Les actualités Malgaches du Samedi 02 Septembre 2017

Modifier la date
Midi Madagasikara821 partages

350 millions de caution : Elimination de candidats par l’argent en 2018

La HCC et la CENI jouent un rôle majeur dans la tenue d’une élection présidentielle à Madagascar.

La prochaine élection présidentielle ne serait pas l’affaire des candidats à faibles moyens financiers.

Le comité interministériel chargé d’élaborer des avant-projets de décret et des avant-projets de loi en vue de modification de certaines dispositions de l’actuel code électoral et même de l’adoption des tous nouveaux textes est déjà opérationnel. Présidé par le premier ministre Mahafaly Solonandrasana Olivier, ce comité est composé d’un représentant du secrétariat général du gouvernement, d’un représentant du ministère des Finances et du Budget, d’un représentant du ministère de la Communication et des Relations avec les Institutions, d’un représentant du ministère de l’Intérieur et de la Décentralisation, ainsi que d’un représentant du ministère de la Justice. La première réunion du comité interministériel s’est tenue avant-hier au Palais d’Etat de Mahazoarivo. D’après nos sources, si les normes internationales fixent à six mois la durée nécessaire à la sensibilisation et à la vulgarisation des textes électoraux, le gouvernement envisage de boucler ses travaux au plus tard au mois de février ou de mars 2018. Et si la prochaine élection présidentielle aura lieu en décembre 2018, la CENI et la société civile disposeront d’un délai de huit mois pour sensibiliser la population sur les nouveaux textes.

Petits candidats. A l’allure où vont les choses, plusieurs décrets et plusieurs lois seraient adoptés après les travaux du comité interministériel. Ces nouveaux décrets et nouvelles lois qui vont modifier ou compléter l’actuel code électoral et ses textes subséquents pourraient intégrer des nouvelles dispositions qui permettraient de combler les vides dans les textes en vigueur. Ces nouvelles dispositions pourraient régir entre autres la précampagne électorale, l’établissement du calendrier électoral et le financement des partis politiques. Des indiscrétions ont permis de savoir que la caution de 250 millions fmg par candidat à l’élection présidentielle serait révisée à la hausse suite aux propositions des représentants des partis politiques recueillies durant les différents ateliers organisés par la Commission Electorale Nationale Indépendante. Le nouveau montant de 350 millions fmg a été proposé. Or, l’ancien montant de 250 millions fmg a été déjà jugé très élevé par les candidats aux présidentielles de 2013. On se souvient que des candidats qui ont déjà déposé en 2013 leurs dossiers de candidature auprès de la CES (Commission Electorale Spéciale) ont été disqualifiés faute de ne pas avoir pu s’acquitter de cette caution de 250 millions fmg.

Code d’éthique et de bonne conduite électorale. Si la révision à la hausse de la caution de 250 millions fmg sera confirmée, le pouvoir en place sera accusé de procéder à l’élimination par l’argent des candidats qui ont des bonnes idées pour le développement du pays, mais qui n’ont pas les moyens financiers pour pouvoir mener une campagne électorale où l’argent est utilisé à flots pour influencer le choix des électeurs. Outre la révision de l’actuel code électoral, on a appris que la CENI envisage de faire signer un code d’éthique et de bonne conduite électorale avant les élections de 2018. Ce code sera élaboré à partir des nouveaux textes électoraux qui vont servir de sa base légale. En tout cas, bon nombre de politiciens ne cessent de crier haut et fort que l’actuel code électoral ne permettra pas d’organiser des élections libres, démocratiques et acceptées par tous. Certains craignent même le syndrome kényan. Dans ce pays d’Afrique orientale, la Cour Suprême vient d’invalider, à cause des irrégularités constatées par l’opposant candidat Raila Ondinga, le résultat d’une élection présidentielle gagnée d’après les scores publiés par la commission électorale par le président en exercice Uhuru Kenyatta. Une nouvelle élection est à tenir dans les deux mois à venir au Kenya.

R. Eugène

Midi Madagasikara234 partages

Ambalamanasy Toamasina : Tratran’ny FIP ny valo lahy ikohizana amin’ny famakian-trano

Saika isanandro dia mahazo fitarainana sy fitoriana ny FIP eto Toamasina amin’ny resaka vaky trano ao amin’ny fokontany Ambalamanasy, carreau I sy II ary III. Ireo kojakojan-tokantrano sy fitaovana elektronika ary ireo entana mora bataina dia lasibatr’ity andian-jiolahy ity avokoa. Raha naharay antso ny polisin’ny FIP ny alakamisy tolakandro teo dia tonga nisambotra ireto andian-jiolahy izay mitondra tsy filaminam-bahoaka ireto. Tsy vitan’ny maka ny entana ao an-trano lasibany ireto andian-jiolahy manao andiany valo ireto, fa mbola mamono ihany koa ho an’ireo tokantrano manakana ny asa ratsiny. Ny faran’ny herinandro teo dia tokantran’ny mpampivelona miasa any an-toerana, sy fianakaviana tsy tafody noho ny fetim-pianakaviana, no lasibatr’ireto andian-jiolahy ireto. Tsy nisy niangana afa-tsy ny fitafiana sy fanakana tsy zakan’izy ireo tao an-trano. Raha ny fanazavana dia tokantrano manodidina ny roapolo no efa novakian’ireto andian-jiolahy miisa valo ireto. Ny angom-baovao ihany koa no nahalalana fa vao nivoaka ny fonja ny volana jona farany teo noho sazy enim-bolana azony tamin’ny resaka halatra sy vaky trano ihany, Ingahy Donah, 33 taona, sefon’ireto andian-jiolahy ireto, sy Ingahy Daniel 30 taona lefiny. Ingahy isany Patrick, Fidele, Jean, Francis, ary Jacky sy Faly izay voasambotra ny zoma maraim-be, kosa dia naman’izy ireo nantsoina nanamafy ity andian-jiolahy mpamaky trano ao Ambalamanasy ity. Maro ireo entana tratra ho porofon’ny famakiana trano vitan’izy valo lahy hita tao an-trano ipetrahany, sy nalaina tany amin’ny tranon’olona nivarotan’izy ireo izany ihany koa. Manao antso avo noho izany ny polisy ho an’ireo nanana trano vaky tao Ambalamanasy rehetra mba ho tonga eny anivon’izy ireo hijery sy hanamarina ireo entana efa hita hatreto…

Malala Didier

Midi Madagasikara228 partages

Alaotra : Sarona Itokanono, mpimasin’ny dahalo

Mpimasy malaza sy atahoran’ny vahoaka  miisa 3 no saron’ny zandary amin’izao fotoana izao miaraka amin’ireo dahalo 20 tena raindahany sy ody gasy  amin’ny kilao maro  .Manao ny ainy  tsy ho zavatra ny zandary  aty Alaotra amin’izao fotoana izao ,ary manomboka mandositra ireo dahalo tsy voasambotra ,satria raha i Tokanono dia ramatoa efa ho 75 taona any ho any ary manompo devoly mihitsy satria izy avokoa no mpimasin’ireo dahalo any amin’iny faritra iny. Etsy andanin’izany, omby an-jatony no notafihan’ireto dahalo an-jatony  mirongo fitaovam-piadiana mahery vaika, toy ny kalaknikov, mass 36 fitaovam-piadiana mahery vaika  tany amin’iny tananan’ny Fololahy Ambalamanasy sy Morafeno, kaominna Antanimenabaka, samy ao anatin’ny distrikan’Andilamena, nanomboka ny faha-16 Aogositra 2017 lasa teo .Nalaky ny fiantsoan’ireo fokonolona ny zandary ka raikitra ny fifampitifirana, ka  rehefa madiva ho tratra ireto dahalo dia niverina nitodika sy nijanona nifanatrika an’ireto zandary. Ny dahalo izay toa tsy laitran’ny bala ny sasany,  hoy ny loharanom-baovao. Vaky nandositra ireo fokonolona marobe  nanampy ireo zandary   ka zara raha zandary 15 sisa no nifanandrina tamin’ireo dahalo, izay manana fitaovam-piadiana mitovy amin’ny an’ny zandary .  An-jatony ireo dahalo manesy ireo omby efa ho an-jatony maro ihany koa, izay samy mitondra basy  , ka ny sasany avy eny aloha ,ny sasany amin’ny  sisiny andaniny roa ary ireo tsy laitram-bala no eny afara mifanehitra amin’ny mpitandro ny filaminana. Atao eo afovoany ny omby.  Moa tsy toy ireny amin’ny horonantsary western ireny, hoy ny fanazavan’ny fokonolona. Hentitra ny baikon’ny lehiben’ny zandary aty amin’ny faritra Alaotra Mangoro, ny kolonely Randriamaharivo Hery Lala, raha nihaona tamin’ny mpanao gazety, fa tsy nisy naninona ny zandary ary tafaverina amin’ny tompony ny omby  an-jatony nangalarina, ary hofongorina ny ratsy.

Janus R

L'express de Madagascar165 partages

Bicentenaire

Le président de la Répu­blique Hery Rajaonari­mampianina a rejoint Londres, hier, dans le cadre de la célébration du bicentenaire des relations diplomatiques entre Madagascar et la Grande Bretagne. Diverses manifestations économiques et culturelles sont prévues à cette occasion. Ce voyage sera certainement mis à profit pour la préparation de la réouverture de l’ambassade de Madagascar au Royaume uni.

Midi Madagasikara113 partages

Hery Rajaonarimampianina : Parti pour Londres hier

Hery Rajaonarimampianina à son départ d’Ivato, hier, pour Londres.

Le Président Hery Rajaonarimampianina a rallié Londres, hier, pour assister à la réouverture de l’ambassade de Madagascar à Londres. Notons que cette année marque les 200 ans de l’arrivée de London Missionary Society à Madagascar, célébrés récemment à Antsiranana avec le premier Jubilé de l’église réformée FJKM. On célèbre également les 200 ans des relations diplomatiques entre nos deux pays. Relations qui ont officiellement débuté au temps du règne de Radama 1er qui avait invité le LMS à partager leurs savoirs et savoir-faire mais aussi leur foi. En ce temps-là, la Couronne britannique était la première à reconnaître l’unicité du Royaume de Madagascar en son seul roi Radama. Depuis, l’Angleterre partage une histoire commune et très amicale avec la Grande Ile et aura laissé bien des empreintes dans la culture et la langue malgaches. Il faut savoir que les reines de Madagascar avaient plus d’affinités avec les Anglais protestants que les Français catholiques. Vers les années 1880, l’Angleterre entretenait un consulat à Toamasina. Aujourd’hui, Le Royaume-Uni y détient toujours un consulat. Il a aussi une ambassade dans la Capitale, rouverte en 2012 et représenté par Timothy Spencer Smart, Ambassadeur du Royaume- Uni à Madagascar.

Recueillis par Dominique R.

Midi Madagasikara96 partages

Trafic de concombres de mer : Le navire « Savannah » intercepté par le CSP

Ce navire dit « Savannah » a été dérouté au port de Nosy-Be.

Un important lot de matériels de plongée ainsi qu’un stock d’holothuries ont été saisis.

Le Centre de Surveillance de Pêche (CSP) au sein du Ministère des Ressources halieutiques et de la Pêche vient de réaliser une grosse capture dans son filet. En effet, il a intercepté le navire « Savannah » de 22 mètres de long, appuyé par trois vedettes dénommés CHAFY, équipés de moteur hors bord respectivement 60cv et 85 cv pour les deux derniers, au niveau du Banc de la Cordelière au nord ouest de Nosy-Be, le 25 août dernier. Cette action entre dans le cadre de la 50e mission du Programme Régional de Surveillance des Pêches (PRSP) de la Commission de l’Océan Indien. Le bâtiment de surveillance est composé des inspecteurs de pêche de cinq nationalités différentes, à savoir de Madagascar, du Mozambique, de Seychelles, de Comores et de la Réunion.

Des matériels saisis. Durant le contrôle, l’équipe de visite a saisi un important lot de matériels de plongée ainsi qu’un stock d’holothuries ou de concombres de mer. Il s’agit notamment de 43 bouteilles de plongée, de deux compresseurs, de huit paires de palme, de cinq masques de plongée, ainsi que d’un bac de 200 litres contenant une centaine d’individus d’holothuries de grande taille. La présente conjointe de ce matériel et d’holothuries constitue la preuve que ces matériels étaient utilisés illicitement pour la pêche de cette espèce, a-t-on évoqué au niveau du CSP.

Identifier le propriétaire. Après la saisie de ces matériels de plongée et de stock de concombres de mer, le navire « Savannah » a été dérouté au port de Nosy-Be afin de mener l’enquête visant à identifier le propriétaire, a-t-on poursuivi. Par contre, les matériels ainsi que les produits de la pêche ont été mis sous scellés. Ce navire « Savannah » reste immobilisé au port de Nosy-Be jusqu’à la fin des procédures, a-t-on conclu.

Navalona R.

Midi Madagasikara93 partages

Hausse des loyers : Des locataires dans la rue tous les mois

Beaucoup de ménages à Antananarivo sont contraints de déménager toutes les fins de mois.

Les distorsions sur le marché de l’immobilier s’aggravent de jour en jour. A vue d’œil, l’offre n’arrive plus à satisfaire la demande avec la croissance démographique et l’exode rural. De plus, la hausse sans fin du niveau général des prix pousse les propriétaires d’immeuble à augmenter les loyers, tous les mois. En effet, ces hausses des loyers sont toujours imprévues pour les locataires, même si elles sont presque systématiques, tous les mois. Comme chaque ariary a une allocation prédéfinie pour la plupart des ménages malgaches, ces changements des prix du loyer sans fin, poussent les familles concernées à quitter leurs habitations, pour chercher d’autres maisons à la portée de leurs budgets. Cette tendance semble se généraliser, car à chaque fin ou début de mois, on peut observer dans les rues de la Capitale des caravanes de charrettes transportant des meubles et divers matériels, signes de déménagement. A noter que très peu de locataires exigent un contrat de bail, surtout ceux qui sont à la recherche de loyers les plus abordables. Face à cette situation, les propriétaires n’hésitent pas à augmenter le loyer, ou à renvoyer les locataires, dès que les plus offrants se présentent.

Antsa R.

Midi Madagasikara82 partages

Tantely contre Hary : Lutte fratricide entre Andrianarivo

Des représentants des Raimandreny des régions Haute Matsiatra et Amoron’i Mania.

A un peu plus d’un an de la tenue de la prochaine élection présidentielle, des noms commencent à surgir. Sans tenir compte de ceux ou celui qui profite du flou juridique sur la précampagne pour faire de la propagande avant la lettre.

Des représentants des « Raimandreny » des régions Haute Matsiatra et Amoron’i Mania ont annoncé qu’ils sollicitent la candidature de Hary Andrianarivo à l’élection présidentielle de 2018. C’était lors d’un point de presse qu’ils ont tenu hier à Antsahavola. Selon leur porte-parole, Rakotomanga Martin, « il y avait eu des concertations au préalable avec les ‘Raimandreny’ de ces deux régions ». Notons que Hary Andrianarivo a été élu député de Madagascar élu à Ambositra en 2013. Il occupe actuellement le poste de vice-président à l’Assemblée nationale pour la province de Fianarantsoa. On saurait d’ici peu quelle sera la réponse du président national de l’Association «Mampiray»..

Course. Comme par hasard, il y a quelques semaines, l’ancien Premier ministre Tantely Andrianarivo a été de passage dans le pays, et voilà que le vice-président de l’Assemblée nationale est sollicité pour être dans la course à la Magistrature suprême. Comme leurs noms l’indiquent, Tantely et Hary sont cousins. Va-t-on ainsi assister à une lutte fratricide entre Andrianarivo ? On se demande si c’est pour une dispersion de voix dans les deux régions susmentionnées, en général et à Ambositra en particulier  Même si Tantely n’a pas également fait de déclaration sur sa candidature, cet ancien Premier ministre est un candidat potentiel.

Présidentielle. Faut-il rappeler qu’en 2013, l’ancien locataire de Mahazoarivo était sur le point de se présenter à la présidentielle, mais il avait finalement renoncé face à l’Amiral dont la candidature devait pourtant être invalidée par la Cour Electorale Spéciale. Cinq ans après Deba va-t-il se caser et céder la place à son ancien Premier ministre. Par ailleurs, des natifs de  ces « Faritra » se demandent s’ils ne sont pas du tout au courant de cette concertation. La question se pose, est-ce une initiative personnelle de la part de ces « Raiamandreny » ou est-ce qu’ils ont été poussés par quelqu’un d’autre?

Recueillis par Dominique R.

Tia Tanindranaza58 partages

Zandary nandika lalàna300 no efa voaroaka

Hentitra amin’ny fampanarahan-dalàna ireo olony ny zandarimariam-pirenena ary tsy misomonga mihitsy amin’ny fanasaziana ireo mihoa-pefy.

 300 eo izao ny zandary voaroaka tamin’ity taona 2017 ity, raha ny fanazavan’ny komandin’ny zandarimariam-pirenena, jeneraly Ramiandrisoa Jean de Dieu, omaly noho ny fanaparitahana fitaovam-piadiana. Antony ny fandikan-dalàna, ny fitsipika amin’ny zandary na koa amin’ny maha olom-pirenena mihitsy. Mbola misy any am-ponja amin’ireo 300 ireo, kanefa rehefa avy nigadra, dia voaroaka avy hatrany. Nanambara io tompon’andraikitra ambony io fa tsy maharaka ny filan’ny vahoaka ny isan’ny zandary eto amintsika. Eo amin’ny 3.000 ny olona fehezin’ny zandary iray, kanefa any any andafy 800 na 1000 eo ho eo. Voafetra ihany ny fisandrahaky ny zandary any ambanivohitra. Tokony ho isaky ny kaominina izany saingy tsy mbola tratra ka isaky ny distrika aloha hatreto no hezahina. Distrika maro any amin’ny faritra atsimon’ny Nosy voasokajy ho faritra mena no efa milamina sy tsy hanjakan’ny dahalo amin’izao dia ny faritr’i Benenitra, Betioky, Ampanihy,... raha ny fanazavan’ny jeneraly Ramiandrisoa Jean de Dieu.

Toky R

 

Midi Madagasikara54 partages

« Dago Festival » : Promouvoir les jeunes et l’art urbain

L’équipe « Dago Team Zara » lors de la conférence de presse hier.

Le « Dago Festival » a été lancé hier au jardin d’Antaninarenina, par une conférence de presse et une exposition de la Constitution de Madagascar. Un geste très symbolique qui montre que l’art et la culture font partie de la vie citoyenne malgache. Cet événement organisé par le « Dago Team Zara » se tiendra durant tout ce mois de septembre et verra plusieurs programmations artistiques, de la musique à l’art plastique, la danse et le cinéma, mais aussi des ateliers, des conférences et des rencontres avec des professionnels, nationaux comme internationaux. L’objectif étant de remettre à niveau la culture et promouvoir les arts actuels pour le développement du pays. Les événements se tiennent dans la capitale, à l’Is’Art Galerie, au Craam, à l’IKM, à la maison centrale d’Antanimora et à Antaninarenina avec l’Ortana.

 Anjara Rasoanaivo

Tia Tanindranaza49 partages

Hery RajaonarimampianinaManao lahateny propagandy sahady

Ahitana ny filoham-pirenena Hery Rajaonarimampianina avokoa ankehitriny ireo hetsika samihafa eto amin’ny firenena.

Ramano F.

 

Midi Madagasikara49 partages

Fitaterana an-dranomasina : Nirehitra ny sambokely « sandrela », avotra ireo mpandeha tao anatiny

Ny alakamisy alina raha nihazo an’i Maroantsetra ny sambokely antsoina hoe “Sandrila”, niainga tao Soanierana Ivongo, dia nirehitra teo anelanelan’i Mananara avaratra sy Maroantsetra. Vokatr’ izany dia voatery nitodi-doza nihazo an’i Mananara avaratra izay tsy lavitra ny toerana nisy azy ny mpanamory ny sambo, sady nanao ny fanavotana rehetra no nanao fanadihadiana loza. Raha ny angom-baovao natao dia noho ny pitik’afo tao amin’ny toerana fitehirizana ireo entana tany ambany lakaly no nahazo ireo kidoro spaonjy maro be nentiny ka izao nitarika ny firehetana izao. Voatery nandray fepetra nanary ireo entana may ireo tany anaty ranomasina ny mpanamory ny sambo mba tsy hitaran’izany tamin’ireo entana hafa. Ny fahatongavan’izy ireo tao Mananara ihany koa ny alakamisy alina no namonoana tanteraka ny afo tao anaty lakaly. Tsy voakasik’izao firehetana izao ny moteran’ilay sambokely sy ny fitoeran’ny solika mampihodina azy, ka raha voamarina fa tsy misy intsony ny loza ny zoma maraim-be dia nitanjozotra nihazo ny tena diany ho any Maroantsetra ny mpanamory, ka omaly misandratra andro dia tonga soa aman-tsara tao amin’ny fitobian-tsambon’i Maroantsetra ny sambokely “Sandrela” niaraka tamin’ireo mpandeha sy ny mpiasan’ny sambokely an-jatony nentiny; ireo entana ambiny kosa tsy nisy naninona na teo aza ilay firehetan’ireo kidoro spaonjy tao anaty lakalin’ilay sambokely niteraka izao tahotra izao. Nilaza ilay mpanamory ny sambokely, fa loza tahaka ny loza rehetra no nitranga nefa efa manana traik’efa sy nofanina hifehy izany izy ireo, na teo aza ny tahotry ny mpandeha sy ny tompon’ny entana. Mbola vonona hanao ny asany amin’ny fitaterana ny entana sy olona mihazo an’i Maroantsetra izy ireo, ary vonona hatrany amin’ny fiarovana ny mpandeha sy ny fananany…

Malala Didier

L'express de Madagascar48 partages

Institut privé de paramédicaux – Des incompétences dévoilées

Des professionnels blâment le business grandissant de certains instituts privés. Un conseil supérieur des paramédicaux veut y mettre fin.

Les incompétences des diplômés de certains instituts privés de paramédicaux irritent les professionnels des corps d’infirmiers et de sages-femmes. « Ils pourrissent totalement notre métier », assène Jean Valérien Rakoto­nandrasana, président d’honneur du syndicat des paramédicaux à Tsaralalàna, hier. Les exemples qui ont été cités donnent vraiment la chair de poule. « Il y a des cas flagrants. Un infirmier a injecté les médicaments à administrer dans l’artère au lieu de la veine. Un stagiaire a injecté à une mère un vaccin DTCoq pour enfant. C’est pourtant une leçon de base, avant une injection, on doit vérifier l’étiquette et la voie d’administration », commente une source.AvertissementLe fait que cette discipline soit devenue du business pour certains détenteurs de moyens conduit à la mauvaise qualité de l’offre de formation, selon ces diplômés de l’institut de formation des paramédicaux publics. « Une promotion peut aller jusqu’à soixante dix étudiants dans les instituts privés, alors que la norme exigée est de vingt-cinq. Les stages dans les services des hôpitaux sont saturés et l’encadrement n’est plus assuré », souligne Jean Valérien Rakoto­nandrasana qui rajoute, « Imaginez-vous qu’il y a des  sages-femmes diplômées qui n’ont jamais assuré un seul accouchement pendant leur cursus, alors qu’elles devraient effectuer au moins cinquante accouchements durant leur stage ».Les nouveaux bacheliers sont avertis. « Méfiez-vous ! Beaucoup de ces diplômés des instituts privés sont maintenant sans emploi. Les cliniques privées n’ont pas confiance en eux et l’État n’en recrute que très peu », alerte le syndicat des paramédicaux. Une source auprès du ministère de l’Enseigne­ment supérieur et de la recherche scientifique indique qu’il n’y a que cent soixante dix neuf offres de formation réparties dans soixante dix-neuf établissements habilités, à l’heure actuelle. Ce ministère a, également, suspendu en juillet la délivrance d’autorisation d’ouverture pour les instituts de formation en paramédicaux, pour pouvoir régulariser ceux déjà ouverts.Patrick Ravoson, président du syndicat des paramédicaux a annoncé qu’ils ont décidé de participer à l’encadrement des jeunes pour l’amélioration de la capacité des jeunes diplômés. Par ailleurs, il a été décidé lors d’un colloque des paramédicaux à Antsirabe, en juillet, lamise en place d’un conseil supérieur des paramédicaux pour régénérer cette discipline et son plan de carrière. Ses membres, composésde corps d’infirmiers, de sages-femmes, du syndicat et de l’association des paramédicaux et la direction de la formation en paramédicaux, se réuniront prochainement pour rédiger leur planning.

Miangaly Ralitera

Midi Madagasikara46 partages

L’exemple kenyan à méditer

L’Afrique est depuis toujours le continent des élections mouvementées qui portent au pouvoir des présidents mal élus. Au Kenya, on s’acheminait presque normalement vers une situation conflictuelle à l’occasion d’un scrutin présidentiel très contesté. Pour la première fois, un résultat a été invalidé par une Cour suprême. De nouvelles élections vont avoir lieu dans les soixante jours à venir.

L’exemple kenyan à méditer

Le cas est exemplaire et mérite qu’on s’y attarde. L’élection présidentielle qui mettait aux prises le président Uhuru Kenyatta et son rival de toujours Raila Odinga s’est déroulée dans une atmosphère électorale fiévreuse. Le scrutin s’est déroulé dans une atmosphère tendue et la victoire du président kenyan sortant a été proclamée par la commission électorale. Le résultat fut fortement contesté par l’adversaire de ce dernier dont les partisans sont descendus dans les rues. La répression des manifestations a fait plusieurs morts, mais n’a pas fait cesser la contestation. On pensait s’acheminer vers une période de troubles comme en 2007 où l’on a compté des centaines de victimes. Mais malgré la proclamation de la victoire du chef de l’Etat sortant par la     commission électorale, son adversaire ne s’est pas avoué vaincu et a déposé un recours auprès de la Cour suprême. La communauté internationale a salué la démarche, mais personne ne s’est prononcé sur son issue, au regard des précédents scrutins. Mais cette fois-ci, la juridiction suprême s’est prononcée sans aucune équivoque, dénonçant des cas de fraudes. Elle a donc invalidé le résultat au grand dam d’Uhuru Kenyatta qui a affirmé ne pas comprendre cette décision, mais qui l’accepte. Il s’agit donc d’un événement exceptionnel qui met le Kenya sous les feux des projecteurs et ce pour des raisons méritoires. Il fait entrer ce pays dans l’histoire de la démocratie africaine. Pour la première fois, une juridiction a osé prononcer un verdict équitable, se permettant de braver les autorités en place, les juges la composant faisant honneur à leur fonction. On peut espérer que d’autres juridictions sur le continent africain suivront son exemple. L’Angola va bientôt entrer dans une période électorale incertaine. On pense surtout à Madagascar et à son élection présidentielle de 2018.

Patrice RABE

Tia Tanindranaza43 partages

Marc RavalomananaRoso hatrany

Vahinin’ny “Vitrine du Vakinankaratra” omaly ny filoha teo aloha Marc Ravalomanana.

Tsara ny hetsika toy itony satria ahafahana mifanakalo hevitra sy traikefa hoy izy. Mikasika ny fampihodinana ny orinasa Tiko dia nambarany fa tsy tokony ho toy izao ny vokatra vokarin’ny Tiko raha avela hiasa an-kalalahana izy ireo satria ny orinasa AAA dia manofa fotsiny ny fitaovan’ny Tiko. Tsy mbola afaka manodina izany zato isan-jato anefa izy ireo. Mikasika ny fanovana governemanta indray dia nambaran’ity filoha teo aloha ity fa io no nataon’ny mpitondra dia efa io izany no eo, na izany aza “tsy fanovana no nitranga fa famadihana toerana ka tsy hisy zavatra hiova firy izany eo !”. Ny fampihavanam-pirenena moa dia nambarany fa mampiteny ny moana ary mampimenomenona ny maro satria tsy dia ahavita inona firy ireo 33 mianadahy voatendry handrafitra ny CFM ireo. Taorian’ny fitsidihana ny “Vitrine du Vakinankaratra” teo anoloan’ny garan’Antsirabe dia niara-nankalaza ny faha-15 taonan’ny antoko TIM niaraka tamin’ny mpiaradia tonga maro tao amin’ny tranon’ny Tiko tao Vatofotsy izy ireo, na dia tampoka aza ny nifampiantsoana. Nandritra izany no nanomezan’i Marc Ravalomanana fiofanana sy toromarika hatrany ireo mpitarika ny antoko any amin’iny faritra iny. Naneho ny fahavononany hanohana sy hiara-dalàna, ary indrindra hampandany an’i Marc Ravalomanana amin’ny fifidianana ny mpikatroka rehetra. Fotoana izany sisa andrasana, fa raha ny any amin’iny faritra Vakinanankaratra iny, dia efa naman’ny mazava ny safidy satria mihetsiketsika sy mavitrika ny TIM any an-toerana. Maty lolo ny adversera politika manoloana ny fihetsik’Atoa Marc Ravalomanana, satria dia henika azy i Madagasikara, maro rahateo no maniry hihaona aminy. Lazaina indray ankehitriny, indrindra fa taorian’ny nitsanganan’ny Filan-kevitry ny Fampihavanana Malagasy (CFM) ny hoe fananan’Atoa Marc Ravalomanana dosie maloto sy olana ara-pitsarana. Voizin’ny sasany fa tsy tokony hahazo famelan-tsazy Atoa Marc Ravalomanana, mba tsy hahafahany mirotsaka hofidiana ho filoham-pirenena amin’ny taona 2018. Anaovana resabe aza tao ho ao, fa olona efa nohelohin’ny Fitsarana i Marc Ravalomanana, ary ambara fa mbola manana dosie maloto.

Caius R. sy Toky R.

 

Madagascar Tribune40 partages

Un centre d’affaires à Ivato

Le chef de l’Etat Hery Rajaonarimampianina a procédé ce 1er septembre 2017 à Mamory-Ivato, à l’inauguration d’un centre d’affaires dédié aux mines ou Mining business center (MBC). Il s’est envolé par la suite vers Londres pour marquer les 200 ans de relations diplomatiques avec la Grande Bretagne. Coïncidence ou non, il faut dire que c’est un cabinet britannique qui a fait la promotion à l’international du Salon des mines et du pétrole de 2015. D’après le président Hery Rajaonarimampianina, le MBC est destiné à promouvoir les investissements directs étrangers et le développement du secteur extractif. « Aujourd’hui nous voulons assurer une bonne gouvernance pour que nous puissions avoir les vrais investisseurs déterminés à créer des emplois, à créer une valeur ajoutée dans ce secteur et dans ce pays » a-t-il déclaré. A noter que la construction de ce centre d’affaires par le Bureau des Cadastres miniers (BCMM) lui a coûté quelque 20 milliards d’ariary.

Détails techniques Mining Business Center :

• Structure de 6600m² construit sur un espace total de 12000m² ;

• Un bâtiment high-tech : connexion fibre optique, autonomie énergétique : installations hybrides (solaire + thermique) ;

• Hall pouvant s’adapter aux besoins de chaque évènement : exposition, foire, etc. ;

• Amphithéâtre de 1000 places ;

• Quatre salons VIP ;

• Une galerie commerciale : composée de 32 box de 12m² chacun en moyenne, à vocation promotionnelle ;

• Une bibliothèque et une cartothèque dédiées au secteur minier ;

• Un espace dédié aux institutions bancaires et aux bureaux de changes ;

• Un restaurant ;

• Un lieu sécurisé pour les transactions : équipements high-tech, détecteurs de métaux, accès magnétique, surveillance vidéo.

Midi Madagasikara40 partages

Andilamena : Lehiben’ny fampanoavana sandoka karohina

Potika tanteraka ny  fitadiavan’ny fianakavian-dRtoa Razafiarivony Mariette, noho  ny soloky nianjady tamin’ny fianakaviana nataon’ny ramatoa iray milaza fa lehiben’ny fampanoavana eto Ambatondrazaka, sady miaraka amin’ny olona iray manao fanamiana mpitandro ny filaminana ,izay samy olona misoloky avokoa . Araka ny nambaran’ity voasoloky ity dia fa efa betsaka ny zavatra vitany tany ambanivolo ,fa ny tena tsy zakan’ny fokonolona dia ny fakany ny tany  ,sy ny tanimbary . Matahotra avokoa ny fokonolona avy any Ambalabe Maitsokely, distrikan’Andilamena,  amin’izao fotoana izao,  ka ity ramatoa Mariette ity no nadray andraikitra niakatra teny anivon’ny manampahefana nanao ny fitoriana rehetra. Miantso ny fanjakana mahefa izahay, hoy izy ireo, mba hijery ny eny ambanivolo, satria raha manjaka ny dahalo dia izao indray ny mpisoloky no mampatahotra sy maka ny fanananay. Araka ny loharanom-baovao dia efa mandeha ny fikarohana ity vehivavy mpisoliky ity miaraka amin’ny namany ary ho hita eo ny tohiny.

Janus R

Midi Madagasikara37 partages

Ecosystème marin : Les mangroves à l’honneur durant ce mois de septembre

Forêt sèche et mangrove d’Antrema (photo : C.-A. Gauthier).

Madagascar concentre la plus grande superficie de mangroves de l’Océan Indien occidental, à raison de 330.000 ha. L’Institut de Recherche pour le Développement (IRD) les mettra à l’honneur durant l’évènement « IRD-70 ans de coopération scientifique à Madagascar » ; dont le point focal se déroulera à Mahajanga du 11 au 20 septembre.

Mahajanga a été choisi en raison de sa situation privilégiée en matière de mangroves. La Cité des Fleurs se trouve en effet en plein cœur de la plus grande mangrove de l’Ile Rouge. Deux évènements scientifiques de dimension régionale y seront donc organisés. D’une part, l’Ecole thématique régionale francophone « DYnamique et GEstion de la Mangrove dans les îles de l’Océan Indien occidental » (DYGEM) du 11 au 16 septembre. Cette école DYGEM se tiendra sur Katsepy, plus précisément dans la nouvelle aire protégée d’Antrema, classée récemment site Ramsar (zone humide d’importance internationale). D’autre part, le premier Colloque régional francophone « Les mangroves des îles de l’Océan Indien occidental : dynamiques, pressions, gestions (MOIO) » du 18 au 20 septembre ; qui se tiendra dans la capitale du Boeny.

Objectifs. Ces deux évènements convergent tous vers un objectif global, une mobilisation massive autour de l’importance des mangroves, autant du point de vue social, qu’écologique et économique. Une frange humaine non négligeable dépend en effet des « ala honko », bien que leur perception de cette importance et de cette dépendance soit encore confuse. De plus d’un point de vue écologique, les mangroves contribuent largement à la lutte contre le changement climatique et la sauvegarde de l’écosystème du littoral. Par ailleurs d’un point de vue économique, les mangroves représentent un point d’attraction majeur de l’éco-tourisme ; en plus d’être un lieu privilégié de reproduction pour les crevettes et les crabes, des ressources halieutiques à fort rendement économique. L’école DYGEM, comme le colloque MOIO feront intervenir les meilleurs experts dans le domaine des mangroves et d’autres domaines scientifiques corollaires, mais aussi de jeunes universitaires de niveau avancé, des communicateurs, des leaders publics et des opérateurs économiques, pour une approche transversale et un impact plus conséquent.

Luz R.R

Midi Madagasikara32 partages

Tennis / Ligue Atsinanana : Leur relève fin prête

Atsinanana est l’une des ligues de tennis les plus actives de la fédération malgache de tennis. Elle a tenu à temps son sommet régional et mieux, elle continue ses compétitions.

A l’image de Daniela Tafangy en demi-finales des jeunes au sommet national, la ligue Atsinanana tient sa relève prête en permanence et il faudra désormais compter sur elle pour les prochaines compétitions. Quand la ligue d’Analamanga ouvre des compétitions aux joueurs des autres ligues et quand la fédération oblige chaque ligue à organiser un open, il faudra comprendre donc le leitmotiv d’Atsinanana de faire partie des meilleurs. Et ils le sont. Mais ce ne sont pas toujours les jeunes qui cartonnent chez eux. Car chez les vétérans, l’on a un Tamatavien en finale nationale avec Rakotondrasoa François battu en finale par Rakotoson Bernard en 0 set à 2.

Notons que 25 joueurs d’Atsinanana sont venus à Antananarivo participer au sommet national. « La ligue souhaite préparer sa relève d’où cette présence massive » a expliqué leur technicien.

Résultat national

Vétérans + de 55ans : Rakotoson Bernard Vs Rakotondrasoa Francois 2 set à 0

Résultat régional

4e Série Dames Victorine Vs Anne Marie 2 sets A

U8 Garçons Randy Vs Ihasimbola 2 sets A 0

U12 Garçons Mandresy Vs Fernando 2 sets A 0

4e Série Hommes Tsara Judio Vs Harison 2 sets A 1

3e Série Hommes Tsiatandre Eric Vs Bérenger 2 sets A 0

2e Série Hommes Locklike Jerry Vs Mamy Andrianalison 2 sets A 0

1er Série Hommes Hajatiana Vs Floris 2 sets A 0

Anny Andrianaivonirina

Midi Madagasikara31 partages

Ambiance de plus en plus morose

Les semaines s’écoulent de la même manière. Les jours passent avec leur cortège de tragédies et ces derniers temps, les citoyens les ont ressentis encore plus douloureusement. Les accidents mortels sur les routes nationales, les attaques à main armée meurtrières et les agressions en pleine rue se sont succédé à un rythme effréné. L’explosion qui a endommagé la citerne de carburant de l’usine thermique de la Jirama à Ambohimanambola a fait craindre le pire. L’incendie qui a ravagé le quartier d’Andravoahangy-Mascar, avant-hier soir, a provoqué une véritable panique chez les riverains. C’est aujourd’hui un certain mal de vivre auquel les Malgaches doivent s’habituer. Ils ne peuvent pas se tourner vers ceux qui les gouvernent et qui montrent leur impuissance devant une situation leur échappant. Les propos qui leur sont adressés sont lénifiants, mais rien n’est fait pour remédier à la situation. Dans ce contexte, les discours des hommes politiques paraissent totalement inappropriés. L’élection présidentielle qui est en vue les pousse à parler de leurs réalisations et à promettre monts et merveilles pour l’avenir. Le chef de l’Etat est le premier à le faire lors de ses déplacements en province. Son concurrent direct, l’ancien président Marc Ravalomanana, préfère s’approcher de sa base pour réveiller une certaine nostalgie. La gestion de l’Etat se déroule sans surprise. Le remaniement gouvernemental s’est fait à minima et la liste des membres du CFM a été accueillie par l’opinion plutôt fraîchement.

Sur le plan international, ce sont les impacts de l’ouragan, devenu tempête tropical Harvey qui focalisent l’attention des médias du monde entier. Les habitants de Houston au Texas ont vu leurs maisons inondées et sont devenus des sinistrés. Les Américains se sont mobilisés pour leur venir en aide. Les dégâts se chiffrent à plusieurs de milliards de dollars. Le président Donald Trump a annoncé qu’il offrait un million de dollars de sa fortune personnelle pour la reconstruction de la ville. La Louisiane est à présent sur la trajectoire d’Harvey. La situation politique au Venezuela semble avoir été reléguée au second plan et pourtant, le régime du président Maduro a encore durci sa position vis-à-vis de l’opposition. Au Moyen- Orient, Daech perd ses derniers bastions et recule devant les armées irakienne et syrienne. En France, les vacances sont terminées et le gouvernement est entré dans le vif du sujet, en dévoilant le contenu des ordonnances sur la loi portant réforme du code du travail. L’affaire a été judicieusement menée, aucune indiscrétion n’ayant permis de connaître à l’avance des points précis. La méthode Macron se dévoile de plus en plus. La longue interview accordée au magazine Le Point montre qu’il est décidé à ne rien lâcher et à mener jusqu’au bout les réformes promises. Plus près de nous, sur le continent africain, c’est du Kenya qu’est parvenue une nouvelle réjouissante. La Cour suprême a annulé les récentes élections présidentielles. Elle a donné raison au candidat de l’opposition qui a contesté la victoire du président sortant, l’accusant de fraudes massives.

Ainsi va le monde. Les tracas de la vie quotidienne nous semblent bien pénibles et c’est un véritable fardeau qui nous empêche de nous épanouir. L’insécurité et les difficultés matérielles nous ont fait perdre notre joie de vivre. Cependant, Madagascar et ses habitants ne sont pas plus mal lotis que ceux qui endurent les souffrances de la guerre ou ont été victimes des catastrophes naturelles. La situation n’est pas désespérée malgré une ambiance de plus en plus morose.

Patrice RABE

Midi Madagasikara28 partages

Humanitaire et Secteur privé : Don de voiture à la fondation Telma

La Mazda BT50

Une implication plus conséquente du secteur privé dans l’humanitaire peut contribuer à instaurer un peu plus de justice sociale. Une implication qui peut être palpable grâce à au dynamisme de la PHSP (Plateforme Humanitaire du Secteur Privé). Depuis 2016, cette PHSP est présidée par la Fondation Telma et cherche à mener des actions complémentaires avec ceux menés par le Bureau National de Gestion des Risques et Catastrophes (BNGRC), sans éclipser les autres acteurs plus conventionnels.

Le dynamisme du PHSP se manifeste par ailleurs par une collaboration entre divers acteurs du secteur privé, médians comme majoritaires. Hier par exemple, le groupe VISEO-connu notamment pour ses activités dans le secteur automobile, mais aussi alimentaire- a fait don d’un véhicule Mazda BT50 à la Fondation Telma pour faciliter sa mobilité dans ses interventions sur le terrain. Ce groupe assure notamment le leadership de la « task force » ayant pour mission d’optimiser l’efficience de l’aide humanitaire au niveau national.

Luz R.R

Midi Madagasikara27 partages

Grande Braderie: Des animations et de nombreux lots à gagner

La Grande Braderie est l’événement à ne pas manquer de ce week-end.

Très dur, début septembre l’est pour les ménages qui viennent de passer des vacances d’août et qui doivent faire face à la rentrée scolaire. Cela a été palpable durant les trois premières journées de la Grande Braderie de Madagascar, où ce sont les stands qui proposent les fournitures scolaires qui sont les plus fréquentés par les visiteurs. Et ils ont raison de venir, puisque les participants proposent effectivement des produits de qualité et à prix réduit. Au moins, ces stands appliquent la remise obligatoire de 15%. Mais, histoire de se faire un chiffre d’affaires conséquent, certains stands font plus que les 15%.

Et ce sera encore le cas aujourd’hui puisque traditionnellement, c’est surtout durant les deux dernières journées que les participants se mettent à liquider leur stock, en pratiquant des prix qui défient toute concurrence. Mais ce qui caractérise surtout le week-end à la Grande Braderie, ce sont les différentes animations concoctées par Madavision et ses partenaires.  Par ailleurs les partenaires offrent des  lots à gagner au cours de nombreux tirages avec, bien évidemment les animations dans les stands de ces partenaires. Rappelons, par ailleurs que le nombre d’entreprises participantes à la Grande Braderie de Madagascar ne cesse d’augmenter. Preuve que la manifestation constitue aussi une plateforme de promotion des entreprises malgaches.

R.Edmond

L'express de Madagascar23 partages

Muay Thai – Stage – Fabrice Mellano encadre des formateurs

Le responsable technique de l’Association Fihezama (Fitaizana ny herin’ny zatovo malagasy), Romuald Ran­driamahasy et le club Cosfa organisent en collaboration avec la ligue de la Réunion de boxe thaï un stage de deux jours, hier et ce samedi au dojo de Betongolo.Le stage est dirigé par Fabrice Mellano, responsable technique de la ligue de la Réunion de Muay Thaï. Deux séances ont eu lieu hier, la première entre midi et 14 heures et la deuxième en début de soirée vers 18 heures. Cette collaboration date de 2008 presque dix ans. Plus d’une trentaine de participants venant de Fianarantsoa, Manakara, Antsirabe et d’Antananarivo ont assisté à la première journée d’hier.«Ma rencontre avec Romuald date déjà 2002, puis ma collaboration avec le Cosfa a débuté il y a neuf ans. Je passe dispenser des formations à Madagascar presque deux fois par ans » a confié Fabrice Mellano. Avec ses trente ans de pratique du muay thaï, il a à son palmarès en tant que combattant deux titres de champion de France en 90 et 91 dans la catégorie super léger -65kg et compte trente deux combats, dont vingt huit victoires et quatre défaites.Et dans sa carrière d’entraîneur, il dirige depuis des années un club qui regroupe cent quarante pratiquants, et a déjà sorti cinq cham­pions du monde dont récemment Manu Payet dans la catégorie des lourds et Florent Gaouachizo, catégorie -91kg, ainsi que onze champions de France en quatre ans.«Je trouve que le kick boxing malgache a déjà un bon niveau, un très bon niveau même. Mais la boxe thaï a encore beaucoup à faire. Je ne connais ici que très peu de clubs qui pratique la discipline… Alors que pour promouvoir le muay thaï, il faut d’abord former des techniciens, des maitres de salles. L’idéal, c’est d’envoyer même un ou quelques techniciens suivre des formations en Thaïlande», conclut Fabrice Mellano. Quelques combattants parmi les stagiaires disputeront des combats de défi durant la deuxième édition du festival des arts martiaux organisé par le collectif des arts martiaux ce dimanche au palais des sports à Mahamasina.Concernant cette collaboration entre la Fihezama et la ligue de la Réunion, « après les Galas en 2013 et en 2016 sur le sol malgache, les deux camps concoctent l’organisation des deux autres avant la fin d’année, un à Madagascar et un autre à la Réunion » a avancé Romuald Randriamahasy.

Serge Rasanda

Midi Madagasikara21 partages

Présidence, Primature, HCC : Sites web bloqués

Les employés de l’ANRE réclament le paiement de leurs 11 mois de salaires impayés.

La grève des employés de l’Agence Nationale de Réalisation de l’E-gouvernance (ANRE) commence à avoir des répercussions sur la bonne marche de l’Administration, notamment sur la gestion des sites web des différentes institutions de la République. Depuis quelques jours, les sites web de la Présidence de la République, de la Primature, de la Haute Cour Constitutionnelle et de tous les ministères sont inaccessibles. On se demande si les employés qui sont en grève illimitée ont décidé de bloquer les sites officiels pour faire pression sur les dirigeants HVM. Les responsables au niveau de l’ANRE affirment que ces sites ont été bloqués pour sécuriser les données. Face à cette situation, le service de la Communication de la présidence de la République, celui de la Primature, ainsi que le ministère de la Communication et des Relations avec les Institutions utilisent un compte « gmail » pour envoyer leurs courriels.

20 mois. Mise en réseau et gestion des connexions interministérielles (intranet et internet de l’Etat) au niveau central (Antananarivo 160 bâtiments administratifs) et dans les régions (25 grandes villes), gestion du domaine « gov.mg », des sites web de l’Etat (50 sites) et de la messagerie de l’Etat (4.000 boîtes aux lettres), et appui au développement des projets E-gouvernance : textes réglementaires (dématérialisation des procédures administratives…), systèmes d’information et applications. Ce sont entre autres, les principales missions de l’ANRE qui est un organisme rattaché à la Présidence de la République. N’ayant pas touché leur salaire depuis le mois d’octobre 2016, les employés de l’ANRE ont décidé d’observer une grève illimitée. Aucune réunion du Conseil d’Administration n’a eu lieu en 20 mois, c’est pourquoi le budget de l’agence n’est pas adopté et les recettes financières qui comprennent les recettes de connexions, les salaires du personnel, l’achat des fournitures et l’entretien des matériels sont suspendus.

Cris de détresse. Pour l’heure, malgré les cris de détresse des employés, aucune réunion du Conseil d’Administration de l’Agence Nationale de Réalisation de l’E-gouvernance n’a été organisée. D’autant plus que son Directeur général Briand Andrianirina est actuellement à l’extérieur. De son côté, le Secrétaire Général de la Présidence qui devait résoudre les revendications des employés de l’ANRE n’a pas encore pris sa responsabilité. En tout cas, tant que leurs onze mois de salaires impayés ne sont pas réglés, les employés de l’ANRE refusent de reprendre leurs activités. Ils exigent également une solution pérenne émanant des autorités. Histoire à suivre.

Davis R

Tia Tanindranaza18 partages

Fifidianana 2018Hary Andrianarivo ihany koa …

Nanao fanambarana teto Antananarivo ireo solontena nalefan’ireo Raiamandreny avy any amin’ny faritra Amoron’i Mania sy Matsiatra Ambony, notarihin-dRakotomanga Martin omaly.

 Nivoitra tamin’ny fanehoan-kevitra nataon’izy ireo ny fangatahany ny hirotsahan’i Hary Andrianarivo hofidiana filoham-pirenena. Izy moa dia depiote voafidy tany Ambositra sady filoha lefitry ny Antenimieram-pirenena amin’izao fotoana. Efa avy loholona ihany koa ny tenany tany aloha. Miangavy sy mangataka an’Atoa Hary Andrianarivo ho anisan’ireo mpifaninana hofidiana filoham-pirenena, izahay, ary hamafisina fa efa nifampidinihina tamina olona maro sy ny any ifotony izao fanambarana izao ary ankasitrahan’ny rehetra, hoy hatrany izy ireo. Tsy ny avy any amin’ny faritra Amoron’i Mania sy Matsiatra Ambony ihany no manohana sy maniry ny hirotsahany fa Malagasy maro manerana ny nosy no mankasitraka izany, raha ny fanazavana ihany. Ny olona any amin’ny faritra niaviany aloha no tena mahafantatra sy manohana azy akaiky ary mandrisika ny hirotsahany. Tsy dia fantatra sy tsy mpisehoseho loatra toy ny mpanao politika sasany ity solombavambahoaka ity, saingy mety hanomboka halaza sy ho fantatra bebe kokoa izy ato ho ato, raha hanaiky hirotsaka hofidiana, araka ny fangatahan’ireo olona avy any amin’ny tany niaviany. Voalaza ho anisan’ny kandida tsy hampoizina izy ary tsy mena-mitaha amin’ny hafa, raha ny eo amin’ny hoenti-manana. Ankoatra ny maha solombavambahoaka azy, mpandraharaha matanjaka ny tenany. Marihina anefa fa i Tantely Andrianarivo izay fianakaviany akaiky, dia voalaza fa hirotsaka ihany koa, ka mety hifaninana izy ireo.

Toky R.

 

Midi Madagasikara18 partages

AmbondronA : Rendez-vous demain à l’AFT

AmbondronA en concert, moment tant attendu !

Toujours dans le cadre des 70 ans de l’AFT, le groupe AmbondronA sera en concert demain après-midi sur la scène extérieure. Plusieurs milliers de fans sont attendus, dont les membres de l’AFT qui ont bénéficié d’un tarif à moitié prix pour assister à ce concert tant attendu. Beranto, Kix, Honty, Blanc et Ranto seront bien là, au grand bonheur des jeunes, pour reprendre leurs plus grands tubes. Quelques heures de pur bonheur, car tous les tubes seront au répertoire. Depuis quelques semaines, les billets se sont vendus comme des petits pains, et c’est sûr que le concert se fera à guichets fermés. Ceux qui pourront y assister l’attesteront, une promesse de grand moment demain !

Anjara Rasoanaivo

L'express de Madagascar17 partages

Tourisme – Six vouchers de croisières attendus

Madagascar a sa place dans les destinations des croisières. D’après les informations de l’Office national du tourisme de Madagascar (ONTM), six vouchers de croisières sont prévus sur la période de novembre 2017 à février 2018 et du mois d’octobre à novembre 2018. Les bateaux de croisière de la compagnie Costa Croisières feront escale à Nosy Be, Antsiranana et Toamasina.Pour la région Diana, la venue d’un bateau de plaisance constitue un événement. Avec l’appui de l’ONTM, la Région Diana et la ville de Nosy-Be viennent de mettre en place leurs comités «Accueil Croisières». Cette mesure vise à uniformiser et à améliorer l’accueil des paquebots et des bateaux de croisière dans toutes les escales à Madagascar.D’après l’ONTM, la destination Madagascar figure dans le catalogue annuel de la compagnie de croisières Costa Croisières. Cette brochure est actuellement en cours de distribution dans les agences de voyages du monde entier. C’est une aubaine pour l’économie locale et nationale. Bon nombre de personnes jouissent  indirectement des retombées de son voucher.

L.R.

Midi Madagasikara17 partages

Vitrine du Vakinankaratra : des acteurs économiques qui œuvrent pour le développement

Les peintures SOMALAVAL représentées à Antsirabe par « Tranombarotra Ny Aina » est un des symboles de la qualité des produits « Vita Malagasy ».

L’édition 2017 de la Vitrine du Vakinankaratra prend fin ce jour sur l’Avenue de l’Indépendance d’Antsirabe. Trois journées d’une manifestation économique qui a connu un franc succès, puisque l’événement a enregistré un carton plein. Une fois de plus, les opérateurs économiques issus, autant du monde rural qu’urbain ont démontré leur dynamisme. Et ce, à travers des produits et services de qualité présentés durant les trois jours de manifestation. En tout cas, les visiteurs, venus, massivement reconnaissent que dans la région Vakinankaratra, qui disposent d’importantes potentialités économiques, regorgent d’acteurs qui œuvrent pour le développement.

En tout cas, ces trois journées de manifestation ont été une occasion pour les opérateurs économiques du Vakinankaratra d’avoir une approche convergente de la croissance inclusive et durable.

R.Edmond

Midi Madagasikara13 partages

Rotary club Ivato : Visite du gouverneur du district 9220

Le couple Manoj Vaghee et son épouse Bina entouré par des membres du Rotary Club Ivato

Le Rotary club Ivatoa a accueilli le Gouverneur du District 9220 du Rotary international Manoj Vaghee et son épouse Bina, le 31 août dernier. « Avoir des impacts réels à travers leurs actions », tel est le mot d’ordre des clubs Rotary pour cette année Rotarienne 2017-2018. Ainsi, une visite des actions du RC Ivato auprès du lycée Ivato et de l’orphelinat « Mangoraka », sis dans la zone, a été effectuée. La journée a aussi été marquée par une visite de courtoisie auprès du maire de la Commune d’Ivato afin de discuter de quelques principaux objectifs du Rotary pour cette année, entre autres, l’alphabétisation et la lutte contre le changement climatique. Sur ce dernier point, cela devrait se concrétiser notamment par la plantation d’arbres endémiques et des arbres utiles tels que les arbres fruitiers ou les plantes ornementales.

Faut-il rappeler que le district dans lequel Madagascar se trouve actuellement est un district qui comporte sept pays différents, à savoir, Maurice, La Réunion, les Comores,les Seychelles, Djibouti, Mayotte et Madagascar.

Recueillis par Dominique R.

Midi Madagasikara11 partages

Incendie à Mahavoky : Des émissaires de Lalao Ravalomanana au chevet des sinistrés

La délégation de la CUA hier à Mahavoky Besarety.

L’équipe de la commune urbaine d’Antananarivo n’a pas tardé à venir au chevet des sinistrés de l’incendie qui s’est produit la nuit du jeudi à Mahavoky Besarety. Le maire Lalao Ravalomanana a dépêché hier sur place une délégation composée du 1er adjoint, Ramboasalama Emilien et du 2e Adjoint au maire Randriamorasata Julien, pour constater de visu les dégâts et apporter des dons à ceux qui en ont eu besoin. A ce propos, des sacs du riz et de savon ainsi que des ustensiles de cuisine ont été offerts hier aux sinistrés par cette délégation de la CUA. Le 1er adjoint au maire a annoncé que des techniciens de la commune allaient descendre sur place afin d’aider la population pour l’assainissement des endroits touchés par l’incendie. A rappeler que cet incendie a fait 387 victimes issues de 70 foyers.

Recueillis par R. Eugène

Midi Madagasikara10 partages

Maroantsetra : Ady tany niafara tamin’ny fitangaronana ny biraon’ny zandary

Olona an-jatony no nirohotra nitagorona teo anoloan’ny biraon’ny borigadin’ny zandary tao Maroantsetra, faritra Analanjirofo, ny Alakamisy 31 Aogositra teo tamin’ny 9 ora maraina. Mponina avy ao amin’ny fokontany antsoina hoe Nandranasana izy ireo ka hitaky ireo namany 20 nampanantsoin’ny zandary mba hanaovana fanadihadiana no anton-dia. Ireto farany izay ahiahiana ho nanapotika fananan’olona noho ny resaka ady tany. Araka ny loharanom-baovao dia fitsirihana nosakanan’ny fokonolona no niandohan’ny olana. Ny 29 aogositra 2017 tamin’ny 09 ora maraina, tonga tao amin’io fokontany io ny mpiasan’ny fandrefesan-tany (Topo) niaraka tamin’ny zandary efatra izay nahazo “requisition” mba hanao fitsirihana ny tanin’Atoa Serge. Tsy faly tamin’izany ny fokonolona tany an-toerana ka nanohitra ny fanatanterahana izany fitsirihana izany. Voatery niverin-dalana noho izany ilay mpiasan’ny Topo sy ireo zandary. Ireo vahoaka kosa lasa namonjy ny tranon’Atoa SERGE ka nanapotika ny fananan’ity farany.

Manoloana ity herisetra izay nanelingelina ny filaminam-bahoaka ity dia nadray ny andraikiny ireo tompon’andraiki-panjakana eo anivon’ny distrika ka nanokatra fanadihadiana. Olona 20 noahiahiana  nanao io fandravana ny fananan’Atoa Serge io no nantsoina tany amin’ny Biraon’ny zandary hatao famotorana. Tsy nahafaly ny fokonolona anefa izany ka nifanaraka izy ireo fa hiakatra eny amin’ny biraon’ny zandary io Alakamisy. Tsy nanaiky anefa ny zandary ka nisorohana ny mety hitaran’ny raharaha dia nisy ny fandefasana zandary fanampiny avy amin’ny kaompania Maroantsetra.

T.M.

Midi Madagasikara10 partages

Football – Ligues des Champions : Un duel Zanak’Ala – CNaPS Sport demain !

L’équipe du Zanak’Ala veut reprendre les commandes du groupe D.

L’équipe de la CNaPS Sport d’Itasy mène provisoirement la tête du classement à Fianarantsoa avant le derby attendu dans ce groupe ce dimanche l’opposant à l’équipe championne de la Haute Matsiatra, Zanak’Ala FC.

Et ça commence. Le coup d’envoi de la Ligue des Champions a été donné, hier, dans plusieurs sites de compétition avec la première journée de la phase 01. A Fianarantsoa dans le groupe D, la tenante du titre de la CNaPS Sport reste solide. La bande à Ando s’est imposée sur le score fleuve de 7 buts à 0 face aux gars de la JSA. Evoluant à domicile au Stade moderne d’Ampasambazaha, la formation du Zanak’Ala FC a pris le dessus sur la formation de l’AS Espoir par 7 buts à 2. L’équipe d’Itasy mène provisoirement la tête avant le derby attendu dans ce groupe ce dimanche l’opposant à l’équipe championne de la Haute Matsiatra, Zanak’Ala FC. Ces deux équipes sont toutes deux créditées de trois points, mais, les Caissiers qui sont leaders avec un goal average de + 7. Dans les autres groupes, à Mahajanga les militaires du Cosfa ont pris la mesure des joueurs de l’équipe du Varatraza par 6 buts à 0. L’équipe majungaise du Fosa Juniors a été tenue en échec par MTM sur un score nul et vierge. Pour le groupe C à Antananarivo, Elgeco Plus d’Analamanga a largement étrillé la formation du VFM par 5 buts à 0. A Toamasina, les équipes du Fifafifi, Rts Jet Mada, Hzam, Top Dom, Fc Maeva, USSK Ambanja ont tous remporté cette rencontre inaugurale. La deuxième journée de ce dimanche s’annonce serrée surtout la confrontation entre Fosa Juniors et Cosfa à Mahajanga.

T.H

Classement

Groupe A

Cosfa 3 points.

USSK Ambanja 3 points.

Fosa Juniors 1 point.

Groupe B

Fifafifi 3 points.

RTS Jet Mada 3 points.

HZAM 3 points.

Groupe C

Elgeco Plus 3 points.

Top Dom 3 points.

FC Maeva 3 points.

Groupe D

Cnaps Sport 3 points.

Zanak’Ala FC 3 points.

3FB 3 points.

Midi Madagasikara9 partages

MBC : Un hub minier pour attirer des vrais investisseurs

Les officiels ont découvert les produits miniers à l’état brut et transformés qui sont exposés dans ce « Mining Business Center ».

Le Président de la République Hery Rajaonarimampianina a dénoncé que près de 90% des détenteurs de permis miniers sont des spéculateurs.

Le « Mining Business Center » (MBC) sis à Mamory Ivato est maintenant opérationnel. Il s’agit notamment d’un hub minier servant de plateforme d’interactions entre les opérateurs nationaux et étrangers ainsi que l’administration et les autres parties prenantes telles que les institutions bancaires. Ce centre d’affaires permet ainsi la simplification de toutes les démarches administratives au niveau du secteur minier à l’image d’un guichet unique. « L’objectif de la mise en place de cette infrastructure construite aux normes internationales et dont l’édifice s’inspire d’une bague sertie de pierre précieuse taillée, est d’instaurer la bonne gouvernance minière tout en attirant de vrais investisseurs déterminés à créer des emplois et de la valeur ajoutée dans le secteur », a évoqué le Président de la République Hery Rajaonarimampianina lors de l’inauguration de ce « Mining Business Center » hier.

Spéculateurs. En fait, « force est de reconnaître que près de 90% des détenteurs de permis miniers sont des spéculateurs », a-t-il poursuivi. Notons qu’on recense actuellement près de 4 000 permis miniers effectifs dans tout Madagascar. « La majorité d’entre eux appartiennent aux exploitants malgaches qui ne disposent même pas de savoir-faire et d’expérience en la matière. En effet, le système de premier venu, premier servi a été appliqué. D’autant plus, les frais d’administration minière s’élèvent à 8 000 Ariary par carré par an. Des détenteurs de permis ne font que les céder aux tiers. D’où, la spéculation. En outre, seule une trentaine de ces 4 000 opérateurs exploitants ont fait une déclaration auprès de l’EITI (L’Initiative pour la Transparence des Industries Extractives) tandis qu’une cinquantaine paie des redevances annuelles de plus de 5 000 USD. Par contre, on ne recense pour l’heure que deux grandes mines, à savoir, le projet Ambatovy qui a investi plus de 2 milliards USD et le projet QMM qui a investi plus de 930 millions USD », a expliqué le ministre auprès de la Présidence en charge des Mines et du Pétrole, Zafilahy Ying Vah lors de cet événement.

1 680 Kg d’or déclarés. Et au niveau du secteur aurifère, « plus de 1 680kg d’or destinés à l’exportation ont été déclarés depuis le début de cette année. Et la plupart des déclarants sont des orpailleurs. Mais cette formalisation n’est qu’une étape. Il faut que l’exploitation de ces ressources minérales non renouvelables ait des retombées économiques positives pour la population locale et le pays en général », a-t-il enchaîné. Quant à la réforme du cadre juridique du secteur minier, le Chef de l’Etat a soulevé qu’il faut prendre en considération du contexte international qui affiche une baisse du cours des matières premières ainsi que du contexte national, car on s’attelle maintenant à avoir une bonne gouvernance et une meilleure gestion de ces ressources minérales.

Transformations. Et en revenant sur le « Mining Business Center », tous les « Front Office » de l’administration minière en relation avec les opérateurs miniers y sont regroupés sur un même site. Tous les produits miniers comme les pierres précieuses et pierres fines, l’or et les pierres industrielles y sont exposés à l’état brut et transformés. A part une galerie commerciale composée de 32 box à vocation promotionnelle et les salons VIP, on y trouve un lieu sécurisé comprenant entre autres des équipements high-tech, des détecteurs de métaux, des accès magnétiques et des contrôles de caméra de surveillance, pour assurer les transactions minières. Ce projet a été initié sur financement propre de l’Etat via le Bureau du Cadastre Minier de Madagascar (BCMM), un organisme sous tutelle du ministère en charge des Mines. « L’objectif étant également de promouvoir le secteur minier tout en favorisant les transformations des substances minières en vue de créer des emplois et de la valeur ajoutée », a conclu le directeur général du BCMM, David Ratsimbazafy.

Navalona R.

L'express de Madagascar8 partages

Marché public – Place aux sanctions

Anomalie. À Madagascar, comme dans la plupart des pays en développement, les marchés publics présentent d’importantes faiblesses. « On fait face à une recrudescence des mauvaises pratiques visant à entraver la libre concurrence dans l’achat public », selon un communiqué de l’Autorité de Régulation des Marchés Publics (ARMP) paru dans plusieurs journaux de la capitale, hier. D’après un rapport présenté par la Commission nationale des marchés (CNM), plusieurs cas d’anomalies touchant le respect des normes de procédure des marchés publics ont été identifiées, 75% des passations seraient irrégulières selon cette commission. D’autre part, « Plus des deux tiers (69%) des dirigeants d’entreprises soumissionnant à des marchés publics à Madagascar considèrent comme inéquitable le processus de passation des marchés dans leur secteur d’activité », selon l’enquête Corruption in Antananarivo’s Public Services (CAPS), réalisée par Transparency Interna­tional – Initiative Madagascar en novembre 2014.Consécutive à de telles situations, l’ARMP a fait savoir que l’organe procèdera dorénavant à l’application des sanctions: « des mesures appropriées seront prises à l’encontre des auteurs de ces pratiques condamnables. Ces mesures concernent notamment toutes manœuvres, sous quelques formes que ce soit, contraires aux principes de la liberté d’accès à la commande publique, d’égalité de traitement des candidats et de transparence des procédures, et qui sont institutionnellement destinées à priver certains participants de leur droit à l’information ».

ApportAchat de biens et de services, de commande ou encore de concessions octroyées par l’Admi­nistra­tion, les marchés publics représentent un marché important pour les entreprises. Ils contribuent à hauteur  de 9 à 10% du PIB et les marchés publics représentent une part très importante dans les dépenses publiques. Ils peuvent être considérés parmi les principaux vecteurs de croissance d’un pays. Selon une publication de l’Organisation Internationale de Droit du Développement : « Une bonne gestion des marchés publics permet de réaliser des économies sur les dépenses de l’État, de contribuer efficacement à la lutte contre la pauvreté et à la réalisation des Objectifs du Millénaire pour le développement (OMD) ». À Madagascar,  le paiement d’un montant moyen correspondant à 25% de la valeur du marché est nécessaire pour arriver à décrocher une commande publique, selon les chiffres de Transparency Interna­tional.

Par Soa-Mihanta Andriamanantena

Midi Madagasikara6 partages

JUDO / SAINT –MICHEL : « On a besoin de ce genre de compétitions » dixit Rasoanaivo Seta

La petite championne Laura Rasoanaivo Razafy ne balance plus entre le judo et le taekwondo !

Rasoanaivo Seta, le coach de Saint-Michel a été à la tête de la délégation malgache des jeunes qui a  participé au tournoi des Mascareignes. Selon lui, il faut participer à ce genre de tournoi encore et encore « pour rehausser le niveau, pour que nos jeunes voient d’autres judokas de leur âge et de leur catégorie de poids. Lors du stage, ils se sont entraînés matin et soir et il y a eu au moins de 80 judokas sur tatami chaque fois. Donc un large choix de combattants avec qui s’entraîner ». Le hic a-t-il dit, c’est que ce sont les parents qui paient souvent les charges pour les déplacements et il se peut qu’il ait des judokas ayant le niveau, méritant aussi l’or, mais ne pouvant pas faire le déplacement faute de moyens. Il faudra y remédier dans l’avenir. « Nous avons un très bon niveau surtout chez les minimes » a encore continué Me Seta Rasoanaivo. En tout cas, les adeptes ne manquent jamais à l’appel et font tout pour être de la partie. Ainsi, les enfants des champions de judo Jean Yves Raveloson, de Rasoanaivo Seta, de Patrice Ramahefarison et de Luc Rasoanaivo Razafy ont fait partie des 11 combattants sur place. Ils sont arrivés hier. Chapeau à ce beau monde et aux parents qui ont su partager leurs passions à leurs ouailles.

Anny Andrianaivonirina

Midi Madagasikara5 partages

Insécurité omniprésente : Le syndicat des paramédicaux tire la sonnette d’alarme

A l’instar des populations des grandes villes, les agents paramédicaux travaillant dans les zones reculées souffrent de l’insécurité grandissante.

Les infirmiers et les sages- femmes assurent les services de santé de base. Travaillant dans les zones reculées, leur vie et leur quotidien sont constamment menacés par l’insécurité. Le cas récent d’un infirmier qui a été froidement assassiné dans la ville de Tuléar ou bien les attaques perpétrées contre des agents paramédicaux lors de leurs missions dans le Sud (plus précisément à Beroroha) illustrent bien la situation. « Les paramédicaux sont les piliers du système de santé de base dans les régions du pays. Ils assurent tant bien que mal ledit système tout en risquant leur vie » a lancé Valérien Rakotonandrasana, membre du bureau du syndicat des paramédicaux lors d’une conférence de presse organisée à Tsaralalàna hier. L’évènement a été l’occasion pour les membres du bureau dudit syndicat de faire le rapport des résolutions du congrès national qui s’est tenu à Fort- Dauphin du 21 au 25 août dernier. Valérien Rakotonandrasana de lancer que la « région du Sud n’est pas la seule à être concernée par l’insécurité ». « Le problème est national et nous interpellons les responsables étatiques à prendre des mesures efficaces et efficientes pour éradiquer ce fléau » a-t-il renchéri. En effet, les Malgaches peuvent à tout moment être victimes d’attaque (armée ou non) qu’ils soient chez eux, en route, ou encore dans une boulangerie.

Formation. Outre la question touchant l’insécurité, deux autres points ont également été soulignés lors du congrès national. Entre autres, le refus de toutes sortes d’abus et/ou entraves endurées par les agents des paramédicaux dans l’exercice de leurs fonctions et la prise en main de la formation des jeunes relèves. En ce qui concerne ce dernier point, « le syndicat et le ministère de la Santé publique vont collaborer pour prendre en main la formation des étudiants paramédicaux » a fait savoir un membre du bureau du syndicat. Ce dernier d’ajouter que la décision a été prise « pour redorer le blason du corps des « paramédicaux ». Mais surtout parce que beaucoup de jeunes diplômés ne sont pas compétents une fois lâchés dans le monde professionnel ». Valérien Rakotonandrasana d’affirmer que la « majeure partie de ces étudiants incompétents sont issus des instituts privés. L’enseignement supérieur est devenu un business lucratif pour certains individus. Ils ne se soucient guère de l’avenir des étudiants. Tout ce qui les intéresse c’est l’argent » s’est-il lamenté. Objet de remarque des entreprises privées, la qualité des étudiants diplômés en para médecine issus des instituts privés a également été soulevée par la ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique lors du bilan du bac. Monique Rasoazananera a d’ailleurs invité les responsables des instituts qui ne sont pas encore en règle à remplir les conditions exigées par le ministère pour l’obtention de leur homologation. Le cas du manque de compétence des jeunes diplômés ne concerne toutefois pas que les étudiants  paramédicaux. La majorité des étudiants malgaches est touchée par le problème de non- employabilité.

José Belalahy

Midi Madagasikara5 partages

Judo : Fetra Ratsimiziva pose ses conditions

Après pratiquement neuf mois de « break » suite à une blessure et d’autres raisons, Fetra Ratsimiziva, l’international malgache revient sur la scène internationale. Un retour assez difficile pour l’olympien malgache, Fetra engagé chez les moins de 81 kg aux Championnats du monde de Budapest a été battu d’entrée par le Chinois Erihemubatu après un combat acharné. « Je suis un peu déçu, mais je reste positif, en face c’était solide, car il est arrivé jusqu’en 8es de finale » a-t-il expliqué. Pour ce retour en sélection nationale, Fetra a demandé à la fédération malgache de judo qu’il puisse participer à toutes les compétitions de la fédération internationale de Judo (IJF) qualificatives pour les jeux Olympiques de 2020 à Tokyo, Japon. Il a cependant fait remarquer que ; « C’est la participation aux compétitions internationales qui manquent vraiment à un athlète. Pour les autres pays, les athlètes participent au moins à sept grandes compétitions dans l’année alors moi je n’en fais que deux au maximum dans l’année. La balle est dans le camp de la fédération » a-t-il conclu.

T.H

News Mada4 partages

Fanadiovana ny asam-panjakana : tsy manaiky atao fitaovana politika ny paramedicaux

 Hentitra tanteraka. “Tsy ekenay ary tsipahinay tanteraka ny fanaovana antsojay amin’ny fanerena ny paramedicaux hiditra any anaty antoko politika. Hita izany any amin’ny faritra Sofia sy Melaky”, hoy ny filohan’ny Sendikàn’ny paramedicaux (Sis-FM), Rakotondrazafy Aimé, omaly. Notateriny tamin’izany ireo teboka vitsivitsy nisongadina tamin’ny fihaonamben’izy ireo, ny 21 hatramin’ny 25 aogositra teo, tany Taolagnaro. Nanteriny fa tsy afaka ny hanaiky intsony ireo teritery samihafa na tsindry hazolena ataon’ny tompon’andraikitra isan-tokony koa izy ireo. Nohitsiny fa hoesorin’izy ireo any amin’ireny toerana ireny ireo paramedicaux iharan’izany.

Manampy izany, eo koa ny antso avo manoloana ny tsy filaminana sy tsy fandriampahalemana, amin’izao fotoana izao. “Zary lasa sorona ny paramedicaux nefa ny mpitandro filaminana, mirenireny fotsiny eny… Hampodianay ny namanay any amin’ireny faritra ireny rehefa tsy voafehin’ny mpitondra sy tompon’andraikitra izany. Tsy natao hovonoina izahay”, hoy ihany izy.

Mbola nohamafisiny ny hananganana ny tranoben’ny paramedicaux iarahana amin’ny minisiteran’ny Fahasalamana ka efa nahazoana ny tany hanorenana izany.

Synèse R.

 

Midi Madagasikara3 partages

« Tanà in Rock » : Prêt à enflammer Antsahamanitra

Jour -1. Après le cabaret qui s’est tenu vendredi dernier au Dôme de la RTA, les plus grands du rock local reprennent le chemin de la scène, avec encore plus d’envergure pour le théâtre de verdure d’Antsahamanitra. Demain, le spectacle sera encore plus grandiose, même si les « bikers » ne seront plus là, ou du moins ne feront plus leur show. Sur scène, un grand écran      rendra le spectacle encore plus interactif. Mais ce sera surtout en musique que le show se fera car avec les plus grandes têtes d’affiche du rock à Tanà, les musiciens les plus cotés et une jeune génération qui assure la relève, les rockers ont de quoi saliver. « Best Pro », organisateur de l’événement, promet une organisation sans fausse note. En tout cas, tout le monde s’impatiente. Rendez-vous demain à Antsahamanitra.

Anjara Rasoanaivo

L'express de Madagascar2 partages

Télécom – Airtel s’offre l’expertise de Camusat

Pour l’entretien de ses sites, Airtel Madagascar s’appuie sur les services de Camusat. Les deux sociétés ont signé hier un contrat dans ce sens hier.

Airtel a fait appel aux services d’un acteur mondialement reconnu. L’opérateur mobile vient de signer hier avec Camusat un contrat de maintenance et d’entretien de ses sites dans le pays. Ce partenariat entre dans la ligne de la transformation constante que l’opérateur mobile opère pour s’adapter aux mutations constantes de l’industrie des télécommunications. Pour ses dirigeants, c’est une question primordiale. « Il est primordial pour nous de fournir un service disponible 24h/24, 7j/7 et capable de répondre aux attentes de ses nombreux clients. Cela passe par une gestion rigoureuse des sites notamment la gestion préventive, curative, l’énergie et la sécurité », a souligné Maixent Bekangba, directeur général de Airtel Madagascar.

Densification du réseauLa renommée de Camusat n’est plus à présenter. Cette société française s’est imposée sur le marché de la construction d’infrastructures de télécommunication mobile, en particulier dans les pays émergents. À Madagascar, depuis ses dix huit années de présence, elle est une référence dans la conception et l’installation de sites de télécommunication mobile, les services de gestion et de maintenance et enfin les solutions d’énergie pour ces même sites télécoms. « Notre présence sur Madagascar, notre expertise dans le monde des télécoms, notre savoir-faire sont autant d’atouts qui nous permettront de vous accompagner dans vos futurs challenges et garantir un service à l’ensemble de vos clients », a déclaré pour sa part Jérôme Debernard, directeur général de Camusat Madagascar.Par ailleurs, Airtel poursuit l’extension de son réseau de couverture dans toute l’île. Au cours de ces derniers mois, de nouveaux sites ont été déployés pour que les villages les plus enclavés et difficiles d’accès soient couverts par un réseau performant. Au vu de l’accroissement du nombre d’abonnés et du trafic voix et data, l’opérateur a procédé à la densification de son réseau à travers des rajouts de nouvelles cellules, antennes et parfois de sites supplémentaires afin d’améliorer la qualité.

Lova Rafidiarisoa

Midi Madagasikara2 partages

« Fara West » : Du jazz, pur et dur avec « Really jazz »

Naivo Andriambelo qui sera entouré de ses complices de toujours, serviront du jazz, pur et dur au menu au « Fara West ».

Ils se connaissent et se côtoient depuis longtemps. Ils partagent également la même passion pour le jazz. Demain, ils vont se retrouver sur une même scène… en quartet.

Le jazz ? Beaucoup prétendent en faire. Et pourtant, la manière dont ils chantent et jouent leurs compositions vont parfois, voire même souvent, à l’encontre de ce que les puristes qualifient de jazz. Ce soir, « Really Jazz », cette fois composé de Do Andriambelo à la basse, Titi Razakamiadana au saxophone et au piano, Naivo Andriambelo au saxophone et Alain Nirisoa à la batterie, va montrer aux jeunes, mais surtout faire plaisir aux amoureux du genre et investir le « Fara West » pour une soirée où il n’y aura que du jazz, le vrai, au menu. La soirée a d’ailleurs été intitulée « Really jazz ». « Really Jazz », c’est effectivement du jazz puisé aux sources, dont les musiciens du groupe s’emparent sans se départir d’une furieuse envie de partager ce patrimoine universel, richesse incontestable qui laisse la liberté de multiples interprétations. « Really Jazz » nous le livre avec le regard d’aujourd’hui, leurs approches communes pour nous donner envie d’aller plus loin dans ses retrouvailles intemporelles actualisées.

A vent. Pas de piano et encore moins de la guitare, mais quand même une guitare basse et une batterie pour faire la différence. « Nous allons surtout mettre en avant les instruments à vent. Titi Razakamiadana et moi-même joueront du saxophone » dixit Naivo Andriambelo. Do Andriambelo à la basse et Alain Nirisoa à la batterie se joindront à eux pour compléter l’affiche. Se côtoyant depuis des années, le trio s’est maintes fois retrouvé sur une même scène, lors d’un simple concert, ou lors de festivals comme Madajazzcar. Les voir sur une même scène, dans un même groupe, le temps d’une soirée, n’a donc rien d’anodin. Pour être de ce moment inédit du « Really jazz », rendez-vous est pris ce soir au « Fara West » Faravohitra.Mahetsaka

Midi Madagasikara2 partages

Ampefiloha : « Kiosque » voatafika tamin’ny basy

Vola mitetina 6 tapitrisa ariary no lasa

Amin’ny dimy ora hariva no miseho ny fanafihana. « Kiosque » iray izay fangalàna vola amin’ny finday (mobile banking) no notafihan’ny roa lahy mandeha môtô. Nambanana basy ny tompon’andraikitra ary nazava avy hatrany ny tian’ireo jiolahy hahatongavana. Navoaka ny vola rehetra izay nisy tao anaty « caisse ». Raha araka ny vaovao azo tamin’ny fanamarinana natao dia mitentina 6 tapitrisa ariary no lasan’ireo olon-dratsy. Eo amin’ny toerana be olona no misy io « kiosque » io saingy tsy nisy nahavita na inona na inona ny olona noho ny fisian’ny basy. Vetivety rahateo ny fanafihana ary betsaka no tsy nahatsikaritra satria nandeha toy ireny mpanjifa tsotra ireny ireo jiolahy. Nitsoaka tamin’ny scooter izy ireo nony avy eo ary rehefa nanao aroloha dia tsy nisy nahatsikaritra intsony ny endriny ny olona. Nandrasan’ireo mihitsy izany ny haha hariva  ny andro mba hanafihana, amin’izay mba efa fenofeno tsara ny vola ao anaty « caisse », raha ny fijery ity raharaha ity. Na izany aza dia azo eritreretina fa efa fantatr’ireo jiolahy ny manodidina, ny fomba hitsoahana, ny fomba fanafihana izay izy ireo vao niroso tamin’izany. Midika hatrany izany fa miasa anaty tambajotra ny olon-dratsy ary samy manana ny asany ao anatin’izany. Misy ny manara-maso fotsiny ny fihetsiky ny hotafihana : ny fidirany anaty birao, ny fivoahany sns. Ao anatin’izany ihany koa ny fotoana maha-betsaka ny vola miditra. Rehefa voafehy izany rehetra izany dia manomana ny fanafihana amin’izay sy manapaka ny fotoana hanatontosana an’izany. Tsy misy afa-tsy izay no mahatonga ny fandrobana lasa mahomby matetika ary koa vita ao anatin’ny fotoana fohy. Midika izany fa mila mailo hatrany ny mpikirakira vola ary mandinika ihany koa ny manodidina ary mampandre ny mpitandro ny filaminana avy hatrany raha vao misy zavatra mampiahiahy sy miova.

D.R

Madagate2 partages

NADINE RAMAROSON: 2 SEPTEMBRE 2011 – 2 SEPTEMBRE 2017

TOUT EN CLIQUANT ICI

Nous sommes le samedi 2 septembre 2017. Décédée tragiquement lors d’un stupide naufrage de la vedette black shark, au niveau de Soanierana Ivongo, parti de l’île Sainte-Marie, le 28 août 2011, c’est le samedi 2 septembre 2011 qu’ont eu lieu les obsèques grandioses de Nadine Ramaroson.

Ceci est un hommage pour cette mère des pauvres qui a laissé des millions d’orphelins à Madagascar. Mais il ne faut pas oublier que des membres de son cabinet ont aussi perdu la vie lors de ce naufrage. Et parmi eux un confrère: Rasoamiaramanana Andrianjafison Heriniaina ou Hery tout court

Personne ne doit l’oublier et je suis là (jusqu'à mon propre décès) pour le rappeler à travers des vidéos inestimables qui traverseront l'espace et le temps.

Jeannot Ramambazafy – 2 Septembre 2017

 

 

 

 

 

News Mada1 partages

Collectivités décentralisées : le versement des subventions se fait attendre

Bon nombre de communes rurales craignent actuellement pour leur avenir. En effet, elles n’ont pas encore perçu leur subvention qui fera office de budget de fonctionnement, freinant ainsi la bonne marche de ces collectivités décentralisées.

La commune rurale d’Ankilivalo, dans le district de Mahabo, région Menabe, figure parmi les communes qui n’ont pas encore bénéficié de cette aide de l’Etat. «Depuis l’élection en 2015, nous n’avons perçu que six millions d’ariary et c’était avant la fête de l’Indépendance. Nous revendiquons le paiement de cette subvention qui nous revient de droit», a déclaré le premier adjoint au maire de la commune, Richard Razafimandimby.

Les salaires, les indemnités des agents de la commune ainsi que les dépenses de fonctionnement sont actuellement en suspens car les recettes fiscales et les ristournes n’arrivent pas à couvrir ces dépenses.

«Nous avons des arriérés de salaire et nous avons dû négocier avec les responsables du Centre de santé de base pour payer l’indemnité du dispensateur, en attendant le paiement de ces subventions», a déclaré le premier adjoint.

Nadia

 

News Mada1 partages

Justice : les agents pénitentiaires montent au front

Profitant de l’arrivé d’une nouvelle Garde des Sceaux, qui semble ouverte aux dialogues, les agents penitentiaires remetttent sur le tapis leur revendication. Une rencontre est de mise entre les deux parties.

Après le Syndicat des magistrats et celui des greffiers, le Syndicat des agents pénitentiaires attendent également une rencontre avec la nouvelle de la Justice, Elise Alexandrine Rasolo. Une demande d’audience a déjà été déposée auprès du ministère par les membres du syndicat. «Nous allons exposer à la ministre nos différentes revendications restées sans réponse depuis un bon moment déjà», a indiqué le président du syndicat, Diderot Realy, joint au téléphone hier. Il faut d’ailleurs noter que les agents pénitentiaires avaient déjà entamé une grève qui par la suite a été suspendue.

Ces revendications concernent entre autres la révision des salaires et indemnités des agents pénitentiaires ainsi que l’amélioration des conditions de travail, entre autres la dotation de matériel, notamment des véhicules de transport de détenus, ou encore la réhabilitation des prisons.

« Affaire Claudine R »

Le syndicat entend évoquer également l’affaire Claudine Razaimamonjy. «C’est aussi un sujet important et il serait logique que nous abordions cela lors de notre rencontre», a souligné Diderot Realy. Notons que les agents pénitentiaires étaient parmi ceux qui ont demandé le transfert de Claudine R. à la prison d’Antanimora pendant son séjour à l’HJRA. En effet, ils étaient contre les procédures entreprises par certains responsables sur le cas de la femme d’affaires qui, normalement, devrait d’abord passer par la case prison avant d’être évacuée à Maurice ou encore transférée à l’HJRA.

En attendant, le syndicat procèdera à l’élection des nouveaux membres du bureau jeudi prochain. «Peut-être que la ministre attendra les résultats de cette élection avant de répondre à notre demande d’audience», a fait savoir le président du syndicat. Comme les magistrats et les greffiers, les agents pénitentiaires attendent beaucoup de la rencontre avec Elise Alexandrine Rasolo.

Tahina Navalona

 

Tia Tanindranaza1 partages

Lalàmpanorenana“Mila ahitsy”, hoy Rakotovazaha Olivier

Misy amin’ireo andinin-dalàna sasany ao anatin’ny lalàmpanorenana no tokony hovaina, hoy ny loholona Rakotovazaha Olivier voatendry tamin’ny anaran’ny filohan’ny Repoblika.

Toky R

 

L'express de Madagascar1 partages

Centre d’affaires – Un nouveau temple des mines à Ivato

Le Mining business center (MBC) vient d’être inauguré, hier. Ce nouveau centre d’affaires servira de porte d’entrée pour les investisseurs miniers.

L’architecture de l’édifice a attiré le regard des passants de la route de l’aéroport d’Ivato depuis le début du chantier. Est-ce  un nouveau stade ou un complexe sportif ? Non. C’est un nouveau centre d’affaires dédié au secteur minier. Le Mining business center (MBC) bâti à Mamory Ivato vient d’ouvrir ses portes, hier. Les richesses souterraines du pays, de la pierre industrielle à la pierre précieuse, même les métaux précieux y sont exposées : l’or, le saphir, la bauxite, et même des bijoux.  C’est un véritable temple des mines du pays.Pour les dirigeants, cette infrastructure a pour vocation de faciliter les investissements miniers dans la Grande île. Elle sera ainsi une porte d’entrée pour les investisseurs miniers à Madagascar. « Aujourd’hui nous voulons assurer une bonne gouvernance pour que nous puissions avoir de vrais investisseurs déterminés à créer des emplois, à créer une valeur ajoutée dans ce secteur et dans ce pays », a déclaré le Prési­dent Hery Rajao­narimam­pianina lors de son discours d’inauguration.Ce centre d’affaires bâti sur une surface de 12000m² regroupe en un seul lieu toutes les structures de l’administration minière en relation avec les opérateurs ainsi que les parties prenantes, simplifiant dans le même temps les démarches administratives par le biais d’un guichet unique.

Bâtiment high techLa gendarmerie, la police des mines, la douane, le laboratoire de l’Institut de gemmologie de Madagascar (IGM), ainsi que d’autres bureaux administratifs en relation avec les opérations minières y sont présents. La présence d’un bureau de change, d’une institution bancaire étaient aussi annoncées, mais les boxes dédiés à ces institutions financières étaient encore vides, hier.C’est un bâtiment high tech connecté en fibre optique qui abritera un amphithéâtre de mille places, des salons VIP, une bibliothèque, un restaurant et un lieu sécurisé comprenant des détecteurs de métaux, des contrôles et accès magnétiques, des contrôles vidéo et autres pour les pierres précieuses industrielles, les métaux précieux et industriels. Sa construction a coûté le bagatelle de 20 mil­liards ariary sur fonds propre du Bureau du cadastre minier de Mada­gascar (BCMM) le promoteur de ce centre d’affaires.Le MBC servira ainsi de catalyseur du développement durable à travers le secteur minier afin de faire de Madagascar un pays moderne et prospère. « Le hub est un espace dédié au déploiement et à la promotion du secteur minier et veut réinventer de façon inclusive les retombées des richesses minières du sol malgache », a déclaré David Ratsimbazafy, directeur général du BCMM.

Lova Rafidiarisoa

L'express de Madagascar1 partages

Jardin d’Antaninarenina – « Dago Festival » éveille  la conscience collective

Une première journée placée sous le signe de la mobilisation et de l’unité des jeunes quant à la pérennisation de la culture malgache. Ainsi s’est présenté le début de cette première édition du festival d’arts actuels de Madagascar qu’est « Dago Festival » qui se tiendra jusqu’au 1er octobre. C’est dans la matinée d’hier au Jardin d’Antaninarenina que les membres du Dago Team’Zara, une assemblée de jeunes acteurs culturels ont ouvert officiellement les festivités. « On est fier de proposer un festival d’envergure pour la génération à venir, pour qu’eux aussi plus tard puissent jouir de la richesse de notre culture. De plus, on espère fédérer le maximum de personnes à notre noble cause, car c’est un devoir commun qui nous incombe à tous », souligne Mampiray Solofomanana, membre du Dago Team’Zara.Ceci étant, bien au-delà des festivités qu’il a annoncées, le comité d’organisation convie le public qui rejoindra Antaninarenina à y découvrir une exposition inédite. En effet, l’art va contribuer à l’éducation citoyenne sur les textes de lois en vigueur pour une meilleure compréhension et assimilation au quotidien de la loi constitutionnelle. Une exposition sur des textes de loi relatifs au droit de chacun y prendra place. « Le festival promeut aussi une certaine pédagogie en son sein. À travers les expositions, les conférences, les ateliers et les concerts, le civisme occupera aussi une place importante dans notre programmation », confie Noah Raoelina du Dago Team’Zara.

A. P. R.

L'express de Madagascar1 partages

Ambanja – Un beau début pour le festival Sôrogno

Le Nord de l’Île accueille cette semaine, l’évènement économico-culturel de Sambirano. Ce, grâce à l’acharnement des organisateurs et à la volonté des artistes.

Une programmation qui sort du lot. Cette semaine, la vie d’Ambanja  est marquée par le festival  Sôrogno  de Sambirano qui  en est à sa XVIIIe édition. Le bébé a atteint sa majorité malgré les nombreux problèmes auxquels a été confronté le comité d’organisation ONG Sôrogno. La volonté de partage et l’engagement des artistes participants,  mais  surtout l’acharnement des organisateurs figurent parmi les raisons qui ont permis à l’événement de se tenir encore cette année. C’est aussi une opportunité de mettre en lumière les  grands produits de la région, cacao, café.Le festival se  déroule au  stade municipal d’Ambanja, depuis le 31 aout jusqu’au 3 septembre  avec tous les soirs des concerts où se produisent les stars locales avec des grosses pointures nationales.L’ouverture  officielle de la manifestation culturelle s’est tenue hier à Ambanja,  en présence  des personnalités  politico-administratives.

Stade plein à craquerComme il est de tradition tout  a débuté par un carnaval coloré qui a sillonné la ville depuis le collège d’enseignement général jusqu’au  stade, avec toute une foule sur les deux côtés de la chaussée.La procession s’est terminée au  stade, plein à craquer cette fois-ci. Durant une  série de discours, le secrétaire  général de l’ONG  Sôrogno, Malaza R., a saisi l’occasion pour expliquer à l’assistance  la  raison d’être du festival et  de son organisation. « Outre la promotion de la  culture et  de la musique, nous participons à  d’autres projets sociaux », affirme-t-il.Le chef de la région Diana, Eddie Tongazara a, pour sa part, souligné la complémentarité entre le festival  et  le travail, source de la  naissance d’une foire économique qui en est à sa deuxième édition cette année. « C’est  bien de s’amuser puisque c’est la fête, mais essayons  aussi de penser à nos occupations quotidiennes. Sachez distinguer  l’utile du loisir. »

Raheriniaina

L'express de Madagascar1 partages

Campagne électorale

Le KMF/CNOE propose l’extension de la campagne électorale à trois mois. Actuellement, certains candidats pressentis se livrent déjà à une précampagne.

Madaplus.info0 partages

Incendie monstre à Mahavoky

Dans la nuit de jeudi, le feu a quasiment ravagé presque la majorité des habitations dans le canton de Mahavoky à Andravoahangy.
44 habitations presque tout en bois sont parties en fumée et rien n’a été récupéré, même le moindre meuble. Personne n’est au courant de l’origine de l’incendie jusqu’à maintenant. Mais d’après les explications, le feu partait d’une maison en bois et attisait par le vent, la flamme s’est vite propagée aux habitations avoisinantes. Les pompiers n’ont pas tardé à venir pour éteindre le feu. Selon le bilan, l’incident n’a causé aucun mort, mais deux personnes sont blessées par les flammes. Le BNGRC ou Bureau National des Gestions des Risques et Catastrophes prend en charge les 387 personnes sinistrées.
News Mada0 partages

Letisia : mila paikady vaovao ny fiotazana

Tsy mivoatra ! Azo tsorina fa tsy mihetsika firy ny manodidina ny lalam-pihariana letisia. Hanamarinana izany, tsy mihoatra ny 20.000 t isan-taona ny vokatra aondran’i Madagasikara any ivelany amin’ireo 100.000 t vokatra. Mihakely ny anjara toerantsika eo amin’ny tsena iraisam-pirenena satria mipoitra tsikelikely ny firenena manomboka mivarotra sy manondrana any ivelany, toy ny any Afrika Atsimo, La Réunion, Mozambika, Maorisy.

Manoloana ireo, nilaza ny mpandraharaha malagasy, anisan’ny manondrana any ivelany, Rasamimanana Faly, fa tsy maintsy ovaina ny paikady sy ny fomba fiotazana ny letisia. Antony, lesoka ny fiovaovan’ny ividianan’ny mpanangom-bokatra any amin’ny tantsaha mandritra ny fotoam-piotazana.

 Kely koa ny fe-potoana hanangonana ny vokatra, satria efa voafaritra mialoha ny fotoana hitateran’ny sambo azy mankany ivelany. Hany ka ifarombahana ny manangona ny letisia any amin’ny tantsaha, ka tsy voahaja ny kalitao. Maro ny vokatra manta tsy matoy tsara, kely ny habeny, nefa ireny no tena takin’ny mpanafatra sy ny mpanjifa any ivelany.

Mandra-piandry izany vahaolana avy amin’ny fanjakana izany, efa miezaka manatsara ny azy ny orinasa tsy miankina sasany. Anisan’ny miavaka sy tadiavin’ny mpanjifa ny letisia manana ny famantarana label Horeb, aroson’ny orinasa Faly Export, tantanan-dRasamimanana Faly.

Njaka A.

News Mada0 partages

Ambanja : tafidina 700 Ar ny kilaon’ny cacao

 Mizaka ny vokatry ny fidinan’ny vidin’ny cacao ny tantsaha any Ambanja. Manimba ny kalitao koa ny fiovaovan’ny toetr’andro, mampiteraka aretina ny hazo cacao, ka ilaina ny karazany vaovao.

Nisy loabary an-dasy nandinihana ny zava-misy mikasika ny lalam-pihariana cacao tany Ambanja, faritra Sava, ny alakamisy teo. Marihina fa foiben’ity vokatra fanondrana any ivelany ity any an-toerana. Fantatra fa nilatsaka izaitsizy ny vidin’ny cacao eo amin’ny tsena iraisam-pirenena, tafidina 1.800 dolara ny taonina, ary 6.000 Ar ny kilao. Any Ambanja, zara raha amidy 700 Ar ny kilaon’ny cacao voavaofy (nesorina ny hodiny). Nilaza ny mpandraharaha amin’ity lalam-pihariana ity, Ranaivosoa Eric, fa “tena mizaka ny vokatr’izao fihenam-bidy izao ny tantsaha mpamokatra”.

Hany vahaolana hitan’ny mpamboly any Ambanja ny manao fambolena hafa, toy ny patchouli, ny sakamalaho, ny curcuma, voly fakana ilomenaka. “Tsara vidy ireo vokatra ireo satria mety hahazoana tombombarotra hatrany amin’ny 4.000 dolara”, hoy ihany ity mpandraharaha ity.

Karazana cacao vaovao

Antony faharoa manaratsy ny vokatra cacao koa ny fiovaovan’ny toetr’andro ankehitriny. Misy bibikely manimba ny hazo ary mamono azy ireo mihitsy. “Ahina ho ringana mihitsy ny voly cacao manontolo raha tsy misy ny fepetra haingana”, hoy ny fikambanana ONG Sôrogno. Nandroso tetikasa hambolena karazam-boly cacao vaovao, tsara kalitao any amin’ny fandaharanasa Pic II ny teknisianina. Kely ny vokatra cacao, manodidina ny 7.500 t ny taona 2015. Na lazaina aza fa anisan’ny tsara indrindra maneran-tany ny cacao avy any Ambanja, sakana tsy ahazoana ny kalitao tsara ny fahanteran’ny foto-kazo sy ny tsy fanaraham-penitra mandritra ny fiotazana. Eo am-pikarohana karazana cacao sahaza any an-toerana ny Foibem-pikarohana mikasika ny fambolena (Fofifa). Mahatratra 24 ny kazarana zana-kazo metisy hitan’izy ireo, hanaovana fanandramana any an-toerana, tohanan’ny fandaharanasa Pic II. Voalaza fa mahazaka tsara ny toe-tany any Ambanja sy ny manodidina izy ireo.

Njaka Andriantefiarinesy

News Mada0 partages

Boxe Thaillandaise : «Mila fanohanana ny mpikatroka malagasy», hoy i Mellano

Miatrika fiofanana, amin’izao fotoana izao, ireo mpikatroka boxe thaillandaise. Mikarakara izany, ny cosfa sy ny fihezama miaraka amin’ny klioba RKC. Tanjona, ny fampivondronana sy fampiroboroboana ny taranja.  

Toy ny isan-taona, mandalo eto Madagasikara i Fabrice Mellano, «instructeur du club Tampon Muay-Thai» avy atsy La Réunion. Toy ny fanaony, manome sy mizara ny fahaiza-manaony amin’ny alalan’ny fiofanana,  misokatra ho an’ny rehetra, ny tenany. Nanomboka omaly zoma, tetsy amin’ny Dojo Betongolo, izany ary haharitra hatramin’ny alahady ho avy izao. Tanjona ny hampiroborobo ity taranja ity, “Efa manana ny fahaiza-manaony ireo mpikatroka malagasy, saingy fanamafisana fotsiny sy fanomezana ireo teknika vaovao no omeko ho azy ireo”, hoy i Mellano.

Mifantoka amin’ny fandefasana ny daka sy ny lohalika ary ny totohondry ary ny fananjerana, ny mpifanandrina, mandritra ny ady eny ambony ringa, ny fiofanana. Tsy nanafina i Mellano fa manan-talenta ny Malagasy, saingy tsy ampy fanohanana ka tokony hampiana. “Io lafiny io  no iavahany amin’ny mpikatroka ao La Réunion fa raha ny fomba fiady, manana ny mampiavaka azy ny Malagasy”, hoy hatrany izy.

Tsiahivina fa mikarakara ity fiofanana ity ny sampana muay-thai ao amin’ny Fihezama, miaraka amin’ny Cosfa, tarihin’ny filohany, ny kolonely Jaotiana Fernand, sy ny Me Romuald, avy amin’ny klioban’ny RKC. Tsiahivina fa  handray anjara amin’ny “Festival des Arts Martiaux”, hatao etsy Mahamasina ny alahady ho avy izao, ireto mpiofana, ireto.

Marihina fa efa indroa tompondakan’i Frantsa, tamin’ity boxe thaillandaise ity, i Mellano. Nahavita ady 32 izy ka 28 ny fandresena ary efatra kosa ny faharesena.

Ankehitriny, mpanazatra an’i Manu Payet sy Florent Kawashi, tompondaka eran-tany, amin’ny kick-boxing sy ny Boxe Thaillandaise, ny tenany.

Torcelin

News Mada0 partages

Kitra – «THB ligue des champions 2017» : nanamontsana avokoa ny Cnaps sy ny Zanakala

Nanomboka, omaly tamin’ireo kianja efatra : Antananarivo, i Toamasina, i Mahajanga ary i Fianarantsoa ny andro voalohany amin’ny fifanintsanana isam-bondrona eo amin’ny fiadiana ny ho tompondakan’i Madagasikara “THB ligue des champions”, taranja baolina kitra. Nisongadina, tamin’ity fihaonana voalohany ity, ny fandresen’ireo klioba vaventy, tamin’ny isa mihoa-pampana.

Anisan’izany ny nanamontsanan’ny Zanaka FC ny AS Epoir, tamin’ny isa mazava? 7 no ho 2, tany amin’ny kianja Ampasambazaha, Fianarantsoa. Toy izany koa ny Cnaps Sport, avy any Itasy, izay nanilika ny JSA, tamin’ny isa mavesatra, 7 no ho 0. Ankoatra izay, resin’ny HZam Amparafaravola, tamin’ny isa 1 no ho 0, ny Ajesaia ary tamin’ny io isa tery io ihany koa ny  nanilihan’ny Jet Mada  ny FC Vakinankaratra. Vokatra tsy nampoizina ihany koa ny ady sahala samy tsy nisy nitoko teo amin’ny Fosa Juniors sy ny MTM. Ny Fosa Juniors izay nanainga omaly ary lasa nanoman-tena any Pays-Bas, araka ny vaovao voaray tao amin’ny tambajotran-tserasera. Hitohy rahampitso alahady ny andro faharoa, amin’ity “THB ligue des champions” ity.

Tompondaka

News Mada0 partages

KMF/Cnoe : « Mila avahina mazava ny fivavahana sy ny politika »

« Fanjakana laïka isika: tokony hiavaka tsara ny fitondrana sy ny fiangonana, na ny politika sy ny fivavahana. Mila mandray andraikitra ireo mirotsaka ho kandidà. Tokony handray andraikitra mifanandrify amin’izay koa ny fiangonana, fa tsy mamela ny mpanao politika amin’izany. »

Izay ny fanehoan-kevitry ny filoha nasionalin’ny KMF/Cnoe, Rabekijana Félix, momba ny fampifangaroana ny raharaham-pivavahana sy ny politika tato ho ato. Tokony handray fepetra hentitra ny mpitondra fivavahana mba tsy hifangaroan’ny raharaham-politika sy ny fivavahana.

« Anjaran’ny mpitondra fivavahana ny mandray fepetra hoe aleo tsy hifangaro ny politika sy ny fivavahana, fa manjary manakorontana ny sain’ny kristianina. Anjaran’ny kristianina koa ny mahatsiaro tena », hoy izy. Any am-piangonana ve no manao kabary politika? Saika hararaotin’ny mpanao politika isehoana avokoa izao na fihaonana ara-pivavahana, na loza, na hetsika hafa…

Tsy mbola misy lalàna ny fotoana mialoha ny fampielezan-kevitra

« Tsy mbola misy ny lalàna momba ny fotoana mialoha ny fampielezan-kevitra eto Madagasikara », hoy ihany izy. Hatramin’izao, tsy fantatra marina izay ho lalàm-pifidianana. Efa nandalo ambaratonga maro izy io. Tsy mbola mivoaka izay fanatsarana ny lalàm-pifidianana izay. Rahoviana?

Ny misy amin’izao fotoana izao: samy miezaka mandresy lahatra izay mieritreritra hirotsaka ho filohan’ny Repoblika, mitaontaona ny olona. Tsy misy kandidà azo ekena, raha tsy efa misy fihaikana mpifidy ataon’ny fanjakana, misokatra ny fisoratana anarana ho kandidà, mivoaka ny kandidà ofisialy. Tsy mbola fantatra koa ny rotsa-bola amin’ny firotsahan-kofidina.

Tokony hazava ao anatin’ny lalàm-pifidianana ny momba ny hoe fotoana mialoha ny fampielezan-kevitra. Hisorohana ny fanaovana fampielezan-kevitra mialoha ny fotoana izany.

Mahazo tombondahiny ny mpitondra fanjakana

Manome tombondahiny izay eo amin’ny fitondrana ny fotoana mialoha ny fampielezan-kevitra noho ny fampiasany fahefam-panjakana amin’ny fitokanana zava-bita, ohatra. Ny manahirana: tsy misy olona hilaza mivantana hoe: « Fidio aho« . Nefa mamofompofona fitaomana olona amin’ny fifidianana na ny fihetsika na ny fiteny, nefa volam-panjakana no ampiasaina.

R. Nd.

 

News Mada0 partages

Hatsikana sy mozika : hiverina ny “Kakakaka Kaïamba”

Ela izay! Vaovao lehibe ho an’ireo mpankafy, hiverina indray ny “Kakakaka Kaïamba”. Endri-tseho nanaitra ny maro ka nahasarika mpijery marobe izy ity, tany amin’ny taona 2002 tany ho any. Nitsiry tao amin-dry Gothlieb, Francis Turbo ary ny tarika Fou Hehy mantsy ny hevitra tamin’izany, ny hamerina indray ireo “vazo kaïamba”.Nangina fotoana ela ka toy ny rivo-baovao nitsoka eo amin’ny mozika indray ny nahenoana ireo hiran’ny taona 70,80,90, nataon’ireo mpanao hatsikana ireto. Nanome aina vao ireo hira rahateo ilay lafiny mampihomehy ao anatiny. Noraisin’ny mpankafy tsara ry “Very maina”, “Aporatiana”, “Misaotra mama”, “Kotrobaratra”, sns, tamin’izany fotoana izany. Nanaraka avy eo ireo hira hafa toy ny an’ny tarika Ny Voanio, sns.Nikitika ary azo lazaina fa namerina sy namoha indray ny fitiavana ny “vazo kaïamba” ny “Kakakaka Kaïamba”. Taitra noho izany rahateo ireo tompon’ny hira ka niverina an-tsehatra, tanatin’ny “Kaïamba tena izy”, izay lasa anarana tarika ihany koa taty aoriana.Nanomboka teo, niaka-tsehatra hatrany ny mpanao kaïamba. Tsy tazana an-tsehatra intsony kosa ny “Kakakaka Kaïamba”, na maro aza ireo nangataka izany. Ho azy ireo indrindra ny fampisehoana hanamarihana ny fiverenana, izay hotontosaina ny zoma 8 septambra ho avy izao, manomboka amin’ny 8 ora alina, etsy amin’ny kianja mitafon’i Mahamasina.Araka ny nambaran’ny mpikarakara ao amin’ny LH Pro, hasongadina mihitsy ilay lafiny maha fampisehoana hira sy hatsikana miaraka, amin’io. Hahazo fanomezana manokana ireo mpijery ho avy ka manao fitafiana nahafantarana ny kaïamba…

Zo ny Aina

News Mada0 partages

« Tsiahy an’i Romule » : « Vonona izahay… 50 mahery ny hira hokaloina », hoy i Ndrema

Rabarivola Romule, andrarezin’ny zavakanto sy kolontsaina malagasy. Iray amin’ireo nandrafitra ny tarika Kintana Telo. Hotontosaina ao amin’ny CCEsca Antanimena ny tolakandron’ny 10 septambra izao, ny « Tsiahy an’i Romule », seho an-tsehatra hampiainana indray ireo hira nokaloiny sy ireo sanganasany. Ny tarika Diarin’ny Kintana no hanatontosana izany. Ho vahinin’izy ireo i Salomon sy i Ndrema ary i Mbola (izy mirahalahy zanak’i Romule).

« Efa vonona izahay hizara ireo hira mamy hatrizay », hoy i Ndrema. Nambarany fa vonona tahaka izany, koa ny tarika Diarin’ny Kintana ahitana an’i Soanaivo, i Fidy, i Simon, i Frank miampy an’i Lily, i Nounou, i Tantely ary i Lolona. Mahatratra 50 mahery ireo hira hokaloin’izy ireo mandritra ity fampisehoana ity.

Hanakoako eny an-toerana indray ny hira « Inay aho » izay tsy heno tany amin’ny Radio fa nohirain’i Romule teny an-tsehatra. Ao koa ny « Hamerina ny anaranao », « Fandaharana », « Hiran-drazako », sns, izay handrenesana ny feon’i Ndrema sy i Salomon ary i Mbola.

Ankoatra ireo hira noforonin’i Romule, nihira ny sanganasan’i Rolland Raelison sy ny an’ny mpamorona hafa ihany koa izy.

HaRy Razafindrakoto

News Mada0 partages

Fiainana antoko : mitohy ny fankalazan’ny Tim ny tsingerintaony

Anjaran’ny any Vakinankaratra indray. Nitohy tao Antsirabe, omaly ny hetsika nanamarihan’ny antoko Tim ny faha-15 taony. Notanterahina tanaty efitrano izany ary nahazoana alalana amin’ny tompon’andraikitra.

 

Nomena toromarika sy fiofanana, tahaka ny mahazatra azy, ireo mpitarika sy mpikatroka eo anivon’ny Tim, tamin’izao fankalazana izao, ho an’ny faritra Vakinankaratra. Nitarika izany ny mpanorina ny antoko, Ravalomanana Marc. Tafiditra ao anatin’izany ny efa fiomanana ny hiatrehana ny fifidianana. Fa eo koa ny torolalala momba ny fanomezana aina indray ny antoko, miainga eny ifotony. Nahaliana ireo mpikambana izany ary nanehoan’izy ireo ny hetahetany sy ny faniriany koa, hanatsarana hatrany ny fiainana anatin’ny antoko. Nalalaka tamin’ny fanontaniana sy ny tolokevitra samihafa ny rehetra tamin’izany.

Nitondra ny hetahetany ny tanora

Tsy nijanona teo izany fa nihaona manokana amin’ireo tanora eo anivon’ny Tim any amin’ny faritra Vakinankaratra koa ny filoha nasionaly, nihaino ny hetahetan’izy ireo. Tampoka ho an’ny rehetra any an-toerana izany hetsika fanamarihana izany sy ny fahatongavan-dRavalomnana nefa vory lanona ireo mpikambana Tim.

Ankoatra izany, nijery ny foara “Vitrine Vakinankaratra”, iarahana amin’ireo mpandrahara ao Antsirabe ny mpanorina Tim. “Tsara hatrany ny hetsika tahaka izao satria ahafahana mifanakalo traikefa sy hevitra ary ahitana zava-baovao hatrany”, hoy ity mpandraharaha sady mpanao politika ity.

Fanampiana sy fanohanana ny tantsaha

Narahabaina manoloana ny mpikarakara ny hetsika noho ny maha zava-dehibe ny tahaka izao. “Tena manampy ny tantsaha ny tahaka izao. Ohatra, mahita masomboly na ambioka izy ireo… Mety mandalo fahasahiranana kely na be izy ireo nefa tokony hotohizana ny hetsika, tahaka izao, na misy aza ny tsy fahafaham-po”, hoy ihany izy.

Nialoha izany, niaraka amin’ireo mpino FJKM tamin’ny  famaranana ny fihaonambe voalohany ny seha-pitaizana ao amin’ny Fifohazana ao Ambatolamy ny filohan’ny jobily fankalazana ny faha-50 taon’ity fiangonana ity. Notanterahina ny faran’ny volana aogositra teo izany. Hitohy any amin’ny faritra hafa indray ny hetsika fankalazana ny faha-15 taon’ny antoko Tim.

Synèse R.

 

News Mada0 partages

Fifidianana filoham-pirenena : mangataka ny depiote Hary ho kandidà ny any an-tanàna

 “Miangavy sy mangataka an’Andrianarivo Hary ho anisan’ireo mpifaninana hofidina ho filoham-pirenena amin’ny fifidianana ho avy izao izahay raiamandreny avy any amin’ny faritra Amoron’i Mania sy Matsiatra Ambony”, hoy ny fanambarana novakin’ny raiamandreny, Rakotomanga Martin, notronin’ireo namany maromaro, avy any an-tanàna, tetsy Antsahavola, omaly. Notsiahiviny fa efa nifampidinihana tamin’ireo sokajin’olona maro sy raiamandreny any ifotony, naniraka azy ireo ho aty Antananarivo, izany fangatahana izany. “Na izany aza, mbola hitondra famelabelarana ireo voalaza ireo izahay amin’ny manaraka…”, hoy ihany izy ireo.

Tsiahivina fa filoha lefitry ny Antenimierampirenena ny depiote Andrianarivo Hary. Mitarika ny fikambanana Mampiray any amin’iny faritra iny ny tenany. Ankoatra izany, mpandraharaha eo amin’ny sehatra maro ity solombavambahoaka voafidy tao Ambositra ity. Manampy ireo, manana andraikitra eo anivon’ny fiangonana loterana (FLM) ny tenany.

Synèse R.

News Mada0 partages

300 gendarmes révoqués : grand coup de balai à la gendarmerie

Afin de redorer le corps des bérets noirs et en vue de reconquérir la confiance de la population, le commandement de la gendarmerie nationale poursuit le nettoyage.

Plus de 300 gendarmes ont été révoqués depuis le début de l’année. Le général de division Jean Daniel Ramiandrisoa, commandant de la gendarmerie nationale l’a fait savoir hier au cours d’une interview, en marge de la cérémonie d’adieu aux armes de 23 gendarmes partis à la retraite.

«Ce grand coup de balai entre dans le cadre de l’assainissement au sein de la gendarmerie. Certains de ces gendarmes révoqués sont impliqués ou condamnés dans des affaires pénales, entre autres concussion, extorsion de fonds, escroquerie, participation à des associations criminelles ou encore trafic d’armes. D’autres ont été renvoyés pour faute disciplinaire dont manquement grave aux devoirs définis par le code de déontologie, entre autres», a expliqué le patron des bérets noirs.

Le général Jean Daniel Ramiandrisoa a rappelé la déclaration du général Girard Randriamahavalisoa, Secrétaire d’Etat chargé de la gendarmerie nationale. «Il a toujours soutenu que la gendarmerie n’est pas un repaire de malfaiteurs ni un refuge pour les brebis galeuses. Le corporatisme aveugle n’a pas sa place chez nous. Chacun doit assumer ses responsabilités», a-t-il ajouté avant de préciser que le commandement de la gendarmerie mène une lutte accrue contre la corruption.

Par ailleurs, il a expliqué que l’effectif de la gendarmerie est insuffisant au regard de la norme de 1 gendarme pour 800 à 1.000 habitants. «Actuellement, le ratio à Madagascar est de 1 gendarme pour 3.000 habitants. C’est largement insuffisant sachant que  1.200 élèves gendarmes sont recrutés chaque année, alors qu’il y a aussi ceux qui partent à la retraite ou ceux qui sont révoqués qu’il faut comptabiliser », a-t-il conclu.

Mparany

 

News Mada0 partages

Kolikoly, fisolokiana, fanaparitahana fitaovam-piadiana… : zandary 300 nanao fandikan-dalàna

Fandikan-dalàna, tsy fanarahana fitsipi-pifehezana, fanaovana kolikoly, fanapariahana fitaovam-piadiana… Manodidina ny 300 ireo zandary voakasik’izany, araka ny fanazavan’ny Komadin’ny zandarimariam-pirenena, ny Jly Ramiandrisoa Jean De Dieu Daniel.

 

Tao anatin’ny enim-bolana voalohany tamin’ity taona ity, manodidina ny 300 any ho any ireo zandary nanao fandikan-dalàna. Izany hoe tsy nesorina tamin’ny asany fa ireo miditra any am-ponja sy voaroaka tamin’ny asany. Ny fandikan-dalàna no tena antony lehibe satria misy ireo nandika ny fitsipi-pifehezana eo anivon’ny zandarimariam-pirenena, misy koa ireo nanao fandikan-dalàna amin’ny maha teratany Malagasy azy ka migadra. Aminay rehefa migadra ny zandary dia miala avy hatrany ato anatin’ny zandarimariam-pirenena”, hoy ny Kaomandin’ny zandarimariam-pirenena, ny Jly Ramiandrisoa Jean Dieu Daniel, omaly teny amin’ny Toby Jly Ratsimandrava nandritra ny fanaovam-beloma ara-miaramila ireo zandary handeha hisotro ronono.

Nohamafisiny hatrany fa tafiditra ao anatin’izany 300 izany ireo tratra nanao kolikoly, ny nanao fanodinkodinam-bola, ny fisolokiana ary ny fanaparitahana fitaovam-piadiana.

Tena manadio tanteraka ny zandary mihitsy, araka izany, ireo tompon’andraikitra ambony eo anivon’ny zandarimariam-pirenena. Nidirana lalina ny ady amin’ny kolikoly satria nojerena hatrany anatiny. Izany hoe tsy fanadiovana ny ety ivelany fotsiny fa hatrany ifotony mihitsy “Taloha raha namafa trano, izay hita maso ao an-trano ihany no nodiovina fa amin’izao fotoana izao na any ambany farafara na latabatra na ambony lalimoara sokirina daholo. Tsy ho vita ao anatin’ny iray andro ny ady amin’ny kolikoly. Niaraha-nahita fa tsy nisy kolikoly mihitsy tamin’ity raha ny fanadinam-panjakana hidirana eo anivon’ny sekolin’ny zandarimariam-pirenena ao Ambositra”, hoy hatrany izy.

Tsy maharaka ny isan’ireo zandary…

Nilaza ity manamboninahitra ambony ity fa olona 3 000 fehezina zandary iray eto Madagasikara. Any andafy anefa efa 800 ka hatramin’ny 1 000. Izany hoe mbola lavitra izany ezaka izany. Antony, tsy ahafehezana ny tsy fandriampahalemana amin’ny faritra sasany izany, araka ny nambarany. Voafetra koa ny fisandrahaky ny zandary any ambanivohitra ka tsy maharaka.

Efa faritra fotsy amin’izao ny any Benenitra, Betioky amin’izao fotoana izao. Misy ny fiaraha-miasa eo amin’ny Dinabe sy ny zandary manao savahao ireo faritra mena amin’ny asan-dahalo. Tsy hoe tsy ahafehezana ny tsy fandriampahalemana ny tsy fahampiana ato amin’ny zandarimariam-pirenena fa ilaina ny fiaraha-mientana ao amin’ny fokonolona rehetra manoloana izay tsy fandriampahalemana izay, araka ny fanazavany hatrany.

Tsy araka ny fieritreretan’ny maro azy, araka izany, ny any amin’iny faritra Benenitra sy ny manodidina iny amin’izao fotoana izao noho ny fiaraha-miasa sy ny paikady niarahan’ny zandary amin’ireo mpiray dina any an-toerana.

Miisa 23 ireo zandary natao veloma ara-miaramila teny amin’ny Toby Ratsimandrava, omaly. Isan’ireo natao veloma tamin’izany, ny Jly Pily Gilbain, kaomandin’ny zandarimariam-pirenena tamin’ireny raharaha nafampana teto amin’ny firenena ny taona 2009 ireny.

J.C

News Mada0 partages

Miparitaka ny bala sy ny basy… : gorobaky ny bala valo ny 4×4 an’ny zandary tany Betroka

Manana olana ny zandary amin’ny ady amin’ny dahalo any Betroka. Eo ny fiparitahan’ny bala sy ny basy, manampy trotraka koa ny sakantsankana ataon’ny olom-boatendry sasany. Fiara 4×4 an’ny zandary izao no norarafan’ny dahalo ny tifitra tany an-toerana…

Nitombo ny tsy fandriampahalemana any Betroka tato ho ato. Miparitaka ny bala sy ny basy any an-toerana, ary ahenoana mipoapoaka toy ireny afomanga ireny isaky ny adiny iray any an-toerana”, hoy ny fanazavan’ny kaomandin’ny vondron-tobim-paritra Anosy, ny kolonely Ranaivoarison Théodile, tamin’ny mpanao gazety. Mafana amin’ny asan-dahalo hatramin’izay iny Betroka iny. Tonga teto Antananarivo ilay fiara 4×4 an’ny zandarimaria norarafan’ny dahalo ny tifitra tany Betroka ny 27 jona lasa teo. Naseho tamin’ny mpanao gazety ilay fiara feno diam-bala. “Saika ratsy ny nanjo ny kapiteny Harena satria amina milimetatra ny tsy nahavoatifitra azy. Voatifitra tamin’io fotoana io koa ilay adzidà sefo iray namoy ny ainy. Anisan’ny mampiseho izao fa manana basy ny dahalo ary manana bala maro ihany koa”, hoy ny fanazavan’ny kolonely Théodile. Nisy ny fampiasana angidimby tamin’ny fanenjehana ireo dahalo fa niala maina. Efa nisy ihany kosa anefa ny voasambotra tamin’ity fanafihana ity, ary efa naiditra am-ponja.

Olana ny olom-boatendry

Araka ny nambaran’ity kolonely ity, anisan’ny olana amin’ny ady amin’ny dahalo any amin’ny faritra iandraiketany ny sakantsakana ataon’ny olom-boatendry. “Tsy misy loatra ny fiaraha-miasa eo amin’ny mpitandro filaminana sy ireo olona ireo. Lasa miparitaka ny hery ka mahazo vahana ny olon-dratsy. Efa misy ny fifampiresahana amin’ny lehiben’ny distrika momba ity olana ity”, hoy ny fanazavana.

Ohatra amin’izany ny fahafantarana ny fisian’ny toerana fandehanan’ny omby halatra any Andriry, izay efa nahitana omby 400 indray maka. Omby 50 hafa niditra tao, saingy tsy afaka niditra tao ny zandary noho ny sakantsakana.

Mitady vahaolana ny zandary amin’izao fotoana izao, ary anisan’izany ny fifampiresahana amin’ny mponina. “Misy amin’izy ireo ihany ny dahalo ary efa fomba any an-toerana izy io, ka mety hiala amin’ny halatra omby rehefa resy lahatra izy ireo”, hoy ny fanamafisana.

Miaiky ny zandary fa sarotra ny ady amin’ny dahalo, raha ny any Betroka manokana. Miparitaka ny bala sy ny basy, manakantsakana ny asa ny olom-botendry. Tsy mahagaga raha manjaka ny asan-dahalo. Tazanim-potsiny?

Yves S.

 

News Mada0 partages

Fonja Antanimora : nahazo «chapelle» vaovao ny kartien’ny voafonja tsy ampy taona

Sady fanamarihana ny fanokafana ny faha-10 taona nijoroan’ny Fandrindrana nasionalin’ny  asan’ny  aumonierie eo anivon’ny Fiangonan’i Jesoa Kristy eto Madagasikara (FJKM) no fitokanana ny « chapelle » vaovao, ao amin’ny kartien’ny voafonja tsy ampy taona, ny notanterahina tao amin’ny fonjan’Antanimora, omaly. 

« Endriky ny fiaraha-miasan’ny fiangonana sy ny fitondram-panjakana ». Izay ny nilazan’ny filohan’ny aumonerie eo anivon’ny FJKM, ny mpitandrina Ralambomahay Hendrininosy, ity lanonana natao omaly ity. Asa voalohan’ny fiangonana ny fitoriana Filazantsara amin’ny toerana sy faritra ary amin’ny olona rehetra. Anisan’izany ny eny amin’ny fonja, ahitana ireo olona mila vonjy, na lahy na vavy, na kely na lehibe. “Sokajin’olona, heverina ho voailika eo anivon’ny fiarahamonina ny voafonja. Tsy Antanimora ihany fa ny fonja rehetra. Izany indrindra, hoy ny mpitandrina Ralambomahay Hendrininosy, ny antony ahatongavan’ny Fiangonana eto”.  Tsy mandeha ila anefa izany asa fitoriana ny Filazantsara izany fa eo koa ny asa sosialy, amin’ny alalan’ny fanabeazana, fampianarana mamaky teny sy manoratra, ny fitsaboana, fanohanana amin’ny sakafo, fitafiana… ireo voafonja. Asa lehibe koa, ankoatra ireo, araka ny voalazany, ny fanomanana ireo voafonja amin’ny fiverenany eo anivon’ny ankohonana sy ny fiarahamonina rahatrizay mivoaka ao izy ireo.

“Toerana lalovana…”

Fanirian’ny aumonerie FJKM ny hivelaran’ny asa fitoriana ny Filazantsara sy ny asa fanabeazana, fitaizana sy fanarenana eo anivon’ny fonja, tahaka ity ao Antanimora ity, amin’ny fonja rehetra manerana ny Nosy. Ny fonja izay nambarany fa “toerana lalovana” ihany fa tsy sanatria “zohy fieren’ny jiolahy”. Raha miala ao ireo any aoriana, ho olona hanana ny toerany tokoa eo anivon’ny fiarahamonina sy ny fianakaviany.

Fankaherezana ireo manana andraikitra (ny aumonerie, ireo fikambanana samihafa, ny mpandraharahan’ny fonja…) rehetra ao anivon’ny fonja kosa ny nanamarika ny fandraisam-pitenenan’ny filohan’ny FJKM, ny mpitandrina Andriamahazosoa Irako Ammi. Fampaherezana ireo voafonja ihany koa, araka voasoratra hoe “Anio no tonga eto amin’ity trano ity ny famonjena fa izy dia zanak’i Abrahama koa”, “Fa efa tonga ny Zanak’olona hitady sy hamonjy ny very” (Lioka 19 : 9, 10). Nisy ireo boky samihafa (fampianaram-pinoana, fanabeazana, fitoriana ny Filazantsara) natolony ho an’ity toeram-pivavahana ity, ho an’ireo voafonja ho fampiharana ny hoe “vontosy Filazantsara ny fonja”.

Nankasitrahany manokana tamin’izao fotoana, omaly, izao koa ny fiaraha-miasa amin’ireo fikambanana, toy ny Association Betlehema, Arahaba soa, sy ny fianakaviana Andriantsimbazafy Stephen, angady nananana sy vy nahitana ity “chapelle” vaovao notokanana omaly ity.

M.R.

 

News Mada0 partages

Haintrano tetsy Mahavoky : hotohoton’ny afo ny fitaovana vaovaon’ny mpianatra

Kilan’ny afo avokoa ny entan’ireo mponina tamin’ny tokantrano 50 ao Mahavoky ny alin’ny alakamisy teo. Anisan’izany ny fitaovan’ny mpianatra , efa novidian’ny ray aman-dreny hiatrehana ny taom-pianarana vaovao 2017-2018. May koa ny kopian’ny mpianatra sy ny rosia nandoavana ny vola tany am-pianarana. Velon-taraina izy ireo ary nanao antso avo tamin-dranomaso amin’ny manam-pahefana sy ireo malala-tanana. Tsy nisy azo noraisina ny entana satria nihanaka haingana ny afo.

Manahy ny hoavin-janany ireo ray aman-dreny amin’ny fiatrehana ny fidiran’ny mpianatra. Tsy misy horaisina intsony ao an-tokantrano. Manodidina ny 387 ireo tsy manan-kialofana eny Mahavoky taorian’iny loza iny. Mipetraka amin’ny EPP eny an-toerana ireo traboina miandry ny fanampiana omen’ny tompon’andraikitra.

Tatiana A

 

News Mada0 partages

Mafana ny andro : mivoaka ny lamaodin’akanjo maivamaivana

Mitohy, anio ary hifarana rahampitso ny hetsika « La Grande Braderie de Madagascar » etsy Mahamasina. Hatreto, afa-po ny mpikarakara satria tonga ny olona ary mbola ahitana ireo mpanao vakansy avy any amin’ny faritra marobe tonga mitsidika ny tsena.

Nilaza ny mpikarakara avy ao amin’ny Madavision fa fotoana amoahan’ny mpivarotra akanjo ny lamaody amin’ny andro mafana izao. Mirantiranty ny akanjo maivamaivana sy ny karazana kapa.

Tsy ny an’ny lehibe ihany fa eo indrindra koa ny an’ny ankizy, entina iatrehana ny taom-pianarana vaovao 2017-2018 izay hanomboka amin’io herinandro io ho an’ny ankamaroan’ny sekoly tsy miankina.

Ankoatra ny lamaody, manasongadina ny vokatry ny orinasa malagasy koa ity tsena etsy Mahamasina ity. Ambentin-tenin-dRtoa Ramanantsoa Harilala ny fanomezan-danja ny orinasa malagasy izay tsy mena-mitaha amin’ny any ivelany ny vokatra vokariny.

Efa misy ny orinasa malagasy mahavita ny vokatra fikarakarana ny endrika amam-bika vita avy amin’ny akora voajanahary. Eo ny mamokatra sakafo sy ny karazana haingon-trano miavaka vita amin’ny akora fototra toy ny taolana sy ny rofia..

Tatiana A

News Mada0 partages

SAVA : le port de Vohémar en tant que pilier économique

La région Sava est en train de faire un bond économique. Outre la production de vanille, les activités portuaires de Vohémar ont boosté ses potentiels qui ne sont pas encore exploités rationnellement à ce jour. Le port de Vohémar devient un nouveau pôle économique pour la région Sava grâce à son essor spectaculaire.

Simple port de cabotage au début, ce port acquiert peu à peu le statut de port d’exportation sous l’impulsion du receveur des douanes, Ernest Lainkana Zafivanona, depuis 2013. Les recettes douanières de Vohémar  ont quintuplé, allant de 2 milliards d’ariary en 2013 pour se chiffrer à plus de 10 milliards d’ariary en 2016, dépassant largement les performances des ports de Nosy Be et de Tolagnaro pour s’aligner sur Toliara.

Extensions du port et de ses activités

 Le receveur des douanes de Vohémar a révélé les secrets de ce succès basé sur la collaboration avec les opérateurs locaux qu’il a incités à renforcer leurs opérations douanières sur place plutôt que de se déplacer à Toamasina ou à Antananarivo. La nouvelle réforme douanière facilite la diversification de leurs activités pour étoffer le tissu économique de leur lieu d’implantation, selon le receveur Ernest Lainkana Zafivanona lors d’une rencontre avec la presse.

Le capitaine du port, Henri Befourouack, responsable de la Société de gestion du port d’Iharana (SGPI) suggère, face à cette situation, l’extension du port de Vohémar qui n’arrive plus à suivre le rythme des activités nécessitées par l’évolution économique de la région actuellement. L’installation de balisage, attendue depuis plus d’une dizaine d’années dans cette infrastructure portuaire en plein développement est vivement souhaitée, selon ce responsable.

Manou

 

News Mada0 partages

Mining Business Center : un hub minier pour la promotion du secteur

Une innovation dans le secteur extractif. Le Mining business center (MBC) sis à Mamory Ivato est opérationnel. Au même titre qu’un guichet unique, il s’agit d’une plateforme d’interactions entre l’administration minière, les opérateurs, les investisseurs et les parties prenantes du secteur minier à Madagascar.

Le MBC est un centre d’affaires visant principalement à la création d’un espace dédié à la promotion du secteur minier malgache. Ce hub minier pour Madagascar a été inauguré officiellement hier en présence du président de la République, des membres du gouvernement ainsi que les différents acteurs du secteur, notamment les investisseurs opérant à Madagascar.

Le MBC regroupe toutes les structures de l’administration minière en relation avec les opérateurs ainsi que toutes les parties prenantes. Il se veut être une plateforme d’échange entre les autorités, les acteurs proprement dits et les investisseurs. La réalisation de ce projet qui est une concrétisation de la promotion des investissements directs étrangers (IDE) dans le secteur extractif, relève de l’initiative et du financement propre du Bureau des cadastres miniers de Madagascar (BCMM).

«Suivant son statut, le BCMM prend part activement à la promotion minière. La création du MBC entre dans le cadre de cette action. Ceci pour faire valoir les richesses minières du pays mais aussi pour montrer qu’il dispose d’une structure fiable pour la gestion de ses ressources», a déclaré David Ratsimbazafy, directeur général du BCMM à l’occasion de la cérémonie d’inauguration. «Ce centre d’affaires offre une opportunité de rencontre entre les opérateurs nationaux et internationaux, d’une part, et les investisseurs et l’administration minière d’autre part», a expliqué de son côté Ying Vah Zafilahy, ministre en charge des Mines et du pétrole.

Un espace dédié aux échanges

En effet, le MBC a pour vocation de simplifier les démarches administratives au même titre qu’un guichet unique, offrir une plateforme d’interactions entre les opérateurs et les parties prenantes, soutenir et accompagner les initiatives minières locales et surtout servir de porte d’entrée aux investisseurs miniers à Madagascar.

Les bâtiments du MBC sont construits sur 6.600 m2 dans un espace total de 12 000 m2. Un complexe moderne comprenant une banque et un bureau de changes, un musée de 725 m2, un grand amphithéâtre capable d’accueillir 1000 personnes, plusieurs salles de réunion, un restaurant, une galerie commerciale avec plus de 32 box destinée aux opérateurs nationaux, ainsi qu’une bibliothèque et une cartothèque dédiées au secteur minier.

C’est en somme un outil de développement du secteur minier.

Arh.

 

News Mada0 partages

La BNI présente à la Vitrine

La banque BNI Madagascar est présente à la  20e édition de la Vitrine du Vakinankaratra qui se tient dans la ville d’Antsirabe. Cet événement économique permet une fois de plus à la  banque de renforcer sa stratégie de développement inclusif.

Présente lors des précédentes éditions de ce rendez-vous économique régional, la BNI  y trouve de nouveau une opportunité pour  proposer une large gamme de produits et services bancaires aux nombreux exposants et visiteurs de différents secteurs.

Il s’agit en effet d’une occasion pour la banque de sensibiliser les habitants de la région sur les avantages d’avoir un compte bancaire. C’est également l’opportunité de valoriser ses produits bancaires et ses offres de crédits pour les particuliers, les professionnels et les entreprises. A titre de rappel, la BNI a déjà ouvert deux agences et plusieurs Guichets automatiques de banque (Gab) à Antsirabe.

«La participation de la BNI Madagascar à cette plateforme des acteurs  du développement témoigne de son engagement  socio-économique dans  cette région à grande potentialité», a fait savoir Nantatiana Ratovohery, Directrice de l’agence d’Antsirabe.

Riana R.

News Mada0 partages

Rugby Analamanga : samy hisy lalao ao Malacam sy eny amin’ny Makis

Toy ny mahazatra, samy hanatanteraka ny fifaninanany, rahampitso alahady, ny Analamanga rugby sy ny Commission technique federale (CTF), eo amin’ny taranja rugby. Etsy amin’ny kianja Makis Andohatapenaka, toy ny mahazatra azy, ny an’ny CTF. Lalao dimy no voalahatra amin’ny fandaharam-potoany, ka tafiditra amin’ny fiadiana ny “Elite régionale” ny telo. Hifandona amin’izany ny samy Andohatapenaka : ny FTBA sy ny XV Black. Aorian’izay, hifanehatra ny FTA Andavamamba sy ny Balami Ambilanibe ary ny Afa Ankazomanga, hifanazava amin’ny ASA Ambohimanarina. Fihaonana roa kosa ny eo amin’ny   “Elite federale”. Hifampitana ny JSTA Ambondrona sy ny VTMA Antsalovana ary hamarana ny lalao ny US Ikopa sy ny XV FA Ampasika.

 Ny kianja Malacam Antanimena kosa ny an’Analamanga rugby. Hisy ny fiadiana ny ho tompondakan’ny seksiona Antananarivo Renivohitra, ny maraina, ka hifanandrina amin’izany ny XV FTV sy ny FTA Anjanahary. Aorian’io, ny an’ny Hiza 17 Angarangarana sy ny ATI Ivandry. Hifanandrina, kosa eo amin’ny fiadiana ny “Top 9” Analamanga, ny TFA sy ny Matadorea ary ny Tam hifanazava amin’ny Stade. Hanakatona ny lalao kosa ny fihaonan’ny XV Family sy ny TFMA.

 Tompondaka

News Mada0 partages

Foot-Ligue des champions : les favoris atomisent leurs adversaires

Démarrage en trombe de la ligue des Champions de football hier aux quatre coins de Madagascar. Elle a été marquée par des scores fleuves réalisés par les équipes favorites de la compétition.

La ligue des Champions démarre sur les chapeaux de roues pour les grandes équipes de football de Madagascar. Elles ont atomisé tout sur leur passage à l’image de l’équipe Championne en titre, Cnaps, qui a étrillé JSA sur le score de 7-0 dans le groupe D à Fianarantsoa.

Ce qui  fait d’elle le leader provisoire devant Zanakala à la différence de but, +7 pour les Caissiers alors que Zanakala est à +5 après son festival face à l’AS Espoir : 7-2.

Dans le groupe A, Varatraza n’a pas tenu face aux militaires du Cosfa en se faisant laminer sur la marque de 0-6. Ce qui place le vainqueur en tête du groupe, suivi de USSK Ambanja, victorieuse de son duel face à FC Iharana : 6-2.

Trois équipes se partagent la première place dans le groupe B à Toamasina, en l’occurrence RTS Jet Mada, Fifafifi et Hzam Amparafaravola. Les trois formations sont sorties vainqueurs de leur première sortie.

Elgeco Plus et FC Maeva ont confirmé leur rang dans le groupe C après avoir dominé respectivement VFM, 5-0 et FC Malaimbady 5-2. Les deux formations se croisent ce jour pour déterminer la hiérarchie.

Début raté

Cette journée inaugurale de la ligue des Champions a néanmoins réservé des surprises. Des équipes parmi les favorites ont complètement raté leur entrée en la matière. C’est le cas d’Ajesaia dans le groupe B, battue par Hzam Amparafaravola sur le fil : 0-1.

Fosa Junior a vécu une journée frustrante dans le groupe A. Elle a été tenue en échec par une surprenante équipe de MTM sur un score nul et vierge.

Pour le compte de la 2e journée, Fosa Junior est dans l’obligation de sortir le grand jeu face à la puissance des militaires, solide leader de la 1ère journée.

Naisa

Résultats de la 1ère journée :

Groupe A :

COSFA – VARATRAZA : 6-0

FOSA JUNIORS – MTM : 0-0

USSK AMBANJA – FC IHARANA : 6-2

Groupe B :

RTS JET MADA – FC VAKINANKARATRA : 1-0

FIFAFIFI – STF: 3-2

HZAM AMPARAFARAVOLA – AJESAIA: 1-0

Groupe C :

FC MAEVA – FC MALAIMBANDY : 5-2

ELGECO PLUS – VFM : 5-0

TOP DOM – FC MENAGNARA: 4-0

Groupe D :

ZANAK’ALA FC – AS ESPOIR : 7-2

CNAPS SPORT – JSA: 7-0

3FB – FC ANGELE: 2-1

 

News Mada0 partages

Muay-Thaï : Fihezama entre de bonnes mains

La boxe thaïlandaise plus connus sous l’appellation de Muay-Thaï prend de l’ampleur du côté de l’association Fihezama grâce à une collaboration parfaite avec l’instructeur du club de Tampon Muay-Thaï de La Réunion, Fabrice Mellano.

Comme ce fut le cas l’année dernière, celui-ci est de retour dans la capitale actuellement pour le rendez-vous annuel avec les pratiquants de la discipline locaux. Depuis hier jusqu’à demain dimanche, au Dojo de Betongolo, il dispense une formation ouverte à tous les pratiquants.

Se rapportant plus sur l’attitude sur le ring durant un combat, Fabrice Mellano metrra en avant durant le stage les techniques de pieds pénétrants (Teep), de genou (Khao) ainsi que les techniques de poing (Mat).

En vrai connaisseur de la boxe thaïlandaise à Madagascar, l’instructeur ne tarit pas d’éloges le savoir-faire des cogneurs malgaches. «Vu le niveau des combattants malgaches, je suis ici uniquement pour le renforcement de leur maîtrise technique sans oublier le partage des nouvelles bases de la discipline», a-t-il déclaré.

Mais encore faut-il que le Muay-Thaï malgache soit suivi de compétition dans sa progression comme ce sera le cas lors du Festival des arts martiaux ce week-end au palais des Sports de Mahamasina.

Naisa

 

News Mada0 partages

Festival : Ambanja s’anime au rythme du Sôrogno

Le voile est levé sur la 18e édition du festival Sôrogno qui a su conjuguer culture et économie dans la ville d’Ambanja.

Composite et cosmopolite, le festival Sôrogno s’affirme d’année en année comme un rendez-vous incontournable dans le paysage des festivals nationaux. A chacune de ses éditions, il réussit le pari de créer des affinités, de susciter des projets pluridisciplinaires inédits et de rassembler les grands noms de la scène nationale, devant des milliers de festivaliers.

En guise d’ouverture officielle, un grand carnaval s’est invité dans les rues d’Ambanja au cours duquel l’accent a été mis sur la tradition typique de cette partie septentrionale de la Grande île. La caravane, composée d’une longue file de cyclopousses et de voitures multicolores défilait  au rythme d’une musique entraînante. Elle fut  accueillie par une foule immense massée sur les trottoirs de l’avenue, avant de rejoindre le stade municipal d’Ambanja, point de rendez-vous des festivaliers.

La richesse du Sambirano

«L’ONG Sôrogno travaille de concert avec la région Diana en vue de promouvoir l’échange interculturelle par le biais de la musique, la danse et le sport traditionnel. Le festival joint l’utile et l’agréable en proposant des réflexions profondes pour améliorer les conditions de vie de la population locale», avance Jean-Aimé Tongazara, chef de la région  Diana.

Dans ce dessein, une journée marquée par le franc-parler des producteurs locaux durant laquelle un grand nombre de sujets étaient débattus, notamment les cultures d’exportation qui font la renommée du Sambirano. «Le cacao figure parmi les cultures de rente qui font la richesse du Sambirano vu que c’est la seule région dans le pays à produire ces fèves au goût amer. D’autant qu’il se récolte tout au long de l’année avec des rendements différents selon le temps et l’espace», a ajouté Malaza Ramanamahafahay, président de l’ONG Sôrogno.

Des grosses pointures de la musique tropicale comme Nina’s, Willy et Aly Mourad ont ouvert le bal à l’occasion de première soirée du festival.

Joachin Michaël

 

News Mada0 partages

Etudes supérieures : 73% des bacheliers devront intégrer les universités privées

Plus de 55.000 nouveaux bacheliers, soit 73% de ceux qui viennent d’empocher leur diplôme de baccalauréat cette année, n’auront plus la chance d’intégrer les universités publiques faute de capacité d’accueil suffisant pour tous les nouveaux étudiants.

L’heure n’est plus à la fête ni aux vacances pour les nouveaux bacheliers. Ces derniers devraient se concentrer d’ores et déjà aux préparatifs de leurs études supérieures, notamment ceux qui comptent intégrer les universités publiques dans la mesure où la concurrence est rude. Sachant que sur les quelque 75.000 admis, seuls 20.000 peuvent être reçus au sein des six universités publiques, dont l’accès est conditionné par la méritocratie, notamment par voie de concours ou sélection de dossier. L’université d’Antananarivo n’est pas sortie du lot et fait face au manque de capacité d’accueil, qui n’arrive pas à recevoir les nouveaux bacheliers dans sa circonscription, au nombre de plus de 33.000 alors que ses infrastructures ne lui permet pas de recevoir chaque année pas plus de 10.000 étudiants. Les intéressés, qui devraient se lancer aux préparatifs des différents concours d’entrées au sein des écoles et facultés de ladite université, pourraient se renseigner sur les offres qui leur conviennent à l’occasion du Salon de l’étudiant qui se déroulera du 6 au 8 septembre prochain, a-t-on appris lors d’une conférence de presse qui s’est tenue hier à Ankatso.

Les universités annexes deviendront autonomes

L’université ne reste pas les bras croisés face à une telle contrainte en développant le concept d’université de proximité. A ce propos, les universités annexes implantées dans deux régions (Vakinakaratra et Itasy), ont permis de donner une chance aux jeunes de ces régions de poursuivre leurs études supérieures en suivant des formations qui répondent aux besoins de développement dans ces localités, dont l’agriculture ou encore l’énergie renouvelable. Ces établissements, implantés à Antsirabe et à Soavinandriana peuvent respectivement accueillir 1500 et 700 étudiants.

En vue d’optimiser leur développement et améliorer davantage la qualité de l’enseignement, ces universités annexes deviendront autonomes à partir de la prochaine année universitaire. «Ce statut leur permet d’avoir des budgets autonomes, et par ricochet des enseignants responsables de parcours à eux seuls si des enseignants de l’université-mère y ont été envoyés en mission avant», a fait savoir le Président de l’université d’Antananarivo. Ces enseignants, qui viennent d’être formés, sont d’ores et déjà opérationnels. L’université a fait des demandes pour l’implantation d’université annexe dans d’autres régions, dont à  Mantasoa et Anjozorobe, pour répondre aux besoins de la population locale et environnante.

Fahranarison

 

News Mada0 partages

Protection de l’environnement : deux Coba primés par Ambatovy

Les efforts des deux communautés de base (Coba) dans la protection de l’environnement, à savoir l’AAM d’Ambohimanarivo et «Ezaka sy Fandrosoana» d’Ambohitrarivo, ont été reconnus par Ambatovy. Figurant parmi les meilleurs lors du concours de meilleures Coba organisé en collaboration avec la circonscription des Eaux et forêts (Ciref) de Moramanga, lesdites associations ont reçu respectivement des dons permettant de concrétiser leur projet. Ainsi, l’AAM a été doté de 330 animaux reproducteurs, dont 275 poules et 55 coqs afin d’appuyer ses membres dans la conduite d’activités génératrices de revenus (AGR), tandis que «Ezaka sy Fandrosoana» a reçu des matériaux de construction, dont des tôles, fenêtres et portes, pour soutenir la construction de ses bureaux.

Ces Coba, qui collaborent dans la protection des zones forestières situées aux alentours de la mine à Moramanga, ont été évaluées sur la gestion de leurs associations, leur efficacité dans l’application des «dina» et la bonne gestion des zones forestières qui leur ont été transférées. L’appui d’Ambatovy à ces associations villageoises est primordial pour assurer la bonne gestion des ressources naturelles et la préservation de la zone de conservation.

Fahranarison

 

News Mada0 partages

Pérégrinations hebdomadaires : succession de mois difficiles

La vie ne laisse pas de répit, à la saison des pluies avec les dégâts dont elle menace, succède l’hiver austral et le froid qui malmène ceux qui hors de l’abri d’une toiture, sans  l’espoir d’un couvert pour manger, ne possèdent pas davantage une couverture pour se protéger la nuit dans un coin de rue. Pointe déjà avec Septembre le spectre d’une période de soudure, prometteuse d’un durcissement  des difficultés qui maltraitent une majorité de la population.

Ces circonstances désastreuses n’épargnent pas le pouvoir. Dès fois que les plus hauts responsables ne se soucieraient guère des malheurs du peuple, si «pacifique ou paisible» que  soit celui-ci, pareil sort qu’on lui fait à se fracasser de Charybde en Scylla à de si injustes difficultés, ne saurait être propice à une stabilité. Ça bouge ! Tel est l’unique souci de ceux qui détiennent le pouvoir.  Pourtant le pouvoir semble aveugler : face au tableau catastrophique, faisant fi de la réalité, dépourvu de toute imagination, on se laisse éblouir par le mirage d’une reconduction, seule planche de salut pour les uns, hypothèse fatale pour le peuple selon d’autres. Ce schéma tourne en boucle et jusqu’ici on n’a trouvé de solution pour en sortir qu’à déboucher sur une crise.

Accident, l’incident imprévu

L’état financier dans lequel se trouve la Jirama n’avait pas besoin de l’explosion de cette cuve de carburant au Centre de production d’Ambohimanambola, dont on venait de faire l’article pour vanter l’apport d’une production propre à soulager les besoins de consommation. Nul besoin de rapporter la polémique autour d’une insuffisance de règles de sécurité ne serait-ce que les plus basiques mesures de précaution pour que ne surviennent de tels accidents. Au-delà du malheur à avoir eu à déplorer des pertes de vie humaine, la Jirama a vite fait de rassurer l’opinion : du point de vue technique cet accident n’a aucune incidence sur la production d’énergie électrique et donc aucune interférence sur la distribution. Le public ne semble pas unanime à accorder crédit à cette déclaration, selon certains les conséquences techniques se mêleront aux autres causes de coupure qui sans être délestages se prolongent et n’aident pas à restaurer une bonne image. Les consommateurs appréhendent surtout que le coût des réparations du dégât ne vienne surcharger en douce, c’est-à-dire hypocrites pour être indolores les hausses prévues, déjà douloureuses en raison des taux musclés annoncés. Question hausse et histoire de muscles la bataille autour de la Justice n’en a pas fini avec le changement de ministre.

Hausse du ton et musculation des propos

Le changement de ministre dans le but d’éteindre le feu n’a pas atteint l’objectif. Le combat continue si l’on s’en réfère à la fréquence des interventions du Syndicat des Magistrats qui n’entendent pas baisser le ton uniquement parce que le ministre a changé. Possible que les magistrats aient mal digéré l’intervention active du précédent ministre lors des tentatives d’exfiltration dans l’affaire Claudine, mais actuellement ils rappellent que leur combat concerne des «principes» et ne s’arrêtent pas à des questions de personnes. Le remplacement de ministre est parvenu peut-être à détendre un peu l’atmosphère sans avoir toutefois réussi à l’assainir, cette initiative ne parait avoir obtenu d’effet que celui d’un coup d’épée dans l’eau. Toutefois la nouvelle ministre apporte dans la corbeille de rabibochage les signes d’une bonne volonté du pouvoir, qui semble disposé à mettre de l’eau dans son vin, et serait prêt à lâcher en holocaustes certains «protégés» qui ont commis l’erreur de s’être trop exposés. La Ministre s’est laissée en effet à déclarer qu’elle fait de ses priorités la préoccupation

de démêler le dossier du sénateur, groupie et néanmoins de son état beau-frère de Madame Claudine Razaimamonjy. Le dossier de poursuite contre ce parlementaire semble avoir glissé subrepticement sous le coude d’un puissant protecteur, par magie égale il pourrait réapparaitre privant de sa superbe Monsieur le Sénateur qui ignorant les poursuites s’est permis de narguer tout le système en participant au grand raout d’Iavoloha le 26 Juin.

Erreurs en parallèle

Conclure trop tôt sur la situation pourrait être fatal aux forces qui s’affrontent. D’un côté on aurait tort de voir dans l’actualité les signes de la fin d’un règne, et de se préparer à l’avance à la curée pour ramasser un fruit qui tomberait de lui-même. De l’autre une obsession de ne voir que des actes de déstabilisation dans des faits  qui pourtant ne surgissent que par leur seule maladresse. Bizarrement au-delà de cette peur, plus qu’à produire des efforts pour redresser la situation par trop catastrophique et conquérir ainsi un brin de popularité, inconscience et suffisance semblent pousser à battre campagne de façon précoce. Double erreur qui contribuerait plutôt à pousser à la roue sur la dérive d’une échéance prématurée.

Léo Raz

 

News Mada0 partages

Madagascar il y a 100 ans : comice agricole (4)

(Suite.)

Les membres du Comice déclarent que cette question, vitale pour la colonie, est sur le tapis depuis longtemps, – depuis toujours, peut-on dire, – sans qu’elle ait jamais été résolue.

Le Général Galliéni, colonial pratique avant tout, avait dispensé de l’impôt de capitation les indigènes travaillant pour le compte de colons. Mais, faute de dispositions pénales pour réprimer les fraudes provenant tant des indigènes que des colons eux-mêmes, cette mesure ne tarda pas à engendrer les plus graves abus et on dut l’abandonner.

Le successeur du Général Galliéni, en proclamant pour les indigènes le droit à la paresse, est venu aggraver la situation, au point qu’aujourd’hui, de l’avis unanime de tous les colons, l’avenir même de la colonie s’en trouve gravement menacé.

La paresse proverbiale des indigènes !… Cette question a été si longtemps ressassée qu’il devient fastidieux de la discuter encore. Une solution aussi radicale, aussi énergique et aussi rapide que possible s’impose, d’autant plus que la crise est arrivée à un point extrême d’acuité, par le fait qu’aujourd’hui nombreux sont les indigènes de 18 à 30 ans qui, tout en vivant à leurs crochets, passent leur temps à faire la cour aux femmes des mobilisés bénéficiant d’allocations.

Le Comice agricole à l’unanimité, ainsi qu’il l’a toujours exprimé, estime qu’il y a extrême urgence à ce que cet état désastreux cesse au plus tôt, et que les indigènes soient astreints à un travail régulier. Il est superflu de faire remarquer le développement considérable que cette mesure provoquerait dans la colonie. La race indigène elle-même, qui s’use et dépérit dans la débauche, s’en trouverait revivifiée. C’est donc là, avant tout, une question d’humanité.

Le Comice estime qu’une des mesures à prendre pour atteindre ce but serait d’imposer un livret individuel à tout indigène en état de travailler.

Ce livret, en outre des indications générales, nécessaires pour établir l’identité de son détenteur, mentionnerait la date de l’entrée et de la sortie de ce dernier dans les chantiers où il aurait été employé, mentionnant si oui ou non son travail a donné satisfaction.

(À suivre.)

Le Tamatave

www.bibliothequemalgache.com

 

News Mada0 partages

Mahavoky : 387 sinistrés après l’incendie

40 cabanes en bois et 4 maisons en dur ont été réduites en cendres à Mahavoky, après le violent incendie qui s’est produit dans la nuit de jeudi à vendredi. Le dernier bilan du fokontany a fait état de 387 sans-abri. Deux personnes ont été blessées durant l’intervention. L’origine du sinistre reste encore à déterminer.

Ayant tout perdu dans ce drame, les habitants ont lancé un appel à l’aide. La nuit même de l’incendie, une équipe de la région Analamanga s’est rendue sur les lieux afin de trouver un local pour héberger les victimes. Ceci étant, de commun accord avec le ministère de l’Education nationale, les sans-abri ont été logés provisoirement à l’Ecole primaire publique d’Andravoahangy I.

Hier, l’équipe de la région s’est à nouveau déplacée à Mahavoky afin de coordonner toutes les actions avec le Bureau national de gestion des risques et des catastrophes, sachant que les aides commençaient à affluer. Elle n’a toutefois pas omis d’apporter une aide d’urgence composée entre autres, des seaux, des cuvettes, des marmites et des feuilles de tôle galvanisée.

Mparany

News Mada0 partages

Anosy : priorisation de l’agriculture

Le développement agricole prend son essor dans diverses circonscriptions. Après Analamanga, la région Anosy adopte aussi la politique de développement économique par l’amélioration de la production agricole.

Le riz étant l’alimentation de base de la population, la région Anosy a décidé de redynamiser la filière par des appuis aux cultivateurs. Les riziculteurs de la commune rurale de Manambaro, dans le district de Tolagnaro, ont bénéficié ainsi de la construction d’un canal d’irrigation desservant des milliers d’hectares de plaines pour les aider à améliorer leur seuil de productivité. Augmenter le potentiel agricole de la circonscription devient incontournable pour lutter contre la pauvreté, selon le chef de région qui mise sur une politique d’autosuffisance alimentaire dans ces localités en proie à une malnutrition chronique.

Pour parfaire les stratégies mises en place, la région, usant de la politique des 3P, a remis une tonne de semences aux riziculteurs de la commune lors de la cérémonie de réception du canal.

Manou

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fonjan’Antanimora3.356 ny voafonja ao, tsy voatsara ny 60 %

Tsy ampy ny fotodrafitrasa, mitombo isa hatrany ireo tsy voatsara. Ireo amin’ny ankapobeny no olana sedrain’ireo voafonja tazonina etsy Antanimora.

Raha voafonja 800 isa mantsy no tokony horaisina ao an-toerana dia efa tafakatra 3.356  izy ireo ankehitriny ka ny 2.673 amin’ireo dia lehilahy avokoa. Ho an’ireo zazalahy kely tsy ampy taona dia 24 mirahalahy amin’ireo 125 no voatsara, antony nanosika ny solontenan’izy ireo hangataka tamin’ny talen’ny kabinetran’ny minisiteran’ny fitsarana ny amin’ny hijerena akaiky izany omaly. Nandritra ny fitokanana ilay Chapelle iray vaovao natsangana ao Antanimora no nanararaotan’izy ireo nanaovana izany fangatahana izany omaly. Chapelle izay tafiditra ao amin’ny faritra misy ireo zazalahy tsy ampy taona nefa azon’ireo voafonja rehetra hampiasaina ihany koa. Vokatry ny fiaraha-miasan’ny fikambanana Mahasoa, ny Bethleem ary ny fonja izy ity, hoy Rakotonandrianina Olivier, lehiben’ny fonjan’Antanimora izay nifanindry tamin’ny fankalazana ny fahafolo taona niasan’ny Aumônerie Protestanta tao amin’ny fonja ihany koa.

Pati

Tia Tanindranaza0 partages

Salon de l’etudiantEny Ankatso ny andiany faha-5

Toy ny mahazatra isan-taona dia mikarakara “Salon de l’étudiant” andiany fahadimy ihany koa ny Oniversiten’Ankatso.

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Aiza no hanohy fianarana ?Tongava ao amin’ny “Salon des études Supérieures”

Raikitra indray ny “Salon des études Supérieures” karakarain’ny Madajeune.

Pati

Tia Tanindranaza0 partages

Ofanina foana

Atrikasa, fikaonan-doha, fiofanana isan-karazany eto an-toerana, eny hatrany ivelany lava izao.

J. Mirija

Tia Tanindranaza0 partages

Ady totohondry MalagasyHatao eto Antananarivo ny tompondaka nasionaly

Tsy miraviravy tanana izahay mpitantana ny ady totohondry Malagasy,

 hoy ny filoha lefitry ny FMB na Federation Malagasy de Boxe Andriamanampisoa Gégé Bosco, na dia tsy afa-niatrika ny fiadiana ny ho tompondaka eran-tany natao tany Hamburg Allemagne aza ny atleta Marco Jérôme tamin’ny 20 aogositra-03 septambra 2017 lasa teo fa mikarakara hatrany ireo tanora mpilalao Malagasy eo amin’ity sehatra ity. Manomana fatratra ny fiadiana ny ho tompondakan’i Madagasikara 2017 hotontosaina eto Antananarivo amin’ny 28,29,30 septambra sy ny 01 oktobra ho avy izao, araka izany, ry zareo ankehitriny, satria efa vita avokoa ny fiadiana ny ho tompondakan’ny ligy rehetra miisa 11 eto amin’ny Nosy na dia mbola hamerina ny azy aza ato ho ato ny ligin’Analamanga.

 

Tia Tanindranaza0 partages

« Champion’s League Malagasy 2017 »Niraradraraka ireo baolina maty ny andro voalohany

Nanao rarakompana ireo baolina maty tamin’ny andro voalohan’ny fiadiana ny “Champion’s League Malagasy” eo amin’ny baolina kitra omaly zoma 01 septambra 2017.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fandroahana mpiasa tsy ara-drarinyVoasazy ny Fiadidiana ny faritra Alaotra Mangoro

Nahazo rariny teny anivon’ny tribonaly miady amin’ny fanjakana any Toamasina ireo mpiasa valo mianadahy noroahin’ny fiadidiana ny faritra Alaotra Mangoro noho ny antony tsy fantatra.

 

Voasazy handoa onitra mitentina 14.000.000 Ariary ny fiadidiana ny faritra Alaotra Mangoro manoloana izany. Nisolotena ny faritra tany Toamasina ny sekretera jeneraliny. Nanambara itsy farany fa tsy manana io vola io ny faritra. Nanamafy ny fitsarana fa raha tena tan-dalàna marina ny fiadidiana ny faritra Alaotra Mangoro dia tokony handoa io onitra takian’ny mpiasa io. Fantatra fa misy tamin’ireo mpiasa ireo no efa an-taonany maro no nampandeha ny asa teo anivon’ny faritra kanefa dia nosoloin’ny lehiben’ny faritra amin’izao fotoana olon-kafa tsotra izao.

 Niry A.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Hain-trano teny MahavokyManao ranolava ny fanampiana ireo traboina

Nisehoana hain-trano mahatsiravina teny amin’ny fokontany Mahavoky, Boriborintany Fahatelo, ny alakamisy 31 Aogositra 2017 tokony ho tamin’ny 7 ora hariva.

Tia Tanindranaza0 partages

Ranjatohery Harilala“Mbola misy olona tsara eto.”

Mikorontana ary tsy misy fitsipika ifampitondrana loatra intsony ny fiarahamonina ankehitriny, hoy ny mpanabe sady mpahay tantara, Ranjatohery Harilala.

 

 Tsy mitovy intsony ny toe-tsain’ny mpianakavy ao an-tokantrano dia mikorontana. Ny mpiray tanàna koa ahitana izany amin’ny halatra isan-karazany. Ny fitondrana manoloana ireo toa tsy afaka mandamina araka ny tokony ho izy ny toe-draharaha ary manjaka ny fanamparam-pahefana izay miteraka lonilony sy valifaty eo amin’ny fiarahamonina. Soa fa na kely karama aza ireo mpampianatra dia mbola manana fandavan-tena hikarakara ny mpianany hatrany, hoy ny tenany. Aokoatra ny Fiangonana sy ireo fikambanana mpanao asa soa isan-karazany izay manao anton-draharaha mba handamina. Midika io fa mbola misy olona tsara eto. Ny fanabeazana ihany no fototra ahafahana mitondra vahaolana amin’izao toe-draharaha izao satria hatramin’ny fanjakana misy hatramin’izay mihitsy no efa mirona betsaka amin’ny fihinanana am-bolony izay entin’ireo vahiny.

J. Mirija

Tia Tanindranaza0 partages

HafahafaMay ny tanàna

Mahalasa saina ny firongatry ny firehetan-javatra tato ho ato, tsy eto an-drenivohitra tsy any amin’ny faritra, toy ilay teny amin’ny toby famokarana herinaratra an’ny orinasa Aksaf Power teny Ambohimanambola, izay nahafatesana olona 3.

 Teo ihany koa ny teny Mahavoky-Anjanahary ny takarivan’ny alarobia teo. Trano hazo 40 miampy trano lehibe 4 no indray levon’ny afo ary 387 no tsy manan-kialofana, araka ny tatitra nataon’ny minisiteran’ny mponina sy ny fiahiana ara-tsosialy. Hatramin’izao, tsy fantatra mazava ny anton’ny firehetana fa afo efa niitatra sy nijoalajoala no nanaitra ny rehetra. Manao tohivakana ny fanampiana ho an’ireo traboina, ary zary lasa fisehosehoana ho an’ny mpanao politika sasany aza indraindray. Tsy ilay manome no ratsy satria zava-dehibe ny tahaka ireny amin’ny fotoana sarotra tahaka izao. Ny zava-misy sy fahita anefa dia ny fanaovana fitaovana ireny toe-javatra ireny hoenti-manao propagandy, ka ilay fisehosehoana no betsaka fa tsy ny hanavotra ireo lasibatra ao anaty fahoriana mangitsokitsoka. Ny 2 na 3 andro mety ho vitan’ireny fanampiana ireny fa ny tohiny no baraingo. Mampametra-panontaniana hoe : tena loza toy ny loza rehetra ve izy ireny sa misy ambadika hafa ? Mampanahy ihany ny zava-misy. Tsy vitsy ny mihevitra fa hoenti-manodina ny sain’ny maro tsy hifantoka amina zavatra hafa, toy ny raharaha politika mafampana na ny mety ho tsy fahombiazan’ny mpitondra na ny mpanao politika izany. Zary tapi-dalan-kaleha tanteraka kosa ireo traboina satria toy ny vato kiboribory amin’ny lafiny rehetra, ka ny akanjo eny an-koditra sisa tavela. Ahiana ny hisian’ny paikady maloto hoenti-manilika azy ireo amin’ny toerana nipetrahany satria toe-javatra mateti-piseho eto amintsika izany. Tsy havela hiverina amin’ny toerana intsony ny mponina satria na ny taratasy mirakitra ny fananany aza efa may kila sy potika, ka tsy sarotra ho an’ny mahitahita sy ny mpanam-bola ny mamadika ny tany ho amin’ny anarany. Matetika teratany vahiny no mahazo ny tany na ny Malagasy mpanam-bola ihany. Ny hirariana dia hiverina amin’ireo lasibatra ny fananany, ary hisy ny tena fitsinjovana sy fanampiana azy ireo hiarina amin’ny fiainana.

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Marc RavalomananaAmoronana dosie maloto…

Miha miakatra ihany ny maripana eo amin’ny tontolo politika eto amin’ny firenena. Atomotra tokoa ny fifidianana, ka samy manao ny paikadiny avy saingy ao ny manao kilalao madio fa misy kosa ny manao adin’ny kanosa sy mitady fomba maloto sy mamohehitra hoenti-mandresy.

Kandida efa nanambara ny ho firotsahany I Marc Ravalomanana, saingy niaraha-nahita ny antsojay politika natao sy mety mbola hatao aminy. Nosakanana ny famoriam-bahoaka tamina toerana mifefy satria nambara hitarika korontana sy hanongam-panjakana I Marc Ravalomanana. Vao mainka nampitombo ny mpanaraka ireny, ka romotra ny mpifanandrina. Na aiza na aiza alehany, dia rakotra vohoaka tena manohana amin’ny fo sy amin’ny alalan’ny foto-kevitra fa tsy vidiam-bola tahaka ny ataon’ny hafa. Voizina indray ankehitriny, indrindra fa taorian’ny nitsanganan’ny Filan-kevitry ny Fampihavanana Malagasy (CFM) ny hoe fananan’I Marc Ravalomanana dosie maloto sy olana ara-pitsarana. Hankalazaina fatratra fa tsy tokony hahazo famelan-tsazy I Marc Ravalomanana, mba tsy hahafahany mirotsaka hofidiana ho filoham-pirenena amin’ny taona 2018. Nanao tohivakana mihitsy ny fanaovana resabe tao anatin’ny fotoana vitsy, fa olona efa nohelohin’ny Fitsarana I Marc Ravalomanana, ary ambara fa mbola manana dosie maloto. Mety hamoronana dosie hafa mihitsy aza satria zavatra tsy mari-pototra sy tsy mitombina ny fanenjehana azy. Hiniana hikipiana ny sata maha efa filoham-panjakana  an’I Marc Ravalomanana, ka Fitsarana Tampony na ny HCJ (Haute Cour de Justice) ihany no afaka mitsara azy, ary ny lalàm-panorenana mihitsy no mamaritra izany. Lojika sy mazava ny maha olona madio azy, ary raha tena meloka araka ny resaka hiniana voizina I Marc Ravalomanana tsy hanana zo hiaina an-kahalalahana sy hitety an’I Madagasikara, fa efa nosamborina.

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Basikety - U16 vehivavyFantatra ireo tafita amin’ny manasa-dalana

Taorian’ireo lalao ampahefa-dalana vita omaly zoma 01 septambra ka nahazoana ireo vokatra :

 Cospn 2 – ASE  (68-20) ; Fandrasa - SGPI (75-47) ;  Fandrefiala - Mb2All (54-57) ;  Tamifa -  Serasera (59-72)  dia fantatra avokoa ankehitriny ireo ekipa efatra hiatrika ny lalao manasadalana amin’ny fiadiana ny ho tompondakan’i Madagasikara eo amin’ny taranja basikety baolina sokajy latsaky ny 16 vehivavy hotontosaina ao amin’ny kianjan’Antamponivinany anio sabotsy 2 septambra 2017.

Tia Tanindranaza0 partages

Kitra – Seksiona AmbatondrazakaRaikitra ny fifanintsanana

Ny sabotsy 2 sy alahady 3 septambra no hanombohan’ny fifanitsanana ho amin’ny fiadiana ny amboara ny seksiona Ambatondrazaka eo amin’ny taranja baolina kitra diviziona faharoa.

 Niry A.

L'express de Madagascar0 partages

Gendarmerie nationale – Trois cents révocations en six mois

Un chiffre qui parle de lui-même. Durant le premier semestre, trois cents gendarmes ont été radiés pour divers délits… outre des motifs disciplinaires. 

Un discours qui sonne comme un coup de balai. « Les statistiques enregistrées durant le premier semestre de cette année font état de trois cents gendarmes révoqués. Certains d’entre eux sont encore en prison », a signifié hier le général de division Jean de Dieu Daniel Ramiandrisoa,  commandant de la gendarmerie nationale, à l’occasion d’une cérémonie d’adieu aux armes qui s’est  tenue dans la matinée au Toby Ratsimandrava. N’y allant pas de main morte, il souligne que ces éléments radiés ont fait l’objet de prises de mesures disciplinaires et/ou de poursuites pénales.Pour le volet judiciaire, des gendarmes ont été traduits devant la justice pour corruption, extorsion de fonds, trafic d’armes, escroquerie, association de malfaiteurs et autres. Des gendarmes ont été, entre autres, jetés en prison pour rapt contre rançon. Arracher la traduction d’un gendarme devant le tribunal n’est, par contre, pas évident, sauf en cas de flagrant délit. Sur demande du parquet, un ordre de poursuite signé par le secrétaire d’État en charge de la gendarmerie est incontournable.

Trop de verrouillageMais encore, c’est une autre paire de manche pour les actes commis dans le cadre d’un service commandé en tant que militaire, où la signature du président de la République en personne est nécessaire pour donner suite aux poursuites judiciaires. Un véritable bouclier quasiment impénétrable.Pour ce qui est des sanctions disciplinaires, les gendarmes frappés de retour de manivelle ont été, pour leur parts traduits devant le conseil pour des manquements graves, liés à l’éthique de la gendarmerie nationale, qui trouvent son ancrage autour de la devise « professionnalisme et loi ».De tous les motifs de révocation mentionnés, le commandant de la gendarmerie semble faire de la lutte contre la corruption une affaire personnelle. Avec un peu de fanfaronnade, il serre la vis là où son prédécesseur, le général de division François Rodin Rakoto a échoué deux ans plus tôt. «J’ai la certitude qu’il n’y a pas de corruption pour le recrutement d’élèves gendarmes 2017. Nous avons fait le nécessaire », lance général  Ramiandrisoa.Alors que le parachutage à l’école d’Ambositra de près de soixante-dix candidats malheureux  lors du concours, à coûté sa fonction en 2015 au général Rodin François Rakoto, son successeur semble avoir rectifié le tir en surveillant de près la tenue et l’organisation du concours 2017, quitte à rester jusqu’à une dizaine de jours à l’école de la gendarmerie, lors des examens et des préparatifs.Et puis, un peu de philosophie. «C’est par la poussière qui s’en dégage qu’on sait qu’il y a ménage, autrement, personne de l’extérieur n’en saura rien », conclut Jean de Dieu Ramiandrisoa.

Seth Andriamarohasina

L'express de Madagascar0 partages

Gilbain Pily – « Les politiques divisent les corps armés »

Le général de division Gilbain Pily, ancien commandant de la gendarmerie nationale dénonce les méfaits de la politique politicienne au sein des forces de l’ordre. Une déclaration contestée par le secrétaire d’État à la gendarmerie.

Libre et libéré. Le général de division Gilbain Pily, a procédé à ses adieux aux armes, hier au Toby Ratsimandrava avec vingt-et-un autres officiers supérieurs et officiers généraux. Désormais à la retraite, cet ancien commandant de la Gendarmerie nationale (COMGN) déchu pendant les événements de 2009 n’est plus soumis à l’obligation de réserve.Dans son allocution, il n’a pas mâché ses mots pour dénoncer les impairs au sein de la grande famille de la gendarmerie nationale. Il a souligné, en l’occurrence, les dégâts de la politique politicienne au sein des bérets noirs.« Je peux affirmer avec certitude que l’ingérence des affaires politiques dans celles des forces armées détruit la fraternité qu’on a inculquée aux officiers», a-t-il déploré.Le général Gilbain Pily a été nommé COMGN au lendemain du fameux «lundi noir» du 26 janvier 2009. Suite à l’éviction de l’ancien président Ravalomanana, il a été très vite remplacé par le colonel Jean Bruno Razafin­drakoto. Une situation qu’il n’a pas manqué de rappeler lors de son allocution. «Les politiciens ont divisé les forces de l’ordre. Cela entraîne des conflits d’intérêt et de génération ainsi que de l’antagonisme», a-t-il ajouté.Témoin et acteur de l’histoire récente de Madagascar, il a toutefois profité de cette cérémonie d’adieu aux armes pour transmettre un message aux jeunes recrues. «Je vous conseille de suivre à la lettre la code de conduite militaire. Ne mêlez pas les affaires politiques aux affaires militaires », a-t-il conclu.Joint au téléphone, le général Girard Randriama­havalisoa, secrétaire d’État chargé de la gendarmerie a donné son avis suite aux propos du général Pily Gilbain.

Sortie digne«C’est un zoky de la deuxième promotion et je le respecte. Désormais libéré des obligations de réserve, il peut dire tout ce qu’il veut. Pourtant j’émets quelques réserves. Il a vécu la crise de 1991, celle de 2002 et celle de 2009. Pourquoi ne réagit-il que maintenant après plus de vingt-cinq ans de service. Mais si c’est son avis, on le respecte», explique le SEG.Accompagnant le président Hery Rajaonarimam­pianina lors de l’inauguration du Mining business center à Ivato, le général Girard Randriamahavalisoa n’a pas assisté à la cérémonie d’adieu aux armes.Défendant sa position, il réitère l’unité et l’indivisibilité de la gendarmerie. Ainsi, il ajoute que «Nous sommes solidaires jusqu’à maintenant. Les gendarmes en fonction peuvent l’affirmer».L’adieu aux armes est synonyme de sortie par la grande porte. Le général de division Jean de Dieu Daniel Ramiandrisoa, dans son allocution l’affirme. « Prendre sa retraite signifie qu’on n’est pas tombé sous les balles, on n’a pas été renvoyé et on est en bonne santé».Le général Richard Ravalo­manana et l’ancien Premier ministre le général Charles Rabemananjara ont assisté à cette émouvante cérémonie. À la fin de la cérémonie, les vingt-deux nouveaux vétérans ont paradé à bord des véhicules bleus de la gendarmerie. La fierté, la nostalgie et la satisfaction ont orné leur visage lors de la parade.Loïc Raveloson -

Andry Rialintsalama

L'express de Madagascar0 partages

Sofia – Les jeunes pour le Fédéralisme SAHAZA!

La jeunesse politique était  au rendez- vous dans la région Sofia à Antsohihy, du 19 au 25 août. 

Dans le cadre de la mobilisation des membres, les jeunes ADN ont effectué une descente sur terrain dans le but de renforcer leurs activités sociales, ainsi que la formation des jeunes membres à travers la Grande Ile.Pendant la séance de formation et la conférence organisées par le parti, les jeunes natifs de la région Sofia ont revendiqué la mise en place de la Structure fédérale à la place du système unitaire. Il s’agit d’une nouvelle organisation où la gestion sera de proximité pour répondre directement aux besoins locaux.

Fructueuse rencontre de l’équipe  avec la jeunesse d’Antsohihy

La population locale séduite par la polititque du parti

Restant fidèle à leurs approches de proximité à la base, les jeunes libéraux de Madagascar ont visité plusieurs foyers dans quelques fokontany de la commune urbaine d’Antsohihy, à l’exemple d’Ambalabe, Ambalapamba, Antafy am-patsa ou d’Ankirihiry. Une descente de proximité qui a pour objet d’identifier les problèmes locaux, mais également de partager la vision et les valeurs du parti à la population locale.

L’ADN montre l’exemple d’un parti qui travaille.

L’ADN montre l’exemple d’un parti qui travaille.

Adhésion massive des nouveaux membres

 

Nettoyage général de l’hôpital  initié par l’équipe des jeunes ADN.

La protection de l’environnement, l’une des priorités des libéraux dans le monde, a figuré dans le planning des jeunes ADN, lors de leur visite à Antsohihy. Ainsi, avec l’aide de l’équipe ADN locale, ils ont effectué un nettoyage devant l’hôpital d’Antsohihy.

Antsohihy , pour l’instauration du fédéralisme Sahaza 

La mobilisation des jeunes dans la vie politique du pays est importante pour un développement  rapide et durable. L’ADN à travers sa jeunesse en est conscient ! Le mouvement des jeunes ADN ne se limitera pas seulement à la région SOFIA mais continuera dans les autres régions de Madagascar. La mise en place du  Fédéralisme SAHAZA n’est plus qu’une question de temps !

Textes et Photos : Jimmy Ranitratsilo

 

L'express de Madagascar0 partages

Portrait – Belongo prône le « Fihavanana » en musique

Découvrir le Sud de la Grande île à travers les rythmes festifs du « tsapiky ». C’est une invitation musicale que le groupe Belongo offre dans chacune de ses œuvres. 

Une musicalité entrainante, qui resplendit d’une fraternité propre à ses racines. C’est ce que chantonne avec ferveur ce groupe enchanteur originaire d’une ville de Toliara, Belongo. Signifiant littéralement le sociable, l’amical ou encore le familier dans la langue de Molière, Belongo rentre dans la lignée de ses pairs comme Théo Rakotovao, Senge ou même l’illustre Regis Gizavo. Sa particularité, est de mettre  un point d’honneur à valoriser le « Fihavanana » à travers chacune de ses compositions. De même qu’il chante un amour particulier pour le Sud de la Grande île, il loue autant la beauté de ses paysages et la bonté de la population locale. Le groupe conjugue, à travers ses compositions, un style musical plus ou moins contemporain, où les mélodies du terroir portées essentiellement par le fameux «Tsapiky» originaire de cette localité se conjuguent avec des rythmiques modernes.Belongo, c’est avant tout l’histoire d’une jeunesse débordante de passion et qui a soif de découverte tout comme il a soif de faire découvrir son Toliara natal. Fondé au courant de l’année 2007, Belongo est né de la rencontre de trois mélomanes autodidactes.

PersévérantÀ savoir, Herman qui officie comme chanteur du groupe, Djamila aux percussions et José à la guitare basse, ainsi qu’à la guitare acoustique.Depuis, Belongo continue son petit bonhomme de chemin, entre autres, fort d’une belle réussite sur la scène de l’Alliance française de Toliara à ses débuts où il a triomphé en étant premier lauréat d’un concours local. Le « Fihavanana » à savoir la fraternité, l’accueil et la sociabilité du peuple malgache, illustre des valeurs qui lui importent de partager. Belongo invite ainsi le public à se fédérer autour d’une même cause « L’unité dans la diversité ». Quelques unes de ses chansons, comme «Mikofoha » et « Mandehana» font étalage de cet état d’esprit qu’il adopte.

Andry Patrick Rakotondrazaka

L'express de Madagascar0 partages

Environnement – L’eau est de retour à Ampanitelo

Les membres de « Madiorano Mahomby » ont atteint leur objectif. Ils ont fait resurgir des sources taries.

Ils ont bien choisi le nom de leur regroupement en 1910. Les membres de la communauté de base «Madiorano Mahomby» («Eau potable, réussite» en malgache) ont en partie atteint leur objectif. Pour ces habitants du village d’Ampanitelo, dans le Corridor forestier Fandriana-Vondrozo au Sud-est de Madagascar, il est clair que leur objectif principal est de faire resurgir les sources taries pour améliorer leur qualité de vie.« Heureusement, nous avons décidé de gérer cette partie de la forêt du corridor et d’agir activement en sa faveur car, depuis quelques années, nous avons constaté que des sources épuisées, l’eau a de nouveau coulé », explique Kotopombo, président de la communauté de base Madiorano Mahomby.« Auparavant, nous ignorions que c’était à cause de pratiques comme le tavy (culture sur brûlis) que nos sources ont tari. Maintenant, elles sont de nouveau actives et nous savons que la préservation, voire l’amélioration des forêts de ce corridor est beaucoup plus bénéfique aux communautés riveraines. Nous comprenons mieux les efforts de sensibilisation du WWF depuis une dizaine d’années dans le district de Vondrozo pour nous responsabiliser », ajoute Kotopombo.Après quatre années de restauration appuyées par le WWF, le changement est palpable. Grâce à la mise en terre de près de soixante mille jeunes plants autochtones en deux années, des forêts ont été restaurées de manière active sur 24 ha et se sont régénérées de façon naturelle sur 150 ha. Avec cette nouvelle forêt, trois sources autour du village fournissent de nouveau de l’eau aux habitants.

Ressource décisiveGestionnaires des forêts de la zone, les habitants d’Ampanitelo ont décidé de mettre la restauration des forêts et l’agroforesterie au cœur de leurs activités. Car il fallait que la forêt dégradée renaisse pour que la nature reprenne ses fonctions écologiques et que les sources d’eau et de vie reviennent. En effet, avant le retour des sources, les villageois devaient puiser l’eau dans des cours d’eau avoisinants.Étant au centre des décisions pour l’avenir de leurs terres, les membres de la communauté sont confiants et s’engagent pour la gestion durable de leurs forêts. C’est un travail laborieux et continu qui ne peut pas avoir de succès sans l’engagement et l’adhésion de toute la communauté. Mais Kotopombo et ses voisins ont foi en l’avenir car ils savent que leur futur est entre leurs mains.L’eau est la source de la vie et d’elle dépend directement la qualité de vie des habitants de la planète. La bonne gestion de l’eau n’est pas seulement décisive pour le développement d’ampanitelo, elle l’est aussi pour le reste de l’Afrique. Cette réalité est mose en exergue dans un nouveau rapport intitulé «Moment décisif pour l’Afrique : Comment une meilleure gestion de l’eau peut contribuer au développement de l’Afrique». Le rapport est partagé par WWF et AB InBev, la première entreprise mondiale des boissons, lors de la semaine mondiale de l’eau, célébrée à Stockholm, du 27 août au 1er septembre 2017.

Rafaralalao

L'express de Madagascar0 partages

Football – Ligue des champions – Elgeco plus et Cosfa cartonnent

Les deux clubs représentants d’Analamanga se sont imposés avec brio, hier, lors de leurs débuts en Champions League. La CNaPS Sport Itasy a également réalisé un carton.

Le champion d’Analamanga fait le plein de confiance, hier au stade de Mahamasina. Elgeco Plus a écrasé le VFM Vatovavy Fito­vinany pour son premier match de la phase I, en THB Ligue des Champions, pour le compte du groupe C d’Antananarivo.Les hommes de Careca l’ont emporté sur le score sans appel de cinq buts à zéro. A la mi-temps, ils étaient déjà devant, grâce à des réalisations de Zôla, meilleur buteur de la saison régulière en championnat d’Anala­manga, et de Bila, révélation de la Ligue 1 cette année. En seconde période, un doublé de Bela, dont un but sur penalty, et un autre but de Samson ont définitivement parachevé la démonstration de force d’Elgeco Plus.L’autre représentant d’Analamanga a également brillé, lors de cette première journée. Engagé dans le groupe A de Mahajanga, Cosfa n’a fait qu’une bouchée du Varatraza Sofia (6-0). Par contre, Fosa Juniors Boeny a été tenu en échec par le MTM Melaky (0-0).L’absence de plusieurs de ses cadres y est certainement pour quelque chose, puisque Baggio, Mario, Lôlôdy et Elefoni sont partis aux Pays-Bas à la veille du début de cette Ligue des Champions, pour y passer un test.

Cosfa contre FosaLa CNaPS Sport Itasy a aussi réalisé un récital pour son entrée en matière, dans le groupe D de Fianarantsoa. Le club quadruple champion de Madagascar a littéralement écrasé le JSA Ihorombe, au stade Moderne d’Ampasambazaha (7-0). Autre carton à signaler, toujours dans ce groupe D, celui du Zanakala FC Haute Matsiatra face à l’AS Espoir Androy (7-2).En somme, les grosses écuries ont toutes bien débuté la campagne 2017. Enfin presque, à part Fosa Juniors.La deuxième journée de la compétition est fixée pour dimanche. à Mahamasina, les trois matches au program­me sont Top Dom Amoron’i Mania contre VFM Vatovavy Fitovinany, FC Menagnara Atsimo Atsinanana contre FC Malaimbandy Menabe et Elgeco Plus Analamanga contre FC Maeva Betsiboka.En province, l’on suivra de près le choc entre Cosfa Analamanga et Fosa Juniors Boeny, au stade Rabema­nanjara de Mahajanga. à Fianarantsoa, l’on aura également un duel au sommet entre la CNaPS Sport Itasy et Zanakala FC Haute Matsiatra.

Haja Lucas Rakotondrazaka

L'express de Madagascar0 partages

Betroka – Deux pactes villageois au bord de l’affrontement

Une atmosphère délétère donnant de l’ampleur à l’insécurité. « Une incursion de politicien menace sérieusement la sécurité à Betroka », interpelle le lieutenant-colonel Théodule Ranaivoarison, commandant du groupement de la gendarmerie nationale de la région Anosy.Il révèle que deux pactes villageois, connus sous l’appellation Dina, censés préserver la sécurité et veiller à la paix ainsi qu’à l’harmonie sociale se retrouvent aujourd’hui dans une situation conflictuelle. Deux tribus bien distinctes sont majoritaires dans chacun des pactes.  Si le Dinan’ny Zanaky Mangoky, dans lequel est largement représenté le peuple Antevondro, est présent depuis longtemps, celuibaptisé Fitambara, mis en place depuis près de deux ans, de par l’initiative du député Nicolas Randrianasolo, élu à Betroka, est constituémajoritairement par la tribu Antevondro.« La mise en place d’une plateforme de sécurité communautaire, où seront représentés  les autorités, les notables ainsi que les organisations de la société civile est une solution toute indiquée », indique le colonel Théodule.

Andry Manase

L'express de Madagascar0 partages

Antsirabe – Réussite de la vitrine du Vakinankaratra

Malgré les séquelles de la crise économique qui ont touché presque tous les opérateurs économiques du pays, le secteur privé de la région Vakinankaratra commence à progresser. 

La participation massive des petites, moyennes et grandes entreprises durant la IVee édition de la « Vitrine du Vakinankaratra » en est la preuve. Si le nombre des participants n’a pas dépassé la centaine durant les trois éditions précédentes, cette fois-ci celui des stands a atteint 152.Tous les produits qui font la renommée de la région ainsi que tous les secteurs et filières ont été représentés durant ces trois jours d’activité économique et culturelle organisés par le groupement des entreprises du Vakinankaratra ou Fiova. Tels les différents produits laitiers transformés exposés et vendus par des entreprises de toutes tailles, les fruits et légumes, également transformés ou nature, de nombreux échantillons de produits miniers et artisanaux, les services axés sur les nouvelles technologies, ceux offerts par les collectivités décentralisées…Cette IVee édition qui est axée sur le développement rural, la promotion de la femme et des jeunes dans le monde de l’économie, se donne comme objectif de  sensibiliser et d’encourager les paysans vers les produits tournés sur le marché, tant au niveau régional et national qu’international.

VulgarisationElle  se spécifie aussi par  le lancement des petites et moyennes entreprises, la vulgarisation des produits agricoles et des techniques à adapter pour obtenir des produits bio, principale tendance de la demande actuelle.Satisfait de l’évènement, le ministre de l’Industrie et du développement du secteur privé, Armand Tazafy, n’a pas manqué d’inciter les opérateurs économiques à aller de l’avant en soulignant que le secteur privé est le principal partenaire de l’État dans le développement économique. De son côté, le président du Fiova, Ramarijaona Andrianjafi­miarantsoa a  souligné que l’évènement peut servir de mesure à chaque participant et à la région Vakinankaratra.

Angola Ny Avo

L'express de Madagascar0 partages

Sinistre – Deux blessés dans l’incendie de Mahavoky

Chamboulement dans la vie de trois cent quatre vingt sept personnes du quartier de Mahavoky. Elles ont tout perdu en une soirée. « La petite épargne de 60 000 ariary que j’ai conservée dans ma maison est partie en fumée », rapporte en larme Honorine, une victime. Deux personnes ont été blessées. Ce sont les victimes du grand incendie qui s’est produit dans la nuit du jeudi, vers 20 heures. Leurs maisons, quarante habitations en bois et quatre en dur, ont été détruites par le feu. Le feu n’a été maîtrisé que vers 22 heures.Les agents du ministère de la Population, de la protection sociale, et de la promotion de la femme, le Bureau national de la gestion des risques et des catastrophes (Bngrc), la région d’Analamanga et les autorités locales ont pris les premières mesures d’urgence et d’accompagnement.Ces sans-abri occupent, depuis hier après-midi, des tentes. Beaucoup se sont empressés de porter secours à ces familles. Le couple présidentiel a été le premier à envoyer son soutien, en la présence du sénateur Vola Rason.

M.R.

L'express de Madagascar0 partages

Parti – Le TIM célèbre ses quinze ans 

Organisé inopinément, la célébration du quinzième anniversaire du parti Tiako I Madagasikara à Antsirabe s’est déroulée sans incident, hier.Pourtant, les responsables régionaux du parti, notamment ceux du district d’Antsirabe I qui a abrité les festivités, n’ont été, en effet, avertis de cette décision que jeudi. Mais cela s’est déroulé en privé, car l’invitation des invités, en particulier des leaders du fokontany, commune et districts n’a été lancée que la veille de la célébration, par téléphone.C’est après avoir visité la Vitrine du Vakinankaratra et après avoir paradé et eu une séance photos avec ses partisans sur l’avenue de l’Indépendance, que le président national du Tim et ses partisans se sont donné rendez-vous dans la grande salle du Tiko CDA à Vatofotsy

A.N. A.

L'express de Madagascar0 partages

Portrait sur le vif – Le coup de crayon qui immortalise l’instant présent 

Un joli coup de crayon reproduisant à la perfection un modèle vivant fait toujours plaisir. Réussir à dessiner un portrait sur le vif procure une grande satisfaction à l’artiste dessinateur. L’œuvre trouve toute son originalité et reste mémorable pour le modèle. 

Les artistes s’exécutent devant leurs modèles durant la formation.

Avoir chez soi son portrait fait main, touchant presque la perfection dans un beau cadre, impressionne et donne une certaine allure à sa déco d’intérieur. Réussir à réaliser ce genre de dessin n’est pas facile pour tout le monde. Il faut avoir des années d’exercice et une bonne base. Le principe consiste à aimer dessiner un sujet ou un modèle. Perfectionner ses acquis conduit à un meilleur résultat.Le défi réside dans la parfaite reproduction de son sujet en respectant les traits caractéristiques de son visage, ses formes d’expression, se rapprocher de la réalité au niveau de la proportion des courbes et des plis, et savoir jouer sur les contrastes pour donner « vie » au dessin.Pour satisfaire les artistes qui veulent se perfectionner dans cet art, Mahery Andrianjaka a organisé cinq jours de formation au Tahala Rarihasina, qui s’est terminée hier.

Les coups de crayon demandent de la précision.

Portrait minute

Reproduire la photo d’un portrait pour en faire un dessin est différent d’un dessin réalisé sur le vif. Le premier s’avère plus facile à faire par rapport au second. Dans ce dernier cas, le dessinateur se met en face de son modèle et doit réaliser son portrait dans cette position. Le sujet doit se mettre dans une position confortable et rester immobile pendant toute la séance. S’allonger ou s’asseoir sur une chaise figurent parmi les poses les plus adoptées. Le dessinateur doit avoir un bon œil pour capter et reproduire chaque détail en un laps de temps relativement court. Il est pourtant impossible de rester figé durant toute la séance. Les rythmes de la respiration, les clignotements des yeux et les petits mouvements involontaires du sujet compliquent parfois le travail du dessinateur.

 

La beauté d’un travail bien fait. 

Un atelier pour partager

Cet art trouve des adeptes à Madagascar. Mahery Andrianjaka en fait partie. Passionné de dessin depuis son enfance, il s’est perfectionné dans différentes formations. Il a commencé à en vivre à partir de l’année 2002. Mais son choix de se consacrer entièrement à la réalisation d’un portrait à vif s’est concrétisé en 2007. À 42 ans, Mahery Andrianjaka vit entièrement de son art et nombreux sont les gens qui demandent son coup de crayon pour se faire plaisir. De plus en plus d’artistes  manifestent un vif intérêt d’apprendre ou de se perfectionner. C’est pour cette raison qu’il a organisé un atelier spécial portrait sur le vif du 28 aout jusqu’à hier, au Tahala Rarihasina à Analakely. Partager les connaissances entre les adeptes est le principal objectif de cet atelier qui est une grande première, dans son genre, à Madagascar. Après la réussite de cette première édition, il compte renouveler l’opération aussi souvent que possible et lance un appel de collaboration.

Textes: Ricky RamananPhotos : Tojo Razafindratsimba - Fournies

L'express de Madagascar0 partages

Volleyball – Championnat de Madagascar – Cinquante neuf équipes en lice à Toamasina

Record de participation. Cinquante neuf équipes seront en lice aux cham­pionnats nationaux jeunes et seniors à Toamasina. Les sommets pour les jeunes U18 et U20 garçons et filles se dérouleront du 4 au 8 septembre, et ceux pour les seniors hommes et dames, du 8 au 16 septembre.Vingt-et-un clubs dont quatorze chez les hommes et sept chez les dames seront en course aux titres dans la catégorie de la première division. Du côté des jeunes, trente huit formations sont engagées dont vingt-et-un dans la catégorie des moins de 18 ans et dix sept pour les U20.Douze ligues régionales seront représentées dans la capitale Betsimisaraka pendant les deux semaines de compétition. La ligue d’Ana­lamanga aura cinq représentants en première division masculine, à savoir le club champion en titre d’Anala­manga et champion national, la GNVBA, son vice Cosfa, ainsi que VBCD, Voara et JSA.La ligue de Vakinan­karatra alignera pour sa part trois formations, entre au­tres deux de la gendarmerie et celle de Mami VBC. Antsinanana et Itasy seront représentées chacune par deux équipes, à savoir Avotra et HTM pour la première et COS BOA et la Cnaps pour celle d’Itasy.Et la ligue du Sud-Ouest et Ihorombe aligneront chacune un porte-fanion, respectivement le COSRM5 et l’EVBI Ihosy. Chez les seniors dames, la ligue d’Anala­manga sera représentée par trois équipes entre autres ses deux finalistes, VBCD et sa dauphine, l’AMVB avec BI’AS, troisième formation. Deux clubs défendront les couleurs de la ligue de Toamasina.À savoir Stef’auto, cham­pion en titre d’Atsina­nana et de Madagascar et BAVB, vice champion. Les deux autres équipes qui complètent la liste sont Costi Boeny et l’EVBI Ihorombe. La formule open a donc permis, en cette version 2017 des championnats, d’élargir les participants.

S.R.

L'express de Madagascar0 partages

Pétanque – Masters – Madagascar et le Bénin ferment la marche

La tournée 2017 est décidément une édition à oublier pour Madagascar. La Grande île ayant terminé à la sixième et avant-dernière place du classement général, au terme des sept étapes qualificatives, avec vingt-trois points.Un résultat difficile à encaisser pour la nation championne du monde. Le bilan du Bénin, vice-cham­pion du monde, est encore plus négatif, avec quatorze unités au total. Les Béninois finissent la tournée à la septième et dernière position du général, pour leur toute première participation aux Masters.Au final, l’équipe Fazzino (39 pts) a pris la première place du général, à l’issue de la septième et dernière étape de jeudi, à Ruoms-Aluna, à égalité de points avec l’équipe Fournié. L’équipe de France (36 pts) et l’équipe Rocher (33 pts) complètent le quatuor qui disputera le Final Four du 6 septembre, dans la ville d’Istres.

H.L.R.

L'express de Madagascar0 partages

Ambatovy récompense  des communautés de base

Ambatovy a récompensé les communautés de base (COBA) AAM d’Ambohi­manarivo et Ezaka sy Fandrosoana d’Ambohi­tranivo, qui ont été parmi les meilleures lors du concours des meilleures COBA organisé en collaboration avec la circonscription des eaux et forêts (CIREF) Moramanga. Trois cent trente reproducteurs dont deux cent soixante quinze poules et cinquante cinq coqs ont été ainsi offerts à la communauté de base AAM d’Ambohimanarivo ; tandis que «Ezaka sy Fandrosoana» d’Ambo­hitranivo a reçu des matériaux de construction tels que des tôles, des fenêtres et des portes pour soutenir la construction de son bureau.

L'express de Madagascar0 partages

Boeny – Les proviseurs des lycées en conclave 

Les cinquante deux proviseurs des lycées des régions dans la province de Mahajanga se sont réunis le 28 août, au lycée Philibert Tsiranana, tel qu’il est prévu dans le calendrier du ministère de l’Éducation nationale.« La réunion était axée sur la gestion administrative face au non respect des textes et à la qualité de la gestion des établissements, la comptabilité, l’environnement scolaire, les domaines scolaires et infrastructures, surtout les terrains non titrés et bornés appartenant au ministère », explique le représentant de la direction de l’Enseignement secondaire.En ce qui concerne la pédagogie, nombreux sont les enseignants qui n’exercent pas dans leur domaine et spécialité. Le problème a été discuté durant la réunion, surtout concernant les procédures de comptabilité. La même réunion aura lieu respectivement les 5, 6 et 7 septembre à Toliara, Toamasina, et Fianarantsoa, le 12 septembre pour les cent onze proviseurs de la province d’Antananarivo etle 4 octobre pour celle d’Antsiranana. Les quatre cents proviseurs se retrouveront dans la capitale pour la rencontre nationale prévue les 5 et 6 octobre.

Vero Andrianarisoa

L'express de Madagascar0 partages

Parfum samos

Nous revoilà encore dans l’une des prisons de Madagascar. Comme on peut l’imaginer et comme maintes fois raconté dans de multiples écrits, vidéos et témoignages nos prisons sont loin d’être un lieu où l’on ressort debout et prêt à reprendre la vie autrement. Nos geôles sont sans nul doute des endroits où l’adage « ce qui ne nous tue pas nous rend plus fort » prend tout son sens. Si on n’y meurt pas physiquement, la mort spirituelle, et intellectuelle sont garanties.Malgré ce tableau noir, des personnes travaillent dans les prisons, pour les prisonniers. Car en principe, ces lieux sont destinés à « remettre sur le droit chemin » les brebis galeuses de nos sociétés. Mais pour que cette magie opère, il faut des accompagnateurs qui montrent d’abord le chemin à prendre et, pour un temps, être des béquilles sur lesquelles nos « fautifs »  peuvent s’appuyer.Dans de multiples cas, ces accompagnateurs sont des bénévoles qui travaillent, au sens propre comme au sens figuré, dans l’ombre. Certains sont des professionnels qui ont pour métier de venir en aide aux prisonniers, sous de multiples formes. Ils y a ceux qui s’occupent de leur santé autant physique que mentale. Citons par exemple la merveilleuse équipe de Handicap Internationale qui travaille dans les cachots de Majunga. Parmi les grands chantiers dans lesquels cette équipe bataille, il y a  l’accompagnement pour la réinsertion des jeunes détenus et la formation des adultes à développer des activités qui leur permettent de « mieux vivre » leur enfermement.Avec quelques feuilles blanches, une éducatrice apprend à ces enfants détenus à avoir et à formuler une vision. Quand on sait que dans les mêmes cachots celui qui est surnommé « le roi » a été condamné six fois  quand il était encore mineur et déjà deux fois depuis qu’il est majeur, il faut un mental de combattant pour croire et faire croire à ces enfants que s’en sortir est possible.Les adultes qui le souhaitent peuvent intégrer des activités qu’ils pourraient par la suite développer une fois de retour dans la société. Ces activités permettent aussi de fabriquer des produits qui seront utilisés dans la prison elle-même. Par exemple, les détenus ont une fabrication artisanale de savon. Ce qui est possible grâce à une collaboration et entraide depuis la prison aux différentes personnes et entreprises dans la ville. Tout ceci a été possible en très grande partie grâce à la volonté de fer des accompagnateurs.Ces derniers ont développé un réseau qui fournit en partie les matières premières pour réaliser du savon artisanal. Ils ont également formé les prisonniers aux procédés et l’utilisation de ces produits. Dernier en date un savon parfum…samos. Sans rire, grâce aux démarches des accompagnateurs, ils reçoivent périodiquement de l’huile usée venant d’un supermarché qui l’a utilisée pour frire des samos. À partir de cette huile, additionnée à d’autres produits, nos prisonniers peuvent se laver et laver leurs habits avec ce savon.Un grand bravo à ceux qui aident d’une manière ou d’une autre ceux qui sont dans le besoin. Année 2013, lors de la tournée européenne du légendaire groupe Mahaleo, avant de chanter « jomaka », Bekoto prononce trois phrases qui remettent chacun face à ses responsabilités: « la délinquance est l’enfant des inégalités sociales, il n’y a jamais de délinquants dans le ventre de sa mère, c’est nous,  la société qui les fabriquons ».

Par Mbolatiana Raveloarimisa

L'express de Madagascar0 partages

Les Tananariviens affolés par une « mystérieuse apparition »

Les Hautes terres centrales subissent, en juillet 1921, l’invasion d’une maladie jusque-là inconnue, la peste, qui se manifeste alors sous la forme pulmonaire, très contagieuse et presque toujours mortelle. Comme l’explique Faranirina V. Esoavelomandroso, les Merina réagissent devant une telle calamité « inexplicable » par l’angoisse sinon la peur panique, la crainte d’une malédiction surnaturelle… (Revue d’études historiques, Omaly sy Anio, N°11, 1980).De plus, la « mystérieuse apparition» en pleine colonisation marque l’attitude des Malgaches et « joue un rôle déterminant dans leur analyse de la calamité ». Aussitôt, ils en rendent responsables les Français. D’autant que les dispositions sanitaires sévères reflètent un « certain mépris» à l’égard des Malgaches, car elles sont généralement contraires à leurs coutumes, et que « l’oppression coloniale » se fait sentir à cause d’une application tout à fait arbitraire. Et les échecs de la lutte anti-pesteuse suffisent à les convaincre de « l’idée d’une maladie entretenue, sinon même inventée par les colonisateurs, pour leur permettre d’exercer une contrainte accrue sur les indigènes ». Leurs réactions trouvent alors leurs explications à la fois dans l’emprise des traditions et dans le poids du contexte national.La maladie prenant de l’ampleur, les critiques tombent sur le « fanjakana raiamandreny » qui n’assume pas ses responsabilités envers « ses  enfants, les indigènes ». Dès lors, les nationalistes se saisissent du problème et lui confèrent une dimension politique. « La vitalité du mouvement nationaliste entre 1922 et 1937 favorise cette évolution dans l’interprétation par les Malgaches du phénomène d’endémie pesteuse. » L’historienne ajoute : « Confronté à la mort quasi certaine d’un parent pestiféré, le Merina se sent frustré par une administration tracassière qui, par des règlements prophylactiques draconiens, le pousse à enfreindre ses coutumes ancestrales. »La peste « importée » de Maurice sévit à Toamasina, de février à avril 1921, surtout dans les milieux des dockers et des tirailleurs malgaches. Les pestiférés sont isolés, quelques centaines de cases jugées insalubres brûlées, la vaccination obligatoire, les marchandises désinfectées. Mais la maladie qui ne frappe que les ports fin XIXe siècle-début XXe siècle, atteint l’intérieur de l’ile.« Les erreurs de diagnostic du début de l’épidémie, le va-et-vient permanent entre la côte Est et la capitale, avec les facilités offertes par le rail, l’impossibilité de contrôler strictement tous les voyageurs pourraient expliquer l’introduction de la peste à Tananarive. »À partir de 1922, la maladie s’étend rapidement. La zone déclarée contaminée dépasse Antananarivo et englobe progressivement l’Imerina, l’Itasy, le pays bezanozano, le Vakinankaratra et le Betsileo. Le fléau provoque une véritable obsession dans l’esprit des populations des circonscriptions infestées.Averti par un notable d’une série de morts suspectes survenues à partir du 20 juin au sein d’une famille malgache, réunie le 15 juin pour célébrer un mariage, le service sanitaire après recherches, établit le 30 juin le diagnostic de peste pulmonaire. Le lendemain, la capitale est déclarée contaminée. Localisée d’abord à Anatihazo, elle se propage dans les bas quartiers ouest de la ville, à Mahamasina, Ambodi­nanosy, Anosipatrana, Isotry, Antanimena, Ankadifotsy, « quartiers indigènes populeux ». Les conditions d’hygiène et les activités de cette partie basse de la ville favorisent la diffusion inévitable d’une maladie contagieuse.Concernant Isotry, l’historienne reprend un article du Madécasse, journal de colons, dans sa livraison du 5 juillet 1923, qui décrit ainsi le quartier : « Le plus animé et le plus délaissé : une poussière insupportable en saison sèche, une boue épaisse en saison des pluies sans compter la saleté des rues en toute saison en font le quartier le plus malsain. C’est là qu’on découvrit la peste pour la première fois, c’est là qu’on la voit réapparaitre de temps en temps. » Effectivement ces quartiers non assainis ont alors l’allure de « faubourgs avec des ilots de maisons en terre au milieu de marécages, de cressonnières ou de rizières ». Cela rend malaisée toute entreprise de désinfection.Malgré des consignes très sévères pour accompagner le cordon sanitaire autour de la ville, les rats aux puces infectants arrivent à s’installer hors de celui-ci. De même, la crainte des habitants d’une pénurie qui hante les consommateurs depuis 1917, pousse les citadins à essayer de sortir de la zone contaminée pour se ravitailler directement sur les marchés de banlieue ou dans leur village d’origine. « Un médecin malgache note même que le cordon sanitaire n’a pas empêché bien des personnes de circuler entre Tananarive et les régions voisines indemnes. »

Texte : Pela Ravalitera - Photo : Agence nationale Taratra

L'express de Madagascar0 partages

Championnat d’Afrique – Ny Havana comme quatrième joueur

Après avoir remporté le championnat de Madagascar en triplettes constituées, Yves Andrianomenjanahary dit Donga, Tonitsihoarana Alhenj Zoel, dit Toutoune, et Mami­nirina Ramanantsoavina, dit Glou, disputeront le cham­pionnat d’Afrique. Compé­tition qui débute mardi prochain, en Tunisie.Le trio du CBT sera renforcé par Haja Rafano­mezantsoa, alias Ny Havana. Un quatrième joueur qui évolue également au CBT. Les quatre joueurs sont en regroupement à Antsirabe, depuis le début de semaine. Et ce, sous la houlette de Dolys Randriamarohaja, le coach qui avait mené la sélection malgache au titre mondial au mois de décembre dernier, au Palais des sports et de la culture Mahamasina.

H.L.R.

L'express de Madagascar0 partages

Drame d’un garçonnet

Happé par un véhicule, un garçonnet de sept ans a trouvé la mort à Ankadim­bahoaka avant-hier en fin d’après-midi. Le drame est survenu aux alentours de 17h. Le corps du jeune défunt a été placé à la morgue de l’hopital Joseph Ravoahangy Andrianavalona après consultation par les médecins urgentistes.

L'express de Madagascar0 partages

 BNI Madagascar  à la Vitrine du Vakinan­karatra

BNI Madagascar est présente à la 20e édition de la Vitrine du Vakinan­karatra qui a lieu du 31 août au 2 septembre à Antsirabe. Cet événement économique permet une fois de plus à la «banque de proximité de demain» de montrer la pertinence de sa stratégie de dévelop­pement inclusif.

L'express de Madagascar0 partages

 Salon de l’étudiant  à l’université d’Anta­na­narivo

L’université d’Antananarivo organisera les 6, 7 et 8 septembre un salon de l’étudiant à son esplanade. Il sera marqué par la présence des annexes de l’université d’Antananarivo à Soavinandriana et à Antsirabe qui pourront accueillir sept cent et mille cinq cent nouveaux étudiants. Les nouveaux bacheliers sont invités à les fréquenter.

L'express de Madagascar0 partages

Tuée par un camion

Percuté par la remorque d’un camion, un scooter s’est renversé à Anosizato avant-hier en début de soirée. Une jeune femme de vingt-six ans, qui était en double sur le deux-roues, a péri dans l’accident. Le poids-lourd a effectué un dépassement lorsqu’il a heurté la moto. Le jeune homme qui était au guidon est, pour sa part, placé sous soins intensifs à l’hôpital d’Ampefiloha.

L'express de Madagascar0 partages

Problème de circula­tion à Ivandry

La circulation pourrait être perturbée à Ivandry, ce jour. Une partie des chaussées au stade Alaro­bia, Pullmann, Ivandry, Analamahitsy et au Coli­séum seront interdites à la circulation ce matin de 7 heures à 8 heures 30 et de 16 heures 30 jusqu’à la fin de l’évènement organisé par l’Eglise Adventiste au Coliséum.

L'express de Madagascar0 partages

Pick-up arrosé  de balles

Frappé de cinq balles dans une embuscade de dahalo. Un pick-up de marque Nissan Hardbody de la compagnie territoriale de la gendarmerie de Betroka, a été présenté hier au Toby Ratsimandrava. Les scènes remontent au mois de juillet. Un gendarme a péri dans la fusillade et a été délesté de son Kalachnikov.

L'express de Madagascar0 partages

Le PSE en discussion à Anosy

Le plan d’action pour le développement rural a invité des représentants des trois ministères respon­sables de l’éducation à discuter du plan sectoriel de l’éducation (PSE) avec des intervenants sur le développement rural.

Midi Madagasikara0 partages

Mahazoarivo : Vehivavy nitondra vohoka nodakàna

Ramatoa iray vao vita mariazy ary miandriandry  fiterahana no niharan’ny herisetra tetsy Mahazoarivo. Omaly tolakandro no nitranga izany raha hiakatra tao anaty Taxi-be 139 teo Ambohimiandra ity ramatoa ity rehefa avy naka vola tao amin’ny banky BNI eny an-toerana. Noho ny hamaron’ny mpandeha dia somary nisy fifanosehana teo am-baravan’ilay taxi-be. Tafiditra ihany anefa ity vehivavy mitondra rano ity. Nony haka toerana anefa izy, nisy ramatoa iray toa kizitinjitina teo anoloany. Tsy rony tsy ventiny, tonga dia novelesin’io ramatoa io tamin’’ireny lazain’ny taxi-be hoe “seza volamena”  ireny ny kibo sy lohan’ilay vehivavy bevohoka. Nianjera ary tafavoaka tety ivelany mihitsy ilay ramatoa. Nisy akony avy hatrany tamin’ny fahasalamany izany ka nahatonga ny olona nandray andraikitra nitondra ilay nahavanon-doza teny amin’ny kaomisarian’ny Boriborintany faha-2 etsy Ambohijatovo. Na teo aza izany, tsy mba nisy fifonana akory nataon’ity Ramatoa namely ity tamin’ilay nanaovany herisetra.  Izy indray aza no mbola nanao vava be rehefa tonga teny amin’ny kaomisarian’ny polisy. Ilay ramatoa bevohohoka kosa rehefa nentina  namonjy toeram-pitsaboana dia tsy maintsy nahiditra hôpitaly omaly hariva ihany. Voalaza fa tsy maintsy hiakatra Fampanoavana anio ity raharaha ity.

T.M.

Midi Madagasikara0 partages

Ambatondrazaka : Meurtre sur fond de fausse accusation

Une banale mésentente a abouti à un meurtre à Ambatondrazaka. Une fausse accusation exagérée a mené la foule à tuer un innocent. L’histoire a commencé dans la nuit du 25 août dernier, lorsqu’un jeune homme de 34 ans conduisant une voiture légère a eu une querelle violente avec des conducteurs de tracteurs « Kubota ». Dans une plainte déposée par le frère de la victime, celui-ci a rapporté la source du passage à tabac collectif,  avec  des témoins oculaires. « Il y a eu une querelle entre les conducteurs au sujet de la circulation, mais cela s’est finalement arrangé. Mais entre temps, la fille du président du « fokontany » d’Ambodirano a appelé son père en déclarant que leur « kubota » se faisait attaqué. C’est ainsi que ces personnes sont venues à moto munies de bois rond et ont roué mon frère de coups sans chercher à vérifier ce qui se passe », a-t-il indiqué. En effet, le président du  « fokontany » d’Ambodirano, ainsi que le chef des éducateurs (chef ZAP) de cette même localité figure parmi les tortionnaires. Ces deux individus figurent parmi les quatre à être mis sous mandat de dépôt, après une parution au parquet d’Ambatondrazaka, jeudi dernier. Selon sa famille, la victime, Andriamaronirina Joela dit Fidy ou Pikla, a succombé aux coups visiblement violents. Son certificat médical montre d’ailleurs des bleus à l’arrière du crâne et à la nuque.

A.R