Les actualités Malgaches du Samedi 02 Juin 2018

Modifier la date
Midi Madagasikara199 partages

Paul Rabary : « Pour la continuité des activités pédagogiques, les enseignants grévistes seront rempla...

Des élèves d’un établissement public de la Capitale poussés à sortir suite à des actions de perturbation menées par des grévistes.

Sortant de son silence, le ministre de l’Éducation nationale a annoncé des mesures devant permettre la continuité des activités auprès du MEN, mais également pour éviter que les élèves des 30 000 établissements scolaires ne soient des victimes de la conjoncture actuelle.

Affectés.

« La nature a horreur du vide. » Une citation prononcée par le ministre Paul Rabary lors d’une conférence de presse organisée à Anosy hier lorsqu’il a fait état de la situation qui prévaut au sein de son ministère actuellement. Une citation qui s’adresse également aux enseignants qui ont choisi ou qui voudront choisir de rallier les rangs des manifestants dirigés par les « 73 députés ». « Le ministère a l’obligation d’assurer la continuité des cours, étant donné que les dates des examens ne sont pas reportées », a fait savoir Paul Rabary. Avant de noter que « le ministère approuve les revendications syndicales relatives au salaire des enseignants ». Ainsi, « les enseignants sont libres de choisir s’ils veulent reprendre leurs activités ou non. Toutefois, ceux qui veulent continuer la manifestation, seront remplacés par d’autres qui ont été formés, motivés et disponibles de suite pour prendre leur poste ». Disposant de 4.000 postes budgétaires pour cette année et d’enseignants disponibles à prendre directement leur poste, le ministère entend donc faire tout pour assurer la continuité des cours. Et ce, étant donné que les dates des examens n’ont pas été reportées. Par ailleurs, le ministre Paul Rabary a toutefois noté que « les enseignants remplacés seront affectés dans d’autres localités où le besoin en enseignants se fera ressentir une fois qu’ils ont décidé de reprendre leurs activités ».

Victimes. Les perturbations menées par les manifestants auprès des établissements scolaires ont pour objectif de mettre fin à la continuité des activités pédagogiques. Ce, au détriment des élèves (en classe d’examens ou non), des enseignants qui veulent continuer leurs activités, mais surtout des parents d’élèves. La situation est d’autant plus problématique pour les parents d’élèves qui envoient leurs enfants auprès des établissements privés où ils payent cher pour donner une meilleure éducation à leurs enfants. « Les revendications syndicales sont fondées et, le ministère admet leurs utilités ». Il est toutefois important de noter le principe selon lequel « la lutte syndicale doit tendre vers une amélioration et non la destruction de ce qui a été construit ». Un principe qui tient tout son sens lorsque l’on connaît que la « Grande-Île compte actuellement environ 30. 000 établissements scolaires (publics et privés) et qu’environ 300 d’entre eux sont touchés par les manifestations ». Si les syndicalistes manifestent contre la mauvaise condition dans laquelle ils sont actuellement, le fait qu’ils veulent priver les enfants de leur droit à l’enseignement est tout simplement inconcevable. Cela ruinerait davantage le système éducatif malgache qui n’est pas connu pour être l’un des meilleurs au monde.

José Belalahy

Midi Madagasikara101 partages

Avis de la HCC : Mahafaly et le gouvernement dehors le 5 juin au plus tard

Le compte à rebours a commencé pour le PM et son gouvernement.

Le juge constitutionnel a émis hier à 15 h son avis sur la signification de sa Décision du 25 mai demandée par le président de la République dans sa lettre de saisine en date du 30 mai.

En revanche, la HCC n’a pas jugé utile d’y joindre les trois autres demandes d’interprétation introduites le 31 mai par les  présidents des deux Chambres du Parlement et déposée le 1er juin par le Premier ministre. Trois demandes d’avis qui s’apparentent à une « folle action » (au sens juridique de l’expression) de la part des trois chefs d’Institution dont les initiatives sont manifestement abusives et dilatoires. Et ce, dans le but inavoué de bloquer ou du moins de retarder la mise en application de la Décision qui est opposable à l’égard de tous. Dans le Considérant 7 de l’Avis émis hier, il est souligné « qu’une fois donc la sentence prononcée par le juge constitutionnel, celle-ci passe en force de chose jugée et a une validité erga omnes ; qu’à la différence de la loi, les effets juridiques d’une décision de la Cour ne sont pas conditionnés par sa publication au Journal officiel ». Démentant ainsi une juriste qui soutenait le contraire sur le plateau d’une télé privée.

La HCC a surtout répondu au président de la République qui avait posé la question suivante : « Qu’ainsi, eu égard au fait que l’article 4 ne peut entrer en jeu qu’à défaut d’accord politique dans les 10 jours, le délai de 7 jours pour nommer un Premier ministre de consensus ne peut être décompté qu’à l’expiration du délai de 10 jours indiqué à l’article 14. Est-ce dans ce sens que les délais précisés aux articles 4 et 14 doivent être entendus ? » En somme, le président de la République voudrait retarder la nomination du PM de consensus dans un délai de 17 jours (10+7) pour compter du 25 mai 2018. Soit jusqu’au 10 juin prochain. La HCC de rappeler dans son Avis l’article 14 de la Décision qui stipule que « sauf accord politique dans un délai de 10 jours, les dispositions de la présente décision sont applicables dans leur intégralité ». Cela signifie, ajoute-t-elle que « si les articles 1, 2 et 3 sont d’application immédiate, l’application des autres dispositions est soumise au préalable du délai de 10 jours impartis pour l’adoption d’un accord politique ».

Autorité de la chose jugée. La seconde question posée par le président de la République concerne le point de départ des délais impartis par la Haute Cour Constitutionnelle ; qu’aux termes de l’article 118 in fine de la Constitution, « la décision de la Haute Cour Constitutionnelle est publiée au Journal officiel ». La HCC de considérer que « l’exécution d’une décision de justice est la réalisation effective de ses dispositions ; que pour que la décision soit effective, il faut qu’elle soit revêtue de l’autorité de la chose jugée ».

Sanctions contre le Président. La troisième question a trait à la cessation de fonction du Premier ministre et des membres du gouvernement. Il est souligné dans l’Avis que « les Considérants et le dispositif prononcés par la Haute Cour Constitutionnelle entrent dans le cadre de ses pouvoirs de régulation et de sanctions ; que pour l’intérêt supérieur de la Nation et en vue de mettre fin à la crise politique conformément aux dispositions de l’article 167 de la loi fondamentale, la Cour de céans a tracé le processus de sortie de crise ; que ces directives ont été prises par la Haute juridiction sous forme de sanctions à l’endroit du Président de la République et ce, en vertu de ses fonctions  régulatrices des pouvoirs des institutions ; qu’il s’ensuit que la cessation de fonction du Premier ministre et du gouvernement devrait résulter d’un Accord politique ou de l’exécution de la Décision n°18-HCC/D3 du 25 mai 2018 prise en application des dispositions constitutionnelles.

Cessation de fonction. En conséquence, la HCC de signifier dans l’article 3 du dispositif de l’Avis que « la cessation de fonction du Premier ministre et du gouvernement a lieu suite à un Accord politique ou, faute d’accord, dans le cadre de l’exécution de la Décision n°18-HCC/D3 du 25 mai 2018 prise en application des dispositions constitutionnelles, soit le 5 juin 2018 au plus tard ». La nomination du  PM de consensus et la dissolution du gouvernement devront donc intervenir d’ici mardi prochain, c’est-à-dire dans 4 jours, puisqu’un Accord politique s’avère peu évident, en dépit du forcing du Conseil du Fampihavanana Malagasy (CFM) qui confond réconciliation et accord politique. Et malgré la déclaration des forces de l’ordre que l’Avis de la HCC a renvoyé dans leurs rangs avec leur situation d’exception.

Recueillis par R. O

Midi Madagasikara89 partages

Place du 13 mai : Désignation d’un Premier ministre ce jour

Une grande mobilisation est prévue ce jour sur la Place du 13 mai.

Les « 73 députés pour le changement » ont incité leurs partisans à ériger des barrages et à instaurer un « andromasom-pokonolona » au niveau de chaque quartier.

Jusqu’à l’instant où nous mettons cet article sous presse, le président Hery Rajaonarimampianina ne s’est pas encore soumis à la décision de la Haute Cour Constitutionnelle qui le force à nommer un Premier ministre de consensus. Pourtant, le deadline imposé par les Juges constitutionnels a déjà pris fin hier. Une fois de plus encore, le régime HVM est accusé de fouler aux pieds la loi fondamentale. Face à cette mauvaise foi manifeste, les « 73 députés pour le changement » décident de radicaliser leur mouvement. Ayant opté pour le respect du cadre légale depuis le début de leur mouvement le 21 avril dernier, une solution extraconstitutionnelle est fortement envisagée. Ce jour, ils procèderont à la nomination d’un Premier ministre sur la Place du 13 mai. C’est ce qui a été annoncé hier lors de la manifestation au « kianja ». L’opposition a donné un ultimatum jusqu’à hier à minuit au président Hery Rajaonarimampianina pour nommer un nouveau Premier ministre, conformément à ce qui est prévu dans la décision de la Haute Cour Constitutionnelle. Un consigne formel a été donné aux manifestants venus nombreux sur la Place du 13 mai hier afin d’ériger des barrages et d’instaurer un « andrimasom-pokonolona » (vigilance citoyenne) au niveau de tous les quartiers d’Antananarivo et dans les autres régions de la Grande île pour exprimer leur mécontentement. Ce jour, une grande mobilisation est prévue sur le parvis de l’hôtel de ville d’Analakely. Les manifestants se donnent rendez-vous au niveau des six arrondissements de la Capitale pour se rendre ensuite au « kianja ».

« Diabe ». A l’allure où vont les choses, la situation politique risque à tout moment de dégénérer. D’un côté, le régime cherche tous les moyens pour échapper à l’application des recommandations de la HCC. De l’autre côté, les « 73 députés pour le changement » et leurs partisans envisagent de tout faire pour forcer l’équipe gouvernementale à démissionner. Pour eux, depuis hier soir, le gouvernement dirigé par le Premier ministre Olivier Mahafaly Solonandrasana est devenu illégal et illégitime. Toutes les décisions que les actuels ministres prennent à partir d’aujourd’hui sont donc considérées comme nulles et non avenues. Il n’est donc pas à exclure que les manifestants sur la Place du 13 mai fassent un « diabe » vers Mahazoarivo et vers tous les ministères pour installer les nouveaux membres du gouvernement qui vont être nommés sur le « kianja ». D’après les informations, le président Hery Rajaonarimampianina refuserait de nommer un Premier ministre issu du MAPAR. La Présidence de la République aurait rejeté la première liste des trois Premier-ministrables que ce parti politique a proposée dans un premier temps. Iavoloha n’aurait également donné aucune suite à la seconde liste. La Haute Cour Constitutionnelle a donné jusqu’au 5 juin au régime HVM pour mettre en application toutes les recommandations inscrites dans sa décision du 25 mai dernier. Histoire à suivre.

Davis R

News Mada15 partages

Diana : bonne prestation du CLD à Nosy Be

La population félicite la bonne gestion du Comité local de développement (CLD) du district de Nosy Be. Le bilan 2017 a été une réussite, selon les autorités locales.

La commune urbaine de Nosy Be vient de se doter de 3 remorques pour les tracteurs destinés aux ramassages des ordures ménagères de la circonscription, grâce aux financements du Comité local de développement. Le député François Arosy Namiandrazana, présidant le comité, a révélé lors de la cérémonie de remise officielle que ces  matériels ont été acquis sur le budget 2017 du CLD. Il a été rappelé en outre que le même budget a permis la réalisation du bâtiment de la Préfecture de Nosy Be, du poste de police d’Ampangoriana à Nosy Komba et du bureau du lycée de Dzamandzar, en plus de ces remorques.

Le maire a appelé les contribuables à préserver ces acquis car ces matériels seront placés dans les fokontany pour améliorer les dispositifs d’hygiène et de propreté.

Manou

 

News Mada7 partages

Mois de juin : la langue malgache en fête

Le Mois de la langue malgache a été inauguré, hier, à l’Académie malgache Tsimbazaza sous le thème «Teny Malagasy, ain’ny Fandrosoana» ou bien «La langue malgache, vitale pour le développement».

«La langue est comme le sang qui circule dans le corps pour nous maintenir en vie. Si l’artère qui conduit le sang est endommagée, cela peut entraîner la mort, tel est le sort qui nous attendra si l’on ne déploie pas d’efforts afin de préserver notre langue maternelle», note en substance Esther Randriamamonjy, auteure de renom et non moins directrice du Centre des langues de l’Académie malgache, en guise d’ouverture de la célébration.

«Une langue caractérise un pays, elle justifie le combat pour la souveraineté nationale», a renchéri le professeur Raymond Ranjeva, numéro un de l’Académie malgache.

Les initiateurs du concept ont procédé à une rétrospective du «Soratononina 2018», un concours de dictée, organisé à l’occasion de la Journée internationale de la langue maternelle, le 21 février dernier,  à l’issue duquel dix écrivains se sont démarqués, parmi les quelque 900 participants.  Ce fut également l’occasion d’aborder le projet de loi concernant la politique nationale de la langue malgache où les académiciens ont émis le souhait que l’Assemblée nationale passe à l’adoption.

Une série d’activités s’articulera autour de cette célébration. Dans ce contexte, l’Havatsa-Upem coordonne ce mois-ci un atelier d’écriture hebdomadaire de roman, qui se déroulera au Tahala Rarihasina Analakely chaque samedi. Ce jour, des distinctions honorifiques seront remises par le ministère de tutelle, chez Yandy By Pass, pour les orateurs du Fimpima.

Joachin Michaël

 

Midi Madagasikara5 partages

Ivato : Le Premier ministre hué et caillassé

La cérémonie de pose de premières pierres pour la construction du marché de la Commune d’Ivato s’est déroulée hier. L’évènement s’est tourné à une nouvelle humiliation pour le Premier ministre Olivier Mahafaly Solonandrasana et pour le régime Hery Vaovao ho an’i Madagasikara (HVM). Hué et même caillassé par des manifestants, le locataire de Mahazoarivo a dû être évacué dudit marché. Le « Miala Rajao » a retenti du côté d’Ivato. Des banderoles contre le projet de construction du marché communal ont même été exposées. Ce genre d’évènement démontre l’impopularité des tenants du pouvoir actuel vis-à-vis de la population. Pas plus tard que jeudi dernier, le président Hery Rajaonarimampianina qui était en visite dans le District d’Andramasina a également été accueilli de la même manière par la foule. La durée prévue pour la construction du marché communale d’Ivato est de trois mois. Le coût des travaux s’élève à 2.200.000 000 d’Ariary.

Davis R

News Mada2 partages

Fiompiana ombivavy : maivana loatra ny famokarana sy ny fanjifana ronono

Nanomboka omaly, mitohy anio sy rahampitso ny « Andron’ny ronono » eny amin’ny By Pass Alasora. Isaky ny 1 jona izao atokana ho « Andron’ny ronono » maneran-tany ka mankalaza izany isika eto Madagasikara, miaraka amin’ny MDB*.

Mbola maivana loatra ny famokarana sy ny fanjifana ronono manerana ny Nosy. Azo lazaina aza fa toa tsy mahazatra ny Malagasy mihitsy izany ronono izany, nefa filaza an’ireo zokiolona  ny hoe « misotro ronono ». Dimy litatra isan’olona isan-taona monja ny fanjifana ronono eto amintsika. Koa ny hampitomboana izany sy ny hanomezan-danja io lalam-pihariana iray io ny antony izao nanokanana telo andro ho an’ny ronono sy ny vokatra azo aminy izao.

« Entanina ny Malagasy hanjifa ronono ho fanampiana ny tantsaha mivelona amin’izany, ary ny tantsaha koa mba hiezaka ho matihanina amin’io asa io. Raha mitombo ny mpanjifa, mahazo vola ny mpiompy, ary raha tsara fidiram-bola ny mpiompy, mihatsara ny famokarana ronono », hoy Razafindraibe Haingotiana, filohan’ny filankevi-pitantanan’ny MDB.

Tsy tambo isaina anefa ny olana. Ankoatra ny fahalafosan’ny ombivavy, araka ny sokajiny, tsy mahazatra loatra ny Malagasy ny mamboly vilona ho azy ireo sy manampy sakafo hafa, toy ny ravina legioma maina. Ratsy no tsy ampy sakafo ny omby amin’ny ankapobeny. Kely, noho izany, ny vokatra ronono avoakan’ny ombivavy iray. Araka ny salanisa, manome valo litatra isan’andro ihany ny omby iray, raha tokony ho 28 na 30 l. Betsaka ny antony, indrindra avy amin’ny faharatsian’ny sakafo.

Misy ny tetikasa sy orinasa manampy

Na izany aza, misy ihany ireo orinasa na tetikasa manampy sy miara-miasa amin’ny tantsaha. Ny tetikasa “Asa Lait” miaraka amin’ny MDB, fanatsarana ny famatsian-dronono eto Antananarivo sy ny manodidina. Vita amin’izany tetikasa izany ny toby fanangonan-dronono ao Imerintsiatosika mahazaka 800 l sy  ao Anosizato, 650 l. Ahitana fitaovana manara-penitra amin’ireo toerana roa ireo ho fikajiana sy fitiliana ny kalitaon’ny ronono. “Tanjona ny fanatsarana ny kalitaon’ny vokatra mahafeno ny fepetra omena ny mpanjifa”, hoy ny filohan’ny filankevi-pitantanan’ny MDB.

Orinasa iray lehibe miara-miasa amin’ny tantsaha koa ny Socolait. 2.268 ireo mpiompy ireo omen’ny Socolait toro-marika isan-karazany, manomboka any amin’ny fiompiana ombivavy hatrany amin’ny fanangonam-bokatra. 12.600 l isan’andro ny voaangon’ny Socolait avy amin’ireo mpiompy ireo.

 R.Mathieu

News Mada2 partages

Tsy hihemotra ny fanadinam-panjakana : “hosoloina ireo mpampianatra tsy mandray ny asany any an-dakilasy”

 Tonga teny amin’ny minisiteran’ny Fanabeazana ireo mpikambana amin’ny sendikàn’ny fanabeazana ary nanao amboletra niditra ny faritry ny minisitera. Mbola nitohy omaly ny filaharana teny an-toerana… Nilaza ny heviny ny minisitra tomponandraikitra.

Anjaran’ny tomponandraikitry ny sekoly ny mametraka fiarahamonina mirindra eny anivon’ny toeram-pampianarana rehetra miaraka amin’ny ray aman-dreny sy ny mpanabe. Nanambara ny minisitry ny Fanabeazam-pirenena, Rabary Paul, omaly fa tokony avela hampianatra malalaka tsy hanaovana herisetra na fandrahonana ny mpanabe vonona hanohy ny asany. Afaka manohy ny fitokonana kosa ireo mbola vonona hanao izany satria zony tanteraka. Hiverina mianatra tsikelikely amin’izany ny sekoly rehetra, manomboka ny alatsinainy izao. “Rehefa hita fa banga ny toeran’ny mpampianatra sasany any an-dakilasy, azo fenoina amin’ny mpampianatra nahavita fiofanana mahatratra 2 000 izay efa miandry toerana fotsiny sisa.

Mitaky ny fialan’ny minisitra  Rabary Paul

Ireo mbola mitokona kosa aorian’ny faharesen-dahatra fa hiverina an-tsekoly, alefa hiasa amin’ny toerana hafa raha efa lasan’ny mpampianatra hafa ny toerana teo aloha”, hoy ny minisitra nanazava. Tsy misy fanapahana karama na tsy miverina mampianatra aza ireo mpanabe mitokona fa soloina amin’ireo mpampianatra nahazo fiofanana vonona fotsiny izy ireo. Mbola afaka miverina mampianatra ireo mpitokona aty aoriana fa amin’ny toerana mila mpanabe manerana ny faritra maro.

Etsy  andaniny,  nameno ny lalana tetsy amin’ny manodidina ny minisiteran’ny Fanabeazana Anosy,  ireo mpitokona, omaly. Efa  tato anatin’ny telo andro izany. Nikatona rahateo ny birao ary nohidina rojovy, tsy ahafahana miditra ny  toeram-piasana. Nitohana ny fifamoivoizana. Anisan’ny takin’izy  ireo  ny fialan’ny minisitra  Rabary Paul. Efa tonga any amin’ny  kianjan’ny 13 mey aza ny  sasany amin’izy ireo maneho izany fitakina izany.

 300 ny sekoly ahitana fikorontanana

Tsy misy fanemorana intsony ny tetiandron’ny fanadinam-panjakana satria ny sekoly tsy miankina rehetra tsy nampiato ny fampianarana mihitsy. Amin’ny sekoly 30 000 (tantanan’ny fanjakana sy miahy tena) manerana ny Nosy, manodidina ny 300 no ahitana fikorontanana. Hidinika miaraka ny hitondrana ny raharaha ny isan-tsekoly, manomboka amin’ny alatsinainy. Ny minisitera handray fepetra hentitra ho an’ireo mbola manankorotana ny fizotry ny fampianarana. Tsy hahatongavana amin’ny tanjona kendren’ny mpanao fitakiana ny fanaovana takalonaina ny zaza malagasy.

Tao anatin’ny efatra taona nifanesy, nandray mpampianatra Fram ho mpiasam-panjakana 40 000 ny fitondrana. Tamin’ity taona ity, nihena ho 4 000 ny isan’ny mpampianatra vaovao horaisina ho mpiasam-panjakana. Minisitera 33 samy mila mpiasa avokoa nefa 9 000 ihany ny toerana zakan’ny volam-panjakana ho fandraisana mpiasa vaovao ho an’ny taona 2018.

Vonjy A.

Midi Madagasikara2 partages

Carburants : Vers une hausse des prix à la pompe

Compte tenu de l’évolution des cours du baril de pétrole et de la dévaluation de l’Ariary face aux devises de référence, les prix de carburants doivent augmenter de 24% en ce mois de juin si l’on applique la vérité des prix, selon le Directeur général de l’Office Malgache des Hydrocarbures. « Mais cela fait deux mois que les prix de ces produits pétroliers n’ont pas été révisés à la hausse. Ce qui a engendré une perte de 35 milliards Ar pour les pétroliers en fin avril dernier. En revanche, les prix des carburants ont déjà augmenté dans les autres pays voisins », a-t-il poursuivi. A l’entendre, c’est déjà une préparation psychologique à la population, qu’une hausse des prix à la pompe est en vue. Même si ce ne sera pas appliqué dans l’immédiat, prochainement c’est inéluctable. Le DG de l’OMH a par ailleurs soulevé que, seul l’Etat décide la fixation des prix des carburants en concertation avec les pétroliers, et ce, tout en tenant compte des impacts sociaux, économiques et politiques dans le pays.

Navalona R.

Midi Madagasikara2 partages

CCI Ivato : « Sakoroka général » entre politiciens

Les politiciens en sont venus aux mains.

Comme il fallait s’y attendre, la rencontre au sommet que le Conseil du Fampihavanana Malagasy a organisé au Centre de Conférence Internationale d’Ivato, s’est soldée par un « sakoroka général ». Aucune décision concernant la résolution de la crise actuelle n’a été prise à l’issue des deux jours de réunion. Aucun consensus également à propos du Premier ministre qui remplacera Olivier Mahafaly Solonandrasana. Les participants ont contesté la résolution de sortie de crise à la fin de la concertation par les organisateurs. Une résolution dénommée « Pacte de la refondation et de la réconciliation nationale », prévoyant notamment la mise en place d’une Institution appelée « Haute Autorité de la Refondation » (HAR) et l’organisation des « fihaonambem-paritra » qui précèdera un « fihaonambem-pirenena ». L’objectif serait d’impliquer toutes les forces vives de la Nation dans le processus de refondation du pays.

« Seza ». Cependant, les congressistes ont haussé le ton pour dénoncer un calcul politique. D’après eux, ces propositions n’auraient pas été décidées durant les travaux de commissions. Certains politiciens en étaient même venus aux mains. Une situation indigne de politiciens qui prétendent vouloir apporter des solutions à la crise politique qui prévaut actuellement au pays. Bon nombre d’entre eux ont pointé du doigt le Conseil du Fampihavanana Malagasy qui semble avoir été téléguidé et manipulé pour trouver un semblant de consensus sur le report des élections. A noter en effet que durant la cacophonie générale, les membres du CFM ont quitté la salle de réunion. Une deuxième résolution a par la suite été publiée. D’après les informations, une copie de cette résolution sera déposée auprès de la HCC dans les jours qui viennent. Reste à savoir si les Juges constitutionnels vont accorder une importance à cette décision prise à l’issue d’une rencontre d’acteurs politiques et de représentants de groupuscules qui envisagent uniquement de profiter de la crise actuelle pour trouver des « seza ». Quoiqu’il en soit, aux yeux des observateurs, cette rencontre au sommet au CCI Ivato a été un échec monumental pour le Conseil du Fampihavanana Malagasy.

Davis R

News Mada1 partages

Tapitra ny fe-potoana nomen’ny HCC : haseho etsy amin’ny 13 mey anio, ny praiminisitra

 Tsy afaka ny hiandry intsony. “Mila miomana isika. Haseho vahoaka rahampitso (anio) eto amin’ny  kianjan’ny 13 mey ny praiminisitra antsika.  Efa tapitra ny fe-potoana nomen’ny HCC ny filoham-pirenena, saingy  tsy mbola nanendry izy. Andrasantsika hatramin’izao alina izao  izany.  Dila io, ho avy isika”, hoy ny depiote ho an’ny fanovana  tetsy amin’ny  kianjan’ny 13 mey, omaly.  Hitohy amin’ny herinandro eny anivon’ny minisitera izany avy eo.

Hapetraka ny barazy na ny sakana manerana  ny tanàna

Nentanin’izy ireo  ny vahoaka hametraka sakana na  barazy  manerana  ny tanàna raha  vao dila  ny misasak’alina.  Hiainga eny anivon’ny boriborintany enina ny hetsika anio, amin’ny alalan’ny diabe mamakivaky ny tanàna, mihazo  ny  kianjan’ny 13 mey. Notsiahivin’izy ireo fa efa tokony  hotanterahin’ny mpitondra ny didy  tsy azo ivalozana navoakan’ny HCC. Tokony  efa  ho rava  ny governemanta ary notendrena ny praiminisitra. Tsy tanteraka avokoa anefa izany  rehetra izany ka nahatonga a zy ireo haka izao  fanapahan-kevitra izao. “Mitady korontana ianareo  matoa tsy tafapetraka hatramin’izao ny lehiben’ny governemanta.  Ady tsy vita ny eto  rehefa tsy voatendry izao ny praiminisitra. Tianareo hitarazoka  ny  raharaha nefa ny vahoaka  efa mijaly”, hoy ihany izy ireo.

Voatebaka  ireo mpanao politika  nivory eny Ivato

 Etsy andaniny, nampiaka-peo izy ireo manoloana  ny firosoan’ny CFM hampanao fifanarahana politika eny amin’ny CCI Ivato. Mazava ny valin-kafatra. “Tongava aty aminay depiote 73, miresaka na izao  hariva izao aza .  Tsy hisy raharaha  vanona izany  eto raha tsy eo izahay depiote. Izahay no mametraka ny praiminisitra”, hoy ny depioten’ny  fanovana.  Notebahin’izy  ireo koa  ireo mpanao politika nifamory teny Ivato miaraka amin’ny CFM. “Nitolona  ve izy ireo. Tety amintsika ve ireo tamin’ny ra mandriaka sy  fatiolona ary ny baomba mandatsa-dranomaso ny  21 avrily ?  Nitsipaka ny lalàm-pifidianana ve ireo ?  Sa hitady seza fotsiny ?”, hoy ny fanontanian’izy ireo.

Araka izany,  hiroso amin’ny dingana sy ny ambonimbony kokoa ny hetsika  etsy amin’ny kianjan’ny 13 mey, manomboka anio.

Synèse R.  

News Mada1 partages

Maty tsy tra-drano… : zaza telo volana nakapoky ny reniny tamin’ny tany

Hafa kely indray ity trangan-javatra niseho tao amin’ny fokontany Andavanio, 6 km tsy hidirana ao an-tampon-tanànan’i kaominina ambonivohitra Soanierana Ivongo, afakomaly. Hitan’ilay renim-pianakaviana nampiaraka ny vadiny ka novonoiny ho faty ny zanany…

 Raha sendra nandeha teny amin’ny RN 5 iny ilay renim-pianakaviana niaraka tamin’ny zanany vao telo volana monja ka nifanehitra tamin’ny vadiny sendra niaraka tamin’ny sakaizany. Tsy nahatanty izany ilay renim-pianakaviana ka ny zanany teo an-trotroany indray no nakapony tamin’ny godorao. Vokany, maty tsy tra-drano ilay tsy manan-tsiny. Lasa nitsoaka avy hatrany kosa ilay renim-pianakaviana ka mbola mitohy ny fikarohana azy tao anaty ala ao amin’ity fokontany ao Andavanio Maroantsetra ity. Samy somebebiseby avokoa ny mponina ao an-tanàna mikaroka azy manerana ny aty ala ao an-toerana. Efa nasiana sakana avokoa ny lalana mihazo an’i Fenoarivo Atsinanana sy ny midina mankany Soanierana Ivongo. Narahi-maso hatramin’ny lakana mpanjono. Nampivarahontsana ny mponina tao an-toerana ny fahitana ny fatin’ilay zazakely tsy manan-tsiny ka tapa-kevitra ireo fokonolona fa hoe fitsaram-bahoaka avy hatrany no miandry ity renim-pianakaviana nahavanon-doza ity raha vao tratra maso solon’ny maso, hoy ireo fokonolona. Nilaza tsy hanaiky hatrany ny mponina fa hanao izay faraherin’izy ireo hikaroka ity renim-pianakaviana namono olona ity. Fantatra, araka ny fampitam-baovao voaray hatrany fa manana olana hatry ny ela ity renim-pianakaviana ity sy ny vadiny. Naneho ny alahelony ireo fokonolona fa hoe misy idiran’ilay zazakely ve hatezeran’ilay renim-pianakaviana manoloana ny fahitany ny vadiny nampiaraka tamin’ny sakaizany?

Sajo sy J.C

News Mada1 partages

Valin-kafatra ho an’ny Foloalindahy : niseho vahoaka tetsy amin’ny kianjan’ny 13 mey ny rezervista

Tsy niandry ela ny valin-kafatra taorian’ny fanambaran’ny fianakaviamben’ny mpitandro filaminana. Niakatra ny kianjan’ny 13 mey ireo rezervista, miaramila fiandry  ary nanao fanambarana fanohanana ny hetsiky ny depiote ho an’ny fanovana.

 Tsy nihambahamba fa nampiaka-peo avy  hatrany. “Aro riaka  farany ny miaramila fiandry na rezervista  ny taona 2002. Mbola hery  farany koa  izahay izao, miaraka amin’ny depiote ho an’ny  fanovana. Mijoro izahay ary tsy tokony hatao ny mifampihorohoro eto. Vonona izahay hiaro anareo  vahoaka sy ny depiote amin’ny hetsika  hatao.  Miisa 1 800  izahay eto Antananarivo ka aoka isika ho mpiara-miasa”, hoy ny lahatenin’ny solontenan’ireo rezervista tetsy amin’ny kianjan’ny  13 mey,  omaly.

Maro ireo tsy  faly amin’ny fanambaran’ny be galona

Tsy nahafaly ireo depiote ny fanambaran’ny fianakaviamben’ny mpitandro filaminana, afakomaly, mandrangaranga fitondrana miaramila. “Aza mampihorohoro vahoaka ianareo. Ho sahirana ianareo  rehefa hitsangana ny governemanta eo. Atsaharo ny fampitandremana tahaka ireny.  Fanambarana  momba ny ady amin’ny dahalo sy ireo fitsaram-bahoaka atao. Arovy ny vahoaka sy ny  fananany. Tsy hijanona ny tolona ataonay  raha tsy  miala  Rajaonarimampianina.  Aoka tsy hifanome lesona eto  isika”, hoy ny avy amin’ny depiote  ho an’ny fanovana.

Araka izany, efa mivonona amin’ny hetsika hafampana manomboka izao ny etsy amin’ny  kianjan’ny 13 mey.

Synèse R.

 

News Mada1 partages

Nisavorovoro sy nifanjevo ny mpanao politika : nirava maina ny fampihaonan’ny CFM teny Ivato

Efa nampoizina fa hirava maina  na  tsy hahomby.  Nisavorovoro sy nifanjevo  ireo mpanao politika nifamory teny amin’ny CCI  Ivato,  omaly. Tsy araka  ny nifanarahana ny fehinkevitra nivoaka tamin’izao fampihaonana nokarakarain’ny CFM izao. Nambaran’ireo mpanao  politika fa hafa ny hevitra niainga tany amin’ny asam-baomiera roa, natao tamin’ny fivoriana. Nivadika anefa izany  rehefa novakina  tamin’ny  fehinkevitra farany ka  tsy nahafaly azy ireo. Nikasa ny hanao  fanambarana  fanoherana izany ireo  mpanao politika saingy,  tsy nomen’ny filohan’ny CFM, i Maka Alphonse fitenenana fa nalainy hatramin’ny “micro”. Anisan’ny  teboka  tsy nitoviana  hevitra sy  tsy niraisana ny tokony hanovana ny lalàmpanorenana,  hisian’ny fitoniana  eto amin’ny firenena. Eo  koa ny hametrahana fahefana avo ho an’ny fanorenana ifotony, na  koa andrimanjakana maromaro hafa. Ny tokony  hijerena ny marimaritra iraisana momba izany  rehetra izany. Nampitroatra ny mpanao politika  sasany izany ary  tsy nahafaly azy  ireo.  Nivoaka ny efitrano  ny sasany. Ny niafarany, notapahina fa aleo ravana ny fivoriana.  Tsy nisy hevitra na fehinkevitra tapaka sy niraisana. Tsy  tonga any amin’ilay ambara fa fifanarahana politika. Tsy nipoitra rahateo,  hatry ny  afakomaly, ny filoha teo aloha  isany,  Ravalomanana sy Rajoelina. Tsy niatrika  izany koa  ny filoha amperinasa,  Rajaonarimampianina  raha mbola  niverina niaraka nivory amin’ireo mpanao politika kosa  ny amiraly  Ratsiraka.

Synèse R.

News Mada1 partages

Asam-panjakana : nitokona koa ny Instat

Tsy afaka ny hangina intsony. Manomboka mikatso tsikelikely ny fampandehanan-draharaham-panjakana eto amintsika. Nanampy isa  ireo mitokona ny mpiasan’ny ivontoeram-pirenena misahana ny antontanisa (Instat) nanomboka, omaly. “Tsy hisy intsony ny fandraisana baiko avy amin`ny minisitra mpiahy.  Efa marobe ny olana mianjady ao amin`ity sampandraharaha iray ity, saingy natao ankilabao ny mpiasa.”, hoy i Ndremitsara Jean Baptiste Tarzan.  Nohitsin’ireo  fa odian’ny minisitry ny Toekarena sy ny teti-pivoarana tsy hita ny  olana  ka izao tapa-kevitra izao izy ireo hitokona, mandra-pahatongan’ny minisitra vaovao hiahy ny Instat. Nanterin’izy ireo fa zary lasa vato misakana ho an’ny fampandrosoana ny minisitera noho ny tsy fijeren’ny minisitra mpiahy ireo mpiasa. “Tsy misy vahaolana hoentin’ny minisitra fa mizaka izany samy irery izy ireo”,  hoy izy ireo. Tara matetika ny fandoavan-karama ary matetika mitambatra telo na efa-bolana, ho an’ireo mpiasa tsy raikitra. Tsy misy hatrany ny vahaolana.

Ankoatra izany, maharitra fotoana ela vao mivoaka ny tetibola ilain’ny mpiasa ka miandry ny sonian’ny minisitra.  « Matoa mbola hitanareo eto izahay, noho ny resaka momba ny fanisana ny mponina, ny tombontsoa ho an’ny firenena sy noho ny fitiavan-tanindrazana. Manentana ny vahoaka izahay, mba omeo vaovao ireo mpanadihady momba ny isan’ny mponina fa tena ilain’ny firenena », hoy i Ndremitsara Jean Baptiste Tarzan.

Synèse R.

 

Midi Madagasikara1 partages

Matériels de stockage de données : Une taxe à l’import de 6%, dédiée au droit d’auteur

Le protocole d’accord pour la connexion de l’OMDA au module MIDAC a été signé hier.

Les clés USB, cartes mémoire, CD, disques durs, téléphones portables et autres matériels de stockage de données sont taxés à 6% supplémentaires. Une convention a été signée hier entre les Douanes, l’OMDA et Gasynet.

80% des produits artistiques utilisés par les ménages à Madagascar sont des copies, d’après l’Office Malgache du Droit d’Auteur (OMDA). Pour assurer la rémunération différée des auteurs de ces œuvres, une taxe de 6% est désormais prélevée sur les supports de copies privées pouvant sauvegarder et diffuser des chansons, selon le DG des Douanes, Eric Narivony Rabenja. Hier, un protocole d’accord, pour la connexion de l’OMDA au module MIDAC de Tradenet, a été signé entre la Direction Générale des Douanes (DGD), l’OMDA et la société GasyNet. « Le module MIDAC a été développé pour dématérialiser les procédures d’octroi d’autorisation, de certificat et/ou d’attestation. Pour l’importation des matériels de stockage de données concernés par ces nomenclatures tarifaires indiqués, il faut une autorisation de l’OMDA avant de pouvoir procéder au dédouanement. C’est pour cela que, cet office est désormais connecté au module MIDAC pour faciliter les procédures. La taxe de 6% dédiée au droit d’auteur est prélevée automatiquement par le système. Les recettes correspondantes sont transférées au Trésor Public et sont par la suite, attribuées à l’OMDA », a expliqué le DG des Douanes. A noter que plusieurs départements ministériels et agences de contrôle sont déjà connectés au système MIDAC.

Répartition. Présents à la cérémonie de signature, qui s’est tenue au Palissandre Faravohitra, les membres de l’OMDA ont indiqué que la loi prévoit déjà le mode de partage de ces ressources. « On a obligé les artistes à formaliser leurs activités. Il est normal qu’ils puissent bénéficier des fruits de leurs créations. Généralement, ce sont les auteurs compositeurs qui sont bénéficiaires de ces recettes tirées des importations de matériels de stockage de données, mais il y a également les artistes interprètes et les auteurs de poèmes et autres œuvres d’art. En tout, l’Office compte aujourd’hui 7.442 membres », a affirmé le directeur de l’OMDA, Haja Ranjarivo. Pour les Douanes, l’utilisation du module MIDAC, pour la collecte de ces fonds pour le droit d’auteur, contribue également à la réduction des fraudes, à la facilitation des partages d’informations et à l’amélioration de la gestion de risques.

Antsa R.

Midi Madagasikara1 partages

Antafia-Maevatanàna : Tsy manaiky ny hitrongisan’ny sinoa ny fasika ireo vahoaka.

Ahiana ho toy ny tranga niseho tany Vohilava Mananjara sy Soamahamanina ny zava-misy any amin’ny fokontany Antafia, kaominina Maevtanàna faharoa, raha tsy voalamin’ny tompoanandraikitra mahefa haingana ny toe-draraha misy any an-toerana ankehitriny, satria tsy eken’ireo vahoaka ny fanitarana fasika ataon’ireo sinoa mitrandraka volamena. Nanizingizina ireo vahoaka tamin’ny fanambarana nataon’izy ireo taminay nandritra ny fanadihadiana natao. Efa ela izahay no nitaraina fa tsy misy hohanina intsony ny vahoaka noho izany. Mangataka amin’ny fanjakana  hanery ny Siona hanala ireo fitaovana ampiasainy ireo ny mponina rehetra. Nilaza mihitsy izy ireo fa tsy tompon’andraikitra amin’izay zavatra mety hiseho intsony ireo vahoaka any an-toerana. Lasa ranom-potaka no sotroin’izy ireo amin’izao. Maro ny fifanarahana nifanaovana tamin’ny Sinoa mpitrandraka volamena tsy tanteraka mandrka ankehitriny. Isan’izany ny fananganana hopitaly ary ny fanomezana rano fisotro madio. Tsy misy tombontsoa azo mihitsy amin’ity fitrandrahana ity. Na ny vola onitra teti-bidin’ireo trano nosimbaina sy nopotehina aza tsy azo.

Ratantely

Midi Madagasikara1 partages

Alain Rabemananjara : Appel au FFKM pour la réconciliation nationale

Pour le CDE, la vraie réconciliation nationale est celle dirigée par le FFKM.

Le Club Développement Ethique (CDE) s’exprime par la voix de son président, pour la résolution de la crise actuelle après la Décision de la HCC.

« Madagascar vit actuellement une nouvelle crise politique, la 3ème en 16 ans. Un palmarès bien plus désolant pour l’image de la Grande Ile qui vit tant du « Fihavanana » de son peuple pour faire valoir sa particularité au-delà des frontières maritimes. Le pays n’a de cesse de chuter à chacune des querelles politiciennes de la classe politique ». Le président du CDE, Albain Rabemananjara car ces propos sont de lui, de continuer que « les politiciens malgaches, sont les mieux placés pour savoir que les conséquences d’une telle crise sont difficiles à effacer. De ce fait, le CDE clame qu’ « il est temps que les crises cessent et leurs prémices éradiqués ». La HCC a déjà imposé une porte de sortie à la crise actuelle en faisant appel aux acteurs de s’entendre pour une issue consensuelle, souligne-t-il. « Pourtant, la situation semble être au point mort et les surenchères quotidiennes risquent à tout prix de compromettre la résolution de la présente crise. Mais le Club Développement et Ethique n’est pas d’avis qu’on rate l’occasion actuelle qui se présente pour avancer vers une résolution pérenne des crises ».

73 députés. « La nomination du prochain Premier Ministre devrait ainsi lancer le processus de sortie de crise », selon Albain Rabemananjara. Cette nomination ne devrait pas être, ajoute-t-il, un blocage pour la sortie de crise si les acteurs sont conscients de leurs responsabilités respectives dans la résolution. Et de rappeler que « le Premier Ministre devrait être présenté par les députés issus du parti ou groupe de partis majoritaires » selon les dispositions de l’article 2 de l’Avis n°01-HCC/AV du 17 février 2014 de la HCC portant interprétation des dispositions de l’article 54 de la Constitution. A son avis, « une coalition de partis est nécessaire pour constituer la majorité afin qu’on puisse avancer dans les résolutions ». Suivant la Décision n°18-HCC/D3 du 25 mai 2018 relative à une requête en déchéance du Président de la République Hery RAJAONARIMAMPIANINA, il revient au MAPAR, au TIM et le VP/MMM de proposer au moins 3 noms de Premier ministrable. Albain Rabemananjara estime que « les 73 députés, initiateurs du mouvement de contestation des lois électorales sont des acteurs incontournables dans le processus de sortie de crise ».

Gouvernement. « La prochaine formation gouvernementale devra donner l’image et témoigner de la volonté des acteurs politiques de rouler vers l’apaisement, condition sine qua non pour conduire le pays vers la résolution pérenne des crises récurrentes », souligne le numéro Un du CDE. En faisant remarquer dans la foulée que le plus grand chantier qui attendra alors le prochain gouvernement, est l’instauration d’un climat propice aux prochaines élections et, surtout, de faire en sorte que ces consultations devraient être « justes, transparentes, libres et acceptées par tous ». A cet effet, le CDE suggère que les membres du prochain gouvernement, issus majoritairement de politiques MAPAR, TIM, VP/MMM et D73, ne devraient en aucun cas se présenter aux prochaines élections présidentielles de sortie de crise, ni de faire propagande en faveur d’un candidat, afin de garantir leur neutralité et de préserver l’intérêt supérieur de la Nation.

FFKM. La réconciliation nationale reste toujours le credo du CDE pour mettre sur les rails le pays qui est laminé par les crises et relancer une économie en catastrophe. Le président du Think Tank lance ainsi « un appel au Conseil œcuménique des Eglises chrétiennes (FFKM) pour consolider les acquis de ces dernières années en matière de réconciliation nationale et de refondation de la Nation et de la République ». Le FFKM a déjà initié plusieurs consultations depuis 2013 dans le cadre du processus de réconciliation nationale. Reprenant la position qui a toujours été celle du CDE, Albain Rabemananjara plaide alors pour une sortie de crise d’actualité et pour la mise en place de la vraie réconciliation nationale dirigée par le FFKM afin que Madagascar ne plonge plus dans de nouvelles crises. Pour cette association de la société civile, la source des problèmes politiques du pays est plus profonde qu’on ne veuille le laisser croire. Il pense ainsi que « les négociations qui sont en train d’avoir lieu sous l’égide du Conseil Fihavanana Malagasy (CFM) ne vont pas dans ce sens car elles sont biaisées et orientées ».

Propos recueillis par R. O

Midi Madagasikara1 partages

Famonoana vady : Madama mpanambola no ahiana ho ao ambadika

Nahonena ny maro ny zava-nitranga tetsy Antsonjony-Beheny izay mahakasika ny famonoana ho faty vehivavy iray izay vao herintaona no vita mariazy. Novelesin’ny vadiny tamin’ny maritoa ny lohany, raha araka ny fanazavan’ny zandary ary niaiky izany rahateo ilay rangahy tamin’ny fihainoana azy. Mizotra tsikelikely any amin’ny fikarohana ny antony nahatonga ilay rangahy ho nahavanon-doza ny fanadihadiana ankehitriny, na dia mbola tsy nipetraka aza ny fitorian’ny havan’ny maty, satria mbola handevina aloha izy ireo. Isan’ny nohazavain’ilay lehilahy ny hoe tsy nifampiteraka izy roa dia izay no antony namonoany ny vadiny. Toe-javatra izay tsy voatery ho azo inoana velively ary vao herintaona rahateo izy roa no nivady. Indrindra koa, tao anatin’izay fotoana izay dia efa indroa nopozinin’ity lehilahy ity ramatoa vadiny saingy mba avotra hatrany. Ny alakamisy teo izy no nisafidy ny nitady tetika hafa dia ny fitondràna ilay ramatoa niala kely an’andrenivohitra mba haka rivotra kely any ambanivohitra. Kinanjo tany no namonoany azy rehefa mody nampifaliany tamin’ny “shooting” taloha kelin’izay. Mandeha tsikelikely ny fihainoana ilay rangahy ary isan’ny hadihadiana aminy ny fisian’ny vehivavy hafa miaraka aminy ivelan’ny tokantranony. Raha ny filazan’ny fianakavian’ny maty mantsy dia efa henon’izy ireo ny fisian’ny ramatoa be vola mpiompy lehilahy tanora iray izay mitady tanteraka ny hamotehana ny tokantranon’izy mivady kely ary hangalàna ny toeran-dramatoa tompom-bady. Andrasana tanteraka ny fanampian’ny fianakaviana ny mpanao fanadihadiana avy amin’ny alàlan’ny fanomezam-baovao rehetra momba izany, rehefa vita ny adidy farany izay hataon’izy ireo. Omaly dia fantatra fa mbola mamarana ny fianarana ambony eo anvion’ny oniversite ilay vehivavy. Nosembanin’ny vadiny tanteraka izany ny fiainany, raha tena ho izay tokoa.

D.R

Midi Madagasikara1 partages

Foire du lait : Un gap de plus de 79 millions kg de lait à combler

« Lait, vie et revenu pour tous ». Tel est le thème choisi dans le cadre de la célébration de la Journée Mondiale du Lait qui s’est tenue hier au Centre By-Pass à Alasora. A cette occasion, le Malagasy Dairy Board (MDB) a également organisé les Journées du Lait qui durera deux jours. « L’objectif consiste à sensibiliser toutes les parties prenantes, notamment le grand public à consommer du lait afin de développer cette filière », a déclaré Haingotiana Razafindraibe, le PCA de MDB. Il faut savoir que la consommation nationale de lait et de ses produits dérivés, issus de la production locale et des importations est de 10,5kg/habitant/an. Le ministère de tutelle prévoit de réduire de moitié, le volume des importations en cinq ans. Soit, un gap de plus de 79 millions de kg de lait à combler.

Pâturages communautaires. Pour ce faire, « nous avons mené une stratégie de développement de la filière lait à Madagascar. Une amélioration de la nourriture des bétails s’impose en mettant en place des pâturages communautaires améliorés dans 800 communes en l’espace de trois ans. Ce qui facilitera la mise à la disposition des éleveurs des semences fourragères, pour une meilleure vulgarisation de la culture de fourrage. Une amélioration génétique s’impose également via la mise en œuvre d’un programme d’insémination artificielle, afin d’augmenter le rendement de productivité», a évoqué le ministre auprès de la Présidence en charge de l’Agriculture et de l’Elevage, Harison Randriarimanana, lors de l’ouverture officielle de cette foire du lait.

Bénéfice net. Par ailleurs, le MDB propose un bar à lait durant cet événement en distribuant gratuitement près de 400 litres de lait aux visiteurs. De nombreux produits laitiers, notamment les fromages et les yaourts, sont également très prisés. Un espace ferme est entre-temps créé dans le cadre de cette foire du lait afin d’exposer des races de vaches laitières. Le prix unitaire tourne autour de 4 millions Ar. Selon, Ravalomanana Eugène, Président de ROVA ou l’union des coopératives d’éleveurs, on peut avoir un bénéfice net de 300.000 Ar à 400.000 Ar/mois pour une ferme de trois vaches laitières respectant bien la conduite d‘élevage.

Navalona R.

Midi Madagasikara1 partages

Mouvement « Fanoro » : La pétition sera reportée sine die !

Aux dernières nouvelles, la Commune Urbaine d’Antananarivo a démonté les installations du mouvement « Fanoro : Tambazotran’ny tsara », devant le portail du jardin d’Ambohijatovo faute d’autorisation. A titre de rappel, ce mouvement – conduit par la présidente du SMM (Syndicat des Magistrats de Madagascar) Fanirisoa Ernaivo, le défenseur de l’Environnement, Ndranto Razakamanarina, le pilote Rado Rabarilala, l’humoriste Francis Turbo et le directeur général de Scoop Digital Mamitiana Razafimandimby – avait prévu d’organiser une pétition consistant à éveiller les citoyens, à chercher une solution pérenne et durable aux problèmes chroniques de Madagascar. Ce, pour éviter la répétition des crises politiques cycliques. Joint au téléphone sur ce malentendu, Francis Turbo a expliqué : « nous n’avons déposé l’autorisation que mercredi, soit deux jours avant. Mais au niveau de la CUA, l’on a affirmé que le personnel est en grève, donc, il n’y a personne qui pourrait s’occuper de notre demande d’autorisation. Néanmoins, je tiens à signaler que la Préfecture de police d’Antananarivo a d’ores et déjà donné son aval ». Concernant la Commune, on avait du mal à joindre les responsables par téléphone.

Eclaircissements. Par conséquent, et toujours d’après les explications de Francis Turbo, la pétition qui devait avoir lieu hier et aujourd’hui pour la Capitale sera reportée sine die. « Nous allons déposer notre demande d’autorisation auprès de la CUA afin de nous conformer aux normes », poursuit-il. Se conformer aux normes, justement, pour éviter les critiques et les rumeurs que certains lancent déjà à l’endroit du mouvement « Fanoro : Tamabazotran’ny tsara ». Sur ce point, il met quelques points sur quelques « i » afin d’éviter ou de freiner la propagation des certaines incompréhensions lesquelles sont véhiculées intentionnellement. « Nous n’organisons pas cette pétition afin de revendiquer le départ du président Hery Rajaonarimampianina. Il faut que ce soit clair. Nous avons créé cette initiative pour que les citoyens conscients de tous les dysfonctionnements dans le pays, et qui veulent changer les choses se manifestent et prennent les choses en main », souligne-t-il.

Aina Bovel

Midi Madagasikara1 partages

Salon ITM 2018 : L’écotourisme à l’honneur

Toutes les parties prenantes du secteur du tourisme se réunissent dans le cadre du salon ITM (International Tourism Fair-Madagascar) qui se déroule depuis jeudi jusqu’au dimanche, au village Voara à Andohatapenaka. L’écotourisme y est à l’honneur. Madagascar National Parks qui est le sponsor platinium de cet événement des Îles Vanille, promeut cet écotourisme, étant donné que la majorité des touristes étrangers choisissant la destination Madagascar, effectuent une visite des parcs nationaux. « L’écotourisme favorise ainsi la découverte de la nature et de la biodiversité dans les Aires Protégées tout en développant le tourisme communautaire en vue d’un développement du tourisme durable», a expliqué Haja Rarivohelison, directeur Marketing et Partenariats de MNP. Notons que celui-ci gère actuellement 43 Aires Protégées y compris les parcs marins. « Parmi lesquels, une dizaine de parcs nationaux sont actuellement dotés des infrastructures adéquates permettant aux touristes tant nationaux qu’internationaux, d’effectuer des circuits écotouristiques. On peut citer entre autres, les parcs d’Isalo, d’Andasibe et de Nosy Tanikely. Et malgré la situation politique qui prévaut dans le pays, nous sommes confiants en l’arrivée des touristes car la haute saison s’annonce bonne », a-t-il enchaîné. Par ailleurs, de nombreuses animations se tiendront à partir de ce jour dans le cadre de ce salon ITM. Des opérateurs exposent entre-temps des packages de voyages vers des sites de destination locaux, et ce, adaptés à toutes les bourses.

Navalona R.

Midi Madagasikara1 partages

HCJ : Les 11 membres entrent en fonction

La Haute Cour de Justice (HCJ) est enfin opérationnelle 8 mois avant l’expiration du mandat du président de la République. Ses 11 membres titulaires et leurs suppléants ont prêté  serment hier à la Cour Suprême à Anosy. Ils ont promis de respecter et d’honorer leur responsabilité, de juger suivant les lois et l’équité, de garder leur impartialité et leur intégrité, ainsi que les secrets des instructions dans le strict respect de la vérité, de l’étique et de la déontologie qui régissent les juges au sein de la HCJ. Les articles 131 à 136 de la Constitution disposent que la HCJ est compétente pour juger les chefs d’Etat, les Présidents des assemblées parlementaires, le Premier ministre, les autres membres du gouvernement et le président de la HCC.

Source de la crise. Le retard dans la mise en place de la HCJ se trouve à l’origine de la crise politique actuelle. Les députés de l’opposition ont accusé le président de la République d’avoir violé l’article 167 de la Constitution en réclamant sa déchéance auprès de la HCC. La HCJ étant actuellement en place, on se demande qui va être en premier traduit devant cette juridiction d’exception.

R. Eugène
Madaplus.info0 partages

La HCC clarifie sa décision, la discussion du CFM échoue

Après la demande d’éclaircissement de la part du président de la République Hery Rajoanarimampianina du verdict rendu par la Haute Cour Constitutionnelle, cette dernière apporte plus de précision cette décision.
En effet, comme nous l’avons déjà rapporté, tous les partis ont apporté leur propre interprétation sur cette décision. Ainsi, selon la HCC, le délai donné est pour trouver un accord politique, mais si aucun accord n’est trouvé, le président doit faire la nomination d’un premier ministre mardi prochain et le gouvernement doit être constitué dans un délai de 7 jours après la nomination dudit premier ministre. Mais les partis HVM du pouvoir et du MAPAR de l’ancien du président de la transition revendiquent de leur côté le rôle de la suggestion de ce premier ministre puisque la HCC dans sa décision affirme que c’est le parti majoritaire qui nommera le premier ministre. Le sommet organisé par le CFM (conseil pour le Fampiavanam-pirenana Malagasy) n’a rien apporté que des joutes verbales entre certains acteurs politiques.
News Mada0 partages

“Festival Maresaka latino” : miisa 25 ireo handray anjara

“Danse de salon” sy ny dihin’olon-droa. Anisan’ny kolontsaina mahazo vahana eto Madagasikara tao anatin’ny taona vitsivitsy izay. Misy hatrany ireo karazam-pifaninanana hitiliana ireo talenta vao mitsimoka sy hampiroboroboana ireo efa mandravina…

Tonga amin’ny andiany fahatelo ny “Festival Maresaka latino”, any Toamasina, hotanterahina ny 7 hatramin’ny 11 jona izao. Toy ny isan-taona, misy ny fifaninanana, enti-manandratra ireo manan-talenta eo amin’ny tontolon’ny “danse de salon” sy ny dihin’olon-droa. Amin’ity andiany fahatelo ity àry, miompana amin’ny dihy kizomba indray ny fifaninanana.

Efa vita ny fifanintsanana sy ny fifantenana ireo mpandihy mendrika tany Mahajanga, Antsirabe, Moramanga ary tany Antsiranana. Anjaran’Antananarivo indray izao, ny rahampitso. Hotanterahina etsy amin’ny foiben’ny Dih’Art etsy Antanimena izany. Marihina fa mbola misokatra, hatramin’ny androany, ny fisoratana anarana ho an’ireo liana nefa tsy mbola nahavita izany.

Ankoatra ity fifantenana ny ekipa mendrika eto an-dRenivohitra ity, asaina haneho ny talentany, handihy sy hifety ireo mpankafy dihy. Mitotaly 25 ireo olon-droa na “couples” hiatrika ny famaranana, any Toamasina, ny 9 jona. Telo ny avy any Mahajanga, roa ny avy any Antsirabe, iray ny avy any Moramanga, telo ny avy any Antsiranana ary efatra no hotsongaina eto Antananarivo. Hanampy ireo ny mpifaninana avy ao Toamasina sy ny avy any La Réunion, araka ny fanazavan’i Rijamanitra, ao amin’ny kaompania Dih’Art.

Mandritra ny “Festival Maresaka latino” hatrany, hisy ny fiofanana homen’ny matihanina avy atsy La Réunion momba ny bachata sy ny salsa. Misokatra ho an’ny rehetra kosa io.

Landy R.

News Mada0 partages

Gadona maroloko : manomana kapila mangirana i Kia’s

Hira vitsivitsy no tena nahafantarana azy hatramin’izay ! Ankehitriny, eo ampanomanana ny kapila mangirana hirakitra ny sanganasany i Kia’s. Hisy tsy ho ela ihany koa ny fampiaraham-peo eo aminy sy i Duody. Gadona maroloko, milamina tahaka ny « slow » sy ny mihetsiketsika toy ny « tropicale », samy ho re avokoa ao anatin’ity vokatra vaovao ity. Ao ko ny fampiarahana gadona roa hanjary mozika vaovao.

Raha tsiahivina, mpanakanto vao erotrerony manana ilay feo afa-manakatra avo sy midina ambany, araka izay ilaina i Kia’s. Tsy manavao azy ny fikirakirana ny hira sy ny mozika, noho izy, notinaiza tao anatina antoko mpihira an-taona maro. Misandrahaka amina seha-piainana maro toy ny fitiavana, ny fiainana andavanandro, sns, ny tononkiran’i Kia’s. Nokendreny hatrany anefa izany mba hirakitra hafatra mafonja ka ho vatsin-dalana sahaza ny rehetra.

Ampahany amin’ny vazon’i Kia’s efa fandre eny anivon’ ny fiarahamonina ny « Femme d’affaire » sy ny « Mamono passeport ». Miara-miasa akaiky amin’ny Tita Prod ity mpankanto ity amin’ny fandraisam-peo sy fandrindrana teknika ho an’ny tarika.

Nanangona : HaRy Razafindrakoto

News Mada0 partages

Ampatsakana Ankazobe : lehilahy iray nahatrarana basy PA sy bala

Voasambotry ny zandary noho ny fitondrana sy ny fitazonana basy tsy ara-dalàna tao amin’ny fokontany Ampatsakana, kaominina ambonivohitr’Ankazobe, ny 24 mey 2018 hariva lasa teo, ny lehilahy iray niaraka tamin’ny basy PA iray vita gasy sy bala iray. Araka ny fampitam-baovao voaray avy amin’ny zandary, noho ny fikaroham-baovao mba hahafahana misoroka ireo asan-jiolahy, nahomby ny fiaraha-miasa teo amin’ny mponina sy ny zandary satria nahazo loharanom-baovao ara-potoana ireo zandary avy ao amin’ny borigady sy kaompanian’Ankazobe tamin’io fotoana io. Nandritra ny fisafoana nataon’izy ireo no nahatrarana lehilahy iray  mitazona basy tsy ara-dalàna. Niroso tamin’ny fisavana ity lehilahy ity avy hatrany ny zandary ka tratra tany aminy ny basy PA iray vita gasy 9mm niaraka tamin’ny bala iray. Niaiky ny heloka vitany izy nandritra ny famotorana nataon’ny zandary. Efa mpanao trafikana fitaovam-piadiana mihitsy  ity lehilahy ity, raha ny tatitra voaray momba azy. Natolotra ny fampanoavana avy hatrany izy taorian’ny fanadihadiana nataon’ny zandary ka naiditra vonjimaika any am-ponja ny 27 mey 2018 lasa teo.

Nanamafy hatrany ny zandary fa tsy misy tsy vitan’ny firaisankina ka ny hitohizan’izany eo amin’ny mponina sy ny zandary ary manerana ny faritra no hirariana mba hisian’ny fandriampahalemana maharitra.

J.C

News Mada0 partages

« Jazz@Tohatohabato » : seho lehibe ao anatin’ny roa andro farany

Hita soritra mazava tsara ny fiakaran’ny lentan’ny fahaizan’ireo kilonga mandinika amin’ny filalaovana ny mozika jazz. Tsikaritra avy hatrany io tranga io raha vao nanomboka ny seho voalohany amin’izao « Jazz@Tohatohabato » andiany faha-8 izao. Hisongadina anio sy rahampitso kosa ny fisian’ny seho lehibe eto an-dRenivohitra. Ny anio, « jazz street », manaraka ny tohatohabaton-dRanavalona I, hisy sehatra telo azon’ny olona rehetra handraisana anjara. Raha ny fanazavan’ny tompon’andraikitra, « mitondra izay zavamaneno hampiasainy izay te hitendry eny an-tsehatra. Manomboka amin’ny 6 hariva ka hatramin’ny 9 ora alina ny seho ». Telo rahateo ny sehatra ahafahana mandray anjara. Ny sehatra voalohany,  ho an’ireo hilalao ny « jazz standard ». Ny faharoa, ho an’ny mpiangaly ny « jazz fusion » ary ny sehatra fahatelo, natokana ho an’ireo hihira.

Rahampitso, fanakatonana ny « Jazz@Tohatohabato » andiany faha-8. Fampisehoana tontosaina eo amin’ny sehatra lehibe manoloana ny tohatohabaton’dRanavalona I, iarahana amin’ireo tarika maro miangaly ny mozika jazz. I Tsiliva sy i Fanja Andriamanantena kosa no vahiny tamin’ity andiany ity.

HaRy Razafindrakoto

News Mada0 partages

Andravoahangy : mody mandona ireo jiolahy, hay manendaka

 Saron’ny polisy avy ao amin’ny kaomisaria Antaninandro eny Andravoahangy tsena, afakomaly ireo jiolahy raindahiny amin’ny fanendahana. Araka ny fanazavan’ny polisy, olona nidina avy ao anaty taxi-be no narahin’ireo jiolahy miisa roa avy aoriana. Nolazain’ny polisy fa mody misongona ny iray ary doniny mafy ilay olona hoendahiny ka raisiny moramora ny telefaonina finday. Taitra ilay voaendaka raha vao nahatsikaritra izany ka raikitra ny fanenjehana. Tamin’izay no nifanojo tamin’ireo polisy teny an-toerana ireto jiolahy ireto ka tsy nahita haleha intsony ary noraisim-potsiny. Nalatsak’ireo mpanendaka nandritra ny fifanenjehana kosa ilay telefaonina finday araka ny fanazavan’izy ireo tamin’ny polisy. Niaiky ny heloka vitany izy ireo nandritra ny famotorana nataon’ny polisy. Nambaran’ny polisy fa efa notazonina tany amin’ny trano fitaizana zaza maditra noho resaka fanendahana ny iray amin’izy ireo ny taona 2016 ka izao niverina nanohy ny asa ratsiny izao indray.

Fa tratra teo am-pivarotana rongony teny Andravoahangy tsena, afakomaly tolakandro ihany ny lehilahy iray. Nandritra ny fisafoana nataon’ny polisy no nahatrarana azy teo am-pivarotana rongony. Mahalany fonosan-drongony miisa 20 isan’andro izy, raha ny filazany tamin’ny polisy.

J.C

News Mada0 partages

Avotra ireo ankizy roa… : trano lehibe iray hotohoton’ny afo

 Kila hotohoton’ny afo ny trano lehibe iray misy rihana teny Ankasina, omaly mitataovovonana. Fipoahana herinaratra no voalaza fa nahatonga ny loza. Avotra soa aman-tsara ireo ankizikely roa tao an-trano…

 Nitrangana haintrano mahatsiravina indray teny Ankasina, omaly antoandrobenanahary. Trano lehibe iray misy rihana no indray kila hotohoton’ny afo hatramin’ny entana rehetra tao an-trano noho ny fahasarotana teo amin’ny famonoana. Ankizikely roa no nipetraka tao amin’ilay trano ary avotra soa aman-tsara izy ireo.  Araka ny loharanom-baovao voaray, tamin’ny 12 ora antoandro no nitranga ny loza, fipoahana mafy be kosa no henon’ireo olona teny an-toerana narahina setroka maintibe sy lelafo nivoaka teny ambaravarakely ka nampikorompaka ny mponina teo an-tanàna. Tombanan’ny rehetra ho fipoahana herinaratra no antony nahatonga ny firehetan’ity trano lehibe iray misy rihana ity na koa ankizy nilalao afo ka nitarika ny fahamaizan’ny trano. Voalazan’ireo olona teo amin’ny manodidina nahita ny fitrangan’ny loza fa ankizikely roa irery ihany no tao an-trano tamin’io fotoana nitrangan’ny afo io, saingy afa-nanavotra ny ainy ihany ireo ankizikely raha vantany vao nirehitra ny trano. Niantso ny mpamonjy voina avy hatrany ireo olona teo an-tanàna. Fotoana fohy taorian’ny firehetana, tonga teny an-toerana ny mpamonjy voina. Somary nanano sarotra ihany ny famonoana ny afo noho ny fisian’ny karakaram-by teo amin’ny lavarangana sy ny varavarankely.

 May ny rihana ambony rehetra…

May tsy nisy noraisina intsony ny entana rehetra tao ambony rihan’ilay trano. May daholo ny fitaovam-pianaran’ny mpianatra rehetra, hatramin’ny entana sarobidy tao an-trano. Niezaka nifanampy tamin’ny mpamonjy voina ireo mpifanolo-bodirindrina. Somary efa nalemilemy ihany ireo ankizikely noho ny hafanana nateraky ny entona avy amin’ny afo nandrehitra ny trano. Nentina haingana tany amin’ny dokotera izy ireo ka avotra soa aman-tsara. Nisy fiarakodia nipetraka tao ambany rihana ka soa ihany fa nalaky tafavoaka fa raha tsy izany, nitombo indray koa ny fahavoazana. Nijoalajoala hatrany ny afo efa niampita teo amin’ny trano mifanolotra amin’ilay nirehitra aza ny afo, saingy nalaky voavonjy ihany. Tsy nisy kosa ny aina nafoy fa ny fahasimbana no tena goavana. Mitentina amina tapitrisa maro ny fahavoazana naterak’ity haintrano ity raha ny tombantomban’ny olona. Nandritra ny ora maromaro kosa vao voafehin’ny mpamonjy voina ny famonoana ny afo teny an-toerana.

Tsy misy afa-tsy ny fitandremana ihany fa tampoka ny fiavian’ny loza. Matetika tandrevaka kely fotsiny dia mety amoizana aina sy ny fananana nohariana an-taonany maro.

J.C

News Mada0 partages

Tsiazompaniry : toherin’ny mponina ny fanomezana tany ny olon-kafa

Maneho hevitra ny mponina any Tsiazompaniry, mikasika ny fanomezana tany olon-kafa any an-toerana. Nambaran’izy ireo fa nilaza ampahibemaso ny filoham-pirenena fony izy nizara karan-tany lazaina fa maimaim-poana tany Andramasina, farany teo, fa hampihavana ny Malagasy ary hanome tany ny Malagasy. Aoka ho fanambarana tsy misy fitaka ny hatao amin’ny vahoaka. Raha raisina io lazaina fa maimaim-poana io, tsy araka izany ny zava-misy any an-toerana, raha ny filazan’ny mponina ihany. Andoavana 200.000 Ar isaky ny ampahatany (parcelle) na ny antontan-taratasy, vidiana 1 Ar sy loso ny 1 m2, andoavana 50.000 Ar isaky ny karan-tany. Ary fepetra apetraka ny tsy maintsy ahavitana ireo mialoha ny 15 jona ho avy izao.

Mitaky ny mangarahara

Ankoatra izany, mitaky ny terak’i Tsiazompaniry, tsy hanomezana olon-kafa tsy mponina na tsy avy any an-toerana ny tany. Mandeha mantsy ny feo fa misy tany anarivony hekitara omena vahiny tsy avy any, sady tompon’andraikitra eto amin’ny firenena. Angatahan’izy ireo ny mangarahara, mila fantarina ny tompon’andraiki-panjakana nanome ny tany, mila fantarina ny olona omena ny tany. Hanohitra hatramin’ny farany izany fanolorana tany amin’ny olon-kafa izany ny mponina any Tsiazompaniry.

Raha ny fahafantaran’ny mponina, mitantana ny tany 17.000 ha ny minisiteran’ny Tontolo iainana sy ny ala, nanomboka ny taona 1956 ary natao faritra fambolen-kazo. Naheno feo izy ireo, fa nikasa nanohitra ny fanomezana ny tany tamin’ny olon-kafa, ity minisitera ity, saingy nolavina tsy noraisina.

Manahy ihany koa izy ireo fa sao mitady hitrandraka harena an-kibon’ny tany, ireto olon-kafa, tompon’andraikitra ambony eto amin’ny firenena ireto, ka izao toheriny marin-drano izao.

Randria

News Mada0 partages

Rosia : «amboara eran-tany » lafo indrindra : 6,6 miliara dolara

 Tany am-boalohany, 2,8 miliara dolara ny tetibola noheverin’ny fanjakana rosianina handraisany ny fiadiana ny « Amboara eran-tany 2018 » eo amin’ny baolina kitra. Nokajina hanamboarana kianja vaovao 10 sy hanavaozana kianja roa, miampy fotodrafitrasa hafa sy fanajariana ny tanàna, indrindra koa ny ho fitandroana ny fandriampahalemana ny tetibola. Rehefa nandroso anefa ny fotoana, amin’izao ankatoky fanombohana ny lalao izao, tafakatra 6,6 miliara dolara ireo fandaniana rehetra ireo.

Betsaka ny antony, anisan’izany ny raharaha politika sy ny toekarena maneran-tany. Tsy nampoizin’ny mpitantana any Rosia izany volabe izany na efa nolanjalanjaina amina fandaniana hafa aza. Maro, noho izany, ireo tetikasa hafa voatery nampandeferina any amin’ity firenena handray ny « Amboara eran-tany 2018 » ity.

« Tsy azo lavina fa ny Amboara eran-tany 2018, hatao any Rosia izao no lafo indrindra hatramin’izay nisiany, na eo aza ny fanambarana nataon’ireo tompon’andraikitra any an-toerana », hoy i Martin Müller, mpampianatra mpikaroka ao amin’ny Oniversiten’i Zurich, mpanoratra manodidina ireny fotoan-dehibe amin’ny fanatanjahantena ireny.

R.Mathieu

News Mada0 partages

Madagascar il y a 100 ans

La mission de réquisition des cuirs de Madagascar fait comme le nègre, elle continue !

Nous avons tant de fois déjà fait connaître les effets néfastes de la mission de réquisition des cuirs à Madagascar que nous estimons fastidieux d’y revenir… Et pourtant il faut encore en parler.

Le dernier courrier de l’océan Indien nous apprend en effet que le directeur de l’Intendance du groupe de l’Afrique orientale a invité les collecteurs de cuirs à lui transmettre tous les renseignements concernant leur région respective, au sujet du nombre et de la qualité des cuirs achetés aux indigènes, du mode de préparation, etc. Ces renseignements ont été centralisés à Tananarive ; ils sont édifiants et justifient les campagnes faites aussi bien par nos confrères locaux de la Grande Île que par la presse coloniale métropolitaine.

Nous ne sommes pas indigénophiles plus qu’il ne convient, mais nous sommes obligés de reconnaître que M. l’intendant Desmarets a lésé les Malgaches en voulant ménager l’argent de la métropole ; pour se défendre, ceux-ci ont purement et simplement réduit la production d’une matière qui ne leur rapportait rien, en revenant à l’habitude ancestrale qu’on avait eu tant de peine à leur faire perdre en 1907 : c’est-à-dire de ne pas dépouiller le bœuf pour en avoir la peau et débiter celle-ci en même temps que la viande, ce qui est tout bénéfice.

En sa qualité d’inspecteur des colonies, M. Desmarets devait pourtant bien prévoir le résultat de ses procédés. Payer, malgré l’augmentation des produits importés nécessaires à la nourriture et au travail de l’indigène, de 1 fr. 01 à 1 fr. 11 des peaux qu’avant 1913 on payait de 1 fr. 50 à 1 fr. 75 le kilo ne pouvait que tourner contre les intérêts de la métropole en raréfiant une matière dont la Défense nationale a un besoin si urgent.

C’est ainsi que, dans certains centres de production, le directeur de l’intendance, Bosc, a constaté un déficit de 30 % sur le second semestre de 1917, par rapport à 1916 ; le déficit sera plus grand encore pour le premier semestre de 1918 !

Le Courrier colonial

www.bibliothequemalgache.com

 

News Mada0 partages

Pérégrinations hebdomadaires : vol au-dessus du nid de la Constitution

La bataille fait plus que jamais rage, la décision de la Haute Cour Constitutionnelle a cassé le couvercle de la boite de Pandore qui, il faut reconnaître, déjà ne scellait pas de manière étanche la constitution pour pouvoir en préserver l’intégrité du contenu. Que de fois n’a-t-on vu des manipulations éhontées pour faire dire à la constitution des dispositions contraires à l’esprit du texte, sans considération des principes généraux du droit, foulant aux pieds toute morale. Comme si la constitution devait son existence à une vocation de devoir justifier une chose et son contraire au service du pouvoir. Ainsi la route de la République quel que fut son rang dans la dénomination, est semée de verdicts terribles qui sacrent d’un certificat de conformité à la constitution tant des décisions que des situations manifestement anticonstitutionnelles même aux yeux d’un ignare.

Sans tout à fait rompre avec le passé, la Haute Cour Constitutionnelle actuelle a apporté une évolution à la méthode. Déjà lors d’un précédent concernant une destitution de l’actuel Président de la République, destitution votée par l’Assemblée Nationale, elle a botté en touche en s’attribuant un rôle de consultant expert en matière de conciliation, posture que dans cette page à l’époque on a estimée exorbitante de ses compétences. Par cette dernière décision les hauts dignitaires de cette cour persistent et signent à persévérer dans ce sens. Plus de couvercle, une constitution à ciel ouvert à l’instar d’une ruche décoiffée ! …Bzz, bzz, bzz, abeilles, bourdons et faux-bourdons s’y affairent pour cannibaliser tout suc et vider de tout miel la constitution.

Télescopage des pouvoirs

Le Président de la République au moment de son accession lors de la cérémonie solennelle de prestation de serment s’engage non seulement à respecter lui-même la constitution mais aussi à veiller à ce que tous la respectent, de son côté la Haute Cour Constitutionnelle assume le rôle d’être l’unique juridiction en matière de constitution. Ainsi chacune de ces deux institutions à sa manière a charge de la garde. Les concepteurs  n’ont pas imaginé un possible conflit entre les deux gardiennes. Les circonstances ont poussé la HCC à sortir d’une situation étriquée en cherchant un échappatoire par le haut, méthode qui lui a déjà réussi. Il faut lui reconnaitre des circonstances atténuantes, prise en étau entre la pression de la rue et le désir de ne pas porter atteinte fatale au chef de l’Etat, elle a évité de statuer de façon expresse sur la requête relative à la destitution du Président de la République. Indirectement elle a rejeté cette demande en donnant un rôle au Président de la République dans le schéma qu’elle préconise en guise de solution pour dénouer le conflit, pensant peut-être avoir découvert l’eau chaude elle étend son champ de compétence et prend de la hauteur jusqu’à s’autoriser à enjoindre à tous de se conformer à son plan et ce dans les délais qu’elle établit. De qui ébahir et désarçonner le public qui prend du retard à réagir. Un non-sens que de chercher une quelconque qualification ressemblant à un coup d’état, alors qu’à nombreux endroits la solution propose entre adaptions inspirées de la constitution innovations ignorées par la constitution. Si elle avait cherché à intensifier le conflit et voulu déplacer le terrain des batailles, la HCC n’aurait pas pu mieux faire.

Une fois l’abasourdissement évaporé les réactions de tous les partis concernés par les injonctions prononcées par la HCC semblent se retourner contre celle-ci sous forme de demandes d’éclaircissement en réalité des demandes d’explication pures et dures. C’est tout juste si le Président de la République n’interpelle pas directement la Cour pour lui dire de façon crue « de quoi te mêles tu, de quel droit te prévaux-tu pour t’autoriser à me sommer de dissoudre le gouvernement ? …» Coup d’état ou coup de bluff ça a failli être un coup de maître. Mais hélas, ça n’a été qu’une mauvaise tentative qui n’a réussi qu’à augmenter le nombre des protagonistes impliqués dans la crise, en effet la HCC ne survole plus au-dessus du panier (de crabes (?) ) mais s’y trouve.

Le consensus n’est pas l’absolu

Toujours cette décision de la HCC ! Elle a eu au moins le mérite d’avoir secouer l’échiquier politique et de réveiller les acteurs sur le désert de la réalité dont tous solidairement sont comptables. Il s’agit au contraire de ce que recherchent les réconciliateurs qui rêvent de réussir une union contre-nature, les obliger à se rendre à l’évidence et plutôt qu’à nouer une complicité pour se décharger ensemble de la responsabilité des échecs, à devoir rester dans les clous pour réparer le mal sinon mal leur en coûterait. Nul besoin de consensus pour former un gouvernement. Qui peut encore se faire d’illusion à propos d’éventuels résultats de concertation politique, déjà qu’au préalable les avis se déchirent pour déterminer la qualité de ceux qui peuvent y prendre part. La méfiance est telle que lors même tout le monde serait d’accord pour soumettre la désignation du premier ministre à un tirage au sort, on se battrait encore à propos du procédé pour opérer le tirage au sort. En de telles circonstances, quelle signification et quel rôle peut-on accorder au Fihavanana. Il s’agit désormais d’imaginer l’établissement d’une puissance coercitive pour obliger les principaux acteurs à adopter des règles pour s’acheminer vers des élections au plus vite, sinon tôt ou tard résonneraient des bruits de bottes.

Léo Raz

 

News Mada0 partages

Décision du 25 mai : la HCC persiste et signe

Les requêtes se suivent et se ressemblent. Après celles du président de la République, de l’Assemblée nationale et du Sénat, c’est au tour du Premier ministre de déposer la sienne hier, auprès de la Haute cour constitutionnelle (HCC). Des lettres différentes partageant le même objet sur la vraie signification de la Décision n°18-HCC/D3 du 25 mai 2018 relative à une requête en déchéance du Président de la République, qui ont obtenu les même réponses fermes et définitives  de la part des juges constitutionnels.

Malgré le fait que toutes ces requêtes ont comme objet une demande de plus amples précisions sur le sens exact des dispositions de l’article 54, conformément à Constitution, la HCC s’est juste contentée de clarifier dans sa globalité la décision prise le 25 mai dernier. Et si les présidents de la République, du Sénat, de l’Assemblée nationale ou même le Premier ministre s’attendent à ce que la HCC change sa version, ils ont eu tout faux.

Dans un avis publié hier, en quatre articles, Ambohidahy a clos le débat et invite en quelque sorte les chefs d’institution de ne plus en remettre une couche. Aussi bien sur le fond que sur la forme, sans oublier les différents délais d’exécution. Pour la HCC, cette décision est on ne peut plus être plus claire.

En un mot, elle maintient ses dispositions selon l’article 1 qui stipule que «le délai pour l’adoption d’un Accord politique est de dix jours. Faute d’accord, les dispositions de la Décision n°18-HCC/D3 du 25 mai 2018 s’appliquent dans leur intégralité». L’article 2 dispose que «Les décisions de la Haute Cour Constitutionnelle entrent en vigueur dès le prononcé de la sentence dûment signée par les membres de la Cour».

En attente d’un accord déjà voué à l’échec

«A travers la décision du 25 mai, la HCC offre en quelque sorte au HVM une porte de sortie pour trouver un accord politique avec les 73 députés de l’opposition», a souligné un observateur de la vie politique.

Et d’ajouter, «Son avis d’hier ne convient pas du tout au parti du régime, au contraire, cela le met davantage dans un cul-de-sac car pour les députés de l’opposition, la décision du 25 mai n’est plus négociable. En un mot, le HVM est condamné à négocier avec l’opposition, notamment sur l’article 54, sous peine de déchéance. Il ne faut pas oublier qu’à ce sujet, la requête des élus de l’opposition a été recevable».  Le HVM est averti.

Pour dire que dans dix jours, à compter du 25 mai, si un accord politique n’est pas conclu, ce qui semble improbable au vu du contexte actuel, la mise en exécution de la décision dans son intégralité entrera en vigueur. Qui vivra verra. D’autant que l’article 120 de la Constitution dispose que «les arrêts et décisions de la Haute cour constitutionnelle sont motivés; ils ne sont susceptibles d’aucun recours. Ils s’imposent à tous les pouvoirs publics ainsi qu’aux autorités administratives et juridictionnelles…».

Nomination du PM au plus tard le 5 juin

L’article 3 de l’avis de la HCC hier stipule que «La cessation de fonction du Premier ministre et du Gouvernement a lieu suite à un Accord politique ou, faute d’accord, dans le cadre de l’exécution de la Décision n°18-HCC/D3 du 25 mai 2018 prise en application des dispositions constitutionnelles, soit le 5 juin 2018 au plus tard».

Avec ou sans compromis donc, les fonctions du Premier ministre et de son gouvernement prendront fin au plus tard le 5 juin. Et si le HVM campe sur sa position de vouloir nommer le Premier ministre, à coup sûr, la HCC prononcera sa sentence finale relative à l’article 54 de la Constitution, «Conformément aux termes de l’Avis n°01-HCC/AV du 17 février 2014 portant interprétation des dispositions de l’article 54 de la Constitution et sur la base de l’Arrêt n°11-CES/AR.14 du 6 février 2014 portant proclamation officielle des résultats définitifs des élections législatives de la 4e République».

Rakoto

News Mada0 partages

Situation d’exception : les députés tirent à boulets rouges sur le MDN

La déclaration des forces de l’ordre qui suppose d’instaurer la loi martiale si aucun accord politique n’est trouvé selon l’article 61 de la Constitution n’a pas été bien accueillie par le mouvement des députés 73 et leurs partisans. Les députés n’ont pas été tendres envers les premiers responsables des forces armées. D’après eux, elles jouent un rôle politique.

Le ministre de la Défense nationale, le général Béni-Xavier Rasolofonirina a été spécialement visé. «L’écharpe que nous arborons est la preuve que le peuple nous a donné le pouvoir. Nous sommes ici pour être le porte-parole du peuple alors ce n’est pas vos grades qui nous empêcheront d’atteindre nos objectifs. De plus, si on considère la décision de la Haute cour constitutionnelle (HCC), vous ne serez plus ministre dans quelque temps. Le gouvernement doit être déchu selon la HCC», a scandé le député Tinoka Roberto hier à Analakely.

Pour les députés pour le changement, le ministre de la Défense nationale ne doit pas user de son titre de ministre pour faire une telle déclaration politique. «Nous sommes des politiciens, la convention politique et les procédures pour y aboutir nous appartient. Votre rôle est de protéger le peuple et ses biens. Tenez-vous en au fait», selon les orateurs.

Ultimatum

L’ultimatum donné par les députés pour que le gouvernement démissionne selon la décision de la HCC, a pris fin hier à minuit.

«Nous resterons dans la voie légale si le gouvernement ne démissionne pas après minuit. En effet, il a eu sept jours pour quitter son poste, ce qui n’a malheureusement pas été chose faite jusqu’au moment où nous lançons cet ultimatum. Demain (ndlr : ce jour), si le gouvernement est encore là, nous allons déposer une plainte et cette fois-ci, ce sera au niveau pénal pour non respect de la loi», a révélé le député Lalao Rahantanirina.

Et pour eux, le Conseil pour le fampihavanana malagasy (CFM) est complice du gouvernement actuel.

Rakoto

News Mada0 partages

Fiatrehana fifaninana basikety : miantso fanohanana ny Dream Team SC

  “Nandalo  dingana sy  sedra maro ny ekipa  ary nahita fahombiazana tamin’izany. Ekena fa eo ihany  ny eo an-tanana,  saingy lavitra ny tanjona  hotratrarina.  Antony hiantsoanay ny orinasa sy ny tsara sitrapo  ary malala tanana  izany  hanohana sy hanampy anay”, hoy ny filohan’ny DTSC,  Rabarijaona Heritiana, omaly  tetsy  Mahamasina. Anisan’ny lalao lehibe hatrehin’izy ireo ny fifaninanam-pirenena U 18,  16, 14, 12 amin’ny volana oktobra sy novambra izao. Eo koa anefa ny hiakarana eo amin’ny N1A  ho an’ny taom-pilalaovana 2019.  Notsiahivin’ny tale teknika, i Bayard fa  nahita fahombiazana hatrany izy ireo tamin’ireo fifaninanana natrehiny tato anatin’ny taona vitsy sy ny farany  teo.

Hanana  tombony ny orinasa  mpanohana…

 Manaporofo  izany  ireo amboara samihafa eo an-tananan’ny DTSC norombahina tao anatin’ny telo volana.  “Roa taona ny nanomananay ny fiatrehana izany  rehetra izany. Niha matotra ny ekipa  ary mipetraka sy  mirindra ny  rafitra amin’ny fitaizana ny tanora… Manana ny hoaviny ny DTSC  ary ezahina harovana ny mpilalao,  tsy ho lasa any amin’ny ekipa hafa ”, hoy ihany izy  ireo.

Manoloana izany, mikasa ny handeha lavitra ity ekipa ity ka miandrandra fifanomeazan-tanana. “Mavesatra ny dingana miandry ka  manao antso avo izahay. Hanana tombony ny mpanohana sy ny ho mpiara-miombona antoka aminay satria manana mpilalao  mendrika  sy mahay ny DTSC. Mendrika tohanana ary afaka hitondra avo  ny endriky ny orinasa mety hanohana anay, izahay”, hoy ny mpitantana.

Synèse R. 

       

 

News Mada0 partages

School tournament 3X3 : la Zone 2 animera le week-end

Loin des tracas, le School tournament 3×3 poursuit son petit bonhomme de chemin! Comme le temps passe vite, la compétition terminera la phase de zone, ce week-end  sur les terrains extérieurs du stade de Mahamasina.

Après la Zone 1, le week-end dernier, c’est au tour de la Zone 2 d’accoucher des noms des équipes qualifiées pour la phase finale du 16 juin, au collège Saint-Michel d’Amparibe. Aussi bien chez les garçons que chez les U18 ou les U15, six équipes obtiendront les tickets pour la phase finale. Dans la catégorie masculine, elles ne seront que quatre dans chacune des deux catégories à jouir de cette opportunité.

Les derniers qualifiés de ce week-end, parmi les teams alignés par les 15 écoles en lice, croiseront le fer avec ceux qui ont ouvert la voie la semaine d’avant.

Naisa

Les 15 écoles engagées :

Aceem Analakely

CEG 67Ha

CEG Antanimbarinandriana

Chaperon Rouge Tsimbazaza

Esca Antanimena

La Sagesse

Le Petit Nid

Les Capucines Ankadindramamy

Les Rossignols Ambohimanarina

LTP Alarobia

LTP Mahamasina

Lycée Andoharanofotsy

Pépite d’Or

SFX Antanimena

St Antoine Ankadifotsy

 

News Mada0 partages

Foot : une assemblée sous haute pression…et tension

La vérité a été mise à nu bien que le comité exécutif de la Fédération malgache de football (FMF) n’ait pipé mot sur la lettre de la Fifa, en date du 17 mai dernier, comme quoi la liste des membres de la Commission électorale n’est pas conforme aux recommandations des instances internationales. L’on se demande si l’Assemblée générale va se tenir dans les règles de l’art.

Les membres du comité exécutif de la FMF ont beau étouffer cette information six pieds sous terre, la nouvelle a tout de même filtré. En effet, la Fifa a émis son avis par rapport à la composition de la Commission électorale et de la Commission de recours pour les élections le 17 mai dernier. Et la FMF qui veut soumettre cette liste ce jour, lors de l’assemblée générale à l’hôtel Paon d’or à Ivato, semble être dans de beaux draps.

«Nous constatons que cette liste n’est pas conforme aux recommandations de la Fifa. Nous avons effectivement demandé de proposer de nouveaux membres autres que ceux des  Commissions électorales en place, lors de la mission de vérification de la Fifa, du 13 au 16 mars. Par contre, plusieurs personnes figurant dans cette liste dont Eddie Ravelonarivo (ndlr, président) étaient déjà membres de la Commission électorale»,  a souligné le directeur Afrique-Caraïbes, Véron Mosengo-Omba.

Ce dernier de renchérir que cette initiative a été prise dans le but de rétablir le calme au sein du football malgache et d’organiser des élections transparentes dans un climat apaisé. La Fifa a même suggéré à la FMF de nommer d’autres membres qui ne faisaient pas partie de la Commission précédente pour assurer la validité des élections à venir. Pire ! Le délai semble déjà dépassé puisque l’instance internationale du football a attendu la liste des nouveaux membres jusqu’au 23 mai dernier. A moins que la FMF ait déjà envoyé les noms…en catimini.

Rakoto

 

News Mada0 partages

Vie d’un club : DTSC à besoin d’une main tendue

Riche en trophées, Dream team sporting club (DTSC) se montre pourtant limité financièrement ! Une situation qui empêche le plein épanouissement du club bien que de l’ambition, il en ait. C’est la raison pour laquelle, à l’issue des victoires incessantes  de leurs protégés cette saison, comme au Championnat de Madagascar U18 Fiba 3×3 et à la joute nationale U20, les responsables du club s’adressent aux personnes de bonne volonté, autant physique que morale, à les soutenir dans leur entreprise.

Comme tout grand club qui se respecte, DTSC participera à tous les championnats nationaux dans toutes les catégories. Sauf que, chaque compétition nécessite un budget adéquat, faute de quoi, les résultats sportifs en pâtiront.

Bien estimé dans le milieu du basket, le club dirigé par Heritiana Rabarijaona attend des soutiens favorables dans l’optique d’une collaboration gagnant-gagnant. Parmi les rendez-vous les plus proches auxquels DTSC compte participer, figurent les Championnats nationaux U14, du 18 au 26 août, le critérium U12 filles, ainsi que la joute nationale U16 garçons du 22 au 30 septembre.

Naisa

 

News Mada0 partages

Théâtre : «Lovasoa ou Bel héritage» à l’AFT

A l’occasion de la promotion du théâtre à Madagascar, l’Alliance française d’Antananarivo ne cesse d’organiser des spectacles. Après le grand succès de l’opéra «Ombalahibemaso», le weekend dernier, avec la troupe Hasin’ny teatra, ce dimanche, elle propose une autre pièce intitulée «Lovako ou Bel Héritage». Elle est interprétée par les Amis du théâtre du lycée Jean Joseph Rabearivelo Analakely.

Tous les mercredis, les Amis du théâtre du lycée J.J. Rabearivelo se réunissent pour jouer quelques pièces. Et,  ces derniers temps, ils ont décidé de réaliser un montage poétique de la pièce «Imaintsoanala» du grand écrivain J.J. Rabearivelo. Dans cette optique, ils ont créé la pièce «Lovako ou Bel héritage» où les poèmes seront alternés par des interprétations des compositions de grands artistes, tels que Naly Rakotofiringa ou encore Ranarison Wilson.

«Notre objectif est aussi de redonner vie à cet art qui semble être oublié par le grand public. Au pays, le théâtre est souvent classé dans la catégorie des anciens arts et pourtant, il touche plusieurs domaines à la fois, entre autres, le chant, la danse et actuellement, le slam, qui est aussi très prisé. Cette promotion a donc  pour mission de remettre le théâtre au goût du jour», a spécifié l’un des organisateurs à l’AFT.

Holy Danielle

 

News Mada0 partages

Supports d’enregistrement : 6% de redevance versés aux artistes

Désormais, les redevances de 6% prélevées directement sur les supports d’enregistrement  entrant à Madagascar, contribueront à rémunérer les copies privées des œuvres d’artistes. A ce sujet, un accord a été signé, hier, entre l’Office malgache des droits des auteurs (Omda), la société GasyNet et la Direction des douanes.

D’après le protocole d’accord signé entre l’Omda, la société Gasy Net et la Direction douanière, hier à Faravohitra, les importateurs de marchandises, qui peuvent servir d’enregistrement d’œuvres d’artistes (disques durs, clés USB, cartes mémoires, CD, DVD…), devront payer une redevance destinée à compenser les artistes, s’élevant à 6% de la valeur du produit, à partir du 1er juillet. A travers cet accord, l’Omda intègre les départements et agences de contrôle (Midac) au sein du ministère de tutelle.

«Les textes relatifs à cette disposition ne sont pas nouveaux, mais leur application a été retardée car toutes les conditions n’étaient pas encore réunies», a expliqué Eric Narivony Rabenja, directeur général des douanes, à ce sujet.

A l’instar des 20% de droits de douane et 20% de TVA, les importateurs de ces supports devront donc dont payer 6% de plus sur la valeur des marchandises.

80% des œuvres utilisées sont des copies

D’après l’auteur compositeur Ndriana Ramamonjy, «Nous l’avons toujours dit. Le piratage entraîne d’importants manques à gagner pour les artistes. Certains d’entre nous se sont même découragés à produire des œuvres en raison de la situation qui prévaut en ce moment à Madagascar. Cette disposition a été toujours ce que nous avons proposé à l’Omda».

Un autre responsable au niveau de l’Omda a poursuivi dans ce sens, «80% des œuvres utilisées à Madagascar sont toutes des copies. Il est normal que les artistes enregistrent d’énormes manques à gagner».

Lancé en 2009, le module Midac a pour objectif principal la dématérialisation des procédures d’octroi d’autorisation, de certificat ou d’attestation. Cédric Catheline, directeur général de la société GasyNet précise :«Presque tous les ministères sont à ce jour connectés au module Midac et c’est un point important. Toutefois, certains ministères ou agences gouvernementales de contrôle peuvent émettre plusieurs types d’autorisations et de certificats dont certains ne sont pas encore dématérialisés. Il reste donc à intégrer les documents (permis, certificats, autorisations) qui n’y sont pas encore».

Riana R.

 

News Mada0 partages

IFM : le Mois de la BD se dessine

L’Institut français de Madagascar (IFM) à Analakely accueillera, du 6 au 23 juin, dans sa galerie, une exposition consacrée au Mois de la bande dessinée.

Du 25 au 28 janvier, quatre auteurs et illustrateurs malgaches ont participé à la 45e édition du Festival international de la bande dessinée d’Angoulême. Accompagnés par les éditions Des Bulles dans l’Océan à La Réunion, Dwa, Liva, Tojo et Rafally, puisque c’est d’eux qu’il est question, ont présenté des albums aux scénarios et univers graphiques très divers, mais qui nous ramènent toujours vers la Grande île.

«Une nouvelle génération talentueuse se constitue dans le milieu de la bande dessinée à Madagascar et de nombreux projets de publication sont encore à découvrir dans les prochains mois. Ce sont ces albums et ces auteurs malgaches que l’IFM souhaite mettre à l’honneur pour ce mois de juin 2018 consacré à la bande dessinée», rapporte un communiqué.

L’Institut français invite à cette occasion  Christophe Cassiau-Haurie, directeur de la collection Harmattan BD et spécialiste de la bande dessinée en Afrique.

Joachin Michaël

 

News Mada0 partages

Mitaky « indemnité de risque » ny « paramédicaux »

Hanome toromarika momba ny tohin’ny fitakiana ny « paramédicaux », araka ny fanambaran’ny komity mpandrindra ny fitakian’ny « paramédicaux », omaly teny Analakely. Manentana ny « paramédicaux » rehetra hanatrika ny fihaonana anio, eny amin’ny Institut d’hygiène Analakely taloha ny mpitarika amin’ny 11 ora maraina. Fitakiana lehibe nataon’izy ireo ny fangatahana ny « indemnité de risque », izay mbola tsy neken’ny fitondrana hatramin’izao. Misy fiantraikany amin’ny fahasalamana sy ny fiainan’izy ireo amin’ny ankapobeny ny fifaneraserana amin’ny marary sy ny aretina samihafa mandritra ny asa eny amin’ny tobim-pahasalamana. « Tokony ho minisitra hitondra vahaolana no hapetraka amin’ny toeran’izay hisolo toerana ny amperinasa, amin’izao fotoana izao », hoy ny fanazavany. Mahatsapa izy ireo fa lany amin’ny kolikoly fotsiny ny volam-panjakana nefa ny « reclassement » sy ny « avancement » naato avokoa noho ny tsy fisian’ny vola ao amin’ny minisiteran’ny Fitantanam-bola.

Manararaotra ny tolona ataon’ny solombavambahoaka 73 izy ireo hanamafisana ny fitakiana rehetra indrindra io indemnité de risque io sy ny fanitsiana ny marikaraman’ny « paramédicaux ».

Vonjy A.

News Mada0 partages

Rehabilitation du marche d’ivato : le Premier ministre hué et sifflé

La réhabilitation du marché communal d’Ivato a été lancée officiellement hier. Venu présider la cérémonie de pose de la première pierre, le Premier ministre Olivier Mahafaly Solonandrasana a été hué par un groupe d’individus.

Ces derniers temps, chacune des apparitions en public des dirigeants est émaillée d’incidents. Il faut dire que les cas «Palais des sports» et «Andramasina» font des émules. Hier, c’était au tour du Premier ministre de faire face à un public hostile. Lors de la cérémonie de pose de la première pierre pour

la réhabilitation du marché d’Ivato, il a été accueilli sous les huées. Les gendarmes et les agents de la police communale ont dû intervenir pour désamorcer la tension.

Selon les informations, cet agissement est commandité par quelques personnes qui craignent que la réhabilitation de l’infrastructure perturbe leur intérêt personnel. «Cet incident n’empêchera pas la mairie de procéder à la réhabilitation de l’infrastructure, actuellement en piteux état», a précisé le maire de la commune Ivato, Penjy Randrianarisoa.

«Il ne reste plus qu’à exécuter les travaux dans la mesure où le financement octroyé par l’Etat dans le cadre du projet présidentiel se situant à hauteur de 11 milliards d’ariary est déjà versé dans la caisse de la commune», a enchaîné notre source, qui n’a pas manqué de faire entendre raison à ceux qui s’y opposent bêtement à une telle initiative menée au bénéfice de la population. Le maire a même soulevé qu’il donnera sa démission  au cas où cette nouvelle infrastructure ne profitera pas aux commerçants. La plupart de ces derniers qui ont attendu depuis des années la réhabilitation de ce marché sont convaincus que le projet arrive à point nommé, étant donné qu’ils ne sont plus contraints à exercer leur métier dans un endroit insalubre envahi par la boue durant l’été et par la poussière lors des autres saisons.

D’ailleurs, l’on sait que leurs activités ne seront pas suspendues car des places situées non loin de ce marché ont été aménagés pour les accueillir temporairement. En outre, ils ne quitteront pas l’ancien endroit en même temps puisque les anciens étalages seront démolis progressivement  en fonction de l’avancement des travaux. «La capacité d’accueil du nouveau marché est de 2.000 marchands s’ils sont 1.500 à occuper les lieux actuellement. Ces derniers occuperont chacun les mêmes endroits, moyennant une somme symbolique de 400 ariary par jour, pour assurer l’entretien des infrastructures…», a conclu le maire d’Ivato, Penjy Randrianarisoa.

Fahranarison

News Mada0 partages

Interruption des cours dans les écoles publiques : des enseignants à la rescousse

Des milliers d’élèves sont privés de cours depuis quelques semaines. Le ministre de l’Education nationale (Men) sort de son silence, en prenant les décisions qui lui reviennent en tant que premier responsable de l’éducation, dans l’intérêt supérieur de ces jeunes.

«Aucune année blanche n’est à craindre cette année». C’est en ces mots que le ministre Paul Rabary a rassuré les élèves et leurs parents hier lors d’une rencontre avec la presse, organisée hier à Anosy. Le ministre a réitéré que les examens officiels auront lieu aux dates prévues. Une disposition la plus judicieuse sachant que seules 300 écoles sur les 30.000 à travers le pays, soit 1/3, ont connu une perturbation, à cause de la grève de certains enseignants. «On ne peut pas sacrifier l’avenir de l’ensemble de nos jeunes, en reportant ou annulant les examens», a fait entendre le numéro un du Men, qui a incité les grévistes à laisser ceux qui veulent effectuer leur travail à le faire dans la sérénité, sans perturbation.

Le ministère n’oblige pas ceux qui veulent poursuivre leur manifestation, puisque c’est tout à fait leur droit d’effectuer des revendications syndicales, qui sont tout à fait légitimes à en juger le maigre salaire des enseignants tout comme les autres personnels de l’éducation. Mais il y a beaucoup de manière de revendiquer. Ainsi, en considérant l’intérêt supérieur des élèves, l’enseignement va reprendre progressivement dans les établissements victimes de déstabilisation et de coupure de cours, à partir de lundi. Pour assurer la faisabilité de cette disposition, le Men va opter pour le déploiement de personnel enseignant dans les établissements qui souffrent d’un manque d’enseignant. «Sur ce, 4.000 enseignants qui viennent d’être formés, qui n’attendent plus que leur affectation, sont prêts à venir à la rescousse», a précisé le ministre Paul Rabary.

Pas de suspension de solde…

Les enseignants qui choisissent de poursuivre la grève ne seront pas sanctionnés, contrairement à certaines rumeurs relatives à la suspension de leurs soldes. D’ailleurs, leurs revendications sont légitimes. Par contre, ils doivent s’adresser aux responsables concernés pour pouvoir les obtenir, et non pas au ministère de l’Education nationale, qui fait partie de l’exécutif, qui applique les textes », a fait valoir Paul Rabary. Ce dernier, en tant que ministre de l’Education, fera en sorte que l’enseignement se déroule normalement, raison pour laquelle il a appelé en renfort d’autres enseignants. «Une fois décidés à reprendre le travail, les enseignants grévistes pourront  le faire, mais dans d’autres établissements qui éprouvent un manque de personnel enseignant, surtout si leur poste est déjà occupé», a-t-il conclu.

Fahranarison

News Mada0 partages

Incendie à Ankasina : deux enfants évitent le pire

Un incendie s’est déclaré dans une habitation sise dans le quartier d’Ankasina hier. Deux enfants ont réussi à sortir de la maison en feu.

L’incendie dont l’origine serait un court-circuit s’est déclaré vers midi. Seuls deux enfants étaient à la maison quand le sinistre s’est produit, selon le témoignage des riverains. Ils ont réussi à s’échapper à temps. «Leur état de santé n’est plus à craindre», a informé un proche. Une voiture qui était garée dans le garage au rez-de-chaussée a été dégagée pendant que les flammes ravageaient l’étage. Selon les explications, la valeur des pertes s’élèverait à plusieurs millions d’ariary.

D’après les explications des témoins, les véhicules des sapeurs-pompiers ont eu du mal à rejoindre rapidement les lieux à cause des embouteillages très importants dans le quartier à cette période de la journée, vu qu’il faut passer par des routes très fréquentées pour arriver à Ankasina. Ils ne sont arrivés sur les lieux qu’une heure après l’alerte.

Les soldats du feu ont commencé par éteindre les flammes de façon à ce que celles-ci ne se propagent pas dans les habitations environnantes. Les flammes ont envahi toutes les chambres de l’étage supérieur rendant ainsi difficile l’intervention. D’ailleurs, une partie du toit d’une maison voisine a déjà été léchée par les flammes mais l’incendie a été rapidement maîtrisé. D’après les explications, il a fallu près d’une heure pour venir à bout de l’incendie qui a consumé les objets de valeur dont les fournitures scolaires et les effets vestimentaires.

Ando Tsiresy

News Mada0 partages

BNGRC : formation des centres des opérations

Le Bureau national de la gestion des risques et catastrophes (BNGRC) a été mobilisé depuis lundi, à l’hôtel «Les hérons» Vontovorona, autour de la seconde étape de l’atelier sur la formation des Centres de coordination des opérations in situ (OSOCC) et des centres des opérations d’urgence. Cet atelier entre dans le cadre de l’axe stratégique n° 3 du BNGRC.

«La première formation du genre réalisée en Afrique et dans l’océan Indien», a fait savoir le secrétaire exécutif adjoint du BNGRC, le général Charles Rambolarson. En effet, d’autres pays, comme les Comores, Suisse et  Kenya, ont pris part à cette formation.

Le fonctionnement des OSOCC et des centres des opérations d’urgence, ainsi que la gestion des communications ont été particulièrement au menu d’une trentaine de techniciens issus de plusieurs organismes œuvrant dans le domaine humanitaire, sanitaire et de situation d’urgence.

 L’atelier a été clôturé hier par une remise de certificats aux participants. «A l’issue de la formation, ils seront opérationnels en cas de catastrophes, et peuvent ainsi intervenir aussi bien au pays qu’à l’étranger», a indiqué le secrétaire exécutif adjoint du BNGRC.

Sera R.

News Mada0 partages

Marche d’Andravoahangy : deux délinquants arrêtés après une course-poursuite

Une course-poursuite s’est engagée avant-hier au marché d’Andravoahangy. D’après les témoins, deux délinquants de 14 ans se sont emparés du téléphone portable d’un homme au moment où ce dernier descendait d’un bus. L’un arrachait de force le téléphone en bousculant la cible, tandis que l’autre se chargeait de gêner les éventuels poursuivants en cas de fuite.

Dépossédée de son cellulaire, la victime s’était lancée à la poursuite des voleurs. Des gens qui ont assisté à cette scène se sont mis aussi à courir après les petits voleurs. Mais finalement, les deux délinquants ont été capturés par des policiers. Le téléphone n’a plus été retrouvé sur eux car ils s’en sont débarrassés avant leur capture. Les enquêtes ont permis de savoir de l’un des deux délinquants a déjà séjourné à Anjanamasina en 2016 pour vol à la tire.

ATs. 

News Mada0 partages

Analamanga : opposition à la cession de Tsiazompaniry

Les natifs de Tsiazompaniry prennent à cœur les rumeurs véhiculées, à propos de la cession de terrains dans ce secteur à des étrangers. Une assemblée générale sera organisée, demain, pour se concerter sur la conduite à tenir face à ce dilemne.

Des représentants de la population interpellent le président de la République pour de plus amples informations sur le statut de la zone de Tsiazompaniry, après les séances de distributions de titres fonciers qu’il  a effectuées récemment dans le district d’Andramasina. Ils annoncent actuellement leur intention de s’opposer à la présence de propriété privée dans le secteur,  tout en exigeant l’identification et la présentation à la population de toute personne, physique ou morale, tentant de s’y implanter.

D’ailleurs, les locaux souhaiteront avoir la priorité sur les éventuelles attributions de terrains dans la zone de Tsiazompaniry si le cas se présente. Les natifs de Tsiazompaniry ont averti qu’ils déposeront opposition à toute acquisition de terrains effectuée dans ce secteur pour en bloquer le traitement des dossiers destinés à la régularisation de la propriété foncière y afférente.

Prêts à défendre leurs terres

Confortant les rumeurs sur l’accaparement de terrain dans le périmètre de Tsiazompaniry, les représentants de la population ont révélé que des maires du district d’Andramasina  les ont informés du récent transfert de ce terrain, affecté à la Direction régionale de l’environnement, de l’écologie et des eaux et forêts d’Analamanga, à la province d’Antananarivo pour des raisons indéterminées.

L’attribution de plus d’un millier d’hectares  de parcelles, qu’ils ont mis en valeur, à des investisseurs leur a été rapportée lors de la dernière assemblée générale des natifs de Tsiazompaniry, selon les notables locaux qui soupçonnent des pots-de-vin dans de telles transactions.

Manou

News Mada0 partages

Filière lait : la production nationale demeure faible

La consommation de lait et de produits laitiers est estimée à 15 kg par habitant par an pour Madagascar, contre une moyenne mondiale de 20 kg/hab/an. Le défi pour la Grande île est de maintenir la consommation nationale à 10,55 kg par habitant par an, pour une population estimée à 25 millions d’habitants, en réduisant de moitié le volume des importations pendant cinq ans.

Sur ces 15 kg de consommation annuelle, 9 kg proviennent des importations et plus de 5 kg sortent de la production nationale. Les chiffres du ministère en charge de l’Elevage montrent que Madagascar a importé 32.811 tonnes de lait et de produits laitiers en 2017.

Par ailleurs, les statistiques de l’OCDE et du FAO font état d’une consommation moyenne mondiale de lait et de produits laitiers de 20,2 kg/hab/an entre 2014 et 2016. La projection de consommation des produits laitiers pour 2026 varie entre 10,9 et 13,2 kg/hab/an pour les pays en développement. C’est ce qu’on a appris hier, à l’occasion de l’ouverture de la «Foire du lait» au Centre By-pass Alasora, qui coïncide également avec la Journée internationale du lait.

 «Il s’agit d’une espace de rencontres entre le grand public et tous les maillons de la chaîne de la filière lait à Madagascar, allant de la plantation fourragère en passant par la présentation des étables avec des races performantes de vaches laitières et divers produits vétérinaires, ainsi que des matériels et équipements de production jusqu’à la vente-exposition des produits laitiers», a expliqué Haingotiana Razafindraibe, le PCA de Malagasy Diary Board (MDB), initiateur de cet événement.

La filière en question

Une vache laitière de 2 ans coûte entre 3,6 millions et 4 millions d’ariary et fournit 15 à 20 litres de lait par jour. La qualité et la rentabilité d’une vache laitière prennent en compte également plusieurs paramètres et non seulement la race.

D’après Philipe Razafinimaro, un éleveur d’Andohatanjona Itaosy qui possède des pies rouges norvégiennes, c’est la nourriture qui nécessite un certain investissement. «Le fourrage se fait rare en période hivernale, ce qui nous contraint à trouver des compléments alimentaires pour un coût de 16.000 ariary par semaine, soit 2 kg de provende par jour. Je ne possède que 5 ares de plantations pour 3 têtes, alors que ces 5 ares sont juste suffisants pour une tête, pour un besoin en superficie fourragère d’un hectare pour une vache», a-t-il expliqué.

Safidy Peniela, un jeune éleveur de Talata Volonondry, nous a confié pour sa part qu’il utilise de la provende, du maïs et des drêches (des résidus du brassage des céréales pour la fabrication de bière) en guise de compléments alimentaires.

Par ailleurs, le prix du lait frais varie d’une localité à l’autre. Chez les petits éleveurs, on peut trouver du lait à 700 Ar/l et cela baisse en période de pic de production. Or, les membres de MDB arrivent aujourd’hui, dans les points de vente de proximité, à vendre jusqu’à 2.400 Ar/l.

Opportunités d’investissements

Le défi pour la Grande île est de maintenir la consommation nationale à 10,55 kg de produits laitiers par habitant par an, pour une population estimée à 25 millions d’habitants, en réduisant de moitié le volume des importations pendant cinq ans, selon le ministère en charge de l’Elevage.

En d’autres termes, il reste à combler un gap local de près de 80.000 tonnes de lait pour un objectif total de 263.000 tonnes de production laitière, 27.000 vaches en plus, soit 2.700 fermes de 10 têtes à créer et enfin, 54.000 hectares de besoin en superficie de cultures fourragères. Et ce, en tenant compte de la moyenne de production laitière par vache : 2.600 à 3.000 l/an en 10 mois de lactation, avec un coût de production de 0,43 dollars (environ 1.400 Ar) par litre de lait frais.

Arh.

Midi Madagasikara0 partages

Tratra nampirafy ny vadiny : Novonoiny noho ny hatezerana ny zanany

Hafa kely ity tranga niseho tamin’ny fokontany Andavanio, 06km miala an’i Soanierana Ivongo ity, satria tratrany ambodiomby nampirafy azy nampiaraka tamin’ity sakaizany ny vadiny, dia ny zanany mbola kely indray no nakarapony tamin’ny arabe tara ka maty tsy tra-drano vokatra izany. Raha ny fanazavana avy any an-toerana dia niala tao an-trano fa hoe handeha hiasa ny vadiny ny alakamisy maraina, tsy nanampo koa anefa rangahy fa hivoaka hividy zavatra ilainy ao an-tranony ilay ramatoa vadiny sy ny zanak’izy ireo mbola kely. Nifanehatra teny an-dalana izy ireo nandritra izany, ilay rangahy nampiaraka tamin’ny sakaizany, ilay ramatoa nitrotro ny zanany sy ny harona keliny. Vokatry ny fahatezerana teo amin’ilay ramatoa noho ny nataom-badiny azy tsy taitra akory na nahita am-badiny tamin’ny fiarahany tamin’ny sakaizany, dia ilay zazakely tsy manan-tsiny teny an-trotroany no natontony tamin’ny arabe ka sady tapatapaka no vaky loha ary maty tsy tra-drano vokatr’izany. Nandositra ity renim-pianakaviana nahavita namono an-janany ity taorian’izay, nefa hatramin’ny alakamisy nitohy ny zoma dia raikitra ny fikarohan’ilay rangahy sy ny fianakaviany ity ramatoa namono anaka noho ny fampirafesan’ny vadiny azy ity amin’ireo ala sy tanana manodidina rehetra.  Mandrahona izy ireo fa “ny aina solon’ny aina”, ary hisy avy hatrany ny fitsaram-bahoaka amin’ny fotoana hahitan’izy ireo ity ramatoa namono ny zanany ity. Mitaintaina noho izany koa ny fianakavian’ity renim-pianakaviana namono ny zanany ity vokatr’izao toe-javatra misy ao amin’ny tanana Andavanio Soanierana Ivongoizao. Ho hita eo ny tohiny.

Malala Didier

Midi Madagasikara0 partages

Agenda culturel

Kudeta Anosy Du « salegy mafana » avec Jaojoby

Le roi du « salegy » invite ses compères à trinquer au kudéta Urban Club sous le souffle du « salegy mafana ». Jaojoby investira la scène ce soir sur un rythme de Night Day Blues. Alliant l’utile à l’agréable, le chanteur jouera sa carte de musique tropicale dans le dessein d’équiper des enfants à l’école. Le terrain de chasse par excellence des noctambules, avides de rythmes et de bonne ambiance, rien de mieux pour rallier son public avec soi pour la bonne cause. Pour l’occasion, le chanteur mettra à aiguiser l’altruisme de ses inconditionnels et des habitués des lieux.

AntsahamanitraPlace au big show de Samoêla

Le grand rendez-vous approche à grand pas ! De la bonne musique et des chansons à textes au théâtre de verdure ! Demain, ce sera la « radioan’Ambanivolo » de Samoêla qui règnera en maître à Antsahamanitra. Comme promis, outre les incontournables, l’enfant terrible des chansons à textes chantera également ses derniers morceaux pour un large public. Ce sera donc l’occasion de voir en live les titres prometteurs comme « Mamirapiratra » et « Raha ho avy Ralala ». Si le premier est une composition de Rôla Gamana, le second est une reprise du tube de Dama. Une grande opportunité de redécouvrir « Monsieur Bandy akama » sous toutes ses facettes.

Zo Toniaina

Midi Madagasikara0 partages

Mois de l’enfance : Lancement dans les bas-quartiers hier

La ministre Onitiana Realy, lors du lancement du mois de l’enfance hier, dans les bas-quartiers d’Antananarivo.

Le Ministère de la Population, de la Protection sociale et de la Promotion de la Femme (MPPSPF) a ouvert la célébration du mois de l’Enfance hier en priorisant les enfants vulnérables, en commençant par 1000 enfants d’Antananarivo.

Pour cette édition 2018, le thème de la célébration est : « Manan-jo mitovy ny ankizy rehetra, omeo lanja ny fiarovana azy. » ; traduit librement par « Tous les enfants, sans exception, ont les mêmes droits, donnons-leur une protection effective. » Hier au Centre d’accueil Seba à Isotry, le MPPSPF a distribué des vivres aux familles vulnérables ayant des enfants en bas âge (0-5 ans) en charge. Notons que l’Office national de la Nutrition (ONN) a appuyé le MPPSPF dans cette action, comme toujours d’ailleurs, depuis près de 4 ans, dans la lutte du ministère de la Population contre la malnutrition.

Mariage précoce. Un évènement d’une importance capitale à souligner durant le lancement de ce mois de l’Enfance : l’adoption lors Conseil du Gouvernement du 29 mai 2018, de la SNLME (Stratégie nationale de la Lutte contre le Mariage des Enfants). Notons que cette nouvelle stratégie est le fruit de la concertation et de la collaboration entre le MPPSPF, le Fonds des Nations unies pour l’Enfance (UNICEF), le Ministère de la Justice, le Ministère de la Santé publique, le Ministère de la Jeunesse et des Sports ; et le Ministère de la Communication et des Relations avec les Institutions ; ainsi que le Ministère de l’Education nationale.

41,2% et 64%. L’adoption de cette SNLME est justifiée par le contexte, car à Madagascar, le taux des mariages précoces est de 41,2%, s’il culmine à 64% dans les régions enclavées comme le Melaky. Onitiana Realy, Ministre de la Population, de souligner dans son allocution : « La nouvelle SNMLE définit les actions à mettre en place pour lutter contre le mariage précoce et de ramener ce taux aujourd’hui préoccupant à 21,2% d’ici 2024. Notre initiative fait suite à l’engagement pris par Madagascar lors du Sommet de l’Union africaine en janvier 2015(…) ».

Activités soutenues. Depuis 4 ans, le MPPSPF a entrepris des actions pour la protection de l’enfance. Pour ne citer que la lutte contre la malnutrition et la vulnérabilité des ménages (le projet « vatsin’ankohonana », transfert monétaire pour l’appui nutritionnel des familles du grand sud) ; la création du « Parlement des enfants » en 2017 ; la campagne de sensibilisation contre le mariage et la grossesse précoces ; la redynamisation du réseau de la protection de l’enfance ; le vote du nouveau code de la nationalité, ou encore la création d’un site web destiné à signaler les cas de maltraitance www.arozaza.mg; et aussi l’autonomisation financière des mères de famille. Effectivement, l’épanouissement des mères passe par leur épanouissement professionnel, et une mère épanouie est plus bienveillante envers son enfant.

Luz Razafimbelo

Midi Madagasikara0 partages

Fanafihana mpividy entana tao Ankirihiry : Misy olona iray voasambotra, mitohy ny fikarohana ny namany

Taorian’ny fanafihana in-04 nisesy teto Toamasina ny alatsinainy teo, izay nanomboka tamin’ny 11ora tsy nitsahatra raha tsy tamin’ny 05 ora hariva, niseho tamin’ny toerana samy hafa sy nifanalavitra, nataon’ireo andian-jiolahy manao andiany roa mitondra basy sy mitaingina moto scooter. Ny iray farany niseho tao Ankirihiry teo amin’ity tranombarotra iray ka nahafatesana raim-pianakaviana avy any Sahambala Toamasina II nikasa ny hividy entana amidiny sy nahaverezana vola 4.000.000 ariary tamin’izay, dia nanao ny ezaka rehetra noho ny fahalalana ny lokon’ilay moto nentin’izy ireo ny polisy ka nahatratra olona iray nandray anjara tamin’izany izy ireo izao. Ao anatin’ny fakana am-bavany azy ny polisim-pirenena izao hamantarana ny namany. Ankilan’izay dia ny alakamisy sy ny zoma teo koa dia olona roa samy hafa no niharan’ny herisetran’ireo mpanendaka an-dalam-be eto Toamasina. Ny iray nitranga tao Anjoma manakaiky ity tranom-barotra mivarotra fiara iray, izay mpitandro ny filaminana vehivavy miasa eny amin’ny seranam-pianaramadinina Ambalamanasy no voaendaka poketra sy ireo firavaka volamena teny aminy tokony tamin’ny 05ora sy sasany hariva. Ny faharoa dia niseho tao akaikin’ny bazary Depot Manangareza, izay tena hafa kely ny fomba nentin’ireo mpanendaka tamin’izany satria misy iray mody miampita arabe tampoka dia nijanona ilay mpitondra moto, nefa nandritra izay dia efa nisy roa lahy tao an-damosiny nanambana basy azy nilaza hoa “aina sa moto”, dia lasan’izy ireo mora foana ny moto nentin’ity tovolahy hamonjy fodiana ity. Ankoatra izay, ny zoma hariva teo kosa dia mpangalatra moto iray no tratran’ny tompony ambodiomby teo am-pamelomana ny moto-ny teo amin’ity tranombarotra iray mpivarotra ambongadiny zava-pisotro mahamamo. Niharan’ny fitsaram-bahoaka avy hatrany ity rangahy ity, saingy niezaka ireo mpiambina manodidina ity tranombarotra ity nitondra azy namonjy mpitandro ny filaminana hisorohana ny fahafatesany.

Malala Didier

Midi Madagasikara0 partages

Rallye ASACM : La relève fin prête avec Fred Rabekoto et Andry Tahina

Fred-Tahina, l’équipage gagnants.

« Toujours garder la tête du classement et donner le meilleur de nous-mêmes », telles ont été les déclarations de Nono Rabekoto concernant le classement actuel de rallye à Madagascar. En grand amateur de rallyes, d’ancien pilote pas si ancien que cela, il nous parle de son club ASACM, de la relève du club et du rallye en général ainsi que de ses joies et peines.                         

« Là, je peux dire que je suis fier avec le titre de Fred Rabekoto et d’Andry Tahina, en tête du rallye Motul qui les met 1ers au classement général, 1ers chez les jeunes pilotes, 1ers dans la classe N 4. Ce ne fut pas une mince affaire. Il fallait des dures mais sages décisions, et voilà le résultat ». Avec son fils Fred en fait, il n’avait pas à le former. « Son frère Titi, paix à son âme, lui a inculqué la passion du rallye. Titi a joué et a gagné des titres. C’est toujours son modèle. C’est lui qui l’a initié, lui a tout appris ». En 2014, il fait le slalom, et en 2015 il le gagne. Puis il a décidé de faire des compétitions de rallye mais en 2 roues motrices. Puis ils ont décidé de changer en 4 roues motrices. « C’est la seconde année qu’on court dans cette catégorie et cela nous va. Le tandem Fred-Tahina aussi marche bien. Ils ont changé de voiture et voilà le résultat. Cela a réussi ». Le père est fier de son fils et son coéquipier. « L’unique problème, si c’est un problème c’est qu’il suit ses études à l’étranger. Il faudra coïncider des compétitions avec les vacances. On fera tout pour qu’il soit là pour la prochaine manche ». Car lors de cette manche, Fred-Tahina seront en tête de file, l’équipage à vaincre car ils mènent au championnat. Quant au père président du club, il pense et rêve de continuer. « Après Voahangy Rakotonirina, j’ai pris la présidence du club qui n’a pas rajeuni les pilotes en 15 ans. Mais l’organisation, la tenue des courses et les charges financières sont lourdes. On fera tout pour briller pour que les sponsors nous suivent. On va faire le maximum.»

Anny Andrianaivonirina

Midi Madagasikara0 partages

Aucune embellie depuis la sortie de l’arrêt de la HCC

Deux mois après le début des manifestations sur la place du 13 mai, on ne voit pas encore le bout du tunnel. L’espoir d’une sortie de crise après l’arrêt de la HCC a fait long feu. La nomination d’un Premier ministre de consensus ne semble plus d’actualité après les réserves émises par les membres du TIM et les contestations des partisans du régime sur les prétentions du MAPAR. Le CFM a donc espéré pouvoir débloquer la situation en organisant ce sommet au CCI Ivato. Trois des principaux intéressés ont boudé la réunion qui ne va pas déboucher sur l’accord politique mentionné dans le jugement de la HCC. La mise en garde des forces armées faisant référence à l’instauration d’un état d’exception, alourdit un peu plus un climat politique passablement tendu. Les rassemblements organisés par les enseignants grévistes devant le ministère de l’Education Nationale ne facilitent pas l’apaisement cherché en ce moment. Le régime a donc beau jeu de stigmatiser l’attitude plutôt rigide de ces derniers. Le blocage de la machine administrative organisé comme moyen de pression sur le pouvoir, ne semble pas encore porter ses fruits. Les effets commencent cependant à se ressentir dans la vie quotidienne des citoyens. Mais pour le moment, la population accepte ces désagréments car elle comprend les enjeux de ce bras-de-fer. Mais, le régime essaie d’en tirer parti.

Sur le plan international, c’est l’instauration de taxes sur les produits importés aux Etats-Unis par l’administration de Donald Trump qui provoque des remous dans les pays touchés. Le Canada a répliqué en faisant payer 16 milliards de droit de douane à certaines marchandises américaines. L’Europe n’est pas en reste, et les ministres des finances réunis à Bruxelles ont clairement laissé entendre que leurs pays ne se laisseraient pas faire et allaient porter plainte contre les Etats-Unis devant l’OMC. Les analystes estiment que Donald Trump, en agissant ainsi, pense à son électorat et qu’il a en vue les élections sénatoriales du mois de novembre prochain.

Le sommet organisé entre le président des Etats-Unis et son homologue nord-coréen qui avait été annulé par Donald Trump, va peut-être quand même avoir lieu. Les observateurs ont fini par s’habituer aux foucades de ce dernier, et ne s’étonnent plus de ses revirements. Le bras droit de Kim Jung Un s’est rendu à Washington où il a été reçu cordialement. L’idée d’une nouvelle date pour une rencontre entre les deux chefs d’Etat fait son chemin. On dit qu’elle aura lieu à Singapour.

La crise qui a perturbé la vie politique italienne depuis une semaine a pris fin après la nomination des membres du nouveau gouvernement. Le président italien avait refusé les propositions des deux chefs de partis, vainqueurs des élections législatives. Matteo Saldini, le leader de la ligue du nord et Luigi Di Maio, le chef du parti « Cinq étoiles ». Il a finalement cédé et permis la mise en place de ce gouvernement atypique. Les deux formations sont eurosceptiques et provoquent la défiance de Bruxelles.

En Espagne, Mariano Rajoy a été poussé à la démission après un scandale de corruption ayant éclaboussé des responsables de son parti. La motion de censure déposée par le chef du parti socialiste, Pedro Sanchez, a été votée par une large majorité de députés. Ce dernier va donc former le nouveau gouvernement.

Pour le moment, il n’y a aucune éclaircie dans le ciel politique malgache. Aucune avancée n’a eu lieu depuis la sortie de l’arrêt de la HCC. L’opposition et le régime se regardent en chien de faïence, et la situation semble être bloquée. On attend donc la suite des événements avec une certaine inquiétude. L’opinion espère que le déblocage se fera très vite.

Patrice RABE

Midi Madagasikara0 partages

Maevatanàna : Maty voatifitry ny jiolahy teo amin’ny lohany ny tompon-trano.

Nirefodrefotra indray ny basy tao amin’ny tanànan’Ambarijeby, any amin’ny kaominina Ambanivohitra  Tsararano, ny Zoma lasa teo tokony ho tamin’ny 07 ora hariva. Tokantrano iray tany an-toerana no notafihana jiolahy maromaro tsy voafaritra isa nirongo fitaovam-piadiana. Araka ny fanazavana azo, avy hatrany dia niditra an-keriny tao amin’ity tokantrano iray notafihany ireo jiolahy sady nanapoaka basy nandrahonana ny tompon-trano sy ny mponina teo amin’ny manodidina mba tsy hivoaka. Taitra ny tompon-trano raha nandre ny feom-basy. Tonga dia norahonan’ireo malaso tamin’ny basy anefa ireo ka tsy nisy afa-nihetsika. Mbola nitifitra ihany anefa ry zalahy ka voan’ny bala teo amin’ny lohany ilay raim-pianakaviana, ka maty tsy tra-drano teo. Tsy nijanona ela ireo fa nitsoaka nandositra haingana rehefa vita ny nataon’izy ireo. Nampandrenesina avy hatrany ny mpitandro ny filaminana taorian’izay mba hanenjika ireo dahalo saingy tsy mbola nisy voasambotra. Mbola mitohy hatrany ny fikarohana ary efa naterina ao amin’ny fokontany Ambinanikely kosa ilay razana.

Ratantely

Midi Madagasikara0 partages

Socio… … Scopie

Enseignement technique. Hier, les représentants d’une partie majoritaire du personnel du ministère de l’Enseignement technique ont tenu un point de presse dans les locaux de ce ministère à Ampefiloha. L’objectif principal de ce point de presse, est selon leur porte-parole  M. Rodolphe, de rendre publiques leurs revendications ; à savoir : l’intégration du personnel vacataire au niveau de la fonction publique, l’alignement des grilles indiciaires ; et enfin un recrutement méritoire basé sur les qualifications et non entaché de népotisme. Comme ils l’ont dit, ces difficultés font obstacle au bon fonctionnement du Ministère, ainsi qu’à l’épanouissement et la productivité des employés.

Luz Razafimbelo

Midi Madagasikara0 partages

Dans l’attente du déblocage de la situation

Pour décrire la situation politique actuelle, il n’y a pas beaucoup de termes usuels. Les mots « blocage » et « impasse » sont les seuls appropriés pour qualifier cet imbroglio qui règne en ce moment. Le délai fixé par le juge constitutionnel pour nommer le Premier ministre de consensus est de sept jours, et aucun chef de gouvernement n’a été désigné pour le moment. Le pays est donc dans l’expectative. .

Dans l’attente du déblocage de la situation

Le régime, après avoir été en sidération quelque temps, s’est repris. Comme nous l’avions dit auparavant, il a décidé de réagir. L’arrêt de la HCC lui a permis de se prémunir contre l’offensive de l’opposition. Le MAPAR semblait assuré de désigner le Premier ministre et le poste semblait acquis à un de ses membres. C’était sans compte avec la volonté des partisans du régime de lui disputer ce privilège. Ils ont donc multiplié les requêtes et les demandes d’explication de la décision de la HCC. Le juge constitutionnel a donc répondu à celle du chef de l’Etat. La cessation des fonctions du Premier ministre actuel et de son gouvernement a lieu à la suite d’un accord politique ou « faute d’accord, dans le cadre de l’exécution de la décision n°18 –HCC/D3 du 25 mai 2018, prise en application des dispositions constitutionnelles, soit le 5 juin 2018 ». Aucun accord politique n’a été conclu jusqu’à présent et les dispositions de l’arrêt seront applicables à partir du 5 juin. La situation devrait s’éclaircir à ce moment là. Le Premier ministre de consensus sera donc désigné la semaine prochaine et l’on espère que les atermoiements actuels cesseront. Les membres du gouvernement seront alors nommés. La date des élections sera alors fixée en coordination avec la CENI. La suite des événements devrait donc être régie par les règles fixées par la HCC. Le pays est suspendu à la conduite du président de la République.

Patrice RABE

Midi Madagasikara0 partages

Mission médicale chinoise : Opération gratuite de la cataracte avec « Brightness action »

Image prise lors de la « Brightness action ».

Depuis le 31 mai jusqu’au 10 juin, une équipe de la mission médicale chinoise est dans nos murs pour l’opération « Brightness action » (faisant référence au recouvrement de la vision).

Cataracte. Cette mission vise à opérer gratuitement les patients atteints de cataracte au Centre hospitalier universitaire Joseph  Ravoahangy Andrianavalona (CHUJRA). Depuis jeudi, les patients se bousculent au service d’ophtalmologie de ce centre hospitalier. Cependant, la plupart d’entre eux semble avoir ignoré qu’il fallait s’inscrire en amont depuis la mi-mai.  Rappelons que « Brightness action » cadre dans le partenariat entre le Ministère de la Santé publique et la Commission nationale de la Santé de la République populaire de la Chine.

Renforcement de capacités. Par ailleurs, durant cette opération, la mission médicale -composée pour cette fois-ci de six médecins- échangera également avec les ophtalmologues malgaches afin de renforcer leurs capacités, pour offrir au public des soins de qualité. Dès l’entrée au service d’ophtalmologie du CHUJRA, des posters étaient affichés pour que le public se familiarise avec les membres de cette mission médicale. Les causes connues des cataractes, ainsi que leur traitement et leur prise en charge étaient également exposées sur ces posters.

Liste. Voici la liste des membres de l’équipe de la mission « Brightness action » :

 – Chen Shengju, Ophtalmologue – Zhang Wenfang, Ophtalmologue – Qi Linyu, Assistant ophtalmologue – Mme Xia Xin, infirmière – Mme Bao Yongzhen, Chirurgienne en chef – Yuan Li, Ophtalmologue

 

Luz Razafimbelo

Midi Madagasikara0 partages

RN2 : Ankizilahy 5 taona maty nodomin’ny fiara

Namono olona indray ny lalam-pirenena faharoa ny faran’ny volana lasa teo. Ankizilahy kely vao dimy taona monja no namoy ny ainy vokatry ny fandonan’ny fiara tsy mataho-dalana iray azy teo Carion. Tokony ho tamin’ny 12 ora antoandro teo no nisehoan’ny loza, raha ny tatitry ny zandary, teo amin’iny PK 30 amin’iny lalam-pirenena faharoa iny. Fiara tsy mataho-dalana marika Kia Sorento, ana orinasa mpivarotra fiara iray etsy Ivato ity nandona olona ity. Araka io tatitra io hatrany mantsy dia niampita ny arabe tampoka io ankizy kely io tamin’ny fotoana nandalovan’ilay fiara. Mazava ho azy fa tsy hitan’ity farany mihitsy ny fisian’izany olona nanapaka tampoka ny lalany izany. Izy rahateo, inoana fa tsy maintsy ho nandeha mafimafy ihany satria nahazo lalana malalaka. Mazana ihany koa anefa ny tara-masoandro amin’iny lalana iny, indrindra fa rehefa dila ny mitataovononana iny no tena mahajambena tanteraka ny mpamily ka tsy ahitàna velively izay eo aloha mihitsy. Na dia eo aza anefa izany dia mbola misy mpamily sahy mandeha mafy ihany ka dia izao no vokany. Raha ny vaovao hatrany dia naratra mafy ity ankizy ity tamin’iny fotoana nahavoa azy, saingy indrisy fa tsy tana intsony ny ainy nony tonga tany amin’ny hôpitaly. Efa tonga teny an-toerana ary nandray an-tanana avy hatrany ny fanadihadiana rehetra ny zandary avy eo Carion. Ary satria nisy olona namoy ny ainy, dia tsy maintsy notazomina ny fiara, ary natao andrimaso any amin’iny biraon’ny zandary ny mpamilin’izany fiara izany.

m.L

Midi Madagasikara0 partages

Cosafa Cup : Moral au beau fixe pour les Barea face aux Sud-africains

Qu’il vente ou qu’il pleuve et quoiqu’il arrive, les Barea rentreront au  pays la tête haute car Ando et ses amis, tout comme le nouveau coach Franklin Andriamanarivo, ont largement rempli leur contrat.Et dans cet ordre d’idées, les Barea jouissent encore d’un large avantage avec la pression en moins.Libérés, les Barea sont capables de créer la surprise dimanche face au Bafana Bafana, prédit le chef de la délégation malgache, Théo Rakotoarimino, présent dans la loge officielle aux côtés de Stuart Baxter, l’entraineur sud-africain qui savait déjà que ,Madagascar allait gagner et n’arrêtait pas de prendre des notes en vue du match de dimanche. On doute d’ailleurs qu’il va changer d’avis car, après avoir opté dans un premier temps pour l’équipe des moins de 23 ans, on ne lui en voudrait pas s’il va finalement prendre la sélection A, pour invoquer la préparation des éliminatoires de la CAN 2019.Et il n’a pas tort puisque les Barea feraient un très bon sparring- partner capable de bousculer ses protégés.Mais Bafana Bafana ou l’équipe U 23, les Barea sont prêts à aller jusqu’au bout car en évacuant la pression, ils sont capables de surprendre, surtout que les trois matches vont aider Franklin Andriamanarivo, Mamisoa Razafindrakoto et Nicolas Dupuis à trouver le onze de départ idéal.La volonté de mieux faire est d’autant plus intense en sachant qu’en cas de victoire, les Barea affronteront le 6 juin dans le très beau stade Peter Mokaba, à Polokwane, le vainqueur entre le Zimbabwe et la Namibie qui n’ont qu’un seul match dans les jambes. Un handicap en fait et c’est tant mieux pour l’équipe malgache qui rêve logiquement d’une finale et des 50.000 dollars qui vont avec. Touchons du bois ( de rose) !Clément RABARY

Midi Madagasikara0 partages

Trail de l’Ile rouge : 80 partants sur Betafo !

Initialement couru dans le massif d’Andrigitra, le trail de l’Ile rouge partira ce dimanche à 7h pour joindre Betafo la première étape.

« Nous voulons faire visiter le pays à nos coureurs », a dit Stéphane Thamin, organisateur avec Mahay expédition. Faire profiter des voyages et voyager autrement. Madagascar a un gros niveau et de gros potentiels avec les traileurs malgaches. Si bien qu’on a gagné des points pour l’international avec nos organisations. Madagascar est un terrain de jeux exceptionnels. Avec ce trail qui part dimanche vers l’Ouest, plusieurs pays sont en lice avec la France, la Réunion, l’Australie, la Suède et Madagascar. « Sur Betafo, avec ces coureurs, la BOA alignera 50 coureurs. Et nous avons invité cinq coureurs de chaque village ». Et c’est parti sur 15 jours.

Ils ont dit

Hervé : « Je suis un traileur habitué aux grandes courses, des ultras de 160km à 220km qui ont besoin de préparation. On a eu un bon retour des amis venus ici il y a deux ans donc, on fonce cette année. J’ai déjà fait la diagonale des fous. Il y a de plus en plus de courses dans le monde mais la différence c’est ce côté découverte et cette entraide sur la route ».

Catherine : « cela fait trois ans que je cours. Quand on a découvert le trail et des nouveaux pays, on devient accro, on en redemande. Je suis contente qu’on ne mette pas de pression et je veux finir les six étapes, le pied levé »

Stéphane Gilly, PDG de CapSud, « CapSud aime le concept et le professionnalisme de Mahay expédition. Le sérieux de l’homme et de son équipe m’ont séduit. Le sport est un levier de développement. Ainsi, nous avons créé une petite équipe pour faire le trail. Cela aussi, c’est dans le cadre de nos activités, faire découvrir Madagascar aux Malgaches. Sinon, nous sommes dans le solaire et cela nous donne une visibilité ».

Haja Rarivohelison, directeur marketing et partenariat de Madagascar National Parks : « Nous sommes partenaires. Il y aura une visite du parc national de Bemaraha, géré par Madagascar national park et patrimoine de l’Unesco. Nous voulons promouvoir le tourisme sportif, donner une visibilité internationale à Madagascar ».

Anny Andrianaivonirina

Midi Madagasikara0 partages

Stylisme : « Pega », la première collection d’Ingrid !

Ingrid dévoilera « Pega », sa première collection, au Café de la Gare ce soir.

Passionnée ? Elle l’a toujours été par la mode. Si à l’époque de son adolescence, Ingrid Elisabeth Rasolonjarivo était uniquement une « suiveuse », aujourd’hui, elle a décidé de créer sa propre ligne de vêtements. Ce soir, la jeune styliste investit le Café de la Gare et y présentera sa première collection.

Chose promise, chose due ! Ce soir, Ingrid soumettra au regard critique du grand public, le fruit d’un travail acharné. Méconnue dans le monde stylistique de la Capitale, Ingrid ne tardera certainement plus à l’être. Pour la jeune femme, ce soir, c’est effectivement le grand soir. Ayant travaillé sur son projet depuis des mois, elle va enfin dévoiler au grand public ses créations, celles qui composeront sa ligne de vêtements : « Ing clothes ». La soirée de lancement sera à la fois musicale. Minah, l’étoile montante du word music sera de la partie pour mettre plus d’ambiance.

De « INGroods » à « ING Clothes ». Si Ingrid s’était lancée dans le monde du stylisme il y a deux ans, son style et le nom de sa marque auraient été très différents de l’actuel « Ing clothes ». Avant, elle n’avait pas encore acquis cette maturité qu’elle a aujourd’hui. « A cause de mon vécu et de mon parcours, je me suis peu à peu orientée vers une mode reflétant l’image d’une femme actuelle, plus classe, plus habillée, plus sobre et surtout plus soignée. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle, j’ai décidé d’adopter le slogan ‘habillez-vous de telle sorte que les gens ne s’arrêtent pas à vos vêtements, mais voient vos qualités. Les gens nous jugent trop souvent par nos habits, les femmes en particulier. « Ing Clothes » donne ce petit coup de pouce aux femmes, de manière à ce qu’elles puissent s’affirmer ». « ING Clothes », pour l’instant c’est encore une marque méconnue mais ce n’est plus qu’une question de temps, ou plutôt d’heures, car le public va enfin avoir l’occasion d’apprécier sa première collection… ce soir, sur la scène du Café de la Gare Soarano, à partir de 19 heures !Mahetsaka

Midi Madagasikara0 partages

Antanifotsy Soanierana Ivongo : Nakatona vonjimaika ny “lycee” sy ny “ceg” any an-toerana

“Tsy misy hidiran’ny resaka kolikoly sy fanodinkodinam-bola ny raharaha nampitokona sy nahatonga ny sakoroka nandravan’ny mpianatra ny lycée sy ny Ceg teto aminay, fa tena niniana natao noho ny fampirisihan’ireo ray aman-dreny sasany sy ny mpanao politika aty aminay. Ny resaka ‘mpiavy’ izay voizin’izy ireo isaky ny miteny no tena antony”, izay no nambaran’ity ray aman-dreny avy ao Soanierana Ivongo tafaresaka tamin’ny mpanao gazety nilazany ny “tena marina” mikasika ity raharaha mitranga ao amin’ny kaominina Antanifotsy ity. Efa niseho sy re foana mantsy io resaka “mpiavy” io nandritra ny olana tamin’ny fikasan’ny fanjakana saika hanolo ny ben’ny tanana voafidy tany an-toerana, tamin’ny alalan’ny fampiasana ny fitsarana ny ady amin’ny fanjakana taorian’ny fifidianana, ka efa tsy mahagaga raha izao izany vao nipoaka noho ny resaka politika mafana ankehitriny ity. Nohamafisin’ireo mpampianatra sy mpanabe ary ireo mpandraharaha ao amin’ny lycée izay tena niatombohan’ny sakoroka sy fandravana fotodrafitrasam-pianarana, fa tsy marina ny filazana hatrany fa nisy ambiny ny vola 10.000 ariary nalaina tamin’ny mpianatra nanaovana ilay “voyages d’études” tao Antananarivo natao ny 26 hatramin’ny 30 martsa lasa teo, nefa iaraha-mahalala hatrany ny saran-dalana Soanierana Ivongo Toamasina sy Toamasina Antananarivo mandroso izay efa mandany 26.000 ariary. Toraka izany koa ny miverina ho an’ny olona iray. Ho fametrahana ny filaminana sy tsy hitaran’ny fanimbana ny fotodrafitrasan-tsekoly dia nandray fanampahan-kevitra araka ny baikon’ny minisitry ny fanabeazam-pirenena ny talem-paritra Analanjirofo misahana ny fampianarana, fa mikatona mandritra ny fotoana tsy voafetra aloha ny lycée sy ny Ceg ao Antanifotsy. Nesorina any an-toerana avokoa ihany koa ireo mpanabe sy ireo mpandraharaha antsoina hoe “mpiavy” ho fiarovana ny ain’izy ireo, ka mpitandro ny filaminana no naka azy ireo tany an-toerana nandritra izany. Ny alahady izao no hisy ny fivoriana any an-toerana handinihana ny tokony hatao.

Malala Didier

Midi Madagasikara0 partages

Football – AG : Les discussions s’annoncent houleuses !

Après un long moment d’attente, le jour J est enfin arrivé pour la tenue de l’Assemblée générale ordinaire et extraordinaire de la fédération malgache de football (FMF) à l’hôtel Paon d’or. Une AG qui fait suite aux recommandations de la FIFA après la visite de ses émissaires au pays. L’issue de cette AG est très attendue par les férus du ballon rond, surtout que la date du 3 juin a été le dead-line fixé par la FIFA pour l’organisation de toutes les élections. Un des points qui animera le débat sera sans doute la commission électorale. La composition et la nomination des membres de ladite commission ont été remises en cause par la FIFA. Une liste des noms des membres au sein de la commission électorale et celle de recours à soumettre à l’AG pour approbation, a été envoyée à la FIFA. « Nous constatons que cette liste n’est pas en conformité avec la recommandation de la FIFA » a indiqué la FIFA dans sa lettre du 17 mai. La FIFA a recommandé de proposer de nouveaux membres que ceux des commissions électorales en place. Des personnes proposées dont Eddie Ravelonarivo, président de la commission électorale, sont encore dans la liste. « Les recommandations de la FIFA avaient pour but de rétablir la confiance au sein du football malgache ,et de permettre la tenue d’élections apaisées et transparentes, la composition des commissions électorales ayant précisément un souci d’éviter une mise en cause ultérieure de la validité des élections à venir, nous nous attendons maintenant à ce que le comité exécutif de la FMF nomme des membres qui n’appartenaient pas aux commissions électorales en place, au moment de la mission conjointe FIFA/CAF », a martelé la lettre de la FIFA. La FIFA a attendu jusqu’au 23 mai une nouvelle liste de noms conformes aux exigences de la FIFA. La date de la tenue des élections et les conditions d’éligibilité seront également attendus. Cette dernière qui était l’une des raisons de la crise électorale au sein de la FMF.

T.H

Midi Madagasikara0 partages

Basket-ball / Dream team sporting club : L’éducation avant tout!

Fort de 5 coaches et de 150 joueurs environ, le Dream team sporting club se prepare à entrer dans la scène des grands. Le club lance un appel à tous ceux qui veulent l’épauler dans cette aventure. Leur vision est d’éduquer les jeunes issus de tous les horizons dans le respect de la sportivité absolue, sans délaisser leur scolarité,  afin de les éloigner des mauvaises tentations  qui font ravage au sein de la jeunesse actuelle. Dans la perspective de pérenniser le club à travers la formation des jeunes, ils visent le rayonnement national, ainsi que la participation à tous les championnats nationaux sur toutes les catégories pour cette année 2018, l’accession à la catégorie N1A pour l’année 2019 ,et la présence féminine en compétition à partir de l’année 2019.

Les membres du bureau

 – Présidente d’honneur : Soa RAHARIMANANTOANINA – Président : Heritiana RABARIJAONA – Vice-Président : Ravaka RATSARARAY – Secrétaire Général : Gandie ASMINA – Trésorière : Faratiana RAZAFINDRANAIVO – Conseillers : Njivalalaina RAHARY, Lalanirina RAZAFINDRANAIVO – Directeur Technique : Bayard RAZAFINDRALAMBO – Coaches : Rija ANDRIANJAFY, Anthony ANDRIAMAHOLY

PALMARES

Année 2018

 – Champion de Madagascar U20 2018 – Challenge National Fiba Afrique 3×3 U18 2018 – Champion d’Analamaga U20 et N1B 2018 – Champion Section Antananarivo Renivohitra U20 et N1B 2018

Années antérieures

 – Champion de Madagascar U16 2016 – Champion de Madagascar U16 2013 – Champion de Madagascar N1B 2010 – Depuis 2013 : plusieurs fois champions de la Section Tana et de la Ligue Analamanga sur les catégories U12, U14, U16, U18, U20

Anny Andrianaivonirina

Midi Madagasikara0 partages

Ankasina : Trano misy rihana, may kilan’ny afo

Vokatry ny fahasarotana teo amin’ny famonoana ny afo, tsy nisy noraisina ny ambony rihana rehetra tamin’ity trano iray lehibe tetsy amin’iny faritra Ankasina iny omaly. Avotra daholo kosa tetsy andanin’izay ireo ankizy anankiroa tao anatiny.

Tokony ho tamin’ny 12 ora antondro teo no niseho ny loza, araka ny filazan’ireo olona teny an-toerana. Ny setroka nijolofotra sy ny lelan’afo nivoaka avy eny am-baravaran-kely no nanaitra ny rehetra teo amin’ny manodidina ary niantsoana vonjy haingana. Hatreto dia tsy fantatra mazava izay tena antony  niavian’ny loza. Azo heverina fa mety ho vokatry ny tariby nitondra herinaratra nifampikasoka angamba, na ihany koa kilalaon’afo nataon’ireo ankizy tao anatiny. Raha ny fitantaran’ireo teny an-toerana hatrany mantsy dia ankizy roa ihany no tao amin’ity trano ity tamin’io fotoana io. Nivoaka haingana taloha kelin’ny nirehetan’ny afo anefa ireto ankizy ireto, ary tsy nilaza akory fa efa misy afo mirehitra tao amin’ilay trano.

Vetivety ihany dia tonga haingana teny amin’ny toerana niavian’ny loza ireo mpamonjy voina. Somary sarotsarotra ihany anefa ny fifehezana ny firehetana noho ny fisian’ireo karakaravy avy amin’ny lavarangana sy ny varavaran-kely tamin’ity trano ity. Ny tany ambany rihana rahateo efa tsy azo nandehanana intsony noho ny setroka sy ny hafanana nateraky ny afo. Noho izay ihany koa no tsy nahafahan’ireo mponina sy ireo mpifanolo-bodirindrina namono ny afo, na dia teo ihany aza ireo niezaka nanondraka rano. Hany hery dia niandry ny fiavin’ireo matihanina amin’ny famonjena. Potika tsy nisy azo noraisina intsony moa ireo entana rehetra tamin’ity trano ity, ary tafakatra ambonimbony ihany ny fahavoazana raha ny fantatra. Soa ihany fa tsy nisy ny naratra na ny aina nafoy tamin’izany.

m.L

Midi Madagasikara0 partages

Sortie de promotion à l’American school of Antananarivo : 2 Malgaches parmi les diplômés

La 18e promotion de l’ASA recevant les félicitations du Conseil d’Administration et de l’assistance hier.

La cérémonie de remise de diplômes de l’American School of Antananarivo (ASA) s’est tenue hier au Lotissement Le Park Alarobia. Parmi les neufs diplômés, figurent deux Malgaches.

18e promotion. La sortie de promotion d’hier était la 18è pour l’ASA. Cette année, neuf élèves dont deux jeunes malgaches – à l’instar de Cédric Rasolomanana et Tody Randrianjatovo – vont recevoir leur diplôme de fin d’études secondaires avant de s’envoler vers leurs universités respectives dans le monde. Cedric Rasolomanana et Tody Randrianjatovo s’envoleront par exemple, respectivement pour l’Illinois (Etats-Unis) et la France. Leurs sept autres camarades, quant à eux, se partageront entre les Etats-Unis, l’Australie, le Royaume-Uni, mais aussi l’Hexagone, etc.

Emotions. Lors de la cérémonie d’hier, l’émotion était palpable, autant du côté des fraîchement diplômés et des officiels, que de l’assistance (enseignants, parents et amis). Dans son allocution, la représentante du conseil d’administration s’est adressée aux étudiants, dans un discours imagé teinté d’humour et profondément humain. Elle leur a dit que la véritable voie du bonheur et du succès est l’estime de soi et la fidélité envers nous-mêmes ; ce que nous sommes, nos valeurs, ce que nous avons accomplis : « Souvenez-vous que dans vos futures études supérieures comme dans vos prochaines années, il y aura des hauts et des bas. Mais le succès ne se mesure et ne se résume pas aux échecs ou aux réussites. La véritable mesure du succès est ce que vous-mêmes pensez de ce que vous avez accompli. Ayez confiance en vous et accomplissez ce dont vous êtes fiers et battez-vous pour réaliser vos rêves : c’est la véritable voie de l’épanouissement. ». Les jeunes diplômés quant à eux n’ont pas manqué de manifester leur reconnaissance envers tous ceux qui ont contribué de près ou de loin à leur réussite. Certains ont mis en exergue le soutien de leur fratrie ou de leurs cercles d’amis, d’autres ont souligné l’appui et le soutien indéfectible de leurs parents et du personnel enseignant. Mais ce qui est sûr, c’est que tous ont éprouvé de la gratitude, de la joie, de la fierté, bref du bonheur.

Luz Razafimbelo