Les actualités Malgaches du Jeudi 01 Novembre 2018

Modifier la date
News Mada20 partages

Présidentielle: Saraha Rabeharisoa roule pour le n°13

Saraha Rabeharisoa, leader du Parti libéral démocrate (PLD) et non moins candidate à la présidentielle, a décidé d’apporter son soutien au candidat Andry Rajoelina.

«Compte tenu de la situation qui prévaut dans le pays, nous sommes dans l’obligation de prendre de sérieuses décisions dans l’intérêt de la nation», a indiqué hier, à Antsakaviro, la candidate du PLD, Saraha Rabeharisoa.

Après mûres réflexions, la candidate n°9 du bulletin unique a pris la décision de soutenir le candidat n°13, Andry Rajoelina, pour la présidentielle du 7 novembre. Le pays traversant une situation difficile, le leader du PLD estime que l’Initiative pour l’émergence de Madagascar (IEM) s’affiche comme solution et pourra sortir le pays de l’impasse. «L’objectif est clair, celui de développer le pays», a-t-elle fait savoir.

Ainsi, par cette décision, Saraha Rabeharisoa se désiste de la course à la présidentielle et arrête sa campagne électorale pour renforcer la campagne d’Andry Rajoelina. Etant donné que sa candidature est irréversible et par conséquent, son numéro dans le bulletin unique est définitif, le leader du PLD tient à rassurer ses partisans qu’il s’agit «d’une stratégie politique bien élaborée et bien réfléchie».

«Ce ne sont pas les bonnes personnes qui manquent dans le pays mais les occasions», a-t-elle déclaré. Saraha Rabeharisoa déplore ainsi le fait que les valeurs politiques malgaches aient régressé. Et d’ajouter : «Nous avons l’impression que la gestion du pays est réduite à des affaires familiales». D’où, la conviction du PLD sur la réussite de l’IEM qui se conjugue parfaitement avec les projets du parti.

A travers son soutien, Saraha Rabeharisoa fait preuve de sagesse. Cela, contrairement aux candidats anti-élections qui persistent dans leur objectif d’annuler le scrutin, et par conséquent, de vouloir plonger le pays dans une nouvelle transition, à une semaine de la tenue de la présidentielle.

Rakoto

 

 

News Mada9 partages

Changement climatique: les lémuriens directement menacés

Le Fonds mondial pour la nature (WWF) déplore, dans son rapport Planète Vivante 2018, une réduction de 60% des populations d’espèces sauvages, à cause de l’activité humaine. A Madagascar, les lémuriens, mammifères emblématiques de l’île, sont directement menacés.

Face à l’augmentation de la température, les habitats des lémuriens ne seront plus viables. Les animaux devront migrer pour survivre. Selon Harisoa Rakotondrazafy, chercheur au sein de l’ONG, interrogée par France Inter : «Face au changement climatique, on doit vraiment beaucoup investir dans la gestion des corridors forestiers, c’est-à-dire,  relier les forêts d’une zone à une autre zone pour vraiment faciliter cette migration des espèces vers ces refuges climatiques».

Les résultats du rapport de l’organisation intitulé «La vie sauvage dans un monde en réchauffement», publié au mois de mars dernier, affirment que même si nous limitons l’augmentation de la température de la Terre à 2°C- objectif des pays signataires de l’accord de Paris – la situation climatique sera insoutenable pour 25% des espèces de Madagascar. Or, de récentes projections tablent sur une augmentation de 2,6 degrés d’ici à 2055. Ce sera donc un désastre pour la biodiversité du pays, endémique à plus de 80%.

Des espèces en danger critique

Une aire protégée, déjà considérée par les scientifiques comme un refuge climatique pour ces primates, a été mise en place dans le parc national de Marojejy, situé au nord de l’île et classé au patrimoine mondial de l’Unesco.

Au cœur de cette forêt primaire humide vit le Simpona ou Propitecus soyeux, classé parmi les 25 espèces les plus menacées au monde. «Ils ne sont que cinq individus dans un territoire de 44 hectares», a fait savoir Mosesy Madiomanana, guide du parc national de Marojejy.

Et ce n’est pas un cas isolé puisque l’année dernière, à la même période, l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN) a déjà classé dans sa liste rouge deux espèces de lémuriens emblématiques de Madagascar, à savoir le Maki (Lemur catta) et le Sifaka (Propithecus candidus).

Les scientifiques estiment que la population de Maki a diminué de 50% en 36 ans à cause de la dégradation continue de son habitat et le braconnage intensif. Quant au Sifaka, il vit dans les forêts du nord. Et, à ce jour, les scientifiques dénombrent environ 250 individus adultes, mais cette population tend à baisser à cause de la destruction massive de son habitat naturel et la chasse.

En attendant que les arbres des corridors forestiers artificiels poussent, l’urgence est de préserver les corridors existants et de stopper une déforestation galopante. En 2017, 510.000 hectares, soit 3,8% de la couverture forestière de l’île, ont disparu.

Arh.

News Mada2 partages

Naufrage à Marovoay: 14 corps retrouvés jusqu’à présent

La recherche des passagers disparus, lors du naufrage du bateau Anjara dans le fleuve de Betsiboka à Ambohimena, Marovoay survenu le 19 octobre dernier est loin d’arriver à son terme. Elle se poursuit continuellement, bien que les eaux montent depuis quelques jours dans le Betsiboka. «Pour éviter un autre drame lié à la montée de eaux, consigne était donné aux chercheurs (gendarmes et riverains) de rester vigilants, d’éviter surtout d’y plonger. Cependant, la recherche se poursuit le long de la rive», a indiqué une source auprès de la gendarmerie.

Jusqu’à présent, 14 corps ont été retrouvés à 5 km le long du fleuve, d’après les informations recueillies. Plusieurs d’entre eux ont été récupérés au fin fond de l’eau, tandis que d’autres égarés sur la rive au petit matin.

Les riverains prennent les recherches en main

Dès le début des recherches, les riverains ont prêté main forte aux gendarmes pour le sauvetage des victimes. Ce sont eux qui ont pris l’initiative de plonger dans l’eau pour sauver deux passagers coincés sous les ruines du boutre tout au fond de l’eau après le naufrage. Toutefois, le sauvetage était trop tard.

Actuellement, l’on sait que parmi les disparus repêchés, personne n’a été retrouvé vivant de ce tragique événement qu’a subi l’Anjara.

A titre de rappel, ce bateau était utilisé par la population pour relier les communes voisines. Il transportait plus de 50 passagers et des tonnes de marchandises. Justement à cause de cette surcharge, le bateau a fini par couler.

 

Ando Tsiresy

Madagate1 partages

TIKOLAND. Les comptes de fait Ravalomanana en e-book sur Amazon

AU FORMAT e-book KINDLE pour le moment

Présentation de l'auteur

Plus qu’un ouvrage à caractère histoire, ce recueil de quelques-uns de mes articles sur l’ancien président malgache, de 2002 à 2009 constitue surtout un condensé de preuves écrites sur sa mauvaise gouvernance due à trop d’abus de pouvoir. Ce n’est jamais de gaité de cœur de devoir découvrir au fil des années que celui pour qui vous avez voté le 16 décembre 2002, se cachait derrière un masque de patriote, d’homme de parole, honnête et droit.

En fait, l’exercice du pouvoir, il l’a utilisé pour faire de Madagascar une entreprise à son service. Dans cet ouvrage, on ne parle pas de révolution orange considérée par les fanatiques de « coup d’État ». Dans ce recueil, vous apprendrez enfin pourquoi tout un peuple s’est levé. Ce, à travers des documents et des faits qui se sont réellement passés. Car tous les articles de ce recueil n’émanent pas de l’imagination d’un auteur de roman à fiction mais d’un journaliste, témoin journalier de ce qui se passe à Madagascar depuis le début des années 1980.

DétailsFormat : e-book Kindle - 2,99 euros (en attendant le livre broché de 80 pages au format US (8,5X11) Taille du fichier : 8713 KBUtilisation simultanée de l'appareil : Illimité Vendu par : Amazon Media EU S.à r.l. Langue : FrançaisASIN: B07K351NSWExtraits (d'autres extraits chiffrés seront publiés dans le quotidien "La Gazette de la Grande île" du samedi 3 octobre 2018)

Jeannot RAMAMBAZAFY

News Mada1 partages

Fanirisoa Ernaivo: acculée par la Justice, le CSM et la Police nationale

Le ministère de la Justice, le Conseil supérieur de la magistrature (CSM) et la police nationale ne sont pas restés insensibles, face aux propos virulents de la candidate Fanirisoa Ernaivo, mardi dernier, à Mahamasina.

A travers un communiqué, le ministère «déplore les déclarations malveillantes et incitant à la haine de la candidate à l’élection présidentielle Fanirisoa Ernaivo, à l’encontre des éléments des forces de l’ordre, soulignant à l’occasion le manquement à l’éthique et la violation de la législation électorale ainsi que des valeurs malgaches et républicaines par l’intéressée».

Par conséquent, le ministère «partage la douleur des familles et des collègues des inspecteurs de police, décédés dans l’exercice de leurs fonctions, suite à une vindicte populaire à Fénérive-Est, et leur présente ainsi les plus sincères condoléances». Il estime de ce fait que la collaboration avec les forces de l’ordre reste une condition sine qua non pour l’efficience de la justice.

Quant au CSM, il a aussi fait une déclaration «condamnant catégoriquement les propos déplacés à l’encontre de la valeur et la culture malgache, des droits de l’homme et du code de déontologie des magistrats». A son niveau, le CSM a fait savoir qu’il va prendre des mesures appropriées.

Le ministère de la Sécurité publique porte plainte

Egalement surpris par la tournure des évènements, le ministère de la Sécurité publique a décidé de porter plainte contre la magistrate Fanirisoa Ernaivo, pour ses propos incendiaires, auprès du tribunal de Première instance.

Pour la Police nationale, de tels propos ne font que créer le trouble au sein du pays, d’une part, mais marque, d’une autre, «un sentiment de non respect envers les défunts». Le mépris envers les forces de l’ordre n’est plus à rappeler.

Pour ces raisons, la Police nationale lance un appel à la prise de responsabilité des autorités compétentes, notamment la Haute cour constitutionnelle (HCC), le Conseil supérieur de la magistrature (CSM), la Commission électorale nationale indépendante (Ceni) et le Syndicat des magistrats de Madagascar (SMM).

Constatant l’ampleur de ses propos, Fanirisoa Ernaivo a présenté ses excuses auprès des familles des défunts, mais campe sur ses positions, notamment sur les rôles des forces de l’ordre.

Tahina Navalona

 

News Mada1 partages

Ceni: « Tsy fotoan’ny adihevitra politika izao »

Nitondra fanazavana manoloana izao toe-draharaha manoloana ny fifidianana izao ny eo anivon’ny Ceni. Mazava ny azy ireo fa efa tsy tokony hisehoan’ny adihevitra intsony izao.

« Apetrakay amin’ny mpanao politika ny adihevitra politika. Na izany aza, hanontany eo anatrehan’ny fetra apetraky ny lalàna sy ny lalàmpanorenana izahay: mbola fotoana anaovana adihevitra politika ve izao? Mba ho fanajana ireo lalàna manankery, tsy aleo ve mandroso amin’ny fifidianana? »

Ireo ny fanontaniana tsy mila valiny naroson’ny filohan’ny Ceni, Rakotomanana Hery, tamin’ny fampahafantarana ny rindram-baiko (logiciel) hikirakirana ny voka-pifidianana , teny Nanisana, omaly. Izay filoham-pirenena voafidim-bahoaka eo no hitondra fandaminana ny firenena.

Tsy ny vahoaka mpifidy ve no tompom-pahefana mahafantatra izay heveriny ho mendrika hitondra azy sy hamaha ny olana rehetra eto amin’ny firenena, mandritra ny dimy taona manaraka? Raha misy ny tahotra korontana, tena miezaka miaro ny tsy hisian’izany ve isika?

Hotsakotsakoin’ny kandidà rehetra izany fanontaniana izany, ary hodinihin’ny vahoaka, araka ny nambarany.

Tsy misy lisi-pifidianana tonga lafatra 

Misy ny fitsirihana anatiny nataon’ny Ceni ny lisi-pifidianana, fa nisy koa ny nataon’ny OIF indroa miantoana teo anatrehan’ny solontenan’ny firaisamonina sivily sy ny fiarahamonina politika. Mazava ny fehinkevitra tamin’izany: azo hanaovana fifidianana tsara ny lisi-pifidianana amin’izao fotoana izao.

Tsy misy eran’izao tontolo izao ny lisi-pifidianana tonga lafatra, na any amin’ny firenena faran’izay mandroso aza. Misy hatrany ny tahan’ny tsy fahatomombanana. « Noho izany, hozakaintsika ny tahan’ny tsy fahatomombanana ankehitriny, ka hiroso amin’ny fifidianana isika mba ho fanajana ireo lalàna manankery », hoy izy.

Tsy mitombina ny hoe biletà voamarika mialoha

Tsy mitombina ny filazana fa misy ny biletà efa voamarika mialoha, araka ny fanazavany.  Mihidy avy any Afrika Atsimo ka hatreo amin’ny biraom-pifidianana ny biletà hampiasaina. Misy famantarana manokana ny biletà, hahalalana izay marina na tsia. Izy ihany io mahalala izany. Farany, tsy azo arotsaka amin’ny vata fandatsaham-bato ny biletà raha tsy vitan’ny mpikamban’ny biraom-pifidianana roa sonia, izay tsy fantatra raha tsy amin’ny androm-pifidianana.

Nilaza handray andraikitra manokana manoloana ny fanoherana ny fifidianana ny Ceni, ary handray an-tanana ny fangatahan’ireo kandidà sasany.

R. Nd.

Madagate1 partages

Fanirisoa Ernaivo suspendue de ses fonctions de magistrat

Fanirisoa Ernaivo

Madagate0 partages

TIKOLAND. Les comptes de fait Ravalomanana en vente sur Amazon

AU FORMAT e-book KINDLE pour le moment

Présentation de l'auteur

Plus qu’un ouvrage à caractère histoire, ce recueil de quelques-uns de mes articles sur l’ancien président malgache, de 2002 à 2009, constitue surtout un condensé de preuves écrites sur sa mauvaise gouvernance due à trop d’abus de pouvoir. Ce n’est jamais de gaité de cœur de devoir découvrir au fil des années que celui pour qui vous avez voté le 16 décembre 2001, se cachait derrière un masque de patriote, d’homme de parole, honnête et droit.

En fait, l’exercice du pouvoir, il l’a utilisé pour faire de Madagascar une entreprise à son service. Dans cet ouvrage, on ne parle pas de révolution orange considérée par les fanatiques de « coup d’État ». Dans ce recueil, vous apprendrez enfin pourquoi tout un peuple s’est levé. Ce, à travers des documents et des faits qui se sont réellement passés. Car tous les articles de ce recueil n’émanent pas de l’imagination d’un auteur de roman à fiction mais d’un journaliste, témoin journalier de ce qui se passe à Madagascar depuis le début des années 1980.

DétailsFormat : e-book Kindle - 2,99 euros (en attendant le livre broché de 80 pages au format US (8,5X11) Taille du fichier : 8713 KBUtilisation simultanée de l'appareil : Illimité Vendu par : Amazon Media EU S.à r.l. Langue : FrançaisASIN: B07K351NSWExtraits (d'autres extraits chiffrés seront publiés dans le quotidien "La Gazette de la Grande île" du samedi 03 novembre 2018)

Jeannot RAMAMBAZAFY

**************

TIKOLAND: Les comptes de fait de Marc Ravalomanana. LARGES EXTRAITS DU LIVRE Samedi, 03 Novembre 2018 01:41

 

Il s’agit du titre du recueil d’articles (rédigés entre 2009 et 2015) de 78 pages mis en vente sous forme de livre broché ICI. En voici des extraits bien chiffrés qui vous feront comprendre pourquoi le peuple malgache s’est levé en 2009.

(…) Ravalomanana n’avait aucune prédisposition pour devenir un homme d’État. Un homme de pouvoir, peut-être, mais pas un homme d’État. Nuance. En fait donc, il aura tout appris sur le tas de ce «métier» de président de la république. En 2001, Didier Ratsiraka sent venir le danger de la part de ce candidat déclaré aux élections présidentielles du 16 décembre, fait faire un contrôle fiscal à sa société. Résultats : il devait s’acquitter de 330 milliards d’anciens francs malgaches d’arriérés d’impôts et d’amendes diverses. Tous ses avoirs ont été gelés, y compris son avion immatriculé en Afrique du Sud. Mais auparavant, voici ce qu’a vécu ce futur terroriste d’État :

Le 30 novembre 1982, le Tribunal Spécial Économique d’Antananarivo le condamne à six mois d’emprisonnement avec sursis pour permutation non autorisée et défaut de mentions obligatoires. Puis, il a été placé sous mandat de dépôt à la prison d’Antanimora sous le matricule 66, dans la procédure n°230 RP/88/TSE/130. Ce, pour tentative de sabotage économique et corruption. Mais il a trouvé le moyen d’utiliser l’artifice d’accord à l’amiable avant jugement.

De 1996 à fin 2002, l’entreprise Tiko, dont il était P-DG, a bénéficié d'exonérations douanières se chiffrant à plusieurs centaines de milliards de fmg. Ce, grâce à la «bienveillance» de Norbert Lala Ratsirahonana, alors Premier Ministre. Une fois porté par le peuple à la présidence, Marc Ravalomanana est pratiquement sauvé. Il ne devra plus rien payé des 330 milliards fmg et ses affaires reprendront de plus bel jusqu’à devenir un empire.

Il aura vite fait de faire disparaître le dossier fiscal de son entreprise (impôts impayés de 197.920.396.632 fmg et procès-verbal du 09 Novembre 2001 pour fausses déclarations, minorations, défaut de déclaration et non-paiement de droits et taxes, et ventes sans factures). Car il avait nommé, en tant que Dg des impôts, Jonah Randriambololona, alors conseiller fiscal de Tiko et déjà au départ pour la retraite. Il faut aussi se souvenir qu’à la même époque, un incendie avait ravagé les locaux de Tiko de Tanjombato. Il paraît que le feu purifie tout… Mais on ne peut pas tout faire disparaître sans laisser aucune trace. « Mpamosavy mandeha alina aza misy mahita » (la sortie nocturne d’une sorcière a toujours un témoin). La vérité remonte au moment où on l’attend le moins…

En résumé, s’il n’avait pas eu l’appui populaire, Marc Ravalomanana serait, à l’heure actuelle, un pauvre paysan malgache, parmi des millions, ressassant ses déboires dans son village d’Imerikasinina. Aussi, Dieu n’a rien à voir dans son accession au pouvoir. Il s’agissait d’un concours de circonstances pour évincer un dictateur qui méprisait le peuple.

Mais pourquoi alors, depuis près de 7 ans, Marc Ravalomanana s’obstine à détruire le tissu économique malgache à son seul profit et au profit de multinationales et autres sociétés étrangères qui n’ont rien de philanthropiques pour un sou? Pour confirmer l’adage malgache «Ny tody tsy misy fa ny atao ihany no miverina»? (Faire subir à autrui ce que l’on vous a fait subir). En fait, cela est logique, connaissant les origines de ce président pas comme les autres… Il ne veut plus revivre ce spectre de la pauvreté totale jusqu’à attraper la folie des grandeurs voire la mégalomanie. Et puis, chassez le naturel, il reviendra toujours au galop. Ainsi, alors que le Bianco (Bureau indépendant anti-corruption) exige que tous les Malgaches occupant un poste à haute responsabilité, élus ou nommés, déposent une déclaration de leurs biens meubles et immeubles, ce fut avec dédain que Marc Ravalomanana, réélu en 2006, a répondu : « Pourquoi faire, puisque je l’ai déjà fait en 2002 ? ». Face à cela, la Hcc (Haute cour constitutionnelle truffés de hauts conseillers constipés) et le Bianco ne pipent mot. Et la publicité de ce dernier ne concerne que les personnes à partir du Premier ministre. Car ils sont encore nombreux ceux qui n’ont pas daigné faire cette déclaration… Marc Ravalomanana est actuellement intouchable et, par synergie, sont aussi intouchables toutes les sociétés qui forment l’empire Tiko, jamais soumis à un quelconque contrôle fiscal et bénéficiant de toutes les exonérations possibles et imaginables en matière de douanes et d’impôts. Une de ses sociétés ne se trouve-t-elle pas dans l’enceinte même du port de Toamasina ? Celle visitée par feu le président zambien, Lévy Mwanawasa. Mais pour les autres sociétés, malgaches de surcroît, ce contrôle financier devient une arme de terrorisme d’Etat. Voici les cas les plus connus :

Que sont devenues les prestigieuses Papeteries de Madagascar (Papmad) de Patrick Ratsimba Rajaonary, hommes d’affaires, ancien président du Syndicat des Industries de Madagascar (Sim) et ancien candidat aux présidentielles du 16 décembre 2001 ? Disparues pour toujours, à la suite d’un contrôle fiscal, car le groupe Tiko a investi dans ce secteur de la papeterie. M. Rajaonary (54 ans à l’époque) a préféré purement et simplement jeter les gants en cédant ses biens pour une bouchée de pain, afin de vivre sans souci.

Que sont devenus les prestigieux établissements Ramanandraibe ayant fait vivre de nombreuses familles sur la côte Est, et ailleurs, à travers des travaux de collecte de vanille, girofle et café ? Ils tournent actuellement à peine au quart de leurs rendements, à la suite d’un contrôle fiscal, le groupe Tiko ayant investi dans ses secteurs d’exportation ayant fait la renommée des produits Made in Madagascar ?

Qu’est devenue la Kobama (Koba malagasy) d’Edgard Razafindravahy, avec financements américains, qui œuvrait dans le secteur de la farine du côté d’Andranomanelatra, à 20 km d’Antsirabe. Disparue après un contrôle fiscal, le groupe Tiko ayant investi dans ce secteur. L’an dernier, Edgard Razafindravahy, DG du groupe Prey, ayant repris le groupe audiovisuel Rta, a relooké la radio Antsiva pour en faire une plateforme de démocratie en donnant la parole aux gens. Suite à un contrôle fiscal, il a dû s’exiler à l’île Maurice. Non pas parce qu’il se sentait ou était coupable de quoi que ce soit, mais parce ce système de contrôle fiscal ressemble aux perquisitions dignes des plus vils films de série Z. du style « quand on veut abattre son chien on l’accuse d’avoir la rage ». Doté des pouvoirs publics, comment éliminer le plus honnête des citoyens mais qui présente un danger pour un régime en place ? En fabriquant des preuves. Et c’est la condamnation à coup sûr.

Comment salir le nom et la réputation de Jeannot Andrianjafy alias Jeannot Le Quartz, présent dans le secteur minier depuis plus de 40 ans ? En accusant son épouse et en l’appréhendant comme la dernière des voleuses, sur le fait qu’elle a été complice de « l’évasion » de «l’émeraude» de plus de 600 kg qui a été exposé à Hong Kong. Des émissaires du pouvoir y sont allés pour revenir bredouilles et ridiculiser la Nation malgache tout entière. Mais les établissements Le Quartz ont été fermés car le groupe Tiko a investi dans ce secteur minier.

Qu’est devenue la Savonnerie Tropicale, fleuron de l’industrie malgache depuis le retour de l’Indépendance ? Noyée dans la masse de ces produits d’exportation à moindre coût, autorisés mais nocifs et dangereux et pour le tissu économique malgache lui-même et pour la santé des consommateurs. Saviez-vous que dans les Magro, grandes surfaces du groupe Tiko, on ne trouve aucun produit de la Savonnerie Tropicale ? Elle est belle la notion de fierté malgache vantée par Ravalomanana himself qui monopolise tous les produits laitiers et l’huile de table à Madagascar. Ce ne sont que les exemples connus car énormément de petits fermiers et riziculteurs de la région du lac Alaotra ont été purement et simplement dépouillés sous la peur. En passant, le président Ravalomanana ne parle plus de la fameuse RN 44 reliant Antananarivo à Ambatondrazaka. Encore un coup d’éclat mensonger à son compte qui devient de plus en plus lourd.

Actuellement (Ndlr : à l’époque), ce sont les deux sociétés gérées par l’épouse du maire Andry Rajoelina (Injet et Doma Pub) qui vont faire l’objet d’un contrôle fiscal. Les 27 et 28 janvier 2009. Ce, immédiatement en réponse à la démonstration de force des Antananariviens, le 17 janvier 2009, lors de l’inauguration de la Place de la Démocratie à Ambohijatovo. Pire encore, après avoir fait enlever, par cinq colonels, le matériel de transmission/diffusion de la télévision Viva, en s’introduisant dans les locaux d’Ambohimitsimbona comme de vulgaires cambrioleurs, le pouvoir Ravalomanana a adressé une lettre de mise en demeure à la radio Viva, considérant l’émission «Anao ny fitenenana» (A vous la parole), comme une «incitation à la désobéissance civile».

Mais plus pire encore, bien que ces termes soient impropres : le contrôle fiscal que le pouvoir actuel compte effectuer auprès des sociétés du père de l’épouse du Maire, M. Razakandisa, donc beau-père du Maire Andry Rajoelina. Et vous voulez encore que j’écrive cet article en utilisant des mots plus « modérés » ? En résumé donc, à Madagascar, le terrorisme se trouve au sommet de l’Etat (…).

(…) Entre 1996 et 2001, on ne sait pourquoi, le Premier ministre d’alors, Norbert Lala Ratsirahonana a octroyé une exonération douanière à la société Tiko. Sans cet exceptionnel « cadeau », Marc Ravalomanana aurait dû payer 750 milliards fmg. Une fois celui-ci élu président de la république, la société Tiko s’exonère toujours de droits de douanes et même d’impôts. Comment voulez-vous qu’il ne soit pas devenu milliardaire ? Ce n’est pas son salaire de président qui peut lui permettre de distribuer de l’argent comme s’il n’en avait pas bavé. Mais c’est logique, n’est-ce pas ? Mais pour en revenir un peu en 2001, saviez-vous que du temps de la vice-Primature de Pierrot Rajaonarivelo la société Tiko n’a jamais payé ses impôts d’un montant de 250 milliards fmg, réclamés alors par ce vice-Premier ministre ? Fait étrange, l’agence de la société Tiko, sise à Tanjombato, est victime d’un incendie qui a ravagé tous les dossiers s’étant trouvé dans le bureau de sa comptabilité. Plus aucun moyen de vérifier quoi que ce soit alors… Ceci explique sans doute le fait d’avoir empêché ce Pierrot de revenir pays ? Il ne faut plus s’étonner de rien.

Une fois au pouvoir, ce sera la porte ouverte à tous les abus financiers effectués sur le dos de la Nation même. Nation qui, rappelons-le, est composée du peuple. Ayant créé la société Alma (« Asa Làlana Malagasy » ou Travaux routiers malgaches), tous les marchés publics de bitumage de la ville d’Antananarivo, dont le maire était Patrick Ramiaramanana, lui sont carrément donnés car sans appel d’offres aucun. Dans le courant de l’année 2002, la famille Ravalomanana s’associe au géant sud-africain Shoprite Holding Ltd (présent dans 17 pays d’Afrique) pour racheter au Monégasque Cyrille Juge, le supermarché «Prisunic» (Grand Magasin de Madagascar ou GMM S.A.) qui se trouvait place de l’Indépendance à Antaninarenina Antananarivo. C’est actuellement l’Hôtel Le Louvre…

Depuis, aussi facilement qu’un 4’amis (membre de la population des rues de la ville) monte son taudis en carton, il existe des Shoprite un peu partout. Le dernier en date étant celui situé à Ampasanimalo sur la route de l’université, juste à droite après le croisement allant vers le Mausolée, en montant vers la gauche.

Les prestigieuses sociétés d’État qui ont fait la fierté de la révolution socialiste, sont passées entre les mains de la société Tiko. Il s’agit de: Somacodis, Sinpa, Sice. Cela, sans transparence (ce n’est pas le fort du régime Tim) et en totale violation de la loi et des conventions signées pourtant l’État malgache. Pour bien ficeler les affaires, Marc Ravalomanana a fait appel à des cadres de Tiko pour les nommer directeurs financiers de ministère. Cela aide énormément pour l’achat de fournitures «tous azimuts» dans les grandes surfaces Magro (Malagasy Grossiste) du groupe Tiko, sans la «contrainte» d’appels d’offres. Comment le peuple souverain pourrait-il savoir cela ? Dans ce qui suit, il ne faut pas rester amnésique car c’est aux dirigeants de démontrer le contraire : des centaines de milliards de fmg en billets de banque usagés destinés à être brûlés, ont été «récupérés» pour étoffer les caisses de Tiko et du parti Tim au pouvoir. Vous savez, même les sorties nocturnes des sorcières ont des témoins… (Proverbe malgache).

Concernant la fameuse détaxation de 2005 : la société Tiko Oil en a été une bénéficiaire exponentielle. Ainsi, si l’huile raffinée importée par ses concurrents était taxée de 20%, l’huile brute importée par Tiko Oil pour traitement sur place était donc exempte de toute taxe. Du coup, il n’est exagéré d’affirmer que le chiffre d’affaires de Tiko Oil a triplé le temps de la détaxation qui a été finalement abandonnée par la suite. Toutes ces actions vers le développement personnel rapide (et durable ?) sont discutées dans les couloirs du pouvoir. Mais personne n’ose en parler clairement. Mais non seulement les murs ont des oreilles mais les mécontents jacassent… En 2005, l’État donc le Tim donc Tiko, a importé ces fameuses vaches hollandaises « be ronono » ou Holstein (prononcez «olchetahine»). Tous les agents du ministère de l’Élevage qui s’étaient dressés contre ce projet de développement rapide pour Tiko ont été définitivement mis sur la touche. Et, comme par hasard, plus de la moitié de ces vaches haut de gamme -car coûtant 1.500 euros par tête-, a été achetée par Tiko, of course. Mais l’autre moitié dépérit de dépaysement car quel « Malagasy Farmer » pourrait se payer ne serait-ce que la queue de ces vaches ? Des exemples de ce genre, indiquant comment marchent les affaires « tikoesque », par rapport aux affaires nationales réelles, il y en a des masses ignorées par la masse... Mais tout cela nous amène (enfin) à l’Empire Tiko. Qu’est-ce (caisse) ?

En 7 ans de pouvoir Marc Ravalomanana a réussi à atteindre deux extrêmes. D’un côté, un peuple qui se paupérise d’année en année, gavé de promesses et d’espoir perdus ; de l’autre côté, une société agro-alimentaire dont le renom a dépassé les frontières de Madagascar. Au début donc, la société Tiko a été créée, mi-1980, grâce à l’appui financier de la Banque mondiale, à travers la Société financière internationale ou SFI et surtout la bienveillance du président Didier Ratsiraka qui s’en mord encore les doigts. Comme partenaires prestigieux de départ, il y avait Unilever et Tétra Laval, le roi de l’emballage (pack) mondial. Marc Ravalomanana est un homme pressé. Tellement pressé qu’il commet une infraction qui va finir par être une habitude. Mais en tant que détenteur de tous les pouvoirs, il ne sera plus jamais inquiété. Même que les bailleurs de fonds vont continuer de bayer (ou bailler) aux corneilles (prenez un dictionnaire si votre culture est moyenne). Ainsi, le 1er Septembre 1988, par ordre du Substitut du procureur de la république d’Antananarivo, Jacqueline Rakotomanga, le sieur Marc Ravalomanana a été placé sous mandat de dépôt à la maison central d’Antanimora sous le n°230-RP/88/TSE/130FAME/JR. Ce, pour corruption en tant que Directeur général de la société Tiko. Il avait corrompu financièrement Jérôme Rabotovao alors Directeur technique de la société « Lalasoa » -une laiterie de transformation du soja à Ambatolampy- lors de sa privatisation. Témoin de cette corruption : Régine Rakotondrabe alors Directeur général de la société « Lalasoa ».

(…) Sur la tête du beau Marc, devenu résident sud-africain, plane pas moins de 13 dossiers traitant d’affaires civiles, commerciales et pénales. Pour ce dernier sujet, nous avons la tuerie du 7 février 2009 récemment traitée par la chambre d’accusation de la Cour d’Appel d’Antananarivo (Ndlr : et, à l’époque, par la justice sud-africaine, l'empêchant de sortir d'Afrique du Sud). Il s’agit du dossier n° 6052-Rp/09/11-Cr/J3/09.

L’enquête se poursuivant et comme il existe un lien avec la politique politicienne des assassins (Le terme assassin vient entre autres de l'arabe haschashin (« les gens qui fument le haschisch, herbe ou cannabis »), je laisserai cela en suspens pour vous révéler les autres dossiers civils et commerciaux.

Pour le dossier n°6 992-Rp/09/16-Cr/J3/09, relatif à l’achat du terrain sis à Andohatapenaka sur la route digue, Marc Ravalomanana a été condamné à 5 ans de travaux forcés. Il avait acquis ce terrain qu’il a fait remblayer avec l’argent de la région Analamanga, des deniers publics donc. Un montant de 3.654.140.000 ariary exactement. Purement et simplement détournés grâce à Fidy Ratsimbazafy alors chef de la région, accusé d’abus de fonction. Concernant le fameux Boeing « Force One II », Marc Ravalomanana a été condamné à 4 ans d’emprisonnement ferme pour avoir fait acheter ce Lear Jet pour un prétendu montant de 60 millions de dollars. Achat réalisé par l’ancien ministre des Finances Haja Razafinjatovo, évaporé dans la nature. Cet argent a été décaissé du port de Toamasina et celles des assurances Aro.

Venons-en maintenant à l’empire Tiko, société qu’il a fondé et qui s’est agrandi en moins de temps qu’il faut pour le dire. Mais tout a été découvert. En fait, il a utilisé la puissance publique pour laisser des tas de casseroles, inconnues s’il ne s’était pas enfui en Afrique australe. Cela relève des domaines civil et commercial. En juillet 2009, 1.940 tonnes de riz saisis chez la société Magro ont été mis en vente publique. Car cette filiale de Tiko devait à la Direction générale des Impôts, une somme d’impayés chiffrés à 204.075.718,56 ariary. Par ailleurs, les services des Douanes ont révélé le non-paiement de droits et taxes à l’importation d’une valeur de 26.066.764,982 ariary. Cela a été payé in extremis le 10 mars 2010. Pourquoi avoir attendu ? Du côté d’Air Madagascar, les impayés de la société Tiko s’allongent. Nous en étions à 1.527.207.964,32 ariary. Et ce n’est pas fini…

Les filiales de Tikoland, Fanampy Rice S.A. et Tiko Sa doivent aussi quelque 967.600.000 ariaryà la Sonapar qui a eu le malheur de leur avancer cette somme en guise de capital de démarrage. Actuellement, ce dossier n°402-Ap se trouve en appel. Comme l’est le dossier n°41-Ap sur l’argent emprunté à la société d’assurances Aro, d’un montant de 18.187.287.614,40 ariary. Impayés à ce jour. Sûre d’être au-dessus des lois, grâce à son fondateur devenu président de la république, la société Tiko SA s’est permis de ne pas s’acquitter des coûts de prestations médicales pour son personnel dirigeant. Ainsi, le Pavillon Sainte Fleur de l’hôpital Joseph Ravoahangy Andrianavalona (Hjra) d’Anosy a été obligé de traîner Tiko SA devant le tribunal de Commerce pour le non-paiement de 2.082.943,28 ariary. Le dossier était en cours de traitement.

En fin de compte, l’empire Tiko n’aura été qu’un gigantesque conglomérat commercial, protégé par le Président Ravalomanana, qui n’a eu de cesse d’être un très mauvais payeur dans tous les domaines : non-paiement des factures de la société Delated Fils par la société Tiko Oil Products ou Top ; non-paiement, par le groupe Tiko, du coût de 40.000 sacs de ciment (soit 680.000.000 ariary) appartenant à la société Seimad ; non-paiement, par la société Tiko SA, d’une créance de 200.000 dollars à la société Céréalis Sa (à propos de céréales, c’est évident). Dernière en date : l’expulsion des sociétés Top et Magro du terrain d’Ankorondrano, appartenant à la Chambre de Commerce et d’industrie d’Antananarivo. Les deux sociétés « tikoesques » ne lui avaient pas payé le loyer qui a fini par s’élever à 22.080.000 ariary. Si l’on fait la somme de tous ces impayés, cela nous donne des dettes s’élevant à 250 milliards d’anciens francs arrondis (un euro ayant alors valu, à l’époque, en moyenne 3.000 ariary et un ariary 5 anciens francs malgaches).

Ces chiffres ne peuvent pas s’inventer. C’est le fruit de longs mois d’investigations. Tout est vérifiable au tribunal d’Anosy et dans les sociétés citées. La tragédie pour les dirigeants malgaches, c’est cette manière de spolier tout ce qu’il y a à spolier. Tant qu’ils sont au pouvoir, les créanciers n’osent piper mot. Mais une fois ces mécréants hors du pouvoir, les langues se délient et les « secrets » ne sont pas gardés bien longtemps.

Tout cela n’est qu’une infime partie de l’iceberg d’abus de pouvoir en tous genres perpétrés par Marc Ravalomanana via l’empire Tiko ou vice versa. Comment a-t-il pu installer tous ces magasins Magro, à travers l’île sur des terrains ayant appartenu à l’État ? Comment a-t-il fait pour avoir la mainmise sur tout le quartier de Faravohitra, à Antananarivo, composé de terrains appartenant aux forces armées malgaches ? Comment a-t-il fait pour contrôler toute la production rizicole du lac Alaotra ?

A propos d’Air Madagascar

«D’une société riche en patrimoine, le régime Ravalomanana la réduite en une coquille vide», dixit le Ministre Rolland Ranjatoelina, haut cadre d’Air Madagascar qui a préféré démissionner. Les 500m² de l’agence, rue des Boulets à Paris, d’une valeur de 6 millions d’euros, a été cédé à 2 millions d’euros. Dans le traitement des recettes commerciales, des milliards ont aussi disparus, en utilisant des tickets sans émission. Révélation : le centre de traitement des documents commerciaux se situe à Tunis, en Tunisie ! Pour le salaire du DG allemand, le Ministre des Transports de la HAT a fait un parallèle avec celui du P-DG de la SNCF (rail français) qui touche, lui, entre 14 et 15.000 euros par mois.

Les révélations de Rolland Ranjatoelina ont été faites, lors d’un grand déballage à la presse des grands dossiers du régime Tim/Ravalomanana, le 24 avril 2009. Les points forts sont en encadré en bleu dans ce dossier exceptionnel.

Pour clore cette série d’extraits et ce dossier, un dernier passage du livre :

Ministère des Finances et du Budget. Ce ministère aura été la pierre angulaire de toutes les malversations de Marc Ravalomanana, l’homme qui volait des milliards. Entre janvier et début mars 2009, une sortie de 200 milliards ariary est toujours injustifiée. Quid de la procédure de cette dépense engagée pourquoi faire en plus ? L’affaire est entre les mains de la Justice. Concernant l’affaire Tiko qui doit plus de 1.000 milliards d’anciens francs à l’État, pour ne pas avoir payé ses impôts entre 2005 et 2008, le verdict du tribunal a eu lieu le 29 avril 2009. Mais il est clair que Hajanirina Razafintatovo, l’ancien cadre de Tiko nommé ministre des Finances après avoir été celui des universités (quelle promotion !), aura été l’artisan de tous les camouflages financiers. A vous de voir si Tiko était une entreprise citoyenne…

Comme l’a si bien dit l’actuel ministre Benja Razafimahaleo, frère du regretté Herizo (ancien ministre des Affaires étrangères et fondateur du parti politique Leader Fanilo) : « Avec tous les avantages exorbitant dont elle a bénéficié, Tiko a été l’appendice de l’État ». Comment cela fonctionnait-il ? Ravalomanana donnait des ordres, il fallait les exécuter sinon c’était la révocation directe. Il y a aussi la fuite de 60 milliards ariary, lors des réquisitions de 2003-2004 et la disparition de 55 milliards d’anciens francs à propos d’impôts sur le sucre en 2007. Non, vraiment, vous en avez de la chance de croire et de protéger cet homme qui vaut des milliards. Après les avoir volé au peuple malgache tout entier.

Jeannot Ramambazafy

News Mada0 partages

Ambatondrazaka-Moramanga: mandeha ny asa fanajariana ny lalana RN44

Mandeha izao ny asa fanajariana ny lalana RN 44 Atsimo, avy eo Ambatondrazaka mankany Moramanga ; RN 44 Avaratra, Ambatondrazaka-Vohitraivo”, hoy i Honomanana Raymond Albert, lehiben’ny sampana Asa vaventy sy tetezan’Alaotra-Mangoro. Ny hita any an-toerana, ireo ampahan-dàlana ratsy sy mora simba no misy orinasa mampiasa milina lehibe manatanteraka ny asa fanajariana, toy ny ao Ranofotsy, Ambohimanga.

Nambaran’ity tompon’andraikitra ao amin’ny minisiteran’ny Asa vaventy ity fa efa eo an-dalam-pifantenana ny orinasa hanajary ny RNT 23A izao ny fanjakana, mampitohy an’i Moramanga sy Anosibe an’Ala, distrika hadinodino amin’ny lafiny rehetra.  “Efa somary diso aoriana ihany vao mihetsikasatria ny orana efa mirotsaka !”, hoy ireo mpandeha tao anaty takisiborosy.  Ary raha lafiny hafa ny antony nampihetsika, mbola diso fotoana be ihany koa, raha ny fahitan’ny mpanao politika sasany azy.

Na izany aza, nivaky ity tompon’andraikitra ity nanaiky fa “… kely loatra ny tetibola omena  ho fanajariana ireo làlana ireo. Satria tapitra avy hatrany, tsy misy ny tetibola ho fanajariana ny lalana ato amin’ny faritanin’i Toamasina raha atontona  hanaovana io lalana mankany Anosibe an’Ala io fotsiny”.

 

Rarivo

News Mada0 partages

Lavanila: hisy lisitra fahatelo ho an’ny mpandraharaha

Miezaka hampanara-penitra ny fandraharahana ny lavanila ny minisiteran’ny Varotra sy ny fanjifana. Voakasik’izany ny fanondranana any ivelany lavanila ho an’ny mpandraharaha. Araka izany, fantatra fa hisy ny lisitra fahatelo ho an’ireo mpanondrana amin’ity taom-pamokarana 2018-2019 ity satria maro ny antontan-taratasy eo am-pikarakarana.

Tany am-boalohany nivoaka, ny volana septambra teo, ny fepetra sy ny lalàna ary ny karazan-ketra samihafa mila arahin’ny mpandraharaha. Teo koa ny pitsopitsony teknika sy ny fepetra takina mikasika ny kalitaon’ny lavanila. Taty aoriana, nasaina nikarakara ny antontan-taratasy tsy feno na tsy nety ny mpandraharaha, ary nisy koa ny hafa nangatahina fanazavana mikasika ny entana naondrany tany ivelany na ny antony namerenan’ny mpanafatra ny lavanila naondrany. Nampidirina tao anatin’ny lisitra faharoa ireo orinasa na mpandraharaha nahavita namaly na nahafeno ny fanazavana nangatahina.

Ary avy eo, tojo amin’ity hamoahana lisitra fahatelo ity araka ny fanazavana etsy ambony. Antony, fanoitran’ny toekaren’i Madagasikara ny lalam-pihariana lavanila, sady anisan’ny vokatra tena fanondrantsika any ivelany ka tsy azo atao ambanin-javatra ny fitantanana sy ny hikarohana ny tsara kokoa hatrany.

Njaka A.

News Mada0 partages

Développement rural: appui à la préparation du RGA

Initié par le ministère de l’Agriculture et de l’élevage avec ses partenaires techniques et financiers, comme le Fonds des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), un atelier dans le cadre du projet d’assistance préparatoire au Recensement général de l’agriculture (RGA) s’est tenu du 30 et 31 octobre à Anosy.

Le secteur agricole malgache représente près de 26% du Produit intérieur brut (PIB) national. Le potentiel agricole de l’île reste toutefois peu ou mal exploité. L’absence de données statistiques fiables, qui permettent de prendre les bonnes décisions, est l’un des facteurs de blocage durant des années, d’après les constats des experts.

Dans ce sens, «Le recensement de l’agriculture s’avère indispensable pour l’évaluation, la répartition et la croissance potentielle du secteur agricole, afin de prendre les décisions adéquates», ont indiqué les intervenants.

Il est à préciser que le dernier recensement agricole réalisé à Madagascar remonte à 2004-2005.

Riana R.

News Mada0 partages

Fampielezan-kevitra: manantombo sy misongadina hatrany ny kandidà Rajoelina

Hatraiza hatraiza… Hiatrika fifidianana isika afaka herinandro latsaka. Hamarana ny fampielezan-kevitra ataony ireo kandidà vonona ny hiroso amin’ny fifidianana. Hatreto aloha, misongadina sy manantombo amin’izany propagandy izany  ny kandidà laharana faha-13.

Mahavita mitety distrika na tanàna dimy isan’andro eo ho eo ny kandidà sady mpanorina ny IEM. Vory lanona hatrany ny vahoaka, liana amin’ny vina sy ny fandaharanasany.  Nisongadina izany tamin’ireo tanàn-dehibe, na ny renivohi-paritany teo aloha ary tena babo tanteraka ny mponina amin’ireny faritra ireny. Anisan’izany ny ao Antsiranana, nanombohana ny fampielezan-kevitra. Ny tany Mahajanga sy Toamasina, hatrany Fianarantsoa.  Mbola hihazo ny any Toliary ny tenany, hamarana ny fampielezan-kevitra. Hialohavan’ny etsy amin’ny “Colesum” Antsonjombe izany, ny asabotsy izao , amin’ny alalan’ny faradoboka, hampisehoana ny herin’ny mpanohana sy ny mpiara-dia aminy ho an’ny eto Antananarivo sy ny manodidina.

Niainga amin’ny hetaheta sy ny olan’ny mponina…

Tsy vitan’izany anefa fa eo koa ny vina sy ny tetikasa, niainga amin’ny hetaheta sy ny olana ary koa ny fanirian’ny mponina amin’ireny faritra lalovana ireny. Anisan’izany, ny tokony hampitoviana lenta ny an-tanàn-dehibe sy ny any amin’ny faritra eo amin’ny fampandrosoana.

Anisan’ny mivoitra amin’ny fandaharanasan’ny kandidà Rajoelina amin’ireo teboka 13 ny fijerena akaiky ny sosialim-bahoaka. Eo ohatra ny fampanarahana fenitra ny EPP, ny CEG, ny Lycée amin’ny alalan’ny fampiasana ny informatika eny anivon’ireny sekoly ireny. Hojerena ny hanatsarana ny rafi-pampianarana. Eo koa ny hampidinana ny vidin-jiro amin’ny alalan’ny fananganana foibe mpamokatra herinaratra mandeha amin’ny herin’ny masoandro ka hojifain’ny mponina amin’ny vidiny ambany izany.  Fampitaovana ny any atsimo hisitrahan’ny mponina ny rano madio fisotro.

Tsy hadinony ny tanora. Fanorenana kianja manara-penitra marolafy ho an’ny taranja rehetra. Ny fanofanana araka asa hiatrehan’ny tanora ny ho aviny, toy ny fambolena sy ny fiompiana ho an’ny eny ambanivohitra. Homena tany 10 ha avy izy ireo hamokarany. Ny handravana ny Antenimierandoholona ka hanganana oniversite manokana ny vola amin’io andrimpanjakana io. Ny fanorenana fotodrafitrasa ka ny hanohizana ny asa fanamboaran-dalana efa natao, fony fitondrana Tetezamita.

Fametrahana fandriampahalemana maharitra

Ankoatra izany, ny fametrahana fandriampahalemana sy filaminana maharitra any amin’ireo faritra tena isehoan’ny asan-dahalo. Eo ny hividianana helikoptera miisa 10. Ny fanomezana fitaovana avo lenta ho an’ny mpitandro filaminana, toy ny moto, na fiara afaka mijoboka anaty rano. Hatsangana ny vondron-kery manokana hiady amin’ny asan-dahalo any amin’ny faritra. Ny fanesorana avy hatrany ireo mpitandro filaminana tsy mahavita ny asany rehefa misy ny antso fanairan’ny mponina.  Eo koa ny fametahana “puce” ny omby sy ny fampiasana “drone” ahafahana manaraka akaiky ny dian’omby raha lasan’ny dahalo. Mifandray amin’izany ny ady amin’ny kolikoly, eo amin’ny sehatra sy ny isan’ambaratongany.

Fanorenana tanàna vaovao sy trano amin’ny vidiny mirary…

Etsy andaniny, tafiditra amin’ny vinan’ny kandidà laharana faha-13 ny fanorenana tanàna vaovao sy ny trano amin’ny vidiny mora, haloa tsikelikely, manomboka amin’ny 2 hetsy ariary. Natokana ho an’ny mpivady, na ny tanora vao hihary izany.

Tafiditra anatin’ny tetikasany koa ny fanatsarana ny tanàna, toy ny ao Mahajana sy Toamasina mba hitovy amin’ireo tanàna lehibe mpandray mpizahatany any ivelany, toy ny any Frantsa na Etazonia… Ampahany amin’ireo tetikasan’ny mpanorina ny IEM tamin’ireo faritra sy distrika nolalovany ireo.

Randria

News Mada0 partages

Energie domestique: le gaz se vend au kilo

Une société distributrice de gaz sise à Mahajanga, en collaboration avec une compagnie pétrolière, a décidé de vendre au kilo son produit qui a fait l’objet d’«une réception technique hier, par l’Office malgache des hydrocarbures (OMH)», de source auprès d’un responsable de cet office.

Pour le moment, la Cité des Fleurs servira de ville pilote pour cette vente au détail, dans le vrai sens du terme. Et en cas de succès, le projet s’étendra sur tout le territoire national, à commencer par la capitale. Le lancement officiel sur le marché de ce nouveau système aura lieu à Mahajanga ce samedi.

A partir de 3.000 ariary

Pour s’approvisionner en gaz auprès d’une station, la procédure est simple. On amène sa bouteille vide et on la remplit comme on charge un briquet à gaz. La vente se fera à partir de 3.000 ariary pour 0,39 kg de gaz, «l’équivalent de 4 h de cuisson», selon les précisions apportées par un responsable de la société distributrice. 5.000 ariary pour 0,64 kg, 7.000 ariary pour 0,90 kg, 10.000 ariary pour 1,29 kg, 15.000 ariary pour 1,93 kg et 20.000 ariary pour 2,58 kg.

D’après les informations recueillies, cette vente au détail est réglementée à 6 kg au maximum, pour ne pas désavantager la vente de la bouteille de 9 kg.

Sera R.

 

News Mada0 partages

Kandidà Rajoelina: “Maro ireo tsy mino sy manatsatso antsika ary ny mpanenjika…”

I Miarinarivo, Arivonimamo ary teny amin’ny toby Akamasoa indray ny nanohizan’ny kandidà Rajoelina ny fampielezan-kevitra, omaly. « Hataontsika maoderina i Madagasikara. Maro ny tsy mino. Akombony ny vava rehefa tsy mino ianao fa aleo ny olona hiasa. Tsy ataontsika olana ireo manatsatso sy manakivy antsika”, hoy izy. Nanteriny fa na maro aza ny mpanaratsy, tsy maintsy mandroso isika. Betsaka ny tetikasa hataontsika hampandroso ny firenena. Tsy mitovy na ny fitiavan’ny olona na ny fahavitrihana amin’ny famoriam-bahoaka. “Maro ny kandidà fa iray ihany ny afaka hanavotra ny firenena”, hoy izy. Nanteriny fa tsy mba tia manao kabary ambony vavahady ny tenany. Hotanterahina avokoa ny ambara rehetra. Isika tsy mba mandainga na mamitaka sy mangalatra izany… Mila tanora tia tanindrazana ary manana vina ny firenena. Efa vonona sy niomana isika tao anatin’ny dimy taona”, hoy hatrany ny kandidà Rajoelina. Nambarany koa fa ho filohan’ny sokajin’olona rehetra ny tenany.

Tsy mila voninahitra sy vola fa fanasoavana ny vahoaka…

Tsy mahamaika azy ny fahefana na vola na voninahitra fa ho amin’ny fampandrosoana sy ny fanasoavana ny vahoaka, araka ny nambarany. Nanteriny fa hovitaina ao anatin’ny fotoana fohy ny fampandrosoana tsy hita teto hatramin’izay. Niantso fahamalinana ny tenany amin’ny fanisam-bato mba tsy hisy hiala fa hanara-maso izany hatramin’ny farany.

Nitodika amin’ireo kandidà, sadasada manan-tsoratra, ny mpanorina ny IEM. “Maro ireo nirotsaka hofidina. Vonona hiatrika fifidianana matoa nirotsaka. Tsy mbola vonona ho amin’izany anefa ny sasany amin’izy ireo”, hoy izy.

Hanova isika amin’ny 7 novambra satria hanana filoha tanora indrindra aty Afrika, araka ny nambarany.

Randria

 

News Mada0 partages

Violences électorales: les candidats n°13 et 25 portent plainte

Deux candidats ont porté plainte auprès de la Commission électorale nationale indépendante (Ceni) pour violences électorales. Il s’agit du candidat n° 13, Andry Rajoelina et du n°25, Marc Ravalomanana.

D’après le vice-président de la Ceni, Thierry Rakotonarivo, il s’agit de plaintes relatives aux violences subies par ces candidats, à chaque tournée de campagne électorale. «Les candidats ont détaillé les heures et les lieux où ces violences ont été constatées», a-t-il fait savoir.

Après étude des dossiers, «la Ceni déterminera si elle peut intervenir ou doit envoyer les plaintes au tribunal», a expliqué le vice-président de la Ceni.

Néanmoins, à une semaine du scrutin, le processus est en bonne voie. L’organe électoral a observé, hier, à Nanisana, une journée portes ouvertes, en vue de garantir la transparence de tout le processus.

La Ceni a ainsi profité de l’occasion pour s’adresser aux candidats anti-élections. «Nous pouvons dire que l’élection est maîtrisée sur le plan technique. Nous laissons la dimension politique à la société politique», a indiqué le président de l’organe, Hery Rakotomanana.

«Cependant, au regard des dispositions légales et constitutionnelles, est-il encore temps de faire des discussions politiques ? N’est-il pas opportun de passer à l’élection d’abord et de laisser le président démocratiquement élu vider toutes les questions à mettre sur la table de la refondation ou autre chose ?», s’est-il interrogé.

Hery Rakotomanana a ainsi réagi contre «les attaques visant injustement son organe». «On parle d’imperfection de la liste électorale, mais où dans le monde allons-nous avoir une liste électorale 100% parfaite ? Notamment si on utilise le système alphanumérique et le gel de la liste électorale, surtout si l’inscription à la liste électorale n’est pas obligatoire», telle est sa question.

Tahina Navalona

News Mada0 partages

IEM-Andry Rajoelina: les soutiens affluent

Partis politiques, associations, mais également élus n’ont pas hésité à apporter leur soutien à Andry Rajoelina. Preuve du succès de son projet, à travers l’Initiative pour l’Emergence de Madagascar (IEM).

Depuis que Andry Rajoelina a déclaré sa candidature au palais des Sports Mahamasina, les soutiens affluent de toute part. Celui de l’Armada n’est plus un secret. Ce dernier étant à côté du candidat n°13 depuis toujours.

Parmi les membres de l’Armada figurent le parti Hiaraka Isika, du général Camille Vital, mais également du MMM, dirigé par Hajo Andrianainarivelo, sans oublier Avana du Dr Jean-Louis Robinson et le parti Vert d’Alexandre Georget. D’autres ont par la suite suivi le pas, notamment Freedom, dirigé par Lalatiana Rakotondrazafy. Cette dernière ayant indiqué vouloir tout mettre en œuvre pour faire élire son candidat.

Le parti Républicain a également récemment déclaré son soutien au candidat du TGV/ Mapar. A noter que les membres du parti Républicain sont issus du Leader Fanilo.

Des élus

Plusieurs élus manifestent également leur volonté de soutenir Andry Rajoelina pour la présidentielle du 7 novembre. Outre les maires, des députés ont également grossi le rang, qui notons-le, étaient étroitement liés à l’ancien président de la République, actuellement candidat à sa propre succession.  Il s’agit, entre autres, du député Harijaona Andriarimalala, dit Jaona Elite, Siteny Andrianasoloniako et la députée Kathy.

Après cela, Andry Rajoelina a également pu recevoir l’appui de divers groupements, comme les notables et les associations féminines que le couple a récemment rencontrées à l’Arena Ivandry.

Les élections n’étant pas uniquement l’affaire des Malgaches, la diaspora a également tenu à contribuer à la campagne du candidat n°13  pour la présidentielle. Celle-ci ne manque aucune occasion pour faire parler du candidat, non seulement à travers des manifestations comme les flashs mobs, mais également sur les réseaux sociaux.

Rakoto

 

 

News Mada0 partages

Andry Rajoelina: rétrospective de la campagne électorale

Dès l’officialisation de l’Initiative pour l’émergence de Madagascar (IEM), le 26 janvier dernier, à Paris, il ne faisait plus aucun doute que l’ancien président de la Transition sera candidat à la présidentielle de 2018. Ce fut, par la suite, lors d’une cérémonie solennelle au Palais de Sport à Mahamasina qu’il a lancé sa candidature le 1er août, tout en déposant sa candidature, par le biais d’un mandataire, à la Haute cour constitutionnelle (HCC). Et depuis, la candidature de l’ancien homme fort de la Transition a poursuivi son ascension, que ce soit en termes d’affluence ou de soutien de la part des acteurs politiques.

L’IEM comme fer de lance

C’est sur un ton plein d’espoir et d’enthousiasme que l’ancien président de la Transition, Andry Rajoelina, a lancé à Paris l’Initiative pour l’émergence de Madagascar (IEM). Il s’agit d’une plateforme composée d’universitaires, techniciens, opérateurs économiques et simples citoyens issus de divers horizons en vue d’apporter des solutions pour développer Madagascar. A travers des programmes bien définis, la plateforme examine des thèmes aussi divers que variés, de l’énergie à l’environnement en passant par la lutte contre la pauvreté et l’insécurité.

«L’idée est de rassembler les volontés et les compétences pour bâtir le développement économique et social de notre pays», avait-il avancé lors de son discours à Paris.

Mobilisation

L’IEM repose sur deux points, à savoir la mobilisation du peuple malgache et l’engagement des partenaires de Madagascar. «Les Malgaches se trouvent actuellement dans le désarroi, et même pour beaucoup, dans un désespoir total. Nombreux ne croient plus en l’avenir, encore moins à une quelconque amélioration de leurs conditions de vie. Je veux leur redonner l’espoir, je veux leur redonner foi en l’avenir, un avenir meilleur, un avenir synonyme de progrès», avait alors déclaré l’ancien homme fort de la Transition.

C’est dans ce sillage que des tournées régionales ont été entamées. Andry Rajoelina a pu écouter et entendre ses compatriotes. Lors de son déplacement à Ambilobe, il a d’ailleurs remarqué que «deux choses se sont passées durant mon silence. La première, c’est la précipitation des politiciens avides de pouvoir à obtenir une place. La seconde n’est autre que les recherches de solutions pour Madagascar que mon équipe et moi avons effectuées avec tous les partenaires».

News Mada0 partages

La lutte contre l’insécurité

La lutte contre l’insécurité fait partie des priorités du candidat n°13. Durant ses déplacements, il ne cesse d’évoquer ce sujet d’inquiétude permanente des Malgaches, ces derniers temps, que ce soit en ville ou en campagne.

A Ambatofinandrahana, par exemple, la population a indiqué que l’insécurité, c’est sa première source de tourmente, à cause notamment des attaques quotidiennes des «dahalo». En effet, jour et nuit, la population d’Ambatofinandrahana est terrorisée. Non seulement, les dahalo  volent les bovidés, mais ils incendient aussi les villages et tuent les gens, a déploré l’élu dans cette localité.

Andry Rajoelina a tenu à rassurer la population, d’autant que l’IEM propose des solutions efficaces pour lutter contre l’insécurité en général et les attaques des «dahalo» en particulier.

«La règne des dahalo prendra fin une fois qu’Andry Rajoelina accèdera au pouvoir», a-t-il promis. A cet effet, une Force d’intervention spéciale sera mise en place pour éradiquer ce fléau. Cette unité sera équipée d’hélicoptères et de matériel sophistiqué composé, entre autres, de drones et de véhicules tout-terrain.

«10 hélicoptères au minimum survoleront les 22 régions pour traquer les dahalo», a promis Andry Rajoelina, tout en soutenant qu’il n’hésitera pas à limoger tous les responsables qui ne rempliront pas leur mission qu’est de défendre les citoyens et leurs biens.

Tolérance zéro

Dans le même registre, le candidat n°13  prévoit de diriger lui-même cette force d’intervention pour mener à bien la lutte. A cet effet, Andry Rajoelina a réaffirmé sa tolérance zéro vis-à-vis des forces de l’ordre complices des «dahalo» ainsi que des receleurs des bovidés volés.

Par ailleurs, il a expliqué qu’une puce électronique personnalisée, équipée de GPS, permettra de lutter contre ces bandits de grands chemins. Grâce à ce nouveau système technologique, les fausses fiches individuelles de bovidés seront également supprimées.

Au temps de la Transition, sans aides extérieures, 3 hélicoptères ont été achetés pour suivre à la trace les dahalo et les bovidés volés. Une fois au pouvoir, Andry Rajoelina mettra une dizaine d’hélicoptères à la disposition des forces de l’ordre pour rétablir la sécurité.

 

 

 

News Mada0 partages

Début tonitruant à Antsiranana

Ce n’est pas fortuit que le candidat Andry Rajoelina a choisi de démarrer en trombe sa campagne électorale dans la partie septentrionale de l’Ile, en l’occurrence à Antsiranana.  Le candidat n°13 dispose en effet d’une popularité intacte dans cette ville car en dépit de ses quatre années d’absence au pays, son aura est loin d’être affaiblie. Et pour cause, la ville d’Antsiranana a bénéficié de plusieurs infrastructures durant la période transitoire, alors que le pays ne disposait pas de financement de l’extérieur.

Une foule immense a accueilli le candidat du «Tanora malagasy vonona», depuis l’aéroport d’Arachard jusqu’à la Place Ritz, qui avait déjà été envahie par ses partisans venant de tous les districts, communes et fokontany de la Province d’Antsiranana.

«En 2013, nous avons accepté de voter pour quelqu’un, qui a par la suite déçu toute la population car la corruption, la cherté de la vie et l’inexistence d’emploi ont perduré. Nous allons désormais nous tourner vers vous», avait rappelé l’élue d’Antsiranana, Jocelyne Rahelianta, à l’endroit d’Andry Rajoelina.

 Le fondateur de l’IEM a rappelé son choix pour la province d’Antsiranana comme première destination. «C’est ici que le développement de Madagascar débutera. Je vous ai fait des promesses durant la Transition et je les avais accomplies. Ce sera encore le cas cette fois-ci car tout ce que je dis, je le ferai», a lancé le candidat n°13 sous l’acclamation de la foule venue en masse pour l’occasion.

«Nous allons mettre en place un pôle de formation sur les métiers portuaire et maritime dans votre localité», avait-il conclu.

 

 

 

News Mada0 partages

Toliara: telo maty vokatry ny fihinanana trondro geba

Na efa norarana aza ny fihinanana trondro toy ny geba na “sardine”, nisy ihany ny olona nividy ka nihinana izany, tany Toliara. Olona telo no fantatra fa maty, ary nisy ny olona marary any amin’ny hopitaly.

Telo ny maty omaly ka ankizy ny iray, vokatry ny fihinanana geba na “sardine”, ny talata lasa teo tany Toliara.  Roa ambinifolo ny niditra tao amin’ny Hopitaliben’i Toliara ary ny folo kosa, teny amin’ny hopitaly manara-penitra. Ny dimy, efa nampodiana rehefa nahazo fitsaboana fa ny sisa, mbola eny amin’ny hopitaly. Marihina fa fianakaviana iray miampy ilay mpivarotra io hazandrano io sy olona iray hafa nividy taminy no teny amin’ny hopitaly manara-penitra. Fa ny teny amin’ny Hopitalibe kosa, avy amin’ny fiakaviana samy hafa. Araka ny fanazavana nataon’ny solontenan’ny fianakaviana, noho ny fahitana ny saka maty no nahataitra azy ireo na nisy nandoa aza ny ankizy tao an-trano ka samy nirohotra teny amin’ny hopitaly ny rehetra. Efa mandray an-tanana ny fitsaboana ny eo anivon’ny minisiteran’ny Fahasalamana manoloana ny zava-misy. Marihina fa nifanindran-dalana amin’ny fanambarana nataon’ny tomponandraikitra eo anivon’ny sampandraharaha ny jono izao voina izao amin’ny fampahafantarana ny rehetra fa tsy azo atao ny mihinana karazana trondro toy ny geba, pepe ary ny tsy fihinana ny lohan’ny trondro vaventy toy ny saboto, lanora, lamatra manomboka ny voalohan’ny volana novambra ka hatramin’ny faran’ny volana marsa.  Raha tsiahivina, ny fihinanan’ireto karazana trondro ireto lomotra misy poizina mandritra ny fotoana mafana toy izao no miteraka ny fahafatesana raha sendra mihinana ireo trondro ireo ny mponina amoron-dranomasina ary matetika, aty atsimo no tratra toy izao isan-taona raha tsy mitandrina.

CMS sy Yves S.

 

News Mada0 partages

Tratra namaky trano: naiditra eny Antanimora sy Anjanamasina ireo jiolahy

Jiolahy miisa efatra indray voasambotry ny zandary avy ao amin’ny borigadin’Itaosy teny Ambohidrapeto, ny zoma hifoha asabotsy teo. Nandritra ny fisafoana nataon’ny zandary no nahatrarana ireto jiolahy ireto teo am-pamakiana trano. Nandositra izy ireo raha vao nahita ireo zandary ka raikitra ny fifanenjehana. Noraisim-potsiny ny jiolahy roa. Nanondro ireo namany izy roa lahy, tratra koa ny roa ambiny. Nahitana lakile hosoka miisa 49 sy barre à pince tany amin’izy ireo nandritra ny fisavana nataon’ny zandary. Niaiky ry zalahy fa maro ny vaky trano nataon’izy ireo ka tao amin’ny fokontany Antsahamasina, Antanetibe ary Ambohidrapeto no tena nanaovan’izy ireo ny asa ratsiny. Ireo entana halatra kosa dia hamidin’izy ireo eny Anosibe sy Isotry.

J.C

News Mada0 partages

Besely: sefom-pokontany nahatrarana toaka gasy 1 170 litatra

Nandritra ny fisavana nataon’ny zandary ny tanàna atao hoe Besely, kaominina ambanivohitra Mandabe, distrikan’i Mahabo, no nahatrarana toaka gasy miisa 51 bidao miaty 20 litatra sy tanaty barika manga miaty 100 litatra ary 50 litatra, afakomaly. Voalazan’ny fampitam-baovao avy amin’ny zandary fa sefom-pokontany ny tompon’ireto toaka voarara ireto, saingy lasa nitsoaka izy. Teo am-pikarohana ny dahalo raindahiny antsoina hoe Salama ny zandary no nahita ireto toaka gasy marobe ireto.

J.C

News Mada0 partages

Teny amin’ny CSB: nilaharana ny fanaovam-baksiny miaro amin’ny kitrotro

Nahasarika ny renim-pianakaviana sy ny mpikarakara zaza ny hetsika fanaovam-baksiny miaro amin’ny aretina kitrotro, nanomboka omaly ary hitohy hatramin’ny faran’ny herinandro. Nirohotra teny amin’ny CSB manakaiky azy avy izy ireo rehefa nahafantatra fa mety hitondra amin’ny fahajambana sy ny fahafatesana ny trangana kitrotro eo amin’ny ankizy latsaky ny 5 taona. Nisy koa ny mpitantana sekoly nanaiky ny handray ny mpanao vaksiny tany an-dakilasy fa nanontaniana kosa ny ray aman-dreny raha vonona ny hampanao na tsia ny zanany. Eto an-dRenivohitra no tena ambany ny tahan’ny fanaovam-baksiny miaro amin’ny kitrotro satria manodidina ny 22% monja, araka ny fanazavan’ny talen’ny fampiroboroboana ny fahasalamana ao amin’ny minisitera mpiahy. Porofon’ny tsy fahazotoana manao vaksiny ny fipariahan’ny aretina kitrotro tao anatin’ny fotoana fohy amin’ny distrika efatra ato anatin’ny faritra Analamanga. Raha toa voan’ny aretina kitrotro ny zaza efa mianatra, tokony hanatona mpitsabo avy hatrany ary tsy mahazo miverina any an-tsekoly, raha tsy mahazo taratasy avy amin’ny dokotera. Mifindra amin’ny fifampikasohana na koa amin’ny kohaka sy ny piti-drora ny kitrotro eo amin’ny zaza marary sy ny salama. Raha tsy vita vaksiny ny zaza iray na nifindran’ny aretina kitrotro, mety marary maso na marary tenda sy marary ny tratrany. Miharo fanaviana, indraindray, ary mirotsaka ny ranomasony.

Ho an’ny CSB II ao Anosizato Andrefana, distrikan’Atsimondrano, 4 000 ny zaza kendrena ho vita vaksiny miaro amin’ny kitrotro hatramin’ny fiandohn’ny herinandro ambony.

Vonjy A.

News Mada0 partages

Tohanan’ny Harena Manasoa: hahazo sakafo ny mpianatra amin’ny EPP 10

Tsy ampy sakafo tsy afaka mihinana intelo isan’andro ao amin’ny kaominina Andramasina ny ankizy roa amin’ny telo, araka ny fanadihadiana nataon’ny tomponandraikitra tany an-toerana. Nandrisika ny fikambanana Harena Manasoa France hamerina indray ny fizarana sakafo any an-tsekoly izany, nanomboka ny taona 2016 no ho mankaty. “Tamin’ny taon-dasa, nisantarana ny asa ny fokontany ao Ambalavao, kaominina Andramasina ihany ary hiitatra amin’ny fokontany Antanetibe amin’ity taom-pianarana vaovao ity”, hoy ny fanazavan’ny mpiandraikitra ao amin’ny fikambanana, Ramanantsoa Aimée Nicole, omaly teny Anosy. Tanjona hatramin’ny taona 2022 ny hamatsy sakafo ankizy amin’ny EPP 10 ao Andramasina. Vao niandoha ny fizarana sakafo indroa isan-keriandro, nitombo ho 20% ny tahan’ny fidirana an-tsekoly. Indraindray, mandeha an-tsongotra adiny iray sy sasany ny mpianatra hamonjy fampianarana nefa tsy mihinana mihitsy na iray sotro aza satria sahirana ny ray aman-dreny.

Hametrahana fitahirizan-drano sy zaridaina

Ankoatra ny fizarana sakafo, hametraka fitahirizan-drano sy zaridaina hamatsy ny toeram-pisakafoana ny fikambanana hamahana ny olana momba ny rano amin’ny fidiovana sy hikarakarana ny zaridaina. Ety am-piandohana, misy ny tantsoroka ataon’ny fikambanana fa aoriana, hahaleo tena ny mpitantana ny sekoly sy ny mpianatra ary ny ray aman-dreny.

“215 ny isan’ny mpianatra ao amin’ny EPP Antanetibe ka nihena ny mpianatra manapaka fianarana”, hoy ny talen’ny EPP, Rasamimanana Fanja. Vary, lasopy legioma sy arakaraka ny sakafo vokatra ny sakafo zaraina any an-dakilasy. 10 000 euros ny tetibola ampiasaina amin’ny tetikasa vatsin’ny Harena Manasoa France avy amin’ny tsara sitrapo maro. Ny taona 1997 no nijoro ny Harena Manasoa Madagasikara niasa amin’ny “site” 26 niaraka amin’ny Seecaline sy ONN. Nijanona ny tetikasa ny taona 2014 ary izao vao nitohy. Natao omaly ny fanaovan-tsonia eo amin’ny fikambanana sy ny minisitry ny Fanabeazam-pirenena, i Horace Gatien.

Vonjy A.

News Mada0 partages

Vaccin contre la rougeole: affluence auprès des CSB II

Dès le coup d’envoi de la campagne de vaccination contre la rougeole hier, les CSB II de la capitale et ses périphéries sont pris d’assaut par les mères de famille.

A titre d’exemple, très tôt hier, une longue file d’attente a été observée devant le CSB II de la commune d’Anosizato Andrefana. Ce dernier a ciblé 4.000 enfants, mais d’après les informations fournies, cette campagne se poursuivra jusqu’au début de la semaine prochaine. Il faut noter aussi que cette campagne coïncide avec la Semaine de la santé mère-enfant (SSME).

«C’est le fruit d’une grande sensibilisation menée par les agents communautaires de santé depuis lundi, dans chaque quartier et qui a été renforcée par une campagne mobile, à travers les fokontany», selon les explications du médecin-chef du CSB II Anosizato Andrefana.

3,4 millions d’enfants ciblés

Au niveau national, près de trois millions quatre cent mille enfants de 9 à 59 mois sont concernés par cette opération. Une initiative du ministère de la Santé publique, sous l’appui de l’OMS et de l’organisation Global alliance for vaccines and immunisation (Gavi) dans le dessein d’immuniser les enfants et éradiquer la rougeole à Madagascar.

800 cas ont été notifiés par le ministère de la Santé au niveau de quatre districts de la région Analamanga, dont des cas suspects et des cas confirmés dans les districts d’Antananarivo ville, Avaradrano, Atsimondrano et Ankazobe. Sous cette optique, 830.000 enfants risquent de contracter cette maladie.

De source auprès de l’Unicef Madagascar, la dernière campagne de vaccination contre la rougeole remonte à 2010 pour le cas de la Grande île.

 

Sera R.

 

 

News Mada0 partages

Volley- report de la CCZ7: grogne des clubs malgaches

Prévue se dérouler dans la capitale du 8 au 16 décembre, la prochaine Coupe des clubs champions de la zone 7 (CCZ7) sera reportée l’année prochaine, plus précisément du 3 au 10 février 2019. Mais l’annonce de cette nouvelle n’a pas suffi pour faire taire les critiques et convaincre les clubs locaux, faute d’explications cohérentes.

En effet, dans une lettre adressée aux équipes qualifiées, la fédération a évoqué le refus des équipes étrangères de se déplacer vers la Grande île, à cause de l’élection présidentielle, pour justifier le report de la CCZ7.

Or, comme le cas de Maurice, d’après les informations recueillies, les responsables mauriciens ont contacté la partie malgache sur la tenue ou non de la compétition et n’ont obtenu aucune réponse concrète. Ainsi, faute d’informations officielles, les Mauriciens ont préféré changer de cap, pour se focaliser sur la préparation des Jeux des îles de l’océan Indien.

Mais, le plus frustrant pour les clubs malgaches est le manque de considération de la fédération à leur égard. Il a fallu attendre la sortie d’un article sur le report de la CCZ7 dans nos colonnes, mardi dernier, pour que les clubs concernés soient au courant. D’ailleurs, ce report n’a été communiqué par la FMVB que quelques jours plus tard.

 

Naisa

 

 

 

News Mada0 partages

3X3 Afrique: Zezy reste à quai

A la grande surprise des férus de la discipline, Ahmed dit Zezy ne figure pas dans la liste des joueurs qui défendront les couleurs malgaches à la Coupe d’Afrique des Nations (Can) du 3×3, du 6 au 11 novembre, au Togo.

Lors de la publication de la liste des quatre joueurs qui disputeront la Can, Livio Ratianarivo a été choisi pour compléter l’effectif, composé de Rick-Ley Loubacky, Arnold Solondrainy et Fabrice Mandimbisoa. Le staff technique de la Fédération malgache de basketball (FMBB) n’a pas retenu le nom de Zezy. Pour dire que l’équipe nationale malgache 3×3 s’envolera pour Togo sans ses joueurs clés.

Zezy a rejoint Bila et Elly dans la liste des grands absents de la joute africaine. Pourtant, i est bien placé pour compenser l’absence d’Elly, après que la FMBB n’a pas jugé bon de retenir Bila dans la présélection.

Joueur de l’ombre mais possédant une condition athlétique hors du commun, Zezy est un véritable cauchemar pour la défense adverse. Son jeu répond plus à la demande de la discipline que celui d’Arnold qui a affiché ses limites lors des éliminatoires de la Can ou encore Livio, jugé trop juste pour être au meilleur de sa forme après une finale fatigante lors de la joute nationale N1A.

Casse-tête

A l’heure d’aborder la Can, le staff technique du3x3 malgache fait face à un casse-tête. Non seulement, il devra aligner un trio de feu offensif, mais qui est également capable de dresser un rideau de fer défensif.

Sauf que parmi les quatre joueurs de l’équipe, deux seulement répondent à ces critères, de par leur expérience au niveau continental, à savoir Fabrice Mandimbisoa et Rick-Ley Loubacky. Livio se présente seulement comme un joker offensif pour son efficacité sur le tir à mi-distance.

Naisa

 

News Mada0 partages

Rugby – «Gold Top 20»: hifandona amin’ny 3FB ny Cosfa

Hafana vay indray ny andro fahadimy, hiadiana ny ho tompondakan’i Madagasikara, taranja rugby “Gold Top 20”, ny faran’ny herinandro ho avy izao. Hidona mantsy ny andrarezina roa tonta: ny 3FB sy ny Cosfa.

Hitohy ny alahady 4 novambra ho avy izao, eny amin’ny kianja Makis Andohatapenaka, ny fifanintsanana, eo amin’ny fifaninanam-pirenena, taranja rugby “Gold Top 20”. Hanamarika ity andro fahadimy ity ny lalaon’ny ekipa samy boaty, hifanandrinan’ ny 3FB (Fahasalamana) sy ny Cosfa (Bebaoty).

Efa ela ny tsy nahitan’ny mpankafy ny fihaonana teo amin’ny roa tonta. Tonga amin’ny fotoana hifandonana eto izy ireo. Hiendrika famaranana kely mihitsy ny lalaon’izy ireo satria hifanehatra ny samy sangany. Samy manana ny fahaiza-manaony ny andaniny sy ny ankilany. Raha ho an’ny Bebaoty aloha, ao aminy ny hery sy ny tanjaka. Saika milalao ao anaty “pack d’avant” ry zalahy. Manana ny hafainganan-mpandeha ihany koa anefa ny mpilalaon’ny Cosfa, tarihin-dRahery. Kinga ihany koa amin’ny fitsaram-baolina ataon’i Gougou.

Tsy zovina amin’ny rehetra kosa ny ekipan’ny minisiteran’ny Fahasalamana. Manana mpilalao tanora sy mailaka ary kinga. Havanana amin’ny tolotolotra haingam-pandeha, tarihin-dry Julio sy ry Tanjona.

Ho sarotra ny haminavina izay ho mpandresy amin’ity. Ho resy izay manao antsirambina eo amin’ny roa tonta. Mbola lalao hiady ihany koa ny fikatrohan’ny TFA Anatihazo sy ny Savony. Tsy ankitsitsy ihany koa ny fihaonana eo amin’izy ireo. Hifanehatra amin’ny SCB Besarety kosa ny US Ikopa ary ny XV Fa Ampasika, hifanazva amin’ny VTMA Antsalovana.

Hanokatra ny lalao kosa, ny maraina, ny fifanintsanana ho an’ny seksiona Marovatana, eo amin’ny sokajy D1 Elite II, hihaonan’ny RFC Lalamaty sy ny Fifita Anosivavaka.

Ankoatra izay, hanafika an’i Boeny ny FTM Manjakaray. Lalao heverin’ny rehetra fa hanaja ny lojika satria na hilalao ao an-kianjany aza ny Boeny, mety tsy handresy ny Manjakaray, izay efa feno traikefa sy tsy mifidy tany hiadiana.

Tompondaka

News Mada0 partages

Basikety: fantatra ireo ekipa midina N1B

Efa mifarana tanteraka ny taom-pilalaovana 2018, ho an’ ny federasiona malagasin’ny taranja basikety (FMBB). Raha tsiahivina, ny fiadiana ny ho tompondakan’i Madagasikara, ho an’ny sokajy N1A, natao ny alahady 28 oktobra lasa teo, no nanakatona ny fifaninanana. Efa fantatra avokoa, taorian’iny fifaninanana iny, ireo ekipa mihintsana any amin’ny sokajy N1B, amin’ny taom-pilalaovana manaraka.

Miisa dimy izany eo amin’ ny lehilahy: ny SBBC Boeny, nitana ny laharana fahafolo. Ny TMBB Analamanga, faha-11, ny AS Victoire Boeny, laharana faha-12, ny ABBS Sava, laharana faha-13 ary ny Sporting Diana, faha-14.

Klioba telo kosa ny mivarina N1B eo amin’ny vehivavy: ny CRJS Atsinanana, eo amin’ny laharana faha-10, ny CBB Otiv Alaotra Mangoro, faha-11 ary ny BCCA, faha-12.

Raha hiverenana, voahosotra ho tompondaka teo amin’ny N1A ny ekipan’Analamanga. Lasan’ny CosPN izany teo amin’ny lehilahy ary ny MB2 All kosa, ho an’ny vehivavy. Voahosotra ho mpilalao nampidi-baolina be indrindra teo amin’ny vehivavy i Fenoarisoa Judith, avy amin’ny Fandrefiala Analamanga, nahazo isa 226, raha i Donga Stevel Guy, mpilalaon’ny Cosfa, kosa ny teo amin’ny lehilahy, nahazo isa 252.

Mpilalao vehivavy mendrika i Mampionona Miora avy amin’ny MB2 All ary Ratianarivo Livio, avy amin’ ny ASCB, ny lehilahy.

Ligy nisongadina sy nahavita dingana goavana kosa Analamanga, nandrombaka ireo fifaninanam-pirenena, teo amin’ny sokajy rehetra.

Torcelin

News Mada0 partages

L’énergie en priorité

La campagne du candidat Andry Rajoelina s’articule autour de plusieurs axes majeurs dont l’énergie. «Est-il normal qu’avec un potentiel énergétique de 7.800 mégawatts en hydraulique, de 8 mètres/seconde de puissance en éolienne à seulement 50 mètres de hauteur, de 2.000 kilowattheure par m2 / an en énergie solaire, Madagascar n’a seulement qu’une capacité énergétique de 320 mégawatts pour ses 25 millions d’habitants ?», avait en ce sens remarqué le candidat n°13 lors du lancement de l’IEM.

A Ranomafana, le 18 octobre, il a par exemple relevé les difficultés en termes d’énergie dans cette ville, qui sont aussi devenues un problème national ces dernières années.

«Nous avons un central hydraulique, mais le prix de l’électricité ne cesse d’augmenter. Après mon accession au pouvoir, nous allons installer un central hydraulique, à travers le projet Namorona II, pour réduire le coût de l’électricité. Une destination touristique comme Ranomafana mais dépourvue d’électricité est impensable», avait soutenu l’ancien homme fort de la Transition.

A Sainte-Marie, le candidat n°13 a aussi promis de résoudre le problème de délestage, en y installant un central solaire. Par ailleurs, pour inciter les opérateurs à investir et à créer de l’emploi, le candidat n°13 prévoit de réduire les dépenses en énergie, grâce à l’exploitation des énergies renouvelables : solaires, hydrauliques et éoliennes.

A ce propos, l’engagement n°2 de l’IEM précise les points suivants : «L’énergie et l’eau pour tous : offrir une électricité moins chère, électrifier et raccorder tout Madagascar, améliorer l’accès à l’eau potable des populations». Sur ce, lors d’un débat organisé au Carlton, les experts et techniciens se sont penchés sur la concrétisation d’une transition énergétique répondant aux besoins du pays, avec l’objectif d’éclairer toute l’île

News Mada0 partages

CMEST – Akademia malagasy: « Mila fahamarinana ny fifidianana »

« Matetika loatra ny tsy fanarahana sy ny tsy fampiharana ny lalàna eto amin’ny firenena malagasy ankehitriny. Manjaka ny didiko fe lehibe, ny tsimatimanota, ny fividianana ny safidin’ny olona sy ny kolikoly samihafa, hany ka mandry tsy lavo loha ny vahoaka ary very fanahy mbola velona toy ny valala voatango. »

Io ny fanambaran’ny Vaomieram-pirenena malagasy mitandro ny hasina maha olona eo amin’ny Siansa sy haitao na ny Comité malgache d’éthique pour les sciences et technologies (CMEST), eo anivon’ny Akademia malagasy, teny Tsimbazaza, afakomaly, manoloana ny toe-draharaham-pirenena ankehitriny amin’ny fiatrehana ny fifidianana.

Manao sonia izany ny filohan’ny CMEST, ny Pr Rakotomaria Etienne. Mifandray amin’ny Vaomiera maneran-tany mitandro ny hasina maha olona eo amin’ny Siansa sy ny haitao na ny Commission mondiale d’éthique des connaissances scientifiques et des technologies (COMEST-Unesco) ny CMEST.

Noho izany, manao antso ny vaomiera mba  hotandrovina toy ny anakandriamaso ny hasina maha olona. Hajaina koa ny fahamarinana sy ny fahadiovana tanteraka amin’izao fifidianana izao, ary hampanjakaina ny fihavanana sy ny firaisankina ary ny fanahy maha olona.

Mila hatao vaindohan-draharaha ny fitsinjovana ny tombontsoan’ny besinimaro sy ny soa iombonana, araka ny fanambarana. Hampanjakaina ny fanajana ny teny nomena, ny lalàna, ny zo aman-kasina maha olona ary ny fahalalahan’ny hafa, ary hiara-kientana ny Malagasy hampandroso an’i Madagasikara, miara-miasa amin’ny firenen-kafa eo anivon’izao tontolo izao.

R. Nd.

News Mada0 partages

Centre Akamasoa: Rajoelina accueilli en fanfare

Engouement général hier, au centre Akamasoa du Père Pedro, à Andralanitra. Les 25.000 habitants du centre, tous habillés en orange, étaient présents sur les lieux pour rencontrer le candidat numéro 13 et son épouse, qui ont toujours gardé l’association Akamasoa dans leur cœur.

Une rencontre émouvante qui a particulièrement marqué cette dernière ligne droite de la campagne électorale. Selon Joselito, un des bénéficiaires du projet du Père Pédro, «Andry Rajoelina se distingue des autres candidats». Les habitants d’Akamasoa ont d’ailleurs composé une chanson intitulée «13 no tena izy» pour le Président de l’Initiative pour l’émergence de Madagascar.

«Nous avons une affection particulière pour Akamasoa», a clamé haut et fort le candidat du parti Tanora Malagasy vonona. Sa famille et lui ont l’habitude de partager avec les habitants du centre des moments uniques, comme ce fut lors de la dernière fête de la Nativité. Il avait particulièrement remercié le Père Pedro, fondateur de l’Akamasoa, pour sa dévotion envers les plus démunis.

Aucun des régimes successifs n’avait aidé Père Pedro dans son acte de bienfaisance, à l’exception du régime transitoire durant lequel Andry Rajoelina avait fait don de 60 villas appelées «Masoandro».

Fonds spécial

Le candidat numéro 13 a promis de continuer son soutien à travers un fonds spécial pour construire de grandes infrastructures, au profit de cette association. Sa principale priorité sera d’y construire une université à partir du budget du Sénat après la suppression de cette institution budgétivore qui coûte à l’Etat 25 milliards d’ariary par an. A cela s’ajoute la mise en place d’un centre de formation, afin d’initier les jeunes au monde du travail.

News Mada0 partages

«Par Amour de la Patrie»

Dans le sillage de la précampagne électorale, le fondateur de l’IEM, Andry Rajoelina avait officiellement présenté le 18 septembre à la librairie «Les guetteurs de vent», à Paris, son livre autobiographique intitulé «Par Amour de La Patrie».

Pour la première fois, l’ancien président de la Transition fait des révélations sur les événements ayant marqué sa vie depuis son enfance jusqu’au jour de l’annonce officielle de sa candidature à la présidentielle du 7 novembre.

Ce livre raconte également les non-dits des manifestations sur la place du 13 mai et les faits marquants de la Révolution orange, en l’occurrence la répression du 7 février 2009 à Ambohitsorohitra, son refuge à la Résidence de France à Antananarivo pour éviter l’arrestation orchestrée par le régime Ravalomanana, la chute du monopole et de la gouvernance autoritaire le 17 mars 2009, ainsi que des révélations inédites sur la médiation menée par la Communauté internationale durant le processus de résolution de la crise.

L’ex-homme fort du pays y fait en outre la lumière sur le choix de Hery Rajaonarimampianina comme candidat de substitution lors de la Présidentielle de 2013. Du reste, il y partage aux lecteurs les valeurs qui l’ont animé à mener un combat politique et son engagement pour Madagascar.

Selon ses dires, «la foi, l’espérance et l’amour caractérisent ces valeurs». L’ancien président de la Transition considère ce livre comme «un acte patriotique et un devoir de mémoire vis-à-vis de la Patrie». Et ce, dans la mesure d’établir la vérité sur les faits politiques majeurs qui ont marqué l’histoire de Madagascar de ces 15 dernières années.

 

News Mada0 partages

IFM: le numérique dans tous ses états

Du 2 au 27 novembre, l’Institut français de Madagascar (IFM) se focalisera spécialement sur le numérique. Ainsi, des expositions, ateliers, conférences et diverses animations pour démontrer l’importance de cette discipline de nos jours, seront au programme

A partir du 5 novembre, l’IFM organisera une exposition de vidéomapping.Très en vogue en ce moment en Europe,  cet art consiste à projeter une vidéo sur un décor en relief, comme les façades d’un bâtiment. Le tout produit des effets illusionnistes. Avant cette exposition, Aurélien Lafargue a dirigé une semaine de résidence artistique. Parallèlement à cela, un espace spécial dédié aux jeux vidéo sera aménagé. A ce sujet, un atelier d’initiation à la création du jeu vidéo sera dirigé par la société Lomay du 12 au 14 novembre

L’électronique n’est pas en reste grâce à une rencontre de deux jours, les 9 et 10 novembre, en collaboration avec l’association Habaka. Une conférence intitulée « Filles du tech » avec Mamy Rakotoarimalala, un community manager, Johanna Manajean, un graphic designer et Mirana Andrianiaina, un développeur IOS sera également au menu le 10 novembre. L’objectif est de mettre en exergue la place des femmes dans ce secteur.

Et à partir du 15 novembre, l’IFM accordera la place aux démonstrations, en proposant au public des balades virtuelles dans quelques sites. Le 17 novembre aura lieu une conférence sur l’ «openstreetmap» et «carteInnov», des projets mondiaux qui possèdent des bases de données géographiques partout dans le monde.

Toujours dans cette optique le 23 novembre, l’IFM organisera pour la première fois un hackathon. Les développeurs vont se réunir durant 48 heures pour créer des applications web et mobiles. Un atelier réservé aux enfants de  plus de 7 ans, se tiendra tous les mercredis du mois.

Pour terminer en beauté le mois de novembre, une présentation cinématique des nouveaux projets de Lomay, tels que Gazkar ou Dahalo, se tiendra. Notons que ce studio vient de représenter notre pays lors de l’événement mondial dénommé «Paris Games Week», du 26 au 30 octobre en France.

 

Holy Danielle

News Mada0 partages

Louvre: les mille et une facettes des saxophones

Demain, le concert de musique classique du Louvre va mettre sous les feux de la rampe LMM Saxophone Quartet.

Incroyable famille composée du père et de ses 3 enfants âgés de 11 à 16 ans, LMM Saxophone Quartet excelle dans cet instrument de musique à vent. Ce groupe est formé de Ramaroson au soprano, Seta Ramaroson à l’alto, Kanty Ramaroson au ténor et Tohy Ramaroson au baryton. Forte du succès de sa prestation lors de l’édition précédente du festival Nosy Be Symphonie et du concert classique de midi à l’IFM Analakely, la formation sera sur les planches du Louvre afin de présenter «Les facettes des saxophones».

«Une collecte sera organisée à cette occasion et sera versée entièrement en faveur de l’association Tana City Hope pour aider à scolariser des enfants défavorisés», a fait savoir le groupe.

 

Joachin Michaël

News Mada0 partages

Mozika reggae: manomana ny vokatra voalohany ny Steve Madagascariensis

Tarika niorina, folo taona lasa izay teto an-dRenivohitra, ny Steve Madagascariensis, ahitana mpikambana enina mirahalahy : Ramariavelo Steve na i Jah Steve (mpihira sy mpamoron-kira), i Dago Dubration Band (mpitendry gitara), i Mamy Gladiator (mpively ampongamaroanaka), i Dadz Lion (mpitendry gitara beso), i Trix (mpitsoka sax) ary i Tax (mpitendry vatamaroafitsoka).

Mifototra amin’ny “roots”, “reggae”, “dub”, “ragamuffin”, “dancehall” ary ny “world music” ny mozika lalaovin’izy ireo. Noho izany fironana izany, miainga avy amin’ny zava-misy eo amin’ ny fiainan’ny fiarahamonina sy ny rivotra politika ary ny fomba amam-panao malagasy ny hafatra entin’ny Steve Madagascariensis. Voizin’izy ireo manokana ny fandriampahalemana sy ny fifankatiavana.

Tanjon’ny tarika ny hahatonga izany hafatra izany ho tafita sy hanerana izao tontolo izao. Maromaro ny dingana efa vita ary sehatra efa niakaran-dry Jah Steve. Anisan’ izany ny tany amin’ny “Fianar Reggae festival”, ny “Unity concert”, ny “International reggae day”, sns. Amin’izao fotoana izao, ao anatin’ny fanomanana ny vokatra voalohany ny tarika. “Miandry fa gasy” ny lohatenin’io rakikira vaovao io.

Landy R.

 

News Mada0 partages

IFM: ho «Novambra niomerika» ity volana ity

Hiavaka ny lohahevitra voizin’ny Institut français Madagscar (IFM) amin’ity volana novambra ity. Hifandraika tanteraka amin’ny tontolon’ny teknolojia ny «Novambra niomerika», hanomboka rahampitso ka tsy hifarana raha tsy ny 27 novambra ho avy izao. Ho maro hifanaraka amin’izay ihany koa ny seho ho hita ao amin’ny IFM Analakely. Hahazo laka, ohatra, ny fikarohana sy ny zava-bitan’ireo mpikaroka. Hotanterahina amin’ny alalan’ny fampirantiana, ny velakevitra, ny atrikasa, sns, ny fandaharam-potoana amin’izany.

Anisan’ny hiavaka ao anatin’ny «Novambra niomerika» ny hotontosaina ny 27 novambra tolakandro. Fanazavana an-tsary ireo lalao tafiditra ao anatin’ny «Lomay», anisan’izany ny «Dahalo» sy «Gazkar». «Dahalo», kilalao mampitaintaina manoloana ny hoavin’ilay tovovavikely miaina sy monina any amin’ ny faritra misy dahalo. «Gazkar», kilalao hiaka faharoa ho an’ireo mankafy ny fifaninanana fahaizana mitondra fiara haingam-pandeha. Mandritra ity andro ity ihany koa no hanehoan’ireo mpiangaly ny «3D» ny fahaizany eo amin’ny fikirakirana izany teknolojia izany.

HaRy Razafindrakoto

 

 

La Vérité0 partages

Sècheresse - Le District de Betioky gravement touché par l’insécurité alimentaire

 La rivière Laniry, dans le village de Laniry à Betioky au Sud-ouest de Madagascar est complètement asséchée. Il n'a pas plu depuis plusieurs mois. Les villageois creusent pour que les femmes puissent y puiser un peu d'eau, sinon elles quittent le village très tôt le matin. Lorsque cette rivière sera complètement à sec, ces femmes devront faire plusieurs kilomètres à pied pour trouver de l'eau. D’après le dernier rapport du Programme alimentaire mondial (PAM), Betioky est l'un des Disctricts les plus sévèrement touchés par l'insécurité alimentaire causée par la sécheresse. 35% des ménages ont un score de consommation alimentaire pauvre. Leur régime alimentaire est très peu diversifié et peu nutritif. Pour survivre, les habitants devront parcourir quelques kilomètres jusqu'à la forêt pour cueillir le "monky", un tubercule sauvage qui est un aliment consommé en temps de Kere.

Pourtant, d’après la classification de la sécurité alimentaire en octobre 2016 à mars 2017,  ce District se trouve encore dans la phase de crise (IPC Phase 3) après ceux de Tsihombe, Beloha et Amboasary Sud, qui sont déjà dans la phase d’urgence (IPC Phase 4). Pour faire face à cette situation, bon nombre de ménages ont eu recours à des stratégies d’urgence et dans les Districts les plus affectés, une portion des ménages a vendu des actifs productifs, des terres ou leur maison et a eu recours à la mendicité. 35% des ménages nécessitent une action urgente pour protéger leurs moyens de subsistance et réduire les déficits alimentaires. Recueillis par  Anatra R.

La Vérité0 partages

Insécurité routière - Réclamation du soutien des Forces de l’ordre par les transporteurs

L’insécurité routière notamment sur les routes nationales est en recrudescence depuis quelque temps, à croire qu’en raison de la présence massive des Forces de l’ordre dans le Sud de l’île, la sécurité sur les grands axes routiers a quelque peu été délaissée. Plusieurs cas d’insécurité routière notamment dans les routes nationales témoignent l’existence des bandits qui braquent les voitures en prenant les effets personnels des voyageurs, l’argent ou encore les objets précieux…

Généralement, les bandits connaissant très bien la route, ainsi que les environs, savent où  frapper et poser leur piège.Selon les témoignages, quand les brigands se lancent à l’attaque, il est impossible de s’enfuir, ainsi, les victimes surtout les chauffeurs ne peuvent rien faire. Selon les victimes, les bandits sont toujours armés de fusils ou d’armes blanches. Solution pour tousFace à cette insécurité routière qui concerne presque toutes les routes nationales de la Grande île, notamment et surtout la RN1 reliant Bongolava et Antananarivo, le groupement de la gendarmerie de Bongolava et l’association des transporteurs routiers de Tsiroanomandidy ont décidé de reprendre l’opération « Escorte ». Selon le Colonel Andrianambinina Olivier, commandant du groupement de la gendarmerie de Bongolava, la ponctuation sur le suivi des disciplines a été de nouveau évoquée. En effet, les taxis-brousse doivent prendre le départ vers 2h15 en faisant une caravane avec les gendarmes. Les retardataires devront ainsi attendre le départ dans la matinée et ne peuvent plus prendre la route seuls. Selon les informations recueillies, trois groupements de la Gendarmerie c’est-à-dire celui de Tsiroanomandidy, Itasy et Analamanga, se joindront à la lutte contre cette insécurité. Apparemment, beaucoup sont les taxis-brousse qui voyagent la nuit par la simple raison que beaucoup de voyageurs veulent se rendre tôt dans la matinée à Antananarivo pour diverses raisons personnelles mais aussi pour pouvoir éviter les embouteillages. Selon la Gendarmerie nationale, le dernier cas d’attaque routier sur la Rn1 bis reliant Bongolava et Antananarivo a été enregistré en juin dernier. Jusqu’à maintenant, la situation est assez calme grâce à ces interventions. Un exemple qui doit également être appliqué dans les autres routes nationales.Notons que l’idée de caravane est un dispositif pris par les Forces de l’ordre afin de lutter contre les attaques de tout genre. Il serait donc souhaitable de la respecter, notamment sur la Rn7qui est la plus touchée. T.A.

La Vérité0 partages

Aménagement des villes - Madagascar en phase de transition urbaine

Crucial. Actuellement, le problème urbain est une préoccupation au niveau mondial. En effet, la vie urbaine se caractérise particulièrement par la pauvreté et la dégradation de la qualité de vie dans plusieurs quartiers. La Journée mondiale des villes est ainsi organisée afin de trouver des solutions efficientes à ces problèmes. Et Madagascar, par le biais du ministère de l’Aménagement du territoire et des Services fonciers (MATSF), célèbre cette journée depuis l’année dernière. L’objectif principal étant de favoriser la transition urbaine de la Grande île. Pour cette année, le thème est basé sur « Construire des villes durables et résilientes ». La commémoration de cet évènement s’est faite dans la Capitale mais également dans la ville de Fort-Dauphin, avec l’appui de l’Agence française de développement, de la Banque mondiale et du Groupe SMTP. « Cette célébration est importante, surtout que notre pays enregistre aujourd’hui un taux de croissance très élevée de la population urbaine, soit 4,6 % par an. Dans ce contexte, il est en effet important d’instaurer des infrastructures répondant aux normes et aux besoins de la population.  C’est donc une occasion de faire le bilan de ce qui a été faite et de ce qui reste encore à faire », précise Christine Razanamahasoa, ministre de l’Aménagement du territoire et des Services fonciers. Pour un but précisIl faut noter que cet évènement a un objectif bien précis, notamment la mobilisation de tous les acteurs afin de favoriser la phase de transition urbaine et promouvoir le développement des villes. Effectivement, des actions concrètes doivent être réalisées. A travers les expositions et les conférences, les acteurs sont donc informés sur les objectifs et les engagements en matière de développement urbain durable, ainsi que sur la mise en œuvre de la politique de la ville. Par conséquent, ils pourront réfléchir et échanger sur les thématiques les plus préoccupantes des villes. Et c’est également une occasion pour mobiliser les partenaires potentiels afin de les inciter à s’y investir. « Des initiatives ont déjà été entamées, mais nous devons encore fournir beaucoup d’efforts avant d’arriver à construire des villes durables et résilientes », conclut le ministre. Rova R.

La Vérité0 partages

Insécurité routière - Réclamation du soutien des Forces de l’ordre par les transporteurs

L’insécurité routière notamment sur les routes nationales est en recrudescence depuis quelque temps, à croire qu’en raison de la présence massive des Forces de l’ordre dans le Sud de l’île, la sécurité sur les grands axes routiers a quelque peu été délaissée. Plusieurs cas d’insécurité routière notamment dans les routes nationales témoignent l’existence des bandits qui braquent les voitures en prenant les effets personnels des voyageurs, l’argent ou encore les objets précieux…Généralement, les bandits connaissant très bien la route, ainsi que les environs, savent où  frapper et poser leur piège.Selon les témoignages, quand les brigands se lancent à l’attaque, il est impossible de s’enfuir, ainsi, les victimes surtout les chauffeurs ne peuvent rien faire. Selon les victimes, les bandits sont toujours armés de fusils ou d’armes blanches.  Solution pour tous Face à cette insécurité routière qui concerne presque toutes les routes nationales de la Grande île, notamment et surtout la RN1 reliant Bongolava et Antananarivo, le groupement de la gendarmerie de Bongolava et l’association des transporteurs routiers de Tsiroanomandidy ont décidé de reprendre l’opération « Escorte ».  Selon le Colonel Andrianambinina Olivier, commandant du groupement de la gendarmerie de Bongolava, la ponctuation sur le suivi des disciplines a été de nouveau évoquée. En effet, les taxis-brousse doivent prendre le départ vers 2h15 en faisant une caravane avec les gendarmes. Les retardataires devront ainsi attendre le départ dans la matinée et ne peuvent plus prendre la route seuls. Selon les informations recueillies, trois groupements de la Gendarmerie c’est-à-dire celui de Tsiroanomandidy, Itasy et Analamanga, se joindront à la lutte contre cette insécurité. Apparemment, beaucoup sont les taxis-brousse qui voyagent la nuit par la simple raison que beaucoup de voyageurs veulent se rendre tôt dans la matinée à Antananarivo pour diverses raisons personnelles mais aussi pour pouvoir éviter les embouteillages.  Selon la Gendarmerie nationale, le dernier cas d’attaque routier sur la Rn1 bis reliant Bongolava et Antananarivo a été enregistré en juin dernier. Jusqu’à maintenant, la situation est assez calme grâce à ces interventions. Un exemple qui doit également être appliqué dans les autres routes nationales.Notons que l’idée de caravane est un dispositif pris par les Forces de l’ordre afin de lutter contre les attaques de tout genre. Il serait donc souhaitable de la respecter, notamment sur la Rn7qui est la plus touchée.  T.A.

La Vérité0 partages

Drame à Fénérive-Est - Le collectif des inspecteurs de police monte au créneau

Bien qu'aucune arrestation n'ait été encore annoncée, la triste affaire liée au triple lynchage de trois inspecteurs de police par des civils déchaînés à Ambodihazinina Fénérive-Est, hante encore les esprits et soulève un vent d'indignation générale.  Pas plus tard que le 1er novembre dernier, le collectif des inspecteurs de police de Toamasina a brisé le silence pour monter au créneau.Dans un communiqué récemment lu par son président national, en l'occurrence l'inspecteur Andrianarivo Richard Rakotondrahajarizafy, le collectif a déclaré, entre autres les trois points évoqués, qu'il reste intraitable face à l'assassinat de ses trois collègues.  La demande à ce que l'enquête sur cette affaire soit accélérée, est sans doute le deuxième point important de la déclaration. Enfin pour le troisième, la reconnaissance de l'association envers les acteurs civils, militaires et syndicaux pour leurs déclarations afin de condamner cet acte barbare.

Une occasion aussi pour ce collectif des inspecteurs de police de Toamasina pour se tourner vers  le ministère afin qu'il facilite l'octroi par les familles des disparus  des différents droits en leur qualité  de victimes. En dernier ressort, il condamne les provocations de la candidate à la présidentielle Fanirisoa Ernaivo, et ce, à part bien sûr sa demande à ce qu'on applique la loi en vigueur  à tous ceux qui sont impliqués dans le triple assassinat d'inspecteurs à Ambodihazinina.Franck R./Kamy

La Vérité0 partages

Tourisme durable - Faire rentrer dans la caisse de l’Etat 1 milliard d’euros

225.000 touristes à Madagascar en 2017 contre plus d’un million pour l’île Maurice. Avec ses  côtes qui s’étalent sur des milliers de km, il est inadmissible que le tourisme de la Grande île se trouve en queue de peloton dans la région de l’Océan indien, derrière les Maldives, les Seychelles et l’île de la Réunion.Remonter la pente pour atteindre 500.000 visiteurs dans la Grande île en moins de cinq ans, c’est le pari lancé par Andry Rajoelina. Avec l’appui d’un expert national en l’occurrence Joël Randriamandranto, le candidat n° 13 à l’élection présidentielle a détaillé les grandes lignes de son programme pour le secteur du tourisme. A part l’augmentation du nombre  des touristes, l’objectif fixé est de faire rentrer dans la caisse  de l’Etat, 1 milliard d’euros et  ce par le biais de l’ouverture du marché aux autres nationalités que françaises et italiennes  qui constituent la majorité  des touristes à Madagascar. Un vaste chantier à réaliser sur la base d’un partenariat public-privé-population  (4P) afin que tout le monde sorte gagnant. Pour atteindre ces nobles objectifs, des mesures et des investissements devront être réalisés et ce dans les quatre coins de la Grande île. Dans le but de diversifier  l’offre, la multiplication des infrastructures hôtelières de type « hôtel club » comme Andilana Beach à Nosy Be figure dans le programme du n°13. « On va construire un hôtel club  dans six villes de Madagascar à savoir Sainte-Marie, Morondava, Taolagnaro, Toamasina, Mahajanga et Antsiranana », précise Joël Randriamandranto.  Tant pour la construction  de ces infrastructures hôtelières et routières que leur exploitation, des emplois pour  les nationaux seront créés. Pour cibler une autre gamme de clientèle, 10 hôtels de luxe seront érigés au pays dans les cinq années à venir. La création de ces infrastructures ne suffit pas tout de même pour booster le tourisme. Il faudrait également améliorer les moyens de transports terrestre, aérien et fluvial. Afin d’attirer les investisseurs locaux qu’étrangers, la mise en place des mesures incitatives s’avère incontournable et ce  dans différents domaines. Le tourisme intérieur n’est pas en reste. Bien que des hôtels à prix modérés existent dans le pays, le pouvoir d’achat des nationaux ne leur permet pas de les fréquenter. Pour pallier cette défaillance, des aires de camping aux normes internationales et facilement accessibles par route seront créées. Il est plus que certain qu’en outre la venue des touristes étrangers et l’engouement des touristes nationaux, le projet de tourisme durable inscrit parmi les 13 engagements d’Andry Rajoelina envers la population malagasy, créera des milliers d’emplois à Madagascar.La rédaction

La Vérité0 partages

Les 13 « Velirano » du n°13 - Andry Rajoelina dévoile des projets concrets !

L’émotion était à son comble hier au Centre de Conférence International (CCI) Ivato hier. Ce fut au cours d’une cérémonie à la fois solennelle et conviviale partagée avec ses collaborateurs qu’Andry Rajoelina a partagé les détails des 13 « Velirano » (contrat social ou engagement) qui vont le lier avec le peuple malagasy. Le moment fort de cet évènement fut sans aucun doute le message de Mialy Rajoelina à l’endroit de son époux ainsi que tous ses collaborateurs dans le cadre de cette campagne présidentielle.

D’emblée, elle a tenu à partager les motivations de son mari dans son ambition à briguer la magistrature suprême du pays. « Souvent nos discussions à la maison portaient  sur Madagascar et le peuple malagasy », a – t- elle révélé. Malgré quelques appréhensions du monde politique, elle a fini par réaliser le souhait d’Andry Rajoelina de travailler pour la population malagasy. Elle a retracé son parcours depuis sa tendre enfance pendant laquelle son mari avait déjà l’habitude de fréquenter de nombreuses personnes issues de différentes couches sociales. A la suite des tournées de campagne qu’elle a effectuées aux côtés de son époux, Mialy Rajoelina a pu constater la réalité douloureuse de pauvreté et de précarité dans laquelle vit la population. Une réalité qu’elle a d’ailleurs déjà pu côtoyer en tant que Première dame et présidente fondatrice de l’Association « Fitia » pendant le régime transitoire. Ainsi, elle a encouragé, non sans grande émotion, son mari. « Andry, je sens le lourd poids de responsabilité qui t’attend mais c’est une mission sacrée. Je te souhaite pleine de réussite pour apporter du changement au pays et de l’espoir pour le peuple malagasy », conclut Mialy Rajoelina dont le discours a touché plus d’un et a fait couler quelques larmes à certains. Passer du « rêve »  à la réalitéLa cérémonie s’est ensuite enchainée par un long exposé détaillé des « 13 Velirano » du candidat n°13 devant un parterre de partisans et avec l’appui d’experts malagasy. Andry Rajoelina a tenu à souligner que s’il souhaitait être à la présidence du pays, ce n’est pas par souhait de vengeance, ni pour son intérêt personnel. Il a rappelé que la majorité des Présidents qui ont dirigé le pays jusqu’ici ne se sont pas suffisamment préparés ou n’avaient pas de programme concret pour développer le pays. Pour sa part, ce n’est pas seulement un programme qu’il présente mais des engagements qu’il va tenir et exécuter à la lettre.  « Fini le temps des fausses promesses et des paroles en l’air. Désormais, tout ce que nous allons annoncer sera concrétisé. Les résultats seront palpables et quantifiables », a – t – il déclaré. Le président de l’Initiative pour l’Emergence de Madagascar (IEM) a emprunté la fameuse devise du pasteur américain et non moins révolutionnaire, Martin Luther King « I have a dream ». Et lui de déclarer que « Moi aussi j’ai un rêve pour Madagascar ». Un rêve qu’il entend traduire en réalité à travers des objectifs clairs et des indicateurs réalistes. Autant d’arguments visant à persuader définitivement ceux qui hésitent encore à voter pour le candidat n°13. La Rédaction

La Vérité0 partages

Potentiellement nuisibles

A l’approche de la date fatidique du 7 novembre, nous en tant que citoyens responsables, nous tenons à attirer l’attention des compatriotes sur les dangers qui guettent le pays. « Vigiles », nous montons sans relâche la garde et n’hésitons pas à dénoncer toute forme de velléité risquant à mettre en péril les intérêts supérieurs de la Nation. A quelques jours de cette échéance cruciale, il faut donc éveiller au maximum la conscience patriotique de chacun.Madagascar va négocier un tournant décisif et s’apprête à se frayer une nouvelle voie apte à le conduire vers le changement... radical. Il n’est plus question dans l’ordre du jour des Malagasy de revenir à l’ancien régime-HVM.

Les anciens dirigeants qui ont contribué à la ruine du pays ne méritent plus de re-monter à la barre. Malheureusement, en tenant compte de la manigance qui se trame  quelque part, en ce moment, le sinistre scénario  risque fort de se reproduire. Ainsi, il y a péril en la demeure ! Spécialistes invétérés de la tromperie, les deux vrais-faux ennemis politiques font semblant de se comporter, publiquement, en adversaires politiques. Au fond, il n’en est rien ! Ils nous avaient donné l’impression de se « chamailler ». En fait, il ne s’agit que d’une pure scène de théâtre ! La mise en résidence surveillée de l’ancien exilé de l’Afrique du Sud dans le camp d’Antsiranana après son retour rocambolesque au pays ne relevait que d’une farce de bas étage ! En réalité, Ravalo et Rajao entretiennent des relations discrètes continues. Face à ce scrutin du 7 novembre où ils n’ont aucune chance d’aboutir devant celle de Zandry kely, ils ont mis au point une stratégie maléfique pour barrer la route au super favori, le candidat n° 13, et ce, afin de pouvoir s’emparer ensemble et tout doucement les rênes de l’Etat. Au premier rang de cette manœuvre satanique se trouve les tentatives de perturber le processus électoral. En effet, sur recommandation de la HCC, le Gouvernement de consensus décréta une élection anticipée prévue pour le 7 novembre. Une seule et unique voie pour départager les acteurs  politiques de la Grande île dans ce cafouillage malsain. Mais il appert que ce scrutin ...anticipé ne va pas dans l’intérêt des deux larrons. Par conséquent, tous les artifices ont été mis en œuvre pour le faire échouer. Aussi, faut-il créer des troubles et balancer le pays dans le chaos. A terme, la tenue d’une élection verrait sa concrétisation dans l’incertitude. Les dirigeants en place seraient obligés de reporter le scrutin ! Au cas où la date du 7 novembre se maintient, d’ailleurs il n’y a aucune autre alternative à cela, les deux « ex » ont déjà prévu un plan « B ». S’il y a un deuxième tour, ils affronteraient ensemble, pour un « tambabe », contre le n° 13 qui, jusque-là, mène la... danse. C’est ici que le bât blesse ! Car, si par mégarde cette alliance contre-nature et maléfique parviendrait à réussir son maudit pari, ce serait un véritable un coup dur pour tout le pays. Attention au danger public ! Le retour au pouvoir de Rajao assisté par Ravalo serait le pire des cas de figure à ne jamais envisager. Ils sont, tous deux, potentiellement nuisibles pour la Nation. Ndrianaivo

News Mada0 partages

Fiaraha-miasa ho amin’ny fifidianana: manampy eo amin’ny fampitaovana sy ny vola ny iraisam-pirenena

Manao tohivakana. Tsy mitazam-potsiny fa mitondra ny anjara birikiny amin’ny hanaovana ny fifidianana ny 7 novambra izao ny avy amin’ny fianakaviambe iraisam-pirenena. Eo ny fanohanana amin’ny lafiny vola fa eo koa ny fampitaovana. Manampy izany ny fanaraha-maso ny ho fizotry ny fifidianana.

Anisan’izany ny iray hetsy dolara avy amin’ny Vondrona afrikanina (UA). Nitondra ny anjarany sady fanampiany ho amin’ny efa nomeny koa ny Frantsay. Mitentina 100 000 dolara izany raha 500 000 euros kosa ny avy amin’i Norvezy. Harotsaka ao amin’ilay tahiry fanohanana ny fifidianana (Sacem) izany.

Mpanara-maso avy amin’ny UE sy Sadc

Nitondra ny fanohanany amin’ny fampitaovana kosa ny fitondrana sinoa. Nanolotra moto sy ordinatera miaraka amin’ny kojakoja samihafa, miisa 10 avy, ho an’ny Ceni, ny ambasadaorony, i Yang Xiaorong.

Efa nialoha lalana amin’ny fanaraha-maso ny fififidianana kosa ny avy amin’ny UE. Efa eto ireo andiany voalohany nijery akaiky ny fampielezan-kevitra, midina eny an-kianja. Manampy ireo ny fanaraha-maso ataon’izy ireo amin’ny andron’ny fifidianana sy ny aorian’ny latsa-bato. Tahaka izany koa, vao tonga tamin’ity herinandro ity ny mpanara-maso avy amin’ny Sadc. Midika ireo fa tsy mihemotra, araka ny fitakiana, na fivoizan’ny sasany azy, na koa tonga hatrany amin’ny famendrofendroana ny vahoaka ny fifidianana.

Nivoaka amin’ny fanginany ny Amerikanina

Mazava rahateo ny hafatry ny solontenan’ny Pnud eto amintsika, i Violette Kakyomya, teny Andraharo ny herinandro lasa teo. “Ilaina ny fanajana ny lalàna sy ny lalàmpanorenana. Aoka hatao ao anatin’ny fitoniana sy filaminana ny fifidianana”, hoy izy.

Nahitsy koa ny Amerikanina, amin’ny alalan’ny mpirakidraharahany eto amintsika, i Stuart Wilson, fa zava-dehibe ny fanajana ny lalàmpanorenana. Notebahiny ankolaka ireo mieritreritra ny hanemotra ny fifidianana. “Mihevitra izahay fa mahafa-po ny lisi-pifidianana sady efa nankatoavin’ny Frankofonia (OIF). Tokony hohajaina ny datim-pifidianana efa voafaritra. Mivaona amin’ny lalàmpanorenana indray ny fanokafana io lisi-pifidianana io sy ny fanemorana mety haterak’izany”, hoy izy.

Synèse R.

 

News Mada0 partages

Tsy azo ihodivirana intsony: miray feo avokoa ny rehetra ny hirosoana amin’ny fifidianana

Na ny eto an-toerana, na ny avy amin’ny fianakaviambe iraisam-pirenena, efa samy miombom-peo ny amin’ny tokony hirosoana amin’ny fifidianana. Mazava ny voalazan’ny lalàna sy ny lalàmpanorenana. Tsy tokony hisy intsony ny sakana fa hanefa ny adidiny ny vahoaka malagasy, afaka fito andro.

Nanambara ny teo anivon’ny Ceni fa tsy mitombina avokoa ireo feo miely etsy sy eroa momba ny birao fandatsaham-bato matoatoa, na ny biletà tokana, ambara fa efa vita mialoha. Nampitandrina ny amin’ny tokony hipetrahan’ny fitoniana amin’izao hiatrehana ny fifidianana izao ka tsy hampiroaroa saina ny olom-pirenena. « Aoka tsy hokorontanina ny saim-bahoaka. Raha misy manana porofo fa efa misy biletà tokana efa voatsipika, na biraom-pifidianana (BV) matoatoa na fanampiny, ento aty hiarahana mijery izany. Misy mandroritra etsy sy eroa ny momba izany ka lasa manahirana. Tsy mahasoa ny firenena ny resaka any ambadika any », hoy izy. Nitondrany fanazavana koa ny antony tsy namalian’ny Ceni ny fanasan’ireo kandidà 17 tamin’ilay ambara fa fihaonambe mahatapaka teny Ivato, herinandro vitsy lasa izay. “Resaka teknika ny anay fa tsy miditra amin’ny politika ka tsy misy antony handehananay eny. Tsy anjaranay mihitsy ny miditra amin’izany”, hoy ihany ny filohan’ny Ceni.

Tsy maintsy voasonian’ny mpikamban’ny birao fandatsaham-bato…

Nantitranterin’ny eo anivon’ny Ceni fa efa voaaro tanteraka ireo biletà tokana hampiasaina amin’ny latsa-bato ka tsy mitombina ny filazana fa efa misy biletà tokana voamarika any ho any. “Tsy misy ahina mihitsy ny momba izany. Tsy maintsy ny biletà tokana ao anaty BV ihany ny hampiasaina”, hoy ihany izy ireo. Nohamafisiny hatrany anefa fa tsy azo ekena ho manan-kery ny biletà tokana raha tsy voasonian’ny mpikambana roa ao amin’ny BV ao an-damosin’io taratasin-datsa-bato io. “Aoka tsy hiditra ao anaty trano fisainana isika raha tsy feno izany fepetra izany”, hoy ny Ceni.

Etsy andaniny, afaka mifidy ireo tsy manana kara-pifidianana, saingy tsy maintsy manaraka ny fepetra rehetra, araka ny nambaran’ity rafitra mikarakara ny fifidianana ity.  “Tsy maintsy maka fanamarinana eny anivon’ny fokontany milaza fa voasoratra anaty lisi-pifidianana ireo tsy manana kara-pifidianana. Tsy maintsy ampiasaina sy entina kosa anefa ny kara-panondrom-pirenena, na ny fahazoan-dalana hamily na koa ny pasipaoro fitondra mandeha mivoaka any ivelany”, hoy izy ireo.

Tsy iadian-kevitra intsony ny hirosoana amin’ny fifidianana 

Mazava ny hafatry ny filohan’ny Ceni, Rakotomanana Hery. “Tsy iadian-kevitra ny hirosoana amin’ny fifidianana. Aoka ho tonga maro isika amin’ny fifidianana”, hoy izy. Notsiahiviny ireo dingana efa natao hatramin’ny roa taona nahatongavana amin’izao fifidianana izao. Tsiahivina fa efa nampahafantarina ampahibemaso, omaly ilay “logiciel” hikirakirana ny fifidianana, indrindra fa ny voka-pifidianana. Niteraka resabe ny momba izany ary nametrahan’ny maro ahiahy, saingy  izao naseho sy nokirakiraina eo anatrehan’ny rehetra izao. Nohazavaina tamin’izany ny dingana rehetra amin’ny voka-pifidianana, toy ny famoahana izany miainga isaky ny birao fandatsaham-bato ka hatreny amin’ny foiben’ny Ceni.

Synèse R.

Madagate0 partages

Iavoloha, 24.01.2014: qui n'a jamais été patriote? E-book historique de Jeannot Ramambazafy

Madagate0 partages

Madagascar. Les nations partenaires entièrement satisfaites pour le processus électoral 2018