Les actualités Malgaches du Mardi 02 Juillet 2019

Modifier la date
Midi Madagasikara14 partages

HCC : Vers des législatives partielles

La HCC a été inondée de requêtes.

Compte tenu du « nombre très élevé de requêtes en contentieux », le juge électoral pourrait faire rejouer les matchs dans certains districts ou procéder à des renversements de résultats.

Quoique ce ne soit pas avec un engouement pareil ni la même fébrilité que pour le match entre les Barea de Madagascar et les Super Eagles du Nigéria, l’opinion attend avec un certain intérêt, la décision du juge électoral par rapport à la course à Tsimbazaza. La HCC va effectivement proclamer cet après-midi à 16 heures, en son siège à Ambohidahy, les résultats officiels des élections législatives du 27 mai dernier.

Annulations totales ou partielles. Les états-majors politiques et les candidats sont tout particulièrement dans l’attente de l’issue des requêtes en contentieux qui sont, selon la HCC, « en nombre très élevé ». 684 en tout et pour tout. Soit presque l’équivalent du nombre total des candidats sur l’ensemble du territoire. Dilemme cornélien pour le président Jean-Eric Rakotoarisoa et les 8 Hauts conseillers qui auront du mal à faire passer la formule habituelle : « recevable mais non fondée ». La plupart des requérants espère plutôt des annulations totales ou partielles des opérations électorales dans les bureaux de vote où il y aurait eu de nombreuses anomalies, irrégularités et fraudes.

Sincérité du scrutin. Certains candidats malheureux d’après les résultats provisoires de la CENI, comptent sur la HCC pour redresser les choses. Et de souhaiter même la tenue de législatives partielles dans les districts où il y a eu des « hala-bato », des infractions constitutives d’entrave à la liberté et à la sincérité du scrutin et du vote. En 2013, la HCC avait ordonné la tenue de législatives partielles dans les circonscriptions électorales d’Ambanja, Marovoay, Sainte- Marie et Belo sur Tsiribihina. Cette fois-ci, le juge électoral pourrait faire rejouer les matchs dans des districts comme Betroka, Ambovombe, Soalala, Ambositra, Toliary II, Mampikony, Mahajanga II, Mitsinjo… s’il estime que les suspicions de fraudes et de manipulations des votes sont fondées et de nature à altérer le sens du vote. Et à condition que les requérants produisent les preuves – pièces à l’appui – de ce qu’ils avancent, quoique la HCC puisse se saisir d’office, lorsqu’elle estime qu’il y a eu violation des dispositions législatives et réglementaires ou pour des motifs d’ordre public. Sous peine d’envoyer à l’Assemblée nationale des mal élus qui le seraient davantage compte tenu du faible taux de participation ou du taux d’abstention élevé (c’est selon) enregistré au soir du 27 mai 2019.

R. O
Midi Madagasikara14 partages

Musique : Lilie chante G(i)aby dans « Ny fitiavako »

La chanteuse Lilie fière de présenter « Ny fitiavako ».

Seize titres aux multiples couleurs ! C’est le cadeau tout frais que Lilie vient de dévoiler hier, au Piment Café Behoririka

Chanteuse à voix, on l’a toujours connu comme étant une interprète. Cette fois, Lilie prête sa voix à un compositeur de renom qu’est G(i)aby. « Ny fitiavako » est un opus de 16 titres, entre le folk, le « ba gasy », ses styles de prédilection, le tout est saupoudré de toutes sortes de styles qui le rendent si unique. Oui, « Ny Fitiavako » est un titre éponyme mais ne résume pas pour autant les aspirations musicales de son compositeur dans tous ses états.

L’amour pour la musique. L’amour pour la musique, Lilie en a à revendre, toujours et encore ; cette grande passionnée du quatrième art appose sa signature vocale sur ces compositions de G(i)aby. S’entourant des meilleurs, elle a su donner plus de consistance à cet album en utilisant plus d’instruments que d’habitude, tout en primant évidemment la guitare. Si cette dernière est l’instrument par excellence, Lilie sort la grosse artillerie avec l’accordéon de Jahleky, les percussions de Jack Thierry, les baguettes de Poun, et bien sûre la guitare de G(i)aby… bref, de grosses pointures qui donnent encore plus d’envergure à l’opus.

Si Lilie n’est plus à présenter, G(i)aby, quant à lui, est un compositeur qui a fait ses armes au Conservatoire de Toulouse. Digne fils de l’illustre André Titis, également chanteur, il a choisi la voix de Lilie pour la simple raison d’un coup de foudre artistique. Après avoir vu la jeune femme en duo avec son père, G(i)aby a tout de suite décidé de collaborer avec elle. Cette voix tantôt suave, doublée d’une technicité un peu inhabituelle, fait justement le charme de ses chansons. « Pour ma part, comme on me voit souvent sur les scènes de ‘ba gasy’, dans des groupes de folk et différentes scènes de variété avec mes amis artistes, j’ai l’habitude de voguer entre les vagues musicales. D’autant plus que les compositions de G(i)aby m’ont plu, j’ai de suite accroché et le fruit est là », lance Lilie, visiblement fière du résultat.

Un bon travail qui mérite largement l’intérêt des mélomanes amateurs de musique variété. Rendez-vous dans les boutiques où Lilie et G(i)aby donneront le temps aux inconditionnels de découvrir les titres et de s’en imprégner, avant de prendre le chemin de la scène.

Zo Toniaina

Midi Madagasikara10 partages

Huitièmes de finale de la CAN : Rajoelina affrète un avion spécial pour plus de 400 supporters

Les supporters des « Barea » se bousculeront-ils pour aller en Egypte ?

Historique. C’est ainsi que le monde entier considère le parcours des « Barea » de Madagascar à la Coupe d’Afrique des Nations qui se déroule en Egypte. Pour sa première participation, l’équipe nationale malgache réussit à se qualifier pour les huitièmes de finale. Après le succès contre le Nigeria lors du dernier match de pool, le président Andry Rajoelina a eu un appel vidéo avec les joueurs et le staff des « Barea ». Une occasion pour lui de réaffirmer son soutien à cette équipe. Le Chef de l’Etat a même annoncé qu’il fera le déplacement en Egypte ce week-end pour assister au match des 1/4 de finale. Le président de la République tient en effet à être présent en Alexandrie pour motiver les représentants malgaches.

Négociations. Par ailleurs, Andry Rajoelina ne fera pas seul le déplacement. En collaboration avec la Compagnie Air Madagascar, le régime va affréter un avion spécial pour transporter les supporters des « Barea » de Madagascar. Un grand avion pouvant transporter environ 470 personnes. Si en période normale, le prix du billet pour le transport en Egypte tourne aux environs de 1.000 dollars, les supporters des Barea vont quant à eux, bénéficier d’une grande réduction pour ce voyage. Grâce aux négociations menées par le président Andry Rajoelina, le coût du voyage sera de 2.200.000 Ariary, soit 600 dollars, comprenant le billet d’avion, la restauration et le transport sur place.

Soutenir l’équipe nationale. D’après les explications, ce prix de 600 dollars est un prix hors visa. Toutefois, les autorités malgaches faciliteront l’obtention du visa et la préparation des paperasses pour ceux qui souhaitent prendre part à ce déplacement pour soutenir l’équipe nationale. Dans ce sens, des négociations sont en cours entre des représentants de la Présidence de la République et l’Ambassade de l’Egypte. Dès ce matin, l’inscription pour ce voyage est ouverte au niveau des agences Air Madagascar. Quoi qu’il en soit, cette initiative marquera l’histoire, tout comme le parcours des « Barea » à la CAN d’ailleurs avec une qualification en huitièmes de finale pour sa première participation. Par ailleurs, d’après les informations, le président Andry Rajoelina amènera des anciens footballeurs, des représentants du Club des supporters des « Barea » et des jeunes de l’AKAMASOA du Père Pedro, pour ce voyage. Ces derniers feront le déplacement gratuitement.

Davis R

Midi Madagasikara4 partages

Nouvelle Assemblée nationale : 36 ex-députés reconduits à Tsimbazaza

Les députés n’ont pas tout  perdu, malgré le fait que leur comportement fasse partie des raisons qui peuvent expliquer le très faible taux de participation aux Législatives du 27 mai dernier. Or, plus de 80% des députés de la précédente législature se sont porté candidat à leur propre succession, et dans leurs précédentes circonscriptions ; à l’exception d’Irmah Lucien Naharimamy et de Tody Arnaud, qui se sont présenté à Toamasina I, au lieu de Mahanoro pour la première, et de Soanierana Ivongo pour le second. L’ex-député d’Ambositra Hary Andrianarivo a également fait exception car il s’est porté candidat aux dernières Législatives dans le district d’Ambohidratrimo. A s’en tenir aux résultats provisoires proclamés par la Commission Electorale Nationale Indépendante, 36 des 151 membres de l’Assemblée nationale de la précédente législature seront reconduits à Tsimbazaza. Sur ces 36, deux étaient membres du bureau permanent, dont la vice-présidente Hanitra Razafimanantsoa, et le Questeur I Siteny Randrianasoloniaiko.

Débats démocratiques. Parmi les ex-députés qui vont regagner Tsimbazaza figurent ceux qui ont marqué la vie de la Chambre Basse de la précédente législature, soit parce qu’ils avaient une grande « gueule », soit parce qu’ils étaient tout simplement capables d’animer les débats dans le Palais de la démocratie. C’est le cas de Rémi, dit Jao Jean (Antsohihy), de Nicolas Randrianasolo (Betroka), de Milavonjy Philobert (Ambovombe Androy), de Christine Razanamahasoa (Ambatofinandrahana), de Brunnel Razafitsiandraofa, de Paul Bert Rahasimanana, dit Rossy (Tana IV), et de Naivo Raholdina (Tana V). Les résultats définitifs et officiels qui seront proclamés cet après-midi par la HCC confirmeront la réélection de ces personnalités. En tout cas, bon nombre d’observateurs aspirent à ce que la nouvelle Assemblée nationale soit un endroit où les débats démocratiques doivent régner. Elle ne devrait pas être une caisse de résonnance de l’Exécutif. La future Chambre Basse devrait jouer son rôle de contrôle de l’action du gouvernement. A noter que le parti du président de la République aura la majorité absolue dans la future Assemblée nationale. D’ailleurs, de nombreux députés indépendants s’allieront à cette majorité présidentielle.

Eugène
Midi Madagasikara4 partages

Armée : Mise en place des Zones Rurales Prioritaires de Sécurité

Afin de rétablir l’ordre et la sécurité sur toute l’étendue du territoire, l’Armée Malagache a mis en place les « Zones Rurales Prioritaires de Sécurité » (ZRPS). La ZRPS Delta est implantée notamment à Tsaratanàna et dans la zone Nord du pays, la ZRPS Bravo dans la région Vakinankaratra, la ZRPS Charlie pour les régions du Bongolava et Menabe et la ZRPS Alpha pour Ihosy. Leur point commun, ce sont des zones rouges, en général. Pour faire face aux actions dévastatrices des Dahalo, l’Armée a été équipée de 4X4 et d’hélicoptères. Les militaires en mission ont été également dotés de gilets pare-balles. Par ailleurs, la Prime Globale d’Alimentation (PGA) a été revue à la hausse avec 5.500 ariary pour les militaires en mission. Notons que ces derniers ont reçu des formations spéciales pendant deux mois. Ils seront ainsi mieux préparés pour combattre l’insécurité qui sévit dans le pays.

Recueillis par Dominique R.

Midi Madagasikara2 partages

Capitaliser cet immense élan populaire

On parlera très longtemps de cette ferveur populaire autour des Barea. Ces garçons ont réussi ce que tout homme politique recherche : réunir le peuple malgache autour d’un projet, faire briller son équipe à la CAN.  On peut dire que c’est une chance qu’il ne faut pas gâcher. Ce formidable allant doit être utilisé pour faire avancer le pays. La balle est dans le camp des dirigeants et de tous ceux qui voudraient voir enfin Madagascar sortir du marasme dans lequel il se trouve.

Capitaliser cet immense élan populaire

Cette belle aventure, puisqu’il s’agit bien de cela, les Malgaches l’ont rêvé et elle est maintenant devenue une réalité. Ils se sont tous retrouvés dans cette épopée qui prend forme. Ce sentiment de  fierté qui a uni toutes les couches de la société ne s’est jamais vu jusqu’à présent, et il peut déboucher sur quelque chose de grandiose. Le monde entier a découvert Madagascar à travers son football. Ce n’est plus l’image anecdotique du dessin animé, mais un peuple rassemblé autour du projet de son équipe nationale de football : briller lors de cette CAN. Les Malgaches se sont identifiés à leurs joueurs. Ils ont  tremblé et ils ont vibré durant les matches. A bout, il  y eut l’explosion de joie de toute la population. C’est un spectacle qu’on n’a jamais vu : une foule en liesse dans toutes les villes de Madagascar. Il n’y avait aucune distinction entre les habitants de la Grande Île, quelle que soit leur origine.  Maintenant, on se prend à penser au devenir de cet immense élan populaire. Il va continuer durant la suite du parcours des Barea pendant  cette compétition. Mais il faudra l’entretenir par la suite et réunir les Malgaches autour d’un grand dessein, celui du développement de Madagascar. Les dirigeants en sont certainement conscients.  C’est une chance qu’il ne faut pas laisser passer. Le sport, comme la culture, est un formidable moteur du développement.

Patrice RABE

Midi Madagasikara1 partages

Météo : Temps sec jusqu’au week-end

Après les épisodes de crachins et de pluies fines glaciales, la semaine dernière, dans la capitale et sur les Hautes Terres, le temps sera plus sec cette semaine, si le froid prédominera toujours. Ce sera donc un ciel couvert ainsi que des brouillards matinaux – qui pourraient cependant laisser la place à davantage d’ensoleillement – qui marqueront les prochains jours. Côté températures, on notera des minimales de 2°C dans le Vakinankaratra cette semaine. Les habitants de cette région, habitués à des températures glaciales durant l’hiver austral, devront ainsi garder les habitudes des looks emmitouflés, des boissons chaudes et des feux de bois dans les cheminées, pour les habitations qui en sont pourvues. Les écarts entre les températures minimales et maximales pourraient, cependant, atteindre 20°C.

Hanitra R.

Midi Madagasikara1 partages

CAN 2019- «Barea» : La suspension de Ilaimaharitra change tout !

Les «Barea» se qualifient en huitièmes de finale de la Coupe d’Afrique des Nations 2019. Avec la manière en prime, notamment avec cette très belle victoire de 2 buts à 0 devant les Super Eagles d’un certain Obi Mikel, qui a fait le bonheur de Chelsea. Le tout avec une euphorie qu’on n’a jamais vécu et qu’on a encore envie de revivre dans les prochains jours, avec cette atmosphère magique et diablement contagieuse.

« Alefa Barea ! » Ce cri du cœur a résonné dans tous les foyers malgaches après cette retentissante qualification des «Barea» en huitièmes de finale.

Et même si cela suffisait au bonheur des supporters malgaches, il va falloir trouver la solution pour que cela perdure. Toutefois, la suspension de Marco Ilaimaharitra pose problème car, à moins de faire entrer le jeune Rayan Raveloson, Nicolas Dupuis et Raux Auguste qu’on a tendance à oublier, vont devoir changer de formule.

Mamy Gervais, la carte sécurité. Et au lieu de ce 4-4-3 avec sept joueurs à vocation défensive, il faut peut-être revenir à l’ancienne formule de 4-2-3-1 qui permettrait à Dax Arohasina Andriamirado d’intégrer le groupe au poste de numéro 10, devant la paire Abel Anicet et Amada Ibrahim.

Autre chose encore, la belle prestation de Mamy Gervais Randrianarisoa, même si celle-ci a été assez courte, n’a laissé personne indifférent. Il incarnait même la carte sécurité en parvenant à couvrir Mombris et Métanire, les deux latéraux.

Et puisque le jeu aérien de Pascal Razakanantenaina frise la perfection, la question est de savoir si Nicolas Dupuis aurait le courage de laisser sur le banc Thomas Fontaine, à la place de Mamy Gervais.

Dans cet ordre d’idées, certains fans des «Barea» estiment qu’à un moment ou un autre, on devrait remplacer Romain Métanire par Deba Kely, ou qu’on devrait essayer Njiva à la pointe de l’attaque.

Autant d’idées nouvelles qui témoignent de l’intérêt des supporters pour que les «Barea» aillent le plus loin possible. Il leur reste à s’initier au fameux « clapping » pour suivre les traces des… Islandais durant la Coupe d’Europe.

Clément RABARY

Midi Madagasikara1 partages

Lahatra : Un petit SDF face à son destin tragique

Le jeune Lahatra et sa récolte de l’après-midi.

Une rencontre fortuite avec le jeune Lahatra dans les environs d’Ampefiloha, le samedi 29 juin 2019. Un petit orphelin de 12 ans qui gagne sa vie en ramassant des capsules de boisson hygiénique, dans les rues de la capitale et sous la pluie.  

S’il est coutume de croiser des enfants sans domicile fixe errant dans tout Madagascar, il est rare de voir des gamins comme Lahatra, qui ne mendie pas. « Jamais on ne l’a vu demander de l’argent ; à la place, il demande l’autorisation de ramasser les capsules jetées par les clients sur les trottoirs » nous explique Setra, gérant d’un bar dans le quartier d’Ampefiloha. Effectivement, interrogé sur son gagne-pain et son mode de vie, le garçon nous a confié que mendier ne fait partie de ses habitudes. Il préfère récolter les objets jetés dans les rues pour les revendre. Toujours d’après ce dernier, il parvient à faire un bénéfice de  3 000 ariary et 5 000 ariary par jour grâce à son petit business. Ses clients sont les artisans qui façonnent les tôles et les accessoires de décoration du côté du Tetezan’ny Bekiraro.

Le pourquoi du comment ? Lahatra, ou destin en français, est orphelin, selon ses dires. Mais même du vivant de ses parents, ils vivaient déjà dans l’extrême pauvreté. Cependant, à cette époque, il ne pouvait faire grand-chose pour aider ses défunts parents. Maintenant qu’ils ne sont plus là « je dois me débrouiller pour gagner ma vie, du moins pour manger et survivre car personne ne le fera à ma place ». Ainsi, muni de son petit bâton composé d’un aimant sur le bout « j’ai fabriqué moi-même cet outil », il affronte vents et marées, pluies, froid ainsi que les insultes de certains passants avant de se rendre au marché d’Ambodin’Isotry pendant la nuit, afin de trouver un lieu chaud où dormir. Mais difficile de croire que ce garçon dorme au chaud quand d’autres bien lotis, tremblent encore sous trois couvertures.

Et si les capsules ne traînaient plus les rues ? Inconscient du rôle qu’il joue dans l’assainissement des rues de la capitale, il a répondu à cette question sans la moindre inquiétude « quand je ne parviens pas à trouver des capsules de bière, je récupère les objets en fer dans les dalles ou bien j’effectue des lavages à Anosipatrana ! ». La débrouillardise de ce petit garçon est étonnante ; et si lui ignore les biens qu’il apporte à la société, il faudrait que la société puisse un jour offrir une meilleure structure lui permettant à lui, et à toutes les personnes dans une situation d’extrême pauvreté, de vivre décemment. Pour l’instant, les efforts entrepris par les congrégations religieuses, le père Pedro et son équipe, les politiques et les grandes sociétés (qui font des actions sociales) n’ont pu éradiquer complètement la pauvreté, que ce soit dans le pays ou dans le reste du monde. En tout cas, au rythme où les choses bougent, ces personnes espèrent croiser, dans un futur proche, leur bonne étoile.

Anja RANDRIAMAHEFA

Madaplus.info0 partages

Madagascar : Les Barea de Madagascar ont marqué l’histoire grâce à la victoire face aux Nigérians.

Les Barea de Madagascar ont suscité l’opinion internationale après avoir battu le Nigeria. Suite à leur performance durant les deux premiers matchs contre la Guinée et le Burundi, Madagascar a attiré l’attention des journalistes internationaux. Selon les journalistes de la chaine internationale Being Sport, le match qu’a discuté les Barea de Madagascar et les Super Eagles de Nigeria était simplement incroyable. Selon le RMC Sport, les Barea est l’équipe la plus exceptionnelle de tous les participants à la Coupe d’ Afrique des Nations. Plus de 17 chaines internationales dont l’Africa News et la presse britannique ont été épatées par les talents impressionnants des Barea de Madagascar.
Si on fait un retour sur le match, le Nigéria s’est incliné face à Madagascar avec un score final de 2 à 0. Dès la première mi-temps, les Barea ont mené avec un but marqué par Lalaina Nomenjanahary, le fameux Bolida. En deuxième mi-temps, après une faute défensive des super Eagles devant la surface de réparation, Carolus a marqué un but spectaculaire. Tous les Malagasy sont satisfaits du coaching de Nicolas Dupuis. Il est devenu un héro national après les exploits de l’équipe malagasy. Acclamés par le monde entier, les Barea ont fait un exploit unique et finit en tête du groupe A avec 7 points, suivi par le Nigeria à 6 points.
Madagate0 partages

Chine-Afrique. Construire une communauté de destin encore plus solide

Deux événements d’envergure se sont tenus successivement en Chine pour promouvoir la coopération sino-africaine

Dans le but de promouvoir intégralement la mise en œuvre des acquis du Sommet de Beijing du Forum sur la Coopération sino-africaine (FCSA), notamment ceux des huit initiatives annoncées par le Président chinois Xi Jinping, et de construire une communauté de destin Chine-Afrique encore plus solide, les coordinateurs de la République populaire de Chine, de 53 pays africains et de la Commission de l'Union Africaine (UA) chargés de la mise en œuvre des actions de suivi du Sommet de Beijing du FCSA, notamment une vingtaine de ministres des affaires étrangères africains, se sont réunis à Beijing, du 24 au 25 juin dernier.

La délégation malagasy a été conduite par le Ministre des Affaires étrangères, Naina ANDRIANTSITOHAINA. Les deux journées de réunions intenses ont porté leurs fruits, dont les signatures de plusieurs accords de coopération économique et technique sur le plan bilatéral. Sur le plan bilatéral sino-malagasy, les deux parties sont parvenues à une série de consensus.Des discussions multilatérales approfondiesont dégagé aussi un grand nombre de consensus importants. En voici les quatre points essentiels:

Premièrement: suivre fermement l'orientation fondamentale qu'est la construction d'une communauté de destin et rehausser sans cesse le partenariat de coopération stratégique global sino-africain.

Deuxièmement: poursuivre la coopération sino-africaine sur «la Ceinture et la Route» au service du développement en mettant une bonne synergie entre «la Ceinture et la Route», les huit initiatives majeures et les stratégies nationales de développement des pays africains.

Troisièmement: persévérer dans la position juste en faveur du multilatéralisme.Défendrela Charte des Nations Unies et les normes fondamentales régissant les relations internationales, et s'opposer à l'unilatéralisme et au protectionnisme.

Quatrièmement: continuer à porter l'esprit de coopération marqué par l'égalité et l'ouverture. Faire valoir le rôle pionnier de la coopération sino-africaine et encourager la communauté internationale à accroître les investissements dans le continent.

Pour rappel, le Sommet de Beijing du FSCA s'est tenu avec succès en septembre 2018, et a inauguré une nouvelle ère du partenariat de coopération stratégique global sino-africain. Après la clôture du Sommet, des plans de mise en œuvre dédiés à chaque pays ont été élaborés conjointement en tenant compte des capacités respectives et du besoin réel de l'Afrique, et plus de 880 projets de coopération sont ou seront lancés pour les trois ans à venir dans les pays africains. Des projets majeurs bénéficiant des aides financières ou des crédits préférentiels chinois avancent de manière solide. L'année dernière, le volume des échanges commerciaux entre la Chine et l'Afrique a dépassé encore une foisles 200 milliards de dollars, et la Chine demeure pendant dix ans consécutifs le premier partenaire commercial de l'Afrique.

Dans ses relations avec l’Afrique, la Chine affirme que, quelle que soit l'évolution de la situation internationale, elle reste fidèle aux principes de sincérité, de résultats réels, d'amitié et de bonne foi et à la vision de recherche du plus grand bien et des intérêts partagés avancés par le Président Xi Jinping. La Chine se tient fermement aux côtés des pays africains et des autres pays en développement et défend résolument les intérêts communs des pays africains et de l'ensemble des pays en développement.

Après la réunion à Beijing,la première édition de l’Exposition économique et commerciale Chine-Afrique s’est tenue du 27 au 29 juin, à Changsha, capitale de la province du Hunan de Chine,qui constitue un nouveau mécanisme pour la coopération économique et commerciale entre la Chine et les pays africains. Des conférences, des séminaires, des forums et des salons sur les thèmes tels que l'agriculture, le commerce, l'investissement et la construction d'infrastructures ont été organisés pour présenter les résultats et opportunités de cette coopération. L’organisateur a proposé une superficie d'exposition de plus de 40.000m², dont des pavillons nationaux et des zones d'exposition pour les entreprises.

Cet événement de trois jours a attiré plus de 10.000 invités et négociants venant notamment de 53 pays africains. Madagascar n’a pas manqué non plus ce grand rendez-vous pour faire valoir ses atouts aux partenaires potentiels du monde entier.Le Ministre de l’Aménagement du Territoire, de l’Habitat et des Travaux Publics, Hajo ANDRIANAINARIVELO, et le Ministre de l’Agriculture, de l’Élevage et de la Pêche, Fanomezantsoa Lucien RANARIVELO ont fait le voyage à Changsha pour faire la promotion de Madagascar.

Source et photos: Ambassade de Chine à Madagascar

Tia Tanindranaza0 partages

Hetsika famerenana omby halatra 329Tsy nandoro tanàna izany ny zandary

Trano telo no may vokatry ny bala na “balles incendiaires” fa tsy nandoro tanàna ny mpitandro filaminana araka ny tsaho naelin’ireo mpiray tsikombakomba tamin’ny malaso, hoy ny zandary any an-toerana.

 

Ireo dahalo ambony latabatra mpandray omby halatra sy mpiaro ireo namany any an-kianja no nanapariaka ny vaovao tsy marina. Jiolahy dimy no maty, omby 329 tafaverina, ary basim-borona 4 sy basy poleta 3 no avotra. Ireo no vokatry ny fifanjevoan’ny zandary 60 avy ao amin’ny kaompanian’i Betroka izay nohatevenin’ireo miaramilan’ny zandarimariam-pirenena mpiady amin’ny dahalo na USAD. Tao  Soahazo, Mangalahihy,  kaominina Ivaho no nitranga ny sakoroka ny zoma tamin’ny 6 ora maraina teo. Toerana izay fanafenan’ny dahalo ireo omby halatra an-taonany maro ary tsy vaky raha tsy tamin’izao zandary  60 izao, araka ny tafa manokana tamin’ny tomponandraikitry ny kaompania. Vao teo am-pandaminana ny tetikady hidirana ny zandary dia nitifitra ireo dahalo ka izay no naharaikitra ny fifandonana.

Fangaraharahana

Efa nogiazana ao Betroka ireo omby ary maro ireo voatafika no mahatsikaritra ny azy ao tahaka ny fianakaviana iray  izay very omby fitopolo, efa an-taonany maro ka iray amin’izany sisa tazany ao. Manatona ny Fitsarana miaraka amin’ny taratasy fanamarinana ireo mpiompy mahatsikaritra ny ombiny ao ka ny tribonaly no manadihady sy mamoaka ny didy, mba hanjakan’ny mangarahara. Marihina fa mbola misy basy mahery vaika mas 36 lasan’ireo dahalo. Mbola andrasana any amin’ny faritra Atsimo ireo fiara vaovao izay natolotry ny fitondrana tamin’ny fetim-pirenena teo.

Haja Nirina

 

Tia Tanindranaza0 partages

Firavana alina amin’ny asaVelon-taraina ireo mpiasa noho ny tsy fisian’ny Taksibe

Mpiasan’ny orinasa tsy miankina iray mitaraina mikasika ny tsy fandriampahalemana manodidina ny toeram-piasany eny Tanjombato.

 Raha ny filazany, vao talohan’ny fetim-pirenena izy no very poketra sy finday nandritra fifanosehana taksibe. « Misy fotoana amin’ny 7ora 30 mahery eo foana vao vita ny asa rehefa manenjika entana izahay. Misy fotoana aza efa hatramin’ny 8ora alina. Mibosesika ny mpiasa amin’izany, ny fiara mpitatitra efa miha vitsy. Amin’io no manararaotra tanteraka ny mpangarom-paosy ka nahavery ireo fananako ireo. Mbola olana miandry anay ihany koa ny fialana taksibe ka hihazo ny elanelantrano hodiana. Misy ihany ireo mpitsena saingy matahotra noho ny haizina tsy misy jiro, tahaka anay mody eny amin’ny faritra mafana Manjakaray sy Anjanahary iny. Ankoatra ny fijeren’ny fanjakana akaiky ny karama farany ambany indrindra, tokony  harahiny maso ihany koa ireo orinasa mampiasa olona, indrindra amin’ny alina mahakasika ny fitaterana manokana», hoy i Marie Jeanne Rasoarimalala.

Nilaza ity renim-pianakaviana ity fa noho ny fahasahiranana amin’ny fitadiavan’asa dia mitazona izay kely ananana aloha izy mba hivelomana. Anisan’ireo tonga nijery ny asa sahaza azy izy tamin’ny « SER’B ASA » teo amin’ny tranohevan’ny Lapan’ny fanatanjahantena sy kolontsaina Mahamasina, ny faran’ny herinandro teo. Kely anefa ny fanantenany hahita asa manoloana ireo vahoaka sy ambony diplaoma tonga nilahatra  nandritra ny zoma sy sabotsy teo. Miandrandra famoronana asa ny vahoaka fa tsy fanangonana antontan-taratasy izay tsy ho hita ny tohiny.

Haja Nirina

 

Tia Tanindranaza0 partages

Trafika eto an-drenivohitra14 tapitrisa ariary ny vidin’ny basy teny Tanjombato

Tafiditra tao anaty vela-pandriky ny haraton’ny mpitandro ny filaminana teny Tanjombato ny basy “PA MAB” iray niaraka tamin’ny bala miisa 13 saika hamidy 14.000.00Ariary.

 

 

 

Lehilahy roa no voasambotry ny polisy miasa ao amin’ny “Commissariat Central” Tanjombato, ny alahady 30 jona   lasa teo tokony ho tamin’ny 03 ora hariva teny Ambaniandrefana Tanjombato. Ny  faran’ny volana jona teo dia nahazo loharanom-baovao avy amin’ny olona tsara sitrapo ny polisy miasa ao amin’ny  kaomisarian’i Tanjombato fa misy tovolahy roa avy any amin’ny faritra Antsobolo sy Ambohibahiny Tanjombato mivarotra fitaovam-piadiana eny amin’iny faritra Tanjombato sy ny manodidina  iny. Natao  avy hatrany ny fanarahan-dia sy ny vela-pandrika tamin’ny fisavana ireo moto nifamezivezy, araka ny fampitam-baovaon’ny polisim-pirenena Malagasy. Vokany, tovolahy roa no tra-tehaka. Nentina avy hatrany nanaovana fanadihadiana teny amin’ny toeram-piasan’ny polisy teny Tanjombato izy roalahy ka fantatra tamin’ny famotorana ary fa amidy 14 tapitrisa ariary ilay  basy MAB. Tafataporitsaka kosa ilay olona saika hividy.

Haja Nirina

 

Tia Tanindranaza0 partages

Disadisam-piarahamoninaNadoboka am-ponja ireo mpanindrona voamaso

Ahiana ho lonilonim-piarahamonina no nahatonga ireo andian’olona nanindrona maso ny lehilahy iray. Any am-ponja ireo telo tamin’izy ireo no miandry ny fitsarana azy ireo.

 

Ny  25 may 2019 lasa teo, nisy olona nanao angaredona ny  lehilahy iray teny amin’ny faritra ‘‘La Réunion  kely» Ampefiloha  ka nanesoran’izy ireo ny maso havian’ilay tovolahy. Nitory teny anivon’ny  polisy  avy ao amin’ny sampana ady heloka bevava sakelika faharoa ilay lehilahy ka natomboka ny fanadihadiana.  Ny zoma 28 jona no tra-tehaka tetsy Ampefiloha ny  olona efatra tamin’izy ireo. Fantatra  fa ny lehilahy iray no nitazona sy nandavo azy tamin’ny tany, ny ramatoa iray no nanolotra ilay  vy maranitra  ary ny lehilahy iray nanindrona ny mason’ilay tovolahy. Nisy ihany koa vehivavy iray nosamborina saika hanodraka azy tamin’ny rano mangotraka. Araka ny fampitam-baovaon’ny polisim-pirenena, ireo fanindronana voamaso sy fikasana fanondrahana rano mahamay be ihany no nataon’izy ireo fa tsy nisy halatra velively. Natolotra ny fampanoavana izy ireo ka ny 3 naiditra am-ponja vonjimaika fa nahazo fahafahana vonjimaika kosa ny 1.

Haja Nirina

Tia Tanindranaza0 partages

Tale Jeneraly vaovaon’ny BIANCOHo fantatra afa andro vitsy…

Tapitra ny 23 jona lasa teo ny fe-potoam-piasan’ny Tale Jeneralin’ny Bianco ary ho fantatra amin’ity herinandro ity ny anaran’ny Tale Jeneralin’ny Birao Mahaleotena miady amin’ny Kolikoly (BIANCO) vaovao raha araka ny vaovao nampitain’ny teo anivon’ny Comité pour la Sauvegarde de l’intégrité (CSI).

Miainga amin’ny lalàna laharana 2004-030 sy ny lalàna 2016-020 no hanendrena io Tale Jeneralin’ny Bianco vaovao io. Raha araka ny lalàna 2016-020 tamin’ny 22 aogositra 2016 dia milaza fa « tendrena hiasa mandritra ny 5 taona ny Tale Jeneralin’ny Bianco ary tsy azo havaozina izany ». Ny lalàna laharana 2004-030 kosa no anarahana ireo dingana hanendrena izany Tale vaovao izany. Raha araka io lalàna io ihany dia tsy maintsy hatsangana ny Comité Ad Hoc izay tarihin’ny CSI. Io rafitra io dia ahitana ny filohan’ny CSI, ny solontena iray avy amin’ny mpampianatra eo anivon’ny ENAM, ny mpikambana iray avy eo anivon’ny komity mpanara-maso avy ao amin’ny Bianco, ny solontenan’ny zandarimariam-pirenena, ny polisim-pirenena, solontena iray avy eo anivon’ny fiarahamonim-pirenena iray avy amin’ny sehatra tsy miankina ary iray avy eo anivon’ny holafitry ny mpisolovava. Rehefa izay dia misy dingana 3 ny fandraisana ireo izay te ho kandida ho tale jeneralin’ny Bianco. Ny voalohany amin’izany dia ny fandinihana ny antontan-taratasin’ny mpifaninana. Manaraka izany ny fakàna am-bavany ireo kandida ary farany ny fanadihadiana ara-moraly (enquête de moralité). Rehefa tomombana izany dia ireo kandida 3 hitan’ny comité ad hoc tsara indrindra no haroso manoloana ny filohan’ny Repoblika ary izy no manendry ny iray amin’izy ireo amin’ny alalan’ny didim-panjakana. Marihina fa efa nanomboka ny volana aprily lasa teo ny fandraisana ny antontan-taratasin’ireto izay te hanao ny asan’ny Tale Jeneralin’ny Bianco izany ka nifarana tamin’ity volana jona ity.

Tsirinasolo

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Air MadagascarNanofa fiaramanidina Airbus A380

Taorian’ny torolalana iraisam-pirenena avy eo anivon’ny sampandraharaha eoropeanina misahana ny fifamoivoizana ana habakabaka (EASA),

 

 dia nigadona teto Madagasikara tamin’ny 3 ora maraina ny alatsinainy teo ilay fiaramanidina Airbus A380 vao nofaina. Voatery nanofa fiaramanidina iray ny Air Madagascar hitaterana ireo mpandeha avy ao Parisy ho aty Madagasikara izay tokony ho niainga tamin’ny sabotsy sy ny alahady lasa teo. Raha tsiahivina, nalefa tany Frankfort any Alemana ny fiaramanidin’ny Air Madagascar A340 sy Boeing 737 mba hanaovana fanaraha-maso teknika ny maoterany. Toromarika manokana avy amin’ ny EASA no nitaky izany. Efa niainga omaly alina ihany niverina any Parisy indray moa ity fiaramanidina ity ka nitondra ireo mpandeha tokony hihazo an’i Parisy ao anatiny indray.  Fantatra kosa fa tokony hiala any Frankfort anio ny fiaramanidina nanaovana fizahana  teknika saingy mbola hijanona ao Parisy aloha vao mankaty Madagasikara.

 

Marigny A.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Banky Afrikanina ho an’ny FampandrosoanaNanao jery tombana ny famatsiam-bola nataony

Efa nigadona teto Madagasikara niaraka tamin’ny filohan’ny BAD, Akinwumi Adesina tamin’ny alahady lasa teo ireo vondron’ny mpamatsy vola afrikanina ho an’ny fampandrosoana.

 

 Tonga eto izy ireo hanatanteraka ny fivoriana hamaritana ny tetibola entina hanampiana ny firenena Afrikanina andiany faha-15 na ny FAD15. Ankoatra izay, nitsidika ireo ivontoerana eto an-drenivohitra novatsian’ny Banky Afrikanina ho an’ny Fampandrosoana (BAD) vola omaly ny solontenan’izy ireo eto Madagasikara niaraka tamin’ireo mpikambana anatin’ny BAD ary ireo solontenan’ny vondron’ny mpamatsy vola afrikanina ho an’ny fampandrosoana. Tetsy amin’ny ivontoerana fakana sy fanomezan-dran’ny HJRA sy ny fampiofanana arak’asa ireo sembana no nanombohana ny fitsidihana. Tsiahivina fa tamin’ny taona 2015 no notokanan’ny BAD ny fotodrafitrasa ho an’ny fanomezana sy fakana ra etsy amin’ny HJRA. Famatsiam-bola natao hitsinjovana ny ain’ireo Malagasy ary hitondrana fivoarana hatrany eo amin’ny lafiny fitsaboana eto Madagasikara. Tsy mena-mitahy amin’ny any ampita izany ankehitriny na eo amin’ny lafiny fikarohana na ny ara-pitaovana ary maharaka tsara ihany koa ny filan’ny Malagasy.

 

Tsirinasolo

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fiahiana ara-tsosialin’ny CNaPSAzon’ny mpiasa atao tsara ny mijery ny kaontiny

Mahatratra 50 ny mpiasa efa mpikambana ao amin’ny CNaPS no tonga nianatra nijery ny kaontiny amin’ny «internet».

 

RTT

Tia Tanindranaza0 partages

Dian-dRajoelina any Ejipta

Misy amin’ireo mpitia baolina kitra Malagasy no manahy fa hampireven’ny filoham-pirenena mialoha ny lalao hatrehany

 

amin’ny 1/8n-dalana indray toy ilay fifanintsanana tamin’i Soudan taty Madagasikara farany teo ny ekipam-pirenena malagasin’ny baolina kitra na Barea. Ho avy hijery ity fihaonana ity moa ny filoham-pirenena, Andry Rajoelina.

Arlette Ramaroson

Efa praograman’Andriamanitra, hoy ny filohan’ny fikambanana VTTFM, Arlette Ramaroson, io Barea io mba hampifankatia ny Malagasy. Tadidio, hoy izy, fa ry zareo roandey dia nizaka faty olona miisa 1 000 000 tao anaty 1 volana sy tapany tamin’ireny raharaha Toutsy sy Outou ireny kanefa nihavana ihany taty aoriana, hoy ny tenany.

Tia Tanindranaza0 partages

Boriborintany faha-4Ankizy miisa 80 no vita hasoavana faobe maimaimpoana

Notontosaina ny sabotsy teo indray ny didimpoitra faobe tao anivon’ny Boriborintany fahefatra, kaominina Antananarivo Renivohitra (CUA), anampiana ireo fianakaviana sahirana manana zazalahy kely hoforaina .

 

 Hetsika andiany faha-2 io tamin’ity taona 2019 ity. Nahatratra 80 ny isan’ireo ankizy vita hasoavana, ireo ankizy eo anelanelan’ny 2 ka hatramin’ny 8 taona no nahazo ny anjarany tamin’izany. Isaorana manokana Ramatoa Ben’ny tanàna Lalao Ravalomanana, fa noho ny fangatahan’ireo mponina tsy nahatratra ny andiany voalohany no antony nanaovana ity hetsika faharoa ity, koa dia tsy nikely soroka ny teo anivon’ny Boriboritany faha-4 nananteraka izany, hoy ny delege Solofo Ramahandrimanana. Maro ireo mpiara-miombon’antoka nanampy  toy ny teo anivon’ny Mère et enfant, izay nanome ireo mpitsabo nanao ny famorana, ny SOPHARMAD sy ny INTERPHARMA, izay nanome ireo fanafody nentina nanatanterahana ny fandidiana,   ary ny teo anivon’ny orinasa  JB  sy ny Nutrizaza, nanome ireo vokatra ara-tsakafo hoentin’izy ireo atao vatsy. Tsy adino hatrany ny anjara biriky ny teo anivon’ny Boriborintany dia ny  fanomezana ireo kilalao maro samy hafa, niampy malabary an’ireo ankizy rehetra. Raha tsiahivina dia efa maro ireo asa sosialy izay efa notontosain’ny teo anivon’ny Boriboritany fahefatra toy ny  ny fizaham-pahasalamana   maimaimpoana,  fizarana kopia, kara-panondro. Tsy hijanona hatreo anefa ny asa sosialy toy izao fa efa manomana ny hetsika manaraka indray izy ireo dia ny   mariazy faobe sy ny  fizaham-pahasalamana miampy   fizarana fanafody ka handraisan’ny Lefitra voalohan’ny Boriborintany fahefatra,  Dokotera Rambolamasoandro, an-tanana manokana ny  hetsika fitsaboana.

   

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

BE VAOVAO

Nitsidika ireo niharam-boina tamin’ny 26 jona lasa teo teny Mahamasina

ny minisitry ny filaminam-bahoaka sy ny mpiara-miasa aminy omaly alatsinainy 1 jolay 2019 teny amin’ny hopitaly Hjra Anosy. Tonga nitsidika ireo niharam-boina ny tenany ary nitondra solon-dranom-boankazo ho fanampiana azy ireo. Nankahery ireo tompon’andraikitra sy mpiasa tao amin’ny hopitaly izy amin’ny asa be nataon’izy ireo sy ny fikarakarana ireo marary rehetra.

Tia Tanindranaza0 partages

Oniversite ToamasinaNapetraka tamin`ny fomba ofisialy ny filoha

Ambohipihaonan`ireo avara-pianarana maro lafy sy ireo olom-panjakana isan-tsokajiny notarihin`ny minisitry ny fampianarana ambony Félicitée Rejo-Fienena tao amin`ny oniversite Barikadimy Toamasina ny faran`ny herinandro lasa teo.

 

 

 Ivon`ny fihaonana ny fametrahana tamim-pomba ofisialy an`i Dr Zafitody Conscient, izay filoha vaovao hitantana ny oniversite. Fanamby apetrany ny famoahana mpianatra vonona hisehatra amin`ny fampandrosoana ny faritra. Mizara enina mazava tsara ny vinany mandritra ny telo taona ka hapetraka ny fanadiovana sy ny mangarahara. Tsy mifanalavitra amin`izay ny nambaran`ny minisitry ny fampianarana ambony amin`ny ezaka hanatsarana ny tontolon`ny fampianarana ambony sy ny kalitaony. Efa napetraka ny sehatra ifanakalozan-kevitra ijrenena ny olana ary hodiovina ny tsy nety teo aloha, hoy ihany izy.

 

 

Marigny A.

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Andrea CarolusEfa tilian’ny Eoropeanina

Nanomboka teo amin’ny andro faharoan’ny fifanintsanana isam-bondrona tamin’ity fiadiana ny tompondakan’i Afrika eo amin’ny taranja baolina kitra atao atsy Ejipta

ity no efa nahenoana fa mahaliana ireo mpitily mpilalao avy amina klioba matanjaka any Eoropa toa an’i PSG ilay irakiraka mpanafika Malagasy, Andrea Carolus na Carolus Andriamahitsinoro. Milalao ao amin’ny klioba divizionina voalohany, El Adalah, ao Arabia saodita moa ny tenany amin’izao fotoana izao ary mpamono baolina be indrindra ao. Heverina araka izany fa miandry fandresen-dahatra kokoa amin’ny filalaon’ity mpanafika ao amin’ny Barea ity farany ireo mpitily ary ho maromaro ireo tolo-bidy mikasika azy aorian’ity CAN ity. I Carolus moa no tena nahenoana feo betsaka indrindra tany amin’ireo zoron-tranon’i Alexandrie tany fa inoana fa efa maro ihany koa ireo mpilalao Malagasy hafa mahaliana ireo mpitily ireo.

J. Mirija

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

EditoAza odiana fanina !

Ekena fa malaza sy mampifaly vahoaka hatramin’izao ny baolina kitra. Saika mifantoka any avokoa ny sain’ny maro, hany ka hadinodino fa fotoana tokony hihainoana indray ny zava-misy eny amin’ny fitsarana avo momba ny lalàmpanorenana eny anio.

Iza avy indray no ho tratry ny « azo raisina fa tsy mitombina » eny ? Tena hitsara am-pahamarinana ny fifidianana solombavambahoaka nitranga farany teo ve ny fitsarana avo momba ny lalàmpanorenana sa sanatrian’izany hanaiky hovidiam-bola ka hamadika izany ho amin’ny tombontsoan’ireo mamba seza ? Fotoana iray manandratra ny firenena tokoa ity fetin’ny baolina kitra afrikanina mampamiratra ny ekipam-pirenena Malagasy ity saingy tsy azo lavina fa fotoana iray heverina ho tena mety ho an’ireo tsy mataho-tody politika koa izany mba handrebirebena ny saim-bahoaka tsy hifantoka mihitsy amin’ny raharaham-pirenena hafa tena mahakasika azy toy ny valim-pifidianana solombavambahoaka. Samy miantefa amin’ny rehetra araka izany, ny hafatra na mpitondra na entina, hoe aza odiana fanina fa na mahafaly aza ny Barea nitondra fandresena dia mila mailo koa amin’ny raharaham-pirenena.

J. Mirija

Tia Tanindranaza0 partages

CAN EGYPTE 2019 Andro farany amin’ny fifaninanam-bondrona anio

Miditra amin’ny andro faha-3 farany amin’ny fifaninanam-bondrona anio talata 02 jolay 2019 ny CAN 2019 tanterahina any Egypte ankehitriny ka ry zareo ao amin’ny vondronda E sy F no hiditra farany amin’izany.

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Jeux Corporatifs d’Antananarivo andiany faha-30Nahatratra 24 ireo orinasa nandray anjara

Notanterahina tetsy amin’ny kianjan’i Mahamasina tamin’ny sabotsy sy alahady faran’ny herinandro teo ny andiany faha-30 amin’ny “Jeux Corporatifs”

nokarakarain’ny « Clément Rabary Organisation » niaraka tamin’ny fiaraha-miasa mavitrika tamin’ny Mjs sy ny Cnaps ary ny Midi Madagasikara   sy ny Cua. Nahatratra 24 be izao ireo orinasa nandray anjara  ka anisan’izany ny mpiasan’ny tambatr’orinasa Vidy Varotra.

Tia Tanindranaza0 partages

Lalao ampahavalon-dalan’ny BareaHisy Fiaramanidina hitondra ireo mpijery…

Tafita tany amin’ny filoham-pirenena Andry Rajoelina ny soso-kevitra maro samihafa mahakasika fanohanana ny ekipam-pirenena Malagasy any Egypta amin’ny lalao ampahavalon-dalana any Egypta ny alahady 7 jolay izao.

Nilaza ny ho avy hanatrika any ny filoham-pirenena Malagasy taorian’ny fandresena miezinezina nanoloana an’i Nizeria. Aza mandeha irery any Egypta ianao Prezida fa betsaka ny mpitia mpanohana Barea vonona hameno ity fiaramanidina sy “tribune” banga be ity. Asaivo manao sidina manokana mandroso sy miverina amin'ny vidiny tsotra tsy mamono antoka ny Air Madagascar ny alahady 7 jolay izao miala amin’ny 5ora maraina dia mody rehefa vita ny baolina. Azo atao tsara mihitsy izany. Aza asianareo resaka politika ny fanatanjahantena…. Maro ny soso-kevitra mitovitovy amin’izany, ka nisy aza mpandraharaha nilaza fa mahita fiaramanidina raha tsy mety ny Air Madagascar fa ny fanjakana kosa no manamora ny fidirany eto. Nanapa-kevitra ary ny fanjakana fa hisy fiaramanidina manokana avy amin’ny Air Madagascar mahazaka olona 470 hihazo an’i Egypta amin’ny sarany mirary 2 200 000Ar (11 000 000Fmg) ny saran’ny fiaramanidina ho an’ireo izay te handeha, ka tafiditra ao ny fikarakarana ny Visa, saran-dalana mandroso sy miverina, sakafo. Mety ho ilay fiaramanidina goavambe A380 vao nigadona omaly teto an-tanindrazana no hitondra ireo Malagasy handeha hanohana ny Barea, raha ny feo mandeha.

 

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

IPAE Ekiomenisma FFKMNavoaka ofisialy omaly ny andiany Miombona

Tao anatin’ny fanompoam-pivavahan niraisam-pinoana notanterahina teny amin’ny “Grand Séminaire Ambohipo” omaly alatsinainy 01 jolay 2019 no namoahana ofisialy an’ireo 32

Tia Tanindranaza0 partages

Fitoerana fiaramanidina eny IvatoIlam-baniny ny Tiko Air sy Madagascar Airways…

Ikarohana “hangar” na toerana hametrahana azy eny amin’ny seranam-piaramanidina eny Ivato ireo fiaramanidina nohafaran’ny fanjakana ampiasain’ny Foloalindahy amin’izao fotoana izao.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Halatra rano“Tsy azo leferina mihitsy”, hoy ny JIRAMA

Saron’ny sampana mpanao «ratissage» ao anatin’ny Fitaleavana misahana ny fiarovana ny fidiram-bolan’ny rano (DPRO) eo anivon’ny orinasa JIRAMA,

 omaly ny halatra rano eny amin’ny fokontany Miandrarivo Ambanidia. Raha ny fanazavan’ny DPRO, Rakotonirina Jacques Daniel dia tato anatin’ny iray volana izao no nanao laharam-pahamehana ny fitsirihana ireny toerana ahitana « jerricane » mavo milahatra ireny io sampana io ka izao mody ventiny izao ny rano nantsakaina. Niaiky ny halatra nataony ilay tokantrano ary mbola nilaza ilay renim-pianakaviana fa efa ho roa taona izao no nanaovany io fisintonan-drano tsy miankina amin’ny «compteur» io, izay nohararaotiny tamin’ny fisian’ny fahavakisan’ny fantsona mpitondra rano teny an-toerana. Tato anatin’ny valo volana kosa, hoy izy no nivarotany ny rano halatra amin’ny mponina manodidina. Toy ireny milahatra rano amin’ny paompin’ny daholobe ireny ny mpividy rano ao amin’ity tokantrano ity, izay 50 ariary ny iray «jerricane» mavo ary adiny dimy isan’andro  no misokatra ny fivarotana rano eo am-bavahady. Tonga nijery ny zava-misy teny an-toerana ny mpitantana ny orinasa JIRAMA, izay notarihin-dRandriamanana Henri, Tale Jeneraly lefitra ary notronin’ny vaditany ny fidinana ifotony. Tsy azo leferina ny halatra toy izao, hoy izy satria miteraka fatiantoka goavana ho an’ity orinasam-panjakana ity. Hanery ilay tokantrano hanefa ny sarany tokony honerany amin’ny JIRAMA ny mpitantana ny orinasa ary hampiakatra ny raharaha eny anivon’ny fitsarana. Hosaziana ihany koa izay mpiasan’ny orinasa JIRAMA voatonontonona tamin’izao raharaha halatra rano izao.

 

Marigny A.

Tia Tanindranaza0 partages

Hafampana eny AnosyHotsaraina anio ireo Miaramila 27

Hiakatra fitsarana anio talata 02 jolay 2019 ny raharaha fatin’olona telolahy hita nifatotra tao amin’ny reniranon’i Onive teny Ampitatafika, distrikan’Antanifotsy ny 31 mey teo.

 

 

Taorian’ny fahazoan-dalana avy amin’ny minisiteran’ny fiarovam-pirenena nahafahana nanenjika ireo miaramila na ny “ordre de poursuite”, dia miaramila 20 avy ao amin’ny RFI Ivato no naiditra am-ponja vonjimaika eny Tsiafahy, ary ny 7 kosa eny  Antanimora. Toa niteraka lonilony teo amin’ny tafika sy ny mpitsara io raharaha io satria ny 17 jona ny filohan’ny Sendikan’ny Mpitsara eto Madagasikara (SMM) Atoa Clément Jaona fa misy ny teritery sy ny tsindry natao tamin’ny mpitondra ary nisy resaka hatramin’ny mety hisian’ny fikomian’ny naman’ireo miaramila raha tsy mivoaka ny namany. Mety nahazo fampanantenana fa harovana ve ireo miaramila matoa nanaiky mora foana ny fisamborana sy fanagadrana vonjimaika ? Nilaza ny tsy hanaiky tsindry ny mpitsara. Andrasana izay ho valin’ny fitsarana anio fa tena raharaha saropady izy io satria anisan’ny manamarika ny fiandrianam-pirenena ny fitsarana sy tafika, saingy raha ny zava-misy dia samy miaro ny namany satria ny fitsarana milaza fa tsy hanaiky teritery ary ny an-kilany ihany koa mety mitaky ny fanafahana ny namany. Hafampana io raharaham-pitsarana io. Efa nampifandona ny mpitsara sy ny mpitandro filaminana ny raharaha nahafaty ny mpitsara Rehavana Michel ny taona 2010. Ary mba aiza ho aiza ny tohin’ny raharaha Antsakabary nisian’ny polisy 40 eo voarohirohy tamina fandorana tanàna ? Tsy afa-mihetsika ve ny fitsarana satria mifanehitra amin’ny manam-basy ?

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Lalàna mikasika ny fananana azo tsy ara-dalànaHihatra tokoa ve sa an-taratasy fotsiny ?

Misaotra an’Andriamanitra aho, hoy ny mpisolovava Willy Razafinjatovo na Maitre Olala, fa ela no niadiako mikasika ny mba hisian’izany lalàna momba ny fananana azo tamin’ny fomba tsy ara-dalàna izany ary tanteraka ihany izy ity.

 

Vola tokony hiditra amin’ny fanjakana ireny vola very sy angalarina rehetra ireny. Trano, fiara, fitaovana sarobidy maro ireny ka raha giazana sy amidy dia volabe ho an’ny fanjakana. Fanakanana sahady ireo izay te hanao ratsy rehetra aty aoriana ny fisian’io lalàna io. Misy ireo manahy hoe ho ohatry ny resaka HCJ sy fitsarana manokana momba ny hazo sarobidy indray ve? Ny iriana, hoy hatrany izy, dia tsy ho fafy lainga no atao fa apetraka hoe tsy hisy fanavahana an’iza na iza ny fitsarana ao anatiny ao fa tena hiasa araka ny tokony ho izy tokoa. Saropady io lalàna io ary iriako ho azo ampiharina na dia amin’ny heloka vita tany aloha aza (effet retroactif). Tsy tokony hisy intsony ny ambonin’ny lalàna na mpitondra na tsia, eny, hatramin’ny vahiny, hoy hatrany izy. Ho an’ny mpahay lalàna iraisampirenena, Arlette Ramaroson, kosa moa dia mirary izy ny mba tsy hisy mizana tsindrian’ila ao anatin’izany. Mbola miandry ny fanapahan-kevitry ny HCC sy ny filoham-pirenena moa ny fahafahana mampihatra ity lalàna ity.

J. Mirija

 

Tia Tanindranaza0 partages

Ady amin`ny kolikolyNitombo ny tetibolan`ny PAC

“Tsy nahena araka ny fanamambarana nataon`ny fiarahamonim-pirenena azy fa nampitomboina ny tetibolan`ireo rafitra iadiana amin`ny kolikoly”, hoy ny minisitry ny fitsarana, Jean Jacques Randrianasolo.

 

Betsaka loatra ny tetibola voatokana ho an`ny Fitsarana miady amin`ny kolikoly (PAC) tao anatin`ny lalàna mifehy ny tetibolam-panjakana (LFI) ho an`ity taona ity ka nahatonga izany nitondrana fanitsiana, hoy ny minisitry ny fitsarana hatrany. Na dia eo aza izany dia tsy misy fiantraikany ny fidinan`ny tetibolan`ny PAC. Efa mihatra ny fanovana natao satria ny tetibola ho an`ny rantsan`ny PAC, izay tsy mbola mijoro, no nesorina tao. Nohamafisiny fa nitombo 49% ny tetibola ho an`ny PAC ao anatin`ny LFI 2019 nasiam-panitsiana fa tsy nihena akory. Marihana fa 7 miliara ariary no natokana ho an`ny PAC tao anatin`ny LFI lasitra. Tafiditra tao anatin`izany ny PAC ao anatin`ny faritany enina kanefa Fitsarana iray ihany no tafiditra. Mpitsara 21 ary mpiraki-draharaha 17 no mandrafitra PAC iray ka ny tambin-karama amin`ireo faritany dimy tsy mbola misy rafitra no nesorina, hoy hatrany ny fanazavana.

 

Marigny A.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Alefa Barea

Tafiakatra iny aloha ny ekipantsika BareaNaharesy mazava be an-dry zareo NigeriaFaly avokoa ny Malagasy marobeNihorakoraka avokoa nidina an-dalambe.

 

 

 

 

Mahafinaritra ny firaisankina aty an-tanindrazana

Manohana ny mpilalao izay miaro ny voninahitra

Enga anie hitohy hatrany ny fahaizana mifaly

Ary ho tafita foana i Barea, hiakatra hatrany hatrany.

 

Amin'ny alahady ho avy izao indray ary ny fotoana

Ireo mpanohana sy mpankafy rehetra hifampitaona

Hiaraka hanohana ny ekipa Malagasy

Alefa Barea ! Aomby vita gasy.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fifandimbiasam-pahefana tao anatin’ny 5 taonaFeno ratra sy faty olona

Tao anatin’ny fianianan’ny filoham-pirenena, Hery Rajaonarimampianina, teo Mahamasina ny 25 janoary 2014 no nanomboka ny fisiana faty olona maro sy ratra toy izay niseho teo amin’ity kianjabe ity indray ny 26 jona teo.

 Raha tsiahivina, ny harivan’ny fianianana nataon’ny filoham-pirenena ankehitriny, Andry Rajoelina, teto Antananarivo ity hatrany ihany koa no nisian’ilay vato nihotsaka nahafatesan’olona maherin’ny 17 isa teny Ampamarinana. Ny 26 jona 2014 koa moa dia mbola nisy faty olona maro sy ratra toy ilay farany teo. Zary lasa feno ratra sy faty olona ny fifandimbiasam-pahefana teto amin’ny firenena tao anatin’ny 5 taona. Fa naninona no lasa sorona ao anatin’izany hatrany ny Malagasy ? Manjavona hatrany ihany koa ny fanadihadiana mikasika azy ireny.

J. Mirija

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Barean’i MadagasikaraAtao fitaovana politika…

Reharehantsika Malagasy ny Barean’i Madagasikara, izay tena namiratra ao anatin’ny CAN 2019 amin’izao fotoana izao. Tsara ary mendri-piderana ny fanohanana ataon’ny sokajin’olona rehetra na mpanao politika na olom-pirenena.

 Anisan’ny nanampy ara-bola ny fanjakana Malagasy tamin’ny alalan’ilay 700 000 000Ar, izay volam-bahoaka. Mendri-piderana izany saingy tsikaritra ihany ny fivoizana resaka politika ataon’ny filoham-pirenena tamin’ilay filazana taorian’ny lalaon’i Barea sy Guinée fa nivavaka izy hoe: aza atao menatra ny Malagasy, ka 6 minitra monja taorian’ny fidirana faharoa dia nahafaty baolina ny N°13, izay nitarihan’ny mpifanandrina azy 1-0. Misy dikany daholo izany ary io N°13 io dia tsy laharana fahatany fa na hatrany amin’ny baiboly aza io dia miteny hoe: “fa ny fitiavana no lehibe indrindra”, hoy i Andry Rajoelina. Mbola nitohy io tamin’ny lalao nifanandrinana tamin’i Nizeria niresahana fa teo amin’ny faha-13 minitra no nahafaty ny baolina voalohany ny Barea. Mety afaka milalao ilay laharana faha-12 na koa ny anarana Marco ao amin’ny ekipam-pirenena ny mpanao politika hafa raha voizina amin’io, saingy tsy manao izany fa manohana tahaka ny Malagasy rehetra. Mampiombona antsika Malagasy rehetra io, ka tsy tokony holotoina amin’ny loko politika sy tadiaviana hatao fitaovana politika.

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Voka-pifidianana solombavambahoakaFitsapana manaraka indray ho an`ny HCC

Ho fantatra anio talata 02 jolay amin`ny 4 ora tolakandro ireo depiote 151 hiakatra ny lapan`i Tsimbazaza hisolovava ny vahoaka mandritra ny dimy taona manaraka indray.

Tia Tanindranaza0 partages

Onitiana RealyNampitandrina an-dRajoelina amin’ireo mpisolelaka

Hita hoe manana finiavana hanao zavatra ny filoha Andry Rajoelina ary tokony hahavita asa saingy misy teboka vitsivitsy tokony hotandremany, hoy Rtoa Onitiana Realy halina tao amin’ny fahitalavitra Real TV, izay izy moa no lehibeny.

RTT

Ino Vaovao0 partages

FANAFIHANA MITAM-PIADIANA TAO AMBANJA : Maty voatifitra ilay vehivavy rehefa avy nampijaliana

Vehivavy iray tompona fivarotana zava-pisotro mahamamo (bar satellite) no  lasibatra tamin’io fotoana io ,  andian-jiolahy nitondra basy sy zava-maranitra ary antsy no  tonga nandroba azy.  

Talohan’ny  fanombohana ny  fanafihana raha ny fanazavana voaray ihany  dia voalaza fa  nampijalian’ireto farany  ilay vehivavy izay novonovonoina  tamin’ny  fomba feno habibiana. Rehefa avy eo dia notifirina tamin’ny basy, ka maty tsy tra-drano . Tsy  fantatra mazava araka izany  ireo  entana very nandritra ny fisavoritahana ary tafatsoaka ihany koa ny  nahavanon-doza satria dia tsy sahy nifanandrina tamin’izy ireo ny mpifanolo-bodirindrana tamin’ilay ramatoa noho ny hery tsy mitovy. 

Raha ny loharanom-baovao voaray ihany aza dia tsy voafaritra  rahateo koa ny isan’ireo olon-dratsy,  izay mbola eo am-panohizana ny  famotorana  lalina momba ny  raharaha ankehitriny ny eo anivon’ny  mpitandro filaminana. Miandry  fatratra ny  valin’ny  fanadihadiana moa ny mponina tao an-toerana taorian’ity fanafihana  miharo vono olona mahatsiravina ity.  Arahina akaiky hatreto ny  tohin’ny raharaha.

Tatianà R.

Ino Vaovao0 partages

AMBANIDIA ANTANANARIVO : Mpangala-dranon’ny Jirama nandritra ny roa taona tra-tehaka

Tra-tehaka nandritra ity fidinana ifotony natao ity ny halatra ranon’ny Jirama teny amin’iny faritra iny.

Nibaboka ny halatra rano nataony ilay tokantrano tra-tehaka nandritra io omaly io  ary nibaradaka sy nitsotra ny marina ilay renim-pianakaviana fa efa ho roa taona izao no nanaovany io fisintonan-drano tsy miankina amin’ny kaonteran’ny Jirama io.Tsy vitan’ny nangalatra rano fotsiny ihany ity renim-pianakaviana sy tokantrano tra-tehaka omaly ity fa mbola nivaro-drano ihany koa izy ireo.  Raha ny fitantarany nandritra ny fanadihadiana natao taminy dia efa ho valo volana izay izy sy ny fianakaviany no nivarotra io rano nangalariny avy tamin’ny fitarihan-dranon’ny Jirama io, ka 50 ka hatramin’ny 200 Ariary no nivarotany ny rano iray «  bidon. »

Voalaza fa dimy ora isanandro, izany hoe eo anelanelan’ny amin’ny 5ora sy sasany ka hatramin’ny 8 ora maraina, sy amin’ny 5 ora sy sasany hariva ka hatramin’ny 8 ora alina no misokatra ny fivarotana rano ataony. Nanambara avy hatrany ny Tale jeneraly lefitra eo anivon’ny Orinasa JIRAMA, izay tonga nizaha ny zava-misy teny an-toerana niaraka tamin’ny vadintany fa «  tsy azo leferina ny tranga tahaka izao satria miteraka fatiantoka goavana ho an’ity orinasam-panjakana ity izany, fa indrindra isan’ny mahatonga ny tsy fahampian-drano amin’ny tokantrano maro eto an-drenivohitra ihany koa. »

Tsy maintsy honeran’ity tokantrano ity avokoa ny vidin-drano rehetra tandrifin’ny nangalariny raha ny nambaran’ny mpitanana ary tsy hitazam-potsiny izy ireo fa hampiakatra ny raharaha eny anivon’ny Fitsarana. Hosaziana ihany koa ilay mpiasan’ny Jirama voatonontonona tamin’izao raharaha izao.

Ny fanoratana

Ino Vaovao0 partages

ADY AMIN’NY HERISETRA : Notoloran’ny “ Fikambanana Fitia “ fitaovana ireo Polisy vavy ao Toliara

Amin’ny maha masoivohon’ny ady amin’ny herisetra azy dia manohy ny asa hatrany ny vehivavy. Manaporofo izany   ny fanolorany  fitaovana  ho an’ny Polisy vehivavy avy ao amin’ny  Brigade féminine de proximité Toliara, ny sabotsy  29 jona  2019 lasa teo  iny. Nanamafy Ramatoa Mialy  Rajoelina fa ny fahasahiana manameloka ny herisetra sy ny fiaraha-mientan’ny rehetra no  fototra lehibe ahafahana mamongotra tanteraka ny  firongatry   ny herisetra.  Nanomboka ny  volana mey 2019 lasa iny  no tena  fotoam-piasana voalohany  notanterahin’ny “ Brigade féminine de proximité “na BFP ao Toliara. Polisy 10 mirahavavy izy ireo no mandrafitra ity sampandraharahan’ny Filaminam-bahoaka ao Toliara ity.  

Nanasongadinan’ireto  Polisy ireto  ny asa notanterahina voalohany  ny fanampiana sy fijerena akaiky  ireo zaza any an-tsekoly. Isan’ny asa goavana niandraiketan’izy ireo, ohatra, ny fanampiana renim-pianakaviana iray ianjadian’ny herisetra ataon’ny zanany,  raha  ny fanazavan’ny  Kaomandin’ny BFP Toliara, Sosohany  Asthine. Ho  fanohanana ny  “Brigade féminine de proximité” am-perinasa amin’izao fotoana ary dia notoloran’ny Fikambanana Fitia sy FNUAP ary mpiara-miombon’antoka hafa, fitaovana izy ireo. Fitaovana toy ny “môtô kodiaran-telo, môtô kodiaran-droa, fitaovana informatika sy fitaovana hafa toy ny “vidéo projecteur “,  fakantsary ary entana amin’ny birao ahitana seza, latabatra.

Nanamafy  ny fanentanana ny mponina hamonjy Borigady ramatoa Mialy Rajoelina

  Manoloana ny  fisian’ny herisetra dia nanamafy ny fanentanana ny rehetra hanatona ny Bfp Ramatoa Mialy Rajoelina  ho fanamorana haingana  ny famongorana ny herisetra. Ny solontena maharitry ny UNFPA kosa dia nidera manokana ny vadin’ny Filoham-pirenena izay sady masoivoho amin’ny ady amin’ny herisetra noho ny faharisihany amin’ny andraikitra sahaniny ato anatin’izao ady amin’ny herisetra izao. Mihaino sy mandray fitarainana taorian’iny lanonana fanolorana fitaovana ho an’ny Bfp iny, dia nihazo ny “Centre d’écoute et de conseil juridique” ny vadin’ny Filoham-pirenena sy ireo mpiara-dia taminy tao Toliara.  

Tamin’io fotoana io ihany moa dia nisy ny fijoroana vavolombelona  nataon’ireo vehivavy niharan’ny  herisetra izay efa noraisina an-tanana nokarakarain’ny CECJ. Eo anatrehan’ny fijoroana vavolombelona  anefa dia tsy  nitsahatra nampatsiahy hatrany  ramatoa Mialy Rajoelina fa  olona efa azo antoka, manana traikefa momba izany  no miasa amin’itony ivon-toerana itony ka mijanona ho tsiambaratelo avokoa ireo fitarainana voaray. Ankoatra izay dia  nisy ny fanambaràna nataon’ny solontena maharitry ny Unfpa tamin’ny fomba ofisialy  tamin’io andro io mahakasika ny  fanomezana tolo-tanana vola mitentina 60 tapitrisa ariary avy amin’ny antso tolo-tanana nataon’ny tanora indiana iray ka  hatokana  hanampiana ny CECJ sy ny tranoben’ny tanora ao Toliara izany vola izany. Maro moa ireo fangatahan’ny tanora tao Toliara nandritra ny fihaonana ka nanome toky ramatoa Mialy  Rajoelina Masoivoho ny ady amin’ny herisetra fa hamaly ny  hetaheta, ho fanampin’izay ny  fanavaozana ny  tranoben’ny  tanora.

Tatianà R.

Ino Vaovao0 partages

FAMATSIAM-BOLA AVY AMIN’NY BAD : Nahafahana nanangana ivon-toerana fanomezan-dra miisa 7

Ny masoivohon’ny Banky Afrikana momba ny fampandrosoana (Bad) sy ny Minisiteran’ny fahasalamana no nitarika ireo delegasiona tamin’io ary izany no natao dia tafiditra ao anatin’ny politikam-piaraha-miasa ho fanatsarana ny lafiny sosialy eto Madagasikara. Misy ny tetikasa fametrahana ivon-toeram-pitahirizan-dra iarahan’ny Minisiteran’ny fahasalamana amin’ny Fad ka ho an’ny eto Antananarivo dia ao amin’ny hopitalin’ny Hjra etsy Ampefiloha no nananganana izany.  Ankoatra ny eto Antananarivo, nametrahana izany ihany koa any Antsirabe sy ny faritany enina manerana an’i Madagasikara.  

Araka ny fanazavana, ny Bad no isan’ny mamatsy vola sy manohana ireto tetikasa ireto, ka ny Minisiteran’ny fahasalamana sy ny fanjakana foibe no manatontosa ny fanatanterahana azy.  Nilaza ihany koa ny sekretera jeneralin’ny Minisiteran’ny fahasalamana, Dokotera Jean Claude Andrianirina fa isan’ny antony nandalovan’ireto delegasiona manokana ireto eto Madagasikara sy eto Antananarivo ny fijerena sy fanaraha-maso ary fandrefesana ny fampiasam-bola azon’i Madagasikara avy amin’ny Bad.  Ankoatra izay, nambarany ihany koa fa nampitombo sy nanatsara kokoa ny fandraisana ny marary any amin’ny trano fameloman’aina ny fisian’ireto ivon-toerana natsangana ireto satria sarotra hatramin’izay ny mitady ra noho ny tsy fananan’ny hopitaly ivon-toerana fitehirizana izany.

N.A

Ino Vaovao0 partages

TANJOMBATO : Tratra ireo basy tsy ara-dalàna sy bala 13 saika hamidy 1 400 000 Ar

 Ny 30 jona 2019  io  ihany dia nahazo loharanom-baovao avy amin’ny olona tsara sitra-po ny Polisy miasa ao Tanjombato fa misy tovolahy  roa  avy any amin’ny faritra Antsobolo sy Ambohibahiny Tanjombato mivarotra fitaovam-piadiana eny amin’iny faritra Tanjombato sy ny manodidina iny. Natao avy hatrany ny fanarahan-dia sy ny vela-pandrika tamin’ny fisavana ireo môtô nifamezivezy. 

Vokany, tra-tehaka teny Ambany Andrefana tokoa ireo tovolahy miisa roa  nitondra basy PA MAB  niaraka tamin’ny bala miisa 13 tsy nisy taratasy. Noentina avy hatrany nanaovana fanadihadiana teny amin’ny biraon’ny polisy Tanjombato  moa izany. Nandritra ny  famotorana lalina dia fantatra àry fa saika  hamidy  efatra hetsy sy iray tapitrisa ariary ilay basy MAB. Tafataporitsaka kosa ilay olona saika hividy izany raha ny angom-baovao hatrany.   Marihina hatrany moa fa fanamby goavana eo anivon’ny Tafika malagasy, ny zandarimaria, ny polisim-pirenena ary   ny fanjakana  ny ady amin’ny  fiparitahan’ny    fitaovam-piadiana izay isan’ny   mahatonga ny firongatry ny tsy fandriam-pahalemana.  

Tatianà R.

Ino Vaovao0 partages

HABIBIANA : Olona telo nogadraina tamin’ny fanesorana voamason’olona

 Nisy andian’olona maromaro namono azy sy  nila vaniny  taminy  ka nanesoran’izy ireo ny maso havian’ilay tovolahy tamin’io fotoana io.  Taoran’izay tranga izay dia  nandray fepetra ny  fianakavian’ilay lehilahy, ka nitory teny anivon’ny Polisy avy ao amin’ny sampana ady heloka bevava sakelika faharoa .  

Nanomboka  nanatanteraka   ny fanadihadiana ny Polisy, ka ny zoma 28 jona no tra-tehaky ny Polisy tetsy Ampefiloha ny olona  miisa efatra mianadahy voarohirohy tamin’ity tranga ity. Fantatra tamin’izany fa ny lehilahy  iray tamin’ireto voasambotra no nitazona sy nandavo azy tamin’ny tany, ny ramatoa  iray no nanolotra ilay vy maranitra hanindromana ny masony ary ny lehilahy  iray kosa no nanindrona ny mason’ilay tovolahy, nisy ihany koa vehivavy iray nosamborina, izay  voalaza fa  saika hanondraka azy tamin’ny rano mangotraka . 

Rehefa Natolotra ny fampanoavana moa izy ireto dia telo no naiditra am-ponja vonjimaika raha nahazo fahafahana vonjimaika kosa ny  iray .

Tatianà R.

Ino Vaovao0 partages

FILOHAN’NY FFM : “Ahafahana mampihavana ny vahoaka Malagasy ny baolina kitra”

Marobe ireo naneho ny hafaliany teny an-dalambe ny alin’ny alahady teo iny. Avy hatrany dia niarahaba sy nitondra izay hafaliam-pony izay ihany koa ny Filoha Andry Rajoelina tamin’ny alalan’ny antso an-tariby mivantana nifanaovany tamin’ireo ekipan’ny Barea. Nampanantena izy tamin’izany fa ho avy any Ejipte mihitsy ny alahady izao hanatrika ny fiatrehan’ny ekipa Malagasy ny am-pahavalondalana. Ho an’ny filohan’ny filan-kevitry ny fampihavanana malagasy (Ffm) kosa indray dia nambarany fa ahafahana mampihavana sy mampiray ny Malagasy rehetra ny fanatanjahantena toy ny Baolina kitra izay zava-misy eto Madagasikara ankehitriny. 

Nohariny tamin’ny tranga nisy tany Côte d’Ivoire izany satria dia noho ny fanatanjahan-tena no nampiverina indray ny firaisan-tsaina sy ny firaisam-pon’ny vahoaka tany an-toerana. “Na inona na inona resahina dia mampiray antsika Malagasy ny baolina kitra io, na dia samy zarazarain’ny fahasamihafana dia hitantsika fa niray ny Malagasy, nifaly ny Malagasy tsy ankanavaka. Amin’ny alalan’ny fanatanjahan-tena no ahafahana mampiray hina ny Malagasy, mampihavana ny Malagasy. Zavatra efa nitranga izany tany Côte d’Ivoire, nisy ady an-trano tamin’izany kanefa rehefa nisy lalao baolina kitra dia lasa niray feo indray ny vahoaka Ivorianina,” izay raha fintinina ny fanehoan-kevitra noentin’ny Filohan’ny Ffm, Maka Alphonse. Ankoatr’izay dia vao mainka mampiakatra avo indray ny lazan’i Madagasikara manerana izao tontolo izao ny fandresena miezinezina azony tao anatin’iny lalao fifanitsanana voalohany iny. I Madagasikara izay vao sambany teo amin’ny tantaran’ny fiadiana ny amboaran’ny Afrika no nandray anjara kanefa tonga dia namiratra.

Avotra Isaorana

Ino Vaovao0 partages

FIFIDIANANA DEPIOTE : Hisy tombana hatao tamin’ilay sata mifehy ny fitondran-tenan’ireo kandidà

Tanjona voalohany napetraka ny nahatanteraka ny fifidianana tao anatin’ny filaminana sy fifanajana ary indrindra manaja ny soatoavina maha Malagasy. Tamin’ny fifidianana Filoham-pirenena dia nisy ny sata napetraka mba ho arofanina hifehy ny fitsipika amam-pitondran-tenan’ireo kandidà tsirairay avy. 

Ino Vaovao0 partages

HCC : Tsy azo ivalozana ny didim-pitsarana momba ny fifidianana solombavambahoaka hivoaka anio

Tsy azo ivalozana izay didy rehetra mivoaka anio. Izay fanapahan-kevitra rehetra raisin’izy ireo na mahakasika ny vokatra farany na mahakasika ireo fitoriana aman-jatony maro tonga eo am-pelatanan’ny Hcc dia tsy azo ovaina ary tsy misy rafi-pitsarana afaka hampiakarana ny raharaha intsony.

Ny Fitsarana avo momba ny Lalàmpanorenana no andrim-panjakana tokana nomen’ny lalàna fahefana hamoaka ny valim-pifidianana sy handray ny fanapahan-kevitra farany momba ny fifanolanana ara-pifidianana rehetra. Andrasan’ny rehetra fatratra araka izany ny vokatra izay havoakan’izy ireo anio. Raha ny tombana amin’ny ankapobeny dia tsy hisy fiovana firy amin’ilay vokatra vonjimaika feno navoakan’ny vaomieram-pirenena mahaleo tena misahana ny fifidianana ny vokatra ofisialy hivoaka anio. Ireo kandidà miaraka amin’ireo mpanohana azy ihany koa dia samy nitondra ny fanehoan-keviny ny hamoahan’ny Hcc ny vokatra araka ny fahamarinana sy ny fahitsiana tanteraka. Ireo mpikambana rehetra eo anivon’ity andrim-panjakana ity moa dia efa namaritra ombieny ombieny fa tsy hisy tsangan-kevitra na tsangan’olona afaka hanao tsindry azy ireo amin’ny famoahana ny vokatra.

Avotra Isaorana

La Vérité0 partages

Qualification des Barea à la CAN 2019 - Reconnaissance totale envers Ahmad

L’euphorie de la qualification des Barea au second tour de la Coupe d’Afrique des Nations (CAN) estompée, les regards se tournent vers les acteurs de cette prouesse. Ahmad, le président actuel de la Confédération Africaine de Football (CAF) demeure un des précurseurs de cette première participation de Madagascar à la phase finale de la CAN. Une fois élu, à la tête de l’instance suprême du ballon rond africain, il a effectué un profond changement quant au nombre des participants en le passant de 16 à 24 équipes. Et ce dans le but d’élargir et de donner plus d’ampleur à la plus prestigieuse compétition du continent.  Si auparavant la qualification directe à la phase finale revenait uniquement aux premiers des groupes, la nouvelle formule a également ouvert la porte aux seconds de la phase éliminatoire. Un changement bénéfique à certaines nations qui y accèdent pour la première fois à l’instar de la Mauritanie, du Burundi et de Madagascar.  « Nous étions toujours en course à la CAN mais bloqués toujours à la seconde place à la fin des éliminatoires. Si ce format était appliqué auparavant, c’est plus que certain que l’équipe nationale malagasy aurait déjà pris part au moins deux fois à la phase finale » soupire Fidy Rasoanaivo, un des grands joueurs de la sélection malagasy à l’époque. Avec la génération de Claude Kely, son défunt frère Haja et bien d’autres, Fidy, devenu entraîneur à l’île Maurice, estime que la formation de la sélection nationale d’antan n’a rien à envier de celle d’aujourd’hui.

Cependant, il reconnaît que le niveau actuel du football africain n’est pas égal à celui de son époque avec la présence massive des expatriés et des nouvelles technologies utilisées durant les entraînements, avant, pendant et après chaque rencontre.  Au- delà de ce changement apporté par la CAF et salué par les observateurs bien que plus d’un soit réticent au départ, la qualification des Barea s’est réalisée grâce en grande partie à des travaux préliminaires et une longue préparation entrepris par Ahmad au temps  où il occupait encore la présidence de la Fédération malagasy de football (FMF). En effet, l’ossature de cette sélection qui fait ce parcours formidable à la CAN était tous des joueurs locaux ayant défendu la couleur nationale dans différentes compétitions et catégories avant d’évoluer à l’étranger. Sur le palmarès de ces joueurs figure la victoire au Cosafa Cup des moins de  20 ans, une place dans le carré final de cette compétition de l’Afrique australe chez les seniors, une finale des Jeux des îles de l’Océan Indien.  Il s’agit entre autres de Lalaina Nomenjanahary, Voavy Paulin, Carolus Andriamahitsinoro, Razakanantenaina Pascal, Randrianarisoa Mamy Gervais, Ibrahim Am ada et Faneva Ima. La présidence d’Ahmad à la FMF, n’en déplaise aux détracteurs, a grandement fait à l’éclosion de ces joueurs internationaux tout comme le gardien  remplaçant Leda. Il ne faut pas également oublier que c’est le président Ahmad en personne qui a  déniché, à travers ses relations, le coach des Barea, Nicolas Dupuis. Venu pour tâter le  terrain avec son compatriote Lionel Charbonnier en 2016, le technicien français a accepté de diriger la sélection malagasy et ce en dépit des faibles moyens de la FMF. Un pari gagné pour Nicolas Dupuis qui, en cas de qualification des Barea en quart de finale, verra sa cote de popularité monter de plusieurs crans. Reconnaissant envers le président Ahmad, l’équipe nationale et son staff lui ont réservé un accueil chaleureux dans leur vestiaire lors de sa visite de « courtoisie » à la fin de la rencontre contre le Nigéria…La Rédaction

La Vérité0 partages

Président Andry Rajoelina au Carlton - Un grand mariage de développement avec la BAD

Une coopération de longue date. La Banque africaine de développement (BAD) a soutenu Madagascar depuis 1977. Dans le cadre de cette coopération, la Grande île accueille en ce moment la quinzième réunion de restitution du Fonds africain pour le Développement (FAD) au Carlton, Anosy. Lors de la cérémonie d’ouverture, le Président Andry Rajoelina a affirmé sa volonté de poursuivre sa collaboration avec la BAD afin d’atteindre l’émergence économique du pays. « Nous partageons les mêmes ambitions de mettre le continent africain sur les rails de l’émergence. D’ailleurs, les priorités de la BAD coïncident parfaitement avec la Politique générale de l’Etat mis en place afin de traduire notre vision en action à travers notre stratégie d’émergence. Grâce aux aides de la FAD, nous pourrons assurer l’avancement concret de nos projets d’infrastructures et de développement humain prévu par le plan Emergence Madagascar. Nous amorçons une nouvelle ère dans la vie socio-économique de notre pays puisque nous démarrons une série de réformes nécessaires, relatives à la transformation profonde de la manière de gouverner à Madagascar. Pour cela, nous comptons sur la BAD dont nous sommes membres et aussi sur le soutien des pays contributeurs dont les représentants ici présents »,

dixit le Président de la République de Madagascar. En effet, Madagascar a obtenu du financement de grands projets grâce au FAD, notamment les deux projets hydroélectriques Sahofika et Volobe. Depuis 59 ans, Madagascar vivait avec 400 MWh de production électrique. Pourtant, le prix de l’énergie dans le pays s’avère être le plus cher en Afrique. En ce moment, le Gouvernement ambitionne de doubler ou de tripler la capacité de production d’énergie tout en divisant par deux ou par trois le coût de l’énergie. La BAD a également aidé le pays dans la réhabilitation de la RN9 et la RN10, mais aussi dans le système d’irrigation au Bas Mangoky qui s’étend sur 6 500 ha. Aujourd’hui, le rendement de cette surface rizicole a triplé, en passant de deux tonnes à six tonnes par hectares. Les revenus agricoles ont ainsi augmenté de 141 %. A noter que cette réunion de restitution s’achève ce jour. Les agents plénipotentiaires du FAD prononceront ainsi les sommes versées dans ce guichet de la BAD pour les trois années à venir. Solange Heriniaina

La Vérité0 partages

Brigade féminine de proximité - Mialy Rajoelina remet une donation conséquente

Un pas de plus franchi dans la lutte contre les violences basées sur le genre (VBG). Après celle de Toliara, le week-end dernier, la Brigade féminine de proximité (BFP) d’Antananarivo vient de bénéficier des dons de la part de Mialy Rajoelina, à la fois Première dame, présidente-fondatrice de l’association Fitia et ambassadrice de l’UNFPA dans la lutte contre les VBG. La remise des dons, composés de 2 motocyclettes, 1 sono mobile, 1 ordinateur portable et 1 autre de bureau,  1 appareil photo, 1 imprimante ainsi que 2 tables  de bureau, 4 chaises, 1 armoire  ou encore 6 téléphones mobiles avec flotte Telma, s’est tenue hier au siège de la BFP, dans l’enceinte du Commissariat central de Police à Tsaralalàna. Ces équipements faciliteront les interventions des 42 femmes policières membres de cette Brigade, axées notamment sur les sensibilisations et les préventions. « Nous allons continuer à mettre en place des structures telles que la Brigade féminine de proximité pour renforcer la lutte contre les violences basées sur le genre. Osons briser le silence et dénoncer les violences », déclare l’ambassadrice de lutte. Plus de 300 cas de violences depuis janvierUn dossier sur 3 traités auprès de la Police des mœurs et de la protection des mineurs (PMPM) concerne les VBG. Les violences domestiques et conjugales sont les plus fréquentes. Depuis le mois de janvier de cette année, 317 cas de coups et blessures volontaires ont pu être traités. A cela s’ajoutent 137 cas d’adultère, 33 cas d’abandon de foyer et 10 cas de non contribution aux charges des ménages.

90 % des victimes sont des femmes, selon les statistiques avancées hier. Dans la plupart des cas, les femmes victimes de violences les ont endurées depuis des années mais n’osent briser le silence et non moins dénoncer les auteurs. Pis, les femmes qui osent en parler et porter plainte contre leur mari sont souvent exclues par leurs familles et la société, ce qui est désolant. Cette situation pourrait s’expliquer par l’insuffisance des activités de sensibilisation et de prévention, l’une des missions de la BFP. Cette Brigade sert également de Police de la voie publique, c’est-à-dire que ses agents contribuent dans la fluidité de la circulation. Elles jouent également le rôle de Police scolaire, outre leurs activités dans la lutte contre les VBG, à en croire le commissaire divisionnaire Mandimbin’ny Aina Randriambelo, Point focal BFP auprès du ministère de la Sécurité publique (MSP). « D’ici la fin de cette année, le ministère de tutelle ambitionne de mettre en place des BFP à Mahajanga, Fianarantsoa, Antsiranana, Antsirabe et Toamasina. Celle de cette dernière localité est en cours de mise en place », avance notre Point focal. Formation sur la prise  en charge intégrée  des victimesLes acteurs de lutte contre les BVG devront suivre une formation, notamment sur les techniques d’écoute, de conseil et d’orientation des victimes. Les femmes policières de la BFP en bénéficient régulièrement, dont la dernière session s’est tenue depuis hier et pendant 2 jours à Tsaralalàna. « Les acteurs pourraient avoir des préjugés sur les victimes de violences s’ils ne disposent pas des techniques requises, d’où l’importance de la formation. Certaines d’entre les victimes ont besoin de soins et traitement ou encore de refuges, d’autres de travail pour leur autonomisation, afin de couper toute dépendance avec les auteurs », souligne notre source.  « Je vous félicite pour votre dévouement et votre volonté d’aider les victimes de violences. Je sollicite également les femmes à intégrer la Police nationale. Personnellement, je constate que les victimes endurent un calvaire mais notre soutien les aide à aller mieux », avance Mialy Rajoelina, assistant à l’ouverture de la formation de la BFP. Ceci après avoir remis la donation conséquente et visité les lieux de la Brigade.Patricia Ramavonirina

La Vérité0 partages

Unité et fierté retrouvées

Comme d’autres pays d’Afrique, Madagasikara souffre des séquelles de la domination   coloniale. Et soixante ans après le retour de l’indépendance, les plaies béantes morales et même physiques, dues à une colonisation brutale sinon barbare demeurent ouvertes. La politique coloniale reposait sur deux points d’ancrage à savoir « diviser pour régner » et « saper à la base le sentiment de fierté nationale ». Une œuvre de destruction que le pouvoir colonial, français notamment, en avait le secret. A Madagasikara, la priorité des occupants consistait à battre en brèche l’union sacrée des Malagasy. Certes, l’effectivité de l’administration monarchique Hova n’était pas acquise en totalité à travers le pays. N’empêchait que le Gouvernement de Rainilaiarivony jouissait d’une large autorité dans tout Madagasikara. De toute manière, l’unité est un édifice qui se construit et s’entretient à long terme. Mais, Gallieni profitait de la situation pour tout détruire. Il avait réussi à ce que les gens de la côte, les côtiers ou les Tanindrana, se levaient contre les populations des Hautes Terres centrales, les Tanivo ou les Ambaniandro. D’ailleurs, la« division » savamment entretenue couvait un conflit latent qui larvait durant toute la période de la colonisation pour se prolonger au-delà. A la veille de la vague de « libération » des colonies, autour des années 60, la France façonnait, à l’intérieur de chaque colonie, des « leaders » politiques taillés sur mesure aux intérêts de la Métropole et cela pour « contrebalancer » la montée en puissance des nationalistes réclamant une vraie indépendance. Ils avaient réussi en partie. La seconde urgence pour les colons français revenait à l’anéantissement du sentiment de fierté chez les colonisés. A Madagasikara, la fierté d’ « être français » prenait place et supplantait la fierté d’être Malagasy. Le phénomène se manifestait surtout chez l’élite locale. Au final, 

« devenir citoyen français » était à la mode ! Bien que discrète, la tendance reste vivace jusqu’à aujourd’hui ! Tout comme l’unité nationale, le sentiment de fierté à l’échelle nationale est un immeuble de plusieurs étages qui se construit et s’entretient à long terme. Tous les régimes successifs depuis la Première République jusqu’à nos jours admettaient tous comme priorité le respect du sacro-saint concept de l’unité nationale. Seulement, entre les déclarations et les faits concrets, il ya un décalage. Tout reste un vœu pieux ! Les discours de certains dirigeants ne dépassaient pas le stade des bonnes intentions. Parfois, c’étaient les dirigeants eux-mêmes qui créaient la zizanie. Il a fallu attendre l’arrivée au pouvoir d’un jeune leader Rajoelina Andry pour que les bases d’une vraie unité nationale soient jetées et l’exploit des Barea confortent et cimentent l’union sacrée. Pour sa part, la fierté nationale dépend  étroitement de la prestation globale du régime en place. On ne peut imaginer d’avoir un sentiment de fierté quand on est dirigé par des moins que rien, des hommes ou des femmes qui frisent la honte.Les nouveaux tenants du pouvoir sous la houlette de Rajoelina, conscients de leur devoir envers un pays durement éprouvé, prennent soin de leurs actes. Les Malagasy se relèvent et un sentiment de fierté les anime. La jeunesse malagasy se réveille aussi. En somme, Madagasikara est en train de se ressusciter et vit l’ambiance d’une unité et fierté retrouvées. Ndrianaivo

La Vérité0 partages

Assemblée nationale - La majorité présidentielle validée par la HCC

La Haute Cour constitutionnelle a tranché. Sans surprise, les résultats confirment l’écrasante victoire de la coalition présidentielle, entraperçue à  l’issue des résultats provisoires publiés par la Commission électorale nationale indépendante il y a quinze jours.  Sur les 151 noms énumérés par le président de la HCC, Jean Eric Rakotoarisoa hier, 84 sont de l’Isika rehetra miaraka amin’ny prezida Andry Rajoelina. 46 portent l’étiquette d’indépendant. L’opposition (voir article par ailleurs) qui entendait jouer le troisième tour de la dernière élection présidentielle  n’a réussi à glaner que  16 sièges. Les 5 derniers sièges sont revenus à divers petits partis. Des résultats similaires à ceux proclamés par la CENI le  15 juin dernier.  L’intégralité des requêtes déposées à Ambohidahy a été déclarée irrecevable ou infondée, et n’a donc pas influé sur la décision finale. Des rectifications et les redressements ont été opérés par la HCC, sans que ceux-ci n’altèrent le cours du vote. Les résultats de 6 bureaux de vote, dont deux à Ambilobe, un à Ifanadiana, un à Maintirano, un à Mampikony et un dernier à Ambovombe Androy ont été invalidés.  148 voix obtenues de manière irrégulière par un candidat dans le District d’Analalava dans la Région Sofia ont également été annulées. Les juges électoraux ont aussi procédé à l’annulation des résultats d’une soixantaine de bureaux de vote à Toliara II, suite à la destruction des plis électoraux destinés à la HCC, à la CENI et à la SRMV. De même, les élections des bureaux de vote concernés par les suspicions de fraude majeure pour des bureaux de vote à Ambositra et Tsihombe, relevés par la CENI, ont aussi été annulées par la HCC.

Première session  le 16 juilletL’arrêt rendu par la Cour ce jeudi ne comporte pas de chiffres sur le taux de participation, ni sur les bulletins nuls et blancs, pourtant très attendus par l’opinion publique. En tout cas, la coalition présidentielle a réussi la performance de glaner la moitié des sièges à pourvoir dans les Districts d’Analamanga, du Vakinankaratra, de l’Alaotra Mangoro, réputés être des bastions de l’opposition. Les « Orange » ont uniquement fait chou blanc  dans la Région SAVA. Deux ministres démissionnaires du Gouvernement actuel du Président Rajoelina ont réussi à se faire élire  en l’occurrence Volahaingo Marie Thérèse, élue à Bealanana et Irma Naharimamy, élue à Toamasina I. Environ une trentaine de députés de la précédente législature retrouveront Tsimbazaza. Parmi lesquels figurent les Christine Razanamahasoa, Jean Brunelle Razafintsiandraofa, qui sont également issus de la dernière Assemblée nationale. Plusieurs têtes d’affiche du dernier quinquennat ont été éjectées de la Chambre basse. De nombreux anciens ministres tels que Narson Rafidimanana, Monique Rasoazananera, Neypatraiky Rakotomamonjy s’installeront également à la Chambre basse. Il faut noter que des candidats actuellement en détention ont été élus députés. Des cas qui concentreront, à n’en pas douter, l’attention des observateurs ces prochaines semaines. Voninahitsy Jean Eugène et Roland Ratsiraka retrouveront le Palais de Tsimbazaza, plusieurs années après leur dernier mandat. Les nouveaux députés seront convoqués en session le 16 Juillet prochain. Une première réunion à l’issue de laquelle les parlementaires éliront le  nouveau président de  l’Assemblée nationale, ainsi que son bureau.La Rédaction

La Vérité0 partages

Le TIM opposant officiel - Marc Ravalomanana à l’Assemblée nationale ?

Dans une déclaration publiée hier, Marc Ravalomanana a annoncé l’appartenance du parti TIM à l’opposition. Par cet acte, l’ancien exilé d’Afrique du Sud dévoile sa stratégie après les deux défaites électorales que sa propre personne et son parti ont essuyées depuis janvier de cette année. L’homme entend tout simplement bénéficier des dispositions de la loi n°2011 – 013 du 9 septembre 2011 portant statut de l’opposition et des partis d’opposition, à laquelle se réfère d’ailleurs la déclaration en question. Plus précisément, Marc Ravalomanana vise le poste de chef de file de l’opposition qui, outre le statut de député qui lui revient de droit, lui confère un certain nombre de droits et avantages (voir encadré). Bien que le TIM soit arrivé en troisième position (après l’IRD et les Indépendants) à l’issue de l’élection législative, il n’est pas automatique cependant que le statut de chef de file de l’opposition revienne à son dirigeant fondateur.  L’alinéa 1 de l’Art. 6  de la loi suscitée dans son alinéa 1, dispose en effet que « Après chaque élection législative, les groupes politiques remplissant les conditions exigées par l’article 2 ci-dessus et qui se déclarent officiellement d’opposition désignent d’un commun accord un chef de l’opposition officiel ».

S’il y a donc d’autres partis qui se déclarent  de l’opposition, il faudra encore que le TIM arrive à les convaincre de désigner Marc Ravalomanana comme chef de file de l’opposition. Ce n’est qu’à défaut d’accord que s’applique l’alinéa 2 du même article, selon lequel « le chef du groupe politique d’opposition ayant obtenu le plus grand nombre de suffrages exprimés lors du vote est considéré comme chef de l’opposition officiel ». Mais là encore, Marc Ravalomanana n’est pas toujours assuré de se voir désigné chef de l’opposition officiel. Il reste en effet l’éventualité d’un groupe de partis d’opposition (une coalition post-électorale qui se déclare de l’opposition) dont le total des suffrages obtenus pourrait être supérieur à celui du TIM et qui désignerait une personnalité issue du groupe. Un cas de figure qui réduirait le rôle du patron de l’empire TIKO à celui d’un « simple » chef d’un parti d’opposition. Le Rédaction

Midi Madagasikara0 partages

Université de Toamasina : Investir davantage dans le capital humain

Lors de l’investiture du président de l’université de Barikadimy.

L’université de Toamasina se veut être une référence nationale en matière de développement du capital humain. En effet, le nouveau président de cette institution, le Docteur Zafidoty Conscient, a déclaré lors de son investiture qu’il y investira davantage. Son objectif est d’ailleurs de former des jeunes diplômés compétents pouvant contribuer au développement régional. Pour ce faire, il va prioriser durant son mandat étalé sur une période de trois ans, la mise en place d’une revue scientifique et la programmation d’un enseignement supérieur répondant aux besoins de la région. En outre, un amphithéâtre pouvant accueillir 400 étudiants sera bientôt construit.

Nouvelle gérance. Comme stratégie, le nouveau président de l’université de Toamasina mise sur la bonne gouvernance et l’informatisation du système d’enseignement. Notons que cette institution accueille en ce moment 9.502 étudiants. « Dans le cadre de la nouvelle gérance de l’université, de nouvelles méthodes et approches doivent être appliquées afin d’obtenir de bons résultats. Et toutes les parties prenantes, notamment, les enseignants, le personnel administratif et les étudiants, doivent travailler de concert afin de maintenir la paix », a évoqué le ministre de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique, Félicitée Rejo-Fienena, lors de l’investiture de ce nouveau président de l’université de Barikadimy. A part cette investiture, des doyens et des directeurs de mentions ont été également installés officiellement. La cérémonie a été clôturée par une remise de distinctions honorifiques aux enseignants et aux membres du corps administratif de l’université.

Navalona R.

Midi Madagasikara0 partages

Football : Miandrisoa Younous, un portier d’avenir !

Younous Miandrisoa Razanakarivelo a tout pour plaire en tant que gardien de but.

Un nom prédestiné ! Le nom du gardien de l’équipe nationale, Younous, des années 60. C’est le cas de le dire avec le jeune Younous, le gardien de but de Value Data, de son vrai nom Younous Miandriasoa Razanakarivelo.

Ce prénom célèbre est sans doute à l’origine de son nouveau choix car, d’attaquant, il est passé gardien de but, truffé de talent. Mais son atout, c’est d’avoir débuté dans le football à 5 ans dans son Fianarantsoa natal.

L’équipe de Value IT au sein de laquelle il évolue, en tire des réels bénéfices, à l’image de ce match de quarts de finale des Jeux Corporatifs d’Antananarivo, remporté devant la CNaPS, au cours d’une séance de tirs au but où il a tout arrêté.

Ce développeur java de Value IT ferait le bonheur d’une équipe de 1ère division tant il a du talent, mais reste à espérer qu’il aura le temps nécessaire pour faire partie d’un club.

A 26 ans, pour ses 178 cm et 65 kg, il a véritablement le physique de l’emploi.

Clément RABARY

Midi Madagasikara0 partages

Fandrarana ny fetiben’ny « MIRAMA » : Namoaka ny heviny ny prefen’i Toamasina

Niteraka fanehoan-kevitra maro ny fanakanana ny hetsika fahaherintaonan’ny fikambanana Miaro ny Rariny sy ny Marina, “MIRAMA”, eto Toamasina izay tokony ho efa natomboka ny sabotsy teo ary hifaranana amin’ny ridrankira goavana ny sabotsy ho avy izao. Tsy ity fikambanana ity irery mantsy no nanamarika izany tsingerintaonany izany.

Naneho ny heviny momba ity raharaha ity anefa ny prefektioran’i Toamasina tamin’ny alalan’ny prefe Benandrasana Cyrille, fa tsy ny fankalazana ny tsingerin-taonan’ny fikambanana no nosakanan’ny fanjakana, fa ny fanaovana ny “carnaval” niainga teo amin’ny “stadium” Managarano hatreny amoron-dranomasina, izay natahorana hiretaka sakoroka noho ny olan’ny Ird sy ny Mirama izay niaraka nanohana ny filoham-pirenena ihany teo aloha, saingy lasa mpifahavalo ankehitriny noho ilay fifidianana solombavambahoaka farany teo, satria lasa mpifaninana. Niaiky ny prefen’i Toamasina fa naharay ny fangatahan’ny fikambanana tokoa ny tenany ny 21 jona teo ary namoaka ilay fandavana ny 28 jona teo fa ilay resaka hetsika an-dalam-be no voalaza araka ny tenin’ny prefe.

Mitohy ny tolona, hoy ny Mirama, ny asa na isan’ny fikambanana politika enjehina aza izy ireo izao. Ny filohan’ity fikambanana ity ihany koa dia isan’ny mpifaninana tamin’ny kadindam-panjakana Ird teto Toamasina tamin’ny fifidianana solombavambahoaka farany teo, ary isan’ny mpitory sy nitondra porofo ny zava-nisy nandritra ny fifidianana farany teo koa ny tenany teo anivon’ny fitsarana avo momba ny lalampanorenana izay andrasana anio ny valiny.

Malala Didier

Midi Madagasikara0 partages

Fonds africain de développement : Visite de sites de projets hier avec l’équipe de la BAD

L’équipe de la BAD a visité hier, les réalisations des projets financés par le FAD.

Le président du Groupe de la BAD (Banque africaine de développement), Akinwumi Adesina est dans nos murs, depuis dimanche dernier. C’est la deuxième fois, durant son mandat, que cette haute personnalité – figurant dans le top 10 des Africains les plus influents – visite la Grande Ile. Lors de sa première visite en 2016, il a noté que Madagascar figure parmi les pays privilégiés par la BAD. Cela se confirme, avec la tenue de la réunion de reconstitution du FAD (Fonds Africains de Développement) à Antananarivo, à partir de ce jour. Hier, l’équipe technique de la BAD a effectué une visite de sites de projets financés par le FAD. Parmi ceux-ci figure le projet pour l’amélioration des conditions de vie des populations, par le développement des ressources humaines en renforçant les performances de l’enseignement primaire et secondaire, ainsi que de la formation professionnelle. Ce projet à été financé par le FAD avec un prêt de 16 millions d’Unités de compte (UC) et un don de 500.000 UC. Un deuxième projet a également été visité hier, celui relatif à la lutte contre les maladies transmissibles financé par le FAD avec un prêt de 5 millions UC et un don de 6 millions UC.

Antsa R.

Midi Madagasikara0 partages

Slalom – Troisième édition : Une belle victoire de Faniry Rasoamaromaka

Beaucoup sont les invités du club MSA, ce week-end à Bevalala.

La quatrième manche du Championnat de Madagascar des Slaloms 2019 s’est déroulée ce week-end, au circuit de Bevalala. 34 pilotes ont été engagés, mais quatre parmi eux n’ont pas terminé leurs deux manches respectives. Les résultats s’annoncent bons pour le club du TMF. Ce dernier avait réalisé une belle performance avec un beau doublé de ses deux pilotes au volant d’une Citroën C2 TMF Rallye. Le premier était Faniry Rasoamaromaka, qui lui avait arraché la tête du classement, avec un temps total de 3min 26sec. Mika Rasoamaromaka était à la deuxième place avec 3min 28sec. Quant à Aro Kiady Rajemison de l’Asacm, il s‘est retrouvé à la troisième place avec 3min 30sec. Beaucoup de choses sont encore au programme selon le président, Jouvelin Razanamparany, après cette course de l’ouverture de la célébration du 15e anniversaire du club MSA. Sur le même sujet, la deuxième édition du Rallye de Mangoro aura lieu les 11, 12 et13 juillet prochains, dans la région Alaotra Mangoro. Une première réunion d’information a été tenue, hier, au Motel Anosy.

Manjato Razafy

Midi Madagasikara0 partages

Sécurité maritime : Mobilisation internationale dans l’Océan Indien occidental

Piraterie, pêche illégale, trafic de drogue, traite d’êtres humains, blanchiment d’argent, risque terroriste, pollution, etc… sont autant d’aspects de l’insécurité maritime à laquelle les pays de l’Océan Indien occidental, par leur situation géographique et leurs spécificités, accordent une attention particulière.

Les 18 et 19 juin 2019, une Conférence ministérielle sur la sécurité maritime dans l’Océan Indien occidental s’est tenue à Maurice ; suivie le 20 juin de la 22e session plénière du Groupe de contact sur la piraterie au large des côtes somaliennes. Plus de 200 délégués de haut niveau, issus d’une quarantaine de pays et organisations internationales, y ont participé ; avec notamment la présence des ministres de Madagascar, des Comores, de Djibouti, du Kenya, ainsi que du secrétaire d’Etat des Seychelles, représentant la présidence du Conseil des ministres de la Commission de l’Océan Indien (COI), du secrétaire d’Etat de Norvège, de la sous-secrétaire générale pour l’Afrique du Département des Affaires politiques et de Consolidation de la paix des Nations unies, des ambassadeurs de l’Union européenne, de la France, du Royaume-Uni, de la Chine, de lInde et du Japon, entre autres ; et de hauts-représentants des Etats-Unis, de plusieurs pays africains, arabes, asiatiques et européens, des forces navales, du COMESA (Marché commun de l’Afrique orientale et australe), de l’IGAD (Autorité intergouvernementale pour le développement), de la COI, ou encore des agences onusiennes (Organisation maritime internationale, Organisation internationale pour les migrations, Office des Nations unies contre la drogue et le crime, FAO…).

Coordination. Ces deux grands rendez-vous du mois de juin ont surtout été une occasion de faire le point sur les enjeux de la sécurité maritime et les initiatives pour y faire face. Au total, une trentaine d’initiatives luttant contre les différents aspects de l’insécurité maritime ont cours dans l’Océan Indien occidental actuellement. Les participants à la Conférence ministérielle ont ainsi appelé à une coordination effective de l’ensemble de ces initiatives, afin d’éviter les chevauchements et assurer une sécurisation durable de l’Océan Indien occidental. Faut-il rappeler que cette zone est traversée par des routes maritimes d’importance mondiale. Parmi ces initiatives, les mécanismes d’échange d’information et de coordination des actions en mer, mis en place à travers le programme MASE, financé par l’Union européenne, et les activités du Code de conduite de Djibouti (et ses amendements de Djeddah), ont particulièrement retenu l’attention. En effet, ils fondent une architecture régionale de sécurité maritime adaptée aux besoins de la région.

Suivi en temps réel. Les centres régionaux mis en place à travers ces initiatives permettent de mieux coordonner les actions en mer, et de fluidifier la circulation de l’information entre les administrations nationales chargées de la sécurité. Les outils déployés dans le cadre du programme MASE auprès du Centre régional de fusion de l’information maritime à Madagascar, et du Centre régional de coordination opérationnelle aux Seychelles, permettront notamment de suivre la situation maritime en temps réel, et d’identifier rapidement les comportements suspects ou les cas de détresse en mer pour une intervention coordonnée. Au terme de la rencontre, la Déclaration de la Conférence ministérielle sur la sécurité maritime dans l’Océan Indien occidental, et le Communiqué final de la 22e session plénière du CGPCS, ont été adoptés. Ces deux documents fixent le cap des actions à venir pour la sécurité maritime régionale. Les organisations régionales de l’Afrique orientale (COMESA, IGAD, EAC et COI) sont appelées à rester en première ligne de la mobilisation et de l’action pour la sécurité maritime, en appui à leurs Etats membres, et avec le soutien des partenaires au développement, notamment l’Union européenne.

Au terme des rencontres, les autorités mauriciennes ont annoncé l’organisation d’une nouvelle édition de la Conférence ministérielle en 2020, dont l’objectif est d’évaluer la mise en œuvre de la Déclaration adoptée le 19 juin, ainsi que d’un sommet sur la question.

Hanitra R.

Midi Madagasikara0 partages

Zandarimariam-pirenena : Manamboninahitra 17 nomena galona

Tontosa tetsy amin’ny Toby Ratsimandrava, Andrefan’Ambohijanahary ny fametahana galona ho an’ireo zandary 17 nisondrotra grady araka ny didim-panjakana laharana 2019-1290, izay mamaritra ny anaran’ireo manamboninahitra am-perinasa nisondrotra grady. Miisa 17 aloha ireto manamboninahitra zandary ireto ireo no notolorana amin’ny fomba ofisialy izay grady vaovao izay. Marihana fa mbola misy hafa maromaro ihany saingy miandry ny fotoana sy ny daty notondroin’ny didim-panjakana handraisana izay galona izay. Tamin’ireo manambonahitra zandary 17 mirahalahy ireo dia iray ny « Lieutenant-colonel » nampiakarina ho « Colonel ». Fito mirahalahy kosa ireo « Chef d’escadron » nahazo ny galonana « Lieutenant-colonel » ary miisa sivy ireo nahazo ny gradina « Chef d’escadron ». Lanonana ara-miaramila izay notarihan’ny Sekreteram-panjakana miadidy ny zandary, ny Jly Ravalomanana Richard, ary notronin’ireo manamboninahitra jeneraly, tompon’andraikitra ambony eo anivon’ny zandarimarim-pirenena. Nandritra ny lahateniny, ny Jly Ravalomanana, dia tsy nitsahatra namerimberina ny tokony haha-modely halain-tahaka ny zandary fa tsy ho fanetriben’ny firenena indray sanatria. Nohamafisiny ihany koa fa raha mbola izy no eo dia tsy hanaiky velively ny fihoaram-pefy ataon’ny zandary izy. « Tsy azo ekena hatao toerana fieren-jiolahy ny zandary», hoy izy. Nitsodrano ireo manamboninahitra nahazo galona vaovao ireto ny tenany ary nirary azy ireo hahaleo hahalasana amin’ny andraikitra vaovao nanankinana amin’izy ireo. Nofaranana tamin’ny fiaraha-misakafo maivana ny lanonana, izay niharan’ireo zandary nahazo galona vaovao, izay nombam-bady aman-janaka avy, niaraka tamin’ireo manambonahitra hafa nasaina tamin’izao lanonana izao.

m.L

Midi Madagasikara0 partages

Développement : Quel modèle approprié pour le Grand Sud ?

Le Grand Sud dispose de potentialités de développement qu’il serait temps d’exploiter à bon escient.

Une réunion prévue se tenir bientôt dans l’Androy devrait accoucher de projets de développement permettant à cette partie du pays de se hisser haut.

 Récurrente. Un mot utilisé par les divers acteurs pour résumer le mieux la situation de la crise humanitaire dans le Grand Sud de Madagascar. Divers facteurs expliquent les faits. Entre autres, l’incapacité pour la population d’avoir accès à l’eau potable, la malnutrition chronique et aigüe, l’enclavement des régions situées dans cette partie de la Grande Île ou encore l’insuffisance d’infrastructures permettant à la population de s’épanouir. Une situation qui devrait bientôt être de l’histoire ancienne si l’on se réfère aux dires d’Andry Rajoelina, Président de la République de Madagascar. « L’objectif de la réunion qui devrait réunir tous les acteurs est de mettre en œuvre des projets de développement efficients et efficaces pour le Grand Sud de Madagascar. Ce pour que la population ne soit plus une charge pour le pays, qu’elle ne va plus dépendre des aides humanitaires et qu’elle soit une participante à part entière dans le processus de développement » a lancé Andry Rajoelina lors

de l’inauguration du projet de renforcement et d’extension du pipeline de transport d’eau potable dans la région Androy samedi dernier. Lesdits projets devraient ainsi permettre un décollage de la région en question par la création d’emploi, l’entrepreneuriat mais également par l’exploitation adéquate et efficiente des potentialités économiques existantes.

Manquements. Si l’ambition est de faire de cette partie du pays un levier de développement, force est toutefois de constater que le Grand Sud du pays est étiqueté de « cimetière de projets ». Une qualification qui tire son origine du fait que malgré tous les projets de développement lancé depuis X temps, la situation n’évolue pas. Les objectifs ne sont pas atteints. Des explications émanent de la part de la population locale concernant la situation. « Les objectifs des projets de développement sont en soit louables. Toutefois, ils n’arrivent pas à atteindre leurs objectifs parce que divers facteurs ne sont pas pris en compte par les porteurs. Entre autres, la capacité pour la population locale à s’approprier un projet » lance Domoina Prisca Rasamson, entrepreneure de la région Anosy. Les potentialités de développement sont pourtant là si l’on ne parle que de la richesse des sols (mines, agriculture et élevage). D’autres franges de la population avancent l’intérêt que représente la situation actuelle pour certains acteurs. Un intérêt particulier qui prive des milliers de Malgaches de beaucoup de droits et d’être traité comme leurs semblables. L’annonce par le président de la République de l’éventualité de la réunion qui devrait se tenir dans l’Androy soulève des questions sur le concret de la chose. Aux vus de tous les projets initiés, quels seraient la différence de ceux que comptent mettre en place les acteurs qui vont se réunir ? Quelles seraient les priorités des priorités pour un réel développement de la région ? Comment vont-être mis en œuvre lesdits projets et pour combien de temps ?

José Belalahy

Midi Madagasikara0 partages

Banque : Société Générale Madagasikara lance un compte à zéro ariary

Société Générale Madagasikara lance de nouvelles offres. Il s’agit des comptes à zéro ariary qui se distinguent par le fait que ce sont des produits et services bancaires à moindre coûts. « Dénommés Mandrosoa Plus et Akaiky, ces packs permettent de profiter pendant six mois d’un compte à zéro ariary, d’un taux de crédit Soafeno à moins de 4 points, soit 16% pour un prêt Soafeno Express, une carte Poinsettia ou Varongy Visa pour les retraits et les paiements, un compte épargne Soafiandry non bloqué pour mettre les économies à l’abri », lit-on notamment dans un communiqué de Société Générale Madagasikara. Concernant le pack Akaiky, il permet en plus le virement du compte bancaire vers un compte Mvola. Par ailleurs, le Pack Ebène Or permet aux clients à grande mobilité d’utiliser la carte Visa Gold, pour les paiements et retraits internationaux, l’achat en ligne sécurisé avec 3D Secure sur les sites « Verified by VISA », et le bénéfice d’assurance voyage. « Société Générale Madagasikara se transforme positivement et met sa clientèle au cœur de ces changements. La capacité à embarquer collaborateurs et clients dans cette démarche démontre que l’avenir se construit ensemble. Ainsi, l’évolution de l’expérience client tient une place toute particulière ; les produits deviennent des outils du quotidien : plus simples, plus performants et en adéquation avec les besoins. Cette culture de la transformation et de la simplicité, SG Madagasikara l’applique dans ses services et ses produits ». Le lancement de ces nouvelles offres démontre une fois de plus, que le client est un acteur important dans l’avenir des produits et services bancaires.

R.Edmond.

Midi Madagasikara0 partages

Coupe de la gendarmerie nationale : Trois titres pour l’EGNA

Le niveau technique des gendarmeries s’améliore de plus en plus.

La 44e édition de la Coupe du Secrétaire d’Etat chargé de la Gendarmerie (SEG) a rencontré un grand succès. Pendant deux semaines, la chaleur avait surchauffé les terrains du Toby Ratsimandrava, à Andrefan’Ambohijanahary. Les grandes finales ont eu lieu la semaine passée pour les cinq disciplines sportives disputées, avec la participation de huit éléments de la gendarmerie d’Antananarivo. Parmi eux, les élèves de l’Ecole Gendarmerie Nationale Ambositra (EGNA) ont dominé les débats. Ils ont gagné trois titres. En volley-ball moins de 35 ans, cette équipe s’est imposée face à l’équipe de Direction Logistique Intendant (DLI) sur le score de 3 sets à 0. Le deuxième titre a été réalisé par son équipe féminine de basketball, après avoir disposé du CR Tana sur le score de 56 à 39. Les hommes moins de 35 ans ont battu les joueurs du Centre de Formation Spécialisée à Ivato (CFS) sur le score de 75 à 68. En revanche, l’équipe de la DLI a été sacrée championne en volleyball plus de 35 ans, en battant les représentants du Secrétaire d’Etat de la Gendarmerie sur le score de 3 sets à 0. Pour les autres disciplines, le CR Tana a remporté la coupe en pétanque et l’équipe de SEG, celle du tennis de table.

Manjato Razafy

Midi Madagasikara0 partages

« La Réunion kely » : Lehilahy nanaovana angaredona, notrobarana vy ny masony ary nesorina

Olona efa no fantatra fa nosamborina noho ny resaka fandratrana olona tamin’ny fomba feno habibiana teny amin’iny faritra « Lareunion kely » iny. Natolotra ny fampanoavana izy ireo ary nadoboka am-ponja vonjimaika ny telo, raha nahazo fahafahana vonjimaika kosa ny iray.

Raha ny zava-nitranga : ny faramparan’ny volana mey lasa teo dia lehilahy iray no niharan’ny ady tambabe teny Lareunion kely, Ampefiloha. Izay antony aloha dia tsy fantatra mazava loatra hatreto. Vehivavy roa ary lehilahy roa no nifandimby nidaroka ilay lehilahy tamin’izany fotoana izany. Ambonin’ny daroka sy ny vono anefa dia notrobaran’ireo mpamono tamin’ny vy maranitra ny mason’ilay lehilahy havia ary nesorin’izy ireo. Nitsoaka avy hatrany izy ireo rehefa nahavita izany namela ilay naratra teo. Ny olona nahita teny an-toerana no nitranga azy tany amin’ny toeram-pitsaboana. Nametraka fitairana teny anivon’ny pôlisy misahana ny ady heloka bevava avy hatrany ity lehilahy naratra taorian’io ary nanomboka teo ny fanadihadiana. Ny faran’ny herinandro teo no nahazoana vokatra ny fanadihadiana natao satria nisy olona efatra tra-tehaky ny pôlisy teny Ampefiloha. « Fantatra fa ny lehilay iray no nitazona sy nandavo ilay lehilahy tamin’ny tany, ny ramatoa iray kosa no nanolotra ilay vy maranitra hanondromana ny masony ary ny lehilahy iray hafa kosa no nanindrona ny mason’ilay tovolahy » hoy ny vaovao azo. Nisy iray kosa « vehivavy iray hafa nosamborina saika hanodraka azy tamin’ny rano mangotraka». Taorian’ny fakàna am-bavany ireto olona efatra ireto dia natolotra teny anivon’ny Fampanoavana izy ireo, ka ireo nadoboka am-ponja vonjimaika ireo ny telo, izay nandray anjara nivantana tamin’ilay famonoana.

m.L

Midi Madagasikara0 partages

Jirama : De l’eau volée et revendue au public à Miandrarivo Ambanidia

Les vols et les pertes inexpliquées restent un problème grave pour la Jirama, aussi bien au niveau de l’eau que de l’électricité. Des pertes qui se chiffraient, il y a quelques années à plusieurs dizaines de milliards d’Ariary.

Des actions de ratissage sont menées et ont déjà porté leurs fruits. Hier matin, la Direction de recouvrement des recettes pour l’eau (DPRO) auprès de la Jirama ont fait une descente sur terrain pour constater un vol d’eau dans le Fokontany Miandrarivo Ambanidia. « Nous priorisons les actons de ratissage, depuis déjà un mois. La DPRO cible surtout les lieux où l’on trouve beaucoup de jerricanes jaunes faire la queue. Nous avons découvert ce lundi un cas de vol d’eau auprès d’un ménage à Ambanidia, qui a d’ailleurs reconnu le fait. La mère de famille a affirmé que cela fait deux années qu’ils ont branché un tuyau hors compteurs sur le réseau de la Jirama, pour avoir de l’eau sans avori à payer. D’après ses explications, ils ont profité d’un problème de fuite sur le réseau de la Jirama pour faire ce branchement illicite. Celle-ci a également indiqué qu’ils ont commercialisé l’eau volée, depuis huit mois, ce qui explique les jerricanes entreposées devant le portail de ce foyer. Selon les informations, cette famille vendait l’eau à 50 Ariary par jerricane et ouvre de 5h à 8h, ensuite de 17 à 20h », a informé le DPRO, Rakotonirina Jacques Daniel.

Rembourser. Certes, la Jirama ne reste pas bras croisés, face à cette situation. Lors de la descente de l’équipe de la Jirama hier, accompagnée également d’un huissier, le directeur général adjoint Henri Randriamanana a martelé que ce genre de cas doit servir d’exemple, car les pertes engendrées par ces vols sont énormes pour la société d’Etat. Mais outre les pertes financières, beaucoup de ménages dans la ville d’Antananarivo ont des problèmes d’accès à l’eau potable, à cause des vols et des abus, selon toujours le représentant de la Jirama. Pour le cas de vol à Miandrarivo Ambanidia, la famille qui a commis le vol doit payer toute la consommation estimée durant toute la période où elle a fait le branchement illicite sur le réseau de la Jirama. Les dirigeants de la société d’Etat ont noté qu’ils porteront l’affaire devant le tribunal. Selon les informations, des employés de la Jirama seraient également impliqués dans cette affaire, et seront poursuivis en justice. A noter que les pertes générées par les vols et les branchements illicites constituent l’une des principales causes des difficultés de la Jirama. Vendredi dernier, lors du Conseil du Gouvernement, le Ministère de l’Energie, de l’Eau et des Hydrocarbures a communiqué un achat d’urgence de fuel oil et de gasoil pour les groupes électrogènes de la Jirama. Une communication qui indique, une fois de plus, l’existence d’un problème d’approvisionnement en carburant.

Antsa R.

Midi Madagasikara0 partages

Minisitera ny serasera teto Toamasina : Nanao fakan-kevitra ho fanitsiana ny lalàna mifehy ny serasera

Tao amin’ny lapan’ny faritra atsinanana no natao ny fihaonan’ireo tompon’andraikitry ny serasera sy ireo mpanao gazety ary ireo mpiasan’ny haino aman-jery teto Toamasina, izay niaraka tamin’ny ekipan’ny minisiteran’ny serasera sy ny kolontsaina.

Ny fakana ny hevitry ny mpiserasera teto Toamasina momba ny fanitsiana ilay lalàna misahana ny serasera Malagasy no natao tamin’izany. Nandritra ny adin’ny roa sy sasany ny fifanakalozan-kevitra izay ny minisitry ny serasera sy ny kolontsaina mihintsy no nitarika izany fihaonana sy nitondra fanazavana tamin’izany. Taorian’Antananarivo sy Mahajanga izany dia anjaran’i Toamasina indray no nanaovana ity fakan-kevitra ity omaly alatsinainy, any amin’ny volana aogositra indray ny fihaonana manaraka ho fandrafetana ny rijan-teny farany momba ity lalàna hifehy ny serasera Malagasy ity. nihatrika ny fihaonana tao amin’ny lapan’ny faritra atsinanana ity koa ny prefen’i Toamasina sy ny lehiben’ny faritra atsinanana mpisolo toerana ary ny talen’ny serasera sy ny kolontsaina atsinanana.

Ankoatra izay dia nihaona manokana tamin’ny mpanao gazety ny fanazavana ilay lalàna momba ny harena azo amin’ny tsy rariny farany teo ny minisitry ny serasera. Nitondrany fanazavana avokoa ny pitsopitson’ilay lalàna rehetra nandritra izany, indrindra ny fananganana ilay vaomiera manokana hisahana ny fanagejana ny fananan’ireo voahenjika momba izany harena azo avy amin’ny tsy rariny izany.

Malala Didier

Midi Madagasikara0 partages

Soirée : Ange-lah investira le Glacier Analakely

Aussi discrète soit-elle, Ange-Lah est une vraie bête de scène, et elle l’a prouvé à maintes reprises. Avec son « Mangaliba », la jeune femme enflammera une fois de plus « le Glacier » Analakely. Servin Angela, alias Ange‐Lah, est une chanteuse originaire du sud. Sa carrière a commencé dans le groupe « Hazolahy » en 2003 comme danseuse et interprète. En 2006, elle intègre le groupe « Dadah De Fort-Dauphin » et y fait ses armes. Au fil du temps, la danseuse s’émancipe et fonde son propre groupe, composé de dix membres, dont Ange‐Lah, le leader. Son style musical s’oriente sur les rythmes qui proviennent du sud, le « Mangaliba » et « Banaiky ». S’entourant des meilleurs, elle a travaillé avec Rajery, l’ambassadeur de la « valiha », avant de figurer dans la programmation du festival de musique vivante « Angaredona ».

Zo Toniaina

Midi Madagasikara0 partages

Air Madagascar : Un Airbus A 380 pour les vols long-courriers

Air Austral, le partenaire stratégique d’Air Madagascar a déjà loué ce A 380 de seconde main.

Les deux Airbus A 340 continuent de malmener la compagnie aérienne Air Madagascar. Ces deux appareils qui servent jusqu’à présent aux vols long-courriers de la compagnie sont momentanément retirés de la circulation aérienne pour faire l’objet d’une intervention technique obligatoire. Et ce, suite à la directive 2019-0146 du 21 juin 2019 édictée par l’Autorité de l’Aviation Civile Européenne (EASA) pour toutes les compagnies exploitant des appareils de type Airbus 340 et Boeing 737 équipés de moteurs CFM56-5B, CFM56-5C et CFM56-7B. Une directive sécuritaire qui va, une fois de plus obliger Air Madagascar à effectuer des dépenses supplémentaires sur ces deux appareils qui, jusqu’à présent lui ont causé énormément de pertes. « La sécurité de nos passagers est une priorité non-négociable. Nos équipes techniques sont à pied d’œuvre pour la réalisation sans délai de cette intervention » indique un communiqué d’Air Madagascar. Du coup, pour assurer la continuité de ses vols internationaux, Air Madagascar utilise actuellement un Airbus A 380 affrété auprès de la compagnie Hifly depuis ce week-end. Et ce avec l’appui du partenaire stratégique Air Austral.

R.Edmond.

Midi Madagasikara0 partages

Trafic d’armes : Deux individus arrêtés sur le fait à Tanjombato

Grosse prise de la police. Cette fois-ci, la collaboration  de population fortement souhaitée par les forces de l’ordre a porté ses fruits. Le 30 juin 2019, deux hommes ont été arrêtés par la police à Tanjombato pour trafic d’armes. Ce jour-là, une personne de bonne volonté a informé le commissariat central de la Sécurité publique d’Antananarivo Atsimondrano sur l’existence de  deux individus circulant avec un pistolet automatique dans la localité. Le renseignement a ajouté que les suspects étaient en train de chercher un client pour écouler leur « marchandise » . N’ayant pas minimisé cet indice, des policiers sont partis à la traque des malfrats en usant de tous les dispositifs nécessaires, dont la fouille de  toutes les motos ayant circulé dans le quartier. Vers 15 heures, le pot-au-rose a été découvert. Les policiers sont tombés sur les suspects dans le quartier d’Ambaniandrefana dans la même commune où ils ont trouvé un receleur. Malheureusement, ce dernier a pu s’échapper. Les suspects ont été surpris avec un pistolet automatique de marque MAB, et  une cartouche garnie de 13 balles. L’enquête a révélé que cette arme ne disposait d’aucun papier réglementaire. Emmenés au commissariat, les voyous ont reconnu leur acte. Ils ont avoué avoir tenté de vendre leur marchandise à 1.400.000 ariary. Selon les informations émanant de la police, l’un d’eux venait d’Antsobolo, dans la commune urbaine d’Antananarivo. L’autre habite à Ambohibahiny, dans la commune de Tanjombato. On attend alors le résultat de l’enquête, qui devrait dévoiler l’origine de cette arme, dont la détention est uniquement réservée aux forces de l’ordre.

T.M.

Midi Madagasikara0 partages

Circulation : Pousse-pousse et charrettes à bras immobilisés

Quelques-uns des pousse-pousse immobilisés, hier matin. Photo Kelly.

Immobilisés. Quelques dizaines de pousse-pousse et de charrettes à bras ont été sommés par  les agents de la police de la circulation de s’arrêter avec leurs chargements. C’était, hier matin au niveau du rond-point d’Ankorondrano. En application des réglementations interdisant la circulation des charrettes à bras et des pousse-pousse à certaines heures de la journée dans les grands axes très fréquentés d’Antananarivo, ces voitures à traction humaine ne devraient pas circuler à l’heure où elles étaient interceptées par les agents de la circulation. La décision de restriction des horaires de circulation a été prise il y a quelques semaines par la Préfecture d’Antananarivo et la CUA (Commune urbaine d’Antananarivo) afin de désencombrer les rues de la capitale et d’améliorer la fluidité de la circulation. C’est ainsi qu’il a été décidé que les charrettes et les pousse-pousse ne peuvent plus circuler en dehors des heures indiquées, à savoir de 10h à midi et de 14h à 16h. De même, ils n’ont plus le droit de s’engager dans des rues en pente, comme à Antanimena, ou encore à Andravoahangy Ambony. Des panneaux de signalisation ont ainsi été mis en place, informant de cette restriction des horaires de circulation et des interdictions d’emprunter les rues en pente. Pour l’axe Ankorondrano en particulier, un panneau de signalisation est visible sur la rue menant d’Ankorondrano vers Antanimena. Les tireurs de pousse-pousse et de charrettes immobilisés, hier matin, ont été quelque peu « surpris » par cette décision des agents de la police de la circulation, mais ont dû se plier à leurs ordres.

Cette mesure de restriction des horaires de circulation des charrettes et des pousse-pousse dans la capitale n’est pas une première. Des réglementations antérieures ont déjà interdit à ces dispositifs à traction humaine de circuler à Antananarivo, ou restreint leurs horaires de circulation de 6h du matin à 19h. Mais force est de constater que le laisser-aller continue de régner et les tentatives des autorités de faire respecter les mesures en vigueur se heurtent à une « désobéissance » de la part des tireurs de pousse-pousse et de charrettes. On se souvient de l’affrontement, en 2015, entre la police municipale et les charretiers et tireurs de pousse-pousse. Ces derniers se sont opposés « à la mise en fourrière de leurs outils de travail ». Cette fois, les autorités réussiront-elles à faire respecter les nouvelles réglementations ?

Hanitra R.

Midi Madagasikara0 partages

Football – CAN Nicolas Dupuis « On est passé du premier point, à une première victoire vers cet explo...

Vingt-quatre heures après la qualification historique des Barea aux huitièmes de finale de la CAN, le sélectionneur Nicolas Dupuis nous fait un bref résumé de cette rencontre de poule. Du premier point à la première place, le technicien français a réalisé l’exploit où il a gagné la confiance et le respect de la population malgache. Interview.

MIDI : Pouvez-vous faire le bilan des trois matchs des Barea ?

Nicolas Dupuis (N.D) : « Premier match, premier point de Madagascar dans une CAN. Il y a un peu de stress, un quart d’heure difficile durant lequel on perd tous les ballons récupérés. On n’arrive pas à bonifier les bonnes intentions. On sent qu’on découvre la compétition, c’est un peu tendu. Ensuite, dans le jeu, c’est au moment où l’on va le mieux qu’on prend ce premier but, à cause d’une faute d’inattention de notre part. On réagit bien après la pause, on marque deux buts sur coup de pied arrêté, puis on prend un but bête. C’est un bon résultat contre la Guinée. C’est historique. Tout le monde était content. On se repose un peu quatre jours. Notre première victoire est assez difficile. Cela a été compliqué, les deux équipes espéraient remporter la victoire. On n’a pas été très bons, on gagne dans un match un peu moyen. Là, on a la possibilité de terminer troisième. Le Nigeria est physiquement plus imposant que nous. C’est une très belle équipe africaine. On a préparé ce match tactiquement et techniquement. J’ai trouvé mes joueurs appliqués avec une discipline tactique et mentale exceptionnelle. On gagne de façon logique face au Nigeria par deux buts à zéro. On est passé du premier point, à une première victoire vers cet exploit. C’est sensationnel. »

MIDI : Les lacunes à améliorer lors des trois matchs ?

N.D : « On arrive à gommer au fil des matches les problèmes qu’on a. On est de mieux en mieux à chaque match. On se pose les questions et les bonnes. On essaie de trouver ce qui est à corriger et on corrige. Il y a de moins en moins de lacunes. On a parfois fait preuve de naïveté. Je ne pense pas que ce soit opportun de jouer à toute zone, on essaie de récupérer le ballon quand on est bas, c’est dangereux, et de relancer dans les 18 mètres. C’est un peu gonflé. Lors de la rencontre contre le Burundi, on aurait dû tuer le match à la première période, mais on ne l’a pas fait. S’il y a des choses à corriger, c’est la naïveté, et améliorer un peu notre efficacité offensive ».

MIDI : Quels sont les plus de vos joueurs ?

N.D : « Par rapport à toutes les équipes africaines, c’est la discipline tactique qui fait la différence. On a une organisation en notre possession. Je tiens à féliciter mes joueurs car ils écoutent et ils appliquent les consignes ».

MIDI : Marco est privé des huitièmes de finale. Comment allez-vous gérer ?

N.D : « Je ne vais pas changer grand-chose. Rayan a l’habitude de rentrer et a fait de bons matches de préparation, et il est capable de tenir le poste. Dax et Baggio peuvent figurer. J’espère pour eux, ce sont des super garçons. J’ai fait appel à William et Mamy Gervais d’urgence, et ils ont répondu présent. Si je fais appel aux autres, ils vont le faire aussi. »

MIDI : Si vous pouviez résumer en une phrase l’aventure des Barea jusqu’à maintenant ?

N.D : « C’est du plaisir. »

 

Autour de la CAN 

 

Dax Andriamirado et Baggio, les ambianceurs

Beaucoup les réclament. Où sont Baggio et Dax ? Pourquoi ne jouent-ils pas ? Pour le moment, ils sont encore sur le banc des remplaçants. Dans le bus et dans les vestiaires, ils sont les ambianceurs, en essayant d’apaiser un peu la pression et de partager la bonne humeur. « On espère qu’on va enfin pouvoir jouer en huitièmes de finale », a lancé Baggio dans la voiture, après le match contre le Nigeria dimanche.

Carolus Andriamahitsinoro, co-meilleur buteur

Carolus Andriamahitsinoro est âgé de 30 ans. Attaquant superstar des Barea, il est l’un des joueurs qui a permis à l’équipe malgache de filer en huitièmes en inscrivant deux buts. Un face à la Guinée le samedi 22 juin, et un autre face au Nigeria le dimanche 30 juin. Une victoire historique qui doit beaucoup à ce joueur, très engagé sur le terrain au grand bonheur des millions de Malgaches, et surtout de sa femme et de son fils, qui sont ses premiers supporteurs. A l’issue de ces onze jours de compétition, Carolus fait partie des meilleurs buteurs de la compétition, aux côtés de Yattara de la Guinée, Poté du Bénin, Olunga du Kenya, Bakambu de la République Démocratique du Congo, Ahmed El Mohamady de l’Egypte, Okwi de l’Ouganda et Mohamed Salah de l’Egypte.

5 buts

Les matchs de poule sont désormais terminés pour Madagascar.

5. C’est le nombre de buts marqués par les Barea. Ils terminent premiers en termes de buts marqués dans le groupe B ; contre quatre pour la Guinée, deux pour le Nigeria et zéro pour le Burundi. Ces buts sont les réalisations d’Anicet Abel Andrianantenaina contre la Guinée, Carolus Andriamahitsinoro contre la Guinée et le Nigeria, Marco Ilaimaharitra contre le Burundi, et Lalaina Nomenjanahary, alias Bolida, contre le Nigeria.

 

Fatma Samoura félicite les Barea

La secrétaire générale de la FIFA, Fatma Samoura, a félicité Madagascar à travers le Comité de normalisation auprès de la Fédération Malgache de Football. Les Barea de Madagascar ont créé la surprise générale, pour leur première participation à la phase finale de la CAN.

 

Mention spéciale pour les supporteurs

Une culture de supporteur s’est développée récemment autour de la sélection nationale. Les protégés de Nicolas Dupuis pourront encore compter sur les chants passionnés des supporteurs, même s’ils ne sont pas aussi nombreux que les autres au Stade d’Alexandrie, lors des huitièmes de finale prévues pour ce dimanche 7 juillet. Le président de la République, Andry Rajoelina, sera aussi parmi les supporteurs des Barea sur place, lui qui a annoncé qu’il allait venir. Pourtant, les relations entre les Barea et ses fans n’ont pas toujours été au beau fixe, la faute à des résultats sportifs aléatoires auparavant. Mais depuis deux ans environ, et au vu des résultats de l’équipe nationale lors des matchs amicaux et des éliminatoires de la CAN, l’image du supporteur s’est améliorée, et la sélection nationale bénéficie désormais d’un soutien actif dans les stades. Cela a été le cas lors de la rencontre entre le Sénégal et Madagascar en septembre au Stade de Mahamasina, durant lequel les Barea ont joué à guichets fermés. Nul n’ignore que quand les résultats sportifs sont bons, l’engouement est extrêmement fort et peut engendrer des délires interprétatifs. Les Barea ont réuni et fédéré la société malgache fracturée. C’est la magie du sport et du football en particulier. A Alexandrie, les Barea ont bénéficié du soutien sans faille des supporteurs qui ont fait le déplacement. Surpris par la prestation de l’équipe, les Egyptiens ont rejoint le rang des supporteurs malgaches.

Dossier réalisé par Tanjona HARIJAONA (Alexandrie, Egypte)

Midi Madagasikara0 partages

Ils ont fait le buzz : « Alefa » le mot magique continental

Un supporter du Maroc sur un « Alefa Maroc ».

« Alefa Barea » un terme, un slogan, devenu continental. Voilà comment une équipe, considérée comme un boute-en-train par les meilleurs spécialistes du football africain, fait le meilleur coup de poker de cette CAN 2019. Un parcours qui rappelle à quelques égards, celui du « The Eagle », Michael Edwards. Cet Anglais, avec ses grosses lunettes, a participé aux Jeux Olympiques d’hiver de 1988.

Rejeté par son père, raillé par son voisinage, rabroué par ses coéquipiers… comme celui qui allait porter l’opprobre sur la délégation anglaise. En deux sauts à ski, il a battu deux vieux records d’Angleterre dans cette discipline. Il n’a pas remporté de médaille, mais il a réveillé tout un peuple. Eddie « The Eagle » venait d’un petit village, Cheltenham, trapu et complètement myope, il avait toujours rêvé de participer à une épreuve olympique.

Après ses exploits, le mot « The Eagle » et une danse qui s’en suivait ont été repris par tout le pays. En hommage à ce jeune homme tenace et qui a bouleversé le concours. Dans la forme, les « Barea » de Madagascar ont réussi le même exploit. Les Africains ont repris le mot « Alefa ». Au gré des navigations sur les réseaux sociaux, on retrouve des « Alefa Ouganda », « Alefa Congo », « Alefa Algérie »… Un mot devenu le symbole des « Barea ». Qui, par rapport à leur jeu, inspire la ténacité, le don de soi et une fierté pour son pays poussant des milliers de Malgaches dans les rues à chaque victoire, durant cette CAN 2019.

Par ailleurs, voir certaines explications qui suivent ces « Alefa Zaïre », « Alefa Zimbabwe »… rend un peu perplexe. Puisque les autres africains définissent ce mot « Alefa » comme « porte-bonheur » ou « porte chance » pour les  Malgaches. C’est un peu reléguer la capacité technique des protégés de Nicolas Dupuis au rang du hasard. Il faudrait tout de même rappeler qu’au haut niveau, le hasard ou la chance n’ont pas de place. Bien qu’Eddie « The Eagle » se présente comme l’image de l’Européen standard sans couture, il s’est entraîné, il a forcé son corps, son mental à s’adapter à la compétition. Au-delà du rêve, il a fignolé sa technique corporelle, sa respiration…

Au Bénin, « Alefa » comme un mot magique.

Et les « Barea » ont, peut-être, 0,5 % de chance. Le reste relève du niveau technique qui a pesé sur la balance. Il suffit de les regarder sur le terrain, aucun geste superflu, peu de bavardages, le regard concentré, une humilité palpable en entrant sur le terrain, une présence physique digne des antiques athlètes grecs… Ils assument leur place, comme le ferait un sportif de haut niveau. Le buzz sur ce « Alefa », juste la cerise sur le gâteau, un luxe des 25.000.000 de supporters nationaux. Pour les huitièmes de finale, le repas sera plus consistant. Il serait désolant de voir enfin une réaction à l’encontre du niveau technique des « Barea » en cas de défaite.

Maminirina Rado

Midi Madagasikara0 partages

Musée de la photographie : La femme malgache dans l’histoire

Fond Ramilijaona.

Comme tous les mois, le Musée de la photographie à Andohalo , convie le grand public au rendez-vous mensuel du «Café  Histoire». Après l’intervention de Yannick Boulay sur «La cité perdue de Suberbieville» du 15 juin, Lydie Irène Andriamiseza a partagé sa passion en intervenant sur « la place de la femme dans la tradition malgache ». Ancienne étudiante de la Faculté des Lettres et des Sciences Humaines à l’Université d’Antananarivo, elle a toujours été passionnée par la place de la femme malgache dans la société. Lors du « Café Histoire » du samedi 29 juin 2019 dernier, Lydie Andriamiseza a exposé le rôle de la femme dans la société malgache. L’enseignante a prouvé lors de son intervention que cette dernière a toujours considéré la femme. « La place de la femme à Madagascar est presque unique dans le monde. Elle a le privilège ne pas être soumise à des canons de beauté trop compliqués pour vivre convenablement. A Madagascar, on est tout simplement belle parce qu’on est une femme » a-t-elle expliqué. Irène Andriamiseza a résumé en deux heures l’itinéraire de la femme malgache depuis l’ère des Mpanjaka (royaume malgache) jusqu’à nos jours.

 Andriambavilanitra, droits et privilèges. Le terme Andriambavilanitra, signifiant littéralement princesse du ciel, est une appellation respectueuse et élogieuse à l’égard de la Femme. Elle tient une place particulière dans la tradition malgache du fait qu’elle soit considérée comme un être divin et sacré. Les droits et les privilèges dont la femme dispose sont nombreux, mais de nos jours, elle n’en a pas souvent conscience. Elle participe pleinement dans la vie de la société, sur tous les plans : économique, politique, social et culturel. D’ailleurs, de nombreuses femmes souveraines ont marqué l’histoire de Madagascar.

Iss Heridiny

Midi Madagasikara0 partages

Maty tetsy Mahahamasina : Razana iray tsy misy maka ao amin’ny « morgue »

Ny ampitson’ny 26 jiona nitrangan’ny fifanosehana niteraka fahafatesana dia efa samy naka ny havany maty tao amin’ny tranom-patin’ny Hjra avokoa ny olona. Mampalahelo anefa fa mbola misy iray, lehilahy manodidina ny telopolo taona, izay mbola ao. Tsy fantatra ny momba azy satria tsy nisy taratasy famantarana teny aminy ary koa tsy fantatra ny fianakaviany. Hatramin’ny omaly dia mbola tao ny razana ary izay raha ny fantatra, rehefa tsy misy maka ato ho ato, dia halevina eny amin’ny fasam-bahiny eny Anjanahary. Olona 17 no namoy ny ainy ary raha vao vita ny fijirihan’ny (autopsie) manam-pahaizana azy ireo mba hanaovana tatitra ny amin’ny antony fahafatesana, dia efa samy nalain’ny fianakaviany avokoa. Misy ny fanadihadiana misokatra momba ity fisisihana nahafatesana olona tetsy amin’ny fidirana ao amin’ny kianjan’ny Mahamasina ity. Ny sary sy ny raki-tsary miparitaka eny amin’ny aterineto rahateo dia toa manomboka mampiahiahy ny amin’ny hoe nisy andian’olona nanakorontana teny an-toerana ary mety ho nanosika avy aty atoriana, tamin’iny fotoana iny. Etsy andanin’izay, ny zava-nisy dia mbola manaporofo fa tsy mbola voafehin’ny tompon’andraikitra ny fandaminana vahoaka. Tao anatin’ny taona maromaro nifanesy, isaky ny 26 jiona dia miteraka fatiolona hatrany ny fidirana eo Mahamasina. Hatreto dia ny fanoloana ny kolonely iray izay niandraikitra ny fandrindràna iny toerana iny no fepetra anatiny noraisina, ankoatra ny fandraisana an-tànana ny maty sy ny naratra, fihetsika izay efa fanaon’ny fanjakana nifanesy ihany. Marobe ny vahaolana aroson’ny olon-tsotra mba tsy hiverenan’ny fahafatesana intsony eo Mahamasina. Isan’izany ny hoe 42.000 no zakan’ny kianja ary mila fantarina ny isan’ny olona miditra ao, satria raha vao mihoatra an’izay dia efa famonoana olona izay no mety hitranga. Eo koa ny hoe mila hamafisina ny fanaraha-maso ny fihetsiky ny olona ao anaty filaharana mba hahitàna faran’izay haingana izay mety misy mikasa hanararaotra na hanakorontana. Farany dia ny tsy fanasiana fampisehoana ao amin’ny toerana izay sady misy matso mba hialàna amin’ny fihoaran’ny isa zakan’ny kianja.

D.R

Midi Madagasikara0 partages

Réconciliation nationale : Le CFM dépassé par les « Barea » de Madagascar?

La performance de l’équipe nationale de football, les « Barea » de Madagascar, durant la CAN (Coupe d’Afrique des Nations), a sans doute revigoré le patriotisme et la fierté nationale chez les « Malagasy ». Effectivement, les « Barea » de Madagascar ont réussi à « concilier » le peuple et à provoquer une liesse populaire, unique en son genre. Justement, cet état est perçu d’un autre angle chez certains : le foot est un instrument conciliateur et réconciliateur. « C’est un cas qui s’est déjà produit en Côte d’Ivoire en 2016, en pleine crise, lors d’un match qui a opposé les équipes ivoirienne et ‘malgache. C’est pour dire que le foot est véritablement un unificateur », se réjouit Maka Alphonse, président du CFM (Comité du « Fampihavanana Malagasy »). Quid, de ce fait, du CFM ? Et depuis sa mise en place, qu’a-t-il réalisé de concret, loin des effets d’annonces ? Effectivement, la mission du CFM, dont la principale n’est autre que la réconciliation nationale, est loin d’être une mince affaire et chaque commission au sein de ce comité « travaille » pour y parvenir. Mais n’oublions pas que le CFM n’a pas l’éternité pour rendre effective et assurer la réconciliation nationale. Et entretemps, il est alimenté par le budget de l’Etat.

Point 30. Dans cette même optique d’idée, il est plus que loisible de rappeler que « la charte de bonne conduite pour une élection présidentielle apaisée » – élaborée, entre autres, dans le cadre de la dernière présidentielle par la CENI, le Bianco, le mouvement « Rohy », « Transparency International Initiative Madagascar » – invite, sur signature, le candidat élu à « s’engager à organiser, dans un délai raisonnable, un Dialogue National pour la Refondation de la Nation et de la République, gage de la stabilité sociale ». C’est ce que relate le point 30 de cette charte. Or, nous ne sommes pas sans savoir que le président de la République, Andry Rajoelina, ne faisait pas partie des candidats qui l’ont signée et se trouve non lié par ces dispositions. De surcroît, la réconciliation nationale n’est prévue dans aucun des 13 « velirano » du président de la République. A moins que cela ne prenne une autre forme, non encore dévoilée au grand public… Quoi qu’il en soit, et compte tenu du fait que l’Etat a adopté la politique d’austérité, il est peut-être temps de revoir certaines institutions étatiques moins proactives et moins impliquées dans la réalisation de leur mission…

Aina Bovel

Midi Madagasikara0 partages

Port de Vohémar : Une réhabilitation de l’infrastructure s’impose

Ce sont des caboteurs nationaux qui peuvent toucher le port en ce moment.

Le port de Vohémar dispose d’une grande potentialité de par sa position stratégique et ses tirants d’eau.

De nombreuses opportunités s’y offrent également puisqu’il peut entre autres, recevoir des navires internationaux. Cela a été démontré dans le passé. Cependant, il a toujours été jusque- là sous-exploité en raison de la vétusté de son infrastructure. La preuve, le quai menace actuellement de s’écrouler étant donné que de nombreuses fissures sont observées sur les piliers. Pour pouvoir l’exploiter à fond, une réhabilitation de cette infrastructure portuaire de l’Iharana, s’impose. Cela n’est pas pour autant du ressort de la société concessionnaire des opérations de manutention qu’est la SGPI (Société de Gestion du Port de l’Iharana). Un appel à été ainsi lancé à l’endroit de l’APMF (Agence Portuaire, Maritime et Fluviale), pour ce faire.

Matériel insuffisant. D’autant plus, le ministre de Tourisme, des Transports et de la Météorologie, a déjà soulevé que la rénovation des infrastructures portuaires figure parmi ses priorités afin de faciliter l’accès au transport maritime des biens et des personnes, depuis qu’il est à la tête de ce département. Pour l’heure, ce sont des navires de cabotage nationaux qui touchent le quai. Ce qui va entraîner un surcoût des marchandises importées par la région. Notons que le port de Vohémar ne dispose  non plus qu’un seul élévateur de porte-conteneur opérationnel. Ce matériel est insuffisant pour effectuer des opérations de manutention pour les gros porteurs internationaux, a-t-on appris. En effet, ces derniers risquent d’être bloqués au port pendant un certain temps étant donné que le temps de débarquement de leurs marchandises conteneurisées pourrait être long.

Redorer l’image. Des actionnaires au sein de la SGPI, pour leur part, ont manifesté leur volonté d’investir dans le secteur afin de redorer l’image du port de Vohémar, qui rappelons-le, est capable de recevoir des navires internationaux. Ils attendent tout simplement que l’Agence Portuaire, Maritime et Fluviale, prenne les devants en rénovant cette infrastructure vétuste. Force est également de reconnaître que le développement de ce port de l’Iharana constitue un levier de développement économique de la partie nord de la Grande île. C’est le principal moyen de transport des marchandises importées par la région. On peut citer, entre autres, les produits de première nécessité comme le riz et le sucre ainsi que les matériaux de construction tels que le ciment.

Navalona R.

Madagate0 partages

Madagascar Univers Canin. FOXY, Doberman au pedigree impressionnant

Il a débarqué à Madagascar, le 29 juin 2019. Il est mignon comme tout. Il porte les mêmes couleurs que ceux de sa race. Il a un pedigree impressionnant. Il? Il s'agit de Foxy, un petit Doberman qui vous donnera l'envie d'aimer le meilleur ami de l'Homme. Une petite vidéo suivra...

Doberman: Le Dobermann ou Dobermann Pinscher est une race de chien créée vers 1870, tirant son nom du créateur de la race, Karl Friedrich Louis Dobermann. À l'origine, il était principalement utilisé comme chien de garde et chien policier pour sa capacité offensive, son allure fière et décidée, ainsi que son fort caractère. Originaire d'Allemagne, son espérance de vie va de 10 à 13 ans. (Wikipédia)

CLIQUEZ ICI POUR TOUT SAVOIR SUR FOXY EN GRAND FORMAT

Pedigree: chez les animaux, il s'agit d'une liste d'ancêtres de la même espèce garantissant la pureté de la race. En France, pour les chiens, on peut obtenir un extrait du Livre des origines français, équivalent d'un extrait d'état civil, qui certifie la généalogie d'un chien de race. (Wikipédia)

Jeannot Ramambazafy – Photos: Harilala Randrianarison