Les actualités à Madagascar du Mercredi 02 Août 2017

Modifier la date
Midi Madagasikara1614 partages

Taxi-be : Voaendaka indray ny mpandeha rehetra

Tsy nisy iray izay tsy nanome izay azo nomena mba hahafahana miaro ny ainy. Izay no nitranga tao anatin’ny taxi-be iray izay nandalo tetsy Isotry ary saika hihazo an’Antanimena. Ny harivan’ny alatsinainy teo,manodidina ny tamin’ny dimy ora sy sasany, no nitranga ilay asan-jiolahy. Tao anatin’ny fitohanan’ny fifamoivoizana no niditra an-tsehatra ireo jiolahy izay miisa enina. Ny iray nanambana basy, ny sasany namoaka antsilava ary ny ambiny kosa namoaka ny zavatra hitatazana ny “rakitra”. Dia tena notatazana tokoa izay rehetra nisy. Ny vola, ny finday, ny firavaka ary hatramin’ny peratra mariazy aza dia nomena rehefa nangatahin’ny olon-dratsy. Fanindroany izay tao anatin’ny roa herinandro no nisian’ity fanendahana anaty bus ity, ny marimarina kokoa aza, fanafihana mitam-piadiana anaty bus. Tamin’ny herinandro lasa teo, nisy tranga mitovy tanteraka tamin’izany tetsy Betongolo, saingy ity indray dia tamin’ny folo ora maraina no nisehoan’ny fanafihana. Tsy nisy resa-be intsony fa vao nivoaka ny basy dia efa fantatry ny olona ny tanjon’ireo olon-dratsy ary dia samy namoaka izay tokony homena. Fiainana feno tebiteby toy izany ankehitriny no lasa andavanandron’ny mponina eto Andrenivohitra. Eny an-dàlana tsy mandrimandry saina, any an-trano matahotra ny hovoatafika ary any anaty fitaterana izay heverina fa betsaka olona, mbola misy sahy mandroba ihany. Etsy andanin’izany, tranga izay mahazo vahana indray ankehitriny ity fanafihana anaty taxi-be ity. Raha izay toerana mangingina no heverina fa fanaovan’ny jiolahy sy mpanendaka ny asany, izao dia ny mifanohitra tanteraka amin’izany no mitranga satria any amin’ny toerana be olona indray no lasibatry ny asaratsiny ary ireo olona marobe mihitsy no kendrena. Mivoatra ny mpanao ratsy.

D.R

Madagascar Tribune771 partages

Hécatombe à Ankazobe : 30 morts, 83 blessés

Un effroyable accident d’autocar dans la nuit du 31 juillet a fait 30 morts et 83 blessés -chiffres encore provisoires malheureusement. Un bus à étage transportant des fidèles de l’église protestante FJKM depuis la région d’Itasy pour rejoindre Mahajanga a eu un problème technique à 23 km d’Ankazobe sur la route nationale 4 (RN4). D’après les récits des rescapés, l’autocar a déjà eu des ennuis techniques dès le départ et s’est arrêté à Imerintsiatosika pour être réparé. A l’entrée d’Ankazobe selon ces rescapés, « l’autocar n’a pas pu changer de vitesse et le frein a lâché, au lieu de monter l’autocar a fait une marche arrière et s’est précipité dans un ravin de 30 m au moins en faisant 4 tonneaux pendant la chute. Une fois en bas, il a rapidement pris feu et seuls les passagers qui se trouvent en bas ont pu sortir, ceux de l’étage ont été par contre piégé par les flammes. L’autocar a explosé quelques minutes seulement après. La plupart des victimes sont calcinés malheureusement ». L’autocar transportait 140 personnes en majorité des jeunes et des enfants si la capacité de ce type de véhicule est normalement de 80 personnes. Les secours arrivés sur le lieu ont fait transporter les blessés jusqu’à la capitale où les blessés sont soignés à l’hôpital Ravoahangy Andrianavalona Ampefiloha (HJRA). Les corps des défunts sont également déposés à la morgue du même établissement.

Le Chef de l’Etat accompagné des membres du gouvernement sont venus à l’HJRA dans la matinée du 1er août et a fait savoir que l’Etat prendra en charge toutes les dépenses d’urgence afférentes à ce terrible accident.

Le Premier ministre Mahafaly Olivier annonce qu’une enquête est ouverte pour déterminer les responsabilités de chacun dans cet accident. Qu’en est-il de la responsabilité du centre de visite technique, du propriétaire de l’autocar, du chauffeur demande le Chef du gouvernement, sachant que l’autocar a eu des problèmes techniques dès le départ. D’autres proches des victimes pointent du doigt aussi la responsabilité des organisateurs du voyage dans cet accident. Les recherches des corps calcinés ont cessé ce matin du 2 août mais les enquêtes se poursuivent. Nos sincères condoléances aux familles des victimes.

Midi Madagasikara492 partages

Androvakely Antsirabe : Akoho hafahafa, mamoaka afo ny takorobabony

Hafa mihitsy ity zavatra niseho tao androvaky Antsirabe ity, akoho gasy  4 no namoaka afo rehefa nodidina ny tendany. Tsy nisy fanazavana ara-tsiansa na fanazavana hafa azo nentina tamin’ity tranga hafahafa niseho tao Androvakely ity, fa avy hatrany dia nalevin’ny tompony ireo akoho rehefa avy nodidina. Tokantrano iray no nisehoan’ny tranga, maty ny akohony efatra tamin’ny Sabotsy lasa teo. Nihevitra ilay ramatoa tompony, fa tsy matimaty foana ny ankohony fa nisy nanipy poizina ary ny manodidina azy ihany no noheveriny nanao izany. Nisy tamin’ireo mpiray tanana no nahare ny hatezerany sy fimenomenonan’ilay ramatoa ka nilaza taminy fa didio ny tendan’ny akohonao hijerena ny takorobabony raha mitombina tokoa ny ahiahy.  Natao tokoa ny fandidiana ilay akoho ka ilay akoho kely indrindra no nanombohana azy. Hatairana ny an’ireo nahita fa vao vaky ny takorobabon’ilay akohokely, dia namoaka afo miloko mangamanga raha ny fitantaran’ny nanatri- maso. Tsy nisy nahetsika fa gaga avokoa nahita ity tranga ity. Vetivety dia tonga maro ny olona raha nandre io fisehoan-javatra io. Rehefa nodidina ny tendan’ireo akoho lehibe telo hafa dia toy izany hatrany fa somary lehibe kokoa ilay afo raha mitaha tamin’ilay voalohany. Tsy hita moa izay nanaovana ireo akoho, fa dia ny nandevina azy sisa natao.

Andry N

Midi Madagasikara441 partages

Terrible accident d’autocar à Ankazobe : Au moins 20 morts et 83 blessés graves

La Route Nationale 4 a été le théatre d’un accident grave, avant-hier vers minuit. Un car de type Boeing à étage transportant des fidèles de l’Eglise FJKM à destination de Mahajanga s’est renversé dans un ravin et a pris feu . Le bilan officiel émanant du service des rélations publiques de la gendarmerie nationale au Toby Ratsimandrava fait état de 20 morts et 83 blessés graves.  Cette précision s’impose  car la circonstance de la tragédie où il y a incendie laisse largement la place au doute. Selon les informations,  seize parmi les décédés ont été calcinés.

Selon le témoignage de certains passagers, l’accident s’est produit à Ambohitromby, soit à 25 km d’Ankazobe quand le véhicule a raté une pente. Le chauffeur a perdu le contrôle de la voiture lorsque celle-ci a reculé à cause d’un problème de vitesse. En effet, le Boeing s’est renversé dans un ravin d’une quizaine de mètres de profondeur tout en faisant plusieurs tonneaux. Le pire est que le véhicule a pris feu après une forte explosion. Selon le commandant de la compagnie de la gendarmerie d’Ankazobe qui affirme avoir été le premier à venir sur le lieu pour l’opération de secours, le feu a exagéré la situation. Des passagers ont été emprisonnés dans l’autocar qui était réduit en un tas de ferrailles et en feu. Or, le feu s’est vite propagé pour brûler les broussailles des alentours. C’est pourquoi, il a fallu une ’équipe de secours dépêchée sur place en provenance d’Antananarivo pour en extirper les corps calcinés des victimes.

Près de 140 passagers. Selon les informations, ce Boeing qui transportait des congressistes avait à bord près de 140 personnes composées des scoutes et des jeunes membres du STK (Sampana tanora FJKM), des enfants à bas âge et des responsables. Un nombre qui dépasse largement celui recommandé pour cet autocar qui est fixé à 104 places. Outre la surcharge, ce véhicule aurait connu un problème technique depuis le départ car sur la route, le chauffeur a du s’arrêter à plusieurs reprises pour le réparer. D’après les informations, le chauffeur qui est également le propriétaire du véhicule est en garde à vue depuis hier.

Hier, une délégation conduite par le Président de la République Hery  Rajaonarimampianina  s’est rendue à Ankazobe, lieu de l’accident pour constater de visu la réalité.

T.M.

L'express de Madagascar215 partages

Télécommunication – Le groupe Axian fait son entrée au Sénégal

L’appétit vient en mangeant. Le groupe Axian multiplie ses acquisitions. Il vient de s’offrir, aux côtés du milliardaire français Xavier Niel et de l’homme d’affaires sénégalais Yerim Sow l’opérateur télécom Tigo au Sénégal. Cette acquisition a été annoncée par le groupe Millicom lundi, après avoir mis un terme à l’accord de cession de Tigo Sénégal à Wari, annoncé en février.« Le Groupe Millicom a annoncé aujourd’hui qu’il a décidé d’exercer ses droits en mettant fin à l’accord de cession de sa filiale Tigo au Sénégal au Groupe Wari. En outre, le Groupe Millicom a également annoncé qu’il a signé un accord pour la cession de Tigo au Sénégal à un consortium composé du Groupe Teyliom Telecom, NJJ, et de Sofima (véhicule d’investissement en télécommunications géré par le Groupe Axian) », indique le communiqué du deuxième opérateur sénégalais avec 3.3 millions d’abonnés.Par ailleurs, si le prix de la cession à l’époque de Wari était de 129 millions de dollars, le Groupe Millicom n’a pas indiqué le montant de la transaction avec le nouveau consortium. L’opération d’achat reste toutefois soumise aux approbations des autorités de tutelle au Sénégal. « La transaction suivra le processus réglementaire en vigueur. Sa finalisation reste soumise au respect des accords entre les parties, et à l’approbation des autorités compétentes », souligne le communiqué.

Même visionAprès le rachat d’Outremer Telecom à La Réunion et Mayotte, et l’obtention de la seconde licence mobile aux Comores, le groupe Axian de la famille Hiridjee multiplie ainsi ses conquêtes en participant à cette nouvelle acquisition. Même si NJJ Capital et Sofima ont été dans la course dans la conquête du marché télécom en océan Indien, les deux hommes d’affaires, à savoir Xavier Niel et Hassanein Hiridjee, le patron du groupe Axian partagent la même vision dans la conquête du marché africain. Les deux partenaires ambitionnent de développer d’autres projets ensemble, comme l’a déclaré Hassanein Hiridjee à Jeune Afrique en novembre 2015. « Telma et le groupe de Xavier Niel partagent un même ADN entrepreneurial, et leurs compétences sont très complémentaires. Il y a donc une volonté commune de faire d’autres projets ensemble », a déclaré la deuxième fortune de Madagascar. Le rachat de Tigo au Sénégal ne fait que confirmer cette déclaration.

Lova Rafidiarisoa

Midi Madagasikara158 partages

Mananjary : Trano 65 may kila forehitra hotohoton’ ny afo

Nifanesisesy ny hain-trano nahatsiravina, tany amin’ny Distrikan’i Mananjary tato ho ato. Trano 65  no indray may kila forehitry ny afo, ny alin’ny 26 jolay lasa teo, tamin’ny 11 ora alina, tao amin’ny Fokontany Ambohitsara  any amin’ny Kaominina ambanivohitr’ Ambodinonoka. Afo nanafanana rafotsibe iray “namindro”, ka resin-tory tampoka no niteraka ny loza. Trano dimy monja teo an-tanànan’ Ambohitsara no tsy may. Lasa lavenona hotohoton’ny afo avokoa ny vary notahirizina sy vola ary kojakoja rehetra fampiasa amin’ny fiainana an-davan’andro, toy ny : fitafiana, fitaovana an-dakozia, fitaovam-piasana isan-karazany, … , raha ny fampitam-baovao voaray avy tamin’ny Ben’ny tanànan’ Ambodinonoka, Atoa Georges Jean Baptiste, ary mponina mahery ny 400  no tra-boina mbola tsy manan-kialofana ankehitriny, ka anaovana antso avo fanampiana amin’ireo malala-tànana sy izay tsara sitra-po, hoy ity olom-boafidy ity. Marihina fa Kaominina ambanivohitr’ Ambodinonoka, dia 100 km miala an’i Mananjary tampon-tanàna, renivohitry ny Distrika.

Eric Manitrisa

Midi Madagasikara151 partages

Toliara : Lehilahy namono tena imasom-bahoaka, notsondroniny antsy maranitra ny tendany

Lehilahy mpivarotra hena kisoa iray sahabo ho 30 taona eo, voalaza fa bokan-trosa ananan’olona volabe, no namono tena nanindrona antsy maranitra ny tendany, avy teo noriatany koa ny tratrany ka naratra mafy niboba rà. Mbola saika handoaka antsy teo amin’ ny kibony izy no voasambotry olona teo amin’ny manodidina mpiara-mivarotra aminy ny antsy, ka avotra soa aman-tsara ny ainy. Omaly tolakandro tokony  ho tamin’ny 3 ora, tao Bazary Sakama Toliara no nisehoan’ ity zava-doza famonoan-tena imasom-bahoaka ity. Mba ho fanavotana ny ain’ ity tovolahy vao erotrerony naratra mafy nihoson-drà kivy tanteraka nikasa ny hanapitra ny ainy ho any ambany rangolahy ity, dia nentin’ny olona haingana namonjy hopitaly izy. Na dia efa nahazo ny fitsaboana sahaza azy aza ity lehilahy ity, dia mbola hatahorana mafy ny ainy amin’izao noho ny fahaverezan-drà sy ny halalin’ny ratra, hoy ny vaovao.

 Eric Manitrisa

Midi Madagasikara141 partages

Behoririka : Taxi-be tapaka hisatra, fiara efatra voadona, olona efatra naratra mafy

Raha mbola nitàna ny sain’ny maro , ny lozam-pifamoivoizana mahatsiravina niseho tany amin’iny faritra Ankazobe  omaly maraina iny, dia nitrangana lozam-pifamoivoizana hafa ihany koa teto An-drenivohitra. Fiara « mazda » zotra 144, izay mampitohy an’Ambohimahitsy – Analakely no namoa-doza omaly maraina, tokony ho tamin’ny sivy ora sy sasany teo ho eo, tetsy Behoririka. Araka ny fantatra teny an-toerana, dia nisy olana teo amin’ny lafiny hisatra ity fiara ity ka tsy tafajanona intsony raha sendra iny lalana midina avy any Analakely hankany Behoririka iny. Vokany : olona efatra no voafaokany, ka iray tamin’izany no zaza. Fiara efatra sy môtô roa kosa no simba tanteraka vokatry ny fifandonana. Nanomboka teo amin’ny fidinana teo Behoririka akaikin’ny ranomaimbo iny no tsy nisy hisatra intsony ity fiara « mazda » ity. Nitsotsotso, nandona izay sendra azy, na fiara, na olona na môtô, ary tsy tafajanona raha tsy an-jatony metatra tany  ho any, sendra fiara iray tsy mataho-dalana, nanohana ny làlany. Ankoatra ny hatairana, dia azo lazaina, hoy  ireo nanatri-maso fa tsy dia nisy naninona ireo olona tao anatin’ilay taxi-be. Ireo mpandeha tongotra voafaoka kosa no tena naratra mafy, ary anisan’izany ny zazakely iray izay teny an-trotroan-dreniny. Vetivety dia nitangorona ny olona. Tao  ireo namonjy avy hatrany ireo olona naratra ka nitondra azy ireo haingana tany amin’ny toeram-pitsaboana. Ny sasany kosa, nitangorona teo amin’ilay taxi-be nahavanon-doza. Efa nanomboka nandeha ny fimenomenonana isan-karazany tamin’ilay mpamily, ary efa saika nitohy hatrany amin’ny fitsaràm-bahoaka izany raha tsy teo ireo mpitandro filaminana, niezaka nandamina ireo mponina. Nentina avy hatrany natao andrimaso sy nanaovana fanadihadiana tany amin’ny biraon’ny pôlisy etsy Tsaralalàna moa ilay mpamily, raha ny fanazavana azo. Efa samy nahazo ny fitsaboana sahaza azy kosa ireo naratra ary efa tsy misy atahorana kosa ny ainy, raha ny vaovao azo teny anivon’ny hôpitaly.

m.L

Midi Madagasikara103 partages

S’en remettre à Dieu

La série noire continue. Après l’accident d’Anjozorobe qui a fait au total 43 victimes, celui qui est survenu, avant-hier à 20 km d’Ankazobe enregistre un bilan encore plus lourd d’une cinquantaine de morts et de plus de 80 blessés.

S’en remettre à Dieu

Les victimes, pour la plupart des jeunes membres du STK (branche jeunesse chrétienne du FJKM)  étaient en partance vers Mahajanga, pour une réunion nationale. A priori, l’origine de l’accident est une défaillance technique puisque le chauffeur de  l’autocar à étage a raté un passage de vitesse. Les enquêtes détermineront les causes exactes de l’accident, et s’il y a eu négligence, les fautifs seront sanctionnés. En tout cas, cet accident interpelle, une fois de plus les autorités responsables de la sécurité routière quant à l’application stricte des mesures légales et réglementaires en vigueur. Si les autorités font preuve de rigueur dans les contrôles techniques de ces énormes voitures de transport en commun, les possibilités d’accident de ce genre seraient considérablement réduites. Mais cet accident a aussi démontré la solidarité dont ont fait preuve la population malgache en général et les chrétiens plus particulièrement les fidèles du FJKM. D’Ankazobe à Antanarivo, les gestes de solidarité se sont multipliés. A l’HJRA, nombreux sont les volontaires qui ont fait don de leur sang. Au Foibe FJKM, l’élan de solidarité est également de mise pour venir en aide aux rescapés et aux familles des victimes. Le couple présidentiel et des membres du gouvernement étaient également venus pour apporter encouragement et réconforts aux personnes touchées par ce tragique accident. Mais le  fait le plus marquant de ce triste événement c’est aussi l’union dans la prière manifestée par les fidèles. Sur ce point, d’ailleurs, Hery Rajaonarimampianina n’a pas manqué de lancer un appel à tous  pour s’en remettre à Dieu. Une manière en somme de reconnaître que sans l’aide divine, on ne peut vraiment pas supporter ce genre de malheur. Et pas seulement pour les malheureux passagers, puisque en fait c’est tout le pays qui a besoin de se tourner réellement vers Dieu pour sortir enfin du gouffre de la pauvreté qui fait énormément de victimes.

R.Edmond.

Tia Tanindranaza102 partages

Fahafatesan’i Mamy RakotoariveloHametraka fitoriana ireo zanany

Mifamahofaho tanteraka ny raharaha nahafaty ny Filohan’ny Kongresin’ny tetezamita teo aloha Mamy Rakotoarivelo.

Toky R

 

Midi Madagasikara93 partages

Enseignement privé : 108 écoles clandestines démasquées

L’éducation est devenue une source de revenus pour certaines personnes.

Grosse prise pour le ministère de l’Education nationale. 108 écoles n’ayant pas d’autorisation d’ouverture ont pu être identifiées.                                 

 La ruée vers l’ouverture d’écoles privées est un fait qui n’échappe à personne actuellement. Les causes seraient d’ordre financière vu que l’éducation est devenue un fond de commerce pour certaines personnes. En effet bon nombre d’acteurs font fi des lois et règlements en la matière. La mise en lumière des 108 écoles privées réparties dans la Grande-Île  n’ayant pas d’autorisation d’ouverture arrive à point nommé pour dénoncer la situation. Effectuée suite à une descente sur terrain des responsables auprès de l’Office national de l’Enseignement Privé et  de ceux des CISCO, l’opération   a permis la mise à jour des données concernant cette situation d’écoles clandestines. Elle a également été l’occasion de les sanctionner. Ladite sanction consiste à interdire les inscriptions pour l’année scolaire 22017-2018 pour ces écoles. Et pour marquer le  tout, le ministère de la Santé publique a publié sur sa page facebook la liste des écoles clandestines démasquées.

Responsabilité. La responsabilité est partagée quant à la situation. Celle du ministère est incontestable. En effet, étant le premier responsable, ce département gouvernemental a le devoir de garantir le respect des lois en vigueur en matière de création et d’ouverture d’école. Si les écoles privées   ne respectant pas lesdites lois pullulent, l’on peut penser qu’il y a un certain « laisser-aller » en matière de réglementation et de contrôle de leur ouverture. La deuxième responsabilité incombe aux parents d’élèves qui  ont le choix des  écoles où ils veulent inscrire leurs enfants. Et enfin, aux responsables des écoles qui choisissent d’enfreindre la loi. Pour ces derniers, des sanctions pénales pourraient être envisagées étant donné qu’ils jouent sur l’avenir des enfants d’un côté mais également du pays de l’autre.

Recueillis par José Belalahy

Midi Madagasikara89 partages

Marc Ravalomanana : Opération de charme auprès des luthériens à Ankaramalaza

Marc Ravalomanana accueilli hier à Manakara.

L’ancien président se trouve depuis hier dans le district de Manakara où il envisage de rencontrer ce jour les fidèles de l’église luthérienne (FLM) à Ankaramalaza.

Comme les dirigeants HVM conduits par le président Hery Rajaonarimampianina, l’ancien président Marc Ravalomanana, accompagné de son épouse Lalao,  s’est également rendu hier à l’hôpital HJRA pour constater de visu les dégâts humains occasionnés par l’accident d’Ankazobe et présenter ses messages de condoléance aux familles des défunts. « Les couleurs politiques doivent être mises de côté en pareille  circonstance. Nous avons tous le devoir et l’obligation de soutenir nos concitoyens victimes d’un tel grave accident mortel. », a souligné hier le président du comité d’organisation du 50e anniversaire de la FJKM. Après HJRA, le président national du TIM a mis le cap sur Manakara hier même. A Manakara où il sera présent aujourd’hui à Ankaramalaza dans le cadre de la clôture de la session annuelle du « Réveil » de l’église luthérienne. Mais avant de rejoindre le « Toby Fifohazana FLM » d’Ankaramalaza, Marc Ravalomanana a rencontré hier dans l’après-midi dans la ville de Manakara les militants locaux de son parti. Une occasion pour lui d’avoir donné ses consignes nécessaires aux préparatifs des élections de 2018. Après Ankaramalaza, Marc Ravalomanana présidera demain à Manakara le congrès régional du TIM pour ses militants  de la région Vatovavy-Fitovinany et de la région Atsimo Atsinanana.

 15e anniversaire. La reprise de la tournée régionale de Marc Ravalomanana s’inscrit dans le cadre de la célébration du 15e anniversaire du TIM. La célébration a commencé dans la Capitale, mais elle n’a pas pu se dérouler comme il fallait étant donné que les deux rendez-vous successifs donnés à la population d’Antananarivo au stade municipal de Mahamasina a été toujours confronté au refus du préfet de police d’autoriser les manifestations. Le bureau politique du « Tiako I Madagasikara » qui s’est réuni à Faravohitra le soir de vendredi dernier a fait savoir que la célébration de ce 15eanniversaire n’est pas encore close. Et ce malgré le fait que le TIM s’est plié à la décision du préfet de police d’Antananarivo qui n’a pas autorisé la manifestation prévue le 29 juillet dernier au stade municipal de Mahamasina. Les dirigeants de cet ancien parti majoritaire ont réitéré qu’ils se conforment toujours à la légalité et qu’ils œuvrent en même temps pour un climat d’apaisement politique dans le pays. En tout cas, le pays est en deuil après la disparition d’anciens ministres et l’accident de circulation mortel qui a fait périr 20 personnes (au moment de la rédaction de cet article) à Ankazobe (voir article par ailleurs). La trêve politique devrait être de mise.

R. Eugène

Midi Madagasikara88 partages

Erick Manana : Six concerts à Mada, le 25 août au Palais des sports pour Tana

Erick Manana va donner une série de concerts pour son passage à Madagascar.

Pour les fans d’Erick Manana, le mois d’août s’annonce très festif. Leur idole va effectivement donner une série de concerts dans tout Madagascar. Pour Tana, le rendez-vous se fera le 25 août au Palais des sports de Mahamasina.

Erick Manana est déjà au pays ! Pour ceux qui habitent Fianarantsoa ou seront tout simplement de passage dans cette province, le ton sera donné ce vendredi. La première date de cette tournée malgache 2017 est réservée aux inconditionnels fianarois. Erick Manana mettra ensuite le cap sur Tamatave le 18 août, puis à Moramanga le 20. L’interprète de « Zoke » rejoindra ensuite la Capitale. Il retrouvera les Tananariviens le 25 août au Palais des sports Mahamasina. Si Erick Manana sera accompagné, s’il va y avoir des invités ? Pour l’instant, le chanteur n’a encore rien révélé. Une chose reste néanmoins sûre, l’évènement sera inédit, comme l’ont été tous ses concerts dans la Grande Ile ces dernières années. Comme il l’a toujours martelé « C’est ici que je suis né. C’est cette culture qui m’a forgé et m’a mené où je suis actuellement. C’est comme un fils à ses parents. Quand ces derniers se font vieux, l’enfant prend soin d’eux, en guise de reconnaissance ». Se sentant redevable ou plutôt reconnaissant envers ce pays qui l’a vu naître, où il a grandi et a puisé et cultivé son talent, Erick Manana, plus présent sur la scène internationale que malgache a donc décidé de revenir aux sources. Contrairement à la plupart des artistes de passage au pays, ce membre de Madagascar All Stars ne se concentre pas seulement sur Tana.  Il veut surtout aller à la rencontre de tous les amateurs et amoureux de folk dans les quatre coins de l’île. Après Fianarantsoa, Tamatave, Moramanga et Tana, Erick Manana reprendra la route. Il mettra le cap plus à l’ouest : à Tsiroanomandidy le 27 août puis à Antsirabe le 1er septembre.Mahetsaka

Tia Tanindranaza82 partages

Marc RavalomananaMiantso fifanampiana

Tsy niandry ela ny filoha teo aloha Marc Ravalomanana mivady fa tonga nijery sy nampahery avy hatrany teny amin’ny hopitaly HJRA Ampefiloha, raha vao nahare ny zava-doza niseho tany Anjozorobe nihatra tamin’ireo tanoran’ny fiangonana FJKM avy any amin’ny faritra Soavinandriana.

 

 Niantso ny fifanampiana sy fifanomezan-tanan’ny rehetra ny tenany. Vonjy aina ity, ka izay azo atao dia atao, hoy I Marc Ravalomanana. Miantso izay malala-tanana rehetra hanampy izy, ary tsy tokony hijerena endrik’iza na iza izany fa maika ity, hoy hatrany i Marc Ravalomanana. Hatramin’ny sehatra iraisam-pirenena no hantsoina hanolo-tanana satria tena sahirana sy mahantra tanteraka ny Malagasy amin’izao fotoana izao, kanefa mbola tojo izao fahasahiranana izao. Nampahery ireo naratra sy nirary fiononana feno ho an’ny fianakavian’ny mana-manjo ny filoha teo aloha sy ny ben’ny tanànan’Antanarivo nandritra izany. Marihina moa fa manana adidy lehibe eo anivon’ny fiangonana FJKM i Marc Ravalomanana amin’ny maha Filohan’ny Komitim-pankalazana ny faha-50 taona azy.  Anisan’ireo olona tonga voalohany nijery ny zava-misy teny amin’ny “Urgences” n’ny HJRA omaly vao maraina Atoa Marc Ravalomanana sy Ramatoa vadiny ary ireo mpiara-miasa akaiky aminy, nankahery no sady nanampy ireo niharam-boina.

Toky R

Midi Madagasikara80 partages

Nouvelles monnaies : Adaptation difficile des particuliers

Les nouveaux billets peinent à s’asseoir dans le quotidien des malgaches.

Sortie il y a deux semaines, les nouvelles monnaies malgaches ont du mal à être acceptées par les usagers. Déjà que leur sortie officielle a causé des polémiques en tous genres.

Percée difficile pour les nouvelles monnaies malgaches. En effet, deux semaines après leurs sorties officielles, les nouveaux billets ne sont pas encore adoptés par les citoyens et citoyennes du Pays. Les marchands et détenteurs d’épiceries des divers quartiers des villes malgaches rallent en effet dès qu’ils reçoivent les nouveaux billets. Outre les raisons liées à son « design » qui a fait polémique aussi bien sur les réseaux sociaux que dans les marchés et épiceries des quartiers, il y a également une attitude purement et simplement malgache qui est « le refus (la peur ?) du changement ». Une attitude qui se traduit par un adage que bons nombres de malgaches utilisent souvent. « Sarotra ny miala amin’ny maha zatra », traduit littéralement et librement par « il est difficile de se défaire de nos habitudes ».  Ainsi, à en croire Haingo Aimée, marchande du quartier de Betongolo « l’habitude des anciens billets fait qu’il est difficile d’accepter les nouveaux ». La marchande de Betongolo d’ajouter que « beaucoup de gens n’ont pas encore entièrement adopté les nouveaux billets faute de sensibilisation ». Des malgaches pourraient donc actuellement ignorer l’existence des nouvelles monnaies. Ce qui pourrait tout à fait être possible vu l’enclavement de nombreuses communes.

Résignation. Habitude ou pas, les malgaches devraient se faire à l’idée que les nouvelles monnaies vont prendre la place des anciennes même si la date limite de l’utilisation des anciennes n’est pas encore connue. Le mieux serait de commencer à utiliser lesdites monnaies pour mieux se les approprier. Car comme pour les anciennes, c’est l’habitude dans leur utilisation qui les a permis de s’intégrer dans les quotidiens des malgaches. Il est donc temps de se défaire de cette attitude et d’accepter les faits. Les idées de s’agripper sur les anciens billets ne sont donc pas utiles.

José Belalahy

Midi Madagasikara75 partages

DESTINATION SURPRISE – Nosy Soa Park : Un jardin zoologique naturalisé sur une île

Un parc de jeux pour enfants a été aménagé à Nosy Soa Park.

Le promoteur a restauré et aménagé cette île ravagée par des feux de brousse en permanence en plantant 9 000 arbres forestiers et en introduisant un couple de lémuriens.

Nosy Soa Park est une réserve naturelle à vocation pédagogique et touristique. Elle s’étend sur une île de 1km de circonférence avec une superficie totale de 8ha 80 ares. Localisée dans le fokontany d’Andranobe, commune Ambatoloana dans la région Analamanga, elle est à 1h de route sur la RN2 jusqu’à Ambatoloana et 20 mn de piste praticable en toute saison vers Mantasoa puis 10mn de bateau. En effet, Nosy Soa Park est un jardin zoologique naturalisé sur une île à mi-parcours longitudinal du grand lac de Mantasoa.

Noire de cendres. Il faut savoir que cet endroit a été ravagé par les feux de brousse en permanence surtout avant 2002, l’année de prise en main de l’île. En effet, ce lieu était toujours en proie à un embrasement suite aux imprudences des pêcheurs sur le lac de Mantasoa qui campaient et bivouaquaient sur l’île sans éteindre leurs foyers. Son promoteur a ainsi décidé de restaurer et d’entretenir cette petite île toute noire de cendres. Des espèces faunistiques et floristiques résistantes aux feux y ont été inventoriées et protégées. Cette réserve naturelle pourrait ainsi servir de laboratoire de grandeur nature servant à étudier les espèces ayant une capacité naturelle de survivre aux feux ainsi que leur évolution et leur comportement dans un site restauré. L’observation des comportements des animaux en cohabitation n’est pas en reste.

Ce lémurien aime bien jouer avec les visiteurs.

Plantation d’orchidées. En outre, le promoteur a planté 9 000 arbres forestiers dont du « Ravintsara » et des arbres d’eucalyptus et de pins de différentes espèces ainsi que des espèces de bois précieux, depuis 2002. Et plus de 500 arbres fruitiers dont la plus grande partie constitue des espèces de bananiers, ont été également cultivés à Nosy Soa Park. Dans la foulée, c’est un endroit idéal pour la plantation des orchidées. Et du côté faunistique,  on y trouve une collection des espèces de lémuriens, de tortues, de grenouilles, de caméléons et d’oiseaux. Le promoteur a ensuite eu l’idée d’introduire un couple de lémuriens nommé Bicky et Bickette, qui était en captivité dans une cage, mais mis en liberté sur l’île en 2010. Il y a vécu heureux tout en donnant naissance à deux mâles, a-t-on appris.

Produits phares. Par ailleurs, le promoteur a aménagé ce parc naturel afin d’accueillir des visiteurs, tant nationaux qu’étrangers. En fait, un chalet d’accueil, un parc de jeux pour enfants et des aires de repos y ont été déjà construits. Après la sensibilisation de la population locale à la lutte contre les feux de brousse, cet îlot a été aménagé. Des chemins d’accès menant vers le site de parcage des animaux ont été tracés. La mise en place de Nosy Soa Park a également pour objectif d’implanter des produits phares du tourisme de découverte tout en contribuant à la conservation et à la sauvegarde du patrimoine national en vue de les faire connaître au grand public. Le promoteur prévoit en même temps d’installer un centre d’interprétation de l’environnement et de documentation.

Navalona R.

L'express de Madagascar55 partages

L’esclavage, une véritable institution

Comme nous l’avons déjà écrit, l’esclavage est une véritable institution dans la Grande île. Le « modernisme », introduit à partir du règne de Radama Ier, n’a aucune prise sur les usages et les coutumes. Le marché aux esclaves d’Anjoma à Antani­narenina et son annexe à Analakely sont très achalandés. C’est en vain que les missionnaires prêchent en chaire, exhortent, menacent. « La population fait la sourde oreille quand elle ne se livre pas à des manifestations tumultueuses » (Revue de Madagascar, spécial Tananarive, 1952). Du genre de celle qui retentit dans le temple d’Ampamarinana lors d’un prêche anti-esclavagiste du révérend Standing en 1892.Pourtant, les codes publiés par le gouvernement royal condamnent formellement la traite et implicitement l’esclavage. Cependant, en 1896, Alfred Grandidider déclare que les deux tiers de la population tananarivienne, 50 000 à 60 000 personnes, sont des esclaves. Et en 1895, plus de la moitié des habitants de l’Imerina est de condition servile.Jusqu’à la fin du règne d’Andria­nampoinimerina en 1810, le seul commerce extérieur de l’île, se résume à la traite des esclaves. C’est de ce trafic humain que le souverain, les nobles et les commerçants hova tirent leurs ressources en devises, évaluées en piastres d’argent.Hormis les esclaves de case ou domestiques, la masse exportable est surtout faite de prisonniers de guerre, de délinquants de droit commun ou de criminels politiques. Tous les moyens sont bons pour s’en procurer. Ainsi des expéditions sont menées contre les villages ennemis ou rebelles, à la fin desquelles les personnes en état de marche sont acheminées jusqu’à la côte, liées les unes aux autres. Les prisonniers qui en sont incapables, les infirmes, les femmes ayant perdu leurs charmes, les enfants vacillants, sont souvent abandonnés à leur sort sinon tués sans pitié.« Les tractations fréquentes et nombreuses portaient chaque année sur plusieurs milliers d’individus, sous réserve de l’acquittement d’un droit de deux piastres et demie par tête au profit du trésor royal. La prospérité du vieil Antananarivo fut, pour cette raison, scellée de larmes et de sang. Ceci dura jusqu’à ce que l’exportation du bétail ait supplanté celle de l’homme. » La traite des esclaves est condamnée en 1814 par le Congrès de Vienne.C’est pour demander à  Radama Ier l’abolition de ce commerce que- à la suite de Lesage et de Chardenoux- James Hastie, devenu pour les besoins de la cause agent consulaire du gouvernement de Maurice, se présente au roi, le 17 juillet 1817.« Pour ne pas être signalé aux princes européens comme ennemi de la civilisation », le souverain merina consent à supprimer « l’exportation » des esclaves, le 11 octobre 1820. Il obtient en contrepartie des avantages en nature sous forme de produits européens et en espèces (l’Équivalent). En outre, 20 jeunes gens parmi les fils des Grands reçoivent instruction et formation technique à Londres ou à Port-Louis.À la mort prématurée de Radama en 1828, son épouse Ranavalona Ire hérite du pouvoir. Sous la pression des conservateurs de la Cour, des devins et des sorciers inquiets des progrès de la civilisation et du christianisme, elle adopte, après ses premières années de règne, « une attitude hostile aux Européens et à leurs innovations. Il lui semble que leur fréquentation et leurs apports lui rendent ses sujets déloyaux ».En premier lieu, pour rompre avec les décisions de son défunt mari- qu’elle juge « incompatibles avec le respect dû aux bonnes traditions »- elle tolère et même favorise le commerce des esclaves. La traite reprend de plus belle grâce aux débouchés offerts par les marchés de l’Inde, de l’Amérique et des Mascareignes (La Réunion, Maurice, Rodrigue). « Si les marchés se tiennent généralement sur les côtes, Antananarivo n’en est pas moins un centre de transit et un lieu où se négocient les autorisations administratives. » Ch. Robequain (« Une capitale montagnarde en pays tropical ») écrit  en 1949 : « Le Rova apparaît alors comme un nid de rapaces de grands marchands d’esclaves au service de la culture et de l’industrie sucrière. »Ce commerce ne sera réprimé qu’au moment de la conquête française. Une des premières décisions prises par Joseph Gallieni est d’abolir l’esclavage. « La monarchie merina n’aurait pas été facilement supprimée qu’elle le fut par Gallieni, si elle n’avait été entièrement sapée et rongée par le double cancer de la corvée et de l’esclavage. Pour la plupart des habitants d’Antananarivo, la conquête française fut vraiment une libération. »

Texte : Pela Ravalitera - Photo: Archives personnelles

News Mada54 partages

Tragique accident à Ankazobe: condoléances unanimes

Le tragique accident d’un bus transportant une centaine de passagers à quelques kilomètres d’Ankazobe a fait réagir bon nombre de citoyens, y compris les acteurs politiques.

Le Mapar, le Tim, le parti présidentiel et bien d’autres encore. Tous ont exprimé leur solidarité envers les victimes de l’accident d’un bus transportant des fidèles d’une église protestant dans la nuit du lundi dernier.  Les simples citoyens et les acteurs politiques se sont d’ailleurs succédé à l’hôpital Joseph Ravoahangy-Andrianavalona (HJRA) à Anosy.

Tandis que d’autres ont exprimé leur solidarité à travers les réseaux sociaux. «Je pense qu’il faut une enquête approfondie pour connaître les vrais responsables car il y a eu des morts», a réagi par exemple Augustin Andriamananoro, ancien ministre et membre du Mapar. Les responsables étatiques s’accordent d’ailleurs sur ce sujet. Les contrôles techniques doivent être plus stricts. «Il ne devrait plus y avoir de laisser-aller  au niveau des contrôles techniques des voitures de transport», a indiqué le Premier ministre Olivier Mahafaly qui a sommé tous les responsables au niveau de ce secteur à prendre le taureau par les cornes.

Appel

Présent à Anosy, le Chef de l’Etat a lancé un appel à la solidarité à l’endroit des victimes et à leurs familles, à travers l’union dans la prière, et selon la volonté divine. Il a aussi souligné que la solidarité et l’amour du prochain doivent prévaloir, face à un tel événement. De passage sur les lieux, dans la matinée, l’ancien Président Ravalomanana a, lui aussi, fait appel aux généreux donateurs à soutenir les victimes tout en lancant aussi un appel à la communauté internationale. «Chaque Malgache doit contribuer à sa façon pour venir en aide aux victimes», a-t-il plaidé.

Du reste, l’ambassade des États-Unis, à travers un communiqué, a quant lui, présenté ses condoléances aux familles des nombreux enfants et jeunes qui ont perdu leur vie dans l’accident de voiture à Ankazobe. «Nous souhaitons également un prompt rétablissement aux personnes blessées lors de l’accident», note le communiqué de l’ambassade.

Rakoto

La Vérité53 partages

Fier-Mada - Une 19e édition innovante

La 19e édition de la Foire internationale de l’économie rurale de Madagascar (Fier-Mada), une manifestation à vocation essentiellement agricole qui se tient du 2 au 6 août sur le terrain annexe du stade de Mahamasina, justifie parfaitement le qualificatif de sa dénomination. En effet, toute la quintessence du secteur de l’agriculture et de l’élevage, ainsi que celle de l’artisanat, des 22 Régions de Madagascar y est présentée. « Cette manifestation n’est pas exclusive du secteur agricole, mais surtout de l’économie rurale dans son intégralité, dont l’agriculture, l’élevage, la pêche, les recherches, les outils de production, ainsi que les assurances et les microfinances », fait savoir le ministre de l’Agriculture.     

« Cette 19e édition de la foire de l’agriculture Fier-Mada se distingue des précédentes par le nombre de participants qui est plus nombreux. De 350 en 2016, durant cette édition, ils sont plus de 400 à participer à cette manifestation. Les autres "plus" de cette foire est que pour la première fois, il y a eu une dizaine de ministères qui sont venus échanger des informations avec les paysans malgaches. En outre, les participants ne sont pas limités aux producteurs agricoles, mais aussi aux vrais paysans venus de leurs terroirs pour découvrir les moyens de développer leurs activités durant cet évènement », a déclaré Jacques Ramanantsoa, créateur de Fier-Mada dont la première édition a eu lieu en 1999. Une manifestation internationale« Cette manifestation tient son envergure internationale du fait de la présence des visiteurs venus de l’étranger dont ceux d’Europe et des îles voisines, ainsi que de différents pays d’Afrique, venus pour découvrir et consommer les produits de Madagascar. Bien que les exposants soient tous des locaux, il y a tout de même une exception par la présence d’une entreprise italienne de location et de vente de matériel agricole, ainsi que d’une autre, venant de Russie qui présente des outils de plus grande envergure », a-t-il souligné. Du côté des Malgaches, cette foire a été pour les techniciens l’occasion de faire connaître leurs inventions caractérisées par leur côté pratique et leur coût abordable. La particularité de cet évènement est que pour la première fois, ces inventeurs locaux ont accepté de faire bénéficier de paiement à crédit aux paysans. « De notre côté, nous tenons à leur faire connaître ce que sont les produits de qualité, répondant aux besoins des consommateurs. Et c’est une des raisons de la présence de ces paysans à cette manifestation », a confié Jacques Ramanantsoa. Parmi les activités prévues au programme de cette foire,  figurentdes séances de rencontre avec le paysans afin de les sensibiliser sur les moyens de développer l’agriculture et l’élevage, et également de les initier à la stratégie commerciale. « Une capacité qui manque à la plupart des producteurs », selon Jacques Ramanantsoa. L’objectif des organisateurs est de mettre en évidence la qualité des produits malgaches afin de trouver des débouchées à travers cette foire. On se doit de reconnaître que la 19e édition de Fier Mada se révèle plus proche des paysans qui, auparavant, se sont abstenus, pour cause d’appréhension, due à l’insuffisance d’informations relatives à ce genre de manifestation. On peut espérer que dorénavant, ils seront davantage présents à ces occasions de rencontre des acteurs du secteur agricole. Rivo S.

Tia Tanindranaza43 partages

Nosy Be Hell VilleAtosika hitaky fahaleovantena ?

Nambaran’ny filoham-pirenena ho mamboly korontana ireo tsy mitovy hevitra amin’ny fanjakana nandritra ny diany tany Nosy be, izay nijerena ny momba ny seranam-piaramanidina asiam-panamboarana.

Toky R

 

Midi Madagasikara38 partages

SMM : Assemblée Générale extraordinaire le 4 août

La présidente du SMM Fanirisoa Ernaivo entourée par des membres de ce syndicat

Ce puissant syndicat n’a cessé de protester contre ce qu’il qualifie d’ interventions répétées du pouvoir dans les procédures judiciaires.

Le Syndicat des Magistrats de Madagascar (SMM) tiendra une Assemblée Générale Extraordinaire le 4 août prochain à la Cour Suprême Anosy. Selon sa présidente, Fanirisoa Ernaivo, le bureau va procéder à un compte-rendu à ses membres. Il est également question quant à la suite des revendications. Qu’en est-il aussi de la commission tripartite ? Elle regroupe notamment les représentants du SMM, de la Primature et du ministère de la Justice. Notons que cette Commission a débuté ses travaux le 18 juillet dernier. Elle s’est donnée 10 jours pour parvenir à une résolution qui devrait garantir l’indépendance de la Justice dans le pays, c’est-à-dire, les travaux de cette commission ont pris fin le 28 juillet dernier. La mise en place de cette commission fait suite aux déclarations du Premier ministre Mahafaly Olivier ainsi que du ministre de la Justice, Charles Andriamiseza qui se sont dits prêts à entamer un dialogue avec les membres du Syndicat des Magistrats de Madagascar.

Rempart de la cité. Ce puissant syndicat n’a cessé de réclamer l’instauration d’un Etat de droit et le respect de l’indépendance de la justice. Notons que le SMM s’est montré intraitable dans le traitement de l’affaire Claudine Razaimamonjy. Une affaire qui a fait couler beaucoup d’encre. D’ailleurs, selon un des membres de ce syndicat « nous militons essentiellement pour le respect de l’Etat de droit et l’effectivité d’une justice ayant pour vocation d’être le refuge des faibles, le lieu de recherche de la vérité et le rempart de la cité ». Faut-il également rappeler que la grève générale de 7 jours (du 11 au 17 juillet) a abouti à un blocage total de l’appareil judiciaire.

Dominique R.

Midi Madagasikara33 partages

Ministère de la Santé publique : Prise en charge des victimes d’accident à Ankazobe

Le ministère de la Santé publique entend prendre en charge l’hospitalisation des 80 blessés d’Ankazobe.

La nouvelle de l’accident a bouleversé les malgaches hier matin. Cent quarante personnes ont été victimes d’un grave accident sur la RN4, plus précisément à vingt kilomètres d’Ankazobe. Face à ce tragique événement, l’Etat, par l’intermédiaire du ministère de la Santé publique a pris ses responsabilités. Notamment, dans la prise en main de la situation depuis l’accident (prise en charge en urgence des blessés par l’équipe du centre hospitalier de référence de district d’Ankazobe) jusqu’à l’évacuation sanitaire des blessés à l’hôpital HJRA. Ledit ministère a également pris en charge « l’hospitalisation des  quatre vingt personnes arrivées audit hôpital » selon un responsable auprès dudit département ministériel lors d’un point de presse organisé hier.

Mesures. Dans le souci d’une éventuelle saturation du centre hospitalier HJRA, « un partenariat a également été mis en place avec quelques centres hospitaliers privés » selon toujours ce responsable. Dans la foulée, lui de citer le cas de l’hôpital Ambohimiandra qui aurait pris en charge certains blessés de cet accident. Par ailleurs, le point de presse a également été l’occasion pour le ministère de la Santé publique de donner quelques consignes de sécurité pour les personnes ayant prévu de partir en vacances ou encore pour d’autres raisons dans les autres régions du pays. Lesdites consignes devant servir à prévenir les dangers.

José Belalahy

Tia Tanindranaza30 partages

Alain RamarosonAmin’ny 8 aogositra ny didim-pitsarana

Amin’ny talata 8 aogositra izao indray izany no voambaran’ny avy eo anivon’ny fampanoavana fa hivoahan’ny didim-pitsarana

 

 mikasika ilay raharaha ady tany eny Ambohimangakely izay maha voasaringotra ny filohan’ny antoko Masters, Alain Ramaroson. Omaly no niverina niakatra fitsarana, tetsy Anosy, indray moa ity farany ary naharitraritra ihany ny fotoam-pitsarana izay efa nanomboka tany amin’ny 9 ora maraina tany ho any. Hatreto dia tsy nahazo ny rariny mihitsy tamin’ireo raharaha rehetra nitoriana azy izany ity politika nandalo tantaram-pirenena maro ity tao anatin’ireo raharaha roa natrehany na ilay raharaha Andoharanofotsy io ary efa mandindona fidobohana toy izany ihany koa ity raharaha Ambohimangakely ity. Marihina moa fa sady nametraka fitoriana ho tratrin’ny hosoka ihany koa ny tenany tamin’ity raharaha farany ity no mbola notorian’ny fianakaviany ho nanao hosoka. Nangataka fahafahana vonjimaika moa ny tenany saingy naverina eny Antanimora ihany.

J. Mirija  

Midi Madagasikara28 partages

Urbanisme : Mise en place de la police de l’aménagement du territoire

Le conseil de gouvernement d’hier a procédé à l’adoption du décret fixant les modalités de mise en œuvre de la  police de l’aménagement du territoire et des modalités d’application des dispositions pénales de la loi relative à l’urbanisme et à l’habitat. Sa mission principale consiste dans la recherche, la constatation et la verbalisation des constructions interdites et non conformes aux différents textes et lois en vigueur ainsi qu’aux divers permis délivrés.

Les agents de la police de l’aménagement du territoire, avant d’entrer en fonction, sont tenus de prêter serment auprès du Tribunal de Première Instance.

Développement Rural. Il a été également adopté le décret portant réorganisation du Plan de Développement Rural en Secrétariat Technique pour le pilotage, la coordination et l’appui au Développement Rural Durable (STPADR) auprès de la Primature. Le Plan d’Action pour le Développement Rural (PADR) est le cadre permettant de concevoir, définir et orienter les politiques, les stratégies et les programmes de développement rural à Madagascar. Le processus du PADR a été lancé de manière informelle puis institutionnalisé en 1999 par décret avec la mise en place des organes du PADR rattaché à la Primature.

Recueillis par Dominique R.

News Mada24 partages

Paritana: la deuxième édition est lancée

Temandrota, le grand gagnant de la première édition du concours artistique Paritana acquiert peu à peu une renommée internationale. Conscient de l’apport de ce concours aux artistes malgaches, l’association Paritana lance la deuxième édition. L’inscription est déjà ouverte.

«Madagascar compte environ 200 artistes créateurs. Nous les invitons tous à participer à ce concours d’art contemporain puisque notre objectif est d’installer cette énergie créatrice pour cette deuxième saison», a annoncé Eric Dereumaux, président de l’association Paritana lors de la présentation officielle des lauréats du concours, au mois de janvier dernier. Après plusieurs mois de préparation, l’association est actuellement prête à lancer la deuxième édition.

Jusqu’au 1er novembre 

Ainsi, l’inscription est déjà ouverte. Le concours touche tout art contemporain, quel que soit le médium utilisé, que ce soit la peinture, la sculpture, la photographie, la vidéo ou de l’installation. Le Prix Paritana est ouvert à tous les artistes malgaches qui habitent, au moins six mois par an, à Madagascar.

Les candidats intéressés devront ainsi, envoyer quelques aperçus de leurs œuvres  et de remplir les fiches d’inscription avant le 1er novembre prochain. Les détails sont disponibles sur le site officiel de l’association www.paritana.com. Les 10 sélectionnés seront dévoilés au mois de janvier 2018. Leurs œuvres seront ensuite exposées.

Les prix proposés

Le but  du concours est d’abord d’inciter les artistes malgaches à la création, de détecter ensuite les meilleurs qui méritent d’être soutenus. Soutenu par la fondation H, le grand gagnant obtiendra le même prix que Temandrota : un séjour de trois mois à la Cité internationale des arts à Paris. Il assurera aussi une exposition en solo puis animera une table ronde avec la présence de plusieurs professionnels de l’art. Le deuxième lauréat bénéficiera d’une bourse d’aide à la création offerte par l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF) et le troisième sera doté d’un matériel proposé par l’OIF.

Cette année, des professionnels de l’art, entre autres Mialy Raolison, historienne d’art ou Marie Doumerc, ingénieur culturel…adhère  l’association Paritana.

Holy Danielle

Tia Tanindranaza22 partages

Loza teny Ankazobe30 no maty, 80 naratra

Ankizy sy tanora mpikambana amin'ny Sampana Mpanazava sy Tily (SaMpaTi) sy Sampana Tanora Kristianina (STK) avy amin’ny Fiangonana FJKM any amin’ny Synaodam-paritany Soavinandriana

 

 Itasy no tra-doza ny alatsinainy teo manodidina ny tamin’ny 12 ora alina, raha saika hamonjy ny zaikaben’ny STK any Mahajanga. Vokatry ny loza nahazo ny fiarabe « Boeing » misy rihana nitondra azy ireo no antony, ka manodidina ny 30 no maty araka ny antontan’isa navoakan’ny fitondram-panjakana. Ny 18 efa tonga tetsy amin’ny amin’ny hopitaly HJRA Ampefiloha omaly, ary 5 kosa ny tany amin’ny hopitalin’Ankazobe. 80 mahery ireo naratra, raha ny angom-baovao natao. Olana ara-teknikan’ny fiara no voalaza ho anton’ny loza satria teo Imerintsiatosika dia efa nijanona nanamboatra izy ireo, ary mbola nijanona teny Anosibe indray avy eo. Niseho kosa ny loza tany amin’ny 23 km tsy hidirana an’Ankazobe. Tsy tafiditra ny “vitesse” kanefa nisy fiakarana kely, ka sahirana teo ilay mpamily ary nivoaka ny mpanampy azy saika hijery ny motera saingy nitorina ny fiara, ary tsy voatazona intsony. Lasa tany amin’ny hantsana hatrany amin’ny 10m. Nivadibadika in’efatra, ka teo amin’ny fivadihana fanindroany no nanomboka nirehitra ny taoriany ary vetivety dia nihanaka ny afo,  ary nipoaka io fiarabe io avy eo, araka ny fitantaran’ny Pasitera Saholy avy amin’ny fiangonana Ambohimandroso Finoana sady mpikamba avy amin’ny komity foibe. Be ny sempotra indridra ireo nipetraka tany amin’ny rihana ambonin’ny fiara. Ny tao ambany mba afaka nivoaka ihany fa ny tao ambony no tena sahirana. Marihana fa ny tompon'ny fiara mihitsy no nitondra ilay fiara, ary isan’ireo naratra nandritra ity loza ity. Saika nombana fianakaviana ny ankamaroan’ny mpandeha, ka nisy 5 mianaka niaraka, ka ny 2 maty; nisy zazakely ninono niaraka tamin’ny reniny maty tao,… Heverina ho mbola mihoatra noho izany ny antontan’isan’ireo maty satria nisy ireo voalaza fa kila forehitra tao anatin’ny potik’ilay fiara izay hotohoton’ny afo tanteraka. Hanolotra 6 hetsy ariary avy hikarakarana ireo razana sy 3 hetsy ariary ho an’ireo naratra ny fanjakana, araka ny nambaran’ny Filoham-pirenena teny amin’ny Hopitaly HJRA omaly. Hiantohan’ny fanjakana ihany koa ny fandaniana rehetra tamin’ity loza ity.

 

Nihoatra ny vesatra nentin’ny fiara

Mifamahofaho tanteraka kosa ny isan’ny olona nandeha tao anatin’ity fiarabe ity satria raha ny lisitry ny mpandeha voasoratra, izay efa miparitaka amina serasera isan-karazany, dia 83 izy ireo no tao anatin’ny fiara. Tsy hay kosa anefa na lisitra efa nialan’ireo namoy ny ainy izany. Raha ny nambaran’ny pasitera Saholy mantsy, dia manodidina ny 140 izy ireo no tao anatin’ny fiara, niampy ny vatsy ao anatin’ny 10 andro. Tsy fantatra mazava izay tena isa marina tao anatin’ny fiara, saingy heverina ho nihoatra ny tokony ho izy ihany ary mbola nampian’ny entana sy ny vatsy. Tompon’andraiki-panjakana voalohany tonga tany Ankazobe ny Minisitry ny fitaterana Benjamina Ramarchel Ramanantsoa, izay nilaza fa ho henjana ny sazy sy ny fepetra amin’ireo tompon’antoka tamin’ny tandrevaka, ka niteraka ny loza.

 

Toky R

Midi Madagasikara20 partages

Relations sino-malgaches : Signature d’un mémorandum de coopération entre le M2PATE et l’APCAE

Les relations sino-malgaches seront donc renforcées à travers le mémorandum de coopération signé par le M2PATE et l’APCAE (Photo fournie)

L’Association du Peuple pour l’Amitié avec l’Étranger ou APCAE est dans nos mûrs du 31 juillet jusqu’au 3 Août pour une mission diplomatique. La délégation chinoise est conduite par la vice-présidente Lin Yia et s’inscrit dans le cadre du renforcement de la coopération bilatérale entre Madagascar et la Chine. Après avoir rencontré le chef de l’État, Hery Rajaonarimampianina, la délégation en question a été reçue par le ministre auprès de la Présidence en charge des Projets Présidentiels, de l’Aménagement du Territoire et de l’Équipement (M2PATE), Narson Rafidimanana au Centre de Conférence International d’Ivato (CCI), hier. A l’issue, un mémorandum de coopération a été signé par les deux  pays.

Mobilisation des talents. D’après les informations qui nous ont été communiquées, Madagascar veut démontrer sa compétence dans la mise en place de la stratégie politico-économique dénommée « ceinture et route ». Dans cette optique, le M2PATE veut apporter sa contribution. « Nous resterons toujours attentifs aux attentes des opérateurs nationaux. Cette conférence se veut ainsi être une réponse à vos besoins comme une démonstration aussi de notre capacité d’écoute  et  de notre volonté de promouvoir l’entreprenariat », a soutenu le ministre Narson Rafidimanana. Par ailleurs, il tient à ce que toutes les ressources soient mobilisées. Il s’agit, en l’occurrence, « des talents, de nos expertises et de nos énergies ».

Recueillis par Aina Bovel

Midi Madagasikara18 partages

Football : Le sommet national féminin à Mahajanga

L’équipe nationale malgache dames à Mahamasina.

Mahajanga abritera du 4 au 12 août la première phase du championnat de Madagascar chez les dames. Une échéance prise au sérieux pour les joueuses qui vont pouvoir se surpasser en vue d’une éventuelle sélection en équipe nationale.

Le championnat de Madagascar chez les dames débutera le 4 août prochain à Mahajanga. Une première des trois étapes initiées par la Commission du football féminin de Patricia Rajeriarison qui veut donner ainsi du temps de jeu à ses protégées pour mieux préparer les échéances internationales dont la plus proche est le Cosafa Cup du 13 au 24 septembre au Zimbabwe.

Base de détection. Si la deuxième étape de ce sommet national féminin est prévue se tenir à Tana du 25 août au 1er septembre, le lieu de l’organisation de la troisième étape reste à déterminer mais ce sera en fonction de l’offre de la ligue organisatrice. Toutefois cette troisième étape va se jouer du 6 au 14 octobre.

L’initiative de la commission du football féminin  est louable dans la mesure où ces trois étapes vont servir de base de détection pour les futures joueuses de l’équipe nationale et plus particulièrement celles qui vont défendre nos couleurs au Cosafa Cup à Harare.

On s’attend donc à voir une équipe malgache mieux étoffée issue des huit clubs de l’élite. Inutile de rajouter qu’on verra une belle brochette de joueuses capables de tenir leur rang dans le onze malgache.

Un noyau dur. Outre les joueuses d’Analamanga issues des trois clubs avec SabNam, MIFA et ASOT, on verra le Stade Olympique de Menabe de Boeny, les Tuléaroises de l’AS Comato, l’ASKAM d’Itasy, les Antsirabéennes du FC PRESCOI ainsi que les Fianaroises de l’ASCUF.

Certes il y a les cadres pour ne citer que Sophie Faraniriana et la petite Tina mais on est impatient de voir les autres joueuses qui sont à même de remplir leur mission.

En attendant, l’entraîneur Johary peut toujours miser sur le gabarit qui a toujours été notre handicap tout en se basant sur un noyau dur composé à majorité des finalistes des Jeux des Iles de la Réunion.

Pour une fois et comme on a du temps pour bien mettre en place la sélection pour Harare, le staff technique a de la marge pour bien ficeler le dossier. Et se mettre sur les traces des Barea qui sont restés sur une belle série de neuf matches sans défaite dans l’arène internationale.

Clément RABARY

Midi Madagasikara18 partages

Festivals : Angaredona et Somaroho font bouger Mada

Toofan, invité international du Somaroho, en concert demain soir.

Deux festivals dans deux grandes villes de Madagascar, pour deux ambiances. On ne sait plus où donner de la tête. Au Nord, à Nosy Be avec le Somaroho, appuyé par Telma, et un peu plus dans le Sud, à Ambositra, où la musique malgache résonnera dans toute la ville, avec le festival Angaredona, initié et organisé par Rajery. A chacun son style !

De Nosy Be à Ambositra, la musique est en fête. C’est la pleine période des vacances, mais surtout des festivals, événements d’envergure que les habitants de chacune des régions concernées attendent avec impatience. Sous le soleil de Nosy Be donc, l’ambiance de la musique tropicale va chauffer encore plus l’atmosphère, avec des artistes de tout le pays. Les festivités débuteront demain soir, au stade d’Ambodivoanio, avec Black Nadia, Shyn, Bram’s, Ny Ainga et DJ Mourchidy, avec comme invité spécial le groupe Toofan. Comme chaque année, ce grand rassemblement animera toute la ville de Nosy Be. Car personne ne veut rater une miette de ces concerts où le public aura l’occasion de voir de près, ou du moins en vrai, des stars de la musique tropicale du moment. Wawa, dans l’organisation, avec Telma, voit grand. Et cela pour le plus grand plaisir de tous !

Angaredona. Autre endroit, autre ambiance, mais toujours de la bonne musique au menu. A Ambositra, le festival Angaredona a débuté hier avec le vernissage de l’expo sur les instruments de musique traditionnelle, et les premiers jours des ateliers de chant, de danse, de percussion, de valiha et les jeux d’enfants dans le cadre du Kilonga Milalao. Suite ce jour avec le concours de musique du terroir avec Zafindraony, Vakodrazana, Sodina, Sokela, Kidodo. Ce festival anime toute la ville d’Ambositra et attire les populations des régions riveraines. Pour cette deuxième édition, Rajery veut asseoir la notoriété de la ville d’Ambositra et faire d’elle le cœur de la musique du terroir malgache. Et ce n’est que le début !

Anjara Rasoanaivo

Midi Madagasikara18 partages

Air Madagascar – Air Austral : Bouclage du contrat de partenariat stratégique en octobre 2017

Les démarches pour l’accord de partenariat stratégiques se déroulent comme prévu, selon les représentants d’Air Madagascar et d’Air Austral.

Une délégation de la compagnie Air Austral, conduite par son PDG Marie-Joseph Malé, est en mission à Madagascar, dans le cadre de la préparation des documents pour le partenariat stratégique avec la compagnie nationale Air Madagascar.

« Nous sommes dans les temps dans la préparation du contrat de partenariat stratégique ! » C’est ce qu’ont affirmé les représentants d’Air Madagascar et d’Air Austral, lors d’une conférence de presse organisée hier, à la Chambre de Commerce et d’Industrie d’Antananarivo à Analakely. D’après les explications apportées, ce partenariat de dix ans comporte deux phases. La première, qui durera trois ans, sera consacrée à la restauration et à la rénovation des moyens dont dispose la compagnie nationale malgache. Cela comporte, entre autres, des investissements dans la flotte, dans le renforcement de capacité du personnel naviguant, etc.  En ce qui concerne la deuxième, il s’agira d’une phase d’expansion et d’élargissement du réseau de la compagnie. En outre, le partenariat prévoit également le renforcement des pôles d’expertise, comme dans la maintenance, les pratiques managériales, la recherche de clients, etc. Ces différentes phases nécessiteront un apport de 40 millions d’Euros d’Air Austral. Hier, le PDG Marie-Joseph Malé a mis en avant la bonne santé financière de sa compagnie et a annoncé des résultats nets positifs annuels de plus de 6 millions d’Euros, depuis quatre années consécutifs. Néanmoins, selon certaines sources, une grande partie de ces financements émanant d’Air Austral, dans le cadre du partenariat stratégique, sera octroyé par l’IFC (International Finance Corporation) du Groupe de la Banque Mondiale.

Avancées. Comme prévu, le bouclage du contrat de partenariat stratégique est maintenu en octobre, selon le PDG Marie-Joseph Malé. Ce closing permettra la signature de l’accord qui fera  d’Air Austral, un actionnaire de référence pour la compagnie malgache. Lundi dernier, un plan de redressement plus détaillé que celui présenté au mois de mai, a été exposé par la délégation d’Air Austral, au Conseil d’Administration d’Air Madagascar. Hier, une séance d’échange et d’information sur le partenariat stratégique a été organisée au Colbert Antaninarenina, avec le Comité d’entreprise au sein de la compagnie malgache. D’après les représentants des deux compagnies, il y a une très bonne entente entre les différentes parties. Ils ont ajouté que le processus respecte les échéances prévues. « La prise en charge des dettes d’Air Madagascar par l’Etat est déjà approuvée par le Parlement, ainsi que par les partenaires techniques et financiers. Pour l’audit des comptes de la compagnie nationale, les résultats sont attendus cette semaine, donc le processus se déroule convenablement », a annoncé Bruno Razananirina, membre du Conseil d’Administration d’Air Madagascar. Celui-ci d’ajouter qu’il ne reste que les documents annexes à finaliser, avant la signature de l’accord. Pour sa part, le PDG d’Air Austral a souligné que le business plan a été élaboré conjointement avec la compagnie malgache. Avec ce partenariat, les deux compagnies comptent développer un hub à Antananarivo et à La Réunion.

Antsa R.

Madagascar Tribune17 partages

Le partenariat stratégique en bonne voie

De passage à Madagascar, le Président directeur général d’Air Austral, Marie Joseph Malé accompagné de ses collègues ont rencontré la presse. Ceci afin de rassurer sur le bon déroulement des étapes que doivent suivre l’établissement du partenariat stratégique entre sa compagnie et Air Madagascar.

Plusieurs questions se posaient quant à la réalisation et à l’aboutissement du partenariat stratégique que devrait conclure la compagnie aérienne nationale avec Air Austral. La genèse du partenariat remonte au mois de mars dernier avec le choix des dirigeants actuels ainsi que le Conseil d’Administration (CA) d’Air Madagascar de faire d’Air Austral le soumissionnaire préféré dans l’ouverture de son capital. Aussi, le PDG d’Air Austral, après des rencontres avec le CA d’Air Madagascar ainsi que le Comité d’entreprise, a fait part de l’avancement du processus ainsi que les prochaines étapes dans la réalisation de ce partenariat stratégique. Selon ce dernier, tous les points sont suivis et l’entente est très bonne entre les deux parties. En atteste les signatures du mémorandum d’accord signé au mois d’avril dernier et du contrat de partenariat stratégique au mois de mai. Rien ne devrait donc inquiéter l’opinion sur le déroulement des étapes et le temps que cela prend car selon Marie Joseph Malé, “dans le cadre du partenariat, nous sommes dans les temps et devrions en arriver au Closing – date butoir de mise en place des éléments financiers, matériels et d’exploitation du partenariat- au mois d’octobre de cette année ».

Deux étapes distinctes

Selon les explications données par le Pdg d’Air Austral et confirmées par Bruno Razananirina, membre du CA d’Air Madagascar, la réalisation du partenariat stratégique de deux compagnies aériennes se fera en deux étapes bien distinctes. Étapes qui figurent dans un business plan établi sur dix ans (10) présenté depuis peu par l’équipe d’Air Austral au CA et au Comité d’entreprise d’Air Madagascar. La phase « restauration des acquis » s’étalera sur les trois premières années du business plan. Tandis qu’à partir de 2020 débutera la phase d’expansion d’Air Madagascar. Où il sera question de mettre en avant les pôles d’expertises d’Air Madagascar ainsi que le développement des capacités de la compagnie aérienne malgache. En ce qui concerne les rumeurs de réduction du personnel, le Pdg d’Air Austral a fait savoir que la question sera plutôt de voir l’adéquation entre les besoins de la compagnie et les compétences du personnel.

L'express de Madagascar16 partages

Route de la soie – Madagascar se sent prêt

Le projet phare chinois « une ceinture, une route » implique des milliards de dollars d’investissement. Madagascar se penchera sur les industries et les infrastructures.

Saisir les opportunités offertes par le projet gigantesque du président  chinois Xi Jinping. « Une ceinture, une route » consiste notamment à la redynamisation des circuits commerciaux partant de la Chine vers le reste du monde. Madagascar figure parmi les soixante pays concernés par ce projet titanesque de la Chine, évalué à près de dix milliards de dollars, et qui a réuni une vingtaine de chefs d’État et de gouvernement, au mois de mai à Pékin en Chine.Cette forme de « mondialisation sans frontière » a été initiée par la Chine qui veut exploiter les voies ferroviaires, terrestres et mari­times. Appelées dans le temps « les routes de la soie », elles étaient empruntées par les commerçants  et caravaniers chinois entre le deuxième et le XVe siècle pour rejoindre une partie de l’Asie et de l’Europe.Une conférence s’est tenue hier au Centre de conférences internationales Ivato, où se sont rassemblés des opérateurs chinois conduits par la vice-présidente de l’« association du Peuple chinois pour l’unité avec les étrangers », et les parties publique et privée malgache. Une grande réunion qui a permis de déterminer les domaines de coopération future entre la Chine et Madagascar, qui utiliseront les routes de la soie.

SoutienComment les industriels et le secteur commercial malgaches peuvent-ils tirer profit de ce projet chinois ? Des représentants de la chambre de commerce de la Chine, agence Afrique ont présenté, entre autres, les spécialités chinoises dans divers domaines. À l’issue de la conférence d’hier sur la coopération industrielle entre Madagascar et la Chine, une signature de coopération a eu lieu entre la vice-présidente de l’association du Peuple chinois pour l’unité avec les étrangers, Lin Yi, et le ministre en charge des Projets présidentiels, de l’aménagement du territoire et de l’Équipement, Narson Rafidimanana. « C’est une collaboration qui s’étalera de 2018 à 2023 » a fait savoir le ministre.« Les domaines de coopération concernent l’aménagement ou la construction  d’infrastructures pour les Zones économiques spéciales, les zones de libre-échange, l’agriculture ou encore le tourisme. Ils touchent également les secteurs non-étatiques », a-t-il ajouté.Outre la construction de nouvelles infrastructures pouvant assurer le flux commercial entre les deux pays, « une ceinture, une route » reconsidérera le parc industriel du textile et de la construction, les échanges d’expériences et de renforcement de capacité. Après les japonais qui sont venus en masse la semaine dernière pour fructifier les coopérations sur les infrastructures de haute qualité à Madagascar, c’est au tour des Chinois de démontrer leur volonté de coopérer dans les domaines industriels et les infrastructures.

Mirana Ihariliva

Midi Madagasikara15 partages

CFM : 47 candidatures refusées

Le comité de sélection national des 22 membres élus du Conseil du Fampihavanana Malagasy (CFM) a publié hier la liste des candidatures déclarées recevables. Cette liste contient plus de 500 candidatures. 47 candidatures déposées à temps ont été cependant refusées faute de certaines pièces importantes dont le certificat de nationalité et le bulletin n°3. En effet, certains candidats n’ont pas pu se procurer de ces pièces vu l’éloignement entre les districts où ils étaient nés et ceux où ils habitent actuellement. Si la liste des candidatures recevables a été publiée hier, le résultat de travaux du comité de sélection national doit être connu avant le 20 août. Après ce délai, ce sera au président de la République Hery Rajaonarimampianina de désigner les 11 « réconciliateurs » de son quota. A noter que les textes en vigueur ne prévoient aucun délai pour cette désignation. Par ailleurs, le comité de sélection national se dissout une fois que ses travaux sont terminés.

R. Eugène

Orange Madagascar14 partages

Accident d'Ankazobe, 17 victimes encore hospitalisées

Suite à l’accident survenu à Ankazobe, le nombre total des blessés remonte à 118. Le Professeur  Nicole Rakotoarison, Chef de Service  des Urgences du Centre Hospitalo-Universitaire Joseph Ravoahangy Andrianavalona à Ampefiloha a signalé que 101 exéats ont été enregistrés. Au total, 17 victimes sont encore en cours d’hospitalisation, dont 2 sont référés au Centre Hospitalier de Stomato-Maxillo-facial à Befelatanana. Après avoir été pris en charge à temps, ils ne sont plus en état critique. Ainsi, les mesures prises par le Ministère de la Santé Publique dont la gratuité des soins, sont arrivées à point nommé.     

Dans cette matinée du 02 août 2017, les 21 dépouilles  sont déjà transférées à Soavinandriana Itasy. D’après les sources officielles, 16 d’entre elles ont été retrouvées carbonisées.

Le Ministère de la Santé Publique adresse ses sincères remerciements aux donneurs de sang qui se sont empressés au Centre National de Transfusion Sanguine pour leur contribution à sauver des vies. D’après le Directeur dudit Centre, près d’une centaine de personnes sont venus donner leur sang depuis hier. Mais le responsable lance encore un appel à tout un chacun particulièrement aux donneurs universels et surtout le groupe [A-]. 

L'express de Madagascar13 partages

Trafic humain – Une fillette succombe à une torture

Une adolescente a perdu la vie suite à une horrible torture. Elle a été décou­verte dans un état pitoyable à Antananarivo-ville, en novembre.

Torture sur torture. Une fille de 13 ans a été emmenée d’urgence dans un hôpital d’Antananarivo-ville, en novembre. Elle a été découverte très fatiguée et presque inconsciente dans la rue de la grande ville. Elle a succombé à ses peines, quel­ques jours après, selon le rapport de Florence Boivin-Roumestan, présidente de la Fondation canadienne Justice et équité. « Elle était dans un état physique inimaginable, elle respirait à peine et était sous système respiratoire assisté. On l’a sortie de l’hôpital, alors que son état ne s’améliorait pas. Elle a succombé quelques jours après », se remémore-t-elle du fait. C’était au Café de la gare à Soarano, hier, dans le cadre de la célébration de la journée internationale contre la traite des êtres humains.Cette experte internationale contre le trafic humain soupçonne que cette fille a été une esclave sexuelle.« La victime a eu des traces, qui sembleraient être laissées par des chaines, autour de la cheville et du poignet. Un jour, je lui ai prise dans mes bras pour lui donner confiance. Elle m’a alors révélé qu’elle a été victime de viol », rajoute-t-elle. Et un avocat travaillant au sein de cette Fondation d’ajouter que « cette fille nous a confié qu’elle a été enfermée dans une chambre et qu’elle a été violée à plusieurs reprises ».En 20 ans de mission en Afrique, Florence Boivin-Roumestan avoue n’avoir jamais vu de cas pareil. « On n’a jamais vu quelqu’un mourir devant nos yeux comme ça », déplore-t-elle.

Problème majeurLa traite des enfants n’est pourtant pas un cas rare à Madagascar et est un problème majeur, comme a voulu préciser Daniel Silva y Poveda, représentant de l’Organisation internationale pour la migration (OIM) à Madagascar dans son discours, hier. « Les filles représentent deux tiers des enfants victimes de la traite », souligne-t-il. L’exploitation sexuelle des enfants ou encore les mariages précoces en seraient les formes les plus répandues sur le territoire national.Le gouvernement américain a octroyé un fonds à hauteur de 750 000 dollars pour lutter contre ce fléau. Les actions sont mises en œuvre par l’OIM. « Ce financement renforce la capacité judiciaire pour lutter contre l’impunité des auteurs des crimes, l’assistance aux victimes, la mise en place d’un système structuré qui couvre l’ensemble du territoire national pour faire remonter les cas », explique Daniel Silva y Poveda.Madagascar a déjà fait des efforts dans cette lutte, selon les partenaires. La loi sur la lutte contre la traite des êtres humains est déjà en vigueur depuis 2015.Robert Yamate, l’ambassadeur des Etats-Unis recommande au gouvernement d’allouer des fonds pour le fonctionnement du bureau national de lutte contre la traite des êtres humains (BNLTEH) et la prise en charge des victimes. Il lui suggère de renforcer les efforts pour la poursuite et la condamnation des présumés auteurs, d’améliorer la collecte des données sur les efforts d’appli- cation de la loi.

Miangaly Ralitera

Midi Madagasikara13 partages

FOCAD – Santé : Formation continue à distance pour les professionnels de la santé

Lancement, le 21 juillet dernier, de la Formation Médicale Continue à Distance ou FOCAD-Santé, au Mauritius Institute of Health ou MIH. C’est la concrétisation du projet de mise en place d’une plate-forme à distance pour la formation continue des professionnels de la santé et du corps médical au MIH, initié et soutenu par l’Agence Universitaire de la Francophonie Océan Indien. Une formation en adéquation aux besoins locaux.

L’initiative du projet vient d’une forte demande des professionnels de santé à se former davantage et d’une volonté politique de promouvoir la formation continue. La mise en place de nouvelles organisations pédagogiques s’appuyant sur le numérique est au cœur de ce partenariat entre l’AUF et le MIH. Partenaire de l’enseignement supérieur au service du développement économique et sociétal, l’AUF apporte son expertise au projet notamment sur le renforcement des capacités logistiques, techniques et humaines, mais également l’appui à la diversification du catalogue de formation et la qualité du service et l’accompagnement des premières formations. En adéquation avec les besoins locaux, cette formation vise, sur le long terme, à contribuer à l’amélioration de la santé à Maurice. L’appel à candidatures est ouvert jusqu’au 6 août et les cours débuteront le 14 août. Pour en savoir davantage ou pour s’inscrire, une visite s’impose au http://mih.govmu.org/English/Training/Pages/FOCAD-Sant%C3%A9.aspx

Recueillis par Hanitra R.

Midi Madagasikara13 partages

Espace COI : Le statut de la femme s’améliore

Les participants à la rencontre de Moroni.

Des avancées encourageantes sur la question de la femme. Tel est le constat observé durant la réunion du deuxième comité de pilotage du Programme multisectoriel d’assistance technique dans le domaine du genre (PMATG) qui s’est tenue du 20 au 22 juillet 2017 à Moroni, aux Comores.

C’est à cette occasion, en effet, que les représentants des associations et plateformes dédiées à la cause des femmes et des jeunes ont pris la mesure des avancées en faveur de l’égalité des genres en Indianocéanie. Madagascar était, bien entendu, au rendez-vous, aux côtés des représentants des Comores et de l’île mauricienne de Rodrigues.

Évoquant la loi récemment votée qui porte à 30% le taux de participation des femmes à toutes les instances décisionnelles et politiques, la commissaire à la Solidarité, à la Protection Sociale et à la Promotion du Genre de l’Union des Comores, Sitti Farouata Mhoudine, a démontré que la question de la femme est devenue une réelle priorité dans son pays comme dans toute l’Indianocéanie. Non sans rappeler que les violences faites aux femmes et aux mineurs, la participation politique des femmes, l’entrepreneuriat et l’autonomisation des femmes et enfin l’implication des femmes dans l’environnement et le développement durable sont des chantiers prioritaires et représentent des enjeux partagés dans la région.

Objectifs. Mis en œuvre par la Commission de l’Océan Indien (COI), le PMATG vise surtout à contribuer à l’atténuation des situations de fragilité dans les pays membres de la COI, particulièrement aux Comores et à Madagascar, par la promotion d’une croissance économique inclusive et accélérée, axée sur le renforcement de l’autonomisation des femmes et des jeunes et des capacités de plaidoyer des organisations de la société civile. Le programme bénéficie du financement de la Banque africaine de développement (BAD) à hauteur de 958.870 dollars.

L’autonomisation économique des femmes grâce à l’entrepreneuriat a été l’un des sujets centraux de la rencontre de Moroni. Les membres des plateformes nationales et de la plateforme régionale « Entreprendre au féminin », ainsi que de l’association « Synergie Jeunes », ont présenté leurs activités qui contribuent à mieux faire connaître les savoir-faire des entrepreneures. Elles ont d’ailleurs annoncé la tenue de la deuxième édition du salon Made in femmes, du 28 septembre au 1er octobre 2017 à Maurice, qui mettra en avant les réalisations de femmes entrepreneurs des cinq Etats membres de la COI.

Maintenir les efforts. Les avancées ne doivent cependant pas conduire à un relâchement des efforts. Appelant à une mobilisation continue, Koulthoum Djamadar, chargée de mission de la COI en charge de la question du genre, a rappelé que « la promotion de l’égalité entre les hommes et les femmes, l’éradication des violences ainsi que l’autonomisation politique, sociale et économique des femmes et des jeunes demandent une implication de tous et une concertation des acteurs associatifs et gouvernementaux ». Le comité de pilotage du PMATG-COI a d’ailleurs été un cadre d’échanges fructueux entre les membres des plateformes nationales et régionales et les représentantes des Etats membres, notamment Marie Francine Kidja, directrice générale de la Promotion de la Femme au ministère de la Population de Madagascar, Franchette Gaspard Pierre Louis, commissaire de la Femme, du Développement de l’enfant et de l’Entrepreneuriat de Rodrigues (Maurice) et la commissaire Sitti Farouata Mhoudine.

Améliorer les activités. La réunion du comité de pilotage a ainsi permis de discuter des voies et moyens d’améliorer les activités des plateformes soutenues par la COI ainsi que de l’ensemble des acteurs de la mise en œuvre du projet afin d’amplifier les résultats sur le terrain. C’est dans cet esprit que les membres du comité de pilotage ont effectué une sortie de terrain à la rencontre de femmes agricultrices dans le sud de la Grande Comore. Ils ont pu prendre concrètement la mesure de l’utilité des actions du projet, mieux saisir les défis auxquels sont confrontées les agricultrices et ainsi de réfléchir à de nouvelles activités, adaptées au terrain, à mettre en œuvre dans les autres îles de l’Indianocéanie. Les rencontres sur le terrain ont également été l’occasion de valoriser le travail de ces femmes qui contribuent quotidiennement et à leur échelle à la sécurité alimentaire, au développement durable et à l’épanouissement social de leur communauté.

Recueillis par Hanitra R.

L'express de Madagascar12 partages

Transport aérien – Le partenariat Air Austral-Air Madagascar avance

Certains sujets nécessitent encore un peu plus de temps de traitement. Mais la concrétisation du partenariat stratégique entre Air Austral et Air Madagascar suit son cours.

Dans les temps. Tels ont été les mots des représentants des deux compagnies  en faisant suite à l’avancement dans la conclusion de leur partenariat stratégique, hier, lors d’un point de presse organisé à la CCIA Antani­narenina. « Nous avons  rencontré le conseil d’administration d’Air Madagascar ainsi que son comité d’entreprise pour la présentation d’un business plan plus élaboré. Nous avons également  réalisé une centaine d’entretiens avec le personnel d’Air Madagascar, pour pouvoir établir un plan d’action  à différents niveaux…pour mieux comprendre la situation et construire avec eux le business plan futur », a indiqué Marie-Joseph Malé, PDG d’Air Austral.Il poursuit : « Toutefois, dans le cadre du partenariat stratégique, il peut y avoir des éléments qui nécessitent encore d’être creusés et demandent encore une semaine supplémentaire, voire  plus dans leurs traitements. Néanmoins, globalement nous sommes dans les temps », puis il ajoute: « L’objectif étant de pouvoir finaliser d’ici la fin du mois d’octobre, date à laquelle  tout sera mis en place, et les moyens seront disponibles  pour pouvoir avancer dans ce partenariat ».

Prochaines étapesNéanmoins, le numéro un d’Air Austral tient à souligner que « ces dernier mois, la compagnie a quand même pas mal investi au niveau des différents travaux et elle continue d’ailleurs d’investir notamment sur plusieurs niveaux dont, l’informatique, le domaine financier, le commercial », souligne t-il.L’apurement des dettes de la compagnie nationale figure parmi les points saillants de l’accord de partenariat entre les deux compagnies. À ce sujet, « Nous sommes en cours de finalisation d’une des annexes qui concerne le traitement du passif de la compagnie aérienne nationale. Nous avons encore besoin de nous caler sur le traitement d’un certain nombre de données techniques et opérationnelles. Mais une fois cette annexe finalisée, nous serons en parfaite mesure de signer les accords de partenariat », a indiqué Marie-Joseph Malé.  À titre de rappel, les dettes de la compagnie nationale s’élèvent à 88 millions de dollars. À en croire Bruno Razananirina, membre du Conseil d’Admi­nistration d’ Air Madagascar, « concernant la prise en charge de la dette de la compagnie, nous attendons le résultat de l’audit cette semaine. Nous sommes en train d’élaborer le processus de prise en charge de cette dette. Celle-ci a déjà été approuvée par le Parlement, ainsi que les différents partenaires techniques et financiers de Madagascar », at-il soutenu.Parallèlement, « nous sommes en contact avec deux institutions financières pour pouvoir avancer sur la partie du financement de ce projet. La demande, qui porte sur 40 millions de dollars, que l’on doit rassembler pour relancer l’ensemble de la mécanique d’Air Madagascar », a ajouté Marie-Joseph Malé.D’une durée de dix années, le Business Plan prévoit deux grandes phases. D’abord, celle qui entend un retour à l’équilibre de la compagnie nationale d’ici trois ans. Celle-ci concerne la restauration des fondamentaux, notamment en terme d’appareil, la formation du personnel…Ensuite, la phase d’expansion qui devrait être entamée à partir de 2020. Celle-ci envisage notamment l’élargissement du réseau de la compagnie avec l’ouverture de nouvelles destinations ainsi que l’augmentation de la fréquence des vols…D’autre part, le renforcement d’un certain nombre de compétences de la compagnie, dont la maintenance d’appareils ainsi que la capacité managériale, figure également dans le programme de cette seconde étape, a-t-on compris d’après les explications de la rencontre d’hier.

Par Soa-Mihanta Andriamanantena

Midi Madagasikara12 partages

ASECNA : Plus de 1000 milliards d’investissements pour le plan d’orientation stratégique

En raison de ses performances constatées ces dernières années en matière d’aviation civile, Madagascar a été choisi pour une grande réunion de l’ASECNA.

Rideau sur la réunion statutaire de l’ASECNA  qui s’est déroulée rappelons-le à Antananarivo la semaine dernière.  Une réunion qui a débouché, entre autres par l’adoption d’un plan d’orientation stratégique pour la période 2018 – 2032.

Investissements. L’adoption de ce plan revêt, en tout cas une importance particulière pour l’avenir de la navigation aérienne en Afrique. En termes de stratégie, tout d’abord, mais également et surtout en matière d’investissements. L’on apprend, en effet, que ce plan d’orientation stratégique nécessitera des investissements  d’un montant qui équivaut à 1000 milliards d’ariary pour l’ensemble des pays membres de l’ASECNA.   Madagascar figurera bien évidemment  parmi les bénéficiaires des projets d’investissements qui seront définis dans le cadre de ce plan d’orientation stratégique.  Et c’est justement l’un des intérêts du fait que la Grande Ile ait abrité cette 61e réunion du Comité des Ministres de l’ASECNA. Sur ce point d’ailleurs, et comme il est de coutume au sein de l’ASECNA, les  ministres membres du Comité et les hauts dirigeants de l’ASECNA ont fait le rapport de la réunion au Président du pays hôte. Un rapport qui a été fait à Nosy Be le week-end dernier.

Ciel unique. A cette occasion, le Président Hery Rajaonarimampianina  a fait état de sa détermination à appuyer l’ASECNA  dans sa mission relative à la sécurité de navigation aérienne en Afrique et à Madagascar. Le Président malgache roule notamment pour le concept de ciel unique réunissant tous les pays africains. Un appui qui sera de taille puisque Hery Rajaonarimampianina est l’actuel Président de la SADC  qui aspire actuellement à mettre en place son propre système  en matière de sécurité de la navigation aérienne. Une option qui va a  priori à l’encontre du concept de ciel unique prôné par l’ASECNA.  Quoiqu’il en  soit, la tenue de cette réunion statutaire à Madagascar a été un réel succès pour l’industrie aérienne. Le pays est maintenant reconnu comme l’un des plus performants en Afrique en matière d’aviation civile. Et quand on sait que le secteur aérien va connaître dans les années à  venir un développement certain, Madagascar sera gagnant dans le domaine.

R.Edmond.

Midi Madagasikara9 partages

Basket-ball- Championnat d’Analamanga : Un très beau doublé de MB2All !

Les joueurs du MB2All ont montré toute l’étendue de leur talent.

Les championnats d’Analamanga de basket-ball chez les jeunes ont donné cette impression de déjà vu avec le sacre des filles de moins de 12 ans et des garçons de moins de 14 ans du MB2ALL.

Un beau doublé qui fait le bonheur de Ndranto Tagg qui affiche ainsi sa volonté d’aider le basket-ball en préparant une relève digne de ce nom. Un des clubs le mieux structuré, MB2ALL s’est énormément investi au basket-ball où il jouit d’une solide réputation avec à la clé d’autres titres notamment chez les seniors dames.

D’abord chez les filles U12, MB2All a littéralement marché sur la JCBA sur le score éloquent de 48 à 22.

Ensuite chez les garçons U14 où MB2ALL a toutefois dû batailler ferme pour s’imposer devant ASA Ambohimanarina au cours d’une très belle finale et d’une rare intensité comme l’atteste le score de 100 à 94.

Comme la logique a fait valoir ses droits au cours de ces finales organisées par la Ligue d’Analamanga, les garçons du Fandrefiala ont remporté la finale des moins de 12 ans en battant DTSC sur le score de 40 à 21.

Chez les filles, ASA a aussi réalisé un parcours honorable sanctionné par cette victoire des filles U14 qui ont gagné la finale par 47 à 35 devant ACA.

Clément RABARY

Orange Madagascar8 partages

DHL Madagascar et SOS Villages poursuivent leur partenariat dans le cadre du Projet Go Teach

Dans le cadre de sa responsabilité sociale en entreprise, la société DHL Madagascar est en partenariat avec SOS Villages d’enfants Madagascar depuis 2009 à travers le programme Go teach. L’objectif de ce programme est de faire connaître aux jeunes de cette association les valeurs et la vie d’entreprise. Implanté actuellement dans 26 pays, ce programme social a entre autres comme objectif l’emploi. DHL Madagascar fait de l’insertion professionnelle et de l’autonomie des jeunes une priorité. Depuis les débuts du partenariat, environ 30 jeunes de SOS Villages d’Enfants ont travaillé ou travaillent encore pour DHL pour leurs projets Express Easy et Warehousing. Dans ses projets, les jeunes ont des postes de commerciaux, d’animateurs, de magasiniers, etc. Actuellement, trois jeunes de SOS Villages travaillent dans ses projets depuis plus de 4 ans.

Depuis le 13 juillet 2017, le projet warehousing a recruté deux jeunes de SOS Villages d’Enfants et ce nombre va encore augmenter à partir du mois d’août. « Au début, DHL a accueilli les jeunes pour effectuer des stages professionnels ou du parrainage professionnel, mais au fil du temps, nous avons constaté que ces jeunes sont sérieux et compétents et nous avons décidé de les recruter » a déclaré Mamy Rakotondraibe, Directeur Général de DHL International Madagascar. Depuis le début du partenariat, une centaine de jeunes ont pu bénéficier du programme sous ses différents aspects : parrainage, stage professionnel, organisation du forum des métiers depuis 2011, visite d’Air Madagascar ou encore visite de sites historiques.

Madaplus.info5 partages

DU RETOUR DE L’INDEPENDANCE, A UN SIECLE D’OUBLI…

En juin 1917, les premiers contingents US mettent pieds sur la France. Le 26 juin très exactement, les
« Sammies » de la First Division débarquent dans la rade de Saint Nazaire, où une base d’aérostats a été aménagée pour accueillir près de 200 000 soldats, 3 tonnes de marchandises et 42 000 chevaux.
Dans leurs bagages, les Américains sont aussi venus avec une partie de leurs cultures, en l’occurrence la musique jazz, le basket-ball et le baseball. Des disciplines qui sont désormais fortement ancrées dans la société française et même au-delà des frontières.
Pour le Grand-Ouest, la Commune de Saint-Viaud a également joué un grand rôle dans ce conflit, puisque c’est sur son sol que la base des ballons dirigeables est implantée. Tout comme la Commune de Paimboeuf, où en 1916 a été construit l’usine d’armements et de produits chimiques destinés à ravitailler les troupes.
Mais dans cette guerre, il n’y avait pas seulement que les soldats qui se battaient aux fronts. Il y avait aussi ceux qui y ont contribué, même dans l’ombre, souvent méconnus du public. Des Malagasy ont fait partie de ces « oubliés » de l’histoire.
Affectés dans les usines de produits chimiques destinés à la fabrication d’explosifs, ces ouvriers qu’on appelait « Les travailleurs coloniaux » opéraient dans des conditions difficiles et n’étaient non plus habitués au climat. Quatre de nos compatriotes font partie des victimes de maladie pulmonaire. Ils reposent désormais, au carré militaire du cimetière de Paimboeuf.
26 juin 1917-26 juin 2017. Coïncidence du calendrier ou pas, le Consul Honoraire de Madagascar Jérémie Gordien RAVAHIMANANA a tenu à marquer ce centenaire pour effectuer son devoir de mémoire, envers ces compatriotes morts pour la « mère patrie »
Certes ces victimes étaient « Français », puisque Madagascar était sous protectorat français à cette époque, mais ils étaient toujours malgaches dans leur âme et dans leur cœur. Pour le Diplomate malgache, l’hommage rendu à ces hommes est une façon bien meilleure qu’une autre de célébrer la fête nationale. Le retour de l’indépendance de Madagascar.
Ces hommes ont perdu leur vie, loin de chez eux, loin de leurs proches mais pour une bonne cause : LA PAIX. Cette notion de quiétude a été évoquée par tous les orateurs, tant civils, militaires, que religieux, durant cette commémoration.
Pour sa part, le Représentant malgache a emprunté une pensée de Elie Wiesel pour transmettre son message : « LA PAIX N’EST PAS UN DON DE DIEU A SES CREATURES, C’EST UN DON QUE NOUS NOUS FAISONS LES UNS AUX AUTRES »
Mais pour Jérémie Gordien Ravahimanana, la circonstance lui a offert l’opportunité d’évoquer les relations internationales qu’entretient Madagascar avec les pays partenaires, dont spécialement la France. Un appel a même été lancé pour visiter la Grande Ile, terre naturelle et authentique.
De son entretien avec certaines autorités de cette Région Sud Estuaire, on a appris que des rencontres seront programmées afin de définir, et pourquoi pas de concrétiser, des projets de coopération. Le Maire de St Viaud a même évoqué la possibilité de jumelage avec des Communes à Madagascar.
A analyser ces perspectives, la diplomatie économique semble être sur la bonne voie. Ces initiatives se joignent à la nouvelle orientation prônée par la Présidence de Madagascar, quant aux relations internationales, dont les retombées attendues profiteront largement au peuple malagasy.
Dans le cadre de la célébration du retour de l’indépendance de Madagascar, Le Consul Honoraire du grand Ouest un « ASARAMANITRA » plein de joie, de bonheur et d’espérance, aux dirigeants et à tous les malagasy, où qu’ils se trouvent.
Le dépôt de gerbe en leur mémoire sur la stèle de Paimboeuf est certes symbolique. Mais le message véhiculé par la première autorité officielle malgache ayant fait le geste, montre que Madagascar n’oublie pas le courage et le dévouement de ces jeunes hommes. Même un siècle après.
Identité de ces infortunés de Paimboeuf :
•RAMASIZANAJATO, 26 ans, mort d’une broncho-pneumonie grippale le 07 février 1918
•RAFOANA, 22 ans, mort d’une maladie (non citée) le 18 avril 1918
•RAKOTOMANGA, né en 1899, mort pneumonie gauche le 08 Mai 1918
•RAMASY, mort d’une congestion pulmonaire le 07 avril 1918
Madagate5 partages

Ankazobe RN4. Ao anatin’ireto vidéos ireto ny antony nahatonga ny loza mahatsiravina

Izahay eto aminy madagate.org dia efa 16 taona izao no manao ny Tantaram-pirenena fa tsy manao tantara mitohy na tantara valamaty akory. Ny tranga omaly dia efa tantara ho any rahampitso. Firenena tsy manana tantara dia tsy firenena indrindra raha tena manao fanahy iniana mihitsy ny mpitondra sendra mandalo mody manadino ny zava-nisy sy niseho.

F'inona koa moa ny zava-niseho tamin'io andro io ihany (ETO)?

Ohatra iray ity: teo ambony n’inona moa ity filoha Hery Rajaonarimampianina ity ny nanao finianana, ny 25 Janoary 2014 fa filoha voalohan’ny repoblikan’ny Madagasiraka faha-4? Sady nitsahany sy mbola itsahany ny Lalampanorenena ny any koa adinony ny daty nahaterahan’io repoblika faha-4 io. Aiza no handeha amin’ny laoniny ny fiainam-pirenena? Ny loza mbola nitranga koa dia nankalazainy toa «anniversaire» indray ny datin’ny 29 Marsa 2014, nefa andro fisaonana no tokony ho izy. Marina mafy e ! Io ambany io ny sary manaporofo izany:

Soa fa akaiky ny 2018… Izany no voalaza ka andaho amin’izay hitodika amin’ny tranga niseho vao tsy ela teny amin’ny lalampirenena faha-4 mampitohy an’Antananarivo sy Mahajanga.

Io izany atao hoe fiara "Boeing" misy rihana izany, mahazaka olona mihoatra ny zato eto Madagasikara, ary efa tamin'ny taona 2007 no nampiasaina teto

Lozam-pifamovoizana, alin'ny 31 Jolay hifoha 1 Aogositra 2017. Rehefa tonga ny patsa be tsy omby vavy eo amin'ny fiainan'ny zanakolombelona dia tsy maintsy misy foana ireo devoly manimba tena sy ny tontolom-piainan'ny Malagasy amina fomba fiteny sy fomba fijery mampiseho fa tena ny fahavalon'ny Malagasy dia Malagasy toa azy ihany.

Sarina isatra mandeha amin’ny rivotra («freins pneumatiques»). Matoa tsy tafajanona ilay fiarabe ka nihemotra, dia tsy nisy tokoa ny rano mampandeha ireo rehetra ambony ireo fa tsy hoe ny tsy fahaizan'ilay mpamily loatra no antony. Ny dikany: nisy zavatra ara-teknika tsy nazava ao, taorian'ny nialany avy tao Soavinandriana any Itasy

Fa iray amin’ireto olona miteny ao anatin’ireo vidéos eo ambony ireo ihany no tena milaza ny antony marina nahatonga iny loza nahatsiravina tao Ankazobe iny. Ireo mpitondra fiara vaventy («camions») mitarika «remorque» dia mahalala tsara ny isatra mandeha amin’ny rivotra («freins pneumatiques»). Ny sasany moa, zarany aza nahazo «micro» anaratsiana ny mpiray tanindrazana (ara-baki-teny) aminy.

Tsotra ny fehin’izany toe-javatra rehetra izany: tsy mila mifamaly aminy fa mivavaha ho azy satria mbola hifanatrika an-drafahafatesana na ho ela na ho aingana. Eny, na izaho na ianao mamaky io aza. Fa ireo mirediredy ireo dia tsy hisy na iray aza hahatsiaro akory.

Anaran'ireo nentina tany amin'ny hopitaly nomena fitsaboana. Efa nody daholo ny ankamaroany. Fa mpandeha miisa 21 avy ao Soavinandriana, any Itasy, no namoy ny ainy

************

************

************

Mikasika ny mpitondra manokana indray moa dia ity manaraka ity ny momba azy ary tsy ho voakosoky ny lainga tsara lahatra any aoriana any satria tsy misy mpitondra ho eo mandra-maty eto ambanin’ny masoandro.

Jeannot Ramambazafy – 02 Aogositra 2017

L'express de Madagascar4 partages

Un deuil du tiers-monde

Une tragédie du tiers-monde. Rappelez-vous, le naufrage du ferry Joola au Sénégal, en septembre 2002 : il y avait plus de 2000 passagers pour une capacité normale de 552 places, sans compter le surplus de frêt. Il était presque inéluctable que 1863 personnes trouvent la mort cette nuit-là. Mais, il y eut pire encore. Aux Philippines, un archipel de 7000 îles, le ferry Dona Paz était entré en collision avec un pétrolier : dans le double naufrage suivi d’incendie, 4375 passagers perdront la vie, dont 1000 enfants de moins de quatre ans, alors que le navire ne pouvait embarquer que 1518 passagers. En août 2009, vingt-deux ans après le drame, National Geographic sortit le documentaire du réalisateur phillipin Yam Laranas avec le titre «Asia’s Titanic» : «Nearly one fourth the size of the Titanic, Clear Night, No icebergs, Almost five thousand lives lost». Chaque fois, le constat est implacable : non-respect des règles, corruption, complaisance des autorités.Le décompte macabre est sans fin : 20 février 2002, Égypte, train au double de sa capacité : 373 morts ; 24 juin 2002, Tanzanie, train de voyageurs surchargé, «lany première» comme on dit en malgache, heurte par l’arrière un train de marchandises : 300 morts ; 1er août 2007, Congo-Kinshasa, train de marchandises transportant des passagers clandestins : 100 morts ; 20 décembre 2015, Sulawesi, Indonésie, naufrage d’un ferry en surcharge : 70 morts ; 4 novembre 2016, Batam, Indonésie, naufrage d’un autre ferry surchargé : 54 morts…Lors de l’accident du «Dona Paz», la plus grande catastrophe maritime en temps de paix, la licence de radio VHF du ferry était un faux tandis que celle du pétrolier Vector avait expiré. Il semble églement que l’équipage faisait la fête au moment du drame : «underqualified and overworked crew», équipage incompétent et surmené, conclut-on…Après le naufrage du Titanic (1500 morts, le 14 février 1912), le monde des paquebots de croisière s’est organisé, en tirant les leçons et prenant le maximum de précautions. Aujourd’hui, et malgré quelques défaillances humaines, le rêve des «villes flottantes» attire tous les jours des milliers d’utilisateurs en confiance.À Madagascar, sans parler des accidents mortels dans lesquels sont régulièrement impliqués les taxibe urbains, on ne compte plus les compte-rendus de taxi-brousse devenus cercueils pour leurs passagers. Un autre drame, fauchant également des jeunes, parfois des familles entières, avait déjà eu lieu cette année, le 28 janvier, à Anjozorobe, faisant 47 morts. Ce dernier accident sur la route d’Ankazobe est, malheureusement, dramatiquement banal.Transport public toujours sans professionnalisme («la qualité du service et la sécurité des usagers ne sont pas négociables», avait déjà martelé le ministre des transports en 1997). Tracé des routes nationales à recalibrer ou à modifier, notamment sur les axes les plus fréquentés (RN2, RN7 et donc RN4). Et puis, la corruption qui peut devenir complicité d’homicide par négligence.On peut s’enorgueillir de trains de luxe avec wagons Pullman («Eastern and Oriental Express» entre Singapour et la Thaïlande ; «Pride of Africa» en Afrique du Sud ; «Maharadjas’Express» en Inde). Ou se complaire dans un folklore suicidaire : passagers sur le toit des wagons, grappes humaines accrochées à flanc de wagon jusque devant la locomotive… C’est un choix politique, un choix de société, un choix de civilisation.Il y a 120 ans, le général Gallieni avait déjà envisagé le rail entre Antananarivo et Majunga, mais la priorité alla au tracé le plus court, celui de Toamasina. Au Pérou, le «Train de la Sierra» passe du niveau de la mer, à Lima, pour grimper jusqu’à 4818 mètres d’altitude à Ticlio, dans les Andes : 59 ponts, 66 tunnels, 22 zigzags, pour atteindre Huancayo, à 335 kilomètres après 12 heures de voyage. Les travaux durèrent 38 ans jusqu’en 1908.En janvier 2015, lors du Sommet avec les États latino-américains et des Caraïbes, la Chine avait promis d’investir 250 milliards d’euros sur dix ans. Pour ses approvisionnements directs depuis l’Amérique latine, la Chine envisage un train transocéanique, d’un port maritime brésilien à un port maritime péruvien, et elle est prête à allouer 26,8 milliards pour cette seule voie ferroviaire.L’autocar de tourisme, «Astromega TDX27», de chez VanHool est de dimensions généreuses : 14,10 m de long, 2,55 de large, 4 m de hauteur, pour une capacité de 91 (63+26+1+1) places assises. Le bus à double étage «Setra S431 DT» (13,89 m de long, 2,55 m de large, 4 m de hauteur), équipé de WC à bord et d’une cuisine en option, peut accueillir un maximum de 93 passagers assis. Il faut aller chez Mercedes Benz pour trouver le «CapaCity L», un bus articulé sans étage long de 21 mètres, et qui peut accueillir jusqu’à 191 passagers.Résumons : donc, il n’existe aucun autobus à double étage pouvant accueillir 100 sièges. La pasteur rescapée de l’accident affirme cependant qu’ils étaient 140 personnes à bord. Ce 1er août 2017, aucun gendarme ni policier n’aura remarqué le surbooking, entre Ampefy et Ankazobe, en quinze heures de route, sur deux routes nationales différentes…

Par Nasolo-Valiavo Andriamihaja

News Mada2 partages

Exposition: le «Free spirits» des cinq artistes

A part la musique et la poésie, Buskers, un blogzine de la culture malgache s’intéresse aussi aux dessins. A ce sujet, il organise une exposition, intitulée «Free Spirits»,  du 5 au 12 août prochain au «Fili’In» sis à Antsakaviro. Cinq jeunes artistes seront à l’affiche, à savoir Arian, Vanii Suki, Sawyer, Richianny et MDominique.

Sous cette optique, ces artistes laissent la place à l’abstrait. «Je m’inspire des contes de fée qui me procurent des idées abstraites que j’interprète à ma façon. De son côté, le public se forgera sa propre perception de nos œuvres», a expliqué Arian.

Le vernissage aura donc lieu, le 5 août prochain. Après la cérémonie d’ouverture, Buskers propose un spectacle inédit avec deux artistes singuliers. Le groupe Ibemaso assurera le côté musique tandis qu’Irina Mpisorona déclamera quelques poèmes singuliers.

Holy Danielle

News Mada1 partages

CFM: 680 dossiers de candidature reçus

Le dépôt des dossiers de candidature pour devenir membre du nouveau Conseil pour le fampihavanana malagasy (CFM) a été clôturé lundi dernier à Antaninarenina. Selon les informations reçues, plus de 600 dossiers ont été déposés directement ou par voie postale par les postulants. Les candidatures validées devraient être connues cette semaine et les membres du comité de sélection national (CSN) devrait dévoiler la liste définitive des membres du conseil vers la moitié de ce mois, soit entre le 15 et le 20 août. 33 membres formeront le CFM dont 22 membres seront désignés par le comité de sélection et les 11 membres restants, par le chef de l’Etat.

Notons que le CSN a obtenu un délai supplémentaire de 20 jours de la part de l’Exécutif pour examiner les dossiers étant donné que certains candidats aient eu du mal à les réunir. Parmi les conditions exigées figurent entre autres le casier judiciaire, la non appartenance à un parti politique ou encore être âgé de plus de 40 ans. Ce n’est qu’après la constitution du CFM que la réconciliation nationale, suspendue depuis quelques temps, pourra ainsi reprendre.

T.N

News Mada1 partages

Traite des personnes: le phénomène prend de l’ampleur au pays

A l’occasion de la journée mondiale de la lutte contre la traite des personnes, hier, au Café de la gare de Soarano, la déclaration du Chef de mission de l’Organisation internationale pour les migrations (OIM) à Madagascar, Daniel Silva y Poveda est significative.

«Il n’y a pas encore de statistique exacte, mais on a des ordres de grandeur où plusieurs milliers de personnes sont concernées actuellement», a-t-il souligné. Certaines régions sont plus touchées que d’autres en matière d’exploitation sexuelle des adultes et de prostitution des enfants, notamment dans les régions à vocation touristique.

Quant à la forme de travail forcé, en particulier en tant qu’aide domestique, la province de Fianarantsoa a été particulièrement pointée du doigt. L’exploitation à des fins de travaux forcés au niveau transnational en hausse, notamment dans les pays musulmans comme le Koweit et le Liban, a été aussi particulièrement scandée. Et très souvent, les victimes sont des femmes.

4 P stratégiques

Madagascar a considéré les quatre axes stratégiques de la lutte contre la traite des êtres humains dans son plan national. Il s’agit de la prévention, la protection, la poursuite envers les auteurs de ce crime, et le partenariat. A ce sujet, depuis 2014, la Grande île s’est engagée à mettre en place des cadres institutionnels et stratégiques. Entre autres, la loi 2014-40, votée par l’Assemblée nationale en janvier 2015 ainsi qu’un décret d’application pour la création du Bureau national de lutte contre la traite des êtres humains (BNLTEH).

L’OIM met en œuvre un projet d’une durée de 3 ans relatif au renforcement des capacités du système judicaire, de protection des victimes ainsi que des poursuites judicaires. Il est financé à hauteur de 750 000 dollars par le gouvernement américain.

Sera R

News Mada1 partages

Pris sur le vif

Jean de Dieu Rakotondramaro (survivant):

Il était aux environs de minuit quand l’accident s’est déclaré. A vrai dire, j’ignore ce qui s’est réellement passé car je me suis endormi, tout comme la plupart des passagers. Je me suis installé sous l’escalier menant dans le compartiment à l’étage. C’est le cri de certains passagers qui nous a réveillés. L’autocar a fait trois ou quatre tonneaux avant de s’immobiliser. Nous avons eu une crevaison à Fonenana puis nous avons changé deux autres roues en ville. A part cela, je n’ai pas remarqué d’autre anomalie.

Jean Jacques Rakotonoelina (survivant):

J’ai perdu quatre membres de ma famille dans cet accident. Ma femme, mon fils de 6 ans ainsi que la fille de mon beau-frère ont perdu la vie sur le coup. Ayant appris la mort de sa fille, mon beau-frère s’est écroulé et son cœur a lâché. Mon fils de 12 ans et moi ont miraculeusement survécu.

Benjamina Ramarcel Ramanantsoa  (ministre des Transports):

Il est encore difficile de dresser un bilan étant donné que nous ne disposons pas encore du nombre exact des passagers qui se trouvaient à bord. Pour l’heure, l’important est d’identifier les corps et de soigner les blessés. Je tiens à préciser que l’Etat prendra en charge les frais médicaux des blessés et les funérailles des décédés.

News Mada1 partages

Primates de Madagascar: 85 % des lémuriens menacés de disparition

Les lémuriens de Madagascar figurent aujourd’hui parmi les primates les plus menacés de la planète. 85% sur les 103 espèces recensées dans la Grande île risquent de disparaître définitivement, en raison de la destruction de leur habitat et du braconnage. Ce sont les dernières statistiques en date dressées le 27 juillet dernier par la Société africaine de primatologie (SAP), une nouvelle organisation panafricaine qui vient de voir le jour à Abidjan, Côte d’Ivoire.

A Madagascar, il existe 103 espèces de lémuriens. Du Maki, à la fameuse queue rayée, au lémurien sauteur, ils sont le symbole de la Grande île et l’attraction des touristes. Toutes les espèces de lémuriens sont des primates strepsirrhiniens endémiques de Madagascar.

Les causes de la baisse de la population des primates en Afrique sont bien connues : la chasse et le braconnage ainsi que la disparition de leur habitat, notamment les forêts, à cause de l’extension des activités agricoles humaines, de l’exploitation exagérée du bois, des mines et de l’urbanisation. Mais ces causes sont difficiles à endiguer. Il faut en effet convaincre les communautés de l’intérêt de défendre les primates et leur environnement.

La voix des primatologues

La primatologue malgache qui a participé à cette rencontre panafricaine, Rose-Marie Randrianarison, spécialiste des indris, a noté l’importance de la sensibilisation des autorités traditionnelles qui sont bien considérées et écoutées par la population, mais également la nécessité de l’implication des décideurs politiques.

Les quelque 150 scientifiques œuvrant dans le domaine de la primatologie mondiale tirent, une fois de plus, la sonnette d’alarme sur le grand risque d’extinction de nombreux primates africains dont notamment les lémuriens de la Grande île. Par ailleurs, les primatologues africains se désolent aussi de l’insuffisance des financements de recherches pour les Africains. Les bailleurs de fonds, qui sont surtout des organismes occidentaux, préfèrent financer les primatologues américains ou européens plutôt que leurs collègues africains bien que les primates se trouvent surtout dans les pays du Sud, notamment en Afrique.

Arh.

Tia Tanindranaza1 partages

CMR PARAMEDHankalaza ny faha-herin-taona nijoroany

Feno herin-taona sahady ny « Cercle Mixte de Reflexion pour la révalorisation de formation paramedicale » eto Madagasikara na ny CMR Paramed tarihin’ny filohany Razanadrakoto Roland Albert.

Ny Sabotsy 12 Aogositra ho avy izao no hanaovana ny fankalazana izay hifanindry an-dalana amin’ny fanamarihana ny andro iraisam-pirenena ho an’ny tanora. Hetsika marobe  no entina hankalazana izany toy ny famelabelarana ara-tsiantifika maro samihafa.  Tafiditra ao anatin’izany ny foto-kevi-dehibe mahakasika ny pôlitika vaovao momba ny fahasalamam-bahoaka eto Madagasikara, iarahana amin’ny Ministeran’ny fahasalamana. Ny toeran’ny paramédicaux eo amin’ny rafitry ny fahasalamam-bahoaka misy ankehitriny, iarahana amin’ny fikambanana Paramédicaux,  ny foto-kevitra ara-politika sy pedagojika amin’ny rafi-panofanana paramedikaly (FACMED) iarahana amin’ny Ministeran’ny Fampianarana ambaratonga ambony, ny toeran’ny sekoly manofana ho paramed miankina sy tsy miankina amin’ny fanjakana amin’ny ezaka hanatsarana ny kalitaon’ny fampianarana iarahana amin’ny IFIRP…  Hamaranana izany ny fiaraha-midinika toy ny fanitsiana ara-pôlitika sy pedagojika ny rafi-pampianarana paramedikaly amin’ny fakiolté-n’ny fitsaboana hifanaraka amin’ny filan’ny tsenan’ny asa eto an-toerana sy any ivelany. Ity no andiany voalohany amin’ny hetsika izay misandrahaka manerana ny Nosy raha ho avy tsy ho ela ny andiany faharoa sy fahatelo. Hatolotra manontolo ny Ministera mpiahy sy ny fakiolte-n’ny fitsaboana ny vokatra azo rehetra amin’izany.

Pati

Tia Tanindranaza1 partages

Taom-pianarana vaovao108 ireo sekoly tsy havela hisokatra

Rehefa nomen’ny avy eo anivon’ny minisiteran’ny fanabeazam-pirenena fotoana maharitra hahafahan’izy ireo

mampanara-dalàna ny taratasy rehetra mikasika ny fisokafany avy nanomboka ny taona 2016 izany ireo sekoly sy toeram-panabeazana nanodidina ny 1600 izay voalaza fa tsy mbola tena tomombana ara-taratasy sy ara-drafitra tamin’ny fotoan’androny dia fantatra ankehitriny fa mbola misy ireo izay tsy nahavita izany. Miisa 108, raha ny fanazavana, ireo sekoly sy toeram-panabeazana voakasik’izany ankehitriny ary navoakan’ny avy eo anivon’ny minisitera moa ny lisitr’izy ireo fa tsy afaka hisokatra intsony amin’io taom-pianarana 2017-2018 io. Hihena be araka izany ireo sekoly sy toeram-panabeazana misy manomboka amin’ity taom-pianarana ity.

J. Mirija

 

 

Tia Tanindranaza1 partages

Halatra am-piangonana alahady Vehivavy iray sarona tao Mahazoarivo

Ela nitoratorahana tokoa! Renim-pianakaviana iray tsy ampoizina no tratra tamin’ny resaka halatra poketra tao amin’ny Ekar Mahazoarivo-Antsirabe ny alahady 30 jolay lasa teo.

 

 Efa ela no nandrenesana fa amin’ny fotoanan’njy rakitra mitsangana dia misy ny mitsaika poketra ao am-piangonana rehefa alahady. Efa misy hatrany ny fampitandremana ataon’ny mpitarika mialohan’ny fotoam-pivavahana saingy mbola nisy hatrany ny tratra. Efa matetika loatra moa ny tranga ary tsy vao fiangonana iray na roa no lasibatra ka dia nataon’ny komitim-piangonana ny velam-pandrina. Ny Alahady teo ary no nahatratrarana izany tao amin’ny Ekar Mahazoarivo ity ary dia naseho vahoaka teo anoloan’ny alitara ilay ramatoa mitaiza kely. Tsy nanam-po ny olona satria heverin’ny maro ho ireo olona malotoloto mpangataka eo an-tokontany no manararaotra amin’ny fotoan’ny rakitra, hay olona madio lamba no tratra. Ny fanadihadiana tsotsotra nataon’ny kristianina no nahafantarana fa tany amin’ny fiangonan’ny Jesosy Mamonjy no nanaovany ity asa ratsiny ity taloha dia voaroaka tany izy ary nifindra fiangonana tao amin’ny FLM Mahazoarivo ihany koa no tratra ihany koa ary dia izao tratra tao amin’ny Katolika izao indray. Tao amin’ny katedraly Antsirabe moa dia efa nalaza ihany koa izany saingy tsy hay na izy ihany na olona hafa ihany koa.

Caius R

 

La Vérité1 partages

Sport scolaire- Championnats nationaux - L’honneur des Ecoles avant tout

Les Jeux nationaux de sports scolaires deviennent désormais championnats nationaux.  Dans ce sens, ce seront les Ecoles privées ou publiques qui vont y participer et ce, en représentant leurs régions respectives aux premiers championnats nationaux qui se dérouleront à Mahajanga du 18 au 27 août. Il s’agit d’une compétitions des élèves-champions issus des établissements publics et privés des 22 régions après les éliminatoires inter-établissements au niveau des Cisco (Circonscriptions scolaires)  et Dren (Direction régionale de l’éducation nationale) notamment dans les disciplines collectives, à savoir Basketball (U15 filles et Garçons), Handball (U18 Fille et Garçons), Football (U14 filles et garçons). En effet, les établissements champions de chaque région en découdront durant ces championnats nationaux.

En Athlétisme, chaque Dren sera représenté par des athlètes de sélection.  Par ailleurs, « l’Urban Cross », sera la nouveauté des épreuves  dans la discipline  athlétisme avec  au menu 5,5 km pour les garçons et 3,5km pour les filles. « Nous envisageons d’envoyer les six premiers de chaque catégorie à Paris, France pour participer aux Mondiaux de  Cross Country scolaire au mois de mars 2018. Mais cela reste encore un projet », précise Njaka Tsirofo Raelison, coordonnateur des Sports scolaires. Avant d’ajouter« Les noms des écoles seront à l’honneur avant tout. Car, chaque athlète représentera son école avant sa région. Après la 23ème édition organisée à Taolagnaro sous le nom de « Fanalo », la  compétition devient maintenant  des championnats nationaux, tout comme les autres championnats sportifs. C’est le directeur de chaque école qui  signera la liste de chaque délégation. Donc en cas de réclamation sur triche d’âge durant l’événement, c’est l’école qui va payer le prix fort ». A noter que 68 établissements avec 1496 élèves et 203 encadreurs seront attendus à Mahajanga durant les dix jours de compétition. Ce qui fait la particularité de cette édition 2017, c’est que parmi tant de sponsors, la SE/CNLS, partenaire de l’événement, fera  une sensibilisation sur la lutte contre le Sida et le dépistage par le biais de ses partenaires entre autres, PSI Madagascar. Le groupe Star accompagnera la compétition en offrant 1.200.000 bouteilles parmi ses produits durant l’événement.Elias Fanomezantsoa

La Vérité1 partages

Dirigeants politiques et politiciens - Stop à l'hypocrisie !

Comme le dit le proverbe espagnol, « La mort ouvre les yeux des vivants » ? Le décès subit de l'ancien Président du Congrès de la Transition et l'accident grave qui a eu lieu à Ankazobe avant-hier ont mis en avant l'hypocrisie des membres de la classe politique malgache…

Mamy Rakotoarivelo a été retrouvé mort en fin de la semaine dernière, à  son domicile sis à Ankadifotsy.  Quelques heures après l'annonce de la nouvelle du mystérieux et tragique décès, bon nombre d'observateurs ont remarqué les discours émus ayant accompagné la disparition de l'ancien président du Congrès de la Transition. A l'image de l'ancien président Marc Ravalomanana qui est venu au chevet de la famille du défunt pour présenter ses condoléances et rendre hommage à son ancien ministre de la communication. L'ex chef de l'Etat a également assisté aux funérailles de ce dernier lundi. On se rappelle pourtant que durant les derniers mois de sa vie, Mamy Rakotoarivelo avait subi l'indifférence voire le mépris de son ancien patron. Malgré ses bons et loyaux services rendus sous la transition, celui qui avait été le chef de la mouvance Ravalomanana et président du Congrès de la Transition  avait été progressivement mis sur la touche  par Marc Ravalomanana après que ce dernier a effectué son retour d'exil d'Afrique du Sud en 2014. Une mise à l'écart qui ne s'explique pas, mais qui est intervenue durant la période difficile du point de vue personnel traversée par l'ancien Secrétaire général du parti Tim Mamy Rakotoarivelo... Comme lot de consolation, celui-ci avait été nommé à la tête de la chaîne de télévision et de radio Malagasy Broadcasting system, une chaîne qui ne transmettait plus depuis belle lurette. Une mise à l'écart que n'a jamais digéré feu Mamy Rakotoarivelo durant les derniers mois de son vivant. Une fois sa mort venue, c'est le même Marc Ravalomanana qui s'est précipité auprès de la famille du défunt pour manifester sa compassion… C'est comme si l'ancien chef de l'Etat a voulu surfer sur ce décès pour présenter une décrispation de la situation entre les deux hommes… Si cela n'est pas de l'hypocrisie, cela y ressemble grandement. Effets d'annonceDans la nuit de lundi à mardi, un accident effroyable a eu lieu à quelques encablures de la ville d'Ankazobe, sur la route nationale 4 menant vers Mahajanga, faisant une vingtaine de morts et plus d'une centaine de blessés, selon le bilan provisoire, vers minuit. Les premières informations indiquent qu'un ratage de passage de vitesse et  des freins défectueux seraient à l'origine de cet accident.  En tout cas, cette tragédie n'a pas manqué de susciter les réactions notamment auprès des autorités malgaches. Une fois n'est pas coutume, une véritable armada, menée par le président de la République Hery Rajaonarimampianina et son épouse, ainsi que des membres du gouvernement conduits par le Premier ministre Mahafaly Solonandrasana Olivier ont ainsi effectué une descente à l'Hôpital Joseph Ravoahangy Andrianavalona, pour apporter les encouragements aux blessés qui y sont évacués et présenter les condoléances aux familles des défunts. Hery Rajaonarimampianina a précisé que l'Etat prendra en charge tous les frais médicaux et les soins nécessaires pour les blessés ainsi que le rapatriement des corps et les funérailles.  Des sanctions sévères ou encore des mesures strictes ont été répétées telles une litanie par les autorités à la suite de cette hécatombe. Les mêmes annonces avaient été faites lors des précédents accidents qui se sont produits dans le pays, notamment, l'année dernière à Ampanotokana Mahitsy, plusieurs jeunes écoliers avaient péri dans un accident de voiture et plus récemment, un camion avait fait plus une quarantaine de morts à Anjozorobe en début d'année.  Pourtant, le phénomène semble se répéter tout de même et semble même aller en s'aggravant... Ces trois cas d'accidents ne sont que la partie immergée de l'iceberg. Des accidents qui tendent à prouver que les autorités n'ont pas la volonté réelle de se retrousser les manches pour stopper la machine meurtrière. Des accidents qui tendent à prouver le manque de volonté politique de l'Etat malagasy à véritablement lutter contre ce phénomène meurtrier de l'insécurité routière en prenant des mesures efficaces et surtout en veillant à l'application de celles-ci. Autrement, toutes les annonces ne seront interprétées que comme de simples effets d'annonce et de l'hypocrisie…A.R.

Madaplus.info0 partages

Des fausses monnaies des nouveaux billets de banque en circulation

À peine sortis, les nouveaux billets de banque sont déjà contrefaits. Les faux billets sont déjà en circulation. Le pire c’est que les Malgaches n’ont pas encore apprivoisé ces nouveaux billets que les faux sont déjà en circulation.
Les faux-monnayeurs ont bien mis en place leur stratégie. En effet, après quelques semaines après la mise en circulation des nouveaux billets, ils ont aussi mis en circulation les faux billets. Faire la différence entre les vrais des faux est encore difficile pour la population. En outre, des filous trompent les gens dans les milieux ruraux que les anciens billets de banque ne sont hors d’usage, et ces filous offrent à la population rurale de changer leurs anciens billets à moitié prix.
Madaplus.info0 partages

L'Equipe Madaplus vous souhaite...


News Mada0 partages

AG du SMM: une nouvelle décision attendue

Le Syndicat des magistrats de Madagascar (SMM) tiendra une nouvelle assemblée générale extraordinaire ce vendredi. Une rencontre déterminante pour les prochaines actions du syndicat.

Le SMM a convoqué tous ses membres depuis hier pour une nouvelle assemblée générale extraordinaire ce vendredi à la Cour suprême, à Anosy. Cette rencontre devait se tenir vendredi dernier mais a été reportée pour cette semaine. Selon les informations reçues, les magistrats effectueront un rapport sur les activités de la Commission tripartite entre la Primature, le ministère de la Justice et les magistrats.

Notons qu’il s’agissait d’un dialogue entre l’Etat et la magistrature en vue de trouver une solution sur les revendications des magistrats concernant notamment la lutte contre la corruption, l’ingérence de l’Etat et par conséquent l’indépendance totale de la Justice. Pour rappel, le SMM s’est donné dix jours après le début du dialogue entre le comité tripartite avant de se prononcer sur une décision. Jusqu’ici, le déroulement de la rencontre est resté secret.

Grève illimitée !

La tenue ou non d’une nouvelle grève pourrait ainsi être déterminée lors de cette rencontre étant donné que le vice-président du SMM, Clément Jaona, avait annoncé récemment qu’une grève illimitée pourrait se tenir dans le cas où l’issue du dialogue ne serait pas satisfaisante. Jusqu’ici pourtant, les grèves des magistrats ne semblent pas être entendues par les responsables étatiques qui semblent faire la sourde oreille jusqu’à la mise en place du dialogue tripartite.

Cependant, le bureau du SMM devrait profiter de cette rencontre pour soulever d’autres sujets encore irrésolus tels que l’affaire Claudine Razaimamonjy. En attendant les résultats de l’enquête, le SMM reste comme la plupart des observateurs stupéfait de certaines décisions des juges de la Chaîne pénale anti-corruption (CPAC), notamment la remise en liberté provisoire d’un directeur au sein du ministère de l’Intérieur. Pour l’heure, l’affaire n’a pas connu de suite et tous attendent la fin de l’enquête tant au niveau du Bureau indépendant anti-corruption (Bianco) qu’auprès de la Chaîne pénale.

Tahina Navalona

News Mada0 partages

Elections: le président de la Ceni en mission au Rwanda

Le président de la Commission électorale nationale indépendante (Ceni), Hery Rakotomanana, est en déplacement à Kigali (Rwanda) depuis dimanche dernier. Il a été invité par l’Organisation internationale de la francophonie (OIF) pour une mission d’information et de contact en marge de l’élection qui se tiendra vendredi prochain dans ce pays. A titre d’information, trois candidats se présenteront à cette élection et 6,9 millions d’électeurs iront aux urnes vendredi prochain.

Les expériences tirées de cette élection au Rwanda pourront s’avérer nécessaires en vue des prochaines élections à Madagascar.

Nadia

News Mada0 partages

Lozam-pifamoivoizana nahatsiravina – Ankazobe: 30 ireo namoy ainy, 100 mahery naratra

Hatramin’ny ora farany nanoratana halina, araka ny tarehimarika navoakan’ny fiadidiana ny Repoblika, 30 no namoy ny ainy, 100 mahery ireo naratra, vokatr’ilay lozam-pifamoivoizana nahatsiravina, nitranga tao Ankazobe (RN 4), omaly alina.

Nampihoronkoditra! Nitrangana lozam-piarakodia mahatsiravina namoizana ain’olona miisa 30 sy olona naratra anjatony mahery tao amin’ny PK 72 kaominina ambanivohitra Ambohitromby distrikan’Ankazobe, omaly alina tamin’ny misasakalina. Fiara Boeing iray misy rihana nitondra ireo tanora avy ao amin’ny Sampana Tanora Kristianina (STK) sy Sampana Mpanazava sy Tily (Sampati) avy ao amin’ny fiangonana FJKM Soavinandriana Itasy saika hihazo an’i Mahajanga hamonjy ny zaikaben’ny Sampana Tanora Kristianina hatao any an-toerana ireto niharam-boina ireto. Manodidina ny 140 eo ho eo ny isan’ireo olona nentin’ity boeing ity niaraka tamin’ny entan’ireo mpandeha. Vokatry ny olana teo amin’ny lafiny teknika no nahatonga ny loza, ka nivadika tany anaty hantsana 20 metatra ilay Boeing. ”Nitondra ireo tanora avy any Soavinandriana Itasy ity Boeing misy rihana ity. Niainga tao Ampefy tamin’ny 9 ora maraina omaly (afakomaly io) izahay dia nijanona tao Imerintsiatosika nanamboatra fiara. Tsy nahatafiditra vitesse ny mpamily sady lany rivotra ka nampihemotra ilay Boeing ka nivarina tany anaty hantsana. Nivadibadika inefatra ilay fiarabe ka vao nivadika indroa dia nirehitra ny motera narahina afo nijoalajoala. Nipoaka kosa ny motera vokatry ny firehetana ka kila hotohoto tsy nisy noraisina intsony”, hoy ny pasitera Saholy mpitarika ireo tanora STK Soavinandriana.

Olona efatra maty teo noho eo raha miisa 85 kosa ireo naratra mafy ka nentina haingana teny amin’ny hopitaly HJRA, saingy 83 ireo tonga teny amin’ny hopitaly araka ny antontan’isa nomen’ny mpitsabo. Namonjy toeram-pitsaboana hafa kosa ny olona roa hafa. Vokatry ny fahamaizana avokoa no nitarika ny fahafatesan’ny ankamaroan’ireo niharam-boina. Tao koa ireo nentina tao amin’ny hopitalin’Ankazobe. Tao ambony rihan’ilay Boeing no tena nahitana olona marobe namoy ny ainy satria tsy nisy lalana nivoahana.

Nanahirana ny fisokirana ireo niharam-boina…

Potipotika tsy nisy noraisina sady lasa lavenona ilay fiara vokatry ny firehetana. Nirehitra hatramin’ny tanety teo amin’ny manodidina ilay Boeing namoa-doza koa aza. Nampivarahontsana ny nahitana ireo mpandeha kilan’ny afo ka tsy nisy namantarana azy intsony. Marobe ireo olona voatsindry tao ambany fiara ka voatery notsofaina mihitsy ilay Boeing nisokirana azy ireo.

”Tamin’ny 12 ora sy 50 mn omaly, miisa 14 ireo olona  efa voasokitra tao ambany fiara, saingy mbola misy fatin’olona tavela ao ambanin’ity Boeing ity ka mitohy hatrany ny fisokirana ireo olona”, araka ny fanazavan’ny talen’ny fampiroboroboana ny fahasalamana, Rakotoarivony Manitra Hajanirina.

Noraisin’ny fanjakana an-tanana kosa ny fikarakarana ireo niharam-boina tamin’ity lozam-piarakodia ity hatramin’ny fandevenana ireo namoy ny ainy.

Jean Claude

News Mada0 partages

Le FJKM lance un SOS

«Nous appelons à une mobilisation de tous les chrétiens de l’Eglise réformée de Madagascar (FJKM), toutes les branches, les citoyens. Nous lançons un appel aux donneurs de sang, de médicaments, d’argent pour venir en aide aux victimes. Nous demandons une prière», a lancé par le secrétaire général du FJKM, le pasteur Radimison, hier.

Cet appel a été relayé par l’ancien président de la République Marc Ravalomanana et non moins président du comité du 50e anniversaire de cette Eglise réformée. Selon ce dernier, la connotation politique ne devra pas prendre le dessus dans cette tragédie car cela concerne le peuple malgache. Il a également appelé la communauté internationale à apporter sa contribution. Le gouvernement, par le biais du Premier ministre, a annoncé qu’une enquête est ouverte et que les responsables seront sévèrement punis.

Nadia

News Mada0 partages

« Une ceinture, Une route »: le M2pate et la Chine travaillent de conserve

Après 45 années de coopération, la relation entre Madagascar et la Chine, reste au beau fixe. Une conférence sur la coopération industrielle entre les deux pays sur la mise en œuvre d’une initiative louable, « Une ceinture, une route » s’est tenue hier à Ivato.

Cet évènement entre dans le cadre de la mise en œuvre de l’initiative louable «Ceinture et Route» du président de la république populaire de Chine,  XI Jinping, dont l’objectif est de  «Rouvrir et aménager des nouvelles routes commerciales, terrestres et maritimes qui va indéniablement redessiner le paysage géopolitique mondial». D’ailleurs, une rencontre B to B s’est tenue entre les opérateurs chinois et malgaches en vue de déterminer ensemble les opportunités d’échanges économiques.

Selon les explications, Madagascar a accordé un intérêt particulier à la mise en œuvre de ce projet. D’ailleurs, le mémorandum d’entente vient d’être signé entre l’Association du peuple chinois pour l’amitié avec l’étranger (APCAE) et le ministère auprès de la Présidence en charge des projets présidentiels, de l’aménagement du territoire et de l’équipement (M2pate) à Ivato, raffermissant cette volonté d’avancer et collaborer ensemble en matière de relation bilatérale entre les deux pays. Et cela concerne la construction de la «Ceinture Economique de la Route de la Soie et de la Route maritime de la Soie» du 21e siècle.

« Nous resterons toujours attentifs aux attentes des opérateurs nationaux. Cette conférence se veut ainsi une réponse à vos besoins, comme une démonstration aussi de notre capacité d’écoute et de notre volonté de promouvoir l’entrepreneuriat à travers un partenariat gagnant-gagnant », a affirmé le ministre auprès du M2pate, Narson Rafidimanana.

Une collaboration win-win

Les opportunités de coopération et d’investissement sont nombreuses et variées à Madagascar. C’est la raison de la présence de jeunes opérateurs économiques, membres de l’APCAE dirigés par leur vice-présidente Lin Yi, dans nos murs, après une invitation du ministre Narson Rafidimanana.

Dans la foulée, la république populaire de Chine  a accordé un tarif douanier zéro  à l’entrée de  97% des produits malgaches dans son territoire. Cette mesure  permet

à Madagascar d’augmenter son exportation vers la Chine avec une croissance de

40% entre 2012 et 2016 passant de 102 560 000 USD à 144 070 000 USD.

Nadia

News Mada0 partages

Deuxième procès d’Alain Ramaroson: verdict le 8 août prochain

Après le verdict sur l’affaire Andoharanofotsy rendu la semaine dernière, le leader du parti Masters, Alain Ramaroson, a comparu de nouveau hier devant le tribunal pour une seconde affaire, celle d’Ambohimangakely. Malgré la demande de ses avocats, l’ancien membre du Conseil supérieur de la transition (CST) n’a pas bénéficié d’une liberté provisoire. Le verdict sera connu le 8 août prochain et Alain Ramaroson retourne en prison.

Les faits sont les mêmes que dans l’affaire de terrain à Andoharanofotsy, puisque le prévenu devra une fois encore répondre pour faux et usages de faux de documents concernant un terrain à Ambohimangakely appartenant à la famille. La plainte ayant été déposée par la même personne, les juges n’ont pas accepté la jonction des deux affaires.

Malgré sa peine d’un an de prison dans la première affaire, Alain Ramaroson devrait être remis en liberté demain car ayant déjà purgé sa peine pendant son mandat de dépôt qui a débuté le 3 août de l’année dernière. Il ne lui reste plus que le paiement d’une amende de 900 millions ariary. Mais avec cette nouvelle affaire, le leader de parti devra retourner en prison et attendre son verdict la semaine prochaine.

T.N

News Mada0 partages

Fanakanana hetsika an-dalambe: « Tena miverina ny tantara », hoy ny Sefafi

Hatramin’izao, sakanan’ny mpitondra hatrany ny fanaovana hetsika an-dalambe. « Tena miverina ny tantara », hoy ny Sefafi.

« Mahavariana fa tena miverina ny tantara », hoy ny fanambarana hoe « Mbola fameperana ny fahafahana mivory sy manao fihetsiketsehana foana ihany », navoakan’ny Sehatra fanaraha-maso ny fiainam-pirenena (Sefafi), ny 29 jolay lasa teo, momba ny fanakanan’ny fitondrana izay fihetsiketsehana an-dalambe manana endrika politika. Teo ny fankalazan’ny antoko Tim ny faha-15 taona niorenany, ny hetsika nokasain’ny Hetsika ho amin’ny fahalalahana maneho hevitra (MLE).

Manoloana ireo, tsy misy valaka amin’izay niainan’ny firenena tamin’ny 2001 sy 2003 ary 2005 ny raharaha, raha ny fijerin’ny Sefafi. Ampahatsiahiviny ny hevitra narosony tao amin’ny taratasy ho an’ny prefen’ny Polisin’Antananarivo, ny 28 avrily 2001. Voalaza amin’izany àry fa tsy azo tondroina avy hatrany ho manakorontana ny filaminam-bahoaka ny zo hivory am-pilaminana. Raha misy fivoriana am-pilaminana, na politika na sendikaly, tsy maintsy horarana: adidin’ny manampahefana ny manambara ny antony mazava nanaovany fandrarana.

Andraikitry ny mpitandro filaminana ny filaminam-bahoaka

Andraikitry ny mpitandro filaminana, araka ny asa nankinin’ny lalàmpanorenana aminy, ny miahy ny filaminam-bahoaka. Rehefa mampiasa ny zony araka ny lalàmpanorenana ny olom-pirenena, tsy maintsy miantoka ny filaminana sy ny ain’ny mponina ny mpitandro filaminana. Ao anatin’izany ny mpanao fihetsiketsehana sy ny fananany. Tsy maintsy mandray ny fepetra rehetra mba hampizotra am-pilaminana ny fivoriany ny mpikarakara ny fihetsiketsehana.

Mihevitra ny Sefafi fa izany no fototra iorenan’ny fiarahamonina demokratika sy ny fanjakana tan-dalàna, vonona hanaja ny fahambonian’ny zo, ny rariny ary ny fahafahana ho an’ny rehetra. Ary tsy manan-tsafidy afa-tsy io tokana io ny firenena, raha tiana ny hirosoany amin’ny lalana tokony hizorany eo anivon’ny firenena demokratika.

« Na izany aza, aoka isika hisintona anatra avy amin’ny lasa mba hirosoana amin’ny fanjakana tan-dalàna lazaina fa andrandraintsika », hoy ny fanambarana.

R. Nd.

 

News Mada0 partages

Herin’ny fanovana: “Hapetraka ny paikady hihetsehan’ny vahoaka”

Hapetraka ny paikady hananganana komity matanjaka hitarika ny hetsi-bahoaka eny

anivon’ny faritra. Tanjona ny hihetsehan’ny vahoaka mialoha ny faran’ny taona. Ialohavan’ny fihaoanambe nasionalin’ny mpanohitra izany”, hoy ny mpandrindra ny Herin’ny fanovana sy ny DFP, i Doudou tao Toamasina ny faran’ny herinandro teo. Nanteriny fa mbola hananganana io komity io ny any Toamasina, Antananarivo ary i Fianarantsoa. “Tsy azo ekena ny mbola hipetrahan’io fitondrana io hatramin’ny taona 2018« , hoy ihany izy ireo. Notanisain’ny Herin’ny fanovana tao anatin’izany ny fahantran’ny vahoaka, ny firongatry ny kolikoly sy ny fanodinkodinam-bolam-panjakana, mahazo vahana amin’izao fitondrana izao. Eo koa ny halafon’ny vidim-piainana sy ny vola aloa eny amin’ny toeram-pitsaboana. Ny fanondranana an-tsokotsoko harem-pirenena ataon’ny fianakaviana akaikin’ny mpitondra ambony. “Mitazam-potsiny izy ireo… Firenena misy mpitantana sy mpitandro filaminana ve eto?”, hoy ny Herin’ny fanovana.

Synèse R. 

News Mada0 partages

Naverina any am-ponja indray: tsy nahazo fahafahana vonjimaika Ramaroson Alain

Naverina any am-ponja eny Antanimora. Niakatra fitsarana tetsy Anosy, omaly, indray ny mpanorina sy mpitarika ny Master’s, Ramaroson Alain. Anisan’ny namotorana azy ny momba ny resaka tany eny Ambohimamangakely ka niahiahiana ity mpanao politika ity ho nanao hosoka tamin’izany. Fantatra fa hivoaka amin’ny 8 aogositra izao ny didim-pitsarana momba izany. Nangataka fahafahana vonjimaika (LP) ny mpisolovava, saingy nolavin’ny fitsarana izany.

Tsiahivina fa efa nahazo sazy herintaona an-tranomaizina Ramaroson Alain momba ilay tany eny Andoharanofotsy, kianja Ramaroson. Tsy vitan’izany fa mbola mandoa onitra hatrany amin’ny 950 tapitrisa Ar koa ny tenany amin’io raharaha iray io. Tokony hivoaka ny fonja ny 6 aogositra izao izy, saingy mbola misy io raharaha iray hafa io.

Araka izany, andrasana indray ny tohiny momba ity “Raharahan’ny tany Ambohimangakely” ity.

Synèse R.

News Mada0 partages

Athletisme-Mondiaux: Eliane Saholinirina a le choix

A défaut de mieux, Madagascar n’aura qu’un seul athlète au championnat du monde qui débutera à Londres, Angleterre, ce vendredi, en la personne d’Eliane Saholinirina. Elle pourra s’aligner sur les 1500m et 3000m steeple mais aucune décision n’a été encore prise.

Ce sommet mondial sera marqué par l’adieu d’ Usain Bolt à la compétition. Eliane Saholinirina, l’unique représentante de Madagascar à cette grande messe de l’athlétisme, aura le privilège d’y assister. Cette dernière aura le choix de courir sur deux distances ou de choisir l’une d’entre elles. «Nous allons faire des engagements dans les deux courses. Mais, on verra laquelle des deux, 1500m et 3000m steeple, sera la plus adéquate», a laissé entendre le directeur technique nationale (DTN), Tsiry Manantena Rakotomalala.

En tout cas, les éliminatoires en 1500m dames auront lieu ce vendredi. L’une des deux courses à laquelle Eliane Saholinirina pourrait prendre part. Le cas échéant, elle devra attendre jusqu’à mercredi prochain  pour la prochaine course dans son agenda, le 3000m steeple. «Elle a atteint les minimas dans les deux distances, c’est la raison pour laquelle elle pourra s’aligner sur les deux», a souligné le DTN.

A rappeler qu’Eliane est la détentrice du record national du 3000m steeple avec un chrono de 9’44’’50 qui lui a permis de se qualifier aux derniers Jeux olympiques de Rio.

Naisa

News Mada0 partages

Masters de pétanque- 4e tour: la sélection malgache sans Nanou

Quarterback, l’organisateur de la tournée 2017 des Masters de pétaque a levé le voile hier sur la composition des équipes à l’occasion de la 4e étape qui se déroulera ce jour à Montluçon. Madagascar évoluera avec une formation inédite. En effet, le capitaine Christian «Nanou» Andrianiaina ne sera pas au rendez-vous. Avec deux demi-finales et un barrage, les Malgaches pointent à la 5e place qui n’illustre en aucun cas leur véritable performance.

Quant à l’équipe de France, ce sera la même formation qu’à Wissembourg (barrage gagné contre l’équipe Rocher) et Clermont-Ferrand (finale perdue sur fanny contre l’équipe Rocher) qui jouera à Montluçon. Pour ce qui est des vice-champions du monde, les Béninois, ils portent le bonnet d’âne avec un zéro pointé et sont comndamnés à briller lors de cette 4e étape faute d’être irrémédiablement lâchés dans la course au Final Four.

Rojo N.

Composition des équipes :

France : Michel Loy, Philippe Quintais, Philippe Suchaud

Madagascar : Hermann Luc Rahaingoson Aina, Tojolalaina Herizo Rahasintsoa, Herilantosoa Razafimahatratra

Bénin : Marcel Bio, Ronald Botre, Alain Latedjou

Rocher : Henri Lacroix, Ludovic Montoro, Stéphane Robineau

Fournié : Pascal Dionisi, Michel Hatchadourian, Benji Renaud

Gire : Bruno Gire, Kévin Malbec, Joseph «Tyson» Molinas

Fazzino «Wild Card» : Christian Andriantseheno, Christian Fazzino, Claudy Weibel

News Mada0 partages

EPS: le MJS demande des postes budgétaires

Le ministère de la Jeunesse et des sports (MJS) dans l’expectative ! Concernant la relance de la formation des techniciens-enseignants de l’Education physique et sportive (EPS), un blocage persiste, à savoir, l’absence de postes budgétaires alloués aux nouveaux agents cadres. Une demande a été faite par le MJS lors du Conseil du gouvernement d’hier à Mahazoarivo pour combler cette carence.

D’après la communication faite par le MJS, «Cette formation va être relancée à partir de cette année par voie de concours pour le recrutement de 200 agents de cadre A tous les deux ans et pour lequel des postes budgétaires devront être prévus pendant 10 ans, en prévision des 5 futures promotions, afin de combler la pénurie d’enseignants professionnels».

Les collèges seront les premiers bénéficiaires de ce nouveau recrutement si l’on en croit les informations émanant du ministère. Ces techniciens chargés d’enseignement de l’EPS seront également dotés d’un document sur le contenu du programme d’enseignement de cette matière à tous les niveaux.

Rakoto

News Mada0 partages

Rugby Analamanga: “Nisy fileovana nifona” hoy ny Federasiona

Mbola tena ao anaty “mêlée” tanteraka ny fiadiana ny ho tompondakan’ny ligin’Analamanga, taranja rugby, amin’izao fotoana izao. Nilaza ny avy ao amin’ny Malagasy rugby fa efa nisy nifona ireo nandray anjara, tany amin’ny ligy.

Araka ny feo heno, avy amin’ny Malagasy rugby, efa nisy ireo fileovana nandray anjara tamin’ny fifaninanana nampanaovin’ny ligin’Analamanga, ny alahady 23 jolay lasa teo, tetsy amin’ny kianjaben’i Mahamasina no nandeha nifona tany amin’izy ireo, ka manaiky fa hiverina handray anjara amin’ny lalao hataon’ny “comité ad’hoc”.

Tsy mbola nisy ny fanambarana ofisialy ny anaran’izy ireo fa najanona ho tsiambaratelo ihany, satria tsy mety ny mifanala-baraka, raha ny feo avy eny anivon’ny Malagasy rugby. Na izany aza, mba tsy hifamitahana, hisy ny taratasy sy firaketana an-tsoratra hosoniavina eo amin’ireo izay hiverina hiaraka amin’ny Malagasy rugby. Raha ny fanadihadiana natao, misy ireo mpilalao te hanara-dia ny Malagasy rugby saingy ny mpitantana ao amin’izy ireo no manao fandrahonana azy ireo, ka tsy afa-manoatra izy ireo, raha ny fanazavana voaray. Misy koa ny filazana fa misy olona efa tsy mpanazatra sy filohan’ny klioba intsony, mbola mitonona ho mpitantana hatrany ka manakana azy ireo, tsy hifaninana amin’ny “comité ad’hoc”.

Efa an’ny ligy ny fileovana?

Etsy ankilany, ny ligin’Analamanga efa nilaza fa efa nifanaraka tamin’izy ireo, ny fileovana fa handray anjara amin’ny fifaninanana karakarainy. Mbola manjavozavo izany ny resaka eto, fa ny fizotran’ny fihaonana, amin’ity faran’ny herinandro ity, no hahalalana izay tena marina, eo amin’ireo fileovana na any amin’ny ligy na any amin’ny “comité ad’hoc”.

Mandra-piandry izany, manomboka simba ny toe-tsaina tsara efa nipetraka tao anatin’ity taranjan’Ambalambahoaka ity. Mitaraina mantsy ny mpikarakara lalao fa misy mandrovitra ny afisy apetrak’izy ireo. Misy koa ireo manakana ny olona tsy handeha hijery baolina ka mamafy tsaho fa tsy misy lalao atao izany.

Manoloana izany, tokony hifanantona ny andaniny sy ny ankilany, fa lasa miverin-dalana ka lazain’ny olona fa lalaom-boto sy ny tsy nahita fianarana ny rugby.

Tompondaka

News Mada0 partages

Kitra – Fifindran’i Neymar: nametraka fitoriana ny Espaniola

Raha ny vaovao nambaran’ireo tomponandraikitra, teo anivon’ny klioban’ny Paris St Germain, omaly no nanao ny fizaham-pahasalamana, ilay mpilalao baolina kitra breziliana, Neymar Junior, mialoha ny tena hilalaovany ao amin’ity ekipan’i Paris, Frantsa ity. Manoloana izany, nametraka fitoriana, i Javier Tebas, filohan’ny ligin’ny baolina kitra, any Espaina. “Tsy raharahan’ny Barcelone irery intsony ity, fa mety hahakasika ny rehetra. Anio, voakasika ny Barça, fa rahampitso mety ho voan’izany koa ny Real na ny Atletico de Madrid», hoy izy.

Fitoriana ny PSG, any amin’ny firaisan’ny baolina kitra ao Eoropa (UEFA), ity nataon’i Javier Tebas ity, izay nomarihiny fa tsy manaja ny fifanarahana ara-bola, eo amin’ny fifindran-toeran’i Neymar Juniro.

Etsy ankilany, efa vonona ny hanefa ny 222 tapitrisa Euros, tambin’izao fifindran’i Neymar izao sy ny fandoavana ny karamany, mitentina 30 tapitrisa Euros, ny PSG. Marihina fa hatreto izany, i Neymar no mpilalao lafo vidy indrindra. 25 taona ankehitriny i Neymar, izay mbola tokony hiatrika ny “super coupe d’Espagne”, hifanandrinany amin’ny Barcelone sy ny Real de Madrid, ny 10 sy ny 13 aogositra, ho avy izao.

Tompondaka

 

News Mada0 partages

Endemika films: les produits de la maison se démarquent

Endemika Films est une société de production de films documentaires et fictions, sous l’égide des deux frères, Lova Nantenaina et Nantenaina Fifaliana. Parmi ses réalisations, deux œuvres font actuellement un tabac à l’occasion de divers festivals internationaux.

La troisième édition du festival Embarquement Immédiat s’est tenue à La Réunion, la semaine dernière. Le réalisateur malgache Lova Nantenaina y a participé en proposant le court métrage intitulé «Lakana» faisant partie du projet «A toi de jouer». Il a été diffusé à Yourtes-en-scène, le 28 juillet dernier.

«A toi de jouer» est un projet audiovisuel éducatif et interactif. Le réalisateur y présente une série de voyages animés par Romy, un petit canard. Il rencontre des enfants malgaches qui lui apprennent les divers jeux créés à partir des objets recyclés ou naturels. Et «Lakana» raconte donc l’histoire de Kenji et de son frère qui vivent avec leur mère dans la forêt de la côte Est de Madagascar. En rencontrant Romy, ils ont construit ensemble une pirogue à balanciers en raphia.

« Anay ny Lalana » de Nantenaina Fifaliana

Par ailleurs, Nantenaina Fifaliana suit aussi la trace de son grand frère. Après avoir reçu plusieurs récompenses, il vient d’être élu, lundi dernier, Meilleure réalisation à l’International film festival pays du Sud du monde (Fiscur), grâce à son film documentaire «Anay ny lalana». En pleine réalisation d’un autre film documentaire, Nantenaina Fifaliana commence aussi à s’imposer dans le monde du film documentaire à l’échelle mondiale.

Holy Danielle

News Mada0 partages

Afriaue-Europe: un Sommet des jeunes en vue

Les jeunes seront au centre des relations Afrique-Europe en octobre. En effet, le 4e Sommet de la jeunesse Afrique-Europe qui rassemblera plus de 120 jeunes leaders des deux continents, y compris la diaspora africaine, se déroulera du  9 au 11 octobre prochain à Abidjan (Côte d’Ivoire). Cette rencontre a pour objectif de trouver un terrain d’entente sur une déclaration autour des thèmes tels que l’éducation, la paix et la sécurité, l’environnement, l’emploi et l’entrepreunariat, l’inclusion démocratique et la culture.

«Un groupe de suivi, l’initiative « plug-in » travaillera sur la mise en œuvre de la déclaration ressortant du Sommet des Jeunes entre le 30 octobre et le 29 novembre via le développement des projets pilotes concret sur la coopération Afrique-UE. Ceux-ci seront présentés au Sommet UA-UE qui sera axé sur la jeunesse du 29 au 30 novembre, également à Abidjan, en Côte d’Ivoire», note la communication publié par la Délégation de l’Union européenne locale.

Il faut signaler que la jeunesse africaine et européenne fait face aujourd’hui à des nombreux défis communs tels que la pauvreté et l’accès limité aux ressources, à l’éducation, aux soins de santé et à l’emploi, ainsi que la discrimination sociale sans oublier le manque de participation à la prise de décision et les conflits militaires.

«En réunissant des organisations africaines et européennes des jeunes motivés et engagés, le Sommet et l’initiative plug-in renforceront la participation directe au dialogue politique qui définit la réalité actuelle et les résultats futurs», note toujours cette communication.

Rakoto

News Mada0 partages

Voyages organisés: l’absence de professionnalisme est fatale

En cette période de vacances, beaucoup d’associations, notamment cultuelles se déplacent en provinces pour assister à des grands meetings au programme. Cependant, le manque de professionnalisme dans l’organisation de ces voyages est parfois fatal.

Apparemment, on entre dans la période les plus mortelles sur les routes. Organiser des voyages sans tenir compte de tous les critères de sécurités dans le domaine de transport augmente considérablement les risques d’accidents irréparables. Et la plupart des cas, les organisateurs négligent parfois le côté vital, celui d’être à cheval sur le respect des cahiers des charges laissant place à un certains laisser-aller fatal.

D’habitude, ces organisateurs de voyage ont tendance à louer une ou des voitures à moindre frais, sans prendre en compte le côté mécanique et technique des véhicules, la compétence et le professionnalisme des chauffeurs. A chaque fois qu’un accident tragique se produit, soit le chauffeur est pointé du doigt, soit l’état général du véhicule est mis en cause.

A titre d’exemple

Les exemples sont plusieurs, mais l’histoire retiendra qu’en 2015 à Andaingo sur la RN2, le véhicule transportant les fidèles de l’Eglise FPVM en pèlerinage est entré en collision avec un camion. Bilan : 7 morts et des blessés

Au début de l’année à Anjozorobe, le chauffeur d’un camion, transportant des passagers après une cérémonie des fiançailles, a perdu le contrôle de son véhicule après avoir mal négocié un tournant, plus précisément au niveau du pont de la rivière Manara. Bilan : 47 morts et 22 blessés. Le dernier en date est celui d’hier, survenu à Ankazobe où un bus s’est renversé dans un ravin et a pris feu, faisant une centaine de blessés et une vingtaine de morts. La liste des accidents mortels n’est pas exhaustive, malheureusement, certains n’ont pas pu en tirer des leçons.

Sera R

News Mada0 partages

Madagascar il y a 100 ans

M. Merlin à Tamatave (3)

(Suite et fin.)

En même temps une délégation de vieux Malgaches est venue assurer M. Merlin de la loyauté du peuple malgache, et de sa reconnaissance pour tous les bienfaits que la France lui avait prodigués. M. Merlin, tout en la remerciant, lui a répondu que Français et indigènes devaient être unis pour travailler ensemble à la prospérité de la colonie, comme membres d’une même famille. Lorsque les membres d’une famille sont unis, tout va bien. Tout va au plus mal quand ils ne le sont pas.

Là-dessus il serre la main, disant que dans ce geste c’est la main de tout le peuple malgache qu’il serre. Cela a été le signal d’une ovation de la part de la masse des indigènes qui se pressaient sur les quais.

Puis, en automobile, M. Merlin s’est rendu à l’Hôtel du gouvernement. La ville était magnifiquement pavoisée et des arcs de triomphe dressés sur son passage. Sur tout le parcours, une double haie ininterrompue de tirailleurs a rendu les honneurs et maintenu la foule énorme qui s’y pressait. Aussitôt arrivé à l’Hôtel du gouvernement, M. Merlin a reçu les corps constitués, les représentants des puissances étrangères ainsi que les fonctionnaires de tous ordres et le corps des officiers. En somme, excellente impression.

Le vind’honneur (1)

Mercredi soir, à 5 h. précises, a eu lieu le vin d’honneur offert par la population à M. le Gouverneur Général à l’Hôtel Métropole.

Le hall était artistiquement décoré de tentures et drapeaux des alliés et orné de fleurs à profusion.

Une foule énorme et sympathique emplissait la salle jusqu’à déborder sur la cour. L’excellente musique du 2e Malgaches était venue rehausser l’éclat de cette manifestation, par l’exécution des meilleurs morceaux de son répertoire.

C’est M. Caucé, premier adjoint, qui a nom de la population a souhaité la bienvenue à M. Merlin en ces termes :

Monsieur le GouverneurGénéral,

Les fonctions de premier adjoint au Maire et aussi la mission que j’ai reçue de la Commission Municipale, de la Commission Consultative du Commerce et de l’Industrie et du Comice Agricole réunis, me procurent l’honneur de vous adresser des paroles de bienvenue au nom de la population de Tamatave.

(À suivre.)

Le Tamatave

www.bibliothequemalgache.com

News Mada0 partages

Pérégrinations hebdomadaire: culture du scandale décomplexé

Les régimes successifs depuis l’Indépendance ont réussi au moins une chose : faire cohabiter pacifiquement des catégories sociales entre lesquelles les écarts ne cessent de se creuser. Habituée au spectacle des effets de l’éloignement entre les extrêmes de ces catégories, la population ne prête d’attention au phénomène que la considération accordée à une fatalité banalisée : il n’y a pas plus de honte à vivre bêtement des difficultés de la pauvreté qu’à paraitre dans les aises des richesses parfois douteuses. Dans le pays  on partage le même lieu de vie, mais on ne vit pas les mêmes choses. Il en est qui déclinent des milliards comme d’autres discutent de problèmes relevant de mille balles : à chacun son monde. Seulement immanquablement survient un moment où se télescopent ces plusieurs mondes : plusieurs ? Il y a longtemps que l’on a dépassé le leurre du concept vantant une société à seulement deux vitesses. A l’intérieur de la  désharmonie à chacun de trouver à s’épanouir en liberté. Le scandale n’est plus dans les écarts scandaleux, peu celui-ci importe quand le scandale se déplace dans le fait que ce constat ne provoque plus scandale. Comme pour aggraver le cas le scandale se double de ridicule. On a acquis la liberté de vivre outrageusement son état en entourant de précautions cette liberté et à considérer comme outrageant le fait d’en parler librement. A vouloir préserver l’espace de liberté aux conditions d’acquisition de richesses, on a fini à encadrer l’exercice de la liberté d’expression.Ces considérations conduisent à un sujet qui concerne le peuple dans son intégralité : les élections présidentielles, dont une esquisse de solution exclue d’entrée nombreuses catégories de la population. Sans complexe les commissions autour de la CENI soi-disant pour moraliser l’environnement électoral évaluent l’établissement du plafond des dépenses de chaque candidat à 100 milliards d’ariary soit 500 milliards fmg. A entendre ce chiffre dont elles n’ont même pas idée de la réalité, les petites gens éprouvent le sentiment de subir un outrage comme si on crachait dans leur assiette. Dans une discussion avec des « acteurs » de la vie publique, en réponse à l’effarement de l’un d’eux, un jeune politicien avec arrogance a avancé que s’offusquer de ce chiffre trahit le fait d’être dépassé par la réalité des temps ! Peut-être a-t-il raison mais seulement à l’échelle d’un groupe restreint. Pourtant si composé d’élites que soit ce groupe, ce sont ces gens-là qui ne sont pas en phase avec la masse populaire.Questions et réponses portant contradiction à ce mode de fonctionnement se bousculent dans les esprits des citoyens du grand public, considérer certaines de ces questions jetées en vrac sans ordre d’importance pour enrichir la réflexion ne serait pas un luxe.– Le système politique a-t-il réussi à élever le niveau de la population à l’égal du niveau dont jouissent les occidentaux, pour ainsi vouloir en priorité plagier leur style de leur campagne électorale avant de pouvoir assurer le bon déroulement des élections par une rigueur des méthodes  pour les administrer ?– Revenir aux méthodes plus simples par des moyens moins onéreux ne correspond-il pas davantage à la situation économique et aux conditions de vie de la majorité ? Un exemple de suggestion, utiliser les médias publics et privés en répartissant de façon équitable l’accès à l’antenne.– A moins de considérer de vendu le peuple et d’achetables les électeurs, ne faut-il pas interdire les distributions de biens durant cette période.– Les « calculateurs » de cette proposition de plafonnement ont établi leur estimation en basant le seuil des dépenses de chaque candidat à 2 milliards de francs à l’échelle de chaque district. Il faut être sérieux : chaque année que de marchandages avant d’obtenir une somme de cette équivalence  pour le financement des projets de développement pour chaque district.– Où les candidats puiseraient-ils cette masse d’argent ? Quels engagements en contrepartie ? Seules des puissances financières ont la capacité d’apporter de telles contributions, dans ces eaux, rares le font par pure philanthropie. Saurait-on minimiser l’importance des retours d’investissement ? Déjà lorsque l’on avance comme vérité qu’il ne s’agit que de fonds réunis à la faveur d’élans patriotiques familiaux le public se bidonne.– A quel organe confier le contrôle de ces dépenses ? Par les temps qui courent et en considération de la mentalité ambiante, à supposer qu’il y ait cinq candidats qui frôlent ce plafond, les 2.500 milliards représentent de quoi alimenter des tentations de corruption.– Etablir le plafond à cette hauteur n’équivaut-il pas à placer trop haut la barre, éliminant au départ les petits candidats, petits cause pauvreté du côté portefeuille, possible grands pour richesse d’idées ? De l’appréciation populaire la hauteur de ce plafond  parait surdimensionnée en rapport aux réalités du pays et pose de façon formelle une barrière qui consacre la fausseté de la pratique de la démocratie. Une approche des problèmes qui contient mal une inclination à la gourmandise acquise par l’habitude de se servir en particulier sans prendre en considération les capacités en partage de tous. A une minorité de vivre en princes, à la majorité de les suivre tels des mendiants et survivre à la grâce de la générosité servie en miettes.La Ceni s’habille du rôle de prestidigitateur qui fait miroiter la ploutocratie sous la forme d’une démocratie.

Léo Raz

News Mada0 partages

Taxibé: ruée vers les « Spécial »

Quand un groupe ou une association prévoit d’organiser un voyage en dehors de la capitale, la location de voitures communément connue sous le nom de «Spécial» est monnaie courante.  Une vraie aubaine pour les Taxibe  en cette période de vaches maigres dont la majorité roule sans autorisation conforme.

A vrai dire, les chauffeurs préfèrent être pénalisés par la police de la route ou les gendarmes et de se servir en guise de laissez-passer la fiche de contravention au lieu de s’acquitter du droit d’autorisation spéciale délivrée par l’Agence des transports terrestres (ATT). «Avec le temps perdu dans les procédures, les clients risquent de chercher un meilleur service ailleurs», a indiqué un chauffeur. Alors que tout au plus, le montant d’amende s’élève à 10 000 ariary.

Faire-part de décès

Une autre astuce que les chauffeurs de taxibe utilisent est d’afficher un faire-part sur le pare-brise lors d’une location pour des funérailles. «La mort étant fortuite, nous préférons fermer les yeux. Cela, malgré le fait que c’est totalement illégal, car ils ne pourront jamais avoir l’autorisation en deux jours», déplore un agent de la circulation.

Les coopératives, les propriétaires de véhicules de transport, l’ATT et surtout les locataires sont tous responsables. En cas d’accident, les assurances s’en lavent les mains et ce sont les usagers qui paient toujours le prix fort.

Sera R

News Mada0 partages

Sortie de route à Ankazobe: vingt fidèles du FJKM périssent dans un accident

Au moins 20 fidèles (Sampana Tanora Kristiana et Tily) du FJKM Andon’i Hermona de Soavinandriana Itasy ont péri dans un accident de la route survenu à Ankazobe. Le drame a également fait 103 blessés.

Le FJKM est en deuil. Un accident de la route d’une violence inouïe s’est produit dans la nuit de lundi à mardi sur la RN 4, à hauteur d’Ambohitromby, district d’Ankazobe (PK 76). Roulant en direction de Mahajanga, un car à étage communément appelé «Boeing» a immédiatement pris feu après une sortie de route. Le drame est survenu aux environs de minuit sur une montée précédée d’un virage.

«D’après le rapport qui nous est parvenu, le chauffeur a raté le passage de vitesse. Le car a reculé et très probablement dans la panique, le conducteur a perdu le contrôle de son véhicule qui a fait quatre ou cinq tonneaux dans un ravin pour s’immobiliser 20 mètres plus bas, couché sur le flanc gauche. Pour des raisons qui restent à déterminer, il a explosé avant de prendre feu», a indiqué une source auprès de la gendarmerie.

Le choc a ravalé le car au rang de tas de ferraille. Réveillés par un grand bruit, les riverains se sont précipités pour voler au secours des victimes. Sans tarder, ils ont aidé les rescapés à désincarcérer les passagers coincés entre les sièges et les bagages. Emprisonnés dans la carcasse métallique, certains passagers sont morts calcinés.

Elan de solidarité

Dès la levée du jour, la gendarmerie, le Bureau national de gestion des risques et des catastrophes, la Croix-rouge, les riverains ainsi que le personnel médical du dispensaire d’Ankazobe ont poursuivi la recherche des corps. Les blessés ont été envoyés d’urgence à l’hôpital d’Ankazobe et à l’HJRA. Les dépouilles ont été envoyées à la morgue de l’HJRA où est prévue se tenir l’opération d’identification.

Des éléments du Corps de la protection civile sont arrivés sur les lieux de l’accident dans l’après-midi pour renforcer les secours. Plusieurs membres du gouvernement se sont rendus à Ankazobe.

De leur côté, le président de la République et le Premier ministre,  accompagnés de quelques ministres ont fait le déplacement à l’HJRA pour se rendre au chevet des victimes et par la même occasion présenter leurs condoléances aux familles éplorées.

Mparany

News Mada0 partages

Behoririka: six blessés dans un carambolage

Un spectaculaire carambolage faisant six blessés, heureusement sans gravité s’est produit hier à Behoririka. Le problème du système de frein d’un minibus de la coopérative 144 reliant la capitale à Mahazo serait à l’origine de l’accident.

Le carambolage a eu lieu, alors que le minibus s’engageait sur la rue jouxtant la station-service Shell de Behoririka.

Le minibus a percuté un véhicule 4×4 avant de renverser des piétons. Les blessés ont été transportés d’urgence à l’HJRA.

Toujours dans le même chapitre, l’on sait qu’une Mercedes Sprinter transportant des femmes du dorcas FJKM de Mahajanga, comptant se rendre à Toliara, a fait un accident à Camp Robin. Le chauffeur aurait voulu éviter une collision frontale avec un autre véhicule. Un brusque coup de volant a fait renverser le véhicule.

Mparany

 

News Mada0 partages

Boeny: succès de la foire «Lojy mitsangana»

La 2e édition de la foire « Lojy mitsangana » organisée dans la commune rurale d’Ambondromamy, dans le district d’Ambato Boeny, vient de confirmer la place de la région Boeny dans la production de black eyes. La demande s’étend vers les marchés du Comesa actuellement, d’après les révélations du ministère de tutelle.

Une hausse du taux de participation avoisinant les 50% par rapport à sa première édition a marqué cette manifestation socio-commerciale destinée à la promotion de la production de black eyes ou «lojy mitsangana» organisée conjointement par le projet Prosperer du ministère de l’Agriculture et de l’élevage et la région Boeny à Ambondromamy, du 28 au 30 juillet dernier. Plus d’une centaine d’agriculteurs issus des 12 communes du district d’Ambato Boeny ont pris part à l’évènement en plus  des représentants des districts de Marovoay et Mahajanga II. L’objectif dans la mise en place d’une plateforme de rencontres entre les producteurs, opérateurs et techniciens a été positivé par la présence des sociétés distributeurs d’intrants ou de matériels agricoles et des opportunités d’affaires, suite à l’afflux des investisseurs durant ces journées.

Cibler le marché international

Madagascar est classé premier producteur mondial de black eyes par le biais de la région Boeny qui,  misant sur son produit-phare, a réglementé la filière par un arrêté régional en 2015, a révélé son secrétaire général Hemedy, lors de l’ouverture officielle de la foire. Cette disposition a permis la mise sur pied de la plateforme «lojy» locale ayant abouti à l’instauration du marché contrôlé du black eyes destiné à l’amélioration de la qualité du produit suivant les normes internationales à l’exportation, selon ses explications. Les promoteurs de la filière black eyes lorgnent déjà les marchés du Common Market of Eastern and Southern Afirca (Comesa) actuellement. Des études sur la capacité de production des exposants ont été entamées au cours de cette édition de la foire pour évaluer les possibilités d’approvisionnement de ce vaste marché régional en plus des pays asiatiques et européens.

Manou

News Mada0 partages

Atsinanana: des localités risquent l’enclavement

La province de Toamasina souffre du désenclavement chronique de la majeure partie de sa circonscription entraînant des problèmes de transport et de circulation entre ses différentes localités.

Après l’inauguration du pont sur la Kamoro dans la province de Mahajanga, la population de Toamasina attire l’attention des dirigeants sur la vétusté des ouvrages d’art en service dans ses localités. L’état du pont à l’entrée du village de Sahandahatra, sur la route menant vers Ambodiriana dans le district de Toamasina II, a été cité en illustration de l’urgence de la situation. Ce pont métallique datant de la période coloniale dessert 5 communes à grandes potentialités agricoles dans le district mais sa traversée répugne les transporteurs qui boycottent les produits de ces localités devant les brader, faute de collecteurs. Le passage des piétons sur ce pont dépourvu de tablier présente des risques que la population doit vivre au quotidien, selon les notables locaux qui craignent un «deux poids, deux mesures» dans la décision de l’Etat.

Manou

News Mada0 partages

Behoririka: taxi-be tapaka frein nifaoka olona telo sy fiara

Olona telo indray nofaohin’ny taxi-be tapaka frein teny Behoririka, omaly maraina. Tsy vitan’izay fa mbola nifaoka fiara taxi iray vao nifatratra tamin’ny fiara 4×4 iray…

Io indray! Nitrangana lozam-pifamoivoizana indray koa teny Behoririka akaikin’ny tobin-tsolika iray. Taxi-be, zotra 144, mampitohy an’Analakely sy Mahazo ity tapaka frein ity. Araka ny fanazavan’ireo mpandeha tao amin’ilay taxi-be, avy any Analakely hihazo an’i Mahazo ity taxi-be ity no tapaka frein tampoka teny am-pandehanana. Efa tsikaritr’ireo mpandeha tao anaty fiara fa somary nanana olana teo amin’ny motera ilay fiara kanjo izao namoa-doza izao. Tsy voafehin’ny mpamily intsony anefa ilay fiara ka nifaoka ireo fiara rehetra izay nifanehatra taminy. Taxi iray super 5 no tena voa mafy niampy moto roa nijanona teo amoron-dalana. Fiara 4×4 iray kosa vao nampijanona ilay taxi-be. Mpandeha telo indray voafaokan’ilay taxi-be ka naratra. “Hatairana ny an’ny mpandeha rehetra tao anaty fiara rehefa nahita ilay fiara tsy nijanona ka nifatratra tamin’ilay taxi sy fiara 4×4. Soa ihany fa tsy nahavoahitsaka fa raha tsy izany mety ho zava-doza noho izao ny nitranga”, hoy ny renim-pianakaviana iray isan’ireo nandeha tamin’ilay taxi-be. Ankizikely iray naratra teo amin’ny lohany vokatry ny dona nahazo ilay taxi-be tamin’ilay fiara 4×4. Tsy nisy kosa ny aina nafoy tamin’ity lozam-pifamoivoizana ity.

Ekena fa eo ny fitadiavana fa tokony hojeren’ny tompon’ireny fiara manao fitateram-bahoaka ireny ny mombamomba ilay fiara iray manontolo mba hialana amin’ny loza toy izao. Misy koa ireo fiara efa tsy tokony hiasa intsony nefa terena hiasa ihany sitrany ahay nefa tsy mitsinjo akory ny ain’ny mpandeha. Manginy fotsiny ny haratsin’ny fiara sy ny tsy fahalalam-pomba eo amin’ny mpamily sy ny resevera. Tsy lazaina intsony ny familafilana amin’ny endriny maro samihafa. Toy ny fihodinana tapa-dalana, rehefa mahafeno “versement” dia mampifilafila, manao fanenjika eny am-pandehanana.

J.C

News Mada0 partages

Fiahiahiana famonoana: hitory ny zanak’Itpkl Rakotoarivelo Mamy

Tsy hipetra-potsiny. Manoloana iny nahafatesan’ny rainy, Rakotoarivelo Mamy tao anefitranony ny herinandro teo iny, nilaza ny hametraka fitoriana amin’ny manam-pahefana ireo zanany mirahalahy. Araka ny fantatra, efa an-dalana amin’ny hanaovana izany izy ireo amin’izao fotoana izao. Niandry ny fahavitan’ny fandevenana sy ny fombafomba rehetra taorian’izany ireto zanany ireto ary hiroso amin’izany. Manahy izy ireo fa mety tsy mitombina ilay famonoan-tena.

Nilaza ho tsy mbola naharay ny fitoriana kosa aloha hatramin’ny omaly, ny eny anivon’ny BC, Anosy.

Tsiahivina fa nahenoana bala indroa miantoana tamin’io andron’ny zoma, tokony ho tamin’ny 11 ora io. Efa nofotorana momba izany ilay mpanampy vavy tao an-trano. Mbola andrasana koa ny valin’ny fitiliana “autopsie”… Etsy andaniny, tsy nipoitra ary nihemotra tamin’ny fotoana farany raha nikasa hanao valandresaka ho an’ny mpanao gazety ilay voalaza fa sakaizan’ny maty, afakomaly. Andrasana ny ho tohiny.

Randria

News Mada0 partages

Manakaiky ny vahoaka: hahazo fonja sy fitsarana vaovao ny eny Avaradrano

Mitondra tombontsoa ho an’ny daholobe ny fanorenana fonja vaovao manaraka ny fenitra takin’ny fanajana ny zo maha olona. Ezaka ataon’ny fanjakana amin’ny toeram-pamonjana telo hapetraka izany.   

Tao anatin’ny 20 taona, sambany izao no nanangana fonja vaovao ny fanjakana. Telo ireo naorina: any Vangaindrano sy Fenoarivo Atsinanana ary Moramanga. Ho vita amin’ny faran’ny taona ny any amin’ny toerana roa farany. Nanambara koa ny minisitry ny Fitsarana, Andriamiseza Charles fa hametraka fonja iray vaovao, miaraka amin’ny fitsarana ambaratonga voalohany ao amin’ny distrikan’Avaradrano koa ny tomponandraikitra. Andrasana ny lalàna fampiharana hanombohana ny asa fanorenana.

Napetraka ny fiandohan’ny herinandro teo ny vato fototra fanombohana ny asa fananganana  fonja ao Moramanga. 500 amin’izao fotoana izao ny voafonja ao amin’ny fonja nefa 80 no zakan’ny fotodrafitrasa ka tsy manaraka ny fenitra maha olona intsony. Antony nanorenana ny fonja vaovao izany izay manaja ny fepetra iraisam-pirenena fihazonana olona. Ahitana faritra ho an’ny vehivavy manokana sy ny lehilahy ny fonja haorina. “Mahazaka olona 300 ny toeram-pamonjana ary mbola zakany na avo roa heny amin’izay aza”, hoy ny tomponandraikitry ny fotodrafitrasa ao amin’ny minisiteran’ny Fitsarana, Razafindramasy.

Vonjy A.

News Mada0 partages

Dihy: 30 mitrandraka talenta ao anatin’ny « Labdihy »

Sehatra iray handalinana, hiofanana ary hamoronana ny « Labdihy », hetsika noforonin’i Ariry Andriamoratsiresy, talen’ny kaompania Rary. Tontosaina isaky ny roa taona izy ity ary miompana tanteraka amin’ny tontolon’ny dihy ankehitriny. Tsy natao ho an’ny mpandihy avy eto an-toerana ihany ny « Labdihy » fa misokatra ho an’ny aty amin’ny ranomasimbe Indianina mihitsy.

Tonga amin’ny andiany fahafito ny hetsika, izay nanomboka omaly, etsy amin’ny Tahala Rarihasina. Misy dingana roa izany ka tsy hifarana raha tsy ny 12 aogositra ny dingana voalohany. Hotanterahina ny 2 hatramin’ny 7 oktobra kosa ny faharoa. Toerana maromaro no mandray ny « Labdihy », ankoatra ny ao amin’ny Tahala Rarihasina, toy ny Is’Art Galerie etsy Ampasanimalo sy ny Craam eny Ankatso.

Manondrotra ny talenta efa ao anatin’ny mpandray anjara, izay tsy vahiny eo amin’ny tontolon’ny dihy ankehitriny, ny « Labdihy ». Miisa 30 mahery izy ireo amin’ity andiany ity. Marihina fa mizara ny traikefany amin’ity dingana voalohany ity ny mpandihy matihanina avy any Espaina.

Ankoatra ny fiofanana sy ny fanamafisana ny fahaiza-manao, mibahan-toerana ihany koa ny fikarohana sy ny famoronana mandritra ny « Ladbihy ». Eo koa ny famelabelaran-kevitra sy fandefasana horonantsary hoenti-manamafy ny fahalalana mikasika ny dihy sy ireo sokajin-javakanto hafa azo ampifandraisina aminy.

Landy R.

News Mada0 partages

AFT Andavamamba: 60 taona nanaovan-tsary Raparivo R.R

Mpanao sary hosodoko anisan’ireo zokiny indrindra. 60 taona nanaovan-tsary Raparivo R.R. Tsy ho lalovam-potsiny io vanim-potoana io fa hisy ny fampirantiana sy varotra tabilao mirakitra ny sanganasan’ity andrarezin’ny sary hosodoko malagasy ity, izay hotontosaina etsy amin’ny Alliance française Antananarivo (AFT Andavamamba) ny 23 aogositra ka hatramin’ny 9 septambra izao. Tabilao 23 vita amin’ny loko menaka eo ambony lamba, 12 nampiasana ny teknikan’ny « aquarelle », 6 « acrylique sur toile » ary tabilao 6 vita amin’ny loko menaka ambony lamba sanganasan’i Tiana Raparivo.

Ho an’ny mpitia sary hosodoko, ilay sary maneho ny hakanton’i Madagasikara no tena ahafantarana an-dRaparivo R.R. « Toy ny azo tsapain-tanana mihitsy ny azy ny sary », hoy ny ankamaroan’ireo mahita ny sanganasany. Ho an’ny mpahay sary indray, manasongadina ny « impressionnisme » (aquarelle sy à l’huile) Raparivo R.R. rehefa manao sary hosodoko.

HaRy Razafindrakoto

 

News Mada0 partages

Alain Rabevason: midera amin’ny gadona maroloko

Tsy mifidy gadon-kira lalaovina hoenti-midera ny Tompo ny GAR na ny Groupe Alain Rabevason. “Eto an-kibon’Imerina no misy ny tarika, saingy omenay lanja ary ironana kokoa aza ny fiangaliana ireo gadona isam-paritra mampiavaka ny lafivalon’ny Nosy”, hoy i Alain Rabevason.

Tanjona amin’izany ny hoe mba ho tsy mialonjafy tanteraka ny fanapariahana ny Tenin’Andriamanitra, miaraka amin’ny hakanton’ny hira sy mozika ary ny dihy. Mampiavaka ity tarika ity ihany koa ny fifidianany tononkira tsotra sy  mora raisina, nefa kanto.

Misokatra malalaka amin’ny fiangonana sy ireo tsara sitrapo ho amin’ny fanabeazam-boho ny asan’Andriamanitra ny tarika. Ity farany izay an-dalana ho amin’ny fiketrehana ny kapila mangirana laharana fahefatra. Ampahany amin’ireo vazo mitaiza fanahy ho heno ao ny “Fitiavana mahagaga”.

Landy R.

News Mada0 partages

Acharnementsur Ambatovy: mauvaise appréciation du climat des affaires

On rapporte récemment que le climat des affaires s’améliore à Madagascar et que l’Etat promet davantage de sécuriser l’investissement dans le secteur privé. Est-ce vraiment le cas quand une grande compagnie minière telle qu’Ambatovy fait l’objet d’un acharnement incongru à tous les niveaux ?

Ce jour, d’après les informations recueillies, l’ancienne cadre de l’entreprise, licenciée d’une manière légale en 2013, conformément au code du travail pour faute grave en divulguant des données confidentielles de la compagnie, compte saisir par l’intermédiaire d’un huissier les 88 millions d’ariary, accordés par le tribunal sur les 580 millions d’ariary encore en instance. En fait, après avoir été remerciée, cette dame a poursuivi Ambatovy en justice et espère empocher 2,3 milliards correspondant à 100 ans de salaire d’un employé malgache qui touche le Smic. Une requête scandaleuse.

«L’employée était licenciée d’une manière légale pour conduite contraire à l’éthique en 2013. Tous les avantages dus lui ont été payés à l’époque, en conformité avec le code du travail, et ont été acceptés sans contestation», a souligné récemment le vice-président d’ Ambatovy, Louis Roland-Gosselin.

Verdict controversé

En toute logique, c’est Ambatovy qui aurait dû porter plainte contre cette dame pour avoir laissé filtrer volontairement des informations à caractère confidentiel.  Mais, chose rare et douteuse relevant d’une scandaleuse malhonnêteté à tout prix qui ne se pratique nulle part ailleurs qu’à Madagascar, la dame, en s’érigeant comme victime auprès du tribunal, ternit incontestablement l’image de la justice malgache et du pays aux yeux des investisseurs étrangers.

Et comble de l’histoire, malgré les fautes graves commises par cette ancienne cadre et son intention de produire  un document  dans le dessein de signifier un avis de gel de compte de la compagnie auprès d’une banque locale, la décision du tribunal civil de contraindre Ambatovy  à payer illico presto 88 millions d’ariary sur les 567 millions accordés a rendu un verdict insensé. En conséquence, l’entreprise a déjà déposé plainte auprès de la chambre pénale pour faux et usage de faux. Le 18 février 2017, Ambatovy a annoncé que son compte est bloqué et gelé.

Le régime laisse faire ?

Juste après son licenciement, cette dame a été recrutée au sein d’un ministère mais, aux dernières nouvelles, elle a démissionné sur ordre de la Première dame pour insubordination. Le plus inquiétant dans cette affaire est la passivité, voire le silence complice de cette entité. Comme si le mot d’ordre est de laisser faire ou laisser couler Ambatovy, l’une des pourvoyeurs d’emplois au pays, sans parler des 50 millions de dollars de taxes versés à l’Etat annuellement.

Plus d’un se demande si le climat des affaires est vraiment sécurisé à Madagascar à l’heure où le pays fait appel à des investisseurs étrangers. A coup sûr, ces derniers n’aimeraient pas être à la place de cette compagnie minière de renommée internationale. Le cas d’ Ambatovy est alarmant mais l’indifférence totale de l’Etat l’est encore plus, devant cette intention de saigner à blanc Ambatovy.

JR.

News Mada0 partages

Shell Extra Challenge: économiser du carburant

Vivo Energy Madagascar, le distributeur officiel des produits et services Shell à Madagascar, a organisé un jeu inédit dénommé «Shell Extra Challenge»  du 27 au 30 juillet dernier. Inédit. Cela consiste à faire concourir les clients de Shell sur un véhicule neuf utilisant les carburants différenciés disponibles à Antananarivo, Toamasina et Antsirabe, à savoir,  les Shell Super Extra et Shell Diesel Extra. Le but est d’économiser au maximum des carburants.

Sur une Suzuki Jimny flambant neuf, les concurrents ont parcouru un trajet préalablement délimité d’environ 50 km avec le réservoir plein. A l’issue du parcours, le re-plein du réservoir a permis de révéler la quantité de carburant consommé. L’heureux gagnant est celui qui a consommé le minimum de carburant.

C’est ainsi que Serge Razanamahenina, le champion de l’économie de carburant à Antananarivo, avec une consommation de 2,52 litres pour un parcours de 58 km,  a gagné «un an» de carburant Shell, tout comme les gagnants d’Antsirabe et de Toamasina. Pour Antananarivo, le meilleur score de toute la compétition est de 0,84 litre sur ce trajet de 58 km. Malheureusement, la participante qui a réussi ce score n’a pas gagné face à ses adversaires lors de la demi-finale de la compétition.

Une phase finale opposera les trois gagnants de chacune des villes le dimanche 6 août prochain. Le grand gagnant de la finale interville aura la chance de repartir avec un véhicule neuf : la Suzuki Jimny commercialisée par Sicam, partenaire de l’évènement.

Arh.

News Mada0 partages

Seha-pihariana lojy – Boeny: fampiakarana fari-piainan’ny tantsaha

Ny 28 hatramin’ny 30 jolay lasa teo, andron’ny tsenabe “Lojy mitsangana”, natao tao Ambondromamy, distrikan’Ambato Boeny. Fotoana azo lazaina ambohi-pihaonan’ireo mpisehatra rehetra amin’ny lalam-pihariana lojy sy voamaina karazany maro, niaraka tamin’ny mpiompy.

“Mamokatra lojy ampahany be indrindra eto amin’ny Nosy, maneran-tany mihitsy aza, ny faritra Boeny”, hoy ny tale jeneralin’ny fambolena, Ranarivelo Fanomezantsoa, nisolotena ny minisitra. Fotoana nampihaonana ireo mpamokatra sy mpandraharaha ary ireo teknisianina, hampiroboroboana maharitra ny vokatra lojy sy voamaina any Boeny. Nikarakara izany ny minisitera mpiahy, amin’ny alàlan’ny fandaharan’asa Prosperer Boeny, miaraka amin’ireo mpisehatra rehetra amin’ny fihariana lojy.

« Antsika jiaby miara-miasa hampiakatra ny fari-piainan’ny tantsaha, hampandroso ny toe-karen’ny faritra”. Io no lohahevitra  andiany faharoa. “Ny anjara andraikitry ny faritra Boeny manokana, nanomboka ny taona 2015, ny famoahany ny  lalànam-paritra mifehy ny fihariana lojy, ary efa hita tokoa izay fiakaran’ny fari-piainan’ny mpamboly izay”, hoy ny lehiben’ny kabinetra, Hemedy. Lalàna natsangana, ny taona 2015, niaraka tamin’ireo mpisehatra rehetra sy ireo foibem-paritra voakasika mivantana, ary nentina namaritra ny tsena manara-maso ny vokatra.

Nandray anjara, mpamboly 100 mahery avy any amin’ireo kaominina 12 ao amin’ny distrikan’Ambato Boeny, miampy ny solontena avy any Marovoay sy Mahajanga  II. Lojy mena, lojy mainty maso, tsororoka, tsiasisa, katsaka. Ireo no voamaina tena nibahan-toerana ary efa nisy sahady ny fitsirihana isaky ny tranoheva ny habetsahan’ny vokatra ho an’ny filan’ny tsena Comesa (Common market of eastern and southern africa). Tao ihany koa ireo mpandray hafa, toy ny mpiompy trondro sy karazana fiompiana hafa. Nitombo 50 %  ny mpandray anjara raha ampitahana tamin’ny taon-dasa. Notombanana toy izay koa ny mpitsidika sy mpanjifa nandritra ny telo andro.

R.Mathieu

News Mada0 partages

Fifamoivoizana-Ambatondrazaka: nanolotra takelaby Ambatovy

Tsy mionona amin’ny fihariana ara-toekarena ny tetikasa Ambatovy. Ataony laharam-pahamehana koa anefa ny lafiny aro loza sy ny fahasalamana. Noho izany indrindra, nohamafisiny ny arolozan’ny fifamoivoizana any Ambatondrazaka. Napetraka ny takelaby miisa 20 sy fambara misoratra amin’ny arabe miisa 15, manerana ny tanànan’Ambatondrazaka, novatsin’Ambatovy vola, ny volana jona 2017 teo.

Nisy hetsika hafa nataon’ity orinasa ity, fanofanana amin’ny lafiny fahasalamana sy aroloza ary fahadiovana ny mpamily taxis motos miisa 603 any Ambatondrazaka, vatsin’Ambatovy vola ihany koa. Tafiditra ao anatin’ny fifanaraham-piaraha-miasa eo amin’Ambatovy, ny prefektioran’i Toamasina ary ny faritra Alaotra Mangoro ireo hetsika. Efa namatsy vola ny fanamboarana ampahan-dalana ao an-tampon-tanànan’Ambatondrazaka koa ny tetikasa Ambatovy avy amin’ny Tahirimbola ho an’ny tetikasa sosialy sy fotodrafitrasa.

Njaka A.

Agence de Presse de l'Ocean Indien0 partages

Le pacte d’actionnaire d’Air Austral effectif pour la fin octobre

La date buttoir de fin octobre pour concrétiser le partenariat entre Air Madagascar et Air Austral devrait être respectée. Les accords sont en cours de finalisation. Au début du mois d’août, Air Austral avait présenté au Conseil d’Administration et au Comité d’Entreprise de la compagnie aérienne malgache, le business plan de redressement.

Les questions commençaient à fuser sur la concrétisation du partenariat stratégique entre Air Austral et Air Madagascar. Ainsi, au cours de son passage dans la capitale malgache le 1er août, Marie Joseph Malé, PDG d’Air Austral a tenu à rassurer les esprits : « nous sommes dans les temps. Il se peut qu’un élément ait dérapé et nous prenne une ou deux semaines de plus. Néanmoins, l’objectif fixé de fin octobre devrait être respecté. A cette date butoir, il faut qu’on ait le closing c’est-à-dire les moyens pour entrer dans le capital. » Dans un mois donc, la compagnie réunionnaise devrait confirmer son apport financier dans le capital d’Air Madagascar. Elle est en contact avec deux institutions financières sur une demande qui porte sur 40 millions d’USD. Les accords de partenariat et le pacte d’actionnaire sont en cours de finalisation notamment l’annexe sur la dette. « Une fois cette annexe finalisée, on pourra passer à la signature des accords. »

Un business plan sur le long terme

Lors de son passage à Antananarivo, la délégation d’Air Austral avait présenté son business plan au Conseil d’Administration et au Comité d’Entreprise d’Air Madagascar. Plus d’une centaine d’entretien avaient été effectués avec le personnel de la compagnie aérienne malgache tant dans la capitale qu’à Paris pour l’élaboration de ce business plan. « Le management d’Air Madagascar mettra en œuvre ce business plan, c’est pourquoi nous avons tenu à une appropriation du personnel. » Cette stratégie porte sur 10 ans et prévoie un retour à l’équilibre de la compagnie malgache dans 3 ans. C’est en 2020 qu’une expansion pourra être envisagée. Le business plan inclut également le développement des compétences particulières d’Air Madagascar dont la maintenance et le handling. Interrogé sur la solidité financière d’Air Austral, Marie Joseph Malé précise que pour la 4ème année consécutive, la compagnie a enregistré un résultat positif dont un résultat net supérieur à 6 millions d’euros. Pour ce dernier, la concrétisation du partenariat stratégique entre Air Austral et Air Madagascar est sur la bonne voie. « Il existe une bonne entente entre les deux compagnies. Les échanges se font dans un esprit constructif. »

Ino Vaovao0 partages

DISTRIKAN’I BEROROHA : Nodoran’ny mponina ilay fiara nandona vehivavy

Toy ny zava-nitranga tao amin’ny Kaominina Behisatra Distrikan’i Beroroha dia nisy fiara iray nandona vehivavy mpivarotra teny amoron- dalana, omaly  maraina, raha ny loharanom-baovao voaray avy any an-toerana ihany. Nikasa hitsoaka ity tompon’ny fiara tamin’io fotoana io, ka tezitra ny mponina raha nahita izany fihetsiny izany. Tonga dia nanomboka  namotika ilay fiara ary nifandrombaka namono ity rangahy mpamily ity ireo fokonolona, ka niafara tamin’ny fahapotehanan’ilay fiara tanteraka. 

Ilay rangahy kosa mbola avotra soa aman-tsara ihany satria nalaky tonga ny mpitandro filaminana nandrava ny korontana. Raha ny fanazavan’ireo mponina ihany dia toa fiaran’olom-panjakana ity may kila ity saingy mbola eo am-panaovana fanadihadiana ny raharaha ny Zandary any an-toerana amin’izao fotoana izao hahalalana ny tena marina. Manaraka fitsaboana any amin’ny hopitaly ilat vehivavy tra-doza.

Tatianà R.

Ino Vaovao0 partages

VONO OLONA TOAMASINA : Tovolahy maty nisy namono, nofolahina ny tendany

Manahy mantsy izy ireo amin’ny mety hisian’ny kolikoly ka hahazoan’ ireo heverina ho tompon’antoka tamin’ny famonoana ny havan’izy ireo fahafahana sahady. Ny alahady 23 jolay lasa teo, raha tsiahivina no nitrangana vono olona tamin’ny fomba feno habibiana tao Tsarakofafa Toamasina ity. Raim-pianakaviana iray antsoina hoe Rakotomamonjy Mathias 31 taona, fantatra amin’ny anaram-bositra Tega no maty nisy namono. Araka ny fizahana nataon’ny mpitsabo, dia folaka ny tendany, mangana ny vatany.

Ny alatsinainy 24 jolay, dia olona telo no ahiana ho nahavonon-doza ka nosamborin’ny polisy. Araka ny fanazavan’ny fianakavian’i Tega dia efa mikotrika kolikoly ireo olona voarohirohy ireo amin’izao fotoana izao. Misy efa nivarotra tany mba hanavotan-tena, hoy hatrany ny fianakavian’i Tega. Miantso ny hampiharana ny lalàna marina amin’ireo nahavanon-doza ireto fianakaviana ireto.

Kamy  

Ino Vaovao0 partages

ANKADIKELY-ILAFY : Renim-pianakaviana bevohoka maty nodarohan’ny vadiny

Daroka tsy nisy farany nataon’ity farany no nahafaty azy. Afak’omaly no nahitan’ny mpiara-monina ny vatana mangatsiakan’ilay ramatoa tao an-trano fonenany eny Ankadikely-Ilafy.

“Tsy vao sambany fa efa matetika no miady izy mivady. Amin’ny maha adin’ny mpivady azy dia sarotra ho anay ny miditra amin’ilay izy sao maharatsy fihavanana dia aleonay mihaino fotsiny”, hoy ny fitantaran’ny mpifanila vodirindrina tamin’ity niharan-doza. Araka ny fizahana natao dia hitsaka narahina daroka no nahafaty ilay ramatoa. Nambaran’ny fianakavian’ny maty fa efa matetika ary efa fanaon’ilay rangahy ny mamono sy mandratra ny vadiny tahaka izao.

 “Isaky ny mamo ilay rangahy dia mamono azy foana, nisy fotoana aza efa nalemy tsy afa-nihetsika teo ambony fandriana intsony izy vao niantso vonjy taty aminay. Misy ihany ny fitenenana nataon’ny mpianakavy kanefa dia izao niafara tamin’ny fahafatesany izao ny ratra nahazo azy”, hoy ny solotenam-pianakaviana. Ireto farany izay nilaza fa tsy nahalala ny fananany anaka mihitsy raha tsy efa natao ny fizahana rehetra tamin’ny nahitana ny razana tao an-trano. 

Nanamafy ihany koa ny fokonolona fa tena matim-bono isan’andro ity renim-pianakaviana ity ka izao niafara tamin’ny famoizana ainy izao. Ilay raim-pianakaviana nahavanon-doza nitsoaka avy hatrany rehefa nahita fa tsy nihetsika intsony ramatoa vadiny dia nitsoaka tsy hita popoka, ary mbola ifampikarohana hatramin’izao.

Avotra Isaorana

Ino Vaovao0 partages

RAHARAHA RAKOTOARIVELO MAMY : Milaza ny hametraka fitoriana ny zanany

Na ny avy eo anivon’ny Polisim-pirenena nandray an-tanana ny fanadihadiana na ny fianakaviana dia samy nitazona ho tsy tsiambaratelo ny valin’ny fitiliana lalina natao  tamin’ny vatana mangatsiakany na “autopsie”, ny andron’ny nahafaty azy tao an-tranony iny. 

Araka ny loharanom-baovao voaray mahakasika ity raharaha ity dia milaza ny tsy hipetra-potsiny amin’izao ny zanaky ny maty fa hametraka fitoriana manoloana ny zava-nihatra tamin’ity filohan’ny kaongresin’ny tetezamita teo aloha ity. Ahian’izy ireo ho vono olona efa tsara omana no nahafaty ny rainy ka tsy maintsy hitory mba hisian’ny fanadihadiana lalina ireo zanany, araka ny vaovao voaray hatrany. 

Nandritra ny fandevenana an’Itompokolahy dia nilaza ireto farany fa handray an-tanana ny fikarakarana ny fandevenana ny razana aloha sy ny fombafomba mifanaraka amin’izay ary aoriana no hisy ny fametrahana fitoriana. Raha tsiahivina dia, ny zoma antoandro lasa teo no hita faty irery tao an’efitrano fandriany i Mamy Rakotoarivelo. Ny mpanampiny tao an-trano no nilaza fa nahare feom-basy indroa, efa nalain’ny Polisy hanaovana fanadihadiana ity farany saingy tsy nisy nipika ihany koa ny votoatin’izany. 

Ny alatsinainy antoandro no nalevina teny amin’ny fasan-drazany eny Talatan’Ivolonondry ny razana taorian’ny fanomezam-boninahitra azy farany teny amin’ny lapan’ny Antenimierampirenena.

Avotra Isaorana

Ino Vaovao0 partages

FAHAFATESAN’ I TSIANDOPY JACKY : Ahiana mafy ireo olona akaiky azy

Araka ny loharanom-baovao avy amin’ny olona akaiky ny fianakaviana  dia olona akaiky azy ihany no ahiana ho nanavanon-doza ka nahafaty an’ity minisitry ny Asam-panjakana tamin’ny fitondran-dRavalomanana ity. 

Raha ny vinavinan’ireo akaiky ny fianakaviana dia efa nisitrika na tafiditra mialoha tao an-trano ilay nahavanon-doza, izay heverin’izy ireo fa akaiky ny fianakaviana ihany, satria tsy nisy naheno na nahita azy ny olona tany ambany rihana na ireo alika tena masiaka efa miandry ny tanàna. Araka ny loharanom-baovao hafa koa dia misy amin’ireo olona mpifanerasera aminy isan’andro no karohina fatratra amin’izao fotoana. Hatramin’izao dia mbola tsy fantatra hoe nankaiza ity olona ity. Ankoatra ny aina nafoy dia voalaza fa very nandritra ny vono olona ity koa ny vata fampirimana vola, ny peratra teny an-tanany, solosaina fampiasan-dratompokolahy... 

Efa nisokatra nanomboka ny alatsinainy teo ihany ny fanadihadiana momba ity raharaha vono olona ity. Raha tsiahivina dia ny alahady hifoha alatsinainy teo ny «  Inspecteur d’Etat  » Tsiandopy Mahafaly Jacky nisy namono tamin’ny fomba feno habibiana tao an-trano fonenany tetsy Ivato.

 Pounie  

Ino Vaovao0 partages

ANTSIRANANA : Mirongatra ny halatra solika amin’ny rezerivoaran’ny fiara

Tsy vitsy ireo tompona fiara no mitaraina vokatr’izany halatra lasantsy sy gazoaly izany, ary efa misy ny nanao fanambarana eny anivon’ny mpitandro ny filaminana. Ny alignin’ny Alatsinainy 31 jolay teo dia nisy nanafoana ny solika tao anaty rezerivoaran’ny  fiara raiky izay nijanona tamin’ny aligny tagny amin’ny place kabary manakaiky ny taxibe igny.

Halaniam-pagnahy ny an’ilay tompon’ny fiara raha nahita fa tsy nandeha tampoka ny fiarany ny maraindraigny ny talata teo.Tsikaritra avy hatrany fa nisy nandoaka ny rezerivoarany avy tao ambany. Avy hatrany dia niantso ny mpitandro filaminana nijery akaiky ny zava-misy izy. Andro vitsy talohan’izegny dia fantatra fa nisy tranga tahaka izegny tao amin’ny fokontany Tanambao Avaratra. 

Araka ny resaka nisy manoloagna ity halatra solika ity dia tsy vitsy ireo tratran’izegny fa noho ny tsy fanaovagna fanambarana mahakasika izegny amin’ny tsy fahatraragna izay nahavanon-doza.

Nitombo hatrany araka izegny ny asa miandry ireo mpitandro filaminana amin’ny resaka tsy fandriam-pahalemagna agnatin’ny tanàna, raha ny tranga misy no koragniny.

Efa tsy mifidy halatra ataony ireo olon-dratsy izay hita fa voasarika ny hangalatra amin’izay heveriny ho malaky havadika vola, raha ny tranga tafara tato izay no asian-teny. Fantatra fa mahatratra 3800Ariary ny litatra ny lasantsy, amin’izioty.

Tsy vitsy no milaza fa vokatry ny fahasahiragnana dila loatra dia lasa manaonao foana tsy mifidy raha hangalarina ny jiolahy. Tsiahivina fa taloha teo dia agny amin’ny pipeline no tafian’ireo mpanao ratsy hangalarina ny solika, na koa amin’ireny kamiao lehibe ireny, fa ankehitriny dia hatramin’ny fiara madinika izay heverina fa feno solika an’ireo mahitahita no foanandry zalahy.

Maneho avy hatrany ny fijaliagna mahazo ny vahoaka ireny tranga miendrika halabotry iregny, nefa karaha tazanin’ny mpitondra fanjakana ihany, izay mbola tsy nahitam-bahaolana ny fahasahiragnana mianjady amin’ny vahoaka madinika.

Mpanjono

Ino Vaovao0 partages

FISOROHANA NY LOZA : Misy ny fandaminana ho an’ireo mampiasa ny RN4 sy RN6

1. Ho an’ireo fiara izay mandeha amin’ny alina dia misy ny « Convoi escorté » : izany hoe harahana Zandary ny fiara any amin’izay faritra mafampana amin’ny tsy fandriam-pahalemana (ny ora, ny toerana, ny isan’ny fiara dia ny avy ao amin’ny Zandarimariam-pirenena no mandamina azy),

2. Ho an’ny Taksiborosy : ankoatra ny fijanonana eny amin’ny « air de repos » (ao Ambondromamy raha avy any Antananarivo ary ao Mahatsinjo raha avy aty Mahajanga), ny mpamily dia mila miala sasatra kely « pause » isaka ny mahavita adiny roa (2) hatramin’ny adiny telo (3) eo ambony familiana,

3. Efa nisy ny fanentanana ireo Ben’ny tanàna manamorana ny lalam-pirenena mba samy hiteny ny mponina ao anatin’ny Kaominina izay misy azy : ny tompona omby hitandrina tsara ny ombiny rehefa mampiasa ny lalam-pirenena, ary ny tompona sarety hampiasa jiro rehefa mandeha amin’ny alina,

4. Mahakasika ny tobim-piatsonana Zotra Nasionaly Aranta Mahajanga dia efa nampiana « projecteur » ao amin’ny toeram-pahatongavana ho fitandroana ny lafiny fandriam-pahalemana, misy « agent de sécurité » miasa 24/24 ary 7/7 ihany koa ao, ary nohamafisina ny lafiny fitandroana ny fahadiovana,

5. Misy ny « groupe facebook » Info RN4 – RN6, tambajotra izay iarahan’ny tompon’andraikitry ny fitaterana sy ny fizahantany eto Mahajanga, ahafahan’ny besinimaro mahazo sy mampita vaovao mahakasika ireo zavatra tsara hofantatra eny an-dalana sy any amin’ny toerana izay tiany haleha,

Mampitandrina ireo mpamily izay zatra manao lalan-dririnina ny amin’ny tsy fanarahan-dalàna kosai Toky Rahaingo, talen’ny antokon-draharaha misahana ny fitaterana an-tanety na ny ATT eto Mahajanga, satria lahy tokana ny aina moa na malina aza mifehy hazo tokana.

Izao no natao dia mba hahafahan’ny rehetra mandeha am-pilaminana sy am-pahatokiana mandritra izao fotoam-pialan-tsasatra lehibe 2017 izao.

Ny ATT dia mirary hatrany fialan-tsasatra sambatra sy ieren-doza ho an’izay rehetra hampiasa ny arabe na ao an-tanàn-dehibe izany na koa eny anivon’ireo lalam-pirenena samihafa eto Madagasikara !

INVMGA

Ino Vaovao0 partages

FITATERANA ANTANANARIVO - MAHAJANGA : Mijanona ho 30 000 Ariary ihany ny saran-dalana

Efa fanaon’ny mpamily sasany izany saingy mametraka ny ao amin’ny antokon-draharaha misahana ny fitaterana an-tanety fa tsy tokony hampiakatra saran-dalana ireo fiara mpitatitra manao zotra nasionaly, izay mikambana ao amin’ireo kaoperativa maro. Mijanona ho Ariary 30 000 ny saran-dalana Antananarivo-Mahajanga sy Mahajanga-Antananarivo.

Mba hitazonana io saran-dalana io mantsy dia misy ny fanampiana omen’ny fanjakana ny mpitatitra. Vao roa herinandro izay dia efa nahazo ny volana may izy ireo. Efa miainga kosa ny volana jona sy jolay. Ny Cotisse kosa dia Ariary 38 000 ny saran-dalana ao aminy.

Ny ao amin’ny transport première classe indray dia Ariary 79 000. Marihina fa tsy miaraka fiantsonana amin’ireo kaoperativa hafa ireto roa farany ireto, ary manana ny tolotra azy manokana na amin’ny fiara na amin’ny sakafo.

Afaka mametraka fitarainana ao amin’ny ATT na any amin’ny ‘chef de gare’ izay tratran’ny fanararaotana ataon’ny mpamily sasany.

Vanessa

Tia Tanindranaza0 partages

ISPM AntsoboloVoka-pikarohana 200 aranty eny amin’ny Carlton

Voka-pikarohana manodidina ny 200 isa nanomboka omaly no hampirantian’ireo mpianatry ny sekoly ambony « Institut Supérieur Polytechnique de Madagascar » etsy amin’ny Carlton Anosy.

 

Voka-pikarohana tsara indrindra tamin’ireo 400 nampahafantarina ny olona nandritra ny varavarana misokatra nokarakarain’izy ireo farany teo teny Antsobolo izy ireo raha araka ny fanazavan-dRazafindrahety Aimée, mpiandraikitra ny lafiny ara-bola eo anivon’ity sekoly ambony iray ity. Anisan’ny tena nahavariana ireo mpitsidika nandritra izany ny fisian’ilay karazana borety misy môtera sy kodiarana efatra voka-pikarohana notanterahin’ireo mpianatra ao amin’ny taona voalohany ao amin’ny lalam-piofanana Electronique. Vitan’io boreta io ao anatin’ny ora iray mantsy ny asa hataona olona iray ao anatin’ny tapak’andro, raha araka ny fanazavan’i Fafah ao anatin’ny vondron’ny mpianatra nanatanteraka ity voka-pikarohana iray ity. Toraka izany koa ilay « usine simulator »  izay manampy amin’ny fibatana entana eny anivon’ny orinasa ihany koa. Marihina moa fa misy ny fandraisan’ireo  orinasa maro isa-tsokajiny ny antontan-taratasin’ireo tanora mpianatra mitady asa mandritra izao salon izao izay hifarana anio Alarobia.

Pati

Tia Tanindranaza0 partages

Taksibe nitrifana teny BehoririkaFiara 1 simba, olona 3 naratra

Omaly maraina tokony ho tamin’ny 7 ora no nitrangana lozam-pifamoivoizana saika nanahirana tetsy Behoririka.

 

Taksibe laharana 144 izay mampitohy an’Analakely sy Mahazo no tapaka isatra ary dia nijotso nifaoka ireo fiara rehetra nifanehitra taminy. Fiarakaretsaka Super 5 iray moa no tena hita ho voa mafy tao anatin’ny fifandonana nialohan’ny nifatraran’ity taksibe ity tamina fiara tsy mataho-dalana iray ka naha voadona mpandalo miisa 3. Araka ny vaovao voaray farany moa dia tsy nisy ny aina nafoy fa naratra avokoa ireo olona 3 voadona.Tsy vao izao fa matetika no misy loza ateraky ny taksibe, ka fahendrena kosa angamba ho an’ny mpitantana ny tanàna sy ny mpitondra fanjakana ny manara-maso akaiky azy ireny sy hentitra any anaty “visite technique” ; sa ve andrasana hisy faty olona maro be indray vao handray fepetra ?

J. Mirija

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Mila tonga saina

Maizina tanteraka ny fiainan’ny Malagasy amin’izao fotoana izao.

 Tsy hita intsony izay hanoharana ny fahorian’ny vahoaka Malagasy izay milomano tanteraka ao anaty fahoriana tsy roa aman-tany. Saika isan’andro ihany koa ny loza isan-karazany sy faty olona etsy sy eroa. Tsy ny vahoaka irery no migoka izany fa hatramin’ireo olona ambony heverina fa tsy mba ho voakitika aza dia toa tratry ny zava-doza sy fahafatesana mifono misitery. Mampametra-panontaniana hoe kapoka sa efa lahatra ho an’ny Malagasy mihitsy ity fahoriana efa mandifotr’olona ity? Tokony hahatonga saina ny rehetra izao zava-miseho izao hoe sao dia mba tokony hahatonga saina ny rehetra. Na ny fomba fiaina ho an’ny vahoaka tsotra na ny fomba fitantanana ny firenena ho an’ny firenena dia mila fahatongavan-tsaina, eny fa na ny fifandrafian’ny samy mpanao politika sy ny fiarahamonina amin’ny ankapobeny aza mila hitadiavam-bahaolana. Tsy hay anefa na mba hisy ho tonga saina ny amin’izany, ka hamela ny hambom-pony na hiziriziry amin’ny heviny hatrany. Iza tokoa moa no mahita na misy ambadika mihitsy izao zava-misy izao, fa toa misy ihany mantsy ny faly amam-paty, ka mirehareha ho mahavita azy sy te hampiseho fa mitsinjo ny Malagasy amin’izao efa fahoriana tsy roa aman-tany izao.

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Tranga hafahafaNivoahana afo manga ny tendan’ireo akoho

Ahitana tranga hafahafa foana ao Antsirabe eto. Mbola mitana ny sain’ny olona aloha ireo biby mivoaka alina mihinana atim-biby toy ny kisoa hatramin’izao dia misy tranga hafahafa indray miseho.

  Teny amin’ny fokontany Androvakely indray ity tranga ity no niseho ny faran’ny herinadro lasa teo ka voalaza fa akoho miisa 4 maty ho azy ary nivoaka afo ny tendany ny sabotsy 29 jolay 2017 teo. Tezitra tamin’ny zanany iray ilay ramatoa renim-pianakaviana nahita ny akoho niara-nitsitra ary niitatra tany amin’ny fiaraha-monina ny resaka fa hoe misy nanapoizina ny akohony. Nisy ny nanome hevitra azy fa ho didina ny tendan’ny ka jerena ny takorobabon’ny akoho dia fantatra ao ny nahazo azy raha voapopizina izy. Tsy nahaleo tohika ilay ramatoa ka raikitra ny fandidiana natao tamin’ny akoho kely indrindra no nojerena ka vao vaky ilay takorobabo dia nivoaka afo mangamanga toy ny nitselatra izany ka taitra avokoa ny rehetra. Natao toa izany ireo akoho 3 hafa ka nitovy avokoa ny nitranga. Tsy lavitra teo moa ny nitoeran’ny mpiasan’ny kaominina iray, misahana ny fanaraha-maso ao anatiny ka natsoin’ny mponina izy mba hijera ka nananamarina tokoa ny trangan-javatra niseho ny tenany saingy tsy afaka nanazava ny antony kosa aloha. Somary mihataka ny renivohitra moa ity fokontany ity ka tsy nisy ny niantso mpitsabo biby nanamarina ny tranga ka dia nasain’ilay tompon’andraikitra nalevina ireo akoho maty ireo sao mampidi-doza.

Caius R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Raharinirina Jacques AiméTsy vonon-kihavana ny fanjakana

Toa tsy misy mpihaino na antso an’efitra ny fanehoan-kevitry ny mpitondra momba ny raharaham-pirenena.

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fifidianana ahemotra amin’ny 2020Mila fitsapan-kevi-bahoaka, hoy i Gaby Vakiniadiana

Naneho ny heviny mikasika ilay resabe mandeha momba ny fanalavam-potoana kasain’ny filoha Hery Rajaonarimampianina hatao Atoa Gaby Vakiniadiana omaly.

Pati

Tia Tanindranaza0 partages

Faha-15 taonan’ny TIMNankalaza ny azy ny Faritra Atsimo Andrefana

Nahemotra noho ny antony efa fantatra ny fankalazana ny faha-15 taonan’ny antoko TIM tao Antananarivo misy ny birao foibeny.

 Nankalazaina tamin’ny fomba nanetriketrika tsy nisy nisakantsakana kosa ny TIM Faritra Atsimo Andrefana notarihan’ny Reg Tim, Sazalahy Tsianihy, ny sabotsy 29 jolay teo tao amin’ny kianja malalaky ny Magro Toliara. Ankoatra ireo mpikambana TIM any amin’ity Faritra ity marobe dia tazana nanotrona ny lanonam-pankalazana ny DisTim sy ireo ComTim ary FokoTim sy ny fikambanana Vehivavy TIM manerana ny Faritra ary ireo sendikan’ny mpivarotra ao Toliara. Anisan’ireo tazana tao koa ry zareo ao amin’ny fikambanana Tokobe Telo notarihan’ny filohany Mandaso na i Marin. Tsotra ny tanjona navoitra tao anatin’ity fankalazana ity dia ny nanamafisana ny vina fandaniana “1er Tour” amin’ny ara-dalàna ny filoha Marc Ravalomanana amin’ny fifidianana ho filoham-pirenena hatao amin’ny 2018 satria tsapan’ny maro fa tsy tontan’ny ela ity filoha Marc Ravalomanana ity ary be ny asa vitany tsy afaka am-bavan’ny vahoakan’i Toliara toy ny fanatsarana ny tanàna, ny fikajiana ny lafiny fandriampahalemana sns...

Ntsoavina Evariste

Tia Tanindranaza0 partages

Birao politikan’ny Antoko TIMNampionona fianakaviana Tsiandopy Jacky

Tonga namangy sy nitondra teny fampiononana ny fianakavian’i Tsiandopy Jacky Mahafaly teny Ivato ny birao foiben’ny antoko Tiako I Madagasikara, ny talata hariva teo.

 Nitarika ny delegasiona teny an-toerana ny filoha lefitry ny Antenimieram-pirenena Hanitra Razafimanantsoa nahitana ny minisitry ny rano teo aloha Rolland Ravatomanga, ny depiote sady filohan’ny vondrona parlemantera Tiako I Madagasikara, Félix Randriamandimbisoa ary ny minisitry ny fitaterana teo aloha Laporte Ravelonarivo. Fantatra fa vao herinandro lasa no nifampiresaka tamin’ny filoha nasionalin’ny Antoko Tiako I Madagasikara, dia ny filoha teo aloha Marc Ravalomanana i Tsiandopy Jacky ny amin’ny hanomanana ny kongresim-paritry ny antoko any Sava. Tsiahivina fa nisy namono ary hita faty nifatotra tao an-tranony i Tsiandopy Jacky, Minisitry ny Asam-panjakana sy ny asa sosialy tamin’ny fitondrana Ravalomanana, ny alatsinainy 31 jolay teo. Hanatanteraka kongresy ao Manakara ny antoko Tiako i Madagasikara rahapitso 3 aogositra 2017. Efa any an-toerana hatry ny omaly talata 1 aogositra ny filoha nasionalin’ny antoko Marc Ravalomanana sy ny mpikambana ao amin’ny birao politika, toy ny kestora fahatelon’ny Antenimieram-pirenena Guy Rivo Randrianarisoa. Nahazo alalana tamin’ny Kaominina ny fanatanterahana azy. Tafiditra amin’ny fankalazana ny faha-15 taona nijoroan’ny Tiako I Madagasikara ity kongresy kely ao Manakara ity.

Toky R

 

La Vérité0 partages

Accident à Ankazobe - Quid de la responsabilité du drame ?

La tragédie liée à l’accident d’autocar survenu lundi matin à Ankazobe (Rn4), alimente encore les conversations partout. Les victimes misent sur les compagnies d’assurance pour tenter d’obtenir gain de cause à la suite de la perte de leurs proches. Normalement, le conducteur devrait endosser la plus grosse part de responsabilité. « Lors d’une courte entrevue avec lui, Elias nous a expliqué que les papiers du véhicule dont l’assurance et la visite technique, seraient en règle. Ce qui veut dire que le car est assuré », déclare Babar Milamina.

Pour le moment, on ne peut rien faire car le conducteur fait partie des personnes encore retenues à l’hôpital pour ses blessures. Cependant, l’information alléguant que son épouse et ses enfants figureraient aussi parmi les victimes, une situation qui aurait fait perdre la raison à M. Elias, n’a pas été encore confirmée. A notre interlocuteur d’ajouter que l’association scout qu’il dirige, le « Sampana Mpanazava sy Tily » serait également en règle au niveau de l’assurance.  « Pour le moment, intenter une poursuite judiciaire contre quiconque dans cette affaire, n’est pas encore à l’ordre du jour. Comme je l’ai indiqué, il faut laisser les compagnies d’assurance faire toutes les démarches nécessaires », poursuit-il.En attendant, l’enquête afin de vérifier la véracité de ce problème de vitesse sur le « Boeing » et considéré comme ayant été à l’origine du drame, est encore en cours, l’état de santé du conducteur ne permettant pas d’entendre sa version des faits pour le moment. Des experts se sont quand même prononcés sur l’affaire. Ils redoutent une erreur humaine comme quoi le conducteur aurait agi au dernier moment pour enclencher le second rapport, alors que le moteur n’a plus suffisamment de puissance pour entraîner la masse du véhicule sur cette montée d’Ambohitromby. A Imeritsiatosika, le « Boeing » a été confronté pour la première fois à ce problème de vitesse en gravissant une côte mais a pu encore passer. « Beaucoup de conducteurs de poids-lourds locaux ont cette fâcheuse habitude de traîner trop longtemps sur un même rapport de vitesse lors d’une montée, alors qu’il ne faudrait pas attendre que le régime du moteur montre des signes d’épuisement pour changer de vitesse ! A ce moment, il est souvent trop tard pour réagir. D’où la multiplication des drames sur nos routes », explique Liva, camionneur. Aux dernières nouvelles, quatre corps dont ceux de deux enfants, croupissent encore à la morgue de l’hôpital d’Ampefiloha. Hier, personne n’était encore venue les réclamer ou du moins les reconnaître. Par ailleurs, 101 passagers blessés du « Boeing » ayant fait crash lundi soir sur la Rn4, ont pu désormais regagner leurs foyers respectifs après avoir reçu des soins dans ce même établissement hospitalier de la Capitale. Seuls 17 d’entre eux doivent y rester encore pour une période indéterminée et en fonction de la nature des soins. « Mardi, au moins 6 victimes ont dû passer au bloc opératoire. Parmi les concernés figurent des enfants », commente une source hospitalière. De même, la distribution de dons venant des autorités du pays et en faveur des victimes, s’est déroulée tardivement sur place, jusque dans la soirée du mardi.Franck Roland

La Vérité0 partages

Education civique - Une matière à part entière dès la prochaine rentrée

Intégrée au programme scolaire depuis la préscolaire à la terminale. L’éducation civique (E.C) sera considérée comme une matière à part entière à partir de la prochaine année scolaire 2017-2018. Cette matière joue un rôle important dans l’éducation sur un public conséquent, afin de personnaliser le parcours des élèves, à en croire le ministre de tutelle, Paul Rabary. Raison pour laquelle l’éducation civique ne sera plus jumelée avec l’histoire et la géographie, comme ce fut le cas depuis des années.

Ainsi, l’E.C sera également une matière à concourir aux examens officiels, d’après toujours le numéro Un de l’Education nationale (Men). C’était hier à Antaninarenina, lors de l’ouverture de la réunion des délégués régionaux de l’éducation de masse et du civisme. Un atelier de 4 jours qui vise non seulement à renforcer les capacités et favoriser le partage d’expériences entre les participants mais aussi à avancer des stratégies pour un meilleur respect de la Charte de bonne conduite pour les élèves. Cette décision du Men enchante plus d’un, vu la dégradation perpétuelle de la société. La politesse et le savoir-vivre sont en voie de disparition chez les enfants et adultes, faute d’éducation adéquate au niveau familial et scolaire.Ecole des parentsEn phase d’expérimentation depuis 2013. Les circonscriptions scolaires (Cisco) d’Antananarivo, Antsiranana, Toliara, Ambatondrazaka et Antsirabe ont organisé une série de  « l’école des parents » ces dernières années. Mais à partir de la prochaine année scolaire, les séances s’étendront dans les autres Cisco, voire dans chaque établissement. « Les séances cumulées de 50 heures traitent 20 modules, entre autres les psychologies des enfants, les relations intrafamiliales ou encore la lutte contre la grossesse précoce. Les parents intéressés peuvent s’inscrire auprès des établissements de leurs enfants pour en bénéficier », avance Estella Rahelinirina, directeur de l’Office de l’Education de masse et du Civisme auprès du Men. La série de formations est assurée par des éducateurs parentaux bénévoles mobilisés par le Men et d’autres ministères comme celui de la Santé, de la Population, de la Jeunesse, etc.  Notons que 27 établissements des Cisco de Tanà ville, d’Avaradrano et d’Atsimondrano en ont organises durant la précédente année scolaire.Recueillis par Patricia Ramavonirina    

La Vérité0 partages

Accidents de circulation - La surcharge tolérée durant les vacances

Depuis le mois de janvier, les accidents routiers dans la Région d’Analamanga ont fait 99 morts. Sur les routes nationales, les accidents et les braquages ne cessent d’augmenter, de même que le nombre des vacanciers. Les vacances s’avèrent importantes pour ne pas être prises à la légère.Pour la plupart des transporteurs, la période des vacances est une occasion pour combler la perte durant toute l’année. Outre l’augmentation des frais de transport, la surcharge constitue un autre moyen de tirer le maximum de bénéfice. Pour les voyageurs à destination de la Capitale, au lieu de payer le double du prix du ticket, ils préfèrent la surcharge.

Fy est un commerçant ambulant. Il effectue deux allers-retours par semaine entre Maevatanàna et la Capitale. « Cette fois-ci,  nous n’avons pas le choix durant le voyage. Au lieu de trois par rangé, nous sommes cinq. Et, cela, dans le but de payer moins cher », explique-t-il.Selon Mamitiana, responsable de coopérative nationale, après l’allure, la surcharge est la principale cause des accidents survenus dans les routes nationales. « Pour que le trajet se déroule en toute sérénité et sécurité, il faut respecter la limitation de vitesse et adapter l’allure proportionnellement au nombre de passagers », déclare-t-il.Pour  profiter pleinement des vacances, beaucoup de famille louent des voitures. « Pour les clients, leur sécurité se repose sur les épaules des agences de location. Avant de conclure un  accord, nous imposons nos conditions aux clients. Un contrat est fait à l’avance. Pour cette agence, le départ est prévu entre 7 et 8 heures du matin. Nous nous arrêtons ensuite à 16 heures dans un endroit bien déterminé et sûr, pour ne reprendre la route que le lendemain dans la matinée. Il n’y aura pas d’exception, même si les voyageurs sont pressés », avance le responsable d’une agence. Pour ces agences de location, la circulation durant la nuit est hors de question, notamment dans la partie Sud de la Grande île. Pour bien préparer le voyage et être en route en toute sécurité, la planification de l’itinéraire est de mise. Mise à part la visite technique, la vérification de la voiture avant le départ est l’un des piliers de la sécurité durant le voyage.   Anatra R.

La Vérité0 partages

Etre débiteur d'une banque - Un vrai calvaire

Le principe « gagnant-gagnant  » est de mise afin d'instaurer un climat d'apaisement entre les banques et leurs clients. Les opérateurs économiques, tant nationaux qu'internationaux, ont besoin en grande partie de l'appui des banques afin de réaliser leurs projets. Les banques ont également besoin  de leurs clients pour pouvoir rentabiliser leurs investissements en termes d'emprunt. Ce sont les diverses commissions, les taux d'intérêts des prêts accordés aux clients qui leur permettent de faire des résultats à chaque exercice.

Mais selon des opérateurs de la partie Nord de la Grande île (voir notre article paru le 27 juillet dernier intitulé : une banque de la Capitale. Le harcèlement motivé d'un responsable contentieux dénoncé), le principe d'équité et du « win-win » est loin d'être effectif. Nul en effet ne peut ignorer que la conjoncture économique actuelle dans la Grande île ne permet pas aux opérateurs économiques de rebondir. Nombreux sont ceux qui ont vu leur projet partir en fumée. Certaines entreprises ont même dû fermer leurs portes. Pour le cas des opérateurs d'Antsiranana qui ont requis l'anonymat, ils continuent de dénoncer la méthode d'une multinationale. Pour cet établissement bancaire de renom qui ne cesse pas de multiplier ses publicités afin d'attirer les clients, ces derniers, selon eux, ne semblent pas se trouver au centre de sa préoccupation. Personne, ont-ils fait remarquer, ne souhaite rencontrer des difficultés dans la réalisation de ses projets ou le paiement des dus d'une quelconque banque. « C'est tout simplement parce que la situation dans laquelle nous nous trouvons ne le permet pas », ont-ils déclaré. Mais ce qui est bizarre, devaient-ils continuer, c'est que plus le débiteur fait de son mieux pour payer ses dettes, plus il subit des pressions voire des menaces de poursuite judiciaire. Dans la foulée, ces opérateurs demandent si les adages suivants : « à l'impossible, nul n'est tenu » et « mieux vaut un mauvais compromis qu'un bon procès » sont connus des responsables de cette banque de renom. Il est en effet navrant de constater qu'on exige à un débiteur qui fait preuve de bonne foi de donner davantage en dépit de ses difficultés de trésorerie. Même si cette banque se vante de pouvoir aisément étrangler et traîner en justice où elle espère toujours avoir gain de cause à l'encontre de ses débiteurs, ces derniers affirment qu'ils ont confiance en la justice du pays. D'autant plus que, selon nos sources, dans plusieurs cas de poursuite contre les débiteurs de cette banque, les juges ont prononcé des verdicts totalement en défaveur de celle-ci.Deux poids deux mesures Mais ce qui est encore plus révoltant de la part de certains responsables de cette banque, c'est la politique de « deux poids deux mesures » dont ils font preuve. En effet, à l'endroit de quelques débiteurs « mauvais payeurs » dont un boulanger de la Capitale du Nord, cette banque multinationale, en dépit de ses méthodes musclées (à l'endroit des autres débiteurs), conserve une attitude plutôt conciliante pour ne pas dire le profil bas. Malgré les harcèlements et la pression à l'endroit de ces débiteurs « mauvais payeurs », ces derniers continuent à faire la sourde oreille et n'ont jamais daigné payer le moindre centime.  Et pourtant, ils n'ont jamais été traînés en justice. « Le rôle d'une banque est d'accompagner ses clients, non pas simplement lors des jours heureux et périodes fastes, mais surtout dans les moments difficiles. Tel est l'esprit d'un vrai partenariat », ont martelé ces opérateurs avant de lancer un appel à la Direction générale de cette grande banque afin de revoir et d'améliorer son service contentieux où règne un laisser-aller et une politique de « deux poids deux mesures » de la part de certains responsables. A. Lepêcheur

La Vérité0 partages

Air Madagascar - Air Austral - Le partenariat toujours au stade de « business plan »

En avril dernier, Air Madagascar a collaboré avec la compagnie aérienne Air Austral pour en faire son partenaire stratégique. 3 mois plus tard, les deux sociétés procèdent encore à l’élaboration d’un « Business Plan » qui servira à redresser la compagnie aérienne malgache. Mardi dernier lors d’un point de presse, les deux compagnies ont tenu à rendre compte de l’avancement des choses concernant cette collaboration, surtout que la compagnie aérienne locale rencontre de grands problèmes en ce moment.

Comme l’a cité Bruno Razananirina,  membre du Conseil d’Administration d’Air Madagascar, « la moitié des avions de la compagnie ne vole pas actuellement », ce qui cause du désagrément à ses clients comme le retard ou l’annulation des vols. D’où la nécessité d’un grand redressement, et Air Madagascar considère que ce redressement n’est possible qu’avec l’appui d’un partenaire.40 millions de dollars. Telle est la valeur de l’apport que doit faire Air Austral pour pouvoir devenir actionnaire majoritaire dans Air Madagascar et être considérée ainsi comme un acteur majeur dans la société. Il faut rappeler que ce partenariat stratégique durera 10 ans et se divise en deux parties. Les 3 premières années seront donc axées sur le redressement  de la compagnie malagasy en apportant des améliorations au niveau des appareils utilisés mais également au niveau des formations fournies au personnel. Et pour  les 7 années qui suivent, ce partenariat assurera l’expansion du marché.Le PDG d’Air Austral, Marie Joseph Malé, a même ajouté qu’ « il est vrai que notre compagnie a subi quelques difficultés auparavant, mais nous avons su nous redresser et nous espérons contribuer fortement à la remise en état d’Air Madagascar ». Il a aussi annoncé qu’Air Austral arrivera à réunir les 40 millions de dollars d’ici le mois d’octobre mais pendant ce temps, les deux côtés peaufineront le « Business Plan » pour qu’il puisse vraiment répondre aux problèmes rencontrés par Air Madagascar.Rova R.

La Vérité0 partages

Somaroho - Cap vers Nosy-Be !

Ce qui s’est passé dimanche dernier au Coliseum n’était qu’un avant goût de l’ambiance qui envahira l’île paradisiaque de Nosy-Be Hell Ville. La bande à Wawa, les organisateurs et Telma, le sponsor officiel du festival Somaroho, ont annoncé qu’ils sont déjà prêts pour le grand rendez-vous qui se tiendra au Stade d’Ambodivoanio du 3 jusqu’au 6 août prochains. Les préparatifs vont déjà bon train et on n’attend plus que l’arrivée du grand jour pour s’amuser et faire la fête. Comme chaque année, le festival contribue à la promotion du tourisme dans cette localité.

Selon les informations recueillies, beaucoup d’étrangers, très intéressés par la manifestation, ont déjà fait leurs réservations dans les grands hôtels de Nosy-Be.  Malgré les horribles événements ayant eu lieu sur l’île dernièrement, mais surtout le problème d’insécurité surtout dans la Capitale et les régions de la Grande île, aucune annulation de réservation d’hôtels, ni de vol n’ont été enregistrés. Les organisateurs espèrent donc une multiplication des visiteurs pour cette édition qui s’annonce grandiose. D’ailleurs, les touristes n’y viennent seulement pas pour le festival. L’île aux parfums réserve encore d’autres surprises qui sont loin de déplaire aux visiteurs. D’ailleurs, l’Office du tourisme de l’île a dernièrement mis un point d’honneur à mettre pour ce qui est des nouveaux circuits sur des sites presque inexplorés de Nosy-Be mais qui ont pourtant un fort potentiel en matière de tourisme culturel. On ne citera entre autres que la visite du mont Passot, les rituels sur l’arbre sacré, le village mythique de Marodoka, la fameuse route du Nord, les merveilles de Nosy Tanikely, de Nosy Komba et sa vanille ou encore les réserves naturelles intégrales de Lokobe. Les touristes auront donc un large choix sur les activités qu’ils veulent faire en cette période de vacances. Monsieur Soleil sera de toute façon toujours présent pour donner plus de chaleur et de convivialité.Prêts !Par ailleurs, selon les organisateurs, les artistes invités pour participer à cette 4ème édition sont déjà prêts à enflammer la piste. Célèbres artistes nationaux et internationaux se tiendront la main pour donner le meilleur d’eux-mêmes pour faire plaisir au grand public. On citera entre autres, Black Nadia, Shyn, Bram’s, Ny Ainga, Dj Mourchidy, Lico Kininike, Big Mj, Arnaah, Lion Hill, Esperance, Sisca, Bodo, Mevalaza, Jean Marie Dallas, Romeo, Rijade, Toofan, Singuila, Serge Beynaud, Jaojoby et bien sûr Wawa. Certains noms ne sont  pas certes pas encore connus par le grand public, mais c’est en quelque sorte l’essence même du festival. Il permettra à ces derniers de bâtir une belle notoriété car ils auront la chance de participer à l’un des plus grands festivals de Madagascar. Par ailleurs,  et comme à l’accoutumée, un grand carnaval, auquel les principaux participants prendront part, ouvrira le festival. Les festivaliers feront le tour de la ville jusqu’au Stade avant les allocutions des personnalités publiques et des responsables. Les spectacles s’enchaîneront et l’innovation pour cette édition : le public aura droit à un espace Vip qui sera équipé de Wifi gratuit offert par Telma. Bref, le festival s’annonce coloré et rythmé. Encore une fois, « Somaroho » fera de Nosy-Be une destination-phare des vacanciers et des touristes. 50 000 personnes ou plus sont attendues sur place.Tahiana Andrianiaina

La Vérité0 partages

Accident d'Ankazobe - La Présidence augmente le nombre des morts

« Un  tragique  accident  est  survenu  sur  la  RN4,  Antananarivo-Mahajanga, à une  vingtaine de kilomètres avant Ankazobe, vers minuit, le 31 juillet. En milieu de matinée, le bilan provisoire faisait état d'une trentaine  de  morts  et  des  dizaines  de  blessés », peut - on lire en première ligne d'un communiqué de la Présidence, avant - hier. Le même communiqué a été diffusé dans les médias ainsi que sur le site de la Présidence.

Une communication, a priori, faite dans le but de rapporter les actions du Président Hery Rajaonarimampianina à la suite du tragique accident d'Ankazobe et qui a visiblement « oublié » de tenir compte du nombre exact des victimes. L'information selon laquelle l'accident a fait une trentaine de morts étonne lorsqu'on sait que même le dernier bilan de la Gendarmerie nationale, sorti également avant - hier en début de soirée, fait état d'une vingtaine de morts. Qui croire alors, la Gendarmerie ou la Présidence de la République ? Soulignons au passage que jusqu'à hier, le bilan mis à jour relatif à cet accident n'a pas encore atteint la trentaine de morts, du moins d'après les chiffres officiels sur les corps retrouvés. L'on se demande alors où est - ce que la Présidence de la République a puisé ses informations en additionnant une dizaine de morts pour arriver à une trentaine de morts. Certes, le nombre de morts pourrait atteindre la trentaine mais annoncer des morts avant l'heure ne semble pas judicieux dans un contexte aussi dramatique.Ce genre de bourde peut facilement induire en erreur aussi bien les journalistes que les simples citoyens de la part d'une institution suprême.  Par la même occasion, l'on ne peut s'empêcher d'en déduire une certaine défaillance - une de plus - au niveau du service de Communication de la Présidence qui constitue pourtant parmi les principales sources d'informations officielles sur des évènements importants dans le pays. Ce n'est d'ailleurs pas la première fois que la Communication de la Présidence fait preuve de grande maladresse dans la diffusion d'éléments d'information.S.R.

Madagascar Tribune0 partages

Plaque rouge : 95% des véhicules administratifs aux normes

95% des véhicules administratifs seraient maintenant dotés de plaque rouge, révèle une source auprès de la primature. Ce, un mois après que le Premier ministre chef de l’Administration a donné l’ordre de rendre rouge la plaque d’immatriculation des matériels roulants de l’Etat. Il resterait donc encore 5% de récalcitrant.

Le Premier ministre Christian Ntsay avait déjà déclaré que ceux qui ne se conformeraient pas à ces règles avant le 28 juillet dernier allaient avoir droit à des sanctions exemplaires. La liste des véhicules dotés de cette plaque rouge devraient alors être connue d’ici quelques semaines et l’on attend les mesures que le gouvernement va prendre à l’endroit des éventuels récalcitrants.

Ce taux de 95% représente tout de même une réussite pour le gouvernement Ntsay. Mais le revers de la médaille est que la prise de cette disposition n’a fait que multiplier encore l’égo de certaines personnes utilisant ces véhicules, car ils se croient être au-dessus du code de la route à bord de ces véhicules aux plaques rouges. Toutefois, l’objectif était de minimiser les abus de ceux qui utilisent ces voitures.

La décision du Premier ministre a également permis de révéler ô combien les voitures appartenant à l’administration malgache sont si luxueuses et coûteraient très chères alors que le pays est si pauvre.

Madagascar Tribune0 partages

Andry Rajoelina a officialisé sa candidature

On s’y attendait, la date du 1er aout n’a pas été choisie fortuitement par le Mapar d’Andry Rajoelina pour présenter sa fameuse « Initiative pour l’émergence de Madagascar (IEM), au palais des Sports de Mahamasina, l’ancien président de la Transition a annoncé publiquement vers 15h que son émissaire était entrain de déposer sa candidature auprès de la Haute Cour Constitutionnelle.

Andry Herizo Rakotozafy a représenté Andry Rajoelina devant la greffe de la HCC pour déposer les dossiers de candidature du leader du mouvement orange. Une première candidature qui sans aucun doute sera suivie par beaucoup d’autres. Car, pas plus tard qu’hier, le camp Ravalomanana a également annoncé qu’il organisera une grande fête dans la capitale vers cette semaine pour certainement officialiser la candidature de cet ancien président de la République.

Dans la province de Fianarantsoa, la présidente du Syndicat des magistrats de Madagascar (SMM), Fanirisoa Ernaivo a également reçu la bénédiction des chefs coutumiers et traditionnels pour être candidate à la prochaine présidentielle.

Madagascar Tribune0 partages

Nouvelle hausse des prix des produits pétroliers

Une fois de plus, le prix à la pompe a connu une nouvelle hausse sur le sol malgache. Depuis le 1er août, tous les produits pétroliers ont connu une hausse de 50 ariary le litre. Désormais, l’essence est vendu à 4 100 le litre, le gasoil à 3 450 ariary et le pétrole lampant à 2 530 ariary. Une nouvelle hausse qui s’expliquerait par la nécessité d’atteindre la vérité de prix dans le pays.

La conséquence directe de cette hausse est l’augmentation des frais des transports urbains, notamment par les coopératives qui se regroupent au sein du FMA. Quelques semaines plus tôt, ils ont déjà annoncé que les frais pourraient augmenter de 100 ariary et devenir 500 ariary à partir du début du mois d’août à cause de l’augmentation sans cesse du prix à la pompe. Et cette hausse a été effective depuis mercredi.

Par rapport à cette tendance inflationniste enregistrée ces derniers temps sur l’économie malgache et qui a des répercussions directes sur l’économie de chaque ménage, des associations de défense des droits des consommateurs ont protesté, entre autres, contre la hausse des frais des transports. Mais reste à savoir s’ils seront entendus.

Madagascar Tribune0 partages

Nouvelle hausse des prix des produits pétroliers

Une fois de plus, le prix à la pompe a connu une nouvelle hausse sur le sol malgache. Depuis le 1er août, tous les produits pétroliers ont connu une hausse de 50 ariary le litre. Désormais, l’essence est vendu à 4 100 le litre, le gasoil à 3 450 ariary et le pétrole lampant à 2 530 ariary. Une nouvelle hausse qui s’expliquerait par la nécessité d’atteindre la vérité de prix dans le pays.

La conséquence directe de cette hausse est l’augmentation des frais des transports urbains, notamment par les coopératives qui se regroupent au sein du FMA. Quelques semaines plus tôt, ils ont déjà annoncé que les frais pourraient augmenter de 100 ariary et devenir 500 ariary à partir du début du mois d’août à cause de l’augmentation sans cesse du prix à la pompe. Et cette hausse a été effective depuis mercredi.

Par rapport à cette tendance inflationniste enregistrée ces derniers temps sur l’économie malgache et qui a des répercussions directes sur l’économie de chaque ménage, des associations de défense des droits des consommateurs ont protesté, entre autres, contre la hausse des frais des transports. Mais reste à savoir s’ils seront entendus.

Madagascar Tribune0 partages

Nouvelle hausse des prix des produits pétroliers

Une fois de plus, le prix à la pompe a connu une nouvelle hausse sur le sol malgache. Depuis le 1er août, tous les produits pétroliers ont connu une hausse de 50 ariary le litre. Désormais, l’essence est vendu à 4 100 le litre, le gasoil à 3 450 ariary et le pétrole lampant à 2 530 ariary. Une nouvelle hausse qui s’expliquerait par la nécessité d’atteindre la vérité de prix dans le pays.

La conséquence directe de cette hausse est l’augmentation des frais des transports urbains, notamment par les coopératives qui se regroupent au sein du FMA. Quelques semaines plus tôt, ils ont déjà annoncé que les frais pourraient augmenter de 100 ariary et devenir 500 ariary à partir du début du mois d’août à cause de l’augmentation sans cesse du prix à la pompe. Et cette hausse a été effective depuis mercredi.

Par rapport à cette tendance inflationniste enregistrée ces derniers temps sur l’économie malgache et qui a des répercussions directes sur l’économie de chaque ménage, des associations de défense des droits des consommateurs ont protesté, entre autres, contre la hausse des frais des transports. Mais reste à savoir s’ils seront entendus.

Madagascar Tribune0 partages

Nouvelle hausse des prix des produits pétroliers

Une fois de plus, le prix à la pompe a connu une nouvelle hausse sur le sol malgache. Depuis le 1er août, tous les produits pétroliers ont connu une hausse de 50 ariary le litre. Désormais, l’essence est vendu à 4 100 le litre, le gasoil à 3 450 ariary et le pétrole lampant à 2 530 ariary. Une nouvelle hausse qui s’expliquerait par la nécessité d’atteindre la vérité de prix dans le pays.

La conséquence directe de cette hausse est l’augmentation des frais des transports urbains, notamment par les coopératives qui se regroupent au sein du FMA. Quelques semaines plus tôt, ils ont déjà annoncé que les frais pourraient augmenter de 100 ariary et devenir 500 ariary à partir du début du mois d’août à cause de l’augmentation sans cesse du prix à la pompe. Et cette hausse a été effective depuis mercredi.

Par rapport à cette tendance inflationniste enregistrée ces derniers temps sur l’économie malgache et qui a des répercussions directes sur l’économie de chaque ménage, des associations de défense des droits des consommateurs ont protesté, entre autres, contre la hausse des frais des transports. Mais reste à savoir s’ils seront entendus.

Madagascar Tribune0 partages

Une exploitation aurifère chinoise fermée par le ministère de tutelle

Lors d’une descente à Maevatanàna hier, le ministre des Mines et des ressources stratégiques a procédé à l’assainissement du secteur minier en procédant entre autres à l’arrêt d’une exploitation aurifère chinoise dans le périmètre de la société Kraoma à Antafia. En effet, la drague utilisée par ces exploitants asiatiques a été scellée en présence du ministre, Ravokatra Fidiniavo et des éléments de la Police des mines.

D’après les explications du ministre, l’accord de partenariat entre la Kraomita Malagasy et ces exploitants chinois a été expiré le mois de novembre 2018, pourtant, ils y ont toujours continué l’extraction aurifère. Ils ont également utilisé des produits chimiques qui polluent l’eau, tel le mercure, nuisant à l’environnement et susceptible de provoquer des conséquences néfastes à la santé des riverains.

Cette descente dans la région de Betsiboka a également permis de savoir que deux à trois tonnes d’or exporté seulement sont déclarées auprès du ministère des Mines alors que le pays en a exporté entre 20 et 25 tonnes par an. Le ministère entend en effet mettre en place des stratégies efficaces pour lutter contre cette situation catastrophique.

L'express de Madagascar0 partages

Route nationale 4 – Apocalypse à Ankazobe

Un accident meurtrier et tragique, avec vingt morts et cent trois blessés (bilan provisoire), a eu lieu avant-hier, vers minuit à Andranonahoatra, une localité située à une vingtaine de kilomètres avant Ankazobe, sur la RN4. Ils étaient 140 voyageurs dans l’autocar à étage, une sorte d’autobus à impériale, la plupart était des jeunes gens, ils sont membres des branches « Scout » et « Jeunesse chrétienne » (STK) au sein du Synode régional d’Itasy de l’Église réformée FJKM. Ils allaient rejoindre Mahajanga pour prendre part à un rassemblement national de la STK.

En abordant une montée, le chauffeur n’a pas réussi à passer une vitesse. Le véhicule a alors reculé pour tomber dans un ravin en effectuant plusieurs tonneaux et terminer sa course en marche arrière sur le toit. Le moteur a pris feu et a provoqué une explosion entraînant l’incendie du véhicule.Hier en début de matinée, le Président de la République et son épouse, Voahangy Rajaonarimampianina, ainsi que des membres du gouvernement conduits par le Premier ministre, Olivier Mahafaly Solonandrasana, se sont rendus à l’Hôpital Joseph Ravoahangy Andrianavalona, Anosy, pour apporter le réconfort aux blessés qui y sont évacués et pour présenter les condoléances aux familles des défunts. Hery Rajaonarimampianina a précisé que l’État prendra en charge tous les frais médicaux et les soins nécessaires aux blessés, ainsi que le rapatriement des corps et leurs funérailles.

Une grande tristesse et un immense désarroi se lisent sur les visages des familles des victimes.

 

Le couple présidentiel s’est rendu aux urgences de l’HJRA pour réconforter les blessés et pour présenter ses condoléances.

 

Le Père Pedro a accouru à l’HJRA pour apporter du réconfort.

 

Le second chauffeur de l’autocar a été interrogé sur le lieu de l’accident (à g. du gendarme), au titre de l’enquête préliminaire.

 

Le Président de la République au chevet d’un très jeune blessé.

 

Les cinq courageux jeunes hommes qui ont sauvé d’une mort certaine quelques rescapés.

 

Un téléthon est initié afin de parer aux dépenses urgentes.

 

Il a fallu utiliser une scie circulaire électrique pour désincarcérer certaines victimes.

Elle a perdu son mari et son aîné dans l’accident.

 

Le Premier ministre et le ministre de la Santé publique ont annoncé les différentes mesures prises par le gouvernement.

 

Le ministre des Transports, Benjamina Ramarcel Ramanantsoa (lunettes noires), était présent sur les lieux de l’accident.

 

Ses trois garçons sont sains et saufs.

 

Jean Max Rakotomamonjy a présenté les condoléances de l’Assemblée nationale au député élu à Soavinandriana.

 

Évacuation des corps calcinés.

Photos : Claude Rakotobe – Mamy Mael – Présidence de la République

 

Lire aussi :  Transport et sécurité - Les mesures annoncées sans suite ? 
L'express de Madagascar0 partages

Transport et sécurité – Les mesures annoncées sans suite ? 

Un nouveau drame remet à jour les débats concernant la sécurité routière. Les mesures annoncées par les autorités après chaque accident grave semblent se perdre en route.

Radotage.  Il y aura des sanctions sévères, ou encore, des mesures drastiques seront prises pour que cela ne se reproduise plus. Ce sont là quelques exemples de phrases fréquemment entendues dans les réactions des autorités, face aux drames similaires à celui d’hier à Ankazobe.Au Centre hospitalier universitaire Joseph Ravoa­hangy Andrianavalona (CHU-HJRA), Solonan­drasana Olivier Mahafaly, Premier ministre a déclaré qu’à l’issue de l’enquête, si les problèmes techniques du véhicule sont confirmés, des sanctions sévères seront prises contre son propriétaire et son conducteur. Sur les lieux du drame, à Ankazobe, Benja­mina Ramanantsoa, ministre du Transport, a ajouté qu’il est déjà prévu que la location de véhicules de coopératives, habitués à l’iti­néraire du lieu de destination, soit privilégiée lors des déplacements de groupe.Une mesure concernant, au départ, les sorties scolaires, car adoptée au lendemain des controverses autour de l’accident ayant causé la mort d’écoliers, à Ampano­tokana – Mahitsy en 2016. Elle prévoit, entre autres, la désignation d’un chef de convoi  en contact constant avec les responsables de l’Agence de transport terrestre (ATT), pour lui faire part d’éventuels risques concernant le véhicule ou le chauffeur.L’ATT doit ensuite prévenir les agents de police de la route pour ordonner l’immobilisation du véhicule mis en cause.Une liste des passagers devrait aussi être dressée. À cela s’ajoute l’interdiction de surcharges. Après l’accident ayant fait quarante-sept morts à Anjozorobe en janvier dernier, cette mesure semble avoir été élargie à toutes les sorties massives de groupes. De prime abord, elle n’a pas été prise en compte par les organisateurs du voyage tragiquement écourté à Ankazobe.

Dérogation légale« Nous, au sein de l’ATT, faisons en sorte que les règles en vigueur, en matière de sortie massive de groupes, soient respectées à la lettre », soutient cependant le colonel Andry Rakotondrazaka, directeur général de l’Agence. Le gros porteur routier aurait-il alors dérogé à la fameuse règle ? L’officier supérieur a, toutefois, ajouté que, s’agis­sant ici d’une location privée, il a suffi au propriétaire de payer une patente auprès de la contribution, comme le prévoient les textes.Il n’y aurait pas eu de liste de passagers, selon le ministre Ramanantsoa. « Les véhicules de location tendent à devenir le refuge de ceux qui ne veulent pas respecter la loi », a déploré Gilbert Rakotozafy, directeur du transport routier auprès du ministère du Transport, présent à Anka­zobe. Une harmonisation des normes en vigueur semble ainsi s’imposer, vu les enjeux sécuritaires. Un projet qui serait en cours, selon le responsable ministériel.Certains passagers soutiennent, par ailleurs, que  dès le départ, le bus a rencontré des problèmes techniques. Un ratage du passage de vitesse et des freins défectueux ont causé l’accident. Des problèmes qui ne devraient pas être difficiles à repérer durant les contrôles de routine, pourtant. « Je recommande à tous de faire une visite technique avant chaque voyage », a déclaré le Premier ministre. À l’endroit de la direction des services techniques, le chef du gouvernement a lancé : Je vous demande de la rigueur dans votre travail. D’arrêter les laisser-aller.Aux lendemains de l’accident d’Ampanotokana, cette direction avait fait preuve d’intransigeance envers les transporteurs. Au regard de l’état de la plupart des véhicules de transport en commun qui circulent à Anta­na­narivo, et même empruntant les routes nationales, la crainte d’un certain relachement est légitime. Selon les informations d’hier en outre, le véhicule aurait été sensiblement en surcharge, avec cent-quarante passagers pour quatre-vingt places.Une surcharge qu’aucun élément sur terrain de la sécurité routière n’aurait-il donc remarquée, depuis Soavinan­driana ? Le conseil du gouvernement, de la semaine dernière, a décidé la mise en place de trois commissions chargées du suivi de l’application des mesures gouvernementales, à tous les niveaux de la chaine administrative. Visiblement, la sécurité routière en a aussi grand besoin, surtout que les vacances démarrent à peine.

Garry Fabrice Ranaivoson

Lire aussi :  Route nationale 4 - Apocalypse à Ankazobe
L'express de Madagascar0 partages

Antsohihy – Le « Festival Lampogno » s’envole vers sa dixième édition

La dixième édition du Festival Lampogno s’annonce festive. Carnavals, danses tropicales, musiques, spectacles traditionnels sont à l’honneur de ce festival original.

Un festival original qui a su se faire un nom au fil des années. Le Festival Lampogno qui est devenu une manifestation incontournable pour les Tsimihety ainsi que pour les vacanciers et touristes s’apprête à souffler sa dixième bougie, du 24 au 27 août à Antsohihy, dans la région de Sofia. Il est organisé par l’Association Lampogno Madagascar (ALM), fondé par le chanteur Jean Rigo Randriamaniraka.Ce festival invite la population des lieux et de tous les autres à la rencontre et à la découverte de la culture Tsimihety. « Le festival a été mis sur pied afin de promouvoir le patrimoine culturel du terroir, le tourisme et surtout la musique bahoejy, un style typique du nord de la Grande Ile. Le festival a également l’ambition de promouvoir le tourisme culturel et d’en faire profiter la population, àl’épanouissement culturel, social et économique de la région », explique Jean Rigo Randriamaniraka, l’organisateur.Ce dixième anniversaire est pour l’organisateur l’occasion de reprendre ses succès en invitant artistes et compagnies qui ont fait les belles du festival. Si l’année dernière, le zoom a été mis sur le « Fangalam-baiavy et valizy mena», cette année, les organisateurs ont décidé de mettre en lumière le «Tambirô». Il s’agit d’une culture menée avec les habitants, signifiant entraide, à base de prestations, une coutume nordiste  permettant à un individu ou à une famille de faire appel à la population environnante pour venir en aide. Un zébu est offert pour un déjeuner champêtre.

Une affiche alléchante  Au fil des années, le festival a évolué. La musique s’est plus variée, touchant un plus grand public, le nombre de visiteurs a gonflé. Ayant été organisé en pleine période de détente, le record de participation était atteint l’année dernière, avec près de quinze mille personnes. Ainsi, tous ceux qui, durant ces quatre jours, danseront ainsi au rythme du « baoejy », de « l’antosy » ou encore du « salegy ».En effet, de grandes vedettes, pour la plupart, natives de la région seront de la partie. Tianjama, Daddy Love, Vaiavy Chila, ou encore Sisca mais également Jean Rigo se relayeront pendant les quatre jours du festival. Des artistes locaux comme René Korodô, Janga Ratah ou encore  Bram’s seront, eux aussi, à l’affiche. Outre les concerts, grand carnaval, conférence-débat, feux d’artifices et démonstration de sports populaires, tel que « le moraingy », seront également au menu.

Sitraka Rakotobe

L'express de Madagascar0 partages

Laza Randriamifidimanana – Une opportunité pour les pilotes en herbe

Pour ses dix ans d’existence, l’école de pilotage Drift Control organise un challenge sur le circuit d’Ambatomirahavavy, les 11 et 12 août. Les pilotes seront répartis en deux catégories.

À la découverte des talents cachés. À l’occasion de son dixième anniversaire, l’école de pilotage de Laza Randriamifidimanana, Drift Control, organisera un challenge, en fin de semaine prochaine.« Pour marquer le coup, on voulait donner aux autres l’opportunité de se révéler », a lancé Laza Randriamifi­dimanana, lors de la réunion d’information et de la présentation à la presse de l’événement, lundi soir chez Pacom Antanimena.Le vendredi 11 août sera dédié aux Young Drivers, âgés de quatorze à vingt-quatre ans. Tandis que le 12 sera réservé aux Absolute Drivers, âgés de plus de vingt-quatre ans. Les inscriptions devaient être limitées à quinze concurrents par catégories.Mais l’engouement est tel que les organisateurs ont dû rajouter cinq places supplémentaires chez les jeunes. Du côté des aînés, on note la présence d’un pilote féminin. Durant ces deux journées, les pilotes s’alterneront sur une Peugeot 505 fournie par Drift Control, sur le circuit d’Ambatomi­rahavavy. Auparavant, le célèbre Jean Yves Ranarivelo, alias Joda, établira tout d’abord un chrono de référence.

Demi-journée de stageEt ce, afin de permettre aux coureurs de situer leur niveau. Pour sa part, la Fédération du Sport Auto­mobile de Mada­gascar appuiera l’initiative en fournissant le matériel de chronométrage électronique.À terme, les gagnants de chaque catégorie seront pris en charge par Drift Control, pour participer à deux courses de slalom, au volant de la 505. Une 505 GTI plus précisément, propulsion bien entendu, de la classe M12 deux roues-motrices. Une machine équipée d’un moteur 2,2L qui développe 140 chevaux et qui dispose de divers équipements comme d’un autobloquant par exemple.Les vainqueurs bénéficieront également d’un stage d’une demi-journée, toujours offert par l’école de pilotage. Bien utile avant de se lancer dans ces deux courses. « On va revoir avec eux différents aspects du pilotage durant cette séance, comme les trajectoires, le freinage, le transfert de masse, la gestion de la glisse et autres… On va également effectuer quelques réglages pour adapter la voiture au pilote », a rajouté Laza.

Haja Lucas Rakotondrazaka

L'express de Madagascar0 partages

Ankazobe – Vingt morts à bord d’un Boeing à étage

Lâché par ses freins après un problème de passage de vitesse, un bus transportant des fidèles FJKM a fait quatre tonneaux. Vingt morts et cent trois blessés sont répertoriés. 

Un amas de ferrailles fumantes gisant sur le flanc d’une colline de steppe dévastée par les flammes sur un rayon de 300 mètres. Des corps carbonisés piégés entre des feuilles de tôles calcinées et des structures métalliques courbées. «Moi-même, je ne sais vraiment pas comment m’y prendre. Il faut que je découpe un à un ces tubes et charnières en acier, pour désincarcérer ces deux dépouilles noircies », lance Salohy Razafimandimby. Tenant avec vivacité une disqueuse tournant à plein régime, ce ferrailleur de Soaniadanana s’attaque avec rage sur la structure métallique, malgré les à-coups d’inertie qui font résistance. Ses efforts ont fini par payer. En fin d’après-midi, seize corps désagrégés ont été désincarcérés de l’épave du bus à étage, avec l’appui du Corps de Protection Civile, portant ainsi à vingt le nombre de morts répertoriés. Sur les cent-un rescapés, quatre-vingt-dix-sept ont été transférés à l’hôpital d’Ampefi- loha. Les premiers secours ont été prodigués à Antsirabe.Les victimes de ce bus de la mort sont des fidèles de l’église protestante «Andon’i Hermona» Soavinandriana, dont des scouts ainsi que des pèlerins de la section des jeunes chrétiens (STK). Ils allaient se rendre à Mahajanga pour un rassemblement national lorsque leur périple a viré au drame au point kilométrique 72 du national 4.La mort semble avoir pisté les occupants de la Mercedes Neoplan, impliquée dans ce tragique accident dès qu’ils ont quitté Ampefy dans la matinée de lundi vers 9 heures.«Nous étions près de cent quarante à bord. Des problèmes persistants de passage de rapports ainsi qu’une défaillance au niveau du système d’air ont été signalés. En arrivant à Imerintsiatosika, il a fallu qu’on fasse un arrêt suite à une crevaison», confie la pasteur Saholinirina Raharivola, représentante du comité central de la STK auprès de synode de Soavinandriana.

Cargaison humaineLe bus bondé de monde a poursuivi sa route sur l’axe Ouest sitôt la roue remplacée. La mécanique a résisté tant bien que mal sur un bout de chemin, jusqu’à ce que les problèmes techniques auxquels on ne semblait pas avoir accordé une grande importance ne trahissent le mastodonte. Dans la pénombre totale, la Mercedes Neoplan a gravi la forte montée en lacet d’Antanetilava puis de Sambaina, où une double chicane serrée guette dangereusement les automobilistes les plus imprudents. En guise de mise en garde, un garde-fou de parapet zébré se dresse sur côté droit de la route, surplombant un ravin à la paroi inclinée qui plonge à une cinquantaine de mètres en contrebas. Le bus a étage est passé sans anicroche sur ces points rouges, jusqu’à ce que la mécanique ne le mette au tapis.«Le contrôle du véhicule a échappé au chauffeur qui en est d’ailleurs le propriétaire, lorsqu’il a rétrogradé. Le passage de vitesse a échoué. Le bus a du coup perdu de la puissance pour se mettre ensuite à reculer sur la montée rescapée. Dans la panique, l’aide-chauffeur a sauté», poursuit d’un ton secoué la pasteur Saholinirina Raharivola.En raison du dysfonctionnent du système d’air actionnant les freins, ceux-ci étaient devenus inopérants. Dans sa course effrénée, le Boeing à étage s’est précipité dans le ravin. Bien que touché à la poitrine, le chauffeur est hors de danger de source hospitalière. Figure connu à Soavinandriana, celui-ci est un candidat malheureux des dernières législatives.«Le véhicule a arraché un eucalyptus au bord du ravin avant qu’il ne s’y renverse. Tétanisés, les passagers priaient. Après un quadruple tonneau, il a terminé sa course folle en atterrissant sur le toit. En un rien de temps, il s’est embrasé. Les flammes se sont répandues à une vitesse folle», relate quant à lui Jean de Dieu Rakotondramaro, un adolescent rescapé. Dans un sauve-qui-peut, les survivants encore conscients ont évacué les lieux. Coincés dans le véhicule en feu, près d’une vingtaine de personnes ont été abandonnées à une mort certaine.

Passagers atomisés 

Sambaina plongeait dans le chaos et désolation à l’aube. Les scènes qui se sont emparées des lieux du drame, ont de quoi hanter à jamais. Gisant au milieu d’un champ de ruines après que l’incendie a provoqué un feu de brousse sur plus d’un hectare, le géant des routes qui s’est écrasé se figeait dans un décor macabre, réveillant de douloureux souvenirs de sites anéantis par le souffle d’une explosion atomique. Vicié par une odeur de chair humaine calcinée, l’air est quasiment irrespirable. Jeter un regard même pendant seulement quelques secondes est des plus troublants. Des corps brûlés entassés les uns sur les autres… Mieux vaut fermer les yeux. «De nombreuses dépouilles ont été littéralement réduites en cendre. Elles étaient friables au toucher. Il a fallu aller doucement dans leurs extractions. Des têtes et des membres se détachent au moindre contact», se désole Mamy Andrianaivo, médecin inspecteur du district d’Ankazobe.Tout autour de la Mercedes, éventrée par un bloc de rocher qui l’a arrêté pendant sa roulade meurtrière, des effets personnels des victimes ainsi que des provisions qu’ils ont emmenées pour leur séjour à Mahajanga étaient éparpillés un peu partout. Les sandales, vêtements, sacoches, couverts, riz blanc et légumes fraîches que les malheureux ont embarqués pour s’assurer d’un voyage loin des galères et qu’ils ont ensuite perdus sur les lieux du drame laissent dans la tourmente.

Sauvetages impossibles

Deux brèches sur le flanc du car ont sauvé la vie à cent trois personnes. Comprimé sous son propre poids après avoir été pris dans ce tourbillon mortel, le bus à étage était quasiment aplati après l’embardée. Toutes les vitres en volé en éclats. Pour échapper à la mort, les rescapés ont dû arracher à coups de pied les vitres épargnés.«Je me suis retrouvé immobilisé sous cinq ou six corps que j’ai dû déplacer de toutes mes forces pour m’extirper du car qui s’est transformé en un piège de métal. Sitôt libéré, j’ai rampé à travers un tunnel étroit de ferrailles pliées, en progressant péniblement vers un éclairage, à l’extérieur du véhicule. J’ai perdu ma femme et mon enfant dans cet accident se désole», Jean Jacques.Projeté lors de l’embardée, un chef de famille âgé d’une trentaine d’année agonisait près du Boeing en feu. Blessé, son jeune fils tentait l’impossible pour le mettre dans un endroit plus sûr mais il a été contraint de renoncer pour sauver sa propre vie. Le carburant qui s’échappait du réservoir nourri les flammes qui déferlaient sur les steppes.

Véhicule hors circuit

«Le retrait de pareils types de véhicule sur le réseau de transport national a commencé à s’opérer depuis 2012, du fait qu’il ne sont pas adaptés à nos routes. Pour contourner cette décision, les propriétaires les ont transformés en véhicule de location, qui, pour l’instant, échappent aux contrôles du fait qu’ils peuvent circuler dans toute l’île et s’adonner   au transport de passagers, du moment où ils sont en règle vis-à-vis du fisc. Il leur suffit de s’acquitter d’une patente annuelle auprès des services de contribution, pour pouvoir travailler sans être inquiété et sans même demander une autorisation spéciale. Un projet d’assainissement est en cours, cela ne peut continuer», lance Gilbert Rakotozafy, directeur du transport routier auprès du ministère des Transports.

Nombre de passagers doublé

Le ministère du Transport avance qu’un pareil type de véhicule peut transporter quatre-vingt passagers tout au plus. Au moment des faits, environ cent quarante personnes dont beaucoup n’étaient pas répertoriées l’avaient pourtant emprunté. «Soixante-sept jeunes de la STK ainsi que trente-huit scouts se sont enregistrés pour ce voyage. Les autres sont des membres de leurs familles ou des personnes de leur entourage. Impossible de connaître leur nombre exact», concède l’un des organisateurs de ce voyage ayant viré au cauchemar.

Seth Andriamarohasina

Lire aussi :  Route nationale 4 - Apocalypse à Ankazobe
L'express de Madagascar0 partages

Football – CNaPS Sport et Fosa en règle

Il y a quelques semaines, la CNaPS Sport Analamanga et Fosa Juniors Analamanga ont décroché leurs tickets pour grimper en première division. Dimanche dernier, le premier a assuré sa qualification pour les 32èmes de finale de la Telma Coupe de Madagascar. Tandis que le second a déclaré forfait.Pour ces 32es de finale de la coupe nationale, la CNaPS Sport Itasy, tenante du titre, entrera en lice. Le hasard pourrait ainsi faire croiser le chemin des deux clubs de la Caisse nationale, à l’avenir. Certains se demandent si l’existence de deux clubs en première division d’une même entité est conforme avec le règlement.« Les appellations peuvent être similaires. Mais plus précisément, on a la CNaPS Sport Itasy d’un côté, et la CNaPS Sport Analamanga de l’autre. Il s’agit de deux organisations séparées, avec des dirigeants, staffs techniques et joueurs différents. Il n’y a aucune entorse au règlement. Dans le temps, on avait aussi plusieurs clubs de la Jirama issus de différentes villes, à titre d’exemple », explique-t-on auprès de la Fédération Malgache de Football.

Clubs différentsQuestionné sur le sujet, un dirigeant de la CNaPS Sport Itasy a également souligné qu’il s’agit de deux équipes bien distinctes : « Ces deux formations évoluent dans des ligues différentes, l’une à Itasy et l’autre à Analamanga. Ce sont deux clubs bien différents. Certains joueurs de la CNaPS Sport Itasy se sont engagés avec la CNaPS Sport Analamanga et ils ont fait l’objet de mutations en bonne et due forme ».Comme cité précédemment, la coupe nationale entre au stade des 32es de finale, ce weekend. Une occasion à saisir pour la CNaPS Sport Itasy, sacrée l’an dernier, Elgeco Plus Analamanga, finaliste malheureux, et les vingt-et-un autres clubs les mieux classés à l’issue de l’édition 2016.

H.L.R.

L'express de Madagascar0 partages

Pétanque - Masters – Luc-Cobra-Hery  pour la quatrième étape

Nouveau changement au sein de la triplette malga­che, au Masters de pétanque en France. Christian « Nanou » Andrianiaina ne sera pas de la partie, lors de la quatrième des sept étapes de la tournée 2017, ce jeudi dans la ville de Montluçon.Le trio sera cette fois-ci composé de Luc Rahain­goson, Tojo « Cobra » Raha­sintsoa et Hery Razafimahatratra. Pour rappel, Hery était entré en jeu à l’occasion de la troisième étape de la semaine dernière. Auparavant, Nanou, Luc et Cobra avaient été alignés lors des deux premières échéances.La Grande île doit se reprendre durant ce rendez-vous à Montluçon. Et ce, parce qu’elle vient de se faire éjecter du top 4. Elle occupe actuellement la cinquième position du classement général, avec douze points, derrière la Wild Card (17 pts), l’équipe Rocher (17 pts), l’équi­pe Fourné (15 pts) et l’équipe Gire (14 pts).En bas du classement, l’on retrouve l’équipe de Fran­ce (11 pts) et le Bénin (5 pts). Précisons que seules les quatre meilleures formations seront qualifiées pour le Final Four, au terme des sept étapes de la tournée, d’où l’impératif de résultat pour la sélection malgache à Montluçon, afin de retrou­ver ce top 4.

H.L.R.

L'express de Madagascar0 partages

Analamanga – AS Adema et Cosfa en tête

La poule des As d’Anala­manga a débuté hier, au stade municipal de Mahamasina. Dans ce tournoi à quatre, le vainqueur décrochera un ticket pour le championnat de Madagascar, en compagnie du champion régional, Elgeco Plus.Dans le premier match, Cosfa a disposé de Tana Formation sur le score de deux buts à un. Dans la deuxième rencontre, AS Adema l’a emporté face à Mama FC, révélation de la saison régulière, par trois buts à deux.Au terme de cette première journée donc, Cosfa et AS Adema sont en tête avec trois points chacun. La deuxième journée est fixée pour ce vendredi, toujours à Mahamasina. AS Adema croisera le fer avec Tana Formation, à midi et demi. Par la suite, Cosfa sera aux prises avec Mama FC.

H.L.R. 

L'express de Madagascar0 partages

Exposition – « Imprimer la lumière » attire les curieux

L’exposition « Imprimer la lumière » de Tolotra Ramboasolo qui se tient actuellement à l’Is’Art Galérie reçoit des visiteurs. Ces derniers sont issus de toutes les classes sociales et sont, majoritairement, des étudiants.  La plupart découvre cet art sans aucun complexe. Certains sont avisés que c’est du  nu artistique. Une fois devant les fresques qui ornent les murs de la galerie, leur impression semble unanime.« C’est la toute première exposition de nu artistique que je visite. J’adore ce que ce photographe fait. Je ne trouve rien de choquant dans ses œuvres. L’art prime dans chacune de ces photos. La beauté de la réalisation artistique suffit pour oublier que c’est du nu. Comme il s’agit d’un art, je pense que ça passe», a commenté une jeune étudiante de dix-huit ans. Chacun interprète chaque fresque positivement. « Tout dépend de la mentalité de chaque personne. Mais personnellement, c’est agréable à voir. C’est de l’art», lance un jeune étudiant en photographie de vingt-et-un ans.Le grand public pourra admirer cette exposition hors du commun à l’Is’Art  Galerie à Ampasanimalo jusqu’au 10 août. Le photographe, Tolotra Tina Ramboasolo, n’en est pas à sa première exposition avec une discipline de ce genre. «Je constate qu’au fil du temps, la mentalité évolue. Les gens restent très sensibles au fait que c’est du nu. Il y a ceux qui viennent et s’attendent à voir quelque chose d’obscène. Mais quand ils voient de quoi ça a l’air, ils finissent par admirer», avoue l’artiste.

Ricky Ramanan

L'express de Madagascar0 partages

Le monologue du naïf

Le naïf ose à peine y croire, la faucheuse a encore frappé en hauts lieux. On nous qualifiait de « mauvaises langues » quand on invoquait la dame à la faux pour mettre dans sa liste une certaine catégorie de personnes dirigeantes dans ce pays. Mais depuis quelques jours, le naïf reprend courage et se dit qu’elle n’a qu’à continuer ce bon boulot et que peut-être, le pays se portera bien et très bientôt. Mais elle est quand même méticuleuse cette mort-là, elle travaille par secteur socio-professionnel. Elle a touché les célébrités du monde musical et maintenant elle passe dans le registre des personnalités politiques.  Le naïf continu son monologue en se disant qu’à ce rythme, la mort nous servira enfin en assainissant l’échiquier politique avant les élections. Mais il faut croire qu’elle est encore plus minutieuse que l’on ne le pense. Dans cette masse des politiciens, elle choisit d’abord de s’attaquer à la liste des opposants. Il faut s’attendre que dans les jours et semaines qui viennent, ceux qui ont osé se positionner en tant que tel auront une discussion avec la Grande faucheuse. Attendons voir que pour éviter cela des politiques fassent de grands revire­ments d’opinion. Ah, quand la mort nous fait revoir la vie autrement.Ceux qui auraient des choses à dire semblent se taire poursuit notre naïf dans sa futile réflexion. Les langues ne se délient plus, au contraire c’est devenu « mâche ou crève » ! Oui, mâche bien les mots avant de les dire ou subis-en les pires conséquences. Quand un défenseur des bois de rose a osé scander la vérité, il aurait dû bien peser la portée de ses mots. Maintenant il porte le lourd fardeau d’un jugement « mortel ». Il en est de même pour un défenseur des intérêts de la population de Mahabako qui s’est dressé contre l’exploitation illicite des mines par des Chinois. Il aurait pu éviter d’être sauvagement tué chez lui. Finalement, le naïf se rend compte que la liste est finalement longue. Tous ces gens qui ont eu des choses à dire et qui ne le peuvent plus, d’une manière ou d’une autre.Ceux qui ont la grande bouche au pays sont classés en deux catégories. La première, ceux qui s’achètent, la deuxième, ceux qui se tuent ou qu’on tue. Pour faire vaciller les âmes fragiles d’une catégorie à l’autre, il y a les méthodes traditionnelles de dissuasions.Le naïf se pose soudain une question à lui-même, est ce qu’il est de ceux qui changeront de discours devant quelques cartons de billets ou préfèrera-t-il avoir une conversation avec madame la mort ? Comme le dit si bien l’adage malgache « vaut mieux mourir demain qu’aujourd’hui ».L’insécurité fait que « L’Ange du Seigneur » a beaucoup à faire, ces derniers temps. Les péripéties des derniers jours ont démontré qu’on a beau être de grandes personnalités qui ont trois, quatre gardes du corps, la mort nous happe d’un coup de lame sans crier gare. Le naïf conclut, finalement, vaut mieux vivre bête que mourir intelligent ?À cela, Woody Allen répondrait « L’avantage d’être intelligent, c’est qu’on peut toujours faire l’imbécile, alors que l’inverse est totalement impossible. »

Par Mbolatiana Raveloarimisa

L'express de Madagascar0 partages

Météo – Le froid persiste

Depuis la semaine dernière, des crachins ont accompagné le froid. Dans certaines localités, les populations ont vécu des pluies orageuses qui ont fini par inonder leurs habitations. Heureusement, le soleil est revenu le lendemain, mais le froid se prolonge.Le service de la météorologie annonce qu’il est difficile de savoir si des averses seront au rendez-vous cette semaine parce qu’il ne diffuse que les prévisions de trois jours. « En général, nous traversons encore l’hiver. Le froid en est maître car c’est l’alizé qui souffle. Il va s’alterner avec le soleil et la chaleur pendant des semaines », fait savoir un technicien du service de la météo.Une fameuse expression malgache dit que l’hiver change de ton comme bon lui semble. Autrement dit, une matinée brumeuse pourrait être succédée d’un midi ensoleillé pour se terminer avec un début de soirée humide. Un phénomène assez anodin apparaît quand lorsqu’un mois relaye le mois précédent, il pleut. Les paysans des campagnes disent que, comme durant les intersaisons, de fines pluies tombent, il en est de même avec les mois, sauf que celles-ci aspergent le sol. « C’est un signe qui rappelle qu’un mois se termine et un autre commence. Il augure le renouvellement de la vie, c’est tout », précise Maurice Razafi­manantsoa, agriculteur.

Farah Raharijaona

L'express de Madagascar0 partages

Accident et insécurité – Les voitures de location ont leurs propres dispositions

La plupart des gens ont le souci de l’insécurité, de l’assurance sur la route surtout lorsqu’il s’agit de l’axe Sud de Madagascar à cause des accidents et des attaques de bandits. « J’ai voulu envoyer mes enfants à Toliara mais à cause de l’insécurité, je ne les ai pas envoyés. J’attends que ce soit plus calme », affirme Rinasoa Anjaratahina, mère de famille.Pour cela, les chauffeurs des voitures de location qui transportent, la plupart du temps, toute une famille en vacances, prennent desdispositions. « Il est actuellement dangereux de passer dans l’axe Sud de Madagascar. On ne  peut plus voyager la nuit, même en cas d’urgence, car on risque d’affronter les brigands de grand chemin », explique Manda Tina, chauffeur de voiture de location. Tout un planning est déjà préparé avant le départ, un contrat doit être signé par les voyageurs et les propriétaires des voitures delocation. « Pour rassurer les passagers, nous ne voyageons plus la nuit, seulement la journée. Nous partons vers 7 ou 8 heures du matin et nous devons nous arrêter à 16heures30 à un lieu déjà prévu dans le planning. Pour cela, les passagers sont mis au courant àl’avance, des lieux de récréation et d’arrêt, avec un contrat à signer avant le départ », continue-t-il.Afin d’éviter les accidents, à part l’assurance des voitures, un entretien doit se faire avant le jour de départ, cela est valable pour toute voiture de location.« Tous les papiers des voitures doivent être au complet, ainsi que l’entretien. L’entretien coûte cher car, après un voyage, il faut vérifier le moteur, le frein … et parfois, il faut changer quelques pièces. Les propriétaires sont les premiers responsables si un malheur arrive sur la route. Ils sont censés vérifier et contre vérifier avant le départ si tout est normal », affirme un chauffeur de voiture location d’une coopérative.

Mamisoa Antonia

L'express de Madagascar0 partages

Baisse de 100 Ariary

Une baisse de l’ordre de 100 ariary a été observée hier  sur les prix à la pompe. Pour l’essence celui-ci est descendu à 3 700 ariary le litre. Quant au Gasoil, le litre se négocie actuellement à 3 130 ariary.

L'express de Madagascar0 partages

Basket-ball – Vétérans/U14 – De l’euphorie  à Tsiroanomandidy

À chacun son plaisir. Après l’Afrobasket U16 masculin qui s’est achevé à l’île Maurice il y a deux semaines, la Fédération malgache de basket-ball est déjà à pied d’œuvre du 5 au 13 août à Tsiroanomandidy. Cette ville accueillera le championnat national des vétérans hommes et dames ainsi que celui des U14 filles et garçons.Le règlement technique concernant cette joute nationale a été distribué aux ligues régionales.Pour les U14 garçons, on aura la participation de vingt sept équipes qui seront réparties en cinq groupes. Chez les U14 filles, on recense dix sept équipes réparties en quatre groupes.Pour les vétérans, il y aura vingt deux équipes féminines contre sept masculines. Un sommet national très attendu donc à Tsiroanomandidy, qui se prépare déjà à accueillir cet événement national qui attirera la population sportive de cette ville.« On se montrera très pointilleux quant à l’application du règlement technique. L’acte de naissance original sera demandé aux joueurs et joueuses qui évolueront dans les catégories U14 garçons et filles. Un simple bulletin de naissance ne suffira pas et ne sera pas accepté », rappelle Jimmy Randriamandimby, président de la commission technique des compétitions au niveau de la Fédération malga­che de basket-ball.

Dina Razafimahatratra

L'express de Madagascar0 partages

19e édition du FIER-MADA

La 19e édition de la Foire Internationale de l’Éco­nomie Rurale de Mada­gascar (FIER-MADA) débute ce jour. La mani­festation se tiendra sur cinq jours au Stade Annexe Mahamasina

L'express de Madagascar0 partages

Panne des Guichets Automatiques d’une Banque (GAB), hier matin

Consécutive à un problème de réseau, les Gab d’une banque de la Capitale ont été hors services dans la matinée, d’après les explications d’un responsable auprès de la banque. Un arrêt de fonctionnement qui a suscité le mécontente­ment de plusieurs clients de la banque qui en cette fin de mois font la queue pour retirer de l’argent auprès de ces distribu­teurs.

Midi Madagasikara0 partages

Marovoay : Mpandraraha iray maty voatifitra, voaroba ny vola valo tapitrisa ariary

Raim-pianakaviana iray no sady mpandraharaha no maty votifitry ny jiolahy teo amin’ny fony. Tao amin’ny kaominina sy Disitrikan’i Marovoay, faritra Boeny no nisehoan’ny fanafihana, ny alarobia lasa teo, tokony ho tamin’ny 11 ora sy sasany alina. Araka ny fanazavana voaray avy tany an-toerana, voaroba nandritra ny fanafihana ny vola valo tapitrisa ariary niaraka tamin’ny finday sy tabilety. Araka ny fantatra, valolahy nitondra basy Pa sy Kalachnikov no nanafika io mpandraraha io. Avy hatrany dia nopoirin’izy ireo ny varavaran’ny trano ka dia  nanambana basy an’io raim-pianakaviana io no sady nitaky ny vola vao avy nalainy tany amin’ny banky. Nanohitra ity farany, ka teo no nahatonga ireo jiolahy nitifitra azy, ka bala roa no niantefa tany amin’ny fony. Namoy ny ainy vokatr’izany ity farany, nahazo izay nilainy sy ny vola ireo jiolahy mpanafika dia vaky nadositra. Taorian’izay vao nampandre ny mpitandro ny filaminana ny vady aman-janany ary efa misokatra ny fanadihadiana mahakasika ity vono olona ity araka  ny fampitany vaovao voarainay.

Ratantely