Les actualités Malgaches du Mercredi 01 Novembre 2017

Modifier la date
Madaplus.info3 partages

Rivo Rakotovao élu le nouveau président du SENAT

Le Président actuel du SENAT Honoré Rakotomanana a démissionné de son poste hier. D’après ses explications, il a décidé de déposer sa démission pour l’intérêt supérieur de la Nation, et pour la valorisation de la notion « Firaisan’kina ». Il a ensuite ordonné la tenue d’une élection du nouveau Président du SENAT après sa démission.
Le groupe parlementaire HVM au sein du SENAT a présenté la candidature du sénateur Rivo Rakotovao. Le seul candidat lors de cette élection, les 55 sénateurs présents ont procédé au vote. Le Président du parti HVM a obtenu 52 voix sur les 55 votants. Il a été élu le Président de la Chambre haute. Ce schéma politique a été déjà prévisible par les observateurs et il se concrétise.
La Vérité1 partages

Vente annulée de la Villa Elisabeth - L’heure aux règlements de compte !

La vente de la villa Elisabeth, résidence du défunt Président Zafy Albert, est bel et bien annulée de manière officielle. Face au tollé général relayé par certaine presse nationale, l’Etat a fini par user ses prérogatives régaliennes et compte récupérer ses biens.  Cette récupération devra tout de même être accompagnée d’une série d’arguments judiciaires valables.  La ministre des Finances et du budget, Vonintsalama Andriambololona, et Benjamina Ramanantsoa Ramarcel, ministre auprès de la Présidence en charge des Projets présidentiels et de l’Aménagement du territoire (M2pate), ont déclaré d’une manière officielle mardi cette volonté de l’Etat d’annuler la vente de la résidence.

Elle a été vendue, ou plutôt bradée, rappelons-le, au mois de janvier 2014, le 24 plus précisément, à une société dénommée « Mada terrain » à un prix défiant toute concurrence de 1 000 Ar le mètre carré. Avec sa superficie de plus d’un 1ha, l’Etat a ainsi obtenu de cette vente une somme ridicule de 11 millions Ar alors qu’avec un appel à manifestation d’intérêt en bonne et due forme, il aurait eu 50 fois plus au bas mot.Après cette annulation fortement médiatisée, l’heure est maintenant aux règlements de compte, au sens propre que figuré, pour que tout le monde reste encore des bons amis. Un règlement de compte très attendu au sein même de l’administration. Là où le Bianco est fortement sollicité d’y entrer sans ménagement avec ses grosses bottes pour donner une bonne fois pour toute un coup à la fourmilière de la corruption. En effet, selon des documents qui circulent sous les manteaux, à part la villa Elisabeth, d’autres domaines de l’Etat auraient été également cédés dans le courant de ce mois de janvier 2014, soit après la désignation officielle de Hery Rajaonarimampianina Président de la République. Il s’agit entre autres de deux terrains du centre technique Ptt à Alarobia, du terrain de Roso Tsaralalàna, un terrain à Ambatomanosoka et celui du cercle franco-malgache à Anosy. A l’exception de ce dernier, vendu également à un prix dérisoire de 1 000 Ar le m2, tous les enregistrements seraient refusés. Une note interne au sein de M2pate au mois de mars 2017 a demandé aux responsables d’annuler ces ventes jugées suspectes. Reste à savoir si cette recommandation a été suivie et ce notamment pour le cas du cercle franco-malgache dont les « nouveaux acquéreurs » auraient été tentés de vendre le domaine à une grande société ayant pignon sur rue à Madagascar. Pour revenir à la villa Elisabeth, un règlement de compte profile certainement à l’horizon entre le contractant avec Reboza Julien à savoir Mada terrain de Gerald Ramangasoavina et Primm Immobilier.  C’est cette dernière en effet qui détient le titre de la villa Elisabeth après avoir acheté la propriété à Mada Terrain par acte notarié du 30 novembre 2016. Certainement que Primm Immobilier demandera remboursement auprès de Mada terrain. Sauf que le gérant de Mada terrain, Gérald Ramangasoavina, a encore des dossiers pendants devant le Tribunal et concernant également des ventes de terrain à travers ses sociétés dont le « Tany gasy ».Et entre l’Etat qui veut récupérer son terrain, et la Primm, dans son bon droit, un bras de fer sur le terrain juridique risque à tout moment de se présenter. Une affaire à suivre de très près, à moins que…R. Michel

Madagate0 partages

Jean Félicien Ratefy. Iza moa ity mpanao gazey zokiolona nandao antsika ity?

Androany 1 Novambra 2017 dia nodimandry ny namana sy zoky mpanao gazety Jean Félicien Ratefy, rehefa nivahiny 73 taona teto amin’ity tany fandalovana ity. Ao an-tranony, ao amin'ny Foiben'ny “Ecole de Musique Ratefy” eo atsinanan'ny FJKM Ankadifotsy ny razana...Ho entina ao amin'ny EKAR Antanimena ny Zoma 03 Novambra 2017, amin'ny 12 ora sy sasany, mialoha ny hitondrana azy any Imerimandroso-Ivato...

Maneho ny fiaraha-miory amin’ny fianakavian’i Jean Félicien Ratefy ny mpanao gazety ato aminy madagate.org

Jeannot Ramambazafy

Ity ny Tantarany nalaina ta amin’ny bokikelin'ny CJD (“Club des Journalistes Doyens”): “Fantaro ireo Mpanao Gazety Zokiolona”.

Teraka ny taona 1944 tany Manjakandriana I Jean Félicien Ratefy.

Nahatontosa ny sampan’asa rehetra ao amin’ny Radio sy Télévision Malagasy.

1964: Nanao concours hidirana ho technicien tao amin’ny RNM Anosy

1968: Niaraka tamin’ireo mapanorina ny Télévision voahonhany teny Antaninarenina. Ankoatry ny maha-mpandray feo (soundman) dia caméraman malagasy voahohany nampian’ireo frantsay koa izy. Nanao say hoso-doko hatao fond de cadre raha hiseho télé ny speekreene. Nanao fandaharana reportage koa izy, AINA VAO momba ny asa nataon’ny mpianatra St Joseph Mahamasina nankany Ambatomanoina, niasa niaraka tamin’ny tantsaha sy ny 107è Compagnie Service Civique. Izy no nitarika ny Chorale AKON’I IARIVO avy tao Antanimena tamin’ny fandaharana Krismasy voalohany 1968 atao hoe FARIBOLAN’NY ANKIZY, ary mpianany vitsivitsy milalao piano.

1974: Affecté tao amin’ny Discothèque RNM tao Anosy izy.

1975: nangataka hiasa any Mahajanga izy ka dia niofana ho chef de Centre teny amin’ny Emetteurs teny Fenoarivo. Nandritra ny folo taona niandrasany teny dia nandray anjara tamin’ny fanorenana centre émetteurs maro amin’ny faritany izy.

1985: Niverina tao Anosy izy nanao animateur d’antenne sy producteur ka nanatontosa fandaharana efatra isan-kerinandro amin’ny teny malagasy sy teny frantsay : famakafakana momban’ny mozika musicologie  amin’ny chaîne1, SEHATRA sociomusicologie fihaonana, MIKALOA RY TANIKO grapho ethno musicologie ny karazankira iarahana amin’ny mpanakanto, tao amin’ny chaîne 2, CHANTE MA VALIHA, ary KALEIDOSCOPE ny vaovao ara-kolontsaina. 1991 : grève National. Nanangana ny SAARM, Syndicat Autonome des Agents de Radio de Madagascar izy, nifampirahahara tamin’ny PM G. W. RAZANAMASY ary namerina ny mpiasa sy ny RNM tao Anosy rehefa noroahan’ny MMSM ho eny an-dalambe ny mpiasa.

1993: Nangataka hiasa ao amin’ny sampana Journal parlé izy, ary dia tsy navela hanao izany amin’ny CH 1, amin’ny teny Malagasy fa ny CH frantsay ihany.

Septembra 2003 : natao Tale RNM izy raha mba hikasa hamita 40 ans tamin’izany asany izany.

Eo amin’ny sehatry ny Mozika.

1953:Nanomboka ho mpitendry orgue niaraka tamindrainy tao Antanimena ST Fr. Xavier.

1954: Nianatra tao amin’ny Ecole Provinciale de Musique de Tananarive.

1959: Nanorina ny Chorale AKON’NY IARIVO niaraka amin’ny mpiray tampo aminy.

1964: nanomboka ny fiainana professionnelle eo amin’ny radio sy ny fampianarana mozika.

1974: mpampianatra ny CNEM. Nanangana ny sekoly CMR, Cours de Musique Ratefy izay nanandrana ny fifaninanana tany amin’ny CONCOURS PANAFRICAIN 95 de musique tao Afrique du Sud, nanomboka ihany koa tany amin’ny CNR de La Réunion ny Concours PIAN’AUSTRAL 98 izay nitohy isan-taona.

1999: nanangana ny CONCOURS de LA VILLE DES MILLES niaraka tamin’ny CUA. Natsangana ny fikambanan’ny API, “Les Amis du Piano”.

2002: Consultant nalefan’ny ministera hanampy ny mpianatra any Seychelles hiatrika ny fanadinana ABRSM na Associated Board of the Royal Schools of Music. Izay efa tafajoro ihany koa eto amintsika eritaona taty aoriana ka misy ny taranja Solfège ary ny pratique.

2003: Fiofanana tany amin’ny ACADEMIE INTERNATIONAL D’ETE DE NICE.

Eo amin’ny lafiny Sosialy: vao tafiditra erin-taona tao amin’ny RNM dia nanorina ny AMTRAM, Amicale des Techniciens de Radio de Madagascar.

1970: Nanorina ny KAM, Koperativan’ny Artiste Malagasy.

1990: Namorona ny SYMPROMU, Syndicat des Professeurs de Musique.

1991: SAARM, Syndicat Autonome des Agents de Radio de Madagascar.Solontenan’ny FFS, Fiaraha-miasan’ny Foibe Sendikaly tao amin’ny Departemanta Politikan’ny Hery Velona Rasalama. Sekretera Jeneralin’ny Syndicat FMM Antananarivo…

Momban’ny fiofanana :

1987: momba ny COOPEC, Coopérative d’Epargne et de Crédit, nataon’ny Coopération Afro-Américain du travail, tany Maurice.

1989: Information au sein des organisations Syndicales, sur le BIT et OIT tany Guinée Konakry.

1992: momban’ny CEE/ACP –PAS tany amin’ny CGT/FO tany Frantsa.

 

Madagate0 partages

Jean Félicien Ratefy. Iza moa ity mpanao gazety zokiolona nandao antsika ity?

Androany 1 Novambra 2017 dia nodimandry ny namana sy zoky mpanao gazety Jean Félicien Ratefy, rehefa nivahiny 73 taona teto amin’ity tany fandalovana ity. Ao an-tranony, ao amin'ny Foiben'ny “Ecole de Musique Ratefy” eo atsinanan'ny FJKM Ankadifotsy ny razana...Ho entina ao amin'ny EKAR Antanimena ny Zoma 03 Novambra 2017, amin'ny 12 ora sy sasany, mialoha ny hitondrana azy any Imerimandroso-Ivato...

Maneho ny fiaraha-miory amin’ny fianakavian’i Jean Félicien Ratefy ny mpanao gazety ato aminy madagate.org

Jeannot Ramambazafy

Ity ny Tantarany nalaina ta amin’ny bokikelin'ny CJD (“Club des Journalistes Doyens”): “Fantaro ireo Mpanao Gazety Zokiolona”.

Teraka ny taona 1944 tany Manjakandriana I Jean Félicien Ratefy.

Nahatontosa ny sampan’asa rehetra ao amin’ny Radio sy Télévision Malagasy.

1964: Nanao concours hidirana ho technicien tao amin’ny RNM Anosy

1968: Niaraka tamin’ireo mapanorina ny Télévision voahonhany teny Antaninarenina. Ankoatry ny maha-mpandray feo (soundman) dia caméraman malagasy voahohany nampian’ireo frantsay koa izy. Nanao say hoso-doko hatao fond de cadre raha hiseho télé ny speekreene. Nanao fandaharana reportage koa izy, AINA VAO momba ny asa nataon’ny mpianatra St Joseph Mahamasina nankany Ambatomanoina, niasa niaraka tamin’ny tantsaha sy ny 107è Compagnie Service Civique. Izy no nitarika ny Chorale AKON’I IARIVO avy tao Antanimena tamin’ny fandaharana Krismasy voalohany 1968 atao hoe FARIBOLAN’NY ANKIZY, ary mpianany vitsivitsy milalao piano.

1974: Affecté tao amin’ny Discothèque RNM tao Anosy izy.

1975: nangataka hiasa any Mahajanga izy ka dia niofana ho chef de Centre teny amin’ny Emetteurs teny Fenoarivo. Nandritra ny folo taona niandrasany teny dia nandray anjara tamin’ny fanorenana centre émetteurs maro amin’ny faritany izy.

1985: Niverina tao Anosy izy nanao animateur d’antenne sy producteur ka nanatontosa fandaharana efatra isan-kerinandro amin’ny teny malagasy sy teny frantsay : famakafakana momban’ny mozika musicologie  amin’ny chaîne1, SEHATRA sociomusicologie fihaonana, MIKALOA RY TANIKO grapho ethno musicologie ny karazankira iarahana amin’ny mpanakanto, tao amin’ny chaîne 2, CHANTE MA VALIHA, ary KALEIDOSCOPE ny vaovao ara-kolontsaina. 1991 : grève National. Nanangana ny SAARM, Syndicat Autonome des Agents de Radio de Madagascar izy, nifampirahahara tamin’ny PM G. W. RAZANAMASY ary namerina ny mpiasa sy ny RNM tao Anosy rehefa noroahan’ny MMSM ho eny an-dalambe ny mpiasa.

1993: Nangataka hiasa ao amin’ny sampana Journal parlé izy, ary dia tsy navela hanao izany amin’ny CH 1, amin’ny teny Malagasy fa ny CH frantsay ihany.

Septembra 2003 : natao Tale RNM izy raha mba hikasa hamita 40 ans tamin’izany asany izany.

Eo amin’ny sehatry ny Mozika.

1953:Nanomboka ho mpitendry orgue niaraka tamindrainy tao Antanimena ST Fr. Xavier.

1954: Nianatra tao amin’ny Ecole Provinciale de Musique de Tananarive.

1959: Nanorina ny Chorale AKON’NY IARIVO niaraka amin’ny mpiray tampo aminy.

1964: nanomboka ny fiainana professionnelle eo amin’ny radio sy ny fampianarana mozika.

1974: mpampianatra ny CNEM. Nanangana ny sekoly CMR, Cours de Musique Ratefy izay nanandrana ny fifaninanana tany amin’ny CONCOURS PANAFRICAIN 95 de musique tao Afrique du Sud, nanomboka ihany koa tany amin’ny CNR de La Réunion ny Concours PIAN’AUSTRAL 98 izay nitohy isan-taona.

1999: nanangana ny CONCOURS de LA VILLE DES MILLES niaraka tamin’ny CUA. Natsangana ny fikambanan’ny API, “Les Amis du Piano”.

2002: Consultant nalefan’ny ministera hanampy ny mpianatra any Seychelles hiatrika ny fanadinana ABRSM na Associated Board of the Royal Schools of Music. Izay efa tafajoro ihany koa eto amintsika eritaona taty aoriana ka misy ny taranja Solfège ary ny pratique.

2003: Fiofanana tany amin’ny ACADEMIE INTERNATIONAL D’ETE DE NICE.

Eo amin’ny lafiny Sosialy: vao tafiditra erin-taona tao amin’ny RNM dia nanorina ny AMTRAM, Amicale des Techniciens de Radio de Madagascar.

1970: Nanorina ny KAM, Koperativan’ny Artiste Malagasy.

1990: Namorona ny SYMPROMU, Syndicat des Professeurs de Musique.

1991: SAARM, Syndicat Autonome des Agents de Radio de Madagascar.Solontenan’ny FFS, Fiaraha-miasan’ny Foibe Sendikaly tao amin’ny Departemanta Politikan’ny Hery Velona Rasalama. Sekretera Jeneralin’ny Syndicat FMM Antananarivo…

Momban’ny fiofanana :

1987: momba ny COOPEC, Coopérative d’Epargne et de Crédit, nataon’ny Coopération Afro-Américain du travail, tany Maurice.

1989: Information au sein des organisations Syndicales, sur le BIT et OIT tany Guinée Konakry.

1992: momban’ny CEE/ACP –PAS tany amin’ny CGT/FO tany Frantsa.

La Vérité0 partages

Football-Thb Ligue des champions - Refus de jouer les matches retour de 3 équipes à Fianarantsoa

Les équipes veulent limiter leurs dépenses. Telle serait la première raison du refus des trois clubs de jouer la manche retour de la Poule des As du Thb Ligue des champions, prévue les 8, 10, 12 novembre prochains dans la capitale Betsileo. Une décision de la fédération selon une lettre, qui date du 26 octobre. Ces trois clubs sont l'Elgeco Plus et Cosfa Analamanga ainsi que le Hzam Amparafaravola d'Alaotra Mangoro. Les trois clubs réclament le report de cette phase retour et sa délocalisation à Antananarivo. L'instance du football a imposé cette décision sans le consentement des clubs concernés. Pourtant les règlements de compétition ont initialement prévu ce deuxième tour à Antananarivo du 12 au 19 novembre d'après les dirigeants des clubs.

« Nous avons dépensé au moins 4 millions d'ariary de budget requis durant la phase aller. Et là, la Fédération malagasy de football (Fmf) n'a pu nous donner que 300 mille  ariary comme compensation. Ce qui est loin de notre manque à gagner. Effectivement, pour diminuer nos dépenses, il serait préférable pour nous de délocaliser tous les matches à Antananarivo pour l'intérêt de tous », lance l'un des présidents des clubs. Il dénonce également l'égoïsme des dirigeants de la fédération. Ce sont les éventuels changements répétitifs comme ceci qui entravent au développement du football. Par ailleurs si la Fifa (Fédération internationale de football) impose un repos de 48heures entre chaque match, la fédération ne nous laisse que 24heures d'intervalle entre chaque journée.« Si c'est à cause de l'épidémie de peste que la rencontre a été située à Fianarantsoa, on a déjà découvert aussi des cas confirmés de cette maladie dans la Région Haute Matsiatra. Il y avait déjà des morts et des malades sur place. Donc, nous réclamons de jouer la manche retour à Mahamasina même si celle-ci devra se disputer à huis clos pour l'intérêt général de la Nation », renchérit notre interlocuteur.Une lettre lançant un ultimatum de 48heures, qui devra prendre fin ce jeudi 2 novembre, a été adressée à la Fmf, sinon les trois clubs prendront une décision si la destinataire ne donne pas de réponse. Les dirigeants de ces trois clubs ont organisé une rencontre avec la presse sportive ce mardi dernier au Live hôtel Andavamamba pour annoncer leur doléance. Rappelons que la quatrième équipe en lice dans ce championnat de Madagascar est la Cnaps Sport Itasy. Par ailleurs, ils dénoncent aussi le favoritisme à l'endroit de l'un des clubs participants au dernier carré de ce champion. Le calendrier dévoilé par la Fmf a mis la puce à l'oreille des trois clubs. Durant les trois journées de compétition, la Cnaps Sport jouera tous ses matches en deuxième heure de chaque programme. Pour eux, tous les clubs devront être traités sur le même pied d'égalité.Elias Fanomezantsoa

La Vérité0 partages

Jour des morts - Une déperdition de la valeur des reliques ancestrales

Auparavant, les Malagasy mettaient leurs ancêtres sur un piédestal, croyaient en leur bénédiction et en leur protection divine et respectaient tout ce qui s’y rapporte comme les tombeaux ou encore les reliques. Mais actuellement, ce respect est en déperdition pour des raisons religieuses ou encore pour des raisons plus malsaines comme les divers trafics.

Culture et traditions  : Une valeur ancestrale ancréeLa culture malagasy témoigne un intérêt particulier pour ses défunts. Effectivement, bien qu’ils ne soient plus de ce monde, leurs proches continuent encore de croire qu’il faut prendre soin de leurs dépouilles pour que leur esprit puisse vraiment reposer en paix. De ce fait, il y a des familles qui réservent une journée comme le jour du 1er novembre pour visiter le tombeau familial. « Pour nous, la visite de tombeau  est comme une visite de courtoisie pour montrer à nos proches qui sont déjà partis pour l’au- delà que nous pensons à eux », témoigne une mère de famille. Elle continue en ajoutant que « cette petite attention est comme pour leur montrer notre affection malgré leur disparition mais également pour leur demander de veiller sur nous de là où ils sont ». Il faut préciser que les Malagasy croient en la protection divine des ancêtres au même rang que celle de Dieu comme le cite le proverbe « Raha razana tsy hitahy, fohazy hiady vomanga ».Des traditions chrétiennes toujours maintenuesPour les chrétiens, particulièrement pour la religion catholique, une journée est dédiée aux prières des morts, c’est la journée du 2 novembre, appelée également commémoration des fidèles défunts. Durant cette journée, les croyants prient pour leurs familles ainsi que pour les âmes qui sont encore dans le purgatoire et qui n’ont pas encore accédé à l’au-delà. Toutefois, cette journée est toujours confondue avec la journée du 1er novembre qui est la journée de tous les Saints qui n’ont pas leur place dans le calendrier. Et c’est cette journée qui est fériée et non le 2 novembre. De ce fait, après avoir pris part à la messe célébrant tous les Saints, certains croyants catholiques prennent le temps d’aller sur le tombeau de leurs défunts pour y déposer des fleurs. C’est pour cette raison que la plupart des gens confondent les deux célébrations. Durant ces deux journées, les familles dédient des prières particulières à leurs proches déjà décédés. Dans cet angle donc, les valeurs traditionnelles et chrétiennes se rejoignent et peuvent se conjuguer ensemble.  Propos recueillis par Rova R.La vie et la mort, deux mondes séparésUne séparation entre le monde des morts et celui des vivants. Bon nombre de Malagasy respectent encore les traditions se rapportant au respect des morts. Ils essaient de montrer cet attachement par diverses activités dont le retournement des morts et la visite des tombes. Toutefois, ces pratiques ne concernent pas les chrétiens. Les personnes soumises à Dieu désapprouvent tous ces agissements. Les commandements de Dieu les empêchent voire les interdisent d’entrer en contact ou de créer un lien avec les sans vie. Pour un pasteur, la vie et la mort demeurent deux mondes différents. L’Ecclésiaste 9 : 5-6 mentionne même que « les vivants, en effet, savent qu'ils mourront; mais les morts ne savent rien, et il n'y a pour eux plus de salaires, puisque leur mémoire est oubliée. Et leur amour, leur haine et leur envie ont déjà péri; et ils n'auront plus jamais aucune part à tout ce qui se fait sous le soleil ». En tenant compte de ce verset biblique, il s’avère inutile d’en faire une festivité  quant aux retournements des morts poursuit-il. D’après toujours ses explications,  s’occuper de ses semblables constitue un devoir humain en étant vivant.  D’autant plus, les morts ne ressentent plus ni douleur ni  souffrance. C’est dans ce contexte que ce pasteur juge inutile les dépenses pour des  inanimés. Il existe parmi les connaissances, à savoir la famille, les voisins qui ont besoin de l’argent.  « Pourquoi dépenser les richesses  que le créateur a accordées à ses fidèles pour des pratiques ne répondant pas à ses commandements, pourquoi ne pas les donner aux pauvres », a-t-il poursuivi. Par ailleurs, les sociétés acceptant les pratiques liées aux morts affirment avoir été en contact avec leurs grands-parents. Elles prétendent que ces derniers les ont communiqués pour leur rendre visite et pour  leur apporter des couvertures.  Pourtant, aucun mort ne peut se montrer aux vivants. Cette affirmation est prouvée dans le verset biblique de  Esaîe, 26-14 dans lequel il affirme : « Ceux qui sont morts ne revivront pas, des ombres ne se relèveront pas; Car tu les as châtiés, tu les as anéantis, Et tu en as détruit tout souvenir ». Kanto R.

La Vérité0 partages

Hydrocarbures - Les prix revus à la hausse

A Madagascar, la hausse de prix des hydrocarbures est devenue une habitude. Effectivement, à chaque debut ou fin de mois, le prix à la pompe enregistre pour la plupart du temps une hausse, et rarement une baisse. Depuis mardi dernier, une hausse de 80 ariary a été constatée sur tous les produits dérivés du pétrole. Aujourd'hui, l'essence sans plomb revient ainsi à 3 750 ariary s'il y a un mois, elle a valu 3 670 ariary. Pour le gasoil, le prix est passé de 3 020 à 3 100 ariary. Quant au pétrole, le litre s'achète actuellement à 2 280 ariary au lieu de 2 200 ariary auparavant.

Une hausse de 5,3 % en un anIl faut rappeler qu'une hausse de la même valeur a été enregistrée à la même période, l'année dernière, pour l'essence sans plomb et le pétrole sauf qu'en ces temps-là, les stations-services ont affiché respectivement 3 560 ariary et 2 210 ariary pour le prix du litre. Il est ainsi constaté une hausse moyenne de 5,3 % pour l'essence. Cette nouvelle montée des prix des hydrocarbures aura certainement des effets sur les prix des marchandises utilisées quotidiennement, plus particulièrement les produits alimentaires. Et pour cause, les prix des carburants influeront sur le coût du transport qui, à son tour, aura des répercussions sur les coûts des produits de première nécessité. Il faut donc s'attendre à ce que les transporteurs haussent le ton et finissent par augmenter leurs tarifs.Propos recueillis par Rova R.

La Vérité0 partages

L'autre version

Encore et toujours, la nomination de Rivo Rakotovao à l'alléchant poste de sénateur à Anosikely continue de dominer le contexte politique de l'heure. Le fait est que Ahmad, élu en tant que président de la Confédération africaine du football (Caf), devait démissionner de son poste de sénateur en même temps le siège de vice-président pour le compte de Mahajanga et rejoindre son nouveau « job » au Le Caire (Egypte), la nomination du remplaçant coule de source. Ainsi, Rivo Rakotovao, président du Hvm, débarque à Anosikely.

Pour beaucoup, le départ de Rivo Rakotovao du tout puissant ministère auprès de la Présidence chargé de l'Elevage et de l'Agriculture pour rejoindre le Sénat s'explique essentiellement par la nécessité pour le régime, notamment pour le locataire d'Iavoloha, de caser quelqu'un « de confiance » au perchoir d'Anosikely. Il s'inscrit dans la ligne droite de la stratégie du Hvm à mettre toutes les chances pour gagner les élections à venir de son côté. En termes clairs, Honoré Rakotomanana ne répondait pas ou plus, finalement, aux « critères » voulus pour assurer la victoire en 2018. Ainsi, analystes et observateurs abondaient dans ce sens. Une version des faits très proche de la vérité d'ailleurs. Seulement, il existe une autre tout aussi vraie que plausible qui apporterait davantage des éclaircissements à ne pas mésestimer. L'atterrissage du président du Hvm à Anosikely ne serait pas uniquement une promotion. C'est aussi un limogeage purement et simplement ! Une sournoise destitution, sinon un désaveu inavoué ! Rivo Rakotovao fut écarté du Gouvernement. Le rêve de tout politicien consiste à…siéger au sein de l'Exécutif (Présidence ou Primature). Le reste, rien que des figurants ou figurines !A voir de près son parcours au sein du Gouvernement, chassé du Me2pat et indésirable au Mpea, Rakotovao finit par être reconduit à la porte de sortie. Le Chef de l'Etat, d'une pierre deux coups, peaufine son plan. Il se décida finalement d'écarter quelqu'un de gênant mais fidèle, parmi les fidèles, tout en le casant à un honorable poste de …chrysanthèmes. Par les temps qui courent, il faudrait bien gérer les lauriers. Par la même occasion, il mettait à la place du nouveau sénateur, un fin technicien en la matière maîtrisant bien son domaine. Randriarimanana Harison, ingénieur du Génie rural de la trempe des José Andrianoelison dit « José kely » et compagnie, connait sur le bout du doigt les arcanes de l'agriculture en général. Il domine les tenants et aboutissants du monde rural.  A l'époque du régime Ravalomanana, Harison pour les habitués fut l'inamovible membre du Gouvernement. En fait, il possède plusieurs cordes à son arc, entre autres, les dédales de l'économie. Après avoir été le coach du collège des conseillers économiques du Chef de l'Etat, Randriarimanana Harison revient au devant de la scène.Visiblement, le Président Hery Rajaonarimampianina, à l'approche de la ligne droite des échéances de 2018, aligne des jokers. Il commence à rabattre les cartes maîtresses et mise sur des personnalités auxquelles il pourrait confier la gestion des domaines aussi stratégiques que techniques. Les jours des brebis galeuses seraient comptés. Ainsi, d'autres têtes devraient s'attendre à tomber. Sauf que, il fallait gérer les susceptibilités de chacun pour ne pas créer, inutilement, des ennemis en plus de ce qui existent déjà. Ndrianaivo

La Vérité0 partages

Besarety - Un assaillant abattu, 1 autre blessé

Un bandit abattu, un autre blessé, d’autres en cavale ! Tel a été le bilan de l’échange de tirs entre la Police et un gang. Hier vers 2h du matin, ce dernier a tenté de faire du forcing en prenant pour cible la maison d’un particulier à Besarety.  Les assaillants qui étaient équipés de différents types d’armes, étaient déjà sur le point de se frayer un passage à l’intérieur de la maison et s’en prendre à ses locataires lorsque des équipes de policiers dont ceux issus d’une unité spécialisée, ont débarqué sur place. 

Il y eut alors une fusillade au cours de laquelle deux agresseurs furent touchés dont l’un mortellement.  La victime tuée qui est âgée de 28 ans a récolté un projectile au niveau de la cuisse. « L’artère fémorale a été touchée.  Le concerné n’a pas survécu à son hémorragie », confie une source médicale à l’Hjra Ampefiloha.  Le bandit était déjà à l’agonie lorsque la Police l’a transporté dans le service des urgences dudit centre hospitalier. Quelques heures après les faits, la Police a encore ratissé le secteur. Mais aucun fugitif n’a pu être attrapé, leur fuite ayant été facilité par ce vaste réseau de ruelles et d’autres raccourcis, qui caractérisent ce quartier laissé à l’abandon sur le plan infrastructurel par le pouvoir en place. Les bruits circulent que certains de ces assaillants qui ont frappé hier matin, viennent des quartiers d’Anjanahary, d’Ampandrana-Est et de Manjakaray. Ce qui ne faciliterait pas les recherches à moins qu’ils ne soient dénoncés.Cette situation prouve que la situation échappe totalement aux autorités en place. Pas plus tard que lundi, un cash-point a été la cible d’un assaut de bandits à Anosibe. Et les plaies que cette attaque a provoquées sur deux victimes innocentes, ne s’étaient pas encore cicatrisées, voilà qu’un autre assaut de bandits venait de se produire hier à Besarety. La seule différence, c’est que contrairement à ce qui s’est passé à Anosibe, les policiers s’étaient montrés cette fois-ci plus rapides que les assaillants pour faire feu.Franck Roland

La Vérité0 partages

Présidence du Sénat - Honoré Rakotomanana cède aux pressions

Comme il fallait s'y attendre, Honoré Rakotomanana a bel et bien quitté son fauteuil de président du Sénat. Ce fut mardi, qu'il a annoncé sa décision de « se retirer » car la démission n'est nullement prévue dans les dispositions de la Constitution, selon ses termes.

« Ma décision a été prise en toute humilité et ce, dans l'intérêt supérieur de la Nation. J'ai même demandé à Dieu de me conseiller et j'ai prié pendant plusieurs jours avant de prendre ma décision  », a avancé le désormais ex - numéro un du perchoir d'Anosikely, lors d'un discours à l'attention de ses homologues du Sénat, mardi dernier. Depuis plusieurs jours, des réunions en série des partisans du parti «Hery Vaovao ho an'i Madagasikara » confortait la thèse d'une tentative de pousser le numéro un de la Chambre haute à démissionner. Ce dernier a donc fini par céder aux pressions du parti présidentiel.Au cours d'une conversation téléphonique, l'ancien juge international a admis à demi - mot l'existence de ces pressions à son encontre. En principe, la destitution du président du Sénat ne s'applique qu'en cas de faute grave. « Ce qui n'est pas mon cas. Si je m'en étais tenu à la loi, il y aurait eu un véritable bras de fer », a confié Honoré Rakotomanana. Il met l'accent sur les articles 74 et 85 prévus dans la Constitution qui régissent l'Assemblée nationale mais qui s'appliquent par analogie au Sénat. Il est stipulé que «  le président et les membres du bureau sont élus au début de la première session pour la durée de la législature. Toutefois,  ils  peuvent  être  démis  de  leurs  fonctions  respectives  de  membres  de bureau pour motif grave par un vote secret des deux tiers des parlementaires ». Il aurait donc été difficile pour les sénateurs en cravate bleu de l'évincer malgré les nombreuses tentatives à cet effet.Contraint à rester sénateurLe juriste soutient également qu'il n'était pas au courant de la manœuvre du Hvm jusqu'au dernier moment. Une manœuvre évidente qui consistait à l'évincer du poste de numéro un de la Chambre haute au profit du leader du parti Hvm. « On m'a juste dit que cela relève d'une organisation politique », déclare - t - il encore.Le même argument que Rivo Rakotovao a avancé au lendemain de sa nomination à la fonction de sénateur par décret présidentiel le 17 novembre dernier. En quittant son poste de président, Honoré Rakotomanana redevient ainsi simple sénateur. D'après ses confidences, il aurait souhaité quitter définitivement le Sénat mais on l'aurait contraint à rester.Après la déclaration de retrait du président sortant, les membres du Sénat ont aussitôt procédé au vote du nouveau président. Sans surprise, Rivo Rakotovao, ex - ministre auprès de la Présidence en charge de l'Agriculture et l'Elevage et non moins président national du parti Hvm, a été élu à la tête du Sénat. Seul candidat en lice, il a obtenu 52 sur 55 voix. Une élection qui n'a pas manqué de faire grincer des dents chez les sénateurs de l'opposition en très petite minorité à Anosikely. Il est clair que le Hvm ne cache plus sa manœuvre machiavélique en vue de l'échéance 2018,  quitte à humilier un grand commis de l'Etat…Sandra R.

La Vérité0 partages

Tsy mahaleo ny sampona - Fet’Maningotra reprend du service

Come-back. L’émission parodique de la chaîne du Président de la République, produite par le Mouvement pour la liberté d’expression retrouve son animateur vedette. Après plusieurs semaines d’absence, l’imitateur surnommé Fet’Maningotra a présenté hier le dernier jet de l’émission Tsy mahaleo ny sampona. Le jeune homme avait tout bonnement disparu des écrans radars au début du mois de septembre dernier, sans laisser d’explications.

Une disparition qui avait beaucoup fait parler à l’époque. D’autant que personne ne savait où pouvait se trouver l’animateur. Faute d’animateurs, le Mle avait été obligé de suspendre ses émissions quelques temps. Près de deux mois après, l’animateur est donc de retour. D’après ses explications, il a été contraint de prendre la fuite dans la profonde brousse, suite à des menaces de violence envers sa personne s’il poursuivait l’émission « Tsy mahaleo ny sampona ». D’après son témoignage, ces actes d’intimidations auraient été faits par une femme. Des investigations poussées, menées par les journalistes du Mle ont permis de découvrir que cette dame derrière les actes d’intimidations ayant fait fuir l’animateur vedette de cette émission parodique aurait reçu quinze millions d’ariary « d’en haut lieu » et qu’elle devait remettre à Fet’Maningotra pour que celui-ci cesse l’émission Tsy mahaleo ny sampona. Victime de sa cupidité, cette intermédiaire n’a jamais remis l’argent à l’animateur, se contentant visiblement de menaces téléphoniques à l’endroit de l’animateur vedette, d’après les informations recueillies par le Mle. Force est toutefois de constater que l’émission produite par les journalistes du Mle dérange visiblement au plus haut point, pour en arriver à de telles extrémités. D’ailleurs, ce n’est en effet pas la première fois qu’un des animateurs de l’émission est victime d’actes d’intimidations. Le premier animateur et le producteur de l’émission avaient eux aussi été victimes de menaces et d’intimidations en tout genre. Rappelons par ailleurs, que l’animateur Fet’Maningotra, débauché d’une radio appartenant à une ministre au sein du pouvoir actuel, avait déjà été l’objet des menaces dès les premiers moments où il a effectué ses imitations du Chef de l’Etat dans l’émission Tsy mahaleo ny sampona.  Son imitation parfaite du Président de la République a manifestement indisposé certains proches du numéro Un d’Iavoloha, qui sont allés bien loin pour le faire taire. Longtemps injoignable, le jeune homme a par hasard repris contact tout récemment avec le Mle, par l’intermédiaire d’un artiste connu. Ayant reçu les assurances sur sa sécurité, l’animateur a ensuite décidé de reprendre du service en animant de nouveau l’émission Tsy mahaleo ny sampona. Un retour qui fera sans doute grincer les dents des détracteurs de cette émission parodique mais fera le bonheur de ceux qui savent apprécier la liberté d’expression.Recueillis par A.R.