Les actualités Malgaches du Mercredi 02 Octobre 2019

Modifier la date
Midi Madagasikara72 partages

Madagascar-Union européenne : Deux conventions de financement signées

Deux conventions de financement ont été signées hier par le ministre de l’Economie et des Finances, Richard Randriamandrato et l’Ambassadeur de l’Union européenne à Madagascar, SEM Giovanni Di Girolamo. Elles portent sur la mise en œuvre du Programme Appuis Institutionnels aux Secteurs des Infrastructures et du Programme d’Appui aux Services de l’Ordonnateur National du FED. Ce premier, qui est financé à hauteur de 230 millions d’euros, porte sur la construction d’une rocade Est d’Antananarivo, la mise en œuvre du programme Intégré d’Assainissement de la Capitale et du projet de désenclavement et d’assainissement des quartiers prioritaires. La réhabilitation des routes RN6, RN13, RN9 et RNT12A, y est également incluse. Quant au second programme, l’objectif vise à améliorer l’impact et l’efficacité de la coopération au développement de l’Union européenne à Madagascar dans les trois secteurs de concentration du11ème FED, à savoir la gouvernance, le développement rural et les infrastructures en support au développement économique.

Navalona R.

Midi Madagasikara8 partages

Isoraka : Des bandits motorisés terrorisent le quartier

Censé être comme étant la ville la plus animée et calme de la capitale, Isoraka figure désormais parmi les endroits les plus dangereux quand on parle d’insécurité. Depuis ces dernières semaines, des riverains déplorent l’existence d’une bande d’individus armés et à bord de motos circulant dans la localité. Selon les informations, ces gangs sont les auteurs des attaques contre des étrangers commis dans ce quartier, lesquelles ont terni l’image de cette partie réputée, symbole de l’histoire de l’Imérina. Il ne faut oublier qu’Isoraka héberge le tombeau de Rainiharo, qui était la personnalité ayant marqué l’histoire de ce pays. Premier Ministre de la Reine Ravalona I, Rainiharo repose dans son somptueux sépulture qui est devenu un lieu touristique le plus affluant pour les étrangers venus visiter Madagascar. Cet endroit est parmi les lieux cibles de cette bande bien organisé. Le pire est d’entendre que ces malfrats portent des treillis militaires pour accomplir leur méfait. Le problème est d’entendre que les Forces de l’ordre sont déjà informées de ce problème. Mais, ces dernières n’ont jamais réagi jusqu’ici. Cette doléance de la part des habitants de ce quartier constituerait un signal d’alerte pour rappeler aux autorités compétentes que l’insécurité reste jusqu’ici un problèmpe majeur à affronter.

T.M.

 

Midi Madagasikara6 partages

Christian Ntsay et agent diplomatique :  « Aucune nomination n’excèdera plus 15 années d’exercice »

Le principe de rotation sera applicable auprès de tous les Ambassades ou des consulats de Madagascar. Une nouvelle politique sur la diplomatie portant notamment sur le secteur économie.

La passation de service entre le Premier ministre, Chef du gouvernement, Christian Ntsay, qui est non moins le ministre par intérim des Affaires Etrangères, et le ministre sortant, Naina Andriantsitohaina, s’est tenue, hier, auprès du siège dudit ministère. La cérémonie était l’occasion pour le Premier ministre de lui adresser ses reconnaissances particulières quant aux efforts déployés et aux résultats obtenus durant ses huit mois de service. Le Chef du gouvernement, d’affirmer que c’est pendant ladite période que l’on a pu mettre en place la nouvelle politique sur la diplomatie et les affaires étrangères, de sorte à mettre l’accent sur le secteur économie, pour regagner la confiance des partenaires financiers de Madagascar et des investisseurs. Notons que cette politique figure parmi les défis de développement fixés par l’Etat.

Statut particulier. Le Premier ministre a également rappelé que l’adoption du statut particulier régissant les Agents Diplomatiques et Consulaires s’est concrétisée pendant la période d’exercice du ministre sortant. En somme, soulignait le Premier ministre, le principe de rotation sera désormais applicable auprès de tous les Ambassades ou des consulats de Madagascar : « aucune nomination d’agent diplomatique n’excèdera plus 15 années d’exercice auprès d’un Consulat donné ».

Responsable et dynamique. Faut-il rappeler également que le Premier ministre a assisté tout récemment à la 74ème Session ordinaire de l’Assemblée Générale des Nations Unies. Dans son discours, il a parlé de la consolidation démocratique, de la gouvernance et du renforcement de l’unité nationale. Et d’enchaîner que « le gouvernement s’engage et met en œuvre une politique de promotion et de respect des libertés individuelles et collectives ainsi que celle du respect de la séparation des pouvoirs, de l’émergence d’une société civile responsable et dynamique où les jeunes et les femmes prennent activement part…L’Etat d’aujourd’hui se constitue comme garant institutionnel pour le respect des droits humains à Madagascar et ceci figure parmi ses grands chantiers ».

Recueillis par Dominique R.

Midi Madagasikara5 partages

Toamasina : Lasibatry  ny mpisoloky ireo trano fandraisam-bahiny lehibe

Nirongatra ny fisolokiana avo lenta teto Toamasina tao ho ato izay, ka raha ny fanazavan’ny zandary dia ny tamba-jotra “airtel” no tena ampiasain’ireo mpanao izany fisolokiana avo lenta izany. Efa trano fandraisam-bahiny maromaro sy olon-tsotra maromaro no efa tratra momba izany araka ireo fitoriana sy fitarainana tonga eo anivon’ny zandary, amin’izao fotoana. Toy izao ny fomba fanaon’ireo mpisoloky avo lenta ireto mandritra izany: voalohany ao ireo milaza mahita “sera” na “bizina” na “afera” vatosoa na fampisamboram-bola haingana tsy misy zanany na vokatra hafa indrindra ireo vokatra fanondrana, dia no an-delemilemeny ny olona tiany ho fitahina ka raha manaiky ny fendresen-dahatrany ilay olona dia ahazoany vola an-tapitrisany amin’izay fotoana izay nefa ny vokatra tsy misy akory avy eo. Ny faharoa dia ny fampiasana mpivahiny maro be hiditra trano fandraisam-bahiny ary efa hanaovan’ny iray amin’ireo mpisoloky avo lenta famandrihana mialoha amina trano fandraisam-bahiny iray. Tampoka eo anefa, dia milaza fa misy olona (tra-doza, na simba fiara an-dàlana) ireo olona maro be hivahiny amina trano fandraisam-bahiny ireo. Eo no manomboka ny fisolokiana, satria maka vola an-tapitrisany amin’ilay tompona trano fandraisam-bahiny izy ireo hanavotana ireo olona tojo olona an-dàlana nefa tsy misy akory. Aorian’izany dia tsy hita izy ireo ary efa tsy mandeha intsony ny “puces” nampiasain’izy ireo nandritra izany. Tena tamba-jotra henjana ireo manao azy ity ary nomarihan’ny zandary nanome ny fanazavana, fa hatreto aloha dia ny tamba-jotra “Airtel” no tena lasibatra amin’izao fisolokiana avo lenta izao. Efa manjono moramora ireo anaty tamba-jotra ny zandary amin’izao amin’ireo fitaovana eo am-pelan-tanany, ka ho hita eo ny ho tohiny ao aoriana ao…

Malala Didier

Midi Madagasikara4 partages

Migrants et irresponsables

Ce n’est plus un simple cri de détresse que les gardes forestiers et avec eux les défenseurs de l’environnement lancent en évoquant la lente destruction de d’Ankarafantsika. Leur aveu d’impuissance devant les dégâts provoqués par le flot interrompu de migrants qui déboisent et incendient la forêt devrait interpeler les autorités au plus haut sommet de l’Etat. Ce parc national qui recèle des trésors environnementaux inestimables est si on ne prend pas des mesures drastiques est voué à disparaître et il ne sera alors pus temps de se lamenter et d’exprimer des regrets.

Migrants et irresponsables

Durant un certain temps, les responsables du parc d’Ankarafanysika ont gardé le silence sur les dégâts provoqués par les migrants venus des autres régions, brûlant et défichant les centaines d’hectares de forêt. Pourtant, les informations se sont répandues malgré le black out officiel. Aujourd’hui, on ne peut que déplorer le désastre qui nec fait qu’‘empirer. Il est pour le moment difficile d’empêcher ces centaines d’agriculteurs de pratiquer la culture sur brûlis. Les gardes forrestiers n’ont pas les moyens nécessaires pour s’opposer à eux. Les autorités locales semblent peu enclines à stopper cette migration incontrôlée. C’est donc au ministère de l’Environnement de prendre ses responsabilités. On a parlé de « dina », mais ils n’ont pas empêché les contrevenants de continuer à mal agir. Il n’est  plus possible de laisser la situation en l’état. Il y a péril en la demeure, La question devrait être examinée en Conseil de gouvernement ou en Conseil des ministres. C est toute la politique environnementale qui est à repenser. Il y a bien sûr l’éducation qui doit être priorisée, mais on sait que les moyens sont insuffisants.

Patrice RABE

Midi Madagasikara3 partages

Fédération Malgache de Football : Les linges sales se lavent sur Canal + !

L’équipe des Barea avec le coach, Nicolas Dupuis et le ministre, Tinoka Roberto à la CAN en Egypte.

Quel intérêt avait Nicolas Dupuis à déballer sur le plateau de Canal + les affaires internes du football malgache ? Les déclarations du technicien français s’apparentent à du vil chantage qui offusque bon nombre de Malgaches et nous oblige à revenir sur le tenant et aboutissant de ces fameuses primes.

Quand Nicolas Depuis affirme sur Canal + qu’il ne signera pas son contrat tant que les primes des joueurs et du staff technique incluant les barons du Comité de Normalisation dont il fait partie, ne seront pas honorées, on a failli tomber à la renverse tant la déclaration a tout l’air d’un chantage.

Il était pourtant là quand le Comité de Normalisation a décidé de ne donner que 90.000 des 150.000 dollars offerts par la CAF comme primes de qualification. Il était encore là quand, à la demande des joueurs, le Président Rajoelina a renfloué le manque à gagner de ces primes.

Il y a ensuite les primes de performances de un million de dollars dont 400.000 ont été retenus par le CDN pour honorer « ses » dettes et 600.000 dollars pour l’équipe.

Aux dernières nouvelles, ces primes ont été déjà virées mais il fait un certain temps aux banques pour parfaire l’opération.

La déclaration de Nicolas Dupuis confirme quelque peu ces rumeurs comme quoi la somme promise aux joueurs ne serait plus de l’ ordre de 600.000 dollars. Vrai ou faux ?

Une chose est certaine c’est que la nouvelle FMF n’en est pas responsable. L’équipe de Arizaka Rabekoto Raoul n’a rien à voir avec ces primes.

Elle est plutôt plus à plaindre qu’à blâmer car si par malheur, les joueurs et Nicolas Dupuis décident de boycotter les éliminatoires de la CAN 2021 dont le match contre l’Ethiopie

au mois de novembre, alors elle est dans l’obligation de former une nouvelle équipe des Barea avec les risques que cela comporte.

Est-ce que c’est cela que veut Nicolas Dupuis qui a oublié le sens du « fihavanana » malgache qui a toujours voulu que les linges sales se lavent en famille. Et quand les déclarations ont été reprises par le très sérieux journal Le Monde, l’affaire prend une autre tournure. Une très mauvaise tournure.

Clément RABARY

Midi Madagasikara1 partages

Collectivités Territoriales Décentralisées : Les Provinces tombées en désuétude 

Les « Lapan’ny Faritany » ne le sont plus que de nom.

« La Pile Wonder ne s’use que si l’on s’en sert ». Contrairement à ce slogan publicitaire très connu dans les années 50 et 60, les Provinces sont tombées en désuétude par défaut d’usage. Elles sont pourtant prévues par l’article 143 alinéa 1er de la Constitution actuellement en vigueur qui dispose expressément que « les Collectivités Territoriales Décentralisées de la République sont les Communes, les Régions, les Provinces ». L’article 158 de préciser que « la fonction exécutive est exercée par un organe dirigé par le chef de Province élu au suffrage universel. Le chef de Province est le premier responsable de la stratégie et de la mise en œuvre de toutes les actions de développement économique et social de sa province. Il est le chef de l’Administration de sa province ».

Obsolescence programmée. 9 ans après l’adoption de la Constitution de la Quatrième République, les Provinces ont été rayées de fait des structures des Collectivités Territoriales Décentralisées (CTD) qui sont du coup (et du coût) réduites à 2 niveaux. Les « Lapan’ny Faritany » ne le sont plus que de nom. Il est loin le temps des chefs de Province, Présicomex, PDS et Gouverneurs qui se sont succédé dans les annales de la République. La disparition des 6 Provinces ressemble à une désuétude pour ne pas dire à une obsolescence programmée, au profit des 22 Régions.

R. O

Midi Madagasikara1 partages

30ème de SOS Villages d’Enfants Madagascar : 5 jours de cérémonies du 30 septembre au 05 octobre

SOS Villages d’Enfants Madagascar vient d’entamer la célébration de son 30ème anniversaire lundi dernier. En tout, ce seront 4 cérémonies sous le haut patronage de la Première Dame de la République de Madagascar, Mialy RAJOELINA, et de la ministre de la Population, de la protection sociale et de la promotion de la femme, Irma Lucien Naharimamy, qui sont prévues jusqu’au 05 octobre 2019. Avant-hier, c’était donc la cérémonie officielle qui s’est tenue au Village SOS de Vontovorona à Antananarivo. Ensuite, ce sera au tour du Village SOS d’Ivohitra Antsirabe d’accueillir la cérémonie officielle pendant la matinée du mercredi 02 octobre. L’après-midi quant à lui sera l’occasion d’organiser une rencontre avec les mères SOS, les jeunes, les enfants et les parents ainsi qu’une visite d’une famille bénéficiaire.

Historique. Pour la petite histoire, SOS Villages d’Enfants Madagascar est une association de droit malgache reconnue d’utilité publique active depuis 1989. Elle œuvre essentiellement pour la protection de l’enfance dans le pays en fournissant un environnement familial sécurisé et affectueux pour les enfants sans appui parental. Sa contribution concerne surtout les domaines de l’éducation, de la santé, l’insertion sociale et professionnelle des jeunes et le renforcement des mécanismes de protection de l’enfance au sein des communautés.

Anja RANDRIAMAHEFA

Midi Madagasikara1 partages

67ha : Mody manao voadona indray ny mpanendaka

Rehefa tra-tehaky ny rehetra, ilay paik’ady mody mamo, nefa mikasa ny hanendaka ireo olona anaty fiara dia mivadika hevi-dratsy hafa indray ireo tontakely. Ireo mpitaingina kodiaran-droa indray no ataon’izy ireo mahita faisana. Ny mahagaga dia manao vy very ny ainy mihitsy izy ireo mba hanaovana ny asa ratsiny : manao voadonan’ny môtô.

Lehilahy iray, nitondra môtô, no lasibatra tetsy amin’iny lalana avy any 67ha mizotra mankany Andavamamba iny ny alahady lasa teo. « Ianao tsy manam-po na inona na inona, no misy miampita tampoka. Nandrasany tena akaiky, ho tsy afaka nanapotsitra ny hisatra iny intsony» hoy ny fitantarany. « Niezaka niala ary nianjera sy tafapitika teny ambony môtô mihitsy. Ilay olona ihany koa voadona. Tamin’izay fotoana izay no nisy lehilahy maromaro nivoaka avy any, toy ny efa niandry ny zava-nisy fotsiny ary niezaka nihorakoraka sy ny niantso fokonolona fa hoe nandona olona aho. Ny hafa amin’io, hitako miezaka misavasava ny akanjo sy ny tao anaty môtô. Nisy aza moa tsy tahotra tsy henatra fa handeha hibata ilay môtô mihitsy». Mazava ho azy, naratra mafy ity lehilahy ity, saingy na dia teo aza ny ratrany, dia mbola afaka niaro-tena ihany tamin’ny fanendahana nihatra taminy. Nisy namany ihany koa teo amin’ny manodidina ka io avy hatrany dia namantatra ireo mpanendaka. Niezaka niala tsimoramora moa ry zalahy rehefa tratra teo ny teti-dratsiny. « Soa ihany, hoy izy, fa raha tsy izany dia sady niharan’ny fitsaram-bahoaka no lasibatry ny fanendahana ».

Azo lazaina fa sendra nitsikian’ny vintana ity mpitondra môtô iray ity. Tsy toa ireo namany hafa, izay efa maromaro no lasibatr’ireo olon-dratsy amin’ny toe-javatra toa izany. Marihana fa efa tambazotra kely iray mihitsy ireto olon-dratsy ireto. Misy ilay mpanao vy very ny ainy : ilay « voadona », misy ilay mihogahoga miantso vonjeo fotsiny : raha vao « nanaikitra ny trondro » ary ilay tsy manaiky mihitsy fa hoe nahita maso ny zava-nitranga fa « tena nandona olona ilay môtô », misy ireo mody manampy an’ilay lasibatra sy miezaka mpampandry adrisa, ary ny hafa manao ny asa ratsiny amin’izay, misava izay azo alaina sy mibata ny môtô mihitsy avy eo. Tsy mijanona amin’ny toerana iray ry zalahy ireto fa mifindrafindra foana. Na izany aza iny lalan’i 67ha, Andavamamba, Ampasika, Andohatampenaka, iny no tena tokontany filalaovany. Mila mailo.

m.L

Midi Madagasikara1 partages

Avortement sécurisé : Point sur le cas de Madagascar

Lundi 30 septembre 2019, une centaine d’étudiants et de jeunes se sont donné rendez-vous au grand amphithéâtre de la faculté EGS (économie, gestion et sociologie), de droit et des sciences politiques de l’Université d’Antananarivo en l’honneur de la journée mondiale de l’avortement sécurisé. Un sujet encore sensible à Madagascar et une pratique lourdement sanctionnée par la loi.

Outre les nombreux jeunes qui ont assisté à cette célébration de la journée mondiale de l’avortement sécurisé, le Président de l’Université d’Antananarivo, Mamy Ravelomanana, le représentant de la commission nationale des droits de l’homme, Mireille Rabenoro et Anjarasoa Dimbiniaina de l’Institut pasteur de Madagascar étaient également dans la grande salle en tant que principaux intervenants de cette journée de  conférence. « L’Université est un endroit de liberté d’expression et de droit humain » a déclaré le Président de l’Université devant une assistance captivée avant de préciser que « c’est bien la première fois que cet amphithéâtre est l’hôte d’un tel débat sur l’avortement et le droit humain ». En effet, il est vrai que l’Université fait partie des rares endroits où il est possible de discuter librement de ce type de sujet dans le pays.

Est-ce pertinent ? La loi malgache concernant l’avortement est très claire, cette pratique est lourdement condamnée et ce, quelle que soit sa forme. Or, cette lourde sanction ferait proliférer les pratiques illicites selon les mots de l’animatrice de la conférence. Ce qui amène à la question posée par Mireille Rabenoro : « réfléchir sur l’avortement sécurisé, est-ce pertinent aujourd’hui à Madagascar ? ». Si on regarde la loi en vigueur, la réponse à cette question est un non catégorique. Et pourtant la réalité est tout autre, 75.000 avortements sont pratiqués chaque année et 20,4% des femmes de 15 à 49 ans ont déjà eu recours à l’avortement. Le focus development association dit qu’ « il est inutile d’interdire l’avortement, c’est un phénomène social ».Et le pire, c’est que les interventions clandestines tuent, environ 575 femmes par an meurent suite à une complication lors d’un avortement. Selon le représentant de la commission nationale des droits de l’homme, il est donc plus que pertinent de réfléchir à l’avortement sécurisé pour protéger ces femmes.

Les raisons. A Madagascar, il existerait plusieurs raisons qui peuvent amener une femme à avorter et elles sont différentes en zone rurale et en ville. Des lacunes en matière d’éducation sexuelle, des rapports sexuels forcés, la stigmatisation sociale de la grossesse hors mariage, l’utilisation inappropriée des moyens contraceptifs, l’irresponsabilité du père de l’enfant et bien d’autres raisons encore peuvent conduire à l’avortement. Mais le principal danger reste l’intervention illicite puisque comme elle se fait dans un cadre illégal, les risques de complications pour la femme deviennent plus importants. Ainsi, la sécurisation de l’avortement, voire sa dépénalisation pourrait-elle changer la donne et faire basculer les chiffres cités précédemment ? C’est d’ailleurs le thème de cette journée de l’avortement sécurisé : « avortement sécurisé, un soin de santé ».

Anja RANDRIAMAHEFA

Madaplus.info0 partages

Appel à contribution de l'Association APFMada

L'Association Agir Pour les Femmes à Madagascar lance un appel à contribution afin d'offrir aux petits enfants de la commune d'Ambatomitsangana, Ampanitokana (Route de Majunga) une nouvelle école pour leur rentrée scolaire à la fin de ce mois-ci.
Retrouvez cet appel poignant et n'hésitez pas à apporter votre contribution.

Tia Tanindranaza0 partages

Tsy fandriampahalemanaHamoaka antontan’isa ny polisy sy ny INSTAT

Andrasana ny vaovao mari-pototra izay voasokajy araka ny toerana sy ny vanim-potoana eto Madagasikara. Omaly 1 oktobra no nanatanterahana ny fanaovan-tsonia ny fifanarahana teo amin’ny INSTAT sy ny Ministeran’ny Filaminam-bahoaka

 

mahakasika ny fametrahana fandriam-pahalemana maharitra manerana ny Nosy. Anisan’ny ezaka ho tanterahina ny fametrahana tahirin-kevitra fototra tokana izay ahafahana manara-maso ny fivoaran’ny tahan’ny tsy fandriam-pahalemana sy ny fandikan-dalàna eto Madagasikara. Ny Polisim-pirenena manokana efa manana statistika sy salan’isa izay azo avy amin’ny fanangonana ireo vaovao avy amin’ireo sampan-draharaha isan-tsokajiny izay misy ao aminy. Ahitàna ny fivoaran’ireo raharaha izay kirakiraina eo anivon’ny Polisim-pirenena, ireo fandikan-dalàna araky ny sokajiny avy, ny isa sy ny mombamoba ireo olona voarohirohy mba ahafahana mandray mialoha ireo fepetra rehetra mba hanatsarana ny fandrindràna ny fandriam-pahalemana sy mba ahafahana manome vaovao mari-pototra ho an’ireo olom-pirenena tsy an-kanavaka. Etsy andaniny kosa ny INSTAT hamokatra vaovao sosialy ho amin’ny tetikasam-pandrosoana, ary mametraka ny lafiny fandriam-pahalemana ho anisan’ny laharam-pahamehana amin’ny andavanandron’ny mponina. Izany indrindra no maha zava-dehibe ny famoahana ireo antontan’isa azo antoka ary mari-pototra avy amin’ireo vaovao ofisialy avy amin’ny Polisim-pirenena.

Haja Nirina

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Ankasina 67 HaRongony mitentina 2 tapitrisa ariary no tratra

Avy any amin’ny faritra Atsimo ireo rongony mitentina 2.000.000 Ariary izay tratra teny 67 ha. Lehilahy telo no voasambotry ny Polisy miasa ao amin’ny STUP Anosy, ny 27 septambra lasa teo, teny Ankasina, tamin’ny resaka trafikana rongony.

 

 Ny 26 septambra, nahazo vaovao avy amin’ny olona tsara sitrapo ny polisy miasa ao amin’ity sampana miady amin’ny zava-mahadomelina ity izay nilaza fa misy olona mivarotra rongony eny Ankasina. Natao ny fanarahana sy ny vela-pandrika ka lehilahy telo no tra-tehaka teny Ankasina, 67 ha ny zoma teo tokony ho tamin’ny 1 ora sy fahefany tolakandro niaraka tamin’ny rongony 2 gony sy  valizy 1; mitotaly 33 kg sy 500 grama moa ireo zava-mahadomelina ireo. Fantatra fa ny iray amin’ireo voasambotra ireo no tompon’ny rongony, ny iray kosa mpanelanelana ary ny 1 mpividy sy mpaninjara.  Nahazo vahana ny trafikan’ny zava-mahadomelina tato ho ato. Tra-tehaka ireo mpivarotra sy ny sahan-drongony fa ny tompon’ny saha sy ny  atidohan’ny tambazotran’ny asa ratsy  mbola mijanona ho mistery hatrany. Anisan’ny tsy mampilamina iny 67ha iny ity rongony nitobaka eny an-toerana ity.

Haja Nirina

 

Tia Tanindranaza0 partages

Gidragidran’ny Tanà-MasoandroLasa resaky ny moana sy marenina

Adihevitra tsy mety vita ary mbola hitohy ny mahakasika ny tetikasa « Tanà-Masoandro »,

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

AnkazobeMpianaka no indray matin’ny pesta

Namono olona indray ny aretina pesta atoditariana tany Fiadanana Ankazobe.

 

 Olona mianaka samy lehilahy avokoa,  40 sy 14 taona no indray namoy ny ainy tany an-toerana  izay fantatra fa nielanelana herinandro monja. Ilay zaza no namoy ny ainy voalohany, hoy ny dokotera Manitra Rakotoarivony, talen’ny fampiroboroboana ny fahasalamana eo anivon’ny minisiteran’ny fahasalamam-bahoaka. Tsy fantatra izay nahazo azy fa namoy ny ainy izy ary dia nalevina izay toa tsy nisy taratasy nanazava ny aretiny avy amin’ny dokotera akory. Narary indray ilay rainy niteraka azy 40 taona taorian’izay. Rehefa nahatsiaro tsy fetezana diso tafahoatra izy dia nanatona ny CSB ao Fiadanana.  Fantatra fa efa ela ity raim-pianakaviana ity no tratry ny aretina pesta ka efa nahazo vahana tao anatiny ilay aretina ary tsy nahatohitra izany intsony ny ainy. Maty ihany koa izy vokatr’izany. Ankoatra azy mianaka ireto dia tovolahy iray 20 taona izay nifanerasera be tamin’izy ireo ihany koa no fantatra fa voa saingy avotra soa aman-tsara ny ainy. Voatery nidina tany an-toerana nanao fanentanana sy nizara fanafody ho an’ireo fianakavian’ny maty ny minisitera ka olona miisa 11 hatreto no efa nahazo fanafody sy nozahana maimaimpoana ny fahasalamany. Miantso ny rehetra mba samy ho malina manoloana ny mety ho  fisian’ny aretina, indrindra amin’izao fotoana manakaiky ny  fiavian’ny ranon’orana izao.

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

SAHIRANA NY MPANALA FANADINANA

Tao anatin’ny oram-be tanteraka no nirava ny mpianatra izay avy niatrika ny fanadinam-panjakana Bakalorea omaly.

 

 Sahirana izy ireo tsy afaka ny nialoka firy satria mbola nikajy ny lera kely izay hahafahana manao famerenana farany any an-trano no koa mba hialàna sasatra kely. Ny taksibe moa dia fisisihana hatrany ary ny rano teny amin’ny arabe niakatra. Azo sary an-tsaina amin’izany ny ady mafy niainan’ireo tanora omaly. Niady irery tanteraka.

MATIN’NY PESTA

Efa olona roa izao no matin’ny aretina pesta hatramin’izao ao Ankazobe. Lehilahy iray 40 taona sy ny zanany lahy ireo maty ireo. Ilay zanany no maty voalohany ary avy hatrany dia nalevin’ny olona na dia mbola fanahiana fotsiny aza ny amin’ny hoe pesta. Nifindra tamin’ilay raimpianakaviana ny pesta avy eo ka nahafaty azy koa. Olona 11 no efa hanaoana fizahana fahasalamana satria nifanerasera tamin’izy ireo ka atahorana ho nifindrana. Ahiana mafy ny hiparitahan’ity valan’aretina ity raha tsy voafehy haingana amin’izao fahatongavan’ny orana izao.NIFONA RASOAMAROMAKA

Nanao fifonana imasom-bahoaka tao am-piangonana omaly i Hery Rasoamaromaka izay vao voatendry ho governoran’Analamanga. Nahatsapa ny tenany fa nisy ny fiteny sy fihetsika tsy mendrika nataony hatramin’izay ka nangataka famelana ho an’izay voakasika ny tenany. Mampifona tokoa ny fanaovana politika rehefa te hadio eo imason’ny hafa. Ny sasany izany mahavita ranomasom-boay ihany. ORANA MISESY

Efa tafiditra tanteraka ao anaty ny vanim-potoanan’ny fahavaratra isika amin’izao, hoy ny sampana mpamantatra ny toetry ny andro etsy Ampasapito. Tsy hijanona intsony ny orana manomboka izao ary hisesisesy izany ato anaty ny andro vitsy raha ny fanazavan’ny manampahaizana hatrany. Tsy mbola misy kosa aloha na izany ny rivodoza mananontanona. Raha zohina amin’izany dia tsy misy intsony izany ny vanim-potoana lohataona. Miova tanteraka ny toetry ny andro.LALANA MIFEHY NY MPANOHITRA

 Mbola haverina dinihina amin'ny fivoriana ara-potoana manaraka indray ilay lalàna mifehy ny mpanohitra. Mangataka ny hitondran'ireo loholona ny soso-kevitr'izy ireo ny Antenimieram-pirenena amin'ity lalàna ity ary tsy horaisin'izy ireo anefa izany raha toa ka tsy mifanaraka amin'ny lalàna. Efa hita taratra tokoa ny tsy fifankahazoan'ny Antenimiera roa tonta.AMBOHITRIMANJAKA

Tsy eken'ireo mponina ao Ambohitrimanjaka ny hananganana ny Tanamasoandro eo amin'ny tanimbaran'izy ireo. Efa maherin'ny 40 ha ny velarantany alaina amin'ny vahoaka madinika hanaovana an'ity fotodrafitrasa ity. Fatra-pisehoseho ny mpitondra fa efa milamina ny fifampiresahana amin'ny vahoaka kanefa tsy dia izay loatra no mitranga. Ny tena tsy zakan'ny mponina, ireo sinoa izay hanao ny tetikasa no mitady handroaka an'izy ireo amin'ny taniny.

TAKSIBE KITOATOA

Mifatotra fingotra ny "rotules de direction" an'ilay fiara tasibe izay nivadika tetsy Tsarasaotra-Ivato. Izany dia mbola manaporofo hatrany ny fisian'ny kolikoly eo amin'ny sampan-draharaha misahana ny fitsirihana ara-teknika. Fiara toy izany ve dia mbola tokony hahazo hiasa, indrindra fa hitatitra olona ? Betsaka izay efa maty izay noho ny olana ara-teknika amin'ny fiara ary mila mandray fepetra matotra momba ny fitsirihana ara-teknika izay matetika hanjakan'ny kolikoly.MINISITRA MPAMONO AFO

Miezaka mamono afo ara-bakiteny mihitsy ny minisitry ny serasera Lalatiana Rakotondrazafy momba ny fahamaizan'ny alan'Ankarafantsika. Nandiso ny tsaho izay miely fa may ny ala ary tsy misy fandraisan'andraikitra izy. Tamin'ny 27 septambra no tapitra ny fahamaizana raha ny vaovao avoakan'izy ireo ary tsy nitohy intsony izany, omaly anefa dia mbola nisy ny nahita fa efa ho tonga eo amin'ny arabe mihitsy ny afo.VAZAHA HITA FATYVazaha iray miboridana no hita faty natsingevan'ny ranomasina teo amin'ny mifanandrify ny seranan-tsambon'i Toamasina. Novonoina izy io dia natsipy tao anaty ranomasina raha araka ny fanamarihan'ny polisy siantifika. Tsy nisy naka ny razana raha tsy efa hariva be ny sabotsy teo noho ny fifanilihana andraikitra teo amin'ny mpamonjy voina an'ny kaominina sy ny an'ny ladoany.KOLIKOLY

Mpikarakara ny raharaha mahakasika ny fifandraisana iraisam-pirenena eo anivon’ny fiadidiana ny Repoblika no nampanantsoin’ny Bianco ary nentian teo anivon’ny fampanaovana miady amin’ny kolikoly omaly. Fanodinkodinam-bolam-panjakana avy amin’ny fanaovana kolikoly no vesatra nanenjehana azy. Izao sahady izany dia efa nahazo volon-tany ny mpiasam-panjakana ambony, indrindra ireo izay nomena fahatokisana ary tan-dapa. Tamin’ny ora nanoratana dia mbola nitohy ny fihainoan’ny mpitsara mpanao famotorana azy.

Tia Tanindranaza0 partages

Lasa faritra mena IsorakaLasibatra ireo vazaha mivoaka alina

Miaina anaty tsy fandriampahalemana tanteraka ireo mponina eny Isoraka sy ny manodidina ankehitriny.

Misy andiana mpanendaka mitondra môtô tonga manafika eny an-toerana miaraka amin’ny basy lava eo akaikin’ny fivarotana saribao iray. Ireo vazaha mivoaka alina sy mivezivezy amin’iny toerana iny no tena mahita faisana nkoatra ireo teratany  malagasy efa sahirana nefa mbola mizaka ny tsy eran’ny ainy. Raha ny fitarainan’ireo  olona efa sendra ireo jiolahy dia manao andiany tsiroaroa amin’ny môtô izy ireo. Mihaona amina toerana somary maizimaizina ry zalahy mialoha ny hanaovany ny asa ratsiny ary mifanome toromarika amin’ny finday rehefa misy haza kasainy hotratrarina. Fantatra ihany koa fa manao pataloha mitovy bika  amin’ny an’ny mpitandro ny filaminana izy ireo ka mahatsiaro sahirana hatramin’ireo fiara voasakana. Misakana fiara ihany koa mantsy izy ireo. Manao antso avo amin’ny manampahefana rehetra ny mponina eny Isoraka sy ireo mpampiasa iny faritra iny mba hijery akaiky izany. Lohalaharana amin’ireny ireo manana toeram-pialamboly izay mihena isan’andro ny mpanjifany noho ny  firongatry ny asan-jiolahy.

Tia Tanindranaza0 partages

Vondrona EoropeaninaMitaky fitantanana mangarahara

Vola mitentina 518 tapitrisa euros no natolotry ny Vondrona Eoropeanina ho an`i Madagasikara entina hamitana ireo fotodrafitrasa fampandrosoana maro samihafa.

Hanamafy orina hatrany ay fiaraha-miasa ny firosoana amin`ny fampandehanan-draharaha samihafa hametrahana ny tena fampandrosoana marina eto amin`ny firenena. Raha tsiahivina, niteraka resabe ny famoahan`ny Vondrona Eoropeanina ny taratasy misokatra nangatahan`izy ireo fanazavana manoloana ny fanamboarana tetikasa amin`ny lalam-pirenena fahadimy(RN5). Tsy nisy ny olana raha ny nambaran`ny masoivohony tamin`izany fa fangatahana fanazavana ara-teknika no tena takiany. Omaly, mbola nohamafisiny fa vonona hatrany izy ireo hanampy tosika an`i Madagasikara hanatrarana ireo vinam-pampandrosoana. Teboka napetraka hatreto ny fangaraharana ny fitantanana miankina amin`izay tohana ara-bola izay. Nilaza ny minisitry ny vola, Richard Randriamandranto, fa tsy maintsy harenina ny lesoka rehetra nampihisatra ny famatsiam-bola ho an`i Madagasikara tao anatin’ny taona maro noho ny ffisian’ny gaboraraka tamin`ny endriny maro ihany koa. Tafiditra tanteraka ao anatin`ny tanjona ankapobeny apetraka amin`ny fifanaraham-piaraha-miasa ihany koa, indrindra eo amin`ny sehatra telo hiompanan`ny fampiasam-bola  ao anatin`ny 11e FED. Nilaza moa ity minisitra ity fa tsy maintsy nisy ny fanatonana vaovao tamin`ity taona ity ary misy ihany koa ny PEM (Plan Emergence Madagascar) izay mbola eo amin`ny fandrafetana azy isika.

Marigny A.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Kolikoly eny amin`ny fadin-tserananaMiteraka fatiantoka 600 miliara ariary…

Kolikoly eny amin`ny fadin-tserananaMiteraka fatiantoka 600 miliara ariary…

 

Hanamafy ny ady amin`ny kolikoly eo amin`ny fadin-tseranana Malagasy mba hahafahana manatratra ny tanjona ampitomboina ny vola miditra amin`ny sampandraharaha ity. Fanoitra amin`ny fampandrosoana amin`ny lafiny ara-toekarena ny fisian`ny fitantanana mazava sy mangarahara eo anivon`ny fadin-tseranana, hoy ny tale jeneraly mpisolo toerana, Christophe Rakotomanana. Olana hatramin`izay ny endrika kolikoly sy gaboraraka ka vola manodidina ny  600 miliara ariary no fatiantoka. Hany ka tsy misy mahatoky ity sampandraharaha ity intsony eto amin`ny firenena. Tanjona amin`ity taona ity, hoy izy, ny hampidirana vola hatramin`ny 2600 miliara raha 2400 miliara raha tamin`ny taon-dasa. Miainga amin`ny fandraisana anjaran`ny rehetra amin`ny alalan`ny fandovan-ketra sy ny fanarahan-dalàna no hahafahana manatratra izany. Amin`ny ankapobeny, ny 40%-n`ny vola miditra ao amin`ny kitapom-bolam-panjakana dia vola miditra avy amin`ny fadin-tseranana avokoa.

Marigny A.

Tia Tanindranaza0 partages

Hambom-po diso toerana !

Samy milaza ho tia tanindrazana ny mpanao politika eto Madagasikara. Mambabo ny olona amin’ny fametrahana ho laharampahamehana ny tombontsoa iraisana rehefa propagandy tahaka izao.

 

Rehefa lany anefa avy eo, dia ny tenany ihany no fantany. Mifamingana sy mifanjinja amin’ireo mpifanandrina politika aminy no anton-draharahany. Tsy mifampihaino sy tsy mifanome tànana, fa mifamotika kanefa dia samy milaza ho tia tanindrazana izao ihany. Raha miverina amin’ny tantara isika, samy nanana ny fahadisoany ireo filoha nifanesy. Tsy azo hodian-tsy hita ihany koa anefa ny zavatra tsara tokony halaina sy mbola trandrahina avy amin’izy ireo. Izay tonga eo, dia miseho ho be hambom-po sy hanao zavatra be sy miezaka mamafa ny dian-tanan’ny teo alohany. Na efa hita izao fa ilay teo aloha nodimbiasinano tokony hatonina na hantsoina hifanome tànana amin’ny zavatra tena hita fa tsy tafavoaka, dia aleo ny firenena no mikatso, toy izay hanana fanetren-tena hifanatona. Mila mifampihaino. Ny hambom-po diso toerana no hanaovana sorona ny firenena. Tato anatin’ny 20 taona farany fotsiny, ohatra, dia nanana filoha vitsivitsy nifandimby izay samy mbola velon’aina isika. Samy nanana ny hanitra ho azy ireo na mety misy aza ny fahadisoany avy. Misy zavatra maro mbola azo trandrahina amin’izy ireo hamahana ny olan’ny firenena. Mila miombona sy mifanolo-tanana raha tena tia tanindrazana.  Sa nahasoa sy nampisondrotra ny firenena ny fifanjinjana lava teto ? Ny trano misy olobe tsy miady zaza, hoy ny fitenintsika, ka rehefa ireo lehibe lolohavina an-tampon’ny loha no mamela ny hambom-pony, dia manaraka ho azy ny ambanilanitra.

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Club karate WAKAMA MahajangaNahazo fiofanana Wado-Ryu

Nahazo fiofanana karate Style Wado-Ryo ny mpikatroka miisa 50 avy amin’ny kliobana karate WAKAMA any Mahajanga.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Baolina kitra - FMFManomboka misy olana indray ny serasera

Efa nisokatra tamin’ny ankamaroan’ny mpanao gazety malagasy ny seraseran’ny baolina kitra tamin’ny fotoana nitondran’ny « Comité de normalisation FMF » notarihan-dRtoa Atallah Beatrice.

Tia Tanindranaza0 partages

Minisiteran’ny fiarovam-pirenenaHirosoana ny fikolokoloana ny ara-panahy

Nisy ny fiofanana natolotry ny delegasiona Amerikanina ireo mpitaiza ny ara-panahin’ny miaramila.

Ny fahatsapana fa tsinontsinona ny ezaky ny mpitandro filaminana amin’ny asa aman’andraikiny raha tsy mivavaka no antony nametrahana ny sampan-draharaha misahana ny fitaizam-panahy eo anivon’ny minisiteran’ny fiarovam-pirenena. Mpitarika marina no tanjona ary mba ho fikolokoloana sy ho fizarana ny traikefa amin’izany dia misy ny fiofanana izay iarahana amin’ireo delegasiona amerikanina tonga eto Madagasikara. Nosokafana tamin’ny fomba ofisialy teny amin’ny “Cercle Messe” Fiadanana ny fiofanana ary hitohy eny amin'ny Sekoly ambonin’ny manamboninahitra zokiny na « Ecole d’Etat-Major” mandritra ny roa herinandro. Solontena avy amin'ny mpitandro filaminana isan-tsokajiny ahitana ny tafika ny zndary ary ny polisim-pirenena no manatrika ny fiofanana. Ilaina ny tohana ara-panahy sy ara-tsaina iatrehana ny asa sy ny adidyary manome lanja ny ara-panahy ny foloalindahy hoy ny minisitry ny fiarovam-pirenena, ny Jeneraly Rakotonirina Richard nandray ireo iraka amerikanina avy amin'ny fikambanana iraisam-pirenena amin'ny fitaizam-panahy na ny “Association Internationale des Aumôniers Evangeliques” omaly tetsy Ampahibe. Vontoatin-dresaka ny fanatsarana ny tontolon'ny fitaizam-panahy ao amin'ny foloalindahy ary mahatratra 80 ireo mpiofana avy amin'ny fianakaviamben'ny mpitandro ny filaminana.

Tsirinasolo

 

 

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

AntananarivoTanteraka ny velirano…

Dibo-drano tanteraka sahady ny faritra maro teto Antananarivo vokatry ny rotsak’orana omaly talata 1 oktobra.

 Ampahany amin’ireny Anosy, Andrefan’Ambohijanahary, Soanierana, Ampefiloha, Andravoahangy, Besarety, Manakambahiny, tonga hatrany Andranonahoatra Itaosy, Anosizato, Ampitatafika…toerana nisy fanamboaran-dalana tato anatin’ny volana maro ny ankamaroan’ireo. Lasa sangisangy zary tena izy ny hoe : tanteraka ny velirano. Velom-panontaniana ihany koa ny maro hoe f’angaha moa tsy efa hita indray ny vahaolana amin’ny rano mandifotra arabe rehefa fahavaratra satria izay no anton’ny fanamboaran-dalana sy sisin-dalana e ? Tamin’ny fiomanana hahatongavan’ny Papa Ray masina, dia haintsika ny niomana sy nampiseho endrika fahadiovan’ny tanàna, firindran’ny fiainana andavanandro. Efa olana foana ny fisiana toerana dibo-drano rehefa fotoana tahaka izao fa mba aiza ny fiomanana ? Sao hanilika andraikitra amin’ny mpitondra teo aloha fa ianao izao no eo. Volana janoary 2019 i Andry Rajoelina no nandray ny fahefana, nahavita famindram-pahefana mazava tsara tamin’ny filoha teo aloha. Tahaka izany ihany koa ny praiminisitra sy ireo minisitra rehetra ka tsy hisy hiala bala kosa angamba. Mbola vao fanombohana dia efa izao. Mihazakazaka ny fanotorana tany etsy sy eroa, izay mety ho tetikasa goavana nahazo alalana avy amina tompon’andraikitra ara-panjakana ambony eto amin’ny firenena. Orana sokajiana ho tsy dia mahery vaika loatra kanefa dia ireny sahady ny vokatra naterany, mainka fa handeha ny fanotorana an’i Betsimitatatra izay hivarinan’ny ranon’Antananarivo sy manalefaka ny fahavoazana ho an’Antananarivo Renivohitra. Mipoitra ny voka-dratsin’ny gaboraraka dia fanorenana tsy ara-dalàna, fanariana fako anaty lakan-drano. Iny eo ihany fa mampieritreritra lalina sy mahatonga saina ny tranga omaly fa dia arakaraka ny hoe hanova sy hanamboatra vao miha niha ratsy sy dibo-drano ny iray tanàna..

Toky R

                                                   

Tia Tanindranaza0 partages

Fandraisan’andraikitry ny vehivavyMihemotra i Madagasikara

Mampanahy ny zava-misy ankehitriny ary hiteraka tsy fampandrosoana ho an’ny firenena hatrany raha ny fanendrena tompon’andraikitra tato ho ato no jerena,

 hoy ny mpiaro ny zon’olombelona Rafolisisoa Hanitriniala. Anjorom-bala ary adino tanteraka ireo vehivavy izay maro an’isa eto Madagasikara. Efa vitsy ny vehivavy eny amin’ny antenimieram-pirenena, manampy trotraka ny fanendrena governora izay tsy misy vehivavy na dia iray aza hatreto. Efa hita miharihary sy nolazaina mandrakariva fa manana fanomezam-pahasoavana manokana ny vehivavy amin’ny sehatra fitantanana saingy mbola maro angamba, hoy izy ny lehilahy mitana ny fomba nentim-paharazana ka mampirina sy mandrara ny vadiny tsy handray andraikitra.  Tsy ampy ihany koa ny fanabeazana ny olom-pirenena hampandray andraikitra ireo vehivavy Malagasy. Amin’izao fotoana izao aza dia efa misy sahady ny vehivavy tsy miankina iharan’ny ramatahora eny amin’iny faritra Anosizato Andrefana iny ny amin’ny maha kandida ben’ny tanàna azy. Tsy vitsy koa anefa ny vehivavy efa nisedra sakantsakana maro tamin’ny fifidianana solombavambahoaka. Tsy hilamina ny firenena raha mbola izany foana no fomba fiasa sy fiheverana ny vehivavy, hoy hatrany Rtoa Rafolisisoa Hanitriniala.

Tsirinasolo

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Governora vaovaon’ny faritra AnalamangaHiara-kiasa sy hisokatra amin’ny rehetra

Tontosa omaly tetsy amin’ny biraon'ny faritra Analamanga Ambohidahy ny fifamindram-pahefana teo amin’ny Governora vaovao eto amin’ny Faritra Analamanga,

 Rasoamaromaka Herilalaniaina sy ny lehiben'ny Faritra teo aloha mpisolo toerana, Ravomanana Vincent. Tonga nanatrika ny lanonana ny minisitry ny atitany sy ny fitsinjaram-pahefana, ny prefen'Antananarivo Renivohitra sy ireo lehiben'ny Distrika eto amin’ny FaritraAnalamanga. Nanambara ny Governora vaovao fa hanao an-tsakany sy an-davany ny asa iandraiketany. Nanantintrantitra izy fa misokatra sy miara-miasa amin’ireo rehetra tsara sitrapo ka vonona hampandroso miaraka ny Faritra Analamanga. Efa maro ihany koa hoy izy ireo mpiara-miombon’antoka vonona hifanome tanana amin’izany. Nilaza ihany koa ny tenany fa hanao laharam-pahamehana ny fotodrafitrasa, indrindra fa ny lalana ary tsy ho hita anaty birao matetika amin’ny fanatanterahana izao andraikitra.

Tsirinasolo

Legende: NyGovernora vaovao eto amin’ny Faritra Analamanga, Rasoamaromaka Herilalaniaina (mitsangana) sy ny lehiben'ny Faritra teo aloha mpisolo toerana, Ravomanana Vincent (mipetraka)

Rakotobe Michel

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Diplomasia MalagasyAny amin’ny praiminisitra Ntsay ny baolina

Tontosa omaly talata 1 oktobra 2019 teny amin’ny minisiteran’ny Raharaham-bahiny ny fifamindram-pitantanana teo amin’ny minisitry ny Raharaham-bahiny teo aloha Atoa Naina Andriantsitohaina,

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Ben’ny tanànan’AntsirabeTena be afera mampiahiahy, hoy ny mpiasa

Manomboka mivoaka tsikelikely ny fanararaotam-pahefana ataon’ny ben’ny tanànan’Antsirabe Atoa Paul Razanakolona, hoy ireo mpiasa.

Raha tsiahivina dia efa nivoaka an-gazety fa nisy fanodinkodinam-bola tsy nazava nitentina 677.000.000 Ar, izay nodidiana haveriny tamin’izany. Mbola manohy ny fitokonany ny mpiasan’ny kaominina hatramin’izao satria tafakatra ho 12 volana eo ho eo ny karama tsy voaloa, raha ny fanazavana azo. Maro ny miahiahy fa volan’ny kaominina no handoavana ny karaman’ny mpiasan’ny Radio izay an’ny ben’ny tanàna, izay tsy mba tapaka karama. Miahiahy ireo mpiasa fa ny volan’ny kaominina no iantohana ny fanorenana ny tranon’ny « Émetteur », eny Ivohitra sy ny fanamboarana ny fitaovana simba ary ny fampandehanana ny radio, ary hananana porofo izany, raha ny ambaran’ireo mpiasa. Hatramin’ny « Dreche », sakafon’ombin’ny Ben’ny tanàna, hoy izy ireo, dia amoahana vola ao amin’ny kaominina. Santionany izany fa mbola hisy ny porofo hafa asehon’izy ireo tsikelikely. Hatreto aloha dia tsy misy fandraisan’andraikitra ataon’ny mpitondra ary tombanana ho tsara mpiaro ity Ben’ny tanànan’Antsirabe ity satria raha ny zava-nisy teny amin’ny kaominina Antanimandry-Antsirabe faharoa sy ny tao amin’ny kaominina Vinaninkarena dia tsy ampahafirin’ny sora-bola voalaza ho nahodinkodin’ireo ben’ny tanàna ireo no nidirany am-ponja any Antananarivo any, kanefa ny an’Antsirabe voalohany dia miasa ara-dalàna ihany hatramin’izao ary tazana sy manomana hetsika ho fampandaniana ny kadidam-panjakana aza ny tenany ny faran’ny herinadro lasa teo iny, hoy ny mpiasa.

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fanendrena governora“Manaraka fotsiny ny efa nataon’ny teo aloha ny fitondrana”

ny andininy faha-325 amin’ny lalàna lah 2014-020 ny 27 septambra 2014 no ampiharina dia ny lehiben’ny Faritra no mitana ny anjara andraikitry ny mpanatanteraka eny anivon’ny Faritra ary « governora » no iantsoana azy ankehitriny, araka ny nambaran`i Rina Ranaivo-Harisoa, mpahay lalàna sady mpandinika ara-politika.

 

 Mitovy tanteraka amin’ny asan’ireo lehiben’ny Faritra ny asan’ireo governoram-paritra, araka ny andininy faha-51 hatramin’ny faha-60 ao amin’ny lalàna n°2014-020, momba ny fidiram-bolan’ny vondrom-bahoakam-paritra itsinjaram-pahefana, ny mahakasika ny fifidianana azy ary ny fitsinjaran’asa sy ny fomba fiasa eny anivon’izy ireny. Tsara tsipihina anefa ny tsy fisian’ny voambolana hoe : « governora » ao anatin’ny lalàmpanorenan’ny Repoblika faha-4. Mazava, araka izany, fa sady tsy eken’ny lalàmpanorenana no tsy hita na aiza na aiza any anatin’ny karazan-dalàna misy ny momba ny governora. Raha ny lôjika dia tsy mifanohitra amin’izay mety ho lalàna misy ny fanendrena» an’ireo governora saingy ny andininy faha-154 amin’ny lalàna fototra momba ny Faritra dia milaza fa « ny rafitra tantanan’ny lehiben’ny Faritra, lany tamin’ny fifidianana andraisan’ny rehetra anjara no mitana ny andraikitry ny mpanatanteraka ». Raha adika izany dia tokony hofidiana izy ireo. Olom-baovao ao anatin’ny fitantanana an’i Madagasikara ny governora. Tsy azo odian-tsy hita anefa fa nandritra ny Repoblika fahatelo sy nandritra ny 5 taona voalohan’ny Repoblika faha-4 dia efa notendrena foana ny lehiben’ny Faritra. Raha ny tena marina izany dia manaraka fotsiny ny efa nataon’ny teo aloha ny fitondrana ankehitriny, hoy hatrany fanazavana.

 

 

Marigny A.

Tia Tanindranaza0 partages

Kandidan’ny Tim ao MorombeIharan’ny antsojay sy fampihorohoroana sahady

Anisan’ny miaro ny ombin’ny mponina tsy horobain’ny dahalo ny kandidà Tim, ao amin’ny kaominina Ambahikily, distrikan’i Morombe, faritra Andrôy, Atoa Mahatratry Jean.

Tia Tanindranaza0 partages

Vahoaka mifidy“Anjarany no misafidy tsara fa tsy hivaro-tena”

Manana andraikitra goavana amin`ny fampandrosoana ny kaominina sy mpanolotsaina amin`ny maha vondrombahoakam-paritra itsinjaram-pahefana akaiky amin`ny vahoaka azy ireo.

 

Tokony hahay hifidy ny vahoaka Malagasy ary ny vinam-pampandrosoana sy tetikasa hoentin`ny kandidà no tokony hifidianana azy, hoy i Gerard Noel Ramamimampionona, filoha lefitry ny Komitin`ny Fampihavanam-pirenena (CFM). Amin`ny alalan`ny fifidianana no hanomezan`ny vahoaka fahefana ho an`ny olona iray ary hametrahany fitokisana hitantana ny tanàna misy azy mba hiteraka fampandrosoana eny ifotony. Eo amin`ny sehatra maro samihafa no tokony hojeren`ny olona vao mifidy ho ben`ny tanàna. Nilaza hatrany izy fa misy fahefam-panjakana ao anatin`ny fitantanana ny tanàna ka tokony hijery tsara ny fandriampahalemana, fahasalamana, fahadiovan`ny tanàna. Ny ben`ny tanàna rahateo dia  raiamandreny ka tokony hahay miserasera, mahalala ny mararin`ny vahoaka, mahalala ny laharampahamena ary tsy maintsy miara-miasa amin`ireo mpanolotsaina. Nohamafisiny koa fa manana andraikitra amin`ny fanentanana ny fiarahamonim-pirenena amin`ny maha zava-dehibe ny fifidianana kaominaly. Notsipihany kosa fa anjaran`ny vahoaka raha ben`ny tanàna tsy ilana azy no mitondra ny tanàna ary tompon’andrakiitra voalohany ny vahoaka. Hentitra no nilazany hoe anjaran`ny vahoaka no misafidy tsara fa tsy hivaro-tena. Rehefa ny kaominina no tsy misy fandrosoana dia tsy hisy fandrosoana any amin`ny firenena. Mila mijoro tsy hivaro-tena ny vahoaka ary tsy tokony hanaiky atao fitaovana noho izy tompon`ny fahefana. Ny safidy sy ny hoavin`ny taranaka no tokony hojerena, hoy hatrany ny fanazavana.

Marigny A.

 

Ino Vaovao0 partages

MPANENDAKA MIVELY AMIN’NY BOIS ROND ENY NAMONTANA : Jiolahy 2 voasambotra

Nisy lehilahy 02 nanatona  Polisy teo Namontana nitaraina fa  voaendaka izy ireo ny alahady ka andiana mpanendaka maromaro no nolazainy  fa nanendaka azy ireo teo amin’ny tetezana Paraky. Nilaza koa izy ireo fa mbola  tazany nivezivezy teo ireo mpanendaka. Nidina teny an-toerana avy hatrany ny Polisy rehefa azo avokoa ny angom-baovao mahakasika ireto mpanendaka. 

Tao anatin’ny fidinan’ny Polisy teny an-toerana no nahatratrarana ireo mpanendaka roa izay nanendaka azy roa lahy. Marihina moa fa naratra mafy ny 01 tamin’ireo voaendaka nohon’ny vely bois rond nahazo azy raha natsipin’ireto olon-dratsy tany anaty rano kosa ny 01 hafa. Mitohy kosa ny fanadihadiana ataon’ny Polisy mahakasika ny naman’ireto olon-dratsy ireto.

Tatiana R.

Ino Vaovao0 partages

BEMORANGA ANKAZOMBORONA : Votsotra ireo mpianaka nalaina an-keriny

Nalain’izy ireo an-keriny ihany koa ramatoa iray 20 taona sy ny zanany iray taona. Vao naheno izany ny zandary dia nanara-dia ary nanao sakana amin’ny lalana rehetra mety handalovan’izy ireo ka ny 26 septambra no nifandona tao Ankazomborona ny dahalo sy ny fokonolona mpanara-dia niaraka tamin’ny zandary. Azo salama tsara ireo olona nalaina an-keriny, tafaverina koa ny basy miisa roa. Efa nalefa nody ireo olona nalaina an-keriny. 

Mitohy hatrany anefa ny fikarohana ireo dahalo ka ny 28 septambra efa tratra indray ny iray tamin’ireo dahalo. Manentana hatrany ny vahoaka hanome vaovao ara-potoana ny zandary mba hafahafahana miady amin’ny asan-dahalo satria mitady hiverina indray ny fakana takalon’aina ataon’ny dahalo rehefa mangalatra omby izy ireo.

Vanessa

Ino Vaovao0 partages

RAHARAHA TALE JENERALY SY NY MPIAMBINA AZY : Niova ho raharaham-pihavanana

Ny alatsinainy 30 septambra io, nisy ny fihaonana teo amin’ny mpisolovavany sy tamin’ireo niharan’ny hetraketraka. Ny loharanom-baovao no nahalalana fa misy volabe takin’ireo niharan’ny herisetra.

Mbola tsy fantatra mazava kosa na handoa io vola io na tsia ilay tale jeneraly sy ilay zandary mpiambina azy.

Miankina amin’ny fanekena ny ho fandoavana io vola io araka izany no hitozan’ny raharaha na tsia, hoy hatrany ny angom-baovao.

Mahatonga resabe ao Toamasina iny raharaha iny. Tranga izay maneho fa na efa tanàn-dehibe aza i Toamasina dia mbola misy olona milaza azy ho ambonin’ny lalàna amin’ny alalan’ny fanaovana herisetra amin’ny mpiara-belona,  vitavita ho azy amin’ny raharaham-pihavanana.

Raha tsiahivina, dia ny alin’ny sabotsy 21 septambra lasa teo no nisehoan’ilay tranga tao amin’ny efitrano fandihizana lehibe iray tao Bazary Be Toamasina. Nandrora teo amin’ny pista ny zandary mpiambina ilay tale jeneraly. Nisy olona niezaka ny mba niteny moramora, hatezerana sy tifi-danitra no nasetrin’ilay tale jeneraly sy ilay zandary mpiambina azy izay sady narahina daroka.

Ny Fanoratana

Ino Vaovao0 partages

ANDRO IRAISAM-PIRENENA HO AN’NY ZOKIOLONA : Nankalazaina tao Antsiranana ny an’ny Faritra Diana

Nisy  famelabelarana nataon’ny talem-paritry ny mponina sy tompon’andraikitra hafa mikasika ny zon’ny zokiolona nandritra ny fivoriana narahana «  conférence-débat  ». Anisany nanome voninahitra ny fivoriana notanterahina tao amin’ny lapan’ny tanàna, ny depiote Jocelyne Maxime izay sady filoha lefitry ny Antenimieram-pirenena ho an’ny faritanin’Antsiranana. 

Fihetsika nanohina ity depiote ity tamin’izao fihaonan-dehibe izao ny joro nataon’ny zokiolona, izay nangataham-pitahiana sy nitsofan’izy ireo rano azy, amin’ny adidy sy andraikitra sahaniny eto amin’ny tany sy ny firenena, indrindra ny ao Antsiranana I izay nahalany azy eo amin’ny toeran’ny solombavambahoaka. Nanoloana izany hafaliany izany dia nanolotra vola  1 000 000 Ariary ho an’ny fikambanan’ny zokiolona any amin’ny Faritra Diana izy. Nohamafisiny fa hiady mafy izy mba hisy ny fampiharana ny lalàna mikasika ny zon’ny zokiolona eto Madagasikara.

A.Lepêcheur

Ino Vaovao0 partages

ANDRO MANERAN-TANY HO AN’NY ZOKIOLONA : Nankalaza ihany koa i Mahajanga

Tsy diso anjara amin’izany i Mahajanga fa nanao fanamarihana tetsy amin’ny foibem-paritry ny mponina Mangarivotra. Nisy ny lanonana tsotsotra nanamarihana izany natrehin’ireo zokiolona. Nanambara ny tompon’andraikitra fa mitahiry ny soatoavina sy  manana fahendrena ny zokiolona. Mitondra ny fampandrosoana ny fampitana ny fahendrena amin’ny tanora. Natsangana ny vovonan’ny zokiolona  handraisana ny fitarainan’ny zokiolona sy hijerena azy ireo manokana izay ao anatin’ny IEM. Efa misy ny paikady ho an’ny fahasalaman’ny zokiolona ka natao ny fizahana ara-pahasalamana manokana ny andro io. Averina ihany koa ny zon’ny zokiolona, toy izany ny karatra maitso.  Ao amin’io Tranoben’ny zokiolona ahafahan’izy ireo mivory, mifankahita sy miala voly.

Nomena fampitaovana

Manana ny anjara toerany eo amin’ny fiaraha-monina izy ireo ka nasongadiny tamin’izany ny maha tadidin’ny tantara azy ireo, ka nampahafantariny ny tantaran’ny Faritra Boeny. Tonga nanao tolo-tanana ho mariky ny valim-babena ho azy telonjato mianadahy mivondrona ao anatin’ny Fizobo na fivondronam-ben’ny zokiolona eto Boeny ny trano kolotoraly Frantsay Malagasy na ny alliance française eto Mahajanga. Fampitaovana ny birao vaovao natokana ho fialam-bolin’ireto zokiolona ao anatin’ny faritra malalaky ny sampan-draharaham-paritra ny mponina etsy Mangarivotra, izay toerana ifaneraseran’izy ireo no natao. Ny tapany maraina dia nisy ny tolotra ara-pahasalamana maimaimpoana sy fizarana ny fanafody ihany koa ho an’ny zokiolona nanana hetaheta tamin’izany. Raha seho ara-javakanto niarahan’i Mahery, Julien ary Sophie izay mpanakanto nanentana nandritra ny tapan’ny tolakandro ho an’ireto zokiolona ireto ny trano kolotoraly Frantsay Malagasy.Nahavalalanina ny maro ny fanehoana ny sora-dihy izay antsoina hoe " vedette Americaine", nataon’ny mpikambana ao amin’ny kolotoraly Frantsay Malagasy, izay notarihin’i Hostingue Michel, lefitry ny mpitan-tsoratra ny trano kolotoraly Frantsay Malagasy eto Mahajanga. 

Ho setrin’ireo tolotra maimaimpoana ireo dia tonga nisaotra ireto farany ny filohan’ny Fizobo, andriamatoa Randriamihary Remi, ary niantso fiaraha-miasa ho amin’ny fankalazana ny andro maneran-tany ny zokiolona amin’ny taona ho avy indray. Ary torak’izay koa Rakotobe Yvonna Lucien, talem-paritra ny mponina sy fiahiana ara-tsosialy ary ny fampiroboroboana ny vehivavy eto Boeny tamin’ny tan-tsoroka nomen’ireo mpiara miombon’antoka tamin’ny nandavorariana ny hetsika nandritra ity fankalazana ity. Voky ny ara-panahy sy ny ara-nofo tamin’ny alalan’ny nofon-kena mitam-pihavanana ny antoandron’ny talata 01 oktobra teo teny an-toerana.

 Vanessa Sy Marcos

Ino Vaovao0 partages

FENOARIVO-ATSINANANA : Hiady amin’ny mpanambaka vahoaka ny mpiasan’ny Hopitaly

 Misy milaza ho mahay mitsabo ny aretina rehetra ka manao filazana sy peta-drindrina isan-karazany indrindra ireo milaza ho mpitsabo amin’ny alalan’ny fomba nentim-paharazana. Nisy noho izany ny fepetra noraisin’ny mpiasan’ny fahasalamam-bahoaka ao Fenoarivo-Atsinanana.

Nisy ny fampatsiahivana nataon’i Dr Sahala Domonioni Médecin inspecteur ao Fenoarivo-Atsinanana fa rarana ny fanaovana dokam-barotra amin’ny fanatontosana ny asa momba ny fahasalamam-bahoaka na aiza na aiza ny toerana hanaovana  izany. Izany indrindra no natao mba hiadivana amin’ny olona mpisoloky sy mpitady tombotsoa manokana mikasika ny fahasalamana.

Niantso fiaraha-miasa amin’ny haino aman-jery ny mpiasan’ny fahasalamana mba hampahafantatra ny daholobe mikasika ny fisian’io lalàna io. Vonona araka izany ny mpiasan’ny fahasalamam-bahoaka ao an-drenivohitry ny Faritra Analanjirofo hiady amin’ny mpitsabo manao dokam-barotra. Efa voafaritry nytlalàna mifehy ny fitsaboana rahateo izany.

TH

Ino Vaovao0 partages

VALAN-JAVABOARY ANKARAFANTSIKA : Olona 2 no voasambotra hatramin’ny omaly

Ahiana hatrany ny hisian’ny afo satria fotoanan’ny maitso ahitra izao. Bozaka na savane no may amin’ny ankapobeny araka ny fanazavany.  Nanamarika ity tale jeneraly ity fa tsy ny ivon’ity vala arovana ity izay mirakitra ireo biby sy zavaboary tena arovana no may fa ny ala manodidina azy. Tokony harovana sy hitarina ihany koa izany. Olona 150 no nentanina hiaraka hamono ny afo izay nisy tao. 

Noenjehina ireo olona nandoro ny ala ka hatramin’ny fotoana nanoratanay dia roa tamin’izy ireo no tratra sy nentina nanoloana ny Fitsarana. Nanamarika koa ity tale ity fa ho hentitra manomboka izao ny mpitantana ny valan-javaboary amin’ny fiarovana ny alan-javaboary ka anisan’izany ny fanasaziana ny olona manimba ny ala, ny fametrahana pare-feu, ny fametrahana citerne feno rano hiadiana amin’ny afo any anaty vala ankoatra ny fisorohana sy ny fanentanana ny olona.

Hampitomboina koa ny fanaraha-maso ary nanomboka ny alatsinainy teo dia efa nisy mpitandro filaminana ivondronan’ny miaramila sy officier de police judiciaire niaraka tamin’ny ampanjaka nanatanteraka ny fitsirihana.

 Tatiana R.

Ino Vaovao0 partages

SEHA-PIHARIANA DRAKAKA : Ravaina ny ‘monopole’ amin’ireo ireo mpanangona

Nanatrika izany atrikasa izany ireo mpanangom-bokatra, ny orinasa lehibe ary ny minisiteran’ny fambolena sy fiompiana ary jono. Nangatahanay, hoy ireo mpanangona drakaka  ny hanokafana ny asa drakaka ka hahazo hividy daholo ny orinasa mpanondrana mahafeno fepetra. Ravaina ny monopole eo amin’ny mpivarotra.  Izany dia hisian’ny fifaninanana eo amin’ny vidin’ny drakaka ka ahazoan’izy ireo mivarotra lafolafo ny vokatr’izy ireo. 

Nilaza moa izy ireo fa afa-po ary mirary ny mpanjono sy ny mpanangom-bokatra ary ny mpandraharaha mba hahita fahombiazana amin’ny sehatry ny drakaka. Marihina moa fa haondrana any Eoropa sy Chine ny vokatra drakaka  lehibe eto Madagasikara. Ny kely kosa sisa amidy eny an-tsena ka mahatonga ny mpihinana Malagasy hitaraina ihany koa. Ilaina ny fitantanana ara-drariny ny seha-pihariana drakaka mba hahazoana vola vahiny fa kosa mba hitsinjo ny Malagasy tsy ho tompony mangataka ny atiny.

Vanessa   

La Vérité0 partages

Football-Comité de normalisation - Atallah et son gendre dépensent 70 millions fmg par jour !

Pendant 10 mois, le football malagasy a été administré par un comité de normalisation suite à une décision de la FIFA. Un comité composé de quatre membres dont la présidence était revenue à Atallah Béatrice. Une fois au pouvoir du ballon rond malagasy, celle-ci n’a pas cherché loin pour trouver la bonne personne pour occuper le poste de secrétaire général du comité de normalisation. Elle a  choisi son ancien directeur de cabinet au ministère des Affaires étrangères en l’occurrence Eddy Rasolofomanana, son gendre. Un homme de confiance en somme qui forme avec sa belle-mère, le duo de tête du comité de normalisation. En effet, comme toutes les associations, sportives ou non, c’est le président et le secrétaire général qui tiennent les commandes et se placent, malgré eux,  au-devant de la scène. La réussite ou l’échec  de la mission dépend ainsi de la compétence de ces deux personnalités clés d’une entité. Pour le cas du comité de normalisation malagasy, il n’y a aucune hésitation à qualifier de catastrophique leur gestion. Du moins sur le plan financier.

La difficulté de l’équipe actuelle de la fédération nationale de football(FMF) de payer tardivement les prize money des joueurs des Barea de Madagascar de la dernière Coupe d’Afrique des Nations (CAN) découle de  cette gestion peu orthodoxe d’Atallah Béatrice et son secrétaire général. En effet, de source sûre, ils ont laissé une ardoise d’impayée de 600 .000$ aux nouveaux dirigeants de la FMF. L’information affirme que la moitié de cette dette concernerait des voyages étant donné qu’elle est inscrite dans la rubrique agence de voyages. Ces arriérés de 600.000 $ sont ainsi bel et bien consommés.En outre ces 600.000 $ « utilisés », le comité de normalisation a obtenu  au total, de la Confédération Africaine de Football (CAF)  et de la FIFA, une somme avoisinant les 600.000$ également. Des aides financières utilisées et dépensées elles aussi par Atallah Béatrice et son  Sg à travers les activités du comité de normalisation.Ainsi, en 10 mois à la tête du ballon rond malagasy, le comité de normalisation d’Atallah Béatrice et d’Eddy Rasolofomanana a dépensé 1 million 200$, 600.000 $ de la CAF et de la FIFA et les 600.000$ d’impayés laissés à la FMF. Soit une dépense journalière de plus de 70 millions fmg… Qui dit mieux ?Rata

La Vérité0 partages

Faux billets de banque 7 accusés condamnés à 8 ans de travaux forcés

Les 12 personnes incriminées au cours de l’année dernière pour usage de faux billets de banque et d’association de malfaiteurs, ont été jugées au Pôle anti-corruption (PAC), hier. Arrêtées en octobre 2018, respectivement à Anosy et à Ankazomanga, ces individus sont accusés d’avoir voulu échanger 16 792 fausses coupures de 10 000 ariary, soit 165,12 millions d’ariary à la Banque centrale. C’est cette entité qui se constitue en partie civile et demanderesse. Les débats à l’audience étaient particulièrement longs. Dans le box des accusés figurent, entre autres un assistant parlementaire du nom de Z., une policière nommée F., un employé d’imprimerie prénommé M., une propriétaire de cyber, J. qui est chauffeur de taxi-brousse reliant Imerintsiatosika et la Capitale,  mais aussi des intermédiaires, etc.Tous les  accusés viennent  de la localité d’Imerintsiatosika, et ils ont nié les accusations jusqu’au bout. Bien que les magistrats les aient confondus et piégés à plusieurs reprises par leurs propres arguments, les principaux accusés ont maintenu leurs versions, pourtant versatiles.Le juge leur reproche de mentir et ne pas reconnaître immédiatement que les deux colis, des paquets rectangulaires scotchés et de format A4, et qu’ils ont pris livraison d’une imprimerie à Ankazomanga à l’époque, sont des photocopies de la version recto de plusieurs billets de 10 000 ariary, sortis en 2003. Un mensonge, selon la présidente de la Cour, puisque les trois principaux accusés dont l’employé d’imprimerie, le chauffeur de taxi-brousse, et  l’intermédiaire, ont essayé de faire croire que les colis renfermaient des pièces détachées et non ces photocopies en papier A4 côté recto de ces billets de banque.

 Tous se renvoient la balle Tout au long des débats, on a vu que tous se sont répartis les tâches. Globalement, c’est  l’assistant parlementaire qui aurait tout planifié de A à Z. Il a usé de ses relations dans les coulisses de la BC. C’est lui qui a recommandé à ses amis H. et J., M., l’imprimeur d’Ankazomanga pour ses prestations. Or, ce dernier s’est défendu qu’au moment où ils l’ont contacté, la seule imprimante de l’imprimerie était en panne. Et qu’il n’y avait que des photocopieuses. Comme tous ses co-accusés, M. a maintenu qu’il n’y avait que des pièces de rechange dans les deux colis que J. avait pris livraison à Ankazomanga. Dans le cas de la policière, et ce, en dépit de son démenti, elle a argué que l’assistant parlementaire lui en avait parlé, mais il l’aurait conseillé de ne pas se mêler de cette affaire. Cependant, elle a été sévèrement critiquée par le juge de ne pas avoir informé les autorités sur les agissements de ses co-accusés. « Vous êtes de la Police,  et de surcroît, une femme et vous avez accepté de se rendre à l’invitation d’un inconnu au bazar du quartier à Mahamasina où les gendarmes vous ont arrêtée en même temps que votre interlocuteur ». Cet inconnu, autre maillon de la chaîne, se prénomme R. Ce à quoi, l’accusée a répondu que ce dernier l’avait appelée par téléphone pour l’inviter à venir au Bazar sous prétexte qu’il avait besoin d’elle pour une affaire urgente. « Je n’ai jamais vu ce R. que lorsque les gendarmes étaient venus nous arrêter. Je n’ai jamais songé que R. a été impliqué dans cette affaire », explique la policière. Notons qu’elle a affirmé avoir été informée par M., une amie à elle sur la volonté de ses co-accusés à échanger ces faux billets à la banque centrale. De plus, J., le conducteur de taxi-brousse a parlé aussi de l’affaire avec elle. Notons que ses acolytes ont confié à ce chauffeur le transport des colis, c’est-à-dire les photocopies des billets de 10 000 ariary depuis la Capitale à Soavinandriana où elles devraient être imprimées. « Je n’ai accordé aucune importance à cette affaire et je ne trouvais pas l’intérêt de m’y mêler », a-t-elle déclaré.     A l’issue des délibérations, 7 accusés ont été condamnés à 8 ans de travaux forcés assortis d’une amende de 65 millions d’ariary. 5 ont été relaxés par la cour. Franck R.

La Vérité0 partages

Industrie de l’automobile - Un marché encore restreint pour Karenjy

Aujourd’hui, les consommateurs se tournent surtout vers les voitures importées. De ce fait, le marché de la seule industrie automobile locale, Karenjy, se retrouve restreint. « Le marché local est assez particulier parce qu’il est très petit. Nous sommes malheureusement contraints par le pouvoir d’achat des gens, qui de toute façon, n’ont pas les moyens pour acheter une voiture. Et ceux qui ont les moyens choisissent d’autres marques » explique Luc Ronssin, directeur général de l’entreprise Le Relais, constructeur de la marque Karenjy. Effectivement, le prix de la Mazana II n’est pas à la portée de tous. Il se place aux alentours de 60 millions d’ariary hors TVA (Taxe sur la valeur ajoutée) pour la version de base. Et en fonction des variances et des options,  ce prix peut monter jusqu’à 80 et même 90 millions d’ariary. La Mazana II dispose notamment d’une dizaine d’options et de variances, entre finition en bois et climatisation. D’un autre côté, l’importation de certaines matières premières comme le moteur contribue également à la cherté de ce produit. Cependant, la Karenjy reste très économique vu qu’elle ne consomme que 6 à 8 litres au 100.

Consommation localeJusque-là, les clients de Karenjy sont donc en majorité des entreprises, qui dans leur engagement RSE (responsabilité sociétale des entreprises) souhaitent consommer localement. Selon les explications fournies par le DG de la fabrique, au niveau des particuliers, c’est un peu partagé. « Ceux qui achètent Karenjy ont deux objectifs, le premier est la fierté de conduire une voiture « vita malagasy » et de porter haut l’économie du pays. Et le second point c’est le fait d’avoir une voiture adaptée au contexte du pays en termes d’infrastructures routières », souligne-t-il. Toutefois, ce petit marché reste encore suffisant pour la quantité de voitures produites par l’entreprise. « Aujourd’hui, nous produisons mensuellement trois voitures. Mais nous essayons d’augmenter notre capacité de production à quatre ou cinq véhicules par mois, dès l’année prochaine », précise Luc Ronssin. En tout, une cinquantaine de Mazana II circulent désormais sur les routes du pays. Face à toutes ces contraintes, l’entreprise Le Relais est en train d’étudier la construction d’une nouvelle voiture plus verte, plus écologique mais plus particulièrement adaptée aux besoins et aux moyens des consommateurs. Rova Randria

La Vérité0 partages

Baccalauréat à Antananarivo et Toamasina - La troisième journée perturbée par une fuite de sujets

Désordre. Les candidats auprès de plusieurs centres d’examen à Antananarivo et Toamasina ont paniqué hier. Une rumeur sur une fuite de sujets a perturbé la troisième journée de l’examen officiel du baccalauréat au niveau de ces deux ex-Provinces. « Comme à l’accoutumée, les  surveillants ont procédé calmement à l’appel ainsi qu’à la vérification de nos trousses respectives avant de franchir la salle d’examen. Une fois le sujet distribué, je me suis mis à analyser toutes les questions et à imaginer les réponses tout en écrivant dans la feuille de brouillon. Une heure s’est écoulée et tout d’un coup, les surveillants nous disaient d’une manière inquiétante de tout arrêter. Ils nous ont repris le sujet après avoir brièvement expliqué qu’une fuite de sujets est identifiée par les responsables du centre. Sitôt après, ils nous ont remis le même sujet », raconte un candidat inscrit au centre Lycée moderne Ampefiloha. Du côté du Lycée technique professionnel d’Alarobia, l’épreuve de physique-chimie n’a même pas pu commencer. Les candidats, très angoissés, quittaient quand même la salle comme lors d’un cours normal. Ils se sont regroupés dans la cour en émettant des bruits et en échangeant leurs angoisses par rapport à la suite de l’examen, tout en enregistrant ce désordre avec leurs Smartphones. Il en était de même dans les autres centres d’examen de la Capitale dont le Lycée Jules Ferry. Une telle scène s’est également produite au niveau des autres Régions, à savoir Maroantsetra, Sainte-Marie, Soanierana-Ivongo, Fénérive-Est, Tamatave. Les chefs de centre dans la Région d’Analanjirofo, particulièrement à Fénérive-Est, ont été alertés d’une fuite de sujet de physique-chimie pour les séries A1 et A2. Par conséquent, le début de l’épreuve a pris un retard considérable, une situation qui a énervé les candidats ayant même songé à manifester.

Selon la Professeure Raharimalala Laurence, directeur de l’enseignement supérieur au sein du ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique (MESUPRES), quelques enseignants et candidats au baccalauréat ont découvert avant l’heure les sujets et les réponses pour les deux matières, à savoir la physique-chimie et l’histoire-géographie. Une photo du sujet de l’épreuve d’histoire-géographie où il est écrit « Session 2019 » a même circulé sur les réseaux sociaux, affirmant cette fuite. En particulier, pour la ville de Toamasina, le ministère de tutelle a maîtrisé la situation. Quant à la Capitale, la rapidité de la circulation des informations sur les réseaux sociaux  a compliqué le retour vers la stabilité du déroulement de cet examen marquant la fin des études secondaires.

La Vérité0 partages

La seconde mort

 Le Hery Vaovaon’i Madagasikara (HVM) n’est plus, pour la deuxième fois. Le tout puissant parti d’Etat du régime Rajaonarimampianina périt de nouveau dans … sa tombe. Le HVM terrassé par une lourde défaite des suites des résultats catastrophiques du premier tour de l’élection présidentielle du 7 novembre 2018 plongea dans le coma. Le candidat du HVM, Hery Rajaonarimampianina, le Président sortant, n’a obtenu que 8,82 % des suffrages exprimés. Alors que les deux principaux adversaires  Rajoelina Andry et Ravalomanana Marc caracolaient au sommet du tableau : 39,23 % pour le premier et 35,35 % pour le second. Bien que ce fût prévisible, le classement obtenu par le « cheval » du HVM était quand même déroutant ou humiliant. Jamais dans l’histoire des élections présidentielles à Madagasikara depuis 1960 qu’un Chef d’Etat sortant et qui se portait candidat soit crédité d’un minable pourcentage en deçà de 10 %. Mais, l’ancien parti au pouvoir ne succomba pas encore. Il se trouva seulement dans un état végétatif dont les chances de survie dépendent uniquement des conduites à tenir au prochain tournant. Le Gouvernement Ntsay Christian, fidèle à la mission qu’on lui confiait, organisa le 27 mai 2019 les législatives. Tous les partis politiques légalement enregistrés au ministère de l’Intérieur peuvent aligner leurs candidats. Et le jour où la CENI affichait la liste officielle des candidats retenus pour le scrutin du 27 mai, le HVM manquait à l’appel. Il n’y avait eu aucun candidat portant le dossard bleu de l’ancien parti au pouvoir. Pourtant, ce fut l’occasion idéale offerte à l’endroit des barons aux cravates bleues, du moins ce qui en reste, de redorer le blason. Logiquement, la raison d’être d’un parti politique repose sur la prise du pouvoir par le moyen du scrutin populaire. Les élections législatives constituent ainsi un gros moyen d’accéder aux manettes de l’Etat dans la mesure où le Parlement, à l’Assemblée nationale, au sein duquel siègent les députés élus occupe entièrement le contour du pouvoir législatif. A ce titre, il contrôle l’Exécutif. Mais, le HVM toujours K.O. par terre n’avait pas pu se relever et aligner à même un candidat et donc, il n’y aura aucun élu  HVM à Tsimbazaza. C’est la mort confirmée du parti. Le 7 mars de cette année, nos avions eu déjà l’occasion d’évoquer, sur notre colonne, le décès du parti. Un pressentiment qui s’avère juste maintenant. Puis arrivent les échéances pour les élections communales et municipales. Une ultime chance pour le HVM de démentir les informations véhiculées faisant état du « décès  du parti». Mais, encore une fois, la triste nouvelle se confirme voire se durcit. En effet, sur les 1695 Communes, urbaines et rurales confondues, recensées à travers le territoire national, on n’avait pas constaté la trace d’un seul candidat HVM ni sur la liste des prétendants aux Communes ni sur celle des candidats aux municipales. Une défection totale sur toute la ligne. Si ce n’est pas une « seconde mort » que cela ressemble trop ! L’absence du parti HVM à toutes les échéances électorales relance le débat sur la légitimité d’un Sénat fantôme à l’intérieur du nouveau régime. Largement dominé par le feu parti HVM, cette Institution parlementaire aura-t-elle encore sa place dans un paysage politique sous contrôle de l’IEM.

La Vérité0 partages

Tanamasoandro - Lalatiana Andriatongarivo réplique aux détracteurs du projet

Lalatiana Andriatongarivo, ministre de la Communication et de la Culture et non moins, porte-parole du Gouvernement a donné la réplique aux détracteurs du projet Tanamasoandro.  Ce fut au cours d’une émission spéciale sur la chaine de télévision et de radio privée TV PLUS Madagascar mardi dans la nuit.  La ministre réagissait ainsi aux contestations concernant le projet de nouvelle ville du pouvoir actuel. En fin de semaine dernière, quelques personnes à Ambohitrimanjaka avaient manifesté contre le projet.  La porte-parole du Gouvernement rappelle que l’initiative du Président de la République de créer une nouvelle ville s’étalant sur 1000 hectares découle de la nécessité de désengorger la Capitale. « Antananarivo a été construite pour 300 000 habitants. Actuellement, l’on compte 2 500 000 habitants dans la Ville des Mille. L’intérêt de la majorité va vers la construction d’une nouvelle ville parce que la ville d’origine est saturée », indique ainsi Lalatiana Andriatongarivo.  Mentionnant les résultats d’études menées par des urbanistes, la ministre indique que le site a été choisi parce qu’il se situe sur la rive gauche de la rivière Ikopa qui est non inondable. «  Il n’y a donc pas de raison que le remblai des rizières favorise les inondations », réplique la ministre, aux contestataires qui évoquent les risques d’inondation des parties alentours durant la saison des pluies. La porte-parole du Gouvernement s’interroge par ailleurs sur les véritables intentions des contestataires du projet.

Et de préciser plus tard au cours de son intervention que le choix du site d’Ambohitrimanjaka est dicté par des questions de coûts, de commodités et de pratiques. Lalatiana Andriatongarivo rappelle en effet que la majorité des propriétaires des terrains concernés par le projet ont accepté de quitter les lieux, à l’amiable et ou par expropriation. « Les propriétaires de terrains à Ambohitrimanjaka ont eu un choix, entre être indemnisés, ou recevoir un terrain d’une superficie trois fois supérieure à la sienne auparavant », indique-t-elle.  La ministre réfute par ailleurs les arguments selon lesquels le projet va à l’encontre de la politique de l’Etat en matière d’autosuffisance alimentaire. Elle de rappeler en effet que  les 1000 ha de terrains nécessaires ne sont pas tous des rizières et d’autre part, le pouvoir envisage d’exploiter 100 000 hectares dans cinq ans. La porte-parole du Gouvernement pointe en outre du doigt la présence d’un député TIM, à la tête des manifestants. « L’objectif semble être de torpiller les initiatives en faveur du développement. Le débat politique est nécessaire. L’important devrait toutefois être de regarder ce qui opte pour le développement du pays et ce qui ne l’est pas. Antananarivo est bâti sur des rizières qui ont été remblayés », indique-t-elle. Questionnée sur les financements, Lalatiana Andriatongarivo soutient finalement que la grande partie du budget étatique inscrit dans la loi des Finances rectificative adoptée, il y a quelques mois, devrait permettre de débuter les travaux au Tanamasoandro, c’est-à-dire les remblais, ainsi que de procéder aux indemnisations.  La rédaction

La Vérité0 partages

Grâce présidentielle pour certains détenus - « Un pas dans la bonne direction », selon Amnesty Inter...

Un bon point pour Madagascar. L’annonce du Président de la République, Andry Rajoelina concernant l’application imminente d’une grâce présidentielle en faveur des détenus accusés d’infractions mineures n’a pas laissé les organisations internationales indifférentes. Dans une déclaration publiée avant hier, Amnesty International a salué cette initiative présidentielle qui, selon cette organisation, constitue « un pas dans la bonne direction » et doit être concrétisée de façon immédiate. Sur cette lancée, l’organisation encourage la cessation de toutes les détentions arbitraires ainsi que la libération de toutes les personnes en détention provisoire pour des infractions mineures commises sans violence. L’accélération des procédures dans le traitement des autres détenus est également encouragée. « Certaines personnes se trouvent en détention provisoire depuis des années sans jugement, parfois pour des infractions aussi insignifiantes qu’un vol de poulet », selon Amnesty International. Des propos qui rejoignent l’argument du Chef de l’Etat lors de l’annonce de ladite décision au cours d’un déplacement à Fianarantsoa, la semaine dernière. D’ailleurs, l’homme fort du pays avait, pour l’occasion, procédé à la pose de la première pierre en vue de la construction d’une nouvelle prison aux normes internationales dans la capitale du Betsileo. Un chantier qui s’inscrit dans le projet de désengorgement des prisons malagasy.

Surpeuplement Le surpeuplement des maisons de détention constituent une réalité alarmante qui n’a cessé de faire parler la Grande île auprès des organisations internationales œuvrant dans la promotion des droits de l’homme. Plusieurs interpellations  sur le sujet ont déjà été formulées à l’attention des dirigeants malagasy depuis de nombreuses années. Selon toujours les données d’Amnesty international, certaines prisons accueillent dix fois plus de prisonniers par rapport à leur capacité d’accueil. Du coup, le respect des conditions humaines est pratiquement inexistant.  L’organisation dénonce le recours excessif et injustifié à la détention provisoire comme un danger pour la vie des personnes concernées pouvant être des hommes, des femmes voire des enfants.  Amnesty international réitère ainsi son appel en vue de stopper toutes les autres détentions arbitraires et prolongées. Elle recommande deux options : soit la libération des détenus concernés  soit l’examen de leur situation de détention par une autorité judiciaire. En tout cas, l’application effective de cette décision présidentielle devrait faire avancer le rang de Madagascar dans le classement des pays observant un respect des droits humains.La Rédaction

La Vérité0 partages

Naina Andriantsitohaina - Au contact de la population du 3è Arrondissement

Pour son troisième jour de descente dans les quartiers de la Capitale, le candidat à l’élection du maire de la Municipalité d’Antananarivo, Naina Andriantsitohaina est descendu dans  les quartiers d’Avaradoha, de Besarety, Mahavoky et Ampandrana dans le troisième Arrondissement. Comme lors de ses descentes dans le deuxième et le premier Arrondissements la veille, le porte-fanion de l’Isika rehetra Kaominina miaraka amin’i Andry Rajoelina a été accompagné par la députée élue localement, Aina Rafanomezantsoa ou Anyah et des candidats aux postes de conseillers municipaux, notamment cette fois- ci par Clémence Raharinirina tête de liste de l’IRK à Antananarivo. L’occasion pour le prétendant à la mairie de rencontrer et d’écouter les doléances des habitants. Au lendemain d’une journée de pluie qui a déjà montré les limites des canalisations dans cet Arrondissement, la nécessité de réhabiliter ces infrastructures d’assainissement a inévitablement été au cœur des échanges avec les représentants de la population.

Face à ce souci permanent des habitants à la tombée de la saison des pluies, la collaboration de tout un chacun a été soulevée par le candidat de l’IRK. Une sensibilisation au renforcement de la préservation des biens communs et de la propreté a été évoquée. En outre, durant les échanges, il a également été souligné la nécessité de revoir l’organisation du marché et de la circulation dans le quartier particulier de Besarety. Pareil dans le quartier d’Andravoahangy, où l’installation de rues piétonnes les jours de marché a été requise, afin de permettre au commerce de se développer et aux riverains de faire leurs achats en toute tranquillité. A contrario, il a été dit que les voitures devraient pouvoir circuler librement en dehors du marché. L’approvisionnement en électricité et en eau des quartiers, tout comme la réhabilitation des ruelles, ainsi que la construction d’infrastructures sanitaires, ont aussi figuré au cœur des échanges.Recueillis par L.A.

Midi Madagasikara0 partages

Athlétisme – Mondiaux : Lorien Damien établi un nouveau record national du 400 m

Engagé dans la 4e série de la course de 400 m aux côtés du numéro Un mondial, l’Américain, Norman, Lorien Damien Razanadrafomba a pulvérisé le record de Madagascar de cette épreuve au Championnat du monde de Doha, Qatar. Il a bouclé le tour de piste en 46’80 et termine sixième sur les sept athlètes qui ont pris le départ de cette course. L’ancien record a été réalisé  au Championnat du monde junior par Bruno Ediarimalala à Santiago, Chili le 07 octobre 2000 en 46’83. Lorien Damien est double médaillé d’or aux 10es Jeux des Iles de l’Océan Indien à l’Ile Maurice au 400 m et au 4 x 400 m. Fin de parcours alors pour Madagascar aux Mondiaux de Doha avec ce nouveau record sur 400 m.

T.H

Midi Madagasikara0 partages

« Manal’azy vita vacances » : Lola et Stéphanie se partagent Antsahamanitra

Lola et Stéphanie en symbiose.

Lola et Stéphanie, en voilà un duo des plus intéressants. Ensemble,  le prince du batrelaky et la starlette décident de donner satisfaction à leur public juste avant la rentrée. C’est au théâtre de verdure d’Antsahamanitra, dimanche.

Incontestablement, ce week-end est le tournant décisif de cette année. Si pour les futurs bacheliers, c’est le début des vraies vacances, pour le reste c’est celui du coup d’envoi de la rentrée. Dans les deux cas, la fête est de mise. Du côté d’Antsahamanitra, l’affiche semble être des plus alléchants. Avec Lola et Stéphanie, les amateurs de « mozika mafana » seront bien servis. Pour ce faire, ils sillonneront leurs albums tout en comptant les singles et ses tubes, autrement dit, en se dévoilant sous toutes les coutures. Les tubes comme « Nadety », « Tsy miala amin’azy », « Ohatr’anao ihany », « Dontsika », « Raosy jamba», « Tsy ahoako » vont sûrement remplir la piste… Des titres qui rappelleront pourquoi ils se sont fait un nom dans le monde du showbiz.

Fin de vacances. Reculer pour mieux sauter, histoire de bien préparer ses 20 ans de l’année prochaine. Ceci reste l’unique spectacle de Lola pour ce dernier trimestre de 2019. S’il se fait discret, l’interprète de « Nadety » concocte toujours quelque chose pour ses fans. Avec ses dernières pontes comme « Zah le zahagna », il retient toujours ses fans sur le qui-vive, et ils ont raison de l’être. Pour sa part, Stéphanie reste à proximité de ses fans. Ici ou ailleurs, elle émerveille les inconditionnels. Récemment en tournée en Europe et aux Etats-Unis, la belle ne laisse pas pour autant ses fans à Madagascar. La preuve, son agenda bien chargé et de nouveaux titres disponibles sur tous les médias. Afin d’entretenir la proximité, Stéphanie n’hésite pas à impliquer ceux et celles qui aiment relever des défis.

Collecte de fonds. Afin de joindre l’utile à l’agréable, initiative de l’EKAR Antsobolo, la somme récoltée servira à réhabiliter les infrastructures de l’église. Si le jeune public constitue la cible principale des deux chanteurs, il n’empêche en rien la venue en famille ou entre amis.

Zo Toniaina

Midi Madagasikara0 partages

Toamasina : Lasa fieren-jiolahy ireo « trano sachet » eny amoron-dranomasina

Ny sabotsy nifoha ny alahady teo, dia nisy fianakaviana avy namonjy fetim-pianakaviana avy any Mangarivotra namonjy fodiana tao Ampasimazava. Efa nandrasan’ andian-jiolahy teo am-bavahady anefa izy telo ireto ka avy hatrany dia voaambana antsy. Niditra tao an-trano izy ireo ka lasan’ireo jiolahy tamin’izany ny vola tao an-trano mitentina 560 tapitrisa ariary, finday telo avo lenta ary kitapo nisy antontan-taratasy maromaro. Vao lasa nandositra ireto jiolahy tamin’io fotoana io dia niantso ny polisin’ny boriborin-tany faha-02 ireo niharan’ny fandravana, ka nanomboka teo ny fisavana sy ny fanaraha-maso. Raha nanao ny asany ny polisim-pirenena dia tratra tao anaty “trano sachet” eny amoron-dranomasina ireo jiolajy 05 nanao ity fanafihana tao Ampasimazava ity, mbola niaraka tamin’ny antsy nampiasain’izy ireo. Mbola tratra tao amin’izy ireo koa ny zavatra nangalarin’izy ireo hatramin’ny vola izany ary efa tafaverina tamin’ny tompony. Efa ataon’ny jiolahy eto Toamasina fierena indray izany ny “trano sechet” eny amoron-dranomasina, noho izany loza mitatao amin’ny vahoaka izany ny fisiany amin’izao fotoana izao, satria tsy vitan’ny efa manimba ny fahatsaran’ny moron-dranomasina sy mitondra loto eny amoron-dranomasina, izao indray izany fieren’ny jiolahy avy manao ny asa ratsiny sy fanafihana ataon’izy ireny. Mila mandray ny andraikiny ny PDS amin’izao olana izao, hoy ny polisim-pirenena.

Malala Didier

Midi Madagasikara0 partages

Imerintsiatosika : Conduite en état d’ivresse provoque trois blessés

Un tragique accident s’est produit sur la RN1. Une voiture s’est renversée dans un ravin à Fonenana, commune Imerintsiatosika samedi dernier aux environs de 17 heures. Le véhicule est tombé dans un creux de 20 mètres. Le drame a fait trois blessés dont un très grave avec fracture du bras. L’automobile est  complètement détruite. Selon les informations qui nous sont parvenues, la voiture a roulé à vive allure dans un virage et le chauffeur en état d’ivresse. Les deux autres passagers étaient également ivres. Ces victimes venaient d’assister à une fête familiale, à un « famadihana » a-t-on appris. Quelques minutes après les faits, des gens se sont rués vers le lieu de l’accident et ont commencé à se rassembler autour. Curieux et badots. D’autres voitures de passage qui ne sont autres que celles de leurs proches se sont arrêtées et les ont transportés à l’hôpital d’Imerintsiatosika. Parmi eux, l’un a dû être évacué à l’HJRA à cause de la gravité de la blessure. Dommage, la gendarmerie n’a pas pu faire le constat de l’accident.

Voarisoa Davidson

Midi Madagasikara0 partages

Commune urbaine de Toliara : 16 mois de salaires impayés, les employés en grève générale

Grève générale à la commune urbaine de Toliara.

Elle n’est pas la seule commune qui connaît des problèmes de trésorerie faute de subventions de l’Etat.

La machine administrative est paralysée à la commune urbaine de Toliara. En effet, les employés observent une grève générale depuis avant-hier faute de paiement de leurs 16 mois de salaires. Cette grève générale intervient à moins de deux mois des prochaines municipales. La commune urbaine de Toliara est actuellement pilotée par un intérimaire, et ce depuis que le maire Rabehaja Jean était élu député de Toliara I. La commune urbaine de Toliara n’est pas la seule commune qui connaît des problèmes de trésorerie faute de  subventions de l’Etat. La commune urbaine de Toamasina en a connu. La commune urbaine d’Antsirabe a été déjà également confrontée aux mêmes difficultés. Sans parler du cas d’autres communes urbaines et rurales qui n’arrivent pas à régler les salaires de leur personnel.

Bonne gouvernance financière et fiscale. La commune urbaine d’Antananarivo a fait exception durant le mandat qui vient d’expirer. Ayant hérité des lourdes dettes laissées par ses prédécesseurs, la maire Lalao Ravalomanana a pu se libérer de ces fardeaux. Et encore, durant le mandat de cette dernière, le personnel de la commune urbaine d’Antananarivo n’a jamais connu des problèmes de salaires. Au contraire, des primes lui ont été octroyées. Pendant les quatre années passées à l’Hôtel de ville, Lalao Ravalomanana a pratiqué la bonne gouvernance financière et fiscale. Un choix qui lui a permis de gérer à bon escient l’argent des contribuables et de réaliser les projets de la mairie malgré l’absence de subvention de l’Etat.

R. Eugène

Midi Madagasikara0 partages

Ankazobe : Olona roa matin’ny pesta

Voaporofo tanteraka fa valan’aretina pesta no nahafaty ireo olona roa, mpianaka tany Ankazobe. Avy eo anivon’ny minisiteran’ny fahasalamana ny fanamarinana. Ireo zandary tao an-toerana no nahazo tatitra voalohany mahakasika ity tranga ity, ka nampandre ny CSB2. Tsy nisy fanomezana taratasy fanamarinam-pahafatesana sy ny antony nahatonga izany, tamin’ilay olona izay maty voalohany, zazalahy 14 taona. Rehefa izany, dia tsy fantatra mazava ny nitarika ny fahafatesany ary avy hatrany dia nalevina. Herinandro taty aoriana, dia narary koa ny rainy ary maty tany amin’ny toeram-pitsaboana. Talohan’ny nahafatesany, dia nahavita nitantara ny nanjo an-janany izy vao maty herinandro mialoha an’io ity raim-pianakaviana ity. Teo vao nikorapaka ny rehetra, satria raha ny famaritana rehetra nataon’ilay rangahy, dia pesta no nahafaty an-janany izany. Noraisina arak’izany ny fepetra teo amin’ilay tanàna nisian’ny fahafatesana. Natao fizaham-pahalasamana ny olona  11 izay nahiana ho voa. Ny iray tamin’ireo no nahitana soritra fa voan’ny valan’aretina pesta ary nomena fitsaboana faran’izay malaky. Raha ny fanamarihana avy tamin’ny mpiasan’ny fahasalamana dia toa tsy dia taitra amin’ity loza manambana ity ny iray tanàna. Misy arak’izany ny fepetra horaisina amin’io faritr’Ankazobe; izay isan-taona dia niaingan’ny pesta hatrany.

D.R

Midi Madagasikara0 partages

CNTTM : Une plateforme de concertation pour améliorer le travail maritime

Lors de la première réunion du CNTTM.

Un Conseil National Tripartite du Travail Maritime (CNTTM) a été mis en place par l’Etat par voie de décret l’an dernier.

« Il s’agit d’une plateforme de concertation entre l’administration y compris l’Agence Portuaire Maritime et Fluviale et les organisations professionnelles d’employeurs tels que les armateurs de pêche et de transport maritime ainsi que les organisations syndicales et professionnelles des gens de mer », a expliqué le Secrétaire général du ministère du Tourisme, des Transports et de la Météo, Jean Luc Rakotovahiny, lors de la première réunion de ce Conseil National hier. « Bien que Madagascar n’ait pas encore adopté les conventions internationales relatives à la promotion du travail maritime, la mise en place de cette structure constitue une étape vers leur mise en application dans le pays », a-t-il poursuivi.

Régularisation du secteur. Il faut savoir que ce CNTTM a pour mission de contribuer à l’élaboration et à la mise en œuvre d’une politique nationale dans les domaines de l’emploi, de la formation, des conditions de travail, du bien être et des salaires des gens de mer et des marins pêcheurs. L’Agence Portuaire Maritime Fluviale (APMF), pour sa part, assure la régularisation du secteur maritime tout en veillant à l’amélioration des conditions du travail maritime. « Cela porte notamment sur l’encadrement juridique et le contrôle de l’application des réglementations et des conventions maritimes internationales. Le contrôle du respect des normes surtout internationales des formations prodiguées par de centres au profit des gens de mer, n’est pas en reste », a souligné le Capitaine de Vaisseau, Jean Edmond Randrianantenaina , le Directeur général de l’APMF, à cette occasion. Notons qu’à l’issue de cette première réunion du CNTTM, les parties prenantes ont proposé des recommandations qui feront l’objet de discussions à leur prochaine rencontre.

Navalona R.

Midi Madagasikara0 partages

Coopération INSTAT – Police nationale : Une base de données unique sur l’insécurité et la criminal...

Un protocole d’accord a été signé hier entre la Direction Générale de la Police Nationale et la Direction Générale de l’INSTAT (Institut National de la Statistique), en vue de mettre en place la première base de données unique sur l’insécurité et la criminalité à Madagascar. « D’un côté, la Police nationale dispose d’informations issues des bases de données de la gestion de la sécurité où figure l’évolution des différentes affaires reçues et traitées par la Police nationale, les infractions selon leur nature, les nombres et caractéristiques des auteurs présumés coupables, afin d’identifier les actions à entreprendre pour améliorer la sécurité en général et d’offrir des informations fiables au public. De l’autre côté, l’INSTAT, en tant que producteur des statistiques officielles de Madagascar, produit des informations sociales utiles au suivi/évaluation des programmes de développement, en considérant l’importance majeure de la sécurité comme une nécessité au regard de la vie quotidienne. Et c’est la raison pour laquelle la publication des informations fiables, à partir des statistiques officielles de la Police nationale, est devenue indispensable. Elles donneront un aperçu des réalités autour de l’insécurité en s’appuyant sur des outils permettant de quantifier les délinquances ainsi que leur évolution. Une des missions principales de l’INSTAT est l’exploitation et la diffusion des données de façon courante », ont indiqué les deux parties, lors de la cérémonie de signature qui s’est déroulée à Anosy.

Outil de travail. A noter que la paix et la sécurité figurent parmi les axes prioritaires de la Politique Générale de l’Etat (PGE). La mise en place de la base de données unique s’inscrit donc dans le cadre des actions menées par le Gouvernement, pour garantir la paix durable dans tout le pays. En effet, l’INSTAT et la Police nationale, institutions ayant toutes deux de fortes expériences et implication dans la production, la valorisation, l’analyse et la diffusion de données, reconnaissent la nécessité de prendre en compte les nouvelles priorités de la politique de développement actuelle, d’où le renforcement de leur partenariat dans ce cadre. Les données et informations statistiques issues de ce partenariat constituent un outil de travail important pour la prise de décision en matière de renforcement de la sécurité dans le pays.

Antsa R.

Midi Madagasikara0 partages

Tournée : Mahaleo au complet pour Antsirabe et Antananarivo

Malgré les quelques soucis de santé, Mahaleo n’oublie pas ses fans.

Trois dates à retenir avec le groupe Mahaleo. La première sera le 4 octobre à Antsirabe, au restaurant  « Le Rêve » à partir de 19h30. La seconde sera également dans la même ville, le folk band se déplacera cette fois dans leur antre, au lycée « Saint Jo » à 15h. Pour Antananarivo, il s’agit de la « der des ders » à Antsahamanitra le 13 octobre à la même heure De beaux moments en perspective, surtout pour les fans de cette formation.

Pour ceux ou celles qui en doutent, la voix de tête du groupe, Fafah, se trouve sur les affiches de ces trois représentations. Il a donc recouvert la santé après des soucis qui l’ont tenu éloigné de la scène. Ce sera ainsi une forme de mini retrouvailles entre lui et les inconditionnels de Mahaleo. Mieux encore, les cinq membres actuels du groupe sont tous sur les annonces. Bekoto est maintenant l’aîné de cette fratrie musicale, Dama, Dadah, Charles et Fafah.

Il est plus que sûr qu’Antsahamanitra sera plein à craquer ce 13 octobre. Un moment à inscrire en gras dans l’agenda des inconditionnels. Si le groupe a toujours gâté les autres régions et les fans de la diaspora, Antananarivo a été quelque  peu délaissé. Le moment est venu de retrouver les « Lendrema », « Somambisamby » et d’autres parmi les meilleurs.

Maminirina Rado

Midi Madagasikara0 partages

Antsirabe : Talen-tsekoly  iray karohin’ny mpitandro filaminana  

Mitohy ny fikarohana ny talen’ny  sekoly «Les Marmailles » ao Antsirabe. Raharaha tsy famonjena mpianatra niharan-doza no hanenjehina ity taleha ity. Volana vitsivitsy lasa izay, mpianatra iray tao amin’io sekoly io no namoy ny ainy vokatry ny fianjerana avy eny an-davarangana. Voalaza fa tokony ho avotra ihany ny ain’io zaza io raha toa ka nisy ny fitsaboana sy fikarakarana azy. Tsy nisy anefa izany ary tsy tana ny ain’ilay zaza. Nitory avy hatrany moa ny ray aman-drenin’ity farany  ary efa niakatra teo alohan’ny fitsarana izao raharaha izao saingy nahazo fahafahana vonjimaika ilay Tale. Tsy nahafa-po ny fianakavian’ilay niaram-boina izany fanapahan-kevitra izany ka mbola namerina nampiakatra ny raharaha izy ireo. Nahazo famonjana vonjimaika ity Tale ity saingy tsy hita popoka izay nalehany nanomboka teo. Manoloana izany dia namoahana didy fikarohana ilay Tale ary fantatra fa tsy izy irery no karohina fa misy namany hafa tafiditra anatin’ity raharaha ity.

Voarisoa Davidson

Midi Madagasikara0 partages

Volley-ball – Championnats nationaux : 70 équipes attendues à Mahajanga

Les gendarmes sont prêts à défendre leur titre à Mahajanga.

Deux semaines chargées. Du 8 au 20 octobre, la ville de Mahajanga sera l’hôte des championnats de Madagascar de volley-ball, U16 garçons et filles,U20 garçons et filles seniors dames et hommes et le volley loisir mixte. Pour Analamanga, chez les séniors dames quatre équipes seront engagées à savoir JMVB, AMVB1, BIAS et VBCD. La finale du championnat d’Analamanga s’est disputée dimanche dernier au Gymnase d’Ankatso avec le sacre de la JMVB par trois sets à un face à Bi’AS, ( 25-17/ 25-12 / 21-25 / 25-17). Chez les hommes, la Gendarmerie Nationale Volley-Ball (GNVB), championne de Madagascar en titre qui vient de confirmer aussi à Analamanga contre COSFA par 3 sets à 0, ( 25- 19 / 25 – 17 / 25 – 23 ) est qualifiée d’office. Quatre autres formations d’Analamanga seront également de  la partie. Il s’agit du COSFA, de la JSAa, de la JSAb et de l’AS VOARA. La ligue d’Analamanga demande un rajout de sixième d’équipe avec Pole, qui a le niveau et peut défier les autres formations. Dix -neuf équipes dont onze chez les hommes et huit du côté des dames se sont engagées auprès de la fédération dans la catégorie seniors hier matin. Au moment où nous mettions sous presse, la liste défénitive des engagés n’est pas encore connue. Chez les jeunes, un maximum de 16 équipes est attendu. Vendredi dernier, elles étaient dix équipes à confirmer leur participation dans la catégorie U16. Les ligues Analamanga et Atsinanana ont demandé d’aligner plus d’équipes. « La fédération n’a pas d’objection par rapport au rajout d’équipes, mais, cela dépendra des  nombres d’engagés au final dans chaque catégorie. Pas moins de 70 équipes seront attendues à Mahajanga» a souligné Jean Honoré Razafinjatovo, directeur technique national de la fédération malgache de volley-ball. Les U16 et U20 entreront en action du 08 au 13 Octobre 2019 suivis des séniors du 23 au 22 octobre et du volley loisir mixte du 14 au 20 octobre.

T.H

Midi Madagasikara0 partages

Sénat : Mananjara Andriambololona menacé de destitution

« La déchéance d’un député peut également être prononcée par la Haute Cour Constitutionnelle s’il dévie de la ligne de conduite de son groupe parlementaire ». Ces dispositions de l’article 73 alinéa 3 de la Constitution sont applicables par analogie au Sénat. Ce qui a amené le président de la Chambre Haute Rivo Rakotovao à saisir la HCC aux fins de déchéance du sénateur Mananjara Andriambololona à qui il est reproché d’avoir dévié de la ligne du groupe parlementaire HVM au nom duquel il a été élu.

Intérim. Rappelons que le sénateur en question avait été pourtant désigné par Rivo Rakotovao pour être président du Sénat par intérim lorsqu’il a été lui-même amené à exercer à titre provisoire les fonctions de président de la République après la démission pour cause de candidature à la magistrature suprême, de Hery Rajaonarimampianina.

HVM. Le vice-président du Sénat pour la province d’Antananarivo risque ainsi d’être déchu et déçu comme c’était le cas de l’ex-sénateur TIM Jeannot Fernand qui avait choisi  d’être tête de liste IRD dans le District d’Ambato-Boeny aux dernières législatives. En mars 2019, il avait démissionné du parti de Marc Ravalomanana qui avait alors demandé et obtenu sa déchéance auprès de la HCC. Cette fois-ci, c’est le HVM qui veut la tête de Mananjara Andriambololona.

R. O

Midi Madagasikara0 partages

Fiadanana Ankazobe : Trois nouveaux cas de peste dont deux décès

Le rat est l’un des principaux réservoirs naturels de la peste. (Photo d’archives)

Un adolescent de 14 ans et son père d’une quarantaine d’années ont succombé à la peste la semaine dernière à Fiadanana Ankazobe, tandis qu’un jeune homme de 20 ans, dont le diagnostic de peste vient d’être confirmé, a été pris en charge dans le centre de santé de base (CSB II) de la même localité. Celle-ci est citée comme étant un foyer de peste, presque à chaque saison pesteuse.

Selon toute vraisemblance, c’est le cas d’un adolescent, décédé et inhumé le 21 septembre 2019, qui est à l’origine des cas de peste confirmés dernièrement à Fiadanana Ankazobe. Le premier cas accueilli dans le CSB II de cette localité le 26 septembre 2019, était un père de famille de 40 ans, arrivé dans ce centre de santé dans un état grave, la maladie l’ayant déjà fortement affaibli. Les résultats positifs des tests effectués sur ce patient ont permis de confirmer le diagnostic de peste bubonique. Malheureusement, il ne survivra pas. Le second cas, accueilli le même jour, est celui d’un jeune homme de 20 ans, présentant lui aussi des symptômes de la peste bubonique, notamment la présence de ganglions enflés. Ses tests se révèleront également positifs. Pris en charge dans le CSB II, dans un état moins grave que le premier patient, il a pu recevoir les traitements adéquats et a survécu à la maladie.

Chimio prophylaxie. L’interrogatoire de ces patients par les médecins ont permis de relier ces deux cas de peste, confirmés par les tests biologiques, au décès de l’adolescent survenu quelques jours auparavant, probablement de la peste. Les proches et familles ont pourtant côtoyé le défunt, préparé le corps, assisté à la veillée mortuaire, et à l’enterrement. Des situations qui, lorsqu’il s’agit de peste, sont des portes ouvertes à une contamination de toutes les personnes ayant été en contact avec le défunt. Si ce cas avait été signalé plus tôt, l’entourage aurait reçu beaucoup plus tôt des traitements prophylactiques. C’est désormais chose faite pour l’entourage des patients. Une dizaine de personnes ayant été en contact avec eux, présentant ou non des symptômes suspects, ont déjà bénéficié d’une chimio prophylaxie. Les habitations ont également été désinfectées, permettant d’éliminer les puces et autres rongeurs, vecteurs de la peste. Il en était de même pour le caveau familial où l’adolescent décédé a été inhumé, ainsi que les alentours.

Mesures. Le ministère de la Santé publique n’a pas manqué de souligner l’importance des mesures préventives et de sensibiliser le public à ce propos. La meilleure chose à faire afin que les malades puissent être pris en charge à temps, et de leur sauver la vie, est de venir sans tarder auprès des formations sanitaires dès qu’il y a des symptômes suspects, a-t-il été souligné. Parmi les symptômes en question figurent la forte fièvre soudaine, accompagnée d’autres signes notamment la présence de ganglions inflammatoires, des maux de tête, une grande fatigue et atteinte de l’état général du malade. Le directeur de la Promotion de la santé, souligne en particulier l’importance de la mobilisation des communautés et des collectivités de base au niveau des fokontany, des communes et des districts, afin de favoriser une meilleure circulation des informations en cas de suspicion de peste, et ce, en vue d’une prise de responsabilités rapide et une synergie des actions. Tout cela, afin d’éviter les décès et la propagation de la maladie.

Hanitra R.

Midi Madagasikara0 partages

Madajazzcar : Nully et son « Gafunk » en première ligne

Le bassiste de la place actuellement, Nully Ratomosoa.

14 jours à tout casser, le festival Madajazzcar entame la première ligne droite, il durera du 03 au 17 octobre. Un concert de Nully Ratomosoa au « Point d’Exclamation » Analakely est prévu au programme, vendredi soir.

Le festival international Madajazzcar débute demain. C’est parti pour deux semaines de musique. Nully Ratomosoa fait partie de ceux qui vont garnir cette première semaine, avec un concert au « Point d’Exclamation » Analakely, vendredi, à partir de 21h. Pour une trentième édition, voir l’un des meilleurs bassistes de sa génération, c’est tout à fait logique. Depuis ces années  Nully alignait les collaborations et les concerts. Il fait maintenant partie des références dans le milieu des bassistes malgaches. Son style inspiré du « hosika », genre traditionnel d’Ambatondrazaka, mélangé avec du jazz, se transforme en du funky explosif, du groove sincère…

« Nous allons proposer le concept Gafunk, le style que nous proposons toujours dans nos tournées. A la base, il y a du funk mais la ligne mélodique tire beaucoup des styles malgaches comme le ‘salegy’, le ‘baoejy’… D’ailleurs, à chacune de nos représentations, des spectateurs au sein du public sont emportés par le style et n’hésitent pas à prendre le micro », met en avant Nully. Pour ce concert, ce sera un quartet basique. Au niveau du plateau musical, il y  aura « quelques interprétations de Marcus Miller ou Victor Woten ». Il faut tout de même souligner que ce bassiste est un des rares à créer des compositions. Alors, il chantera aussi ses créations comme « Zanahary nanabe azy », « Handao hisôma », «  Fanahy maha olo »…

Dans la marmite. Pour les non-connaisseurs, Nully Ratomosoa a débuté la musique en 2001, une époque assez trouble pour commencer. En tant que musicien d’église d’abord, mais le jazz trottait déjà dans sa tête. L’ascension est rapide. Dès 2004, le bassiste se présente à un concert à l’Alliance française d’Ambatondrazaka. Et là, il joue du jazz. En fait, dès ces 9 ans, le jeune apprenti jouait déjà de la guitare six cordes. A 14 ans, en tant que bassiste, il jouait déjà dans les cabarets de la capitale malgache du riz. Et puis la roue tourne. Le talent de Nully lui a permis d’accompagner les maestros comme Dadah de Fort-Dauphin, Tsiliva, Mika et Davis… Malgré un parcours déjà très riche, Nully Ratomosoa ne prend pas à la légère ce concert au « Point d’Exclamation ».

L’artiste est connu pour sa rigueur au travail. D’autant que le lieu est classé dans le top des spots musicaux de la Capitale. Nully Ratomosoa, ce sera donc à partir de 21 h au « Point d’Exclamation » Analakely. Un voyage rythmé.

Maminirina Rado

Midi Madagasikara0 partages

Rugby : Nino et Malagasy Rugby main dans la main

Lors de la signature d’une convention de partenariat entre Malagasy Rugby et Nino Design International.

Grande première pour l’ovale malgache qui vient de s’offrir les services d’un équipementier officiel, malgache de surcroît, en l’occurrence Nino Design International.

Une signature de protocole d’accord s’est tenue hier, au Palais des Sports Mahamasina, entre Malagasy Rugby et Nino Design International. Une très belle initiative qui a ravi non seulement le ministère de tutelle représenté par la DGS, Rosa Rakotozafy, mais surtout les joueurs de rugby présents. Il ya eu un défilé de présentation des nouveaux maillots dont la qualité n’est plus à prouver.

Le capitaine des Makis, Fab, a pris la parole pour remercier tout le monde non sans confier qu’il est aujourd’hui fier de porter d’aussi belles tenues et qu’il ferai tout pour faire honneur à cette belle initiative.

Le président de Malagasy Rugby, Marcel Rakotomalala, s’est réjoui d’ avoir conclu cet accord avec Nino tout en revenant sur les faits d’armes du rugby de ces derniers mois et plus particulièrement de la médaille d’ or des Jeux des Îles où les joueurs de rugby  à 7 ont ravi la victoire avec une tenue signée par Nino.

Le DG de Nino, Jocelyn Razafimamonjy a, pour sa part, réitéré sa volonté de servir le sport à Madagascar et le rugby en particulier. Il a surtout mis l’accent sur les objectifs mutuellement avantageux et espèrent revoir Madagascar se qualifier pour les Jeux Olympiques de Tokyo. Le contrat du partenariat durera deux ans, notamment deux saisons sportives.

Clément RABARY/Manjato Razafy

Midi Madagasikara0 partages

INSTAT – MICA : Une convention pour une meilleure coordination des statistiques

Le partenariat entre pouvoir public est aussi un facteur du développement économique.

Les statistiques fiables figurent parmi les éléments essentiels pour une meilleure planification du développement économique. Raison pour laquelle, l’administration se dote actuellement de tous les éléments nécessaires pour cette bonne planification du développement.

Objectif commun

A cet effet, le Ministère de l’Economie et des Finances à travers l’Institut National des Statistiques (INSTAT) et le ministère de l’Industrie, du Commerce et de l’Artisanat a mis en place une convention de partenariat en vue d’une synergie d’actions entre les deux parties et de fixer le cadre de collaboration pour une échange de données statistiques et d’indicateurs relatifs aux secteurs dont le Ministère est en charge. L’objectif commun recherché par les parties est de contribuer au processus de l’émergence de Madagascar à travers la mise en place d’un système de suivi et évaluation de l’ensemble des activités dans le secteur artisanat. Ensuite il s’agit d’obtenir des informations sur les conditions socioéconomiques des acteurs et des communautés qui y sont impliqués directement ou indirectement. Enfin, il s’agit aussi de disposer des données sur la contribution du secteur dans l’économie nationale et à l’émergence de Madagascar.

200.000 artisans

Concrètement, le partenariat consiste pour l’INSTAT à appuyer la Direction Générale de l’Artisanat à réaliser un certain nombre de missions. Entre autres, de faire le recensement des artisans sur tout le territoire national, sur base des informations du RGPH3 (estimé entre 2 à 4 millions),

d’identifier une cohorte de 200.000 artisans à bénéficier directement de l’appui du MICA pour 2019 à travers la professionnalisation (carte), la formalisation, et enfin d’établir le profil de l’artisan et de l’artisanat malgache (conditions de vie, revenus-dépenses, caractéristiques sociodémographiques, valeur ajoutée…). Le ministre de l’Economie et des Finances Richard Randriamandrato et la ministre de l’Industrie du Commerce et de l’Artisanat Lantosoa Rakotomalala ont assisté à la signature de cette convention entre l’INSTAT et le MICA.

R.Edmond

Midi Madagasikara0 partages

« E-talk » : L’histoire de la NASA à Madagascar avec Norbert Jaonarison

Les vestiges de la présence de la NASA à Madagascar le long de la RN1.

Plongée dans l’histoire moderne de Madagascar le 08 octobre à partir de 14h avec le programme E-Talk de l’ambassade américaine à Andranomena sur « Imerintsiatosika sy ny NASA teto Madagasikara », littéralement, « Imerintsiatosika et la NASA à Madagascar ». L’intervenant sera le technicien Norbert Jaonarison. Quand on passe sur la route nationale 1, on entend souvent les souvenirs d’un passé pas trop lointain où les Américains avaient des bases de l’agence d’aéronautique la plus célèbre du monde entre Imerintsiatosika et Arivonimamo. La grande antenne parabolique qui se trouve sur cet axe témoigne encore de cette époque.

Jusqu’à maintenant, peu de choses ont été dites sur les travaux menés par les spécialistes américains dans ces bases. D’autant qu’à une certaine époque, la guerre des étoiles et la course aux planètes battaient leur plein. Sans oublier les premières médiatisations des apparitions inexpliquées dans le ciel. Dans la morale populaire américaine, la NASA est aussi symbole de mystère et de secret de l’Univers. Norbert Jaonarison a travaillé dans ces bases en terre malgache avant qu’elles ne soient contraintes par l’Etat de mettre les clés sous la porte. Voilà la version galvaudée jusqu’à maintenant, mais nul ne sait si la NASA a découvert ce qu’elle cherchait et a tout de suite pris la tangente. Norbert Jaonarison va éclairer toutes ces zones d’ombre.

Maminirina Rado

Midi Madagasikara0 partages

Météo : De la pluie jusqu’à vendredi

Le mois d’octobre est arrivé avec une pluie abondante. Une précipitation qui en a surpris plus d’un dans la capitale tananarivienne. Vers 16 h 30, la pluie est venue jouer les troubles fêtes, apportant avec elle son lot d’inconforts, d’énormes flaques ont envahi une grande partie des rues. Et pourtant, l’événement a été prévu par le service de météorologie de Madagascar. Malheureusement, bon nombre de personnes ne se sont pas munies de parapluies hier après-midi.

Pour le jour d’aujourd’hui et demain, il y aura encore beaucoup de pluies selon les prévisions météorologiques. Le calme ne sera de retour que vendredi. Puis, une petite note aussi concernant la température, 27° C pour la maximale et 15° C pour la minimale à Antananarivo en ce jour. Ces derniers temps, la chaleur s’est fait ressentir dans la Capitale. Et elle est plus intense dans les régions Betsiboka et Boeny avec un pic de 37°C.

Anja RANDRIAMAHEFA

Midi Madagasikara0 partages

Région Analamanga : Passation de service entre Hery Rasoamaromaka, et Vincent Ravomanana

Passation de service entre Hery Rasoamaromaka, et Vincent Ravomanana. (Photo Kelly)

La cérémonie de passation de service entre le nouveau gouverneur de la région Analamanga, Hery Rasoamaromaka, et Vincent Ravomanana qui assure également le rôle de chef de la Région intérimaire de la dite région a eu lieu, hier après-midi, à Ambohidahy. Et ce, en présence du ministre de l’Intérieur et de la Décentralisaation Tianarivelo Razafimahefa. Lors de son allocution, le nouveau gouverneur a surtout mis en exergue qu’il va surtout prioriser les infrastructures notamment les routes dans la région Analamanga.

Recueillis par Dominique R.

Midi Madagasikara0 partages

Forum national urbain : La 3e édition du 7 au 9 octobre au Village Voara Andohatapenaka 

Les grands projets du Gouvernement seront exposés au Forum National Urbain, selon les organisateurs.

Un tiers de la population malgache vit actuellement en ville. Cet indicateur atteindra  50% dans 20 ans, selon le Ministère de l’Aménagement, de l’Habitat et des Travaux Publics (MAHTP), qui a évoqué des défis énormes à relever pour le développement urbain.

« Les villes, levier de l’émergence de Madagascar ». Tel est le thème adopté pour la troisième édition du Forum National Urbain organisé par le MAHTP, du 7 au 9 octobre prochain. Bien que la répartition de la population indique une majorité en zone rurale, les villes de la Grande Ile contribuent à deux tiers du PIB national (Produit intérieur brut). « Un Malgache sur trois vit en ville. Et pourtant, nous avons un manque d’infrastructures, une défaillance dans l’assainissement, le transport, etc. De nombreux défis sont à relever. Il faut la contribution de tous pour trouver les meilleures solutions à ces problèmes que nous vivons actuellement. C’est pour cela que le Ministère organise ces trois jours de concertation ouverts à tous. D’ailleurs, le développement urbain figure parmi les priorités de Plan pour l’émergence de Madagascar (PEM) », a déclaré Harifidy Rahaingoson, directeur de la Communication auprès du MAHTP.

Résolutions. Outre les travaux de concertation, les organisateurs profiteront du forum pour vulgariser la loi sur l’urbanisme à Madagascar, adoptée en 2015, et qui doit être appliquée dans les grandes villes. De même pour les nombreux projets de mise en œuvre avec les partenaires issus du secteur privé, selon les explications. « Le Forum national urbain sera trois jours de concertation, de conférences, de partage d’expériences et de connaissances, tous suivis de débats. Il y aura également la participation des Communes. Des tables rondes avec le secteur privé, puis avec les bailleurs de fonds, seront au programme en vue de présenter les différents projets et d’identifier des opportunités de financement. Le Forum est ouvert au grand public et plus de 750 participants sont attendus », a affirmé Holisoa Felana, directeur du Développement des villes et de l’Habitat. Par ailleurs, les différents Ministères et institutions vont également exposer les projets urbains du Gouvernement. Selon les représentants du MAHTP, beaucoup de questions sont posées par le public, par rapport aux grands projets en cours. Selon leurs dires, les réponses seront présentées durant le  Forum. Des résolutions seront également adoptées après les ateliers de concertation. Une déclaration commune des participants est donc prévue.

Antsa R.

Midi Madagasikara0 partages

Andohanimandroseza : Trano lehibe nisy halatra jiro, mpiasan’ny Jirama atao fanadihadiana

Miainga eny amin’ny andrin-jiro dia efa misy mahavita manodina ny herinaratra.

Efa notapahana hatramin’ny taona 2017 ny jiro noho ny tsy fandoavana faktioran’ny Jirama. Rehefa nojirihan’ny manam-pahaizana anefa, dia nandeha hatrany ny herinaratra tao amin’io trano io hatramin’ny nahatrarana ny halatra ny 30 septambra teo. Trano lehibe misy rihana roa ary misy efitra maro, izany hoe tena mampiasa jiro maro no voakasika. Rehefa sarona ny ratsy, dia sahy avy hatrany ny tompon-trano ny nanolotra vola mitentina 600.000 ariary ireo olona niandraikitra ny fanaraha-maso. Vola izay tsy neken’ireo olona ary dia natao arak’izany ny tatitra tany amin’ny foibe. Nampananatsoina koa ny mpiasan’ny Jirama izay voarohirohy ho niray tsikombakomba tamin’ity tokantrano ity. Matoa mantsy tsy sarona nandritra izay fotoana lavabe izay dia nisy fanaromana ny halatra izay mpiasan’ny Jirama ihany no voatonona. Zava-misy toa izany matetika no isan’ny mamotika ity orinasam-panjakana ity ary indrindra koa, lasa ny besinimaro no mandoa ny vidin-jiro lanin’ny mpangalatra. Ny antanan-tohatra voalohany izay mandeha amin’ny raharaha toa izao dia ny fanerena ny mpangalatra jiro izay tratra mba handoa izay lany rehetra tao anatin’ny fotoana nanaovany ny halatra. Raha toa ka mandà izany izy dia entina eny amin’ny fitsaràna manan-kery ny raharaha ary mety hiafara tamin’ny sazy am-ponja. Mbola marobe ny mpangalatra jiro, indrindra eto an-drenivohitra. Mbola mitohy arak’izany ny fanenjehana azy ireo. Tsy mora anefa izany satria misy ny tena sarotra ny mitady ny fametrahana ny lalan-jiro mba tsy handalovany eo amin’ny « compteur ». Misy ny any anaty rindrina, misy ny any anaty fanaka fampirimana akanjo ary ny fomba hafa koa. Tamin’ity taona 2019 ity fotsiny, ny marimarina kokoa ny volana febroary ka hatramin’ny jolay, dia efa nahatratra 257 ny tratra, na nangalatra mivantana na an-kolaka. Ny 91 tamin’ireo no tena voaporofo fa nanodina herinaratra. Raha ny fanamarihan’ny Jirama hatrany dia vola mitentina 708 tapitrisa ariary mahery no azo tamin’ny fanefan’ny mpangalatra jiro ny halatra nataony. Isan’ny ezaka iray lehibe ny ady amin’ny halatra herinaratra ary izany dia isan’ny fanetribe ho an’ny mpanjifan’ny orinasam-panjakana Jirama. Raha ny zava-nisy hatrizay anefa dia tsy ny olon-tsotra ihany voakasik’izany. Efa maro ny biraom-panjakana izay na tsy mangalatra aza dia tsy mety manefa ny volan-jiro. Dia mbola ny mpanjifa tsotra hatrany koa no mizaka ny vokany…

D.R

Midi Madagasikara0 partages

Conservation de la biodiversité : Une politique de gestion des feux en gestation

Des rencontres avec des hauts responsables des ministères concernés par la politique de gestion des feux seraient bientôt organisées.

Les feux de prairie ou de brousses font des ravages dans les régions du pays. Une meilleure gestion des phénomènes devrait permettre de renforcer la conservation des ressources naturelles.

« Le feu fait partie de la culture malgache ». Ce sont là les propos du Dr Mamy Rakotoarijaona, directeur général par intérim (DGi) auprès du Madagascar National Park ou MNP lors d’un point de presse organisé à Mahajanga hier. En effet, les feux qu’ils soient volontaires ou non ont toujours été pointés du doigt par les fervents défenseurs de la protection de l’environnement comme l’une des premières causes de la dégradation de l’environnement à Madagascar. Les rapports des organisations de la société civile relatant la situation de la déforestation du pays ou encore les informations sur des feux de brousses observés dans le parc national d’Ankarafantsika en sont quelques manifestations. Face au contexte actuel, le gouvernement opte pour « l’élaboration d’une politique de gestion des feux».Ce, « dans le but de mettre en place une meilleure conservation des ressources naturelles ». Profitant du point de presse, le directeur général par intérim auprès du MNP de préciser que « la politique de gestion des feux ne devrait pas être du simple ressort du ministère de l’environnement et du développement durable ». «Les ministères de l’énergie, de l’agriculture et de l’élevage ou encore celui de l’aménagement sont aussi concernés » a-t-il lancé. Avant d’expliquer que « le feu ne correspond pas uniquement à la destruction ». Il s’avère, en effet, que le feu assure le cycle de la savane à Madagascar. Dans le sens où celui-ci garantit la régénération des brousses devant servir à l’élevage. La mise en place d’un système de zonage des régions s’imposerait si l’on s’en tient toujours aux explications du DGi du MNP. La politique de gestion entendrait dans ce cas « à contrôler le feu de sorte à ce que celui-ci soit confiné dans une zone prédéterminée ».

Répression. Le point de presse organisé à Majunga hier a également permis d’avoir des informations sur l’affaire « feux de brousses d’Ankarafantsika ». « Les dispositifs de contrôle ont été renforcés. Une mission de brigade mixte composée par des éléments des forces de l’ordre, d’officiers de police judiciaire et des « Ampanjaka » locaux a été dépêchée dans le parc et les communes environnantes » a-t-on fait savoir. Outre la sensibilisation et l’éducation des communautés locales sur l’importance de la conservation des ressources naturelles, la mission en question consisterait également à « des actions de répressions dans les communes environnantes du parc national d’Ankarafantsika».Ainsi, « trois personnes accusées d’être responsables des récents feux, défrichement et carbonisation illicite observés à Ankarafantsika ont été arrêtées par l’équipe de la brigade mixte depuis lundi dernier » d’après les dires d’Ihando Niaina Andrianjafy, directeur inter régional de l’environnement et du développement durable. Face au contexte de développement des feux de brousse à Madagascar, le DGi du MNP préconise « l’application des sanctions prescrites par les lois en vigueur ».Ce qui se constitue un défi de taille à l’autorité de l’Etat qui peine actuellement à s’imposer.

José Belalahy