Les actualités à Madagascar du Lundi 02 Mars 2020

Modifier la date
Midi Madagasikara3 partages

Affaire CNAPS : 4 personnes MD, 3 autres sous contrôle judiciaire dont 1 ancien PM

Le dossier relatif à la construction des complexes sportifs de Vontovorona a été déféré au parquet du Pôle Anti-Corruption samedi. 

Colossale. C’est le moins que l’on puisse dire du préjudice subi par la Caisse Nationale de Prévoyance Sociale (CNAPS) suite aux nombreuses affaires de détournement qui ont secoué la société. C’est la raison pour laquelle ce dossier est considéré comme la priorité des priorités au niveau des autorités judiciaires. Le week-end dernier, le dossier Raoul Arizaka Rabekoto a connu un nouveau rebondissement. L’affaire concernant le détournement dans la construction des complexes sportifs de Vontovorona a été déférée au parquet du Pôle Anti-Corruption. Sept personnes soupçonnées d’être impliquées dans cette affaire ont été auditionnées aux 67Ha. Ces individus sont poursuivis pour favoritisme, abus de fonction, faux et usage de faux et détournements de deniers publics. A l’issue du déferrement, quatre personnes ont été placées sous mandat de dépôt à Antanimora tandis que trois autres, à savoir un employé de la CNAPS, l’ingénieur responsable des travaux et un ancien Premier ministre qui s’avère être le patron de l’entreprise ayant bénéficié de ces marchés entachés de corruption, ont été placées sous contrôle judiciaire. Le dossier étant encore en cours de traitement au niveau de la Justice, ce dernier est désormais interdit de quitter la capitale.

« Cinq étoiles ». 122 milliards d’Ariary. Ce serait la somme que les anciens dirigeants de la CNAPS dirigés par son ancien Directeur général Raoul Arizaka Rabekoto a débloqué pour la construction du centre de loisirs, équipé de complexes sportifs de Vontovorona. Le projet comporte la construction d’un hôtel et d’un héliport. D’après les informations, l’argent a été payé intégralement par la CNAPS mais le projet n’a pas été réalisé conformément à ce qui a été convenu. C’est l’inachèvement, notamment de l’hôtel « cinq étoiles » sur le site qui a fait l’objet de l’enquête au niveau du Bianco. En effet, suite à des doléances relatant des faits de corruption perpétrés par les responsables de ladite Société entre la période 2010 – 2018, le Bureau Indépendant Anti-Corruption (Bianco) a ouvert une enquête. Les investigations menées par Ambohibao ont abouti au déferrement de samedi. D’après les informations, la construction du bâtiment inachevé que tout le monde peut d’ailleurs confirmer à Vontovorona a conduit au paiement d’un avenant spécial d’une valeur totale de 15 914 975 885,97 Ariary (quinze milliards neuf cent quatorze millions neuf cent soixante-quinze mille huit cent quatre-vingt-cinq Ariary). 

Instigateur principal. Selon nos sources, le nom de l’ancien Directeur général de la CNAPS, Raoul Arizaka Rabekoto qui est actuellement en fuite en Europe et contre qui un avis de recherche a été pris, est encore cité comme étant l’instigateur principal dans cette affaire relative à la construction des complexes sportifs de Vontovorona. La Fédération Malgache de Football ayant envisagé son remplacement au poste de président de la FMF, il aurait demandé, par mail, 15 jours de maintien au poste. Il envisage certainement de solliciter le soutien de la FIFA. Quoiqu’il en soit, le patron de la FMF risque gros pour ces nombreux dossiers de malversations lui concernant qui sont en cours de traitement au niveau de la Justice. D’ailleurs, d’après les informations, le BIANCO ne va pas tarder à finaliser les autres dossiers CNAPS. Histoire à suivre.

Davis R

Midi Madagasikara2 partages

Doublons de CIN : Manœuvre déstabilisatrice

L’arrêt de la HCC du 8 janvier 2019 ne peut être remis en question

La déclaration du vice-président de la CENI relative, à l’existence de 562 275 doublons de Carte d’Identité Nationale (CIN) touchant 1 162 512 électeurs, a fait l’effet d’une bombe (à retardement) dans le microcosme politique.

L’annonce faite par Thierry Rakotonarivo a apporté de l’eau au moulin de certains membres de la classe politique qui avaient dénoncé les anomalies dans la liste électorale lors de la dernière présidentielle, quand bien même elle a été confectionnée en 2017, c’est-à-dire sous le précédent régime. Plus précisément du temps de Mahafaly Solonandrasana qui portait la double casquette de PM et de ministre de l’Intérieur. Ce qui n’a pas empêché des politiciens de faire le raccourci pour le mettre sur le dos du pouvoir en place alors que l’actuel président de la République avait lui-même pointé du doigt les imperfections voire les manipulations de la liste électorale qui l’avaient peut-être privé d’un « premier tour dia vita ». Visiblement à sa portée, compte-tenu de l’affluence monstre à chacun de ses meetings électoraux aux quatre coins du pays.

Exemple du Malawi. Du …coup (au propre comme au figuré), force est de se demander si la déclaration du vice-président de la CENI n’est pas une manœuvre déstabilisatrice pour ne pas dire de déstabilisation qui vise à transposer à Madagascar l’exemple du Malawi où la Cour Constitutionnelle a annulé le 4 février dernier, l’élection présidentielle du 21 mai 2019 qui avait porté Peter Mutharika à la tête de son pays. Estimant que le vote a été entaché d’irrégularités, le juge d’ordonner la tenue d’un nouveau rendez-vous avec les urnes dans les 151 jours.

Aucun recours. Sans parler du droit anglo-saxon qui est différent du modèle malgache d’inspiration française, le scénario malawite est impensable pour la présidentielle de 2018 dans la Grande Ile au regard de l’article 120 de la Constitution qui dispose que « les avis et décisions de la Haute Cour Constitutionnelle sont motivés ; ils ne sont susceptibles d’aucun recours. Ils s’imposent à tous les pouvoirs publics ainsi qu’aux autorités administratives et juridictionnelles ». Dans le cas d’espèce, il s’agit de l’arrêt n°01-HCC/AR du 8 janvier 2019 portant proclamation des résultats officiels du second tour de l’élection présidentielle du 19 décembre 2018. En tout état de cause, les doublons évoqués par le numéro Deux de la CENI ne peuvent pas s’appliquer rétroactivement à la présidentielle de 2018 au cours de laquelle le candidat Andry Rajoelina avait d’ailleurs perdu dans les circonscriptions touchées par les opérations CIN. Pour ne citer que l’Androy, l’Atsimo-Andrefana et la SAVA où le verdict des urnes n’a pas toujours fait le bonheur du candidat numéro 13. 

R. O 

Madagate2 partages

Ambohimandroso. Nandalo tao ny "Caravane" Rodobe ho an'ny Fahasalamana sy ny Zon'ny Vehivavy

Alahady 01 Marsa 2019. Niainga teo Andrenivohitra nizotra nianantsimo ny “Caravane” Rodobe ny ho an’ny Fahasalamana sy ny Zon’ny Vehivavy, izay iarahana amin’ny Minisiteran’ny Mponina sy ny eo anivon’ny Fiadidian’ny Filoham-pirenena misahana ny Asa sosialy. Hetsika izay niompana amin’ny fizaham-pahasalamana ho an’ireo vehivavy sy ny renim-pianakaviana ary ireo mitondra vohoka, ary tafiditra amin’ny herinandro ny fanamarihana ny Andro eran-tany ho an’ny Vehivavy.

Andro iraisam-pirenena ho an’ny Vehivavy izay mitondra ny lohahevitra : « Izaho sy ianao, isika rehetra miombon’andraikitra hisitrahan’ny vehivavy ny zony » ka iresahana ny momba ny Zon’ny Vehivavy sy ny Fahasalamana, mandritra ny herinandro (01 martsa ka hatramin’ny 08 martsa 2020).

Nosafidiana manokana ny lohahevitra mba hifandray amin’ny fanentanana sy ny fanabeazana ny tsirairay, satria manadanja ny fampiharana ny Zon’ny Vehivavy ary hiankinan’ny Fampandrosoana ny Firenena. Ny Zon’ny Vehivavy, raha tsiahivina, dia tsy hafa akory fa mitovy ny Zon’ny rehetra izay tokony hisitrahany, ka anisan’izany fananana Zo hianatra. Eran-tany anefa, ary indrindra indrindra eto Madagasikara, dia “mbola maro ny ezaka atao ho fanatratrarana izay fampiharana ny Zon’ny Vehivavy izay”, araka ny fanazavana ny hetsika nataon'ny Tale Jeneraly ny Fiahiana Ara-tsosialy sy ny Fampivoarana ny Vehivavy, Ramatoa Rova Rabetaliana (MPPSPF).

Ny kaominia Ambohimandroso, Distrika Antanifotsy, no nisantarana ny fizaham-pahasalamana sy ny fanentanana ny zon’ny vehivavy.

Ambohimandroso izay ahitana mponina 60.000 ary saika ny vehivavy sy ny ankizy no maro araka ny fanazavana nomen’ny Benin’ny Tanàna Ramatoa Razafindravao Volahanta. Mbola marefo ihany koa ny mponina raha ny lafin’ny fahasalamana no resahina. Zava-dehibe izao hetsika karakarain’ny minisiteran’ny Mponina izao, satria tena ilaina eo amin’ny mponina ny fampafantarana izay Zon’ny Vehivay izay. Nisy rahateo ny fanentanana sy fihainoana ireo mponina niatrika ity lanonana ity.

Nojerena tsirairay ihany koa ny fahasalamanan’ireo mponina. Nisy rahateo ny “Clinique mobile” izay miara-dia tamin’ity Rodobe ho an’ny Fahasalamana sy ny Zon'ny Vehivavy ity. Tao ireo nozahana momba ny tosi-drà; ny fitsaboana eo amin’ny lafiny ankapobeny niarahana tamin’ny DASP; ny fanazavana ny fahasalamana ara-pananahana; ny fisafoana ho an’ireo vehivavy mitondra vohoka; ny fizahana ny homamiadana ao amin’ny tranon-jaza, sns. Marihina fa nisy fanomezana fanafody maimaimpoana ho an’ireo izay nozahana.

Soratra sy sary : Andry Rakotonirainy

Midi Madagasikara1 partages

Violence sexuelle sur les mineurs dans l’Androy : Le Fihavanana et le firaisan-kina au détriment des vic...

La gendarmerie de Tsihombe mène des actions de sensibilisations contre les violences basées sur le genre.

Peu de familles de victimes de violence sexuelle ou de violence physique de l’Androy osent dénoncer les faits auprès des autorités locales par peur de briser le fihavanana. 

« Le fait pour une victime de violence sexuelle ou d’autres violences basées sur le genre de dénoncer un cas auprès de la gendarmerie est considéré par la communauté comme un acte de plainte tendant à se terminer par une poursuite judiciaire ». Ce sont là les propos du gendarme principal de classe exceptionnel Clovis Randrianiaina, commandant de brigade Tsihombe pour dénoncer le poids de la culture sur la situation des violences basées sur le genre dans l’Androy. Notre interlocuteur de noter que : « ce sont les familles des victimes qui n’acceptent pas de dénoncer des cas par peur de porter atteinte au Fihavanana et au Firaisan-kina qui prévalent dans leur village ou encore dans leur fokontany ». Une pratique qui ne considère pas les droits de la victime et qui limiterait les marges d’action des autorités locales si l’on s’en tient toujours aux explications de Clovis Randrianiaina. Le responsable de renchérir « si personne ne dénonce les cas, la gendarmerie ne peut rien faire pour aider les victimes. Une chose est toutefois à noter, dès que l’on est en mesure d’avoir des informations sur d’éventuel cas, on n’attend pas la famille pour faire état de la situation, on agit directement et on mène notre enquête ». Pour Tsihombe en particulier, « deux cas de viol sur mineurs ont fini par des règlements à l’amiable entre la famille de la victime et celle de l’agresseur lors de l’année 2019 » d’après les chiffres avancés par la gendarmerie nationale. Le centre d’écoute et de conseil juridique de Tsihombe quant à lui avance « qu’il y a de nombreux cas signalés » et que « deux agresseurs de viol sur mineur sont actuellement en prison suite à des actions de poursuite judiciaire menée cette année ». Il conviendrait de noter que ledit centre vient d’être doté de matériel de bureau par l’UNFPA ou Fond des Nations Unies pour la Population. 

Décente. La gendarmerie de Tsihombe avance une certaine propension de viol sur mineur depuis 2018. Une tendance que le commandant de brigade de Tsihombe qualifie de « nouveauté » ces dernières années. « Peut-être que des cas existent dans des communes ou villages aux alentours de Tsihombe mais nous n’en avions pas entendu parler. Depuis deux ans, nous avons pourtant recensé deux chaque année », explique-t-il. Avant de soulever la nécessité pour « tous les acteurs œuvrant dans le domaine de la protection des mineurs et de la femme à adopter une approche préventive partant de la base ». « Il est temps pour les acteurs de la lutte contre les violences basées sur le genre de quitter leur bureau, de faire des descentes sur terrain et de sensibiliser autant que possible les communautés de base sur ce qu’il faut et ce qu’il ne faut pas faire, sur les droits de la femme et du mineur, sur les méfaits du viol et les sanctions prévues par la loi », avance Clovis Randrianiaina. Ce dernier d’insister sur l’importance des actions de préventions en faisant savoir que « des actions de sensibilisation au niveau communautaire limiteraient les entorses à la loi ». Ainsi pour le commandant de brigade de la gendarmerie de Tsihombe « une population suffisamment sensibilisée connaît ce qui lui est permis de faire. Une fois cette situation acquise, le nombre de cas de violences basées sur le genre va automatiquement diminuer ». Reste à savoir si la population en question va accepter d’abandonner certaines pratiques qu’elle a prises pour des normes sociales, voire naturelles.

José Belalahy

Midi Madagasikara1 partages

Mbola Rajaonah : Perquisition en son domicile à Ambohimahitsy

Le service des douanes et celui des impôts commencent la procédure de saisi des avoirs de Mbola Rajaonah. Samedi dernier vers 11h, des éléments des Forces de l’ordre, une quinzaine de gendarmes environ, ont effectué une descente au domicile de ce dernier à Ambohimahitsy. Les observateurs ont, tout de suite songé à une nouvelle perquisition. Il convient en effet de noter qu’au mois de novembre 2018, une perquisition a déjà été effectuée sur le lieu. Selon nos sources, ce ne serait pas une perquisition qui a été effectuée samedi dernier. Il s’agissait plutôt du début de la procédure de saisie conservatoire des avoirs de l’ancien Conseiller spécial de l’ex-président Hery Rajaonarimampianina. D’après les informations, des agents des services des douanes et des impôts auraient commencé l’inventaire des biens meubles et immeubles de Mbola Rajaonah. Une autre descente serait encore prévue cette semaine dans ses résidences et bureaux. Pour le moment, aucune information officielle émanant des responsables concernés n’a été donnée. Le gardien de la résidence de Mbola Rajaonah à Ambohimahitsy quant à lui a expliqué qu’il n’y a plus personne qui réside dans ce bâtiment. Ce dernier a aussi fait savoir que les agents ayant effectué la descente de samedi dernier ont présenté un mandat en bonne et due forme.

Davis R

Midi Madagasikara1 partages

Football – CAN 2021 : 19 expatriés sur 20 contre les Ivoiriens à Abidjan

Nicolas Dupuis justifie son choix sur les performances.

La mission sera confiée à une ossature d’expatriés le 27 mars prochain à Abidjan pour le match aller dans le cadre des éliminatoires de la Coupe d’Afrique des Nations 2021 au Cameroun. 

Sans surprise. Nicolas Dupuis a convoqué 20 joueurs dont 19 expatriés pour le match aller de la double confrontation face à la Côte d’Ivoire prévu pour le 27 mars prochain à Abidjan dans le cadre des éliminatoires de la Coupe d’Afrique des Nations 2021 au Cameroun. Les 16 joueurs sur les 19 expatriés ont disputé la dernière CAN en Egypte en 2019. William Gros et Dabo Ibrahim, absents lors des deux journées font leur retour au sein de la sélection en remplacement de Njiva Rakotoharimalala et de Dax Arohasina qui n’ont pas été convoqués par le technicien français. Les trois nouvelles recrues figurent bel et bien dans la liste à savoir Hery Bastien, Alexandre Ramalingom et Hakim Abdallah. « Je suis très content et fier d’être sélectionné avec les Barea », a déclaré Alexandre. Lui qui pourrait porter le numéro 8, mais rien n’est encore sûr. Seul, Théodin Ramanjary, le défenseur de Fosa Junior, fera le déplacement dans la capitale économique ivoirienne. « Le choix des joueurs s’est basé surtout sur les performances. Morel, on est obligé de le convoquer, il est très important pour nous d’autant qu’il va pouvoir reprendre avec son équipe avant le match », a souligné Nicolas Dupuis. Leader provisoire du groupe K avec 6 points, les Barea de Madagascar n’auront pas droit à l’erreur face à Gervinho et compagnies. « Face aux Ivoiriens, on ne va pas surtout mettre deux joueurs pour suivre Pépé ou Gervinho. Nous savons tous que la Côte d’Ivoire est l’une des meilleures équipes du continent, mais, nous allons jouer notre jeu comme nous l’avons fait contre le Niger. Il ne faut pas oublier que tout le monde nous craint aussi », a continué Dupuis. Une sélection ivoirienne qui n’a pas d’entraîneur à 25 jours de cette double confrontation décisive pour les deux camps. Selon le site officiel de la fédération ivoirienne de football, le futur sélectionneur des Eléphants sera connu d’ici mercredi à l’issue de la réunion du comité exécutif. Quatre noms circulent déjà à savoir Sébastien Desabre, Paulo Duarte, Alain Giresse et Albert Cartier. Pour cette double confrontation, les Barea mettront encore les maillots et équipements Garman. « Le contrat prendra fin officiellement le 26 avril et pour ces rencontres, nous serons encore avec Garman », a annoncé Nicolas Dupuis. Pour le match retour du 31 mars, il a fait appel à cinq joueurs locaux.

T.H

La liste

Gardiens :– Melvin Adrien (FC Martigues, France)– Ibrahim Dabo (JS.Saint-Pierre, La Réunion)

Défenseurs 

– Pascal Razakanantenaina (JS.Saint-Pierre, La Réunion)– Théodin Manajary (Fosa Juniors FC, Madagascar)– Jérôme Mombris (Grenoble Foot 38, France)– Romain Metanire (Minnesota United, USA)– Thomas Fontaine (FC Lorient, France)– Jeremy Morel (Stade de Rennes, France)

Milieux de Terrain– Anicet Andrianantenaina (C) (PFC Ludogorets, Bulgarie)– Marco Ilaimaharitra (Charleroi SC, Belgique)– Rayan Raveloson (ESTAC Troyes, France)– Ibrahim Amada (Al Kohr FC, Qatar)– Bastien Hery (Linfield FC, Irlande)– Dimitri Caloin (Sans Club)

Attaquants – Carolus Andriamahitsinoro (Al Adallah FC, Arabie-Saoudite)– Alexandre Ramalingom (RE Virton, Belgique)– Lalaina Nomenjanahary (Paris FC, France)– Hakim Abdallah (FC Nantes B, France)– Paulin Voavy (Misr Al Makasa, Egypte)– William Gros (AS Vitre, France)

Les joueurs pour le retour

– Razakanirina Rakotoasimbola (GB – AS Adema)– Arnaud Randrianantenaina (ATT – Cnaps)– Ando Rakotondrazaka (DEF – Cnaps)– Maminiaina Safidy Rafenoarisoa (MIL – Elgeco Plus)– Jean Claude Marobe (DEF – Fosa Junior)

Tia Tanindranaza0 partages

TAFA MANOKANAGuy Rivo RandrianarisoaMilaza ny zava-misy marina…

Anisan’ny nanaitra ny mpanara-baovao ny tsy nahitana an’Atoa Guy Rivo Randrianarisoa teny amin’ny Yandi By Pass nandritra ilay

 

fihaonamben’ny tompon’andraikitra eo anivon’ny TIM (Tiako I Madagasikara) ny 26 febroary lasa teo. Fantatra avy eo fa hay izy efa tsy teto Madagasikara fa lasa tany ivelany ary mbola any hatramin’izao. Niezaka nanontany azy sy naka vaovao taminy ny Gazety Tia Tanindrazana ka niresahana ny momba azy, ny TIM, ny fifandraisany amin’ny filoha Marc Ravalomanana.

 

Tia Tanindrazana(TT) : Miarahaba anao Atoa Guy Rivo, elaela ianao tsy tazana ary inona no antony tsy nanatrehanao ilay fihaonamben’ny TIM farany teo ?

Guy Rivo Randrianarisoa (GR) : Miarahaba, raha ny tena marina dia efa tamin’ny tapaky ny volana janoary aho no tokony ho any ivelany saingy nisy zavatra tsy maintsy mbola nokarakaraina dia taty amin’ny volana febroary vao tafainga, efa tsy teto an-toerana aho tamin’iny fihaonambe iny.

TT : Mahoraka be ny hoe manana olana amin’ny TIM ianao ?

GR : Samy manana ny filazany moa, fa ny azoko ambara dia TIM aho ary mbola TIM. Miresaka tsara amin’ny filoha Ravalomanana aho ary mialoha kelin’iny fihaonambe iny aza mbola niantso ahy an-telefaonina izy ary niresaka tsara izahay.

TT : Misy milaza fa efa namadika palitao ianao, ahoana ny momba an’izay ?

GR:Nisy tokoa ny feo nivoaka fa nandefa CV aho fa te ho minisitra, na te ho governora. Marihako fa feo nivoaka avy ao amin’ny TIM io no niparitaka. Misy olona manana fomba fiasa hafahafa mantsy ao…Tsipihako mazava ary averiko indray fa TIM aho ary mbola TIM, tsy miova amin’ny foto-kevitro hatramin’izay na dia misy manaratsy sy manenjika aza.

TT : Re fa misy taratasy mihodinkodina any miresaka fandroahana teratany vahiny Frantsay ary voatonona ao ny anaranao.

GR : Eny tena nisy tokoa io taratasy io, izay ambarako mazava tsara ho fantatry ny rehetra fa fanasoketana sy fanalam-baraka. Diso ny adiresy napetraka ao, diso tahaka izany koa ny anarako sy ny soniako. Nisy nandefa tany amin’ny masoivoho Frantsay eto amintsika io taratasy io, efa nahazo ny dika mitovy amin’io ihany koa ny filoha Ravalomanana ary izy no nandefa io taratasy io taty amiko. Efa nisy ny fanadihadiana natao momba io taratasy io ary efa fantatra ny olona nampanao azy…Fa aleo ho hitantsika eo ihany amin’ny manaraka ny mety ho tohiny.

 

TT : Inona moa izany no tena anton-dianao any ivelany amin’izao ? Sa tena hipetraka any mihitsy ?

GR: Mba niala sasatra kely miaraka amin’ny fianakaviako aho fa henjankenjana ny asa natrehana hatrizay. Ny 15 febroary izahay mianakavy kely no nandao an’i Madagasikara ary nihazo an’i Eoropa, nandalo tany Italie. Aty Londres (Grande Bretagne) aho izao manaraka fiofanana kely momba ny resaka serasera; avy eo hanaraka ny propagandin’ny fifidianana ben’ny tanàna ao Paris – Frantsa. Aorian’izay ny 25 martsa dia ho any Etazonia aho hanaraka ny propagandin’ny antoko Demokraty  savaranonando, tahaka ny efa natao ihany moa tamin’ny fifidianana filoha Amerikanina tany aloha. Tsara jerena ireny mba hakana traikefa ary hifampizarana amin’ny mpiray tanindrazana rehefa tafaverina any Madagasikara.

TT : Mankasitraka anao

GR : Misaotra anareo nanontany ahy satria nahafahana nanambara ny zava-misy marina fa tsy honohono sy ahiahy foana no lasa mibahana ka mandiso ny fomba fijerin’ny olona. Mirary soa indrindra.

Nangonin’i RTT

Ino Vaovao0 partages

VONDRONA EOROPEANINA : Nanome 73 tapitrisa Euros hama tsiana rano an’Antananarivo

Ity farany izay manosika sy manohana hatrany ny mpitondra ankehitriny ho amin’ny fanatanterahana ny fampandrosoana ny firenena sy ny fanatrarana ny fahataran’ny fandrosoana tao anatin’izay 60 taona nahazoana ny fahaleovan-tena izay. Sehatra maro lafy no ahitana ny tosika avy amin’ny Vondrona Eoropeanina indrindra ny fanatsarana ny lafiny ara-tsosialy toy ny fanabeazana, ny fahasalamana, ny fanamboaran-dalana sy ny maro hafa. Naneho hatrany ny fahavononany hanampy an’i Madagasikara ny Vondrona Eoropeanina tamin’ny alalan’ny Masoivohony miasa sy monina eto Madagasikara, Giovanni Di Girolamo. 

Vonona izy ireo hanome tosika hitondra fanatsarana ny lafiny famatsiana rano fisotro madio eto Antananarivo. Ny faran’ny herinandro lasa teo iny dia nihaona mivantana tamin’ny Minisitry ny rano, ny fanadiovana sy ny fidiovana, Rakotovelomanantsoa Voahary ny tenany. Fihaonana izay niompana indrindra ho amin’ny fitsinjarana ny rano fisotro ho an’ny tanànan’Antananarivo. Nitondra fanohanana ara-bola  mitentina hatrany amin’ny 73 tapitrisa euros ny Vondrona Eorôpeana ho fanatanterahana an’izany tetikasa izany. Ankoatra izay dia hisy ihany koa 34 tapitrisa euros ho an’ny fanadiovana sy fidiovana ary ny fanadiovana. Manoloana ny hain-tany sy ny tsy fahampian-tsakafo izay mianjady amin’ny mponina any amin’ny tapany atsimon’ny Nosy iny kosa dia naneho fahavononana amin’ny fitondrana fanampiana hatrany ny Vondrona Eoropeanina.

Fantatra fa hisy ny tetikasa izay hifarimbonan’ireo sehatra maro samihafa, toy ny fambolena, ny fiompiana hanampiana azy ireo. Marihina fa manana ezaka goavana ny eo anivon’ny Vondrona Eoropeanina amin’ity taona ity eo amin’ny lafiny famatsiam-bola. Nilaza ity masoivohony ity tamin’ny fiandohan’ny taona iny fa anisany taona hanafainganana ny famatsiam-bola ao anatin’ny tahirim-bola Eoropeanina ho an’ny fampandrosoana (Fed) ao anatin’ny andiany faha-11 ity taona ity. Mitentina hatrany amin’ny 500 tapitrisa Euros ny famatsiana avy amin’ny alalan’io Fed io izay hahazoana fananganana fotodrafitrasa sy ny fampiharana ny fanjakana tsara tantana famatsiam-bola bebe kokoa.

Avotra Isaorana

Ino Vaovao0 partages

BIANCO TOAMASINA : Mbola mitana ny laharana voalohany amin’ny fitorohana voaray ny Fitsarana

Tao anatin’ izany no mbola nahatsapana fa mbola mitana ny laharana voalohany amin’ny fitorohana sy fitorian’ny olona voarain’ny Bianco ny Fitsarana satria niisa 151 ny fitorohana sy fitoriana voarainy. Manaraka izany ny fitsinjaram-pahefana misy ny kaominina sy ny fananan-tany ary ny fampianarana. Nidina kosa ny fitorohana sy fitoriana voarain’ny Bianco mikasika ny zandary (58) sy ny polisy (44), izay efa nanaovan’izy ireo fanamby ny ho fampidinana izany, ny taona lasa iny.

Niisa 865 ny fitorohana sy ny fitorian’ny olona tonga teny amin’ny Bianco, nefa niisa 129 ny azo nanaovana fanadihadiana tamin’izany ka ny FaritraAtsinanana no betsaka tamin’izany izay niisa 65. Tamin’ireo antontan-taratasy afaka nanaovana fanadihadiana ireo dia ny 54 no vita ara-dalàna ka nampiakarina Fitsarana misahana izany tsirairay avy, ka anisan’izany ny PAC izay niisa 06 ny antontan-taratasy nalefa tany anisan’izany ny antontan-taratasin-dRajaonah Mbola, raha niisa 20 kosa ny teo anivon’ny Fitsarana ambaratonga voalohany Toamasina, ka anisan’izany ny raharaha ben’ny tanànan’i Toamasina teo aloha, Ratsiraka Elisé Laurent.

Tamin’ireo antontan-taratasin’ady niisa 54 nahavita fanadihadiana nalefa teny amin’ny Fitsarana ireo dia nahitana ihany koa mpitsara sy mpiraki-draharaha miisa 02 avy, nahitana ihany koa zandary niisa 05, mpiasan’ny fananan-tany niisa 05… ary mpiasan’ny kaominina na ben’ny tanàna niisa 11. Tamin’ny didy savaranonando navoakan’ny Fitsarana dia niisa 19 ny olona nahazo famonjana fonja vonjimaika, raha niisa 63 nahazo fahafahana vonjimaika sy fanaraha-maso ara-pitsarana.

Ankoatra izany dia manana tanjona ny hametraka sampana amin’ireo faritra roa lavitra ny fari-piadidian’i Toamasina ny BiancoToamasina, ka ny vinavina dia ny fananganana sampana ao Maroantsetra sy Ambatondrazaka amin’ity taona ity.

TH

Ino Vaovao0 partages

FANATSARANA NY SEHATRY NY FITSARANA : Hafainganina ny famoahana didy eny amin’ny Tribonaly

Anisany tena mampitaraina an’ireo manan-draharaha eny anivon’ny tribonaly ny fahaelan’ny fivoahan’ny didim-pitsarana. Antony mahatonga ny fiahiahian’ny vahoaka ny sehatry ny Fitsarana eto Madagasikara anefa izany. Heverina ho isan’ireo mahatonga ny kolikoly mahazo laka eny anivon’ity sampan-draharaha ity ihany koa,  satria raha ny tatitra voaray mahakasika ny tahan’ny kolikoly tamin’iny taona 2019 dia mbola mitazona ny lohalaharana ny eo anivon’ny Fitsarana. Tsy maintsy harenina izany.

Tanjona fototra apetraky ny Minisiteran’ny Fitsarana ny hisian’ny Fitsarana manakaiky, atokisan’ny vahoaka ary ho fialofan’ireo marefo. Manao ezaka ny eo anivon’ny Minisitera ho fanatsarana izany, manomboka izao dia hovaina ny fomba fiasan’ireo mpitsara. Hafainganina ny famoahana ny didim-pitsarana eny amin’ny tribonaly. «  Ny mpitsara dia tokony mahafantatra fa saro-pady ny asany ary tokony tsy hanao antsirambina an’izay, indrindra fa eo amin’ny fanoratana ny didim-pitsarana izay efa notononina. Misy ny ezaka manokana hataon’ny Minisiteran’ny Fitsarana, izany hoe ireo didim-pitsarana efa nivoaka fa mbola tsy eo am-pelatanan’ireo mpiady roa tonta dia ezahina ary hihazakazahana ny fanafainganana an’izay zavatra izay satria inona moa ny maha Fitsarana ny Fitsarana raha tsy azo tanterahina ny didy  », hoy ny fanazavana noentin’ny sekretera jeneralin’ny Minisiteran’ny Fitsarana, Imbiki Herilazana. 

Hihatra manomboka izao io fanavaozana io, voakasaika avokoa ny tribonaly rehetra manerana an’i Madagasikara miainga any amin’ny Fitsarana tampony. «  Izany dia hatomboka any amin’ny Fitsarana tampony, misy ireo ekipa manokana mihitsy hanao izany ary ezahina ihany koa haparitaka manerana ny Fitsarana rehetra  », hoy hatrany ny fanazavany. Natao ny fanavaozana eo amin’ny fomba fiasa tahaka izao mba hanomezana fahafaham-po ny vahoaka Malagasy indrindra fa ireo manan-draharaha eny anivon’ny Fitsarana. Ireto farany izay tena mikaikaika ary mahatsiaro ho very fotoana be amin’ny fiandrasana didim-pitsarana. Fanamby apetraky ny fitondram-panjakana ankehitriny rahateo ny hahatonga an’ireo sampan-draharaham-panjakana isan-tokony hanakaiky ny vahoaka.

Avotra Isaorana

Tia Tanindranaza0 partages

Andranganala BrievilleMisy Sinoa tonga mitrandraka an-tsokosoko…

Velon-taraina tanteraka ireo mponina any amin’ny faritra Andranganala, Brieville amin’izao fotoana izao.

 

Raha araka ny vaovao azo mantsy dia misy Sinoa tonga mitrandraka harena ankibon’ny tany any an-toerana efa ho roa herinandro izao. Miaraka amina fitaovana lehibe sy harifomba izy ireo ary manao toho-drano. Voakitika vokatr’izany ny rano fisotro madio hampiasain’ny mponina ka mahatsiaro ho sahirana izy ireo. Voatery mandeha dia an-tongotra lavitra indray vao mahita rano hampiasaina. Raha araka ny vaovao azo hatrany moa dia tonga fotsiny tsy nisy fampahafantarana ireto Sinoa mpitrandraka ireto ka mampiahiahy ny mponina. Manao antso avo amin’ny fanjakana izy ireo, araka izany, mba hijery akaiky ny zava-misy. Tafiditra ao amin’ny faritry ny kraomita Malagasy moa ity toerana trandrahan’ny sinoa ity, hoy hatrany ny vaovao.

 Pati

Tia Tanindranaza0 partages

Faritra AnalanjirofoMisy olana eo amin’ny minisitry ny mponina sy ny depiote

Nivoaka ampahibemaso amin’izay ny olana misy sy ny ady mangatsiaka ifanaovan’ny minisitry ny mponina Naharimamy

Tia Tanindranaza0 partages

Jimmy Randrianarisoa Vonona hampandroso an’Alasora miaraka amin’ny vahoaka

Asa avy hatrany fa tsy kabary no entin-dRandrianarisoa Jimmy, Ben’ny tanànan’Alasora hampandrosoana ity kaominina ity ao anatin’ilay teny filamatra manao hoe : “Alasora iombonana, mahate-honina” !

 

Teboka miisa folo no hiaingany entiny manatanteraka izany ka lohalaharana amin’ireny ny famerenana ny hasin’ny fambolena sy ny fiompiana ary toeram-pamokarana. Eo ihany koa ny famahana ny olan’ny fitaterana sy ny lalana, ny fampidirana rano fisotro madio sy ny fifehezana ny lafin’ny fahadiovana sy ny fidiovana, ny fanamafisana ny ady amin’ny tsy fandriampahalemana, ny fanomezan-danja ny tanora sy ny fanatanjahantena ary ny fialam-boly, ny fanatsarana ny fampianarana amin’ny alalan’ny famatsiana “cantine scolaire” ireo sekoly mbola tsy manana izany, ny resaka fahasalamam-bahoaka izay hisy fiara mpitondra marary vaovao hiasa mihitsy afaka fotoana fohy ary maimaim-poana avokoa izany ho an’ny rehetra, ny famahana ny olan’ny fananan-tany, ny fanampiana ny zokiolona sy ny kamboty ary ny mananontena ary farany izay tsy kely akory dia ny fampiroboroboana ny fiaraha-miasan’ny kaominina amin’ny any ivelany sy ireo kaominina manodidina. Nivoitra ireo nandritra ny fametrahana tamim-pomba ôfisialy tamin’ny toerany ity Ben’ny tanàna natolotry ny antoko Tiako I Madagasikara ity izany marihina fa teknisiana no sady zanak’Alasora ihany. Nomarihiny manokana moa fa ankoatra ireo dia hiezaka ny tenany hanitsy ireo mpiasan’ny kaominina sasany mba hahafahana manatsara ny tolotra omena ny vahoaka satria ireto farany no andrianina. Olo-manan-kaja maro no tonga nanome voninahitra ny lanonana nafanain’ireo mpanankato malaza zanak’Alasora.

 Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fanaovana kolikolyMbola lohalaharana ny fitsarana ao Toamasina

Raha ny tatitry ny biraom-paritanin’ny Bianco Toamasina ny taona lasa dia mbola mitana ny laharana voalohany tamin’ireo fitoriana sy fitorohana voarainy ny sampam-pitsarana.

Tia Tanindranaza0 partages

Andraikitry ny holafitry ny mpanao gazety“Tsabahan’ny minisiteran’ny serasera”

Mamarana ny fotoam-piasany amin’ity taona ity ireo mpikamban’ny birao voafidy teo anivon’ny holafitry ny mpanao gazety tao anatin’izay 5 taona izay.

 

Amin’ny ankapobeny dia nifantoka tamin’ny fiarovana ny fanaovan-gazety sy ireo mpanao gazety manatontosa ny andraikiny ary ny fiezahana nanadio ny tontolon’izay fanaovan-gazety izay ny praograman’ny OJM, hoy ny fanazavana. Mitohy izay asa fanadiovana izay ary dingana heverina hahatongavana amin’izany ny famoahana karatra maha matihanina vaovao. Misedra olana anefa izany ankehitriny, hoy ny filohan’ny OJM, Gerard Rakotonirina, satria ny minisitry ny serasera, izay nilaza ampahibemaso fa tsy hitsabaka amin’ny andraikitry ny OJM no mitsabaka ankehitriny ary manery ny mpanao gazety, indrindra, ireo amin’ny haino aman-jerim-panjakana. Ny holafitra nasionaly no tokony hiandraikitra io famoahana karatra io kanefa dia nafindra toerana any Maintirano ny sekretera jeneraliny. Banga, noho izany, ny toerany. Miankina amin’ny fivoahan’izay karatra izay ihany koa anefa no hahafahana manatontosa ny fifidianana izay ho mpikamban’ny OJM vaovao, raha ny fanazavana hatrany. Notontosaina ny sabotsy teo tetsy amin’ny Trass Tsiadana moa ny lanonana fifampiarahabana nahatratra ny taonan’ireo mpikamban’ny OJM sy ny fianakaviambeny.

J. Mirija

 

Tia Tanindranaza0 partages

Tabera RandriamanantsoaAretin’ny fo no nandefasana azy any ivelany

Efa tonga soa aman-tsara any amin’ny Nosy rahavavy Maorisy tamin’ny faran’ny herinandro teo Atoa Tabera Randriamanantsoa,

 

filohan’ny antoko Kintana sady efa minisitry ny asam-panjakana teo aloha. Raha araka ny fanazavan’ny pastera Edouard Tsarahame, ao amin’ny rodoben’ny mpanohitra izay mpiara-miasa akaiky aminy dia aretin’ny fo no tsy maintsy nandefasana azy any ivelany raha efa nahitana fivoarany kosa ilay aretina hafa nitsaboana azy teto an-toerana. Tsy vita eto mantsy izany fitsaboana momba ny fo tsy maintsy hatao amin’Atoa Tabera izany, hoy izy. Ny fianakavian’ity farany no niantoka ny fandefasana azy any ivelany tamin’ny alalan’ny fanofana jet privé raha araka ny fanazavany hatrany raha ny minisiteran’ny fahasalamam-bahoaka kosa no mandray an-tanana ny fitsaboana azy. Manantena, araka izany, ireo mpiara-dia amin’Atoa Tabera fa hahazo fahasalamana tsy ho ela ity farany ary ho tafaverina soa aman-tsara an-tanindrazana.

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Mponin’Ambohitrimanjaka“Vonon-kiaro ny tany niavianay izahay”

Mitohy ny ady ho an’ireo mponina eny Ambohitrimanjaka. Tsy mitsahatra ny mihaona izy ireo isaky ny andro sabotsy

mandrapamalin’ny filoham-pirenena Andry Rajoelina fa hafindra any amin’ny toeran-kafa ilay tetikasa Tanamasoandro kasaina hanotofana tany 1.000 ha eto amintsika ka anisan’ireny ny eny Ambohitrimanjaka. Namaly ny hafatry ny tale jeneralin’ny APIPA Rateloson Philippe Atoa Eric Randriamarivo mpitondra tenin’izy ireo tamin’ny sabotsy teo ka nilaza fa efa mahalala angaha ity farany fa hafindra any amin’ny toeran-kafa ny tetikasa Tanamasoandro matoa izy nanontany ny amin’ny mbola fisian’ny hetsika hataon’ny mponina enyAmbohitrimanjaka. Sa fanaovana tsinontsinona tsotra izao ny firaisankinan’ny mponina hiaro ny taniny izany, hoy Atoa Eric. Nasehon’izy ireo nibaribary ny firaisankinany ary mbola nanamafy izy ireo fa tsy avelany hototofana ny taniny. Tamin’ny andron’Andrianampoinimerina aza, hoy izy natao fefy ny lohan’izay olona nikasa hanototra an’i Betsimitatatra, antony nahatonga ny anarana Ampefiloha raha anisan’ny toerana manana ny tantarany sy ny soatoaviny tahaka izany ihany koa Ambohitrimanjaka ka tsy tokony hotsinontsinoavina. Nomarihiny manokana moa fa manantena ny fahendren’ny filoha izy ireo raha tsy mieritreritra ny hiresaka amin’ny minisitra misahana ity tetikasa ity kosa noho ireo hafatr’izy ireo marobe efa tafita.

Pati

Tia Tanindranaza0 partages

Fiatrehana haitany sy tondra-dranoMbola marefo i Madagasikara

Nampahafantarina tamin’ny faran’ny herinandro lasa teo tetsy amin’ny Hotely Louvre Antaninarenina ny famitinana ny asa vita rehetra tamin’ny tetikasa Medair.

 Tsiahivina fa nanomboka ny 23 May 2019 dia nisy ilay hetsika fanairana ny mahaolona “Réveillons l’humani-terrien” natao nandritra ny fankaalzana ny faha-30 taonan’ny ONG Medair. Tanjona tamin’izany ny nampahalalana sy ny nampahafantarana amin’ny rehetra ny voka-dratsin’ny tsy fiomanana voina tampoka sy ny loza ara-boajanahary. Tanjona araka izany ny mba ho fampihenana ny loza satria tena marefo i Madagasikara manoloana ireny raha tsy hilaza ny haitany sy ny tondradrano mpahazo matetika. Nisy mihitsy moa ireo mpilatsaka an-tsitrapo nanatanteraka ilay hetsika fanentanana. Miisa 46 izy ireo no notolorana mari-pankasitrahana ary nisy ihany koa ny fanambarana ny amin’ny fahavitan’ny vovon-drano any Atsimo nampafantarin’ireo tompon’andraikitra. Niara niasa tamin’ny fanatontosona ny hetsika tantsoroka ho an’ny faritra Atsimo misy haintany sy ny faritra Avaratra feno tondradrano ny BNGRC, ny ny Fondation Telma, ny Croix Rouge Malagasy sy ireo maro hafa.

Tsirinasolo

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Tantsaha 200 isaNomen’Ambatovy zezika biolojika 30 taonina

Tantsaha mpamokatra Sakay sy Sakamalaho miisa 340 mivondrona ao anaty fikambanana tantsaha miisa 15 eo avy amin’ny

kaominin’Ambanivohitr’Ambohibary, Ambatovola, Morarano gara, Andasibe ary Beforona, ao amin’ny distrikan’i Moramanga no nisitraka ny fanampiana avy amin’ny orinasa Ambatovy ao an-toerana. Ho fandraisana anjaran’ity orinasa mpitrandraka Nikela sy Kaobalita ity amin’ny fanatsarana ny fidiram-bolan’ireo tantsaha, raha ny fanazavana, no antony. Isan’izany ny fampiofanana tekinika sy famatsiana masomboly ary zezi-pahitra. Mikasika ny fokontany Ampitambe, Ambohimanarivo, Mangoro, Morarano ao amin’ny kaominina ambanivohitra Morarano gara sy Ambohibary moa dia tantsaha manodidina ny 200 isa no nomena zezika biolojika 30 taonina eo ampiasaina amina velarantany mirefy 30ha amin’izao fihariana vaovao izao, hoy hatrany ny voambara. Masomboly 23 taonina kosa no nomena ireo tantsaha manodidina ny 120 isa hamboly amina velarantany 11ha eo ao Andasibe.

J. Mirija

Tia Tanindranaza0 partages

Zaimaika AnalakelyHaharitra ny fanarenana

Herinandro taorian’ny nirodanan’ny tafon’ny Zaimaika etsy Analakely dia fantatra fa hiroso amin’ny fanarenana izany ny tombon’andraikitra.

 

Ny alatsinainy teo, raha ny fanazavana, no nanomboka ny fanadiovana izy ireo ary efa afaka nivarotra tao aorian’izay. Ny zoma teo kosa no nanomboka narenina ny tafo ary ny kaominina no miantoka manontolo ny lany amin’izany, hoy ny delegen’ny tsena. Misy ny fandaminana apetraka mandra-pahavitan’ny asa fanamboarana rehetra. Manoloana izany dia misy ireo mankasitraka ny famindrana toerana vonjimaika ary misy kosa ireo tsy afa-po, raha ny fanadihadiana hatrany. Antony dia mampitaraina azy ireo ny fahasahiranana amin’ny famindrana ireo hani-masaka izay hamidin’ny ankamaroan’ireto mpivarotra ireto ho amin’izay toeran-kafa izay. 64, raha tsiahivina ny isan’ireo mpivarotra ao amin’ity toerana ity ary tamin’ny 15 taona lasa no nisy fanamboarana farany. Mety haharitra anefa ny fanarenana amin’ity manaraka ity, hoy hatrany ny delege.

J. Mirija

 

Tia Tanindranaza0 partages

Tanjombato« Court circuit » no nahamay kila ilay trano

Trano iray no nirehitra ny sabotsy teo tao amin’ny fokontany Ankady, kaominina Tanjombato, distrikan’Antananarivo Atsimondrano.

 

Vokatry ny “court circuit” no niteraka ny loza raha araka ny loharanom-baovao azo. Olona valo no tao amin’ity tokantrano ity izay marihina fa tsy nisy naratra na aina nafoy. Na izany aza levon’ny afo daholo kosa ireo karazana kojakojan-tokantrano maro samihafa izay tsy fantatra ny tentim-bidiny hatreto. Torak’izany koa  ireo entana saika mbola hamidy. Tsy niitatra tamin’ny manodidina moa ny afo noho ny hafainganan’ny fahatongavan’ny sampana mpamonjy voina ao Tanjombato sy ny avy eo anivon’ny kaominina Antananarivo Renivohitra. Miantso ny rehetra mba samy ho mailo ny sampana mpamonjy voina ka hamono avy hatrany ny kaontera raha sanatria ka misy tranga hafahafa ao an-tokantrano. Toraka izany koa ny fametrapetrahana zavatra toy ny briquet na afokasoka mora takatry ny ankizy ao an-trano hisorohana ny loza mety hitranga.

Pati

Tia Tanindranaza0 partages

MadagasikaraOlona 2 amin’ny 3 no mbola manao maloto an-kalamanjana

Olona 2 amin’ny 3 no mbola manao maloto an-kalamanjana eto Madagasikara.

 

Any amin’ny Faritra Vatovavy Fitovinany sy Atsimo Atsinanana no manana taha ambony indrindra amin’izany raha mbola betsaka ihany koa ny eto an-drenivohitra. Tsy manana trano fivoahana ohatra ny 40 %-n’ny mponina ao Anosipatrana, kaominina Antananarivo Renivohitra. Hataon’izy ireo amin’ny sachet plastika izany dia ariany eny rehetra eny na koa hataony amin’ny zavatra ka hampanarahina rano mandeha. Miteraka aretina marobe tsy tambo isaina anefa ny fiparitahan’ny maloto eny rehetra eny, indrindra fa ho an’ireo ankizy latsaky ny dimy. Manoloana izany tranga izany dia nanatanteraka fanentanana tao amin’ity fokontany iray ity ny firaisa-monim-pirenena HINA. Anisan’ny nampianarina sy natoro ny mponina ny amin’ny tokony hananan’ny isan-tokantrano trano fivoahana arahin’ny fanasana tanana hatrany aorian’ny fanaovana maloto. Natoro azy ireo ihany koa ny fomba fikarakarana sakafo ara-pahasalamana, indrindra fa ho an’ireo mitaiza kely. Sakafo maro loko miisa fito isan’andro no tokony hohanina ary tsy voatery handaniana volabe fa izay vokatra misy eo an-toerana ihany no hampiasaina. Izany no natao moa dia mba hahafahana miady amin’ny tsy fanjarian-tsakafo izay mbola mahazo ny 46%-n’ireo ankizy madinika manerana ny Nosy.

 Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

FANAFIHANA TAXI-BROUSSE

Raikitra ny fifampitifirana tetsy Mahavelona. Sady nitsoaka no nitifitra ny jiolahy izay vao avy nanao fanafihana mpandeha tamin'ny taxi-brousse.

 

 Toa efa narahin'ireo olon-dratsy mihitsy ilay fiara raha ny fandinihina ity raharaha ity. Ny antony dia avy hatrany dia fantatr'ireo jiolahy tao anatin'ny maro ny olona izay horobaina.

HOLAFITRY NY MPANAO GAZETY

Tonga marobe ny mpanao gazety nandritry ny fifampiarahabana voalohan'ny taona izay nokarakarain'ny Holafitra. Ny tsikaritra dia ny fiombonam-peon'izy ireo manohitra ny antsonjay izay hataon'ny minisitera ny Holafitr'ireo mpanao gazety. Tadiavin'ny minisitra Lalatiana hidirana indray mantsy io rafitra io ary hakorontana mba hahafahany mametraka mora foana ny olony.

LOZAM-PIFAMOIVOIZANA RN3

Nahafaty olona indray ny lozam-pifamoivoizana teo amin'ny moto.sy fiara omaly. Tetsy Soavinimerina, RN3 dia maty tsy tra-drano ny mpandeha scooter iray raha nifandona tamin'ilay kodiaran-droa. Raha ny filazan'izay nahita dia nandeha mafy loatra ilay moto ary tsy tafajanona intsony raha vao nifanena tamin'ilay fiarabe.

ZANAKY NY FARITANIN’I FIANARANTSOA

Tsy maintsy hijery akaiky momba ny raharaha fanenjehana an'i Claudine Razaimamonjy sy ny fananany i Christine Razanamahasoa amina maha zanaky ny faritanin'i Fianarantsoa azy. Ekena fa tsy misy ny ambonin'ny lalàna saingy mila jerena ambony ambany avokoa ny antony rehetra hanaovana izao fanenjehana azy izao hoy ny filohan'ny antenimieram- pirenena. Eto arak'izany no tena hita hoe mifanampy tokoa sa mifanenjika ireo zanaky ny faritanin'i Fianarantsoa ireo.

 

 Atsipin'ny mpomba fitondrana any amin'ny HVM sy ny TIM indray ny rihatra sy ny fahadisoana nahatonga ireo anarana miverina tao anaty ny lisi-pifidianana sy ny CIN fosika vao navoakan'ny CENI farany teo. Mailo ary tsy manaiky ho diso mihitsy ny mpitondra amin'izao ary matahotra mafy sao ifaharan'ny tsiny no nanao ny halabato goavana noho ireo CIN hosoka be dia be ireo. Hafanafana ny tohin'ny raharaha ary mbola mahagaga koa ny antony nahatonga ny CENI izao vao manao ireny ampamoaka ireny.

ONJAM-PEO HAKATONA

Efa nampitandrina sahady ny ministeran'ny serasera fa am-polony ireo onjam-peo mety hikatona ato ho ato rehefa tsy ara- dalana. Manahy sahady anefa ny rehetra fa efa endrika fanapenam-bava sy famerana ny demokrasia izao fihetsika ataon'ny ministera izao matoa hanakatona radio sy haino aman-jery.

 

 # Kitoatoa be ny fanamboarana an'i Mahamasina. Ny tena anton'izany dia terana handeha mafibe ny asa kanefa ny fitaovana sasany aza mbola taraiky any Chine hatramin'izao. Vokatr'izany dia mandeha ila ny fanamboarana ary manomboka very hevitra ireo tompon'andraikitra amin'ny fomba hitondràna ny asa.

Tia Tanindranaza0 partages

Seho anaty tranoMbola tsy mahasarik’olona firy ny Sarimihetsika Malagasy

Nampahafantarina sy nojerena tamin’ny sabotsy lasa teo tetsy amin’ny OpenFlex Ambodivona ny sarimihetsika fahatelo mahakasika ilay ny tetikasa Ciné Malagasy découverte. Isaky ny sabotsy faran’ny volana no fampisehoana izany izay ahafahana mijery ireo talenta vaovao amin’ny sarimihetsika Malagasy.

 

Tahaka ny mahazatra dia fihaonana amin’ireo mpanatontosa sy mpanatalenta ny fotoana ary misy ny fifanakalozana traikefa amin’ireo matihanina. Ankoatr’izay dia misy ihany koa ny fifampiresahana amin’ny rehetra mba hampandrosoana ny sarimihetsika Malagasy. Mbola vitsy hatrany mantsy ireo liana ka ezaka tsy maintsy ataon’ny rehetra ny hampahafantarana ny sinema Malagasy izay mbola tsy tafarina hatreto. Na dia maro aza ireo manatalenta eto amin’ny firenena dia ilaina  ilaina ny fahaiza-mandresy lahatra avy amin’ireo mpanatontosa sy mpilalao sarimihetsika. Nanambara mihitsy ny tompon’andraikitra ny tetikasa eo anivon’ny Cabinet Profiler sy ny openflex fa ny rehetra no tokony hiezaka amin’ny fampandrosoana ny sarimihetsika fa tsy ny mpilalao sy ny mpanatontosa ihany. Ilaina ny fifampizarana amin’ireo mpijery sy ny fitsikerana hanatsarana io sehatra io. Tsiahivina fa maimaim-poana avokoa ny fijerevana sy ny fandefasana ny sarimihetsika eny amin’ny OpenFlex mba ho tosika sy ho fitsinjovana ny mpisehatra amin’ny sarimihetsika Malagasy.

Tsirinasolo

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Afera Razaimamonjy ClaudineManazava ny Fitantanana ankapoben’ny hetra

Nisy ny fanitsiana sy fanampim-panazavana nalefan’ny Fitantanana Ankapoben’ny Hetra mahakasika ny raharaha Razaimamonjy Claudine.

Tsiahivina fa ny zoma 28 febroary teo no niroso tamin’ny fakàna ny entanan’io mpandraharaha io ny Fanjakana. Natao izany ary natrehan’ny ireo tompon’andraikitra nisolo tena ny Fitantanana Ara-ketra miaraka tamin’ny vadintany sy ny mpitandro ny filaminanana. Araka ny fanazavana dia tsy ny teo anivon’ny Hotely AC ihany no nakàna ny entana, tahaka ny malaza ao amin’ny tambajotra sosialy, fa voakasika amin’izany ihany koa ireo fananana manontolo mihitsy (patrimoine). Araka ny fampitam-baovao ihany koa dia natao tamin’ny fanarahan-dalàna sy ny fanajana ny zo maha-olona ny zavatra notanterahana rehetra. Tahaka izany ihany koa dia nisy ny fakàna ny entan’i Mbola Rajaonah teny Ambohimangakely ny sabotsy 29 Febroary lasa teo. Fampiharana ny lalàna velona sy manankery izany rehetra izany ary heloka ara-ketra (frauds fiscales) no antony nirosoana tamin’izany hoy ny tatitry ny fanambarana. Ankoatr’izay dia angom-baovao azo avy amin’ny Birao mahaleo tena miady amin’ny kolikoly (BIANCO) sy ny Sampan-draharaha Malagasy Iadiana amin’ny famotsiam-bola sy famatsiam-bolan’ny fampihorohoroana (SAMIFIN) no nanatanterahana ny asa. Mitohy hatrany ny fanadihadiana mahakasika izany ary andrasana ny ho tohin’ny raharaha.

Tsirinasolo

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Volam-panjakanaIlaina hatrany ny fahaiza-mitantana

Tahaka ny mahazatra isan-taona dia nanatanteraka ny fivoriam-be ny Fikambanan’ny Agents Comptables eo anivon’ny andrim-panjakana nasionaly (EPN).

 

Tia Tanindranaza0 partages

Tsy hisy takona izay tsy hiseho !

Miverina any amin’ny resa-pifidianana indray ny tantaran’ny toe-draharaha politika eto amin’ny firenena. Nifoha ny fota-mandry efa niniana nototofana tany aloha.

Raha nambara fa azo raisina nefa tsy mitombina ny fitoriana samihafa tamin’izany, dia toa milaza ny zava-misy ankehitriny fa mibaboka ireo tompon’andraikitra. Asa na nokobonin’ny marina na ahoana, fa nilaza tsy nanontaniana fa tena nisy ny lesoka goavana be. Ny fanontaniana mipetraka taorian’iny dia ny hoe: ahoana ny ho tohiny ? Raikitra ny fifanilihana eo amin’ireo samy tompon’antoka. Endrika iray maneho ny lesoka eo amin’ny andrim-panjakana roa samihafa, izay toa nifampiaro sy tsy nifanipaka tamin’ny fanapahan-keviny, saingy misy mibaboka ankehitriny fa tena nisy ny lesoka niniana notakonana. Izay tokoa angamba ilay hoe tsy hisy takona izay tsy hiseho. Heverina fa vao fanombohana io, fa mbola maro ny zavatra hirefotra ato ho ato. Asa aloha izay hafitsoky ny fanjakana eo anatrehan’io toe-draharaha io, fa iny fibabohana momba ny fifidianana iny dia endrika iray maneho fa mila milamina sy mitady fitoniana. Toa midika mantsy ny toe-draharaha fa tsy marin-toerana sy tena miorina anaty fasika ny fahefam-panjakana azo tamin’ny fifidianana kitoatoa sy ahiana ho feno hosoka. Ny zava-misy ankehitriny anefa dia tena mihenjana sy mamoritra ny mpitondra. Mandeha ny famelezana ireo heveriny fa mpifanandrina politika aminy. Raikitra ny fananganam-pahafavalo. Mety mihevitra ho manana hery sy fahefana, saingy mety hampipongatra sy hahatonga ny hafa hihevitra ny zava-misy, fa malemy sy azo toherina ilay fahefam-panjakana. Tsy afaka ny hirehareha firy ho manana ny fahefana nomen’ny vahoaka satria toa tahaka ny sosoa voatapo-drano taorian’iny fiaikena ny tsy nety iny.  Misy ny mpandinika maneho fa endrika maneho fiatombohan’ny fifaranan’ny fahefam-panjakana tsy marin-toerana ny endri-pamoretana sy fandrangarangana hery tahaka izao. Ny hirariana anefa dia ny hilaminan’ny firenena satria ho loza amin’atambo eto indray, raha sanatria hiditra krizy isika.

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Taom-pambolen-kazo Faritra Atsinanana sy Alaotra MangoroNandray anjara mavitrika ny orinasa Ambatovy

Nandray anjara mavitrika tamin’ny fanombohana tamin’ny fombam-panjakana ny taom-

 

pambolen-kazo ho an’ny Faritra Atsinanana sy Alaotra Mangoro ny orinasa Ambatovy tamin’ny 19

janoary 2020 lasa teo. Nandraisan’ity orinasa ity anjara avokoa ny hetsika roa notanterahina tamin’io andro io dia ny tao Antetezana kaominina ambanivohitra Foulpointe ho an’ny Faritra Atsinanana sy ny tao Analameva, kaominina ambanivohitra Ambohibary, Faritra Alaotra Mangoro, Ankoatra ny fandraisana anjara mavitrika nataon’ireo mpiasan’Ambatovy tamin’ny fambolen-kazo dia nanampy an’ireo Sampandraharaham-paritry ny Tontolo Iainana sy ny Fandrosoana Lovainjafy tamin’ny alalan’ny fanomezana fiara hitaterana ny mpandray anjara ihany koa ny orinasa Ambatovy.

 

Ntsoavina Evariste

 

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Ecole de Foot FSNHanomboka amin’ny 14 martsa ny fanazaran-tena

Nambaran’ny filohan’ny FSN « Firaisana Sab-Nam » , Atoa Randriamanjato Roger,

Tia Tanindranaza0 partages

Tournoi Rugby à 7 A.R.O.I U 16 sy U18Nahery ny lehilahy Malagasy sy ny vehivavy Reonioney

Ny ekipa Malagasy no nahery teo amin’ny sokajy U 16 sy 18 lehilahy ary ny ekipa Reonioney kosa teo amin’ny U 18 vehivavy tamin’ny

Tia Tanindranaza0 partages

Orange Pro-League Malagasy andro faha-14Lavon’ny Elgeco Plus 3-0 ny Cosfa omaly

Nisongadina tamin’ireo lalao tafiditra tamin’ny andro faha-14 amin’ny fifaninanana baolina kitra “Orange Pro-League Malagasy”

Tia Tanindranaza0 partages

Fihaonan’ny Barea sy Côte d’IvoireMpilalao mpila ravinahitra daholo no ho any Abidjan

Navoakan’ny mpanazatra Nicolas Dupuis sy ny eo anivon’ny FMF tamin’ny sabotsy 29 febroary lasa teo,

Tia Tanindranaza0 partages

Fifaninanan-kira “The voice”Nampiaiky volana ny mpitsara ireo tanora Malagasy

Taitra ny rehetra fa naheno hira malagasy " Ravoravo ", hiran`i Mika sy Davis, teo amin'ny fandaharana The voice ny sabotsy 29 febroary lasa teo ka nofidian'ireo mpanakanto kalaza frantsay,

 

 Pascal Obispo sy Amel Bent. Nampiteny ny anarany i Ludy Soa sy Nathan nandritra ilay fifaninanana satria dia kanto ny feo ary ny fihetsika teo amin`ny sehatra dia lavorary. Niaiky ireto mpitsara fa tena manana talenta sy mahay mihira ireto tanora Malagasy ireto. Raha ny momba  azy mianadahy dia teratany Malagasy mila ravinahitra any Frantsa izy ireo, zafikelin'i Zoky Jean Andrianaivo Ravelona, izay mpanao hosodoko malaza. Tsy tao Frantsa ihany no nanakoako ny lanjan`i Madagasikara fa dia nampihetsi-po ihany koa ny seho natolotr`i Miandry, nindrana an`ny Spirit izay hiran`i Beyonce Knowles, nandritra ilay fifaninanana an-kira “The Voice Afrique Francophone” andiany fahatelo izay tontosaina atsy Afrika Atsimo. I Miandry moa fony  vao tanora erotrerony 10 taona mahery dia efa anisan’ireo ankizy sy tanora nandrafitra ny tarika GMMC fantatra tamin’ny hira fiderana. Ireo mpanakanto kalaza toa an’i Lokua Kanza, Charlotte Dipanda, Nayanka Bell ary Hiro no mpitsara tamin`ity fifaninanana ity. Samy niaiky ny rehetra fa samy hanana hoavy mamiratra eo amin’ny sehatry ny kanto izy 3 mianadahy ireto any aoriana any. Maro ny Malagasy no manana talenta sy mahay mihira. Tsara rahateo ny fananana tanora feno fandavan-tena izay mikatsaka hatrany hampiseho ny fahaiza-manaon`ny Malagasy.

 

 

 

Marigny A.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Anorotsangana-AmbanjaRaikitra ny fanoherana voka-pifidianana

Mitohy ny fanoherana voka-pifidianana amin’izao fotoana izao. Ny kandida faharoa, nahazo vato 31,79%,

 

Tia Tanindranaza0 partages

Naina AndriantsitohainaMbola minisitry ny raharaham-bahiny ?

Fanontaniana napetraky ny gazety boky iray mpivoaka aty amin’ny ranomasimbe Indianina ny hoe : mbola misahana ny minisiteran`ny raharaham-bahiny tokoa ve ny ben`ny tanàna Naina Andriantsitohaina ?

Araka  ny fanamarinana nataon’ity gazety boky ity dia ity minisitra teo aloha ity no mbola andry iray iankinan`ny fitantanana raharaham-panjakana ho an`i Andry Rajoelina manoloana ireo manampahefana vahiny, indrindra ny frantsay. Marihana fa ny 12 septambra 2019 no voatery nametra-pialana i Naina Andriantsitohaina noho izy hirotsaka hofidiana ben`ny tanàna an`Antanananrivo Renivohitra. Kanefa aminy no matetika mifandray ny masoivoho frantsay miasa sy monina eto amintsika, Christophe   Bouchard. Mafy izy eo amin`ny sehatry ny iraisam-pirenena. Diplomasia iombonana, mivelatra amin’ny lafiny sehatra maro, tsy mikaton-trano, tsy miandry baiko fa mametraka hatrany fa ny tena no tompon’andraikitra voalohany, tsy miandriandry fa manatona ny hafa, ary mifantoka hatrany amin’ny fahazoana vokatra moa no politika nitondran`ny minisiteran`ny raharaham-bahiny fony izy minisitra. Anisan`ireo mampifandray ny fanjakana amin`ny frantsay ihany koa ny minisitry ny fiarovam-pirenena, rah any tati-baovaon’ity gazety boky ity ihany. Raha tsiahivina, efa nanambara ny firenena frantsay fa hanolotra angidim-by telo ho an`ny tafika Malagasy mba entina hanamafisana ny fanaraha-mason`ny sisin-tany Malagasy. Ny tafika Malagasy dia efa manana angidim-by telo saingy matetika hamboarina fa tsy tonga dia vonon-kiasa.

 

Marigny A.

Tia Tanindranaza0 partages

Hosoka ara-pifidiananaTsy marin-toerana intsony ny fanjakana

Misy lanjany lehibe ara-politika eto amin’ny firenena ny fibabohana nataon’ny CENI fa tena nisy ny laharan-kara-panondrom-pirenena mitovy 1 162 512 nampiasain'olona sy anarana niverin-droa na « doublons »110 629.

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Mbola Rajaonah sy Claudine A&CHoritrain’ny fanjakana ny fananany...

Nanaovan’ny mpitandro filaminana bemidina ny tranon’i Mbola Rajaonah tetsy Ambohimahitsy ny marainan’ny sabotsy teo.

Tamin’ny 9ora dia efa rakotra azy ireo manodidina ny tanàna, ary tamin’ny 11ora no tonga ireo delegasionina izay niditra avy hatrany ny tanàna. Tsy fantatra mazava na iza ireo delegasionina sy ny nataony tao amin’ity tranon’ny mpanolotsaina manokan’ny filoha teo aloha ity. Ny iray tamin’izy ireo dia nanao akanjo « gilet » nisy soratra « Douanes ». Efa hatry ny ela no tsy nisy tompon-trano tao. Nampiseho taratasy ara-dalàna ireo olona niditra tao, ka tsy afa-nanoatra ny mpiambina. Tsy afaka niditra kosa ny mpanao gazety, ary tsy nisy namaly ny anton’ny fisavana ireo nanao izany teny an-toerana. Tsy vao izao no nisy ny fisavana fa nialoha ny 13 febroary 2019 nisamborana azy. Ny volana septambra 2019 dia nisy ny filazana avy amin’ny minisiteran’ny vola sy ny toekarena ka nambara nanao hosoka ara-ketra na “fraude fiscale” 11,317 miliara ariary ny vondron’orinasan’i Mbola Rajaonah. Vao ny faran’ny herinandro teo ihany koa no nanaovana bemidina sy giazana ny fananan’ny AC Hotel an’i Claudine Razaimamonjy, izay voalaza fa tsy nahaloa hetra 5 taona miaraka amina sazy sy lamandy mifandraika amin’izany ka tafiakatra 59 miliara ariary ny vola ananan’ny fanjakana aminy. Mahatratra 75 miliara ariary ny vola takiana. Tena mitombina ve io ?  Hatao lavanty amin’ny 4 martsa izao ny entana nogiazana, raha ny vaovao mivoaka. Tena resaka heloka ara-ketra tokoa ve ny fanenjehana ? Mitombina ve ireo vola be voalaza ? Sa noho ny tsy fananan’ny fanjakana vola no antony ? Ahoana ny momba ireo mpiasa ho very asa ? Hatreto dia samy any am-ponja i Mbola Rajaonah sy Claudine Razaimamonjy Malagasy mpandraharaha mpanefoefo niara-dia tamin’ny filoha teo aloha Hery Rajaonarimampianina.

Toky R sy J.Mirija

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fifidianana filoham-pirenenaVoaporofo ny halatra bevava !

Araka ny vaovao nivoaka farany dia mipoitra izao ny marina izay nafenina amin`ilay filazana hoe : azo raisna fa tsy mitombina.

 

Marigny A.

 

Tia Tanindranaza0 partages

A & C IvatoHatao lavanty amin`ny 4 martsa ireo entana nogiazana

Nofoanana avokoa ny lanonam-panambadiana sy lanonana samihafa tokony horasin’ny AC Hotel Ivato omaly sy amin'ity herinandro ity,

 

hoy ireo mpiasa taorian'ny fanagiazana ny entan'ny hotely rehetra ny zoma lasa teo. Ny alarobia 4 martsa izao no hatao lavanty ireo entana nalaina tao. Tsiahivina fa ny taona 2017 no notanana am-ponja i Claudine Razaimamonjy tompony. Mbola nihodina hatrany anefa ity trano fandraisam-bahiny ity izay nanohy sy nandray lanonana samihafa. Tsy lavina hatrany fa misy ny hetra tsy voaloa kanefa ireny orinasa ireny ihany koa no mampitombo ny harinkarena eto amintsika. Maro moa ny fanehoan-kevitra, indrindra teo amin`ny tambajotran-tserasera fa mitombo isa hatrany ny tsy an`asa. Mila mijery akaiky an`ireto farany ireto anefa ny fanjakana satria tsy hisy raharaha vanona ao raha gaboraraka hatrany ity sehatra ity. Tandrovana ny asan'ny mpiasa. Efa nisy ve ny dingana natao nialoha izao fepetra izao ? Tsy tokony hampiana sy tandrovana ve ny orinasa Malagasy izay mamorona asa maro ? Raha tsiahivina dia ny orinasa PMU Madagascar dia nakatona ihany koa. Niisa 800 ireo olona very asa. Ny Hotel AC dia nampiasa olona manodidina ny 200 isa. Izany hoe 1 000 ireo very asa. Ho lesona ho amin`ny manaraka ihany koa an`ireo orinasa maro tsy mpandoa hetra eto amintsika anefa izao. Etsy an-kilany, maro ireo fanehoan-kevitra fa misy ambadika politika ity raharaha ity ary hanomboka ny valifaty politika atao amin`ireo olon`ny antoko HVM. Marihina fa i Claudine Razaimamonjy dia mpanolotsaina manokan`ny filoha teo aloha Hery Rajaonarimampianina.  Ny zava-misy aloha hatreto dia ny vahoaka tsotra no mizaka ny fahantrana mitombo isan’andro.

 

 

Marigny A.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fanagiazana orinasaNy TIKO indray no manaraka ?

Nakatona ny hotely lehibe AC ny zoma lasa teo noho ny hetra tsy voaloa.

Niparitaka taminà tranonkala vahiny iray, ny herinandro lasa teo, fa ny orinasa TIKO, izay an`ny filoha teo aloha Marc Ravalomanana, no manaraka. Raha tsiahivina, mibaby trosa nanomboka ny taona 2009, izay nisian`ny krizy politika, ka nitarika fanakatonan`ny orinasa sy ny fametraham-pialan`i Marc Ravalomanana tsy ho filohan`ny repoblika intsony. Manoloana ny zava-misy eo amin`ny tontolo politika, ny volana aprily lasa teo no nitaky izany ireo mpitaky trosa (creanciers). Anisan`ireo mpindram-bolan`ireo banky toa an`ny BOA, Société Générale ary ny BMOI izay filohany ny ben`ny tanàna Naina Andriantsitohaina i Marc Ravalomanana. Mbola misedra trosa hafa amin`ny vondrona Basan ihany koa, izay mpisehatra eo amin`ny tontolon`ny sakafo (agroalimentaire). Tsy aritry ny fitondrana izany ka mety hivadika resaka politika io olana ara-bola sedrain`ny filoha teo aloha io. Mety harahin`ny fanjakana ny tetiandro aroson`ireo mpitaky trosa ireo ka hanararaotra izay. Tsiahivina fa ny volana 2019, dia nanambara ny minisitry ny indostria Lantosoa Rakotomalala fa nikasa hampiato ny orinasa TIKO, hoy hatrany ny fampitam-baovao. Mampalahelo, raha misy trosa ny orinasa iray, azo atao ny mifampiresaka sy mifampiraharaha mba handoavana azy tsikelikely. Etsy an-kilany, ny orinasa Malagasy no tadiavina giazana fa ireo vahiny tsy mahaloa hetra mpanao baranahany ireo jerem-potsiny. Ny lalàna misy eto Madagasikara dia toa natao hanenjika Malagasy fa hanome vahana ireo vahiny hirobaroba. Tsy tokony hidiran`ny fanjakana mihitsy ny fitakiana trosa ataon`ireto “créanciers” ireto satria lasa mamorona dosie hamotehana ilay mpandraharaha fotsiny. Lasa valifaty politika foana ve izany eto Madagasikara ? Rahoviana vao ho tony ?

 

Marigny A.

La Vérité0 partages

Albinos en Afrique - Victimes de crimes rituels ?

Le kidnapping de deux enfants albinos à Sakaraha et Manja attire actuellement l’attention des citoyens à l’affût des actualités. La semaine dernière, il y a eu la disparition d’une fillette albinos, âgée de 2 ans, enlevée par sept « dahalo ». Heureusement, les Forces de l’ordre ont déployé tous les moyens pour la retrouver et la mission a été une réussite. Et la nuit du 27 février dernier, vers 1h du matin, Tovonazy, un petit garçon âgé de 6 ans, également albinos,  fut également kidnappé chez lui. Son enlèvement s’est déroulé sur une rive du fleuve Mangoky, dans le quartier de Fenoarivo, Commune d’Ankiliabo, une zone limitrophe de la Région du Sud-ouest, dans le District de Manja.

Dans les deux cas, les auteurs sont actuellement qualifiés par les habitants des Régions concernées comme des voleurs d’organes. Des affirmations qui se rapportent aux crimes rituels comme quoi certains considèrent les albinos comme des êtres immortels ou dotés de pouvoirs surhumains. Les guérisseurs s’en servent pour en faire des pommades ou des amulettes censées apporter du bonheur et une réussite matérielle. 

Dans un rapport réalisé en 2014 par une experte de l’organisation des Nations unies, les attaques contre les albinos deviennent plus fréquentes à l’approche des élections, lors desquelles des candidats recourent à la sorcellerie pour remporter les scrutins. Ces derniers sont convaincus qu’il suffit d’arracher un membre à un albinos pour gagner une élection. Dans ce cas-là, des criminels enlèvent ces enfants, les découpent avant de revendre la tête, les membres et les organes génitaux des victimes pour des centaines de dollars chacun, tandis qu’un corps entier d’albinos peut se monnayer jusqu’à 75 000 dollars, ce qui équivaut à environ 300 millions d’ariary.

A titre d’exemple, en Tanzanie, les personnes atteintes d’albinisme sont victimes d’une véritable chasse à l’homme. Plusieurs raisons expliquent ce geste inhumain. Certaines croyances locales prétendent que des parties de leurs corps peuvent guérir des maux ou attirer la richesse.

Alors que l’albinisme n’affecte qu’une personne sur 17 000 à 20 000 en Europe et en Amérique du nord, l’Organisation mondiale de la santé estime qu’il est plus fréquent en Afrique subsaharienne. Certaines statistiques indiquent que cette anomalie génétique et héréditaire affecte une personne sur 1 000 en Afrique australe, où est situé le Mozambique.

Recueillis par K.R.

La Vérité0 partages

Incendie à Amparibe - Une victime, d’énormes dégâts

Les habitants des zones situées sur les hauteurs, donnant sur l’ouest de la ville, se sont vivement inquiétés en voyant des colonnes de fumées noires et épaisses s’élevant au ciel. En effet, une maison traditionnelle à étages occupée par une famille a pris feu à Amparibe, vers le milieu d’après-midi, hier. L’incendie, qui s’est déclaré, a fait une victime. Il s’agit d’une locataire qui a perdu connaissance sous le coup de l’émotion et de la surprise. Pire, elle a été malmenée par l’énorme bousculade liée au sauve-qui-peut général dans le périmètre du sinistre. La dame a souffert également d’une asphyxie et a dû être évacuée d’urgence à l’HJRA Ampefiloha mais sa vie n’est pas en danger. A part cela, les dégâts sont énormes dont le coût n’a pu être encore déterminé. 

D’après des témoins, personne n’a vu venir le sinistre. Des flammes dardaient leurs langues de la construction et cela a provoqué une panique sans précédent chez les riverains. D’ailleurs, ces derniers étaient sortis en catastrophe de chez eux. D’après une information, un court-circuit serait à l’origine de cet incendie.  « Il y eut une explosion au niveau du compteur », relate un voisin des victimes.

De leur côté, les sapeurs-pompiers sont intervenus assez rapidement, l’alerte ayant été donnée à temps. Outre le combat qu’ils ont entrepris afin de circonscrire l’incendie, ils se sont également efforcés d’empêcher les flammes de gagner les maisons voisines. A un moment où les habitants du secteur craignaient le pire, les soldats du feu ont finalement réussi à mater le feu au bout d’une heure ou presque d’une lutte acharnée et d’un déploiement de moyens sans précédent. 

Certes, l’endroit était assez difficile d’accès. Mais les pompiers ont pu se frayer un chemin en créant une zone d’opération exclusive. Une foule compacte de curieux, venus assister à la scène, constituaient le seul et vrai obstacle dans l’accomplissement de leur mission. Et pourtant, ces attroupements ne sont pas sans risque dans pareille situation. Il n’est pas à écarter le risque de chute accidentelle de ligne haute tension de la JIRAMA. Les faits survenus, il y a quelques semaines, à Anjanahary IIC où un chef de famille fut mortellement électrocuté en étaient la preuve. Notons que les pompiers effectuent en moyenne deux à quatre sorties par jour pour incendie.

Franck R. 

La Vérité0 partages

Transition énergétique - La vulgarisation du gaz domestique à accélérer

Remis au goût du jour. Au cours des derniers mois, la vulgarisation de l’accès au gaz domestique a été un temps soit peu mis de côté. Toutefois, pour réussir à préserver notre environnement, une transition énergétique est plus que nécessaire. La vulgarisation du gaz domestique doit ainsi être accélérée. Conscient de cet enjeu, le ministère de l’Environnement et du Développement durable a rencontré les responsables au niveau de l’entreprise de Vitogaz, lors d’une descente à Mahajanga, la semaine dernière. 

« Au cours de cette rencontre, nous avons pu discuter du comment on pourrait concrétiser la vente en détails du gaz domestique afin qu’il puisse être accessible à toutes les bourses et se substituer au charbon », ont expliqué des responsables au niveau du ministère. Une phase de test a notamment débuté l’année dernière, dans la ville de Mahajanga. Mais cette rencontre a permis de définir les points à suivre pour dupliquer cette pratique dans tout Madagascar. 

La mise en place d’une campagne de communication a également été au centre des discussions. « C’est bien de vulgariser l’usage du gaz domestique. Toutefois, cela ne servirait à rien si les consommateurs ne prennent pas conscience de l’importance d’utiliser du gaz au lieu du charbon de bois. Cette campagne visera à éduquer mais surtout à initier le changement de comportement petit à petit chez chaque consommateur en lui faisant connaître tous les avantages du gaz domestique, en plus de contribuer à la préservation de notre environnement », rajoutent lesdits responsables. 

A l’issue de cette rencontre, des solutions devront vite émerger. En tout cas, le ministère de l’Environnement et du Développement durable s’attèle pour trouver des solutions énergétiques adaptées au budget du grand nombre tout en réduisant considérablement les impacts des activités de l’homme sur l’environnement. 

Rova Randria 

La Vérité0 partages

Acompte prévisionnel sur l'exportation - Le secteur privé craint un crédit d'impôt

Un impôt de 2 % à payer à l'avance sur l'exportation. La Direction générale des Impôts applique un acompte prévisionnel en matière d'exportation. « En application de l'ordonnance 2019-016 du 23 décembre 2019 portant sur la loi de Finances 2020, les opérations d'exportation de biens doivent désormais faire l'objet de paiement d'acompte prévisionnel en matière d'impôt sur les revenus (IR) et d'impôt synthétique (IS). En effet, l'opérateur paie à l'avance 2 % d'impôt sur la valeur de l'exportation. Ce n'est pas une loi nouvelle. La même mesure a été appliquée l'année dernière sur les importations. La somme sera par la suite déduite de son impôt lors de la déclaration fiscale à la fin de l'exercice comptable », annonce Germain, directeur général des Impôts. 

Le secteur privé, de son côté, craint un crédit d'impôt face à cette situation. « Les acomptes prévisionnels sont d'une valeur plus élevée que les impôts à payer lors de la déclaration fiscale. Ils deviendront par la suite un crédit d'impôt qui, dans la plupart du temps, n'est pas remboursé par l'Etat. Cette situation pénalise ainsi la trésorerie des entreprises. Nous recommandons la suspension de cette disposition afin d'encourager les exportations, vu que l'objectif consiste à équilibrer la balance de paiement à Madagascar », défend Andrianavalomanana Razafiarison, président national du Groupement du patronat malagasy. 

Selon le DG des Impôts, une telle mesure a été prise afin de lutter contre les fraudes fiscales. « C'est une dispositif anti-fraude. Certains opérateurs malhonnêtes disparaissent au bout de trois à cinq mois, sans pour autant payer leurs impôts à la fin de l'année. Cette mesure permettra à l'Etat de réduire ses pertes », explique-t-il. A noter que cette disposition n'entre pas encore en vigueur pour le moment mais attend la communication des textes réglementaires y afférents. 

Solange Heriniaina

La Vérité0 partages

Coronavirus Covid-2019 - Douteuse communication à cloche-pied

A la date du 28 février 2020, au niveau mondial, le coronavirus baptisé Covid-2019 a contaminé près de 85 900 personnes et fait plus de 2 900 morts. Des chiffres effarants qui justifient, certes, la psychose suscitée par cette crise sanitaire. Cependant, interprétées autrement, ces statistiques donnent un taux de mortalité de 3,38 % et signifient que l'écrasante majorité des personnes contaminées s'en sortent donc guéries. Une réalité qui, bizarrement, est occultée jusqu'ici, les informations véhiculées mettant presque exclusivement en exergue la propagation incessante de la maladie que ce soit en termes de cas confirmés qu'en termes de pays touchés. Une communication à cloche-pied qui fait douter qu'elle se veut outrageusement alarmante pour le marketing  du futur remède ou vaccin contre le virus.

On aura remarqué en effet que, depuis le début de l'épidémie, les informations parvenues au grand public font très peu de cas des personnes qui ont survécu au Covid-19. Pourtant, si l'on s'en tient aux chiffres publiés, à la date d'aujourd'hui, elles sont des dizaines de milliers (contre « seulement » 3 000 décès),  constituant ainsi autant de preuves que c'est la guérison qui est plutôt la règle. Selon une étude menée depuis le début de l'épidémie, « la maladie est bénigne dans 80,9 % des cas, grave dans 13,8 % des cas et critique dans 4,7 % des cas » (France Info). 

La question qui se pose est de savoir pourquoi cet aspect moins alarmant -  sans aller jusqu'à dire rassurant -  de la situation semble être plus ou moins caché au plus grand nombre.  Il est d'autant plus étrange que peu d'information filtre quant aux traitements qui ont été prodigués aux « rescapés ». Une telle information pourrait pourtant servir de piste pour le traitement des autres cas ou encore pour les recherches de remède ou de vaccin. Cette communication boiteuse ne se limite cependant pas à l'impasse faite sur le côté moins alarmant de l'épidémie. On aura remarqué en effet que certaines perspectives plus ou moins optimistes sont accueillies froidement, voire dénigrées par les acteurs étatiques ou internationaux impliqués dans la crise.

Indésirables Chloroquine et Remdesivir ?

Il en est ainsi des nouvelles sur les remèdes susceptibles de combattre le Covid-19. C'est ainsi par exemple que Didier Raoult, un éminent spécialiste français et non moins directeur de l'Institut Méditerranée Infection de  Marseille, a été poliment remis à sa place par le ministre français de la Santé, Olivier Véran, lorsque le premier a relayé les résultats des études menées par des scientifiques chinois  (considérés pourtant comme les « meilleures équipes de virologie au monde »), lesquelles études ont révélé que la Chloroquine s'avère être efficace pour soigner le coronavirus Covid-2019. Pire, certains autres avis médicaux se mettent à émettre de sérieuses mises en garde en s'appuyant sur les effets secondaires de la Chloroquine, mais en faisant totalement l'impasse sur sa possible efficacité sur le virus.

De même, l'annonce faite le 24 février dernier par deux équipes de chercheurs taiwanais au sein de l'Institut national de recherche sanitaire (NHRI, situé dans le nord de Taiwan) selon laquelle elles sont parvenues à synthétiser l'antiviral « Remdesivir », jugé prometteur pour traiter les patients du Covid-19, n'a suscité qu'un accueil mitigé. Il faut savoir pourtant que cet institut taiwanais NHRI a contribué de manière déterminante à la lutte contre le Syndrome respiratoire aigu sévère (Sras) en 2003, contre la grippe A (H1N1) en 2005 et contre la dengue en 2015. 

Le malheur des uns faisant le bonheur des autres

Il est significatif de remarquer que l'impasse actuelle - voulue ou non - profite d'ores et déjà à certaines industries privées occidentales. Le malheur des uns faisant le bonheur des autres, si la Chine a été contrainte, pour faire face à l'épidémie, de racheter et de réimporter les équipements de protection qu'elle a produits et exportés elle-même, la société française Paul Boyé Technologies, spécialiste de l'uniforme et des protections individuelles, a décidé de relancer une ligne de production de masques de protection respiratoire FFP2 dans l'objectif de parvenir, d'ici trois à quatre mois, à une capacité de production de 10 millions de masques par mois. Point n'est besoin d'études marketing, le marché est assuré pour le moment par la psychose (entretenue ou non) sur le Covid-2019…

De son côté, le président américain Donald Trump a annoncé samedi dernier qu'il rencontrerait lundi (hier) des représentants des grands groupes pharmaceutiques pour évoquer les avancées médicales concernant le traitement et un possible vaccin contre l'épidémie. D'aucuns y entrevoient déjà les prémices d'une validation des travaux des chercheurs américains ou occidentaux et la très prochaine mise sur le marché de médicaments anti Covid-2019, autre que la modeste Chloroquine laquelle, en étant déjà un médicament générique (dont la production est libre de tout droit), ne fait pas du tout l'affaire des industries pharmaceutiques. 

La théorie du complot, nouvelle version

L'attitude pessimiste - ou à tout le moins réservée - des autorités sanitaires mondiales décrite ci-dessus s'expliquerait par  le souci de ne pas amener les Gouvernements à baisser la garde mais à garder une vigilance maximale. Pour certains observateurs toutefois, il s'agit plutôt d'entretenir la psychose - voire de l'amener à son paroxysme - de telle manière à placer la barre au plus haut, quant au coût des vaccins ou autres remèdes ultérieurement proposés. Il va sans dire que lesdits « produits-messie » auront été préalablement brevetés afin de rapporter le maximum à leurs inventeurs dans les prochaines années. Une autre version de la fameuse « théorie du complot », en somme. 

En attendant, les discussions vont bon train quant à la miraculeuse auto-immunisation dont certaines populations de l'hémisphère sud semblent bénéficier jusqu'ici face au redoutable coronavirus Covid-2019. En effet, au vu de la carte planétaire montrant la propagation de la maladie, il est pour le moins sidérant de constater que l'Afrique subsaharienne et l'Amérique latine demeurent encore relativement indemnes, comparées aux autres parties du globe. Coïncidence ou non, ces deux régions sont peuplées de gens dits « de couleurs » et les deux ou trois cas qui y ont été dénombrés ces derniers jours sont des non-autochtones. A l'inverse, à ce qu'on sache, aucun Latino-américain ou Africain noir ne figure parmi les morts du Covid-2019 recensés dans les pays contaminés. 

La Rédaction

La Vérité0 partages

Demandes d'amnistie et d'indemnisation - Près de 1 300 dossiers accumulés au CFM

Du boulot pour les membres du « Conseil pour le Fampihavanana Malagasy » ! Cette institution de réconciliation a débuté officiellement son assemblée générale pour cette année 2020, hier à son siège situé à Ampefiloha. Ce fut l'occasion pour le président du CFM, Maka Alphonse de définir les grandes lignes de leurs missions pour cette année.

En dépit d'autres objectifs que l'institution s'est fixé, le CFM n'oublie pas pour autant sa vocation première qui est l'étude des dossiers de demande d'amnistie, de réparation ou encore d'indemnisation à la suite des crises politiques antérieures qui ont secoué le pays (de 2002 à 2009). D'après les déclarations de son président, près de 1 300 demandes dans ce sens sont actuellement entre les mains de cette institution. Des dossiers qui sont encore au stade d'étude. A entendre toujours le numéro un du CFM, le Conseil marche sur des œufs dans le traitement de ses dossiers en vue d'une prise de décision cette année. Des investigations sont menées avec les officiers de police judiciaire au sein de la Gendarmerie et la Police nationale. D'autre part, un projet de décret a été déposé auprès des instances judiciaires pour la création d'un fonds national de solidarité afin de procéder à une indemnisation ou une réparation.

Place au dialogue

L'amélioration de l'application du « Dina » figure aussi parmi les missions qui attendent les réconciliateurs, et ce, avec le concours des ministères concernés dont le ministère de l'Intérieur, celui de la Justice ainsi que les Forces de l'ordre. Ce système qui consiste à la mobilisation du « fokonolona » dans la lutte contre l'insécurité sera ainsi revu de près en vue de meilleurs résultats.

Le CFM se penchera également sur d'autres phénomènes au sein de la société malagasy comme la migration interne qui crée quelques tensions entre les nouveaux venus (« Mpiavy ») et les autochtones. A cela s'ajoute la réconciliation historique, une autre tâche pour les conseillers pour le « fampihavanana » et qui consiste à régler les éventuelles rivalités nées des affrontements dans le passé. Le Conseil poursuivra la mise en place et l'extension d'une plate- forme de dialogue qui rassemble différents acteurs comme les politiciens, les membres de la société civile, les leaders religieux, les leaders traditionnels, etc. Comme son nom l'indique, ladite plate-forme privilégie les discussions face à un problème relatif entre autres à l'insécurité, les litiges fonciers, pour trouver une solution « à l'amiable » et éviter les recours en justice.

S.R.

La Vérité0 partages

Numéros de CIN identiques - « Pas d'impact sur la crédibilité des élections »

L'arrêtage provisoire de la liste électorale pour cette année 2020 a révélé l'existence de 1 162 151 électeurs ayant le même numéro de carte d'identité nationale. Le vice-président de la Commission électorale nationale indépendante, Thierry Rakotonarivo, a défendu hier que cette situation n'a pas eu d'impact sur la crédibilité des élections. Il soutient que des mesures sont prises pour l'assainissement de cette liste.

La CENI a détecté 1 162 151 électeurs ayant le même numéro de carte d'identité nationale, lors de la révision annuelle de la liste électorale. Elle a révélé cette information, lors d'une conférence de presse, jeudi dernier, en son siège à Alarobia lors de l'arrêtage provisoire de la liste électorale pour cette année. Depuis, la corde a été tirée par les deux bouts. En fonction des intérêts politiques, les interprétations fusent sur les réseaux sociaux, lors de débats entre citoyens, et dans les salons politiques. 

Le vice-président de la CENI, Thierry Rakotonarivo, a apporté de plus amples explications sur cette situation hier et atténué les interprétations faites par les politiciens. D'après ses explications, ces électeurs ayant le même numéro de carte d'identité nationale n'ont pas eu d'impacts négatifs sur la crédibilité des élections. Ces derniers sont inscrits régulièrement dans la liste électorale. Ils possèdent des vraies cartes d'identité nationale. Mais des anomalies ont été décelées dans ces cartes d'identité. 

Pour certains, le numéro est identique. Pour d'autres, un chiffre manque. Il est des cas où la fonction est erronée. Il s'agit tout simplement d'erreurs dans la carte d'identité et qui n'entraîne en rien des conséquences néfastes sur la crédibilité des élections qui se sont déroulées. Cette situation n'aura pas également de conséquences sur la tenue des élections futures a tenu à souligner le vice-président de la CENI. Il s'agit tout simplement d'une anomalie décelée dans des cartes d'identité.

Cette situation peut ainsi être réglée au niveau des Fokontany et des responsables des cartes d'identité nationale. Contrairement aux doublons qui peuvent influencer les résultats des élections. Dans le cas de doublons, en effet, un électeur est inscrit deux ou trois fois dans plusieurs bureaux de vote. Les doublons favorisent le vote multiple, ce qui est interdit par la loi puisque « un électeur, une voix ». La CENI a détecté 110 629 doublons. Elle procède alors aux opérations de dédoublonnage pour la crédibilité de la liste.

Il est à rappeler que lors de l'arrêtage provisoire de la liste électorale, la CENI a annoncé l'existence de 10 568 400 électeurs inscrits sur la liste électorale. Et le taux d'inscription  a connu une hausse de 2,61% par rapport à l'année dernière. 143 334 électeurs ont été retirés de la liste tandis que 412 151 nouveaux sont inscrits dans celle-ci. Jusque-là, les chiffres collent. Mais des incompréhensions sont nées lorsque la Commission a révélé l'existence de 1 162 151 électeurs ayant le même numéro de carte d'identité nationale.

L'assainissement de la liste électorale ne constitue pas la seule obligation de la CENI ou des agents auprès des Fokontany. Les électeurs ont une grande responsabilité, celle d'y vérifier leurs noms. Les partis politiques et les Organisations de la société civile, œuvrant dans le domaine de la démocratie, ont également le devoir de prêter main-forte et ce à l'assainissement de cette liste.

Midi Madagasikara0 partages

Sakaraha : Avotrailayzaza 2 taonanalaina an-keriny, dahalo telo maty voatifitra

Zazasova na bobo na « albinos »hoy ny vazaha, ity zaza 2 taona izay voalaza  fa nalain’ andian-dahalo nanafika  tao amin’ny tanàna iray  tao amin’ny distrikan’i Sakaraha ny herinandro lasa teo. Noho ny fahazoam-baovao marim-pototra tamin’olona tsara sitrapo, dia avotr’ireo miaramila mpampandry tany ao amin’ny ZRPS A1 izay miasa any an-toerana ity ankizy ity, tao aorian’ny fifandonana tamin’ireo dahalo , nyzoma 28 Febroary la sa teo. Ny ramaraina no niseho ny fifampitifirana teo amin’ny roa tonta tao amin’ny fokontany Adamionga, Sakaraha. Vokany jiolahy telo no lavon’ny balan’ny mpitandro filaminana. Azo sambo-belona kosa ny fito tamin’ireo 10 lahy izay mbola nikasa ny hitondra ireo ilay voatavo tsy mifandraka hitsoaka. Marihina fa salama tsara ilay zaza rehefa avy nandalo fizaham-pahasalamana. Fa natolotra ny zandary ireo jiolahy voasambotra.

T.M.

Midi Madagasikara0 partages

Télévision : Ludy Soa, Nathan et Miandry, s’illustrent sur les « The Voice »

Ludy Soa (à droite) et Nathan lors de l’audition à l’aveugle de « The Voice ».

Trois noms sont à retenir dans les jours à venir, Ludy Soa, Nathan et Miandry, qui tentent de percer dans « The Voice » en France et « The Voice Afrique Francophone ». Madagascar s’affirme dans la « culture soda » internationale. 

Les Malgaches ont trouvé un nouveau filon dans le secteur de la culture de masse internationale. Depuis la France, sur The Voice, Ludy Soa et Nathan ont passé il y a quelques jours l’audition à l’aveugle avec « Ravoravo » de Mika et Davis, jusqu’à faire réagir Pascal Obispo, le Njakatiana français. Ensuite, samedi soir, ils ont concouru pour les épreuves face aux jurys. Tandis qu’au The Voice Afrique Francophone, Miandry, a fait un carton grâce à son interprétation de « Spirit » de Beyonce. 

Et d’un coup, les Malgaches s’enflamment. Pour le duo mixte, le fait de passer par une télévision française comme Tf1 est déjà une consécration en soi. Avec une audience moyenne de plus de 5 millions de téléspectateurs, l’émission trouverait le succès auprès des pré-pubères de la classe ouvrière blanche française. Heureusement, les réseaux sociaux explosent cette audience pour atteindre des cieux internationaux. 

Il faut bien se rendre à l’évidence, depuis quelques années, Madagascar est souvent cité dans ces concours de chants télévisés. Dont les ancêtres viennent des Etats-Unis et d’Angleterre. Denise, la miss r’n’b malgache, D-lain, avec son interprétation également de « Ravoravo », font figure de pionniers. Quelque part, à eux deux, ils ont ouvert des portes et des perspectives à la génération montante.      

Passants ou stars. Si à Madagascar, Ludy Soa et ses compères sont vus comme des guerriers des temps modernes, des héros capés du drapeau national, dans ces pays, où ils concourent, ils intègrent un vaste monde de la culture de masse. Rassemblant plusieurs émissions comme « Secret Story », « La Nouvelle Star », « La ferme des célébrités »… Donc des produits à consommer, de simples passant(e)s s’ils sont éliminés. De belles histoires pour relever l’audimat en cas de succès. 

Et Madagascar, après l’ère D-Lain et Denise, fait vendre. Cela a commencé par un dessin animé, aujourd’hui ça devient un titre marketing exotique. Dont l’industrie musicale, surtout francophone, a l’air d’en raffoler. Ludy Soa et Nathan ont déjà posté un cover de « Ravoravo » en 2014, loin d’être convaincant, tout simplement pour manifester déjà leur envie de goûter au succès. Jusqu’à aujourd’hui plus de 65.000 personnes ont visionné la vidéo. 

A 20 ans maintenant, la jeune femme veut confirmer son talent. Son acolyte et frère Nathan, à 17 ans, le lui rend bien. Le duo n’a pas réussi comme D-lain à transcender le titre « Ravoravo » mais déjà il a réussi à passer un grand cap. Pour la suite, Pascal Obispo l’a pris sous ses ailes pour être son coach. L’aventure continue encore.  

Maminirina Rado

Midi Madagasikara0 partages

Général Gabriel Ramanantsoa : « La natation malgache est en train de vivre une nouvelle ère »!

Heureux comme tout, le président de la Fédération Malgache de Natation, le Général Gabriel Ramanantsoa dresse presque un tableau idyllique de cette discipline dont l’avenir semble semble être tout tracé. Explications.

Midi Madagasikara : Rideau sur ces championnats de Madagascar de petit bassin.Etes-vous satisfait ?

Général Gabriel Ramanantsoa : « Comment ne pas être satisfait avec cette pluie de records et des chiffres qui montrent que la natation malgache est en train de vivre une nouvelle ère. Quand je dis record, cela a aussi trait à la présence de 288 nageurs issus de six ligues et la bagatelle de 16 clubs. C’est énorme et je ne les remercierais jamais assez de leurs efforts pour venir à Mahajanga. C’est en tout cas porteur d' »un réel espoir. A cette allure en tout cas, la natation va pouvoir décoller réellement. »

Midi : A vous entendre, on dirait que vous subsistez selon vos moyens propres ?

G.R. : « C’est à peu près cela mais nous attendons tout de même le remboursement promis par le ministère de la Jeunesse et des Sports sur notre déplacement au Botswana. Nos nageurs ont tout donné et j’espère que leurs efforts ne seront pas vains.

Pour ce sommet de Mahajanga, je tiens à remercier vivement le Comité Olympique Malgache qui nous a aidés ainsi que la société Salone qui a offert des lots aux vainqueurs. Mais dans la foulée, je ne saurais aussi me taire sans adresser mes remerciements à la Fédération Internationale qui a offert un lot permettant de mettre en place le chronométrage électronique. »

Midi : Mais il vous manque cruellement des infrastructures ?

G.R. : « C’est malheureusement vrai. Vous voyez d’ailleurs que cette piscine du Collège Saint Gabriel, à qui je tiens à remercier pour l’accueil, ne comporte que 5 couloirs. Il nous en faut d’autres et si possible utilisable à longueur d’années. »

Propos recueillis par

Clément RABARY

Midi Madagasikara0 partages

Airtel Madagascar : Aide aux enfants malades du service pédiatrique de Befelatanana

Dans le cadre de la célébration de la journée internationale des malades, Airtel Madagascar en collaboration avec l’association Compassion Madagascar a effectué un important don de jouets aux enfants malades du service pédiatrique de Befelatanana. Ils étaient plus de 125 enfants malades à avoir bénéficié de ces cadeaux offerts par l’opérateur. Efficace dans ses actions et concret dans ses réalisations, l’opérateur a cette fois décidé d’apporter un soutien moral aux enfants subissant l’épreuve des maladies ; et cet évènement a été rehaussé de la présence des représentants d’Airtel Madagascar et de l’Association Compassion Madagascar. A travers ces dons, Airtel apporte sa contribution pour soulager ceux qui sont dans le besoin. Le succès de la visite à Befelatanana est un apport de plus dans la contribution de l’opérateur Airtel au développement du tissu social du pays et d’autres actions sociales à venir sont prévues en faveur de l’amélioration des conditions de vie des concitoyens.  Ce geste de solidarité en faveur des enfants renforce une fois de plus l’importance accordée par Airtel à la protection sociale de l’enfance. Conscient de l’importance de la santé des enfants pour l’avenir du pays, l’opérateur continue d’œuvrer pour la jeunesse afin d’apporter son soutien au développement de Madagascar. « A travers ce geste, le 3e opérateur a voulu une fois de plus montrer son attachement aux valeurs humaines. Ce petit geste de solidarité a pour but d’apporter un peu de réconfort à ces enfants ainsi qu’à leurs familles et rassurer ces dernières qu’elles ne sont pas seules dans les épreuves qu’elles traversent. Toute personne mérite d’être respectée, se sentir écoutée est importante aux yeux de la société et cela vaut encore plus pour les personnes mises à l’épreuve des maladies. », a déclaré Eddy KAPUKU, Directeur général d’Airtel Madagascar. Au-delà de ses offres, Airtel œuvre sans cesse à donner plus de sens au terme « Service » en intervenant dans les domaines qui touchent profondément au quotidien de la population. 

Recueillis par R.Edmond

Midi Madagasikara0 partages

Mahavelona-Ankazobe : Echange de tirs entre gendarmes et hors-la-lois dans une attaque de taxi-brousse

Ayant connu une certaine réduction ces derniers temps, les attaques de taxi-brousse sur les routes nationales et régionales risquent de reprendre de l’ampleur. Ces actes de banditisme auxquels les auteurs n’auraient pas agi au hasard. Ils devraient être bien renseignés sur leur cible. Ce qui s’était passé dans la commune de Mahavelona, district d’Ankazobe, vendredi est significatif. Un taxi-brousse ayant 18 passagers à bord a été attaqué par deux bandits armés de deux fusils de chasse sur la route communale reliant Mahavelona et la RN4. L’acte a été commis vers 17 heures juste à 3km de l’entrée du chef-lieu de cette commune. Ayant réussi à immobiliser le véhicule, les malfaiteurs s’en sont pris à trois passagers pour les dépouiller. En effet au total, 2.800.000 Ariary ont été dérobés sur les victimes. Heureusement aucun blessé ni perte en vie humaine n’est à déplorer. Alertés de ce fait, les gendarmes du poste avancé de la localité, soit à Antolojanahary, se sont tout de suite rendus sur les lieux où ils sont tombés sur les assaillants. Un échange de tirs a eu lieu, pendant ce temps les malfaiteurs se sont enfuis dans la forêt du domaine du Père Pédro à Mahavelona. Après avoir poursuivi  les fuyards en vain jusqu’à la tombée de la nuit mais, les gendarmes ont fini par abandonner les recherches. Selon les informations, les victimes sont tous des habitants de la commune. Le chauffeur, lui aussi réside dans la localité. La gendarmerie du poste avancé d’Antolojanahary se charge de l’enquête.

T.M.

Midi Madagasikara0 partages

Tsy fandriampahalemana eto Antananarivo : Nahitam-bokatra ny fisafoana ataon’ny Polisim-pirenena

Lehilahy 01 no voasambotry ny Polisy ao amin’ny boriborintany fahavalo ny zoma 28 febroary 2020 tokony ho tamin’ny 01ora 20mn maraina tetsyAnalamahitsy. Io andro voalaza etsy ambony io, dia naharay antso tamina tokantrano 01 tetsy Analamahitsy ny Polisy, fa misy olona mitady hiditra ny tranon’izy ireo. Ny Polisy manao fisafoana teny akaikin’ilay toerana no avy dia nidina ifotony. Vokatr’izay dia mbola tra-tehaka teo am-pamakiana ilay trano ny rangahy 01, 40 taona.

Lehilahy miisa 02,  28 sy 17 taona ihany koa no tra-tehaky ny Polisy ao Atsimondrano ny alin’ny zoma 28 febroary. Polisy manao fisafoana miditra an’elanelan-trano amin’ny alina tetsy Ambodivoanjo-Ambohimanatrika no nahita lehilahy  03 nitondra entana. Vao nahita ny Polisy ireto farany, dia nirifatra nitsoaka ka ny 02 lahy tamin’izy ireo no tra-tehaky ny Polisy. Rehefa nosavaina ireo entana teny aminy izy, dia nahitana kojakojan-tokantrano maro samihafa toy ny: menaka, savony, labozia (amin’ny« paquet »daholo ireo entana ireo). Nentin hananaovana fanadihadiana teny amin’ny kaomisaria ihany koaizy roa lahyireto. Ny 29 febroary indray dia mpanendaka 01 efa mpamerin-keloka no nahazoan’ny Polisy angom-baovao tokony ho tamin’ny 05 ora sy 03mn hariva, fa mihaodihaody eny Anatihazo Isotry ity lehilahy ity. Ny Polisy mpanao fisafoana eny an-toerana no nijery ity mpanendaka ity. Vao nahita ny Polisy ity farany dia nirifatra nitsoaka ka tetsy Andavamamba vao voasambotra.

Ny 29 febroary ihany dia mbola nitohy ny vokatra azon’ny Polisim-pirenena ka tao anaty fisafoana ataon’ny Polisin’ny boriborintany fahatelo tetsy Anjanahary ihany dia lehilahy 03 no voasambotry ny Polisy miaraka min’ny basy 01 sy bala maromaro. Ny 29 febroary io ihany dia lehilahy 01, 25 taona saika hanendaka mpandeha an-tongotra ihanykoa no tratran’ny Polisin’ny boriborintany fahenina mpanao fisafoana an’elakelan-trano tetsy Antanety. Mbola ny 29 febroary ihany, fa tamin’ny 10 ora alina indray. Lehilahy iray 24 taona no nosamborin’ny Polisin’ Atsimondrano tetsy Ambaniatsimo satria nahitana fonosan-drongony tany anaty paosiny.

Nangonin’i T.M.

Midi Madagasikara0 partages

Le Pavé : Big Mj brille, Shyn rayonne

Shyn confirmé en tant que valeur nationale de la musique urbaine.

Malgré quelques doutes, concernant un Shyn qui faisait peu de cas de son public tananarivien. Où à ses débuts, la capitale n’était pas tendre avec le roi de la musique urbaine malgache. Son concert partagé avec Big Mj, vendredi soir, au Pavé à Antaninarenina a confirmé la réconciliation d’Antananarivo avec l’interprète d’« Angalako anao ». Le visage de ce dernier, apaisé et illuminé du sourire du soldat ayant accompli sa dernière mission, suffisait à comprendre l’euphorie du moment. 

Seul hic, la salle. Trop petite pour contenir de puissances de la pop et du r’n’b malgache. Cependant, assez large pour ne pas disperser la fièvre d’un public composé à peu près à 75% de minettes. La gente masculine présente était autant éblouie par la performance de Shyn et Big Mj que les jeunes femmes se trémoussent comme des folles dans la fosse. La chasse était ouverte. Mais il leur fallait passer par près de trois heures de concert. 

Le « fils de Toamasina » a été sans doute le clou de cette soirée. Si durant ses premiers, sa voix lui était souvent reprochée. Trop travaillée sur les effets, peu solide sur scène. Quand Shyn a entonné « Ngôma » sur la scène du pavé, on imagine l’écart. Sa voix veloutée, millimétrée et maîtrisée, fait chavirer la salle. Accompagné d’un guitariste et d’un dj, le professionnalisme est bel et bien installé. Le public ne pouvait plus attacher sa ceinture. 

Question performance, il est une boule de nerf infatigable et généreuse. Les tubes s’enchaînent sans des pauses réellement palpables. Juste quelques jeux de scène, des amusements vocaux pour faire patienter la salle… Et Shyn repart au quart de tour. On le reverra bien sur une scène assez grande. Comme un Cc Esca Antanimena, ensuite, un Antsahamanitra, pour la confirmation et un Palais des Sports pour la consécration. 

Maminirina Rado

Midi Madagasikara0 partages

chronique de Mickey : Quid du Coronavirus? Virtus in media stat !

Face à la propagation et la liste morbide des victimes de cette maladie, les spéculations vont bon train. Parce que l’homme devant le doute, l’angoisse et l’inconnu, n’a de cesse de se demander où est la vérité et donc comment vaincre ce mal ? Il y a les éternels optimistes qui la prennent à la légère et ceux qui, pensant réfléchir, trouvent ainsi une explication rationnelle et se satisfont de leur démarche. Et si “ Virtus in media stat “, locution latine signifiant que la vérité est entre les extrêmes.

Entre les personnes qui disent, d’abord, qu’il n’y a pas lieu de s’inquiéter outre mesure et que somme toute que les grippes banales dont on a l’habitude ont fait pas plus de victimes que celle-là, les atteints sont d’ailleurs les mêmes à savoir les personnes âgées ou de santé fragile. Et tous ces tremblements faits autour ne riment à rien, puisque l’Humanité est déjà venue à bout même de la grande grippe espagnole… celle de 1918-1919 qui a fait jusqu’à 100 millions de morts soit 2,5 à 5% de la population et curieusement elle serait venue conjointement de Chine et des Etats-Unis. Donc ne nous emballons pas trop. 

Puis, cette version soit disant officielle, selon laquelle, cette maladie devenue épidémie et peut-être pandémie aurait été due à l’ingestion de bêtes sauvages. Ce qui fait penser au Sida et à l’Ebola en Afrique mais dont l’ampleur a été contenue parce que la mobilisation a été universelle. Cette fois-ci, la Chine a montré, seule d’abord, que cette baisse de l’amplification du coronavirus prouve que son savoir-faire fera aboutir à une issue positive.

Et celle-là moins officielle mais clamée publiquement par les médias non chinois, comme quoi l’origine de cette maladie serait une mauvaise manipulation ou une négligence d’un laboratoire public situé à Wuhan même. 

Enfin, et ceux qui rechignent à admettre ces versions et appellent à l’éternel théorie du complot, c’est-à-dire ceux qui   proposent de donner « une vision de l’histoire perçue comme le produit de l’action d’un groupe occulte agissant dans l’ombre…qu’un petit groupe de gens puissants se coordonner en secret pour planifier et entreprendre une action illégale et néfaste affectant le cours des événements … La conspiration secrète civile, criminelle ou politique, visée par la théorie du complot, agirait généralement dans l’objectif de détenir ou conserver une forme absolue de pouvoir (politique, économique ou religieux) ». Entrant dans cette conspiration, les « Malthusiens » qui s’obstinent à dire qu’il y a « des individus qui sont de trop à la table des convives » ( la population augmente de manière arithmétique tandis que la consommation de manière exponentielle, par conséquent il faut des guerres, des famines ou des épidémies pour éliminer périodiquement le surplus de population- consommateurs !). Les adeptes de la décroissance économique sont-ils conscients ou non qu’ils contribuent à développer cette théorie ? Puis, il y a ceux qui penchent pour une conception « darwinienne »: La nature élimine les faibles. Et enfin, peut-être, il y a encore les tenants d’une certaine suprématie d’une ou deux ou trois races sur les autres. 

Devant l’inconnu l’homme réfléchit « cogito ergo sum » dit-on, mais aussi il faut admettre que  Virtus in media stat .

M.Ranarivao

Midi Madagasikara0 partages

Place au foot

Le football méritera plus que jamais son nom de sport-roi pour ce mois de mars 2020 où les Barea de Madagascar affronteront les Eléphants de la Côte d’Ivoire, pour une double confrontation. Le match-aller aura lieu à Abidjan  le 27 alors que les deux équipes se retrouveront probablement au stade Barikadimy de Toamasina le 31 mars.

Place au foot

Deux matches d’une importance particulière pour les protégés de Nicolas Dupuis qui a reconnu que sur le papier la Côte d’Ivoire nous est supérieur. Ce qui est vrai puisque selon le dernier classement FIFA, la Côte d’Ivoire se trouve au 61e rang mondial alors que Madagascar est classé 91e. En somme, théoriquement  30 marches séparent les deux pays.  Mais rien  n’est joué d’avance puisque la bande à Anicet Abel a démontré lors la phase finale de la CAN 2019 qu’elle est capable de briller parmi le gratin du football africain en se hissant aux quarts des finales après avoir battu  des grandes équipes comme le Nigeria et la République Démocratique du Congo. Et l’aventure continue pour les onze malgache qui ont  réalisé une entame de compétition parfaite en battant lors des deux premiers matchs éliminatoires de la CAN 2021, l’Ethiopie et le Niger. Mieux, la large victoire de 6 buts à 2 à Niamey a démontré que les Barea sont toujours là  et garde cette solidarité et ce collectif qui ont fait leur succès en Egypte.   En deux matches, ils ont déjà pratiquement  fait la moitié du chemin vers le Cameroun. Bref, les Barea sont de nouveau là et sont même renforcés par trois nouveaux internationaux. En l’occurrence, Hery Bastien, Alexandre Ramalingom et Hakim Abdallah qui vont apporter jeunesse et fraîcheur à l’équipe qui a la chance de garder la première place de son groupe.  Ce qui est en tout cas sûr, c’est que cette équipe là va, une fois de plus, faire rêver les Malgaches qui vont  de nouveau vivre une parenthèse et sortir de cette atmosphère politique redevenue malsaine, ces derniers temps, avec le retour de cette guéguerre politique source de division qui n’a jamais fait du bien au pays.  Source de joie d’un peuple  dont la plupart souffre encore de  la pauvreté, les Barea sont rassembleurs. Prions pour que l’aventure continue et qu’au même titre que les victoires, la lutte contre la pauvreté soit une réussite. Place au foot et  dans la joie car impossible n’est pas Barea. Alefa Barea.

R.Edmond.

Midi Madagasikara0 partages

Natation – Championnats de Madagascar petit bassin : La révolte de nos « Africains » !

Les championnats de Madagascar de natation en petit bassin ont vu une hargne toute particulière de la part des quatre nageuses qui rentrent de Botswana. Ces « Africains » ont dominé de la tête et des épaules cette compétition marquée par la présence de six ligues. Une sacrée performance en fait.

Il est revenu de Gaborone plus motivé que jamais. Le tout avec cette intime conviction qu’il peut encore faire mieux. Il c’est John Rakotomavo qui vient d’effacer des tablettes le record du 800 m nage libre avec un chrono de 9 mn 16 sec 33. L’ancien record établi en octobre 2018 était l’oeuvre de Toky Andriamparany du COSBANI en 9 mn 18 sec 75.

La vie dure. Si Tendriavalona Idealy conduisait l’équipe de relais 4 x 100m du COSRA à la victoire, Holy Antsa Rabejaona de Managing pour rester dans l’équipe au Botswana, a été l’auteure d’une meilleure performance chez les juniors au 100 m papillon avec un chrono de 1 mn 7 sec 96 contre 1 mn 8 sec 09 que Tojohanitra Andriamanjatoarimanana du COSFA avait réalisé en décembre 2008.

C’est dire que les records ont la vie dure et qu’il faut des années pour grignoter les secondes.

Pour rester chez les juniors, Andrianirina Malalasoa du COSFA a amélioré deux autres performances. D’abord en portant le chrono du 800m nage libre à 10 mn 5 sec 7 et rayant celui de Murielle Rabarijaona en 10mn 8sec 11 réalisé en août 2011. Ensuite au 200m brasse en 2 mn 52 sec 45 contre l’ancien record de Stéphanie Rasoarimanana de 2mn 54sec 78 établi à La Réunion.

Autre meilleure performance est celle de Tendry Rakotobe de Ste Jeanne d’Arc au 50m dos qui a réalisé 32 sec 30. L’ancien record était de 37 sec 78 et appartenait à Francky Ramiakatrarivo de l’ESCA.

Le même Rakotobe Tendry qui évolue chez les poussins, avait aussi réalisé une autre meilleure performance au 100m quatre nage en 1 mn 21 sec 59 contre le record de 1 mn 22 sec 94 d’Andrianirina Lalanomena en 2008.

Au relais, St-Michel composé de Francky, Daniel, John et Jonathan, a eu le beau rôle en remportant l’épreuve et signant dans la même occasion un nouveau record de Madagascar en 4mn 6sec 92. Un record détenu depuis le 4 décembre 2019 par le COSFA avec Nomena, Jonathan, Manda et Antso.

Clément RABARY

Midi Madagasikara0 partages

FITEFA : Mobilisation éco-citoyenne

Les Nordistes dans l’Atsimondrano

405 membres de FITEFA ou « Fikambanan’ny Teraky ny Faritany Antsiranana » se sont donné rendez-vous samedi dans la commune rurale de Tsiafahy dans le district d’Atsimondrano pour mettre en terre plus de 2000 jeunes plants d’arbres variés. Une mobilisation éco-citoyenne conduite par le président de l’association Bekasy JohnFrince – entouré des 2 vice-présidents Pierrot Pascal et Beantidahy Jojo – qui n’a pas manqué de remercier tous ceux et toutes celles qui ont apporté leur part de …plants d’oliviers, d’acacias, de ravintsara et de frênes. Sans oublier la Primature, l’Assemblée nationale, les ministères (FOP, Environnement, Transports et Tourisme, Education nationale…), le gouverneur de la SAVA, l’administration pénitentiaire (propriétaire du terrain et chargée du suivi) qui ont contribué sous différentes formes à cette séance de reboisement qui s’inscrit dans le cadre de la politique de reforestation initiée par le pouvoir. La prochaine activité du FITEFA sera la grande braderie au Palais des Sports destinée à une levée de fonds pour la construction d’un Centre d’accueil à Tana pour les natifs de la province d’Antsiranana.

R. O

Midi Madagasikara0 partages

FFKM : Des milliers de plants mis en terre à Imerintsiatosika

Chaque année, le bureau national du conseil œcuménique des Eglises chrétiennes ne manque pas à participer à la campagne nationale de reboisement et d’assurer son devoir citoyen pour refaire de Madagascar une île verte. En effet, samedi dernier, les membres du bureau national, sous l’égide de l’archevêque d’Antananarivo, Odon Razanakolona, ont choisi la commune rurale d’Imerintsiatosika pour semer 10.000 graines et a mis en terre 200 jeunes plants. Tous les ténors du bureau national du conseil œcuménique ont été présents à cette occasion, laquelle marquera aussi la célébration du 40e anniversaire de cette entité pour cette année.

Rija R.

Midi Madagasikara0 partages

AACEPN : Pour une meilleure gestion des fonds publics.

Le ministre de l’Economie et des Finances, Richard Randriamandranto a fait passer le message de la bonne gestion des fonds publics.

Les agents comptables exercent la fonction comptable auprès des établissements publics à caractère industriel et commercial ou les établissements publics à caractère administratif, qui sont des organismes publics.

Le renforcement de la bonne gestion des fonds publics est plus que jamais une nécessité. Le ministre de l’Economie et des finances, Richard Randriamandranto l’a réitéré jeudi dernier quand il a assisté à l’Assemblée générale de l’Association des Agents Comptables des Établissements Publics Nationaux (AACEPN).

Rôle important

L’ Assemblée générale qui s’est tenue, dans la journée du 28 février 2020, au Motel Anosy était également l’occasion pour le ministre de rappeler l’importance de la lutte contre les diverses malversations financières, tout en soulignant le rôle important joué par les agents comptables dans le développement du pays. La Secrétaire générale du ministère, Rindra Rabarinirinarison ainsi que le Directeur général du Trésor public, Ihaja Ranjalahy ont également assisté à cette rencontre. En tant qu’ambassadeur du Trésor Public voire du ministère, le Directeur général du Trésor a rappelé aux agents comptables qu’ils sont les premiers responsables de l’encaissement des recettes et du paiement des dépenses auprès de ces établissements. Il les a vivement invités à entretenir une relation cordiale avec les ordonnateurs et de ne jamais recourir aux abus de pouvoir. En cas d’incompréhension ou d’impatience de la part de ces derniers, les agents comptables devraient y apporter les explications techniques y afférentes patiemment et calmement.

Impact direct

Le président de l’association, Mamy Tiana Andrianantenaina qui occupe le poste d’agent comptable auprès de l’Aviation Civile de Madagascar a alors promis au nom des autres membres de mener à bien la fonction qui leur est confiée pour que leur travail ait un impact direct sur le développement du pays. Les agents comptables exercent la fonction comptable auprès des établissements publics à caractère industriel et commercial ou les établissements publics à caractère administratif, qui sont des organismes publics au même titre que l’Etat et les Collectivités Territoriales Décentralisées. Ils sont sous l’autorité directe de la Direction de la comptabilité publique au sein de la Direction générale du Trésor public et ont comme interlocuteur principal l’ordonnateur de l’établissement où ils sont affectés.

R.Edmond.

Midi Madagasikara0 partages

Programme de reboisement national : Le CFRH-Institute, bien lancé dans une démarche écologique !

La Direction générale, le corps enseignant ainsi que tous les élèves du Centre de Formation en Ressources Humaines (CFRH), le premier institut spécialisé dans la gestion des ressources humaines, ont eux aussi apporté leur pierre à l’édifice, en répondant présent à l’appel du gouvernement dans le cadre du programme national de reboisement.  C’est dans la commune d’Ampangabe qu’ils se sont ainsi donné rendez-vous, le samedi 22 février pour mettre en terre plus d’un millier de plants. 

« Au CFRH Institute, nous mettons un point d’honneur à former des RH aussi bien compétents, que responsables envers la nation, les générations futures et l’environnement dans lequel ils vivent et évoluent. Nous y enseignons entre autres, la matière Gestion de l’environnement,  qui est un des domaines clés que nous nous devons de maîtriser, au vu des enjeux qu’il présente, sur le développement de l’entreprise et de ses ressources. », a expliqué Mme Olivia Rakotonarivo, Directrice fondatrice du CFRH Institute. L’institut est donc bien parmi les principaux concernés par ce genre de pratique, même indépendamment du programme de l’état, et a ainsi fait d’une pierre deux coups, à travers cette activité. 

Une initiative qui va au-delà d’une simple tendance à suivre, l’institut tenant à concrétiser en mettant en pratique, tout ce qu’il transmet durant les formations, à ses étudiants. Conscients de ce que cette activité représente pour tous, des mois de sensibilisation ont précédé cette mobilisation qui a vu la participation quasi-totale de toute la famille du CFRH Institute.  « Nous espérons voir suivre tout le long de l’année, une prise de conscience massive de tous les acteurs du pays, c’est en apportant chacun notre contribution aussi petite que soit-elle, que nous pouvons nourrir l’espoir de revêtir Madagascar un jour, de son manteau vert » selon toujours Olivia Rakotonarivo. La journée s’est déroulée dans la bonne humeur et la convivialité, les participants ont ainsi su joindre l’utile à l’agréable. En effet, les élèves et les enseignants ont pu développer leurs liens, en dehors de leur lieu habituel de travail, une activité essentielle au cœur du métier de la gestion des ressources humaines.

R.Edmond.

Midi Madagasikara0 partages

Fitsarana ny fitantanam-bolam-panjakana Toamasina : Voasazy hamerim-bola ny mpitantam-bolan’ny kaominina

Nanao ny tatitry ny fitantanam-bolan’ireo sampan-draharaham-panjakana misy eto Toamasina sy manerana ny Nosy, ny zoma misandratr’andro teo, ny fitsarana misahana ny fitantanam-bolam-panjakana Toamasina. Nandritra izany no namoahan’izy ireo didy raikitra ny tsy maintsy hamerenam-bola ho an’ny mpitantam-bolan’ny kaominina ambonivohitry Toamasina eo anivon’ny tahirim-bolam-panjakana Toamasina, ka mitentina 34,5 tapitrisa ariary izany vola izany; izay saika nalaina tamin’ny fanaovam-pety sy lanonana teo anivon’ny teti-bolan’ny kaominina, araka ny fandaniam-bola  taona 2011. Ankilan’izany, nambaran’ny fitsarana misahana ny fitantanam-bolam-panjakana hatrany, nandritra ny lanonam-pitsarana nataony am-pahibemaso tao amin’ny birao fiasan’izy ireo, dia tsapa sy hita avokoa ireo tsy fanarahan-dalàna sy ireo lesoka nataon’ny minisiteran’ny fahasalamana sy ny ministeran’ny fanabeazam-pirenena, izay naraha-maso manokana ny taona 2018 tamin’ireo tsenam-baro-mpanjakana nataon’izy ireo avy. Isan’izany ireo tsenam-barom-panjakana tsy nisy akory sy tsy nanaraka ny fifanarahana ny asa vita tamin’ny famoaham-bola nataon’ny fanjakana. Ankoatra izany, dia maro ny torohevitra nataon’ny fitsarana ny fitantanam-bolam-panjakana mikasika ireo olana misy tao anatin’ny tatitra nataon’izy ireo, isan’izany ny fanarahan-dalàna sy fanarahana ny zava-misy marina ny fanamboarana ny teti-bolan’ny kaominina. Ny fanajana ny fifanarahana sy fanamafisana ny fanaraha-maso ireo voalazan’ny tolo-baro-panjakana. Nohamafisin’ny fitsarana ny fitantanam-bolam-panjakana ireto ihany koa, fa didy raikitra ny didy avoakan’ny mpitsara ara-bola-panjakana, ka tsy maintsy tanterahana izany aorian’ny fivoahany, satria tsy misy ny fampiakarana azo atao aminy.

Malala Didier

Midi Madagasikara0 partages

Vahinala Raharinirina : Quatre jours intenses dans le Boeny

La ministre de l’Environnement et du développement durable, Vahinala Baomiavotse Raharinirina a effectué une descente dans la région Boeny, depuis jeudi dernier. Cette tournée lui a permis de développer sa nouvelle approche qui privilégie la rencontre directe avec les acteurs. 

Durant ces quatre jours, la ministre a rencontré plusieurs acteurs du développement local et de l’environnement. Allant de l’atelier de planification de la direction interrégionale de l’environnement et du développement durable Boeny et Betsiboka ainsi que ses partenaires jusqu’à la rencontre avec les exploitants forestiers de Mahajanga pour échanger sur leurs préoccupations, en passant par un reboisement à Ankarafantsika puis l’inauguration d’une école à Maevarano, dans le district d’Ambato-Boeny, en partenariat avec le ministère de l’Education nationale et Mada Consult, Vahinala Raharinirina a entamé sa première descente dans cette région avec un agenda chargé. Le déplacement a été marqué, entre autres, par la signature de la convention tripartite entre le ministère de l’Environnement et du développement durable, Madagascar National Park et Tree4Life. Un partenariat qui a pour objectif de créer des pépinières en mesure de fournir des jeunes plants pour les campagnes de reboisement des trois prochaines années. 

Transfert.La ministre a aussi tenu une séance de travail avec le maire de la ville de Mahajanga, Mokhtar Andriantomanga. Ce dernier a annoncé sa volonté de conjuguer le développement de cette ville des fleurs avec le respect de l’environnement. A cet effet, la ville se mobilise en développant les approches focalisées sur l’éducation et la responsabilisation. Dans la foulée, samedi dernier, la ministre a visité le site de traitement de déchets géré actuellement par MadaCompost et qui va être transféré prochainement à la Mairie de Mahajanga. Durant son passage dans cette ville, la ministre a aussi rendu visite au site de l’Eden Reforestation Project d’Ambondrona, une ONG qui a réussi à planter 45 millions de jeunes plants durant l’année 2019. 

Recueillis par Rija R.

Midi Madagasikara0 partages

Association internationale Kofi Annan : L’accord de siège de l’AIKA PPRODHOMP à Madagascar ratifié

En décembre de l’année dernière, l’accord de siège de l’association internationale Kofi Annan pour la promotion et la protection des Droits de l’Homme et la Paix (AIKA PPRODHOMP) a été signé avec le gouvernement de la République de Madagascar. Pour Nicolas Dupuis, qui notons-le, est un grand acteur appelé à participer pleinement à toutes les actions de l’association à Madagascar, il est particulièrement fier d’apporter sa contribution à l’éradication des violences à l’égard des enfants et des femmes, à la vulgarisation des instruments internationaux et nationaux en matière de droits de l’Homme et la paix ainsi qu’à défendre toutes les causes au nom de cette association. M. Dupuis a notamment dit que, comme il visite beaucoup de régions, il pourra sensibiliser davantage de personnes. 

Objectifs nationaux. AIKA PPRODHOMP existe déjà à l’international. Depuis son arrivée à Madagascar, l’association s’est fixée comme objectifs principaux la protection des enfants, des femmes des personnes avec un handicap et des personnes du troisième âge contre la violence sous toutes ses formes. En outre, l’association souhaite aussi faire un plaidoyer pour la participation des jeunes à l’élaboration des politiques publiques ; contribuer à l’amélioration de la situation des personnes détenues ; soutenir les politiques de développement durable ; combattre la corruption ; et bien d’autres encore, toujours en rapport avec les droits de l’Homme. Bref, avec un homme comme Nicolas Dupuis qui a su mener l’équipe nationale de football dans un parcours emblématique lors de la dernière Coupe d’Afrique des Nations, les différentes missions de l’AIKA PPRODHOMP peuvent bien espérer d’aboutir. Toutefois, il ne faut pas oublier que le développement du pays incombe à nous tous comme l’a si bien signalé Nicolas Dupuis lors de sa rencontre avec les journalistes vendredi dernier. 

Anja RANDRIAMAHEFA

Midi Madagasikara0 partages

Talatamaty : Vehivavy nolazaina fa mpamosavy, saika nodorana velona

Soa ihany fa tonga haingana ny zandary fa raha tsy izany, zava-doza no niseho ny sabotsy lasa teo teny Talatamaty. Tokony  ho tamin’ny roa ora teo no nahazo antso nyzandary eo Ankadilalana,nampandre fa misy vehivavy iray tratran’ny olona namosavy ao amin’ny tanàna atao hoe Antsambilo, fokontany Mamory Miray Antoby, kaominina Talatamaty. Nidina teny an-toerana avy hatrany ny zandary ka ramatoa 40 taona mifatotra itangoronan’ny olona no novantanin’izy ireo teny. Nikasa ny hanao fitsaram-bahoaka ity voalaza fa mpamosavy ireo vahoaka ireo. Niditra an-tsehatra nandamina ny zandary ary naka ilay vehivavy ka avotra soa aman-tsarany ainy. Taorian’izay, dia nentina avy hatrany teny amin’ny tobin’ny zandary ao Mandrosoa Ivato ravehivavy ka notanana vonjimaika ao mba ho fiarovana ny ainy. Efa misokatra moa ny fanadihadiana mahakasika ity raharaha ity. Fa ny mahagaga dia ireofokonolona izay saika handoro io ramatoa io. Fa angaha moa ny fiaraha-monina malgasy mbola toy ny tany amin’ny fahagolan-tany na koa mbola eo amin’ilay antsoin’ny mpahay Tantara hoe « Moyen-âge ». Tamin’izany mantsy no nodorana izay voampanga, fa mpamosavy na mpanao ody ratsy.

T.M.

Midi Madagasikara0 partages

Provinces : Démantèlement en douceur

Selon la Constitution en vigueur, en son article 143, elles font partie des collectivités territoriales décentralisées au même titre que les régions et les communes. Il s’agit des provinces. Mais ces dernières ont été mises en veilleuse depuis un certains temps. Son démantèlement semble se passer en douceur avant un référendum constitutionnel qui peut mettre fin définitivement à leur existence.

Les provinces ont été décapitées et n’ont plus personne pour les diriger aujourd’hui. Ceux qui les dirigeaient ont été tous limogés lors du Conseil des ministres du 19 février dernier. Il s’agit des six directeurs provinciaux de l’Intérieur et de la Décentralisation, notamment ce d’Antananarivo, de Mahajanga, de Toliara, de Fianarantsoa, d’Antsiranana et de Toamasina. Cette direction provinciale, notons-le, a été mise en place, en 2009, pour assurer les attributions affectées aux provinces à défaut d’un président de province élu au suffrage universel suivant les dispositions constitutionnelles, nous a confié un ancien Secrétaire général du ministère de l’Intérieur et de la Décentralisation. Elle a géré les « affaires courantes », entre autres, la gestion du port et de la détention d’armes, les associations, les documents administratifs sur la circulation des véhicules.

La vacance du poste de directeur provincial de l’Intérieur et de la Décentralisation peut-elle perdurer jusqu’à quand ? Dans les coulisses, on laisse entendre que la nomination à la tête des provinces ne figure pas dans la priorité du gouvernement et que ces abrogations semblent annoncer la fin de cette collectivité. Et maintenant, à moins que le ministère de l’Intérieur et de la Décentralisation fasse un recrutement pour occuper les six postes vacants de directeur provincial, les provinces se trouvent sans tête.

Si les régions et les communes ont eu des promesses pour les rendre plus attractives, les provinces quant à elles se contentent de jouer le rôle de figurant dans le dispositif. Même si la Constitution prévoit qu’ « elles assurent la coordination et l’harmonisation des actions de développement d’intérêt provincial et veillent au développement équitable et harmonieux des collectivités territoriales décentralisées dans la province ». Mais, elles n’ont ni budget d’investissement, ni ressources humaines nécessaires, et se trouvent face à un champ d’action très limité par rapport aux régions et communes. D’ailleurs, le plan de développement du régime développe une stratégie autour des régions et des communes, mais non pas de la province. Cette volonté est confirmée par la mise en place des nouveaux gouverneurs de régions ainsi que la dotation de celles-ci d’une enveloppe financière de 1,4 milliard d’ariary. Au niveau des provinces, rien n’indique jusqu’à présent qu’elles bénéficient de l’attention du gouvernement qui va dans ce sens.

Rija R.

Midi Madagasikara0 partages

Rabejaona Holy Antsa : Entre natation et basket, son choix est fait

La basketteuse de Fandrefiala a-t-elle fait le choix de ne faire que de la natation qui lui réussit bien ? Holy Antsa Rabejaona, car il s’agit de celle qui vient de défendre honorablement nos couleurs aux championnats d’Afrique de la Zone IV de natation en ramenant des médailles dans son sac, reste évasive sur le sujet mais on sait qu’elle a un penchant point pour la natation au point de faire son idole la Hongroise Katomka Hosszu. Elle a toutefois cherché à trouver un club qui colle à sa personnalité et après avoir été tour à tour au COSFA, ESCA et St Michel, voilà qu’elle s’établit chez Managing.

Elle est rentrée de Gaborone avec cette idée qu’elle n’est plus très loin de l’élite africaine et qu’elle est en mesure de se perfectionner davantage. Avec ses 1 m 70 sous la toise, elle a en tout cas le physique de l’emploi. A seulement 17 ans, Holy Antsa Rabejaona estime qu’elle a encore une bonne marge de manœuvre pour espérer réussir dans sa spécialité qui est le 50 m papillon.

Mais comme toute nageuse qui se respecte, elle ne rechigne pas au travail et se met à tous les styles et même toutes les distances.  C’est dire qu’elle a du caractère. Celui d’une vraie battante.

Clément RABARY

Midi Madagasikara0 partages

Printemps des Poètes des Afriques : Report de la 17e édition

L’équipe du Printemps des poètes des Afriques et d’ailleurs

Le Printemps national  des Poètes aura lieu du 7 au 23 mars 2020. Il a pour thème le courage. La déclinaison du Printemps des Poètes sous les couleurs  des Afriques et d’Ailleurs, unique manifestation  réunissant sur les bords de la Seine des poètes et artistes de l’Afrique, des Caraïbes et l’Océan indien, n’aura malheureusement pas lieu au printemps 2020. C’est la première fois en 16 ans que cette manifestation de néo-Négritude, bien connue, ne se tiendra pas à la date du printemps. Thierry Sinda, le président du festival, que nous avons contacté, nous a affirmé  : « Le directeur artistique Moa Abaid et moi-même  avons pris le parti  de suspendre la 17e édition, pour raisons d’indisponibilité due à des emplois dont nous ne sommes pas maîtres : Moa Abaïd est en tournée théâtrale internationale, et je suis en résidence d’écriture pour le livre :  Paroles, images et sons des Poètes des Afriques et d’Ailleurs. Madagascar y sera bien représenté. Le mouvement de la néo-Négritude continue… ». C’est donc pour la bonne cause que Thierry Sinda a reporté le festival à une date ultérieure non encore précisée.« Reculer pour mieux sauter » semble être l’adage de Thierry Sinda.

Patrice RABE  

Midi Madagasikara0 partages

Fokontany Mangarano 11/46 Toamasina : Ahiana ny sakoroka anio noho ny olan’ny fokonolona sy ny filoham-po...

« Tsy manaiky hatramin’ny farany ny fanendren’ny prefen’i Toamasina ny filoham-pokontany tsy olona avy amin’ny fokontaninay izahay. Mba miandrasa na /sy mirotsaha koa raha sahy amin’ny fifidianana izay hatao ny volana mey ho avy izao », izay no nambaran’ireo fokonolona tsy manaiky ity filoham-pokontany vao notendrena nasolo ilay filoham-pokontany teo aloha efa nodimandry ity. Efa tonga teo anivon’ny fokontany Mangarano P/elle 11/46 ity filoha vaovao ity nampilaza ny maha-filoha azy, saingy efa nitondran’ireo fokonolona sorabaventy ny tsy fankasitrahana azy. Ny alarobia 26 febroary teo aza efa tsy hita izy tamin’ny famonjena fivoriana nampanaovin’ny talem-paritry ny fahasalamana sy ny OMC Toamasina tao amin’ny biraon’ny prefektiora Mangarano II, mikasika ny fiarovana nysisin-tany Malagasy amin’ilay valan’aretina “coronavirus – Covid-19”, sy resaka fanisana ireo zaza Malagasy latsaky ny 12 volana isaky ny fokontany araka ny toromariky ny minisiteran’ny fahasalamana. Noho izay rehetra izay sy fahenoan’nyfokonolona aoMangarano P/elle 11/46 fa hanao an-keriny hiditra ny biraon’ny fokontanyamin’nyfitondrana vadintany sy mpitandro ny filaminana ny tenany anio alatsinainy, dia nivory mahakasika ny hetsika hataony koa ny fokonolona ny sabotsy sy ny alahady teo amin’ny fanomanana sorabaventy isan-tokantrano harantin’izyireo ho hitan’ny mpandalo rehetra. Ahiana noho izany ny sakoroka eoamin’ny fokonolona ao Mangarano P/elle 11/46 sy ity filoham-pokontany vaovao vao notendren’ny prefen’i Toamasina araka ny baiko midina ity. Efa nanao sonia marobe tsy manaiky izanyny fokonolona, nefa tsy nohenoin’nyprefen’i Toamasina, sy tsy noraharahan’ireo solombavambahoaka eto Toamasina ihany koa ny feom-bahoaka.

Malala Didier

Midi Madagasikara0 partages

Rugby – Aroi U16 / U18 : Doublé des Makis en U16-U18 garçons

Les titres restent à domicile. Les jeunes Makis de Madagascar ont réalisé le carton plein lors du tournoi de l’AROI de rugby à VII U16 garçons et U18 filles et garçons qui a pris fin samedi au Stade Makis à Andohatapenaka. Madagascar a réalisé un très beau doublé en remportant les titres en U16 et en U18 garçons.  En U16, les Makis de Madagascar 1 terminent invaincus dans ce tournoi où le classement final a déterminé les résultats. Ils ont battu tour à tour les Makis 3 par 21 à 7, Mayotte par 38 à 12  et Maurice par 26 à 0. Ce sont les Réunionnais qui ont terminé à la seconde place. Dans la catégorie U18 garçons, les Makis ont aussi dicté leur loi. Ils ont terrassé les équipes qui étaient sur leur passage. Ils se sont imposés par 34 à 7 devant les Mahorais, 25 à 12 face aux Mauriciens et 24 à 7 contre les Réunionnais. Mayotte finit deuxième et Maurice complète le podium. Chez les U18 filles, les Makis ont raté le titre aux dépens des Réunionnaises sur le score de 7 à 0. Rideau alors sur ce tournoi jeunes de l’AROI avec une domination de Madagascar chez les garçons et de la Réunion chez les filles.

T.H

Midi Madagasikara0 partages

Folklore : Le « Taombaovao malagasy » les 24 et 25 mars

Le hiragasy, ou théâtre des champs, en clôture des cérémonies du « taombaovao eto Imerina » à Anosimanjaka.(crédits photos : Zanadranavalona Anosimanjaka)

Le « Taombaovao malagasy », nouvel an malgache en traduction littérale, sera célébrée les 24 et 25 mars. Pour le moment, le programme des festivités n’est pas encore connu. Cependant, cette célébration marque la « fin des eaux » ou « fararano ». De fait, la terre et la nature se renouvellent et la faim va être chassée par la profusion des champs et des rizières. Si l’appellation tente d’englober tout le pays, il est à préciser que ces dates sont encore très loin de faire l’unanimité auprès de tous les spécialistes et défenseurs des us et coutumes nationaux. D’autant que la tension que génère l’évocation de ce sujet auprès de nombreux « traditionalistes » reste inchangée.

Quoi qu’il en soit, les dates sont fixées et les célébrations comme à chaque année vont aussi se tenir. Plusieurs collines sacrées de la région Analamanga vont ainsi procéder aux diverses cérémonies comme le « fafirano », le « vary amin-dronono tondrahan-tantely » et biens d’autres. L’objectif, parfois avoué, de certains organisateurs est aussi d’attirer les touristes. Si du temps des rois et des reines, le nouvel an a été une cérémonie extrêmement sacrée, dont les codes et les symboles renvoyaient à la spiritualité et au divin. Il est temps donc d’en faire un folklore à devises parmi tant d’autres à Madagascar.

Par ailleurs, le « Taombaovao eto Imerina », ou le nouvel an dans la zone géographique du groupe humain « Merina », le 445ème selon les témoignages écrits se tiendra du 22 au 24 mai. Les dignitaires Zanadranavalona d’Anosimanjaka, les initiateurs, ont apparemment fait preuve de plus d’humilité pour limiter territorialement les célébrations. Bien qu’au final, c’est l’opinion publique qui se perd à voir autant de dates sous le sceau du nouvel an depuis que le respect de cette tradition a été réinstauré. Ne sachant plus sur quel pied danser au détriment de cette cérémonie. Pour le mois de septembre, d’autres dates ont aussi été indiquées pour être le « Taombavao iraisan’ny malagasy », ou le nouvel an commun de tous les malgaches. A faire perdre la tête.

Maminirina Rado 

Midi Madagasikara0 partages

Projet Fiavota : La population de l’Androy interpelle sur le besoin de recadrage

Entre travailler et attendre qu’on nous distribue gratuitement de l’argent, le choix a été vite fait.

Les femmes reçoivent l’argent du projet Fiavota mais doivent rapporter la somme à leur mari. C’est celui-ci qui fixe combien la femme va en bénéficier et à quoi cela doit servir. 

« On ne sait pas ce qu’on vous avance comme information dans la capitale mais selon notre observation, le projet Fiavota n’a pas atteint les populations vulnérables de l’Androy ». Propos d’un défenseur des droits des enfants et de la femme d’Ambovombe pour faire état de la situation qui prévaut actuellement dans la région Androy. Interrogé sur le pourquoi de la chose, notre interlocuteur de déplorer « le népotisme des personnes responsables des ciblages ». « Au lieu de prendre les vraies familles vulnérables d’Ambovombe par exemple, ces personnes ont rempli les listes des bénéficiaires par les noms des membres de leurs familles. Et comme on connaît qu’ici la taille d’une famille est assez importante, l’on imagine l’ampleur des dégâts sur l’évaluation du projet », note le défenseur des droits des enfants et de la femme. Outre la pratique, ce dernier a également interpellé sur le poids de la culture. « C’est la femme qui reçoit l’argent lors des distributions. Elle ne peut toutefois pas y toucher mais doit rapporter la somme à son mari. C’est ce dernier qui va décider de combien sa femme en a besoin et à quoi cela doit servir », avance notre interlocuteur avec amertume. Avant de poser la question « comment voulez-vous que l’argent distribué à titre gratuit à des milliers de familles atteignent les vrais cibles dans ces conditions ? ».

Etat d’esprit. Pascal, un père de famille d’Ambovombe, déplore quant à lui « le maintien de la culture de la mendicité via le projet Fiavota ». « On habitue les gens à recevoir de l’argent chaque mois pendant un certain temps. Avec la pauvreté ambiante qui règne ici, comment voulez-vous que les gens réagissent. Ils se disent facilement que la somme leur est due sans qu’ils ont besoin de travailler », interpelle Pascal. Inquiétude partagée par Paul Sambo, leader traditionnel d’Ambovombe qui déplore une certaine « infantilisation de la population de l’Androy ».  « La culture de la mendicité se propage dans les couches les plus vulnérables. Au lieu d’initier des actions qui peuvent changer leur vie, des milliers de familles attendent qu’on leur fournisse quelque chose. Et pour comprendre la situation, il faut juste voir comment on travaille chez nous, avec nous. D’un côté, les divers projets et organismes œuvrant dans le domaine de l’humanitaire distribuent des vivres à titre gratuit. De l’autre, le projet Fiavota distribue de l’argent », explique Paul Sambo. Avant d’attirer l’attention sur la notion de « travail ». « Il faut expliquer, d’une façon ou d’une autre, aux gens que s’ils veulent avoir quelque chose, il faut qu’ils travaillent. Une éducation doit être initiée à la place de l’infantilisation », sonne notre interlocuteur. Devant entrer dans sa deuxième phase, le projet Fiavota aurait grandement besoin d’un recadrage. Si volonté il y aurait vraiment chez l’Etat et ses partenaires, pourquoi ne pas investir les milliards de dollars du projet dans des actions à impacts et à long termes. L’idée « d’asa tagnamaro » – à ne pas confondre avec l’initiative tagnamaro du ministère de la Communication et de la culture – mené dans l’esprit « argent contre travail » pour reboiser l’Androy a été avancé par un fils de la région. D’un côté, la région pourrait regagner ses biodiversités, l’argent aurait vraiment servi à quelque chose et la population ne serait plus infantilisée.

José Belalahy 

Midi Madagasikara0 partages

Lutte contre la violence sexuelle sur des enfants : Les policiers formés pour devenir formateurs

Remise des certificats aux policiers ayant reçu la formation sur la protection des enfants face aux violences sexuelles. (crédit photo : Aina Princy)

Cette session de formation de formateurs sur la protection des enfants face à l’exploitation sexuelle est une initiative conjointe de l’association française ECPAT France, de la Direction de la Formation continue et de la recherche à Antanimora , et du service de la cybercriminalité au sein de la police des mœurs et des mineurs. Pendant 04 jours, c’est-à-dire du 25 au 28 février, ECPAT France et un formateur du service de la cybercriminalité ont formé 21 policiers (14 femmes et 7 hommes) dans les locaux de la direction de la formation continue et de la recherche à Antanimora. 

Renforcement de capacités. Ces policiers n’ont ni le même grade, ni les mêmes expériences en matière d’intervention face à l’exploitation sexuelle des mineurs. Cependant, cette formation leur a permis de renforcer leurs compétences respectives sur la manière de gérer une telle situation. Quatre grands thèmes ont donc été abordés lors de cette formation, à savoir l’approche théorique sur l’exploitation sexuelle, les instruments juridiques internationaux et nationaux relatifs à la protection des enfants, l’audition d’un enfant victime ainsi que l’andragogie. Puis vers la fin de la formation, les participants ont également été invités à faire des exercices de simulation pour mettre en pratique les notions théoriques apprises. 

Cette formation s’est soldé avec la remise de certificats aux participants qui, notons-le, viennent de différentes villes : Mananjary, Antsirabe, Maintirano, Andilamena, Fort-Dauphin et Antananarivo. Pour l’ECPAT France, les formations et les actions de sensibilisation se poursuivent encore tout au long de l’année. 

Anja RANDRIAMAHEFA

Madagate0 partages

29 février. Histoires sur un jour qui ne revient que tous les 4 ans

En l'an 45 avant notre ère, l'Empereur romain, Jules César a admis que l'année compte 365,25 jours et, sous les conseils de l'astronome égyptien Sosigène, il instaura les 12 mois inégaux dont celui de février avec ses 29 jours durant les années bissextiles. Jules César tenait à ajouter le jour sans perturber le rythme des fêtes romaines.

Il a ainsi été ajouté à un endroit un peu particulier :avant le 24 février, sous la forme d'une sorte de 23 février bis. Le jour constituait en réalité un "sixième jour bis" au sein de fêtes connues sous le nom des "calendes de Mars". Il était alors appelé "bis sexto ante calendas martis". C'est de ce "bis sexto" quedécoule l'adjectif bissextile qui vient du latin "bisextilis" et qui se traduit par "deux fois sixième".

Le 29 février est un jour intercalaire. C'est le 60è jour de l'année du calendrier grégorien et du calendrier julien en cas d'année bissextile. Il reste 306 jours avant la fin de l'année. Pour rappel, il y eu un 29 février en 2000, 2004, 2008, 20016 et cette année 2020. Les années bissextiles à venir seront 2024, 2028, 2032, 2036, 2040... pour ceux qui seront encore en vie.

Le Saint fêté le 29 février est Saint Auguste Chapdelaine. Mais les prénoms Augusta et Gustave sont aussi célébrés. Auguste Chapdelaine était un prêtre-missionnaire français général piémontais ayant servi dans l'armée française. Il est mort décapité en Chine le 29 février 1856. C'est donc une façon de commémorer le martyre de ce prêtre canonisé en 2000 avec 119 autres victimes de la politique anti catholique en Chine au XIXè siècle. D’autres saints, plus méconnus, sont aussi fêtés les années bissextiles. Saint Oswald, évêque de Worcester puis d’York au Xè siècle, Saint Hilaire, pape et confesseur mort en 468 et la bienheureuse Antoinette de Florence, surtout célébrée en Italie.

Mais est-ce à dire que tous ces saints sont oubliés les trois années non bissextiles ? Non. En réalité les personnes placées sous le patronage des saints énumérés ici ne sont pas du tout lésées sous prétexte qu’il n’y a pas de 29 février chaque année. L’éloge de ces saints peut être lue le 28 février, le même jour où l’Église fête saint Romain, fondateur de l’abbaye de Condat au Ve siècle. En d’autres termes saint Romain partage trois années sur quatre la date de sa fête avec les saints fêtées le 29 février. Hors année bissextiles, aucun saint n’est donc oublié, simplement, il y a un peu plus de prière à adresser le 28. (Source : Aleteia).

Voici deux dictons concernant le 29 février : “Quand février prend un jour, souvent de catastrophes il est lourd”. “N'aie nulle peur de l'année bissextile mais de celle d'avant et de celle d'après”.

A présent, quels ont été les fait qui ont marqué l'Histoire de l'Humanité à partir du siècle dernier et qui se sont produits un 29 février ? En voici, en voilà :

29 février 1940 : pour sa participation au célèbre film “Autant en emporte le vent” du réalisateur Victor Fleming, l'actrice Hattie McDaniel, jouant le rôle de Mammie, est la première actrice noire à avoir obtenu un Oscar. Ce même jour, l'écrivain britannique Edward Frederic Benson décède.

29 février 1948 : Des émeutes éclate à Accra et dans d'autres villes du Ghana alors dénommé Côte-de-l'Or. Le leader nationaliste Kwame Nkrumah est emprisonné jusqu'en 1950, année où le gouvernement britannique est contraint de mettre en train des réformes constitutionnelles.

29 février 1956 : Norodom Sihanouk se proclame Premier ministre du Cambodge.

29 février 1960 : Un tremblement de terre à Agadir, au sud du Maroc, fait plus de 15.000 victimes, selon le bilan officiel. La ville a complètement été détruite.

29 février 1964 : Un avion de marque Bristol 175 de la compagnie British Eagle International Airlines, s'écrase sur le mont Glungezer en Autriche. 83 voyageurs ont perdu la vie. L'avion assurait l'a liaison Londres-Innsbrucks.

29 février 1968 : Un avion de marque Liouchine de la compagnie United Arab Airlines fait un crash à Aswan. Sont tués 16 des 112 passagers et membres d'équipages.

29 février 1988 : A la suite de la réélection d'Abdou Diouf en tant que président du Sénégal, des émeutes éclates à Dakar. Des étudiants descendent dans la rue. Ils se heurtent aux forces de l'ordre et l'état d'urgence est décrété. Abdoulaye Wade est arrêté ainsi que plusieurs dirigeants politiques. Ils seront traduits devant la Cour de sûreté de l'État dans les jours qui suivent.

29 février 1996 : Lors d'un crash d'un Boeing 737 au sud du Pérou, 117 passagers et 5 membres de l'équipage sont tués. En Espagne, le même jour, une collision entre une autocar et un véhicule léger fait 29 morts et 18 blessés à Bailén en Espagne.

29 février 2000 : Pour le continent africain, cette date marque la clôture de la conférence internationale sur les marchés émergents africains, organisée notamment par le ministère égyptien des Affaires étrangères. En Iran, début du procès de vingt policiers impliqués dans une intervention musclée dans un dortoir de l'université de Téhéran en juillet 1999, qui avait déclenché une série de manifestations étudiantes et d'émeutes. A Michigan, Aux États-Unis, Un garçon de six ans tue par balle une fillette de son âge, Kayla Rolland, dans une école. En France, Roland Dumas, mis en examen, démissionne de la présidence du Conseil constitutionnel.

29 février 2004 : Coup d'état contre le président haïtien, Jean Baptiste Aristide qui s'enfuit aux États-Unis.

29 février 2008 : en Irak, le Conseil présidentiel a approuvé l'exécution d'Ali le chimique, condamné à mort en juin 2007, pour sa responsabilité dans la répression kurde et le massacre de près de 180.000 personnes. Mgr Paulos Fraj Rahho, 65 ans, Archevêque chaldéen de Mossoul, est enlevé par des extrémistes islamistes chiites.

En Israël-Palestine, des raids israéliens contre le camp de Jabaliya et vers Beit Hanoun, tuent un militant du Hamas et une fillette de 2 ans est tuée par l'et.

En Italie, après le lever du soleil, 389 immigrants clandestins débarquent sur les plages du sud de la Sicile. 368 sur l'île de Lampedusa et 21 à Pantelleria. Salvatore Riina, fils du parrain de la mafia, Toto Riina, incarcéré depuis 2002, est libéré trois ans avant la fin prévue de sa peine.

L'Irlande reconnaît officiellement l'indépendance du nouvel Etat du Kosovo.

Au Kurdistan, l'état-major de l'armée turque annonce le retrait des 8.000 soldats turcs qui ont envahi le nord de l'Irak depuis huit jours dans le but de traquer les combattants séparatistes du Parti des travailleurs kurdes (PKK). Selon un bilan turc, cette opération a causé la mort de 240 rebelles du PKK et de 27 soldats turcs. Le Le chef militaire du PKK, Bahoz Erdal, lance alors un appel à l'insurrection des Kurdes en Turquie.

Au Pakistan, un attentat-suicide cause la mort d'une quarantaine de personnes dans la vallée de Swat.

Au Royaume-Uni, à la suite de la révélation de la présence du prince Harry en Afghanistan, en tant que combattant, le ministère britannique de la Défense annonce son rapatriement immédiat. Cette révélation, faite sur un site internet américain, a non seulement met immédiatement en jeu la vie du jeune prince mais a été faite en violation d'un accord passé avec les médias britanniques et internationaux s'assurant le secret jusqu'à son retour prévu initialement pour avril en échange de reportages sur place.

Selon l'annuaire pontifical 2008 du Vatican, il y aurait eu, fin 2006, 1,131 milliard de catholiques à travers le monde, en augmentation de 1,44% en un an (1,115 milliard). Le nombre de prêtres est passé de 406 411, en 2005, à 407 262 en 2006, soit une augmentation de 0,21%.

29 février 2012 à l'ONU. Deux résolutions ont été prises par le Conseil de sécurité:

Résolution n°2038 ayant pour sujet un tribunal international chargé de juger les personnes accusées de violations graves du droit international humanitaire commises sur le territoire de l’ex-Yougoslavie depuis 1991. Tribunal international chargé de juger les personnes accusées d’actes de génocide ou d’autres violations graves du droit international humanitaire commis sur le territoire du Rwanda et les citoyens rwandais accusés de tels actes ou violations commis sur le territoire d’États voisins entre le 1er janvier et le 31 décembre 1994.

Résolution n°2039 ayant pour sujet la consolidation de la paix en Afrique de l'Ouest.

Année 2016. il faut savoir que le mois de février 2016 a eu la particularité de contenir 5 lundis, ce qui n'était plus arrivé depuis 1988pour un mois de février et ne se reproduira plus avant 2044. En ce qui concerne le 29 février 2016, il ne s'est rien passé de remarquable à mémoriser dans le monde.

Que nous réserve ce 29 février 2020, c'est-à-dire aujourd'hui? Nous le saurons dès demain 1er mars. Pour le moment, joyeuses pensées aux Auguste, Gustave et Augusta vivants ou déjà décédés !

Jeannot Ramambazafy (source : wikipedia)