Les actualités à Madagascar du Mardi 02 Juin 2020

Modifier la date
Midi Madagasikara758 partages

Basketball – Smatch-in : Le rendez-vous pour la 9e édition décalé en 2021

Le prochain rendez-vous du tournoi « Smatch-in » serait en 2021.

La 9e édition du « Smatch-in », un tournoi de basketball réservé aux étudiants de les universités sera reportée en 2021. Les incertitudes, auxquelles nous faisons tous face actuellement, n’ont pas permis aux organisateurs d’avoir une visibilité sur une prochaine date.

La liste des évènements sportifs nationaux aussi bien que les rendez-vous internationaux reportés ou annulés sur le territoire malagasy, s’allonge. Le tournoi inter-instituts et universités dénommé « Smatch-in » en fait partie. Le report est inévitable pour l’organisateur en raison de la crise sanitaire mondiale engendrée par le Covid-19. En effet, deux mois avant la tenue de cet événement (prévu initialement se dérouler du 3 au 10 mai au Palais des Sports de Mahamasina), la Team Smatch-in était déjà dans l’obligation de le reporter tout en espérant le maintenir cette année. Pourtant, vu le contexte actuel, l’Assemblée générale de cette instance, la semaine dernière, n’a eu d’autre choix que de renoncer.

« De vouloir maintenir et assurer la sécurité et la santé des participants ainsi que des spectateurs, nous avions malheureusement décidé de reporter en 2021 la 9e édition du Smatch-in. Dès la fin de cette crise, lorsque cette épidémie est vaincue et que nous sommes sûrs qu’il n’y a plus de danger en la matière, le tournoi aura lieu. On a déjà avisé les instituts qui ont fait leurs inscriptions », a annoncé Kifr Rajaonah, membre de la Team Smatch-in.

32 équipes en lice. Pourtant, il tenait ainsi à rassurer les équipes déjà inscrites que les inscriptions enregistrées seront maintenues et resteront valables. « Comme chaque année, trente-deux équipes sont attendues. Vingt-cinq ont déjà fait leurs inscriptions avant l’annonce de la note du ministère de la Jeunesse et des Sports concernant l’arrêt de tout événement sportif à Madagascar. Elles seront tout de suite qualifiées pour la phase des éliminatoires. Donc, celles qui veulent encore participer doivent passer par le tournoi de qualification près-Smatch-in pour les sept tickets qui restent », a fait savoir encore Kifr Rajaonah, avant d’ajouter que « par ailleurs, ce report nous donne l’occasion de rechercher plus de sponsors pour qu’on puisse améliorer ce tournoi ».

Ce rendez-vous phare des instituts et universités réunit chaque année plus de trois mille cinq cent spectateurs. « Smatch-in » fait d’ailleurs partie des évènements majeurs inscrits dans le calendrier de la Fédération malgache de basketball. Cette édition est marquée par la participation de l’équipe de l’université d’Antsirabe et de Majunga. Ainsi, le concours de tirs à trois points, de dunk, de miss et mister smatch-in ainsi que de danse urbaine seront spécifiques à ce tournoi. A noter que l’équipe (hommes) de la faculté DEGS de l’Université d’Antananarivo a été sacrée championne de la dernière édition, tandis que l’équipe de l’Ecole Normale Supérieure chez les dames.Manjato Razafy

Midi Madagasikara72 partages

Professeur Raymond Ranjeva : Pour le respect du « Masina »

Le professeur Raymond Ranjeva est pour le respect du « Masina ».

La construction du colisée au Rova a été au centre du débat, lors de cette émission spéciale.

Le professeur Raymond Ranjeva et non moins président de l’Académie malgache a été, hier soir, invité à l’émission spéciale de Real TV. Elle a été programmée, avant-hier, mais finalement elle a été reportée 24 h après. Et il n’était pas seul, car il y avait eu deux autres invités. Il s’agit notamment du général Désiré Ramakavelo et de Hery Rason de la société civile, plus précisément directeur exécutif de l’ONG Ivoary. Comme il fallait s’y attendre la construction du colisée au sein du Palais a été abordée. Lors de son intervention le président de l’Académie malgache a mis en exergue que le Rova reflète l’unité nationale. Il a fait remarquer, par ailleurs, que bon nombre de gens ne savent pas exactement ce qu’on entend par Rova. Quant au colisée, lui de déplorer qu’il se trouve dans un lieu sacré. En un mot, il est pour le respect du « Masina ». En outre, il a tenu à souligner que « ce n’est pas le procès du Président qu’on fait ici ».

Patrimoine. Le général Ramakavelo, historien de formation, et non moins membre de l’ONG « Ami du patrimoine de Madagascar» est contre la construction du colisée dans l’enceinte du Rova. « Restauration ne signifie pas changement », a-t-il martelé. De son côté, le membre de la société civile s’érige également contre le non-respect du patrimoine avec la construction du « Kianja Masoandro » au sein du Palais de la Reine.

Recueillis par Dominique R.

Midi Madagasikara7 partages

Tosika Fameno : 39 802 ménages bénéficiaires à Antananarivo

Distribution du Tosika Fameno à Ambatolampy Tsimahafotsy.

Le paiement du Tosika Fameno est achevé pour la Commune urbaine d’Antananarivo (CUA). 9.876 plaintes ont été déposées, dont 7.478 ont été vérifiées et traitées tandis que les 2.398 restantes sont en cours de traitement.

40 000 ménages du IIe, IIIe et Ve arrondissements de la commune urbaine d’Antananarivo ont été prévus pour être bénéficiaires de la récente vague du Tosika Fameno. Un plan d’urgence sociale – qui n’est autre qu’une restructuration du programme existant – mis en place par l’Etat malgache avec des appuis techniques et financiers de ses partenaires pour aider les familles vulnérables à mieux faire face à la situation de crise sanitaire et sociale que traverse actuellement le pays. Ainsi, sur 40.000 bénéficiaires prévus, 39.802 ménages de la capitale malgache ont reçu le paiement de leurs Tosika Fameno d’après un document émanant du Fonds d’Intervention pour le Développement ou FID. Une initiative mise en œuvre par le FID, le Programme Alimentaire Mondial (PAM), le PNUD ou Programme des Nations Unis pour le Développement et d’autres partenaires. Par ailleurs, « les paiements sont en cours pour Toamasina, Fianarantsoa et les communes environnantes d’Antananarivo ».

Nécessité. L’importance de la protection sociale a été démontrée par la situation de crise actuelle. Des milliers de familles se sont retrouvées sans ressource du jour au lendemain. Avec la déclaration du confinement total du dimanche dernier par exemple, la région Atsinanana se retrouve actuellement dans une situation inconfortable. Des familles entières vont devoir faire face à des situations difficiles voire critiques. Si l’on s’en tient toujours au document fourni par le Fonds d’Intervention pour le Développement, 42.000 ménages répartis dans deux communes et 150 fokontany sont prévus bénéficier du Tosika Fameno à Toamasina I et II. Le même document faisant également savoir que 47.377 ménages sont actuellement pré-enregistrés. Soit 5.377 ménages de plus que prévus. Par ailleurs, Fianarantsoa devrait compter 22.836 bénéficiaires si l’on s’en tient toujours aux informations partagées par le FID. Madagascar semble n’être pas tiré d’affaire. Avec la hausse continuelle du nombre des nouveaux cas, la fin de la crise est encore loin pour les Malgaches. Une fin qui risque d’être le début d’une autre crise.

José Belalahy

Midi Madagasikara6 partages

Centre Akamasoa Andralanitra : Un poste de Police pour lutter contre la recrudescence des actes de violence

Suite à la demande faite par le père Pedro, fondateur de l’Association Akamasoa, souhaitant la restauration de la paix et de la sécurité dans le centre social Akamasoa à Andralanitra lors de la descente du président de la République Andry Nirina Rajoelina dans la localité, un poste de Police y est désormais opérationnel. L’inauguration de cette nouvelle infrastructure flambant neuve a été effectuée par le ministre de la Sécurité publique, le Contrôleur général de police Fanomezantsoa Randrianarison et ses proches collaborateurs, le 12 mai dernier.

Le père Pedro Opeka a vivement souhaité la mise en place de ce poste de Police suite au constat de la recrudescence des actes de malfaisance, comme les viols, cambriolages, vols à la tire et autres actes de banditisme de tous genres prévalant sur le site. Une situation qui est contre l’idéal de ce religieux catholique. « Quand j’ai créé ce centre, il y a 31 ans, mon objectif a été de créer un monde propre et aimable », explique Père Pedro. 31 ans de lutte contre la pauvreté tout en forgeant des personnes dignes et honnêtes, respectueuses de la valeur malgache (Soatoavina malagasy). Malheureusement, cela n’empêche l’existence de brebis galeuses qui nuisent à la société. Il déplore l’existence de marchands de stupéfiants qui sont à l’origine des actes de violence de tous genres comme les viols des mineures, la destruction de biens communs, etc. En remerciant l’ouverture de ce poste de Police, le père Pedro espère que les policiers qui vont travailler dans cette nouvelle infrastructure agiront dans la justice et avec dévouement pour le développement de ce centre. Il est à rappeler que des policiers ont déjà travaillé dans la localité mais cela n’a pas apporté grand-chose faute d’organisation bien structurée. Mais cette fois-ci, le père Pedro affirme être confiant quant au développement et à la sécurité de ce centre et l’ensemble du pays parce que nous avons un président et un ministre de la Sécurité publique jeunes et disposés à œuvrer au service de la patrie. Une détermination qui répond exactement au slogan du centre Akamasoa : « Asa fa tsy kabary. Izay tsy miasa, aoka tsy hihinana. Tolona sy fihavanana ».

Ayant pris également la parole à cette cérémonie d’inauguration, le ministre de la Sécurité publique a reconnu tous les efforts et les réalisations de ce religieux au cœur d’or. D’après lui, la sécurité est l’affaire de tout un chacun et cela ne s’obtient qu’à travers la collaboration de tous. En effet, il souhaite la coopération entre les forces de l’ordre et la population locale. Il affirme que les habitants ne devront pas hésiter à s’adresser aux policiers lorsqu’ils ont des problèmes en matière de sécurité. Il a, entre autres, sensibilisé les enfants d’Akamasoa à s’adresser directement au père Pedro, sinon aux policiers nouvellement affectés à ce poste, au cas d’agression ou autres harcèlements. Cette cérémonie a été clôturée par la remise de deux motos pour aider les policiers affectés à ce poste dans leur mission. Le ministre a également procédé à la distribution de masques pour les habitants du centre Akamasoa.

Action de sensibilisation et d’éducation

Après l’inauguration de ce nouveau poste de police d’Andralanitra, le ministère de la Sécurité publique a tout de suite passé à l’acte pour répondre aux doléances du père Pedro dénonçant l’existence de délinquants qui sont auteurs d’agressions et de viols ainsi que de violences, à cause de la consommation de drogue, ainsi une forte délégation de la police nationale a effectué une mission sur place. Le Contrôleur général de police Huguette Ravelomananony, chef de service central de la Police des Mœurs et de la Protection des Mineurs (PMPM) Anosy et le Commissaire de Police Nivohery Fidy Andriamiandra, chef de division de la police des mœurs et de la protection des mineurs, Tsaralalana ainsi que le chef de brigade féminine de proximité, l’officier de police Baovola et l’officier principal de police de classe exceptionnelle Euclide Grasset Tsabotobe de la brigade des stupéfiants se sont rendus sur les lieux pour rencontrer les habitants. Leur mission consistait à la présentation de ces services, l’explication de la loi en vigueur, suivie de la façon de les contacter.

Il était développé à cette occasion que la violence sur les mineurs est un crime, surtout le viol dont la sanction est plus grave surtout lorsque l’acte est commis par un proche tel les parents ou les éducateurs. Il a été souligné qu’il est interdit par la loi de lever la main même sur son propre enfant, mais également de marier son enfant mineur. Concernant la violence sur le genre, ce sont les femmes qui sont les plus touchées et il existe plusieurs cas des violences, celles corporelles comme le viol ou la relation sexuelle forcée; les violences morales qui peuvent être des outrages ou offenses, mais aussi le fait de ne pas apporter de l’argent dans le ménage.

Ceux qui sont victimes de violence ont le droit de porter plainte auprès des responsables via le numéro vert 147. On peut également rejoindre directement le Centre Vonjy à Befelatanana, surtout si la victime est mineure.

La Brigade Féminine de Proximité se trouve au commissariat central Tsaralalàna et a pour mission d’aider les gens en difficulté et collabore étroitement avec la PMPM et peut recevoir les plaintes, mais livre également des conseils. Son numéro vert est le 813.

T.M.

Midi Madagasikara2 partages

André Rasolo : Pour la mise en place d’un Comité de Salut Public

Le professeur de sociologie politique s’exprime sur la pandémie de coronavirus et la question des îles éparses. Interview.

Midi: Votre avis sur la pandémie de coronavirus ?

AR: « Le coronavirus parti de la Chine a ébranlé le monde du XXIe siècle: les Etats-Unis d’Amérique, l’Europe et bien sûr  l’Afrique. Elle a causé des pertes incroyables de vies humaines, perturbé le système social, bloqué l’appareil scolaire, paralysé tout le circuit économique et commercial, déstabilisé plusieurs dirigeants des grandes puissances. Du jamais vu. Saluons l’engagement de nos  personnels de la santé et des forces de l’ordre ».

Midi: Comment voyez-vous  les mesures prises par le pouvoir ?

AR: « Le Président de la République avec son gouvernement a pris des mesures appropriées et efficaces. Mais l’indiscipline et l’inconscience du peuple malgache ont permis au virus de gagner de plus en plus du terrain. J’ai suggéré à des amis la mise en place d’un Comité de Salut Public composé de tous les anciens Présidents de la République et des Chefs d’Institution en exercice. Ce Comité sera présidé par le Président de la République. Il aura au moins 4 commissions techniques: le Social, l’Éducation, le Tourisme, le Commerce et l’Industrie. Le Comité de Salut Public facilitera la mobilisation de tous les Malgaches sans distinction face à l’ennemi commun, invisible ».

Midi: Que pensez-vous des Iles éparses ?

AR: « Selon la résolution de l’Assemblée Générale des Nations Unies le 12 décembre 1979, ces Îles ont été séparées arbitrairement de Madagascar. Elles nous appartiennent donc. Nous n’allons pas faire un procès du processus de la décolonisation. Les deux Présidents de la République se sont déjà engagés à trouver une solution négociable à travers la mise en place d’une commission mixte franco-malgache. Le sort des deux Présidents est lié. L’un ne peut espérer gagner en humiliant l’autre. La solution juste et honorable de ce problème de souveraineté nationale viendra des conclusions des négociations diplomatiques en cours. Entre-temps, Madagascar doit renforcer ses soutiens au niveau local, régional, continental et international. Ceci  fera partie de la mission du Comité de Salut Public ».

Propos recueillis par Dominique R.

Midi Madagasikara1 partages

Construction “Kianja masoandro” : Le comité des descendants d’Andriamanjaka hausse le ton « 

La construction du Kianja Masoandro denature l’ environement d’Anatirova » dixit le comité des descendants d’Andriamanjaka.

La construction du colisée dans l’enceinte Anatirova n’a pas laissé indifférent le comité des descendants d’Andriamanjaka Imerina. Ainsi, les membres ont organisé une conférence de presse samedi dernier au Pho resto Ampasamadinika à 10 heures.

« Nous, descendants des Andriamanjaka qui ont regné en Imerina en relation avec les défenseurs des lois des coutumes et du ‘fady’, nous déclarons contre la construction du colisée sis au sein du Palais de la Reine », a déclaré Andriasolomihaja. En outre, il exige la démolition de cette construction sans aucun délai et la restitution du reste suivant les règles et en présence des descendants des Andriamanjaka et les défenseurs des lois ,des coutumes et du fady . Andriasolomihaja a fait un appel à toutes les forces vives à joindre l’idée du comité dont il est le président.

De son coté, le président de la République Andry Nirina Rajoelina, lors de son allocution à la télévision Nationale dimanche dernier, a fait savoir que la construction du “Kianja masoandro” ne dénaturalise aucunement le paysage de la colline Manjakamiadana. Au contraire, cet édifice participera à l’embellissement du site. Le locataire d’Iavoloha a ajouté que les patrimoines des autres régions seront également réhabilités tout en respectant les principes, normes et valeurs ainsi que les us et coutume. Pour le numéro Un malagasy, ce “Kianja Masoandro” contribuera à pourvoir les caisses de la ville d’Antananarivo et pourquoi pas le Trésor public. En outre, ce sera un autre moyen d’attirer les touristes mais aussi de faire revivre l’histoire de l’imerina du temps des royaumes malgaches.

Suite à l’explication du président de la République, le comité piloté par Andriasolomihaja n’a guère changé de position. Conservateur et protecteur farouche des traditions de l’Imerina, les membres du comité ne cache pas leur inquiétude ! Si Andry Rajoelina pense « moderniser » le patrimoine, le comité souhaite le conserver tel qu’il est.

Iss Heridiny

Midi Madagasikara1 partages

Etat d’urgence sanitaire : Mesures d’assouplissement à Tana, de renforcement à Toamasina

Sur toute l’étendue du territoire, le couvre-feu est maintenu de 21h à 4h du matin.

Sans surprise. Le chef de l’Etat annonce la décision du renforcement des mesures pour la province de Toamasina. Cette ville est considérée comme l’épicentre du coronavirus. En effet, lors de son émission diffusée dimanche soir sur les chaînes nationales, le président Andry Rajoelina a annoncé la fermeture des frontières et des liaisons terrestres pour la Région Atsinanana. Les routes nationales reliant la Ville du Grand Port sont donc complètement coupées. Seuls les transporteurs de marchandises pourront les emprunter. Interdiction totale d’entrer et/ou de sortir, annonce le chef de l’Etat. Reste à savoir si les récalcitrants réussiront encore de quitter la ville, malgré la venue dans la Ville du Grand Port d’un nouveau renfort militaire composé de 250 éléments des Forces armées malagasy. Les établissements scolaires aussi bien publics que privés sont aussi fermés pour Toamasina. En outre, dans le cadre de l’état d’urgence sanitaire qui a été prolongé de 15 jours, le couvre-feu s’applique toujours sur toute l’étendue du territoire.

15h. Pour ce qui est d’Antananarivo, le président Andry Rajoelina a pris acte des appels en détresse lancés par les opérateurs du secteur privé et des simples citoyens qui commencent à souffrir des difficultés économiques causées par le confinement. Aussi, la capitale bénéficiera-t-elle d’un léger assouplissement des mesures. Désormais, les commerces, les entreprises et toutes les activités économiques et sociales sont autorisées à ouvrir jusqu’à 15h. La fermeture était fixée à 13h durant les dernières quinzaines du confinement. Les autres mesures annoncées précédemment sont donc maintenues. Les taxis et taxis-be sont autorisés à poursuivre leurs activités jusqu’à 17h tout en respectant les gestes barrières, les mesures sanitaires et la distanciation sociale. Quant à eux, les élèves des classes d’examens continuent de rejoindre le chemin de l’école, du moins pour le moment car le chef de l’Etat n’a pas évoqué le contraire. A noter toutefois que pour Toamasina, il a clairement annoncé la suspension totale des cours et la fermeture des écoles.

Championne. Pour ce qui est de la Province de Fianarantsoa, le président Rajoelina annonce le retour à la vie normale. Il a déclaré officiellement la Région Haute Matsiatra championne de la lutte contre le coronavirus. Cette ville a réussi à vaincre la pandémie. Les 9 personnes contaminées par le virus dans cette localité ont toutes été guéries. Andry Rajoelina a félicité les autorités locales et les Betsileo pour la discipline et le respect des mesures annoncées. Le Chef de l’Etat a ainsi annoncé la réouverture des commerces et la reprise de toutes les activités économiques et sociales à Fianarantsoa. Un déconfinement en quelque sorte. Cependant, la population est appelée à continuer à veiller au respect strict des gestes barrières. L’interdiction est encore maintenue pour les rassemblements de plus de 50 personnes. Pour ce qui est de la Région Alaotra Mangoro, toutes les mesures annoncées précédemment se poursuivent. Le président de la République a aussi déclaré que les personnes atteintes du diabète et de l’hypertension doivent s’isoler et sont autorisées à suspendre leurs activités pour éviter les risques de contamination.

Protocoles de traitement. Parmi les annonces faites durant cette émission figurent aussi l’ouverture prochaine du laboratoire d’analyses pour Tana et pour Toamasina. En effet, l’augmentation de la capacité de tests est fortement envisagée. Le chef de l’Etat est aussi revenu sur les protocoles de traitement du Covid-19. Des professeurs sont même intervenus pendant l’émission pour éclairer l’opinion sur les tenants et aboutissants des deux protocoles de traitement que Madagascar présente au programme « Solidarity Trial » de l’OMS, à savoir le Covid-Organics et le troisième protocole qui est une association de deux médicaments déjà existants à partir desquels les chercheurs malgaches ont collaboré avec des professeurs et cliniciens venant des États-Unis, de Thaïlande et de Maurice pour élaborer une solution injectable. Selon ses dires, des médecins malgaches partiront bientôt en Afrique pour effectuer les essais cliniques au niveau de plusieurs pays du Continent. Et lui d’expliquer que contrairement à ce que l’on véhicule, cette injection n’est pas un vaccin.

Davis R

Madagate0 partages

Romy Andrianarisoa Voos. «Voir le Covid-Organics sous un angle pilier de développement»

Le 12 mai 2020, à l’IEP (Institut d’Etudes Politiques) à Ampandrana, Romy Andrianarisoa, Experte en développement durable et Responsabilité sociétale des entreprises (RSE) présentait son point de vue et ses réflexions, ainsi que des perspectives pertinentes, à propos de la post-crise sanitaire covid-19. Son style clair sans être pédant ni trop technique, a attiré mon attention.

En effet, il est rare de nos jours que des Malagasy bardés de diplômes n’affichent pas une tendance à vouloir être « je-sais-tout » en étalant un savoir souvent livresque. Mais les palabres terminées, c’est le vide et le bide quant aux actions concrètes.

Et c’est pour cela que j’ai décidé de transcrire, noir sur blanc, les réflexions et les perspectives sur la post-crise de Romy Andrianarisoa Voos. Elle le mérite et l’on entendra sûrement encore parler d’elle. Si ce n’est déjà fait…

« Je voudrais d’abord rappeler quelques éléments, par rapport à cette analyse de crise. Je crois qu’au-delà d’être une simple crise sanitaire, c’est véritablement une crise bien plus profonde qui met en exergue à la fois les failles et les vulnérabilités de la société dans laquelle nous vivons aujourd’hui et, au-delà d’être juste une crise sanitaire, comme je le disais, c’est à la fois une crise sociale, c’est aussi une crise économique et politique et ce que je vais souligner, ici, particulièrement, c’est l’aspect environnemental de cette crise, parce que c’est probablement l’aspect que l’on regarde le moins, parce que ce qui compte, aujourd’hui, ce sont les mesures immédiates et sanitaires, et c’est normal, mais les conséquences qui vous nous faire le plus mal, sur le moyen et le long terme, ce sont les conséquences sur notre environnement.

Comment rebondir à partir de cette crise, pour faire en sorte que ce soit une vraie opportunité et une porte ouverte vers un meilleur monde demain, vers un meilleur Madagascar demain ? La raison pour laquelle cette crise n’est pas simplement une crise sanitaire, c’est parce qu’elle attaque tous les moteurs de la vie aujourd’hui ; ce n’est pas simplement une crise économique, bien que, encore une fois, les effets néfastes économiques sont les plus lourds et sont les plus immédiats : elle (Note du transcripteur : la crise) touche la survie humaine. Mais c’est aussi l’ensemble des vivants, en fait, qui est touché, et tous les clignotants étaient au rouge jusque-là mais nous avons préféré les ignorer, à la fois les humains, à la fois la biosphère, les êtres vivants, toutes les espèces vivantes, les forêts les océans, tous affichaient un clignotant au rouge mais nous avons délibérément choisi de ne pas les écouter ou nous avons délibérément choisi de ne pas mettre en place les plans d’action nécessaires.

Toutes les institutions internationales qui œuvrent dans la préservation et dans la protection de l’environnement ont, à maintes reprises, tiré la sonnette d’alarme en disant : nous allons beaucoup plus vite que les capacités de notre planète aujourd’hui ; nous devons décélérer ; nous devons mettre en place des solutions mais, malheureusement, face au rouleau compresseur économique, face au diktat des sociétés occidentales, particulièrement sur la nécessité de toujours courir après la rentabilité, ces signaux d’alarme n’ont pas été vus, et il se trouve qu’à Madagascar, par exemple, en Afrique, mais surtout à Madagascar où nous pesons et où nous comptons beaucoup sur nos ressources naturelles, il y a eu une vraie dépression des ressources de pêche, par exemple, des stocks de pêche ; les mangroves ont directement été attaquées par ces impacts environnementaux et puis ce réchauffement climatique ; l’altération des zones côtières aussi. Souvenez-vous, nous sommes avant tout une île et nous vivons des 11.000 kilomètres qui bordent Madagascar, et puis la hausse des flux de nitrate dans l’océan. Mais, encore une fois, on a choisi de ne pas regarder tout çà et, systématiquement, quand des politiques ont voulu émerger, elles ont été jugées liberticides ; elles ont été jugées non appropriées et, du coup, elles ont été mises au placard.

Mais aujourd’hui, aujourd’hui, cette pause qui nous est forcée par la crise du coronavirus doit nous inviter à réfléchir et à avoir une vraie transition, je parle d’une grande transition écologique et environnementale pour Madagascar, pour l’Afrique et pour la planète. Donc, une pause pour pouvoir réattaquer une logique sociale différente ; une logique qui doit resserrer les liens entre les vivants ; une logique qui doit remettre au cœur -quand je dis vivants, ce ne sont pas uniquement les êtres humains vivants mais l’ensemble de toutes les richesses naturelles, l’ensemble de toute la biosphère- l’ensemble de tout le biotope qui fait l’exclusivité et la richesse de Madagascar aujourd’hui. Donc, il est temps de se poser et de remettre en question un schéma beaucoup plus durable et qui s’inscrit dans le respect de toutes ces espèces qui, au final, vivent avec nous, au quotidien.

Il est nécessaire, donc, de mettre en place une politique, à Madagascar, qui considère ces impératifs de décélération de la croissance, et d’une croissance qui n’est pas équilibrée et qui n’est pas durable, dans le sens à la fois économique et théorique de la durabilité. Je vous rappelle, au passage, que la durabilité doit inclure le développement économique, bien entendu, mais également la préservation et la protection de l’environnement et puis, aussi, un équilibre social est inclusif. Cela signifie dans le caractère d’inclusivité que toutes les populations doivent être incluses et vous savez, comme moi, qu’à Madagascar 90% de la population vivent en-dessous du seuil de la pauvreté. Donc, cette croissance que l’on recherche, doit passer par une décélération et par une solidarité accrue, en termes de gestion à la fois politique de gestion sociale et, surtout, de politique économique.

Cela signifie, donc, très concrètement, comment revoir la politique économique, environnementale et sociale à Madagascar demain. Il faut véritablement réhabiliter le local ; il faut rendre la souveraineté aux territorialités ; il faut donner la parole à toutes les communautés jusqu’à une descente auprès des fokontany. Il est nécessaire, réellement, d’écouter et de donner la parole à cette politique locale, à ce développement des politiques de contenu local, et de permettre, justement, à Madagascar de demain, de considérer ces différentes strates à la fois humaines, d’êtres vivants aussi, et de strates économiques.

Vous l’avez entendue, très récemment, Madame le Ministre de l’Environnement, Madame Vahinala, a souligné ces impacts du coronavirus sur l’environnement malgache. Et il est tout à fait logique, en fait, que çà percute parce que, aujourd’hui, une grosse partie de ces revenus -qui sont utilisés pour ces politiques de déploiement et de préservation de l’environnement- viennent de l’industrie du tourisme. Et le tourisme étant la première industrie bafouée par le coronavirus à Madagascar aujourd’hui, a fortiori les politiques environnementales sont également en difficulté et, par conséquent, la préservation des biotopes et des biosphères paie un prix très très lourd. Et un prix qui va se prolonger dans le temps, dans le moyen terme et dans le long terme. C’est pour çà qu’il est indispensable aujourd’hui, dans cette grande transition que j’évoque, que les politiques de reconstruction post-crise soient à la fois plus équilibrées, plus justes, sociales et permettent l’intégration de toutes les populations et de toutes les strates à Madagascar.

La prospérité, aujourd’hui, et à partir de cette crise, n’est plus une question économique. La prospérité, ce n’est plus une question de ponction des êtres humains, de ponction des ressources naturelles ; çà doit être une question d’équilibre ; çà doit être une question de redistribution des richesses ; çà doit être une question, également, d’un nouvel équilibre. C’est pour çà que je parle véritablement d’une grande transition à enclencher à Madagascar et cette grande transition doit s’appuyer sur ces trois piliers de la durabilité : la préservation de l’environnement et la protection de l’environnement avant tout ; le développement inclusif, donc d’un point de vue population, d’un point de vue territorialité, d’un point de vue développement locale ; et bien entendu, également le développement économique mais plus du tout sous un angle de ponction des ressources naturelles mais véritablement sous un angle de bienveillance et de développement réfléchi.

Le célèbre environnementaliste, Nicolas Hulot, a évoqué, comme vous le savez, très récemment, la mise en place d’une Conférence écologique et sociale. C’est une idée intéressante parce qu’elle place véritablement les besoins écologiques et la préservation de l’environnement au cœur, à la fois des objectifs économiques et des politiques de développement de chacun des pays. Ce sont, évidemment, des mesures appliquées à la France mais elles nous amènent à réfléchir sur la pertinence de ce type de mesures à mettre en place à Madagascar. A mettre en place à un niveau mondial d’abord. Pourquoi ne pas réfléchir, par exemple, à un Grenelle (Note du transcripteur : Le Grenelle Environnement, souvent appelé Grenelle de l'environnement, initiative du Président Nicolas Sarkozy, est un ensemble de rencontres politiques organisées en France en septembre et décembre 2007, visant à prendre des décisions à long terme en matière d'environnement et de développement durable, en particulier pour restaurer la biodiversité… in Wikipédia), mais à une échelle internationale, et qui implique tous les pays dans une démarche de solidarité et dans une démarche de co-réflexion environnementale pour des mesures qui traitent à la fois de solutions immédiates mais, également, de solutions à la fois socio-économiques équilibrées et bien plus justes.

Quand on ramène ce débat au niveau de Madagascar, cette idée de Conférence sociale écologique, elle est intéressante parce que, vous le savez comme moi, les différentes instances du gouvernement, la Commune urbaine d’Antananarivo ont mis en place des actions d’aide aux plus démunis, aux plus vulnérables, pendant cette crise du coronavirus. Mais demain, ces plus vulnérables mettront encore plus de temps que vous et moi à se redresser. Ce qui signifie que cette Conférence écologique et sociale doit regarder les mesures qui permettent aux populations extrêmement vulnérables de se relever un petit peu plus vite que les populations, on va dire modestes.

Donc, çà signifie que, peut-être on sera amenés à réfléchir, indépendamment de tout le débat qui tourne autour du Covid-Organics. En tout cas, il y a une vraie opportunité pour la pharmacopée malagasy, l’aspect phytosanitaire et le savoir-faire du monde scientifique malgache, ainsi que des ressources naturelles malgaches à, peut-être, se tourner vers un développement plus industriel, plus structuré et à devenir un vrai pilier économique de développement pour Madagascar. Donc, plus voir cette histoire de Covid-Organics sous un angle pilier de développement pour le pays avec la possibilité, derrière, de constituer toute une industrie sur les plantations des ressources naturelles de l’Artemisia mais également d’autres espèces qui sont exploitables pour constituer une vraie industrie phytosanitaire et une vraie pharmacopée avec un vrai savoir-faire Vita Malagasy.

Donc, c’est plus là, je pense, qu’il faut orienter ce débat et ressaisir, justement, l’économie malagasy en créant un vrai trait d’union de durabilité, entre le développement économique, la gestion des ressources naturelles malagasy sous un angle durable et puis, bien entendu, le retour à la croissance économique après une crise qui a fait, somme toute, beaucoup de mal à Madagascar.

Je vais finir sur une conclusion qui est celle qui a été dite par le Professeur Achille Mbembe de l’université d’Afrique du Sud (Note du transcripteur : université Witwatersrand de Johannesburg). Je vais la lire puisque ce sont des mots que je lui emprunte. Le Professeur Mbembe dit : « Gouverner à partir de cette crise, c’est désormais veiller dans nos environnements écologiques à l’interaction la plus harmonieuse possible entre tous les vivants. Telle doit être la base de la refondation, d’un nouveau contrat qui ne sera plus seulement social ou économique mais qui impliquerait d’autres habitants non humains de la planète, les individus autant que les espèces ».

Merci ».

Transcription : Jeannot Ramambazafy - Egalement publié dans "La Gazette de la Grande île" du samedi 30 mai 2020

Madagate0 partages

PAOSITRA MALAGASY MIASA HO AN’NY MPIARA-BELONA

Paositra Malagasy orin’asam-panjakana izay manao ezaka tokoa amin’izao ady amin’ny covid-19 izao, indrindra ho fanampiana ny mpiara-belona ary mikatsaka hatrany ny tombontsoa ho an’ny Malagasy mpiray tanindrazana. Mba hahatombona ny asa anefa dia tsy natao ambanin-javatra ny fijerena manokana ireo mpiara-miasa ao aminy, izay izy ireo no manao ny ainy tsy ho zavatra ho fanampiana ny Malagasy sy fanamorana ny andavan’androm-piainany.

Amin’izao fiatrehana ny aretina corona viriosy izao dia anisan’ireo orin’asa « réquisitionné » ny Paositra Malagasy ; manatanteraka ny andraikitra rehetra amin’ny fahaiza-manaony. Na ny fandefasana entana na ihany koa ny fandefasana vola, mitarika ny mpiara-mpiasa mpisehatra rehetra hifandray akaiky amin’ireo Malagasy maro sy ny mpanjifa erhetra izany ao anatin’izao fihatrehana ny Covid-19 izao.

Atafiditra amin’ny asa ataon’ny Paositra Malagasy ny fizarana ny tosika fameno amin’ireo faritra telo nahitana ny taha ny tsimokaretina covid-19 dia Toamasina, Fianarantsoa ary Antananarivo. Aretina anisan’ny mampihorohoro tokoa ny covid-19 izay mila fitandremana ny fisoroana azy. Miezaka hatrany mitandrina sy manaraka ny fepetra ireo mpiasa ny Paositra Malagasy eo am-panatanterahan’izy ireo ny asany izay ataony ampavitrihana ihany koa, izay marihana fa maro amin’izy ireo no miasa andro aman’alina.

Nomen’ny fanjakana fanampiana toy fanafody CVO ireo mpiasa rehetra izay nahatratra 2000, sy ny fianakaviany, mba ho fiarovana azy ireo, ny 22 Mey 2020 tao Antaninarenina. Fatra 14 tavoahangy mitsinjara tavohangy roa isan’olona nozaraina miampy « pack familial » roa ho an’ireo fianakaviana anjaran’ny mpiasa tsirairay.

Andriamatoa Ranarison Richard

«Tanjakin’ny orin’asa ny mpiasa ao aminy», hoy Tale jeneralin'ny Paositra Malagasy, Andriamatoa Ranarison Richard, «koa rariny loatra raha tohanana sy arovana satria sady miaro tena no miaro ny hafa». Ny lanonana dia notronin’ny Minisitry ny Paositra sy ny Fifandraisan-davitra ary ny Fampivoarana ny Haitao ara-kajy Mirindra, Andriamatoa Ramaherijaona Andriamanohisoa.

Soratra : Andry Rakotonirainy - Sary : Paositra Malagasy

Tia Tanindranaza0 partages

Covid 19 ao ToamasinaMahazaka marary 200 ny CEFTAR Analamalotra

Ny CEFTAR Analamalotra indray no handraisana ireo marary ny valan'aretina covid-19 ao Toamasina, raha ny fampahafantarana ny sabotsy teo. Tafiditra ao anatin’izany ireo misy soritr’aretina.

Fandriana miisa 100 ambony ambany, mahazaka olona 200 isa no efa vonona. Ny CHU Analakininina no handraisana ireo tranga manahirana na “cas grave” ary afaka mandray marary 60 isa. Nitarika ireo delegasionina nanara-maso izay fanomanana izay nidina tany an-toerana moa ny minisitry ny mponina, Naharimamy Irmah, sy ny minisitry ny fahasalamana, Ahmad Ahmad.Izay samy nanentana ny mponina any an-toerana mba hanaja ny fepetra sy ny toromarika satria tena misy ary mahafaty ny Covid 19.Nanamafy kosa ny minisitry ny tontolo iainana fa tsy mety ny hametrahana ilay lavaka nambara fa handevenana sy handorana ireo fitaovana avy nampiasaina nitsaboana olona.Tsy maintsy mikaroka hevitra hafa manaja ny tontolo iainana sy ny mponina hoy ny minisitra Baomiavotse ka efa nandray an-tanana ny fanatanterahana izany ny ministeran’ny tontolo iainana sy ireo tomponándraikitra any Toamasina.

 J. Mirija

 

Tia Tanindranaza0 partages

Tsy ho diso mandrakizay ?

Misafotofoto tanteraka ny fiainam-pirenena amin’izao fotoana izao ka asa na hanao ahoana ny hiafarany ? Ny valanaretina coronavirus mitombo isan’andro ny voa, misy ny mamoy ny ainy,…

 Voafehintsika, hono, io raha ny voalazan’ny Filoham-pirenena tamin’ny valan-dresaka nataony. Tena izay ve no zava-miseho eto Madagasikara ? Afaka ny hahatoky izany ve ny Malagasy amin’izao fotoana izao ? Mitaintain-dava, sahiran-tsaina na dia mahazo toky isak’izay mandeha aza. Miovaova andro aman’alina ny zavatra ambara ka mbetika, toy ny resaka fanafody tsindrona. Hanoratra tantara vaovao amin’izao 60 taona manaraka izao, iray ny Malagasy, iray ny Nosy, ka tokony hiray feo amin’ny fiandrianam-pirenena. Matoa resy sy tafiditra teto ny mpanjaka dia nisy firaisana tsikombakomba tao, ka tsy tokony tsy hiseho intsony izany, hoy ny Filoham-pirenena. Tena vitany ve ny mampiombona ny Malagasy hahafahana miara-mametraka ilay hambopom-pirenena ? Ny tsapa mantsy indraindray dia toa sokajiana ho tsy tia na mpamadika tanindrazana ny fijoroana amina foto-kevitra tsy mifanaraka amin’ny sain’ny mpitondra. Miharihary io amin’ny resaka fananganana ny Kianja Masoandro, izay misy Malagasy mankasitraka ary misy ny mandà tanteraka an’io na tiana na tsy tiana. Toa famantsihana sy fitanisana ireo ambara fa tsy nety natao teo aloha no ventesina, ary fandalanjalanjana ny hoe iza no tena nanao ny tsy nety. Angaha isika tsy mahay maka lesona fa ny fomba firesaka dia toa te hilaza hoe Rakoto na Rabe aza nanao zavatra tahaka izao ka nahoana izahay no tsy mba hanao izay metimety sy ny revirevinay? Toa tsy hisy mihitsy angamba izany fanetren-tena izany ka mba hiaiky sy hanitsy ny dia hoe tena tsy mety tokoa ity, tena marina tokoa ny hevitry ny hafa, tena misy tokoa ny lesoka,… Raha tena mpitondra mahitsy sy tsy mba diso ary tena mahay no mitondra an’i Madagasikara tsy ho tahaka izao isika tsy hisafotofoto tahaka izao ny zava-drehetra, saingy ny lehibe tokoa angamba tsy mba diso.

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Taranaky ny Andriamanjaka eto Imerina “Ravao tsy misy hatak’andro io kianja masoandro io”

Ny vohitra misy hasiny, ny tany misy fadiny, ny tany misy andriana, ary ny andriaamanjaka manan-taranaka, hoy ny fanambaran’ny Vovonan’ny taranaky ny Andriamanjaka eto Imerina.

 Nisy ny fanambarana nataon’izy ireo notronin’ireo Mpandala sy mpiaro ny Fomba sy Hasina ary ny Fady eto amin’ny firenena ny faran’ny herinandro teo, fa tsy manaiky ny fananganana « Kianja Masoandro » na « Colisée » izay atao ao anaty Rovan’Analamanga, fa sady ota fady no fanovana ny tantara, mitaky ny fampiatoana ny asa. Mitaky ihany koa ny ny fandravana azy any amin’ny fotony tsy misy hataka andro, ary famerenana amin’ny laoniny ny sisa tsy may arahana fomba sy fanao ho fanalàna faditra, izay maintsy hatrehin’ny Taranaka sy ny Mpitàna Fomba. Miantso ny herivelona rehetra mitovy tanjona aminy hifanome tànana izy ireo. Andrasana izay ho fanehoan-kevitr’izy ireo taorian’ny fandaharana nataon’ny Filoha ny alahady teo.

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

SambavaNiakaran’ny voay ny lapan’ny Tanàna

Tonga amin’ny ara-bakiteny hoe nikoropaka ny tao an-dapa ny zava-nitranga tao amin’ny lapan’ny tananan’I Sambava ny sabotsy teo.

Tsy fantatra mazava no antony fa dia nisy voay be tafihanika tao an-dapa ary niantsoantso mafy vonjeo tamin’ny fokonolona ilay mpiambina ny lapa izay saika lanin’ity voay sahabo ho 2,60 metatra ity. Tsy hay hoe voay avy aiza izy io, raha ny fampitam-baovaon’ireo nahita ny zava-niseho, fa ny fihezahana namono ity biby ity aloha no nampilomay ny rehetra. Tsy nisy ireo niharan-doza na teo aza anefa izany, raha ny fampitam-baovao voaray hatrany, satria dia mailo ny mpitandro filaminana tratra antso nitifitra ka nahafaty ilay biby avy hatrany rehefa nanampy azy ireo ihany koa ny fokonolona, araka ny fampitam-baovao iray.

J. Mirija

 

Tia Tanindranaza0 partages

Andry RajoelinaNanadino tanteraka ny vahoaka

Ny 17 mey tamin’ny kabarin’ny Filoham-pirenena no efa tsy nisy resaka na fehezanteny iray monja aza ny vahaolana ara-tsosialy eo anatrehan’ny fahasahiranam-bahoaka eo anatrehan’ny hamehana. Tsy mbola nahitana resaka io ny alahady teo.

 

 

Tena adinon’ny Filoham-pirenena Malagasy tanteraka ny fahasahiranan’ny vahoakany, raha toa ka nandany ora maromaro mihitsy izy tamin’ny fiarovana ny tetikasany, dia ilay Kianja Masoandro andaniam-bola tsy toko tsy forohana satria amina miliara na an-tapitrisa dolara ny sandan’io. Ny karazana lolom-po politika aza no nisongadina. Toa adinon’ny Filoham-pirenena fa efa ho 3 volana izao no niaina tao anaty jaly, sahirana, tsy afa-namokatra, tsy afaka nitatitra ny vokatra avy any ambanivohitra,… ny vahoaka madinika. Nanamaivana ny resaka fampianarana, mpampianatra, mpianatra, ka tsy mba nankahery akory. Ny datim-panadin¬ana tsy misy resaka. Efa savorovoro ara-tsaina be anefa eraky ny sekoly . Samy manao izay saim-pantany. Ny sehatra tsy miankina moa dia hoe vao hifampidinika. Roa volana aty aoriana kosa ve vao hiresaka matotra? Mpiasa efa firy izay no nesorina sy tapaka karama na ampahany no raisina. Ny fandriampahalemana izany moa dia adino tanteraka. Tena tsapan'ny fanjakana ve fa ampy ilay tohana ara-tsosialy 100 000 Ar ho ana ampahana Malagasy fa ny besinimaro heverina fa voky rivotra sy masoandro?

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Ady amin’ny Coronavirus ToamasinaEfa am-perinasa ireo miaramila 250 avy aty Antananarivo

Nitsodrano ny bataillon na iraka manokana izay nanainga ny sabotsy hariva teo hihazo an'i Toamasina ny Minisitry ny Fiarovam-pirenena, ny Jeneraly Rakotonirina Richard, sy ny Lehiben'ny Etamazaoron'ny Tafika, ny Jeneraly Rabenaivoarivelo Jean Claude.

 

 Ny "bataillon multimission" dia ahitana miaramila miisa 250 lahy ary tarihin'ny Lietna Colonel Berarazana Patricio. Ny mampiavaka ity bataillon ity dia noho izy matihanina amin'ny fiatrehana ny ady amin'ny ambana Coronavirus satria misy dokotera sy mpitsabo miaramila ary miaramila avy amin'ny andian-tafika samihafa. Fiara tsy mataho-dalana miisa 11 no nitondra azy ireo ankoatra ireo fiara mitondra marary na "ambulance" sy fiara mifono vy an'ny Tafika mba ahafahana miatrika ny asa izay miandry azy ireo any an-toerana. Ny zoma teo no tonga tany Toamasina ireto vata miaramila ireto ary tsy ankiandriandry fa tonga dia niasa avy hatrany.Sady hanampy ny mpitsabo no hampanaja ny toromarika noho i Toamasina nahiboka tanteraka.

J. Mirija

Tia Tanindranaza0 partages

Andrana tsindrona Artemisia “Handefa manam-pahaizana any Afrika i Madagasikara”

Ny tambavy vokarintsika dia tsy isika eto ihany no nahita azy io. Efa tamin’ny nisy ilay SRASS-COV1 dia efa tamin’ny alalan’ny Artemisia no nampiasan’ny firenena sinoa azy io.

 

 Manana “protocoles” 3 isika, ka ny voalohany dia ny biteraphie (Chloroquine+azythromycine). Ny faharoa dia ny CVO, izay tambavy efa nambara ombieny ombieny fa mandaitra. Tsy hifanerena io fa eny amin’ny hopitaly dia misy ny fanekena. Misy ny afaka misotro na tsy te hisotro. Ny fahatelo, dia niarahana namolavola andro aman’alina efa ho iray volana sy tapany, ka isika eto Madagasikara no firenena Afrikanina voalohany. Fanafody amin’ny alalan’ny tsindrona iarahana amin’ny mpampianatra avy amin’ny oniversite atsy Maorisy, ny laboratoara mitsabo momba ny homamiadana any Etazonia sy Thailande. Efa tafiditra ao anatin’ny “medical trial” ary i Madagasikara no tompony. Ilay fanafody tsindrona atao dia efa azo hatry ny ela tamin’ny Artemisia, fanafody efa nisy fa tsy nataontsika teto Madagasikara. Afaka roa herinandro eo, dia tsy atao eto Madagasikara ihany io fa atao manerana an’i Afrika. Ny profesora Malagasy no handeha ho any Afrika. Manana olona any amin’ny 60 any hatao andrana. Tsy afaka hanao irery, fa handeha ho any Afrika. Afaka 15 andro dia afaka hilaza hoe sitrana ny 60 na 50na tao amina firenena iray. Ny tenako no namondrona ireo mpikaroka izay namolavola tamin’ny vokatra Artemisia, hoy ny Filoha. Ny tsapa sy tsikaritra dia mifanipaka sy misangaojy tanteraka ny serasera momba io tsindrona io. Ny Pr Luc Rakotovao sy ny Dr Sahondraharimanana Michelle dia efa nilaza sy nanitrikitrika fa tsy avy amin’ny Artemisia io fanafody io, ka tsy hay intsony izay marina sy diso. Nanatitrantitrai Andry Rajoelina fa amin’ny herinandro ambony no hotokanana ilay laboratoara manara-penitra eto Antananarivo.

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Mpamily mivoaka an` i ToamasinaMila manana pasipaoro manokana

“Mila mifanaraka amin` ireo “transitaire” ireo mpivarotra fiara vaovao (concessionnaire) sy mpanafatra fiara avy any ivelany”, hoy Tianarivelo Razafimahefa, filohan` ny CCO COVID-19.

 

 

Ireo “transitaires”irery ihany no mahazo alalana mamoaka ireo fiara ao Toamasina, hoy izy. Ny fandraisana ireo fiara kosa dia eny amin` ny Sarimasina, rehefa vita ny fanondranana fanafody amin` ireo fiara, hoy hatrany ny fanazavana. Nanamafy moa ny ministry ny atitany fa mikatona tanteraka ny faritra Atsinanana. Ireo fiara mitatitra entana ihany no mahazo mivoaka ny faritra. Notsipihany kosa fa ny mpamily sy ny mpamily mpanampy dia tsy maintsy manana paosiporo manokana. Namafisiny hatrany fa hiha mafy ny fanaraha-maso.

Marigny A.

Tia Tanindranaza0 partages

AntananarivoNisy voafonja voan’ny Coronavirus

Any amin` ireo firenena mandroso dia fanomezana fahafahana vonjimaika ny voafonja ny fepetra (procédure carcérale)no raisina mba hifehezana ny aretina Covid-19 any amin` ireo fonja.

 Nitondra ny heviny kosa ny ministry ny Fitsarana, Johnny Richard Andriamahefarivo, teny Antanimenabe Ampitatafika nandritra ny hetsika fanolorana fanampiana ho an'ireo zokiolona fa “na inona ny tahan` ny fiakaran` ny valanaretina dia azo lazaina mbola tsy toy ny any ivelany ny eto amintsika. Raha hampitovy ny any ivelany isika, dia any amin`ny 20 000 no misy maty any saingy eto amintsika, tsy sanatria faly amin` ny maty, fa vitsy.” Mila famatorana ny fandraisana fanapahan-kevitra toy izany indrindra amin` izao fotoana izao, hoy hatrany ny minsitra. “Raha havoaka ireo mpanao heloka, mahafaly sy mampilamina ny Malagasy ve izany? Vaky ny fonja dia taitra avokoa isika rehetra ka ho avoaka ny voafonja? Mbola “service minimum” ny eny anivon` ny fitsarana dia efa marobe ireo raharaham-pitsarana ka raha niasa ara-dalàna, tsy efa betsaka tokony ho izy?” Ho avy ny fetin` ny 26 jona, anjaran` ny filoham-pirenena no mahalala na tokony hanome na tsia “grace présidentielle”, “remise de peine”, “’amnistie” ny voafonja. Nanambarany hatrany izy fa tafiditra ao amin`ny fonja ny aretina coronavirus. «Mampalahelo no milaza fa efa tafiditra ao am-ponja ny coronavirus. Misy tranga iray eto Antananarivo nanomboka omaly(ndlr: zoma 29/05/2020). Efa eny amin'ny hopitaly noraisina an-tanana ilay gadra voan'ny Coronavirus. ». Nomarihany fa efa nandray ny fepetra hatramin'izay ny fonja ka tohizana sy hamafisina izany toy ny fanenana araka izay farany azo atao ny fivezivezen’ireo voafonja, ny fitondrana azy ireo eny amin’ny toeram-pitsaboana ivelan’ny fonja raha tsy noho ny antony tsy azo anoharana, ny fitsapana hafanana isan’andro atao amin’ny voafonja sy ireo mpandraharahan’ny fonja ary izay rehetra mivezivezy ao, ny fanaovana fitiliana manokana sy hatoka-monina mandritra ny 15 andro ihany koa ireo voafonja vao miditra ny fonja.

Marigny A.

 

Tia Tanindranaza0 partages

AmbohidahyNogiazan’ny polisy ny henankisoa iray sarety

Nogiazana tao amin’ny kaomisarian’ny boriboritany voalohany na CSP1, etsy Analakely,

 

 

 

 ny hena kisoa iray sarety ny sabotsy teo. Ankoatry ny fampandriana fahalemana, hentitra ny polisim-pirenena ny amin’ny fahadiovana sy ny fitandroana ny fahasalamam-bahoaka. Vao maraim-be, sarety iray nitondra hena matavy tsy misarona, avy eny Anosibe hamidy eny Analakely no nenjehana ka nentina tany amin’ny birao. Ny lehiben’ny kaomisaria CSP1, ny kaomisera Steven Randriamparany, izay nanao fanamiana sivily mihitsy no nahatsikaritra ity fitaterana manao tsinontsinona ny fahadiovana ity, nandalo iny tonelina Ambohidahy iny, raha ny fanazavana voaray. Tsy azo ekena, hoy izy, ny tahaka izao, indrindra amin’izao valan’aretina Coronavirus efa mihanaka izay tsy izy, sady mamono olona izao. Homena fampitandremana sy lesona mafy ny tompon’ny sarety sy ny entana ka halefa avy eo, raha ny fanampim-panazavana voaray, satria dia voalaza ho mbola naniratsira mpitandro filaminana koa ilay tompon’entana.

J. Mirija 

Tia Tanindranaza0 partages

Covid 19128 no voa tao anatin’ny 3 andro

Mitotaly 826 izany ireo marary ireo hatreto. 174 ihany ireo sitrana, ka 6 vaovao izay ny 5 tao amin’ny hopitaly Morafeno Toamasina, ary 1 teny amin’ny hopitaly Manarapenitra Andohatapenaka .

646 mbola manaraka fitsaboana. 08 ny "forme grave" na ireo marary ahiana ny ainy. Mijanona ho 6 no namoy ny ainy. 293 fitiliana natao ny 31 mey teny amin’ny IPM, ka 161 natao teto Antananarivo. Ny 13 tamin’ireo no voamarina fa voa (7 Moramanga, 2 Ambatomirahavavy, 2 Alakamisy Fenoarivo, 1 Soavinandriana, 1 Matsiatra Ambony. 60 ny natao tany Toamasina, ka 13 avy any Toamasina izay misy soritr’aretina avokoa ny 8. Ny fitiliana teny amin’ny HJRA kosa niisa 72 no natao teto Antananarivo, 60 avy any Toamasina. Nahitana tranga 9 avy any Toamasina. 12 ny fakana singa avy avy any Ambatovy, ka iray no voa. 36 ny tranga notaterina omaly, ary 32 kosa ny alahady teo, ka 11 ny teto Antananarivo (Beravina Itaosy, Alakamisy Fenoarivo, Ambatomaro, Ampitatafika, Antsahavory Alakamisy, Manjakaray, Vontovorona, 11 tany Taolagnaro, 2 Toamasina (Morarano, Andrandraranga). 60 kosa ny isan’ny tranga notaterina ny sabotsy teo, ka 32 tany Toamasina, 25 Antananarivo, 5 Fenerive Est , 3 Moramanga. Raha hatambatra, dia 128 izany ny tranga vaovao tao anatin’ny telo andro.

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Vary avy any ivelany 16 000 taonina no efa nafarana

Faritra miisa 13 no mamokatra sy mamatsy ny vary eto Madagasikara amin’izao fotoana izao.

 

 

Tsy maharaka ny filàna izy ireo ka ilàna fandrindrana na eo amin’ny lafiny fanapariahana, na eo amin’ny lafiny ara-bidiny. Mbola maro be ny tsena iraisam-pirenena mbola mikatona nohon’ny ady amin’ny fiparitahan’ny valan’aretina ary tsy vitsy ireo mpahay toekarena efa mamisavisa sahady ny tsy maintsy hisian’ny krizy manerantany ho amin’ny tsy fahampian-tsakafo. Raha ny eto Madagasikara dia efa manafatra vary ny fanjakana amin’izao fotoana izao ary efa maromaro ny tsenam-bary misokatra. Efa nisy mihitsy ny sambo manokana nitondra ny vary nandritra ny 3 herinandro ary hatreto dia mbola tsy atahorana mihitsy ny voka-bary sy ny avy any ivelany raha ny tatitra teo anivon’ny minisitry ny indostria, ny varotra ary ny Asa tanana. Tsiahivina fa 2 600 000 taonina no filàna ara-barin’ny Malagasy isan-taona ka ny 10% amin’izay no hafarana izay manome 260000 taonina.

Tsirinasolo

Tia Tanindranaza0 partages

Distrikan’AtsimondranoVao ny antsasak’ireo kaominina no nahazo Tosika Fameno

Miditra amin’ny adiany fahadimy ao anatin’ny fihibohana isika eto amin’ny Faritra Analamanga sy ireo faritra hafa ahitana ny tsimok’aretina coronavirus ankehitriny.

 

Mbola voakasika ary tafiditra ao anatin’izany ny distrikan’Antananarivo Atsimondrano izay ahitana kaominina 26 isa. Hatreto anefa raha araka ny fanazavan’ny solombavambahoaka Alain Ratsimbazafy voafidy ao amin’ity distrika ity dia vao ny an-tsasaky ny kaominina ihany no nahazo ilay tosika Fameno, tohana ara-bola 100.000 Ar omen’ny fanjakana ireo tena sahirana. Mbola nahazo ny anjarany ohatra ireo zokiolona sy sahirana ao anatin’ny kaominina ambanivohitra Andranonahoatra. Toraka izany koa ny ao Ambohidrapeto…. raha efa hiditra efatra herinandro izao no nilaharan’izy ireo vao maraina nohadihadian’ny FID. Manao antso amin’ny fanjakana araka izany ity solombavambahoaka ity ny amin’ny tokony hijerena ireo olona sahirana mbola tsy nahazo ny anjarany eny atsimondrano ireo.

 Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fandriana Nahitana fatin-dehilahy mihosin-dra

Nahitana fatin-dehilahy mihosin-dra vao maraim-be tao amin’ny tsena Ambatonandriana Fandriana ny afak’omaly alahadin’ny pentekosta 31 mey. Teo akaikin'ny tranobe no nahitana izany.

 

Tonga teny an-toerana avy hatrany ny Ben'ny Tanànan'i Fandriana, ny mpitandro ny filaminana ary ny dokotera mpitsabo. Araka ny fijerena nataon’ity farany dia vokatry fahaverezan-dra be loatra nateraky ny tsatoka zava-maranitra teo amin'ny vatan’ilay tovolahy no nitarika ny fahafatesany izay mponina eo amin'ny Fokontany Ambohidralamanga. Tsy lavitra ny toerana nahitana ny razana dia nisy ihany koa ny fahavakisana toeram-pivarotana miisa 2 ny alin'io ihany Sabotsy io ihany. Misokatra araka izany ny fanadihadiana hataon'ny mpitandro ny filaminana any an-toerana manoloana izao toe-javatra. Efa nalain’ny fianakaviany kosa ny razana.

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Distrikan’AmbilobeAlan-drongony 50ha no saron’ny zandary

Mitohy ny ady amin'ny fambolena sy fivarotana ary fifohana zava-mahadomelina "Jamala".

 

Alan-drongony sahabo ho 50ha no saron'ny Zandarimariam-pirenena avy ao amin'ny Vondron-tobim-paritra Ambilobe, tao amin'ireo toerana antsoina hoe Andohanifasibe sy Andranomora ary Andohanifasy, fokontany Ambanikibo kaominina ambanivohitra Anaborano-Ifasy distrika Ambilobe, nandritry ny hetsika fandriam-pahalemana nanomboka ny 24 mey 2020 teo, raha ny fampitam-baovao voaray. Fototra rongony mahatratra 72.000 isa no nongotana, rongony efa maina milanja 1500 kg sy voan-drongony milanja 200kg tra-tehaka teny an-toerana no nodorana rehefa vita soa aman-tsara ny fepetra rehetra voafaritry ny lalàna. Raha atotaly ireo zava-domelina sarona (maintso, maina, voany) dia nahatratra 8 taonina eo ho eo. Tapany avaratra antsinanan'ilay ala mikitroka antsoina hoe Analabe io toerana io. Olona mpivahiny avy any amin'ny faritr’i SAVA no tompon'ireo voly midadasika be ireo, saingy tsy tratra teny an-toerana, raha ny loharanom-baovao.

J. Mirija

Legende : Santionany tamin’ny hetsik’ireo zandary tao anivon’ilay saha

Tia Tanindranaza0 partages

Kaominina Ampitatafika Olona sahirana 2.000 isa nahazo fanampiana

Sambany no nisy olona an’arivony sahirana nahazo fanampiana indray miaraka tao anatin’ny kaominina Ampitatafika, distrikan’Atsimondrano.

 

Ny Sabotsy talohan’ny fetin’ny Pentekosta lasa teo no nanatanterahana izany teny amin’ny tany menabe, olona sahirana avy amin’ny Fokontany miisa 13 mandrafitra ny kaominina. Paty, sardine, bisikoitra….no natolotra azy ireo tamin’izany, fanomezana avy amin’ny fondation iray tompon’ity tanimenabe ity. Nomarihin’ny Ben’ny tanana Rado Ramparaoelina nandritra izany fa izao no natao dia hanamaivanana ny fahasahiranan’ny mponina ao anatin’izao fihibohana izao. Na izany aza anefa hoy izy dia tsy vao sambany no nitady hevitra tahaka izao ny Ben’ny tanana entina hanampiana ny isan-tokantrano. Efa tonga teny an-toerana nanome fanampiana toy ny vary ohatra ny solombavambahoakan’ Atsimondrano Alain Ratsimbazafy. Efa nanolotra sakafo masaka teny an-toerana ihany koa ny fikambanana Rotary club. Toraka izany koa ny association Fitia sy ny Ministeran’ny varotra notronin’ny fikambanana Raitra sy ny Ben’ny tanana. Efa nisy ihany koa ireo nahazo fanampiana tamin’ny tosika Fameno sy ny vary mora. Mbola nisy hatrany moa ny fanampiana nangatahin’ity Ben’ny tanana ity tamin’ilay tompon’ny tany menabe hahafahan’ny roa tonta manasoa ny vahoaka sy ny tanana. Nofaranana tamin’ny fanolorana mari-pankasitrahana ho azy ireo ny lanonana.

 Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

ToamasinaTratra ireo saika hamaky tranom-barotra

Lehilahy miisa telo saika hamaky tranom-barotra ana lehibe an’ny tera-tany vahiny iray ao Mangarano no voasambotry ny polisy miasa ao amin’ny boriborintany voalohany Toamasina ny 28 mey lasa teo.

 

 Nahazo loharanom-baovao marim-potitra avy amin’olona tsara sitra-po ny polisy fa misy andiana jiolahy mikasa hamaky ny tranom-barotra lehibe iray ao Mangarano. Nidina teny an-toerana avy hatrany izy ireo vao naharay izany loharanom-baovao izany ary nametraka polisy teny amin’ny manodidina niandry ny fihavin’ireo jiolahy. Ny 28 mey tokony ho tamin’ny 10 ora alina teo ho eo anefa, lehilahy miisa roa no tsikaritry ny polisy nihaodihaody teo amin’ilay tranom-barotra ary niezaka nanokatra ny varavara tamin’ny « barre mine » sy « pince coupante ». Vao nahita izany ny polisy dia tsy niandry ela fa nandray ny andraikiny avy hatrany ka tra-tehaka teo ny iray tamin’ireo jiolahy. Ny iray kosa tafaporitsaka na dia efa nanao tifi-danitra indray mandeha aza ny polisy hanajanonana azy. Nanoloana izany dia tsy nitsahatra nikaroka ity jiolahy tafaporitsaka ity ny polisy. Ny andron’io ihany anefa tokony ho tamin’ny 11 ora alina teo ho eo dia voasambotra teo Mangarano ity jiolahy tafatsoaka ity niaraka tamin’ny naman’izy ireo izay mpiray tsikombakomba tamin’izao asa ratsy izao ihany. Rehefa nohadihadiana moa ireto jiolahy ireto dia fantatra fa efa mpiambina tao amin’ity tranombarotra ity ny iray tamin’izy ireo saingy efa voaroka ny 15 mey lasa teo. Samy niaiky ny heloka nataony avokoa izy ireo.

Pati

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Ady amin`ny dahalo ambony latabatra “Rehefa miova ny toe-tsaina, mihena ny kolikoly”

Nisy ny fanambarana niombonana nataon` ireo Minisitra misahana ny fandriam-pahalemana sy ny fitsarana nanambara tamin'ireo Solombavam-bahoaka, ny herinandro lasa teo,

 fa hiady amin'ny heriny manontolo an'ireo dahalo ambony latabatra, toy ny mpiasam-panjakana na ny olom-boafidy manao ny tsy mety, mihoa-pefy ary manao kolikoly sy manao ramatahora na manararoa-pahefana. Nanamafy moa ny ministry ny fitsarana, Johnny Richard Andriamahefarivo, fa tsy azo nandeferana hatramin` izay ny kolikoly ka tokony hotohizana ny ady ataontsika rehetra amin` ny kolikoly. Mila manova toe-tsaina ny rehetra ka hampihena ny kolikoly. “Ny ratsy tsy kely lalana. Mora no miteny saingy sarotra no mahita sy manenjika. Miova aloha ny toe-tsaina na tomponandraikitra na ny olona hiantefahan` ny asam-pitsarana ihany koa. Aoka izay ity fahazarana mitady olona hikarakara na mitady vahoalana hafahafa mianga amin`ny tsolotra.”

Marigny A.

Tia Tanindranaza0 partages

Fananganana ny Colisée Tsy misy zava-pantatray io, hoy ny Tranoben’Imerina

Mikasika ny ady hevitra miseho lany amin’ny fananganana ny “Colisée” eny amin’ny faritry ny Rovan’i Manjamiadana ataon’ny fitondram-panjakana ankehitriny dia nanambara mazava ny filohan’ny Tranoben’Imerina, ny Andriana Randrianatoandro Robert,

 

fa tsy misy zava-pantatry ny Tranoben’Imerina sy ny Vovonan’ny foko 22 eto Madagasikara izay samy tarihany ny amin’io resaka io ka tsy manakambara amin’izany mihitsy izy ireo. Tsy mba anisan’ireo nakan-kevitra sy nakana olona ho mpikambana ao amin’ilay komity teknika an’ny fananganana azy io mantsy na ny Tranoben’Imerina na ny Vovonan’ny foko ara-drazana 22 eto Madagasikara, hoy izy, ary tsy mba voaasa tamin’ny lanonana fiadiana fototra azy io koa. Marihana kosa anefa, hoy izy, fa anisan’ny manana anjara lova amin’io Rovan’I Manjakamiadana io izahay Merina satria an’ny Madagasikara manontolo io Rova io fa tsy an’ny Merina irery

Ntsoavina Evariste

 

Tia Tanindranaza0 partages

Bodo mpihiraSary hosodoko 15 no arantiny

30 taona mahery izay no nanehoan’i Bodo ny talentany tao anatin’ny hira sy mozika. Amin’izao kosa dia mampahafantatra talenta hafa eny amin’ny botika Paper Stor Akoor Digue i Bodo.

Tsy inona izany fa ny sary hosodoko. Nanomboka tamin’ny volana janoary tamin’ity taona ity, fa indrindra, tao anatin’izany vanim-potoanan’ny fihibohana vokatry ny valanaretina Covid-19 izay, no nampoiboika an’izany fitiavany mandoko izany. Sangan’asa miisa15 no arantin’i Bodo, nanomboka tamin’ny sabotsy lasa teo ary maharitra 15 andro. Varotra fampisehoana moa izy ity, ka ny tombom-barotra ho azo dia hatolotra ho an’ny fikambanana HUG (humanity- generosity) for MADA hanaovana asa soa. Tanjona ny hampidirana na hamerenana an-tsekoly indray, ankizy miisa 300, avy amin’ny fianakaviana sahirana. Zokiolona miisa 60 ihany koa no homena bodofotsy sy akanjo mafana, hiatrehana ny ririnina. Ny Paper Store kosa, izay mpivarotra fitaovam-pianarana sy fitaovana fampiasa ao anaty birao ary fitaovana momba ny zavakanto, dia nanome ny ampahany amin’ireo fitaovana nampiasain’i Bodo, nanatontosany ny sangan’asany. Ankoatra izay dia nanolotra fitaovam-pianarana, hanohanana ny fampidirana ny ankizy an-tsekoly ihany koa, ity trano fivarotana ity. Mahafaly an’i Bodo manokana ny mizara izao talentany izao, izay nambarany fa tsy nianarany, saingy nomarihany kosa fa vonona hatrany izy ny hanatsara izany.

 

 Marigny A.

Tia Tanindranaza0 partages

Fahamaizan’ny Rova Nanao ampamoaka goavana i Serge Zafimahova

Anisan’ny tompon’andraikitra sy mpandrindra ny DGDIE tamin’ny andron’ny Filoha Zafy Albert ny tenako, saingy vitsy no nahalala izany, hoy Atoa Serge Zafimahova.

 

 

Nanomboka ny Aprily 1993 hatramin’ny faran’ny janoary 1996 ny tenako. Ramangasoavina, Rakotoarivony Gabriel, Razafimbelo no isan’ny niara-niasa sy namorona ny Antoko UNDD niaraka tamin’ny Profesora Zafy Albert. Tamin’ny androny no nankalazana tamin’ny fomba ofisialy ny alahamadibe. Ny nahatonga ny Rova may, dia resaka politika fanonganana ny Filoha Zafy Albert. Raha mijery ny tantara, tsy latsaky ny 60% ny vato azon’ny Herivelona tamin’ny Rova may. Rehefa may dia tsy nety nanome fanazavana ny Filoha Zafy Albert satria ohatran’ny fanadiovan-tena. Nangina foana izy na nangatahana fanazavana aza. Tany Ankadilalana ny kolonely iray ao amin’ny zandarimaria nanao ny fanadihadiana. Nisy olona maromaro tratra izay Malagasy sy Frantsay roa. Nitondra fiara “baché” nisy entana sasany avy ao amin’ny Rova niaraka tamina lasa, izay tratra dia nigadra. Fiarana orinasa karana nitondra ny entana tao amin'ny rova sy nitondra solika. Izay Filoham-pirenena taorian’ny Filoha Zafy Albert no namoaka ny olona nandoro ny Rova, hoy i Serge Zafimahova. Io fandorona ny Rova io dia no entina nanonganana ny fitondrana ka nilazana azy hoe izy tsy tia merina. Nisy olona iray tratra teo Ankadilalana nanapaka ny naha lehilahy azy rehefa norahonana fa hovonoina ny fianankaviana. Tsy nipoitra ny marina satria tsy navoaka nentina nanasoketana ny Filoha Zafy Albert. Nanaja ny fomban-drazana izy na taiza na taiza, ary fanasoketana no natao azy hoe tsy tia Merina, hoy i Serge Zafimahova.

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Kianja Masoandro“Tandindon’ny fisaharaham-bazana”

Nisy ny fandaharana tamina fahitalavitra tsy miankina iray nataon’ny Pr Raymond Ranjeva sy ny Jeneraly Ramakavelo izay samy ao anatin’ny Akademia Malagasy, ary ny Atoa Hery Rasaona mpitahiry vakoka,

 

 ka isan’ny noresahina betsaka ny raharaha Kianja masoandro na ny « colisée ». Nanazava ny Pr Raymond Ranjefa fa taona 2000 dia efa nisy tatitry ny komity momba ny fikarakarana ny famerenana amin’ny laoniny teny Anatirovo. Niainga tamin’ny fandinihana nataona manam-pahaizana maro lafy nataon’ny komitim-pirenena momba ny vakoka. Manana ny antontan-taratasy mikasika ny famerenana amin’ny laoniny ny rovan’Antananarivo, ary nomena ny Minisitry ny Serasera sy ny Kolontsaina ny 15 febroary 2019 ny tatitry ny dingana efa vita, izay hotohizana. Herintaona taty aorian’ny nandraisan’ny Minisitra anay, dia io zavatra hita io no nitsangana. Tsy misy niresaka “coliseum” izany, fa ny hasin’Anatirova no noresahina, hoy izy. Miangavy ny hanajana ny fahamasinana sy ny hasina satria io no mampiray ny Malagasy. Ny mpanjanantany no nanova ny rafitra nentina nanotana fady. Rehefa tonga ny jeneraly Gallieni dia namindra ny taolambalo avy eny Ambohimanga nafindra teny amin’ny Rova, dia nafindra ny fitomiandalana, izay teo ny menalamba no nanasina. Tsy misy afatsy ny mpanjaka ihany no afaka nanao ny fanatsarana tao amin’ny Rova satria izy no mpiadidy. Ao anatin’ny faritra masina no misy ilay “colisée”, izay manazimbazimba ilay toerana. Ny vakoka dia natao hampiombona, hijanona ho an’ny tantara, ka ny hahafantaran’ny olona Filoha Rajoelina izany dia hoe nanangana zavatra mampisara-bazana ny Malagasy raha amin’izao fotoana izao. Vakoka hampisara-bazana ve izany no hapetraka eto sy havela eo? hoy izy. Nilaza kosa ny Jeneraly Ramakavelo, fa ny vakoka dia lova napetraky ny razana ka hifandimbiasan’ny taranaka mifandimby. Mitahiry ny maha vakoka azy. Izany “colisée” any Roma izany dia tena malaza eran-tany. Kianja fialam-bolin’ny mpitondra fanjakana Romanina io, ka anisany ny gladiateurs, ampiadiana ka tsy mijanona raha tsy misy maty. Famonoana ny kristianina nofatorana havela hoviravirain’ny liona. Tandindon’ny fandatsahan-drà izany, rah any heviny. Raha mbola apetraka amin’io toerana io, dia hisavorovoro foana ny Malagasy. Endriky ny savorovo, endriky ny fisaraham-bazana. Manda tanteraka 100% mihitsy aho amin’ny maha “amis du patrimoine”, hoy ny Jeneraly Ramakavelo. Ho an’Atoa Hery Rasaona kosa, dia raha Malagasy mahatsiaro tena fa notezaina tamin’ny foto-pisainana Malagasy, dia tsy mety ny manao zavatra mihoatra ny maha izy azy anao. Mariky ny fiombonam-pirenena io Rova io. Ny fanovana ny endriny, dia efa misy akony lehibe. Raha vao mikitika amin’ny kolontsaina sy ny endriny ivelany dia efa tsy mety.

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Sehatra tsy miankinaHisy drafi-panampiana avy amin` ny fanjakana

Mitentina 19 miliara ariary ny fatiantoka ho an` ny Fanjakana Malagasy eo amin` ny fandoavan-ketra tokony alohan` ireo orinasa.

 

 

 

 Hatreto dia mbola fanalefahana hetra no fepetra noraisin` ny fanjakana ho tosika ho an` ny tsy miankina. Nilaza moa ny Filoham-pirenena fa misy akony ho an` ny kitapom-bolam-panjakana izany. Ny lalàna mifehy ny tetibolam-panjakana nasiam-panitsiana taona 2020 rahateo dia mbola ho dinihana eny anivon` ny parlemantera amin` ity herinandro ity. Mba ahafahana manarina izany dia hametraka drafi-panampiana ny seha-pihariana ny fanjakana ho fanarenana ireo orinasa tsy miankina amin'izao krizy mandalo izao. Hisy ihany koa ny fihaonana eo amin` ny sehatry ny fizahan-tany, ny asa vaventy, PME-PMI… miaraka amin` ny filoham-pirenena mba hijerena paikady entina handrafetana drafitra marolafy vonjimaika, amin` ity herinandro ity.

 

Marigny A.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Sehatra tsy miankinaVahaolana matotra sy haingana no ilaina

Nampanantena ny Filoham-pirenena fa handray ireo sehatra tsy miankina sy ireo sehatra hafa mifaningotra amin’ny toekarena.

 

 Tsiahivina fa efa nisy drafitra nanaovana fanadihadiana ny ho vokatry ny krizy ara-pahasalamana niarahana tamin’ireo mpiara-miombon’antoka ara-teknika sy ara-bola. Tamin’izany no efa namolavolana ny fanampiana hatao amin’ny sehatra tsy miankina ka nananganana ny drafitra fanarenana ny toekarena (plan de mitigation) izay tsy hita mazava ny tohiny hatreto. Maro be nefa ny fanadihadiana efa natao ary nisy mihitsy ny nijerevana tranga tamin’ny firenena miisa 15 handraisana lesona sy fepetra hanarenana ny toekarena. Amin’izao fihaonana hatao izao izany dia ho hita eo indray raha hisy drafitra vaovao hapetraka vokatry ny fifampiresahana mba tsy ho very an-javona tahaka ny namolavolana ny teo aloha indray ny fifampiresahana. Rehefa tsy drafitra vaovao dia hantenaina ny fanohizana sy fanatanterahana ny plan de mitigation. Hinoana fa vahaolana matotra sy haingana no ho raisina handrindrana ny toekarena izay mitotongana isan’andro indrindra ny mahakasika ny sehatra tsy miankina.

 Tsirinasolo

 

Tia Tanindranaza0 partages

Minisitry ny Indostria, Varotra ary ny Asa tanana « Betsaka ny asa natao ary maro no mbola miandry »

Mbola maro be ireo andraikitra miandry eo anivon’ny Minisiteran’ny Indostria, Varotra ary ny Asa tanana (MICA) na dia efa nisy aza ny natomboka hoy ny

 

 

Minisitra Lantosoa Rakotomalala nandritra ny fanolorana ireo tatitra rehetra vita tamin’ireo mpanao gazety tetsy amin’ny Birao Ambohidahy. Na dia teo aza ny valan’aretina Coronavirs dia nisy hatrany ny fanarahana ireo drafitr’asa rehetra napetraka hoy izy. Anisan’izany ireo dingan’asa miisa 4 izay nampiroboroboana ny Indostria isam-paritra nametrahana ireo orinasa eo anivon’ireo distrika. Singanina manokana amin’ireo ny fametrahana Orinasa Madinika sy Salantsalany (PME) miisa 10 izay misehatra amin’ny fanodinana vokatra. Nisy ihany koa ny ezaka ny amin’ny fananganana ny faritra Indostrialy tahaka ny efa misy any amin’ny firenena an-dalam-pandrosoana izay nanaovana fanadihadiana manokana teny anivon’ny Vondrom-bahoaka Itsinjaram-pahefana. Anisan’izany ny nametrahana ny faritra indostrialy mahakasika ny lamba ao Moramanga sy ny faritra hanaovana fandraharahana ho an’ny Indostria (Zone d’investissement Industriel) any Itasy. Ity farany izay nanampiana manokana ny orinasa mpanodina vokatra. Mahakasika ny varotra kosa dia nanambara ny Minisitra fa narindra araka ny tokony ho izy ny famatsiana ireo tsena ka nirary hatrany ny vidin’entana hatreto. Napetraka tamin’ny toerany ireo mpanjifa ho izy ary sambany ny nankalazana ny andro iraisampirenena ho fiarovana ny zon’ny mpanjifa. Natsangana ny tranoben’ny mpanjifa ary nisy ny fitsinjovana ny fanondranana entana mankany ivelany. Amin’izany no nanohanana sy nandrindrana sehatr’asa miisa 3 : ny menaka sarobidy (huiles essentielles), ny lamba ary ny lavanila. Nilaza ihany koa ny Minisitra fa nohon’ny ezaka natao sy ny fidinana ifotony no antony tsy nampiakatra ny vidin’ny vary sy ireo entana ilaina andavan’andro (PPN) nandritra izao krizy izao ary tsy maintsy tohizana ny ezaka hoy hatrany ny tenany.

Tsirinasolo

Tia Tanindranaza0 partages

Antananarivo renivohitraMifandramatra ny Taxi sy ny kaominina

Mihenjan-droa ny tany eo amin’ny kaominina Antananarivo renivohitra sy ny fiara karetsaka.

 

 Mahatsiaro sorena loatra mantsy ny taxi amin’ny fihetsika hataon’ny kaominina toy ny tsy fijerena azy ireo nefa manjaka sy manao izay danin’ny kibony ireo taxi-moto izay tena manimba ny asany. Horaisin’ny taxi ny andraikitra ka fantatra hiara-kiasa amin’ny polisim-pirenena sy ny zandarimariam-pirenena izy ireo hahafahana miady amin’izany. Hisorohana ny mety hisian’ny fanilihana ihany koa dia fantatra fa hanao fanisana vaovao izy ireo. Hilanja soa-baventy haneho ny firaisankinany ho hitan’ny kaominina Antananarivo renivohitra izy ireo androany Talata mandrapahazoany ny fandresena. Anisan’ny tena maharary ireo taxi ihany koa mantsy ny fahelan’ny fikarakarana ny antontan-taratasy momba azy ireo. Tokony hohafainganina ohatra ny fanaovana « mutation » sy ny « changement de matériel » fa betsaka ireo mihitsoka fotsiny nefa tokony hitady vola. Ankehitriny anefa dia efa mandeha any amin’ny fanaovana ho biometrika ny licence indray ny kaominina izay tsy ratsy akory hoy izy ireo saingy tokony alefa mian-dalana ao anatin’ny fifampitsinjovana.

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

BehenjyFiara kely tratra nitondra olona an-tsokosoko

Misy hatrany ny olona mivoaka an-tsokosoko ny faritra misy azy amin’izao. Fiara kely iray indray no saron’ny mpitandro ny filaminana tao Behenjy saika hivoaka

 

 

 

an-tsokosoko afaka omaly alahady 31 May pentekosta. Nitondra olona telo izy io izay tsy fantatra mazava ny tena anton-diany. Nampidirina ambalam-pamonjana ao amin’ny kaominina Ambohimandroso avy hatrany ilay fiara noho izany izay haharitra 10 andro ilay fiara raha natao famotorana daholo kosa ireo olona tao anatiny.

Nangonin’i Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Andry RajoelinaNandany fotoana nanenjika an-dRavalomanana

Fotoana nilatsahan’ny fanahy masina ny andron’ny pantekoty, saingy hafa mihitsy ny fihetsika sy firesaka nasehon’ny Filoham-pirenena Andry Rajoelina.

 

 

Nibahan-toerana ny fanenjehana ny mpitondra teo aloha sy ny fanehoan’ny Filoha Rajoelina fa ny ataony no tena mety. Isan’ny navoitra ny famindrana ny taolam-balon’ireo mpanjaka, izay tamin’ny fitondrana Ravalomanana moa no nisian’izay na tsy novantaninay aza. Namatrapatratra mafy i Andry Rajoelina tamin’ny hoe ny famindrana ny taolam-balon’ireo mpanjaka no tena fanontana fady fa tsy ny fanamboarana ny “colisée”. Nisy fanitsakitsahana avo zato avo arivo ny famindrana ny taolam-balon’ireo mpanjaka izay manana ny hasiny tao amin’io Rovan’Antananarivo io, hoy izy. Izaho manokana tsy sahy mandrakizay ny handeha hamindra ny mpanjaka nitondra ny firenena any amina toerana hafa. Andrianampoinimerina nafindra eny Ambohimanga, Rasoherina, Radama II,… tamin’ny andro alina, hoy i Andry Rajoelina. Asa na hisy fanazavana bebe kokoa avy amin’ny ankilany na koa avy amin'ireo mpahay tantara, fa raha ny tantara no zohiana, dia avy teny Ambohimanga no namindrana ny taolam-balon’ireo mpanjaka nataon’I Jeneraly Galliéni, izay endrika fanontana fady, ary naverina teny Ambohimanga rehefa nisy ny fanamboarana ny Rova. Ny Mpanjaka Andrianampoinimerina, dia voalaza fa nangataka ny hafenina teny Ambohimanga rahatrizay miamboho. Tsy fanao ary tsy mbola nisy famadihana mpanjaka izany teto Madagasikara, ary rehefa miamboho dia hafenina amin’ny maty masoandro, fa tsy atoandro be nanahary, saingy nokianin’ny Filoha Rajoelina mafy ilay hoe nentina andro alina. Inona moa izany no tsy hamerenana ireo taolam-balo eny Anatirova raha hita fa tsy nety ny namerenana azy eny amin'ny toerany eny Ambohimanga? Isan’ny nanaitra ihany koa ny fihetsiky ny Filoha nandrovitra boky mirakitra ny tahirin-tsorata nataon'ny fitondrana teo aloha hakana ireo sombin-tsary sy sary. Filoha anefa izy, saingy naharihariny ny fanivahivana ny tantara nataon’ny hafa satria tsy misy ny dian-tànany, tsy mifanaraka amin’ny heviny,… Ny azo hamintinana azy, dia tsy vonon-kihavana mandrakizay amin-dRavalomananana i Andry Rajoelina, ary asehony amin’ny fihetsiny sy ny firesany izany.

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Fananganan-tsainaMiha vitsy hatrany…

Rehefa migadona ny 01 jona dia fotoana hananganana sainam-pirenena satria manakaiky ny Fetin’ny fahaleovan-tena eto amintsika izay mariky ny fiandrianam-pirenena..

 

 

Raha ny zavatra hita anefa dia miha vitsy hatrany no manangana ireny sainam-pirenena ireny tao anatin` ny taona maromaro. Samy manana ny antony ireo olom-pirenena matoa tsy manangan-tsaina. Ao no mbola mahatsapa hoe ambany ziogan'ny mpanjanaka amin'ny fomba hafa i Madagasikara. Ny sasany dia noho ny adilahy politika nifanesy teto hatramin` izay. Eo ihany koa ny olana ara-bola. Mipetraka ihany ny fanontaniana: nahoana no mideradera isika rehefa tonga ny fotoam-pifidianana manofahofa ireny fanevan’ny kandida isan-karazany ireny, nefa rehefa fetin’ny fahaleovan-tena no hinia hangina? Maninona no nandritra ny fahombiazan` ny Barea dia tao ilay afom-pitivana ny tanindrazana? Etsy ankilany, mila mampiseho ny fitondra ankehitriny fa tanindrazana iombonana no eto. Tsy sanatria olona iray no tsy tiana ka ny saina mariky ny fahaleovan-tena no tsy hatsangana. Ny Etamazaro Malagasy moa no nisantarana izany fananganan-tsaina ara-pomba ofisialy omaly.

Marigny A.

Ino Vaovao0 partages

FILOHA ANDRY RAJOELINA : “Tsy manaotao foana ny Fanjakana amin’ny fanamboarana ny Rova”

Voakasika ao anatin’io ny Lapan’i Manjakamiadana sy ilay kianja Masoandro izay tetikasa vaovao sy lehibe tanterahina amin’izao fotoana izao. Betsaka ireo mijoro ho manohitra izany, mivadika ho raharaha politika ity tetikasa ity ary mivoaka daholo ireo mitonona ho taranak’Andriana milaza fa tsy mety ary tsy mankasitraka ny hikitihana ny Rova. Namaly ary nitondrana fanazavana feno mahakasika an’ireo resabe mifamaofao etsy sy eroa ny Filoha Andry Rajoelina.

Notsindriany tamin’izany fa tsy manaotao foana velively ny Fitondram-panjakana raha manatsara ny Rovan’Antananarivo ary tsy manaotao foana ihany koa raha hanangana ny kianja Masoandro sy hampiasa rindrim-bato na “beton” ho akora ampiasaina amin’ny fanarenana indray ny Rova. Nampahatsiahy ny Filoha fa efa nisy ny fakan-kevitra nataon’ny Minisiteran’ny Kolontsaina tamin’ireo mpahay tantara rehetra nialoha ny nikitihana ny tao anaty Rova. “Ialako tsiny, ialako fondro, ialako satroka ary avadiko impito ny lelako vao hiteny eto anatrehan’ny vahoaka malagasy iray manontolo fa tsy manaotao foana isika. 

Ny zavatra rehetra natao efa nodinihina, ary nakana hevitra ary alohan’ny hanarenana an’io Lapan’i Manjakamiadana io dia efa nisy antso nataon’ny Minisitera”, hoy ny Filoha Andry Rajoelina. Nahitsy ihany koa ny Filoha raha nilaza fa tsy tokony hipetraka ho olana sy hiteraka resabe ny akora “beton” izay hampiasaina amin’ny fananganana indray ny Rovan’Antananarivo. Efa hatramin’ny andron’ny faha mpanjaka, hoy izy, no efa vazaha avokoa ny nanamboatra sy nanangana an’ireo lapa mandrafitra ny Rovan’Antananarivo. 

Hita taratra ihany koa izany amin’ny fomba fiakanjon’ireo mpanjaka nifandimby teto Imerina, toa an-dRavalona I, Radama I, Ravalona II sy III. Fotoana tokony hampiredareda ny afon’ny fitiavan-tanindrazana ao am-pon’ny Malagasy izao fa tsy fotoanan’ny fanakianana intsony. Nanamafy ny Filoha Andry Rajoelina fa ilaina ny mametraka tantara ho an’ny taranaka fara aman-dimby ary ilaina ny mampiaina azy ireo ny zava-nisy teto amin’ny Firenena hatramin’ny vanim-potoanan’ny faha-mpanjaka ka hatramin’izao.

Hametraka tantara vaovao

“Ny zavatra tiko hozaraina amin’ny vahoaka malagasy fotsiny dia izao, tiantsika ve ny hamerina ny hambompo maha Malagasy antsika ? Tiantsika ve ny hampiaina ny taranaka fara aman-dimbintsika ny tantara niainan’ireo mpitondra, mpanjaka nifandimby teto amin’ny Firenena. Tia fivoarana ve isika sa hijanona amin’izao ? Ny antony mampanontany an’izany manko dia izao, raha may io Lapan’i Manjakamiadana io tamin’ny sabotsy 6 novambra 1995, ankehitriny isika aty amin’ny taona 2020 dia manana finiavana fa tsy maintsy vitaina ao anatin’ny fotoana fohy mba hanamarihantsika ny fandresentsika vaovao, ny dingana vaovao rehefa averina amintsika ny fahaleovan-tena. 

Hiditra amin’ny 60 taona manaraka isika ka andao hametraka tantara vaovao, havalona ny tantara tany aloha. Hampiaina ny taranaka fara aman-dimby ary hovitaintsika ny Lapan’i Manjakamiadana”, hoy hatrany ny Filoha. Ny Lapan’i Manjakamiadana dia averina tsy misy valaka toy ny endriny tany aloha, hatrany ivelany sy ny anatiny. Fanamby napetraky ny Filoham-pirenena aza ny hiantso an’ireo orinasa vahiny mba hahafahana mahazo io endriny tany aloha io. Tanjona apetrany ihany koa ny hahavitana ny fanarenana mialoha ny fankalazana ny faha-60 taona niverenan’ny fahaleovan-tena mba hamelona indray ny afon’ny fitiavan-tanindrazana ao am-pon’ny Malagasy.

Ny Fanoratana

Ino Vaovao0 partages

ALATSINAIN’NY PANTEKOTY : Feno polisy niambina ireo toeram-pitsangantsanganana ho fisorohana ny fivorivor...

Ho fisorohana ny fiparitahan’ny valanaretina dia nanaja ny fepetra toy ny tsy fahazahoana nivezivezy na nandeha nitsangatsangana ny olon-drehetra. Polisy miisa 800 no nahetsika ka naparitaka tamin’ny farita maro teto Antananarivo sy ny manodidina. Nanentana ary nandrara mihitsy ny olona mba tsy hitsangatsangana, tsy hanatanteraka fivorivorian’olona be dia be amin’ny toerana iray izay mety hampidi-doza. 

Nohamafisina ny fiambenana ireo toerana mahazatra ny olona handehana hitsangatsangana rehefa fety tahaka izao, toy ny eny Marais-Masay, By pass, Analakely, Ambohijatovo… Saika nangina avokoa ireo toerana fampiadiana akoholahy, fanaovam-baolina teny Manjakaray sy Ambatoroka. Tsy mitsahatra manentana ny rehetra mba hanaraka ny fepetra napetraky ny Fitondram-panjakana moa ny mpitandro filaminana mandritra izao ady iombonana amin’ny valanaretina covid-19 izao.

Rakotra mpitandro filaminana ny toeram-pitsangantsanganana

Vao maraina dia efa voasakana ny lalana niditra teny amin’ny bord. Afa  niatrana sy teny amin’ny torapasi-dranomasina ireo mpitandro filaminana. Tapaka tamin’ny fivorian’ny CCO Covid-19 Boeny fa ialana avokoa ny fivorivoriana azo tsy atao. Izany dia hiadiana amin’ny mety ho fihanaky ny aretina covid-19 eto Mahajanga.

 Efa mahazatra ny mponina eto moa ny mitsangantsangana ny alatsinainin’ny pantekoty ka dia notohizana ny fepetra efa nampiharina tamin’ny paka teo. Nanaja izany ny mponina ka dia samy niezaka nanao fety tao an-tranony sy teo an-tokotaniny.. Betsaka kosa anefa ireo nifanatona, hanamarihana io andro io. Nangina tanteraka kosa anefa ireo toeram-pitsangantsanganana, amin’ny ankapobeny afa-tsy fiara tsy mataho-dalana vitsivitsy...

 “Hafa mihitsy ity taona 2020 ity, hoy ny olona, fa dia niova ny fomba fiainana,  tsy nitsangantsangana intsony na alatsinainin’ny paka na alatsinainin’ny pantekoty... mbola manantena izy ireo fa ho afaka hiatrika ny fetim-pirenena malagasy am-pitoniana sy toy ny mahazatra”. Mbola mitohy 15 andro indray mantsy ny fahamehana ara-pahasalamana, araka ny nambaran’ny Filoham-pirenena. Miezaka manaraka ireo toromarika omen’ny mpitondra ny vahoaka hatreto na misy aza ny tsy azo anoharana.

Tatianà R. sy vanessa

Ino Vaovao0 partages

FAHAMEHANA ARA-PAHASALAMANA ROA VOLANA : Jiolahy ikoizana 25 naiditra am-ponja

Araka ny tatitra teo anivon’ny mpitandro filaminana ho an’ny teto an-drenivohitra ? ny faran’ny herinandro lasa teo iny, dia miseho tamin’ny endriny maro tokoa ny tsy fandriam-pahalemana teto Antananarivo sy ny manodidina hatramin’ny nisian’ny fahamehana ara-pahasalamana.

Betsaka ny olon-dratsy mpanararaotra ny zava-misy, hany ka tao anatin’ny roa volana, izay nanomboka tamin’ny volana marsa ka hatramin’ny mey lasa teo iny, dia nahery vaika ny fanafihana “cash point”, fandrobana toeram-ponenana sy fivarotana ary koa ny vono olona nomanina, fanendahana sy sinto-mahery. Ny angom-baovao voaray teo anivon’ny Borigady misahana ny ady amin’ny heloka bevava teny Anosy no nahalalana fa nahatratra 27 be izao no nahazoana fitarainana momba ireo tranga voalaza etsy ambony ireo tao anatin’ny roa volana. 

Mitsinjara ho toy izao izany raha ny fanazavana : tamin’ ireo 27 dia miisa 11 no efa nahavitana fanadihadiana, miisa 25 kosa ireo olon-dratsy notanana am-ponja vonjimaika taorian’ny nanolorana azy ireo teo amin’ny Fitsaràna. Ny 12 isa eny Tsiafahy, ny 13 isa eny Antanimora.

 Tamin’ireo asan-jiolahy niseho, azo lazaina ho tena nisongadina ny fahasahian’ireo jiolahy nanafika “cash point”, nisesisesy ary dia maro ireo mpiantsehatra amin’izany no lasibatra ka nampitaraina olona maro nandritra ny fanadihadiana lalina natao. Tao anatin’ny roa volana, “cash point” miisa efatra no voaroba nahaverezana vola amina an-tapitrisany.

 Mitohy ny fikarohana ireo mpaka an-keriny

 Ny raharaha fakàna an-keriny indray dia tsy milavo lefona ihany koa ny Borigady misahana ny heloka bevava amin’ny fikarohana ireo nahavanon-doza. Tsy avela hahazo vahana mihitsy ireo jiolahy, hoy ireto farany, mba tsy hanohy ny asa ratsiny mampahory ny madinika. Raha ny tatitra ny faran’ny herinandro lasa teo ihany, lehilahy iray tompon’antoka amin’ny fanaovana kidnapping no efa voasambotra ny volana mey teo. Efa nadoboka am-ponja vonjimaika ity farany taorian’ny nanolorana azy teo anivon’ny Fitsarana ny faha 30 mey lasa teo.

Hamafisina hatrany ny fisafoana tanàna

Etsy ankilany, mbola mitohy ny fahamehana ara-pahasalamana ho an’ny eto an-drenivohitra ankehitriny na dia efa nohalefahina tsikelikely aza ny ora iasana mandritra ny ady amin’ny valanaretina izao. Manamafy ny paikady napetraka natao hiarovana ny vahoaka sy ny fananany noho izany ny mpitandro filaminana. Hentitra ireto farany ny amin’ny fisorohana mialoha ireo tranga ratsy mety hiseho toy ny fanafihana mitam-piadiana sy ny maro hafa… Ny toromarika nomen’ny Minisitry ny Filaminam-bahoaka dia anisany nohamafisina ny tsy maintsy hanatanterahana ny fisafoana ny tanàna amin’ny Faritra maro na andro na alina. Eo koa ny fiaraha-mientana amin’ny fokonolona, olon-tsotra, ireo andrimasom-pokonolona amin’ny fifanomezan-tanana sy fanomezam-baovao hampanjakana ny fandriam-pahalemana maharitra.

Tatianà R.

Ino Vaovao0 partages

FANDRAVAN’NY CORONAVIRUS : « Miomàna hanarina », hoy Rakotoson Dany Herintsoa

Misy toerana efa ahitana mangirana ihany anefa, na izany, ka tokony hivononana ny fiatrehana ny fanarenana ny ara-toekarena, hoy ny mpandraharaha eo amin’ny sehatry ny fizahan-tany sady mpandalina ara-politika, Rakotoson Dany Herintsoa, omaly teny Masinandriana-Avaradrano.

«  Tokony ho efa vonona dieny izao ny politika anoritan’ny mpitondra ny lalan-kivoahan’ny firenena amin’ny fahavoazana naterak’izao fahasahiranana ara-pahasalamana diavina ankehitriny izao, hahafahana miatrika fanarenana avy hatrany vantany vao afaka miroso amin’izany  », hoy ny tolo-kevitra naroson-dRakotoson Dany Herintsoa, omaly. Aoka hotazonintsika hatrany ny jery lavitra nananan’ny fitondrana hatrany am-piandohana izay nahafahana nifehy ny voka-dratsin’ ity valanaretina ity, hoy izy, ka hahavitana mampitraka ny toe-karentsika alohan’ny hihetsehan’ny firenen-kafa koa. 

«  Tsy vahaolana ary tokony hohalavirina amin’ny tranga toy izao ny fisamatsamahana ka aleo miara-miroso aloha, hanavotana ny firenena iraisana fa tsy hobaikoin’ny tombontsoa manokana  », hoy izy. Azo jerena ny fomba hampahafantarana ny rehetra ny fomba nitantanana ny fanampiana avy any ivelany raha izay no sakana amin’ny fiaraha-mientana, araka ny fanazavany, satria azo atao fanoitra hampientanana ny fampandrosoam-pirenena koa izany.Nomarihiny fa tsy voatery ho voka-dratsy hatrany no azo avy amin’ny faharavana toy izao, raha zohina amin’ny tantaran’ny firenen-dehibe maro maneran-tany, saingy miankina amin’ny fiaraha-mientan’ny rehetra amin’ny fanovana izany. 

Makoalahy

Ino Vaovao0 partages

COVID-19, DENGUE, TAZOMOKA : Nitondra ny fomba fijeriny sy nandroso soso-kevitra ny FFKM

Marihina fa ankoatra ny Coronavirus dia misoko mangina sy mamono olona maro be ihany koa ny aretina hafa tahaka ny Dengue sy Tazomoka eto amintsika. "Miatrika vanim-potoana manokana izao tontolo izao noho ny valanaretina samihafa. Maro ny fahasahiranana atrehina eo amin’ny andavanandrom-piainana. Eo koa ny tahotra sy ny horohoro noho ny tsy fandriam-pahalemana, ny fitadiavana izay hohanina, ny fitomboan’ny isan’ny olona mitondra ny tsimokaretina Coronavirus sy ny matin’ireo aretina hafa. Mampahery antsika ny Tompo satria izy efa nilaza fa izy mihitsy no hanafaka antsika amin’ny fandrika mivelatra sy ny areti-mandringana. Harovany amin’ny elany isika, eo no ialofantsika tahaka ny zanak’akoho eo ambany ela-dreniny", hoy ny fanambarana.

Nasian’ny Fiombonan’ny Fiangonana Kristianina eto Madagasikara (FFKM) resaka koa ny momba ny raharaham-pirenena. Ny fitaomana ny mpino hiverina amin’ny Mpahary azy sy ny famitranana ny "fihavanana’’ izay hita ho nihalefy no nambarany fa hanafaka ny fahoriana baben’ny Firenena sy izao tontolo izao ankehitriny. "Manasa antsika rehetra izahay amin’izao Pantekôty izaho hiverina amin’i Jesoa fa izy no nitondra ny aretintsika sady nivesatra ny fahoriantsika. Izy no mitaona antsika hihavana", hoy izy ireo. Nilaza koa ny teo anivon’ny FFKM fa betsaka ny lesoka hita sy tsapa nandritra izao vanim-potoana manokana natrehin’ny Firenena izao.

Ao anatin’izany, hoy izy ireo, ny fahazoan’ny kolikoly vahana, ny tsy fandriam-pahalemana, ny tsy fanarahan-dalàna, ny fifanomezan-tsiny ary ny fifandroritana samihafa. "Samy manana andraikitra tamin’izany faharatsiana izany na ny mpitondra na ny entina. Ny mpanakiana dia mandetika fotsiny tsy misy tolo-kevitra, ny etsy an-daniny mamaly bontana ka mihenjan-droa ny tady. Tsy miaraka mijery izay tombontsoa iombonana isika ary manalavitra ny fifankatiavana sy ny fihavanana", hoy hatrany ny nambaran’izy ireo.

Ankoatra izay, nankasitraka ny ezaka efa nataon’ny Fitondram-panjakana ny FFKM no sady niantso azy ireo hampiroborobo ny toekarena ato anatiny manoloana izao fihibohana sy fijanonana an-trano izao. "Misaotra ny ezaka efa vita sy mbola hataon’ny mpitondra Fanjakana. Mitrotro anareo am-bavaka izahay mba hanaiky hotarihin’ny Fanahy Masina ka handeha sy hiroso amin’ny asa tsara hatrany. Miantso anareo izahay mba hampivelatra ny famokarana ato anatiny ho an’ny tombontsoan’ny mpamokatra malagasy ary hanome alalana ireo teknisiana isan-tokony mba hivelatra eo amin’ny seha-pihariana. Manentana antsika vahoaka koa samy hampiasa ny talentany amin’ny famokarana. Miantso ny Fanjakana hanohy ny ezaka fiatrehana sy fanarenana ny toekarena amin’ny alalan’ny fitsinjarana ny asa araka ny talenta sy ny fahaizan’ny tsirairay avy", hoy hatrany ny voalaza.

N.A

Ino Vaovao0 partages

ADY AMIN’NY CORONAVIRUS : Tompon’andraikitra koa ny raiamandreny ara-drazana

Nampita hafatra tan-gazety izy sy ny mpiara-miasa aminy tamin’ny sabotsy teo.«  Mitaky fandraisana andraikitry ny daholobe izao hamehana ara-pahasalamana iainana eto amin’ny firenena izao ary takina ny fanohanan’ny raiamandreny ara-drazana sy ny to teny isam-poko ny ezaka  natomboky ny Fitondrana hiarovana ny vahoaka amin’ny  valanaretina coronavirus  »,  hoy ny hafatry Randrianatoandro Andriamahary Robert. Toromarika nampitainy ho fanatanterahana izany ny famohazana indray ny fahaiza-manao nentim-paharazana, fampiasa ho fiarovanan’ny  isam-paritra sy isam-poko ny vahoakany hatramin’ny fahagolan-tany ary nahitam-pahombiazana tokoa.

«  Efa nitari-dalana amin’izany ny Filoham-pirenena tamin’ny  fanohanana ny fampiasana ny tambavy malagasy nohatsaraina eo amin’ny fifehezana ny coronavirus ary nahareseny lahatra ny sehatra iraisam-pirenena ka tokony hiaraha-manohana  », hoy izy. Nomarihiny rahateo fa dingana goavana eo amin’ny fanomezan-danja ny fitsaboana nentim-paharazana voatahirin’ny vakoka malagasy ity voka-pikarohan’ny manampahaizana teto amintsika ary efa niampita ranomasina, ka tsy nahazoana fanakianana ity ny fampiasana azy. Hifameno amin’ny asan’io tambavy malagasy nohatsaraina aparitaky ny fanjakana io ny fampiasana ny lovan-drazana isam-poko hofohazintsika indray, mba hanamafisana ny fiarovana apetraky ny mpitondra, indrindra any amin’ny toerana tsy mbola nahazo izany, araka ny soso-kevitry ny mpikambana ao amin’ny Tranoben’Imerina nanotrona io filoha lefitry ny vovonan’ny raiamandreny ara-drazana io nandritra ny fampitana hafatra nataony.

Manentana hatrany ny Ampanjaka, Tangalamena sy Hazomanga mbamin’ireo mpitondra isam-poko, noho izany, ny filoha lefitra Randrianatoandro Andriamahary Robert, hanatanteraka io toromarika io sy hampanaja ny fihetsika napetraky ny fanjakana ho fanampiana ny fitondrana amin’ny fiarovana ny vahoaka isam-paritra. 

Niampy 128 vaovao ireo marary tao anatin’ny 72 ora

Tsy mitsaha-mitombo ny olona ifindran’ny tsimokaretina covid-19 eto Madagasikara, niampy 128 vaovao indray izany tao anatin’ny telo andro, ka 60 ny tranga voamarina nambara ny sabotsy teo, 32 ny alahady ary 36 omaly Alatsinainy. Tafakatra ho 826 araka izany ny tranga voamarina eto amintsika. Miharakotra izany i Madagasikara satria misy hatrany ny tanàna vaovao ahitana ny tsimokaretina, taorian’Alakamisy Fenoarivo dia efa ahitana izany koa Ambatomirahavavy(Itasy) izay nahitana tranga roa araka ny tatitra omaly Alatsinainy ary nahitana tranga iray voalohany kosa tany Soavinandriana.

Matsiatra Ambony izay efa noheverina ho naharesy ity valanaretina ity koa dia mbola nahitana tranga iray vaovao indray, omaly. Na izany aza anefa dia niampy 10 indray ny sitrana, 1 tamin’ny sabotsy, 3 tamin’ny alahady ary 6 omaly Alatsinainy, raha atambatra dia 174 tamin’ireo notsaboina no sitrana ka 646 no sisa arahi-maso. Iray kosa no namoy ny ainy vaovao, marary notsaboina tao amin’ny Hopitaly Manarapenitra Toamasina raha ny fampitam-baovao avy amin’ny Profesora Vololontiana Hanta, mpitondra teny ofisialy ny Sabotsy 30 mey lasa teo. 11311 hatreto ny fitiliana vita nanomboka ny 19 Marsa. Ivon-toerana telo ankehitriny no mifarimbona amin’izany fitiliana izany dia ny Institut Pasteur de Madagascar, ny Centre d’Infectiologie Charles Mérieux ary ny Hopitaly HJRA.

Raha akapoka izany rehetra izany, samy tsy mbola afa-bela ireo Faritra rehetra nahitana ity tsimokaretina ity fa na dia noheverina fa afaka aza i Fianarantsoa, dia tonga amin’ilay fanambaràn’ny Governora any an-toerana, Razafindrafito Lova  Paupil hoe  : «  tafita vao rendrika  ». Raha samy mitandrina nefa ny rehetra dia ho tonga amin’ilay nambaran’ny Filoham-pirenena hoe  : «  efa voafehy  ». Fa hiitatra tahaka ny sima misioka kosa io raha ohatra ka baranahiny sy fanaovana izay tian-katao no andikan’ny sasany ny fiverenana amin’ny fiainana andavanandro ho an’i Matsiatra Ambony na koa ny fiitaran’ny fotoana azo ikaramana ho an’Antananarivo.Mila manaraka fepetra mandrakariva na aiza na aiza eto amin’ny Nosy satria ny «  porteur sain  » na ilay antsoina hoe  : “misy tsimokaretina fa tsy misy fambara” dia mety hamitaka ary tsy mifidy ity aretina ity na manan-katao na mpitrongy vao homana. Noho izany, adidin’ny tsirairay ny miaro ny tenany. Aoka samy handray ny tandrifiny ny olom-pirenena fa tsy hitavandra Fanjakana.

Makoalahy sy N.A

La Vérité0 partages

Basketball- FIBA 3 x 3 - La FMBB recrute pour promouvoir la discipline

Madagascar est un pays connu dans l’arène continentale du basketball trois contre trois. Dans le souci de prévoir l’avenir et la défense  de son statut, la Fédération malagasy de basketball (FMBB) lance le recrutement de jeunes volontaires pour motiver les jeunes des Régions. L'objectif est non seulement de promouvoir mais aussi  de développer le basket 3x3 dans les 21 ligues régionales et d'encourager les jeunes à la prise de responsabilité. La FMBB  recrute ainsi 21 jeunes volontaires pour devenir le « Youth Leader », ou jeune leader dans leur région respective.Le  candidat doit : avoir 20 à 25 ans, être originaire de la Région où elle/il postule et y réside actuellement ;     être passionné(e) du basketball, avoir un bon niveau d'anglais ; maîtriser les outils bureautiques ; avoir un sens de leadership et capable de travailler de manière professionnelle.Pour postuler, il faut envoyer votre CV + photo auprès de votre ligue régionale ou à l'adresse mail Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. . Un questionnaire à remplir sera envoyé après réception de CV. La date limite de dépôt de candidature est le 12 juin 2020 avant 18h.Les sélectionné(e)s suivront une formation en 3 étapes. L’un des 21 Youth Leader suivra une formation internationale au Zimbabwe avec International Basketball Foundation.E.F.

La Vérité0 partages

Covid-19 - 11 nouveaux cas de guérison enregistrés

Encourageant. Le traitement des patients atteints du coronavirus à Madagascar avance. Ces derniers jours, le nombre de personnes ayant rempli les critères de guérison a ralenti. Cependant, hier à la Télévision nationale malagasy, le Professeur Vololontiana Marie Hanta Danielle, porte-parole du Centre de commandement opérationnel - Covid-19 sis à Ivato, a annoncé une dizaine de cas de nouvelle guérison. Ainsi, 10 patients hospitalisés au Centre hospitalier universitaire (CHU) de Morafeno, Toamasina ont recouvré la santé et sont sortis de l’hôpital après avoir été testés négatifs deux fois et n’ayant plus présenté de formes symptomatiques. Un autre patient traité au CHU d’Andohatapenaka a également rejoint sa famille ce même jour. Actuellement, la Grande île répertorie 185 cas de rémission. Rappelons que deux protocoles de traitement ont été développés par des scientifiques malagasy pour traiter les malades du Covid-19. Il s’agit en premier lieu de l’association de l’Azithromycine avec la Chloroquine, initiée par le Professeur Didier Raoult. Par la suite, a été découvert un remède traditionnel amélioré, composé d’Artemisia et d’autres plantes médicinales endémiques, appelé Covid-Organics. Et prochainement, un troisième protocole résultant de la composition de deux médicaments, concue pour un traitement par solution injectable, va s’y ajouter. Les essais cliniques ne vont pas tarder à être lancés. 646 cas actifsHier, Madagascar a recensé 646 cas actifs dont 9 formes graves. Durant la journée du lundi de Pentecôte, deux laboratoires d’analyse - à savoir celui du Centre hospitalier universitaire Joseph Ravoahangy Andrianavalona (CHU-HJRA) et l’Institut Pasteur de Madagascar (IPM) - ont été opérationnels. Sur les 253 prélèvements effectués, 19 cas positifs au coronavirus ont été identifiés. Outre Antananarivo et Toamasina, le Covid-19 touche d’autres zones périphériques. Sur ces nouvelles contaminations, 5 ont été localisées à Fénérive Est, ce qui porte un total de 9 cas confirmés.Le nombre de cas positifs augmente également dans la Région d’Alaotra-Mangoro. Selon le docteur Andriantsimelo Fanovaharijaina, directeur de la santé dans ladite Région, celle-ci comptabilise 53 cas positifs. 43 cas sont recensés à Moramanga. Une première personne est déclarée officiellement atteinte à Amparafaravola. On recense également 3 cas d’hospitalisation à Andilamena et 3 individus infectés se trouvent à Ambatondrazaka. 25 autres personnes contaminées sont traitées à Antananarivo et l’un des patients a été transféré à Toamasina. Le reste suit un traitement adéquat au niveau du Centre hospitalier de référence du District (CHRD) respectif. « L’Institut Pasteur de Madagascar a réalisé 192 tests PCR ayant révélé 16 cas confirmés au coronavirus. Sur ce, 11 personnes infectées se trouvent Antananarivo et les 5 autres à Toamasina. Quant au laboratoire mobile à Toamasina, 20 analyses y ont été passées dont 5 cas positifs localisés à Fénérive-Est ont été découverts. L’établissement sanitaire public HJRA, de son côté, a dépisté 61 personnes suspectes dont 3 prélèvements qui se sont révélés positifs au coronavirus », souligne le Professeur Vololontiana Marie Hanta Danielle. Recueillis par K.R.

La Vérité0 partages

Brigade anti-piratage  - Priorité sur la sauvegarde des patrimoines

La Brigade anti-piratage (BAP) dispose désormais d’une autre mission prioritaire. Lors de sa prise de fonction hier, le nouveau coordonnateur national de ladite Brigade, le commissaire de police Rarivomanantsoa Eddy, a insisté sur la sauvegarde et la protection des patrimoines nationaux comme principale activité. « La Brigade anti-piratage est connue par les opérations de saisie des disques pirates. Or, il est important de savoir que nous assurons d’autres fonctions basées sur l’anti-pillage des patrimoines. (…) Le Gouvernement actuel a déjà priorisé les patrimoines, une action qui sera soutenue par cette unité rattachée au ministère de la Culture et de la Communication  (MCC). Nous serons bientôt à pied d’œuvre, le temps de définir une nouvelle stratégie. Nous procédons avant tout à la descente sur terrain pour mieux cerner les problématiques », souligne-t-il. Cette annonce n’implique pas pour autant l’abandon des autres responsabilités de la BAP, d’où le projet d’installation des branches régionales. Selon toujours ce commissaire de police, la lutte contre la duplication des CD originaux est toujours d’ordre. Le coordonnateur national   appelle ainsi tous les acteurs concernés pour toutes formes de collaboration afin de parvenir aux objectifs, tout en rappelant que le piratage est passible d’une peine d’emprisonnement et d’une lourde d’amende. Il est à noter qu’à la différence de l’Office malagasy du droit d’auteur (OMDA) dont le rôle porte sur la constatation des faits, la BAP s’investit dans la répression - c’est-à-dire un domaine axé notamment sur le volet judiciaire. K.R.

La Vérité0 partages

SIRAMA - Une dette de 391 millions d’ariary remboursée

Cotisation sociale et salaire du personnel pendant dix ans. Le nouveau directeur général de Siramamy Malagasy (SIRAMA) assainit en ce moment la finance de cette société d’Etat.  Tros mois après sa nomination, le directeur général Mamy Emile Ramananarivo a remboursé une dette à hauteur de 391 millions d’ariary. « Je redresse petit à petit la société, à commencer par l’apurement des dettes. Toute l’équipe a travaillé malgré le confinement. Nous avons payé toutes les charges fiscales comme les cotisations sociales impayées auprès de la Caisse nationale et de prévoyance sociale (CNAPS) pendant dix ans, les salaires des 234 employés ainsi que l’Impôt sur le revenu salarial (IRSA). Concernant la cotisation sociale, le remboursement exclut la période de chômage technique pendant le deuxième trimestre 2011 et fin 2015. 34 employés de plus de 60 ans sont également envoyés en retraite afin d’alléger la charge et se conformer à la loi. En ce moment, 90 % des obligations de l’entreprise sont effectuées. Nous avons trouvé une ressource grâce au paiement de la société Complant des frais de location des terres. La culture de rente a également apporté ses fruits. Nous avons recolté 58 tonnes de maïs à Brickaville, vendu à 700 ariary le kilo », rapporte Mamy Emile Ramananarivo, lors d’une entrevue à Isoraka. Bien que la gestion financière semble rentrer dans l’ordre, la gestion des patrimoines fonciers reste encore un grand défi à relever. « SIRAMA vit de ses terres. Jusqu’à présent, il est encore difficile de recenser les patrimoines fonciers de l’entreprise alors que c’est notre source de revenu. Je dois revoir une centaine de contrats de bail emphytéotique, tout en régularisant les papiers auprès du service des domaines. Certaines personnes profitent de l’irrégularisation pour vendre des terrains. Nous allons ainsi mettre en place une base de données numériques afin de suivre en temps réel toutes les informations », poursuit-il.  Solange Heriniaina

La Vérité0 partages

JIRAMA - 30 000 compteurs à installer cette année

Amélioration des services. L’installation de compteur, que ce soit en eau ou en électricité, figure aussi parmi les services de la JIRAMA les plus critiqués par les consommateurs. Les critiques se concentrent surtout sur la lenteur de ce service. Effectivement, des clients attendent aujourd’hui depuis près de deux ans, et même plus, leurs branchements. « Nous avons déposé notre demande en 2018, et jusque-là nous n’avons pas eu de réponse. Nous sommes donc obligés d’utiliser d’autres sources d’énergie pour avoir de l’électricité dans notre maison. L’année dernière, nous étions obligés de faire l’acquisition de panneaux solaires pour avoir le strict nécessaire de l’éclairage à la maison », se plaint un père de famille habitant du côté de By-Pass. « Nous sommes actuellement en pénurie de compteurs, ralentissant ainsi tout le service de branchement. En termes de chiffres, les branchements en souffrance atteignent actuellement les 12 000 pour l’électricité et les 6 000 pour l’eau », explique Rivo Radaniela, directeur adjoint chargé du marketing, de la digitalisation et de la vente auprès de la Société nationale d’eau et d’électricité. Toutefois, un planning et une stratégie sont en cours d’élaboration pour permettre l’installation de 30 000 compteurs d’ici la fin de l’année. Standard de serviceLa JIRAMA a en effet enchaîné des négociations auprès de ses partenaires et ses collaborateurs pour que son approvisionnement en compteurs puisse répondre aux besoins de sa clientèle. « Nous essayerons de terminer tous les branchements en souffrance dès que le problème de compteurs sera réglé. En même temps, nous instaurerons un standard de service pour que nos clients n’aient plus à attendre deux ans pour avoir leur compteur. Nous visons un délai minimum de trois mois, ce qui nous permettra d’atteindre l’objectif d’installation des 30 000 compteurs pour cette année », soutient ce responsable. La mise en place de ce standard de service s’inscrit notamment dans les initiatives entreprises par la JIRAMA afin d’améliorer la qualité de ses services. Effectivement, dans le cadre de son plan de redressement, la JIRAMA effectue actuellement de nombreuses modifications pour être plus performante et mieux répondre aux besoins des clients. Rova Randria

La Vérité0 partages

En berne !

Le mois de juin pointe son nez et coupe la poire en deux. Ce mois en cours termine le premier semestre et d’ici peu, on entamera les six derniers mois de l’année. Juin, c’est le mois de l’année où l’enchantement et la liesse populaire se mettent au rendez-vous. Le mois où l’on enregistre le maximum de jours de « fête » que composent les 365 de l’année. Mais dommage, cette fois-ci tout doit se passer en demi teint. On sera privé des jouissances traditionnelles. En cause, le terrible Covid-19 qui nous étreint au point de mettre en berne le joli mois.Tout commence par une fête religieuse, le lundi de Pentecôte qui, cette année, a eu lieu le 1 juin. Normalement, c’est le jour où la petite famille qui, pour profiter des jours fériés de la Pentecôte, s’évade dans la nature et savoure l’air pur de la campagne. Malheureusement, Covid-19 nous impose, à tout le monde sans distinction, son diktat de ne pas sortir de chez soi. Confinement oblige ! Quelle aubaine ratée !La « Fête des mères », le 7 juin prochain, la plus grande jouissance familiale se passera cette fois-ci, elle aussi, dans le strict minimum. Les réunions familiales rendues pratiquement impossibles sinon compliquées, les mères de famille devront se contenter du peu. La « Fête des pères », le 21 juin, bien qu’elle ne puisse pas prétendre atteindre le degré d’enchantement et le niveau de sensibilité de celle des mères, « Hafa ihany Mama », mais la famille tient à la fêter même dans le strict minimum. Mais c’est une fête de plus qu’on va rater et pour cause « l’état d’urgence sanitaire national ». On n’y peut rien. C’est dommage !26 juin, le jour de la « Fête nationale », le clou des jouissances populaires. Le jour le plus long et le plus attendu de l’année. Avec son cortège de festivités et des cérémonies solennelles, 26 juin, date du retour de Madagasikara à l’indépendance et qui l’intègre de nouveau dans le concert des nations souveraines, se fête dans la liesse populaire nationale. Chaque année, à travers la Grande île, des podiums se dressent et bals populaires s’organisent de façon spontanée. Sans omettre le point d’orgue, l’incontournable séance des  «feux d’artifice » à Anosy et dans tous les chefs-lieux de Région et même dans certains Districts. Mais on ne peut pas aussi passer inaperçue la « Fête de l’Armée ». En fait, l’anniversaire de l’indépendance coïncide avec celui de l’Armée malagasy. En effet, l’Armée malagasy naquit le 26 juin 1960. Et le grand jour des cérémonies officielles et des jouissances populaires revient au grand défilé militaire qui devra se passer à huis clos.Cette année, la célébration de la Fête nationale du 26 juin devrait avoir un éclat particulier du fait qu’elle coïncide avec le soixantième anniversaire de l’Indépendance de Madagasikara : 26 juin 1960 à 26 juin 2020. Mais avec ce bilan douloureux dû au Covid-19 qui s’alourdit au fil du jour, on n’a pas d’autres choix que de se plier aux consignes. Ainsi, sans compter les anniversaires en famille, toutes les jouissances et les festivités de ce joli mois, mois de la musique, seront limitées au strict minimum voire en berne.Ndrianaivo

La Vérité0 partages

Professeur Henri Rasamoelina - « Laisser un patrimoine à l’abandon enlève son caractère sacré »

Au lendemain des explications du Président de la République, Andry Rajoelina sur la chaîne nationale dimanche, la polémique qui entoure la construction du « Kianja Masoandro » dans l’enceinte du Rovan’Antananarivo continue de faire couler beaucoup d’encre et se trouve au cœur de vives discussions. Dans une interview exclusive accordée à notre journal, Henri Rasamoelina, Professeur titulaire à l’université de Fianarantsoa, diplômé en histoire des civilisations et membre titulaire de l’Académie malagasy apporte son point de vue sur la question.La Vérité : Quel est votre point de vue par rapport à la polémique actuelle autour de la construction du « Kianja Masoandro » au Rovan’Antananarivo? Henri Rasamoelina : Tout changement s’accompagne toujours de polémique à Madagascar et ce depuis le temps de la royauté. Je prends l’exemple durant la période du règne de Radama 1er qui avait décidé de se couper les cheveux et de vêtir des habits modernes. Sa décision ne fut pas accueillie de façon unanime chez le peuple mais cela ne l’avait pas empêché d’opter pour le changement. Pour le cas du Rovan’Antananarivo, l’endroit n’a cessé d’évoluer au cours de l’histoire et a toujours subi quelques changements de la part des rois ou reines de l’époque.L.V : Ne s’agit – il pas de contexte différent puisque nous sommes actuellement dans un régime républicain où le Président n’est nullement un roi ?  H.R : C’était juste un exemple, mais cela pour dire que peu importe que ce soit un état monarchique ou un état républicain, les dirigeants disposent d’une puissance souveraine dans chaque prise de décision. C’est d’ailleurs pour cela que la majorité du peuple leur ont confié le pouvoir à travers les élections. Il est du devoir des dirigeants d’opérer à des changements pour le développement. Si le Président a donc décidé de réhabiliter le Rovan’Antananarivo et d’y construire le Kianja Masoandro, c’est qu’il a ses raisons. D’ailleurs, il l’a déjà expliqué à plusieurs reprises et de façon claire.L.V : Que pensez-vous de la montée au créneau d’un groupe de personnes qui affirment appartenir à la communauté des « Andriana » et qui expriment leur indignation aujourd’hui ?H.R : Tout d’abord, je tiens à souligner que le Rova n’est la propriété exclusive de quelques personnes mais appartient à tous les Malagasy. Je me rappelle que dans le passé, durant la construction du Rova et de l’église, les toits étaient fabriqués à partir de matières appelées « ardoises » qui ont été transportées depuis l’Amoron’i Mania avant de passer par le Vakinankaratra. Par ailleurs, une liste classée aux archives dans la Capitale contient également les noms de tous les citoyens qui ont participé au téléthon pour la réhabilitation du Rova après l’incendie. C’est donc une affaire nationale.L.V : Certains arguments soutiennent que les travaux menés actuellement risquent d’enlever le caractère sacré (« Masina ») du Rova qui constitue un patrimoine national. Qu’en pensez-vous ?H.R : Je pense qu’il faudrait avant tout expliquer la notion de « hasina ». Ce sont avant tout les gens qui attribuent un caractère sacré ou non à une personne ou un lieu. Le « masina » en soit n’existe pas. Et à Madagascar, tous les endroits sont sacrés mais cela n’empêche d’apporter des touches de modernité. A mon avis, apporter des changements n’entrave en rien le caractère sacré du Rova. Au contraire, c’est le fait de laisser un tel patrimoine à l’abandon sans la moindre restauration qui fera davantage perdre ce caractère sacré.Par exemple, du temps du roi Andrianampoinimerina, les marchés étaient considérés comme des lieux sacrés où le commerce des porcs était interdit. Et les personnes qui se comportaient mal au marché risquaient d’être décapitées. Aujourd’hui pourtant, les marchés sont perçus différemment. L.V : Certains citoyens soulèvent la question relative à la priorité de l’Etat par rapport à cette nouvelle construction au Rovan’Antananarivo. Votre avis ?H.R : Je pense que les débats aujourd’hui sont en train de prendre une tournure plus politique. Pourtant, je constate que le régime ne s’est pas concentré sur ces travaux pour laisser les autres priorités de côté comme la crise sanitaire liée au Covid-19. Il s’agit juste d’un projet parmi tant d’autres dont le coup d’envoi des travaux avait commencé bien avant la pandémie.Propos recueillis par Sandra R.

La Vérité0 partages

Pandémie de coronavirus - Un millier de Malagasy coincés à l’étranger

Le ministre des Affaires étrangères Liva Tehindrazanarivelo a présenté son rapport d’exécution de programme aux députés hier au Centre de conférence international d’Ivato. Il a affirmé que près de 1 254 Malagasy se trouvent coincés à l’étranger à cause de la pandémie de coronavirus.L’intervention du ministre des Affaires étrangères Liva Tehindrazanarivelo, hier face aux députés, s’est axée sur trois points. Le premier est la situation des Malagasy qui sont coincés à l’étranger à cause de la pandémie de coronavirus. Le ministre a affirmé que 1 254 Malagasy se sont présentés auprès des représentations de Madagascar à l’étranger et qui se trouvent dans cette situation peu enviable.Sur ces 1 254, 703 d’entre eux sont des travailleurs étrangers composés dans sa majorité par des marins. Moins de  200 d’entre eux sont des travailleurs au Koweït. Le ministre a expliqué que ces travailleurs au Koweït se trouvent dans une situation illégale dans ce pays et risquent l’emprisonnement. Mais après négociation, ces travailleurs, dont les papiers sont expirés, sont placés dans des centres d’accueil. Le reste de ces Malagasy bloqués à l’étranger sont des étudiants, des touristes ou des missionnaires de l’administration.Le ministre a affirmé qu’ils recherchent des moyens pour les rapatrier. Avant que ces compatriotes ne rentrent, ils feront des tests de coronavirus  et une fois arrivée au pays, ils le referont encore avant leur placement en quarantaine.  Le confinement à domicile est exclu du schéma à mettre en place. Des risques  énormes, ainsi il n’est pas question de  laisser à chacun de prendre ses responsabilités » prévient le ministre des Affaires étrangères. Le second point abordé par le ministre est la situation de la revendication des Nosy Malagasy. Il a affirmé que depuis l’apparition du Covid- 19, il n’y a plus eu de contact avec les autorités françaises. Sauf suite à la publication de la création de la réserve nationale naturelle par la France sur les Iles Glorieuses. Le ministre a rappelé qu’il a convoqué l’ambassadeur de France en poste à Madagascar pour lui demander des explications. Mais il a rassuré que les négociations reprendront une fois la pandémie de coronavirus terminée. Il a affirmé qu’une seconde rencontre entre les deux parties devrait avoir lieu dans l’Hexagone.Concernant le dernier point abordé, le ministre a fait état du mouvement des aides reçues par Madagascar des pays amis. Il a cité à titre d’exemple l’aide de la Chine, du Japon ou de la Corée. Mais Madagascar n’a pas fait que recevoir des aides car sous l’impulsion du Président de la République Andry Rajoelina, le pays  a offert son aide et des dons en tambavy CVO à des pays voisins et des pays amis. Même Haïti, un pays très éloigné, a demandé à bénéficier de ce remède traditionnel amélioré dans le cadre de la lutte contre le coronavirus. En tout cas, la découverte de ce remède traditionnel contre le coronavirus a rehaussé le prestige de Madagascar sur la scène internationale a précisé le ministre des Affaires étrangères.

Midi Madagasikara0 partages

MEAH : Des infrastructures sanitaires pour le CEG Antehiroka

Des kits d’hygiène menstruelle pour le CEG Antehiroka.

Le ministère de l’Eau, de l’Assainissement et de l’Hygiène a célébré dernièrement la Journée mondiale de l’hygiène menstruelle au CEG Antehiroka. L’objectif consiste à sensibiliser les femmes et les jeunes filles sur la nécessité et l’importance d’une bonne gestion de l’hygiène menstruelle. En effet, les adolescentes scolarisées se retrouvent confrontées à une perte de dignité personnelle et courent un véritable risque pour leur sécurité en raison du manque d’accès à des installations sanitaires appropriées. Bon nombre d’entre elles ont dû interrompre leurs études pour cette raison. Le thème de cette célébration est axé sur : « Il est temps d’agir » afin de rompre le sujet tabou sur la menstruation et de changer les normes sociales négatives. A cette occasion, le ministre de tutelle, Voahary Rakotovelomanantsoa accompagnée par les représentants des partenaires techniques et financiers, ont remis des kits d’hygiène menstruelle, des Dispositifs de Lavage des Mains (DLM) et du savon au CEG Antehiroka. Des infrastructures sanitaires appropriées pour les 213 jeunes filles et garçons et les personnes handicapées y ont été également installées. Ce qui permettra aux jeunes filles de bénéficier d’un espace sûr et privé, équipé d’installations adéquates pour leurs toilettes intimes durant leur période de menstruation.

Navalona R.

Midi Madagasikara0 partages

Andry Rajoelina : « Ecrire une nouvelle page de l’histoire avec le Kianja Masoandro »  

« Lorsqu’il n’y a pas d’ennemi de l’intérieur, les ennemis de l’extérieur ne pourront pas m’atteindre ». C’est ce qu’a déclaré dimanche soir le président Andry Rajoelina. Une manière à lui de répondre à ses détracteurs. Il affiche sa détermination et refuse de faire machine arrière, en ce qui concerne notamment la construction du Kianja Masoandro dans l’enceinte du Rova d’Antananarivo. « Ce projet me tient à cœur », a-t-il fait savoir. Bien malgré les polémiques, les travaux avancent et vont continuer d’avancer. Dimanche soir, le chef de l’Etat a réservé une grande partie de son émission pour défendre le projet en avançant des explications techniques, historiques, culturelles, mais aussi politiques. « Madagascar sous quelle forme souhaiterions-nous instaurer et laisser à la génération future ? Pour ma part je connais déjà la réponse », a-t-il lancé. A la veille de la célébration du 60e anniversaire de l’indépendance, Andry Rajoelina appelle les Malgaches à se projeter vers l’avenir en suivant le vent de la mondialisation, tout en se conformant à l’histoire et aux traditions ancestrales malgaches. En quelque sorte, il souhaite associer tradition et modernité afin que l’identité culturelle des Malgaches soit préservée dans les actions pour la modernisation et le développement du pays. Avec ce colisée qu’il vient d’instaurer dans l’Anaty Rova, Andry Rajoelina entend écrire une nouvelle page de l’histoire.

Béton. Le président a expliqué que l’architecture, le design, les facades, la frise supérieure,  les poteaux et les arches du Kianja Masoandro sont complètement identiques à ceux du Rova d’Antananarivo. En outre, pour rassurer les  » Taranak’Andriana « , le Chef de l’Etat affirme que le Kianja Masoandro dont la hauteur est de 6m ne cachera pas le Rova (38m). En ce qui concerne les polémiques autour de la construction de la fondation en béton armé, Andry Rajoelina réfute la responsabilité et affirme que les travaux de la superstructure ont débuté en 2005, c’est-à-dire sous l’ère Ravalomanana. En effet, à l’époque, un téléthon national a été lancé. Comme preuve, Andry Rajoelina sort un livre publié par l’association « Fanarenana ny Rova », intitulé « Manjakamiadana et le Rova d’Antananarivo : Un futur retrouvé ». La page 108 de ce livre affirme que le béton n’est pas du tout un nouveau venu dans le site du Rova car la Résidence Masoandro de Ranavalona III devait s’ériger sur des fondations en béton « à la romaine ». Le Chef de l’Etat a ensuite affirmé que bien malgré le  » manomeza kely hanamboarana ny Rova « , pendant quatre ans (de 2005 à 2009), les gens qui ont collecté les fonds n’ont réalisé que 20% des travaux en superstructure.

Appel d’offres. Continuant sur ses explications, Andry Rajoelina affirme que l’objectif pour cette réhabilitation du Rova est de faire revivre l’histoire aux visiteurs, mais aussi de promouvoir le secteur touristique à Madagascar. Une reconstitution de l’histoire de la Royauté Merina et la particularité de chaque Roi et Reine, leur mode de gouvernance, les décisions qui ont marqué leur Royaume, l’histoire de leur accession au trône,… seront entre autres exposés au Kianja Masoandro à travers des représentations théâtrales. « Quant au Rova d’Antananarivo, il sera réhabilité à l’identique », a réitéré le président de la République. En réponse aux attaques selon lesquelles le projet n’a pas respecté la procédure, Andry Rajoelina prouve le contraire en sortant les archives du journal qui a publié des insertions publicitaires y afférentes au mois d’août et septembre 2019. En effet, les travaux de construction du Rova d’Antananarivo a bel et bien fait l’objet d’avis d’appels d’offres publics. « Affirmer que ce projet a été réalisé en catimini et n’a pas été présenté au grand public relève d’une mauvaise foi manifeste », soutient-il. Après la réhabilitation, le prix d’entrée sera de 100.000 Ariary pour les étrangers. Pour les nationaux, le tarif sera de 10.000 Ariary pour les adultes et 2.000 Ariary pour les étudiants.

Davis R

Midi Madagasikara0 partages

RN7 : MD ilay mpamily ambulance nitondra olona

Ny 26 mey teo izy no saron’ny zandary teo Ampiaviana nandritra ny fisavàna tampoka natao. Tsy dia noeritreretiny loatra izany satria ny fiara mpitondra marary dia tsy iharan’ny fisavàna. Rehefa natao tokoa ny fijerena ny tao anatin’ny fiara dia hita fa nitatitra olona salama ilay ambulance. Teo ihany dia nogiazana ny fiara ary nanokafana fanadihadiana ireo olona. Fantatra fa natolotra ny fampanoavana misahana ny ady amin’ny kolikoly ilay mpamily ary fanamparam-pahefana, kolikoly no isan’ny vesatra anenjehana azy. Izany dia ankoatra ny fandikana ny didim-pitondrana mifanandrify amin’ny hamehana ara-pahasalamàna. Nidoboka am-ponja eny Antanimora ny olona voakasika ary amin’ny 16 jiona ny daty voatondro hitsaràna ny raharaha. Tsikaritra fa tena nanamafy tokoa ny fivezivezena amin’ny lalam-pirenena fahefatra ireo mpitandro ny filaminana miandraikitra izany. Ny asabotsy hariva teo dia tsy namelàna koa ny fiaran’ny solombavambahoaka iray nizotra ho any Antsirabe raha tsy nosavaina tanteraka ny taratasy manamarina ny fahazoan-dàlana momba izany. Tsy navelan’ireo mpitandro ny filaminana nanohy ny làlany ny depiote raha tsy nanala ireo olona nentiny, kanefa tsy tao anaty taratasy fahazoan-dàlana ny anarany. Najanona teo an-toerana ireo olona vao afaka nanohy ny diany ilay olomboafidy. Hentitra ny eny amin’ny lalam-pirenena fa mila hamafisina koa ny fisafoana ireo olona mitsoaka ny barazin’izy ireo ka mandeha any anaty ala sy tanety any.

D.R

Midi Madagasikara0 partages

Ravinala Airports : Aide à l’Orphelinat Felana Maitso

Ravinala Airports concrétise sa politique de responsabilité sociétale d’entreprise. Cette entité en charge de la gestion des aéroports d’Ivato et de Nosy-Be a remis un chèque de 1.000 livres sterling soit 4.689.430 d’ariary à l’orphelinat Felana Maitso Ambohibao, vendredi dernier. Ce fonds a été collecté grâce à un financement participatif « crowdfunding » dont Ravinala Airports, Novotel et AviaDev Run sont les participants.

Malgré le report du grand évènement AviaDev Africa prévu en mai dernier, à la “Convention Center” de l’Hôtel Novotel, Ravinala Airports, sur la proposition de Jon Howell, Directeur général d’AviaDev, a accepté de venir en aide à cette association dans ce contexte de crise sanitaire traversé par le pays. Grâce à AviaDev Run, une course de charité organisée par Aviadev au profit des associations, 530 livres sterling (2.485.397,9 d’ariary) ont été récoltés sur la plateforme et les réseaux sociaux via les selfies #AviaDevRun. Novotel a offert un montant de 100 livres sterling (468.943 d’ariary) et Ravinala Airports a octroyé les 370 livres sterling (1.735.089,1 d’ariary) restants afin d’arriver au montant de 1000 livres sterling (4.689.430 d’ariary), qui était l’objectif à atteindre que se sont fixées les 3 entités. Le chèque a été remis à Madame Olga Lilia Ramaromandray, la fondatrice de l’orphelinat qui existe depuis plus de 22 ans, en présence de la Direction générale de l’Hôtel Novotel et de plusieurs représentants de Ravinala Airports. Outre ce chèque, Ravinala Airports a également offert 17 sacs de 50 kg de riz à l’orphelinat Felana Maitso en vue d’aider les enfants défavorisés durant cette période de confinement.

R.Edmond.

Midi Madagasikara0 partages

Déconfinement : Les Taxis Be jusqu’à 17 heures

Les Taxi Be vont pouvoir travailler jusqu’à 17 heures à partir de ce jour.

Le déconfinement progressif continue dans la ville des Mille. L’allègement des mesures annoncé par le président de la République, dimanche dernier, a eu quelques précisions de la part du ministre de l’Intérieur et de la Décentralisation. Pour le cas des transports publics de la Capitale par exemple, toutes les activités doivent s’arrêter à 17 heures locales à partir de ce jour. Si tous les bureaux et tous les commerces doivent fermer leurs portes à 15 heures (à 13 heures dans l’ancienne mesure). Une décision qui ne va pas déplaire à une population tananarivienne qui commence à être fatiguée des limitations de leurs déplacements. Par ailleurs, compte tenu de la propagation du Covid-19, il serait judicieux que tous les acteurs se mobilisent pour garantir la sécurité de tous les usagers des transports publics. Les acquis du début de la pandémie liée au Covid-19 tels que la distribution de gels hydro alcooliques ou encore la désinfection systématique des véhicules assurant le service en question devraient être appliqués. Une chose est sûre, le rallongement du temps d’activités des transports publics va favoriser le retour des bouchons monstres à Antananarivo. Les embouteillages précédant le week-end dernier étaient-ils le prémice du retour à la normale, du moins du côté de la circulation et de tout ce qui en découle ?

José Belalahy

Midi Madagasikara0 partages

Commune Ampitatafika : La fondation HV offre des PPN aux habitants

(Photo : Princy)

Samedi 30 mai, la délégation de la fondation HV est venue remettre des produits de première nécessité aux habitants de la commune d’Ampitatafika qui compte treize quartiers. Selon le responsable de la fondation, Caroline Ratsimba, il s’agit d’une aide qui entre dans le cadre de la lutte contre la Covid-19. Notons que cette fondation et le groupe UCODIS apportent depuis toujours leur contribution à la commune d’Ampitatafika, lieu qui abrite d’ailleurs une grande partie de leurs investissements à Madagascar. Cette fois-ci, ils ont décidé d’offrir du lait, des détergents, des yaourts, des boîtes de sardines et des biscuits aux habitants.

Quant à la situation sur le coronavirus dans la commune, le maire a expliqué que 95% de la population respectent les mesures barrières et qu’aucun cas positif n’a été recensé jusqu’à présent à Ampitatafika. « Toutefois, les communes avoisinantes présentent déjà des cas confirmés » s’est-il inquiété. Puis, en ce qui concerne le comité Loharano, le quartier d’Ambohimangidy serait le seul parmi les treize quartiers de la commune à avoir connu un problème en matière de gestion a-t-il affirmé, avant de noter que dans cette partie de la ville, il est préférable de confier la distribution des « vatsy tsinjo » aux chefs Fokontany afin de garantir une meilleure gestion.

Anja RANDRIAMAHEFA

Midi Madagasikara0 partages

Gestion de Crise par le Gouvernement : Un cadre d’évaluation des actions, proposé par les économistes

Le régime, coincé entre la crise sanitaire et la crise économique, doit optimiser ses ressources pour faire face à une double crise de légitimité économique et sociale, selon les économistes Mamisoa Fredy Andriamalala et Rado Ratobisaona. Interview croisée.

Midi-Madagascar (MM). D’où est née cette idée de proposer une méthodologie pour évaluer la performance du Gouvernement dans la lutte contre le Covid-19 et le redressement économique et social ?

Mamisoa Fredy Andriamalala (MFA). Il s’agit d’une initiative menée en tant qu’acte citoyen fondé sur le contrôle participatif des gouvernants, exercé par les gouvernés. Le cadre d’évaluation a été concocté par ma personne – Fredy Andriamalala, Consultant, Professeur des Universités et Chercheur spécialisé dans les Sciences Politiques, l’Économie et la Politique de développement – en collaboration avec l’économiste le Dr Rado Ratobisaona, ancien PCA du CREM (Cercle de Réflexion des Économistes de Madagascar).

Au vu du contexte actuel, l’amélioration du fonctionnement de l’Etat dans la gestion de la crise de Covid-19, c’est-à-dire l’accroissement de l’efficacité du Gouvernement dans la lutte contre ce fléau est le moyen pertinent pour rétablir la légitimité de l’Etat vis-à-vis de la population et des acteurs économiques. Pour ce faire, le président de la République, qui ne cesse de multiplier ses efforts, devrait évaluer les actions gouvernementales. Cette évaluation est un outil de Management public. La méthodologie que nous proposons vise à aider le Président et le Gouvernement à se rapprocher des citoyens qui exercent une pression de plus en plus accrue, dans le dessein d’améliorer la gestion des affaires publiques.

MM. A quoi serviront les résultats de l’évaluation ?

MFA. L’évaluation de la performance du gouvernement semble sujette à controverse pour le Régime, l’opposition et les partenaires internationaux.

Pour les partenaires internationaux, l’aide et le financement accordés sont conditionnés par la performance quantifiable du Gouvernement des pays récipiendaires de leurs aides. En cas de performance négative, ils prennent des sanctions unilatérales qui se traduisent par une diminution de l’aide et le report des dates de déblocage des fonds.

Quant à la population, l’évaluation de la performance du gouvernement est souvent fondée sur les critères Réalisations et Résultats palpables à court terme. Si l’évaluation est négative, elle s’efforce à tout prix, avec l’aide de la société civile, de discréditer le Gouvernement en demandant un remaniement ou un changement du Gouvernement.

Pour le président de la République, son jugement sur l’efficacité des actions du Gouvernement est à la fois conditionné par l’aspect relationnel avec les membres du gouvernement, d’une part et la performance positive de chaque département ministériel, d’autre part. En cette période de crise, la décision du président de la République devrait se baser sur la légitimité et la crédibilité des critères de performance du Gouvernement.

MM. Quel type de collaborateurs scientifiques permettrait d’accroître la performance du Gouvernement ?

Rado Ratobisaona (RR). La présence des techniciens bardés de diplômes de haut niveau ne n’est pas nécessairement synonyme de Manager Public performant car connaissance ne rime pas toujours avec compétence « capacité à tenir un poste ». Il incombe au président de la République d’identifier les collaborateurs de bonne volonté intègres et performants car il en existe plusieurs types. On peut citer le « Collaborateur dans sa tour d’ivoire » qui cherche à appliquer la « science pure » et s’intéresse avant tout à l’aspect esthétique de ses conseils, théories et discours sans tenir compte la réalité exacte ; le « Collaborateur-Astronome » qui se considère comme un observateur objectif et neutre, à l’extérieur de la réalité ou problème à résoudre. Comme l’astronome qui n’est pas responsable du mouvement des étoiles et qui n’assume pas aucune responsabilité quant aux conséquences de ses conseils et prévisions ; le « Collaborateur-technocrate pure » qui possède des conseils et modèles globaux d’action et cherche à imposer et adopter ses idées sans modification ; et le « Collaborateur et Manager-Public pragmatiques » qui sont capables d’entretenir des dialogues et relations mutuelles dialectiques dans différents domaines d’intervention. Ce sont des Légitimateurs et Propagandistes Scientifiques de la politique gouvernementale. Ils sont capables de prévoir les conséquences positives et les retombées négatives des décisions que le président de la République a pris ou va prendre pour accélérer le développement. Bref, Madagascar a besoin de nouvelles formes de Management des Politiques publiques en identifiant des vrais technocrates pragmatiques-Managers publics performants ayant une vision semblable à celle du président de la République pour accroître la performance de son gouvernement et rendre par la suite Madagascar un nouveau pays émergent.

Recueillis par Antsa R.

Midi Madagasikara0 partages

Ils ont fait le buzz : George Floyd, l’arrestation de trop 

Si Madagascar se démène contre le Covid-19, le regard du monde entier se tourne petit à petit vers les Etats-Unis, notamment la ville de Minneapolis. Ville meurtrie où des émeutes destructrices commencent à faire tache d’huile dans d’autres grandes cités américaines. A la source, l’interpellation de George Floyd a entraîné son décès. L’arrestation a été filmée et largement diffusée le 25 mai, tout de suite qualifiée d’acte arbitraire et raciste.

Quand cela touche les Etats-Unis, cela devient une histoire mondiale. Les stars du sport américain ont tout de suite rallié la cause en réagissant sur les réseaux sociaux, sur Twitter notamment. Les politiciens, surtout les démocrates, considérant le président américain actuel comme un possédé, ont vite fait de charger la politique du « vivre ensemble » à la sauce Trump. La colère légitime et cumulée des Noirs est reprise en combat politique par la population blanche.

Il suffit de voir les vidéos partagées dès que les échauffourées virent au passage à tabac d’un policier blanc, les manifestants et manifestantes blanches s’interposent. Sinon, ces derniers se mêlent allègrement à cette colère noire tant que celle-ci est bien maîtrisée en acte symbolique et pacifique. Cependant, il est difficile de contenir une colère refoulée à cause des différences de traitements flagrantes, entre citoyens égaux, subis presque quotidiennement…

Les images d’immeubles en feu, de magasins saccagés, de policiers venant aux mains avec les grévistes comme des bagarreurs de rue, de voitures en flamme, de commissariats attaqués… inondent les réseaux sociaux. La tête toute rose d’un cochon est arborée comme le symbole de cette lutte violente des Noirs de Minneapolis. A un acte raciste, une race harcelée depuis des décennies répond par un autre acte raciste.

Selon des témoignages sur Twitter, « des personnes armées appartenant à des associations et partis d’extrême droite sillonnent les villes pour chasser les manifestants noirs. Les gangs de noirs sortent alors dans les rues pour protéger les leurs ». Si les images et les vidéos d’une rare violence circulent, la réalité du hors champ est encore pire. Comme le « Capitole » à Washington, assiégé de nuit par des manifestants en majorité noirs.

On s’étonne que dans un pays aussi avancé que les Etats-Unis, pays épris de liberté et d’égalité pour tous, les clivages restent fortement gravés dans le rapport à l’autre. Alors, chez les autres nations à vocation caucasienne et romaine, la comparaison est certes risquée, mais en tant que « gens de couleurs », on est en droit de se demander. Les vidéos d’actes policiers racistes américains surmédiatisés poussent à penser si de telles scènes sont aussi filmées en France, en Belgique, en Tchécoslovaquie…

Le risque aussi est d’orienter uniquement la haine des autres sur la race blanche. Mais, par exemple, les actes filmés et répertoriés en Chine contre des immigrés africains sont tout aussi répréhensibles que ceux des policiers blancs envers les noirs aux Etats-Unis. Pour faire plus proche, ces cadavres de femmes africaines rapatriées du Liban, de l’Arabie Saoudite… sont pour autant les conséquences d’une posture raciste des bourreaux.

Pour aller plus loin dans l’histoire, ces groupes humains malgaches, ayant colonisé les côtes africaines pour chercher des esclaves et les vendre, cela relève également d’une conception raciste de l’autre.

Maminirina Rado

Midi Madagasikara0 partages

Trafikan-javamahadomelina : Rongony valo taonina mahery saron’ny zandary

An-tapitrisany maro dia maro indray no very ho an’ireo mpanao trafikan-drongony ! Saha fambolena rongony manodidina ny 50Ha eo indray mantsy no saron’ny zandary tao amin’iny distrikan’Ambilobe iny.

Tao amin’ny toerana vitsivitsy toa an’Andohanifasibe, Andranomora, ary Andohanifasy, samy ao amin’ny fokontany Ambanikibo, kaominina ambanivohitra Anaborano. Marihana, hoy ny vaovao, fa any amin’ny tapany avaratra ary anaty ala mikitroka no nisy azy io. Rongony manodidina ny roa arivo sy fito alina fototra teo no hita tamin’izany ary samy efa nopotehina avokoa. Ambon’izany dia mbola nahitàna rongony maina milanja eo amin’ny iray taonina sy sasany teo, ary voan-drongony 200 kilao, tratra tao an-toerana.

Araka ny fampitam-baovao azo dia nandritra ny hetsika fampandriana fahalemana nanomboka ny 24 mey lasa teo no nahazoana izao vokatra izao. Tetsy andanin’izay ny fahazoam-baovao avy amin’ny olona tsara sitrapo nanoro ny toerana ka nahafahan’ireo zandary nanao ny fanadihadiana rehetra. « Raha atotaly ireo zavamahadomelina sarona (maitso, maina, voany) dia nahatratra 8 taonina teo ho eo », hoy hatrany ny loharanom-baovao. Rehefa nahazoana alalàna avy amin’ny tompon’andraikitra mahefa tany an-toerana moa dia niroso tamin’ny famotehana izany fanetriben’ny firenena izany ireo mpitandro filaminana. Fantatra kosa fa efa mandeha ny fikarohana izay olona mety ho tompon’ireto « entana » ireto.  «Araka ny loharanom-baovao dia olona mpivahiny avy any amin’ny faritra Sava no tompon’ireo voly midadasika be ireo, saingy tsy tratra teny an-toerana ». Nilaza anefa ireto tompon’andraikitry ny filaminana ireto fa « tsy maintsy ho tratra io olona io, na ho ela na ho haingana ».

Fa mahakasika izay resaka trafikan-drongony izay ihany fa teto an-drenivohitra indray. Fantatra ihany koa mantsy fa nisy mpivarotra sy mpamatsy rongony rain-dahiny voasambotra tao Alasora tao ny faran’ny herinandro teo, araka ny fampitam-baovao avy amin’ny zandarimariam-pirenena hatrany. Rongony efa ao anaty fonosana maromaro no tratra teny amin’ity farany, niaraka tamin’ny vola nisinisy ihany. Efa natolotra ny Fampanoavana moa io olon-dratsy io ary nadoboka am-ponja avy hatrany.

m.L

Midi Madagasikara0 partages

Atoa Razafiarison Jean Jugus : Vonona amin’ny asa fahamehana

Natao ny sabotsy teo ny famindram-pitantanana teo amin’Atoa Razafiarison Jean Jugus sy Atoa Benandrasana Cyrille, izay 05 taona sy 01 volana ary 09 andro naha prefen’i Toamasina azy. Midika izany fa vonona amin’ny asa fahamehana iandraketany Atoa Razafiarison Jean Jugus, amin’izao asa hosahaniny eto Toamasina mikasika ny faritra Atsinanana izao. Nomarihany tamin’izao fa vonona amin’ny asa nampiandraiketina azy ny tenany, na dia herintaona talohany aza ny fidirany teny. Vonona hatrany koa ny tenany, Benandrasana Cyrille, ny hanaraka ny fanendrena hataon’ny fanjakana. Ny fanendrena izay hatao dia ao anatin’ny fampananjana ny lalàna. Vonona hatrany ny tenany hampanaja ny lalana sy ny fahazoam-pahefana hampanaja izany ho an’ny rehetra. Hamehana ny asa ka vonona amin’izany Atoa Razafiarison Jean Jugus, hampanaja ny lalàna misy.

Malala Didier

 

Midi Madagasikara0 partages

Importateurs de véhicules : Interdiction d’entrée dans la ville de Toamasina

Comme à l’accoutumée, les précisions sur les mesures concernant la prolongation de l’état d’urgence sanitaire sont connues le lendemain ou les jours qui suivent les rendez-vous du dimanche. C’est ainsi que le ministère de l’Intérieur et de la Décentralisation, Tianarivelo Razafimahefa a répondu aux acteurs du secteur de l’importation de véhicules. En effet, ces derniers ont haussé le ton quant aux difficultés inhérentes à la récupération de leurs marchandises compte tenu du confinement total qui prévaut dans la capitale des Betsimisaraka. Ainsi, « les importateurs sont interdits d’entrée dans la ville de Toamasina mais doivent s’arrêter à Sarimasina. Leurs véhicules devraient quant à eux être acheminés par leurs transitaires respectifs sur les lieux ». Une mesure entrant dans le cadre de la lutte contre la propagation du Covid-19 a-t-on fait savoir et qui vise à éviter la pénalisation des importateurs de véhicules. Avec une telle mesure, on ne serait pas surpris si de longues files se forment sur cette partie de la route nationale numéro 2 (RN2).Par ailleurs, étant donné que les transports nationaux et régionaux ne sont pas encore opérationnels, la solution pourrait encore être problématique. Avec les impacts sociaux, sanitaires et économiques qu’il engendre, le Coronavirus mérite sa couronne. La Chine a éternué et l’économie de Madagascar est asphyxiée… Toamasina risque la pneumonie.

José Belalahy

Midi Madagasikara0 partages

Secteur privé : Andry Rajoelina annonce un plan multisectoriel d’urgence

Le président de la République Andry Rajoelina rassure les opérateurs économiques. Il prend conscience des difficultés rencontrées par les entreprises et des dispositions seront prises dans les jours qui viennent.

Une lueur d’espoir en tout cas pour le secteur privé car lors de la conférence de presse qu’il a donnée avant-hier, Andry Rajoelina a évoqué la mise en place d’un plan multisectoriel d’urgence pour sauver ce qui peut encore l’être pour l’économie en général et pour le secteur privé en particulier.

Rencontre

Avec une réduction des activités jusqu’à 50%, certaines entreprises craignent le pire. « On ne sait plus si on va pouvoir assurer le paiement des salaires de nos employés le mois prochain » a déclaré Alfred Rajaonera dirigeant de la Chocolaterie Robert dans son intervention lors de cette conférence. Une occasion pour lui de confirmer devant le président de la République les soucis de l’ensemble du secteur privé qui avait d’ailleurs déjà lancé un appel au secours à l’endroit de l’Etat. Répondant à cette sollicitation, Andry Rajoelina a annoncé qu’un plan multisectoriel d’urgence va être mis en place. Sans se prononcer sur les détails de ce plan de sauvetage, le chef de l’Etat prévoit une rencontre avec les opérateurs économiques, dès la fin de cette semaine. Andry Rajoelina a plus particulièrement parlé du secteur du bâtiment et des travaux publics en vue d’un projet créateur d’emplois. Le secteur du tourisme fera également l’objet de mesures particulières.

Bonnes initiatives

En somme, le secteur privé peut maintenant espérer avec cette annonce de mesures de sauvetage. On sait que depuis le début de la crise sanitaire, l’Etat a déjà pris de bonnes initiatives d’appui au secteur privé, par le biais notamment de reports d’échéance et des allégements fiscaux. Des mesures qui ont déjà provoqué des pertes de recettes fiscales de 19 milliards d’ariary pour l’impôt synthétique et de 21 milliards d’ariary pour l’IRSA et la TVA. « J’ai déjà une idée pour la relance économique après-coronavirus mais on peut déjà travailler ensemble pour trouver des solutions d’urgence pour sauver les entreprises » a promis le Président de la République qui va également faire le nécessaire pour la mise en vigueur du décret d’application de la loi sur le développement industriel. Une loi qui date de 2017 mais qui n’est pas jusqu’ici appliquée.

R.Edmond.

Midi Madagasikara0 partages

Exposition : Le « Cœur imparfait » de Bodo en peinture

Quinze tableaux de Bodo constituent sa toute première exposition.

Diva de son état, Bodo a plus d’une corde à son arc. Le temps du confinement, la diva a troqué son micro pour les pinceaux. Un talent qui lui est sorti par le plus grand des hasards. Avec 15 toiles au compteur, Bodo vient de signer son premier pas en tant qu’artiste-peintre samedi. C’est au “Paper Store” Akoor Digue que trônent les œuvres de Bodo pendant deux semaines. « Cœur imparfait », l’intitulé de l’exposition parle de lui-même. Inspirée par Dame Nature, Bodo privilégie le style abstrait intuitive. Si les titres de ses œuvres sont on ne peut plus explicites à l’instar de “Coquelicot”, “Grotte florale”, “Fleur du néant”, “Extra nature” ou encore “Cousu”… elle est encore en train de tâter le terrain. Autodidacte, Bodo semble hériter de son père qui était alors doué en croquis. « Comme mon parcours de chanteuse, je suis aussi tombée dans la peinture par le plus pur des hasards. Je veux partager ce que j’ai au fond de moi, mais je continue aussi à apprendre. Je suis ouverte à toutes remarques et critiques, alors, n’hésitez pas à me laisser un petit mot quand vous viendrez voir l’exposition », laisse-t-elle entendre.  Ayant la main sur le cœur, Bodo continue ses actions sociales à travers l’art. En effet, les recettes de cette vente-exposition iront au profit de l’association HUG, humanity- generosity for MADA, qui ambitionne de scolariser ou de préscolariser 300 enfants issus de milieux défavorisés. Les bénéfices récoltés seront également convertis en couvertures et en vêtements chauds, que l’association offrira à 60 personnes âgées en cette période hivernale.

Zo Toniaina

Midi Madagasikara0 partages

Etat d’urgence sanitaire : 27 actes de grand banditisme enregistrés auprès de la BC

Le Commissaire divisionnaire Hercule Seraly.

En cette période d’état d‘urgence sanitaire où la majorité de la population se trouve dans la précarité totale pour survivre, les malfaiteurs en profitent pour commettre leur forfait. Ces ennemis de la Nation n’attendent que la moindre défaillance chez les forces de l’ordre qui ne cessent de multiplier leurs efforts pour maîtriser la propagation de la pandémie du COVID-19. Le bilan dressé par la direction de la Police judiciaire au niveau de la Police nationale concernant les actes criminels (braquage de cash point, de magasins, de domiciles, meurtres et assassinats) commis dans la Capitale depuis l’instauration de cette mesure d’état d’urgence, soit exactement depuis le 23 mars, jusqu’à fin mai, est alarmant. Durant cette période, la Brigade criminelle Anosy a reçu 27 plaintes relatives à ces actes de grand banditisme. 11 d’entre elles ont été élucidées. Ce qui a permis d’emprisonner 25 personnes après leur défèrement au Parquet. Expliquant ces chiffres, le Commissaire divisionnaire Hercule Seraly, directeur de la Police Judiciaire auprès de la Police Nationale à Anosy veut affirmer que les Forces de l’ordre ne restent pas les bras croisés face à la recrudescence de l’insécurité dans la Capitale tout en contribuant activement à la lutte commune contre le Coronavirus. « La Police nationale ne se limite pas seulement à la répression des malfaiteurs, elle veille également à la protection de la population à travers la mise en place des dispositifs de prévention contre les menaces selon les recommandations données par le ministre de la Sécurité publique», dit-il. Et cela par le renforcement des patrouilles, jour et nuit, dans toutes les zones réputées rouges. A cela s’ajoute la collaboration entre les huit commissariats existant à Tana et les comités de vigilance villageois à travers la communication rapide de renseignements fiables pour que la police puisse intervenir à temps. Pendant ces deux derniers mois, la police a réussi à déjouer 15 actes de banditisme grâce à cette méthode de travail, a souligné le DPJ. En ce qui concerne, les affaires de kidnapping, ce responsable affirme que la brigade criminelle continue toujours ses enquêtes. Impliqué dans l’enlèvement du ressortissant Karana Anil Karim, commis le 27 avril, un homme vient d’être incarcéré à Tsiafahy après avoir été déféré au Parquet la semaine dernière.

T.M.

Midi Madagasikara0 partages

Les chiffres continuent de galoper : 128 nouveaux cas de Covid-19 durant le week-end de la Pentecôte

Les statistiques d’hier.

60 nouveaux cas samedi ; 32 cas dimanche et 36 cas, hier, lundi, ont été rapportés par le centre de commandement opérationnel Covid-19.

Le week-end de la Pentecôte a vu défiler 128 nouveaux cas de Covid-10 au total, durant le week-end de la Pentecôte, dont une majeure partie, toujours localisée à Toamasina. Antananarivo, Toliara, Tolagnaro, Moramanga, Toamasina sont les principales villes où ont été localisés les nouveaux cas des trois derniers jours. On notera aussi la réapparition du coronavirus dans la Haute Matsiatra, annoncée hier, alors que la région n’a compté aucun malade depuis la semaine dernière.

Nouvelles localités. Le coronavirus n’a ainsi pas marqué de pause durant le week-end de la Pentecôte au cours duquel de nouvelles localités sont citées comme étant également touchées par l’épidémie. C’est le cas pour Arivonimamo, si dans la ville d’Antananarivo et ses périphéries, d’autres quartiers ont également été cités durant le week-end, dont notamment Manjakaray, Ambatomaro, Ampitatafika, Antsahavory Alakamisy, Vontovorona, Alakamisy Fenoarivo, Beravina Itaosy, Ambatomirahavavy. Hors d’Analamanga, on notera aussi la localité de Soavinandriana, dans l’Itasy où un nouveau cas a été signalé.

Récapitulatif. Au chapitre des guérisons, 6 personnes ont vaincu le coronavirus et comptabilisés, hier, parmi les patients guéris, lesquels sont au nombre de 174 actuellement. Au total, le centre de commandement opérationnel (CCO) Covid-19 a recensé 826 cas confirmés à Madagascar depuis le 19 mars 2020, dont 6 décès et 646 malades sont toujours en cours de traitement, incluant les 8 patients présentant actuellement une forme grave de la maladie. Au total, 11 311 tests ont été effectués à Madagascar.

Hanitra R.

Midi Madagasikara0 partages

Filière vanille : De nouveaux prix de référence seront bientôt publiés

La vanille figure parmi les produits stratégiques destinés à l’exportation. L’ouverture de la campagne de collecte s’est tenue le 25 mai 2020 à Ambanja. En revanche, « pour les autres régions productrices, la campagne démarrera à compter de juillet prochain », a déclaré le ministre de l’Industrie, du Commerce et de l’Artisanat, Lantosoa Rakotomalala. Il faut savoir que neuf régions produisent de la vanille à Madagascar. « Le calendrier d’ouverture de la campagne de collecte varie ainsi suivant les dates de floraisons de la vanille. Et nous le déterminons en collaboration avec le Centre régional d’observation scientifique de ces floraisons », a-t-elle poursuivi. Et parlant de l’évolution des prix de la vanille, elle a soulevé que des nouveaux prix de référence seront bientôt publiés pour la campagne 2020-2021.

Structures de prix. Rappelons que lors de la dernière campagne de 2019-2020, ce département ministériel a affiché les prix de référence de la vanille de première qualité destinée à l’exportation à 350 dollars le kilo tandis que le prix de référence du kilo de la vanille verte préparée était fixé à 900.000 ariary. « Tous les acteurs ont respecté ces prix de référence. Et pour la campagne de collecte 2020-2021, nous allons encore étudier les nouveaux prix de référence de la vanille. En effet, chaque campagne est unique en fonction de la quantité produite et la tendance de prix de ce produit stratégique sur le marché international. A titre d’illustration, l’Indonésie connaîtra une hausse de la production de sa vanille atteignant 400 tonnes», d’après toujours les explications du ministre de tutelle. Interrogée sur la déclaration d’un député élu à Ambanja qui dénonce la baisse drastique du prix de la vanille verte entre 20.000 Ar et 25.000 Ar le kilo, lors de l’ouverture de la campagne de collecte, elle a répondu que ce n’est pas la réalité sur place. « Nous avons bien identifié les structures de prix au niveau de toutes les chaînes de valeur, allant des producteurs jusqu’aux principaux importateurs. Et la vanille d’Ambanja est actuellement achetée au prix qui convient à tous les acteurs, soit le prix normal. Il faut savoir également que la région d’Ambanja produit environ 300 tonnes de vanille chaque année alors que la production nationale s’élève à 12.000 tonnes », a-t-elle enchaîné. Par ailleurs, ce département ministériel prévoit de développer l’industrialisation dans les zones productrices de la vanille afin de booster cette filière porteuse.

Navalona R.

Midi Madagasikara0 partages

Fandriana : Faty olona nihosin-drà, hita teo an-tsena

Ny alahady 31 mey 2020 vao maraina be dia nahitana fatin’olona mihosin-dra tao an-tsena Ambatonandriana  Fandriana. Teo akaikin’ny Tranobe. Avy hatrany dia tonga teo an-toerana ny Ben’ny Tanànan’i Fandriana, ny mpitandro ny filaminana, ny dokotera mpitsabo. Araka ny fijerena nataon’ny mpitsabo dia fahaverezan-dra be lôtra vokatry ny tsatoka zava-maranitra teo amin’ny vatany no nahafaty ity tovolahy ity, izay mponina eo amin’ny fokontany Ambohidralamanga. Tsy lavitra ny toerana nahitana ny razana dia nisy ihany koa ny fahavakisana toeram-pivarotana miisa 2 ny alin’io ihany. Misokatra ny fanadihadiana ataon’ny mpitandro ny filaminana eto an-toerana manoloana izao toe-javatra izao ary ny razana kosa dia efa noraisin’ny fianakaviana.

Anastase

Midi Madagasikara0 partages

Toute une histoire

Si le soleil se lève pour tous, en revanche le projet « Kianja Masoandro » soulève la polémique dans le microcosme.

Toute une histoire

« Si tu ne comprends pas aujourd’hui, tu comprendras plus tard ». Le président de la République a parodié les « Lettres de Charles Nodier » à travers lesquelles ce dernier parle de ses relations avec le reste des hommes. Andry Rajoelina lui, s’adresse à ceux qui ne comprennent pas l’édification d’un « Colisée » dans l’enceinte du Rova. Au point de faire toute une histoire – au propre comme au figuré – face au projet de l’ex-candidat numéro 13 qui avait justement promis d’« écrire une nouvelle page de l’histoire de Madagascar » pendant la campagne électorale. « Je ne voudrais pas laisser une triste histoire de mon passage à la tête de la Nation », a-t-il déclaré avant-hier. Avant d’ajouter qu’à chaque fois qu’il entreprend quelque chose, c’est la même histoire. Et de rappeler l’histoire du budget alloué aux Barea dont les performances à la CAN 2019 ont été unanimement saluées au final ou plutôt en quart de finale par tous les Malagasy. Un élan unitaire entré à jamais dans l’histoire du pays, selon le locataire d’Iavoloha qui s’est inspiré également de l’histoire des Jeux Olympiques pour soutenir, contrairement à Pierre de Coubertin, que « l’important, c’est de gagner mais non de participer ». Il a aussi fait sien le proverbe africain pour dire que « lorsqu’il n’y a pas d’ennemi à l’intérieur, les ennemis de l’extérieur ne peuvent pas m’atteindre ». Une manière d’appeler à l’unité et à la solidarité pour faire face à l’ennemi intérieur venu de l’extérieur, à savoir le coronavirus. Une pandémie mondiale qui entrera aussi si ce n’est déjà le cas, dans l’histoire de la planète. Andry Rajoelina de l’assimiler même à une « troisième guerre mondiale » au cours de son intervention dont l’histoire du Rova a occupé un chapitre entier, avec comme sous-chapitre le « Kianja Masoandro » qui n’a pas été échafaudé dans l’ombre mais en plein… soleil. Le président de la République de brandir à titre de preuve un exemplaire du « journal le plus lu au pays », en l’occurrence le nôtre, qui avait publié l’avis d’appel d’offres. « En quadrichromie ». Histoire d’en faire voir de toutes les couleurs à ceux qui sont dans le… noir.

R.O

Midi Madagasikara0 partages

Mangarano-Toamasina : Jiolahy tra-tehaka teo am-pamakiana tranom-barotra

Lehilahy miisa telo saika hamaky tranom-barotra lehibe an’ny teratany vahiny iray ao Mangarano no voasambotry ny Polisy miasa ao amin’ny boriborintany voalohany Toamasina ny 28 may 2020 lasa teo. Tontosa izany noho ny fiaraha-miasa tamin’ny olona tsara sitra-po izay nanome loharanom-baovao marim-pototra sy ara-potoana.

Nidina teny an-toerana avy hatrany ny Polisy nametraka mpitandro filaminana teny amin’ny manodidina niandry ny fiavin’ireo jiolahy. Ny 28 may io tokoa, tokony tamin’ny 10 ora alina teo ho eo dia lehilahy miisa roa no tsikaritry ny polisy nihaodihaody teo amin’ilay tranom-barotra ary niezaka nanokatra ny varavara tamin’ny « barre mine » sy « pince coupante ». Nandray ny andraikiny avy hatrany ireo mpitandro filaminana ka noraim-potsiny teo  ny iray tamin’ireo olon-dratsy. Tafaporitsaka kosa ny faharoa na dia efa nanao tifi-danitra aza ny polisy hampijanonana azy. Tsy nijanona hatreo anefa, fa nanohy ny fikarohana ity jiolahy ity hatrany ny polisy. Nody ventiny izany adiny iray taty aoriana. Tamin’ny 11 ora alina teo ho eo dia voasambotra teo Mangarano ity jiolahy tafatsoaka ity sy ny tovolahy iray mpiray tsikombakomba tamin’izao asa ratsy izao ihany. Fantatra tamin’ny fanadihadiana natao azy ireo fa efa mpiambina tao amin’ity tranombarotra ity ny iray tamin’izy ireo saingy efa voaroaka ny 15 may 2020. Samy niaiky ny heloka nataony avokoa izy ireo.

T.M.

Midi Madagasikara0 partages

Projet jeunes et sports : 70 millions d’ariary à la clé !

Vingt projets seront primés à hauteur de 2 millions à 4 millions d’ariary chacun. Les jeunes auront jusqu’au 30 juin pour envoyer leur projet axé dans le domaine du sport.

Et de deux. Après le succès de la première édition du projet jeunes et sports organisé par le Service de Coopération et d’Action Culturelle (SCAC) de l’ambassade de France à Madagascar et la Maison de sport, ils ont décidé de relancer le pari. « Les jeunes sportifs malgaches ont du talent et des idées et ils ont besoin d’un appui. On a vu l’émergence de projet innovant lors de la première édition et dont la réalisation a été couronnée de succès. Et voilà, nous sommes à la deuxième édition » a annoncé l’organisateur. L’objectif de l’organisation du projet vise à encourager l’entrepreneuriat dans le cadre du milieu sportif, le développement d’activités économiques via le sport et le développement d’initiatives des jeunes sportifs. La priorité est mise sur les domaines qui touchent les sports et les activités de pleine nature ainsi que les métiers du sport. « Le soutien de l’ambassade de France à Madagascar et la Maison du Sport m’a permis de réaliser mon projet et d’aider les jeunes amoureux du beach-soccer à Mahajanga. Nous avons pu aussi inculquer aux jeunes des valeurs citoyennes et de sportifs responsables soucieux de l’environnement » a déclaré, Gary Andriamanana, vainqueur du projet jeunes et sports en 2019. “Madagirl Spikers”, un autre vainqueur du projet en 2019 a axé ses actions dans l’éducation du volley-ball aux jeunes filles âgées de 8 à 12 ans et aussi en éduquant ces dernières à l’hygiène menstruelle.

20 projets. Le concours est ouvert à tout jeune ou toute association, sportif ou travaillant avec les sportifs, de 15 à 25 ans présentant tout type de projet de création ou de développement visant le milieu sportif et qui se démarquera par son originalité et son innovation. Une prime de 17.000 euros soit 70 millions d’ariary sera à partager aux 20 gagnants allant de 500 euros (2 millions ariary) à 1.000 (4 millions ariary) euros de prix. Les projets seront sélectionnés selon l’originalité et l’audace du projet ; l’engagement, les compétences et la motivation du candidat ou de l’équipe ; la faisabilité (technique, économique, commerciale) et les chances d’aboutir ; l’impact sur le territoire ou l’entourage direct du sportif. Les projets qui associeront sport et un autre domaine (environnement, santé, éducation, entraide sociale…) seront privilégiés. Le jury sera composé de personnes que l’ambassade de France et la Maison de sport auront choisies avec soin. Le concours a été lancé le dimanche 31 mai 2020 et sera clôturé le mardi 30 juin 2020. Les résultats seront proclamés le mercredi 12 août 2020. Les projets devront être réalisés de septembre 2020 à avril 2021. Le dossier de candidature comprendra une lettre de motivation, la fiche de candidature remplie et la photocopie de la carte d’identité nationale ou carte d’identité scolaire ou certificat de conformité de l’association,sera envoyé à l’adresse e-mail lamaisondusport@gmail.com.

T.H

Midi Madagasikara0 partages

FFKM : « Faire preuve de beaucoup plus de solidarité »

A l’occasion des fêtes de la pentecôte, les dirigeants du conseil œcuménique des églises chrétiennes a lancé un appel pour œuvrer dans la solidarité contre la propagation du coronavirus dans le pays. Les chefs d’églises, notamment David Rakotonirina, Odon Marie Razanakolona, Ammi Irako Andriamahazosoa et Samoela Jaona Ranarivelo, ont sorti une déclaration commune à ce sujet, samedi dernier. Selon ces derniers, des dérapages ont survenu durant ces trois mois de crise sanitaire, notamment le manque de transparence dans la gestion des aides, l’abus de pouvoir, la corruption, l’incitation à la haine. Cependant « tout le monde est responsable derrière ces maux, notamment les gouvernants et les gouvernés » a soutenu le conseil. Par ailleurs, le FFKM appelle l’Etat à poursuivre la lutte menée contre la propagation du virus « suivant les compétences et les talents » de chaque acteur. Dans la foulée, le conseil a reconnu les efforts déployés par l’Etat dans le cadre de cette crise sanitaire. Il est aussi temps, selon les chefs d’églises, de changer de fusil d’épaule et concentrer les efforts sur la production interne en valorisant les potentialités du pays en matière de capital humain et de ressources économiques disponibles.

Recueillis par Rija R.