly, ka nifanaretsaka ny mpiantsena teny Analakely, Behoririka hatrany Andravoahangy. Nanjaka ny fitohanan’ny fifamoivoizana ka nahasorena ny maro maika hamonjy fotoana. Nifanotofana koa ny taxi-be mampitohy ny Renivohitra sy ny toerana manodidina. Tao ny fianakaviana nanararaotra nitsangantsangana, ny sasany kosa namangy ny fasan-drazana toy ny isan-taona.

“Nihena ny olona nividy voninkazo teny Anosy raha mitaha ny tamin’ny taon-dasa. Sahirana tokoa ny fianakaviana ka nampandeferina ny voninkazo na tsy nitombo aza ny vidiny”, hoy ireo mpivarotra.

Tsy vitsy koa ireo nisafidy ny hijanona ao an-trano fotsiny hiaraka amin’ny ankohonana ary miara-miala voly. Ny mpino kristianina katolika nahatsiaro ny olomasina rehetra tamin’ny lamesa, ny ao amin’ny finoana loterana kosa nanamarika ny fetin’ny Filazantsara. Samy nanana ny fomba nanamarihana ny 1 novambra ny rehetra.

Vonjy

Tia Tanindranaza1 partages

Grand Chancelier Ralitera Etienne Matin’ny aretim-po

Nodimandry afak’omaly talata teo amin'ny faha-79 taonany ny Grand Chancelier Ralitera Etienne, izay tsy zoviana amin'ny maro intsony ; Grand Chancelier de l'Ordre National de Madagascar, Grand Croix de Première Classe izy ,

 

Pati

L'express de Madagascar1 partages

Ressources halieutiques – Record de production de pulpe dans le Mahafaly

Le programme de mise en place de réserves de poulpes sur le littoral Mahafaly, dans le Sud-ouest de Madagascar, s’avère efficace. Il est initié par le WWF.

Exploit. Pour la troisième année consécutive, la production dans les réserves tournantes bat des records, avec  plus de 4,5 tonnes, dès le premier mois d’ouverture de la pêche aux poulpes, le long du littoral Mahafaly. La production ne cesse d’augmenter. En 2015, la production était de 1,2 tonnes, aujourd’hui elle atteint un record de 4,5 tonnes. Entre le 6 et le 8 octobre dernier, période d’ouverture de la pêche aux poulpes, les pêcheurs des villages de Beheloke à Lanirano, en passant par Besambay et Tari­boly, profitent bien de l’abon­dance de délicieux et gros poulpes.Près de deux mille personnes ont pris part à la plus grande pêche aux poulpes de la région Sud-ouest de Madagascar, après les trois long mois de fermeture de la pêche aux poulpes afin de permettre leur croissance rapide dans des réserves tournantes.« La loi interdit strictement la pêche aux poulpes entre décembre et janvier de l’année suivante sur tout le territoire national, mais pour tripler le volume des poulpes en seulement trois mois, le WWF, en collaboration avec onze organisations communautaires gestionnaires d’aires marines,  et les villageois se sont mis d’accord sur le caractère local de la gestion des réserves du littoral Mahafaly », indique un spécialiste.Avec un tel résultat et un record de 6,75 kg de poulpes, en moyenne, par pêcheur, le revenu de ces derniers devrait également augmenter.

PerspectivesUne production qui continuera sûrement dans ce sens d’ici la fermeture de la pêche aux poulpes sur la côte ouest de Madagascar, à partir du 15 décembre. Les poulpes constituent une source de revenu rapide pour les communautés du Sud-ouest , compte-tenu de leur prix sur le littoral (3 300 Ariary/kg) largement supérieur à celui des poissons.Grâce au programme de mise en place des réserves de poulpes sur le littoral initié par le WWF Mada­gascar en 2015, en collaboration avec les organisations communautaires gestionnaires d’aires marines du littoral Mahafaly, cet exploit a été obtenu.Outre l’augmentation de la production de poulpes, la réduction des pressions de pêche sur les récifs du littoral Mahafaly, faisant partie du troisième système récifal des plus importants au monde, figure également dans la liste des objectifs du WWF dans ce programme.D’après le World Wild Fund for Nature : « les remarquables résultats de cette année incitent le WWF à appuyer la mise en place d’autresréserves de poulpes pour assurer le développement durable de la population du littoral Mahafaly, en y alliant d’autres activités économiques alternatives comme l’algoculture durable en collaboration étroite avec Ocean Farmers ».

Tsiry Razafindrazaka 

Madaplus.info0 partages

Lutte contre la peste : l’État décrète une journée d’assainissement chômée

Lors de son émission spéciale « Le Rendez-vous, Fotoam-bita », le Chef du Gouvernement Hery Rajaonarimampianina a déclaré ce weekend, qu’il y aura une journée chômée dans tout le pays. Une journée consacrée à un assainissement général.
L’élément clé dans la compagne de la lutte contre la peste se base sur la solidarité de tous les citoyens pour faire régner la propreté et l’hygiène. Tout acte qui risque de nuire à l’efficacité de cette lutte devrait être stoppé, a-t-il ajouté. Il a surtout sollicité l’arrêt de diffusion d’information infondée sur les réseaux sociaux. Ces informations erronées ne font qu’augmenter le flou qui embrouille déjà la population d’après le Chef d’État. Les affirmations gratuites annonçant l’inexistence de la peste dans le pays devraient être stoppées également, vu qu’elles ne font qu’engendrer plus de décès et plus de victimes de la peste a précisé le Président de la République. Lui d’expliquer que l’État n’a jamais abusé de la situation pour en tirer de l’argent à travers les aides internationales.
Pour renforcer la lutte contre la prolifération de la peste, l’État a décrèté la journée du 02 novembre une journée chômée, destinée à la réalisation de l’assainissement général dans tout le pays. Cette journée sera consacrée au grand nettoyage.
Madaplus.info0 partages

Lutte contre la peste : l’État décrètera une journée d’assainissement chômée

Lors de son émission spéciale « Le Rendez-vous, Fotoam-bita », le Chef du Gouvernement Hery Rajaonarimampianina a déclaré le weekend dernier, qu’il y aura une journée chômée dans tout le pays. Une journée consacrée à un assainissement général.
L’élément clé dans la compagne de la lutte contre la peste se base sur la solidarité de tous les citoyens pour faire régner la propreté et l’hygiène. Tout acte qui risque de nuire à l’efficacité de cette lutte devrait être stoppé, a-t-il ajouté. Il a surtout sollicité l’arrêt de diffusion d’information infondée sur les réseaux sociaux. Ces informations erronées ne font qu’augmenter le flou qui embrouille déjà la population d’après le Chef d’État. Les affirmations gratuites annonçant l’inexistence de la peste dans le pays devraient être stoppées également, vu qu’elles ne font qu’engendrer plus de décès et plus de victimes de la peste a précisé le Président de la République. Lui d’expliquer que l’État n’a jamais abusé de la situation pour en tirer de l’argent à travers les aides internationales.
Pour renforcer la lutte contre la prolifération de la peste, l’État a va décréter une journée chômée, destinée à la réalisation de l’assainissement général dans tout le pays. Cette journée sera consacrée au grand nettoyage.
News Mada0 partages

Ceni : « Eny amin’ny fokontany ny lisi-pifidianana »

« Mizarazara maromaro ny ezaky ny Ceni amin’izao. Eo ny efa nametrahana ny lisi-pifidianana any anivon’ny fokontany tsirairay avy, efa ho roa volana izay. Mahazo mijery izany ny mpifidy rehetra », hoy ny filoha lefitry ny Ceni, Rakotonarivo Thierry, teny Alarobia, afakomaly, momba ny fanavaozana ny lisi-pifidianana.

Amin’izay toerana tsy ahazoana tranonkalam-pifandraisana na fifandraisana an-telefaonina, mankany amin’ny biraom-pokontany ny mpifidy mijery ny anarany. Misy ny somary malaindaina amin’izany. Izay no nahatonga ny Ceni nanao ezaka hafa: vita, afakomaly, ny fanatonana akaikikaiky kokoa. Tsy voatery mankany amin’ny fokontany amin’izany fa miditra amin’ny tranonkalan’ny Ceni, amin’ny alalan’ny anarana sy ny laharan’ny kara-panondro.

Fanamarinana no atao fa tsy fanokafana lisi-pifidianana

 « Amin’ny 1 desambra no hanomboka ny fanavaozana ny lisi-pifidianana, ary hifarana vonjimaika ny 31 janoary 2018.  Havoaka ny 15 avrily 2018 ny lisi-pifidianana », hoy izy.

Manamarina ny anarany ao amin’ny lisi-pifidianana, izay nofaranana ny 15 avrily 2017, eny anivon’ny fokontany ny mpifidy. Hamarinina amin’izany raha misy diso na tsy ampy ny momba azy.

Efa misy kahie eny anivon’ny fokontany andraisana ny fanitsianana fanakianana ataon’ny mpifidy. Toy izany koa raha tsy ao ny anaran’izay vao feno 18 taona, ohatra, na vao nifindra monina. Nefa tsy mbola azo atao ny manokatra ny lisi-pifidianana, ka hampiditra izany avy hatrany raha tsy manomboka ny 1 desambra ary hifarana ny 31 janoary 2018 izany.

R. Nd.

News Mada0 partages

Sénat : manœuvres anticonstitutionnelles

Sans surprise, les sénateurs ont plébiscité Rivo Rakotovao comme numéro un de cette institution, mardi dernier. Cette démarche est pourtant contestée par les analystes politiques.

De la dictature de la majorité. Un terme qui a vite trouvé son sens au Palais de verre à Anosikely mardi dernier. Et pour cause, les sénateurs HVM affiliés au parti présidentiel ont soufflé le chaud et le froid dans l’Hémicycle ces derniers temps. L’ élection du nouveau président du Sénat, le deuxième homme de l’Etat, en est l’illustration parfaite. Cette démarche est cependant sujette à des interrogations au niveau du respect des lois.

Le magistrat Herilaza Imbiki fait partie de ceux qui estiment qu’il existe plusieurs points d’interrogation à ce propos. Il va même plus loin car, selon lui, la nomination du sénateur Rivo Rakotovao n’est pas conforme à la loi. A ce titre, il rappelle que la Haute cour constitutionnelle (HCC) a affirmé dans l’un de ses «considérants» dans un arrêté en date du 30 mars 2017,  que la désignation du nouveau sénateur devait se faire avant la tenue de la prochaine session du Sénat. Et dans le cas d’espèce, la première session du Sénat s’est tenue le premier mardi du mois de mai 2017, donc le 2 mai 2017. «Par conséquent, la désignation du nouveau sénateur Rivo Rakotovao le 12 octobre 2017 intervient largement après la prochaine session évoquée par la HCC et est donc inconstitutionnelle et illégale», a-t-il indiqué dans une note partagée sur les réseaux sociaux.

Démission et/ou retrait 

Pour ce qui est de la démission du président du Sénat Honoré Rakotomanana, il estime par ailleurs que l’état de santé de celui-ci ne peut nullement être considéré comme un motif de démission. «Si l’état de santé permet encore de garder les facultés intellectuelles pour mener à bien sa mission (…), et s’il est encore apte à exercer ses fonctions, même s’il y a eu dégradation de son état de santé, l’état de santé du Président Honoré Rakotomanana ne peut nullement être considéré comme un motif grave de démission», a-t-il plaidé. Toujours est-il que depuis la nomination de l’ancien ministre auprès de la Présidence en charge de l’Agriculture et de l’élevage au poste de sénateur, les manœuvres du parti présidentiel avaient déjà bel et bien commencé dans les travées du Palais de verre.

Juste après la démission du président sortant Honoré Rakotomanana, en tout cas, les sénateurs présents sur place ont tout de suite, mardi dernier, choisi de voter pour son successeur candidat unique et président du parti au pouvoir, Rivo Rakotovao. La seule voix discordante lors de la prise de parole précédant le vote vient du sénateur du parti «Miaraka amin’i Prezidà Andry Rajoelina (Mapar)», en la personne de Paul Bert Velontsara. Ce dernier estime que ni la «démission» (ou retrait, selon le terme utilisé par Honoré Rakotomanana, ndlr), ni l’élection d’un nouveau président du Senat ne figurait dans l’ordre du jour, après la conférence des présidents. Pour sa part, la sénatrice Olga Ramalason, issue du parti Tiako i Madagasikara (Tim) a dénoncé la célérité dans le traitement de ce dossier entre la démission et le scrutin pour déterminer son successeur.

En effet, dans la matinée, après la réunion du Bureau permanent, Honoré Rakotomanana a annoncé sa démission. «Ma décision a été prise après mûre réflexion et pour préserver le fihavanana et dans l’intérêt supérieur de la Nation» a-t-il annoncé. Il a aussi sollicité l’accélération de la procédure de l’élection du nouveau président de cette institution.

Rakoto

Quelques réactions

Célestin Randrianarivoninzandriny (Patram) :

« Pour des raisons d’ordre politique, le professeur Honoré Rakotomanana a décidé de ne plus occuper le poste de  président du Sénat. Nous pensons que c’est un geste louable de sa part. Il a décidé ainsi pour préserver la paix, le respect et le « fihavanana » au sein de cette Chambre ».

Fetison rakoto Andrianirina (RDS) :

« Dans la démocratie, c’est la majorité qui se partage le pouvoir dans la gestion du pays. On ne doit pas s’étonner de l’élection de Rivo Rakotovao. D’ailleurs, tous les dirigeants successifs ont suivi cette pratique. La leçon qu’on peut en tirer, c’est qu’il ne faut jamais placer sa confiance en une personne ou un parti ayant fait preuve  d’égoïsme et d’échec ».

 

News Mada0 partages

Fanerena ny filohan’ny Antenimierandoholona hiala : hanao amboletra handresena amin’ny fifidianana ny f...

Efa nampoizina. Mazava be: natao izay nametrahana ny filoha nasionalin’ny  HVM, Rakotovao Rivo, ho filohan’ny Antenimierandoholona. Izay no nanendrena azy ho loholona, nanerena ny filohan’ny Antenimierandoholona teo aloha, Rakotomanana Honoré, hitsahatra amin’ny asany. Nambarany teny Anosy, afakomaly, fa fitandroana fihavanana no hoe antony, na teo aza ny tosika politika: tsy naongana izy, tsy nametra-pialana.

Fombafomba sy dingana arahina fotsiny ny raharaha, fa hanao izay fomba rehetra handresena amin’ny fifidianana ny filohan’ny Repoblika. Mazava be: ho kandidà izy, ary hametra-pialana roa volana mialoha ny fifidianana, araka ny And. 46 amin’ny lalàmpanorenana, izay nahabe adihevitra aloha.

Vita koa ny amin’ny hoe sarotra ny hanatanteraka fifidianana, 30 andro faharakeliny ary 60 andro farafahabeny, araka ny And. 47 amin’ny lalàmpanorenana? Efa natsidika fa tsy nilaza hoe tsy maintsy hanao fitsapan-kevi-bahoaka ny filoha. Mihoalahoala rehefa hita fa mitsipaka izany ny rehetra.

Tsy misy izay fijerena fiainam-bahoaka sy fampandrosoana

Mazava be ihany koa fa tsy manao ho zava-dehibe sy tsy mitady izay fitoniana ny mpitondra, afa-tsy izay mahametimety azy eo amin’ny toerany sy handresena amin’ny fifidianana. Resaka tian-kateza ihany ny hoe fampandrosoana, fitsinjovana filaminana ho an’ny fiainam-bahoaka…

Lojika politika ny an’ny HVM, na eo aza ny tsy fahombiazana nandritra izay fe-potoam-piasana madiva hifarana izay? Fanahiana fanonganam-panjakana na tsy ho tafaverina eo amin’ny fitondrana intsony aza no anton’izao karazana paipaika sy kajikajay politika rehetra izao. Ho tonga hatraiza?

Mbola lojika politika koa ny fikendrena fandresena amin’ny fifidianana, na efa aloam-bahoaka izao aza? Eo ny raharaha: mahabe fanahiana, mila fahamailoana… Niaraha-nahita ny nafitsoky ny fitondrana tamin’ny fifidianana kaominaly, 30 jolay 2015. Toy izany koa ny fifidianana loholona, 30 desambra 2015.

Ahina hiverina indray ny hosoka sy hala-bato

Ho amboletra indray ny fifidianana? Nisy, ohatra, ny fandrahonana sy fividianana mpifidy tamin’ny fifidianana 2015. Teo koa ny hosoka sy hala-bato maharikoriko isan-karazany. Nefa vitavita sy tsy hitahita ho azy, na teo aza ny fitoriana sy fitarainana. Mbola hiverina izany traikefa maloto izany?

Ihazakazahana ny fifidianana, ary fihetsiketsehana handresena amin’izany fotsiny izay atao etsy sy eroa fa tsy inona? Na fampihavanam-pirenena io, na  fanatsarana lalàm-pifidianana…

R. Nd.

News Mada0 partages

Hohadihadin’ny Bianco ny « Raharaha Villa Elizabeth »

Ho  tonga hatraiza indray ? « Hohadihadina ny nanao ny fifampivarotana io  « Villa Elizabeth » io ary hiantso ny Bianco  izahay hanohizana  ny dingan’ny  fanadihadiana efa eo an-tanan’izy ireo, hijerena ny tena tompon’andraikitra nivarotra  ny tanim-panjakana », hoy ny minisitra isany, Ramanatsoa Benjamina sy Andriambololona Vonintsalama,  afakomaly. Nambaran’izy ireo fa nofoanana ny fivarotana ary averina amin’ny fanjakana ny  “Villa Elizabeth”.

Anisan’ny manaitra amin’ity raharaha ity ny  tsy nahalalan’ireto minisitra roa  ireto izany raha tsy notairin’ny filoham-pirenena sy nanatona azy ireo  ilay  orinasa nividy, Madaterrain. Tsy mahagaga raha lasan’olon-kafa ny tanim-panjakana na tranom-panjakana eto amintsika. Tanàna lehibe sy trano be tahaka  ny eny Ivandry  aza tsy fantatr’izy ireo, mainka fa ny any an-toeran-kafa rehetra any ? Iandrasana fanairana sy fampahafantarana  hatrany ?

Etsy andaniny, inoana fa tena  hanao  ny asany ny Bianco amin’ny fanadihadiana, saingy ny mampanahy ho  very an-javony tahaka  ireo raharaha hafa rehefa entin’ity rafitra eny Ambohibao ity eny amin’ny fitsarana izany. Olobe rahateo ny tompon’antoka tamin’ny fivarotana  ny “Villa Elizabeth”.

Randria

 

News Mada0 partages

Jeneraly Ramakavelo Désiré : « Olona any ivelany no mamatsy basy ny dahalo »

 Mbola olana fototra eto amintsika ny tsy fandriampahalemana: anjatony ny dahalo, anarivony ny omby very… Maneho ny fijeriny ny mpandalina tantara sady minisitry ny Fiarovam-pirenena teo aloha, ny jeneraly Ramakavelo Désiré: « Olona any ivelany no mamatsy basy ny dahalo hahazony ny harentsika aondrana. » Dinidinika…

Gazety Taratra (*): Ahoana ny fahitanao ny ady atao amin’ny pesta amin’izao fotoana izao?   

 Jeneraly Ramakavelo Désiré (-): Azo sorohina ny aretina… Aleo misoroka toy izay mitsabo. Iaraha-mahita tsy misy afenina ny loto manerana ny tanàna. Nefa mety mitondra valanaretina ny loto. Anisan’izany ny pesta. Ny mampalahelo, mieritreritra isika fa izay tomponandraikitra voalohany no tratran’io: ny fanadiovana, ohatra. Anjaran’ny kaominina io.

Ny tena loza indraindray: ny toerana misy fako miavosa, misy mpivarotra hani-masaka. Aza gaga raha tonga ny pesta. Iza no omen-tsiny: ny fitondram-panjakana sa ny vahoaka mametraka loto? Tiako hapetraka amin’ny toy izao izay toe-tsaina izay.

* Ahoana ny amin’izay hoe toe-tsaina izay?

– Lasa misavorovoro isika mianakavy. Nefa iza no manao loto? Hatrany am-piangonana io… Tokony hampieritreritra antsika izay toe-tsaina izay amin’izao fisian’ny pesta izao, fa tsy hifampitora-bato eto. Ny tokony hatao amin’izao, atao ny fitiliana sy ny fitsaboana amin’izay itrangan’ny pesta mba tsy hampihanaka ny aretina.

Mbola misy toe-tsaina mila hapetraka koa: angalarin’ny havany, ohatra, ny fatin’izay matin’ny pesta. Tsy fantany ve fa tena zava-doza izany? Hatramin’izay ka hatramin’izao, tsy azo atao am-pasan-drazana ny olona matin’ny pesta: tsy maintsy atao aniritra ary tsy kitikitihina intsony. Raha ny tena marina aza, dorana izay matin’ny pesta mba tsy hampiparitaka ny valanaretina. Nefa tsy mbola mahavita an’izay isika Malagasy. Misy toe-tsaina tokony harenina sy hapetraka momba ny pesta.

* Ny fijerinao ny tsy fandriampahalemana efa tena tsy zaka intsony amin’izao? 

– Ampifandraisiko hatrany amin’ny fahantrana io… Tsy misy raim-pianakaviana raha mbola afa-mamelona ny vady aman-janany no faly hangalatra, na handroba, na hamono olona… Tamin’ny Repoblika I, tsy nisy, ohatra, izany dahalo mangalata omby anjatony izany, vono olona, trano na tanàna dorana… Maninona no misy an’izany amin’izao?

Tsotra ny fahitako azy: eo ny fahantrana, fa eo koa ny vahiny mety ho mpanararaotra. Mba hahazoany ny harentsika, tambazany noho ny fahantrana ny olona ka manao ny tsy fanao. Lasa mifamono ny samy Malagasy. Tsy azo eritreretina izany hoe dahalo anjatony no indray mandroaka omby anjatony maro. Hatao aiza? Ny dikan’izany, aondrana fa tsy amidy eny an-tsena…

* Ary ny amin’ny resaka hoe manana fitaovam-piadiana tsara no ho ny an’ny mpitandro filaminana ny dahalo?

– Izay indrindra no itenenako hoe avy any ivelany no mahatonga an’io… Olona any ivelany no mamatsy basy ny dahalo hahazoany ny harentsika aondrana. Amin’izany, mihafoana ny harentsika; ny vahoaka, mifamono. Izay no tadiavin-dry zareo.

Tsy azo eritreretina ny hoe dahalo manana fitaovam-piadiana tsara lavitra sy betsaka ary vaovao no ho an’ny mpitandro filaminana. Nisy fotoana nahitana basy tafiditra amina kaontenera eto tamin’ireo mpitondra nifandimby ireo. Nankaiza ireny? Raha vao hoe anjatony ny dahalo, anjatony maro ny omby lasa: mazava ho azy fa lasa toy ny indostria ny halatra omby, misy manondrana. Tsy maintsy misy vahiny ao ambadika.

Nangonin’i R. Nd.

News Mada0 partages

Basikety – «Fiba 33 Africa cup 2017» : ao amin’ny sokajy “B” i Madagasikara

Hiaraka ao amin’ny vondrona “B” i Madagasikara sy i Niger ary i Nizeria, eo amin’ny fiadiana ny ho tompondakan ‘i Afrika, taranja basikety lalaovina olon-telo miaraka na “Fiba 33 Africa cup 2017”. Fihaonana, tanterahina any Lomé, Togo, ny 3 – 5 novambra ho avy izao.

Miaraka amin’i Nizeria sy i Niger ny Malagasy amin’izany sokajy izany. Araka ny fandaharam-potoana, hidona amin’i Madagasikara voalohany ry zareo Nizerianina, ka aorian’io vao hikatroka amin’i Nizer. Lalao hotontosaina ny zoma 3 novambra avokoa ireo. Hiatrika ny ampahefa-dalana ireo roa voalohany isan-tsokajy.

Raha ny antontanisa, ambony amin’ny filaharana iraisam-pirenena ry zareo Niger, raha mitaha amin’i Nizeria. Mahafehy tsara ity basikety ho an’olon-telo ity ry zareo raha mitaha amin’i Nizeria. Raha ny fahitana azy, azon’ny Malagasy resena tsara i Nizeria ary malalaka ny lalana hiatrehana ny ampahefa-dalana.

Hisolo tena an’i Afrika, any amin’ny fiadiana ny ho tompondaka eran-tany 2018, ireo ekipa roa miatrika ny famaranana. Marihina fa ry zareo Egyptianina no laharana voalohany aty Afrika, amin’izao fotoana izao.

Tompondaka

 

News Mada0 partages

Kitra – «Poule des As» : tsy ho any Fianarantsoa ny Elgeco sy ny Hzam ary ny Cosfa

 Mandrangaranga ny tsy handray anjara, amin’ny lalao miverina hiadiana ny «Poule des As », amin’izay ho tompondakan’i Madagasikara ny Elgeco Plus sy ny Hzam ary ny Cosfa.

 

Nanambara, tamin’ny fihaonana tamin’ny mpanao gazety, ny talata lasa teo teny amin’ny Live Hotel Andavamamba, ireo mpitantana ny Elgeco Plus sy ny Cosfa ary ny Hzam Amparafaravola, izay mifaninana amin’ny “Poule des As”,  fa tsy manaiky ny hanatontosana ny lalao miverina any Fianarantsoa,  ny 8 – 12 novambra ho avy izao, araka ny fanovana nataon’ny federasiona malagasin’ny baolina kitra (FMF).

“Efa nifanarahana fa ny 12 – 19 novambra, etsy amin’ny kianjaben’i Mahamasina, no hanaovana ny lalao miverina fa tsy any Fianarantsoa, izay efa nanaovana ny lalao mandroso. Noho izany, mangataka izahay ny hitazonana ny toerana sy ny datin’ny fifaninanana fa tsy ovaina”, hoy Randriamanampisoa Alfred, filohan’ny Elgeco Plus. Tetsy ankilany, nanamafy Ralambo Jocelyn, mpitantana ny Cosfa, fa efa voafetra ny tetibolan’ny ekipa amin’ny fiatrehana ity “Poule des As” ity. Mitovy hevitra amin’izy roa tonta ireo ny Hzam, izay tsy afaka nanatrika ity dinika tamin’ny mpanao gazety ity, noho ny halaviran’ny toerana misy azy ireo.

Araka izany, nandefa taratasy any amin’ny federasiona izy ireo, ary manome 48 ora hamaliana io fangatahana io.

 

Miankina amin’ny federasiona

Hiankina amin’ny valin-tenin’ny federasiona ny fanapahan-kevitra horaisin’ireo ekipa telo, raha ny filazan’izy ireo. “Miandry ny valin-tenin’ny federasiona izahay. Efa malalaka ny fanaovana hetsika satria efa hiditra amin’ny 6 novambra ny mpianatra, raha ny navoakan’ny fanjakana. Raha sanatria ka tsy mbola mety ny hanaovana izany, aleo atao “match à huis clos”, toy ny natao tany Fianarantsoa”, hoy hatrany Randriamanampisoa Alfred.

Nanamafy ny mpitantana eo anivon’ny Elgeco Plus fa tokony hampitoviana ny ekipa tsirairay avy fa tsy  misy omena tombondahiny ka milalao amin’ny 3 ora tolakandro foana. “Fitivan-tena ilay izy”, hoy Rakotondranivo Julmont Yves, PCA-n’ny Elgeco Plus. Nomarihin’ireo mpitantana ny klioba telo tonta ireo koa fa tsy ampy ny fotoana hialan’ny mpilalao sasatra satria tsy misy afa-tsy 24 ora monja dia efa miakatra kianja.

Torcelin

News Mada0 partages

«Ligue des champions» : tafita amin’ny 1/8-n-dalana ny PSG sy ny Bayern

Nitohy, ny talata lasa teo, nanerana an’i Eoropa, ny fifanintsanana isam-bondrona eo amin’ny fiadiana ny ho tompondaka “Ligue des champions”, taranja baolina kitra. Anisan’ireo efa tafita amin’ny ampahavalon-dalana ny PSG sy ny Bayern de Munich, ho an’ny sokajy “B”. Ny Parizianina, nanintsana ny Anderlecht, tamin’ny isa mavesatra 5 no ho 0, ary ny Bayern, nandresy ny Celtic Glasgow, tamin’ny isa 2 no ho 1. Manana isa 12 ny PSG taorian’ity lalao ity ary isa 9 ny an’ny Munich.

Mbola ady goavana kosa ny sokajy “C”. Hiankina amin’ny andro farany mantsy vao ho fantatra izay ho tafita. Na izany aza, resin’ny AS Roma, tamin’ny isa 3 no ho 0, ny Chelsea. Manana isa 8, hatreto, ny Roma ary isa 7 ny an’ny Chelsea. Ratsy toerana kosa ny Atletico de Madrid, izay tsy mbola manana afa-tsy isa 3. Ny Atletico izay nisaraka 1 no ho 1 tamin’ny Qarabag.  Mila mandresy ny Madrilènes, amin’ny lalao manaraka, raha te ho tafita. Mitarika amin’ny isa 12 ny Manchester United, ho an’ny vondrona “A”, rehefa nandresy ny Benfica, tamin’ny isa 2 no ho 0.” Voalohany hatrany ny Barcelone, ho an’ny sokajy “D, na voatazon’ny Olympiakos, samy tsy nitoko aza, arahin’ny Juventus, nanao ady sahala 1 sy 1, tamin’ny Sporting.

Torcelin

 

News Mada0 partages

Lozam-pifamoivoizana – Ambatolampy : 4X4 nivadika, mpivady sy lehilahy iray namoy ny ainy

Nahatsiravina ity lozam-pifamoivoizana nitranga tany Ambatolampy, ny faran’ny herinandro teo ity. Voalazan’ireo nahita fa ny fandehanana mafy loatra no nampivadika ity fiara 4X4 iray niharan-doza. Olona telo, misy mpivady no indray namoy ny ainy.

 

Tokony ho tamin’ny 5 ora sy sasany hariva teo ho eo no nitranga ny loza. Nivadika ambony ambany izy io ary nahafaty olona telo vokatr’izany. Mpivady ny iray ary lehilahy iray ny fahatelo namoy ny ainy. Ny iray maty teo no ho eo, maty teny an-dalana ilay ramatoa, ary ny lehilahy fahatelo, tsy tana ny ainy rehefa tonga teny amin’ny hopitaly.

Mafy ny fahavoazana satria nosokirina tao anaty fiara mihitsy ny olona sasany vao tafavoaka. Voaterin’ny varavarana ny lehilahy iray ary nitarika ny fahafatesany mihitsy izany. Naratra kosa ny mpamily vokatr’ity loza ity, ary efa notazonin’ny zandary.

Nilaza ny olona tany an-toerana fa nandeha mafy ity fiara 4×4 ity ka izay no nahatonga ny loza. Somary nalama ny lalana ka tsy nahatana familiana ny mpamily. Fiara avy tany atsimo any izy io ary hiakatra aty an-dRenivohitra kanjo niharan-doza.

“Mafy ny fandehanany, ary hitanay ny fitrangan’ny loza. Niezaka namonjy avy hatrany ny olona tety amin’ny manodidina ary fiara nosakanana nitondra ireo naratra tany amin’ny hopitaly ny fiara iray handeha hiakatra”, hoy ny fanazavan’ny olona nahita maso ity loza ity.

Tonga teny an-toerana ny zandary nanao ny fizahana sy ny famotorana. Notanana avy hatrany ilay mpamily.

Lozan’ny lalam-pirenena

Isan-taona, misy hatrany ny loza mahatsiravina mitranga amin’iny lalam-pirenena fahafito iny. Matetika, eo anelanelan’Ambatolampy sy Ambohimandroso izany. Fandehanana mafy mazàna, ny fototry ny loza, noho iny lalana iny malalaka sy lavalava, ka mahatonga ny fiara handeha mafy. Anisan’ny maty tamin’iny lalana iny ilay mpanakanto Om-Gui.

Torak’izany koa ny any amin’ny lalam-pirenena fahefatra, izay miverimberina ny eo Ankazobe. Tsy mandray lesona amin’ny fitandremana amin’ny familiana ny mpamily. Sarotra ho an’ny mpitandro filaminana rahateo ny hametra ny fandehanana mafy ny fiara. Miankina amin’ny fahatsiarovan-tenan’ny mpamily sisa hisorohana ny loza.

Yves S.

 

News Mada0 partages

Rugby Tsinjakabe II : hahazo 5 tapitrisa Ar ireo mpandresy

Hotanterahina eny amin’ny kianja Makis Andohatapenaka, ny 19 novambra ho avy izao, ny andiany faharoa amin’ny rugby Tsinjakabe. Fihaonana karakarain’ny fikambanana SOEES, misahana fialamboly sy hetsika ara-panatanjahantena. Marihina fa fihaonana efatra no indray hotanterahina ka iray eo amin’ny vehivavy, 1 eo amin’ny diviziona faharoa ary 2 kosa ho an’ny Elite 1.  Ho goavana ary hiavaka ity indray mitoraka ity, satria homen’ny mpikarakara, lelavola 1 tapitrisa Ar, miampy amboara ireo ekipa rehetra mandresy isaky ny sokajy. 600.000 Ar kosa ny faharoa.

Hiara-dalana, amin’ny baolina lavalava, amin’ity andiany faharoa ity, ny fisian’ny rindran-kira iarahana amin’ireo artista mikalo ny vazo mafana sy mafaoka. Raha tsiahivina, nandrombaka ny amboara, tamin’ny andiany voalohany ny Tam Anosibe rehefa nandresy ny TFA ary ny USA Ankadifotsy, izay nanilika ny FTM Manjakaray. Ho hampahafantarin’ny mpikarakara, amin’ny zoma ho avy izao, ireo ekipa handray anjara sy hiady io lelavola be io, amin’ity rugby Tsinjakabe II, ity.

 Torcelin

News Mada0 partages

Namono ny ben’ny Tanànan’Ampefy : voatifitra ilay jiolahy

Jiolahy roa indray lavon’ny zandary raha telo hafa azo sambo-belona nandritra ny fanakanana ireo andian-jiolahy miisa 12 nirongo basy sy zava-maranitra nikasa hanafika mpanan-karena iray ao Chute de la Lilly Ampefy, ny alin’ny 29 oktobra 2017 teo. Tratra tany amin’izy ireo ny basy iray sy bala roa. Nahazo loharanom-baovao ny zandary momba ny fisian’ireto andian-jiolahy mikasa hanafika tao Ampefy. Mivondrona ao amin’ny trano kely iray an’ny mpiambina saha ao Ambatondramijay (4 km miala an’Analavory) fokontany Amparaky Ampefy izy ireo manomana ny fanafihana. Namonjy io toerana io avy hatrany ny zandary ka tratra tao tokoa ireo olon-dratsy. Nitifitra avy hatrany izy ireo raha vao nahita ireo zandary. Raikitra ny fifandonana tao anaty haizina ka voatitifitra ny roa. Voasambotra kosa ny telo.

Rehefa nozahana ireo maty voatifitra dia i Letsivery ny iray. Izy no isan’ny atidoha tamin’ny famonoana ny ben’ny Tanànan’Ampefy volana vitsivitsy lasa izay. Vaomieran’ny fandriampahalemana ary nampiantrano ireo jiolahy ireo tao amin’io trano kely fiambenana saha io ny iray amin’ireo azo sambo-belona.

Jean Claude

News Mada0 partages

Ampandrana – Besarety : nirefodrefotra ny poa-basy, jiolahy voatifitry ny polisy

 Nirefodrefotra indray ny poa-basy teny Ampandrana Besarety, omaly tamin’ny 3 ora sy 30 mn maraina. Jiolahy roa , 30 sy 41 taona indray voatifitry ny polisy ka namoy ny ainy teny amin’ny hopitaly ny iray. Mbola manaraka fitsaboana ao amin’ny hopitaly kosa ny iray. Nifanome tanana tamin’ny fanenjehana ireto jiolahy ireto ny polisy avy ao amin’ny boriborintany fahatelo Antaninandro, ny UIR ary ny BC sakelika fahatelo. Araka ny fanazavan’ny polisy, tokantrano miisa telo indray lasibatr’ireto jiolahy ireto tamin’ny omaly nanomboka teny Anjanahary ka very tamin’izany ny entana sarobidy tao an-trano niaraka tamin’ny vola 1 hetsy Ar. Nitohy teny Besarety indray izany ka lasan-dry zalahy koa ny entana sarobidy tao an-trano niampy vola 3 700 000 Ar. Tsy nianona fa mbola nanafika teny Ankadivato indray izy ireo. Very tamin’izany ny solosaina, tele, tablette miaraka amin’ny entana isan-karazany mitentina 3 600 000 Ar. Tamin’ity toerana farany ity no tratran’ny polisy ireo jiolahy rehefa nifanenjehana ka voatifitra teo amin’ny feny ny iray raha teo amin’ny lamosiny kosa ny iray faharoa. Tafaporitsaka kosa ny naman’izy ireo. Nohamafisin’ny polisy fa miaraka fito ka hatramin’ny sivy izy ireo rehefa manafika ary mitondra basy PA sy sabatra. Monina eny Andavamamba sy Mandrangobato ireto jiolahy voatifitra ireto, araka ny fanazavan’ny polisy hatrany.

Jean Claude

News Mada0 partages

900 tapitrisa Ar no efa azony… : saron’ny polisin’ny BC i Andoniaina

 Herinandro taorian’ny namoahana didy fikarohana azy, voasambotry ny polisy misahana ny heloka bevava (BC), teny amin’ny Solimotel Anosy, ny alarobia lasa teo i Andriamamonjisoa Andoniaina. Manodidina ny 900 tapitrisa Ar ny vola efa voasolokiny…

 

Noraisim-potsiny! Nitsoaka tany Antsirabe i Andoniaina satria marobe ireo olona nosolokiany vola ka samy nametraka fitoriana azy teny amin’ny polisin’ny BC. Nohamafisin’ny polisin’ny BC, sakelika fahatelo fa manodidina ny 900 tapitrisa Ar any ho any ny vola voasolokin’i Andoniaina tamin’ny fanakalozana ireny vola vahiny ireny. Nilaza izy fa na ny fianakaviany aza tsy nahalala izay nisy azy fa ny talata teo izy vao nigadona teto Antananarivo. Voasambotry ny polisy kosa izy ny ampitson’io teny amin’ny Solimotel Anosy. Tsara ho marihina fa tsy mitsaha-mitombo hatrany ny fitarainana voarain’ny polisin’ny BC sy any amin’ireo kaomisaria manerana ny boriborintany  eto an-drenivohitra momba ity lehilahy mpisoloky gagilahy ity.

Raha tsiahivina ny zava-niseho, ny alatsinainy 23 oktobra 2017 teo, nandeha nametraka fitoriana teny amin’ny polisy misahana ny heloka bevava i Andoniaina sy ny dadatoany izay nilaza fa nisy nisoloky ny volany. Nanjavona tampoka anefa izy taorian’izay ka tsy hita intsony. Ao anatin’ny fanadihadiana azy ny polisy ka hatolotra ny fampanoavana izy aorian’ny famotorana.

Jean Claude

News Mada0 partages

Terres des enfants -Toamasina novatsian’ny Orange : fitaovana ny toeram-panofanana

Nanolotra fitaovana ho an’ny sampana fanofanana Centre femmes à venir ao amin’ny ONG Terre des enfants Madagascar ny fikambanana Orange solidarité, ny faran’ny volana teo, tany Toamasina. Nahazo fitaovam-panjairana, fanadiovana, fanenomana, kojakoja fanamboarana mofomamy, boky, ordinatera ny foibe ary nanolotra izany tany an-toerana ny filohan’ny Orange solidarité, Randriambeloma Josie. Niarahan’ny ONG sy ny Orange Solidarité nanangana ny taona 2012 ny ivontoeram-panofanana momba ny asa ahitana zaitra, petakofehy, fahandroana sakafo, fanaovana mofomamy… ho an’ny ankizy 14 -16 taona. Manomana ny tanora hiditra amin’ny tontolon’ny asa ny tetikasa ary manampy amin’ny fifehezana ny informatika ihany koa mandritra ny fiofanana. Avy amin’ny fianakaviana sahirana ao Toamasina na ankizy niala an-daharana tany an-tsekoly ny ankamaroan’ny mpiofana ao amin’ny foibe.

Efa nanohana ny ONG ny Orange ny taona 2009, tamin’ny fizarana fitaovam-pianarana sy kojakojam-pidiovana ho an’ny zaza sahirana. Tohana avy amin’ny mpiasan’ny orinasa Orange any Frantsa no nahafahanana nanatanteraka izany hetsika izany.

Vonjy A.

News Mada0 partages

Fiadidiana ny Tanàna : « Maimaimpoana ny fitsirihin’ny Omavet ny taxi… »

Nanala ny ahiahy rehetra. “Tonga nizaha ifotony ny zava-misy sy ny fomba fiasa eto amin’ny Omavet aho, ary nandroso hevitra ny hanaovana maimampoana ny fitsirihana ireo taxi hatramin’ny volana desambra izao ho fanamaivanana azy ireo. Tsy misy resaka fanilihana ireo fiara efa tranainy fa tanjona ny fiezahana hanatsara ireo fiara miasa hiarovana ny mpandeha”, hoy  ny mpanolotsain’ny ben’ny Tanàna, Ravalomanana Marc, ny  talata teo teny Ampasampito. Nambarany koa fa havaozina ny endriky ny “lanterne”  ary mbola betsaka ny fanovana hatao, hanatsarana ny tanàna. Tonga nanamafy ny fahafantarana ny fitsirihana ataon’ny Omavet ireo solontenan’ny mpanao taxi- ville. “Hitanay  ary tsapanay fa tsy misy sarotra sy tokony hampatahotra ny fitsirihana atao. Efa misokatra ary maimaimpoana ny “banc d’essai” ety ka manentana ireo taxi namana tsy ankanavaka izahay mba ho tonga sy hanao “contre visite”, tsy andoavam-bola, hatramin’ny faran’ny taona izao”, hoy  izy ireo.

Synèse R.

Ino Vaovao0 partages

DEPIOTEN’I MAROMANDIA : Matahotra hatezeram-bahoaka ka miafina ao amin’ny biraon’ny Zandary

Araka ny loharanom-baovao dia teren’ity Depiote ity haverina ny ben’ny tanàna izay voalaza fa nisy didy navoakan’ny Fitsarana ny amin’ny nahazoany sazy mihatra 1 taona noho ny tsatok’antsy nataony tamin’ny mponina tao an-toerana.

Voalaza fa nitondra zandary ary nanao samboady ilay solombavambahoaka hanala ny Pds izay efa amperin’asa ka hamerina io ben’ny tanàna lany tamin’ny fikambanana Makalombo ity.

Tsy nanaiky izany anefa ireo vahoakan’i Maromandia ka raikitra ny sakoroka any an-toerana tamin’ny ora nanoratanay. Natahotra ny hamaroan’ny mponina ny depiote Djaosera Irène ary voatery noentina nafenina ao amin’ny Kaompanian’ny Borigady ao an-toerana ho fiarovana ny ainy noho ny hatezeram-bahoaka vao nahita ny fihetsika nataony io.

Efa niainga hamonjy ny zava-misy ny Omc avy ao Antsohihy tamin’izao ora nanoratana izao. Ho taterina eto ihany ny tohin’ny raharaha any an-toerana.

Pounie

Ino Vaovao0 partages

MANAKARA : Lehilahy iray hita faty, novonoina tamin’ny fomba feno habibiana

Lehilahy iray novonoina tamin’ny fomba feno habibiana no hita nofonosana lamba sy selofanina tao anaty tatatra.

Araka ny loharanom-baovao voaray avy any an-toerana dia olona sendra nanary rano tamin’ny tatatra iray teo amin’ny manodidina no nahatsikaritra zavatra hafahafa toa nihosin-drà izany ka tonga dia nampandre haingana ireo mponina. Avy hatrany dia nampiantso ny mpitandro filaminana mpitsabo tao an-toerana izy ireo mba hijery ny raharaha.

Marihana fa tokony ho tamin’ny enina ora hariva teo no nahitana ity seho ity ka efa nanomboka somary maizina ny andro. Rehefa nozahana ity zavatra nifono dia fantatra fa razana no tao anatiny. Talanjona ny rehetra satria notapahan-tanana sy feno dian’antsy ny vatan’io lehilahy io ary nisy rà efa maina.

Nohamarinin’ireo mponina àry tamin’io fotoana io fa tsy nahita olona nifamaly na nisy tranga hafahafa teo an-toerana, etsy andaniny ny tsy fahafantarana ilay lehilahy ka nilaza ny ankabetsahan’ny olona fa mety novonoina tany amin’ny toeran-kafa izy io fa nariana teo amin’io tatatra io fotsiny.

Tsy misy taratasy na karapanondro ihany koa teny aminy ka vao mainka sarotra ny nahalalana ity niharan-doza ity. Hatreto aloha dia mbola eo am-panaovana fanadihadiana ny mpitandro filaminana mikasika ity raharaha ity ka andrasana ny fivoaran’izany.

Tatianà R.

Ino Vaovao0 partages

AMBOROVY MAHAJANGA : Tsy neken-drangahy hampidirina tao an-trano ny nofo mangatsiakam-badiny

Nampisavorovoro ny mpiara-belona, indrindra ny fianakavian’ity ramatoa iray maty, ny sabotsy 28 oktobra teo ny fihetsik’ity rangahy rain-janany ity. Tsy neken’ity farany handrasana tao amin’ny tranon’izy mivady mantsy ny nofo mangatsiakan’ilay renin-janany.

Araka ny tantara dia efa malaza tamin’ny fanaovana tsinontsinona anio ramatoa io fony fahavelony ity rangahy iray ity. Nifampiteraka 3 mianadahy izy ireo ary 18 taona ny zokiny indrindra amin’izany raha toa ka 8 taona kosa ny farany. Niangavy sy niezaka nandresy lahatra an’ilay rangahy hatrany na ny zanany na ny fianakaviana mba hanaovana ilay razana tao amin’ny tranobe saingy nihizingizina teny ihany ilay rangahy.

Marihina fa miaramila efa misotro ronono izy io, ka ireo solontenan’ny miaramila tonga nitsapa alahelo teny an-toerana ny alahady folakandro no niezaka nifampiresaka tamin’ilay rangahy vao nanaiky ny hiandrasana an’ilay razana tao amin’ilay tranobe izy. Tsy nanaiky intsony anefa ireto fianakaviana izay efa sasatry ny nitalaho tamin’ilay rangahy nandritra ny ora maromaro raha vantany vao nahita ny razana nitsotra teo ambony lamaka tao anatin’ilay trano tolakila nisy ilay nofo mangatsiaka fa nionona tamin’ny sitrapon-drangahy.

Niandrasana nandritra ny roa andro ilay razana ary saika izay resaka izay ihany no heno teo am-bavan’ireo mpiara-monina. Tao ny nalahelo, tao ny tezitra ary nisy mihitsy aza ny nanome tsiny sy nanozona ilay raim-pianakaviana.

Anja Robert

Ino Vaovao0 partages

MAHAJANGA : Naaton’ny ben’ny tanàna ny asa fanotorana tsy ara-dalàna eny Manapatanana

Nidina ifotony nanome baiko ny hanajanonana avy hatrany ny asa fanotorana etsy amin’ny tany malalak’i Manapatanana toerana mihazo ny lalana mankany Amborovy ny ekipan’ny ben’ny tanàna, ny antoandron’ny talata 31 oktobra 2017. Toerana tsy azo anorenana trano ny tany malalaka ny sirasira eny Manapatanana saingy misy minia manangana fotodrafitrasa goavambe ihany.

Raha vantany vao nanomboka ny fanamboarana ny fefy teny an-toerana dia efa tonga ny ekipa nalefan’ny ben’ny tanàna nanajanona ny asa tamin’izany. Fandrahonana anefa no nasetrin’ireo olona tompon’andraikitra mikarakara ilay tany tamin’izany fotoana.

Nefa na ny taratasy fahazoan-dalana hanorina trano na karazana fotodrafitrasa na ny fahazoana alalana hanototra aza tsy ananan’izy ireo akory. Nitory araka izany ny avy ao anivon’ny kaominina ambonivohitra Mahajanga satria tsy azo atao velively ny manototra ny velaran-tany izay misy ireo honko eny amin’ny faritra Manapatanana. Teo am-piandrasana ny taratasy fandravana avy any amin’ny Fitsarana anefa de nanohy ny asany ihany izy ireo ka vita ny rindrimbe ary miroso amin’ny fanotorana ranontany izy ireo ankehitriny.

Araka ny fanazavana voaray nandritra ny fanadihadiana natao dia manimba ny tontolo iainana ny fananganana fotodrafitrasa amin’io toerana misy honko io. Ahiana ny mety hahatondra-drano ny manodidina eny raha miakatra ny ranomasina na samonta araka ny fomba fiteny. Efa samy naneho sy namoaka ny didy hanajanona io asa io na ny avy ao amin’ny Faritra Boeny na ny avy ao amin’ny kaominina saingy tsy nisy nanaraka izany. Hentitra anefa ny fandraisana fanapahan-kevitra avy amin’ny Ben’ny tanàna fa tsy azo tohizana intsony ny asa eny an-toerana.

Andrasana koa araka izany ny mety ho fandraisan’ny avy ao amin’ny prefektiora an-tanana ny fanapahan-kevitra manoloana ity raharaha ity.

Anja Robert

News Mada0 partages

Carburant : les prix continuent de grimper

Comme à chaque fin du mois, une révision des prix à la pompe est constatée sur le marché national. Une hausse de 80 ariary par litre est effective sur les prix du super carburant, du gazole et du pétrole lampant, depuis la nuit du 31 octobre. Après une légère baisse  enregistrée en septembre, les prix à la pompe ont donc connu deux augmentations successives ces deux derniers mois. Pour rappel, une hausse 20 ariary par litre a été enregistré sur les prix de ces trois produits pétroliers le mois dernier.

Le prix du litre du super carburant affiché au niveau des stations-service est passé de

3 670  ariary à 3 750 ariary, celui du gazole est à 3 100 ariary contre 3020 ariary le mois dernier. Par ailleurs, le prix du litre du pétrole lampant est passé de 2 220 à 2 280 ariary. Questionné sur d’éventuelles explications concernant cette nouvelle hausse, notre source auprès de l’Office malgache des hydrocarbures (OMH) poursuit la thèse du prix du baril à l’échelle internationale et de la valeur de l’ariary par rapport à la monnaie de référence, notamment le dollar. Si au mois d’août, le prix du baril se rapprochait des 50 dollars sur le marché international, celui-ci atteint les 60 dollars en ce début de novembre. A noter, par ailleurs, que les prix à la pompe à Madagascar suivent la  hausse des prix des produits pétroliers finis sur le marché extérieur car la Grande île en importe directement.

 La réaction des consommateurs est ainsi attendue après cette nouvelle hausse des prix à la pompe, vu que ceux-ci sont d’un enjeu majeur pour les prix à la consommation.

Riana R.

News Mada0 partages

Doing Business 2018 : Madagascar gagne 5 places

Madagascar gagne 5 places et se situe au 162e rang sur 190 pays dans le rapport Doing Business 2018 du groupe de la Banque mondiale, rendu public le mardi 31 octobre. Les réformes engagées dans les domaines de la création des entreprises et l’accès au crédit ont permis à la Grande île de passer du 168e rang l’an dernier au 162e cette année.

Comme à chaque mois d’octobre, la Banque mondiale a sorti son rapport Doing business 2018, mardi dernier. Les réformes effectuées dans la création d’entreprise et l’accès au crédit ont permis à Madagascar de gagner cinq places cette année par rapport à l’édition précédente.

«Pour les réformes de Madagascar, le Doing business a pris compte de deux points cette année. L’un sur la création d’entreprise avec la publication en ligne gratuite des avis de constitution de société et le paiement des frais d’inscription directement au guichet unique. Le deuxième point porte sur l’accès au crédit avec l’augmentation de la couverture de registre de crédit à plus 5% de la population active de Madagascar» a fait savoir une experte de la Banque mondiale, à l’occasion de la présentation officielle du rapport, mardi dernier, au siège de la Banque mondiale à Anosy.

Par ailleurs, des changements positifs ont été notés au niveau des règlementations des affaires. C’est pourquoi, Madagascar a enregistré une amélioration de 3,05 points concernant le score de la distance de frontière. Sur ce point, la note de Madagascar est passée de 44,62 à 47,67.

Plusieurs défis à relever

Toutefois, plusieurs défis sont encore à relever pour Madagascar. Satyam Ramnauth, représentant de la Société financière internationale (IFC) à Madagascar, a précisé dans ce sens que «l’objectif reste encore loin pour Madagascar». «Le travail est bien amorcé mais nécessite plus d’efforts pour mener efficacement des réformes importantes. La course à la compétitivité dans le monde est rude. Madagascar pourrait viser d’avoir des réformes qui touchent le foncier, l’accès à l’électricité et la justice commerciale afin d’améliorer substantiellement le positionnement de Madagascar», a-t-il affirmé.

Chaque année depuis 2003, le groupe de la Banque mondiale publie le rapport Doing Business qui mesure la règlementation des affaires et son application effective dans 190 économies. Les indicateurs présentés dans le rapport évaluent la règlementation des affaires et la protection des droits de propriétés ainsi que leurs effets sur les entreprises, notamment les Petites et moyennes entreprises (PME).

Riana R.

 

News Mada0 partages

Comite Olympique Malgache : les hostilités reprennent de plus belle

Le temps d’une Assemblée générale ordinaire à Toliara, le président du Comité olympique malgache (Com), Siteny Randrianasoliniaiko, est revenu à la charge contre l’équipe dirigeante de la Fédération malgache d’athlétisme (FMA). Cela, après avoir échoué dans sa première tentative de l’évincer, lors de l’élection du comité exécutif de la fédération, bafouant au passage le fair-play cher à l’olympisme.

Pour lui, sans excuse publique, trois membres de la FMA n’auront plus le droit d’exercer et le Com prendra en main la destinée de ladite fédération. «Peut-être qu’il peut nous évincer du Comité olympique malgache. Mais de là à nous destituer de nos fonctions au sein de la fédération, ce n’est pas de son ressort. Nous sommes sous tutelle du ministère de la Jeunesse et des sports (MJS) et de l’Iaaf », a souligné la présidente de la FMA, Norolalao Andriamahazo.

Le président de la Com se targue d’avoir informé le Comité international olympique (CIO) et la Fédération internationale d’athlétisme (Iaaf) de la situation. Cependant, une autre version fait son chemin. « Comme lui, nous avons alerté la fédération internationale de ses agissements. C’est la raison pour laquelle, l’Iaaf l’a appelé et non l’inverse », a-t-elle poursuivi.

En tout cas, cet acharnement de Siteny Randrianasoloniaiko sur les fédérations qui n’ont pas voté pour lui, lors de l’élection à la présidence du Com, ne date pas d’hier. A force de former une poule de fédérations sportives en sa faveur, il ne fait que créer une grande division au sein de la grande famille olympique malgache.

En attendant

Pendant que le président du Com sort ses griffes contre la fédération parmi les plus prolifiques contrairement à d’autres qui n’existent que par leur nom seulement, à l’instar des quatre nouvellement créées, le ministère de la Jeunesse et des sports (MJS) se mue dans un silence incompréhensible.

La raison, d’après les informations recueillies, est qu’aucune lettre officielle n’a été émise par le Com après cette parade à Toliara lors de l’AGO pour confirmer sa décision.

Rakoto

 

News Mada0 partages

Foot-Poule des as : Elgeco, Cosfa et HZMA font front commun

La tension monte d’un cran entre la Fédération malgache de football (FMF) et trois des quatre équipes qui participent à la poule des As de la ligue des Champions, en l’occurrence Elgeco Plus, Cosfa et HZAM.

En cause, le changement opéré unilatéralement par la FMF sur les dates de la phase retour de la compétition. En fait, prévue se tenir du 12 au 19 novembre à Antananarivo, elle sera avancée du 8 au 12 novembre à Fianarantsoa. Lors d’une conférence de presse qu’ils ont organisée, mardi dernier, au Live Hôtel Andavamamba, les trois clubs en question ont sommé la fédération de répondre, dans les 48 heures, à leur demande de maintenir le calendrier initial.

La raison est d’ordre financier. Selon ces trois clubs, leur budget relatif à cette compétition est prévu uniquement pour le séjour dans la capitale. Ainsi, il est difficile pour eux d’en rajouter pour un deuxième séjour à Fianarantsoa.

Naisa

 

News Mada0 partages

Mois du documentaire : Asa Sary concocte une programmation enrichissante

L’association Asa Sary organise diverses activités culturelles dans le cadre du mois du documentaire. En partenariat avec l’Institut français de Madagascar (IFM) Analakely, elle propose une rencontre avec les professionnels du métier, samedi.

L’association Asa Sary concocte une programmation enrichissante pour ce samedi. En première partie, ce sera, d’abord, la projection du film documentaire réalisé par les participants de l’atelier Kino-doc qui s’est tenu au mois d’octobre dernier.

Ensuite, dans la deuxième partie, trois films seront diffusés, à savoir «Jeu garde espoir» de Dina Valisoa Ratsisetraina, «Longue vie aux morts» de Maminihaina Rakotonirina et «Rongony» de Judicael Fabrice Andrianavalinarimanga.

Après les projections, ces trois réalisateurs animeront un débat. «Le public et surtout certains cinéastes malgaches ne connaissent pas ce qui différencie les films documentaires des reportages… Ainsi, notre objectif est, entre autres, de leur démontrer la différence entre ces deux catégories», a annoncé l’un des membres de l’association Asa Sary.

Holy Danielle

 

News Mada0 partages

Fiba 3X3 : Madagascar hérite du lourd

Le premier pas de Madagascar sur le plateau de la Fiba 3×3 Africa Cup du 3 au 5 novembre, dans la capitale togolaise (Lomé) s’annonce difficile. D’ un, l’équipe nationale malgache, se trouvant au 10e rang dans le continent, hérite de deux grandes sélections nationales que sont le Nigéria et le Niger, classés respectivement, 2e et 7e en Afrique dans la poule B. De deux, contrairement à leurs deux adversaires, qui disputeront un match par jour, Elly et sa bande disputeront leur deuxième match de la phase de poule dès la journée inaugurale de la compétition.

Après le tirage au sort effectué, Madagascar ouvrira le bal face au Niger, qui sur le papier se présente comme un adversaire prenable. Toutefois, eu égard aux joueurs alignés par le coach nigérien, force est de constater qu’individuellement, ils ont du talent à revendre. En effet, les quatre joueurs qui composent la sélection nigérienne ne sont autres que les quatre premiers du classement national.

Deuxième en Afrique et deuxième adversaire de la Grande île, le Nigéria, par contre, se présente sur le terrain angolais avec une équipe surprenante où seul Azuoma Dike figure dans le ranking national et mondial.

Dans ce cas, il est difficile de mesurer la force de l’équipe nigériane sur le papier. Tout comme la sélection malgache, le Nigéria a fait fi du classement national en élargissant les critères de sélection. C’est la raison pour laquelle, Elly Randriamampionona, numéro un, est épaulé par Rick-Ley Loubacky (5e), Constant Fabrice Mandmbisoa (6e) et Claudio Rajaonarivony (14e).

Naisa

 

News Mada0 partages

Up the rap : Rudi n’est plus

Connu et reconnu dans le milieu du Hip Hop, Rudi Angelson Rehava a tiré sa révérence lundi. Selon ses proches, il a animé un atelier de danse urbaine à l’occasion de la 2e édition du festival Stritarty à Antsiranana, du 24 au 28 octobre. Le corps sans vie de Rudi arrivera dans la capitale, ce jour. S’ensuivra une veillée funèbre à son domicile, sis à Ivato, avant qu’il ne soit acheminé à Toliara.

Le danseur a reçu une pluie d’hommages sur les réseaux sociaux. «Il a contribué à l’épanouissement de la culture Hip Hop de par son groupe Family Adams, devenu Up the rap plus tard. Outre la danse, Up the rap est également le nom d’un festival, mais également l’intitulé d’un album sorti en 1999, qui a vu la participation de rappeurs de tous horizons de la Grande île», rappelle le collectif Bogota.

«Une des figures emblématiques de la danse hip-hop s’en est allée. Nous avions eu le privilège de collaborer avec lui, lors de la première saison de Pazzapa, en tant que coach chorégraphe avec sa compagnie Up the rap», a fait savoir Christian Ratovonony.

«Nous avons travaillé un petit projet ensemble, seulement pendant quelques jours, mais j’en garde un bon souvenir. Ta passion pour la danse, ta rigueur mêlée de gentillesse… mais surtout, tu as mis un point d’honneur à faire les choses bien, aussi bien que possible, même si tu travaillais, pour ainsi dire, bénévolement», conclut la journaliste Ravaka Mireille Rakotomalala.

Joachin Michaël

 

News Mada0 partages

Litterature : Baritafika présente une anthologie savoureuse

Toky Baritafika Ramanankohajaina signe son tout nouveau recueil de poèmes, «Ny tononkaloko, iny lehilahy iny…».

C’est une véritable déclaration d’amour à la Grande île que Baritafika, un poète malgache qui a élu domicile à Dubaï, propose aux poésiphiles à travers cet ouvrage. Fort de ses 90 pages, ce livre est garni d’une ribambelle de poèmes tout aussi passionnants les uns que les autres.

«Nous sommes au nombre de six dans la famille à porter ce nom. Je l’ai tout particulièrement choisi comme nom de plume pour porter haut l’étendard de la langue malgache.  Depuis tout jeune, j’ai voué une passion grandissante pour la culture malgache, entre autres, l’art et la littérature», note l’auteur.

Ses écrits s’articulent autour de la famille, de l’amour de la patrie, tout en ayant un message à transmettre.  «C’est un recueil de poèmes écrits pendant un tournant décisif de ma vie, celui pendant lequel nous étions soumis à de rudes épreuves. Ce qui a d’ailleurs réveillé toute mon inspiration dans le champ de la littérature», se remémore-t-il.

Attachement à son pays

Poète des villes, poète des rues, Baritafika est un globe-trotter toujours avide de beaux mots. «Il y a également ce constat que la Grand île regorge de richesse, notamment en matière de littérature. Une conviction qui m’a permis de grossir le rang des acteurs de la chaîne et d’apporter ma pierre à l’édifice», avance l’écrivain.

Malgré le fait que l’artiste habite à l’étranger,  Madagascar est encore dans ses veines, comme il le dit. Il clame haut et fort son attachement à son pays. «C’est à travers mes poèmes que je déclare l’amour à ma patrie, à mon île et par la même occasion, pour interpeller mes compatriotes. Je suis un Malgache ordinaire, un Malgache comme tous les Malgaches et je porte fièrement mes couleurs par rapport aux personnes d’autres nationalités et au monde entier», a-t-il conclu.

Joachin Michaël

News Mada0 partages

Fusillade à Ampandrana : un bandit abattu

Des bandits, écumant la capitale, ont encore fait parler d’eux hier vers 3 h du matin. Suite à la célérité de l’intervention des policiers du 3e arrondissement, de l’Unité d’intervention rapide (UIR) et de la 3e section de la Brigade criminelle à Ampandrana/Besarety dans les environs d’Ampandrana, un bandit a été tué tandis qu’un autre a été blessé par balle à la cuisse.

Les autres ont pu prendre la fuite. Selon les explications, ils ont attaqué plusieurs maisons sises à Anjanahary, Besarety puis Ankadivato où ils ont volé une forte somme d’argent et plusieurs objets de valeur, entre autres des ordinateurs, des téléphones, des télévisons écran plat…

D’après les premiers éléments de l’enquête, les deux bandits interceptés demeurent dans les quartiers d’Andavamamba et de Mandrangobato. Munis de pistolet automatique et de sabre, ils opèrent  par groupe de 7 à 9 individus.

Ando Tsiresy

 

News Mada0 partages

Chronique : rêver une impossible journée

On aurait pu croire au canular tant l’annonce paraît improbable. Nous, citoyens malgaches, tous autant que nous sommes, allons dans un mouvement solidaire d’ampleur nationale, contribuer au grand nettoyage des villes et des campagnes. Arrêtons-nous le temps de cette chronique sur la vision cauchemardesque de cette impossible journée.

Le nettoyage collectif n’est pas une nouveauté : pour bénéficier du statut de résident dans un fokontany, on est censé donner de son temps et de son énergie à des travaux d’intérêt général. Mais si on préfère préserver l’huile de son précieux coude pour des activités plus nobles, un petit supplément aux droits d’inscription au fokontany est toujours le bienvenu. Ainsi, seuls ceux qui ne peuvent vraiment pas s’acquitter de ce supplément sont condamnés à curer les caniveaux. Le font-ils réellement ? C’est une autre histoire.

Soyons fous et imaginons qu’en citoyens responsables, nous voulions répondre présents le jour J. Il faudrait donc donner leur journée aux gens de maison à qui on a déjà accordé un dimanche après-midi le mois dernier ! Mais alors qui gardera les enfants ? Tout compte fait, on pourrait s’arranger… et envoyer bonnes et gardiens représenter nos foyers. Vous dites ? Ah oui, c’est vrai, ils ont un foyer eux aussi…

Nous irons donc tous avec nos balais, nos pelles et nos brouettes comme les sujets du temps lontan effectuaient la corvée royale, ou comme les bonnes dames en blouse rouge et jupe grise ont débarrassé le lac Anosy des prolifiques jacinthes d’eau (vous vous souvenez ?), ou plus héroïquement comme Hercule a nettoyé les écuries d’Augias pour expier sa très lourde faute.

S’inspirer du dernier modèle est très tentant : en une seule journée, Hercule a réussi l’exploit de débarrasser les étables d’Augias du fumier et de la bouse accumulés pendant plus de trente ans ! Pour cela il a simplement détourné le cours des fleuves Alphée et Pérée.

Hercule est un héros. Pour nous autres simples mortels, il reste le choix entre la corvée du temps lontan et celle de l’aventure révolutionnaire. La vision est cauchemardesque.

Kemba Ranavela

 

News Mada0 partages

La peste à Madagascar (1930)

La peste de Tamatave jugée par le bon sens des indigènes

Le public de Tamatave est en émoi. Il y a de quoi, et en voici les raisons : le 23 octobre dernier, une femme indigène venant de Tananarive, logée dans une boulangerie européenne de Tamatave, avec son mari et d’autres employés indigènes, fut déclarée suspecte de peste, et dirigée aussitôt sur l’hôpital de la Pointe-Tanio. À la date du 24, elle y décéda.La boulangerie fut immédiatement fermée, le mari de la femme décédée ainsi que toute la famille et les autres employés indigènes furent consignés dans la boulangerie, transformée ainsi en lazaret improvisé… Mais la vente du pain continuait tous les jours devant la porte sous la vérandah.Le public fit naturellement des réflexions peu indulgentes pour l’administration de Tamatave et chercha vainement à éclaircir cette affaire.«Comment, se demanda-t-il, à juste titre ! On fait livrerà la consommation le pain fabriqué dans une boulangerie contaminée par la peste ! N’est-ce pas le meilleur moyen de propager les germes de la peste à travers la ville ? Faut-il croire, comme il s’agit d’une boulangerie européenne, que cette boulangerie, comme tout ce qui est européen, se trouve réfractaire à la peste, administrativement parlant ? Seuls, les indigènes qui manipulaient le pain pouvaient avoir le microbe de la peste. Mais quant au pain lui-même, comme c’est la propriété d’un Européen, les microbes ne se permettent pas de passer sur le pain… ce en quoi, ils ont évidemment raison. De cette façon, grâce à l’intelligence du bacille de la peste, toute production européenne se trouve immunisée de plein droit. Quelle brave peste… ou quelle vaste plaisanterie.D’autre part, dans les environs de la rue de Tananarive, le 26 octobre dernier, la peste a été déclarée dans une maison indigène, tous les occupants de cette maison ainsi que ceux d’une autre maison se trouvant à plusieurs mètres de distance ont été jetés au Lazaret ; boutiques et maisons d’habitation furent hermétiquement fermées, tout fut arrêté. Il n’en fut pas de même à la boulangerie, car il y a toujours à Madagascar deux poids et deux mesures, les uns pour les Européens, les autres pour les indigènes.

L’Aurore malgache Vendredi 7 novembre 1930. www.bibliothequemalgache.com

News Mada0 partages

Resaky ny mpitsimpona akotry : fiovana hanaovana fanovana

Ela izay niandrandran’ny vahoaka fitrangana fiovana izay. Tsy ny fanomezan-toky ahatongavana amin’io tanjona io no tsy nisy. Izay rehetra nijoro nanolo-tena hiakatra eo amin’ny toerana ahazoany manao izany dia nilaza avokoa ny fahavononany sy ny fahaizany. Tsy fanova-maso toy ny an’ny mpanao mazia an-tsehatra anefa izy ity, na afaka heverina hanaovana fahagagana. Tontolon’ny fifandraisana eto amin’ny fiaraha-monina sy ny fikirakirana ny raharaha iaraha-manana no isehoan’ny fiovana. Tsy hampiova na inona na inona raha tsy ny toe-tsaina eo amin’ny fitantanana izany no miova. Io toe-tsaina io anefa tsy hiova irery amin’izao na eo aza ny fanetren-tena. Ilaina ny fifehezana azy hizotra hatrany amin’ny làla-mahitsy voasoritry ny lalàna. Ny lalàna moa dia tady henjana tsy misy goragora mifehy tsy misy fandeferana. Ny rehetra no feheziny amin’izany. Efa mandingan-tena ka very hasina ny lalàna raha mamela irika ahafahan’olona hivoaka any ivelan’ny fifehezany dia fanekena ny fisian’ny sokajin’olona T  simatimanota. Iza no azo lazaina hoe “Tsimatimanota” afa-tsy ny olona tsy afaka ho tsaraina ara-dalàna na inona na inona heloka vitany afaka hiampangana azy. Azafady tompoko fa amin’izao fotoana izao, noho ny mbola tsy fijoroan’ny “Haute Cour de Justice” tanteraka ahafahany manefa ny adidiny antsakany sy andavany, dia mbola Tsimatimanota ny “fahefana mpanatanteraka” izany hoe ny Filoham-pirenena, ny Praiministra sy ireo mpikambana ao amin’ny governemanta. Hafahafa ihany izany. Izy ireo dia tompom-pahefana afaka mandidy sy manapaka, nefa tsy tompon’adidy ka tsy afaka tazonina noho ny nataony na noho ny vokatry ny nataony. Izany hoe tsy hita atao inona na miseho aza fa tsy tao ilay toe-tsaina. Ny ahiahy tsy ihavanana. Iaraha-mahafantatra koa fa saro-pady ny raharaham-pirenena no tsy mitsahatra ny fakam-panahy amin’izany noho ny fahabetsahan’ny vola sy tombony kirakiraina. Noho izany rehetra izany sy ny antony maro tsy voatanisa, raha tsy mipetraka ny fifehezana tsy ankanavaka ny toe-tsaina dia tsy hisy ny fiovana. Na tsy hanira-tena hitsara ary ny tena, ampy haneho ny zava-misy ny fampijoroana ny Fampihavanam-pirenena izay hiadidy ny famelan-keloka. Na nisy ny fanaovana heloka, na nisy ny fanamelohana noho ny fanaovana fitsarana tsy nanaraka lalàna. Resaka pôlitika ity ! Afa-tsy ingahy Marc Ravalomanana, moa ve misy “tompom-pahefana mpanatanteraka” niharana didim-pitsarana manameloka ? Moa ve tsy tompon’adidy koa ny fitantanana nanolotra an’io olona io eo anoloanan’ny fitsarana izay tsy mahefa raha ny lalàna no jerena ? Lasa tafiditra ao anatina “boribory tsy hita amoahana ny resaka”. Fanina eo am-pihodikodinana.

Léo Raz

 

News Mada0 partages

Us et coutumes : on fait quoi, on écoute qui ?

Est-il recommandé de se recueillir sur les tombes et sur les tombeaux cette année? La question du jour d’avant a animé les conversations dans les foyers. Entre le pour et le contre, le spectre de la peste a mis à mal le fihavanana et la règle du consensus comme idéal de décision. On a beau dire, c’est tout de même très compliqué de remettre en cause les usages et les traditions qu’on respecte par habitude ou/et par conviction. Alors, on fait quoi, on écoute qui ? Il paraît que c’est le dernier qui a parlé qui a raison. La règle est simple finalement, sauf quand on est convaincu que ce dernier-là a tort.

 

News Mada0 partages

Ampefy : tentative de braquage déjouée

Deux bandits ont été tués et trois autres capturés à l’issue d’ un affrontement entre les gendarmes et un gang qui préparait une attaque à main armée  à Ampefy dans la nuit du dimanche dernier.

Deux bandits, au nom de Tsivery et Sahaza, âgés respectivement de 22 ans et 19 ans, ont péri après des échanges de tirs avec des éléments de la compagnie territoriale de gendarmerie de Miarinarivo et ceux du poste avancé d’Analavory. Trois de leurs complices ont été capturés à leur domicile.

Forts d’un renseignement selon lequel une douzaine d’individus se sont regroupés  à proximité de la Chute de la Lily, préparant une attaque dans la localité, les gendarmes se sont déployés sur les lieux vers 21 h. Sitôt sur place, ils ont lancé un coup de semonce mais les bandits ont riposté en ouvrant le feu. Une fusillade a éclaté dans la nuit, faisant la mort de Tsivery. Un pistolet de fabrication artisanale chargé de cartouches de Kalachnikov à été retrouvé sur lui.

A la suite de ce premier affrontement, les limiers se sont dispersés pour rattraper les autres qui ont pu s’évanouir dans la nature. Ce n’est qu’à Ambatondramijay, un village, pas loin d’Ampefy, que trois des bandits ont été capturés. Parmi eux figure un «quartier mobile» de cette localité.

Pour le cas de Sahaza, longtemps recherché, il a été abattu près de chez lui à Andolofotsy alors qu’il comptait attaquer les gendarmes avec son sabre. Selon les explications, il faisait partie des bandits qui insufflaient la terreur dans plusieurs localités de Miarinarivo ces derniers temps. Il est impliqué dans l’attaque du domicile du maire d’Ampefy.

La recherche de 7 autres bandits qui ont pris la fuite vers Tsiroanomandidy se poursuit. Le défèrement des 3 suspects aura lieu ce jour.

Ando Tsiresy

News Mada0 partages

Fête de la toussaint : déception des marchands de fleurs

La Toussaint devait constituer une excellente opportunité commerciale pour les marchands de fleurs. Mais apparemment, ce ne fut pas le cas, hier.

Rendre hommage aux proches disparus en déposant un bouquet ou un pot de fleur sur leur tombe lors de la Toussaint, beaucoup de Malga-

ches accorde encore une intention particulière à ce geste. Pour dire que le 1er novembre est également un des temps forts du marché de fleurs. Mais cette année encore, les marchands de fleurs n’ont pas fait recette.

D’après les témoignages des marchands de fleurs du côté d’Anosy, même s’ils n’ont observé aucune hausse de prix ces dernières années, le marché reste morose et la fête de mort continue à hanter le marché des plantes.

 «A partir de 500 ariary la gerbe, le pot de fleur à 2 000 ariary, les couronnes à 4 000 ariary, les clients se font toujours désirer», déplore une fleuriste du côté d’Anosy. A noter que le lys et le statice sont parmi les fleurs les plus demandées par les inconditionnels de la commémoration de la fête des morts.

D’un côté, il faut dire que de simples particuliers profitent de la fête de la Toussaint pour vendre des fleurs. Sans parler de l’existence de nouveaux marchands dans les quartiers, comme c’est le cas à Ampatitatafika où la commune a ouvert un marché aux fleurs le long de la RN1.

Le centre ville animé

Ces derniers temps, force est de constater que pour bon nombre de Malgaches, les jours fériés ne sont pas systématiquement chômés et payés. A Anosy, à  Analakely, en passant par Behoririka jusqu’à Andravoahangy, les embouteillages ont été au rendez-vous. On dirait même une journée ordinaire car même les marchands de rue ont vaqué à leurs occupations. Presque tous les magasins officiant sur ces lieux ont ouvert leurs portes.

Par ailleurs, de nombreux fidèles sont venus commémorer la fête des saints dans les églises catholiques.

Sera R

News Mada0 partages

Sos Village : la BNI à l’heure de la rentrée

La BNI Madagascar a répondu à SOS Village de Madagascar, relatif au projet « Charity Starts at Home » qui lutte contre l’exclusion et la déperdition scolaires.

Grâce à une opération de collecte de dons menée auprès de son personnel hier à Vontovorona, Barijaona Ramaholimihaso, le conseiller du directeur général de la BNI a octroyé des fournitures scolaires (cahiers, stylos, craies, compas, règles et cartables), sous forme de kits aux 242 enfants issus de familles vulnérables de l’association SOS Village Madagascar au titre de la nouvelle rentrée scolaire 2017-2018.

Cette remise de dons s’est terminée par une journée récréative avec les enfants de l’association et le personnel de la banque.

Sera R

 

News Mada0 partages

Fraudes alimentaires : la Grande île n’est pas suffisamment armée

Un danger pour les consommateurs. Le système de contrôle de la consommabilité des denrées alimentaires dans le pays est défaillant, selon le constat du Consortium des laboratoires agroalimentaires de Madagascar (Clam).

«Une bonne partie des matériels à la disposition des laboratoires d’analyses dans le pays, aussi bien publics que privés, est obsolète. Ainsi, il se peut que l’existence de particules impropres à la consommation ne pourrait  être décelée via ces matériels », a alerté le président du Clam, Francis Rakotondravony, lors d’une interview.

«Une telle défaillance réduit ainsi la capacité du pays à faire face aux fraudes alimentaires, qui ne cessent de prendre de l’ampleur au niveau mondial», a poursuivi notre source. Ce qui a amené cette plateforme à lancer un appel à l’endroit de l’Etat pour voir de près cette situation. Le Clam aspire à ce qu’un système de prise en charge des laboratoires soit mis en place afin de les accompagner dans l’acquisition de nouveaux matériels répondant aux exigences internationales. Une option incontournable si on veut améliorer la capacité de la Grande île à mieux gérer l’entrée des produits alimentaires importés dans le pays.

Formations

Il s’avère également nécessaire de renforcer les capacités des différents acteurs en vue d’améliorer la qualité des denrées alimentaires au niveau local et de prévenir dans ce sens tout risque d’intoxication.

Le Clam a déjà pris une initiative en organisant des formations destinées aux marchands des rues d’aliments dans la capitale. 650 commerçants ont reçu de formation axée sur les bonnes pratiques d’hygiène dans la préparation et la vente des aliments de rue ainsi que sur le code municipal d’hygiène. Ces séances ont été clôturées avant-hier au VIe arrondissement.

Le Clam, regroupant une vingtaine de laboratoires publics et privés, compte également renforcer la sensibilisation de l’opinion sur ce sujet lors de la célébration des dix ans de son existence du 9 au 11 novembre prochain à l’hôtel de ville à Analakely. Des animations éducatives, des ventes-expositions et une série de conférences auront lieu durant cet événement qui sera marqué sous le thème «Aliments sains et sûrs, essence de développement»

Fahranarison

 

Ino Vaovao0 partages

AKAIKIN’NY VAHOAKA AO MAHAJANGA : Feno 18 taona ny niorenan’ny haino aman-jery M3tv-M3fm

Olo-manan-kaja maro no tonga nanome voninahitra ny fety izay nahitana ny ben’ny tanànan’i Mahajanga sy Ramatoa solombavambahoaka voafidy teto Mahajanga voalohany ary ireo mpiara-miasa akaiky amin’ity onjam-peo sy fahitalavitra mamin’ny vahoaka ity. Raha tsiahivina dia ny 29 oktobra 1999 no nijoro teto Mahajanga ny M3tv-fm.

Maro ireo sedra nolalovany, tao ny nanohana sy nanome fankasitrahana, tao koa anefa ny fanakianana sy ny fampitahorana saingy tsy nataon’ny ekipa nahakivy izany fa vao mainka nentin’ireto farany nanitsiana sy nanatsarana hatrany ny fomba fiasa. Araka izany dia nampitombo ny fitiavan’ny zanak’i Mahajanga azy ny kalitaon’ny vokatra hoentin’ireo ekipan’ny M3tv-fm ankehitriny noho ireo fandaharana maro samihafa atolony.

Fankasitrahana feno kosa no natolotry ny Filoha Tale Jeneraly ho an’ireo mpiara-miasa izay feno 18 taona niasana teo anivon’ity orinasa ity, toy ny Talen’ny famoahana Jean Yves Belalahy, ny tonian’ny famoahana Tony Josoa ary ny tompon’andraikitry ny fitantanam-bola sy fampandehanan-draharaha, Raboana Aina Lova.

Anisany nampiavaka ity fankalazana ny faha-18 taona ity ihany koa ny fifantenana ireo tovovavy tsara tarehy na ny Miss 18e ka izay lany tamin’izany no miara-miasa amin’ny M3tv-fm mandritra ny herintaona. Tao ihany koa ny fifaninanana sary famantarana sy hira faneva ka izay voafantina tamin’izany dia efa samy nomena ny loka sahaza azy avokoa.

Asa sosialy

Anisany nampiavaka ny fandaharam-potoana tamin’ity fety fankalazana ity ihany koa ny nanomezan’ny ekipan’ny M3tv-M3fm fanomezana toy ny vary, siramamy, menaka, lafarina, ronono, savony, savony manitra, pates, vatomamy, biskoitra sy zavapisotro mamy tamin’ireo ankizy kamboty tezaina tao amin’ny Centre orphelinat Mangarivotra Mahajanga.

Mbola i filoha Tale Jeneraly, Andrianasolo José hatrany moa no nitarika ny ekipa rehetra teny an-toerana ny harivan’ny alatsinainy 30 oktobra 2017 teo.

Anja Robert

Ino Vaovao0 partages

MAINTIRANO : Maherin’ny roa isan’andro ny faty ao amin’ny hopitaly vokatry ny tsy fandriampahalemana

Faritra mena tanteraka any an-toerana efa ho efa-bolana izay. Araka ny vaovao voaray dia mandry tsy lavo loha ny mponina any an-toerana amin’izao fotoana. Voalaza fa efa nisy ihany ny fanafihan-dahalo tany amin’ny Faritr’i Melaky iny saingy efa diso tafahoatra izany ankehitriny.

Raha ny fampitam-baovao voaray dia isan’andro no ahitana fatin’olona novonoin’ny dahalo sy olona maratra tonga ao amin’ny Hopitalin’i Maintirano. Maty amin’ny fomba feno habibiana avokoa no fahitana ireo razana tonga ao an-toerana sy ireo maratra tsaboina ao. Zava-maranitra, toy ny antsy lava sy basy mahery vaika no ampiasain’ireo malaso manao fanafihana.

Ankoatra izany dia misy ihany koa ny valifaty samy mpiray tanàna ka maro ny vokatr’izany any an-toerana ankehitriny. Voalaza fa mafana ra ireo dahalo manao fanafihana any amin’ny Faritra satria na ny Lehiben’ny Fokontany manao ny asany dia vonoin’izy ireo. Tsy mifidy isan’omby hangalarina ihany koa izy ireo fa na telo aza dia lasibatra hatrany. Efa tsy matahotra fa na amin’ny antoandro be nanahary dia mahavita ny asa ratsiny ireo olon-dratsy any amin’ny Faritra ankehitriny.

Miantso vonjy amin’ny fitondram-panjakana noho ny zavatra iainan’izy ireo ny mponina any amin’ny Kaominina ambanivohitr’i Maintirano mba hijery izany satria mafana dia mafana ny tsy fandriampahalemana any an-toerana.

Pounie

Tia Tanindranaza0 partages

AAA-Tiko Andranomanelatra Miantso ny filoham-pirenena hanokatra ny orinasa ireo mpiasa

Nihetsika indray ny mpiasan’ny AAA-Tiko Andranomanelatra ny talata 31 oktobra lasa teo, tao amin’ny ozinina Andranomanelatra ary mihamafana ihany ny fitakian’ireo mpiasan’ny AAA-Tiko

 

 ny fanokafana ny orinasa hiasan’izy ireo satria mahatsapa ny mizana tsindrian’ila ataon’ny fanjakana azy ireo ny mpiasa. Isan’ny nampihetsika ireo mpiasa moa ny fahitan’ireo mpiasa ilay taratasy laharana : 360/17/MEEF/SG/DREEF/VAK, izay tatitry ny fivorian’ny orinasa misy tao Antsirabe ny 19 oktobra lasa teo ka nivoahan’ireo orinasa niisa 5 ao Antsirabe izay tsy manana ihany koa ny taratasy notakiana toy ny tamin’ny AAA-Tiko Andranomanelatra, saingy nankatoavin’ny fanjakana. Ny fanadihadiana natao no nahafantarana fa misy amin’ireo orinasa miisa 5, voalaza fa tsy manana io fahazoan-dalana momba ny tontolo iainana io ao Antsirabe no fantatra fa an’ny mpanolotsaina manokan’ny filoham-pirenena ny iray ary misy fampiasam-bolan’io olona io ihany koa ny orinasa afaka haba iray voatonona amin’izany, izay efa mampitaraina ny mpiasa ao aminy aza ny fomba fitantanana ny mpiasa, kanefa jeren’ny fanjakana fotsiny. Tsy miova ny resaka fa ny fanokafana tsy misy hatakandro ity orinasa ity ihany mba ahafahan’ireo mpiasa mivelona indray, ankoatra ireo tantsaha mpamatsy vokatra azy ireo. Efa nambaran’ireo tantsaha fa ny orinasa mpanangona ronono tsy manana taratasy ara-dalàna, kanefa omen’ny fanjakana vahana dia tsy mahazaka ny fandraisana ireo rononon’ny tantsaha fa ferany ihany ny raisiny sady tsy ara-dalàna ny fandoavam-bolany ka izany no hanampian’izy ireo ny mpiasa amin’ny fitakiana ataony, satria milamina kokoa ny fiaraha-miasa amin’ny AAA-Tiko nanomboka ny volana mey 2016 lasa iny. Raha ny tsilian-tsofina dia hihamafy ihany ny fitakiana, izay tsy hijanona raha tsy misokatra ny AAA-Tiko. Hiaraha-mahita eo indray ny tohiny satria mety hiafara amin’ny gidragidra indray ity resaka ity atsy ho atsy. Miantso ny filoham-pirenena sy ny praiminisitra mihitsy ireo mpiasa mba hijery azy ireo sy ny tompon’andraikitry ny orinasa amin’ny maha Malagasy azy ireo sy ny amin’ny maha orinasa Malagasy ny AAA-Tiko ihany koa. Nohamafisin’ireo mpiasa fa mba filamatry ny faritra ny hoe : « Tsary misy harena noho ny olona », ka asa raha mba olona ihany ireo mpiasan’ny AAA-Tiko ireo na tsia !

Caius R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Orinasa MICTSL -ToamasinaNanolotra fitaovana sy fanafody ho fanadiovana ny tanàna

Ny talata teo no nanolotra ny fanampiany faharoa ho an’ny komitin’ny pesta ao Toamasina ny orinasa MICTSL;

 

Rakoutou

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fiverenana an-tsekoly amin’ny 6 novambraIzay mpianatra salama ihany no afaka miditra

Efa vonona tanteraka amin’ny fiatrehana ny fidiran’ny mpianatra amin’ny alatsinainy 6 novambra ho avy izao ny ankamaroan’ireo sekolim-panjakana sy sekoly tsy miankina manerana ireo fari-piadidiam-pampianarana 25 isa nahitana ny soritr’aretina pesta teto amintsika.

Pati

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Nampangain’ny teniny sahady

Fandresena ara-demokratika ny fifidianana ary tsy tokony hatahotra intsony isika Malagasy.

Toky R

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fetin’ny olo-masinaNety ny tsena ho an’ireo mpivarotra voninkazo

Na dia anisan’ireo fomba efa tranainy indrindra nahazatra aza ny fanateram-boninkazo eny amin’ny fasana rehefa fetin’ny olo-masina ny 1 novambra, mbola maro ireo nanatanteraka izany omaly.

 

Anisan’ireny ireo nanan-kavana matin’ny aretina pesta farany teo izay tsy azo nalevina tany am-pasan-drazana fa voatery nalefa teny Anjanahary.  Toraka izany koa ireo efa nanao fangatahana ka tsy afaka nanao famadihan-drazana tamin’ity taona 2017 ity noho ny firongatry ny pesta. Somary netinety ny tsenan’ireo mpivarotra tetsy Anosy, raha araka ny fanadihadiana natao. 3.000 Ar sy 4.000 Ar rahateo dia efa nahazo ireny karazam-boninkazo  amin’ny tavy efa maniry sy mamony tsara tarehy raha nisy ihany koa ireo nividy raozy fotsy sy mena tokana amin’ny vidiny 1.000 Ar isanisany ho an’ireo olona akaiky azy efa nodimandry. Nisy tamin’ireo mpanjifa no lasa lavitra mihitsy nanati-boninkazo omaly ary nisy ihany koa ireo nanamboatra fasana  hiatrehana ny fotoam-pahavaratra sady nanatanteraka fiaraha-misakafo kely teny amin’ny fasana. Nisy koa ireo nanararaotra ny andro tsy fiasana omaly fotsiny nitondrana ireo fianakaviany nialavoly kely.

Pati

Tia Tanindranaza0 partages

Gare routière Vatofotsy AntsirabeKaoperativa 23 no tsy mankasitraka ny fizarana azy

Nanao fangatahana tamin’ny tompon’andraikitra mahefa amin’ny hanatsarana ny toby fiantsonana zotram-pitaterana rezionaly ao Vatofotsy Antsirabe ireo kaoperativa manatanteraka asa amin’ity “ligne”

Tia Tanindranaza0 partages

Tsena Petite VitesseHiroso amin’ny fanamboarana azy ny CUA

Niatrika fivoriana tsy ara-potoana ny Mpanolontsain’ny Tananan’Antananarivo Renivohitra nanomboka ny alatsinainy sy ny talata lasa teo.

                                     

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

“Boulangerie” nirehitra Saika potika ny manodidina azy

Nitrangana hai-trano indray tao Antsirabe ny tolakandron’ny talata 31 oktobra lasa teo. Toeram-panaova-mofo iray miorina tsy lavitry ny tobin-dasantsy eo Antsenakely no nisian’ny afo

Caius R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fanadiovana faobe manerana ny nosyHaingo dison’Iarivo, hoy ny CRAM

« Haingo dison’Iarivo » ny andro iray fanadiovana an’i Madagasikara, hoy ny avy eo anivon’ny CRAM na ilay sehatra misaina ny ho avin’i Madagasikara.

J. Mirija

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Raha mba ..

Raha mba ny vita Sinoa re no akatona ?Amin'izay ny vita Malagasy mba hisongadina.Ary raha ny vita karàna indray no manjavona ?Ireo mpandraharaha Malagasy mba higalabona.

Raha mba ny Malagasy no mividy ny tanyMba isika vahoaka no hanefoefo indray andro any.Mba tsy hitaintaina intsony ny tantsahaFa tena ho Malagasy mba tena rangahy.Raha mba ny vahoaka no andriamanjakaFa tsy ny vahiny foana no tompon'ny laka.Dia ny ambanilanitra no tompon-tsafidyVahoaka Malagasy tsy refesi-mandidy.Raha mba ialahy ry Jean no mieritreritra tsaraHo paradisa an-tany angamba ilay Gasikara.Saingy indrisy fa nofinofy ihany ny ahyRevirevin-gadra saingy misy fanahy..

Tia Tanindranaza0 partages

Fiatrehana ny fifidiananaNy governemanta no mamoa-doza

Mbola manjavozavo tanteraka ny momba ny fifidianana ankehitriny na eo aza ny ezaky ny vaomiera mahaleotena na CENI.

Efa somary hita taratra ny finiavana ho amin’ny mangarahara saingy tsy mba toy izany kosa ho an’ny governemanta, raha ny fanehoan-kevitr’iEmile Ratefinanahary sy Sarah Rabearisoa tao amin’ny fandaharana “Donakafo” an’ny onjam-peon’ny Top Radio 102.8 FM ny talata teo.

Emile Ratefinanahary, Mpandrindra ny OHT (Olona Hasin’ny Tany)

Efa nosoniavin’i Madagasikara ny lalàna iraisam-pirenena, toy ny zo fototra maha olona, ny fanabeazana maimaimpoana, ny fahasalamana … saingy rehefa tonga ny mpanao politika mpanao kobaka am-bava, dia ireny ihany no miverina sy dradrainy, kanefa efa tokony handeha ho azy ary efa adidy tsy maintsy ataon’ny fitondrana, hoy i Emile Ratefinanahary, mpandrindra ny OHT (Olona Hasin’ny Tany). Tsy mahalala izany kosa ny vahoaka, izay hampanantenaina, kanefa zavatra efa tokony handeha ho azy. Eo ihany koa ny resaka tamberin’andraikitra izay tsy misy satria vao mandeha ny propagandy dia efa misy ny fizarana vola, ka toy ny hoe efa vitan’iny izany ny adidy tokony hataon’ny mpitondra, Mila ialana sy efa nanentanana ary nanabeazanay ny olona hatramin’ny 2014 izany satria efa fantatra ny afitsok’ity fitondrana Rajaonarimampianina vao lany teo, raha ny fanehoan-keviny. Mikasika ny lalàmpanorenana sy ny lalàna mifehy ny fifidianana, dia manjavozavo tanteraka sy tsy ao anatin’ny fangaraharana. Misy asan’ny governemanta ao, asan’ny parlemanta, CENI,… Ny CENI no efa niteny fa efa vonona izy miaraka ary efa tonga teto ny manam-pahaizana iraisam-pirenena. Apetraka ao anaty zavatra manjavozavo ny mpanao politika sy ny vahoaka ny fitsipi-dalao tsy mazava eto amin’ny firenena hoe : tsy hapetraka ny datim-pifidianana, tsy hapetraka ny lalàm-pifidianana,… Misy adidin’ny tsirairay io, ary ilay governemanta mihitsy no tsy manao ny adidiny, hoy izy.

Sarah Rabearisoa Filoha nasionalin’ny antoko PLD (Parti Libéral Démocrate) 

 Tokony hisy ny fitsipi-dalao iraisana ao anaty fanajana lalàna amin’ny fanatanterahana zavatra iray eto amin’ny firenena, hoy i Sarah Rabearisoa, filoha Nasionalin’ny antoko PLD (Parti Libéral Démocrate). Ny tsy fanajana ny lalàmpanorenana dia fantatrao fa tsy hisy fampandrosoana ... Izany no ilana ireny rafitra ireny, toy ny mpitsara, solombavambahoaka, ka raha ny tsirairay no tsy manao ny asany dia tsy hisy filaminana. Raha ny tompon’andraikitra voalohany amin’ny fanajana ny lalàna no mametaveta izany noho ny fananana fahefana, dia tonga ho azy ny tsy ampoizina, ka ny vahoaka, ny miaramila,…no manao izany, hoy i Sarah Rabearisoa. Matoa misy ny antoko dia efa miomana sy mitaiza amin’ny fiatrehana fifidianana. Ny zavatra tsapa dia manao ny asany ao anaty ny mangarahara ny  CENI, ary sambany no nanana vaomiera tahaka izao isika amin’ny fomba  fiasa ka hahafahanay manana fifandraisana amin’ny antoko politika rehetra, mametraka ny fomba fiasa sy ny ezaka mihoatra ny efa nisy teo aloha,…. Ny governemanta mihitsy no tsy mamoaka vaovao mazava sy milalao saim-bahoaka. Ny 25 janoary dia tsy i Hery Rajaonarimampianina intsony no eto raha tsy hoe izy no lany ! Avoahay ny resaka fifidianana ao anatin’ny Antenimieram-pirenena, fa tsy mody arirarira any amin’ny fitsipaham-pitokisana. Matoa herintaona ny sehatra Iraisam-pirenena to ny OIF sy ny PNUD, ny UE nanaja ny mpanao politika rehetra, dia aoka isika samy Malagasy hifanaja, hoy izy.

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fifidianana an’i Rivo RakotovaoAmboletra sady petatoko

Tsy nisy ny fivoriambe nandinihana sy nanapahana fa hatao ny fifidianana ny filohan’ny antenimierandoholona ary tsy voahaja ihany koa ny fe-potoana kely indrindra hahafahana mandrotsaka ny filatsahan-kofidiana, izay adiny iray farafahakeliny.

 

 Aminay dia natao amboletra ny fifidianana, hoy ny loholona avy amin’ny MAPAR Velontsara PaulBert. Ny niantsoana anay dia hisy fanambarana hataon’ny filohan’ny antenimierandoholona, kanefa nony tonga tao dia hanao fifidianana, hoy kosa ny loholona lany tamin’ny anaran’ny TIM Ramalason Olga. Raha ny tokony ho izy, araka ny fitsipika anatiny dia lanian’ny birao maharitra aloha ny fandaharam-potoana, mandalo ny fikaonandohan’ny prezida, hatolotra holanian’ny loholona. Aorian’izay vao tokony hotanterahina, hoy izy. Enga anie mba hipetraka tsara ilay fifidianana demokratika eto amin’ny firenena ary anatin’ny mangarahara, indrindra ao anatin’ny filaminana, hoy hatrany ity olom-boafidy ity. Raha aravona dia naman’ny natao kopisoroka tao anaty tsy fanarahan-dalàna tanteraka ity fifidianana ity. Tsy atao mahagaga satria efa filamatr’izy ireo ilay hoe “izahay aloha izao no eto amin’ny fitondrana”. Vao miandoha anefa io fa tombanana ho toy izay foana no hiseho amin’ny fifidianana hatrehintsika raha mbola ny HVM no eo amin’ny familiana an’i Madagasikara, ary toa efa vonona tanteraka amin’ny kopisoroka sy ny jadona tsy hiraharaha ny vavan’ny mpanao politika sy ny vahoaka intsony ireo.

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

RajaonarimampianinaNandeha an-tsokosoko tany Afrika Atsimo

Tsy nisy fampandrenesana, tsy nisy fampitam-baovao ofisialy fa dia efa ny sary nivoaka no nahafantarana fa hay any Afrika Atsimo ny filoha Hery Rajaonarimampianina.

 

 Nihaona tamin’ny filoha Afrikanina tatsimo Jacob Zuma tao amin’ny lapam-panjakana Genadendal – Cape Town izy omaly, fihaonana tamim-pirahalahiana tokoa. Raha ny fampitam-baovao tselatra nataon’ny fiadidiana ny repoblika Afrikanina Tatsimo dia fihaonana eo amin’ny filoha am-perinasan’ny SADC Jacob Zuma sy ny filoha Malagasy Hery Rajaonarimampianina ity nitranga ity. Tsy misy mahafantatra izany ny eto Madagasikara, eny fa na dia ny mpitondra fanjakana ambony sasany nezahana nanontaniana omaly hariva aza. Inona no tena anton-dia ? Inona ny votoatin-dresaka ? Tsiliantsofina fotsiny no nahafantarana fa fanamafisana ny fifandraisana eo amin’ny firenena roa tonta izy ity ary fanamafisana ny fiantsoana ireo mpandraharaha afrikanina tatsimo taorian’ny fihaonana natao tany an-toerana ny 14 sy 15 jona lasa teo. Efa-bolana aty aoriana mantsy tsy hita ihany ny tetikasa ketrehan’ny mpandraharaha Afrikanina Tatsimo eto. Eo amin’ny lafiny ara-politika dia samy filoham-pirenena miteraka resa-be ao amin’ny firenena tantanan’izy ireo avy Hery Rajaonarimampianina sy Jacob Zuma. Efa fantatra ny hadalan’ny HVM eto Madagasikara sy ny hasosoran’ny Malagasy aminy ary ny resa-be noho ny raharaha kolikoly sy fanamparam-pahefana mampalaza ny olona ambony maromaro eto. Any Afrika Atsimo dia voatonontonona amina raharahana kolikoly avo lenta ihany koa ny filoha Zuma ary voalaza fa na ny antokony ANC aza dia efa tsy dia mankasitraka azy firy intsony ho filoha mpitarika. Hiatrika kongresy amin’ny volana desambra ho avy io ny antoko ANC ka efa mandeha ny feo fa mety tsy hotazonina ho filoha intsony ingahy Zuma noho ny raharaha hafahafa maha voatonona ny anarany sy ny fianakaviany. Raha tsorina, resaky ny samy sahirana na resaky ny samy resy mihitsy no nitranga tany Cape Town omaly, ary mbola ao anatin’ny manjavozavo ihany koa. Re fa mialoha io diany io dia mbola nandalo tany Paris ny filoha Rajaonarimampianina. Tsy hay na nanao inona no nataony tany.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Komitin’ny fampihavanam-pirenenaNihaona tamin’ny filoham-pirenena

Noraisin’ny filoham-pirenena Hery Rajaonarimampianina teny amin’ny lapam-panjakana Iavoloha ny talata teo ireo ben’ny tanàna miisa 40 avy any amin’ny faritry Sofia.

 Nifantohan’ny lahadinika taorian’ny fitsidihana nataon’ny filoha tany Antsohihy farany teo ny tsy fandriampahalemana sy ny fahasahiranan’ireo mponina any an-toerana. Nampanantena indray ny filoha fa dia handray fepetra mifanandrify amin’izany fa nanentana ihany koa ny hiarovana ny tontolo iainana any amin’iny faritra iny, indrindra hanentana ireo mponina hiala amin’ny doro tanety. Fampahafantarana tamin’ny fomba ofisialy ireo mpikamban’ny biraon’ny komitin’ny fampihavanam-pirenena na  ny CFM kosa, raha ny nambaran’ny filohany, Maka Alphonse, no anton’ny fihaonan’izy ireo tamin’ny filoham-pirenena. Ilaina, hoy ity filoha ity, ny mampahafantatra ny andraikitry ny CFM mikasika ny fifidianana ho avy, indrindra ny fampihavanam-pirenena.

J. Mirija

Madagascar Tribune0 partages

La candidate Fanirisoa Ernaivo suspendue de ses fonctions de magistrat

La réaction du Ministère de la Justice ne s’est pas attendre suite aux propos provocateurs de Fanirisoa Ernaivo, magistrate et candidate à la prochaine élection présidentielle lors du meeting du collectif des candidats à la présidentielle lundi dernier à Mahamasina. Ses propos véhéments à l’encontre des policiers qui ont quadrillé le stade Mahamasina et particulièrement le lynchage des trois policiers à Fénérive-Est avaient choqués plus d’un.

Dans une décision prise mercredi, la ministre de la Justice, Noro Vololona Harimisa, a ainsi suspendu cette magistrate de ses fonctions jusqu’à la décision définitive sur l’action disciplinaire la concernant. Fanirisoa Ernaivo est substitut du Procureur de la République, magistrat de 3ème grade, 2ème échelon, près du Tribunal de Première instance d’Antananarivo.

La situation de ce magistrat, (candidate à l’élection présidentielle, ndlr) doit être réglée dans un délai de six mois à compter de la date de décision de suspension, mentionne cette décision. Pendant cette suspension, « elle n’a droit à aucune rémunération à l’exception des avantages familiaux ». Cette suspension a pris effet dès sa date de publication, c’est-à-dire, le 31 octobre dernier selon le communiqué de la Ministère de la justice.

Le Ministre de la sécurité publique a rapporté à son tour que son ministère va déposer une plainte au Tribunal de première instance d’Antananarivo. Lors du conseil des ministres tenu à Ambohitsorohitra, mercredi dernier, le Président de la République par intérim, Rivo Rakotovao, certainement pour apaiser les tensions, a demandé aux forces de Défense et de sécurité de ne pas répondre à la provocation, dans ces propos frisant l’apologie du crime.

Indignée à cause de la présence des forces de l’ordre dans le stade de Mahamasina lundi dernier, lors du meeting du collectif des 25 candidats qui demandent l’ouverture de la liste électorale, Fanirisoa Ernaivo, dans sa verve, s’est adressé aux policiers, « c’est pour cela que la population vous tue. J’ai failli être attristée par le sort des policiers à Fenoarivo Est mais cela donne envie de dire qu’ils le méritent. Vous allez tous le subir. Je vous maudis  ».

Ces propos déplacés ont suscité de vagues de condamnations de la part des internautes qui ont partagé la vidéo de ce discours sur les réseaux sociaux, dans la journée même du lundi 30 octobre.

Une journée plus tard, sur sa propre page Facebook, Fanirisoa Ernaivo a lancé le 31 octobre dernier des excuses à l’endroit des personnes qui ont pu être blessées par ses propos et notamment à l’endroit des proches des policiers innocents décédés. « C’est le cœur d’une mère désemparée par rapport aux forces de répressions et à l’insécurité qui règne (dans le pays, ndlr) qui a causé ces propos de trop », regrette-t-elle.

Madagascar Tribune0 partages

Trois points techniques importants à retenir pour l’élection à venir

1. Cher électeur, sois sûr de vérifier le verso de ton bulletin de vote

Une nouveauté de cette année électorale 2018 figure aux articles 151 et 171 de la loi électorale (2018-008) qui dispose qu’ « à l’ouverture du bureau de vote, deux membres du bureau électoral sont tirés au sort séance tenante, pour signer au dos des bulletins uniques…. Les bulletins qui ne comportent pas les deux signatures sont nuls.  » Cher électeur, chère électrice, regarde bien le verso de ton bulletin avant de voter.

La loi ne contient aucune autre disposition, comme par exemple, comment l’électeur peut s’assurer que les deux signatures au dos de son bulletin sont ceux des signataires désignés. Toujours est-il, le scrutin étant ouvert à 6 heures du matin, il faudrait que les délégués des candidats et les observateurs soient présents pour attester de la désignation des signataires.

2. Cher électeur, sois sûr d’apposer soit un X soit l’empreinte de ton index, et rien d’autre

Un deuxième changement par rapport à 2013 est le fait de devoir apposer un X (û) ou l’empreinte (G) d’un de ses index à l’emplacement réservé à cet effet (article 156 de la loi 2018-008). Cher électeur, chère électrice, sois sûr(e) de ne PAS cocher (ü) ton bulletin ou gribouiller ou autre (même si au moins une candidate a marqué avec un cocher sa propagande).

3. Cher électeur, sois sûr d’emmener une pièce d’identité avec photo et ta carte d’électeur

Enfin la loi dispose clairement en son article 154 que l’électeur doit justifier de sa qualité d’électeur par la présentation de sa carte nationale d’identité (CNI) et sa carte d’électeur . En l’absence de CNI, on peut présenter un permis de conduire ou un passeport . En l’absence de carte d’électeur, on peut présenter soit sa duplicata de carte d’électeur remis par la commission locale de recensement des électeurs (article 49 de la loi), soit par une attestation d’inscription sur le registre de recensement délivrée par la commission locale de recensement des électeurs du Fokontany (article 50 de la loi).

Bien que l’article 3 du décret 2018-641 portant convocation à l’élection présidentielle, prévoit que « les électeurs utiliseront de nouvelles cartes d’électeurs établies conformément à l’article 45 de la loi 2018-008, … les cartes d’électeur utilisées lors des dernières élections demeurent valables, le cas échéant. » Cher électeur, chère électrice, si tu n’as pas encore ta nouvelle carte d’électeur, il est temps de visiter le bureau de ton Fokontany.

Sahondra Rabenarivo31 octobre 2018

L'express de Madagascar0 partages

Villa Elisabeth – L’État annule l’acte de vente par arrêté

L’Exécutif annonce qu’un arrêté ministériel d’annulation de la vente du domaine sur lequel est bâtie la villa Elisabeth a été pris. Un acte qui serait toutefois contestable.

L’annula­tion. Telle est donc la réaction de l’État face à la vente du domaine Saint Antoine IV, où est bâtie la villa Elisabeth. Une annulation par le biais d’un arrêté ministériel.Par l’intermédiaire du ministère auprès de la Prési­dence chargé de l’Aména­gement du territoire, et de celui des Finances et du budget, l’Exécutif a réagi à la polémique entrainée par la vente du terrain sur lequel se trouve l’hôtel ministériel mis à la disposition de feu Albert Zafy, ancien président. Devant la presse mardi à Anosy, les ministres Benjamina Ramanantsoa et Vonintsalama Andriambo­lolona ont affirmé ne pas avoir été au courant de l’existence de cette vente.« Je n’ai eu vent de l’existence de cette vente que peu avant le décès de l’ancien Président Zafy », a affirmé le ministre Ramanantsoa. Que ce serait le président de la République qui l’aurait mis au parfum, et lui aurait demandé d’ouvrir une enquête. Le silence gardé jusqu’ici aurait été dicté, du reste, par le respect de la période de deuil suite au décès du professeur.

Enquête approfondieSur la base d’une copie en noir et blanc qu’il avait durant la conférence de presse et comme il l’a dit, selon les publications de quelques journaux et les réseaux sociaux, le ministre auprès de la Présidence confirme que l’acte de vente aurait été signé le 24 janvier 2014. Il a ajouté que l’enregistrement auprès de la conservation de la propriété foncière d’Antananarivo a été fait le 21 novembre 2016.Un arrêté ministériel pour l’annulation de l’acte de vente et du titre foncier a alors été adopté. Aux yeux de certains analystes, cette décision a été prise afin d’apaiser l’opinion publique. Certains juristes affirment qu’un arrêté ministériel ne serait pas à même d’annuler la vente d’un domaine, qui plus est déjà enregistré auprès du service des domaines.« Il fut un temps où c’était une pratique faisable, s’agissant de la vente des domaines privés de l’État. Seulement, depuis la loi 2008-014, l’annulation par arrêté ministériel ne pèse pas lourd devant la Justice en cas de litige ou de contestation », explique l’un des juristes contactés. La sécurité juridique des actes entre État et particuliers serait également en jeu.L’autre point à retenir de la conférence de presse tenue par les deux minis­tres est que pour une enquête plus approfondie sur cette affaire, une plainte sera déposée au Bianco [Bureau indépendant anti-corruption]. Des zones d’ombre sont effectivement à éclaircir sur ce dossier. Le prix de vente relativement dérisoire du domaine d’abord, laisse perplexe. Il aurait été mis en vente à environ 10 millions d’ariary.Le ministre Ramanantsoa a indiqué que la vente aurait donc été actée durant la Transition. Comme l’a souligné le député Naivo Raholidina à quelques journalistes mardi, l’ancien Président Zafy avait un Premier ministre et des ministres au sein du gouvernement de Transition. Comment se fait-il qu’aucun d’entre eux n’ait su l’existence de cette vente, et ne s’y sont opposés publiquement comme maintenant ?. L’achat, en principe, devait être précédé d’une prospection préalable.Contrairement à pareille démarche, en 2007, le professeur et ses proches sont restés silencieux. La famille de l’ancien chef d’État n’a pas encore réagi sur cette vente jusqu’ici. L’existence d’un accord de la mise à disposition par l’acquéreur d’une parcelle de 700 m², afin d’y construire un nouvel hôtel ministériel, intrigue également. Certaines voix indiquent que la nouvelle bâtisse aurait été destinée à être mise au nom de la famille Zafy.La loi sur le statut des anciens Présidents prévoit cependant qu’à leur mort, seules les veuves ou enfants mineurs bénéficient de prérogatives comme le logement. Après, les biens sont repris par l’État. La ministre Andriambololona a par ailleurs soutenu : Nous sommes contre la vente des hôtels ministériels ou des terrains sur lesquels ils sont bâtis. La vente dénoncée illégale a pourtant pu être menée à terme jusqu’à son inscription en novembre 2016, auprès de la conservation de la propriété foncière, sans aucune opposition.

Garry Fabrice Ranaivoson

L'express de Madagascar0 partages

Météo – Une saison cyclonique active s’annonce

La saison cyclonique s’ouvre. Elle s’annonce active, selon les perspectives de la Direction générale de la Météorologie.

A compter de cette semaine, on pourra s’attendre à la formation d’une perturbation aux environs de la Grande île. C’est la saison cyclonique qui ouvre en ce mois de novembre. Cette fois-ci, elle s’annonce active et légèrement supérieure à la moyenne climatologique, selon les perspectives saisonnières de la Direction générale de la Météorologie (DGM) pour la saison chaude et humide 2017/2018, des mois de novembre à avril 2018.« Deux à quatre perturbations pourraient atterrir sur les côtes malgaches, dont un à deux pourraient atteindre le stade de cyclone tropical voire supérieur », précise la DGM dans sa publication du mardi. Les années précédentes, au maximum, un cyclone a atterri sur nos côtes.

DégâtsUn ou des cyclones tropicaux de la même intensité qu’Enawo pourraient ainsi faire un come-back, en cette saison cyclonique. En mars, Enawo a tué plus de quatre vingt personnes, a fait plus de quatre cent mille sinistrés, et a ravagé des centaines d’infrastructures et des milliers d’hectares de champs de culture. Ava, un nom proposé par Madagascar, sera la première tempête tropicale de cette saison cyclonique.Le bureau national de la gestion des risques et des catastrophes (BNGRC) rassure que les préparations en vue de l’arrivée de la saison cyclonique sont presque faites. « Il ne nous reste qu’à établir le plan de contingence pour les régions de Boeny et d’Analamanga. La mise en place des équipements à savoir les tentes et d’autres matériels a été déjà faite, sauf pour la région de Sava. Leur acheminement sera effectué dès qu’un bateau sera disponible », explique Thierry Venty, secrétaire exécutif du BNGRC, joint au téléphone.Ce renforcement de la vigilance ne pourrait pas, toutefois, assurer la baisse des dégâts. « Les dégâts dépendront de l’intensité du cyclone. Nous savons que la majorité de la population loge dans des habitations précaires. Elle sera sensibilisée à rejoindre des zones à l’abri du danger. Toutefois, il est difficile d’affirmer qu’il y aura moins de ravages », enchaîne Thierry Venty.

Un été pluvieux

La saison d’été sera pluvieuse, selon les prévisions de la DGM. Contrairement à celle de l’année dernière, où la sécheresse a sévi, les précipitations seront supérieures à la normale dans la grande partie de l’Ile, en cette saison. De décembre au février, les précipitations seront supérieures à la normale au Nord, au Nord-Est, à l’Est, sur les Hautes terres, au Sud, au Sud-Est, et légèrement supérieures à la normale à l’ouest. En janvier 2018, elles dépasseront à 120% de leur valeur normale. De mars à avril, les précipitations seront supérieures à la normale au Nord-Ouest, au Nord, au Nord-Est, à l’Est et sur les  hautes terres centrales. La DGM lance ainsi une vigilance pour des craintes de crues de rivière et d’inondations sur toute l’Ile, en janvier, sur une dizaine de régions dont Analamanga,  en février, et mars.Les débuts des saisons de pluie seront prévus pour la troisième décade du mois d’octobre pour la région de Vakinankaratra. La troisième décade du mois de novembre pour Alaotra Mangoro et Itasy. La deuxième décade du mois de décembre pour Analamanga et Haute Matsiatra. Même la région d’Androy bénéficiera de pluie. La saison débutera à la troisième décade de décembre pour cette région. Les paysans devront prendre en compte ce calendrier, dans leurs activités agricoles.

Miangaly Ralitera

L'express de Madagascar0 partages

Danse – Rudi Rehava rejoint les étoiles

Tout l’univers artistique et culturel dans son intégralité fut attristé d’apprendre la mauvaise nouvelle, lundi. Rudi Rehava, danseur, chorégraphe et artiste exceptionnel s’est éteint.

Il y a des jours comme celui-ci où dire « Ce sont toujours les meilleurs qui partent les premiers » sonne comme étant des plus tristes. C’était une personnalité humble, forte d’une sympathie exemplaire, mais également d’une générosité et d’une passion unique pour son art. Lui, c’est Rudi Angelson Rehava, que ses pairs, ainsi que le public connaissent et apprécient pour son dévouement envers la danse, son art de prédilection. Âgé tout juste de 40 ans, Rudi Rehava, celui que la majorité considère comme l’un des pionniers de la danse urbaine et contemporaine dans la Grande île, s’en est allé rejoindre les étoiles, lundi dans la ville d’Antsiranana. Membre émérite de la troupe « Up The Rap » qu’il a fondée aux côtés de son frère Angeluc Rehava, il s’est alors affirmé comme un véritable symbole et un modèle pour toute une génération de danseurs et de passionnés de danse depuis le début des années 90 à aujourd’hui.« Je suis profondément triste !… », c’est juste avec cette unique affirmation que Angeluc Rehava a officiellement annoncé la triste nouvelle. Depuis, c’est tout le milieu culturel dans son intégralité qui a fait savoir sa tristesse. Endeuillés, ce sont des artistes de tous les horizons et de toutes les générations qui rendent hommage à ce danseur inégalable qu’est Rudi Rehava.

 Un frère bienveillant Un artiste dévoué, talenttueux sans être marginal, mais toujours ouvert aux autres. De nature bienveillante, Rudi s’est toujours plu à échanger, à partager et surtout à écouter tous les passionnés d’art comme lui. Ce qui l’a même amené à aller au-delà des frontières de la danse, cet art qui l’inspirait et qui lui tenait particulièrement à cœur. Suite à une rencontre avec Angeluc Rehava dans la matinée, il a ainsi été annoncé lors de la réunion d’hier, que la dépouille mortelle de Rudi passera par le Tranom-pokonolona Analakely à partir de demain à 9h. Elle quittera, par la suite, la ville pour rejoindre Toliara ce samedi à midi. S’ensuit une veillée au gymnase couvert Tsianengea. Le lundi, Rudi Rehava quittera la ville de Toliara pour rejoindre Ambahikily où il sera enterré dans le tombeau familial à Befasy le mardi.

Andry Patrick Rakotondrazaka

L'express de Madagascar0 partages

Afrobasket Fiba 3X3 – Nigeria et Niger au menu

Les douze pays en lice au championnat d’Afrique Fiba 3×3 sont répartis en quatre poules. Madagascar se trouve dans le groupe du Nigeria et du Niger.

J-1. Le coup d’envoi du premier championnat d’Afri­que de basketball Fiba 3×3         sera lancé demain. Douze pays seront en lice à cette toute première édition du basketball à trois qui se déroulera du vendredi 3 au dimanche 5 novembre à Lomé, capitale togolaise.Les équipes engagées sont réparties en quatre groupes de trois selon le dernier classement officiel de la fédération internationale, c’est-à-dire le classement Fiba Afrique. Madagascar, classé dixième en Afrique se trouve dans le groupe B avec le Nigeria (deuxième), un des favoris et le Niger (septième). Pour sa part, le groupe A est composé d’un des grands pays de la balle orange, le Mali en compagnie de l’Ouganda et la Gambie.La poule C est, quant à elle, constituée de deux grosses pointures, à savoir l’Égyp­te et la Côte d’Ivoire avec la Mauritanie. Et le pays hôte, Togo figure dans le groupe D avec le Ghana et le Benin.Arrivée à Lomé depuis dimanche soir, la sélection malgache constituée des deux Majungais Rick Ley Loubachy et Elly Randriam­pionona, du gendarme Fabrice Mandim­bison et du policier Claudio Mbolatiana Rajaonarivony, capitaine de l’équipe, a pu effectuer une séance d’entraînement de mise au point finale, durant ces quatre jours en terre togolaise.

Phase de pouleLa réunion technique aura lieu ce jour. Quant à la formule de compétition, les deux meilleures équipes à l’issue de la phase de poule seront qualifiées en quarts de finale prévues le dimanche 5 novembre, dans la matinée. Les éliminatoires se joueront en deux journées, les 3 et 4 novembre. Demain, Madagascar affrontera en premier en phase de poule le Nigeria à 12 heures 40, heure locale, puis le Niger à 15 heures.« Je peux accepter l’échec, tout le monde peut échouer, mais je n’accepterai jamais de ne pas avoir essayé », a lancé hier sur le réseau social FaceBook, Fabrice, le plus expérimenté de l’équipe. L’équipe malgache est encadrée par le responsable de la commission de basketball de masse, Rina Randria­narisoa, multiple champion de Madagascar qui compte de nombreuses sélections en équipe nationale.Beaucoup de pays africains comme ceux des au­tres continents s’intéressent désormais au fait de disputer des compétitions de basketball Fiba 3×3. Depuis juin dernier on sait que le basket à trois intégrera les Jeux Olympiques à partir des prochains jeux de Tokyo en 2020.

Serge Rasanda

L'express de Madagascar0 partages

Ambatofinandrahana – Trois morts dans un accident

L’embardée d’un véhicule tout-terrain a coûté la vie à trois personnes, à Mangataboahangy Ambato­finandrahana. Parmi les trois victimes figure Ramanantsoa, maire de  la commune rurale de Mangataboahangy, élu sous la bannière Miaraka Amin’ny Prezida Andry Rajoelona (MAPAR). Un enseignant fonctionnaire et une fillette de huit ans se trouvant à bord du 4×4 ont partagé son sort tragique.Le drame est survenu sur une route d’intérêt provincial dans la matinée de lundi, vers 9 heures, à quelques encablures de Mangataboahangy.La gendarmerie d’Amba­tofinandrahana explique que le véhicule gravissait une montée escarpée lorsqu’il a perdu de la puissance en arrivant au sommet. Il s’est alors mis à reculer. Devenu incon­trôlable, le tout-terrain a fait une sortie de route, effectuant trois tonneaux dans sa course folle.Le maire a rendu l’âme sur le coup, les deux autres ont succombé à leurs blessures après avoir été désincarcérés des entrailles du 4×4, réduit en amas de ferrailles inextricables. Quatre rescapés sont, en revanche, sérieusement touchés, dont le chef de la Circonscription Scolaire (Cisco) d’Ambatofinan­drahana.

A.M.

L'express de Madagascar0 partages

Antsiranana – Réussite de la foire internationale

Un évènement économique, centré autour du tourisme, s’est déroulé dans la ville d’Antsiranana. La foire internationale a tenu toutes ses promesses.

Antsiranana a vibré au  rythme d’une foire  internationale pendant les trois jours du weekend dernier, plus précisément du 27 au 29 octobre. C’était  une grande première pour la ville. Il s’agissait exactement  de la 3è édition de cette  manifestation d’envergure internationale, à l’initiative de l’ancien maire de la commune urbaine de Toamasina et non moins actuel ministre du Tourisme, Roland Ratsiraka. Ce dernier a relevé le défi d’organiser annuellement une telle foire internationale, après la réussite de deux premières éditions tenues respectivement à Toamasina et à Antananarivo.Ainsi, voulant poursuivre ses initiatives, le ministère du Tourisme a mis son choix sur la capitale du Nord pour abriter cet évènement dont les enjeux sont d’une grande importance. Cette manifestation a consisté à redorer l’image de la Diana afin de la redynamiser économiquement, plus particulièrement le tourisme qui reste le principal secteur économique  porteur de développement dans la région.Tout a débuté par un grand carnaval, suivi de la cérémonie officielle d’inauguration, ainsi que de diverses animations culturelles et musicales tenues à l’intérieur du stade municipal d’Antsiranana. Cent cinquante stands d’exposants issus des différentssecteurs s’y sont installés.

Un produit nouveau : du vinaigre de coton.

Situation de crise« À l’heure où des efforts économiques importants sont demandés à l’ensemble de nos concitoyens, ce rendez-vous revêt une importance particulière car il témoigne, non seulement du dynamisme de nos entreprises et des emplois qui les font vivre, mais aussi de la vigueur de notre tissu associatif, de la richesse des initiatives locales, et de cette étonnante capacité du pays à résister, à créer, à innover », a souligné le ministre du Tourisme Roland Ratsiraka.« Cette foire internationale rend aussi compte très concrètement du sens des politiques publiques qui accompagnent les entreprises souvent locales, parfois familiales, dans une période de fortes tensions», a-t-il affirmé. De fait, il était au four et au moulin durant  ces trois jours de foire.

Des objets d’artisant fabriqués à partir du bois de rose.

« Madagascar étant, ces dernier temps, dans une situation de crise, cet évènement a encouragé tous les opérateurs touristiques et tous les opérateurs économiques à se maintenir debout et à mettre en synergie toutes les forces pour pallier cette situation », a expliqué Rosette Andrianaivo, vice-présidente de l’ONTM, lors de son intervention.Elle a particulièrement loué l’effort initié par le ministère du Tourisme pour rétablir les liaisons aériennes entre Madagascar et les Seychelles, à travers les différentes négociations menées depuis quelques jours entre les deux pays.Ces négociations concernent également le passage des différents bateaux de croisière dont les arrivées sont prévues pour ce mois de novembre.« Les Seychelles étant membres des îles Vanille, je ne suis pas content de leur décision. Elles n’ont pas eu la volonté de se montrer solidaires avec notre pays et n’accepteraient pas d’accueillir les bateaux de croisière ayant fait escale dans un port malgache », a déploré le ministre tout en déclarant  qu’il a invité le secrétaire général du  tourisme international à  venir à Madagascar pour résoudre les problèmes.Outre les échanges commerciaux, des activités touristiques et des spectacles animés par Neyman, Shyn  ainsi que des artistes locaux ont pimenté la foire internationale d’Antsiranana.

Du monde aux combats de morengy

Raheriniaina

L'express de Madagascar0 partages

Tennis – Circuit – CAT Maurice étape1 – Mathis Ratahina entre dans le grand tableau

Essai concluant. Ratahina Mathis a pu gagner son premier match du circuit africain chez les U14 hier sur les courts du Tennis Club de Petit Camp à Maurice. Disputant son match de qualification pour l’étape 1 du circuit africain chez les U14, Mathis est sorti victorieux du Mauricien Janoo Saad en deux petits sets 6/1 6/2« Je suis très content d’avoir gagné mon tout premier match international. J’ai ressenti beaucoup de pression mais au fil du match, elle s’est estompée. Cette année à Madagascar, je n’ai pas bien joué tout au long de l’année. Donc, cette victoire me motive davantage pour le reste de ma carrière tennistique », estime Mathis Ratahina.Avec cette victoire, Mathis Ratahina entre ce jour dans le grand tableau du tournoi ITF-CAT U14 grade 2 où sont également engagés Sampras Rakotondrainibe, Johny Rovanantenaina, MahefaRakotomalala et FinoanaRakotomalala .Si Mathis a pu réussir, ce n’était pas le cas pour les au­tres joueurs. Andyh Robinson par exemple a eu un gros adversaire en la personne de Jayson Mbogoro du Kenya et a capitulé avec 0/6, 1/6. HarenaRafidiarison de son côté aussi a enregistré une défaite contre le Mauricien Kendrick Lam Wai Yam 1/6, 3/6, un adversaire qui était pourtant a sa portée.Pour sa part, Toky Ravo­niandro, qui, lui aussi, a joué son premier match international n’a pas été loin du succès. Il s’est incliné de justesse face au Sud africain Joshua Crowie (2/6, 6/1, 6/10).Le tournoi proprement dit commence ce jour et il y aura donc dans le grand tableau cinq joueurs et huit joueuses malgaches en lice. Ces dernières qui seront à suivre sont Miotisoa Rasen­dra, Maholy Razakaniaina, Mialy Rabearisoa, Fitia Rakotondramboa, Randy Rakotoarilala, Safidisoa Nomenjanahary, Miarana Andrianafetra et Kaliana Andrianafetra.Ce tournoi à Maurice constitue le premier tournoi comptant pour le calendrier 2018 africain des U14 où des points sont à gagner pour figurer dans le top 20 africain. Les vainqueurs et finalistes du championnat d’Afrique australe au mois de janvier auront le droit de jouer le premier championnat d’Afrique U14 du 26 au 30 mars.Madagascar aura pour sa part son tout premier tournoi ITF-CAT grade 1 du 8 au 11 mars 2018 où le cham­pion et la championne auront respectivement à gagner 1000 points

Dina Razafimahatratra ( Maurice)

L'express de Madagascar0 partages

Toussaint – Peu d’affluence dans les cimetières

Des cimetières presque vides, des fleurs peu consommées et des lieux d’attraction très fréquentés. C’est ce qui résume, en général, la journée du 1er novembre, fête de la Toussaint qui tient place de fête des morts à Antananarivo. Appare-mment, peu de familles sont allées fleurir leur tombeau où reposent leurs chers, cette année. « On a peur d’aller dans les tombeaux de peur d’attraper la peste», supposent des marchands de fleurs. L’hypothèse est confirmée par quelques personnes.« La sensibilisation sur la lutte contre la peste est bien claire. La maladie peut se transmettre au contact avec le corps des pestiférés. Vaut mieux être prudent, on ne sait jamais », lance Louis Rahetilahy, un père de famille. « On pensera toujours aux personnes qui nous ont quittés, même si on ne vient pas déposer des fleurs à leur tombe», souligne Julia Ramanantenasoa, une mère de famille qui a décidé de s’abstenir de cette habitude, malgré le récent décès de son mari.Les marchands de fleurs en ont fait le frais. Au marché de fleurs à Anosy, par exemple, les pots et les bouquets de fleurs inondaient encore le lieu, vers 14 heures. « La vente des fleurs n’était pas comme celle des années précédentes. Elle a fortement diminué », déplorent-ils, hier. Quelques-uns racontent, par exemple, qu’ils n’ont vendu qu’une dizaine de bouquets, dans la matinée. « Chaque année, pourtant, on peut en vendre jusqu’à une trentaine voire une cinquantaine », regrette Maminirina, une vendeuse de fleurs à Anosy. Certains de ces marchands ont été obligés de baisser les prix de leurs marchandises. « Nous avons cédé à    20 000 ariary des bouquets de 30 000 ariary », témoigne Maminiaina, un autre marchand de fleurs.

M. R.

L'express de Madagascar0 partages

Antsiranana – Le gang « Londres » démantelé 

L’opération sécuritaire, initiée par la police dans la ville d’Antsiranana le weekend dernier,  a obtenu un résultat probant. En effet, il a été constaté une aggravation de l’insécurité et l’augmentation du nombre d’actes de banditisme. On peut citer les meurtres à Morafeno et à la « Rivière de caïman », l’agression d’un marin italien, et la bagarre à l’hôtel Étincelle sur l’avenue Colbert.Au cours de cette opération, un jeune homme surnommé Michaël ou Bosta, bandit réputé, est tombé sous les balles des éléments de la Force d’intervention de la police (FIP) dans la nuit du dimanche dernier à Ambalavola. L’individu faisait partie du groupe de délinquants aux méthodes violentes dénommé « Londres» et habitant dans le quartier de Mahatsara.En fait, les informations fournies par son acolyte surnommé Apôstôly, arrêté auparavant, ont permis de connaître les habitudes de Bosta. Un piège a été tendu par la FIP aux alentours de la maison du bandit, traquenard qui s’est terminé par l’usage d’armes à feu par les forces de l’ordre, car le bandit a voulu se défendre avec un sabre qu’il portait sur lui.« Une balle l’a atteint à la poitrine et l’a tué sur le coup», rapporte le commissaire Hugues Zo Rambao, commandant de la FIP locale, lors de la réunion de l’Organe mixte de conception, mardi matin, au bureau de la région Diana.Bosta était réputé pour ses actes criminels dont les vols à l’arraché avec usage d’arme blanche.Jusqu’à présent, huit délinquants particulièrement dangereux ont été arrêtés, trois d’entre eux étant incarcérés provisoirement. Les dénommés Nagisy et Bobel, en cavale, sont activement recherchés par la police.On ne sait pas si ceux qui ont agressé un Français âgé de 65 ans, blessé au couteau près de l’école Petit Lutin, et ceux qui ont molesté un couple d’Indiens du côté du magasin Diego Pièces, dimanche soir, font aussi partie du gang « Londres ».

R.

L'express de Madagascar0 partages

Musique – Jean Félicien Ratefy laisse orphelins les mélomanes

Un homme d’exception dont la passion pour la musique n’a d’égal que son dévouement intarissable pour le journalisme. Jean Félicien Ratefy est et restera ce musicien pédagogue et passionné qui aura bercé toute une génération de mélomanes aux rythmes du piano, son instrument de prédilection.Une personnalité au parcours exceptionnel, fort d’un caractère chaleureux, généreux et par dessus tout sublimé par une patience exemplaire. Jean Félicien Ratefy s’est éteint mardi à l’âge de 73 ans, dans sa demeure à Ankadifotsy, là même où depuis plus de trois décennies, il a initié à plusieurs musiciens de renom les rudiments de la musique sous toutes ses formes.La nouvelle de sa disparition a ainsi grandement attristé le milieu culturel et artistique, qui est désormais orphelin de l’un de ses patriarches. Eusèbe Jaojoby souligne « Il était l’un de mes plus grands amis. Un camarade sur lequel on pouvait toujours compter, je lui serais éternellement reconnaissant pour tout ce qu’il a fait pour nous ». Jean Félicien Ratefy aura marqué de son empreinte le monde de la musique, mais aussi du journalisme.C’est à partir de 1964 que Jean Félicien Ratefy entame ce qui sera l’une des plus grandes aventures de sa carrière. Ce fut l’année où il  brillamment réussi un concours pour devenir technicien au sein de la Radio nationale Malgache (RNM), il intégra par la suite la première équipe qui mettra en chantier la première chaîne de télévision malgache à Antaninarenina en 1968. Faisant de lui ainsi, l’un des pionniers de l’audiovisuel et du journalisme à Madagascar, deux de ses plus grandes passions, également, au-delà de la musique. Des passions qu’il aura su conjuguer avec brio au fil des années, puisqu’en 1985, il se découvre une casquette de producteur et produit diverses émissions en ode à la musique en général. En 1991, il fonde le « Syndicat autonome des agents de radio de Madagascar » (SAARM) et fut désigné directeur de la Radio nationale Malgache en 2003, alors qu’il comptait d’ores et déjà 40 ans de bons et loyaux services. Un bon vivant et grand maître du piano en soi, il laisse un grand vide autant sur la scène musicale que journalistique par son absence.

A. P. R.

L'express de Madagascar0 partages

Badminton – Fédération – Les championnats nationaux reportés

À son tour, la fédération malgache de badminton comme d’autres fédérations nationales ou organisateurs d’événements sportis, a dû reporter son championnat de Madagascar. Le sommet national pour les jeunes dans les catégories U9, U13, U15, U17 garçons et filles, est prévu se tenir les jeudi 2, vendredi 3 et samedi 4 novembre au petit palais à Mahamasina.« Nous avons depuis toujours du mal à trouver ou réserver des salles ou gymnases pour abriter nos compétitions. Et là nous sommes perdus car malheureusement le petit palais ne serait peut être plus disponible cette année », a annoncé le président de la fédération malgache, Jean Aimé Ravalison, dit Mota. « Nous avons voulu profiter de la disponibilité des étudiants pendant les vacances de la Toussaint mais là nous ne pouvons rien faire. Il sera difficile pour nous de trouver des dates convenant aux jeunes », a-t-il poursuivi.« Nous devons aussi attendre, comme d’autres organisateurs d’évènement, la levée de la note ministérielle interdisant l’organisation de toute manifestation sportive », a ajouté le président Mota. Comme plan B, la fédération va tenter de négocier avec le responsable de salle du collège Saint Michel à Itaosy pour le sommet national destiné aux jeunes.« Pour le championnat de Madagascar des seniors, nous devons louer une autre salle, peut être le gymnase couvert d’Ankatso… Nous ferons tout pour boucler les championnats nationaux seniors et jeunes avant la fin d’année », a lancé le président de la fédération.

S.R.

L'express de Madagascar0 partages

Trois morts à Ambatolampy

Lancée à toute vitesse, une voiture tout-terrain, de marque Hyundai, est partie en tonneaux à la hauteur de Talatakely Ambatolampy, lundi, vers 17heures. Trois de ses cinq occupants, dont une femme, n’ont pas survécu. Le chauffeur ainsi qu’une rescapée sont, en revanche, grièvement blessés. Le véhicule faisait route sur Tana lorsque l’accident s’est produit.

L'express de Madagascar0 partages

Don de la BNI Mada­gascar au BNGRC 

Dans le cadre de la lutte contre l’épidémie de peste, la BNI Madagascar a doté le Bureau national de gestion des risques et catastrophes (BNGRC) d’outils durables. La BNI Madagascar lui a remis une tente et une dizaine de lits picots, mardi. Ces équipements serviront à renforcer les moyens utilisés dans les actions de veilles dans les fokontany et sur les axes routiers.

L'express de Madagascar0 partages

Le pourquoi de la débandade d’Andriba

«La bataille d’Andriba ne s’est pas terminée par une retraite organisée, mais au contraire par une fuite, une débandade. » Manassé Esoavelomandroso renchérit : « Ce qu’on a pu prendre jusque-là pour une dérobade, un recul tactique ou une ruse de guerre visant à mettre l’ennemi en confiance pour l’attaquer au bon moment, s’est révélé une fuite  désordonnée, un sauve-qui-peut quasi général» («Le Mythe d’Andriba », revue d’études historiques Omaly sy Anio », N°1, 1975). Cette « fuite d’Andriba », présentée par les Malgaches comme « une grande bataille où les soldats de Rainianjalahy opposèrent une résistance héroïque mais vaine aux hommes du général Duchesne », a été expliquée ou justifiée de plusieurs manières.On invoque alors le fait que les troupes royales peu nombreuses, mal ravitaillées et mal armées, n’ont pu avoir la maitrise du terrain. Ou que les  Merina, tout en faisant face à l’ennemi, ont dû s’efforcer de contrôler les « populations » qui leur sont soumises, mais les trahissent en aidant les Français. Ou encore que les raisons de la fuite sont à chercher au sein même de l’armée.Sur ce dernier point, l’historien indique que « l’affaire d’Andriba » révèle l’inorganisation et la faiblesse de l’Armée merina en 1895, et son incapacité à assumer son rôle qui est de défendre le royaume contre l’envahisseur étranger.Tout cela se traduit par une réalité : les troupes dirigées par Rainianjalahy, relativement bien armées et ravitaillées, « n’étaient ni homogènes, ni aguerries, ni bien commandées ». Les émissaires gouvernementaux chargés de l’enrôlement, recourent souvent à la force pour « désigner les pauvres à la place de riches ». Parfois, ils prennent des esclaves « rapidement affranchis » pour remplacer leurs maitres.Bref, se retrouve au front une armée hétérogène composée d’hommes « dont la plupart étaient conscients de combattre pour perpétuer une situation qui ne leur était guère favorable ». Alors, on ne se bat que par peur d’être brûlé vif, selon le serment de Sahafa sous Radama Ier, si l’on tourne le dos à l’ennemi.Les troupes de Rainianjalahy représente en fait, « une juxtaposition » de trois ensembles : les « débris » de l’armée d’occupation du Boina, les hommes envoyés en renfort d’Antananarivo  et les soldats recrutés dans le Vonizongo. À Tsarasoatra et à Beritsoka, chaque groupe avait son objectif à atteindre ou son secteur à défendre et se soucie peu de ce  que font les autres ou ce qui leur arrive.Le 4 juillet d’ailleurs, le Premier ministre réagit à cette situation et ordonne à Raini­anjalahy et aux autres officiers de procéder à un amalgame pour que les trois groupes se retrouvent dans chaque ensemble.Mais ces hommes sont mal dirigés. Car hormis ceux qui ont intégré l’École des cadets dirigée par le major Graves, beaucoup d’officiers « doivent leur grade à leur naissance, leur richesse et leurs relations avec les hommes importants de la Cour ». Autrement dit, certains n’ont de militaire que le titre qu’ils portent. « Et ils étaient nombreux ces officiers de parade ! »Si nous ne citons que le cas de la nomination de Rainianjalahy, le Dr Hocquard écrit dans son ouvrage sur « L’expédition de Madagascar » : « Le gouvernement hova faisait ainsi d’une pierre deux coups : ce Rainianjalahy est un très riche banquier de Tananarive ; d’un caractère très énergique, il était homme à réussir un coup de main contre nos troupes et s’il échouait, on pouvait, sous prétexte de haute trahison, mettre la main sur ses richesses que l’on convoitait depuis longtemps dans l’entourage de la reine. »Et Manassé Esoavelo­mandroso de conclure : « Mais le nouveau commandant en chef n’a pas réussi à donner aux hommes placés sous ses ordres l’envie de se battre, et la suite des évènements n’a pas permis non plus à ceux qui enviaient sa richesse, de faire main basse sur sa fortune ! »

Texte : Pela Ravalitera - Photo : Archives personnelles

L'express de Madagascar0 partages

Vengeance de dahalo

Arrestation d’un suspect à Mahazoraivo Isandra, dans la nuit de lundi à mardi. Il est incriminé dans une affaire d’homicide et d’incendie criminel. Le suspect est soupçonné d’avoir participé à de pareils actes en guise de représailles après l’arrestation des délinquants mineurs armés de fusils  Kalachnikov, lesquels seraient les siens.

L'express de Madagascar0 partages

Report des assises  de la coopération interna­tionale

La deuxième assise de la coopération internatio­nale des collectivités malgaches et françaises a été reportée au mois de mars 2018. D’après les informations fournies par les organisateurs, les collectivités françaises ont annulé leur déplacement à cet évènement à cause de l’épidémie de peste dans plusieurs régionsde Madagascar. Ils n’ont pas eu d’autres choix que de reporter à une date ultérieure l’organisation de cette rencontre interna­tionale. Cette assise devait se tenir dans la capitale la semaine dernière, du 24 au 26 octobre.

L'express de Madagascar0 partages

Escroquerie rocambolesque

Recherché pour escroquerie de grande envergure, un jeune homme s’est fait coincer par la police à Anosy, la semaine passée. Les préjudices de ses victimes s’élèvent à plus de 900 millions d’ariary. Une douzaine de personnes en ont fait les frais.

Midi Madagasikara0 partages

Toliara : Olona roa niara-maty tao anaty fiandrasam-paty

Olona telo no maty nifanesy tao anatin’ny 24 ora ny talata teo, tany Analamitsapy, Toliara II. Araka ny fampitam-baovao dia lahy antitra iray 75 taona voalaza fa malaza amin’ny filalaovana fanafody gasy, ka matin’ny aretina ny alatsinainy teo, no niantombohany. Nandritra ny fotoana fiandrasam-paty ny alina anefa, dia ramatoa iray sahabo 52 taona eo, izay mpifanila vodirindrina amin’ity lehilahy lehibe ombiasy namoy ny ainy ity, no nindaosin’ny fahafatesana tampoka tany amin’ny misasak’alina tany ho any, ary namoaka zavatra fotsifotsy ny vavany. Mbola tao anaty fiaretan-tory izay hatrany, fa saingy kosa nanodidina tany amin’ny 2 ora naraina tany ho any, dia lehilahy iray hafa avy any Soahazo no maty rehefa avy nisakafo, ary mbola namoaka faroratra fotsifotsy ihany koa ny vavany.

Eric Manitrisa

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara0 partages

Antsenakely Antsirabe : Orinasa fanaovana mofo nirehitra

Nikoropaka ny rehetra raha nahita ny lelan’afo sy setroka  nivoaka tamina orinasa iray fanaovana mofo tao Antsenakely ampovoan-tanana Antsirabe, ny talata lasa teo. Ity “boulangerie” ity dia mifanila akaiky amina tobin-tsolika iray lehibe ka nahiana mafy ny mety hitaran’ny afo sy hipoahan’ny tobin-tsolika. Vetivety rahateo dia niely  ny afo sy ny setroka ka saika tsy nifankahitana teo amin’ny manodidina ity tobin-tsolika ity. Raha ny fantatra dia afo avy tamin’ny fandrahoan-tsakafon’ireo mpiasa no niandohan’ny firehetana. Voalaza mantsy fa nanao fanitarana ity “boulangerie” ity fotoana vitsivitsy lasa  izay ary mbola ao anatin’ny asa fanamboarana tanteraka ny tompon’andraikitra hatramin’izao. Nilaza anefa ny fokontany fa tsy mahalala akory izany fanitarana ataon’ity orinasa karana ity izany. Soa aloha fa tonga aloha ny fiara mpamonjy voina hany tokana eto Antsirabe, izay fananan’ny “groupe socota”, fa tsy toy ny mahazatra tara lava na tsy tonga mihitsy, ka avotra soa aman-tsara ihany ny loza be. Ny kaominina Antsirabe ambonivohitra dia tsy manana fiara mpamonjy voina hatramin’izao nefa dia tanàna lehibe faharoa eto amin’ny Nosy. Efa nisy ny fanambarana nataon’ny ben’ny tanàna fotoana maro ihany izay fa efa an-dalana ny fahazoana fiara mpamonjy voina, saingy hatramin’izao dia miandry vasoka ny vahoaka. Ny haintrano anefa sesilany raha eto Antsirabe.

Andry N. 

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara0 partages

Tsiafahy : Trois blessés dans un saccident de voiture

La chance a encore épargné les occupants de la voiture tout terrain de marque Mazda qui a fait un accident grave hier sur la Nationale-7 vers 7 heures 30 du matin. Roulant à grande vitesse, la voiture a connu une faille au niveau du système de direction . Le chauffeur qui était pris au dépourvu, alors qu’il devait faire face à un virage, a fini par heurter un talus. La violence du choc a détruit entièrement la partie avant de la voiture et blessé trois des passagers qui ont été évacués d’urgence à l’hôpital Joseph Ravoahangy-Andrianavalona à Ampefiloha. Hier vers la fin de l’après-midi, l’état de santé des blessés n’était plus à craindre. En effet, ils sont hors de danger malgré la gravité de leurs blessures.

T.M.

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara0 partages

RN7 : Trois morts dans une sortie de route d’un 4X4

Un drame vient de se produire sur la route nationale n°7 (RN7). Un terrible accident qui s’est soldé par la mort de trois personnes a eu lieu dans le district d’Ambatolampy. Le lundi 30 octobre vers 17 heures 30. Une voiture tout terrain de marque Hyundai s’est renversée dans un caniveau après avoir fait une sortie de route alors qu’elle passait dans le « fokontany » de Fihaonana, commune rurale d’Andravola, dans le district d’Ambatolampy. Le bilan était lourd. Trois individus ont été tués sur le coup sans parler des dégâts matériels car le choc a complètement détruit la voiture. Selon les informations émanant de la gendarmerie d’Ambatolampy qui s’est chargée de l’affaire, la voiture aurait roulé à grande vitesse alors qu’il devait aborder un virage. Ainsi, elle est soudainement sortie de la route vers sa droite. Ses roues droites sont alors tombées dans un caniveau. Le choc a chambardé la voiture sur son flanc droit. Selon toujours les informations, les victimes étaient toutes coincées dans les ferrailles quand les secouristes qui n’étaient que les passagers des voitures passant  par hasard sur les lieux sont venus à leur rescousse mais en vain. Alertés, des gendarmes de la compagnie d’Ampatolampy sont descendus sur place. La première mesure prise a été l’évacuation des blessés à l’hôpital d’Ambatolampy (CHRD). Après le constat des faits, les forces de l’ordre ont décidé d’arrêter le chauffeur pour enquête.

T.M.

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Madagate0 partages

Fetison Andrianirina. Fifidianana 2018: «Mandehana mijery ny anaranao eny amin’ny fokontany»

OMEO HASINA NY MALAGASY

Hifarana sahady ny taona 2017. Toa tsy mety ny hangina eo anoloan’ny zava-misy iainan’ny vahoaka hatramin’izao.

Endrika isehoan’ny fitiavan-tanindrazana eo amin’ny vahoaka, ny fandeferany, ny filofosany miasa, ny faharetany… Tsy nataony hamono ilay afom-pitiavan-tanindrazana ao aminy ny fahantrana, ny tsy fandriampahalemana, ny tsy fahasalamana, fa vao mainka najoalajoalany amin’ny fanandratana avo ny hasin’ny tanindrazana ka nioitra hatrany izy ary tsy nilavo lefona ireo vahoaka tamin’izay zava-nitranga rehetra.

Mitodika aminao Mpitondra kosa ankehitriny : mba nomenao hasina ve ny vahoaka nifidy anao? Fotoana mantsy izao hamaritana ny dingana vitan'izao fitondrana izao sy handrefesana ny mbola tsy vita tamin'ireo fampanantenana natao teny ampiandohana.

Ekena tokoa fa ny omby miara-mandry tsy hiara-mifoha, ny tany raofina tsy ho mby an-tsobika avokoa, ny Ray aman-dReny dia nitera-batana ihany fa tsy nitera-panahy, ary ny saonjo iray lohasaha rahateo tsy ilaozan'izay mamarara, koa iaraha-mahita fa misy amin'ireo Mpitondra antsika ny malahelo hava-manana, tia kely, saribakolin'ny fitiavan-tena sy ny fiarovan-tombotsoan-tsamirery, fianakaviana, fikambanana ary firenena mihitsy aza.

Moa hiraviravy tànana na sanatria hihemotra ny amin'izany ve isika ?

Tsia !

Andeha hiara-handray ny andraikitra isika ka hiara-hanomana ny fifidianana ho amin'ny fifandimbiasam-pahefana ara-demokratika amin'ny taona 2018, satria ny Lalàna Fototra mifehy antsika dia mametra ny fe-potoana iasan'izao fitondrana misy ankehitriny izao ho dimy taona, azo havaozina indray mandeha, raha toa ka sitraky ny vahoaka Malagasy.

Ampy izay taona maro nifandimby tsy nanomezana hasina ny vahoaka Malagasy izay ka hanajana ny safidiny sy hanomezana azy ny zavatra hevereny fa hanatsarana ny fiainany ary hiarovana azy amin'ny ainy sy amin'izay mety ho fahavalo mandroba ireo fananana nilofosany.

Ndeha ho resena ny hakanosana ka hijoro am-pahasahiana na inona na inona tsy fahombiazana miteraka famoizam-po.

Mendrika ho an’ny vahoaka ny hanana ho avy sahaza azy, koa andeha isika rehetra hifanindran-dàlana ny amin'izany.

Ireto misy dingana tsy maintsy izorana :

a)Mandehana mijery ny anaranao eny amin’ny fokontany misy anao raha toa ka tafiditra ao anaty lisi-pifidianana ianao, mialohan’ny faran’ny taona,

b)Aza avela ho ny hafa no hamaritra ny ho avinareo, koa rehefa ho tonga ny fifidianana dia handray anjara ianareo satria fahefana eo am-pelantananareo izany,

d)Takio ny fampiharana ny fampihavanam-pirenena mialohan’ny fifidianana, hisian’ny fitoniana sy handehanan’ny fifidianana araka izay tokony ho izy : madio, handraisan’izay afaka manao izany anjara, mangarahara, marina ary tsy mitanila,

e)Aza manaiky atao fitaovana hanovàna ny Lalàna Fototra ho amin’ny tombon-tsoa manokana, fa hanao izany amin’ny fotoana maha-mety azy ka hahatonga antsika Malagasy hitsangan-ko tena firenena marina,

f)Mahaiza mandà ny fanalavàna tsy amin’ny antony ny fe-potoana iasan’izao fitondrana izao ka hitaky ny hisian’ny fifidianana filoham-pirenena amin’ny taona 2018, ho fanajana ny Lalàna Fototra,

g)Mahaiza misafidy izay hanomezanao ny fahefana hitondra izao firenena izao sy miaro izany safidy izany.

Matoky anareo izahay amin’izao antsom-panantenana sy fitokisana alefa aminareo izao, satria ny fahendrena sy ny fihavanana malagasy dia làlana sy antoka mitondra antsika mankany amin’ny demokrasia ; tsy nindrana na manao tompony mangataka ny atiny isika amin’izany fa zaza nateraky ny Ray sy Reny Malagasy ka mendrika ny hiriaria sy hivelona ary handova ny tanindrazany !

Ho ela velona anie ny vahoaka malagasy !

Antananarivo, faha 01 Novambra 2017

Amin’ny anaran’ny Antoko RDS

Rakoto Andrianirina Fetison

Filoha Nasionaly