Les actualités à Madagascar du Vendredi 02 Juin 2017

Modifier la date
Midi Madagasikara1005 partages

Jeux Olympiques de Corée : La belle histoire de Mialitiana Clerc, 20e française en ski

16 ans le 16 novembre prochain, elle est une des meilleures françaises en ski. Pourtant c’est son côté malgache qui primera pour cette jeune fille adoptée à 1 an et demi par le couple Clerc. Et elle essaie de se qualifier pour les Jeux Olympiques d’hiver en Corée pour le compte de Madagascar.

L’histoire est émouvante, belle, ce genre d’histoires qui vous font passer une bonne journée.  Il y a 20 ans, le couple Clerc fait la connaissance de la Grande Ile et reviendra pour adopter deux filles. La grande sœur Léa a 18 ans et la petite Mia elle a 15 ans actuellement. Mialitiana de son prénom, vient d’une famille qui vit dans la capitale même, avec cinq grands frères et deux sœurs. Elle parlait malgache au début, mais grandir dans les montagnes de la Haute Savoie a fait oublier sa langue maternelle. A trois ans, elle commence le ski, la première compétition aura lieu à neuf ans, et la première médaille en ski à 10 ans. Depuis elle continue sur sa lancée et récolte médaille sur médaille. Avec son club interclub Magland de la Haute Savoie, elle s’entraîne dans le haut niveau et actuellement elle a déjà ses coaches. Elle est tout de même la 2e joueuses de cette région. « En fait, je souhaite aller aux Jeux Olympiques sous les couleurs malgaches. Pour celle de Corée, ce sera surtout une visibilité mais pour la Chine en 2022, je vise la médaille ». Elle aura une belle marge de manœuvre devant elle. Il se peut qu’elle soit la plus jeune des qualifiées pour ces J.O. de PeyongChang Corée 2018. Selon Stéphane Clerc son père « par rapport à son niveau, elle se qualifiera facilement ». La championne a tâté de la danse « cela me prenait trop mon temps » et puis elle a continué en judo « j’en ai fait deux ans mais je n’aimais pas ». Et la voici au ski. Dans son rythme de ski de haut niveau, c’est une autre vie. « En été, je vais en stage sur les glaciers dans d’autres pays, comme en Suisse ou en Afrique du Sud. Je suis en télé-enseignement avec le CNED ».

Pour les Jeux Olympiques du 9 au 22 février 2019, elle a besoin d’assurer des courses dont la plus proche est celle d’Afrique du Sud en juin. Faisant partie d’une famille de sportive, Mia est très bien entourée, car son père est un adepte de marathon et de trail, sa mère enseigne le Yoga. Son oncle, journaliste sportif a couru l’ultra trail de l’UTOP de cette année. Quant à sa famille biologique, tout va bien aussi. Ils sont en contact. Une de ses petites sœurs a été adoptée aussi, et habite actuellement à 20km de chez elle. Elles se voient là-bas.

Pour  la sportive, « les entraînements sont durs parfois. Il y a des moments où il faut se lever tôt, moins 25° ». Mais Mia n’est pas la seule Malgache à viser les JO de Corée. Il y a aussi Andry Randriamiarisoa et un autre malgache en ski de fond à Norvège.  En fait, la sélection se basera sur leurs points, car si l’on ne raisonne que sur le nombre autorisé, Madagascar a droit à deux filles et deux garçons. « On a l’aval du ministre des Sports et on a aussi rencontré Jacky Randriamalala, un des responsables du comité olympique malgache ».

Anny Andrianaivonirina

Midi Madagasikara701 partages

Madagascar : Elu vice-président de l’AG des Nations Unies

« Cette confiance de la communauté internationale n’est pas le fruit du hasard », dixit Atallah Béatrice.

Après les élections effectuées hier au quartier général des Nations Unies à New York, il a été décidé que Madagascar se trouve à la vice-présidence de la 72e session de l’Assemblée Générale des Nations Unies au mois de septembre prochain. Un bon point  de plus pour la diplomatie malgache et pour la visibilité de Madagascar sur le plan international. « Notre élection à la vice-présidence de l’A.G constitue une fois de plus une marque de confiance de la communauté internationale envers le gouvernement après les efforts diplomatiques que nous avons déployés. Le dynamisme de la diplomatie malgache poursuit son chemin ! Je réitère que nous devrions tous profiter,  par tous les moyens, de notre visibilité pour la transformer en un levier d’épanouissement et de développement », a déclaré avec fierté le chef de la diplomatie Atallah Béatrice.

Initiatives. Le ministère des Affaires étrangères a par ailleurs encouragé tout le gouvernement à faire montre d’une présence active et dynamique sur la scène internationale. Toujours est-il que le gouvernement malgache a su également prendre des initiatives comme accueillir plusieurs rendez-vous diplomatiques de grande envergure tels que  les sommets du Comesa et de la Francophonie (ayant rassemblé plusieurs Chefs d’Etat et de Gouvernement), l’Assemblée Générale de l’Association Parlementaire Francophone. A tout cela s’ajoutent les visites importantes effectuées par les personnalités internationales de grosse pointure.

Visibilité. Les dernières visites de cette année ne faisaient que renforcer la confiance de la communauté internationale et raffermir la visibilité de Madagascar à l’extérieur si l’on ne cite que celles du Président turc Recep Tayyip Erdogan et du Secrétaire d’Etat du Saint Siège, le Cardinal Pietro Parolin. La SG de la Francophonie Michaëlle Jean a accompli des missions à plusieurs reprises à Madagascar. « Cette confiance de la communauté internationale n’est pas le fruit du hasard. C’est l’une des retombées des efforts et des lobbyings que le ministère des Affaires étrangères a effectués depuis quelques années » a conclu Atallah Béatrice. 

Recueillis par Dominique R.

Midi Madagasikara200 partages

Hery Rajaonarimampianina à Berlin : Visite sous le signe du manque de réciprocité

Le président Hery Rajaonarimampianina (sur le pupitre au fond) a prononcé un discours devant une audience restreinte.

L’absence d’un ambassadeur résident dans la capitale fédérale allemande a visiblement impacté sur la visite du président malgache.

La Présidence de la République, à travers un communiqué de la Direction de la Communication en date du 30 mai 2017, a annoncé que le chef de l’Etat malgache « prononcera un discours devant les députés allemands du Bundestag ». Le lendemain, un second communiqué indique de revoir l’assistance à la baisse en rapportant que « le président Hery Rajaonarimampianina, ainsi que la délégation malgache, se sont rendus au Bundestag pour une rencontre avec la Commission pour la coopération économique et le développement, présidée par Madame Dagmar Wörl ».

Portée limitée. Au final, le locataire d’Iavoloha ne s’est donc pas exprimé devant les quelque 600 membres du parlement national de la République fédérale d’Allemagne, mais juste devant une commission sur les 23 permanentes qui siègent au Reichstag. Se trouve du coup limitée la portée de son intervention à travers laquelle il a fait remarquer qu’« après des décennies de pauvreté, exacerbée par des crises politiques cycliques, le renforcement de la stabilité politique, de la paix et de la sécurité  est fondamental pour mettre le pays sur l’orbite du développement ».

Absence d’ambassadeur. Hery Rajaonarimampianina a fait valoir devant les parlementaires membres de la Commission que « la modernisation et le développement de l’agriculture est l’une des principales priorités de l’heure, pour améliorer la productivité et parvenir à l’autosuffisance alimentaire ». Dans cet esprit, les discussions entre le président malgache et les membres de la Commission en question ont particulièrement porté sur l’agriculture, l’énergie et la protection de l’environnement. Une rencontre censée impulser une nouvelle dynamique à la coopération germano-malgache qui souffre visiblement de l’absence d’un ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire de Madagascar à Berlin qui aurait pu mieux préparer la visite.

Principe de réciprocité. Ce vide ou cette lacune diplomatique explique peut-être pourquoi le chef de l’Etat malgache n’a pu rencontrer des personnalités dignes de son rang, quand bien même il ne s’agirait pas d’une visite d’Etat. En termes de réciprocité qui est un principe sacro-saint en relations internationales, il est difficile d’imaginer le président fédéral allemand Frank-Walter Steinmeier prononcer un discours à Tsimbazaza devant les membres de la Commission Economie dirigée par le député Ndremanjary Odilon.

R. O

Orange Madagascar194 partages

Madagascar, Vice-président de l’AG des Nations Unies

Après les élections effectuées hier au quartier général des Nations Unies à New York, il a été décidé que Madagascar se trouve à la vice-présidence de la 72ème session de l’Assemblée Générale des Nations Unies au mois de septembre prochain. Un embonpoint  de plus pour la diplomatie malagasy et pour la visibilité de Madagascar sur le plan international. « Notre élection à la vice-présidence de l’A.G constitue une fois de plus une marque de confiance de la communauté internationale envers le Gouvernement après les efforts diplomatiques que nous avons déployés. Le dynamisme de la diplomatie malagasy poursuit son chemin ! Je réitère que nous devrions tous profiter,  par tous les moyens, de notre visibilité pour la transformer en un levier d’épanouissement et de développement » a déclaré avec fierté le chef de la diplomatie Atallah Béatrice.

Effectivement, Madagascar a été très présent sur la scène internationale depuis deux ans et demi maintenant. Il a toujours été sollicité pour présider, participer et assister à des réunions de haut niveau. Le Ministère des Affaires étrangères a par ailleurs encouragé tout le Gouvernement à faire montre d’une présence active et dynamique sur la scène internationale. A titre d’exemple, depuis le retour de Madagascar dans le concert des Nations en 2014,  le Président de la République Hery Rajaonarimampianina a chaque année répondu présent au débat général de l’Assemblée Générale des Nations Unies depuis son accession à la magistrature suprême de la République. Le Gouvernement malagasy a su également prendre des initiatives d’accueillir plusieurs rendez-vous diplomatiques de grande envergure tels que  les sommets du COMESA et de la Francophonie (ayant rassemblé plusieurs Chefs d’Etat et de Gouvernement), l’Assemblée Générale de l’Association Parlementaire Francophone. 

A tout cela s’ajoutent les visites importantes effectuées par les personnalités internationales de grosse pointure. L’ancien SG de l’ONU Ban Ki-moon a visité la Grande Ile suite à l’invitation du Gouvernement malgache l’année dernière. Les dernières visites de cette année ne faisaient que renforcer la confiance de la communauté internationale et raffermir la visibilité de Madagascar à l’extérieur si l’on ne cite que celles du Président turc Recep Tayyip Erdogan et du Secrétaire d’Etat du Saint Siège, le Cardinal Pietro Parolin. La SG de la Francophonie Michaëlle Jean a accompli des missions à plusieurs reprises à Madagascar. « Cette confiance de la communauté internationale n’est pas le fruit du hasard. C’est l’une des retombées des efforts et des lobbyings que le Ministère des Affaires étrangères a effectués depuis quelques années » a conclu Atallah Béatrice. 

Pour revenir à l’élection de Madagascar à la vice-présidence  de l’AG des Nations Unies, il prendra sa fonction, conformément au règlement intérieur de l’ONU, au début de la session pour laquelle il est élu et reste en fonction jusqu’à la clôture de ladite session. L’article 32 dudit règlement précise que le Vice-président est désigné Président pendant l’absence du titulaire pendant une partie d’une séance. Il aura à cet effet les pouvoirs et devoirs du Président. Son rôle durant la séance sera ainsi entre autres de diriger les discussions en séance plénière quelque soit le thème du débat, d’assurer l’application du règlement, de donner la parole, de mettre les questions aux voix et proclamer les décisions. II statuera sur les motions d’ordre et règle entièrement les débats à chaque séance et y assure le maintien de l’ordre. Pendant le débat général, le vice-président aura sa place auprès du Président de l’Assemblée Générale à la tribune des Nations Unies. Généralement, c’est la ministre des affaires étrangères qui joue ce rôle. Quelque soit le thème du débat…

Orange Madagascar161 partages

Une belle brochette d'artistes pour la deuxième édition de Donakafo

Depuis 2016, l’Amicale des Natifs et Originaires de Betsizaraina (ANOB), présidé par Tahina Razafindramalo, s’attèle à organiser le Donakafo, évènement culturel qui a lieu tous les Dimanche et Lundi de Pentecôte à Betsizaraina.

Cette fête villageoise et foraine est marquée, d’une part, par un feu de camp autour duquel les villageois et les riverains de Betsizaraina s’unissent en guise de solidarité, de partage et de l’amour de la patrie et, d’autre part, par l’abattage d’un zébu pour le « nofonkena mitampihavanana » partagé lors d’un déjeuner champêtre convivial le lundi de Pentecôte. 

Au fil des années, cet évènement est devenu incontournable et connu de tous les Tananariviens étant donné que des artistes de renom de la Capitale viennent animer l’évènement. 

Pour cette édition 2017, le Donakafo se tiendra les 4 et 5 juin prochain à partir du dimanche 16h.

Les artistes conviés pour cette édition seront Samoela, Nini Mahery (Rock Folk), Jiolabumps, Ry Kala Vazo, Agrad Skayz et un groupe local que l’association appuie pour se faire connaître sur la scène musicale qui est The Hay.

Un programme de plus pour animer et égayer ce long week-end de la Pentecôte.

Tia Tanindranaza130 partages

Fiara raitra ho an’ny depiote4x4 miisa 104 no efa vonona

Efa noporofointsika teto amin’ity gazety Tia Tanindrazana ity tsy ela akory izay fa tena misy ireo solombavambahoaka vitsivitsy nisitraka ny fiara 4 X 4 amin’izao famarampanana ny fepotoam-piasan’izy ireo izao.

 Araka ny vaovao voaangona teny amin’ny lapan’i Tsimbazaza tamin’ity herinandro ity indray dia voamarina ny fisian’ireo fiara 4 x 4 hafa miisa 104 amin’ny vidiny 100.000.000 Ar ny iray ka azo alain’izay depiote vonona ny hanome toky fa hanohana tsy misy fepetra an-dRajaonarimampianina Hery amin’ny fifidianana izay ho filoham-pirenena Malagasy manaraka amin’ny taona 2018. Raha io tarehimarika azo io no hanaovana fampitomboana tsotsotra dia vaka ihany ny saina mieritreritra fa hay ve misy ihany ny vola hividianan-javatra rehefa misy fanambatambazan’olona tian’izao fitondrana izao hatao ? Fehiny izany dia azo  ambara fa tsy maintsy hitombo isa ny 4 x 4 raitra hiantsona etsy amin’ny « Parking »-n’ny lapa etsy Tsimbazaza rehefa hiatrika fivoriana isan-tokony ireo solombavambahoakan’i Madagasikara atsy ho atsy.

Rabri

 

L'express de Madagascar127 partages

Santé publique – Une épidémie de grippe plane

Le ministère de la Santé publique pourrait annoncer, prochainement, une épidémie de grippe. Les victimes ne cessent d’augmenter.

Inquiétant. Un père de famille à Antananarivo s’est brusquement affaissé chez lui, hier.« Il allait bien ce matin, et d’un coup, il s’est senti très fatigué. Il n’a même pas pu bouger du lit pour manger, dans la soirée», raconte son fils. Il est victime d’une grippe très résistante, selon son médecin.Une autre famille à Tanjombato témoigne que leur fille en est décédée, dans la matinée du mardi. « Elle était affectée d’une grippe, la semaine dernière. Elle s’est rétablie le weekend. Lundi, la mala-die a repris. Elle avait du mal à respirer et en a perdu la vie, le lendemain », relate l’oncle de la jeune fille de 23 ans.Il y a de quoi s’inquiéter. A l’île Maurice, deux personnes ont succombé de la grippe H1N1, en l’espace de peu  de temps. Le second décès est enregistré le 30 mai. Notre île n’est donc pas protégée. Le virus se transmet d’homme à homme, alors qu’un vol relie Madagascar à cette île sœur, chaque jour. Le ministère de la Santé publique rassure la grande masse.

SeuilLe virus grippal qui circule à Madagascar actuellement, n’est pas  la grippe H1N1. Les résultats de l’analyse effectuée au niveau du laboratoire de l’Institut Pasteur de Madagascar auraient révélé, hier, qu’il s’agit d’un virus grippal de type A, sous-type H3N2. « C’est une grippe saisonnière qui se produit chaque année », nous rapporte le directeur de veille sanitaire et de surveillance épidémiologique du ministère de la Santé publique, le Dr Mahery Ratsitorahana.« Le climat et la pollution en sont les facteurs », explique un médecin d’un dispensaire à Antaninarenina. Parmi les cinquante patients que ce dispensaire reçoit quotidiennement, 80 % d’entre eux sont atteints de la grippe, et la majorité est dans un état grave. La fatigue, la forte fièvre, les toux accompagnées de crachats, la diarrhée, sont les symptômes de cette grippe.Le nombre des victimes augmente progressivement, selon le Dr Mahery Ratsitorahana. Ce ministère annoncera certainement, dans les jours à venir, une épidémie de grippe saisonnière.« Cette semaine, les chiffres n’ont pas encore atteint le seuil pour confirmer l’existence d’une épidémie. Mais nous craignons que ce seuil ne soit atteint, prochainement », souligne-t-il.Comme toute autre mala-die, cette grippe saisonnière est mortelle, notamment, chez les enfants et les personnes âgées, dont le système immunitaire est faible.

Miangaly Ralitera

Midi Madagasikara106 partages

Docteur Rahariveloarimiza Soarijaona Samuëline : Femme, mère, scientifique et passionnée de la météoro...

Issue d’une famille nombreuse, composée de douze fratries, elle est la sixième dans son rang, Docteur Rahariveloarimiza Soarijaona Samuëline nous partage son parcours. Une passionnée de la météorologie, de l’enseignement, du partage de connaissance, même en ce moment où elle devrait profiter de sa retraite, elle continue encore à dispenser de son savoir, son savoir-faire et son savoir-être. Portrait.

Le parcours d’un vrai combattant. Orpheline de mère depuis la naissance, elle a été élevée par sa grand-mère, ses tantes et oncles, puis par ses aînés. Malgré toutes les difficultés, elle a su se fixer un objectif dans la vie. Protestante calviniste de confession et mariée à un anglican, elle est mère de trois enfants. Elle est dans le mouvement scout depuis sa tendre enfance jusqu’à présent. C’est cet esprit de scoutisme qui a forgé tout son parcours et sa personnalité : le sens de la discipline, de la modestie, de la solidarité, du partage, de la débrouillardise, de la créativité et de la persévérance…

La météo pour la vie. Docteur Rahariveloarimiza Soarijaona Samuëline est parmi les rares post gradés en Météorologie à Madagascar. Auparavant, elle avait peur de l’orage, c’était son enseignant de la classe de cinquième qui lui a expliqué les causes des phénomènes météorologiques. Il arrivait même à lui inciter à étudier spécialement la météorologie. Une idée qui ne lui passait pas par la tête. En 1979, elle voulait choisir le génie chimique, mais elle s’inscrivait comme par hasard en météorologie. Même si ce n’était pas son choix, elle avait pris au sérieux ses études. L’hydrologie la passionnait plus, mais dans tout son parcours professionnel, elle n’a jamais passé dans le service de l’hydrologie. On lui a déjà proposé à travailler au sein de l’ASECNA, à travailler en Allemagne, mais elle a choisi de rester à Madagascar pour servir au sein de la Météo nationale et pour enseigner à l’Ecole Supérieure Polytechnique de Vontovorona. Après sa prise service le 5 juillet 1983, elle est passé par toutes les étapes en commençant par être ingénieur stagiaire, ingénieur d’études, prévisionniste, climatologiste, responsable de la cellule environnementale, chef de service et directeur général. Elle est actuellement en retraite, mais continue encore à enseigner, à partager sa passion pour la météo.

Le métier de la météo est un métier noble. « C’est un métier accepté par tous » dixit Dr Rahariveloarimiza Soarijaona Samuëline. Elle était la prévisionniste pendant que le pape Jean Paul II devrait célébrer l’Eucharistie à Fianarantsoa. C’est avec fierté et satisfaction qu’elle raconte : « Si la messe était prévue à 8h 30, un brouillard épais était instauré à Fianarantsoa. Toutes les autorités devraient être informées de l’évolution de la situation météorologique toutes les 15 minutes. Le premier ciel visible a été constaté à 9h45. Le décollage du vol du pape pour Fianarantsoa a été autorisé… ». « …Le président de la République Didier Ratsiraka voulait une assistance aéronautique d’Iavoloha à Vatomandry. Satisfait de la prévision donnée, il m’appelait spécialement pour dire merci » nous raconte-t-elle.

Un livre pour matérialiser tout un parcours. Suite à une collecte des experts provenant de tous les pays membres de l’Organisation Météorologique Mondiale, seules trois personnes : Docteur Nirivololona Raholijao, Docteur Zoaharimalala Rabefitia et Docteur Rahariveloarimiza Soarijaona Samuëline peuvent parler à propos de la météorologie de Madagascar, seul Simon Razafindrabe peut parler de l’Hydrologie de Madagascar et acceptés à l’échelle internationale. Pour accomplir sa gratitude envers tout à chacun, pour continuer à partager sa passion de la Météo, dans le meilleur comme dans le pire, envers et contre tous, Docteur Rahariveloarimiza Soarijaona Samuëline a créé l’Association Patrakala et a écrit « Météo Madagascar 115 ans » vue par Patrakala dans le dessein d’aider chacun des Malgaches, chacun des secteurs de développement à bénéficier des ressources naturelles d’origines météorologiques. Elle projette placer gratuitement ce livre dans toutes les écoles, et dans les centres de documentation et bibliothèques de Madagascar à partir des contributions de ceux qui partagent sa vision.

Mamiah

Midi Madagasikara87 partages

Anosy : Mifampitory ny mpivady noho ny fijalian’ny zaza

Rangahy nitory ny vadiny teo aloha; izay efa nisarahana noho ny fampijaliana ireo zanak’izy ireo miisa roa. Ramatoa kosa dia mitory an-drangahy noho ny tsy fandoavana latsakemboka amin’ny fitaizana ny zaza. Dia niakatra fampanoavana tokoa ny raharaha ary niteraka ny fidobohana am-ponjan’ilay rangahy. Rehefa nandeha ny fitsarana, dia nafahana ilay rangahy noho ny fisalasalana. Toy izao ny zava-nitranga raha fintinina fohy. Rehefa nisaraka izy mivady, taona maromaro lasa izay, dia nahazo ny fitazonana ny zaza ramatoa. Noho ny asany anefa dia napetrany tany amina ramatoa hafa ireo zaza izay lasa nijaly sy farofy. Nanambady hafa rahateo ramatoa ary mainka koa hadinony ny fitaizana ireo zaza roa. Nisy fotoana izy nidoboka am-ponja ary mainka koa nitombo ny fijalian’ny zaza. Rehefa tsikaritry ny rain-jaza izany dia nangataka alàlana tamin’ny fitsarana izy amin’ny fitazonana ny zanany. Neken’ny fitsarana izany, saingy isaky ny haka ny zaza ilay rangahy dia tsy hita foana izay asiany ireo olona. Rehefa nitory ary rangahy noho ny tsy fanajàna didim-pitsarana, dia nitory koa ramatoa noho ny tsy fandoavana “pension”. Dia nidoboka am-ponja rangahy mandra-pahatongan’ny fitsarana azy. Mizana tsindrian’ila tanteraka, hoy ny havan’ilay rangahy. Soa fa mba tafavoaka ny fonja ihany…

D.R

Midi Madagasikara69 partages

Festival Donia : Affluence de touristes locaux

Le ministre du Tourisme au Donia.

Le festival Donia contribue au développement du tourisme à Nosy-Be, reconnaît le ministre du Tourisme, Rolland Ratsiraka, lors d’une cérémonie de remise de badge et de carte professionnelle aux guides touristiques récemment formés. Le nombre des touristes a connu une hausse importante de 35% en 2016 par rapport à l’année précédente (2015) dans la ville de Nosy-Be. Mais au niveau national, la hausse a atteint un maxima de 20%, faisant de 2016, l’année record en matière d’affluence touristique ces dix dernières années dans le pays. Mais au vu des statistiques enregistrées depuis le début de l’année 2017, le taux de fréquentation touristique à Madagascar peut encore de s’améliorer davantage. Lors d’une rencontre avec la presse, le ministre du Tourisme a également évoqué l’arrivée probable des navires de croisière allemande à Nosy-Be, à Antsiranana et à Toamasina à partir de cette année. 

Yvon Ram

Midi Madagasikara66 partages

Musique : Jazz@tohatohabato pour rencontrer le grand public

Joro Rakotozafiarison participera à ce Jazz@tohatohabato.

Comme chaque année, le jazz club du CGM organise le jazz@tohatohabato, un événement musical totalement dédié à la musique jazz. En sortant de ses murs, le jazz club va à la rencontre du grand public. Découverte et partage sont les maîtres mots. Rendez-vous du 7 au 11 juin prochain.

Une 7e édition et de plus en plus d’adeptes. C’est ce dont les organisateurs du Jazz@tohatohabato peuvent se dire alors qu’ils sont en pleine préparation de cette semaine musicale très jazz. Le Jazz Club du CGM a grandi au fil des années, et c’est cette passion intacte des débuts qui continue à les guider à offrir de meilleures prestations au public. D’ailleurs, comme chaque année, les férus de jazz attendent impatiemment cette semaine jazzy. Pour cette 7e édition, l’événement se déroulera du 7 au 11 juin. Les enfants inaugurent la scène avec le jazz kids, le mercredi après-midi. Le vendredi, le jazz va à la rencontre du grand public, pas forcément habitué à ce style, histoire de faire découvrir de la bonne musique à « monsieur tout le monde », avec le jazz quartier. Samedi, dès le début de la soirée à 18h, place au jazz street. Et le bouquet final de tiendra sur la grande scène devant le CGM où tous les membres feront leur show. Le Jazz @tohatohabato est une grande occasion pour les jeunes surtout de montrer leur talent au grand public. Du jazz sans modération toute la semaine !

Anjara Rasoanaivo

Tia Tanindranaza60 partages

Mpitsara sy mpiambina fonjaVaky tanteraka ny ady

Vaky ny adin’ny mpitsara sy ny mpandraharahan’ny fonja noho ny zava-niseho tany Manakara ny Alarobia 31 jona teo. Araka ny tatitra azonay avy amin’ny namanay any Manakara dia nisy voafonja tao Manakara ny 2 volana izay ary tratra, ka nahitsin’ny mpandraharahan’ny fonja tamin’ny fampidirana “cellule”,

 ka izay no nampakarana azy ireo tany amin’ny fampanoavana, ka nahazoany sazy mihatra 2 taona an-tranomaizina ho an’ny mpandraharahan’ny fonja miisa 3 raha toa ka sazy mihatona ho an’ny iray, hoy ny filohan’ny Sendikan’ny Mpandraharahan’ny fonja (SPAPM), Realy César Diderot. Araka ny fanazavany, ny lehiben’ny fampanoavana any an-toerana dia efa mitady antsonjay amin’ireo mpandraharaha ireo satria rehefa manao fitsidihana any amin’ny fonja io izy io, dia manala baraka ireo mpiasa eo amin’ny imason’ny voafonja hoe : “ireo mpandraharahan’ny fonja ireo anie olona tsy misy dikany sy azo gadraina ohatran’ny rehetra, ka raha manana olana ianareo dia izaho no hantonina”. Tsy misy maniry ny hisian’ny olana fa tsy maintsy tadiavina ny famahana izany saingy hatreto aloha dia tezitra ny mpandraharahan’ny fonja, hoy i Realy Cérar Diderot. Mahatsapa izy ireo hoe misy tsy rariny satria olona nahatratra voafonja nitsoaka ve dia hogadraina. Raha izany ve tsy aleo havoaka daholo ny voafonja eto Madaagsaikara, hoy ity tompon’andraikitra ity. Nilaza kosa Ravalison Israel filoha lefitry ny sendikan’izy ireo fa matetika rehefa hoe mpitsara dia tsy azo hifampiresahana sy handaminana zavatra.

Valin-kafatra

Tetsy ankilany kosa dia tsy niandry ela ny Sendikan’ny Mpitsara eto Madagasikara (SMM) tarihin’ny filohany Fanirisoa Ernaivo, ka nanameloka tanteraka ny fihetsiky ny mpandraharahan’ny fonja. Araka ny fanambaran’izy ireo dia mamo sady nirongo fitaovam-piadiana mahery vaika ireo mpandraharahan’ny fonja ireo, ary tsy nanaiky didim-pitsarana ny hanagadrana ny namany voarohirohy tamina herisetra natao tamin’ny voafonja. Manameloka tanteraka ny fanitsakitsahana ny hasin’ny fitsarana sy ny mpiasa ao aminy. Manameloka ny fomba mamoafady tsy fampiseho masoandro, izay ataon’ny mpandraharahan’ny fonja 4 izay nitarika fikomiana, heloka voasazin’ny andininy faha-226 ao anatin’ny fehezan-dalàna famaizana. Manameloka hatrany ny tsy fanajana ny tany tan-dalàna sy ny tsy fanajana ny lalàna velona eto amin’ny tanin’ny Repoblikan’i Madagasikara, ary manamafy hatrany ny hanajan’ny Malagasy rehetra sy ny mpivahiny ny didy havoakan’ny fitsarana, hoy i Fanirisoa Ernaivo.

Toky R

Midi Madagasikara58 partages

Pétanque : Ambohimahasoa s’offre le National de Tinqueux

Le trio d’Ambohimahasoa vainqueur de l’étape du National de Tinqueux avec de gauche à droite Andry Tsialonina, Mamy Ronaldinho et Faly Jex.

Très bonne nouvelle pour le Bouliste Ialatsara Club d’Ambohimahasoa (BIC) qui vient de gagner haut la main le 23e National de pétanque qui s’est tenu à Tinqueux. Un second exploit de ce club conduit par son président d’honneur, le Dr Zozo Ruchet Rakotovazaha, après le Grand Prix First Class de Martinique.

Jusqu’où va aller le Bouliste Ialatsara Club d’Ambohimahasoa qui continue d’enfiler les bons résultats depuis son arrivée du 7 mai en Europe ? C’est la question qui se pose, car après le Grand Prix First Class de Martinique qui a vu la victoire de la triplette composée de Zozo, Andry Tsialonina et Daddy, le BIC vient de renouer avec la victoire finale, mais cette fois avec une autre triplette formée par Andry Tsialonina, Mamy Ronaldinho et Faly Jex.

Indispensables primes. C’était devant l’équipe locale de Tinqueux qui n’a pu rien faire devant le talent conjugué du trio d’Ambohimahasoa et s’estimait très heureuse d’être en finale dans une compétition tout de même relevée, puisque la crème française était de la partie pour ne citer que Sarrio et Fournier.

« Nous n’allons pas nous arrêter en si bon chemin », aime à repéter le Dr Ruchet Rakotovazaha à qui toute l’équipe doit cette tournée en terre française qui ne prendra fin qu’au mois de juillet. Un calendrier très surchargé, mais l’équipe qui affiche un moral de fer, espère glaner quelques titres mais aussi les indispensables…primes. Logique car on ne peut pas vivre de pétanque et d’eau fraîche.

Figure de proue. Ce week-end en effet, Zozo et ses amis seront au National de Verpillière puis à Lyon, le 10 et 11 juin pour un tournoi international. Ils partiront ensuite durant le week-end du 17 et 18 juin pour le National de Montpellier et du 2 au 6 juillet au fameux rendez-vous de Marseille plus connu sous le nom de Mondial de la Marseillaise et réunissant plus d’un millier d’équipes. Le grand rendez-vous de pétanque du monde entier en fait, mais où les Malgaches font figure de proue pour s’être hissé en finale une fois avec l’équipe de Jean, Luc et le même Jex d’Ambohimahasoa en 2014.

Les boulistes du BIC seront également présents à l’Europétanque de Nice du 23 et 24 juillet pour finir leur tournée au Mondial des Volcans du 29 et 30 juillet à Clermont.

Clément RABARY

Midi Madagasikara58 partages

Fanafihana sy famonoana mompera tany Antsohihy : Olona 14 mianadahy nadoboka am-ponja

Ny sabotsy teo no nivoaka ny didim-pitsarana mikasika ny famonoana mompera tao Antsohihy, ka roa lahy tompon’antoka nivantana tamin’ity vono olona nahatsiravina  ity, niampy ny namany 12 mianadahy, izay nahatrarana entana halatra sy voasaringotra tamin’ny asa ratsy no nadoboka am-ponja. Raha ny nambaran’ny Polisy, dia efa tambazotran-jiolahy mantajaka ary mitam-basy ireto tra-tehaka ireto, satria rehefa nosavain’ny mpitandro filaminana ny trano, dia nahafeno trano iray mihitsy ny entana halatra nalain’ireto jiolahy ireto, izay nahitana basy vita gasy iray, niaraka tamin’ireo entana toy ny fahitalavitra sy ny fanamafisam-peo izay tena raitra, ary koa volamena. Raha ny fantatra araka ny tati-baovao azo hatrany, dia mbola misy naman’ ireto jiolahy mitam-basy naiditra am-ponja ireto hafa karohina fatratra amin’izao.

Eric Manitrisa

Midi Madagasikara56 partages

Air Austral : Sacrée meilleure compagnie aérienne pour la deuxième fois

La compagnie Air Austral, choisie comme partenaire stratégique de la compagnie Air Madagascar, a reçu le prix de la « Meilleure Compagnie Aérienne », le 31 mai dernier, lors de la cérémonie des Victoires du Tourisme, qui s’est tenue à l’hôtel Intercontinental Paris Le Grand. Il s’agit de la troisième édition de la cérémonie, organisée par le Quotidien du Tourisme, pour récompenser les meilleures entreprises du secteur du tourisme avec neuf prix nommés « Victoires du Tourisme ». Sur les trois éditions, Air Austral a été sacrée meilleure compagnie pour la deuxième fois consécutive. En effet, la compagnie aérienne de La Réunion a été choisie par les agents de voyages et les lecteurs du quotidien devant de nombreuses compagnies prestigieuses tels que Air France ou encore Emirates. Air Austral a été plébiscitée par les votants pour sa capacité de réactivité et son sens de l’innovation.

Leader. « Ce trophée symbolise la confiance qui s’est instaurée entre nos équipes et les professionnels du tourisme », a déclaré Marie-Joseph Malé, président-directeur général d’Air Austral, lors de la cérémonie de remise de prix. Cette année, la compagnie aérienne réunionnaise met les bouchées doubles pour confirmer sa place de leader dans l’Océan Indien ; notamment, grâce à une stratégie de développement tournée vers l’innovation et la qualité des services. A noter que cette compagnie aérienne créée en 1975 est, depuis, basée à La Réunion et se positionne aujourd’hui comme un acteur majeur de la desserte de l’Océan Indien. Notamment avec la France métropolitaine, Maurice, Madagascar, l’Afrique de Sud et bien d’autres destinations.

Recueillis par Antsa R.

Midi Madagasikara55 partages

Antanimena : Efa-dahy niaraka tamin’ny sabatra, nanafika fiara

Ny alarobia lasa teo, fiara tsy mataho-dalana iray no niharan’ny fanafihan-jiolahy teo Antanimena ambany. Tokony ho tamin’ny fito ora sy sasany hariva tany ho any no niseho ity tranga ity raha ny filazan’ireo nanatri-maso. Efa-dahy ireo olon-dratsy ary nitondra sabatra. Avy hatrany dia nivantana tany amina fiara tsy mataho-dalana iray ireto olon-dratsy. Angamba tsy nahavoa tamin’izany fa dia nifindra teo amina fiara iray taoriana indray. Ireo fiara nanaraka moa, raha vao nahita izany avy hatrany dia nihodina sy niverin-dalana avokoa. Torak’izany ihany koa ireo olona nandeha tongotra izay samy nirifatra nitsoaka daholo, hany ka tsy nisy nahita intsony izay niafaran’izany. Tsy nisy tatitra na fitarainana azon’ny pôlisy misahana iny faritra iny mahakasika ity tranga iray ity rahateo raha ny fanazavana nomen’ny tompon’andraikitra. Azo heverina fa mety ho tsy nahazo n’inona sy tsy nahavita ny asa ratsiny ireto jiolahy ireto araka izany. N’aiza n’aiza tokoa amin’izao dia manjaka ny tsy fandriampahalemana. Raha teny amin’iny faritra Andohatapenaka iny no nampikaikaika ny rehetra ny amin’ny resaka fanendahana sy fanafihana ireo fiara anaty fitohanana, dia efa tonga hatreny Antanimena amin’izao ireo olon-dratsy. Antanimena izay efa iaraha-mahalala ny fitohanana raha vao manomboka mirava ny mpiasa sy ny mpianatra. Na dia tsy tonga tany amin’ny pôlisy misahana iny faritra iny aza moa ny fisian’ity tranga niseho ity, dia nambaran’izy ireo fa tsy maintsy handray fepetra manokana mahakasika izany ireto farany.

m.L

Midi Madagasikara54 partages

Savorovoro tao amin’ny tribonaly Manakara : Nifamaly ny sendikan’ny mpitsara sy ny mpandraharahan’ny ...

Raikitra ny savorovoro, tao amin’ny Lapan’ny Fitsarana Manakara, afak’omaly, satria tsy nanaiky ny didim-pitsarana navoaky ny lehiben’ny Fitsarana, izay didy mampiditra am-ponja roa taona sazy mihatra an-tranomaizina an’ireo mpiandry fonja telo lahy notorian’ny gadra iray ho nidaroka azy tao am-ponja ireo mpiandry fonja namany, ka rava hatramin’ny fotoam-pitsarana ny andro alarobia io. Nikomy sady tsy mety mandray na hamoaka voafonja ireo mpiandry fonja, ary naterin’izy ireo tany amin’ny mpampanoa lalàna ny lakilen’ny fonja. Nanoloana an’io trangan-javatra io, araka ny tati-baovao voaray, dia voatery niantso mpitandro filaminana ny lehiben’ny Fitsarana any an-toerana, ary nandeha ny fifampiraharahana avy  teo.

Mihenjan-droa ny tady. Manoloana ny tranga niseho tany Manakara , ny alarobia teo iny, dia samy nanao fanambarana omaly ny avy ao amin’ny Sendikan’ny mpitsara eto Madagasikara sy ny mpandraharahan’ny fonja. Manameloka tanteraka ny fihetsiky ny mpandraharahan’ny fonja ny SMM. Mamo sady nirongo fitaovam-piadiana izy ireo, araka ny fanambarana novakian’ny filohan’ny SMM, Faniry Ernaivo. Manala baraka sy nanevanteva ary nanao tsinontsinona ireo mpandraharahan’ny fonja, ny lehiben’ny fampanoavana any Manakara, ka izay ny antony nisian’ny fikorontanana omaly (ny andro alarobia io), araka ny fanazavan’ny filohan’ny Sendikan’ny mpandraharahan’ny fonja Realy César Diderot.

Eric Manitrisa

Midi Madagasikara50 partages

Carnaval de Madagascar : Une troisième édition encore plus festive !

La culture de chaque région sera mise en avant, notamment à travers le grand carnaval qui sillonnera la ville.

Les 16, 17 et 18 juin, le Carnaval de Madagascar investira les rues de la Capitale. L’évènement se tiendra sous le signe de la découverte et du partage des traditions et cultures, au rythme de musique, de danses et du spectacle des arts de la rue.

Un grand carnaval comme celui du Brésil… C’est ce à quoi auront droit tous ceux qui participeront à l’évènement désormais annuel de l’Ortana. Pendant trois jours successifs, le public pourra apprécier la culture de Madagascar. Du 16 au 18 juin, les participants venant des quatre coins de l’île vont mettre en avant la culture de leur ville respective. « Chaque région a son propre carnaval. A travers le Carnaval de Madagascar, nous allons réunir tous les Malgaches, toutes les régions dans leurs diversités, avec leurs traditions, leurs cultures et leurs carnavals. Nous voulons mettre en avant pendant ces trois jours la musique, la danse, ainsi que l’art de la rue qui fait la spécificité de chaque région. Notre but, comme nous l’avons expliqué depuis la tenue de la première édition, est de faire du Carnaval de Madagascar un événement majeur connu dans le monde, un véritable rendez-vous annuel qui apportera à la Grande Ile une plus grande notoriété. Une manifestation qui donnera aux touristes du monde entier, l’envie de venir vivre ce moment de communion avec la population malgache dans ce grand moment de fête » selon un responsable. Pendant trois jours successifs, vont en effet être mis à l’honneur le patrimoine et l’art malgache. Une foire des régions, qui  mettra en avant l’artisanat et les spécialités de toutes les régions de la Grande Ile, est d’ailleurs prévue au menu. Le programme prévoit également plusieurs surprises.  Mahetsaka

Madagascar Tribune48 partages

Les pénitenciers ont fermé le tribunal

Comme certains d’autres hommes en uniforme avant eux, des pénitenciers de la prison de Manakara protestant contre la condamnation de leurs collègues ont fait fermer le tribunal. Ces pénitenciers se sont révoltés contre le verdict des magistrats qui ont condamné leurs collègues suite à la plainte d’un prisonnier torturé par ces geôliers. A leur avis et sur lequel le syndicat des pénitenciers fonde son communiqué, leurs collègues ont seulement « corrigé » les prisonniers en question car ces derniers ont tenté de s’évader. Il est donc inadmissible et inconcevable que des pénitenciers qui ont empêché des évasions soient traduits en justice. Le président du syndicat des pénitenciers est intervenu dans les médias ce 1er juin 2017 et laisse croire que la colère et écarts de conduite des pénitenciers de Manakara sont l’expression de différends ou de frustrations à l’égard du Parquet du tribunal de Manakara. Il semble que ce Parquet de Manakara a maintes fois dénigré les agents pénitenciers devant les détenus.

Quoi qu’il en soit, il est rare que les prisonniers ou ceux qui subissent des interrogatoires musclés de la part des gendarmes et des policiers osent porter plainte contre des hommes en uniforme. De peur des représailles surtout. Cette fois ce n’est pas le cas, le prisonnier torturé par les pénitenciers a porté plainte et le tribunal lui a donné raison ce qui a provoqué le courroux des hommes en uniforme.

Le syndicat des magistrats de Madagascar (SMM) a fortement condamné l’attitude des pénitenciers et demande au ministère de la Justice de prendre les décisions qui s’imposent face à ce genre de situation surtout venant de la part de la chaîne judiciaire. En tout cas, la Justice vit des moments difficiles ces temps-ci pour ne pas dire plus : le syndicat des greffiers menace de reprendre la grève, celui des pénitenciers défend becs et ongles leurs collègues de Manakara condamnés par la Justice, le SMM interpelle activement tout l’Etat tandis que dans le corps des avocats, maître Willy Razafinjatovo et consorts prend ses distances par rapport à la position déclarée de l’Ordre des avocats au sujet du comportement du SMM. Le commun des justiciables pour sa part est dans l’expectative, impuissante. Notons que des policiers et des gendarmes traduits devant la justice ont déjà manifesté comme ces pénitenciers. Un magistrat a même trouvé la mort à Toliary suite à la révolte des policiers contre la condamnation de l’un des leurs.

Tia Tanindranaza41 partages

« Force de Changement »Miala ny filoha, hatsangana ny tetezamita

Taorian’ny fivorian-drizareo avy eo anivon’ilay hetsika politika “Force de changement” ny talata teo namolavolana sata ifehezana ireo mpitondra mifandimby hanoloana ny fitsarana avo (HCJ) izay tsy

 

 misy sahy manangana hatramin’izao dia niverina tetsy amin’ny foiben’ny antoko AKFM etsy Andravoahangy indray ireto hery politika ireto omaly nampahafantatra ireo birao mandrafitra ity hetsika ity. Misaotra ny fitondram-panjakana, hoy izy, ireo nilaza ho tsy mandraharaha ny hetsika ataonay fa dia ho hitanareo eo ny tohiny. Fivarotana hajia Franc maçon ve no hitanareo amin’io filankevitry ny governemanta ataonareo isan’andro io? Inona no mba zavatra mivaingana nataonareo teto, hoy ity hery politika ity mantsy ny fitondram-panjakana. Fotoana izao hamondronana hery ry vahoaka ka aoka isika isam-paritra hanantona ireo lehiben’ny delegasionina efa napetraka isam-paritra na amoron’Imania io na Diana na Moramanga sy izay faritra misy antsika ijerena ny tokony atao.Tsy misy mandeha amin’izay laoniny intsony ny eto amin’ny firenena koa tsara raha mametra-pialana ny filohampirenena sy ny praiminisitra, hoy ry zareo avy ao amin’ny “Force de Changement” ary heverina ny fananganana fitondrana tetezamita ka io no hikarakara ny fifidianana manaraka.Handefa ny taratasy momba an’izany any amin’ny FFKM sy ny fianakaviambe iraisam-pirenena izy ireo.

Mirija

Midi Madagasikara41 partages

Hery Rajaonarimampianina : Recours à des hommes de Ratsiraka et Ravalo

Pour l’heure, cette ouverture politique n’a pas encore apporté ses fruits sur le social de la population.

C’est le numéro Un de la Transition, Andry Rajoelina qui avait mis sur orbite Hery Rajaonarimampianina en le nommant ministre des Finances et du Budget, puis en soutenant sa candidature à l’élection présidentielle de 2013, mais paradoxalement, ce dernier s’est entouré d’hommes de deux anciens présidents, en l’occurrence Didier Ratsiraka et Marc Ravalomanana. Nul n’ignore en effet que lors de son accession au pouvoir, le « Hery Vaovao ho an’i Madagasikara » ne disposait pas de structure de base sur le plan politique. Critiqué de toutes parts notamment face au manque, voire l’inexistence de résultats concrets sur la situation socioéconomique de la population, le numéro Un d’Iavoloha décide de recourir à des anciens proches collaborateurs de ses prédécesseurs. Hery Rajaonarimampianina était encore inconnu au bataillon avant son élection. Son parti est d’ailleurs taxé de violation répétée de la Constitution par l’opposition, notamment dans le cadre du processus de nomination de ses trois Premier ministres. Et ce, dans la mesure où aucun député n’a été élu sous les couleurs du parti au pouvoir. L’article 72 de la Constitution stipule : « Le président de la République nomme le Premier ministre présenté par le parti ou groupe de partis majoritaires à l’Assemblée nationale ».

« Kravaty manga ». En tout cas, en tentant de solliciter le soutien d’hommes d’expériences issus des autres formations politiques, Hery Rajaonarimampianina souhaite redorer l’image du régime et vise surtout l’élection de 2018. Parmi les anciens bras droit de « Deba » et barons du parti Arema qui ont, en quelque sorte retourné leur veste au profit du « Hery Vaovao ho an’i Madagasikara » figurent notamment l’actuel président du Sénat, Honoré Rakotomanana. Ayant déjà été Secrétaire général du Ministère de la Justice, président de la Haute Cour Constitutionnelle, puis président du Sénat durant la deuxième République, il est considéré comme l’une des grandes figures du régime Arema. Actuellement, Honoré Rakotomanana enfile le « Kravaty manga ». Il a d’ailleurs prononcé un discours lors de la célébration du troisième anniversaire du parti HVM qui s’est déroulée lundi dernier à l’hôtel Carlton. Léon Rajaobelina, l’actuel Chef du collège des conseillers de la Présidence de la République est aussi un ancien proche collaborateur de l’Amiral Didier Ratsiraka. Durant l’ère Arema, il a été Gouverneur de la Banque centrale, ministre des Finances, puis Ambassadeur aux Etats-Unis. Ayant été Vice-président de l’ONG Conservation internationale, il entretient de bonnes relations sur le plan international. D’après les informations, il apporte des conseils au président de la République, dans les domaines entre autres, de la protection de l’Environnement, la préservation des ressources naturelles et l’exploitation des bois de rose.

Aile dissidente. Parmi les anciennes grandes figures de l’Arema figure également l’actuel ministre de la Fonction publique, du Travail et des Lois sociales, Maharante Jean de Dieu. Il a déjà été Gouverneur de la Province autonome de Toliara durant la deuxième République. Ayant été vice-président du Conseil Supérieur de la Transition durant la période transitoire, Maharante Jean de Dieu est le numéro Un de l’aile dissidente du parti « Miaraka Amin’i Prezida Andry Rajoelina » dont il revendique le poste de Coordonnateur national même si depuis l’avènement de la quatrième République, il a décidé de couper définitivement tout contact avec l’ancien leader de la Révolution orange. Pour sa part, Horace Constant, ministre de la Privatisation et du Secteur privé du temps de l’ancien président Didier Ratsiraka. Nommé Ambassadeur au Canada par l’ancien président Marc Ravalomanana, il est toujours maintenu à son poste. Horace Constant est aussi un Expert comptable sortant de l’Université Trois-Rivières au Canada Québec, tout comme le président Hery Rajaonarimampianina.

Ouverture politique. L’actuel homme fort du pays a également fait appel à de nombreux anciens proches collaborateurs de Marc Ravalomanana. Pour ne citer que le cas de Harison Randriarimanana, ancien ministre de l’Agriculture, de l’Elevage et de la Pêche de Ravalo. Actuellement, il est Conseiller spécial auprès de la Présidence en charge des questions économiques. L’actuel président du parti au pouvoir et non moins ministre auprès de la Présidence en charge de l’Agriculture et de l’Elevage, Rivo Rakotovao a également occupé un poste à haute responsabilité durant le régime Ravalomanana. Il a été membre du Cabinet de Harison Randriarimanana au Ministère de l’Agriculture. Parmi les conseillers spéciaux de Hery Rajaonarimampianina figure également Sahobisoa Olivier Andrianarison qui a été ministre du Commerce et du Développement du Secteur privé, puis Ambassadeur de Madagascar en Inde durant la troisième République. Même parcours politique pour l’actuel Secrétaire d’Etat auprès du Ministère des Affaires étrangères chargé de la Coopération et du Développement, Bary Rafatrolaza. Il a été nommé Consul à Cape Town  en Afrique du Sud par Ravalo. Nombreux sont les anciens proches de « Deba » et de « Ravalo » qui travaillent actuellement aux côtés de Hery Rajaonarimampianina. Pour l’heure, cette ouverture politique n’a pas encore apporté ses fruits sur le social de la population.

Davis R

Midi Madagasikara35 partages

SECES : Désaccord sur la fin de la Grève

Perturbés durant quelques jours, les cours (les activités) auprès des universités de Madagascar vont reprendre.

La reprise des cours auprès des universités a été annoncée par les membres du SECES hier. Une annonce survenue lors du congrès national des membres dudit syndicat à l’université d’Antananarivo.

Le congrès national des enseignants-chercheurs réunis au sein du SECES ou Syndicat des Enseignants-Chercheurs  de l’Enseignement Supérieur a permis d’avoir une réponse à la question que les observateurs de la vie publique se sont posés. Ladite question consistant à savoir si les membres dudit syndicat vont maintenir la grève qu’ils ont annoncée ou non. Et la réponse est « positive », « les activités auprès des universités de la Grande Ile vont reprendre, la grève est finie » a-t-on révélé aux journalistes venus sur les lieux pour couvrir l’évènement. Il convient toutefois de rappeler que la raison de la décision sur la grève menée par les membres du syndicat correspondait à la revendication du paiement des « indemnités de logement » des enseignants-chercheurs. Revendication qui devrait être satisfaite d’après les responsables étatiques. Car selon eux « le paiement desdites indemnités va se faire à partir de l’année 2017 ». Ledit paiement qui devrait toutefois se faire vers le mois de janvier de l’année 2018 selon une source auprès de l’université.

Divergence. L’annonce de la décision de l’arrêt de la grève a été suivie d’un fait marquant. En effet, suite à ladite annonce, une partie des enseignants-chercheurs qui étaient présents dans la salle de réunion est tout de suite sortie. Un fait qui s’apparentait à une divergence d’opinion entre les mêmes membres d’un côté, mais aussi de la déception de ceux qui sont sortis de l’autre. Néanmoins, la fin de la grève initiée par les enseignants-chercheurs regroupés au sein du SECES laisse prévoir qu’une (des) entente (s) a été trouvée entre les deux parties (SECES-MESUPRES). D’ailleurs, comme l’a annoncé dernièrement le ministre de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique : « le ministère applique et a toujours appliqué le principe de dialogue pour résoudre les problèmes ». La divergence apparente des membres du SECES risque de porter atteinte à la cohésion et à la solidarité des membres. Serait-ce le prélude d’une éventuelle scission ?

José Belalahy

Tia Tanindranaza33 partages

Depiote Nina -Mapar“Tsy izy intsony io fitondrana io”

Raha nanontanian’ny mpanao gazety mikasika ny resaka « motion de censure » mandeha be eny anivon’ny Antenimieram-pirenena ny alarobia 31 mey teo ny depiote Nina na Rahantaninirina Lalao avy any Mahajanga I,

Ntsoavina Evariste

Midi Madagasikara31 partages

Kiaka et Tselatra : « Rock mandrakizay » à Antsahamanitra

Kiaka partagera la scène avec Tselatra ce lundi de Pentecôte.

Ce n’est pas la première fois. Kiaka et Tselatra ont déjà partagé la scène lors du Bikers Show à Mahamasina. Pour ce lundi 5 juin, ils remettent ça et vont investir Antsahamanitra pour un concert à partir de 14h30. « Rock mandrakizay », c’est le titre de ce spectacle qui s’annonce déjà très show. Car les organisateurs promettent de grandes surprises, il faudra y être pour l’apprécier. Car voilà bien une des plus belles raisons d’assister à un concert de rock, le spectacle est partout. Pas seulement auprès des musiciens et des artistes sur scène, qui font bien plus que jouer des notes, mais emmènent le public dans leur monde, mais aussi dans la scénographie, car les organisateurs ne lésinent pas sur les moyens pour que le spectacle soit inoubliable. Et bien sûr dans le public, car les « métaleux » aux cheveux longs et au total look cuir ne ratent aucune occasion pour sortir leurs plus belles tenues. Sur scène, Kiaka et Tselatra reprendront les titres qui ont fait leurs succès. Pas question de rater le « Sôvaly metaly », « Sabotsy alina » ou encore les « Malala », du bon Kiaka comme on les aime. Et puis, il y a les irréductibles de Tselatra qui ne rateraient ça pour rien. En tout cas, pour ce lundi de Pentecôte, Antsahamanitra sera le rendez-vous incontournable des métaleux !

Anjara Rasoanaivo

News Mada30 partages

Donia : le nombre des passagers s’est multiplié par dix

L’affluence est toujours à son comble pendant le festival Donia. Des milliers de personnes venant de divers pays et régions rejoignent  Nosy Be rien que pour ce moment.  Selon les informations reçues, le nombre des passagers se sont multipliés par dix durant cet événement culturel et touristique de l’île.

Ainsi, durant cet événement, l’Agence portuaire maritime et fluviale (APMF) appuie ses équipes opérationnelles qui sont déjà sur place pendant toute l’année. L’objectif étant de renforcer la sécurité du transport maritime afin d’éviter les accidents, sans omettre le contrôle  ainsi que la surveillance sur l’application des règlementations applicables aux marins, aux navires ainsi qu’à l’accès et à l’utilisation des ports.

Le renforcement des contrôles de partance des navires est effectué au port d’Ankify et sur les quais du grand port de Hell-ville et d’Ambarovato (destiné aux vedettes et bateaux chargés des transports maritimes liant les îles périphériques). Les départs d’Ambarovato ont été soumis pour la première fois à ce genre de surveillance. En moyenne, 80 départs quotidiens ont été observés de 06h00 à 16h00 sur ces trois quais.

Joachin Michaël

 

Midi Madagasikara30 partages

FIFA Classement : Madagascar à la 97e place

Après quatre victoires de rang, Madagascar a réalisé un bond énorme dans le classement FIFA sorti hier. Une progression quasi exponentielle puisque la Grande Ile est maintenant à la 97e place alors qu’elle se trouvait à la 137e place en mars de cette année puis à la 120e place le mois d’avril et la 11e place au mois de mai signant par la même occasion la meilleure progression.

Madagascar intègre le Top 100 du classement FIFA pour la seconde fois depuis février 1994 et il se trouvait à la 99e place.

Cette fois encore, les Barea réalisent la deuxième meilleure progression du mois après la Nouvelle-Zélande (+17, 95e). 

Leader de la région Océan Indien, Madagascar est actuellement 4e sur 14 pays membres d’Afrique australe regroupés au sein du COSAFA et 24e parmi les nations africaines qui en comptent 55. 

Faut-il y voir un signe ? Mais le Soudan, le prochain adversaire de Madagascar pour le vendredi 9 juin 2017 dans le cadre des éliminatoires de la CAN Total Cameroun 2019, occupe la 158e place. Logiquement il devait subsister une classe d’écart entre les deux formations. Enfin en théorie, car on ne peut que s’inquiéter sur le comportement du staff technique ET DE Nicolas Dupuis qui n’ont pas retenu Dax, le seul numéro 10 du lot. Un poste qui ne s’improvise pas encore faut-il le dire. Si on devait éliminer un joueur sur une seule contre-performance, alors des hommes comme Olivier Giroud, Dimitri Payet et même Paul Pogba ne devaient plus figurer dans la liste de Didier Deschamps. Mais ils sont là, car cela peut arriver à tout le monde de vivre un jour sans.

Dans la foulée, contraindre Njiva et Toby à rester sur les bancs serait aussi une très grossière erreur pour la simple et bonne raison que ces deux hommes restent meilleurs à leurs postes.

Clément RABARY   

Midi Madagasikara29 partages

LMA : Va pour « l’english-Speaking day” !

Initier les élèves à la langue anglaise, leur permettre d’approfondir leur connaissance en la matière, tels sont les objectifs de l’initiation de l’English-Speaking day auprès du Lycée moderne Ampefiloha. Lancée officiellement le 31 mai dernier, l’action consiste à consacrer un jour par semaine à la langue anglaise. Et ce, afin que les élèves essaient de parler et d’écrire la langue. Mise en place par les enseignants de la langue anglaise auprès dudit lycée, ce projet entre dans le cadre du plan sectoriel de l’Education mené par le ministère de l’Education Nationale. Ainsi, l’english-speaking day sera fixé tous les mercredis de chaque semaine durant lequel tous les personnels (du chef d’établissement aux enseignants), mais surtout les élèves devront parler uniquement la langue anglaise. Une décision qui devrait permettre à ceux qui ont du mal avec la langue de renforcer leurs capacités. Il convient de rappeler que le lycée moderne d’Ampefiloha est le premier a avoir initié un tel projet dans le cadre de l’apprentissage de la langue anglaise.  

José Belalahy

Midi Madagasikara27 partages

Mois de l’Enfance : La « Génération ODD » en marche !

Momota a assuré l’animation du lancement du mois de l’Enfance.

Le mois de l’Enfance fut lancé hier à Toamasina dans la liesse et une joie palpable. La cérémonie fut marquée par la présentation de l’Assemblée constituante du parlement des enfants, baptisée « Génération ODD » par Onitiana Realy, ministre de la Population, de la Protection sociale et de la Promotion de la Femme (MPPSPF).

Composée d’enfants provenant des 22 régions de Madagascar, cette assemblée constituante vise l’éducation citoyenne des enfants dès leur plus jeune âge, ceci pour une démocratie plus effective à l’échelle nationale. La ministre Onitiana Realy d’expliciter dans son discours : « Il faut apprendre à nos jeunes ce que signifie la vraie Démocratie et à la pratiquer. (…) Quand ils auront l’âge électoral, ces futurs citoyens comprendront au mieux véritablement la signification, le fonctionnement et l’utilité du vote, du débat démocratique, des institutions de la République, du débat démocratique, des institutions de la République et de la vie patriotique en général. L’avenir de Madagascar appartient à ces jeunes d’aujourd’hui que j’ai baptisé Génération ODD, en référence aux Objectifs du Développement Durable que notre pays doit absolument atteindre en 2030. » Cette génération ODD sera regroupée à Antananarivo pour se réunir avec la commission sociale de l’Assemblée Nationale et des journées récréatives. D’autres activités dans d’autres régions sont également prévues.

UNICEF. La prise de parole accordée aux membres de la Génération ODD a été saluée par ELKE WISCH, représentante de l’UNICEF (Fonds des Nations Unies pour l’Enfance). Elle l’a bien souligné dans son discours : «L’UNICEF remercie le MPPSPF et en particulier Mme la Ministre Onitiana Realy pour son leadership dans cette importante cause et réitère son engagement dans la mise en place d’un parlement des enfants travaillant en étroite collaboration avec tous les partenaires de l’Etat, des partenaires techniques et financiers et de la société civile ».

Joie des enfants. Sur la chanson « Dihan’Mija », plus de 5 000 enfants ont composé le carnaval géant, réalisé avec le concours du Ministère de l’Education nationale. Momota n’a pas non plus manqué d’enchanter les enfants. La démarche inclusive étant à l’honneur, la visite d’un orphelinat et d’un centre d’accueil de jeunes présentant des handicaps figuraient au programme. Grâce au concours de l’Office national de Nutrition, une centaine d’enfants de moins de 5 ans vulnérables ont également reçu des « paniers garnis », distribués au niveau des CSB (Centre de Santé de base). Prévention rimant avec protection, la journée d’hier fut une occasion de rappeler que les Réseaux de protection de l’Enfance (RPE) étalés sur le territoire national sont effectifs et travaillent dur pour protéger au mieux, cette richesse humaine inestimable que sont les enfants.

Luz R.R

L'express de Madagascar26 partages

Transport – Le bus intelligent roule dans la ville

Essai. Le bus intelligent commence à circuler dans les rues de la ville d’Antanana-rivo. De la route digue à Ambohijatovo, en passant par Mahamasina, ce prototype impressionne. Il ne s’agit, pour l’instant, que d’un essai, selon Tiana Rabarison, chef de projet bus du concessionnaire automobile ID Motors. « Nous essayons d’identifier les rues où peuvent rouler ce bus. Nous réglons également le côté administratif », explique-t-il, hier. Pour l’instant, il n’y a que le prototype qui circule un peu partout.« Il ne sera pas difficile de les importer dès que les commandes seront passées. Il y aura des bus qui peuvent transporter trente passagers et d’autres, cinquante », continue-t-il.Il a été annoncé lors du lancement de ce projet, en février, que ces bus seraient opérationnels avant le 26 juin. L’équipe d’ID Motors est optimiste. « Nous ferons de notre mieux pour qu’ils soient fonctionnels avant cette date », poursuit Tiana Rabarison.Quelques coopératives seraient déjà intéressées par cet autobus. Il s’agirait de la coopérative Mirindra et d’une autre qui relie la Haute-ville avec le centre-ville, comme le précise ce chef de projet. Des propriétaires de véhicule révèlent, pourtant, que le prix de ce véhicule ne les intéresse pas. « Nous pouvons acheter quatre Sprinters avec le prix d’un », confie un transporteur. Le concessionnaire promet une bonne affaire. « Le prix du véhicule est payable en cinq ans. En plus, utilisér ce véhicule est très rentable. Il n’y aura plus de fuite de recette », avance-t-il.

Miangaly Ralitera

Midi Madagasikara24 partages

Antsirabe : Sprinter nivarina tany an-tanimbary, iray maty, 8 naratra mafy

Namoizana ain’olona indray ny lalam-pirenena faha7, raim-pianakaviana iray no nosokirina tao ambany fiara ny fatiny ary olona valo hafa naratra mafy; izany dia vokatry ny lozam-pifamoivoizana nitranga tao Vinaninkarena, ny alin’ny Alarobia hifoha Alakamisy  teo. Fiara Sprinter avy amin’ny koperativa Cotram, mampitohy an’Antananarivo sy Mananjary  no niharan-doza tao amin’ny fokontany Masombahiny kaominina Vinaninkarena Antsiarbe II. Hihazo an’i Manjary io fiara io izao tra-doza izao ka namoizana sy naharatrana olona maro ankoatra ny fahapotipotehan’ny fiara. Araky ny fanazavan’ny mpandeha iray naratra nijoro  ho vavolombelona, dia tena nandeha mafy tokoa io fiara io satria tsy latsaky ny 100km isan’ora hatrany ny hafangainam-pandehany na dia miditra fiolahana aza. In’efatra no efa saika niharan-doza  izahay talohan’ny nahatongavana teto Antsirabe hoy hatrany ny fanazavana, saingy avotra hatrany aloha teo, nisy fiara iray aza efa nifampikasoka ka nampiendaka ny “retroviseur” mihitsy. Nampitandrina ilay mpamily ny mpandeha rehetra mba tsy handeha mafy intsony, saingy tsy noraharahainy izany izany ka io niharan-doza io ny fiara vao tafavoka kely an’ Antsirabe. Nifanehitra tamina fiara lehibe iray mpitatitra fasika teo amin’ny fiolahana sady fidinana be ao amin’ny fokontany Masombahiny ny fiara. Vokatry ny fandehanana mafy loatra anefa, dia tsy voatana intsony ny familiana ka nifampikasoka tamin’ilay kamiao. Niendaka  tamin’izany ny varavarana mifanandrify amin’ny mpamily, nihilana ny fiara nony avy teo ary tany an-kady no niafarany. Lehilahy iray no tafavoaka ny fiara nandritra ny fivadihany ka maty potsitra tao. Vehivavy kosa ny dimy tamin’ireo naratra izay nanandrify ny toerana misy ilay mampily. Ity farany kosa nanano sarotra ny nisokirana azy satria tery teo anelanelan’ny familiana ny tenany ary tapaka ny tongony, sy ny tongotr’ ilay mpanampy azy koa. Ny faritry ny loha sy ny taolana no tena voa mafy tamin’ireo mpandeha ireo, nisy mihitsy aza no voatery niatrika fandidiana, omaly maraina vokatry ny fahatapahan’ny taolana amin’ny tenany.  Voalazan’ireo niharam-boina, fa isan’ny nitarika ny fivadihan’ny fiara haingana ihany koa  ny fahabetsahan’ny entana nentin’ity fiara Sprinter ity. Miainga mihitsy mantsy ny ilan’ny fiara hoy hatrany ny fanazavana raha vao miditra fiolahana sy mandalo ireny fanenana hafangainam-pandeha ireny. Nisy tamin’ireo naratra no efa nalefa nody rehefa nahazo fitsaboana sahaza azy, ny sasany kosa voatery naiditra hopitaly mba hahafahana manaraka ny toe-pahasalamany.

Andry N.

Midi Madagasikara19 partages

Administration pénitentiaire : Ouverture de l’assise nationale hier

Les maisons de détention à Madagascar datent toutes de l’ère coloniale !

Depuis hier et jusqu’à ce jour, l’assise nationale des IAP (Inspecteur de l’Administration pénitentiaire) se tient au Madagascar Hôtel By-pass. Elle a vu la participation de 78 IAP sur les 108 recensés sur tout le territoire national. L’amélioration de ce corps de métier et de toutes les ressources humaines y afférentes figure parmi les objectifs principaux de cette assise nationale. Une meilleure « conformation » de la vie carcérale quant au respect des droits de l’Homme fait également partie des priorités du comité organisateur. En effet, nul n’ignore que les conditions de détention à Madagascar sont loin d’être clémentes.

Solidarité. Selon Randrianandrasana Désiré, DGAP (Directeur général de l’Administration Pénitentiaire), le thème choisi pour cette édition 2017  est « Inspecteurs de l’Administration Pénitentiaire solidaires et performants, garants du développement de l’administration pénitentiaire ». Les IAP sont ainsi entrain de cogiter afin d’élaborer stratégies et plans d’action pour l’amélioration de la vie des personnes détenues et l’assainissement de l’administration pénitentiaire qui n’échappe pas à la transversalité de la corruption, malgré les efforts entrepris.

Surpopulation carcérale. Lors de l’interview qu’il nous a accordée, le DGAP a réagi à « l’affaire Manakara » d’une manière pondérée, quoique légèrement évasive…Mais il a par contre longuement développé le problème intenable et évident de la surpopulation carcérale qui sévit à Madagascar, avec un « irrespect » immanquable des droits de l’Homme à la clé. Il a notamment expliqué : « La population carcérale correspond actuellement au double de la capacité d’accueil des infrastructures. Insoluble de premier abord, ce fléau peut néanmoins être éradiqué au long terme, ce que nous comptons faire. La construction de nouvelles maisons de détentions (à Vaingaindrano par exemple) est une première étape. Mais en parallèle, le MD (Mandat de dépôt) systématique devrait être revu à la baisse, les procédures judiciaires devraient être accélérées, car ce sont là les premières causes de la surpopulation carcérale, outre l’insuffisance et l’état de délabrement des maisons de détention (datant toutes de la colonisation).

Luz R.R

Midi Madagasikara17 partages

Tombola L’Oréal Corsair : Le billet Tanà-Paris-Tanà à Rabodolalao Antoinette

La gagnante Rabodolalao Antoinette recevant son billet Tanà-Paris-Tanà.

Heureuse. Elle l’était. Rabodolalao Antoinette, la gagnante de la tombola organisée conjointement par Oddis, société représentante de l’Oréal à Madagascar et Corsair a reçu hier son billet Tanà-Paris-Tanà. Cette tombola est organisée deux fois par an par ODDIS, le mois d’avril et le mois de septembre dans tous les magasins Score de Madagascar. La règle du jeu est simple. A chaque achat d’un produit L’Oréal, le client a droit à un ticket de participation. Le tirage au sort qui a eu lieu le 6 mai dernier a donné deux  heureuses gagnantes. A savoir, Rabodolalao Antoinette d’Antananarivo et Raharimanana Sahondra de Diégo qui ont donc eu chacune, droit à un billet Tanà-Pars-Tanà avec Corsair, qui est le sponsor officiel  de la tombola. Par ailleurs, une centaine de participants ont  gagné des bons d’achat  d’une valeur comprise entre 50 000 ariary et 250 000 ariary utilisables dans tous les magasins Score pour des achats de produits L’Oréal.  La remise du billet a eu lieu hier, à l’agence Corsair de la Gare Soarano, en présence de Franck Andriamihaja représentant de Corsair à Madagascar et de Hanta Laporte, responsable Marketing de l’Oréal Madagascar.

R.Edmond.

Midi Madagasikara15 partages

Douanes : Plus de grève, reprise des discussions le 27 juin prochain

Les employés des douanes reprennent leurs activités normales, suite à l’assemblée générale qui s’est tenue hier.

Le Syndicat des employés des Douanes (SEMPIDOU) ont tenu une assemblée générale, hier. A l’ordre du jour figurait la suite des actions des employés, quant à la revendication de changement du mode de calcul de leurs primes et avantages. D’après notre source auprès du syndicat, les employés ont décidé d’arrêter leur manifestation, en attendant une réponse claire du Ministère de tutelle. « Le Ministre des Finances et du Budget a reçu notre requête et a demandé du temps pour l’étudier. Nous attendrons donc sa réponse, qui devrait être faite par écrit, après la fête nationale, c’est-à-dire le 27 juin 2017. C’est par rapport à cela que nous déciderons de la suite de nos actions », a-t-elle indiqué. A noter qu’aucune information précise n’a été fournie sur ce fameux mode de calcul des primes et avantages, qui selon les douaniers, est très compliqué pour le public. Dans tous les cas, tous les services des douanes reprennent donc leurs activités normales, du moins, jusqu’au 27 juin.

Antsa R.

Midi Madagasikara15 partages

Conjoncture nationale : Le DFP propose la Charte pour le Développement de Madagascar

Les réunions du DFP ou « Dinika ho Fanavotam-Pirenena » qui se sont tenues le 30 mai et le 1er juin derniers ont porté leurs fruits. En effet, une convention a été élaborée et sera présentée et soumise à la FFKM, à la conférence des évêques et à la communauté internationale pour approbation. C’est ce qu’a expliqué Tolojanahary Maharavo dit Doudou hier à l’issue de la réunion.

Programme intérimaire. La convention dite « charte pour le développement de Madagascar » a été décrite d’une manière générale par Doudou. « Il y a ce que l’on appelle programme intérimaire qui commence avant la fin du mandat du chef de l’Etat. Elle comprend trois volets dont un premier consacré à l’instauration de l’Etat de droit et de la bonne gouvernance et au respect des droits humains. Le deuxième se focalise sur l’atténuation de la pauvreté et le troisième concerne le changement de la Constitution », a-t-il expliqué. Pour le DFP – fidèle à son langage – il est clair que « l’on ne peut plus accepter de vivre avec ce régime qui est corrompu et qui spolie les richesses du pays ». Nombreuses rencontres et réunions ont été organisées par le DFP et certains acteurs de la vie publique dont une, en octobre 2016, quand il a annoncé préparer une forte mobilisation avant le XVIe Sommet de la Francophonie ; ladite mobilisation consistait notamment à « démolir » les structures actuelles. Mais jusqu’à maintenant, aucune avancée concrète n’a été observée. Reste à savoir si cette charte pour le développement de Madagascar fera l’unanimité de tous les acteurs, car d’après les explications reçues, le DFP conjugue tous les efforts nécessaires pour arriver à ses fins en mettant en place les structures régionales et provinciales des forces du changement.

Aina Bovel

Midi Madagasikara14 partages

Vendredi joli

# Eusébia au Glacier. Pour la fille de Jaojoby, les évènements se suivent, mais ne se ressemblent jamais ! Ce soir, elle revient effectivement sur le devant de la scène pour faire danser le public au rythme de ses nombreux tubes, mais également pour faire découvrir ses nouvelles compositions. D’ailleurs, ce soir, elle a spécialement invité Dat’kotry qui a maintes fois chanté en duo avec elle.

# Do Rajohnson au Telozoro. Il s’est fait tellement rare ces dernières années que certains ont cru qu’il a déjà décroché. Mais que l’on se détrompe ! Absence ne signifie aucunement retraite, en tout cas pour Do Rajohnson qui est encore toujours d’attaque. La preuve, le cabaret qu’il s’apprête à donner au Telozoro ce soir.

# Zanaray percussions au CGM. Un gros tambour traditionnel, des congas, des bongos cubains, un djembé, un cajon… aucun autre instrument. Que des percussions ! Pas seulement malgaches, mais également africaines, ou encore latino-américaines. Si Zanaray percussions a décidé de s’appeler ainsi, ce n’était effectivement pas un hasard. Dans la plupart, sinon tous les groupes, on ne se limite pas à un seul instrument de musique. Les frères Zanaray, eux, ont choisi de ne mettre en avant que les percussions. Pour les découvrir, rendez-vous au CGM. Ramy Franck sera lui aussi de cet évènement, en tant que guest. # Mika Davis au Trass. Ce soir, le duo tamatavien va chanter pour une bonne cause. Intitulé « Tolo-tanana an’i Andry Ratovo », le cabaret de ce soir a effectivement été organisé pour soutenir le journaliste sportif, atteint d’insuffisance rénale. Pour joindre l’utile à l’agréable, rendez-vous donc au Trass ce soir, à partir de 21 heures.

 

 

 

 

 

 

# Mage 4 au Restaurant Hôtel Art’ Goût Mandrosoa Ivato. On les aime, non seulement pour leur rock endiablé, mais également pour leurs slows à faire tomber à la renverse. Ce soir, la bande à Ken se dévoilera sous toutes les coutures afin que pour tous ceux qui seront parmi eux, le vendredi soit vraiment joli.

 # Mahery Inah au Pavé Antaninarenina. Les soirées en toute convivialité, ils adorent ça. Ce soir, Inah et Mahery retrouvent donc les amoureux de bonne musique au Pavé Antaninarenina pour reprendre tous ces airs qu’ils apprécient et les ont marqués : « kalon’ny fahiny », folk, country, jazz….# Sity Rakoto à L’escale artistique. On ne se lasse pas de la regarder, tant elle est jolie. Quand elle chante, c’est encore mieux. Ce soir, au grand bonheur des mélomanes, Sity Rakoto va investir l’Escale artistique Andohanimandroseza. Elle sera accompagnée de Harty Andriambelo à la basse, Zo Tantely au clavier et Tonny Toufa à la percussion.

# Sarandra Beloba à l’Is’art galerie. Le Sud en musique ! « Mangaliba, katreaky, sagenaky, fary mireky » sans oublier le « sarandra »… tous les rythmes faisant la particularité de la région Anosy seront au menu de l’Is’art ce soir. Les instruments utilisés sont tous, d’autant plus traditionnels et la majeure partie, confectionnée par le Chef de Groupe lui-même.

# Mia au Piment Café. Elle ne fait jamais les choses à moitié. Une Mia en live, c’est la promesse d’une belle soirée. La chanteuse ne laisse effectivement jamais rien au hasard. Pour elle, il n’y a pas de petit ou de grand évènement. Tous les rendez-vous se valent. Actuellement de passage dans la Grande Ile, Mia, va donc retrouver les habitués du Piment Café pour une soirée exceptionnelle.

# Meizah au CFM Anosy. Son aventure musicale débute il y a deux ans. Depuis, elle n’a plus cessé de faire parler d’elle. Meizah fait partie des stars les plus appréciées des jeunes générations. Ce soir, elle va investir le CFM Anosy.

# Sity Rakoto à l’escale artistique Andohanimandroseza. Pop, jazz et roots, c’est le répertoire que propose la jeune et jolie Sity Rakoto  à l’escale artistique Ariandro.Mahetsaka

Midi Madagasikara13 partages

Flash-Eco

Materauto lance une opération  commerciale dénommée  « Liquidation 2017 ». Il s’agit d’une liquidation permanente, c’est-à-dire, une application de remise sans délimitation de délai sur toutes les pièces détachées distribuées par Materauto. Un espace de déstockage de 72m² a été spécialement aménagé dans l’enceinte de Materauto Ankorondrano. Nous en reparlerons.

Enjoy Madagascar réapparaît plus dynamique et plus attractif que jamais. Sponsorisé par Première Ligne, les 7 salons en 1 proposés pour cette année vont déployer tous leurs atours pour que chaque instant passé dans cet événement respire la bonne humeur autour des offres multiples et généreuses. Effectivement, largement inscrit dans ce que l’on pourrait considérer comme étant le mois de l’Indépendance de Madagascar, Enjoy Madagascar va réunir dans 12 000 m² couvert de Forello Expo toutes les fashion victims dans un espace mode animé par une quinzaine de stylistes malgaches, Enjoy Madagascar fera également une place à plusieurs disciplines sportives après que chacune et chacun ont fait un détour par le monde de la Gastronomie présenté par le CAM (Chief Association of Madagascar), Enjoy Madagascar ce sera également l’occasion de découvrir l’univers du bien-être après avoir fait un détour par le coin des artistes.

Recueillis par R.Edmond.

Midi Madagasikara12 partages

Telma : Sponsor exceptionnel de l’International Tourism Fair

Avec Telma, les services de qualité sont partout.

Partenaire des gagnants, Telma s’associe toujours aux grands événements. Ce sera encore le cas, à l’International Tourisme Fair Madagascar (ITM) ou l’opérateur N°1 en téléphonie mobile, Internet et mobile money fera office de sponsor exceptionnel.

« Par ce soutien exceptionnel, Telma poursuit dans sa volonté d’accompagner le développement et la promotion du tourisme à Madagascar. Grâce à des infrastructures de qualité, déployées à travers le pays et à des solutions mobiles et internet adaptées à toutes les demandes, Telma œuvre pleinement pour booster la destination à l’international » annonce-t-on auprès de Telma

En tout cas, l’ITM sera l’occasion pour Telma de démontrer que les hôtels et restaurants ou encore les  parcs nationaux, bénéficient d’une couverture réseau exceptionnelle grâce au Backbone National en Fibre Optique by Telma qui apporte le Très Haut Débit et permet en mobilité d’accéder au premier réseau 4G de Madagascar dans plus de 60 villes.

Visionnage de vidéo, streaming, replay, jeux en ligne des sites touristiques

Elément essentiel.

Telma est consciente du fait que, en vacances,  en voyage d’affaires, l’accès à Internet est aujourd’hui considéré comme un élément essentiel du confort et de la satisfaction du client.  « Nous jouons parfaitement le rôle de partenaire N°1 du tourisme », explique-t-on, toujours auprès de Telma. Afin de garantir d’excellents séjours pour les visiteurs, la majorité des sites touristiques dans tout Madagascar ont accès au très haut débit à tout moment et les touristes peuvent profiter en permanence de différents services et loisirs liés à Internet comme la musique, la vidéo visio-conférence. En ce qui concerne plus particulièrement les professionnels du tourisme comme les hôteliers, les restaurateurs, les tours opérateurs et les compagnies aériennes,  l’Internet by Telma permet de créer les premiers liens avec les clients et de répondre à toutes les demandes  à travers les visites virtuelles, et les réservations en ligne par exemple.

Offres spéciales.

Pour en revenir à l’ITM, en tant que partenaire fidèle de la Fédération des Hôteliers et Restaurateurs de Madagascar  (FHORM)  et conscient du rôle prépondérant des nouvelles technologies dans l’essor du secteur, des offres spéciales – internet et mobile- leur sont destinées durant le salon pour favoriser chaque activité et appuyer le développement de chaque région. Telma présentera également les avantages MVola, la 1re solution de paiement par Mobile à Madagascar, qui permet aux visiteurs, guides, professionnels du tourisme de circuler librement en toute sécurité, dans tout Madagascar. Par ailleurs, pour tester le Très Haut Débit by Telma, une connexion est mise à la disposition des visiteurs comme des exposants pendant les quatre jours de salons. Et chaque jour, les entrées via MVola bénéficient de 10% de remise.

R.Edmond.

Midi Madagasikara11 partages

CTM : Pour l’alignement des grilles indiciaires

La Conférence des Travailleurs de Madagascar (CTM) a tenu une réunion, hier, à l’hôtel Colbert. A l’ordre du jour, la question de l’alignement des grilles indiciaires des fonctionnaires. Toujours est-il que les travailleurs au sein de différents ministères ne cessent de revendiquer cet alignement par souci d’égalité de traitement. Pour le CTM-SSM Randrambaon’ny sendikà, l’enjeu est de taille. En partenariat avec la FES et avec l’appui du Fonds Commun Multi-bailleurs d’appui à la société civile de Madagascar, les syndicats ont commandité une étude sur la problématique, avec comme principe directeur de «relever les niveaux les plus faibles, sans réduire les acquis plus élevés ». Le but est que le travailleur et sa famille puissent vivre décemment de leurs salaires, dans une nation bien gouvernée et qui respecte l’Etat de droit. Cette rencontre a permis également la présentation des résultats de l’état des lieux des grilles indiciaires des fonctionnaires ainsi que l’environnement administratif et juridique régissant le traitement salarial des fonctionnaires. On a procédé aussi à la présentation des options d’alignement des grilles indiciaires des fonctionnaires ainsi que de l’impact budgétaire y afférent.

Dominique R.

Midi Madagasikara11 partages

Une moralisation de la vie publique à rechercher

La loi sur la moralisation de la vie publique en France va être présentée en conseil des ministres le 14 juin, puis sera discutée et certainement adoptée, après les élections législatives au parlement, cet été. Elle était voulue par François Bayrou, le président du MODEM devenu ministre de la Justice et elle est l’une des premières réformes engagées par le président Macron. On se prend à rêver et on essaie d’imaginer ce que serait notre vie politique si cette loi pouvait être appliquée dans notre pays.

Une moralisation de la vie publique à rechercher

Madagascar n’est pas la France, mais nos compatriotes suivent de très près l’actualité de ce pays. Ils regardent donc avec envie l’évolution de la vie politique française. L’exigence de moralité chez les hommes politiques est maintenant adoptée par les citoyens français et ces derniers se rapprochent en cela de la mentalité anglo-saxone. L’exemple donné par le candidat François Fillon lors de l’élection présidentielle a renforcé ce désir de voir régner une certaine probité dans le monde politique. Aujourd’hui, c’est l’un des hommes les plus proches du président Macron qui est épinglé par la presse dans une affaire semblant bénigne pour certains observateurs. A Madagascar, on est encore très loin de cette volonté de moralisation de la vie publique. Notre démocratie est encore balbutiante. La corruption et les abus de pouvoir sont un frein à la bonne marche de la société. Le Bianco qui dirige cette lutte contre la gabegie et les malversations accomplit consciencieusement sa tâche, mais même si l’opinion salue son action, il ne peut mener à leurs termes les poursuites qu’il engage. Les citoyens, même s’ils semblent écrasés par les difficultés de la vie quotidienne, gardent une certaine lucidité et ne se départissent pas de leur esprit critique. Pour le moment, aucun homme politique ne trouve grâce à leurs yeux, qu’ils soient au pouvoir ou dans l’opposition. Cependant, leurs critiques vont surtout vers ceux qui dirigent le pays. Mais même si on ne peut pas espérer voir s’instaurer un esprit de probité et d’honnêteté, on doit rester optimiste. Les hommes et les femmes de bonne volonté existent. Le travail de la société civile produit son effet.

Patrice RABE

News Mada6 partages

Hospitalisation à durée indéterminée de Claudine R. : le SMM parle du « Cinéma »

L’affaire Claudine Razaimamonjy n’est pas prête de s’arrêter. D’après le SMM, ce n’est ni plus, ni moins que du cinéma.

Outre l’affaire « Manakara » (voir page 4), le Syndicat des magistrats de Madagascar (SMM) s’est aussi exprimé sur le cas de la « patiente » Claudine Razaimamonjy, hier au Colbert. La  longévité du séjour de cette personnalité ainsi que le flou entretenu sur son cas font que

le SMM conclut à un cinéma réalisé par l’Exécutif. Les magistrats, par le biais de la présidente du Syndicat demandent ainsi la justification médicale de son long séjour à l’hôpital. Cela fait presque plus d’une cinquantaine de jours que la conseillère du chef de l’Etat a été hospitalisée à Anosy sans que la justice puisse continuer à travailler librement.

Les ténors du SMM ironisent d’ailleurs sur le fait que plus les soupçons continuent à peser sur cette personnalité à mesure que son séjour s’éternise à l’hôpital. Ces derniers temps, en effet, le SMM a plaidé pour la mise en place d’une commission spéciale (composée d’autorités judiciaires et médicales) pour élaborer une contre-expertise médicale sur l’état de santé de cette personnalité.

Et pour cause, la réalité sur son véritable état de santé  continue à faire couler beaucoup d’encre sans que la vérité soit connue. Hier, lors de son intervention à l’Assemblée nationale, la député Michèle Ratsivalaka a d’ailleurs interrogé le Premier ministre sur ce sujet en soutenant que l’Etat a choisi la « politique de l’impunité » ». C’est aussi le cas du SMM qui estime que cette situation risque de créer des précédents.

En faire un exemple

Il faut savoir que l’arrêté interministériel n°4673/60 du 10/11/1960 fixant le régime d’hospitalisation des détenus stipule que « Toute hospitalisation supérieure à 45 jours doit être appréciée par une Commission composée à Antananarivo du médecin chef de Befelatanana, du médecin chef de la Division Santé au ministère de la Justice et de deux chirurgiens ». Jusqu’ici cependant, les responsables de l’hôpital n’ont donné aucun signe pour la concrétisation de cette appréciation, en arguant simplement la « souveraineté des médecins ».

Invitée récemment sur une station radio privée de la capitale, la présidente du SMM demande l’existence d’un texte sur cette prétendue « souveraineté des médecins ». A entendre le SMM, il faudrait en tout cas que l’Exécutif décide de prendre le taureau par les cornes pour lutter contre l’impunité. Les magistrats estiment que le cas Razaimamonjy pourrait  être un exemple réel dans le respect de l’Etat de droit.

Rakoto

 

News Mada6 partages

Minisitra Attalah Béatrice : “Filoha lefitry ny fivorian’ny ONU isika »

Notapahin’ny mpivory tany New York fa voafidy ho filoha lefitry ny fivoriamben’ny Firenena mikambana (ONU) i Madagasikara. Natao, omaly? ny fifidianana ka nahalany antsika ho filoha lefitra mandritra ny faha-72 taon’ny fivoriamben’ity rafitra iray ity. Fahombiazan’ny diplomasia izany ary hampamirapiratra antsika eo amin’ny iraisam-pirenena. “Manamarika ny fahatokisan’ny vondrona iraisam-pirenena ny maha filoha lefitra antsika taorian’ny ezaka diplomatika natao nandritra ireny hetsika iraisam-pirenena natao teto amintsika ireny tamin’ny taona lasa. Manohy ny lalany hatrany ny diplomasiantsika. Averiko fa tokony hahita tombony, amin’ny fomba maro isika ka hampiova izany ho fanoitra ho an’ny fivoarana sy fandrosoana », hoy ny minisitry ny Raharaham-bahiny, Atallah Béatrice. Nandrisika hatrany ny governemanta ny minisiteran’ny Raharaham-bahiny mba handray anjara mavitrika amin’ny hetsika iraisam-pirenena, ialana amin’ny politikan’ny seza foana.“Vokatry ny tamberin’ezaka sy ny hery miasa mangina nataon’ny minisiteran’ny Raharaham-bahiny tao anatin’ny taona vitsivitsy izany rehetra izany fa tsy tongatonga ho azy”, hoy ihany izy.

Mitarika ny adihevitra ny minisitra Atallah Béatrice

Tsiahivina fa anisan’ny asan’ny maha filoha lefitry ny fivoriamben’ny ONU hotarihin’ny minisitra Atallah Béatrice ny fananana fahefana mitarika ny ady hevitra amin’ny fotoana tsy maha eon y filoha. Manome antoka ny fampiharana ny fitsipika, manome fitenenana, mampakatra sy mampandany ny fanontaniana ary manambara ny fanapahan-kevitra tapaka koa ny tenany.

Synèse R.

L'express de Madagascar6 partages

Accident mortel sur la RN7 – Un camion broie un taxi-brousse et disparait

Un taxi-brousse a fait une embardée meurtrière dans une rizière après une violente collision avec un camion. Le chauffeur du poids lourd a commis un délit de fuite.

Un délinquant de la route court en cavale. Après avoir envoyé dans  une rizière un taxi-brousse de marque Mercedes Sprinter, en surcharge, tuant sur le coup un trentenaire et faisant huit blessés graves, le conducteur d’un poids-lourd a commis un délit de fuite et demeure jusqu’à maintenant introuvable. Le drame est survenu dans la soirée d’avant-hier sur la RN 7, à la hauteur de Vinaninkarena Antsirabe et au niveau du croisement menant à Ibity.À la sortie d’un virage au point kilométrique 178, le véhicule de transport en commun s’est télescopé à toute vitesse contre le camion. La Mercedes Sprinter faisait route sur Mananjary tandis que le poids lourd venait de la direction opposée, lorsque le pire s’est produit. Après une collision frontale à vive allure, le taxi-brousse projeté dans les airs a fait un volplané par-dessus un ravin d’une quinzaine de mètres, avant de s’écraser en contrebas, effectuant dans sa course folle, un tête-à-queue spectaculaire.Assis au troisième rang, un passager âgé d’une trentaine d’années a trouvé la mort. Un violent choc en pleine tête lui a été fatal selon la gendarmerie nationale.

Encore introuvablePour sa part, le conducteur du camion qui, apparemment n’a pas beaucoup souffert de la forte collision, a continué sa route, mine de rien pour disparaître dans le noir, sur le tronçon entre Vinaninkarena et Antsirabe. Les barrages de contrôle routier étant suspendus dans tous les axes de la Circons­cription Inter-Régionale de la Gendarmerie Nationale (CIRGN) à Antananarivo, le chauffeur du camion ne semble pas avoir eu de mal à s’évanouir dans la nature.Sous le choc, après l’embardée meurtrière, les rescapés n’ont pu fournir le signalement du camion en fuite. Par ailleurs, ordre a été donné d’immobiliser sur l’axe, tout camion dont la partie avant porte des dommages récents susceptibles d’avoir été laissés par la collision.Sur les dix-huit occupants du véhicule de transport en commun, huit se trouvent dans un état préoccupant. Ils ont été d’emblée évacués à l’hôpital d’Andranimadio Antsirabe, après le drame. Légèrement blessés, les neuf autres survivants sont, en revanche, hors de danger.

Patrick Rakotoarisoa Andry Manase

Madagate3 partages

Madagascar. La chaine audiovisuelle VIVA a 10 ans déjà

Jeannot Ramambazafy et la présentatrice vedette Grace Loren

Seigneur que le temps passe vite! L’année 2007 c’est comme si c’était hier. 10 ans déjà. Si certaines personnes construisent, améliorent et diversifient, d’autres détruisent tout sur leur passage et prétendent, ainsi, développer Madagascar. Heureusement que leur temps au pouvoir est limité mais que de ravages socio-économiques ils laisseront après leur départ! En tout cas, ils n’auront que le sort qu’ils méritent et personne n’ira les pleurer. Surtoutpas la majorité des Malgaches. Passons.

Andry Rajoelina, P-Dg d'Injet

Le samedi 26 mai 2007, alors que les actuels tenants du pouvoir étaient des inconnus n’ayant aucune histoire à raconter mais beaucoup de salades à débiter, la chaine audiovisuelle Viva, créée par Andry Rajoelina, diffuse sa première émission.

Andry Rajoelina et Isabelle Mayot d'Antenne Réunion

Et en direct du Palais des Sports de Mahamasina, s’il vous plaît. Un peu d’histoire.

Début 2007, Andry Rajoelina, P-dg d’Injet, achète la radio télévision Ravinala appartenant à Norbert Lala Ratsirahonana, fondateur du parti politique AVI et conseiller spécial et ambassadeur itinérant du président Marc Ravalomanana à l’époque. Tandis que des essais se font, -télévision captée sur UHF 53 et 57 et radio sur 98.8 mhz-, et que les studios emménagent sans l’immeuble en face de Waterfront à Ambodivona, Andry Rajoelina entame toutes les démarches légales pour un changement de nom. Ce sera «Viva» avec le slogan «le Feeling de toutes les générations».

 

 

Tovo J'hay

Isabelle Mayot

Défilé de mode

Défilé de mode

Déclarations d’Andry Rajoelina, juste avant le début de cette soirée de lancement du 26 mai 2007: «Mon objectif est de satisfaire toutes les générations ainsi que toutes les classes sociales, à travers un spectacle d'une envergure internationale». Le mot à retenir est «Spectacle». Depuis, les téléspectateurs et auditeurs de «Viva» n’ont jamais été déçus. Dernier en date, «G5» après «La voix d’Or» qui a permis à la jeune gagnante d’aller à Disneyland de Marne-La-Vallée. Mais aussi, Viva a bénéficié d'une autre extension immobilière pour avoir sa propre salle de... spectacle.

Le lancement de la célébration du 10ème anniversaire de la radio télévision Viva aura lieu le samedi 3 juin 2017. Une excellente soirée en perspective aux couleurs noire et dorée, avec pour thème «L’Émotion dans la Passion». Tout un... spectacle.

Jeannot Ramambazafy – 2 juin 2017

News Mada2 partages

Hetsiky ny Fifohazana etsy Mahamasina : « Andeha isika hanangana ny mandan’i Jerosalema… »

Hanao hetsika lehibe ny Fifohazana eo anivon’ny FJKM ny zoma 9 jona izao etsy amin’ny lapan’ny Fanatanjahantena Mahamasina. “Hoentina am-bavaka ny firenena, ny fivelomana, ny fahasalamana, ny tokantrano, ny fanadinana…Fotoana hifadiana hanina koa io, manomboka amin’ny 7 ora sy sasany hatramin’ny 3 ora”, hoy ny filohan’ny sampana Fifohazana eo anivon’ny FJKM, ny mpitandrina Rakotondramanana Herijaona, omaly tetsy Analakely. Nambarany fa hanaovana asa fampaherezana io hetsika io sady hanasitranana ary hampibebahana. “Mazava ny tanjona, hamonto Filazantsara manerana ny Nosy… “, hoy izy. Hisy koa ny fampianarana amin’ny lohahevitra samihafa. Eo  ny momba ny fiainam-pirenena. “Hovoaboasan’ny mpitandrina sady filoha mpanampy eo anivon’ny foibe, Zakariasy Jean Louis ny tenin’ny Soratra Masina : Andeha isika hanangana ny mandan’i Jerosalema…”, hoy ihany izy ireo.

Synèse R.

L'express de Madagascar2 partages

Maevatanàna – Un fugitif arrêté après une tentative d’assassinat

Fin de cavale pour un fugitif. Traqué par les forces de la gendarmerie depuis Farafan­gana, un jeune homme de trente-et-un ans, recherché pour tentative d’assassinat, s’est fait coincer à Maeva- tanàna. Sur la base de renseignements, des gendarmes de la brigade de sécurité routière ont retrouvé ses traces. Mercredi, aux alentours de 13 heures, le suspect a été débarqué lorsque le taxi-brousse qu’il a emprunté pour rejoindre la Ville des fleurs, a été intercepté au niveau d’un point de contrôle. Sitôt descendu de véhicule, il a été placé en garde à vue à la brigade territoriale de la gendarmerie à Maevatanàna. L’acte incriminant le trentenaire a été perpétré à Lompary Farafangana le 3 mai.Mis au parfum que la gendarmerie est sur ses traces, le quidam s’est terré dans la ville de Farafangana avant de décider d’en partir, pour essayer de trouver refuge à Mahajanga.Mardi, alors qu’il a pris un taxi-brousse qui devait l’emmener directement à sa destination finale, la gendarmerie a remonté sa piste pour parvenir à l’interpeller alors qu’il était sur le point de parvenir à ses fins.

A.M.

News Mada1 partages

Greve à la prison de Manakara : le SMM réagit et condamne fermement

C’est toujours le statu quo à la maison d’arrêt de Manakara. Les agents de ce centre pénitentiaire  poursuivent leur grève. De son côté, le SMM condamne fermement les « agissements » de ces derniers.

Nouveau rebondissement dans l’affaire de grève à la prison de Manakara. Alors que le Syndicat du personnel de l’administration pénitentiaire de Madagascar (Spapm) a annoncé son soutien à la décision des agents pénitentiaires grévistes, le SMM n’y est pas allé par quatre chemins pour la condamner.

Dans un communiqué officiel, le Syndicat des magistrats de Madagascar (SMM) a fermement dénoncé les

« agissements » des agents pénitentiaires. « Des agents de l’établissement pénitentiaire ont perturbé avec violence et menacé le déroulement d’une audience publique. Ces agissements constitutifs de faute professionnelle lourde ont été consécutifs à la condamnation de leurs collègues pour avoir agressé physiquement un détenu. Il convient

de souligner que ces gardes pénitentiaires ont été en état d’ébriété manifeste et munis de leurs armes de service au moment des faits qui ont eu lieu, faut-il le souligner, dans une salle d’audience », d’après le communiqué.

Le syndicat a également exprimé son soutien envers les magistrats et greffiers ainsi que tout le personnel du tribunal de Manakara qui vivent dans l’inquiétude à cause des actes perpétrés par les agents pénitentiaires qu’il qualifie de dépourvus de professionnalisme. Par ailleurs, le SMM «Blâme avec véhémence les agissements de ces quatre agents pénitentiaires qui ont incité leurs pairs par la suite à la mutinerie», ajoute entre autres le communiqué.

Réponse du berger à la bergère

En guise de réplique, les grévistes ont expliqué que le détenu qui était à l’origine de cette confusion avait tenté de s’évader. « Il a été capturé et au moment où les agents allaient lui passer les menottes, il a fait des siennes, obligeant ainsi les agents à le plaquer au sol. Il a également refusé d’entrer dans la chambre. Les agents ont dû employer la manière forte. Ce qui n’était pas à son goût. Il a porté plainte et à l’issue de l’audience, le juge a condamné les agents qui n’ont fait que leur travail », ont-ils fait savoir.

Par conséquent, le personnel de la prison refuse de reprendre le travail. Pas de nouvelle incarcération, pas d’escorte au tribunal. D’après un membre du personnel de ce centre pénitentiaire, la situation est au point mort. « Nous poursuivons la grève. Nous n’avons reçu aucune autre consigne jusqu’à présent. Les concernés entendent interjeter appel de la décision du tribunal qui les condamne », a déclaré la source.

Mparany

 

News Mada1 partages

Sécurité des aéroports : l’Adema renforce la protection incendie

La société Aéroport de Madagascar (Adema), aujourd’hui en pleine restructuration, a grand besoin d’améliorer le niveau de protection incendie de ses plateformes. Il s’agit de moderniser les installations, élever et maintenir à un niveau acceptable la protection des aéroports.

C’est ainsi que l’aéroport de Saint-Pierre Pierrefonds de l’île de La Réunion a doté l’Adema d’un camion aéroportuaire de lutte contre les incendies. Didier Prugnières, directeur de l’aéroport de Pierrefonds a remis officiellement les clés du véhicule au Général Herison Andriamihafy, directeur général de l’Adema, en présence d’Andrianary Rado Rajoelison, secrétaire général du ministère des Transports et de la Météorologie dans les locaux de l’Adema à Ivato, hier.

C’est une initiative qui relève de la coopération entre les deux aéroports, tous deux membres de «l’Association des aéroports de langue française associés à l’Airports council international (Alfa-ACI)» devenue aujourd’hui «Les aéroports francophones associés à l’ACI», dont le DG de l’Adema assure la présidence depuis sa création en 2013.

«Ce genre de coopération traduit en action concrète les axes d’intervention arrêtés au niveau de la commission, à savoir la sûreté, la mutualisation des moyens et la coopération», a déclaré à cette occasion le Dg de l’Adema. Ce dernier a affirmé que jusque-là, aucun incident majeur n’a été enregistré, mais tous s’accordent à dire que la sécurité ne se négocie pas.

Cette acquisition permet à l’Adema de passer à un niveau de sécurité amélioré, une norme de sécurité indispensable pour pouvoir accueillir régulièrement de moyens et gros porteurs et sur des terrains d’aviation de taille respectable.

Arh.

 

Agence de Presse de l'Ocean Indien1 partages

ARTchipelago, pour l’envol des artistes

IS’ART Galerie, installé à Ampasanimalo, a exposé des perspectives pour l’épanouissement des artistes de l’Océan Indien. Avec le projet « Festival d’Art Contemporain Tournant de l’Océan Indien », le partage et les échanges culturels entre les Iles seront optimisés.

Un artiste a besoin d’aérer son esprit, ou de voyager, pour trouver l’inspiration, et voir évoluer son travail. Les handicaps des artistes de l’Océan Indien, comme à Madagascar par exemple, sont la faiblesse de l’économie, l’instabilité politique, les problèmes de financement, et surtout l’inaction des autorités. Les artistes sont aussi désavantagés par manque d’échange entre les Iles. Ils militent alors et ont créé d’abord pARTage, et puis ARTchipelago dans le cadre de ce nouveau projet. L’objectif principal de ce projet est de permettre la mobilité des artistes dans la région de l’océan Indien en dehors des centres de pouvoir culturel. Le programme sera de nature nomade. Un nouveau thème sera exploité en chaque occasion par une équipe de conservateurs avec l’aide d’institutions culturelles, sociales et universitaires. Ce sera ainsi l’occasion pour les artistes de travailler ensemble, et d’échanger leur culture. Des participants d’autres régions du globe viendront également, comme le célèbre photographe suisse Pierre William Henry, récemment de passage à Madagascar. Les étudiants en art des pays hôtes y apporteront également leur contribution.

La Vérité1 partages

« Free News » et Honoré Rakotomanana - La hache de guerre est déterrée

Malgré la médiation diligentée par l’Ordre des journalistes de Madagascar (Ojm) dans le litige qui oppose le quotidien « Free News » à Honoré Rakotomanana, médiation qui aurait dû aboutir à un traitement moins « saignant » de l’affaire, le Président du Sénat  -  ou plutôt certains de ses proches  -  a choisi de se placer délibérément dans une logique d’affrontement. L’avenir dira qui, finalement, laissera le plus de plumes dans cette future bataille juridico-médiatique qui ne manquera pas d’envenimer une situation socio-politique déjà délétère.

 

Rappelons que cette affaire a trait à un article paru dans le quotidien « Free News» faisant état d’un immeuble de 5 étages en cours de construction qui appartiendrait à l’actuel numéro Un de la Chambre haute, Honoré Rakotomanana. Saisi par le Cabinet de celui-ci, l’Ojm a choisi de jouer le rôle de médiateur dans le litige. A l’issue de rencontres successives avec les deux protagonistes, il a été convenu que, en échange de la publication d’un droit de réponse assorti d’excuse publique, le président du Sénat s’engage à retirer la plainte qu’il aurait déjà déposée entre-temps.    En reconnaissance de l’autorité morale de l’Ojm qui a initié la médiation, « Free News » a respecté ce qui a été convenu. C’est ainsi que ce journal a publié intégralement dans son édition du samedi 27 mai 2017 le droit de réponse de Honoré Rakotomanana et ce, bien que le texte en question n’a jamais été envoyé par le Cabinet du Sénat à la rédaction de « Free News ». En effet, cette dernière, pour se le procurer, a dû le chercher sur les réseaux sociaux où il a été par contre publié à outrance.  L’affaire aurait dû s’arrêter là. Du moins, si l’on s’en tient au  « gentlemen agreement » intervenu entre les deux parties et le médiateur de circonstance, en l’occurrence l’Ojm. C’est sans compter cependant sur l’esprit tatillon et va-t-en-guerre de certains des proches de Honoré Rakotomanana qui se sont mis à chercher la petite bête pour monter en épingle et perpétuer inutilement le conflit.

 Une bonne chose

 Avant-hier, l’on a appris que la plainte du président du Senat contre « Free News » a été maintenue, le directeur de cabinet se déclarant ne pas être satisfait de la publication du démenti, pour les raisons suivantes : d’une part, le démenti, contrairement à l’article contesté, aurait été publié dans un « encadré » aussi bien en page 2 qu’en page une et d’autre part, un autre article qui n’a rien à voir avec le sujet aurait été publié en page 2, alors que, au jour de la publication de l’article contesté, il a rempli toute la page et enfin, l’excuse publique aurait été mise entre guillemets. Il faut savoir pourtant que le démenti publié était constitué du texte rédigé par le Cabinet du Sénat dans son intégralité et non d’une rédaction émanant du journal « Free News ». Le même type ainsi que la même taille de police ont été utilisés pour les deux publications comme l’exigent les textes en vigueur. Il s’est trouvé cependant que le droit de réponse écrit par le Sénat, d’une longueur moindre, ne pouvait remplir une page entière. C’est ce qui explique également que l’espace laissé libre ait dû être rempli par un autre article étranger à l’affaire. Concernant la formulation entre guillemets de l’excuse publique, outre qu’aucun texte ne l’interdit, cette présentation n’a rien enlevé de sa signification mais a, au contraire, mis en exergue la réalité. A savoir qu’elle a été exigée par le président du Sénat et ce dernier ne peut valablement le nier. A noter enfin que le démenti en question a bel et bien été annoncé à la Une du journal « Free News ». Seulement, jamais dans l’histoire de la presse écrite aussi bien à Madagascar que dans le monde entier, une telle publication n’a fait l’objet d’une « ouverture » d’un journal. Quoi qu’il en soit, les hostilités vont donc aller en s’amplifiant entre le président du Sénat et le journal  « Free News ». Ce qui, pour certains, serait une bonne chose. En effet, pour la partie de l’opinion publique qui aurait pu rester sur sa faim suite au court-circuitage de l’affaire par l’Ojm, d’autres opportunités s’ouvriront pour en connaître davantage. Et pas seulement sur cette affaire mais éventuellement sur d’autres, concernant toujours Honoré Rakotomanana. Ce dernier sera-t-il serein tous les matins, en attendant de voir la Une de ce quotidien ?

 H.M.

L'express de Madagascar1 partages

Consommation – La carence en lait affaiblit la productivité

La journée du lait a été célébrée hier par les professionnels du secteur. La faible production de ce produit a un impact sur le développement économique du pays.

Loin du compte. Mada­gascar ne figure même pas dans le classement des consommateurs de lait. Si l’Australie est le plus grand consommateur de lait au monde avec 250 kg de lait par habitant par an et que l’Algérie en est le premier en Afrique avec 110kg en moyenne, la Grande île tient le dernier rang. « Un Malgache ne consomme que cinq kilos de lait par an », précise Mira Rakoton­drandria, directrice exécutive du Groupement d’intérêt économique Malagasy Dairy Board (MDB), promoteur de la filière, hier, lors de la journée du lait au village Voara Andohatapenaka. « Le secteur a connu des crises, crises politiques et crises économiques », ajoute-t-elle. La fermeture de l’industrie Tiko a quelque peu perturbé la filière avec l’apparition d’éleveurs, de collecteurs, de transformateurs de tous horizons. « Il a été difficile de cadrer le développement du secteur pendant les crises. Toutefois, nous pouvons affirmer qu’il remonte la pente petit à petit », affirme encore le MDB. Les renforcements de capacité, lesdotations de matériels professionnels, l’accompagnement et les connexions commerciales ont beaucoup œuvré à l’amélioration de la situation.

MalnutritionLe lait étant un aliment complet en calcium, protéines ou phosphores, il assure en grande partie la croissance, notamment dès le plus jeune âge. 47% des enfants de moins de cinq ans sont en situation de malnutrition, soit un enfant sur deux, selon les chiffres de l’Office national de nutrition. Il est en effet recommandé de consommer trois produits dérivés du lait par jour. « La carence calorifique a un impact sur la productivité de la population. Cela devient un problème de développement et non seulement de santé publique », explique un responsable de l’ONN. 76% de l’ensemble de la population n’atteint pas le niveau minimum d’apport calorifique journalier et présente des problèmes de santé en tous genres.Toujours est-il que des efforts sont encore à déployer pour améliorer le secteur, car sur un cheptel bovin estimé à près de neuf millions de têtes, environ le quart seulement est constitué de vaches laitières. Les meilleures races telles que les Holstein sont capables de donner vingt litres de lait par jour, la race locale n’en fournit que cinq.Madagascar importe encore 30 millions de litres de lait, en poudre, concentré ou en briques. 7% seulement de la production locale est utilisée par les usines de transformation pour avoir du yaourt, fromage ou beurre. Les éleveurs font face à des problèmes d’approvisionnement en fourrage. « Il n’y en a pas assez, alors qu’une vache laitière de race Holstein en consomme deux sacs par jour », déplore François Roland, un éleveur d’Andohatanjona Itaosy.

Mirana Ihariliva

L'express de Madagascar1 partages

« Mutinerie » à Manakara – Le SMM « exige » une enquête

 Le directeur général de l’administration pénitentiaire minimise les réactions des agents pénitentiaires. Le SMM crie à la mutinerie.

Une mutinerie. C’est ainsi, que dans un communiqué de presse, le Syndicat des magistrats de Mada­gascar (SMM), qualifie la scène qui s’est déroulée au tribunal de Manakara, mercredi. Dans cette missive, le SMM réclame l’ouverture d’une enquête et des poursuites judiciaires contre les « mutins ».Le Syndicat affirme donc, que « devant cette conduite ignoble, le Syndicat des Magistrats de Madagascar porte à la connaissance du public qu’il (…) n’accepte pas que de tels comportements, empreints de violence sur des magistrats, de greffiers ainsi que, du personnel d’un tribunal qui sont dans l’exercice de leurs fonctions, restent sans suite, au risque de créer un précédent. Et exige qu’une enquête soit ouverte en vue de traduire tous les responsables de ces actes devant la Justice, indépendamment d’une poursuite disciplinaire (…) ».

À chaudUne quinzaine d’agents pénitentiaires de la prison de Manakara ont déboulé en colère dans la salle d’audience de la ville, mercredi. En civil pour la plupart, et appuyés par leurs collègues en service et, armes à la main, certains d’entre eux ont bousculé un magistrat. Ceci pour contester le verdict du juge, condamnant à deux ans de réclusion ferme, trois de leurs collègues. Ces derniers, coupables d’avoir maltraité un détenu, ont été extirpés du procès. « Les mutins », se sont alors réfugiés derrière les murailles de la prison, ne laissant personne ni entrer, ni sortir, jusqu’à hier, au motif d’une grève.Pour le SMM il s’agit d’une « atteinte à la valeur de la Justice et à la sécurité de son personnel ». Le Syndicat scande sa « profonde préoccupation par la détérioration grave de l’État de droit et du non-respect des lois ». Le communiqué d’hier en appelle au ministère de la Justice, à « prendre, de toute urgence, toutes les dispositions qui s’imposent afin de recouvrir l’apaisement au niveau de l’établissement pénitentiaire concerné et les agents qui sont placés sous son autorité ».En marge d’une assise des inspecteurs d’administration pénitentiaire, hier, au By-pass, Désiré Randria­nandrasana, directeur général de l’administration pénitentiaire, a indiqué que les agissements des agents « pourraient être une réaction à chaud ». D’après lui, il est probable que « les frustrations dues aux difficulté du métier et à l’insuffisance de matériel, ajouté au choc du verdict », ont amené à ces actes.Selon le directeur Ran­dria­nandrasana, une personne a déjà été dépêchée, à Manakara, pour débloquer la situation. « (…) la loi et les décisions de Justice s’imposent à toute personne physique ou morale, quel que soit son statut, citoyen malgache ou étranger, auxquelles elle doit se soumettre », martèle le SMM. Devant la presse, hier, le numéro un de l’administration pénitentiaire a laissé entendre que les agents de Manakara, se soumettront à la décision de la Justice et qu’une interjection en appel est envisagée.

Garry Fabrice Ranaivoson

L'express de Madagascar1 partages

Tombola – Corsair en promotion de la destination Tana-Paris

La compagnie aérienne Corsair et ODDIS, représentant de la marque l’Oréal à Madagascar, se sont constitués en partenaires pour faire la promotion de la ligne Antananarivo-Paris.ODDIS a offert cent bons d’achat de 50 000 à 250 000 ariary de produits l’Oréal dans les onze magasins de Jumbo Score du pays pour ceux qui ont achèté un produit de la marque, entre le 18 et le 30 avril. Une grande tombola pour gagner deux billets Tana-Paris-Tana a été organisée et les billets ont été remis aux deux heureuses gagnantes, originaires d’Antsiranana et de la capitale, hier au Café de la gare.

M.I.

L'express de Madagascar1 partages

Nations Unies – Madagascar vice-président de la 72e session

Visibilité. En communicant l’information,  le ministère des Affaires étrangères a affirmé sa satisfaction. Madagascar a été élu, hier, à l’unanimité des cent-quatre-vingt-treize membres,  comme vice-président de la 72e session de l’Assemblée générale des Nations Unies (ONU), qui se tiendra, en septembre, à son siège, à New-York. Ce titre sera valable durant la période de septembre 2017 à septembre 2018.L’élection de Madagascar à la vice-présidence de l’Assemblée générale de l’ONU, survient après son endossement par le Groupe africain de New York, au même titre que le Gabon, le Ghana, le Liberia, le Maroc et le Zimbabwe. Le président de l’Assemblée générale a été également élu en la personne de Miroslav Lajcak, ministre des Affaires étrangères de la Slovaquie. Les vice-présidents ainsi que les présidents des six grandes Commissions et les cinq membres permanents du Conseil de Sécurité constituent le Comité Général qui dirigera les travaux de l’Assemblée Générale sous la présidence de Lajcak.« Notre élection constitue une nouvelle marque de confiance de la communauté internationale envers Madagascar, après les efforts de lobbying diplomatique déployés par le ministère des Affaires étrangères. Le dynamisme de la diplomatie malgache poursuit son chemin. Nous devrions tous profiter, par tous les moyens, de notre visibilité pour la transformer en levier du développement », a jubilé Béatrice Atallah, ministre des Affaires étrangères. Certes, mais la nomination d’ambassadeurs ne serait pas de trop dans cette offensive diplomatique.

Andry Rialintsalama et G.F.R.

L'express de Madagascar1 partages

Profession de Géomètre – Promotion de l’entrepreneuriat chez les jeunes

L’Ordre des géomètres experts de Madagascar (OGEM) a signé une convention de partenariat avec l’école supérieure Polytechnique d’Antananarivo (ESPA), hier à l’hôtel le Pavé à Antaninare­nina. Une entente pour former chaque année cent  ingénieurs entrepreneurs et créateurs d’entreprise de Géomètres experts, soit mille cabinets et entreprises en cinq ans. « Le pays ne dispose que  de 98 cabinets de Géomètres experts dont la moitié sont implantés dans la capitale. Aussi, ce projet est-il motivé par des besoins importants en cabinets de géomètres experts créés par la réforme foncière en cours et prévus dans la lettre de Politique foncière », explique Lucien Ranaivoarisoa, président de l’Ordre des géomètres experts de Madagascar. Des partenaires sont disponibles pour dispenser les formations.Les étudiants de l’ESPA, notamment ceux de la  mention Information géographique et aménagement  du territoire (IGAT) sont ainsi appelés à vivre la culture entrepreneuriale et à devenir des ingénieurs et  entrepreneurs géomètres experts.  Les futurs ingénieurs deviendront des partenaires stratégiques des communes dans le domaine de la topographie et du foncier pour accroitre les revenus des collectivités provenant des impôts fonciers.

M.I.

Midi Madagasikara1 partages

Hausse du prix du riz : Spéculation abusive des détaillants, selon le Gouvernement

Une enquête sur les spéculations dans la filière riz est en cours.

Madagascar consomme plus de 2,23 millions de tonnes de riz par an. La production locale peut assurer 89,58% de cette demande exprimée sur le marché local.

246 534 tonnes de riz sont importées par Madagascar pour la période de soudure. Dans l’année, cette importation totalise en moyenne, 20 000 tonnes par mois. Pour cette année, les importations de riz de janvier au mois d’avril ont atteint 163 712 tonnes. En effet, la Grande Ile importe 10,15% de sa consommation en riz, d’après le Ministère du Commerce et de la Consommation, dans le rapport d’exécution du Programme du Gouvernement présenté à l’Assemblée nationale, cette semaine. D’après les informations présentées, le prix à la consommation du riz importé devrait être nettement inférieur à celui du riz local. Ce qui n’est pourtant pas le cas dans les différentes régions du pays. « Sur le marché international, le prix de la tonne de riz varie entre 290 et 350USD. Les grossistes affirment qu’ils ne prennent que 4% de bénéfice. Et pourtant, le prix du riz importé s’aligne avec le riz local. D’après nos informateurs, ce sont les détaillants qui spéculent et qui sont à l’origine de la hausse des prix du riz sur le marché », a indiqué le Premier ministre Olivier Mahafaly Solonandrasana.

Enquêtes. Dans certaines régions, le kilo de riz est vendu jusqu’à 3 000 Ariary. Pour expliquer cette forte hausse, les opérateurs évoquent des problèmes d’approvisionnement, à cause de la dégradation des infrastructures routières. De leur côté, les membres du Gouvernement évoquent une spéculation abusive entreprise par les commerçants, notamment les détaillants. De ce fait, une enquête a été lancée pour identifier ces spéculateurs. En effet, outre l’insuffisance de la production, la filière riz fait également face à des difficultés de répartition, engendrant des distorsions sur le marché. D’un côté, les producteurs sont victimes de la baisse des prix, faute de débouché ; et de l’autre, les consommateurs de certaines zones reculées qui souffrent d’une forte inflation causée par les spéculations et les difficultés d’approvisionnement. D’après les statistiques, la Grande Ile produit par an, près de 3,09 millions de tonnes de paddy, ce qui équivaut à environ 2 millions de tonnes de riz blanc.

Antsa R.

Madaplus.info0 partages

Trouble à Manakara après une décision du tribunal

La fin du mois a été tumultueuse à Manakara. En effet, la décision du tribunal de Manakara concernant 3 agents pénitentiaires a créé un trouble.
Les agents ont perturbé avec violence et menace le déroulement d’une audience publique suite à cette décision de la cour concernant ces 3 agents. Ces derniers ont été maltraités selon ses pairs. Rappelons que le verdict fait état de 2 ans d’emprisonnement ferme, décision qui a mis en colères leurs confrères. Ainsi depuis le 31 mai, les agents pénitentiaires de Manakara sont entrés en grèves et ils ont suspendu toutes leurs activités. Mais le DG de l’administration pénitentiaire a lancé un mot d’ordre que la grève est « suspendue”. Les cadres supérieurs au sein de l’administration pénitentiaire sont en train de chercher une solution à ce problème.
Madaplus.info0 partages

Le DFP appelle à la démission du Président de la République et de son gouvernement

Nous aurons des élections en 2018, mais ce ne sera pas le HVM (parti d’Hery Rajaonarimampianina) qui va nous y conduire. Ils devraient démissionner dixit le porte-parole du DFP ou Dinika ho Fanavotam-Pirenena (force de Changement).
Suite à la réunion de la semaine dernière à Andianarivo du DFP, les partis politiques qui y ont participé ont conclu qu’une charte et une convention devraient être établies. Tout le gouvernement et le président Hery Rajaonarimampiaina devraient démissionner. Une fois, lesdites chartes et conventions établies et la structure de la transition bien peaufinée, le DFP va les soumettre aux chefs d’église et de la communauté internationale. En effet, selon le DFP, la population malgache n’en peut plus du régime actuel c’est la raison pour laquelle une transition devrait prendre place à la veille des élections.
News Mada0 partages

Depiote Henri J-Michel : « Mila ny tatitra ny momba ny « Raharaha Claudine » »

Mby aiza ny « Raharaha R. Claudine »? Tokony ho nisy tatitra nataon’ny governemanta, raha ny nambaran’ny depiote Mapar, Henri Jean-Michel.

« Misy tatitra tokony ho nataonao momba ny « Raharaha Razaimamonjy Claudine ». Raharaham-pirenena izany. Volam-bahoaka izany. Tokony hisy tatitra momba ny « Raharaha Antsakabary ». Raharaham-pirenena izany. »

Io ny nambaran’ny depiote Mapar voafidy tany Ambovombe Androy, Henri Jean-Michel, tamin’ny fifanetrahan’ny Antenimierampirenena sy ny governemanta teny Tsimbazaza, afakomaly alina. Tsy ny raharaha any amin’ny distrika nahavoafidy ihany no tokony horesahina, fa ny raharaham-pirenena, raha ny nambarany.

Tsy miteny aho hoe tsy mahavita ny governemanta. Fa miantraika any amin’ny vilanin’ny vahoaka madinika ve ny zava-bita? Ny fahitanay azy: vao mainka mitombo ny mahantra, ny olona tsy manana… Vao mainka mitombo ny kolikoly. Izay ilay lazaiko hoe: maloto ny any ambony, maloto ny aty ambany.

Nataony ho ohatra ny nahazoan’ny kaominina Ambovombe fanampiana manokana ny kaominina Ambovombe. Nisy ny fananganana ny « tribune » amin’ny kianja filalaovana, fa nirodana raha vao notafoina, araka ny fanazavany. Natao aferafera ny vola. Misy « Razaimamonjy Claudine » koa any Ambovombe any, fa natao kopaka isasahana ny vola.

Ezahin’ny fitondrana hampanginina ny « Raharaha R. Claudine« 

 

Matoa tsy misy ny tatitra momba ny « Raharaha Razaimamonjy Claudine« , ezahin’ny fitondram-panjakana hampanginina amin’ny fomba rehetra? Na tetehina ho vitavita sy tsy hitahita ho azy, fa hoe raharaham-pitsarana tsotra. Tsy arakaraka ny anafenana sy ampanginana ny raharaha ve no vao mainka mahabe ny resaka etsy sy eroa? Mahatonga honohono ny an-kifonofono…

R. Nd.

 

News Mada0 partages

Tsy niraisan’ny rehetra ny fehin-kevitra nivoaka : hiverina hampianatra ny Seces Antananarivo

« Hifarana ny fampiatoana ny fampianarana sy ny fikarohana ho an’ny mpikambana amin’ny Seces, sampana Antananarivo fa hiverina hiasa avokoa ny mpampianatra rehetra, araka ny tapaka tamin’ny filan-kevitra nasionaly », hoy ny fanambaran’ny filoha nasionalin’ny Seces, Ralambomanana Dimby, omaly hariva, teny Ankatso. Efa naneho fahavononana vita sonia ny fitondrana fa hanome manomboka ny volana janoary 2018 ny indemnité de logement sy résidence. Mitaky ny hanehoan’ny fitondrana ny fahavonany amin’ny handoavana amin’ny ampahany sahady ireo indemnité roa volaza mialoha ny faran’ny taona ny mpampianatra. Hisy ny fanaraha-maso akaiky momba ny fanatanterahana izany,  hoy ny fanambarana ihany. Mitaky koa ny hamerenana tsy misy hatak’andro ny tanin’ny oniversite bodoin’ny olon-tsotra ny mpikambana ao amin’ny Seces.

 

Nivoaka ny trano fivoriana ny mpampianatra sasany

Taorian’ny famakiana ampahibemaso ny fehin-kevitra nivoaka tamin’ny filan-kevitra nasionaly omaly hariva, raikitra ny adihevitra mafana teo amin’ny mpikambana amin’ny birao nasionaly sy ireo mpampianatra nanatrika ny fivoriana. Niakatra ny feo teo amin’ny mpampianatra sasany ary niafara tamin’ny fivoahana ny trano fivoarina teny Ankatso. « Lany andro fotsiny izahay nakan-kevitra fa efa voaomana mialoha ny fehin-kevitra hivoaka », hoy ny mpampianatra sasany. Fanapahan-kevitry ny birao nasionaly fotsiny iny novakina teo iny fa tsy niraisan’ny rehetra, araka ny fanehoan-kevitry ny mpikambana ao amin’ny Seces hafa.

2 000 ny mpikambana ao amin’ny Seces manerana ny Nosy, 13 ny mpikambana ao amin’ny birao nasionaly (ahitana ny faritany enina) nidinika teny Ankatso omaly, fa afaka nanatrika sy naneho hevitra kosa ny mpampianatra eto Antananarivo satria nampiantrano ny fivoriana.

« Tsy maintsy jerena ny marimaritra iraisan’ny mpikambana isaky ny faritany. Mety misy tsy afa-po tamin’ny fehin-kevitra saingy ny tapaky ny filan-kevitra nasionaly no arahin’ny rehetra », hoy ny filohan’ny Seces Antananarivo, Ravelonirina Grégoires.

Vonjy A.

News Mada0 partages

Herin’ny fanovana : « Tsy azo ekena intsony ny fisian’ny tsimatimanota »

« Hifanaiky aloha ny mpisehatra politika rehetra amin’izay fitondran-tena sy fihetsika manamboka izao amin’ny hetsika Herin’ny fanovana: tsy azo ekena ny olona omena fahefana hangalatra, manao fanamparam-pahefana sy fivarotana fanapahan-kevitra raisin’ny hafa (trafic d’influence), manotra karana… « , hoy ny mpandrindra ny Dinika ho fanavotam-pirenena (DFP), eo anivon’ny  Herin’ny fanovana, Ratolojanahary Maharavo, teny Andravoahangy Ambony, omaly. Eo koa ny amin’ny programa iombonana hanavotana ny firenena.

Lasa tsimatimanota indray ny olona nomen’ny tolom-bahoaka fahefana. Mila hifanarahana mialoha ny tsy hamerenana ireo fomba ratsy ataon’izay tonga eo amin’ny fitondrana. Tsy azo averina eto amin’ny tany sy ny fanjakana intsony izany, mila soratana…

Tsy fialokalofana ny HCJ

« Tsy azo ekena intsony ny hoe mangalatra ny tena, dia mialokaloka amin’ny Fitsarana avo (HCJ). Ny tena mangalatra indray ve no hialokaloka amin’ny HCJ? Nefa tolom-bahoaka no nahatongavana eo amin’ny toerana« , hoy izy.

Hifanarahana koa ny programa iombonana amin’izay hatao mandra-pahatapitry ny fe-potoam-piasan’ny filohan’ny Repoblika. Eo, ohatra, ny amin’ny tany tan-dalàna, ny fitondrana tsara tantana, ny fanajana ny zon’olombelona… Manaraka, ohatra, ny sosialy: atao ahoana ny vahoaka mahantra be? Eo koa ny lafiny politika: atao ahoana ny lalàmpanorenana? Haravona ao anatin’ny fifanarahana izany, araka ny fanazavany.

Nifanarahan’ny eo anivon’ny Herin’ny fanovana koa ny fananganana ny rafitry ny hetsika. Eo ny fivoriambe iarahan’ny hery velona rehetra, izay manapa-kevitra farany; ny sekretaria teknika izay misy ireo vaomiera: politika, filaminana, fifandraisaina… Misy koa ny rafitra any amin’ny faritra

R. Nd.

 

News Mada0 partages

Tompondaka amin’ny atletisma : hanasazy ireo mangala-taona ny FMA

« Hosazina ireo atleta mangala-taona. Tsy afa-mandray anjara amin’ny fifaninanana. Hovoasazy koa ny klioba sy ny seksiona ary ny ligy misy ireo manao izany”, hoy ny filohan’ny federasion’ny atletisma (FMA), Ramanantsoa Norolalao, tetsy Andraharo, omaly. Nanteriny fa efa misy ny fomba manokana hitiliana ireo ahina ho mangala-taona ary hotratrarina ireo minia manao izany, amin’izao fiadiana ny ho tompondakan’i Madagasikara eo amin’ny atletisma izao. Hatao ny 9 sy 10 ary 11 jona izao ny ho an’ny tanora. Ny 17 sy 18 ary 19 jona kosa ny ho an’ny rehetra. “Efa fanomanana ny lalaon’ny Frankofonia izao. Ireo matanjaka sy manana zava-bita tsara ary nahomby no hiatrika izany”, hoy ihany izy.

Mpanohana ofisialy efa hatramin’ny taona 2015 ny atletisma kosa ny Eau Vive. “Manana tanjona mitovy izahay. Eo ny fanohanana ireo atleta amin’ny rano. Eo koa ny fahasalamana sy ny tanjaka. Manampy eo amin’ny lafiny seraresara izahay…”, hoy ny avy amin’ny Star, Ramanankoraisina Setra.

Synèse R.  

 

News Mada0 partages

Kitra – Filaharan’ny Fifa : tafiditra ho anisan’ny Top 100 ny Barea

Sambany indray eo amin’ny tantaran’ny baolina kitra. Mihatsara sy mivoatra hatrany ity taranja ity ho antsika, raha miainga amin’ny filaharana navoakan’ny Fifa ho an’ny volana jona.

 

Tafiditra ho anisan’ireo ekipam-pirenena 100 voalohany maneran-tany ny Barea, eo amin’ny laharana faha-97 amin’izao fotoana izao. Nahitana fandrosoana be ny kitra eto amintsika, + 17 aorian’i Nouvelle Zélande. Lohalaharana koa isika aty amin’ny ranomasimbe Indianina raha fahefatra amin’ireo firenena 14 eo anivon’ny faritr’i Afrika Atsinanana (Cosafa). Mbola tsara toerana koa ny Barea aty amin’ny kaontinantaben’i Afrika satria laharana faha-24 amin’ireo mpikambana eo anivon’ny Caf, miisa 55.

Nahavita dingana lehibe tokoa ny Barea hatramin’ny volana marsa no ho mankaty. Nandingana laharana 40 be izao. Faha-137 tamin’io volana io. Niakatra faha-120, +17 ny avrily teo. Nitohy hatrany izany ka tafakatra faha-111 ho an’ny volana mey ary izao tafiditra faha-97 izao. Ekipa mendrika faharoa eo amin’ny fandrosoan’ny baolina kitra isika teo.

 

Hifanandrina amin’i Soudan

Ny ekipam-pirenen’i Soudan hifanandrina amintsika ny zoma 9 jona izao anefa, laharana faha-158 maneran-tany. Mbola noverezintsika lavitra.

Eny ambony latabatra avokoa anefa izany na eo aza ny fahombiazantsika tamin’ireo lalao vita ka nahatongavana amin’izao 100 voalohany izao. Boribory ny baolina ary tsy tokony hanao tandrevaka ny Barea amin’io fihaonana ataony amin’ny herinandro io. Mba ho voatazona sy hihoarana izany dingana  ho amin’ny fampandrosoana ny baolina kitra izany.

Tsiahivina fa efa tafiditra Top 100, teo amin’ny laharana faha-99, isika ny taona 1994 ary izao miezaka mamerina ny lazan’ny kitra izao indray. Mbola hiatrika lalao maromaro rahateo ny Barea ato ho ato.

Synèse R.

 

News Mada0 partages

« The voices of God » : sambany ny « cabaret » evanjelika

 Sambany eo amin’ny tontolon’ny “cabaret”. Hotanterahina etsy amin’ny Blue house, Tsiadana anio amin’ny 8 ora alina, ny hetsika « The voices of God », fanehoana ny fiderana an’Andriamanitra amin’ny alalan’ny cabaret. Tafiditra amin’ny fankalazana ny fetin’ny Pantekoty izany ka hanehoana sy hanarahana ireo hira malaza amin’izao fotoana izao. Eo ohatra, ny hiran-dry Donald Lorens, Karen Clark Sheard. Eo koa anefa ny fiangaliana ny hiran’ireo mpanakanto malagasy sangany. Anisan’izany ny hiran’i Bodo na koa i Bessa. “Hataonay fanao matetika ny tahaka izao. Zava-baovao rahateo ary tsy fahita ny haseho ao… Manampy izany ny fanentanana sy fanaingana antsika mba hitodika amin’Andriamanitra bebe kokoa”, hoy ny mpikarakara, Andriamasimanana Antsa.

Mpitendry matihanina manana ny maha izy azy…

 Hitondra ny talentany amin’izany ireo mpitendry manana ny maha izy azy, indrindra eo amin’ny hira evanjelika. Hisahana ny fitendrena ny vata maroafitsoka i Fy Rajaofetra. Eo amin’ny amponga maroanaka kosa Rakoto David. Hitendry ny gitara beso ilay teratany vahiny, Bernard Houzef, ary hitsoka saxophone i Anjaniony.

Synèse R.

 

News Mada0 partages

Na eo aza ny olana… : hampanatonina kokoa ny mpamaky ny boky BD

Toy ny mpanoratra, misedra olana ihany koa ireo mpanao tantara an-tsary na « bande dessinée » (BD) eto amintsika amin’ny famoahana boky. Na izany aza, anisan’ny vahaolana hitan’izy ireo ny fampanatonana kokoa ny vokatra amin’ny mpamaky, izany hoe, ny famerenana indray ny fitiavana mamaky BD.

Hanomboka rahampitso ary tsy hifarana raha tsy ny 17 jona izao ny andiany faha-13 amin’ny « Gasy Bulles », « festival » tokana enti-mampiroborobo ny tontolon’ny tantara an-tsary eto amintsika. Feno tanteraka sady isan-karazany ireo hetsika hotanterahina mandritra io fotoana io. Azo lazaina ho misongadina amin’ireo ny fahamaroan’ny fampirantiana, arahina fampahafantarana sy famarotana boky BD.

« Libres ensemble »,   « BD skoto », tantara an-tsary manodidina ny lohahevitra hoe « Ambohimanga ». Santionany amin’ireo karazana boky ho hita mandritra ity hetsika ity ireo. Misy ny zaraina maimaimpoana, ao koa ny amidy.

Mikasika izay indrindra, raha mitaha ny tamin’ny 30 taona lasa, mihavitsy ny boky « bande dessinée » avoakan’ny mpanakanto malagasy. Toy ny an’ny mpanoratra, lafo dia lafo ny saran’ny fanontana azy ireny. Eo koa ny tahotry ny trano fanontana ny amin’ny tsy ahalafosana ny vokatra noho ny tsy fahafantarana loatra ny fitiavan’ny Malagasy na tsia ity karazana boky iray ity.

Manoloana izany, maromaro ny vahaolana efa noraisin’ny fikambanan’ireo mpanao tantara an-tsary, ny Tantsary. Araka ny nambaran’Andriantsioharana Raoto, filohan’ny fikambanana, « tsy hoe tsy tia BD akory ny Malagasy fa ny tsy fisian’ny boky no mety ho olana ». Noho izany, miezaka mamoaka boky ireo mpanao sary.

Mitady mpiara-miasa izy ireo amin’izany ka, noho ny fanohanan’ny OIF*, ohatra, tontosa ny boky « Libres ensemble », miompana kokoa amin’ny fahalalahana sy ny firaisankina, izay soatoavin’ity fikambanana iraisam-pirenena ity. Ankoatra izany, mianto-tena ny ankamaroan’ny mpanao sary amin’ny famokarana  boky sy ny fanaparitahana izany.

« Tsy tapitra eo amin’ny fikarakarana « festival » ny fampiroboroboana ny tontolon’ny tantara an-tsary », hoy hatrany i Raoto. Ho fanatonana hatrany ny vahoaka, miezaka mandray anjara amin’ny hetsika samihafa ireo mpikambana ao amin’ny Tantsary : maneho ny talentany sy ireo boky efa vita. Mifanohana koa ny samy mpanao BD. Hanampy izany, hisy isam-bolana ny « Mercredi de la BD », fotoana fampianarana tantara an-tsary ho an’ny ankizy, karakarain’ny Tantsary ary hatao ao amin’ny Institut français de Madagascar (IFM) etsy Analakely.

Landy R.

*OIF : Organisation internationale de la francophonie

 

Ireo fampirantiana mandritra ny « Festival Gasy Bulles »

– « Libres ensemble », ny 1 hatramin’ny 29 jona etsy amin’ny IFM Analakely.

– Fampirantiana ny sanganasan’ireo voafantina amin’ny dingana voalohany amin’ilay fifaninanana « BMOI Amie des arts », etsy amin’ny zaridainan’Antaninarenina, ny 7 hatramin’ny 16 jona.

– « Sary cover », fampirantiana ireo hiran’i Olombelo Ricky natao an-tsary, etsy amin’ny AFT Andavamamba ny 7 hatramin’ny 17 jona.

– « BD Skoto », fampirantiana tantara an-tsary miompana tanteraka amin’ny fiainana skotisma, ny 5 hatramin’ny 17 jona etsy amin’ny IKM Antsahavola.

– « Ambohimanga », fampirantiana BD momba an’Ambohimanga, ny 5 hatramin’ny 17 jona etsy amin’ny IKM Antsahavola.

– « Sary Kasma », eny amin’ny Craam Ankatso ny 7 hatramin’ny 17 jona.

– « Ho avy an-tsary », etsy amin’ny trano fivarotam-boky Mille Feuilles etsy Behoririka, ny 8 hatramin’ny 17 jona.

 

News Mada0 partages

Club Nautique Ivato : tarika fito hifandimby an-tsehatra

“Fitsangantsanganam-be”. Izay indray ny lohatenin’ny hetsika manaraka, izay karakarain’ny Global Action, eny amin’ny Club Nautique Ivato. Seho goavana no tanjon’ny mpikarakara, satria tarika fito samy manana ny maha izy azy rahateo no hifandimby an-tsehatra. Hitondra ny loko tropikaly i Barinjaka sy ny kilalakany. Eo koa i Nina’s sy ny gadona mifangaro, manomboka any amin’ny milamina hatramin’ny tsapiky sy ny Sud’Af. Hisolo tena ireo mpanao Rn’B kosa i Marion raha toa ka hitondra ireo vazony mampandihy i Kougar. Ankoatra izay, fotoana hifanomezan-dry Tempo Gaigy sy ry Tif à Tif amin’ireo mpankafy azy eto Antananarivo ihany koa io. Nasaina manokana amin’ity seho ity i Mem’s Akademia. Hanelanelana ny fotoana kosa ny DJ Freemix sy Loss Mada.“Tombony ho an’ny fety eny amin’ny Club Nautique Ivato ny toerana amoron-drano sy ny fisian’ny hazo fialonkalofana ho an’ny mpianakavy”, hoy ny nambaran’ny mpikarakara. Fanampiny amin’ny fitsangatsanganana izany ny fampisehoana goavana.

Zo ny Aina

News Mada0 partages

« Volan’ny teny malagasy » : tsy hita ny tohin’ny politika momba ny teny

Miandry avokoa ny rehetra ! Nandritra ny lanonam-panokafana ny « Iray volana anandratana ny teny malagasy » no nampatsiahivan’ny filohan’ny Akademia malagasy ny fisian’ilay drafitry ny politikam-pirenena momba ny teny malagasy. Raha ny fanazavan’i Hajaina Andrianasolo, mpampianatra mpikaroka sady filohan’ny Havatsa-Upem, tamin’ny herintaona tahaka izao no nanomezana azy ity ny filoham-pirenena. Manantena ny hisian’ny tohiny tsy ho ela ny olon-drehetra, raha ny lahateny nataon-dRazanamparany Marcel hatrany. Fantatra fa ny filoham-pirenena no handroso azy ity ho volavolan-dalana eo amin’ny Antenimieram-pirenena.

Taorian’ny lahateny nataon’ny filohan’ny Akademia malagasy, nanatontosa antsa tononkalo ry zareo avy ao amin’ny Havatsa-Upem, Faribolana Sandratra ary ny Federasiona mpikanto teny sy soratra (FMTS). Ny tale jeneralin’ny foibe momba ny teny, Randriamamonjy Esther kosa no nanolotra velakevitra « Ny teny malagasy : enti-mikajy ny tontolo iainana ». Ireo rehetra ireo, nohafanain’ny hiran’ny tarika Fangia Kalo Gasy.

Marihina fa samy manana ny fomba hanamarihany ny « Volan’ny teny malagasy » ny fikambanana na vondrona samihafa mpandala ny teny malagasy. Anisan’izany ny « Alin’ny mpikabary » hiarahana amin’ny Fikambanan’ny mpikabary malagasy maneran-tany, tontosaina ao amin’ny Carlton Anosy, ny 3 mey izao.

HaRy Razafindrakoto

 

News Mada0 partages

Mivoy ny “metal symphonique”… : mizara mozika lalindalina kokoa ny Nisea

Vitsy ny tarika mivoy ny “metal symphonique”, na any ivelany aza. Anisan’ireo te hametraka izany ny tarika Nisea. Mandeha tsimoramora ny fampahafantarana…Manambatra ny mozika klasika sy ny mozika metal arahina feona mpihira maro ny tarika Nisea. Manome ny “metal symphonique”, karazana mozika iray misy karoka lalina kokoa izany. “Miresaka ny fiarahamonina amin’ny ankapobeny izany. Maka aingam-panahy amin’ireo efa voasoratra, toy ny Baiboly, ny “Théorie de l’évolution” an’i Darwin, sns izahay”, hoy ny fanazavana nomen’i Gaston, iray amin’ireo mpamoron-kiran’ny Nisea.Mazava loatra fa manome lanja ny tononkira izany karoka izany. “Tanjonay voalohany ny hanova ny tontolon’ny mozika. Mahatsapa ny maro fa mihavery ny mozika misy karoka fa lasa manaraka fironana sisa”, hoy hatrany ny fanazavana.

“Album concept”Raha vao maheno ny feon’ny mpihira maromaro miendrika antoko mpihira, maro ireo mihevitra fa mivoy hira fiderana ny Nisea. Araka ny fanazavana etsy ambony anefa, manaraka lohahevitra izy ireo. “Lohahevitra iray no voizina anatin’ny rakikira voalohan’ny tarika. Mifandray avokoa, araka izany, ireo hira 11 voarakitra ao”, hoy hatrany i Gaston.“Alohan’ny hikimpiako” ny lohahetin’ny rakikira, ary manodidina izay ny lohahevitra. “Rehefa miala aina ny olona iray, manana fanenenana amin’izay tsy vitany, na amin’izay tsy nety vitany. Miresaka an’izay ireo hira ireo”, hoy hatrany ny fanazavana.

Manomboka amin’ny tsotsotra“Fato-maty”. Maro ireo naheno an’io hira io, ka voasarik’ilay “metal symphonique” avy hatrany. Anatin’ny paikadin’ny tarika ny mizara mozika manomboka amin’ny tsotsotra mora voarain’ny sofina aloha, toy ny “Azy ny ady”, izay efa misy rakitsary amin’izao fotoana izao. Manaraka tsimoramora avy eo ny karazany hafa. “Fanaon’ireo tarika rehetra mivoy ny mozika toy ny hataonay izany. Mivoaka tsikelikely ny kanto avy ao anatin’ny mpikambana tsirairay avy eo, rehefa manaraka ny mpihaino lasa mpankafy”, hoy hatrany i Gaston.Naheno ny tarika Epica izy ireo tany am-boalohany, ka tapa-kevitra ny hiroso ihany koa tao anatin’ny famoronana. Aty aoriana, tsapan’ny tarika Nisea fa manakaiky kokoa ny tarika Nightwish ny sangasan’izy ireo.

Kianjan’ny kanto ny 11 jonaSaro-tantaraina ka mila henoina ny hira ary jerena ny sehon’ny Nisea. Hiisy indrindra ny seho fampahafantarana ny vokatra “Alohan’ny hikimpiako”, ny 11 jona ho avy izao, etsy amin’ny kianjan’ny kanto Mahamasina, manomboka amin’ny 3 ora tolakandro. Hizara ireo hira voarakitra, miampy ireo hira manamarika azy ny Nisea amin’io.Fotoana hahitana an-tsehatra an’i Rojo (mpihira), Tahiana (gitara), Saina (gitara beso), Anthony (amponga maroanaka), Gaston (vata maroafitsoka) ary ireo mpihira 15 mianadahy an-tsehatra izany.Nangonin’i Zo ny Aina

Mivoy ny “metal symphonique”…Mizara mozika lalindalina kokoa ny NiseaVitsy ny tarika mivoy ny “metal symphonique”, na any ivelany aza. Anisan’ireo te hametraka izany ny tarika Nisea. Mandeha tsimoramora ny fampahafantarana…Manambatra ny mozika klasika sy ny mozika metal arahina feona mpihira maro ny tarika Nisea. Manome ny “metal symphonique”, karazana mozika iray misy karoka lalina kokoa izany. “Miresaka ny fiarahamonina amin’ny ankapobeny izany. Maka aingam-panahy amin’ireo efa voasoratra, toy ny Baiboly, ny “Théorie de l’évolution” an’i Darwin, sns izahay”, hoy ny fanazavana nomen’i Gaston, iray amin’ireo mpamoron-kiran’ny Nisea.Mazava loatra fa manome lanja ny tononkira izany karoka izany. “Tanjonay voalohany ny hanova ny tontolon’ny mozika. Mahatsapa ny maro fa mihavery ny mozika misy karoka fa lasa manaraka fironana sisa”, hoy hatrany ny fanazavana.

“Album concept”Raha vao maheno ny feon’ny mpihira maromaro miendrika antoko mpihira, maro ireo mihevitra fa mivoy hira fiderana ny Nisea. Araka ny fanazavana etsy ambony anefa, manaraka lohahevitra izy ireo. “Lohahevitra iray no voizina anatin’ny rakikira voalohan’ny tarika. Mifandray avokoa, araka izany, ireo hira 11 voarakitra ao”, hoy hatrany i Gaston.“Alohan’ny hikimpiako” ny lohahetin’ny rakikira, ary manodidina izay ny lohahevitra. “Rehefa miala aina ny olona iray, manana fanenenana amin’izay tsy vitany, na amin’izay tsy nety vitany. Miresaka an’izay ireo hira ireo”, hoy hatrany ny fanazavana.

Manomboka amin’ny tsotsotra“Fato-maty”. Maro ireo naheno an’io hira io, ka voasarik’ilay “metal symphonique” avy hatrany. Anatin’ny paikadin’ny tarika ny mizara mozika manomboka amin’ny tsotsotra mora voarain’ny sofina aloha, toy ny “Azy ny ady”, izay efa misy rakitsary amin’izao fotoana izao. Manaraka tsimoramora avy eo ny karazany hafa. “Fanaon’ireo tarika rehetra mivoy ny mozika toy ny hataonay izany. Mivoaka tsikelikely ny kanto avy ao anatin’ny mpikambana tsirairay avy eo, rehefa manaraka ny mpihaino lasa mpankafy”, hoy hatrany i Gaston.Naheno ny tarika Epica izy ireo tany am-boalohany, ka tapa-kevitra ny hiroso ihany koa tao anatin’ny famoronana. Aty aoriana, tsapan’ny tarika Nisea fa manakaiky kokoa ny tarika Nightwish ny sangasan’izy ireo.

Kianjan’ny kanto ny 11 jonaSaro-tantaraina ka mila henoina ny hira ary jerena ny sehon’ny Nisea. Hiisy indrindra ny seho fampahafantarana ny vokatra “Alohan’ny hikimpiako”, ny 11 jona ho avy izao, etsy amin’ny kianjan’ny kanto Mahamasina, manomboka amin’ny 3 ora tolakandro. Hizara ireo hira voarakitra, miampy ireo hira manamarika azy ny Nisea amin’io.Fotoana hahitana an-tsehatra an’i Rojo (mpihira), Tahiana (gitara), Saina (gitara beso), Anthony (amponga maroanaka), Gaston (vata maroafitsoka) ary ireo mpihira 15 mianadahy an-tsehatra izany.

Nangonin’i Zo ny Aina

News Mada0 partages

Chronique : démocratie partielle

L’unanimité se fait pour déclarer une volonté en faveur d’un régime basé sur la démocratie, partant de leur constat peu de personnes ont le sentiment de vivre dans un système réellement démocrate. La décision du gouvernement d’interdire toute manifestation publique pendant le mois de Juin ne fait que renforcer cette idée. «Gare ! On va faire la fête». Du reste cette mesure d’interdiction ne prête qu’à rire, dans le principe elle parait disposer pour une exception, alors que sans besoin de s’appesantir sur le sujet tout le monde sait réalité imposée au quotidien et à tous la privation de liberté de manifester, une mesure honteuse qui ne s’annonce pas mais qui s’applique par des moyens détournés, telle l’exigence de conditions comme le besoin  de diverses  autorisations dont la délivrance dépend du bon-vouloir d’autorité-écran juste là pour masquer le penchant caché d’une dictature.

Mauvais calcul que celui de ne voir que le bout de son nez et de ne pas gouverner sur la distance. L’empêchement d’exprimer revendications ou mécontentement fait à toutes les catégories de la population  provoque à la longue une accumulation de frustrations, et charge de tension le climat social. L’absence de ces soupapes d’échappement menace d’une explosion générale à tout moment. Dommage pour eux, que ceux qui occupent successivement le pouvoir peinent à capter le message de sensibilisation lancé par le créatif Rado dans l’allégorie «de l’éclatement du couvercle de la marmite», message saisi 5 sur 5 par la population.

Ce n’est pas en interdisant les manifestations que l’on parviendrait à empêcher les foules de se retrouver à multiples endroits sans même l’intention de se regrouper. Les terroristes qui chercheraient à frapper l’opinion en frappant dans le tas n’ont que l’embarras du choix entre les masses de gens.

Même moins perfectionnés qu’ailleurs les actes de terrorisme menacent le pays. Pour lutter contre ce fléau, l’adoption de mesures de prévention est indispensable, encore faut-il que l’on sache faire le choix de mesures bien adaptées, toujours est-il qu’il reste indispensable de s’attaquer en premier lieu aux causes. Le pouvoir appréhende des manifestations de mécontentement, en cela il a raison. Ce mécontentement constitue un terreau fertile à toutes sortes de débordement. La population déteste cette société injuste, hait le fait que plutôt qu’à atténuer l’injustice  le système l’aggrave.

Léo Raz

 

News Mada0 partages

Madagascar il y a 100 ans : M. Picquié

Par un câblo du 11, Havas nous annonce la mort de M. Picquié, notre précédent Gouverneur Général.

Sans vouloir entreprendre son panégyrique, il nous suffira de dire qu’il a été un homme de valeur et qui plus est, un honnête homme.

C’est lui qui a lancé les thermes d’Antsirabe, en même temps que la voie ferrée vers le Sud ; puis, après avoir terminé la voie du T. C. E. jusqu’à Tamatave, il a entrepris celle du lac Alaotra. Il appartenait à la compétence et à l’énergie de son successeur de faire exécuter ces différents projets avec toute l’autorité possible.

Tamatave lui doit en outre le projet du port étudié par M. Bourgougnan et son approbation en haut lieu. Mais, financier remarquable à l’exemple de M. Augagneur son prédécesseur, il a laissé remplies les caisses de réserve de la Colonie, ce qui a permis à cette dernière de participer aux dépenses de la guerre et de venir en aide à la mère-patrie.

Un fait caractérise M. Picquié. Sommé par le département, au milieu du désarroi qui a suivi la déclaration de guerre, d’avoir à accepter et à faire accepter par la Colonie l’institution d’une banque d’émission privilégiée, il répondit qu’il ne voulait pas, en l’acceptant, ternir quarante années de labeur honnête, car il la considérait comme désastreuse pour la Colonie. Ce fut même là une des raisons pour lesquelles il fut éloigné de Madagascar. Elle est tout à son honneur.

Le Tamatave

L’exercice de la médecine

à Madagascar

Le Journal officiel de Madagascar publie un arrêté portant réglementation de la médecine indigène et de la profession de sage-femme dans la Grande Île.

Cette réglementation a pour but d’élever la valeur professionnelle des praticiens formés par l’École de Médecine indigène de Tananarive ; ils ne pourront librement exercer qu’après avoir accompli un stage dans les services de l’assistance publique et avoir obtenu, à la fin de ce stage, un certificat d’aptitude.

Ce stage est de dix ans pour les médecins et de cinq ans pour les sages-femmes. Les praticiens indigènes ne peuvent exercer que dans les circonscriptions désignées par le gouverneur général ; ils peuvent avoir un approvisionnement de certains médicaments ; ainsi que les sages-femmes, ils sont placés sous la surveillance et le contrôle technique du directeur du service de santé.

Le Courrier colonial

www.bibliothequemalgache.com

 

News Mada0 partages

Resaky ny mpitsimpona akotry : fanatevenana ny hery fitandroana ny filaminana

Sarotra ny handà fa kilema eo amin’ny fiaraha-monina ny korontana ateraky ny tsy fisian’ny fandriampahalemana sy ny fikatson’ny fifamoivoizana eto an-drenivohitra. Tao anatin’ny herintaona izay dia tazana nanao ezaka isedrana izany toe-draharaha izany ny fanjakana tamin’ny fampitomboana ny isa ny mpitandro filaminana avy any amin’ny ambaratonga fotony ao amin’ny pôlisim-pirenena. Nanazatra tena teo anilan’ny zokiny ireo zazavao nitondra grady mangamanga eny an-tsoroka. Misy andiany vaovao indray izao, ireo teo aloha moa dia efa nisondrotra grady niova loko lasa fotsy kirany tokana ilay tsipika manga. Ao koa ireo andiany misafo tanàna. Mahita izany ezaka izany daholo ny mponina, samy manana ny fijeriny arakaraky ny fahatsapany ny vokatra. Fanontaniana roa no mipetraka amin’ny tsirairay. Noho ny fandalovan’ny andiany mpisafo tanàna, mandry kokoa ve ny tanàna? Ary noho ny fitomboan’ny mpitsotsoka kiririoka, misosa kokoa ve ny fifamoivoizana ? Samy manana ny valiny momba izany fanontaniana izany. Tsy iadin-kevitra fa samy malalaka amin’ny fitsarany arakaraky ny fahatsapany ny tranga eo ambany masony.

Misy anefa seho tsy afaka tsy ho jerena rehefa mandinika. Eo amin’ny fifamoivoizana, mbola tavela ireo fomba tsy fanarahan-dalàna sy ny fihetsika tsy vitan’ny hoe tsy mifanaja amin’ny sasany fa tena fampisehoana toetra ratsy avy

amin’ny fitiavan-tena ka tonga any amin’ny fanadinoana fa tsy ny tena ihany no atompon’ny arabe. Andanin’izany araky ny vaovao re na vakiana an-gazety isan’andro, tsy mitsahatra ny asan-jiolahy. Tsy fantatra na mitombo an’isa na tsia, ny havetavetana sy ny habibiana kosa dia miseho amin’izao lafiny rehetra tsy nampoizina ivarinan’olombelona.

Azo heverina fa tompon’adidy voalohany eo amin’izany korontana eto amin’ny fiarahamonina, ao aza ireo manilaka an’ireo tranga manorisory ireo ho vokatry ny tsy fahaiza-mitantana sy ny tsy fahampiana finiavana eo am-panatanterahana ny adidy. Mety misy fahamarinana ihany koa izany, nefa tsy afaka andraikitra noho izay ny tsirairay sy ny rehetra. Raha toa tsy mahavita azy ny fitondrana, iza moa no nifidy azy ireo ? Raha mihevitra ny tena fa tsy nahay teo amin’ ny fandatsaham-bato ny maro, dia ny tena no manetri-tena amin’ny firotsahana mandresy lahatra arak’izay afaka.

Léo Raz

 

News Mada0 partages

”Raharaha Manakara” : samy mihenjana ny mpitsara sy ny mpandraharahan’ny fonja

 Samy namoaka fanambarana mikasika ilay zava-nitranga tao amin’ny tribonalin’i Manakara, ny alarobia teo, ka nandravan’ny mpandraharahan’ny fonja ny fotoam-pitsarana noho ny fanamelohana ireo namany, na ny Sendikan’ny mpitsara (SMM), na ny Sendikan’ny mpiandry fonja.  Samy mihenjana amin’ny heviny ny roa tonta.

« Tsy hamela moramora izao fihetsika mamoafady atao amin’ny fitsarana sy ny mpitsara ary ny mpirakidraharaha manatanteraka ny asany izao ny birao nasionalin’ny SMM, ka hitaky sy hanao ho vaindohan-draharaha ny hanenjehana sy hanasaziana ireo olona efa nahavanon-doza. »  Io ny fanambaran’ny eo anivon’ny Sendikàn’ny mpitsara eto Madagasikara (SMM), novakin’ny filohany, Ernaivo Fanirisoa, teny Anosy, omaly, momba ny « Raharaha Manakara« , izay nandravan’ny mpandraharaha fonja ny fotoam-pitsarana tany an-toerana noho ny fanamelohana ny namany.

Nisy mpandraharaha fonja nanakorontana sy nandrava fotoam-pitsarana tao Manakara, ny 31 mey lasa teo. Mamo sady nitondra fitaovam-piadiana mahery vaika izy ireo sady tsy nanaiky ny hanagadrana ny naman’izy ireo, izay voarohirohy ho nandratra sy nandaroka voafonja. Avy eo, nitarika fikomiana tao amin’ny tanànan’i Manakara izany mpandraharaha fonja izany.

Manameloka tanteraka ny fanitsakitsahana ny hasin’ny fitsarana sy ny mpiasa ao aminy manatanteraka ny asany ny SMM. Manameloka ihany koa izao fomba mamoafady tsy fampiseho masoandro izay ataon’ny mpandraharaha fonja efatra izay nitarika fikomiana, heloka voasazin’ny And. 226 amin’ny fehezan-dalàna famaizana.

Mila hajaina ny didim-pitsarana

« Manameloka hatrany ny tsy fanajana ny tany tan-dalàna sy ny lalàna velona rehetra eto Madagasikara koa izahay, ary mamerina hatrany ny tokony hanajan’ny olom-pirenena sy ny mpivahiny rehetra ny didy avoakan’ny fitsarana na iza izy na iza, na inona asany na inona », hoy ny fanambarana. Amin’ny anaran’ny vahoaka malagasy no amoahana didim-pitsarana, ka tokony hohajaina fatratra sy tanterahina hatrany.

Mankahery ireo mpitsara sy mpirakidraharaha fitsarana ary mpiasa eo anivon’ny fitsarana sy ny fonja ao Manakara ny SMM, manoloana ny fikorontanan-tsaina aterak’izany fisavorovoroana ataon’olom-bitsy tsy mahatandrin-tena izao.

Miantso ny minisiteran’ny Fitsarana mba handray andraikiny faran’izay haingana ny SMM, ary handray fepetra hentitra amin’ireo olom-paheziny ireo. Mba hamerenana ny fitoniana ao amin’ny fonjan’i Manakara izany.

 

Nampiaka-peo…

 « Tsy andevo ny mpandraharaha ny fonja, ary asany ny miaro ny olona voafonja na ahoana na ahoana. Ary raha tsy misy ny mpandraharaha ny fonja ireo efa tafavoaka daholo », hoy kosa ny filoha lefitry ny Sendikan’ny mpandraharaha fonja, Ravelson Israel, tamin’ny mpanao gazety, omaly ihany. Niaro ny namany ny sendikan’ny mpandraharaha fonja, nanolona iny zava-niseho tany Manakara afakomaly iny. Nilaza izy ireo fa tsy manaiky ny fihetsika natao tamin’ireo mpiandry fonja telo lahy tany Manakara. Izy telo lahy ireo izay nomelohin’ny fitsarana roa taona an-tranomaizina, noho izy ireo voalaza fa nikasi-tanana voafonja.

Lonilony…

Nanazava ireto sendika ireto fa nisy fitsoahana gadra tany an-toerana roa volana lasa izay. Rehefa nokarohina ireo, tratra ireo gadra nitsoaka. “Nisy ny fanasaziana ireo olona ireo tao anaty fonja ka io no niitatra ho zavatra hafa. Efa lonilony teo amin’ny fitsarana sy ny mpiandry fonja ity raharaha ity. Manala baraka ny mpandraharaha ny fonja hatrany ny fampanoavana any an-toerana rehefa mitsidika ny fonja ka nahatezitra ny namana. Izao vaky izao ny olana”, hoy ny sendika. Rehefa naheno ny didiy navoakan’ny mpitsara ny mpandraharaha fonja tsy nanaiky fa naka ny namany.

“Ny mpandraharaha ny fonja no miandraikitra manontolo ny voafonja, izy ireo no mikarakara ny taratasy, mitondra ny voafonja, miaro, sns. Raha tsy misy ny mpandraharaha fonja, tsy ho tafavoaka daholo ny voafonja rehetra?”, hoy ny fanazavana ihany.

R.Nd. sy Yves S.

Raha tsiahivina, raikitra ny savorovoro tao amin’ny lapan’ny Fitsarana Manakara, afakomaly, taorian’ny namoahan’ny lehiben’ny fitsarana didy mampiditra am-ponja roa taona an-tranomaizina sazy mihatra, mpiandry fonja telo lahy izay notorian’ny gadra iray ho nidaroka azy tao am-ponja.

Tsy nanaiky ny didy nivoaka ireo namany, ny mpiandry fonja ka rava hatramin’ny fotoam-pitsarana. Nikomy sady tsy mety handray na hamoaka voafonja ireo mpiandry fonja tany an-toerana.  Niantso mpitandro filaminana ny lehiben’ny fitsarana, nisy ny fifampiraharahana, ary izao niafara amin’ny fanaovana fanambarana izao ny raharaha.

 

News Mada0 partages

Vinaninkarena : taksiborosy nivadika, mpandeha iray maty voatsindrin’ny fiara

Nivadika tao Vinaninkarena, afakomaly hariva ny taksiborosy iray hihazo an’i Mananjary. Maty voatsindrin’ny fiara ny raim-pianakaviana iray nipetraka taoarian’ny mpamily. Olona 10 naratra ka isan’ireo tapa-tongotra ny mpamily…

 

Nitrangana lozam-piarakodia nahatsiravina indray teny amin’ny RN 7, afakomaly hariva tamin’ny 7 ora sy 45 mn tao Vinaninkarena, PK 178 + 150 m. Mpandeha iray nipetraka taorian’ny mpamily maty tsy tra-drano tafapitika teo amin’ny seza nipetrahany ka voatsindrin’ilay Sprinter. Mpandeha 10 hafa naratra ka tena voa mafy ny efatra. Taksiborosy hihazo an’i Mananjary ao amin’ny kaoperativa iray eny Fasan’ny Karana ity nivarina tany an-tanimbary ka namoizana ain’olona ity. Araka ny fampitam-baovao voaray, vokatry ny tandrevaka nataon’ny mpamily no nahatonga ny loza satria nandeha mafy ny mpamily. Teo amin’ny fiolahana mampidi-doza atsimon’i Vinaninkarena no somary nangalatra be tany amin’ny ilany havia ny fiara. Nisy kamiaobe iray nianavaratra nikasoka tamin’ity fiara Mercedes Sprinter ity. Taitra noho izany ilay mpamily ka tsy nahafehy ny familiana intsony. Namantana avy hatrany tany an-tanimbary teo ampita ankavian-dalana ilay fiara. Tsy vitan’izay fa mbola nifatratra tamin’ny vatobe ny fiara izay nampiainga ny ilany ka nianjera tamin’ny ilany havia tao an-tanimbary. Niongotra mihitsy ny varavarana teo amin’ny mpamily. Mafy ny fivadibadihan’ny fiara ka nahatafapitika ilay mpandeha iray taorian’ny mpamily ka maty tsy tra-drano izy. Niparitaka eran’ny tanimbary koa ny entan’ny mpandeha rehetra.

Fiara nandalo teny an-toerana no nitondra haingana ireo maratra nankeny amin’ny Hopitaly loterana ao Andranomadio Antsirabe. Isan’ireo tapa-tongotra tamin’ity loza ity ny mpamily. Nanahirana ny fisokirana ny fatin’ilay niharam-boina tao ambanin’ilay taksiborosy.

Ny borigady misahana ny fifamoivoizana ao Antsirabe no manao ny famotorana momba ity lozam-piarakodia namoizana ain’olona ity.

Jean Claude

News Mada0 partages

Famonoana Ampanjaka-Farafangana : olona miisa 12 naiditra am-ponja, isan’izany ny ben’ny Tanàna

 Miisa 12 ireo olona naiditra am-ponja vonjimaika, ny alatsinainy teo raha roa hafa kosa nahazo fahafahana vonjimaika izay voarohirohy ho tompon’antoka tamin’ilay raharaha famonoana ny ampanjaka Zafisoro, Tata Philibert tao Evato Farafangana, ny 7 mey 2017 lasa teo. Isan’ireo naiditra am-ponja ny ben’ny Tanàna ao an-toerana. Heloka iampangana azy ireo ka nahafaka ireo voampanga ny vonoan’olona feno habibiana. Nihazakazaka tanteraka, araka izany, ny fanadihadiana ity raharaha famonoana Ampanjaka ity ka niafara tamin’ny fampidirana am-ponja ireo olona voarohirohy amin’ity raharaha ity.

Tsiahivina fa nidiran’ny andian’olona an-keriny tao amin’ny biraon’ny zandary nandritra ny fanadihadiana ity ampanjaka ity. Niezaka nandamina ireo olona marobe nirohotra tao amin’ny birao ny zandary tamin’io fotoana io. Nilamina ihany izany, saingy niverina tampoka ireo andian’olona ka nanao fitsaram-bahoaka ilay ampanjaka. Nokapain’ireo nahavanon-doza tamin’ny antsy ny tendan’i Tata Philibert. Maty tsy tra-drano ity farany. Somary nahataitra ny maro ihany ny fahasahian’ny olona tamin’ny fanaovana fitsaram-bahoaka ity ampanjaka niharam-boina ity. Hatramin’ny biraon’ny mpitandro filaminana aza sahin’ny olona idirana an-keriny. Melohin’ny lalàna anefa ny fanaovana fitsaram-bahoaka toy izao.

J.C

News Mada0 partages

Fanatsarana ny asa : nampihatra fiofanana ny zandary mpanakana fiara

Naneho ny fomba vaovao amin’ny fanatsarana ny asan’ny zandary mpanakana fiara ny teo anivon’ny fari-piadidim-paritra zandarimaria Analamanga, omaly. Teny Iavoloha, lalana Rn7 nanaovana fampiharana izany ka nanehoana ny fiasa vaovao tamin’ny mpanao gazety ary nampahalalana ny olona. Ohatra tamin’izany ny fanakanana fiara. Marihna fa  miasa tsitelotelo ny zandary amin’ity fomba fiasa ity. Tsy manakana izay fiara rehetra koa fa mitsatoka izay sendra azy ireo ny zandary. Tsy azon’ny zandary atao ny manakana fiara maro indray miaraka fa tsy maintsy iray ihany.

Nohazavan’ny kolonely Ravoavy Zafisambatra fa tsy maintsy manaja olona ihany koa ny zandary, mampahalala ny tenany, ary mirary soava dia.

Momba ny fetin’ny pantekoty, misy ny zandary miasa mandrindra ny fifamoivoizana. “Afaka misakana kosa ireo rehefa misy ny mampiahiahy sy ny mihoa-pefy na mamo”, hoy ihany ny fanazavana. Hisy hatrany ny fanaraha-maso ny zandary miasa na izany aza.

Yves S.

 

News Mada0 partages

Lycée Ampefiloha : andro iray hizarana miteny anglisy

Roa volana no nametrahan’ny english club ao amin’ny lycée Moderne Ampefiloha (LMA) ny « Andro iray entina miteny sy mampiasa ny teny anglisy » isaky ny alarobia maraina. Natokana ho an’ny mpianatra, tale ary mpampianatra ny fampiasana ny teny anglisy amin’io fotoana io. Fotoana hizarana ireo mbola sahirana amin’ny fitenenana ny andro ka entanina indrindra ireo mpianatra mbola votsa », hoy ny fanazavan’ny mpikarakara ny hetsika, Ramaharivelo Elymas. Tenim-pirenena mahazo vahana amin’ny fandraharahana sy ny fampianarana amin’ny ambaratonga ambony ny teny anglisy ka ilan’ny mpianatra ny mifehy ny fitenenana azy dieny eny amin’ny lycée. 100 mahery ny mpianatra mpikambana ao amin’ny english club manao hetsika indroa isan-kerinandro hamolahana ny teny anglisy ao amin’ny LMA. Foto-kevitra lehibe nivoitra nandritra ny fanavaozana ny fandaharam-pianarana ny fanomezana vahana ny ankizy hiteny.

Sambany eo amin’ny fampianarana eny amin’ny lycée no misy hetsika tahaka izao ka heverina hanaraka avokoa ny sekoly rehetra ho tombontsoan’ny mpianatra malagasy. Nosokafana tamin’ny fomba ofisialy ny Andro iray entina miteny sy mampiasa ny teny anglisy ny faran’ny volana lasa teo, miaraka amin’ny ekipa pegagojika ahitana ny mpampianatra teny anglisy. Tsapa fa nampivoatra ny fomba fiteny ny teny anglisy ho an’ny mpianatra ny fisian’ny hetsika indray mandeha isan-kerinandro, hoy ny mpampianatra.

Vonjy A.

News Mada0 partages

Cepe blanc : le taux de réussite régresse à Tana

La Circonscription scolaire (Cisco) d’Antananarivo Renivohitra a enregistré un mauvais résultat à l’épreuve du CEPE blanc. Ceci a été affiché, hier, au niveau de tous les centres d’examen. Le taux se situe à 32,91% cette année contre 75% l’année dernière, soit une baisse de l’ordre de 42%, pour 17.047 candidats.

«Le français et les mathématiques ont été les bêtes noires pour la majorité des candidats», a informé, hier, le chef Cisco de Tanà, Hary Soa Ramasy Rakotozafy, lors d’une conversation téléphonique. Ainsi, pour essayer de rectifier le tir, l’enseignement de ces matières de base sera renforcé durant les quelques jours avant l’épreuve officielle qui se tiendra le 20 juin prochain sur tout le territoire national.

Toujours d’après notre source, le relèvement du niveau des sujets d’examen explique ce mauvais résultat. «Au lieu des sujets facilités, comme le remplissage des pointillés ou encore le fait de cocher les bonnes réponses, on a proposé des questions qui demandent beaucoup de réflexion et d’analyse», a-t-elle avancé. Tout compte fait, l’insuffisance du temps des révisions y est également pour quelque chose, dans la mesure où la date de l’examen a été avancée par rapport à ces dernières années.

Fahranarison

 

News Mada0 partages

Levée de la suspension des cours à Ankatso : le Conseil national désavoué par les enseignants

Le calme est revenu à Ankatso. Les activités pédagogiques et les travaux de recherche ont repris leur cours, suite à la décision prise à l’issue du Conseil national qui s’est tenu sur les lieux dans la journée d’hier. Une disposition désapprouvée par les enseignants.

L’enseignement et les recherches reprennent leur cours à l’université d’Antananarivo. Le Syndicat des enseignants-chercheurs et chercheurs enseignants (Seces) et les responsables compétents ont finalement trouvé un terrain d’entente après les séries de dialogues, menés depuis quelques jours. Le Conseil national a décidé de lever la suspension des cours à l’issue de la concertation organisée hier.

Une décision qui fait suite l’engagement de l’Etat à d’honorer les indemnités de logement et de résidence, objets des revendications du Seces, à partir du mois de janvier 2018. Toutefois, ce syndicat réclame une volonté politique de la part des dirigeants à procéder au paiement de ces indemnités avant la fin de l’année, même partiellement. Ce, sans oublier le règlement du rappel des indemnités stipulé dans les décrets 2009-2014, 2009-2015,  2009-2016.

Les membres du Conseil national d’indiquer qu’un suivi permanent sera mené pour la concrétisation des engagements de l’Etat. Ainsi, ces derniers déclinent toute responsabilité en cas de tenue d’une grève générale au niveau de toutes les universités publiques dans le cas contraire. Ils n’ont pas manqué de soulever le problème foncier au sein de l’université tout en demandant aux responsables compétents à adopter les solutions idoines  pour maîtriser le phénomène de squattérisations des terrains appartenant aux universités et centres de recherches à travers le pays.

Mécontentements

Evidemment, la reprise des activités pédagogiques et de recherches à l’université constitue un problème de moins pour les ministères de tutelle et les étudiants. Cependant, il semble que cette disposition n’est pas approuvée à l’unanimité au niveau des enseignants. La tension est montée d’un cran, hier, dans la salle de réunion où s’est tenu le Conseil national après la lecture de la résolution prise à cette occasion.

Certains d’entre eux, qui sont sortis de la salle, se sont plaints du fait qu’ils ont passé des heures à discuter pour rien, vu que les membres du Conseil national ont déjà pris leurs dispositions sans tenir compte des discussions et propositions des enseignants.

Le président national du Seces, le Dr. Dimby Ralambomanana, a souligné que «Toutes les idées ont été recueillies mais la décision finale appartenait au Conseil national. Chacun avait un point de vue qui ne devrait pas forcément être à l’unanimité». Pour plus de précisions, le Conseil national est composé de deux représentants de chaque section du Seces et du président national du Seces.

Fahranarison

 

News Mada0 partages

Alimentation : les Malgaches consomment 5L de lait par habitant par an

La consommation en lait d’un Malgache se limite seulement à 5 litres par an, contre la consommation annuelle de 20 litres en Afrique et 50 litres dans les pays occidentaux. De plus, le «Malagasy dairy board (MDB)», un groupement ayant pour mission de promouvoir la coordination et le développement de la filière laitière à Madagascar,  a noté que plus de la moitié des rayons des produits laitiers dans les grandes surfaces sont occupés par des importations.

C’était, hier, en marge de la célébration de la Journée mondiale du lait au village Voara à Andohatapenaka. Il est ainsi grand- temps qu’on se tourne vers la promotion de ce secteur à Madagascar avec toutes les opportunités qu’il offre actuellement, tant sur le plan consommation qu’au niveau de la production.

6 000 litres par jour pour la capitale

A Anosy, à partir de 4h, trois pickups venant de la région Vakinankaratra y font la livraison de 6 000 litres de lait quotidiennement, sans parler des autres fournisseurs. Ce qui fait plus de 10 000 litres de lait par jour pour approvisionner la capitale. Une quantité largement insuffisante au vu des habitants de la capitale estimés à plus de 1,6 million (Source CUA). Le litre du lait se vend actuellement à 1 400 ariary à Anosy.

Problème de fourrage

Le problème de fourrage constitue un blocage en matière de production du lait au pays. Pour Analamanga, 37%  seulement de la superficie sont couverts en besoin de fourrage vert. De ce fait, les éleveurs de vaches laitières s’approvisionnent dans d’autres régions. «Rien que pour Analamanga, un besoin en plus de 40 tonnes de fourrage vert par jour est nécessaire», a souligné le directeur exécutif du MDB, Mira Rakotondrandria.

Dans le cadre de promouvoir la culture de fourrage de bétail, MDB et ses partenaires ont cultivé des herbes vivaces du genre  «Brakaria ruziziensis» et «Chloris gayana». Un projet de 5ha de culture par district dans les régions Haute Matsiatra, Amoron’i Mania, Vakinankaratra, Analamanga, Itasy, Bongolava et Alaotra Mangoro est actuellement en cours.

Sera R

 

News Mada0 partages

Ratsy vokatra any Alaotra : tsy mety mivarotra ny variny ny mpamboly

Ratsy ny voka-bary any Alaotra tamin’ny fotoam-pambolena farany teo. Tsy ampy ny rano, maina ny tany. Zara raha misy vokatra noraisina.

 Kely sisa ny vokatra miakatra azo raisina, “raha tanimbary nahavokatra dimy taonina, zara raha nahazoana roa taonina”, hoy ny renim-pianakaviana ao Andranobe (PC Sahamaloto -Amparafaravola). “Nitera-dratsy tsy fidiny ny masomboly makalioka tamin’ny oktobra, raha vao noketsaina ny volana marsa”, hoy Rabearison, ben’ny Tanànan’Ambohiboromanga (PC.15). Tsy nisy noraisina mihitsy ireo toerana tsy nohajarin’ny Somalac. Efa hifarana ny fotoam-pambolena vao nahitana rano avy any Anony ny tapany avaratr’Amparafaravola.

Koa tsy mety mivarotra ny vokany ny mpamboly any amin’ireo toerana malaza fa tena mpamokatra ireo, noho ny vokatra kely loatra. Mbola hamerina ny vola nosamborina amin’ireo nampindram-bola (Otiv, Cecam, Accès Bank, sns) mantsy izy ireo. Tafakatra 900 Ar ny kilaon’ny akotry ivarotana amin’ireo mpanangona vao misy mety mivarotra. Misy mivarotra kely ihany hoentina mandidy vary malaky satria mamely mafy ny mpangala-bary. ”Napoakan-dry zalahy ny basy, nanavotra aina ny mpiambina. Kamio no namatraran’ireo olon-dratsy vary amin’ny tahony”, hoy ny renim-pianakaviana mijoro vavolombelona. “Tany lavitra andriana izany Andilamena izany, “500 Ar dia nidina 350 Ar ny kapoakan’ny vary fotsy”, hoy ny ao amin’ny Magic Hotel.

Mieritreritra ilay vola nosamborina tsy maintsy haverina ireo mpamboly ka mbola mikajikajy be mihitsy ny amin’izay mba hohaniny vao hivarotra”, hoy ihany ny renim-pianakaviana iray. “Ny hitako mety, tokony hojeren’ireo nampindram-bola tsirairay mihitsy ny nahazo ireo tantsaha nisambo-bola”, hoy Rabearison. “Mila miditra an-tsehatra mihitsy, amin’ity indray mitoraka ity, ny fanjakana manelanelana,” hoy ny mpamboly hafa. Any amin’ireo rafitra mpampindram-bola izany ny lakile, satria ilay fotoam-pambolena ho avy koa mbola zava-dehibe ! Heno fa efa manomana vahaolana ihany ry zareo.

Rarivo 

News Mada0 partages

Air Mauritius : à l’heure du 50e anniversaire

Air Mauritius fêtera ses 50 ans d’existence le 14 juin prochain et prévoit des offres promotionnelles pour sa clientèle. Ces dernières ont été déjà lancées en mai dernier la promotion en classe Affaires sur Mombay, le Bogof («Buy One Get One Free») sur le vol Malaisie – Singapour et une remise de 50% de miles pour les demandes de surclassement en Inde. Pour cette période de vacances, la compagnie propose un tarif famille pour la destination vers l’île Maurice et des modalités de paiement allant jusqu’à 36 mois pour les voyageurs.

En effet, Air Mauritius a enregistré une forte croissance de ses activités ces dernières années. La compagnie compte renforcer sa présence dans plusieurs pays à travers l’ouverture de nouvelles lignes sur Amsterdam à partir du 30 octobre et sur Genève à partir du 18 novembre.

R.R.

 

News Mada0 partages

Fonds d’appui aux industries : le Crem relève plusieurs failles

La mise en place d’un Fonds national pour le développement des industries fait partie des grandes lignes de la Loi pour le développement industriel à Madagascar (LDIM) qui est  toujours en cours de préparation à l’heure actuelle. Pour le Cercle de réflexion des économistes de Madagascar (Crem), la gestion de ce fonds ne devrait pas être confiée à l’Etat s’il s’agit réellement d’un outil pour appuyer les industries malgaches.

Le Crem a relevé plusieurs failles dans le projet de loi pour le développement industriel à Madagascar. Le professeur Andriampeno Ramiliarison, président du Crem, a mis un accent particulier sur le mécanisme de mise en place du Fonds pour le développement des industries qui, selon lui, n’apportera aucune amélioration ni une éventuelle croissance aux activités des industriels dans le pays.

«Le fonds géré par l’Etat est un fonds perdu», a-t-il avancé lors du rendez-vous mensuel du Crem avec le public portant notamment sur les grandes lignes liées à la réussite de la politique industrielle. «Nous avons vu l’exemple du fonds pour la relance des PME mis en place en 2002, alimenté à hauteur de 15 millions d’ariary à l’époque et qui s’est terminé par des litiges à chaque fois», a-t-il poursuivi.

Pour le Crem, l’Etat devrait faire appel à des experts pour la gestion de ce fonds. Andriampeno Ramiliarison a affirmé dans ce sens que, «Le lancement d’un appel d’offres est nécessaire. L’Etat et les bailleurs feront juste le contrôle. Mais là encore, la transparence des procédures d’appel d’offres est de mise car on sait que le marché public est souvent une source de corruption».

Des ressources financières à trouver

Par ailleurs, le Crem soutient également que ce fonds ne devrait pas être approvisionné par les impôts acquittés par les industries. «D’autres sources financières devraient être trouvées pour l’alimentation de ce fonds. Nous constatons d’ailleurs que le budget consacré au  développement des activités économiques dans toutes les régions est infime par rapport aux autres secteurs. Seulement 10 milliards d’ariary sont consacrés aux activités économiques des collectivités décentralisées, alors que le Fonds de développement local (FDL) s’élève à 200 milliards d’ariary», a martelé le président du Crem.

En tout cas, le LDIM devrait passer à l’examen de l’Assemblée nationale pour cette cession parlementaire. D’après le président du Syndicat des industries de Madagascar (Sim), Fredy Rajaonera, «Le texte est au niveau de la Commission de réforme du droit des affaires (CRDA) actuellement. Celle-ci a accepté le fond et  la forme de ce projet de loi». Mais le Crem avance que le projet de loi devrait présenté à l’assemblée dès la deuxième session parlementaire en octobre prochain.

Riana R.

 

News Mada0 partages

Reflet – Les clichés de la semaine

Célébration de la journée mondiale du lait, au village Voara Andohatapenaka.

Lancement du projet “English speaking day” au Lycée moderne d’Ampefiloha.

Les douaniers en grève

Rencontre entre les membres du gouvernement et les députés.

Après la théorie, la pratique. Test grandeur nature à Ambohibao Bongatsara.

DHL ne cesse d’innover. Inauguration d’un local de l’enseigne

Commerçant de drapeaux et de fanions

News Mada0 partages

Athlétisme : Madagascar à l’assaut des grands rendez-vous

Une pluie de compétitions au programme de la Fédération malgache d’athlétisme (FMA). Outre le championnat de Madagascar sur piste, trois joutes continentales et internationales verront la présence des athlètes.

Le haut niveau au menu de trois athlètes cette saison ! Parmi eux figure l’inusable Eliane Saholinirina qui représentera Madagascar au championnat du monde en Grande-Bretagne, le mois d’août prochain.

Une présence méritée pour la seule athlète malgache qui a atteint le minima imposé pour la compétition dans sa discipline de prédilection, les 3000 m steeple. Un retour sur piste très attendu pour la Malgache après une incursion au cross-country lors de la joute continentale.

Eliane entera de faire mieux que lors des Jeux olympiques où elle a terminé à la 35e place. De plus, c’est une des dernières chances pour elle de briller sur la scène mondiale vu son âge.

En tout cas, la FMA joue l’équilibriste en privilégiant l’expérience et la jeunesse. En effet, elle va également envoyer des athlètes jeunes dans les compétitions de haut niveau. Ainsi, pour le championnat d’Afrique U20, du 29 juin au 2 juillet, en Algérie et le championnat du monde U18 au Kenya, du 13 au 16 juillet, un athlète pour chacune de ces catégories sera sur la piste.

Au niveau national

En attendant, les principaux événements  de la discipline se dérouleront au stade d’Alarobia, à savoir les championnats nationaux des jeunes et des seniors. Comme à l’accoutumée, les jeunes ouvriront les hostilités, du 9 au 11 juin. La joute des seniors s’ensuivra les 17, 18 et 19 juin. Bien que la présence massive des athlètes soit acquise, l’absence de compétition à la perche ne saute pas aux yeux. La fédération n’aurait pas le matériel nécessaire pour la pratique de cette épreuve, a-t-on dit.

Ce derby national fera office de mise en jambe aux qualifiés pour les Jeux de la francophonie à Abidjan.

Naisa

News Mada0 partages

Foot – Classement Fifa : Madagascar au 97e rang

De bons augures. Madagascar se trouve actuellement à la 97e position du classement Fifa publié hier et intègre de ce fait le Top 100 depuis février 1994 (99e). C’est la meilleure progression du mois après la Nouvelle-Zélande (+17, 95e). Le Top 10 reste quasi inchangée, le Brésil, l’Argentine et l’Allemagne  conservant leurs places respectives sur le podium. L’entrée de la Pologne (10e, plus 1) dans le Top 10 pour la première fois n’est pas non plus passée inaperçue.

Selon les propos des responsables de la Fédération malgache de football (FMF), « Leader de la région océan Indien, Madagascar est actuellement 4e sur 14 pays membres de la Cosafa (Afrique Australe) et 24e parmi les 55 Nations africaines. Et depuis mars 2017, la Grande île a bondi de 40 places ». Effectivement, les chiffres parlent d’eux-mêmes à ce sujet : mars (137e), avril (120e) soit la 2e meilleure progression après la Tanzanie et mai (111e), une progression considérée comme la meilleure du mois. Force est de noter que le Soudan qui recevra les Barea de Madagascar ce vendredi en éliminatoires de la Can 2019, occupe la 158e place. Vu sous cet angle, c’est une équipe prenable pour les protégés de Nicolas Dupuis. En attendant, le prochain classement mondial sera publié le 6 juillet.

Rojo N.

 

News Mada0 partages

Volley-Analamanga : le tableau des quarts connu

Le classement officiel en première division est arrêté ! Comme il fallait s’y attendre, la Gendarmerie de nationale de volley-ball (GNVB) termine premier dans la catégorie masculine. Chez les dames, un chamboulement dans la hiérarchie marque les esprits. VBCD truste la première place aux dépens des équipes favorites dont la championne en titre, Bi’As, et l’équipe vice-championne, AMVB.

Par conséquent, en quarts de finale, on verra la confrontation entre les deux formations d’Itaosy que sont Asi1 et Bi’As dans cette catégorie, contrairement aux quarts de finale des hommes où les favoris s’évitent.

Pour rappel, les rencontres des quarts de finale de la première division se dérouleront le 8 juillet prochain au gymnase d’Ankorandro.

Naisa

Les affiches des quarts :

Dames :

VBCD1-Asi2

JMVB-Afa

AMVB-VBCD2

Bi’As-Asi1

Hommes :

GNVB-MVBC

Cosfa-RVB

VBCD-JSA

Voara-Asi

Classement :

Dames :1-VBCD1, 2-JMVB, 3-AMVB, 4-Bi’As, 5-Asi1, 6-VBCD2, 7-Afa, 8-Asi2, 9-Voara, 10-ASSM

Hommes: 1-GNVB, 2-Cosfa, 3-VBCD, 4-Voara, 5-Asi, 6-JSA, 7-RVB, 8-MVBC, 9-CSA-

 

News Mada0 partages

Festival d’art contemporain : Krishna Luchoomun priorise le partage et les rencontres

L’artiste mauricien Krishna Lunchmoon est l’un des fondateurs du festival d’art contemporain tournant de l’océan Indien. Actuellement au pays, il a donné hier une conférence de presse à l’Is’art galerie sur ce concept qui a pour objectif le partage et les rencontres entre les artistes de la zone.

Pour cet évènement, l’artiste a choisi un thème précis «Permettre la mobilité des artistes dans la région de l’océan Indien en dehors des centres de pouvoirs culturels : Réalité et perspectives». En effet, ce festival se déroulera dans plusieurs pays de l’océan Indien, à savoir Comores, Maurice, La Réunion, les Seychelles et Madagascar. «Nous voudrons installer des plateformes spéciales qui serviront de point d’échanges, de partage et d’expression entre les artistes issus de ces pays», a annoncé l’artiste.

Pour la mobilisation des artistes

«Par ailleurs, ce festival facilitera aussi la mobilisation des artistes de l’océan Indien et même des autres pays africains», a-t-il expliqué. Ainsi, une équipe spéciale sera établie pour définir le thème à développer. A chaque édition, chaque équipe de chaque pays effectuera un dialogue pour présenter les diverses situations culturelles qui existent dans chaque pays, surtout concernant l’art contemporain.

Pour le rassemblement des œuvres des artistes

Cet évènement permettra aussi de rassembler toutes les œuvres des artistes des pays participants à travers des expositions. Ce sera donc une sorte de vitrine qui permettra de définir, en quelque sorte, la culture de chaque pays et surtout, pour connaitre les ressemblances entre eux. «Des étudiants en art seront les bienvenus pour visualiser de près chaque œuvre de chaque artiste venant de différents pays», a-t-il conclu.

Un artiste mutlidisciplinaire

Notons que Krishna Luchoomun possède un diplôme en Beaux-arts  de l’académie Repin de l’ex-URSS, et touche à plusieurs arts, entre autres la photographie, les installations vidéo, la peinture… Il est le fondateur de l’association des artistes travaillant pour la promotion de l’art contemporain baptisée «Partage». Ayant déjà effectué plusieurs expositions et résidences dans plusieurs pays, étudier la relation entre l’homme et son environnement à travers des œuvres d’artistes, les traditions, la religion, la politique et même la société, est sa spécialité.

Holy Danielle

 

News Mada0 partages

Mois de l’enfance à Toamasina : la population met en place le Parlement des enfants

Juin, le mois de l’Enfance, a bel et bien pris tout son sens, hier, à Toamasina lors du lancement officiel de la célébration. Sous la houlette du ministère de la Population, de la protection sociale et de la promotion de la femme, cet événement s’est singularisé par la présentation officielle de la génération ODD (Objectif du développement durable), futur membre du Parlement des enfants.

L’avenir se prépare dès maintenant. Pour dire que les enfants d’aujourd’hui seront les futurs dirigeants de demain. C’est à travers cette ambition et vision que le ministère de la Population va marquer d’une pierre blanche ce mois consacré à l’enfance, en instaurant le Parlement des enfants. D’ailleurs, les futurs membres de cette Assemblée constituante, des enfants issus des 22 régions de Madagascar, baptisés «Génération ODD» par la ministre Onitiana Realy, ont été sous le feu des projecteurs à travers les différentes manifestations organisées dans la ville portuaire.

«Il faut apprendre à nos jeunes ce que signifie la vraie démocratie et à la pratiquer. D’où la mise en place de ce Parlement par les représentants des 22 régions qui composent l’Assemblée constituante et qui vont définir, eux-mêmes, les règles de l’élection des petits députés. Quand ils auront l’âge électoral, ces futurs citoyens comprendront au mieux la vraie signification, le fonctionnement et l’utilité du vote, du débat démocratique…L’avenir de Madagascar appartient à ces jeunes d’aujourd’hui que j’ai baptisés Génération ODD, en référence aux objectifs du Développement durable que notre pays doit absolument atteindre en 2030», a souligné la ministre de la Population dans un communiqué.

Droits de l’Enfant

La représentante de l’Unicef à Madagascar, Elke Wisch, a salué cette initiative qui est conforme à la Convention relative aux Droits de l’enfant que «Madagascar a ratifié il y a 27 ans en donnant à chaque enfant le droit de s’exprimer librement son opinion sur toute question intéressante. La Convention exige que les opinions des enfants soient prises en considération». Elke Wisch a réitéré l’engagement de l’Unicef dans la mise en place d’un Parlement des enfants en travaillant de concert avec tous les partenaires de l’Etat et de la société civile.

A titre d’information, les jeunes membres de l’Assemblée constituante se regrouperont dans la capitale dans les prochains jours en vue d’une journée récréative. Puis, ils auront une réunion avec la commission sociale de l’Assemblée nationale, le 6 juin, à Tsimbazaza.

Célébration festive

D’après les informations reçues, pas moins de 5000 enfants ont participé à un carnaval géant, au rythme du «Dihin’i Mija», dans la ville jusqu’au gymnase Soavita où des diverses animations ont été assurées par Momota et compagnie. Par ailleurs, une centaine des enfants exposés à des problèmes de malnutrition, auprès de 15 centres de santé de base, ont reçu chacun un «panier garni».

Rakoto

 

News Mada0 partages

Diana : l’EPP Lavigerie d’Antsiranana privilégiée

L’école primaire publique (EPP) Lavigerie d’Antsiranana vient de bénéficier de dons. Le ministre de l’Economie, le général Herilanto Raveloharison, a octroyé des kits scolaires aux 50 élèves de la classe de 7ème de cet établissement public,  lors de son passage dans la ville où il a aussi remis deux tablettes au personnel enseignant. Il a révélé qu’il visite cette école chaque année, en souvenir de ses années passées sur ses bancs, lui ayant permis de décrocher son diplôme de CEPE en 1964 avant de s’inscrire au lycée mixte d’Antsiranana.

Le ministre de l’Economie a encouragé les élèves de cette EPP d’Antsiranana à se surpasser dans leurs études en leur témoignant qu’à l’instar des autres établissements scolaires de réputation, les écoles primaires publiques forment aussi de meilleurs élèves. «Il appartient à chaque élève de se focaliser sur son avenir car la réussite scolaire ne dépend point du statut de l’école», a-t-il conseillé aux élèves de la classe de 7ème de l’établissement.

Manou

 

News Mada0 partages

Us et coutumes : un cas d’école

L’affaire Claudine Razaimamonjy accumule les situations que n’aurait osé imaginer comme hypothèses à donner en sujets de préparation aux étudiants un maitre-assistant d’une faculté de droit. Il nest pas inutile parfois d’attirer la réflexion des futurs praticiens du droit sur les cas hors limites du droit. En cas d’école cette affaire en recèle, sans que cela ne gèle le fonctionnement de la société.

Que l’on se détrompe, en parler et y revenir souvent ne relèvent pas d’une marotte, seulement  la curiosité est ici légitime et même d’obligation citoyenne afin que chacun puisse témoigner de leur art de bénir légales des infractions alors que dans cet état les maîtres se vantent de faire respect au droit. Il ne suffit pas de le clamer pour obtenir crédibilité.

 

Ino Vaovao0 partages

FITATERANA : Nosokirina tao ambany fiara ny fatin’ilay raim-pianakaviana, olona 8 hafa naratra

Mila mandray fepetra manoloana izany ny tompon’andraikitry ny fitaterana manerana ny Nosy fa raha izao no  mitohy dia lasa fitaintainana sy mety hiteraka fahavoazana ara-tsaina ho an’ny olona ny mandeha fiara. 

Lozam-pifamoivoizana mahatsiravina no nitranga tany amin’iny lalam-pirenena faha-7 iny,  tao amin’ny Fokontany Masombahiny, Kaominina ambanivohitr’i Vinaninkarena, ao anatin’ny Distrikan’Antsirabe II, ny alin’ny alarobia teo. Fiara Mercedes Sprinter fitateram-bahoaka mampitohy an’Antananarivo sy Mananjary ao anatin’ny kaoperativa Cotram no nivarina an-kady ka namono olona iray sy nandratra olona valo. Araka ny fanazavan’ny mpandeha iray hihazo an’i Mananjary izay anisan’ny mpandeha naratra tao amin’ity fiara ity dia nandeha mafy ny fiara satria dia manodidina ny 100 km isan’ora ny hfangainam-pandehany.

Rehefa hiditra ny fiolanana sady fidinana ao amin’io fokotany Masombahiny Vinaninkarena anefa ilay fiara dia nisy fiara lehibe mpitondra fasika nifanena taminy. Nifampikasoka tamin’io fiara be io izy ka nikipily. Niala mihitsy moa ny varavarana mifanandrify amin’ny mpamily nandritra izany. Niezaka nanarina ilay fiara ihany ny mpamily saingy noho izy nandeha mafy dia tsy voafehiny izany, ka nihilana tany amin’ny ilany atsinanana ilay fiara, ka nivarina tany an-tanimbary. Vokany, izay olona rehetra tany amin’ny sisiny mifanandrify amin’ny mpamily no naratra. Lehilahy iray izay nipetraka teo amin’ny seza faharoa aorian’ny mpamily no tafavoaka ny fiara, ka voatsindrin’ny fiara ka izay no antony nahafaty ay. Vehivavy avokoa ny  5 tamin’ireo naratra.

Ny fiaran’ny ben’ny tanàna ao Vinaninkarena sy ny fiara sendra nandalo no nifandrimbona nitondra ireo naratra teny amin’ny hopitaly Loterana Andranomadio fa iray kosa no nalefa tao amin’ny hopitaly CHRR Antsirabe. Tao ny tapa-tongotra sy tanana, tao ny vaky loha ka voatery nozairina mihitsy. Omaly maraina dia lehilahy iray no voatery niatrika fandidiana maika noho ny ratra mafy nahazo azy. Olona miisa roa kosa no nalefa nody avy hatany rehefa nahazo ny fitsaboana sahazy azy.

Ankoatra izay dia niparitaka manerana ny lalana ny entan’ireo mpandeha ka ny andrimasom-pokonolona sy fokonolona ao amin’ny Fokontany Masombahiny no nifanome tanana nanavotra ireo mpandeha rehetra tao anaty fiara. Ny mpamily dia voalaza fa tery teo anelanelan’ny familiana ka nanahirana no nisokitra azy tao. Tapaka ny tongotr’ilay mpamily sy ny mpanampiny fa ilay renim-pianakaviana iray izay nipetraka teo anoloana manakaiky ny varavaran-kely dia feno kiaka sy ratra ny tarehiny sy ny tongony.

Mpamily tsy za-dalana sy tsy ampy traikefa

Araka ny fanazavan’ireo niharam-boina kosa dia efa inefatra izy ireo no saika tra-doza tany amin’iny lalana anelanelan’Ansirabe sy Antananarivo iny. Efa nisy fiara iray nifanena taminy raha ny fanazavana ihany no nifampikasoka taminy saingy ny fitaratra fijerena ny any aoriana amin’ny sisin’ny fiara no tapaka. 

Nampitandrina ny mpamily tsy handeha mafy ny mpaneha saingy tsy noraharahainy. Isaky ny misy fiolanana dia mitongilana mitady hivadika noho ny entana mavesatra loatra entiny ilay fiara saingy tsy noraharahain’ny mpamily izany fa ny nataony ihany no nataony. Ny tena saika nampivadika ny fiara, raha ny fanazavana ihany dia ny tsy fahitan’ilay mpamily ireny dongona fampihenana hafainganam-pandeha ireny. Nisavoana mihitsy ilay fiara vao tafa-petraka tsara tamin’ny lalana. Teo vao tonga saina ny mpandeha fa tsy ampy traikefa sady tsy zatra mandeha amin’iny lalam-pirenena faha-7 iny ity mpamily ity kanjo dia izao nandratra sy namono olona izao ihany no niafarany.

Tsy tonga tany Mananjary izay hitondrana ny mpandeha ny fiara fa izay potraka an-tenantenany izao. Ny entana simba, ny fotoana very ka tokony hijery tsara ireo fiara izay miainga ao amin’ny fasan’ny Karàna ao ny tompon’andraikitra. Matetika mantsy dia mavesatra loatra ny entana entin’ireny fiara mianatsimo ireny. Miampy ny isan’ny mpandeha izany ka inoana fa mihoatra ny lanjan’ entana tokony entiny ireo fiara ireo.

TiarayR

Ino Vaovao0 partages

LALAM-PIRENENA FAHAROA : Miaramila fito naratra mafy navadiky ny fiara tany anaty hantsana

Fiara be iray nitondra ireo miaramila nanatanteraka fanazaran-tena tany Toamasina ao anatin’ilay hetsika Ivondro 2017 no tra-doza teo amin’ny fiakaram-be miakatra an’i Mandraka.

Fito tamin’ireo mpandeha no naratra mafy izay miaramila avokoa, ka ny enina amin’ireo no fantatra fa tena voa mafy. Ny talata antoandro manodidina ny tamin’ny 11 ora no nisehoan’ny loza. Avy any Toamasina hamonjy hiakatra aty Antananarivo ilay fiara tamin’io fotoana io.

Araka ny vaovao voaray, rehefa niakatra an’i Mandraka ilay fiara dia niala fiara iray nifanena taminy ny mpamily fa tsy voaveriny tamin’ny laoniny intsony ny familiana izay no nampivarina ny fiara tany anaty hantsana. Soa ihany anefa fa tsy dia lalina loatra ilay lavaka nianjerana fa raha tsy izany dia nikararana ny faty olona tamin’ity lozam-pifamoivoizana ity. Fito tamin’ireo miaramila tao anatin’ny fiara no naratra. Avy hatrany dia noentina notsaboina eny anivon’ny hopitaly Homi eny Soavinandriana ireto naratra.Raha tsiahivina nandritra ny dimy andro no niatrika fiofanana tany Toamasina ny miaramila ato anatin’ny ranomasimbe Indianina. Nahatratra 900 ireo miaramila gasy sy vahiny niatrika izany ary norantovina tao anatin’izany avokoa ny fahaiza-manao rehetra raha hilatsaka amin’ny elon’aina sy ny paikady hiarovana ny sisin-tany.

Avotra Isaorana

Ino Vaovao0 partages

FOTOANAN’NY RAMADAN : Tsy ahitana paty vermicelle ao Antsiranana

Amin’ny ankapobeny dia ireo mpino silamo no rototra mitady ity fanampin-tsakafo karakaraigny mandritra ny famahagna ny fifadian-kanina ity.

Tandrify tanteraka tagnatin’ny fagnatanterahagna ramadan ny fitokonana ataon’ireo mpiasan’ny Fadin-tseranana, ka izay voalaza fa tavela agny amin’ny seranan-tsambo ny Toamasina ireo entana izay andrasan’ireo mpino silamo aby ireto. Raha ny ato agnatin’ny Faritra Diana no koragniny dia azo ambara fa tsy ahitagna ity «  vermicelles  » ity satria efa tapitra tsy ahitagna tahiry avokoa ireo tranombarotra lehibe sy mpanao antsinjarany aty an-toeragna. Afangaro  amin’ny ronono sy siramamy ity vermicelles ity ka betsaka mpankafy, indrindra mandritra ny ramadan tahaka izao.

Mpanjono

Ino Vaovao0 partages

FAMPIJALIANA GADRA TANY MANAKARA : Manameloka ny fanitsakitsahana ny hasin’ ny Fitsarana ny SMM

Nilaza tsy hamela moramora io fihetsika io ary hanao vaindohan-draharaha ny hanenjehana sy hanasaziana ireo olona efatra nahavananon-doza ireo ny SMM.  Raha tsiahivina, ny alarobia maraina teo tao Manakara, dia nisy andiana mpandraharahan’ny fonja nanakorontana sy nandrava fotoam-pitsarana. Mamo no sady nitondra fitaovam-piadiana mahery vaika izy ireo tamin’izany satria tsy nanaiky ny hanagadrana ny naman’izy ireo izay voarohirohy ho nandratra sy nandaroka voafonja. 

Nitarika fikomiana tao an-tanàn’i Manakara ireto mpandraharahan’ny fonja ireto nony avy eo. Nanamafy tao anatin’ny fanambarana ny birao nasionalin’ny SMM «  ny amin’ny tokony hanajan’ny olom-pirenena sy ny mpivahiny rehetra ny didy avoakan’ny Fitsarana Malagasy na iza izy na iza, na inona asany na inona. 

Satria amin’ny anaran’ny Vahoaka Malagasy no amoahana ireny didim-pitsarana ireny ka tokony hajaina fatratra sy tanterahina hatrany  ». Mankahery  ireo mpitsara sy mpiraki-draharaha ary ny mpiasan’ny Fitsarana ao Manakara manoloana ny fikorontanan-tsaina naterak’ izao savorovoro nataon’olom-bitsy tsy mahatandrin-tena izao ihany koa ny SMM.  Miantso ny minisiteran’ny Fitsarana izy ireto mba handray ny andraikiny faran’izay haingana mba hamerenana ny fitoniana ao amin’ny fonjan’i Manakara sy handray fepetra hentitra ny amin’ireo olona feheziny ireo. Nilaza ihany koa ireto farany tsy ny mpandraha- rahan’ny fonja eran’ny Nosy no voakasik’ity fanambaràna ity fa ireo olona vitsivitsy ireo.

Pounie

Ino Vaovao0 partages

TSY FANDRIAMPAHALEMANA : Matahotra ny ainy ny olona ka tsy sahy manampy ireo tra-doza intsony

Teo aloha, raha samy niezaka nivoaka ny trano avokoa ny olona raha vao maheno antso vonjy dia tsy izany intsony ny zava-misy amin’izao, indrindra alina ny andro fa vao mainka manamafy ny hidin-trano indray ny mpifanila vodirindrina.

Nambaran’ny Sefo Fokontany iray tao Ambolomadinika, izay Fokontany anisany faritra mena, anjakan’ny asan-jiolahy eto Toamasina fa : “tahotra ny amin’ny aina, manoloana habibiana ataon’ny jiolahy eto Toamasina no tena mahatonga ny olona, tsy ho sahy hanavotra ny mpiara-belona aminy tra-doza” . Mirongo basy na antsy lava mantsy ireo jiolahy, ka izany no mampihemotra ny olona hivoaky ny trano. Nomarihin’ity Sefo Fokontany iray ity fa tsy mitsahatra mihombo ny asan-jiolahy, amin’izao ankatoky ny fetin’ny 26 jona manakaiky izao.

Mbola manamafy hatrany ity sefo fokontany ity fa ny vahaolana mahomby dia ny fanaovana andrimasom-pokonolona sy fiaraha-miasa akaiky amin’ireo mpitandron’ny filaminana.

Ravo

Ino Vaovao0 partages

ANOSINALAINOLONA MAROVOAY : Tsy eken’ireo vahoaka ny fakan’ny orinasa Somia ny taniny

Tsy neken’ireo fokonolona ny fakan’ny orinasa io tany io satria efa aman-taona maro izy ireo no efa nipetraka tao no sady efa nisoratra tamin’ireo ray aman-dreny. Ny taona 1996 ny Kaominina Anosinalainolona vao lasa Kaomina, ka mialoha io dia efa nisoratra tamin’ireo vahoaka ny tany. 

Taty aoriana anefa dia namidin’ny ben’ny tanàna sy ny mpanolotsainan’ny Kaominina ao ny tany amina hektara ao an-toerana tamin’ny mpandraharaha vahiny, hoy ireo solontenan’ny vahoaka, nitafa tamin’ny mpanao gazety ary ity farany izay nahazo vola ahafahan’io orinasa io maka ny tany. An’alina ireo fokonolona manana tany ao amin’ny Kaominina Anosinalainolona io no very tany tsy fidiny ka mitsipaka sy manao antso avo amin’ny mpitondra mba hijerena ity raharaha ady tany ao amin’ny Distrikan’i Marovoay ity. 

Voalazan’ireo fokonolona izay nanazava fa miray tsikombakomba amin’ny orinasa io ny ben’ny tanàna, ka izay indrindra no nahafahan’ny orinasa somia niditra tao. «  Tsy nomena vola ireo fokonolona izay manana tany ao fa dia nasaina niala fotsiny amin’izao  », hoy hatrany ny fanazavana. Saika olona avy ao Mahajanga sy Antananarivo no nasaina nanao sonia ny taratasy fanekena fa hiala eo amin’ny tany izay kasain’ ny orinasa alaina io. Ireo vahoaka tena tompony tsy nahalala ny fandehan’ny raharaha.

Nilaza ny tsy hijanona fotsiny amin’izao ireo vahoaka ao amin’ny Kaominina Anosinalainolona fa dia hiakatra amin’ny sehatra avo mba ahafahan’izy ireo maka ny fananany, izay lasa eo ampelatanan’ny vahiny. Raha ny fantatra dia misoratra mazava amin’ny orinasa Somia ny tany io ary voarikitra mazava any amin’ny sampan-draharaha misahana ny fananan-tany. Ho hita eo ny tohiny.   

Tolin

Ino Vaovao0 partages

LALAM-PIRENENA FAHAROA : Miaramila fito naratra mafy navadiky ny fiara tany anaty hantsana

Fito tamin’ireo mpandeha no naratra mafy izay miaramila avokoa, ka ny enina amin’ireo no fantatra fa tena voa mafy. Ny talata antoandro manodidina ny tamin’ny 11 ora no nisehoan’ny loza. Avy any Toamasina hamonjy hiakatra aty Antananarivo ilay fiara tamin’io fotoana io.

Araka ny vaovao voaray, rehefa niakatra an’i Mandraka ilay fiara dia niala fiara iray nifanena taminy ny mpamily fa tsy voaveriny tamin’ny laoniny intsony ny familiana izay no nampivarina ny fiara tany anaty hantsana. Soa ihany anefa fa tsy dia lalina loatra ilay lavaka nianjerana fa raha tsy izany dia nikararana ny faty olona tamin’ity lozam-pifamoivoizana ity. Fito tamin’ireo miaramila tao anatin’ny fiara no naratra.

Avy hatrany dia noentina notsaboina eny anivon’ny hopitaly Homi eny Soavinandriana ireto naratra.

Raha tsiahivina nandritra ny dimy andro no niatrika fiofanana tany Toamasina ny miaramila ato anatin’ny ranomasimbe Indianina. Nahatratra 900 ireo miaramila gasy sy vahiny niatrika izany ary norantovina tao anatin’izany avokoa ny fahaiza-manao rehetra raha hilatsaka amin’ny elon’aina sy ny paikady hiarovana ny sisin-tany.

Avotra Isaorana

Ino Vaovao0 partages

HETSIKA FARAN’NY HERINANDRO : Maro azo hisafidianana ireo fialam-boly anao ny misafidy

BASESA SY ZOUK LOVE

Hanafana ny toeram-pilanonana Trass Tsiadana i Mika sy Davis

Mpanakanto fantatra eo amin’ny gadona basesa sy zouk love ireto mpanakanto roa lahy avy any amin’ny Faritra Atsinanana ireto. Hitondra ireo hira nahafantarana azy i Mika sy Davis eo amin’ny sehatry ny mozika amin’io lanonana takariva hotontosaina ao amin’ny Trass Tsiadana, anio manomboka amin’ny 9 ora alina io. Mampanantena ambiansy ho an’ireo mpankafy ho avy hanotrona azy izy roa lahy ireto.

ZOUK LOVE

Hampilanona ny Jao’S Pub Ambohipo i Yvon Paul

Hanafana ny sehatry ny Jao’s Pub Ambohipo i Yvon Paul, anio manomboka amin’ny 9 ora alina. Tsy zoviana amin’ny fanafanana seho takariva ity mpanakanto ity. Antenaina, araka izany, fa ny masoandro hiposaka no hampalahelo amin’ny fiarahana amin’ity mpanakanto kalaza ity.

BATRELAKA SY SALEGY

Hampiara-peo etsy amin’ny Le glacier Analakely i Dat’kotry sy Eusebia

Anio hariva manomboka amin’ny 8 ora no hitondran’i Eusebia ny kantony eny amin’ny Le glacier Analakely. Mivoy ny gadona salegy ity andriambavilanitra misehatra amin’ny mozika sy dihy. Nantsoina manokana hanafana ny lanonana ihany koa i Dat’kotry, amin’io no hampiara-peo izy mianadahy ireto amin’ny hira mitondra lohateny hoe « On s’en fout ». Ambiansy tropikaly tanteraka no hanjaka amin’io alim-pandihizana io. Ho re eny an-toerana, araka izany, ireo hira nahafantarana an’i Eusebia tahaka ny « Viavy mahavita azy ».

MANGALIBA

Hanafana etsy amin’ny Is’art Galerie ny tarika Sarandra Beloba

Tarika manana ny lazany amin’ny firenena Afrikanina i Sarandra Beloba, manana ny lazany eo gadona mangaliba izy ireto. Hanolotra seho goavana sy tsy fahita lotra ny tarika, anio manomboka amin’ny 7 ora alina hotanterahina etsy amin’ny Is’art Galerie.

VAZO AN-GITARA Handrotsirotsy ireo mpankafy etsy Andrefanambohijanahary Do Rajohnson

Hiverina hiaka-tsehatra ka hanafana seho takariva i Do Rajohnson raha ela tsy tazana tamin’izany. Mpanakanto fantatra eo amin’ny gadona milamindamina ny lehilahy. Anio manomboka amin’ny 9 ora alina no hiaka-tsehatra eny amin’ny Restaurant Telozoro Andrefan’Ambohijanahary ity mpanakanto avy eto an-drenivohitra ity. Mampanantena ambiansy ho an’ireo mpankafy ho avy hanotrona azy hatramin’izay i Jean Do Rajohnson.

RECITAL VALIHA

Valiha sy gitara no androtsirotsy ny etsy amin’ny Café de la Gare

Fitanisana vazo am-baliha no hanjaka etsy amin’ny Café Gare Soarano, anio manomboka amin’ny 7 ora hariva. Handrotsirotsy ireo mpankafy valiha ireo mpanakanto maromaro mivondrona amin’izany. Mpanakanto efa ela niangaliana valiha ireto izay manana ny lazany manokana.

Pounie

Tia Tanindranaza0 partages

TEKNOLOJIA

Nanomboka omaly ary haharitra telo andro ny andiany voalohany amin’ny hetsika New tech event karakarain’ny orinasa Seho izay mitranga etsy amin’ny lapan’ny kolotsaina sy ny fanatanjahantena Mahamasina

TOEKARENA

Mirongatra ny halatra lavanila any amin’ny distrikan’Ikongo. Sahy midina eny an-tsaha amin’ny andro atoandro mihitsy ireo mpangalatra raha araka ny fanazavan’ny solombavambahoaka voafidy any an-toerana miaraka amin’ny fitaovam-piadiana toy ny basy. Mahatsiaro ho mijaly ireo tantsaha mpamokatra any an-toerana noho izany.

Efa nitsahatra tanteraka ny delestazy any amin’ny distrikan’i Mahanoro raha araka ny vaovao voaray. Efa nisy mantsy ny fijerena akaiky ny fitaovana sy  famatsiana solika notanterahin’ny orinasa JIRAMA raha araka ny fanazavana nentin-dRandrianarisoa Feno, tompon’andraikitry ny serasera eo anivon’ny orinasa JIRAMA tamin’ny mpanao gazety omaly.

Simba avokoa ireo foto-drafitrasa ara-pambolena ao anatin’ny distrikan’Antananarivo Atsimondrano, raha araka ny fanazavan’ny solombavambahoaka voafidy tamin’ny anaran’ny antoko Tiako I Madagasikara any an-toerana. Kaominina telo raha araka ny fanazavany no tena mahita faisana amin’izany dia ny kaominina Andranonahoatra sy Bemasoandro ary Itaosy izay tsy afaka namboly ara-dalana intsony tamin’ity taona ity. Noho ny rivo-doza moa no voalaza fa nanimba ireo foto-drafitrasa ireo.

FAHASALAMANA

Natao ny alarobia teo ny fanolorana tamin’ny ofisialy ireo fitaovam-pitsaboana nomen’ny orinasa MICTSL (Madagascar International Container Terminal Services Limited) ho an’ny ivo-toerana mpanao vonjy taitran’ny hopitaly ben’i Toamasina. Nahitana fitaovana maromaro izay tena ilaina amin’ny famoneja aina ireo marary tonga mila vonjy eo anivon’ny hopitaly izy ireto, isan’izany ny “échographie” entin-tanana, sy ny famokarana “oxygène” ho an’ireo marary mila izany, ary ny fitaovana fanaraha-maso ny marary sy ireo tra-doza hanamorana ny fitsaboana azy, ankoatra ireo fitaovana samy hafa sy ny fanatsarana ny trano ary ireo fitaovana ao anatiny

 

Marary miisa 60 eo isan’andro tonga eo anivon’ny hopitaliben’i Toamasina ary araka ny fanazavan’ireo mpitsabo dia ny aretin’ny lalan-drà indrindra ny resaka tosi-drà izay tsy mifidy taona, sy ny lozam-pifamoivoizana no tena maro tonga amin’izy ireo isan’andro

SOSIALY

Loza vokatry ny tsy fitandremana no nahazo ny fiaraben’ny kaominina Antsirabe raha nikasa handroaka fako teo Mahazina. Nijanona ilay fiara ary niala ny saofera ka teo no nitranga ny tsy nampoizina. Nihemotra nianavaratra mantsy ilay fiara satria fikarana ilay toerana saika hakana ny fako. Voalaza fa efa nasiany hidy hisatra amin’ny Tanana ny fiara saingy toa manotsotra hono izany ka nahatonga ny loza. Niezaka nanenjika ary saika hiditra anaty fiara ihany ny mpamily saingy tsy tratrany. Niteraka fitohan’ny fiara kosa ny fitangoronan’ny olona nijery ny fahavoazan’ity fiaran’ny kaomina Antsirabe ity ka niteraka fahasorenana ho an’ireo mpampiasa lalana.

Zazalahy kely miisa 183 no noforana maimaim-poana tany amin’ny kaominina ambanivohitra Sabotsy Namehana  afaka omaly Alarobia. Niarahan’ny kaominina tamin’ny dokotera Fidy Bariniaina izany izay mbola nampianatra sy  nanazava tamin’ny Ray aman-dReny ny fomba hitaizana ilay zaza. Tanjona moa raha araka ny fanazavan’ny Ben’ny tanàna Avotra Andriamosa ny hanamaivanana ny fahasahiranan’ny isan-tokantrano.

Mitaraina noho ny haratsian’ny lalana miazo ny faritra misy azy ireo mponina ao anatin’ny kaominina ambanivohitra Antsirabe II amin’izao fotoana izao. Misy  amin’ireo tanàna ao an-toerana mantsy raha araka ny vaovao voaray no tsy afaka mifandray intsony raha tsy amin’ny alalan’ny 4x4 raha sarety no betsaka misy any an-toerana. Mandeha dia an-tongotra lavitrabe vao afaka mifanakalo vokatra ireo tantsaha noho izany.

 

Hentitra ny fanaraha-maso ireo mpianatra mbola mivoaka mihazakaza vao maraina amin’izao eny amin’iny faritra Cité des assureurs eny Itaosy iny. Misy amin’izy ireo mantsy no tsy mihazakaza manatanjaka vatana akory fa manararaotra ny miaraka amin’ny olon-tiany ka ahiana hitera-doza. Na izany aza dia fantatra fa efa manomboka mihavitsy izy ireo.

Miezaka mivelona amin’ny herin’ny tenany ireo vehivavy voafonja tazonina ao amin’ny fonjaben’i  Manjakandriana. Ankoatra ny asa Tanana izay ezahin’izy ireo hamidy ety ivelany mantsy dia mamboly sy miompy ihany koa izy ireo tsy miandry fanampiana avy amin’ny Fitondram-panjakana.

Mitaraina noho ny hafitsok’ireo mpanendaka  amin’ny lalana  miazo an’ny 67 ha ireo mponina eny an-toerana amin’izao fotoana izao. Vehivavy iray indray mantsy no lasibatra afaka omaly. Nisy nanakalo vato miisa telo ny finday tsara tarehy  iray tao anaty pôketrany. Raha araka  ny fanazavany dia toa azon-torimaso iny nandritra ny fipetrahana lehilahy iray teo anilany ka tsy taitra intsony raha tsy tonga tany Itaosy.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Tora-kovitra ihany!

Nilaza ny fanjakana tamin’ny alalan’ny Ofisim-pirenena momba ny akoran’afo omaly fa tsy hisy fiakarany toy ny miseho isaky ny fiandohan’ny volana ny vidin-tsolika amin’ity volana jona ity.

 

Raha ny zava-nisy isaky ny fiandohan’ny volana nanomboka ny fiandohan’ity taona 2017 ity anefa dia niakatra hatrany ny vidin’ny solika. Mahagaga ihany hoe nahoana no tsy niakatra tamin’ity volana ity, kanefa dia izay foana no niseho hatrizay? Azo atao ihany izany ny mitazona azy tsy hiakatra, ka nahoana no tsy natao hatrizay fa amin’izao vanim-potoana tena mafana eto amin’ny firenena vao mody mandray izany fanapahan-kevitra izany? Matahotra mafy ny fipoahana ara-tsosialy ny fanjakana ka nisafidy ny tsy hampiakatra, ka mety nifampiraharaha tamin’ireo mpamatsy solika. Toa efa miseho daholo mantsy ny endri-pitokonana rehetra, ka sao ho tonga ihany ny pitik’afo kely handoro ny HVM sy ny forongony. Samy mitokona sy mitaky daholo ny vondron-kery toy ny mpanao politika efa manomboka mifanantona sy mamondrona hery. Ny sendika isan-tsokajiny ihany koa dia efa sesilany ny fitakiana sy fitokonana, raha tsy hilaza afatsy ny mpampianatra mpikaroka, ny fadin-tseranana, ny mpiraki-draharahan’ny fitsarana… Ny vahoaka sisa no toa mbola tsy rototra satria tena sahiran’ny fitadiavana sy mikaroka izay harapaka isan’andro.

 

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Sampana Fifohazana foibe FJKMHanatanteraka fotoam-pivavahana lehibe etsy Mahamasina

Fotoan-dehibe ho an’ny Sampana Fifohazana eo anivon’ny foibe FJKM ny datin’ny 09 Jona. Tamin’ny 09 Jona 1895 mantsy no niteny tamin’ny hovitrovitra tamin’i dada Rainisoalambo tao amin’ny toby Soatanana izay niara-nivory tamin’ireo mpianany 12 lahy ny Tompo

Pati

Tia Tanindranaza0 partages

Mpandrefy tany mpahayHamoaka injeniera 100 isan-taona

Tsy hamokatra olona ho injeniera fotsiny fa hamoaka olona afaka hanangana orinasa ho an’ny tenany, hisandrahaka manerana ny Nosy ny sekoly ambony politeknika eny Vontovorona sy ny holafitry ny mpandrefy tany mpahay eto Madagasikara (OGEM) manomboka izao.

 Vitsiana amin’ireo mpianatra  miomana ho injeniera eny anivin’ity sekoly ambony iray ity mantsy hatramin’izay no lasa mpandrefy tany mpahay. Tena afaka manao io asa io tsara anefa  ireo mpianatra ireo ary tsy voatery ho mpiasam-panjakana fa afaka manokatra orinasa manokana ho an’ny tenany mihitsy, raha araka ny fanazavan’ny filohan’ny OGEM Ranaivoarison Lucien. Manoloana izany  dia hiara-kiasa akaiky ny roa tonyta. Injeniera miisa 100 isan-taona no kasaina havoaka amin’izany, izay hovolavolaina ho lasa mpandraharaha hanana ny maha-izy azy mihitsy. Tsy manana afa-tsy kabinetran’ny mpandrefy tany 98 rahateo isika eto Madagasikara ankehitriny, izay mivangongo eto Antananarivo renivohitra ihany koa ny 50 %. Tanjona apetraky ny roa tonta ny hanangana orinasa mpandrefy tany miisa 1000 ao anatin’ny dimy taona, tetikasa hanomboka ny taona 2017 ho avy io, ka orinasa dimy hatramin’ny folo isaky ny distrika no tanjona amin’izany. Tontosa soa aman-tsara omaly tetsy Antaninarenina ny sonia fifanekem-piaraha-miasa teo amin’izy ireo.

Pati

Tia Tanindranaza0 partages

Mari-karaman’ny mpiasam-panjakanaTonga ny fotoana hanitsiana azy, hoy ny CTM-SSM

Namoaka fanambarana omaly ry zareo mpiasam-panjakana mivondrona eo anivon’ilay antsoina hoe CTM-SSM Randrambaon’ny sendika fa efa tokony heverina amin’izay ny hanitsiana ny mari-karaman’ireo mpiasam-panjakana.

Mirija

 

Tia Tanindranaza0 partages

ADEMANahazo fiarabe mpamono afo vaovao

Nahazo fiarabe mpamono afo vaovao voina vaovao iadiana amin’ny fahamaizana mety hitranga eny amin’ny seranam-piaramanidina ny orinasa ADEMA eny Ivato.

 Pati

Tia Tanindranaza0 partages

Fahafehezana ny vidim-piainanaMandainga ny fanjakana, hoy i Tabera R

Naneho ny heviny mikasika ny fahitany ny tatitry ny praiminisitra izay natao ny alarobia teo mikasika ilay filazana fa niakatra 4,2% ny harin-karena sy ny hoe voafehy ao anatin’ny 6,7% ny fidangan’ny vidim-piainana omaly ny minisitra teo aloha, Tabera Randriamanantsoa, raha naira-nitaky tamin’ireo namany ny hisian’ny mari-karama tokana amin’izay fa tsy ho boriboriana amina isan-jato lava izao intsony tetsy amin’ny Colbert Antaninarenina.

 Lainga na tatitra diso, hoy izy, no azon’ny praiminisitra raha nilaza fa voafehy ny vidim-piainana. Izy no mety hanaterana iaorta sy dibera any an-tranony isan’andro dia ny azy angamba no voafehy, hoy ity minisitra teo aloha ity, fa raha ny any aminay fotsiny izao raha 700.000 ariary teo ho eo ny omby iray teo aloha dia efa mahatratra 1.200.000 ariary izany ankehitriny. Any amin’iny faritry Sava iny dia efa 50.000 ariary ny vidin’akoho iray, hoy izy, raha tsy hilaza afa-tsy ireo fotsiny.

Mirija

Tia Tanindranaza0 partages

Taratasin’i JeanHifanao coucou ny farany!

Miarahaba ry Jean a ! Narahiko foana ho aho ny fivorianareo hatry ny omaly e ! Dia tena, hoy aho hoe: raha zazakely ireto dia angamba ilay be dongy be sy tsy mahalala afa-tsy hihinan-kanina fotsiny ireny. Amin’ilay maha te hanongo isak’izay mihetsika e! Mora baikona nefa mahay mandrahona ray aman-dreny koa.

Tena izany no fahitako anareo ireo ry Jean a! Atsy ho atsy angamba tsy hahamenatra anareo ao amin’io fivoriana fanaonareo io koa ry jean ny hifanao  coucou amin’ny havana sy olona akaiky anareo . Aiza ve ry Jean ka lera fisakafoana no mampiady hevitra anareo elabe nefa ny havanay any atsimo na ny hanina ho arapany aza tsy misy! Fanasoasoana an’i Dadatoa sy Nenitoa lasa any an-dafy foana no ataonareo kanefa ny zava-misy iainanay zandrinareo ato efa mila tsy ho zaka intsony. Tena efa miha mivaona mihitsy anie izany fiainantsika izany ry Jean e!

Marco  

Tia Tanindranaza0 partages

Depiote KathyMpanohana 100% ny fitondrana Rajaonarimampianina

Nazava tamin’ny fandraisam-pitenenana nataon’ny depiote Kathy avy any Mananjary, tamin’ny alarobia 31 mey teo teny Tsimbazaza, nandritra ny fifanatrehana tamin’ireo depioten’i Madagasikara sy ny governemanta Mahafaly Solonandrasana Olivier,

 fa mpandany tsy misy fepetra an’ireo lalàna hatolotra hodinihana eny amin’ny Lapan’i Tsimbazaza rehefa solombavambahoaka mpanohana 100% ny fitondrana Hery Rajaonarimampianina  tahaka azy ka tokony mba hovatsiana tetikasam-pampandrosoana maro any amin’ny distrikan’i Mananjary nahalany azy izay hireharehany fa hoe tena DISTRIKANY azy manokana raha ny vava navoakany tamin’izany fandraisam-pitenenana nataony izay nanao hoe : “Any amin’ny DISTRIKAKO”.

Ntsoavina Evariste

Tia Tanindranaza0 partages

Fitakiana ireo Nosy MalagasyAndao hatambatra ny hery, hoy ny CRAM

Namoaka fanambarana momba ny tokony hamondronana hery amin’ny hitakiana ny ireo Nosy Malagasy (îles éparses) izay mbola eo am-pelantanan’ny Frantsay ny Birao Nasionalin’ny CRAM (Cercle de Réflexion pour l’Avenir de Madagascar ) tarihan’Atoa Joel Harrison Marie René.

 

La Vérité0 partages

Meurtre à Ankaraobato - Six suspects à Tsiafahy

L’enquête concernant le meurtre d’un Belge de 76 ans, la nuit du 28 mai à Ankaraobato, évolue rapidement. Mercredi, la Brigade criminelle (Bc) a annoncé l’arrestation de 4 autres suspects, faisant ainsi grimper à 6 le nombre de personnes impliquées dans ce meurtre.

Hier, l’affaire a été déférée au Parquet et les concernées ont atterri à la maison de force de Tsiafahy, à titre provisoire. Les arrestations se sont déroulées respectivement à Ankaraobato, à Antohomadinika et à Ambatolampy. Selon la Bc, tous les paramètres susceptibles d’incriminer tous ces individus sont potentiels. Pour revenir dans les circonstances des interpellations, deux se sont produites la nuit même du drame où la Police a été alertée par l’existence d’une intrusion et d’agression de bandits à Ankaraobato. Des limiers de la section 4 de la Bc furent dont dépêchés sur place où le « fokonolona » a déjà pu appréhender 2 suspects. Lynchés par la foule, ces derniers n’ont eu la vie sauve que grâce à l’intervention des Forces de l’ordre. Durant l’enquête, il s’est avéré que les six hommes qui ont perpétré le forfait chez le Belge et sa conjointe malagasy, ont été équipés d’un pistolet automatique et de grands sabres. L’agression s’est soldée par le vol d’espèces en liquidité qui se trouvaient à l’intérieur d’une sacoche mais dont le montant n’a pas été déterminé, des dossiers, quatre téléphones portables ainsi que des cartes bancaires au nom du septuagénaire. L’interpellation des deux bandits à Ankaraobato, a ensuite provoqué un effet d’entraînement. Trois autres furent ensuite arrêtés à Antohomadinika, tandis qu’un quatrième le fut à Ambatolampy, ce dernier ayant cherché à prendre la fuite à Fianarantsoa. Tous auraient avoué que le fait pour eux d’avoir menacé le Belge avec un couteau à la tête, a provoqué sa mort.

Franck Roland

La Vérité0 partages

Mêmes effets

De retour de Paris, vers la fin d’année 2016, juste après le Sommet de la Francophonie, la lourde délégation conduite par le Chef de l’Etat, Hery Rajaonarimampianina, en personne, claironnait l’Alléluia. En effet, sous les bons auspices du Fonds monétaire international (Fmi) et de la Banque mondiale (Bm), l’Etat malagasy venait de bénéficier en vertu des accords de financement public et privé confondus le pactole de 10 milliards de dollars. Un record jamais atteint par tous les régimes qui s’étaient succédé auparavant. Les barons au pouvoir jubilaient.

Le pays allait, finalement, sortir des ténèbres de l’épaisse forêt de la misère. Le bout du tunnel n’est plus loin ! Les semaines et les mois passèrent, pas le moindre sou débarque ! Apparemment, les bailleurs se font attendre. Plutôt, il semble qu’ils préfèrent… attendre et voir, au lieu de s’impliquer dans une situation plus que préoccupante, une conjoncture sociale et politique aléatoire. Selon eux, les conditions requises ne paraissent pas encore satisfaites et ne s’apprêtent guère à l’injection de gros investissements. Il existe trop de risque à prendre ! En somme, la réalisation et la concrétisation des conditionnalités que les partenaires techniques et financiers imposent aux dirigeants du pays pour qu’il y ait décaissements effectifs se trouveraient très loin du compte. Dans ce genre de cas, la prudence est de mise. Un reflexe naturel que tout banquier ne se prive point.Alors, les tenants du régime, apparemment déçus, tentent de chercher d’autres issues. Le Chef de l’Etat déclarait, publiquement, qu’il est en train de « voir » d’autres possibilités de sources ailleurs, étant entendu l’urgence et l’importance des besoins à satisfaire. La caisse de l’Etat ne pourrait plus résister.L’histoire serait-elle en train de se répéter, ou bien, ce seraient nos dirigeants qui marchent à reculons et retournent vingt-cinq ans en arrière.Le tandem  Zafy-Andriamanjato, au pouvoir après les mouvements populaires de 1990 et ayant subi le gel de financements des bailleurs en relation directe avec les Institutions de Bretton Woods (Fmi et Bm), jugeait nécessaire de recourir à d’autres sources d’argent. En effet, Zafy Albert en tant que Président, élu, de la République et Andriamanjato Richard, arborant le titre de président de l’Assemblée nationale, faisaient des mains et des pieds pour « alimenter » la Bourse de l’Etat. Ils avaient engagé la responsabilité de la Nation dans des financements parallèles, voire douteux. De nébuleux et peu recommandables investisseurs débarquèrent. C’était le cas, entre autres, de ce « prince » de Liechtenstein qui fit jaser le microcosme politique de l’époque. Les réactions ne se faisaient pas attendre, notamment de la part des bailleurs traditionnels qui, non seulement, condamnèrent vivement le comportement des dirigeants de l’époque, mais entreprirent à les isoler. Sur place, l’opinion publique voyait de très mauvais œil la démarche et s’inquiétait des répercussions nocives de ces actes irréfléchis et irresponsables sur le devenir immédiat du pays. Au final, les députés à majorité Undd, parti de Zafy, avaient franchi le Rubicon et votèrent la motion de destitution du Chef de l’Etat. Le locataire d’Iavoloha, selon ses propres aveux, tentait de suivre le même itinéraire. Les derniers voyages à l’extérieur qu’il avait effectués, en Turquie et en Chine, en témoignaient. Les mêmes causes auraient-elles les mêmes effets ? Attendre et voir !

Ndrianaivo

La Vérité0 partages

« Iray volan’ny teny malagasy » - La politique nationale de la langue passée aux oubliettes

L’ouverture officielle du mois de la langue malagasy, s’est tenue jeudi dernier au siège de l’Académie nationale malagasy à Tsimbazaza. Pour cette année, le thème est  « la langue malagasy pour protéger l’environnement ». Entre autres les conférences-débats, tournant autour de ce thème, une exposition aura lieu au Tahala Rarihasina Analakely, du 7 au 28 juin  prochain.  Des clichés abordant la richesse de la langue malagasy, selon les recherches menées par des académiciens, professeurs et linguistes y seront présentés. Ainsi, chaque jour, un prospectus intitulé «  5 minitran’ny teny malagasy » sera diffusé  à la Radio nationale malagasy. En 2015, le Président de la République, Hery Rajaonarimampianina a honoré de sa présence la cérémonie d’ouverture de cette célébration. A cette époque, il a annoncé l’adoption d’une politique nationale de la langue malagasy. Un projet  annonçant la protection de la langue, qui est en voie d’extinction,  et  qui sera soumis à  l’Assemblée nationale. Pourtant, jusqu’à  ce jour, le  Président  n’a pas dit un mot sur ce projet, qu’il décrit « prochainement ». 6 000 langues  disparaitront  à la fin du siècle D’une part, la langue malagasy est en grand danger.  Elle risque de disparaître à tout moment. La disparition des langues est un processus qui a toujours existé.  Comme tant d’autres  langues, le malagasy  nait, vit, évolue et meurt. Chaque année, le dictionnaire « Rakibolana malagasy » s’enrichit de nouveaux mots. Pourtant, selon  une étude menée par l’Unesco, la moitié des 6 000 langues connues dans le monde pourrait disparaitre totalement d’ici la fin du siècle à cause de l’accélération avec laquelle ces disparitions s’opèrent aujourd’hui. Mais d’une part, la langue est un patrimoine culturel, une richesse, le symbole d’une certaine noblesse qui permet l’expression des idées les plus subtiles.Anatra R.

La Vérité0 partages

Athlétisme - Championnat national - Les anciennes gloires reviennent sur la piste

Le championnat de Madagascar d’athlétisme sur piste s’annonce très agité du 9 au  18 juin prochains au stade municipal d’Alarobia.

« Pas moins de 600 jeunes et 300 athlètes seniors vont se confronter durant ce sommet national. On va viser le maximum de participants dans ce championnat », ambitionne Norolalao Ramanantsoa.  Eau Vive, fidèle partenaire de la Fédération malgache d’athlétisme (Fma) depuis 2015, sera la boisson officielle de l’évènement.  Les compétitions seront réparties en deux étapes:  du 9 au 11 juin avec la catégorie jeune qui ouvrira le bal et du 16 au 18 juin, les athlètes de renom de la discipline de base malgache vont se défier pour défendre leurs titres. Douze ligues régionales et cinq sections  se mesureront durant ces six jours de compétition. L’innovation dans cette édition est  le retour des anciennes gloires de l’athlétisme malgache, si on ne cite que Toussaint Rabenala, Rosa Rakotozafy, Mahatana Jean de la Croix et les autres sur la piste dans un relais medley dans la catégorie vétéran.  Diverses animations sont au programme tout au long du championnat. 

Elias  Fanomezantsoa

La Vérité0 partages

40 milliards d’ariary de dettes à la Cua - Riposte du camp Rajoelina à l’équipe de Lalao Ravalomanana

Ancien directeur de l’Inspection générale, ex- médiateur et également ancien premier adjoint au maire au sein de la Commune urbaine d’Antananarivo durant la période transitoire, le docteur Nirhy-Lanto Andriamahazo est sorti de son silence hier pour répondre aux attaques lancées par l’actuel deuxième adjoint au maire de la Capitale, Julien Andriamorasata.

 

L’ancien haut responsable au niveau de la première magistrature de la Capitale, le docteur Nirhy-Lanto Andriamahazo s’est dit contraint de rétablir sa vérité après des accusations portées par l’actuel collaborateur de la maire Lalao Ravalomanana. Le deuxième adjoint au maire, Julien Andriamorasata, dans des propos rapportés par la presse locale, a accusé les présidents de délégation spéciale d’Antananarivo durant la Transition d’avoir laissé des dettes de 40 milliards d’ariary et d’avoir embauché 200 personnes qui ont utilisé de faux diplômes. Le docteur Nirhy-Lanto Andriamahazo a expliqué que c’était faux. Au cours d’un point de presse organisé hier dans la fin de l’après-midi à Ambodivona, ce proche de l’ancien maire de la Capitale Andry Rajoelina (2007 -2009) s’est interrogé sur certaines coïncidences dans les chiffres. « Un mois seulement après notre arrivée à la Commune en 2007-2008, nous avons également découvert un gap de 40 milliards d’ariary dans les comptes de la mairie. Aussi les chiffres qui ont été avancés nous paraissent étranges », a réagi d’emblée l’ancien responsable au sein de l’Hôtel de ville d’Analakely. 

Intimidations Le docteur Nirhy-Lanto Andriamahazo s’interroge par ailleurs sur la destination des « fonds restants » qui ont été laissés en héritage par les dirigeants successifs au niveau de la Cua durant la Transition. « Où sont passés les fonds qui ont été laissés ? » questionne-t-il.  Cet ex - responsable au sein de la mairie rappelle par ailleurs les « intimidations perpétrées par les précédents dirigeants au niveau de la Commune à l’époque où l’équipe dirigée par Andry Rajoelina, surtout au niveau des organes financiers » destinées à empêcher « le nouveau staff dirigeant d’avancer ». Pour rappel, avant l’accession de ce dernier à la tête de la mairie d’Antananarivo, le fauteuil avait été occupé par Hery Rafalimanana, qui a succédé à Patrick Ramiaramanana lui-même ayant succédé à Rajemison Rakotomaharo, qui avait occupé le poste, suite à l’arrivée de Marc Ravalomanana à la tête de l’Etat. Durant huit ans, ce sont donc des maires ou Pds issus du sérail Tiako i Madagasikara qui ont tenu les rênes de la Cua, comme actuellement avec Lalao Ravalomanana.

Entreprise de démolitionLe docteur Nirhy-Lanto Andriamahazo argumente par la suite en rappelant que le gap laissé par les précédentes équipes dirigeantes au niveau de la Cua en 2007 n’avait pas empêché l’équipe d’Andry Rajoelina d’arriver à construire l’actuel Hôtel de ville en un an seulement. « Personne ne donne sa confiance aveuglément et débloque des fonds pour la Commune s’il n’y avait pas une bonne gouvernance », a-t-il renchéri. Par principe de transparence, cet ancien responsable communal estime qu’il serait nécessaire de procéder à une publication des comptes de la mairie de 2007 à 2013 en passant par 2009. « C’est du droit de la population d’Antananarivo de connaître ces chiffres. Cela permettrait également de mettre un terme aux accusations en tout genre pour des raisons que nous ignorons ». Et le docteur Nirhy-Lanto Andriamahazo de conclure par un message à l’endroit des actuels dirigeants de la Commune. « Le panneau “Antananarivo” qui se trouvait sur la colline d’Ambonin’Ampamarinana contribuait-il à appauvrir la population malagasy au point de justifier son enlèvement obligatoire ? De même pour les statues érigées durant la Transition ? S’agit-il d’une entreprise de démolition ? ».Lalaina A.

Madagascar Tribune0 partages

La HCC confirme la date du 5 Juin pour la nomination du Premier ministre de consensus

La Haute Cour Constitutionnelle a donné sa réponse hier à la demande d’éclaircissement déposée par les avocats du Président sur la signification de la décision relative à la requête en déchéance du président de la République.

Déposée mercredi dernier à la HCC, cette demande d’éclaircissement voulue par Hery Rajaonarimampianina concernait les modalités d’application de l’avis n°18-HCC/D3 du 25 mai 2018 sorti par cette Haute Cour.

La HCC, plutôt rapide à donner son avis, a été cette fois-ci assez claire en disposant que « La cessation de fonction du Premier ministre et du Gouvernement a lieu suite à un Accord politique ou, faute d’accord, dans le cadre de l’exécution de la Décision n°18-HCC/D3 du 25 mai 2018 prise en application des dispositions constitutionnelles, soit le 5 juin 2018 au plus tard ».

La deadline à respecter pour Hery Rajaonarimampianina est donc celle du 5 juin prochain pour mettre en place le nouveau gouvernement de consensus. Et alors que tous s’attendaient à ce que le premier ministre Mahafaly Solonandrasana Olivier cesse ses fonctions à la fin de cette semaine, sa démission n’a finalement pas encore eu lieu. Cette démission, si l’on s’en tient à la décision de la HCC, devrait intervenir d’ici lundi pour que la nomination du premier ministre et du nouveau gouvernement de consensus puissent se faire avant le mardi 5 juin.

La HCC a également insisté sur le fait que « (Article 1-) Le délai pour l’adoption d’un Accord politique est de dix jours. Faute d’accord, les dispositions de la Décision n°18-HCC/D3 du 25 mai 2018 s’appliquent dans leur intégralité. (Article 2–) Les décisions de la Haute Cour Constitutionnelle entrent en vigueur dès le prononcé de la sentence dûment signée par les membres de la Cour ». Ainsi, le régime Rajaonarimampianina devra exécuter à la lettre la décision de la HCC, dont la mise en place de la Haute Cour de Justice, la mise en place d’un gouvernement de consensus et la réalisation d’une élection présidentielle anticipée. La balle est donc maintenant dans le camp du président de la République qui n’aura que ce week-end pour, soit trouver un accord politique avec l’opposition, soit exécuter la décision de la HCC.

La voie de l’accord politique semble avoir été perdue étant donné les évènements au Centre de conférences internationale d’Ivato hier où le CFM a été désavoué par la plupart des participants. De son côté, le MAPAR d’Andry Rajoelina, ayant déjà remis une liste de premiers ministrables, n’attend que la nomination de celle ou celui de leur camp qui prendra les commandes à Mahazoarivo.

Madagascar Tribune0 partages

La rencontre au sommet tombe plus bas : pas d’accord politique, ni réconciliation

Une pagaille. La deuxième journée de la rencontre au sommet initiée par le Conseil pour le Fampihavanana Malagasy (CFM) au Centre de conférences international d’Ivato, hier vendredi a tourné au vinaigre. Pas de décision prise, ni d’accord politique ou encore moins de réconciliation. Au contraire, la réunion s’est terminée par un « râlé-poussé », une dispute violente suivie des coups, laissant comme un goût d’inachevé.

Quelques heures après la fin des travaux des deux commissions chargées de trouver une issue à cette crise traversée par le pays actuellement, un soi-disant « résumé » de la concertation des politiciens a été lu par le Dr Hery Raharisaina. Un résumé à six points qui stipule entre autres la nécessité de la mise en œuvre d’une rencontre nationale, de la refondation et de la réconciliation nationale qui garantissent une nouvelle Constitution et la nomination d’un nouveau Premier ministre selon les dispositions de la décision de la HCC du 25 mai dernier relative à la requête en déchéance du Chef de l’Etat, Hery Rajaonarimampianina.

Des voix se sont très vite élevées, protestant contre ce résumé. « Ce n’est pas ce que nous avons décidé », « Ce n’est pas ce qui a été écrit », scandent la majorité des participants. Le CFM est désormais qualifié de « Menteur ». C’est le début du remue-ménage. Mais ce qui suit, notamment la coupure des micros des participants, la clôture sèche et rapide de la rencontre ainsi que la sortie des membres de bureau de cette entité en charge de la réconciliation nationale, est loin d’arranger les choses.

Les participants qui ont refusé de quitter la salle de réunion se sont mis alors à lire un autre « résumé » des travaux des commissions qu’ils qualifient « d’authentique ». Cette fois-ci, on parle d’un accord politique, d’un pacte de la refondation et de la réconciliation nationale ainsi que la mise en place d’une Haute autorité pour la refondation et de la réconciliation nationale. Voici un extrait de ce « résumé » :

Les acteurs et entités politiques signataires de ce pacte de la refondation et de la réconciliation nationale, après l’appel du 2 mai 2018 des forces armées et la décision 18/HCC d- relative à une requête en déchéance du président de la République, s’engagent, selon le présent accord politique, à :

Reconnaitre que depuis le 21 avril, Madagascar est entré dans une période de crise profonde que nous sommes en face d’une occurrence cyclique de crise nécessitant la mise ne œuvre urgente, immédiate et impérieuse de la refondation de la nation dès la signature de cet accord Adopter une convention pour la refondation et la réconciliation nationale, nouveau cadre juridique fixant les fonctions des nouvelles institutions. Mettre en place pour l’intérêt supérieur de la nation, une gestion inclusive et consensuelle de la mise en œuvre de la refondation par la création Haute autorité de la refondation nationale. Mette en exergue les intérêts du peuple malgache et s’engager pour le changement largement revendiqué par la majorité et garantir le respect de la démocratie dans tous ses aspects. Collaborer avec la communauté internationale disposée à accompagner le processus de la refondation et des élections futures d’une manière franche et sincère dans l’intérêt réciproque des différentes parties Assurer la continuité de l’état, le maintien de l’ordre public, le redressement national et le bien-être des Malgaches. Organiser des « fihaonam-bem-paritra, distrika », et un « fihaonambem-pirenena » afin d’impliquer toutes les forces vives de la nation au changement futur pour la refondation qui assureront le déroulement des élections libres et transparentes, reflétant la volonté de la population, sous la responsabilité d’un nouvel organisme national et indépendant.
Madagascar Tribune0 partages

Les transports en commun autorisés à circuler jusqu’à 17 heures

Suite à l’allègement de certaines mesures de confinement dans la région Analamanga comme l’élargissement jusqu’à 15 heures du délai des activités hors du foyer, tous les transports commun peuvent désormais circuler dans tous les quartiers d’Antananarivo jusqu’à 17 heures, selon le président du Centre de commandement opérationnel de lutte contre le Covid-19 et ministre de l’Intérieur et de la décentralisation, Tiana Harivelo Razafimahefa, hier.

« Les horaires de travail des transports en commun sont prolongés jusqu’à 15 heures pour assurer le transport des travailleurs du secteur privé et des fonctionnaires de l’Etat qui cesseront leur travail à 15 heures », selon le président du CCO-Covid-19.

« L’Etat continuera de se charger de la désinfection des véhicules de transport en commun. Quant au gel désinfectant, il sera dorénavant à la charge des coopératives ou des passagers eux-mêmes pour leur protection personnelle. Chacun doit respecter les gestes barrières de prévention de la contamination », rappelle le général Jeannot Reribaky, directeur général de l’Agence de transport terrestre ou ATT.

La restriction du temps d’activité des transporteurs jusqu’à 13 heures (pour les transporteurs urbains) ou même jusqu’à 15 heures (pour les transporteurs suburbains), de même que la limitation des places des passagers ont engendré des pertes en terme de recette pour les transporteurs durant le déconfinement progressif passé, selon les dires de ces derniers, et certains d’entre eux ont de ce fait interrompu leurs activités.

« Nous espérons que cette augmentation de l’horaire du travail va alléger un peu les pertes journalières des transporteurs. Seule la désinfection risque de nous faire perdre quelque temps, mais nous pourrons toujours nous arranger, car étant en état d’urgence sanitaire, nous ne pouvons pas nous attendre à ce que nos revendications soient satisfaites à 100% », selon Fidy Rakotoarimanana, président de l’Union des coopératives de transport suburbain ou UCTS.

Madagascar Tribune0 partages

Un éventuel ajournement n’est pas exclu à l’Assemblée nationale

Le projet de loi de finances rectificative (LFR 2020) devrait passer au niveau de l’Assemblée nationale demain, si l’on en croit à l’ordre du jour de la première session ordinaire de la chambre basse. Mais pour l’instant, le document en question ne serait pas encore arrivé au niveau des deux chambres. Ni le conseil des ministres de mercredi dernier, ni celui de samedi n’ont mentionné son adoption par les membres du gouvernement. L’ajournement de l’adoption de ce projet de loi au niveau de l’Assemblée nationale n’est pas en effet exclu.

Le conseil des ministres du 24 mai dernier indique que le document est en cours d’études au sein des membres du gouvernement. Celui de samedi a par ailleurs été focalisé uniquement sur la prolongation de l’état d’urgence sanitaire dans le cadre de la lutte contre la propagation de cette maladie dans le pays. Et pourtant, les députés et les sénateurs commencent à se demander où est ce document. Des organisations de la société civile commencent également à hausser le ton.

Ces organisations de la société civile impliquées dans le suivi budgétaire rappellent dans un communiqué diffusé vendredi dernier qu’ils se battent depuis plusieurs années pour que le projet de loi de finances (PLF) soit rendu accessible au public en même temps que son dépôt au Parlement, soit déposé dans un délai raisonnable pour permettre la tenue de débats sérieux et constructifs entre l’exécutif, le législatif et les citoyens avant son adoption et que les recommandations de la société civile et du secteur privé qui sont communiquées à l’Assemblée Nationale et au Sénat soient écoutées et prises en compte.

L'express de Madagascar0 partages

Rapport d’activité du gouvernement – Des députés demandent des comptes

La séance de rapport d’activité du gouvernement a duré deux jours. Bien qu’il se soit agit essentiellement d’un monologue parlementaire, plusieurs députés ont été singulièrement sévères.

Acerbes. Une fois n’est pas coutume, les députés n’ont pas ménagé le gouvernement durant le premier face-à-face d’hier.Certes, la séance s’est, une nouvelle fois, muée en monologue des élus de l’Assemblée nationale, après que Solonandrasana Olivier Mahafaly, Premier ministre, ait présenté le rapport d’exécution du programme du gouvernement, mercredi. Seulement, même affalés durant deux jours dans leurs sièges certains intervenants ont secoué l’équipe gouvernementale.« Si l’on écoute votre exposé, on constate que le gouvernement travaille. Seulement, nous parlons de gouvernement de combat et les principaux combats qui restent encore, à gagner sont ceux contre la corruption, l’inflation et l’insécurité. Ce sont les sujets qui ont un impact direct sur le quotidien de la population ». « Le rapport laisse penser que nous sommes vraiment en présence d’un gouvernement de combat, seulement, il reste un combat celui contre l’insécurité ».Ce sont des exemples de ce qui a été dit par des députés durant la séance d’hier. Comme attendu, les sujets brûlant de l’insécurité, l’inflation et la corruption ont été soulevés. « Le gouvernement doit faire un rapport concernant l’affaire Claudine Razaimamonjy, pareillement, sur le dossier Antsakabary qui sont des sujets d’actualité d’intérêt national », a lancé le député Jean Michel Henri, élu, à Ambovombe.Maître Hanitra Razafima­nantsoa, vice-présidente de la Chambre basse, elle aussi, a appuyé sur le dossier Razai­mamonjy. « Il s’agit d’une affaire de détournement de subventions exceptionnelles de l’État. Si l’affaire se déroule normalement, l’accusation ne peut pas ne se porter que sur une seule personne. Nous voulons savoir ce qu’il en est. Qui peut être poursuivi   Qui sont les intouchables   Et qui sert de cobaye   », a-t-elle soutenu.

ÉlectionLa députée Christine Razanamahasoa, quant elle, a soulevé la récente « mutinerie », des agents pénitenciers de Manakara. Soutenant qu’il pourrait s’agir d’une conséquence de la résistance de la propriétaire de l’AC hotel à la décision de Justice le plaçant sous mandat de dépôt, l’élue d’Ambatofi­nandrahana a vociféré « nous sommes face à une même situation car, il y a eu un antécédent ». Elle interpelle ainsi, le Premier ministre « à être intransigeant », dans la mise en place de l’État de droit.À l’endroit de Charles Andriamiseza, ministre de la Justice, l’ancienne garde de sceaux demande que « des mesures soient prises face à la situation ». La députée Lylyette René de Roland, elle a mis l’accent sur « la lenteur » de l’enquête mixte sur l’affaire Antsakabary.« Où en est l’enquête, trois mois après   Alors qu’il n’a fallu que quelques jours pour mettre en prison ceux qui seraient responsables du lynchage des policiers », a-t-elle lancé.Les élus réputés opposants au pouvoir ont certes, été les plus sévères. Comme la députée Michelle Ratsi­valaka, vilipendant « une politique de l’autruche, du verbiage, de l’inégalité ou de l’oubli », du gouvernement. Seulement, même les fervents défenseurs du pouvoir y sont allés de leur remontrance.Outre les « les flagorneries et les quémandages » d’usage, certains comme le député Niarisy Mara, ont pointé du doigt l’inefficacité de la lutte contre la corruption. Pour d’autres avocats de l’Exécutif, les réprobations concernent les promesses non concrétisées ou dont la réalisation tarde, comme l’a souligné le député Benja Urbain Andriatsizehena.La députée Kathy, quant à elle, déplore que, bien qu’elle soit l’une des ferventes fidèles du pouvoir, Mananjary, sa circonscription semble être la grande oubliée des actions de développement. D’autres semblent penser que flatter le gouvernement est une manière d’avoir ses faveurs. S’ensuivaient donc, des demandes en cascade.La plupart des députés songent déjà à briguer un nouveau mandat. Aussi, à un an et demi de l’élection, l’heure semble être à la demande de comptes au gouvernement pour laisser une trace au bon souvenir des électeurs. Un détail que n’oublient pas, même les zélateurs.

Garry Fabrice Ranaivoson

L'express de Madagascar0 partages

Toamasina – Un Parlement des enfants en vue

Les enfants seront initiés aux vraies valeurs de la démo­cratie. Ils deviendront ainsi de bons citoyens plus matures.

Place aux enfants. Un Parlement des enfants est en cours de constitution. « Il faut apprendre à nos jeunes ce que signifie la vraie Démocratie et à la pratiquer. Quand ils auront l’âge électoral, ces futurs citoyens comprendront mieux sa vraie signification, le fonctionnement et l’utilité du vote, du débat démocratique, des institutions de la République et de la vie patriotique en général », explique la ministre de la Population, de la protection sociale et de la promotion de la femme (MPPSPF), Onitiana Realy, pour insister sur l’importance de la mise en place de ce parlement des Enfants. C’était à Toamasina, hier, lors du lancement officiel du mois de l’enfance.Ce Parlement sera composé de vingt-cinq petits députés. Chaque région sera représentée par un enfant. Les enfants en situation d’handicap, ceux en situation de précarité et les orphelins rempliront les places. « Ils vont définir, eux-mêmes, les règles de l’élection », enchaine la ministre.Les membres de cette assemblée constituante seront regroupés à Antananarivo, cette semaine, pour des journées récréatives. Le 6 juin, ils seront en réunion avec la Commission sociale de l’Assemblée nationale au Palais de Tsimbazaza.Elke Wisch, représentante résidente du fonds des Nations unies pour l’enfance (Unicef), a salué cette initiative du MPPSPF. « La Convention relative aux Droits de l’Enfant, que Madagascar a ratifié il y a 27 ans, donne à chaque enfant le droit d’exprimer librement son opinion sur toute question qui l’intéresse. La Convention exige que les opinions des enfants soient prises en considération, selon leur âge et leur niveau de maturité », rappelle-t-elle.

Miangaly Ralitera

L'express de Madagascar0 partages

Vakinankaratra – Fin de mission pour trois volontaires japonais

Des missionnaires de la JICA ont terminé leur séjour de deux ans dans la région. Ce dernier contingent en compte vingt cinq.

Ayant débuté leur mission de volontariat au mois d’aout 2015, la mission de trois volontaires japonais touche à sa fin. Ils ont respectivement travaillé dans la circonscription scolaire d’Antanifotsy, au Centre de lecture et d’animation culturelle (Clac) de Betafo et avec l’organisation non gouvernementale de Tsinjoanjara à Antsirabe.Axés sur l’éducation et le développement communautaire, leur action a apporté beaucoup de changement dans leurs lieux d’affectation. « Le nouveau matériel d’éducation physique  et  sportive créé à partir de matières existantes, la formation donnée aux responsables et l’adaptation de nouvelles techniques à la préparation des cours ont motivé les élèves et les responsables », explique Tsubassa Ohira, volontaire japonaise dans la circonscription scolaire d’Antanifotsy et dans le collège d’enseignement général d’Ambohimandroso.De son côté, Shirakata Kota a fait de son mieux dans la sensibilisation et l’animation des gens à fréquenter le Clac de Betafo. Grâce à sa présence effective dans ce centre durant ces deux années, l’effectif des membres est passé de 300 en 2015 à 1 450 à l’heure actuelle.

AdaptationL’Agence japonaise pour la coopération internationale, Jica, se charge depuis 2002 de l’envoi dans la Grande île, de volontaires japonais, pour travailler au développement des communautés où ils sont intégrés. Une centaine de jeunes Japonais ont accompli leur mission à Madagascar. Aujourd’hui, ils sont au nombre de  vingt cinq dont onze travaillent dans les domaines de l’éducation, la santé et le développement communautaire dans la région Vakinankaratra.En général, le programme des volontaires vise le développement social et économique à travers les efforts ancrés dans les communautés où ils s’installent pendant deux ans. Outre l’éducation physique, l’animation des jeunes et le domaine de l’agriculture, la participation à différentes actions sociales,  en particulier le suivi de la santé de la mère et l’enfant ainsi que la formation en coupe et couture font également partie de leur action dans la région.Afin d’atteindre l’objectif, les volontaires de la Jica, qui sont qualifiés techniquement dans plusieurs domaines, s’adaptent à la vie quotidienne locale. Et ils essayent en même temps de favoriser les échanges culturels entre les deux pays.

Angola Ny Avo

L'express de Madagascar0 partages

Bande déssinée – La 13e édition de Gasy Bulles s’élance

Cette année, le festival de la bande dessinée Gasy Bulles privilégie les rencontres. Le festival qui s’affirme comme une plateforme pour les jeunes bédéistes, s’élargit encore plus.

Un événement fédérateur. Le festival Gasy Bulles rempile pour sa 13e édition du 9 au 17 juin, et promet d’envoûter, grands et petits, à travers l’imaginaire de ses artistes. De même, c’est un voyage artistique et créatif qui se proposera aux férus du neuvième art, dans sa programmation bien chargée.Portée actuellement par une jeune génération d’illustrateurs, bédéistes et dessinateurs, la bande dessinée continue sa quête pour retrouver une place d’honneur au devant de la scène culturelle nationale. Populaire et illustrant le folklore malgache, elle a su se refaire une nouvelle jeunesse à travers le festival Gasy Bulles qui fédère à la fois le jeune public et les afficionados du genre des années 80 et 90. « Le festival représente pour nous une preuve d’amour intarissable qu’on voue à la bande dessinée. Cette année, on se plaira à festoyer autour d’une passion commune pour cet art. De même, on accorde une place importante aux échanges et aux découvertes » souligne Raoto Andriatsihoarana, président de l’association de bédéistes « Tantsary » et organisatrice du festival.

À la conquête de la villeDeux semaines de festivités, d’échanges et de découvertes à travers la ribambelle d’expositions qui garnit sa programmation, s’ouvrent ainsi au public. Ce festival touchant toutes les générations, est destiné, aux amateurs de bande dessinée de tous âges. Gasy Bulles envahira de nouveau la Ville des Mille de ses couleurs et de ses histoires. De ce fait, l’exposition « Libres ensemble » envahit déjà l’Institut français de Madagascar à Analakely (IFM), depuis hier. S’ensuit pour la journée de demain, le « Bazar bulles » au Skate Park Okalou à Antanimena à partir de 10 heures où une exposition éphémère permettra de faire   découvrir les œuvres de talentueux bédéistes. Des animations caricatures et portraits-minute ainsi que d’autres surprises se découvriront.Une ribambelle de manifestations seront à apprécier, durant ces deux semaines.

Andry Patrick Rakotondrazaka

L'express de Madagascar0 partages

Football – Classement FIFA – Madagascar intègre le top 100

Pour la première fois depuis 1994, Madagascar retrouve le top 100 du classement mondial de la FIFA. La Grande île occupe la 97e position, après avoir grimpé de 14 places.

Histori­que. Le classement mondial de la FIFA vient d’être mis à jour, hier. Et Madagascar y occupe désor­mais la 97e position sur 211 nations, dans ce fameux FIFA Ranking dominé par le Brésil.La dernière fois que la Grande île avait figuré dans le top 100, c’était il y a vingt-trois ans. C’était au mois de février 1994 plus précisément, avec une 99e place à l’époque. Autant dire, ça remonte à belle lurette. Dans le classement publié hier sur le portail d’information de l’instance mondiale du ballon rond, Madagascar a réa­lisé la deuxième meilleure progression du mois.En effet, il a grimpé de quatorze rangs. Seule la Nouvelle Zélande, qui est juste devant à la 95e position, a fait mieux.Au niveau africain, la Grande île se trouve à la 24e place sur 55 pays. Le classement est dominé par l’Égyp­te, 20e nation mondiale. Quant au futur adversaire des Barea en élimi­natoires de la Coupe d’Afrique des Nations 2019, à savoir le Soudan, il est bien loin, à la 158e position mondiale. Si l’on réduit encore un peu plus le champ, Mada­gascar est 4e au niveau de la Cosafa et caracole en tête parmi les îles de l’océan Indien.

En phase de progressionAu mois de mars, la Grande île occupait encore le 137e rang mondial. Elle a glané dix-sept places en avril, neuf en mai et quatorze donc pour ce mois de juin. Ce qui explique son énorme bond jusqu’à cette 97e position. Et ce, grâce à ses quatre victoires enregistrées cette année en quatre sorties, soit deux face au Sao Tomé et Principe en tours préliminaires des éliminatoires de la CAN 2019 et deux autres face au Malawi au premier tour des qualifications du Championnat d’Afrique des Nations 2018.« Nous sommes en phase de progression actuellement. On avance, doucement mais sûrement. C’est vraiment une grande nouvelle de savoir qu’on réintègre le top 100 après tant d’années. Et je pense qu’on peut encore aller plus loin, vu les efforts fournis par tous les acteurs du football, les joueurs, les entraîneurs et les membres du staff technique et les dirigeants fédéraux », a réagi Njiva Rakoto­harimalala, ailier de la CNaPS Sport et des Barea, qui fait partie des sélectionnés pour le match de la semaine prochaine au Soudan.

Haja Lucas Rakotondrazaka

L'express de Madagascar0 partages

Biodiversité – Madagascar possède cinq nouveaux sites Ramsar

Cinq nouveaux sites malgaches viennent d’être désignés le 31 mai 2017 à la 53e réunion du comité permanent de la convention Ramsar, à Gland, en Suisse. Pour le World Wild Fund « c’est une excellente nouvelle pour la conservation de la biodiversité de Madagascar. »

La nouvelle vient de tomber. Et le communiqué de presse émanant du bureau malgache du World Wild Fund (WWF) est emphatique. Madagascar compte désormais cinq nouveaux sites Ramsar. Ils ont été désignés il y a deux jours, à la 53e réunion du comité permanent de la convention Ramsar à Gland, en Suisse. Et ces cinq tout nouveaux sites sont juste somptueux.La désignation de ces sites n’est pas automatique. Le WWF explique qu’il appartient à Madagascar en premier lieu, à travers notamment son gouvernement, précisément son ministère de l’Environnement, de l’écologie et des forêts, de solliciter la Convention Ramsar. La démarche se fait en collaboration avec les gestionnaires des sites et les organismes de conservation qui interviennent à Madagascar, dont le WWF. Ce dernier a été particulièrement actif dans l’appui de cette initiative nationale. L’organisme international de protection de l’environnement va d’ailleurs assurer la gestion de deux des cinq nouveaux sites, et le programme sur les écosystèmes d’eau douce de WWF International.

L’archipel des îles Barren se trouve à l’Ouest de la Grande île, au large de la ville de Maintirano.

Au total, Madagascar a inscrit dix nouveaux sites Ramsar cette année, après Antrema, Nosy Ve Androka, Sahamalaza, Ankarafantsika et Bemanevika en février. Globalement, Le pays compte maintenant vingt sites Ramsar avec une superficie combinée de plus de deux millions d’hectares. Leurs divers écosystèmes offrent des habitats pour une gamme extraordinaire d’espèces endémiques et menacées.La Convention sur les zones humides d’importance internationale, appelée Convention de Ramsar, est le traité intergouvernemental qui fournit le cadre pour la conservation et l’utilisation rationnelle des zones humides et de leurs ressources.

Les cinq nouvelles zones humides inscrites à la convention Ramsar 

– Zones humides de l’Onilahy : Le site est situé dans l’aire protégée d’Amoron’i Onilahy, dans le Sud-ouest de Madagascar. Il couvre un tronçon de 75 kilomètres de la rivière Onilahy inférieure. Le site se distingue par le degré élevé d’hétérogénéité de ses habitats ainsi que par le taux d’endémisme de sa flore et faune uniques. Il fournit des habitats clés pour une large gamme d’espèces animales : 27 mammifères, 56 reptiles, 79 espèces d’oiseaux, et l’espèce de poisson « Allenbatrachus meridionalis » dont l’identification est récente. WWF Madagascar a appuyé la création de la zone protégée, en assure la cogestion et aide les communautés dépendantes des ressources locales à identifier des moyens de subsistance durables alternatifs.

L’archipel des îles Barren se trouve à l’Ouest de la Grande île, au large de la ville de Maintirano.

-L’archipel des îles Barren s’étend entre 15 et 65 kilomètres au sud-ouest de la ville de Maintirano, dans le canal du Mozambique. La vaste diversité d’habitats préservés, sains et productifs favorise des écosystèmes exceptionnellement riches, dont 39 genres de corail et 150 espèces de poissons. Le site abrite cinq espèces d’oiseaux menacés, cinq espèces de tortues marines menacées, huit espèces de requins menacées et le cœlacanthe, en danger critique d’extinction. Un nouveau modèle de gestion des pêches visant à promouvoir les droits de l’homme et à protéger les zones de pêche de plus de 4 000 pêcheurs traditionnels y a été développé par WWF Madagascar.  Le site est géré par Blue Ventures.

Les mangroves du fleuve Tsiribihina.

-Les mangroves de Tsiribihina, dans la région Menabe, comprennent des lagunes, des bancs de sable, des plages de sel et de boue, des marais et des terres arides, et environ 20 000 hectares de mangroves (8,5% de la mangrove de Madagascar). Le site abrite le Propithèque de Verreaux et le renard volant « Pteropus rufus », ainsi que la tortue imbriquée. Le site abrite également 44 espèces d’oiseaux d’eau répertoriées.  Les mangroves de Tsiribihina se trouvent au cœur du paysage Manambolo Tsiribihina de WWF Madagascar.  Les communautés qui y vivent sont appuyées et soutenues pour assurer une gestion durable des ressources.

-Le lac de Sofia est situé dans la région Sofia, dans le district rural de Marotolana, au Nord de Madagascar. Le site se compose du lac permanent, des marécages à Cypéracées, de rivières et de cours d’eau sur les côtés en amont et en aval du lac. Le lac de Sofia abrite 36 espèces d’oiseaux d’eau avec cinq espèces en voie de disparition, dont l’ « Anas Melleri » en danger d’extinction. Le site est géré par The Peregrine Fund.

La tortue à grosse tête, vivant dans les zones humides d’Ambondrombe.

-Les zones humides d’Ambondrombe se trouvent sur la plaine de la basse rivière Manambolo dans la région Menabe, côte Ouest de Madagascar. Il s’agit d’une zone de conservation pour les espèces endémiques et menacées, telles que l’ibis sacré de Madagascar, le Pygargue de Madagascar, en danger critique d’extinction, et la tortue d’eau douce« Erymnochelys madagascariensis ». Le site est géré par Durrell Wildlife Conservation Trust.

Rondro Ramamonjisoa

Page réalisée en collaboration avec WWF Madagascar

L'express de Madagascar0 partages

Loisirs – La Planète Terrasse gravite autour de la danse de couple

Au fil des ans, la Planète Terrasse a forgé sa réputation en divertissant les familles et collègues de bureau après les rudes heures de travail avec la danse de salon. Une autre façon de décompresser et de tisser de nouvelles relations.C’est un endroit privilégié qui favorise la convivialité et le bonheur de la clientèle. Les gens y viennent en groupes ou seuls pour apprendre quelques figures de danse ou pour améliorer leurs performances. Du tango langoureux ou zumba dynamique, chacun a le style qui lui convient.Un professionnel en la matière s’occupe d’eux pour les initier ou pour les perfectionner dans différentes disciplines de danses de salon. Velomanoro Andriamaharavo Mickaël, le lauréat de la « Star de la danse », une émission d’une chaine locale de la capitale, se charge de transmettre son savoir-faire. Animateur, professeur de danse sportive et de danse afro-latino, il a dispensé des cours de danse de couple depuis 2012 à la Planète Terrasse à Ambohijatovo. Il y donne rendez-vous, à tout le monde, chaque vendredi à partir de 19 heures pour s’exprimer sur fond de musique latine. Laissez-vous tenter par cette ambiance conviviale, en famille ou entre amis. Et le rapport qualité-prix proposé par l’établissement ne fait qu’accroître le plaisir.

Ricky Ramanan

L'express de Madagascar0 partages

Athlétisme – Championnats de Madagascar – Les Jeux d’Abidjan dans le viseur

Comme chaque année, les championnats nationaux d’athlétisme sur piste catégories jeunes et toutes catégories se tiendront ce mois de juin. Ceux destinés aux jeunes, minimes U16, cadets U18 et juniors U20 se dérouleront les 9, 10 et 11 juin au stade d’Alarobia.Et les sommets réservés aux seniors auront lieu du 16 au 18 juin au même stade. Ces championnats verront la participation de douze ligues et cinq sections. « Ces championnats serviront de test de confirmation pour les athlètes membres de l’équipe nationale pour les jeux de la francophonie d’Abidjan Côte d’Ivoire », a précisé la présidente de la fédération malga­che d’athlétisme hier face à la presse.Ces jeux se tiendront du 21 au 30 juillet dans la capitale ivoirienne. La Grande île y sera représentée par quatorze athlètes dont deux expatriés en l’occurrence, le décathlonien Ali Kame et Franck Rodisoa Rabearison, pensionnaire du centre international de Maurice. Ce dernier prendra le départ des épreuves de 100m et 200m en Côte d’Ivoire.Marie Eliane Saholinirina ne sera plus de la partie même si elle était l’une des athlètes ayant obtenu à temps le minima. L’olympienne de Londres et de Rio a dépassé l’âge maximum requis pour les jeux, 35 ans.Mais cette pensionnaire du club de Sotteville France sera la seule porte-fanion du pays aux Mondiaux de Londres du 4 au 13 août. Mada­gascar sera aussi représenté au cham­pionnat du monde catégorie U18 au Kenya du 13 au 16 juillet par l’athlète de Sakaraha, Patrice Remandro, du club Cosrm 52.Ce dernier prendra le départ de l’épreuve de 400m. Mais ce mois de juin, la Grande île alignera également un athlète en la personne de Frédéric Nantenaina de 3FB au championnat d’Afrique U20 en Algérie.

Serge Rasanda

L'express de Madagascar0 partages

Transport aérien – Air Mauritius lance les offres vacances

À l’occasion de la première participation de la compagnie à la Foire internationale de Madagascar, Air Mauritius a pris l’initiative d’anticiper les prochaines périodes de vacancesen lançant de nombreuses offres.En plus des prochaines ouvertures des lignes vers Genève et Amsterdam d’ici le mois d’octobre, la compagnie aérienne propose aussi d’autres offres pouvant permettre aux voyageurs de profiter des services d’Air  Mauritius en toute quiétude. On notera entre autre l’offre «Buy One Get One Free» ou BOGOF permettant d’avoir deux billets pour le prix d’un. Par ailleurs, les usagers qui sont membre du programme de fidélisation de la compagnie auront l’occasion de n’utiliser que la moitié des miles accumulés tout en profitant du confort qu’Air Mauritius offre dans la classe business pour le vol Maurice/Inde.Toujours dans le cadre des tarifs promotionnels pour les grandes vacances, des réductions seront aussi disponibles pour les étudiants en voyage notamment à l’île Maurice, en Malaisie, à Singapour ou encore à Paris et même en Chine.

Harilalaina Rakotobe

L'express de Madagascar0 partages

Meurtre d’un belge – Six hommes gardés à vue

Quatre jours après le meurtre d’un ressortissant belge, à Ankaraobato, quatre présumés complices de deux meurtriers, pris en flagrant délit, se sont fait cueillir dans cette commune ainsi qu’à Andranomanalina. Au total, six hommes sont gardés à vue dans les locaux de la brigade criminelle à Anosy. Un autre impliqué dans cette affaire, soit le cerveauprésumé du hold-up doublé d’assassinat, est toujours  recherché, selon une source proche de l’enquête.Les coups de filet de la police se sont déroulés, hier matin. Le sabre utilisé par les meurtriers pour larder la victime, vieil homme âgé de 76 ans, a été saisi chez l’un d’entre eux. « Ces derniers pourraient comparaître devant le parquet ce jour si leur audition est conclue ce matin », a signalé la police judiciaire. L’épouse de la victime Guitki Jeanne Marie Natacha a confirmé que les tueurs n’étaient pas cagoulés lors du braquage. « Je me souviens d’eux. Je les ai bien regardés lorsqu’ils ont torturé à mort mon mari à côté de notre lit », a-t-elle raconté. De son côté, Jean Paul Ranaivoma­nana deuxième adjoint au maire de la commune rurale d’Ankaraobato a précisé que, « l’un des quatre suspects arrêtés hier, habite dans le même quartier que le Belge, à Ambohi­bahiny ».Le résultat de l’enquête de la police a révélé qu’aucun d’entre les six ouvriers du Belge n’a été épinglé dans cette affaire criminelle. La carte bancaire et les téléphones envolés lors de l’attaque à main armée n’ont pas encore été récupérés, selon les informations recueillies. « Les bandits ont requis cinquante millions d’ariary et c’est pour cela qu’ils ont emporté notre carte bancaire », a précisé la femme de la victime. Les funérailles auront lieu ce jour au cimetière des étrangers à Ambolon­kandrina.

Hajatiana Léonard

L'express de Madagascar0 partages

Manapatanana – La direction de l’environnement du Boeny se défend

Les débats sur la construction dans la zone inondable à Manapatanana se poursuivent au niveau des responsables. La direction régionale de l’Environnement, de l’écologie et des forêts (Dreef) de Boeny) se défend et  déclare qu’elle n’a délivré qu’un avis technique et non une autorisation de construire. « Cet avis technique est conforme aux lois en vigueur. Mais avis technique ne signifie pas autorisation de chantier. D’après le document de référence, c’est une zone naturelle boisée. C’est dans cette optique que le ministère auprès de la Présidence chargé des Projets présidentiels, de l’aménagement du territoire et de l’équipement a délivré une prescription d’urbanisme », explique le chef de service.Le Comité régional de l’environnement a publié un rapport et c’est le seul avis technique valable. Toutefois, il attend la décision finale du préfet de Mahajanga pour trancher. La commune urbaine de Mahajanga a suspendu l’autorisation de construire en octobre 2016, si elle a été autorisée en février de la même année.  En attendant, les habitants d’Amborovy s’inquiètent après la déclaration du chef de la région qui a  parlé du risque d’explosion des buses sous la chaussée en cas de reflux des eaux usées et en cas de marées montantes.

Vero Andrianarisoa

L'express de Madagascar0 partages

Rugby – CCCOI – FTM s’est envolé hier pour La Réunion

Fini le problème de visa, le FT Manjakaray est parti pour de vrai et sans crainte. Après un report de trois semaines, le club champion de Madagascar version 2016 s’est finalement envolé pour la Réunion hier après-midi pour disputer la coupe des clubs champions de l’océan Indien.Cette rencontre a été au début prévue se tenir le 13 mai. Le champion national en titre et champion d’Analamanga D1 élite 1 ou Top14 en 2015 et 2016 sera le premier club malgache qui disputera la coupe des clubs champions de l’océan Indien, à l’extérieur.D’habitude, ce tournoi régional destiné aux clubs champions seniors organisé tous les ans par l’association de rugby de l’océan Indien se déroule sur le sol malgache, depuis sa toute première édition. L’équipe porte-fanion de la Grande île y affrontera Saint- Paul, club champion de la Réunion. Le match aura lieu au Port le soir du dimanche 4 juin.Ce sera donc un match nocturne dont les malgaches n’ont pas encore l’habitude. La délégation de FT Manja­karay composée de vingt-sept membres dont vingt-quatre joueurs a été reçue hier par le ministre de la jeunesse et des sports.Le locataire d’Ambohi­jatovo a remis une enveloppe d’un million d’ariary en guise d’argent de poche à l’équipe malgache.

S.R.

L'express de Madagascar0 partages

Handicap – Des enfants s’épanouissent dans le sport

« Les enfants en situation de handicap ont droit à l’éducation civique », rappelle José Rajaonah, responsable des activités sportives au sein du centre « Les Orchidées Blanches». Ceci reflète l’événement « Vivre ensemble » qui touche à sa 26e édition cette année. Une compétition sportive a été organisée, hier, au Stade d’Alarobia pour marquer le coup. Dix-huit établissements dont dix centres spécialisés et huit écoles publiques et privées, ont participé activement à cette rencontre. D’après ce responsable, cette compétition vise à améliorer l’insertion sociale des enfants en situation de handicap. « Le rassemblement n’a discriminé personne puisque les enfants dits «normaux» ont été invités à partager ce moment avec les enfants en situation de handicap », explique t-il.Cet événement permet aussi de repérer les enfants qui peuvent participer aux Jeux des îles dans le handisport et de valoriser l’éducation, en termes de psychomotricité chez ces enfants. En effet, l’âge réel des enfants en situation de handicap diffère de celui d’un enfant normal. Il en est de même en ce qui concerne la taille. Pour un équilibre dans la compétition, que ce soit en endurance, en saut en longueur ou en course de vitesse, les enfants normaux âgés de 13 et 14 ans ont été désignés à faire la compétition avec eux. Les meilleurs athlètes ont reçu des médailles, à l’issue du concours.

M. A.

L'express de Madagascar0 partages

La ministre Realy tancée

Durant la longue séance de prise de parole des députés, une élue a, particulièrement, ciblé Oninitiana Realy, ministre de la Population, mercredi. Selon ce membre de l’Assemblée nationale, la ministre serait « inaccessible ». La députée a fustigé la ministre soutenant qu’« elle ne reçoit pas les députés et ne répond même pas au téléphone ».

L'express de Madagascar0 partages

Toamasina – Une affaire de mamans

Comme chaque année, après la fête des mères, l’école primaire catholique des sœurs de Saint Joseph de Cluny à Bazar-Be à Toamasina, a choisi une journée pour la célébrer, et c’était  mercredi. Elle a débuté par une grand-messe en présence des parents, surtout des mamans, et de tous les enseignants et élèves, depuis la petite section. Quelques représentants de ces derniers ont pris la parole pour souhaiter le meilleur aux mères, très émues. L’allocation de la sœur directrice qui a remercié les parents et les élèves a clôturé la cérémonie.L’établissement primaire catholique compte quarante employés dont 97% sont des femmes, pour la plupart des mères de famille. Elles contribuent toutes à l’apprentissage et à l’éducation de leurs  élèves. « Comme c’est une école primaire qui ne s’occupe que de petits enfants, l’enseignement est une affaire de mamans », conclut la sœur directrice.

Falinah Safidinirina

L'express de Madagascar0 partages

Lancement en fanfare

Le comité technique de l’organisation de la célébration du 57e anniversaire du retour à l’indépendance de Madagascar et des Forces armées tiendra une conférence de presse, ce jour, au ministère de la Défense nationale, à Amparibe. Une rencontre avec la presse qui devra donner le coup d’envoi des festivités. Pour l’occasion, les fanfares mobiles de l’armée, de la gendarmerie nationale et du gouvernement sillonneront les six arrondissements de la capitale.

L'express de Madagascar0 partages

RALLYE – 208 CUP – Forfait de dernière minute pour Olivier

Olivier Ramiandrisoa avait prévu de revenir en Peugeot 208 Rally Cup, ce weekend, à l’occasion du Rallye Terre de Diois. Mais le double champion de Madagascar 2012-2014 a dû déclarer forfait à la dernière minute.La voiture qu’il devait conduire n’est pas prête et il a préféré tout arrêter. Sage décision quand on sait que la sécurité prime avant tout. Il devrait finalement faire son retour en compétition au prochain rallye en Lozère.Olivier avait également prévu de courir avec un nouveau copilote, en l’occurrence Arnaud Cubizolles. Un habitué de la Peugeot 208 Rally Cup. Mais ils devront donc attendre pour leur première apparition dans le même cockpit.Deux autres pilotes malga­ches devraient, par contre, être au départ de ce Rallye Terre de Diois. D’un côté, on aura Toavina Rako­tomalala. Il sera au volant d’une Subaru Impreza en compagnie de Vincent Breynat.De l’autre, Lanto Randria­nandraina, qui sera aux commandes d’une Peugeot 207 avec Jean-Paul Caille dans le baquet de droite. Le Rallye Terre de Diois comptera treize épreuves spéciales, d’une longueur totale de 131,02 kilomètres. Les visites sont prévues ce ven­dredi et le coup d’envoi sera donné ce samedi matin.

H.L.R.

L'express de Madagascar0 partages

Grippe-sous

Le mois de juin est traditionnellement consacré à l’enfance et à la langue malgache. Deux thèmes importants mais malheureusement leur célébration est devenue une routine et ne traduit pas la place qu’on doit leur accorder. Le mois de l’enfance remonte à l’époque de Ratsiraka où le slogan était ressassé plus qu’il n’en fallait à l’image de toute propagande socialiste. Ratsiraka avait fait le pari de faire de la génération des années 80-90, les bâtisseurs de l’an 2000. Il en a fait des laissés pour compte de la société. Les chiffres sont effarants, à en juger les rapports des organismes internationaux sur la situation de l’enfance. Ils sont environ deux millions à être nés sans état civil. Des ONG s’occupent de leur cas a posteriori à travers des opérations Ezaka kopia pour rattraper la faute de l’administration mais cela ne suffit pas. Le nombre d’enfants nés sans acte d’état civil augmente chaque année à cause d’une pauvreté chronique. Ils n’ont aucun avenir et semblent réduits à devenir des sous-hommes, exclus de tout projet de développement et acteurs potentiels du banditisme malgré eux.L’éducation est en principe obligatoire et gratuite mais il n’existe aucune loi sanctionnant des parents qui n’envoient pas leurs enfants à l’école. Outre les droits fondamentaux recommandés pour un enfant, le droit à l’instruction reste le plus important.La malnutrition infantile, la mortalité infantile, la maltraitance des enfants en bas âge, le travail des enfants …restent des plaies béantes et préoccupantes concernant l’enfance.Le ministre de Population a lancé justement hier à Toamasina la « Génération ODD ». Une bonne initiative mais a l’allure où vont les choses, il faudra beaucoup d’efforts pour atteindre les Objectifs du développement durable concernant l’enfance. Néanmoins, le plus important est d’avoir fait le premier pas.La langue malgache a perdu ses fervents défenseurs l’année dernière à l’image de Henri Rahaingoson et Juliette Ratsimandrava. Le mois de la langue malgache se sent orphelin avec ses absences mais le slogan créé par Di « Je vénère ma langue et je maîtrise celle des autres » reste éternel.Mais comme la nature a horreur du vide, la grippe s’est engouffrée dans le wagon de ce mois de juin. Avec l’hiver qui arrive sans crier gare, elle frappe fort, d’entrée. Pour le moment, les autorités sanitaires parlent d’une grippe saisonnière mais il y a de quoi s’inquiéter quand on sait qu’à Maurice et à La Réunion, on dénombre quelques décès de la grippe H1N1. Reste à espérer que les autorités n’accorderont jamais un visa à cette redoutable grippe et que Claudine Razaimamonjy ne l’a pas contractée lors de son passage dans une clinique mauricienne.Dans tous les cas, on doit rester extrêmement vigilant. Une grippe H1N1, aviaire, espagnole, asiatique ou mexicaine, en rajouterait à une situation intenable pour beaucoup. On sait combien le système immunitaire de la population est précaire avec tous les manques, rendant toute alimentation convenable impossible. Et la santé n’est pas le domaine où le Malgache consacre la plus grande partie de son budget. Et avec la prochaine hausse des prix des carburants, il y a lieu d’être un horrible grippe-sou.

Par Sylvain Ranjalahy

L'express de Madagascar0 partages

Mayeur, victime d’un litige entre Antankarana

Malgré les bonnes dispositions de Lamboeny à recevoir Nicholas Mayeur, Corby et leur escorte, leur entrevue le 8 juillet 1775 dans la résidence du roi à Antsohihy, est quelque peu perturbée par un différend interne. Depuis longtemps, le roi est en litige avec l’un de ses cousins.« Cet homme ayant tué un particulier d’un coup de fusil, Lambouine avait ordonné la peine du talion que le meurtrier avait subie sur le champ. Le jugement venait d’être exécuté quand nous arrivâmes. »Bien que nullement concernés par l’affaire, les deux Français manquent de devenir des victimes car les parents des défunts prétendent qu’ils sont la cause de cette tragique affaire pour avoir « falsifié l’eau-de-vie » qu’ils ont vendue. « Et l’on conclut dans l’assemblée qui se tint à ce sujet, à nous exterminer tous pendant la nuit comme des empoisonneurs. Lambouine fit tout ce qu’il put pour amener ses gens à un parti plus modéré. »Mais voyant que cela ne fait qu’aigrir les esprits et craignant un soulèvement général, le Mpanjaka envisage de passer une partie de la nuit avec les étrangers. « Nous lui donnâmes amplement à boire pour qu’il ne pensât pas non plus à nous quitter. » Ne le voyant pas venir et sachant que les Français sont au fait de leur intention, les sujets du roi n’osent rien entreprendre. D’après Mayeur, ces intrigues sont dues à la malveillance du roi des Sakalava qui, en apprenant son voyage dans le Nord, a expédié des espions déguisés en marchands arabes.Le lendemain, Lamboeny les envoie chercher pour « boire le vin de miel ». Mayeur et Corby en profitent pour parler affaires, mais le Mpanjaka le reporte à une date ultérieure, une partie de ses gens étant occupée à des funérailles.Le 10 juillet, la conférence débute par le serment du sang pour marquer l’amitié et la fidélité, et se termine par un kabary. Une autre rencontre est prévue le lendemain, dont l’objectif est de réconcilier Lamboeny et son oncle Malay Mainty, qui se disputent l’autorité. « Nous en vînmes à bout non sans peine. Malaye Mainthi reconnut les droits de son neveu et nous obtînmes par serment l’assurance qu’ils vivraient désormais en bonne intelligence. »Le serment du 10 juillet permet d’aborder le sujet des affaires et l’objet principal du voyage des Français qui est l’exploration des côtes du Nord-ouest. Concernant la traite, Lamboeny tient à stipuler que « nous serions les seuls à qui on donnerait des bœufs aux prix habituels ». Ceux qui viendraient par la suite, les paieront au tarif pratiqué dans le Sud.Lamboeny se propose ensuite de les accompagner pour leur faire connaître l’Ouest, mais pas dans l’immédiat. « Il adoucit ce refus momentané dicté par la circonstance, par un présent de vingt bœufs fait en commun au général » indique le baron Benyowski. Mayeur envoie à ce dernier à Louisbourg dans la baie d’Antongil, le 17 juillet, quatre émissaires pour rendre compte du résultat de son voyage jusque-là. En attendant leur retour, les Français établissent leur campement où flotte leur pavillon  et font construire des cases.D’autres, envoyés précédemment à Rondo pour faire de la traite de bœufs, rentrent successivement les 26 et 27 juillet et leur apportent une nouvelle sur des Blancs dont le navire s’est échoué. « Deux vaisseaux se sont cantonnés à l’ouverture de la baie; l’un d’eux, un Français, a pris la fuite et a été poursuivi jusques par le travers de Sambava où il a été pris. Il s’est sauvé de ces vaisseaux deux hommes et une femme qui sont venus dans une chaloupe s’échouer à Bemarivou. Ils ont aperçu du monde sur le rivage et ont fui dans le bois, laissant dans la chaloupe un ballot de toile bleue, un sac d’argent et un sabre d’officier des volontaires. » La nouvelle du naufrage est confirmée par Manjakarivo qui vient d’arriver chez son cousin Lamboeny.Les deux courriers envoyés le 17 juillet à Louisbourg reviennent le 23 août, n’annonçant rien de neuf. Mais « quand chacun se fut retiré, les deux hommes vinrent voir Mayeur pour lui apprendre que le roi des Sakalava avait offert 200 bœufs au commandant général Benyowski.» À cette occasion, une grande assemblée s’est tenue à Louisbourg, qui devient tumultueuse et a eu des conséquences inattendues. Mayeur leur ordonne de ne rien dévoiler sur cette affaire.

Texte : Pela Ravalitera – Photo :  Archives personnelles

L'express de Madagascar0 partages

Le Président en Allemagne

Accompagné de quatre parlementaires, entre autres, Hery Rajaonari­mam­pianina, président de la République, est en visite en Allemagne. Un séjour durant lequel la délégation prési­dentielle, durant le premier jour, mercredi, a rencontré la commission pour la coopération économique et le développement du Parlement allemand. Développement de l’agriculture, transition énergétique et investissement ont été au menu des discussions. Durant ce voyage, le chef de l’État devrait prononcer un discours devant le Bundestag.

L'express de Madagascar0 partages

Natation – Jeux CJSOI – Dix nageurs sur les plots

La Grande île sera représentée aux jeux de la commission de la jeunesse et des sports de l’océan Indien (CSJOI) en natation. Les compétitions s’étaleront en trois jours, les 3, 4 et 5 juin à La Réunion. Madagascar y alignera dix représentants dont cinq garçons et cinq filles.Ces deniers ont été sélectionnés lors des récentes compétitions organisées par la fédération. Les sélectionnés sont Harifaly Tandria­naina et Mandresy Fali­ma­nana, tous les deux nés en 2003 et effectueront chacun dix épreuves.Deux autres nés en 2004, en l’occurrence, le numéro un national benjamin, Elie Rakotoniaina et Toavina Rakotobe auront au menu huit épreuves chacun. Et le cinquième nageur, est Mamihaja Andriampeno­manana, né en 2005 et disputera six épreuves. Les cinq filles qui figurent dans la liste de l’équipe nationale sont, quant à elles, Idealy Tendrinavalona, première au classement national benjamine et Johane Razafi­maharo, toutes les deux nées en 2004 et prendront le départ de dix épreuves.Deux autres nées en 2005, à savoir Aina Bijou Randria­manantenasoa et Amiel Rakotomahefa et effectueront chacune huit épreuves. Et la dernière, Ony Andria­naivo née en 2006 aura six épreuves au menu.La délégation malgache dirigée par un membre de la fédération en la personne de Rasoamanana avec un encadreur technique, Vonjy Randriamanantena, a quitté le pays hier soir. Ce sommet régional verra la participation des jeunes nageurs et nageuses de la Réunion, des Seychelles, de Maurice et Madagascar.

S.R.

L'express de Madagascar0 partages

Un enfant meurt de brûlures graves

Un enfant de 3 ans a trouvé la mort suite à un incendie qui a eu lieu à La Réunion Kely, dans la nuit de jeudi. La victime a succombé à l’hôpital vers cinq heures du matin à la suite de brûlures graves. C’est une bougie, qui a mis le feu à des couvertures, en serait à l’origine, selon la tante de la victime. Leur maison a été entièrement détruite par les flammes.

L'express de Madagascar0 partages

Une autopsie médico-légale

Cinq médecins légistes chinois ont été dépêchés par leur gouvernement pour ouvrir une nouvelle fois un « examen externe » des corps d’un couple chinois tué à Ivato, il y a deux mois. L’autopsie médico-légale aurait pris une journée hier à la morgue de l’HJRA. Cela a pour but d’éclaircir certaines zones d’ombre entourant le décès, selon les informations recueillies.

L'express de Madagascar0 partages

Deuxième titre pour Elgeco Plus – Deuxième titre pour Elgeco Plus

Comme on s’y attendait, Elgeco Plus s’est assuré du titre de champion d’Anala­manga, à l’issue de la seizième journée d’hier, à Carion. Et ce, suite à une large victoire face au FC Tana, la lanterne rouge de la Ligue 1, six buts à zéro.Auparavant, l’AS Adema a été tenue en échec par le COSPN, un but partout. Au classement général, Elgeco Plus est crédité de 39 points. Ses deux principaux poursuivants, AS Adema et Tana Formation, accusent un retard de huit longueurs, avec 31 unités chacun.Or, il ne reste plus que deux journées à disputer cette saison, soit un maximum de six points à prendre. Mathématiquement parlant donc, l’équipe de Careca, revenu sur le banc en milieu de saison, est désor­mais hors de portée. Il s’agit du deuxième sacre consécutif d’Elgeco Plus, un peu plus de quatre ans après la création du club.À cela s’ajoute ses deux victoires en Telma Coupe de Madagascar, en 2013 et 2014. Seul le trophée de la THB Champions League manque à son palmarès aujourd’hui.

H.L.R.

L'express de Madagascar0 partages

Vanille saisie

Quatre-vingt-sept kilos de vanille dont dix-sept kilos sont encore vertes ont été saisis par la gendarmerie au barrage routier d’Ankobakoba, dans le district de Befandriana nord, mardi aux alentours d’une heure du matin. Les marchandises ont été dissimulées dans les valises de trois hommes qui ont été également arrêtés pour enquête.

Midi Madagasikara0 partages

Mandraka : Kamiao nivadika, miaramila fito naratra mafy

Nivadika ny kamiao izay nitondra miaramila avy any Toamasina, omaly. Avy nanao sarin’ady tao an-toerana izy ireo ary handeha hitodi-doha aty Andrenivohitra no niharan-doza teo Mandraka. Tokony ho tamin’ny 11 ora omaly no nisehoan’izany. Miaramila fito no naratra mafy raha araka ny fanazavana azo momba ity lozam-pifamoivoizana ity. Nisy enina hafa ihany koa naratra, saingy mba tsy dia naninona loatra. Nentina faran’izay haingana taty An-drenivohitra ireo naratra mba ho fanavotana ny ain’izy ireo. Tao amin’ny hopitaly miaramila etsy Soavinandriana no avy hatrany dia nivantanan’izy ireo ireo. Avy nandray anjara tamin’ny sarin’ady “Ivondro 2017” izay miompana amin’ny fiambenana ny Ranomasimbe Indiana ny lohahevitra, ireo miaramila niharan’ny lozam-pifamoivoizana ireo. Nisy fotoana nivoaka ny fiara ny mpamily ary mety tsy voapetany tsara ny hisatra. Teo no nivarina tany anaty hantsana ilay fiara ary soa ihany fa mba tsy tany amin’irony avo be no nianjera raha tsy izany dia ahiana ho ratsy ny vokatr’izany.

D.R

Midi Madagasikara0 partages

Anosibe : Un enfant mort brûlé vif dans un incendie

Encore un problème de case en bois. La nuit du mercredi à jeudi, un garçon de huit ans a trouvé la mort dans un incendie survenu dans le quartier dit « La Réunion kely », longeant le canal Andriantany au niveau d’Anosibe. Le drame s’est produit quand une case en bois a pris feu vers 22 heures. Selon les témoignages des habitants, les cris d’alerte des enfants, qui étaient dans la maison en feu, les ont réveillés. Ainsi, ils se sont précipités à leur rescousse. En effet, deux de ses enfants ont été sortis indemnes. Le plus petit, âgé de 8 ans, fut grièvement blessé. Evacué d’urgence à l’hôpital, l’enfant a été envoyé directement au bloc opératoire. Malheureusement, il n’a pas survécu à ses blessures.

Ce sinistre devra attirer l’attention des autorités compétentes, notamment les responsables au niveau de la commune urbaine d’Antananarivo. Qu’ils prennent des mesures pour résoudre une bonne fois pour toutes, la prolifération des cases en plastique et en bois bordant le canal Andriantany qui constitue un danger permanent aussi bien pour la vie de ces pauvres gens qu’à la ville d’Antananarivo en général.

T.M.

Midi Madagasikara0 partages

Famonoana Ampanjaka tany Farafangana : Nadoboka am-ponja ilay ben’ny Tanana sy olona 12 hafa

Ny alatsinainy teo no natolotra teny anivon’ny Fampanoavana tao Farafangana, ireo olona 14 voarohirohy tamin’ilay resaka fitsaram-bahoaka sy vono olona ka nahafaty ampanjaka Zafisoro. Tao anatin’izany dia fantatra fa olona 12 no naiditra am-ponja vonjimaika ka anisan’ireo ilay ben’ny Tanana voarohirohy ho tompon’antoka tamin’ilay fitarihana olona hanao fitsaram-bahoaka ilay ampanjaka. Roa tamin’ireo voarohirohy kosa no nomena fahafahana vonjimaika. Tsiahivina, fa ny voalohandohan’ny volana Mey lasa teo no nitranga ity karazana vono olona niniana natao ity tao amin’ny kaominina Evato, Farafangana. Nolazaina fa isan’ireo nikasa hanafika sy nifofo ny ain’ny ben’ny Tanana tao an-toerana ity ampanjaka ity. Nandeha teo ny famotorana nataon’ireo mpitandro filaminana tany an-toerana ary nentina tany amin’ny birao ity farany. Teo anefa no niova ny toe-draharaha satria nitondra andian’olona maromaro ilay ben’ny Tanana, ary naka ilay ampanjaka tao amin’ny biraon’ny zandary, mody nolazaina fa ho kabariana amin’ny Dina. Tsy izany anefa no niseho fa kapa famaky avy hatrany teny amin’ny tendany no nihatra taminy ary dia namoy ny ainy avy hatrany ity ampanjaka Zafisoro ity. Nivadika ho tamin’ity raharaha ity indray ny fanadihadiana nataon’ireo zandary, satria dia misy resaka vono olona natao fanahy iniana tao.  Ny ampitson’io ihany dia olona valo no nosamborina. Hialana amin’ny mety ho korontana niseho anefa, dia voatery nalefa tany Fianarantsoa ireto olona ireto ary tany no nitohy ny famotorana. Taty aoriana dia nisy olona dimy hafa nosamborina izay voatery nalefa tany Vohipeno, noho izay fisorohana ny mety  hisian’ny fihoaram-pefy izay hatrany. Tao anatin’izay, dia nisy hatrany ny fandaminana ny sain’ny vahoaka, izay nidinan’ireo karazana tompon’andraiki-panjakana tany an-toerana. Rehefa nilamina tsara toe-draharaha vao io natolotra ny Fampanoavana tao Faranfangana io ireto olona voarohirohy ireto. Tsiahivina,  fa vono olona natao fanahy iniana sy efa noketrehina no anenjehana ireto olona ireto.

m.L