Participer à la campagne crowfunding de FoodWise Madagascar

Les actualités à Madagascar du Samedi 02 Janvier 2021

Modifier la date
Midi Madagasikara1 partages

Discours de vœux : Andry Rajoelina dévoile les grands travaux pour 2021

37 minutes. C’est la durée du discours de vœux à la Nation du président Andry Rajoelina diffusé sur RNM et TVM dans la nuit du 31 décembre. Une intervention pendant laquelle le Chef de l’Etat a, sans surprise, fait le tour d’horizon de l’année écoulée.

Pour Madagascar, l’année 2020 a été une année difficile car dès les premiers mois, nous avons été frappés par les inondations, la sécheresse, le kere et surtout, comme tous les autres pays, la Grande île n’a pas été épargnée par la pandémie de la Covid-19. Il n’a d’ailleurs pas manqué d’adresser une pensée à toutes les victimes, ainsi qu’aux proches de ceux qui ont succombé à ces catastrophes. Pour ce qui est du coronavirus, Andry Rajoelina a réitéré que si l’on fait la comparaison avec ce qui se passe dans les autres pays, l’on peut affirmer que nous avions réussi à maîtriser la pandémie, même si jusqu’ici, le pays n’est pas complètement sorti de l’auberge. Il a d’ailleurs profité de cette occasion pour réitérer son appel au respect des gestes barrières et des mesures sanitaires à l’endroit de tous les Malgaches.

 

Plusieurs projets. Comme il fallait s’y attendre, ce discours de vœux a permis au président Andry Rajoelina de présenter les travaux réalisés en 2020.  » Malgré la crise sanitaire, nous avons quand même pu réaliser plusieurs projets « , a-t-il soutenu. Et de citer entre autres, la construction de 10 hôpitaux manara-penitra, des nouveaux bureaux pour les directions régionales de la Police nationale et des différents ministères, des universités régionales et des centres de formation professionnelle, des CSB II, quatre hôtels des Finances à travers l’île, des prisons aux normes, 33 stades, 40 EPP, CEG et lycées manara-penitra, la réhabilitation du stade Barea, la construction de routes en pavé au niveau des chef-lieux des districts, ainsi que la réhabilitation des routes nationales dont la RN5A Ambilobe – Vohémar, la RN 44 Moramanga – Ambatondrazaka, et la RN12A Vangaindrano – Fort Dauphin, ainsi que la route reliant Foulpointe – Toamasina. En ce qui concerne le domaine de l’industrie, 42 usines ont été créées en 2020, a expliqué le Chef de l’Etat. Parmi elles figurent l’usine SASM à Brickaville, La Minoterie de l’Océan Indien (LMOI) à Toamasina et une grande usine de transformation de pâtes alimentaires. L’Etat malgache a aussi décaissé dans le cadre du projet Fihariana, 85 milliards d’Ariary pour financer les projets de 7550 jeunes entrepreneurs qui ont créé leur propre entreprise. Cette initiative a permis la création de 78 518 emplois dont 82% dans les domaines de l’agriculture et de l’élevage. Il a aussi évoqué les efforts fournis dans la lutte contre l’insécurité et les projets réalisés dans le domaine de la culture.

 

Engagements.  » Nous avons travaillé dur. Cependant, la route reste encore longue en ce qui concerne la réalisation de nos engagements « , a déclaré le président de la République. Pour les perspectives de la nouvelle année, Andry Rajoelina annonce la concrétisation des grands chantiers de son Velirano.  » 2021 sera l’année pour le travail, pour la refondation et la reconstruction. L’année où nous allons bâtir l’émergence du pays « . Il a ainsi dévoilé les grands projets de son Velirano qui vont débuter cette année. En effet, pour 2021, le régime va prioriser la construction de nouvelles infrastructures, en l’occurrence la création de nouvelles routes nationales et la réhabilitation de celles qui sont en mauvais état. A entendre les explications du président Andry Rajoelina, les travaux de réhabilitation de la RN13 reliant Fort Dauphin – Ambovombe débutera cette année. Même programme pour la RN6 Ambanja – Diégo, la RN9 Toliara – Manja et la RN12A Vohipeno – Farafangana. Parmi les grands défis de la nouvelle année figure aussi le coup d’envoi de  l’implantation de la nouvelle ville Tanamasoandro à Imerintsiatosika. Ce projet considéré comme le projet phare du quinquennat d’Andry Rajoelina verra donc le jour après avoir été repoussé par la population d’Ambohitrimanjaka. L’installation cette année, de lignes téléphériques et du tramway ou train urbain à Antananarivo est aussi considérée parmi les projets innovants dans le domaine du transport. Toujours dans le cadre de la mise en œuvre de ses Velirano, Andry Rajoelina a aussi déclaré que le projet MIAMI à Toamasina, ainsi que la construction d’une autoroute reliant Antananarivo – Toamasina, passant par Ambatondrazaka, vont commencer cette année. Le Chef de l’Etat a également annoncé le début de plusieurs projets sociaux dont des hôpitaux et des infrastructures scolaires. Les tenants et aboutissants de tous ces projets seront dévoilés au grand public vers la troisième semaine de ce mois de janvier, lorsque le président Andry Rajoelina va présenter le Plan Emergence Madagascar. Force est toutefois de reconnaître que la mise en œuvre de ces projets ne sera pas une mince affaire pour le régime Rajoelina. 2021 marquera l’année du mi-mandat. L’année de l’évaluation des  » zava-bita  » par rapport aux promesses. D’autant plus qu’après la trêve de fin d’année, les hostilités politiques vont reprendre avec l’opposition qui estime que les deux ans de pouvoir sont largement suffisants pour le Volomboasary.

Davis R

Midi Madagasikara0 partages

Financements extérieurs : Retour de confiance des bailleurs de fonds

Signature d’un accord de don de 100 millions USD de la Banque Mondiale en présence du président de la République Andry Rajoelina.

Dans son discours de vœux du nouvel an, le président de la République Andry Rajoelina a réitéré son engagement de vaincre la pauvreté. Un engagement qui bénéficie de l’appui des partenaires internationaux.

C’est confirmé. Madagascar bénéficie plus que jamais de la confiance des bailleurs de fonds. Les grands partenaires financiers comme le Fonds Monétaire International, la Banque Mondiale, l’Union Européenne, la Banque Africaine de Développement, l’USAID… étaient aux côtés de Madagascar, plus particulièrement dans le cadre des appuis à la lutte contre la Covid-19 et au combat qu’entend mener le Président Andry Rajoelina dans la lutte contre l’insécurité alimentaire.

Avant-poste

Le dernier rapport publié par le ministère de l’Economie et des Finances, le département qui est à l’avant-poste pour les négociations et la mise en œuvre des financements extérieurs fait état de 380,75 millions USD de fonds décaissés dans le cadre des actions menées par le gouvernement pour lutter contre la pandémie de Covid-19. On peut citer, entre autres,les 12,71 millions USD octroyés par la Banque Mondiale pour le projet Filets sociaux de sécurité. Ces fonds ont été notamment utilisés pour les paiements des transferts monétaires non conditionnels (TMNC) décidés par le gouvernement au taux de 100 000 ariary par ménage bénéficiaire. Les fameux Tosika Fameno distribués partout à Madagascar. Le Fonds monétaire international (FMI) figure également parmi les grands bailleurs de la lutte contre la Covid-19. Et ce, à travers les deux tranches de la facilité de crédit rapide. Le premier d’un montant de 165,99 millions USD et le second de 171,90 millions USD, soit au total 337,89 millions USD.  Ce sont des aides à la balance des paiements, qui ont été rétrocédées par la suite au ministère de l’Économie et des Finances pour financer le gap des finances publiques en 2020 et l’accroissement des dépenses sociales.

Projet Mionjo

Le président de la République a mobilisé les bailleurs de fonds pour aider le gouvernement à venir à bout du kere devenu un phénomène récurrent, surtout dans le Sud. Les PTF n’ont pas tardé à répondre. A l’instar de la Banque Mondiale dont le conseil d’administration a adopté le 10 décembre dernier un don de 100 millions de dollars de l’IDA1 pour améliorer l’accès aux infrastructures de base et aux moyens de subsistance et renforcer la gouvernance locale dans le Sud de Madagascar, en mettant l’accent sur les jeunes et les femmes. Le projet, appelé MIONJO (se lever dans le dialecte du Sud de Madagascar) qui est l’exécution sur terrain des actions de lutte contre le kere couvrira les trois régions du Sud de Madagascar, à savoir Anosy, Androy et Atsimo-Andrefana. « J’ai fait de la lutte contre la famine et la malnutrition dans le Sud de Madagascar, une priorité de l’État. Un combat que je mène de front avec la mobilisation de tout le gouvernement malgache et le concours des différents partenaires internationaux et nationaux », avait notamment déclaré le président Andry Rajoelina, lors de la signature de la convention relative à ce don. L’objectif du régime étant l’éradication totale et complète du kere dans tout Madagascar à travers la mise en place des solutions médico-sociales d’urgence mais aussi et surtout des solutions économiques sur le long terme.

Trois projets

Le gouvernement américain, à travers l’USAID, aide également Madagascar dans la lutte contre le kere. Et ce, à travers un don de 100 millions de dollars. Ces fonds sont destinés à trois projets financés par l’Agence des États-Unis pour le Développement pour fournir des solutions à long terme à l’insécurité alimentaire dans les zones les plus touchées par ce fléau dans le pays. Le projet « Firangà » qui apportera une aide d’urgence à plus de 167 000 personnes dans les régions d’Atsimo Andrefana et Androy et le traitement de la malnutrition chez les enfants de moins de cinq ans. Le projet « Maharo », à hauteur de 45 millions, pour répondre aux besoins nutritionnels à long terme de plus de 279 000 personnes vulnérables dans ces deux régions. Et enfin le projet « Fiovana », de 45 millions de dollars sur cinq ans pour réduire l’insécurité alimentaire chez plus de 428 000 personnes dans les régions Vatovavy et Fitovinany et Atsimo Atsinanana.

Actions concrètes

En tout cas, le gouvernement n’a pas tardé à engager des actions concrètes pour la réalisation de ces projets de lutte contre le kere. En décembre dernier une série de descentes sur terrain suivie de séances de travail et d’activités par le Premier ministre Ntsay Christian ainsi qu’une délégation du ministère de l’Economie et des Finances dirigée par le ministre Richard Randriamandrato. Des missions qui ont notamment permis la validation du budget du Centre de Coordination Opérationnelle contre le Kere (CCCOK), ainsi que les modalités de mise en place et de budgétisation du Centre de Réhabilitation Nutritionnelle et Médicale (CNRM).

R.Edmond.

Midi Madagasikara0 partages

Marc Ravalomanana : « Il faut plus de transparence dans la gestion des affaires publiques »

Marc Ravalomanana entouré de ses proches collaborateurs.

À l’instar de l’ancien président Hery Rajaonarimampianina, Marc Ravalomanana a également présenté ses vœux de nouvel an à la population malgache.

Lors de son message, le fondateur de l’empire Tiko n’a pas manqué de lancer des piques à l’endroit des dirigeants. « Les détenteurs du pouvoir dévient du droit chemin ». Et d’enchaîner que des habitations ont été détruites et des entreprises fermées, faisant sans doute allusion à ses usines.  De ce fait, « l’on assiste à une paupérisation de la population », a-t-il soutenu. À cet effet, il s’est adressé aux tenants du pouvoir, « il faut plus de transparence dans la gestion des affaires publiques. Il faut dire la vérité ». Mais quelle vérité voudrait-il insinuer ?

Opposition. Toujours lors de cette intervention, le président national du TIM a rappelé qu’il a visité de nombreuses régions tout en soulignant au passage qu’il a été interpellé à sa sortie d’église. C’était, lors de la célébration du 150e anniversaire du temple FJKM à Soavinandriana. Mais le pouvoir a vu autrement les nombreux déplacements de Marc Ravalomanana en différents endroits du pays, car ce dernier ne manque pas de faire passer un message où il passe. Malgré tout, l’ancien président clame haut et fort qu’il va continuer ses tournées dans la Grande île. D’ailleurs, l’opposition qui est proche de ce dernier a annoncé qu’il n’y aurait pas de trêve politique, or durant les fêtes de fin d’année et de nouvel an, une telle trêve est devenue presque une tradition. Notons que c’est à la fin de son allocution qu’il a transmis son message de vœu de nouvel an.

Exclusion. Quant à l’ancien président Hery Rajaonarimampianina, il a parlé de la crise liée au coronavirus. Évidemment , il a abordé aussi le volet politique, en faisant un rappel sur son « Fisandratana 2030 ». Lors de son discours du 24 décembre dernier, le fondateur du HVM a invité les dirigeants à arrêter les poursuites et l’exclusion. Avec les difficultés rencontrées dans le vécu quotidien des gens, notamment avec les actes de banditisme et l’injustice, sans oublier pour autant les aléas climatiques. Il prône ainsi la tenue d’une consultation nationale. Il n’a toutefois pas donné plus de précision. Ce sont les termes qui changent mais le contenu pourrait être le même avec la tenue d’une réconciliation nationale car avec une telle consultation cette idée pourrait aussi surgir.

Dominique R.

Midi Madagasikara0 partages

Andravoahangy Ambony : Voaendaka teny ambony môtô amin’ny andro antoandro

Tao anatin’ny fotoana fohy dia vita ilay asaratsy. Amin’ny andro antoandrobe nanahary, manodidina ny tamin’ny 11ora, no nitranga ny fanendahana. Raha tsy afa-nihetsika ilay kodiaran-droa noho ny fitohanana dia nisy lehilahy nanao sinto-mahery ny kitapo teny am-bozonan’ilay mpanamory. Tampoka loatra ny zava-niseho ary tsy afa-nihetsika koa aho. « Ny tao an-tsaiko dia raha hanenjika ilay olona aho dia mety ho efa nisy namany niandro koa teo amin’ny manodidina ka ny moto indray no lasany » raha ny fanazavan’ilay lehilahy voaendaka ny andron’ny farany taona teo. Vola mitentina 300.000ar sy solosaina Macbook Air no tao anatin’ilay kitapo. Nanao taratasy fanamarinana entana very izy teny amin’ny polisy. Avy eo nampandrenesina ireo orinasa sasany izay mpikirakira Macbook. Nisy vokany tokoa izany satria ny ampitson’iny dia nisy olona izay tonga tany ary nangataka ny hanokafana Macbook izay tsy voavaha satria tsy nananana ny « code ».   Nohamarinina tsimoramora ary dia voaporofo tokoa fa ilay solosaina halatra tetsy Andravoahangy Ambony ilay fitaovana. Nosamborin’ny polisy avy hatrany ilay nitondra io entana io ary notazomina nanokafana fanadihadiana. Hatramin’ny omaly dia mbola nohidina tao amin’ny « violon » ary hadihadiana mba hahafantarana ny olona izay mety ho niray tsikombakomba taminy tamin’ny fahazoana io fitaovana io.

D.R

Midi Madagasikara0 partages

Discours de vœux : Andry Rajoelina dévoile les grands travaux pour 2021

37 minutes. C’est la durée du discours de vœux à la Nation du président Andry Rajoelina diffusé sur RNM et TVM dans la nuit du 31 décembre. Une intervention pendant laquelle le Chef de l’Etat a, sans surprise, fait le tour d’horizon de l’année écoulée.

Pour Madagascar, l’année 2020 a été une année difficile car dès les premiers mois, nous avons été frappés par les inondations, la sécheresse, le kere et surtout, comme tous les autres pays, la Grande île n’a pas été épargnée par la pandémie de la Covid-19. Il n’a d’ailleurs pas manqué d’adresser une pensée à toutes les victimes, ainsi qu’aux proches de ceux qui ont succombé à ces catastrophes. Pour ce qui est du coronavirus, Andry Rajoelina a réitéré que si l’on fait la comparaison avec ce qui se passe dans les autres pays, l’on peut affirmer que nous avions réussi à maîtriser la pandémie, même si jusqu’ici, le pays n’est pas complètement sorti de l’auberge. Il a d’ailleurs profité de cette occasion pour réitérer son appel au respect des gestes barrières et des mesures sanitaires à l’endroit de tous les Malgaches.

 

Plusieurs projets. Comme il fallait s’y attendre, ce discours de vœux a permis au président Andry Rajoelina de présenter les travaux réalisés en 2020.  » Malgré la crise sanitaire, nous avons quand même pu réaliser plusieurs projets « , a-t-il soutenu. Et de citer entre autres, la construction de 10 hôpitaux manara-penitra, des nouveaux bureaux pour les directions régionales de la Police nationale et des différents ministères, des universités régionales et des centres de formation professionnelle, des CSB II, quatre hôtels des Finances à travers l’île, des prisons aux normes, 33 stades, 40 EPP, CEG et lycées manara-penitra, la réhabilitation du stade Barea, la construction de routes en pavé au niveau des chef-lieux des districts, ainsi que la réhabilitation des routes nationales dont la RN5A Ambilobe – Vohémar, la RN 44 Moramanga – Ambatondrazaka, et la RN12A Vangaindrano – Fort Dauphin, ainsi que la route reliant Foulpointe – Toamasina. En ce qui concerne le domaine de l’industrie, 42 usines ont été créées en 2020, a expliqué le Chef de l’Etat. Parmi elles figurent l’usine SASM à Brickaville, La Minoterie de l’Océan Indien (LMOI) à Toamasina et une grande usine de transformation de pâtes alimentaires. L’Etat malgache a aussi décaissé dans le cadre du projet Fihariana, 85 milliards d’Ariary pour financer les projets de 7550 jeunes entrepreneurs qui ont créé leur propre entreprise. Cette initiative a permis la création de 78 518 emplois dont 82% dans les domaines de l’agriculture et de l’élevage. Il a aussi évoqué les efforts fournis dans la lutte contre l’insécurité et les projets réalisés dans le domaine de la culture.

 

Engagements.  » Nous avons travaillé dur. Cependant, la route reste encore longue en ce qui concerne la réalisation de nos engagements « , a déclaré le président de la République. Pour les perspectives de la nouvelle année, Andry Rajoelina annonce la concrétisation des grands chantiers de son Velirano.  » 2021 sera l’année pour le travail, pour la refondation et la reconstruction. L’année où nous allons bâtir l’émergence du pays « . Il a ainsi dévoilé les grands projets de son Velirano qui vont débuter cette année. En effet, pour 2021, le régime va prioriser la construction de nouvelles infrastructures, en l’occurrence la création de nouvelles routes nationales et la réhabilitation de celles qui sont en mauvais état. A entendre les explications du président Andry Rajoelina, les travaux de réhabilitation de la RN13 reliant Fort Dauphin – Ambovombe débutera cette année. Même programme pour la RN6 Ambanja – Diégo, la RN9 Toliara – Manja et la RN12A Vohipeno – Farafangana. Parmi les grands défis de la nouvelle année figure aussi le coup d’envoi de  l’implantation de la nouvelle ville Tanamasoandro à Imerintsiatosika. Ce projet considéré comme le projet phare du quinquennat d’Andry Rajoelina verra donc le jour après avoir été repoussé par la population d’Ambohitrimanjaka. L’installation cette année, de lignes téléphériques et du tramway ou train urbain à Antananarivo est aussi considérée parmi les projets innovants dans le domaine du transport. Toujours dans le cadre de la mise en œuvre de ses Velirano, Andry Rajoelina a aussi déclaré que le projet MIAMI à Toamasina, ainsi que la construction d’une autoroute reliant Antananarivo – Toamasina, passant par Ambatondrazaka, vont commencer cette année. Le Chef de l’Etat a également annoncé le début de plusieurs projets sociaux dont des hôpitaux et des infrastructures scolaires. Les tenants et aboutissants de tous ces projets seront dévoilés au grand public vers la troisième semaine de ce mois de janvier, lorsque le président Andry Rajoelina va présenter le Plan Emergence Madagascar. Force est toutefois de reconnaître que la mise en œuvre de ces projets ne sera pas une mince affaire pour le régime Rajoelina. 2021 marquera l’année du mi-mandat. L’année de l’évaluation des  » zava-bita  » par rapport aux promesses. D’autant plus qu’après la trêve de fin d’année, les hostilités politiques vont reprendre avec l’opposition qui estime que les deux ans de pouvoir sont largement suffisants pour le Volomboasary.

Davis R

Midi Madagasikara0 partages

Fête de nouvel an : L’abus d’alcool a pris de l’ampleur, six comateux éthyliques admis à l’HJRA

En général, le personnel des deux services des urgences (urgences chirurgicales et réanimation médicale) de l’hôpital Joseph Ravoahangy-Andrianavalona a beaucoup travaillé durant les deux jours de fête pour accueillir l’année 2021. A notre passage dans cet établissement hier vers 15 heures 30, les urgentistes du service de réanimation médicale étaient en train de s’occuper quatre comateux éthyliques. La veille, soit le 31 décembre, ce service a déjà accueilli deux patients du même cas. Selon le médecin de permanence qui nous a reçus hier, cette année, l’abus d’alcool a pris de l’ampleur par rapport à l’année dernière. Par contre le cas de suicide qui est fréquent à chaque période de fête a diminué avec un cas de tentative enregistrée. En ce qui concerne l’intoxication alimentaire, aucun cas n’a été constaté. Cette situation s’expliquerait par le fait que la population tananarivienne commence à être vigilante en matière de gastronomie. Mais, la situation au niveau du service des urgences chirurgicales était alarmante. Depuis le 31 décembre jusqu’au 1er janvier vers 15 heures 30, 154 personnes y ont été consultées. 23 ont été hospitalisées.  La plupart de ces patients sont victimes des bagarres et des accidents de la circulation. Victimes de coups et blessures, deux ont été décédés dès  leur arrivée dans cet établissement. L’un a été blessé par un objet tranchant tandis que l’autre a succombé suite à une hémorragie, explique le médecin. Par rapport aux années précédentes, ce chiffre a augmenté malgré les mesures de prévention prises par les forces de l’ordre pour cette fête.

T.M.

Midi Madagasikara0 partages

Guide du week-end : Hyphen Dago au Piment Café

La formation Hyphen Dago va chanter ce soir au Piment Café Behoririka à partir de 19 heures. Au menu, l’interprétation des meilleurs morceaux du rock international et à espérer les tubes nationaux. Composé de grands musiciens et chanteurs de la scène rock locale, ce band a réussi à fédérer les amateurs du genre en proposant des reprises frôlant presque l’original. Sans oublier leur petite touche particulière pour sublimer les morceaux.

 

Jaojoby Eusèbe en terrain conquis

Le roi du salegy Jaojoby Eusèbe va enflammer la scène du Point d’Exclamation Lounge Bar à Analakely à partir de 20 heures sous la bannière « Proud to be African ». Les noctambules pourront ainsi se délecter de plusieurs offres, il aura d’abord comme soutien Jimmy B Zaoto. Mais aussi, le programme prévoit une showgirl. La nuit sera gaiement longue dans ce haut lieu de la musique de la capitale. Le roi du salegy se trouve dans un lieu acquis à sa cause.

 

« Carpe Diem » clôture l’année des expositions

Le vernissage de l’exposition « Carpe Diem » de Faral et Hemerson va avoir lieu aujourd’hui à partir de 9 heures à la Maison d’Art à Antaninandro. La journée sera programmée comme suit : rencontre avec les artistes, visite guidée de l’exposition, performance en musique et danse contemporaine du collectif  « Vaika » et enfin présentation des œuvres des élèves au sein de Kolovaika. Pour s’aérer un peu l’esprit, un passage sur place sera une bonne idée.

 

Lôlô sy ny Tariny au Serendipity Co.

Nouveau lieu en vogue dans la capitale, Serendipity Co. à Ankorondrano accueille ce soir Lôlô sy ny Tariny, qui sera représenté par Sammy, Benny, Nini et Bebey. Après le décès de Sefo, c’est le guitariste émérite Nini qui a repris le flambeau. Une bonne dose de variété acoustique pour conclure la semaine et attaquer la nouvelle s’avèrerait être une initiative louable. Les « Baomijijy », « Bônbôn gasy », « Lekôma »… feront vibrer l’assistance.

 

Zo Toniaina

Midi Madagasikara0 partages

Météo : 42°C, chaleur caniculaire dans le Sud

La chaleur caniculaire devrait rester dans la Sud.

La température devrait monter à partir du 3 janvier prochain selon la direction générale de la météorologie.

La chaleur aurait été à son comble dans la partie Sud du pays il y a de cela quelques jours. La direction générale de la météorologie (DGM) du pays a annoncé dans un bulletin publié le 31 décembre dernier que la partie Sud du pays a été victime d’une vague de chaleur extrême ces derniers jours. « Les températures allant de 38 à 40°C et même à 42° dans le district de Betioky Sud le jour du 26 décembre 2020 » fait savoir le service de la météorologie de la Grande Île. Avant de noter « une baisse significative de la température le 2 janvier prochain ». Par ailleurs, la température devrait connaître une hausse à partir du 3 de ce mois indique toujours la direction générale de la météo. Toujours dans le Sud du pays, le service de la météo avance le retour des averses orageuses dans beaucoup de régions du pays sauf les régions Atsimo-Andrefana et l’Androy. Outre les prévisions météo, la DGM invite la population des régions touchées par la chaleur caniculaire à adopter les bons gestes étant donné les impacts néfastes de la chaleur caniculaire sur la santé.

Kere. Si les effets sur la santé de la population est une chose, les effets de la forte chaleur sur les récoltes ainsi que les modes de subsistance des populations de l’Androy et l’Anosy en sont une autre. Les fortes chaleurs qui minent cette partie du pays, en plus des autres effets du changement climatique, ont des conséquences néfastes sur les récoltes. En effet, les régions Androy et Atsimo-Andrefana font face depuis des mois à des situations de sécheresse alarmantes. L’eau y est actuellement rare. Ce qui a fait perdre des kilogrammes, voire des tonnes de récoltes. Situation qui est à l’origine de l’insécurité alimentaire qui sévit dans cette partie du pays. Le nombre de personnes souffrant de malnutrition aiguë du mois d’avril au mois de juillet serait aux alentours de 554 000. Le nombre de personnes en crise alimentaire quant à lui serait de 527 107.

Recueillis par José Belalahy

Midi Madagasikara0 partages

Planification familiale : Baisse du nombre d’utilisateurs à cause de la Covid-19

La covid-19 a eu des impacts sur le service de planification familiale à Madagascar.

« D’une façon générale, une diminution de 2% des utilisateurs réguliers au niveau des centres de santé est constatée et confirmée par les données de DHIS2 ». C’est ce qu’on peut lire dans le rapport relatant l’impact de la Covid-19 sur la planification familiale à Madagascar. En effet, le rapport fait savoir une augmentation du nombre des « perdus de vue » à cause du confinement. « Situation causée par la crainte des clients d’être contaminés par le virus et le manque de moyen de transport », note toujours le document. Avant de préciser «les mesures prises pour lutter contre la propagation de la pandémie notamment l’application de service minimum et la suspension des transports en commun ont affecté l’accès aux soins, y compris la planification familiale dans les secteurs public et privé surtout dans les régions les plus touchées par la pandémie ». Par ailleurs, l’on note également des impacts sur la chaîne d’approvisionnement et la gestion des produits contraceptifs dans les districts. Tous les districts étaient concernés par le risque de rupture de stocks pour toutes les gammes de contraceptifs interpelle le rapport d’évaluation. Les raisons avancées étant les problèmes de transport, logistiques ou encore d’infrastructures. Il conviendrait de noter que l’évaluation en question a été effectuée dans 99 districts sanitaires (dont les 20 sont enclavés et les 79 autres non enclavés) répartis dans les vingt-deux régions du pays. Soit, une étude menée dans 86,9 % des districts du pays.

Recueillis par José Belalahy

Midi Madagasikara0 partages

Ankazobe : Le député Dera Ralalason n’est plus

La disparition soudaine du député Dera Ralalason, élu à Ankazobe, assombrit le ciel de la majorité à l’Assemblée nationale dans ces fêtes du nouvel an. Le député IRD a rendu l’âme hier dans la matinée des suites d’un accident vasculaire cérébral, selon certaines sources. La rédaction de Midi Madagasikara présente ses plus sincères condoléances à la famille et aux proches du défunt.

Rija R.

Midi Madagasikara0 partages

Tanà : Fety feno ady, roa maty voatsindron’antsy

Roa no voatsindron’ny antsy ary samy namoy ny ainy avokoa ireo. Ilay voalohany dia nivoaka hatramin’ny tsinainy ary na teo aza ny fialàna nenina rehetra dia tsy tàna intsony ny ainy. Ny faharoa kosa indray dia sady voatsindron’ny antsy ny ilan-kibony havia no mbola vaky be koa ny lohany rehefa voavelin’ny tavoahangy labiera. Namoy ny ainy koa io omaly na noezahina notsaboina aza. Tsy ireo ihany no zava-nitranga fa saika ireo izay nentina teny amin’ny hopitaly nandalovanay dia ireo olona naratra vokatry ny ady ny ankamaroany. Sahy nilaza ny mpitsabo fa tafiakatra 90% ireo vaky loha sy naratra noho ny ady an-dalambe. Ny voamarik’ireo olona tao amin’ny sampana vonjy aina dia saika taorian’ny misasakalina avokoa no tonga ireo naratra. Tototra olona ary tena nihoatra lavitra noho ny tamin’ny taon-dasa ny hopitaly. Ny tao amin’ny Hjra manokana ohatra, tao amin’ny sampana fameloman’aina fotsiny ihany io, dia efa 104 ny olona notsaboina tamin’ny enina ora maraina omaly. Mbola nitombo io taorian’io lera izay nandalovanay teny io. Tao ny niady vehivavy, tao ny nifamalimaly ary lasa rombo ary saika nihodidina tamin’izany avokoa ny anton’ireo fifampikasihan-tànana. Tsikaritra koa raha ny fanazavan’ny mpitsabo hatrany, fa olona mamo ireo rehetra notsaboina. Nihoatra lavitra noho ny tamin’ny taon-dasa ny isa ary azo eritreretina fa nisy fiantraikany tamin’ny olona ny fisian’ny fihibonana tamin’iny 2019 iny ka tsy nahafahana nanao fety maromaro. Natonton’ny olona tany amin’ny faran’ny taona avokoa ny hasorenana ary dia nirara-kopana ny toaka. Dia io ny vokany, feno ady teny amin’ny kartie maro, indrindra fa ny teny ambany tanàna. Tototra olona ny toeram-pitsaboana ary betsaka ny fety izay rava noho ny ady…

D.R

Midi Madagasikara0 partages

Accident à Ambohimahasoa : Le bilan s’alourdit à sept morts

Le bilan des victimes de l’accident de voiture survenu vendredi à Ambohimahasoa s’est alourdi à sept morts. Ainsi, le bilan est passé à sept morts, a annoncé le CSP d’Ambohimahasoa. Le bilan précédent faisait état de deux victimes, et d’autres blessés sont encore à l’hôpital. Pour rappel, un taxi-brousse reliant Antananarivo à Fianarantsoa est tombé dans un ravin de 300 mètres. Selon l’enquête rapportée par la gendarmerie, l’accident est dû à la somnolence au volant qui a provoqué la chute du véhicule dans le ravin. « Somnoler au volant peut être fatal. Un accident mortel sur trois sur l’autoroute serait causé par ce manque de vigilance passagère. La fatigue au volant est bien connue: liée à la vitesse, à la monotonie de la conduite et à la longueur des trajets », selon une explication d’un élément des forces de l’ordre qui traite des affaires des accidents de la route. Les accidents liés à la fatigue causent souvent des accidents mortels, et vu l’état de notre route nationale, le conducteur a perdu le contrôle et il ne s’est pas rendu compte qu’il s’endormait. La plupart des cas d’accidents de taxis-brousses sur les routes nationales sont provoqués par la fatigue. Des chauffeurs de taxi-brousse témoignent qu’en temps de fête, ils font deux voyages aller-retour sans prendre de pause, même le temps de dormir pour avoir un peu de bénéfice. Par exemple, un taxi-brousse reliant Antananarivo à Mahajanga parcourt la route nationale en 13 heures à vitesse moyenne, et la voiture se retourne vers Antananarivo le soir même, d’où la pratique s’appelle « dona miverina ». « Les conducteurs sont fatigués, c’est logique s’ils provoquent des accidents », a dit un chauffeur. A savoir qu’un conducteur ayant dormi 5 heures en moyenne par nuit pendant quelques jours consécutifs risque 6 fois plus d’avoir un accident qu’un conducteur qui a dormi 8 heures en moyenne.

Yv Sam

Midi Madagasikara0 partages

Circulation : La réfection des routes se fait durant les nuits

Toujours dans l’optique d’améliorer la qualité des infrastructures routiers en ville, certaines rues de la capitale font l’objet d’une réfection depuis le 24 décembre 2020 et ce jusqu’au mois de février 2021. C’est le cas de la rue Révérend Père Callet reliant Behoririka et Antanimena, qui est fermée à la circulation toutes les nuits de 20 h à 5 h jusqu’au 07 février 2021. Même chose pour la rue Naka Rabemanantsoa qui sera également fermée aux usagers de la route entre 20 h et 05 h à compter du jeudi 07 janvier 2021 jusqu’au dimanche 07 février 2021.  Petite précision, c’est la société Mamorisoa qui est chargée de refaire ces routes si l’on se fie à la note publiée par la Commune Urbaine d’Antananarivo. D’autres rues de la capitale feront également l’objet d’une réfection dès le début de cette année, ce qui entraînera leur fermeture durant les nuits. Pour l’instant, on ignore quelles rues sont prioritaires dans ce projet.

Anja RANDRIAMAHEFA

Midi Madagasikara0 partages

Omnisports – Toliara : 54 jeunes entrepreneurs sportifs opérationnels

Plusieurs anciens sportifs de Toliara sont devenus des opérateurs économiques, des dirigeants sportifs et politiques. La relève est là et prometteuse.

Ils en sont fiers et repartis satisfaits. Les 54 jeunes sportifs d’Atsimo-Andrefana, d’Anosy, d’Ihorombe, d’Atsimo-Atsinanana et Androy sont actuellement conscients que le sport est un tremplin pour leur avenir. Le sport peut faire vivre et mener à tout. « Tout au long de la formation, nous avons eu des témoignages et des retours positifs de plusieurs anciens sportifs. Grâce aux sports, beaucoup d’athlètes ont pu sortir du pays, ont fait leur chemin et sont devenus des leaders d’opinion. Nous avons déjà une idée pour notre avenir professionnel et sportif », a souligné Nancy, participante à la formation. Le séminaire régional sur les métiers du sport et entrepreneuriat organisé par la Maison du Sport en partenariat avec l’Ambassade de France à Madagascar  a pris fin, jeudi dernier, au bureau de la direction régionale de la Jeunesse et des Sports, Ankilifaly, Toliara.   La province de Toliara est un vivier de jeunes sportifs et de talents, et ce depuis très longtemps. Plusieurs anciens sportifs sont devenus actuellement des opérateurs économiques, des dirigeants sportifs et politiques pour ne citer que le ministre de la Jeunesse et des Sports, Tinoka Roberto, ancien karatéka et président de la Fédération malagasy de judo, ou encore Siteny Randrianasoloniaiko, du Comité Olympique Malagasy et député de Toliara I, ancien judoka, également le député de Toliara I, Jean Rabehaja, ancien handballeur. « Les participants à ces 6 formations pour le compte des régions du sud ont montré une réelle motivation. Ils sont très actifs, sérieux et ont du potentiel. Ils peuvent aller très loin et méritent un appui de tous les responsables, car ensemble, nous pouvons aller très loin et surtout dans le domaine du sport », a fait savoir Anny Andrianaivonirina, présidente de la Maison du Sport.  Avant la cérémonie de clôture , honorée de la présence du DRJS Francklin Andriamanarivo, des formateurs et des anciennes gloires de Toliara, à l’instar de Jean Claude Asimany, les participants ont eu droit à des échanges sur comment mobiliser les ressources ou encore comment communiquer et se faire connaître. Le réseautage. Et surtout, comment rédiger un bon CV et lettre de motivation pour postuler à différents projets et emplois. Ces outils sont très utiles et importants pour ces jeunes, qui manquent encore de repères. Après Toliara, le prochain rendez-vous est donné au mois de février à Antsirabe avant le bouquet final au mois de mars dans la capitale.

T.H

Midi Madagasikara0 partages

31 décembre 2020 : Trafic routier acceptable contre toute attente

Aperçu du trafic routier durant le 31 décembre 2020. (crédit photo : Princy)

Alors que tout le monde s’attendait à des embouteillages monstres à Antananarivo durant la journée du 31 décembre 2020, cela n’a pas été le cas. La circulation était plus ou moins fluide en ville.

Un quart d’heure pour faire le trajet Ambodivona-Nanisana, moins d’une heure pour relier Ikopa-Ankadifotsy, 45 minutes pour aller d’Ankadifotsy à Ampefiloha, c’est une fin d’année un peu étonnante autant pour les piétons que les chauffeurs de taxi. D’ailleurs, certains automobilistes se permettaient de rouler à vive allure durant la journée du 31 décembre 2020, causant des accidents comme celui qui a eu lieu à Tsimbazaza en début d’après-midi. Mais où sont donc passées toutes les voitures ? Elles étaient juste bien garées à leurs places parce que beaucoup de Malgaches ont décidé de ne pas sortir de chez eux avant et pendant le réveillon, journée libre pour bon nombre de travailleurs. Ce qui a permis de libérer les rues, sauf celles d’Ambodifilao où les marchands de rue pullulaient encore le dernier jour de l’année.

En vacances. Le désencombrement des rues a été aussi rendu possible par les nombreux Tananariviens partis en vacances en province. Ainsi, il était encore possible durant le 31 décembre de trouver quelques places de parking libres à Antananarivo. Cela a eu un impact sur les frais pratiqués par les taxis qui se sont aperçus assez tôt que le trafic était acceptable. Si durant les jours précédant le réveillon, on devait débourser 10 000 Ar ou 12 000 Ar pour aller d’Antanimena à Ankorahotra, le 31 décembre, 7 000 Ar permettait de faire le trajet.

Stratégie de l’Etat. Rappelons que des solutions ont déjà été avancées par l’Etat pour remédier au problème des embouteillages à Antananarivo ville. Le président de la République vient d’ailleurs d’annoncer, dans son allocution de fin d’année, l’arrivée prochaine de tramway et de trains urbains au pays. Il y a également la réfection des routes, la construction de rocades et d’autoroutes. La Commune Urbaine d’Antananarivo, quant à elle, a déjà fait savoir son intention de créer de nouveaux parkings à étage afin de libérer les places de stationnement en ville. Tous ces projets forment la stratégie de l’Etat pour en finir avec les embouteillages et la saturation de la circulation.

Avec le jour férié du 1er janvier 2021, les routes de la capitale ont pu profiter de deux jours de repos et de calme. Aujourd’hui, la reprise des activités professionnelles va relancer les bouchons interminables qui, au fil des années, sont devenus les empreintes de la capitale malgache.

Anja RANDRIAMAHEFA

Midi Madagasikara0 partages

Avaradoha : Trano telo nirehitra ny alin’ny faran’ny taona

Alin’ny faran’ny taona sy nieren-doza ! Trano telo indray nirehitra teny Avaradoha nandritra ny lanonana ny alin’ny faran’ny taona teo. Tokony ho tamin’ny 2 ora maraina teo no nisy niantso vonjy fa mirehitra ny trano. Ny manodidina amin’io mbola ao anatin’ny lanonana mitabataba anaty mozika, ka tsy naheno ny antso vonjy raha tsy elaela. Efa nidedaka ny afo ary niitatra tamin’ireo trano telo ireo. Araka ny fanazavan’ny teny amin’ny manodidina, niatomboka tamin’ny trano iray somary kelikely ny afo, ary niitatra tamin’ireo eo akaikiny. Nisy tsy tao an-toerana ny olona tamin’ireo, kanefa tao kosa ny olona tamin’ireo trano mifanila. Tonga teny an-toerana ny mpamonjy voina namono ny afo izay naharitra teo amin’ny adiny roa teo, vao maty tanteraka. Efa ny maraina, mbola nahitana setroka nivoaka ihany ireo trano may. Soa ihany fa tsy nisy aina nafoy sy naratra fa ny fahasimbana fananana kosa no betsaka. Tsy mbola fantatra izay anton’ny fiatombohan’ny afo. Efa misy ny fanadihadiana misokatra momba ny fahamaizana. Ny maraina, efa nanomboka nanarina ny zavatra simba ny tompon-trano. Tao anatin’ny fahakiviana satria vao manomboka ny taona dia efa loza no nitranga. Tokony hitandrina ny hafa andaniny satria teo-javatra kely monja dia mety hitera-doza ka iteraka faharavam-panana ao anatin’ny fotoana fohy.

Yv Sam

Midi Madagasikara0 partages

Maternité Befelatanana : Le premier bébé de 2021 est un garçon

Soafinidy Faranirina Joséphine, mère pour la deuxième fois en début d’année.

Soafinidy Faranirina Joséphine a mis au monde le premier bébé de cette année 2021. Tafita Randriamanalina est né à 01 h 40 le 1er janvier 2020 à la maternité de Befelatanana, avec un poids de 2850g et en parfaite santé. C’est le deuxième enfant de ses parents selon sa mère. Il arrive au monde au moment où tous les malgaches se congratulent et se font les meilleurs vœux pour la nouvelle année. Cet enfant n’oubliera certainement jamais sous quelle belle étoile il est né, au début d’une année de tous les espoirs et après avoir été conçu durant une période assez difficile pour tout le monde.

Anja RANDRIAMAHEFA

Midi Madagasikara0 partages

Marc Ravalomanana et Hery Rajaonarimampianina : Deux opposants aux styles différents

Dans son aventure présidentielle, Andry Rajoelina fait face à Marc Ravalomanana et Hery Rajaonarimampianina. Ces derniers se sont entretenus officiellement en décembre 2019 dans la capitale française, où Hery Rajaonarimampianina a élu domicile depuis son départ de la magistrature suprême. Depuis, les deux anciens présidents officialisent leurs prises de position communes contre le régime en place. Ils ont noué une alliance, mais laissent, pourtant, transparaître leur différence, voire même divergence. Du moins dans leur approche, à l’instar de leur apparition médiatique de ces derniers jours, ces anciens chefs d’Etat mènent leur bataille politique avec beaucoup moins de ressemblance.

Franc-parler. Le camp de Ravalomanana qui fait des discours musclés contre le régime incarne l’aile dure. Le président national du parti Tiako i Madagasikara, lui, critique toujours le régime avec un ton plus dur. Lors de son allocution diffusée, hier, sur les médias sociaux du parti, Marc Ravalomanana n’a pas pris de gants pour  affronter le régime face à la réalité qui prévaut. Un style qui lui est propre, pour cet ancien président très connu par son franc-parler. Cette virulence est relayée même par les députés et d’autres élus du parti, soutenus, quant à eux, par des groupuscules de partis issus des rangs de la plateforme RMDM. Et pour donner plus de rythme, ils sont très offensifs sur le terrain politique, avec leurs meetings dans les villes et leur intransigeance au niveau de la Chambre basse.

Soft. De son côté, le clan Rajaonarimampianina adopte un tout autre style, plus modéré. Lors de son discours de l’avant-veille de Noël, Hery Rajaonarimampianina a pesé ses mots pour lancer des piques à l’endroit du régime. Ce dernier est plutôt connu pour son tempérament moins belliqueux. Son parti HVM, quant à lui, affronte le régime avec moins de virulence. Rivo Rakotovao, coordonnateur du parti,  multiplie, au Sénat, les critiques mais avec un rythme de plus en plus soft. Les sénateurs du parti HVM sont reconnus également par leur manque d’agressivité. Vont-ils alors garder ce style maintenant qu’ils vont sortir d’ici peu de la Chambre haute. Le parti Hery vaovao ho an’i Madagasikara quittera officiellement le palais d’Anosikely ce mois de janvier. Le mandat des actuels sénateurs expirera pour laisser la place aux nouveaux entrants qui viennent d’être élus à l’issue des consultations du 11 décembre dernier. Les commandes de la Chambre haute changeront alors de main.

Rija R.

Midi Madagasikara0 partages

Une chose nouvelle

Négatif. Le bilan économique 2020  l’était forcément, non seulement pour Madagascar mais pour  tous les pays du monde. Une année que tous souhaitent oublier. Et les 12 coups de minuit lors du réveillon  ressemblaient à une délivrance pour tous ceux qui souhaitent une bonne nouvelle année 2021.

Une chose nouvelle

Le monde aura connu une récession économique en 2020. Les statisticiens font état d’un choc massif et brutal produit par la pandémie de coronavirus  qui a diminué de 5% le PIB mondial. On parle même de la plus forte récession planétaire depuis la Seconde Guerre mondiale. Tous les pays du monde ont enregistré une baisse de leur production. Bien évidemment, Madagascar n’a pas été épargné par cette crise. D’après les données de la Banque Mondiale, l’économie malgache s’est contractée de 4,2% en 2020.  Une  descente qui a entraîné avec elle, une augmentation significative du nombre de personnes vivant dans l’extrême pauvreté estimés actuellement à 1,4 millions d’individus.  Une situation catastrophique en somme mais, dans tous les cas, le pays doit avancer car le monde ne reste pas face à cette crise. Andry Rajoelina qui a été investi officiellement président de la République, le 19 janvier 2019, entre cette année dans sa troisième année de mandat. Son discours à la nation  donne, une fois de plus l’impression d’un Chef de l’Etat prêt à relever le défi du développement de Madagascar, Kianja Barea, Tanamasoandro, autoroute Tana-Tamatave, réhabilitation de plusieurs routes nationales, établissements scolaires  et hôpitaux manara-penitra… constituent autant de chantiers promis par le locataire d’Iavoloha pour la réalisation des « velirano ». Des chantiers titanesques en somme que le plus jeune et probablement le plus ambitieux des Présidents que le pays a connu, entend mener dans le cadre d’ une politique basée sur une industrialisation très poussée, puisque dans son discours, il a parlé de la nécessité de produire localement tout ce dont le pays a besoin. L’on espère bien évidemment que toutes ces promesses se réaliseront car après six décennies d’indépendance, le peuple malgache rêve maintenant de vivre dans la dignité.  Espérons que cette année, les vœux de l’Eternel Dieu qui dit dans Esaïe chapitre 43 verset 19 qu’il va « faire une chose nouvelle » et qu’il mettrait « un chemin dans

le désert » deviennent une réalité pour le pays. Et que  la récession de 2020  se transforme en rebondissement  en  2021.

R.Edmond.

Midi Madagasikara0 partages

Éducation : Retour en classe le lundi 04 janvier 2021

Après deux semaines de vacances de Noël, les écoliers retourneront en classe  ce lundi 04 janvier 2021, si la pandémie de Covid-19 n’évolue pas à Madagascar. Toutefois, même si cette date de rentrée est définitive pour les établissements scolaires publics, certaines écoles privées n’ont pas encore fixé de date de rentrée. Attendant  l’évolution de la situation étant donné que beaucoup de malgaches craignent une deuxième vague du coronavirus après avoir entendu que cela a déjà lieu dans les pays occidentaux. Quoi qu’il en soit, jusqu’à présent, aucune déclaration officielle ne semble tendre dans ce sens.

Anja RANDRIAMAHEFA

Midi Madagasikara0 partages

Chambre africaine de l’énergie : Nouvelle relation avec les Etats-Unis, pour les secteurs pétrolier et ...

La Chambre africaine de l’énergie met en avant de nouvelles opportunités et des signes positifs, avec la transition politique américaine. Selon cette organisation, 2021 pourrait être le début d’une réinitialisation indispensable des relations des États-Unis avec l’Afrique et ses divers pays et régions. À ce jour, la plupart des gouvernements africains ont répondu positivement aux résultats de la récente élection présidentielle américaine, de nombreux dirigeants africains adressant leurs félicitations à Joe Biden. « Ce n’est pas une surprise : la présidence de Donald Trump a été, au mieux, un épisode confus pour l’Afrique et les Africains », a soutenu Jude Kearney, président du Comité Etats-Unis – Afrique auprès de la Chambre Africaine de l’Energie. « Pour une foule de raisons, y compris sa réputation auprès de la communauté afro-américaine, sa réputation de stabilité et de raison, et sa renommée pour son expertise en politique étrangère et sa bonne volonté diplomatique, le nouveau président américain Joe Biden est déjà considéré par les Africains et les africanistes comme une amélioration par rapport à Trump. On s’attend à ce que Biden donne un ton différent. En outre, tout au long de sa campagne présidentielle, Biden a engagé un groupe de spécialistes dévoués de l’Afrique et de la politique étrangère pour l’aider à définir et à véhiculer une politique africaine positive et substantielle. En effet, l’équipe de transition de Biden s’est déjà engagée à viser un « engagement mutuellement respectueux envers l’Afrique avec une stratégie audacieuse », il semble donc prudent de supposer que la nouvelle administration adoptera une approche beaucoup moins conflictuelle à l’égard de l’Afrique, avec un clin d’œil important à l’amélioration des relations commerciales et diplomatiques entre les États-Unis et les pays africains », a-t-il poursuivi. En résumé, la Chambre africaine de l’énergie entrevoit de bonnes opportunités et de bons signes pour les secteurs pétrolier et gazier. Des secteurs qui pourraient être déterminants, quant à l’essor économique de nombreux pays d’Afrique, surtout ceux qui prévoient de lancer des projets d’exploration et d’exploitation, comme Madagascar, qui dispose encore de nombreux blocs pétroliers à attribuer aux investisseurs internationaux.

Antsa R.

Midi Madagasikara0 partages

Barea : Thomas Fontaine indisponible pour quatre mois

Coup dur pour le défenseur de Lorient et des Barea, Thomas Fontaine, qui s’est blessé , il y a quelques semaines,  lors du match contre le PSG. Une vilaine rupture du ligament qui va l’écarter du terrain pendant une assez longue période de quatre à six mois. Si c’est fini pour sa saison en Ligue 1, Thomas Fontaine sera aussi absent des deux derniers matches des Barea aux mois de mars et juin contre l’Éthiopie et le Niger. Une absence qui logiquement permettrait à Nicolas Dupuis de chercher d’autres défenseurs centraux car pour l’instant Bapasy ne figure pas dans ses options, comme c’était le cas lors de la double confrontation contre la Côte d’Ivoire. Mais pour peu qu’il fasse preuve d’un peu de jugeote, Nicolas Dupuis aura intérêt à faire revenir Mamy Gervais Randrianarisoa ou encore Theodin du Fosa Juniors, qui affiche maintenant une très belle maturité. Et si ces choix ne conviennent pas au sélectionneur, il peut aussi récupérer Deba Kely. En bref, il y a un éventail de choix pour pallier à l’absence de Fontaine, encore faut-il avoir le courage de remettre sur les rails des hommes qui ont déjà fait leur preuve.

Clément RABARY

Midi Madagasikara0 partages

Fonjaben’i Toamasina : Voafonja enina afaka nahavita ny saziny

Hafaliana ny an’ireto voafonja enina nahavita ny saziny ireto, ka afaka ny fonjaben’i Toamasina nanomboka ny alakamisy 31 desambra teo hatramin’ny anio sabotsy 02 janoary 2021. Raha atao ny isa dia niisa iray avy ireo afaka ny fonjaben’Ambalatavoahangy ny alakamisy 31 desambra 2020 sy ny zoma 01 janoary 2021. Miisa efatra kosa ireo voafonja ho afaka nahavita ny saziny anio sabotsy 02 janoary 2021. Raha hiverenana ny tranga nisy ny andron’ny krisimasy teo dia niisa 03 ireo voanfonja nahavita ny saziny ny 24 desambra. Niisa efatra kosa ireo voanfonja nahavita ny saziny ny 25 desambra andron’ny krisimasy, ary niisa 02 izany ny sabotsy 26 desambra teo. Ankilan’izany dia isany nahitana tranga na covid-19 koa tao Ambalatavoahangy tamin’ny fotoana nampirongatra azy betsaka teto amintsika ireny, ka voafonja niisa 40 teo no tratra tamin’izany. Nahazo ny fitsaboana sahaza azy tao am-ponja ihany izy ireo saingy natokana efitra avokoa izay tratra mba tsy hamindra amin’ny namany. Tsy nisy ny “cas grave” na izany aza ka tsy nampanano sarotra ny fitsaboana azy ireo tamin’ireo fomba fitsaboana noraisin’ny fanjakana Malagasy tamin’izany. Maro koa ireo mpandraharaha ny fonja mpiandry fonja no tratran’ny covid-19 tamin’izay, saingy efa samy nahazo ny fitsaboana azy avokoa izy rehetra ka tsy nisy ny natahorana nandritra izany. Ankoatra izany dia mitohy hatrany ny asan’ny fonja amin’ny fandraisana ireo mahazo fanafonjana vonjy maika ataon’ny fitsarana, satria na ao anatin’ny fialan-tsasatry iray volana aza ny fitsarana dia misy hatrany ny mpiandry raharaha mandritra izany.

Malala Didier

Midi Madagasikara0 partages

Festivités : Antananarivo : une Saint-Sylvestre pour oublier

Il est difficile de se détacher réellement de l’année 2020 pour la majorité des tananariviens. Sans doute la raison pour laquelle, que ce soit chez le petit peuple que les plus nantis, le défoulement était de rigueur au réveillon 2021. 

La fête dans les normes, voilà ce qui peut résumer la Saint-Sylvestre pour les Tananariviens. Dans les quartiers populaires, les enceintes ont résonné causant un brouhaha sans forme, un genre de vrombissement festif. Dans les chaumières, Wada et Youngs et Big Mj étaient les rois de la soirée. La classe ouvrière d’Antananarivo a préféré réveillonner sous son toit. Tandis que ceux qui le pouvaient rejoignaient les salles de fêtes, les lounges bar et les night clubs.

« Autant faire la fête, nous avons connu le fond en 2020, personne ne sait ce que 2021 nous réserve », s’égaille Juliana Rasolo, une fêtarde bien décidée à se défouler. Une hérésie en terre pieuse. Elle et sa troupe ont rejoint le Point d’Exclamation à Analakely. Ce lieu a proposé, pour passer le décompte final, une ambiance Dj frénétique. Un défoulement digne du dernier jour de l’année. Point névralgique, l’avenue de l’Indépendance a été moins submergée de monde que les années précédentes, bouleversant tout de même le quotidien nocturne des sans domiciles fixes de plus en plus nombreux ces derniers temps.

Populaires. Les habitués des lieux ont également rempli comme il faut le Kudéta à Anosy. À part les cris de joie arrivés à minuit, l’ambiance est restée la même que les nuits habituelles. Sauf que la fièvre d’avoir survécu à 2020 se faisait sentir sur la piste de danse. Comme un petit clin d’oeil à la langue de Shakespeare, la soirée était intitulée « Fok 2020 ». « J’espère que nous serons épargné par 2021 », tente de se rassurer Faly Rajaonary, un noctambule essayant de garder les pieds sur terre entre quelques verres.

Dans l’ensemble, dans les petites bicoques des quartiers comme Ambohimanarina, Andranomanalina, Manjaray… tout le monde s’amusait pour ne pas perdre espoir. Tandis que dans les salles huppées en périphéries ou en centre-ville, le cadre feutré laissait plutôt place à l’apaisement. Ambiance familiale également, mais sur les tables les mets et les saveurs gastronomiques se sont succédé.

Le CCI Ivato s’est offert un « Golden Hour » endiablé, une nuit de fête pleine de promesses. Sur scène, les invités ont retrouvé l’orchestre Album Music dans un cadre feutré teinté de « couleurs or ». Tel le vrombissement sonore sans forme des quartiers populaires. Cette fois, c’est le mélange improbable et brouillon des fragrances qui en a rendu la particularité. Les organisateurs en ont eu pour leur argent, puisque la soirée a été à guichet fermé. L’une des rares à avoir réussi cet exploit.

Cadre convivial. Non loin de là, l’Ankany Soafonenako à Mandrosoa Ivato, une institution des bals de fin d’année depuis toujours, a connu une ambiance plutôt conviviale. À minuit, les confettis ont plu pour rendre la fête encore plus fiévreuse. « Nous venons ici chaque année, c’est comme une tradition pour notre famille. Nos parents nous y ont emmené, quand ils le pouvaient, à chaque Saint-Sylvestre, alors, ma femme et moi nous gardons cette tradition », s’amuse Hery Ranaivoarisoa.

Chez Ankany Soafonenako, la réputation de la table n’a jamais failli pour les grandes occasions. Les fruits de mer étaient à l’honneur tout comme l’inventivité du chef. Avec des plats comme

l’« Assortiment de Makis et California Rolls », ou encore, « Bisque de langouste », etc… À l’espace Lambert à Ilafy, ce sont des pointures de la variété tananarivienne qui ont amusé l’assistance. Rija Ramanantoanina, Mahery et Bodo ont réussi leur pari.

Dans l’ensemble, les malgaches ont fêté comme il se doit leur Saint-Sylvestre 2020. Ces fêtes aussi ont littéralement fait oublier la crise sanitaire, puisque la distanciation sociale a un peu été placée sous le tapis de la joie et de la bombance.

Maminirina Rado

Midi Madagasikara0 partages

EITI : 2021 : Une année pour lutter contre la corruption

Le secteur extractif joue un rôle important dans l’économie du pays

À compter du 1er janvier 2021, tous les pays mettant en œuvre la norme EITI devront publier les nouveaux contrats conclus avec les opérateurs dans le secteur extractif et les modifications qui y sont apportées.

Si l’année 2020 a été marquée par la crise sanitaire liée à la pandémie de covid-19, qui a bouleversé toutes les économies mondiales, pour cette nouvelle année 2021, l’EITI (Initiative pour la Transparence dans les Industries Extractives), va la consacrer à la lutte contre la corruption. En effet, le secteur extractif est particulièrement exposé à la corruption. « En revanche, la transparence peut être un antidote puissant, surtout lorsqu’elle est appliquée aux contrats et aux bénéficiaires effectifs de projets extractifs », a déclaré Helen Clark, la présidente du Conseil d’Administration de l’EITI. En outre, elle a ajouté que « chaque accord malhonnête qui est conclu, réduit les ressources sur lesquelles les pays les plus pauvres dans le monde doivent compter pour répondre à leurs aspirations en matière de développement durable ». Toujours dans le cadre de la lutte contre la corruption dans ce secteur qualifié de stratégique pour de nombreux pays à forte potentialité, dont entre autres, Madagascar, Transparency International a également demandé à l’ONU de s’engager à mettre en œuvre la transparence au niveau de la propriété des entreprises.

Au-delà de la conformité. C’est d’ailleurs pour cette raison que l’Institut sur la gouvernance des ressources naturelles (NRGI) et le Programme minier responsable de Transparency International ainsi que le Secrétariat International de l’EITI, ont collaboré ensemble pour engager un partenariat. Il s’agit notamment du développement de nouveaux outils  tout en effectuant de nouvelles analyses visant à soutenir les travaux de lutte contre la corruption dans les pays mettant en œuvre l’ITIE. Rappelons que la Grande île s’est déjà engagée à adhérer dans le processus de mise en œuvre de l’EITI. En outre, toutes les parties prenantes reconnaissent que pour minimiser les risques de corruption, les compagnies minières, pétrolières ou gazières doivent aller au-delà de la conformité. Il est à noter que la 19e conférence internationale sur la lutte contre la corruption a réuni, entre autres, des chefs d’État, des représentants de la société civile et du secteur privé. L’objectif consiste à examiner ensemble la mise en œuvre d’un programme de lutte contre la corruption qui restera au centre de préoccupation d’un monde post-pandémique. L’EITI, pour sa part, elle s’est penchée sur des sujets jugés prioritaires. On peut citer, entre autres, la transparence de la propriété effective.

Transparence des contrats. Par ailleurs, à compter de ce début du mois de janvier 2021, cette Initiative pour la Transparence dans les Industries Extractives évoque que la transparence des contrats devienne une nouvelle norme. En effet, « les revenus conséquents sont en jeu à travers les accords sur l’extraction des ressources naturelles. Les garder secrets ne fait qu’augmenter les risques de contrats défectueux ou frauduleux. Désormais, tous les pays mettant en œuvre la norme EITI, devront publier leurs nouveaux contrats et les modifications apportées à l’ensemble de leurs contrats », a réitéré Mark Robinson, le directeur exécutif du Secrétariat International de l’EITI. Dans la même foulée, une campagne mondiale sur « Publiez ce que vous payez », a été lancée tout récemment. Celle-ci exhorte notamment les gouvernements et les compagnies minières, pétrolières ou gazières à soutenir la transparence dans les activités extractives, et ce, pour lutter contre la corruption dans le secteur.

Navalona R

Midi Madagasikara0 partages

Football : « C’est une année 2021 charnière », confie Jocelyn Razafimamonjy

Jocelyn Razafimamonjy, le président de la commission Communication et Marketing au sein de la FMF

L’avenir du football malgache s’annonce radieux. C’est l’avis de Jocelyn Razafimamonjy , le président de la commission Communication et Marketing au sein de la FMF dans une interview exclusive.

Midi Madagasikara : Comment voyez-vous le football malgache au cours de cette nouvelle année ?

Jocelyn Razafimamonjy : » 2021 est une année charnière pour le football malgache mais également des moments de joie si on arrive à se qualifier à la CAN. Certes nous avons des chances de passer mais ce ne sera pas donné face au Niger qui a énormément progressé ces derniers temps, et une Éthiopie qui a battu la Côte d’Ivoire. »

Midi : Mais vous avez une idée pour se qualifier à cette CAN au Cameroun ?

J.R. : « Il n’y a pas de solution miracle. C’est le travail qui paie. Il faut aussi être très solidaire et éviter des querelles inutiles. Bref, se montrer comme une équipe soudée sur le stade comme en dehors avec le soutien de tout le monde, de l’État et du président Andry Rajoelina. »

Midi : Parlant du président de la République, son projet sur les 23 stades synthétiques sera opérationnel cette année.

J.R.: « Justement, si j’ai dit que 2021 sera une année charnière, c’est en relation avec ces nouveaux stades en pelouse synthétique. Ils permettent en effet une utilisation maximale et sont donc indiqués pour la formation des jeunes. J’irai plus loin en disant que c’est une belle occasion pour donner du travail à nos anciennes gloires. Mais Maître Kira ou Dezy Monstre ont juste besoin d’un technicien à leurs côtés pour participer pleinement à la formation. La FMF vient de former plusieurs techniciens de la licence C CAF et leur place, du moins dans un premier temps, est avec les jeunes. La balle serait alors dans le camp du ministère des Sports pour finaliser ce beau projet qui rentre d’ailleurs dans le cadre du Velirano du président Andry Rajoelina de venir en aide à la jeunesse malgache tout en développant le football qui est source de fierté nationale pour Madagascar. »

Propos recueillis par Clément RABARY