Les actualités Malgaches du Vendredi 01 Décembre 2017

Modifier la date
L'express de Madagascar301 partages

Air Madagascar : Recrutement de vingt sept pilotes

Les dirigeants d’Air Madagascar ont désormais du pain sur la planche. Pour atteindre les objectifs fixés dans le plan de transformation de la compagnie aérienne malgache, le renforcement des effectifs du pilote figure dans le planning. Selon les explications de Besoa Razafimaharo, vingt-sept pilotes seront recrutés dans l’immédiat pour renforcer la capacité technique de la compagnie. « L’objectif est, d’ici la période de pointe 2018, de pouvoir mettre en ligne les deux Airbus A340 pour faire les quatre vols hebdomadaire Antananarivo-Paris en aller et retour, et un vol par semaine entre Antananarivo et Marseille », a fait savoir ce professionnel de l’aviation. Outre le recrutement, la compagnie prévoit de remettre à niveau sa flotte. Actuellement, cinq des onze appareils d’Air Madagascar sont opérationnels.

Lova Rafidiarisoa

Midi Madagasikara249 partages

Flambée des prix du riz : Risque d’explosion sociale

Ce jour, les étudiants du Département Economie à l’Université d’Antananarivo organisent une manifestation d’interpellation sur le parking de la Faculté DEGS.

Trop c’est trop. Alors que les Malgaches ne cessent de lancer des cris de détresse face à la flambée des prix du riz et à l’inflation généralisée, le président Hery Rajaonarimampianina préfère continuer son « Tour du monde ». Ayant été présent au Ve Sommet Union européenne – Union africaine qui a pris fin hier à Abidjan en Côte d’Ivoire, le Chef de l’Etat poursuivra son voyage au Japon pour une visite officielle prévue se dérouler du 3 au 7 décembre prochain. Laissant la population à leur propre sort. A l’allure où vont les choses, la flambée des prix du riz risque de provoquer une explosion sociale. Ce jour à midi, les étudiants du Département Economie à l’Université d’Antananarivo organisent une manifestation sur le parking de la Faculté DEGS à Ankatso pour interpeller les responsables étatiques sur cette flambée devenue insupportable des prix du riz. Une initiative très saluée sur les réseaux sociaux. Cette première manif sera réservée aux enseignants et aux étudiants dudit Département. Un rassemblement ouvert à tous les concitoyens n’est toutefois pas à écarter dans les jours qui viennent. Actuellement, le riz, connu comme l’aliment de base des Malgaches s’achète à 2 500 Ariary le kilo et 650 Ariary le « kapoaka ». Une augmentation record si l’on fait la comparaison avec les différents régimes qui se sont succédé au pays. Faut-il rappeler qu’en 2014, au moment de l’accession au pouvoir du président Hery Rajaonarimampianina, le prix d’un kilo de riz était de 1500 Ariary. Une hausse d’environ 65% donc. Cela risque d’ailleurs de s’alourdir en cette période des fêtes de fin d’année.

« Vary mora ». Pour le moment, le Gouvernement dans son ensemble et le Ministère du Commerce en particulier reste impuissant par rapport à cette flambée des prix du riz. En quatre ans de pouvoir, le régime « Hery Vaovao ho an’i Madagasikara » a connu quatre ministres du Commerce, à savoir Henri Rabesahala, Narson Rafidimanana, Tazafy Armand et Chabani Nourdine. Pourtant, jusqu’ici, aucune solution concrète n’a été apportée. Durant la période transitoire en 2010 – 2011, le régime Andry Rajoelina a lancé le projet « Vary mora » et « Tsena mora » pour faire face à la flambée des prix. Même si le projet n’avait pas fait l’unanimité, la population a quand même pu s’acheter du riz à 900 Ariary le kilo. Pour éviter une explosion sociale, le « Hery Vaovao ho an’i Madagasikara » devrait trouver une solution dans l’immédiat. Pour l’heure, le numéro Un d’Iavoloha semble plutôt occupé et préoccupé par les voyages à l’étranger. C’est probablement ces déplacements trop fréquents à l’extérieur qui empêche le président Hery Rajaonarimampianina de connaître la réalité socioéconomique du pays. L’année dernière, lors d’une conférence de presse qu’il a tenue en marge du Sommet humanitaire d’Istanbul, le Chef de l’Etat a déclaré : « Prouvez-moi que les Malgaches sont pauvres et s’appauvrissent ». Pourtant, selon une étude menée par la Banque mondiale, 92% des Malgaches vivent sous le seuil de la pauvreté avec moins de  deux dollars par jour et par personne. En tout cas, si les dirigeants actuels songent réellement aux intérêts de la population et non à leurs intérêts et avantages personnels, les budgets des voyages présidentiels et l’argent servant à financer les congrès régionaux et autres activités du parti HVM devraient être affectés à la recherche de solutions contre la hausse des prix du riz, des carburants et des produits de première nécessité.

Davis R

Midi Madagasikara236 partages

Hausse des prix du carburant : L’essence à 3 840 ar et le gas-oil à 3 190 ar

La spirale de la hausse continue pour le carburant. Depuis minuit les prix à la pompe ont de nouveau augmenté de 90 ariary par litre, tout produit confondu. Ainsi, le gas-oil passe de 3 100 ariary à  3 190 ariary le litre, tandis que le supercarburant est dorénavant vendu à 3 840 ariary le litre contre 3 750 ariary au mois de novembre. Une fois de plus, cette hausse découle de l’augmentation des deux principaux facteurs de la structure des prix que sont les cours du pétrole brut et les cours du dollar. Sur ce dernier point, on rappelle que l’ariary a connu ces derniers temps une importante dépréciation.

En tout cas, les consommateurs  vont donc finir l’année sous le signe de la hausse des prix du carburant. Avec une certaine amertume, puisque avec 10 000 ariary , l’automobiliste ne peut mettre dans son réservoir que 2,6 litres d’essence et 3,1 litres de gas-oil. La quantité de la misère en somme. Et la hausse ne va visiblement pas s’arrêter là, puisque les paramètres ne vont pas changer durant ce mois de décembre. Pire, l’augmentation du taux de la taxe sur les produits pétroliers (TPP) décidé  dans la loi de finances 2018 va probablement aggraver les choses. A moins que, les discussions qui ont lieu entre le gouvernement et les pétroliers aboutissent sur une issue favorable aussi bien pour  les consommateurs que pour les pétroliers. Car dans cette affaire, c’est l’Etat qui gagne des milliards d’ariary pour combler son déficit budgétaire.

R.Edmond.

Midi Madagasikara229 partages

Mpitora-bato fiara tao Brickaville : Niverenana nosamborina ireo mpaniraka, tafatsoaka ny iray

Afa-baraka indray ny tontolon’ny fitsarana noho ity hetsika fitokonana nataon’ny mpitatitra sy ireo kaoperativa mampiasa ny lalam-pirenena faha-02, ny alarobia teo, noho ilay resaka mpanarama ireo mpitora-bato tao Brickaville navotsotra noho ny  “tsy fahampiana porofo” hiafenan’izy ireo amin’ny fampiasana ny lalàna, nefa iarahan’ny maro mahita fa “kolikoly” no ao ambadika. 100% ny fanarahan’ireo mpitatitra sy ireo kaoperativa mampiasa ny lalam-pirenena faha-02 izany, ny alarobia teo, na niteraka fahasahiranam-bahoaka aza, ireo mpandeha izay nanohana azy ire 100% ihany koa noho izy ireo isan’ny voa mafy sy very fananana ary maratra tsy fidiny amin’ny zava-misy ao Brickaville. Amin’ny maha-raharaham-pirenena azy ity sy amin’ny zava-misy mety hiteraka olana ara-pilaminam-bahoaka, dia namory ireo ekipan’ny OMC maika ny prefen’i Toamasina Benandrasana Cyrille, ny alarobia teo nandinihana ny famahana ny olana ka niantsoany ireo lehiben’ny polisy, ny zandary, ary ny miaramila, teo ihany koa ireo lehiben’ny sampam-pitsarana nahitana ny tonia mpampanoa lalana isany misahana ny raharaha. Taorian’ny fihaonana izay nisiana fifamaliana teo amin’ny mpitandro ny filaminana sy ny fitsarana mihitsy, dia niravona ny olana nefa araka ny baiko napetraky ny prefen’i Toamasina dia haverina samborina sy hanaovana fanadihadiana mikasika ny raharaha manenjika azy izy mianadahy voalaza ho mpanarama sy tompo-marika amin’ity resaka tora-bato ao Brickaville izay isany navotsotry ny fitsarana. Koa araka ny angom-baovao marim-pototra natao avy any Brickaville, dia vao nigadona tany izy ireo avy hatrany dia nikaroka azy mianadahy ireto aloha, ka voasambotra tamin’izany na efa niafina aza ilay mpivarokena, ilay ramatoa tena mpanarama ireto mpitora-bato fiara kosa tafatsoaka izay efa mandeha ny fikarohana azy araka ireo angom-baovao nataon’ny zandary ny toerana hiafenany. Ankoatra izay, dia lasa miteraka olana eo amin’ny samy mpitsara izay efa nisy taorian’ilay fifidianana ny solon-tenan’i Toamasina eo anivon’ny filan-kevitra ambonin’ny mpitsara ny zava-misy ankehitriny. Ny angom-baovao marim-pototra aza nahalalana fa nalain’ny minisitry ny fitsarana ny antontan-taratasin’ady mikasika ity raharaha mpitora-bato ao Brickaville nampisy olana goavana ity izao; sy nipoitra koa ity raharaha ity fotoana fohy taorian’ny fampanantsoina nataon’ny “conseil de discipline” ny minisitera ireo mpitsara maromaro teto Toamasina, noho ireo fitarainana sy fitorian’olona azy ireo. Koa ho hita eo ny ho tohin’ity raharaha ity.

Malala Didier

L'express de Madagascar202 partages

Air Madagascar – La nouvelle filiale en place en mars

Une nouvelle compagnie sillonnera le ciel malgache au mois de mars. Il s’agit de la filiale d’Air Madagascar.

C’est confirmé. Air Madagascar a bien l’intention de créer une nouvelle filiale pour ses vols domestiques. C’est le directeur général de la compagnie malgache, Besoa Razafimaharo, lui-même, qui a annoncé cette nouvelle devant la presse lors de la signature du pacte d’actionnaires entre la compagnie aérienne malgache et son partenaire stratégique Air Austral à Antaninarenina. Toutes les procédures de création de cette nouvelle compagnie ont déjà été enclenchées. Elle serait opérationnelle fin mars, selon les dires de ce dirigeant d’Air Madagascar.« Nous sommes dans la phase de mise en place de cette filiale, notamment sur le plan juridique et technique. Nous sommes en contact avec l’aviation civile de Madagascar (ACM) sur le contour technique de la compagnie. Elle sera créée en  janvier et sera opérationnelle à partir du prochain programme d’été de l’IATA, qui commence fin mars », a révélé Besoa Razafimaharo.L’idée des dirigeants d’Air Madagascar est de dynamiser ce réseau marqué par des irrégularités chroniques, et des retards répétés. La création d’une compagnie filiale à 100% Air Madagascar permettra à la maison mère de se focaliser beaucoup plus sur le développement des vols régionaux et long courrier et d’être plus réactif sur le réseau interne. « Le mot d’ordre est le retour aux fondamentaux du transport aérien à savoir la notion de régularité, la ponctualité et le service à la clientèle. Nous avons beaucoup à faire dans ces domainesactuellement », explique le DG d’Air Madagascar sur les priorités du plan de transformation de la compagnie malgache.Pour faire tourner sa filiale, Air Madagascar mettra à sa disposition les flottes ATR-72 et Twin Otter.« La maison mère pourra mettre au service de la filiale le Boeing 737-800. Il est évident qu’il y aura une coordination serrée entre la maison mère et la filiale. Ceci afin d’optimiser les offres pour les clients », confie toujours Besoa Razafimaharo. D’après les explications de ce responsable, le plan d’affaire d’Air Madagascar prévoit de doubler les fréquences de vols dans les principales destinations. « Il y aura deux vols par jour sur Nosy-Be, Diégo, Toamasina, Toliara, Tolagnaro, et une desserte quotidienne sur les destinations secondaires », continue-t-il d’expliquer.Beaucoup reste ainsi à faire pour les dirigeants d’Air Madagascar. La signature de ce pacte d’actionnaire déploiera à la compagnie malgache un nouveau plan de vol, celui de renouer avec les croissances et bénéfices. Désormais, elle est détenue à 49% par la compagnie Air Austral.

Eric Koller, président d’Air Madagascar

Après la cérémonie de closing, c’est-à-dire, le pacte d’actionnaire entre Air Madagascar et Air Austral, le conseil d’administration de la compagnie malgache s’est réuni pour nommer son nouveau Président. Eric Koller assure désormais le poste de Président du conseil d’administration d’Air Madagascar. À part d’être un professionnel du secteur touristique et de l’hôtellerie, celui-ci est aussi membre du parti Hery Vaovao ho an’i Madagasikara (HVM).Le conseil d’administration est composé des représentants de l’État malgache avec Herivelo Andriamanga, Thierry Rakotoarison, Eric Koller et le général Didier Paza. De son côté, Air Austral, le deuxième actionnaire de la compagnie, est représenté par Didier Robert, Marie Joseph Malé et Dominique Dufour.

Recrutement de pilotes

Les dirigeants d’Air Madagascar ont désormais du pain sur la planche. Pour atteindre les objectifs fixés dans le plan de transformation de la compagnie aérienne malgache, le renforcement des effectifs du pilote figure dans le planning. Selon les explications de Besoa Razafimaharo, vingt-sept pilotes seront recrutés dans l’immédiat pour renforcer la capacité technique de la compagnie. « L’objectif est, d’ici la période de pointe 2018, de pouvoir mettre en ligne les deux Airbus A340 pour faire les quatre vols hebdomadaire Antananarivo-Paris en aller et retour, et un vol par semaine entre Antananarivo et Marseille », a fait savoir ce professionnel de l’aviation. Outre le recrutement, la compagnie prévoit de remettre à niveau sa flotte. Actuellement, cinq des onze appareils d’Air Madagascar sont opérationnels.

Lova Rafidiarisoa

Madagascar Tribune179 partages

L’axe routier Ihosy-Fort Dauphin va finalement être réhabilité

Le sommet Afrique-Europe qui vient de se terminer à Abidjan était fructueux pour la Grande Ile. L’Union Européenne par le biais de la banque européenne d’investissement (BEI) vient d’octroyer 235 millions d’euros à Madagascar dont 120 millions d’euros de prêt de la BEI et 115 millions de don non remboursable de l’Union européenne. Cette enveloppe est destinée à la réhabilitation de la RN 13 reliant Ihosy et Taolagnaro (Fort-Dauphin) et la RN 6 entre Ambanja et Antsiranana. L’importance économiques de ce deux grands axes routiers a été mis en relief lors des discussions, en termes de levier du développement et d’amélioration de la mobilité et celui des échanges. Dans un communiqué, la Présidence de la république a annoncé que les travaux vont de bientôt commencer.

Si l’axe Ambanja et Antsiranana est encore praticable mais en mauvais état dans certains endroits, la route du Sud entre Ihosy et Taolagnaro s’avère être un cauchemar pour les usagers. D’autant qu’elle traverse quasiment tous les repaires des dahalos dans le sud. Actuellement, le trajet entre Ihosy et Taolagnaro d’une distance de 507 km se fait entre 24 et 72 heures avec les possibles attaques de dahalo en sus. Quand la route sera en bon état, croisons les doigts, le trajet devrait durer 9 h au maximum. Une autre façon de lutter contre les dahalos, le kere et la pauvreté en général selon les natifs de cette région. Elle ouvre également une possibilité de développer le tourisme du grand Sud, se réjouissent les opérateurs touristiques.

Midi Madagasikara172 partages

Union européenne : 235 millions d’euros pour la réhabilitation de la RN6 et de la RN13

En marge du sommet Afrique-Europe, à Abidjan, le dossier des Infrastructures routières était à l’ordre du jour entre la délégation malgache et les responsables de l’UE et de la BEI. Un accord de financement a été, en effet, signé entre Madagascar, la BEI (Banque Européenne d’Investissement), et l’Union européenne pour la réhabilitation de la RN6, entre Ambanja-Antsiranana, et de la RN13, Ihosy-Taolagnaro. L’accord porte sur une enveloppe financière globale de 235 millions d’euros, dont 120 millions d’euros à titre de prêt de la BEI, et 115 millions en don non-remboursable de l’Union européenne. Toujours dans la capitale ivoirienne, Madagascar et la Lituanie ont officiellement établi des relations diplomatiques. La coopération entre les deux pays concernera notamment les domaines économique et social, ainsi qu’en matière de protection de l’environnement.

Recueillis par Dominique R.

Midi Madagasikara165 partages

Lutte contre la peste : Les Etats-Unis annoncent deux millions USD supplémentaires

La présence des Etats-Unis durant les ripostes contre la peste s’est manifestée par les actions de l’USAID.

La contribution des Etats-Unis d’Amérique dans les ripostes contre la peste s’élève actuellement à 3,5 millions USD.

La déclaration de fin d’épidémie de la peste a été récemment publiée. Ce qui n’a pas empêché l’Ambassadeur des Etats Unis d’Amérique Robert T. Yamate d’annoncer un supplément de contribution à hauteur de  deux millions USD. Puisé dans le Fonds de Réserve d’Urgence de l’Agence Internationale pour le Développement International (USAID), le financement devrait “aider la population malagasy à faire face à l’épidémie de peste durant cette année” lit-on dans un communiqué de presse envoyé par l’Ambassade des Etats-Unis d’Amérique le 30 novembre dernier. Dans le communiqué, l’Ambassadeur Robert T. Yamate de souligner que “l’USAID, les autres partenaires au développement et l’Etat Malagasy, ont collaboré efficacement pour gérer l’épidémie de peste. En travaillant à travers les plateformes et systèmes existants, l’USAID poursuivra son appui aux efforts de l’Etat Malagasy contre la maladie alors que la saison continue”. Par ailleurs, un réseau appuyé par l’USAID et composé de 15 000 agents communautaires, de chefs de villages, de groupements et d’associations de femmes va être au premier plan de la riposte gouvernementale. Travaillant avec des partenaires intervenant dans 15 des 22 régions du Pays, ledit “réseau va aider les communautés à mettre en place des systèmes résilients”.

Utilisation. Il convient de noter que le financement sera “utilisé pour traiter les malades de la peste, donner des informations à la population malgache et engager les communautés partout à Madagscar à assumer un rôle actif dans la riposte contre la maladie”. Son utilisation entend dans ce cas, “à améliorer la surveillance afin de détecter la maladie à un stade précoce”. Le financement devrait également permettre de renforcer la capacité des laboratoires à sortir un diagnostic à temps. Outre ce financement, l’USAID va également fournir des médicaments essentiels, des équipements de protection individuelle et d’autres produits de santé. Par ailleurs, le gouvernement américain – dans son communiqué – affirme être conscient de la nécessité de recourir à l’amélioration de la communication, la mobilisation et l’engagement communautaire. A cet effet, le financement va également appuyer les efforts de communication dans les médias (radio, télévision).

Recueillis par José Belalahy

Midi Madagasikara162 partages

Fisolokiana goavana : Tafiakatra 200 ireo mpitory ilay mpivarotra tany

Ity angamba no azo lazaina fa fisolokiana goavana indrindra nitranga hatramin’izay, teto amintsika. Efa ho tafakatra hatrany amin’iny 200  any mantsy no mpitory ny orinasa iray izay voalaza fa nivarotra tany tamin’izy ireo. Mbola tokony hiampy ireo raha ny filazan’ireto olona voasoloky ireto, izay marihana fa nividy ampahan-tany tamin’ilay orinasa, satria dia efa ampahan-tany tsy latsaky ny 3600  no namidin’ity orinasa ity. Nisy tamin’izany aza no mbola namidy in-droa na in-telo tamina olona samihafa. Omaly ireto olona voasoloky ary mivondrona anatina fikambanana iray ireto no nanomboka nohenoina teny anivon’ny fitsarana. Raha tsiahivina kely ny tranga, dia nisy orinasa iray milaza fa mivarotra ampahan-tany amin’ny vidiny mora dia mora tokoa, teny amin’iny faritr’ Ambohimalaza sy Imerinkasinina iny, fotoana vitsivitsy lasa izay. Mipoapoaka ny dokam-barotra isan-karazany ary nanakoako eran’ny haino aman-jery izany. Mazava ho azy, betsaka tokoa ny roboka tamin’ilay tolotra, ary tsy nisy nanam-po na inona na inona fa dia hoe fanomezana tany ho an’ny Malagasy ilay izy. Nandeha ihany ny andro sy ny volana kanefa tsy hita mangirana intsony ny fikarakarana taratasy izay nodradradradrain’ilay orinasa fa hoe vita ao anatin’ny fotoana fohy. Ny vola vidin’ilay ampahan-tany amin’io anefa efa tapitra naloa avokoa. Ary ny zava-doza, dia nisy amin’ireo olona niandry ny fikarakarana ny taratasiny no manana laharana ampahan-tany mitovy. Izany hoe ampahan-tany iray ihany no namidy tamina olona roa, telo, samihafa. Teo vao tonga saina fa fitaka bevava ity tao amin’ilay tolotra ka nanapa-kevitra avy hatrany ny hitory izy ireo. Raha ny angom-baovao azo, dia efa misy olona roa voasambotra tamin’ity raharaha ity, saingy toa hoe, tsy ao anatin’izany ilay tena tompon’andraikitra. Andrasana araka izany izay mety ho tohin’ny raharaha.

m.L

Midi Madagasikara157 partages

Ankadikely : May, nilatsahan’ny varatra ilay orinasa mpanamboatra bodofotsy

Nirehitra, omaly hariva, tao anatin’iny oram-be iny nivatravatra teto an-drenivohitra sy ny manodidina iny ny orinasa iray mpanodina vovon-dandihazo, tetsy Ankadikely Ilafy. Akora mora mirehitra ny kirakiraina ato amin’ity orinasa ity, ary efa fatratra tokoa ny fitandremana amin’ny afo. Kanefa dia izao izy tra-doza izao. Raha ny angom-baovao azo mantsy dia loza voajanahary no nahavoa ity orinasa ity. Indroa nirefotra ny varatra omaly ary samy nianjera tao amin’ity orinasa ity avokoa. Antony nahatonga ny firehetana. Na dia teo aza ny ora-mikija dia tsy nahafaty ny afo tsy hihitatra izany. Niezaka ny namono izany tamin’ny alalan’ny fitaovana tao an-toerana ihany ireo mpiasa kanefa tsy nety voafehy ny afo, fa vao mainka niha nihitatra. Soa ihany fa nalaky tonga ny teo anivon’ireo sampana mpamonjy voina. Akaiky kokoa moa ireo teo amin’ny toby teo Andravoahangy ka ireo no tonga voalohany tety an-toerana, narahan’ny tetsy Tsaralalana avy eo. Fotoana vitsy ho an’ireo mpamonjy voina dia efa ampy nifehezana ny afo, raha ny angom-baovao. Soa ihany fa tsy nisy olona naratra na namoy ny ainy tao anatin’ny voina nahazo ity orinasa mpanao bodofotsy ity. Na dia ny ampahany tamin’ireo vata-trano ihany aza no izao may izao, hatreto dia mbola tsy fantatra mazava izay zavatra may sy simba tao anatiny. Ny angom-baovao azo fotsiny dia nisy entana marobe sy fitaovana lasa lavenona tao anatiny, ary tombanana aman-tapitrisany mahery any ho any ny teti-bidin’ny zavatra simba tao anatin’izany fahamaizana izany. Izany tokoa ny hoe, ny loza tsy mampilaza fa rehefa ho tonga dia tonga, eny fa na dia eo aza ireo karazana fitandremana sy fisorohana atao.

m.L

Midi Madagasikara147 partages

Présidentielle 2018 : Pas de modification de l’âge des candidats

Le verrou est mis au palais d’Iavoloha.

C’est le black out quasi-total – comme en période de délestage – sur les trois textes qui figuraient à l’ordre du jour de plusieurs conseils de gouvernement et de ministres depuis quelques semaines.

Dans le préambule de la Constitution de la Quatrième République, il est souligné expressément que le pays fait sienne « la bonne gouvernance dans la conduite des affaires publiques, grâce à la transparence dans la gestion et la responsabilisation des dépositaires de la puissance publique ». Ce qui est loin d’être de mise concernant le projet de loi organique relative au régime général des élections et des référendums ; le projet de loi organique relative à l’élection du Président de la République ; et le projet de loi organique relative à l’élection des députés à l’Assemblée nationale. Rien ne filtre, enfin presque, sur ces projets de loi organique.

45 ans – 65 ans. Pareil manque de transparence laisse libre cours à maintes supputations et différents scénarios qui ne sont pas pour favoriser l’instauration d’un « climat paisible et serein » en vue des prochaines élections. Tout particulièrement la présidentielle sur laquelle le régime en place aurait des velléités de verrouillage dans le but inavoué de ne faire entrer personne d’autre que l’actuel locataire d’Iavoloha en 2018. L’une des clés possibles et imaginables pour mettre le verrou au palais présidentiel, consisterait à faire monter à 45 ans l’âge minimum et à abaisser à 65 ans l’âge maximum pour être candidat. Ce qui éliminerait du …coup, Andry Rajoelina qui aura 44 ans le 30 mai 2018 et Marc Ravalomanana, 69 ans le 12 décembre de l’année prochaine. Rappelons que l’âge minimum était de « 40 ans au moins à la date de l’élection » dans la Constitution de la Première République ; « 35 ans révolus à la date du scrutin » sous la Deuxième République (article 48) ; et « 40 ans révolus à la date de clôture du dépôt de la candidature » durant la Troisième République (article 46). Par contre, jusqu’à celle de la Quatrième République, aucune Constitution n’a posé d’âge maximum pour les candidats à la présidentielle.

Hiérarchie des normes. On a toutefois appris de source informée pour ne pas dire soutirée que le projet de loi organique relative à l’élection du Président de la République n’a pas modifié les conditions d’âge fixées par la Constitution. Plus précisément en son article 46 alinéa 1er qui dispose que « tout candidat aux fonctions de Président de la République doit être de nationalité malagasy, jouir de ses droits civiques et politiques, avoir au moins 35 ans à la date de clôture du dépôt des candidatures, résider sur le territoire de la République de Madagascar depuis 6 mois au moins avant la date limite fixée pour le dépôt des candidatures ». En vertu de la hiérarchie des normes, une loi, fut-elle organique, ne peut modifier des dispositions constitutionnelles. Ce qui a probablement dissuadé l’Exécutif de s’aventurer dans les dédales de la pyramide des normes sous peine de s’y perdre.

Système biaisé. En revanche, le système de parrainages par des élus aurait été bel et bien discuté en conseils de gouvernement et des ministres. Un mode de sélection de candidats qui a cours dans d’autres pays comme la France où le système ne repose pas néanmoins sur des calculs politiques visant à éliminer des présidentiables en puissance. Au contraire, il s’agit d’éviter les candidatures fantaisistes ou farfelues qui n’ont pas la moindre chance d’entrer à l’Elysée. A l’inverse, ce serait une manœuvre d’élimination d’adversaires redoutables et redoutés chez nous où les dés sont pipés. Le système est biaisé à la base avec les pratiques des élus et la manière avec laquelle ils l’ont été. Pour ne rappeler que certains maires déclarés élus par des tribunaux administratifs avant d’être destitués ensuite au profit de candidats du parti au pouvoir par le Conseil d’Etat, quand bien même ils auraient été déjà investis et arboré leurs écharpes tricolores. En tout cas, on attend de voir si le système de parrainage va être adopté au final en conseil des ministres dont le communiqué en date du 25 novembre 2017 concernant les trois projets de loi organique, mentionne que c’est « sous réserve de corrections ». Reste à attendre dans quel sens.

R. O

L'express de Madagascar117 partages

Eric Koller, nouveau président du conseil d’administration d’Air Madagascar

Après la cérémonie de closing, c’est-à-dire, le pacte d’actionnaire entre Air Madagascar et Air Austral, le conseil d’administration de la compagnie malgache s’est réuni pour nommer son nouveau Président. Eric Koller assure désormais le poste de Président du conseil d’administration d’Air Madagascar. À part d’être un professionnel du secteur touristique et de l’hôtellerie, celui-ci est aussi membre du parti Hery Vaovao ho an’i Madagasikara (HVM).Le conseil d’administration est composé des représentants de l’État malgache avec Herivelo Andriamanga, Thierry Rakotoarison, Eric Koller et le général Didier Paza. De son côté, Air Austral, le deuxième actionnaire de la compagnie, est représenté par Didier Robert, Marie Joseph Malé et Dominique Dufour.

Lova Rafidiarisoa

Lire aussi :  Air Madagascar et Air Austral - Le mariage tarde à se concrétiser
Midi Madagasikara109 partages

Solidis Capital : Un fonds d’investissement dédié aux PME

Le nouveau DG de Solidis Garantie, Jean-Marc Ravelomanantsoa et Hagasata Rakotoson dirigeant Solidis Capital. (Photo : Yvon Ram)

L’objectif de Solidis Capital est de financer et d’accompagner 150 entreprises pendant les cinq premières années pour une enveloppe allant jusqu’à deux milliards Ar par entreprise.

Solidis Garantie, la première référence en garantie bancaire, renforce son positionnement en tant qu’institution financière d’appui aux Petites et Moyennes Entreprises (PME). A part l’octroi de garantie pour les entrepreneurs demandant de crédits auprès des banques, une nouvelle solution de financement pour les PME vient d’être créée. « Il s’agit d’un fonds d’investissement Solidis Capital dédié aux PME les plus dynamiques avec un fort potentiel de croissance opérant dans tous les secteurs d’activité dont entre autres l’agri-business, l’industrie et le commerce. C’est un fonds de 20 milliards Ariary », a annoncé Jean-Marc Ravelomanantsoa, le nouveau directeur général de la société Solidis Garantie, lors d’une conférence de presse hier à l’hôtel Ibis à Ankorondrano.

Financement direct. « Cela permet de créer un levier de développement car Solidis Capital octroie un financement direct suivi d’un accompagnement personnalisé en complément des crédits bancaires contractés par l’entrepreneur si son fonds propre est insuffisant. Celui-ci pourrait en même temps bénéficier d’une garantie variant entre 50% et 100% de son emprunt », a-t-il poursuivi. Notons que Solidis Capital qui n’est autre que la filiale de la société Solidis Garantie est dirigée par Hagasata Rakotoson, l’ancien directeur général de cette société. En ce moment, Solidis Capital étudie cinq dossiers tests pour le lancement de cette nouvelle solution de financement pour les PME. « Cela concerne, entre autres, le commerce, l’artisanat et la production de fruits confis », a-t-il indiqué. L’objectif de Solidis Capital est de financer et d’accompagner 150 entreprises pendant les cinq premières années pour une enveloppe allant jusqu’à deux milliards Ar par entreprise. « Il s’agit d’une solution originale qui se présente sous forme de participation en capital ou une offre en dettes ou une assistance technique », a-t-il enchaîné.

3 622 entrepreneurs. En revenant sur la société Solidis Garantie, qui a maintenant dix ans d’existence, plus de 3 622 entrepreneurs ont été soutenus l’an dernier. Le nombre de crédits garantis s’élève à 2 234 contre 1 116 l’année précédente. Ce qui correspond à un volume de crédits garantis de l’ordre de 76,8 milliards Ar en 2016 contre 36,3 milliards Ar l’année précédente. Bref, « Solidis montre sa volonté d’expansion afin d’offrir aux entreprises à Madagascar les moyens pour se développer », a-t-il conclu.

Navalona R.

Midi Madagasikara102 partages

Le point de rupture presque atteint

Le kilo de riz à 2 700 ariary, l’essence à 3 840, ce sont des chiffres qui, lorsqu’on les prononce, raisonnent douloureusement à l’oreille des consommateurs. Ils sont significatifs de la dureté de la vie quotidienne des Malgaches. Aujourd’hui, la limite du supportable a été atteinte pour une population ne sachant plus  comment s’en sortir et  de moins en moins enclin à se contenir. La situation actuelle, si le régime n’y prend pas garde, risque de lui échapper.

Le point de rupture presque atteint

L’image d’un régime état sûr de son pouvoir et décidé à faire ce que bon lui semble est aujourd’hui ancrée dans le paysage politique. Les scènes de liesse lors des inaugurations faites par le président de la République lors de ses tournées paraissent de plus en plus anachroniques dans le contexte social actuel. Les paroles triomphantes du candidat non officiellement déclaré paraissent vaines en comparaison des épreuves endurées par une population qui n’arrive même pas à survivre. L’inflation qui a continué à éroder un  pouvoir d’achat pourtant considéré comme l’un des plus bas du monde n’a provoqué aucune réaction des autorités. On dit que le Malgache est dur à la douleur et il sait endurer les pires souffrances, mais on sent que le point de rupture est presque atteint. Les responsables ont affirmé qu’ils faisaient tout pour stopper cette spirale de la hausse. Ils ont annoncé que des importations de riz massives étaient en train de se faire, mais aucun impact n’a été ressenti par les consommateurs.  La plupart d’entre eux peuvent difficilement acheter ce riz qui n’est plus à la portée de leur bourse. Ils tentent tant bien que mal de se rabattre sur d’autres produits, mais là aussi, ils rencontrent les mêmes problèmes car la hausse, même si elle, moins élevée, est réelle. Depuis hier soir, le renchérissement du prix du carburant a désagréablement surpris les automobilistes. Tout le monde s’y attendait, mais l’augmentation a été très élevée. A présent, on se rend compte qu’un cycle infernal est en train de s’installer et on se demande jusqu’où cela peut aller.

Patrice RABE

Midi Madagasikara98 partages

Tsaratanàna : Attaque des «dahalo » en pleine ville, plusieurs magasins saccagés

On dirait que le vol de bœufs n’intéresse plus les bandits des grands chemins ou « dahalo ». Ce qui s’est passé dans le district de Tsaratanàna avant-hier laisse penser que dans les zones réputées comme étant dangereuses en matière de banditisme rural motivé par le vol de bovidés,  la situation n’est plus comme avant. La mentalité des « dahalo » a évolué pour ne pas dire que ces derniers ont adopté une pratique tout à fait contraire aux us et coutumes des tribus où le vol de bœufs est pris comme étant une culture traditionnelle. Telle est la tribu Bara. Chez les   Bara, la tradition stipule que le vol de bœufs marque la virilité. Un homme doit s’aventurer dans le vol de bœufs pour confirmer sa puissance et surtout sa supériorité dans la société. Cette conception a changé. Si les « dahalo » ne s’intéressaient auparavant qu’aux zébus, actuellement, ils s’adonnent aux actes de banditisme purement et simplement. Ils saccagent tout dans le village où ils attaquent pour ne pas dire que ce ne sont plus les originaires de ces régions, qui estiment que leur survie et leurs valeurs sociales dépendent essentiellement de l’élevage de bœufs,  ils ont sévi dans la ville de Tsaratanàna, avant-hier. Selon les informations, une trentaine de bandits armés de fusils de chasse ont assailli le chef-lieu de ce district. Ils ont saccagé plusieurs magasins et épiceries tout en agressant les propriétaires. Ainsi, le bilan provisoire de cette attaque fait état des quatre blessés graves. Ce qui est étonnant dans cette histoire est d’entendre qu’aucun élément des forces de l’ordre alors que des gendarmes existent dans la localité, n’est intervenu lors de cette attaque.

T.M.

Midi Madagasikara79 partages

Air Madagascar : Acte de cession signé et Plan de transformation lancé hier

Signature du « closing » et officialisation du Plan de transformation d’Air Madagascar, hier au Colbert Antaninarenina.

Les détails du partenariat stratégique entre Air Madagascar et Air Austral sont fixés. Le pacte d’actionnaires a été signé hier au Colbert Antaninarenina, en marge de la première réunion du Conseil d’Administration de la compagnie nationale.

49% pour Air Austral ; environ 51% pour l’Etat malgache ; et une infime partie pour les petits actionnaires.  Cette nouvelle réparation du capital de la Compagnie Air Madagascar a été confirmée hier, lors de la cérémonie de signature de l’acte de cession dit « closing ». En effet, la participation d’Air Austral au capital d’Air Madagascar, en tant que partenaire stratégique est désormais officialisée. Selon le PDG d’Air Austral, Marie Joseph Malé ce bouclage des documents pour le partenariat est le fruit d’un travail conjoint de concertation, de coordination et de négociations colossal. « Ce partenariat offre pour Air Madagascar une réelle chance de se redresser. On a déjà établi un plan de transformation qui est maintenant officiellement lancé. Une nouvelle organisation a également été concoctée pour une gouvernance forte », a-t-il affirmé, lors de la signature du « closing » avec le nouveau DG d’Air Madagascar, Rolland Besoa Razafimaharo,  le ministre des Transports et de la Météorologie Ralava Beboarimisa et le ministre des Finances et du Budget, Vonintsalama Andriambololona.

Relance. Le plan de redressement est donc lancé. D’après le DG de la compagnie nationale, les premières actions concerneront, entre autres, la ré-immatriculation et la mobilisation de la flotte. « Nous disposons actuellement de 11 avions, mais seulement  cinq sont opérationnels. Cette flotte sera remise à niveau. Des vols Tanà-Paris-Tanà et Tanà-Marseille-Tanà avec des équipages 100% malgaches seront bientôt lancés », a-t-il indiqué. En ce qui concerne les vols locaux, les dirigeants d’Air Madagascar parlent de deux vols par jour pour les principales destinations et une desserte par jour pour les destinations secondaires. Une filiale d’Air Madagascar est d’ailleurs en cours de mise en place pour ce réseau domestique et sera opérationnelle vers fin mars 2018. Certes, la compagnie Air Madagascar ne sera plus une charge pour la caisse de l’Etat. D’après le ministre des Finances et du Budget, les 303 milliards d’Ariary prévus dans le budget 2017 sont suffisants pour l’apurement des dettes de la compagnie nationale. A partir de l’exercice 2018, l’Etat se désengage entièrement d’Air Madagascar, en termes de subvention, car cette société aura désormais une bonne santé financière, grâce à son redressement, d’après les explications du ministre Vonintsalama Andriambololona.

Antsa R.

Tia Tanindranaza61 partages

Mpiasan’ny primatioraNasondrotra avo roa heny ny tambin-karama

Nakarin’ny praiminisitra Mahafaly Solonandrasana Olivier avo roa heny ny tambin-karama manokana ivelan’ny vatan-karama na « indemnités » ho an’ny mpiasa rehetra eo anivon’ny fiadidian’ny primatiora.

 

Efa any amin’ny tahirimbolam-panjakana ny dosie momba izany, ary mihatra avy hatrany manomboka ny volana desambra, ka horaisina vola mivantana ankoatra ny bolongan-karama. Tsy misy malahelo an’izay vola hiditra any am-paosin’ny mpiasa, fa ny mahagaga dia ny fihetsika tampotampoka toy izao. Nivadika samaritana tsara fanahy tampoka ve ingahy Praiminisitra ? Inona no antony ? Taorian’ny nanesorana an’i Honoré Rakotomanana tamin’ny toerany tsy ho filohan’ny Antenimierandoholona, dia efa nisy ny loharanom-baovao azo, fa mety hoesorina amin’ity volana desambra ity ny praiminisitra. Misy ifandraisany amin’izay ve izao fampitomboana ny vola raisin’ny mpiasan’ny primatiora izao ? Ny azo antoka aloha dia tsy maintsy halahelo ny toerany ny tenany raha ho raikitra tokoa ny fanesorana. Tsy maintsy hitady izay fomba rehetra hijanonana amin’ny seza izy raha azo atao. Azo heverina ny hanambazana ny mpiasa hiaro sy hangataka ny mbola hitazonana ny azy eo amin’ny toerany. Mety ho tapaka na tsy ho raikitra rahateo io fampiakarana ny vola raisina io, raha tsy i Mahafaly Solonandrasana Olivier, izay tompon-kevitra no eo amin’ny toerana. Tsy maintsy hiezaka hiaro ny tombotsoany ihany koa ireo mpiasa ka mety hanaovana fitaovana azy ireo hiaro ny praiminisitra tsy hiongana no ambadiky fanapahan-kevitra. Efa fomba fanao hatreny amin’ny antenimieram-pirenena Tsimbazaza rahateo ny fanambazam-bola ny solombavambahoaka, mba tsy hikitikitika ny praiminisitra. Nangina tampoka teny Tsimbazaza tamin’ny fiandohan’ny fivoriana ara-potoana teo ny resaka fanonganana azy, raha efa nandeha be ny resaka fanangonan-tsonia. Tsy hay izay niseho tany ambadika tany, fa dia tampina indray ny daomy tamin’iny indray mitoraka iny. Hevitra hafa indray ve izany izao no miainga sao mbola mihozongozona eo indray ny seza ?

Toky R

 

News Mada57 partages

Binastore : présente à Madagascar

Le groupe LafargeHolcim a annoncé, en juin dernier, le déploiement de son réseau de points de vente spécialisés dans les matériaux de construction en Afrique et au Moyen-Orient, sous une nouvelle enseigne : Binastore qui débarque  dans ce sens à Madagascar. Et, c’était autour d’une soirée conviviale que les équipes de Lafarge-Holcim et de Binastore ainsi que leurs partenaires ont marqué le lancement officiel de la marque, hier, à l’hôtel Ibis Ankorondrano. Il s’agit de rebaptiser les magasins Manorina de Holcim en Binastore.

Désormais, les prochains magasins porteront cette enseigne au même titre que les 500 points de vente repartis en Afrique et au Moyen-Orient. L’inauguration du Shwroom au siège de Holcim Madagascar à Tsaralalàna et du magasin pilote sur la RN1 marquera ce jour l’ouverture des magasins Binastore.

Arh.

Midi Madagasikara57 partages

Prévisions Météo : Fortes activités orageuses ce jour

La saison des pluies a bel et bien commencé.

Nous sommes donc en pleine saison de pluies sur Madagascar. Ce qu’on peut lire dans la page facebook de Météo Madagascar. Une annonce qui confirme le temps qui a fait depuis quelques jours. Pas plus tard qu’hier, une forte pluie s’est abattue sur la capitale à partir de l’après-midi. Une situation qui va continuer ce jour d’après toujours le communiqué de la Météo Madagascar parce que “de fortes activités orageuses sont en cours et se poursuivront ce jour sur une bonne partie du territoire“. Des précipitations proches de la supérieure à la normale sont probables sur les Hautes Terres centrales et le versant centre Est et Sud-Est du pays. Les habitants vivant dans des sites identifiés comme vulnérables sont priés d’être prudents face aux possibilités de stagnations d’eau ou les montées des rivières. Des perturbations de trafic routier sont aussi possibles durant l’épisode. Par ailleurs, le vent va fortement souffler sur la pointe sud de l’île.

Recueillis par José Belalahy

Midi Madagasikara53 partages

Portrait : Viviane Rajaonarisoa, une infatigable entrepreneure

Viviane est tellement engagée dans la promotion de la destination Madagascar.

Beaucoup d’entre nous ont entendu Emy Travel, mais, derrière cette enseigne se cache une entrepreneure engagée. Actuellement, Viviane Rajaonarisoa est à la tête du groupe Amy où elle occupe le poste de General Manager.

Connue pour sa capacité́ de travail hors-pair et sa ténacité́, Viviane Rajaonarisoa est une personnalité́ forte et entière.

Engagée. Cette femme, décrite chaleureuse par ses proches, mène une vie animée par la curiosité́, la passion et la créativité́. Actuellement, elle est à la tête du groupe Amy. Pour la petite histoire, Viviane a débuté son affaire en 1988. Elle a commencé dans le domaine du tourisme après les encouragements et soutien du Journal « La vie du Rail » en France après une visite à Madagascar où elle a conçu la publicité de la Micheline et du chemin de fer malgache. Et c’était le début de l’aventure pour cette infatigable entrepreneure. « La Micheline est unique au monde et on peut bien l’exploiter. Je suis passionnée par le tourisme et c’est un secteur clé et porteur pour l’économie malgache » a-t-elle expliqué. Dans son parcours, tout n’a pas été rose, elle a traversé des hauts et des bas, mais, elle reste debout 29 ans après. Comme l’artisanat est lié indissociablement au tourisme, son entreprise s’est spécialisée dans l’exportation des  « Arts malagasy » sans oublier l’ouverture de restaurant et la location de voitures pour faciliter le séjour des touristes. En tant qu’opérateur dans le domaine touristique, le Groupe Amy a participé à plusieurs foires et salons internationaux dans l’objectif de la promotion de la destination Madagascar. Une ouverture à l’international  ayant été bénéfique pour le Groupe qui va s’impliquer davantage dans d’autres secteurs entre autres l’agrobusiness.

Nouveau partenariat. A la recherche de nouvelles opportunités d’affaires, Viviane Rajaonarisoa faisait partie des entrepreneurs malgaches présents à la Conférence de Rome, Italie au mois d’octobre dernier. Une rencontre rendue possible grâce à l’implication de l’EDBM dirigée par son directeur Général, Eric Andriamihaja et la Chambre de Commerce Italie-Madagascar. Une conférence qui a vu la présence du président de la République, Hery Rajaonarimampianina. Fascinée par le potentiel des activités du Groupe Amy, le General Manager, Viviane Rajaoanarisoa a rencontré Dr. Orazio Saracino, General Manager – CEO Centro Servizi Impresa Srl / Blue Economy et Président de la pêche nationale au siège de l’Unimpresa à Rome. La maîtrise de  la langue italienne est un atout majeur pour Viviane dans les échanges et les négociations. Ils  se sont entendus sur un ensemble de projets qui peuvent être mis en œuvre à Madagascar, y compris la production intensive de légumes comme les champignons, les fermes avicoles pour les œufs et la viande, l’élevage de la vache laitière et de la viande, la culture du riz, les haricots et les installations pour la production de cultures fourragères dont le blé et le maïs. Ces derniers seront transformés en  farine pour la fabrication des pâtes et des biscuits. La pêche artisanale avec la transformation, la conservation et la commercialisation des poissons et fruits de mer, les installations aquacoles ont été abordés. Une attention particulière a été accordée aux projets «Village Touristique  Global  » avec des activités spécifiques liées à l’exploitation de l’eau, la randonnée, l’écotourisme, le tourisme de la pêche, les sports, la culture, la gastronomie, les loisirs, les établissements de jeux.  L’objectif étant d’offrir un package aux touristes pour profiter de la beauté, des ressources et de l’environnement à travers le « Pole Tourist Resort ». Un troisième pôle de développement économique a été discuté à savoir « Autoroute de la mer » et / ou « autoroute du Canal des Pangalanes ». La réunion a été conclue avec un engagement de vérifier la faisabilité des différents projets et le potentiel existant sur le territoire malgache en identifiant les entreprises ou groupes d’entreprises qui peuvent aider à développer ces initiatives individuellement ou dans des coentreprises avec des sociétés italiennes.

T.H

Midi Madagasikara52 partages

Législatives : Des ministres poussés à se porter candidat

Effervescence à Tsimbazaza à l’approche de la clôture de la session parlementaire en cours. La raison en est que les trois fameux projets de loi relatifs aux élections devraient être votés avant le coup de sifflet final.  Mais, outre ces lois électorales dont l’une relative à l’élection des députés à l’Assemblée nationale, Tsimbazaza s’impatiente notamment de connaître la date des prochaines Législatives. Seul le gouvernement est habilité à en décider, la CENI ne pouvant que s’y soumettre. D’après des indiscrétions, le second tour de la présidentielle et les Législatives ne seraient plus jumelées comme en 2013. Mais, reste à savoir si c’est l’élection du président de la République qui passera avant celle des députés ou l’inverse. Du côté du gouvernement, des ministres sont préoccupés par leur avenir politique étant donné que, s’il n’y a plus de remaniement avant les élections, ils n’ont en reste qu’un an à passer dans l’équipe gouvernementale. Nous sources indiquent que la plupart des ministres actuels sont poussés à se porter candidat aux prochaines Législatives.

Critère de reconduction. Les ministres qui ne sont pas élus députés ne seraient plus reconduits dans le gouvernement si Hery Rajaonarimampianina était  réélu à la magistrature suprême. En tout cas, on connaît déjà les ministres qui vont se porter candidat : Harry Laurent Rahajason à Maevatanana, Anicet Andriamosarisoa à Ambalavao, Nepatraiky Rakotomamonjy à Ihosy, Tazafy Armand à Farafangana, Chabani Nourdine à Fort-Dauphin, Mamy Andriamanarivo à Antsirabe, Monique Rasoazananera à Fianarantsoa I, Paul Rabary dans le Ier Arrondissement de Tana, Toto Marie Lydia à Fandriana, Benjamina Ramanantsoa dans le VIe Arrondissement de Tana, Maharante Jean De Dieu à Toliara I, Johanita Ndahimananjara à Toamasina I, Ralava Beboarimisa à Manakara, Eric Razafimandimby à Antsohihy, Gilbert François à Toliara II, Jean Jacques Rabenirina à Betioky Sud et Rafatrolaza Bary Emmanuel à Kandreho.

R. Eugène

Midi Madagasikara43 partages

« Rap Gasy » : Raboussa en « showcase » au CGM

Raboussa, toujours égal à lui-même.

Il se fait rare sur la scène, et chaque apparition de Raboussa reste un rendez-vous incontournable pour les inconditionnels du « rap gasy ». Demain, il retrouvera ses fans au « Cercle-germano-malagasy »

Quand on dit « Rap Gasy », Raboussa vient tout de suite à l’esprit. Depuis plusieurs années, Niry et sa bande ont su se faire une place de choix dans le monde du showbiz malgache. Habituant le public aux grands spectacles, il retrouvera les fans le temps d’un « showcase ». Demain, Raboussa investira le « Cercle germano-malagasy » à Analakely. Une scène restreinte, histoire de rencontrer les inconditionnels dans un cadre plus intimiste.

Pionnier du rap commercial, la dernière apparition du groupe remonte en septembre. Fy et Niry ont été à la tête d’affiche d’« Afondasy Legend » aux côtés d’autres rappeurs.  En dépit de l’émergence des jeunes talents dans le monde du rap, Raboussa connaît toujours le succès des rappeurs à leurs débuts. Sans perdre de sa notoriété, le style combinant « rap old school » et commercial leur réussit. Si certains des rappeurs de sa génération sont retombés dans l’anonymat, Raboussa fait partie de ceux qui ont pu garder le statut de star. Gagnant le cœur  d’un public plus jeune, le groupe attise toujours la passion des inconditionnels tout au long de ces 17 ans de carrière.

Pour rappel, Raboussa faisait partie des rappeurs « underground » du clan Bogota. Comme ses frères d’arts, ses titres reflètent des paroles revendicatrices pour une jeunesse qui se veut être meilleure. Présentement, la jeunesse se retrouve dans les paroles, avec un côté technique amélioré par la haute technologie d’aujourd’hui.

Maharindra Aina

Midi Madagasikara40 partages

Farakely : A la conquête de la France avec « Tafaray isika roa »

Farakely, accompagnée de Sefo et de Charles Kely lors de son concert à Savigny sur Orges, le week-end dernier.

Lentement mais sûrement, Farakely construit son petit bonhomme de chemin ! Après avoir surpris les Tananariviens avec son premier album « Tafaray isika roa », la voilà aujourd’hui partie en France pour une autre opération de charme.

Cap sur Paris pour une nouvelle aventure musicale ! Accompagnée de Sefo, Farakely s’est envolée dans la Capitale française pour séduire la diaspora. L’objet du voyage ? Les vacances bien sûr, mais également et surtout pour faire connaître son premier album. Sorti il y a trois mois, « Tafaray isika roa » a fait mouche à Tana. Pour la jeune femme, il fallait aller le plus loin possible. Quelques mois à peine après la sortie de l’opus, la voilà sur les routes pour une nouvelle opération de charme, cette fois en France. Réalisé avec les plus grands soins et avec tout le professionnalisme dont sont capables la jeune femme et son équipe, Farakely, à travers son premier album dévoile plus en profondeur son univers musical avec des titres très « gasigasy », des ballades, de la soul et d’autres chansons plus funky. Le premier essai a d’ailleurs été un succès. Sa prestation à Savigny sur Orges avec Charles Kely en a époustouflé plus d’un. Pour la chanteuse, ce n’est cependant qu’un début. D’autres dates, d’autres concerts sont encore prévus au programme. Pour Farakely, l’aventure en solo n’en est effectivement qu’à ses débuts.Nouvelle page. En quelques années, Farakely a su s’imposer dans le monde de la variété locale. Surtout connue comme étant une des membres du groupe Randrantelo, elle a depuis tracé son chemin. « Quand nous étions petits, nos parents nous avaient initiés à la musique. Moi, j’avais neuf ou 10 ans et franchement, cela ne m’intéressait pas du tout. Ce n’est que plus tard, lorsque j’ai rejoint une chorale, que j’ai commencé à apprécier la musique, et à comprendre tout l’intérêt d’en jouer» raconte Farakely. Depuis, elle ne peut plus s’en passer. Elle participe à un concours avec son frère, mais c’est plutôt le groupe Randrantelo qui lui servira de tremplin pour se faire connaître du grand public. « Avec Randrantelo, j’ai tout appris. Et j’y ai connu plusieurs expériences qui m’ont mûrie ». Aujourd’hui, elle est à la conquête d’un autre public, celui de la France, de la diaspora.Mahetsaka

Tia Tanindranaza35 partages

Fidangan’ny vidim-baryMifono afera maizina sy politika maloto

Tsy mijanona misondrotra ny vidim-bary eto amintsika kanefa tsy hita izay tena vahaolana maty paika avy amin’ny fanjakana. Niainga tany amin’ny 500Ar, 600Ar, 650Ar, ary efa 700Ar ny kapoaka amin’izao.

 Ny any amin’ny faritra sasany aza efa misy 1000Ar sy 1500Ar, saingy fampandriana adrisa no misesisesy. Vahaolana maharitra no andrasan’ny vahoaka fa tsy fampanantenana poak’aty lava izao. Nambara fa hisy ny fanapahan-kevitra hivoaka, saingy tsy mbola teraka ambatovehohoka hatramin’izao. Tsy misy azon’ny fanjakana atao tokoa ve sa misy ambadika mamohehitra amin’izao zava-misy izao ? Raha tena vonona hamaha olana marina ny mpitondra efa ela no niditra an-tsehatra nanafatra vary mivantana sy naninjara izany na koa nahita hevitra hafa rehefa tsy voafehy ireo mpandraharaha, ary nidina ho azy io vidim-bary io. Lalaovina kosa anefa ny zava-misy amin’izao, izay heverina fa misy ny afera maloto iraisana amin’ireo mpandraharaha mpanararaotra. Zava-misy eto amin’ny firenena rahateo ny firaisana tsikombakomba eo amin’ny mpandraharaha mpanao afera, indrindra fa ireo vahiny sy ny tompon’andraikitra ambony toy ny minisitra. Misy ireo miara-miombon’antoka amin’ny karana na ny sinoa mba hahafahan’izy ireny manjakazaka sy mifehy ny toekarena eto, ary mandrotsaka volabe any amin’ireo tompon’andraikitra ambony. Lojika araka izany hoe tsy sahy manao na inona na inona ny mpitondra satria efa voatapim-bava, ka dia manao izay tian-katao izy. Mbola sahin’ireny aza ny mampiasa volabe handrsisihana ny mpitondra hamotika ny orinasa Malagasy. Vao manomboka ny fahavaratra izao, kanefa io iaraha-mahita ny vidin-javatra, ary tsy io vary io ihany fa midangana fa ny vidin-javatra rehetra. Lalaovina tanteraka ny zava-misy mba hampalemy ny vahoaka, ka azo lalaovina sy fehezina. Mba nankaiza izao no niafanan’ireo vary 4 000 taonina tamin’ny sinoa ? Efa nataon’ny HVM fitaovana politika hanambazana vahoaka sa miandry pripagandy na hetsika hafa hahafahana manindraindra ny fanjakana? Akaiky ny fifidianana, ka tsy hatao mahagaga raha hisy ny mody vahaolana tampoka aoriana kely mba hakana ny fom-bahoaka indray. Vahaolana tsy maharitra fa mba hatao fotsiny hanambakana sy hisintonana ny fon’ny vahoaka hitodika sy hanohana ny fitondrana efa tsy manjary sy milomano ao anaty afera maizina.

Toky R

 

Tia Tanindranaza34 partages

Tsingerin-taonan’ny fahafaham-baraka

Feno herintaona katroka anio ny fikaonan-dohan’ny mpamatsy vola sy ny fanjakana Malagasy tany Paris - Frantsa. Raha tsiahivina ny tantara dia ny 01-02 desambra 2016 no nanatanterahana azy io.

Toky R

Madagascar Tribune33 partages

L’Exécutif a ses propres idées

Après le conseil des ministres à Mahajanga la semaine dernière, les trois projets de loi relatifs au régime général des élections ont totalement disparu de la circulation. Ils ne sont pas encore entre les mains du Parlement, que ce soit de la Chambre Haute ou de la Chambre Basse. La raison possible de cette disparition serait la note du conseil des ministres sur la validation de ceux-ci qui soulignait que les trois projets de loi sont validés sous réserve de correction. Des modifications seront donc apportées aux textes initiaux, obligatoirement par l’Exécutif. Comme la session ordinaire du Parlement ne durera plus que deux semaines et si actuellement ces projets de loi n’y sont pas encore, il est fort probable qu’ils n’y parviendront plus. Ce qui amène à se demander ce que prévoit réellement le régime par rapport à ces textes devant régir les prochaines élections.

A plusieurs reprises, la société civile avait demandé à ce que le texte leur soit remis avant d’être soumis au deux chambres du Parlement ; requête qui est restée sans réponse jusqu’ici. Les projets de loi relatifs au régime général des élections risquent ainsi de finir comme le code de la communication médiatisée.

Sans le Parlement

Pour pouvoir être soumis aux délibérations et au vote des parlementaires, le délai de 15 jours est requis pour chaque projet de loi après son dépôt au bureau des deux chambres. Or, il ne reste plus que deux semaines avant la fin de cette seconde session ordinaire. Il est donc maintenant peu probable si l’on se réfère à ce délai, que les projets de loi électoraux puissent être adoptés pour cette seconde session ordinaire. Il se pourrait que l’adoption de ces textes électoraux attende la prochaine session ordinaire du Parlement au mois de mai de l’année prochaine. Cela laisserait du temps à l’Exécutif d’opérer les dites corrections. Une autre option s’ouvre également car l’article 89 alinéa 2 de la Constitution dispose que « Si l’Assemblée Nationale n’a pas adopté le projet de loi organique avant la clôture de la session, les dispositions dudit projet peuvent être mises en vigueur par voie d’ordonnance, en y incluant, le cas échéant, un ou plusieurs amendements adoptés par une Assemblée. ». Aussi, l’Exécutif peut donc recourir à la voie règlementaire sans devoir passer par le contrôle et les débats du Parlement. Et vu le caractère de ces projets de loi, il n’en serait pas moins étonnant que le régime ait recours à cette deuxième option.

News Mada33 partages

Toamasina : Soutien du Japon au centre Orchidée blanche

Le volet éducation fait partie des domaines d’intervention des volontaires japonais à Madagascar. C’est effectivement le cas de Kina Tetsuya, un éducateur spécialisé oeuvrant au centre Orchidée Blanche II de Toamasina,  depuis son arrivée à Madagascar.

Le centre Orchidée blanche de Toamasina s’occupe de 35 personnes, majoritairement des enfants ayant un handicap mental, alors que l’effectif des éducateurs est largement insuffisant. «Seuls, cinq éducateurs sont en charge des 35 élèves qui y sont inscrits. Il est évident que nous manquons de ressources  humaines», a avancé la directrice du centre, Arimalala Marie Angel. L’assistance apportée par Kina Tetsuya est donc d’une importance majeure pour le centre, depuis plus d’un an.

Promouvoir l’autonomie des élèves

Si les objectifs du centre Orchidée blanche de Toamasina portent essentiellement sur l’autonomie et l’insertion sociale des enfants, Kina Tetsuya y contribue à travers des animations comme les travaux manuels ou les jeux favorisant l’éveil des enfants et développant leur motricité.

« L’accompagnement de ces enfants nécessite beaucoup de patience. On peut percevoir une évolution dans leur comportement sur le long terme», a expliqué ce volontaire japonais. Dans ce sens, Lucie, une éducatrice, a souligné que «l’éducation de ces enfants nécessite aussi beaucoup d’amour. La situation de chaque enfant est différente. Certains assimilent avec la vue, d’autres avec le toucher. Nous essayons donc d’adapter l’enseignement selon le cas de l’enfant. Et les techniques apportées par Kina pour l’éducation de ces enfants nous aident beaucoup».

Appel à un soutienc technique

Le centre Orchidée blanche de Toamasina a été créé il y a 20 ans sous l’initiative des parents des élèves. A l’instar des appuis apportés par les partenaires techniques, comme l’Agence japonaise de coopération internationale (Jica), le centre œuvre indépendamment.

Les parents versent un écolage de 16 000 ariary par mois. Cela permet d’entretenir le centre, et d’assurer la restauration des enfants.  «Nous recevons de l’aide de l’Etat durant les fêtes, notamment l’approvisionnement en denrées. Ce dont nous avons le plus besoin, c’est l’appui technique et le renforcement de capacités des éducateurs», a expliqué Arimalala Marie Angel. A noter que les éducateurs suivent des formations au niveau du centre Orchidée Blanche d’Antananarivo. Des éducateurs venant de la capitale se déplacent également à Toamasina pour un partage d’expériences.

Riana R.

Tia Tanindranaza31 partages

Zakahely Boniface“Tsy misy depiote izany eto”

Izaho mahita fa tsy misy depiote izany eto Madagasikara amin’izao isika miteny izao, hoy ny Solombavambahoakan’i Mananara Avaratra teo aloha.

  Tsy misy an’izany fa ny olona mivorivory ao amin’ny Lapan’ny Antenimieram-pirenena no misy, izay eken’ny lalàmpanorenana. Na ny fomba fandaniana ireo olona ireo aza tsy ara-dalàna satria Andry Rajoelina te hahazo maro an’isa no nanimba an’io zavatra io, ka lasa vaky balina ny niditra tao, izay manam-bola  ihany no lasa depiote. Ahoana no hitenenanana hoe misy solombavambahoaka isika, hoy izy. Amin’izao fotoana izao dia misy HVM, ka oviana no nahitana hoe nisy HVM nirotsaka depiote teto Madagasikara. Fisolokiana izany, ka tokony hosamborina, ary azo toriana izany, saingy tsy misy mitory satria tsikombakomba ny maro an’isan’izy ireo. Misy olona faha-4 tamin’ny fifidianana natao lany, misy olona karohina lasa depiote ary tsy iray na roa izany fa be dia be, hoy izy. Lasa toeram-pialokalofan’ny olona andeha mitady vola, dia hiaro ny fananany. Aiza no ahitanao olona an’izany ny depiote izany, ka alainy daholo ny tsenam-panjakana tsy  misy antso tolo-bidy tsy misy na inona na inona, hoy izy. Raha ny resaka fiarakodia izany, dia azo ho azy izany raha tena mipetraka amin’ny depiote azy. Tamin’ny andronay dia izahay tsy niady an’izany ary tsy misy lalàna an’izany mihitsy io ny fiara tsy mataho-dàlana, ka ahoana moa no hahafahanao mitaky izany, hoy izy. Tonga tamin’ny andron’i Marc Ravalomanana dia izy no nanome maimaimpoana. Amin’izao fotoana izao dia ahoana moa ny fanjakana no hanome fiara, kanefa tsy misy lalàna an’izany. Tokony lalàna mikasika izany no nataony satria afaka nanao tolo-dalàna, hoy i Zakahely Boniface.

Toky R

 

Midi Madagasikara30 partages

Judo – Championnats de France : Rasoanaivo Irinah se prépare pour la finale du Championnat de France

Irinah sera aux championnats de France. C’est la fille de Rasoanaivo Dida Patrick, ancien membre de l’équipe nationale de judo à Madagascar et champion des -71kg Mada. Elle s’apprête à combattre pour la finale du Championnat de France qui se déroulera les 9 et 10 décembre. Inspirée par Teddy Riner et suivant les pas de son père, à seulement 14 ans, la jeune fille appartient déjà à l’équipe élite de l’Ile-de-France, dans le Club de judo de Trilport. Compétition après compétition, cette minime des moins de 70 kg ne cesse de monter sur le podium. Elle s’entraîne actuellement pour combattre sur le tatami de la finale du Championnat de France. S’entraînant durant deux heures, deux fois par semaine, et faisant du jogging tous les samedis, Irinah est également aidée et conseillée par son père, afin de parfaire ses techniques pour remporter cette grande finale.

La jeune sœur d’Irinah, Rasoanaivo Mialy est aussi une petite légende du judo. A 11 ans, elle fait partie des benjamines des moins de 48 kg. Comme sa grande sœur, Mialy remporte la victoire, tournoi après tournoi. Dernièrement, elle est arrivée 1re  lors du challenge Monthyon du 18 novembre. A ce rythme, elle participera aussi bientôt aux finales des prochains championnats de France. A suivre de près.

Kanto Andraina (stagiaire)

Midi Madagasikara26 partages

Métiers du numérique : Une conférence d’orientation à Tsiroanomandidy

Plus de 500 élèves ont assisté à la conférence sur les métiers du Numérique à Tsiroanomandidy.

Plus de 500 étudiants ont assisté à une conférence sur les métiers liés aux technologies d’information et de communication, organisée cette semaine par le ministère de tutelle dans la région Bongolava.

 « Orientation aux métiers du numérique ». Tel est le thème de la conférence organisée, mercredi dernier, pour les élèves des classes terminales – toutes séries confondues – des établissements publics et privés de la Commune de Tsiroanomandidy, région Bongolava. Cette rencontre a été concoctée par la Direction de la Gouvernance du Numérique et de la Direction Régionale Analamanga du MPTDN (Ministère des Postes, des Télécommunications et du Développement Numérique). En effet, les TIC figurent aujourd’hui parmi les meilleurs vecteurs de développement à Madagascar, grâce aux emplois directs et indirects qu’elles créent. Certes,  le choix de métier est une étape importante pour l’avenir des jeunes. Bien choisir pour mieux appréhender les formations, les métiers et le monde professionnel n’est pourtant pas facile, sans appui. C’est pour cela que le MPTDN a tenu cette conférence pour les plus de 500 étudiants qui y ont assisté. « Pour le Ministère, l’épanouissement des jeunes à travers les métiers du numérique est un facteur de réussite du développement de Madagascar. Cette rencontre est une occasion pour sensibiliser nos jeunes sur les opportunités offertes par le numérique quant  à leur carrière professionnelle. », a souligné le directeur de la Gouvernance du Numérique, Mamy Andriamaharo Andriamalala.

Protection des enfants. En plus de sa mission de vulgarisation des technologies numériques, un  TIC-Bus a été lancé pour contribuer à la sensibilisation des jeunes, sur les risques que représentent le Numérique et Internet. Ce TIC-BUS appuie la mise en œuvre le programme « we protect », protection en ligne des enfants, en partenariat avec l’UNICEF. La première campagne de ce programme aura lieu durant le 14e Tour cycliste international de Madagascar qui se tiendra du 7 au 17 décembre 2017. En effet, le TIC-BUS du MPTDN, doté de connexion avec l’internet d’Orange Madagascar, sera  aux côtés de l’UNICEF et sillonnera la région Sud de la Grande Ile,  partant de Toliary en passant par Sakaraha, Ilakaka, Ihosy, Ambalavao, Mananjary, Irondro, Ambohimahasoa, Ambositra, Antsirabe pour revenir à Antananarivo.

Antsa R.

Tia Tanindranaza21 partages

Fiatrehana ny fifidiananaMila olom-pirenena tompon’andraikitra

Lalana tsy azo ihodivirana eto amin’ny firenena ny fanatanterahana ny fifidianana izay ho filoham-pirenena amin’ny taona 2018 ho avy io. Efa miomana fatratra amin’izany sahady ny fikambanana HOPE, na Hetsika Olom-Pirenena Entanina, amin’izao fotoana izao.

Pati

Midi Madagasikara19 partages

Code électoral : Le Premier ministre ouvert au dialogue

Le Premier ministre Mahafaly Solonandrasana Olivier a procédé au lancement officiel du programme de réforme de l’administration et modernisation de l’action publique des collectivités territoriales décentralisées (CTD), hier, au ministère de l’Intérieur, à Anosy. Il était entouré, à cette occasion par le ministre de la Fonction publique, de la Réforme de l’Administration, du Travail et des Lois sociales, Maharante Jean de Dieu et du ministre de l’Economie Herilanto Raveloharison. En marge de cette cérémonie, le Premier ministre a parlé du code électoral, notamment sur les avis du comité de vigilance démocratique pour les élections. « Le pouvoir est ouvert au dialogue», a-t-il soutenu. Le Premier ministre a-t-il révisé sa position, étant donné qu’il a récemment déclaré que le gouvernement n’est pas obligé de soumettre à l’examen des partis politiques et de la société civile l’avant-projet de loi sur le code électoral.

Transparente. Pour en revenir à la réforme de l’administration, les résultats attendus portent, entre autres, sur une administration locale moderne, transparente et performante au service des citoyens et d’une gouvernance financière et gestion des patrimoines des CTD.

Dominique R.

Orange Madagascar18 partages

DHL Madagascar s'offre une Karenjy

DHL Madagascar s’investit davantage dans sa RSE (Responsabilité sociale des entreprises). Déjà très engagé dans les actions en faveur du développement durable, DHL Madagascar avance encore un peu plus et se pourvoit des moyens destinés à en soutenir les différents volets (social, économique et environnemental), notamment à travers ses projets, déjà très connus, que sont GO HELP, GO TEACH ET GO GREEN.

Dans ce cadre, DHL Madagascar s’est donc tourné vers Le Relais Madagascar, le constructeur automobile malgache de la voiture mythique KARENJY basé à Fianarantsoa, pour se doter d’un véhicule Mazana II qui servira dans l’accomplissement des diverses activités menées dans le cadre de ses projets RSE. Loin d’être fortuit, le choix de Karenjy est apparu comme une évidence pour plusieurs raisons. D'abord, Karenjy est le seul constructeur automobile malgache et unique producteur de véhicule 4x4 dans toute l’Afrique. Il s’agit ainsi d’une fierté particulière d’utiliser des produits Vita malagasy, ainsi que d’un hommage rendu à l’excellence du Vita malagasy . Ensuite, le véhicule Mazana II a l’avantage d’allier simplicité (design fonctionnel, adaptation aux contraintes locales…), économie (faible consommation, disponibilité de pièces de rechange à prix réduits…) et robustesse (conçu et testé à Madagascar)    La réception officielle de cette voiture s’est tenue ce 1er décembre 2017 dans les locaux de DHL Madagascar à Ankorondrano. Concrètement, ce véhicule épaulera prochainement, dans leurs déplacements, les différents responsables et représentants de DHL Madagascar menant des actions RSE, que ce soit par exemple en faveur de la Plateforme Humanitaire du Secteur Privé, de SOS Village d’Enfants, du BNGRC… 

Midi Madagasikara18 partages

Malaimbandy : Nadoboka am-ponja ny dimy tamin’ireo mpaka an-keriny

Andian-jiolahy mpaka an-kery no voasambotra ny zandary tany Malaimbandy. Nadoboka am-ponja avy hatrany moa ny sasany tamin’izy ireo rehefa natolotra teny anivon’ny Fampanoavana. Tsy ny karàna ihany hatreto  fa na hatramin’ny terantany malagasy aza izao dia mety hiharan’ny fakàna an-keriny. Toy ilay nitranga tany Malaimbandy rehefa nisy olona nalain’ny jiolahy an-keriny, ary nitakian’izy ireo vola ny faran’ny herinandro teo. Navotsotr’ireo olon-dratsy moa ilay olona rehefa azon’izy ireo ny vola notakian’ireto olon-dratsy ireto. Na dia efa votsotra aza dia tsy maintsy niroso tamin’ny fikarohana ireto andian-jiolahy ireto ny zandary, ka tamin’izany no nahatratrarana olona enina. Vehivavy ny iray tamin’izy ireo ary lehilahy ny dimy. Tami’ny alalan’ny angom-baovao hatrany no nahafahan’ireto mpitandro filaminana ireto niroso tamin’ny fisamborana ireto andian-jiolahy ireto. Taorian’ny nihenoan’ny mpitsara mpanao famotorana ireto olon-dratsy ireto dia fantatra fa nampidirina am-ponja ireo dimy lahy, mandram-piandry ny fotoam-pitsaràna azy, raha nahazo fahafahana vonjimaika kosa ilay vehivavy naman’izy ireo.

m.L

Midi Madagasikara17 partages

Gestion des Aires Protégés terrestres : Lancement officiel du Forum LAFA hier

Le lancement du Forum LAFA s’est effectué au Carlton Hôtel Anosy hier.

L’hôtel Carlton Anosy a été le théâtre d’un évènement majeur dans le cadre de la gestion de l’environnement hier. En effet, l’évènement en question concerne le lancement officiel du Forum LAFA ou « Loharanon’ny Aina ny Faritra Arovana an-tanety »). Traduit en français comme le Forum des Professionnels de la Gestion des Aires Protégées Terrestres de Madagascar, le Forum LAFA entend apporter de grands avantages surtout pour les acteurs oeuvrant dans la protection de la nature. Notamment, dans la résolution des problèmes liés au manque et transfert des informations. Le forum se projette également de faciliter les échanges d’idées, les partages de connaissances mais surtout les partages d’expériences et de bonnes pratiques entre les acteurs. Par ailleurs, le lancement officiel entrait dans le cadre d’une série de conférences organisée dans le cadre de la lutte pour la gestion des aires protégées terrestres mais surtout de leur valorisation. Des séances de formations de quatre-vingt formateurs ont également été organisées en plus d’une réunion des membres du Forum LAFA.

RAV’Estl (Stagiaire)

Midi Madagasikara16 partages

Tour de Mada cycliste : La Star fait feu de tout bois !

Le PDG adjoint de la Star, Francis Ambroise a fait du vélo sa grande passion.

L’indispensable Eau Vive. Une autre Caprice de Star. Une boisson énergisante en plus grande du nom de XXL. Le dernier et non des moindres, c’est THB dont la renommée a bien franchi nos frontières.

C’est sûr qu’en mettant tous ces produits au service du Tour de Mada, les brasseries Star ont  carrément relevé les débats. Et ce sens presque inné en matière de marketing du groupe d’Elodie Hiridjee, et la passion toujours aussi vive pour le vélo du PDG Adjoint de la Star, Francis Ambroise, ont accouché d’une belle démonstration des produits phares de la société pour être mis en avant durant les 10 jours de Tour de Mada.

Logique si la Star a porté son choix sur les maillots autant le dire porteurs car « Eau Vive » est lié au vainqueur d’étape tandis que Caprice au meilleur jeune.

Si l’on y ajoute l’étape THB d’Antsirabe, alors on comprend pourquoi le PDG adjoint, Francis Ambroise affichait une fierté non feinte lors de la présentation de l’événement, l’autre jour à l’Hôtel du Louvre.

« La Star est fière d’être présente à cette 14e édition du Tour à travers ses produits phares et qu’elle entend mettre le paquet notamment lors de l’étape d’Antsirabe, la ville où sont implantées la brasserie et l’usine de Malto », explique-t-il , que XXL viendra au secours des coureurs de par ses vertus énergisantes.

En attendant, voici l’itinéraire de ce Tour de Mada cycliste 2017 !

7 décembre à Toliara : Prologue BOA (25 km) et Critérium de la ville de Toliara (90 km)8 décembre : Etape BOA Toliara – Sakaraha (130 km)9 décembre : Etape Signal Sakaraha – Ilakaka (82 km)10 décembre : Etape OIF Ihosy – Ambalavao (137 km)12 décembre : Critérium UNICEF de la ville de Manakara (90 km)13 décembre : Etape Canal+ Manakara – Mananjary (152 km)14 décembre : Etape Madauto Irondro – Ambohimahasoa (146 km)15 décembre : Etape PMU Ambohimahasoa – Ambositra (91 km)16 décembre : Critérium THB de la ville d’Antsirabe (90 km)17 décembre : Critérium BOA au tour du lac Anosy (90 km)

Clément RABARY 

Les enjeux

Maillot BOA Classement général au temps (jaune)Maillot Canal + Classement général aux pointsMaillot Eau Vive de vainqueur d’étapeMaillot UNICEF du meilleur MalgacheMaillot Madauto de la montagneMaillot PMU de la plus longue échappée MalgacheMaillot Caprice du meilleur jeuneMaillot Signal de l’éléganceMaillot OIF de l’intégrationMaillot Colas du plus jeune MalgacheMaillot L’Express de la plus grande remontéeMaillot White Palace du plus ancienMaillot Midi Madagasikara du combinéMaillot Shell du fair-play

Les vainqueurs de l’épreuve

Voici les différents vainqueurs du Tour de Mada depuis ses débuts :

2004 : Jean de Dieu Rakotondrasoa « Ravoatabia »

2005 : Philippe Lépurien

2006 : Jean de Dieu Rakotondrasoa

2007 : Michaël Malle

2008 : Romain Ramier

2009 : Frédéric Rangée

2010 : Emile Randrianantenaina

2011 : Emile Randrianantenaina

2012 : Hasina Rakotonirina

2013 : Guy Smet

2014 : Issaka Cissé

2015 : Houlder Dino

2016 : Vincent Graczyk

Tia Tanindranaza15 partages

Tsenaben’ny sakafo sy ny lakoziaMisongadina ny sakafo vita Malagasy sy ara-pahasalamana

Notanterahina nanomboka omaly etsy amin’ny lapan’ny kolontsaina sy ny fanatanjahantena etsy Mahamasina, haharitra efatra andro, ilay hetsika tsenaben’ny sakafo sy ny lakozia andiany fahavalo karakarain’ny Showbizz Company.

Pati

Midi Madagasikara14 partages

Marathon de Tana : Dimanche 3 décembre, journée verte

Le marathon de Tana approche à grands pas. Ce sera pour ce dimanche 3 décembre. Et automobilistes, lâchez vos volants, ce sera une journée verte, pas de circulation automobile.

Ce dimanche sera une journée verte sans circulation. « Cette journée sera dédiée à l’environnement dans le dessein de transmettre le réflexe écologique en laissant la ville respirer. Sur initiative du ministère de l’Environnement, de l’Ecologie et des forêts, la journée verte verra la collaboration de la commune urbaine de Tana et les partenaires environnementaux » a annoncé les responsables. La ministre Johanita Ndahimananjara était présente lors de cette annonce au Colbert cette semaine.

Ce sera une fête de sport allié à une fête de la culture car VIMA et tous ses partenaires n’ont pas lésiné sur les moyens. Ce samedi au Village Marathon, on aura en animation dans l’après-midi un Show avec Gangstbab et Narindra. De même, le dimanche, toujours en après-midi, ce sera au tour de Meizah ; Des stands attendront les visiteurs évidemment avec des démonstrations de sport, de la magie, l’incontournable zumba et « zumba kids » ainsi que « fitness » et cirque… Les dernières inscriptions seront attendues ce jour au VIMA et avec la FMF, avant 12h !

Le programme

Samedi : ouverture du village marathon et activités sur place

Dimanche

Marathon

Départ et arrivée : Place de l’Indépendance – AntananarivoDépart de la course : 07h00Ravitaillements tous les 5 km à partir du km 5Epongeages tous les 5 km à partir du km 7,5Poste de secours répartis tous les 5 kilomètresTemps limite de course : 5h40

Les Foulées de Tana

Distance de la course : 10 kmDépart de la course : 07h20Ravitaillement au cinquième kilomètreRavitaillement à l’arrivéePostes de secours répartis sur le parcoursTemps limite de course : 1h35 (marcheurs interdits)

HandiRun

Distance de la course : 10 kmDépart de la course : 07h20Ravitaillement au cinquième kilomètreRavitaillement à l’arrivéePostes de secours répartis sur le parcoursTemps limite de course : 1h35

Maratoons

. Distance de 1.5km

. Départ de la course à 09h00

14h00 : Remise de trophées

Anny Andrianaivonirina

Midi Madagasikara14 partages

Salon de l’habitat : Trois heureux gagnants pour la tombola BNI

Les gagnants de la tombola « Salon de l’habitat 2017 ».

La tombola organisée par la BNI Madagascar lors du Salon International de l’Habitat 2017 a fait trois heureux gagnants. Le premier lot est revenu à Ramamonjisoa Kanto qui a eu droit à un bon d’achat d’une valeur de 400 000 Ar chez Sanifer. José Ravelomanantsoa et Elinah Randrianarison ont respectivement gagné un bon d’achat de 200 000 Ar chez Ballou et un bon d’achat de 100 000 Ar chez Dom’Eau. Les trois heureux gagnants ont récupéré leur lot  jeudi dernier des mains de Ndrina Ralaimanisa, directeur de la Communication institutionnelle et des Relations Publiques de BNI Madagasikara.

Durant le Salon International de l’Habitat, BNI Madagascar a offert un taux exceptionnel de 9,95% par an avec un remboursement pouvant aller jusqu’à 18 années.  En termes de financement dédié aux projets immobiliers, les solutions BNI sont : le Crédit TANIKO pour l’acquisition d’un terrain, le Crédit TRANOKO pour l’achat d’une maison, le Crédit TANÀNAKO pour l’achat de parcelles et la construction d’une bâtisse, le Crédit ORIMBATO pour la construction de biens immobiliers, et le Crédit FIHOARANA dans les cas de grands travaux et rénovation.

BNI Madagascar, en tant que « Banque Malagasy » pour les « Malagasy », accompagne le développement des ménages et des Entreprises en leur facilitant l’accès aux biens immobiliers.

R.Edmond.

Madagascar Tribune13 partages

Convention de partenariat stratégique signée

La dernière étape dans l’association d’Air Madagascar et Air Austral vient d’être achevée avec la signature de la Convention de partenariat stratégique hier. Aboutissement d’un long processus depuis l’annonce de l’ouverture du capital de la compagnie aérienne nationale. Si au départ cette convention de partenariat ne devait être signée qu’après les dettes d’Air Madagascar totalement épongées, le partenaire stratégique Air Austral a décidé, selon son directeur général Marie Joseph Malé, de procéder à la signature. Pour montrer sans doute sa confiance envers l’Etat malagasy sur le paiement des dettes d’Air Madagascar. Ces dettes rappelons le s’élèvent à 303 milliards d’Ariary et doivent être payés d’ici la fin de l’année, le 31 décembre prochain. Selon le directeur général du Trésor Harivelo Andriamanga, il n’y aurait aucune inquiétude à avoir de ce côté. L’enveloppe ayant déjà été remis au Trésor public par le ministère des Finances et n’attendant plus que les responsables au sein de la compagnie aérienne nationale pour le paiement à ses créanciers. Le plan de transformation établie pour les deux partenaires pourra donc désormais être mis en œuvre conformément au business plan déjà établi par les deux entités. Le directeur général de la compagnie Air Austral a souligné pendant la signature de cette convention que trois ans seront nécessaires en ce qui concerne le redressement d’Air Madagascar. Mais que les perspectives sont immenses si l’on suit les trois axes établies par les deux compagnies à savoir une organisation pensée avec le personnel pour soutenir la transformation, un business plan solide et une gouvernance forte et transversale pour un partenariat réellement gagnant-gagnant.

L'express de Madagascar12 partages

Eau secours 

Antananarivo a -t-elle encore un avenir ? Les faits montrent jour après jour, que la capitale s’étouffe au point d’être complètement asphyxiée. Faute d’avoir adopté préalablement un plan d’urbanisme depuis l’indépendance, faute d’avoir éduqué la population sur la discipline de la vie citadine, faute de courage des divers responsables qui laissent faire en toute connaissance de cause, la capitale se trouve aujourd’hui dans un cul-de-sac dont on ignore comment elle peut encore s’en sortir.Lors de la journée des grandes villes célébrée la semaine passée, les conférenciers ont préconisé l’adoption d’une nouvelle vision pour pouvoir encore donner un avenir à la capitale. Une bonne ambition dont la concrétisation relève de l’utopie.Les décisions sont urgentes et incontournables si l’on veut encore sauver ce qui peut l’être. Depuis les années 60-70, plusieurs projets étaient annoncés à propos de la modernisation et de l’agrandissement de la capitale. Le projet « Grand Tana » passait d’une République à l’autre avec quelques retouches sans qu’aucun coup de pioche ait été donné jusqu’à maintenant.La situation empire d’un jour à l’autre. Deux cas l’ont illustré ces derniers temps. Mercredi, un imbécile comme il en existe des milliers dans la circulation, a laissé son gros camion trahi par sa mécanique au beau milieu de la rue à Ankadimbahoaka. L’embouteillage causé par ce comportement inconscient où la désinvolture la dispute à l’incivisme, a été monstrueux. Tous les axes connexes ont été bloqués dans cette périphérie Sud de la ville. Une telle inconscience mérite tout simplement la guillotine mais les usagers ont beau râler, le fauteur de trouble en était quitte. Il s’agit pourtant bel et bien, d’une perturbation de l’ordre public chère à l’Emmoreg. L’heure de circulation des gros camions est devenue obsolète. Chacun fait ce qui lui plaît sauf au moment où le Président de la République va passer. La voie est miraculeusement dégagée même s’il prend un hélicoptère.La nouvelle vision exige d’abord qu’on applique les dispositions en vigueur en matière de circulation et qu’on limite le poids et la dimension des véhicules autorisés à circuler. C’est inutile de tracer des plans sur la comète si on n’a pas le courage d’imposer les réglementations prévues par les textes. Et, bien évidemment, sévir et punir tous les hors-la-loi. Ce qui n’est pas évident dans une ville où toute tentative d’assainissement se heurte à une résistance farouche des concerts qui puisent leurs forces dans l’anarchie imposée par la crise de 2009 et qui a complètement affaibli l’autorité de l’État et de ses responsables délégués.Hier, la première grosse pluie a complètement paralysé la capitale tenue en otage par les remblais sauvages qui continuent de plus belle, l’indiscipline de la population révélée au grand jour par l’épidémie de la peste et confirmée par cette trombe d’eau que les vieux égouts de la ville, obstrués par les éléments en plastique de toutes sortes, ne peuvent plus ingurgiter. Le résultat est le même. La circulation est bloquée d’un bout à l’autre de la ville. Tout le monde essaye de se frayer un chemin pour se défaire de cet enfer mais il a fallu faire preuve de patience et de persévérance assortie de calme et de self contrôle pour s’en sortir au bout de quatre tours d’horloge.Le calvaire risque d’être quotidien jusqu’à la fin de la saison des pluies et surtout pendant les fêtes de fin d’année. La dépréciation constante de l’ariary qui renchérit les prix des biens et services, n’a aucune prise sur la propension à consommer et à circuler. L’enfer est de plus en plus insupportable au fur et à mesure que Noël approche. Eau secours !

Par Sylvain Ranjalahy

L'express de Madagascar10 partages

Routes nationales – La RN6 et la RN13 bientôt réhabilitées

Une très bonne nouvelle en provenance de l’ouest de l’Afrique. Deux routes nationales stratégiques vont être réhabilitées.

Les travaux vont donc commencer, annonce la Présidence de la République de Madagascar dans un communiqué. Le déplacement du président Hery Rajaonari­mampianina au Sommet Afrique-Europe à Abidjan en Côte d’Ivoire a été marqué par la signature d’un accord de financement de la réhabilitation de la RN13 reliant Ihosy, région Ihorombe, à Taola­gnaro dans la région Anosy, et de la RN6 entre Ambanja et Antsiranana, région Diana.Une enveloppe de 235 mil­lions de dollars dont 120 millions sous forme de prêt de la Banque européenne d’Investissement (BEI) et 115 millions de dollars en don non-remboursable de l’Union européenne permettra de réhabiliter en totalité les744 km de ces routes nationales du Nord et du Sud de l’île. Le dossier était à l’ordre du jour entre la délégation présidentielle malgache et les responsables de l’Union européenne et de la Banque Européenne d’Inves­tis­sement. « Le président Hery Rajaonari­mampianina  s’est entretenu avec le commissaire européen pour la coopération internationale et le développement et le vice-président de la BEI. L’importance économique de ces deux grands axes routiers en termes de leviers de développement et d’amélioration de la mobilité et des échanges  a été mise en relief lors des discussions», indique le communiqué.Pour l’heure, aucune date précise du début réel des travaux n’a été évoquée. Le ministre des Travaux publics en pleine mission sur laRN 2 ne pouvait encore apporter plus de précisions.

EnjeuxEn attendant, les supputations vont bon train notamment sur la réalisation effective de ces travaux de réhabilitation tant attendus. « C’est une diversion politique vu que les élections approchent », rapportent les uns. « C’est comme la RN44, des annonces ont été faites mais les travaux n’ont jamais vu le jour », disent les autres. « Qu’en est-il des autres routes stratégiques telles que la RN5A reliant Ambilobe à Vohémar qui a été promise en début de mandat de ce régime, d’Andra­novory à Ambovombe, de Soanierana Ivongo à Maroan­tsetra ? », peut-on encore lire sur les réseaux sociaux. Les réactions, en effet, fusent. « C’est une très bonne chose et les enjeux sont de taille. Pourquoi les travaux ne démarreront-ils pas vu que le financement a été accordé ? », précise un politicien. En tout cas, les 235 mil­lions de dollars, si on se base sur le coût de réhabilitation de deux cent mille dollars pour un kilomètre, arriveront à combler en tout 1175 kilomètres. Aussi les 237 km reliant Ambanja à Antsiranana ainsi que les 507 km unissant Ihosy et Fort-Dauphin, soit 744 km, devront-ils être entièrement réhabilités.

Mirana Ihariliva

Midi Madagasikara8 partages

Vendredi Joli

# Rak’Roots investit le village « Voara » Andohatapenaka : De retour au pays, Rak’Roots retrouve les noctambules au Village « Voara » Andohatapenaka. Ce soir, le chanteur reprendra ses tubes et de nouvelles chansons qu’il compte sortir en temps voulu.  Une occasion à ne pas rater.

 # Le « sôva » à l’honneur : Du « sôva » malgache résonnera à l’Is’Art Galerie Ampasanimalo. Groupe créé en 2016 à Antsirabe, redonne  vie au rythme « Sôva Malagasy » associant le tambour ancestral aux influences des rythmes modernes.

# Clôture en beauté pour Mahaleo : Pour ceux qui aiment les cabarets, Mahaleo sera en concert au Carlton Anosy. Cette soirée entre dans le cadre de la clôture officielle de la célébration des 45 ans de scène du groupe. Dadah et sa bande reprendront les tubes sans pour autant exclure la demande du public adepte du folk des années 70.

 # Musique d’Afrique avec 3MA : De la bonne musique d’Afrique au rendez-vous. Rajery, le Marocain Driss El Maloumi et le Malien Ballaké Sissoko rencontreront finalement le public malgache. Suite à la sortie d’Aznour, le trio interprètera en live les morceaux de ce second opus à l’Institut français à Analakely.

# Ambiance folk avec Tsiakoraka : Le groupe Tsiakoraka compte revenir en force sur le devant de la scène. Rolly et sa bande  retrouveront les mélomanes au Karibotel Analakely. Au programme, une grande partie du répertoire folk malgache sans omettre les tubes  du groupe. C’est à partir de 21 h.

# Nini et Mahery en tête d’affiche : On ne change pas une équipe qui gagne. Et ces trois mousquetaires n’ont jamais fait faux bond lorsqu’il s’agit de mettre l’ambiance. Nini Kiaka, Mahery et Poun Green donnent rendez-vous aux mélomanes de Telozoro, ce soir à partir de 21h. Deux voix et une guitare qui ne feront qu’une pour ravir les convives  à Andrefan’Ambohijanahary.

#  Une pensée pour Levelo : Levelo n’est  plus, mais ses œuvres et compositions restent gravées. On aura l’occasion de s’en délecter, ce soir au Piment Café Behoririka. Les dignes héritiers de Levelo  sauront nous ravir avec les « Iangolao vaitra », « Kivarivary », « Rasoanantenaina », « Nahazo repos », « Fakitera ». A ce soir donc, au Pim’s à partir de 21h pour un bon moment de folk et de nostalgie.

News Mada7 partages

Us et coutumes : création et amélioration des lieux de marché

Il n’y a pas de mal à multiplier à agrandir à améliorer les places de marché, et c’est encore mieux si ce mouvement devait un jour déboucher à désengorger des marchands de rue trottoirs et des parties de chaussée. «Petite vitesse» se prépare à une vocation de «grand marché» quand les travaux se poursuivent sur l’esplanade pour ériger un mini-centre commercial avec ces sortes de petites cabines de plage. Ridicule ! Malgré les ratés on voudrait voir les pouvoirs publics développer les mêmes ardeurs pour booster de dynamisme le secteur de la production.

News Mada6 partages

“Raharaha fitoraham-bato – RN 2” Voasambotra i Roméo, mbola karohina i Carolle

 Voasambotry ny zandary fanindroany, afakomaly alina, indray i Roméo. Mbola karohina kosa i Carolle. Ireto farany izay voalaza ho atidoha mpanakarama ireo mpitoraka fiarakodia eny amin’ny lalam-pirenena faharoa.

 Tsy niandry ela ny ekipan’ny zandarimariam-pirenena eo anivon’ny Vondrom-pileovana Atsinanana sy ny borigadin’ny zandary ao Brickaville, taorian’ny fivoriana niarahana tamin’ny OMC notarihin’ny prefet-n’i Toamasina, Benandrasana Cyril, afakomaly fa niroso avy hatrany tamin’ny fisamborana ireo olona atidohan’ny fitorahana fiara sy fandrobana taksiborosy. Fehin-kevitra nivoaka nandritra io fivoriana io dia ny hoe raha tiana hilamina ny tanàna dia ny famerenana am-ponja ireo atidoha no vahaolana haingana. Vokany, ny alarobia alina ihany dia voasambotra tao an-tranony Roméo Lucien, fantatra amin’ny anaram-bositra hoe Dada, 29 taona, mpivaro-kena. Nilaza ny teo anivon’ny zandarimaria fa mbola hanokafana famotorana manokana momba ny resaka halatra omby ankoatra ity raharaha fanakaramana jiolahy mpitoraka fiara sy mpandroba taksiborosy ary famakiana kaontenera ity. Hiampy indray izany ny heloka anenjehana ireto olona navotsotry ny fitsarana ireto.

Manana basy PA i Carolle…

Fa hatramin’ny omaly kosa, mbola mifampitady any ambanivohitr’Antsampanana sy Manambonitra amin’ny fikarohana ilay ramatoa antsoina hoe Carolle, 35 taona ny zandary. Izy rahateo no atidoha faharoa mpampikarama ireo jiolahy mpitoraka fiara sy mandroba taksiborosy amin’iny RN 2 iny.

Raha ny loharanom-baoavao voaangona teo anivon’ny zandary, hita ao anaty alan’i Manambonitra amin’iny RN 2 iny ny fiara iray nitsoahany. “Izay iray ho reraka eo fa tsy hiala aty anaty ala manodidina an’Antsampanana, Manambonitra, Ranomafana ary hatrany Ampasimbe izahay raha tsy azo sambo-belona io jiolahim-bavy io”, hoy hatrany ny zandary.

Voalazan’ny loharanom-baovao hatrany fa manana basy PA i Carolle. Ampanofainy ireo jiolahy miara-miasa aminy rehefa mandroba fiara eny amin’ny RN 2 ity basy ity. Tsiahivina fa ny talata 22 novambra 2017 lasa teo izy no navotsotry ny fitsarana ka nitarika hatrany amin’ny fitokonan’ny mpitatitra mampiasa ny RN 2.

Sajo sy Jean Claude

News Mada3 partages

Carburants Les prix continuent de s’envoler

Comme à chaque début du mois, les prix à la pompe pour les principaux carburants connaissent une révision. Une hausse de 90 ariary par litre est effective au niveau des stations-services, depuis minuit, pour le gasoil, le super carburant et le pétrole lampant.

Après une légère baisse enregistrée au mois de septembre, les prix ont reparti à la hausse aux mois d’octobre et novembre et poursuivent leur flambée pour la 3e fois à compter du décembre. Faisant l’objet d’une augmentation de 20 ariary en octobre et 80 ariary en novembre, le super carburant passe ainsi de 3.750 ariary à 3.840 ariary le litre, le gasoil de 3.100 ariary à 3.190 et le pétrole lampant de 2.280 à 2.370 ariary/litre.

L’augmentation du cours du baril de brut sur le marché international d’une part et le taux de change d’autre part ces derniers mois, sont les principaux facteurs déterminants de cette fluctuation au niveau du marché local. En fait, le dollar a connu une forte appréciation face à l’ariary sur le MID, le billet vert est passé de 3.076,8 ariary en octobre à 3.200,13 ariary le 29 novembre, selon les cours affichés par la «Banky foiben’i Madagasikara (BFM)». De 46 dollars en septembre, 54 dollars en octobre, le cours du baril a atteint 57 dollars hier.

Faire grimper l’inflation

Maintenant, il faudra payer cher pour faire le plein. Cette nouvelle hausse n’est pas sans conséquence sur le budget des ménages malgaches. Une fois encore, elle risque de relancer l’inflation, déjà grandissante au pays. Une augmentation des tarifs dans d’autres secteurs, en l’occurrence le transport et les produits de premières nécessités, est ainsi à craindre.

Le ministre des Finances et du budget (MFB) Vonintsalama Andriambololona, lors d’une rencontre avec les sénateurs, mercredi dernier, à Anosy, a manifesté ses doutes sur les raisons de cette hausse itérative, alors que le prix du baril à l’international tend à baisser dernièrement.

Dans le même registre, l’économiste Hugues Rajhonson a fait savoir que le coût du baril en France est pratiquement identique à celui de Madagascar. «Cette hausse est inévitable vu que la demande est très élevée sur le plan international. Les augmentations se font par palier, selon l’épuisement des stocks auprès de la logistique pétrolière. Ce retard de hausse est dû au fait de l’épuisement des stocks durant deux mois. Le taux de change qui influe sur les prix est celui du jour de la commande et/ou de l’achat de l’essence, du gazole ou du fuel», a conclu cet économiste.

Arh/Nadia

L'express de Madagascar3 partages

Startup dating – Paroles aux investisseurs

L’impulsion provoquée par les succès story est souvent la meilleure source de motivation pour les entrepreneurs en herbe. La sixième édition et, accessoirement, le premier anniversaire de l’évènement « Startup dating » sera axée en ce sens. Pour ce soir, l’agence Mercatis  Co bousculera les traditions en mettant au-devant de la scène, quelques grandes figures de l’entrepreneuriat malgache. Ainsi, à la place des habituels pitch de présentation en guise de première partie, Erick Rajaonary, président du Fiv­m­pama ainsi que de Guano­mad, Shahim Ismael du groupe SMTP, Dieudonnée Razafin­jatovo de l’atelier Donnée Vy, Ambinintsoa Rasoanaivo de la Gastronomie Pizza ainsi qu’Emmanual Cotsoyannis de Miakarap se partageront donc le micro à partir de 18h30 au Café de la gare Soarano.L’objectif de  Mercatis  Co, est de servir de plateforme de rencontres entre les jeunes porteurs de projets et de potentiels investisseurs, communément appelés dans le milieu des business angels.

Harilalaina Rakotobe

Tia Tanindranaza1 partages

Torolalana ho an’ny mpianatry ny LiseaMisokatra ny tranonkala “Madabooky”

Tranonkala iray natao ho an'ny mpianatry ny Lisea manerana an'i Madagasikara ny “Madabooky”, izay novokarin’ny tanora Malagasy mpianatry ny IST (Institut Supérieur de Technologie) tamin’ny alalan’i Venceslas Louis Tsira sy ny namany avy amin’ny oniversite Politeknika Vontovorona. www.madabooky.com, m.madabooky.com, Madabooky.

apk,  Madabooky.apk ny rohy hahafahana mahazo sy misitraka azy ireo, ary azo ampidirina amin’ny finday. Ahitana ny mombamomba ireo taranja rehetra ity tranonkala ity sady azo hanaovana ireny "discussion instantanée" na resadresaka sy adihevitra miaro fanamarihana ireny. Misy ireo laza adina bakalorea efa taloha ihany koa. Amin'izao ankatoky ny fisian'ny fifaninanana hidirana amin'ny taona voalohany eny amin’ny anjerimanontolo izao (DEGS, AGRO, POLYTECHNIQUE, ENI,...) dia ahitana ireny laza adina efa nandeha ireny koa ao. Sady manoro lalana hanohy fianarana any amin'ny anjerimanontolo izy ity, ka misy ny fanazavana ireny lalàm-piofanana ireny miampy fampahafantarana ireo oniversite sy ny lalam-piofanana. Ny fampianarana izay ao anatiny dia natao amin'ny teny mifangaro (Frantsay-Malagasy) mba hahazoan'ny tsirairay avy ny tiana holazaina amin'ilay lesona, ary azon'ny tsirairay atao ny mifampizara ireo karazana antontan-kevitra mety ilaina. Tahaka ny miditra amin'ireny tambajotra ara-tsosialy toy ny « facebook ireny » ny miditra amin’izy ity, izany hoe manao fisoratana anarana aloha.

 

L'express de Madagascar1 partages

Exploitation aurifère de Mananjary – Des problématiques de gouvernance irrésolues

Flou. Malgré les explications apportées par le ministère en charge des Mines et du pétrole sur ses efforts pour faire du secteur aurifère un secteur pourvoyeur de ressources, la confusion y règne encore. En témoigne la situation à Kianjavato Ambodi­bakoly où « Huit machines de dragage appartenant à des exploitants Chinois à Kianjavato ont été scellés par la Police des mines », selon les explications du secrétaire général du ministère, Carl Andriamparany. « Les enquêtes sur les réelles activités de ces Chinois à Kianjavato sont en cours », a-t-il enchainé jeudi lors d’un point de presse relatif à la situation d’exploitation aurifère de cette localité de la région Vatovavy Fitovinany.  Des exploitants qui sont différents de ceux qui ont été attaqués à Vohilava. « Kianjavato Ambodibakoly est une toute autre localité située à près de cinquante kilomètres de Vohilava.  Ce dernier a été  récemment attaqué mais dont l’exploitation est justifiée par un permis en bonne est due forme », a-t-il fait savoir.Le matériel de dragage ont été scellés car c’est interdit dans les petites mines et que les populations locales se seraient plaintes d’un déversement de produits chimiques dans le fleuve d’Isaka, amenant les autorités à cesser les activités des Chinois. L’enquête en cours veut dire que le ministère n’est toujours pas informé de l’existence d’exploitations illicites ici et là. « Le territoire est vaste, il nous est impossible de maitriser une à une les exploitations prohibées dans le pays », se défend le directeur de cabinet, Iris Jacky Bezokiny.

InquiétantSelon la loi, les étrangers ne sont pas autorisés à descendre dans les carrières alors que des Chinois ou des Sri-lankais y sont aperçus.  Les nouveaux permis ne sont pas encore disponibles car le processus d’octroi  de la plupart des anciens permis est quelque peu inquiétant. « Aussi, faut-il du temps pour assainir le milieu », avancent encore les interlocuteurs. On retrouve quand même des permis miniers octroyés en 2016 comme celui du promoteur de Vohilava. La grande carrière de Betsiaka, à Ambilobe, dans le nord est dite exploitée à grande échelle par une société qui écoule hebdomadairement  près de 40 kilos en hélicoptère. « Si vous dites que c’est de l’exploitation illicite,  comment peut-on  dire qu’il y exactement 40 tonnes héliportées par semaine ? » explique encore le ministère. « Près de six cent kilos des 2,4 tonnes d’or déclarés en 2017 proviennent de Betsiaka, donc  faites le calcul. 40 kg par semaine est quasi-impossible », rétorque le SG. Des explications apportées pour démontrer ainsi que tout est fait pour assainir le secteur. Sept milliards d’ariary de recettes non fiscales sont comptabilisés dans les caisses de l’Etat avec les 2400 kg d’or déclarés jusqu’au mois de novembre de cette année.

Mirana Ihariliva

L'express de Madagascar1 partages

Finances – Jean Marc Ravelomanantsoa prend la tête de Solidis Garantie

Le nouveau directeur général de Solidis Garantie, Jean Marc Ravelomanantsoa, a été officiellement présenté au grand public, hier à l’hôtel Ibis à Ankorondrano. Il prend donc la place de Haga­sata Rakotoson à la tête de Solidis Garantie depuis sa création en 2008. Le conseil d’administration décide de promouvoir cet ancien directeur général adjoint au poste de directeur général pour s’assurer de la continuité du développement de ce fonds de garantie.Compte-tenu de ce changement, la direction générale actuelle pourrait apporter de nouvelles stratégies d’approche. « Nous devons continuer à améliorer notre qualité de signature déjà reconnue au niveau national et international, tout comme notre gestion des risques. Nous devons aussi optimiser les résultats d’études afin de faciliter l’inclusion financière des petites et moyennes entreprises (PME) », confie Jean Marc Ravelomanantsoa.Cette nomination récente fait suite à la création de la filiale dénommée « Solidis Capital » qui sera dirigée par Hagasata Rakotoson.

Tsiry Razafindrazaka

Madaplus.info0 partages

Marché d’Andravoahangy : les commerçants manifestent contre la construction des infrastructures en fac...

Les occupants du marché d’Andravoahangy se sont rassemblés pour discuter des problèmes liés à la construction des nouvelles infrastructures sur les lieux. Deux nouveaux bâtiments sont en cours de finition sur le bord du marché d’Andravoahangy actuellement.
D’après les explications des marchands, ces bâtiments appartiennent à la CUA. Ce qui agace ces derniers c’est que les bâtiments piétinent certaines places des commerçants. Une quinzaine en sont affectées or les commerçants ont investi un énorme investissement pour la construction de l’entrée d’après toujours leurs plaintes. Ils refusent catégoriquement la construction et ont tenu une manifestation au sein même du marché et devant les infrastructures nouvellement bâties. Ils exigent une rencontre avec le Maire de la CUA.
News Mada0 partages

Editorial : Au menu de Noël : recette « Régime »

Le compte à rebours n’a pas encore commencé… pour la présidentielle de 2018. Les lois électorales sont pour le moment au centre de toutes les intentions. Reconcocté et remis aux fourneaux de l’Etat, le menu de cette carte électorale, revisité et approuvé par les « Grands chefs » du palais, risque fort de ne pas plaire aux opposants politiques, à la société civile et même à l’opinion publique lors de son dressage final. Et ce, sans parler des ressentis exprimés par la communauté internationale.

Une chose est sûre, cette « dernière » réforme est entreprise, selon le goût du régime. Et c’est certain, une fois présenté sur la table des deux parlements, le menu sera un vrai régal pour les députés et les sénateurs sous la bannière du parti au pouvoir. Qui plus est, nos élus sont habitués à manger à tous les râteliers. Car qu’importe la carte, susceptible de laisser un arrière-goût amer. Tant que c’est livré tout chaud à domicile par le service du palais, pas besoin de faire la fine bouche, c’est à gober sans modération.

Nos élus piaffent déjà d’impatience pour se mettre à table. Alors que de l’autre côté de la scène, plus d’un reste sur sa faim. Invités à mijoter en quelque sorte le livre d’une recette « idéale » et malgré leur insistance d’avoir voix au chapitre,  les politiques, la société civile et la Commission électorale indépendante (Ceni)  n’ont même pas droit à une mise en bouche. C’est pourquoi, ils craignent un menu spécial au parfum HVM de l’entrée au dessert. C’est un comble !

En fait, à travers ses différentes déclarations tendancieuses, l’Etat prépare déjà l’opinion à accepter toute éventualité. A cette allure et c’est fort probable, le tri sélectif des convives ferait partie de la garniture.  Le pouvoir  n’a pas l’intention de faire du plat à ses adversaires. Tout le monde ne serait pas invité, ni…ni…

JR.

News Mada0 partages

“Kaiamba tafaray” : hiray sehatra ireo indray nihira…

Misy ireo efa tafaraka tanatin’ny Kaïamba tena izy. Maro kosa no tsy fahitan’ireo taty aoriana an-tsehatra. Hiseho vahoaka ireo tena tompon’ny hira anatin’ny “Kaïamba tafaray”.Maromaro ihany no efa lasa nialoha lalana ireo mpanakanto mpiangaly ny kaïamba… Ny marina kokoa, mpanakanto nisongadina tanatin’ny vanim-potoan’ny kapila 45 tours navoakan’ny trano mpamokatra kaïamba ireo, izay lasa anarana niantsoana ny karazan-kira novoizin’izy ireo.Soa fa efa nisy ny ezaka namerenana an-tsehatra ireny mpanakanto nalaza tamin’ny taona 60 sy 70 ireny, tanatin’ny hetsika “Kaïamba tena izy”, izay lasa anarana tarika ihany koa taty aoriana. Misy amin’izy ireo no mbola eo ary manohy hatrany ny mozika, toa an-dry Prosh’ely, Jean Kely sy Basth, Zôzô Mananjary, sns.Misy koa anefa ireo nanana hira tanatin’ny kapila 45 tours, izay tsy hita nanao fampisehoana intsony taty aoriana, kanefa mbola ao anatin’ny mozika ihany. Hanome sehatra azy ireny, sy hamerina ny fiarahana anatin’ny mozika niaingana no tanjon’ny hetsika “Kaïamba tafaray”.Seho goavana, hotontosaina ny alahady 10 desambra ho avy izao, eny amin’ny kianjan’Antanikatsaka Itaosy izy ity, manomboka amin’ny 10 ora maraina.Ankoatra ireo efa fantatra etsy ambony, ho avy ao ry Rija Oelijaona, Abdallah Matata, Zanatsihanaka, Charles Martin, Vong Julien de Nosy Varika, Raminia Mananjary, Lendrema… Anisan’ireo malaza indrindra hanafana ny fety ihany koa ny Grand Maître Tianjama, tsy zoviana amin’ny rehetra.

Zo ny Aina

News Mada0 partages

Bookafe Ampasampito : hanolotra seho miavaka i Lanto Natrehinirina

Hanatanteraka fampisehoana ara-pilazantsara miavaka i Lanto Natrehinirina sy ny ekipany, ny asabotsy tolakandro izao, eny amin’ny Bookafe Ampasampito. Vahiny nasainy manokana, amin’io fotoana io, ny DJ Denis Jee, izay tsy mpampandihy, toy ny DJ mahazatra, fa mpanentana amin’ny mozika mivoy ny Filazantsara sy midera an’Andriamanitra ; mpanakanto azo lazaina ho efa tsy zovina intsony amin’ireo namany milomano eo amin’ity tontolon’ny hira ara-pilazantsara ity.

Araka ny fampanantenan’i Lanto Natrehinirina, hivoaka amin’io andron’ny fampisehoana io ihany koa ny rakikira voalohany (DVD), mitondra ny lohateny hoe « Jesosy ihany ». Mikasika ny hetsika amin’ny asabotsy, hosokafana amin’ny fanentanana ara-pilazantsara, iarahana amin’i DJ Denis Jee, ny fotoana. Aorian’izay, haneho an-tsehatra ireo hira folo, noforoniny sy voarakitra ao anatin’ity vokatra voalohany ity i Lanto Natrehinirina.

Nambarany fa tsy mijanona amin’ny gadona iray ity mpanakanto ity amin’ireo hira ara-pilazantsara foroniny. Tetikasany manaraka ny fanaparitahana izany vokatra vaovao izany any amin’ny faritra. Nohamafisin’i Lanto Natrehinirina fa natao amin’ny kalitao tsara indrindra ny DVD mba tsy hahaliana ny maro ny fihainoana ny hafatra raiketin’ny hira tsirairay.

Landy R.

 

News Mada0 partages

Rugby – : «mondial 2019» Mety ho ekipa telo no hisolo tena an’i Afrika

Miandrandra ekipa telo, hiatrika ny fiadiana ny ho tompondaka eran-tany, tanterahina any Japana, ny kaontinanta afrikanina amin’ity. Ekipa 6 no hiady ireo toerana roa, ankoatra an’i Afrika, izay efa tafita avy hatrany.

 Hiady toerana telo, amin’ny fiadiana ny ho tompondaka eran-tany “Mondial 2019”, tanterahina any Japana, ny Rugby Afrique. Mbola eo am-piresahana amin’ireo federasiona voakasik’izany amin’izao fotoana izao ny tomponandraikitry ny rugby Afrique. Hiady izany toerana izany, ireo firenena 6 voalohany, tamin’ny taom-pilalaovana 2017 dia Namibia, Kenya, Ogandà, Tonizia, Zimbaboe ary i Maraoka. Raha ny tena marina, tsy misy afa-tsy toerana roa sisa, hifampitadiavan’izy ireo satria i Afrika Atsimo, efa tafita avy hatrany.

Hanatanteraka lalao mandroso sy miverina izy ireo, amin’izany ka hanampy an’i Afrika Atsimo, izay ho tompondaka ary hanao lalao famerenana na «repêchage» ny ekipa faharoa.  Hatao ny 16 jona ka hatramin’ny 18 aogositra 2018, izany fifanintsanana izany.

 Toy ny teo aloha ihany ny lalàna

 Tsy hiova ny fitsipiky ny lalao fa hampiantrano lalao intelo ao an-taniny, ary hivoaka indroa ireo ekipa tsara toerana indrindra dia i Namibia sy i Kenya ary i Ogandà. Handray fihaonana indroa ao aminy kosa ary hivoaka intelo, ireo firenena fahefatra sy fahadimy ary fahenina dia i Zimbaboe, i Tonizia ary i Maraoka, araka ny nambaran’i Guédel N’Diaye, talen’ny komity misahana ny fifaninanana eo anivon’ny Rugby Afrique.  Isaina, mandritra ity fifanintsanana ity, ny fandresena sy ny faharesena ary ny ady sahala, miampy ny fanampin’isa «bonus», amin’ny baolina entin-tanana vitan’ny firenena tsirairay.

Tsiahvina fa efa namoy ity fifaninanana, hiadian-toerana amin’ny «Mondial 2019» ity, ny Makis de Madagascar, izay nivarina any amin’ny vondrona 1B, amin’ny taona 2018.

Na izany aza, mbola miandry ny fanapahan-kevitry ny World rugby ny Malagasy, ny amin’ny fangatahana hahazoan’ny Makis rugby à VII, manao lalao sakana, hiatrehana ny «Mondial 2018 », amin’ity baolina lavalava, lalaovina olona fito ity. Fihaonana hatao any San Francisco, ny 20 ka hatramin’ny 22 jolay, ho avy izao. Raha tsiahivina, laharana fahatelo ny Makis, nandritra ny fiadiana ny ho tompondakan’i Afrika, natao tany Ogandà, farany teo.

Tompondaka

News Mada0 partages

Andravoahangy : Mody mivarotra satroka, hay jiolahy

Nidoboka am-ponja omaly ireo jiolahy roa mpanao sinto-mahery isaky ny tsena alarobia eny Andravoahangy. Saron’ny polisy avy ao amin’ny boriborintany fahatelo Antaninandro, afakomaly teny Andravoahangy ireto jiolahy ireto. Araka ny fanazavan’ny polisy, tafiditra hatrany ao anatin’ny ezaka hataon’izy ireo amin’ny famongorana ireo mpanao sinto-mahery mandritra ny tsena izao. Misy ireo andiana polisy manao fanamiana sivily manara-maso ireo mpanao ratsy rehefa tsena toy izao. Nahitam-bokany anefa izany ka noraisim-potsiny ireto jiolahy ireto. Tratra teo am-panaovana ny asa ratsiny mihitsy ry zalahy. Nilaza izy ireo nandritra ny famotoran’ny polisy fa mpivarotra satroka ka izay no entin’izy ireo hanafenana ny asa ratsiny. Efa tsikaritry ny polisy anefa ny fomba ratsin’izy ireo ka tsy afa-bela intsony. Mipetraka eny amin’ny faritra Anosibe izy roa lahy ireo, saingy tonga manafika tsena eny Andravoahangy isaky ny alarobia.

Jean Claude

News Mada0 partages

Fitsarana : manara-maso akaiky ny « Raharaha R. Claudine » ny Bianco

« Mbola mandeha ny famotorana io raharaha io, ary tsy maintsy ho tonga ny fotoana hitsarana azy. Aza mieritreritra hoe any iny raharaha iny, dia tsy ho hita intsony izay hiafarany. Manara-maso ny fizotran’ny raharaha izay aterinay eny amin’ny fitsarana izahay Bianco. Mbola ao izy. »

Izay ny fanazavan’ny tale jeneralin’ny Bianco, Andriamifidy Jean-Louis, teny Antaninarenina, afakomaly, momba ny « Raharaha Razaimamonjy Claudine ». Mijoro ny fitsarana manokana misahana ny raharaha kolikoly (Pol Anti-corruption). Rehefa mijoro izay, mifindra amin’io rantsam-pitsarana io indray ny antontan-taratasy momba azy. Ao amin’izay izy vao ho hita indray ny tohin’ny raharaha amin’io rantsam-pitsarana vaovao io.

Mbola misy raharaha hafa mety mahavoarohirohy an-dRazaimamonjy Claudine eo anivon’ny Bianco, araka ny nambarany. Tsy azo ambara aloha izay raharaha izay izao, fa mbola eo am-panaovana famotorana ny Bianco. Rehefa vita ny famotorana, tsy maintsy alefa eny amin’ny fitsarana ny vokatr’izany.

Maharitra enim-bolana ary azo havaozina efa-bolana ny fitazonana am-ponja azy. Mety haharira folo volana izany, raha ilaina amin’ny fanadihadiana.

Mangingina… andrasan’ny rehetra ny raharaha

 Na somary nangingina ratsy aza ny « Raharaha Razaimamonjy Claudine » talohaloha teo, tsy hadino fa mbola andrasan’ny rehetra. Amin’izao ankatoky ny fifidianana izao, tena ampiharina ve ny hoe fanjakana tan-dalàna? Toy izany koa ny amin’ny raharaham-pirenena hoe tsy ananan-kavana; ny ady amin’ny kolikoly, tena ady fa tsy sarin’ady. Eo koa ny tsy fanekena ny fisian’ny tsimatimanota, olona ambonin’ny lalàna…

Volam-bahoaka tokony hanatsarana ny fiainan’ny mponina ifotony amin’ny fampandrosoana ny kaominina maromaro rahateo no hoe voahodinkodina, ary mba tsy hisy ny lehibe tsy meloka tamin’ny firaisana tsikombakomba

R. Nd.

News Mada0 partages

Mifanondro ho samy dahalo : vaky ny adin’ny depiote Nicolas sy ny mpanolotsaina Paolo

Ny samy mpanohana  fitondrana  ihany. Vaky ambatolampy ny tsy fifankahazoana  niotrika eo amin’ny depioten’i Betroka, Randrianasolo Nicolas sy ny mpanolotsain’ny praiminisitra, Raholinarivo Paolo.

 Natsinkafon’ity  administratera sivily ity avokoa tamin’ny haino aman-jery afakomaly ireo fifandraisan-tendron’io depiote io amin’ny dahalo any Betroka. Ny tokony hamotorana ny fananan-dRandrianasolo Nicolas. “Hangataka fanadihadiana parlemantera izahay amin’ny haren’io depiote io… Rehefa tsy hampiharina amin’ny alalan’ny fisamborana ara-dalàna io, hametraka fitoriana amin’ny dina ihany koa ny tenako”, hoy  izy. Nambarany  fa hitaky hanesorana ny zo tsy azo henjehina ananan’io solombavambahoaka io ny tenany. Nohitsiny koa fa tokony hisy tsapan-kevitra hatao amin’ny vahoakan’i Betroka raha manana fitokisana io olom-boafidy io intsony izy ireo, taorin’ny  nahasaronana vanja marobe  tany amin’ny olona akaiky azy. “Raha mahasahy, mandehana midina mikabary any ary miteny fa dahalo i Paolo”, hoy ity mpanolotsain’ ny Praiminisitra Mahafaly ity.

Nanteriny fa efa misy sahy mijoro vavolombelona fa avy amin’ny depiote voafidy tao Betroka ny asan-dahalo. “Voalazan’ny fampitam-baovao marobe ary tsy atahorako intsony ny milaza izany fa atao ao anaty vilany ilay zaraina… Atao ao anaty fitaovana fanamafisam-peo ny basy vaovao atakalo rongony satria manao aferan-drongony ihany koa ireo olona ireo”, hoy ihany izy. Tsy vitan’izany, hangatahin’io depiote io hosoloina ny kaomandin’ny vondron-tobim-paritra sy ny kaomandan’ny kaompania Betroka. “Mitodika amin’ny sekreteram-panjakana miadidy ny zandarimaria aho. DRH  ve Randrianasolo  Nicolas ka afaka hanome baiko amin’ny hanesorana ny Lehiben’ny zandary manao fanadihadiana momba io depiote io ?”, hoy Raholinarivo Paolo.

Namoaka  ny lamba maloto anaty fitondrana

Etsy andaniny, nilaza ho  tsy  matahotra  fanadihadiana ny tenany. “Firy ny omby nampangalariko, firy ny vanja… Hadihadio koa izy…”, hoy ihany ity  mpanolotsaina ity.

Niaiky kosa  ny tenany  fa efa maloto loatra izy samy ao anaty fitondrana.  Nampanantena ny hamoaka ny lisitr’ireo olon-dratsy ireo ny  tenany.  “Jiolahy, mpanao afera daholo ny 80%-n’ireo olona notendrena. Akaiky ny 2018, ka fafao ny trano », hoy  izy.

Tsiahivina fa anisan’ny tsy nahafaly azy ny fanambaran’ireo ambarany ho mitonona  ho ben’ny Tanàna avy any Betroka, na koa “assistant parlemantaire” teny Antaninarenina,  tamin’ity herinandro ity nilaza ny maha ao ambadiky ny dahalo  sy ny resaka basy ny tenany.

Ho  tonga hatraiza indray ity raharahan’ny samy mpanohana ny fitondrana  ity ?

Randria 

News Mada0 partages

Mananjary : hanaovana fanadihadiana ireo mpitrandraka volamena

Anisan’ireo faritra misy mpitrandraka volamena tsy mazava ny any Mananjary. Tsy mpitrandraka madinika ireo fa miaraka amin’ny fitaovana vaventy, ka tsy amintsy arahi-maso akaiky.  

Tato anatin’ny roa taona farany, betsaka  ireo ezaka noraisin’ny minisiteran’ny Harena an-kibon’ny tany sy ny solika. Ezaka natao tamin’izany ny fanadiovana ny sehatry ny fitrandrahana harena an-kibon’ny tany, ady atao amin’ireo fitrandrahana tsy ara-dalàna. Malaza izao, ohatra, tato ho ato ny raharaha any any amin’ny distrikan’i Mananjary , nahitana milina goavana valo miasa amin’ny fitrandrahana volamena, izay tsy mazava ny momba izany ka hanaovana fanadihadiana manomboka izao.

Nandraisana fepetra izany ka notazonina ireo milina ireo ary nandefasana tompon’andraikitra samihafa avy ao amin’ny minisitera any an-toerana miaraka amin’ny polisy misahana ny harena an-kibon’ny tany. Mbola misy tompon’andraikitra hafa andrasana ho avy any an-toerana, manohy ny fanadihadiana hanadioavana izany sehatra izany ankehitriny any Mananjary.

Ilazana fa miezaka ny fanjakana manarina ny tsy mety. “Lasa ataon’ny sasany fanararaotana, nefa iaraha-mahalala fa tsy azo havaozina ny harena an-kibon’ny tany. Fanatsarana ny fitantanana tsy maintsy atao amin’ny fitrandrahana lehibe na amin’ny fitrandrahana  madinika mba ho tena sehatra hampidi-bola sy hitondra fampandrosoana marina”, hoy Andriamparany Carl, sekretera jeneralin’ny minisitera. Mbola betsaka ny asa miandry amin’ny ankapobeny, mifandray amin’izay ny nanendrena ny talen’ny kabinetra vaovao, Bezokiny Jacky.

2.744 ny karatra voazara     

Zava-dehibe iray nasongadina koa tao anatin’izay roa taona izay ny nametrahana ny sampana Anor hisahana manokana momba ny volamena. 2.744 ny karatra ho an’ny mpitrandraka volamena voazara amin’ny faritra samihafa ; 149.000 ireo mpitrandraka nomena fanofanana hatramin’izao ; birao misahana ny harena an-kibon’ny tany maro natsangana, hanampy sy hanamora ny fanaovana taratasy hitondra fampandrosoana any amin’ny vondrom-paritra isanisany.

Na mbola mitsahatra izao ny fanomezana fahazoan-dalana vaovao, misy hatrany ny asa vita. Porofon’izany, mihatsara ny vokatra azo, araka ny tatitra voaray ara-dalàna. Raha 596 kg ny volamena azo ny taona 2016, nahatratra 2.450 kg izany ny taona 2017, hatramin’ny novambra  teo.

R.Mathieu

News Mada0 partages

Tsiroanomandidy : nentanina mikasika ny niomerika ny tanora

Nidina tany Tsiroanomandidy, faritra Bongolava ny minisiteran’ny Paositra sy ny fifandraisan-davitra ary ny fampiroboroboana ny niomerika (MPTDN), ny 29 novambra teo. Nisy ny famelabelaran-kevitra niompana tamin’ny lohahevitra hoe « toro-lalana ho an’ny asa miompana amin’ny niomerika », ho an’ireo mpianatra ao amin’ny kilasy famaranana, miisa 500 avy amin’ny sekolim-panjakana sy ny tsy miankina.

Nambaran’ny talen’ny fitantanana ny niomerika ao amin’ny MPTDN, Andriamaharo Mamy Andriamalala, fa fomba iray mitondra fahombiazana hampandrosoana an’i Madagasikara ny asa miompana amin’ny niomerika. Nanentanana ny tanora ny lanjan’ny niomerika amin’ny asa hataony any aoriana ity fotoana ity.

Ankoatra izany, miara-miombon’antoka amin’ny Unicef koa ny MPTDN, hanentanana ny tanora hitandremany manoloana ny mety ho voka-dratsin’ny niomerika sy ny internet. Hanombohana azy mandritra ny hazakazaka am-bisikileta iraisam-pirenena eto Madagasikara (7-17 desambra 2017), hitetezana toerana maro iarahana amin’ny Orange Madagasikara. Miainga any Toliara, mandalo any Sakaraha, Ihosy, Ambalavao, Fianarantsoa, Mananjary, Irondro, Ambohimahasoa, Ambositra, Antsirabe ary Antananarivo.

Njaka A.

News Mada0 partages

Lois électorales : l’exécutif prend son temps

Jusqu’à hier, les projets de loi organique relative aux élections ne sont pas encore parvenus, du moins officiellement,  au Parlement. La Constitution impose cependant un délai pour étudier et examiner ces textes. A moins que l’Exécutif ait choisi de légiférer par ordonnance.

Vers l’unilatéralisme ? «Le projet ou la proposition n’est soumis à la délibération et au vote de la première Assemblée saisie qu’à l’expiration d’un délai de 15 jours après son dépôt». Cette disposition de la  Constitution, en son article 89 alinéa 1, en matière d’adoption des lois organiques devrait inciter l’Exécutif à accélérer l’examen des projets de texte sur les élections. Ceux-ci ont été déjà d’ailleurs adoptés lors du conseil des ministres décentralisé à Mahajanga, mais sous réserve de correction. Sauf que, jusqu’à hier, ces textes ne sont pas encore entre les mains des élus.

A entendre les déclarations du Premier ministre, hier en marge d’un évènement à Anosy, ce ne serait peut être pas encore le cas aujourd’hui. «Le gouvernement est à pied d’œuvre et s’efforce d’élaborer les dernières retouches à ce projet. Il sera soumis incessamment au conseil des ministres afin qu’il puisse être remis aux deux parlements par la suite», a déclaré le Premier ministre Olivier Mahafaly Solonandrasana hier lors d’une interview à la presse.

Ordonnance

Il faut dire que l’article 89 alinéa 2 dispose que «Si l’Assemblée nationale n’a pas adopté le projet de loi organique avant la clôture de la session, les dispositions dudit projet peuvent être mises en vigueur par voie d’ordonnance, en y incluant, le cas échéant, un ou plusieurs amendements adoptés par une Assemblée».

En d’autres termes, il se pourrait que l’Exécutif joue avec le temps pour éviter les débats au sein des deux chambres. D’autant qu’au sein de l’Assemblée nationale, une frange de l’opposition se trouve à la vice-présidence.

En tout cas, il ne reste plus que deux semaines et la deuxième session ordinaire des deux parlements sera clôturée. Jusqu’à maintenant, les projets de loi portant sur les élections n’ont pas encore été soumis au niveau des parlements. Il s’agit des trois projets de loi organiques relatifs au régime général des élections et au référendum, à l’élection du président de la République et à l’élection des députés à l’Assemblée nationale.

Le Premier ministre de préciser que les recommandations émises par la commission consultative ont été considérées et n’ont pas été modifiées et le projet a été effectué selon les normes internationales requises. D’ailleurs, il a profité de la rencontre pour déclarer que le gouvernement reste ouvert au dialogue afin de répondre aux questions des journalistes sur l’accord politique élaboré par une frange de chefs de parti. Sauf que, les acteurs politiques ne voient pas les choses de cette manière, tant l’Exécutif verrouille sa communication autour de ces textes.

Rakoto

News Mada0 partages

Toamasina II : mila tohana ireo ankizy sembana ara-tsaina

Misedra olana ny fampianarana sy fanabeazana ireo ankizy manana fahasembanana ara-tsaina, ao Toamasina II. Na eo amin’ny isan’ny mpampianatra ireo na ara-pitaovana sy kojakoja ilaina isan’andro. Miantso tohana avy amin’ny malala-tanana ny fikambanana Orchidée blanche, mpiahy azy ireo.

Efa ho 20 taona izao no nijoroan’ny fikambanana Orchidée blanche, mpiahy ireo ankizy sembana ara-tsaina, eto Toamasina. Tanjona ny hahatonga ireo ankizy hahaleo tena eo amin’ny fiainany andavanandro. Ankehitriny, miisa 35 izy ireo no tezainy ka dimy ny mpampianatra voatokana misahana izany. Manaraka ny fe-potoam-pianarana amin’ny sekoly rehetra izy ireo. Tonga isa-maraina ny ankizy ary misakafo antoandro ao, mody kosa ny hariva. Marihina fa misy amin’izy ireo no tsy manatona ny foibe fa tsidihina any an-tokantranony.

Misy sokajy telo ireo ankizy. Ao ireo afaka manoratra kely, izay raisina ao amin’ny kilasy « Fanantenana ». Natao izany anarana izany, satria misy tokoa ny fanantenana amin’ny ahafahan’ireo ankizy ireo mivoatra toy ny zaza rehetra. Ao koa ireo ankizy ao amin’ny kilasy « Fitahiana ». Tsy dia mahay mamaky teny sy  manoratra loatra izy ireo, saingy afaka mampiasa ny tanany. Sokajy fahatelo ny ao amin’ny kilasy « Avotra ». « Ankizy tena sarotra ny ato, satria tia mihetsika sy tsy mipetrapetraka », hoy ramatoa Claudine, mpampianatra azy ireo. Araka izany, sarotra dia sarotra, mila fahaizana manokana ny fampianarana ireo ankizy manana fahasembanana ara-tsaina.

Tsy ampy ny eo an-tanana

Mahazo fanampiana ihany ny fikambanana Orchidée blanche, ao Toamasina II. Eo koa ny fandraisana anjaran’ny ray aman-dreny, 16.000 Ar isam-bolana. Tsy ampy anefa izany, araka ny nambaran’ny taleny, Arimalala Marie-Angèle. Isan’andro, ohatra, mahatratra 40.000 Ar no ilaina ividianana ny sakafon’izy ireo. Eo koa ny karaman’ny mpampianatra. Tsy ampy koa ny isan’ireto farany, satria raha ny tokony ho izy, mpampianatra iray misahana ankizy valo.

Tato anatin’ny efa-taona izay, tonga nanome-tanana azy ireo ny mpilatsaka an-tsitrapo japoney (JOCV). I Kina Tetsuya no miasa ao amin’izao fotoana izao. Zava-dehibe ny ataon’ity mpilatsaka an-tsitrapo, izay manana fahaizana manokana amin’ny fikarakarana ankizy sembana ara-tsaina. Nanofana ireo mpampianatra izy, manabe sy mikarakara ireo ankizy ihany koa. Ho tapitra amin’ny faran’ity volana ity ny fe-potoam-piasan’i Kina Tetsuya. Manantena ny fikambanana fa mbola hisy ny handimby azy.

Landy R.

News Mada0 partages

Ady amin’ny pesta : nanome vola 2 tapitrisa dolara fanampiny ny Amerikanina

Mitentina hatrany amin’ny 3,5 tapitrisa dolara ny totalin’ny vola nanampian’ny Amerikanina an’i Madagasikara hiadiana amin’ny valanaretina pesta. Omaly, nanome vola 2 tapitrisa dolara indray ny Amerikanina ho amin’ity tolona ity.

Entina hanampiana amin’ny fitsaboana ireo olona marary sy hanamafisana ny fizaram-baovao haingana  ary indrindra hanentanana ny mponina hiaro tena amin’ny aretina ity fanampiana ity.

Tanjon’ny fanampiana ihany koa ny fanatsarana ny fanaraha-maso ny marary sy ny fitiliana azy ara-potoana mba tsy hamindra sy hampihombo ny aretina.

15.000 ireo mpanabe olon-tsahala, tohanan’ny USAID miasa eny ifotony manentana ny mponina amin’ireo faritra 15 manerana ny Nosy.

Tatiana A

News Mada0 partages

Gestion des aires protégées : Lafa, le forum des professionnels du domaine

Lafa, le forum des professionnels de la gestion des aires protégées (AP) terrestres de Madagascar est en place. Il s’agit d’un réseau d’individus qui vise à professionnaliser la gestion des AP terrestres de Madagascar. Le lancement officiel dudit forum a fait l’objet d’une réunion, hier, à l’hôtel Carlton Anosy.

Le forum Lafa regroupe les personnes dont le travail quotidien contribue à la gestion d’une ou de plusieurs aires protégées terrestres. Il est né de plusieurs discussions des acteurs, œuvrant dans le domaine de la biodiversité à Madagascar, et concrétisé avec l’appui du Wildlife Conservation Society (WCS) et l’ONG Fanamby.

Lafa est le nom vermaculaire du palmier endémique de Madagascar « Dypsis decaryi ». Il peut être également l’abréviation d’un message fort que le réseau veut faire passer :

« Loharanon’aina ny faritra arovana an-tanety (les aires protégées terrestres sont source de vie) ». Les besoins de renforcement des compétences,  de valorisation, d’échanges d’information, de reconnaissance et de solidarité entre gestionnaires justifient cette initiative.

« Il existe énormément d’aires protégées à Madagascar mais elles sont très isolées dans les zones rurales et reculées. Dans chaque AP opère une équipe de gestionnaires qui toutefois n’ont pas la possibilité de s’entraider, de communiquer, soit entre eux, soit entre les autorités, les partenaires techniques et financiers », a indiqué Alison Clausen, directeur régional de WCS à Madagascar et l’océan Indien occidental.

« Les gestionnaires d’AP sont passionnés, motivés mais ils leur manque cette possibilité d’avoir le contact et les outils pour mener à bien leur travail. Et en reconnaissance de cette motivation, un groupe de partenaires s’est mis d’accord pour créer ce forum », a-t-elle expliqué.

Les ambitions

Il est un fait où les individus qui travaillent dans les AP viennent souvent des filières écologie, sciences, foresterie… Ils n’ont pas forcément suivi des études de gestion. A ce sujet, Alison Clausen a évoqué que « compléter les compétences scientifiques avec la capacité de bonne gestion (gérer une équipe, gérer un budget, maitriser les procédures administratives et financières …) serait dans ce sens plus qu’un atout (…) On ne peut pas gérer une AP comme une île, il faut la gérer avec la population autour ».

En ce début, Lafa rassemble près de 150 individus mais espère doubler, voire tripler, cet effectif. Dans ses perspectives, Lafa ambitionne de devenir le réseau de personnes compétentes, professionnelles, disposant des informations et des gammes de solutions pratiques, qui s’entraident et qui contribuent à faire des AP terrestres de Madagascar des lieux où la biodiversité et les écosystèmes sont conservés de manière à assurer leur durabilité en harmonie avec les communautés humaines.

Arh.

News Mada0 partages

Accès aux services de santé : 43 Centres de santé de base restent fermés

Le problème d’insécurité prive une bonne partie de la population de ses droits fondamentaux, dont l’accès aux services de santé de base. 43 Centres de santé de base (CSB) implantés dans les zones rouges en matière d’insécurité n’arrivent pas à se redresser, après avoir été fermés durant les temps des crises de 2009. A ce sujet, le district de Mrombe, reçoit depuis hier et ce jour la IXe réunion des membres du Comité de pilotage du programme « passoba santé », qui prend fin au mois de décembre.

En donnant plus de précision sur cette situation, le secrétaire général au sein du ministère de la Santé, le Dr Joséa Ratsirarson, a informé hier lors d’une conversation téléphonique qu’ « il reste encore 43 CSB, parmi les quelques centaines fermés depuis 2009, qui n’ont pas rouvert ses portes. Le problème n’est ni d’ordre financier ni infrastructurel, mais plutôt sécuritaire ».

Et grâce à la collaboration des partenaires dont l’Union Européenne et l’Unicef, via le Programme d’appui aux secteurs sociaux de base-Santé (Passoba Santé), les autres structures sanitaires concernées sont redevenues fonctionnels depuis quelques années. Ce programme vise à renforcer l’accessibilité et la qualité des services de santé dans les zones vulnérables.

Ce projet de cinq ans, financé à hauteur de 32 millions d’euros par l’Union Européenne et exécuté par l’Unicef, a contribué à la réouverture de 73 CSB sur les 76 fermés dans les neuf régions d’intervention, entre autres, Analanjirofo, Menabe ; Anosy et Atsimo Andrefana…

Pérennisation des acquis

Dans quelques CSB bénéficiaires de Passoba Santé dans le district de Morombe,

à l’instar de celui d’Antanimeva et d’Ambahikily, les sensibilisations des AC, auprès des communautés, ont contribué à l’augmentation du taux d’accès aux centres de santé.

« En l’occurrence, le taux de consultation externe de ce dernier établissement est passé de 34,2% en 2014 à 94,7% cette année et le taux d’accouchement respectivement de 17,9% à 36,9%, les mêmes années », a informé le médecin chef du CSB d’Ambahikily, le Dr Agathe Rasoaniainaharimanga, hier.

Fahranarison

News Mada0 partages

Lutte contre la peste : un additionnel de 2 millions de dollars des USA

Pour renforcer la lutte contre la peste, l’ambassadeur des Etats-Unis, Robert T. Yamate, a annoncé une contribution supplémentaire de 2 millions de dollars issue du Fonds de réserve d’urgence de l’Agence internationale pour le développement international (USAID). Ce qui ramène à 3,5 millions de dollars le montant total octroyé par les Etats-Unis.

«Ce nouveau financement sera utilisé pour traiter les malades de la peste, donner des informations à la population malgache et engager les communautés partout à Madagascar à assumer un rôle actif dans la riposte contre la maladie», a souligné un communiqué de l’ambassade, en date d’hier. L’USAID fournira également les médicaments essentiels, les équipements de protection individuelle et les autres produits de santé y afférents.

Sera R.

News Mada0 partages

Saison cyclonique : le CNGRC veut agir en synergie

La saison cyclonique 2017-2018 se pointe à l’horizon. Selon le Conseil national de gestion des risques et catastrophes (CNGRC), il est temps de s’y préparer. C’est la raison de la tenue d’une réunion, hier à Mahazoarivo, des responsables en gestion des risques et catastrophes.

Agir en synergie le moment venu en matière de préparation et de prévention. Tel est en fait l’objectif majeur de cette rencontre. Le cyclone Enawo a fait des ravages dans plusieurs régions de l’île, notamment dans la partie nord. Les pertes enregistrées sont estimées à 415 millions de dollars,  soit 4% du PIB. Une raison de plus de mettre tout le monde sur la même longueur d’onde et de renforcer la coordination des actions à entreprendre avec l’appui des partenaires étrangers et nationaux.

Etat des lieux

Cette réunion a également servi à identifier les moyens logistiques, matériels et humains à déployer afin de mieux coordonner les interventions avant, pendant et après les catastrophes et gérer le plan de relèvement dans les zones durement touchées.

D’après le communiqué reçu, «des actions concrètes  ont  déjà été entreprises telles que la mise à jour des plans de contingence régionaux et nationaux et la dotation de matériels d’alerte précoce et de prévention contre les effets des divers aléas climatiques. Le plan de mise en œuvre de la Stratégie nationale de gestion des risques et catastrophes est également en cours de finalisation et permettra d’augmenter le taux de résilience de la nation aux divers aléas d’ici 2030».

Sera R.

News Mada0 partages

Insécurité à Tsaratanana : le district décrète le couvre-feu

Vols de zébus, braquages à main armée… Les actes de banditisme ont connu une proportion alarmante ces dernières semaines dans le district de Tsaratanana.

Les bandits dictent leur loi dans le district de Tsaratanana. Afin d’y remédier, les membres de l’Organe mixte de conception (OMC), sous la férule du chef de district, ont tenu hier une réunion d’urgence pour prendre les dispositions nécessaires. Ainsi a-t-on appris que le couvre-feu a été instauré à partir de 19 h à 5 h en vue de permettre aux forces de l’ordre et les quartiers mobiles de sécuriser le secteur.

Plusieurs attaques de dahalo ont été signalées ces derniers temps à Tsaratanana. Pas plus tard qu’avant-hier vers 19 h30, alors que les villageois s’apprêtaient à aller au lit, les dahalo sont venus en nombre, environ une trentaine, pour frapper de nouveau le chef-lieu du district. La panique s’est installée dans la ville en voyant les assaillants débarquer.

A grand renfort de sifflets, tout en brandissant des fusils de chasse, ces derniers ont pris d’assaut quatre magasins de la localité, notamment un grossiste, une épicerie, un cybercafé et un collecteur et revendeur d’or. A part le fait d’avoir pris de grosses sommes d’argent estimées à 4 millions d’ariary et des objets de valeur, ils ont aussi blessé des villageois. Selon une source locale, quatre personnes dont trois adolescents ont été blessées durant l’attaque.

Informés de la situation, les éléments des forces de l’ordre se sont rendus sur place. De loin, ces derniers ont tiré un coup de semonce pour disperser les voleurs qui avaient encore l’intention de dérober une autre maison. Une course poursuite a eu lieu jusqu’au village d’Andavaboay, dans le fokontany de Tsaratanàna II, là où les malfaiteurs se sont terrés.

Hier, vers 3h, des coups de feu ont encore retenti dans ce village. On ignore encore le résultat de l’intervention des militaires.

Ando Tsiresy

News Mada0 partages

Handball-ccoi : la fin d’une hégémonie

La pilule est dure à avaler ! L’unique formation représentant Madagascar à

la Coupe des clubs de l’océan Indien (CCOI) à Maurice, vient de se faire éliminer de la compétition. THBC a perdu le match qu’il ne fallait pas perdre, hier, en clôture de la phase éliminatoire, en faveur de l’USBBRH de Maurice (13-16). Avec deux défaites et une victoire à son actif, la formation termine à la 3e place de son groupe alors que son adversaire victorieux du jour gagne la dernière place qualificative pour le dernier carré.

Une élimination subite mais prévisible pour l’équipe malgache, après les problèmes qu’elle a rencontrés avant l’entame de la compétition. Toutes les conditions n’étaient pas réunies pour les handballeuses malgaches.

Cette débâcle signifie la fin du règne de THBC sur le toit de l’océan Indien dans la catégorie féminine. C’est la première fois depuis 2012 que cette formation n’a pas gagné. Après deux coupes remportées en terre mauricienne, elle a raté la passe de trois cette année.

A dire vrai, le sacre obtenu difficilement l’année dernière était le signe annonciateur de l’usure de cette grande équipe de THBC. Composées de joueuses d’expériences qui ont évolué au moins 15 ans dans le haut niveau, le temps est venu de se tourner vers l’avenir, par le renouvellement d’un effectif vieillissant malgré le talent.

Naisa

News Mada0 partages

Run-total quartz : le club Ama bouclera la boucle

Le club Antananarivo moto auto (Ama) marque de son empreinte le run. Cette saison encore, Ama montre  de quoi il est capable tant sur le plan organisationnel qu’au niveau sportif. Avec trois manches à son actif, ce club a organisé la moitié des manches de la joute nationale. La dernière aura lieu ce 3 décembre, sur la piste du Batac d’Arivonimamo, sous la bannière de Total Quartz.

Pour que l’événement soit digne de ce nom, Ama n’a pas lésiné sur les moyens afin de satisfaire le public. Ce dernier sera gavé de goodies et autres souvenirs, à l’effigie de Total, pendant cette journée de clôture du championnat national.

Sur la piste, les pilotes ne seront pas en reste. Afin de pimenter une journée qui s’annonce bouillante, Ama gâtera les plus rapides dans chaque catégorie et sous-catégorie, en plus des trophées offerts aux vainqueurs.

Si en Prorun, le sacre de Jean de Dieu Rafanomezantsoa, alias Vazaha, est très attendu par son club Runmada, le club Ama, de son côté, prépare également un accueil triomphant de son poulain dans la catégorie run au championnat de Madagascar. Mais, rien n’est encore gagné. Les autres tenteront également de finir en beauté la saison.

Naisa

News Mada0 partages

Plus que quelques places disponibles

«Des billets sont encore disponibles actuellement. Nous allons même continuer  la vente, dimanche, dès 7 heures, à Mahamasina», annonce Média Consulting, l’organisateur des deux spectacles. Par ailleurs, il tient à préciser que les deux spectacles ne se ressembleront pas. Les répertoires seront différents. Ce soir, le groupe donnera davantage une prestation plus conviviale en incitant le public à monter sur scène. «Nous allons surtout donner  le micro au public», explique notre interlocuteur.

D’un autre côté, le spectacle, qui se fera dimanche, s’annonce plus grandiose et explosif. «Nous allons adopter un changement radical. Ce ne sera pas qu’un simple concert de Mahaleo. Nous allons travailler, même le côté décoration de scène …», a-t-il ajouté. Par ailleurs, d’autres artistes surprises seront de la partie.

Page réalisée par Holy Danielle

News Mada0 partages

45 ANS MAHALEO : un nouvel album en préparation

Bonne nouvelle pour les milliers de fans du groupe légendaire Mahaleo. Non seulement, il donnera deux concerts différents ce week-end mais annonce aussi la sortie de son nouvel album qui sera présenté officiellement l’année prochaine.

«Je ne me souviens plus quand nous avons sorti notre dernier album», a annoncé Bekoto. Probablement dans les années 90 avec l’album intitulé «Veloma ry Fahazazana». Par contre, il ne cesse de proposer des DVD live à chaque nouvelle étape importante de sa carrière, comme ce sera le cas ce soir, au Carlton Anosy, dans le cadre de la célébration de son 40e anniversaire. «Il ne contient pas de nouvelles créations mais seulement les morceaux interprétés durant le concert. Un moment agréable à partager avec le public», a expliqué Bekoto.

Un album réalisé à Antsirabe

Cependant, une vingtaine d’années après, Mahaleo se sent d’attaque pour entrer enfin en studio et enregistrer quelques nouvelles compositions. «Nous sommes actuellement en phase de finition. Tous les titres sont déjà enregistrés au studio Lovasoa Sound à Antsirabe. Les prises de son et les masterings sont déjà terminés», a précisé Dadah.

«L’album n’a été façonné que par les cinq membres du groupe, sans contribution d’autres artistes, sauf Toky du groupe Mboutah qui est à la fois un grand musicien et ingénieur de son.  Il a ajouté une touche plus jeune à nos créations. Ainsi, le vieux Mahaleo se rajeunit. Par ailleurs, Justin Rakotomalala a beaucoup contribué pour la réalisation de cet opus», a annoncé Bekoto.

Ce nouvel opus contiendra 20 titres. La plupart d’entre eux sont de nouvelles chansons et d’autres sont des anciennes qu’ils interprètent rarement en live. Inspiré de la vie sociale et politique qui se trame au pays, l’album emprunte le même thème, avec le même genre musical. «Taralila la», «Ilay vohitra soa», «Ho avy tsy ho ela»… seront intégrés dans ce prochain album qui sortira officiellement, l’année prochaine.

Page réalisée par Holy Danielle

News Mada0 partages

Chronique : Exclusivement inclusif

La grossièreté menace, tant les intrigues et combines qu’entreprennent les hommes forts du pouvoir dans le but d’éliminer de la course à la présidentielle «leurs indésirables», relèvent d’une grande bassesse, risquent de faire sortir de leurs gonds mêmes les personnes calmes de qui on n’a que rarement enregistré des débordements, style se lâcher à traiter de noms d’oiseaux certains acteurs de la vie publique. Personnellement s’il en est dont les paroles et actes m’horripilent, ce n’est pas pour autant que je leur voue un sentiment particulier, ils n’en valent pas le coût.

Marrant dans cette histoire d’exclusion et de principe d’inclusivité, les trois bonshommes principaux adversaires n’ont pas une bonne cote dans mon appréciation, alors que les sondages trottoirs et bidons les donnent favoris. Pas plus que je ne cultive ni penchant pour Ravalomanana, ni une quelconque inclination pour Rajoelina, je ne tiens pas davantage Rajaonarimampianina en haute estime qui me pousserait à lui accorder mon suffrage. Les trois ont un dénominateur commun, les chevilles qui enflent en raison d’une considération exagérée que chacun d’eux porte respectivement à sa propre personne. Et pourtant individuellement leur plus grande tentation consiste à crocheter les pieds de chacun des deux adversaires chaque fois que l’occasion se présente. Partageraient-ils dès fois la prétention de

s’imaginer «exclusivement tous les trois à avoir la capacité de diriger ce pays», que seuls les trois concourent, qu’en dehors d’eux personne ne vaut que peanuts. Ça serait la première erreur qui participerait à leur créer un handicap. Si les trois à l’origine étaient les favoris, leur rivalité les conduit à se neutraliser, ce qui ferait l’affaire des autres candidats.

Au fond c’est moi qui suis complètement à côté de la plaque à vouloir me formaliser des petites vacheries et joyeusetés qu’ils se réservent entre eux. Il ne reste pas moins que leur guéguerre parasite l’espace, alors que plus que jamais le débat doit se faire dans un climat serein et porter sur le fond, sans que l’on vienne le perturber.

Léo Raz

 

News Mada0 partages

Madagascar il y a 100 ans : À la foire d’Ankazobe

Nous avons dit que le prix de la viande avait haussé dans nos colonies comme il avait haussé dans la métropole.

La dernière foire d’Ankazobe en a donné une nouvelle preuve bien que ce soient les indigènes qui aient été acheteurs.

Disons à ce sujet que la foire fut un nouveau succès : on y compta jusqu’à 1 500 têtes ; les achats ont été payés, chose remarquable, en piastres ; il y en a donc encore dans la Grande Île ?

Quelques colons préconiseraient un changement de la date de la foire, la saison sèche se prêtant mal à la circulation du bétail ; ils préféreraient le mois de mars comme étant plus favorable.

On a remarqué à Ankazobe, au milieu des indigènes, la présence de courtiers et de revendeurs plutôt marrons dont les agissements ont très vraisemblablement contribué au renchérissement des bœufs.

La vie chère va-t-elle devenir trop chère… même aux colonies ?

Les colis postaux aux colonies

Par décision du 18 août et par dérogation à l’arrêté du 8 juin 1917, le gouverneur général de la Grande Île a chargé les chefs de province de la délivrance des autorisations d’exportation de riz par colis postal de famille.

Ainsi qu’il en avait été précédemment décidé en ce qui concerne les haricots, est seule tolérée l’exportation de 10 kilogrammes au maximum, par mois et par expéditeur.

L’expéditeur doit indiquer non seulement le lieu de destination, mais aussi son degré de parenté avec le destinataire, les envois ne pouvant être admis qu’en faveur d’un membre de la famille habitant la France ou une colonie française.

Une mesure étrange

Une exposition devait être organisée ce mois-ci à Tananarive par le service de l’Enseignement avec le concours de l’École professionnelle.

Mais tout n’est qu’heur et malheur en ce bas monde : pour des raisons que la Raison se refuse à comprendre, le professeur de la section de modelage, M. Thomasson, sergent, qu’on avait fait venir exprès de Nossy-Lava, a été renvoyé à Ankavandra.

Et le cours de modelage est sans professeur.

L’administration regrette-t-elle d’avoir, pour une fois, choisi le «juste homme pour la juste place» ?

Le Courrier colonial

www.bibliothequemalgache.com

News Mada0 partages

Guide du week-end

Vendredi 1er décembre

Rak Roots au village Voara Andohatapenaka

Fraîchement  débarqué d’une tournée européenne, Rak Roots est au bercail et piaffe déjà d’impatience de rencontrer ses fans ce soir au village Voara Andohatapenaka. Le rendez-vous sera donné à 19 heures tapantes. L’artiste va également donner un aperçu de son futur album intitulé « Inspi Rak Roots ».

Mage 4 au Freaky Life Analamahitsy

Le   groupe Mage 4 fête cette année ses 25 ans de carrière musicale. L’épicentre de la célébration a eu lieu au mois d’aout dernier lors un grand concert à Antsahamanitra. S’en est suivie une tournée régionale. Mais, ce soir la bande à Ken et Titan sera au Freaky Life Analamahitsy pour partager du bon rock comme on les aime.

Tsiakoraka au Karibotel Analakely

35 ans de scène et plus d’une bonne centaine de titres à son actif, l’histoire du groupe Tsiakoraka ne se résume pas seulement à cet exploit. Après la célébration de ses 30 ans de scène au centre culturel Esca Antanimena en 2013, la formation annonce un nouvel album 4 ans plus tard. Un opus qui verra le  jour avant la fin de l’année. En attendant, Fidy et ses compagnons de route retrouveront leurs inconditionnels, ce soir, à partir de 21 heures au Karibotel Domaine Manerinerina Analakely.

Rah-ckiky au Jao’s Pub

Une ode à la vie, c’est en ces termes que se résumera le spectacle de Rah-ckiky intitulé « Tsy maty aho » au Jao’s Pub Ambohipo. Plus en forme que jamais, après avoir été victime d’une agression au mois d’octobre, à son domicile à Toamasina,  le chanteur de « Soamahamanina » est prêt à reprendre le devant de la scène.

Jeneraly au Trass Tsiadana

Les mélomanes de la capitale ne se lasseront jamais de ce précurseur  de chansons à texte. Régulièrement à l’affiche au Trass Tsiadana, Jeneraly, puisque c’est de lui qu’il est question, y retrouvera encore ses inconditionnels admirateurs ce soir. Andy et ses compagnons de route vont proposer un voyage musical dans les années 80, en chantant  les plus belles compositions de Gabhy.

Tence Mena birthday au Le Glacier Analakely

Le 27 novembre, Tence Mena a marqué d’une pierre blanche le jour de sa naissance. La reine du

« bal mipoapoaka » décide de fêter cet anniversaire avec son public de la capitale, ce soir au Glacier Analakely. La voix d’or de l’océan Indien y sera durant quelques tours d’horloge pour reprendre ses plus grands succès. Les premières notes de « Midira », « 800 volts »  et

« Bomba be » résonneront vers 21 heures.

Mahery, Nini et Poun au Telozoro Andrefan’Ambohijanahary

Le trio Nini, Mahery et Poun a porté haut le rock et le folk malgache lors d’une tournée nationale et internationale, entamée depuis quelques années. Sa reprise de « Aza de miniana » de Vola sy Noro a tout particulièrement conquis le public à chacune de ses prestations. Il reprend la même formule au  Restaurant Telozoro Andrefan’Ambohijanahary.

Ry Kala Vazo à la villa Fitia Ilafy Antsampandrano

Ry Kala Vazo continue sur sa lancée. Le trio Vanintsoa, Mirana et Mitchou enchaîne à la villa Fitia Ilafy Antsampandrano lors d’une soirée privée. Outres ses propres compositions, la formation ne manquera pas d’interpréter les œuvres de Ny Nanahary, Erick Manana, Ny Voninavoko, Tselonina, Fenoamby en passant par des chansons d’artistes internationaux comme Francis Cabrel, Meghan Trainor ou encore le duo infernal Pitbull et Stephen Marley.

Levelo au Piment Café Behoririka

Sans conteste, le groupe Levelo a brillé ces dernières années par son silence scénique.  Les fans du groupe se souviennent quand bien même des morceaux qui ont surtout marqué les années 80, tels que « Iangolao vaitra », « Donak’afo » ou encore « Rasoanantenaina ». Une bonne nouvelle s’annonce puisque Lolona et ses compagnons de route feront leur grand retour à l’occasion d’un concert, ce vendredi, au Piment Café Behoririka à partir de 21 heures.

Samedi 2 décembre

Raboussa au CGM Analakely

C’est au mois de septembre que les passionnés du rap gasy ont aperçu le retour en demi-teinte de Raboussa avec plusieurs artistes sur scène.  Demain après-midi, le groupe sera seul sur scène au CGM Analakely. Outre la musique en soi, l’objectif de ce concert est de soutenir ses actions sociales. Dans ce contexte, le fonds récolté à l’issue de cette prestation sera offert aux plus démunis.

Stéphanie au Kudeta Urban Club Anosy

Lors de la toute 1ère édition de « Ultrafun coversession », un concours d’interprétation organisé depuis le mois d’octobre, Stéphanie a été à l’honneur. Après plusieurs phases éliminatoires, l’étape finale se déroulera demain

au Kudeta urban Club Anosy. Dans la foulée, un showcase avec Stéphanie sera au programme.

Dina Mialinelina au  Fara West Faravohitra

Aguerrie de la scène de West, Dina Mialinelina revient ce samedi avec ses propres compositions et bien d’autres car cette excellente chanteuse est à l’aise dans tous les styles. A ses cotés seront Hent’s à la basse, Tsanta Randriamihajasoa au clavier, Harty Andriambelo aux percussions et son mari Benjamin le Faucheur à la guitare. Le couple est le noyau du groupe « Cordes sans cible » que les mélomanes ont pu applaudir sur la scène de Fara West.

Edgard Ravahatra en concert

à La Fabrik Ambondrona

Auteur, compositeur et chanteur accompli, Edgard Ravahatra privilégie aussi bien la musique du village que la musique française par goût de Georges Brassens et François Béranger, dont il a repris les chansons. Guitariste hors pair mais aussi adepte du tambour « ancestral », il exprime dans ses chansons l’amour et le lien indéfectible, qui l’unit à sa Grande île natale, à sa culture et à ses habitants.  L’interprète de « Ny hirako » se redécouvrira, ce samedi soir, à la Fabrik Ambondrona.

Dimanche 3 décembre

November rock  au CFM Anosy

Devenu presque une tradition, November rock entre cette année dans sa 6e édition. Et Rheg, à qui l’on doit cette manifestation résolument métal, sera fidèle au rendez-vous ce dimanche, au CFM Anosy. Limitless  et Hard for life seront également sur scène avec lui.

Recueillis par Joachin Michaël

News Mada0 partages

Hevitra mandalo : resaky ny mpitsimpona akotry

Kivikivy ihany matetika ny vahiny tonga mitsidika ny Nosy na efa nahazo fampitandremana avy any amin’izay nihaviany aza, fa misy sehon-javatra mety hanaitra ny vahiny fa tsy mampiontsona ny olona efa zatra aty. Gaga noho izany ireto mpizahatany raha notohanan’ny mpitandro filaminana ny fiara nitondra azy, tratra hariva ka tsy maintsy miandry maraina vao afaka hanohy ny dia amin’iny làlana avy any atsimo iny.

Rehefa nandalo teto Iarivo niala sasatra roa andro dia ireto indray izy ireo ho any Toamasina sy ny sisiny atsinanana faritra avaratra. Nilamindamin-tsaina ery raha naheno ny mpikarakara ny zotra ataon’izy ireo nampisafidy azy na hiainga maraina na tolakandro. Fa angaha mandry ny filaminana ka afaka anaovana lavalina hoy ny fanontaniany ? Tany akaikikaikin’i Brickaville no nisy sotasota tamin’ny fitoraham-bato mamaky fitaratra, fa efa milamindamina. Maro koa moa ireo fiara mifamoivoy amin’iny làlana iny ka sarotra ho an’ny jiolahy ny hanao sakantsakana ny fiara hahafahany manendaka ny mpandeha. Faly aloha ihany ireto vahiny, tsy tonga eny Manjankandriana akory dia efa resy lahatra izy noho ny fandehan’ny fiara faran’izay miadana sy ny fanotsakontsanana mihatra aminy fa tsy fanao ianao izao làlana diavina izao noho ny haratsiny. Asa na noho izy ireo tsara taiza, na noho ny tahotra sao dia ho heverina ho fanevatevana ny fanontaniany dia samy nangina avy izy ireo nefa tazana ao amin’ny fomba fijeriny fa mibosesika ao an-dohany ny fanontaniana maro. Io moa ny tombon’ny fisian’ireny mpitarika vahiny ireny, arakaraky ny fahaizany na minia manaha vary manala baraka ny ao ankohonana, na tsy manafina ny zava-misy sy ny fandalovana fotoan-tsarotra eo ampisedrana fahasahiranana sy farasisa. Raha vao maheno farasisa moa ny vahiny dia mangina sao dia voarohirohy amin’izany ny razany. Afaka mba miala henatra koa amin’ny fampitana ny fanambaran’ny tompon’andraikitra ao amin’ny minisiteran’

ny Asa vaventy. Raha jerena aty ifotony anefa dia fanampitampenana lavaka no atao. Misy anefa ampahan-dàlana maro izay efa ny lasitry ny arabe mihitsy no efa ravarava. Kitapom-bola avy ao amin’ny FER (Fonds d’entretien routier) no entina iatrehana izany asa izany, tsy mahagaga raha fomba mora vidy no nametrahana ny safidy. Io anefa dia ahiana ho menaka ahoso-bato, na vola atsipy avy eny ambaravarakely. Eo moa ny hamaron’ireo fiarabe sy ny havesarany. Samy tsy zakan’ny tsenan’ity làlana ity, fa eo koa ny fitaizana tsy vita ara-potoana. Ny atao izao dia ilay fomba tokony natao taona vitsivitsy izay, ny ankehitriny dia efa tokony ho fanaovana ny fanavaozana avy any amin’ny faladiany ka hatrany an-tampony.

Léo Raz

 

News Mada0 partages

Sambava : le M2PATE déboute la commune

Nouveau rebondissement dans l’affaire de remblai de la rivière Sambava suite à l’intervention du M2PATE.

 Le ministère auprès de la Présidence en charge des projets présidentiels, de l’aménagement du territoire et de l’équipement (M2PATE) a tranché sur les polémiques autour du remblai de la rivière près du pont de Sambava-Centre. Le secrétaire général du ministère a ordonné  au chef de service régional du service topographique d’engager les procédures nécessaires et d’impliquer tous les services techniques déconcentrés pour arrêter les travaux de remblai illicite qui s’effectuent actuellement dans ce domaine public.

La lettre de notification mentionne que ce remblai s’implante dans des zones inondables inconstructibles et dans la réserve d’emprise de la rivière et embouchure ainsi que la voie publique, violant les textes en vigueur sur le domaine public de l’État et les dispositions du Règlement national d’urbanisme RNU ainsi que les recommandations du livre V sur les sanctions suivant la Loi relative à l’urbanisme et l’habitat (LUH).

Manou

News Mada0 partages

Solidis capital : solution de financement pour les PME

Devant la demande croissante du marché et dans l’optique d’apporter une solution complémentaire au financement à Madagascar, Solidis Garantie a créé «Solidis Capital». Opérationnel en 2018, c’est un fonds de financement de 20 milliards d’ariary, dédié aux PME les plus dynamiques avec un fort potentiel de croissance.

«Solidis Capital» est une solution originale qui permet un financement direct et un accompagnement personnalisé. La solution se présente sous trois formes : une participation en capital, une offre de dettes et une assistance technique.

«L’objectif de Solidis Capital est de financer et d’accompagner, pendant les cinq premières années, 150 entreprises pour une enveloppe allant jusqu’à 2 milliards d’ariary par entreprise», a expliqué Hagasata Rakotoson qui dirigera ce nouveau fonds d’investissement et qui, rappelons-le, avec son équipe, a mis en place et dirigé Solidis Garantie depuis plus de 10 ans. Dans la foulée, Jean-Marc Ravelomanantsoa prend la direction de Solidis Garantie en tant que nouveau directeur général, ayant occupé le poste de directeur général adjoint pendant une année.

Existant depuis 10 ans, Solidis Garantie, première référence en garantie bancaire, renforce ainsi son positionnement en tant qu’institution financière d’appui aux entreprises. A fin 2016, Solidis a soutenu 3.622 entrepreneurs et le nombre de crédits garantis est passé de 1.116 en 2015 à 2.234 en 2016, correspondant à un volume de crédits garantis de 76,8 milliards d’ariary contre 36,3 milliards en 2015.

Ces efforts ont été récompensés par le «Trophée de la meilleure entreprise africaine 2016» de Sciences-Po Paris/ Proparco et du «Trophée HEC Bernard Ramanantsoa 2017 – Meilleur service clientèle».

Arh.

Ino Vaovao0 partages

BY-PASS - TSY FITANDREMANA : Kamiao roa nifandona, mpamily iray naratra mafy

Mpamily kamiao saika hisongona fiara Sprinter no tsy nahatana hisatra ka nifatratra tamin’ny kamiao iray hafa avy hatrany. Nilatsaka tany anaty hady ilay fiarabe voadona ary dia naratra mafy ny mpamily azy.

Tsy tafavoaka rery tao anaty fiara ilay mpamily noho ny ratra nahazo azy io ka nifarimbona namonjy sy  nibata azy nivoaka avy tao anatin’ny fiarana nentiny ny olona nanatri-maso. Samy nitondra faisana avokoa ireo fiara be roa nifandona, potika ny lohan’ny fiara. Matetika isehoana lozam-pifamoivozana amin’iny lalana malalaka eny amin’i By-pass iny. Tsy fantatra na mahita ny fahalalahan’ny lalana ireo mpamily dia tsy mitandrina satria mirimorimo mafy izy ireo.

 Vokatry ny tsy fitandremana ihany aloha no miteraka ny loza amin’iny toerana iny, raha ny loharanom-baovao. Efa noentin’ilay mpamily kamiao namonjy hopitaly ny mpamily niharan-doza. 

Pounie  

Ino Vaovao0 partages

HETSIKA FARAN’NY HERINANDRO : Anjaranao sisa no misafidy izay metimety aminao

Hanafana sehatrin’ny Telozoro Andrefan’Ambohijanahary i Mahery, Nini Kiaka sy Poun Green

Mpanakanto manana ny lazany eo amin’ny sehatry ny mozika ireto hanafana ny toeram-pilanonana Restaurant Telozoro Andrefan’Ambohijanahary anio amin’ny 9 ora alina. Fantatra eo amin’ny gadona folk sy ny mozika milamindamina i Mahery ka hitondra ireo hira nahafantarana azy hatramin’izay ny lehilahy amin’ity alim-pandihizana miavaka sady tsy fahita ity. Ankoatra izany dia hahazo laka eny an-toerana ihany koa ny gadona rock mandritra ny fotoana. Hifandimby hiaka-tsehatra hanafana ireo mpankafy i Nini sy Poun ary mampanantena ambiansy ny mpanakanto sy ny mpikarakara.

Hankalaza ny tsingeranan-taona nahaterahany etsy amin’ny Le Glacier Analakely i Tence Mena

Hiara-hifety amin’ireo mpankafy, hankalaza ny tsingerenan-taona nahaterahany etsy amin’ny Le Glacier Analakely i Tence Mena anio. Andriambavilanitra mivoy ny mozika variété ny mpanakanto ary manana ny mampiavaka azy manokana eo amin’ny sehatry ny mozika ity. Hitondra zava-baovao ho an’ireo mpankafy indray ny mpanakanto amin’io alim-pandihizana miavaka hotontosainy io. Hohirainy amin’io fotoana io avokoa ireo hira nampisongadina azy, toy ny “Maresaka baly” sy “magnaraha zah”. Hanomboka amin’ny 9 ora alina ny fety ary ambiansy tropikaly tanteraka no hanjaka amin’io fotoana io

Mahaleo etsy amin’ny Hotel CarltonNy fihavanana tsy ravan’ny taona no hitondran’i Mahaleo ny seho takariva hotanterahiny etsy amin’ny Hotel Carlton Anosy. Hanomboka amin’ny 7 ora hariva ny seho anio ary mampanantena ambiansy ho an’ireo mpanara-dia hatramin’izay ity mpanakanto zokiny ity. Fantatra fa ity sy etsy amin’ny Palais de Sports Mahamasina ny faran’ny herinandro ity no faran’ny seho hotontosain’ny mpanakanto eto an-drenivohitra amin’ity taona. Nanana ny lazany tokoa i Mahaleo teo amin’ny sehatry ny mozika teto amintsika na tany ivelan’ny Nosy rehetra tany satria manana ny mampiavaka azy izy. Hiavaka noho izany io seho takariva hatolony ho an’ireo tonga hanotrona azy.

Hampitotorebika ao amin’ny Cemes Antanimora i Princia sy Berthin Kabosa Mpanakanto roa avy any amin’ny Faritra Atsimo iny no hanafana ny toeram-pilanonana Cemes Antanimora anio. Hitondra ireo hira nahafantarana azy i Princia amin’io fotoana io, toy ny “Zaho fa tsy hafaky” sy “Tsy mahafikofoky”. Ny mozika variété no tena ahafantarana ny andriambavilanitra avy any Toliara ity. Ankoatra izany dia miangaly mozika milamindamina natokana ho an’ny mpifankatia ihany koa ny vehivavy. Hanasongadina ny talentany amin’io alim-pandihizana goavana io ihany koa i Berthin Kabosa. Hisy ny fahatongavan’ny mpanakanto tsy ampoizina amin’io fotoana io. Tsy voafetra ny fotoana fa mandraparainan’ny andro. Manomboka amin’ny 9 ora alina ny lanonana.

Hiverina hiaka-tsehatra etsy amin’ny Jao’s Pub Ambohipo i Rah-ckiky

Taorian’ny sedra nahazo azy ny volana lasa teo dia hiverina hiaka-tsehatra i Rah-Ckiky, hiara-hifety amin’ireo mpankafy azy hatramin’izay ny mpanakanto anio. Hanatanteraka alim-pandihizana miavaka etsy amin’ny toeram-pilanonana Jao’s Pub Ambohipo ny mpanakanto ka ny “tsy maty aho” no hitondrany ny seho. Manomboka amin’ny 9 ora ny fety ary mampanantena ambiansy ho an’ ireo mpankafy azy hatramin’izay ihany ity mpanakanto ity. Hitondra zava-baovao hanehoany ny hafaliany tsy nahafaty fo aman’aina azy ny lehilahy amin’io fotoana io. Noho izany dia tsy voafetra ny fotoana fa ho mandra-parainan’ny andro izany. Ambiansy mafana no hatolony ireo tonga hanotrona ny alim-pandihizana hotanterahiny ity.

Pounie  

Ino Vaovao0 partages

FINOANA SILAMO AO MAHAJANGA : Hankalaza ny "Mahoulidy" ny sabotsy 02 desambra izao

Matipaika ny lamina enti-manatanteraka izany, izay manomboka amin’ny 1ora sy sasany hiainga eny amin’ny moskey zoma, ao Mahabibo ny filaharambe hamakivaky ny tanàna ary hihazo ny tranoben’ny kolontsaina etsy Mangarivotra.

Avy eo dia hanomboka ny vavaka sy kabary hifandimbiasan’ireo manankaja voaasa amin’izany sy ireo Fondy hampahafantatra ny tantaran’ity mpaminany Mohamad ity. Hofaranana amin’ny fiaraha-misakafo hanipitoloha ny "mahoulidy" avy eo araka ny nambaran’i Oustazy Badroudine sy El-haad, izay mpitarika ity finoana ity eto Mahajanga. Tanjona araka ny nambaran’ireto farany dia ny ho fampiraisana ny antokom-pinoana silamo tsy mitovy firehana sy ny fiarahamonina amin’ny ankapobeny mihitsy izao atao izao. Satria tokoa dia natokana ho an’ny rehetra ny nahatongavan’io mpaminany io fony izy teraka fa tsy ho an’ny silamo mivakivaky. Na eo aza izany dia mbola niantso ireo mpino na kristianina ihany koa ireto mpitarika ireto mba hifanotrona amin’io andron’ny sabotsy 02 desambra io amin’ny maha iray ny Tompo zanahary. 

Tsy anavahana araka izany ho an’ny madresad na ireo sekoly koranika rehetra sy ireo fikambanana tsotra tsy ao anatin’io finoana silamo io ny fotoana fa natao ho an’ny rehetra mihitsy. Hisy koa ny vavaka fangataham-pitahiana ho an’ireo rehetra mila izany ny andron’ity mahoulidy atao ity hoy hatrany ny mpikarakara.

INVMGA.

Ino Vaovao0 partages

« JERY STARTIMES » : Hanaparitaka ny Televiziona nomerika manerana ny faritra

 Amin’izao fotoana izao dia ny 95 isan-jaton’ny tanàna eto amintsika no ahitana ny masoivoho “Startimes” izay tsy mitsahatra hatrany manampy ny Malagasy amin’ny fanomezana vaovao sy ny zava-misy eto an-toerana sy ny any ivelany. Antony nanatanterahan’izy ireo ny fandaharanasa “Jery Startimes” izay entina hamalifaliana ny Malagasy. Ity fandaharan’asa ity izay natomboka teny Analamahitsy tamin’ny herinandro lasa teo ary nitohy teny Ampefiloha. 

Hitety ireo boriboritany enina eto an-drenivoitra izany ary any amin’ireo faritra rehetra manerana ny Nosy. Ankoatra izay dia hampilalao ireo olona eny an-dalambe amin’ny alalan’ny fanentanana amin’ny kamiao mitety tanàna izay hahazoana loka ny orinasa. Fandaharana maro isan-karazany, toy ny horonan-tsary sy sary miteny ary fanadihadiana no atolotry ny orinasa, hoy ny tompon- andraikitry ny serasera ao amin’ny orinasa “Startimes”, Ramaroson Iarilanto. 

Amin’izao fety mialoha ny faran’ny taona izao dia tolotra maro no omen’ny orinasa ny mpanjifa. Anisan’izany ny fampidirana ny fahitalavitra isan-tokantrano izay efa misy “Décodeur” miaraka aminy. Eo ihany koa ny fandefasan’ny orinasa ny fiadiana ny tompondaka maneran-tany ny klioban’ny Fifa izay manomboka ny 6 desambra ho avy izao raha azon’ny rehetra arahana tsy tapaka amin’ny “Startimes” ny lalao fiadiana ny tompondaka maneran-tany ny baolina kitra.

N. R.

Ino Vaovao0 partages

FONJAN’I MANANJARY : Hipoka ny toerana, tsy mitsaha-mitombo ny isan’ireo gadra

Ny tsara ho fantatra anefa, misy hatrany ny zon tokony hananan’izy ireny na dia any am-ponja aza. Zo izay toa tsy voahaja raha eto Madagasikara manokana no asian-teny. Izany indrindra no nahatonga ireo mpikambana ao amin’ny vaomieram-pirenena mahaleotena miaro ny zon’olombelona na ny Cnidh nitsidika manokana ny fonja ao Mananjary. Araka ny nambaran’ny tompon’andraikitra dia fitsaram-bahoaka no tranga matetika maha voarohirohy  ireo olona ireo ka ao amin’ny fonja izy ireo no arovana. 

Etsy ankilany anefa dia mibahan-toerana ao amin’ny fonjan’i Mananjary ihany koa ny fifangaroan’ireo efa voatsara  na ireo « Condamné » sy ireo mbola miandry fitsarana. Izany tranga izany, izay anisany antony tsy mahavoahaja ny zon’izy ireo. Tsy mety amin’ny resaka zon’olombelona ny fivangongoan’ny voafonja, efa voatsara sy miandry fitsarana, anaty fonja iray. Raha mahakasika ny fonjan’i Mananjary manokana izao dia 160 olona eo ihany no tokony zakany.

Tsy voahaja anefa izany satria dia efa mahatratra 700 ireo olona migadra ao amin’izany toerana izany. Tsy mitsaha-mitombo ihany koa anefa ireo olona miditra ny fonja, araka ny fanambaràna hatrany. Notsindrian’ny avy eo anivon’ny Cnidh fa raha ny tahan’ny olona voafonja, efa voatsara, dia sahaza tsara ny toerana mihitsy. Marihana fa mangahazo no fototsakafon’ireo gadra hatreto. Araka ny fanadihadiana hatrany dia ahitana ankizy miisa 25 ao amin’ny fonjan’i Mananjary. Ireto farany izay saika mbola mpianatra avokoa, nefa dia tsy misitraka izay fampianarana izay noho ny tsy fahampian’ireo tsara sitrapo tokony hanome tolo-tanana azy ireo. Manoloana izany tranga rehetra izany dia manao antso avo amin’izay tompon’andraikitra rehetra voakasika amin’izany fampanajana ny zon’olombelona eny anivon’ny fonja izany ny Cindh. 

Lucien R.

Ino Vaovao0 partages

DISTRIKA AMBALAVAO : Najoro ny fotodrafitrasa maharitra fitsaboana ireo voan’ny pesta

Na izany aza anefa, tsy vitsy ny olona no mbola manohy ireo fombafomba rehetra natao hiarovana amin’izany aretina izany any amin’ny sehatra samihafa any. Ankehitriny izao dia fantatra fa nametrahana fotodrafitrasa maharitra natao hitsaboana ny aretina pesta ny Distrikan’Ambalavao. Ity farany izay anisan’ireo nafanafana tamin’ny fisian’ity valan’aretina ity.

Efa vita ny asa rehetra ary efa natolotra ireo raiamandreny sy tompon’andraikitra ao an-tanànan’Ambalavao renivohitra ny ivon-toerana manokana handraisana an-tanana ireo tilina sy tsaboina aretina pesta, hita ao amin’ny hopitaly be Chrd II Ambalavao. Mpitsabo sy mpiasan’ny fahasalamana teratany vahiny sy malagasy manodidina ny 25 mianadahy, mpilatsaka an-tsitrapo ao amin’ny « Médecin sans frontière » (Msf), no nandrindra sy nanangana izany. Teo ihany koa ny fanohanan’ny Unicef sy ny Oms ary ny Asf. Voasolo-tena ihany koa ny ministeran’ny Rano izay mpandrindra ny fahadiovan’ny toerana nandritra ny iray volana teo eo nanaovana ny asa. Toerana hary fomba sy manaraka ny fenitra ahafahana mitsabo araka ny tokony ho izy ireo mararin’ny pesta no tafatsangana, araka ny fanazavana. Mitsinjara ho efitrefitra maro ny toerana ary manaja ihany koa ny elanelana roa metatra mba tsy hisian’ny fifampikasohana ka miteraka ny fifindran’ny aretina. Fantatra fa mihodina 24ora amin’ny 24ora ity toeram-pitsaboana ity ary misy hatrany ny tompon’ andraikitra mandray olona hita ao.

Nohamafisina ny traikefan’ireo mpitsabo malagasy

Natao indrindra ho an’izay voan’ny pesta aretintratra ny fotodrafitrasa, kanefa, misy ihany koa ny toerana natao handraisana ireo karazana pesta atoditarimo. Ahitana toerana fidiovana manokana ho an’ny mpitsabo sy ny mpandraharaha rehetra. Eo ihany koa ny trano natao hanadiovana ireo fitaovana miasa rehetra mandritra ny fitsaboana. Hita ao amin’ny faritry ny hopitaly ihany koa ny fanariam-pako manara- penitra. Ary tsy hadino, indrindra indrindra, ny toerana natokana hametrahana sy hikarakarana ny matin’izany aretina izany. 

Efa mipetraka ihany koa ny lamina rehetra amin’ny lafiny famangiana, ary tokony hanaraka izany ny mpisehatra rehetra tonga ao amin’ity toerana ity. Marihana fa efa nohatevenina ny traikefan’ireo mpiasan’ny fahasalamana eto an-toerana amin’ny fandraisana ireo marary sy amin’ny fanarahana ireo toromarika mifandraika amin’izany aretina izany, indrindra aorian’ny fialan’ireo teratany vahiny izay tsy maintsy handeha. Etsy ankilany dia tafiditra ao anatin’ny asan’ireo mpilatsaka an-tsitrapo ireo ny fanabeazana sy fanentanana eny anivon’ny sekoly sy ny tobim- pahasalamana mba ho fisorohana ny aretina pesta. Araka ny voalaza dia vonona amin’ny fiatrehana ny aretina mandra-pahatongan’ny volana avrily, fotoana izay heverina ho vanim-potoana hifaranan’izany aretina izany tanteraka, ny mpiasan’ny fahasalamana any an-toerana.

Lucien R.

Ino Vaovao0 partages

FIKAMBANANA JAJA : Tonga nanolotra fanampiana ho an’ireo zaza kambana telo mianadahy

Iray tamin’izany ny "Jaja groupe" na fikambanana ara-tsosialy Jaja eto Mahajanga, ka solon-drompatsa, izany hoe lelavola niampy ireo kojakoja madinidinika hitaizana ireto zaza ireto no natolony ho an’ireo fianakaviana miahy ny zaza kambana telo ireto. Ary tsy nianona tamin’izay ny filohan’ity fikambanana ity fa nanolotra ny anjaran’ireo kambana telo hafa ihany koa izay samy mbola tazomina ao amin’ny Cme na Centre mère et enfant ao amin’ny hopitaly PeZaGa Androva ny fikambanana mpanao asa soa eto Mahajanga ity. 

Misandrahaka amin’ny lafiny sosialim-bahoaka maro loko izany ny fikambanana, satria andro vitsy lasa izay no nanombohana dia ny fitaizana ny tanora amin’ny alalan’ny fanatanjahantena lalao baolina kitra.

Izay Entina manabevoho ny fitaizana ireto tanora manerana ny fokontany 26 misy eto Mahajanga ka any amin’ny kianjan’Amborovy iny no nanaovana ny fifanintsanana, raha ao amin’ny kianjan’Alexandre Rabemananjara kosa no hanaovana ny lalao famaranana izay hanoloran’ity "Jaja groupe "ity ny omby mifahy iray ho an’izay tompondaka. Miantso ny rehetra anefa ity filohan’ny fikambanana iray ity mba hifanome tanana tahaka ny ataony amin’izao maitso ahitra izao, hitsinjovana ny vodiandro merika amin’ny maha samy malagasy. 

INVMGA.

Orange Madagascar0 partages

Le plan de transformation d’Air Madagascar démarre officiellement

Hier 30 novembre 2017, le « Closing » entre Air Madagascar et Air Austral a été effectué. En effet, le ministre des Finances et du Budget, le ministre des Transports et de la Météorologie, Beboarimisa Ralava ainsi que le Président Directeur général d’Air Austral et le Directeur Général d’Air Madagascar ont signé l’acte de cession.

Cette signature marque l’aboutissement d’un processus long et complexe, initié et soutenu par la Banque Mondiale et le franchissement d’une étape fondamentale pour le développement mutuel des deux compagnies.

Air Austral officialise désormais sa prise de participation au capital d’Air Madagascar en tant que partenaire stratégique, tandis que la compagnie nationale malgache peut démarrer officiellement son plan de transformation. Après la signature officielle de l’accord de partenariat stratégique le 9 Octobre dernier, les deux parties confirment aujourd’hui le partenariat qui les lie et officialisent les modalités pratiques d’entrée de la compagnie Air Austral dans le capital d’Air Madagascar. Les objectifs affichés sont clairs : redresser d’abord la compagnie nationale malgache avant de la conduire sur le chemin d’un nouveau développement durable.

Le Ministre des et du Budget, Vonintsalama Sehenosoa Andriambololona, a tenu à féliciter les deux compagnies aériennes pour avoir abouti à la finalisation de l’accord de partenariat. Par ailleurs elle a rappelé que l’Etat va se désengager entièrement de Air Madagascar à partir de 2018 en termes de subventions diverses. Grâce à ce nouveau partenariat, le redressement de la compagnie Air Madagascar sera assuré par une gestion performante.

Le ministre des Transports et de la Météorologie, Beboarimisa Ralava, quant à lui a expliqué que la situation îlienne de la Grande île fait que le transport aérien est vital et incontournable. Le secteur contribue directement au tourisme et aux autres activités économiques. Il a également ajouté qu’à travers ce partenariat stratégique, la compagnie malgache affirme son ambition de redevenir une compagnie rentable et durable.

Le partenariat établit les axes de transformation sur 10 ans et sera exécuté en deux phases. En premier, le redressement et le rétablissement des fondamentaux déployée sur 3 ans et ensuite, la phase de croissance, qui inclus le développement de la flotte et l’ouverture des nouvelles lignes. La transformation est assurément en marche. L’Etat Malgache continuera d’être actionnaire majoritaire avec 51% et nommera un Président du Conseil d’Administration. Air Austral deviendra deuxième actionnaire avec 49% de la compagnie malgache.

Tia Tanindranaza0 partages

BNI MadagascarTelo ireo tsara vintana notolorany loka tamin’ny SIH

Fahombiazana tanteraka no azon’ny banky BNI Madagascar nandritra ilay lalao tombola nokarakarainy tany amin’ny Salon International de l’Habitat teny Tanjombato, ny herinandro teo.

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fitotongan’ny AriaryHampidangana ny vidim-piainana

Miara-mahita isika fa mihena ny sandan’ny ariary eo amin’ny tsena ara-bola.

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Vehivavy sy ankizy iharan’ny herisetraAmbony ny taha eto Madagasikara

Nosokafana tamin’ny fomba ofisialy omaly alakamisy 30 novambra, ho an’i Madagasikara, tetsy Besarety ny fiantombohan’ny hetsika antsoina hoe “Thursday in black”

na alakamisy mainty izay hetsika am-pilaminana natao hiadiana amin’ny herisetra, indrindra, izay mianjady amin’ny vehivavy sy ny ankizy. Ambony izay taha izay ho antsika Malagasy, raha ny fanazavana, satria raha 1 amin’ny 3 ireo vehivavy sy ankizy iharan’ny herisetra manerantany dia 7 amin’ny 10, izany hoe mihoatra ny 60%, eto amintsika. Ny rafitra C for C sy ny Madagascar Save, tohanan’ny vondrona eoropeanina no mitarika ny hetsika manomboka eto. Mba ho fiaraha-miory sy fanoherana ny herisetra dia nentanina hanao akanjo mainty avokoa isak’alakamisy ireo izay resy lahatra fa mankaleo ny herisetra ary tsy mety amin’ny fiarahamonina. Nosafidiana hanokafana ny ady kosa ny tetsy Besarety entina ilazana fa tsy ilana fireharehana sy sehoseho akory ny ady amin’ny herisetra fa mila vokatra hamongotra izany hatreny ifotony. Ny teny anglisy, izay fampiasa amin’ny sehatra iraisam-pirenena no nampiasaina satria izao tontolo izao mihitsy no mila sitranina.

J. Mirija

Tia Tanindranaza0 partages

Ady amin’ny pestaNanome 2 tapitrisa dolara ny Amerikanina

Nambaran’ny ambasadaoro amerikanina Robert T. Yamate omaly ny fanomezan’ny tahirim-bola natokana ho an’ny hamehana ao amin’ny Sampandraharaha Amerikanina ho an'ny Fampandrosoana Iraisam-pirenena (USAID),

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Raharaha Tora-bato ao BrickavilleVoasambotra ilay lehilahy, tafatsoaka ilay ramatoa

Tsy naharitra ela fa vao nahazo ny baiko tamin’ny prefen’i Toamasina Benandrasana Cyrille, taorian’ilay fivorian’ny OMC tampoka teto Toamasina ny alarobia antoandro teo, izay niarahan’ny polisy sy ny zandary ary ny miaramila,

 

Rakoutou

Tia Tanindranaza0 partages

Fanamboarana ny RN6 sy RN13Hanome 235 tapitrisa Euros ny Eoropeanina

Nivoitra tamin’ny fihaonan’ny Vondrona Eoropeanina sy ny fanjakana Malagasy nandritra ny fihaonana an-tampon’ny Vondrona Eoropeanina sy Afrikanina tany Abidjan Côte d’Ivoire tamin’ity herinandro ity ny fifanarahana ara-piaraha-miasa eo amin’’i Madagasikara sy ny vondrona Eoropeanina.

 

 

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Boriborintany fahateloNahazo fitaovana vaovao ny « salle de mariage »

Ho fanohizana ny fankalazana ny tsingerintaona fahatelopolo nisian’ny boriborintany fahatelo, dia mbola mitohy hatrany ny asa fanavaozana sy fanatsarana ny efitrano fisoratam-panambadiana.

Tia Tanindranaza0 partages

Fanavaoazana ny fitantanan-draharaham-panjakanaHampanarahana ny toetrandro amin’izay…

Nosokafana tamin’ny fomba ofisialy omaly zoma 30 novambra ny tetikasa « Fandaharan’asa mitondra fanavaozana ny fitantanana ny raharaham-panjakana mba hanaraka ny toetrandro sy manaraka fandrosoana » notarihin’ny praiminisitra, Mahafaly Solonandrasana Olivier,

 sady minisitry ny atitany sy ny fitsinjaram-pahefana. Tafiditra ao anatin’ny paik’adim-pirenena ho amin’ny fampandrosoana (Plan National de Développement) mahakasika ny fahaiza-mitantana ankapobeny ny firenena tan-dalàna sy ny fanapariaham-pahefana ny hetsika. Hotanterahina eo ambany fitantanan’ny tale jeneralin’ny fanavaozana ny raharaham-panjakana izy io. Kaominina ambanivohitra amina lafin-tany maromaro amin’ny faritra 6  eto Madagasikara no hisitraka fitaovana, toy ny fitehirizana angovo azo avy amin’ny herin’ny masoandro sy solosaina izay nozaraina omaly. Nandritra ny lanonana dia nomarihan’ny praiminisitra fa anisan’ny programan’ny governemanta ny fanavaozana ny ara-panjakana. Efa miditra amin’ny tontolon’ny fanatontoloana amin’izao ary efa miha-sarotiny ny vahoaka tokony hisitraka ny vokatry ny asam-panjakana, hoy izy. Notsipihiny fa nisantatra ny ezaka nataon’ny governemanta ny minisiteran’ny atitany sy ny fitsinjaram-pahefana amin’ny alalan’ny fanavaozana ny asam-panjakana. Raha miresaka ny eny anivon’ny kaominina dia fandraisan’anjara ahitana vokatra mba hahafahan’ny Ben’ny tanàna manova ny fiainan’ny mponina misitraka sy mandray anjara eny amin’ny kaominina no ilaina, hoy ny praiministra. Mikasika ireo mpiasa any amin’ny faritra kosa dia tokony homena fiofanana, fitaovana sahaza ny tompon’andraikitra eny anivon’ny lafin-tany sy ny fanapariaham-pahefana hahafahany mitondra ny traikefa eny anivon’ny kaominina. Resabe toy ny mahazatra sa mba hisy vokatra azo tsapain-tanana ?

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Sambo mpisitrika12 andro tsy hita popoka ny “San Juan”

Tsy mbola fantatra mihitsy hatramin’izao ny mety nitranga tamin’ilay sambo mpisitrika Argentin mitondra ny anarana hoe “San Juan” sy izay toerana mety misy azy,

 

Hihaona manokana amin’ny filoha Amerikanina teo aloha Barack Obama mandritra ny fiaraha-miasakafo antoandro ny filoha Frantsay Emmanuel Macron rahampitso sabotsy ho avy izao .Ho avy any Paris mantsy ingahy Obama fa hanao famelabelaran-kevitra manoloana olona 3000 ao anatin’ny tambajotra goavana momba ny indostria sy ny serasera

 

Nesorina tamin’ny toerany omaly alakamisy ny tale lefitry ny Bankin’ny Vatican Giulio Mattietti.Ny alatsinainy teo no efa tsy niasa intsony izy araka ny fanazavan’ny mpitondra tenin’ny Vatican, tsy nisy ny fanazavana fanampiny.Ny fantatra fotsiny dia miteraka fifandirana ny fanatsarana sy fanavaozana ny fomba fitantanam-bola eo anivon’ity Banky ity.

 

Miantso ny firenena rehetra hanapaka ny fifandraisana ara-diplaomatika sy ara-barotra amin’i Korea Avaratra taorian’ny andrana tifitra balafomanga farany natao indray i Etazonia ny alarobia teo tamin’ny alalan’ny masoivohony eo anivon’ny firenena mikambana Nikki Haley.Nisafidy ny herisetra i Korea Avaratra, koa raha mipoaka tokoa ny ady dia azo antoka fa potika ny fitondrana any i Korea Avaratra, hoy ity diplaomaty Amerikanina ity.Mbola nanamafy izany omaly ny filoha Donald Trump .

 

Nanome vola 1,4 miliara euros hanamboarana ny zotran-dalamby « Metro d’Abidjan » ny governemanta Frantsay araka ny fanambarana nataon’ny fiadidian’ny praiminisitra Ivoariana omaly. Mifanandrify amin’ny fitsidihan’i Emmanuel Macron any an-toerana ny fanombohan’ny asa.Mirefy 37,9 km ary mampitohy ny faritra avaratra sy atsimo ao Abidjan ity zotran-dalamby vaovao ity.

Tia Tanindranaza0 partages

Antsirabe renivohitraSesilany ny vaky trano isak'alina

Vao manomboka ny orana dia sesilany ny vaky trano sy fanafihana mitam-basy ao an-drenivohitra Antsirabe.

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Tarika Alalà avy any Angoulème FrantsaHanao fitetezam-paritra eto Madagasikara

Nambara tamin’ny fomba ofisialy tetsy amin’ny Kudeta etsy Anosy omaly alarobia 29 novambra, ny hanatanterahan’ny tarika Alalà avy any Angoulème, ahitana mpikambana marolafy 5 (Madagasikara, Frantsa, Colombie, Guinée) ao anatiny, fitetezam-paritra eto Madagasikara na

 

 “Madagascar tour 2017” hanomboka any Toliara amin’ny 2 desambra izao handalo ao Fianarantsoa ny 7 desambra 2017, ao Antsirabe ny 8 desambra ary hipaka eto Antananarivo amin’ny 13 desambra 2017. Tarika niforona tany Angoulème Frantsa tamin’ny taona 2013 ny Alalà ka mivohy ny mozika “Afro-folks” amin’ny ankapobeny. Ny mozika Malagasy misy tonony amin’ny teny Malagasy no ezahan-dry zareo hovoizina sy hampahafantarina mandritra izao fitetezam-paritra hataony izao. 3 mianadahy ry zareo no tonga hanatanteraka an’ity hetsika ity dia i Goul na Andriamihanta mpamoron-kira sy mpitendry gitara, i Alice Fearne sy Laurie Rakotomanga mpihira sady mively “percussions”.

Tia Tanindranaza0 partages

Kintan’ny Fanatanjahantena Malagasy

Kira Michel na i Me KiraOlomanga tsy navela nilalao tany ivelany

 

DISO FANANTENANA

 

Tia Tanindranaza0 partages

Taranja rugby à XV MalagasyMiantso fitoniana i Zoky Fidy Bemasoandro

Miantso fampihavanana eo amin’ny olana misy eo amin’ny tontolon’ny baolina lavalava eto amintsika i Zoky Fidy, mpitantana nandritry ny 23 taona tao amin’ny fileovana Bemasoadro.

 

Tia Tanindranaza0 partages

TIM fototra Boriboriintany INandray ny toromarika avy amin’ny filohan’ny TIM koa

Nandray ny toromarika avy amin’ny filoha nasionalin’ny antoko Tiako i Madagasikara, Marc Ravalomanana, ny tokony hijerena ny lisi-pifidianana eny anivon’ny fokontany misy azy koa ireo mpikambana fototra TIM ao amin’ny boriborintany I nanatanteraka

La Vérité0 partages

Football - Elections ligues régionales - 9 candidatures sur 63 rejetées

La course à la présidence des ligues régionales est désormais ouverte. Le ton a été donné hier par la commission électorale nationale (Cen) qui, après les vérifications d’usage des dossiers, a sorti la liste des candidats admis à concourir à cette compétition quadriennale du monde footballistique malagasy.

 

Les 72 dossiers de candidatures reçues passées à la loupe, la Cen en a rejeté 9 à l’issue des consultations. Parmi les candidats recalés à cette exercice, le président en exercice de la ligue Atsimo Andrefana, Raherisoa , dont le dossier a été jugé irrecevable. Selon le procès-verbal de la Cen, la candidature a été déposée hors délai tout comme celle des deux autres candidats en l’occurrence Ramboasolo Rivomanana pour la ligue Analamanga et Rajesearison Arsène (Vatovavy Fitovinany). A part ce motif invoqué, le rejet des autres candidatures a été motivé par diverses raisons dont dossier incomplet, dépôt non conforme ou manque d’attestation d’activités dans le football. Les recalés ont tout de même la faculté de faire appel à la décision de la Cen.

En dépit de ces rejets, des ligues se retrouvent avec une pléiade de candidats en lice à l’instar de celle de Boeny et de Vakinankaratra (6) contre cinq pour Amoron’i Mania et quatre pour Atsinanana.Certaines ligues se retrouvent avec un candidat unique pour la présidence à l’instar de Betsiboka, de la Haute Matsiatra, de l’Itasy, de Sofia et de Vatovavy Fitovinany.

Sur les 22 présidents en exercice, 15 figurent sur la grille de départ pour leur propre succession. A noter que les élections régionales se tiendront dans chaque chef-lieu le 15 décembre prochain. C’est la dernière étape du processus avant l’élection finale du comité exécutif de la fédération nationale prévue au mois de mars 2018.

Rata

La Vérité0 partages

Développement économique - Responsabilisation importante des étudiants

 

Actuellement, la situation économique de Madagascar ne cesse de régresser. Elle se démarque par l’augmentation du coût de la vie d’où l’inflation. Des spécialistes dans ce domaine se réunissent jour et nuit pour étudier l’éventualité d’une solution. Pourtant, cela ne constitue qu’une infime partie des efforts qui devraient être déployés.  C’est ainsi que les jeunes étudiants auprès des universités publiques et privées  sont mobilisés à réagir et apporter leur contribution pour relancer l’économie à Madagscar.

En tant qu’universitaires, ils sont les mieux placés à comprendre le problème économique rencontré dans la Grande île. De ce fait, leurs avis peuvent contribuer à l’essor du pays. Pour ce faire, une conférence a été donnée aux étudiants de l’université Aceem jeudi dernier. Cette activité a vu la participation d’une majorité d’étudiants conscients des enjeux économiques. Ainsi,  à travers cette rencontre et échange avec les spécialistes, ils ont pu acquérir des contenus susceptibles d’amener vers une amélioration. En outre, il s’agit d’une occasion  qui a permis  aux membres du Cercle de Réflexion des Economistes à Madagascar (Crem) d’exposer l’évaluation de la politique  monétaire de la banque centrale  de Madagascar. « Les informations qui ont été évoquées vont servir de contenu aux  documents de mémoire », a fait savoir Andriamiharivolamena Zavamanitra du Département Economie et Développement de cette université et membre du Crem.  D’après ses explications, cette conférence les aidera également dans la rédaction de leur livre de mémoire et le rapport de fin d’année.  Il est à noter que la Banque centrale par le biais du gouverneur général a déjà tenu une présentation devant ces mêmes étudiants.  Cette initiative entre, toujours, dans le cadre du système éducatif de cette université.

Kanto R.

 

La Vérité0 partages

DHL-Karenjy - Mazana II au service des actions sociales

Un partenariat sur le long terme. Les entreprises occupent une place majeure dans le développement de la société. Et cette place se traduit par la Rse ou encore Responsabilité sociale des entreprises. En tant qu’entreprise responsable, la DHL tient à accompagner la société malgache. C’est dans cette optique donc qu’elle a acquis Mazana II, la voiture « Made in Madagascar », afin de la mettre au service de ses actions sociales. Effectivement, ce véhicule sera mis à la disposition des représentants et  responsables de DHL Madagascar effectuant les actions Rse  en faveur de la Plateforme humanitaire du secteur privé, de Sos Village d’enfants ou encore du Bureau national de gestion des risques et des catastrophes.

La réception officielle du véhicule a été faite hier, dans les locaux de DHL, à Ivandry. Il faut rappeler que Mazana II est une gamme de la marque Karenjy, réalisée par le constructeur automobile malgache, Soatao, une branche du Relais Madagascar, basé à Fianarantsoa. Mazana II est donc à la fois simple, robuste mais également économique. Et peut supporter jusqu’à plus de 850 kg de charge utile. D’après les deux entités, « cette dotation est le début d’une longue collaboration entre les deux parties », surtout que DHL a déjà fait plus de 10 acquisitions mais c’est la toute première voiture DHL.   

  Rova R.

La Vérité0 partages

Madagascar - Voyage dans le temps à travers les rumeurs !

Le Malagasy, un être trop sensible aux rumeurs. Telle est la conclusion qui vient à l’esprit après les épisodes mouvementés de ces dernières semaines concernant l’existence hypothétique d’une équipe sanitaire qui forçait les enfants à se faire vacciner contre la peste. Une rumeur qui a semé un vent de panique dans la Capitale jusque dans les régions et ayant même failli provoquer des pertes en vie humaine. Pour comprendre ce comportement de panique vis-à-vis des rumeurs, il faut savoir que les « tsaho » et les  « honohono »  font partie du vocabulaire malagasy depuis belle lurette. Du fameux « Lapaika » à Mahamasina dans les années 70, au « Mpaka fo » de Miarinarivo, en passant par la légende du satanisme et le chiffre 666, sans oublier l’empoisonnement présumé du lac de Mandroseza dans les années 90 et 2000, voici donc un bref voyage dans le temps à travers les rumeurs qui ont marqué l’histoire à Madagascar !  

 

Mahamasina

Lapaika, un monstre aux yeux des jeunes garçons

Nous étions au milieu d’une belle fin de matinée ensoleillée de 1980 ! « Va t’échapper et fuis tout de suite car voilà  Lapaika, le pédéraste !  Fais gaffe, et qu’il ne te voie pas car il va te violer et te faire mal s’il t’attrape.   Alors cours, cours ! », lance un groupe de jeunes à l’endroit d’un gosse, élève de 6e à La Sainte-Famille et qui était alors si effrayé qu’il se sentait comme pousser des ailes pour courir. Sur le trottoir d’en face justement, un homme un peu râblé et chaussé d’une sorte de brodequins,  leur tourna le dos. Il ne les voyait pas car  le soi-disant violeur se tenait devant un petit portail d’accès au stade de Mahamasina.   Il était en train d’attendre pour qu’on l’ouvre de l’intérieur. Tout cela alors a encore accentué la peur  chez le  petit élève de 6e du collège Sainte-Famille de ce quartier. Cette anecdote n’en est qu’une parmi tant d’autres encore à propos justement des soi-disant agissements malveillants de l’impitoyable et brutal violeur pédéraste connu sous l’appellation de « Dadapaikampanelaka», et qui a tant fait jaser l’opinion à l’époque des années ’60- ’70 et même jusqu’en début de 1980 dans tout le secteur du stade de Mahamasina. Au final, tout cela n’était bien sûr qu’une rumeur, et Lapaika n’était qu’un nom mythique, exactement comme les « mpaka rà » ou autres « mpaka fo ». Un mythe destiné à faire peur aux petits pour qu’ils ne traînent pas trop sur les lieux après les séances obligatoires de gymnastique scolaire. A preuve, Lapaika n’a jamais été convenablement identifié, ni attrapé. Toujours dans le flou de l’histoire, certains ont même avancé qu’il n’y avait pas un,  mais plutôt deux Lapaika pour violer leur victime ! Le côté ridicule de la rumeur a vraiment atteint son summum à l’époque puisque tout individu adulte de sexe masculin qui était aperçu en train d’errer ou se tenir seul dans la zone du stade de Mahamasina, était désigné à tort comme tel….

F.R.

Miarinarivo

L’arracheur de cœur au Land Rover

Tous ceux qui vivaient dans la Région Itasy, dans la partie Ouest de la Capitale malgache, ont entendu parler de cette histoire, celle de l'homme au Land Rover qui  arrachait les cœurs.  Tout le monde la  raconte mais personne ne sait si elle est vraie ou fausse… « D’Analavory jusqu’à Tsiroanomandidy tous connaissaient ce vazaha mpaka fo », commente Liva R. qui avait vécu sa jeunesse dans cette partie de l’île. Pour rappel, cette légende urbaine  a commencé à circuler après le retour de l’indépendance de Madagascar dans les années 1960. A l’époque, un ressortissant étranger blanc s’installe dans la partie ouest de la capitale Antananarivo du côté de Miarinarivo. L’homme, qui n’avait visiblement pas de mauvaises intentions, terrifiait pourtant la population. Il existe beaucoup de variantes de cette histoire, mais le fond reste le même. Ce mythe raconte que cet homme enlevait ses victimes qu’il emmenait à bord de son tout terrain, un Land Rover, puis qu’il les tuait en leur arrachant le cœur. Liva R. se rappelle de cette histoire. « Nous habitions alors à Antanisoa dans la localité de Miarinarivo à quelques kilomètres d’Antananarivo vers l’Ouest. Le vazaha habitait à côté de l’école locale. On disait de lui qu’il était un « mpaka fo » littéralement un « arracheur de cœur. Je me souviens qu’à chaque fois que son Land Rover passait, tout le monde fuyait. Aussi bien les jeunes que les plus âgés prenaient leur jambe à leur cou », raconte-t-il. Cette légende du « vazaha mpaka fo » continua d’alimenter les conversations dans cette petite ville pendant longtemps après le départ du ressortissant étranger vers 1965. Y aurait-il un fond de vérité ? Jusqu’à aujourd’hui, il n’a pas été prouvé que ce vazaha, dont l’identité reste un mystère, ait été l’auteur d’un quelconque crime. « Avec le recul, je pense que ce vazaha s’accommodait de ces vilaines  rumeurs pour protéger sa propriété », commente notre interlocuteur.  

Recueillis par Lalaina Andriamampionona

La Vérité0 partages

Abcès crevé !

 Cible des tirs croisés, le régime Hvm de Hery Rajaonarimampianina se calfeutre dans son tour d’ivoire. La Communauté internationale n’a de cesse de l’interpeller. Les turpitudes, les bêtises et les bourdes se répètent et s’amplifient. La récente mise  en garde du Parlement européen illustre bien les préoccupations de nos partenaires techniques et financiers sur la déconfiture du contexte général qui prévaut dans le pays actuellement. A mesure que  les échéances de 2018 approchent, les pays amis  s’inquiètent. L’ambiance politique nuisible et  cacophonique embourbe le pays.

Les eurodéputés talonnent les tenants du régime de créer toutes les opportunités capables d’assurer la sérénité des  scrutins de 2018. Sur le plan national, des voix venant de tous les horizons s’élèvent. Société civile, sensibilités politiques et instances dirigeantes de grandes confessions religieuses que compte le pays montent au créneau et fustigent, vertement, les détenteurs du pouvoir public. Tout le monde va droit au but et crève l’abcès. La Conférence des évêques de l’Eglise catholique et apostolique romaine (Ecar) de Madagascar dénonce, véhément, la situation catastrophique du pays. Les prélats, représentants légataires du  Vatican, tirent la sonnette d’alarme et chargent à boulets rouges les maîtres aux manettes du régime. Ils les tiennent responsables de la déliquescence des conditions de vie des citoyens.

Un peu plus haut, hiérarchiquement parlant, le Comité central (« Komity Foibe ») de la Confédération des Eglises chrétiennes de Madagascar, Ffkm en version malagasy, réuni à Antsirabe, le week-end dernier, prend la relève et n’a pas mâché ses mots pour interpeller nos dirigeants. La situation vécue au quotidien des Malagasy est, tout simplement, inacceptable. La chose sacrée, réduite en simples et vulgaires objets, perd son caractère digne et respectable. Les religieux massacrés, les églises saccagées et vidées, bref, le monde ecclésiastique subit les méfaits d’un banditisme aveugle. La corruption dont la force de frappe ne concède aucune limite atteint tous les secteurs de la vie publique. Les Forces de l’ordre et la Justice étant les plus touchées n’inspirent plus la confiance et le respect des contribuables. La population préfère traiter, elle-même, ses problèmes. Elle évite d’avoir affaire aux représentants de la loi. Les vindictes populaires ou les lynchages, signes apparents de l’absence d’un Etat de droit, prennent en charge le règlement des… comptes de tous les litiges au sein de la communauté. Cerise sur le gâteau, la culture du mensonge et de la démagogie s’enracine et efface tous les espoirs de voir un jour le pays s’en sortir. La Nation toute entière est prise en otage d’un régime aux abois. Le mal est tellement profond que les hommes d’Eglise parviennent à une conclusion qu’il faudrait mettre sur pied une aumônerie exclusivement réservée aux hauts responsables publics. Une assistance morale et spirituelle qui s’avère d’une utilité… 

publique et s’occupera de l’encadrement utile dans l’accomplissement de leur lourde et complexe   tâche. C’est une proposition très originale et bien nécessaire qui ne manquerait pas de provoquer la susceptibilité, sinon l’ire de nos aimables dirigeants. Les simples citoyens ont aussi leur part de vérité à crever. Les débats dans les salons, en cours de route sur les trottoirs, dans les « taxis-be » et à travers les émissions radiophoniques s’enflamment et  critiquent à tout-va le régime. Tellement l’abcès gagne trop de terrain, à travers le corps qu’il a fallu, à tout prix, le crever.

Ndrianaivo

La Vérité0 partages

Inflation - Les universitaires réagissent !

La pauvreté s’accentue dans le pays. Le pouvoir d’achat de la population malgache dégringole à travers les années. Il est passé de 440 USD en 1992 à 415 USD l’année dernière. C’est pour cette raison que les universitaires ont réagi hier, à l’Université d’Antananarivo.  D’après eux, c’en est assez, la population malgache ne peut plus en supporter davantage. Les étudiants et les enseignants issus de la filière économie de la Faculté Degs ont décidé de faire une manifestation afin de conscientiser les responsables étatiques mais également la population malgache de toute cette injustice qui s’abat sur le pays actuellement.

Effectivement, la situation économique de la Grande île, plus particulièrement de son peuple fait face à une instabilité étant donné qu’elle subit à une inflation incessante des prix. Par conséquent, la majorité des ménages n’arrivent plus à joindre les deux bouts et constatent que leurs revenus ne suffisent plus à subvenir à leurs besoins. De ce fait, la vie quotidienne de la population malgache se dégrade, ce qui finit par engendrer la dégradation de l’alimentation mais également l’augmentation de l’insécurité.  A travers cette manifestation, ils ont adressé une lettre ouverte à toute la population malgache dénonçant la situation actuelle à laquelle tout le pays doit faire face. Cette lettre remet en cause l’inflation permanente du prix de tous les produits nécessaires au quotidien et particulièrement le riz, composant principal de l’alimentation de la population malgache, qui atteint maintenant plus de 2 500 ariary le kilo  et le prix du carburant qui opère dans une perpétuelle à chaque mois. Il y a également les catastrophes naturelles qui ont traversé le pays et qui n’ont fait qu’aggraver la situation. Face à tout cela, les manifestants demandent aux entités concernées de prêter attention aux difficultés rencontrées par la population et d’essayer de proposer des solutions vraiment concrètes.

Propos recueillis par  Rova R.

La Vérité0 partages

Exploitation d’or - Les Chinois font la loi

Malgré les discours des dirigeants du pays, il semble que le phénomène de l’exploitation illicite de pierres précieuses ne soit pas près de s’arrêter. Les exploitations menées par des chinois, en particulier, ne cessent de défrayer la chronique. Des chinois exploitent depuis quatre mois environ le site aurifère de Bekabija dans le Fokontany Morarano, Commune Sarobaratra dans le District de Tsaratanàna, Région Betsiboka. Dotés d’engins et de matériels haut de gamme, ces ressortissants chinois extrairaient une dizaine de kilos par semaines des mines à ciel ouvert de ce site.

Une exploitation qui se ferait pourtant en toute illégalité, selon les témoignages de certains résidents locaux.  Un haut fonctionnaire de la localité qui  a requis l’anonymat affirme que ces Chinois bénéficieraient de la complicité  passive de certaines autorités locales, notamment d’un haut responsable des forces de  l’ordre et d’un administrateur civil. Les autorités locales  en question, selon d’autres sources, travailleraient de concert avec des gens très  haut placés de la Capitale  dans cette affaire d’exploitation aurifère illicite qui les  protégerait.  Pour étayer leurs dires, les sources indiquent que dernièrement une pompe à eau a été donnée à ces Chinois par une personnalité qui gravite dans les hautes sphères de l’Etat.  Notre source tient cependant à disculper le maire et le chef de District qui ne seraient pas favorables à l’installation de ces  Chinois. Pendant que  les Chinois et certaines autorités locales imposent la loi et se remplissent les poches, les habitants des  villages concernés assistent impuissants au pillage de leur contrée. D’autant que des éléments des forces d l’ordre se relaient sur place pour protéger les Chinois. Force est de se demander ce que fait le ministère auprès de la Présidence chargé des Mines et du Pétrole ? Le ministre en particulier semble montrer ses limites.   Le site aurifère de Bekabija Tsaratanàna est le symbole, d’une part, du désordre actuel qui règne dans ce secteur de l’orpaillage à Madagascar et d’autre part, de la mainmise des Chinois sur les exploitations d’or dans le pays. Cette localité n’est pas la seule à être dans cette situation car cela a déjà été aperçu dans plusieurs autres localités de la Grande île.  La société chinoise détentrice du permis d’exploiter fait sa loi sous la protection des forces de l’ordre. Malgré l’absence d’autorisation, les ressortissants chinois ont réussi à avoir le quitus de certaines autorités locales civiles et militaires pour exploiter un site. Dans d’autres cas, les Chinois sont en règle cependant l’exploitation ne profite qu’aux exploitants et à une certaine mesure aux hauts dirigeants. Les retombées sont quasi inexistantes pour la population locale. Ce sont pour ces raisons notamment que ces projets d’exploitation se heurtent à une forte résistance des résidents locaux.

Recueillis par A.R.

Madagascar Tribune0 partages

Convention de partenariat stratégique signée

La dernière étape dans l’association d’Air Madagascar et Air Austral vient d’être achevée avec la signature de la Convention de partenariat stratégique hier. Aboutissement d’un long processus depuis l’annonce de l’ouverture du capital de la compagnie aérienne nationale. Si au départ cette convention de partenariat ne devait être signée qu’après les dettes d’Air Madagascar totalement épongées, le partenaire stratégique Air Austral a décidé, selon son directeur général Marie Joseph Malé, de procéder à la signature. Pour montrer sans doute sa confiance envers l’Etat malagasy sur le paiement des dettes d’Air Madagascar. Ces dettes rappelons le s’élèvent à 303 milliards d’Ariary et doivent être payés d’ici la fin de l’année, le 31 décembre prochain. Selon le directeur général du Trésor Harivelo Andriamanga, il n’y aurait aucune inquiétude à avoir de ce côté. L’enveloppe ayant déjà été remis au Trésor public par le ministère des Finances et n’attendant plus que les responsables au sein de la compagnie aérienne nationale pour le paiement à ses créanciers. Le plan de transformation établie pour les deux partenaires pourra donc désormais être mis en œuvre conformément au business plan déjà établi par les deux entités. Le directeur général de la compagnie Air Austral a souligné pendant la signature de cette convention que trois ans seront nécessaires en ce qui concerne le redressement d’Air Madagascar. Mais que les perspectives sont immenses si l’on suit les trois axes établies par les deux compagnies à savoir une organisation pensée avec le personnel pour soutenir la transformation, un business plan solide et une gouvernance forte et transversale pour un partenariat réellement gagnant-gagnant.

L'express de Madagascar0 partages

Recouvrement d’avoirs illicites – « Confiscation avant jugement » des biens mal acquis

Le projet de loi sur le recouvrement d’avoirs illicites est en cours d’étude au Parlement. La principale innovation qu’il apporte concerne la possibilité de confiscation, avant jugement, des biens mal acquis.

Innovation. C’est ainsi qu’une source proche du dossier, qualifie l’une des armes apportées par le projet de loi sur le recouvrement et l’affectation d’avoirs illicites, dans la lutte contre la corruption et le blanchiment de capitaux.Selon la source, la principale innovation de ce projet de loi permet la confiscation, avant jugement, des biens mal acquis. Le texte définit la confiscation par la dépossession permanente de biens et avantages patrimoniaux prononcée par une juridiction de jugement, par suite ou sans condamnation pénale. Dans son explication, la source contactée ajoute que tout bien suspecté d’avoir été acquis de manière illicite peut être confisqué avant le jugement de son propriétaire.Le projet de loi dispose, en son article 38, qu’indépendamment d’une poursuite pénale, le ministère public peut demander au président du tribunal de première instance que soit confisqué en faveur de l’État tout bien qui, en tout ou en partie et même indirectement, découle ou a été utilisé dans l’exercice d’activités illicites (…). La disposition ajoute que la confiscation peut être faite sans qu’il ait besoin de démontrer que le bien provient d’une infraction constituée ou en est l’instrument ou qu’il y a eu condamnation pénale en relation avec l’infraction.Lorsque les activités illicites sont de nature à être qualifiées d’infractions économiques et financières de la compétence des Pôles anti-corruption (PAC), c’est le Parquet du PAC compétent qui fait la demande de confiscation à la chambre de saisie et de confiscation. Instituée par ce projet de loi, cette chambre sera chargée de l’exécution du recouvrement des avoirs illicites par la vente au profit de l’État, des biens mal acquis.Si l’accusé se trouve, cependant, lavé de toute charge par la Justice, l’individu aura à sa disposition, toutes les voies de recours pour amener l’État à lui restituer ses biens ou réparer à hauteur de leur valeur dans le cas où ils auraient déjà été mis en vente.

DissuasionCeci, sauf si les biens sont susceptibles de porter atteinte à l’ordre public, comme les armes. La source avisée souligne que le projet de loi sur le recouvrement des avoirs facilite la procédure de saisie et confiscation des biens mal acquis afin d’être dissuasive.Dans son exposé des motifs, le texte mise sur ce caractère dissuasif des dispositifs qu’il prévoit. Le projet de loi s’inscrit ainsi dans le renforcement de l’arsenal juridique et du dispositif institutionnel contre la corruption et les infractions assimilées telles que le blanchiment des capitaux. (…) L’approche consiste à frapper le centre névralgique de l’activité criminelle pour que celle-ci soit économiquement et financièrement moins rentable.L’exposé des motifs du projet de loi sur le recouvrement et l’affectation d’avoirs illicites estime que la répression pénale classique, qui concentre les efforts de poursuite sur la personne du délinquant et du criminel, a montré ses limites face à l’évolution de la criminalité économique et financière. Que la démarche classique n’arrive que rarement à inquiéter les bénéficiaires ultimes des activités illicites et laisse les avoirs illicites hors de portée des autorités de la justice pénale.Le projet de loi sur le recouvrement des biens mal acquis instituant, notamment, la chambre de saisie et de confiscation devra compléter le dispositif de renforcement de la lutte contre la corruption et la délinquance économique inscrite dans stratégie de lutte contre la corruption (SLCC). La confiscation avant jugement, quant à elle, vient combler une lacune qui a fait que la lutte contre les délinquants financiers et autres trafiquants à Mada­gascar, a été relativement amorphe, contrairement à ce qui se passe dans d’au­tres pays. Il faudra, cependant, encore convaincre les parlementaires de l’adopter.

Garry Fabrice Ranaivoson

L'express de Madagascar0 partages

Santé – Fin de financement pour des CSB

Le Programme d’Appui aux Services Sociaux de Base, volet santé, prend fin en décembre. 

Quarante-trois centres de santé de base (CSB) sont encore fermés selon Joséa Ratsirarson, secrétaire général du ministère de la Santé. « Ils sont essentiellement situés dans des zones d’insécurité et enclavées », précise ce haut responsable du ministère, joint au téléphone hier. C’est là l’un des dommages collatéraux de la crise sociopolitique de 2009 qui a vu les capacités institutionnelles du ministère de la Santé se détériorer considérablement. À l’époque, cite de mémoire le docteur Joséa Ratsirarson, plus d’une centaine de CSB ont dû être fermés, faute de financement.C’est ainsi qu’est intervenu le Programme d’Appui aux Services Sociaux de Base ou Passoba, en septembre 2012, pour une durée de cinq ans. Un financement de trente-deux millions d’euros, injectés par l’Union européenne et mis en œuvre dans son volet Santé par l’Unicef, l’organisme des Nations unies œuvrant pour l’enfance.Ce projet qui prend fin en ce mois de décembre, a été une véritable bouffée d’oxygène pour des CSB exsangues. Soixante-treize CSB ont été réouverts grâce au projet, indique l’Unicef. Près d’un millier d’entre eux, identifiés dans neuf régions du pays, ont pu sortir la tête hors de l’eau. « La qualité des prestations s’est vraiment améliorée », a constaté Honoré Razafimahafaly, médecin chef du centre de santé de base niveau 2 ( CSB2) de la commune d’Antanimieva, dans le district de Morombe, dans la région Sud-Ouest.

SacerdoceLe centre de santé qu’il dirige, réhabilité en 2015, a  rendu possible le recrutement par l’État malgache, en 2016, d’une sage femme contractuelle, financée par le projet. Mais surtout « Les gens viennent se soigner », tient-il à souligner. De 48,1% en 2014, le taux d’accouchement est passé à 62,68 % en 2017. « Nous avons distribué des kits d’accouchement aux mères. Cela a contribué à les motiver », explique le docteur Razafimahafaly.Comment voit-il l’après Passoba ? « La médecine est un sacerdoce. Le CSB 2 d’Antani-mieva était déjà là avant le Passoba, il sera toujours là après le projet », répond Honoré Razafimahafaly. Le secrétaire général du ministère est plus précis. « Le projet Passoba se termine mais le programme communautaire du ministère de la santé continue. Les agents communautaires continueront à mobiliser la population et à les encourager à approcher les centres de santé ». Et Joséa Ratsirarson d’annoncer déjà le démarrage d’un programme financé par la Banque mondiale, avec la contribution de l’organisation non gouvernementale Gavi, à partir de mars ou avril 2018. Il contribuera au recrutement du personnel de la santé.À Antanimieva, petite commune de douze mille âmes, située à 154 kilomètres du premier service de district de santé public (SDSP), pour sauver une vie en danger, les familles doivent louer eux-mêmes une voiture pour transférer à Tuléar leur malade qui nécessite des soins plus poussés. Le CSB 2 d’Antani-mieva dispose d’un personnel se résumant à un médecin, un paramédical, une infirmière bénévole et une femme de ménage. Seuls les soinsprimaires peuvent y être dispensés.

Rondro Ramamonjisoa

L'express de Madagascar0 partages

Viols à La Réunion – Quinze ans fermes pour un prêtre

David Ramara, un prêtre tamoul malgache a écopé de quinze ans de prison aux Assises réunionnaises, hier.  

Du grain à moudre pour David Ramara, un prêtre tamoul malgache. Jugé pour abus sexuels contre deux adolescentes, l’accusé, âgé de quarante-quatre ans, a écopé de quinze ans de réclusion criminelle à l’issue de son deuxième jour de procès à la Cour d’assises de Saint Denis à la Réunion, hier.Les actes que la Justice lui reproche sont survenus entre 2012 et 2014. Comptant sur un acquittement incertain, David Ramara a clamé son innocence avec froideur. Lors de l’audience, il a dénoncé un complot contre sa personne, et s’est barricadé derrière de prétendues générosités et bienveillance à l’endroit des plaignantes et de leurs familles.Le cours de l’audience n’a toutefois pas tourné en sa faveur lorsque le président de la Cour d’Assises, Michel Carrue, a crevé l’abcès en passant au crible un procès verbal versé mardi dans le dossier, dans lequel une ex-concubine du prêtre malgache l’accuse d’avoir levé la main sur elle alors qu’elle venait récupérer des affaires chez lui. Ne s’étant pas arrêté là, David Ramara aurait ensuite cherché à fuir les gendarmes au volant de sa voiture, avec son ex, séquestrée à bord.Le prêtre aurait manqué de peu de provoquer un accident de la circulation alors que son permis de conduire a été retiré depuis 2004, suite à un accident mortel de la circulation, engageant sa responsabilité. Sans sourciller, David Ramara a, toutefois, soutenu devant la Cour que ce ne seraient que de pures allégations, montées de surcroît de toutes pièces.Ayant comparu libre, l’accusé s’est, néanmoins, vu assigner un mandat de dépôt à la lumière de ces éléments nouveaux.

ConfusionLes avocats de la partie civile ont suscité l’émoi en relatant le calvaire des victimes. Des violées dont les familles n’ont pu douter une seule fois de la bonté de ce prêtre, à tel point que le père d’une des adolescentes n’a pas cru sa fille jusqu’aux auditions avec la police. «Pardon, pardon», s’est culpabilisé le père de l’une des victimes tout en jetant un regard plein de remords sur sa fille.Clamant jusqu’au bout son innocence, David Ramara a semé la confusion pour tenter de  remettre en cause la crédibilité de son procès. «J’entends parler d’argent, on ne parle pas de viol, on parle de finances, d’escroquerie, de la religion malabar», a-t-il lancé. Tentant de redorer son blason, il a évoqué son dévouement à la religion, ayant grandi dans le catholicisme, avant qu’il ne se reconvertisse à l’Islam.Bien que l’accusé ait tout nié en bloc, la procureure avait requis en son encontre douze ans de prison et dix ans de suivi socio-judiciaire assortis d’une peine de deux ans en cas de non-respect. Au final, il a écopé de quinze ans de prison ferme lorsque le verdict est tombé.

Recueilli par Andry Manase

L'express de Madagascar0 partages

Concours – La grande bataille des slameurs fait son retour

Le Slam National, événement phare pour tous les inconditionnels du slam de la Grande île, rempile dans la ville des Mille  avec une 8e édition de grande envergure.

C’est parti pour toute une semaine de festivités en ode à cette forme de poésie contemporaine qu’est le slam. Toujours aussi conviviale et affichant une fraternité exemplaire de la part de ses participants, la huitième édition du Slam National est fin prête pour émerveiller avec ses mots, ses vers et ses rimes à foison. Un festival à part entière, l’événement gagne une fois encore en envergure, grâce à une programmation riche en rencontres, en ateliers et en spectacles, le tout sur fond d’un tournoi fédérateur. Au total, ils sont une bonne vingtaine de slameurs, originaires des quatre coins de la Grande île, à se retrouver dans la capitale le temps de ce Slam National du 2 au 9 décembre.Outre Antananarivo, on retrouve pour le tournoi, les sélections de Toliara, Fianarantsoa, Mahajanga, Toamasina et Antsiranana, mais également celles de la ville d’Antsirabe et de Taolagnaro qui rejoignent l’aventure.

Pléiade d’invitésDe plus, le Slam National tient à confirmer son statut de festival international par le biais de ses prestigieux invités internationaux. Cette année, on retrouve ainsi l’Allemande Léonie Warnke, la Belge Nadine Baboy, la Comorienne Nounouria Tadjiri, la Gabonaise Nanda La Gaboma et le Suisse Narcisse qui officie également comme parrain du festival, cette année.  Ce sont tous des slameurs de renom et dont le talent transcende la scène artistique internationale.Gianni Andriarimino dit Dadilahy, président de Madagaslam, initiateur du festival affirme « Avec l’Institut français de Madagascar, co-organisateur de longue date du festival ainsi que nos innombrables partenaires, nous tenons à proposer tout ce qui enchanterait le public. D’autant plus que, pour cette édition, nous avons les meilleurs slameurs du pays dans la capitale ».

Le programme

L’ouverture officielle du festival aura lieu demain à16 heures à l’Institut français de Madagascar (IFM) Analakely. Le lendemain à 10 heures, des retrouvailles plus conviviales intitulées « Slam family », entre les participants, auront lieu à l’hôtel Tana-Jacaranda Antsahamanitra. Le 4 décembre, l’IFM Analakely accueille à 10 heures, un atelier d’écriture avec l’équipe de Madagaslam, suivi à 16 heures, d’une séance de coaching intitulé « Slam mastering » avec les invités internationaux. Le « Slam ONG » aura lieu le 5 décembre avec les jeunes mères précoces de l’ONG « Aina-Enfance et avenir ». S’ensuit à 16 heures, le premier tour éliminatoire du tournoi au Cercle Germano-Malgache. Le 6 décembre, le festival arpentera les rues de la ville des Mille avec « Slam en mouvement » qui débute à Ambohijatovo à 10 heures. Le7 décembre, la deuxième éliminatoire du tournoi aura lieu à 14 heures au Kudéta Carlton Anosy. Le lendemain, il rejoint le public universitaire pour le « Slam à l’U » à l’université d’Antananarivo. Le même jour à 16 heures, l’IFM accueille « Intersection », un grand spectacle poétique avec les invités internationaux. Le 9 décembre à l’IFM Analakely se tiendra la grande finale du tournoi Slam National, que ce soit en groupe ou en individuel.

Andry Patrick Rakotondrazaka

L'express de Madagascar0 partages

Handball - CCCOI – USBBRH prive THBC de demi-finale 

Le club champion en titre, Tana handball club, s’est incliné, hier, face à l’USBBRH de Maurice. Les Malgaches ne disputeront donc pas la phase finale. 

Pas de demi-finale pour THBC. Fin de parcours pour Tanà Handball Club, équipe championne en titre de la Coupe des clubs champions de l’océan Indien de handball.Le club quintuple cham­pion de Madagascar s’est incliné sur un score de 13 à 16 hier au gymnase de Phoe­nix à Maurice face à l’équipe hôte, l’Union sportive de Beau Bassin Rose Hill, lors de la sixième et dernière journée des éliminatoires de cette joute régionale. Pourtant, les Malgaches ont maîtrisé la situation en première période en menant au score 7 à 6.« L’organisation a tout fait pour nous éliminer. Elle a tout d’abord décidé de fixer la durée de match pour les dames à vingt minutes à deux reprises, règlement de la HBOI (Handball de l’océan Indien) selon elle, au lieu de trente minutes fois deux, règlement de la CAHB (Confé­dération Africaine de Handball) », raconte Lydia Ranivoa­rimanana, coach de THBC. « On nous a amputé Nosy, notre pièce maitresse lors de notre deuxième match contre PC Boueni en l’expulsant par un carton rouge », a-t-elle ajouté.« Le règlement nous permet d’aligner cette joueuse expulsée au prochain match après le paiement de la caution de 30 euros… On a payé la caution mais Nosy n’était toujours pas autorisée à jouer le match contre l’équipe mauricienne », explique le coach malgache. « D’ailleurs, les Mauriciennes n’ont marqué que quatre buts normaux. Mais plus d’une dizaine de buts a été marquée sur penalty », critique-t-elle sur l’arbitrage de la rencontre.

Domination réunionnaiseAprès cette élimination précoce, l’unique porte-fanion de la Grande île, qui n’est autre que le triple cham­pion de l’océan Indien, ne disputera donc pas les demi-finales À l’issue de la phase de poule, la formation malgache termine troisième avec une seule victoire et deux défaites. La Jeunesse sportive Bénédictine de la Réunion se trouve en pôle position et l’USBBRH de Maurice en deuxième position. En demi-finales, la JSB de la Réunion affrontera, ce vendredi, le HBC Combani de Mayotte et les Réunionnaises de la Case Cressonnière seront opposées à l’USBBRH.Chez les hommes, les demi-finales seront, d’une part, entre le Château Moran­ge de la Réunion, premier du groupe A et AJH Tsim­koura de Mayotte, deuxième du groupe B. Et d’autre part, le duel opposera l’Association sportive handball Tamponais de la Réunion, leader du groupe A et l‘US Beau bassin Rose Hill, dauphine de la poule B. Quatre équipes réunionnaises dont deux masculines et deux féminines, puis deux chacune pour l’île Maurice et Mayotte, sont encore en lice en phase finale.Pas de podium même donc pour le club triple champion de l’océan Indien (2012, 2105 et 2016). THBC disputera ce jour des matches de classement pour la quatrième à la huitième place.

Serge Rasanda

L'express de Madagascar0 partages

Mafilo 2017 – Présence des opérateurs en gemmologie 

La région Atsimo-Andrefana tient enfin son rendez-vous économique annuel par le biais de la première édition de la foire Mafilo. Les gemmologues ne voulaient pas être en reste.

Une belle réussite grâce au travail conjugué de la région et de la Chambre de commerce et d’industrie qui ont organisé, pour une  première attendue depuis longtemps une foire économique régionale dénommée Mafilo qui s’est déroulée àToliara, du 17 au 19 novembre.Cent vingt stands ont été installés pour recevoir quatre vingt opérateurs, des banques, des artisans, de nombreuses directions régionales (agriculture, pêche, culture, enseignement technique…), et certains bailleurs essentiels pour le développement de la région et de la ville (PIC et GIZ). Une première aussi avec quelques industries minières comme Toliara Sands pour les grandes mines, qui a remporté le prix du meilleur stand et meilleur exposant.La présence de gemmologistes installés dans le district d’Ihorombe a été aussi remarquée, avec comme chef de file la société Colorline, établie à Ilakaka depuis près de deux décennies et reconnue pour son rôle de promoteur de la pierre malgache.

Projets culturelsElle prévoit également des visites de son atelier de taille et de bijouterie. Son stand, illustré par de nombreux clichés sur le monde de la pierre, a vu la création de son association, le Comité de coordination du Capricorne dont l’objectif est la réalisation de projets à vocation culturelle et sociale, tels que la création d’une école aux méthodes d’enseignement innovantes de type Montessori ou la conception d’événements à vocation culturelle. Des photos d’inclusions en grand format mises en valeur par des cadres Zafimaniry ont détaillé les spécificités gemmologiques de la Grande ile, la valeur d’une pierre gemme étant déterminée par son origine géographique. La vocation civique de Colorline est celle d’un entrepreneuriat concerné par les nécessités de son environnement direct.Selon son gérant, Guillaume Soubira , la société a pour objectif d’ouvrir les portes d’un métier trop longtemps réputé hermétique afin de faire comprendre que cette activité peut être porteuse de développement dans les zones enclavées. En effet, 80% des « pierres de couleur » (grenat, béryl, saphir, spinelle, tourmaline…, excepté le diamant) dans le monde sont issues des activités artisanales, c’est-à-dire du travail manuel des populations locales. Guillaume Soubira  émet une suggestion : « Éviter une industrialisation trop grande dans le secteur des gemmes pour, au contraire, renforcer ces dynamiques locales est une clef pour le mieux-être de ces travailleurs locaux. C’est une des réalités qui contrecarrent nombre de clichés trop souvent véhiculés. »

Francis Ramanantsoa

L'express de Madagascar0 partages

Ilafy – La foudre cause  un incendie d’une usine de textile

La foudre a provoqué un incendie d’une usine de textile, sans faire de victime, hier à 16h 10 à Ilafy. La Société malgache de couvertures (SOMACOU) a été la proie des flammes. Aucun blessé ni perte en vie humaine ne sont à déplorer dans ce drame. Les dégâts matériels sont importants. Une partie de la toiture et des vêtements en cours de confection sont partis en fumée, selon les informations d’un contremaître des ouvriers données au compte-gouttes. Il pleuvait beaucoup lorsque les riverains surpris par une détonation pendant l’orage se sont aperçus que le panneau de distribution électrique était en feu. « La foudre s’est abattue sur ce dispositif. Une forte énergie est donc injectée dans la ligne électrique et a engendré une surtension finissant par un court-circuit », a indiqué le technicien de la Jirama qui s’est, dans la foulée, diligenté sur place pour mettre le secteur hors tension.La gendarmerie d’Anka­dikely Ilafy a appelé les sapeurs-pompiers. Arrivés à temps, ces derniers ont d’abord arrosé les dessous du toit à l’aide d’une lance de protection pour éviter la surchauffe. « La pluie est venue prêter main forte aux soldats du feu pour finir d’éteindre cet incendie », a raconté un ouvrier dans l’usine. Ses collègues et lui rugissants se sont bousculés en tous sens à cause de la panique.Les gendarmes ont évacué tous les travailleurs de leur poste. Fort heureusement, le compteur a automatiquement disjoncté lorsque la puissance est supérieure à celle souscrite, d’après les précisions de circonstance des forces de sécurité. L’extinction de l’incendie et l’opération de déblais ont duré trente minutes. « Le courant est  revenu le soir même », a-t-on appris.

Hajatiana Léonard 

L'express de Madagascar0 partages

Diana – L’inaccessibilité de la RN6 s’éternise

Cela va faire six jours que la RN 6 reliant Antsira­nana aux autres grandes villes comme Mahajanga ou Antananarivo a été coupée. Dimanche matin, le courant de l’eau sur la rivière de Mana­jeba a emporté la déviation installée, suite à la réhabilitation du pont de Mana­jeba à Marivorahona-Ambilobe. « L’eau de cette rivière est montée, suite à des précipitations successives. Cela a anéanti le remblai », explique Bien Aimé Raharimanana, directeur régional des Travaux publics (DRTP) à Diana, joint au téléphone, hier.Aucun véhicule ne pouvait traverser, depuis dimanche. Certains transporteurs sont bloqués sur place, en attente de la réouverture de la route, d’autres ont repris le chemin du retour. Les passagers qui sont vraiment pressés, optent pour le transbordement. Ce sont des canots qui assurent le transport des passagers et des bagages sur une distance de 80 mètres à peu près. Ils doivent payer plus, pour pouvoir passer de l’autre côté. « Nous avons maintenu notre tarif de transport pour cet axe. Par contre, les passagers doivent débourser environ 5 000 ariary pour leur transbordement », argumente Thierry, un transporteur de la zone nationale, axe Nord.Ce problème de circulation sur la RN 6 aurait eu des répercussions sur la consommation de la population à Antsiranana. L’arrivée des marchandises dans la ville serait en retard, certains commerçants auraient, en outre, augmenté le prix de leurs produits.Un pont « Bailey » y serait en cours d’installation pour résoudre au plus vite ce désagrément. La circulation devrait reprendre très prochainement. « Normalement, les travaux devront s’achever ce jour, mais cela dépend des détails techniques », renchérit Bien Aimé Raharimanana.

Miangaly Ralitera

L'express de Madagascar0 partages

Immatriculation permis et carte grise – Le dead-line à nouveau reporté

L’échéance du renouvellement des permis de conduire et des cartes grises en biométrique, prévue pour le 31 décembre, est reportée à une date ultérieure. 35% de ces documents administratifs ne seraient pas encore enregistrés dans le nouveau système des six centres d’immatri­culation (CIM) de Madagascar, actuellement.« Nous estimons que la plupart des propriétaires de ces documents non rénovés se trouvent dans les zones reculées. Le projet de rapprochement des services administratifs avec ces personnes n’a pas pu être effectué suite à l’épidémie de peste pulmonaire qui a sévi. Mais nous allons concrétiser cette mission, ultérieurement, pour que ces personnes ne soient plus obligées de se déplacer loin pour rénover leurs documents », explique Clarence Rabe, directeur de l’Administration du territoire au sein du ministère de l’Intérieur et de la décentralisation (MID), hier.

PénurieL’État a repoussé plusieurs fois cette date butoir : le 31 décembre 2016, puis le 31 mars 2017, ensuite le 31 décembre 2017. Le nouveau dead-line n’a pas encore été précisé, mais ceux qui ne l’ont pas fait devraient se dépêcher. « Nous n’avons pas encore déterminé une date, mais ce prolongement ne devrait pas trop s’étendre », enchaîne ce responsable du MID.Elle a, par ailleurs, annoncé que le problème d’imprimé ne devrait plus se reproduire. « La pénurie des imprimés, suite à une panne technique de la machine, est résolue. Désormais, ils seront livrés toutes les semaines », poursuit Clarence Rabe.Cette rupture de stocks d’imprimés aurait engendré le retard de la délivrance des permis de conduire et des cartes grises à Ambohidahy, auparavant. « Dès que ce problème est réglé, la délivrance d’un permis de conduire se fera en cinq jours », promet Charli Hyacinthe Rajaonarison, chef CIM à Antananarivo.

Miangaly Ralitera

L'express de Madagascar0 partages

Antananarivo – La circulation obstruée par  la pluie

Ces derniers jours où dame pluie fait le bonheur des paysans, les utilisateurs de véhicules circulant dans la ville d’Antananarivo ont été asphyxiés par  les embouteillages. La circulation a été bloquée un peu partout, hier, lorsque la pluie est tombée. Elle a réduit la visibilité chez certains chauffeurs. L’eau de pluie a, en outre, déjà envahi les chaussées, dans certains quartiers comme à Ambodin’ Isotry, Besarety, ou encore Andrefan’ Ambohijanahary.Si pour rejoindre Ambohimanarina, en partant d’Anosy, Malalatiana n’avait besoin que d’un peu moins d’une heure en temps normal, hier, elle a été bloquée pendant plus de 3 heures dans un transport en commun, sur la même distance. « J’ai quitté Anosy vers 15 heures, je suis encore coincée à Antanimena, en ce moment», raconte-t-elle, vers 17 heures 45. Les usagers de transport en commun rejoignant Ampasampito, en partance du centre ville, se plaignent également de ce problème.La saison des pluies ne fait que commencer. Elle s’annonce pluvieuse jusqu’à la fin de la saison, selon les prévisions de la direction générale de la Météorologie. À ce rythme, ces chaussées pourraient se transformer en de petites rivières. Le calvaire des automobilistes pourrait être pire si les autorités compétentes ne s’activent pas pour déboucher les canaux d’évacuation qui engendrent la montée des eaux sur les chaussées.

M. R.

L'express de Madagascar0 partages

Run Total Quartz – Défi et show mécanique au programme

The Final Round. Comme ingrédient du championnat, des courses de défi, show mécanique et diverses animations seront au programme de la sixième et dernière manche du cham­pionnat de Madagascar des runs.Cette manche finale sera organisée à la BATAC à Arivonimamo par le club Antananarivo Moto Auto (AMA), la troisième de la saison. Petit aperçu du déroulement de ce que l’organisateur va proposer aux férus de cette course de vitesse sur 400m, le coup d’envoi de l’essai libre sera lancé à 8 heures trente.Mais une heure avant, les engagés au championnat procéderont aux visites administrative et technique. Les manches qualificatives débuteront vers 9 heures. Chaque pilote aura droit à huit passages dont cinq obligatoires.« Le temps du meilleur passage de chaque pilote sera retenu et les huit meilleurs par catégorie seront qualifiés en phase finale, c’est-à-dire les quarts de finale dans la catégorie Prorun et celle Run », précise un responsable du club organisateur. En marge du sommet national, des courses open seront ouvertes au public ainsi que des diverses animations et démonstrations mécaniques.Et ce sera aussi une occasion pour le public de relever le défi face aux pilotes confirmés sur la piste où se déroule le championnat. Pour en revenir au sommet national, les champions sont déjà connus: Jean de Dieu Rafanomezantsoa, alias  Vazaha de Run Mada en Prorun et Jimmy Andriano­nenana du club AMA en Run. Par contre, les deuxièmes et troisièmes places seront encore à disputer.

S.R.

L'express de Madagascar0 partages

Lutte contre la peste – Une aide de deux millions de dollars des États-Unis

Une aide de deux mil­lions de dollars du gouvernement américain à travers l’Agence des États-Unis pour le développement international (Usaid) a été attribuée à Madagascar dans la lutte contre la peste, d’après la déclaration de Robert Yamate, ambassadeur américain à Madagascar. Au total, le gouvernement américain a alloué une aide de 3,5 millions de dollars à l’État malgache, depuis le début de la propagation de la peste. « Même si les cas de peste ont diminué, Madagascar entre dans une saison où différentes épidémies peuvent se propager très vite. Il est donc nécessaire de prévenir afin que l’épidémie de la peste ne revienne plus dans la capitale et ne se propage plus dans les régions et dans les foyers de peste où 66 % des Malgaches vivent actuellement », a t-on rapporté dans un communiqué.Cette somme d’argent est destinée au traitement des malades, à la diffusion des informations à la population, et à inciter la société civile dans tout Madagascar à participer activement à la lutte contre la peste. À travers cette aide, la surveillance des épidemies sera renforcée pour connaître en avance l’épidémie pour améliorer également les compétences des laboratoires et des dépistages. L’ambassadeur américain souligne également que la maîtrise de la peste est le fruit de la collaboration entre l’Usaid, les acteurs en développement et l’État malgache.

Mamisoa Antonia

L'express de Madagascar0 partages

Nouveauté – Mahaleo travaille  sur un nouveau disque

L’attente aura été longue. Vingt-cinq ans après leur dernier album, le groupe multi générationnel et emblématique Mahaleo a annoncé, hier, qu’il travaille actuellement sur un nouveau disque. Un album, déjà très attendu, qui contient vingt titres, toutes de nouvelles compositions pour couronner quarante-cinq ans d’une vie consacrée à la chanson et à la culture malgache.« Pour nous, ce sont quarante-cinq années de passion qui continuent. La musique, c’est un beau cadeau que la vie nous a donné. On est fiers de pouvoir dire que les familles, les jeunes, les couples… ont évolué avec nous, que notre musique a été chanté, écouté pendant les moments heureux ou plus tristes. Et notre grande récompense, c’est de pouvoir faire une différence dans leur vie par l’entremise d’une chanson », lance Bekoto.Sans donner plus de détails sur le contenu de ce nouveau disque, Dadah a mentionné que les textes seraient d’une profondeur de réflexion sur toutes les questions qui agitent la société, le monde et le for intérieur de l’individu. Chose inouïe chez ce grand groupe, c’est qu’il arrive à briser toutes les barrières et les frontières qui séparent les générations. Après plus de quarante ans de carrière, Mahaleo poursuit sa route à un rythme effréné. D’ailleurs, Mahaleo clôturera ce soir, ces quarante-cinq années de scène au Carlton Anosy, et ce dimanche après midi, au Palais de Sport Mahamasina.

Sitraka Rakotobe

L'express de Madagascar0 partages

Vaccination – Le taux de refus de l’anti-poliomyélite s’accroît

Méfiance. Le taux de couverture vaccinale anti-poliomyélite baisse au fur et à mesure des campagnes. Le taux de refus à la vaccination est passé de 6 %, lors de la 4e campagne, en 2015, à 39 % à la 10e campagne qui s’est tenue en avril, selon des données du ministère de la Santé publique. À la 8e et à la 9ecampagne, ce taux était respectivement de 25 % et 26 %. C’était au Café de la Gare à Soarano, hier, dans le cadre d’un petit déjeuner de presse sur la Semaine de la Santé de la mère et de l’enfant (SSME) prévue pour les 6, 7 et 8 décembre.Cette fois-ci, elle sera jumelée avec la 11e semaine de vaccination anti-poliomyélite chez les enfants de moins de 5 ans. Toamasina I, le Grand Tanà, Ambatondra-zaka, Antsiranana I, Mahajanga I, Maevatanana, Ambositra, Toliara sont les villes les plus concernées par ce faible taux de couverture vaccinale contre la poliomyélite. « Les rumeurs, les croyances, les craintes des effets secondaires », font partie des principales causes de l’accroissement de ce refus. En ces dernières campagnes, beaucoup de parents ont tenu à aviser les responsables de l’école de ne pas faire vacciner leurs enfants, au cas où des agents de santé passeraient,Le ministère de la Santé publique, pour y remédier, envisage de renforcer les portes à portes pour immuniser tous les enfants contre cette maladie paralysante. Des équipes de vaccination seront, par ailleurs, affectées dans les écoles, les marchés, les gares routières, et dans les zones à forte affluence, pour renforcer les interventions. Le ministère devrait, en outre, bien organisé sa campagne, pour qu’un enfant ne soit pas vacciné deux fois, pour que les cibles soient bien respectées. Des désorganisations ont engendré une certaine méfiance chez quelques parents, aux précédentes campagnes.La poliomyélite a touché onze enfants entre octobre 2014 et août 2015. Depuis l’apparition du premier cas, le ministère de la Santé publique, appuyé par ses partenaires, comme l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), le Fonds des Nations-Unies pour l’enfance (Unicef), travaillent conjointement pour éradiquer totalement cette maladie sur le territoire. Madagascar est à quelques pas de la certification de l’éradication de cette maladie. Mais il faudra que les enfants soient tous vaccinés pour que ce virus arrête définitivement de circuler. Un enfant non immunisé pourrait être exposé à ce virus handicapant.

Miangaly Ralitera

L'express de Madagascar0 partages

Maria Domingos Tembe – « Créer à travers la danse au delà d’un handicap »

La Mozambicaine affiche courage, passion et dévotion à travers la danse. Arrivée à Madagascar,  elle présente son art avec talent et sans aucun complexe.

Une rencontre qui surprend d’entrée par la particularité de l’artiste au talent et à l’identité artistique unique en son genre. C’est notre sentiment en découvrant Maria Domigos Tembe, danseuse atypique, aussi créative qu’inspirante. La Mozambicaine est, à la fois, danseuse contemporaine et actrice. Elle s’affirme comme une artiste accomplie, dont le talent n’a rien à envier à ses pairs.Sur le continent africain et sur la scène internationale en général, Maria Domigos Tembe se démarque par une singularité, dont elle a fait sa plus grande force. Danseuse vivant avec un handicap, elle brille sur scène, ses deux pieds en moins. Surprenant ainsi les spectateurs par sa grâce et son aisance, elle enchaÎne à sa manière les pas de danse. Maria Domigos Tembe se plaÎt à faire le tour du globe pour véhiculer un message bien précis. « Les personnes en situation de handicap ne doivent pas être marginalisées. Ainsi en tant qu’artistes, nous nous devons de faire valoir nos talents au-delà de nos handicaps. Nous sommes tous égaux, les personnes en situation de handicap peuvent être tout aussi aptes que celles dites normales. L’art est l’un des domaines les plus appropriés qui nous permettent d’illustrer cette réalité », confie-t-elle.

Seule et unique danseuse en situation de handicap au Mozambique, Maria Domigos Tembe espère créer, l’année prochaine, un festival consacré à la danse où les personnes en situation de handicap comme elle, pourront se mettre en scène.

Son idéologie rejoint celle de la plateforme artistique « Kilokolo », initiée par la compagnie Lovatiana dans la Grande île. C’est un projet qui contribue à l’inclusion sociale des enfants en situation de handicap. La danseuse de renommée internationale est venue dans notre pays pour partager sa vision et sa passion de la danse contemporaine. Maria Domigos Tembe affirme que « c’est toujours un véritable plaisir et un honneur pour moi d’échanger avec des artistes d’horizons divers. Le fait est qu’il importe pour nous tous d’inspirer et de créer, à travers la danse, au-delà du handicap ». Icône de la danse à sa manière, elle est actuellement la seule et unique danseuse en situation de handicap au Mozambique.

Maria Domigos Tembe sur scène, en tenue de danseuse de ballet, dans le cadre de sa pièce chorégraphique « Solo for Maria ».

Artiste solidaire

C’est en 2006 que Maria Domigos Tembe a commencé à s’imprégner de l’univers de la danse en intégrant le projet (In)Dependance. Travaillant sur la même thématique de l’inclusion sociale des personnes en situation de handicap, elle a d’abord suivi deux ans de formation avant de monter sur scène. Par la suite, devenue une danseuse confirmée, elle intègre la compagnie CulturArte à Maputo. Sous la bienveillance du chorégraphe Panaibra Canda, elle ne cesse de se surpasser et de surprendre le public. « J’ai particulièrement reçu une formation en danse contemporaine avec le projet (In)Dependance et la compagnie CulturArte. Ce projet m’a surtout permis de faire plusieurs rencontres enrichissantes, notamment avec divers artistes internationaux, ce qui m’a donné l’opportunité d’avoir une plus grande ouverture sur la scène internationale », souligne-t-elle. Dans la Grande île pour les deux prochaines semaines, Maria Domigos Tembe, accompagnée de la chorégraphe Lovatiana Rakotobe, ira à la rencontre de l’Association des femmes handicapées de Madagascar (AFHAM) avec qui elle tiendra des ateliers de danse  inédits, prônant ainsi la solidarité des femmes en situation de handicap à travers l’art et la danse. Une restitution aura lieu au Tokontany Be Manjaka à Ankadikely-Ilafy, ce 5 décembre.

Maria Domigos Tembe, aux côtés de danseurs malgaches de tous âges et de tous horizons, lors de son premier atelier à Madagascar qui s’est tenu au Tahala Rarihasina à Analakely,.

Un style unique

Sur scène, Maria Domigos Tembe s’approprie l’espace comme toute danseuse contemporaine de son envergure. D’une manière plus poétique, elle joue souvent sur le silence, mais également sur une mise en scène bien à elle. Vu d’une certaine perspective, elle arrive même à captiver les spectateurs qui en arrivent à oublier pour un instant, son handicap. Parfois rapides, quelquefois douces, mais toujours pleines d’énergie, ses chorégraphies subjuguent et transcendent. Retranscrivant sur scène son courage et sa volonté de promouvoir une image solidaire et fédératrice de la danse contemporaine à travers son handicap, Maria Domigos Tembe est un modèle à suivre pour les artistes malgaches dans la même situation qu’elle.

Textes : Andry Patrick RakotondrazakaPhotos Fournies

 

L'express de Madagascar0 partages

Tsaratanàna – Trente bandits frappent  en pleine ville

Terreur dans le chef-lieu de district de Tsaratanàna. Avant-hier soir, aux alentours de 19h 45, trente bandits munis de fusils de chasse ont fait parler d’eux. Les malfaiteurs ont fait irruption dans la ville pour braquer un collecteur, également propriétaire d’un bistrot et d’une épicerie. Une somme s’élevant à quatre millions d’ariary ainsi que des marchandises de commerce ont été dérobés selon les informations recueillies auprès de la gendarmerie nationale. D’après cette même source, les malfaiteurs ont également fusillé un individu qu’ils ont croisé dans la rue. Celui-ci se trouve dans un état préoccupant.Les trente bandits ne sont pas restés longtemps sur les lieux du crime. Sitôt le butin entre leurs mains, ils ont décampé.Les brigands se sont déjà fait la malle lorsque les forces de police ainsi que celles de la gendarmerie ont débarqué.Hier, l’organe mixte de conception du district de Tsaratanàna a tenu une réunion d’urgence. Le couvre feu a été décidé et aucune circulation n’est permise entre 19h et 5 h du matin.

A.M.

L'express de Madagascar0 partages

Ivohitra – La capacité d’accueil du Lycée technique à augmenter

Avec le nombre toujours croissant des jeunes qui participent au concours d’entrée, les infrastructures existant au lycée technique et professionnel d’Ivohitra Antsirabe ne peuvent satisfaire qu’à une petite partie de la demande. Pour 2 400 candidats, il n’a pu accepter que 300 élèves pour cette année scolaire 2017-2018.« Nous ne disposons que de dix-neuf salles alors qu’on a vingt-quatre classes », constate le proviseur Julien Rakotomahefa.Malgré ce manque d’infrastructure, les responsables de cet établissement scolaire ne cessent d’améliorer la qualité des études et de restaurer la discipline. Grâce à cela, les résultats des examens officiels des huit spécialités existantes se sont améliorés durant les quatre dernières années. De 62% en 2014, le résultat  du bac au sein du lycée technique et professionnel d’Ivohitra est monté jusqu’à 90% lors de la dernière session.L’association des parents d’élèves a donc décidé de soutenir les responsables dans leurs efforts. Après la construction de salles de classe,d’une salle des professeurs ainsi que des toilettes et le logement pour le volontaire américain qui va y rester pendant deux ans pour enseigner l’anglais, elle a profité du passage du ministre de l’Emploi, de l’enseignement technique et de la formation professionnelle, Marie Lydia Raharimalala Toto, à l’occasion de la rentrée solennelle nationale organisée à Antsirabe, pour marquer le début de la célébration de cette 35è anniversaire du lycée technique en collaboration avec l’association des anciens élèves et du comité ad hoc.

Angola Ny Avo

L'express de Madagascar0 partages

Cinq rançonneurs écroués

Cinq individus incriminés pour enlèvement contre rançon dans une commune rurale à Malaimbandy ont été arrêtés, déférés et placés sous mandat de dépôt, hier. Le kidnapping a eu lieu la semaine dernière. L’otage a été libéré après le paiement d’une rançon. Une jeune femme complice a obtenu une liberté provisoire.

L'express de Madagascar0 partages

Fianarantsoa – L’agrobiodiversité au centre du Forum de la recherche

Après les deux étapes d’Antananarivo puis de Nosy Be, la dernière de la trilogie de la cinquième édition du Forum de la recherche a eu lieu à Fianarantsoa, au campus universitaire d’Andrainjato, les 29 et 30 novembre. Une centaine de chercheurs sont intervenus durant les deux jours pour exposer les résultats et les produits de leurs recherches. Plusieurs filières ont été étudiées sous divers angles, comme la riziculture, la viticulture, l’aviculture, la pisciculture, et la fruiticulture. La manifestation hautement scientifique a été coordonnée par le ministère de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique avec ses partenaires techniques, financiers et scientifiques, locaux comme étrangers, tels l’ambassade de France, IRD, Cirad, AUF…Madagascar étant reconnu par ses grandes ressources en biodiversité, l’objectif de la rencontre était  d’établir une autonomie, une gestion et une valorisation durable de l’agrobiodiversité. Comme les chercheurs ne sont pas des hommes d’affaires, le forum est conçu de manière à créer des liens et des réseaux qui favoriseront les contacts entre les chercheurs malgaches et les opérateurs économiques, et surtout de faire en sorte que les résultats des recherches aient des impacts directs sur le quotidien des Malgaches.Les interventions sont faites par communication affichée ou verbale. Un concours primera le meilleur chercheur de chaque catégorie et un ouvrage publiera tous les résultats des recherches.

Recueillis par Rafaralalao

L'express de Madagascar0 partages

Natation – Meeting de l’océan Indien – Dix sept nageurs de Saint-Michel à la...

Dernière sortie de l’année. Comme d’habitude, la fédération malgache de natation (FMN) reçoit l’invitation de la Réunion pour le Meeting de l’Océan Indien (MOI). Depuis des années, la FMN donne le feu vert aux clubs ayant les moyens de participer à ce rendez-vous international qui se tiendra cette fois du 28 au 30 décembre à Saint- Denis.Les compétitions se dérouleront à partir de cette édition sur un bassin de 50m car auparavant le Meeting s’est tenu sur le petit bassin de St Paul. La Grande île y sera représentée, en majorité, par les nageurs du club Saint Michel qui va aligner dix sept nageurs, dont neuf garçons et huit filles.Huit d’entre eux sont des habitués au MOI dont six garçons, en l’occurrence Johary Andriamanalina, spécialiste de la brasse, John Rakotomavo en quatre nages et brasse de longue distance, Stéphane Rakotomavo brassiste de vitesse, Francky Ramiakatrarivo spécialiste en dos et nage libre, le sprinter Dylan Ramiakatrarivo et Jonathan Rakotozafy en papillon, dos et nage libre. Chez les filles, deux ont déjà participé au MOI dont la recordwoman nationale, Muriel­le Rabarijaona et Sandratra Rakotorivelo spécialiste en nage libre. Murielle est la détentrice de quatre records en nage libre sur 200m, 400m, 800m et 1500m.D’autres jeunes nageuses intègrent la sélection, entre autres Johanna Rabary spécialiste en quatre nages, nage libre et dos, et trois au­tres poussines en l’occurrence Miotisoa Rakotoarivelo, Diavolana et Meva. Ce sera la sixième participation du club d’Amparibe.« Chaque nageur disputera deux à trois courses par jour durant ces trois journées», estime le coach Aimé Ranaivo.«Les nageurs ont entamé leur préparation depuis le mois d’octobre. L’entraî­nement sera plus intense pour les quinze derniers jours de phase de pré compétition », a confié le responsable technique du club. Lors de la précédente édition, le club St Michel a pu actualiser quatre records nationaux dont trois signés Mickaël Rasolonjatovo (100m dos, 200m dos, 100m NL) et le relais 4x50m quatre nages, ainsi que trois meilleures performances.«Notre objectif c’est d’amé­liorer les performances et battre des records nationaux », lance le coach Aimé Ranaivo. Ce Meeting est une occasion pour les nageurs de s’échanger avec des grands nageurs venant des États Unis, de Chine, d’Europe comme la France, Italie, Ukraine, Hongrie, Suède, et bien sur d’Afrique et de l’océan Indien comme l’Afrique du sud, les Seychelles, Maurice et la Réunion.Le club de Cosra Vakinan­karatra compte aussi aligner quatre nageurs au MOI. La délégation de Saint Michel partira le 22 décembre et sera de retour le 31 décembre.

S.R.

L'express de Madagascar0 partages

Deux hommes arrêtés avec 4kg de cannabis

Deux passagers d’un taxi-brousse vers Tsiroanomandidy ont été interpellés par la gendarmerie de Miarinarivo, mercredi matin. Douze paquets de cannabis, soit 4kg, ont été pris sur eux. Ils ont été placés en garde-à-vue pour enquête. La marchandise a été mandée depuis Betroka.

L'express de Madagascar0 partages

Trois quartiers principaux, trois catégories de commerçants

Nous terminons, cet extrait de l’étude de Faranirina V. Esoavelomandroso sur les commerçants malgaches naturalisés français de 1910 aux années 1930, par leur implantation géographique dans la capitale. D’emblée, elle indique que la répartition par quartier et, en fait, par type de commerce, diversifie mieux les commerçants naturalisés. « La localisation des maisons de commerce tenues par les Malgaches ayant acquis la citoyenneté, reflète l’organisation de la vie à Tananarive ».Mis à part les marchés hebdomadaires et les épiceries de proximité, ils se regroupent dans trois principaux quartiers, Antani­narenina, Analakely et Tsaralalàna. Le plus ancien est le centre d’Antaninarenina qui subit des changements à différentes reprises. Quartier réputé, il abrite les grandes maisons étrangères- Ulysse Gros, Darrieux, Bon Marché, Paoli, Frappart, Ottino, l’imprimerie Lavigne-, quelques magasins tenus par des Indiens, des ateliers de tailleurs et surtout, des boutiques appartenant à des Malgaches. Ces derniers sont surtout spécialisés dans les articles de luxe : chemiserie, tissus, dentelles, parapluies, papiers peints. Un seul négociant semble s’occuperd’import-export de produits locaux.« En fait, si l’on considère la taille des affaires ou les seuls revenus tirés du commerce, la plupart des commerçants malgaches du quartier ne semblent pas mieux placés que leurs collègues de la ville basse, avec des magasins souvent exigus vite encombrés ». Comme le secteur ne permet aucune extension de magasin, certains décident de suivre le « mouvement de descente des activités économiques » vers les pavillons d’Analakely, autour de la gare de Soarano et dans le quartier de Tsaralalana-Isotry. Géo Cassaigne, chargé de l’aménagement de la capitale, parle en 1918 « d’un exode des maisons de commerce et sièges de société qui se produit depuis plusieurs années vers la partie plane de la ville », pour justifier son projet de création d’un quartier des affaires près de la gare de Soarano.L’exode ne fait que s’accentuer et, en réalité, les commerçants malgaches naturalisés qui semblent faire preuve de dynamisme sont ceux d’Analakely et de Tsaralalàna-Isotry. Dans les pavillons d’Analakely, ils s’occupent de mercerie, de bonneterie, de vente de tissus, de parapluies : « Les revenus commerciaux restent comparables aux salaires des fonctionnaires moyens (instituteurs…), mais les affaires tournent, l’ascension sociale peut être rapide. »Quelques gros négociants sont à la tête de véritables sociétés, mais souvent ils s’associent avec un étranger, des parents oucollègues. Ils tirent des bénéfices beaucoup plus élevés que ceux des précédents, qu’ils tirent d’activités commerciales variées, import-export avec représentation de maisons françaises, vente en gros ou au détail de produits de première nécessité. Parallèlement au commerce, ce dernier groupe se livre à d’autres activités rémunératrices, telles la prospection minière, imprimerie, transport, constructions.Si l’importance  des affaires différencie les négociants et hommes d’affaires des simples commerçants, les niveaux de fortune renforcent les clivages au sein de cette élite de naturalisés et, d’une manière plus générale, « entre les divers milieux bourgeois de la capitale ». Au bas de l’échelle, se trouvent ceux qui, individuellement, possèdent juste le capital investi dans le commerce, d’où ils tirent la quasi-totalité de leurs revenus, mais ils possèdent dans le « tanindrazana » des terrains de cultures et rizières. Dans le second groupe se trouvent les représentants de la moyenne bourgeoisie. « Leur fortune est constituée par le fonds de commerce et des maisons, au moins deux, sises à Tananarive même. Logés dans l’une d’elles, à la différence des précédents obligés de payer un loyer, ils mettent les autres en location. »Enfin, la minorité extrêmement riche des commerçants naturalisés, porte le nom de négociants. Leurs revenus annuels déclarés sont le double sinon le triple de ceux de la deuxième catégorie. D’origines diverses, leur fortune consiste en fonds de commerce, terres, immeubles bien situés et surtout- ce qui les distingue le plus dans l’échelle du prestige social et dans le monde des affaires- en  voitures et en dépôts dans les banques. « Haute bourgeoisie d’affaires, ces commerçants ont fondé dans les années 20 des maisons dont le rayonnement et la solidité sont assurés ».mais dans la seconde moitié du XXe siècle, les preuves ou symbole de leur richesse et réussite sociale sont repérables : immenses maisons en briques à n ou deux étages, massives, flanquées d’une tour carrée avec des ouvertures en ogive…

Texte : Pela Ravalitera - Photo : Agence nationale Taratra 

L'express de Madagascar0 partages

Mahajanga – Délivrance gratuite  de cartes d’identité

La ville de Mahajanga a abrité la célébration officielle de la Révision annuelle de la liste électorale (RALE) hier. Plusieurs manifestations organisées par la Commission électorale nationale indépendante (CENI) et son démembrement ont marqué cet événement.Jeudi dernier, un cadre de concertation s’était tenu à la Maison de la Culture de Mangarivotra, auquel tous les multi-acteurs concernés par cette réunion ont assisté. Tandis qu’un mini cadre de concertation a été aussi organisé dans les quartiers.La délivrance gratuite de cartes d’identité nationale et de copies d’acte de naissance pour ceux qui ont plus de18 ans, ont aussi illustré cette célébration officielle à Mahajanga. Ces derniers ont été immédiatement inscrits dans la liste électorale, après consultation.

V. A.