Les actualités Malgaches du Lundi 02 Octobre 2017

Modifier la date
Midi Madagasikara447 partages

Epidémie de Peste : Branle bas de combat au niveau du gouvernement, prise de mesures drastiques

Le gouvernement va appuyer le SAMVA pour la collecte des ordures dans la capitale.

Le décès de l’entraineur de l’équipe Seychelloise de basket ball semble être la mort de trop pour que le gouvernement réagisse de façon « concrète » à la peste.

Contenir la peste, c’est le mot d’ordre que le gouvernement  a enfin martelé. Un mois et quelques jours après l’apparition d’un cas de décès due à la peste et un bilan qui s’alourdit de jour en jour (dont le décès de l’entraineur de l’équipe seychelloise de basket ball dans nos murs pour le tournoi de basket CCCOI et d’un enfant comorien), la volonté du gouvernement malgache de prendre enfin  ses responsabilités  s’est enfin manifestée. Pour ce faire, une réunion extraordinaire s’est tenue à Mahazoarivo samedi dernier pour discuter des mesures à prendre face à cette situation « non maitrisée » de la peste. Une situation que le ministre de la Santé publique explique comme étant causée par « une prolifération due à la non déclaration des cas ». « Cela s’explique  probablement par la honte des personnes concernées étant donné que la peste a toujours été considérée  comme étant la maladie des moins aisés, des gens des bas quartiers » a-t-il ajouté. Pour en revenir à la réunion extraordinaire, elle a été dirigée par le premier ministre Olivier Mahafaly, et a vu la présence de  quelques membres du gouvernement dont le ministre de la santé publique ainsi que les représentants de l’OMS, de l’Unicef et du PNUD. Outre les idées de campagnes de sensibilisations sur l’existence de la peste et de la manière de  la prévenir, des résolutions telles que la mise en place d’une « cellule de veille » dans toutes les régions de la Grande île  ont été prises  (ce qui pose la question de  l’organisation de la cellule avec les dispositifs de veille déjà mis en place par le ministère de la Santé publique et l’efficience de cette dernière).

Sévère. Une des mesures qui a le plus marqué, mais qui n’a pas vraiment été suivie par les personnes concernées (à l’instar du match de rugby qui a bel et bien eu lieu  au stade de Malakam hier), concernait « l’interdiction de manifestation publique ». Les fans de basket ball  sont les premiers touchés car ils ont dû rentrer chez eux et suivre les matches à la télé. Par ailleurs, la maladie a commencé à prendre une « proportion internationale ». Les médias étrangers  comme BBC, RFI et le Figaro (samedi dernier) ont déjà relayé les « mauvaises nouvelles ». Outre la nécessité de procéder à une « déclaration d’urgence », « des mesures prophylactiques vont être prises dans les aéroports internationaux » d’après les dires du chef de gouvernement. Les gares routières n’étant pas en reste, des équipes du ministère de la Santé publique vont également y être dépêchées pour effectuer des détections auprès des passagers. Le premier ministre Olivier Mahafaly d’ajouter – étant donné que la peste est une maladie relative à l’assainissement et à l’hygiène – « un renforcement du SAMVA dans la collecte des ordures de la capitale va se faire ».

PTF. La réunion qui s’est tenue samedi dernier a également été l’occasion pour la représentante résidente de l’OMS, Charlotte Faty Ndiaye de faire état de l’appui effectué par ladite organisation au gouvernement malgache. Ainsi l’appui consiste à « doter le pays de médicaments anti pesteux ». « L’OMS va également appuyer la grande-île dans la logistique, notamment tout ce qui est matériel de protection individuelle du personnel de santé ». Une initiative « fondamentale » d’après toujours les dires de la représentante résidente de l’OMS à Madagascar. Mais qui arrive également à point nommé étant donné que cinq médecins ont été infectés par la peste dans la ville de Toamasina selon une source fiable sur place. Cette dernière d’expliquer que les médecins suivent actuellement des soins et que le ministre de la Santé publique est sur place pour suivre de près la situation.

José Belalahy

L'express de Madagascar444 partages

Oktoberpest

Trop tard. Il a fallu la mort d’un jeune comorien et d’un entraîneur seychellois de basket-ball pour que le gouvernement réalise l’ampleur du danger charrié par la  peste. Ni la mort de plusieurs compatriotes d’un bout à l’autre de la capitale et du pays, ni les alertes à travers les médias, ni la panique qui envahit la population, n’ont réussi à secouer la torpeur du gouvernement  , qui comme à son habitude s’est contenté de discours anesthésiques. Pire, la presse a été accusée de sensationnalisme, de diffusion de fausse nouvelle voire de déstabilisation. Il a ainsi pris le fléau a la légère préférant s’en prendre à la population qui se rue vers le médicament miracle qui est un curatif et non un préventif, ou aux spéculateurs qui mettent du beurre dans leurs épinards en décuplant le prix du Cotrim. Au lendemain de la mort de la première victime, le ministère de la Santé publique a déclaré par-dessus le marché que l’épidémie de peste est parfaitement maîtrisée et le ministre lui-même a préféré un dérivatif en séparant deux sœurs siamoises au lieu d’empoigner le problème à bras le corps. Un événement hautement médiatisé pour détourner visiblement l’attention de l’opinion. Mais la peste est indécrottable. D’autres victimes sont répertoriées au fil des jours a des endroits différents. La capitale est frappée en plein coeur mais ce n’est pas encore assez pour que conseil des ministres consacre une réunion de crise. Aucune mention de la peste mais un chapelet de nominations de hauts fonctionnaires. Si le Président maintient sa position de ne pas accorder aucune compromission à ceux qui n’assurent pas leurs responsabilités, le ministre de la Santé pourrait se trouver dans l’oeil du cyclone.Ce n’est  que samedi, lorsque la peste s’est dotée d’une envergure internationale en s’attaquant aux ressortissants des autres îles que l’équipe du Premier ministre Olivier Mahafaly Solonandrasana a daigné prendre des décisions significatives, à défaut d’être réalistes. Toutes les manifestations publiques, en particulier les spectacles et les tournois sportifs sont interdites ou doivent se dérouler à huis-clos comme c’était le cas de la phase finale de la Coupe des clubs champions de l’océan Indien de basket-ball. L’objectif est bien évidemment de limiter la propagation de la maladie avec la promiscuité des spectateurs. Une demi-mesure en définitive puisqu’on voit mal les autorités oser interdire les cultes religieux, les cours dans les écoles publiques qui reprennent aujourd’hui. Comment éviter également aux passagers des taxi-be et des taxi-brousse de ne pas se frotter ?Pour limiter les dégâts, les gens vont porter des masques ou carrément du burkini, d’autres vont peut-être se calfeutrer dans un casque à vitres fumées. Ce qui va davantage compliquer la tâche des forces de l’ordre étant donné que les bandits vont en profiter pour se noyer parmi leurs proies.La lutte contre la peste est désormais davantage compliquée qu’il y a 70 ans, étant donné que la population a quintuplé, la pauvreté a décuplé, l’instruction a été divisée par vingt, l’indiscipline s’est accrue. Si jadis, il était plus facile d’inculquer la propreté depuis les fokontany, aujourd’hui les projets d’adduction d’eau potable et de lavage de la main avec du savon se heurtent à la fois à l’entêtement des habitants et leur penchant pour la crasse et surtout a la rareté de l’eau, distillée au compte-gouttes, même dans la capitale. Du coup toutes les sensibilisations tombent à l’eau. Pire, les familles des victimes refusent de croire à la triste réalité et s’opposent à ce que les autorités enterrent de force leurs proches dans des fosses communes comme l’exigent les dispositions sanitaires. Sans possibilité de famadihana plus tard et peut-être pas de retrouvailles dans l’eau delà.Octobre débute par une actualité funeste. Auparavant mois des buveurs de bière, aujourd’hui devenu mois de la mise en bière. La faute en est à Oktoberpest.

Par Sylvain Ranjalahy

Midi Madagasikara415 partages

Pesta Toamasina : Dokotera dimy naiditra hopitaly

Taorian’ireo olona efatra voan’ny pesta nahiditra hopitaly izay samy namoy ny ainy avokoa taorian’ny fitsaboana azy ireo tao amin’ny hopitaly Morafeno sy ny sampana mitsabo ny aretin-tratra eo anivon’ny hopitaly ben’i Toamasina, dia fantatra indray izao fa misy dokotera dimy naiditra hopitaly noho ny pesta, mbola misy roa kosa miandry valin’ny fitiliana natao taminy.

Miteraka tahotra. Tsy nahazoana vaovao kosa ny mombamomba ireto mpitsabo ireto, fa ny hany fantatra dia dokoteram-panjakana nisahana ireo marary tratran’ny aretina pesta avokoa izy ireo teto Toamasina amin’ny maha-mpitsabo azy ireo. “Tena voafehy marina ve ny pesta?” izay ny fanontaniana apetraky ny mponina eto Toamasina taorian’ireto mpitsabo  dimy voan’ny pesta naiditra hopitaly izao. Lasa miteraka tahotra ho an’ny olona ny zava-misy, ny fampitam-baovao ihany koa efa tsy misy intsony afa-tsy ny fametrahana peta-drindrina samihafa milaza ny fisian’ny valan’aretina pesta eto Toamasina, sy ny fisehony, ary ny tokony hataon’ireo mety ho tratrany.

Tandrevaka. Raha hiverenana ny tantaran’ity valan’aretina pesta eto Toamasina ity, dia noho ny tandrevaka sy fanaovana fahazarana amin’ny asa ihany no nahatonga azy. Raha efa nanao ny asany ara-dalana tamin’ny fitiliana mialoha ilay tovovavy maty tao anatin’ny taksibrosy nihazo an’i Toamasina, ny 28 aogositra najanona tao Moramanga ny mpitsabo, dia tsy nitranga izao olana izao, satria tamin’ireo olona 12 niara-dia tao anatin’ny fiara izay efa nisy roa maty, dia mbola maro tamin’izy ireo no tsy hita intsony taorian’izany. Ireo olona maty tato ho ato koa manamarina ny zava-misy noho izy ireo mifanalavitra ny toerana nipetrahany sy nahavoa ny pesta azy ireo.

Mandalo tampoka eto Toamasina noho izany ny minisitry ny fahasalamana, nijery akaiky ny mahakasika ny valan’aretina pesta eto Toamasina ity, satria tsy vitan’ny olona eny amin’ny fokontany intsony no tratrany, fa hatramin’ireo mpitsabo ihany koa. Tsy nisy anefa ny fihaonana nataony tamin’ny mpanao gazety nanazavany ny zava-misy amin’ny pesta eto Toamasina ity omaly, fa anio no milaza ny hihaona amin’ireo mpiasan’ny fahasalamana sy ny vondron’ny mpitandro ny filaminana ary ny solon-tenam-panjakana ao amin’ny lapan’ny Faritra ny minisitra…

Malala Didier

Midi Madagasikara321 partages

Paul Rabary : « Je suis un homme direct et honnête »

Notre invité de ce jour dans la rubrique « Qui sont nos hommes politiques ? » est le ministre de l’Education Nationale. Paul Rabary, car il s’agit de lui, est né le 23 janvier 1976 à Soavinandriana Antananarivo. Il est marié et père de deux enfants. A ces heures de détente, ce jeune ministre s’adonne à la lecture. Il aime également nager ou regarder des films. Son plat préféré est « langue et petits pois ».

En parlant de son meilleur souvenir, « quand j’ai été notifié que j’ai été reçu à l’INSCAE. C’est un sentiment de fierté qui me reste encore aujourd’hui parce que l’entrée à l’INSCAE se fait sur concours et moi qui ai fait mes études au lycée Faravohitra, on ne pariait pas beaucoup sur mon admission. J’étais le seul issu d’un lycée dans ma promotion. Ce souvenir me prouve que les lycées publics sont aussi capables de produire de bons résultats». En revanche, il a tenu à souligner que « je n’ai pas de pire souvenir. Tous les échecs, toutes les chutes et les détresses qui se sont passées dans ma vie, je les prends comme une opportunité de tirer des leçons, d’apprendre, de faire mieux les prochaines fois et de confier mon destin entre les mains de Dieu ».

Responsabilité. Ce qu’il aime dans la vie ce sont les défis. « Quand les autres disent : pourquoi, moi, je suis de ceux qui disent : pourquoi pas ? J’aime apporter et tester de nouvelles initiatives et approches. Sinon, j’aime beaucoup aussi la moto. Rien de tel que de faire une randonnée à moto et visiter des écoles et des communautés éducatives tout au fin fond de la brousse : joindre l’utile à l’agréable! ». Par contre, ce qu’il déteste ce sont les mensonges. « Je suis un homme direct et honnête», a-t-il souligné. Jeune, il a été nommé à un poste de responsabilité, à lui de faire remarquer que « ce qui compte, ce ne sont pas les années, ce sont la passion et l’engagement personnel. J’ai moi-même demandé au Président de me nommer ministre de l’Education nationale parce que je sais – et j’en suis d’autant plus convaincu aujourd’hui – que l’éducation change le monde, qu’un investissement conséquent dans l’éducation – pas seulement dans les infrastructures mais surtout dans le corps enseignant – sera toujours récompensé plus tard par une amélioration du niveau de vie des élèves et des générations futures qui seront alors mieux armés et outillés pour faire face à la vie et contribuer au développement du pays ». Comment ce Sociologue de formation voit la situation qui règne dans le pays? « Je constate à quel point les défis auxquels l’Etat est confronté sont énormes, il y a plusieurs réformes à mener, il y a aussi une discipline et une éthique professionnelle à adopter. Il faut aussi de l’audace, de la vision et une volonté ferme pour garder le cap et mettre en place les réformes, la discipline et l’éthique professionnelle».

Rigueur. Sur le plan politique, ce membre du Conseil d’Administration du Global Partnership for Education ne cache pas son admiration pour Germain Rakotonirainy qui selon lui, est intelligent, a une vision, une perspicacité et un sens d’analyse. Il a tenu d’ailleurs à souligner que ce dernier a été son professeur dans la filière sociologie à Ankatso tout en soulignant au passage que « le virus de la politique m’a attrapé en 1989 et en 1991 quand je faisais partie du comité des élèves du second cycle, mais surtout, lorsque ma mère a été élue députée, je me suis intéressé à la chose politique ». Ce président de la Commission Nationale Malgache pour l’UNESCO (avril 2014-jusqu’à ce jour) a comme devise la rigueur, l’efficacité et l’anticipation. Concernant ses relations personnelles, il estime qu’«il faut être fidèle, loyal, sincère et sans concession ».

Recueillis par Dominique R.

Midi Madagasikara290 partages

Trophée HEC Paris – Bernard Ramanantsoa : 11 lauréats sur les plus de 600 entreprises représentées

Le président Hery Rajaonarimampianina remettant le trophée de la meilleure entreprise de l’année à Socolait.

La cérémonie de remise de trophée HEC Paris Bernard Ramanantsoa aux 11 lauréats dans divers domaines de l’entreprenariat a été effectuée samedi soir au palais d’Etat d’Ambohitsorohitra.

Delta Audit meilleur employeur pour la catégorie 11 à 100 salariés ; Smartelia meilleur employeur pour la catégorie plus de 100 salariés ; CFRH Institut meilleur service clientèle de moins de 10 salariés ; Solidis SA meilleur service clientèle pour la catégorie 11 à 100 salariés ; G4S meilleur service clientèle pour les plus de 100 salariés ; Coreali meilleur sous-traitant ; Ymagoo meilleur notoriété ; RDJ meilleure notoriété dans la catégorie 11 à 100 salariés ; Socolait meilleure notoriété avec plus de 100 salariés ; ACEEM Madagascar meilleur manager de l’année et enfin Socolait meilleure entreprise de l’année. Ce sont les gagnants récompensés lors de la cérémonie de remise de trophée à Ambohitsorohitra, en présence du président Hery Rajaonarimampianina ; de l’ambassadeur de France à Madagascar, Véronique Voulant Aneini ; du président de la commission associative HEC Paris Exed Madagascar, Laza Randriamifidimanana ; et du président d’honneur d’Exedcommunity HEC Paris à Madagascar, Bernard Ramanantsoa. « On peut être bon, meilleur et excellent, les 11 lauréats qui ont été primés le confirment. Ces derniers deviennent des sources d’inspiration pour les prochains lauréats, ce sont des références en termes d’excellence. Ils représentent le symbole de l’excellence, la fierté du pays. Le gouvernement s’engage à accompagner l’initiative de l’association, à travailler pour des mesures incitatives. L’objectif est d’inciter plus d’acteurs à exceller dans leur domaine», a affirmé le président Hery Rajaonarimampianina, lors de la cérémonie. De son côté, Bernard Ramanantsoa, le leader qui excelle en matière de management, et à qui le trophée doit sa dénomination  a mis en avant la créativité, le talent et le professionnalisme des entreprises malgaches. « Mon souhait est que ce jour soit le premier d’une longue lignée », a-t-il déclaré.

Prix. Outre les trophées, les gagnants du concours bénéficieront d’une formation offerte par l’Ambassade de France à Madagascar, une formation auprès de l’ISCAM, une formation auprès de l’HEC Paris ; et certains d’entre eux ont également bénéficié une enveloppe de 2,5 millions d’Ariary. Lors de la remise de prix, le président du jury, Francis Rajaobelina, a expliqué les procédures et critères d’évaluation. D’après ses dires, plus de 600 entreprises ont présenté leurs dossiers pour de différent thème dont Service clientèle, notoriété d’entreprise et de marque, ressources humaines, meilleures sous-traitant et meilleure entreprise. « Pour le service clientèle, des clients choisis au hasard ont été questionnés afin de témoigner la bonne assistance, la politesse, la bonne connaissance des clients… au sein de la société ; pour la notoriété d’entreprise, un panel de jury a été mise en place, formé en effet par des journalistes économiques, autorités publiques, etc. pour confirmer les marques les plus connues, les meilleures références, les produits de meilleure qualité, les produits ou services de référence ; En ce qui concerne la qualité de gestion de ressources humaines, le jury s’est penché sur la qualité globale, la planification et le développement de compétence des employés. Pour les sous-traitants, les critères se sont portés sur l’évaluation de la qualité du produit ou du service, ainsi que le meilleur rapport qualité-prix. Pour le meilleur manager,  plus de 80 questions sur la compétence et la pratique ont été posées aux candidats. Enfin l’entreprise de l’année a été choisie, suivant des critères basés sur le résultat de l’entreprise en question.

Visibilité. Pour l’association HEC Paris Exed Madagascar organisatrice du trophée, ce concours a été organisé afin de reconnaitre et célébrer le succès des entreprises. « Il s’agit d’un concours qui ambitionne de mettre en lumière l’esprit d’excellence. Le monde des affaires et de l’entreprenariat a besoin d’un modèle qui inspire et ceux qui ont été sélectionnés serviront en effet de références parce qu’ils ont excellé dans leur domaine respectif », a souligné Laza Randriamifidimanana. A noter que HEC Paris Exed Madagascar est une plateforme dynamique qui regroupe tous les anciens élèves d’HEC Paris. Cette association compte organiser d’autres éditions pour ce trophée qui se résume à un succès.

Antsa R.

Midi Madagasikara158 partages

Peste : Tous les concerts en plein air annulés !

Le « Hira Gasy Makotrokotroka » a aussi été annulé, rendez-vous dimanche prochain !

L’interdiction officielle d’effectuer toute manifestation publique est tombée comme un tonnerre auprès des organisateurs de spectacles, qui ont dû tout annuler hier. Cela pour mieux maîtriser la propagation de la peste dans tout le pays.

Samedi 30 septembre 2017, une réunion extraordinaire dirigée par le Premier ministre Mahafaly Solonandrasana Olivier a réuni quelques ministres dont le ministre de la Santé publique, le ministre des Sports, le ministre de l’Eau et des énergies, ainsi que des bailleurs de fonds, le représentant de l’OMS, du Pnud et de l’Unicef à Madagascar. Une cellule de veille a ainsi été mise en place pour maîtriser l’épidémie. Mais surtout, il a été décidé que toutes les manifestations publiques sont interdites jusqu’à nouvel ordre pour éviter que la maladie ne se propage. Entendre et comprendre par manifestations publiques, tous les concerts organisés en plein air. L’application de cette décision a commencé hier, aussi, le festival Hay, organisé par Voots Kongregation, qui devait se tenir à la Bibliothèque Anosy, ainsi que le « Hira Gasy Makotrokotroka » ont été tout simplement annulés. Par contre, le concert Bye Bye Vacances qui s’est tenu au Club Nautique Ivato, en plein air également, s’est déroulé comme prévu. Côté spectacles en salle, tous les concerts ont bien eu lieu. Celui d’Henri Ratsimbazafy et Voahirana au CC Esca hier a fait carton plein, l’ambiance était au rendez-vous et sur scène, le décor en noir et blanc a été un véritable régal.

Deux poids deux mesures. Cette décision prise par le gouvernement d’annuler toutes les manifestations en plein air pour pouvoir maîtriser la propagation de la maladie est une mesure intéressante, quoi qu’on se pose la question de la relation de cause à effet entre peste et spectacle. Peut-être pour éviter d’ameuter la foule dans un endroit défini, mais cela donne à réfléchir sur les autres cas où des centaines, voire des dizaines de milliers de personnes s’agglutinent au quotidien: au marché d’Ambodin’Isotry, tous les samedis, par exemple, des dizaines de milliers de personnes s’y retrouvent. Les marchands étalent leurs marchandises à même le sol, parfois des légumes, des fruits, et même des aliments cuits vendus sur des dalles ouvertes qui débordent, tandis que d’autres vendent leurs composés, riz et mets à côté des amas de détritus qui attendent la Samva pour être ramassés. Cela sans prendre en compte les fritures vendues longeant le canal d’Andriantany, que tout le monde apprécie allègrement. Même scénario à Analakely, qui fait son jour de marché au quotidien, ou encore à Andravoahangy, où c’est jour de marché tous les jours… Et puis, d’autres manifestations en plein air ne semblent pas être inquiétées, comme les matchs de rugby qui se sont tenus au Kianjan’ny Maki Andohatapenaka et au Malacam. Comme quoi, chacun fait comme il veut et ce deux poids deux mesures peut avantager… ou pas, selon le domaine d’activités !

Anjara Rasoanaivo

Midi Madagasikara124 partages

Bar à Soanierana : Deux jeunes femmes échappent à un viol

Un fait qui illustre une fois de plus la dégradation des mœurs dans la capitale. Jeudi dernier, deux jeunes femmes étaient sorties avec leurs maris pour une soirée  de détente après le bureau. Un « afterwork » qui  a tourné mal lorsque des personnes visiblement  émoustillées par la vue des jeunes femmes les ont prises à partie.  Leur attitude avait visiblement intrigué  l’assistance qui s’est tout de suite rendue compte qu’il s’agissait d’individus  extrêmement dangereux. Ils se faisaient  passer pour des clients  amateurs de karaoké. Les deux jeunes femmes ne s’étaient pas aperçues de l’attention qu’ils leur ont portée. Alors qu’elles allaient aux toilettes, les deux gars les ont suivies.  Ils les ont plaquées brutalement au sol. Fort heureusement, l’un des maris, lui aussi,  pris par un besoin urgent s’est rendu aux toilettes. Grande furent  sa stupéfaction et sa colère  lorsqu’il a vu sa femme en train d’être violentée. Les deux hommes ont tout de suite pris la fuite et le troisième, lui, est venu aux mains  avec le « sauveur ». Il (le violeur) a fini par  prendre la poudre d’escampette  puisque  des gens sont vite venus à la rescousse. On a décidé à ramener l’individu au bureau de la gendarmerie en taxi. En cours de route, ses amis, l’ayant vu dans le véhicule, ont décidé de forcer la porte pour le libérer . Ils ont fini par casser les vitres des portes du côté  passager. Le chauffeur de taxi a continué sa route sans s’arrêter et est arrivé au bureau de la gendarmerie à Betongolo sans dommage. Une enquête y a été ouverte pour tentative de viol. Ses amis sont activement recherchés.

D.R

Midi Madagasikara100 partages

Jazz MMC : Voix de l’Océan Indien 2016

Jazz MMC posant fièrement avec son trophée.

Jazz MMC a reçu le trophée de la Voix de l’Océan Indien pour Madagascar. Une reconnaissance qui récompense sa carrière pour l’année 2016.

C’est une fierté nationale. Et c’est sans complexe que Jazz MMC arbore fièrement son trophée, une reconnaissance de son travail et de sa musique, puisqu’il a été élu Voix de l’Océan Indien Madagascar 2016. Un prix décerné par un comité spécifique de l’Océan Indien qui récompense la totalité de sa carrière, en tenant compte de ses déplacements dans les pays de l’Océan Indien 2016, du nombre de vues de ses vidéoclips sur Youtube, mais aussi de ses actualités nationales, à travers les tournées et l’affluence du public durant les concerts. Il faut dire que Jazz MMC a fait pas mal de dates dans la région Océan Indien, avec 4 concerts à La Réunion et 4 autres à Mayotte, 2 dates à Maurice et 2 autres aux Seychelles. La remise du trophée s’est tenue le 15 septembre dernier à La Réunion. Jazz MMC succède donc à Tence Mena, la lauréate de l’année 2015.

« Avancer ». C’est une grande reconnaissance pour cet artiste émergent qui veut marquer la scène musicale locale. A ce jour, il a sorti deux albums dont «  Love @nao » en 2015, disponible en VCD, DVD et audio, et plus récemment « Zah Chefonao » cette année. Pas mal de ses titres sont déjà des tubes nationaux, dont « Anao tiako », « Baby darling », « Zah chefonao »… une notoriété qui lui a d’ailleurs déjà valu un trophée attribué par la radio Aceem en 2015. Avec son style afro beat, zouk love, ragga, ragga dancehall, il est adulé par ses fans. « Mais cela ne veut pas dire qu’il faut s’arrêter là. Au contraire, cela me motive encore plus à faire mieux, à travailler davantage pour réussir. C’est comme ça que j’ai pu gagner ce trophée VOI 2016 » dit-il. De cette aventure découle une collaboration avec le lauréat réunionnais, Afrostyle. Ensemble, ils vont sortir un duo intitulé « Avancer », qui sera diffusé à Madagascar et à La Réunion, mais aussi sur Trace FM, sponsor de cette cérémonie de remise de trophée VOI. La tournée Océan Indien est déjà prévue pour février 2018.

Anjara Rasoanaivo

L'express de Madagascar90 partages

Énergie – Des centrales électriques avec Siemens

Siemens affiche son soutien au développement de l’énergie à Mada­gascar. Il a signé un protocole d’entente avec le gouvernement pour augmenter la capacité de production électrique du pays, vendredi. Cet accord cite, ainsi, plusieurs initiatives à court, moyen et long terme pour permettre à la Grande île de bénéficier de 300 mégawatts supplémentaires, d’ici 2019.L’une des initiatives à court terme du géant allemand de l’industrie est l’installation d’une turbine à gaz aérodynamique de 44 mégawatts pour la génération d’énergie mobile dans la capitale. Cette unité, le Siemens SGT-A45, est très pratique et facile à déployer. Elle peut être installée en moins de deux semaines.Pour le moment, Mada­gascar ne dispose que de 676 MW de capacité de production installée. Le taux d’accès à l’énergie reste encore très faible, surtout en milieu rural. Le partenariat avec Siemens pourrait ainsi renverser cette tendance.

Croissance économique« L’objectif principal de cet accord est d’accroître la capacité de production d’électricité nationale et de relier la population locale au réseau électrique. Un système d’alimentation électrique fiable et étendu est la condition préalable fondamentale à la croissance économique », a expliqué Sabine Dall’Omo, président directeur général de Siemens pour l’Afrique australe et orientale, à l’issue de la signature de ce document.D’après un communiqué de la société allemande, d’autres aspects clés de l’accord comprennent une évaluation du réseau électrique, en fonction des nouvelles sources de production d’électricité; une application des concepts de financement qui assureront la durabilité à long terme de ces initiatives d’infrastructure; et création des opportunités pour l’upskilling local et d’emplois pendant la construction et l’exploitation. Siemens s’associe en effet avec le groupe espagnol TSK dans ce projet.« Siemens veut soutenir le développement durable de Madagascar…L’amélioration du mix énergétique du pays renforcera l’industrie agricole et minière bien établie et le tourisme émergent, les industries textiles », conclut Dall’Omo.

Lova Rafidiarisoa

Midi Madagasikara87 partages

Il y a aujourd’hui péril en la demeure

La situation est grave et il était temps que les autorités prennent le problème à bras le corps. Ce n’est pas faute pour tous les médias d’alerter sur les risques d’épidémie. Mais les autorités ont préféré observer un certain attentisme. A présent, l’information a été répercutée par la presse internationale.  Il est peut être préférable de décréter un état d’urgence national pour stopper la contamination de la population.

Il y a aujourd’hui péril en la demeure

Madagascar est un pays à risque et en regardant sur internet, la rubrique de Wikipedia consacrée à la peste, on voit que la Grande île est avec la RDC un des foyers de cette maladie. On constate tous les ans quelques cas, mais ils sont très vite traités. Cette année est à distinguer des autres car les autorités n’ont pas réagi tout de suite. Le virus a trouvé des conditions extrêmement favorables pour se propager et comme les services sanitaires n’ont pas considéré la situation grave, aucune mesure drastique n’a été prise. Et pourtant, les informations alarmantes se sont multipliées, mais le ministre de la Santé n’a pas réagi. Lui et ses collaborateurs ont dit qu’ils prenaient la situation en main. Il a fallu qu’un entraineur seychellois meure après avoir été contaminé pour que le branle bas de combat soit décrété. Le Premier ministre a dit qu’il ne fallait pas s’alarmer et que toutes les précautions allaient être prises. Hier soir, on apprenait que deux décès suspects avaient été constatés à l’hôpital d’Ambohimiandra. Si cela se confirme, ils s’ajoutent à beaucoup d’autres dont on ne parle pas encore. Les dispositions prises par le gouvernement n’ont pas toutes été détaillées, mais on se demande si elles sont suffisantes. Nous nous rappelons de celles prises par le président Ratsiraka pour arrêter la propagation du choléra. Des barrages sanitaires avaient été établis et les forces de l’ordre avaient été mises à contribution pour obliger la population à respecter les consignes. Aujourd’hui, il y a péril en la demeure. Et le gouvernement doit prendre toutes ses responsabilités avant qu’il ne soit trop tard.

Patrice RABE

Madagate73 partages

Antananarivo Peste. Ce qu’il faut savoir, que le régime Hvm ne dit pas aux Malgaches

Voir Antananarivo et mourir pour Alix Allisop. Paix à son âme ainsi qu'à celle de l'enfant comorien

Propos tenus parCharlotte Faty Ndiaye, représentante résidente de l’OMS (Organisation mondiale de la santé) à Madagascat, lors d’une réunion extraordinaire qui s’est tenue à la Primature de Mahazoarivo, le samedi 30 septembre 2017, à propos de la peste qui sévit actuellement dans la Grande île de l’océan Indien.

«L’appui de l’OMS au gouvernement malgache consistera à doter le pays de médicaments anti pesteux. L’OMS va également appuyer la grande-île dans la logistique, notamment tout ce qui est matériel de protection individuelle du personnel de santé. Il s’agit d’une initiative fondamentale».

Eh ben çà alors! Plus d’un mois après l’apparition de cette maladie et la mort d’étrangers pour que le régime Hvm/Rajaonarimampianina prenne les choses au sérieux. En effet, après le décès de nationaux à Toamasina, le ministre avait osé affirmer que «la peste était maîtrisée».Seulement, le vendredi 29 septembre, Alix Allisop, le coach du club de basket seychellois de Beau Vallon, est décédé suite à une peste pulmonaire, ainsi qu’une enfant comorien. Pour le quotidien Midi Madagasikara de ce 2 octobre 2017: «Le décès de l’entraineur de l’équipe Seychelloise de basket ball semble être la mort de trop pour que le gouvernement réagisse de façon «concrète» à la peste».

Prenant exemple sur le président Hery Rajaonarimampianina qui a le don de rejeter ses propres fautes sur les autres, voici les propos du ministre de la Santé publique, Mamy Lalatiana Andriamanarivo : «Cette prolifération due à la non déclaration des cas. Cela s’explique par la honte des personnes concernées étant donné que la peste a toujours été considérée comme étant la maladie des démunis, des gens des bas quartiers». Bravo Monsieur le ministre ! Mais encore faut-il qu’ils sachent quels sont les symptômes de cette maladie. Jusqu’ici, je n’ai rien entendu à la radio ou à la télévision, en ce qui concerne les symptômes de la peste, sauf que çà vient des rats et de la saleté.

S’il faut que je fasse le travail de ce ministre, il n’a qu’à rendre son tablier, ce qui serait normal dans un pays normal…

Alors, la peste, c’est quoi?

La peste est une maladie qui sévit toujours de nos jours en Afrique, Asie et Amérique et fait partie des maladies actuellement ré-émergentes dans le monde. Elle est soumise à une réglementation internationale. Le nombre de cas déclarés par l’OMS est en progression dans certaines régions. Au cours du XXe siècle, l’utilisation de traitements antibiotiques et le renforcement des mesures de santé publique ont réduit très fortement la morbidité et la mortalité dues à cette maladie, mais n’ont pas permis de la faire disparaître. La peste est une maladie des rongeurs, principalement véhiculée par le rat, et transmise à l’homme par piqûres de puces de rongeurs infectés. C’est le pasteurien Alexandre Yersin qui découvrit en 1894 le bacille responsable de la maladie, Yersinia pestis, bactérie d’une extrême virulence.

Comment se manifeste la peste et ses formes?

Les symptômes typiques sont une fièvre d'apparition brutale, des frissons, des céphalées, des douleurs corporelles, un état de faiblesse, des vomissements et des nausées. Selon la voie d'infection, on observe 3 formes de peste: bubonique, pulmonaire ou septicémique.

Chez l’homme, la maladie revêt deux formes principales: bubonique (contractée par piqûre de puce) et pulmonaire (transmise par voie aérienne). La peste bubonique, forme clinique la plus fréquente, est caractérisée, après une incubation de quelques jours, par un syndrome infectieux très sévère (forte fièvre, atteinte profonde de l’état général), accompagné d’une hypertrophie du ganglion lymphatique (bubon) drainant le territoire de piqûre de la puce. Dans 20 à 40% des cas, le bubon suppure et le malade guérit après un temps de convalescence assez long.

Sinon, la maladie évolue vers une septicémie, très rapidement mortelle (La peste septicémique est la plupart du temps une complication de la peste bubonique, due à une multiplication très importante des bacilles dans la circulation). Dans certains cas, le bacille atteint les poumons et la transmission inter-humaine du bacille, a ensuite lieu par l’intermédiaire d’aérosols émis par le malade lors de la toux. Les sujets contacts développent alors une peste pulmonaire. En l’absence d’un traitement précoce et approprié, la peste pulmonaire est systématiquement mortelle en 3 jours.

Comment traite-t-on les cas de peste ?

La streptomycine, le chloramphenicol et les tétracyclines sont les antibiotiques de référence pour le traitement de la peste. Ce sont des antibiotiques parfaitement efficaces s’ils sont administrés à temps. Bien que le recul soit encore insuffisant, les fluoroquinolones semblent représenter une alternative tout à fait adaptée et efficace aux traitements précédents. Par ailleurs, la chimioprophylaxie au moyen de tétracyclines ou de sulfamides, administrée précocement, est en général d’une très bonne efficacité pour l’entourage immédiat des sujets atteints de peste.

(Source: www.pasteur.fr)

Quotidien Inona no Vaovao de ce 2 octobre 2017: "Le gouvernement a attendu la mort d'étrangers pour prendre enfin des mesures. C'est la honte pour Madagascar, vis-à-vis du monde entier, à cause de la résurgence de la peste pulmonaire"

En tout cas, il semble qu’il n’est jamais trop tard pour bien faire. Ainsi, une campagne de sensibilisation sur ce qui est écrit ci-dessus est envisagée (en malgache s’il vous plaît) par le Premier ministre Olivier Mahafaly. Mais là où il y aura problème, alors que c’est l’heure de Madajazzcar et, surtout, la rentrée scolaire dans tout le pays, c’est sa décision d’interdire les manifestations publiques. Mais quels sont les critères de ces « manifestations publiques »? Elles ne concerneront pas les inaugurations présidentielles qui se feront aussi à huis clos alors?... Tttsss. Enfin, il faut savoir qu’Antananarivo ce n’est pas Madagascar.

Jeannot Ramambazafy – 2 octobre 2017

 

Midi Madagasikara67 partages

Tapatapany

# Sinoa iray no saron’ny zandary nitondra rongony raha saika hiondrana ho any Guangzhou ny asabotsy lasa teo. Nodakany ny zandary ary niditra tao amin’ny biraon’ny pôlisy izy. Notambatambazan’ny pôlisy, hoy ny zandary, izay vao nanaiky nosamborina.

# Roa no matin’ny pesta ao amin’ny hopitalin’Ambohimiandra ary mbola misy olona maromaro ahiana ho voan’izany koa.

# Ny laharana maintson’ny pesta : 0343081030/0323203800/0336580000

D.R

Midi Madagasikara61 partages

Palais de Justice Anosy : Laissé sans aucune mesure de sécurité

Endommagé, le portail d’entrée du Palais ne peut plus être refermé.

Ce bâtiment administratif se trouvait durant le week-end dans un état qui ne le mérite plus.

L’intrusion  des éléments des forces de l’ordre dans le Palais de Justice d’Anosy jeudi dernier a laissé ce bâtiment administratif dans un état qui ne le mérite plus. En effet durant le week end, quelle fut la stupéfaction de ceux qui étaient passés à Anosy  de constater qu’il n’y a eu qu’une simple bâche pour servir de solution à un portail endommagé par la brutalité militaire. Ledit portail ne peut plus être refermé. La solution a été facile, certes, mais elle ne permet pas  de sécuriser  comme il faut les dossiers de justice instruits dans le Palais. Jeudi dernier, un huissier de Justice qui aurait déclaré avoir reçu un mandat du ministre de la Justice, a fait briser le cadenas d’un portail du Palais de Justice d’Anosy. Les agissements de l’huissier de Justice et des éléments des forces de l’ordre qui ont brandi leurs armes dans les couloirs du Palais ont été condamnés avec véhémence par le syndicat des Magistrats de Madagascar (SMM) et le syndicat des Greffiers de Madagascar (SGM) qui poursuivent leur grève ce jour.

Sans issue. Le bras de fer entre ces syndicats et le ministère de la Justice reste sans issue. L’appareil judiciaire a été paralysé pendant les jours où les magistrats et les greffiers observaient leur grève. Jeudi dernier, l’Etat estime avoir marqué un point après avoir pu inculquer dans l’opinion publique que les grévistes  ont enfreint la loi en entravant à la liberté des autres. L’Etat a pu conquérir la sympathie des justiciables qui avaient des dossiers à traiter ces derniers jours au Palais de Justice à Anosy. Mais, face à cela, le SMM et le SGM n’entendent pas faire marche arrière dans leur mouvement de revendication. D’après nos sources, leur grève pourrait prendre une autre forme à partir d’aujourd’hui car depuis vendredi, l’accès au Palais leur est interdit. En tout cas, force est de constater que le dialogue est complètement rompu entre les deux parties protagonistes. A rappeler que le syndicat des magistrats veut une justice indépendante, qui met fin aux interventions et aux pressions des politiques. D’après le SMM, on peut y arriver sans passer par la révision de la Constitution.

R. Eugène

Ino Vaovao56 partages

FANAOVANA POLITIKA : Nomena fiofanana ireo tanora mpikambana amin’ny antoko

Ny «  Friedrich Ebert Stiftung  » na ny FES izay fantatra amin’ny fampiofanana ihany koa an’ireo mpanao gazety malagasy no nandray an-tanana ny fampianarana an’ireo tanora misehatra any anatin’ny antoko politika ireo. 

Fantatra fa ireo antoko politika no manolotra izay tanora heverin’izy ireo fa mila an’ilay fiofanana sy fampiofanana. Araka ny fanazavana noentin-dRaveloson Jean, solontena lefitry ny FES dia ny mba hananana tanora vanona eo amin’ny lafiny fikatrohana ara-politika no antom-pisian’ny fiofanana noho ireo tanora izay andrandrain’ny firenena malagasy ho aviny ary ny tanora ihany koa dia anisany afaka hitarika fiovana goavana eo amin’ny fiainam-pirenena. Nambarany fa raha marefo ny antoko politika misy ao amin’ny firenena iray dia azo lazaina ho marefo ihany koa ilay Firenena. Noho io antony io no nanosika ny FES handray andraikitra mba hananganana an’ireo tanora maro ao amin’ny antoko politika misy azy.

Ny zoma lasa teo no notanterahina tetsy amin’ny hotely Colbert Antaninarenina ny famoahana ny andiana tanora nanaraka an’io fiofanana nomen’ny FES io, izy ireo no fantatra misalotra ny andiany fahatelo tamin’ity taona ity. Nambaran’ny solontenan’ny FES hatrany fa maro tamin’ireo tanora nahazo ny fiofanana no niova andraikitra avy hatrany tao amin’ilay antoko politika nisy azy raha vao nahavita fotsiny an’ilay fiofanana. 

Maherin’ny sivy ambin’ny folo ny isan’ireo antoko politika nanolotra tanora hampiofanina tamin’ity andiany fahatelo ity, ka isan’izany ohatra ny antoko Roso ho an’ny Demokrasia Sosialy (RDS) , teo ihany koa ny avy amin’ny antoko Tiako i Madagasikara (TIM), ny antoko Malagasy Miara-Miainga (MMM), ny antoko Freedom sy ireo antoko maro hafa. Anisany niadian’ireo mpiofana hevitra ny mahakasika ny lohahevitra hoe «  fahalalahana ara-toe-karena sy ny ady amin’ny fahantrana eto Madagasikara  ».

Avotra Isaorana

L'express de Madagascar54 partages

Carburant – Hausse du prix à la pompe

C’est reparti pour une nouvelle hausse. Après plusieurs baisses successives, le prix à la pompe renoue depuis hier avec la courbe ascendante. Le litre du gasoil, par exemple, s’achète désormais dans toutes les stations services à 3020 ariary, soit une légère hausse de 20 ariary par rapport à sa dernière révision du début du mois de septembre. Le super carburant, quant à lui, a connu aussi le même sort. Le litre de celui-ci est affiché à 3670 ariary, soit une hausse de 20 ariary aussi. Quand au pétrole lampant, il n’échappe pas à la règle. Une hausse de 50 ariary est enregistrée depuis hier. Le litre s’affiche désormais à 2230 ariary dans les stations services du pays.Depuis le mois de juillet, le prix du carburant n’a cessé de connaître une baisse. Le litre du supercarburant passait de 3870 ariary au mois de juin à 3800 ariary pour le mois de juillet, avant d’arriver jusqu’à 3650 ariary au mois de septembre. Maintenant, c’est tout un autre schéma.

Lova Rafidiarisoa

Midi Madagasikara54 partages

Toamasina : Nodorana ny trano sachet eo amoron-dranomasina

Ao anatin’izao fisian’ny aretina pesta eto Toamasina izao, dia fomba iray heverin’ny ben’ny tanàna hanafoanana izany, sy hanomezana endrika ny tanànan’i Toamasina, ny fandroahana ireo “4’Mi” sy ireo “Mahantra” manorina trano eny amoron-dranomasina ampitan’ny fiangonana katolika masindahy Josefa Ampasimazava. Ny zoma teo vao maraina, dia tonga teny amoron-dranomasina ny ben’ny tanàna sy ny ekipany, niaraka tamin’ireo “gros bras”, ary ireo ekipan’ny mpamonjy voina sy hain-tranon’ny kaominina. Avy hatrany dia raikitra ny fandravana ny tranon’ireo “4’Mi” sy ireo “Mahantra” nanorina trano “Sachet” teny amoron-dranomasina, na efa nitalaho tamin’ny ben’ny tanàna sy ny ekipany aza izy ireo, saingy tsy nihaino izany izy ireo ka nitohy hatrany izany,ka niafara tamin’ny fandoroan’ireo ekipan’ny mpamonjy voina sy hain-tranon’ny kaominina izany. “Aiza izany izahay no hipetraka? Tsy fidiny anay anie ny mipetraka aty ao anatin’ny orana sy hain-trano miaraka amin’ny trano misy anay ity. Esorina eto izahay nefa tsy manana trano hamindrana anay akory ny kaominina, nefa ireo lavarangan’ireo tranom-barotra samy hafa ihany koa tsy manaiky anay hatory eny”, hoy ireto “4’Mi” sy ireto “Mahantra” ireto. Ho an’ny ben’ny tanàna anefa dia fanadiovana sy fanatsarana ny tanàna no ataony ka tsy misy afaka manakana azy amin’izany araka ny nambarany. Tsy sambany anefa ity hetsika fanimbana sy fandorana ny tranon’ireo “4’Mi” sy “Mahantra” eny amoron-dranomasina, fa fanindroany izao raha tamin’ity taona ity monja…

Malala Didier

News Mada52 partages

Peste- Etat d’urgence déclaré : un prétexte pour interdire les manifs publiques

La ville des Mille est maintenant gagnée par la « Peste pulmonaire urbaine ».  Et face au bilan qui s’alourdit, l’état d’urgence est déclaré samedi dernier à Mahazoarivo, à l’issue d’une réunion avec l’Organisation mondiale de la santé (OMS) et des partenaires techniques comme l’Unicef et le Pnud.  Toute manifestation  publique interdite.

Depuis le retour de la peste, il y a deux mois, autant dire que la gestion de l’épidémie est désastreuse. 24 décès en un mois dont six ces derniers jours. Après avoir fait sa première victime dans un taxi-brousse à Moramanga, le 28 août dernier, la peste pulmonaire fait parler d’elle à Toamasina. Et maintenant, sa présence mortelle à Antananarivo est bel et bien confirmée.

A un moment donné, l’Organisation mondiale de la santé a manifesté son aide à Madagascar, mais apparemment le régime n’a pas vraiment pris au sérieux la menace de la peste, malgré le nombre de décès qui ne cesse d’augmenter. Et il a fallu que l’entraîneur d’un club seychellois de volley-ball (Beau Vallon), Alix Allisop en lice à la Coupe des Clubs champions de l’océan Indien (CCCOI) au palais des Sports à Mahamasina fasse partie des victimes pour que l’Etat malgache commence à prendre conscience de la gravité de la situation.

A 109 cas suspects enregistrés il y a deux jours, cet effectif est actuellement à 122. « Rien que vendredi, quatre personnes sont mortes des suites de peste pulmonaire », a indiqué le ministère de la Santé publique.

Une telle situation devenue de plus en plus immaîtrisable a également éveillé l’attention de l’instance internationale. C’est pourquoi, à l’issue d’une réunion tenue avec Elke Wisch de l’Unicef, Charlotte Faty Ndiaye d’OMS et Violet Kakyomya du Pnud, l’Etat malgache, représenté par le Premier ministre Oivier Mahafaly Solonandrasana, le ministre de la Santé, Mamy Lalatiana Andriamanarivo, le ministre des Sports Jean Anicet Andriamosarisoa et Lantoniaina  Rasoloelison, ministre de l’Eau, a déclaré l’état d’urgence. Plusieurs mesures ont été prises et une cellule de veille est instaurée à Mahazoarivo depuis samedi, pour suivre de près l’évolution de l’épidémie.

Toute manifestation interdite

Désormais, tous les rassemblements, réunions, manifestations publics sont provisoirement interdits dans la capitale, en attente de l’évolution de la lutte contre cette maladie, a décrété le Gouvernement. A l’exemple des demi-finales et des finales de la CCCOI du weekend, qui se sont déroulées à huis clos.

Mais pour l’opinion, l’épidémie de la peste est également un prétexte pour le régime de museler davantage

les grèves syndicales (SMM, greffiers) qui battent leur plein actuellement.

« Des mesures seront prises dans les aéroports, les ports et les gares routières pour éviter la panique et maîtriser la maladie », a indiqué le chef du Gouvernement, sans apporter de plus amples précisions.

Dépistages

Sans conteste, l’arrivée de la peste dans la capitale sème la panique. Ces derniers temps, le nombre de personnes qui veulent se faire dépister, a augmenté, soit auprès des centres de santé, soit auprès des médecins.

Malgré la sensibilisation du ministère de la Santé sur l’automédication, notamment le Cotrim, la population, sur ses gardes, continue encore à s’en procurer au niveau des points de vente de médicaments et pharmacies, d’autant qu’une ordonnance médicale n’est pas exigée

Sera R

Les symptômes évoquant un cas de peste pulmonaire sont : fièvre brutale, toux avec des crachats striés de sang, douleurs thoraciques et une grande fatigue.

Quant à la peste bubonique, à part la fièvre brutale, la présence de ganglions douloureux au niveau de l’aine, des aisselles ou du cou se fait sentir.

Au cas où un de ces signes se manifesterait, il est fortement conseillé de joindre rapidement un centre de santé. Les numéros verts suivants sont à contacter en cas de peste 034 30 810 30 pour Telma, 032 32 038 00 pour Orange et 033 65 800 00 pour Airtel.

Orange Madagascar52 partages

Henry Rabary-Njaka à Maurice : « Madagascar sera un grenier de l’Océan Indien »

Ouverture hier à Maurice du Conseil extraordinaire des Ministres de la Commission de l’Océan Indien. Il a été convoqué par Hon. Vishnu Lutchmeenaraidoo, ministre des Affaires étrangères, de l’Intégration régionale et du Commerce international du pays hôte. Le Ministre des Affaires étrangères de la République de Madagascar participe activement à la réunion qui se penchera sur plusieurs questions : évolution institutionnelle de la COI, paix et sécurité dans le cadre de la coopération avec les Nations Unies ainsi que l’agriculture et la sécurité alimentaire. Il s’agit de la troisième mission du nouveau Ministre des Affaires étrangères Henry Rabary-Njaka après celles à Londres et à New York. 

Le Chef de la diplomatie malgache reste optimiste quant au programme ambitieux de la COI et du Gouvernement malgache : « Madagascar, grenier de l’Océan Indien, deviendra une réalité grâce à nos efforts communs au profit de l’ensemble de nos Etats membres et de la Grande Ile dont l’agriculture est l’un des piliers du développement » avance-t-il. Henry Rabary-Njaka a également mis l’accent sur l’utilité de la sécurité dans la région : « Nous soutenons également les initiatives dans le domaine de la paix et de la sécurité en mettant en valeur la stabilité politique, la lutte contre le terrorisme et le trafic de drogue ».

L’ordre du jour du conseil tombe à point nommé avec l’annonce du Chef de la diplomatie de l’élaboration d’un partenariat avec le Système des Nations Unies et de l’Union africaine, d’un plan stratégique de la Réforme du Secteur de la Sécurité lancé le mois de septembre dernier. « La sécurité est vitale car c’est bien l’avenir de l’humanité dont il est question. Le monde fait face à une déferlante terrosiste et toute sles régions de notre planète sont concernées… ». La question énergétique se trouvait aussi au centre du débat.

La réunion extraordinaire constituait une occasion pour le Ministre d’informer les Etats membres de la mise en œuvre de la nouvelle politique énergétique au titre de l’année 2015-2030 « pour faire face aux défis d’urgence économique, sociale et environnementale du pays. La COI disposant déjà d’un programme dénommé COI-ENERGIE ou Programme Régional d’Efficacité Energétique (PREE). Le Chef de la diplomatie malgache a, à la fin de son allocution, réitéré le soutien de Madagascar en faveur de la résolution mauricienne pour la rétrocession de l’archipel des Chagos.

Midi Madagasikara50 partages

Une maladie qui se soigne

La psychose autour de la peste continue de plus bel. Et l’une des pires conséquences est que les personnes, atteintes ou non, ne se manifestent pas. Contaminant à leur tour toutes les personnes qui sont en contact avec elles. Ce qui rend difficile la maitrise de la situation d’après les dires du ministre de la Santé publique interviewé suite à la réunion extraordinaire sur la peste à Mahazoarivo samedi dernier. Le Pr Mamy Lalatiana Andriamanarivo d’ajouter que « c’est à cause du refus de déclarer les cas – sûrement par la honte – que la prolifération de la maladie continue». Par ailleurs, le numéro un du ministère de la Santé publique a profité de l’occasion pour rappeler les moyens de s’en prévenir. Entre autres, la déclaration dans les temps des cas suspects de peste auprès des centres de santé les plus proches, la préservation d’une bonne hygiène ainsi que l’assainissement des endroits habités. Dératisation, désinsectisation, lutte contre les feux de brousse, déclaration rapide auprès des centres de santé si des cas suspects se présentent, tels sont les gestes à avoir pour limiter la prolifération de la peste.

Tia Tanindranaza49 partages

Tandindomin-doza i MadagasikaraTsy voafehy ny pesta

Andro vitsy taorian’ny nilazan’ny minisitry ny fahasalamam-bahoaka, Mamy Lalatiana Andriamanarivo fa efa voafehy ny fihanaky ny pesta eto Madagasikara dia voaporofo ankehitriny fa ny mifanohitra amin’izay no zava-misy. Miparitaka an-tanàn-dehibe mihitsy ny pesta mpahazo ny tratra na ny « pesta pulmonaire ankehitriny.

 Mpanazatra matin’ny Pesta

 Nampikorapaka ny fanjakana ny fodiamandrin’ny mpanazatra ny klioba mpilalao basikety Beau Vallon avy atsy Seychelles teny amin’ny Hopitalin’ny Miaramila Soavinandriana, nitarika ny mpilalaony niatrika ny fiadiana ho tompondakan’ny Ranomasimbe Indianina ho an’ny ekipa tompondaka na ny CCCOI, izay maty ny faran’ny herinandro teo. Ny minisitry ny fahasalamana Mamy Lalatiana Andriamanarivo mihitsy no nanamafy fa aretina « peste pulmonaire » no nahafaty io teratany vahiny io, saingy tsy fantatra mazava ny toerana nahazoany ilay aretina. Toa nafenimpenina anefa izany tany am-piandohana, saingy nivoaka ihany ny marina taty aoriana. Rehefa voamarina moa io tranga io dia nikaton-trano tsy azon’ny mpijery natrehina ny lalao manasa-dalana ny sabotsy sy ny famaranana omaly alahady ho an’ny Baskety CCCOI 2017 izay natao teny amin’ny lapan’ny fanatanjahantena sy kolontsaina Mahamasina.

 

Miantso vonjy iraisam-pirenena

 

Manoloana ity toe-javatra ity, dia nanao fivoriana maika ny tompon’andraikitra vitsivitsy ny 30 septambra lasa teo, izay notarihin’ny praiminisitra, lehiben’ny governemanta, Mahafaly Solonandrasana Olivier, ny minisitry ny fahasalamam-bahoaka Andriamanarivo Mamy Lalatiana, ny minisitry ny fanatanjahantena Andriamosarisoa Jean Anicet, ny minisitry ny rano, ny angovo ary ny akoran’afo Rasoloelison Lantoniaina, ny solontena maharitry ny UNICEF, Elke Wisch, ny OMS Charlotte Faty Ndiaye, ny PNUD  Violet Kakyomya. Tsy maintsy natao ny “Déclaration d’urgence” eo amin’ny sehatra iraisam-pirenena noho ny fipariahan’ity aretin-doza ity satria 24 izao no efa maty, ka ny 5 teto Antananarivo. Tsy mbola mikatona kosa hatreto ny seranam-piaramanidina na ny vavahady hafa hidiran’ny vahiny saingy hentitra ny fanaraha-maso. Nambaran’ny solontenan’ny sampandraharahan’ny firenena mikambana momba ny fahasalamana (OMS) fa misy ny fitaovana famandriham-boalavo izay sady mamono ny voalavo ary koa ny parasy entiny, izay haparitaka araka izay mahafaingana azy. Nilaza ny kosa praiminisitra Mahafaly Solonandrasana Olivier, fa tokony hatsahatra aloha ny famoriam-bahoaka sy hetsika ofisialy, toy ny any an-tsekoly mba hisorohana ny mety ho fipariahan’ny valan’aretina, ary rehefa voafehy izany vao haverina amin’ny laoniny ny zava-drehetra.

Nanao antso avo ny minisitry ny fanabeazam-pirenena Paul Rabary fa tokony hanao fanadiovana faobe ny sekoly rehetra manerana an’i Madagasikara mba hadio tsara ny trano fianarana sy ny manodidina azy. Tsy maintsy mailo foana mba isorohana ny fiparitahan’ny pesta.

 

Toky R sy J. Mirija

Midi Madagasikara47 partages

Toliara : Semaine de la gastronomie

Ivanne Girard, directrice de l’Alliance de Toliara.

Initiée par l’Alliance Française de Toliara, la semaine de la gastronomie a commencé lundi 25 septembre par une dégustation de menu allemand au restaurant The Blue, au bord de la mer. Le Jardin de Gian Carlo, Tanambao, a offert des spécialités italiennes. Quant à Planeta Kolotoraly de Zaza, Morafeno, a fait honneur à des plats malgaches, sous un tamarinier, au milieu d’un cadre féerique. Deux autres restaurateurs ont offert leurs spécialités au sein de Vakok’Arts Trano, la salle de spectacle de l’Alliance de Toliara.

L’objectif de la semaine de la gastronomie serait de faire connaitre aux invités « la richesse de la gastronomie à Toliara et l’art de faire des plats simples et exquis », selon Zaza. C’est la première fois que la semaine de la gastronomie a eu lieu à Toliara, alors que dans la Capitale, elle est devenue une habitude comme la « Fête de la Musique ». Pour Ivanne Girard, directrice de l’Alliance « c’était une expérience montrant de la convivialité et de la simplicité ». Une occasion de découvrir des mets confectionnés avec un savoir-faire original que les restaurateurs ont offert  et qu’elle remercie. Les invités satisfaits « ont léché leurs babines ».

Enfin la cuisine est un Art que les vrais connaisseurs savent apprécier avec plaisir et qu’il convient de cultiver chez tous les restaurateurs de tout bord.

Charles RAZA, correspondant à Toliara

L'express de Madagascar45 partages

Trophée HEC – Les meilleures entreprises reconnues

La cérémonie de remise des prix de la première édition du prix de l’excellence des entreprises malgaches a vu les meilleures primées à Ambohitsirohitra.

L’esprit d’excellence primait au palais d’État d’Am­bo­hitsorohitra, samedi soir. La cérémonie de remise de trophée HEC Paris Bernard Rama­nantsoa aux 11 lauréats dans divers domaines de l’entrepreneuriat y a été effectuée sous le parrainage du président de la République malgache, Hery Rajao­nari­mampianina, de l’Ambas­sadeur de France à Mada­gascar, Véronique Voulan ainsi que du président d’honneur d’HEC Paris, Bernard Ramanantsoa en personne, de Solofo Rasoarahona de la CCIPM. Organisé en vue de reconnaître et célébrer le succès des entreprises, ce concours ambitionne de mettre l’esprit d’excellence des sociétés primées, dans leurs domaines respectifs, au-devant de la scène afin de servir de modèle et de référence pour toutes les autres. À ce sujet, Bernard Ramanantsoa a souligné qu’« il faut reconnaître la créativité, le talent et le professionnalisme des entreprises malgaches. Mon souhait, c’est que ce jour soit le premier d’une longue lignée».Plus de six cent entreprises ont présenté leurs dossiers pour de différents thèmes dont Service clientèle, notoriété d’entreprise et de marque, ressources humaines, meilleur sous-traitant et meilleure entreprise. Les noms des finalistes ont été dévoilés deux jours avant la date fatidique et seulement onze d’entre eux ont pu prétendre au titre tant convoité. Ces onze lauréats bénéficieront d’uneformation offerte par l’ambassade de France à Madagascar, une formation auprès de l’ISCAM, une formation auprès de l’HEC Paris et certains d’entre eux ont également bénéficié d’une enveloppe de deux millions et demi d’ariary.

Notoriété confirmée« Les procédures et critères d’évaluation ont été conçus afin que la reconnaissance HEC soit la plus transparente et le plus équitable possible », a souligné le président du jury, Francis Rajaobelina. À titre d’illustration, concernant la catégorie « notoriété d’entreprise », un panel de jury a été mis en place, formé en effet par des journalisteséconomiques, des autorités publiques…, pour confirmer les marques les plus connues, les meilleures références, les produits de meilleure qualité, les produits ou services de référence. Ou encore en matière de « gestion de ressources humaines » où il a fallu identifier la qualité globale en planification et développement de compétences des employés. « Raison pour laquelle on peut être bon, meilleur et excellent, les onze lauréats qui ont été primés le confirment », a conclu le président de la République lors de son allocution.

Les gagnants

Meilleur employeur catégorie de 11 à 100 salariés : DELTA AUDITMeilleur employeur catégorie plus de 100 salariés : SMARTELIAMeilleur service clientèle (moins de 10 salariés) : CFRH InstitutMeilleur service clientèle (11 à 100 salariés) : SOLIDIS S.AMeilleur service clientèle (plus de 100 salariés) : G4SMeilleur sous-traitant : COREALIMeilleure notoriété : YMAGOOMeilleure notoriété (11 à 100 salariés) : RDJMeilleure notoriété (plus de 100 salariés) : SOCOLAITMeilleur manager de l’année : ACEM MADAGASCAREntreprise de l’année : SOCOLAIT

Harilalaina Rakotobe

Tia Tanindranaza35 partages

“PestePulmonaire”Ahoana ny fitrangany ? Inona no tokony hatao ?

Aretina mahafaty kanefa azo tsaboina raha fantatra ara potoana sy entina eny amin’ny dokotera ny pesta.

 

 “Peste Pulmonaire” ilay misy eto Madagasikara amin’izao fotoana, arakany fanazavan’ny minisiteran’ny fahasalamana. Tahakaizao ny trangaha mantarana azyio : misy hafanana be ilay marary, somary sempotra, marary ny tratra, mikohoka sy mandoara.Tena tsy fahita amin’olombelona intsony anefa ity pesta mahazony avokavoka ity satria 5% n’ny trangana pesta ihany. Ny matetika hita dia ny peste bubonique, io ilay ahitana atoditariana ny marary sady reraka be, ity no tena karazana pesta mateti-pitranga ; ary trangana pesta fahatelo farany ny “peste septicemique” io indray dia mahazo ny ra avy hatrany ary tena mahafaty haingana. Noho izany aleo mandeha any amin’ny dokotera natoeram-pitsaboana haingana vantany vaomisy ireo fambara etsy ambony ireo hahafahana mitsabo haingana. Mety hitranga ora vitsy kahatramin’ny 5 andro taorian’ny nahazoana ilay aretina ny fambara.Tsara ho marihuana famaimaimpoana ny fitsaboana ny pesta eto Madagasikara eny amin’ny hopitalim-panjakana.

RTT

Midi Madagasikara31 partages

Basket-ball- Coupe des clubs champions de l’Océan Indien : Un très beau doublé malgache !

Cyril Rasolojaona (à gauche) et le Fandrefiala laissaient exploser leur joie au coup de sifflet final.

Madagascar a tout raflé à la Coupe des clubs champions de l’Océan Indien qui a rendu son verdict hier dans un Palais des Sports de Mahamasina désespérément vide à la suite de la mort d’un entraîneur des Seychelles victime de la peste.

Malgré un gymnase vidé par des mesures gouvernementales, cela n’a pas empêché le camp malgache de briller de mille feux car chez les hommes comme chez les dames, on a eu droit à une franche explication entre des équipes malgaches.

TAMIFA fatigué. D’abord chez les dames où Fandrefiala a gagné son match à l’usure devant TAMIFA qui a franchement séduit après sa victoire de samedi contre le MB2ALL. Hier, cette débauche d’énergie supplémentaire a coûté cher au groupe de Fandriana qui s’est même offert le luxe de mener au score aux deux premiers quart-temps avant de sombrer corps et biens sous les assauts répétés de Fandrefiala conduit par une Sarobidy Randriatahina des grands jours mais également de Ravaoma qui totalisaient à eux deux plus de la moitié des points de leur équipe. Sous le coup de la fatigue, TAMIFA n’était plus que l’ombre de lui-même durant la deuxième moitié de la finale.

Au bout et malgré le talent certain de Fanja Raholisoa ou encore de Charlette Razanajao, le TAMIFA s’est incliné par 67 à 42.

Intraitable Ibrahim. Chez les hommes, l’ASCUT dont on disait fatiguée de la grande bataille de samedi pour le BC M’Tsapéré de Rabekoto Daguet (73 à 72), a su tirer son épingle du jeu face à la GNBC au cours de la finale d’hier en s’imposant par 63 à 61.

Les deux formations avaient tour à tour mené au score avec un authentique tireur d’élite du nom de Fabrice chez les gendarmes mais en face l’ASCUT n’est pas resté les bras croisés en s’organisant en défense où les rebonds défensifs du grand Ibrahim mais aussi de Fataka ont été d’une efficacité redoutable. Comme Lalason et ses camarades ne lâchaient rien en attaque, la victoire est d’une logique implacable. Ni Saka que le staff technique des gendarmes laissait souvent sur le banc, ni Stevel avec ses tirs à distance, n’ont pas changé la physionomie du match.

Les protégés de Mbola Rajaonah ravissaient la victoire finale et c’est presque une certitude que les joueurs vont être accueillis en héros à Toamasina. Car un titre même régional, cela se fête.

Clément RABARY

Midi Madagasikara27 partages

Vatovavy Fitovinany : Des kits scolaires offerts

Lors de la distribution des kits scolaires dans la région de Vatovavy Fitovinany.

A l’approche de la rentrée scolaire 2017-2018, le gouvernement poursuit ses actions sociales au profit des élèves en classe d’examen de CEPE dans les écoles primaires publiques de la région de Vatovavy Fitovinany. Le ministre des Transports et de la Météorologie, Ralava Beboarimisa vient de distribuer des kits scolaires, en tant que coach de la région, et ce, au nom du Président Hery Rajaonarimampianina et de la Première Dame. Les écoles primaires publiques dans les districts de Mananjary, de Manakara et Vohipeno en ont bénéficié en premier lieu. Il s’agit notamment d’un kit composé d’un cartable, de quatre cahiers de 100 pages, de quatre stylos, d’un crayon, d’une trousse, d’une gomme et d’un compas par élève. « Les élèves dans les districts d’Ifanadiana, d’Ikongo et de Nosy Varika auront les leurs dans un deuxième temps », a rassuré le ministre des Transports,  Ralava Beboarimisa.

Navalona R.

Tia Tanindranaza22 partages

Mari-drefy tsy ara-dalànaHesorina, hoy ny Minisitry ny paositra

Be loatra ireo onjapeo misy eto amin’ny firenena amin’izao fotoana izao, raha ny nambaran’ny minisitry ny paositra sy ny fifandraisan-davitra, Nepatraiky Rakotomamonjy.

J. Mirija

 

Midi Madagasikara22 partages

Terrain synthétique : Andohalo aura sa part !

A l‘heure de la pelouse synthétique, Andohalo va aussi en faire pour son terrain de football. L’initiative tout à fait privée est le fruit d’une collaboration entre des gens de bonne volonté, des anciens du Lycée Gallieni et tout simplement par des personnes qui veulent apporter leur part d’eau au moulin de ce football que le tout Andohalo pratiquait par tous les temps, qu’il vente ou qu’il pleuve. C’est devenu un endroit mythique pour tous les riverains et les élèves du Lycée d’à côté.

Quant à la qualité de cette pelouse synthétique, c’est presque une certitude que cela va se faire dans les normes puisque c’est Hery Rasoamaromaka et son entreprise qui s’en chargent. Habituée de ce genre de travaux, l’entreprise Hery a déjà montré l’exemple en faisant de son terrain de Talamaty une pelouse synthétique comme on n’en voit pas tous les jours. Logique car Hery Rasoamaromaka se déplace en personne en Chine pour se procurer la pelouse qui convient mieux au climat malgache.

Clément RABARY

Midi Madagasikara19 partages

Ismatec : La VED pour les non diplômés

Rafenomanantsoa Sibele, DG de l’Ismatec.

Puisque pas mal de Malgaches apprennent tout sur le tas, et que parfois ils ont une meilleure capacité à accomplir une tâche ou un travail et qu’ils ne peuvent pas accéder à certains postes parce qu’ils n’ont pas de diplôme, l’Ismatec propose la VED, ou la Validation de l’Expérience en diplôme. Une possibilité donc d’obtenir des diplômes selon son niveau d’expériences et ses capacités, plutôt une bonne nouvelle pour pas mal d’autodidactes. Pour l’heure, Ismatec est un établissement supérieur habilité par l’Etat. 8 formations sont proposées aux nouveaux, bacheliers : sage-femme, infirmière, droit, gestion, agro-management, BTP, diplomatie et communication, formation enseignante. Les stages sont assurés par les formateurs qualifiés de l’Ismatec, ainsi que des chefs d’entreprise. Les cours sont en salle ou par télé-enseignement, à travers toutes les antennes de Ismatec à Tanà, Mahajanga, et à Toamasina.

Anjara Rasoanaivo

Midi Madagasikara18 partages

Ambinaninony – Brickaville : Kaominin’ny “Manjarano” eto Toamasina

Nampisy resa-be tao amin’ny kaominin’Ambinaninony sy ny disitirikan’i Brickaville ary tonga olana nasionaly ny disadisam-piarahamonina nisy tao amin’ny kaominin’Ambinaninony Brickaville. Na teo aza ity olana ity, dia tsy niteraka ady teo amin’ireo mpiara-monina izany, ka izay no nahatonga ireo tangalemana nandray andraikitra nandamina ny raharaha satria kaominin’ny “Manjarano” ny tanànan’izy ireo, izay andrandrain’ny mponina hiteraka fampandrosoana ho azy. Nisy noho izany ny “tsaboraha” nokarakarain’ireto tangalamena ireto ny zoma teo tao Ambatolampy ho fandaminan-draharaha. Nisy mantsy ny alahelo tamin’ireo mponina ao Ambatolampy tamin’ny nanaovana ny “tsaboraha” voalohany tamin’ny fidiran’ny orinasa DNI Metals hanao fikarohana “Manjarano” na “Grafita” ao an-toerana, satria ny zana-tananan’Ambatolampy no misy ny harena ambanin’ny tany ity, nefa izy ireo indray no hadino tamin’ny fomban-drazana miaraka amin’ny famonoana omby ity tany am-boalohany. Taorian’ny fanapahana noraisin’ireo vahoaka sy ireo tangalamena ny 13 septambra lasa teo dia nosafidiana ny andro zoma teo nanaovana ny fomban-drazana ho an’ireo vahoaka ao Ambatolampy. Milamina ny raharaha manomboka izao hoy ireo tangalamena, nandray ny andraikiny ny teo anivon’ny faritra Atsinanana misy ny toeram-pikarohana hoy Atoa Mamy Randriamamaritra Inspektera ny faritra, satria tsy mahatsara ny fampandrosoana ao Ambatolampy, ny fokontanin’i Vohitsara, ny kaominin’Ambananinony, ary ny faritra, ny fisian’ny disadisam-piarahamonina. Ankoatra izay dia tsy ny DNI Metals ihany no orinasa mikaroka sy mitrandraka ny “Manjarano” ao anatin’ny 435km2 mamaritra ny kaominina, fa eo ny orinasa Gallois ao Antsirakambo izay efa an-taonany maro, ny Turi Pati ao Savalaina mbola manao fikarohana; efa misy hisy orinasa roa hafa ihany koa anefa handrasan’ny mponina hiditra hanao fitiliana sy hitrandraka izany ihany koa ao amin’ny fokontany Marofody ao Menagisy, sy ao amin’ny fokontany Ambodirafia…

Malala Didier

Midi Madagasikara18 partages

Chronique de Mickey : Taylor se taille encore de l’or dans les zones franches de confection

Cadences infernales, rémunération à la pièce… l’organisation scientifique du travail(OST) mise au point par Taylor au début du XXe siècle  a encore  de beaux jours dans le pays. Comme au bon vieux temps du capitalisme, bon teint de longues queues de femmes se forment  encore devant ces entreprises de confection à la recherche de travail. Dans la division internationale du travail, Madagascar  dispose d’un avantage comparatif concurrentiel avec un coût de main d’œuvre très compétitif même si l’énergie est onéreuse et que l’environnement juridique laisse  à désirer .D’autant que les accords comme l’AGOA et les accords multifibres constituent des facilités d’écoulement des produits. Les propriétaires de ces usines et les autorités se frottent les mains, les premiers devant les profits considérables que leurs business procurent et les seconds par les employabilités qui contribuent à résorber le chômage. Faut-il s’en réjouir ?   Oui, si l’on voit le sort des femmes s’améliorer relativement avec leur indépendance financière et leurs conditions de vie en générale. En milieu semi rural par exemple dans les environs d’Antsirabe, elles, qui  d’ordinaire s’attelaient  aux travaux des champs tandis que leurs hommes gardaient le maigre troupeau, allongés les pieds en éventail, sont devenues de fait les véritables pourvoyeuses de  revenus du foyer avec les changements structurels de la famille que cette nouvelle situation entraîne. En ville, la hantise du statut de subvenir aux besoins du foyer monoparental (famille sans père) devient moins pressante. Mais cette situation socio-économique est-elle vouée à perdurer ? Dommage que nos errances politiques  –semble-t-il nous aient fait  sortir du chemin de l’histoire, en effet, si l’on regarde bien, le Japon, la Chine, la Thaïlande, l’Inde et d’autres pays pour ne citer que l’Ile Maurice   sont passés par ce stade de pays à bas salaire pour arriver au statut de pays émergents avec des productions à   plus forte valeur ajoutée comme le montage des articles électroménagers, de téléviseurs ou d’ordinateurs, par exemple. Mais hélas, comme disait Marx en des termes plus savants, le Travail rapporte plus que le Capital, et nous en sommes encore à ce stade de « L’exploitation de l’homme par l’homme ». Le vent d’Est du développement nous est passé par-dessus.

M.Ranarivao

Madagascar Tribune17 partages

Les citoyens, victimes des calculs politiques

Le constat est général en ce qui concerne le quotidien de la population malagasy actuellement. Une population qui vit majoritairement en dessous des standards de « vie décente ». Car il ne s’agit plus de se baser sur des indicateurs établis selon des critères impossibles à atteindre à Madagascar. L’on sait depuis longtemps que le malgache lambda vit avec moins de 1 USD par jour. Il est désormais nécessaire de parler d’une vie décente. Une vie décente qui se définit comme une vie convenable au regard de ce qu’il est normal d’attendre, de ce qu’on considère comme juste selon le dictionnaire Larousse. Peu de malgaches peuvent en effet prétendre avoir une vie décente, avec un travail décent et un salaire décent ou encore un sentiment de sécurité digne de ce nom. Selon le KMF/CNOE ou Conseil National pour l’Organisation des élections, ces difficultés auxquelles doivent faire les malgaches ne sont que les fruits des calculs politiques des élus depuis un certain temps. "Que ces responsables se penchent davantage sur le respect des normes en vigueur afin que les citoyens puissent prendre et assumer leurs responsabilités respectives tendant à améliorer les conditions de vie et à promouvoir le développement du pays » a ainsi déclaré le KMF/CNOE. Après avoir exigé des politiciens en général et surtout vis-à-vis des élus actuels auxquels la population a confié un mandat de cesser les calculs politiques. Il faut concéder que depuis ses débuts, la quatrième République a été énormément marqué par des manœuvres et des calculs politiques de plus ou moins haut niveau. Depuis l’éviction de Christine Razanamahasoa à la tête de l’Assemblée Nationale donnant naissance à une majorité présidentielle pourtant absente des urnes, jusqu’à la planification d’un référendum constitutionnelle en fin de mandat. En passant par des interprétations et des esquives de la part de la Haute Cour Constitutionnelle sur des questions de droit crucial, ou encore des chantages de motion de censure du gouvernement. La société civile face à ces manœuvres a été très active et très unie ces derniers temps. On s’attend donc à ce que d’autres emboitent le pas au KMF/CNOE.

L'express de Madagascar17 partages

Malnutrition – Le Japon édite un livret de recettes nutritives

Le Japon s’engage dans la lutte contre la malnutrition. Des volontaires japonais de la Japan Overseas Cooperation Volunteer (JOCV) ont remis, jeudi, un livret de recettes nutritives au ministère de la Santé publique et de l’Office national de nutrition (ONN). Le document contient une quarantaine de plats revisités et adaptés au contexte local. C’est le cas, par exemple, pour les gâteaux, les variantes du « ravitoto » ou encore le flan, présenté avec une version au potiron.

Recettes Pré-testées« La malnutrition sévit encore dans plusieurs régions du pays, notamment dans les zones rurales. Ces volontaires ont conçu ce livret pour aider les femmes enceintes, les nouveaux-nés et les familles », explique Hironobu Murakami, représentant résident de l’agence internationale de coopération japonaise (JICA). Et de continuer : « Une équipe d’experts japonais sera présente à Madagascar, à partir de l’année prochaine, pour travailler avec les volontaires japonais dans le cadre de l’amélioration de l’état de la malnutrition chronique du pays ».Toutes les recettes proposées ont été pré-testées maintes fois, en collaboration étroite avec les ménages locaux, depuis ces deux dernières années, au cours desquelles le programme des volontaires japonais a repris à Madagascar.

L.R.

Midi Madagasikara17 partages

Trophée du Jeune Entrepreneur : Concours ouvert aux chefs d’entreprise

Ndrina Ralaimanisa, directeur de la communication institutionnelle et des relations publiques de BNI Madagascar.

Quinze ans après son premier lancement, le Trophée du Jeune Entrepreneur a mis en vedette, de nombreux chefs d’entreprises. Ndrina Ralaimanisa, directeur de la communication institutionnelle et des relations publiques de BNI Madagascar, nous explique les détails sur ce concours. Interview.

 Midi Madagasikara (MM). Pourquoi BNI Madagascar a-t-il lancé le Trophée du Jeune Entrepreneur (TJE) en 2003 ? 

Ndriana Ralaimanisa (NR). La raison est très simple, l’avenir de Madagascar passera par les jeunes, à fortiori par les Jeunes Entrepreneurs aussi. Cette initiative a permis de reconnaître des chefs d entreprise ambitieux et qui se distinguent et qu’il fallait accompagner dans leur développement. Je  profite de l’occasion pour dire que BNI Madagascar  a augmenté de 22% son volume de crédit Entreprises en 2016 pour accompagner les différentes activités dans différents secteurs.

MM. Quels sont les critères pour concourir à ce trophée ?  

NR : Il faut être un Chef d’entreprise ayant moins de 40 ans, avoir une société de plus d’une année d’existence et faire un chiffre d’affaires annuel de 60 millions Ariary ?

MM. Comment faire pour concourir au TJE ? 

NR : Pour cela, il faut aller sur le site de BNI Madagascar, aller sur la page TJE et cliquer savoir plus, télécharger la fiche de candidature et le règlement du concours. Après,  remplir la fiche et fournir les différents documents demandés dans le règlement et déposer votre dossier dans une agence de BNI Madagascar ou à la Direction de la communication institutionnelle et des Relations publiques au siège de BNI MADAGASCAR.

MM. Quelles seraient les facteurs de réussite pour obtenir le Trophée ? 

NR : A mon avis, il faut surprendre les membres du jury – BNI Madagascar, la fédération des Chambres de commerce et d’industrie de Madagascar, les groupements professionnels, EDBM (Economic Development Board of Madagascar), le Ministère de l’Industrie et du Développement du Secteur Privé et un journaliste économique – à travers des produits distinctifs , un projet ambitieux pour le développement de l’entreprise et un marché captif national ou international avec un positionnement cohérent. Si ces conditions sont réunies, n’hésitez pas à déposer votre dossier, il vous reste 14 jours.

Recueillis par Antsa R.

Midi Madagasikara15 partages

France-Madagascar : Renforcement de la coopération décentralisée

Echanges d’informations, coordination des efforts dans le domaine de la coopération décentralisée … tels sont les objectifs des rencontres prévues ce mois d’octobre au Carlton Anosy. En effet, plus de 400 représentants des Collectivités territoriales décentralisées (CTD) de Madagascar participeront aux Deuxièmes Assises de la Coopération Internationale des Collectivités Malagasy et Françaises, qui se tiendra du 24 au 26 octobre prochain. Pour les organisateurs, ces rencontres permettront de promouvoir la coopération décentralisée, en tant qu’outil de bonne gouvernance locale et de facilitation des échanges entre territoires. A noter que ce genre d’événement s’est déjà tenu dans la Grande-île en 2006, et a permis d’aboutir à des résultats concrets, notamment à la signature de conventions de coopération par les CTD. Cette fois-ci, les participants malgaches s’attendent déjà à pouvoir nouer des partenariats avec les Français pour faciliter la mise en œuvre de leurs projets de développement.

Antsa R.

Midi Madagasikara14 partages

MAE : Du forum de la diaspora au Conseil des Ministres de la COI

Lors du lancement officiel du forum de la diaspora à Anosy.

Une première dans l’histoire du pays. Un forum de la Diapora (Malagasy Ampielezana) aura lieu à Antananarivo du 26 au 28 octobre prochain. Cette rencontre a été officiellement lancée vendredi dernier au ministère des Affaires Etrangères à Anosy. Ce premier événement national de rassemblement des natifs et enfants de Madagascar dans le monde permettra de recueillir les attentes et tous les éléments pertinents de réflexion en vue de l’élaboration d’une politique nationale de la diaspora. Le  Chef de la diplomatie malagasy Henry Rabary-Njaka n’a pas manqué de réitérer l’importance de ce rendez-vous aussi bien pour la Diaspora que pour tous les malgaches. « Que ce soit ici ou ailleurs, les Malgaches aiment leur pays et ils sont des patriotes. Il est temps désormais de transformer cet amour de la patrie en un levier du développement », a-t-il déclaré.

Première participation. Après avoir officialisé le lancement du forum de la diaspora à Anosy, le ministre des Affaires Etrangères a mis le cap sur Maurice où il participe depuis hier au conseil des Ministres extraordinaire de la Commission de l’Océan Indien (COI). Le chef de la diplomatie malgache conduit la délégation malgache composée entre autres de  Mija Rasamizafy, chargé d’Affaires par intérim de l’Ambassade de Madagascar à Maurice et du nouveau SG du ministère Eric Ratsimbazafy. Ancien DG des Opérations, il a d’abord été journaliste politique dans notre rédaction avant d’étudier à l’ENAM (section Agents diplomatiques et consulaires). Issu de la deuxième promotion, il a occupé successivement les fonctions d’Attaché de Presse et chef cabinet du ministre à Anosy et premier conseiller de l’Ambassade de Madagascar au Canada jusqu’en mars 2016.

Recueillis par R. Eugène

L'express de Madagascar13 partages

Misa Andrianaivo – « Le CNAPMAD rescapé de cinq années de crise »

Frappé de dettes colossales héritées de cinq années de crise où les salaires du personnel ont connu des arriérés avec des charges socio-fiscales non-supportées, le Centre National de Production de Matériel Didactique (CNAPMAD) sort du gouffre. Le « Rebranding » est lancé.

• Il y a trois ans, le Centre National de Production de Matériel Didactique (CNAPMAD), dont vous êtes aujourd’hui à la tête, n’était pas plus qu’une société d’État agonisante. Quels étaient les facteurs qui ont failli plonger l’établissement dans le gouffre de la faillite ?- Je tiens tout d’abord à souligner que le CNAPMAD est plein de potentiels. Créé en 1981, il s’est fait un nom au bout de trente-six années d’existence, même s’il a connu des hauts et des bas. L’un des  rares Établis­sements Publics à Caractère Industriel et Commercial (EPIC) rescapés de l’ajustement structurel et de la privatisation, le CNAPMAD est sous la tutelle technique du ministère de l’Éducation Nationale (MEN) et sous tutelle financière du ministère des Finances et du Budget (MFB). Il évolue dans tout un éventail de secteurs d’activités dont  la menuiserie, la conception et la production  de matériel et de fournitures scolaires, l’électricité, l’injection plastique, l’imprimerie, la verrerie de laboratoire, les travaux de métaux ainsi que l’étude et la conception.  Pour ma part, je ne suis directeur  du centre que depuis septembre 2014 seulement. L’héritage de la transition était des plus amers. Entre 2009 et 2013, l’établissement a accumulé une dette fiscale s’élevant à 800 millions d’ariary, hormis des dettes fournisseurs colossales. Le CNAPMAD  était frappé de redressement fiscal pour non-déclaration de TVA et non-versement des impôts sur revenus. Une fuite de la clientèle,  due à des non-respects des délais d’exécution, a asphyxié les activités à tel point que le payement des rémunérations des employés a connu des mois d’arriérée et les menacesde compression du personnel étaient ambiantes.

• Qu’en-est-il alors de la situation actuelle ?- Au prix de mille efforts, déployés sans relâche au fil de trois années,  le CNAPMAD a réussi à s’acquitter de ses colossales dettes fiscales. Le dernier versement a été effectué au mois de juin. Il a fallu raffermir le mode de gestion ainsi que de  leadership pour  remotiver le personnel et mener  en parallèle des actions marketing pour regagner la confiance des clients. Notre secret repose sur une démarche systémique assez simple dont le commencement s’opère par  un changement d’état d’esprit des employés. Une approche interpersonnelle a permis à  toute l’équipe de réaliser combien notre gagne-pain dépend des clients. Passé ce cap, il y a lieu de dire que chaque membre de la grande famille du CNAPMAD ne ménage plus ses efforts quant à la rigueur sur les normes de qualité, de même pour  le respect des délais impartis pour la livraison des commandes des clients.Tout ceci assure  la fidélité et l’élargissement  de la clientèle et s’ouvre dans la foulée à de nouveaux marchés. Depuis fin 2014, les arriérés de salaire de la Transition ne sont plus qu’un cauchemar qui fait partie du passé. Le centre a tant bien que mal réussi à surmonter  petit à petit  les déficits. Les séquelles du passé s’estompent peu à peu. On peut dire que les cent soixante-sept membres du personnel évoluent aujourd’hui dans un environnement professionnel  sain et stable.

• Qu’en est-il alors aujourd’hui de votre clientèle  et de vos activités ? – En toute humilité, on peut dire que le CNAPMAD est monté de plusieurs crans dans  sa microéconomie. Parmi ses principaux clients, on trouve, par exemple, des organismes internationaux, des agences du système des nations unies. Ces derniers collaborent avec le centre, entre autres dans les réalisations  de travaux d’imprimerie ainsi que  la fabrication de mobiliers scolaires et de matériels didactiques. Des établissements scolaires privés, confessionnels ou non, font, eux aussi, de pareilles commandes.À l’issue d’un  appel à manifestation d’intérêts,  le CNAPMAD a, à titre d’exemple, décroché le marché du tirage de deux cent soixante mille manuels préscolaires de la série Garabola, outre d’autres ouvrages de la série Vola. La commande a été passée par l’Union Européenne de par le Projet d’Appui  aux Secteurs  Sociaux de Base (Passoba-Education).Par ailleurs, nous effectuons chaque année les tirages des sujets  du CEPE et du BEPC. Le CNAPMAD est trié sur le volet en raison des normes de sécurité et de confidentialité exigées.Pour ce qui est du matériel de laboratoire, de grandes compagnies pétrolières ainsi que des départements de l’université d’Anta­nanarivo  nous confient leurs commandes. Jusqu’à ce jour,  notre soufflerie n’a pas démérité.Les produits que nous pouvons offrir sont aujourd’hui quasiment illimités. Si avant 2014, les seules moules que nous avions  permettaient seulement de produire  des règles, équerres et rapporteurs,  aujourd’hui, nous disposons du nécessaire pour concevoir les moules eux-mêmes. Les clients peuvent commander tout ce qu’il leur faut, c’est dans nos cordes. En même temps, nous nous concentrons sur les activités les plus porteuses et génératrices de revenus, comme l’imprimerie.

• À vous entendre, le CNAPMAD et son personnel semblent  livrés à eux -mêmes  alors que l’établissement est à l’Etat. Qu’en est-il des responsabilités du ministère de l’Education Nationale ?Il ne faut pas oublier que le CNAPMAD est un Etablissement Public à Cara­ctère Industriel et Commercial. Il faut donc une bonne gouvernance pour qu’il soit auto-suffisant et bénéficiaire. En tout cas, l’Etat est au chevet de ses établissements commerciaux rescapés, à l’instar du CNAPMAD. Ces efforts étatiques se manifestent par l’octroi de subventions qui permettent de supporter les coûts d’environ deux mois de charges fixes. Convaincu que le CNAPMAD a les potentiels pour devenir l’un des fleurons des sociétés de l’État de par le travail abattu, le ministre de l’Éducation Nationale, Paul Andrianiana Rabary, a doté le centre de nouvelles machines d’injection plastique qui commencent déjà à porter leurs fruits par une plus grande compétitivité en termes de qualité et de diversité des  produits offerts aux clients. Actuellement, le CNAPMAD est 35% plus productif qu’elle ne l’était, il y a moins de trois ans. La situation est encourageante.

• D’après le cheminement de vos propos, le CNAPMAD est –il donc sur la bonne voie ? Quelle est la prochaine phase de son redressement ?Rappeler que le centre a essuyé d’énormes dettes pendant les cinq ans de crise de 2009 ne ferait que remuer le couteau dans la plaie. Les bases du redressement sont jetées et il suffit de continuer  avec un esprit positif. Les  dettes fiscales de 800 millions d’ariary sont maintenant réglées. Nous travaillons actuellement d’arrache-pied pour le payement des dettes à nos fournisseurs qui sont nos principaux partenaires dans notre expansion. Pour être en mesure de régler leur dû dans les délais les plus raisonnables, nous misons sur un «rebranding». Le CNAPMAD a conçu un nouveau logo, dont  l’idée et l’esprit viennent du personnel.La dimension humaine a été rehaussée, la reconquête de la clientèle bat son plein, des acquisitions de matériel ont ouvert à de nouveaux marchés,  d’autres produits  et une nouvelle catégorie de clientèle. En outre,  nous tentons un tour de force  pour que les relations avec les fournisseurs soient au beau fixe. En conclusion, les conditions  sont réunies pour le « rebranding ».

Propos recueillis par Seth Andriamarohasina

News Mada12 partages

Kivalo Menabe : tonga ny mpizahatany voalohany

Nankalaza ny Andro iraisam-pirenena ho an’ny fizahantany, ny 27 septambra teo, ny tanànan’i Kivalo, faritra Menabe. Any akaikin’ny toerana Allée des baobabs any Morondava ity tanàna ity. Sambany nisy mpizahatany vahiny tonga tany an-toerana, ahitana Frantsay 15 ary Amerikanina 10.

Mpanjono ny asa fiveloman’ny mponina any Kivalo. Nampiofana azy ireo ny WWF, amin’ny fandraisana mpizahatany. Anisan’izany Ravaonirina Rogia, niofana ho mpitarika mpizahatany. “Manana harena maro izahay, toy ny ala honko, ny vorona, ny biby mandady, mampinono, mila arovana sy aseho amin’ny vahiny”, hoy izy. Hisy mpizahatany amerikanina hafa sahady ho avy any Kivalo amin’ity volana oktobra ity.

Njaka A.

Midi Madagasikara12 partages

Spectacles du week-end : Bonne ambiance malgré tout

Ce début du mois d’octobre démarre difficilement pour les organisateurs qui devront composer avec la peste pour tenir ou annuler les concerts à venir. Malgré tout, le week-end a été très animé dans toute la ville. Vendredi soir, place au duo intemporel et éternel Henri Ratsimbazafy et Voahirana, qui a ravi son public au CC Esca Antanimena. Un succès qu’ils ont réitéré hier dans l’après-midi toujours au même endroit. Le concert a été grandiose, avec un super décor en noir et blanc et des tubes repris en chœur par toute la salle. Samedi après-midi, le rendez-vous des passionnés de rap à Antsahamanitra a été à la hauteur de toutes les attentes. Le  « Afondasy » a été un vrai régal et de chaudes retrouvailles pour les rappeurs de la capitale. A Ambohijatovo, c’est la solidarité des artistes et des organisateurs de spectacles qui a marqué, car le bouquet final du Dago Festival a accueilli les artistes du festival Hay, vu l’annulation du festival hier. Tous les artistes se sont surpassés pour offrir un bon moment au grand public.

Anjara Rasoanaivo

La Vérité11 partages

Situation sociale - Des dirigeants éhontés !

Dans un pays civilisé, les comportements des dirigeants cadrent avec les vécus de la majorité de la population. Ce n’est pas heureusement le cas dans les pays sous- développés à l’instar de Madagascar où les responsables étatiques n’ont pas la moindre pudeur en exhibant leurs richesses et autres avantages. Et pourtant, presque la totalité des malagasy vivent dans une situation précaire.  Président de la République aux parlementaires en passant par les ministres ou autres responsables de l’administration démontrent de par leurs comportements qu’ils n’ont cure de la pauvreté et de la préoccupation de leurs gouvernés. Les déplacements à l’extérieur en groupe ou en famille, aux frais du contribuable, sont devenus l’apanage des dirigeants actuels.

  Ces dernières années, l'opulence des gens au pouvoir et leur voracité tranchent également sur la misère grandissante des malgaches. Les 4x4 et autres véhicules rutilantes des proches des gens au pouvoir, avec leurs sirènes hurlantes roulent sur les bitumes sur lesquels sont entassés des milliers de sans abris, des femmes, des enfants, des vieillards en haillons. Les signes ostentatoires de richesse ne se limitent pas aux voitures mais également aux comportements des dirigeants. Sur les télévisions, certains hauts fonctionnaires adoptent une posture hautaine et s’adressent  au public comme à des enfants en bas âge.  Alors que dans le même temps, le calvaire des populations s’amplifie, l’insécurité fait rage, les délestages ou coupures intempestives de courant, c’est selon, sont loin d’être résorbés à un an de la fin du quinquennat de Hery, et la peste qui vient également accentuer les difficultés subies au quotidien par les foyers malgaches, les dirigeants n’ont même pas la décence de faire profil bas.  C’est dans ce contexte marqué  par une situation sociale délétère que les dirigeants actuels comptent tenir un référendum constitutionnel. Une consultation populaire qui nécessiterait plusieurs milliards d’ariary et qui est pourtant jugée inopportune par la société civile et l’opposition. Dans ce milieu marqué par l’indécence du train de vie des dirigeants, le député Hary Andrianarivo semble faire figure d’exception à la règle. Celui-ci sur les réseaux sociaux a vivement interpellé l’Etat : « Pourquoi ne pas laisser l’histoire des 4x4 aux députés et acheter des cache-bouches qui seront redistribués gratuitement aux malgaches par le biais d’avions affrétés spécialement pour l’occasion?  Actuellement, seuls ceux qui en ont les moyens peuvent s’en procurer. Au final, peut être que seuls ceux qui portent des cravates bleues pourront s’en offrir… »

A.R.

Tia Tanindranaza10 partages

Orinasa kanadianina mitrandraka ao AmbatolampyAra-dalàna, hoy ny minisitera

Olona 4 ihany sisa no mitsipaka ny fitrandrahana Grafita ataona orinasa kanadianina iray ao Ambatolampy, Ambilaninony, hoy ny tompon’andraikitra iray avy eo anivon’ity orinasa ity.

 Efa voaloa daholo ny vola amin’ireo tompontany voakasiky ny fitrandrahana. Hiezaka ny hijery ny lafiny sosialy toy ny fanaon’ireo orinasam-pitrandrahana rehetra izay mitrandraka amina toerana iray toy izao izahay, hoy ity tomponandraikitra ity, ary efa miainga izany, toy ny tetikasa fananganana lavadrano sy kianja filalaovam-baolina ho an’ireo tanora. Mpianatra miisa 500 ihany koa no efa voazara fitaovam-pianarana hiatrehan’izy ireo ny fidiran’ny mpianatra. Nanamafy moa ny avy eo anivon’ny minisiteran’ny harena ankibon’ny fa ara-dalàna ny fitrandrahana ataon’ity orinasa ity. Tsy voazava kosa hatreto ny antony nanakanana ireo mpanao gazety tsy hiditra tao amin’ny toeram-pitrandrahana ny herinandro lasa teo.

J. Mirija

L'express de Madagascar9 partages

Constitution – Rajaonarimampianina veut réformer le statut du fokontany

Dans le dernier épisode de l’émission hebdomadaire « Le Rendez-Vous Fotoambita », publié sur Youtube vendredi, le président de la République, Hery rajaonarimampianina, affirme sa persévérance à s’engager dans la réforme des lois sur le statut du fokontany. D’après lui, le décret sorti en 2009 statuant sur les représentants de l’État « ne donne en aucun cas sa vraie valeur au fokontany ». Le fait est qu’il est sous la tutelle du Maire et du chef de District.« Dans la Constitution actuelle, le fokontany n’est pas une structure démocratique, car le pouvoir a été confié à la commune, à la Région et à la province en son article trois », a-t-il soutenu avant d’ajouter « Pourtant, c’est le fokontany qui est le plus proche de la population ».

DéterminationCeci dit, tout le monde n’est pas du même avis que le chef d’État. À l’issue d’une conférence de presse le 26 septembre au Cite Ambato­nakanga, l’Organi­sation des Sociétés Civiles (OSC) a exprimé son désaccord par rapport à la révision constitutionnelle. Selon l’OSC, la mise en valeur du fokontany et la réalisation de l’élection de son chef peuvent être réalisées de manière efficace, sans devoir passer par une modification constitutionnelle. Toujours d’après l’OSC, « seules les élections nationales, surtout la présidentielle dont la réalisation est prévue en 2018 par la Constitution, doivent faire l’objet des dépenses à venir, et sont d’ailleurs inscrites dans la loi de finance 2018 ».Dans tous les cas, Hery Rajaonarimampianina semble être déterminé à poursuivre sa démarche. « Nous devons avancer vers l’élaboration des lois définitives pour gérer ces fokontany. Je suis prêt à avancer vers la réforme totale de la gouvernance, qui commence depuis la base », a-t-il affirmé.

Loïc Raveloson

Midi Madagasikara7 partages

Décorations : Les anciennes gloires de Mahajanga demandent une remise à domicile

Les sportifs majungais ont marqué de leurs empreintes la vie sportive nationale. Logique s’ils se trouvaient aujourd’hui parmi les bénéficiaires des décorations en tout genre allant du Chevalier de l’Ordre National à celui d’Officier selon leurs performances.

On citera au risque de faire des jaloux les basketteurs Lala Rateloson et son frère Papa Liva sans oublier les footballeurs dont Dezy Ramasy et Alban Rabemanjara et bien d’autres encore car Mahajanga a toujours eu des représentants dans toutes les équipes nationales des générations 70 et 80.

Il s’agit donc de fêter l’événement comme il se doit. Aussi, ils demandent par le biais de Lala Rateloson que la remise se fera à Mahajanga devant son public et très certainement avec le faste que tout cela mérite. « Avec l’âge, on sait aussi faire la fête », commente Lala, l’ancien joueur de la SOTEMA et de l’ASUM basket.

La balle est donc dans le camp du MJS qui va décider de la conduite à tenir.

Clément RABARY

Midi Madagasikara7 partages

THB Ligue des champions : Journée des matches nuls à Mahajanga

La deuxième journée de la seconde phase de la THB Ligue des champions de football a donné lieu à des matches nuls dans le groupe majungais où le grand perdant pourrait être la CNaPS Sport tenue en échec par une étonnante USSK d’Ambanja. Un score de parité de 1 à 1 qui risque de tout chambouler.

La seconde phase de la THB Ligue des champions promet de devenir une bataille rangée après les surprises de la journée d’hier.

D’abord à Mahajanga où la grosse surprise du jour reste ce match nul de 1 but partout de la CNaPS contre l’USSK Ambanja. Un crime de lèse majesté que le camp de la CNaPS aura intérêt à oublier au plus vite même s’il reste encore en tête du classement car entre-temps, ses adversaires directs, enfin des supposés comme tels, notamment l’Ajesaia et le HZAM Amparafaravola se sont également séparés sur le score nul et vierge.

Apprentissage. Et pour couronner le tout, Varatraza Antsohihy et FC Maeva ont signé leur premier point en se séparant sur le score de 2 buts partout.

Et si c’est loin d’être facile à Mahajanga, la situation reste également compliquée à Fianarantsoa où le match phare de la journée d’hier a vu une victoire de 1 à 0 du COSFA face au JET Mada. Une issue quelque peu surprenante alors qu’on donnait la formation d’Itasy favorite. Mais sur le terrain, la chance a choisi les militaires qui n’auront pas cependant la partie facile devant Elgeco Plus et même le FC Angèle.

Ce dernier a montré un réel potentiel en tenant en échec, 1 à 1, le Top Dom qui avait pourtant de solides ambitions en venant à Fianarantsoa. Mais de toute évidence, l’équipe dirigée par les deux illustres internationaux, Abdou Bin Amido et Kira Michel, doit encore poursuivre son apprentissage chez l’élite.

Mais s’il y a un club qui s’est considérablement compliqué sa tâche, c’est bien le Zanakala qui a échoué devant Elgeco Plus par 2 à 0. Une seconde défaite déjà synonyme d’élimination car on ne voit pas comment les protégés de Mamy Be pourraient s’y prendre pour renverser la situation.

Mais ne jurons de rien car en tenant compte à ce qui arrive actuellement à la CNaPS Sport, il faudrait se méfier de tout le monde.

Clément RABARY

News Mada6 partages

Indostria : miandry ny tohana avy amin’ny fanjakana ny Sim

Noraisin’ny minisitry ny Varotra sy ny fanjifana, Chabani Nourdine, omaly, ny delegasiona avy amin’ny Sendikàn’ny indostria eto Madagasikara (Sim), notarihin’ny filohany, Rajaonera Fredy. Anisan’ny navoitran’izy ireo tamin’ny minisitra ny olana diavin’ny indostria Malagasy, ka andrasana ny tohana azo tsapain-tanana avy amin’ny fanjakana satria sahirana efa hatry ny ela ny indostria malagasy miohatra amin’ny vokatra vahiny. Tsy mitondra tombontsoa sy tsy miteraka harena eto an-toerana ny fanondranana vokatra tsy voahodina sy akora fototra any ivelany. Etsy ankilany, tototry ny entana hafarana avy any ivelany ny tranombarotra lehibe sy ny tsena eto an-toerana.

Naneho ny fahavononany hiara-kiasa amin’ny fanjakana ny Sim. Ho an’ny minisitry ny Varotra, ivon’ny fampandrosoana ara-toekarena ny firenena ny sehatra tsy miankina. Anisan’izany ny indostria, miteraka asa sy tolotrasa maro.

Njaka A.

News Mada5 partages

Filière zébu : l’Etat et les opérateurs font l’état des lieux

Les acteurs dans la filière zébu comptent revaloriser ce secteur à Madagascar. Des pistes de solutions ont été avancées lors de  la consultation régionale organisée à Vohémar.

La filière bovine fait face à plusieurs difficultés depuis quelques années, en raison de la recrudescence de l’insécurité dans les zones d’élevage, l’infraction aux règles en vigueur et la diminution du nombre et du poids du zébu.  Force est de constater que de plus en plus d’éleveurs abandonnent cette activité face à ces facteurs de blocage.

A ce sujet, tous les acteurs dans la filière, notamment les éleveurs, les représentants des bouchers, les vétérinaires sanitaires ainsi que plusieurs responsables étatiques venus de trois régions (Sava, Diana, Sofia) se sont réunis à Vohémar, le 29 septembre, dans le cadre de la consultation régionale sur le développement de la filière zébu, pour aborder ensemble les maux de cette filière à Madagascar.

Des stratégies à court terme ont été élaborées par les participants telles que la mobilisation des forces de l’ordre sur le contrôle, l’application des textes réglementaires relatifs au recensement, l’identification, la circulation et la commercialisation des bovins. Par ailleurs, le renforcement et l’instauration des dinam-paritra, l’amélioration du suivi sanitaire et  la mise en place de services de proximité ont également été   avancés.

Importante diminution du cheptel bovin

D’après les chiffres émanant du ministère de l’ Agriculture et de l’élevage, la consommation quotidienne au niveau national s’élève à 1 300 à 1 500 têtes de zébu. Pourtant, Madagascar ne dispose plus actuellement que de quelque 9 millions de têtes.

Selon toujours les statistiques du ministère de l’Agriculture et de l’élevage. Une baisse de l’approvisionnement est d’ailleurs constatée dans la capitale ces derniers mois. Ce qui a entrainé une hausse des prix en mai dernier. Le conflit entre la coopérative bovine MadaOmby et les forces de l’ordre a par la suite ensuite envenimée la situation. Le prix du kilo du zébu varie donc entre 10 000 à 11 000 ariary auprès des détaillants à Antananarivo, actuellement, si celui-ci était encore à 8 500 ariary durant le premier trimestre de l’année.

La prise de décision rapide pour redresser cette filière est ainsi de mise. L’installation de ranchs, qui serviront à un élevage intensif, ainsi que la réouverture des différentes fermes de l’Etat ont été annoncées, voilà maintenant deux ans passés. Toutefois, ces projets n’ont toujours pas démarré jusqu’à présent.

Riana R.

Midi Madagasikara5 partages

Rugby- Analamanga : 3FB reprend des couleurs !

Le championnat d’Analamanga de rugby s’est poursuivi, hier au Malacam, et sous bonne escorte car le gouvernement n’a pas osé interdire la tenue des matches comme cela avait été le cas au basket-ball après la mort d’un entraîneur seychellois dont on disait avoir attrapé la peste.

Mais comme le rugby se joue au grand air et non dans un gymnase confiné, les rencontres rentrant dans l’avant-dernière journée du championnat d’Analamanga ont pu se tenir. Le tout au grand bonheur du public qui a pu apprécier tous les matches sans avoir été inquiété.

On notera la belle prestation du 3FB qui conforte ainsi sa place dans le dernier carré après avoir battu avec de la marge le Matadorea par 38 à 24.

C’est aussi le cas de TFMA qui s’est imposé devant l’UASC par 28 à 21. Une victoire qui se passe de commentaire tant Ankasina était d’un ton au-dessus.

TAM Anosibe a aussi pris une sérieuse option en venant à bout même difficilement de TF Anatihazo qui a livré le match de sa vie pour espérer se qualifier aux demi-finales. Le score de 23 à 21 en faveur de TAM en disait d’ailleurs long sur l’âpreté de la bataille.

Il reste toutefois une journée prévue pour dimanche sauf si l’Etat ne s’en mêle pour en interdire l’organisation. Une mesure contestée par le milieu sportif qui estime qu’il devait y avoir une autre manière pour se protéger de cette foutue peste.

Clément RABARY

News Mada4 partages

Midangana ny vidim-piainana : nisondrotra 20 Ar/l ny vidin-tsolika

Toy ny isam-bolana, niakatra ny vidin-tsolika ny 1 oktobra teo, araka ny vidiny eo amin’ny tsena iraisam-pirenena. Lasa 3.670 Ar/l ny vidin’ny lasantsy SP raha 3.650 Ar/l ny teo aloha. Nisondrotra ho 3.020 Ar/l ny gazoala raha 3.000 Ar teo aloha ary 2.200 Ar ny lasantsy fandrehitra (PL) raha 2.180 Ar ny teo aloha.

Izao vao niakatra indray ny vidin-tsolika, raha nidina indroa nisesy ny volana roa farany teo. Tsy miantraika any amin’ny vidin-javatra ilaina andavanandro (PPN) anefa ny fidinany na ny fiakarany. Tena mampikaikaika ny mpanjifa ny vidim-bary ankehitriny, tsy misy latsaky ny 2.000 Ar  intsony, nefa vao fiantombohan’ny maitsoahitra izao. Nisondrotra koa ny ankamaroan’ny fitaovana sy ny kojakojam-pianarana.

Tsiahivina fa ny vidin-tsolika eo amin’ny sehatra iraisam-pirenena ny roa volana lasa ny mihatra eo amin’ny tsena eto an-toerana.

Njaka A.

 

News Mada4 partages

Trophée HEC Paris Bernard Ramanantsoa : 11 lauréats primés

La cérémonie de remise de trophées HEC Paris Bernard Ramanantsoa aux 11 lauréats dans divers domaines de l’entrepreneuriat s’est tenue, samedi soir, au palais d’Etat d’ Ambohitsirohitra. La soirée a été honorée par la présence de plusieurs personnalités  et bien sûr, du président d’honneur d’Exedcommunity HEC Paris à Madagascar, Bernard Ramanantsoa.

«Ce concours a été organisé afin de reconnaître et célébrer le succès des entreprises»,  selon Laza Randriamifidimanana, président de la commission et vie associative HEC Paris Exed Madagascar. Un concours qui ambitionne de mettre en lumière l’esprit d’excellence. Ce dernier de souligner que «Le monde des affaires et de l’entrepreneuriat a besoin d’un modèle qui inspire et ceux qui ont été sélectionnés, serviront de référence parce qu’ils ont excellé dans leurs domaines respectifs».

En effet, l’association HEC Paris Exed Madagascar est une plateforme dynamique qui regroupe tous les anciens élèves d’HEC Paris ayant suivi une formation diplomante ou certifiante, présents à Madagascar et jouissant pleinement de leurs droits civils.

Etant un Leader reconnu en matière de management, le trophée porte le nom de Bernard Ramanantsoa. «Il faut reconnaître la créativité, le talent et le professionnalisme des entreprises malgaches. Mon souhait est que ce jour soit le premier d’une longue lignée», a-t-il fait savoir.

Les gagnants bénéficieront d’une formation offerte par l’Ambassade de France à Madagascar, une formation auprès de l’INSCAM, une formation auprès de l’HEC Paris. Certains d’entre eux ont également reçu une enveloppe de 2.5 millions d’ariary.

Pour rappel,  600 entreprises ont présenté leurs dossiers pour différents thèmes : Service clientèle, notoriété d’entreprise et de marque, ressources humaines, meilleure sous-traitante et meilleure entreprise.

Riana R.

Les gagnants :

-Meilleur employeur catégorie de 11 à 100 salariés : DELTA AUDIT

-Meilleur employeur catégorie plus de 100 salariés : SMARTELIA

-Meilleur service clientèle (moins de 10 salariés) : CFRH Institut

-Meilleur service clientèle (11 à 100 salariés) : SOLIDIS S.A

-Meilleur service clientèle (plus de salariés) : G4S

-Meilleur sous-traitant : COREALI

-Meilleur notoriété : YMAGOO

-Meilleure notoriété (11 à 100 salariés) : RDJ

-Meilleure notoriété (plus de 100 salariés) : SOCOLAIT

-Meilleur manager de l’année : ACEM MADAGASCAR

-Entreprise de l’année : SOCOLAIT

 

News Mada3 partages

Mpilalao 250 nanaovana fitiliana : mpanazatra seiseloà iray matin’ny pesta

 Loza mihatra ny aretina pesta. Mpanazatra ny taranja baskety teratasy seiseloa iray no matin’ity aretina ity. Any Toamasina, dokotera dimy marary ary tsy maintsy nahiditra hopitaly. Dokotera roa hafa hanaovana fitiliana satria mampiahiahy.

Efa tena mby an-koditra ny aretina pesta eto Madagasikara. Matin’ny pesta teny amin’ny HJRA ilay mpanazatra ny ekipan’ny Beauvallon Heat Basketball Club, sokajy lehilahy, Alix Allisop. Nandray anjara tamin’ny fiadiana ny ho tompondakan’nyrRanomasimbe Indianina (CCCOI 2017), natao teto Madagasiakara, izay nifarana omaly, izy io.

Araka ny fitiliana nataon’ny mpitsabo, voamarina fa aretina «peste pulmonaire» no nahafaty azy.

Nambaran’ny tompon’andraikitra fa nanomboka sempotra izy ny alarobia lasa teo ary nentina notsaboina teny amin’ny hopitaly, saingy tsy tana ny ainy na nanao izay ho afany aza, ireo mpitsabo.

Marihina fa mpanazatra mpanampy Itompokolahy, nisolo toerana vonjimaika an’i Guy Hall, tsy afaka nitondra ity ekipan’ny Beauvallon Heat ity, nandritra ny fiadiana ny CCCOI. 50 taona i Alix Allisop izao maty izao. Mpanazatra ny ekipan’ny PLS Hawks, anisan’ireo tokony hifaninana, amin’ity “CCCOI” ity izy, saingy tsy nandray anjara.

 

250 notilina

Voatery natao fitiliana avokoa ny ekipa rehetra nanao ny lalao manasa-dalana tamin’ny asabotsy sy ny lalao famaranana ny alahady teo. Miisa 250 izy ireo ka tsy maintsy notilina ary tafiditra tao ny mpilalao, mpanazatra ary ny mpitsara. Tsy nisy nahitana ny soritr’aretina izy 250 mianadahy ireo, raha ny vokatry ny fitiliana.

Vokatr’izany fepetra tsy maintsy noraisina izany, tsy maintsy nahemotra ny fanombohan’ny lalao. Tsy azon’ny mpijery natrehina ny lalao tao Mahamasina ho fitsinjovana ny mety ho fihanaky ny aretina pesta.

 

Tokony halevina avy hatrany

Tokony halevina haingana ora enina aorian’ny nahafatesany raha ela indrindra, ny olona matin’ny pesta mba tsy hihanaka amin’ny manodidina ny valanaretina. Ny an’ity teratany vahiny ity, nangataka ny hodian’ny razana any Seychelles ny ekipa nentiny.

Ho hita eo ny fepetra raisin’ny fanjakana malagasy na hamela ny razana hivoaka sy hanaparitaka valanaretina na hogiazana sy ampanarahina ny fepetra amin’ny fikarakarana ny razana matin’ny areti-mifindra toy ny natao ireo efa maty teo aloha.

Tatiana A

News Mada3 partages

Insécurité à Toamasina : Rah-Ckiky, tabassé à mort

La spirale de violences s’accentue. Des malfaiteurs s’en sont pris à l’artiste Rah-Ckiky, hier, à Toamasina, en l’attaquant à son domicile vers trois heures du matin. Cette nouvelle affaire s’entoure des rumeurs les plus folles depuis la divulgation de l’information, vu le statut un peu particulier de la victime.

Rah-Ckiky semble être tiré d’affaire actuellement malgré la gravité de ses blessures, selon ses proches qui ont communiqué que ce chanteur à textes connu pour son franc-parler est sorti du coma depuis hier après-midi.

Laissé pour mort par des malfrats qui l’ont tabassé en s’introduisant à son domicile de Toamasina hier matin, Rah-Ckiky a été admis d’urgence au centre hospitalier universitaire de la ville où il est toujours en soins intensifs actuellement. Des bruits ont couru, particulièrement sur les réseaux sociaux, annonçant son décès dans la journée d’hier mais ses proches ont vite fait de démentir l’information.

Rah-Ckiky a été menacé

Tirant conclusion des premières constatations, les observateurs optent plutôt sur la thèse du règlement de comptes que du vol puisqu’il semble que rien n’a été dérobé lors de l’attaque. Les proches de la victime ont par ailleurs révélé l’existence de menace à son encontre depuis quelques semaines, suite à la sortie d’une de ses nouvelles œuvres dénonçant les spoliations des biens fonciers des nationaux par les investisseurs étrangers.

«Ceux qui l’ont soudoyé pour retirer cette chanson des bacs ont fini par le menacer, pour l’obliger à le faire après l’échec des négociations, mais Ra-Ckiky ne s’est pas exécuté», ont-ils révélé pour essayer d’établir un lien entre ces faits. Les mobiles de l’attaque pouvant ne pas être le vol, les limiers fouineront aussi certainement sur le cursus politique de la victime qui a été un candidat aux dernières législatives dans le district de Vohipeno, en région de Vatovay-Fitovinany. Des politiciens bien connus de Toamasina ont d’ailleurs été parmi les premiers à accourir à son chevet à l’annonce du drame, hier.

Manou

News Mada3 partages

Ambatovy : un programme de conservation des lémuriens

Les lémuriens, occupant les forêts aux alentours de la mine à Moramanga, bénéficient d’un plan de gestion spécifique, mis en œuvre par Ambatovy, pour maintenir leur viabilité. Le public a eu l’occasion d’en savoir davantage lors du Festival Indri Indri qui s’est tenu à Andasibe, les 15, 16 et 17 septembre, durant lequel Ambatovy a partagé de plus amples informations sur les actions qu’elle mène dans le cadre de son programme de conservation des lémuriens. D’autant que le Indri Indri, qui est en danger critique d’extinction selon l’ Union internationale pour la conservation de la nature (UICN), fait partie des espèces prioritaires pour Ambatovy.

Jusqu’à ce jour, 14 groupes de Indri Indri, composés environ de 45 individus, ont bénéficié d’un programme de suivi afin d’observer leurs comportements et leur mode d’adaptation avec leur milieu naturel. Le recours à la technologie de radiotracking qui consiste à attacher un radio-collier au cou des animaux pour pouvoir les suivre, figure parmi tant d’autres stratégies mises en oeuvre par la compagnie pour protéger cette «espèce phare» de lémuriens qui se trouvent dans le complexe forestier d’ Ambatovy- Analamay.

R.R.

 

L'express de Madagascar2 partages

Aire protegée de Loky Manambato – Des activités illicites d’orpaillage continuent

Sine die. Des Chinois ont été attrapés en pleine activité d’orpaillage au cœur de l’aire protégée de Loky Manambato, à Daraina Vohémar, et ont été expulsés, mercredi dernier. La police des mines et l’ONG Fanamby, responsables de la gestion de l’aire protégée se sont mobilisées pour dégager illico le matériel déjà installé par les Chinois. Alors que le règlement interdit de toucher au noyau de l’aire protégée, les Chinois ne sont pas les premiers.« Il y a près de trois mois, une centaine d’exploitants illicites d’or ont été aperçus sur les lieux, précisément du côté d’Andranotsimaty », indique l’ONG Fanamby. D’autres collecteurs ont également été saisis pour non respect de règlementation. « Ce site de Loky Manambato abrite plusieurs villages d’habitants en activité car il est classé catégorie V, et autorise la présence de l’homme dans la nature. La population vit principalement de la pêche de la culture de vanille et de l’orpaillage. Ce dernier devient une activité très pratiquée à Loky Manam­bato depuis des années ». précise encore l’ONG.

ImpactL’orpaillage est alors autorisé mais au delà du noyau dur de l’aire protégée, toutes exploitations illicites dans les zones protégées sont passibles d’amendes et de travaux forcés, comme le stipule le code des aires protégées.« Seuls les exploitants titulaires de permis peuvent exploiter à l’extérieur de l’aire protégée. Toutefois, cette délimitation n’est peut être pas assez claire pour tout le monde », a fait savoir  Christophe Harvel, directeur interrégional des Mines et du pétrole pour Antsiranana. Mais les phénomènes de ruée restent encore non maîtrisés dans cette localité.Un accord a été passé entre l’ONG Fanamby, l’association des orpailleurs et les autorités locales de Vohémar depuis le mois de mai. Le maire d’Andrano­tsimaty, les chefs de village et les représentants d’associations ont convenu de la mise en place d’un comité de suivi de l’impact environnemental. L’extraction d’or doit avoir un minimum d’impact sur l’environnement des lémuriens blancs, principaux habitants de l’aire protégée. L’abattage d’arbres est interdit sans permis. L’utilisation de l’acide et du mercure est mieux suivie. Le taux d’endémisme y est estimé à 84 % pour les plantes, et autour de 40 à 90 % pour les animaux. On recense ainsi plus de mille deux cent espèces végétales, soixante-quatorze espèces de reptiles et au moins onze espèces de lémuriens.

Mirana Ihariliva

L'express de Madagascar2 partages

Environnement – Le système économe sauve les forêts

Madagascar recense chaque année en moyenne 16 000 hectares de surfaces reboisées contre 36 000 qui partent en fumée. L’écart de 20 000 hectares suppose ainsi une perte considérable de forêts qui nécessitent un reboisement, un regarnissage et surtout une restauration. Pendant deux jours, le Bureau de coordination des actions sociales (Bucas) à Antanimena a réuni différents acteurs afin de cogiter sur les manières de réduire la consommation excessive de bois de chauffe et de charbon afin de sauver les arbres.« Les principaux acteurs sont, l’État qui élabore la politique et applique les lois, les opérateurs considérés comme exploitants, les partenaires techniques et financiers qui soumettent des théories et des projets, les paysans qui explorent directement les ressources sans oublier la population qui se ravitaille en bois et en charbon. Des solutions existent mais elles ne sont pas radicales. Elles résolvent partiellement le problème et il faut les partager au grand public », explique Lanto Andriamamonjy, coordinateur de Bucas. Il invoque la sensibilisation en aval permettant à la population urbaine de diminuer sa consommation. Cette dernière peut ainsi recourir à la mise en place de pépinières en faveur du reboisement, à l’utilisation de foyers économes, de fours solaires, de charbon vert et économique, des foyers à éthanol, du biogaz, lesquels désignent des énergies alternatives et propres.

Farah Raharijaona

Madaplus.info1 partages

Le chanteur Rah-ckiki tabassé chez lui à 3 heures du matin

Il est encore hospitalisé à l’hôpital de Toamasina après avoir été tabassé chez lui à 3 heures du matin hier dimanche par 2 individus armés de Sabres.
Le Chanteur aurait reçu des menaces pour qu’il retire sa chanson « Au secours Soamahamanina » selon une publication de Patrick Raharimanana. Est-ce que c’est un message pour tous les chanteurs d’arrêter de parler de ce qui se passe au sein de la société ? En effet, les chansons sont un moyen facile de transmettre un message à la masse populaire. En tout cas, Rah-ckiki, Razafimamy Christian de son vrai nom, ne dormira pas encore sur son micro.
Tia Tanindranaza1 partages

Apostoly TsaratsaraMilaza fa hitondra filaminana ho an’ny Malagasy

Nivoaka tamin’ny fahanginany rehefa ela tsy henoheno ny Apostoly Tsaratsara sy ny ekipany.

 

 Tamin’ny alalan’ny fampahafantarana ny fijoroan’ny fikambanana FI.FA.MADA ao amin’ny fanjakan’Andriamanitra eto Madagasikara  naorin’izy ireo no nanehoany indray ny heviny mikasika ny fiainam-pirenena. Nambarany fa tafiditra ao anatin’ny asa hotanterahin’ny FI.FA. MADA ato aho ato ny hitondra filaminana ho an’ny vahoaka Malagasy. Tsy hijanona ho an’ny vahoaka Malagasy irery izany fa maneran-tany mihitsy hahafahan’ny rehetra migoka ilay harem-bevava mahaketrika.  Fikambanana ara-kolontsaina mikendry ny fihavaozan’ny foto-pisainan’ny zanak’olombelona sy ny toe-piainany hifanaraka amin’ny sitrapon’Andriamanitra  ny fikambanana FI.FA MADA. Antom-pijoroany ny hitory ny filazantsaran’ny Fanjakan’Andriamanitra avy any ambony, handrava ny asan’ny devoly ho fampandresena ny fiangonan’ny Tsara Tsara, hanafaka ny zanak’olombelona rehetra amin’ny herin’ny ratsy, hanangana ny ela efa rava ary koa hampanjaka fidianana sy fandriampahalemana. Inoana fa mikasa ny haka ny toeran’ny filoham-pirenena ny Apostoly Tsaratsara izay nofaritany manokana fa samy manana ny azy fa ny azy kosa dia an’ilay Rainy izay naniraka azy.

Pati

 

Tia Tanindranaza1 partages

Fahazoana 4x4, vola amin’ny malety..Miresaka ireo depiote

Nanao fanambarana tamin’ny alalan’ny fitafana tamin’ny mpanao gazety tamin’ny herinandro lasa teo ny filohan’ny Antenimieram-pirenena Malagasy,

Rakotomamonjy Jean Max, fa mahazo manala « traite » amin’ny fividianana fiara 4 x 4 ireo solombavambahoakan’i Madagasikara rehetra am-perinasa ankehitriny ka ny fitondram-panjakana dia mijanona ho « facilitateur » fotsiny ihany miantoka ny fahazoan’ireo depiote izany any amin’ny « concessionnaire » finidiny. Manoloana izany dia mandeha ny feon’ny mpanara-baovao ety ivelany fa mandeha indray ny fanambazana an’ireo depiote amin’ny resaka 4 x 4 ankehitriny ka mety hitarika ny fanaovan’ireo depiote « oui » « oui » amin’ny fifandraisana amin’ny mpitondra fanjakana indray izany ka mety ho sarotra amin’izy ireo ny hanatanteraka ny asa fanaraha-maso fanaony amin’ireo mpanatanteraka. Manoloana izany dia samy manana ny fanehoan-keviny ireo depiote tafaresaka nivantana tamin’ny Tia Tanindrazana.

Depiote Randriamahefa Henri Charles voafidy tany Moramaga : “Tamin’ny andro nitondran’ny Pr Zafy Albet dia antsasa-bola nividianana izany fiara izany no nalohan’ny depite fa ny fanjakana ny niantoka ny antsasany. Nitovy tsy nisy valaka amin’izany ny tamin’ny andro nitondran’ny Amiraly Didier Ratsiraka tamin’ny 1998. Tamin’ny fitondran’Atoa Ravalomanana indray  dia nomena an’ireo depiote tsy naloa vola izany 4 X 4 izany. Amin’izao fitondran’ny filoha Hery Rajaonarimampianina izao dia izahay depiote no mividy izany fiara izany manontolo fa miahy ny fahazoana izany fotsiny ny fanjakana ka tsy hisy fiantraikany  amin’ny toe-bolam-panjakana velively ny fividianana izany. Isaorana ny fanjakana sy ny praiministra amin’izany fa hitohy ny fanampianay ny vahoaka amin’ny famonjena marary sy fitondrana razana na fitaterana azy ireo hamonjy tsena lavitra aza. Diso araka izany ny fanamarihana misy fa vao mainka aza afaka manara-maso ny fanatanterahana asa ataon’ny mpantanteraka  ny ho fahazoanay 4 x 4 ato ho ato”.

 

Depiote Rasoanoromalala Horace voafidy tao amin’ny Boriborintany faha-6 Tanà : “Droit anay depiote ny mahazo fiara 4 x 4 tsy mataho-dalana mba hoentina mamita ny asa nifidianan’ny vahoaka anay sy hamitana izay hahasoa an’izany vahoaka izany. Ny andraikitra amin’ny maha-solombavambahoaka ny tena dia ny fanaovan-dalàna sy fanaraha-maso ny asa ataon’ireo mpanatanteraka dia tsy maintsy tanterahina mandrakariva ka tsy marina ny hoe : ho fanambatambazana ny solombavambahoaka io famelana azy ireo hividy fiara 4 x 4 io fa tsy maintsy ataonay izay hitsijonvana mandrakariva ny filaminan’ny fiainam-bahoaka amin’ny ankapobeny ka aleo ho avy ny fahazoana izany 4 x 4 izany dia ho tsarain’ny vahoka amin’ny ataonay eo izahay solombavambahoaka”.

 

Depiote Razafintsiandraofa Jean Brunel voafidy tany Ikongo : « Efa  ho iray volana sy tapany aho izao no aty Ikongo ka tsy dia naharaka firy ny fivoaran’ny vaovao misy eto amin’ny firenena amin’ny ankapobeny fa variana mikarakara vahoaka ka tsy dia mahalala ny amin’ny mety ho fahazahoanay solombavambahoaka an’izany fiara 4 x 4 izany. Azoko ambara kosa anefa fa tsy dia zava-baovao loatra izany fahazoan’ny depiote 4 x 4 izany ary ny fahazoana na tsy fahazoana izany dia tsy hisy fiantraikany eo amin’ny asa fanarahanay maso ny asa tanterahin’ireo any amin’ny mpanatanteraka fa izany dia efa natao hatramin’izay ka hatramin’izao”.

 

Nangonin’i Ntsoavina Evariste

 

L'express de Madagascar1 partages

Technologie – « FITANTANANA » révolutionne le porte-monnaie

Gestion intelligente. L’application FITANTANANA  a remporté le premier prix du concours Expofinance 2017 haut la main, vendredi, au Carlton Anosy. Ce trophée lui vaudra une récompense sous la forme d’un chèque d’un montant d’un million d’ariary.  Une assistance technique de la part des organisateurs du salon lui sera également accordée.Fitantanana est une application de gestion de porte-monnaie. Elle s’adapte aux différentes catégories de personnes : des hommes d’affaires jusqu’au paysan lambda. « Le concept est déjà très en vogue, mais notre application est la seule qui, pour le moment, s’adapte aux besoins du consommateur », explique Rija Rabarisoa, chef de projet.Fitantanana se base sur un système de profil qui prédéfinit les catégories de dépenses ou de rentrées d’argent. Par exemple, pour le cas d’un utilisateur étudiant, il pourra directement enregistrer toutes les transactions, sur ses déplacements (bus, scooter…), l’achat de ses crédits téléphoniques ou en encore le montant des goûters qu’il peut recevoir des parents.  Une mère de famille, quant à elle, pourra directement rentrer ses transactions en achat de combustible ou le paiement du loyer.Le chef de projet conclut que : « toutes les catégories restent modifiables pour tous les profils typiquement malgaches, mais l’approche, c’est juste d’avoir un point de départ pour accompagner les utilisateurs dans la prise en main de l’application ». Ainsi, avec cette gestion améliorée du portefeuille de tout un chacun, les développeurs de l’application ambitionnent d’impacter positivement sur le quotidien des Malgaches, voire au niveau national.

Harilalaina Rakotobe

L'express de Madagascar1 partages

Du propre !

Voici, sans doute, ce qui s’ajoute à des dizaines d’autres appels à l’urgence d’une prise en main devant ces cas de peste qui deviennent inquiétants. La peste, et tous ces maux liés à la saleté dont nous héritons parce que nous ne prenons jamais l’hygiène et la salubrité au sérieux. Nous ne prenons pas au sérieux les petits détails d’une vie quotidienne saine, comme se laver les mains, se moucher,  nettoyer la maison, ne pas uriner ou déféquer en plein air. Des gestes banals, ordinaires, qui auraient dû être systématiques mais qui nesont que péniblement, voire jamais acquis. On n’y pense pas, parce qu’on ne mesure pas les conséquences d’un acte que l’on pense anodin. Mais multipliés des dizaines de fois par des milliers de personnes chaque jour, ce sont des gestes anodins qui deviennent un mode de vie.L’emprise des habitudes est telle qu’il n’est pas rare d’associer la propreté au snobisme et les contraintes liées au nettoyage comme étant des gestes pour ceux qui ont, soit le temps, soit les moyens. On considère par exemple que si vous entrez dans une gargote ou un petit resto pour votre déjeuner, vous devez nécessairement accepter de manger dans un lieu un peu sombre, au parquet poussiéreux, aux nappes en toile cirée collante et où les cuisines restent d’une netteté très contestable. Si vous vous plaignez, c’est que vous êtes « un snob qui se croit au Carlton ». On accepte, avec une certaine indulgence un peu affectueuse, que ces conditions hygiéniques déplorables font partie du «charme des lieux» et du «cachet local», au même titre que les maisons traditionnelles de la Haute-Ville ou le Hiragasy.Autre exemple : on ne fait pas trop cas d’une mère de famille qui décide de jeter les eaux usées de sa cuisine par-dessus sa fenêtre en maculant la ruelle de riz, de légumes et de liquides huileux qui vont attirer rats et mouches. Si vous n’êtes pas content, c’est que vous êtes «un fayot» qui n’a aucune idée de la réalité d’une maman ordinaire qui n’a pas que çà à faire.Ou bien, lorsqu’une personne décide d’uriner en plein air. Comment ferait-elle autrement, si  les cabinets publics sont payants, vous dira-t-on ? Voilà qui va justifier le fait de faire ses besoins en public : le faire en privé coûte de l’argent. Oui, mais sans doute pas plus cher que les épidémies que nous devons gérer dans l’urgence, parce que nous avons accepté de renoncer aux petits efforts de propreté quotidienne.Vous aurez compris que pour réapprendre les bases d’une propreté ordinaire, il va falloir commencer par couper l’herbe sous le pieds de quelques habitudes très  populistes. Et entamer une campagne d’hygiène agressive et contraignante. On gagnerait tellement de temps, d’argents et de sérénité rien qu’en faisant l’effort quotidien et simple de garder propres ne serait-ce que nos rues et le devant de nos maisons.Selon la presse, une cellule de veille est mise en place par la Primature pour «endiguer la propa­gation de la peste» et que des «dispositions particulières» ont été prises pour que  le service autonome de maintenance de la ville d’Antananarivo (Samva) puisse collecter quotidiennement les déchets de la capitale. On aurait pu prévoir que l’amoncellement des ordures finiraient de toute façon par engendrer des conséquences catastro­phiques , mais c’est toujours bien d’avoir une réaction. Puis, un de ces jours, mais le plus tôt serait le mieux, solutionner une bonne fois pour toutes l’assainissement et la salubrité des grandes villes, à commencer par la capitale. Avant qu’une autre déferlante pesteuse ne nous explose en pleine face, et à ce moment là, on ne l’aura pas volé.

Par Mialisoa Randriamampianina

News Mada0 partages

Kaominina Ambinaniniony : sahirana eo ambonin’ny harena

Misy orinasa efatra mikaroka harena an-kibon’ny tany sy orinasa enina mitrandraka hazandrano any Ambinaniniony, distrika Brickaville. Tsy miditra ara-dalàna ao amin’ny kitapombolan’ny kaominina anefa ny tamberimbidy sy ny hetra. Tsy misy ny sekoly lycée sy ny toeram-pitsaboana, na ahitana fokontany 16 aza. Vonona hanangana ireo roa ireo ny orinasa kanadianina, ary hiantohana ny karaman’ny mpitsabo sy ny mpampianatra.

Nilaza ny ben’ny Tanàna, Ranaivo Cecilien, fa tokony hanan-karena ity kaominina ity, saingy

potehin’ny politika ataon’ny mpandraharaha ka tsy mandoa hetra ny orinasa telo amin’ireo efatra mitrandraka harena an-kibon’ny tany. Mivoy fampisaraham-bazana any Vohitsara sy Ambatolampy koa ny mpanolotsaina iray, efa ben’ny Tanàna teo aloha.

Mikasika ny harena anaty rano, tsy latsaky ny 40 t isan-kerinandro ny trondron-dranomasina sy an-dranomamy mivoaka ao amin’ny kaominina. Tsy miditra ara-dalàna anefa ny hetra.

Malahelo toeranaMazava, ankehitriny, fa ny ben’ny Tanàna teo aloha sy ny ekipany no miteraka ity olana misy eo amin’ny orinasa DNI Metals sy ny mponina sasany ao amin’ny fokontany Vohitsara ity, misy ny tanànan’Ambatolampy, ikarohan’ny orinasa DNI Metals grafita. Fanirian’ity ben’ny Tanàna teo aloha ity ny haha mpanelanelana azy eo amin’ny vahoaka sy ny DNI Metals”. Tsy neken’ny mponina maro anisa izany ka nampisy olana any an-toerana. Tsy mihemotra amin’ny efa nifanarahany tamin’ny vahoaka manoloana ny fanaovan asa sosialy anefa ity orinasa kanadianina ity fa notanterahina tamin’ny alarobia teo ny fizarana fitaovam-pianarana ho an’ny ankizy mpianatra miisa 500, mitentina 20 tapitrisa Ar. Nilaza ny  filohan’ny tangalamena ao amin’ny distrikan’ i Brickaville, i Josoa Raymond, fa miandrandra fikarohana vokatra tsara ho an’ity orinasa ity izy mba hanome asa ho an’ny zanaky ny faritra ao  an-toerana.Nambaran’ny tale jeneralin’ny DNI Metals, Steve Goertz, fa na tsy ao anatin’ny fitrandrahana aza izy ireo, efa mametraka fotodrafitrasa maro, toy ny sekoly vaovao EPP, famatsiana rano fisotro valo, kianja fanaovam-baolina, sns. Mangataka lycée sy trano fitsaboana koa ny kaominina ary neken’ny DNI Metals izany.

Sajo

News Mada0 partages

Fahasahiranam-bahoaka : ny ataon’ny mpitondra no tsy mampisy fitoniana

 Mihalalina sy mihamitombo hatrany ny fahasahiranam-bahoaka… tsy ao anaty fitoniana. Anton’izany, ny ataon’ny mpitondra. Famakafakana…

 

« Fotoana tokony hamondronana ny hery izao, fotoana hahazoana manao izay fomba rehetra hitondrana fampandrosoana. Afa-mitondra anjara biriky sy izay tandrify azy na inona na inona sehatra misy ny tena: olom-boafidy, mpanatanteraka, olom-pirenena tsotra. »

Io ny kabarin’ny Praiminisitra Mahafaly Solonandrasana O. tany Antsohihy, faritra Sofia, ny faran’ny herinandro teo. Mbola nampiany hoe: « Miasa isika, miasa ny governemanta. Ny ankoatra izay, tsy tokony hatao. Fa tokony hisy hatrany ny fitoniana. Avelao hiasa ny Malagasy, avela hiaina ao anatin’ny fitoniana. »

Tsy arakaraka ny kabary hatrany ny zava-misy sy atao

Marina ve izany? Na misy ny tsy fitoniana na fanahiana tsy fitoniana… Tsy matoky tena ny mpitondra amin’izay lazaina hoe asa ataony? Na te hiala fa tsy misy fitoniana, ka tsy mahavita asa izy, tsy afa-miasa ny vahoaka. Inona tokoa no tsy mampitony ny vahoaka amin’izao?

Tsy fandriampahalemana, ohatra, no tsy mampisy fitoniana voalohany eny anivon’ny vahoaka ifotony, fa tsy izay resaka politika efa tsy ahoany firy na tsy arany aza. Saika ny mpanohitra hatrany no mby ao an-tsaina anilihana ny hoe tsy mampisy fitoniana. Nefa ny ataon’ny mpitondra na ny tsy ataony koa noho ny tsy fandraisana andraikitra no tsy mampitony hatrany ny vahoaka.

Hatramin’izao, tsy hita ary tsy maharesy lahatra sady tsy ahitam-bokany firy, ohatra, izay tena afitsoky ny tomponandraikitra sy ny mpitondra amin’ny fampanjakana fandriampahalemana.

Saika tsy mampisy fitoniana izay mitranga rehetra

Manampy trotraka izay fandriampahalemana izay, tsy mampisy fitoniana ny vahoaka ifotony koa ny ady sy fandrobana tany etsy sy eroa: manjakazaka ny vahiny, potika ny tontolo iainana, gaboraraka ny harem-pirenena… Manginy fotsiny amin’izay ny aretina pesta hoe voafehy, nefa misy hatrany ny maty.

Tsy mampisy fitoniana koa ny tsy fandraisana andraikitry ny mpitondra manoloana ny fitakian’ny mpitsara sy ny mpirakidraharaha fitsarana, lasa fitokonana mampikatso ny raharaham-pitsarana. Vitan’ny teny midina sy fandrahonana na fanaovana amboletra ve ny raharaha? Tsy izany aza ve no tena tsy mampisy fitoniana? Eny, na amin’ny hetsiky ny mpianatra any Toamasina aza, ohatra.

Te hanafina ny tsy fahombiazany sy izay tsy vitany hatramin’izay ny mpitondra fa hoe tena miasa ka mila fitoniana amin’izao ankatoky ny fifidianana izao?

R. Nd.

News Mada0 partages

Miziriziry ny fanjakana : hitohy ny grevin’ny SMM

Araka ny efa nanambaran’ny filohan’ny SMM, Fanirisoa Ernaivo, azy ny faran’ny herinandro teo, hitohy, anio, ny hetsika fitokonana ataon’izy ireo. Manao tohivakana koa ny fanambarana fanohanana sy fanamelohana ny tranga niseho teny amin’ny lapan’ny Fitsarana Anosy ny herinandro teo. Anisan’izany ny CTM sy ny eo anivon’ny sendikàn’ny fananan-tany, samy mivondrona eo anivon’ny Randrambaon’ny sendikà (SSM). “Manameloka ny fampiasan-kery amin’ny sendikalista tsy mba manana fitaovam-piadiana izahay. Mahagaga raha lasa herim-pamoretana ny tandroka aron’ny vozona”, hoy izy ireo. Manoloana izany,  miantso ny fanjakana hifampiresaka sy hitady vahaolana ny eo anivon’ireo sendikà ireo…

Etsy andaniny, manaraka ny fitokonana hatrany amin’ny 98% koa ny mpitsara any Mahajanga.  “Manameloka ny herisetra ary manohana ny birao nasionalin’ny SMM sy ny mpirakidraharaha (SGM) izahay  amin’ny  fitakiana ny zo. Mihenjan-droa ny tady satria mampiasa hery ny fanjakana. Izahy eo anivon’ny sendikà koa, tsy hanaiky lembenana hatramin’ny farany…”, hoy ny filoha lefitra any Mahajanga, Jaona Clement, afakomaly.

Tompon’andraikitra tanteraka ny fitondrana

Miantso firaisankina amin’ny rehetra noho ny tolona iraisana sy ny tombontsoa iraisana izy ireo. “Tsy tokony hivaky na hisaraka isika. Mampiomana ny delegen’ny  sendikà koa izahay fa mety hisy fivoriambe tsy ara-potoana sy  maika hatao any Antananarivo, handinihana ny hanohizana ny tolona sy ny fanapahan-kevitra horaisina”, hoy ihany izy.

Hatreto, mbola miziriziry tsy mamaha izao olana sy fitakiana izao ny fanjakana. Tsy ho afa-bela ary ho tompon’andraikitra tanteraka anefa izy ireo manoloana ny fikatsoan’ny fitsarana manerana ny Nosy.

Synèse R.

News Mada0 partages

Session parlementaire : les élections en filigrane

La seconde session du Parlement se déroulera à partir de mi-octobre. Initialement prévu  pour l’examen de la Loi des finances mais à la veille des élections, tout est permis.

La deuxième session de l’Assemblée nationale et du Sénat de cette année sera cruciale pour les élections à venir, que ce soit la présidentielle ou un réferendum. En effet, selon l’article 72, alinéa 2 de la Constitution, «La première session commence le premier mardi de mai et la seconde, consacrée principalement à l’adoption de la loi de finances, le troisième mardi d’octobre». Cependant, au moment où toute l’attention se focalise sur les préparatifs électoraux, les autres textes pourront se trouver au second plan.

Et pour les députés, ce sera ainsi un moment propice d’enclencher la vitesse supérieure à propos de l’acquisition des véhicules 4×4. Le sujet a été abordé dès la prise de fonction des élus en 2014 mais rien n’a été fait, en dépit des procédures de mise en accusation lancées par les députés. Mais, ces temps-ci, le sujet est revenu sur le tapis. Coincidence ou pas, les élus pourraient bénéficier d’une facilité de paiement des véhicules tout terrain au moment où le débat fait rage autour de l’éventualité de la tenue d’un référendum sur la Constitution.

« Facilitation »

D’ailleurs, ce sont les élus qui s’opposent à la retouche de cette Loi fondamentale, mais ils semblent jouer en même temps les pompiers par rapport à l’acquisition de ces véhicules. En effet, selon les informations fournies, les députés devront payer chacun leur véhicule mais avec «facilitation» de l’Etat central. Cette «facilitation» n’est cependant pas claire.

 « Pour ce qui est des 4X4, on en a grand besoin dans les districts vastes et où les routes sont mauvaises. Les députés en ont besoin pour faire le rapport de leur rôle auprès des élus ». Sous cet angle, les députés devront être en effet chouchoutés. Il faut noter que selon l’article 162 de la Constitution, «L’initiative de la révision, en cas de nécessité jugée impérieuse, appartient soit au président de la République qui statue en Conseil de ministres, soit aux Assemblées parlementaires statuant par un vote séparé à la majorité des deux tiers des membres» et que « Le projet ou proposition de révision doit être approuvé(e) par les trois quarts des membres de l’Assemblée nationale et du Sénat ».

D’autres éléments qui nécessitent la «bienveillance» durant la seconde session parlementaire concernent les textes relatifs aux élections, à l’instar du Code électoral. Ces derniers temps, le régime planche sur le cadre juridique des élections à Madagascar. A cet effet, un comité chargé de la révision a été mis en place.

Et selon le Gouvernement, le comité interministériel a pour missions principales d’élaborer des avant-projets de textes législatifs et règlementaires se rapportant aux élections, notamment, La loi organique n°2012-005 du 22 mars 2012 portant Code électoral, les lois organiques spécifiques se rapportant aux différents types d’élection, la loi n° 2015-020 du 19 octobre 2015 relative à la Commission électorale nationale Indépendante ou encore la loi n°2011-012 du 9 septembre 2011 relative aux partis politiques.

Les travaux de cette commission ne sont pas encore rapportés, mais nul doute qu’ils seront présentés devant les élus dans les semaines à venir. Le vote de ces lois nécessite, à ce titre, une bonne «entente» avec les élus.

Rakoto

 

News Mada0 partages

Me Razafinjatovo Willy : « Fitazonana toerana ny fanitsiana lalàmpanorenana »

« Azo atao ny mikitika ny lalàmpanorenana na amin’ny fotoana inona na inona. Nefa mba misy fombafomba ihany izany. Raha raisintsika amin’ny zava-misy amin’izao fotoana izao, ny mpitondra no misolantsolana sy maimaika amin’izany fikitihana lalàmpanorenana izany. Inona no antony? »

Izay ny fanehoan-kevitry ny Me Razafinjatovo Willy ny amin’ny fikasan’ny mpitondra hanitsy lalàmpanorenana. Mba hialana amin’ny hoe tanterahina 30 andro farafahakeliny ary 60 andro farafahabetsany alohan’ny fiafaran’ny fe-potoana fiasan’ny filoha am-perinasa ny fifidianana filohan’ny Repoblika, araka ny And. 47, ny fikasan’ny fitondrana hanitsy lalàmpanorenana, araka ny fanazavany.

Mba hahazoana mipetrapetraka elaela kokoa eo amin’ny fitondrana izany. Satria tsy matoky loatra ny fijanonany eo na hahalany ny tenany noho ny fitiavan’ny vahoaka an-dry zareo. Na noho ny zava-misy izany, na noho ny ataon-dry zareo eo amin’ny fitondram-panjakana.

Izay filoha vaovao no hanao fanitsiana

« Tokony amin’ny fe-potoam-piasana voalohan’ny filohan’ny Repoblika eo no hanaovana izay fanitsiana lalàmpanorenana izay », hoy izy. Efa hanaovana fifanarahana dieny izao izany, fa hoe tsy maintsy hanao ny fanamboarana ny lalàmpanorenana izay filohan’ny Repoblika lany eo. Fa tsy amin’izao hoe mpitondra efa lany daty sy lany tsiro izao no hanao zavatra vaovao indray. Tena kajikajy politika tanteraka sy tsotra ny fanitsiana ny lalàmpanorenana amin’izao.

R.Nd.

News Mada0 partages

Basikety – «CCCOI 2017» : tompondakan’ny ranomasimbe Indianina ny Fandrefiala sy ny Ascut

 Ekipa Malagasy avokoa ireo nandrombaka ny ho tompondakan’ny ranomasimbe Indianina (CCCOI 2017), taranja basikety. Voahosotra ho tompondaka ny Fandrefiala Analamanga sy ny Ascut Atsinanana.

 

Nifarana, omaly tetsy amin’ny lapan’ny Fanatanjahantena Mahamasina, ny fiadiana ny ho tompondakan’ny ranomasimbe Indianina, taranja basikety (CCCOI). Ny Fandrefiala no nahazo izany, teo amin’ny vehivavy ary ny Ascut  kosa ny teo amin’ny lehilahy.

Mbola noporofoin’ny Fandrefiala indray ny maha tompondakan’i Madagasikara azy ireo. Resiny, tamin’ny isa 67 no ho 42, teo amin’ny famaranana, ny Tamifa. Tsy niady loatra ny fihaonana satria ambony teo amin’ny taktika ny mpilalaon’ny Fandrefiala, nahitana an-dry Tahiana sy ry Hasina ary ry Judith, nampian’i Sarobidy sy i Vaoma, nanoloana an-dry Lalaina sy ry Prisca ary i Coralie. Na izany aza, niady ny 10 mn voalohany satria nisaraka tamin’ny isa mitovy, 11 no ho 11, ny roa tonta. Teo amin’ny tapa-potoana faharoa aza, mbola nitarika anisa indray ny Tamifa satria 11 no ho 8 ny nisarahan’ny roa tonta.

Nanova paikady kosa avy eo ny Fandrefiala, ka nanafaingana ny lalao ary nanao “pressing”. Vokany, tsy tafavoaka intsony ry Mbola sy ry Sambatra. Lasan’izy ireo, tamin’ny isa 21 no ho 11, ny tapa-potoana fahatelo. Tsy nijanona intsony izany fa nitohy hatrany amin’ny tapa-potoana fahefatra, izay nibatan’izy ireo ny fandresena.

Tsy mbola afa-bela tamin’ny Fandrefiala indray izany teto ny Tamifa, izay efa resin’izy ireo, tany amin’ny lalaom-bondrona.

Teo amin’ny lehilahy, resin’ny Ascut, tamin’ny isa 63 no ho 61, ny GNBC. Marihina fa hisolo tena ny faritra fahafito, any amin’ny fiadiana ny ho tompondakan’i Afrika, izany ny Fandrefiala sy ny Ascut, amin’ity taona ity ihany.

Torcelin

News Mada0 partages

Ligy Analamanga : lavon’ny TFMA ny Cheminots

Rava tsy lera ny lalaon’ny Cheminots sy ny TFMA, teo amin’ny andro fahavalo amin’ny fiadiana ny ho tompondakan’ny ligin’Analamanga, taranja rugby. Fihaonana, teo amin’ny «Top 9», notanterahina teo amin’ny kianja Malacam Antanimena. Tsy nanaiky ny fanapahan-kevitry ny mpitsara ny mpilalao sy ny mpanazatra ny Cheminots ka niala tsy nanaiky hanohy ny fihaonana intsony, telo minitra tsy hifaranan’ny fihaonana. Marihina fa nisaraka tamin’ny isa 27 no ho 21 ny roa tonta ka nitarika tamin’izany ry zareo TFMA. Niady tanteraka ny lalao ary somary henjankenjana ny fifandonana, teo amin’ny roa tonta. Nifanakaiky rahateo ny isa, teo amin’izy ireo.

Andrasana izany izay ho fanapahan-kevitry ny ligin’Analamanga, amin’io fihaonana io. Mandra-piandry izany, nomontsanin’ny 3 FB, tamin’ny isa mazava 38 no ho 24, ny Matadore. Mbola nisongadina indray teto ny fahaiza-manaon’ireo mpilalaon’ny minisiteran’ny Fahasalamana.

Teo amin’ny lalaon’ny “Elite II” indray, resin’ny TFMA, tamin’ny isa 16 no ho 9, ny Aska ary lavon’ny Aigle Vert, tamin’ny isa 17 no ho 9, ny Dragon Rouge.

Torcelin

News Mada0 partages

Henri Ratsimbazafy sy Voahirana : kanto ombain-kanto ilay fampisehoana

 Zoma alina… Alahady tolakandro. Fampisehoana nahatsiarovana zavatra maro. Nisongadinan’ny fitiavana. Tafaraka teny an-tsehatra indray i Henri Ratsimbaza sy i Voahirana…

Indroa miantoana ny seho tao amin’ny CCEsca Antanimena. Nahariharin’ireo fampisehoana ireo fa mbola tena manana ny maha izy azy ny fampiaraham-peon’i Henri Ratsimbazafy sy i Voahirana eny an-tsehatra. Niaka-tsehatra i Voahirana. Nodimbiasan’i Henri Ratsimbazafy. Firazana faharoa, niroso tamin’ny fampiaraham-peo. Raha akapoka ho iray, kanto ombain-kanto ny nahitana ireo fifandimbiasana teny an-tsehatra ireo.

Na nandritra ny fihirana tsirairay, na tamin’ny fiarahana teny an-tsehatra, samy mbola nanaporofo fa tsy nisy fiovana ilay feo kanto ananan’i Henri Ratsimbazafy sy i Voahirana hatramin’izay. Voatazona tsara rahateo ilay fandrindrana teo amin’ny hira tsirairay, hany ka tafapaka avy hatrany tany amin’ny mpijery ny « Kanefa ianao tsy tonga », « Fitiavan’ankizy », « Voahirana », sns. Mbola nanasongadina izay kanto ombain-kanto teo amin’ity fampisehoana tetsy amin’ny CCesca Antanimena ity izay ihany koa ny niakanjoan’i Henri Ratsimbazafy akanjo vita amin’ny landy. Nasongadiny manokana teny an-tsehatra rahateo ny fahaizan’ny Haihaingo Landy tamin’ny fampiakanjoana azy. Fitafy malagasy, aingam-panahy malagasy, feo malagasy. Kanto ombain-kanto !

Ho an’ireo mpijery maro tonga teny an-toerana : « mila tohizana hatrany ny fampisehoana tahaka itony ».

HaRy Razafindrakoto

News Mada0 partages

Mihorohoro ny mponin’i Toamasina : dokotera dimy naiditra hopitaly, roa hanaovana fitiliana

Lasa miaina amin’ny tahotra isan’ andro ny mponina ao Toamasina. Efa maro ny ray aman-drenin’ny mpianatra mihevitra ny tsy handefa ny zanany an-tsekoly.

Araka ny loharanom-baovao voamarina sy marim-pototra, dimy amin’izao fotoana izao ny dokotera miasa eto Toamasina efa naiditra hopitaly satria ahitana ny soritr’aretina pesta. Roa hafa indray mbola handrasana ny vokatry ny fitiliana natao amin’izy ireo.

Iza ary no hitsabo sy hanome toromarika ny vahoaka raha marary indray ny mpitsabo? Inona ny hanafenan’ny tompon’ andraikitra ny tena zava-misy marina? Maninona ny kaominina no tsy manadio tanàna?

Fanontaniana mipetraka amin’ny vahoaka avokoa izany rehetra izany. Amin’ izay loharanom-baovao izay hatrany, efa nesorina tao amin’ny efitrano misy azy ireo marary

saina etsy amin’ny PPH, sampana fitsaboana ny areti-mifindra sy avokavoka ary ny aretin-tsaina etsy amin’ny fokontany Analankinina Parisela Hopitalibe.

Antony namindrana azy ireo ny fahateren’ny efitrano hametrahana ireo mararin’ny pesta ao Toamasina. Higadona eto Toamasina ny minisitry ny Fahasalamana ka hampivory ny mpiasan’ny fahasalamana sy ny OMC ao amin’ny efitrano fivorian’ny lapan’ny Faritany, ny alatsinainy maraina.

 

Loza mihatra

Tandindomin-doza maro i Toamasina. Voalohany amin’ izany ny loza mety haterak’ ity areti-mandoza pesta ity izay efa mahazo vahana eto Toamasina. Eo koa ny fiakaran’ny vidim-piainana amin’ ireo entana ilain’ny mponina andavanandro, raha tsy hilaza afa-tsy ny vary nohafarana efa vidiana hatramin’ny 2.500 Ar ny  kilao. Ankoatra izany ny tsy fisian’ny herinaratra izay tapataka tsy misy fiafarany ka misy fiantraikany amin’ny fidiram-bolan’ny isan-tokantrano, ny faktioran’ny Jirama tsy midina fa vao mainka miakatra hatrany kanefa tsy maintsy efaina fa raha tsy izay tapahin’ izy ireo ihany koa ny herinaratra sy ny rano. Efa tena mby an-koditra vokatr’izany rehetra izany ny tsy fandriampahalemana. Mila kaomisera telo tahaka an’ i Rafaliarivo Jules.

Sajo

News Mada0 partages

Analamanga Park : bungalow telo kila hotohoton’ny afo

Kilan’ny afo ireo bungalow telo eny amin’ny toeram-pialamboly Analamanga Park, omaly maraina tamin’ny 9 ora. Voalazan’ny loharanom-baovao teny an-toerana fa doro tanety teny amin’ny manodidina an’Analamanga Park no niitatra ka nahazo ireo bungalow telo tao an-toerana. Hatairana ny an’ireo olona teo amin’ny manodidina nahita ireo trano nirehitra. Tsy misy noraisina intsony ireo trano fa avotra soa aman-tsara kosa ny entana tao anatiny. Tsy fantatra izay tompon’antoka tamin’ny fandorana ny tanety ka niafara tamin’ny fahamaizan’ireo bungalow telo ireo. Ny afo efa nijoalajoala no nahataitra ny mponina, araka ny fanazavana voaray. Fotoana fohy taorian’ny firehetana, tonga teny an-toerana ny mpamonjy voina namono ny afo. Tsy nisy ny olona naratra na koa aina nafoy nandritra izao fahamaizana izao.

Tonga nanao fanadihadiana teny an-toerana ny zandary.

Tsikaritra tato ho ato fa misy andian’olona manao an-kasomparana mandoro tanety, saingy ahitan-doza hatrany izany rehefa miitatra ny afo.

J.C

News Mada0 partages

RN 2 : Sprinter nivadika, olona dimy naratra

 Io indray ! Taksiborosy Sprinter iray an’ny kaoperativa iray eny Ambodivona nitondra mpandeha hihazo an’i Toamasina no niharan-doza tampoka tao Tsaravintana, tanàna eo anelanelan’Ampasimbe sy Antsampanana, omaly tolakandro. Tsy fantatra ny antony nahatonga ny loza fa niala ny arabe ilay fiara ka namantana tamin’ny rindrin-tany. Vokany, nivadika ny fiara ka nipitika avy eny ambony fitoeran’entana ny entan’ireo mpandeha. Voalazan’ny mpandeha iray tao anatin’ilay taksiborosy kosa fa somary hafahafa ihany ny fandehan’ilay taksiborosy mialoha ny nitrangan’ny loza. Nilaza ity mpandeha iray nijoro vavolombelona ity fa resin-tory teo ambony familiana ilay mpamily ka izay ny antony nahatonga izao loza izao. Hatairana ny an’ireo mpandeha tao anatin’ilay taksiborosy tamin’ny fotoana nivadihan’ny fiara. Olona dimy no voalaza fa tena naratra tamin’ity lozam-piarakodia ity. Tsy nisy kosa ny aina nafoy. Nentina haingana ao amin’ny hopitalin’i Brickaville ireo naratra. Tonga nanao fanadihadiana teny an-toerana ny zandary.

J.C

News Mada0 partages

Resaka politika sa asan-jiolahy? : norasarasain’ny jiolahy ny antsy tao an-tranony Rah Ckiky

Niharan’ny herisetran-jiolahy nitondra antsy tao an-tranony ao Tsarahonenana Betainomby Toamasina, omaly maraina Rah Ckiky. Mbola tao anatin’ny torimaso izy sy ny vady aman-janany no tonga ireo olon-dratsy. Norasarasain’ireo jiolahy ny antsy izy ka naratra mafy tsy nahatsiaro tena…

 

Niditra an-keriny tao an-tranony ny jiolahy roa nitondra antsibe omaly tamin’ny 2 ora sy 45 mn. Raha ny fitantaran’i Diane Françoise vadin-dRah Ckiky, tsy naheno na inona na inona mihitsy izy mivady tamin’io fotoana io fa renoky ny torimaso. Ny vadiko efa miantso vonjeo vao taitra aho ka hitako avy hatrany ireo roa lahy mandrasarasa antsy eo am-pandriana. “Lasa nitsoaka izy ireo raha vao taitra aho ary tsy naka na inona na inona tao an-tokantranonay”, hoy hatrany ny fitantaran’ny vadiny.

Teo amin’ny tamboho misy ny tranon’akoho eo an-tokotany no niditra ireo olon-dratsy tamin’io fotoana io. Misy jiro ihany eo an-tokotany saingy mitodika mankany amin’ny tranon’akoho ka mora ho azy ireo ny niditra tao an-trano, araka ny fanazavana hatrany.

Naratra mafy ity mpanakanto malaza ity ka nentina haingana ao amin’ny Hopitalibe Toamasina. Hatramin’ny omaly hariva, tsy atahorana ny ainy, saingy mbola tsy nahatsiaro tena kosa izy, araka ny fampitam-baovao avy any Toamasina.

Hatreto aloha tsy fantatra mazava izay anton’izao na tsy fandriampahalemana mahazo vahana ao Toamasina na resaka politika maloto amin’izao fotoana izao.

Isan’ny nanamarika ity mpanakanto malaza ity ny namoronany ilay hira hoe “Vonjeo i Soamahamanina”. Fantatra tamin’ny alalan’ny loharanom-baovao marim-pototra fa nahazo fandrahonana Rah Ckiky ny herinandro lasa teo mba hisintona io hira io, saingy tsy nanaiky izany mihitsy ity mpanakanto ity na notambazana vola aza. Ahin’ny rehetra ho misy ifandraisany amin’izany ity raharaha ity. Ny valin’ny fanadihadiana anefa no hamantarana ny marina rehetra momba ity asan-jiolahy nihatra tamin-dRah Ckiky ity.

Sajo sy Jean Claude

News Mada0 partages

«Rentrée solennelle» : foana ny hetsika fanamrihana

Nanapa-kevitra ny hanafoana ny fanamarihana ny « Rentrée solennelle 2017-2018» izay tokony hatao ato ho ato ny minisiteran’ny Fanabeazam-pirenena ho fisorohana ny mety ho fihanaky ny aretina pesta.

Efa tapaky ny fanjakana fa hatsahatra ny fivorivoriana rehetra sy ny fanangonana olona. Voatery hahemotra amin’ny fialan-tsasatry ny Krismasy, araka izany, ny fihaonan’ny mpitantana ny lycée izay nokasaina hatao ny 5 sy 6 oktobra izao.

Etsy andaniny, nanentana ny sekoly rehetra ny minisitra Rabary Paul hanadio tsara ny efitranon-tsekoly sy ny manodidina rehetra mba tsy hisian’ny voalavo izay fototra mampisy ny aretina pesta.

Efa miditra an-tsekoly avokoa ny ankamaroan’ny mpianatra indrindra ireo amin’ny sekoly tsy miankina amin’ny fanjakana. Betsaka ny ray aman-dreny velon’ahiahy ka mampijanona ny zanany tsy handeha any an-dakilasy mihitsy noho ny tahotra ity aretina ity.

Ny sekoly sasany, nandray fepetra nandraraka ody parasy sy ody bibikely eraky ny efitranon-tsekoly hamongorana ny valanaretina.

Tatiana A

News Mada0 partages

RN4 : accidents à Ambohidratrimo

Les accidents se succèdent sur la RN4. Deux accidents spectaculaires ont marqué le week-end dans le district d’Ambohidratrimo.

Collision frontale entre deux cars, sur l’axe reliant la capitale à Mahitsy, samedi dernier, sur la descente d’Andranotapahina, dans la commune rurale de Talatamaty. Le conducteur du véhicule Renault Super Goélette venant d’Ambohidratrimo a dû être extirpé de sa cabine de pilotage par des tierces personnes vu la violence du choc avec son vis-à-vis, un car Mercédès. Aucune perte en vie humaine n’a été déplorée malgré les lourds dégâts enregistrés de part et d’autre.

Un minibus de marque Mercédès de la ligne Ankazobe-Tana a subitement pris feu en plein parcours sur cette RN4, à hauteur de la station-service d’Alakamisy-Ambohidratrimo, la veille vers 15 heures.

Manou

 

News Mada0 partages

Noho ny pesta… : nahemotra ny seho ankalamanjana

« Aleo hazava ny resaka, fa noho ny antony tsy miankina aminay mpikarakara no hanemorana ny fifanintsanana farany ahitana izay handrombaka ny amboara amin’ny « Hiragasy makotrokotroka » » ! Saika fanazavana tahaka io nataon’i Faly Andrianarivelo (Haigasy Production) io avokoa  ny nentin’ireo rehetra nikarakara fampisehoana an-tsehatra na hetsika kolontsaina ankalamanjana, omaly, ka voatery hahemotra amin’ny fotoana manaraka.

Raha ny fanazavan’izy ireo hatrany, noho ny trangan-javatra nisy teto an-dRenivohitra (resaka fisian’ny pesta) ny antony nanafoanana ny hetsika.

Ho an’ny « Hiragasy makotrokotroka » manokana, nambaran’ny mpikarakara fa amin’ny alahady izao no hanatanterahana ny fifanintsanana hifanandrinan-dRakotomandimby Jean Pierre avy any Morarano Gara sy ny tarika Rafaralahy Raymond Ambatoantrano.

Mila hitadiavam-bahaolana haingana ny « resa-pesta » satria iankinan-javatra maro ny fitarazoan’izany eto Madagasikara.

HaRy Razafindrakoto

 

News Mada0 partages

“Hakanton’ny voahary ” : hisy fifaninanana sary

Mampanao fifaninanana sary izay hatao “sary karatra”, ho fankalazana ny Andro maneran-tany ho an’ny fizahantany, ny masoivoho amerikanina eto Madagasikara miaraka amin’ny USAID Madagasikara, ary ny minisiteran’ny Fizahantany.

Lohahevitra hovoizina ny hoe: “ Ny hakanton’ny voahary eto Madagasikara.” Hisy mpitsara hifantina ny sary folo tsara indrindra, izay hatao printy sy hampirantiana ao amin’ny American Center, eto Antananarivo.

Hotsongaina amin’izany ny sary telo, havadika” sary karatra” ary hozaraina manerana ny Nosy. Hitondra hafatra ny sary karatra tsirairay. Mikasika ny fanondranana zavaboahary an-tsokosoko, sy ny maha zava-dehibe ny fikajiana ny hakanto sy ny fiarovana ny karazany sy ny fonenany.

Hahazo mari-pankasitrahana sy loka samy hafa avy amin’ny masoivoho, ny USAID ary ny minisitera ny mpandresy amin’ny fifaninanana. Hitanao ao amin’ny https://goo.gl/KWzY12 ny andininy rehetra mikasika ny fifaninanana, ny fitsipika sy ny loka.

Alefaso mailaka amin’ny info.madagascar@usaid.gov ny sary, tsy mihoatra ny folo isaky ny mpandray anjara. Misokatra ho an’ny rehetra izany hatramin’ny 16 oktobra

Tsy natao ihany hanandratana ny talentan’ny mpaka sary eto Madagasikara ity fifaninanana ity, fa natao indrindra koa hanairana ny saim-bahoaka amin’ny fiantraikan’ ny fanondranana zavaboahary an-tsokosoko.

Sary mitondra hafatra

Hitondra hafatra ireo “sary karatra” hovokarina sy hozaraina ho an’ny mpizahatany ireo. Hilazalaza ny loza ateraky ny fanondranana an-tsokosoko, karazam-biby sy zava-maniry eo amin’ny tontolo iainana sy ny vahoaka malagasy.

Hampirisika ny mpizahatany koa izy ireo mba tsy handray anjara amin’izany varotra tsy manara-dalàna izany, sy handray anjara amin’ny vahaolana.

Ity fifaninanana ity sy ny sary karatra azo avy amin’ny sarin’ny mpandresy dia tafiditra ao amin’ny hetsika lehibe. Hatomboka amin’ny faramparan’ny taona ny fanontana valonana (dépliant) sy afisy izay hovokarina sy hozaraina miaraka amin’ny sampandraharaha mahefa ny governemanta malagasy sy ny fikambanana tsy miankina  amin’ny mpiara-miombon’antoka eo amin’ny sehatry ny fikajiana ny tontolo iainana.

Tatiana A

News Mada0 partages

Ady totohondry : naato ny filoha lefitry ny federasiona

Tinapaky ny fivoriambe ara-potoan’ny federasiona malagasin’ny ady totohondry, notanterahina teny amin’ny ANS Ampefiloha, ny asabotsy lasa teo, fa haato amin’ny andraikitra sahaniny, mandritra ny fotoana tsy voafetra, i Hadjimanuel, filoha lefitra faharoa eo anivon’ny federasiona malagasin’ny ady totohondry (FMBO). Nambaran-dRabarisoa Hery Mamy, filohan’ny federasiona, fa noho ny fisandohana andraikitra sy nanangona sonia, hampikomy ireo atleta sy ny ligim-paritra ny anton’izany. Voasazy toy izany koa Razafindrezato Aurélien, mpanazatra ny ekipan’i Toamasina. Tsy mbola fantatra kosa izay hisolo ny toeran’ny filoha lefitra faharoa.

Fantatra ihany koa fa nisy taratasy nosoniavin’ny filohan’ny federasiona fa tsy hanala an’Andriamanampisoa Gége Bosco, eo amin’ny toerana maha filoha lefitry ny federasiona azy izy, mandra-pahatapitry ny taom-piasany.

Tsiahivina fa notanterahina, omaly alahady, koa ny fifaninanam-pirenena.

Torcelin

News Mada0 partages

Kitra fanomanantena : nantsoin’i Nicolas Dupuis hiverina ao amin’ny Barea i Bôlida

 Hanafika atsy Ogandà, rahampitso alarobia, ny Barea de Madagascar, hiatrika lalao fitsapana, amin’ny The Cranes. 16 monja ireo mpilalao nantsoin’i Nicolas Dupuis, mpanazatra. Anisan’izany i Bôlida, mpilalaon’ny Paris FC.

 

Hotanterahina, rahampitso ao amin’ny kianja Kampala, Renivohitr’i Ogandà, ny fihaonana ara-pirahalahiana, hikatrohan’ny Barea de Madagascar sy ny The Cranes, Ogandà. Mpilalao 16 no nantsoin’i Nicolas Dupuis sy i Auguste Raux, mpanazatra, hiatrika izany. Avy any ivelany avokoa ny 15 amin’ireo : Frantsa, Belzika, Soisa, Alzeria ary Arabia Saodita. Anisan’ireo naverin’i Nicolas Dupuis i Bôlida. Tsy ao anatin’ny lisitra ho any Ogandà kosa anefa i Abel Anicet, mpilalaon’ny Ludogorets, Bulgarie, sy i Rinjala, avy any Soisa, ary i Mamy Gervais, avy atsy La Réunion sy i Voavy Paulin. Tsy misy afa-tsy i Damien, mpiandry tsatobin’ny Tana Formation, ihany kosa ny mpilalao avy eto an-toerana. Tsiahivina fa fanomanantena amin’ny lalao hikatrohana amin’ny Lionan’i Téranga avy any Sénégal, eo amin’ny fifanintsanana ho an’ny “Can 2019”, ity lalao ity.

Torcelin

Toy izao ireo mpilalaon’ny Barea :

 

1 -Dabo Ibrahim – (FC Gobelins) – Frantsa

2- Ramaritany Damien – (Tana Formation) – Madagasikara

3- Fontaine Thomas – (Clermont Foot) – Frantsa4- Rambeloson Toavina – (US Tourcoing) – Frantsa5- Randriamanantena Mickael – Soisa6- Razakanantenaina Pascal – (Arras FA) – Frantsa7- Herimanjakarivo Patrick – (AS Fabregues) – Frantsa

8- Hamada Ibrahim – (MC Alger) – Alzeria9- Caloin Dimitri – (SO Cholet) – Frantsa10- Raheriharimanana Jean Stephan – (Red Star) – Frantsa11- Ramanamahefa Ferdinand Falihery – (RC Fléchois) – Frantsa12- Randriambololona Zotsara – (Antwerp FC) – Belzika13- Randriantsara Hery – (FC Tarbes) – Frantsa

14- Andriamahitsinoro Carolus – (Medina) Arabie – Saodita15- Nomenjanahary Lalaina – (Paris FC) – Frantsa16- Andriatsima Faneva Ima – (FC Sochaux-Montbelliard) – Frantsa

 

News Mada0 partages

Rugby Analamanga : resin’ny VTMA ny XV Avenir

Nanohy ny fifaninanana, fiadiana ny ho tompondakan’Analamanga, taranja rugby, ny Commission technique federale (CTF), eo ambany fitantanan’ny Malagasy rugby. Tetsy amin’ny kianja Makis, omaly, no nanaovana ireo lalao. Nisongadina ny vokatra azon’ny VTMA Antsalovana, izay nandresy ny XV Avenir, tamin’ny isa 12 no ho 6, teo amin’ny “Elite federale”. Nahitana endri-dalao nahafinaritra teo amin’ny roa tonta. Nanokatra ny isa voalohany ny XV Avenir, tamin’ny alalan’ny “coup de pied de pénalité”, voatsaran’i Nantenaina. Io isa io no nentin’ny roa tonta niala sasatra. Niezaka avy eo ny VTMA ka nahatonga baolina nenti-tanana i Tôfa, izay mbola voatsaran’i Nary. Tsy nijanona teo fa namotsotra baolina indray ny XV Avenir, ka voatsoriakan’Antsalovana izany ary niafara tamin’ny «essai», saingy tsy maty. Nampihena ny isa indray ny XV Avenir, tamin’ny alalan’ny «CPP» ka lasa 12 no ho 6 ny isa. Tokony ho mbola nahatsindry baolina ry zareo, 1 mn tsy hiravana, saingy maika loatra izy ireo ka latsaka teo amin’ny “enbut” ny baolina.

Teo amin’ireo vokatra hafa, resin’ny 3 F5, tamin’ny isa 27 no ho 25, ny UIRC ary tamin’ny isa 9 no ho 6 ny nanilihan’ny FTAM ny CPI.

Tompondaka

 

Ino Vaovao0 partages

AHIANA HO MISY AMBADIKA POLITIKA : Nofirafirain’ny jiolahy tamin’ ny antsy tao an-tranony Rah-Ckiky

Mbola ao anatin’ny fanadihadiana tanteraka momba ity raharaha ity ny mpitandro filaminana. Tsy fantatra mazava hatreto na asan-jiolahy tsotra izao na misy ambadika politika ny fanafihana nahazo an’i Rah-Ckiky sy ny vady aman-janany. Raha ny fitantaran’i Diane Françoise vady andefimandrin-dRazafimamy Christian fantatra amin’ny anarana maha mpanakanto azy Rah-Ckiky, dia tsy nisy naheno ny namakian’ireo jiolahy ny trano na izy na ny vadiny izay samy teo ambony fandriana niaraka tamin’ny zanak’izy ireo.

« Ny vadiko ( Rah-Ckiky) efa niantso vonjeo no henoko ka nanaitra ahy », hoy hatrany i Diane Françoise. « Olona roa lahy tsy misaron-tava no nikapa an-dRah-Ckiky tamin’ny antsy no hitan’ny masoko. Vao nahita izany aho dia niarina sy niantso vonjy teo ambony fandriana », hoy hatrany ilay vadin-dRah-Ckicky. Raha naheno izany ireo jiolahy dia rifatra nandositra. Tsy nisy nokitihin’ireo olon-dratsy ny zanany sy ny vadiny. Tsy nisy koa vola na entana lasa.

Naratra mafy teo amin’ny lohany sy ny sorony i Rah-Ckiky. Nalefa teny amin’ny Hopitaly Be avy hatrany. Tamin’ny fotoana nanoratanay ny lahatsoratra, ny alahady antoandro, dia mbola miady amin’ny fahafatesana i Rah-Ckiky. Tonga maro nanotrona sy nikarakara ity mpanakanto ity ireo mpikatroka TGV notarihin’ny Sekretera nasionalin’ny antoko Tgv misahana ny faritanin’i Toamasina sady solombavambahoaka, Naharimamy Irmah, notronon’ireo mpikambana Mapar sy Tgv.

Nandritra ny tafa fohy nifanaovan’ny solombavambahoaka Naharimamy Irmah tamin’ny mpanao gazety tonga teny amin’ny Hopitaly Be, ny andron’ny alahady 1 oktobra io, dia nilaza ny tenany fa fanintelony izao no niharan’ny herisetra ireo artista Mapar mafana fo. Efa niharan’ny tranga tahaka izao nahazo an’i Rah-Ckiky izao i Sareraka. Efa niharan’ny fanafihan-jiolahy ihany koa ny filohan’ny tanora Tgv Toamasina sady mpanakanto mpilalao sary mihetsika, Mandimbihita Orlando. Ity farany izay nitondra takaitra mihitsy, tapaka rantsan-tanana.

Vakivava ireo mpikambana Mapar sy Tgv Toamasina tonga nijery ny fahavoazana nahazo an’i Rah-Ckiky hoe : « mbola tsy tonga akory ny 2018, dia efa iharan’ny antsojay sahady ireo mpikatroka mafana fo manohana ny filoha Rajoelina »

Kamy sy Tatianah R

Ino Vaovao0 partages

SEMBANIN-DRAHONA NY LALAON’NY CCCOI : Vazaha mpanazatra baskety avy any Seychelles matin’ny pesta

Taorian’ny fitiliana natao ny razan’io mpanazatra vahiny io dia voaporofo, ny sabotsy tolakandro teo kosa fa valanaretina pesta no nahafaty azy io, araka ny tatitry ny Praiminisitra lehiben’ny governemanta Mahafaly Olivier.Fahafaham-baraka tanteraka ho an’ny fitondrana malagasy ity trangan-javatra ity.

Hiatrika ny lalao ifanandrinan’ireo klioba avy ao amin’ny Oseana indianina amin’ny taranja basikety baolina no an-tondian’ity mpanazatra ity sy ireo mpilalao miaraka aminy nefa fahoriana sy fahafatesana no hita. Araka ny fanambaran’ny minisitry ny Fahasalamana Andriamanarivo Mamy dia “mbola tsy fantatra ny olona namindra tamin’ity vahiny ity na ny toerana nahazoany io valan’aretina ratsy io ihany koa.

Taorian’ny nahafantaran’ny mpitsabo fa pesta pulmonaire namono ilay mpanazatra vahiny io dia voatery nandray fepetra ny mpitondra fanjakana eto an-toerana ka natao fitilina avokoa ireo mpilalao rehetra sy ny mpanazatra ary tsy afaka natrehan’ny mpijery ny lalao nanasan-dalana sy famaranana omaly.

Rehefa nisy vahiny maty vao hita sy heno feo ireo tompon’andraiki-panjakana eto amintsika ary nandray fepetra hentitra manoloana ity valan’aretina efa nahazo vahana tato anatin’ iray volana ity.

Mialohan’ny nahafatesan’io vahiny io dia nanao fanambarana ny Minisiteran’ny fahasalamana fa miisa 19 ny olona namoy ny ainy vokatrin’ny aretina pesta io izany teto Madagasikara. Fantatra ihany koa fa olona iray hafa no maty ny pesta izany tamin’io andro nahafaty ilay mpanazatra klioba basikety Seychellois io teto an-drenivohitra. Nisy mpianatra maromaro no matin’io valan’aretina io tany Toamasina nefa tsy nahenona feo izy ireo.

Ny pesta dia aretina mahamenatra ary mbola mahamenatra lavitra noho ny fandefasana Emmoreg mandrava hetsika etsy sy eroa. Tsisy henatra ireo mpikambana ao anaty Governemanta roa nanao iny fanambarana ny antony nahafaty io vahiny io tamin’ireo haino aman-jery rehetra teto an-drenivohitra. milaza fa ho hentitra ny fandraisana andraikitra amin’ny seranam-piaramanidina sy reny fiantsonan’ny taksi fitateram-bahoaka manao zotra nasionaly sy rezionaly ireny .

Eto an-drenivohitra nefa hatramin’izao dia mbola tsy nisy ny fanentanana nataon’ny Minisiteran’ny fahasalamana eny amin’ireny Fokontany satria tsy ny olona rehetra no hanana televiziona sy radio ahafantaran’izy ireo ny fomba fisoroana io valan’aretina ratsy mamono ao anaty 12 ora io.

Pounie

Ino Vaovao0 partages

RENIVOHITR’I MANAKARA : Vehivavy iray maty voakapa antsy nandritra ny fandrobana

Ireo mpivarotra mpamongady no voalaza fa tena lasibatra amin’izany.Araka ny loharanom-baovao voaray avy any an-toerana dia, ny zoma lasa teo hifoha sabotsy no nisy tranga fanafihana tao amin’ny tranom-barotra iray mpamatsy ireo mponina eo amin’ny manodidina. Vokany, vehivavy iray no namoy ny ainy nandritra ny fanafihana. Raha ny fanazavana avy tamin’ireo niharam-boina dia jiolahy maromaro niaraka tamin’ny zava-maranitra no tafiditra tao an-trano, ka tonga dia nandrahona sy nitaky vola avy hatrany.

Niezaka nanohitra azy ireo ny olona tao an-trano tamin’io fotoana io, ka tonga dia novelesin’izy ireo tamin’ny antsy be ny renim-piakaviana iray ary tsy nahatsiaro tena intsony. Nifanjevo ny rehetra taorian’izay, ka nirohotra nitsoaka indray ireo mpanafika raha nivoaka noho ny antso vonjy ny teo amin’ny manodidina. Nisy ireo vatan-dehilahy niezaka nanenjika ireo olon-dratsy na dia somary maizina aza ny andro saingy tsy nahitam-bokany intsony. Noezahina nentina tany amin’ny tobim-pahasalamana ihany ilay ramatoa fa tsy avotra intsony.

Efa eo am-pelatanan’ny mpitandro filaminana ny famotorana ny raharaha amin’izao fotoana izao.

Tatianà R.

Ino Vaovao0 partages

HALATRA SOLIKA AN’NY GALANA : Olona telo maty voatifitry Polisin’ny FIP Toamasina

Maty voatifitry ny Polisin’ny FIP ny lehilahy telo nikasa hangalatra solika tany Toamasina teny amin’ny Dépôt Analankininina.

Fantatra fa jiolahy miisa fito nikononkonona halatra solika tamin’ny fantsona mitondra solika an’ny Galana eny amin’nyDépôt Analankininina no nifanehitra tamin’ny Polisin’ny Fip, ny alakamisy 28 septambra hifoha ny zoma 29 septambta tokony tamin’ny 1 ora maraina tao Dépôt 3e. Vao nahita ireo mpitandro filaminana ireto nikasa hangalatra solika dia nanao taridositra sady nanohitra.

Voatery nampiasa ny fitaovam-piadiana teny am-pelatanany ny mpitandro filaminana. Vokany, maty voatifitra ny telo tamin’ireo olon-dratsy. Ny telo kosa naratra mafy sady azo sambo-belona niaraka tamina vehivavy iray izay mpiray tendro amin’ izy ireo. Mbola manaraka fitsaboana ao amin’ny Hopitaly Be Toamasina ireo telo naratra. Marihina fa ny Polisin’ny Fip Toamasina no misahana ny fiambenana io fantsona lehibe mpitondra solika io.

Araka ny fanazavana nomen’ny Kaomandàn’ny Fip Toamasina, Kaomisera Rafaliarivo Jules, dia tsy ny halatra solika amin’ny fantsona mitondra solika ihany no ataon’ireo jiolahy maty voatifitra sy azo sambo-belona ireto fa eo koa ny vaky trano. Naharay fitarainana maro momba izany ny Fip tato ho ato, hoy hatrany ny fanazavany. Tsy fatiantoka ho an’ny Galana irery ihany ny fisian’ny halatra solika amin’ny fantsona fa i Toamasina iray manontolo no voa mafy raha sanatria tsy voafehy io halatra amin’ny fantsona mitondra solika io. Ny tanànan’i Toamasina iray manontolo mihitsy no ho lasa lavenona raha mirehitra ny fantsona mitondra solika.

Raha ny fanazavana voaray momba ity andian-jiolahy misy mpikambana fito mianadahy ravan’ny Fip ity, dia vao tonga ao Toamasina tao anatin’ny fotoana vitsy izy ireo. Tonga hanao asa ratsy : hangalatra solika, hamaky trano, hanao fanafihana mitam-basy.

« Efa imbetsaka aho izay no nampitandrina, efa matetika aho izay no niantso am-pahendrena hoe miova fo ianareo jiolahy fa tsy hitsitsy izahay. Efa nanao basy atifi-kavana izahay FIP, saingy indrisy fa mbola misy hatrany ireo zatra ny lalan-dririnina ka tsy maintsy noraisina ny fepetra », hoy ny Kaomisera Rafaliarivo Jules.« Miantso an’ireo jiolahy zatra ny lalan-dririnina ny tenako mba hiova taranja. Tsy tokony hijanona eto Toamasina rehefa tsy misy asa fa aleo mody any ambanivohitra manao asa fambolena », hoy hatrany ny antso nataony.

« Aleo mamboly mampidi-bola toy izay manao jiolahy ka faty no hiafarana », hoy hatrany ny lehiben’ny Fip Toamasina. Izy izay nanitrikitrika fa tsy hitsahatra hanao hazalambo an’ireo jiolahy mba hisian’ny fandriampahalemana maharitra ao Toamasina.

Kamy

Ino Vaovao0 partages

FIFIDIANANA : Tafatsangana ny fikambanana TMH hanohana an’i Andry Rajoelina

Na dia mbola tsy nilaza tamin’ny fomba ofisialy ny filatsahan-kofidiany aza ity mpanorina ny antoko TGV ity dia efa miandrandra tanteraka ary mangataka ny hilatsahany hofidiana ireo tanora mpikambana mivondrona ao anatin’ny TMH. Taorian’ny Distrikan’Ambatondrazaka dia i Moramanga indray no nahatafantsangana ireo mpikambana maharitra ao anatin’ity fikambanana ity, ny herinandro lasa teo. 

Tonga maro ny mpikambana ary namaly ny antso tahaka izany ihany koa ireo mpitarika ny TMH rehetra tany an-toerana, isan’izany ny filohan’ny fikambanana Rafidimanana Desiré izay notronin’ny filoha lefitry ny vondrona Mapar, Andriamananoro Augustin. Faritra maro no efa misy ny fikambanana hatreto toa an’i Matsiatra Ambony, Vatovavy Fitovivany, Atsinanana ary Alaotra Mangoro. 

Nomarihin’ireo mpanara-dia ny filohan’ny tetezamita, Andry Rajoelina fa hihanaka manerana ny Nosy ity fikambanana ity. Ny TMH dia anisany tsy mankasitraka ny hanovana ny lalàm-panorenana ary tsy manaiky ihany koa ny hisian’ny fanelingelenana mba tsy hahatontosa ny fifidianana amin’ny taona 2018.  

Avotra Isaorana

Ino Vaovao0 partages

FITAKIANA TAMBIN-KARAMA : Manome 72 ora ny Fanjakana foibe ny Seces sampana Toamasina

Voalaza ao anatin’ilay fanambaràna navoakan’ny Seces sampana Toamasina nosoniavin’ny filohany, Be Adolphe sy ny Sekretera Jeneraly Toto Tsiadino Chaplain fa nahavita antsakany sy andavany ireo adidin’ izy ireo nandritra ny taom-pianarana 2016-2017 nivalona iny ireo mpampianatra mpikaroka mivondrona ao anatin’ny Seces sampana Toamasina. 

Voalaza ao anatin’ilay fanambaràna ihany koa fa mitady tsy hanaja ilay fifanarahana natao tamin’ny 24 aogositra 2017 momba ny fandoavana ny tambin’ny ora fanampiny (heures complémentaires) nandritra ny taom-pianarana 2015-2016 ny Fanjakana. Notsipihin’ny Seces Toamasina ao anatin’ny fanambaràna nataony, ny zoma 29 septambra io, fa tara ny fandoavana ireo ora fanampiny tamin’ny taom-pianarana 2015-2016. 

Manoloana izany rehetra izany, dia manome 72 ora hamahana olana ny Seces Toamasina. Aorian’ny 72 ora, raha tsy voaloa ireo vola ora fanampiny an’ireo mpampianatra mpikaroka ireo dia nanambana hiroso amin’ny fitokonana faobe ny Seces Toamasina, manomboka alakamisy 5 oktobra izao. 

Nomarihin’ny Seces fa ny fampianarana rehetra sy ny fikarohana rehetra no atsahatr’izy ireo raha mbola manao be marenina hatrany ny fanjakana.

Kamy

Ino Vaovao0 partages

FIAHIANA ARA-TSOSIALIN’NY MPIASA : Maro ireo fanatsarana efa nataon’ny Cnaps

Niezaka nanakaiky ny vahoaka sy nihaino azy ireo hatrany ny CNAPS, izay noheverina ho lalana nahafahana nanome fahafaham-po ireo mpanjifa hatramin’izay. Mbola nanohy izany fanamby izany ankehitriny ny Cnaps amin’ny alalan’ireo hetsika samihafa atao manerana ny Nosy, toy izay notanterahina, tamin’ny zoma lasa teo teny amin’ny birao foibeny etsy Ampefiloha. 

Araka ny fantatra dia hetsika efa fanao isan-taona ny fampirantiana ny asa efa vita teo aloha sy ny ankehitriny izao. Saingy niavaka kosa ny tamin’ity taona ity satria nifanindran-dalana tamin’ny fanamarihana ny androm-pirenena amin’ny fiahiana ara-tsosialy teto Madagasikara ary ihany koa ny fanamarihana ny faha- 60 taona nijoroan’ny Cnaps.

 Marihina fa maro ireo ezaka notontosain’ny Cnaps ankoatra ny fandehanana any anivon’ireny faritra heverina ho lavitra sy saro-dalana ireny. 

Araka ny voalaza dia andraikitry ny rehetra ny fiahiana ara-tsosialy. Noho izany mila samy resy lahatra ny rehetra ny amin’ny tokony hisitrahan’ny Malagasy rehetra, na ny aty an-drenivohitra na ny any ambanivohitra, indrindra ireo tantsaha izany fiahiana ara-tsosialy izany. Nanazava ny tompon’andraikitra eo anivon’ny Cnaps fa maro ny fanatsarana natao tamin’ity taona ity, anisan’izany ny fampiakarana zato isan-jato ny volan-jaza.

Voalaza ihany koa fa arakaraka ny mari-karama ambany indrindra dia miakatra ihany koa ny fanampiana izay omen’ny Cnaps. Fa ankoatra ny fanatsarana ireo fanampiana omen’ny Cnaps ireo dia mbola hisy ihany koa ny fanatsarana hafa natao ho an’ny rehetra. Nambara fa hisy tolotra manokana ho an’ny tantsaha manomboka amin’ny taona 2018 ho avy izao mba hahafahana manohana azy ireo amin’ny alalan’ny fiahiana ara-tsosialy.

Lucien R.

Ino Vaovao0 partages

LASIBATRA IREO MPAMPIASA LALANA : Itrangana lozam-pifamoivoizana isan’andro ao Sambava

Ny moto na ny kodiaran-droa no tena matetika tra-doza ary misy olona maty na maratra mafy tafiditra hopitaly hatrany, raha ny fampitam-baovao avy any an-toerana. Ny herinandro lasa teo dia tao anatin’ny roa andro nifanesy dia olona telo no namoy ny ainy vokatry ny lozam-pifamoivoizana tany amin’iny Distrikan’i Sambava iny.

Ny talata tolak’andro lasa teo dia lehilahy iray vao 34 taona eo no namoy ny ainy raha nividy moto ny antondiany tao an-toerana, ka tamin’ny lalana hody izy no niharan-doza.

Ny ampitson’iny indray dia olona mivady vao avy nividy moto no maty tsy tra-drano rehefa voadonan’ny fiara tsy mataho-dalana iray nandritra izy ireo tamin’ny lalana hody ihany koa. Araka ny vaovao voaray avy any an-toerana dia olona avy ao amin’ny Kaominina Ambohimalaza avokoa ireo maty vokatry ny lozam-pifamoivoizana nifanesy ireto.

Ny zoma teo ihany koa dia tovolahy iray nitondra kodiaran-droa no tra-doza tao an-tampon-tanànan’i Sambava. Naratra mafy ny tovolahy ary noentin’olona namonjy toeram-pitsaboana avy hatrany. Mbola manaraka fitsaboana ao amin’ny hopitaly Besopaka ankehitriny ny tovolahy, araka ny vaovao voaray avy any an-toerana.

Pounie

News Mada0 partages

Taekwondo-Junior : Tiavo Randrianisa vise l’Europe

Après son premier titre européen dans la catégorie de moins de 46 kg,  la taekwondoiste malgache expatriée de l’Hexagone, Tiavo Randrianisa entre dans la cour des grands. De nouveau appelée en équipe nationale française, en vue du championnat d’Europe juniors à Chypre, du 2 au 5 novembre, elle briguera un deuxième sacre européen. Un objectif largement à sa portée lorsqu’on sait qu’elle a brillé dans une catégorie d’âge supérieur dans la même catégorie.

En tout cas, l’année 2017 a été prolifique pour Tiavo Randrianisa. Trois titres de championne sont tombés dans son escarcelle dont ceux de France juniors et seniors. Chez les juniors, elle a raflé la mise quatre années de suite tandis que chez les seniors, elle vient d’ouvrir son compteur.

Naisa

Son palmarès :

Championne d’Europe espoirs 2017

Championne de France seniors 2017

2e au Tournoi International de Paris 2017

Vice-championne de France espoirs 2017

3e à l’Open d’Autriche 2016

2e à l’Open de Pologne 2016

Championne de France juniors 2014, 2015, 2016, 2017

Championne de France espoirs 2015, 2016

Championne de France cadets 2013

Championne d’Europe des clubs 2015

2 fois vainqueur de l’open de Hollande

Vainqueur de l’Open de Turquie 2015

 

News Mada0 partages

Handball : les compétitions battent leur plein

La semaine passée a été riche en résultats du côté du handball ! A Mahamasina, le championnat régional dans la catégorie seniors hommes se poursuit. Lors de la troisième journée de samedi dernier, Cosfa a confirmé sa renaissance en enregistrant un troisième succès d’affilée et conforte sa première place. Sa dernière victime n’est autre la jeune équipe de Saint-Michel Itaosy.

Dans l’autre rencontre, Sporting nage en plein succès. Face à l’Ascaf, cette formation a enregistré sa deuxième victoire et se  place en deuxième position. Dans le Grand port, le championnat communal a accaparé l’attention la semaine dernière. Dans une compétition à trois, pourvue de match aller et retour, c’est Hasin’i Toamasina qui a survolé le débat. Lors de son dernier match, cette équipe a pris le dessus sur Tilty et s’est offert le titre.

Zone Nord

Le tournoi de la Zone nord a également pris fin le week-end dernier à Antsohihy. Cette joute a accouché de deux nouveaux champions, en l’occurrence, l’ASRB chez les cadets et As Tsiky pour les seniors dames.  La finale seniors hommes n’a pas pu être menée à terme. Ainsi, le nom de la formation gagnante sera annoncé ultérieurement par les organisateurs.

Naisa

Sporting-Ascaf: 30-27

Cosfa – SM Itaosy: 39-22

Résultats de la Zone nord:

Cadets:

ASRB-Sofia Misoma: 26-19

Seniors dames:

AS Tsiky-Sofia Misoma: 33-24

News Mada0 partages

Echos du week-end : les organisateurs d’évènements dans la tourmente

Samedi dernier, le Gouvernement a déclaré officiellement que tout rassemblement public est désormais interdit à Madagascar, pour prévenir l’épidémie de la peste. Pourtant plusieurs spectacles, et même des festivals, se tiennent  actuellement dans la capitale. Les organisateurs sont maintenant dans l’impasse.

Durant le week-end, plusieurs spectacles ont été annulés à cause de cette déclaration du Gouvernement, entre autres, la première édition du festival Hay, organisé par Voots Kongregation, à Anosy.

« Non seulement, nous avons préparé cet évènement depuis plusieurs mois mais nous avons aussi pris en charge quelques artistes qui viennent d’autres régions », a annoncé l’un des membres du groupe.

Certaines activités de Dago Festival ont aussi été annulées. « Heureusement que la première édition s’est clôturée, hier », a fait remarquer l’association Dago Team Mizara, l’organisateur. Et enfin, la grande finale du concours Hiragasy Makotrokotroka est aussi ajournée. « Nous allons reproduire la grande finale ultérieurement et la date sera aussi communiquée », a annoncé  l’un des organisateurs.

Suite imprévue pour Madajazzcar ?

Par ailleurs, plusieurs autres évènements seront à l’affiche cette semaine, entre autres, la 28e édition du festival international de Jazz Madajazzcar. L’ouverture  officiellement devrait se tenir, ce jour, à partir de 19 heures, sur le parvis de la gare Soarano, avec plusieurs grands artistes à l’honneur pour rendre hommage au pianiste Jeanot Rabeson, décédé au mois de septembre dernier. Pour cette prochaine édition, plusieurs artistes étrangers sont déjà au pays.

Un concert intitulé « Rebirth » avec le saxophoniste Samy Thiébault est au programme ce mercredi, à l’Institut français de Madagascsar (IFM) Analakely. « Nous nous posons donc la question si le festival aurait aussi lieu cette semaine », a annoncé un des fidèles de Madajazzcar qui a déjà acheté quelques tickets pour assister à des live cette semaine.

Programme respecté pour certains artistes

« Show must go on ! » confirment les autres organisateurs. M Production n’a pas annulé son grand concert baptisé « Bye bye vacances » qui s’est tenu, hier, au Club nautique Ivato, avec la présence de tous les artistes invités, à savoir Lôla, Stéphanie, Shyn, Gangstabab, Lion Hill et Elidiot.

Concernant Afon-dasy legend qui s’est tenu comme prévu, samedi dernier, à Antsahamanitra, l’amphithéâtre a été quasiment rempli  et le spectacle a cartonné. « Même si nous sommes au courant de cette déclaration, nous sommes venus pour observer de près et nous sommes ravis que le concert ait tout de même eu lieu. Nous avons passé un moment nostalgique partagé avec nos anciens idoles », a expliqué l’un des spectateurs.

Les retrouvailles entre Henri Ratsimbazafy et Voahirana ont également, de leur côté,  époustouflé le public, hier, au CCEsca Antanimena, dans une salle comble et une ambiance chaude. Ayant choisi de se vêtir en noir et blanc, qui rimait harmonieusement avec la décoration de la scène, classe mais simple, Henri Ratsimbazafy n’a pas choisi au hasard ses morceaux. Il a étudié le côté scénographie en racontant une histoire à travers ses titres. Le résultat a été satisfaisant et le public a passé un bon moment.

Dans les provinces

Dans les autres régions de Madagascar, les spectacles ont aussi été maintenus. En pleine tournée nationale, Dadi Love a cartonné à Ambanja, le week-end dernier. Par ailleurs, aucune date n’est encore communiquée pour la suite. De son côté, Wawa a aussi survolté la ville d’Antsiranana, samedi dernier. Heureusement pour l’artiste, ce spectacle a clôturé sa tournée nationale. Il mettra le cap sur la France, cette semaine, en vue d’’une virée internationale qui débutera, le 6 octobre, à Lyon.

Holy Danielle

News Mada0 partages

Coiffure : les secrets des Brésiliens dévoilés

« Nous avons remarqué que la chevelure des Malgaches ressemble à peu près à celle des Brésiliens. C’est pour cette raison que nous avons décidé de présenter au grand public quelques secrets pour avoir un lissage parfait », a annoncé l’un des responsables de Bellezza diffusion, vendredi dernier, à l’hôtel Ibis à Ankorondrano, lors du lancement officiel de « Brazilian secrets hair ».

Au fait, l’ingrédient magique est l’huile de babassu, un palmier originaire d’Amazonie en Brésil. Dans les temps anciens, les Mayas l’utilisaient pour pouvoir acquérir une chevelure parfaitement lisse et soyeuse. Sur ce, « Brazilian secrets hair » présente deux produits : le Brazilia secret hair Pro Keratin, et le Hair Toxx.

Holy Danielle

 

News Mada0 partages

Voix de l’ Ocean Indien : Jazz MMC récompensé

En 2015, Tence Mena a remporté la « Voix de l’océan Indien 2016 », grâce à son titre « Bal mipoapoaka ». Cette année, Jazz MMC a emboité le pas. Vendredi dernier, il a obtenu « La voix d’or » ainsi que le chanteur africain Boko.

Un comité spécial du concours international « Voix de l’océan indien » sélectionne, chaque année, un artiste par pays membre de la Commission de l’océan Indien (COI). Ainsi, le jeune artiste malgache Jazz MMC a été choisi pour représenter la Grande île. Les critères sont basés sur le nombre de vues des vidéos sur le site youtube et sur le nombre de tournées effectuées dans la zone océan Indien et à La Réunion.

Grâce à ces deux albums

« Love aminao », sorti en 2015, et « Zah chefonao » en 2017, Jazz MMC a sacré, « Voix de l’océan Indien ». Se trouvant actuellement à La Réunion, il y a donné un live exceptionnel, le 15 septembre dernier. Adoptant le Waza style, un mélange du genre ragga dancehall, le rythme sud africain et le zouk love, le jeune artiste a séduit le jury. Selon le communiqué, le morceau « Anao tiakao  » est le plus écouté dans la zone océan Indien, suivi de « Baby darling » et de « Zah Chefonao ».

Ainsi, il a bénéficié d’une collaboration étroite avec Trace FM et d’une inscription à l’office des droits d’auteur international Sacem. Actuellement en pleine travail avec Boko, le deuxième artiste récompensé par le concours VOI, Jazz MMC projette de sortir bientôt un single. L’agenda de l’année prochaine s’annonce d’ores et déjà chargé pour le jeune malgache.

Holy Danielle

News Mada0 partages

Basket-CCCOI : la peste en terrain conquis

La Coupe des clubs champions de l’océan Indien (CCCOI) de basket-ball, qui s’est déroulée au palais des Sports de Mahamasina,  se termine sur une mauvaise note. La peste est passée par là…

La peste est bel et bien la grande gagnante ! La Fédération malgache de basket-ball (FMBB) peut en témoigner. Cette épidémie a terrassé l’entraineur de l’équipe seychelloise de Beau Vallon, vendredi dernier, alors que son équipe a participé à la CCCOI.

Suite à cette mort dramatique, le programme des deux dernières journées de compétition a connu une modification « drastique ». Exit le public, les demi-finales et les finales se sont jouées à huis clos. Une décision qui n’a pas fait l’unanimité dans la mesure où les rencontres se sont poursuivies dans un lieu potentiellement infecté. D’autant que l’Etat a interdit la tenue de manifestations populaires pour atténuer la propagation de la peste.

Mais contre vents et marrées, la CCCOI a continué jusqu’à la fin dans un palais des Sports vidé de son public. Cela, après que la FMBB a annoncé le diagnostic effectué par des médecins aux joueurs et autres personnes présentes sur le lieu de la compétition.

Prophètes en leur pays

Concernant les finales proprement dites, les éditions de la CCCOI se suivent et se ressemblent. Les équipes malgaches continuent leur mainmise. Cette année encore, c’est le cas et seuls les noms des équipes gagnantes changent.

Chez les dames, Fandrefiala a remporté la coupe pour la première fois en dominant Tamifa, tombeuse de MB2All, lauréate en 2016. Chez les hommes, Ascut retrouve le toit de l’océan Indien après son sacre de 2015. Boto Olivier, meilleur joueur du tournoi, et sa bande ont arraché in extremis la victoire devant la GNBC après une course poursuite au score durant la rencontre.

Naisa

 

News Mada0 partages

Tennis – Vintage Cup : Nantenaina et Fitia gardent leur trône

Rebelote ! Nantenaina Rakotobe (ministère de l’ Education nationale) et Fitia Randriamifidimanana (ComCo/Pok Pok) ont encore émergé du lot dans la catégorie mixte du tournoi The Allianz Vintage cup qui a pris fin, hier, sur les courts du Country club à Ilafy. Cette équipe de choc a battu Andry Tiana Ravalomanana (MCC) et Angolatiana Razafindrakoto (Lambert Fialamboly). D’une volée spectaculaire, Fitia a permis à son équipe de remporter la finale sur le score de 0/4 ; 4/2.

Dans le tableau final parent-enfant, Gilles et Kristina Rakotobe (Langâno) ont disposé de Caroline et Morgan Meurisse (Groupe Axian) sur le score de 6/1 ; 4/1. Comme le veut la tradition, les organisateurs ont décerné le trophée de l’élégance à Narson Rafidimanana (Fruidiles) et Camille Fleury (Vitogaz) qui ne font pas partie de la même équipe mais ont été les participants les plus en phase avec l’esprit du tournoi. Cette année, le nouveau prix « The best newcomer » (ndlr, dédié aux joueurs qui participent pour la première fois au tournoi) a été remis à Nathalie Schwarte (Topgasy Event).

Rojo N.

 

News Mada0 partages

Sommet national de boxe : les boxeurs d’Analamanga raflent la mise

Le gymnase de Mahamasina a vibré au rythme du championnat de Madagascar dans toutes les catégories durant une semaine. Les résultats des finales jouées hier ont permis à la ligue d’Analamanga de se hisser à la première place, au nombre de médailles d’or obtenues. Au total, les boxeurs de la région hôte ont raflé 9 titres de champions de Madagascar suivis des pugilistes d’Itasy qui ont glané 5 trophées. Les ligues d’Atsinanana et Atsimo-Andrefana n’ont pas également démérité en rentrant avec des médailles d’or dans leur escarcelle.

Si la réussite était au rendez-vous sur le plan sportif, ce sommet national a été l’occasion pour la Fédération malgache de boxe olympique (FMBO) de faire le ménage en son sein. Ainsi, il a été décidé la suspension, jusqu’à une durée indéterminée, du 2e vice-président de la fédération, Constantin Hadjimanuel, pour usurpation de fonction. L’entraîneur Aurélien Razafindrazato, venant d’Atsinanana, a également été sanctionné.

Naisa

Résultats des finales :

Jeunes filles :

48 kg : Vatosoa Jenny (Analamanga) bat Clara (Analamanga)

51 kg : Miora (Analamanga) bat Marie Ginah (Atsinanana)

Jeunes garçons :

49 kg : Bienvenu (Atsinanana) bat Jocelyn (Atsimo-Andrefana)

52 kg : Emille (Atsimo-Andrefana) bat Tina Fabrice (Analamanga)

56 kg: Berthin Mara (Atsimo-Andrefana) bat Adrien (Vatovavy Fito Vinany)

60 kg: Masinambinina (Analamanga) bat Antonio (Atsimo-Andrefana)

64 kg: Tolojanahary (Atsinanana) bat Rado (Analamanga)

Elite dames:

48 kg: Roxanne (Analamanga) bat Hortencia (Itasy)

51 kg : Herivola (Atsinanana) bat Claudia (Analamanga)

54 kg : Hélène (Atsinanana) bat Vero (Analamanga)

57 kg : Studie (Analamanga) bat Françoise (Analamanga)

60 kg : Emilienne (Haute Matsiatra) bat Carinne (Analamanga)

64 kg : Voahangy (Analamanga) bat Lanja (Analamanga)

Elite hommes :

49 kg : Alain Zinot (Atsinanana) bat Tovonay (Itasy)

52 kg : Yves (Itasy) bat Olivier (Atsinanana)

56 kg : Tanjona (Itasy) bat Rova (Haute Matsiatra)

60 kg : Tsilavina (Analamanga) bat Jean-Claude (Analamanga)

64 kg: Sitraka Heritovo (Analamanga)-Hubert (Itasy)

69 kg: Faly (Itasy) bat Ravalitera (Analamanga)

75 kg : Robin (Analamanga) bat Olivier (Analamanga)

91 kg : Jean T. (Itasy) bat Santatra (Analamanga)

 

News Mada0 partages

Enseignement technique : validation du projet Bear II

L’Unesco et le ministère de l’Emploi, de l’enseignement technique et de la formation professionnelle (MEETFP) ont organisé, la semaine dernière, un atelier de validation de deux jours, du projet BEAR II.

Plusieurs domaines d’interventions relatifs au secteur du textile, de l’habillement et ses accessoires (THA) ont été au centre de la discussion. Entre autres, la pertinence, la qualité et la perception de l’enseignement technique et de la formation professionnelle (ETFP) ainsi que les modalités de mise en œuvre et le rôle que chaque partie prenante peut jouer durant le processus de mise en œuvre.

Une meilleure éducation pour l’essor de l’Afrique (Bear II) est une initiative conjointe de cinq ans pour renforcer les systèmes d’éducation, de formations techniques et professionnelles. Ce projet qui fournit un appui technique est soutenu par l’Unesco et la République de Corée. Bear II contribue ainsi aux efforts globaux de mise en œuvre du programme « Education 2030 », de la stratégie d’éducation continentale pour l’Afrique (2016-2025) et celle de l’Unesco pour l’EFTP (2016-2021).

Sera R

 

News Mada0 partages

Analamanga : souvenir de l’Achoura par les Chiites

La communauté chiite commémore actuellement le martyr de l’Imam Houssein et de sa famille massacrés à Karbala  le 10e jour du mois de Moharram de l’Hégire 61 (Achoura) coïncidant au 10 octobre 680 à Karbala en Irak. A cet effet, des activités sociales sont organisées par la communauté d’Analamanga, selon les responsables de l’association Ummi à Ampasika,samedi.

Par tradition, les fidèles chiites s’adonnent à des actes humanitaires durant la commémoration du martyr de Karbala pour honorer l’Imam Houssein et sa famille, selon les explications du Cheikh Rijaly, dirigeant l’association UMMI, samedi, à Ampasika. Des séances de distribution d’eau potable au public ont lieu en divers points de la capitale durant les journées de commémoration, en plus de la prière, d’après les explications des chefs religieux de la communauté. Depuis la mort de l’Imam Hussain, le jeûne est aussi obligatoire pour les chiites afin de se rappeler des 3 jours de faim et de soif.

 La bataille de Karbala, qui a conduit au massacre, a opposé la famille et les partisans de l’Imam Hussain, fils de l’Imam Ali et de Fatema, la fille du prophète qui n’a pas accepté le califat de Yazid aux armées du calife de la dynastie des Omeyyades. L’Imam Hussain se rendait à la ville de Kufa en Irak lorsqu’il a été stoppé dans un lieu appelé Karbala où on lui a coupé l’eau du 7 au 10e jour pour provoquer sa  mort le 10e jour de ce mois.

Manou

 

News Mada0 partages

Sabotsy Namehana : le RF2 à la commune

La commune rurale de Sabotsy Namehana s’implique davantage dans l’hygiène et l’assainissement de sa circonscription. Un concours de propreté a été organisé entre ses différents fokontany pour marquer le début de la prise en charge de ce volet par la commune locale, la semaine dernière.

La structure en charge de l’assainissement et de la propreté publique “ Rafitra Fanadiovana sy Fidiovana  ” (RF2) change de main dans la commune rurale de Sabotsy Namehana, dans le district d’Antananarivo-Avaradrano. Une cérémonie de passation de service a eu lieu entre les responsables communaux et l’ONG Enda Madagascar OI, la semaine dernière. Un bilan positif des activités de l’ONG dans les 4 fokontany, durant les deux années  au cours desquelles il en avait la charge, a été présenté lors de la cérémonie officielle tenue sur la place du marché. La remise de lots destinés aux fokontany primés du concours de propreté organisé au niveau des fokontany de la commune a été aussi effectuée à l’occasion pour ponctuer le transfert d’autorité entre les deux parties.

La population attend beaucoup des actions menées par la commune surtout dans le contexte actuel où la propreté est de mise pour lutter contre la prolifération de l’épidémie de peste.

Manou

 

News Mada0 partages

Chronique : « Les parents ont tous des entrailles de pierre »

Aimez-vous les histoires d’amour ? Celles qui finissent toujours mal, en général ? Vous avez donc apprécié cette dernière semaine du mois de septembre, sous le signe des amours contrariées et des mariages arrangés. D’abord avec les films de «la semaine malagasy» proposée sur Canal + événement, le doux mois de septembre s’est terminé en apothéose avec la projection de Roméo et Juliette, l’opéra de Gounod. Si on connaît l’issue fatale de cette douloureuse histoire d’amour et de haine, on prend toujours un plaisir masochiste à suivre les jeunes amoureux du coup de foudre jusqu’à leur suicide : l’amour ne triomphe pas mais il vaut tous les sacrifices parce que c’est le plus noble des sentiments. (Soupir…)

Fort heureusement pour les amateurs d’histoires d’amour, les films malagasy ont été diffusés avant la parenthèse lyrique du 30 septembre. S’ils avaient dû se confronter l’hyperréalisme des productions malgaches après s’être persuadé que l’amour est plus fort que la mort, les malheureux spectateurs auraient, comme Roméo et Juliette, songé eux aussi au suicide,

Après avoir avalé le poison pour rejoindre son aimée dans la mort, Roméo s’écrie : «Les parents ont tous des entrailles de pierre». C’est également le point de vue des amoureux de la semaine malagasy. Pour la suite, la poésie et le raffinement du langage sont remplacés sans ménagement par le pragmatisme à la malagasy.

Suivez le guide : pour échapper à l’entrevue entre sa famille et celle du prétendant balourd mais fortuné que lui réservent ses parents, la jeune fille simule un besoin pressant (gestes éloquents à l’appui). Elle escalade le mur d’enceinte et rejoint son amoureux, le vrai. «Fuyons au bout du monde !» (Roméo, acte 5). Dans le taxi brousse qui les emmène au bout du monde, la jeune fille se trémousse sur son siège, elle a encore envie de faire pipi (sic). En réalité, c’est un stratagème pour disparaître sans payer le ticket de car. Héhé, il fallait y penser ! Les parents la retrouvent et

la réprimandent : ce mariage, c’est une bonne affaire, tu

sais !

Comment ? J’ai confondu la semaine malagasy avec la semaine de l’amour ? Au temps pour moi.

Kemba Ranavela

News Mada0 partages

Madagascar il y a 100 ans : les pois du Cap (1)

On nous écrit :

De toutes parts, on répète qu’il faut intensifier la culture des denrées diverses pour venir en aide à la Métropole et aussi pour nourrir la Colonie. Le Service de Colonisation est en tête du mouvement.

Or, parmi ces denrées, une qu’on ne saurait trop recommander est le vulgaire pois du Cap, de culture facile, bien que négligée, dont la farine pour la panification est bien supérieure à celle du riz.

La preuve en est que les Anglais, nos maîtres en bien des choses, nous achètent la presque totalité de notre production de pois du Cap, pour nous la retourner sous forme de gâteaux aussi fins que délicieux.

Donc à planter des pois du Cap !

À ce propos, d’aucuns ont préconisé, pour intensifier ses cultures, la formation de chantiers composés par des tirailleurs indigènes ou par des prisonniers.

La Tribune a eu l’occasion de faire connaître à ses lecteurs qu’elle avait vu fonctionner un de ces chantiers composés de tirailleurs, et elle recommandait à leur admiration la lenteur vraiment phénoménale avec laquelle les dits tirailleurs accomplissaient leur besogne sous l’œil tout aussi nonchalant de leurs surveillants malgaches.

Or, ce que La Tribune a vu une fois, nous, Tamataviens, avons eu la bonne fortune de le contempler tous les jours, et en plus, en dehors de chantiers composés de tirailleurs, nous avons nombre de chantiers composés de main-d’œuvre pénale indigène. Eh bien ! une chose nous a intrigués que nous n’avons pu tirer au clair : c’est de savoir laquelle des deux espèces de chantiers militaires ou prisonniers battait le record de la nonchalance, du moindre effort et du moindre rendement… à ce train-là, les plantations de céréales ne doivent pas avancer beaucoup, me direz-vous…

Rassurez-vous. Ces chantiers ne travaillent qu’à la création de parcs, de jardins d’agrément ; en un mot, à l’embellissement de la ville, toutes choses aussi inutiles que coûteuses. Des cultures vivrières ? Allons donc ! C’est bon pour les colons marécageux. M. Lebureau, lui, est assuré de trouver toujours dans son râtelier sa pitance ordinaire, et par suite n’a plus besoin de s’occuper de ces… fichaises-là.

(À suivre.)

Le Tamatave

www.bibliothequemalgache.com

News Mada0 partages

Resaky ny mpitsimpona akotry : tsy mataho-maty

Toy ny miamamila alefa miady ireo dahalo sy mpanao ratsy isan-karazany, tsy mihemotra na mahafantatra mazava aza ny mety fisin’ny fifanenany amin-drafahafatesana. Tsy misalasala amono na olon-tsotra na mpitandro filaminana ny andian-jiolahy, maro koa ny mamoy ny ainy eny an-tsehatra eo am-panatanterahana ny asa ratsy fanaony. Mitarika resabe indraindray ny valifaty mihatra aminy : asa na vokatry ny fiarovan-tena tsy afaka nialana na fahazona ny hery  mampandry tany alalana manokana amaly faty sedran’ny fanaovan’ireo mpanao ratsy an’izao habibina rehetra tsy mahalala fady izao. Tsy hiditra amin’ny fiadin-kevitra mikasika ny maha ara-drariny sy ny maha ara-dalana an’izany eto, tsy azo lavina anefa rehefa toy izany ny fitrangan’ny raharaha dia mitsahatra eo ny fifehezan’ny lalàna ary miantona toy izay ny fahefan’ny fitsarana. Hany làlana itandrovana ny fifehezan’ ny lalàna an’ireo tranga sy atao rehetra eto amin’ny firenena dia ny fanambarana fa fifehezan’ny lalàna tany an’ady no ampiharina. Misy fomba takin’ny lalàna mikasika ny fanambarana an’izany fidirana an’ady izany, fa tsy vitavita foana : ain’olona no atao antoka amin’izany, dia ny ain’ireo alefa isetra fifandonana misarisary habibina. Tsy habibina ve ny fifaninanana ifamono ?

Rehefa tafahoatra toy izao ny fanao sy ny fahasahin’ireo karazana olon-dratsy, dia ny firenena indray ve no ho tafiditra ao anatin’ny kizon’ny tany tsy tan-dalàna nohon’ny fitavozavozan’ny fanjakana tsy ampy fahasahina anambara fidirana an’ady ? Na avy ato anatiny aza anie ireo hery mpanao asan-jiolahy, nohon’ny ataony dia an-drariny ny fanebahana sy fanondrona azy ho fahavalo-pirenena.

Tsotra no sady ara-dalàna izany. Mampieritreritra ny fiodikodinana amin’ny fananganana sampana vaovao omena adidy amorona tetika ahafahana hamerina ny fandriampahalemana. Mazava ny làlana, ny familavilanana ny zotra anefa mety hampivantana any anaty kirihatra nohon’ny fanarahana hevitra taingina. Sao kosa tsy ny fampodina ny fandriampahalemana no apetraka ho tanjona voalohany fa ny zava-mahamaika dia ny fampideraderana basy atifi-kavana hisorohana mialoha ny fakampanahy mety hitarika fivarinana any amin’ny fanakorontanana atao sakatsakana an’ny bao-tsy- mivilin’ny filanjana referendum sy fifidianana.

Léo Raz

 

News Mada0 partages

Us et coutumes : moi électeur, je choisis mon panier

Souvenez-vous des temps pas si lointains où un sac de riz, de l’huile, une casquette et un t-shirt transformaient des citoyens négligés en électeurs choyés. On connaît la musique, la rengaine est inscrite dans un coin de la mémoire collective. On sait aussi que l’air du temps est à l’échange gagnant-gagnant.  Voyons… Quelques additions et un peu de jugeote, cela donne des idées formidables ! Puisqu’il est bientôt l’heure des effusions entre petits et grand citoyens, on peut choisir le contenu du panier de l’électeur. Du riz et de l’huile, bien sûr, mais si vous pouviez ajouter un kilo de sucre et un kilo de café, on vous en saurait gré… Comprenez, les prix s’envolent et on n’a rien sans rien…

 

La Vérité0 partages

Afondasy - Legend Promesses tenues lors du show

Légendaire ! C’est le mot qui peut décrire le spectacle de samedi dernier. Antsahamanitra n’était pas plein à craquer mais les « vrais » étaient présents pour soutenir le grand show. Les organisateurs ont vu juste et ils ont finalement tenu leurs paroles.

« Afondasy Legend » a connu un vrai succès public et reste la fierté des férus de musique hip-hop. Ces derniers ne pouvaient que venir honorer le show. Les mélomanes avaient besoin de réécouter de la bonne musique, du rap à l’ancien…cette sonorité qui a bercé leurs oreilles depuis une vingtaine d’années. Filles, garçons, petits et grands étaient venus en masse dans les lieux, timidement au début mais le théâtre de verdure finit par se remplir après quelques heures. Comme promis, la sonorisation et  la lumière étaient au top. Les organisateurs ont pris plaisir à ravir les yeux de l’assistance avec une décoration exceptionnelle. Ecrans géants, jeux de lumière, fumigènes, bref tout était calculé jusqu’au moindre détail pour satisfaire le public. Normal que les artistes se sont sentis bien à l’aise sur une belle scène. Côté prestation, les artistes ont donné un show à en couper le souffle. Les meilleures chansons de chaque formation ont transporté les inconditionnels très loin dans les années 2000. Tous devant la grande scène, poings et têtes levés, ces derniers ont repris en chœur chaque couplet et refrain de chaque groupe. Que ce soit avec Da Hopp, Big Jim Da, Krutam Bull ou encore Raboussa, l’atmosphère était toujours brûlant. Pendant quelques tours d’horloge, le public venu à Antsahamanitra était bercé par les rap classiques comme on l’aime mais c’était aussi une occasion pour tous de s’amuser car les sons étaient variés en style. Il y avait de quoi s’agiter et danser mais il y avait également de la musique à texte qu’on se souviendra toute notre vie. Vive le rap et rendez-vous pour un autre « Afondasy » en 2018.Tahiana Andrianiaina

La Vérité0 partages

Trophée HEC Paris Bernard Ramanantsoa - Les 11 lauréats connus

La cérémonie de remise de trophée HEC Paris Bernard Ramanantsoa aux 11 lauréats dans divers domaines de l'entreprenariat a été effectuée samedi soir au palais d'Etat d'Ambohitsirohitra. L'association HEC Paris Exed Madagascar est une plateforme dynamique qui regroupe tous les anciens élèves d'HEC Paris ayant suivi une formation diplomante ou certifiante, présent à Madagasacar et jouissant pleinement de ses droits civils.

Le concours a été organisé afin de reconnaitre et célébrer le succès des entreprises selon Laza Randriamifidimanana. Un concours qui ambitionne de mettre en lumière l'esprit d'excellence. Ce dernier de souligner que le monde des affaire et de l'entreprenariat a besoin d'un modèle qui inspire et ceux qui ont été sélectionnés serviront en effet de références parce qu'ils ont excellé dans leur domaine respectif. Trophée HEC Paris Bernard RamanantsoaEtant un Leader reconnu et qui excelle en matière de management, le trophée porte le nom de Bernard Ramanantsoa. « Il faut reconnaitre la créativité, le talent et le professionnalisme des entreprises malgaches. Mon souhait c'est que ce jour soit le premier d'une longue lignée », souligne Bernard Ramanantsoa. Le président du jury, Francis Rajaobelina, a tenu à expliquer les procédures et critères d'évaluation. Plus de 600 entreprises ont présenté leurs dossiers pour des différents thèmes dont Service clientèle, notoriété d'entreprise et de marque, ressources humaines, meilleures sous-traitant et meilleure entreprise. Les gagnants bénéficieront une formation offerte par l'Ambassade de France à Madagascar, une formation auprès de l'INSCAM, une formation auprès de l'HEC Paris et certains d'entre eux ont également bénéficié une enveloppe de 2.5 millions d'ariary.

La Vérité0 partages

Epidémie de peste - Le ministre de la Santé doit démissionner

Après des petites déclarations ici et là, le ministre de la Santé publique, le professeur Mamy Lalatiana Andriamanarivo devait déclarer haut et fort lors d’une rencontre avec la presse jeudi dernier à Antaninarenina dans le centre d’Antananarivo que l’épidémie de peste était « maîtrisée ».  Et de surcroît, le ministre avait accusé implicitement les gens des médias de semer la panique auprès de la population en relayant les informations sur les bilans de peste…

Les faits récents, pourtant, donnent tort au numéro Un du département d’Ambohidahy. Durant ces derniers jours, la maladie semble s’être propagée rapidement et a atteint la Capitale malagasy. Le dernier bilan officiel fait état d’une vingtaine de décès sur tout le territoire dont quatre à Antananarivo. Pire, la mort suite à la peste d’un non ressortissant malagasy est venue donner une envergure internationale au problème. L’entraîneur d’une équipe de basket-ball des Seychelles venue pour une compétition internationale fait en effet partie des victimes de la peste pulmonaire urbaine officiellement déclarée à Antananarivo. Pris de panique, notamment suite à ce décès, le régime Rajaonarimampianina s’est décidé à prendre enfin le taureau par les cornes.  Sous la houlette du Premier ministre Mahafaly Solonandrasana Olivier, une réunion extraordinaire a eu lieu samedi dans la matinée à la Primature de Mahazoarivo, en présence notamment des représentants de l’Unicef, de l’Oms et du Pnud.  Dans une déclaration faite à la presse au sortir de la rencontre, le Pm, en personne, avait annoncé des mesures urgentes parmi lesquelles la décision d’interdire toutes les manifestations sur la place publique. Des dispositions seraient également prises dans les aéroports et dans les gares routières, et une cellule de veille serait en place pour éviter les paniques et enrayer la propagation de la maladie. Problème pris à la légèreDes mesures qui s’avèrent être visiblement trop tardives. L’on se demande en effet pourquoi de telles mesures n’ont pas été prises dès les premiers cas de décès dû à la peste confirmés en fin août et début septembre ?  Pour beaucoup d’observateurs, les dirigeants de ce régime Rajaonarimampianina et le ministre de la Santé en particulier ont pris à la légère la situation qui au final, a atteint un seuil critique aujourd’hui…Faudrait-il pourtant rappeler qu’il s’agit ici de vie humaine ?« Contrairement aux épidémies passées, celle-ci affecte les grandes zones urbaines, ce qui augmente le risque de transmission. Le nombre de cas identifiés jusqu'ici est plus élevé que prévu à cette période de l'année», s'inquiète ainsi l'Organisation mondiale de la santé, dans un communiqué publié en fin de semaine dernière. Devant cet état de fait, des voix commencent à se lever pour réclamer la tête des responsables. Pour beaucoup, le ministre de la Santé publique en tant que premier responsable aurait ainsi dû remettre son tablier pour cause de manquements graves. Son département enregistre un échec sur toute la ligne jusqu’à présent. A défaut d’une démission, certains estiment que le cas du ministre de la Sécurité Anandra Norbert devrait servir de voie à suivre pour le Chef de l’Etat et le Premier ministre.  Ce ministre avait en effet tenté lui aussi de minimiser cette affaire d’Antsakabary et accusé les journalistes de diffuser des fausses nouvelles avant d’être contredit plus tard par les faits véritables. Une gestion maladroite dans sa communication qui lui avait valu d’être limogé du Gouvernement. Ceci étant dit, le professeur Mamy Lalatiana Andriamanarivo étant un membre éminent du Hvm, le voir partir ou être démis de ses fonctions serait une utopie.En tout cas, l’opinion attend désormais de voir réellement être appliquées les mesures annoncées par le Premier ministre et ce d’autant que pour le régime Rajaonarimampianina, les effets d’annonce sont devenus une fâcheuse habitude. Des mesures plus que strictes sont également  réclamées sur tout le territoire national au risque de voir l’épidémie devenir incontrôlable. Ce qu’il est toutefois sûr c’est que cette épidémie va être dévastateur pour l’image du pays. Mal en point au niveau des partenaires techniques et financiers, ce fléau ne va pas arranger le cas de la Grande-île.  Le secteur touristique risque d’être frappé de plein fouet.  Le sentiment qui prédomine actuellement dans l’opinion est la honte.Recueillis par A.R.

La Vérité0 partages

Toamasina - Le chanteur Ra-ckiki sauvagement agressé

Coup de tonnerre dans la ville portuaire de Toamasina ! Cette fois-ci, elle a été ébranlée par une affaire d’agression dont la victime n’est pas des moindres. En effet, il s’agit du chanteur Ra-chiki, qui a été attaqué chez lui, hier, vers 3h du matin, c’est-à-dire juste à un moment où la victime était encore dans le sommeil. Le résultat a été désastreux : l’artiste se trouve encore dans un état critique à cause d’une atroce blessure occasionnée par un objet contendant à la tête ! Le malheureux n’aurait toujours pas retrouvé ses esprits à l’hôpital de Toamasina, du moins au moment où nous écrivions ces lignes.

Les agresseurs, au nombre de deux, selon l’information, l’ont  attaqué avec un couteau à cet endroit de son corps avant de prendre rapidement la fuite. Les intrus qui n’ont pas été identifiés et qui ont commis l’impair n’étaient pas cagoulés. Visiblement, leur but était de s’en prendre particulièrement au chanteur, quitte à l’éliminer. Pour preuve, ils ont laissé son épouse tranquille et ont également épargné les petits. « De toute façon, la maîtresse de maison aurait alarmé le voisinage avec ses hurlements lorsqu’elle a été témoin de l’agression de son conjoint. Ses cris ont vite fait de mettre en fuite  les assaillants », confie une source locale.Certains observateurs locaux estiment qu’il pourrait s’agir d’un règlement de compte dans la mesure où les agresseurs n’ont rien volé dans l’appartement. Cependant, l’on craint que cette situation n’ait un lien avec les menaces que le chanteur aurait reçues au cours de la semaine dernière. Des menaces et une pression qui l’auraient obligé à retirer sa chanson intitulée « Soamahamanina » de You Tube. La chanson en question aurait froissé la sensibilité de certains. Autre preuve : la façon où ils ont pu s’y introduire. Les auteurs du forfait ont simplement fait  une effraction chez la victime. Pour le moment, l’état du chanteur reste stationnaire. « Je crois qu’il va s’en sortir ! », déclare notre source. Cela dissipe donc l’information véhiculée par certaines mauvaises langues, qui ont glissé le décès du malheureux sur Internet, vers le début de l’après-midi, hier. Une information qui a été donc rapidement démentie dans cette cité portuaire. Franck Roland

La Vérité0 partages

Panique extrême !

Terreur dans la ville ! Torpeur dans les esprits ! Alerte générale, l’épidémie de la peste, la pulmonaire, attaque mortellement. La ville des Mille est assiégée. Vingt-quatre décès dans la Capitale. Panique extrême ! Le coach de l’équipe de basket-ball des Seychelles, selon une source autorisée, fait partie  des victimes. Le match entrant dans le cadre des jeux de la zone océan Indien, devait se passer à huis clos.  Le bilan risque de s’alourdir.

Pris de panique, le régime avait pris le taureau par les cornes. Le Premier ministre (Pm), chef de Gouvernement, Olivier Solonandrasana Mahafaly finit par sortir de sa tour d’ivoire. Le Pm, en personne, tenait à faire état de la funeste nouvelle et annonçait des mesures urgentes. Toutes les manifestations sur la place publique sont interdites. Pour éviter la propagation rapide du fléau, attroupements et réunions de quelque caractère que ce soit, en dehors des espaces clos, sont annulés. Des mesures trop tardives, il faut l’avouer que les tenants du régime avaient quelque peu sous-estimé de la dangerosité de la maladie et pris trop de temps pour réagir. Le ministre de la Santé publique, le professeur Mamy Lalatiana Andriamanarivo, après quelques « petites interventions », déclarait haut et fort que l’épidémie fut maitrisée. Finalement, il n’en fut rien ! La gravité atteint le niveau extrême. Devant cet état de fait, des têtes devraient tomber. Sous d’autres cieux, le premier responsable, à savoir, le ministre en charge de la Santé publique, démissionne ! Il est coupable de manquements graves. Son Département chargé de mener la lutte contre toute forme de maladies échoue. Une mission dont l’importance revêt un caractère vital pour toute la population. Coupables de négligence, tous les responsables sont passibles de sanction. Devrions-nous noter qu’il s’agit là de mort d’homme ! On doit faire preuve de grande fermeté.Cependant, comme on le sait, les dispositions draconiennes contre les gabegies portant, fortement, atteintes et préjudices aux conditions de vie de la population, tarderaient à venir, sinon, n’arriveraient jamais. Le ministre incriminé, étant un « cravate bleue » actif, serait à l’abri.A l’état actuel des choses, sauf des mesures plus que strictes, à l’échelle nationale, le pays court le risque de l’hécatombe. En effet, à défaut d’une prise de responsabilité conduisant vers des engagements drastiques, le fléau atteindrait le niveau de péril incontrôlable. Sur le plan international, l’épidémie va porter un coup dur sur l’image de marque nationale. Déjà, le tableau que représente la Grande île envers les pays tiers, tant dans le domaine politique que social, laisse à désirer que nous voilà trainés dans la boue de cette maladie de la saleté et de la pauvreté. Même en Afrique, parmi les plus pauvres, rares sont les pays encore victimes de ce terrible cas. Elle fait honte et mal à tout le monde. Le tourisme, l’un des rares secteurs en état de marche, encaissera un sale coup.Le spectre de la catastrophe humanitaire plane à l’horizon. Il a fallu que cela coïncide, tout juste, avec la rentrée scolaire. Il est vrai, pour le moment,  qu’elle ne concerne que les établissements privés et confessionnels. Les écoles publiques feront les siennes la semaine prochaine, mais, sans des dispositions rapides et efficaces, elles ne seraient pas à l’abri.Ndrianaivo

La Vérité0 partages

Trafic de bois de rose - Jean Eddy en fuite en Chine ?

Suite aux avis de recherche publiés dernièrement pas le Bureau indépendant anti - corruption (Bianco), les langues commencent à se délier. Rappelons que des avis de recherche sont lancés contre  les dénommés Zakaria Soilihi'Mze, opérateur économique originaire de Mintsinjo,Hantavololona Laurencia, commerçante originaire de Mahajanga, ainsi que Maminirina Jean Eddy, originaire de Mananara - Nord. Pourtant, ce dernier serait déjà en fuite à l'étranger, précisément en Chine, depuis quelques années.

L'affaire dans laquelle lui et ses complices sont trompées concerne l'exportation illicite de plusieurs conteneurs de bois de rose saisies en Zanzibar ainsi qu'à Mombasa (Kenya) en 2014. Le bouclage des dossiers attendent leur arrestation.Des personnes, les principaux commanditaires du trafic, auraient donc pleinement intérêt à ce que le dénommé Eddy reste en Chine. Ce qui réduit davantage les chances d'interpeller les « gros poissons » dans cette affaire. Pour le moment, il sera difficile pour le Bianco de l'y extrader étant donné l'absence de coopération judiciaire entre les deux pays. Quant aux deux autres individus, la dénommée Hantavololona Laurencia ne serait autre que l'épouse de Jean Eddy. En tout cas, les véhicules des deux hommes « wanted » par le Bianco ont déjà été saisis et sont parqués au siège de ce bureau indépendant sis à la villa La Piscine à Ambohibao.S. R.

Tia Tanindranaza0 partages

BE VAOVAO

Fahombiazana tanteraka no azo tamin’ilay hetsika Tsena Kristianina nokarakarain’ny Fiangonana FJKM Ambohitantely notanterahina teny amin’ny tanànan’i Voara Andohatapenaka ny faran’ny herinandro teo.

-Ny 35 %-n’ny vehivavy Malagasy amin’izao fotoana no fantatra fa misehatra amin’ny asa fanaovam-bola raha 2 % kosa ny lehilahy. Ilana fahaizana sy traikefa manokana anefa izany fa tsy hataotao foana, antony nanosika ny minisitry ny fampianarana teknika hilaza fa hiezaka hanampy sy hanohana ireny sehatra ireny izy ireo, hahafahana miady amin’ny tsy fananan’asa.

Nahazo sekoly ambaratonga fototra tena manara-penitra ny ao amin’ny fokontany Mahalavolona, kaominina Andoharanofotsy. Sekoly tsy atahorana amin’ny rivodoza  izy io araka ny fantatra sady manara-penitra sy mafy tsara. Ny fondation Telma no namatsy vola ny asa, asa ezahina hotohizana manerana ny faritra ka efitranon-tsekoly miisa 30  no hatsangana. Ny faran’ny herinandro teo no notokanana tamim-pomba ofisialy ny fotodrafitrasa.

Mitaraina noho ny antsojay hataon’ny mpitondra HVM aminy ireo mponina  any  Ambohimasina amin’izao fotoana, any amin’iny lalam-pirenena fahafito iny. Kasain’izy ireo alana amin’ny toerany mantsy, araka ny vaovao azo ny sefom-pokontany sy ireo tompon’andraikitra ao amin’ity tanàna iray ity.

Tsy nahazaka ny fitokonan’ireo mpiasan’ny fitsarana any amin’ny faritra misy azy intsony ireo mponina any amin’ny distrikan’Ambovombe Androy. Nirotsaka an-dalambe nanao fitokonana izy ireo ny zoma teo ka samy niantsoantso ny amin’ny tokony hiverenan’ireo mpiasan’ny fitsarana amin’ny asany. Tsiahivina fa anisan’ny raharaha tena mahamaika ireo mponina any amin’ity distrika iray ity fatratra ny famoahana didy mahakasika ilay tovolahy kely iray vao 26 taona monja nisy namono tamin’ny fomba feno habibiana, volana maromaro lasa izay.

-Saika feno hipoka avokoa ireo toeram-pandihizana teto an-drenivohitra ny faran’ny herinandro teo. Nifarana tamin’io andro io mantsy ny fotoam-pialan-tsasatra lehibe raha samy hiditra ao anatin’ny fotoam-piasana daholo amin’izay manomboka anio ny mpiasa sy ny mpianatra.

Mitaraina ny amin’ny fiakaran’ny vidim-bary any amin’ny faritra misy azy ireo mponina any amin’ny distrikan’Ambatondrazaka. Efa misy mahatratra 400 Ar mantsy ny iray kapoaka amin’ny fotsimbary any an-toerana amin’izao fotoana noho ny antony tsy fantatra.

Tia Tanindranaza0 partages

Niantehitra tamin’ny odigasyDahalo iray lavon’ny zandary

Tsy mitsahatra ny asan-dahalo any amin’ny faritra Bongolava.

 Tsy milavo lefona ihany koa anefa ny zandary fa manao izay ho afany. Ny faran’ny herinandro teo, dia nisehoana fanafihan-dahalo tany amin’ny kaominina Ankerana Avaratra, distrikan’i Tsiroanomandidy. Tsy nanaiky lembenana anefa ny zandary fa nifampitana tamin’izy ireo, ka raikitra ny fifandonana, ary nandritra izany no nahalavo ny dahalo raindahiny iray. Nahatoky sy niantehitra mafy tamin’ny herin’ny moara sy ny odigasy nampiasainy io dahalo io, ary nieritretra ny tsy ho faty sy tsy handairan’ny bala, kanjo lavon’ny zandary. Anisan’ireo raindahiny ny tenany matoa sahy nifampitana tamin’ny mpitandro ny filaminana. Mampahery vaika ny dahalo ny fananany fitaovam-piadiana, ary matetika no andrenesana olona ambony mamatsy azy ireo, saingy toa efa tambanjotrana mafia mafia mihitsy ireo dahalo ambony latabatra, ka tsy mba voakitika fa ireo irakiraka hatrany no manefa. Nalaza, ohatra, ny fahatrarana vovoka akora simika “Chlorure de sodium” 210kg tany Betroka ny volana septambra, izay olona ambony avy any an-toerana no voalaza fa tompon’antoka. Nanamafy izany mihitsy ny tompon’andraikitra iray avy any an-toerana, fa olona akaiky ny fitondrana no tao ambadika. Raha ny fanampim-baovao nomeny hatrany, dia hahavitana 70 bala ny iray “madco” amin’io akora simika io, ary bala ana hetsiny maro no mety ho vita raha tsy sarona. Tsy vao izao anefa no nisian’ny asan-dahalo, ary inoana fa anisan’ny tena nampahery vaika izany ity aferana akora famokarana bala ity.

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Rah ckikyNisy nikasa hamono

Raha somary natahorana ny ain’i Rah ckiky na Razafimamy Christian mpihira omaly maraina dia re omaly tolakandro fa efa mahatsiaro tena izy ary efa niteny.

 

 

 Ao amin’ny hopitaliben’i Toamasina izy no tsaboina. Nisy nanafika sy nidaroka tao an-tokantranony izy omaly  alahady fiandohan’ny volana  oktobra tokony ho  tamin'ny 3 ora maraina, ka voatsatoky ny sabatra in-telo ny tenany. Raha araka loharanom-baovao azo dia misy hifandraisana betsaka tamin’ilay hira noforoniny mitondra  ny lohateny hoe : "Vonjeo Soamahamanina", izao fahavoazany izao. Nahazo  fandrahonana mantsy ity mpanakanto iray ity  nandritra ny herinandro maro mba hisintona io hira io na tsy hamoahany izany ho ren’ny vahoaka mihitsy  ka rehefa tsy nanaiky na dia efa  notambazana vola aza izy dia izao nisy nanafika sy namono  izao, hoy ireo akaiky azy. Tsy nisy vola na zavatra nalain'ireo olona nanafika tao an-tranony na izany aza. Efa eo am-pelatanan’ny mpitandro ny filaminana ny raharaha.

 

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Tsiafajavona AnkaratraOlona 600 nahazo rano fisotro madio

Nahazo paompin-drano fisotro madio ireo mponina ao amin’ny fokontany sy kaominina ambanivohitra Tsiafajavona Ankaratra.

 

 Ny faran’ny herinandro  teo no nanoloran’ny vondrona Star ny fotodrafitrasa ho an’ireo mponina any an-toerana tamin’ny alalan’ny sekretera jeneraliny Rtoa Anna Rabary. 23 km miala ao an-tampon-tanànan’Ambatolampy no misy an’i Tsiafajavona. Azo lazaina ho tsy dia lavitra ny renivohitra ihany no misy azy  saingy mbola betsaka ireo karazana fotodrafitrasa tsy ananany. Anisan’ny antony nanosika ny vondrona Star hanampy ny mponina ao amin’ny fokontany Anosiarivo, Anteza, Ankirihitra ary Ambondrona izany izay samy nahazo paompin-drano fisotro madio avokoa. Misy orinasan’ny vondrona Star rahateo any Ambatolampy. Olona manodidina ny 600 no mahazo tombontsoa mivantana amin’izany. Tanjon’ny mpanome moa ny hahafahana manatsara ny fiainan’ny mponina amin’ny andavanandro. Tsiahivina  fa vao tamin’ny volana janoary lasa teo no nanolotra paompin-drano ho an’ireo mponina ao amin’ny fokontany Tsangambaton’ny Ntaolo ity vondrona iray ity.

Pati

Tia Tanindranaza0 partages

Fikarohana ireo voan’ny pestaTsy andraikitray, hoy ny fanjakana

Mahatratra 24 no maty hatramin’ny fiandohan’ny volana aogositra, ary 101 ny trangana valan’aretina pesta voamarina,

 raha ny fanazavan’ny talen’ny fampiroboroboana ny fahasalamana Dr Manitra Rakotoarivony omaly. Tsy mifidy olona hasiana ny pesta, ary aoka aloha izay ny fivorivoriana na ao anaty efitrano na eny ankalamanjana, hoy io tompon’andraikitra io. Mifandraika amin’izany, dia samy nihazakazaka nanao fampilazana amin’ny gazety ny amin’ny fanajanonana ireo hetsika ara-javakanto avokoa ny ankamaroan’ireo mpikarakara, mba tsy hisian’ny hetsika mety hivorian’ny olona. Najanona, ohatra, ny Madajazzcar, ny fampisehoan’i Lalatiana, ny Dago Festival … Ho an’ny tsirairay, dia manamafy ny minisiteran’ny fahasalamana fa voafehy ny aretina. Mandray andraikitra ny fanjakana rehefa misy ny trangana pesta tonga eny amin’ny toeram-pitsaboana, hoy hatrany ny Dr Manitra Rakotoarivony. Tsy andraikitry ny fanjakana kosa ny fitadiavana ny olona voan’ny pesta, hoy hatrany ity tompon’andraikitra ity. Izay mahatsiaro fa misy ilay soritr’aretina, dia manatona tobim-pahasalamana, ary tsy tokony hisy ny fanaovana dokotera tena. Rehefa misy ny fahafatesana tahaka izao, dia misy ny fepetra tokony hapetraka amin’ny tsy tokony hitondrana any am-pasan-drazana ny olona matin’ny pesta, ary tokony hanaja sy hanaiky izany ny rehetra, toy ny hoe tsy misy ny fotoam-pandevenana iraisana ary hatao anirotra sy tsy azo kitihina mandritra ny 7 taona ny razana. Momba ny fanentanana ara-pahasalamana kosa dia hisy ny toromarika homena ny CISCO sy ny ZAP eo amin’ny rafi-panabeazana, ka hisy ny fiofanana momba ny trangana pesta, ary ireo no hitondra hafatra any an-tokantrano. Mila mailo ihany koa ny amin’ny fahadiovana, toy ny fisakafoanana eny rehetra eny. Tokony hohamorain’ny fanjakana ihany koa ny fizarana tampim-bava ho an’ny rehetra. 

Toky R

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

EditoMipoitra tsikelikely

Mipoitra tsikelikely ihany ny tandindon’izay mety ho fizotry ny fifidianana hatrehina amin’io taona ho avy io ary na dia hita ho samy miezaka manao izay

 mety hahafantaran’ireo olom-pirenena tsirairay avy ny fisiany aza aloha ireo rehetra mikasa ny ho kandida dia miezaka mafy manakona azy ireny kosa ny antokon’ny fitondrana sy ireo mpanara-dia azy ao anatiny ao. Efa teo ny fanakanana antoko matanjaka tsy hankalaza ny tsingerintaona nahaterahany nanerana ny faritra. Nanara-dia izany ny fikasana hikitika lalàm-panorenana amin’izao ora farany izao. Ny hetsi-panoherana rehetra nokasain’ireo mpanatanteraka izany ho atao moa dia nampiharana antsojay avokoa ary farany teo dia niaraha-nahita fa ny teo anivon’ny tontolon’ny fitsarana aza dia nisy savorovoro sy herisetra nitranga. Tokony havela hiasa am-pitoniana, hono, aloha ny fitondram-panjakana sy ny vahoaka malagasy. Mankato io fiaraha-miasa io anefa ve ny vahoaka maro an’isa ary iza no tena mahazo tombony ao anatiny ? Sao dia ny mpitondra no miha voky sy miha bolangina fa ireo vahoaka miha mitrongy vao homana ? Firy isan-jaton’ny fihetsiketsehana natao teto moa no nomena alalana ? Tany demokratika tokoa ve i Madagasikara ? Santionana fanontaniana ihany ireo ahafahan’ny mpitondra mandinika ny tena tokony hataony manoloana ny zava-miseho. Inona indray koa izany izao no ho ao ambadik’ity hoe firosoana amin’ny fanalana ireo mari-drefin’onjampeo tsy ara-dalàna ity ?

J. Mirija

Tia Tanindranaza0 partages

FJKM Betela Fitiavana MahatsinjoVita ilay tilikambo mirefy 24 metatra

Tilikambo mirefy 24 m nandaniana vola 20.000.000 ariary no tsangambato fanamarihana ny faha-110 taona niorenan’ny fiangonana Fjkm Betela Fitiavana Mahatsinjo Morarano Chrome.

  Ny alakamisy 28 septambra teo no natokan’ny synaodam-paritany Alaotra Chrome nitondrana am-bavaka ny fahavitan’ny asa fanatsarana ny fiangonana sy ny fananganana ny tilikambo. Ny tenin’ny soratra masina notsongaina tao amin’ny I Jaona 4 16  no novelabelarin’ny filohan’ny synaodam-paritany ny  Mpitandrina  Ralaiarivelo Andriamamonjy nandritra ny fanompoam-pivavahana ho fisaorana an’Andriamanitra noho ny fitahian’ny fiangonana tao anatin’ny 110 taona niorenany. Andriamanitra izay inoana dia Fitiavana ary izay mitoetra amin’ny fitiavana dia ao amin’Andriamanitra..

                                                                                                   Niry A

 

Tia Tanindranaza0 partages

Silamo Ahmadiyya MadagasikaraNahatontosa ny «Jalsa Salana» 2017

Nanatontosa ny «Jalsa Salana» andiany faha-13 teny Andavamamba ny 29 sy 30 septambra 2017 teo ny fikambanana silamo Ahmadiyya eto Madagasikara.

 

 Lohahevitra goavana niompanan’ity fihaonambe nasionaly ity ny hoe «Islam, fivavahan’ny filaminana iombonana». Tena ilaina ny fifanatrehan-tava eo amin’ireo mpikambana silamo Amhadi ho fanamafisana ny fiombonana sy ny firahalahiana, hoy ny Amir Moussa Taujoo. Tanterahana mandritra izany ny tomban’ezaka fijerena ny zava-bita sy ny fanatsarana tokony hatao, araka ny fanazavany. Zava-dehibe voizina ao anatin’ny fivoriana isan-taona hatrany ny fihavaozana ara-panahin’ireo mpino mpikambana eo amin’ny lafiny fampianarana ny foto-pisian’ny firehana silamo dia ny fitoriana ny fandriampahalemana miaraka amin’ny fampiharana izany eo amin’ny fiainana andavanandro, hoy ity filohan’ny fikambanana miandraikitra Ranomasimbe Indianina ao amin’ny Nosy Maorisy ity. Fomba fisehon’ny kongresy eo anivon’ny firenena iray amin’ny ankapobeny indray ny fihainoana ireo lahateny samihafa ahafahana mampihatra izay tena voalazan’ny Kor’any Masina. Tanjona fototra ho an’ireo firenena 207 ahitana ny fikambanana silamo Ahmadiyya kosa ny mandray ny toromariky ny Kalifa Hadhrat Mizra Masroor Ahmad ny famitàna ireo adidy eo anatrehan’ilay Mpamorona izao tontolo izao (Allah) sy ny fanatontosana ireo andraikitra manoloana ireo mpiara-belona noforonin’ilay Mpahary, araka ny fanampim-panazavany.

RTT

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Herinandron’ny AGRO tany AndinaFahombiazana tanteraka

Fahombiazana tanteraka ny fankalazana ny herinandron’ny Agro tany Andina Ambositra ny sabotsy teo.

Pati

Tia Tanindranaza0 partages

Analamanga Park“Bungalow” 3 may kila forehitra

May ny ampahany amin’ny toeram-pitsangantsanganana Analamanga Park eny amin’ny lalam-pirenena faha-7 omaly alahady 01 oktobra 2017.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Taratasin’i JeanManao kibay an-kelika !

Miarahaba anao amin’ny fo madio aho ry Jean ! Hatramin’izao ve dia mbola tahaka izao foana ny fihetsikao e ?

Iza moa no tsy hahalala fa tsy madio izao lalao ataonareo izao ? Tsory fa tsy ilainareo ilay fampihavanana fa satrinareo hiady eto foana dia mazava ny resaka e ! Manjary mifampihatsaravelatsihy mantsy isika ka milaza ho tsy miady tsy miady kanefa kibay an-kelika ihany ! Ny tsy nampoiziko dia ohatry ny efa hitako ho niha nalemy paika ihany ianareo teo aloha kanjo ankehitriny dia aviavy be tampoka indray. Mino kosa aho aloha fa tsy nanaikitra anareo ilay biby matin’ny olona tany Toazina iny ee ! Saika lasa ihany mantsy ny saiko hoe haromotana ve kanefa rehefa nahita anareo mbola miriaria tsy mila vaksiny teny ny tenanay dia toa tsy izay mihitsy kay ilay izy. Moramora ihany Jean a !

Marco

Tia Tanindranaza0 partages

Haify MampihavanaMaro no efa nahita asa avy aminy

Nifarana omaly teny amin’ny kianjan’Andohalo, rehefa naharitra roa andro ilay hetsika “Haify Mampihavana”

 

andiany fahefatra nokarakarain’ny “Women Tourism Association for Madagascar” entina hanandratana ny sakafo vita Malagasy. Tsy mitsaha-mivoatra ity hetsika ity raha ny fahitana azy. Vehivavy marobe mantsy no efa nahita asa tamin’ny fikarakarana sy ny fandrosoana ireo karazan-tsakafo vita Malagasy ho an’ireo teratany vahiny mandalo eto amintsika, raha araka ny fanazavan-dRamatoa Andreas Monique, filohan’ny fikambanana. Anisan’ireny ireo vehivavy any  Marodoka sy Mangoro samy any amin’ny distrikan’i Nosy Be, faritra avaratry ny Nosy. Izany rahateo no tena tanjona, antony mbola manosika ny sefo Mariette Andrianjaka hanome fiofanana ireo vehivavy mpahandro sakafo na jeune chef entina hanandratana ny sakafo Malagasy no sady hahafahana miady amin’ny tsy fananan’asa ihany koa. Tranoheva am-polony maro no nandray anjara tamin’izany, nahitana ireo karazan-tsakafo Malagasy avy any amin’ny faritra sy eto an-drenivohitra raha teo ihany koa ny fampirantiana ireo karazan-tsakafo Espanola. Narahina fifaninanana notanterahin’ireo ankizy madinika nivoaka mpandresy tamin’ny fifaninanana tsikonina nokarakarain’ny kaominina Antananarivo Renivohitra izany, mbola ho fanandratana ny sakafo vita Malagasy ihany.

Pati

La Vérité0 partages

Epidémie de peste - Le coach seychellois de l’équipe de basket-ball emporté

Une honte pour le régime mais aussi le pays entier ! Allisop (49 ans)  était venu chez nous pour encadrer l’équipe nationale seychelloise de basket-ball féminin, mais c’était la mort qui l’attendait. En effet, le malheureux qui avait été hospitalisé dans la Capitale depuis mercredi dernier,  a été terrassé par la peste pulmonaire ! Du jamais vu pour des étrangers en visite chez nous en plein 21e siècle !  Ce drame est survenu au cours de vendredi soir dans la Capitale. Mais l’information, qui a été confirmée, d’abord par le ministre de la Santé publique,  puis par le chef du Gouvernement en personne, boite par le manque de détails.

Le ministre concerné a tout juste déclaré que le sélectionneur seychellois a été subitement emporté par la mort due à l’infection à la peste pulmonaire. Dans la même foulée, il s’est contenté de lancer une sérieuse mise en garde à l’endroit de la population  comme quoi le pays s’affronte désormais à une épidémie de peste dite urbaine.   « On ignore comment la victime a pu contracter la maladie. La transmission s’était-elle opérée au cours de son déplacement d’une ville à l’autre dans notre pays ou on ne sait encore par quel autre moyen ? », n’a pas pu s’empêcher de s’interroger ce responsable de la santé publique.Du coup, mesure fut prise d’interdire aux spectateurs locaux l’accès au Palais des sports pour assister aux matches de la demi-finale du samedi soir et qui a dû opposer l’équipe locale aux Seychelles. Même mesure drastique pour les rencontres prévues hier, et toujours au Palais des sports de Mahamasina.  Une mesure qui a été rapidement confirmée par le chef du Gouvernement Olivier Solonandrasana, qui s’était contenté d’annoncer que les matches prévus ont dû  se dérouler à huis clos, sauf que les coaches ou autres personnes comme des cameramen de la presse locale ou étrangère, ont été autorisés à assister à la compétition. Comme il l’a déjà fait quelques jours auparavant, le Premier ministre a réitéré le renforcement des contrôles à l’aéroport ou encore l’interdiction des réunions publiques, profitant ainsi de faire un sous-entendu aux différents meetings politiques annoncés récemment. Ce qui étonne aussi, c’est que les médias des îles voisines, en particulier des Seychelles, semblent n’avoir pas été mis au diapason de ce drame, qui a coûté la vie au coach des basketteuses seychelloises. C’est du moins ce qu’on a pu constater, du moins durant la journée d’hier. Tous les sites des quotidiens de La Réunion ou de l’île Maurice, n’ont toujours  pas évoqué la mort de la victime dans leurs colonnes. Sans doute, les responsables locaux se seraient-ils montrés subitement honteux au point de devenir ainsi cachottiers. Avec le décès de cet étranger, 25 personnes dont 6 dans la Capitale seraient donc mortes de la peste depuis l’éclatement de la saison pesteuse dans le pays. F. Roland

La Vérité0 partages

Football - Le référendum catalan divise aussi le sport espagnol

Alors que la Catalogne vote ce dimanche pour un référendum sur la question de l’indépendance déclaré illégal par Madrid, de nombreux sportifs se sont positionnés sur le sujet. A l’image de la société ibérique, ils sont profondément divisés sur une potentielle indépendance de la Catalogne qui pourrait avoir des conséquences énormes sur le sport espagnol.

Le monde du sport reste souvent bien silencieux sur les questions politiques, mais pas cette fois. Alors que la Catalogne est appelée à voter ce dimanche 1er octobre pour un referendum sur l’indépendance de la région, un référendum déclaré illégal par le gouvernement de Madrid, de nombreux sportifs catalans ont apporté leur soutien au « oui », et ce même si cela pourrait avoir de grande conséquence pour le sport catalan. Le président de la Ligue de football professionnelle espagnole, Javier tebas, a déjà affirmé que « les clubs catalans ne pourront pas jouer en Liga si l’indépendance est prononcée ». Une déclaration qui n’a pas empêché Gerard Piqué de prendre position en faveur du « oui », tout comme son club, le FC Barcelone, très attaché à l’identité catalane.« Je n’imagine pas une Liga espagnole sans Barcelone »« À partir d’aujourd’hui et jusqu’à dimanche, nous nous exprimerons pacifiquement. Ne leur donnons aucune excuse. C’est ce qu’ils veulent. Et chantons haut et fort. Nous voterons », a-t-il tweeté. Une prise de position claire en catalan dans le texte, en faveur du référendum sur l’indépendance, pourtant interdit par la justice espagnole. Son partenaire en sélection et meilleur ennemi en club, le défenseur du Real Madrid, Sergio Ramos, n’a pas tardé à lui répondre. « Le tweet de Piqué n’est peut-être pas la meilleure chose à faire si tu ne veux pas être sifflé. Et ce n’est peut-être pas ce qu’il y a de mieux pour le groupe (de l’équipe d’Espagne), mais chacun est libre de dire ce qu’il pense », a expliqué le Madrilène. En Espagne, le débat est tellement âpre qu’il a obligé, Zinedine Zidane, l’entraîneur français du Real, la plupart du temps peu prolixe lorsqu’il s’agit de parler politique, à sortir de sa réserve. « Je n’imagine pas une Liga espagnole sans Barcelone. Je ne l’imagine pas, en tant que passionné de football, a affirmé début septembre l’ancien joueur de l’équipe de France. Le Barça doit rester pour toujours dans ce Championnat. Je ne sais pas ce qui va se passer exactement. Il y a des gens pour, des gens contre, c’est un débat compliqué. Mais je ne l’imagine pas. J’espère que cela n’arrivera pas et je ne le souhaite pas ».Quand la Catalogne remporte la Coupe du mondeElevé au rang de religion dans la péninsule ibérique, le football serait incontestablement le premier sport à pâtir d’une possible indépendance de la région. La Catalogne possède depuis 1912 une sélection régionale non reconnue par la Fifa et les tensions entre joueurs du Real Madrid et les Catalans du FC Barcelone en sélection espagnole sont un secret de polichinelle. Cela n’a d’ailleurs pas empêché l’Espagne de remporter la Coupe d’Europe, puis la Coupe du Monde en 2010. A l’issue de la compétition, les Barcelonais Carles Puyol et Xavi avaient d’ailleurs brandi le trophée d’une main et le drapeau catalan de l’autre. Les supporters catalans les plus chauvins ne se gênaient pas à l’époque pour affirmer que c’était la Catalogne qui avait remporté la Coupe du monde, tant les joueurs du Barça avaient influé sur le résultat final.

Orange Madagascar0 partages

Le représentant personnel de la Chancelière allemande reçu à Iavoloha

Le Président de la République, Hery Rajaonarimampianina a reçu en audience, Gunter Nooke, Représentant personnel de la Chancelière allemande Angela Merkel pour l’Afrique, accompagné par l’ambassadeur d’Allemagne à Madagascar, Harald Gehrig.

Apres la visite du Président de la République de Madagascar à Berlin, au printemps dernier, il est important d’intensifier les relations entre les deux pays, selon M. Gunter Nooke qui a déclaré : « Nous avons évoqué les vastes programmes de coopération bilatérale en faveur du développement qui existent, les importants défis du gouvernement malgache, à savoir les financements des communes, le secteur minier, l’énergie, la bonne gouvernance et une bonne administration. Tous ces éléments sont les préalables pour gérer la situation »

« Nous avons discuté de la protection des ressources naturelles, puis de la lutte contre la corruption. Le Président malgache est tout à fait d’accord que cette la lutte est très importante pour attirer les investisseurs à Madagascar et pour faire en sorte que la coopération au développement entre les deux pays soit couronnée de succès. Nous comptons sur Madagascar pour être sûr que l’argent du contribuable allemand soit dépensé pour des fins raisonnables »

Et pour terminer, Gunter Nooke a déclaré : « J’avais l’intention de mieux comprendre cette Ile magnifique pour qu’on puisse faire une meilleure politique pour l’Afrique, dont Madagascar. Nous avons évoqué le prochain sommet de l’Union africaine-Union européenne qui se déroulera fin novembre à Abidjan, en Côte d’ivoire, pour une nouvelle politique et une nouvelle base pour résoudre les problèmes communs de l’Afrique »

La Vérité0 partages

Epidémie de peste - 25 décès et 141 cas suspects

Le bilan s’alourdit. Les dernières statistiques émanant du ministère de la Santé publique (Msp), en date d’hier à 11h, font état de 25 décès liés à la peste ainsi que de 141 cas suspects. « 13 cas sont confirmés par l’Institut Pasteur et 58 autres par les tests de diagnostics rapides. 80 cas concernent la peste pulmonaire et 59 autres buboniques. Actuellement, l’on note 116 personnes en vie », rapporte Joséa Ratsirarson, Secrétaire général (Sg) du Msp. Au niveau des centres hospitaliers, l’Homi abrite 1 malade de la peste contre 2 pour Befelatanana, 1 pour l’Hjra et 6 pour le Chapa à Ambohimiandra. Les centres hospitaliers d’Anosiala et d’Andohatapenaka n’enregistrent aucun cas, d’après le Sg. depuis hier, tous les centres de santé de base s’ajoutent à la liste des établissements accueillant et assurant la prise en charge des malades de la peste.

 

 

Pour la ville d’Antananarivo, la peste a engendré 5 décès ces derniers jours, dont 4 cas pulmonaires et 1 autre bubonique. Tous les quartiers sont presque touchés, alors que le week-end dernier, seuls Antohomadinika, Soavimasoandro, Andraisoro, Manjakaray, Ambodihady, Ambohimanarina, Ankadilalampotsy, Ankaraobato, Fort-Duschesne (Ampandrianomby), Cité 67ha, Anjanahary étaient spécifiés par le Msp. Bref, la peste est bel et bien dans la Capitale de Madagascar. Rappelons qu’au niveau national, la peste touche actuellement 18 Districts à savoir Ambatondrazaka, Ambohidratrimo, Andramasina, Ankazobe, Anosibean’ala, Tana sud, Tana nord, Arivonimamo, Faratsiho, Maevatanana, Majunga 1, Miarinarivo, Moramanga, Toamasina 1 sy 2, Tsiroanomandidy, Vohémar et Ambalavao.

Ruée vers l’achat des cache-bouches

La queue dans les pharmacies. Après les plaquettes de « Cotrim », les cache-bouches ont été vendues comme des petits pains depuis hier, surtout à Antananarivo et Toamasina. Pris de panique, les habitants ont jugé nécessaire le port de ces masques dans les lieux publics, y compris dans les transports en commun ou dans les rues. Du coup, ils se sont rués dans les pharmacies et autres lieux de vente pour les acheter. Une aubaine pour les profiteurs d’augmenter le prix de ces équipements jusqu’à 1000 Ariary l’unité contre 300 à 400 ariary avant l’épidémie de peste. Certaines pharmacies ont, quant à eux, limité à 5 le nombre de cache-bouches à acquérir pour chaque client, afin de gérer les stocks disponibles. D’autres ont quand même enregistré une rupture de stock depuis la fin de matinée d’hier. Certaines boutiques ont proposé d’autres types de masques à un prix plus élevé, jusqu’à 3000 ariary l’unité, mais les clients étaient toujours au rendez-vous. 

L’Oms a toutefois souligné hier que « le masque est à usage unique car il peut lui-même véhiculer le bacille. Il faut donc l’enlever et le détruire après chaque lieu fréquenté et surtout ne pas l’emporter chez soi ». Le Sg du Msp a ajouté des détails à cette information. « Outre l’usage unique, porter en permanence un cache- bouche n’est pas une solution pour se prévenir de la peste. Au contraire, cela pourrait constituer un danger surtout pour ceux qui étaient restés à la maison. Seuls ceux qui étaient en contact avec les patients ou ceux qui se sont déplacés dans les quartiers pesteux devraient porter ces masques. Ils devront immédiatement les brûler et en porter de nouveau, si besoin est », expose Joséa Ratsirarson. Quoi qu’il en soit, les habitants sont désorientés faute d’information et de communication officielle.

Panique dans les hôpitaux de la ville

L’épidémie de peste pulmonaire qui sévit partout dans le pays et récemment dans trois de ses grandes villes dont la capitale, provoque une véritable psychose, notamment dans les centres hospitaliers. Le week-end dernier, le transfert à  la morgue de l’Hjra Ampefiloha de la dépouille du passager d’un taxibrousse en provenance de Toamasina, évidemment emporté par la peste, a créé une véritable panique notamment chez le personnel soignant de l’établissement en question. Mais ce n’était pas tout. Une source hospitalière a affirmé que le service des urgences de l’Hjra a été assailli par des personne qui  s’étaient vivement inquiétés sur leur état à cause de symptômes cliniques pleins d’équivoques s’apparentant à la peste pulmonaire. « Nous les avons tous envoyés  à Befelatanana », déclare un médecin de l’Hjra.

De plus, la mort du sélectionneur de l’équipe féminine su basketball seychellois mais aussi la triste nouvelle sur  la contamination de 7  médecins à Toamasina, ont ajouté à l’inquiétude générale. Malgré donc les mesures drastiques annoncées par le chef du gouvernement, le mal a été déjà fait. « Le problème, c’est que les dirigeants sont soupçonnés de cacher la vérité sur le nombre des personnes tuées par l’épidémie», entend-t-on dans les quartiers.

Dans toute cette affaire donc, les dirigeants du pays sont les principaux  fautifs et ils doivent tous démissionner. Selon les avis des personnes interrogées, la minimisation par les dirigeants actuels de ce pays de la question de l’hygiène, de l’assainissement, donc tout ce qui relève de la voirie, sans oublier la sensibilisation,  sinon la sanction d’une population longtemps  habituée au laisser-faire car surtout déprimée par la misère, en est le principal responsable. « Le chef de l’Etat actuel ose souvent  critiquer ses prédécesseurs des 50 dernières années. Or, en trois années de sa prise de pouvoir, il a fait bien pire que ces derniers. La propreté n’est pas le fort de l’équipe au pouvoir.  Il n’y qu’à voir l’état de saleté inimaginable observée dans tous les quartiers bas de la capitale avec  ces  ruisseaux ou autres canalisations transformées en toilettes publiques ou en égouts à ciel ouvert ! Pire, elles avoisinent des gargotes envahies par les rats. Je regrette amèrement l’époque coloniale où les motards de la gendarmerie française passent tous les matins dans les quartiers pour inspecter justement la propreté de votre courette ou de vos systèmes de canalisations, etc », lance Fara (70 ans), cette habitante d’Andohalo.

La Vérité0 partages

Toamasina - Ra-ckiki victime d’un acte de banditisme

L’agression barbare dont le chanteur Ra-Ckiki a fait l’objet, tôt dimanche matin chez lui, entretient le doute sur son mobile. Certaines sources ont avancé l’hypothèse d’un règlement de compte. Ce que le chanteur lui-même venait de démentir, selon l’information reçue sur place. Son état s’améliorant progressivement malgré le fait qu’il doit rester encore en réanimation, l’artiste a affirmé qu’il s’agissait d’un acte de banditisme pur et simple. « Pour preuve, Ra-Ckiki déclare reconnaître l’un de ses assaillants. Ce dernier l’avait déjà attaqué du temps où il a résidé à Betainomby, en août dernier », assure cette même source. Cette déclaration du concerné dissipe donc le doute à propos de l’allégation d’une expédition punitive à son domicile et afin, selon certains, de l’obliger à retirer l’un de ses tubes de You Tube.  De son côté, la police nationale préfère se taire, du moins pour le moment.

« L’on s’attend à ce que des suspects soient arrêtés avant que la police ne se prononce sans doute sur cette affaire », assure-t-on sur place. Un vrai miracle donc si la victime n’a pas succombé à ses horribles blessures. Il faut noter qu’il a reçu 15 coups de couteau essentiellement dans le dos mais aussi sur la tête.  Comme nous l’avons rapporté dans l’une de nos précédentes publications sur cette affaire, deux inconnus se sont infiltrés chez la victime. Mais sa femme a alarmé le voisinage à cause de ses hurlements, ayant d’ailleurs mis en fuite les assaillants. Selon une récente précision, ces derniers seraient plus nombreux qu’on ne le pense. Ils ont donc dû repartir les mains vides car l’alerte a suffisamment réveillé les riverains.

 En attendant que la lumière soit faite sur cette affaire, gageons que les fans de Ra-Ckiki puissent pousser un ouf de soulagement car leur idole est en vie. C’est l’essentiel à un moment où l’opinion a cru le pire. L’agression du chanteur montre que la ville de Toamasina dispute la triste palme avec la capitale en matière d’insécurité. 

Franck Roland

La Vérité0 partages

« Si… »

« Si tout va bien, le FMI débloquera 45 millions de dollars en décembre ». Telle était la «Une» d’un  quotidien de la place, à la solde du régime. Gros titres faisant état de la mise au point de Patrick Imam, Représentant Résident du Fonds Monétaire International (FMI)  après le passage de la dernière mission d’évaluation du programme Facilité élargie de crédit (Fec). Une déclaration d’usage qui n’a rien de nouveau ni de spécial et ne diffère point des autres, dans les mêmes circonstances, auparavant. Seulement le régime, toujours à son habitude de  tendre la perche, par média patentés interposés, aux attrape-nigauds induit en erreur son peuple. Au tout début du mois de janvier, de cette année, le Chef de l’Etat, de retour de la Conférence des  bailleurs et investisseurs privés à Paris, claironnait sur les toits que la délégation qu’il avait conduite réalisait une prouesse digne des grands champions en décrochant un accord de financement à hauteur de 10 milliards de dollars. Incontestablement, c’est un record jamais obtenu auparavant. 

Cependant, il avait « oublié » ou « omis » volontairement d’ajouter les quelques mots de réserve ou de mise en garde : « si tout va bien !» Il existe un préalable auquel les bailleurs ne badinent point. Le « si tout va bien » est incontournable. Le déblocage des fonds est assorti des « conditions », à la fois, indispensables et inévitables. En effet, si tout… ne va pas bien, tout sera compromis. Malheureusement, c’est le cas ! La preuve, aucun déblocage effectif et consistant n’a pu avoir lieu neuf mois après. Pour cause, le « tout va bien » n’était pas au rendez-vous.  Apparemment, les dirigeants aux manettes du pouvoir ratent, à tous les coups, à l’achèvement du combat contre la corruption. Le maillon faible touche surtout la gestion transparente des fonds publics.  La Jirama, un point focal entre autres des conditionnalités, peine à témoigner son « rétablissement ». Certes, elle commence à remonter la pente, mais, la route est encore longue. Ainsi, pour ne pas induire en erreur la population malagasy dans ce genre de cas, le Représentant  Résident du FMI, ne manquait jamais de prendre les précautions d’usage et nécessaires. Le Conseil  d’Administration, le « Board », qui devra se réunir en décembre va statuer définitivement sur le Dossier Madagascar. Toutefois, on pourrait d’ores et déjà envisager, au vu du tableau peu luisant du régime, une perspective catastrophique ou presque. L’obstination des barons de l’Etat-HVM à  retoucher la Constitution, selon leur bon vouloir,  risquerait de balayer tout espoir d’obtenir gain de cause auprès des décideurs ou de l’instance dirigeante de cette implacable Institution de Bretton Woods, le FMI. Le Chef de l’Etat, lors de la 24e édition du « Fotoam-bita », son rendez-vous hebdomadaire fétiche, martelait à tout ce qui voulait  l’entendre que le régime va incessamment procéder, contre vents et marées, envers et contre tout, à l’amendement de la Loi fondamentale. Dommage, il ne s’était rendu compte qu’en fin de son mandat sur la nécessité impérieuse de revoir le statut  socio-administratif des Fokontany. Une situation  « inacceptable » selon toujours le locataire  d’Iavoloha. Si, seulement si, les conditionnalités sont  honorées, le Conseil d’Administration, satisfait, débloquera les 45 millions de dollars.  

Ndrianaivo

La Vérité0 partages

Coopération commerciale - Une amélioration constante des relations Afoa-Union européenne

Une coopération commerciale née d’un Accord de partenariat économique (Ape) entre l’Afrique Orientale et Australe (Afoa) et l’Union européenne. Dans le cadre de l’organisation de la 6ème réunion du comité à Madagascar, tournant autour de cette coopération avec des pays membres de l’Afoa comme l’île Maurice, les Seychelles, le Zimbabwe et récemment les Comores  avec l’Union européenne, celle-ci s’est tenue, hier, à l’hôtel Carlton Anosy. Durant cette réunion, les parties prenantes ont donc pu identifier les avantages d’avoir intégrer cette plateforme mais également les partenaires potentiels qui pourraient contribuer au développement de l’économie de chacun. Des discussions se sont aussi tournées sur les méthodes adéquates permettant de maximiser les bénéfices de chacun et de faciliter au mieux les échanges commerciaux. 

 

Cet Ape est un pilier pour le développement de l’économie. Il favorise une intégration régionale, une modernisation des méthodes de production et une meilleure administration afin de renforcer les échanges auprès des pays partenaires et de l’Union européenne. L’Ambassadeur de l’Union européenne, Antonio Sanchez Benedito, a affirmé « Une analyse confiante a été faite pour le cas de Madagascar. » En effet, depuis son adhésion à cet accord, la valeur des exportations de la Grande île vers l’Europe n’a cessé d’augmenter, allant de plus de 499 millions en 2012 à 870 millions d’euros pour l’année dernière. « Cependant, il y a encore du travail à faire, a-t-il souligné, plus particulièrement au niveau de la capacité exportative et de la qualité des produits, surtout que le marché européen est très exigent à ce niveau ». 

C’est le secteur textile qui domine dans cette exportation vers l’Europe, occupant plus de 70% du marché extérieur européen, viennent ensuite le cacao et les produits halieutiques. La balance commerciale est tout à fait bénéfique étant donné que Madagascar n’importe que 20% de produits en provenance de l’Union européenne contre 40% de produits exportés. « L’ensemble du marché européen est ouvert aux produits malagasy », a affirmé l’Ambassadeur de l’Union européenne. Et d’affirmer : 

« Seulement, les producteurs malgaches doivent revoir la certification de leurs produits ». Avant de rajouter « si les entrepreneurs malagasy arrivent à conquérir le marché européen, ils pourront conquérir tous les autres marchés ». L’insertion des produits malagasy dans les normes internationales sera donc le nouvel objectif pour Madagascar. 

 

Rova R.

La Vérité0 partages

Allemagne – Madagascar - Nouvelles consultations politiques en décembre prochain

L’Allemagne est très attentive au contexte politique malgache. Outre la tenue régulière de réunions intergouvernementales germano-malagasy dont l’objectif principal est de permettre à Madagascar d’atteindre les Objectifs de Développement Durable pour 2030, la tenue des consultations politiques germano-malagasy est également prévue au mois de décembre prochain. Il s’agit d’un face à face entre les représentants du Gouvernement malagasy et celui allemand dans le but d’optimiser l’utilisation des fonds alloués par La République d’Allemagne. D’ailleurs, un émissaire de la chancelière allemande est actuellement dans nos murs dans le cadre de cette même coopération bilatérale.

 

 Le gouvernement malagasy va – t – il à nouveau se faire taper sur les doigts ? En tout cas, au cours des dialogues politiques en 2016, la partie germanique a particulièrement mise en avant ses préoccupations par rapport à la situation d’insécurité alimentaire dans le Grand Sud du pays. Notons que pendant la crise politique qui s’est déclenchée en 2009, l’Allemagne a contourné toute coopération avec l’Etat et s’est investi dans la subvention des projets avec les acteurs directs au niveau des régions.

 Une enveloppe  de 60 millions d’euros

 L’Energie, la biodiversité et la décentralisation. Tels sont les 3 principaux secteurs de coopération entre Madagascar et l’Allemagne. Ainsi, la reprise de coopération entre les deux pays a été marquée par la signature d’accords pour l’octroi d’une enveloppe de plus de 60 millions d’euros, en 2016. Un fonds dont le décaissement s’effectue de manière progressive suivant des conditions très précises. « La négociation des accords est en cours de finalisation », selon les précisions de la Primature.

 Le pays d’Angela Merkel a tenu à montrer son soutien lors de la cérémonie organisée à l’occasion du 25ème anniversaire de l’Unité allemande hier à la Villa Berlin Ambatoroka. La journée de l’Unité allemande est la fête nationale allemande et est célébrée depuis 1990 le  3 octobre, jour anniversaire de la réunification du pays. 

S.R.

La Vérité0 partages

Augmentation du prix du riz - L’importation comme solution

Le prix du riz demeure toujours instable actuellement, et ce sont les consommateurs qui en subissent les conséquences. D’après les données de la FAO, Madagascar est le deuxième plus grand consommateur de riz. Pourtant, au niveau de la production, la Grand île se retrouve en 19ème position. La production n’arrive donc pas du tout à subvenir aux besoins des consommateurs d’où la hausse incessante des prix. C’est pour cette raison que le volume de riz importé sera encore une fois augmenté pour ce mois-ci.  Comme l’a affirmé le ministre du Commerce et de la consommation, Nourdine Chabani, « Des mesures de prise en charge ont été décidées afin de répondre aux besoins en riz de la population malagasy. » Il a également ajouté que « Les importations faites auparavant n’ont pas suffi, ce qui provoque l’instabilité de son prix. Mais avec de plus grands volumes d’importation, le prix du riz sera plus stable d’ici la fin du mois ou au début du mois de novembre ». 

 

L’importation est-elle vraiment la solution la plus efficace pour pérenniser la filière rizicole à Madagascar, surtout que ça coûte vraiment cher ? Jusqu’à maintenant, aucun développement évident de la riziculture dans le pays n’a été vraiment exécuté. 

Pourtant cette filière est un pilier important de la production mais également de la consommation locale. La filière rizicole est une chaîne qui doit être pérennisée vu que les Malagasy en sont des grands consommateurs. Ainsi, les solutions proposées devraient être celles à long terme et non à court terme. La production locale n’est donc pas du tout remise en question. 

 

 

Propos recueillis par Rova R.  

La Vérité0 partages

Peste - Initiative individuelle face à l’inertie de l’Etat

Les autorités se sont décidées à lutter contre  l’épidémie meurtrière  de peste annonçant des  « mesures drastiques » en fin de la semaine dernière. De son côté, la population tananarivienne se rue en masse sur les masques respiratoires, vulgairement appelés des « cache-bouches ».  La panique commence à toucher la population. La peur grandit.   Les craintes d’une propagation de l’épidémie se sont accentuées.  Depuis que l’épidémie a officiellement atteint la Capitale, l’inquiétude est à son summum, et ce, bien malgré les annonces et les discours des dirigeants qui se veulent rassurant.  Hier, dès la matinée, cette psychose a poussé la population à se ruer vers les  pharmacies pour acheter des masques respiratoires. 

Des cache-bouches dont beaucoup se demandent s’ils sont véritablement efficaces contre cet ennemi invisible ?  Beaucoup doutent en effet de leur efficacité face à la peste qui a fait 25 morts en un mois. Porter un masque tous les jours n’offrirait pas nécessairement le niveau de protection que les usagers en attendent, selon les propos entendus ici et là.  Notons à ce titre qu’il existe de nombreuses gammes de masques respiratoires, de diverses tailles et formes sur le marché. Les spécialistes recommandent toutefois les masques pouvant protéger les voies respiratoires, à savoir les masques Ffp2 qui peuvent également filtrer les particules les plus fines. Or ces masques sont pour la plupart à usage unique et se protéger quotidiennement peut vite devenir onéreux… L’on se demande à ce titre pourquoi l’Etat ne distribue pas gratuitement ces masques ? Le port du masque n’est pas parfait pour éviter au porteur d’attraper la maladie, soutiennent les spécialistes des maladies infectieuses. Cela dit, on peut dire que porter un masque et se laver les mains réduisent la propagation des micro-organismes. L’usage  impropre des masques diminuerait  leur efficacité, soutient-on. En principe, ces masques ne doivent être utilisés qu’une fois. D’après les explications, il faudrait se laver les mains une fois le masque retiré et brûlé.  Les discours des dirigeants couplés à des annonces de mesures n’ont visiblement pas suffi à rassurer la population. D’une certaine manière, cette course effrénée vers les masques illustre une volonté des tananariviens de prendre des initiatives pour se protéger de la maladie sans attendre les mesures prises par l’Etat. Une manière pour le peuple malgache de combler les déficiences de l'État.  Le Premier ministre Mahafaly Solonandrasana a par exemple annoncé l’interdiction de toutes les manifestations publiques ou encore la prise de dispositions spéciales dans les aéroports et dans les gares routières ainsi que d’une cellule de veille pour tenter d’enrayer la propagation de la maladie. Les citoyens attendent manifestement plus de la part de l’Etat car actuellement ils se débrouillent d’eux-mêmes. Face à l’urgence, beaucoup estiment en effet que des réponses beaucoup plus agressives devraient être prises par l’Etat pour éviter de nouveaux cas et limiter tout risque de nouvelles transmissions. Qu’en est-il par exemple des famadihana qui sont considérés sur les réseaux sociaux comme la cause probable des cycles du réveil pesteux ? Ou encore des enterrements clandestins et non-déclarés ? Autre signe de l’inquiétude croissante, certains parents ont décidé de ne pas envoyer leurs enfants à l’école hier… Force est en tout cas de constater que le régime Hvm reste habitué à jouer les médecins après la mort. Le gouvernement ne s’est décidé à prendre le taureau par les cornes qu’à la suite du décès d’un étranger et sous la pression de la communauté internationale…  

A.R.

La Vérité0 partages

Le Louvre - Des grands noms de l’art plastique exposent leurs chefs-d’œuvre

 

 

L’art plastique sera de nouveau sous le feu des projecteurs du côté d’Antaninarenina, plus précisément à l’Hôtel Le Louvre. Une grande exposition en collaboration avec deux galeries d’art à savoir, Le Grand Bay de l’Ile Maurice et Les Goyaviers prendront place dans ses locaux à partir du 5 octobre jusqu’à la fin du mois. Il s’agit en réalité de la suite de l’expo baptisée « L’art de la Terre rouge et ses objets s’ouvrent au monde » dont la première édition s’est tenue l’année dernière dans le même lieu.

Des grands noms de la peinture seront alors présents pour exposer leurs œuvres. À travers des fresques chaleureuses, chargées d’histoires et de créativités qui resplendissent autant d’humilité et de talent, le public est convié à redécouvrir ceux que les connaisseurs considèrent comme étant deux grands maîtres de la peinture malgache. Les plus beaux tableaux de la collection privée de Chan ainsi que du grand peintre Léon Fulgence mais encore Georges Rakotomanana ainsi que les jeunes peintres talentueux seront à l’honneur. Une trentaine d’œuvres seront accrochées sur les murs du Louvre, une épopée pittoresque dans les coulisses de celle qu’ils considèrent comme étant « La terre rouge » qui se découvrira au milieu des fresques qui sont pour certains inédits. Les connaisseurs reconnaîtront que ces artistes puisent leur inspiration dans le quotidien des malgaches. Des scènes de la vie paysanne et des paysages resplendissants de sobriété se conjuguent ainsi avec le quotidien des citadins de la ville des Mille, ainsi que du rythme de vie effréné qui s’y ressent à travers l’imagination des deux peintres qu’ils retranscrivent sur leur toile. Mais ce n’est pas tout, les amateurs d’art malagasy seront aussi servis. Tsu-Tsu présentera ses produits raphia haut de gamme comme des sacs et chapeaux. Des merveilleuses maquettes de tableaux produits par Le Village ainsi que les magnifiques bijoux de ClairObscur associés aux pierres de Madagascar taillées par la main. Le vernissage se tiendra ainsi à l’Hôtel le Louvre le jeudi 5 octobre à partir de 19h et est parrainé par Tsilavina Ralaindimby, ancien ministre de la culture et de la communication. A noter que la galerie d’art et Objets Les Goyaviers, sise à l’Immeuble Jacaranda à Ambatonakanga, est dirigée par Nirina Serin. Une dame qui s’engage activement dans la promotion de plusieurs peintres malgaches depuis plusieurs années, elle vient d’être décorée commandeur de l’ordre national des arts par le ministère de la Culture. C’était lors d’une cérémonie qui s’est dernièrement tenue au Cci Ivato. 

Tahiana Andrianiaina 

 

Madagascar Tribune0 partages

Plus de 50 000 pèlerins attendus lors de la journée mondiale de la jeunesse

Le Premier ministre, Christian Ntsay a effectué un déplacement à Mahajanga le week-end dernier. Cette visite dans la capitale de la région Boeny, entre dans le cadre de la préparation de la 9ème édition de la Journée mondiale de la jeunesse catholique (JMJ) où environ 50 000 pèlerins sont attendus.

Une réunion de travail s’est tenue avec les autorités locales, civiles et militaires, responsables dans cette région. Outre la question d’hébergement des pèlerins, celles en rapport avec l’hygiène et l’assainissement ont également été abordées. Ce, afin de prévenir la santé de tous. Des citernes d’eau potable et des bacs à ordures seront installés dans la ville de Mahajanga. La commune assurera la surveillance de ces infrastructures.

La Primature a fait savoir que le pouvoir central de l’Etat prendra part aux préparatifs. « Une amélioration de l’accès aux sites d’hébergement est prévue, ainsi que l’éclairage des 50 sites destinés aux participants. Un accent sera également mis sur l’ordre et la sécurité sur place, vu que l’ouverture de la JMJ coïncide avec celle de la campagne électorale », a fait savoir le chef du gouvernement.

Rencontre avec la population de Betsako

La délégation gouvernementale composée entre autres du ministre de l’Intérieur et de la Décentralisation et du ministre de la Défense nationale dirigée par le Premier ministre s’est également rendue dans la commune de Betsako, district de Mahajanga II. L’objectif de ce déplacement était le suivi des travaux d’utilisation des financements octroyés par l’État aux collectivités décentralisées en collaboration avec les projets PAPSP (Projet d’Appui à la Performance du Secteur Public) et PDCID (Programme de Développement inclusif de Décentralisation).

La commune de Betsako fait partie des 9 communes ayant bénéficié de la subvention de l’État par le biais du FDL. Cette visite a alors permis au chef du gouvernement de constater de visu les travaux qui en ont été faits dont la restauration du bureau de la commune, la construction d’une salle d’attente, l’achat de matériels techniques et informatiques pour les services communaux. « Qu’on fasse de la commune de Betsako, un exemple pour la bonne gestion budgétaire », remarque Christian Ntsay.

Comme l’élection figure parmi les principales du gouvernement Ntsay, il a appelé les habitants de la commune à procéder à la vérification de leur nom dans la liste électorale, et ce au niveau du fokontany de leur circonscription, aux fins de l’obtention de leur carte d’électeur. « La faculté d’élire est un droit fondamental dont tous les citoyens doivent jouir », a-t-il dit.

Madagascar Tribune0 partages

Circulation sur les routes nationales : pas drôle !

La semaine dernière a été marquée, comme toutes les semaines de ces temps-ci, par un accident de circulation spectaculaire et qui a fait polémique. Un journaliste d’une radio privée de la capitale a interrompu le bulletin d’information matinale pour rapporter un malheureux accident sur la route nationale (RN5-A) qui joint Ambilobe à Vohémar et qui passe par la localité de Betsiaka, réputée pour son extraction aurifère. D’après le reportage en direct de ce journaliste, un (ou des) tracteur(s) à bord duquel se trouvaient plus d’une vingtaine de passagers est tombé dans un ravin, faisant plusieurs morts et blessés. Le lendemain, quelques journaux de la capitale ont véhiculé le malheureux accident. Mais dans la même journée, les autorités de la région et du district ont corrigé le reportage et démenti comme quoi, il n’y eut aucun décès dans cet accident sur la RN5-A. Mieux, ces autorités ont rappelé le devoir de confrontation et de recoupement aux journalistes tout en faisant remarquer que ces tracteurs ne sont pas des véhicules de transport de passagers. Cependant, vu que ces tracteurs travaillent dans les environs, des habitants sur leur itinéraire ne s’empêchent pas d’en profiter gracieusement, déclarent ces autorités.

De tous les dangers du passager/voyageur

En tout cas, la délicatesse de la route qui emprunte des vallées et flancs et sommets des collines est telle pour la RN5-A que les seuls moyens de locomotion usités sont soit les motos tout-terrain, soit les tracteurs, à la rigueur de puissantes voitures 4X4 ou 6X6. L’état de cette route est des plus lamentables, même en période sèche. Pratiquement non carrossable en période de pluies, cette route nationale est pourtant très fréquentée par la population qui y circule à longueur d’année.

Les routes nationales du pays ne sont apparemment plus que danger pour le voyageur. D’abord, l’état calamiteux de nombreuses routes nationales auquel s’ajoutent l’état technique des véhicules et les comportements belliqueux et arrogants des conducteurs de taxi-brousse. Ensuite, l’insécurité due aux braquages des « dahalo » qui dressent des barrages de troncs d’arbre ou de grosses pierres en travers de la route ; et aussi les assauts des grands bandits qui délestent le taxi-brousse obligé de rouler lentement -au vu des nids de poule ou d’autruche qui parsèment la chaussée, des bagages installés sur les toits de ces véhicules est un autre danger. Vivement ces autoroutes des candidats à la magistrature suprême !

La fin de la semaine écoulée, Hery Rajaonarimampianina, candidat à sa propre succession à la présidence de la République a été dans la région Analanjirofo. En précampagne, il évoque ses réalisations et les projets d’infrastructures structurant en cours d’exécution qu’il aimerait donc poursuivre et voir leur concrétisation. Ne pouvant éviter l’état de la route nationale 5 (RN5), il a avoué avoir par deux fois réhabilité cette route nationale mais en vain. Cette fois, promet-il, ce sera la bonne car la RN5 sera refait dans les règles de l’art. Ce ne sera plus du tip-top, car il va refaire entièrement la route et ce pour de bon pour que cela soit durable. L’actuel ministre des Travaux publics a d’ailleurs affirmé que la RN5-A sera entièrement bitumée d’ici deux (2) au maximum. Les financements sont chinois (Exim-bank Chine) et s’élèvent à 155 millions de dollars. Ces travaux son en cours et sont au stade du terrassement/nivellement.

Madagascar Tribune0 partages

Circulation sur les routes nationales : pas drôle !

La semaine dernière a été marquée, comme toutes les semaines de ces temps-ci, par un accident de circulation spectaculaire et qui a fait polémique. Un journaliste d’une radio privée de la capitale a interrompu le bulletin d’information matinale pour rapporter un malheureux accident sur la route nationale (RN5-A) qui joint Ambilobe à Vohémar et qui passe par la localité de Betsiaka, réputée pour son extraction aurifère. D’après le reportage en direct de ce journaliste, un (ou des) tracteur(s) à bord duquel se trouvaient plus d’une vingtaine de passagers est tombé dans un ravin, faisant plusieurs morts et blessés. Le lendemain, quelques journaux de la capitale ont véhiculé le malheureux accident. Mais dans la même journée, les autorités de la région et du district ont corrigé le reportage et démenti comme quoi, il n’y eut aucun décès dans cet accident sur la RN5-A. Mieux, ces autorités ont rappelé le devoir de confrontation et de recoupement aux journalistes tout en faisant remarquer que ces tracteurs ne sont pas des véhicules de transport de passagers. Cependant, vu que ces tracteurs travaillent dans les environs, des habitants sur leur itinéraire ne s’empêchent pas d’en profiter gracieusement, déclarent ces autorités.

De tous les dangers du passager/voyageur

En tout cas, la délicatesse de la route qui emprunte des vallées et flancs et sommets des collines est telle pour la RN5-A que les seuls moyens de locomotion usités sont soit les motos tout-terrain, soit les tracteurs, à la rigueur de puissantes voitures 4X4 ou 6X6. L’état de cette route est des plus lamentables, même en période sèche. Pratiquement non carrossable en période de pluies, cette route nationale est pourtant très fréquentée par la population qui y circule à longueur d’année.

Les routes nationales du pays ne sont apparemment plus que danger pour le voyageur. D’abord, l’état calamiteux de nombreuses routes nationales auquel s’ajoutent l’état technique des véhicules et les comportements belliqueux et arrogants des conducteurs de taxi-brousse. Ensuite, l’insécurité due aux braquages des « dahalo » qui dressent des barrages de troncs d’arbre ou de grosses pierres en travers de la route ; et aussi les assauts des grands bandits qui délestent le taxi-brousse obligé de rouler lentement -au vu des nids de poule ou d’autruche qui parsèment la chaussée, des bagages installés sur les toits de ces véhicules est un autre danger. Vivement ces autoroutes des candidats à la magistrature suprême !

La fin de la semaine écoulée, Hery Rajaonarimampianina, candidat à sa propre succession à la présidence de la République a été dans la région Analanjirofo. En précampagne, il évoque ses réalisations et les projets d’infrastructures structurant en cours d’exécution qu’il aimerait donc poursuivre et voir leur concrétisation. Ne pouvant éviter l’état de la route nationale 5 (RN5), il a avoué avoir par deux fois réhabilité cette route nationale mais en vain. Cette fois, promet-il, ce sera la bonne car la RN5 sera refait dans les règles de l’art. Ce ne sera plus du tip-top, car il va refaire entièrement la route et ce pour de bon pour que cela soit durable. L’actuel ministre des Travaux publics a d’ailleurs affirmé que la RN5-A sera entièrement bitumée d’ici deux (2) au maximum. Les financements sont chinois (Exim-bank Chine) et s’élèvent à 155 millions de dollars. Ces travaux son en cours et sont au stade du terrassement/nivellement.

Madagascar Tribune0 partages

Plus de 50 000 pèlerins attendus lors de la journée mondiale de la jeunesse

Le Premier ministre, Christian Ntsay a effectué un déplacement à Mahajanga le week-end dernier. Cette visite dans la capitale de la région Boeny, entre dans le cadre de la préparation de la 9ème édition de la Journée mondiale de la jeunesse catholique (JMJ) où environ 50 000 pèlerins sont attendus.

Une réunion de travail s’est tenue avec les autorités locales, civiles et militaires, responsables dans cette région. Outre la question d’hébergement des pèlerins, celles en rapport avec l’hygiène et l’assainissement ont également été abordées. Ce, afin de prévenir la santé de tous. Des citernes d’eau potable et des bacs à ordures seront installés dans la ville de Mahajanga. La commune assurera la surveillance de ces infrastructures.

La Primature a fait savoir que le pouvoir central de l’Etat prendra part aux préparatifs. « Une amélioration de l’accès aux sites d’hébergement est prévue, ainsi que l’éclairage des 50 sites destinés aux participants. Un accent sera également mis sur l’ordre et la sécurité sur place, vu que l’ouverture de la JMJ coïncide avec celle de la campagne électorale », a fait savoir le chef du gouvernement.

Rencontre avec la population de Betsako

La délégation gouvernementale composée entre autres du ministre de l’Intérieur et de la Décentralisation et du ministre de la Défense nationale dirigée par le Premier ministre s’est également rendue dans la commune de Betsako, district de Mahajanga II. L’objectif de ce déplacement était le suivi des travaux d’utilisation des financements octroyés par l’État aux collectivités décentralisées en collaboration avec les projets PAPSP (Projet d’Appui à la Performance du Secteur Public) et PDCID (Programme de Développement inclusif de Décentralisation).

La commune de Betsako fait partie des 9 communes ayant bénéficié de la subvention de l’État par le biais du FDL. Cette visite a alors permis au chef du gouvernement de constater de visu les travaux qui en ont été faits dont la restauration du bureau de la commune, la construction d’une salle d’attente, l’achat de matériels techniques et informatiques pour les services communaux. « Qu’on fasse de la commune de Betsako, un exemple pour la bonne gestion budgétaire », remarque Christian Ntsay.

Comme l’élection figure parmi les principales du gouvernement Ntsay, il a appelé les habitants de la commune à procéder à la vérification de leur nom dans la liste électorale, et ce au niveau du fokontany de leur circonscription, aux fins de l’obtention de leur carte d’électeur. « La faculté d’élire est un droit fondamental dont tous les citoyens doivent jouir », a-t-il dit.

L'express de Madagascar0 partages

Épidémie – Alerte générale sur la peste pulmonaire

Trois personnes ont succombé à la peste en l’espace de quelques heures à Antananarivo. La maladie a aussi contaminé le personnel de santé 

Incontrôlable. Trois individus ont perdu la vie subitement dans trois grands hôpitaux d’Antananarivo, le 28 septembre. Les médecins ont tout de suite suspecté la peste. Sur un test de diagnostic rapide, leurs soupçons se sont confirmés. Ils ont tous succombé suite à la peste pulmonaire. Le premier était un étranger, le coach de l’équipe de basket des Seychelles. Le second, une femme qui rentrait de Toamasina à bord d’un taxi-brousse et qui a tout de suite été emmenée à l’hôpital, à bord d’un taxi-ville, selon une source au sein du ministère de la Santé publique. Elle aurait tiré sa révérence dans ce moyen de transport, dans l’enceinte de l’hôpital. Tous ceux qui ont été dans le même taxi-brousse que cette femme, devraient aller dans un centre de santé, pour une chimio prophylaxie de contact, autrement, ils risquent la maladie. Le dernier, un homme habitant dans le district d’Atsimondrano, transféré dans un hôpital de la ville d’Antananarivo. Jusqu’ici, les techniciens du ministère de la Santé publique n’ont pas encore pu déterminer comment ces victimes ont pu contracter le bacille de la peste pulmonaire.Le nombre de personnes décédées à Antananarivo s’élèverait à cinq, avec ces cas, selon l’annonce du ministère de la Santé publique, le professeur Mamy Lalatiana Andriamanarivo, samedi. Ceux-ci seraient les derniers cas de décès répertoriés à Antananarivo. Des rumeurs circulaient, pourtant hier soir, sur la présence de plusieurs cas de décès à Ambohimiandra, mais ni le ministère concerné ni le bureau municipal de l’hygiène (BMH) n’ont confirmé l’information. En outre, ces sources ont indiqué que des malades suivent encore des traitements au centre hospitalier anti-peste à Ambohimiandra (CHAPA) et dans un autre grand hôpital d’Antananarivo.

Agents de santé affectésÀ Toamasina, la situation serait devenue incontrôlable. On a compté jusqu’à samedi, cinq décès, depuis l’apparition des premiers cas, au début du mois de septembre. Actuellement, même le personnel de santé est affecté. Parmi les vingt personnes traitées de la peste pulmonaire, sept seraient des agents de santé, selon une information envoyée, hier. Un malade se serait évadé. Ce qui va compliquer encore plus la tâche. Le ministre de la Santé publique, accompagné par les partenaires techniques et financiers, effectuera une descente sur place, cette semaine.La représentante de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), la Professeure Charlotte Ndiaye, a annoncé dans une interview, samedi, que « nous sommes tous en alerte ». Elle a, toutefois, rassuré qu’il n’y a pas de risque si la maladie est prise en charge à temps .Elle exhorte une très bonne hygiène, le lavage des mains, pour éviter la circulation de la maladie.

Mesures spéciales 

Samedi, vingt quatre décès et cent vingt cinq cas suspects de peste ont été enregistrés dans tout Madagascar, selon les dernières statistiques de Madagascar. Le nombre de cas pulmonaires est de soixante huit, tandis que la bubonique est de cinquante cinq. Une victime notifiée à Antananarivo a été septicémique. Face à cette épidémie de peste qui sévit Madagascar, le gouvernement malgache, appuyé par les partenaires techniques et financiers, a pris la décision de suspendre tout évènement public jusqu’à nouvel ordre, pour éviter la propagation de la maladie, comme l’a annoncé le premier ministre Olivier Mahafaly Solonandrasana, samedi, lors d’une réunion d’urgence sur la stratégie de lutte contre la peste, à Mahazoarivo. « On ne sait plus qui est affecté par la maladie et qui ne l’est pas », souligne une source avisée. Des opérations de désinfection et de désinsectisation seront, également, opérées au niveau des établissements scolaires, des stationnements, des moyens de transport en commun. Les vols internationaux et nationaux ne seront pas suspendus, mais le suivi de l’état de santé des passagers sera renforcé. L’assainissement, la sensibilisation seront raffermis.

Miangaly Ralitera

L'express de Madagascar0 partages

Incendie – Analamanga park pris par les flammes

Un feu de brousse d’origine inconnue a calciné trois bungalows au complexe de loisirs et d’artisanat d’Analamanga Park. Les dégâts sont lourds.

Un incendie ayant fait le tour d’Anala­manga Park, dans le fokontany d’Ampan­gabe, s’est déclaré, hier matin, vers 9h 30. Aucune perte en vie humaine n’est à déplorer, mais les dégâts matériels ont été importants, évalués à plusieurs millions d’ariary. Trois bungalows ont été ravagés. Un vent fort a attisé les flammes et a favorisé l’expansion de l’incendie. Le gardien du parc, Razerôma Fanomezantsoa, a immédiatement donné l’alerte aux sapeurs-pompiers. « Entre-temps, des visiteurs, des éléments de la gendarmerie d’Andoharanofotsy et moi-même nous sommes entraidés pour évacuer les mobiliers », a-t-il indiqué. Pris de panique par des crépitements du feu sur le toit en tôle, ils n’ont plus osé sortir les meubles de l’une des vérandas et qui sont, partis en fumée. Cet incendie spectaculaire a également détruit trois hectares de surface autour du parc.Le commandant de brigade d’Andoharanofotsy a lancé sur place un appel à témoins, hier, dans le cadre d’une enquête ouverte sur cet embrasement violent. « Il semble qu’un pyromane aurait volontairement mis le feu au site. Cela reste encore à déterminer à travers notre investigation », a-t-il évoqué.

Prise d’eauD’après les précisions de Réné Ramamonjisoa qui a vu le début de l’incendie, « une flammèche qui a pris à environ 30 mètres, seulement, des bungalows s’est vite propagée ». Il a prévenu le concierge lorsque des étincelles se sont envolées au vent et ont commencé à retomber sur la toiture.Les deux véhicules de secours engagés étaient à la mesure de la catastrophe, mais les sauveteurs ont apparemment eu un problème avec la bouche d’incendie. « L’incendie a pris beaucoup d’avance, il a été impossible de se faufiler à l’intérieur pour en stopper le progrès en s’en approchant », a déclaré un sapeur-pompier. Un seul robinet a été utilisé comme prise d’eau.Éteindre le feu a été une tâche difficile. « Les opérations de déblais ne se sont terminées que vers 13h », a expliqué un secouriste. Fort heureusement, les trois bungalows réduits en cendres n’ont pas été occupés par des locataires le weekend. Le résultat de constat aurait déjà été transféré à la compagnie d’assurance du parc.

Hajatiana Léonard

L'express de Madagascar0 partages

Session parlementaire – Le référendum masque le budget

La seconde session du Parlement s’ouvre le 17 octobre. Outre la loi de finances et le nouveau cadre juridique des élections, le projet de révision constitutionnelle pourrait être à l’affiche.

Électri­que. Comme le veut la Constitution, la deuxième session du Parlement démarrera le troisième mardi d’octobre, soit le 17 octobre pour cette année. Bien que la Loi fondamentale indique qu’elle devra être principalement consacrée à l’adoption de la loi de finances, d’autres textes et initiatives cruciaux pour l’avenir de la nation seront probablement inscrits à l’ordre du jour.Cette seconde session, qui devrait être budgétaire, pourrait être surtout électorale et référendaire. À l’Assemblée nationale plus qu’au Sénat, les débats risquent d’être éminemment tendus. Au même titre qu’au sein des deux Chambres parlementaires, les sujets qui seront à l’affiche des débats et des votes des députés et des sénateurs risquent de faire couler beaucoup d’encre et d’animer les échanges sur la place publique. Déjà, beaucoup attendent de pied ferme les prévisions affichées par le projet de loi de finances 2018.Des informations confuses circulent en effet, autour du contenu du texte. Aux journalistes, à l’issue de la présentation du rapport de fin de mission de la délégation du Fonds monétaire internationale (FMI) le 21 septem­bre, Vonintsalama Andriambololona, ministre des Finances et du budget, a rassuré que le budget des départements ministériels ne sera pas revu à la baisse. Qu’au contraire, ceux de certains départements connaîtront même une augmentation.La réduction du budget d’investissement de l’État pourrait pourtant, baisser, selon certaines indiscrétions. Au même titre, les fonds destiné au salaire des fonctionnaires pourrait gonfler.

VigilanceLes prévisions de recettes et dépenses de la trésorerie publique de l’année prochaine pourrait, cependant, passer au second plan.Sauf changement, la session budgétaire de cette année verra l’inscription à son ordre du jour des projets de loi devant composer le nouveau cadre juridique des élections. Les textes sont, jusqu’ici, au stade de rédaction au sein d’un comité interministériel. Le processus d’élaboration du nouveau cadre légal des votes a vu une consultation large de plusieurs acteurs, lors de plusieurs ateliers organisés par la Commission électorale nationale indépendante (Ceni).Une commission consultative a ensuite pris en main les suggestions d’amélioration issues des ateliers. Elle a notamment formulé des recommandations au gouvernement, sur ce que devrait prévoir le nouveau cadre juridique des élections. Bien que Solonandrasana Olivier Mahafaly, Premier ministre, ait affirmé que le travail du comité interministériel tiendra compte de ces recommandations, la société civile, notamment, affirme son intention de scruter à la loupe les projets de loi qui seront présentés au Parlement.« Nous réclamons la transparence sur les avant-projets de loi en écriture », déclare le mouvement ROHY, affirmant ne plus être informé sur l’évolution des réformes depuis le début du travail du comité interministériel, début septembre. Les députés antagonistes affichent déjà leur vigilance.Une attention qui pourrait doubler, si l’initiative de révision constitutionnelle de l’Exécutif est soumis au vote des deux Chambres parlementaires, cette année. Étant donné sa majorité écrasante au Sénat, le pouvoir n’aura pas de mal à faire adouber ses initiatives par les sénateurs.La partie ne sera cependant pas jouée d’avance à l’Assemblée nationale. La logique de la configuration actuelle à Tsimbazaza ne devrait pas, notamment, permettre à l’Exécutif d’obtenir le vote favorable des ¾ des députés, nécessaire pour donner le feu vert à la révision de la Constitution. Et à entendre les débats de ces derniers, des députés et leurs partis politiques entendent bien déjouer les intentions des tenants du pouvoir. Les volte-face sont toutefois courantes à la Chambre basse. Certains élus s’affichent au volant de tout-terrain flambant neufs, depuis peu.

Garry Fabrice Ranaivoson

L'express de Madagascar0 partages

Mahajanga – Un Institut de formation paramédicale fermé

Ferme. Le ministère de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique (MESUPRES) a décidé de procéder à la fermeture d’un institut de formation paramédicale, situé à Mahajanga. La décision a été prise, la semaine dernière, après une descente des responsables de ce ministère dans des instituts de formation paramédicale, de la Ville des fleurs. Son local serait introuvable. «Il n’y avait qu’une plaque à l’adresse indiquée dans ses dossiers. Même le directeur régional de la Santé à Mahajanga ne connait pas son siège. Nous avons ensuite convoqué son responsable, malheureusement, il n’était jamais venu», souligne le directeur général du MESUPRES, Blanchard Randrianambinina.Un autre institut à Mahajanga aurait fait une publicité mensongère. « Il a indiqué que toutes ses offres de formation sont habilitées, mais c’est faux ! Seule sa formation en paramédical est habilitée. Il ne devra donc pas inscrire des étudiants pour ces offres de formation non habilitées pour ne pas induire en erreur les jeunes. Le diplôme n’est pas reconnu dans ce cas», enchaine ce responsable. Sur les huit instituts visités lors de cette descente, un seul a convaincu les responsables du ministère. Deux autres ont été acceptables.Le reste a obtenu des recommandations. « Dans l’ensemble, le problème d’infrastructure est le plus grand handicap de ces universités », précise-t-il. Ce problème d’infrastructure ne pourrait pas être le seule explication des mauvais résultats des concours organisés par le ministère de la Santé publique, pour le recrutement des paramédicaux diplômés des instituts privés.En 2015, par exemple, il n’y avait que trois candidats sur des milliers de participants, qui ont obtenu la moyenne au dessus de 12/20. Des mesures strictes devraient être prises par rapport aux qualités des formations et des stages, dont souffrent les étudiants des instituts privés paramédicaux, rejetés par les universités publiques.

M. R.

L'express de Madagascar0 partages

Basket – CCCOI – Cinquième étoile pour l’ASCUT

L’ASCUT quintuple championne de la zone 7, Fandrefiala vient d’inscrire son premier exploit dans l’océan Indien. Les finales ont été jouées à huis-clos.

Des demi-finales et finales sans le public. La phase finale de la Coupe des clubs de l’océan Indien 2017 se sont déroulées à huis-clos, suite à la décision gouvernementale de samedi. « Toute manifestation publique est désormais interdite sur tout le territoire national jusqu’à nouvel ordre », tel est l’extrait de l’arrêté du ministère de la Santé.Les finales ont eu lieu hier au Palais des sports. Après ceux de 2009, 2013, 2015, 2016, l’association sportive de la commune de Toamasina a remporté son cinquième titre en battant la Gendarmerie nationale basketball sur un score de 63 à 61. Les Tamataviens ont imposé un jeu rythmé depuis l’entame de la rencontre, et a mené 17 à 9 à la fin du premier quart-temps. La GNBC réduit l’écart en deuxième période, mais demeure toujours menée 28 à 29 à la pause.La bande à Ibrahim a pu garder l’écart d’un ou deux paniers jusqu’à la fin du match. «Les Malgaches dominent encore dans l’océan Indien, que ce soit en technique ou individuel… Je ne m’attendais pas à une finale un peu compliquée, mais nos jeunes manquent encore d’expériences et ne suivent pas bien les consignes », a confié Herilanto Randriamanalina, dit Bomba, coach de l’ASCUT à l’issue de la finale.« Nos joueurs sont fatigués après trois jours successifs de matches en phase finale. Nous étions plutôt faibles en défense, et nous avons raté beaucoup d’occasions faciles », reconnaît l’entraîneur des gendarmes, Olivier Ratsimizao.L’équipe mahoraise, Basketball club M’Tsapere se trouve à la troisième marche du podium en battant par forfait Beau Vallon des Seychelles, qui n’a plus disputé le match de classement hier. L’ASCUT représentera donc la zone 7 à la coupe d’Afrique des clubs champions en Tunisie en décembre.

Une premièreAprès la première participation ratée en 2015, puis vice champion en 2016 battu en finale par MB2ALL à Antsiranana, Fandrefiala vient de décrocher son premier titre de l’océan Indien ou la zone 7. Le club cham­pion national remporte la victoire face à une autre formation hôte, Tamifa, en finale sur un score de 67 à 42. En début de match, Tamifa a encore imposé son rythme et a même mené 22 à 19 à la fin du deuxième quart-temps.Mais cette domination n’a pas duré. « On n’a fait qu’observer la stratégie de l’adversaire durant les deux premiers quart-temps. On a opté jusque là pour la défense passive… Puis on a changé de tactique après la pause, en appliquant plus de pressing individuel », explique Andry Rakoto­ma­nantsoa, coach de Fandrefiala. « On a géré match par match depuis la phase éliminatoire, pour ne pas sous-estimer tous les clubs qualifiés à cette CCCOI. Mais quand même, on a constaté que les équipes étrangères n’étaient pas à la hauteur », a souligné Cyril Rasoloarijaona, numéro un du club champion.L’équipe championne en titre, MB2ALL surprise par Tamifa en demi-finale, s’est contenté cette fois-ci de la troisième place. « Nous sommes satisfaits de nos résultats, de finir deuxième à notre première participation à la CCCOI. Nos joueuses sont très fatiguées après la demi-finale à 21 heures, alors que celles de Fandrefiala ont joué leur match à 16h 30 », a mentionné Malala Razaza­rohavana, coach de Tamifa. Nambinina Nefatri­niaina de Fandrefiala est élue meilleure joueuse du tournoi, tandis que le trophée du meilleur joueur a été attribué à Valeri Olivier Botou de l’Ascut.Du côté des dames, Fandre­fiala sera le porte-fanion de la zone 7 à la coupe d’Afrique en Angola en novembre.

Serge Rasanda

L'express de Madagascar0 partages

Spectacles – La peste gâche les programmes

Un beau gâchis ! ». Ce sont là les mots qui reviennent le plus souvent aux lèvres des férus de bons spectacles depuis ce week-end. Créant dans le milieu artistique une certaine cacophonie qui continuera sans doute à faire écho  au moins tout au long de cette semaine.La cause de tout ce tintamarre, l’annonce du Premier ministre Olivier Solonandrasana Mahafaly suite à une rencontre avec les premiers responsables du ministère de la Santé Publique, de l’Organisation Mondiale de la Santé et du Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD) à Madagascar.Ce fut samedi après-midi donc que l’affirmation est tombée, « Toute manifestation publique est désormais interdite dans la capitale et ce, jusqu’à nouvel ordre, suite à la propagation de l’épidémie de  peste » peut-on lire dans l’arrêté officiel du ministère de la Santé Publique que le Chef du gouvernement a confirmé lors d’un point de presse. C’est ainsi dans la stupeur que la scène artistique et culturelle, alors en pleine effervescence, tout au long de ce week-end, a accueilli la nouvelle.Une information qui a bouleversé d’entrée la programmation culturelle de tous les organisateurs évènementiels, créant ainsi une véritable onde de choc chez le public, également. « On est dans l’incompréhension la plus totale, choqué et atterré face à cette nouvelle, on n’y peut rien. Ceci dit, on envisage toujours de rattraper le coup et de retrouver le public le plus tôt possible » affirme Imiangaly Razafindrakoto, responsable du Festival « Hay » dont les concerts devaient se tenir hier à Anosy et ont été annulés.Le Festival « Hay! » initié par le collectif Voots Kongregation, qui devait accueillir près d’une trentaine de groupes originaires de toutes les régions de la Grande île sur deux scènes, hier dans la cour du ministère de la Culture, de la Promotion de l’Artisanat et de la Sauvegarde du Patrimoine à Anosy s’est ainsi vu contraint d’annuler sa manifestation. « Jusqu’à très tôt dans la matinée d’hier, on attendait encore l’arrivée d’autres groupes qu’on a exceptionnellement invités pour l’occasion » confie un membre de l’organisation du festival.

Rendez-vous manquésC’est la catastrophe, pour ce jeune festival qui entamait cette année sa première édition, c’est ce qui se fait le plus ressentir. Ceci dit, le Voots Kongregation, toujours aussi solidaire et fraternel reste optimiste et a ainsi tenu à faire programmer à la dernière minute, ses artistes sur la scène du « Dago Festival » sur la place d’Ambohijatovo, la veille. De même, la grande finale du « Hira gasy makotrokotroka» a également été reportée à une date ultérieure, elle qui devait opposer à Ambohijatovo la troupe de Rakotomandimby Jean Pierre à celle de Rafaralahy Raymond, hier après-midi.Laissant à la place un auditoire populaire déçu et attristé, ignorant même la nouvelle. Ceci étant, de tout le lot des rendez-vous manqués, c’est celui qui est censé débuter ce jour même, qui affecte le plus le public, puisque la 28e édition du festival international Madajazzcar est, lui aussi,  victime de cette épidémie de manifestations culturelles annulées, causées par la peste. « C’est très grave, mais on ne peut rien y faire. Le comité d’organisation du festival ne peut malheureusement pas outrepasser les autorités, c’est triste mais on doit s’yconformer et attendre que cela passe, tout en espérant que cela ne gâche en rien ce qui était prévu » souligne Désiré Razafindrazaka, président du comité d’organisation du Madajazzcar. Des rendez-vous manqués qui embrument ainsi la scène culturelle en général et dont on ignore la portée.À l’instar du « Dago Festival » qui a fait preuve de témérité pour satisfaire jusqu’au bout son auditoire, lors de sa clôture, là où sur  scène, des artistes comme Silo Andrianandraina et son El3ktradam ou encore Olo Blaky de Naty Kaly se sont relayés, samedi après-midi.

Andry Patrick Rakotondrazaka

L'express de Madagascar0 partages

Boxe – Championnats de Madgascar – La ligue d’Analamanga fait la différence

La phase finale des cham­pionnats de Madagascar de boxe s’est déroulée à huis-clos ce week-end, au gymnase couvert de Mahamasina. La ligue hôte a brillé en arrachant huit titres sur les vingt et un en jeu, dont cinq chez les élites et trois chez les jeunes.Les boxeurs de la capitale ont ravi trois titres remportés respectivement par Tsilavina Ramasiarifidy (-60kg), Heritovo Sitraka Rako­tomanga (-64kg) et Robin Robiarisoa (-75kg).Du côté des dames, Anala­manga a gagné deux finales, victoires signées Studie Milantosoa (-57kg) et Voahan­gy Ravoniharisoa (-64kg). Dans la catégorie des jeunes, Analamanga a aussi brillé avec trois médailles d’or.Les ligues d’Itasy et d’Atsi­nanana ont pour leur part ravi chacune quatre titres. Itasy a raflé quatre victoires sur les huit finales au programme, remportées par Yves Razanakolona (-52kg) qui conserve son titre, Tanjona Rakotonirina (-56kg), Faly Malala Andrianarison (-69kg) et Jean Théodore Ratsitoroina (-91kg).De son côté, Atsinanana a gagné trois finales chez les dames grâce à Herivola Razafindraibe (-51kg), Roxane  Benaivo (-48kg), George Hélène Tongy (-54kg) et un chez les hommes par Alain Zinot Andrianarivony (-49kg).Ces sommets nationaux ont vu la participation de deux cent dix huit boxeurs élites et jeunes venant des dix ligues sur les treize existantes. Vu le décès du coach seychellois de basketball de ce mercredi, la fédération malgache et celle seychelloise ont décidé de reporter ultérieurement la rencontre amicale prévue sur le sol malgache à mi-octobre.

S.R.

L'express de Madagascar0 partages

Afondasy Legend – Le rap gasy a assuré son come back

Huit  ans après le succès de sa troisième édition, l’Afondasy Legend, la grande messe du rap a tenu, toutes ses promesses samedi à Antsahamanitra.

«La peste n’arrête pas le rap », lance Xtah. Le décret  lancé par le chef du gouvernement impliquant l’annulation de tous les concerts pour éviter la propagation de la peste,  n’a pas réfréné l’ardeur des fanatiques de hip-hop, venus à Antsahamanitra, samedi. Ils  n’ont pas ménagé leur ardeur pour crier leur joie de s’éclater.  Sur les coups des 16 heures. C’est au fameux groupe Krutam-Bull que revient l’honneur d’ouvrir la scène, notamment avec son fameux «Mifanaja». S’ensuivent les prestations de Big Jim Dah.L’ambiance était montée d’un cran lorsque le groupe Da Hopp débarque. Ils ont survolté tout le monde avec leurs anciens tubes. Mention spéciale pour le tube « Kay le an », sur lequel le public a chanté en chœur avec le groupe. Trois heures de temps pour démontrer l’existence légitime du rap malgache, c’était le pari d’« Afondasy Legend ».Cinq minutes auront suffi pour mesurer l’ampleur du chemin parcouru depuis « Masoandro » et « Aza mijanona mandihy », succès qui confirmèrent les talents de Da Hopp (1996).

De tous les âgesLe groupe avec le choregraphe Didi Man, sur scène, ont délecté le public d’une chorégraphie Hip hop énergique et enchanteresse sur la chanson « Jump » de Kris Kros, toujours en hommage à ce rap dans lequel il a baigné. Autour de 18h, lorsque Raboussa et sa chanteuse Fy sont montés sur scène, la foule etait comme hypnotisée. Est-ce dû au charisme de Raboussa où à la tenue que Fy portait ? Les deux ont su, en tout cas, capter l’attention de quatre mille spectateurs dès les premières notes de « Otran’lah ihany za».Dans le public, il y avait ce soir-là des connaisseurs, des gens venus par curiosité, des trentenaires nostalgiques, et même des personnes plus âgées probablement guidées par leurs walkmans usés.

Sitraka Rakotobe

L'express de Madagascar0 partages

Vatovavy Fitovinany – Distribution de kits  scolaires 

Le gouvernement poursuit son appui social pour la rentrée scolaire 2017. Vendredi dernier, le ministre des Transports et de la Météorologie, Ralava Beboarimisa, a distribué, au nom du président Rajaonarimampianina et de la Première Dame, des kits scolaires, pour la région Vatovavy Fitovinany. Ces kits scolaires sont destinés aux élèves du T5 classe d’examen. Le ministre, en tant que coach de la région Vatovavy Fitovinany, a réitéré son soutien aux EPP de cette région, dont trois districts pour cette première série : Mananjary, Manakara et Vohipeno. Chaque kit scolaire est équipé d’un cartable, de quatre cahiers de 100 pages, de quatre stylos, d’un crayon, d’une trousse, d’une règle, d’une gomme et d’un compas.En outre, trois autres districts auront leur part de kits scolaires, de la part du ministre Ralava Beboarimisa dans un deuxième temps. Il s’agit des districts d’Ifanadiana, d’Ikongo et de Nosy Varika.

L'express de Madagascar0 partages

L’artiste Rah-Ckiky agressé

Le chanteur Rah-Ckiky a été victime de coups et blessures volontaires à Antanandava, Toamasina II, samedi soir. De vieilles rancœurs du mari de son ex seraient à l’origine de cette agression, selon le commis­saire central de Toamasina I. Il a été admis au service de réanimation médicale de l’hôpital principal local. Son médecin indique qu’il n’y a rien à craindre quant à son état de santé..

L'express de Madagascar0 partages

Jean Laborde, le révolutionnaire

Agent et conseiller de Ranavalona Ire, le Français Jean Laborde arrive à 27 ans à Antananarivo, en novembre 1832, juste avant l’ostracisme des Européens. Il est muni d’une lettre de recommandation du Malouin Napoléon de Lastelle, associé de la reine installé du côté de Mananjary. Forgeron de métier, il décide de courir le monde quand, parti à la recherche d’un fabuleux trésor, une tempête le jette sur la côte malgache. Esprit inventif, ouvrier habile, organisateur remarquable, il sait se rendre indispensable à la reine. Généralement doué, « il a tout tenté et presque toujours réussi ».Il fabrique d’abord des fusils à Ilafy, prenant la suite du Français Droit. Mais c’est en 1837 qu’il introduit véritablement l’industrie dans le pays en fondant, au prix d’innombrables difficultés et avec20 000 manœuvres, près de sources abondantes, les établissements de Mantasoa à 60km de la capitale. Il y a un groupe de 10 000 ouvriers, la main-d’œuvre la plus nombreuse étant fournie par la corvée royale. Jean Laborde emploie aussi des soldats de l’armée de la reine. Des apprentis viennent d’Antananarivo pour apprendre un métier.Les usines de Mantasoa, appelées « Soatsimanam-piovana » (le beau qui ne change pas) sont bâties en 1837 dans un emplacement idéal, à la lisière de la forêt et sur la Varahina, qui assurent bois de chauffage et eau. Laborde y crée deux lacs artificiels, dont le Ranofitoloha qui recueille les eaux de sept petites rivières. Les eaux des deux lacs retenues par de solides barrages, font fonctionner les machines d’au moins14 industries dont les principales sont celles de l’armement (fusils), de la savonnerie, du tannage, de la porcelaine, du verre, du fer, etc. Dans le haut-fourneau élevé en 1843, il fait fondre le minerai extrait du sol jusqu’en 1857.À côté de ses usines, se trouvent les locaux d’élevage de vers à soie, les divers magasins, les poudrières. Et disposés çà et là, mais dans un ordre harmonieux, les cases d’habitation des ouvriers et des surveillants ainsi que les maisons de plaisance de la reine, du Premier ministre et des officiers quand il leur plaît de s’y rendre. Jean Laborde n’oublie rien, même pas son tombeau dressé au milieu de la cité ouvrière.En 1839, il se fait charpentier pour construire en bois le Palais de Manjakamiadana pour Ranavalona Ire, que plus tard Cameron revêtira d’une façade de pierres pour Ranavalona II. Il se fait architecte et maçon pour réaliser le tombeau du Premier ministre à Isotry…On lui doit aussi d’avoir introduit des bœufs de trait, des antilopes, des moutons mérinos, la vanille, l’arrow-root, les pommes et la vigne, les cyprins dorés et les carpes. Pour la reine, il fabrique du vin, des sirops, du rhum, du jambon et du fromage ainsi que des bijoux, des meubles, des instruments de musique et des fleurs artificielles.« Tout cela sans aide autre que les indications techniques qu’il puisait dans des manuels de vulgarisation utilisés en France à la même époque. »Mais Jean Laborde doit lui aussi fuir son pays d’adoption en 1857, chassé avec Lambert par l’implacable Ranavalona Ire à cause d’une conspiration ratée contre elle. Ses cinq années d’exil suffiront pour faire de terribles ravages à Soatsimanampiovana. « Le travail manquant, les habitants ont émigré pour ne pas mourir de faim. De la filature, il reste à peine quelques débris…» (Capitaine Dupré, 1862). Quelque chose en reste pourtant. Bon nombre de ses ouvriers et apprentis continuent à se livrer pour leur propre compte à l’activité qu’il leur a enseignée.Jean Laborde revient en janvier 1862 comme consul de France auprès de son filleul, le prince Rakoto, devenu Radama II à la mort de sa mère.

Texte : Pela Ravalitera - Photo : Archives personnelles

L'express de Madagascar0 partages

Tennis – Vintage Cup – Benaivo et Fitia conservent leur titre

Pour la deuxième année consécutive, Benaivo et Fitia ont remporté la Vintage Cup. Dans le tableau parent/enfant, la victoire finale est revenue aux Rakotobe.

Et de deux pour Nantenaina Rakotobe (Ministère de l’Éducation Nationale) et Fitia Randriamifidimanana (ComCo/Pok Pok). Tenants du titre, ils ont aligné un deuxième sacre de rang à l’Allianz Vintage Cup, hier sur la terre battue du Country Club Ilafy. Et ce, au terme d’une finale de toute beauté contre Andry Tiana Ravalomalala (MCC) et Angolatiana Razafindrakoto (Lambert Fialamboly). Ces derniers ont démarré le match tambour battant. Grâce notamment à une défense de fer d’Andry Tiana, ils ont enlevé le premier set (0/4). La réussite était aussi de leur côté, comme en témoigne cette volée en revers à l’arraché d’Angolatiana dans le troisième jeu, qui a atterri juste sur la ligne et qui a surpris tout le monde.Dos au mur, Benaivo et Fitia se sont repris dans la deuxième manche, démontrant sur chaque échange leur superbe complémentarité. Résultat, les deux équipes se sont retrouvées à égalité (4/4). Il fallait donc se départager à la mort subite. Et c’est sur une ultime volée gagnante au filet que Fitia a conclu la rencontre.Dans la foulée, le moment où Fitia exulte et tombe dans les bras de Benaivo, pour célébrer leur victoire, restera comme l’image du weekend.

À sens unique« Après quelques jeux, on a décidé de balancer le premier set, pour mieux se reconstruire dans le deuxième », a soufflé Benaivo à la fin, à propos du déroulement du match.Si la finale du double mixte a été très disputée, celle du tableau parent/enfant a été à sens unique. Gilles et Kristina Rakotobe (Langâno) ont déroulé face à Caroline et Morgan Meurisse (Groupe Axian), pour l’emporter sur le score sans appel de 6/1 4/1.Comme chaque année, le Country Club réserve le Trophée de l’Elégance pour le joueur le plus en phase avec l’esprit rétro de l’évènement. Il est revenu à Narson Rafidimanana (Fruidiles) et Camille Fleury (Vitogaz). Un nouveau prix a également été créé à partir de cette édition 2017, dénommé « The best newcomer », destiné aux joueurs qui participent pour la première fois à la compétition. Il a été attribué à Nathalie Schwarte (Topgasy Event).

Haja Lucas Rakotondrazaka

L'express de Madagascar0 partages

Madajazzcar – Le programme suspendu

Par communiqué radio et télédiffusé, également paru sur leurs pages Facebook officielles respectives, le samedi 30 septembre à20 heures 23, la Présidence et la Primature de la République de Madagascar proscrivent la tenue de toutes réunions ou manifestations publiques pour raisons sanitaires.En conséquence, le Comité d’organisation du Festival International Madajazzcar a le regret d’informer le public, ses partenaires, ses sponsors, les coorganisateurs, les prestataires, les artistes et toutes les parties prenantes que le concert d’ouverture prévu se dérouler le lundi 2 octobre 2017 à 19 heures sur le parvis de la Gare de Soarano est annulé.Par ailleurs, en attendant plus de précisions de la part des autorités sur la conduite à tenir, les événements programmés du 2 au 14 octobre 2017 par le Comité d’organisation sont suspendus jusqu’à nouvel ordre.

Pour le Comité d’organisation Désiré Razafindrazaka

L'express de Madagascar0 partages

Football – THB Championships League – Cnaps Sport Itasy tenu en échec

La Cnaps Sport Itasy retombe dans ses travers. Après une brillante victoire vendredi, qui a quelque peu fait oublier son élimination prématurée en huitièmes de finale de la coupe nationale, le club quadruple cham­pion de Madagascar a concédé le nul face à l’USSK Diana, hier au stade Alexandre Rabema­nanjara de Mahajanga.Score final, un but partout dans cette rencontre comptant pour la deuxième journée de la phase II, en THB Champions League.Les deux autres rencontres dans la Cité des Fleurs se sont également soldées par des résultats de parité. FC Maeva Betsiboka et Varatraza Sofia ont offert un festival de buts, mais n’ont pas pu se départager (2-2). Tandis que HZAM Alaotra Mangoro et Ajesaia se sont séparés sur un score nul et vierge.Au classement de ce groupe de Mahajanga, trois clubs sont devant avec quatre unités chacun, à savoir Cnaps Sport, HZAM et Ajesaia. Derrière, Varatraza, USSK et FC Maeva sont chacun crédité d’un point.

Dos-à-dosDu côté du stade moder­ne d’Ampasambazaha à Fianarantsoa, Elgeco Plus et Cosfa ont chacun signé un deuxième succès de rang dans cette phase II, hier. Les deux représentants d’Anala­manga ont respectivement disposé de Zanakala FC Haute Matsiatra (2-0) et de RTS Jet Mada Itasy (1-0).Auparavant, dans le premier match du jour, FC Angele Anosy et Top Dom Amoron’i Mania ont fini dos-à-dos (1-1). Logiquement, Elgeco Plus et Cosfa mènent la danse au classement, avec six points chacun.Suivent RTS Jet Mada (3 pts), FC Angele (1 pt) et Top Dom (1 pt). Zanakala FC, qui évolue pourtant à domicile, ferme la marche avec un zéro pointé.

Haja Lucas Rakotondrazaka

L'express de Madagascar0 partages

Quatre blessés dans une collision de bus 

Deux bus de Tanà-Mahitsy se sont télescopés à Andranotapahana, samedi matin, en faisant quatre blessés. Les victimes ont été évacuées d’urgence à un hôpital à proximité. Une enquête a été ouverte après le constat des dégâts matériels qui ont été importants.

L'express de Madagascar0 partages

Spoken word – Caylah and Men offre  un spectacle inédit au NCB

« Viens, je t’emmène chez moi », le premier texte avec lequel Caylah a ouvert la soirée du jeudi au nouvel établissement No Comment Bar sis à Isoraka, fait état de son univers à elle : une jeune femme dans un monde de brutes. Un cri d’alarme, un désir de changement et une envie d’un monde meilleur se lisent entre les lignes.Le deuxième texte parle des sales affaires de la politique et de ses hommes et même de la colonisation, de la confiance que portent certaines opinions sur nos leaders politiques. Vêtue d’une tunique et d’un short à motifs africains, Caylah affiche de l’assurance devant une bonne assistance pleine d’envie de détente et d’une « thérapie » de jeudi.Soigner les maux par les mots, telle est sa devise. Slam, poésie et musique sont ses méthodes. Entourée de Miora Rabarison à la guitare, Eric Rasoarimanana à la batterie, Andrianantenainana Andriatiana à la trompette et Rybota Ramalajaona à la basse, le groupe Caylah and Men au grand complet a marqué d’une façon singulière l’ouverture officielle de No Comment Bar à Isoraka à travers sa prestation.« Normalement, le slam se pratique en à capella. Et avec les instruments de musique que vous voyez ici, cela entre dans le rythme Spoken word. Avec une scène comme celle-ci, il se trouve que les femmes ont aussi leur place. Et les artistes féminines sont appréciées à leur juste valeur », a fait savoir la belle slameuse avec satisfaction.Des slams en français, en malgache et en anglais ont été partagés au public lors de cette soirée dont la deuxième partie a été marquée par le slam en français portant le titre Schizophrénie. C’était comme une sorte de description de sa personne. Durant toute la soirée, deux bonnes heures environ, le groupe Caylah and Men a trouvé les mots justes pour mettre en valeur la femme, sa sensualité, sa sensibilité et le monde dans lequel elle souhaiterait vivre et s’épanouir.

Ricky Ramanan

L'express de Madagascar0 partages

Décès du coach seychellois – Le rapatriement de la dépouille en suspens

Suite à une décision du gouvernement malgache via un arrêté du ministère de la Santé publique, « Toute manifestation publique est désormais interdite sur tout le territoire national jusqu’à nouvel ordre ». Par conséquent, tous les matches de la phase finale du samedi et dimanche prévus au Palais des sports ont dû être joués à huis-clos.La décision a été prise après la confirmation par l’institut Pasteur d’un cas de peste pulmonaire urbaine, cause du décès le mercredi soir du coach de Beau Vallon Heat Basketball club des Seychelles, Allisop Alex Jimmy.Une réunion d’urgence dirigée par le Premier ministre Mahafaly Solonandrasana Olivier s’est tenue samedi matin en présence du ministre de la Santé, celui de la Jeunesse et des sports, celui de l’Eau, de l’Énergie et des hydrocarbures, ainsi que des représentants de l’UNICEF, OMS et PNUD. Le mardi soir, le coach seychellois a été d’abord évacué à l’hôpital Mpitsabo Mikambana, puis transféré à la Polyclinique Behoririka le mercredi matin, et à l’Espace médical un peu plus tard avant d’être évacué à l’hôpital militaire à Soavinandriana, où il a succombé vers 19 heures.Le défunt a été ce soir là déclaré mort d’un arrêt cardiaque, selon une source auprès du comité d’organsation de la Coupe de l’océan Indien de basketball. Le cas de peste pulmonaire urbaine n’a été confirmé que samedi matin, après quatre tests négatifs puis deux autres positifs.

Répercutions négativesLa fédération malgache de basketball, organisatrice de la CCCOI a pris en charge tout ce qui est administratif et financier. Au début, le défunt devrait être rapatrié hier, mais après la confirmation du cas de peste, la discussion se poursuit encore entre les deux gouvernements malgache et seychellois.Dans le but d’éviter tout débordement des spectateurs venus nombreux au Palais des sports l’après-midi, mais ignorant encore de la décision gouvernementale, l’organisation a dû renforcer les éléments des forces de l’ordre. Heureusement que les matches ont été diffusés en direct sur la chaine nationale samedi et dimanche.Pour précaution, tous les membres des délégations participantes à la CCCOI, joueurs et joueuses, dirigeants, entraineurs et arbitres ont tous dû passer par un dépistage effectué par les médecins désignés par le ministère de la Santé publique, l’après-midi du samedi. Inévitable, cet incident aura des répercussions négatives sur le tourisme à Madagascar, ainsi que l’accueil des prochaines compétitions internationales sur le sol malgache.

S.R.

L'express de Madagascar0 partages

Neuf taulards introu­vables

Pour l’heure, neuf fugitifs restent insaisissables après leur évasion de la prison d’Ambatondrazaka, le samedi 23 septembre. Les recherches se pour­suivent toujours dans la région d’Alaotra. Les unités de la gendarmerie et les services de police ont été déjà avisés de leur identité.

L'express de Madagascar0 partages

Tennis – Master – Toky Ranaivo en lice en Egypte

Une qualification historique. Toky Ranaivo, pensionnaire au centre d’entraînement de la fédération internationale de tennis de Casablanca au Maroc, a décroché sa place pour disputer le Masters U14 qui se joue à partir de ce jour sur les courts de l’hôtel El Solaimaneyah Resort en Egypte.Cette qualification pour le Masters a pu se faire grâce à son parcours durant les championnats d’Afrique U14 sur terre battue, qui se sont achevés samedi, toujours en Egypte.En simple, Toky Ranaivo avait atteint les quarts de finale où il avait perdu contre le Marocain Medhi Benchakroun 6/3 5/7 0/6, et la demi-finale en double en s’associant avec Lanja Rakotozandriny.Toky Ranaivo sera donc le troisième joueur malgache qui aura le privilège d’évoluer dans un Masters africain U14, après Randy Randrianasoloson et Andritoavina Ratsimandresy durant l’année 2013. Il évoluera avec les sept autres meilleurs joueurs africains du moment, qui sont El Amine Hamza (Maroc), Medhi Benchakroun (Maroc), Carl Roothman (Afrique du Sud), Salah Eldin Mohamed, Ahouda Walid (Maroc), Connor Kruger (Afrique du Sud) et Youssef Sadek (Egypte).Si Toky Ranaivo est qualifié pour les Masters, le reste de la délégation malgache qui a évolué aux championnats d’Afrique, à savoir Lanja Rakotozandriny, Mialy Ranaivo, Narindra Ranaivo, Fenosoa Rasendra sont  attendus ce jour à Ivato, tout comme l’entraîneur Harivony Andrianafetra.

Dina Razafimahatratra

L'express de Madagascar0 partages

Motocross – Cinquième place pour Aina Razakasoa

Aina Razakasoa a disputé sa toute première course en Afrique du Sud samedi, en catégorie MX2 250 cm3, au « Zone 7 MX regionals and club championship ». Au guidon de son Husqvarna FC-250, il a terminé à la cinquième place du classement général, au terme des deux courses au programme.Dans la première manche de vingt-minutes, Aina a pris un mauvais départ. « J’ai glissé sur le béton et j’étais dernier. Je me suis battu avec deux autres pilotes pour la quatrième place. Mais je suis tombé à deux tours de l’arrivée, en raison du manque de visibilité au niveau de mes lunettes », regrette-t-il.Par la suite, dans la deuxième manche, Aina a réglé la mire avec un départ réussi et a fini cinquième. « Au général, j’ai pris la cinquième position, avec comme adversaires des pilotes nationaux de très haut niveau. Mais je sens que je peux encore augmenter mon rythme », analyse-t-il à propos de cette première sortie.

H.L.R.

Midi Madagasikara0 partages

Marovazaha Anjozorobe : Nokapain’ny dahalo antsy ny tompon-trano

Ny sabotsy alina lasa teo, tokony ho tamin’ny sivy ora tany ho any dia tanana iray, antsoina hoe Antsevakely, ao amin’ny kaominina Marovazaha, no lasibatry ny asan-dahalo. Vokany, omby roa no lasa ary naratra mafy nokapain’ireo jiolahy ny antsy ny tompon-trano. Raha ny angom-baovao azo dia toa hoe, efa in-droa nandalovan’ny dahalo tao amin’ity tokantrano ity, satria ny omalin’io fanafihana io dia efa nanao amboletra tao ireto andian’olon-dratsy ireto, izay naka ny omby. Ny ampitso dia ity novonoin-dry zareo ity ny tompon-trano. Efa nampandrenesina ny mahakasika ity tranga ity moa ireto tompon’andraikitry ny filaminana any an-toerana. Ilay naratra kosa dia efa nentina novonjena tany amin’ny toeram-pitsaboana. Amin’izao fotoana izao tokoa, dia miaina anaty horohoro ireo mponina ao avarabaratry ny distrika Anjozorobe, noho ny tsy fisian’ny fandriampahelemana izay afitsoky ny dahalo. Hatramin’ny fiangonana aza no miaina anaty tebiteby noho izay resaka izay, toy ny mahazo ny fiangonana iray ao Ambavasambo.

m.L

Midi Madagasikara0 partages

Analamanga Park : « Bungalow » telo levon’ny afo

May Analamanga Park. Hatairana ny an’ny rehetra izay nandalo tamin’iny lalam-pirenena fahafito iny omaly maraina. Nidona-tsetroka ary nilelalela ny afo teny Analamanga Park. Araka ny fampitam-baovao azo dia « bungalow » telo no indray kilan’ny afo tanteraka. Tsy nisy kosa aloha aina nafoy na ny naratra. Voavotra daholo ihany koa ny entana, raha ny fanamarihana azo. Tokony ho tamin’ny sivy ora maraina tany ho any no niseho ity fahamaizana ity, araka ny loharanom-baovao avy amin’ny mpitandro filaminana misahana iny faritra iny. Hatreto raha ny fanadihadiana aloha, araka ny fanazavàna, dia vokatry ny doro tanety teo amin’ny manodidina no nahatonga ny loza. Mazava ho azy fa tsy voafehy ny afo ary niitatra tamin’ireo trano tao amin’ity « park » ity. Soa ihany fa tamin’io fotoana io dia tsy nisy olona tao amin’io « bungalow »io. Noho ny hita fa nihananatona kosa ny loza dia efa navoaka mialoha ireo entana ka izay no nahaavotra ireto farany. Na izany na izany aza dia potika tanteraka ireto trano telo ireto. Nidina avy hatrany teny an-toerana moa ireo tompon’andraikitra isan-tsokajiny avy, nampian’ireo mpamonjy voina. Tokony ho tamin’ny 12 atoandro teo no voafehy tanteraka ny afo teny an-toerana. Nanokatra ny fanadihadiana avy hatrany moa ireo zandary. Raha somary hitarina mantsy dia mety ho azo sokajiana ho doro trano niniana natao ihany nanjo an’Analamanga Park ity. Saingy ny mbola mahavalalanina ireo mpitandro filaminana aloha hatreto, dia voalaza fa tsy nisy tamingana olona teny amin’ny manodidina, izay mety ho nahita izay nandoro ilay tanety. Tsy misy afa-tsy tampon-tanety sy tanimbary tokoa mantsy manodidina ity « park » ity.

m.L

Midi Madagasikara0 partages

Razafimamy Christian na “Ra-Chicky” : Notsatohan’ny roalahy sabatra tao an-tranony

Nampiaka-peo ny mpandrindra ny Mapar eto Toamasina, ny solombavambahoaka Rtoa Naharimamy Irma Lucien, amin’ny firongatry ny tsy filaminam-bahoaka sy ny fahamaizanan’ny tanàna noho fahatapahan’ny heinaratra lava eto Toamasina. Ny alahady maraim-be tokony ho tamin’ny telo ora latsaka fahefany, dia nisy  roa lahy samy nitondra sabatra, tao amin’ny tranon’ny mpikambana amin’izy ireo eto Toamasina, tsy iza fa ny mpanakanto Ra-kicky na Razafimamy Christian. Araka ny fitantaran’ny vadiny, Rtoa Diane Françoise dia efa tafiditra tao an-tranon’izy ireo tao Tsarahonenana Toamasina Suburbain ireto roa lahy nitondra sabatra ireto vao taitra ny vadiny; nisy noho izany ny ady nifanaovan’izy ireo sy Ra-kicky nandritra izany. Ny vadiny nikiaka mafy voafiran’ny sabatra no nanaitra azy mianaka ka avy hatrany dia niantso vonjy ka nitsoaka ireto olona roa ireto. Tao anatin’izay anefa, dia dian’antsy telo be izao no nanjo an-dRa-kicky, teo amin’ny hatony sy ny lamosiny ambony havia ary ny tanany. Tsy nisy zavatra nalaina anefa ireto olona roa nitondra sabatra ireto nandritra izany. Efa tany amin’ny efatra ora sy sasany no tonga teny amin’ny hopitaly be ity mpanakanto mpikamban’ny Mapar ity noho ny famonjen’ny mpiara-monina taminy, koa avy hatrany dia nampidirana toeram-pandidiana tamin’ny dimy ora maraina; nefa noho ny hamafin’ny ratra nahazo azy sy ny fahaverezan-drà be loatra taminy, talohan’ny nahatongavany teny amin’ny hopitaly be. Ankoatra izay mikasika ny fahatapahan’ny herinaratra omaly teto Toamasina izay, indroa be izao sy naharitra, dia nambaran’ny talen’ny Jirama Toamasina fa ny fahasimbana tamin’ny tamba-jotra mitondra ny herinaratra Volobe – Toamasina no nisy fahasimbana tampoka. Efa miverina ara-dalana ny herinaratra izao, saingy nambaran’Atoa Veloson Leonard, fa efa mitily ny olana misy izy ireo ankehitriny tsy hiverenan’ny fahatapahana intsony…

Malala Didier