Les actualités à Madagascar du Lundi 02 Janvier 2017

Modifier la date
Midi Madagasikara447 partages

Jours fériés : Au moins 5 week-ends à rallonge, cette année

Le calendrier de 2017 indique 13 jours fériés dont un seul (le jour de l’An d’hier) tombe un dimanche, outre Pâques et la Pentecôte, etc.

 

Exceptés Pâques et la Pentecôte qui sont toujours célébrés un dimanche, les jours fériés de 2017 tombent quasiment tous en semaine, excepté le jour de l’An d’hier dimanche 1er janvier. Cette année comptera au moins 13 jours fériés, dont trois tomberont un lundi, outre les lundis de Pâques et de Pentecôte. En effet, les dates du 1er mai, fête du travail, 26 juin, fête nationale et 25 décembre, Noël, sont un lundi, si en 2016, ces trois dates étaient toutes un dimanche et les travailleurs en étaient passablement déçus ! Il n’en sera donc pas de même, cette année pour eux !  

En comptant Pâques, le 16 avril et la Pentecôte, le 4 juin, l’année 2017 comptera ainsi pas moins de cinq week-ends de trois jours : le 15/16/17 avril pour Pâques, fin avril-début mai pour la fête du travail ; les 3/4/5juin pour la Pentecôte ; les 24/25/26 juin pour la fête nationale et les 23/24/25 décembre pour Noël. On serait tenté d’y ajouter le week-end du 30/31 décembre auquel s’ajoutera le Nouvel An 2018 qui, lui aussi, tombera un lundi.

Quant aux autres jours fériés de 2017, le 29 mars, commémoration des événements de 1947, tombe un mercredi tandis que l’Ascension, le 25 mai, est un jeudi. L’Assomption, 15 août, tombe un mardi et la Toussaint, 1er novembre, un mercredi. La gent féminine profitera également du 8 mars, journée de la femme qui tombe  aussi un mercredi. Bref, un petit paquet de jours fériés en semaine, cette année, contrairement à 2016 qui comptait un certain nombre de jours fériés tombant un dimanche. Le premier semestre comptera, toutefois, davantage de jours fériés en semaine (29 mars, 1er mai,  25 mai, 26 juin auxquels s’ajoutent les lundis de Pâques et de Pentecôte) que le second semestre qui n’en comptera que trois : 15 août, 1er novembre et 25 décembre.

Hanitra R.

 

La liste des jours fériés de 2017

1er janvier : jour de l’An

8 mars : journée internationale de la Femme

29 mars : commémoration 1947

16 avril : Pâques

17 avril : lundi de Pâques

1er mai : fête du travail

25 mai : Ascension

4 juin : Pentecôte

5 juin : lundi de Pentecôte

26 juin : fête nationale

15 août : Assomption

1er novembre : Toussaint

25 décembre : Noël

Midi Madagasikara344 partages

Marc Ravalomanana et Albert Zafy : Une rencontre pour confronter leur vision de la situation politique

Marc Ravalomanana et Albert Zafy se sont entretenus samedi dernier à la résidence du second à Ivandry.

Les deux anciens présidents tenteraient de trouver une position commune à adopter face à l’évolution de la situation politique dans le pays.

Un tête-à-tête qui s’est déroulé à l’abri de tous les regards, mais qui ouvre les débats sur d’éventuelles alliances politiques pour la nouvelle année 2017. C’est le moins qu’on puisse dire sur la rencontre qui s’est tenue samedi dernier à la Villa « La Franchise » à Ivandry entre deux anciens présidents, Marc Ravalomanana et Albert Zafy. Le premier a pris la peine de faire le déplacement à la résidence du second le dernier jour de l’année 2016. Ce qui explique l’importance stratégique de l’entrevue. Rien n’a filtré du tête-à-tête, mais toutes les supputations sont permises. Pour certains observateurs, les deux anciens présidents se seraient concertés sur la position commune à adopter devant la Loi sur la réconciliation nationale récemment votée à l’Assemblée nationale. Une nouvelle loi qui suscitait des inquiétudes quant à la réelle volonté des dirigeants à tourner la page du passé. Le Pr Albert Zafy, qui brille par son silence ces derniers temps, est d’ailleurs connu pour être le farouche défenseur d’une réconciliation nationale sans hypocrisie. Après Ivandry, Marc Ravalomanana s’est rendu hier à la FJKM d’Imerinkasinina pour le culte de Nouvel An.

Année de toutes les éventualités. Cette rencontre entre Marc Ravalomanana et Albert Zafy semble être révélatrice de ce qui se passerait sur le plan politique durant cette année 2017. Pour certains, 2017 serait l’année de toutes les éventualités. Car 2018, ce sera déjà les élections. D’ailleurs, le ton a été déjà donné par l’ancien président Marc Ravalomanana qui a multiplié ses déplacements à travers l’île et par l’ancien président de la transition Andry Rajoelina qui, avec sa famille, a choisi Andralanitra il y a quelques jours, pour faire sa réapparition en public. Du côté du régime, c’est aussi l’accélération. Après avoir réussi à faire adopter la nouvelle loi sur la réconciliation par les députés, le parti au pouvoir (HVM), lors de ses congrès régionaux, annonce déjà la candidature du président Hery Rajaonarimampianina à sa propre succession, alors que la prochaine présidentielle sera encore dans deux ans. Quant aux éventuelles alliances entre les grandes formations politiques, rien ne se profile à l’horizon jusqu’ici. Tout est encore au stade des supputations. Mais, rien n’est impossible. Trois éventuelles alliances suscitent des curiosités : Rajaonarimampianina-Ravalomanana, Rajaonarimampianina-Rajoelina et Ravalomanana-Rajoelina. Wait and see.

R.Eugène

Madagascar Tribune208 partages

« Voici que 2018 arrive »

Contrairement au président de la République Hery Rajanarimampianina qui a dérogé à la tradition de faire un discours de fin d’année, l’ancien homme fort de la Transition Andry Rajoelina lui s’est adressé à la population malgache. Ses propos ont vite fait le tour de la toile comme pour souligner encore la présence de ses partisans. Aussi, Andry Rajeolina a tenu un discours qui ressemblerait à l’annonce de son retour sur la scène politique malgache. Ce dernier qui s’est montré très discret depuis les dernières élections et la passation de pouvoir effectuée à Iavoloha après l’accession de Hery Rajaonarimampianina à la présidence. En effet, dès le début de son discours, le leader de la révolution orange a déclaré « voici donc que 2018 arrive ». Une référence sans aucun doute à l’arrivée de l’année des élections tant attendues que ce soit par la sphère politique ou par la population en général. Selon Andry Rajoelina, cette année sera également synonyme de succès pour les Malgaches, avec l’espoir qu’une année nouvelle apporte. Un message sans équivoque qui marque donc l’arrivée d’un autre challenger dans l’échiquier politique et dans la course à la magistrature suprême.

Notons que tous les candidats attendus dont Marc Ravalomanana ou encore l’amiral Didier Ratsiraka ainsi que d’autres comme l’ancien premier ministre de Andry Rajoelina, Omer Beriziky, ont annoncé leur candidature depuis belle lurette. Pour sa part, la candidature de l’actuel président de la République a été annoncée en quelque sorte par son parti politique. Ces derniers ont depuis longtemps commencé leurs interventions sur la scène publique et dans les affaires politiques ; certains entrant dans des querelles avec d’autres. Provoquant et entrainant de désintérêt et la morosité de l’atmosphère politique. Le retour d’Andry Rajoelina qui est resté à l’écart depuis longtemps pourrait dans ce cas changer les choses. Attendons donc le déjeuner officiel d’Iavoloha où tous se retrouveront.

Midi Madagasikara194 partages

Premières naissances de l’année : Haritiana Espérance Randrianasolo arrive avec 2017

Et une première photo en mémoire de la venue de Haritiana.

Comme tous les ans, 2017 n’échappe pas à la tradition des premières naissances. Ladite tradition partagée dans toutes les villes du monde. Et bien évidemment, Antananarivo n’échappe pas du lot avec l’arrivée de la petite Espérance Randrianasolo. Née le 1er janvier à 3h30 à la maternité de Befelatanana et de ses 3 kg 500g, la demoiselle affiche une bonne santé. Une santé qu’elle partage avec sa mère qui ne cache pas sa joie d’avoir eu comme cadeau de Nouvel An, un petit ange. Ce qu’elle pourrait sûrement appeler le plus beau cadeau du monde.

 

José Belalahy

Midi Madagasikara173 partages

Hery Rajaonarimampianina : « Nous ne sommes pas un peuple maudit »

Le Président de la République a reconnu les difficultés que rencontre tout un chacun.

 Le Président de la République espère que pour cette nouvelle année 2017 l’on fera mieux par rapport à l’année écoulée.   

Comme il est de coutume, le Président Hery Rajaonarimampianina s’est adressé à la Nation, avant-hier, pour son message de Nouvel An. Le chef de l’Etat a reconnu la difficulté que les Malgaches rencontrent dans leur vie quotidienne. Malgré tout, a-t-il souligné, « les Malgaches ont su reprendre  courage ». Et lui d’ajouter que « nous ne sommes pas un peuple maudit ».  Nous avons tourné la page de 2016, mais force est cependant de constater que c’est une année d’épreuves pour le peuple malgache, et ce, malgré la tenue des deux Sommets dans la Grande Ile, à savoir le Comesa et la Francophonie qui consacrent le retour de Madagascar dans le concert des Nations. Les gens attendent du concret pour cette nouvelle année, notamment les retombées de ces différents Sommets.

Esprit. Le chef de l’Etat va probablement donner plus de détails sur le volet social, lors de la présentation de vœux des corps constitués et du corps diplomatique au couple présidentiel pour l’année 2017, cérémonie  qui aura lieu le 6 janvier prochain au Palais d’Etat d’Iavoloha. Notons que 1300 invités  sont prévus y assister. Rappelons que lors de la   présentation de vœux de 2016, il y avait eu 1500 invités. Lors de son discours, le Président de la République avait  déclaré : « l’une de mes plus grandes préoccupations pendant ces deux années a été de parvenir à la stabilité politique…Nous sommes conscients des efforts qui restent encore à accomplir en matière de gouvernance, en matière de lutte contre toute forme de corruption, en matière d’insécurité sur  le territoire, cette prise de conscience devra désormais se traduire en actes rapides et en résultats probants. Il s’agit maintenant d’appliquer l’esprit des RRI que nous avons adopté et de l’harmoniser avec ce qui impacte plus directement sur le mieux-être de la population, c’est le challenge auquel l’équipe gouvernementale devra faire face avec compétence, volonté, rapidité et efficacité».    

Vindicte populaire. Un an après, quels  en sont les résultats ? Le délestage est toujours présent, l’insécurité  ne cesse de gagner du terrain, à cela s’ajoute la vindicte populaire. Quant à la stabilité politique, la Nativité a été marquée par l’emprisonnement d’Augustin Andriamananoro. Ce dernier a notamment écopé de trois mois de prison avec sursis.

Dominique R.

L'express de Madagascar159 partages

Discours de fin d’année – Exercice d’acrobatie pour Rajaonarimampianina

Dans un savant discours acrobatique, Hery Rajaonarimampianina a limité les exercices d’autosatisfaction pour tenter de masquer ses échecs. Malgré une année 2016 plutôt clémente, les réussites à célébrer étaient moindres face aux défaillances manifestes.

Exercice difficile pour Hery Rajao­narimampianina. Sentant sans doute déplacée toute formule d’autocongratulations dans un contexte socio-économique morose, le chef de l’Etat s’est cru obligé d’évi­ter d’énumérer ses réussites durant son discours de fin d’année.N’ayant aucune excuse valable à avancer pour expliquer et justifier les difficultés que les Malgaches continuent de vivre malgré les promesses annoncées à la même période en 2015, et en janvier 2016, il a dû se limiter à l’évocation de ses propres efforts pour les petites avancées que le pays a enregistrées l’année passée.Pour faire avaler la pilule de ses échecs, il affirme avoir travaillé autant que les Malgaches qui ont trimé pour s’en sortir en 2016. « J’ai vécu ce que vous avez vécu dans l’exercice des fonctions et des responsabilités que vous m’avez confiées », a-t-il dit en malgache, mettant en avant, en français, les mêmes « soucis » et les mêmes « labeurs » auxquels les Malgaches ont dû faire face pour ne pas disparaître avec l’année écoulée.Ne pouvant néanmoins passer sous silence les rares « réussites » « célébrées en fin d’année », il a fait appel à la mémoire des localités où il s’est déplacé pour présider des cérémonies d’inauguration et de poses de première pierre pour les rappeler à ceux qui ne veulent ni regarder ni comprendre.

ClémenceAvec une popularité au plus mal au sein de l’opinion, il n’a non plus pu que mettre en avant la confiance que lui témoignent les partenaires techniques et financiers. Et même s’il a évité de rabâcher le montant faramineux des aides promises à la conférence des bailleurs et des investisseurs des 1er et 2 décembre, il n’a pu s’empêcher de scander « la manifestation de la solidarité internationale » à l’égard de la Grande île. « Fort de ce constat », c’est-à-dire des avancées enregistrées par le pays, « la communauté internationale a confirmé sa volonté de nous accompagner dans l’œuvre de développement », a-t-il souligné.C’est sans doute pour masquer l’ampleur de ses échecs que Hery Rajaonari­mampianina s’est gardé d’énu­mérer ce qu’il aurait pu considérer comme ses propres réussites. L’incapacité à mettre fin aux délestages, l’insécurité, la multiplication des vindictes populaires, la mauvaise gouvernance, la poursuite des pratiques de corruption, le défaut de résultats concrets dans la lutte contre les trafics de ressources naturelles, pour ne citer que les principaux points noirs, sont autant d’échecs à mettre sur le dos des autorités actuelles.Touchant les citoyens au plus près, ces défaillances ne sauraient être effacées par la tenue à Madagascar des sommets internationaux, d’ailleurs pas si réussis que cela en l’absence des nombreux chefs d’Etat et de gouvernement promis. Les assurances obtenues sur les aides financières et les promesses de fruits et de résultats à récolter dans les prochaines années n’ont pas réussi à cacher les retards pris dans le démarrage de nombreux projets.Malgré une année 2016 plutôt clémente, si l’on s’en tient aux justifications qu’aiment bien réciter les dirigeants politiques pour expliquer leurs défaillances, Hery Rajaonari­mampianina n’a pas réussi à donner un coup de fouet au développement. Pour la première fois depuis plusieurs années, le pays n’a connu aucun aléa climatique majeur. Les autorités ont même refusé de parler de « kere » dans le sud, tandis que dans les zones habituées aux cyclones, tempêtes, les inondations n’ont pas fait autant de dégâts que d’habitude.Côté politique, les soubresauts n’ont pas été aussi violents que ceux de ses deux premières années de mandat. De moins en moins crédible, l’opposition n’a pas réussi à susciter la sympathie populaire attendue. Trop politisée, le mouvement de contestation des journalistes qui aurait pu gêner la troisième année de son mandat s’est très vite essoufflé. Qualifiant 2016 d’une « année de multiples prémices, source d’espoir », il parle encore pour 2017 « d’immenses chantiers » à réaliser de manière à avoir des avancées plus conséquentes.

Lova Rabary-Rakotondravony

L'express de Madagascar128 partages

Taxi-Be fou au By Pass – Cinquante passagers frôlent la mort

Un taxi-be lancé à toute vitesse s’est renversé au By Pass le jour du nouvel an. Vingt-six personnes, dont deux bébés, sont hospitalisées.

Nouvelle année mal partie pour les occupants d’un taxi-be de la ligne E, reliant Tanjombato et Mahazo. Dans la matinée d’hier aux alentours de 10h 30, une Mercedes Sprinter, plein à craquer, s’est renversé sur le By Pass, près du croisement menant à Ambohi­manambola. Sinistre bilan, vingt-six personnes, dont deux bébés âgés d’à peine un an, ont été admis à l’hôpital Joseph Ravoahangy Andrianavalona à Ampefi­loha. Légèrement blessées, une vingtaine d’autres victimes, ont eu pour leur part plus de peur que de mal.Après le drame, le chauffeur ainsi que l’aide chauffeur se sont évanouis dans la nature à entendre les passagers, laissant à l’abandon  leur minibus retourné au bord d’un ravin. Il s’en était fallu de peu pour la voiture n’y bascule.

Excès de vitesseParmi ces passagers ayant frôlé la mort, certains allaient assister à des funérailles alors que d’autres revenaient de l’église, ou allaient rendre visite à des proches parents.« Les nerfs des passagers ont été mis à rude épreuve pendant le drame. J’ai pris ce taxi-be fou à l’arrêt dit Fasika à Tanjombato. Je ne sais pas  ce qui a pris au chauffeur,  mais il a roulé à tombeau ouvert tout au long du By pass, bien que son taxi-be soit plein comme un œuf. Nous n’étions pas moins d’une cinquantaine à bord. Les plus  téméraires se sont accrochés à la portière arrière, hors du véhicule », lance Tanjona Rakotoarison, l’un des passagers blessés, admis au service des urgences de l’hôpital d’Ampefiloha.Alors que le véhicule de transport en commun lancé à toute vitesse déboulait dangereusement, un rond-point le guettait au niveau du carrefour, menant à Ambohi­manambola.« Le chauffeur avait les yeux dilatés. Il a commis l’irréparable en continuant à rouler à vive allure à l’approche du virage. Il n’a ni freiné ni ralenti. Le taxi-be est du coup parti à la renverse puis a déboulé sur quelques mètres sur la chaussée. Celui-ci a terminé sa course folle en rasant un ravin », indique quant à lui Martin Rafidimanantsoa, un autre  blessé de l’accident.Dans un sauve-qui-peut, les victimes ont été extraites de la Mercedes Sprinter, affalée sur son flanc droit.

Andry Manase

L'express de Madagascar123 partages

Énergie – La Jirama recourt au fuel lourd

La Jirama vient de lancer un appel d’offres pour la fourniture de fuel lourd pour ses groupes électrogènes.

Un dossier qui ne passe pas inaperçu. La Jirama recherche actuellement des fournisseurs de fuel lourd. Dans un avis d’appel d’offres ouvert national, publié le 22 décembre, la société nationale d’eau et d’électricité sollicite les candidats  intéressés à lui fournir « 161 543 m³ de fuel lourd pour ses groupes électrogènes ». Selon des informations recueillies auprès de la société, six centrales sur les cent deux réparties à travers le pays fonctionnent avec ce type de carburant.Avec la difficulté financière que traverse la Jirama, ainsi que les problèmes d’alimentation et de production en énergie qui sévissent dans le pays, l’utilisation du fuel lourd est tant réclamée par les différents acteurs du secteur, et même au niveau du gouvernement. Cette année, le régime en place envisage de se tourner davantage dans l’utilisation de ce type de carburant. « L’augmentation de production des énergies produites avec du fuel lourd figure parmi les projets de gouvernement pour l’année 2017 », avait déclaré le Premier ministre Olivier Mahafaly durant l’émission Salangalanga diffusée sur la chaîne RTA le 29 décembre.Le chef du gouvernement espère ainsi « une baisse de la consommation de gazole de la Jirama ». « Il y aura une hausse des énergies produites avec des centrales thermiques à fuel lourd et aussi de la production de l’énergie renouvelable », a-t-il souligné au cours de cette émission.

Moins de gazoleEn ce moment, la consommation de gazole de la Jirama est évaluée à 800m³ par jour dont 450m³ pour les centrales thermiques alimentant le réseau d’Antanana-rivo. Ce qui représente une lourde charge financière pour cette société d’État. Puisque une grande partie des subventions allouées par l’État sont dépensées en achat de carburant.L’occasion se présente ainsi pour Madagascar Oil de mettre àl’épreuve de la réalité, sa production de Tsimiroro. Cette société affirmait, en fin septembre, avoir conclu un test positif de l’utilisation de son huile lourde pour les centrales thermiques utilisées par Symbion Power.À travers ce dossier d’appel d’offres, la Jirama a fait un grand pas dans l’utilisation de ce fuel lourd. D’autant plus qu’avec l’expiration de certains contrats de livraison de carburant, l’occasion se présente ainsi pour la Jirama de se tourner vers ce type de carburant.

Lova Rafidiarisoa

Midi Madagasikara123 partages

By-pass : Nivadika indray ny sprinter, mpandeha 32 naiditra hopitaly

Nivadika ambony ambany ny  sprinter « Ligne E ». Omaly maraina tokony tamin’ny folo ora sy sasany tany ho any, teny amin’ny By-Pass no nitrangan’izany lozam-pifamoivoizana izany. Vokany, mpandeha 32 no indray naratra ka tsy maintsy notsaboina teny amin’ny Hjra. Tao anatin’ireto naratra, dia vehivavy avokoa ny 17, ary nisy zaza vao efa-bolana monja voantsindrin’ny olona nandritra ny fivadihan’ilay fiara. Nanomboka tamin’ny 11 ora, dia nisesy tonga teny amin’ny Hjra ireo naratra. Nisy ny tapaka, teo koa ireo tsy maintsy nozairina teo amin’ny lohany. Niohatra ny tokony ho izy ny isan’ny mpandeha nentin’ity zotram-pitaterana ity, satria dia olona efa ho efapolo no indray nampidiriny. Vao niseho ny loza dia lasa nitsoaka ny mpamily sy ny mpanampy azy ary nentin’izy ireo niaraka taminy ny taratasin’ny fiara. Nampandre ny pôlisin’Alasora avy hatrany ny olona raha vao nitranga ny lozam-pifamoivoizana. Teo ihany koa dia efa nanomboka ny fikarohana ireo mpamily. Tsy maintsy ho hita izy ireo, satria omaly ihany dia efa fantatra ny tompon’ny fiara. Mamono olona hatrany ny tsy fanarahan-dalànan’ny fiara fitaterana.

Kanto R. (stagiaire)

Midi Madagasikara107 partages

Sportifs de l’année 2016 : Six athlètes au menu de 2016

Comme chaque année, la rédaction sportive de Midi Madagasikara organise une élection par vote des électeurs interposé, du Sportif ou Sportive de l’année. Mais comme d’habitude, nos journalistes sportifs donnent des noms indicatifs pour que le choix se limite à six personnes, ou entités, ou clubs, ou disciplines afin de faciliter le vote.  Voici donc cette fameuse liste et que le meilleur gagne.

 

Equipe nationale malgache de pétanque 

Parmi les nominés qui restent incontournables figurent les boulistes récemment champions du monde. Contrairement aux années précédentes, ils forment un bloc avec les quatre joueurs dont Tita Razakarisoa, Nanou Andrianiaina, Hery Razafimahatratra et Lova, même si ce dernier n’a pas participé à la finale remportée haut la main contre le Bénin. Faisant preuve d’une louable régularité et malgré quelques sifflets réprobateurs, les Malgaches ont montré qu’ils restent les meilleurs sur leurs terres.

 

Barea beach soccer 

Si on devait désigner un sportif de l’année 2016, on ne peut pas faire fi de la performance des Barea beach soccer qui terminaient à la 5e place de la dernière Coupe d’Afrique des Nations 2016 au Nigeria. Avec deux défaites pour trois victoires, le bilan n’est pas aussi catastrophique qu’il paraît. Mieux et après s’être qualifié pour cette phase finale de la CAN 2016 aux dépens de la Mozambique, Madagascar beach soccer a confirmé son statut d’un grand d’Afrique dans cette discipline. Et cela, quoi qu’on dise, vaut bien tous les éloges et pourquoi pas le prix de Sportif de l’année de Midi Madagasikara.

 

Gendarmerie Nationale Volley-Ball

Champion de Madagascar pour l’énième fois, roi de l’Océan Indien pour la 2e fois, 12e place africaine, la gendarmerie volley-ball mérite sa place parmi les nominés de l’année 2016. Champion de Madagascar depuis des années, les protégés du colonel Heriniaina Rakotomalala ont prouvé qu’ils maîtrisent cette discipline avec l’aide du technicien honoré Razafinjatovo. Mieux, au sommet national 2016, les titres de minimes, benjamines, cadets et seniors sont allés dans leurs escarcelles. A Maurice, ils ont raflé le titre de champion et y ont ajouté 6 trophées sur les 7 en jeu avec les trophées du meilleur passeur, du meilleur serveur, du Most Valuable player, de la meilleure réception, du meilleur attaquant et du meilleur contreur.

 

Mickaël Rasolonjatovo, natation

Jeune nageur de 18 ans qui a cartonné en 2016. Sur bassin de 25 m, il a établi en 2016 des records nationaux en 200m dos, 200m nage libre et 50m dos, ainsi que de meilleures performances des juniors en 100m nage libre ainsi que le relais 4 x 50m quatre nages. Sur bassin de 50m, il détient le record national de 400m nage libre, de 100m dos, de 200m dos et des meilleures performances de juniors en 50m dos, 100m Nage libre, 400m Nage libre, 200m Nage libre et 100m dos. 2016 a été son année avec sa présence au championnat du monde de petit bassin ainsi que le meeting de l’Océan Indien du mois de décembre.  Sampras

Rakotondrainibe, tennis

Jeune prodige de la petite balle jaune malgache, Sampras est la relève par excellence du tennis malgache. Il a été sacré champion d’Afrique par équipe U12 à Marrakech  Maroc. A tout juste 12 ans, Sampras fait déjà partie de ce cercle très select des champions d’Afrique malgaches. Actuellement, il est pensionnaire du centre de l’ITF au Kenya.

                                                                                                             

Jean Christian Randriamalaza, boxe chinoise

Ce boxeur est sans doute le sportif le plus titré. Sextuple champion du monde de boxe chinoise, Jean Christian a offert le titre mondial à son pays au mois de septembre en Italie. Au vu de son palmarès, il a été fait chevalier par l’Etat et a reçu l’ordre du mérite sportif.

L'express de Madagascar88 partages

Antsirabe Nord – Tollé contre la société Jirama

Une foule en furie a manifesté contre la société Jirama, à Antsirabe-Nord. Sa population a contesté le remplacement du groupe de production.

La fin d’année 2016 a failli tourner au vinaigre pour la commune rurale d’Antsirabe-Nord, dans le district de Vohémar et région Sava. Sa population a manifesté devant le bureau de la société Jirama dans la journée du 31 décembre. Le remplacement du groupe de production d’électricité de la commune a entrainé l’émeute. « On veut nous enlever notre groupe pour l’envoyer dans la commune d’Ampanefena, et le remplacer par un autre qui a une faible puissance », criaient les manifestants, prêts à tout pour garder ce groupe. Ils ont ainsi lancé des pierres sur le poids lourd qui a trans­porté ce groupe à faible puissance, et ont crevé l’un des pneus du camion avec des fers pointus. Bilan. Le pare-brise du poids-lourd est cassé, le pneu avant dégonflé. La circulation entre Sambava et Vohémar était également bloquée. Les contestataires, venus en masse, ont barré la route.Les éléments des forces de l’ordre dépêchés sur place pour maîtriser cette foule en furie, s’apprêtaient à lancer des grenades lacrymogènes, en cas de dérive. Ils ont toutefois réglé les choses au calme. « Nous avons fait tout notre possible pour déplacer le camion avec son pneu crevé de là où il a été saccagé, les manifestants étaient prêts à le mettre en feu », explique Delphin Razokiny, commandant de la brigade de la gendarmerie à Ampa­nefena.

ÉchangeLa manifestation a commencé vers 10 heures du matin, peu après une coupure d’électricité. Les agents de la Jirama étaient sur le point de faire l’échange entre ces deux groupes. « Ce groupe est trop puissant pour la commune d’Antsirabe Nord. Il est de 400 kilos volt ampère, alors que l’ensemble de la population ne consomme qu’environ 100 kilos volt ampère. Par contre, à Ampanefena, , les besoins sont plus importants. Nous allons alors songer à mettre un groupe à la hauteur des besoins de cette commune et placer ce groupe de 400 kilos volt ampère à Ampa­nefena », explique Honoré Risy, chef du sous-groupement de la Jirama à Sambava.Le maire de cette commune d’Antsirabe-Nord serait aussi contre le déplacement de ce groupe. « Il s’est dit que c’est lui qui a demandé ce groupe au ministère et que nous n’avons pas le droit de l’enlever. Mais en réalité, ce groupe a été placé dans cette commune, en septembre, où une grande coupure s’est produite », renchérit Honoré Risy.Au final, la société Jirama s’est pliée aux caprices des manifestants. Ces derniers n’ont quitté les lieux qu’au retour du courant. La Jirama précise qu’elle ne va pas en rester là. « Nous sommes obligés de trouver des solutions adéquates », conclut cette source auprès de la Jirama.

Miangaly Ralitera

Midi Madagasikara87 partages

Carburant : Hausse de 80 ariary par litre depuis hier

Les prix à la pompe ont connu quatre changements en 2016.

La vérité des prix du carburant étant effective, des  révisions à la hausse ou à la baisse interviendront durant cette année.

2017  commence sous le signe de la hausse des prix du carburant. Au grand dam des consommateurs  qui craignent le pire dans les mois qui viennent.

Comme nous l’avions  annoncé dans notre édition de samedi dernier, une hausse des prix à la pompe du carburant était prévue en début d’année. Et la révision à la hausse a effectivement eu lieu, hier. Une hausse de 80 ariary par litre aussi bien pour le  gas-oil que pour le pétrole lampant. Le  gas-oil étant passé de 3 070 ariary à 3 150 ariary  le litre et celui du super carburant de  3 640 ariary à 3 720 ariary.  Une hausse qui s’applique, rappelons, conformément à la vérité des prix.

Envolée

Rappelons que le prix du pétrole brut est  passé de 50 dollars en début décembre à 55 dollars actuellement.  Une remontée consécutive à  l’accord historique signé entre les pays membres de  l’OPEP, pour une limitation de leur production. L’autre paramètre qui a provoqué cette hausse des prix à la pompe est l’envolée du dollar, monnaie de référence des transactions pétrolières et qui est passé de  3 329,16 ariary à 3 350,54 ariary actuellement.  Deux changements à la hausse suffisants pour réviser les prix à  la pompe. A noter que  pour le gas-oil, le prix à la pompe actuel dépasse celui qui était pratiqué en janvier 2016 (3 090  ariary) tandis que pour le carburant, le prix actuel est encore inférieur à celui de janvier 2016 (3550 ariary).

R.Edmond.

Midi Madagasikara87 partages

Ministre Narson Rafidimanana : « Les objectifs ont été largement atteints »

Le M2PATE prêt à relever les défis de 2017.

Pour le ministère auprès de la Présidence en charge des projets présidentiels, de l’Aménagement du Territoire et de l’Equipement (M2PATE), l’année 2016 a été non seulement l’année de travail, mais aussi l’année de réconciliation des Malgaches avec leur terre. Année de travail, car ce département ministériel dirigé par le ministre Narson Rafidimanana n’a pas ménagé ses efforts, dans une période plus ou moins courte, pour la construction des infrastructures utilisées durant le Sommet de la COMESA et le XVIe Sommet de la Francophonie. « La construction de ces infrastructures nécessaires à ces rendez-vous internationaux a été des grands chantiers pour le ministère. Pour cette nouvelle année 2017, d’autres grands chantiers sont prévus, pour ne citer que l’élaboration des lois et des stratégies sur les gros investissements fonciers à Madagascar. Ce sera le cas pour l’implantation des zones d’investissement agricole et des zones économiques spéciales. », explique Narson Rafidimanana. Avant de rajouter : « Doter des plans d’urbanismes les grandes villes et les régions de Madagascar reste dans nos objectifs. »

Résultats. Pour le M2PATE, les chiffres parlent d’eux-mêmes quant à ses réalisations durant l’année 2016. « Les objectifs fixés ont été largement atteints. », affirment le ministre. A ce propos, 9 709 mutations par décès (gratuites) ont été enregistrées pendant 2016. En 2015, si le nombre des mutations de terrain payantes était de 11 427, en 2016, on a enregistré 23 694 mutations payantes et gratuites. Par ailleurs, 8 992 certificats fonciers ont été délivrés en 2016, sans parler de 2016 autres qui viennent d’être distribués dans les communes de Fihaonana et de Miantso (Ankazobe). Toujours pour l’année 2016, 11 943 ont été délivrés dans le cadre de l’Opération Domaniale Concertée (ODOC). 14 Bif (Birao Ifotony ny Fananan-tany) ont été également installés si l’objectif initial était de 12. Et le M2PATE a pu doter des matériels neufs pour 85 Bif. « Cette année 2017, le ministère va doubler ses efforts pour réaliser des actions ayant d’impacts directs sur la vie de la population. », annonce le ministre Narson Rafidimanana.

Recueillis par R. Eugène

Midi Madagasikara81 partages

« Réveillon » : Olona 3 maty, 3 namono tena, 70 naratran’ady

Nisy ny maty, ny naratra ary ny nanapa-kevitry ny namono tena nandritry ny fetin’ny faran’ny taona. Olona 3  no maty, ny iray efa namoy ny ainy  teny an-dàlana fa ny roa ambiny kosa dia tratran’ny fahaverezan-drà be loatra vokatry ny ratra sy ny tsy fazakana toaka. Raha araka ny tarehimarika voaray teny amin’ny HJRA hatrany, marobe ny olona naratra noho ity ady an-dàlambe ity satria ny atsasaky ny naiditra hopitaly nandritra ny fetin’ny faran-taona dia vokatr’izany avokoa. Tranga nateraky ny alikaola matetika satria manararaotra misotro izany ny olona. Maro anefa no tsy mahazaka na koa misotro mihoatra ny mety, ary lasa mitera-doza izany  fitondran-tena izany. Na izany  aza, nihena ny isan’ny olona naiditra teny amin’ny sampana famelomanan’aina eny amin’ny HJRA raha oharina ny tamin’ny taona 2015 izay 264 raha 142 kosa izany ny faran-taona 2016 lasa teo. Ratra nateraky ny ady an-dàlambe, lozam-pifamoivoizana, toaka be loatra ary ny famonoan-tena avokoa matetika ireo tarehimarika ireo. Raha ny eo anivon’ny « urgence médicale » izay mikirakira ny olona marary noho ny poizina nentin’ny tsy fahatsiarovan-tena noho ny fibobohana alikaoa dia nahatratra 26 ny isan’ny olona tonga nanatona tao. Ny sivy amin’izany dia toran’ny toaka, telo namono tena.

Taom-baovao. Ho an’ny voalohan’ny taona indray kosa, talohan’ny tamin’ny efatra ora tolakandro izay nandalovanay teny an-toerana,dia olona 82 no efa naiditra hopitaly, isa izay heverina mbola hitombo hatrany amin’n 200 any ho any mandrampahatongan’ny maraina, raha ny fanamarihan’ny mpitsabo. Raha araky ny nambaran’ i Dokotera Yves Raveloson, mpitsabo mpitarika ny ekipa niasa nandritra ny fetin’ny faran’ny taona sy taom-baovao, dia manomboka amin’ny 6 ora hariva vao tena mihamaro ny olona tonga hotsaboina rehefa fety tahaka izao. Olona iray no fantara fa maty kanefa tsy nandalo tao amin’ny hopitaly fa nivily lalana vao hita fa efa tsy nisy aina intsony izy. Tsara ho marihina fa ny 32 tamin’ireo nentina teny amin’ny hopitaly dia naratra vokatr’ilay lozam-pifamoivoizana teny By-Pass omaly maraina (jereo ny lahatsoratra etsy ankila). Ny valo indray dia vokatry ny loza amin’ny fitondrana moto izay nihanitombo isan-taona. Tsy latsaky ny roa isam-bolana no namoy ny ainy noho izany. Tsy nilaozan’izay tsy nisy loza nitranga izany teto Andreniovohitra tamin’iny faran’ny taona iny.

Kanto R. (Stagiaire)

Midi Madagasikara58 partages

Natation / Meeting de l’Ocean Indien : Rakotomavo John et Rasolonjatovo Michaël cartonnent

Les 28es rencontres de natation de l’Océan Indien à la Réunion ont été assez fastes pour la délégation malgache composée de nageurs de Saint-Michel. 

Le club de Saint-Michel n’a pas dérogé à ses habitudes lors des 28es meeting de l’Océan Indien du 28 au 30 décembre 2016 dernier. Onze nageurs ont fait le déplacement dirigé par le président du club Rabary Hary Jaona et l’entraîneur Ranaivo Aimé. Au finish, ils ont réussi trois records nationaux. Le premier est à mettre à l’actif de Rakotomavo John au 200m papillon. Contrairement à son père Gino, il cartonne en natation et non en rallye. Ajoutez-y les deux autres records de Rasolonjatovo Michaël en 200m nage libre et 50m dos.

 Les résultats

Les records nationaux

200m papillon hommes de Rakotomavo John en 2’10’’69 contre 2’18’’69 de Andrinirina Lalanomena Anthony du 16 février 2013.

200m nage libre de Rasolonjatovo Michaël en 1’57’’84 contre 1’58’’26 de Rajohnson Erick du 11 décembre 2003.

50 dos hommes de Rasolonjatovo Michaël en 27’’53 contre 27’’58 de Andrianirina Lalanomena Anthony du 2 avril 2014. 

Les meilleures performances

200m NL de Rasolonjatovo Michaël.

50m dos de Rasolonjatovo Michaël. 

100m nage libre de Rasolonjatovo Michaël en 53’’18 contre 53’’61 de Rajohnson Erick établi le 10 décembre 2003.

Anny Andrianaivonirina

L'express de Madagascar55 partages

Réveillon – Ambiance de feu dans le Sud

Le Nouvel an 2016 avait été gâché par la pluie. L’entrée en 2017 s’est faite sous un ciel radieux dans le Sud et Saint-Pierre a connu une nuit explosive.

Tout le front de mer a vibré d’une ambiance de feu, la soirée débutant avec des pique-niques et se poursuivant par des danses aux rythmes des différentes sonos et autres fanfares. Le temps fort fut bien entendu le feu d’artifice, tiré à minuit, et qui a ébahi des milliers de personnes massées depuis la Ravine-Blanche jusqu’à Terre-Sainte. Timide sur les festivités de la Saint-Sylvestre jusqu’à présent, la capitale du Sud vient de faire une entrée tonitruante dans la partie, rivalisant avec l’Ouest. D’autant que Saint-Pierre s’est clairement démarqué en montrant un visage plus familial.La fête fut d’autant plus belle qu’elle n’a pas été entachée d’événement majeur. Parmi les interventions notables pour les secours, la brûlure d’un des artificiers du feu. En rangeant le matériel, l’homme a été touché au visage par des résidus de poudre qui se sont embrasés à retardement. Rien de grave, juste une brûlure superficielle à la joue droite. (…) Un peu plus tard dans la nuit, vers 3h 45, unaccident de la route s’est produit dans la ZI 2, non loin du Quick.

EncastréUn homme a perdu le contrôle de son véhicule, venu s’encastrer dans un poteau électrique. Les deux passagères ont dû être désincarcérées du véhicule par les pompiers et l’une d’elle a été médicalisée sur place par le Smur. (…)Par ailleurs, les policiers sont intervenus sur quelques bagarres ci et là dans la ville mais sans gravité particulière. Quatre personnes se trouvaient hier matin en dégrisement, histoire d’apaiser les esprits. Un autre homme, qui a sorti un couteau dans une rixe où une femme a été légèrement blessée d’un coup de poing, est lui, en garde à vue.Une soirée également sans dérapage significatif dans le sud en général. Les gendarmes ne comptent que quelques gardes à vue, pour des ivresses ou de légères violences (souvent les deux).

© JIR

Midi Madagasikara55 partages

Artistes de l’année : Ils ont marqué 2016

2016 a été une année plutôt engagée dans le monde de la musique. Il y a les artistes qui ont envie d’imposer leur vraie bonne musique, peu importe le système commercial, ceux qui surfent sur la vague de la célébrité, la musique jeune et urbaine et ceux qui assoient leur notoriété. Parmi eux, une sélection de 6 artistes que les lecteurs de Midi Madagasikara vont choisir pour représenter « l’artiste de l’année 2016 ». Visite guidée :

 

AmbondronA, la pop rock toujours au top !

 

Cela fait plus d’une quinzaine d’années que le groupe AmbondronA sillonne les rues de la scène pop rock malgache, en empruntant les chemins arborisés des autres pays étrangers. En 2016, ils se sont produits sur plusieurs scènes à Tanà, et toujours à guichet fermé. Avec une carrière toujours au top de sa forme, AmbondronA reste un des meilleurs artistes de l’année 2016.

 

Zay, 20 ans dans les cœurs !

 

En 2016, le groupe Zay a marqué ses 20 ans de scène. Une soirée VIP au Carlton en début d’année à guichets fermés, plusieurs concerts en tournée, et un grand concert au Palais des Sports en novembre. En 20 ans, le groupe Zay a su faire durer sa notoriété, et est resté dans les cœurs de ses fans, irréductibles et fidèles. 20 ans, c’est surtout la preuve qu’ils font de la vraie bonne musique qui s’inscrit dans le temps. Nary, Malala et leur bande continuent de faire chanter les amoureux, 20 ans après, mais comme au tout début.

 

Black Nadia, au-delà de Mada

 

En 2016, Black Nadia fait tilt auprès d’un artiste africain, J Love, qui chante en duo avec elle dans « L’amour n’a pas de couleur ». Au-delà d’un simple titre, c’est toute une histoire qu’elle veut raconter, car l’amour est au-dessus de tout. Grâce à ce titre, elle a marqué ses fans. Black Nadia a sorti ce tube et reste une des valeurs sûres de la musique tropicale locale.

 

Wawa, Somaroho dans tout le pays

 

Véritable bête de scène, Wawa a fait chauffer tout le monde avec ses 400 Volts, toute l’année dans tout le pays, à travers le festival Somaroho dont il est l’initiateur. En 2016, Wawa a fait un duo avec Luyanna et a même réussi à se faire une place sur la chaîne M6. Mais c’est surtout à Madagascar, même dans les plus lointaines contrées, que Wawa montre sa suprématie en matière de « salegy ». De Nosy-Be à Mayotte, en passant par Foulpointe, Wawa, c’est le roi !

 

Rakroots, tube de l’été

 

« Efiko parsi », c’est le tube que Rakroots a sorti en mars 2016. Depuis, la chanson a fait le tour du pays, au point d’avoir été repris par d’autres artistes qui en ont fait des « cover ». Musique urbaine et histoire de jeunes, « Efiko parsi » a fait sensation notamment au sein des ados, qui téléchargent la chanson dans leurs téléphones. Cette autre alternative de diffusion qui contribue à faire connaître les artistes d’aujourd’hui.

 

Mijah, le buzz de l’année

 

C’est certainement la chanson qui a marqué toutes les fêtes. Avec sa petite chorégraphie, Mijah a appelé tout le monde à danser avec lui, se prenant un moment pour Usain Bolt, sur quelques pas de danse et un peu de mélodie. La chanson, avec son clip qui fait usage d’un drone, ne passe pas inaperçu. En tout cas, le tube a fait un buzz et Mijah devient incontournable dans toutes les soirées.

Tia Tanindranaza54 partages

Fanontana Alimanaka Nihena hatrany amin’ny 59%

Manodidina ny 500 ariary hatramin’ny 2 alina ariary ny fanontana ny alimanaka iray amin’izao fotoana izao. Samy mampanao azy io avokoa moa na olon-tsotra, na fianakaviana fa indrindra indrindra ny orinasa

Nangonin-dRamano F. 

 

 

News Mada49 partages

Girofle : l’huile également très prisée

C’est de l’Analanjirofo que vient la majorité des 1.300 tonnes de clous de girofle qui sont exportés par la Grande île chaque année. Cette quantité représente environ 40 % de la production mondiale. Madagascar est le premier exportateur mondial, le deuxième producteur après l’Indonésie.

La filière représente aujourd’hui une source de revenus régulière pour plus de 31.000 producteurs et de ménages malgaches. La culture de girofle est souvent utilisée en complément d’autres cultures (vanille, poivre, litchis…).

Outre le clou, les feuilles du giroflier sont également exploitées. Après conditionnement, l’huile essentielle est stockée et la qualité de chaque bouteille vérifiée, puis vendue par les producteurs entre 30.000 et 35.000 ariary le kilo (entre 10 et 11 euros) aux collecteurs. L’huile essentielle de feuilles de giroflier de Madagascar est la plus prisée au monde. Son taux d’eugénol, un composé aromatique qui est très utilisé en pharmacie, est proche de 80 % à Madagascar contre 70 % en Indonésie.

A l’intérieur de la cuve d’un alambic, plusieurs dizaines de kilos de feuilles de giroflier mijotent pendant une douzaine d’heures. Au terme du processus et après refroidissement, le précieux liquide est filtré et recueilli dans un seau qu’on manipule avec précaution. C’est de l’huile essentielle de feuilles de giroflier. Pour 35 kg de feuilles, on obtient un kilogramme d’huile essentielle. Ces quantités sont achetées auprès des centaines de producteurs en petits conditionnements. La région Analanjirofo compte une cinquantaine d’alambics de brousse installés au cœur des collines.

Arh.

L'express de Madagascar48 partages

Carburant – Hausse de 80 ariary du prix à la pompe

Un début d’année difficile pour les automobilistes. Leur budget carburant est loin de s’équilibrer avec la hausse du prix à la pompe. Depuis quelques mois, le prix du carburant ne cesse de monter en flèche. Le 1er janvier à minuit, le prix à la pompe a enregistré une hausse sur tous les produits. Les stations service affichent désormais le litre de l’essence sans plomb à 3720 ariary, soit une hausse de 80 ariary par rapport à sa dernière révision des prix en début de décembre.Tout comme l’essence sans plomb, le prix du gazole grimpe aussi de 80 ariary par litre. Désormais, le prix affiché dans toutes les stations service du pays est de 3150 ariary tandis que celui-ci était encore à 3070 ariary lors de la dernière révision. « Pour une mauvaise nouvelle, cela en est une. Avec cette hausse, c’est un début d’année morose pour nous, automobilistes », a déclaré Bakoly Nirina, une mère de famille qui espérait passer la fête du Nouvel an tranquillement.Depuis la semaine dernière, diverses déclarations des professionnels de la distribution pétrolière annonçaient une éventuelle hausse du prix à la pompe. C’était une véritable préparation psychologique de la fixation des prix maxima recommandés par l’Office malgache des hydrocarbures (OMH). Afin d’éviter toute hausse excessive du prix à la pompe, le gouvernement avait mis en place ce mécanisme en janvier 2016. La formule utilisée pour faire le calcul est plus simple. Il s’agit de confronter le cours sur le marché international et le cours de la devise sur le marché interbancaire de devises.

Lova Rafidiarisoa

Midi Madagasikara41 partages

Toamasina : Nodonin’ny kamiao ny andrin-jiro: raikitra ny fety tanaty haizina

“Tsy azo ekena ny tahaka izao, efa nanao ezaka goavana ny teknisian’ny Jirama Toamasina hiatrehan’ny rehetra ny fitsenana ny taona vaovao, ao anatin’ny tsy fisian’ny fahatapahan-jiro, nefa izao indray dia tsy fitandremana mpamily no niteraka haizina…”, hoy ny tale provensialin’ny Jirama Toamasina Veloson Leonard, izay tonga nijery ny fahavoazana tao Anjoma P/elle 23/24, ny sabotsy teo.

Nomarihany hatrany, fa “tena fahavalom-bahoaka ny fihetsika tahaka izao, satria amiko dia niniana natao izao mba hoentina indray hanenjehana ny Jirama amin’ny fahatapahan’ny herinaratra, izay efa nanomezako toky ho an’ny mpanjifan’i Toamasina fa tsy hisy intsony izany delestazy izany raha ho an’i Toamasina renivohitra”. Andrin-jiro mitondra ireny herinaratra “moyen tension” mamatsy ny fokontan’Ampasimazava, Anjoma 23’24, “cite Canada”…ary ny fokontany maromaro ao Depot, ity andrin-jiro tapaka tanteraka voadonan’ny kamiao, ny sabotsy 31 desambra tamin’ny 10ora maraina ity. Ny tena nahagaga ny rehetra, dia mbola malalaka be ny ilany havanan’ny làlana nandehan’ilay mpamily kamiao, nefa dia izao nangalatra havia izao ilay mpamily ka nandona andrin-jiro. Nanao ny ezaka rehetra ny sabotsy ihany ireo teknisian’ny Jirama nanarina ny simba, saingy adiny 5 na 6 eo ny famerenana ny herinaratra ankoatra ny mbola fametrahana andrin-jiro roa simba tamin’izao lozam-pifamoivoizana izao.

“Tsara ny fiarovana ireo andrin-jiro mpitondra herinaratra ao aminay izao, fa raha tsy izany dia nikararana ny faty olona sy ny trano may nateraky ny fitselarana teto” hoy hatrany Atoa Veloson Leonard, satria niongana tamina tranon’olona sy tao an-tokotanin’olona avokoa ireo taribin-jiro sy andrin-jiro roa tapaka vokatr’izao fandonan’ny kamiao ny andrin-jiron’ny Jirama izao…

Malala Didier

Midi Madagasikara39 partages

Toamasina : Nadège: maty novonoina ny alin’ny 31 desambra

Mbola hifandroritan’ny havany sy ny polisy ny fomba nahafaty an’ity tovolahy antsoina hoe Nadege ny alin’ny 31 desambra teo, raha namonjy fodiana avy nihatrika ny alin’ny krismasy niaraka tamin’ny namany. Samy manana ny fandikany ny zava-nitranga ny andaniny sy ny ankilany mikasika izany.

Ho an’ny fianakavin’ny maty dia niniana novonoina noho ny fidarohana ny havany no niteraka ny fahafatesany izao. Raha namonjy fodiana niaraka tamin’ny namany roa i Nadege no voalaza fa efa narahan’andian-jatovy; vao nisy ny fifandonana teo izy ireo dia raikitra avy hatrany ny ady. Noho ny tahotra dia nitsohaka izy telo niara-dia ireto izay samy nanana ny lalany, nefa dia i Nadege hatrany no narahan’ireto andian-jatovo ireto. nantsoin’izy ho “mpangalatra” izy raha ny filazan’ny havany ka raikitra teo ny “fitsaram-bahoaka”. Na teo aza ny ratra mafy nahazo azy, dia ny andron’ny krismasy izy vao nentin’ny polisy nisambotra azy namonjy hopitaly ka tsy tana intsony ny ainy hoy ny havany.

Ny fanazavan’ny polisy voatonona amin’izao raharaha izao kosa dia mpanedaka tratran’ny fitsaram-bahoaka ka ny fahatongavan’ny polisy no tsy nahafaty azy teo amin’ny arabe, fa mbola nentina namonjy birao ary notsaboina teny amin’ny hopitaly be taorian’izay. Tsy mpamono olona ny polisy hoy izy ireo fa ny firongatry ny fitsaram-bahoaka no zava-nisy nitera-doza izao, satria olona efa maratra be no hitan’ny polisy ary izy ireo no niaro ilay tovolahy sy nitondra azy niala ny daroka nahazo azy.

Zon’ny havany anefa ny mitory raha misy ny zavatra ahiahiany mikasika ny raharaha, efa misy izany izao ary efa mandeha ny fanadiadiana sy fihainoana ireo vavolombelona samy hafa miaraka amin’ny havan’ny maty amin’ity raharaha nahafaty an’i Nadege ity, ka ho hita eo ny tohin’ny raharaha.

Malala Didier

News Mada38 partages

Kabary faran’ny taona : nilaza ho miaina toy izay iainan’ny vahoaka ny filoha

Fandatsana? Na fandrebirebena sy fanamarinan-tena… « Tsy misy valaka amin’izay iainanareo no iainako eto amin’ny toerana misy sy andraikitra izay napetrakareo tamiko ity », hoy ny filoha Rajaonarimampianina tamin’ny kabary famaranan-taona sy firarian-tsoa ho an’ny vahoaka malagasy, ny alin’ny 31 desambra lasa teo.

Inona izay iainan’ny vahoaka izay? « Fantatro fa isan-tokantrano, isan’ankohonana: miady mafy avokoa iatrehana ny fiainana andavanandro, izay mbola itambesaram-pahasahiranana samihafa », hoy izy. Nefa raha mandinika tsara isika, hahatsapa fa samy nahavita ny dingana kely handresena fahasahiranana sy fihatsaram-piainana koa.

Miandrandra isika fa mbola ho be lavitra noho ny vita hatreto ny dingana hotontosaina sy ny asa hotanterahina, ary ny fahasoavana antenaina amin’ny taona ho avy. Mahafantatra ny mpiray ny tanindrazana fa nanao sy nahavita izay tratran’ny ainy ny fitondrana. Hitan’ny maso te hahita izany, ren’ny sofina te handre, araka ny nambarany.

Misy ny hoe firaisankinan’izao tontolo izao amin’i Madagasikara

 

Nohamafisin’ny fiombonambe iraisam-pirenena ny fanohanana hiaraka amintsika ho amin’ny asa fampandrosoana. Misy dikany mivaingana ny hoe firaisankinan’izao tontolo izao amin’i Madagasikara. Isika Malagasy no hanatanteraka izany fisandratana izany, fa tsy ny mpiray antoka iraisam-pirenena amintsika akory.

Nahitan-tsimoka mahavelom-bolo ny taona. Samy nitondra anjara biriky tamin’izany ny tsirairay ka nisaorany. Mbola ady mafy anantenam-boka-tsoa be lavitra no miandry. Faniriany ny hahaizana mampivondrona ny herimpo, herin-tsaina, herim-panahy.

« Tsy vahoaka voaozona, sanatria, ny Malagasy, ka tsy hahita ny anjara masoandrony ao anatin’ny fiandrianam-pireneny », hoy izy. Misy kolontsaina vaovao: mila volentsika, kolokolointsika. Kolontsain’ny mpanangana, sahy sedra, miara-misandratra ao anaty vina mampiombona.

Tsy araka izay lazaina ny atao

Araka izany tokoa ny zava-misy sy izay atao? Manjaka ny tsy fandriampahalemana, kolikoly, tsimatimanota, fivarotan-tanindrazana, fampahantrana, fampihorohoroana, tsy fanarahan-dalàna, tsy fangaraharana amin’izay atao, tsy fihainoana na firaharahana ny hafa…  Ho foana sa hitombo izany rehetra izany amin’ity taona vaovao ity?

R. Nd.

Midi Madagasikara33 partages

Ankazobe : 4X4 nivadika, maty ny tovolahy nitondra azy

Andro miditra araka ny fitenenana. Mbola ny sabotsy faran’ny taona teo koa, tokony ho tamin’ny dimy ora hariva, no nitranga ity fahafatesana ity. Teo Mangarivotra, fokontany iray miala dimy kilaometatra an’Ankazobe, raha vao avy nampanasaina teny amoron-drano ny fiara tsy mataho-dàlana iry ary vao maina mihitsy, no niala teo an-toerana ny telo lahy izay mbola tanora kely avokoa, manodidina ny 20 taona, ary nizotra tamin’ny arabe. Somary nandeha mafimafy izy ireo no nisy bisikileta nipoitra tampoka. Raha niala an’izany ny mpamily dia nifatratra avy hatrany tany amin’ny dongona teo amin’ny sisin-dàlana. Izany indray no nanipy ny fiara ka nahatonga azy nivadika. Maty tsy tsa-drano ny mpamily izay tovolahy 21 taona. Tsy nisy naninona firy kosa reo roa lahy hafa izay niaraka taminy tao anaty fiara.

D.R

Midi Madagasikara29 partages

Ambanidia : Tovolahy maty voatsatoka antsy nandritra ny “révéillon”

Ankona tanteraka ny fianakaviany raha nandre ny zava-nitranga ary maloka tanteraka ho azy ireo ny taom-baovao. Manodidina ny tamin’ny sivy ora alina, tesy Ambanidia, nandritra ny fiandrasana ny taom-baovao, no nisy heloka bevava nitranga. Raha ny fanazavan’ny fianakaviana, dia niaraka tamin’ny olona  roa hafa io tovolahy niharan’ny herisetra sy vono olona io. Nisy lehilahy telo izay nila vaniny tamin’izy ireo. Voalamina ihany anefa ny disadisa rehefa nisy olon-kafa nanasaraka. Nanapa-kevitra ny samy hamonjy fodiana ireo mpinamana noho ny fisian’ilay adiady. Toy iny ilay tovolahy izay nandeha irery iny anefa no nandrasan’ireo mpila vaniny. Narahiny ary notsatohany antsy avy hatrany teo amin’ny  valahany. Nandriaka ny rà ary teo ihany dia efa ratsy ny toe-pahasalaman’ilay tovolahy izay 22 taona. Ny olona izay nahita no nitatitra azy teny amin’ny hopitaly Hjra. Ireo tompon’antoka tamin’ny famonoana azy kosa nirifatra nandrositra rehefa vita ny tsatoka antsy. Natao ny fameloman’aina teny amin’ny hopitaly, saingy nandamoka izany. Niditra tany amin’ny 8 cm tao anaty vatany ny antsy nanindronana azy ary marobe ny lalandrà tapaka vokatr’izany, raha araka ny fanazavan’ny mpitsabo tamin’ny fianakaviana. Nitarika ny fahafatesan’ilay tovolahy avy hatrany izany. Omaly maraina no navoaka tao amin’ny tranom-paty ny razana. Nametraka fitoriana ihany koa ny fianakaviana, teny anivon’ny brigade criminelle ary miandrandra fatratra an’izany. Ho an’ny havan’ilay tovolahy izay nodimandry dia tsy vono olona vokatry ny kisendrasendra no niseho, fa efa nomanina tanteraka. Marobe, hoy izy ireo, ny olona teny Ambanidia koa maninona ny havanay no nilàna vaniny sy novonoina? Ankoatr’izay, mbola isan’ny manamafy ny fanahian’izy ireo ihany koa ny tsy fisian’ny zavatra very teny amin’ilay tovolahy. Tsy asan-jiolahy fanendahana izany no nitranga. Izany hoe ny ainy mihitsy no nofofoina tamin’ity zava-nitranga teny Ambanidia ity. Arahina ny fivoaran’ny raharaha. 

D.R  

Midi Madagasikara28 partages

Perspective 2016 : Une année des grands investissements privés pour la relance économique

Le retour de confiance des grands investisseurs nationaux et internationaux constitue le point de départ d’une véritable relance économique.

Dans le courant de ce mois de janvier, le groupe SMTP, à travers sa filiale First Energy inaugurera sa première centrale solaire dans la région de Maevatanàna. Et ce sera la première inauguration de l’année 2017.

Faste.

Une année qui s’annonce faste en matière d’investissements privés à Madagascar. Une année des grands investissements privés et qui confirme le fait que Madagascar est définitivement de retour dans le concert des nations et que les détenteurs de capitaux privés s’intéressent de plus en plus à la Grande Ile en tant que terre d’accueil des investissements. Annoncés, lors de la conférence des bailleurs et des investisseurs à Paris, les promesses d’investissement concernent, rappelons-le, un montant total de 4,7 milliards de dollars, dont 3,8 milliards durant la conférence et 90 millions après. Pour la plupart ces investissements émanent de grands groupes  locaux et étrangers comme Axian, Eiffage, Filatex, Fraise, ou encore SMPT. Ces groupes ont choisi d’opter pour les énergies renouvelables, avec des projets à moyen terme qui ne seront opérationnels que d’ici à 3 ans et même plus pour certains.

Projets industriels.        

Mais il  n’y a pas que le secteur énergétique, puisque d’autres entreprises se sont engagées dans différents projets industriels.  C’est le cas, notamment du projet BOVIMA du groupe SMTP qui va installer dans le Sud une ferme d’élevage et d’abattage de bovidés. Ce même groupe réalisera également le projet MABEL dans le secteur de l’élevage de poulets de chair. Le groupe UNIMA  continuera,  pour sa part, ses investissements dans le domaine de la pêche et de l’aquaculture de crevettes, ainsi que la culture de noix de cajou pour un investissement d’environ 750 USD.  L’immobilier et le tourisme sont également des secteurs de concentration des futurs investissements privés. Avec notamment les projets du groupe FILATEX qui investira 25 millions USD dans le tourisme, 50 millions USD dans l’agriculture et 50 millions USD dans le logement.

Retour de confiance.

 Quoi qu’il en soit, même si tout n’est pas encore parfait en matière d’environnement des affaires, ces milliards de dollars d’investissements témoignent du retour de la confiance des investisseurs privés à l’endroit de Madagascar en tant que pays d’accueil des investissements.  Le ministre de l’Industrie et du Développement du Secteur Privé Chabani Nourdine l’a rappelé lors de la conférence des bailleurs et des investisseurs à Paris. « Si on a réussi à convaincre les investisseurs à s’engager pour des milliards de dollars d’investissements, c’est que beaucoup de travaux ont été faits par l’ensemble de l’exécutif malgache, conformément aux directives du Président de la République » a-t-il notamment déclaré. Et sur ce point justement, le département de tutelle du secteur privé a mis ces derniers temps une batterie de mesure pour faciliter l’environnement des affaires à Madagascar.  C’est parti pour une année faste pour l’industrie et le secteur privé  qui figurent parmi les moteurs de la croissance économique.

R.Edmond.

Madagascar Tribune24 partages

Marc Ravalomanana se rapproche de Zafy Albert

Stratégie politique ou réconciliation nationale ? Plutôt stratégie politique de la part de Marc Ravalomanana qui s’est déplacé à Ivandry au domicile de l’ancien Président Albert Zafy le 31 décembre dernier. Officiellement, c’est dans le cadre du fihavanana malagasy où il faut rendre visite aux aînés pour présenter ses vœux. Mais il s’agit surtout d’amadouer le Professeur en vue d’une éventuelle alliance ou soutien lors des prochaines présidentielles 2018. Marc Ravalomanana veut s’assurer dès maintenant que le Professeur au mieux le soutienne pour les prochains scrutins ou au moins ne s’opposerait pas à lui ouvertement.

Rappelons que le Professeur Albert Zafy, son parti et son mouvement sont les seuls qui se sont opposés directement et officiellement au régime Ravalomanana pendant le règne de ce dernier. Ses adversaires directs qu’étaient les Ratsirakistes soit étiez en prison soit en exil.

Le parti présidentiel, le HVM semble snober le Professeur Albert Zafy comme indiquaient les proches du Professeur. Ces derniers reprochent notamment au Chef de l’Etat en exercice Hery Rajaonarimampianina de ne pas avoir tenu ses « promesses » envers le Professeur, Marc Ravalomanana s’engouffre dans la brèche. Le Professeur en tout cas maintient que si Hery Rajaonarimampianina veut le voir pour dialoguer sa porte est toujours grande ouverte.

En tout cas, Les anciens présidents Zafy et Ratsiraka seront vraisemblablement courtisés en vue de ces élections de 2018.

News Mada21 partages

Noraisin’i Zafy teny Ivandry Ravalomanana

 Sambany teo amin’ny tantara ny fihaonan’ny samy filoha teo aloha. Noraisin’ny Pr Zafy teny amin’ny trano fonenany eny Ivandry ny filoha nasionalin’ny Tim. Tsy nisy nipika ny dinika ary naharitra ora iray izany fihaonana izany ny 31 desambra teo. Na izany aza, tombanana fa voaresaka ny raharaham-pirenena ankapobeny. Anisan’izany ny momba ny fitondrana Rajaonarimampianina, ny fampihavanam-pirenena, ny fifidianana amin’ny taona 2018… Fa eo koa ny mety hanatrehan’ny Pr Zafy na tsia ny lanonana fifampiarahabana eny Iavoloha ny 6 janoary izao. Nisy fifandresen-dahatra tao ? Tsy heno firy intsony ny « Rain’ny demokrasia » taorian’ireny dinika fampihavanana notarihin’ny FFKM ny taona 2014 ireny.

Na izany aza, tsy mbola nisy ny fihaonana manokana tahaka izao ivelan’ny fifampiraharahana na dinika fampihavanana teo amin’ireo mpitondra roa ireo na ny mpitondra hafa koa aza. Misy dikany eo amin’ny lafiny serasera sy ny ara-politika avokoa izany rehetra izany ?

Synèse R.  

Madagascar Tribune19 partages

Aucune hausse pour le mois de janvier

Si à chaque début du mois les consommateurs attendent et se préparent à une hausse des prix en ce qui concerne les carburants, ce mois de janvier 2018 semble y avoir dérogé. En effet, jusqu’à maintenant, les stations affichent les mêmes prix que l’année dernière, au mois de décembre. Aussi, le litre du super est de 3 380 ariary, le gas-oil à 3 190 ariary et le pétrole à 2 370 ariary. Il semble donc que l’Etat malgache ait réussi à négocier un répit pour débuter l’année. Ceci alors que depuis quelques mois, les prix n’ont cessé d’augmenter, pour atteindre sous peu la barre des 4000 ariary en ce qui concerne le carburant super. Les consommateurs ne devraient toutefois pas jubiler trop vite car selon les prévisions des économistes, le prix du carburant connaitra une hausse vertigineuse cette année. Une hausse que l’on pourrait observer d’ici le mois prochain. Les raisons sont multiples et viennent de toute part. En premier, la hausse des cours du pétrole sur le marché international affectera sans aucun doute les distributeurs malgaches Outre cela, la dégringolade que connait l’’Ariary et qui risque de continuer aura aussi un effet sur le prix du carburant. Et enfin, l’augmentation des taxes sur les produits pétroliers décidée dans la loi de finance 2018 aura un effet considérable.

Midi Madagasikara19 partages

Ambatovy : 50 pompes aspirantes pour la commune rurale Amboditandroroho

La remise officielle des pompes aspirantes en décembre de l’année dernière.

50 kits complets de pompes aspirantes ont été offerts par la compagnie minière Ambatovy à la commune rurale d’Amboditandroroho, à Toamasina II, en décembre 2016. C’est dans cette commune qui abrite « 11 fokontany » et une cinquantaine de villages dont la majorité est établie sur le bord du canal des Pangalanes que l’usine de transformation de la compagnie est implantée. Faute de systèmes d’adduction d’eau suffisants, l’installation de pompes aspirantes par village fait partie des priorités de la commune. Sous le parrainage de la direction régionale de l’eau, cette contribution d’Ambatovy entre dans le cadre du financement de petits projets sociaux afin d’améliorer les conditions de vie de la communauté aux alentours des installations de la compagnie. En tant que membre de la communauté, l’engagement d’Ambatovy est d’apporter des retombées tangibles en matière de développement durable avec la dotation de ces pompes, tandis que les coûts relatifs à leur installation ont été entièrement assurés par la commune.

Recueillis par Hanitra R.

Midi Madagasikara17 partages

Photos de sports avec Renaud Rianasoa Raharijaona : « Le rallye et les sports de combat, ce sont mes préf...

Communicateur, photographe et sportif, Renaud Rianasoa Raharijaona a créé le team Rianasoa avec une bande de copains. Il fait des photos mais aussi des photos de sport. Il nous partage une passion qu’il a eue depuis qu’il était petit.

Midi Madagasikara : « Racontez-nous vos débuts dans la photographie ».

Renaud Rianasoa Raharijaona : « J’ai eu une certaine fascination pour la photographie depuis mon enfance, et c’est ma grande soeur qui m’a offert mon premier appareil photo en l’an 2000. C’est en tant que journaliste que j’ai pu réellement développer ma passion pour la photographie en réalisant moi-même, à partir de 2004, les photos de mes reportages avec un compact HP avant de migrer vers un Canon G1. J’ai acquis petit à petit le matériel nécessaire, tout en apprenant en tant qu’amateur au contact de photographes chevronnés tels que Masy Andriantsoa, Rindra Ramasomanana, ou encore Toni Rasoamiaramanana. En 2013, j’ai créé la Team Rianasoa avec une bande de copains et mon petit frère. Ensemble, on prend du plaisir à réaliser des projets photographiques dans des secteurs d’activités très variés. Ça va du reportage de mariage aux portraits en studio en passant par des reportages sportifs. Pour être franc, autant je prends du plaisir dans différents styles photographiques, autant je m’amuse encore plus dans les photos de sports ».

M.M. : « Pourquoi avoir choisi en particulier de faire des photos de sports ? »

RRR : « Ça doit être lié au fait que j’adore le sport en général. Dans ma jeunesse, je pratiquais le basket-ball de façon intensive. Je m’arrangeais pour me procurer des magazines comme Mondial Basket. Je me procurais aussi des France Football, et des magazines spécialisés dans le sport auto. C’est en regardant les superbes photos de ces magazines que je me suis dit qu’un jour, j’essaierai de faire les mêmes photos. Aujourd’hui, quand l’occasion se présente, je prends mon matériel et je m’amuse à faire des reportages sportifs en photos. D’ailleurs, quand je fais des achats de matériels photographiques, je fais mes choix par rapport aux performances en mode sport et action. Quelque part, ma timidité a aussi fait le choix pour moi. C’est un peu le comble pour un photographe, mais j’éprouve parfois des difficultés à établir des contacts avec mes sujets. Une situation qui ne se pose pas souvent en photos de sport. Au même titre que mes études en Communication, la photographie m’aide à combattre la timidité. Une timidité qui m’a valu un temps le surnom de « l’homme qui ne rit jamais ». Aujourd’hui, je souris (sourire) ».

M.M. : Avez- vous une discipline préférée ? 

RRR : « Sans hésiter, le rallye.  Je ne pouvais pas y échapper, j’y baignais, d’une certaine manière, depuis mon enfance. Lorsque je suivais les frères Rakotondrabesa dans les années 90, je n’avais que mes yeux pour me souvenir. Aujourd’hui, j’ai mon appareil photo qui me permet de me souvenir, et de partager aux autres aussi. Au-delà de ce choix quasi naturel, les photos de rallye proposent des défis techniques qui sont « challengeant ». Et j’adore les challenges ! De plus en plus, je me tourne depuis un an vers les sports de combats. C’est une discipline que je trouve extrêmement photogénique. Là aussi il y a des défis à relever artistiquement parlant ». 

M.M. : Comment vos photos de sports sont perçues par le public ?

RRR : « Avec beaucoup de diplomatie (rires). Plus sérieusement, j’ai publié mes premières photos de rallye en 2009. J’ai eu des retours très positifs, notamment sur Facebook, mais aussi des critiques qui m’ont permis de m’améliorer. Autant que faire se peut, j’essaie de donner une certaine vie à mes photos pour sortir des clichés habituels de photos de rallye. Les reportages que j’ai faits à chaque rallye m’ont par ailleurs permis de nouer des liens avec des pilotes, des officiels, des mécanos, et le monde du rallye en général. Depuis deux ans, la Team Rianasoa est devenue partenaire de l’association We Move Mada et du Club Asatana. Je pense que c’est une forme de reconnaissance qui indique que mes photos, et celles de la Team Rianasoa sont appréciées ».

M.M. : Quelles situations difficiles et incongrues avez-vous déjà vécu en prenant des photos de sport ?

RRR : « Je commencerai par la situation la plus incongrue, tellement ça m’a marqué. C’était à l’occasion du rallye Asatana 2012. J’étais à la recherche d’un angle de shoot différent au milieu de la spéciale du CEG Carion, et j’ai vu ce petit caniveau en plein dans un virage. Je me suis dit qu’en m’y glissant, je pourrais avoir un contre plongé intéressant. Seul problème, le caniveau me réservait des surprises pas très propres, et des odeurs pas très parfumées. Mais je n’ai pas regretté, ça m’a permis de prendre une belle photo du passage de Mathieu Andrianjafy, que j’ai encadrée depuis.

La situation la plus difficile, c’était à l’occasion du « Gala International de Kick Boxing Réunion – Madagascar » en 2011, au Palais des Sports. Dans des conditions en basse lumière et du matériel, à l’époque assez limité, il m’a été difficile de figer les actions et de capturer les expressions sur les visages des combattant lorsqu’ils encaissaient ou donnaient les coups. Mais c’était une très belle expérience ».

M.M. : Qu’est-ce qui est le plus dur dans la photo de sports ?

RRR : « La marche (rires). Si je prends un exemple sur le rallye, la marche est inévitable si on veut trouver les meilleurs spots. Sur la durée d’un rallye, on parcourt en moyenne quatre kilomètres par jour à pied. Mais il faut ajouter en plus, les quelques kilos de matériel que l’on porte sur le dos. Prendre les photos de rallye, c’est aussi un sport ».

 M.M. : Peut-on en vivre, en faire un métier ?

RRR : « Faire de la photographie un métier, oui. Il y en a beaucoup à Madagascar, et de très bons photographes. Faire de la photographie de sports un métier, c’est un peu plus dur, je pense. Personnellement, je n’en vis pas, ça reste une passion. La photographie de sports, c’est un peu à l’image du sport en général au pays : il faut un métier en complément pour pouvoir en vivre. C’est sans doute la raison pour laquelle les photographes sportifs spécialisés sont assez rares au pays ».

M.M. : Quelles sont les récompenses ?

RRR : « Les sourires des gens. Voir les sourires des sportifs que je prends en photo, et les sourires de leurs fans, c’est ma récompense. L’une de mes récompenses aussi, ce sont les rires partagés avec les compères de la Team Rianasoa durant nos reportages de rallye. Ce sont des moments incroyables que je souhaite revivre encore, et encore. »

Recueillis par Anny Andrianaivonirina

Midi Madagasikara16 partages

Tanambao V : Lasan’ny mpanafika ny vola 1 tapitrisa ar

Henjana be ny fanaraha-maso ataon’ny mpitandro ny filaminana mitambatra mialoha sy nandritra ny Asaramanitra, ka sahirana tanteraka ireo andian-jiolahy mitaingina môtô raha nihevitra ny nanararaotra amin’ny asan-jiolahy teto Toamasina, hany ka miandry « tataka » fotsiny sisa dia mamely.

Tratran’izany ity tokantrano mpivarotra tao Tanambao V ity, ny zoma hariva tokony tamin’ny 05ora sy 15min teo. Efa voaara-mason’ireo andian-jiolahy tsara ny fizotry ny fisafoana ataon’ireo mpitandro ny filaminana manerana ny tanàna, ka vao nahita hirika kely izy ireo dia namely tampoka ka lasan’ireto andian-jiolahy telo nitondra môtô izay nitondra basy PA ny vola iray tapitrisa ariary. Niaro ny fananany anefa ity tovolahy ity dia tsy nisalasala nitifitra azy ireto andian-jiolahy izay nahavoa ny sandriny sy niditra ny tratrany havia ary nijanona tao anaty havokavony ny bala. Efa mitsabo tena eo anivon’ny hopitaly be hatramin’ny zoma hariva ity tovolahy ity, izay miandry ny fandidiana azy, na izany miharatsy ny fahasalamany noho ilay bala mihitsoka ao anatin’ny tratrany ka manasarotra ny fomba fiainany.

« Tsy ataonay hampiraviravy tànana ny tranga nisy na teo aza ny ezaka maro natao, fa vao maika mampirisika anay hanao mafimafy kokoa izany » hoy ireo mpitandro ny filaminana. Mahatsapa mantsy izy ireo, fa tsy mitsahatra mihodina mijery ny tranom-barotra sy mpanam-bola asiana ireto andian-jiolahy mpitaingina môtô mpitondra PA ireto, ka izay hita fa hahazoana vola haingana dia lasibatra…

Malala Didier

Midi Madagasikara14 partages

Airtel : Encore 10 gagnants pour la promotion « Tanteraka ny nofiko »

Les gagnants de la 6éme édition de « Tanteraka ny nofiko ».

Heureuses fêtes de fin d’année et de Nouvel An pour les gagnants du 6e tirage de la promotion «  Tanteraka ny nofiko » d’Airtel. Ils étaient 10 à avoir été tiré  au sort et avaient récupéré leurs lots,  vendredi dernier   au Shop Airtel Ambohijatovo. .

 Ravelotsafidy Laitiana a  reçu le gros lot mis en jeu pour cette 6e étape du jeu, un téléviseur à écran plat de 40’’. 2 groupes électrogènes, des téléphones portables et des chèques en Airtel  Money, ont été remis aux autres gagnants. La nouvelle année commence plutôt bien pour les gagnants de ce tirage. « Le chèque que j’ai reçu ce jour arrive à point nommé car cela me permettra de faire mes emplettes pour la fête de fin d’année » a déclaré un gagnant.

Le Jeu se poursuit jusqu’au 15 janvier,  avec comme gros lot final, un  Sprinter. Les abonnés Airtel peuvent encore continuer de jouer et tenter leur chance pour essayer de remporter le gros lot.

Pour participer, l’abonné Airtel doit réaliser une consommation minimum de 3 000 Ar ou plus par semaine en appel, sms, connexion internet, utilisation des services VAS, ou en transactions Airtel Money facturées. Pour tous les clients qui achèteront un téléphone dans les shops Airtel, ils recevront automatiquement 10 tickets de participation au tirage au sort.

 R.Edmond.

News Mada12 partages

Raharaham-panjakana 2016 : nitombo ny fandaniana, 5162,5 miliara Ar

Nahitana fiakarana 4,1 % tamin’ny taon-dasa iny ny toekarena amin’ny ankapobeny eto Madagasikara. Misy fa kely ihany izay fiakarana izay raha ampitahana ny taona 2015, 3,1 %. Marihina anefa fa mbola tsy tratra ny tontolon’ny toekarena ankapobeny nialoha ny krizy 2009. Manodidina eo amin’ny 6,9 % amin’ny ankapobeny ny vidim-piainana, mitaky politika malina hatrany hamerana izany vidim-piainana izany.

Mitombo kosa ny fandaniam-bola tamin’ny fampandehanan-draharaham-panjakana eto amintsika. 4.328 miliara Ar izany ny taona 2015, nandaniana 5162,5 miliara Ar tamin’iny taon-dasa iny. Na izany aza, hita soritra hatrany ny fahantrana mahakasika ny ampahany maro indrindra amin’ny Malagasy. Singa iray manaporofo izany ny fahamaroan’ny mpivarotra tsy matihanina.

Hatramin’izao ny fanjakana malagasy mitady fanampiana betsaka any ivelany hamatsiana ireo politika momba ny fampandrosoana : fanamboaran-dalana, seranan-tsambo; famatsiana angovo; fotodrafitrasa ho an’ny fambolena, toy ny lakandrano; fiarovana ny fandriampahalemana, famatsiana rano fisotro madio. Kendrena hahatratra 4,5 % ny fiakaran’ny toekarena amin’ity taona ity, raha mandeha tsara ny asa, mety ho tratra 5 % amin’ny taona 2019 ny fisondrotry ny toekarena. Lalana iray hahatongavana amin’izany tarehimarika izany ny fiaraha-miasa eo amin’ny fanjakana sy ny sehatra tsy miankina.

Fampiasam-bola faritana amin’ity taona ity, 6517,1 miliara Ar. Raha tratra io fampiasam-bola io, voafehy ny vidim-piainana ka mety hidina 5,9 %. Mitaky ny finiavan’ny rehetra izany, manomboka any amin’ny isam-pokontany, kaominina, faritra hatrany amin’ny fanjakana foibe.

R.Mathieu

Midi Madagasikara12 partages

Industrie : Mise en place d’un deuxième centre d’appui

Le Centre d’Appui à la Technologie et à l’Innovation (CATI) a été lancé officiellement auprès du siège du Ministère de l’Industrie et du Développement du Secteur Privé (MIDSP).  Il s’agit du deuxième CATI après celui de la région Haute Matsiatra qui a fait l’objet d’une cérémonie de lancement officielle, le 12 novembre dernier. L’opérationnalisation de ces CATI a bénéficié de l’appui du programme Prosperer. « La mise en place de ces centres s’inscrit non seulement dans le cadre de la sous-activité IRR 4 du MIDSP axée sur l’industrialisation rurale mais également du PND qui prévoit même leur implantation auprès de 09 régions du pays à l’horizon 2019 », a expliqué Eden Ratombozafy, Secrétaire Général ayant représenté le Ministre de l’Industrie et du Développement du Secteur.

La mise en place du CATI a pour objectif d’aider les PME/PMI à identifier des inventions et innovations, à exploiter les informations techniques et à favoriser le développement à travers la création d’emplois. D’après les explications de Madame Liva Ranaivo Rakotoarisaina,  Directeur de l’Infrastructure, de la Technologie, de l’Innovation et de l’Environnement  (DITIE), le CATI constitue une bibliothèque digitale comprenant jusqu’à plus de 70 millions de documents de brevets. Ce centre a également pour vocation de former les utilisateurs locaux (les entrepreneurs, les inventeurs, les industriels, producteurs chercheurs…) à maîtriser les informations en matière de brevets et les publications scientifiques. Il s’agit aussi d’un centre d’affaires pour les industries désirant apporter de l’innovation dans leurs activités.

Recueillis par R.Edmond

Midi Madagasikara12 partages

Agir pour redonner espoir au peuple malgache

Un début de nouvelle année qui s’accompagne de coupures de courant intempestives !  Si le président de la République n’avait pas dit dans son discours à la nation que nous ne sommes pas un peuple maudit, nous nous serions certainement laissés aller au désespoir.  Aujourd’hui, il ne faut plus faire d’incantations, mais agir pour faire revenir cette confiance qui a déserté depuis longtemps le peuple malgache.

Agir pour redonner espoir au peuple malgache

Le ton du chef de l’Etat se voulait conciliant et il devait laisser poindre un certain espoir pour ne pas désespérer une population totalement blasée. Le discours du président de la République ne semble cependant pas avoir provoqué un grand enthousiasme. Il semble même être passé inaperçu auprès de nombreux téléspectateurs. Le président Hery Rajaonarimampianina n’a pas occulté les difficultés traversées par la nation et il a voulu se montrer compatissant envers les Malgaches qui « ont su reprendre courage » en dépit des épreuves rencontrées dans leur vie de tous les jours. Cette adresse à la nation n’était somme toute faite que pour donner un avant-goût du grand discours prononcé le 6 janvier prochain lors de la présentation de vœux des corps constitués. Aucune mesure concrète n’a été annoncée. Les propos, à défaut d’être lénifiants, ont voulu laisser la porte ouverte à un véritable espoir d’amélioration de la situation. Il a bien sûr rappelé les succès des deux sommets internationaux que Madagascar a abrités en 2016. Mais comme on dit, pour l’instant, il y a loin de la coupe aux lèvres. Le prestige du régime sur le plan international ne rejaillit pas pour le moment sur une population éprouvant mille et unes difficultés à survivre. Pour pouvoir accomplir un véritable redressement, il faut que cette dernière ait confiance dans leurs dirigeants et suive ces derniers dans leur volonté d’agir. Pour l’instant, ce n’est pas tout à fait le cas. 2017 va encore être très dur à passer.

Patrice RABE

Midi Madagasikara12 partages

67 Ha : Roa lahy nitam-basy sy nanao “cagoule” nanafika

Efa fantatra ary efa nisy hatrany ny fampandrenesana ny amin’ny firongatry ny asan-jiolahy rehefa volana desambra. Tamin’ity tranga iray tetsy Ankasina 67 ha ity, dia efa mba mailo ihany ny tompon-trano ary nandray ny fepetra nilaina mba hisorohana amin’ny fanafihana ny tranony. Raha nivoaka tao an-toerana izy ireo, dia nasiany olona niambina ny trano, ary olona akaiky azy ihany satria ny zana-drahalahiny, izany hoe tao anatin’ny fianakaviana ihany. Tokony ho tamin’ny iray ora marainan’ ny zoma lasa teo, dia nisy roa lahy nitondra basy “pistolet automatique” niditra tao amin’ilay trano. Nanao saron-tava izy ireo ary nandrahona avy hatrany ilay tovolahy izay tao an-trano. Tsy afaka ny nanohitra rehefa nahita ny basy ary nanomboka teo amin’izay no nibata izay nilainy ireo olon-dratsy. Lasa tao anatin’ity fanafihana ity ny vola mitentina 2.5 tapitrisa ariary, ny volamena mitentina 250 grama, ny kojakojan-tokantrano maro, toy ny fahitalavitra manify.  Hatramin’ny fitaovana famakiana kapila mangirana aza dia nobatain’ireo olon-dratsy ihany koa. Nanapa-kevitra ny nampandre ny zandary mampiasa ireo alika mpitsongodia ny tompon-trano. Inona tokoa fa rehefa nandeha ny fanarahan-dia nataon’ireo biby, dia nijanona tao amin’ny trano iray tao Ankasina ihany. Nisokatra avy hatrany ny fanadihadiana izay nataon’ny zandary momba ity raharaha ity.

D.R

News Mada11 partages

Solika : misondro-bidy efa-bolana mifanesy izao

Tsenain’ny fiakaran’ny vidin-tsolika ny taona 2017. Nisondrotra alina ny vidin-tsolika, ny lasantsy, raha 3.640 Ar ny volana desambra lasa teo, miakatra 3.720 Ar ; gazoala, 3.150 Ar, raha 3.070 Ar ny farany tamin’ny volana desambra ihany ; solika fandrehitra, 2.370 Ar, raha 2.290 Ar ny volana desambra. Miakatra hatrany ny vidin-tsolika eo amin’ny tsena iraisam-pirenena, tamin’ny telo volana farany taona 2016 iny,  tafakatra 52  dolara izany izao ny baril, mitombo 3 % izany araka ny salanisa. Marihina anefa fa tsy manana tahiry mihoatra ny iray volana ny eto an-toerana. Tsy niova firy kosa ny sandan’ny ariary raha atakalo dolara, manodidina ny 3.200 Ar. Ny fiakaran’ny vidin’ny baril eo amin’ny tsena iraisam-pirenena izany ny antony lehibe ary mbola hitombo ihany izany noho ny fitrandrahana solika ahena araka ny politika nofaritan’ny mpikambana ao amin’ny Opep.

Efa-bolana mifanesy izany izao ny fiakaran’ny vidin-tsolika, nanomboka ny volana oktobra, novambra, desambra 2016 ary izao janoary 2017 izao. Vidin’ny gazoala fampiasan’ny mpitatitra tamin’ireo fotoana ireo :  2.910, 2.990, 3.070 ary izao 3.150 izao. Tamin’iny volana desambra iny ny fotoana saika nampiakaran’ireo kaoperativa ny saram-pitaterana, saingy tsy tanteraka. Ny volana janoary toy izao ny gazoala lafo indrindra taona 2016, 3.090 Ar. Raha ny lasantsy ankehitriny kosa mbola tsy mahatratra ny vidiny lafo indrindra ny volana jolay taona 2016, 3.730 Ar. Miovaova araka izany ny vidin-tsolika, miankina betsaka amin’ny vidiny any ivelany sy ny sandan’ny vola ariary.

Mitohy ny delestazy

Misy ifandraisany betsaka amin’izay vidin-tsolika izay sy ny tahiry tavela ny famatsiana  herinaratra avy amin’ny Jirama. Lesoka iray lehibe manimba izany ny tahirin-tsolika ao aminy. Taona maro, ampahany betsaka amin’ny famatsiana izany herinaratra izany avy amin’ny milina mandeha amin’ny solika. Fitondrana maro nifandimby tsy nampiova firy izany fa vao mainka nanampy milina, ny teo aloha efa betsaka ny simba.  Mizaka ny vokany ny rehetra, indrindra fa ny vahoaka. Faritra maro omaly tratran’ny delestazy, anisan’ny voamafy indrindra, zara raha nisy herinaratra namaranana ny taona ny any Mahajanga.

R.Mathieu

Midi Madagasikara11 partages

Saint-Sylvestre : Ambiance de folie partout !

C’est clair. L’année 2016 a eu son lot de surprises, de difficultés et de bonheur. Mais à quelques heures de lui dire au revoir, plus le temps de se poser des questions. Place à la fête et à l’ambiance, avec des artistes qui ont animé  la soirée jusqu’au bout de la nuit.

 

Alors que certains ont fait exploser les bouteilles de champagne pour célébrer la nouvelle année, d’autres n’ont pas lésiné sur les moyens pour préparer cette nouvelle année 2017. Côté scène, les artistes se sont produits un peu partout. Ambiance folk et soul au By-Pass à Mada Espace Ambohimangakely, avec Soulanga, Faniah et Do Rajhonson, du rock à Amparibe, une soirée clubbing avec dress code en Fluo au Carlton, Sylange Kilalaky à l’espace Riantsoa, et une soirée avec beaucoup de têtes d’affiches à l’hôtel AC. Si les noctambules étaient de sortie, beaucoup sont tout de même restés en famille, et ont choisi de passer ces dernières heures de 2016 avec les leurs. Au programme, un peu de musique enjouée pour passer le temps, les apprentis musiciens se mettent à la guitare pour faire chanter tout le monde, et du karaoké pour plaire à tout le monde, et cela même si le délestage a fait sa petite présence. En tout cas, l’ambiance était au rendez-vous partout !

Anjara Rasoanaivo

News Mada10 partages

Excès de vitesse : 32 blessés au Bypass

Les passagers d’un taxi-be de la ligne E, reliant Tanjombato à Mahazo, ont passé un mauvais quart d’heure dans la matinée d’hier à la suite de l’irresponsabilité du conducteur. Alors que son véhicule était bondé, le chauffard s’est permis de rouler à tombeau ouvert. L’irréparable s’est produit.

Impliquant une Mercedes Sprinter, l’accident est survenu aux alentours de 10h30 au Bypass, près du croisement menant à Ambohimanambola. La surcharge et l’excès de vitesse en seraient l’origine.

Tanjona Rakotoarison, l’ une des victimes, a affirmé que le taxi-be a roulé à vive allure. « Je suis monté à bord de ce taxi-be depuis Tanjombato, au lieudit Fasika. Tout le monde lui criait dessus mais le chauffeur n’a rien voulu entendre. Il a continué à appuyer sur le champignon, alors qu’il allait prendre le carrefour menant à Ambohimanambola », a-t-il témoigné.

Lancé en pleine vitesse, le taxi-be s’est renversé avant de se coucher sur son flanc droit. La violence du choc a été telle que plusieurs blessés ont été dénombrés. Sans attendre, les riverains se sont organisés pour voler au secours des victimes. Selon les statistiques de l’ HJRA, 32 passagers dont un nourrisson et 17 femmes ont été consultés par les urgentistes de cet établissement hospitalier.

De source sécuritaire, l’on sait que le chauffeur et le receveur ont quitté les lieux en catimini abandonnant ainsi les victimes à leur sort.

Mparany

 

News Mada8 partages

Alahady voalohan’ny taona : feno tanteraka ny trano fivavahana omaly

Natomboky ny maro tamin’ny fiderana an’Andriamanitra ny andro voalohany tamin’ity taona ity. Zava-dehibe ho an’ny mpino kristianina ny alahady  voalohany.  

Alahady voalohan’ny taona sady alahady fandraisana amin’ity taom-baovao ity omaly ho an’ny mpino protestanta. Feno hipoka ny trano fiangonana ary nihazakazaka vao maraina ny mpino naka toerana. Ireo tsy nahita seza intsony tao anatiny na namonjy ny akany na nibata seza teny an-tokontany. Na ny tohatra tao anatiny aza trano fiangonana aza nipetrahana avokoa. Zava-dehibe ho an’ny rehetra ny alahady voalohan’ny taona hanavaozana indray ny aim-panahy hiatrehana ny fiainana mafy isan’andro.

Nifampirary soa daholo koa ny iray fiangonana nahatratra ny taona vaovao ary nifanentana amin’ny tsy tokony hanadinoana ny fivavahana amin’ny zava-drehetra atao mandritra ny taona hodiavina. Ireo tsy afaka namonjy ny fotoana maraina, nanatrika ny fanompoam-pivavahana ny tapany hariva. Tsy vitsy koa ireo trano fivavahana avy amin’ny finoana samihafa nitsena ny taom-baovao tamin’ny hira sy vavaka fiderana. Samy nanana ny fomba nanehoana izany ny mpino rehetra. Samy nanamarika ny mponina fa nihena ny fahatapahan-jiro raha mitaha amin’ny isan’andro ka afaka nifaly tamin’izay teo an-tanana ny isan-tokantrano. Vita ny fety, hiatrika ny rotorotom-piainana sahady ny isam-batan’olona manomboka anio. Afaka efatra herinandro vao hifarana ny volana  , vao mandia ny herinandro voalohany isika. Ny mpianatra mbola manana herinandro hialana sasatra, ireo efa nitsahatra mialoha, hihazo ny lakilasy sahady androany na rahampitso.

Vonjy A.

News Mada8 partages

Ambatovy : Don de 50 pompes aspirantes

Ambatovy vient d’octroyer 50 kits complets de pompes aspirantes munies de tête en inox et de cuir gras à la commune rurale d’Amboditandroroho, à Toamasina II, le mois dernier. La commune rurale abrite 11 fokontany et une cinquantaine de villages dont la majorité est établie sur le bord du canal des Pangalanes où l’usine de transformation de la compagnie minière est implantée. Faute de systèmes d’adduction d’eau suffisants, l’installation de pompes aspirantes par village fait partie des priorités de la localité. Sous le parrainage de la Direction régionale de l’eau, cette contribution d’Ambatovy entre dans le cadre du financement de petits projets sociaux afin d’améliorer les conditions de vie de la communauté aux alentours des installations de la compagnie. En tant que membres de la communauté, Ambatovy s’est engagée à apporter des retombées tangibles en matière de développement durable avec la dotation de ces pompes tandis que la Commune a entièrement assuré les coûts relatifs à leur installation.

Riana R.

 

L'express de Madagascar8 partages

Permis biométrique – Découverte de faux suivie d’incarcération

De faux permis de conduire biométriques à70 000 ariary. Pris dans les mailles des filets des gendarmes de la Brigade de Police Routière d’Antana­narivo, trois prévenus, dont le présumé cerveau, sa complice ainsi qu’un chauffeur de taxi-brousse qui a eu recours à leur service, ont été traduits hier devant le Parquet du tribunal, à Anosy. Alors que principal inculpé, un homme âgé d’une quarantaine d’années, soupçonné d’avoir tiré les ficelles dans cette histoire, est placé en détention préventive à la maison centrale d’Antani­mora, les deux autres inculpés, ont, quant à eux, bénéficié d’une mise en liberté provisoire. Soumis au feu roulant des questions lors des interrogatoires, le quadragénaire incarcéré pour faux, ainsi que la femme qui opère dans son sillage, affirment que c’est la première fois qu’ils fabriquent de faux permis biométriques.

Files kilométriques« L’affaire n’est pas encore clôturée. D’autres investigations seront encore menées pour tirer tout ceci au clair », lance le chef d’escadron Emma Zava­manantsoa, commandant de la compagnie territoriale de la gendarmerie nationale de l’Imerina centrale. Le faux a été porté au grand jour en début de semaine sur la route nationale numéro 2, à la hauteur d’Ambato­lampikely Ambinitsena.« En contrôlant les papiers d’un véhicule de transport en commun faisant route sur Amba­ton­drazaka, les motards de la BPR ont relevé des détails suspects sur le permis de conduire biométrique, présenté par le chauffeur. Ils l’ont, de ce fait, retiré pour vérification », indique le commandant de la compagnie territoriale de l’Imerina central.En saisissant la balle au bond, il relève que le permis en question a été délivré par le centre immatri­culateur de Toamasina, signé par l’adjoint.« Après contre-vérification à Toamasina, il s’est avéré que l’adjoint du centre n’a signé jusqu’à maintenant aucun permis biométrique. Nos soupçons étaient donc fondés », poursuit-il.Cuisiné par les enquêteurs, le chauffeur de taxi-brousse a balancé les deux autres prévenus. Piégés, ces derniers se sont fait coincer avant-hier à Anosy.Aussi étrange que cela puisse paraître, les frais extorqués par les faussaires pour un faux s’élèvent à presque le double pour un authentique, pour lequel le montant payé au guichet se chiffre en tout et pour tout à 38 000 ari­ary et non 70 000 ariary. Interrogé, le chauffeur a confié qu’il a fait appel aux deux inculpés pour gagner du temps, quitte à payer un peu plus, en raison des files d’attentes kilométriques à l’approche de la date butoir des remplacements.

Andry Manase

L'express de Madagascar7 partages

Conte de feu

2017, l’année de tout commencement pour les amateurs de chiffres codés et de superstition. Ce qui ne déplairait pas à Rajaonarimampianina qui n’a jamais rien commencé depuis le début de son mandat. Après la mise en place de la fondation, il s’est attelé à placer les piliers avant de s’attaquer aux projets structurants qui seront fonctionnels au plus tôt dans deux ans et dont les résultats se feront sentir dans dix ans. C’est tout à fait logique s’il pense rallonger son mandat pour un septennat afin de pouvoir se parer des crocs du caïman. Le Premier ministre l’a plus ou moins confirmé en soulignant que délestage sera terminé quand la transition énergétique qui vient de commencer aura pris fin. Tout compte fait le mandat du Président commence réellement cette année après trois ans d’échauffement. Ce n’est que maintenantqu’il a le soutien de la communauté internationale et qu’il va réellement pouvoir travailler.Tous les problèmes restent donc entiers et intacts. D’ailleurs une année nouvelle l’est de nom mais n’a rien de particulier par rapport aux précédentes et à celles qui restent à venir avec exactement les mêmes noms de mois, de jours, de fêtes, les mêmes nombres de jours, de semaines et de mois. C’est juste une reprise d’un cycle infernal qu’on commence par les mêmes vœux et les mêmes souhaits depuis la nuit des temps. Ils ne sont pas tous exaucés par le bon Dieu mais on ignore pourquoi certains sont mieux lotis que d’autres. Madagascar fait partie des damnés de la terre alors qu’il présente un nombre record d’entités religieuses avec plus d’églises que d’écoles, une fréquence innombrable de prières à toutes les occasions, des dirigeants tous nés sous le signe de la dévotion.À preuve, le conte de feu continue de plus belle dès le début de l’année. Si 2016 a été l’année des incendies, son successeur est bien parti pour battre tous les records. Manakara est la première à être mise sur l’échafaud avec le plus grand incendie que Madagascar ait jamais connu. Un véritable enfer qui dure plusieurs jours et s’étend sur des milliers d’hectares de forêts et de plantations, à l’image des incendies gigantesques récurrents en Grèce, en Australie et aux États-unis, quand le mercure fait sauter le thermomètre.Pour venir à bout de l’ivresse du feu, ces grands pays ont recours à un Canadair, avion spécialisé dans ce genre de mission. Un moyen hors de portée de notre état qui préfère acquérir des voitures 4×4 blindées pour se protéger. À Manakara, le district ne dispose même pas d’un service de sapeurs-pompiers. En 57 ans d’indépendance, aucun district en dehors du chef-lieu de province, n’en dispose. Voilà comment les dirigeants successifs conçoivent le développement. Même la ville de Tana mise sur la mendicité et l’assistanat pour équiper cahin-caha les sapeurs-pompiers. Il en va de même pour les ambulances des hôpitaux publics.Le député élu à Manakara a lancé un SOS a l’endroit des autorités pour lutter contre le feu. Appellez l’aide c’est bien, montrer l’exemple c’est mieux. Combien d’élus à Tsimbazaza pensent utiliser la subvention de 200 millions d’ariary de l’État pour équiper les hôpitaux ou créer un service des sapeurs-pompiers   Pour le moment ce sont les 4×4 qui font l’unanimité sans avoir eu satisfaction malgré plusieurs relances. Ils ont peut-être intérêt à changer de revendication et réclamer des 4×4 ambulances. Le mal est feu.

Par Sylvain Ranjalahy

News Mada6 partages

Kitra – «Can 2017» : tsy hiatrika izany i Gervinho

Afaka roa herinandro, hiatrika ny fiadiana ny ho tompondakan’i Afrika (Can 2017), taranja baolina kitra ny rehetra. Fihaonana, tanterahina any Gabon, ny 14 janoary – 5 febroary ho avy izao. Ao anatin’ny fanomanana izany ireo firenena rehetra tafita. Na izany aza, misy amin’izy ireo no sahiran-tsaina noho ny tsy fahafahan’ireo mpilalao ao aminy.

Anisan’izany, ny Elefantan’i Côte d’Ivoire, tompondakan’i Afrika. Tsy anisan’ireo hiatrika ity Can ity mantsy i Gervinho. Ny ratra nahazo ny lohaliny no antony tsy hahafahany. Mbola nantsoin’i Michel Dussuyer, mpanazatra kosa ireo mpilalao efa nahalalana ny Elefanta, toa an’ilay Parizianina, Serge Aurier sy Salomon Kalou ary Bailly.

Marihina fa hiatrika fampivondronana any Abou Dhabi ny Elefanta ary mbola hiatrika lalao ara-pirahalahiana roa mialoha ny hanombohan’ny Can dia ny fikatrohana amin’i Soeda ny 8 janoary ary ny amin’i Ogandà, ny 11 janoary.

Tompondaka

 

Tananews6 partages

Présidentielles : en 2019, pas 2018

Oui, sa Seignhery a besoin de quelques mois supplémentaires pour procéder sans doute aux inaugurations de ses futurs travaux.

Comme il n’a pas foutu grand chose les 3 premières années de son mandat, il compte bien se rattraper.

Et pour la Jirama il compte faire quoi ? Résoudre les problèmes en 6 mois ? Lors de son deuxième mandat peut-être ?

Tananews6 partages

Le Bianco s’intéresse aux dirigeants de la Jirama

Dirigeants actuels mais aussi anciens dirigeants.

Des dizaines de milliards ariary disparus sont en jeu.

Rien n’est perdu à Babakoto Land, tout se transforme : en grosses villas, 4X4, harem, 3V.

Midi Madagasikara6 partages

Chers lecteurs,

Il est d’usage en cette période de Nouvel An  de  se souhaiter  des vœux, aussi  pour vous chers lecteurs de cette chronique, nous formulons le souhait que le lien qui nous lie, à travers ces quelques lignes,  vous soit davantage agréable. Un an et demi, déjà, que par la magie des mots accolés les uns aux autres, nous nous retrouvons  pour nous distraire, pour  réfléchir sur des sujets plus ou moins anodins. Si vous avez été par moment un tant soit peu ravi, croyez bien, là est humblement notre satisfaction.

D’  « Une journée ordinaire au bahut » au début, au dernièrement « Qu’ils se la gardent !», vos réactions ont été nombreuses, mais aussi contradictoires, qu’elles viennent de lecteurs connaissant l’auteur ou de ceux  qui lui sont inconnus, sachez que par enchantement  vos ondes positives ou négatives lui parviennent et des fois ,si fortes à lui faire mal aux oreilles, comme , ces reproches disant d’aller au-delà de l’effleurement simple d’un thème important. A celles-ci, on peut  répondre d’une part, que des impératifs d’espace rendent impossible d’aller au fond des choses, et d’autre part,  que vous êtes si divers que les reproches dans l’autre sens aussi  abondent , c’est-à-dire  celles voulant que la chronique soit  plus accessible pour un plus grand nombre. Enfin, contraint entre ces deux extrêmes, l’obligation de chercher le (PPCM) le plus petit commun multiple est  plus permanente que celle  du(PGCD), le plus grand commun diviseur. Enfin, trêve  d’égocentriste et passons à la solidarité.

Notre système de solidarité sociale calquée sur celle de la France du moins pour le régime de retraite repose sur le principe de répartition. C’est-à-dire que les actifs de par leurs cotisations financent les pensions des « inactifs ». Ce qui suppose qu’il doit y avoir au moins autant de jeunes que d’âgés. Mais comme partout ailleurs, l’évolution démographique étant, on vit plus longtemps rendant ainsi de plus en plus difficile d’allouer les pensions de retraite. Pour les agents de l’Etat d’abord, le gouvernement veut reculer l’âge de la retraite à 65 ans et veut gagner ainsi sur les deux tableaux, d’abord  allonger la durée de cotisations et ensuite payer moins de pensions. Les avis sont partagés sur cette décision, les jeunes sont loin d’en être satisfaits, puisque leurs éventuelles embauches seront d’autant décalées, puis certains fonctionnaires en activité voient d’un bon œil cette décision, puisque les avantages leur seront encore dus pour cinq années supplémentaires et ce sera  toujours plus que la pension. Par contre, d’autres diront qu’ils ont assez trimé et méritent maintenant le repos. Toujours est-il que dans cette  affaire le problème financier semble être  le seul critère de  décision et que l’on a occulté les problèmes sociologiques comme la pénibilité au travail ou comme la Gestion Prévisionnelle des Emplois et des  Compétences car, comme chacun le sait, l’atteinte du degré du niveau d’incompétence est à traiter au cas par cas. Dans toute cette histoire quel est le sort des agents du privé avec leur pension de misère ? A examiner !

M.RANARIVAO

Midi Madagasikara6 partages

Boxe : Fêter les 100 ans cette année

La boxe a été pratiquée à Madagascar depuis 1906. Une assemblée générale s’est tenue récemment pour l’organisation de ces 110 années d’existence. Les présidents des ligues ainsi que les présidents des clubs et les membres du comité directeur ont conçu un planning pour l’année 2017 et l’année 2018 ; car plus d’un siècle de pratique, cela se fête. Des formations, que ce soit pour les dirigeants, pour les entraîneurs ainsi que pour les arbitres seront au menu. « Il nous faut être à jour dans nos formations, suivre des recyclages, savoir comment diriger les entraînements » a déclaré Herimamy Rabarison, président de la fédération. Une coupe du président sera aussi prévue pour cette année 2017. « Nous lançons un appel à sponsoring au ministère de la Jeunesse et des Sports ainsi qu’au Comité Olympique Malagasy ». Notons que l’élection du président de la fédération de boxe est programmée pour 2018. Wait and see.

 Sendra R. (Stagiaire)

Midi Madagasikara6 partages

Produits alimentaires en Afrique : Un investissement de 5,5 milliards USD sur cinq ans

D’ici à 2025, l’Afrique entend nourrir sa population – en augmentation rapide – avec sa propre production. Qui plus est, le monde aura besoin de l’aide de l’Afrique pour nourrir deux milliards de personnes supplémentaires dans la génération à venir. Aussi, faire les bons investissements aujourd’hui est crucial pour libérer le potentiel énorme des exploitations agricoles et de l’agro-industrie en Afrique, selon la Banque Africaine de Développement (BAD). Cette institution, l’un des principaux investisseurs dans le domaine de l’agriculture sur le continent, remplit ses objectifs quant au déploiement des 5,5 milliards de dollars sur cinq ans jusqu’en 2015, ainsi que le révèle l’édition 2016 de la Revue sur l’efficacité du développement qui paraît aujourd’hui. D’après les résultats dans cette revue, la BAD a formé trois millions de personnes sur l’utilisation de meilleures pratiques agricoles, mis en service 20 000 marchés et espaces de stockage, construit 4 000 kilomètres de routes de desserte, fourni 150 000 prêts en microcrédits, et établi des systèmes de gestion de l’eau sur 181 000 hectares de terres agricoles.

 Antsa R.

News Mada5 partages

Discours de fin d’année : Hery Rajaonarimampianina reconnaît des « difficultés »

Le président de la République Hery Rajaonarimampianina s’est adressé au peuple malgache, comme à l’accoutumée, dans la soirée du 31 décembre 2016.

Il est exactement 19H lorsque les chaînes de télévision nationales relayées par les chaines privées diffusent le discours de fin d’année du président de la République, du moins pour les foyers épargnés par le délestage. Dès le début de son message, Hery Rajaonarimampianina donne le ton sur ce qui aura été les 366 jours pour le peuple malgache et pour Madagascar. « Je mesure pleinement la volonté et les efforts déployés par chaque famille, par chaque citoyen, pour faire face au quotidien et aux difficultés qui marquent encore la vie de notre nation ».

Il rend ainsi hommage à ces efforts personnels à chaque niveau de la population qui ont fait que des avancées ont été enregistrées « aussi minimes soient-elles ». « Nous venons de vivre une année aux prémices, source d’espoir et cela a été possible grâce à la volonté et au travail de toute un chacun, et je tiens à vous exprimer ma sincère gratitude. Ce sont ces réussites que nous célébrons dans l’espoir que l’année nouvelle qui s’annonce soit une source d’avancées plus conséquentes, de chantiers à réaliser, dans l’espérance.»

Lui de rester optimiste sur la suite de son mandat qui entre dans sa troisième année malgré les tirs croisés qu’il a subis durant 2016. « Ce souci et ce labeur sont également les miens dans l’accomplissement de la mission que vous m’avez confiée et les responsabilités qui en découlent. Dans toutes les régions, nos compatriotes sont témoins des avancées que nous avons enregistrées, en dépit des faibles moyens dont nous disposons ».

Appel

Les sondages effectués ces derniers temps donnent une mauvaise note au régime Rajaonarimampianina. En effet, aucune des promesses effectuées le 25 janvier 2014 n’a été pour l’instant réalisée si l’on ne se réfère qu’au problème de délestage qui mine actuellement le pays.

Ce qui n’empêche pas le président de la République de brosser un bilan positif pour l’ année 2016. L’accomplissement des différentes rencontres internationales au pays, sans incident majeur, est une fierté pour ce régime. Une réussite confortée, selon Hery Rajaonarimampianina, par l’appui sans faille de la communauté internationale. « Il s’agit incontestablement, de la manifestation de la solidarité internationale. Dans cette œuvre d’édification, la tâche de bâtisseur est dévolue à chaque Malgache et non à nos partenaires internationaux », a-t-il fait savoir.

En outre, Hery Rajaonarimampianina compte sur la solidarité et la confiance mutuelle de la population malgache pour le développement du pays. Indirectement, il lance un appel aux opposants. « Dans le travail que nous allons accomplir, sur le chemin que nous allons parcourir, mon plus grand souhait est le renforcement de l’union, de la solidarité, et de la confiance mutuelle. Le peuple malgache n’est pas condamné, il a droit au progrès dans le plein exercice de sa souveraineté. Plus que jamais, nous devons cultiver l’esprit de bâtisseur, pour œuvrer ensemble selon une même vision, et ce, dans un élan commun », a sollicité Hery Rajaonarimampianina.

Rakoto

 

News Mada5 partages

Chronique : excursion linguistique

Dans son supplément au dernier numéro de l’année, le journal Courrier international propose de découvrir,  «dans un désordre parfaitement subjectif», «les mots des autres», des mots qui n’ont pas d’équivalent en français. Du pouvoir à la fuite en passant par la colère ou l’amour, le lecteur est convié à un voyage peu ordinaire, à partir de mots qui racontent un monde qui résiste à la tentation de l’uniformisation véhiculée par le globish. Voyez plutôt.

Dans la rubrique amour, l’argot sénégalais livre une perle que nous saurons tous apprécier malgré les kilomètres qui nous séparent de Dakar : «le Mbaraan est l’art d’avoir plusieurs amants à la fois, de batifoler et de se faire «cadeauter», par des messieurs aisés de préférence». Saluons au passage le néologisme «cadeauter» qui témoigne, si on en doutait, de la vivacité de la francophonie loin des salons parisiens.

«Les mots des autres» nous apprennent aussi qu’un dictionnaire de la corruption a été récemment publié au Mexique. Le Corrupcionario [mot-valise associant corruption et dictionnaire] rend compte de la créativité des Mexicains. Partageons le plaisir d’une plongée dans ce dictionnaire original.

Au Mexique, un aviador (aviateur) est «une personne qui figure dans un organigramme et touche un salaire sans venir travailler» ; un borrego (âne) est «une personne qui est emmenée en autocar pour participer à une manifestation ou pour voter en échange d’un sandwich et d’un soda» ; un mordelon est «un policier qui vous demande vos papiers et ne vous les rend que moyennant paiement ou qui accepte de l’argent pour dissimuler une infraction». Pour qui ne connaît pas le Mexique, ces mots sont très exotiques. Mais le dépaysement linguistique est de courte durée tant la réalité que décrivent ces mots nous est familière.

Un dernier mot pour terminer ce bref aperçu, il doit vous suggérer un plus long voyage au pays des mots. Voici donc Fernweh ; en allemand il signifie «l’envie de prendre le large».

Kemba Ranavela

Tananews5 partages

Et une petite hausse de carburant en guise de bonne année

Pendant qu’on se faisait la bise pour se souhaiter la bonne année, les pétroliers eux aussi en ont profité pour souhaiter la bonne année à leur manière.

Allez hop, une petite augmentation de 80 ar du litre du carburant.

Nouveaux tarifs : 3 720 ar donc pour le SP95 et 3 150 ar pour le gasoil.

On dirait que c’est bien parti pour continuer à manger notre pipi en 2017. Sans oublier de boire notre caca, au vu de la couleur de l’eau de la Jiramaty qui sort du robinet.

News Mada4 partages

Prix à la pompe : l’année débute avec une nouvelle hausse

Comme à chaque fin du mois, une révision des prix à la pompe a été effective dans la soirée du 31 décembre. Les prix du carburant repartent à nouveau à la hausse.

Il s’agit de la troisième hausse consécutive des prix à la pompe depuis novembre dernier. Les stations-services dans presque toute l’île affichent désormais de nouveaux prix. Ainsi, le prix du litre du gazole passe de 3 070 ariary à 3 150 ariary, le prix du super carburant de 3 640 ariary à 3 720 ariary et le litre du pétrole lampant de 2 290 ariary à 2 370 ariary. Les prix à la pompe ont donc connu une  hausse de 80 ariary. En tout, ceux-ci ont augmenté de 240 ariary en l’espace de trois mois.

Les mêmes explications

Comme à chaque révision des prix à la pompe, les responsables avancent les mêmes explications selon lesquelles les prix au niveau local suivent la tendance du cours du baril à l’échelle internationale et de la valeur de l’ariary face au dollar. Questionné à ce sujet, le 28 décembre dernier, un gérant de station-service dans la capitale a déjà avancé que «le prix du baril du pétrole dépasse les 50 dollars actuellement et l’accord de la limitation de la production d’hydrocarbures conclu fin novembre entre les membres de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) pourrait encore faire grimper le cours du pétrole à l’échelle internationale».

Par ailleurs, une stabilité de l’ariary, cette année, face aux monnaies étrangères est prévue par la Banque centrale, dans la mesure où la légère croissance observée l’année dernière se poursuit cette année. L’impact d’une telle situation sur les prix à la pompe est donc attendu. Quoi qu’il en soit, une dépréciation de la monnaie locale face aux monnaies étrangères est constatée depuis le mois d’octobre dernier. Et vers le dernier trimestre de l’année 2016, l’ariary a retrouvé le même niveau que celui de fin décembre 2015, d’après toujours la Banque centrale.

Dans tous les cas, les deux hausses successives des prix du carburant observées aux mois de novembre et décembre 2016 ont été déjà ressenties par les consommateurs, notamment à travers la hausse générale des prix sur le marché local.

Riana R.

News Mada4 partages

Antson’ny papa François : « Atsaharo ny herisetra… »

Toy ny isan-taona, natokan’ny eo anivon’ny fiangonana katolika (Ekar) ho andro maneran-tany ho an’ny filaminana ny 1 janoary. Manamarika izany amin’ny alalan’ny hafatra sy lahateny ny eo anivon’ny fiketrahana Masina ao Vatikana. « Aoka hatsahatra ny herisetraPolitika azo tanterahina hisorohana ny fifandonana izany”, hoy ny antso avo nataon’ny papa François, omaly. Nialoha izany, nirary soa ny rehetra mba ho any amin’ny filaminana ny ray Masina ary nitodika amin’ireo filoham-panjakana sy ny governemanta maneran-tany, ny antoko-pivavahana ary ny fiarahamonim-pirenena momba izany. « Maniry fitoniana sy filaminana koa aho ho an’ny isam-batan’olona, indrindra ny vehivavy sy ny ankizy… Aoka tsy ho hita taratra eo amin’ny fiainantsika ny herisetra… Hangataka amin’Andriamanitra aho mba hanampy antsika izy amin’izany », hoy ihany izy.

Notsiahiviny fa efa ravan’ny ady lehibe indroa miantoana ny taonjato iray teo  aloha. Efa niseho koa ny fanahiana ny ady ara nokleary sy fifandonana etsy sy eroa, araka ny fanambarany. « Amin’izao fotoana izao anefa mampalahelo fa miaina ady lehibe mizarazara isika… Eo ny adin’ny samy firenena sy ny amin’ny kaontinanta, ny asa fampihorohoroana, ny vonoan’olona sy fanafihana mitam-piadiana, ny fanararaotana ireo mpifindra monina, ny famotehana ny tontolo iainana… », hoy ny papa François. Manoloana izany, nampahery ny rehetra ny ao Vatikana mba hizotra amin’ny lalan’ny fifanatonana ahatongavana amin’ny filaminana. Tsiahivina fa eo amin’ny faha-50 taony amin’ity 2017 ity ny andro maneran-tany ho an’ny filaminana.

Synèse R.

News Mada4 partages

Finir 2016 en beauté : Ravalomanana rend visite à Zafy

Une grande première dans l’histoire. Afin de terminer en beauté 2016 et accueillir avec faste et dans la bénédiction 2017, l’ancien président de la République Marc Ravalomanana a rendu visite à son homologue Albert Zafy le 31décembre dernier, à son domicile à Ivandry. « Vu qu’il est le doyen des présidents de la République et  Raiamandreny au  pays, il est de mon devoir de lui rendre hommage », a expliqué Ravalomanana.

Ce geste entre les deux présidents est une belle initiative concernant la réconciliation nationale. En effet, considéré comme étant le précurseur de la réconciliation nationale, le Professeur Albert Zafy a toujours sollicité son application au pays avant d’entamer toute démarche de développement au pays.

Nadia

L'express de Madagascar4 partages

Football-Can U17 – Première victoire des Barea en trois matches tests

Plus que trois mois. Le regroupement des Barea U17 a été bouclé en beauté. Dans le cadre de la préparation de l’équipe nationale malgache en vue de la Coupe d’Afrique des nations U17 garçons, les Barea Academy ont effectué leur dernier match test la veille de la St Sylvestre. La sélection nationale l’a emporté sur une victoire de 7 buts à 1 face à Elgeco Plus U20 renforcé le vendredi 30 décembre 2016 sur le terrain du Centre de Carion. Cette rencontre servait principalement au staff technique d’évaluation pour les jeunes expatriés. Les Barea ont déjà marqué trois buts en première période, signés René (6e), Mamisoa (32e) et Aro (38e). L’équipe nationale a ensuite creusé l’écart et a marqué les quatre buts de KO en deuxième mi-temps, réalisés par Kevin (57e), suivi du doublé de Tojo (85e et 89e) et celui de Bolo (88e). L’auteur de l’unique but de l’Elgeco plus était Petros, à la 75e minute. Les protégés du sélectionneur néerlandais, René Hiddink ont déjà effectué deux autres matches tests lors des deux dernières semaines de ce mois de décembre et ont été tenus en échec par les U20 de l’Ajesaia renforcé, le 27 décembre à Carion après le match nul de un partout contre les U20 de l’AS Adema, du 23 décembre. Cette CAN U17 se tiendra sur le sol malgache et huit équipes seront en lice. Madagascar se trouve dans le groupe de la Guinée, du Cameroun et du Ghana. L’autre poule est constituée du Mali, du Congo et de l’Angola et du Niger.

S. R.

Madagate4 partages

Hery Rajaonarimampianina, 31 Desambra 2016. Tena Filoha tokoa va re sa...?

ETO RAHA HIAINO NY FEONY

Ry vahoaka Malagasy mpiray tanindrazana,

Tompokolahy sy tompokovavy,

Misaotra anareo mampandroso ato an-tokantranonareo amin’izao takariva miavaka izao.

Toy ny indray mipi-maso dia migadona sahady indray ny fiafaran’ny taona anankiray.

Fantatro fa isan-tokantrano, isan’ankohonana dia niady mafy daholo isika, iatrehana ny fiainana andavan’andro izay mbola itambesaram-pahasahiranana samihafa.

Raha mandinika tsara anefa isika, dia ahatsapa, fa samy nahavita ny dingana kely, andresena fahasahiranana sy ho fihatsaram-piainana koa, ka miomana ny ankalaza izany vita soamantsara izany eto am-pifaranan’ny taona 2016. Sady miandrandra ihany koa fa mbola ho be lavitra noho ny vita hatreto ny dingana ho tontosaina sy ny asa hotanterahina ary ny fahasoavana hantenaina amin’ny taona ho avy.

Dia tsy misy valaka amin’izany iainanareo izany ny iainako eto amin’ny toerana misy ahy sy ny andraikitra izay napetrakareo tamiko ity. Ny mpiray tanindrazana amintsika manerana an’i Madagasikara dia mahafantatra fa nanao sy nahavita izay tratry ny ainy ny fitondrana.

Hitan’ny maso te-hahita izany, ren’ny sofina te-handre. Fantatry ny fianakaviam-be iraisam-pirenena izany, ary izay no nohamafisiny tamin’ny fanapaha-keviny hanohana am-pahavitrihina, miaraka amintsika, ho amin’ny asa fampandrosoana. Misy dikany mivaingana ankehitriny ny hoe firaisankinan’izao tontolo izao amin’i Madagasikara. Saingy isika samy Malagasy no hanatanteraka izany fisandràtana izany fa tsy ny mpiray antoka iraisam-pirenena amintsika akory.

Tompokolahy sy tompokovavy,

Mamarana ny taona nahitana tsimoka mahavelom-bolo isika ary averiko ihany fa ny isam-batan’olona aminareo dia samy nitondra ny anjara birikiny tamin’izany ka isaorako anareo. Farano anatin’ny fifaliana ny taona satria mendrika izany isika na dia mbola ady mafy, hanantenam-bokatsoa be lavitra aza, no miandry antsika.

Hitsidika ny taona vaovao afaka ora vitsivitsy. Ny faniriako lalina indrindra ho an’ny ho avy, dia ny ahaizantsika mampivondrona ny herim-po, herin-tsaina sy herim-panahy misy eo amintsika. Tsy vahoaka voahozona sanatria ny malagasy ka tsy ahita ny anjara masoandrony mihitsy anatin’ny fiandrianam-pireneny. Misy kolontsaina vaovao izay mila volentsika, kolokolointsika. Kolontsain’ny mpanangana, sahy sedra, miaraka misandratra anaty vina mampiombona.

Eto am-pamaranana dia mirary fiononana aho ho an’ny akohonana mety nidonam-pahoriana amin’izao vanim-potoana miavaka izao. Mirary fahasitranana ho an’izay farofy. Ho antsika notahin-janahary ka narovany tamin’izany dia mirary anareo hifaly tanteraka eto am-pamaranana ny taona.

Dia samia ho tahian’Andriamanitra, ho tratry ny taom-baovao isika mianakavy.

Hery Rajaonarimampianina Filohan’ny Repoblikan’i Madagasikara Asabotsy faha 31 desambra 2016

FEHINY HO AN'NY SARAMBABEM-BAHOAKA

Marina, Tompoko, fa tsy voahozona ny vahoaka malagasy fa ianao no nanozona ny firenena iray manontolo izay namidinao tamina vahiny maro: karana, sinoa, frantsay, Maorisiana...

Ho an'ireo Malagasy maro an'isa mahita ny zava-misy marina sy mandre ny lainga be afafy isan'andro vaky izao, nandritra izay telo taona lasa izay, dia "Filou" ianao fa tsy filoha izany. Fiteny frankofônina re etsy sy eroa izany, mitatitra ihany ny tenanay.

Aorian'ny 2018 no hanamarina izany. Ka gadrao daholo aloha izay tianao gadraina tsy olana izany fa ny marina tokana sy iray ary mandratra tokoa ("seule la vérité blesse").

Jeannot Ramambazafy

News Mada3 partages

Jery todika 2016 : paipaika sy kajikajy politika ny fandanian-dalàna sasany

Hanao ahoana ity taona ity? Saika nisy paipaika sy kajikajy politika ny fandanian-dalàna sasany, raha ny tamin’ny taon-dasa.  

Nanaratsy endrika ny eny anivon’ny Antenimiera roa tonta ny fandaniana ireo volavolan-dalàna, saika nifono paipaika sy kajikajy politika nataon’ny fahefana mpanatanteraka. Toa niray tsikombakomba ny mpanao lalàna tamin’izany. Na solombavan’ny mpitondra, fa tsy an’ny vahoaka…

Voalohany tamin’izany, nampisy fifanenjanana teo amin’ny mpanao gazety sy ny mpitondra, na mpanatanteraka na mpanao lalàna, ny amin’ny lalàna mifehy ny serasera. Depiote 18 amin’ny 151 no nandany azy, ny alin’ny 7 jolay, raha lanian’ny Antenimierandoholona mora foana  izany.

Saika novain’ny governemanta ho amin’ny fangejana ny tontolon’ny haino aman-jery sy ny fahalalahana maneho hevitra ny andininy sasany amin’io lalàn’ny famoretana io. Nitaky ny hamerenana ny fandrafetana volavolan-dalàna amin’ny alalan’ny fifampidinihana ny mpanao gazety.

Fampihavanana… mampiady    

Nahabe resaka koa ny amin’ny lalàna momba ny fampihavanam-pirenena. Misy nilaza fa natao hikendry olona manokana izany, tokony tsy hoferana ny vanin-tantara hanaovana fampihavanana, tsy tokony hanendry izay ho mpikamban’ny FFM vaovao ny filohan’ny Repoblika…

Ampangain’ny sasany ho paipaika sy kajikajy politika hanilihana izay hatahorana amin’ny fifidianana 2018 koa ny lalàna fananganana fitsarana manokana momba ny heloka ara-toekarena, vola, hetra. Na efa indroa nasisika aza izany, tsy nety nandinika izany ny eo anivon’ny Antenimierampirenena.

Nandeha hatrany ny resaka ny amin’ny fisian’ny kolikoly

Nilaza ny depiote Mapar voafidy tany Mahajanga I, Rahantanirina Lalao na Nina, ny 2 desambra, fa nisy fizarana vola 1 500 000 Ar isaky ny depiote nandaniana ny tetibola 2017. Tsy misy sahy mitsipika izany, raha nisy nilaza fa tsy nisy fandraisam-bola ny fandaniana ny lalàna momba ny fampihavanana.

Nanahirana tamin’ny fandaniana ny tetibola 2017 ny fampidirana na tsia ny fividianana fiara 4 x 4 ho an’ireo depiote, izay nesorina tamin’ny fotoana farany. Izay no nampisy ny kolikoly? Tsy mamela ny Bianco hanadihady ifotony ny birao maharitra ny amin’ny hoe fisian’ny kolikoly hatramin’izay.

Mbola mahasolo tena ny vahoaka ifotony ve ireo depiote amin’ny ataony? Misy ny mangataka ny handravana ny Antenimierampirenena. Amin’izany, ho hita amin’ny fifidianana vaovao izay tena mahazaka vahoaka.

R. Nd.

 

News Mada3 partages

Songadina an-tsary faran’ny taona 2016 : samy nanana ny nandraisany ny taona 2017

Tamin’ny ankapobeny, faly ny rehetra fa nahatratra ny taona 2017 ! Samy niezaka nanadino ny tsy nety tamin’iny taona nivalona iny. Samy mirary ny hanovo soa amin’ity taona vaovao ity ihany koa… Araho an-tsary ny zava-nisy teny ananona teny.

Mozika jazz, funk, soul, rock… Nafana tanteraka ny Little Hennessy Packyellow Ivandry niaraka tamin-dry Christelle Ratri, Andri Sylvano, Mathieu Rajaofetra…

Ankoatra ny hafaliana, tsy nanadino ny nidera an’Andriamanitra noho ny tombon’andro nomeny sy nangataka fitahiana avy aminy ny tetsy amin’ny « Paroisse Internationale Andohalo , omaly.

: Fiarahana miombom-bavaka tetsy Andrefan’Ambohijanahary no niandrasan’ny fiangonana Miara-manompo ny taona 2017.

: Nirotsaka avy eny an-tsehatra mihitsy i Jerry Marcoss nandritra ny fanafanany ny AC Palace… Nampihetsika ny lehibe, nampandihy ny kilonga !

Nanome fahafaham-po ireo olona tonga tetsy amin’ny La City Ivandry Ry Kala Vazo sy ny hira, angola, tsiky, sns.

: Lanonan’ny tanora ! Hipoka tanteraka ny trano malalaky ny PK 0 Garan’i Soarano.

Ho azy mirahalahy kely, miasa, miasa hatrany eo am-piandrasana ny taona 2017. Na izany aza, aleo mandeha haingana fa maika hody !

: Izay afaka nifaly, nifaly ; fa ny tsy afaka nanao izany kosa miandrandra fiovam-piainana amin’ity taona 2017 ity !

 

L'express de Madagascar3 partages

Ouvrage – La loi sur l’opposition à la loupe

Le dernier ouvrage de Toavina Ralambomahay publié aux éditions L’Harmattan, décortique la loi malgache sur l’opposition et en décèle les aberrations.

Le livre à prévoir sur sa table de chevet pour 2017. Pour comprendre la loi sur l’opposition,et se faire une raison quant à sa non-effectivité, le dernier ouvrage de Toavina Ralam­bo­mahay, l’auteur de « Mada­gascar dans une crise inter­minable », est l’essai à ne pas rater. « La loi sur le statut de l’opposition : un mal nécessaire » décortique la loi 2011-013 portant statut de l’opposition et des partis d’opposition, et décode les différentes interprétations qui en sont faites, autant par les institutions officielles que par les hommes politiques.« Censée désamorcer les crises et favoriser les alternances démocratiques », la loi sur le statut de l’opposition a pourtant du mal à s’appliquer sur la Grande île. La faute sans doute à une Haute cour constitutionnelle (HCC) gardienne de la Loi fondamentale qui a souvent tendance à se pencher, dans son interprétation des textes, à ce qui ferait plaisir aux autorités. Il met particulièrement en avant dans son ouvrage, l’avis de la HCC sur le cadre institutionnel d’exercice du statut de l’opposition publié le 19 septembre 2014.

RéférencesPour celui dont le parti a été l’un des premiers à s’être déclaré opposant auprès du ministère de l’Intérieur, « un chef de l’opposition peut très bien émaner des partis inscrits au ministère de l’Inté­rieur mais qui n’ont pas forcément de députés à l’Assemblée nationale ». « Ici, l’opposition extra-parlementaire peut très bien être repêché pour intégrer le Parlement et nommer le chef de l’opposition ».Faisant appel à des études comparatives avec les lois existant dans les pays du Nord, mais aussi avec les pays comme Maurice, il indique clairement des cas dans lesquels l’opposition doit absolument être un élu, et souligne en même temps comment d’autres « repêchent des perdants » pour les intégrer dans le Parlement de manière à faire exister une opposition au sein des institutions.Aujourd’hui, un parti politique malgache disposant d’élus à l’Assemblée nationale s’est inscrit comme opposant au ministère de l’Intérieur après s’y être refusé pendant plus de deux ans, mais les autorités tergiversent pour lui conférer les avantages liés à ce statut. Il est alors légitime de se demander si le régime Rajaonarimampianina a la réelle volonté de faire exister de manière officielle une opposition et permettre ainsi à la démocratie parlementaire malgache de franchir de nouveaux pas.En attendant, l’ouvrage de Toavina Ralambomahay, publié aux éditions L’Harmattan dans la série des Etudes africaines – Droit, devrait permettre de découvrir un avis différent de celui de la HCC et de ceux que ne manquerait pas de servir le pouvoir dans les prochains mois pour justifier son refus de mettre en place une opposition officielle. Ecrit sous forme de foire aux questions, le livre est de lecture facile et propose des références de choix et en abondance.

Bodo Voahangy

Tananews2 partages

Marc Ravalomanana rend visite à Zafy Albert

Une visite décrite comme de courtoisie.

Marc Ravalomanana entend donc déjà se positionner pour 2018. Ou 2019.

La logique voudrait donc qu’une visite chez Didier Ratsiraka soit au menu.

News Mada2 partages

Us et coutumes : poisson d’avril ou bonne résolution ?

Pour enterrer l’année 2016, les riverains du fokontany de Mahamasina sud ont eu une petite surprise. Leur quartier, connu pour son animation nocturne,  devrait leur être enfin rendu, au moins de 22 heures à 4 heures du matin, pour des raisons de sécurité. Les « crises » successives avaient eu raison des lois et des règles de savoir vivre : jusqu’au 30 décembre de cette année, on venait de toute la ville pour passer des soirées et des nuits à s’enivrer sous les fenêtres des riverains excédés. Désormais, il faudra s’enivrer dans d’autres quartiers. A moins que la décision du fokontany ne fasse tache d’huile et ne s’étende à toute la ville ? Un retour à l’ordre pour 2017, ce ne serait pas si mal pour commencer l’année.

 

News Mada2 partages

Saint-Sylvestre : «Home sweet home»

Si tout le monde aspire à une soirée dans la joie et la liesse dans les espaces de loisirs en attente du Nouvel an, certaines personnes ont choisi la formule «Home sweet home» pour un réveillon familial. La raison la plus évoquée est évidemment l’absence de moyen, notamment financier. Cependant, ces dernières constatent que faire la fête avec tout le monde est quand même souhaitable. Mais vu leur situation, elles considèrent la Saint-Sylvestre comme une nuit comme les autres et espèrent malgré tout que cette nouvelle année leur apporte des jours meilleurs. Ce qui est un peu difficile au vu du discours du président de la République (PRM), Hery Rajaonarimampianina, dans la nuit de samedi.

En effet, le PRM n’a pas renié leur situation. L’Etat, de son côté, a fait son maximum pour leur venir en aide. «Si c’est le maximum que l’Etat a pu faire, pourtant nous sommes encore dans une telle situation, sans vouloir jouer les oiseaux de mauvais augure, il n’y a rien de grand à espérer pour cette nouvelle année à notre endroit», a fait remarquer un père de famille.

Succès de la cultuelle

Réveillonner dans la prière devient aussi une tendance ces derniers temps. Et ce, depuis le déploiement des associations cultuelles qui ne cessent toujours de s’accroître au pays. Au programme, chants et cantiques espacés par des animations diverses pour que les fidèles soient toujours éveillés et restent dans l’ambiance.

Après les salutations et embrassades d’usage après minuit, vient ensuite le partage de nourriture et de boissons, évidemment exemptées d’alcool.

Pour les associations qui ont la chance d’avoir des chorales et des groupes évangéliques, c’est à ces derniers de chauffer l’ambiance tout au long de la soirée. Il arrive aussi que les associations qui en ont les moyens invitent des artistes évangéliques pour animer leur réveillon. Une stratégie qui porte toujours ses fruits pour ramener plus de fidèles.

A noter que le nombre des associations qui ont été enregistrées officiellement auprès du ministère de l’Intérieur,

se chiffre actuellement à plus de 250. Cela sans parler de celles qui sont encore «informelles».

Sera R

News Mada2 partages

Événement : le réveillon de la Saint-Sylvestre en note majeure

Cabaret, concert, animation DJ, soirée gastronomique… Les propositions n’ont pas manqué pour célébrer comme il se doit le réveillon de la Saint-Sylvestre, dans la capitale. Les noctambules n’ont eu que l’embarras du choix.

Samedi dernier, Taa Tense a retrouvé ses inconditionnels admirateurs de la capitale dans une ambiance concert, intense et étincelante. Déjà connue pour sa voix atypique, elle a aussi fait étalage de son savoir-faire en matière de danse.

Pour le groupe Black Nadia, une année se termine et une autre commence en musique. La reine du coupé décalé a enflammé la piste, devant un peu plus de 500 convives.

Il fallait s’y attendre. Jerry Marcoss a fait une véritable démonstration de force, samedi soir, à l’AC Palace. Dans ce cadre prestigieux, le professionnalisme a particulièrement été de mise …

Après une année de dur labeur, il n’y a rien de mieux que de se détendre autour d’un bon plat et de la bonne musique. C’est justement à travers ce contexte que Little Hennessy a offert, samedi dernier, une soirée spéciale en rassemblant sur une même scène Christelle Ratri, Sandrine Rajaofetra, Mathieu Rajaofetra, Benkheli Ratri et Andry Sylvano. Tout simplement magistral.

Les friands de défoulement ont tous trouvé leur compte au PK0 Soarano. Une belle brochette d’artistes et de DJ a pris d’assaut ce lieu pour égayer la jeune génération le temps d’une soirée. Un véritable festival de musique urbaine.

Il n’y a pas eu que de la musique dans l’agenda de la fin de l’année. Toute une montagne de plats a été proposée aux fins gourmets pour satisfaire leurs papilles.

Déjà du bas de l’escalier de La City Ivandry, on entendait résonner la voix rageuse de Ry Kala Vazo, ponctuée par ses valiha et kabôsy. Iraimbilanja, les vieux loups du rock malgache ont également mis le paquet pour une ambiance variée allant du rock au folklorique.

Stéphanie a séduit plus d’un, autant pour son talent de chanteuse que pour sa beauté incandescente. La belle a livré ses deux derniers concerts vendredi au Glacier Analakely et samedi à l’AC Ivato.

 

News Mada2 partages

Tennis : vivement 2017 pour le Country club

Le calendrier des compétitions est d’ores et déjà dévoilé pour le Country club qui ne traîne pas les pieds pour étancher la soif des férus de la discipline. Le coup d’envoi du premier plateau est prévu les 20 et 21 mai prochains sur la terre battue d’Ilafy, suivi de l’Open International du 4 au 10 septembre et The Vintage Cup les 14 et 15 octobre.

Bis repetita placent, on reprend les mêmes et on recommence. Le Country club sis à Ilafy n’est plus un champ de bataille à présenter aux passionnés de la petite balle jaune à Madagascar. Josoa Rakotonindriana et sa bande sont encore prêts à relever d’autres défis pour la saison en cours. Les trois affiches ayant réuni le plus grand nombre d’inconditionnels de la discipline sont encore maintenues. Soit le BMOI Premium Chellenge, l’Open International BMOI/Air France ainsi que le Vintage Cup. Une formule trois en un pour le club qui a également pris le taureau par les cornes en abritant un tournoi ITF 10.000 dollars qui fut un succès hors pair.

Ce n’est que l’arbre qui cache la forêt si l’on s’en tient aux efforts accomplis par les têtes pensantes du club et leurs partenaires qui ont su joindre l’utile à l’agréable en conjuguant actions de solidarité et challenge. Il y avait entre autres le Rotarian Classic Open, en guise de levée de fonds, organisé en partenariat avec Bakery, Brasseries Star, Ultima Media ou encore le Rotaract Ivandry. Une année riche en partages sur tous les plans.

Pour ce qui est des échéances prévues sur le calendrier 2017, le Country Club veut placer la barre haute pour gravir d’autres échelons. La réédition du tournoi Vintage Cup prévu se dérouler les 14 et 15 octobre prochains en est exemple concret. L’Open International BMOI/Air France sera disputé du 4 au 10 septembre. Les tenants du titre, Irina Ramialison et Gleb Sakharov, devront être sur leurs gardes car nombreux sont ceux qui voudront se tailler la part du lion.

Rojo N.

Calendrier des tournois 2017 :

-Premium Challenge : 20-21 mai

-Open International : 4 au 10 septembre

-The Vintage Cup : 14-15 octobre

News Mada2 partages

Foot – Mercato : il est parti cet été…Bôlida

Le RC Lens s’est délesté de plusieurs éléments durant le mercato estival. Pendant la trêve hivernale, Lensois.com revient sur la situation de ces joueurs qui ont quitté l’Artois. Terminons cette série avec Lalaina Nomenjanahary. Lalaina Nomenjanahary a été le premier à annoncer qu’il quittait le RC Lens, en fin de saison dernière. Arrivé au terme de son contrat, le joueur est tout de même resté quelques temps puisqu’il s’est un peu entraîné avec la réserve d’Eric Sikora durant l’été, le temps de trouver un club. Il a finalement rejoint Aristote Madiani et Jonathan Nanizayamo en National, au Paris FC, alors qu’il espérait pouvoir rejoindre un club de Ligue 2.

Le PFC apparait comme une transition en attendant mieux pour ce joueur gaucher, capable d’évoluer dans tout le couloir, qui a largement fait ses preuves en Ligue 2 et évolué en Ligue 1. Il n’a d’ailleurs signé que pour un an. Le Malgache, désormais âgé de 30 ans, a disputé 10 matches de championnat avec le Paris FC dont 9 en tant que titulaire pour un but marqué. Sur le plan collectif, le Paris FC est 13e après 17 journées avec une longueur d’avance sur le 15e et premier relégable, Pau.

Tananews2 partages

« Les Malgaches ne sont pas condamnés à être maudits »

C’était l’affirmation de sa Seignhery, lors de son traditionnel discours de fin d’année.

On veut bien le croire mais quand on voit la médiocrité locale, on a quelques doutes.

La terre d’avenir semble bien partie pour le rester un bon petit moment encore et c’est pas demain que l’on risque d’avoir 80% des babakoto jeunes, beaux, intelligents et riches.

L'express de Madagascar2 partages

Un gouvernement merina sous contrôle français

La question que se posent les Français en 1895 est de savoir s’il faut établir un protectorat basé sur le gouvernement merina ou plusieurs protectorats en fonction des grandes peuplades dont ils estiment le nombre entre 10 et 12. A. Martineau cite notamment l’exemple des Sakalava, fidèles alliés des Français, mais qui sont encore dans l’impossibilité d’avoir un gouvernement ordonné et responsable.Pourtant, cette seconde hypothèse n’est pas très efficace. Selon l’auteur, en optant pour la formule multi-protectorat, les Français devront tôt ou tard revenir à celle d’un gouvernement unique. Plutôt que de se lancer « dans les expériences inutiles et les considérations desentiment qui font plus de mal (…) créons tout de suite une organisation qui dure ». C’est-à-dire un protectorat sous la domination merina, mais « sous notre contrôle souverain et tout puissant » où les impôts rentrent, la justice est rendue, la police assurée.A. Martineau, comme les résidents français, réfute cependant- une fois de plus- le fait que les Sakalava sont des alliés et des amis de la France. Il rappelle qu’avant 1895, les habitants du Nord-ouest, de la pointe d’Ambato à Anoro­tsangana, déclarent volontiers leur amitié à la France, mais dans l’espoird’obtenir protection contre les Merina. Et une fois ceux-ci vaincus, ils se retournent contre leurs protecteurs.À l’intérieur des terres, les Sakalava ne connaissent pas la France. L’explorateur Gautier demande un jour à l’un des chefs établis dans la vallée de la Mahajamba, ce qu’il pense du traité franco-merina de 1885 et de la politique française à Madagascar: il ignore cette convention. Quant à la France, il en entend parler pour la première fois.En réalité, en 1895, les services rendus par les Sakalava aux Français sont réduits. Ainsi, les rois de la baie d’Ampasindava refusent de leur donner des porteurs et des convoyeurs, arguant qu’ils ne veulent pas se compromettre vis-à-vis des Merina. Ils ajoutent qu’ils craignent que les Français ne les abandonnent à ces derniers quand, une fois de plus, ils décideront de quitter la Grande terre.Les chefs sakalava ne donnent pas non plus des volontaires, même « s’il est vrai qu’il existe dans le corps expéditionnaire un bataillon de tirailleurs sakalava constitué à Diego-Suarez depuis plusieurs années ».Mais selon un journal réunionnais du 16 janvier 1895, dans ce bataillon « l’élément sakalava a presque disparu pour céder la place à l’élément comorien, aujourd’hui prépondérant au point de vue numérique ».Les Sakalava ne dépassent pas une centaine d’hommes et encore, ils sont recrutés dans la possession française de Nosy Be et non sur la Grande terre. Tout au moins le contingent est très faible.A. Martineau apporte même une précision: « Les quelques Sakalava enrôlés sous nos drapeaux sont plutôt des Macquois (Makoa) que des Sakalava proprement dits. Les Macquois sont des nègres de la côte du Mozambique, transportés à Madagascar comme esclaves et devenus libres dans la suite; ils sont surtout répandus entre la baie d’Ambavatoube et Majunga. Ce sont des Africains, ce ne sont pas des Malgaches. On a pourtant annoncé que les Sakalaves nous avaient puissamment aidés après la prise de Marovoay et les appréciations flatteuses ne leur ont pas été ménagées. On voit à quoi se réduit leur concours. »A. Martineau poursuit sa critique en parlant de la « soumission» des chefs sakalava au général Metzinger. Il s’agit de chefs « dont l’autorité est réduite et qui, comme le prince Salim (avant d’être chef politique, il était contremaitre chez Suberbie) veut tirer bénéfice du passage de la colonne française dans le Boeny et en obtenir de beaux lamba et quelque menue monnaie ».Et de conclure: « Avant de faire acte de vasselage, les chefs sakalava ont attendu nos succès. Ils ont fait acte de soumission après le passage de nos troupes et non pas avant que noustouchions leur territoire, de telle sorte qu’ils n’ont apporté au général Metzinger aucun concours politique. En réalité, ils se sont inclinés devant les faits accomplis. »

Texte : Pela Ravalitera – Photo : Archives personnelles

Tananews1 partages

Meteo : enfin quelques gouttes de pluie

Après la très maigre pluviométrie en décembre, la situation devrait enfin s’améliorer à partir de ce mois de janvier.

Il faudrait faire comme les Indiens peaux rouge, la danse de la pluie peut-être ?

Agriculture, eau courante, turbines hydroélectriques, nous sommes très dépendants des petites gouttes qui tombent du ciel. Ou pas.

News Mada1 partages

Fetin’ny faran’ny taona : nisesy ny fanafihana mitam-piadiana tany Toamasina

Tsy mandry fahalemana! Vao ny alin’ny zoma faha 30 desambra monja, nanao ranolava ny fanafihana mitam-piadiana tany Toamasina, ka fanafihana miisa telo niseho. Olona iray voatafika naratra mafy voan’ny bala, ary mbola eo am-panesorana ny bala tavela eo amin’nysandrin’ ilay niharam-boina ny mpitsabo. Tokony ho tamin’ny 6 ora hariva, nisehoan’ny tranga voalohany tao amin’ny tokantrano iray tany Tanambao fahadimy. Ity farany izay voaroba vola be sy finday ary firavaka volamena. Tamin’ny 10 ora alina ny tranga faharoa tao Ambalamanasa. Jiolahy miisa enina nirongo fiadiana nanafika tokantranona fianakaviana iray.  Nofatoran’ izy ireo ny raim-pianakaviana ary voarahona tamin’ny basy ny vady aman-janany kananao izay danin’ny kibony ireo jiolahy nitatitra ny entana izay tiany rehetra tao.

 Tokony ho tamin’ny 12 ora sy 30 minitra alina kosa ny tranga fahatelo tao amin’ny fokontany Depot fahefatra. Tsy nisy valaka tamin’ ity faharoa ny fisehon’ ity farany raha ny fitantaran’nyniharam-boina hatrany. Jiolahy tsy latsaky ny enina teo ihany koa no tonga nandrohana teo an-tokontanin’ izy ireo ary nanao amboletra namaky ny varavaran-trano ary nanapoaka basy ka tsy nisy sahy nivoaka ny fokonolona . Nanao famotorana ny polisy.

Sajo

News Mada1 partages

Teraka ny 1 janoary : zaza fahatelo ao anatin’ny fianakaviana i Erica

Teraka tamin’ny 3 ora sy sasany maraina omaly alahady teny amin’ny toeram-piterahana Befeletanana i Nomenjanahary Onjatiana Erica, izay milanja 3,500 kg. Zaza fahatelo izy ary 13 taona sy 9 taona ny zokiny. Zana-dRazafindrabe Franck Eric sy Randrianasolo Heritiana Espérance, izay monina eny Anosibe izy.

News Mada1 partages

Madagascar il y a 100 ans : les pavés de l’ours (1)

On nous écrit :

Par respect pour cette union sacrée tant recommandée aux benêts assez naïfs pour y croire, j’avais hésité à vous transmettre les observations que les circonstances m’avaient suggérées depuis longtemps. Retarder davantage serait une… faiblesse de ma part, car la mesure est comble… Donc les voici.

Par les journaux apportés par l’avant-dernier courrier, vous avez pu apprendre comme moi qu’il y avait eu des nominations importantes de gouverneurs, malgré l’affirmation donnée par le Département au début de la guerre qu’aucune nomination n’aurait lieu avant la fin des hostilités. Non seulement des gouverneurs intérimaires ont été titularisés, mais encore de simples administrateurs ont été nommés gouverneurs.

Pour Madagascar, rien…

Et cependant, il y a beau temps que les corps constitués et la population toute entière, sans distinction d’opinions, avaient demandé avec insistance la titularisation du Gouverneur intérimaire actuel, en se basant sur sa valeur déjà éprouvée et les services déjà rendus par lui. Durant ce long intérimat, il n’a fait qu’affirmer davantage cette valeur et centupler les services rendus, et cependant sa titularisation est restée sur le carreau.

En dehors du Gouverneur Général, il y a autour de lui des hommes de grande valeur, qui en plus de leur mérite depuis longtemps mis à l’épreuve, ont droit à de l’avancement par rang d’ancienneté.

Et rien pour eux non plus.

Toute personne sensée se demandait le motif de cet oubli, si toutefois c’en est un.

C’est bien simple, mais il fallait le trouver. Les renseignements parvenus par le dernier courrier sont venus jeter un jour complet sur cette situation.

Certaine presse et certains fonctionnaires dont Madagascar est encore affligée sont les instruments de cet… oubli.

On se rappelle qu’il y a un an s’est déroulée l’affaire dite V. V. S., que certaine presse, sans se soucier le moins du monde ni de la vérité, ni de l’intérêt général, s’est complu à exagérer de la façon la plus impudente.

(À suivre.)

Le Tamatave

www.bibliothequemalgache.com

 

News Mada1 partages

Resaky ny mpitsimpona akotry : aviavia Raorana

Ny firotsahan’ny orana araky ny tokony ho fisehony amin’ izao fotoam-pahavaratra izao no firariana mety iombonana aty amin’ny fiandohan’ny taona 2017. Maro ny soa afaka rariana ho an’ny vahoaka mpiray tanindrazana, nefa noho ny tranga isan-karazany eto amin’ny fizotran’ny raharaham-pirenena dia ny fitahiana tsy itrangan’ireo loza mananontanona no irariana indrindra.

 Mitotongana andro aman’alina ny fari-piainan’ny maro, ny fandriampalemana efa nandao, ny tànana tsy zarizary. Mampahatsiahy ny feon’anjombona fanairana raha vaky ny fefiloha : « goha goha goha, tondraka ny rano, mananasy lanin’ny vaolavo, ny vady lasan’ny sasany ». Latsaka an-dalina ny mponina, torovana ny vatana miketriketrika ny saina, verivery ny fanahy. Afaka hanantena inona na hanantena an’iza intsony ? Na izany aza dia hionona fotsiny amin’ny faniriana ny tsy fikorosoana manoatra izao efa mafy zakaina sy mangidy tsakoina izao ve ? Dia ho sitrany ahay ve ny tsy fangirifiriana bebe kokoa ?  Jifa teo ny fanantenana an’ilay fiovana, ritra  ny toky napetraka tamin’ireo mpilaza ho mpahay fahagagana. Gaga ny tena, mitanaka sy misafo saoka sisa. Niozona fa farany izay no navohazan’ny sangodim-panina ny tena.

Nofo sy ra ary itoerana fanahy ihany anefa ka tsy afaka hiraviravy tànana fotsiny, hionona amin’ny faneken-javatra tsy mahafa-po. Tsy ilaozan’ny fikarokarohana ao an-tsaina izay fomba afaka hanovana ny toe-javatra sy toe-draharaha. Injay miverina ilay resaka fiovana efa nilaozan’ny fanantenana noho izy ity diso petraka hatrany. Raha mikasika ny fitantanana ny raharaham-pirenena, fitantanana izay mifehy ny tontolo iainan’ny rehetra, tsy misy sehatra afaka anaovana izany afatsy ny sehatra pôlitika. Ao noho izany no mila anombohana ny ezaka itondrana fiovana. Tsy fanovana olona akory. Impiry moa no efa nanandramana izany nefa nandamoka isaki’izay nandeha, ny fanovana ny toe-tsaina no hany antoky ny fiovana. Izay anefa tsy tongatonga ho azy amin’izao, raha tsy eo ny famefena hentitra mifehy amin’ny fomba henjana ny mpitondra hanaja ny fitsipika mipetraka. Rehefa izany, aty amin’ny olom-pirenena tsirairay ny lakile fanokafana ny varavaran’ny fiovana. Izay no mitarika ny firarin-tsoa ho an’i Madgasikara amin’ity taona 2017 ity  dia ny firotsahan’ny maro amin’ny fiaraha-midinika ny fomba hanerena ny fitondrana hanaja lalàna fa tsy hanao ny sitrapony ho lalàna.

Léo Raz

 

News Mada1 partages

Urgences de l ’HJRA : 11 morts, 262 consultations

Les deux jours de fêtes ont été plutôt contrastés. Les chiffres parlent d’eux-mêmes.

Onze personnes décédées et 262 autres consultées. C’est le bilan des deux jours de fêtes, selon les statistiques de l’Unité de soins, de formation et de recherche (USFR) – Réanimation médicale et toxicologie clinique et du service des urgences Réanimation chirurgicale.

A l’USFR – Service de Réanimation médicale et de toxicologie clinique, 38 patients ont été consultés dans la journée du 31 décembre et du 1er janvier de 8h à 15h45. Neuf des patients consultés à l’USFR Réa-méd le 31 décembre ont été victimes d’une intoxication alcoolique tandis que 3 autres y ont été traités pour tentative de suicide.

Huit personnes décédées, dont deux mortes en cours d’évacuation, ont été enregistrées dans ce service, le 31 décembre. Aucun mort n’a été recensé le 1er janvier.

Légère baisse

Au service des urgences Réanimation chirurgicale, le week-end n’a pas été de tout repos pour les urgentistes. D’ après le Dr Yves Raveloson, chef de l’équipe de garde, le nombre des blessés consultés dans la journée du 31 décembre 2015 (264 consultations) a connu une légère baisse par rapport à celui du 31 décembre 2016 (142 consultations).

« Par contre, aujourd’hui (ndlr : 1er janvier) de 8h à 15h45, la barre des 82 blessés consultés est déjà dépassée. Ce qui laisse entendre que ce chiffre va largement augmenter avant la fin de notre tour de garde », a-t-il précisé avant d’ajouter que l’effectif du personnel d’appui, notamment les brancardiers et les infirmiers, a été renforcé.

Comme chaque année, le nombre des personnes victimes d’accident à responsabilité civile (rixe et bagarre), d’accidents de la circulation et d’accidents sur la voie publique est prédominant cette année.

Par ailleurs, le responsable a tenu à préciser que le nombre des personnes blessées liées aux accidents de moto, plus précisément de scooter, a connu une hausse alarmante ces derniers temps.

Mparany

 

News Mada1 partages

Rugby : vonona hanatsara ny vitan’ny teo aloha i Me Alain

Anisan’ireo kandidà, hifaninana ho eo amin’ny toeran’ny filohan’ny Malagasy rugby, hatao ny 27 janoary ho avy izao, ny Me Rakotonirina Herilalaina Alain. Mahalala tsara ny tontolon’ny rugby izy ary vonona hampandroso izany. Resadresaka…

Gazety Taratra (*) : Me Alain, anisan’ireo kandidà ho filohan’ny Malagasy rugby ianao. Voalaza nefa fa olona tsy mahafantatra akory ny tontolon’ny baolina lavalava?

R.Alain (-) : Raha mikasika izay lazainao izay aloha, tsy marina satria efa tao anatin’ny tontolo mihintsy aho, ary efa niaraka tamin’ireo tanora teto amin’ny firenena. Tsy teto Antananarivo ihany fa hatrany Antsirabe, Toliara, Toamasina, Morondava sy Antsiranana. Ankoatra izay, efa nitondra fileovana koa teny Anosibe ary manana ny “certificat de conformité”, avy amin’ny minisitera manamarina izany.

 

*: Inona àry no nanosika anao, hirotsaka ho fidina?

-: Voalohany indrindra aloha ny zavatra rehetra mandeha amin’ny fitiavana. Na izany aza, misy koa ireo klioba sy mpilalao, manerana an’i Madagasikara miampy ireo ligim-paritra sy ireo raiamandreny niangavy ny hilatsahako satria hoe efa tonga ny fotoana hirosoana amin’ny sehatra ambonimbony kokoa, eo amin’ny fitantanana ny rugby eto Madagasikara, izay nekeko am-panetre-tena, tanteraka.

 

*: Ianao dia voalaza fa kandidàm-panjakana.

 

-: Raha ny tena marina, tsy tokony hidiran’ny politika mihitsy ny sehatry ny fanatanjahantena. Na izany aza, ny olom-pirenena tsirairay, manana zo hilaza ny amin’izay olona hitany fa hahavita ilay asa. Tsy midika izany fa olona avy amin’ny fanjakana fa ny tsirairay dia afaka maneho hevitra araka izay tiany sy hahitany azy.

 

*: Inona ny mampiavaka anao amin’ireo kandidà hafa?

 

-: Amin’ny maha olon’ny lalàna ahy dia izay resaka lalàna izay no hampiavaka ny kandidà Me Alain, raha tonga filohan’ny Malagasy rugby ny tenako. Amin’ny maha mpahay lalàna ahy izay, mahita fomba, amin’ity olana kianja mampijaly ny rehetra ity. Haiko tsara ny dingana sy ny fombafomba ara-dalàna hakana toerana, na atao mivantana amin’ny federasiona izany, na amin’ny ligy na seksiona. Tsy hoe ny tany akory no tsy ampy eto Madagasikara fa mbola betsaka ireo tanim-panjakana azo anaovana izany, manerana ny Nosy. Vaindohan-draharahako izany, ny hanome fotodrafitrasa maro ho an’ny tanora, hahafahan’izy ireo manao fanazarantena, na mifaninana, hampivoatra ny baolina lavalava.

*: Inona ary ny hafatrao mialoha ny fifidianana?    

 -: Ny hafatra dia tsotra. Vonona aho hanao ny metimety sy ny tsaratsara kokoa. Tsy hoe tsy nanao akory ny teo aloha fa tena nahavita saingy hanatsara izany amin’ny heriko rehetra. Hitondra lavitra ny rugby malagasy, tsy eto amin’ny faritry ny ranomasimbe Indianina ihany na eto Afrika fotsiny fa manerana izao tontolo izao.

Ho an’ny tomponandraikitry ny fifidianana, manantena ary matoky ny fahendren’ny tomponandraikitra ny tenako fa hizotra tsara izany ary ao anatin’ny ara-dalàna ka tsy hisy ny sanatriavina mizana tsindrian’ila.

 Dinika nangonin’i Torcelin

News Mada1 partages

Rugby : l’élection ajournée au 27 janvier

Après toute une série de déballage et de guerre médiatique, le monde de la balle ovale devra encore patienter jusqu’au 27 janvier pour connaître le nom des nouveaux (ou pas) membres de bureau qui seront à la tête de Malagasy Rugby (ndlr, anciennement appelé fédération malgache de rugby). C’est en tout cas les propos de Marcel Rakotomalala qui a encaissé des tirs dans les pattes de la part de ces quelques «adversaires».

«Il y a un temps pour sortir de son silence mais je peux vous affirmer que l’élection fédérale se tiendra le 27 janvier. Et ce, dans les règles de l’art. Cependant, répondre aux accusations de certains individus n’est pas la priorité mais il est de mon devoir d’éclaircir quelques points», a déclaré Marcel Rakotomalala en marge de la traditionnelle remise de «Solombodiakoho» vendredi dernier au siège de Malagasy Rugby à Ankorondrano.

Le verdict est attendu impatiemment par plus d’un si l’on ne cite que les joueurs, clubs, sections et ligues qui haussent le ton par rapport à l’interminable report de la date de l’élection fédérale. Pour rappel, les inscriptions sont déjà bouclées pour le poste de président de Malagasy Rugby et quatre candidats sont en lice.

Rojo N.

Tia Tanindranaza1 partages

Orinasa FanalamangaTsy lasan’ny Sinoa izany

Nandeha be ny feo tato ho ato fa lasan’ny Sinoa tanteraka ny orinasa Fanalamanga ao Antsirinala Moramanga. Nitondra fanazavana mifandraika amin’izany ny tale jeneraliny Rakotonirina Augustin ka nambarany tamin’izany fa mpiara-miasa amin’ny orinasa tantanany fotsiny ireo Sinoa ireo fa tsy tompon’ny fanalamanga akory.

Pati

 

Madagascar Tribune1 partages

Marc Ravalomanana se rapproche de Zafy Albert

Stratégie politique ou réconciliation nationale ? Plutôt stratégie politique de la part de Marc Ravalomanana qui s’est déplacé à Ivandry au domicile de l’ancien Président Albert Zafy le 31 décembre dernier. Officiellement, c’est dans le cadre du fihavanana malagasy où il faut rendre visite aux aînés pour présenter ses vœux. Mais il s’agit surtout d’amadouer le Professeur en vue d’une éventuelle alliance ou soutien lors des prochaines présidentielles 2018. Marc Ravalomanana veut s’assurer dès maintenant que le Professeur au mieux le soutienne pour les prochains scrutins ou au moins ne s’opposerait pas à lui ouvertement.

Rappelons que le Professeur Albert Zafy, son parti et son mouvement sont les seuls qui se sont opposés directement et officiellement au régime Ravalomanana pendant le règne de ce dernier. Ses adversaires directs qu’étaient les Ratsirakistes soit étiez en prison soit en exil.

Le parti présidentiel, le HVM semble snober le Professeur Albert Zafy comme indiquaient les proches du Professeur. Ces derniers reprochent notamment au Chef de l’Etat en exercice Hery Rajaonarimampianina de ne pas avoir tenu ses « promesses » envers le Professeur, Marc Ravalomanana s’engouffre dans la brèche. Le Professeur en tout cas maintient que si Hery Rajaonarimampianina veut le voir pour dialoguer sa porte est toujours grande ouverte.

En tout cas, Les anciens présidents Zafy et Ratsiraka seront vraisemblablement courtisés en vue de ces élections de 2018.

Tananews1 partages

Jiramaty : de très nombreuses coupures déjà

Un aperçu de ce que va être 2017 sans doute.

C’est vraiment pénible tout ça.

Et ce n’est toujours pas résolu en 6 mois.

L'express de Madagascar1 partages

Volleyball – Coupe d’Afrique des Champions – GNVB vise le Top10 au Cameroun

La GNVB a validé son ticket pour la coupe d’Afrique des clubs champions à Maurice. Les gendarmes représenteront donc la zone 7 au Cameroun en mars.

La gendarmerie nationale volleyball participera pour la deuxième fois à la coupe d’Afrique des clubs champions de volleyball. La version 2017 se tiendra fin mars au Cameroun. « Notre objectif, cette année au Cameroun, est de faire mieux qu’à notre première participation au Caire-Égypte » confie le colonel Heriniaina Rakotomalala, premier responsable du club, après la validation du billet pour l’Afrique lors de la dernière coupe des clubs des champions de l’océan Indien à l’ile Maurice. A leur première participation en sommet continental en mars de cette année, les gendarmes ont terminé douzième sur vingt quatre équipes et septième parmi les dix-sept pays représentés. Ce club, multiple champion de Madagascar et double champion de l’océan Indien, a obtenu sa qualification pour la coupe d’Afrique des clubs champions en conservant son titre lors de la dernière édition de la coupe de la zone 7 qui s’est tenue à l’île Maurice il y a deux semaines. « Le niveau technique au sein de l’océan Indien est de plus en plus élevé, malgré l’absence des Réunionnais. L’île Maurice et les Seychelles ont aligné des clubs constitués des jeunes relèves de qualité et de haut niveau. Nos atouts résident dans l’expérience et la condition physique, » résume Honoré Razafinjatovo de leur succès à cette coupe de l’océan Indien.

RenforcéLes joueurs de la GNVB pourront encore jouir des quelques de semaines de fête de Noël, de fin d’année et de nouvel an, avant d’entamer en mi-janvier l’intense préparation à la coupe d’Afrique. «  La moitié des membres de l’équipe à Maurice était des jeunes qui n’ont jamais disputé la CCCOI, renforcée par les expérimentés comme Andry be et Erick. On dit souvent qu’on ne change pas une équipe qui gagne mais quelques petits changements pourraient y avoir lieu concernant la composition de l’équipe. On a assez d’éléments, ceux qui n’ont pas pu aller à Maurice pourront réintégrer la formation selon leur forme » a mentionné le coach Honoré Razafinjatovo. « Nous allons faire de notre mieux pour améliorer notre classement à cette coupe d’Afrique. Les points forts lors de la coupe de l’océan Indien seront gardés et ceux faibles à rectifier » a conclu Le coach Honoré Razafin-jantovo.

Serge Rasanda

L'express de Madagascar1 partages

Saint Sylvestre – Quatre morts et quatre cents consultations

Célébration mouvementée de la nuit de la Saint Sylvestre et du nouvel an. Le bilan recueilli pendant ces deux jours l’hôpital Joseph Ravoahangy Andria­navalona, fait état de quatre morts. De source auprès du service de la morgue, un jeune homme de vingt-deux ans a trouvé la mort après qu’un individu lui ait planté un couteau en plein ventre. Cette agression meurtrière a été perpétrée à Volosarika Ambanidia dans la soirée d’avant-hier, aux alentours de 19 heures. En revanche, trois autres corps ont été répertoriés aux urgences. « Ils s’agissait de cadavres en dépôt. Ce sont des corps inertes qui ont été conduits à notre service. Nous n’avons pu rien faire », explique l’un des médecins urgentistes de permanence. « Les dépouilles non répertoriées ont été conduites ici en taxi », poursuit-il.L’équipe des urgences n’a pas, toutefois, chômé pendant ces deux jours. Près de quatre cents consultations sont dénombrées jusqu’à hier après midi, dont deux cent soixante quatre entre le 31 décembre à 8 heures, jusqu’au 1er janvier, à la même heure.

A.M.

L'express de Madagascar1 partages

Un partenaire stratégique bientôt

Le nom du nouveau partenaire stratégique d’Air Madagascar sera connu bientôt. Les sept compagnies qui ont manifesté leur intérêt à participer au capital social de la compagnie aérienne avaient jusqu’à fin 2016 pour déposer leurs offres. Trois offres auraient été retenues à la date du 22 décembre. Parmi les compagnies qui sont entrées dans cette course figurent Air Mauritius, Air Austral, Kenya Airways, Airlink, Ethiopian Airlines. Dans cette démarche d’ouverture de capital social d’Air Madagascar, l’État actionnaire veut rester toujours majoritaire avec 51% des actions.

L'express de Madagascar1 partages

Visite de courtoisie – Marc Ravalomanana chez Albert Zafy

L’événement est plutôt rare pour ne pas être souligné. À l’occasion des fêtes de fin d’année, l’ancien chef d’État Marc Ravalomanana s’est déplacé à Ivandry pour y rencontrer l’ancien président de la République, Albert Zafy. Aucun détail n’a filtré de la rencontre si ce ne sont les photos publiées sur les réseaux sociaux par les partisans du fondateur de Tiko.Il s’agirait d’une visite de courtoisie où il aurait surtout été question de la réconciliation nationale, le principal cheval de bataille du professeur Albert Zafy. Il n’est pourtant pas exclu que derrière ce geste, où il a lui-même pris la peine de rendre visite à un aîné, malgré les différends qui les opposent, Marc Ravalo­manana entend soigner son image politique.À l’approche des élections, l’ancien président veut mettre tous les atouts de son côté, et une poignée de mains avec celui qui ne l’a jamais porté dans son cœur pourrait s’avérer une très bonne opération de communication.

Juliano Randrianja

L'express de Madagascar1 partages

Ambatovy a réhabilité un lavoir public à Anjoma

La société minière Ambatovy a financé la réhabilitation d’un lavoir public à Anjoma, Toamasina. Après quatre mois de travaux de réhabilitation, la cérémonie de réouverture officielle de cette infrastructure publique qui constitue un des moyens pour Ambatovy d’aider la popu-lation à améliorer à la fois leur milieu de travail et leurs moyens de subsistance, a eu lieu le 28 décembre 2016.

L'express de Madagascar1 partages

Silamo misaron-tava tsy ihavanana

Tratry ny Taona isika mianakavy. Ho ambetin-teny mandritra ity volana janoary ity izany. Ho isan’ny fotoana fifanomezana malaza indrindra dia ny fiarahaban’ny Filohan’ny Repoblika. Tsy voatery ho lanonana tokana handaniam-bola mety ho fanafintohinana eny amin’ny Lapam-panjakana indray, fa azo tsara zaraina hiandalana : iray hiarahana amin’ny andrim-panjakana, faharoa hafa hifanatrehana amin’ny masoivoho iraisam-pirenena, fahatelo manaraka hanasana ny solontenam-piaraha-monina. Ka ny kabary tokana, ora iray hankaleo, ho tokotokoina hafatra fahaefatradiny avy : mba tsy ho teny lava mamatotra, anefa koa tsy ho teny fohy mihantona.Asa, Andriamatoa Filoha, raha mba tonga an-tsofinao ihany, fa tsy sanatria ka atelin’ireo Tandapa sasany tena maharatsy laza anao, ny fanontaniana tsy nahitam-baliny ela loatra ka zary lasa ahiahy tsy ihavanana rehefa ela ny ela.Raha hifampiarahaba isan-taona mantsy, ka fifampiarahabana fotsiny ihany hatrany, dia aleo tsorina fa fotoana very sy vola ariana. Ny fandraisam-pitenenana amin’ny vanim-potoana tahaka izao taona vaovao izao mantsy dia andrandraina fatratra loatra hany ka mila fitandremana manokana.Tsy hamerimberina fampanantenana poakaty. Tsy hitanisa lainga marivo tototra. Tsy hivarotra saka be loha. Hiaiky ny lesoka no fanetren-tena. Hanazava tsotra fotsiny ny zava-misy. Hamaritra ny fepetra hanarenana. Hanavao ny toky nifanomezana.Maro, Andriamatoa Filoha, ny ahiahy mampizara­zara saina. Singanina eto manokana ny fanontaniana tsy nahitam-baliny mihitsy mikasika ny fanokafana Moske silamo roa arivo. Iaraha-mahalala ny toe-draharaha iraisam-pirenena mahakasika indrindra ny mpino silamo sasany : «Frères musulmans», «salafistes», «Daesh», «Al-qaida», etsetra. Malaza ratsy loatra ny andraikitry ny firenena silamo tahaka an’i Arabia Saodita, izay efa tafiditra atsy Kômôro na Maldiva, amin’ny famokisana lainga ho fankahalana ny finoana hafa ankoatra ny islam.Mailo isika, Andriamatoa Filoha. Olona tsy fanta-pihaviana, misaron-tava, miparitaka vetivety, miely amin’ny Fokontany tsy ampoizina. Iza no tsy ho velom-panontaniana ?  Iza, avy aiza, hanao inona aty amintsika ? Fantatry ny Fanjakana ve firy marina no niditra ?  Nomena alalana fe-potoana firy teto ?  Ary efa samy lasa nitodi-doha nody sa misy nitampify antsokosoko any ho any ?Misy Silamo efa taranaka maromaro eto Madagasikara. Fa Madagasikara tsy mba ilay antsoina hoe «dar al-islam» na hoe «tany silamo», izay sisin-tanin’ny Nosintsika amin’ny Kômôro atsy avaratra andrefana na Maldiva atsy avaratra atsinanana, raha aty amin’ny Ranomasina Indiana. Ny Silamo niray nonina tamintsika teto hatrizay tsy mba nisalobona lamba mainty mampatahotra, tsy nisaron-tava mpamosavy, ary tsy nametrapetraka izao «halal» (fifandian-kisoa) mirentirenty etsy sy eroa ankehitriny izao.Iza, Andriamatoa Filoha, ireny olona ireny ? Tsy mba fomba-tany tety no fihaviny. Firenena ombieny ombieny no sahirana rehefa nampiantrano ireny karazan’olona ireny ka nihevitra azy ireny fa azo iaraha-monina. Tsy vonona haka volon-tany ireny, tsy hanaraka ny fomban’ny tompon-tany, fa izay finoany avy any no tiany hamabo antsika eto : zazavavy tsy handia fianarana, vehivavy ho gadraina hisarontava, lahy sy vavy tsy avela hifanindran-dalana, lalàna sy fomban-tany ho soloina ny didy jadona «charia», lalàna silamo araka ny boky Coran arahina ara-bakiteny, hiverin-dalana any amin’ny taonjato maro lasa efa nilaozan’ny toetr’andro.Kabary zato, teny arivo, Andriamatoa Filoha, fa ity ahiahy tokana ity no ho ambana indrindra ho an’ny Nosintsika amin’ity taona ity sy ato ho ato.

Par Nasolo-Valiavo Andriamihaja

Tananews0 partages

Orange Madagascar obtient enfin sa licence 4G

Effectivement il était temps de réagir car la 4G Telma elle, semble bien marcher.

Rajoutons les graves dysfonctionnements d’Orange durant tout le mois de décembre, la connectivité était tout simplement lamentable.

En attendant donc le déploiement à grande échelle de cette 4G d’Orange et les premiers tests de rapidité que nous ne manquerons pas d’effectuer.

Tananews0 partages

CUA : mise au point avec Easy Park

La CUA a fait le bilan avec Easy Park pour cette première année d’exploitation.

Quelques imperfections certes et notamment le comportement de certains agents d’Easy Park jugés indélicats par le Conseil municipal.

Ah bah ça c’est le problème de n’importe quel business à Babakoto Land : dès que vous employez des babakoto, ça part en vrille la plupart du temps.

Nous n’avons eu de cesse depuis les débuts d’Easy Park : l’automobiliste et la machine, point barre. Dès que vous mettez un babakoto intermédiaire entre les deux, ça ne peut que partir en sucette.

News Mada0 partages

Akon’ny fetin’ny faran’ny taona teto an-drenivohitra : nanjaka ny tsatok’antsy,telo no maty, maro ...

Nifety ny olona teto an-drenivohitra ny alin’ny 31 desambra teo. Nitobaka ny toaka sy ny labiera, indrindra tamin’ireo tanora. Nisy koa ny tsindron’antsy ka nahafatesana olona. Ny naratra mafy vokatry ny ady…

 Maro ny niady sy nifandramatra teny an-dalana. Tovolahy iray 22 taona maty voatsatok’antsy teny  Ambanidia, ny faran’ny taona teo, tamin’ny 9 ora alina tany ho any. Araka ny fanazavana azo, nandeha hamonjy fodiana izy io no sendra telo lahy nila vaniny taminy. Nosarahan’olona ihany ary efa samy niala teny an-toerana no niverina tampoka ireo telo lahy ka nanindrona antsy avy hatrany. Nitolefika ilay tovolahy ary nitsoaka ireo olon-dratsy. Nentina haingana teny amin’ny hopitaly saingy tsy tana ny ainy. Araka ny fanazavan’ny mpitsabo, nilentika tany amin’ny 8 sm ny antsy tamin’ny vatan’ilay tovolahy ka niteraka  » hémorragie interne« , ka nitarika ny fahafatesany.

Manahy vonoan’olona niniana natao ny fianakavian’ity niharam-bono ity. Efa mipetraka ny fitoriana eny amin’ny polisin’ny BC Anosy, ka miandry ny fanadihadiana izy ireo. Voalaza fa nisy nahita, ary be olona teny Ambanidia nandritra ity tranga ity. Mety tsy hanano-sarotra ny fahitana ny marina momba ity tranga ity.

Raha ny fanazavana azo ihany, maro ny naratra vokatry ny ady an-dalana teto an-dRenivohitra. Manodidina ny 70 teo ny nentina namonjy HJRA noho ny fifandratrana an-dalambe. Voalaza fa nahenoana fofona alikaola avokoa ireo olona ireo tamin’ny ankapobeny.

Tafakatra telo ny maty

Nahatratra 189 ny isan’ny olona nentina tany amin’ny HJRA nandritra ny fetin’ny faran’ny taona sy ny omaly fiandohan’ny taona. Tafakatra telo ny maty ankoatra ilay iray voalaza etsy ambony. Ny olona iray maty noho ny fandoavan-dra be loatra. Vokatry ny fisotroana be loatra nahatonga izany, hoy ny fanazavana. Ny fahatelo farany, maty an-dalana ary naterin’ny olona tao amin’ny HJRA. Nahatratra 37 ny isan’ny loza vokatry ny fifamoivoizana tamin’izany. 22 voatery naiditra hopitaly.

Amin’ny ankapobeny, niasa mafy hatrany teny amin’ny hopitaly nandritra ny fety. Nanao ny ainy tsy ho zavatra ihany koa ny mpitandro filaminana niasa nanao fisafoana nanerana ny tanàna. Marobe izy ireo nandeha an-tongotra tamin’ireo faritra mafana. Na teo aza ireo adiady ireo, voafehy amin’ny ankapobeny ny fandriampahalemana.

Yves S.

News Mada0 partages

Sprinter nivadika teny By Pass : olona 32 naratra, zaza efa-bolana voahitsaky ny olona

Sprinter, taxi-be iray nivadika teny amin’ny By Pass, teo amin’ny “rond point” Ambohimanambola omaly. Maro ny naratra, ary ny tena loza, zaza vao efa-bolana voahitsaky ny olona may hanavo-tena.

Olona 32 naratra vokatr’izany, ka vehivavy ny 17 ary 15 ny lehilahy tamin’ireo. Zazakely iray vao efa-bolana kosa naratra mafy voahitsaky ny olona nandritra ny fivadihan’ny fiara sy ny vonjy aina. Raha ny fanazavana azo, manaraka fitsaboana ilay zaza io amin’izao. Nentina teny amin’ny HJRA avokoa ireo naratra rehetra.

Araka ny filazan’ny olona teny By Pass, nandeha mafy ilay taxi-be io, avy any  By Pass Alasora hihazo an’Ambohimangakely. Nitondra olona mihoatra amin’ny tokony hoentiny, ka rehefa teo amin’ny fihodinana eo Ambohimanambola no nivadika amin’izay. Nanamafy ny mpandeha sy ny nahita maso ilay fiara fa nandeha mafy izy io.

Nanararaotra ny tsy fahampian’ny fiara miasa ihany koa ka tsy nametra ny olona zakany. Tsy nahalala nandeha mora anefa fa nirifatra maika ny hiverina ka izao ny vokany.

Tonga teny an-toerana ny mpitandro filaminana nanao ny famotorana momba ity loza ity.

Omaly ihany koa, teny  By Pass Ambohimangakely, taxi-be iray nandona moto Scooter. Potika tanteraka ity farany tafiditra tambanin’ilay fiara. Naratra mafy kosa ireo mpandeha ary efa naiditra hopitaly avokoa.

Nanahirana ny olona ny fakana taxi-be omaly tontolo. Mifanesika ny olona miditra, ny fiara tsy manakana izay miditra aminy, kanefa mandeha mafy. Mifanome tsiny eo ny rehetra, loza anefa no aterany. Fahaizana mandefitra, mifanaja ary mahalala onony mety ampihena ny loza.

Yves S.

News Mada0 partages

Ankasina 67 Ha : jiolahy nitondra P.A nanafika

Nanararaotra ny andro fety ny jiolahy. Roa lahy nisaron-tava nitondra P.A nanafika ny tokantranon’olona iray, teny Ankasina 67Ha, ny 30 desambra lasa teo, tamin’ny 1 ora maraina. Tsy tao an-trano ny tompon-trano fa zana-drahalahiny no niandry tao. Nohararaotin’ireo jiolahy izany. Tsy nahatohitra rahateo ilay mpiandry trano nanoloana ireo nitam-basy. Very tamin’izany ny vola 2.500.000 Ar, volamena 250 grama, lecteur, TV écran plat. Saika mbola hamaky trano hafa ireo jiolahy avy eo fa nitsoka kiririoka ny tao an-trano. Naka alika mpitsongo dia ny tompon-trano tamin’ny 08 ora sy 30 minitra maraina ka nijanona teo amin’ny tranon’ny lehilahy iray monina ao Ankasina ny alika. Nanaovana famotorana ity farany. Ny borigady Tana Ville no manao ny famotorana.

Yves S.

News Mada0 partages

Fin d’année des marchands ambulants : recrudescence des activités illégales

Parmi les faits qui ont marqué la fin de l’année 2016, la recrudescence des activités illégales des marchands ambulants s’est distinguée dans la capitale. Ce qui signifie qu’actuellement, les activités sûres, au détriment des autres, résident encore dans le commerce pour la majorité des Malgaches, du point de vue investissement.

Ces derniers temps, la veille des fêtes de fin d’année, on a pu remarquer le retour recrudescent des marchands, notamment les informels. Des marchands qui vendent n’importe où et n’importe quoi. En général, les marchandises qu’ils proposent ont trait aux apparats des fêtes de fin d’année comme les chaussures, les sacs pour dame et les robes, sans oublier les friandises.

Il y a même ceux qui vendent des déchets issus des bacs à ordures, à l’instar des bouteilles vides, des verres en plastique, des barquettes ainsi que les choses récupérées à l’issue d’un événement quelconque organisé dans les espaces et les restaurants. Les équipes chargées du nettoyage de ces établissements, et parfois les gardiens, sont les principaux fournisseurs de ces genres de produits, en dehors des objets qui sont jetés directement à la poubelle.

Plus de 80%, informels

Dans cette situation, les marchands de ce type inondent tous les marchés des quartiers, aussi bien en ville qu’en périphérie. D’après un responsable d’un marché de la capitale, plus de 80% de ces marchands sont informels, voire occasionnels. Au quotidien, on ne recense qu’une centaine de marchands dans son secteur, mais ce chiffre atteint le double, un peu plus, les jours de fêtes. «Ces marchands se contentent de payer les tickets du marché. D’ailleurs, on a reçu l’ordre de les laisser tranquilles en cette période de fêtes de fin d’année», a indiqué notre interlocuteur. Un temps de répit donc pour les marchands d’Analakely, avant de continuer l’habituelle poursuite et les échauffourées avec les agents de la municipalité d’Antananarivo. En effet, la CUA vient de souligner que l’assainissement de la capitale se poursuivra une fois les fêtes terminées.

Meilleure recette en Noël

La plupart des marchands, aussi bien formels qu’informels, ont tous avoué que la vente durant la période de Noël est plus avantageuse que celle de la fin d’année, l’un d’eux a même affirmé une chute de 60%. Ceux qui exercent dans la vente des accessoires de mode ont particulièrement ressenti cette différence. Seuls ceux qui sont dans les victuailles prétendent au moins garder le même chiffre d’affaires, voire un peu plus pour certains. En tout cas, tous ces marchands ont déclaré à l’unanimité que la vente n’est plus comme autrefois. «Certes, le chiffre d’affaires a augmenté, mais concernant le bénéfice, il s’amenuise d’année en année», déplore un marchand d’accessoires de mode, qui est dans l’activité depuis une quinzaine d’années. Il va sans dire que la concurrence devient aussi de plus en plus rude.

Sera R

 

News Mada0 partages

Salon de coiffure : au top la Saint-Sylvestre

Tous les salons d’esthétique et de coiffure pour dames ont été au top de leurs activités le jour de la Saint-Sylvestre. Selon les professionnels du secteur, l’effectif de leur clientèle a au moins triplé durant  cette période. De ce fait, bon nombre d’entre eux ont ouvert à partir de  4h, pour ne se fermer qu’aux environs de 22 h. «C’est le seul jour où nous ne recevons que sur rendez-vous, même si la cliente est une abonnée de longue date», a indiqué la gérante d’un salon de coiffure du côté de Behoririka. Et cette aubaine s’est poursuivie jusqu’à hier, aux environs de midi.

A titre d’information, le tarif d’une coiffure, pour une dame, est de 3.000 à 30.000 ariary. La différence dépend de la nature des cheveux de la cliente, des produits utilisés et surtout du standing du salon. En général, on met 30 minutes à une heure de temps pour coiffer une dame.

Sera R

Tia Tanindranaza0 partages

Zafy Albert sy Marc RavalomananaAo tsara ny fifandraisana

Tonga namangy ny zokiny indrindra amin'ireo filoha teo aloha Zafy Albert tany an-tranony ny 31 desambra 2016 lasa teo ny filoha Teo aloha Ravalomanana Marc

 

. Na samy filoha teo aloha aza izy ireo dia adidy amin'ny maha zandriny azy no natongavany teny an-toerana. Azo ambara fa manga ny lanitra eo amin’ny fifandraisan’ny roa tonta ka ho marik’izany indrindra dia nisy fakana sary fahatsiarovana niarahan’izy ireo. Tsy nisy nipika moa ny resaka nifanaovan’ny roa tonta tamin’izany nefa azo inoana fa ankoatra ny fifanomezam-bonihahitra noho ny fahatongavan’ny fetin’ny Asaramanitra dia tsy maintsy ho voaresaka tamin’ny dinika nifanaovana, amin’ny maha-mpanao politika azy ireo, ny raharaham-pirenena eto Madagasikara ankehitriny.

 

Ntsoavina Evariste

 

Tia Tanindranaza0 partages

Ho avy ny fanovana

Resaka fanovana mpikambana ao anatin’ny governemanta indray izao no vaovao mahoraka amin’izao taona vaovao izao, re fa efa eo am-panomanana tanteraka ny fifidianana izay mety ho tanterahana amin’ny 2019 fa tsy 2018 ny HVM ka mitady izay tena ekipa

RTT

Tia Tanindranaza0 partages

FJKM Ambodihady vaovaoNifarana ny fankalazana ny Noely

Tapitra ny zoma teo, tamin’ny fiseharan’ireo kilonga madinika tao am-piangonana , ny fankalazana ny Noely tao amin’ny fiangonana FJKM Ambodihady Vaovao

Ntsoavina Evariste

Tia Tanindranaza0 partages

Jiro sy rano tapa-davaPorofo ny fanjakazakan’ny vahiny ,hoy James Ratsima

Mbola nisy ihany ny delestazy tamin’ity herinandro nivalona iny na dia tafiditra tao anatin’ny fety aza. Ora iray isaky ny faritra iray no niainana izany raha kely indrindra ankoatra ny afaka omaly faran’ny taona sy omaly Alahady taom-baovao.

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Vokatry ny orinasa TIKO AAA Manomboka mitobaka ao Antsirabe

Raha Antananarivo no nitobahan’ny entana novokarin’ny Orinasa AAA Tiko teo am-bolohany dia efa manomboka azo jifaina sy mitobaka any Antsirabe ihany koa izany izao, indrindra fa nialoha ny fetin’ny faran’ny taona iny.

Tia Tanindranaza0 partages

Taona 2017Ho avy masiaka ireo mpiaro faritra arovana

Mirongatra be ny fahapotehan’ny tontolo iainana eto Madagasikara.

 

Tsy mahamenatra ireo mpitrandraka harena ankibon’ny tany tsy ara-dalàna intsony mihitsy mantsy ny miditra any amin’ireo faritra arovana, hoy ny FAPBM (Fondation pour les Aires Protégées et la Biodiversité de Madagascar). Sarotra rahateo ny manakana ireto mpandroba harem-pirenena ireto raha tsy misy ny fanampiana sy tohana avy amin’ny fanjakana mahefa sy ireo mpampiasa vola vahiny, araka ny fanazavan’ireo fikambanana mpiaro ala fady eto Madagasikara. Ho avy masiaka anefa ireto farany manomboka amin’ity taona vaovao 2017 ity, araka ny voarakitra ao anatin’ny fifanarahana natao sonia tamin’iny faran’ny taona 2016 iny. Hanokana vola 2 tapitrisa dolara na 6 miliara ariary moa ny fikambanambe mpiaro ireo faritra arovana, ireo biby sy zavamaniry eto Madagasikara sy ireo mpitantana ala fady manerana ny nosy. Hisitraka io famatsiambola io ny velarana 3.275.348 ha ao anatin’ireo toerana voaaro miisa 36.

Ramano F.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Ambarao mazava

Arahabaina ianao jean mbola nahatratra soamantsara ny 2017 a ! taiza ianareo no nifety izao, teto an-tanàna ihany ve sa naka rivo-dranomasina kely any amin’ilay hotelinao raitra dia raitra.

Marco

Tia Tanindranaza0 partages

Kaominina AmpitatafikaTaom-pahombiazana ny 2016

Taom-pahombiazana tanteraka ny taona 2016 ho an’ny kaominina Ampitatafika. Raha araka ny fanazavan’ny Ben’ny tanàna Rado Ramparaoelina mantsy dia saika tanteraka tamin’iny taona nivalona iny avokoa ny 50%-n’ny fampanantenana nataony tamin’ny vahoaka nandritra ny propagandiny.

 

 Anisan’ireny ny fahavitan’ny làlana 4km  izay vita rarivato tanteraka ny 2 km. Lalana 15 km hafa ihany koa ny namboarina hanana endrika tsara kokoa noho ny teo aloha toy ireo tsy vita rarivato. Teo amin’ny sehatry ny fanabeazana dia sekoly ambaratonga fototra roa ao Ambohimpamonjy sy Ambohimahitsy izay efa tsy niasa nandritra ny 30 taona no nasiam-panarenana ary efa miasa soa aman-tsara. Mpianatra miisa 75 isanisany no manovo fahalalana amin’ireo EPP ireo ary efa saika lasa mpiasam-panjakana avokoa ny mpampianatra mandray an-tànana izany. Ampy tsara ihany koa ny dabilio sy ny seza amin’ireo sekoly ireo hoy hatrany ny Ben’ny tanàna ary efa nakana indray aza nentina nanampiana ireo EPP sasany tena sahirana hafa. Mbola nanampy ireo Ray aman-dRenin’ny mpianatra tamin’ny fampidirana an-janany an-tsekoly ihany koa ny kaominina ny volana Septambra teo. Lela-vola 10.000 ka hatramin’ny 50.000 Ar no nomena ny tsirairay tamin’izany niankina tamin’ny isan’ny zanany nentina nanampiana azy ireo tamin’ny saram-pisoratanan’anarana sy ny saram-pianarana. Efa misokatra ihany koa ny tsena isaky ny andro Sabotsy hoy hatrany ity Ben’ny tanàna ity izay nanafoana ny mpivarotra amoron-dalana. Hafa dia hafa mantsy ny paikady nampiasain’izy ireo satria  dia nomena fankasitrahana 10.000 Ar isanisany avy ny mpivarotra ka  samy niditra naka toerana avokoa.

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Rajaonari..mampiesona !

Maivana.Izay no azo amintinana ny kabarin’ny filoha Hery Rajaonarimampianina ny takarivan’ny sabotsy 31 desambra 2016 lasa teo

RTT

Tia Tanindranaza0 partages

Depiote Rasoanoromalala HoraceHanohy hatrany ny asa fanasoavana an’Ambohimanarina

Nameno ny fandaharam-potoanan’ny solombavambahoakan’i Madagasikara Rasoanoromalala Horace nandritra ny asaramanitry ny Noely sy faran’ny taona 2016 ny fitsinjovana manokana ireo mpiara-belona monina ao anatin’ny boriboritany faha-6.

Ramano F.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Lalàm-pifidianana vaovao3 volana ny famolavolana azy

Tsy ireo mpisehatra Malagasy irery no nandroso soso-kevitra fanitsiana ny lalàm-pifidianana eto Madagasikara.

Ramano F.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Ankolafy TIM Boriborintany faha-6Mifanohana amin’ny fijerena ny vahoaka

Mifanohana tanteraka ireo ankolafy TIM isan-tsokajiny eny amin’ny Boriborintany faha-6 amin’ny fijerena ny sosialim-bahoaka eny amin’ity faritra ity.

 

 Koa tamin’ny faran’ny herinandro faran’ny taona 2016 lasa teo iny ary, dia nifarimbona nanotrona sy nanome tanana ny FOKOTOTIM Ambodimita tamin’ny  fizarany fanomezana fanampiana samihafa niatrehan’ny vahoaka teny an-toerana ny fetin’n y faran’ny taona 2016 na ny solombavambahoaka voafidy teny an-toerana , Rasoanoromalala Horace, izay sady  anisan’ireo lohandoham-pisorona mitarika ny antoko TIM eny Ambohimanarina eny, na ireo mpikamba Distim 6è notarihan’ny filohany, na ny solontenan’ny lefitry ny delegen’ny Boriborintany faha-6 izay mpikambana TIM ihany koa. Nivoitra teny Ambodimita tamin’io fotoana io ny fampanantenana nomen’ity FOKOTIM Ambodimita ity fa ho tazomin-dry zareo hatrny amin’ny 2018 ny maha-lohany azy ireo eo amin’ny fididianana hiseho eto amin’ny firenena noho ny fanarahana tsara ny toromarika avy amin’ny filohan’ny antoko Marc Ravalomanana.

Ntsoavina Evariste

 

 

 

Ino Vaovao0 partages

REVEILLON : Teo am-piandrasana ny taona vaovao no tapaka nandritra ny 40 mn ny jiro

Nandritra ny fiandrasana ny figadonan’ny taona vaovao dia nirotsaka tampoka ny haizina fa tapaka ny jiro saika tamin’ny Fokontany rehetra.

Tsy nisy azo natao, indrindra ho an’ireo tsy manana fitaovana mpamokatra herinaratra fa namelona labozia.

Na niverina aza ny jiro 40 minitra taty aoriana dia niaina tamim-piahiahiana ny hahatapahan’ny jiro ihany ny mponina.

Nanomboka teo anefa dia nandeha tsara ny jiro fa ny maraina indray vao tapaka.

Vanessa

Ino Vaovao0 partages

MAHAJANGA : Naresaka ny fanaovam-beloma ny taona 2016 ny alin’ny 31 desambra masa teo

Dj avokoa kosa no nampandihy sy nanafana ny lanonana tany amin’ireo trano fandihizana sy fanaovana lanonana rehetra teto an-toerana.

Tao amin’ny Môny misôma ity mpanakanto ity no nanafana ny lanonana famaranana ny taona. Feno hipoka ny kianja fandihizana tao anatiny raha mbola maro no tsy tafiditra taty ivelany.

Tahaka izay koa ireo trano fivavahana tahaka ny an’ny Vahao ny oloko tao Ampasika dia nanakoako mihitsy ny tao amin’ny ex OFMATA. Tsy vitsy ireo namarana ny taona tany amin’ny Bord iny ny alin’ny 31 desambra.

Naroso ny tolakandron’ny 31 desambra kosa ny moraingy tsisy ihinanam-paraky izay nokarakarain’ny maitre Dadah. Nanomboka tamin’ny 3 ora tolakandro tao amin’ny EPP Cité Tsaramandroso. Natao io ho fanaovam-beloma ny taona 2016, ka nanasana ny rehetra mpankafy moraingy.

Akoatra izay dia vao nigadona ny taona vaovao dia betsaka ireo manana fitaovam-pitaterana no niaraka nandehandeha eran’ny tanàna nampaneno anjomara.

Betsaka ny mpitandro filaminana no nanao ny fisafoana mba hampandriana fahalemana ny tanàna.

Vanessa sy Fety

Ino Vaovao0 partages

FARAN’NY TAONA : Mpampianatra efatra sy mpianatra roapolo notolorana vorontsiloza

Nanolotra vorontsiloza ho an’ireo mpianatra ao amin’ny kilasy fahadimy, amin’ny ambaratonga fototra, ary mpianatra ao amin’ny kilasy fahatelo kosa amin’ny ambaratonga faharoa, ary ny mpianatra amin’ny kilasy famaranana izy. Ireo mpianatra izay nahazo ny salan’isa ambony no notolorana vorontsiloza tsirairay io, ka naka roa ny avy amin’ny tsy miankina ary samy nakana roa ihany koa ny avy amin’ny Fanjakana, ka natao isaky ny Zap izany.

Tsy nohadinoiny ihany koa ireo mpanabe, ka nisy ny antsapaka natao ka mpampianatra efatra no nahazo vorontsiloza tamin’ny alalan’ny antsapaka.

Natrehin’ny Lehiben’ny Faritra Atsimo Andrefana sy ny ben’ny tanànan’i Toliara izany rehetra izany, ary notronin’ireo talem-paritra maro. Hisy ihany koa ny fianarana teny Frantsay sy angilisy ho an’ireo mpianatra nahazo naoty ambony tamin’iny fanadinam-panjakana farany teo ireny.

Bems

Madagascar Tribune0 partages

Aucune hausse pour le mois de janvier

Si à chaque début du mois les consommateurs attendent et se préparent à une hausse des prix en ce qui concerne les carburants, ce mois de janvier 2018 semble y avoir dérogé. En effet, jusqu’à maintenant, les stations affichent les mêmes prix que l’année dernière, au mois de décembre. Aussi, le litre du super est de 3 380 ariary, le gas-oil à 3 190 ariary et le pétrole à 2 370 ariary. Il semble donc que l’Etat malgache ait réussi à négocier un répit pour débuter l’année. Ceci alors que depuis quelques mois, les prix n’ont cessé d’augmenter, pour atteindre sous peu la barre des 4000 ariary en ce qui concerne le carburant super. Les consommateurs ne devraient toutefois pas jubiler trop vite car selon les prévisions des économistes, le prix du carburant connaitra une hausse vertigineuse cette année. Une hausse que l’on pourrait observer d’ici le mois prochain. Les raisons sont multiples et viennent de toute part. En premier, la hausse des cours du pétrole sur le marché international affectera sans aucun doute les distributeurs malgaches Outre cela, la dégringolade que connait l’’Ariary et qui risque de continuer aura aussi un effet sur le prix du carburant. Et enfin, l’augmentation des taxes sur les produits pétroliers décidée dans la loi de finance 2018 aura un effet considérable.

Madagascar Tribune0 partages

Rivo Rakotovao sorti de sa silence

Il fallait s’y attendre. L’élection, rien que l’élection et l’attente des résultats officiels. C’est sur cela que le discours à la nation formulé par le président de la République par intérim, Rivo Rakotovao dans la nuit du lundi 31 décembre s’est focalisé. Les vœux étant nombreux, en son nom personnel et au nom de sa famille, mais l’essentiel porte sur les attentes de la plupart de citoyen concernant le scrutin présidentiel du 19 décembre dernier.

« Les Malgaches ont soif d’une élection crédible et transparente. Le détournement du choix de la population, de quelque manière qu’il soit, est un déni de la démocratie républicaine. Les Malgaches ne méritent pas cela », a-t-il lancé après avoir indiqué que « L’objectif de la population est d’atteindre des résultats qui confortent la majorité sociale et la majorité politique qui garantissent d’ailleurs la stabilité d’un pouvoir et le respect d’un état de droit et de la bonne gouvernance ».

Le Chef de l’Etat par intérim, sorti enfin de son silence par rapport à la situation politique post-électorale dans le pays, semble reconnaitre dans son discours l’existence de fraudes ou de tentatives de détournement de voix lors de la dernière élection présidentielle dans le pays.

Serait-ce une tendance appuyée en faveur du candidat Marc Ravalomanana qui, en finissant provisoirement deuxième dans cette course à la magistrature suprême, derrière le candidat Andry Rajoelina, dénonce des fraudes lors de sa rencontre avec le président par intérim au palais d’Ambohitsirohotra quelques semaines plus tôt, ou il s’agit d’une position tangente à celle du parti au pouvoir HVM que Rivo Rakotovao présidait et qui a également dénoncé les irrégularités après la défaite cuisante du président sortant, Hery Rajaonarimampianina au premier tour de la présidentielle ?

En tout cas, cette déclaration du Chef de l’Etat par intérim a d’importante signification politique bien qu’il ait tenté d’arrondir les angles, en lançant un message à l’endroit des deux candidats en déclarant que « Malgré tout, il faut avoir l’esprit fair-play en revenant aux valeurs culturelles malgaches qui dictent qu’on n’encense pas le vainqueur et qu’on ne se moque pas non plus du vaincu ».

Le Premier ministre, Christian Ntsay, dont la concurrence politique avec le Chef de l’Etat par intérim assez marqué ces derniers temps, a également lancé un message à la nation dans le sens d’un appel à l’apaisement. Il exhorte notamment la population à attendre les résultats définitifs et officiels dans le calme et demande principalement aux candidats de respecter le choix du peuple dans sa majorité.

Le chef du gouvernement a remercié la population pour avoir contribué à instaurer le climat d’apaisement et de paix de façon générale, et pour avoir respecté l’ordre public tout au long du processus électoral ayant débuté au mois de juin dernier.

Madagascar Tribune0 partages

Les partisans de Marc Ravalomanana reviennent sur la place du 13 mai

La trêve des confiseurs est bel et bien terminée. Les partisans du candidat Marc Ravalomanana, prévoient de revenir à la charge sur la place du 13 mai ce mercredi 2 janvier. Comme lors du premier rendez-vous du samedi 29 décembre, le rassemblement est prévu sur le parvis de l’Hôtel de ville ce matin. Dénoncer les fraudes massives lors du second tour de l’élection présidentielle du 19 décembre dernier, tel serait le crédo des manifestants.

Des tentatives d’empêchement de cette manifestation par les forces de l’ordre auraient eu lieu hier dans la soirée. La préfecture aurait envisagé d’enlever le matériel de sonorisation et le chapiteau installé par les manifestants devant l’hôtel de ville, en face de la rue de l’Indépendance. L’équipe de communication du comité de soutien du candidat Marc Ravalomanana précise pourtant que le chapiteau reste encore sur place ce mercredi matin, tout comme le matériel de sonorisation. Un appel à la mobilisation des partisans du candidat N°25 était également lancé sur les stations radiophoniques acquises à sa cause. Reste à savoir si au lendemain du nouvel an, l’enthousiasme de ses partisans serait-il encore intact.

Madagascar Tribune0 partages

Rivo Rakotovao sorti de son silence

Il fallait s’y attendre. L’élection, rien que l’élection et l’attente des résultats officiels. C’est sur cela que le discours à la nation formulé par le président de la République par intérim, Rivo Rakotovao dans la nuit du lundi 31 décembre s’est focalisé. Les vœux étant nombreux, en son nom personnel et au nom de sa famille, mais l’essentiel porte sur les attentes de la plupart de citoyen concernant le scrutin présidentiel du 19 décembre dernier.

« Les Malgaches ont soif d’une élection crédible et transparente. Le détournement du choix de la population, de quelque manière qu’il soit, est un déni de la démocratie républicaine. Les Malgaches ne méritent pas cela », a-t-il lancé après avoir indiqué que « L’objectif de la population est d’atteindre des résultats qui confortent la majorité sociale et la majorité politique qui garantissent d’ailleurs la stabilité d’un pouvoir et le respect d’un état de droit et de la bonne gouvernance ».

Le Chef de l’Etat par intérim, sorti enfin de son silence par rapport à la situation politique post-électorale dans le pays, semble reconnaitre dans son discours l’existence de fraudes ou de tentatives de détournement de voix lors de la dernière élection présidentielle dans le pays.

Serait-ce une tendance appuyée en faveur du candidat Marc Ravalomanana qui, en finissant provisoirement deuxième dans cette course à la magistrature suprême, derrière le candidat Andry Rajoelina, dénonce des fraudes lors de sa rencontre avec le président par intérim au palais d’Ambohitsirohotra quelques semaines plus tôt, ou il s’agit d’une position tangente à celle du parti au pouvoir HVM que Rivo Rakotovao présidait et qui a également dénoncé les irrégularités après la défaite cuisante du président sortant, Hery Rajaonarimampianina au premier tour de la présidentielle ?

En tout cas, cette déclaration du Chef de l’Etat par intérim a d’importante signification politique bien qu’il ait tenté d’arrondir les angles, en lançant un message à l’endroit des deux candidats en déclarant que « Malgré tout, il faut avoir l’esprit fair-play en revenant aux valeurs culturelles malgaches qui dictent qu’on n’encense pas le vainqueur et qu’on ne se moque pas non plus du vaincu ».

Le Premier ministre, Christian Ntsay, dont la concurrence politique avec le Chef de l’Etat par intérim assez marqué ces derniers temps, a également lancé un message à la nation dans le sens d’un appel à l’apaisement. Il exhorte notamment la population à attendre les résultats définitifs et officiels dans le calme et demande principalement aux candidats de respecter le choix du peuple dans sa majorité.

Le chef du gouvernement a remercié la population pour avoir contribué à instaurer le climat d’apaisement et de paix de façon générale, et pour avoir respecté l’ordre public tout au long du processus électoral ayant débuté au mois de juin dernier.

Madagascar Tribune0 partages

Rivo Rakotovao sorti de son silence

Il fallait s’y attendre. L’élection, rien que l’élection et l’attente des résultats officiels. C’est sur cela que le discours à la nation formulé par le président de la République par intérim, Rivo Rakotovao dans la nuit du lundi 31 décembre s’est focalisé. Les vœux étant nombreux, en son nom personnel et au nom de sa famille, mais l’essentiel porte sur les attentes de la plupart de citoyen concernant le scrutin présidentiel du 19 décembre dernier.

« Les Malgaches ont soif d’une élection crédible et transparente. Le détournement du choix de la population, de quelque manière qu’il soit, est un déni de la démocratie républicaine. Les Malgaches ne méritent pas cela », a-t-il lancé après avoir indiqué que « L’objectif de la population est d’atteindre des résultats qui confortent la majorité sociale et la majorité politique qui garantissent d’ailleurs la stabilité d’un pouvoir et le respect d’un état de droit et de la bonne gouvernance ».

Le Chef de l’Etat par intérim, sorti enfin de son silence par rapport à la situation politique post-électorale dans le pays, semble reconnaitre dans son discours l’existence de fraudes ou de tentatives de détournement de voix lors de la dernière élection présidentielle dans le pays.

Serait-ce une tendance appuyée en faveur du candidat Marc Ravalomanana qui, en finissant provisoirement deuxième dans cette course à la magistrature suprême, derrière le candidat Andry Rajoelina, dénonce des fraudes lors de sa rencontre avec le président par intérim au palais d’Ambohitsirohotra quelques semaines plus tôt, ou il s’agit d’une position tangente à celle du parti au pouvoir HVM que Rivo Rakotovao présidait et qui a également dénoncé les irrégularités après la défaite cuisante du président sortant, Hery Rajaonarimampianina au premier tour de la présidentielle ?

En tout cas, cette déclaration du Chef de l’Etat par intérim a d’importante signification politique bien qu’il ait tenté d’arrondir les angles, en lançant un message à l’endroit des deux candidats en déclarant que « Malgré tout, il faut avoir l’esprit fair-play en revenant aux valeurs culturelles malgaches qui dictent qu’on n’encense pas le vainqueur et qu’on ne se moque pas non plus du vaincu ».

Le Premier ministre, Christian Ntsay, dont la concurrence politique avec le Chef de l’Etat par intérim assez marqué ces derniers temps, a également lancé un message à la nation dans le sens d’un appel à l’apaisement. Il exhorte notamment la population à attendre les résultats définitifs et officiels dans le calme et demande principalement aux candidats de respecter le choix du peuple dans sa majorité.

Le chef du gouvernement a remercié la population pour avoir contribué à instaurer le climat d’apaisement et de paix de façon générale, et pour avoir respecté l’ordre public tout au long du processus électoral ayant débuté au mois de juin dernier.

Madagascar Tribune0 partages

Les partisans de Marc Ravalomanana reviennent sur la place du 13 mai

La trêve des confiseurs est bel et bien terminée. Les partisans du candidat Marc Ravalomanana, prévoient de revenir à la charge sur la place du 13 mai ce mercredi 2 janvier. Comme lors du premier rendez-vous du samedi 29 décembre, le rassemblement est prévu sur le parvis de l’Hôtel de ville ce matin. Dénoncer les fraudes massives lors du second tour de l’élection présidentielle du 19 décembre dernier, tel serait le crédo des manifestants.

Des tentatives d’empêchement de cette manifestation par les forces de l’ordre auraient eu lieu hier dans la soirée. La préfecture aurait envisagé d’enlever le matériel de sonorisation et le chapiteau installé par les manifestants devant l’hôtel de ville, en face de la rue de l’Indépendance. L’équipe de communication du comité de soutien du candidat Marc Ravalomanana précise pourtant que le chapiteau reste encore sur place ce mercredi matin, tout comme le matériel de sonorisation. Un appel à la mobilisation des partisans du candidat N°25 était également lancé sur les stations radiophoniques acquises à sa cause. Reste à savoir si au lendemain du nouvel an, l’enthousiasme de ses partisans serait-il encore intact.

Madagascar Tribune0 partages

Les partisans de Marc Ravalomanana reviennent sur la place du 13 mai

La trêve des confiseurs est bel et bien terminée. Les partisans du candidat Marc Ravalomanana, prévoient de revenir à la charge sur la place du 13 mai ce mercredi 2 janvier. Comme lors du premier rendez-vous du samedi 29 décembre, le rassemblement est prévu sur le parvis de l’Hôtel de ville ce matin. Dénoncer les fraudes massives lors du second tour de l’élection présidentielle du 19 décembre dernier, tel serait le crédo des manifestants.

Des tentatives d’empêchement de cette manifestation par les forces de l’ordre auraient eu lieu hier dans la soirée. La préfecture aurait envisagé d’enlever le matériel de sonorisation et le chapiteau installé par les manifestants devant l’hôtel de ville, en face de la rue de l’Indépendance. L’équipe de communication du comité de soutien du candidat Marc Ravalomanana précise pourtant que le chapiteau reste encore sur place ce mercredi matin, tout comme le matériel de sonorisation. Un appel à la mobilisation des partisans du candidat N°25 était également lancé sur les stations radiophoniques acquises à sa cause. Reste à savoir si au lendemain du nouvel an, l’enthousiasme de ses partisans serait-il encore intact.

Madagascar Tribune0 partages

Rivo Rakotovao sorti de son silence

Il fallait s’y attendre. L’élection, rien que l’élection et l’attente des résultats officiels. C’est sur cela que le discours à la nation formulé par le président de la République par intérim, Rivo Rakotovao dans la nuit du lundi 31 décembre s’est focalisé. Les vœux étant nombreux, en son nom personnel et au nom de sa famille, mais l’essentiel porte sur les attentes de la plupart de citoyen concernant le scrutin présidentiel du 19 décembre dernier.

« Les Malgaches ont soif d’une élection crédible et transparente. Le détournement du choix de la population, de quelque manière qu’il soit, est un déni de la démocratie républicaine. Les Malgaches ne méritent pas cela », a-t-il lancé après avoir indiqué que « L’objectif de la population est d’atteindre des résultats qui confortent la majorité sociale et la majorité politique qui garantissent d’ailleurs la stabilité d’un pouvoir et le respect d’un état de droit et de la bonne gouvernance ».

Le Chef de l’Etat par intérim, sorti enfin de son silence par rapport à la situation politique post-électorale dans le pays, semble reconnaitre dans son discours l’existence de fraudes ou de tentatives de détournement de voix lors de la dernière élection présidentielle dans le pays.

Serait-ce une tendance appuyée en faveur du candidat Marc Ravalomanana qui, en finissant provisoirement deuxième dans cette course à la magistrature suprême, derrière le candidat Andry Rajoelina, dénonce des fraudes lors de sa rencontre avec le président par intérim au palais d’Ambohitsirohotra quelques semaines plus tôt, ou il s’agit d’une position tangente à celle du parti au pouvoir HVM que Rivo Rakotovao présidait et qui a également dénoncé les irrégularités après la défaite cuisante du président sortant, Hery Rajaonarimampianina au premier tour de la présidentielle ?

En tout cas, cette déclaration du Chef de l’Etat par intérim a d’importante signification politique bien qu’il ait tenté d’arrondir les angles, en lançant un message à l’endroit des deux candidats en déclarant que « Malgré tout, il faut avoir l’esprit fair-play en revenant aux valeurs culturelles malgaches qui dictent qu’on n’encense pas le vainqueur et qu’on ne se moque pas non plus du vaincu ».

Le Premier ministre, Christian Ntsay, dont la concurrence politique avec le Chef de l’Etat par intérim assez marqué ces derniers temps, a également lancé un message à la nation dans le sens d’un appel à l’apaisement. Il exhorte notamment la population à attendre les résultats définitifs et officiels dans le calme et demande principalement aux candidats de respecter le choix du peuple dans sa majorité.

Le chef du gouvernement a remercié la population pour avoir contribué à instaurer le climat d’apaisement et de paix de façon générale, et pour avoir respecté l’ordre public tout au long du processus électoral ayant débuté au mois de juin dernier.

Madagascar Tribune0 partages

Rivo Rakotovao sorti de son silence

Il fallait s’y attendre. L’élection, rien que l’élection et l’attente des résultats officiels. C’est sur cela que le discours à la nation formulé par le président de la République par intérim, Rivo Rakotovao dans la nuit du lundi 31 décembre s’est focalisé. Les vœux étant nombreux, en son nom personnel et au nom de sa famille, mais l’essentiel porte sur les attentes de la plupart de citoyen concernant le scrutin présidentiel du 19 décembre dernier.

« Les Malgaches ont soif d’une élection crédible et transparente. Le détournement du choix de la population, de quelque manière qu’il soit, est un déni de la démocratie républicaine. Les Malgaches ne méritent pas cela », a-t-il lancé après avoir indiqué que « L’objectif de la population est d’atteindre des résultats qui confortent la majorité sociale et la majorité politique qui garantissent d’ailleurs la stabilité d’un pouvoir et le respect d’un état de droit et de la bonne gouvernance ».

Le Chef de l’Etat par intérim, sorti enfin de son silence par rapport à la situation politique post-électorale dans le pays, semble reconnaitre dans son discours l’existence de fraudes ou de tentatives de détournement de voix lors de la dernière élection présidentielle dans le pays.

Serait-ce une tendance appuyée en faveur du candidat Marc Ravalomanana qui, en finissant provisoirement deuxième dans cette course à la magistrature suprême, derrière le candidat Andry Rajoelina, dénonce des fraudes lors de sa rencontre avec le président par intérim au palais d’Ambohitsirohotra quelques semaines plus tôt, ou il s’agit d’une position tangente à celle du parti au pouvoir HVM que Rivo Rakotovao présidait et qui a également dénoncé les irrégularités après la défaite cuisante du président sortant, Hery Rajaonarimampianina au premier tour de la présidentielle ?

En tout cas, cette déclaration du Chef de l’Etat par intérim a d’importante signification politique bien qu’il ait tenté d’arrondir les angles, en lançant un message à l’endroit des deux candidats en déclarant que « Malgré tout, il faut avoir l’esprit fair-play en revenant aux valeurs culturelles malgaches qui dictent qu’on n’encense pas le vainqueur et qu’on ne se moque pas non plus du vaincu ».

Le Premier ministre, Christian Ntsay, dont la concurrence politique avec le Chef de l’Etat par intérim assez marqué ces derniers temps, a également lancé un message à la nation dans le sens d’un appel à l’apaisement. Il exhorte notamment la population à attendre les résultats définitifs et officiels dans le calme et demande principalement aux candidats de respecter le choix du peuple dans sa majorité.

Le chef du gouvernement a remercié la population pour avoir contribué à instaurer le climat d’apaisement et de paix de façon générale, et pour avoir respecté l’ordre public tout au long du processus électoral ayant débuté au mois de juin dernier.

Madagascar Tribune0 partages

Rivo Rakotovao sorti de son silence

Il fallait s’y attendre. L’élection, rien que l’élection et l’attente des résultats officiels. C’est sur cela que le discours à la nation formulé par le président de la République par intérim, Rivo Rakotovao dans la nuit du lundi 31 décembre s’est focalisé. Les vœux étant nombreux, en son nom personnel et au nom de sa famille, mais l’essentiel porte sur les attentes de la plupart de citoyen concernant le scrutin présidentiel du 19 décembre dernier.

« Les Malgaches ont soif d’une élection crédible et transparente. Le détournement du choix de la population, de quelque manière qu’il soit, est un déni de la démocratie républicaine. Les Malgaches ne méritent pas cela », a-t-il lancé après avoir indiqué que « L’objectif de la population est d’atteindre des résultats qui confortent la majorité sociale et la majorité politique qui garantissent d’ailleurs la stabilité d’un pouvoir et le respect d’un état de droit et de la bonne gouvernance ».

Le Chef de l’Etat par intérim, sorti enfin de son silence par rapport à la situation politique post-électorale dans le pays, semble reconnaitre dans son discours l’existence de fraudes ou de tentatives de détournement de voix lors de la dernière élection présidentielle dans le pays.

Serait-ce une tendance appuyée en faveur du candidat Marc Ravalomanana qui, en finissant provisoirement deuxième dans cette course à la magistrature suprême, derrière le candidat Andry Rajoelina, dénonce des fraudes lors de sa rencontre avec le président par intérim au palais d’Ambohitsirohotra quelques semaines plus tôt, ou il s’agit d’une position tangente à celle du parti au pouvoir HVM que Rivo Rakotovao présidait et qui a également dénoncé les irrégularités après la défaite cuisante du président sortant, Hery Rajaonarimampianina au premier tour de la présidentielle ?

En tout cas, cette déclaration du Chef de l’Etat par intérim a d’importante signification politique bien qu’il ait tenté d’arrondir les angles, en lançant un message à l’endroit des deux candidats en déclarant que « Malgré tout, il faut avoir l’esprit fair-play en revenant aux valeurs culturelles malgaches qui dictent qu’on n’encense pas le vainqueur et qu’on ne se moque pas non plus du vaincu ».

Le Premier ministre, Christian Ntsay, dont la concurrence politique avec le Chef de l’Etat par intérim assez marqué ces derniers temps, a également lancé un message à la nation dans le sens d’un appel à l’apaisement. Il exhorte notamment la population à attendre les résultats définitifs et officiels dans le calme et demande principalement aux candidats de respecter le choix du peuple dans sa majorité.

Le chef du gouvernement a remercié la population pour avoir contribué à instaurer le climat d’apaisement et de paix de façon générale, et pour avoir respecté l’ordre public tout au long du processus électoral ayant débuté au mois de juin dernier.

Madagascar Tribune0 partages

Rivo Rakotovao sorti de son silence

Il fallait s’y attendre. L’élection, rien que l’élection et l’attente des résultats officiels. C’est sur cela que le discours à la nation formulé par le président de la République par intérim, Rivo Rakotovao dans la nuit du lundi 31 décembre s’est focalisé. Les vœux étant nombreux, en son nom personnel et au nom de sa famille, mais l’essentiel porte sur les attentes de la plupart de citoyen concernant le scrutin présidentiel du 19 décembre dernier.

« Les Malgaches ont soif d’une élection crédible et transparente. Le détournement du choix de la population, de quelque manière qu’il soit, est un déni de la démocratie républicaine. Les Malgaches ne méritent pas cela », a-t-il lancé après avoir indiqué que « L’objectif de la population est d’atteindre des résultats qui confortent la majorité sociale et la majorité politique qui garantissent d’ailleurs la stabilité d’un pouvoir et le respect d’un état de droit et de la bonne gouvernance ».

Le Chef de l’Etat par intérim, sorti enfin de son silence par rapport à la situation politique post-électorale dans le pays, semble reconnaitre dans son discours l’existence de fraudes ou de tentatives de détournement de voix lors de la dernière élection présidentielle dans le pays.

Serait-ce une tendance appuyée en faveur du candidat Marc Ravalomanana qui, en finissant provisoirement deuxième dans cette course à la magistrature suprême, derrière le candidat Andry Rajoelina, dénonce des fraudes lors de sa rencontre avec le président par intérim au palais d’Ambohitsirohotra quelques semaines plus tôt, ou il s’agit d’une position tangente à celle du parti au pouvoir HVM que Rivo Rakotovao présidait et qui a également dénoncé les irrégularités après la défaite cuisante du président sortant, Hery Rajaonarimampianina au premier tour de la présidentielle ?

En tout cas, cette déclaration du Chef de l’Etat par intérim a d’importante signification politique bien qu’il ait tenté d’arrondir les angles, en lançant un message à l’endroit des deux candidats en déclarant que « Malgré tout, il faut avoir l’esprit fair-play en revenant aux valeurs culturelles malgaches qui dictent qu’on n’encense pas le vainqueur et qu’on ne se moque pas non plus du vaincu ».

Le Premier ministre, Christian Ntsay, dont la concurrence politique avec le Chef de l’Etat par intérim assez marqué ces derniers temps, a également lancé un message à la nation dans le sens d’un appel à l’apaisement. Il exhorte notamment la population à attendre les résultats définitifs et officiels dans le calme et demande principalement aux candidats de respecter le choix du peuple dans sa majorité.

Le chef du gouvernement a remercié la population pour avoir contribué à instaurer le climat d’apaisement et de paix de façon générale, et pour avoir respecté l’ordre public tout au long du processus électoral ayant débuté au mois de juin dernier.

Madagascar Tribune0 partages

Les partisans de Marc Ravalomanana reviennent sur la place du 13 mai

La trêve des confiseurs est bel et bien terminée. Les partisans du candidat Marc Ravalomanana, prévoient de revenir à la charge sur la place du 13 mai ce mercredi 2 janvier. Comme lors du premier rendez-vous du samedi 29 décembre, le rassemblement est prévu sur le parvis de l’Hôtel de ville ce matin. Dénoncer les fraudes massives lors du second tour de l’élection présidentielle du 19 décembre dernier, tel serait le crédo des manifestants.

Des tentatives d’empêchement de cette manifestation par les forces de l’ordre auraient eu lieu hier dans la soirée. La préfecture aurait envisagé d’enlever le matériel de sonorisation et le chapiteau installé par les manifestants devant l’hôtel de ville, en face de la rue de l’Indépendance. L’équipe de communication du comité de soutien du candidat Marc Ravalomanana précise pourtant que le chapiteau reste encore sur place ce mercredi matin, tout comme le matériel de sonorisation. Un appel à la mobilisation des partisans du candidat N°25 était également lancé sur les stations radiophoniques acquises à sa cause. Reste à savoir si au lendemain du nouvel an, l’enthousiasme de ses partisans serait-il encore intact.

Madagascar Tribune0 partages

Les partisans de Marc Ravalomanana reviennent sur la place du 13 mai

La trêve des confiseurs est bel et bien terminée. Les partisans du candidat Marc Ravalomanana, prévoient de revenir à la charge sur la place du 13 mai ce mercredi 2 janvier. Comme lors du premier rendez-vous du samedi 29 décembre, le rassemblement est prévu sur le parvis de l’Hôtel de ville ce matin. Dénoncer les fraudes massives lors du second tour de l’élection présidentielle du 19 décembre dernier, tel serait le crédo des manifestants.

Des tentatives d’empêchement de cette manifestation par les forces de l’ordre auraient eu lieu hier dans la soirée. La préfecture aurait envisagé d’enlever le matériel de sonorisation et le chapiteau installé par les manifestants devant l’hôtel de ville, en face de la rue de l’Indépendance. L’équipe de communication du comité de soutien du candidat Marc Ravalomanana précise pourtant que le chapiteau reste encore sur place ce mercredi matin, tout comme le matériel de sonorisation. Un appel à la mobilisation des partisans du candidat N°25 était également lancé sur les stations radiophoniques acquises à sa cause. Reste à savoir si au lendemain du nouvel an, l’enthousiasme de ses partisans serait-il encore intact.

Madagascar Tribune0 partages

Andry Rajoelina annonce une hausse de salaire de 13% pour les fonctionnaires

La nouvelle année commence avec une hausse de salaire assez conséquente pour les fonctionnaires. Lors de ses vœux de fin d’année, le président de la République Andry Rajoelina, a déclaré qu’il importe d’augmenter le salaire des fonctionnaires. Cette augmentation sera de l’ordre de 13%, une grande première depuis plusieurs années. Une augmentation qui a fait des heureux parmi les agents de l’Etat d’autant plus que le Chef d’Etat a précisé qu’elle s’applique dès ce mois de janvier.

Le président de la République a également fait des heureux parmi les détenus. Par le pouvoir que lui confère la Constitution, Andry Rajoelina a donné des grâces et des réductions de peines pour différentes catégories de prisonniers. Pour la réduction de peine : 3 mois pour ceux qui écopent d’un an de prison, 4 mois pour ceux qui écopent de plus d’un an à 2 ans, 6 mois pour ceux qui sont condamnés à plus de 2 ans à 3 ans de prison, 8 mois pour ceux qui sont condamnés à plus de 3 ans à 5 ans de prison et 12 mois pour ceux qui sont condamnés à des travaux forcés.

Les prisonniers condamnés pour des peines ordinaires ayant déjà accomplis 5 ans de prison et âgés de 50 ans pour les femmes et 55 pour les hommes bénéficient d’une grâce présidentielle et sont donc libres. Idem pour ceux qui sont condamnés pour des actes criminels ayant accompli 15 ans de prison et âgés de plus de 60 ans pour les femmes et plus de 65 ans pour les hommes. Le président de la République délivre également les mineurs en réclusion criminelle ayant déjà accompli la moitié de leur peine.

Pour ce qui est de l’avenir du pays, le président de la République a déclaré que 2020 sera une année de réalisation qui permettra de mesurer les efforts déployés jusqu’ici pour le développement du pays. C’est aussi une année où les Malgaches sont invités à renforcer leur amour de la patrie et à assumer davantage leur responsabilité renforcer la solidarité entre les Malgaches, a-t-il affirmé. « Je n’ai qu’un ennemi, a-t-il poursuivi, il s’agit de la pauvreté  ». Ainsi, Andry Rajoelina a martelé la nécessité de l’entraide entre les citoyens. Il faut se donner la main pour développer le pays, lance-t-il.

Dans son allocution, le président de la République a également reconnu qu’il reste beaucoup à faire dans certains domaines. Il reconnaît entre autres la maladresse des responsables à de différents niveaux. « Nous allons en tirer des leçons pour en faire une énergie qui nous permettra d’avancer », dit-il, visiblement déterminé malgré les critiques lancés à l’encontre des dirigeants actuels par rapport à la réalisation de certains projets visant à développer le pays qu’il n’a pas manqué d’énumérer pour mesurer les efforts fournis après un an au pouvoir.

L'express de Madagascar0 partages

Naissances – Peu d’affluence dans les maternités

La nuit du 31 décembre au 1er janvier a été plutôt calme dans les deux grandes maternités du centre-ville. Les cris du premier bébé de l’an 2017 pour la maternité de Befelatanana, n’ont résonné que vers 2 heures du matin, dans le bloc opératoire de la maternité. Elle s’appelle Prisca Rasoa­nantenaina, fille d’Éliane Rasoanantenaina et d’Olivier Rakotonandrasana. « Il a fallu opérer ma femme, pour que ma fille voie le jour. Je suis incapable de dire comment elles vont à cette heure-ci, on ne peut pas encore leur rendre visite », déplore le père de famille qui attendait impatiemment des nouvelles de sa petite famille, dans la cour de cet hôpital, hier matin.Une heure trente après, c’est-à-dire, vers 3h30, c’est au tour d’Erica Onjatiana Nomenjanahary, une petite fille de 3 kilos 500, de faire la connaissance de ses parents, Espérance Heritiana Randrianasolo et Franck Eric Razafindraibe. Elle est née par voie normale. Mère et fille se portent bien. Au pavillon Sainte Fleur du centre hospitalier universitaire Joseph Ravoahangy Andria­navalona (CHU JRA), c’est vers de 5h30 qu’on entendait les cris du premier bébé de l’an 2017. La mère a débarqué à l’hôpital vers minuit. « C’est vers la matinée que les accouchements se sont succédé. On a eu trois ou quatre naissances entre 3h30 et 8 heures », raconte une sage-femme de garde, pendant le réveillon 2017.

M.R.

L'express de Madagascar0 partages

Mauvais temps

L’amas nuageux situé dans le Nord-Est d’Antsiranana perd de son intensité. Il n’y a plus de risque à ce qu’il devienne une tempête tropicale modérée, selon la prévision d’un technicien du service de la Prévision météorologique à Ampandrianomby, hier. Quant au climat de cette semaine, de faibles précipitations arroseront Antananarivo et ses environs. Les quantités envisagées seront de 5 millimètres.

L'express de Madagascar0 partages

Saint Sylvestre – D’un réveillon à un autre à Antananarivo

Accueillir la nouvelle année, c’est à chacun sa manière et ses moyens. Certains profitent d’une chaleureuse ambiance familiale tandis que d’autres préfèrent sortir de l’ordinaire.

La nuit de samedi, dans les rues de la capitale, tous se sont réjouis de la façon qui leur convenait le mieux. Si du côté de Mahamasina et de Betongolo planait la spiritualité, d’Amparibe à Analakely jusqu’à Soarano, les défoulements à outrance ont primé.Entre les soirées et les ambiances night club, bon nombre de gens ont plutôt choisi d’attendre les douze coups de minuit en prières, comme ce fut le cas au Cemes Betongolo en compagnie de Joseph d’Af ou encore au gymnase couvert de Mahamasina avec le Pasteur Jocelyn Ranjarison. Du tout petit au plus âgé, ce furent tous les membres de la famille qui étaient présents à ces soirées de louange. Au gymnase, on a même aménagé les lieux de façon à ce que les enfants puissent s’allonger et se reposer de temps à autre. Ces moments ont été vécus comme de véritables instants de réconfort et de convivialité pour beaucoup, et surtout pour ceux qui vivent des moments difficiles en ces périodes de festivité.Bien loin des cantiques évangéliques, la génération 2000 s’en est réellement donnée à cœur joie, la nuit du 31 décembre.

DécadenceD’un côté, la Saint Sylvester’s Rock night s’est déroulée dans la grande salle du Kiadin’i Madagasikara à Amparibe avec des groupes encore méconnus du grand public tels que Anathema, Sovagist et Smash Death. D’un autre, le PK0 à Soarano accueilli le Bigbounce sur deux scènes, intérieure et extérieure. À l’entrée du CASC ou Centre d’actions sociales des cheminots à Soarano, une file d’attente monstre s’est formée, dès le coucher du soleil. Jeunes et adolescents, exclusivement, se sont bousculés pour avoir le précieux ticket d’entrer. À l’intérieur, les choses ne vont guère mieux, la salle de spectacle se transforme en véritable étouffoir.Incontestablement, la soirée fut un véritable succès pour les organisateurs ainsi que pour cette jeune génération de fêtards. Cependant, « Malgré les gros efforts fournis par les organisateurs, ce genre de rassemblement de jeunes n’est jamais exempt de dérapage ou de débordement, à l’instar de cette soirée rock d’Amparibe qui s’est tout de même clôturée sur une note positive » conclut un groupe d’amis présents à Soarano.

Harilalaina Rakotobe

L'express de Madagascar0 partages

Attaque armée à Ankasina

Samedi vers une heure du matin deux bandits enca­goulés munis d’un pistolet automatique, ont attaqué un foyer à Ankasina. Une somme d’une valeur de 2,5 millions d’ariary, a été dérobée avec près de 250 grammes de bijoux en or selon les gendarmes.

L'express de Madagascar0 partages

Le Glacier – Stéphanie enflamme le dernier vendredi

Elle se fait rare sur les scènes musicales de la capitale. Cependant en période de festivité comme en ce dernier week-end de l’année, Stéphanie se retrouve toujours sur les plus prestigieuses affiches.En avant-goût de la soirée de la Saint Sylvestre qui s’est déroulée à l’AC Palace Ivato, la belle des rythmes tropicaux s’est mis en tête de ravir le public au Le Glacier à Analakely. Rien de tel qu’une formule comme cela pour passer le dernier vendredi joli de 2016 en beauté.Elle est loin l’époque où elle se débattait pour décrocher le lauréat d’une téléralité pour avoir la reconnaissance du public. À présent, Stéphanie vole de ses propres ailes. Rien d’étonnant à ce qu’elle puisse assurer à elle seule, toute une soirée sur cette mythique scène d’Analakely.Ainsi, devant un public impatient, Stéphanie, sans le moindre complexe, prend son micro à l’heure précise annoncée sur l’affiche à l’entrée. Devant la belle, un public attendait tout simplement que la chanteuse mette feu à la scène. Une requête qui ne s’est pas fait attendre longtemps puisqu’aux premiers déhanchés de l’artiste, aux premiers rythmes de son style tropical soft, l’envoûtement gagne toute l’assistance.Sur des interprétations de chansons américaines et françaises, elle éblouit. Sur ses propres morceaux tels que « Navy izy » ou encore « Mahatsiaro », elle séduit. Bref, durant toute la soirée, le public n’avait d’yeux que pour elle. C’est à croire qu’il y avait autre chose que la musique et les quelques verres de cocktail pour provoquer un tel engouement pour la chanteuse. Cependant, il fut évident d’admettre que la tenue choisie par la belle pour la soirée y était sûrement pour quelque chose du fait que personne dans le public, et surtout ces messieurs, n’étaient restés indifférents face au charme de la chanteuse. « On ne la voit que très rarement en solo, mais quand l’occasion se présente, il est difficile d’imaginer qu’on puisse la manquer », s’exclame une voix dans le public. Autant dire qu’elle a bien mis le public au parfum pour l’accueillir à Ivato, le lendemain.

H. R.

L'express de Madagascar0 partages

Natation – 28è Meeting de l’Océan Indien – Michael et John actualisent trois records 

Six records nationaux et meilleures performances, ont été actualisés par les nageurs du club Saint Michel lors du 28e Meeting de l’Océan Indien à la Réunion. Cinq d’entre eux ont été réalisés par Michael Herinaivo Rasolonjatovo.Pas de podium mais trois records nationaux enregistrés. Les nageurs de Saint-Michel club natation ont battu trois records nationaux et ont amélioré trois meilleures performances lors de la 28e édition du Meeting international de l’Océan Indien. Cette compétition internationale sur bassin de 25m s’est déroulée dans la piscine de Saint Paul à la Réunion du 28 au 30 décembre. La délégation de St-Michel a été composée de onze nageurs, et dirigée par son entraineur Aimé Ranaivo et le chef de délégation, Hary Jaona Rabary, président du club. Trois records nationaux y ont été actualisés par les deux  nageurs d’Amparibe en lice à ce Meeting. Mission accomplie pour le mondialiste de Windsor Canada, Michael Herinaivo Rasolonjatovo qui a battu deux records de Madagascar sur les trois dans son objectif. Micka a réalisé le nouveau record national de l’épreuve de 50m dos, 27’’53 contre 27’’58, ancien chrono de Lalanomena Anthony Andrianirina  qui date du 3 avril 2016. Le deuxième nouveau record signé par Michael est celui du 200m nage libre, 01.57.84 contre 01.58.26 d’Erick Rajohnson effectué le 11 décembre 2003. John Rakotomavo était l’auteur du troisième record national en 200m papillon. John a amélioré l’ancien meilleur temps de Lalanomena Anthony Andrianirina du 16 février 2013, passé de 2.18.69 en 2.16.69.

TripléOutre les records nationaux, trois autres meilleures performances ont été enregistrées durant ce Meeting de l’Océan Indien. Tous ces  trois nouveaux meilleurs temps tous dans la catégorie junior  étaient réalisés par Michael Herinaivo Rasolonjatovo. Il s’agit des deux records nationaux dans l’épreuve de 200m nage libre puis celle 50m dos, et le troisième en 100m nage libre. Micka a bouclé cette dernière épreuve en 53’’18 contre l’ancien chrono de 53’’61 d’Erick Rajohnson  effectué le 11 décembre 2003. Ce rendez-vous international sur petit bassin réunit chaque année, les grands nageurs  européens, américains et africains, en plus de ceux de la région.

S. R.

L'express de Madagascar0 partages

Feux de brousse

Les feux commencent à s’éteindre à Manakara où des hectares de champs de plantation de vanille, de girofle, de Ravintsara, ont été carbonisés par le feu, peu après Noël. Une grande mobilisation des éléments des forces de l’ordre et des scouts a permis le contrôle de cet incendie. Les autorités sur place effectueraient, ce jour, une descente dans ces endroits incendiés pour faire le suivi, selon une source sur place qui a rapporté ce fait.

L'express de Madagascar0 partages

Cannabis saisi

Saisie de neuf sacs tissés pleins de chanvre indien à Ambalabe Mahajanga  dans la nuit de vendredi à samedi vers minuit. Tombés nez-à-nez avec les gendarmes, quatre suspects ont abandonné leur drogue.

L'express de Madagascar0 partages

La Réunion – Opération nettoyage des plages

Cette année, les plages de l’Ermitage et de Saint-Gilles ont rassemblé entre20 et 30 000 Réunionnaises et Réunionnais pour fêter la nouvelle année. Aucun incident notable n’a été signalé. Et à l’aube, les équipes se sont mis au travail pour ramasser les déchets laissés par les fêtards.On estime qu’entre 10 et 45 tonnes de déchets sont collectés après le réveillon dans l’Ouest.Cette année, la mairie de Saint-Paul a distribué quelque 3 500 sacs poubelles dans l’après-midi. Et sept points de collecte des déchets ont été disposés entre la passe de l’Ermitage et l’hôtel le Récif.Cinq autres « points propreté » étaient par ailleurs prévus à Trou d’eau, Cap Homard etc…Sur la plage de l’Ermitage, le travail de ramassage a débuté dès 6 heures. 15 agents sont partis de Chez Go en direction de la Saline et 15 autres dans l’autre sens vers les Brisants.À noter que des toilettes chimiques ont été installées près de bacs à ordures, en plus des toilettes habituellement disponibles.

© JIR

L'express de Madagascar0 partages

Para Sports – Élection – Monja Dinard candidat à sa propre succession

L’assemblée générale ordinaire et celle élective de la fédération malgache de para sports s’étaleront en deux jours, les 6 et 7 janvier 2017 à l’académie nationale des sports à Ampefiloha. Le président en exercice, Monja Dinard sera le candidat unique à sa propre succession au même poste pour un deuxième mandat. Mais auparavant, il a occupé le poste du secrétaire général de la fédération depuis sa création en 1989. A l’ordre du jour de l’AGO, la rectification de quelques articles sera au centre du débat et prendra beaucoup de temps dans le cadre de l’amendement du statut de la fédération. Les sports adaptés se retireront désormais de cette fédération de para sports pour créer leur propre instance nationale sous l’égide de sa fédération internationale. Pour en revenir à l’élection, onze ligues régionales, à savoir Analamanga, Amorin’Imania, Haute Matsiatra, Atsinanana, Boeny, Menabe, Sofia, Vakinankaratra, Betsiboka et Sud Ouest, Diana en décideront le 7 janvier de la reconduction ou non du président sortant. « Notre objectif est la préparation, dès maintenant, aux jeux paralympiques de Tokyo en 2020. En attendant, nous assurerons chaque saison nos missions classiques telle, que l’organisation des championnats nationaux, les formations des techniciens, et nous allons négocier avec des partenaires l’obtention des fauteuils aux normes pour le basketball » confie le président, Monja Dinard. Historique, lors des derniers jeux de Rio, un Malgache en la personne de Revelinot Raherinandrasana, qui en était à sa deuxième participation aux Jeux, a couru la finale.

S. R.

L'express de Madagascar0 partages

Montée des eaux

Des rues de la capitale se sont transformées en petites mares, pendant les précipitations de samedi. À Mahamasina, à Tsaralalàna, à Analakely, les piétons ont été obligés de marcher dans de l’eau sale. A chaque pluviométrie, le même phénomène se reproduit, car la majorité des canaux sont bouchés à Antananarivo. Le remblayage illicite ne fait qu’accentuer le problème. Toutefois, aucune mesure n’est prise par les autorités compétentes. L’inondation de la ville d’Antananarivo en 2015 risque de se reproduire. La direction générale de la météorologique annonce de fortes précipitations à Antananarivo, au mois de mars.

L'express de Madagascar0 partages

Arme retrouvée

Découverte d’armes à Anta­kavana Ankazobe samedi vers 9 heures du matin. En croisant des gendarmes en train de faire une patrouille, une femme, indi­quée comme étant une complice de dahalo, s’est débarrassée d’une sacoche contenant un pistoletde fabrication artisanale ainsi qu’une crosse de Kalachnikov.

L'express de Madagascar0 partages

Soirée – L’A&C Palace rassemble le gratin 

L'express de Madagascar0 partages

Transport aérien – Le point sur les vols des 2 et 3 janvier d’Air Austral

Le cœur n’est pas à la fête dans les foyers des salariés d’Air Austral. Les négociations avec la direction ayant échoué, vendredi après-midi, le mouvement de grève est maintenu par l’Unsa. Aujourd’ hui, près de 200 salariés sur les 800 que compte la compagnie aérienne, ne prendront pas le travail, estime le syndicat.«Tous ne sont pas grévistes, précise Marie-Noël Wolff, la déléguée syndicale Unsa Aérien. Parmi les absents, il y aura aussi ceux qui sont en congé maladie, en vacances..» « .Les grévistes se disent «très déterminés» et «prêts à aller jusqu’au bout» pour faire accepter leurs revendications: de meilleures conditions de travail et une revalorisation de l’effectif.«La direction fait comme si elle ne comprenait pas nos demandes, comme si elles étaient irréalisables, soupire Marie- Noël Wolff. Au cours des trois dernières années, 18 CDI dans le PNC (ndlr : Personnel navigant commercial) n’ont pas été remplacés. Nous demandons la titularisation de 35 CDD. Si déjà, la compagnie acceptait de combler les 18 postes manquants, il ne resterait plus que 17 CDD à intégrer».

© JIR

L'express de Madagascar0 partages

Cabaret – Zandry Gasy adoucit le Piment Café

Une soirée conduite sous le signe du folklore, teintée d’une ambiance conviviale. C’est de cette façon que le public du Piment Café a vécu le cabaret offert par le groupe Zandry Gasy vendredi. C’est donc en toute amitié que le public a apprécié ce petit moment intime. Comme aux habitudes des lieux, la soirée débuta vers 21 heures. Du début à la fin, les férus de musique « Gasigasy » n’ont pas été déçus. Loin de là, le ravissement se reflétait sur chaque sourire du public.La formation musicale a créé une ambiance des plus folkloriques pour les noctambules avides de détente, en cette soirée de la dernière semaine de l’année. L’assistance chantait en chœur presque à chaque morceau entamé par le groupe. Une bonne séance de guitare à la « Bà gasy », accompagnée d’une douce  percussion, c’est de cette manière que la bande à Mbola Talenta a partagé la soirée avec leur timide fan club.Ce furent deux bonnes heures où les fameux « Pangalana », « Isika roa » ou encore « Eny ambanivohitra » ont retenti de plus belle. Le public a visiblement été conquis par cette soirée calme et berçante.« Ce fut une belle occasion de se délecter de cette bonne musique du terroir », nous confie Solomenjanahary Samuelson en bon noctambule mélomane.

H. R.

L'express de Madagascar0 partages

Embrasement à Foulpointe

Un violent feu de brousse a éclaté à Ampandrombaza Foulpointe samedi vers 11h30. Les flammes ont déferlé sur une trentaine d’hectares de source auprès de la gendarmerie.

L'express de Madagascar0 partages

2017, c’est le moment !

2017, une année pré-électorale qui s’annonce, avec les cartes des nouvelles donnes sur le grand fanorona politique de Madagascar. Quelques noms d’une ancienne vie politique se rappellent déjà au bon souvenir des citoyens électeurs, à coups de bonnes œuvres super-médiatisées et jouant sans complexe avec les cordes de l’émotion facile. D’autres, qui, au pouvoir, n’avaient pas été plus brillants que leurs adversaires, retrouvent une lucidité et un patriotisme exceptionnels : l’opposition est toujours forte de bonnes intentions jusqu’à ce qu’elle passe de l’autre côté du pouvoir. Certains se refont une virginité d’âme, versets en bouche et missels en mains, la confession de foi en lettres de néon pour bien cacher toute la misère autour. Et la présidence qui devra jouer des coudes pour renverser la vapeur des déceptions d’un mandat que l’on n’attendait pas.De toute évidence, rien n’est joué et aucun nom supposé se présenter aux élections 2018 ne semble encore pouvoir revêtir le costume de président pour l’instant. Aussi, avant même qu’ils ne viennent poser leurs intentions de se faire élire, imposons nos raisons de les choisir ou de les répudier. À nous, citoyens lambda, de faire l’inventaire de ce que l’on ne souhaite plus revivre et de ce que l’on exige de bénéficier. À nos cercles, nos familles, nos associations, nos organisations, nos institutions, nos partis de faire la liste des engagements qui nous paraissent primordiaux et non-négociables.Pourquoi ne pas commencer à faire le deuil de quelques préjugés   Déjà, accepter l’idée que le messie politique n’existe pas et arrêter définitivement de voir un sauveur chez n’importe quel quidam au sang un tantinet bouillonnant. Ensuite, en découdre avec l’éternel talon d’Achille des Malgaches, qui est de remettre tout le fardeau du monde sur les épaules d’un seul individu et oublier totalement de partager la charge et la responsabilité. Puis, donner trop de pouvoir à ce seul individu, lui permettant d’en délester une bonne partie au faveur de ses thuriféraires et au détriment des intérêts communs, comme notre passé nous l’a si bien montré. Arrêter de rejeter la responsabilité de nos déboires à d’autres (d’autres pays, d’autres époques, d’autres présidences etc) et admettre que pour aboutir à une telle décadence, il a fallu que nous nous y mettions tous ensemble : 23 millions de fautifs, qui n’ont pas aidé Madagascar. Enfin, revoir le CV politique de chaque prétendant au pouvoir et ne pas oublier par quelles portes ils sont parvenus à leurs fins : les revoir dans l’arène ne se signifie pas forcément qu’ils ont corrigé leurs copies, certains ont juste soif de revanche. Ce qui les rendra imprévisibles et donc, dangereux.Une fois la pilule avalée, voir autour de soi, même avec des yeux novices en politique – sans doute alors les yeux les plus utiles au pays -, ce qui doit se faire, ce qui peut se faire, ce qui peut attendre et par quels moyens y parvenir. Et former ces intérêts en des requêtes censées et compréhensibles par tous. Un exercice, certes, encombrant mais bien nécessaire pour notre avenir à tous.C’est le moment d’écouter les experts, les spécialistes, les initiés, les paysans et le simple homme de la rue. C’est le moment d’agir pour la société civile, fortifier les lobbies et soutenir les causes. C’est le moment pour les activistes de prendre leurs bâtons de pèlerin. C’est le moment pour les médias de prendre le relais des idées et les rendre concrètes à travers leurs reportages. C’est le moment pour les partis de faire entendre – encore une fois, si ce n’est déjà fait – leurs positions respectives sur les sujets d’importance et de prendre position pour être clairement comprises des électeurs. C’est le moment d’avoir des discussions et des débats clairs : une longue année à confronter des convictions. Confronter des convictions et oublier les sentiers battus et stériles des bonnes œuvres à la petite semaine, des foires aux t-shirts estampillés de têtes de candidats – les seules interactions entre ceux-là et la majorité de l’électorat – et des meetings bien animés et vides de sens. On sait bien où ces propagandes creuses nous ont menés jusqu’ici. Prenons de l’avance sur les moutons et faisons ce que nous sommes censés faire : défendre notre Madagascar.

Par Mialisoa Randriamampianina

Midi Madagasikara0 partages

Sportifs de l’année 2016 : Six athlètes au menu de 2016

 

Comme chaque année, la rédaction sportive de Midi Madagasikara organise une élection par vote des électeurs interposé, du Sportif ou Sportive de l’année. Mais comme d’habitude, nos journalistes sportifs donnent des noms indicatifs pour que le choix se limite à six personnes, ou entités, ou clubs, ou disciplines afin de faciliter le vote.  Voici donc cette fameuse liste et que le meilleur gagne.

 

Equipe nationale malgache de pétanque 

Parmi les nominés qui restent incontournables figurent les boulistes récemment champions du monde. Contrairement aux années précédentes, ils forment un bloc avec les quatre joueurs dont Tita Razakarisoa, Nanou Andrianiaina, Hery Razafimahatratra et Lova, même si ce dernier n’a pas participé à la finale remportée haut la main contre le Bénin. Faisant preuve d’une louable régularité et malgré quelques sifflets réprobateurs, les Malgaches ont montré qu’ils restent les meilleurs sur leurs terres.

 

Barea beach soccer 

Si on devait désigner un sportif de l’année 2016, on ne peut pas faire fi de la performance des Barea beach soccer qui terminaient à la 5e place de la dernière Coupe d’Afrique des Nations 2016 au Nigeria. Avec deux défaites pour trois victoires, le bilan n’est pas aussi catastrophique qu’il paraît. Mieux et après s’être qualifié pour cette phase finale de la CAN 2016 aux dépens de la Mozambique, Madagascar beach soccer a confirmé son statut d’un grand d’Afrique dans cette discipline. Et cela, quoi qu’on dise, vaut bien tous les éloges et pourquoi pas le prix de Sportif de l’année de Midi Madagasikara.

 

Gendarmerie Nationale Volley-Ball

Champion de Madagascar pour l’énième fois, roi de l’Océan Indien pour la 2e fois, 12e place africaine, la gendarmerie volley-ball mérite sa place parmi les nominés de l’année 2016. Champion de Madagascar depuis des années, les protégés du colonel Heriniaina Rakotomalala ont prouvé qu’ils maîtrisent cette discipline avec l’aide du technicien honoré Razafinjatovo. Mieux, au sommet national 2016, les titres de minimes, benjamines, cadets et seniors sont allés dans leurs escarcelles. A Maurice, ils ont raflé le titre de champion et y ont ajouté 6 trophées sur les 7 en jeu avec les trophées du meilleur passeur, du meilleur serveur, du Most Valuable player, de la meilleure réception, du meilleur attaquant et du meilleur contreur.

 

Mickaël Rasolonjatovo, natation

Jeune nageur de 18 ans qui a cartonné en 2016. Sur bassin de 25 m, il a établi en 2016 des records nationaux en 200m dos, 200m nage libre et 50m dos, ainsi que de meilleures performances des juniors en 100m nage libre ainsi que le relais 4 x 50m quatre nages. Sur bassin de 50m, il détient le record national de 400m nage libre, de 100m dos, de 200m dos et des meilleures performances de juniors en 50m dos, 100m Nage libre, 400m Nage libre, 200m Nage libre et 100m dos. 2016 a été son année avec sa présence au championnat du monde de petit bassin ainsi que le meeting de l’Océan Indien du mois de décembre.  Sampras

Rakotondrainibe, tennis

Jeune prodige de la petite balle jaune malgache, Sampras est la relève par excellence du tennis malgache. Il a été sacré champion d’Afrique par équipe U12 à Marrakech  Maroc. A tout juste 12 ans, Sampras fait déjà partie de ce cercle très select des champions d’Afrique malgaches. Actuellement, il est pensionnaire du centre de l’ITF au Kenya.

                                                                                                             

Jean Christian Randriamalaza, boxe chinoise

Ce boxeur est sans doute le sportif le plus titré. Sextuple champion du monde de boxe chinoise, Jean Christian a offert le titre mondial à son pays au mois de septembre en Italie. Au vu de son palmarès, il a été fait chevalier par l’Etat et a reçu l’ordre du mérite sportif.